Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Variétés Historiques Et Littéraires (6 / 10) - Recueil de piéces volantes rares et curieuses en prose et en vers
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Variétés Historiques Et Littéraires (6 / 10) - Recueil de piéces volantes rares et curieuses en prose et en vers" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



  VARIÉTÉS
  HISTORIQUES
  ET LITTÉRAIRES

  Recueil de pièces volantes rares et curieuses
  en prose et en vers

  _Revues et annotées_

  PAR

  M. ÉDOUARD FOURNIER

  TOME VI



  A PARIS
  Chez P. JANNET, Libraire

  M. DCCCLVI



_Les estranges et desplorables accidens arrivez en divers endroits
sur la rivière de Loire et lieux circonvoisins par l'effroyable
desbordement des eaux et l'espouvantable tempeste des vents le 19
et 20 janvier 1633. Ensemble les miracles qui sont arrivez à des
personnes de qualité et autres qui ont esté sauvez de ces perilleux
dangers._

_A Paris, chez Jean Brunet, rue Neufve S. Louys, au Trois de
chiffre[1]._

          [Note 1: Cette enseigne de Jean Brunet, qui d'ailleurs est
          un libraire peu connu, mentionné par La Caille seulement
          pour deux ouvrages sans importance parus en 1614 et en
          1631, mérite d'être remarquée. Elle nous est une nouvelle
          preuve que le nom de _chiffre_ étoit spécial aux nombres
          écrits à la manière des Arabes, et servoit à les distinguer
          de ceux qu'on écrivoit en caractères romains. Plus tard,
          ceux-ci furent eux-mêmes appelés _chiffres_. Ce fut un
          contre-sens qui nous conduisit à un pléonasme, puisque
          alors, pour faire la distinction, il fallut dire _chiffres
          arabes_, en ajoutant l'adjectif parasite au substantif
          d'origine orientale, qui suffisoit si bien auparavant.]

M.DC.XXXIII.


Le dix neuf et vingtiesme jour de janvier present mois, il est
arrivé que, par les grandes ravines d'eaux qui seroient tombées de
quelques montagnes dans les rivières de Loire et d'Alliers, auroient
tellement grossi les dites rivières, qu'en moins de quatre heures
elles devinrent un des plus furieux et impectueux torrents que d'aage
d'homme l'on n'aye peu remarquer.

Particulierement la rivière de Loire[2], de qui de tout temps les
impetuositez ont tousjours fait de grands naufrages, pour autant
qu'elle est platte et non profonde; cela cause son excessive
rapidité, et icelle occasionne souventes fois la perte de beaucoup
de biens et de personnes qui naviguent sur la dite rivière.

          [Note 2: En effet, si j'en juge par la nomenclature
          que fait Lemaire, dans son _Histoire d'Orléans_, des
          inondations de la Loire aux derniers siècles, ces sinistres
          étoient encore plus fréquents que de nos jours, et chaque
          fois aussi terribles que ceux dont nous avons vu les
          désastres. De 1527 à 1641, c'est-à-dire dans un intervalle
          d'un peu plus de cent ans, il n'en compte pas moins de
          onze, savoir: au mois de mai 1527, en novembre 1542, en
          mai 1548, en mai 1567, en 1572, en 1586, en 1588, en 1608,
          puis encore en mai 1628 (c'étoit le mois fatal), une
          inondation qui mit en danger de sa personne le cardinal
          de Richelieu revenant par eau du siége de la Rochelle (V.
          le _Mercure françois_ à cette date); enfin une dernière
          en janvier 1641; et toutes, je le répète, avoient les
          plus désastreuses proportions: les levées crevées, le val
          submergé, etc. Lemaire, qui ne s'occupe que de l'Orléanois,
          ne mentionne pas l'inondation dont les ravages font le
          sujet de la pièce que nous reproduisons. Ils avoient été
          circonscrits, à ce qu'il paroît, dans les pays de la
          Haute-Loire, où ces sinistres étoient plus multipliés
          encore que dans les contrées d'aval.]

Ces deux eaux, mutuellement assistées et jointes, ont tellement bondy
furieusement, qu'en moins de quatre heures, comme dit est, leur
estendue a esté en d'aucuns endroits d'une lieue et demie et plus, où
elles ont perdu et noyé nombre de villages et maisons de noblesse,
ce qui n'a esté sans la perte d'un grand nombre de personnes, chose
desplorable à raconter.

A plusieurs les effects miraculeux de la bonté de Dieu ont esté
manifestez en ces effroyables perils; j'en specifieray quelques uns
des plus admirables (et tous veritables) pour donner quelque chose
aux curieux.

Entre autres, en un hameau (demie lieue de la rivière d'Ailiers[3]),
paroisse de Sainct-George, un pauvre père de famille avoit sept
enfans, lequel, bien empesché à se resoudre en tel danger, pensoit
au salut de ses biens; mais, comme le torrent multiplioit sur luy,
laissant ce soucy pour pourvoir au salut de sa famille, abandonna
ses biens à la mercy de ce ravisseur impitoyable. Or, l'affection
particulière qu'il portoit à l'un des dits enfans le rendit plus
soigneux en ce danger de celuy-là, et, taschant de luy prester
secours, fut repoussé par l'eau, qui l'avoit tellement avancé que
tous ses efforts furent vains, ayant affaire pour soy de telle sorte
qu'il fut contraint d'abandonner à ce désespoir ses biens et ses
pauvres enfans et gaigner hativement le toict de sa maison, où il
eschapa miraculeusement.

          [Note 3: Les inondations de l'Allier ont toujours été
          plus fréquentes encore que celles de la Loire, mais aussi
          moins désastreuses, par la raison que les eaux de l'Allier
          ne charrient pas du sable comme la Loire, mais une terre
          légère, qui, bien loin de stériliser le sol, s'y attache,
          dit Expilly, et l'engraisse. C'est ce qu'on appelle
          _chambonnage_ dans le pays. La Loire, dans ses débordements
          simples, porte aussi avec elle cette vase fécondante
          qu'on nomme _lage_ ou _laye_ dans l'Orléanois. «En 1588,
          dit Lemaire, Loire deborda, dont les vins furent nommés
          _layeux_ à la vendange.»]

Un gentil-homme se promenoit un matin parmy ses heritages, et,
jettant sa veue sur une colline, avisa un torrent d'eau qui
descouloit d'icelle dans la rivière proche, qui se grossit en un
instant, s'arresta tout estonné de voir chose si estrange pour estre
survenu en un instant.

Les maisons, collines, vallées, bois, prairies, terres et semblables
objets de sa remarque journalière, ne paroissoient plus. Telle
nouveauté luy faisoit dementir ses yeux; enfin, s'arrestant plutost
au sens qu'à son imagination, se retira hastivement et à pas
redoublez au logis, advertit sa femme du danger qui les menaçoit de
près, et mit toute sa famille en devoir de charger ce qu'un chacun
pourroit porter, afin de sauver quelque partie de ses biens.

Mais cet ennemy debridé ne leur donna pas ce relasche; il fut
plustost à la porte que leurs paquets ne furent troussez; ils furent
contraints de quitter ce soucy pour pourveoir à leur sauver. Les
fardeaux et les charges servirent à aucuns pour estre soustenus
quelque temps sur l'eau et prolonger leur naufrage.

Ce gentil-homme, sa femme et ses enfans accoururent diligemment
au plus haut estage du logis, se perchans sur deux solives, tous
esperdus, et, ayant abandonné leurs sens à la frayeur, commençoient à
mourir à l'aspect de la mort.

Ce pauvre père de famille, en telle perplexité, s'avisa d'une
bougette[4] où estoient les papiers des acquisitions de ses biens,
et, avec grand hazard de sa vie, l'alla querir et la lia fermement
à l'une des dites solives, à celle fin (disoit-il) que, quoy qu'il
arrivast de soy et de ses biens, l'eau venant à se vuider, il eust le
moyen de rentrer en paisible possession de ses biens, si la fortune
luy reservoit sa dite bougette.

          [Note 4: Petite _poche_, _pochette_. On sait que les
          Anglois en ont fait leur mot _budget_, qui n'eut pas
          d'abord un autre sens. Ils nous l'ont renvoyé avec
          l'acception politique qu'ils lui avoient donnée dans
          le Parlement, et en l'accueillant nous avons cru faire
          l'hospitalité à un étranger. Il est vrai qu'avec son
          nouveau sens et la forme nouvelle que lui avoit donnée la
          prononciation anglaise il étoit devenu bien méconnoissable.
          Bien peu de gens comprennent que l'expression _ouverture
          du budget_, qui revient tous les ans dans les discussions
          parlementaires, signifie simplement ouverture de la
          _bougette_, de la _poche_. C'est, en effet, le moment où
          celle du contribuable s'ouvre pour se vider, celle du
          gouvernement pour s'emplir. On lit à ce sujet un très
          curieux et très piquant article dans le _Mercure_, floréal
          an IX, p. 280.]

Au milieu de ce triste confort, la rivière, roidissant plus fort,
renversa de fond en comble la dite maison, tellement que qui n'avoit
peu gaigner le dessus mourut doublement, accablé et noyé.

Ce fut un piteux et lamentable depart du mary d'avec sa femme, et
tous deux d'avec leurs enfans. Ce pauvre gentil-homme affligé, ayant
par fortune attrapé un arbre qui avoit esté deraciné par la vehemence
du vent et du rude courant des eaux, monta dessus, et fut porté
en ceste sorte la longueur de trois cars de lieux, et fut conduit
miraculeusement à la rive d'une coline, où il mit pied à terre,
grimpant en hault, d'où il descouvrit la sanglante tragedie qui se
passoit devant ses yeux, sur sa femme, ses enfans et sa famille,
contribuant de l'eau et des larmes en abondance au torrent où ils
estoient miserablement suffoquez.

Quantité de personnes de divers aages, qualitez et sexe, ont estez
peris en ces deluges et furieuses tempestes des vents, et plusieurs
autres ont eschappez par des façons estranges et admirables.

Entr'autres l'on rapporte d'un homme et d'une femme, près de la
ville de Nevers, voyant l'augmentation des eaux proches d'eux, et
n'ayant lieu pour leur sauver (ayant esté surpris), furent contrains
de monter sur un arbre, n'ayant devant les yeux que l'horreur d'une
mort affreuse, apperceurent de loing une cuve, large et spacieuse,
laquelle s'adressoit à eux et vint finallement (comme conduite
par la Providence divine) s'arrester au pied du dit arbre. Eux,
reconnoissant les graces infinies que Dieu leur faisoit, après l'en
avoir remercié, s'embarquèrent en icelle, laquelle incontinent reprit
le fil de l'eau, et furent par ce moyen rendus à bon port.

A quatre lieues au deçà de Rouane, sur la dite rivière de Loyre, fut
pris un petit enfant aagé environ de quatre ans, tout nu en chemise,
sur un rameau qui le portoit, avec un poussin dans le sein. Il est à
présumer que la chaleur de ce petit animal ayda beaucoup ce pauvre
enfant abandonné à la rigueur d'un tel froid.

Un habitant de la ville de Sancerre, estant surpris de ceste
tempeste, se retira de sur un arbre avec sa femme et un laquais qui
se dit estre de la ville de Troye en Champagne. Cet habitant, ayant
peu d'asseurance en cet arbre, s'hazarda à la nage d'aller querir un
bateau qui flotoit sur l'eau. Lors le pauvre garçon, ayant son seul
et dernier recours en Dieu, s'adressant à sa maistresse (qui estoit
de la religion pretendue reformée[5]): Or, priez maintenant Dieu, luy
dit-il, à vostre mode et en quelle langue que vous voudrez; je le
priray à la mienne. Et commença à faire le signe de la croix et prier
à la façon de l'Eglise catholique. Son maistre cependant arrive avec
le bateau, par le moyen duquel ils furent sauvez miraculeusement.
Reconnoissant avoir receu un si grand benefice de Dieu, ont abjuré
l'heresie de Calvin, et se sont convertis avec toute leur famille à
la religion catholique, apostolique et romaine.

          [Note 5: On sait que tous ces parages étoient peuplés de
          calvinistes fervents. Le terrible siége de Sancerre, en
          1574, l'a suffisamment prouvé.]

Plusieurs maisons ont estez entièrement sappées de leurs fondemens,
et comme vaisseaux alloient demy noyez, flottant sur les vagues; les
meubles et les provisions de plusieurs bourgs et villages ont estez
miserablement ravis et entraisnez par l'eau, avec grand nombre de
troupeaux de brebis et boeufs, qui, estant trop pesans à la nage,
s'arestèrent au fond, où plusieurs hommes, femmes et enfans, sont
demeurez ensevelis.

Ainsi quantité de semblables tragicomedies ont restées representées
dans ces inondations. Le recit en seroit de trop longue haleine;
ceux-cy pourront suffire pour tirer consequence des autres et faire
voir quelque ressentiment des jugemens de Dieu, et donner à entendre
qu'il est couroucé contre nous. Qu'ils suffisent donc aussi pour
rendre les hommes plus soigneux à destourner son ire[6].

          [Note 6: On ne s'occupa même pas alors de détourner la
          colère du fléau. Il fallut encore quatre inondations, celle
          de 1641, qui rompit les levées, et où l'on vit la Loire
          se réunir au Loiret, comme cela étoit arrivé le 28 mai
          1567; celles de 1649 et de 1651, dont souffrirent surtout
          les vallées de l'Anjou, pour qu'on s'ingéniât enfin de
          prendre des mesures. Le 24 mai 1651 fut rendu un arrêt du
          conseil pour le rétablissement des turcies et levées de la
          Basse-Loire (_Ordonnances de Louis XIV_, t. III, fol. 320).
          Cent ans après seulement nous trouvons ces levées en bon
          état, depuis Angers jusqu'à Nevers, et aussi sur tout le
          cours de l'Allier jusqu'à Vichy. V. _Traité de la police_,
          t. IV, liv. VI, tit. 13, ch. 5.]



_Le Feu royal, faict par le sieur Jumeau, arquebusier ordinaire de Sa
Majesté[7]. Présenté au Roy._

_A Paris, par Nicolas Callemont, demeurant à la rue Quiquetonne[8].
1618._

          [Note 7: On ne distinguoit pas alors les _arquebusiers_
          des _artificiers_, et M. de Paulmy nous en donne ainsi
          la raison: «On appeloit, dit-il, les arquebusiers
          _artificiers_, non qu'ils fissent et vendissent de la
          poudre, mais parceque toutes les armes à feu qu'ils
          fabriquoient étoient appelées du mot général _artifice_.»
          (_Mélanges tirés d'une grande Bibliothèque_, Hh.,
          p. 5.) La vente de la poudre, et surtout celle de
          pièces d'_artifices_, furent toutefois un monopole des
          artificiers, qui s'étoient pourvus _de provisions de la
          cour_, et qui par là avoient le droit, comme ici le sieur
          Jumeau, de prendre le titre d'_artificier du roi_. On leur
          accordoit ce titre, «avec faculté de faire saisir par le
          bailli de l'Arsenal toutes espèces d'artifices qui se
          trouveroient chez les merciers et autres particuliers qui
          s'ingéreroient d'en faire et d'en vendre». (_Guide des
          corps des marchands_, 1766, in-12, p. 160.) En outre de ces
          artificiers du roi, il y avoit celui de l'Hôtel-de-Ville,
          qui étoit aux gages de la ville de Paris, avec lettres
          «qui étoient marques de sa charge». Il devoit, dans les
          occasions de réjouissance, faire tous les _feux_ de la
          ville, tels que, par exemple, le feu de la Saint-Jean, que
          le roi devoit venir allumer lui-même. Louis XIII alluma
          celui de 1620.]

          [Note 8: C'est ainsi qu'on appeloit alors et qu'on auroit
          toujours dû nommer la rue Tiquetonne, puisqu'en effet elle
          eut pour parrain, au XIVe siècle, le riche boulanger Rogier
          Quiquetonne.]

_Avec privilège du Roy._


Entre les lapidères, la pierre la plus précieuse estimée est le
diamant, l'oeuvre n'en rehaussant nullement l'excellence, mais
seullement celuy qui a plus de pois et d'eclat a plus de pris: de
mesme est-il des hommes, qui semblent que la nature les ayent
formés en mesme moulle; mais l'esprit seullement leur donne le pois
et le pris, et particullièrement ceux qui ont recherché l'invention
des feux d'artifices, invention estimée par toutes les nations
du monde, puisque aux choses memorables et aux actions les plus
celebres, c'est l'ame des passetemps et le plaisir le plus estimé,
puisque c'est celuy de nostre roy[9]. Aussi en ce jour heureux de
Sainct-Cosme, pour lequel cest artifice avoit esté destiné et differé
en consideration du voyage de Sa Majesté, où il s'agist de la
commune resjouissance des François pour l'heureuse naissance de Louys
le Juste, nostre roy invincible[10], où il s'est veu des effaits
admirables du feu, que jadis celuy qui brusla ce que Alcide eust de
mortel ne le peut esgaller, ny celuy dont Prometée anima ses statues
ne fut jamais si glorieux.

          [Note 9: Les feux d'artifice étoient en effet fort à la
          mode alors. On se les permettoit même dans les couvents
          lorsqu'il s'agissoit de cérémonies un peu importantes,
          telles que canonisations de saints ou de saintes. Les fêtes
          de la canonisation de sainte Thérèse furent pour les carmes
          l'occasion de réjouissances de cette espèce. V. notre édit.
          des _Caquets de l'Accouchée_, p. 48-49, note, et Dreux du
          Radier, _Récréations historiques_, t. 2, p. 183.]

          [Note 10: Louis XIII étoit né le 29 septembre, jour de
          Saint-Côme.--Le feu d'artifice du sieur Jumeau, préparé
          pour célébrer l'heureux événement de la paix survenue
          entre le roi et les princes après l'assassinat du maréchal
          d'Ancre, avoit été ajourné jusqu'à l'anniversaire de la
          naissance de Louis XIII par suite des voyages du roi à
          Rouen et dans le centre de la France.]

En la première action il s'est veu cent fusées produire et nous
monstrer diverses sortes de feu et de figures portées en l'air par
des inventions admirables et qui n'ont jamais esté veues[11].

          [Note 11: Pendant tout ce règne et le suivant, ces
          inventions se perfectionnèrent encore. Lors de la naissance
          de Louis XIV, il y eut, par exemple, des feux d'artifice
          qui éclipsèrent tout ce qu'on avoit vu jusque alors.
          «Les jésuites, outre près de mille flambeaux dont ils
          tapissèrent leurs murs les 5 et 6, firent, le 7 dudit
          mois de septembre, un ingénieux feu d'artifice dans leurs
          cours, qu'un dauphin alluma entre plus de deux mille autres
          lumières qui éclairoient un ballet et comedie, sur le mesme
          sujet, representés par leurs escoliers.» (_Cérémonial
          françois_, t. 2, p. 214.)--C'est un nommé Carême qui, à la
          fin du XVIIe siècle, excelloit dans ce genre de merveilles
          pyrotechniques. «Carême, lit-on dans le _Livre commode des
          adresses_, au chapitre des _Passe-temps et menus plaisirs_,
          se rend célèbre par les feux d'artifice figurés, coloriés.»]

En la seconde action il s'est veu six geans, representant six
nations en circonference, combatre les uns contre les autres au
milieu de la rivière de Seine[12], qui avoient une perpétuelle action
et un mouvement continuel, sans que l'on peust recoignoistre qui les
faisoit mouvoir, au milieu de laquelle circonferance il y avoit un
rocher eslevé d'une toise et demie de hauteur, sur lequel estoit un
aigle d'une excessive grandeur, et Jupiter posé dessus, tenant son
foudre à la main, qui lança sur les geans qui vouloient saper son
trosne, lequel foudre il jetta sur eux et les reduit au neant.

          [Note 12: Les feux d'artifice étoient tirés, au XVIIe
          siècle, soit sur des bateaux en pleine Seine, comme celui
          dont l'ambassadeur d'Espagne donna le spectacle aux
          Parisiens en 1722, à l'occasion de l'arrivée de l'infante,
          et qui fut disposé avec beaucoup d'art entre le Pont-Royal
          et le Pont-Neuf (V. _Journal de Marais_, Rev. rétrosp., 30
          nov. 1836, p. 182), soit sur la Pont-Neuf même. C'est là
          que fut tiré celui des fêtes de la naissance de Louis XIV,
          qui inspira ces vers de Saint-Amant:

                         Au milieu du Pont-Neuf,
                         Près du cheval de bronze,
                         Depuis huit jusqu'à neuf,
                         Depuis dix jusqu'à onze,
               On fit un si grand feu qu'on eut grand'peine
                         De sauver la Samaritaine
                         Et d'empêcher de brûler la Seine.

          Voy. aussi le _Journal de Barbier_, t. 2, p. 138, 241,
          304.--Sous Louis XIII, les particuliers qui vouloient se
          donner ce divertissement se rendoient dans l'île Notre-Dame
          (île Saint-Louis), à peu près inhabitée, et y tiraient
          leurs feux d'artifice. Une fusée lancée de là par un jeune
          garçon, pendant les fêtes de la Saint-Jean de cette même
          année 1618, tomba sur un bateau du port au Foin, qui prit
          feu, et qui, s'en allant à la dérive, incendiant les autres
          bateaux, faillit embraser le pont. (_Mercure françois_,
          1618, p. 25.)]

Par la circonferance est representé le royaume de France, qui
est tousjours demeuré ferme au milieu des ondes, bien qu'il aye
esté battu, et quasi comme abbattu d'une infinité d'orages et de
mouvemens divers que les siècles passés luy ont fait voir. Le
mouvement continuel, c'est la sagesse et la raison qui balancent
continuellement dans l'esprit de ceste Antipater de nostre Philippe
François, que je puis nommer le premier cercle de ceste sphère
et la première horloge dont le contre-poids tend tousjours au
bien du public, que l'on peut dire avoir autant de faveur que son
merite est eslevé entre les hommes; la vertu duquel l'on ne peut
mettre en sa juste exaltation, car, si les souhets des sujets de
Sa Majesté avoient lieu aux choses mortelles, je lui souhetterois
de l'immortalité et luy donnerois toutes les louanges que les
siècles que nous avons passé attribuent à l'integrité, au service
et à la fidellité deue à son prince. Le rocher qui est au milieu
de la circonferance, c'est la ville de Paris, ce miracle du monde,
laquelle, encore qu'elle aye esté agitée et sa sainture aye esté
veue de l'estranger, est tousjours demeurée ferme comme un rocher en
l'obeissance de Sa Majesté.

L'aigle qui estent ainsi les ailes, c'est cet auguste parlement, ce
nid de science qui protège, sous l'authorité du roy, le public et le
particulier. Par Jupiter, qui est sur l'aigle assis, est representé
Louys le Juste, nostre roy, qui, tout ardant de combattre comme un
Cesar, tout redouté en son combat comme Henry le Grand, ayant le fer
et le foudre en la main, le lance sur les nations qui le voudroient
empescher de porter son espée sur les confins de l'univers, où nous
luy verrons naistre les palmes dedans les mains et le laurier seindre
son front glorieux.

En la troisième action il s'est veu sur un batteau sur lequel
estoient des niches remplies de personnages et bordé de fleurs de lis
coronnées d'une excessive grandeur avec L. L. d'or assises en des
croissans soustenus par des septres, le tout semé de lances à feu qui
rendent une clarté admirable, au milieu duquel estoit une piramide
fort bien eslabourée et esmailée de toutes sortes de couleurs, aux
angles de laquelle estoient quatre vazes dans lesquels estoient posez
des bouquets de fleurs d'Italie representés au naturel, et à la
pointe de laquelle estoit un soleil de huit pieds de diamètre, dont
les rayons esbloissoient les yeux des assistans qui estoient accourus
de toutes pars pour voir les merveilles de cet artifice. Le roy et
la cour ayant veu ce soleil faire son cours en un quart d'heure,
incontinent l'on entendit milles tonnerres retentir par le bruit des
canons, qui sembloit que la machine du ciel devoit dissoudre.

Par ce pié d'estal[13] nous est figuré une cadrature qui est la mesme
fermeté et asseurance, qui nous represante la paix, precieux gaige
que le roy nous a donné, que nous ne pouvons plus dire que nostre
bonne fortune soit chancellante, mais maintenant qu'elle est assise
sur un ferme et durable fondement, durant laquelle voyons espanouir
les fleurs de lis, non en l'orient ny au midy, mais au couchant de la
journée, que nous pourrons dire estre animez de l'ardeur du soleil
qui les regarde par une puissance extraordinaire.

          [Note 13: _Piédestal_ ne s'écrivit d'abord pas autrement.]

Les personnages qui sont autour du piedestal representent la Force
dont la Justice doit estre aydée, car depuis qu'elle est armée de
puissance elle presse les passions violantes de l'ame du celerat qui
a pour objet la punition qui le retient, et le bon à la vertu, qui
l'engaige à bien faire. Les L. L. qui sont assises en des croissans
representent le nom de Louys le Juste, que son peuple comble de
benedictions, afin que, croissant en aage, en justice, pieté,
clemence et en toutes autres sortes de vertus, nous puissions vivre
en esperance que la France reverra encore le siècle doré. La piramide
assise au milieu de la cadrature nous represente la Justice, qui est
un des fondemens principaux du bastiment d'un Estat, justice qui
vient du ciel divinement s'espandre sur la personne des roys; comme
nous voyons l'humeur se puiser dedans l'eau, la chaleur venir du
feu, la solidité du corps naistre de la terre et l'esprit se tirer
de l'air, de mesme nous pouvons dire la justice venir de Dieu sur
les roys, qui la renvoyent par reflection, comme les sources font
leurs ruisseaux, dessus leurs peuples pour leur en faire user une
plus tranquille et plus assurée. Aussi la justice est-elle la fin
de la loy, la loy l'oeuvre du prince, et le prince l'image de Dieu.
Les quatre vases qui sont au pied de la piramide representent les
quatre cas dont la Justice est animée, qui sont le commandement, la
deffence, la permission et la punition, car la fin de la loi gist à
commander, deffendre, permettre et punir. Cela estant inviolablement
gardé fera que nous verrons le bouton et la fleur de la justice
rendre les quatre coins du royaume tout odorans. En la pointe de la
piramide est un soleil brillant qui porte le nom de ce grand roy,
qui nous represente la Religion, qui est la première colonne, le
principal apuy des royaumes, et le pivot qui donne le mouvement à
ceste miraculeuse machine qui brille continuellement sur la justice,
sur les lys et en la paix, et particulièrement au siècle où nous
sommes, où nous voyons Sa Majesté estre le premier et principal
protecteur, de sorte que nous pouvons dire que c'est un Cesar
conquerant, un Auguste pacificateur de son Estat et un Constantin
restaurateur de son Eglise.

En la quatriesme action, il s'est veu cent partemens de fusées
enrichir le ciel d'un million d'estoilles, diverses sortes d'autres
feux que l'on a veu serpenter dedans l'air et dedans l'eau[14]. L'on
a veu des commettes non decendre du ciel, mais sortir de terre pour
aller dans les cieux y porter les voeux et les prières de tous les
sujets de Sa Majesté pour perpetuer les jours à la durée d'un siècle
de ce grand roy, borner son royaume des confins de l'univers et le
rendre le plus heureux monarque qui aye jamais veu le soleil.

          [Note 14: Ceci nous fait souvenir du feu d'artifice du
          _Menteur_ (acte 1er, sc. 5), qui, selon la mode du temps,
          auroit aussi été tiré sur la rivière:

               Après qu'on eut mangé, mille et mille fusées
               S'élançant dans les airs, ou droites ou croisées,
               Firent un nouveau jour, d'où tant de serpenteaux
               D'un déluge de flamme attaquèrent les eaux,
               Qu'on crut que, pour leur faire une plus rude guerre,
               Tout l'élément du feu tombait du ciel en terre.]



_Memoire veritable du prix excessif des vivres de la Rochelle pendant
le siège._

_Envoyé à la Royne mère._

_A Paris, par Nicolas Callemont, demeurant rue Quiquetonne._

M.DC.XXVIII[15].

          [Note 15: Cette pièce, très rare, a été analysée dans
          une relation du siége de la Rochelle reproduite, d'après
          l'édition du temps, par les _Archives curieuses_, 2e série,
          t. 3, p. 111-113.--Un autre _Mémoire_ sur le même sujet
          parut alors sous le titre de _Mémoire très particulier
          de la despence qui a esté faicte dans la ville de la
          Rochelle, avec le prix et qualité des viandes qui ont
          esté excessivement vendues en ladite ville, depuis le
          commencement du mois d'octobre jusqu'à sa réduction_. _A
          Paris, chez Charles Hulpeau, sur le pont Sainct-Michel,
          à l'Ancre double, et à sa boutique dans la grand salle
          du Palais, 1638, avec permission_; in-8. Il existe entre
          les deux pièces, pour quelques détails de l'étrange tarif
          qu'elles donnent l'une et l'autre, des différences que nous
          signalerons au passage.]


Depuis qu'une fois les hommes se retirent du sentier de la raison,
non seulement ils se rangent au nombre des brutes, mais s'abaissent
encore en un degré beaucoup plus bas: car, si les animaux
iraisonnables souffrent quelquefois, ce n'est que par quelque
accident, pour lequel eviter la nature leur a desnié la prevoyance;
et les humains, qui prevoyent leur malheur et cognoissent bien le
goufre dans lequel leurs violentes passions les vont precipiter, ne
laissent pas de les suivre avec le mesme visage que si elles alloient
les faire participant des honneurs d'un celèbre triomphe.

L'obstination des Rochelois donne assez de lumière à ceste verité,
qui, soubs pretexte de mettre tous ceux de sa suitte en liberté, en a
privez un bon nombre de la vie et fait abismer leurs ames aux creux
des enfers, où elles sont reduictes en une horrible et perpetuelle
servitude.

Elle a changé en un neant leur souveraineté pretendue, et, cependant
qu'ils s'amusoient à forger de la monnoye[16], ils ne consideroient
pas que ceste furie marquoit leurs ames à son coing pour les rendre
là-bas de meilleur alloy et en faire un payement aux diables,
desquels elle avoit emprunté les artificieuses inventions avec
lesquelles elle avoit tant pris de peine pour les perdre.

          [Note 16: Ceci prouveroit que les Rochellois fabriquèrent
          une monnoie ayant cours dans leur ville pendant le siége,
          comme cela s'est très souvent pratiqué. Les pièces en sont,
          à ce qu'il paroît, devenues très rares, car Tobiesen Duby
          et M. Cartier ne les mentionnent pas dans leurs curieux
          travaux sur les _Monnoies obsidionales et de nécessité_.]

Ainsi ceux qui mettoient l'esperance de leur conservation au ciel,
à la mer et à la terre, ont trouvé que la terre, la mer et les cieux
ont esté les propres ministres de sa ruyne, et que, lors qu'ils
presumoient de faire estimer leurs courages affamez de gloire, leurs
corps furent tellement affamez de vivres que le plus grand nombre a
esté contrainct de succomber soubs les efforts de la necessité, et
l'autre reduict à les achepter au prix dont le memoire suivant faict
mention:

  Un biscuit de demy-livre, 25 livres.
  La livre de boeuf, ou vache, 12 livres.
  La livre de cheval, 6 livres.
  La livre de chien, 20 sols.
  La teste de chien, 10 livres.
  Un oeuf, 8 livres.
  La pinte de vin, mesure de la ville[17], 7 livres.
  La livre de peau de boeuf apprestée, 3 livres[18].
  Une poulle, 24 livres.
  Un mouton, 300 livres.
  Une vache, 2,000 livres.
  La livre de sucre, 24 livres.
  La livre de castonnade[19], 16 livres.
  Une mourue, 10 livres.
  Une seiche, 6 livres.
  La livre de confiture commune, 16 livres.
  La livre de peau de boeuf seiche, 20 sols.
  Une racine de poirée, 8 sols.
  Deux feuilles de choux, 5 sols[20].
  Un oignon, 10 sols.
  Une trippe de boeuf, 3 livres.
  Une trippe de cheval, 20 sols.
  Une pomme, 32 sols[21].
  La pinte de lait, 3 livres[22].
  Le boisseau de bled, mesure de la Rochelle, 800 livres.
  La huictiesme partie du boisseau de bled, avec le sang de pigeon,
                                                            90 livres.
  Le boisseau de vaisse, 100 livres.
  La livre de viande d'asne, 32 sols.
  Un pasté d'une ruelle de boeuf, 100 livres.
  Un collet de mouton, 27 livres.
  La livre de lart, 12 livres.
  L'once de pain ordinaire, 32 sols.
  L'once de pain de paille fait avec sucre, 22 sols.
  Un reffort, 5 sols[23].
  La livre de raisins frais, 18 livres.
  La livre de beurre, 18 livres.
  La livre d'huille, 18 livres.
  L'once de pain d'iris, avec sucre, 24 sols.[24]

          [Note 17: Dans le _Mémoire très particulier_ la pinte de
          vin n'est portée qu'à 3 livres, mais sans doute d'après la
          mesure de Paris, qui alors eût été moindre que celle de la
          Rochelle.]

          [Note 18: Dans le _Mémoire très particulier_ la livre de
          peau de boeuf est portée à 7 livres, encore ne dit-on pas,
          comme ici, qu'elle fût _apprêtée_.]

          [Note 19: On disoit alors indifféremment _cassonnade_
          ou _castonnade_, et les deux mots passoient pour aussi
          françois l'un que l'autre. Ménage même préféroit
          le dernier, mais il manquoit en cela à ses devoirs
          d'étymologiste, puisqu'en effet, le mot venant des _casses_
          ou _caisses_, dans lesquelles ce sucre brut venoit du
          Brésil, c'est bien certainement _cassonnade_ qu'il
          faut dire. L'auteur des _Bagolins_, comédie imprimée à
          Amsterdam, en avoit déjà décidé ainsi en 1703. Bagolin,
          l'amant ridicule, faisant une déclaration à sa maîtresse,
          lui adresse ces vers:

               Beau miel très savoureux, que doit lescher mon ame,
               Doux beure qui se va tout foudre par ma flamme,
               Luisant sucre candy, _cassonnade_ d'amour,
               Cresme de la beauté, tarte sortant du four,
               Regardez un amant qui devient confiture.]

          [Note 20: Article porté à 10 sols dans le _Mémoire très
          particulier_.]

          [Note 21: 30 sols seulement d'après l'autre _Mémoire_.]

          [Note 22: _Var._: 4 livres.]

          [Note 23: On ne trouve pas dans le _Mémoire très
          particulier_ le prix du raifort, mais, en échange, celui
          d'une rave, 8 sols.]

          [Note 24: On ne trouve pas ici le détail de tout ce qu'on
          mangeoit à la Rochelle pendant le siége: les chats et
          les rats entroient dans le menu, et les puissants parmi
          les assiégés, voire M. de Rohan et sa mère, devoient se
          contenter de ce régal. On le sait par les _Mémoires_
          de Feuquières. Ceux de Pontis donnent d'autres détails
          plus navrants. Ils parlent, entre autres, d'un hôtelier
          qui «pendant huit jours s'étoit tiré du sang et l'avoit
          fricassé pour en nourrir son pauvre enfant».]



_La grande proprieté des bottes sans cheval en tout temps,
nouvellement descouverte, avec leurs appartenances, dans le grand
magasin des esprits curieux._

       *       *       *       *       *

SUBJECT DU PRESENT DISCOURS.

  Je ne crains point d'avoir mon bas crotté,
  Car en tout temps sans cheval suis botté.
  Ce noble estat m'espargne argent et page,
  Laquais, cheval, foin, avoine et fourrage.

       *       *       *       *       *

_A Paris, chez Nicolas Alexandre, rue des Mathurins._

M.DC.XVI.


O bella cosa! disoit dernierement un ramoneur lombard voyant la
merveille des bottes. Disons donc: Ho! messieurs, venez voir, venez
voir, et tost donc! Voicy l'invention des inventions, voire la plus
belle chose qui se puisse trouver au ratelier du grand chosier. Or
escoutez donc, car vous verrez et orrez merveilles. Je souppois
dernierement avec le bon père Crito (je m'enten bien); il estoit
aussi un peu philosophe, et venoit tout estonné de faire la ronde
autour de l'esquadre des fols, et, pour m'assurer de son dire, me
jura sur son court et large coutelas qu'il n'estoit plus si fol qu'il
souloit estre au temps du philosophe Menippus, qui portoit tousjours
le pacquet de sa folie sur luy, soit qu'il allast aux champs ou qu'il
fust de sejour en la ville. Revenant donc, dit-il, de ce beau pays
des fols, il dit qu'il eut beaucoup de peine à retrouver le chemin,
car l'air inferieur en estoit tout obscurcy, et ne sçavoit lequel
regarder, tant il y en avoit; entre autres il vit la nouvelle façon
des bottes sans chevaux et en fut tout estonné, veu que ce n'est la
coustume en France d'avoir des bottes s'il n'y a cheval en l'escurie.
Mais il s'advisa et dit en soy-mesme: Peut estre, helas! que je me
suis fourvoyé et que je suis en l'autre monde. Et, cherchant de
tous costez, s'asseura, cognoissant qu'il estoit à Paris, et sceut
par un savetier au coin d'une rue[25] l'occasion de tant de bottes
sans chevaux; et, beuvans ensemble, ledit savetier (salva reverentia
vestra) luy dit: Monsieur, vous qui venez de loin, n'avez-vous point
appris par ouyr dire pourquoy vous voyez tant de gens bottez? Il y
a icy, je me doute, de la ruse et de la finesse cachée.--Je vous le
diray, puisqu'il vous plaist me faire cest honneur que bevions icy
particulierement au fond de ceste cave: personne ne nous orra. C'est
(mais à vos graces cependant) qu'un certain quidam, gentil-homme sans
nom, botté et espronné comme un cocq, mais sans cheval, est arrivé en
ceste ville n'y a pas long-temps, et, feignant estre quelque grand
entrepreneur, promit à plusieurs un secret pour paroistre galand
homme et contre-faire le courtisan. O! que cela plaist à plusieurs
aujourd'huy, qui demandent à ces pauvres col-porteurs: Et bien! mon
maistre, y a-il rien de nouveau? Qu'est-ce que tu as là dans ta bale?
N'est-ce que cela de nouveau? Et disant cela n'oublient une autre
nouvelle façon de se curer les dents; mais, helas! les miserables
n'ont encor desjeuné, quoy qu'il soit trois heures après midy, faute
d'un sol pour demy-septier et deux liards de pain, et ils demandent
de la nouveauté. C'est bien raison, puis que Moustafa porte des
bottes, cheminans superbement les mains sur les costez comme pots à
anses, dedaignans moustachiquement tout ce qu'ils rencontrent. Leurs
foudroyantes espées peuplent presque tous les cimetiers de corps,
lesquels, après avoir esté tuez de tels gens, ne laissent de se bien
porter par après[26], et qui pis est, de leur regard louchant soubs
un branlant pennache de demy-quart d'escu[27], ils font presques
fremir Juppin, qui est sur le point, ce leur semble, de leur cedder
son foudre et son aigle pour avoir paix avec eux, nonobstant qu'ils
ne facent peur qu'aux limaçons[28], mousches et sauterelles. Je
m'assure que, si le plaisant Lucian les rencontrait, il s'en riroit
demesurement, et par pitié leur donneroit de ses roses, pour d'asnes
(comme il fut autrefois) les faire devenir hommes[29], afin qu'estans
deschargez du fardeau de folie, ils peussent passer la barque de
Charon et aller hors de nostre sphoere danser aux champs Elisiens.
Mais, à propos de bottes[30] (nous en dirons ce qu'il faut sur
la fin), nostre Crito dit avoir ouy une grande plainte: c'est que
les chapeliers sont tout estonnez non seulement de tant de bottes
nouvelles, mais aussi des nouveaux chappeaux pour accompagner les
dites bottes dans plus de la moitié de la Savaterie, et disent
qu'en cela ils perdent l'escrime et le meilleur de leur latin, quoy
qu'il n'y en ait guères: car en la fabrique des chappeaux l'un les
veut pointus en pyramides, à la façon d'un pain de sucre[31], qui
dansent en cheminant sur la perruque acheptée au Palais, garnie
de sa moustache[32] à queue de rat derrière l'oreille; autres les
veulent plats façon de chasse, ou à la cordelière, retroussez d'un
costé en façon de mauvais garçon, avec un morceau de plume verte,
jaulne, rouge, grise ou autrement, et voilà le galand; autres en
veulent en façon de turban levantin ou moscovite, ronds et peu de
bords[33], pour dire: Je ne suis plus Francé. C'est comme on parle
maintenant[34]. Je veux une nouvelle façon. Et quoy! ne paroistray-je
pas botté, espronné, moustaché et guirlandé? Si feray dea! C'est
la verité, Monsieur; vous estes brave comme cela, et si paroissez
autrement, vous vous pourriez bien hardiment dire descheu du point
d'honneur et n'oseriez vous trouver au lendit de Sainct-Denys[35].
Une autre nouveauté, c'est les habits de certaines damoiselles
imprimées nouvellement qui sont habillées à la suisse, faisant
boufer hors des manches le taffetas, comme les brayettes d'iceux
Suisses[36], où il y a du nez, quoy qu'on en die; mais elles gastent
toute la bigarure avec leurs fausses perruques, saulpoudrées de
poudre de Cypre[37] (c'est discrettement fait), à sçavoir pour
corrompre une plus mauvaise odeur cachée dessouz, et _pro causa_[38].
Je les entends desjà, ce me semble, car elles ont bon caquet:
«Nostre-Dame, ma mie, ma commère, qu'est cecy? de quoy se mesle-on?
qu'a-on affaire de nos menues folies?» Patience, damoiselettes,
attendez, _et non fumetis_, ayez patience. Elles portent encore (Ha!
maistre Crito, vous direz tout à la fin) le teton bondissant[39] et
relevé par engins au dehors, pour donner appetit et passetemps aux
alterez. Ainsi marchoit Thaïs de Corinthe, Flora, Romaine, et autres
femmes lascives; et, suivant cela, on dit que bon vin n'a besoin de
bouchon[40].

          [Note 25: Chaque coin de rue avoit alors son savetier,
          qui étoit le grand causeur, le grand gabeur, le gazetier
          de tout le voisinage. On connoît cette jolie épigramme de
          d'Aceilly:

               Le savetier de notre coin
               Rit, chante et boit sans aucun soin.
               Nulle affaire ne l'importune.
               Pourvu qu'il ait un cuir entier,
               Il se moque de la fortune
               Et se rit de tout le quartier.]

          [Note 26: C'est à peu près le vers du _Menteur_:

               Les gens que vous tuez se portent assez bien.]

          [Note 27: Le luxe des panaches étoit une des grandes
          dépenses des courtisans. Une plume d'un demi-quart d'écu
          étoit du dernier misérable. Le Mascarille des _Précieuses_
          (scène 10) se vante que chaque brin des siennes lui coûte
          un louis d'or.--Les panaches se portaient surtout à
          l'armée, ce qui fait dire par du Lorens, dans une de ses
          _Satyres_, 1624, in-8, p. 60:

               Si la guerre n'étoit un moyen de voler,
               Sans ailes ni sans _plume_ on n'y voudrait aller.]

          [Note 28: Comme les Espagnols, grands mangeurs d'escargots
          et d'oignons, et que toutes les caricatures du temps nous
          représentent largement pourvus de ces denrées. V. _Musée de
          la Caricature_, premières livraisons.]

          [Note 29: On connoît ce passage de la _Luciade_ où Lucius,
          changé en âne, retrouve sa forme humaine après avoir mangé
          une couronne de roses. V. la traduction de P. L. Courier,
          _Oeuvres_, édit. du _Panthéon littéraire_, p. 135.]

          [Note 30: On n'est pas bien d'accord sur l'origine de
          cette locution proverbiale. Il se pourroit qu'elle vînt
          de l'anecdote dont nous avons déjà parlé (t. 5, p. 186),
          et qui nous montre François Ier se décidant tout à coup
          à substituer la langue françoise à la langue latine dans
          les tribunaux, parce-qu'un seigneur que la cour avoit
          _debouté_ (debotaverat) avoit cru être _débotté_ par elle.
          Cette importante mesure auroit, en effet, été prise ainsi
          _à propos de bottes_. M. Quitard pense cependant que cette
          expression est plus ancienne. Il dit l'avoir retrouvée
          dans un livre antérieur au règne de François Ier, avec une
          note marginale qui en attribuoit l'origine aux exactions
          que les Anglois, maîtres de la France, commettoient contre
          les paysans, jusque là qu'ils prélevoient de fortes dîmes
          et de grosses sommes pour leurs souliers et leurs bottes.
          (Quitard, _Dictionnaire des Proverbes_, p. 163-164.)]

          [Note 31: C'est ce que G. Naudé, dans le _Mascurat_, in-4,
          p. 187, appelle des chapeaux en pot à beurre.]

          [Note 32: Sur ces _moustaches_ ou cheveux tombant sur les
          côtés de la perruque, V. le t. 3, p. 243.--Celles qu'on
          appeloit _cadenettes_ devoient leur nom à l'un des frères
          de Luynes, Honoré d'Albert, seigneur de _Cadenet_. Ménage
          nous l'avoit appris depuis long-temps; les _Historiettes_
          de Tallemant nous l'ont confirmé. V. édit. P. Paris, t. 1,
          p. 399.]

          [Note 33: Sur ces diverses formes de chapeaux, voir _le
          Satyrique de cour_, dans notre t. 3, p. 245.]

          [Note 34: C'étoit la prononciation à la mode, due à
          l'imitation de l'accent efféminé des Italiens. «On n'ose
          plus, dit Henry Estienne dans son _Dialogue du nouveau
          langage françois italianizé_, Paris, 1579, on n'ose plus
          écrire _françois_, _françoise_, sous peine d'être appelé
          pédant.» Courval Sonnet, qui avoit vu les progrès de cette
          mauvaise prononciation, et qui la trouvoit tout à fait
          triomphante sous Louis XIII, à l'époque même où parut la
          pièce que nous reproduisons, s'en explique ainsi dans une
          de ses _satyres_:

               Bref, que dirai-je plus? Il faut dire il _allèt,
               Je crès, françès, anglès, il disèt, il parlèt_.

          C'est donc inutilement que les doctes, Pasquier en tête,
          avoient proscrit cet accent exotique. «Le courtisan aux
          mots douillets, écrivoit-il dans sa quatrième lettre à
          Ramus, nous couchera de ces paroles: «_reyne_ (au lieu de
          _royne_), _allèt_, _tenèt_, _menèt_ ... Ni vous, ni moi,
          je m'asseure, ne prononcerons, et moins encore écrirons,
          ces mots de _reyne_, _allèt_, _menèt_.» V. _Lettres de
          Pasquier_, in-fol., t. 2, p. 46, 57-58.]

          [Note 35: On sait que le _landit_ étoit la foire qui se
          tenoit à Saint-Denis dans la dernière quinzaine de juin.]

          [Note 36: V. _le Satyrique de cour_, dans notre t. 3, p.
          248, note.]

          [Note 37: Cette poudre, dont nous avons déjà parlé, t. 3,
          p. 253, note, resta long-temps en faveur pour la toilette
          des hommes comme pour celle des femmes, surtout pour les
          perruques:

               Le matin y met de l'ambre,
               De la pommade, de l'iris,
               _Des poudres du nom de Cypris_,
               Qui s'attachent à la pommade.

               _Vers à la Fronde sur la mode des hommes, présentés
               aux curieux du temps..._, 1650, in-4.

          «Diane, lit-on dans le _Francion_, édit. de 1663, p. 267,
          se plaignit à sa servante de ce qu'il y avoit eu quelque
          gueux qui avoit fait de l'ordure dedans son banc. Ce fut
          cela qui l'en fit sortir; mais la poudre de Cypre dont
          vous étiez couvert vous empescha de sentir une si mauvaise
          odeur.»]

          [Note 38: Ce qui donne raison à ce joli distique de Martial
          dans l'une de ses épigrammes (liv. 2, épigr. 12):

               Hoc mihi suspectum est, quod oles bene, Posthume, semper.
                   Posthume, non bene olet, qui bene semper olet.]

          [Note 39: V. notre t. 3, p, 257-258.]

          [Note 40: C'est, comme on sait, le vieux proverbe latin
          qui se trouve dans les _Mimes_ de Publius Syrus: _Vino
          vendibili hedera non opus est._]

Mais j'ay pensé oublier le principal: c'est que, pour porter
proprement telles bottes, il faut s'accoustumer à dire: _chouse_,
_je venés_, _je disés_, _j'estés_, _Anglés_, _Francés_, et autre
tel barraguin estranger; et qui n'a ceste pièce en sa valise, qu'il
se garde bien pour son honneur de porter des bottes de cordonnier,
soit de la savaterie, car elles sont aujourd'huy cause d'un grand
bruit, d'autant que les maistres cordonniers sont sur le point de
se bien galer avec les savetiers, car il n'y a qu'eux qui vendent
des bottes frippées à un quart d'escu ou vingt sols. Ils veulent
aussi aux ferronniers de la vallée de Misère[41] pour les vieux
esperons. Autre grand debat s'est esmeu entre les maquinons, vendeurs
de chevaux, avec les sus dits savetiers, car ils veulent sçavoir,
quoy qu'il en soit, d'où ils ont tant de bottes, et eux ne vendent
point de chevaux, et asseurent en leurs articles qu'il y a de la
tromperie, veu qu'il ne peut avoir tant de bottes sans chevaux[42].
Mais l'affaire n'a point esté si aigre, car les savetiers ont
représenté (descouvrant le secret du sus dit gentil-homme sans nom)
que les grandes boues de Paris estoient cause de telle confusion
de bottes[43], et qu'un homme a plus tost trouvé vingt sols pour
une paire de bottes que vingt escus pour un meschant cheval, joint
qu'elles sont propres du tout pour espargner souliers, bas de
chausses, se garder des crottes et espargner le foin et l'avoine
pour un cheval; et, qui plus est, un homme botté et esperonné
est estimé, peu s'en faut, gentil-homme, et a plus de credit à
la rotisserie et au tripot, attendant les foins nouveaux[44].
Ces considerations diligemment et meurement pesées, burelées et
justifiées, les commoditez des bottes recognues si grandes, qui
sera si hardy d'en oser medire? Voyons-nous pas qu'elles servent
en tout temps pour aller à pied sans cheval? Y a-il rien de plus
gentil et mirlifique que voir un homme perruqué, escharpé, botté et
esperonné? Est-ce pas un traict d'espargne provenant d'un bon esprit?
Le pauvre Platon fut estimé fol autrefois parce qu'il descendit de
cheval aussi tost qu'il y fut monté. Il me semble d'en avoir ouy
la cause, et ay ouy dire que ce fut parcequ'il se recogneut estre
sans bottes. Ainsi, par consequent, je concluds, soit en baroco[45],
padesmo ou autrement, comme on le trouvera meilleur, qu'un homme est
tousjours plus asseuré des chiens avec des bottes qu'avec un bas de
toile, principalement quand les esperons y tiennent, et qu'il ne
doit pour son honneur aller à cheval sans bottes. Ainsi se trouve
verifiée ceste generale et merveilleuse prediction du grand Artus,
au large bonnet flocqué[46], qui vivoit du temps de son grand frère
Desiré[47], bon homme des Entomures[48], souz le pilier verd des
gras fromages, aux hasles, qui a predit qu'au temps que les grues
pondroient en l'air on verroit de très grandes merveilles, à sçavoir
des chevaux en pourpoint et des hommes bottez sans mule. Finalement,
pour eviter à toutes questions, noises, frais et debats, a esté d'un
mutuel accord et consentement conclud, clos et arresté entre tous
les autres estats qui y pourroient ou voudroient pretendre quelque
interest, et les sus dits savetiers, tant des hasles, savaterie,
rue de la Poterie et ailleurs, tous ès lieux de leur fripperie,
assemblez à la Table Roland[49], et partout où le vin a esté trouvé
le meilleur, que les dits savetiers n'achepteront ny vendront
desormais, tant en gros qu'en detail, aucunes bottes, tant crottées
qu'autrement, si le cheval, mulet ou asne à selle ne les cautionne
duement et suffisamment; mais il est apparent et notoire qu'il n'y
a point de cheval à l'estable faute d'avoine, de foin et d'argent,
qui est le pis, ergo gluc, etc. Les bottes sans cheval sont fessées,
biffées et annulées, et remises ès pieds et jambes de ceux qui auront
le moyen de les entretenir avec leurs despendances, et ce soubs ceste
moderation:

  Vade pede quando copia deficit equi.
  Je vay botté en attendant un cheval.

Je vous conseille donc, bonnes gens bottez sans cheval, laissez ces
bottes aux seigneurs et gentils-hommes qui ont moyen d'avoir des
chevaux. Cela vous eschaufe trop les jambes et vous empesche. Aussi
n'avez-vous accoustumé d'en porter, comme n'estant vostre estat. Je
vous assure qu'on se mocquera de vous, et ce que je voy arriver de
pis, c'est qu'il les faudra à la fin vendre à mespris pour payer voz
gistes, car les hostesses de Paris n'ont que faire de bottes: elles
veulent d'argent. Adieu; soyez sages.

          [Note 41: C'est aujourd'hui le quai de la Mégisserie. Aux
          derniers siècles, on lui donnoit aussi le nom de quai de
          la _Ferraille_, qu'il devoit aux ferronniers dont il est
          ici question. Vers la fin du règne de Louis XV, ils en
          furent éloignés en vertu d'une ordonnance de police que le
          chevalier de Piis formuloit ainsi, avec une richesse de
          rimes sans égale:

               Enjoignons aux vieux ferailleurs
               De vendre leur vieux fer ailleurs.]

          [Note 42: «N'est-ce pas, dit Hortensius, faisant, au
          liv. 10 du _Francion_, «l'oraison démonstrative» des
          bottes, n'est-ce pas grand avantage, si l'on veut aller
          se promener, que de paroistre chevalier, estant seulement
          botté, encore que l'on n'ait point de cheval, d'autant
          que ceux qui vous voient s'imaginent qu'un laquais tient
          vostre monture plus loin? Aussi un estranger s'estonnoit-il
          un jour où il pouvoit croistre en France assez de foin
          et d'avoine pour nourrir les chevaux de tant d'hommes
          qu'il voyoit bottez à Paris; mais l'on le guerit de son
          ignorance, luy remontrant que les chevaux de ceux qu'il
          avoit veus ne coustoient guère à entretenir.»]

          [Note 43: «Car, dit encore l'Hortensius du _Francion_,
          il n'y a rien de plus commode pour espargner les bas de
          soye, à qui les crottes font une guerre continuelle,
          principalement dedans Paris, qui, à cause de sa boue, fut
          appelé Lutèce. N'y a-t-il pas un adage qui dit que verolle
          de Rouen et crotte de Paris ne s'en vont jamais qu'avec la
          pièce?» C'est en effet l'abondance continuelle des boues
          dans Paris qui avoit amené cet usage des bottes, devenu si
          général. «Ceux d'entre nous, dit le commissaire La Mare,
          qui ont vu le commencement du règne de Sa Majesté (Louis
          XIV), se souviennent encore que les rues de Paris étoient
          si remplies de fange que la nécessité avoit introduit
          l'usage de ne sortir qu'en bottes.» (_Traité de la police_,
          t. 1, p. 560.)]

          [Note 44: «C'est, dit encore l'Hortensius de _Francion_
          dans sa fameuse oraison _à propos de bottes_, c'est une
          nécessité aux braves hommes d'en porter s'ils veulent
          paroistre ce qu'ils sont, et à beaucoup d'autres s'ils
          veulent paroistre ce qu'ils ne sont pas. Si l'on est vêtu
          de noir, l'on vous prend pour un bourgeois; si l'on est
          vêtu de couleur, l'on vous prend pour un joueur de violon
          ou pour un bateleur, spécialement si l'on a un bas de soye
          de couleur différente; mais arrière ces opinions quand l'on
          a des bottes, qui enrichissent toutes sortes de vêtements!»]

          [Note 45: Dans l'école, le quatrième mode de syllogisme de
          la seconde figure s'appeloit syllogisme en _barôco_, et
          il méritoit à tous égards d'être l'origine de notre mot
          _baroque_.]

          [Note 46: C'est-à-dire avec des _flocques_ ou des
          _houppes_.]

          [Note 47: Artus Désiré, cet étrange écrivain, ce
          pamphlétaire du catholicisme, qui devança par ses virulents
          libelles les sermons des prédicateurs de la Ligue. Si
          les quelques détails qu'on donne ici sur lui sont vrais,
          ce sont à peu près les seuls que l'on ait sur sa vie. V.
          l'abbé d'Artigny, _Mémoires_, t. 2, p. 49.]

          [Note 48: C'est-à-dire bon aux coups de poings, aux rudes
          horions, comme le frère Jean de Rabelais.]

          [Note 49: Ce cabaret, dont nous avons déjà parlé, t. 1,
          p. 195, se trouvoit près le Châtelet. V. _les Visions
          admirables du pèlerin du Parnasse_, et l'analyse curieuse
          que Nodier a faite de ce livre, _Bullet. du Biblioph._,
          août 1835, p. 10.]



_Les etrennes de Herpinot[50], presentées aux dames de Paris, desdiez
aux amateurs de la vertu, par C. D. P.[51], comedien françois._

_A Paris, jouxte la copie imprimée à Rouen, chez Michel Talbot,
imprimeur, demourant rue du Gril._

1618. In-8.

          [Note 50: Ce Herpinot étoit un joueur de farces qui avoit
          son échafaud aux halles, vers la pointe Saint-Eustache,
          comme Jean de Pont-Alais avoit eu le sien avant lui. Ses
          farces étoient au gros sel et de _haulte gresse_, comme
          on en pourra juger par cette pièce, écrite sous son nom,
          ce qui n'empêchoit pas que, par ironie ou par antiphrase,
          on n'appelât Herpinot le _Caton des halles_. V. Leber,
          _Recherches d'un homme grave sur un farceur_, p. 13-14, et
          le _Catalogue de la Bibliotheque_, nº 2623.]

          [Note 51: Ces initiales ne cachent-elles pas le nom d'un
          certain de La Porte, comédien de Bourges, qui écrivoit
          alors des pièces du genre de celle-ci, et même des pasquils
          satiriques. L'Estoille (édit. Champollion, t. 2, p. 448) en
          cite un de lui contre les jésuites que M. du Puy lui avoit
          recommandé, et dont il donne ainsi le titre: _Prologue de
          La Porte_, comédien de Bourges. Il le trouva _mal basti_ et
          _gauffé_, c'est-à-dire écrit dans ce _gof_ parisien, dans
          ce langage des halles que Catherine de Médicis aimoit tant
          et parloit si bien, selon le _Scaligerana_, et que plus
          d'une phrase de cette pièce reproduit dans toute sa pureté.
          Ce de La Porte, comédien, d'après quelques détails contenus
          dans ce qui va suivre, auroit joué aux halles sous le nom
          d'Adenot, et y auroit précédé Herpinot, pour lequel il
          écrit ici. Ces étrennes même pourroient bien n'être qu'une
          adresse du prédécesseur recommandant son successeur à ses
          pratiques.]


Mes dames, voicy un don incomparable, produit de la bienveillance de
vostre très intime et fidelle Herpinot, premier joueur de cornemuse,
sorty du tige d'Apolon et de Pan, grand aumonier de ce qu'il trouve
et baron de nul lieu, et gouverneur de son vent soufflé du plus
profond de ses grègues, entonné au bout d'une pièce de bois percé, et
fait entendre en ce premier jour d'année en vostre faveur, en vous
donnant le meilleur timbre de son harmonie et le meilleur plat de son
mestier, pour et à celle fin de vous faire mourir de rire et vous
donner autant de contentement comme il a eu à etudier ce ballet qu'il
vous garde pour vos estrennes, qui est sur le chant:

  Gaudinette, je vous aime tant[52],

air fort nouveau et amoureux, lequel vous promet vous faire entendre
se par cas il se trouve disposé à vous venir trouver, et que la
gelée n'empesche son entreprise, car il désire vous entretenir
jusqu'au carême. Prenant tousjours de quelque chose de nouveau, et
principalement en ce premier jour d'année, il se monstre vaillant de
vous faire paroistre son affection en son petit ouvrage, que vous
recevrez, s'il vous plait, de la main de vostre mignard Herpinot,
avec plusieurs beaux stances et sonnets vouez et desdiez aux pieds
de vos autels, et par ce moyen vous vous apresterez à luy presenter
les siennes de votre part, lesquelles il desire de recevoir avec une
affection toute particulière, et autant sinsaire qu'amiable, comme
il s'apert que ce n'est un homme lequel divulgue jamais l'amitié que
les dames luy portent, et aime mieux leur dire quelques gaillardises
en segret qu'en compagnie, comme, par exemple, par ce discours,
qu'il presente aux dames de Paris pour leurs etrennes secrettement,
comme une trompette qui sonne la retraite, car le sire Herpinot ne
dit chose qu'il ne veuille bien que le curieux sache, parce qu'il
s'en pourra servir en parfaite occurance. Voilà comme Herpinot se
gouverne en ce subtil subjet, et ne croyez pas qu'il ressemble à une
infinité d'amoureux, lesquels passeront cent fois par une porte où
il y aura quelque fille de chambre, laquelle aura servy en chambre
vingt ans pour le moins sans n'avoir nullement fait servir son lit,
mais aura bien fait servir celuy du maistre[53]. A force de jouer
à la faucette, le pauvre amoureux viendra cent fois à la porte pour
tacher de parler à madame la cheville, luy demander s'il luy plaist
de l'avoir pour agreable et l'aimant. Douée d'une infinité de belles
parolles et de discours, de dons et de presens, elle luy fera un beau
refus, se disant fille de bonne maison, et non de bordeau, l'appelant
insolent et indiscret en parolle, tant soit peu touché de la vérité
contre son honneur. Mais le sire Herpinot n'est pas de ceste façon
basty, car il propose en soy-mesme ce qu'il a envie de dire, comme,
par exemple, les Etrennes des dames de Paris, où il dit:

_Sonnet._

    Je vous supplie de recevoir
  Ce present qu'Herpinot vous donne,
  Car son coeur seul vous abandonne,
  Belles, si le voulez avoir.

    Ce n'est rien si ne me voyez
  En ma force, qui est si grande,
  Car je dance la sarabande
  Sur l'entredeux de vos beautez.

    Je joue de ma cornemuse
  Et fais dancer toutes les Muses
  De ma flutte et mon flajolet.

    J'invoque la deesse Flore
  Vous donner, au point de l'aurore,
  Un bouton de rose ou d'oeillet.

          [Note 52: Chanson qui fut alors très célèbre. Il est fait
          allusion à l'héroïne, fille unique et de bonne maison, dans
          ce vers d'une des _satyres_ de du Lorens (1624, in-8, p.
          127):

               Et fût-il fils unique, ainsi que _Godinette_?]

          [Note 53: C'est ce qui arriva justement au dernier siècle
          à la nièce de messire Agnan, curé d'un bourg de Sologne.
          Une poularde, glissée par une main traîtresse entre les
          draps de son lit trop peu fréquenté, et qu'on n'eût pas
          retrouvée dans ce lieu désert si, au bout de huit jours, la
          poularde prudente n'eût elle-même révélé sa présence à tous
          les odorats, trahit tout à coup le secret des nuits de la
          nièce pudibonde. Il y eut à ce propos bien des commérages
          dans la province. Bérenger, censeur royal, en fit un conte
          en vers qui souleva beaucoup de scandale, et qui fut cause
          qu'il perdit sa place, et que le _Journal polyptique_,
          dont le 114e numéro l'avoit publié, fut interdit. (V.
          _Mém. secrets_, 1786, t. 33, p. 267, et 34, p. 11). Ce
          même Bérenger, qui fut professeur de rhétorique au collége
          d'Orléans, et qui mourut en 1822 inspecteur de l'Académie
          de Lyon, a donné, entre autres compilations, le fameux
          recueil _la Morale en action_. Il a oublié d'y réimprimer
          son conte.]

Quel desir pourrois-je, mes dames, souhaiter et demander en mon
coeur, sinon qu'un parfait contentement et accomplissement de vous
servir en tout ce qui me sera possible effectuer pour l'hommage que
je doy rendre à vos commandemens, tant au lict qu'à la table, tant
pour vous contenter que pour le desir de vostre cher amy Herpinot,
lequel vous a tousjours porté en son coeur, comme une espousée a
coustume de porter son cher epoux huict jours après ses nopces,
comme, par exemple, le proverbe nous enseigne qu'il n'y a plus
grand contentement au monde que d'avoir ce que l'on desire. Je croy
que non, pour mon particulier; j'en ay gousté de plusieurs sortes,
mais je n'en ay point treuvé de meilleur, et dirois volontiers
comme ce bon Alluchon, lequel courtise secrettement de sa jeunesse
les lechefrites des plus nettes cuisinières des halles aux doubles
ressorts de leurs serrures, accommodiez au tourne-clés des bons
compagnons, lesquels profére ces mots:

_Sonnet._

    Mes dames, que desirez-vous?
  Voulez-vous que je vous baise
  L'une après l'autre, à mon aise,
  Pour contenter nos amours?

    Je suis d'un coeur fort constant,
  Et constamment je m'appreste
  Au bruict du foudre et tempeste.
  Je ne suis facheux amant.

    Celle-là qui me desire
  Jamais n'aura le martire
  Et vivra joyeusement.

    S'elle est gaillarde et joyeuse,
  Sentant ma flame amoureuse,
  Aura son contentement.

Aussy jamais, mes dames, vous n'avez gousté les delicatesses d'amour,
si vous n'avez esprouvé, savouré, tasté, essayé, gousté, esprouvé,
mangé et cultivé le parfait amour de vostre cher et inthime Herpinot,
lequel il vous faict present à ce premier jour de l'an en bonne
estrenne, et vous dit:

_Sonnet._

    En ce premier jour d'année,
  Que vous donray-je pour present?
  Belle, tenez-vous asseurée
  De vivre tousjours constamment:

    Car, estant avec moy couchée,
  Vous y prendrez vos passetemps,
  Et en ce premier jour d'année
  Nous ferons rehausser le temps.

    Vous vivrez joyeuse et gaillarde,
  Car vous m'aurez pour sauvegarde;
  De peur vous n'aurez ny soupçon.

    Vous aurez la delicatesse
  Qu'Amour promet à sa deesse,
  En neuf mois un bel enfançon.


_Sixain._

    Quand nous serons couchez ensemble,
  N'ayez pas crainte que je tremble;
  Mais la couche bien tremblera.
  Nous ferons, à force d'eschine,
  Branler la chambre et la cuisine;
  Mais le grenier ne tombera.

Ainsy, le sieur Herpinot desire contenter les dames, et ne parle
pas seulement à une, mais en general et particulierement à celles
qui aiment les dances. Dancez et branlez par le branle naturel
d'Herpinot, le plus parfait danceur de ce temps, tant en basse salle
que haute. Il ne craint aucune personne, tant soit-il fort de rains
que garny de force naturelle. Je m'en rapporte à celles qui en ont
tasté et essayé, lesquelles ne s'en plaignent, et disent au contraire
de celles qui se plaignent des instrumens et des joueurs qui
jouent le jour de leurs nopces, refrognant le nez comme rhinoceros
eschauffez et disant: Voilà de beaux gratte-boyaux! voilà de braves
joueurs! Vrayment, Herpinot touche bien mieux les boyaux que cela
et a bien une autre eloquence. C'est dommage que l'espousée n'en
a tasté: jamais ne voudroit d'autre joueur. Oh! que n'est-il icy?
Nous aurions bien du contentement. Je voudrois m'en avoir cousté
cent mille gigos, monnoie de Flandre, payez tous en cars d'escus,
et deussions-nous les emprunter au magasin du grand Turc, à rendre
d'aujourd'huy en un an. Ma foy, nous aurions nostre contentement. Et
par ainsy le sieur Herpinot est honoré des dames pour sa vaillantise
et bonne renommée. Qu'un chacun fasse de mesme, et il aura l'honneur,
comme luy, tant des femmes que des filles.

_Aux Dames._

    Dames de quy la bienveillance
  Honore le pauvre Herpinot,
  Je vous promets sa diligence,
  Ainsy que faisoit Adenot,

    Alors qu'amoureux il estoit
  De la deesse Babillette,
  Quy estoit gaie et godinette,
  Pour la grant amour qu'elle avoit.

    Voyant la grace et le maintien
  De son amoureux si fidelle,
  Ne demandoit point de querelle,
  Mais vouloit voir son entretien.

    La chose quy la reconforte,
  C'est qu'estoit contente à souhait
  De la chosette qu'avoit fait
  Adenot derrière la porte.


_Aux Filles._

  Filles quy desirez avoir la cognoissance
  Du sire Herpinot, vivez en asseurance
  Que, si vous le voyez avec sa gaie humeur,
  Vous ne rougirez pas de honte et de frayeur.
  Mais, entendant le son de sa voix amoureuse,
  Avec le dieu d'Amour vous viverez heureuses;
  Vous chasserez bien loin le chagrin, la tristesse,
  Et vivrez pour jamais d'amour et d'allegresse.



_Harangue de Turlupin le Soufreteux_[54]

M.DC.XV. In-8.

          [Note 54: Ce nom de Turlupin, qui finit par être le
          surnom d'un fameux farceur du XVIIe siècle immortalisé
          par Boileau, avoit d'abord servi à désigner des gens
          d'une toute autre espèce: c'étoient des hérétiques du
          XIVe siècle, dont la religion consistoit à mener par
          les campagnes et par les villes la vie des cyniques
          anciens, en pleine impudence et nudité: _Cynicorum sectam
          suscitantes_, lit-on dans la chronologie de Genebrard, _de
          nuditate pudendorum et de publico coitu_. On les appeloit
          _turlupins_ parcequ'ils n'habitoient que des lieux dignes
          d'être le refuge des loups: _quod ea tantum habitarent
          loca quæ lupis exposita erant_. Ils osèrent venir à Paris
          en 1372 et tâcher de s'y établir. Charles V, selon Robert
          Gaguin et du Tillet, les fit saisir, et on les brûla,
          eux, leurs livres et leurs meubles, près de la porte
          Saint-Honoré, sur le marché aux Pourceaux. Leur secte avoit
          la prétention de s'appeler _la fraternité des pauvres_, et
          c'est à cause d'eux qu'avoit été fait ce proverbe, bien
          justifié par leur nudité: _C'est un enfant de Turlupin,
          malheureux de nature._ Quelquefois, au lieu de Turlupin, on
          disoit _Tureluton_, comme dans le 82e rondeau de Roger de
          Collerye (V. l'excellente édition de M. Ch. d'Héricault, p.
          230):

               Les enfants de Tureluton
               Je suis, malheureux de nature,
               Qui serche sa bonne adventure
               Ainsi qu'un povre valeton, etc.

          Celui qui prend la parole dans cette _harangue_ est bien un
          descendant de la race souffreteuse des Turlupins. Il s'en
          montre digne par ses plaintes, et quelquefois aussi par son
          cynisme.--L'édition de 1615, que nous reproduisons, n'est
          pas la première de cette pièce. Il avoit dû y en avoir une
          autre dans les premiers mois de 1612, alors qu'il étoit
          question des préliminaires du mariage de Louis XIII avec
          Anne d'Autriche. Les détails qu'on rencontrera plus loin en
          sont la preuve.]

       *       *       *       *       *

_Harangue de Turlupin le Soufreteux._

AU ROY.


Au temps que les hommes se mouchoient à la manche, Sire, se trouva
un philosophe, lequel, ayant hasardé toute sa chevance à la mercy de
la mer, comme après de longues attentes il receust les nouvelles
asseurées du naufrage, sans se passionner[55] autrement ny faire le
malade, comme les hommes de ce temps, il se consola de ceste sorte:
_fortuna jubet me expeditius philosophari_. Si un sage peut usurper
les discours d'un fol, et celuy qui par son destin est miserablement
exposé en butte aux rigueurs de la fortune se servir des termes
sortis de la bouche de celuy qui ne se doit plaindre que de sa
sottise, je diray le mesme aujourd'huy: à mesure que la Fortune a
joué de mes restes, elle m'a desantravé de tous les empeschemens qui
m'ostoient le loisir de me venir arraisonner avec Vostre Majesté.
Lors que par faute de prise elle a cessé de me meffaire, elle a
commancé de me permettre de me plaindre, et certes je ne pouvois
plus à propos vous mettre en veue mes disgraces que lors qu'elles
sont arrivées à leur feste. Je voy Vostre Majesté froncer le
sourcil et dire à part soy: N'entendray-je jamais autre chose que
doleances? D'où nous vient ce transi avec sa maigre mine? De quoy
a-il à se plaindre? Qui est-il? qui me l'a emmené icy? Helas! Sire,
donnez-moy un quart d'heure d'audiance, et vous sçaurez le tout.
Je suis Turlupin, fils de Jacques Bonhomme[56], non de celui qui
crioit antan[57] comme les anguilles de Melun[58] et se plaignoit
à tort. Le vray Jacques, qui feust mon père, mourut il y a bonne
pièce de temps; mon ayeul avoit nom Bontemps[59]. Si vous voulez
que je repète plus haut mon origine, je descens en droitte ligne de
l'un des fils de Noé, je ne vous sçaurois dire lequel; j'avois ung
frère qui fust estranglé par ung chat qu'il avala dans une pottée de
laict[60], dont bien luy en prinst: il ne partist pas à jeun de ce
monde. Mon education feust chés mon oncle le curé, frère de ma mère,
qui m'enseigna à lire et escrire, et du latin autant qu'il en peut
suffire pour mourir de faim dans une bonne ville, et se pendist à la
fin de gayeté de coeur l'année des grandes foüasses[61]. L'avoir de
mon père consistoit en une maison, un champ et une vigne, qu'il me
conserva et laissa en mesme estat qu'il l'avoit receu de son père,
mon ayeul. Le bon homme alla de vie à trespas l'an de grace mil cinq
cens quatre-vingts-six, et tomba malade le propre jour qu'il ouyst
publier deux ou trois douzaines de nouveaux edicts. J'estois lors
assez jeune, et toutesfois de tel aage qu'à peu d'années de là je
me sentis les espaules assés fortes pour la voiture d'ung mousquet,
que je portay heureusement soubs la banderolle des catholiques
zelez jusques à l'année quatre-vingts-dix-sept, qui feut celle
mesme de l'enterrement de la saincte union et de mon bonheur tout
ensemble. Dès lors la misère me vint accueillir; je commançay
d'espouser avec le soing de mon mesnage ung chagrin qui ne m'a
depuis quitté. La première attaque que la Fortune me livra feust la
saysie de ma maison pour les tailles accumullées de quatre ou cinq
années, subhastation[62] et adjudication à vil prix à ung frère du
collecteur qui avoit jetté les yeux de concupiscence dessus. Despuis
ce temps-là mes maux allèrent tousjours croissant à veue d'oeil.
J'estois voisin d'ung gentil-homme, lequel pour mon malheur n'estoit
point pensionné, et si croyoit avoir droict et cause de l'estre. Ses
discours n'estoient que reniemans et menaces qu'il s'assigneroit
luy-mesmes sa pension sur tel qui n'y pensoit pas. De faict il ne
tarda guères que je me veis prins au collet par quatre de ses valets,
et mené pieds et poings liez dans son chasteau, où Monsieur me
feist entendre, par la bouche de son palefrenier, qu'ayant receu de
grands et notables dommaiges durant ces derniers troubles, tant en
bestail qu'en une maison qui auroit esté soubslevée par la poudre, il
auroit souvant demandé au roy une pension pour son desdommagement,
qui lui auroit esté refusée, à raison de quoy il se prenoit à moy,
qui avois vendu la terre de laquelle feust faitte la poudre dont
ses ennemys bouleversèrent sa dicte maison. J'euz beau alleguer
toutes les excuses qui pouvoient servir pour ma justification et
protester de tous depens, dommaiges et interests, mon arrest me feut
incontinant prononcé, par lequel on me condamna, pour reparation du
dommage receu par monsieur de Peu de Credit (ainsi s'appelloit le
gentil-homme), ceder au dict seigneur le champ dont avoit esté tirée
la terre pour la confection de la dite poudre, si mieux je n'aymois
estre pendu par les pieds et estouffé de fumée de foing mouillé, sauf
mon recours contre ceux qui auroient fait jouer la saucisse[63].
Mal conseillé que je feus, je feis ce que plusieurs veaux eussent
faict: je prestay obeissance à l'arrest avec moins de raison que le
gentil-homme qui esclaira maugré luy l'audiance de vostre parlement
en plein midy, ce mois de juillet dernier, et permis l'execution
en estre faitte au gré de Monsieur, par deux notaires et quelques
tesmoings qui m'aidèrent à la passation d'un contract de vente du dit
champ, et faction de quittance par moy du prix dont estoit convenu.
Ma mauvaise fortune ne s'arresta pas là: je suis adjourné un lundy
gras après diner, à la requeste du docteur Fripesausse, se plaignant
de ce que le jour precedant moy, Turlupin, estant en masque, aurois
traicté injurieusement sa robe doctoralle et deffait deux plis
d'icelle, pour reparation duquel tort il requeroit que je feusse
condamné à les remettre en tel estat qu'ils estoient auparavant, et
en tous les depens, dommages et interests par luy souffert, et à
souffrir l'impertinence de la requeste; assignation qui me convia
d'honorer de quelques coups de poing le grouin de monsieur le
sergent, qui ne manqua pas d'en charger son exploit; tant procedé
que me voilà condamné par l'ordinaire en je ne sçay combien de livres
d'amende pour la rebellion par moy faicte, et pour le principal à
reparer l'injure et le dommage que le demandeur avoit receu en la
deformation de sa robe par un reagencement des plis, et en tous les
depens de l'instance.

          [Note 55: Sur ce mot, dont l'usage commençoit alors, voir
          notre t. V, p. 328.]

          [Note 56: C'étoit toujours le nom du peuple, consacré même
          par les ordonnances royales. Il en est une de François
          Ier du 23 septembre 1523, publiée dans le _Bulletin
          des sciences historiques_ du baron de Férussac d'après
          l'original conservé aux Archives (t. 16, p. 354-360), par
          laquelle expresse défense est faite aux «avanturiers,
          vagabonds, oiseux, etc., de baptre, mutiler, chasser et
          mettre le BONHOMME hors de sa maison»; car l'on étoit alors
          au temps où, comme dit Des Periers (69e _Nouv._), les
          soudards vivoient sur le _bonhomme_.]

          [Note 57: L'année dernière, _ante annum_. On se rappelle le
          vers de Villon:

               Mais où sont les roses d'antan.]

          [Note 58: L'origine du dicton: _Il crie comme l'anguille de
          Melun, avant qu'on ne l'écorche_, n'est pas bien certaine;
          seulement, l'on n'en est plus à croire qu'il s'agit d'un
          nommé Languille, natif de Melun, etc. Je vous fais grâce
          de l'histoire. Ce qu'il y a de plus probable, c'est qu'il
          ne faut voir là qu'une allusion au _cri_ des marchandes de
          poissons, vendant toutes fraîches, avant de les écorcher,
          les anguilles si renommées de Melun. _Anguille de Melun,
          avant qu'on ne l'écorche!_ crioient-elles de leur plus
          forte voix; et il n'en fallut pas davantage pour que le
          peuple imaginât son dicton. Le _cri_ dont je viens de
          parler se retrouve presque textuellement dans: _le Coq à
          l'asne et chanson sur ce qui s'est passé en France puis la
          mort de Henry de Valois_, _etc._, 1590, in-8:

               .... On oit crier
               Les _anguilles de Melun_,
               Suivant le dire commun,
               _Sans qu'on parle d'escorchier_.]

          [Note 59: C'est Roger Bontemps, vieux type de joyeuseté qui
          existoit bien avant l'époque où l'on a cru le retrouver
          personnifié dans la personne de Roger de Collerye. Il
          figuroit dans les farces et moralités avec un costume
          particulier, comme on en a la preuve par la _Moralité de
          l'homme pécheur_, où il est dit que _Franc-Arbitre_ paroît
          habillé en Roger Bontemps. (_Hist. du Théâtre françois_,
          par les frères Parfait, t. 3, p. 89.) Cet habit sans doute
          étoit _rouge_, la couleur joyeuse par excellence, et c'est
          de là qu'étoit venu probablement, aussi bien que de la
          figure rubiconde du personnage, le surnom de _Rouge_,
          bientôt devenu _Rouger_ ou _Roger_, qu'on avoit donné à
          Bontemps. C'est l'avis de Pasquier (_Recherches de la
          France_, liv. 8, ch. 62), et celui aussi d'Henri Estienne,
          qui dit dans ses _Deux dialogues du nouveau langage
          françois italianizé_, _etc._ (_Dialogue_ 2e, p. 599): «Nous
          appelons volontiers un pourceau, ou un gros pourceau, un
          gros homme qui est de la confrairie de saint Pansard et
          de l'abbaye de _Roger Bon Temps_ ou Rouge Bontemps, comme
          aucuns estiment qu'il faut dire.» Voy. sur ce type une
          curieuse note de M. de Montaiglon, _Anciennes poésies_, t.
          4, p. 122.]

          [Note 60: C'est une vieille plaisanterie d'où pourroit bien
          être restée l'expression: avoir un _chat_ dans la gorge.]

          [Note 61: C'est-à-dire l'année des grands pains.]

          [Note 62: Vente faite par force, _sub hasta_, comme les
          exécutions militaires.]

          [Note 63: Petit sac de toile goudronnée rempli de bonne
          poudre qui servoit d'amorce pour les mines.]

Appel par moy au presidial; sentence par laquelle celle de
l'ordinaire est confirmée en ce qui touche la rebellion, et, pour
le surplus, hors de cours et de procez. Appel par la partie adverse
au parlement de Paris. Cependant je supplieray Vostre Majesté de
remarquer que pour subvenir aux frais de la justice, qui sont
grands, comme vous sçavez, j'ay vendu les trois tiers de ma vigne;
quoy faict, je me suis acheminé grand erre[64] en ceste ville, où,
tandis que mon affaire meurissoit, je n'ay eu que trop de loysir
de me promener, et tomber entre les mains des marchans de chair
humaine, autrement peripateticiens du pont Neuf[65]. Il y aura
tantost trois mois qu'un d'entr'eux, me tirant par la manche, me
porta parole d'amour de la part d'une damoiselle, femme, ainsi qu'il
disoit, à un des archers de vostre corps, sur le coeur de laquelle
j'avois faict rejaillir, sans penser en mal, un traict de mon amour,
urinant au dessous de sa fenestre[66]. La bonne opinion en laquelle,
Dieu graces, j'ai tousjours eu ma personne, m'obligea non seulement
de le croire, mais de m'en imaginer au double de ce qu'il disoit,
et mon bon naturel de luy aller faire promptement exhibition de
ma gentillesse. Pour n'estre importun à Vostre Majesté, je tairay
ce qui se passa de menus entretiens entre nous ceste première
journée et les suivantes: tant y a que je demeuray aussi satisfaict
de ceste cognoissance qu'un escolier balotant à credit, d'autant
que la damoyselle refusa un present de deux pistolles que je luy
voulus faire. Ce calme dura jusques au jour fatal que je trouvay
la suppliante toute esplorée, maugreant le ciel et la terre de son
mauvais destin, qui vouloit qu'à faute de cent escus elle vist
trainer honteusement son frère en galères. Ces lamentations estoient
secondées de celles du mary, lequel adjoustoit qu'il contribueroit
volontiers tous ses moyens, et engageroit jusques à sa casaque pour
rachepter une personne que l'alliance luy avoit rendu si proche. Moy,
qui suis de mon naturel plus sensible aux maux d'autruy qu'aux miens
propres, me laissay toucher à la pitié et promis de faire prester la
somme moyennant que le mary entrast solidairement en obligation. La
condition fust acceptée et les cent escus delivrez par mon procureur,
qui me prestoit le nom. Je n'oubliay pas de stipuler tacitement
avec la demanderesse une rente quotidienne sur ses basses marches
pour l'interest de la somme; et, m'estant retiré pour ce soir sans
coup ferir, il me tarda qu'il ne fust jour pour aller lever mon
usure. Mais, dieux! que devins-je le lendemain, quand, heurtant à
la porte de cest honorable hostel, je feus adverty par les voisins
que la locatairesse à laquelle j'avois affaire avoit demenagé dès
les cinq heures du matin, et que j'eus aprins, de plus, que celuy
qui prenoit qualité d'archer et de mary n'estoit mie ny l'un ny
l'autre, ains un chirurgien ou empyrique qui luy avoit fait suer la
verolle? Ce fust lors qu'il tinst à peu que ma constance ne fist
nauffrage. Toutesfois, je me roidis contre mon affliction, et me
resolus d'atendre de pied ferme l'issue de mon procez. Le pis fust
quand, destitué de toutes sortes de moyens, je me vis en mesme temps
frustré de l'assistance de mon advocat, lequel, imitant la statue
de Memnon, cessoit de chanter à mesure que les beaux escus-sol[67]
commançoient de ne l'animer plus de leurs divins rayons, et que je
tournay mon soing à la solicitation des affaires de mon ventre, qui
s'en alloit desesperé. Ma bource, comme dict est, estoit espuisée
jusques au dernier rouge double. La necessité me suggera une
invention qui fust telle: si mon hotesse estoit rioteuse[68] et mal
gratieuse en mon endroit, à cause de ses vieux ans, j'avois un grand
support et confidence en la chambrière. Cela ne me servist pas de
peu, car, dès le jour que mon argent feust à la lie, je feis marché
avec un honneste marchant, recelateur des meubles et ustensiles qui
estoient dans ma chambre, que je divertissois par après aux heures
les plus favorables, et apportois chez le dit marchant, sous le bon
plaisir de Guillemette. Le premier meuble que je desplaçay fust une
bonne double couverte, qui fust vendue cinquante sols; le tapis de
la table ne fust pas des derniers; le ciel de lict et les rideaux
suivirent après. Mon ventre alloit se repaissant de telles viandes,
prest de contester et rapporter le prix sur celuy de l'autruche[69].
Peu à peu mes boyaux s'endurcirent tellement qu'enfin je me ruay sur
un chandelier de leton; de là je vins aux chenets, qui estoient de
fer; à une poesle de haute graisse, à la paile, aux pincettes; je
reservay pour le dernier mets le pot-de-chambre, qui fust de haut
gout. A peine les gons, serrures et autres ferremens des portes se
preservèrent de mon enragé appetit, tandis je vois ma chambre ne
me fournir plus d'alimans, non plus qu'un os d'esclanche de mouton
rongé par quatre sergens à jeun. Je laisse à deviner, Sire, à ceux
qui se sont trouvez quelquesfois en un tel accessoire, quelles furent
lors mes pensées, et combien estranges les diverses resolutions qui
esbranlèrent ma constance. Le premier advis que ma rage me proposa
fust de m'arracher les dents, depuis la plus grande jusqu'à la plus
petite[70], lequel me passa bien tost de l'entendement, à cause
de l'estrangeté. Il me sembla plus expediant de m'aller lancer la
teste première dans la Seine, ou m'escarbouiller[71] le moulle du
bonnet contre le paroy. Mais ce dessein fust bien tost rebouché
par l'apprehension des cruautez que la justice exerceroit après ma
mort sur mes miserables reliques[72]; et, descendant aux remèdes
plus doux, je pensay s'il ne seroit point meilleur de prendre le
sac et la besace et commencer une vie apostolique; mais aussi tost
je me resouvins des arrests de la court de parlement et de la
Charité[73], que j'avois veu prester quelques jours auparavant par
deux sergens à un mandiant valide qu'ils despouillèrent en pleine
rue jusqu'à la chemise inclusivement. Adonc succeda à cest advis un
autre qui sembloit d'apparence plus salutaire: ce fust d'achepter un
estat de coupeur de bources, voleur de nuict, ou de quelque autre
sorte de larron[74], et cestuy-là me sembla d'autant plus plausible
que de tous les mestiers il n'y en a aucun qui soit aujourd'huy
plus pratiqué en vostre royaume, ny plus impunement. Mais de ceste
resolution fust-il diverty par le quatrain latin qui dict:

  Nec lepus imbellis nec vulpes subdola vitat
    Retia quæ grandis rumpere pergit aper:

  Retia lex tendit miseros captura latrones
      Quæ diti evolvit gratia sacrilego.

          [Note 64: C'est-à-dire _vivement, en droite ligne_. _Erre_,
          d'où est venu le mot _errement_, encore employé dans ce
          sens: suivre les _errements_ de quelqu'un, signifioit
          route, chemin. «Il se sauvoit _belle erre_ sur une jument
          arabesque», dit Montaigne (_Essais_, Paris, 1789, t. 3, p.
          164), et Marot dans sa 7e complainte:

               Salut ne gist au tombeau, ny en terre;
               Le bon chrestien au ciel ira _grant'erre_,
               Fut le sien corps en la rue enterré.]

          [Note 65: Il s'agit ici de ces industriels de toutes sortes
          qui exploitoient les passants sur le Pont-Neuf, et dont
          les plus nombreux, qu'on appeloit _capons_, avoient pour
          industrie d'attirer dans une partie de jeu le premier niais
          qui leur tomboit sous la main, de perdre un peu d'abord
          pour gagner tout ensuite. Nous avons déjà vu une partie de
          ce genre (V. t. 3, p. 273). Le nom de marchands de chair
          humaine qu'on donne ici à ces drôles nous feroit penser
          qu'ils exerçoient aussi déjà le métier de racoleurs, qui,
          au XVIIIe siècle, rendoit le passage du Pont-Neuf et le
          voisinage des _fours_ du quai de la Ferraille si dangereux
          pour les Nicaise de la province. V. le _Tableau de Paris_
          de Mercier, ch. 50, et le _Supplément aux Essais sur
          Paris_, par Saint-Foix neveu, t. 1, p. 170.]

          [Note 66: Nous trouvons dans les _Dames galantes_ de
          Brantôme, _Discours 2_, édit. Garnier, p. 171, l'histoire
          d'une grande dame qui s'enamoura de cette manière «d'un
          grand cordonnier, estrangement proportionné».]

          [Note 67: L'auteur croit ici ce qu'on croyoit de son temps,
          que le nom l'_écu-sol_ venoit non pas _a solido_, mais _a
          sole_, et que cette monnoie étoit la même que les anciens
          écus au soleil de Louis XI et de Charles VIII: c'est une
          erreur. L'_écu-sol_ est le _sol_ d'or, et on l'appeloit
          ainsi à cause du peu de différence qu'il y avoit comme
          poids et comme valeur entre lui et les premiers écus d'or.
          Toutes les constitutions de rente, au XVIe siècle, se
          faisoient encore en _écus sols d'or_. Ils devoient peser
          deux deniers quinze grains. V. le _Tite-Live_ de Vigenère,
          t. 1, p. 1501.]

          [Note 68: _Pointilleuse_, _querelleuse_. Le mot _riotte_
          s'employoit encore couramment au lieu de disputes, débats,
          en plein XVIIe siècle. «Il est vrai, écrit Mme de Sévigné
          à Bussy le 21 avril 1670, qu'il est surprenant de voir
          qu'ayant de l'agrément l'un pour l'autre et un bon fonds,
          il arrive de temps en temps des _riottes_ entre nous deux.»
          Saint-Simon, dans ses notes sur le _Journal de Dangeau_,
          écrit aussi (29 août 1717): «Les _riottes_, les petites
          intrigues, les déplorables galanteries, pour en parler
          modestement, de cette cour de Mme la duchesse de Berry,
          n'ont que trop fait de bruit dans le monde, tant que Dieu
          l'y a laissée.»]

          [Note 69: Il y a ici une allusion très peu claire à la
          réputation qu'ont les autruches de digérer tout ce qu'elles
          ont avalé, fût-ce des cailloux ou du fer.]

          [Note 70: Le poète Bibus, dont les misérables aventures
          sont racontées dans une pièce du _Recueil de pièces en
          prose les plus agréables de ce temps_, _etc._, Ch. de
          Sercy (1661, in-12), en avoit eu le courage. Il avoit vécu
          pendant plusieurs jours de ses dents, arrachées une à une
          par un opérateur du Pont-Neuf.]

          [Note 71: _Ecraser._ «Ez ungs, dit Rabelais (liv. 1, ch.
          27), escarbouilloyt la cervelle, ez aultres rompoyt bras et
          jambes.»]

          [Note 72: Alors, en vertu de l'ancienne coutume, l'on
          confisquoit les biens de ceux qui s'étoient suicidés,
          l'on traînoit leur corps sur la claie et on l'attachoit
          à une fourche. (V. _Somme rurale_, liv. 2, tit. 34; et
          Beaumanoir, _Coutumes du Beauvoisis_, ch. 69.) On lit dans
          _le Compte de recettes et dépenses de la ville d'Arras_,
          année 1498, dont Monteil possédoit le manuscrit, un
          article relatif à une de ces exécutions faites sur le
          cadavre des suicidés: «Au dit Mathieu Leroux, varlet du
          guet..... LVIII solz, VIII deniers, quant Jehan Cabou,
          barbier, se _désespéra_ en la maison de la Rosée de fer,
          et qui feust traîné à la justice et mis à une fourche de
          bois.» Montesquieu, dans la 76e de ses _lettres persanes_,
          s'indigne de ces cruautés, encore en pleine vigueur au
          XVIIIe siècle, contre les suicidés, et qui, écrit-il, «les
          faisoient mourir, pour ainsi dire, une seconde fois.»]

          [Note 73: Il s'agit ici, non pas de l'hôpital de la
          Charité, mais de la maison de la _Charité chrestienne_
          fondée rue de Lourcine, en 1578, par Nicolas Houel, pour
          servir d'asile aux soldats estropiés. Henri III ne prit
          pas seulement sous sa protection cet établissement, qui
          étoit en germe ce que fut plus tard, sous Louis XIV, la
          magnifique fondation des Invalides; il fit de la maison
          du philanthrope Houel le chef-lieu d'un ordre militaire
          dont tout officier ou soldat glorieusement blessé dans les
          armées du roi faisoit de droit partie. Cet ordre avoit pour
          insigne une croix brodée sur le côté gauche du manteau,
          avec ces mots à l'entour, en broderie d'or: «_Pour avoir
          fidellement servy._» Cette fondation de Henri III est de
          1589; Henri IV la confirma par une ordonnance de 1597,
          décidant que, dans la maison de la Charité chrestienne,
          «seroient reçus, pansés et médicamentés (ainsy que les
          pauvres honteux de Paris) les pauvres gentilshommes ou
          soldats blessés pendant les guerres.»--Un passage de la
          satire 11e de Régnier, que personne n'a compris parceque
          tout le monde a voulu voir dans l'hospice de la _Charité_
          qui y est nommé l'hôpital de la rue Jacob, fait ainsi
          allusion à ces Invalides du temps de Henri IV. Le poète
          parle de Macette et de ses compagnes. Or, dit-il,

               Or j'ignore en quel champ d'honneur et de vertu,
               Ou dessoubs quels drapeaux elles ont combattu,
               Si c'estoit mal de sainct ou de fiebvre quartaine;
               Mais je sçais bien qu'il n'est soldat ni capitaine,
               Soit de gens de cheval, ou soit de gens de pié,
               Qui dans la Charité soit plus estropié.

          En 1606, quand la peste visita Paris, c'est dans cette
          maison qu'on voulut transporter les malades; mais elle fut
          trouvée trop petite, et c'est alors que la fondation de
          l'hospice Saint-Louis fut résolue (Piganiol, t. 4, p. 74).
          L'hospice de Nicolas Houel avoit en effet des proportions
          si restreintes qu'en 1611, la population venant à y
          augmenter, on se décida, non pas à l'agrandir, mais à le
          faire évacuer. Toutes les dispositions prises par Henri
          IV furent annulées, et l'on se contenta de distribuer
          aux invalides une somme de 2,400 fr., pour les aider à
          retourner chez eux. Pendant la Fronde, Bicêtre leur avoit
          été donné pour asile. V. Moreau, _Bibliogr. des Mazarin._,
          t. 3, p. 91.--Ce qu'on lit ici donneroit à penser que les
          bâtiments de Houel furent, après leur départ, destinés à
          servir de refuge aux pauvres non valides, et devinrent le
          siége d'une juridiction qui avoit droit de faire saisir par
          ses agents tout mendiant qui vagueroit par les rues.--Il
          existe sur cette maison, et sur sa première destination,
          une très curieuse pièce: _Advertissement et déclaration
          de l'institution de la maison de la Charité chrestienne
          establie ès fauxbourgs Saint-Marcel par l'authorité du roy,
          1578. Ensemble plusieurs sainctes exhortations, par Nic.
          Houel, premier inventeur de la ditte maison et gouverneur
          d'icelle. Paris, P. Chevillot_, 1580, in-8.]

          [Note 74: Sur ces réceptions dans la confrérie des filous,
          V. t. 5, p. 349. Sur la justice que les filous, surtout
          ceux du Port au Foin, exerçoient entre eux contre quiconque
          de la corporation avoit forfait à ses statuts, V. aussi
          L'Estoille, édit. Champollion, t. 2, p. 531, 533.]

Et comme un clou chasse l'autre, je perdis ceste fantasie, ayant veu
pendre au fauxbourg Saint-Germain, à l'entrée de la foire, le tableau
d'un homme sans bras qui prenoit un sol pour se laisser voir[75]. Sa
condition me sembla bien heureuse, et à l'instant me prinst envie de
me faire coupper les bras et les jambes pour participer à un gain
si légitime; mais, pour comble de toute affliction, je ne trouvay
point de chirurgien-barbier qui en voulust prendre la peine, et me
renvoyoient tous au maistre intendant des hautes oeuvres, auquel
m'estant addressé, me respondit qu'il ne l'oseroit entreprendre
sans une ordonnance des medecins de la Tournelle. De là ma pensée
se tourna vers l'hospital des Quinze-Vingts[76], et eusse desiré
n'avoir jamais veu le soleil et pouvoir dire avec ces bien-heureux
aveugles de bien bon coeur après desjeuner les devotes antiennes et
oraisons accommodées à chacun jour de l'an, qui leur valent autant
de doubles tournois. Ceste saincte et louable emulation me porta sur
le point de me crever les deux yeux; et je vous jure, Sire, foy de
chartier, qu'une seule consideration m'en garda, qui fust le desir
de vous accompagner au voyage que vous preparez pour la reception
de vostre maistresse. Non, dis-je lors, m'arraisonnant moy-mesme;
prends courage, Turlupin: le ciel reserve une meilleure fortune à
ta vertu; arme-toy de patience pour quelques jours: un chien trouve
bien sa vie! En tout cas, l'Hostel-Dieu ou la galère ne te sçauroit
manquer, et qui sçait si quelque folle de ceste cour, te voyant si
detraict et descharné, ne sera bien aise de recouvrer un tel valet
que toy pour luy secouer ses hauts-de-chausses en deffaut de ceux qui
ne le veulent faire à moins d'une enseigne de diamans[77]. Donne-toy
bien de garde de deffaire ainsi mal à propos ce bel ouvrage de
nature que les autres estiment si cher, et le pleurent avec de si
veritables larmes l'ayant perdu; conserve soigneusement ces agreables
lumières que tu devrois souhaiter avoir aussi clairvoyantes et
dreues que les eust jamais le concierge d'lo, pour les employer à la
contemplation des merveilles qui sont aprestées au jour de ce grand
convoy, de ce celèbre hymenée[78]. Alors, si parmy une si generale
resjouissance ton mauvais destin ne te donne trefves, il te sera
loisible ou d'executer quelqu'un de tes premiers desseins, ou de
passer les monts Pyrennées pour aller gaigner quelques reales du jour
au lendemain à la conduite de ces affetées, pied-plates, constipées
Castillanes.

          [Note 75: Montaigne dit avoir vu un phénomène de cette
          espèce. «Je viens de veoir chez moi, dit-il (_Essais_,
          liv. 1, ch. 12), un petit homme natif de Nantes, nay sans
          bras, qui a si bien façonné ses pieds au service que luy
          debvoient les mains, qu'ils en ont, à la vérité, à demy
          oublié leur service naturel.» L'Estoille l'avoit vu à Paris
          en février 1586. Il en parle sous cette date dans son
          _Journal_.]

          [Note 76: Sur ces aveugles, qui, bien qu'hébergés dans une
          maison royale, mendioient tout le jour par les rues de
          Paris, V. notre édit. des _Caquets de l'Accouchée_, p. 199.]

          [Note 77: V., sur ce qu'on appeloit _enseignes de
          pierreries_, une note de notre t. 2, p. 90.]

          [Note 78: V., plus haut, notre première note.--Les
          fiançailles du roi, représenté à Madrid par le duc
          d'Usséda, furent célébrées le 18 octobre 1612. Louis XIII
          n'alla pas chercher Anne d'Autriche jusqu'aux Pyrénées,
          comme il paroît qu'on en avoit d'abord eu le projet; il
          s'arrêta à Bordeaux, où la jeune reine fit son entrée
          solennelle le 29 novembre.]

Voilà sommairement, Sire, sur quoy j'en suis. Or ay-je jugé à
propos, avant tout oeuvre, de venir offrir à Vostre Majesté la
continuation de mon très humble service et obeyssance et ma très
fidelle compagnie en un si long voyage, et, après la descharge de
ces devoirs, vous exposer l'histoire de mes maux, afin que, par
la pitié que vous en aurez et le remède que vous y apporterez de
vos graces, je voye adjouster mon parfaict et entier contentement
à ceste publique allegresse. Je ne suis pas icy, Sire, pour vous
demander le don de quelque evesché en recompense de la bonne, loyalle
et passionnée affection que j'ay à vostre service; aussi bien me
fait on entendre qu'elles ne sont plus que pour des gens de delà
les monts[79] (combien que ces paroles ne sortent que de quelques
bouches effrenées et gouvernées par une malicieuse et detestable
envie, qui les fera enfin crever de despit). Quoy qu'il en soit,
je ne demande point, je ne souhaite pas non plus d'estre couché
sur l'estat et d'estre enrollé aux pensionnaires: ma vertu, qui
n'est point mercenaire, et ma naturelle bonté, qui n'aspire qu'à
des choses justes, me le deffend; et, quand j'aurois tellement
franchi les bornes de la modestie et du devoir que d'en mandier le
brevet, je suis très asseuré que j'en serois esconduit. Si puis-je
dire avec verité que tel a aujourd'huy plus d'escus de pension que
son père n'avoit de sols vaillant, qui ne l'a pas mieux merité que
moy. Je ne me laisse pas emporter à des desirs si deraisonnables;
encores moins vous demanderay-je une notable somme, au moyen de
laquelle il me feust aysé de bondir de ce bourbier de misère où je
suis bien avant plongé, ou, pour mieux dire, enfoncé. Vos finances
sont assez espuisées sans qu'il soit besoin de les divertir à ces
liberalitez; ceste royale vertu de beneficence[80] sera de raison
en quelque autre siècle. Je ne suis pas abillé en homme qui se
presente pour impetrer de Vostre Majesté la creation et octroy d'un
nouvel office. Pleust à Dieu eussiez-vous mis au billon[81] et
refondu tous ceux qui sont en vostre royaume! Si vous agreez que je
parle un peu librement et donne la bonde à la bonne foy à ce qui me
reste sur l'ame, vous sçaurez que j'ay encores un oncle, aagé de
quatre-vingt-dix-sept ans un mois et quelques jours, qui fust par
son père, mon ayeul, institué heritier par egalles portions avec mon
deffunct père. Il luy reste autant de bien que mon dit père m'en
avoit transmis. J'ay ceste obligation à sa brayette, qui n'a jamais
recogneu autres loix que celles de la nature, ny voulu avoir rien à
demesler qu'en public, par crainte de cocuage ou autrement, qu'elle
ne l'a point fait père d'aucuns enfants legitimes. Le bon homme m'a
souvent protesté que ses veues ne s'estendoient point sur un heritier
estranger; qu'au contraire il partiroit très contant de ce monde de
m'avoir fidellement rendu ce qu'il avoit si long-temps avec tant de
soin gardé en depost; il adjoustoit, pour un supresme tesmoignage
de la bonne volonté qu'il avoit pour moy: Je t'en souhaitte, mon
nepveu, la possession plus tranquille et aysée que je ne l'ay eue
avec tout le bon mesnage que j'y ay sceu apporter, et le siècle
auquel tu me survivras moins remply de malice, de corruption et de
confusion que celuy-cy. Or, Sire, c'est maintenant à moy d'assembler
en consultation tout ce qu'il y a dans mon cerveau de bon sens et
de raison pour deliberer si, mon oncle decedant en ceste volonté,
je dois recueillir sa succession ou la donner en proye au premier
occupant, ne plus ne moins que les despouilles d'un pestiferé: car,
pour ne mentir point, s'il me falloit estre exposé à tant d'accidans
qui m'ont traversé par le passé, j'y renonce très volontiers. Or ne
voy je rien qui m'en puisse exempter, les choses demeurant en mesme
etat. J'aymeray tousjours à faire chère lie, n'estraissir mon ventre
ny faire trefves de machoires ou du poignet au gré des collecteurs,
fermiers ou commissaires; cependant les tailles, les subsides, les
gabelles, n'iront point diminuant. J'auray tousjours ung gentilhomme
non appointé pour voisin, et les pensions des autres ne seront point
cassées. Je ne me pourray garder de frotter ma laine avec quelque
chicanoux, et cependant l'exercice de la justice ne recevra point
d'amendement. L'affaire vaut bien le consulter: on a beau se dire
heritier par benefice d'inventaire, toutes successions, en quelle
qualité qu'on les accepte, sont fort onereuses à des gens de nostre
sorte. C'est vendre son repos à trop vil prix, avoir trente années
de moleste et de chagrin pour trois mois de paisible jouissance. Je
declare d'ores et desjà que je ne pretens rien à telles hoiries, se
on ne m'invite au contraire par un aneantissement des inconvenians
susdits et establissement d'un nouvel ordre à l'advenir. J'entens
quelcun gromelant autour de Vostre Majesté et marmotant entre les
dents: Vrayment, c'est bien turlupiné! il nous la donne là belle!
Il y va sans doute de l'interest du roy ou du public à l'adition
ou repudiation de l'heredité deferée à ce delicat! Je demande à ce
veau, quel qu'il soit, qu'est-ce qu'il dira quand tous les laboureurs
du plat païs, les vignerons, les beurières et autres bourgeois des
champs, poussez d'un pareil desespoir, abandonneront la culture de
leurs terres pour se faire vendeurs de triacle[82], joueurs de
gobelets, tireurs de cors, ou de quelque autre profession privilegiée
et exempte de tailles?

          [Note 79: Les Italiens à la dévotion du marquis d'Ancre,
          qui occupoient alors tous les emplois.]

          [Note 80: Le mot _bienfaisance_ n'étoit pas encore fait.
          Balzac le créa, mais l'abbé de Saint-Pierre, qui fit sa
          fortune, passe pour l'avoir trouvé.]

          [Note 81: C'est-à-dire _mis au rebut_, comme on faisoit des
          pièces d'argent démonétisées. C'étoit une locution très
          en usage. Quand, sous ce même règne, on fit une première
          recherche de la noblesse, ce fut l'expression dont on se
          servit pour les gentilshommes que cet examen frappa de
          discrédit. Claveret fit à cette occasion une très curieuse
          comédie en cinq actes, en vers: _L'Escuyer, on les Faux
          nobles mis au billon_, 1629, in-8.]

          [Note 82: Charlatans, vendeurs de thériaque, la grande
          panacée. On les appeloit aussi _triacleurs_.

               Tous ces beaux suffisans dont la cour est semée
               Ne sont que _triacleurs_ et vendeurs de fumée.

                                   Regnier, sat. XIII, v. 230.]

Quelle condition sera la meilleure, ou de ceux qui commenceront
de respirer d'un tas de vexations et angoisses qui leur estoient
plus ordinaires que le manger, ou de ceux qui seront contraints de
mettre au croc les robes, les chaperons, les bonnets, les espées,
pour gaigner leur pain, comme le premier père, à la sueur de la
raye de leurs molles fesses? Helas! Sire, il y a je ne sçay combien
de millions de Turlupins en France, de souffreteux, dis-je, qui
reclament avec moy vostre bonté et justice, aussi depourveus de
bonne resolution que moy, et les ames desquels sont preoccupées
d'une telle desolation qu'il ne seroit pas besoin de rhetorique
pour leur persuader qu'il ne sçauroit arriver rien de pis que leur
condition presente. Ils sont tous vos fidèles subjets, et tellement
nourris en vostre obeissance que, quelque croyance qu'ils ayent,
ils esliront plustost leur perte que vostre disgrace; et c'est ce
qui doit inviter vostre royale et naturelle debonnaireté de leur
departir vostre soin paternel, et tendre vostre main à leur secours.
Si les affaires du monde se gouvernoient par souhaits, j'aurois
à faire le mesme souhait pour vostre pauvre royaume que faisoit
un philosophe antien pour tous les hommes: il souhaittoit que la
nature eust fait une fenestre au milieu de la poictrine d'un chacun,
au moyen de laquelle il eust esté loisible de voir à decouvert le
coeur, le foye, le poumon, les entrailles, et autres parties qui y
resident, et appliquer les remèdes des plus convenables lors que
la necessité y escherroit. Combien seroit-il plus à desirer que ce
grand architecte du monde eust fait une fenestre par laquelle Vostre
Majesté peut jetter la veue dans le coeur de vostre royaume, et s'y
promener d'un bout à autre avec les yeux! O que ce seroit un present
digne d'un roy s'il se trouvoit des lunettes bonnes à cet usage!
Pleust à Dieu en eussé-je donné une pinte de mon sang! Vous verriés
une infinité d'hommes trainer miserablement leur vie sous un eternel
travail, qui ne leur produit pour tout profit que quelques bouchées
de pain exposées aux extorsions et concussions de vos officiers,
et, d'une part, à la rigueur des exacteurs de vos tailles; d'autre,
à l'avarice des usuriers, à la vexation et rapine de vos sergens,
sans une infinité d'autres accidans qui les font mescognoistre
par eux-mesmes et s'estimer en leur creation au dessous des plus
abjects et contemptibles animaux. Vous arresteriez vostre regard
sur tant de mortuissantes images de la mort, sur tant de visages
mornes, plombez, haves et ressemblant plustost à des phantasmes
qu'à ce qu'ils sont, tandis vostre tendre coeur se fondroit tout
en pitié et se laisseroit saisir d'un aussi veritable et passionné
remors que celuy qui a fait meriter à un des rois vos predecesseurs,
qui portoit vostre mesme nom, le surnom de père du peuple. Il est
estrange d'ouyr dire que sous un règne si paisible, à l'ombre des
palmes eslevées par l'incomparable valeur de ce grand heros Henry
le Grand, d'heureuse memoire, sous un si fortuné genie que celuy
qui preside à vostre royale maison, aucune calamité autre que fort
legère vienne infester vos sujets; et toutesfois nous apprenons,
non par un bruit incertain, mais par le tesmoignage d'une infinité
de personnes dignes de foy, qu'en quelques unes de vos provinces on
en a veu ceste année plusieurs gesir roides morts de male rage de
faim. Jà à Dieu ne plaise que je voulusse procurer à Vostre Majesté
un si piteux et funeste spectacle! mais quand Dieu auroit permis,
pour le bien de vostre peuple, que quelc'un de ceux-là eust rendu
l'ame à vos pieds ou à vostre veue, je ne pense pas qu'après cela
il fust besoin de l'eloquence de monsieur Savaron[83], ou autre de
vos desputez, pour vous faire des supplications ou remonstrances
sur ce suject. Qu'on ne m'aille, maintenant, revoquer en doubte qui
auroit plus ou moins à perdre en la desertion des terres sises en
vostre royaume. J'ay souvent ouy plaindre vostre noblesse que leurs
fiefs leur raportent aujourd'huy beaucoup moins qu'ils ne faisoient
à leurs bisayeuls; qui ne comprend assez que ce deffaut ne vient
nullement de nostre commune mère nourrissière, qui exhibe tousjours
liberalement ses flancs pour y fouiller dedans et cueillir de ses
biens à pleines mains, ains plustost du decouragement du paysan,
lequel, considerant qu'il travaille moins pour sa chetive nourriture
que pour le luxe d'autruy, attelle ses beufs à regret, desrobe par
fois la semance à la terre, laisse en friche les possessions, et,
ce qui est plus deplorable, prend le sac et la besace, et s'exile
volontairement de son patrimoine pour aller à la requeste d'une
meilleure fortune. Ceste desolation ne s'arreste pas à la campagne:
il y a quantité de villes en France qui ont autrefois porté le nom
de bonnes, belles et florissantes, lesquelles, ores que de leur
enceinte elles puissent aller du pair avec les plus superbes des
provinces estrangères, estans par leur malheur posées hors de tout
commerce et abord de commoditez, soustiennent neantmoins de si
grandes et immenses charges, et, partant, sont accablées de tant de
misères, qu'à bon droit elles portent envie à l'heureuse condition
des hospitaux de Paris, et changeroient volontiers leurs murs avec
le benoist enclos qui defend ces bienaymés enfans de Dieu de la faim
et de l'oppression. De là vient que, quel ordre que puisse mettre le
Parlement et quelles diligences que fassent vos officiers, Paris,
qui estoit autrefois la nourricière des bonnes lettres, un theatre
de vertu, un abord de beaux esprits, est aujourd'huy la retraitte
de tant de fenéans, gens sans adveu, voleurs de nuict et de jour,
tireurs de laine, passe-Irlandois[84], charlatans, pipeurs, garces,
maquereaux. Ce sont tous gens qui se feussent contenus près de leur
foyer, si la necessité ne les en eust chassez, ausquels il est
aucunement pardonnable s'ils se sont laissez flatter à l'opulance
de la première ville du royaume; le danger, la honte, le vitupère,
attachez à quelque peu d'acquest, leur a semblé plus sortable qu'une
mort languissante. Mais pourquoy vay-je consumer inutilement le temps
au recit des maux qui sont si visibles et palpables? Il resteroit
maintenant de discourir des remèdes que vostre seule main, Sire,
assistée et guidée de celle du Tout-Puissant, y pourroit apporter,
si la modestie et la discretion ne me commandoit de m'en taire
après tant d'excellans esprits qui ont contribué de leur advis,
avec plus de grace que je ne sçaurois faire. Les cayers des estats
generaux parlent assez clair; les moyens et memoires du sieur du
Noyer[85], avec leurs supplemens, sont fort intelligibles, Dieu
mercy (excepté que, comme les plus fameux charlatans, il ne nous a
pas voulu descouvrir tout le secret de l'art). Toutesfois, puisque
la France est comparée à ces malades qui, pour l'estat deploré de
leur santé, estoient exposés en public à la veue de tout le monde,
au soulagement desquels il estoit permis à ung chacun d'apporter ce
que l'art, l'experience, ou son bon sens naturel luy suggeroit de
salutaire, il ne sera pas du tout hors de propos si soubs vostre
bon plaisir et en toute humilité je prends la hardiesse de dire
qu'en vain se travaille-on de remedier aux maux de ce royaume _nisi
causa morbi fugerit venis, et aquosus albo corpore langor_; si on
ne retranche les pensions[86], ne reduict les tailles et abolit les
subsides et gabelles, ne supprime un tiers pour le moings de ce
nombre effrené d'offices, et ne casse ou suspend pour cent ans le
droict annuel[87]. Quelcun me dira que je ne dis rien de nouveau,
et que pour estaller ung advis si trivial il ne falloit venir par
de si longues traverses. J'ay bien encores autre chose à dire;
cependant il est à notter que les choses bonnes ne sçauroient estre
assés inculquées, mesmement aujourd'huy que tant de gens conspirent
unanimement à la malice. Certainement, si on ne met la main à la
guerison de ces grandes ulcères, je deplore la condition de messieurs
les deputés qui se sont venus crotter à credit, le long de l'hyver,
sur ce quay des Augustins[88], pour attirer à leur retour sur eux
toute l'envie de la mauvaise issue, et les maudissons de tous leurs
concitoyens et compatriotes. Or, Sire, les moyens de pourvoir à ces
maux, comme ils sont très necessaires, sont aussi très aisés, par
la grace de Dieu. Pour le premier il suffiroit de dire à ceux qui
se trouveront les mains vuydes, et ausquels ce calice semblera ung
peu amer: _Deus dedit, Deus abstulit_; mais d'abondant pour leur
consolation on leur representera le tort qu'ils se faisoient par le
passé de vendre si sordidement leur fidelité; la candeur et la vertu
de leurs ayeulx, qui ne recherchoient autre loyer que l'honneur et
la gloire d'avoir fidellement et courageusement servy leur Roy, et,
finallement, le contentement d'esprit qui leur reviendra d'avoir
nettoyé leur conscience d'une tache si incessante et indigne de
la qualité qu'ils portent; et, s'il est besoin, on leur repetera
tout ce qui se lit dans le Caton françois sur ce subject, avec un
advertissement de mesnager d'ores en avant leur revenu avec plus
de retention et precaution, et n'engager ou estrousser[89] que
bien à propos les fiefs qui leur ont esté acquis par la valeur de
leurs ancestres. Il ne restera pour tout point de difficulté pour
le second, quand vous aurés passé sur le ventre au premier; il
ne vous sera pas plus malaisé d'accourcir vostre tribut qu'à ung
tailleur d'estraissir et appetisser la juppe d'ung geant pour en
faire une casaque de nain. Pour le troisiesme, qui concerne la plus
dangereuse playe, et comme une pernicieuse gangrène qui gaigne le
corps politique pour le perdre, il me semble que, sans s'arrester aux
cayers des deputez du tiers-ordre, qui sont en ce point recusables
pour la plus part, les plus violans et hardis remèdes sont les plus
convenables et les plus aysés quant et quant. Vous avez veu avec
combien d'allegresse on a embrassé les Memoires de Beaufort[90]
touchant le restablissement de la chambre de Justice, nonobstant
les oppositions du Financier[91], et quel fruict tout le monde en
attend. Ceux qui sçavent combien le maniement des loix requiert plus
de syncerité et integrité que celluy des finances, et combien le
public a plus d'interest à la conservation de l'un que de l'autre,
jugeront avec moy si l'establissemant d'une salle de justice pour
la recherche des malversations des officiers de justice sera moings
necessaire. Le fruict que j'en veux tirer est tel: vous supprimerez
quant et quant les offices de ceux qui seront attaincts et convaincus
d'avoir malversé en leurs charges, et, en ce faisant, ne sera besoin
d'autre fonds pour indemniser les depossedés que de bon nombre de
galères, dans lesquelles vous assignerés à chacun de mes galans ung
estat de mesme ordinaire de rames. O! que c'est ung beau moyen pour
reduire à centuries tant de legions innombrables de juges! Pour le
quatriesme, la cure en est bien si aysée que, sans vous donner la
peyne de supprimer nommement ceste peste, il suffist de la suspendre
pour trois ans pour en abolir à jamais la memoire. Reste seulement à
mettre hors d'interest les casuites, qui se trouvent avoir avancé une
notable somme, à ce qu'on dict. J'ay leur remboursement tout prest si
Votre Majesté erige la chambre dont est question, et me donne, sans
consequance, _ad tempus_ et par commission, ung estat de tresorier
des amandes qui se leveront sur les condamnez. C'est à ce dernier
point, Sire, que visent tous ceux qui desirent le restablissement de
la justice en son premier et ancien lustre, et son exercice aussi
rond, entier et prompt qu'il estoit du temps de nos aveux; car de
conserver la paulète[92], exterminer les espices et augmenter les
gages des officiers, ce seroit, à vray dire, nous faire tomber de
fiebvre en chaud mal; nous n'aurions pas meilleur compte de nos juges
que des ouvriers auxquels on a payé le prix faict avant main: nostre
besogne s'acheveroit à leur loysir. Je ne parle pas du vin du clerc,
des espingles de madame[93] et autres fictions de memoire: tout cela
est à deviner; mais pour de longueurs et langueurs insupportables,
je prevois qu'elles ne nous sçauroient manquer. Faittes mieux: tirés
du purgatoire l'ame du deffunct partisan, et espargnés à sa fille
les jeusnes, les coups de discipline et autres austeritez avec
lesquelles elle se resoult d'expier la coulpe de son père; effacez
de la conscience de cest autre transy le remords qui le ronge jour
et nuict et le faict dessecher comme un genet morfondu. Ce sont, en
somme, les points les plus importans de ma très humble remonstrance,
que je vous ai expliquez avec d'autant plus d'ardiesse que je les
ay creu autorisés des voeux de tous les bons François. De vous
aller icy deduire par le menu tous les maux qui ont aujourd'huy
cours par vostre royaume et vous discourir incontinent des remèdes,
je ne me sens pas les reins assez forts pour une declamation de
si longue haleine; après, ce seroit oster le mestier à messieurs
les deputez des estats-generaux, et vouloir faire, par une grande
temerité et presomption, en un quart d'heure, ce qu'à peine tant
de gens entendeus ensemble ont fait en cinq ou six moix. Quand il
aura pleu au Ciel et à vous, Sire, de me faire jouir du fruict de ma
très humble suplication, les ordonnances qui vous ont esté laissées
par les rois vos predecesseurs sont si belles, si sainctes, si
pleines d'equité, et celles que vous allez mouler sur les cayers
des dits estats si conformes aux desirs des gens de bien, qu'après
l'observance d'icelles j'estime que ce seroit impieté de souhaiter
une plus certaine et parfaite reformation. Si ne puis-je que pour
mon interest particulier je ne vous face encores ceste prière de
donner la plus prompte expedition et congé qui se pourra à messieurs
les deputez, qui ont depuis le mois d'octobre fait enrichir les
chambres garnies de plus d'un tiers. Ils s'endorment sur la besongne;
les bonnes gens oublient insensiblement leur pays, et pensent ou
voudroient bien, par charité réformative, que les estats durassent
encores quarante ou cinquante ans. J'en sçay qui ont enmené leurs
femmes; les autres ont loué maison pour un an; ceux-cy ont achepté
des meubles pour garnir ung hostel entier, comme s'ils ne deussent
bouger de leur vie de Paris; j'en cognoy qui espèrent de gagner les
douaires de trois ou quatre filles avant s'en retourner; ung autre
s'attend d'achepter à son fils ung estat de conseiller (ils seront
tantost à bon marché) des deniers provenans de la deputation. J'en
veis ung samedy dernier qui faisoit trotter derrière luy soixante
ou quatre-vingts charbonniers avec autant de charges de charbon,
qu'il ne sçauroit avoir bruslé de six mois. Prenez quelque pitié de
leur zèle et les randez à leurs femmes, qui les attendent à cuisses
ouvertes, _sicut terra sine aqua_; à leurs enfans, qui les auront
tantost mescogneus; à leur bercail, que le loup a beau infester
tandis que le pasteur s'endort à l'ombre. Je vous demande ce surcroy
d'obligation pour eux, et promets en tout cas en faire mon propre
debte, la peine qu'ils ont prise pour moy, qui fais plus qu'il plaist
à Dieu. Une partie du public merite bien ce petit tesmoignage de
recognoissance, qui ne sera pas le dernier que j'espère leur rendre.
Je reserve le remerciement et la louange deue à leurs sainctes
intentions et à la sincère sollicitude avec laquelle ils ont cooperé
au salut de la France après que je me seray dechargé envers Vostre
Majesté des actions de graces qu'exige de tout vostre peuple ung si
grand et si signalé benefice, et que j'auray acquitté les voeus que
j'ay faits avec tous vos fidelles subjects pour l'accroissement de
vostre gloire et continuation de toute prosperité en vostre royalle
maison. J'ay dict.

          [Note 83: Président et lieutenant général en la
          sénéchaussée et siége présidial de Clermont en Auvergne,
          qui vint à Paris en qualité de député de sa province
          aux états-généraux de 1614, et y soutint avec une ferme
          éloquence les droits du tiers-état contre la noblesse et le
          clergé. C'est à ce sujet qu'il fit paroître sa _Chronologie
          des états généraux_, où il prouva que le tiers avoit
          toujours eu entrée aux Etats, séance et voix délibérative.]

          [Note 84: C'est-à-dire Irlandois en passage. Ces gueux
          catholiques, chassés de leur île par les persécutions,
          avoient infesté Paris pendant tout le temps de l'occupation
          espagnole. On sait par d'Aubigné comment ils se
          blottissoient dans les cavités du Pont-Neuf, inachevé, et
          comment, la nuit venue, ils tiroient par les jambes et
          précipitoient dans l'eau les passants qui leur refusoient
          leur bourse pour aumône. C'étoient de dévotes gens
          pourtant, ne demandant qu'à être canonisés. «Si l'on fait,
          dit d'Aubigné, quelque difficulté de les sanctifier, il
          faut avoir égard s'ils présupposoient ne faire mal qu'à
          des hérétiques.» (_Hist. univ._, liv. 5, ch. 15.) En 1606,
          on fit raffle de tous ceux qui se trouvoient encore à
          Paris, on les entassa sur des bateaux et on les mit hors
          de France. (L'Estoille, édit. Champollion, t. 2, p. 398.)
          C'est à François Miron qu'on dut cette exécution. La ville
          lui en fut très reconnoissante. (Félibien, _Preuves_, t. 2,
          p. 34, 35.)]

          [Note 85: Autre député des états qui prit vigoureusement
          les intérêts du tiers, et demanda à grands cris les
          réformes. Il est parlé de lui, ainsi que du sieur Estienne,
          qui le soutenoit, dans le _Financier à Messieurs des
          Estats_, p. 29.]

          [Note 86: Dans le curieux petit livret que nous venons
          de citer, il est aussi parlé (p. 9) de l'abus criant des
          pensions, dont la somme augmentoit tous les jours, et qui,
          après avoir absorbé le trésor du feu roi, mis en dépôt à la
          Bastille, consumoient toutes les ressources de l'impôt.]

          [Note 87: Sorte de droit de _paulette_ que payoient chaque
          année les détenteurs d'office pour conserver leur charge à
          leur succession. On s'étoit fait une belle ressource par
          la création de cet impôt: «Les thrésoriers des parties
          casuelles, lit-on dans le _Financier_ (p. 9), ont avancé
          quatre cent mille livres sur l'espérance du droit annuel.»]

          [Note 88: C'est dans la grande salle du couvent des
          Augustins que les états-généraux de 1614 tinrent leurs
          séances.]

          [Note 89: Vendre par adjudication en justice.]

          [Note 90: Beaufort et Juvigny faisoient alors courir des
          _Mémoires_ contre le corps des financiers, dont ils avoient
          fait long-temps partie. On accusoit leurs plaintes d'être
          intéressées. «Si vous saviez pourquoi Juvigny et Beaufort
          vous en parlent (de la chambre de justice), vous ne les
          escouteriez point..... La part qu'ils ont eue aux deux
          cent mil livres ordonnez aux denonciateurs qui ont trahy
          leurs maistres et falsifié tant d'acquits et rooles a esté
          trop petite pour eux; ils en veulent manger encores.» (_Le
          Financier_, p. 11.)]

          [Note 91: C'est le livret que nous venons de citer.]

          [Note 92: La première chose demandée aux Etats de 1614 fut
          la suppression de la _paulette_; mais on ne s'entendit
          pas sur cette proposition entre la noblesse, qui l'avoit
          pourtant faite, et le tiers, qui en auroit eu les profits.
          La cour prit occasion de ces débats pour demander la
          surséance. On n'y revint plus, et le droit de paulette fut
          conservé.]

          [Note 93: Petit droit qui, avec les épices, constituoit
          les honoraires de la magistrature et de la bazoche. Les
          mots _pot-de-vin_ et _épingles_ sont restés comme termes de
          marché.]



_Sommaire traicté du revenu et despence des finances de France,
ensemble les pensions de nosseigneurs et dames de la cour, escrit par
Nicolas Remond, secretaire d'estat._

M.DC.XXII[94].

          [Note 94: Tout ce qui, dans cette pièce, a rapport aux
          finances en général, et par conséquent la première partie
          tout entière, n'est, sauf quelques légères différences,
          que la reproduction d'une autre du même genre ayant ce
          titre: _Traité du revenu et despense de France_, de l'année
          1607. Cette dernière pièce a été publiée dans la _Revue
          rétrospective_, 1re série, t. 4, p. 159-186, d'après une
          copie manuscrite conservée à la Bibliothèque impériale,
          collection du Puy, vol. 89, fol. 243. Le texte en est bien
          préférable à celui de la pièce que nous donnons. Nous en
          tirerons parti pour des corrections, que nous ferons toutes
          avec le plus grand soin, mais sans pourtant prendre la
          peine de les indiquer l'une après l'autre.--Quoique cette
          pièce porte la date de 1622, c'est le budget de 1620 qui
          s'y trouve détaillé, comme on le verra plus loin.]


Les finances s'appellent communement le nerf de la guerre et
l'ornement de la paix. Autres tiennent que cela se doit plustost
dire de la valeur et de la justice. Mais il me semble qu'elles
se doivent comparer au sang, sans lequel les nerfs perdent leurs
forces et les esprits leur vie; si bien qu'estant une des parties
plus nobles de l'estat, il est aisé de se persuader combien la
cognoissance en est utile et necessaire, surtout à ceux que la vertu
et le merite appellent aux charges publiques.

Des autres estats nous n'en parlerons point; mais au nostre, le nom
mesmes des _finances_, qui est originaire, monstre combien elles y
ont esté estimées: car il vient d'un vieux mot françois qui signifie
mettre quelque chose à fin[95], comme si ce moyen en estoit plus
capable que nul autre.

          [Note 95: C'est le verbe _finer_, dont on trouve un exemple
          avec ce sens dans un rondeau de Victor Brodeau:

               Au bon vieux temps que l'amour par bouquets
               Se demenoit, et par joyeux caquets,
               La femme estoit trop sotte ou trop peu fine;
               Le Temps depuis, qui tout _fine_ et affine,
               Lui a montré à faire ses acquets.

          _Finer_ se prit aussi pour _fournir_, selon le P. Labbe
          dans ses _Etymologies des mots françois_, au mot _Fin_, et
          enfin dans le sens de _payer_, _financer_, exemple ces vers
          du 49e psaume de Théodore de Bèze:

               Car le rachat de leur ame est trop cher
               Pour en _finer_.....

          La Mothe Le Vayer, dans son _Traité de l'institution du
          prince_, est aussi d'avis que _finance_ est un dérivé du
          verbe finer, pris dans le sens de finir, terminer. «De là
          vient, dit-il, que finance est la même chose que le vieux
          mot _chevance_, parce qu'avec l'argent on finit et on
          _achève_ les choses les plus difficiles.»]

L'autre nom equivalent est _deniers_, qui se prennent ordinairement
l'un pour l'autre, de sorte que la division des finances se fait en
mesmes termes de deniers ordinaires et extraordinaires.

Anciennement les deniers ordinaires s'appellent seulement ceux du
domaine, qui se subdivise en muable et immuable.

L'immuable consiste en cens, rentes et autres choses payables en
argent, qui ne peut changer.

Le muable est celuy qui provient des bleds, vins, volailles et autres
choses dont le prix peut augmenter ou diminuer.

Les deniers extraordinaires s'appelloient tout ce qui se levoit outre
le domaine, c'est-à-dire à temps, et ont receu de grandes diversitez,
selon les despenses et les necessitez des affaires.

On tient que la première imposition, qui dure encores de present,
fut le huitiesme du vin, soubs le règne de Chilperic, environ l'an
580[96]; l'equivallent suit après, qui est l'equipollent du sol
pour livre sur toutes denrées et marchandises, qui se leva, environ
l'an mil trois cens soixante, pour tirer d'Angleterre le roy Jean,
qui y estoit prisonnier[97]. Des autres natures de deniers nous en
parlerons puis après.

          [Note 96: Ce prélèvement du huitième, toujours en vigueur,
          n'avoit pas empêché un second impôt de dix sols sur chaque
          muid de vin, que la ville avoit établi en 1601 pour la
          réparation des fontaines de Paris, et que Henri IV maintint
          pour en employer les fonds à l'achèvement du Pont-Neuf,
          et ensuite à la réparation des quais. V. Félibien, _Hist.
          de Paris_, t. 5, p. 483, et notre édition des _Caquets
          de l'Accouchée_, p. 24, note.--En 1607, d'après la pièce
          donnée par la _Revue rétrospective_, cet impôt _pour le
          pont de Paris_, ainsi qu'il y est désigné, grevoit la
          généralité de Paris de 15,500 livres.]

          [Note 97: Jean déclara que, dans les pays de langue d'oïl,
          une aide de douze deniers pour livre seroit levée et perçue
          sur toutes les marchandises vendues, du cinquième sur le
          sel et du treizième sur le vin et autres breuvages, jusqu'à
          la _perfection et entérinement de la paix_, ce qui veut
          dire jusqu'à l'entier paiement de sa rançon. (Secousse,
          _Recueil des ordonn. des rois de France_, t. 3, p. XCI, et
          433, 441.)--V. aussi, dans les _Mélanges de littérature
          et d'histoire de la Société des bibliophiles françois_,
          Paris, 1850, in-8, p. 145-191, le savant travail de M. L.
          Dessales, _Rançon du roi Jean_.]

Mais, le domaine ayant esté alliené depuis ces guerres civilles,
comme chacun sçait, et ne s'en tirant aucune chose en la pluspart des
generalitez, des autres peu, nous laisserons ceste partie, encores
que ce soit le fondement des autres, et dirons qu'il se fait une
division des finances en mesmes termes de deniers ordinaires et
extraordinaires.

Les deniers ordinaires sont ceux dont le roy fait estat comme de son
domaine, s'il y en a, de ce huictiesme, et autres impositions sur
le vin, qui s'appellent aydes, de ces equivalens, tailles, taillon,
fermes et autres deniers employez en recepte ès estats de Sa Majesté.

Les deniers extraordinaires sont ceux des quels il n'est point fait
estat, qui se sont plus autrefois estenduz qu'à present, et qui sont
presque reduicts aux nouvelles creations d'offices.

De sorte que, cette seconde espèce estant peu de chose, cazuelle, et
par consequent sans règle, nous parlerons seulement de la première,
qui se subdivise en deux parties à peu près esgales, l'une en ce qui
se tire du peuple, l'autre en ce qui revient des fermes, qui semblent
être ce que les Romains appelloient _tributa_ et _vectigalia_: le
premier desquels se levoit par les officiers, et les autres par
les fermiers. Nous parlerons premièrement de la partie première,
secondement de la partie seconde, et finalement de la despence qui se
fait de l'une et de l'autre.

Mais, pour en avoir plus facile intelligence, il semble à propos
de dire que, comme la France se divise par provinces pour les
gouvernemens, et par parlemens pour la justice[98], aussi fait-elle
pour les finances et generalitez, qui sont au nombre de vingt et une;
et, bien que Blois se nomme aussi generalité, toutes fois, à cause
que c'est seulement pour ce qui regarde le domaine du comte de Bloys,
ainsi qu'il se manioit soubs Louys XII, nous ne le mettrons pas en ce
nombre de vingt et un, qui sont:

Paris, Soissons, Orleans, Amyens, Chaallons, Tours, Poictiers,
Lymoges, Bourges, Moulins, Ryom, Lyon, Rouen, Caën, Bourdeaux,
Nantes, Thoulouze, Montpellier, Dijon, Aix, Grenoble.

          [Note 98: Cette phrase manque dans la pièce donnée par la
          _Revue rétrospective_.]

Soubs les quelles quinze premières generalitez il y a sept
vingt-neuf eslections[99], et soubs les quelles eslections,
vingt-trois mil sept cens quatre-vingt-dix-sept parroisses[100],
sçavoir:

Soubs Paris, vingt eslections et dix-neuf cens soixante et dix
parroisses.

Soubs Soissons, six eslections et douze cens soixante parroisses.

Soubs Amiens, six eslections et quatorze cens soixante parroisses.

Soubs Chaallons, neuf eslections et deux mil deux cens sept
parroisses.

Soubs Orleans, douze eslections et douze cens trente-huict parroisses.

Soubs Tours, quatorze eslections et quinze cens soixante et trois
parroisses.

Soubs Poictiers, neuf eslections et seize cens parroisses.

Soubs Lymoges, neuf eslections et six cens parroisses.

Soubs Bourges, neuf eslections et huict cens trente-deux parroisses.

Soubs Moulins, huict eslections et quatorze cens quatre-vingt
parroisses.

Soubs Ryon, quatre eslections et huict parroisses.

Soubs Lyon, trois eslections et sept cens vingt parroisses.

Soubs Rouën, vingt-neuf eslections et deux mil huict cens soixante et
seize parroisses.

Soubs Caën, neuf eslections et quatorze cens vingt-six parroisses.

Soubs Bourdeaux, quinze eslections et trois mil cinq cens huict
parroisses.

          [Note 99: C'est-à-dire 149. La pièce de 1607 donne le même
          chiffre. En additionnant toutefois les nombres qui suivent,
          on trouve un total de 162 élections au lieu de 149; mais
          c'est bien ce dernier chiffre qui est le véritable. On
          l'obtient en rétablissant, d'après l'_état_ de 1607, trois
          des nombres qui sont fautifs ici, en marquant pour la
          généralité de Bourges 5 élections au lieu de 9, pour celle
          de Moulins 7 au lieu de 8, et enfin 21 pour celle de Rouen
          au lieu de 29.]

          [Note 100: Ce total est encore fautif. L'addition, mieux
          faite, donne seulement 23,159 paroisses. Dans la pièce
          de 1607, où le calcul n'est pas meilleur, on en trouve
          23,140. Le _Pouillé général_ compte 30,419 cures; ajoutez,
          toujours d'après son évaluation, 18,537 chapelles, 1500
          abbayes, 2812 prieurés, 931 maladreries, 80 chapitres ayant
          église, et vous arrivez à un total de 44,279 clochers,
          ce qui est bien loin des _dix-sept cent mille_ dont il
          est parlé dans le _Calcul et dénombrement de la valeur
          et du royaume de France_, par Jacques Coeur (Collection
          universelle des mémoires particuliers relatifs à l'histoire
          de France, 1785, in-8, t. 9). De ce nombre «il rescindoit,
          y est-il dit, pour pays gastés ou autrement, _sept cent
          mille_, et par ainsi demeuroit ung million de clochiers,
          et à prendre sur chacun clochier, le fort portant le
          feuble, vingt livres tournois par an pour toutes aides,
          tailles, impositions et huitième, se monte en somme par
          chacun an vingt millions, qui satisferont à ce qui s'en
          suit, etc ...» Dans un article de l'_Esprit des journaux_
          (août 1786, p. 106, note) l'on a fait voir tout ce qu'il
          y a d'exagération dans ces chiffres, auxquels M. de
          Chateaubriand (_Analyse raisonnée de l'hist. de France_,
          édit. Didot, in-12, p. 134), et après lui beaucoup
          d'autres, se sont pourtant laissé prendre. «Il est bien
          évident, lisons-nous donc dans l'_Esprit des journaux_, que
          l'argentier de Charles VII se trompe ici ... Mais l'erreur
          ne doit pas lui être attribuée: le copistes doivent avoir
          supprimé ou ajouté des zéros aux chiffres. Ainsi, en
          supposant qu'il n'y avoit, de son temps, que dix-sept
          mille clochers en France, comme il est clair qu'il l'avoit
          calculé, en en _rescindant sept mille gastés par les
          guerres_, et en mettant deux mille livres tournois au lieu
          de vingt, ses calculs sont justes.»]

Si les generalitez, les eslections ou parroisses, estoient
semblables, il seroit beaucoup plus aisé d'éviter les grandes
inegalitez qui se treuvent lors qu'il est question d'en parler
generalement: car il s'en treuve où la plus grande estendue et le
plus grand nombre portent le moins, à cause des infertilitez du pays,
de la pauvreté du peuple et d'autres occasions qui se verront en
suitte.

Pour la generalité de Bretagne; elle est composée de dix-sept
receptes particulières, qui sont la pluspart eveschez, et s'appellent
receptes de fouages, à cause que les impositions se font par feu;
il y a, en outre, une ferme ordinaire qui s'appelle imposts et
billots[101].

          [Note 101: Ou _bîllos_. Ce sont les droits et impositions
          du vingtième, onzième ou quatrième sur le vin, qui étoient
          levés dans cette province par le roi, par les seigneurs ou
          par les villes.]

Pour celle de Bourgogne, elle n'a autres receptes particulières que
celles de Bresse. Bugey et Vivonnay, du marquisat de Saluës, ont esté
donnez à la couronne par ledit marquisat de Sallus[102].

          [Note 102: Cette phrase, tout à fait incompréhensible, doit
          être ainsi rétablie, d'après la pièce de 1607: «Pour celle
          de Bourgogne, elle n'a aucune recette particulière que
          celle de Bresse, Bugey et Vivonnay, qui ont été annexées
          depuis neuf ans par l'échange du marquisat de Saluces.»]

Pour celles de Thoulouze et Montpellier, elles ont chacune unze
receptes particulières, qui s'appellent la pluspart diocèzes.

Celle de Provence n'a aucunes receptes particulières.

Celle de Dauphiné a huict baillages, qui portent le revenu du domaine
à la recepte generale.

Ces cinq dernières s'appellent _petites generalitez_, non, comme
j'ay dit, pour avoir moins d'estendüe que les autres, et la raison
est, pour celles du Dauphiné et Provence, qu'elles ont esté donnez
par leurs seigneurs à la couronne, et que celles de Languedoc et
Bourgogne s'y sont soubmises chacunes soubs certaines conditions
ausquelles la consideration qu'elles sont frontières par terre semble
les oster, autant maintenues qu'autre chose, et c'est pourquoy elles
se gouvernent aussi par estats et deputez; comme aussi fait la
Bretagne, qui est la dernière joincte à la couronne[103].

          [Note 103: A la suite de cette phrase se trouve celle-ci,
          dans le _Traité du revenu et despense de_ 1607: «La
          Normandie a aussi une forme d'estats; mais c'est, à parler
          proprement, une forme, ou plutôt une ombre, au prix des dix
          autres.»]

Or, bien qu'en chacune des dites generalitez, qui sont vingt et un,
il y ait dix thresoriers de France (excepté en celles d'Amiens,
Rouen et Montpellier, où il y en a unze en chacune, en celle de
Nantes seulement deux, en celle d'Aix sept, en celle de Grenoble
cinq, qui est en tout le nombre de neuf vingt dix-sept thresoriers
de France[104]), toutesfois, il n'y a des esleus[105] qu'en celles
où il y a des eslections, qui sont les quinze premières generalitez
cy-devant nommées, en la pluspart des quelles eslections il y a dix
esleus, et, pour en conter le nombre au vray, l'on peut les estimer à
neuf l'une portant l'autre, faisant à ceste raison le nombre de neuf
cens trente-six esleus[106].

          [Note 104: «Qui est en tout, lit-on dans la pièce de 1607,
          cent quatre-vingt-dix-sept trésoriers de France», ce qui
          fait par conséquent le même nombre.]

          [Note 105: «Ces officiers, dit P. Bonfons en ses
          _Antiquitez de Paris_ (Paris, 1608, p. 342), feurent
          appelez _esleuz_, parce que, de fait, ils estoient esleuz
          et choisis en chacun diocèse et evesché pour faire des
          levées et receptes des deniers des aydes, ou bien pour
          autant qu'ils estoyent esleuz et deputez des trois estats
          pour garder les ditz deniers.» Mais dès le temps de Louis
          XI ce nom d'_élu_ n'avait plus de sens, car ces magistrats
          étoient toujours les mêmes et des mêmes familles.
          D'électives ces charges étoient devenues héréditaires.
          (Michelet, _Hist. de France_, t. 6, p. 66.--V. aussi une
          note de notre édit. du _Roman bourgeois_, p. 262.)]

          [Note 106: L'évaluation du nombre des élus, porté à
          1300 dans l'Etat de 1607, se rapproche davantage de la
          vérité. En mettant, en effet, 9 élus pour chacune des 149
          élections, on arrive au chiffre de 1341.]

Pour le regard des receptes et controlles qui s'exercent
triennalement, sinon en celles où le triennal est vague, aux anciens
et alternatifs, ou bien a esté remboursé, tout ainsi qu'en chacune
des dites generalitez, ils s'appellent receveurs et controlleurs
generaux des finances, ainsi qu'en chacune des dites receptes
particulières, tant en celles où il y a des eslections qu'aux autres,
ils s'appellent receveurs et controlleurs des tailles.

Il y a aussi aux dites vingt et une generalitez des receveurs et
controlleurs generaux du taillon qui ont des receveurs particuliers
soubs eux, les quels receveurs generaux mettent les deniers entre les
mains des thresoriers de l'ordinaire des guerres pour le payement des
compagnies d'ordonnances.

Voilà succinctement le nombre des generalitez, des eslections et de
la pluspart des parroisses et des officiers, par le moyen des quels
ce qui porte generalement le nom de tailles se lève, car les natures
de deniers sont diverses, comme nous dirons en son lieu; toutes
fois, pour ce qui porte l'un porte l'autre, c'est-à-dire qui porte
la taille porte le tallion et autres impositions, elles s'entendent
toutes soubs appellation commune de tailles, et s'en fait de trois
sortes: l'une appellée réelle, comme en Provence et Languedoc,
où le roy mesme paye la taille s'il y a quelques terres; l'autre
personnelle, d'autant qu'elle regarde de plus près les personnes et
leurs biens, en quelque lieu qu'ils soient scituez et assis[107].

          [Note 107: Dans la pièce de 1607, il est parlé d'une
          troisième espèce de tailles: «L'autre _mixte_, comme la
          plupart, pour ce qu'elle s'impose selon les personnes et
          leurs biens, en quelque part qu'ils soient assis.»]

Voyons maintenant l'ordre qui se tient en l'imposition et levée
desdits deniers, et, affin que ce soit plus clairement, prenons
l'une des huict années dernières, qui ont esté à bien près toutes
semblables, non seulement en ceste première partie, qui regarde les
tailles, et en la seconde, qui regarde les fermes, mais aussi en la
despence des deniers provenant de l'un et de l'autre[108].

          [Note 108: «Cette année sera 1607», lit-on dans la pièce
          reproduite par la _Revue rétrospective_; mais on comprend
          que celle-ci, qui donne le budget de 1622, ne pouvoit
          répéter la même phrase. Ici, du reste, les deux pièces, qui
          jusqu'à présent n'avoient été que la reproduction l'une
          de l'autre, cessent de se suivre et deviennent presque
          complétement différentes.]

Le roy, au commencement de l'advenement à sa couronne, prevoyant la
despence qui luy convenoit faire tous les ans pour la conservation
de son estat et entretenement de sa maison, en fait un abregé
qui s'appelle project, lequel se signe de la main du roy et d'un
secretaire d'estat.

La somme totale arrestée, qui est estimée chacune des dites huict
années à près de dix-sept millions, Sa Majesté règle là-dessus le
creu extraordinaire, qui monte à quatre millions quatre cens mil
livres[109]; mais elles se lèvent sur quatorze des dites quinze
premières generalitez, celle d'Amiens estant exempte.

          [Note 109: On trouve quelques détails de plus dans la pièce
          de 1607: «Mais, y est-il dit, comme Sa Majesté voit que, du
          premier de ces deux moyens (les tailles), les charges qui
          se paient premièrement aux élections, puis aux généralités,
          déduites, il ne lui en revient pas la moitié, ainsi
          seulement quelque quatre millions cinq cent tant de mille
          livres, et comme des unes et des autres formes, qui montent
          à près de quatre millions d'écus, les charges déduites, il
          ne revient guère plus de huit millions de livres, elle a
          toujours été contrainte de lever une crue extraordinaire,
          qui s'appelle grande crue, ou autrement crue des garnisons,
          laquelle fut diminuée à la naissance de Monseigneur le
          dauphin (1601) d'environ quinze mille livres.»]


_Grande taille._

Paris, trois cents soixante et dix milles livres.

Soissons, quatre cens quatre vingt mil livres.

Amyens, six cens vingt mil livres.

Orléans, trois cens trois mil livres.

Chaallons, quatre cens mille livres.

Tours, huict cens dix mil livres.

Poictiers, sept cens vingt-deux mil livres.

Limoges, trois cens quarante mil livres.

Bourges, six cens trente mil livres.

Moulins, huict cens quarante mil livres.

Rion, quatre cens quinze mil livres.

Lyon, six cens quarante mil livres.

Rouën, un million quatre cens douze mil livres.

Caen, six cens quarante-cinq mil livres.

Bourdeaux, quatre cens quarante cinq mil livres.

Pour celle de Bretagne, il s'expedie aussi commission pour les
fouages ordinaires à raison de sept deniers pour feu, non compris
les douze deniers pour livre pour la creue des prevosts des
marchands[110], douze mil soixante livres pour partie des postes,
revenant le tout, avec le taillon, qui est de cinquante six mil
quatre cens livres, à quatre-vingt mil quatre cens soixante livres.

          [Note 110: Dans la généralité de Paris, d'après l'Etat de
          1607, on percevoit pour la crue du prévôt des marchands
          61,000 livres, pour les postes près de 5,000, pour le
          taillon de la gendarmerie 166,000, ce qui, avec quelques
          autres contributions dont j'omets le détail, élevoit pour
          cette généralité le taux de la taille ordinaire à 922,000
          livres.]

Pour Thoulouze et Montpellier, il ne s'expedie qu'une commission aux
estats de Languedoc, qui s'assemblent par chacune année, portant
pour tout la somme de six cens cinquante et un mil cinq cens
quarante-deux livres.

Dijon porte pour l'octroy des prevots des marchands la somme de huict
vingt dix-sept mil six cens quarante livres.

Aix, pour Provence, porte pour l'octroy et pour le taillon la somme
de quatre-vingt-sept mil quatre cens soixante et douze livres.

Grenoble, pour Dauphiné, pour l'octroy et pour le taillon, dix mil
soixante livres; pour les officiers du pays, trente mil livres; pour
le taillon, vingt-sept mil cinq cens livres. Cy soixante et dix mil
livres.

Somme des dites generalitez, un million trois cens soixante et
quatorze mil cent quatre-vingt-neuf livres.

Somme toute des sommes contenues au dit brevet qui se lèvent aus
dites generalitez en vertu des commissions des tailles, unze millions
quatre-vingt-neuf mil livres.

Le dit brevet arrêté, il s'en envoye un à chacune des dites
generalitez avec une lettre au cachet du roy, et une autre du
superintendant des finances, adressante aux tresoriers generaux de
France, par les quelles leur est mandé d'en faire le departement par
les eslections de leur generalité, et c'est lors qu'ils doivent avoir
fait leurs chevauchées par les dites eslections, pour sçavoir celles
qui se sont enrichies ou appauvries, afin d'augmenter les uns et de
soulager les autres, tout ainsi que les esleus font peu après par
les parroisses de leurs eslections pour y garder l'esgallité, comme
Sa Majesté leur a recommandé sur toute chose, et qui est aussi d'une
extresme importance, comme il se peut facilement imaginer.

Les thresoriers generaux de France ayant envoyé à Sa Majesté,
c'est-à-dire au superintendant, le departement qu'ils ont fait par
les eslections de la somme que doit porter leur generalité, et avec
cela donner avis de l'incommodité que chacun a receu, Sa Majesté
règle là-dessus la creue extraordinaire, autrement dit grand'creue
des garnisons, dont l'estat, compris quelques autres creues, monte
pour la dite année à quatre millions quatre cens mil livres[111],
dont chacune des dites generalitez portent,

          [Note 111: En 1607, cet _état_ s'étoit élevé à 4,534,000
          livres.]


_A sçavoir_:

Paris, quatre cens cinquante-sept mil livres.

Soissons, cent seize mil livres.

Amyens, neant.

Chaallons, trois cens quatre-vingt-dix mil livres.

Orleans, quatre cens soixante et treize mil livres.

Tours, deux cens quatre-vingt-dix-sept mil livres.

Poictiers, quatre cens quarante mil livres.

Limoges, cent neuf mil neuf cens livres.

Bourges, quatre-vingt-dix-sept mil cent trente-neuf livres.

Moulins, cent neuf mil quatre cens quarante livres.

Rion, sept vingt-six mil livres.

Lyon, neuf vingt douze mil livres.

Rouen, neuf cens vingt-cinq mil livres.

Caen, quatre cens soixante et dix mil livres.

Bourdeaux, quatre cens soixante et dix-huict mil livres.

Somme toute, quatre millions sept cens quatre mil livres[112].

          [Note 112: Ce total n'est pas encore exact; il faut lire
          4,711,020 liv.]

Il y a ceste difference en l'imposition de ces deux natures de
deniers que, pour la première, c'est à sçavoir l'ordinaire, il
s'expedie aux esleus de chacune eslection une commission particulière
de Sa Majesté, signée d'un secretaire d'Estat; et pour ce qui est
de la grande creue, il s'expedie seulement une commission aux
thresoriers generaux de France en chacune generalité, lesquels
tresoriers generaux en font le departement par les eslections et en
envoyent leurs commissions, celle des tailles aux esleus, ce qui se
fait au commencement du mois de novembre.

Si tost que les esleus les ont receus, ils font le departement des
finances y contenues par les paroisses, adjoustans ou diminuans à
l'année precedente[113], suivant la commodité ou l'incommodité qu'ils
ont recognues par leurs chevauchées.

          [Note 113: Dans la pièce de 1607, on lit seulement «ils
          font le département des sommes y contenues par les
          paroisses, ajoutant ordinairement à l'année précédente»,
          ce qui est plus naturel, car, en matière d'impôt, rien de
          plus commun qu'une augmentation, rien de plus rare qu'une
          diminution.]

Leurs departemens faits, ils envoyent leurs commissions à chacune
parroisse, laquelle crée aussitost des consuls et des collecteurs
qui dressent avec ceux de l'année précédente le roolle de la taxe et
cotte de chacun particulier, et, iceluy fait, le porte aux esleus
pour sçavoir s'ils n'ont pas outrepassé leurs commissions, et, ce
fait, les dits esleus l'arrestent et le signent.

En ce mesme temps les thresoriers generaux de France dressent un
estat de la valeur des finances dans le quel sont comprises toutes
les charges estans tant sur les receptes particulières que sur
la generale, les quels ils envoyent au conseil, c'est-à-dire au
superintendant des finances.

Sur le dit estat l'on fait celuy du roy, qu'on appelle estat des
finances; mais ils se reiglent plus tost sur l'autre de Sa Majesté de
l'année precedente que sur celuy des thresoriers generaux, et s'en
envoye un aus dits thresoriers de France et un au receveur general
des finances estant en exercice, avec commission sur l'un et sur
l'autre pour le suivre de poinct en poinct selon la forme et teneur.

Dans l'un et l'autre des dits estats sont compris par le menu et
par les eslections toutes les natures des deniers dont nous avons
cy-devant parlé, ensemble les charges qui sont dessus et ce qui
en revient de net à Sa Majesté, la quelle se paye tousjours par
preferance, attendu que c'est là-dessus, ainsi que nous avons dit
cy-devant, que sont fondées les despenses de son estat et de sa
maison. Voyons donc ce que Sa Majesté fait estat de retirer ladite
année 1620, et de chacune des susdites vingt et une generalitez, tant
pour l'ordinaire que pour l'extraordinaire, qu'on appelle,


_A sçavoir_:

Premièrement.--Recette de l'espargne.

De Paris, toutes charges desduictes, six cens quinze mil soixante et
treize livres tant de den[114].

          [Note 114: C'est, sauf cent francs, la somme portée
          aussi sur l'état de 1607. Toutes les autres diffèrent
          plus ou moins, si ce n'est pour ce qui se percevoit dans
          les généralités de Limoges, de Bourges, de Moulins, de
          Bordeaux, de Dijon, où la _recette de l'épargne_ ne varie
          pas.]

De Soissons, cent six mil huict cens livres.

D'Amiens, quatre-vingt-trois mil quatre cens quarante livres.

De Chaallons, neuf vingt dix-neuf mil quatre cens deux livres.

D'Orleans, six vingt-trois mil quatre cens treize livres.

De Tours, sept cens dix mil six cens trente-huict livres.

De Poictiers, huict cens soixante mil livres.

De Limoges, sept cens soixante et quatre mil huict cens vingt-quatre
livres.

De Bourges, trois cens dix mil trois cens soixante et deux livres.

De Moulins, trois vingt et un mil six cens soixante et une livre.

De Ryon, cinq cens cinquante mil sept cens quatre livres.

De Lyon, un million cent vingt-deux mil livres.

De Rouen, un million quatre-vingt-un mil quatre cens dix-huict livres.

De Caën, sept cens sept mil trois cens cinquante-deux livres.

De Bourdeaux, sept cens dix-neuf mil deux cens soixante et treize
livres.

De Nantes, sept vingt-un mil neuf cens sept livres.

De Tholouze, quatre-vingt-un mil six cens livres.

De Montpellier, six vingt-un mil six cens livres.

De Dijon, sept vingt-trois mil quatre cens vingt-trois livres.

D'Aix, huict vingt cinq mil trois cens dix livres.

De Grenoble, neant, pour ce que le tout se consume sur le lieu.

Somme, sept millions deux cens quatre-vingt mil quatre cens
vingt-cinq livres[115].

          [Note 115: Total fautif encore. L'addition exacte des
          sommes qui précèdent donne 9,590,800.]

Seconde recepte de l'espargne.

L'estat de ces deniers s'appelle première recette de l'espargne; la
seconde est celle des finances, dont nous avons secondement promis
de parler; mais ce sera beaucoup plus succinctement que de l'autre,
attendu qu'il n'y a autre ceremonie que de les bailler, comme elles
sont au conseil, au plus offrant et dernier encherisseur, pour 2, 3,
4, 5, 6, 7 ou autre nombre d'années, et, après cela, les fermiers
sont tenus la plus part d'apporter immediatement les deniers entre
les mains du thresorier de l'espargne, ou d'acquitter de quartier
en quartier les assignations qui se lèvent sur eux, tout ainsi que
les receveurs generaux, les quels à ceste occasion contraignent les
receveurs particuliers et les particuliers les collecteurs[116],
chacun en divers temps qui se mesurent à chacun des dits quatre
quartiers. Voyons donc ceste seconde recepte:

          [Note 116: «Et les collecteurs le peuple», est-il fort
          justement ajouté dans la pièce de 1607.]

Des parties casuelles sur les quelles n'y a aucune charge, dix-huit
cens mil livres.

Des receptes des bois, quatre-vingt-dix mil livres.

Des aydes et allienations, les charges montent par estimation à
quinze cens mil livres, et en revient sept cens dix mil livres[117].

          [Note 117: Le premier bail général des aides avoit été fait
          en 1604 pour 500,000 livres seulement. En 1607, comme on
          le voit par l'_Etat_ souvent cité, et en 1622, comme on en
          a la preuve ici, les sommes perçues à ce titre montoient
          déjà à 1,500,000 livres; en 1649, d'après l'_Etat général
          du revenu_, elles atteignoient 3,549,712 livres, et la
          proportion alloit toujours croissant. «Le bail a si bien
          haussé, lisons-nous dans le _Détail de la France_, pièce de
          la fin du XVIIe siècle, que les aides sont à 19 millions ou
          environ aujourd'hui.» (_Archives curieuses_, 2e série, t.
          12, p. 193.)]

Des gabelles de France, les charges montent deux millions deux cens
vingt-six mil cinq cens dix-sept livres, outre trois sols neuf
deniers qui se lèvent en plusieurs greniers pour le payement des
gages de la commission des aydes, et en revient deux millions quatre
vingt quatorze mil cinq cens livres.

Des gabelles de Lyonnois, les charges montent à vingt-huict mil cent
vingt-huict livres, et en revient la somme de sept cens mil livres.

Des gabelles de Languedoc, les charges montent six vingt-huict
mil neuf cens soixante-sept livres, et en revient deux cens
quatre-vingt-treize mil deux cens quatre-vingt-quatre livres.

Des gabelles de Dauphiné, affermées deux cens soixante-dix-sept mil
livres, attendu qu'il s'employe par chacun an cent cinquante mil
livres au rachapt du domaine dauphinal, et six vingt-six mil livres
au payement de quelques debtes, celle-cy à neant.

De la ferme du convoy de Bourdeaux[118], les charges payées, deux
cens quatre-vingt-dix mil livres.

          [Note 118: Droits perçus sur les vaisseaux marchands du
          port de Bordeaux à qui l'on donnoit pour sauvegarde un
          convoi de vaisseaux de guerre. En 1649, d'après l'_Etat
          général du revenu_ pour cette année-là, la ferme du convoi
          de Bordeaux rapportoit deux millions trois cent mille
          livres.]

De la ferme de la comptabilité de Bourdeaux, trois cens soixante mil
livres.

Des traictes foraines d'Anjou[119], deux cens quatre-vingt mil livres.

          [Note 119: La _traite foraine_, l'une des cinq grosses
          fermes, étoit un droit levé sur toutes les marchandises
          qui entroient dans le royaume ou qui en sortoient.
          L'établissement de la _traite d'Anjou_, dont il est parlé
          ici, des bureaux d'Ingrandes, Montluçon et autres lieux qui
          ne sont pas sur les frontières, étoit alors une chose toute
          nouvelle.]

Des peages de Loire, quatre cens mil livres.

De la subvention des villes franches, et l'escu pour thonneau de vin,
six cens cinquante mil livres.

De l'escu pour muid de sel passant à Rouën, cent cinquante mil livres.

De l'escu pour muid de sel passant par Ingrande, soixante-dix mil
livres.

Des sept deniers pour minot de sel entrant en Bourgongne, trente mil
livres.

Du vin de Picardie, cinquante mil livres.

Des trente sols pour muid de sel qui se prend en Brouage, soixante
mil livres.

De l'escu du thonneau de vin entrant à Rouën, cent cinquante mil
livres.

De la ferme des cartes et tarotz, celle-cy à neant[120].

          [Note 120: «De la ferme des cartes et tarotz, lit-on dans
          l'_Etat_ de 1607, à savoir 15 deniers par jeu de cartes
          qui se consomment au royaume, n'y a aucunes charges, 3,000
          livres.» C'étoit surtout à Rouen un grand commerce, qui
          s'augmenta beaucoup encore pendant tout le XVIIe siècle. En
          1695, Rouen fournissoit de cartes à jouer toute l'Europe,
          et même les colonies espagnoles d'Amérique. (_Archives
          curieuses_, 2e série, t. 12, p. 230.)]

De l'escu pour muid de vin qui se vend en Bretagne, cent
trente-quatre mil livres.

Des quatre cens mil livres dont le pays de Languedoc fait present au
roy de quatre ans en quatre ans, quatre cens mil livres.

De trente sols pour muid de sildre entrant à Rouën, soixante mil
livres.

L'entrée des drogues et espiceries, soixante-dix mil livres.

Des droicts qui se prennent le long de la rivière de Charente,
cinquante mil livres.

Des droicts qui se prennent le long de la rivière de Loire, cent mil
livres.

Des quatre mil livres du sel à Langres, celle-cy à neant.

Somme totale de la despence cy-dessus, dix-neuf millions cent
trente-six mil trois cens trente-cinq livres.

Laquelle somme arrestée, y compris les charges tant sur les
generalitez que sur les fermes, le tout revient à trente-six
millions neuf cens vingt-six mil cinq cens trente-huict livres, qui
se lèvent annuellement en France[121].

          [Note 121: Sous Henri III, le revenu étoit de 32 millions;
          sous Henri IV, de 35; Richelieu le doubla, et il alla
          croissant jusqu'en 1660, puis baissa. (_Le détail de la
          France_, Archiv. cur., 2e série.)]

Cy trente-six millions neuf cens vingt-six mil six cens trente-huict
livres.


_Chapitre de despence._

La chambre aux deniers, c'est à sçavoir ce qu'il faut pour la bouche
de Sa Majesté et des officiers de sa maison, trois cens trente mil
livres.

Les gages des officiers domestiques, trois cens mil livres[122].

          [Note 122: Ils ne se montoient qu'à 270,000 en 1607.]

L'ecurie, neuf vingt-six mil livres.

L'argenterie, quatre-vingt-dix-huict mil quatre cens livres.

Les menus plaisirs du roy, six vingt-neuf mil livres.

Les offrandes et aumosnes, huict mil quatre cens livres.

La venerie, douze mil livres[123].

          [Note 123: Sous Henri IV, d'après l'état de 1607, la
          dépense de la vénerie montoit à 51,000 fr. Malgré le goût
          de Louis XIII pour les oiseaux de chasse, la somme qu'il y
          employoit en 1620 ne dépasse pas celle qui se trouve, pour
          le même objet, portée au budget de son père.]

Les chevaux et oyseaux, dix-huict mil livres.

Les gentils-hommes de sa maison, deux cens mil livres[124].

          [Note 124: On ne trouve en 1597 que 21,000 fr. pour les
          cent gentilshommes. C'est qu'alors Sully veilloit à ce
          qu'on ne vît pas renaître les dilapidations du règne
          précédent, et «cette effrenée quantité d'officiers qui
          detruisoient tous les revenus du roi». (_Oeconom. royales_,
          coll. Petitot, t. 3, p. 17.)]

Les Suisses, vingt-deux mil livres.

Les gardes du corps, tant François que Suisses, deux cens mil livres.

Le prevost de l'autel, cinquante-deux mil deux cens livres.

Les bastimens, compris Fontaine-bleau, quatre cens quatre-vingt mil
livres.

Maison de la royne, trois cens mil livres.

Maison de monsieur le duc d'Anjou[125], frère du roy, sept vingt-deux
mil livres.

          [Note 125: C'est Gaston, qui ne fut fait que plus tard duc
          d'Orléans. Il avoit porté le titre qu'on lui donne ici dès
          sa naissance, en 1610. La rue d'Anjou-Dauphine, dont la
          construction est de la même date, lui doit son nom.]

Les garnisons, quinze cens mil livres.

Les autres gens de guerre, treize cens mil livres.

Artilleries, outre les sommes employées dans l'estat des finances,
deux cens quatre-vingt mil livres.

Fortifications et reparations, quatre cens soixante-dix-sept mil neuf
cent soixante livres.

Marines de Ponant, dix-huict mil livres.

Marines de Levant, deux cens soixante-dix-sept mil neuf cens soixante
livres.

Les voyages, deux cens deux mil livres.

Les deniers, deux cens mil livres.

Les menus dons, deux cens mil livres.

Les grosses estrennes du roy, cent cinquante mil livres.

Comptant ez mains du roy, sept vingt mil livres.

Les gouverneurs des provinces, quatre-vingt-neuf mil livres.

Les ambassadeurs, neuf vingt quatorze mil neuf cens quatre-vingt-unze
livres.

Les pensions, pour six millions quatre cens mil livres[126].

          [Note 126: Elles n'étoient portées que pour 2,063,729
          sur l'état de 1607. L'augmentation qu'on trouve ici, et
          bien mieux encore le détail qu'on trouvera plus loin,
          expliquent les plaintes contenues dans maint pasquil du
          temps, notamment dans la pièce que nous avons donnée avant
          celle-ci, _Turlupin le souffreteux_. On y trouve aussi
          la preuve de ce qu'a dit Richelieu sur les dilapidations
          commencées avec la régence de Marie de Médicis, et
          forcément continuées même après la mort du marquis d'Ancre:
          «Les présents que la reine fit aux grands au commencement
          de sa régence étourdirent bien la grosse faim de leur
          avarice et de leur ambition, mais elle ne fut pas pour cela
          éteinte. Il falloit toujours faire de même si l'on vouloit
          les contenter. De continuer à leur faire des gratifications
          semblables à celles qu'ils avoient reçues, c'étoit chose
          impossible. L'épargne et les coffres de la Bastille avoient
          été épuisés, et quand on l'eût pu faire, encore n'eût-il
          pas été suffisant.» (_Mémoires de Richelieu_, liv. 5.)]

L'Angleterre et Pays-Bas, un million neuf cens cinquante mil
livres[127].

          [Note 127: Ce subside, dont je ne connois ni l'origine ni
          l'objet, avoit été diminué d'un million depuis 1607.]

Les deniers en acquit, six cens quatre-vingt dix mil livres.

Les seigneurs de ligues des Suisses, douze cens mil livres.

Le grand duc, pour debtes, cent mil livres.

Le duc de Lorraine, pour debtes, cent mil livres.

Le duc de Guyse, pour debtes[128].

          [Note 128: La somme manque ici, mais on sait par l'état de
          1607 qu'elle étoit de 100,000 livres.]

Le cardinal de Joyeux, de Hombert, Bassompierre et Incarville, au
lieu du domaine dont ils ont été depossedez, cent mil livres.

Le duc de Vendosme et madame de Mercure[129], pour debte, cent
cinquante mil livres.

          [Note 129: De Mercoeur.]

Le duc de Nemours, pour debte, quatre-vingt-dix mil livres[130].

          [Note 130: Cette dette n'est pas sur l'état de 1607, où les
          autres figurent.]

Le duc de Mantoue, pour debte, quarante-cinq mil livres.

Jamect et Gondy, pour debte, quatre-vingt dix mil livres.

Debtes de Languedoc, soixante-quinze mil livres.

Fermes, demandes de dedommagemens, deux cens mil livres.

Rentes à Rouen, soixante-douze mil livres.

Interests d'advances, trois cens mil livres.

Parties inopinées et non values, cy deux millions cent sept mil cinq
cens livres sept sols six deniers.

Somme toute de la despence cy-dessus, dix-neuf millions six cens
trente-six mil trois cens trente cinq livres.

Voilà donc à quoy revient ces despens, ce grand amas de finances
ausquels nous pouvons observer cet ordre de la nature, que, tout
ainsi que des fontaines naissent des ruisseaux, les rivières qui
tirent quelques fois leur origine de lacs dont les sources sont en
eux-mesmes et se desgorgent toutes dans la mer, de mesme se peut-il
voir des finances, en ce qu'après estre entrées en l'espargne, elles
en sortent, comme nous avons monstré cy-devant, et, se jettans par
les plus grosses veines, se respendent jusques aux plus moindres
partyes, qui sont les laboureurs et artizans, ausquels il faut
necessairement que la plus part s'en aille; et que si, pour conserver
le repos du royaume, il en sort quelque partie, aussi en entre-il
d'ailleurs par le moyen de ces quatre sources inexpirables: le bled,
le vin, les toilles et le pastel[131], dont la paye entretient
l'abondance et fait que le peuple se peut facilement acquitter de ce
qui luy est imposé sur luy, vivre paisiblement et d'esperer encore
mieux à l'advenir; car Sa Majesté veillant, comme elle a fait depuis
la paix, par les yeux de ceux qu'elle a commis et dignement choisis
en toutes les charges de son Estat, et recouvrant comme elle a fait
le douaire de sa sacrée couronne, sçavoir est le domaine dont il
y a party fait dès l'année mil six cens et douze[132], pour prest
de trente millions de livres, c'est le moyen le plus asseuré pour
l'enrichir, comme aussi le public, et en faire autant pour son peuple
comme pour Sa Majesté mesme.

          [Note 131: Sur ce produit, l'une des principales richesses
          de nos provinces méridionales, V. notre t. 3, p. 110-111.]

          [Note 132: «Dès l'année 1608», lit-on dans l'_Etat_ de
          1607, dont, sauf cette variante, tout ce paragraphe est la
          reproduction.]


_Pensions de nosseigneurs et dames de la cour._

A monsieur le Prince, pour sa pension de la présente année 1621, cent
mil livres[133].

          [Note 133: Un _état_ manuscrit des dépenses particulières
          de Louis XIII pour 1641, pièce fort intéressante, que
          M. Vallet de Viriville a publiée presque entièrement
          dans le _Cabinet de lecture_ (10 juillet 1837), d'après
          la copie possédée par la bibliothèque Sainte-Geneviève,
          dans le recueil coté Z, 378, in-4, contient aussi l'_état
          général des gages, appoinctemens et pensions que le roy
          veult et ordonne estre payées par le tresorier de son
          espargne aux princes, princesses, dames, officiers de la
          couronne, seigneurs du conseil, gouverneurs des provinces,
          gentilshommes et aultres_ ... On y trouve M. le Prince,
          comme ici, en première ligne, mais pour une pension plus
          forte: cent cinquante mille livres. De plus, son fils, le
          duc d'Anguien (_sic_), en a une de 100 mille.]

A monsieur le comte de Soissons, soixante-dix mil livres.

A monsieur de Guyse, cent mil livres.

A monsieur le duc de Nevers, cent mil livres.

A monsieur de Longueville, quatre-vingt mil livres[134].

          [Note 134: En 1641, il n'a plus que 26,000 livres, y
          compris ses appointements de gouverneur de Normandie.]

A monsieur de Vandosme, cinquante mil livres.

A monsieur le duc d'Elbeuf, trente mil livres.

A monsieur le prince de Joinville, trente mil livres[135].

          [Note 135: Frère du duc de Guise. On avoit acheté sa
          fidélité à la cause du roi par cette pension et d'autres
          avantages. V. _Lettres de Richelieu_ (documents inédits),
          t. 1, p. 462, 475.]

A monsieur le duc d'Epernon, soixante-dix mil livres.

A monsieur le duc de Bouillon, quatre-vingt mil livres[136].

          [Note 136: En 1641, Richelieu ayant fait en sorte qu'il
          fût moins à craindre qu'en 1622, on ne lui donnoit plus
          que 3,000 livres de pension, plus 10,000 «à cause de la
          protection de Sedan».]

A monsieur de la Trimouille, cinquante mil livres[137].

          [Note 137: En 1641, il n'a plus que 8,000 livres.]

A monsieur le chevalier de Vandosme, trente mil livres.

A monsieur l'admiral, quarante mil livres[138].

          [Note 138: C'est le duc de Montmorency qui avoit alors
          la charge d'amiral. Richelieu la supprima en 1627; il la
          remplaça par celle de grand maître de la navigation, qu'il
          prit pour lui.]

A monsieur le duc de Redz[139], vingt mil livres.

          [Note 139: Celui dont la déroute au Pont-de-Cé est si
          fameuse. Leclerc, (_Hist. de Richelieu_, 1694, in-8, p.
          63.)]

A monsieur le comte de Laval, trente mil livres[140].

          [Note 140: Urbain de Laval, maréchal de France, mort en
          1629.]

A monsieur le comte de Chombert, trente mil livres[141].

          [Note 141: Henri de Schomberg, alors superintendant des
          finances.]

A monsieur d'Esdiguières[142], soixante mil livres.

          [Note 142: Le duc de Lesdiguières.]

A monsieur de Montbazon, quarante mil livres[143].

          [Note 143: Grand veneur de France. En 1641, il ne touche
          plus que 10,000 livres. V. sur lui notre t. 5, p. 291.]

A monsieur le Connestable, soixante et dix mil livres[144].

          [Note 144: Le duc de Luynes, alors connétable en effet.]

A monsieur de Brante, trente mil livres.

A monsieur de Cadenet, vingt mil livres[145].

          [Note 145: Les deux frères de Luynes. V. sur eux les
          _Caquets de l'Accouchée_, passim.]

A monsieur de Bassompierre, trente mil livres.

A monsieur le duc de Rouennois[146].

          [Note 146: Le duc de Roannez.]

A monsieur le comte de S.-Aignan[147], trente mil livres.

          [Note 147: Celui qui eut une si belle part à la déroute du
          duc de Retz au Pont-de-Cé. V. le _Baron de Fæneste_, liv.
          4, chap. 2.]

A monsieur le Grand[148], cinquante mil livres.

          [Note 148: Le duc de Bellegarde, _grand_ écuyer de France.
          En 1641, il n'a plus que 10,000 livres, et encore est-ce
          comme conseiller d'Etat. Richelieu, on le voit, avoit
          réduit tous les favoris, et Bellegarde l'avoit été plus
          qu'aucun, à la portion congrue.]

A monsieur le mareschal de Souvray, quarante mil livres.

A monsieur le Premier[149], quarante mil livres.

          [Note 149: On appeloit M. _le Grand_ le maître de la grande
          écurie du roi, et M. _le Premier_ celui qui commandoit à la
          petite.]

A monsieur le comte de la Roche-Foucault[150], vingt mil livres.

          [Note 150: François de La Rochefoucauld, père de l'auteur
          des _Maximes_, fait en 1612 maître de la garde-robe par le
          maréchal d'Ancre, et duc et pair en 1622 par Louis XIII.]

A monsieur de Termes[151], quinze mil livres.

          [Note 151: Le baron de Termes, frère du duc de Bellegarde.
          Il mourut cette même année, 1621, le 22 juillet, d'une
          blessure qu'il avoit reçue au siége de Clérac.]

A monsieur de la Roche Guyon, dix mil livres.

A monsieur le vicomte de Pardaillan, dix mil livres.

A monsieur de Rauquelaure[152], trente mil livres.

          [Note 152: Antoine de Roquelaure, maréchal de France, mort
          en 1626.]

A monsieur le vicomte de Sardigny[153], soixante mil livres.

          [Note 153: Scipion Sardini, financier anobli. V. sur lui et
          sur sa maison le t. 5, p. 221.]

A monsieur de Suilly, quarante mil livres[154].

          [Note 154: Le duc de Sully. Ce grand ennemi des pensions
          ne laissoit pas, comme on voit, que d'en toucher une assez
          bonne, sans préjudice de celle dont étoit gratifié son
          fils, le marquis de Rosny, qui suit ici la sienne.]

A monsieur le marquis de Rosny, vingt mil livres.

A monsieur le marquis de Nesles, vingt mil livres.

A monsieur le marquis de Coeuvre[155], dix mil livres.

          [Note 155: François Annibal d'Estrées, marquis de Coeuvres,
          se rendit fameux dans les ambassades. Il étoit frère de
          Gabrielle. V. les _Caquets de l'Accouchée_, p. 149.]

A monsieur de Vantadour, vingt mil livres.

A monsieur le comte de Fiesques[156], vingt mil livres.

          [Note 156: Charles-Louis, comte de Fiesque, qui joua un
          rôle dans la Fronde parmi les conseillers de Gaston. Sa
          femme, Gilone d'Harcourt, figure dans l'_Histoire amoureuse
          des Gaules_.]

A monsieur le vidasme du Mans, vingt mil livres.

A monsieur le vidame de Chartres, vingt mil livres.

A monsieur de Mortemar, dix mil livres[157].

          [Note 157: En 1641, il est l'un des trois premiers
          gentilshommes de la chambre du roi, et reçoit en cette
          qualité 6,000 livres. Son marquisat devint duché-pairie en
          1650. On l'appeloit le beau Mortemart. V. t. 5, p. 154.]

A monsieur de Biron, vingt mil livres[158].

          [Note 158: En 1641, il n'a plus que 2,000 livres de
          pension, et nous le trouvons perdu parmi les 400
          pensionnaires environ que la pièce du recueil de la
          Bibliothèque Sainte-Geneviève comprend sous le titre de
          _Cour_.]

A monsieur d'Antragues[159], dix mil livres.

          [Note 159: Balzac d'Entraigues ou d'Antragues, ancien
          gouverneur d'Orléans, père de la marquise de Verneuil. Il
          vivoit retiré dans sa terre de Malesherbes, où Henri IV
          l'avoit exilé après la découverte de sa conspiration avec
          l'Espagne. Il est étrange que Louis XIII pensionne un tel
          homme.]

A monsieur le comte de Chiverny[160], dix mil livres.

          [Note 160: Fils du chancelier de France sous Henri III et
          sous Henri IV, auteur des _Mémoires_ si célèbres.]

A monsieur le comte de Sanxerre, dix mil livres.

A monsieur de la Curée, six mil livres.

A monsieur Daigremont, dix mil livres.

A monsieur de Crequy, douze mil livres[161].

          [Note 161: Maréchal de France, gendre de M. de
          Lesdiguières.]

A monsieur de Praslin, dix mil livres.

A monsieur le marquis de Ragny, huict mil livres.

A monsieur le marquis de Mosny[162], huict mil livres.

          [Note 162: Nous ne le trouvons nommé que dans les
          _Contreveritez de la cour_. V. notre t. 4, p. 342. C'étoit,
          à ce qu'il paroît, un grand fou.]

A monsieur de Villepreux, dix mil livres[163].

          [Note 163: Le même qui plus tard accompagna le duc de Guise
          dans son expédition de Naples, et fut l'un de ceux qui le
          servirent le mieux. V. Collect. Petitot, 2e série, t. 56,
          p. 181.]

A monsieur de Sainct-Gerant[164], huict mil livres.

          [Note 164: Il ne nous est connu que comme agent de Sully
          pour une mission qu'il lui donna à Moulins. V. _Oeconom.
          royales_, édit. Petitot, t. 7, p. 407.]

A monsieur de Courtenvaux[165], dix mil livres.

          [Note 165: Gille de Souvray, marquis de Courtanvaulx,
          maréchal de France, gouverneur de Louis XIII. Il fut tué
          dans une affaire près d'Arras. V. Mém. de Monglat, Coll.
          Petitot, 2e série, t. 49, p. 276.]

A monsieur le chevalier de Souvray[166], dix mil livres.

          [Note 166: Il étoit en 1641 premier gentilhomme de la
          chambre et recevoit 6,000 livres.]

A monsieur Dallincourt[167], vingt mil livres.

          [Note 167: Fils de Villeroy, l'un de ceux qui travaillèrent
          le plus à faire chasser Sully du ministère.]

A monsieur Daumont[168], dix mil livres.

          [Note 168: Antoine d'Aumont, fort jeune alors. Il devint
          maréchal de France sous Louis XIV.]

A monsieur de Salcedde, dix mil livres.

A monsieur le vicomte de Bourgueil, dix mil livres.

A monsieur le comte de S.-Paul[169], trente mil livres.

          [Note 169: Gouverneur d'Orléans. Sa femme recevoit encore
          en 1641 une pension de 6,000 livres.]

A monsieur de Nangy[170], vingt mil livres.

          [Note 170: Très brave officier, qui servoit comme mestre de
          camp au siége de Gravelines, en 1652, et y fut tué.]

A monsieur de Montespan, dix mil livres.

A monsieur d'Argouges, dix mil livres.

A monsieur d'Aubigny, huict mil livres.

A monsieur de Razilly[171], huict mil livres.

          [Note 171: M. de Razilly étoit un voyageur revenu depuis
          1613 des îles d'Amérique, d'où il avoit ramené toute une
          famille de sauvages, dont il est longuement parlé dans les
          lettres de Malherbe à Peiresc. V. p. 258, etc.]

A monsieur du Plessy-Mornay, trente-six mil livres.

A monsieur Benjamin[172], dix mil livres.

          [Note 172: Le même que Saint-Amant appelle

               Des bons escuyers la source.

          Il tenoit à Paris une académie d'équitation. L'abbé
          Arnauld, qui travailloit à son académie en 1634, fait
          de lui les plus grands éloges. Cinq-Mars prit aussi de
          ses leçons, ainsi que le duc d'Enghien, «et, dit l'abbé,
          c'est, je crois, la plus forte preuve qu'on puisse donner
          de l'estime dans laquelle estoit cet excellent maistre».
          (_Mém._ de l'abbé Arnauld, Collect. Petitot, 2e série, t.
          34, p. 130, 134, 135.)]

A monsieur de Vignolles[173], dix mil livres.

          [Note 173: Il avoit été maréchal de camp sous Henri IV.
          C'est lui qui, lors de la panique de 1636, conseilla
          d'attaquer Corbie, jurant de le reprendre en quinze jours.
          On se trouva bien d'avoir suivi son conseil.]

A monsieur le marquis de Conaquin, dix mil livres.

A monsieur de Riberpré[174], douze mil livres.

          [Note 174: On le récompensoit là sans doute d'avoir été
          l'un des ennemis du maréchal d'Ancre et d'avoir failli être
          tué par ses _bravi_. V. Collect. Petitot, t. 21 _bis_, p.
          236.]

A monsieur le marquis de Nouailles, dix mil livres.

A monsieur de Mout[175], douze mil livres.

          [Note 175: Le voyageur de Mout, qui découvrit pour nous,
          avec Champlain, les côtes de l'Acadie. V. sur lui t. 3, p.
          165, note.]

A monsieur d'Estisac[176], dix mil livres.

          [Note 176: Le marquis d'Estissac, dont il est parlé dans
          les _Mémoires_ de Mme de Motteville à propos de sa prise
          de possession de La Rochelle, où il demeura fidèle au roi.
          C'est aussi lui qui chassa de Marennes les gens du comte de
          Dognon. V. _Mém._ de Monglat, Collect. Petitot, 2e série,
          t. 50, p. 395.]

A monsieur de Pouille, huict mil livres,

A monsieur de Rohan, trente-six mil livres.

A monsieur de Bellangreuille, cinquante mil livres.

A monsieur de Cangey, huict mil livres.

A monsieur de Sauveterre[177], huict mil livres.

          [Note 177: Il fut quelque temps l'un des premiers valets
          de chambre de la garde-robe; mais, étant accusé de vouloir
          mettre de la mésintelligence entre le roi et sa mère, il
          fut contraint à se retirer.]

A monsieur le comte d'Auvergne, quarante mil livres.

A monsieur de Pommereuze, dix mil livres.

A monsieur de Moncanisy, dix-huict mil livres.

A monsieur de Matignon, dix mil livres.

A monsieur de Vaubecourt, douze mil livres.

A monsieur de la Pardis, douze mil livres.

A monsieur le marquis de Marrigny, dix mil livres.

A monsieur de Fourneaux, douze mil livres.

A monsieur de Baigneux, dix mil livres.

A monsieur de Grandmond, huict mil livres[178].

          [Note 178: En 1641, le sieur de Grammont, «fils naturel de
          M. le prince de Conti», n'est porté que pour 2,000 livres.]

A monsieur de Martainville, six mil livres.

A monsieur Ribère, medecin[179], huict mil livres.

          [Note 179: Sur l'état de 1641 le médecin Ribère ne se
          trouve plus, mais il y en a _six_ autres à sa place:
          Bonnard, _premier medecin du roy_, pour 12,000 livres de
          gages; Seguin, _premier medecin de la reyne_, pour 6,000;
          Guillemeau, _medecin ordinaire du roy_, pour 2,400; Citoye,
          _medecin du roy_ (il étoit aussi, comme on sait, celui du
          cardinal de Richelieu), touchoit 2,000 livrés «pour sa
          pention», et non pour ses gages; enfin Le Teillier, médecin
          du roy, touchoit 1,200 livres.--Ce qui nous étonne, c'est
          de ne pas voir ici le nom d'Hérouard, qui devoit être
          pourtant, en 1621, attaché à la personne du roi, d'après ce
          que dit Tallemant (édit. in-12, t. 3, p. 62): «J'oubliois
          que son médecin Hérouard a fait plusieurs volumes de tout
          ce que le roi a fait, qui commencent depuis l'heure de
          sa naissance jusqu'au siége de La Rochelle, où vous ne
          voyez rien, sinon à quelle heure il se réveilla, déjeuna,
          cracha, pissa, etc.» Ce singulier manuscrit a été indiqué
          par le P. Lelong dans sa _Bibliothèque de la France_, t.
          2, nº 21,448. Il porte ce titre: _La Ludovicotrophie_, ou
          _Journal de toutes les actions et de la santé de Louis,
          dauphin de France, qui fut ensuite le roi Louis XIII,
          depuis le moment de sa naissance jusqu'au 29 janvier
          1628_, par Jehan Hérouard, premier médecin du prince. Il
          paraîtroit qu'Amelot de la Houssaye avoit eu connoissance
          de ce journal, quand il écrivit, ne se trompant que sur
          le nom du médecin: «Bouvard, médecin de Louis XIII, lui
          fit prendre en un an 215 médecines et 212 lavements, et le
          fit saigner 47 fois.» (_Mémoires historiques_, t. 2, p.
          193-194.) Ce _Journal_ est aujourd'hui parmi les manuscrits
          de la bibliothèque de l'Arsenal, in-4, nº 184.]

A monsieur de Blammesnil, six mil livres.

A monsieur du Bois-Chastellier[180], huict mil livres.

          [Note 180: Ne seroit-ce pas Dubois, l'un des premiers
          valets de chambre du roi, de qui l'on a le _Mémoire fidèle
          des choses qui se sont passées à la mort de Louis XIII_,
          etc., publié d'abord à Amsterdam (_Curiosités historiques_,
          1759, t. 2, p. 44), puis par MM. Michaud et Poujoulat,
          qui ne rappellent pas sa première publication dans leur
          nouvelle collection de _Mémoires_, 1re série, t. 11, p.
          523.]

A monsieur de Lormeroux, dix mil livres.

A monsieur de Conflans, huict mil livres.

A monsieur de Beaugrand, escrivain du roy, trois mil livres.

A monsieur Gentil, joueur de paulme de Sa Majesté, deux mil livres.

Au sieur Hierosnime, espadacin du roy, trois mil livres[181].

          [Note 181: Dans l'état de 1641, l'on ne retrouve plus ces
          trois derniers emplois, qui indiquent qu'en 1621 Louis
          XIII, qui n'avoit que 20 ans, apprenoit encore l'écriture,
          la paulme et les armes. On y trouve en revanche: Jacques Le
          Vasseur, _trompette du roy_, porté pour 400 livres; Jacques
          Abraham, _oiseleur et siffleur de linottes_, pour 200; le
          _petit fourbisseur_, pour 600; Boccan, _maître à danser
          de la reyne_, pour 800, et le sieur Dupré, _saulteur_,
          pour la même somme. En 1659, d'après l'_Estat général des
          officiers, domesticques et commensaux de Sa Majesté_ ...,
          tiré des Mémoires de M. de Saintot, par le sieur de La
          Marinière, Paris, 1660, in-8, l'on apprend que le maître à
          danser du jeune roi (Louis XIV) recevoit 2,000 livres, son
          maître de dessin 1,500, tandis que celui qui lui montroit
          l'écriture n'en avoit que 300.]


_Capitaines des gardes._

A monsieur de Saincte-Collombe, trois mil livres.

A monsieur de Fourrilles[182], deux mil livres.

          [Note 182: Il fut plus tard lieutenant-colonel du régiment
          des gardes et grand maréchal des logis. En 1641 il avoit
          cette dernière charge et recevoit 2,000 livres, plus 4,000
          auxquelles il avoit droit «pour la pention qu'avoient ses
          prédécesseurs et qu'il avoit acheptée avec sa charge.»
          Le premier, selon Mme de Nemours, il démêla les bonnes
          qualités de Louis XIV. (Collect. Petitot, 2e série, t. 34,
          p. 305.)]

A monsieur de Campaignolles, deux mil livres.

A monsieur de Formagères, deux mil livres.

A monsieur Tilladet, deux mil livres.

A monsieur de Meux, deux mil livres.

A monsieur de Bourdet, deux mil livres.

A monsieur de la Salle, deux mil livres.

A monsieur de Bourg, deux mil livres.

A monsieur de Nangy, deux mil livres.

A monsieur de Goaas[183], deux mil livres.

          [Note 183: C'est lui qui, au siége de Montpellier, en 1622,
          eut une querelle avec M. de Marillac pour une sentinelle de
          sa compagnie que celui-ci avoit frappée. V., à cette date,
          les _Mémoires de Puységur_.]

A monsieur de Grandpré, deux mil livres.

A monsieur de Castellier, deux mil livres.

A monsieur de Grandpré, deux mil livres.

A monsieur de Livroux, deux mil livres.


_Pairs de France, Clergé._

A monsieur l'evesque de Noyon, douze mil livres.

A monsieur l'evesque de Chaallons, dix mil livres.

A monsieur l'evesque de Laon, dix mil livres.

A monsieur l'archevesque de Rheims, douze mil livres.

A monsieur l'evesque de Langres, dix mil livres.

A monsieur l'archevesque de Sens, quinze mil livres.

A monsieur l'archevesque de Lyon, douze mil livres.

A monsieur l'evesque de Paris, douze mil livres.

A monsieur l'evesque de Senlis, huict mil livres.

A monsieur l'archevesque d'Anbrun, huict mil livres.

A monsieur l'evesque de Chartres, huict mil livres.

A monsieur l'archevesque de Bourges, dix mil livres.

A monsieur l'evesque de Lisieux, dix mil livres.

A monsieur l'archevesque de Roüen, huict mil livres.

A monsieur l'archevesque de Tours, six mil livres.

A monsieur l'archevesque d'Arles, huict mil livres.

A monsieur l'evesque de Rennes, huict mil livres.

A monsieur l'evesque de Nantes, six mil livres.

A monsieur l'archevesque de Bourdeaux, huict mil livres.

A monsieur l'archevesque d'Aix, dix mil livres.

A monsieur l'evesque de Montpellier, dix mil livres.

A monsieur l'archevesque de Thoulouze, huict mil livres.


_Conseillers d'Estat._

A monsieur le chancellier[184], soixante mil livres.

          [Note 184: Personne alors n'occupoit cette haute charge:
          Luynes se l'étoit réservée. C'est lui qui tenoit les sceaux
          et qui, par conséquent, touchoit aussi les appointements.
          Après sa mort, le président du Vair, dont le nom suit, fut
          fait chancelier, mais mourut lui-même après un très court
          exercice.]

A monsieur le president du Vair, quatre-vingt mil livres.

A monsieur le premier president, douze mil livres[185].

          [Note 185: C'étoit Nicolas de Verdun. V. sur lui _les
          Caquets de l'Accouchée_, p. 143-144.]

A monsieur le president Jeannin, dix mil livres.

A monsieur le president de Hacqueville, dix mil livres[186].

          [Note 186: Jérôme de Hacqueville. Il fut premier président
          en 1627, après la mort de M. de Verdun, et mourut lui-même
          l'année suivante.]

A monsieur de Villemontée, huict mil livres.

A monsieur de Roissy, dix mil livres.

A monsieur de Villotreys[187], douze mil livres.

          [Note 187: Le sieur de Villautrais, que sa fortune de
          partisan avoit porté au Conseil d'Etat. V. _les Caquets de
          l'Accouchée_, p. 365.]

A monsieur de Vicq, dix mil livres[188].

          [Note 188: Meri de Vic, sieur d'Ermenonville, qui fut
          chancelier de France après du Vair, et mourut l'année qui
          suivit son entrée en charge.]

A monsieur de Belesbat, douze mil livres.

A monsieur le president Crespin, dix mil livres.

A monsieur de Bullon[189], douze mil livres.

          [Note 189: Claude de Bullion, qui mourut en 1640
          surintendant des finances.]

A monsieur le president de l'Escaloppier[190], dix mil livres.

          [Note 190: Celui dont la femme fit tant parler et pour
          laquelle on composa la fameuse chanson des Feuillantines.]

A monsieur de Revol, dix mil livres.

A monsieur de Hacqueville, dix mil livres.

A monsieur de Harlay[191], douze mil livres.

          [Note 191: Fils de l'ancien premier président. Il devint
          lui-même procureur général, et mourut en 1671.]

A monsieur le Chevallier[192], douze mil livres.

          [Note 192: Le président Chevalier, dont il est parlé dans
          _les Caquets de l'Accouchée_, p. 27.]

A monsieur le president Gabellin, quatre mil livres.

A monsieur le president Hannequin, six mil livres.

A monsieur de Beaumont, huict mil livres.

A monsieur Durier[193], six mil livres.

          [Note 193: Au lieu de Durier, ne faut-il pas lire Duret,
          sieur de Chevry? Il avoit été secrétaire de Sully et étoit
          devenu président de la chambre des comptes. V. t. 4, p.
          156.]

A monsieur Ollier[194], dix mil livres.

          [Note 194: Il n'étoit que conseiller au Parlement sous
          Henri IV. L'on a de lui de très curieux _Mémoires_ mss. qui
          se trouvent à la Bibliothèque impériale, nº 9821-3.]

A monsieur de Pont-Chartrain, douze mil livres.

A monsieur Puget[195], quatre mil livres.

          [Note 195: Fameux trésorier de l'épargne. V. Tallemant,
          édit. in-12, t. 8, p. 116, et notre édit. des _Caquets de
          l'Accouchée_, p. 39, note.]

A monsieur Phlippeaux[196], quatre mil livres.

          [Note 196: Paul Phelypeaux de Pontchartrain. Il mourut
          cette même année 1621.]

A monsieur de Moram, quatre mil livres.

A monsieur D'Herbault[197], quatre mil livres.

          [Note 197: Remi Phelypeaux d'Herbault, mort en 1629.]

A monsieur de Vausclans, douze mil livres.

A monsieur de Sancy, trente mil livres.


_Gens du roy._

A monsieur le procureur general, huict mil livres[198].

          [Note 198: C'étoit alors Nicolas de Bellièvre, qui mourut
          en 1650.]

A monsieur Servin[199], advocat general, six mil livres.

          [Note 199: Louis Servin, mort en 1626.]

A monsieur le Bret[200], advocat general, six mil livres.

          [Note 200: Cardin le Bret, mort en 1654.]


_Secretaires d'Estat._

A monsieur de Seaux[201], vingt mil livres.

          [Note 201: Le comte de Sault. Il figure en 1641 parmi les
          premiers gentilshommes de la chambre, et reçoit en cette
          qualité 6,000 livres.]

A monsieur de Pont-Chartrain, vingt mil livres.

A monsieur de Lermenye[202], vingt mil livres.

          [Note 202: Lisez Antoine de Loménie, qui fut en effet
          secrétaire d'Etat jusqu'en 1638, année de sa mort.]

A monsieur Phlipeaux, vingt mil livres.

A monsieur de Flexelles, greffier du conseil, deux mil livres.

Aux cinq huissiers du conseil, six mil livres.


_Dames._

A madame la Princesse, trente mil livres.

A madame la princesse de Conty, vingt mil livres.

A madame de Guyse, la douairière[203], vingt mil livres.

          [Note 203: Elle faisoit beaucoup parler d'elle alors à
          cause de son commerce avec M. de Bellegarde. V. t. 5, p.
          155.]

A madame d'Elbeuf, la mère, dix mil livres[204].

          [Note 204: C'est la même qui, en 1631, prit parti avec la
          princesse de Conti et le duc d'Orléans contre le cardinal
          et fut exilée.]

A madame de la Trimouille, dix mil livres.

A madame de Rohan, douze mil livres.

A madame de Longueville la mère, douze mil livres.

A madame la marquise de Verneuil[205], dix mil livres.

          [Note 205: Henriette d'Entragues, dont les amours avec
          Henri IV sont si connus. Elle mourut en 1633. Il est
          curieux de voir ici le fils pensionner la maîtresse de son
          père.]

A madame la comtesse de Mouret[206], dix mil livres.

          [Note 206: Encore une maîtresse de Henri IV pensionnée par
          son fils. C'est Jacqueline de Beuil, comtesse de Moret, qui
          eut du roi, en 1607, ce comte de Moret tué à la bataille de
          Castelnaudary, en 1632.]

A madame des Essars[207], douze mil livres.

          [Note 207: Charlotte des Essars, comtesse de Romorantin.
          C'est encore une des maîtresses de Henri IV, qui en
          eut deux filles, l'abbesse de Fontevrault et l'abbesse
          de Chelles. Elle mourut en 1651, femme du maréchal de
          l'Hospital. Nous ne la trouvons pas sur l'_Etat_ de 1641,
          mais nous y trouvons sa fille, l'abbesse de Fontevrault,
          pour 3,600.]

2. A mesdamoiselles de Rohan, huict mil livres[208].

          [Note 208: En 1641 nous ne trouvons qu'une demoiselle de
          Rohan, portée pour 6,000 livres.]

2. A mesdamoiselles Daumalle, huict mil livres.

A madame la comtesse de Saux[209], dix mil livres.

          [Note 209: Auparavant marquise de Créqui, et mère du
          maréchal de ce nom. Le comte de Sault, dont il a été parlé
          plus haut, étoit son fils d'un second lit. Bullion avoit
          été son amant et lui devoit sa faveur. V. Tallem., édit.
          in-12, t. 3, p. 5-6.]

A madame de Balligny[210], dix mil livres.

          [Note 210: Diane d'Estrées, soeur de Gabrielle et seconde
          femme de Jean de Montluc, sieur de Balagny, maréchal
          de France. Elle avoit une détestable réputation et la
          méritoit. V. t. 5, p. 155.]

A madame de Guercheville[211], dix-huict mil livres.

          [Note 211: Henri IV l'avoit aimée sans succès. Il l'attacha
          à la personne de Marie de Médicis lors de son mariage avec
          cette princesse. C'est l'une des rares honnêtes femmes que
          nous trouvons dans cette liste de dames ayant pension de
          Louis XIII, dit le _chaste_.]

A madame de Vauselaux, dix-huict mil livres.

A Françoise Joret, nourrice de Sa Majesté, six mil livres[212].

          [Note 212: En 1641, c'est la nourrice du dauphin qui touche
          une pension, mais de beaucoup moins forte: «A la demoiselle
          de la Giraudière, première nourrice de M. le Dauphin ...,
          1,200 livres.»]

Aux servantes des Enfans de France, quatre mil livres.

A Mathurine, douze cens livres[213].

          [Note 213: C'est la _folle_ en titre d'office dont nous
          avons déjà si souvent parlé. V. notamment _Caquets de
          l'Accouchée_, p. 168, 261. Ogier, dans son _Apologie pour
          Balzac_, p. 100, parle de Mathurine comme d'une _folle à
          gages_. Ce livre parut en 1627, et Ogier dit qu'elle étoit
          morte alors.]

A M{e} Guillaume[214], par les mains de M{e} Jean Lobeys, son
gouverneur[215], dix-huict cens livres.

          [Note 214: Même note pour maître Guillaume, qui se trouvoit
          être le fou de Louis XIII comme il avoit été celui de
          Henri IV. V. pour lui _les Caquets de l'Accouchée_, p.
          263, etc. Dans le _Lunatique à maître Guillaume_, l'une
          des nombreuses pièces qui furent faites sous le nom de ce
          fol ou à son sujet, il est parlé de sa pension, ainsi que
          de celle de Mathurine: «Tu fais bien de ne pas aimer les
          réformés, dit l'auteur à maître Guillaume ... car s'ils
          étoient crus ... on retrancheroit les fols et les bouffons
          ... Eh! pauvre Mathurine, pauvre Angoulevant, pauvre maître
          Guillaume, et tous tant que vous êtes de fous à chaperon et
          sans chaperon, où seroient désormais vos pensions?»]

          [Note 215: Les gouverneurs des fous de cour étoient
          eux-mêmes des bouffons, témoins ceux qu'on avoit donnés
          pour maîtres à Thoni, fou de Henri II et de Charles IX:
          l'un s'appeloit Gui, l'autre La Farce. Il est parlé de
          celui-ci, dont nous ne venons, bien entendu, de dire que le
          surnom, dans une pièce qui se trouvoit parmi les archives
          de M. le baron de Joursanvault, et que le _Catalogue_ (1re
          partie, p. 64, nº 447) analyse ainsi: «Louis de la Proue,
          dit La Farce, gouverneur de Thouyn (c'est le vrai nom de
          Toni), _fou du roy_, va avec ledit Thouyn trouver le duc de
          Lorraine de la part du roi.» (1560.)]



_Quatrains au Roy sur la façon des harquebuses et pistolets,
enseignans le moyen de recognoistre la bonté et le vice de toutes
sortes d'armes à feu, et les conserver en leur lustre et bonté, par
François Poumerol, arquebusier._

_A Paris, pour l'autheur, chez Pierre Rocolet, au Palais._

M.DC.XXXI[216].

          [Note 216: Nous ne connoissons ce livre que par
          l'exemplaire qui se trouve à la bibliothèque de l'Arsenal.
          Il eut pourtant deux éditions; la seconde, très augmentée,
          se trouve aussi, mais sans titre, à la même bibliothèque.
          Une série de _huitains_ adressés aux arquebusiers en est
          la pièce la plus curieuse; elle nous a beaucoup servi pour
          l'annotation des _quatrains_ que nous donnons ici.]

       *       *       *       *       *

_A l'Occasion._

    Occasion, qu'à moy t'es souvent presentée,
  Lorsque, pour mon malheur, ne t'ayant souhaittée,
  Jeune, je ne daignois de te prendre aux cheveux;
  Ores que je suis vieil et que je te souhaitte,
  Si jamais tu reviens t'offrir dans ma logette,
  A tes offres soudain j'attacheray mes voeux.

    Le deplaisir que j'ay de t'avoir meprisée
  Au temps que ma besongne estoit des grands prisée,
  Et que tu me voulois mettre à Fontainebleau[217],
  M'est si grand que depuis, pour marque de ma faute,
  Au bourg où je me tien, j'ay dans ma chambre haute
  Dudit Fontainebleau l'admirable tableau.

    Enfin je pouvois estre, exempt des fascheries,
  Dans ce Fontainebleau ou dans les Galeries
  Où maints artisans sont au service des rois.
  Mais j'ay beau regretter Fontainebleau, le Louvre,
  Le temps qui est perdu jamais ne se recouvre,
  Ny l'homme ne peut estre au monde qu'une fois.

          [Note 217: L'arsenal particulier du roi étoit à
          Fontainebleau, dans la partie du château qu'on appeloit le
          _pavillon des armes_. Une des chambres de ce pavillon avoit
          servi de prison au maréchal de Biron.]


_A la Fortune._

    Fortune, qui conduis sur la terre et sur l'onde
  En diverses façons la brigade du monde,
  Fay que ce petit livre, où je suis esperdu,
  Pour ne l'avoir sceu faire, en ce temps où nous sommes,
  Digne de voir le jour, ny d'estre veu des hommes
  Ne soit des mesdisans ny pincé, ny mordu.

    De plus, fais, s'il te plaist, que ce petit volume,
  Au sortir de ma forge, où le charbon s'allume,
  Ne s'aille mettre au jour sans guide et sans support:
  Car, s'il est attaqué de quelque Menippée,
  Un coup de langue est pire qu'un coup d'espée,
  Ou fais à tout le moins qu'il prenne un passeport.

    Toy donc que je reclame, ô Fortune perverse!
  Qui eslève les uns et les autres renverse
  Dans les malheurs du monde où le destin nous met,
  Ne me sois point contraire, ains conduis mon envie;
  Mais quoy! tu ne peus rien en ceste humaine vie,
  Ny le destin non plus, si Dieu ne le permet.


_Au Bonheur._

  Bonheur, qui peux beaucoup et qui n'as rien d'injuste,
  Qui conduis les desseins de nostre grand Auguste,
  Sous le vouloir de Dieu et de Sa Majesté,
  Je te prie et conjure, au nom de ce monarque,
  De vouloir empescher que d'aucun aristarque
  Ce petit avorton ne soit trop molesté.


_Au mesme._

  La chauve Occasion[218], qui va sur une boule,
  Ny la Fortune aussi, qu'entre le peuple roule,
  Ne sont pas tant que toy en ce bas univers.
  Parquoy, de tout mon coeur, je te supplie encore,
  O souverain Bonheur, que j'aime et que j'honore!
  D'estre le sauf-conduit de moy et de mes vers.

          [Note 218: Pour comprendre cette épithète de _chauve_ qu'il
          donne à l'Occasion, après avoir dit tout à l'heure qu'il
          eût dû la prendre aux cheveux, il faut se souvenir d'une
          épigramme célèbre de l'Anthologie sur une statue de cette
          déesse la représentant avec une longue chevelure sur le
          devant de la tête et aucun cheveu par derrière.]


_Aux Censeurs._

  Censeurs que je redoute, et non sans apparence,
  Attendu qu'en mes vers on ne voit qu'ignorance
        Et que confusion;
  Traitez-moy doucement en ceste poesie,
  Et je me souviendray de vostre courtoisie
        En toute occasion.


_Aux Lecteurs._

  Lecteurs, qui ne sçavez d'où ny de quelle marque
  Est celuy qui dedie à nostre grand monarque
        Des quatrains si mal faits,
  C'est un pauvre artisan, Auvergnat de naissance,
  Lequel par ses escrits vous donne cognoissance
        De ses petits effects.

       *       *       *       *       *

_Quatrains au Roy._

    Grand roy, dont le renom sur la terre et sur l'onde
  Vole et fait oublier les hauts faits des Romains,
  En vous offrant les voeux du moindre ouvrier du monde,
  Je vous offre humblement de l'oeuvre de ses mains.

    Ce n'est pas de ceste oeuvre, où l'art du lapidaire
  Paroist riche, esclatant sur l'or jaune bruny,
  Ains c'est une harquebuse au mieux que j'ay sceu faire,
  Ensemble un pistolet leger et tout uny[219].

    Et si le beau n'y est, ainsi qu'il devoit estre,
  A tout le moins le bon n'en est point separé.
  L'enrichisseure au fust[220] ne sert rien qu'à paroistre,
  Et le fer bien trempé ne doit estre doré.

    La bonté plus que l'or est aux armes requise.
  En celles dont le beau tient la place du bon,
  L'utile y cède au fard, et Mars aussi ne prise
  Les armes riches d'or qu'au croc de la maison.

    Donc, pour sçavoir connoistre et conserver durables
  Toutes armes à feu en leur lustre et bonté,
  En voicy, ô grand roy! des advis convenables
  A qui les portera pour Vostre Majesté.

    On trouve assez souvent longs, legers et sans jointe,
  Des canons beaux du tout, qui sont rudes et faux;
  Mais à les voir dedans, du gros jusqu'à la pointe,
  On peut, quand ils sont neufs, connoistre les defauts.

    Car, si dans un canon la lueur n'est esgalle,
  C'est que le trou serpente ou qu'il n'est point pareil,
  Et ce trou fait ainsi, ne portant droit la balle,
  Se cognoist mieux de l'oeil à l'ombre qu'au soleil,

    Non de près, mais de loin, un gros calibre escarte;
  Un moyen porte mieux le menu plomb serré;
  Pour tirer d'une balle au blanc dans une carte,
  Le plus petit calibre est le plus asseuré.

    Bref, un canon bien fait, gros de moyenne sorte,
  De peu de poudre il tire au loin, droit, fort et franc;
  Le trop gros n'est si doux, ny de loin droit ne porte,
  Qu'à force de charger, sa grosse balle au blanc.

    En limant un canon, si le fer n'y demeure
  Esgal de suite en rond, il faut croire, dès lors,
  Que sans le relimer, quoy qu'on fasse à toute heure,
  Il sera tousjours faux en dedans ou dehors.

    Et, bien qu'il soit dehors droit et droit de calibre,
  Si le trop gros derrière au devant vise bas,
  Ou quand le mouvement du rouet[221] n'est pas libre,
  L'un fait tirer trop haut, l'autre trembler le bras.

    Enfin, si le calibre au dessus ne s'accorde,
  Cela fait un canon injuste et repousser.
  Un bon canon doit estre aussi droit qu'une corde
  Et d'un fer non cassant, ny sujet à fausser.

    Le fer trop aigre aussi en rouets rouille et casse;
  Le trop doux est trop foible et ne trempe assez dur;
  L'entre-deux est meilleur pour la guerre et la chasse,
  Mais un rouet leger doit estre d'acier pur[222].

    Aussi n'estimant point, pour servir d'ordinaire,
  Un pistolet de fer s'il n'est un peu grossier,
  Lorsque j'en promets un et que je le dois faire
  Leger, durable et bon, je le fay tout d'acier.

    L'acier en tout ouvrage a beaucoup plus de force
  Et d'esclat que le fer, quand il est bien poly;
  Un canon de trois pieds, leger comme une escorce
  En seroit du tout bon et grandement joly[223].

    Il est vray qu'il seroit en beaucoup plus de peine,
  Beaucoup plus qu'un de fer difficile à forger,
  Mais qu'il seroit aussi fait en si longue haleine
  Beaucoup plus fort qu'un autre et beaucoup plus leger.

    De tels canons Bellone est encor despourveue,
  Et pour en faire voir j'en ferois volontiers;
  Mais je suis devenu si foible et court de veue
  Que je me juge impropre à tous rudes mestiers.

    Pour de petits et forts et legers tout ensemble,
  A moins de peine et frais j'en fay bien quelques uns
  En des pistolets plains, qui seront, ce me semble,
  Au service de Mars, meilleurs que les communs.

    En après, pour monter ces canons que j'approuve,
  A rouets ou fusils[224], suivant ma reigle icy,
  Un cormier rouge et dur est le bois que je trouve
  A monter le plus beau et le meilleur aussi[225].

    Mais de polir ce bois et luy donner un lustre
  De vernis sans vernis, il n'appartient à ceux
  Dont le trop peu de peine est l'arrest qui les frustre
  D'un art qui ne s'aprend au train des paresseux.

    La polisseure au fer est aussi mal aisée:
  D'un bon estaim bruslé il faut tirer le fin,
  Et de la mesme poudre en eau douce infusée
  Aux armes polies blanc on donne une autre fin.

    Pour faire ceste poudre, en voicy ma coustume:
  Ayant mis dans un pot l'estaim sur le brasier,
  En l'escumant, l'escume en cendre se consume,
  Et dans l'eau trouble après j'en oste le grossier.

    Et puis, pour en polir d'un plomb fait en platine
  L'acier et fer trempé, il n'y faut rien d'huilé,
  Ains faut estre plus propre en ceste poudre fine
  Qu'en l'esmery, qu'on passe avant l'estain bruslé.

    De plus, il faut du temps et de la patience
  A polir un rouet quand il est trop ouvré,
  Et ce trop sans besoin (pour dire en conscience)
  Fait perdre un temps qu'après n'est jamais recouvré.

    Soit de fer ou d'acier, une oeuvre toute unie
  Se polit mieux qu'une autre, et ne couste pas tant:
  Un pistolet tout plain, dans une compagnie,
  Est commode et durable en son lustre esclattant.

    Il se peut faire aussi des pistolets de chasse
  Qui de cinquante pas porteront comme il faut
  La dragée[226] serrée au bout de ceste espace;
  Mais trop de poudre escarte et fait tirer trop haut.

    Dans un pistolet neuf sur tout je recommande
  D'y mettre après la balle un bouchon fort à plain,
  Afin qu'en le portant la balle ne descende,
  Et, le voulant tirer, qu'il ne crève en la main.

    Car, si dans un canon le plomb ne joint la poudre,
  Il faut de la baguette en haut le repousser,
  Et qui ne le fait pas ce canon est un foudre
  Que la charge, en tirant, fait crever ou bosser.

    Voilà donc pour garder qu'un pistolet ne crève,
  Et, pour chasser la rouille et le tenir bien net,
  Il faut l'huiller par fois, autant en bruit qu'en trefve,
  Et le frotter souvent d'un linge blanc et sec.

    L'haleine et le serain, les mains chaudes suantes,
  Sans linge pour torcher ce que l'on voit paslir,
  Font ternir et rouiller les armes reluisantes,
  Et où la rouille grave il faut tout repolir.

    Il est fort convenable à un brave courage
  D'avoir des pistolets qui soient faits en amy;
  Mais tel pense en porter d'assez bons pour l'usage
  Qu'à faute d'entretien ne le sont qu'à demy.

    Et, pour ne rien celer en ce discours des armes,
  Parlant des pistolets, je diray nettement
  Que je suis estonné qu'en ce temps plein d'alarmes
  L'usage des fuzils s'y voit aucunement.

    Car, tant que la guerre est, je ne puis me resoudre
  A faire des fuzils que pour le cabinet.
  Le feu s'y fait trop haut au dessus de la poudre,
  Et s'escarte en tombant autour du bassinet.

    En outre ce deffaut, un autre est au couvercle
  Qui ne s'ouvre en haussant qu'après le coup du chien;
  Ce coup faisant le feu, ce feu trouve un obstacle
  Qui l'empesche d'entrer où la poudre se tient.

    Et neantmoins, au temps d'une paix asseurée,
  Pour la chasse, en tous lieux unis et raboteux,
  Les fuzils sont aisez et de longue durée;
  Mais au besoin de Mars ils sont un peu douteux[227].

    A ces fuzils nouveaux il y faut une pierre
  Mince et large, à l'esgal de la pièce devant,
  Et, selon qu'elle s'use (ouvrant ce qui la serre),
  Il en faut mettre une autre, ou la tourner souvent.

    Les fuzils à l'antique, estant de bonne force,
  Le bassinet s'ouvrant à temps et par ressort,
  Semblent estre meilleurs, d'autant que sur l'amorce
  Le coup du feu s'y fait plus à plomb et plus fort.

    Mais le plus asseuré, et où le plus j'acquiesce,
  C'est quand le bassinet est libre au coup de feu,
  Et que ce coup bas n'hausse, ains pousse l'avant-pièce.
  Le feu s'y fait plus bas, et bas s'escarte peu.

    De plus, quand d'un fuzil la desserre est mouvente
  Où le coq se repose[228], et non au plus haut point,
  En y portant le doigt ce mouvement contente,
  Et sans bander plus haut le coq ne bouge point.

    Or, vous en offrant un de ceste mesme mode,
  Qui est la moins sujette aux fascheux manquemens,
  Si Vostre Majesté la trouve assez commode,
  Je suis prest d'obeyr à ses commandemens.

    Je suis tousjours esté d'une humeur si craintive,
  Si pauvre et si grossier et si peu demandé,
  Que je n'ose entreprendre en ceste vie active
  De travailler pour vous sans estre commandé.

    D'ailleurs, j'ay ouy dire, ô prince magnanime!
  Qu'on avoit fait entendre à Vostre Majesté
  Que mon pauvre oeuvre est mieux pour un pusillanime
  Que pour un qui s'en sert quand Mars est irrité.

    Que cela soit ou non, je ne sçaurois qu'y faire:
  Le meilleur, en tous cas, c'est de patienter.
  Si ores la Fortune est à mes voeux contraire,
  Le temps la peut changer sans m'y violenter.

    Ainsi, avec le temps, qui tout change et rechange,
  Je pourray voir changer la fausse opinion
  Que l'envie a craché sur un peu de louange
  Que j'ay dans l'arsenal du frère d'Enyon[229].

    Toutesfois, s'il falloit me tenir d'ordinaire
  A Paris, pour cela je n'y durerois pas:
  Un triste mal, causé d'humeur atrabilaire,
  Me fait hayr le bruit du monde et ses appas.

    Mesme sur le declin de ma penible vie,
  Où, me voyant fort pauvre et de vivre ennuyé,
  Je crains plus les mocqeurs que je ne crains l'envie:
  Car qui n'excelle en rien n'est de rien envié.

    De plus, j'ay tant d'enfans qu'il me seroit estrange
  De les conduire au loin ou d'en estre à l'escart,
  Ny n'espère, où que j'aille, aucun gain ny louange,
  Estant le plus grossier de tous ceux de mon art.

    Aussi, pour m'excuser, si l'on me veut reprendre
  En ce petit discours trop rude et mal troussé,
  Je dis qu'un artisan ne se peut faire entendre
  Par les mots de son art sans estre un peu forcé.

    Moy donc, le moindre en l'art des faiseurs d'harquebuzes,
  Et le moins entendu pour parler à un roy,
  Doublement importun, à la porte des Muses
  J'ay mandié ces vers, qui parleront pour moy,

    Ce ne sont point des vers des savantes estudes:
  Onc je n'y ay passé un seul jour de mes ans;
  Ils ont esté cueillis ès rudes solitudes
  Où je roule ma vie au train des païsans.

    Ce ne sont point aussi d'une plume subtile
  Les beaux traits ny l'emprunt d'un langage affetté;
  Ains c'est du fruict forcé de ma veine infertile
  Qu'indiscret je dedie à Votre Majesté.

    Et, si vous acceptez mon bien peu d'industrie,
  Selon ce que j'en ose icy mettre en avant,
  Sans me faire quitter tout à fait ma patrie,
  Vous ne lairrez d'en voir les effets bien souvent.

    J'envie tant l'honneur de vous rendre service,
  Que quand je n'en aurois que l'envie tousjours,
  Ceste envie me semble à devider propice
  Sous vostre règne heureux le reste de mes jours.

    Faites-m'en donc donner (ô très puissant monarque!)
  La charge et le moyen convenable au projet,
  Et je seray tant mieux, jusqu'où ma fin se marque,
  De Vostre Majesté le très humble sujet.

          [Note 219: Ces armes que Poumerol offre ici au roi n'ont
          pas été conservées, que je sache. Je ne connois comme ayant
          pu appartenir à Louis XIII qu'un mousquet à mèche à double
          détente, ayant sur la plaque de couche les armes de France
          et de Navarre; puis un autre portant la date de 1627, avec
          le nom de _Jean Simonin, à Lunéville_; enfin un autre
          encore, daté de 1616, signé sur le canon: _D. Jumeau._ Ce
          Jumeau est le même que nous avons trouvé dans la pièce du
          _Feu royal_, avec le titre d'_arquebusier ordinaire de Sa
          Majesté_. (V. plus haut, p. 13 et suiv.)]

          [Note 220: C'est-à-dire sur le bois (_fustis_), sur
          l'_affût_. Le mousquet de Jean Simonin, de Lunéville, dont
          il est parlé dans la note précédente, porte ainsi sur le
          bois des ornements sculptés d'un beau travail.]

          [Note 221: Les arquebuses à rouet avoient succédé aux
          arquebuses à mèche. Leur mécanisme étoit le plus parfait
          qu'on eût encore trouvé pour la batterie des armes à feu.
          Il consistoit en une roue d'acier placée à la culasse de
          l'arquebuse ou du mousquet, et qui, mise en mouvement par
          la détente d'un ressort, alloit dans sa rotation frapper à
          coups redoublés sur une platine à silex.]

          [Note 222: Dans les huitains qui se trouvent dans la
          seconde édition de ses poésies, Poumerol dit, entre autres
          choses, à ses confrères les arquebusiers:

               Je leur conseille aussi d'user
               De fer d'Espagne en leur boutique,
               Afin de ne point abuser
               De leur art ni de leur pratique.
               Le bon fer et le bon charbon,
               L'acier, le soin, l'expérience
               Et de l'ouvrier la patience,
               Est ce qui rend l'ouvrage bon.]

          [Note 223: Il dit encore dans ses huitains:

               Un bon acier entre deux fers,
               Comme le bois dans son escorce,
               Soudé par des maistres experts,
               Augmente d'un canon la force.]

          [Note 224: C'est vers 1630 seulement qu'on avoit substitué
          au mouvement du rouet contre la platine à silex le simple
          choc de la pierre à feu ou _fusil_: de là le nom nouveau
          de ces sortes de mousquets. Les vers de Poumerol sont de
          1631: il y parle donc d'une chose toute récente. Aussi,
          plus loin, les appellera-t-il ces _fusils nouveaux_. (V.
          Marolle, _la Chasse au fusil_, 1788, p. 47.)]

          [Note 225: Il dit dans ses huitains:

               En outre, pour estre subtils
               A couper le bois des montures,
               Il faut avoir de bons outils
               Pour en bien faire les jointures,
               Et que tous les fers agencez
               Dans du cormier rouge et durable
               Soient d'un lustre presque semblable
               A des diamans enchassez.]

          [Note 226: C'étoit le petit plomb avec lequel on tiroit sur
          le menu gibier.]

          [Note 227: Dans l'armée, on étoit de l'avis de Poumerol:
          aussi fut-on long-temps avant d'y admettre le fusil. C'est
          en 1670 seulement qu'on l'adopta comme arme de guerre,
          après lui avoir fait subir quelques modifications réglées
          par l'ordonnance du 6 février de cette année-là, et qui ont
          rendu son mécanisme à peu près semblable, sauf la légèreté,
          à celui qui est encore en usage. L'année suivante fut créé
          le régiment des _fusiliers_, qui devoit son nom à l'arme
          spéciale dont chaque homme étoit muni. En 1692, l'usage
          s'en étendit à tous les régiments. L'ordonnance du 12
          décembre détermina le nombre d'hommes qui en porteroient
          dans chaque compagnie. Malheureusement, c'étoit un nombre
          très restreint; il n'y en avoit que quatre pour les
          compagnies ordinaires et dix pour celles des gardes. Les
          autres avoient le mousquet à rouet ou la pique. En 1703,
          rien n'étoit changé; Villars se plaignoit encore de ce
          qu'il y eût dans son armée trop peu d'hommes armés de
          fusils; le tiers des bataillons en manquoit alors. «Au
          siége de Kehl, écrit-il à Chamillart, ceux qui descendoient
          la tranchée étoient obligés d'en laisser la plus grande
          partie pour ceux qui la montoient.» (_Mémoires de Villars_,
          Collect. Michaud et Poujoulat, p. 199.)]

          [Note 228: A cette époque, la batterie étoit souvent
          ciselée, soit en forme de _coq_ tenant la pierre dans son
          bec, soit en forme de _chien_ la tenant dans la gueule; les
          deux mots, employés tous deux par notre poète, sont donc
          identiques. La dernière de ces deux représentations, qui
          offroit plus de garantie de force, ayant été employée plus
          souvent, le mot de _chien_ survécut à celui du _coq_, et on
          sait qu'il est encore en usage, malgré l'abandon de toute
          figure.]

          [Note 229: C'est-à-dire Mars. _Enyo_ est le nom grec de
          Bellone.]

       *       *       *       *       *

_A tous en general._

  Mars estoit sans second en toutes ses batailles;
  Il ne pouvoit forcer les coeurs ny les murailles
  Des huguenots mutins, et n'eust pas eu du bon
                  Sans Louys de Bourbon.

  Ce Louys est un roy des plus grands de la terre;
  Il tient de Jupiter le sceptre et le tonnerre,
  Et fait trembler de peur plus de quatre fois l'an
                  Pampelone et Milan.

  La ville qu'autresfois s'est montrée imprenable,
  Aux forces de ce roy n'a pas esté tenable,
  Ny tant d'autres encor qui l'avoient dedaigné
                  N'y ont guères gaigné.

  L'estranger qui menace et qui n'ose paroistre
  Au front de son envie, a bien sceu recognoistre
  Que la France a un roy qui, comme les Cesars,
                  Ne craint point les hasards.

  Vous donc tous qui devez en chacune province
  Servir fidellement vostre souverain prince,
  Gardez-vous desormais de faire aucun faux bon
                  A Louys de Bourbon.

       *       *       *       *       *

_A Monsieur le duc d'Orléans, frère unique du roy, par François
Poumerol, son arquebusier._

  Monseigneur, je vous offre et vous supplie prendre
                  En vostre sauf-conduit
  Ce discours qui mal fait va faire honteux reprendre
                  Celuy qui l'a produit.

  Toutesfois, si vous seul, à qui seul je l'adresse,
          Le prenez sans desdain,
  Il aura moins de crainte et moy plus de hardiesse
          En ce destroit mondain.

  Ce n'est pas que je veuille en mon art mechanique
          Estre cogneu de tous,
  Car je le suis assez de ce qu'en ma boutique
          Je travaille pour vous.

  Aussi, recognoissant ceste faveur bien grande
          Et ce qui est de moy,
  Je n'ose pas respondre alors qu'on me demande
          De qui j'ay de l'employ.

  Neantmoins, desirant de ne me plus sousmettre
          Qu'à vostre volonté,
  Dans cet avant-propos j'ay hasardé de mettre
          L'entière vérité;

  Et pour ma sauvegarde en ce que je m'expose
          A la veue d'autruy,
  Excusez (s'il vous plaist) si trop effronté j'ose
          Souhaitter vostre appuy:

  Car ce discours, estant parmy la populace
          De grace despourveu,
  Marchant soubs vostre adveu (qui toute crainte efface)
          En sera bien mieux veu.

  Veuillez donc, Monseigneur, avoir pour agreable
          Ce petit offre icy,
  Et pour vostre service, où j'en seray capable,
          Veuillez-moy prendre aussi;

  Et, bien que je demeure en faisant mon ouvrage
          Où l'on ne vous peut voir,
  Tout ce que j'ay et tiens de ce monde en usage
        Est en vostre pouvoir.

  Quand à ma pauvre vie, et qui m'a fait aprendre
        L'art que je fais depuis,
  Voicy ce qui en est: Dès ma jeunesse tendre
        Jusqu'à l'aage où je suis,

  Lorsque je fus porté à l'église romaine,
        Tout pauvre que j'estois,
  Monsieur de Beauvergier y fut et print la peine
        De me nommer François.

  Depuis, venant à croistre et mon pauvre père estre
        Chargé de huict enfans,
  Ce bon seigneur me print et me mit soubs un maistre
        A l'aage de douze ans.

  Soudain que je fus là à frapper sur l'enclume
        D'un marteau rudement,
  Sans m'oser plaindre j'eus de ma jeune coustume
        Un rude changement.

  Cela m'ennuyoit bien, mais, selon que mon aage
        Et ma force augmentoit,
  Toute sorte d'ennuy m'augmentoit le courage
        D'aprendre comme on doit.

  Je fus ainsi durant que deux ans s'escoulèrent
        En esperant meilleur,
  Et, au bout de ce temps, plusieurs me conseillèrent
        D'aller servir ailleurs.

  Suivant donc ce conseil, d'une humeur plus hardie,
        Tout pauvre et sans besoing,
  Je roulay quelque temps sans avoir maladie,
        Ny tristesse, ny soing.

  Mais le temps, qui tout change, en changeant ma jeunesse
        Depuis de jour en jour,
  M'a bien monstré comment la peine et la tristesse
        Ne tient l'homme en sejour;

  Et, pour compter mes ans, sans en vouloir rabatre
        Le temps mal employé,
  J'ay passé cinq fois dix; mais avant dix fois quatre
        J'estois fort devoyé.

  Sans voir faire j'ay fait ce qu'avant que je fusse
        On faisoit rarement,
  Et pour complaire aux grands j'ay fait plus que je n'eusse
        L'hommage au changement.

  Et, outre ce mestier, dont je gaigne ma vie
        A forger et limer,
  Voulant m'aprendre à lire, il me print une envie
        De m'aprendre à rimer.

  J'ay si souvent quitté la lime pour la rime
        Et si souvent escrit,
  Qu'or j'en quitte la rime à cause que la lime
        Travaille moins l'esprit;

  Et si j'eusse plus tost sceu qu'il m'estoit contraire
        D'aimer les autres vers,
  Je me fusse gardé d'entreprendre et de faire
        Le moindre de ces vers.

  Mais, durant que j'avois ce rompement de teste,
        Où je prenois plaisir,
  Je n'allois pas songer que le mal qui m'en reste
        Me deust un jour saisir.

  A plusieurs medecins, sans craindre la despence,
        Je me suis presenté,
  Et n'ai sceu recouvrer par leur experience
          Ma premiere santé;

  Si bien que les ennuis dont ma vie est atteinte
        M'ont reduit à tel point

  Que je n'en parle plus, si ce n'est par contrainte,
        Lorsque le mal me poinct;

  Et, comme la tourmente au marinier sur l'onde
        Fait desirer le port,

  Tourmenté de mes maux, je ne desire au monde
        Autre ayde que la mort.

  Mais, puis que Dieu retarde en ce bas precipice
        De ma vie le bout,

  Permettez (s'il vous plaist) qu'en vous faisant service
        Je me die partout,

  Monseigneur,
  Vostre très humble et très obeissant harquebusier,

                                       FRANÇOIS POUMEROL.

       *       *       *       *       *

_Discours sur une pourmenade, du mesme autheur._

  Un jour, au temps le plus gay de l'année,
  Et tost après son aube saffranée,
  Pour mieux passer ce jour en liberté,
  Je m'esloignay de l'importunité
  Du bruit du bourg et de la populace,
  Qui s'assembloit dans la commune place
  Pour y danser, ainsi qu'une fois l'an
  L'on n'y voit rien que danse et que berlan.
  Estant party en alongeant ma veue
  Vers le costé où tendoit ma reveue
  De ce jour-là, qu'agreable et serain
  Favorisoit mon fantasque dessein,
  A petits pas, portant en main un livre,
  Je m'esloignois, non de tout soing delivre[230],
  Des lieux frequens, et costoyant un pré
  De vert naissant et de fleurs diapré,
  Comme je fus dans une large plaine,
  A trois cents pas d'une forest prochaine,
  J'ouïs là près une champestre voix
  Qui dit ainsi par trois ou quatre fois:
  Pauvre resveur, qui aujourd'huy t'esgare
  Pour ne voir point l'importune fanfare
  De tes voisins, vien-t'en passer le jour
  Dans ce bocage où je fais mon sejour,
  Et tu verras de ces hautaines roches,
  D'entre le bois et les campagnes proches,
  L'air et les dons qu'en ce mois gracieux
  Nous recevons de la terre et des cieux;
  Et si de plus, en ouvrant ton oreille,
  Tu ouyras en seconde merveille
  Maints petits cors qui tous sans nul discord
  Font en ce bois un agreable accord.
  A ceste voix, une humeur plus esmue
  Qu'auparavant me pousse et me remue
  Et me fait prendre un sentier buissonneux
  Pour aller droit aux antres caverneux
  Du bois non loing, où j'ouy d'abordée,
  Des oiselets la musique accordée
  Et dessoubs eux deux murmurans ruisseaux,
  Clairs et bordez de touffus arbrisseaux
  Et saules vers, dont la torte racine
  Cause maints tours à l'eau douce argentine
  Qu'en serpentant fait son cours ondoyant
  Dans les valons de ce bois verdoyant.
  Un peu plus bas, le long de ce bocage,
  Dans les buissons d'un petit marescage,
  Un rossignol, en diverses façons,
  Y fredonnoit plusieurs belles chansons;
  Un autre encor, non loin de ceste place,
  Luy respondoit d'une très bonne grace;
  Et un troisiesme, un peu plus à l'escart,
  Tenoit son rang et sa musique à part;
  Et tous sçavans, parmy ceste vallée,
  S'accordoient mieux qu'aux nopces de Pelée
  Tout ce qu'on peut d'Orphée et d'Amphion
  Faire sonner sur le haut Pelion:
  Car dans le bois jadis le mesme Orphée
  Ne chanta mieux, ny sur la vague enflée
  Celuy auquel les dauphins et les flots
  Furent humains, et non les matelots.
  D'autre costé, je n'eus si tost pris garde
  Haut et comment qu'une troupe gaillarde
  D'oiseaux branchez dessus les arbres vers
  Remplissoit l'air de mille tons divers,
  Que j'apperceu venir de branche en branche
  Un pinçonnet d'une volonté franche
  Pour se percher et chanter à l'envi
  Près où j'estois, comme à demy ravi.
  Mais il n'eut pas si tost quitté sa troupe
  Qu'à l'instant mesme un autre le galope,
  Comme sçachant par un naturel soing
  Qu'il auroit tost de son ayde besoing,
  Dont le premier, herissant son plumage,
  Commence un vers en son petit ramage,
  D'un air si gay qu'il sembloit à l'ouïr
  Qu'il ne chantoit que pour me resjouyr;
  Et le second aux poincts de la musique
  Luy respondoit cantique après cantique
  Si doucement qu'on eût dit qu'en ce lieu
  Se devoit faire un miracle de Dieu,
  Et que Dieu mesme avoit pour ceste feste
  Fait assembler une troupe celeste
  D'anges chantant, en semblance d'oiseaux,
  Sa saincte gloire entre ces arbrisseaux:
  Car il n'y a ny jeu, ny bal, ny troupe
  De corps humains, ny sur l'humide croupe
  Des flots salez Triton, ny ceste voix
  Qu'on attribue aux filles d'Achelois[231],
  Ny cor ny luth, ny tout ce que l'on touche
  Par art subtil des mains et de la bouche,
  Qui peut donner, selon mon jugement,
  Plus de plaisir et de contentement
  Que ces oiseaux, loing du bruit populaire,
  M'en ont donné dans ce bois solitaire,
  Bois où j'eus fait un bien plus long sejour
  Sans que je vis le beau char mène-jour,
  En s'abaissant vers l'onde marinière,
  Presque à demy de sa demy-carrière.
  De quoy marry, et prevoyant par là
  Qu'il faudroit tost me retirer de là,
  Je me tournay vers ceste trouppe heureuse,
  Et d'une voix plus triste que joyeuse,
  Les appellant mes hostes, mes mignons,
  Je dis ainsi: O mes chers compagnons!
  Ne pouvant guère arrester davantage
  Pour contempler vostre plaisant ramage,
  Ny ce qui est d'admirable en ce lieu,
  Il s'en va temps que je vous die adieu,
  En vous priant de croire que j'envie
  De revoir tost vostre agreable vie;
  De revoir tost dans ces antres moussez
  Non des bourgeois les palais tapissez,
  Ny des vergers arrousez d'eau forcée
  Jusqu'au plus haut d'une pierre percée,
  Ny d'un jardin les beaux compartimens,
  Ny des plus vains les riches vestemens,
  Ny cet esclat que dans les vagues perses[232]
  On va pescher, ny les couleurs diverses
  Dont autrefois à l'envy deux pinceaux
  L'un trompa l'homme, et l'autre les oyseaux,
  Mais pour y voir les beaux tapis sans leine
  Que le printemps, sans art, sans or, sans peine,
  Fait tous les ans et de tant de couleurs
  Qu'on n'en sçauroit estimer les valeurs:
  Car, sans mentir, il faut que je confesse,
  En admirant du grand Dieu la sagesse,
  Que ce creux verd, cet antre environné
  D'herbe et de fleurs et d'arbres couronné,
  Ce bois sauvage et tout ce grand parterre,
  Où vous vivez sans chicane et sans guerre,
  Est mille fois plus agreable à voir
  Que ce que l'or et l'art nous fait avoir.
  Or adieu donc, adieu, belle harmonie;
  Adieu, rochers, muette compagnie;
  Adieu, oiseaux; adieu, mes gringoteux;
  Adieu cent fois, mes petits vigoureux;
  Adieu, ruisseaux; adieu, plaisant boccage;
  Adieu, lieu sombre où je laisse pour gage
  De mon retour ma parole et ma foy,
  Et m'en revay voir ce qu'on faict chez moy.
  Je m'en vay donc, mais non sans avoir crainte
  D'y recevoir quelque nouvelle atteinte
  De desplaisir, car le peuple assemblé,
  Quand sur le soir il est un peu troublé,
  Mesme en ce temps où il est impossible
  Voir de Bacchus la troupe incompatible[233]
  Sans cris, sans coups, et sans y voir aussi
  Mespriser ceux qui ne font pas ainsi.
  Disant ces mois, une crainte legère
  D'esmouvoir trop l'hostesse bocagère
  Qui redit tout, en imitant les voix,
  Aux habitants des plaines et des bois,
  Me fit luy dire: O nymphe qui regrette
  Ton beau Narcisse! excuse et tiens secrette
  Ma libre plainte. Et, voulant m'en aller,
  D'un autre adieu je bornay mon parler,
  Non sans regret de ce qu'à la vollée
  Au mesme temps je vis la troupe aillée,
  Signe evident qu'après mon triste adieu
  Elle vouloit se desplaire en ce lieu.
  Ces oiseaux donc tout à coup s'envollèrent,
  Et, fendant l'air, autre part s'en allèrent
  Sans me laisser, après leur chant si beau,
  Pour entretien, que le doux bruit de l'eau,
  Bruit vers lequel, pour finir la journée,
  Avant partir, j'eus la veue tournée;
  Et contemplant ce crystal doux coulant,
  Qu'à plis sur plis s'en alloit, sautelant,
  Hors de ce bois, arrouser des villages
  Circonvoisins les prez et pasturages,
  Un penser creux, tout contre mon desir,
  Plus que devant me revenoit saisir;
  Mais ceste voix qu'au matin sur la plaine,
  S'estoit montrée, à mon besoing, humaine,
  Me voyant prest de rentrer en souci,
  Par charité, me dit encore ainsi:
  Mon cher amy, si tu veux compagnie,
  Acoste-moy; je m'appelle Uranie,
  Sage et sçavante, et prompte à redresser
  Ceux dont l'esprit ne fait que rimasser,
  Et que, tendant au moyen de complaire
  A ton humeur pensive et solitaire,
  Je te convie à revenir souvent
  Dans ce bocage où l'agreable vent
  Est du tout propre à celuy qui veut boire
  De l'eau sacrée aux filles de Memoire,
  Et qui commence à faire peu de cas
  Des eaux du monde et de ses vains tracas,
  Non que j'aprouve en cela qu'il te faille
  T'y abuser les jours que tu travaille
  De ton mestier, n'ayant autre moyen
  De pouvoir vivre au rang des gens de bien.
  Travaille donc, et, sage et par mesure,
  Vend ton ouvrage et ne preste à l'usure,
  Car aujourd'huy, et presqu'en tous estats,
  On n'use plus de reigle et de compas;
  Mais de ton gain en rien ne te dispose
  Sans faire estat d'espargner quelque chose
  Pour t'en ayder, s'il arrivoit un temps
  Rude à passer vers la fin de tes ans;
  Et, remettant jusqu'à la conference
  D'un autre jour toute autre remonstrance,
  Bien qu'à ce coup tu peux juger combien
  Je te souhaitte et d'honneur et de bien,
  Je te diray, d'une plus longue aleine,
  Tout ce qui cause au monde tant de peine;
  Et, pour meshuy, je diray seulement
  Que si chacun gardoit soigneusement
  La foy dans l'ame et la mesure entière
  Qu'il faut tenir en chacune matière,
  De père en fils, chacun s'entretiendroit
  Selon le temps en l'estat qu'il faudroit;
  Par zèle et droit, l'obeyssance deue
  A Dieu, au Roy, seroit de tous rendue;
  Le bon conseil, dans les royalles cours,
  Empescheroit des partisans le cours;
  L'achapt, l'estat, ne seroit en cet aage,
  Ny la faveur des grands tant en usage;
  La soye en draps seroit, comme autrefois,
  Pour les seigneurs, les princes et les rois;
  Du fier bourgeois la femme riche et belle
  Ne se feroit appeller damoiselle[234];
  Dans l'art d'autruy nul ne s'embrouilleroit,
  Et sans procès chacun travailleroit;
  Le vieil Bacchus n'useroit tant ses coupes,
  Et les jureurs seroient en moindres troupes;
  L'Amour aussi n'auroit entre ses mains
  Qu'en tout honneur le pouvoir des humains;
  L'ambition, la vanité, l'audace,
  Ayant ainsi à la vertu fait place,
  De toutes parts et en toute saison,
  Le tout yroit au train de la raison.
  Mais, aujourd'huy, ne voyant sur la terre
  Qu'ambition, estats, chicane et guerre,
  Je voudrois bien te pouvoir obliger
  Par mes discours de ne t'en affliger
  Et de fuir toute vaine folie
  Pour voir souvent ceste forest jolie,
  Et, le faisant ce mois et l'autre encor,
  Tu jouiras d'un petit siècle d'or.
  Fay donc cela ainsi que je l'ordonne,
  Ou, mesprisant l'advis que je te donne,
  A tout le moins, sans me vouloir tromper,
  Fay-moy responce et puis t'en va souper.
    Incontinent que ceste Muse aimable
  Eut achevé son discours veritable,
  En regardant son beau visage uny,
  Son teint sans fard, ses cheveux d'or bruny,
  Son corps parfait, sa contenance telle
  Que le maintien d'une fille immortelle,
  Pour luy respondre et ne luy rien celer
  De ce qu'ailleurs je n'oserois parler,
  Je dis ainsi (en voix de pleurs suivie):
  Si je pouvois gaigner ma pauvre vie
  Dans un desert, je serois beaucoup mieux
  Entre des rocs qu'entre des envieux,
  Car en ce lieu je ne verrois le riche
  Envers le pauvre estre cruel et chiche,
  Ny les paysans à toute heure poussez
  Dans la taverne et dans plusieurs procès
  Par des tyrans et gens qui veulent estre
  Fort estimez sans se faire cognoistre
  En rien, sinon qu'en science profonds
  Pour s'acquerir injustement des fonds.
  Je ne verrois en si rude contrée
  Ceux que je vois soubs le manteau d'Astrée,
  Lesquels, en lieu de rendre à nos tabus
  Le droit escrit, commettent tant d'abus
  Que la raison, souvent comme en desroutte,
  Veut et permet de faire banqueroutte
  A ceux qui sont, par defaut sur defaut,
  Si molestez que tout bien leur defaut,
  Car, sans mentir, quand une chère année,
  Sterile en blé, nous est du ciel donnée,
  C'est en ce temps qu'un esclave enchainé
  Parmy les Turcs n'est pas plus mal mené
  Qu'ils sont, helas! sans esperance aucune
  De pouvoir vivre, à faute de pecune,
  Auprès de ceux qui, pleins d'impieté,
  Les ont reduits en telle extremité,
  Qu'il est certain que, si Dieu, qui attire
  A soy les bons, tout bon ne les retire
  De cet estat, les tailles et les cens,
  Les interests qu'ils payent tous les ans,
  Les frais sur frais et mille autres subsides[235],
  Qui, surpassant le travail des Belides,
  Feront mourir du soir au lendemain
  Ces pauvres gens de misère et de faim;
  Car j'en ay veu, tous les jours dans la peine,
  Se nourrissant de raves et d'avoine,
  Et d'eau bouillie, ou bien de petit laict;
  Que s'ils avoient du beurre ou un poulet,
  Cela seroit, à la première feste,
  Porté par eux au richard qui leur preste
  A dix pour cent une somme d'argent,
  Que, par mesconte et courses de sergent,
  Il fait grossir; puis, quand ces pauvres hommes
  Sont obligés pour de plus grandes sommes,
  Feignant d'avoir affaire de son bien
  Tout en un coup, il ne leur laisse rien.
  Et, quand il met le pied dans un village
  Pauvre de gens et bon de labourage,
  Il court, il veille, il ne repose point,
  Il vit esclave, et son trop d'avarice,
  Qui le conduit de l'un à l'autre vice,
  Le rend semblable à celuy qui dans l'eau,
  Sans pouvoir boire, est jusques au museau.
  Qui ne seroit, estant près de la porte
  De ces tyrans chez qui le peuple porte
  Presqu'à toute heure et en toute saison
  Le cochon gras, la poulaille et l'oison,
  Fasché de voir ces pauvres redevables
  Parler tremblans à ces insatiables,
  La teste nue et les corps descharnés,
  De faim, de froid, et de crainte estonnez,
  Prier, flatter, faire la reverence,
  Pour avoir deux ou trois jours de patience,
  Et comme après ils s'en revont soudain
  Sans qu'on leur donne un seul morceau de pain,
  Ou, quand ils ont moyen de faire boire
  Maistres et clercs, il est facile à croire
  Qu'ayant saoulé ces renards et ces loups,
  Ils payeront bien cherement pour tous!
  Voilà comment, ô Muse très acorte!
  Les pauvres sont mengez de telle sorte
  Que bien souvent le pauvre d'aujourd'huy
  Nourrit le riche, et meurt de faim chez luy!
  En faisant vendre et le fonds et les meubles
  Des pauvres gens, ces gros mangeurs de peuple
  Ne croyent pas qu'en ce bas univers
  Nous devons tous estre mangez des vers.
  Un autre mal, en ces personnes cautes,
  C'est qu'ils n'ont guère, en confessant leurs fautes,
  Le coeur contrit, ny l'ame en son bon poinct,
  D'autant qu'après ils ne s'amendent point.
  Pour mon regard, le manquer de promesse
  En cet endroit me fait trembler sans cesse,
  Et m'en fera, jusqu'au bout de mes jours,
  Hayr la cause et les mondains sejours.
  Pour ne voir donc le sergent qui emporte,
  Après moisson, du pauvre la recolte,
  Ny ces brouillons, riches comme bourgeois,
  Estre le fleau des pauvres villageois,
  Ny l'officier qui sans argent doit rendre
  Justice à tous, de tous ne fait que prendre,
  Ny l'hypocrite en ses devotions,
  Son corps au temple et l'ame aux passions;
  Ny bonneter[236], soubs la fausse apparence
  D'un bel esprit, le vice et l'ignorance;
  Ou, en un mot, pour ne voir plus du tout
  Le monde au monde aveuglé jusqu'au bout,
  Il est certain que, quand j'aurois au large
  Un bon domaine exempt de toute charge,
  Près de la presse où le riche empressé
  De trop de biens tient le pauvre opressé,
  Je n'aurois point à gré ceste fortune,
  Estant si près de la tourbe importune;
  Mais que, si Dieu m'en donnoit, à l'escart,
  Non pas autant ny seulement le quart,
  Ains soubs le chaume, estroite et bien acquise,
  Une logette à mon humeur requise,
  Et tant soit peu pour m'y entretenir,
  Je lairrois tout pour m'y aller tenir;
  Et là, pour vrai, je penserois mieux vivre
  Au petit pot[237], et le droit chemin suivre,
  Que dans un bourg où je suis envié
  De ceux pour qui je me suis employé.
  Mais, n'y ayant maison ny jardinage,
  Ny rien du tout pour y lever mesnage,
  Je suis contraint à demeurer chez moy,
  Où je travaille en peine et en esmoy,
  Et de mon art, bien qu'il ne soit facile
  Ny lucratif, ains pauvre et difficile,
  Gaigner ma vie au mieux que je pourray
  Et celle aussi de la charge que j'ay,
  Charge qui m'est à nourrir si pénible
  Qu'en travaillant le plus qu'il m'est possible,
  J'ay bien souvent reçeu et despendu
  L'argent plus tost que l'ouvrage rendu;
  Et, s'il advient que j'aye en ma boutique,
  De fresche mode et non pas à l'antique,
  Quelque harquebuse ou bien des pistolets
  Faits de ma main, et non par des valets,
  Et que je sois au temps de m'en defaire
  En les portant où j'ay charge d'en faire,
  Il faut peiner, et, pour estre payé,
  Patienter quand on est delayé.
  Donc, pour mon bien, portant ainsi l'ouvrage
  Loing de chez moy, ceste peine et l'usage
  M'ayant, ce semble, un peu par cy devant
  Fait en mon art plus sage que sçavant,
  Le cours du temps, qui tout forme et defforme,
  Et qui rend tout à la saison conforme,
  Par ce travail me faisoit esperer
  Ce qu'autrefois je n'osois desirer.
  Mais, n'ayant plus toute la patience
  Qu'il faut avoir pour vivre en esperance,
  Ny l'honneur d'estre à bien servir parfait,
  Ny les moyens qu'il faut pour cet effect,
  Ny la santé, qui doit este première
  Au corps (prison de l'ame prisonnière),
  Ny, en un mot, l'espoir de mieux avoir
  Ny trouver mieux, Muse, je feray voir
  Par mes escrits, à tous ceux dont j'espère
  Ayde et confort au fort de ma misère,
  Que plus je vay et plus je suis troublé,
  De soing, d'ennuy et de peine accablé,
  Et que, chargé au declin de mon aage
  Au pardessus de mes force et courage,
  Je suis reduit en tel estat de corps
  Que je n'envie au monde que la mort.
  Et pleust à Dieu, ô Muse bien heureuse!
  Que ceste mort invisible et fascheuse,
  Qui va par tout sans crainte et sans esgard,
  Fust desjà preste à me tirer son dard,
  Ou que Dieu mesme à la mortelle escorce
  De ma pauvre ame eut donné plus de force:
  Non ceste force où soubs trop de roideur
  L'ambition augmente son ardeur
  Après le lucre, ou à prendre les armes
  Pour en avoir, quand Mars, par ses alarmes,
  Enfle le coeur, et revestir le corps
  Des hommes vains d'un fer qui par dehors,
  Grisé, ressemble à un monstre effroyable,
  Qu'armé d'escaille en la mer navigable,
  Fait, sans rien craindre, aux troupeaux de Tethys
  Ce que souvent les grands font aux petits;
  Mais seulement que mon corps miserable
  Avec la force eust le desir durable
  De supporter, en ce temps desbauché,
  L'affliction, et non pas le peché,
  Et d'estre aussi, à la dernière atteinte
  Où le destin rendra ma vie esteinte,
  Exempt d'avoir jusques au moindre pas
  Marché ça bas sans reigle et sans compas.
  Alors je n'eus presqu'achevé de dire
  Ces mots ainsi, que j'aperçeu sous-rire
  Ceste deesse en habits precieux,
  Et quant et quant s'en remonter aux cieux;
  De quoy marry, en reprenant la trace
  Par où j'estois allé vers ceste place,
  Je m'en revins, à cause que, sans bruit,
  Le jour desjà faisoit place à la nuict.
  Estans chez moy, sans penser à la lime,
  Toute la nuict j'escrivy ceste rime,
  Pour faire voir, quoy qu'estant fort lassé,
  De poinct en poinct ce qui s'estoit passé
  Ce jour de feste en ma seule presence,
  Dans la forest où, pour ne voir la dance,
  J'estois allé, et y retourneray
  (S'il plaist à Dieu) vers le retour de may.
  Mais, attendant que ce temps-là revienne,
  Et que sans guerre un chacun s'entretienne
  D'un art penible, en peine on me verra,
  Jusqu'à la borne où mon temps finira,
  Gaigner ma vie; et, craignant le reproche
  D'estre prolixe, aux vers je coupe broche,
  En suppliant de tous les roys le roy
  De conserver et mes amis et moy.

          [Note 230: _Libre, sans gêne._ On disoit plus ordinairement
          _à délivre_.]

          [Note 231: Les Sirènes, filles d'Acheloüs.]

          [Note 232: On sait que les huîtres perlières dont l'écaille
          fournit la nacre se pêchaient alors exclusivement dans le
          golfe Persique.]

          [Note 233: Du latin _incomptus_, en désordre. Je ne
          connois pas d'usage plus ancien du mot _incompatible_. Il
          étoit encore si nouveau au milieu du XVIIe siècle dans
          le sens qu'il a gardé, que M. Sainte-Beuve (_Revue des
          Deux-Mondes_, 1er janv. 1848, p. 3) s'étonne de le trouver
          dans les oeuvres du chevalier de Méré, et le recommande à
          l'Académie pour son Dictionnaire historique, si jamais il
          arrive jusqu'à l'I. Malheureusement personne ne peut en
          répondre, et ce n'est pas surtout le cas de dire: Qui vivra
          verra.]

          [Note 234: V., sur ces prétentions des bourgeoises, une
          pièce de notre t. 1, _Le bruit qui court de l'épousée_.]

          [Note 235: On trouve dans les fragments du _Voyage de
          Locke en France, de 1675 à 1679_, donnés par la _Revue de
          Paris_, t. 14, un passage sur l'état des paysans qu'on peut
          rapprocher de celui-ci. «J'ai, dit Locke, p. 75, causé
          long-temps avec un paysan, qui m'a dit qu'il avoit trois
          enfants en bas âge, et que pour nourrir sa femme, lui-même
          et ses enfants, il gagnoit sept sous par jour. Là-dessus
          il falloit payer la taille, le loyer de la cabane, et
          vivre, non seulement pendant les jours ouvrables, mais les
          dimanches et jours fériés, jours où l'on ne travailloit
          pas. La maison de ce malheureux, ou plutôt la hutte
          misérable où sa famille étoit entassée, ne se composoit
          que d'une seule chambre à une seule porte, sans fenêtre
          ni cheminée, découverte par le haut et de l'aspect le
          plus affreux. Il louoit ce taudis douze écus par an, plus
          quatre livres pour la taille. Quelques jours auparavant,
          le collecteur avoit enlevé les ustensiles du ménage, la
          poêle à frire et la marmite. Pour nourriture ordinaire, ces
          pauvres gens n'ont que du pain de seigle et d'avoine et de
          l'eau, rarement de la viande.» Ailleurs, p. 15, il avoit
          dit, après une visite faite aux galères de Marseille: «Les
          galériens ont meilleure mine que les paysans.»]

          [Note 236: Saluer, _tirer le bonnet_. On lit dans Regnier,
          satire 8, vers 175:

               Voyant un président qu'il étoit nécessaire
               D'estre toujours après ces messieurs _bonneter_.]

          [Note 237: «Nos pères disoient, lit-on dans le recueil de
          pièces contre le connétable de Luynes (p. 295), _tenir au
          petit pot_, pour tenir dans un état modeste.» On avoit
          aussi le proverbe pour les gens d'un état contraire: «_La
          soupe du grand pot, et des friands le pot pourry._» (La
          Mesengère, _Dict. des prov._, 1re édit., p. 313.)]



_Zest Pouf, historiette du temps._

_De l'imprimerie de la veuve Nicolas Mazuel, rue de la Bouclerie, au
bout du pont Saint-Michel._


Puisque vous m'assurez que vous ne sçavez pas l'historiette de Zest
et de Pouf, dont on parle tant ces jours-cy[238], je vais vous
l'aprendre en peu de mots. Chacun la brode en sa manière: vous la
broderez aussi comme il vous plaira; quant à moy, je la rapporteray
simplement telle qu'on me l'a racontée; la voicy. Un marchand fort à
son aise et très homme de bien (que j'appelleray Florame) avoit une
fille très jolie, très sage et très aimable (je luy donneray le nom
de Cephise). Elle fut accordée en mariage à Theador, jeune homme
de merite. Ces deux parties se convenoient parfaitement, tant par
leur condition et leur humeur que par un attachement reciproque. La
ceremonie du mariage fut arrestée pour estre faite de grand matin.
Palmis, un oncle de Theador, homme agé, fort gay, et qui ayme à
se faire autant qu'il peut un plaisir de tout ce qui se presente,
fut convié de la nopce, ainsi que l'usage le demande; il promit de
s'y trouver. Après cette promesse, il prit son neveu Theador en
particulier et luy dit: «Mon cher neveu, j'iray à votre nopce, et je
pretends y avoir du plaisir et vous en faire: c'est sous ces deux
conditions que je m'y trouveray. Le plaisir que je pretends vous
faire, c'est de vous donner deux mille ecus, mais à condition que
vous m'en accorderez un autre. Ce n'est pas à dancer que je demande,
car mon age ne le permet pas; le festin me touche encore moins, car
je suis ennemy des grands repas. Voicy donc ce que j'exige de vous.»
Il luy dit ensuite en secret ce qu'il souhaitoit, luy fit promettre
de n'en rien dire à personne, l'assurant que, s'il ne gardoit pas
exactement ce secret, il ne luy donneroit pas les deux mille ecus.
Theador luy promit d'estre fidele: on sçaura dans la suite de quoy
il s'agissait. Le mariage se fit la nuit suivante. A deux heures
du matin on coucha la mariée, et tout le monde se retira. Theador
se deshabille, ensuite prend sa robe de chambre, tire une montre
sonnante de sa poche, la met sur la table, et luy se place sur une
chaise auprès du feu, et reste tranquillement dans cette situation,
sans dire un seul mot. Cephise impatiente l'examine; et enfin,
trouvant ce procedé fort etrange: «Monsieur, luy dit-elle, je croy
que vous dormez!--Zest, repondit Theador.--Qu'est-ce que cela veut
dire? Est-ce que vous vous moquez de moi? repliqua Cephise.--Pouf,
repartit Theador.--Mais, Monsieur, je croy que vous perdez l'esprit,
ajouta l'epousée.--Zest, ajouta aussi l'epoux.» Enfin la pauvre
Cephise n'eut pour toutes reponses de Theador à ses remontrances
et à ses reproches, que des Zest et des Pouf. Fatiguée et alarmée
par une conduite si bizarre, elle se lève, s'habille et va trouver
ses parents. Le père et la mère, la voyant, et se persuadant que
c'estoit quelque grimace de pudeur qui l'amenoit auprès d'eux:
«Allez, allez, ma fille, luy dirent-ils; retournez auprès de vostre
mary; croyez-nous, ne faites pas tant la difficile: vous êtes à
luy, et ainsi.....--Helas! mon père, ma mère, repondit-elle en les
interrompant, ce n'est pas ce que vous croyez. Mon mary est devenu
fou: c'est ce qui m'a fait sortir de la chambre; venez, et vous
verrez que je ne ments point.» Ils allèrent pour voir ce qui en
estoit; ils commencèrent leur discours par des plaintes, ils le
continuèrent par des prières et le finirent par des menaces; et à
tout cela Theador ne repondoit que Zest et Pouf. Il n'en fallut pas
davantage pour leur persuader que leur gendre estoit fou. On envoye
querir sur le champ le notaire, afin qu'il en dresse un acte. Estant
arrivé, il veut raisonner avec Theador, afin d'être temoin par
luy-même de sa folie; Theador ne luy donne que des Zest et des Pouf
pour reponse. Le notaire commence à dresser son acte; quatre heures
sonnent, et dans ce moment on voit sortir d'un cabinet prochain, d'où
l'on pouvoit facilement tout voir et tout entendre ce qui se passoit
dans la chambre de Theador, on voit sortir, dis-je, Palmis, l'oncle,
avec une bourse à la main qui contenoit deux mille ecus en or. «Ah!
mon cher neveu, s'ecria-t-il, que je suis content de vous, puisque,
par obéissance, vous avez eu assez de force, ainsi que je l'avois
souhaité, pour ne donner pendant deux heures à votre chère epouse que
des Zest et des Pouf, malgré la sincère tendresse et l'attachement
passionné que vous avez pour elle! Voicy la recompense que je vous ay
promise: certes vous l'avez bien gagnée.» Theador parut tout autre;
il presenta cette bourse à Cephise, qui, quoyqu'elle la receut avec
joye, fut encore bien plus sensiblement touchée de voir que son cher
epoux avoit, au lieu de folie, autant de sagesse que d'amour. Chacun
se retira fort content, et ceux qui restèrent dans la chambre ne le
furent pas moins.

          [Note 238: C'est en effet une aventure qui fit alors
          beaucoup de bruit. Nous en connaissons un autre récit sous
          ce titre: _Relation remarquable de ce qui s'est passé
          au mariage de Mademoiselle_ (Tout lui faut) _avec M._
          (Qui donne), _et comme il s'y est pris pour connoître le
          caractère de sa femme la nuit de ses noces_. C'est, sauf la
          forme, tout à fait la même histoire.]


_Approbation._

J'ay lu, par ordre de Monsieur le lieutenant general de police,
une historiette du temps, qui a pour titre: Zest Pouf, dont
on peut permettre l'impression. A Paris, ce vingt-trois mars
1711.--PASSART[239].

Veu l'approbation du sieur Passart, permis d'imprimer. Fait le 26
mars 1711.--M. R. DE VOYER D'ARGENSON.

Registré sur le livre de la communauté des libraires et imprimeurs
de Paris, nº 193, conformément aux reglements, notamment à l'arrest
de la Cour du parlement en datte du 3 decembre 1705, ce 27 mars
1711.--DE LAUNAY, syndic.

          [Note 239: Nous avons déjà rencontré ce nom de _Passart_;
          il est bon de nous expliquer à ce sujet. C'est le masque
          derrière lequel se cachoit l'abbé Chérier, «gros rejoui,
          dit Piron, qui n'avoit de bréviaire que la bouteille, et
          d'autre bénéfice que la censure de la police. On n'a de
          lui, c'est toujours Piron qui parle, que les Approbations
          des sottises sans nombre de son temps, sous le nom factice
          de _Passart_. A sa mort, ce bel emploi, bon pour ses
          pareils, fut donné au celèbre auteur de _Rhadamiste_.»
          Au sujet de cette succession, Piron fit une épigramme à
          laquelle les lignes que nous venons de citer servent de
          commentaire. Voici l'épigramme:

               Dieu des vers, sous ton pavillon
               Qu'on vogue bien à la male heure!
               Pour placer le grand Crebillon,
               Il faut que le gros Cherier meure.
               Quelle place! Pour moi, j'en pleure.
               Examiner avec degout
               Nos rogatons de bout en bout!
               Du moins l'autre (en paix soit sa cendre)
               Approuvoit ou reprouvoit tout
               Sans lire ou sans y rien entendre.

                  _Oeuvres complètes d'Alexis Piron_, édit. Rigoley de
                            Juvigny, in-8, t. 7, p. 240.

          En disant qu'on n'avoit de l'abbé Chérier que ses
          approbations de censeur, Piron s'est trompé. Il a écrit
          dans le burlesque; il a été l'un des successeurs du comte
          de Cramail, l'un des devanciers de M. de Bièvre. Ainsi, en
          1725, il donna _l'Homme inconnu, ou les Equivoques de la
          langue, dédiées à Bacha Bilboquet_. A la page 53 de leur
          2e volume d'avril 1775, les auteurs de la _Bibliothèque
          des Romans_ reproduisent cette bouffonnerie, et donnent,
          comme préface, des détails sur Chérier: «Nous savons de
          quelques gens qui l'ont connu que c'étoit un plaisant de
          profession et de caractère, mais souvent fort agréable. Il
          fit imprimer son _Homme inconnu_, à la suite d'un _Ana_ de
          sa façon intitulé _Polissonniana_, qui est un excellent
          extrait des bonnes ou mauvaises plaisanteries connues avant
          le temps où il écrivoit. Comme pendant 90 ans le goût avoit
          eu le temps de se perfectionner, l'_Homme inconnu_ vaut
          mieux que le _Courtisan grotesque_.»]



_Catechisme des Normands[240]._

          [Note 240: Cette pièce se trouve à la suite de celle qui a
          pour titre _Catéchisme des courtisans_ (Cologne, 1668, pet.
          in-12), et que nous avons reproduite dans notre tome 5, p.
          75-95.]


_Catechisme des Normands, composé par un docteur de Paris._

_Demande._ Etes-vous Normand?

_Réponse._ Oui, par la grace de ma naissance et par la grace de mon
intrigue.

_D._ Qui est celui qu'on doit apeller Normand?

_R._ C'est celui lequel, etant né d'un père normand, naturellement
intriguant, fait profession exacte d'une intrigue dissimulée.

_D._ Qu'est-ce que l'intrigue dissimulée?

_R._ C'est celle que le Normand a apris de ses ancêtres, et qui la
communique de père en fils.

_D._ Est-il necessaire au Normand d'avoir cette intrigue dissimulée?

_R._ Oui, s'il ne veut agir contre l'inclination naturelle de la
nation normanique.


_Du signe du Normand._

_D._ Quel est le signe du Normand?

_R._ C'est d'être toujours prêt à faire de faux serments en faveur de
celui qui lui donne le plus d'argent[241].

          [Note 241: Celui dont parle Chicaneau (_les Plaideurs_,
          act. I, sc. 6):

               Un grand homme sec, là, qui me sert de témoin,
               Et qui jure pour moi lorsque j'en ai besoin,

          est de la même race.]

_D._ Comment fait-il le signe?

_R._ En tenant ses mains dessus sa tête pour affirmer plus hardiment
le faux serment qu'il fait pour vil prix, et les rabaissant lorsqu'on
lui fait offre de plus d'argent qu'il n'en a reçu pour les lever,
afin d'affirmer effrontement le contraire de son premier serment.

_D._ Pourquoi fait-il le signe de la sorte?

_R._ Pour tromper et decevoir ceux qui ont confiance en ce signe,
auquel il prend plaisir.

_D._ Quand le Normand fait-il le signe?

_R._ Depuis son berceau jusqu'au dernier soupir de sa vie.


_De la fin du Normand._

_D._ Quel est la fin du Normand?

_R._ C'est de trahir ses plus grands amis.

_D._ En quoi consiste le dessein du Normand?

_R._ Il consiste à établir sa fortune aux depens du bien d'autrui et
de l'honneur du prochain, sans épargner sacré ni profane.


_Des moyens de parvenir à cette fin._

_D._ Par quels moyens parvient-il à cette fin?

_R._ Par quatre moyens, sçavoir: l'infidelité, tromperie, haine et
mechantes actions.

_D._ Qu'entendez-vous par l'infidelité?

_R._ J'entends que le Normand ne garde jamais la parole qu'il a
promise.

_D._ Que devons nous croire du Normand?

_R._ Que c'est le plus grand fourbe du monde.

_D._ Expliquez-nous ce mot de fourbe?

_R._ C'est-à-dire qu'i est naturellement trompeur.

_D._ Comment trompeur?

_R._ C'est en proferant des paroles contraires aux pensées de son
coeur, louant par paroles ceux qu'il blâme en lui-même, flattant et
caressant ceux qu'il aime le moins, baisant ceux qu'il dechire par
ses fausses impostures comme un Judas, aplaudissant les discours
d'autrui, pour exciter à les continuer, afin d'en tirer une mauvaise
consequence.

_D._ Vous dites que le Normand parvient à la haine?

_R._ Oui; mais il faut entendre comment, parceque, quand le Normand
haït quelqu'un, il ne lui decouvre pas sa haine ouvertement; au
contraire, il la dissimule et retient dans son coeur, il flatte
et loue celui qu'il haït le plus, et le baiser du Normand est un
veritable signe de la haine qu'il a dans son coeur.

_D._ Si le Normand retient la haine dans son coeur, il ne fait aucune
mechante action au dehors pour parvenir à sa fin?

_R._ Pardonnez-moi, car les mauvaises actions du Normand ne
paroissent au dehors que lorsqu'il s'apperçoit que facilement elles
pourroient servir à son dessein.

_D._ Le Normand manifeste donc ses mauvaises actions?

_R._ Ils les manifeste le moins qu'il peut, car il les commet
toujours de bonne intention, disant qu'il ne cherche que la gloire de
Dieu, que le profit et utilité spirituelle de son prochain, et que
tout ce qu'il fait provient de son grand zèle seulement[242].

          [Note 242: Tartufe, à ce qu'il paroît, étoit de Normandie.]

_D._ Comment fait-il ces mauvaises actions par ces moyens-là?

_R._ Non seulement, car, quand il a proferé des paroles indiscrètes
et calomnieuses, ah! qu'il fait de mauvaises actions! Il les impute
à des personnes innocentes, et, pour les faire croire veritables, il
sollicite par promesse et argent.


_De l'esperance du Normand._

_D._ Quelle est l'esperance du Normand?

_R._ C'est de s'elever au-dessus des autres.

_D._ Comment?

_R._ En paroissant au dehors homme de bien, devot, sincère,
obligeant, doux comme un agneau, quoiqu'il soit au dedans un loup
ravissant, ingrat, fourbe, indevot, mechant, en un mot un très grand
hypocrite, et un sepulchre blanchi[243].

          [Note 243: _Sepulcrum dealbatum._ C'est ainsi que le Christ
          désignoit les Pharisiens: «beaux au dehors et pleins de
          pourriture au dedans».]

_D._ Comment?

_R._ C'est en imposant de faux crimes à ceux qui occupent les
charges, etant amis, auxquelles ils aspirent, faisant de fausses
attestations, certificats et autres pièces d'ecritures qu'ils font
signer par de faux temoins pour faire entendre que ce qu'ils disent
est veritable.

_D._ Comment connoissez-vous cela?

_R._ Je le connois en ce qu'il a beaucoup d'amour pour sa personne et
ses propres interêts, et point du tout pour son prochain.


_Les bonnes oeuvres du Normand._

_D._ Si le Normand n'a point de charité pour son prochain, il ne fait
donc aucune bonne oeuvre à l'egard de son prochain?

_R._ Aucunes, à la verité; mais toutes mechantes, conformement aux
dix commandemens qu'il a appris de ses ancêtres.

_D._ Quels sont ces dix commandemens?

_R._ Les voici:

     Tes intérêts tu garderas et attireras parfaitement.

     Dieu en vain tu jureras pour affirmer un faux serment.

     L'argent d'autrui tu n'epargneras, ni son honneur pareillement.

     Le bien d'autrui tu ne rendras, et garderas à ton escient.

     Faux temoignage tu diras, et mentiras adroitement.

     L'oeuvre des mains tu n'oublieras, pour derober finement.

     Les biens d'autrui tu convoiteras, pour les avoir injustement.

     L'oeuvre de chair tu desireras, et accompliras avec le tems.


_Des oeuvres de misericorde du Normand._

_D._ Combien le Normand a-t-il d'oeuvres de misericorde?

_R._ Sept, sçavoir: trahison, flaterie, gourmandise, larcin,
mensonge, envie et imposture.

_D._ Si le Normand n'observe ces dix commandemens et ne fait ces
oeuvres de misericorde, qu'en sera-t'il?

_R._ Il contreviendra aux maximes et aux inclinations de la nation
normanique, et aux habitudes naturelles de ses ancêtres, et merite
d'être estimé honnête homme.

_D._ Si tout ce que nous venons de dire est vrai, on ne peut avoir de
confiance au Normand?

_R._ Nullement du monde: car enfin, confiez-vous en lui, il vous
trahit; louez-le, il vous meprise; meprisez-le, il vous adore; et
après tout c'est un lion à ceux qui le craignent, et une vraie poule
aux genereux.

       *       *       *       *       *

Je prie Dieu qu'il inspire au lecteur des sentimens contraires aux
pensées de ce catechisme.


_Chanson des Normands_

Sur l'air des Pendus.

    Or ecoutez, petits et grands,
  Le catechisme des Normands,
  Peuple connu de notre France
  Par la chicane et la potence:
  C'est la double inclination
  De cette noble nation.

    --Mais, sitôt qu'un Normand est né,
  A la mort est-il condamné?              (_Oui._)
  --Mais sa mort est un mystère:
  Il ne rentre point dans la terre;
  Il meurt plus glorieusement,
  En montant vers le firmament.

    --Q'entendez-vous par ce discours?
  Est-ce qu'ils ont l'âme à rebours?      (_Non._)
  --J'entends que dans la Normandie
  On ne fait point cas de leur vie,
  Car plus de cinq cens il est clair
  Que les trois quarts meurent en l'air.

    Pour un trépas si glorieux,
  Quel theâtre est le plus fameux?
  --Domfront jadis eut cette gloire,
  Et plus d'un Normand, dit l'histoire,
  A deux heures on y pendit,
  Qui n'etoit venu qu'à midi[244].

    --Un titre si bien appuyé,
  S'est-il toujours bien conservé?        (_Oui._)
  --C'est toujours pour leur usage
  Que tout le païs se partage
  Entre ces deux metiers si beaux,
  Des cordiers et des bourreaux.

          [Note 244: M. Pluquet, dans ses _Contes populaires et
          proverbes_, in-8, p. 116, cite le dicton normand:

               Domfront, ville de malheure,
               Pris à midi, pendu à une heure.]



_Edit du Roi portant suppression des charges de capitaines des
levrettes de la chambre du roy et des levriers de Champagne; donné à
Versailles au mois de mai 1786; registré en la chambre des Comptes
le 15 septembre 1786; registré en la cour des Aides le 20 septembre
1786._

_A Paris, chez P. G. Simon et N. H. Nyon, imprimeurs du Parlement,
rue Mignon._

1787.


Louis, par la grace de Dieu, roi de France et de Navarre: A tous
presens et à venir, Salut. Les charges de capitaines des levrettes
de notre chambre et des levriers de Champagne, dont etoit pourvu
le sieur de Vassan, etant vacantes par la demission qu'il en a
faite en nos mains, nous avons jugé à propos d'en ordonner la
suppression[245]. A ces causes et autres à ce nous mouvant, de l'avis
de notre conseil, et de notre certaine science, pleine puissance et
autorité royale, nous avons, par notre present edit, perpetuel et
irrevocable, eteint et supprimé, eteignons et supprimons, à compter
du premier de ce mois, les charges de capitaines des levrettes de
notre chambre et des levriers de Champagne, vacantes comme dit est.
Voulons en consequence que les gages et autres attributions desdites
charges, pour lesquelles ledit sieur de Vassan, dernier pourvu
d'icelles, etoit employé, tant sur l'etat de notre venerie, sous le
titre de capitaine des levriers de Champagne[246], que sur celui de
notre argenterie, menus-plaisirs et affaires de notre chambre, sous
le titres de capitaine des levrettes de notre chambre, en soient
rayés et ôtés à compter dudit jour premier du present mois. Si
donnons en mandement à nos amés et feaux conseillers les gens tenant
notre chambre des comptes et cour des aides à Paris que notre present
edit ils aient à faire registrer, et le contenu en icelui garder,
observer et executer pleinement, paisiblement et perpetuellement,
cessant et faisant cesser tous troubles et empêchements, et
nonobstant toutes choses à ce contraires: car tel est notre plaisir.
Et, afin que ce soit chose ferme et stable à toujours, nous y avons
fait mettre notre scel.

          [Note 245: On avoit douté de l'existence de cette charge
          au moins singulière. L'édit qui la supprime convaincra les
          plus sceptiques. Il en étoit d'ailleurs parlé déjà dans
          le _Traité des droits_ (t. 1, p. 530), où nous trouvons
          mentionnés auprès de deux _porte-chaises d'affaires_--le
          nom de cet emploi en dit assez--un _capitaine des levrettes
          de la chambre_, ayant 2,466 livres de gage. Chaque
          _porte-chaise_ n'en avoit que 800. La charge supprimée
          ici devoit dater de Louis XIII, qui avoit mis à la mode
          les petits levriers d'Angleterre pour la chasse du lapin.
          Sélincourt, dans son _Parfait chasseur_ (1683), parle de
          ceux que ce prince avoit fait dresser et qu'il lançoit dans
          la petite garenne placée au bout du jardin des Tuileries.
          Je ne sais qui fut alors _capitaine des levrettes_,
          mais, comme on le voit, sa charge lui survécut; elle se
          multiplia même: car, lorsqu'on créa les maisons du comte de
          Provence et du comte d'Artois, par édits des mois d'avril
          1771 et octobre 1773, on les pourvut l'un et l'autre d'un
          _capitaine des levrettes_, aux gages de 1,000 livres,
          tandis que le _maître de mathématiques_ n'en avoit que 200,
          et le _premier peintre_ 600!]

          [Note 246: Les levriers de Champagne passoient pour être
          les plus vigoureux et les _plus vites_ du monde, comme dit
          Sélincourt. On les employoit pour la grande chasse, comme
          les levriers d'Angleterre pour la petite.]

Donné à Versailles au mois de mai, l'an de grace mil sept cent
quatre-vingt-six, et de notre regne le treizième.--_Signé_
LOUIS.--_Et plus bas_: Par le roi, _signé_ le baron DE
BRETEUIL.--_Visa_ HUE DE MIROMENIL.

Registré en la chambre des comptes, ouï et ce requerant le procureur
general du roi, pour être executé selon sa forme et teneur, le quinze
septembre mil sept cent quatre-vingt-six.--_Signé_ MARSOLAN.

Registré, ouï et ce requerant le procureur general du roi, pour
être executé selon sa forme et teneur. Fait à Paris, en la première
chambre de la cour des aides, le vingt decembre mil sept cent
quatre-vingt-six. Collationné.--_Signé_ Baron DES BORDES.



_Histoire veritable de la mutinerie, tumulte et sedition faite par
les prestres Sainct-Medard contre les fidèles, le samedy XXVII. jour
de decembre 1561._

       *       *       *       *       *

_Pseau._ XLVI.

  Dès qu'adversité nous offense,
  Dieu nous est appuy et defense:
  Au besoin l'avons esprouvé,
  Et grand secours en luy trouvé.

       *       *       *       *       *

Le bruit commun, dès sa naissance, et quand il vient premierement
à sortir en evidence, est ordinairement accompaigné de tant de
mensonges, qu'en son accroissement elles multiplient de telle sorte
qu'avant qu'estre espandu jusques aux lieux où il prend fin se trouve
tant perverti, deguisé et corrompu qu'il n'a plus rien de conforme à
la verité; et ce advient principalement pour deux occasions: l'une
pour estre mal affecte à la cause, l'autre pour se faire savant
des choses que l'on a veues; dont la première induist à enrichir le
compte de ce qui sert à la cause exposée, et taire ou deguiser ce
qui est contraire; la seconde fait rapporter tout ce qu'on imagine
de vray semblable pour très certain et veritable, par un desir de
satisfaire à la curiosité de ceux qui s'en enquièrent. Or, les choses
où les hommes se monstrent plus curieux et se rendent plus affectez
sont celles de la religion, qui en rend la verité si peu cogneue qu'à
grand peine se peut-elle savoir que bien obscurcie et masquée de
quelque fiction mensongère. Ce que ayant consideré, j'ay entrepris de
garantir une esmotion advenue ces derniers jours de l'injure des faux
rapports et deguisemens de verité, à ce que tel evenement, qui n'est
de petite importance bien entendu au vray, retourne à la confusion de
ceux que l'on jugera avoir le tort, promettant de m'employer du tout
à dire verité, et ne reciter que les choses dont je suis tesmoing
occulaire, me sumettant aux reproches de tous ceux qui y ont assisté
qui en voudront parler sans affection.

L'an M.D.LXI., le samedy d'après Noël, feste de sainct Jean,
vingt-septiesme jour de decembre, les fidèles faysoient, ainsi qu'il
leur est permis, assemblée publique aux faux bourgs S. Marceau en
un lieu dit le Patriarche[247], et faisoit l'exhortation monsieur
Mallot, ministre[248], qui, après les prières faites et le psalme
chanté, commença d'interpreter ce passage de sainct Mathieu: Venez
à moy, vous tous qui estes chargez; et lequel avoit pris comme
lieu de grande doctrine et edification, à ce que la compagnie (qui
estoit plus grande beaucoup que de coustume, pour n'estre ce jour
ouvrable[249]) en peust à son contentement raporter plus grand
fruict. Ayant executé environ un quart d'heure, commencèrent ceux
de sainct Medard, paroisse dudit faubourg, sur les trois heures (jà
leurs vespres dites), de malice deliberée, à sonner toutes leurs
cloches ensemble, d'un tel bransle qu'aussi pour n'y avoir qu'une
ruelle de distance entre les deux lieux, retentissoit le son si grand
dans le dit Patriarche qu'il estoit du tout impossible d'entendre la
dite exhortation; ce que voians ceux de l'assemblée, deux d'entre
eux s'en allèrent sans aucunes armes prier que l'on desistast de
sonner, à ce que si bonne compagnie ne fust empeschée d'ouir la
parole de Dieu. A ceste prière et humble requeste, s'esleva une voix
de prestres, et quelques autres mutins, crians que en despit d'eux
l'on sonneroit, et sus ces entrefaites s'essayent à donner plus grand
bransle à leurs cloches, et à l'instant fort mutinez fermèrent la
grande porte de leur eglise, enfermans l'un des deux dessusdits;
l'autre se sauva de vitesse et se retira vers les siens, et, comme
ainsi fust que il n'avoit qu'un petit couteau, le massacrèrent de
sept coups, tant de longs bois que d'espée, quasi tous mortels,
selon le recit des chyrurgiens; aussi soudain furent closes deux
autres portes, l'une grande du presbitaire, l'autre plus petite
du cymetière, issantes en la ruelle joignant le Patriarche, et
commencèrent à jetter pierres et tirer traits d'arbalestres, dont
avoient fait bonne munition. Le cry de ceux qui demandoient secours
donna l'alarme à toute la compagnie, qui pour lors ne presumoit rien
moins que telle esmeute, en grand effroy et confusion, et qui la
redoubla plus chaude fut le son du toxin que les prestres sonnèrent
aussi tost. Or furent ces trois portes susdites fermées, la baterie
de pierres et arbalestres commencée, et le toxin sonné en moment
si subit qu'il est à presumer qu'en tous ces lieux estoient gens
disposez dès auparavant la semonce de cesser la sonnerie; toutes fois
en chose si subite et inesperée fut mis si bon et prompt ordre par
les evangelistes qu'ayans tiré hors de l'assemblée tous les hommes
qui se trouvèrent en estat de deffence, qui estoient fort peu pour
une si grande troupe, non moindre (à mon jugement) que de douze à
treize mille personnes, asseurèrent si bien les autres qu'après
un psalme chanté se continua l'exhortation; cependant se sonnoit
tousjours le toxin, avec furieuse baterie de pierres et traits
d'arbalestres.

          [Note 247: Nous avons déjà parlé de cette maison et dit
          à quel _patriarche_ elle devoit son nom (V. t. 3, p. 51,
          et Jaillot, _Recherches sur Paris_, quartier de la _Place
          Maubert_, p. 97). En l'année 1561, elle n'appartenoit
          plus depuis cent cinquante ans environ au _patriarche_
          d'Alexandrie. Etienne Carrage, conseiller au Parlement,
          la tenoit par succession de Thibault Carrache, bourgeois
          de Paris, et l'avoit louée à Ange de Caule, marchand
          Lucquois, qui lui-même la prêtoit ou la donnoit à bail aux
          calvinistes. Leurs assemblées, tolérées en vertu du récent
          édit de pacification, s'y tenoient, ainsi qu'à Popincourt.]

          [Note 248: L'un des plus ardents parmi les ministres
          calvinistes. Partout on le trouvoit prêchant et répandant
          la religion nouvelle, qui «auparavant je ne diray pas
          harrassée, écrit Pasquier, ains terrassée, commença de
          lever les cornes et se lever au milieu de nous d'une
          furieuse insolence. Nous la vismes, continue-t-il, estre
          preschée non en lieux sombres et escartez, ains à huis
          ouvert en la maison de la comtesse de Senigant dans cette
          ville de Paris, et du mesme temps par le ministre Malo,
          dans les fossez du faubourg St-Jacques, comme s'il eût
          voulu escheller la ville, et depuis, par jours alternatifs,
          au Patriarche et à Popincourt, par le mesme Malo et La
          Rivière, ministres.» (_Lettres_ de Pasquier, liv. 15,
          lettre 19.)]

          [Note 249: Pendant long-temps les ministres n'avoient
          eu permission de prêcher que les jours ouvrables. On
          craignoit, dit Pasquier, «que, si les jours de feste ils
          preschoient pendant que le peuple chommoit, ce n'eust
          esté faire ouverture à nouvelle sedition»; ce qui arriva
          justement, comme on le voit ici: car la requête qu'ils
          firent pour être autorisés à prêcher les dimanches et jours
          de fête, en remontrant que la moitié de leurs ouailles,
          «affamée de la parole de Dieu», ne pouvoit être à la fois
          au travail et à leur sermon, ayant été «enterinée vers
          la feste de Noël», les troubles qu'on craignoit ne se
          firent pas attendre. M. de la Roche-sur-Yon «avoit resisté
          fortement»; mais, quand de guerre lasse il eut quitté le
          gouvernement de Paris, le maréchal de Montmorency, son
          successeur, avoit accordé la permission si long-temps
          refusée.]

Or y avoit en l'assemblée monsieur le prevost des mareschaux,
Rouge Oreille, commis de monseigneur le gouverneur; pour la garde
et seureté d'icelle, estoit accompagné de cinq ou de six de ses
archers[250], desquels en envoya un pour parlementer avec le curé
et faire deffense de par le roy de plus sonner le toxin et jeter
pierres; puis il y voulut aller luy-mesme, mais la gresle des pierres
et traits d'arbalestres le contraignirent de se retirer bien viste,
et sans apporter autre response.

          [Note 250: «Ceux de la religion, dit Pasquier (_Lettres_,
          liv. 4, lettre 13), estoient assistez du guet et des
          prevosts des mareschaux, pour garder qu'on ne leur
          mesfit. Ceux-ci, ajoute-t-il, se mirent de la partie.»
          Rouge-Aureille, le prévôt, étoit d'ailleurs de lui-même
          fort bien porté pour les religionnaires. Peu de jours
          auparavant, il avoit, sans en être trop prié, mis la main
          sur frère Jean de Hans, qui dans ses prédications «faisoit
          rage de maltraiter» les réformés, et il l'avoit mené lié et
          garotté à St-Germain, où le peuple l'étoit allé chercher
          pour le ramener en triomphe à Paris. Enfin Rouge-Aureille
          et le chevalier du guet, dont il sera parlé tout à l'heure,
          penchoient certainement pour le parti de la religion, et on
          les vit là, dit Pasquier, «faire espaule contre l'authorité
          du Parlement». (Liv. 15, lettre 19.)]

Tel refus et rebellion faite à la justice, se deliberèrent les
evangelistes de ne laisser branler longuement cest espouvantail de
peuple et appeau de sedition, discourans fort bien en quel danger
evident estoit toute leur compagnie. Adonc mieux armez de bon coeur
et ardent zèle, qui les incitoit à la tuition de ceste troupe de
leurs frères qui se reposoit sur leur deffense et main forte du
seigneur, que d'armes deffensives à repousser l'injure de leurs
ennemis, ou offensives pour les endommager, tous d'un courage firent
tel effort qu'ils foncèrent les portes de l'eglise, qui ne fut
executé sans estre plusieurs d'entre eux blessez, qui leur augmente
la colère, estant outre plus excitez et encouragez à vengeance par
la compassion dont furent saisis quand ils trouvèrent au bas du
seuil de l'eglise leur pauvre frère si outrageusement assassiné et
meurdry, selon que cy-dessus avons recité. En ceste première furie
se presentèrent nombre de prestres et autres mutins embastonnez
d'espées, rondelles, longs bois, gros pavez et arbalestres, faisans
armes à toute outrance et cruelle resistence, qui dura toutesfois
fort peu contre le courageux effort des autres; si que furent
tantost espris de frayeur et crainte, dont une grande partie d'eux
se sauvèrent dans le cloché, abandonnans laschement leur troupeau
qu'ils avoient conduit et exposé à la tuerie et boucherie; et entre
autres prestres y avoit monsieur le curé, chef, conducteur et
entrepreneur de la mutinerie, gagne le plus haut du cloché, dont
avec ses complices ne cessa d'endommager les evangelistes, tant que
les munitions qu'il avoit faites de longue main luy durèrent. Je ne
puis passer sous silence une furie prodigieuse de certains prestres,
enflammez de telle rage que, leur defaillant leurs amas de pierres
fais dans l'eglise, montèrent sur les autels, et, de leurs propres
mains brisans les images, qu'auparavant souloient tout reveremment
adorer, se servoient des pièces à jeter contre leurs ennemis, chose
toutesfois moins esmerveillable qu'il ne semble, veu que ceste furie
leur est tournée en nature, car il seroit malaisé à juger s'ils
estoient plus furieux et maniaques lors qu'ainsi irreligieusement
brisoient la chose par eux tant honorée, ou quand ils adoroient
choses si insensibles.

Or en ce conflit, qui dura une bonne demie heure, furent blessez des
mutins environ trente ou quarante, dont en furent pris prisonniers
quatorze ou quinze des principaux chefs et plus apparens; plusieurs
se sauvèrent, et fut pardonné à la temerité du seditieux populasse,
bien qu'il n'y eust vieille qui n'eust rendu tout devoir à amasser et
jeter pierres, ne se sçachans ayder d'armes plus nuisibles; et fut
chose digne d'une louable admiration de veoir des coeurs si esmeus et
enflambez si soubdain convertis à pitoiable misericorde: car chacun
s'efforçoit de conserver et garentir d'estre outragez ces pauvres
idiots populaires ne donnant aucun lieu à cruauté ou vengeance.

Ce neantmoins, ceux qui s'estoient renfermez dans le cloché, dont
estoit chef le moyne curé, persistoient en leurs entreprinses de
branler tant le toxin qu'auroient secours d'autres mutins, pour
mettre en pièces toute ceste innocente troupe qui persistoit à ouir
la parole de Dieu, qui s'advançoit, et n'y eut autre remède, pour
la confiance qu'ils avoient en la forteresse de leur cloché, de
les faire cesser que par menace de mettre le feu au pied; et ainsi
print fin la dite esmotion; environ lequel temps survient Guabaston,
chevalier du guet, accompagné de sept ou huict chevaux[251]. Il
restoit, l'exhortation finie, de conduire ce grand peuple sans
deffence, et rendre chacun en sa demeure en la plus grande seureté
que faire se pourroit, chose qui sembloit fort difficile, et
requeroit un grand ordre et prevoiance, veu l'apparente presomption
qu'il y avoit en ce grand fauxbourg et mesme en la ville se feust
esmeu quelque chose, oyant ce toxin, appeau de sedition, sonné par si
longue espace de temps. Or se trouvèrent pour la conduitte environ
de cinquante ou soixante chevaux et près de deux cents hommes de
pied, ayans espées et dagues, dont le tout fut ainsi disposé: une
moitié des chevaux se mist avec Guabaston pour l'avant-garde, l'autre
demeura avec Monsieur le prevost Rougeoreille pour l'arrière-garde et
conduitte des prisonniers, qui estoient liez deux à deux d'une longue
corde, dont y avoit d'entre eux quelques prestres qui portoient
fort triste chère[252]. Les gens de pied avoient deux capitaines et
estoient divisez en deux bandes et marchoient à la file, tenans un
costé de la rue, et le peuple l'autre, qui s'escouloit sous leur
garde; en ceste ordonnance fut le tout conduit fort paisiblement
et sans aucune confusion. Près la porte Saint-Marceau fut donnée
une fauce alarme par aucuns qui se mirent en fuitte à vauderoute,
pour avoir veu jeter quelques pierres en une ruelle et accourir
grande troupe de populasse qui s'amassoit à les voir passer en ceste
nouvelle ordonnance, comme le peuple parisien s'amasse aisement à
la moindre nouveauté qui se presente; mais, le tout soudainement
rappaisé, fut chacun, par la grâce de Dieu, rendu en sa maison, et
les prisonniers conduits au petit Chastelet: voylà le fait de toute
la sedition à la pure verité, selon qu'il m'est passé devant les
yeux[253].

          [Note 251: Gabaston, «vaillant soldat», dit Pasquier, avoit
          été mis à la tête du guet de soixante hommes, qui, lors de
          la promotion du maréchal de Montmorency au gouvernement de
          Paris, avoit été créé «tant pour la sûreté de la personne
          du maréchal que pour garentir la ville de sédition.» Nous
          avons déjà dit que, comme Rouge-Aureille, il favorisoit le
          parti des religionnaires. Il le paya cher: après s'être par
          là grandement attiré la haine du peuple, il finit par être
          mis en jugement et décapité. (Pasquier, _Recherches de la
          France_, liv. III, en. 45.)]

          [Note 252: «Le battu a payé l'amende, dit Pasquier, dont le
          coeur en saigne: les gens de Gabatton et Rouge-Aureille ont
          mené par troupe prisonniers les catholics, comme autheurs
          de cette sédition, nuls des autres. Les bourgeois de Paris
          en crient, disant que l'on les a taillez pour payer les
          gages de ce nouveau guet à leur ruine.» (Liv. IV, lettre
          13.)]

          [Note 253: L'affaire n'en resta pas là: requeste fut
          adressée au Parlement par les Catholiques «afin de leur
          estre faict droict sur les meurdres, emprisonnement, vols
          de chapes, calices et ornemens de l'église.» Juges sont
          nommés, l'un M. Gayant, conseiller catholique, l'autre M.
          Fumée, conseiller de la Religion; mais les catholiques
          récusèrent le huguenot, et les Huguenots le catholique. On
          mit tout le monde d'accord en lacérant la requête et en ne
          donnant pas suite au procès. Les catholiques arrêtés furent
          relâchés; mais, comme il falloit que quelques uns payassent
          pour tous, deux religionnaires, Cage père et fils, chefs,
          ou, comme dit Pasquier, «confanoniers de l'entreprise»,
          qui avoient été assez tardivement «pris au corps», furent
          gardés, puis pendus, en même temps que, comme nous l'avons
          dit, l'on décapitoit Gabatton. (Pasquier, _Recherches_,
          liv. III, ch. 45, et _Lettres_, IV, 13.)]

Mais je ne me puis contenter d'avoir si nuement narré une chose tant
memorable, bien que j'aye quasi desjà attaint au but que je m'estois
proposé, comme ainsi soit que desjà assez evidemment apparoist de
quelle part tourne le tort, et qu'on ne peut plus douter qui sont
les premiers moteurs de la sedition. Je me licenciray donc plus
outre de faire un brief discours de certaines circonstances bien
dignes d'estre remerquées, par le moyen desquelles se decouvrira la
source première, cause motive et origine de toute la sedition, et
se descouvrira que c'estoit une entreprinse brassée de plus longue
main que beaucoup ne pensent, et, apparoissant au vray le danger
plus grand que n'en a l'apparence, aurons plus grande occasion de
rendre grâces à l'Éternel, qui, par sa bonne et seure veille sur
son troupeau, l'a delivré de la gueule gloute des loups ravissants
qui avoient tendu leurs lacs pour le ruiner et devorer, et a fait
tourner leurs machinations sur leur chef, en grande confusion.
Il est donc à sçavoir que, trois ou quatre jours avant l'esmeute
advenue, se faisant assemblée au mesme lieu du Patriarche, avoient
comme de present sonné leurs cloches les prestres S. Medard à tout
branle en mesme intention d'empescher d'ouir la parole de Dieu,
et furent dès lors semons par plusieurs d'apparence de cesser un
tel son extraordinaire, empeschement trop insupportable, ce que
leur fut force de faire, pour la crainte qu'ils eurent, se voyans
les plus foibles, d'estre contraints de ce faire par autre voye,
le refusans par amitié; qui leur fut de si dure digestion, qu'ils
en conceurent tel crève-coeur que dès lors conspirèrent curé et
prestres, d'un monopole, la première fois que là on s'assembleroit,
de sonner tant que cordes pourroient tirer et cloches branler, et,
pour festoyer ceux qui les en voudroyent empescher, se fortifièrent
et se munirent de pierres, arbalestres, espées, rondelles et
long-bois, s'adjoignans bon nombre des plus mutins et seditieux de
toute la paroisse. Estoit chef de l'entreprise monsieur le curé,
moyne de S. Geneviefve, lequel avec ses prestres demanda secours
de gens et d'armes à son abbé, comme luy-mesme a confessé; mais,
pour estre chose de grand advis et deliberation, en consultèrent
avec messieurs le Premier et Saint-André, presidens, ensemble le
procureur general Bourdin, desquels eurent bon confort et ayde, avec
asseurance de les garentir en tout evenement, et de ceste promesse
fortifioit au jour de la sedition le curé ses complices prestres et
mutins (en ces termes): «Ruez, frappez, tuez, n'espargnez personne;
nous avons bons garans, et des plus grans de la ville.» Estans
donc fortifiez de tels appuis, plus hardiment divulguoient leur
conseil envers ceux que cognoissoient plus enclins à mutinerie, les
solicitans de s'adjoindre à leur entreprinse, et par ce moyen de
l'un à l'autre fut communiqué à tant de sortes de gens que furent
advertis aucuns de ceux qui frequentent les assemblées de ne s'y
trouver ce jour de samedy; et mesmes aucuns des conspirateurs, jà
s'esgayans comme de ville gagnée, se vantoient dès le matin qu'il
se feroit beau carnage de huguenots. Or les principaux nerfs de
la sedition estoient au toxin, au son duquel devoit venir secours
de Nostre-Dame-des-Champs, S. Victor et S. Geneviefve, et, pour
l'attendre en seureté, s'estoient reserrez et remparez les mutins
dedans leur eglise, munis et fortifiez de toutes armes necessaires à
soustenir le siége. De fait, au premier son, s'achemina grande troupe
embastonnée, venant du costé des champs, au devant desquels s'avança
une troupe de chevaux; mais, aussi tost que les eurent apperceus,
se retira à la fuite toute ceste canaille, et est chose seure que
telle diligence faite par les gentils-hommes de cheval les intimida
de telle crainte que ceux des autres quartiers, eh oyant le vent,
n'osèrent s'esbranler. Aussi furent getées force pierres de quelques
maisons voisines de l'Eglise, et faites saillies avec long-bois;
mais le tout fut rambarré de si près, et tindrent si peu ceux de
l'Eglise, que tous ensemble perdirent coeur, dont les prestres et
aucuns autres prisonniers, pendant qu'on les menoit, et depuis en la
prison, ont fait maintes complaintes, disans que trop laschement leur
avoit esté rompue la foy par ceux qui leur avoient promis secours,
et qu'ils s'asseuroient bien, s'ils n'eussent manqué de promesse,
qu'ils n'eussent pas esté les plus foibles. Tels regrets plusieurs
gens de foy leur ont ouy faire; outre plus est assez confirmée telle
conspiration, parce que, dès le matin, avoient les prestres retiré
de l'Eglise, en maisons voisines de leurs plus feables, tous leurs
reliques, calices, platines, chasubles et ornemens de pris, pour
estre plus seurement en tout evenement. Assez d'autres conjectures
pourrois-je amener, si je n'estimois ceux-ci assez valables et de
suffisante attestation et preuve, laissant desormais au jugement
de tous bons cerveaux à prononcer qui a le tort, qui sont les
assaillans, rebelles aux edits du roy et seditieux, et selon iceux
quelles peines meritent les autheurs, moteurs et complices d'une
mutinerie de telle consequence, en la ville capitale de ce royaume,
que toutes les croniques françoises tesmoignent avoir de tous temps
esté fort encline à toutes sortes d'esmotions et mutineries, dont
tous fidèles ont bonne occasion de glorifier le Tout Puissant,
protecteur de son eglise, qui par sa main forte a preservé les siens,
environnant son troupeau des legions de ses anges, pour leur rempart,
au milieu de ses ennemis, et a tellement amoli le coeur du peuple
parisien et contenu en tel devoir, qui ne monstra aucune apparence
de s'esmouvoir. Or le lendemain se fit le matin, au mesme lieu du
Patriarche[254], l'exhortation accoustumée, à laquelle se trouvèrent
les evangelistes en bon equipage d'armes accoustumées à porter et
belle ordonnance, et y avoit tel nombre de bons hommes de deffense
qu'ils avoient assez moyen de se ressentir des coups et outrages
qu'avoient receu le jour precedant, et de chastier les seditieux
mutins qui leurs avoient couru sus et brassé telle menée pour leur
faire à tous perdre la vie. Toutes fois, monstrans que vouloient
oublier toutes choses pour le desir qu'avoient de vivre en paix, se
comportèrent en telle patience et modestie qu'il n'y a aucun qui se
puisse plaindre d'avoir seulement esté outragé de parole, et ainsi en
grande paix se retirent en leurs maisons après l'exhortation finie.
Mais l'après dinée quelques prestres, qui s'estoient sauvez de la
mutinerie le jour precedent, sachans bien que de tout le jour l'on ne
se rassembleroit plus audit lieu du Patriarche, voulant en revenge
du passé mettre à fin ce que pourroient de leur première entreprise,
rassemblèrent grand nombre de populasse seditieux du fauxbourg, sus
les quatre heures, à ce que la nuit, qui estoit proche, leur donnast
plus seure retraite, qui d'impetuosité brutale rompirent les portes
du Patriarche, et, amas de bois fait, mirent le feu dans toutes les
chambres d'un grand corps d'hostel, accompagné d'un petit, brisèrent
en pièces la chaire du ministre, rompirent tuiles, firent brèche aux
murailles d'un grand pourpris de deux jardins, avec tel degast et
debris dont se peurent aviser[255], dont le bruit espars par ville
parvint aux evangelistes. Quelques gentilshommes avertis montèrent à
cheval, et à la course donnèrent jusques audit lieu, où n'arrivèrent
que dix ou douze chevaux du commencement, qui mirent toute ceste
canaille en fuitte; survenoient tousjours chevaux à la file, qui se
trouvèrent à la fin en nombre de quarante ou cinquante. Survint aussi
le procureur du roy en Chastelet, avec cinq ou six sergeans; luy
furent livrez six ou sept prisonniers; puis, le feu esteint en toute
diligence, chacun se retira. Ainsi desgorgèrent le reste de leur
venin et fureur enragée sur les maisons, que n'avoient peu executer
sur les personnes.

          [Note 254: Les assemblées au Patriarche furent bientôt
          suspendues, comme on le verra plus loin. Le prêche fut
          fermé, ainsi que l'église sa voisine. «L'église St-Médard,
          écrit Pasquier quelque temps après l'émeute, chôme
          aujourd'hui, sans que l'on y fasse le service divin, comme
          ayant été profanée; pour éviter à pareil inconvénient
          on a enjoint aux ministres de se choisir autre lieu que
          le Patriarche.» (Liv. IV, lettre 13.) Quand on rouvrit
          l'église, il y eut une procession, composée de tout le
          clergé de Ste-Geneviève et des cours souveraines, qui vint
          en grande pompe à St-Médard. (Jaillot, _Quartier de la
          Place Maubert_, p. 99.)]

          [Note 255: Jacques Canage, qui étoit propriétaire de la
          maison, déclara qu'il l'abandonnoit aux pauvres. (Jaillot,
          _Ibid._)]



_Les choses horribles contenue en une lettre envoyée à Henry de
Valois par un enfant de Paris, le vingt-huitiesme de janvier 1589,
selon la coppie qui a esté trouvée en ceste ville de Paris, près
l'orloge du Palais. Pour Jacques Gregoire, imprimeur._

M.D.LXXXIX


Henry, vous sçavez bien que, si tost que vous fistes mettre la vray
croix de Jesus-Christ hors de France[256], bien tost après par
dissimulation avez exercé l'estat de la religion catholique, et fut
lors vostre coeur environné d'actes et faits damnables.

          [Note 256: Il s'agit du vol qui eut lieu à la sainte
          Chapelle dans la nuit du 10 mai 1575, et dont on accusa
          Catherine de Médicis, «de quoi, dit l'Estoille, la ville
          fut toute troublée ... La commune opinion étoit qu'on
          l'avoit envoyée en Italie pour gage d'une grande somme
          de deniers, du consentement tacite de la reine mère.»
          (_Journal de l'Estoile_, Coll. Petitot, 1re série, t. 45,
          p. 115.) «Mais, dit encore L'Estoille (_Ibid._, p. 132), le
          15 d'avril de l'année suivante, jour de Pâques fleuries, le
          Roi fit publier aux prônes de toutes les paroisses de Paris
          qu'il avoit fait faire une croix de nouveau, semblable à
          celle qu'on avoit dérobée l'année précédente, et qu'en
          icelle il avoit fait enchasser une partie d'une grande
          pièce de la vraie croix gardée au tresor de la sainte
          chapelle, et pour que dans la semaine sainte chacun l'allât
          baiser et adorer, comme de coutume; de quoi le peuple de
          Paris fut fort joyeux et content.» A ce propos, Sablier,
          qui rapporte le fait dans ses _Variétés amusantes_ (1765,
          in-8, t. 1, p. 25), ajoute: «Il me paroît que le peuple
          étoit bien simple d'en croire Henri III et Catherine.» Je
          suis bien de son avis.]

Vous sçavez bien que, lorsque vous donnastes liberté à tous
sorciers, enchanteurs et autres devinateurs, de tenir libres escholes
ès chambres de vostre Louvre, et mesme dans vostre cabinet, à chacun
d'iceux une heure le jour, pour mieux vous en instruire[257].

          [Note 257: En cette même année parut un petit livre
          ayant pour titre: _Les sorcelleries de Henri de Valois
          et les oblations qu'il faisoit au diable dans le bois de
          Vincennes, avec la figure des demons d'argent doré ausquels
          il faisoit ses offrandes, et lesquels se voyent encore en
          cette ville_; Didier-Millot, près la porte St-Jacques,
          1589. Ce livret a été réimprimé dans les _Preuves du
          Journal de l'Estoille_, t. III, p. 369 et suiv. Il y
          est dit de Henri III et de d'Epernon: «Lesquels quasi
          publiquement faisoient profession de la sorcellerie»; puis
          encore, qu'en outre des deux figures, on trouva «une peau
          d'enfant, laquelle etoit courroyée, et sur icelle y avoit
          aussi plusieurs mots de sorcellerie et divers caractères,
          dont l'intelligence n'est requise aux catholiques».]

Vous sçavez bien qu'avez obligé vostre ame à tels gens.

Vous sçavez bien qu'ils vous ont donné un esprit familier en
jouyssance, tiré du nombre de soixante esprits nourris en l'eschole
de Soliman, nommé Téragon[258].

          [Note 258: Ce nom doit être une altération de celui
          de _Tervagan_ ou _Tarvagan_, fameux démon d'origine
          orientale, dont il est parlé au 99e vers du conte de La
          Fontaine, _la Fiancée du roi de Garbe_. V., pour de plus
          longs renseignements, notre petit volume, _Un prétendant
          portugais au XVIe siècle_, à la suite duquel se trouve une
          étude sur l'_Origine portugaise de la Fiancée du Roi de
          Garbe_, p. 118-119.]

Vous sçavez bien que, pour passer plus oultre vostre malignité, avez
contrainct iceux sorciers et enchanteurs de transmuer cest esprit en
figure d'un homme naturel, ce qu'ils trouvèrent fort estrange; et
neantmoins, avec leur art diabolique, ont accordé ceste requeste,
et par faicts obliques, en corps et ame, ont faict sortir un diable
d'enfer, figuré en homme; et de la region ou il fust premier
apparu, ce fut en Gascogne, d'un nommé Nogeno, où il print le nom
de Nogaret, ou Teragon, à cause de son premier nom Teragon, et se
vint trouver au milieu de ces sorciers et enchanteurs. De bonne
volonté le presentèrent à Henry estant au Louvre, accommodé comme
un gentil-homme pour son conseil; le roy de Navarre, qui sçavoit la
tragedie, luy envoya un homme damné nommé du Beloy, pour l'introduire
plus ardemment à trahison.

Henry, vous sçavez bien que, tout aussi tost que vistes Teragon, vous
l'appellastes vostre frère, en l'accolant, et la nuict suyvante il
coucha dans vostre chambre, seul avec vous dans vostre lict.

Vous sçavez bien que toute la nuict il tint sur vostre ventre droict
au nombril un anneau, et sa main liée dans la vostre, et fust le
matin vostre main trouvée comme toute cuitte; et meit sur icelle un
applic, et ce matin il vous monstra que dans la pierre de son anneau
estoit la vostre ame figurée.

Vous sçavez bien que toute la nuict, sur ce serment damné, il vous
enseigna mille trahisons et violenses assasinatiques. Henry, vous
sçavez bien que, pour mieux couvrir vostre charme et l'honneur de
vostre frère Teragon, l'avez mis en parenté d'un nommé de la Valette,
ce qu'il trouva fort estrange, mais par grands dons y accorda cest
accueil. Le dict de la Valette a juré et faict grand serment que ce
Nogaret ou Teragon ne fust jamais son frère[259], et en a asseuré le
roy de Navarre.

          [Note 259: Il y a ici une allusion aux prétentions de M.
          d'Epernon, qui, bien que simple cadet de La Valette (v. la
          17e épitre de Busbecq à l'empereur Maximilien), et même, à
          en croire les ligueurs, fils d'un pauvre _porte-paniers_
          (_Avertiss. des cathol. anglois_, 1590, feuill. 28), se
          disoit de l'ancienne famille de Nogaret. «M. d'Espernon dit
          qu'il est sorti des Nogaret, lit-on dans le _Scaligerana_,
          1667, in-12, p. 75; il se trompe: le père de son grand
          père, qui estoit son bisaïeul, estoit notaire; La Valette
          estoit son nom. Monsieur du Bartas avoit encore beaucoup
          d'instruments du notaire La Valette, d'où est descendu
          d'Epernon.»]

L'on tient que ce dit Teragon eust affaire un certain jour à une
fille de joye en la chambre secrette, de quoy icelle cuida mourir,
suivant le recit qu'elle en a faict à ses privez amis, certifiant que
Nogaret ou Teragon n'est point un homme naturel, parce que son corps
est trop chaut et bruslant.

Madame la comtesse de Foix, sa femme, laquelle dict qu'elle aime
mieux mourir que d'estre habitée de luy, et a dict que son mariage a
esté faict par sort et par charme, et du tout contre sa volonté, et
que la première nuict fut Teragon d'elle esvanouy, et puis le matin
se trouva couché près d'elle, et alors iceluy Teragon la vouloit
depuceler, elle ne sçeut endurer sa chair si chaulde qu'elle estoit,
dont le jour ensuyvant ne cessa de plorer devant sa tante.

Or de croire cest effect damnable de ce diable desguisé est possible,
car un conte de Flandres espousa le diable en figure de femme.

A Lucques, le primat tenoit le diable en figure d'un page.

A Toscane, une dame de nom tenoit une fille qui devinoit tout, et
estoit un diable, comme enfin fut apparu.

En la ville de Bordeaux, un diable a esté veu un mois entier par la
ville, monté sur un cheval, figuré en homme; et, en fin du temps
predit, emporta un homme à luy voué par achapt.

En Angleterre, le roy Edouard tenoit Gaverston, qui enfin fut trouvé
diable desguisé, et fut cause que ce roy fist mourir des bons
seigneurs; dont, pour sa juste recompense, ce roy Edouard fut vif
embroché en fer bruslant.

Toutes ces choses icy, ce sont des advertissemens à tous seigneurs
de laisser Henry: car la verité est telle que tout homme ayant l'ame
bonne accompaignant Henry, tous y seront perdus, par guerre ou par
sort, ou par charmes, ou par femmes desbordées ou trahison: car
c'est chose asseurée que l'estat du diable, regnant avec Henry, oste
la vie, le renom, la gloire, l'honneur et la vertu des hommes.

       *       *       *       *       *

Dialogue de Henry le tyran et du grand sorcier d'Espernon, pour faire
mourir Monseigneur de Guise.

D'ESPERNON _parle_.

  Sire, qu'attendez-vous? Voilà le Guysien
  Qui, comme une brebis amiable innocente,
  Vers vous, trop cauteleux, pour mourir se presente:
  Car, veu qu'avez juré, il s'asseure trop bien.

HENRY.

  N'a-t-il de l'entreprise encore entendu rien?

D'ESPERNON.

  Vostre amitié luy est autant qu'à moi plaisante;
  Il faut le despecher.

HENRY.

                    J'y ay bien mon attente;
  Puis le peuple de Blois n'est pas Parisien.

D'ESPERNON.

  Et que craignez-vous donc?

HENRY.

                      Je doute d'une chose,
  Qu'on vengera sa mort, parquoy si tost je n'ose
  Que je ne sois certain d'avoir quelque secours.

D'ESPERNON.

  Ne craignez rien; je vay armer cent mille diables,
  Terribles à chacun, mays à moy amiables,
  Qui pourront tout destruire en moins de quatre jours.

               _Par tout gaillard._

       *       *       *       *       *

_Invocation des diables pour le secours de Henry le tyran, faicte par
le grand sorcier d'Espernon._

    Trouppes des bas enfers, gendarmes sataniques,
  Qui les lieux souterrains terribles habités,
  La voix du magicien d'Espernon escoutés,
  Vostre plus grand amy, frère des heretiques.
  Sortez, sortez, soldats des antres plutoniques;
  De venir au secours de vostre Henry hastés;
  Venez, venez icy, en armes apprestés:
  Nous voulons à ce coup chasser les catholiques.
  Capitaine Astarot, sors de tes bas manoirs,
  Ameine nous cent mil de tes gendarmes noirs,
  Que renge Lucifer soubs sa noire cornette.
  Desployez, mes amis, en l'air vos estandars,
  Le vaillant Belzebut face de toutes parts
  De peur trembler le peuple, au son de sa trompette.



LE COCHON MITRÉ,[260]

_Dialogue_.

          [Note 260: Ce fameux libelle, dirigé surtout contre Maurice
          Le Tellier, archevêque de Reims, et, en passant, contre
          Mme de Maintenon et l'Académie françoise, est d'un auteur
          encore inconnu. Barbier (_Dict. des Anonymes_, nº 2,405)
          l'attribue, d'après l'auteur de _la Bastille dévoilée_ (9e
          livraison, p. 76, note), à François de la Bretonnière,
          bénédictin défroqué, réfugié en Hollande, où il faisoit la
          _Gazette_ sous le nom de La Fond. C'est là qu'il auroit
          écrit ce pamphlet. Un juif, qui étoit de ses amis et qu'on
          acheta, l'auroit livré, toujours d'après l'auteur de _la
          Bastille dévoilée_, aux agents de la police françoise, et
          La Bretonnière seroit venu expier son libelle par trente
          ans de captivité dans la cage de fer du Mont Saint-Michel.
          Nodier, qui en avoit possédé un des rares exemplaires,
          vendu 21 fr. à sa première vente, en 1827, et 118 à la
          seconde, en 1830, et qui, en dernier lieu, n'en possédoit
          plus qu'une copie manuscrite, s'en tenoit, comme Barbier,
          à ce qu'avoit dit l'auteur de _la Bastille_. Il attribuoit
          le _Cochon mitré_ à Fr. de La Bretonnière (_Description
          raisonnée d'une jolie collection de livres_, p. 419, nº
          1027). Le Ducatiana le met au contraire sur le compte d'un
          nommé Chavigny, sans dire ce qui autorise son opinion.
          Ainsi, à ce sujet rien de certain, sinon peut-être que
          tout le monde s'est trompé. C'est l'avis de M. Leber: «Il
          y a, dit-il dans son livre sur l'_Etat réel de la Presse
          et des Pamphlets depuis François Ier jusqu'à Louis XIV_
          (p. 111), beaucoup d'erreurs dans ce qu'on a écrit sur
          l'auteur de cette infamie et sur sa punition.» Dans le
          _Catalogue de sa Bibliothèque_ (t. 2, p. 324, nº 4478),
          M. Leber avoit déjà parlé de ces erreurs, et, de plus,
          il les avoit prouvées, en faisant voir que tout le roman
          qui se lit dans la note de _la Bastille dévoilée_ est un
          emprunt fait à la _Musique du Diable, ou le Mercure galant
          dévalisé_ (Paris, 1711, in-12, p. 60). Tout s'y trouve en
          effet raconté de la bouche même de l'auteur du _Cochon
          mitré_. Il n'oublie rien que de dire son nom. C'est dans la
          note de _la Bastille dévoilée_ que La Bretonnière est nommé
          pour la première fois, et, sans doute, fort gratuitement.
          M. Leber argue de la date de 1711, qui est celle de la
          _Musique du Diable_, que l'auteur du _Cochon_ ne dut pas
          rester trente ans en prison, puisqu'on le donne pour mort
          dans ce livre, et puisque le _Cochon mitré_, cause de
          son emprisonnement, avoit paru en 1688.--Ce pamphlet eut
          dans l'origine deux éditions, qui se suivirent de près,
          et qui sont aujourd'hui aussi rares l'une que l'autre.
          Celle qui semble être la première a pour titre: _Le Cochon
          mitré, dialogue_, Paris, _chez le Cochon_ (sans date).
          C'est un petit in-8 de 32 pages, y compris le titre et
          la gravure du cochon. L'exemplaire vendu deux fois chez
          Nodier étoit de cette édition. Elle dut paroître vers le
          mois de juillet 1688, c'est-à-dire peu de temps après la
          mort de Furetière, qui avoit eu lieu le 14 mai, et qui,
          d'après ce qu'on lit aux premières pages, devoit être
          encore toute récente. L'autre édition, que M. Brunet, dans
          le _Manuel_, croit au contraire être l'originale, n'indique
          pas de lieu d'impression et porte la date de 1689. C'est un
          in-12 de 28 pages. Il paroîtroit que l'une des deux avoit
          été subrepticement imprimée à Reims, à deux pas du palais
          qu'habitoit le prélat vilipendé. M. Brissart-Binet, à qui
          nous devons plusieurs des renseignements qui précèdent,
          tenoit de M. Hédouin de Pons-Ludon une anecdote qui le
          feroit croire. La voici telle que M. Hédouin la racontoit
          d'après une tradition de famille: «Lorsque quelques
          chanoines de Reims firent contre Maurice Le Tellier un
          libelle intitulé: _Le Cochon mitré_, imprimé chez Godard,
          que l'archevêque avoit tiré deux fois de la Bastille,
          l'imprimeur fut appelé chez Maurice Le Tellier, qui lui
          reprocha son ingratitude. «Monseigneur, dit l'ouvrier,
          ce qui m'a engagé à l'imprimer, c'est que l'ouvrage est
          bien fait.--Eh bien! reprit le prélat, envoyez-m'en un
          exemplaire.» Puis, après l'avoir lu: «Je n'ai pas, dit-il,
          tous les défauts qu'on m'y suppose, mais qu'on en mette
          deux exemplaires dans ma bibliothèque.»--En 1850, M. Chenu
          a donné une édition du _Cochon mitré_ à 110 exemplaires.]


_L'abbé Furetière, Scarron._

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Ah! je vous trouve enfin, Monsieur Scarron, après vous avoir cherché
inutilement! Je ne sçai pas le temps que j'y ai mis, car, à vous dire
le vrai, je suis fort desorienté depuis que je ne vois plus de Soleil
ni de Lune.

SCARRON.

Qui êtes-vous, ne vous deplaise? car vous voyez, ou vous ne voyez
pas, que les morts n'ont ni barbe au chapeau, ni rien qui fasse
reconnoître la difference du sexe. Je ne sçai si je suis homme ou
femme, car, lorsque je me tâte, je ne trouve rien.

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Je suis l'abbé Furetière. J'ai poursuivi en vain un evêché pour
pouvoir vivre en cochon; mais, dans le temps que je l'esperois le
plus[261], la Parque a coupé la trame de mes jours un peu plus avant
qu'au milieu de ma course[262].

          [Note 261: Furetière étoit, comme on sait, abbé de
          Chalivoy; je ne sache pas qu'il fût en passe d'un évêché
          quand il mourut.]

          [Note 262: Nous avons déjà dit qu'il mourut le 14 mai 1688.
          Il avoit 68 ans.]

SCARRON.

Oh! vous soyez le bien venu, Monsieur l'Abbé! Vous ne serez pas icy
tout à fait comme dans Paris, mais aussi vous y entendrez moins de
tabut[263] et de tracas. Au reste, je ne sçai ce que c'est ni de
procez, ni de maladie, ni de maltote, depuis que j'y suis. Comment
vous y trouvez-vous?

          [Note 263: Bruit, vacarme. On trouve dans Montaigne (liv.
          3, chap. 10) l'expression: un _tabut_ de valets.]

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Je n'y ai pas encore senti de froid. Pour si bien fourré que je fusse
là haut, j'y etois presque toujours transi durant six mois.

SCARRON.

Je vous repons que le froid ne vous rendra jamais transi dans ces
bas lieux; ceux qui font les _esprits-forts_ là haut ne courent
pas risque de se morfondre dans ces climats: on y est un peu plus
chaudement que dans ceux de la zone torride. Il n'y a pas long-temps
que j'ai vu notre illustre Balzac; il ne se plaint plus de son
rhume, comme il faisoit sur les bords de la Charante, et Botru ne
lui reprochera plus qu'il se _morfond à parler de lui-même la tête
decouverte_[264]. Que nous apportez-vous de nouveau?

          [Note 264: On sait que Balzac étoit de la plus solennelle
          vanité. Un jour, après avoir été malade d'un gros rhume,
          il vint faire sa cour à Richelieu, qui lui demanda s'il se
          portoit mieux: «Eh! monseigneur, dit Bautru, qui étoit là,
          comment voulez-vous qu'il se guérisse? Il ne parle que de
          lui-même, et à chaque fois il met le chapeau à la main:
          cela entretient son rhume.»]

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Je m'imagine que vous êtes dans l'impatience de sçavoir ce que fait
madame Scarron?

SCARRON.

Je ne sçai que trop de nouvelles de ma Guillemette[265]. Le marechal
d'Albret m'en a dit plus que je n'en voulois sçavoir[266]. Je sçai
qu'elle est Duchesse, qu'elle a un Tabouret, qu'elle est même du
Cabinet, et qu'elle rend au Roi les services que Livie rendoit à
Auguste; mais, la Vilaine qu'elle est, que ne faisoit-elle Duc son
mari très marri?

          [Note 265: Sa femme. Il lui donne là le nom que portoit la
          petite levrette de sa _chienne_ de soeur.]

          [Note 266: Le maréchal d'Albret alloit souvent chez
          Scarron, surtout lorsqu'il fut marié, et l'on sait qu'après
          la mort du poète cul-de-jatte, sa femme n'eut pas d'abord
          d'autre asile que l'hôtel d'Albret.]

_L'abbé_ FURETIÈRE.

A vous ouïr, il semble que vous avez perdu ici-bas cette force
d'esprit que vous aviez là haut; est-ce que vous ne sçavez
pas qu'elle vous avoit ombragé la tête d'un pennache de Cerf?
Pouviez-vous eviter le cocuage, ayant une Femme d'esprit, jolie et
galante, avec votre mine d'Esope et votre _cul de jatte_!

SCARRON.

Je me fusse consolé de cette disgrace avec tant de compagnons de mon
sort, si avec son sçavoir faire elle eût fait augmenter ma pension
de _malade de la Reine_[267]; mais, la coquine qu'elle est, je n'en
ay reçu autre profit qu'une garnison importune, contre laquelle il
me falloit sans cesse recourir à _l'unguentum grisum contra_, etc.
Parlez-moi, je vous prie, d'autres gens dont le souvenir ne me puisse
pas chagriner comme celui de la Duchesse de Maintenon. Un mot de
l'Academie Françoise.

          [Note 267: Scarron revient souvent dans ses vers sur ce
          titre de: _Malade de la Reine_, sous lequel il s'étoit
          fait pensionner par Anne d'Autriche. C'est surtout dans sa
          _requeste_ à la reine pour avoir un logement, en outre de
          sa pension, qu'il en a parlé avec esprit ...

               .....Votre malade exerce
               Sa charge avec intégrité
               Pour servir Votre Majesté.
               Depuis peu l'os la peau lui perce.
               Tous les jours s'accroît son tourment;
               Mais il le souffre gaiement,
               Il fait sa gloire de sa peine,
               Et l'on peut jurer sûrement
               Qu'aucun officier de la reine
               Ne la sert si fidellement.]

_L'abbé_ FURETIÈRE.

J'y viendrai après avoir dit ce mot de votre fameuse duchesse:
c'est qu'elle est très bien avec le confesseur du roi, et qu'elle
charrie[268] assés bien avec la Montespan.

          [Note 268: C'est-à-dire, _marche de front, va de
          compagnie_, comme deux chevaux qui traînent une voiture.
          Montaigne dit de La Boétie: «Nos âmes ont _charrié_ si
          uniement ensemble.» (Liv. 1, ch. 27.)]

SCARRON.

Oh! je ne m'etonne pas si la lubrique a pris ce parti-là. Il n'y a ni
telle chair que celle des avares, ni telle galanterie que celle des
Religieux. Quand ces Tartuffes se mettent en besogne, ils _y vont et
de la tête et de la queue, comme une Corneille qui abat des Noix_.
C'est un Jesuite, c'est tout dire: depuis que ces galants sont au
monde, il n'y en a presque que pour eux, au moins dans Paris. Ils ont
si bien fait qu'on a changé le Proverbe; on disoit bien toujours:
_Jacobin en Chaire, Cordelier en Choeur, Carme en cuisine_; mais on
ne dit guère plus _Augustin_, on dit _Jesuite en Bordel_. Que fait-on
donc dans l'Academie Françoise?

_L'abbé_ FURETIÈRE.

On y fait d'aussi grandes sottises qu'en pas un lieu du monde; jugez
de la pièce par cet echantillon: Jamais cette Compagnie n'a reçu
tant d'honneur qu'elle en a presentement, le Roi l'ayant logée dans
le Louvre[269]; cependant ces beaux messieurs s'y battent en drilles
comme dans un Cabaret. Sur une affaire de rien, Charpentier en vint
si avant l'autre jour avec l'abbé Talemant que de lui reprocher
qu'il étoit fils d'un banqueroutier de la Rochelle; à quoi Talemant
repliqua que Charpentier etoit fils d'un cabaretier de Paris. De ces
injures de hales ils en vinrent aux coups. Charpentier jetta à la
tête de Talemant un Dictionnaire de Nicot, et Talemant, de son côté,
jetta à la tête de Charpentier un Dictionnaire de Monet[270]. Oh! que
vous eussiez bien fait rire le monde si vous eussiez decrit cette
bataille du stille de votre Typhon!

          [Note 269: C'est en 1672, après la mort du chancelier
          Séguier, qui l'avoit long-temps logée dans son hôtel, que
          l'Académie fut établie au Louvre par Louis XIV, «au même
          endroit, dit Perrault, où se tenoit le conseil lorsque Sa
          Majesté y logeoit». (_Mémoires_ de Ch. Perrault, Avignon,
          1759, in-12, p. 134.)]

          [Note 270: On fait débiter ici à Furetière, presque mot
          pour mot, un fragment du second de ses _factum contre
          quelques uns de l'Académie_ (Amsterdam, 1688, in-12, p.
          46).]

SCARRON.

Si je me fusse trouvé là, je les eusse laissé battre tout leur saoul.
Ils se rendoient justice respectivement, et ceux qui les separèrent
etoient dignes d'une amende, d'avoir empêché le cours de la justice
pour deux marauts qui meritoient les etrivières. Et vous, quelle
figure faisiez-vous là?

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Je n'avois garde de me trouver là, car j'etois en procès avec eux
au sujet d'un Dictionnaire que j'avois mis au jour; mais tout
ce qui s'est passé et dit de part et d'autre ne vaut pas votre
_factum_, surtout cette Epigramme contre la Dame que vous aviez pour
partie[271].

  Grand nez digne d'un camouflet,
  Belle au poil de couleur d'orange,
  Mâchoire à recevoir souflet,
  Portrait de quelque mauvais Ange,
  Face large d'un pied de Roi,
  Gros yeux à la prunelle grise,
  Tu veux donc plaider contre moi
  Jusques à manger ta chemise?
  Ah! si tu gardes ton serment,
  Soit que je gagne ou que je perde,
  Que j'aurai de contentement
  De te voir manger tant de merde!

          [Note 271: Voici le titre de cette épigramme, dans les
          _Oeuvres de Scarron_, Paris, 1752, in-12, t. 1, p. 82:
          _Contre une chicaneuse qui juroit de manger jusqu'à sa
          chemise en plaidant contre Scarron._]

SCARRON.

A une autre matière, celle-là pour vos plaideurs, Talemant,
Charpentier, et autres academiciens _jettoniers_[272]. Venons à mes
_cochons mitrez_. Comment se portent-ils?

          [Note 272: «Afin, dit Perrault, d'engager davantage les
          académiciens à être assidus aux assemblées, il (le roi)
          établit qu'il leur seroit donné quarante _jetons_ par
          chaque jour qu'ils s'assembleroient, afin qu'il y en eût
          un pour chacun, en cas qu'ils s'y trouvassent tous (ce qui
          jamais n'est arrivé), ou plutôt pour être partagés entre
          ceux qui s'y trouveroient, et que, s'il se rencontroit
          quelques jettons qui ne pussent pas être partagés, ils
          accroîtroient à la distribution de l'assemblée suivante.
          Ces jettons ont d'un côté la face du roi, avec ces mots:
          _Louis le Grand_, et de l'autre côté une couronne de
          lauriers, avec ces mots: _A l'immortalité_; et autour:
          _Protecteur de l'Académie françoise._» Les académiciens
          assidus, dont un jeton récompensoit chaque fois l'assiduité
          intéressée, reçurent le nom de _jettoniers_, qui s'emploie
          encore. C'est Corneille qui créa le mot, du moins à en
          croire Furetière, dans ce passage de son _Troisième factum_
          (p. 32-33), où, comme toujours, il trouve moyen de se
          répandre en invectives contre La Fontaine. «Si en général,
          dit-il, j'ai appelé les jettonniers ceux qui sont assidus à
          l'Académie pour vaquer aux travaux du Dictionnaire, je n'ai
          pu trouver de nom plus propre et plus significatif pour les
          distinguer des académiciens illustres par leur qualité et
          par leurs mérites...., qui n'ont aucune part à cet ouvrage
          et qui ne se trouvent qu'aux assemblées solennelles des
          réceptions. Encore n'ai-je pas la gloire de l'invention de
          ce titre; elle est due au grand Corneille, qui en a été le
          parrain, et qui donna un billet d'exclusion au sieur de
          La Fontaine parcequ'il le jugeoit dangereux aux jettons,
          sur le fondement que c'est un miserable qu'on nourrit par
          charité et qui en a besoin pour subsister. On ne peut
          pécher après l'exemple d'un si grand homme, et son autorité
          est de tel poids que tous les confrères ont suivi son
          exemple et se traitent les uns les autres de _jettonniers_,
          selon qu'ils affectent plus ou moins d'être assidus et de
          se trouver avant que l'heure sonne, pour participer à cette
          distribution.»]

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Je vous entends: jamais sobriquet n'a eté donné avec plus de justice
que celui de Cochon Mitré à messeigneurs les prélats. Dans toute
la Bretagne, pendant le séjour que j'y ait fait, je n'ay point ouï
designer les Chanoines autrement que par celui de _porcs de Dieu_.
Mais ils ne portent point la mître: laissons-les là.

SCARRON.

Il n'y a rien qui me plaise à l'egal de la _chronique scandaleuse_.
Lorsque j'etois là haut, c'estoit pour moi un regal.

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Jamais elle ne fut ni plus chargée, ni plus forte. Jamais les Dames
ne furent plus effrontées; je n'en excepte pas même le siècle de
Caligula et de Neron. Jamais la debauche ne fut plus outrée, et
jamais le Bordel ne fut tant frequenté par les Mitrez. Aussi quand
l'Assemblée du Clergé tient, on dit communement que c'est une
_Assemblée de Cochons_; et les Maquereaux du Clergé ne sont connus
que sous le titre de _Marchands de Cochons_.

SCARRON.

N'y a-t-il pas dans ce troupeau quelque Mouton, ou ce que Virgile
appelle _dux gregis_? Vous m'entendez bien?

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Point de Mouton, point d'Eunuque. Il n'entre point de ces animaux
mutilés dans le Serail du Roi Très Chretien; on trouveroit plutôt
du poil dans le creux de la main, et une Femme belle et chaste à la
Cour, qu'une de ces bêtes parmi les _Cochons Mitrez_. Pour le _chef
du troupeau_ dont parle votre Virgile, il y en a un à la tête des
_Cochons Mitrez_, qui en a la plus essentielle qualité, sans en avoir
ni les cornes ni la barbe. Ce Bouc, aujourd'hui, c'est celui à la
louange duquel vous fites la Chanson si fameuse: _Ce que fait et
deffend l'archevêque de Rouen_[273].

          [Note 273: Nous ne l'avons trouvée ni dans l'édition la
          plus complète des oeuvres de Scarron, ni dans aucun recueil
          de vers et de chansons. Le refrain, qui fut très populaire,
          se lit seulement à la fin de ce couplet du _Recueil de
          Maurepas_ (t. 3, p. 513).

               Le pauvre comte de Guiche
               Trousse ses quilles et son sac;
               Il faudra bien qu'il deniche
               De chez la nymphe Brissac.
               Il a gâté son affaire
               Pour n'avoir jamais su faire
               Ce que fait et que defend
               L'ancien prelat de Rouen.]

SCARRON.

N'est-ce pas aujourd'hui François Harlay-Quint, Archevêque de
Paris[274].

          [Note 274: Fils d'Achille de Harlay, marquis de
          Champvallon, qui, en effet, avant d'occuper le siége
          archiépiscopal de Paris, avoit occupé celui de Rouen.
          C'étoit le plus beau prelat de France. On lui appliquoit ce
          vers de Virgile:

               Formosi pecoris custos, formosior ipse.

          C'est encore de lui qu'on disoit, à cause de ses
          galanteries: «Il est plus berger que pasteur.» Il mourut en
          1675. On l'avoit appelé Harlay-Quint, parcequ'il étoit le
          cinquième archevêque de Paris. (V. _Recueil de Maurepas_,
          t. 4, p. 28-29.)]

_L'abbé_ FURETIÈRE.

C'est lui-même en corps et en âme. Un Bouc n'a pas plus de poils que
ce Prélat a de Maîtresses[275]. Il a un fonds qui ne s'epuise point,
et est ardent à la curée comme un Bouc.

          [Note 275:

               Notre archevesque de Paris,
               Quoique tout jeune, a des foiblesses.
               De crainte d'en être surpris,
               Il a retranché ses maîtresses:
               De quatre qu'il eut autrefois,
               Ce prelat n'en a plus que trois.

                            (_Recueil Maurepas_, t. 4, p. 3.)]

SCARRON.

Je l'ai fort connu. Il etoit presque toujours à Paris, quoi
qu'Archevêque de Rouen. C'est justement ce qu'il falloit à ce Bouc.
Franchement, si Paris est l'Enfer des chevaux[276], c'est le Paradis
des _Boucs_ et des _Cochons_ aussi bien que des Putains. Je juge
assez de ce qu'il fait presentement par ce que je lui ai vu faire.
Passons à nos cochons.

          [Note 276: V., sur ce proverbe, notre t. 2, p. 284, note.]

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Vous me dispenserez de vous parler de tous. Ils n'en valent pas la
peine pour la plupart. Je ne vous dirai qu'un mot de ceux que vous
avez ouï prêcher dans Paris avec l'applaudissement de la Cour, et
qui vivoient en quelque odeur de Sainteté tandis qu'ils etoient dans
la compagnie des Pères de l'Oratoire: c'est le Père le Bouc[277] et
le Père Mascaron, celui-là Evêque de Périgueux, et celui-ci Evêque
d'Agen.

          [Note 277: Guillaume Le Boux, qui eut le courage de prêcher
          à Paris pendant la Fronde touchant l'obéissance qu'on
          devoit au roi, ce qui lui valut, en 1658, l'évêché d'Acqs,
          et non pas celui d'Agde, comme il sera dit plus loin, et
          plus tard, en 1667, celui de Périgueux. Il avoit été, comme
          Mascaron, prêtre de l'Oratoire. Il mourut le 6 août 1693.]

SCARRON.

Quoi! ces deux fameux Predicateurs sont aussi du nombre des _Cochons
Mitrez_? Je les avois pris bonnement pour des _moutons_.

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Vous vous y trompez, avec tout votre discernement: c'etoit, quand
je partis, deux francs _Cochons_. Je ne sçai pas si la Mitre a la
vertu de faire des metamorfoses; mais il est sûr que l'Evêque de
Perigueux ne laissoit pas une belle Religieuse dans son Diocèse sans
la cochonner.

SCARRON.

La bonne bête! C'est celui qui, ne trouvant pas assez de grain dans
le Diocèse d'Agde, fit au Roi ce compliment: _Sire, je suis né
gueux, j'ai vecu gueux; mais, s'il plaît à Votre Majesté, je veux_
PÉRIR GUEUX[278]. Et le bon Jule Mascaron! c'est un autre cochon;
il a trouvé à Agen plus de paille et de grain qu'il n'en avoit à
Thule[279].

          [Note 278: D'après l'auteur de la _Vie abrégée_ de
          Guillaume Le Boux, qui se trouve en tête de ses _Sermons_
          (Rouen, 1766, in-12, 2 vol.), ce ne seroit pas lui, mais
          l'un de ses amis, qui auroit fait au roi cette requête
          par calembour. Godeau en a fait une semblable quand, pour
          obtenir le siége de Grasse, il avoit dit à Richelieu:
          «_Monseigneur, je vous demande_ Grasse.» Ce qui lui fut
          accordé.]

          [Note 279: Dès 1671 on prévoyoit bien que Mascaron ne
          resteroit pas à Tulle,

               Bien que tout evesché soit bon,
               Tulle est trop peu pour Mascaron.
               Il n'en demeurera pas là.
                       Alleluia.

                            (_Recueil de Maurepas_, t. 3, p. 419.)]

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Il a de la paille par dessus le ventre et du grain jusqu'aux
oreilles; aussi vit-il à guoguo. Toutes les Dames d'Agen s'empressent
pour lui donner du plaisir. De son côté, il tâche de ne pas leur
donner de la jalousie; il y fait de son mieux. La R....use est
pourtant sa favorite. Ils se trouvent frequemment tous deux à
Beauregard, et dans le tête à tête ils font ce qui se doit faire
pour faire un tiers[280]. Il y a sans doute bien d'autres choses
plus fortes dans l'histoire de ces deux Prélats, car, quand on est
devenu _Cochon_, le ventre n'a point d'oreilles, le bruit public ne
fait point de peur; mais ce que vous allez ouïr, si vous voulez, des
exploits de l'Evêque de Laon depuis quelques années, le cardinal
d'Etrée[281], vous fera juger de quoi est capable un _Cochon Mitré_.

          [Note 280:

                 Mascaron s'enflamme,
               Etant près d'une dame;
                 Mascaron s'enflamme,
               La voulant approcher;
                   Tout plein de zèle
                   Dans sa ruelle
                   Luy dit: Ma belle,
                   Pour bien prescher,
               Un predicateur doit toucher.

                            (_Recueil de Maurepas_, t. 3, p. 341.)]

          [Note 281: César d'Estrée, abbé de Saint-Germain-des-Prés,
          qui, en 1674, avoit quitté l'évêché de Laon et avoit été
          fait cardinal.]

SCARRON.

Comme j'ai fort connu la force de son genie, je ne doute pas de son
savoir-faire. Il faut qu'il ait poussé la _cochonnerie_ bien avant.

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Ce que j'ay à vous dire de ce _Cochon_ justifiera le presage que vous
en avez fait. Vous saurez donc que, le cardinal d'Etrée etant devenu
passionné de la marquise de Coeuvres, laquelle etoit soupçonnée
d'avoir accordé au duc de Seaux[282] la dernière faveur, il voulut
y avoir part; pour cet effet, ayant averti son neveu, le marquis de
Coeuvres, du commerce scandaleux que sa Femme avoit avec le Duc,
les Parents s'assemblèrent chez le Marechal d'Etrée[283], où il
fut resolu de mettre cette infidèle en Religion contre l'avis du
bon Homme, qui etoit le plus sage de tous. Vous faites bien les
delicats, dit-il; vous ne seriez pas ici non plus que moi si nos
Mères n'avoient forligné. Nous sçavons ce que nous sçavons, mais
sçachez que le plus beau de notre nez ne vient que d'emprunt, et nous
avons en ligne directe, aussi bien qu'en collaterale, tant de sujets
de nous louer des habiles Femmes que nous avons en notre Maison, que
je m'etonne que vous en vouliez bannir celles qui leur ressemblent.
Quand j'ai marié mon petit-fils de Coeuvres avec mademoiselle de
Lionne, croyez-vous que j'aye consideré ni qu'elle etoit fille d'un
ministre d'Etat, ni son bien, ni son credit? Ce sont des veuës trop
bornées pour un homme de mon âge et de mon experience. Toute ma
pensée a eté qu'etant belle comme elle etoit, elle pourroit faire
revivre la grandeur de notre maison, laquelle, comme vous savez,
tire toute sa consideration, non pas du côté des mâles, mais du côté
des femelles[284]. Si je me suis trompé, ce n'est pas ma faute: mon
intention a eté bonne en cela. Ainsi, puisque la marquise de Coeuvres
n'est blamée que pour avoir recherché les plaisirs que la nature nous
permet, je me declare son protecteur. Que tout cela cependant se
passe entre nous sans que la cour en soit abreuvée. Les plus courtes
follies sont les meilleures[285], et nous n'avons que faire que tout
le monde rie à nos depens.

          [Note 282: François Emmanuel de Bonne, comte (et non pas
          duc) de Sault. Il étoit fils du duc de Lesdiguières. Quand
          Mme de Coeuvres accoucha, il y eut, vu ses multiples
          galanteries, grande confusion dans les attributions de
          paternité. Le mari fut le seul à qui on ne pensa pas. Quant
          au comte de Sault, on ne l'avoit pas oublié:

               Ce n'est point au bourgeois Michaut (Tambonneau)
               L'enfant que Coeuvre a mis au monde,
               Encor moins au _comte de Sault_,
               Puisqu'on dit qu'elle n'est pas blonde.
               A qui donc la donnerons-nous,
               Ne pouvant être à son epoux?

                            (_Chansonnier Maurepas_, t. 3, p. 439.)]

          [Note 283: François Annibal, comte d'Estrées, frère du
          cardinal, et grand-père du marquis de Coeuvres, qui
          s'appeloit comme lui François Annibal.]

          [Note 284: Le maréchal d'Estrées, à qui l'on prête ces
          belles paroles, étoit neveu de Gabrielle, de qui venoit
          toute la grandeur de sa maison.]

          [Note 285: C'est ce que dit Ch. Beys pour clore le 5e acte
          de ses _Illustres fous_:

               La plus courte folie est toujours la meilleure.]

SCARRON.

Je reconnois dans cet avis l'esprit fort et les inclinations nobles
de la fameuse Gabrielle d'Etrée, Maîtresse du grand Henry. Que fut-il
donc fait de la pauvre marquise? car le couvent n'accommode guères
les Dames qui ont une fois goûté les plaisirs de la Cour.

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Le Cardinal d'Etrée ne trouva pas bon, non plus que le Marechal, de
publier la turpitude de sa Nièce; mais il se chargea du soin de la
mettre sur le bon pied, à quoi le Marquis de Coeuvres, son Neveu,
donna les mains, ne pensant pas qu'il livroit la Brebis au Loup. Le
Prelat s'en va vite trouver la Nièce: «Je viens, lui dit-il, Madame,
de vous rendre un service considerable. Toute la famille etoit
dechainée contre vous, et ne parloit pas moins que de vous envoyer en
Religion. Je sçai bien, Madame, qu'on ne vous rendoit pas justice;
mais enfin c'en etoit fait si je n'eusse pris votre parti. Cela
meriteroit quelque recompense pour un autre; mais, pour moi, je serai
toujours trop satisfait si vous me permettez seulement de vous voir
et de vous aimer.»

SCARRON.

Voilà qui est bien debuter: les suites repondront sans doute à un si
beau commencement. Je vois une place assiegée dans toutes les formes.
La Tranchée s'ouvrira bien-tôt.

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Elle ne se rendra que la brèche ne soit faite. «Je suis bien
malheureuse, dit la Marquise, de me voir accusée injustement; et,
quoi que je ne veuille pas nier que je vous sois obligée, vous me
permettrez neanmoins de vous dire que vous effacez bien tôt cette
obligation par votre procédé. Vous devriez vous ressouvenir de votre
caractère et de ce que nous sommes, si vous ne voulez pas avoir egard
à ma vertu et à ce que je dois à mon mari. Mais je voi bien ce que
c'est: les contes qu'on a faits de moi vous ont donné cette audace,
et j'aurois encore lieu de vous estimer si vous n'aviez cru qu'ayant
dejà quelque penchant au crime, j'aurois moins d'horreur pour celui
que vous me proposez.»

SCARRON.

Peste! je plains ce Prélat. Qui eût cru que la Marquise se fût si
bien deffendue? Il est vray qu'un Cochon contre une Lionne[286], la
partie n'est pas bien faite.

          [Note 286: Il vous a été dit tout à l'heure que la marquise
          de Coeuvres étoit fille de M. de Lionne.]

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Donnez-vous patience. Un _Cochon Mitré_ a la force, le courage d'un
Lion; vous allez voir la valeur du Sang d'Etrée. Le Prelat, devenu
plus amoureux par cette resistance, resolut de veiller de si près à
la conduite de sa Nièce, qu'il lui fit faire par crainte ce qu'il
n'avoit pu lui faire faire par amour. Il fit si bien, en effet,
qu'il surprit le Duc de Seaux couché dans le lit entre Madame de
Lionne et la Marquise de Coeuvres[287]. Et quand il fit ce coup il
etoit accompagné de Monsieur de Lionne. Je vous laisse à penser la
confusion où fut Madame de Lionne voyant son Mari, et la Marquise
voyant le Prelat qu'elle avoit repoussé avec tant de vigueur. La
Marquise, s'etant aprochée du Prelat, qui vouloit que l'on tuât tout:
«Ne me perdez pas de reputation, lui dit-elle, et, pourvu que vous
apaisiez mon père et que vous cachiez la chose à mon Mari, je vous
promets de n'en être pas ingrate[288].»

          [Note 287: Cette aventure se répandit, et fit, on le
          croira de reste, un grand scandale. Mme de Lionne avoit
          été en tout cela la corruptrice de sa fille. «Sa sorte de
          malhonnêteté, écrit Mme de Sévigné (2 août 1671) étoit une
          infamie si scandaleuse, qu'il y a long-temps que je l'avois
          chassée du nombre des mères.» V. aussi _Supplément_ de
          Bussy, lettre à Mme de Montmorency, 30 juin 1671. Mme de
          Lionne, avant de se mettre de moitié dans les amours de sa
          fille et du comte de Sault, avoit déjà partagé avec elle
          M. de Béthune et le duc de Longueville. On lui fait dire,
          s'adressant au duc, dans une chanson du temps (_Recueil de
          Maurepas_, t. 3, p. 457):

               Pourquoy vous enfuyez-vous?
                 Si vous cherchez ma fille,
               Profités du rendez-vous.
                   Mais accordons-nous:
               Faisons cocu mon epoux,
               Et puis je la laisse à vous.
                 Je suis mère facile;
               Profitez du rendez-vous.

          En note, on a mis: «Non seulement Mme de Lionne étoit
          débauchée, mais elle pratiquoit des plaisirs à sa
          fille.»--Une autre chanson (_Ibid._, p. 464-65) parle, sans
          rien omettre du scandale, de la parfaite entente de la mère
          et de la fille dans cette communauté d'amant:

               Quand à sa fille on alloit,
                   Il falloit
               Que la mère prît son droit;
               Puis elle disoit: Ma mie,
               Je t'en reponds sur ma vie.
               Pour aiguiser l'appetit,
                   Le deduit
               Se passoit au même lit,
               Entre Bethune et la mère,
               Sault et la jeune commère.]

          [Note 288: D'après la chanson que je viens de citer, ce
          ne seroit pas le cardinal d'Estrées qui auroit trahi Mme
          de Coeuvres, mais son propre frère, l'abbé de Lionne, qui
          étoit tombé amoureux d'elle, et qu'elle avoit repoussé:

               Enfin son frère l'abbé,
                   Echauffé
               Un matin s'est presenté.
               Ne lui voulant rien permettre,
               Il se saisit de ses lettres.
               Son père il en regala.
                   En parla,
               De cecy et de cela.
               Là finit la patience
               D'un des grands cocus de France.]

SCARRON.

Je croi que le pauvre cocu fut bien ebaubi, ayant trouvé un homme en
chair et en os couché entre sa Femme et sa Fille[289].

          [Note 289: «Quoique le mari (M. de Lionne), écrit encore
          Mme de Sévigné (19 août 1671), fût accoutumé à sa propre
          disgrâce, il ne l'étoit pas à celle de son gendre, et c'est
          ce qui l'a fait éclater, car vous savez bien l'humeur
          complaisante et même serviable de la mère.» Mme de Lionne
          reçut ordre du roi de se rendre à Angers. «Tous les jeunes
          gens de la cour ont pris part à sa disgrâce, dit Mme de
          Sévigné (2 août 1671); elle ne verra point sa fille; on lui
          a ôté tous ses gens. Voilà les amants bien écartés.»]

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Il en fut si etonné, qu'il ne l'auroit pas eté davantage quand les
cornes lui fussent venües effectivement à la tête.

SCARRON.

Et le Prelat, que fit-il après ce bel exploit? Voilà la brèche faite,
j'entens battre la chamade; la place est plus qu'à demi renduë.

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Vous le prenez fort bien. Le Prelat fit trouver bon au Père de la
marquise d'ensevelir toute l'affaire dans un profond silence[290];
et lui, sous prétexte d'aller faire une correction à sa nièce, la
mena dans sa chambre, où, l'ayant sommée de lui tenir parole, elle ne
l'osa refuser, de peur qu'il ne la perdît auprès de son mari et de
toute sa famille.

          [Note 290: La mort ne laissa pas d'ailleurs à M. de Lionne
          le temps de faire expier à sa fille le scandale de sa
          conduite. Il mourut le 1er septembre. Le chagrin qu'il
          conçut de tout ce qui venoit de se passer fut, dit-on, pour
          beaucoup dans sa mort. Sa femme l'avoit pourtant, de longue
          date, accoutumé à de pareilles affaires, et lui-même s'en
          vengeoit en détail depuis bien long-temps.]

SCARRON.

Voilà un _Cochon_ bien content. Brave _Cochon_! digne Prelat! digne
Cardinal!

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Le Prelat ayant obtenu ce qu'il desiroit, comme il ne pouvoit ignorer
qu'elle ne l'avoit fait que par crainte, il eut peur qu'elle ne
retournât à ses premières affections; si bien que, pour la depayser,
il fit en sorte que son Mari l'envoyât dans ses terres, qui etoient
voisines de son Evêché. Cela produisit un bon effet, car il fit une
residence plus exacte qu'il n'avoit fait encore dans son Diocèse. Ce
petit commerce d'intrigue dura un an ou deux; mais, des intrigues
d'Etat ayant appelé hors du Royaume le Prelat[291], l'ambition prit
la place de l'amour, et finit un inceste à quoi la Marquise ne
s'etoit abandonnée qu'à son corps deffendant.

          [Note 291: Le cardinal d'Estrées fut en effet envoyé à Rome
          par le roi pour la paix de Clément IX et l'affaire de la
          Régale.]

SCARRON.

A ce que je vois, il y a des _Cochons_ en chapeau de Cardinal aussi
bien que des _Cochons mitrez_. Mais je crois qu'ils sont rares.

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Puisqu'il y a plus d'evêques que de cardinaux, et que presque tous
se tiennent à Rome, c'est la raison pourquoi on voit fort peu de ces
_Cochons Rouges_ dans les Provinces. Le Cardinal de Bonzi[292] fait
assez de bruit dans Montpellier; le cardinal de Bouillon[293] en a
assez fait à la cour, et le cardinal de Furstemberg[294] commençoit
à en faire plus que tous les autres quand je pris le chemin de ces
lieux profonds.

          [Note 292: Pierre de Bonzi, fait cardinal en février
          1672, et qui mourut archevêque de Narbonne, à l'âge de
          soixante-treize ans. Il eut surtout des intrigues avec Mlle
          de Gevaudan, qui devint plus tard la fameuse marquise de
          Ganges. (_Recueil de Maurepas_, t. 6, p. 131, et t. 7, p.
          339.)]

          [Note 293: Emmanuel-Théodose de La Tour d'Auvergne, abbé
          de Cluny, grand aumônier de France, connu sous le nom de
          cardinal de Bouillon. Il n'étoit plus à la cour alors, il
          étoit en exil au château de Paray-le-Monial. (V. lettre de
          Mme de Sévigné, 28 octobre 1688.)]

          [Note 294: Guillaume de Furstemberg, évêque de Strasbourg,
          fait cardinal le 2 septembre 1686. Deux ans après, il
          avoit été élu coadjuteur de Cologne, grâce à l'influence
          de la France. Le pape lui refusa ses bulles, et Louis XIV,
          mécontent, fit occuper Cologne par ses troupes. Guillaume
          de Furstemberg étoit aussi abbé de Saint-Germain-des-Prés.
          C'est là qu'il mourut, le 10 avril 1704. Une des rues
          bâties en 1699 sur le terrain de l'abbaye lui doit son nom.]

SCARRON.

Sixte cinquième fut donc gardeur de _Cochons_ quand il fut Pape, tout
comme il l'étoit au Village de _Montalte_. Voilà qui est plaisant:
le Pape gardeur de _Cochons_! Eh! que deviendra la dignité des
Rois, lesquels se font honneur de se dire les _fils Aînés_ et les
fils _Cadets_ du S. Père? Les Rois sont donc fils de gardeurs de
_Cochons_? Mais poursuivez, monsieur l'Abbé, l'histoire du _Cochon
mitré_.

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Je l'acheverai, si vous n'êtes pas ennuyé, par l'histoire de
l'Archevêque Duc de Rheims[295].

          [Note 295: Charles Maurice Le Tellier, que la haute faveur
          de Louvois, son frère, avoit fait nommer coadjuteur de
          Reims lorsqu'il n'avoit encore que vingt-sept ans! (Mém.
          de Choisy, Collect. Petitot, 2e série, t. 63, p. 458;
          Saint-Simon, 1re édit., t. 2, p. 279.)]

SCARRON.

Comment Diable, c'est aussi un Cochon? Je croyois que c'etoit un
cheval. Il me semble l'avoir ouï apeler ainsi par quelqu'un des
nouveaux venus.

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Il est vrai que le Maréchal de la Feuillade lui fit cet honneur que
de l'apeler un jour _Cheval de Carosse_.

SCARRON.

De _Cochon_ à Cheval, c'est un degré d'honneur; à Cheval de Carosse,
c'est un autre degré. La Feuillade est-il distributeur des titres
dans la Maison du Roi? A-t-il plus de sens qu'au temps de Mazarin,
qui ne le voyoit jamais qu'il ne lui dît: _Monsieur de la Feuillade,
vous n'avez point de Cervelle_[296]?

          [Note 296: Une anecdote racontée dans l'_Almanach
          littéraire_ de 1793 fait allusion au reproche que Mazarin
          adressoit sans cesse à La Feuillade. En 1655, au siége
          de Landrecies, il avoit été blessé d'un coup de mousquet
          à la tête. Les chirurgiens, en lui appliquant le premier
          appareil, lui dirent que c'étoit grave, car on voyoit la
          cervelle: «Ah! parbleu, si c'est ainsi, prenez-en un peu et
          envoyez-le sur un linge au cardinal, qui me dit cent fois
          le jour que je n'en ai point:

               O messieurs, la bonne nouvelle!
               A ce diable de Mazarin,
               Qui pretend que j'en ai besoin,
               Envoyons-en une parcelle.»]

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Il n'est pas accusé d'en avoir trop. Tant y a qu'il fit rire le
Roi au sujet de l'Archevêque de Rheims. Il etoit avec le Roi à une
fenêtre de Versailles qui regarde la grande rue par où l'on vient
de Paris. Le Roi ayant decouvert un Carosse à plus de six Chevaux:
Voilà, dit-il, un bel equipage; il semble que c'est la livrée de
l'archevêque de Rheims[297].--Il est vrai, dit la Feuillade.--Mais
ne voilà que sept chevaux, dit le Roi.--Sire, repliqua la Feuillade,
Votre Majesté ne voit pas le huitième.--Où est-il donc? dit le
Roi.--Il est dans le Carosse, repondit l'homme de peu de Cervelle.
Mais je pretens degrader cet Archevêque et faire voir qu'il n'est
qu'un _Cochon Mitré_, non plus que les autres Prelats.

          [Note 297: Il alloit toujours en grand équipage et grand
          train. C'est à lui qu'arriva sur la route de Saint-Germain
          cette aventure si bien racontée par Mme de Sévigné: Le
          carrosse de Monseigneur passant sur le corps d'un pauvre
          homme et de son cheval, puis versant du choc, tandis que
          l'homme et le cheval se relèvent et décampent au galop. «Il
          croit bien être grand seigneur, dit la marquise, mais ses
          gens le croient encore plus que lui.» (Lettre du 5 février
          1674.)]

SCARRON.

Ah! je vous prie, Monsieur l'Abbé, pour l'amour du nom Le Tellier,
à qui l'Etat est si redevable, ne lui ôtez pas le titre que la
Feuillade lui a donné du consentement même du Roi.

_L'abbé_ FURETIÈRE.

De grâce, entendons-nous. Je ne veux pas dire que l'Archevêque de
Rheims ne soit un Franc Cheval de Carosse; son naturel fanfaron
et brutal paroît assez partout où il affecte de paroître[298],
pour ne pouvoir pas lui contester le titre dont la Feuillade l'a
mis en possession: car, soit qu'il parle de Théologie, soit qu'il
s'entretienne avec les Dames, soit qu'il mette le nez dans les
affaires de l'Etat, soit qu'il joue à la bassette, soit qu'il
mange, soit qu'il boive, il est cheval _per omnes Casus_. On ne vit
jamais animal mieux formé[299], on ne vit jamais un prelat mieux
intentionné; il est constant qu'il veut toujours plaire, mais il est
si malheureux qu'il ne peut jamais faire ce qu'il veut. C'est donc un
franc cheval de carosse à cet égard; mais à un autre égard, quand il
est question des Ministres d'amour, c'est un _Cochon Mitré_.

          [Note 298: Le portrait que fait de lui Saint-Simon
          (_Mémoires_, 1re édit., t. 2, p. 85) nous le représente
          bien plutôt comme un colonel de dragons que comme un
          prélat.]

          [Note 299: C'est ce qu'on dit dans un couplet qui fut fait
          lorsque Louvois se chargea de l'administration des haras:

               Louvois n'aura pas d'embarras
               A faire valoir ses haras,
               S'il prend pour etalon son frère:
               Lère là, lère lan lère.

                            (_Recueil Maurepas_, t. 6, p. 443.)]

SCARRON.

Il marche donc sur les traces du _Cochon_ en Pourpre? Il ira bien
s'il ne s'écarte pas!

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Il est allé dejà aussi loin en qualité de _Cochon Mitré_; mais je
serai fort trompé s'il va jamais aussi loin pour attraper le Bonnet
Rouge[300]. J'ai laissé la Cour de France si fort brouillée avec la
Cour de Rome[301], qu'il faut que les affaires changent du noir au
blanc pour que l'Archevêque de Rheims puisse attraper le bonnet tant
desiré par les _Cochons Mitrez_.

          [Note 300: Il ne parvint pas à être fait cardinal. Louvois
          le désiroit fort, mais le roi Jacques refusa son appui
          et l'affaire manqua. Louvois en garda rancune au roi
          d'Angleterre, et, lorsqu'il eut été détrôné, il s'opposa
          long-temps à ce que le roi lui vînt en aide. Seignelay
          étoit d'un avis contraire, disant qu'il étoit de la dignité
          de la France de lui faire rendre sa couronne. Ce fut la
          cause d'une brouille entre les deux ministres.]

          [Note 301: On étoit en effet au plus mal avec le pape
          Innocent XI, qui, en 1687, avoit profité de la mort de
          notre ambassadeur à Rome pour abolir les franchises dont
          jouissoit le représentant de la France. Louis XIV vit là un
          acte d'hostilité et y répondit en se saisissant d'Avignon
          et en s'assurant de la personne du nonce.]

SCARRON.

Caligula avoit honoré un de ses chevaux de la dignité de Senateur; le
Pape pourroit bien, comme successeur de cet Empereur Romain, appeler
dans son senat notre _Cheval de Carosse_.

_L'abbé_ FURETIÈRE.

J'y consens volontiers. Cependant il sera toujours, s'il vous plaît,
un _Cochon Mitré_, comme l'_Evêque de Laon_ avant qu'il fût le
Cardinal d'Etrée. Voici le fait: La Duchesse d'Aumont[302] ayant
chassé une de ses femmes de chambre parce qu'elle avoit un commerce
amoureux avec le marquis de Villequier[303], son beau-fils, cette
fille, outrée de douleur de se voir eloignée de son galant, lui dit,
pour se venger, que l'archevêque de Rheims couchoit avec la duchesse
d'Aumont toutes les fois que le duc alloit à Versailles. Quoi! mon
Oncle! s'ecria en même temps le marquis tout etonné. Ah! j'ai peine à
le croire, et tu n'es qu'une medisante!

          [Note 302: La duchesse d'Aumont étoit l'aînée et la plus
          belle des trois filles du maréchal de La Mothe.]

          [Note 303: Il étoit fils d'un premier mariage du duc
          d'Aumont avec Madeleine Le Tellier, soeur de Louvois et de
          l'archevêque de Reims, et, par conséquent, neveu de l'un et
          de l'autre.]

SCARRON.

Il y a de l'apparence. M. l'archevêque de Rheims coucher avec la
Duchesse d'Aumont, la femme de son beau-frère[304]! Ne voyez-vous pas
l'esprit vindicatif de cette fille, et que, si sa maîtresse l'eût
laissée en paix avec le marquis, elle n'eût eu garde de rien dire?

          [Note 304: Voir la note précédente.]

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Ecoutez la suite, et vous verrez que l'esprit de vengeance n'a servi
à autre chose qu'à decouvrir la verité et à l'épandre par toute la
Cour. «Puisque vous êtes incredule, dit-elle au marquis, je vous le
ferai voir dès que monsieur le duc ira à Versailles». Elle lui tint
parole. Ayant demandé pour toute grace à la duchesse qu'elle pût
demeurer deux jours dans la maison, elle l'obtint, et, le duc etant
parti, elle posta le Marquis en lieu propre à le satisfaire. Il vit
entrer l'archevêque avec une lanterne sourde à la main et le nez
dans son manteau, ce qui ne lui permit plus de douter de ce que la
fille lui avoit dit.

SCARRON.

C'etoit peut-être un fantôme et un diable galant et amoureux qui
avoit pris, pour se faire honneur, la forme de l'archevêque.

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Le marquis ne crut pas s'être trompé. Il partit au plus grand matin
de Versailles, et conta à tous les Courtisans de son âge tout ce qui
s'etoit passé et tout ce qu'il avoit vu. En même temps cette nouvelle
se repandit par toute la Cour. Le marquis de Louvois ne voulut jamais
croire qu'elle vînt de son Neveu; mais, n'en pouvant plus douter
après le temoignage de tant de personnes differentes, il lui lava la
tête autant que son imprudence le meritoit.[305]

          [Note 305: Cette affaire scandaleuse est aussi racontée
          dans _la France galante_, ou _Histoire amoureuse de la
          Cour_ (Cologne, P. Marteau, 1695, in-12, p. 416-417).
          Saint-Simon ne dit rien contre les moeurs de Mme d'Aumont,
          et c'est étrange de la part d'un médisant comme lui, qui
          là n'avoit pas à inventer, comme il fit souvent, mais qu'à
          écouter seulement ce qui se disoit et se chantoit partout.
          Voici, par exemple, un couplet du _Recueil Maurepas_ (t. 7,
          p. 37):

               Seras-tu toujours eprise
               De toutes sortes de gens?
               A ton âge, est-on de mise?
               D'Aumont, quitte les galants.
                   --Je ne sçaurois.
               --Quitte au moins les gens d'eglise.
                   --J'en mourrois.

          Les Clérambault ont mis en note: «La duchesse d'Aumont
          étoit dévote de profession, et, comme elle avoit toujours
          eu quelque directeur en affection, qu'étant fort vive,
          elle étoit souvent avec lui et en parloit sans cesse, on
          avoit toujours médit d'elle et de ses directeurs. Les deux
          plus fameux qu'elle eut jusqu'à cette présente année 1691
          étoient le P. Gaillard, jésuite, qu'elle quitta pour un
          père de l'Oratoire appelé le P. de La Roche. Mais, ce qui
          avoit encore plus que tout cela donné lieu à la médisance,
          c'est que Charles-Maurice Le Tellier, archevêque duc de
          Reims, pair de France et prélat très décrié du côté de la
          continence, avoit été très long-temps amoureux d'elle.
          Cette passion avoit d'autant plus fait de bruit que, la
          duchesse d'Aumont ayant aigri contre elle, quelques années
          auparavant, le marquis de Villequier, son beau-fils,
          celui-ci parloit publiquement contre le commerce de sa
          belle-mère avec l'archevêque de Reims. Le public renchérit
          encore là-dessus et n'épargna pas les directeurs, et
          peut-être avoit-il raison, car il faut toujours se défier
          des femmes, et surtout des dévotes.»]

SCARRON.

Brave! brave! encore une fois brave l'archevêque de Rheims, de savoir
si bien planter des cornes et faire si bien cocu son Beau-frère!

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Il est plus brave que vous ne pensez, puisqu'il a fait cocu son neveu
aussi bien que son Beau-frère.

SCARRON.

Il mange donc les poules et les poulets, ce brave _Cochon_? Le voilà
de bon appetit. N'avez-vous pas l'esprit un peu satirique?

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Vous allez ouïr la pure vérité. L'archevêque s'etant rendu amoureux
de sa Nièce d'Aumont[306], femme du marquis de Crequi, il resolut de
s'etablir auprès d'elle sur les ruines de son Mari. Il lui declara
donc que son Mari etoit amoureux ailleurs, et, ayant jetté le trouble
dans son esprit par cette nouvelle: «Que vous êtes folle, Madame, lui
dit-il, de vous en fâcher, comme si vous n'aviez pas à lui rendre le
change! S'il a fait une Maîtresse, vous n'avez qu'à faire un galant:
l'un vaudra bien l'autre, et je crois que c'est là le meilleur
conseil qu'on vous puisse donner.

          [Note 306: Elle étoit née, comme Villequier, du mariage du
          duc d'Aumont avec Madeleine Le Tellier. Comme Mme d'Aumont,
          sa belle-mère, elle avoit les apparences de la vertu, mais
          les apparences seules.

                 La Crequi veut faire
                 La dame d'honneur,
                 Une mine austère,
                 Un air de hauteur:
                 Ce sont là les preuves
               Que l'on a de sa vertu,
                   Lanturlu.

                            (_Recueil Maurepas_, t. 7, p. 403.)]

SCARRON.

Ah! pauvre marquise, je te vas bientôt voir _cochonnée_. Achevez, je
vous prie, que je voye la fin de la comedie.

_L'abbé_ FURETIÈRE.

La marquise ne topa point à la proposition; au contraire, elle fut
fort surprise de voir son Oncle dans ces sentimens, lui qui devoit
l'en détourner si elle eût eté de cet avis-là. Ainsi, n'ayant pas
trouvé son compte avec elle, il prit le parti de s'expliquer mieux,
ce qu'il fit en termes si intelligibles qu'elle ne douta point qu'il
ne voulût être de moitié de la vengeance. Elle trouva cela horrible
pour un Archevêque et pour un Oncle.

SCARRON.

Avec tout cela je vois à travers tout ce nuage le _cochon_ victorieux
et la marquise _cochonnée_.

_L'abbé_ FURETIÈRE.

En effet, comme elle recevoit beaucoup de bien de l'archevêque et
qu'elle en esperoit encore davantage à l'avenir, elle ne jugea
pas à propos de le mortifier, comme elle aurait fait sans cette
consideration. Cela le rendit encore plus amoureux, s'imaginant qu'il
y avoit de l'esperance pour lui; et, pour boucher les yeux au Mari,
il proposa de le defrayer, lui et toute sa maison[307].

          [Note 307: «Son amitié pour sa nièce, la marquise de
          Créqui, alla jusqu'au scandale, dit Saint-Simon (t. 8, p.
          126). Il lui avoit donné une maison toute meublée et lui
          légua deux millions.» V. aussi _la France galante_, p.
          295-385, 394, 414-415.

               Un homme d'Eglise
               Du soir au matin
               Lui fait en chemise
               Lire l'Aretin, etc...

                            (_Recueil Maurepas_, t. 7, p. 405.)

               Crequi, belle marquise,
               Avec votre air coquet,
               Vous seriez bien de mise
               Si votre oncle n'eût fait:
               Flon, flon, larira dondaine, etc.

                            (_Recueil Maurepas_, t. 6, p, 59.)]

SCARRON.

L'argent est le nerf de l'amour aussi bien que de la guerre. Le
pauvre marquis en fût aveuglé, je le vois bien.

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Eh quoi donc! le pauvre Cocu fut si touché des offres de
l'Archevêque, rapportant toutes ses bontés à la qualité d'Oncle, et
non à celle d'Amant, qu'il en temoigna partout sa reconnoissance.
C'est-à-dire qu'il etoit fort reconnaissant de ce que son Oncle
couchoit avec sa Femme en bien payant. Le Marechal de Crequy,
son père, ne prit pas l'affaire dans ce biais; il fut choqué des
liberalitez excessives de l'Archevêque, sachant que les prelats les
plus saints n'etoient que des Adultères, que des Incestes, que des
Cochons, en un mot. Il s'en plaignit au Marquis de Louvois[308],
lequel eut cette reponse de son digne Frère: «Ce que vous en faites,
lui dit-il, n'est que par jalousie; tout riche que vous êtes, vous
êtes encore assez interessé pour craindre que ma succession ne
vous echappe. Le Marechal ayant appris du marquis le peu de succès
qu'il avoit eu dans ses remonstrances, il s'adressa au Roi[309],
qui commanda à l'heure même à l'Archevêque de se retirer dans son
archevêché[310], ce qui fut fait. Le Prelat, prenant le temps qu'on
accommodoit toutes choses pour son depart, fut dire Adieu à la
marquise, laquelle il conjura de se souvenir que c'etoit pour l'amour
d'Elle qu'il alloit souffrir l'exil.

          [Note 308: Louvois et son frère avoient souvent ensemble de
          ces conversations d'affaires de famille. En voici une très
          vivement résumée dans un couplet:

               Maurice disoit à Louvois:
               Mon frère, vous n'êtes pas sage;
               De quatre enfans que je vous vois
               Vous negligez l'avantage.
               Louvois repond avec soupirs:
               Il faut moderer ses desirs.
               Barbezieux réglera l'Etat,
               Soucré remplacera Turenne,
               L'abbé vise au cardinalat;
               Pour Courtenvaux, j'en suis en peine;
               Il est sot et de mauvais air:
               Nous n'en ferons qu'un duc et pair.]

          [Note 309: Il s'adressoit bien: Louis XIV n'avoit jamais
          aimé l'archevêque de Reims.]

          [Note 310: Si sa passion n'en eût pas souffert,
          l'archevêque n'eût pas vu là une bien terrible disgrâce. Il
          habitoit Reims de bon coeur: «Assez resident chaque année,
          dit Saint-Simon (t. 8, p. 126); gouvernant et visitant son
          diocèse, qui étoit le mieux reglé du royaume, et pourvu
          d'excellents sujets de tous genres, qu'il savoit choisir et
          s'attacher.»]

SCARRON.

Si j'etois sensible aux maux des vivans, je le serois beaucoup à
la douleur de ce bon Prelat, le voyant forcé à s'eloigner d'une
nièce qui fait tous ses plaisirs. N'avez-vous pas laissé quelque
autre _Cochon Mitré_ là haut? Les recits que vous m'avez faits sont
divertissans.

_L'abbé_ FURETIÈRE.

Il n'y a point d'Evêque, ni d'Archevêque, ni de Cardinal, qui ne
soit aussi _cochon_ que l'Archevêque de Reims et le cardinal d'Etrée;
l'Evêque de l'Escure est peut-être le seul dont la vie n'est pas
_cochonne_ comme celle des autres, parcequ'il n'a pas le grain en
abondance comme eux. Je vous ai entretenu de ces deux Prélats plutôt
que de l'Archevêque de Paris, de l'Evêque de Meaux, de l'Evêque
de Beauvais, de l'Evêque de Valence et de tous les autres, parce
qu'ayant ouï raconter les vies de ces deux Prelats sur lesquels je me
suis etendu quelques jours avant ma mort, j'en ay retenu les idées
plus fraîches. Mais avec le temps et un effort de reminiscence je
pourrai vous entrenir de la vie de tous les _Cochons_; outre qu'il
arrive ici tous les jours assez de gens de Paris: il s'en trouvera
quelqu'un qui pourra nous fournir la matière de plusieurs semblables
entretiens.

SCARRON.

On aura donc enfin une histoire qu'on pourra appeller veritable, dont
l'autheur ne pourra pas être soupçonné de flatterie non plus que de
haine, puisque les morts, ne craignant ni n'esperant rien de la part
des vivans, ne peuvent être rien moins que flatteurs et passionnez.

_L'abbé_ FURETIÈRE.

On aura de plus une histoire curieuse de tous les Evêques, qu'on
pourra appeler l'histoire _cochonnée_, de même qu'on dit l'_histoire
auguste_ en parlant de celle des Empereurs.



_Stances sur le retranchement des festes en_ 1666[311].

          [Note 311: Nous trouvons cette pièce dans le _Chansonnier
          Maurepas_ (t. 3, p. 45), où elle a pour titre: _La
          difformité de la réforme des saints._ Elle existe avec
          celui qu'elle porte ici dans le recueil intitulé: _Le
          tableau de la vie et du gouvernement de messieurs les
          cardinaux Richelieu et Mazarin et de Monsieur Colbert,
          représenté en diverses satyres et poésies ingenieuses_....
          (Cologne, P. Marteau, 1694, in-12, p. 214-218). La pièce
          qui précède celle-là, dans le même recueil, traite aussi
          de ce sujet. Elle a pour titre: _Lettre en vers libres à
          un amy, en 1666, sur le retranchement des festes par M.
          Perefixe, archevêque de Paris._ Il y est dit à la fin:
          «L'auteur de ce poème n'est pas M. Le Petit, car il estoit
          dejà brûlé en ce temps-là.» Et on lit en note, à la page
          203: «C'estoit M. Colbert qui pressoit cette affaire pour
          faire travailler les gens.» Pareille mesure ne nous étonne
          pas de la part du laborieux ministre. Louis XIV, pourtant,
          s'attribue tout l'honneur de celle-ci dans ses _Memoires_
          (Paris, 1806, in-8, 1re partie, p. 277-278): «J'observai,
          dit-il, que le grand nombre des festes, qui s'etoient
          de temps en temps augmentées dans l'Eglise, faisoit un
          prejudice considérable aux ouvriers, non seulement en ce
          qu'ils ne gagnoient rien ces jours-là, mais en ce qu'ils
          y despensoient souvent plus qu'ils ne gagnoient dans
          tous les autres. Car enfin c'étoit une chose manifeste
          que ces jours, lesquels, suivant l'intention de ceux qui
          les ont établis, auroient dû être employés en prières et
          en actions pieuses, ne servoient plus aux gens de cette
          qualité que d'une occasion de debauche, dans laquelle ils
          consumoient incessamment tout le fruit de leur travail.
          C'est pourquoi je crus qu'il etoit ensemble et du bien des
          particuliers, et de l'avantage du public, et du service
          de Dieu même, d'en diminuer le nombre autant qu'il se
          pourroit; et, faisant entendre ma pensée à l'archevêque
          de Paris, je l'excitai, comme pasteur de la capitale de
          mon royaume, à donner en cela l'exemple à ses confrères de
          ce qu'il croiroit pouvoir être fait, ce qui fut par lui
          bientôt après executé de la manière que je l'avois jugé
          raisonnable.»]


        Adieu, mon cher amy, je pars de cette ville
      Qu'on me rompe les os si je revois Paris.
      Quoy! je demeurerois en ce maudit pays,
      Où la vertu n'a point d'asile,
      Et qui ne se trouve fertile
  Qu'en putins, qu'en bigots et qu'en malins esprits!
      Le sejour m'en seroit funeste,
      Je m'en vais chercher d'autres gens,
      De peur qu'avec ces habitans,
      Le peu de vertu qui me reste
      Ne m'abandonne en peu de temps.

        Mais enfin où faut-il que j'aille?
      Les jesuites sont en tous lieux;
      Il n'est plus d'endroits sous les cieux
      Exemts d'une telle canaille;
      Cette hypocrite nation,
      Sous ombre de devotion,
      A toujours de secrettes trames,
      Et ces maîtres archibigots,
      Feignant de convertir les ames,
      Attrapent quantité de sots.

        Auroient-ils esté dans la Chine,
      Dans le Perou, dans le Japon,
  S'ils n'avoient pas connu que ce pays est bon
      Pour faire rouler leur cuisine?
      Ces illustres marchands de bled
      N'ont pas l'esprit assez troublé
      Pour demeurer en mauvais giste;
      Et, si ces lieux ne payoient pas
      Leurs sermons et leur eau benite,
      Ils changeroient bien de climats.

        Valent-ils mieux dans la Sorbonne?
      Non: car on m'a dit qu'en ce lieu
      Le pape, vicaire de Dieu,
      N'y peut faire sa cause bonne.
  Pas un ne veut signer l'infaillibilité,
      De peur de se faire une affaire;
  Et l'on estime mieux souscrire au formulaire[312]
      Que les docteurs ont arresté
      Que courir risque de deplaire
      A messieurs de la Faculté.

        Dedans ce lieu ce n'est que brigue;
  Les docteurs sont toujours de differents avis,
      Et ceux qui sont les plus suivis
      Sont ceux qui font le plus d'intrigue.
      Le seul caprice y règle tout;
      L'un blâme ce que l'autre absout;
  Chacun, suivant son sens, règle le Paradis,
      Et fait des loix en nôtre Eglise,
      Comme le roi fait des edits.
        Dans ce maudit tems on retranche
      La fête de beaucoup de saints,
      Et c'est justement que je crains
      Qu'on ne reforme le dimanche.
    Pourquoy jadis festions-nous saint Thomas[313],
  Ou pourquoy maintenant ne le festons-nous pas?
      D'où vient ce changement etrange?
  En voicy la raison: aujourd'huy le clergé
      Pretend qu'un apôtre et qu'un ange
      Ne peuvent rien sans son congé.

        Les saints, jaloux les uns des autres,
      Vont avoir un procès bien grand:
      Un evangeliste pretend
      Valoir autant que les apôtres[314];
  Saint Marc ne peut souffrir ces abus inouïs,
  Il veut estre festé comme on feste saint Louis;
      Le bon saint Joseph paroît triste
      Du tort qu'on luy fait aujourd'hui,
      Et soutient que saint Jean-Baptiste,
  Dont on feste le jour, ne vaut pas mieux que luy.

      Eh quoy! disent les Innocens[315],
      Quoy! souffrirons-nous que l'eglise,
  Qui nous chôma toujours, aujourd'huy nous meprise?
  Ne valons-nous pas bien autant que saint Laurent?
  S'il repandit son sang, nous versâmes le nôtre,
  Nous avons tous souffert autant que pas un autre;
      Pourquoy n'aurons-nous plus d'encens?
      Ne seroit-ce point que la France,
      Qui ne vit plus dans l'innocence,
      Ne peut souffrir les Innocens?

        Tous les patrons de confrerie
      Ont fait un bon serment entr'eux
      De n'exaucer jamais nos voeux,
      Puisque leur feste est abolie.
  Si saint Roch une fois nous oste son secours[316],
      Que de maux croîtront tous les jours!
      Et, si sainte Reine se pique,
  Je prevois que Martot, Gayan et d'Alencé[317]
      Auront cent fois plus de pratique
      Qu'ils n'en avoient au temps passé.

        Que de galeux, que de teigneux,
      Que de verole et que de peste!
  La reforme des saints nous sera trop funeste
  Si nous ne faisons pas notre paix avec eux.
  Si l'on veut retrancher les festes de l'année,
  Qu'on oste celles-là dont la veille est jeunée,
  Je consens volontiers à leur retranchement:
  Qu'on oste saint André, mais non pas sainte Reyne,
      Car nous avons trop frequemment
      Besoin de l'eau de sa fontaine[318].

        Pour moy, qui crains trop la colère
      Des saints irritez contre nous,
      Je vais chercher une autre terre
      Pour m'exemter de leur courroux,
      Adieu, je sors de cette ville.
  Qu'on me rompe les os si je revois Paris!
  Quoy! je demeurerois en ce maudit pays,
      Où la vertu n'a point d'asile,
      Et qui ne se trouve fertile
  Qu'en putains, qu'en bigots et qu'en malins esprits!
      Le sejour m'en seroit funeste;
      Je m'en vais chercher d'autres gens,
      De peur qu'avec ces habitans
      Le peu de vertu qui me reste
      Ne m'abandonne en peu de temps[319].

          [Note 312: Il datoit de l'année précédente. Voy. t. 5, p.
          84.]

          [Note 313: Des stances sur le même sujet, qui se trouvent
          dans le _Recueil de Maurepas_ (t. 3, p. 17-20), parlent
          aussi de la suppression de la fête de saint Thomas. Ce
          patron, dont le nom étoit écrit en rouge sur les almanachs,
          comme celui de tous les saints dont on chômoit la fête, ne
          fut plus à l'avenir écrit qu'en noir; ce qui fait dire:

                     Dans cette commune disgrace
                     Tout le monde plaint saint Thomas,
                     Et nous le verrons, quoi qu'il fasse,
               En changer de couleur sur tous les almanachs.]

          [Note 314: Les fêtes d'évangélistes avoient en effet été
          supprimées. On lit dans les _stances_ que je viens de citer:

               Saint Luc, fidèle evangeliste,
               Saint Marc, faisant même metier,
               Ne se verront plus sur la liste.]

          [Note 315: La fête des Innocents, qui se célébroit le 28
          décembre, avoit aussi été retranchée. Nous lisons dans
          les stances déjà citées, où il est fait allusion à la
          suppression des auvents de maisons, «qui, avançant trop
          dans les rues, obscurcissoient le dedans des boutiques et
          empêchoient, la nuit, la clarté des lanternes», suppression
          qui fut ordonnée en même temps que le retranchement des
          fêtes:

               Les festes supprimer, retrancher les auvents
                   Est une police nouvelle;
                   Pour moy, je la tiens criminelle,
               D'attaquer sans pitié les petits Innocents.]

          [Note 316: Nous lisons dans les _stances_ citées tout à
          l'heure:

               Du bienheureux monsieur saint Roch,
                   Qui nous preservoit de la peste,
                   On a pendu la feste au croc,
               Et, cet esté dernier, il joua de son reste.]

          [Note 317: Célèbres médecins de l'époque. Le dernier eut un
          fils qui se ruina en expériences de physique. C'est ce fils
          que Boileau nomme dans sa 10e satire, v. 433:

               D'un nouveau microscope on doit, en sa présence,
               Tantôt, chez d'Alenci, faire l'expérience.

          Dans le _Chansonnier Maurepas_, au lieu des deux premiers
          qui sont nommés ici, l'on trouve Coladon et Lelarge.]

          [Note 318: Cette fontaine se trouve dans l'Auxois, au bourg
          d'Alise, qu'on appelle aussi _Sainte-Reine_, à cause de la
          sainte qui y fut martyrisée, et aux mérites de laquelle
          étoit attribuée la vertu de cette eau minérale, très
          efficace contre toute espèce de galle.]

          [Note 319: Ce retranchement des fêtes fut une mesure qui
          n'eut pas long-temps son exécution, ou qui ne diminua pas
          assez le nombre des chômages. En 1678, quand parut le 8e
          livre de ses fables, La Fontaine pouvoit encore faire dire
          par le savetier au financier:

               . . . . . Le mal est que toujours
               (Et sans cela nos gains seroient assez honnêtes),
               Le mal est que dans l'an s'entremêlent des jours
                   Qu'il faut chômer; on nous ruine en fêtes;
               L'une fait tort à l'autre, et monsieur le curé
               De quelque nouveau saint charge toujours son prône.

          Voltaire, devenu agriculteur, voulut aussi restituer au
          travail ces jours voués à l'oisiveté et à la débauche sous
          prétexte de religion. Il en écrivit nettement au pape:
          «Ma destinée, lit-on dans sa lettre du 21 juin 1661 à
          d'Argental, est de bafouer Rome et de la faire servir à
          mes petites volontés ... Je fais donc une belle requête au
          Saint-Père, je demande.... une belle bulle pour moi tout
          seul, portant permission de cultiver la terre les jours
          de fête sans être damné. Mon évêque est un sot qui n'a
          pas voulu donner au petit pays de Gex la permission que
          je demande, et cette abominable coutume de s'enivrer en
          l'honneur des saints au lieu de labourer subsiste encore
          dans bien des diocèses. Le roi devroit, je ne dis pas
          permettre les travaux champêtres ces jours-là, mais les
          ordonner. C'est un reste de notre ancienne barbarie de
          laisser cette grande partie de l'économie de l'Etat entre
          les mains des prêtres. M. de Courteilles vient de faire une
          belle action en fesant rendre un arrêt du conseil pour le
          desséchement des marais. Il devrait bien en rendre un qui
          ordonnât aux sujets du roi de faire croître du blé le jour
          de saint Simon et de saint Jude tout comme un autre jour.
          Nous sommes la fable et la risée des nations étrangères,
          sur terre et sur mer; les paysans du canton de Berne,
          mes voisins, se moquent de moi, qui ne puis labourer mon
          champ que trois fois, tandis qu'ils labourent quatre fois
          le leur. Je rougis de m'adresser à un évêque de Rome, et
          non pas à un ministre de France, pour faire le bien de
          l'Etat.»]



_Le Pont-Breton[320] des Procureurs. Dedié aux Clercs du Palais._

M.DC.XXIV.

          [Note 320: Ce mot de _Pont-Breton_, dont nous n'avons pu
          parvenir à trouver l'étymologie, servoit à désigner une
          espèce de petites chansons satiriques alors fort à la mode.
          L'air sur lequel ces chansons couroient s'étoit d'abord
          seul appelé ainsi; par suite la chanson elle-même en avoit
          pris le nom. L'on en a la preuve par le _Chansonnier
          Maurepas_ (t. 1, p. 383), qui, reproduisant un couplet
          contre la princesse de Conti, dit qu'il se chantoit sur
          l'air des _Ponts-Bretons_; et par un passage de Tallemant
          (édit. in-12, t. 1, p. 113), où certain couplet de Voiture
          ayant la même coupe que celui du recueil de Maurepas est
          appelé un _Pont-Breton_. Voiture a lui-même attesté la
          popularité de ces sortes de chansons: «Nous chantâmes en
          chemin, écrit-il au cardinal de La Valette, une infinité
          de _sçavans_, de _petits doigts_, de _bons soins_, de
          _Pons-Bretons_.» (_Oeuvres_, Paris, 1713, in-8, t. 1, p.
          24.) Des chansons satiriques le nom passa aux pasquils
          faits dans le même esprit, soit en vers, comme le livret
          rarissime qui a pour titre _Les Ponts-Bretons_ (1624, pet.
          in-8), soit en prose, comme la pièce reproduite ici; soit
          en prose et en vers, comme le petit volume, non moins
          rare, vendu à la dernière vente Nodier: _Le Passe-partout
          des Ponts-Bretons, corrigé et augmenté de toutes les plus
          belles pièces_ (1624). Ce n'est qu'un libelle diffamatoire,
          dit Nodier dans une note (_Description raisonnée d'une
          jolie collection de livres_, p. 233, nº 586), et nous
          comprenons par là, comme par ce que nous savions déjà des
          _Ponts-Bretons_, qu'on dût craindre fort de se voir la
          proie de leur scandaleuse popularité. C'est ce que redoute
          surtout la pauvre Erothée dans sa _Lettre à Néogame_. Cette
          dernière pièce est de 1624, comme celle que nous donnons
          ici, comme presque toutes les autres où figurent les
          Ponts-Bretons. Ce fut, à ce qu'il paroît, l'époque de leur
          grande vogue. Dix ans après, elle avoit tout à fait cessé
          et l'on n'en parloit plus que comme d'une chose surannée.
          Nous lisons dans _Le Doux entretien des bonnes compagnies_
          (_Paris_, Guignard, 1634, in-12), chanson 14e, _Le Caquet
          des femmes_:

               Les _Ponts-Bretons_ charmèrent
                 Autrefois nos esprits,
               Les _petits doigts_ gaignèrent
                 Bientôt après le prix:
               Mais maintenant on les blasme
                 De n'être pas curieux.
               Quand les femmes sont ensemble,
               Leur caquet vaut beaucoup mieux.]

       *       *       *       *       *

_L'Autheur aux Clercs du Palais._

Compaignons, le sommeil me causa l'autre jour une certaine vision
nocturne. Je n'ay voulu manquer vous en faire part; non pas que le
subject soit digne de vos merites, mais à cause qu'il est risible.
Vous y trouverez beaucoup de fautes; je vous prie que ce ne soit
sans la consideration que je me suis fort peu mis en peine de
parvenir au doctorat.

Si quelques uns de vous y remarquent leurs maistres, vous pourrez
d'autant plus juger si les histoires sont veritables ou fabuleuses.
Vous pouvez croire que, si j'eusse eu quelque partie d'eloquence,
ma plume ne se seroit espargnée à berner les messieurs desquels je
traicte (car il est bien certain que leurs actions le meritent).
J'estime que vos bontez suppléeront le defaut de cela aussi bien que
mon incapacité, et que vous ne regarderez ce PONT-BRETON de mauvais
oeil, puisqu'il vous est adressé de la part de celuy qui s'efforcera
de vous tesmoigner en toutes occurences qu'il est

                            Vostre plus affectionné confrère, D. T.

       *       *       *       *       *

_Le Pont-Breton des Procureurs, dedié aux Clercs du Palais._

Desjà les tenèbres descendoient le grand galop des montagnes, et
desjà ma plume s'alentissoit si fort que le cageoleur babil d'un
procureur, dictant à un sien copiste, m'estoit très ennuyeux[321].
Lors, me soustrayant un peu de l'obeissance deue, je me desrobay de
l'estude, non sans faire imaginer à ce procureur, qui estoit ravy
en des enthousiasmes de practique, que je luy desrobois une partie
du pain que sa liberalité m'avoit eslargy ce jour-là. Je ne fus pas
si tost à la halle aux draps que l'un des ministres de Morphée,
captivant mon esprit dans la corbeille de mensonge, le pourmena
en une multitude d'actions procuratoires, et luy fit voir tant de
merveilles que le temps de la descrire me defaudroit plustost que
la matière. Toutesfois je vous feray participant de celles qui se
sont peu arrester dans les cellules de ma cervelle (quoy que mal
timbrée), afin de faire voir à la posterité clerique que je ne suis
moins affectionné vers mes confrères que justement irrité contre les
actions odieuses de ces attrape-minons[322].

          [Note 321: On sait que Boileau-Puimorin, frère de
          Despréaux, lorsqu'il étoit chez le greffier leur
          beau-frère, savoit se soustraire à l'ennui de ces dictées
          nocturnes et se donner le moyen de dormir entre les lignes:
          «M. Dangois, étant obligé de passer la nuit à dresser le
          dispositif d'un arrêt, le dictoit à M. Puimorin, et M.
          Puimorin écrivoit si promptement que M. Dongois étoit
          étonné que ce jeune homme eût tant de dispositions pour la
          pratique. Après avoir dicté pendant deux heures, il voulut
          lire l'arrêt, et trouva que le jeune Puimorin n'avoit écrit
          que le dernier mot de chaque phrase.» (_Note de Racine le
          fils_ sur la lettre de son père à Boileau du 6 août 1693.)]

          [Note 322: C'est-à-dire assez fins et rusés pour attraper
          un chat, un _minon_.]

Ainsi donc, ce fantasque dieutelet ayant troussé mon esprit leger
sur ses espaules, je luy fis faire diverses virevoustes[323], non
sans l'egayer beaucoup en des considerations capables de faire
dillater, à force de rire, les poulmons d'un Desmocrite. Je ne me
souviens pas de quel costé le vent estoit viré, mais je puis bien
asseurer que la première pose fut en une rue abboutissant en la rue
Sainct-Martin, qui est la penultiesme d'auprès Sainct-Nicolas[324],
où je remarquay une admirable querelle entre le maistre et le clerc:
et quoy qu'elle proceda de fort peu de chose, le superieur s'efforça
à faire jouer les ressorts du poignet au maniement de M. Martin
Baston[325]; mais le mal fut pour luy que l'inferieur, renforcé en
une resolution provoquée diverses fois par la prise d'une medecine
bachique, se rendit possesseur de ce M. Martin, laquelle possession
luy ayant accreu le courage, il fit voir que son adversaire en avoit
plus que de force, et de presomption que d'effect. Il est vray
qu'il ne fut pas si vilainement accoustré que le satyre Marsias par
Apollon: aussi la contestation n'estoit-elle survenue pour le jeu des
flustes, puisque cela procedoit de la mauvaise opinion d'un cocuage.
Toutesfois, je vous asseure (s'il n'y a point d'erreur en mon calcul)
que jamais vilain ne fut si delicatement epousté. La rencontre me
fut grande en ce logis, car cette action ne fut pas si tost close
par la sortie de l'epousteur, qu'un incident relevé en bosse par
le merite du subject parut, procedant de la reception faicte par
la procureuse de quatre testons envoyez pour une presentation; ce
qui fascha tellement monsieur, qui avoit l'imagination grandement
preoccupée de l'asseurance de les toucher, que, s'en voyant descheu,
il se constitua en une alteration autant approchée de sa raison
ordinaire, que son anxieté estoit extravaguante: d'où vint qu'il ne
peut pas retenir la bonde d'un tonneau d'injures qui scandalisèrent
fort la procureuse, non pas sans reverberation. De là je retrograday,
car j'avois passé pardevant la _Croix de fer_[326]. Estant en cet
endroit, j'apperceu une certaine lumière; et quoy que j'apprehende
fort les ardants[327], je ne laissay de m'en approcher. Ce qui
m'esmeut à la charité fut la cruauté barbaresque d'un, lequel, estant
bien Fourré[328], ressembloit la damoiselle qui, après s'estre bien
chauffée, n'avoit plus froid. C'estoit au temps (je m'en souviens)
que le soleil estoit au signe d'Aquarius: et encor que l'on die
que nos esprits sont impassibles, et par consequent qu'ils ne sont
susceptibles au froid, je ne laissay d'en sentir quelque chose, d'où
j'inferay que les pauvres clercs (que je puis appeler souffrans)
n'en estoient pas exempts. Je penetray plus avant en l'humeur de ce
venerable Fouré (que l'on dit n'estre chicaneur) par le moyen d'une
riotte[329] qui se passa entre luy et son maistre clerc, fondée sur
l'obmission de bailler un defaut à juger à poinct nommé, ce qui n'est
rien à comparaison des frequentes clabauderies du personnage, que
je laissay continuer en ses fantasques discours, qui m'estourdirent
beaucoup plus que ne fit l'autre jour un concert querelleux d'une
grande partie des harangères des halles. Je continuay mon chemin,
qui hazardeusement se rencontra en une rue où le noir manteau de
l'obscurité ne peut estre si dominant que je n'apperçusse quantité
de testes portant bois. Il me souvint d'Acteon, mais je m'y arrestay
particulierement, car je sçavois bien que je ne cognois rien en
l'arithmetique, et neantmoins il en estoit besoing, d'autant que
le nombre des poinctes esgalloient quasi celles des picques d'un
bataillon carré. J'en laisse la decision à ceux qui en sçavent les
particularitez, ou qui prendront la peine de les considerer de
jour, pour dire qu'en ceste mesme rue deux certains[330] persistent
en leurs habits; et si l'un d'eux a une mulle qui est souvent
couverte d'un mullet[331], cela n'empesche pas la froideur de leurs
cuisines, car l'on tient pour très constant que leurs clercs n'ont
les estomachs offensez par la quantité des viandes qui leur sont
presentées, et si je me suis laissé dire que la qualité d'icelles est
fort cheftive; et toutesfois (selon mon jugement) cela n'est rien au
prix de la prodigalité de deux autres, lesquels, comme ils sont d'une
mesme reception, sont aussi demeurans en une mesme rue aboutissante
en la rue Saincte-Avoye (n'estoit que j'ay peu de papier, je
cotterois les autres tenans); ils ne rougissent point d'enfermer
la pluspart du temps le pain gaigné à la sueur des visages pendant
qu'ils se farcissent abondamment le ventre de viandes delicates.
Il vaudroit bien mieux pour l'un d'eux d'espier les menées qui se
passent en sa maison, qui le touchent bien près du chef. O malheur!
faut-il qu'il y ait des hommes si aveuglez qu'ils ne puissent voir
les blesseures les plus mortelles! Y a-il partie plus susceptible
du danger de la mort que la teste? et neantmoins ils n'y prennent
pas garde, et font la sourde oreille comme cestuy-cy. Je ne sçay pas
s'il a leu l'unziesme fable du second livre des Metamorphoses, où il
est fait mention que le corbeau descouvrit à Phoebus qu'il avoit veu
Coronis couchée avec un jeune homme de Thessalye, pour raison de quoy
il banda son arc et atteignit la poictrine de cette pauvre Coronis
d'une flesche inevitable, poitrine qu'il avoit si souvent joincte
à la sienne. Mais, pauvre corbeau! quel salaire receus-tu pour la
juste divulgation de ce forfait, sinon que ta couleur, auparavant
blanche, fut muée en une lugubre qui ne nous represente autre chose
que la tristesse? La punition de nostre procureur ne fut pas beaucoup
dissemblable, car il donna congé au revelateur de la chasteté de sa
femme. Ainsi il n'y eut point mutation de couleur, mais d'habitation.
Je ne reprendray pas Phoebus de son action, car il n'est pas bien de
reprendre les dieux; mais celle-cy ayant esté commise par un homme
mortel, je diray, quand on devroit m'appeler audacieux et temeraire,
qu'il ne fait pas bien et qu'il ne meritoit pas d'avoir un clerc si
fidelle. La commiseration que j'ay de l'infortune non meritée de ce
pauvre jeune homme (si vous appellez infortune d'avoir les dents
un peu longues durant deux ou trois mois qu'il fut bourgeois) me
fait bondir le cerveau. L'apprehension que j'ay que les larmes ne
mouillent mon papier me fait passer à la consideration des actions
enragées, voire endiablées, d'un demeurant près Saincte-Opportune; et
quoy qu'il soit bien haut de taille, si est-ce qu'elles le surpassent
de la hauteur d'une pyramide. Je brisay à main gauche, assez près de
la rue Mauvaise parolle[332], où j'aperceus la sordidité d'un qui est
reputé avoir autant de finance en bourse que le duc de Bar. Je voyois
certains buffets et coffres qui n'estoient pas moins remplis de
pistolles, ce qui fut cause que je vous y souhaitois, ô compagnons!
mais il falloit que ce fût corporellement (car nos esprits ne peuvent
pas transferer les finances), et vos corps estoient enveloppez dans
les doux linceuls du sommeil. Je jure que je vous eusse fait une
exhortation larronnesque, en quoy n'y eût point eu de peché si le
proverbe est veritable: Tous biens sont communs; il n'y a que moyen
de les avoir. Et si d'avanture vous eussiez fait les scrupuleux,
encor que je ne sois incube[333], vos pouvoirs ne m'eussent empesché
l'emprunt d'un de vos corps. Or, ne pouvant faire autre chose que
de contenter ma fantasie, je tournay la veue d'un autre costé, et,
voyant quelques autres coffres, j'estois desjà ravy d'estonnement,
croyant que par le dedans ils ressemblassent les autres. Cela fit
que je m'escriay: O! que de richesses! elles surpassent celles de
la Bastille[334]. Mais je fus deschu de ma croyance; car, au lieu
de ce precieux metal, je n'y apperceus que des haillons rapiecetez
diverses fois: en sorte que ceux qui comme moy les ont veuz peuvent
asseurer affirmativement qu'en cela le maistre est aussi peu superflu
que prodigue en la despense de l'achapt des meubles persiens qui se
remarquent en ce venerable logis. En suitte, mon chemin s'adressa
vers Sainct-Eustache, chez un qui est accreu en biens sans faire
tort à personne; et neantmoins il est rentré en quelque espèce de
modestie; car, au lieu qu'il souloit porter la calotte de satin, il
ne porte plus que celle de taffetas, ce que j'estime beaucoup: car
les hommes de nostre siècle se portent fort peu au rabais de leur
estat quand leurs biens augmentent; mais j'appris qu'il est tant
soit peu chicaneur. Baste! puis qu'il traicte bien ses clercs. Je
n'eus pas si tost la consideration vague qu'elle fut remplie. Ce
fut assez près de la Monnoye, où l'on me voulut faire croire qu'il
y en avoit de la cornardise. Je ne le voulois pas, mais cela me fut
asseuré, voire quasi prouvé par des conjectures, indices et preuves
si manifestes, mesme particularisé par des entrevues de la femelle et
d'un certain moyenneur[335] de faveur et praticque, que ma croyance
fut contraincte de changer au desavantage du procureur, non pas sans
m'estonner de son exhuberance, parce qu'elle diffère beaucoup des
humeurs farouches et discourtoises de quantité d'autres hommes qui
ne considèrent pas que la simplicité est la mère d'innocence, et
que Jean est un beau nom[336]. Je tiray à droicte file par dessus
le Pont-Neuf et continuay vers la rue Dauphine, où j'appris qu'il y
avoit eu querelle entre le maistre, la maistresse et la chambrière,
pour raison du vol domestique par elle commis, en ce que l'on
pretendoit qu'elle avoit tiré un demy-septier de vin au clerc, outre
son ordinaire: «Comment, larronnesse (dit la procureuse), avez-vous
esté si hardie de nous voller de la façon? Ce n'est pas d'aujourd'huy
que vous usez de ces tours là; vous en faictes bien d'autres! Je
m'en estois bien apperceue, et neantmoins, pour esprouver vostre
fidelité, je vous ay commise ce soir pour tirer du vin, et vous me
volez, meschante et malheureuse que vous estes! Je vous feray bailler
le fouet. Sus, qu'on m'aille querir un commissaire pour faire punir
cette galande, afin de luy apprendre et à ses semblables à voller
leurs maistres. Vertu de ma foy, coquine! je vous baille de bons
gages, voire mesme plus que vous ne gaignez; outre cela, les clercs
de mon mary vous donnent plus d'un escu par mois (du moins c'est
mon intention)[337], et neantmoins vous ne sçauriez vous empescher
d'un larcin punissable. Allez, gueuse, quand il m'en devroit couster
cinquante escus, je vous feray pourrir en une prison.» La servante,
toute esperdue par le moyen de la crainte de ces espouvantables
menaces, eut de l'astuce parmy sa simplicité, quoy qu'elle fût saisie
d'apprehension et d'estonnement. «Madame, dit-elle, vous baillez
au maistre clerc chopine à dîner et chopine à souper. Aujourd'huy
vous avez vous-mesme tiré chopine pour son dîner dans le pot de
trois demy-septiers, lequel ayant negligé de transferer en un autre
vaisseau, j'ay tiré dessus. Vous trouvez ce pot plain; vous n'en
sçauriez inferer autre chose sinon que j'ay accomply fidellement
la charge que vous m'avez donnée. Pensez-vous, Madame, que je sois
telle que vous dictes? J'aymerois mieux estre morte. On me cognoist
bien: je suis aussi femme de bien que vous; je n'ay jamais affronté
personne. Puisque vous me jugez de cette qualité, je suis preste
de m'en aller, en me payant.--O la meschante femme! repliqua la
procureuse, voyez comme elle pallie son larcin, pensant m'arracher de
la fantaisie la croyance de la verité! Ouy, ouy, tu t'en iras; mais
ce ne sera pas sans payer une sallière d'etain pesante demy-livre,
deux serviettes et un torchon, que tu m'as laissé prendre ou que tu
m'as toy-mesme vollé.» Sur ces discours qui se tenoient en une salle
haute, voicy arriver le procureur, venant de son estude, lequel
avoit le ventre creux comme un tabourin. Il demandoit à soupper,
non pas sans subject, car il avoit fait un dîner de fort peu de
consequence. La procureuse n'eut pas la patience de le laisser entrer
pour luy dire: «Monsieur, voylà une cagnarde[338] qui nous volle;
elle a mesme ce soir tiré un demy-septier de vin à vostre maistre
clerc. Pour moy, je ne suis pas resolue de l'endurer.--Aussi ne
l'entens-je pas», respondit le procureur. S'adressant à la tireuse
de vin, qui trembloit comme la feuille: «Escoutez, dit-il, ma mie,
cela n'est pas beau de voller son maistre; du petit l'on vient au
grand. Ignorez-vous qu'il y a eu des serviteurs domestiques pendus
pour cinq sols? J'ay leu l'Escriture saincte, ou j'ay veu qu'il s'est
manqué peu qu'un homme n'ayt esté damné pour un denier, et vous
me prenez un demy-septier de mon vin, qui revient à près de trois
sols la pinte rendu ceans! Remerciez bien Dieu que je ne suis point
homme vindicatif, et l'heure qu'il est, car sans cela je vous ferois
emprisonner.» La servante vouloit repliquer, lorsque la procureuse
luy ferma bouche, disant: «Tais-toy, effrontée! Mort de ma vie! je ne
sçay qui me tient que je ne t'assomme.» La parole du maistre donna
trefve à cette querelle. Je ne sçay si ce fut à cause que la creusité
de son cerveau ne pouvoit endurer de bruit, lequel, estant remply,
il fut en son estude exprès pour faire une reprimande à ce maistre
clerc; et, n'eust esté qu'il est bon cheval de trompette, il l'eust
mis au fond de ses chausses. «Vrayement, dit-il, il fait beau voir
que vous suborniez ma servante pour vous faire tirer du vin! N'en
avés-vous pas assez d'une chopine que je vous donne à chaque repas?
Il y a beaucoup de procureurs qui n'en donnent pas tant à leurs
clercs.» De quoy ce clerc ne fit pas grand compte, ains se contenta
de faire une response convenable au merite de l'action; et quoy qu'il
fût à propos de parler de la manière en laquelle on estoit traicté
chez luy, neantmoins il se retint, encor qu'il soit intollerable de
se veoir bailler quasi tous les jours du vent à guise de viande, du
vin mixtionné d'eau, des draps estre trois mois en un lict, et le
reste s'accomoder en sorte qu'il n'y a pas un de sa vacquation chez
qui on soit bien accommodé[339]. Cette retenue ne l'a neantmoins
empesché de s'efforcer de le decrier à l'un d'une façon, l'autre
d'une autre, sans pouvoir dire pourquoy ny fonder sa malignité sur
autre chose que sur un simple mescontentement non causé. Il est vray
qu'autrement il s'esloigneroit de l'influence quasi particulière à
ceux de son pays, en quoy toutesfois sa gloire et sa presomption le
rendent tant soit peu excusable.

          [Note 323: Volte-face.]

          [Note 324: C'est, par conséquent, la rue Jean-Robert.]

          [Note 325: C'est dans Rabelais (liv. 3, ch. 4) que nous
          trouvons pour la première fois cette expression, si bien
          reprise par La Fontaine, liv. 4, fable 5.]

          [Note 326: La _Croix de fer_ étoit un cabaret situé rue
          Saint-Denis, près de Saint-Leu. On peut lire dans les
          poésies de Colletet un sonnet _sur un dîner à la Croix
          de fer_, et consulter aussi les _poésies_ de Jean de
          Schelandre. Il ne faut pas confondre cette maison avec
          celle qui avoit la même enseigne rue de La Harpe, et
          derrière laquelle se trouvoient les restes des Thermes de
          Julien.]

          [Note 327: Les chandelles. Mot du dictionnaire des
          Précieuses: «Inutile, ostez le superflu de l'_ardent_.»
          C'est ainsi, selon Somaize, qu'on disoit: «Laquais, mouchez
          la chandelle.» Par une rencontre singulière, le même mot se
          retrouve avec le même sens dans une autre langue factice,
          mais d'une autre espèce, dans l'argot. (Francisque Michel,
          _Etudes de philologie comparée sur l'argot_, p. 15.)]

          [Note 328: Jeu de mots sur le nom d'un procureur de ce
          temps-là.]

          [Note 329: Dispute.]

          [Note 330: Dans le sens de _quidam_.]

          [Note 331: C'est-à-dire quoique ces procureurs aient chacun
          une mule qu'ils montent souvent, ce qui, pour les gens de
          cette sorte, est une marque d'opulence, ils ne laissent pas
          de traiter chichement leurs clercs.]

          [Note 332: Cette rue, qui aboutissoit à celle des
          Bourdonnais, a disparu dans ces derniers temps. Elle devoit
          son nom sans doute aux lavandières, qui affluoient dans
          ce quartier, et desquelles l'une des rues voisines tient
          sa dénomination. Les procureurs qui logeoient rue des
          _Mauvaises-Paroles_ n'étoient pas pour la faire débaptiser,
          et je croirois presque que son premier nom de rue de
          _Mauvais-Conseil_ venoit d'eux.]

          [Note 333: «Démon qu'on s'imagine venir coucher avec les
          femmes et en abuser.» (_Dict. de Trévoux._)]

          [Note 334: Le trésor, qui avoit été long-temps au Temple,
          puis au Louvre, puis dans une des tours du Palais, étoit à
          la Bastille au temps de Henri IV et de Louis XIII. Quand
          le premier mourut, il avoit «quinze millions huit cent
          soixante et dix mille livres d'argent comptant dans les
          chambres voûtées, coffres et caques estant en la Bastille,
          outre dix millions qu'on en avoit tirez pour bailler au
          trésorier de l'espargne.» (_Mémoires_ de Sully, 4e part.,
          ch. 51.) Cet argent ne dura guère: V. notre édition des
          _Caquets de l'Accouchée_, p. 54, note. La richesse du
          trésor de la Bastille n'en resta pas moins proverbiale,
          comme on le voit ici, et comme le prouve ce passage de la
          13e satire de Regnier (vers 259):

               Prenez-moi ces abbez, ces fils de financiers,
               Dont, depuis cinquante ans, les pères usuriers,
               Volant à toutes mains, ont mis en leur famille
               _Plus d'argent que le roi n'en a dans la Bastille_.]

          [Note 335: Vieux mot qui se disoit pour entremetteur.
          «Le connestable de Saint-Pol, dit Commynes (liv. 3, ch.
          8), vouloit toujours estre _moyenneur_ de ce mariage.»
          Chapelain l'emploie aussi dans son excellente traduction de
          _Guzman d'Alpharache_ (2e partie, liv. 3): «Sa bonne amie,
          la _moyenneuse_ de leurs plaisirs secrets.»]

          [Note 336: On sait dans quel sens il se prend toujours.
          Aussi Mme Des Houlières a-t-elle écrit:

               Jean, que dire de Jean? C'est un terrible nom,
               Que jamais n'accompagne une épithète honnête.]

          [Note 337: Les chambrières se plaignoient souvent du peu de
          libéralité des clercs, témoin celle qu'on fait parler dans
          les couplets suivants:

               Aussi bien n'ai-je aucun profit,
                 Si ce n'est des savattes;
               Nostre maistre clerc est si vilain!
               Fariron lanla, fariron lan lein.

               Nostre maistre clerc est si vilain!
                 Aga, ma pauvre fille!
               Il ne m'a encor rien donné,
               Fariron, etc.

               Il ne m'a encor rien donné,
                 Et si je le décrotte
               Et lui empèze ses rabats.
               Fariron, etc.

                    (_Le Doux entretien des bonnes compagnies_, 1634,
                    chanson 57.)]

          [Note 338: Ou _caignarde_, qui signifie _chienne_ en argot.
          On disoit aussi _caigne_: «Passez, passez, ordes _caignes_
          que vous estes.» (_Les cent Nouvelles nouvelles_, 28e
          nouv.)]

          [Note 339: Le sort des clercs de procureur, chez leur
          patron, ne s'étoit pas amélioré à la fin du XVIIIe siècle.
          Collin d'Harleville, qui en avoit pâti, en a fait la
          description piteuse et sommaire dans cette pièce monorime
          qu'il intitule: _la Bonne Journée_, et à la suite de
          laquelle il écrivit en note: «Cette petite folie est à peu
          près le seul fruit que j'aie retiré de quatre à cinq ans de
          cléricature:

               Un pauvre clerc du Parlement,
               Arraché du lit brusquement
               Comme il dormoit profondément,
               Gagne l'étude tristement,
               Y griffonne un appointement
               Qu'il ose interrompre un moment
               Pour déjeuner sommairement.
               En revanche, écrit longuement,
               Dîne à trois heures sobrement,
               Sort au dessert discrètement,
               Reprend la plume promptement
               Jusqu'à dix heures... seulement.
               Lors va souper légèrement;
               Puis au sixième lestement
               Grimpe, et se couche froidement
               Dans un lit fait Dieu sait comment!
               Dort, et n'est heureux qu'en dormant...
               Ah! pauvre clerc du Parlement!]

Mais, a ce que je voy compagnons, ma prolixité vous est ennuyeuse;
vous en avez du subjet; aussi vous promets-je, pourveu que vous
vouliez me donner encor tant soit peu d'audience, une livre de
dragées à distribuer entre vous au sol la livre à la prochaine foire
Sainct-Germain.

La rue Sainct-André n'est pas beaucoup esloignée du lieu duquel je
viens de parler. J'y remarquay quatre personnages abondamment humbles
pour leurs conditions; l'on les void souvent rabrouer un pauvre clerc
à double carillon et l'expedier à leur fantaisie, sans considerer que
son maistre ne prend leurs bricolles en payement. Leur malice est
bien affectée, s'ils se souviennent d'un distique qui se remarque
dans le cimetière Sainct-Innocent en ces termes:

  Nous avons esté comme vous,
  Et serez aussi comme nous[340].

          [Note 340: Ces deux vers se lisoient sans doute sur
          une tombe, ou bien peut-être faisoient-ils partie de
          l'inscription qui se trouvoit au dessus de la voûte
          construite par Nicolas Flamel du côté de la rue de la
          Lingerie, et dont les dernières traces disparurent lors
          de la démolition des charniers, en 1786. (G. Peignot,
          _Recherches sur les Danses des morts_, p. 85.)]

Ils en peuvent bien dire autant; mais ils n'ont garde, car cet
abaissement seroit trop vil pour des personnes qui sont vallets des
parties. Leur vanité n'empeschera pas ma muse de le repeter d'une
autre façon au mesme sens:

  Comme nous vous avez estez,
  Et comme vous vous nous verrez.

Encor avons-nous cet advantage sur eux qu'ils ne peuvent pas estre
ce que nous sommes, et nous pouvons estre ce qu'ils sont, tellement
que nous avons plus de faculté qu'eux.

L'humeur fantastique d'un autre, demeurant près les Cordeliers,
n'est pas moins semblable, car il s'est porté à frapper un clerc
faisant les requestes, parce qu'il poursuivoit un huissier de faire
voir la fin de ses chicaneries touchant la reddition d'un procez;
mais le compère ne fut si mal advisé qu'il ne luy rendît une febve
pour un poix. A ce propos, je supplie vos jugemens très solides,
ô compagnons! de considerer si ce procureur avoit bonne grace. Ce
clerc representoit son maistre et ne demandoit que la justice, et
neantmoins, dans le lieu le plus sacré sainct de cette Astrée[341],
dans la salle du plus auguste Parlement, il ne peut pas retenir sa
main, tant sa passion fut dereglée et remplie d'erreur. Pour moy,
je suis d'advis qu'il ne faisoit pas bien. Je ferois tort à la
reputation d'un demeurant rue de La Harpe si je disois qu'il ne void
pas mieux des despens qu'un autre, et neantmoins il sçait si bien
charlater[342], que souvent il faict croire à de jeunes barbes qu'il
a bien rencontré. C'est un bon violon[343], vrayement. Il est venu à
Paris avec des sabots, et son fils porte tous les jours le manteau
doublé de panne. Passant de là en la rue des Anglois, l'on me fit
recit qu'un demeurant bien près de la rue du Plastre bricolle d'un
costé et sa femme de l'autre. Que l'on en die ce que l'on voudra,
ce ne sont qu'actions semblables; ils sont à deux de jeu, et sont
quasi tousjours cartes esgalles. Je m'asseure que vous autres ne
monstrerez aucune action envieuse de l'heur de ces deux personnages;
et pourquoy, puisqu'ils vivent contents? Leur consideration est bien
fondée, car il n'y a rien au monde qui contente plus l'homme que
la nouveauté. Je fus transporté en la rue des Trois-Portes[344],
où je cogneu qu'un procureur veut louer le devant de sa maison
à une bordeliste, sans toutesfois en vouloir souffrir l'entrée.
Cela n'est pas raisonnable, car toutes conventions doivent estre
observées s'il n'y a lettres fondées sur la minorité, la force ou
la lezion: encor faut-il qu'elles soient entherinées; mais rien de
tout cela ne se rencontre en la personne de ce procureur, car il est
autant capable de contracter que d'avoir beaucoup de practique; et
neantmoins l'on dit qu'il n'a pas le moyen de nourrir un clerc. La
rue Sainct-Jean-de-Beauvais est du mesme quartier, au bout d'embas
de laquelle demeure un certain qui n'est cocu qu'à demy. Il y a peu
qu'il fut autheur d'un dialogue d'entre luy et un certain clerc qui
demandoit le sien. Il commença l'exorde de son discours par ces
motifs choisis: «Mon amy, pourquoy venez-vous desbaucher mon clerc?»
Il eust continué sans l'interruption de celuy auquel il s'adressoit,
qui n'est pas grue. «Monsieur, dict-il, j'ay affaire à vostre clerc,
et pretends fort peu de le desbaucher; mon intention est esloignée
de cette action, que je sçay estre desagreable à vous autres,
messieurs.» A quoy ce venerable cagot repliqua: «Vous ne sçauriez
m'oster cela de la fantaisie, vous estes tous des desbauchez. Sans
mentir, dict-il, adressant sa parole à une de ses parties, la
jeunesse est bien corrompue. Aussi ne sçaurions-nous plus tirer de
service de nos clercs. Je vois bien que celuy-cy a esté de la societé
du cordon rouge[345].--Monsieur, respondit le clerc, vous m'excuserez
si je vous dicts que vous me prenez pour un autre; l'affaire pour
laquelle je viens est fort pressée (à la verité c'estoit pour une
assignation de gueule).» Nonobstant ceste remontrance, la promptitude
l'emporta à dire: «Mon amy, vous le verrez demain au Palais si bon
vous semble; il a affaire pour le present, et quoy que vous ayez peu
à luy dire, cela ne laisserait de le destourner de mes affaires.
Bon souhait et bonne santé.--Grand mercy, Monsieur, dit le clerc;
vostre courtoisie m'oblige beaucoup; elle m'obligeroit davantage
si elle permettoit que mon desir reussist, ce que je ne desirerois
toutesfois, puisque l'abondance de vos affaires ne le permet, sur
lesquelles je n'ay que voir; mais je ne laisseray de dire, avec
vostre permission, que naguères vous luy faisiez coppier des bulles
de nostre sainct-père pour gaigner les pardons à Pasques, et ce à
faute d'autre besongne. Ne faictes point tant l'empesché.» Ce clerc,
ainsi esconduit, sortit à l'instant de ce cornard logis, non pas sans
barbotter diverses imprecations contre ce tyran clerc en ces termes:
«Ah! faut-il qu'un homme de si peu de merite soit procureur! Ah!
faut-il qu'un mesprizeur de gens de bien se voye eslevé par dessus
eux! Ah! que l'influence qui a causé cet effect estoit mauvaise!
A la mienne volonté que j'eusse la super-intendance de la justice
pour quelque temps! je ferois de belles ordonnances, et commencerois
par la deposition de beaucoup de ces ignares qui ne sçavent guère
par delà la facture d'un defaut simple. Je me trompe tant soit peu,
car aucuns d'eux taschent de faire une production lorsqu'il y a
un advertissement; encore est-ce fort peu, car l'urgence de leurs
grandes et importantes affaires cause qu'ils imittent la cour, car
ils en font renvoy, non pas aux enquestes, mais à leurs clercs.»

          [Note 341: Astrée est mise là pour Thémis, avec laquelle on
          la confondoit souvent. Elle étoit déesse de la justice au
          siècle d'or, Thémis ne l'a été qu'au siècle de fer.]

          [Note 342: De l'italien _ciarlare_, bavarder. Nous ne
          connoissons pas d'autre exemple de ce verbe _charlater_,
          dont le mot _charlatan_, qui est si bien resté, est tout
          simplement le participe. Il a formé lui-même le verbe
          _charlataner_, qui se trouve dans le _Dictionnaire des
          trois langues_ d'Oudin, et que Mercier tenta de rajeunir,
          mais qui pourtant ne vaut pas l'autre.]

          [Note 343: Sur ce mot, dans ce sens, V. Fr. Michel, _Etudes
          de philologie sur l'argot_, p. 430.]

          [Note 344: La rue des Trois-Portes, de même que celles
          du Plâtre et des Anglois, dont il vient d'être parlé,
          est voisine de la place Maubert; elle y aboutit même.
          C'est chez un des procureurs, alors assez nombreux, de ce
          quartier, que Voltaire fut quelque temps clerc en 1714.
          Il se nommoit maître Alain; il avoit son étude, non pas
          rue Perdue, comme l'ont dit l'abbé Duvernet et Lepan, mais
          _près les degrés de la place Maubert_, dans cette partie
          de la place qui va de la rue de la Bûcherie à la rue
          Galande, et qui s'appeloit alors rue Pavée-Saint-Bernard.
          C'est Voltaire qui nous donne lui-même cette adresse dans
          ses lettres à Mlle Dunoyer du 20 janvier et du 10 février
          1714. Thiriot étoit clerc dans la même étude; c'est là que
          Voltaire se lia d'amitié avec lui.]

          [Note 345: Tout bon ivrogne étoit de la _société du Cordon
          rouge_, tout fin gourmand de la _société du Cordon bleu_.
          On devine par là d'où vient le nom donné encore aux habiles
          cuisinières.]

En la mesme rue demeurent quatre autres personnages de mesme qualité,
qui sont aussi remarquables pour les cornes que ceux de la rue
Quinquempoix[346]. Il est vray que l'un d'eux se recompense d'un
autre costé, car, par artifice et contre le gré de sa femme, il
faict en sorte d'avoir de belles servantes, ce qui n'est pas tant
reprehensible qu'une sienne action toute recente envers l'un de ses
clercs. Je croy qu'elle luy fut inspirée par les furies infernales,
car, ayant faict trelantantan avec une certaine brunette, sa malice
affectée donna ordre que le pauvre clerc mist aussi fremin dans
le bissac, d'où s'ensuit la perfection d'une petite creaturette,
laquelle, venue avant terme à compter du jour que le niais avoit
esté leurré, l'on le fait constituer prisonnier, supposant contre
verité qu'il avoit fait ce dont il n'avoit peut estre fait qu'une
oreille[347], tellement qu'estant janne, il a fallu cracher au
bassin[348], et par ce moyen descharger monsieur le procureur en
son honneur et en ses biens. Or, compagnons, dictes-moy ce que vous
eussiez faict en cette rencontre. Vous avez du subject de vous faire
remarquer estonnez; pour moy, si on m'en avoit fait autant, j'en
aurois la raison ou je mourrois en la peine. Aussi ceste meschanceté
m'est-elle si odieuse que, si je continuois sur ce subject le fil
de mon discours, je m'asseure que j'entrerois en une invective
qui pourroit me causer une opilation de ratte. Pour esviter cet
inconvenient, continueray de cheminer en la mesme rue, où je fus
spectateur des actions de deux procureurs et de leurs femmes, qui
jouent au change à qui mieux mieux. Ce qui faict remarquer cela
plus drolle est la jalousie de l'une. Qu'elle le dissimule tant
qu'elle voudra, pour me l'oster de la fantaisie, il faudroit qu'elle
s'abstînt d'espionner si souvent, sur le pas de sa porte, les allées
et venues de son mary. Toutesfois ce n'est pas sans raison car c'est
grand pitié de frustrer une pauvre femme de son ordinaire. Je le juge
par moy-mesme, en ce que, quand je ne trouve rien à disner chez mon
maistre, cela me fasche fort.

          [Note 346: Il paroît décidément que cette pauvre rue
          Quincampoix avoit les maris trompés en partage. Tallemant,
          ayant eu à la nommer dans son _historiette_ de Scudéry,
          met en note: «On l'appelle aussi _la rue des Cocus_.»
          (Edit. in-12, t. 9, p. 146.) On la surnommoit encore rue
          des _Mauvaises-Paroles_. V. notre édit. des _Caquets de
          l'Accouchée_, p. 11.]

          [Note 347: Allusion au conte du _Faiseur d'oreilles_, que
          la 3e des _Cent Nouvelles nouvelles_ et le 11e des Contes
          de des Périers avoient popularisé bien avant La Fontaine.]

          [Note 348: Sur les indemnités que le père supposé de
          l'enfant devoit payer à la servante engrossée, V. notre t.
          1, p. 319-320, note.]

Cela n'est pourtant pas si esloigné de la raison qu'une autre action
d'un petit procureur crotté qui fait donner assez souvent un plat
de lentilles fricassées avec du vinaigre et le beurre resté d'un
plat de morue qu'il avoit mangé à son disner à deux clercs qui ne
manquent aucunement d'appetit, s'emancipans fort peu de visiter le
cabaret, et, en consequence d'un si bon repas, sans aucun relasche,
non pas seulement d'excrementer à loisir, les faict travailler toute
la nuict, tesmoing ces paroles addressées à un qui y avoit esté
trop longtemps à sa fantaisie: «Vous ne devriez pas revenir de ce
privé! J'ay grossoyé la moitié d'un inventaire sur un defaut depuis
que vous y estes. Il faut mettre au net les contredits d'un tel: je
veux les faire offrir demain en baillant.--Monsieur, respondit le
clerc, _ad impossibile nemo obligatur_. Il entend bien le latin,
et ne chante qu'en françois: il est neuf heures sonnées, les
contredits contiennent huict rooles de minute bien pressez: quand j'y
travaillerois toute la nuict, je n'en pourrois pas venir à bout.--Mon
amy, dit le maistre, au bout de l'ausne faudra le drap. Travaillez
tousjours et ne perdez point de temps. Si vous n'aviez pas yvrongné
tout le long du jour (le pauvre garçon n'y avoit point songé),
vous ne concluriez comme vous faictes à aller bien tost coucher.
Estes-vous plus grand seigneur que moy? Avant qu'estre parvenu à ma
charge, j'en ay bien faict d'autres! Ignorez-vous qu'au temps où nous
sommes on n'a point de bien sans mal?»

Je ne vous diray pas quelle fut la suitte de l'action, car sur
ces entre-faicts mon somme se termina: c'estoit sur le poinct que
l'Aurore s'ennuyoit de son decrepité jaloux. Lors le procureur que
j'avois quitté le soir, esveillé aussi matin qu'il s'estoit couché
tard, commença à crier: «Holà! ho! n'avez-vous pas encor assez dormy?
Je vay vous faire porter un bouillon.--Vous me feriez grand plaisir,
dy-je à basse voix; cela referoit un peu ma cervelle, qui a esté
ceste nuict excessivement travaillée en la consideration des actions
de vos confrères.»

Cest importun crieur, reyterant cest Holà! diverses fois, me
contraignit contre mon gré à lever ma teste de dessus le chevet,
non pas sans incommoder la profondité de ma pensée, en laquelle
repassoient les considerations sus dictes. Je m'habillay, faisant
le sault de l'Allemand, du lict à la table, car j'avois reservé
la veille quasi demy-septier de vin. Cela me rafraischit un peu.
Aussitost je descends en l'estude, non pas sans m'imaginer qu'il y
avoit quelque similitude de cette descente avec celle d'un qui seroit
envoyé aux enfers. Je me consolay sur la consideration qu'il faut
necessairement suivre ce qui nous est prescript par le destin et les
diverses vicissitudes de la fortune.



_La plaisante nouvelle apportée sur tout ce qui se passe en la guerre
de Piedmont, avec la Harangue du capitaine Picotin[349] faicte au duc
de Savoye sur le mescontentement des soldats françois._

_A Bezié, par Claude Moret._

1615, in-8.

          [Note 349: Le capitaine Picotin étoit sans doute un de ces
          aventuriers qui, pendant le chômage des guerres, alloient
          se mettre au service des petits Etats étrangers, notamment
          à celui des princes d'Italie, et leur prêtoient leurs
          secours mercenaires dans les querelles qu'ils avoient
          entre eux. Ainsi, c'est en France, que l'Italie du XVIIe
          siècle, bien différente de ce qu'elle étoit aux époques
          antérieures, se recrutoit de _condottieri_. Les financiers
          italiens, alors si nombreux à Paris, se chargeoient pour
          l'ordinaire de ces embauchements. Malherbe nous parle
          d'une affaire de cette espèce que le banquier Cenami, dont
          il a été question dans notre tome 3, p. 174, avoit ainsi
          montée pour le duc de Lucques: «Sennamy (_sic_) ayant fait
          offrir à MM. de Lucques de leur mener et nourrir, durant
          leur guerre contre le duc de Modène, trois cents hommes de
          pied, ils lui ont donné commission.» (_Lettre_ de Malherbe
          à Peiresc du 14 septembre 1613.) On finit par s'inquiéter
          à la cour de ces enrôlements, qui appauvrissoient la
          France de soldats. Louis XIII les défendit par les
          lettres-patentes du 22 septembre 1614, que nous avons
          déjà citées (t. 5, p. 217). C'est avant cette date que le
          capitaine Picotin avoit dû servir le duc de Savoie. Tout me
          donne à penser, en effet, que l'expédition pour laquelle il
          lui avoit mené sa compagnie est celle du Montferrat et de
          Mantoue, vers le milieu de 1613. Malherbe, dans sa _lettre_
          du 4 juin, appelle cette guerre «la chaleur du foie de M.
          de Savoie», sans doute parcequ'il s'y étoit jeté en affamé
          qui va tout dévorer; mais, la France, l'Espagne et les
          Vénitiens s'étant mis de la partie, il fallut bien qu'il se
          calmât et fît la paix. Le renvoi des compagnies mercenaires
          dut suivre de près. De là la plainte du capitaine Picotin.]


Çà, çà, çà, où sont-ils? A la guerre! à la guerre! Me voicy tout
prest à bien faire. A quoy tient-il qu'on ne m'employe? Vite, vite,
Picotin meurt de faim! une bonne table, une bonne cuisine! Qu'on se
depesche! j'ay plus d'envie d'escrimer des dentz que de jouer de
la picque. Mais quoy! j'ay beau dire, pour tout cela point de table
mise, point de cuysine qui fume, personne ne rinse des verres, point
de flascon, point de bouteille, rien; je ne vois que la campagne,
et me faut paistre de boire la poussière. Ha! pauvre Picotin, quand
j'estois ché le bon homme[350], je faisois chère de cavaliers, je me
faisois traicter en marchand et payois en soldat; et maintenant je ne
treuve pas d'eau fresche pour me gargariser la dent!

          [Note 350: Le paysan. V. plus haut, p. 53, note, et, sur
          les ravages des soldats dans les campagnes, notre t. 5, p.
          215, note.]

A! ventre sus ventre! tue! tue! tue! L'ennemy, voyant mes moustaches
relevez, fuira devant moy. _Guara, guara gli signor Picotin!_ Tu
seras maistre de Milan, tu mesureras le velours à la picque. Çà, qui
en veut achepter? Envoyez-moy des marchands, j'en feray bon marché.
Toutes les villes seront à toy, te voilà maistre du païs. Ha! les
belles _signore_ qui seront à ton commandement! A la guerre, à la
guerre, Picotin!

Mais je pensois puis après d'autre sorte. Où vas-tu, Picotin? Tu t'en
vas à la guerre, tu n'as point d'argent, on n'en reçoit point: comme
feras-tu pour t'entretenir et tes compaignons? Faudra se curer les
dents à la napolitaine: un peu de pain seulement, et bien souvent
point; tes souliers finis, faut marcher sur la chrestienté[351].
Nuict et jour, couché sus la dure, à la pluye, aux vents, aux orages,
l'ennemy en teste, il se faut battre; on tue, on estropie, l'on ne
regarde à qui l'on donne, l'on ne prefère personne. Que diable est
cela? Alte, alte, Picotin! je me donne à cinq cens mil pistoles des
plus belles et pesantes qui soient dans le Curial[352] de Madrid si
je vas à la guerre!

          [Note 351: C'est-à-dire sans semelle aux souliers, et par
          conséquent nu-pieds, comme les premiers chrétiens.]

          [Note 352: L'Escurial.]

Mais quoy! capitaine Picotin, tu as esté tousjours si vaillant,
jamais il ne t'a manqué de valeur, et maintenant que le grand
Turc veut attaquer les Maltois[353], perdras-tu courage? Nenny,
nenny. Où sont-ilz? Vitte une croix de Malte, un vaisseau prest,
que je m'embarque; despechons vitte: en trois coups à Malte, à
l'armée contre le Turc; prenons Tripoly, allons vite assieger
Constantinople[354]. Il est nostre. Courage! Rends toy, grand Turc!
Je le tiens prisonnier, prisonnier! Il est à moy. Donne-moy ton
cimeterre. Ha! le vilain! comme il pu! Il a chié en ses chausses de
la peur. Teste de Mahom! comme ces diables de Turcs fuyent! J'en veux
aujourd'huy plus tuer que jamais ne fit Oger le Dannois. Petardons le
serail, allons viste prendre ces sultannes. A la guerre, à la guerre!
Vive le capitaine Picotin, par mer et par terre!

          [Note 353: Ces projets d'expédition du sultan Achmet 1er
          contre Malte n'eurent pas de suite.]

          [Note 354: Toute expédition contre le Turc étoit très
          populaire en France; V. t. 5, p. 212. A la fin du règne
          de Louis XIII, ce fut un empressement général pour aller
          au secours de Candie, assiégée par l'armée ottomane.
          La chanson _Allons à Candie, allons_, couroit partout.
          Annibal Gantez, à qui Louis XIII avoit commandé une messe,
          ne manqua pas de faire chanter son _Kyrie eleison_ sur
          l'air de la belliqueuse chanson. Il étoit sûr d'être ainsi
          populaire et à la mode du premier coup.]

Ha! Picotin, où veux-tu aller? Ce n'est pas peu de faict de
t'embarquer. La mer a des grosses ondes: si une fois tu estois
enveloppé là dedans, il y a des poissons qui t'avalleroyent en
un mourceau, et te faudroit puis sortir par le trou du cul. Vive
ceux qui plantent des choux! ilz ont un pied en terre, et l'autre
pas guère loing[355]. Puis tu serois canonné, tu ne pourrois pas
retenir les balles de canon à ta main pour les renvoyer contre
tes ennemis, comme faisoit Gargantua, qui pour une nuict, ayant eu
tout le jour la teste pesante[356], treuva plus de dix mil grosses
balles d'artillerie dans ses cheveux. J'aymerois mieux faire comme
Cleopatre, qu'en se pignant tumboit des grosses perles precieuses,
qu'elle faisoit puis disoudre pour festoyer ce pauvre abusé de
Marc Antoine; puis tant d'incommodité, boire d'eau sale, manger le
biscuit, et bienheureux quelquefois qui en peut avoir; à la mercy
des vents et de l'eau, tous les jours et nuicts en crainte d'estre
attaquez de l'ennemy, qui sont gens rudes et infidelles. Ha! pauvre
Picotin, s'ilz te tenoient, ilz t'enchaîneroient, ilz te feroient
couper les couilles; ilz auroient autant de regretz de toy comme un
laquay d'un pety paté. Je n'en suis pas; non, non, je n'en suis pas.
Je vous rends vostre croix; je vous remercie, je ne veux pas estre
chevallier par eau: je vas planter des choux. _A Dio siaz._ Je me
donne à autant de doubles sequins comme il y a de grains de moutarde
dans un boisseau si j'y vas.

          [Note 355: «O que trois et quatre fois heureulx sont ceulx
          qui plantent choulx!... car ils en ont toujours en terre
          ung pied; l'aultre n'en est pas loing.» (_Pantagruel_, liv.
          4, ch. 18.)]

          [Note 356: _Gargantua_, chap. 37, _Comment Gargantua, soy
          peignant, faisoit tomber de ses cheveulx des boulets
          d'artillerie_.]

       *       *       *       *       *

_Harangue._

Voicy la troisième fois, prince très illustre, qu'ayant appellé à
vostre ayde le peuple courageux de France, vous l'avez congedié
à mains vuides: sy bien qu'à ce coup la pluspart de ces vaillans
capitaines et soldats qui, soubs l'ombre de voz banières, avoient
esperance de desnicher le superbe Espagnol de la Lombardie, se voyent
frustrez de leur attente; et moy entre tous les autres ay sujet d'un
extrême mescontentement, me voyant avoir employé tout mon peu de
pouvoir pour m'acquerir quelque petit coing en voz graces, me vois
à ceste heure reduit au petit point, l'escarcelle vuide d'argent,
pleine de vent; destitué de mes soldats, accompagné d'une trouppe de
chevaliers de l'hospital; bref, contraint de faire le demy-crucifix
et demander la passade aux païsans[357], desquels nous avons l'hyver
passé plaisamment plumé les poules. Ha! Picotin, quel tort fais-tu
à la France, à ta femme esplorée, à tes pauvres enfans! Que Vostre
Altesse regarde à ma pauvre famille, laquelle j'ay reduit à la
besace, ayant vendu tout autant de moyens qui me restoyent en fonds
pour m'equipper, soubs le pretexte de vostre service et l'asseurance
que j'avois de ne m'en retourner si à la legère et si peu chargé
des ducatons et soyes milanoises. Quittez, quittez, pauvres enfans
de Picotin, les pretentions que vous aviez de vous voir un jour fils
d'un mareschal de France, aggrandi par sa valeur martiale; allez,
allez, contentez-vous d'estre nez d'un serrurier ou crocheteur;
contentez-vous au son d'une lime sourde, non au bruyant fanfare de la
trompette; contentez-vous au battement des marteaux sur l'enclume,
non au tonnerre impetueux du canon. Mais quoy! grand prince, vostre
courage, qui ne s'est jamais mesuré en aucune de voz actions, se
laira-il maintenant r'accourcir et regler à l'aulne d'un bruit
vulgaire qui court parmy la France? Vrayement, j'ay appris qu'il se
dit coustumierement que vous estes fort charitable d'avoir en ceste
dernière guerre piedmontoise fait quasi autant d'hospitaux que de
capitaines françois ont suyvi voz estendards. Mais quelle charité,
faire des hospitaux sans les arrenter! Ce n'est pas tout: l'opinion
que nous avons conceu en general du peu d'estime qu'avez faict de noz
troupes, les ayant exposées à la furie de l'ennemy, a esté l'alumette
qui a mis le feu de mescontentement dans noz testes, qui en fument
encores; et prenez-vous garde que de ce feu ne naisse un embrasement
dans vostre estat que vous ne pourriez jamais esteindre avec toute
l'eau de l'Ocean, si ce n'est avec le payement et les gages deu à noz
compagnies. Qui ne croira à ceste heure que la fin de voz intentions
ne visoit à rien autre sinon à espuiser nostre France de gens-d'armes
pour en faire une boucherie, et vous en descharger par les mains de
voz adversaires? Pensiez-vous desarmer notre jeune monarque, affin
de l'exposer aux hostilitez estrangères? Non, vous ne rayerez jamais
du livre de la memoire publique ceste croyance, que vous avez trop
bien imprimée par les charactères sanglans de la deffaicte de huict
cens de noz compatriotes, les marques d'une infidelité que nous
pretendons sur Vostre Altesse, croyant que de guet-à-pand vous nous
avez vendu à l'ennemy. Sera-il dit, le permettrez-vous, illustrissime
seigneur, que la recompense de tant de genereux guerriers qui se
sont employez, au prix de leur vie, à la defence de vostre estat,
soit le seul mescontentement qu'ils remportent en leurs maisons?
Ce leur est oster l'esperance de jamais aller en vostre service,
les faire abhorrer ce brave desir qu'ils avoient de planter voz
armes victorieuses dans la citadelle de Milan, et vous rendre
reellement possesseur de voz pretentions. Somme toute, ce sera nous
coupper chemin de vous aller jamais favoriser par le port des armes
françoises, et à Vostre Altesse la voye de jamais passer à Milan.

          [Note 357: C'est-à-dire tendre une main pour demander
          l'aumône.]



_Le Carquois satyrique, par Antoine Gaigneu, Foresien_[358].

  Ridendo dicere verum quis vetat?

          [Note 358: Il n'est fait mention de ce poète que dans
          le curieux ouvrage de M. Aug. Bernard, _Les d'Urfé_,
          1839, in-8, p. 113. Il y est nommé Gagnieu. M. Bernard
          le cite comme figurant au nombre des Forésiens qui ont
          fait précéder de quelques petites pièces louangeuse les
          volume manuscrit d'Anne d'Urfé que possède la Bibliothèque
          Impériale (_Suppl. franç._, nº 183). Gagnieu, selon M.
          Bernard, étoit sans doute l'avocat du Roi «qui figura dans
          le conseil _anti-nemouriste_ tenu à Montbrison en décembre
          1592, chez Louis Berthaud. Son sonnet autographe se trouve
          aussi dans le gros volume manuscrit d'Anne.»]

       *       *       *       *       *

_A Monsieur Jean-Baptiste Palleron, Lyonnois._

Monsieur,

L'asseurance que j'ay en vostre amitié et courtoisie me faict esperer
que vous agreerez ces gaillardes poesies. Je les vous offre, comme à
celuy qui a toujours favorablement oeilladé tout ce qui est provenu
de ma muse. Outre que vous estes tellement ennemy de la melancolie
que ce Carquois ne vous peut estre desplaisant et ennuyeux, vous
pourrez voir et visiter toutes les flesches et traicts qui sont dans
iceluy en peu de temps. Ce peu de temps me fera beaucoup d'honneur
et de faveur, principalement si, le bien-heurant[359] d'une benigne
reception, vous me permettez de me publier à jamais,

  Monsieur,
               Vostre très humble et très affectionné serviteur.
                                                      GAIGNEU.

          [Note 359: Le favorisant. C'est le participe du verbe
          _bien-heurer_, qui se prenoit souvent dans le sens
          de favoriser, témoin ce passage d'Estienne Pasquier
          (_Recherches_, liv. 4, lettre 5): «Cette dame Raison, dont
          Dieu a voulu _bien heurer_ les hommes.»]

       *       *       *       *       *

_Le Carquois satyrique, contre les alchimistes et rechercheurs de
pierre philosophale._

STANCES.

    Enfans de la vaine science,
  Qui distillez vostre substance
  Et faictes fumer vostre bien,
  Cherchez autre philosophie,
  Car qui en cette-cy se fie
  Multiplie le tout en rien.
    Enfans de la folle esperance
  Qui dissipez vostre chevance[360]
  Pièce à pièce, comme en destal,
  Cherchez autre metaphysyque,
  Car qui à cette-cy s'applique
  Prend le chemin de l'hospital.
    Enfans de l'incertain Mercure[361],
  Qui, dans un jour, avez la cure
  De souffler cinq cent mille fois[362],
  Cherchez autre mathematique,
  Car qui en cette-cy pratique
  Boit dans une escuelle de bois.
    Enfans adorants l'alchimie,
  Qui dedans vostre academie
  Falsifiez l'or à tous coups,
  Cherchez autre metempsicose,
  Car qui en cette se repose
  Un jour sera mangé des pouds.
    Enfans de doctrine volage
  Qui consommez vostre heritage,
  Le plus beau bien tout le premier,
  Cherchez un autre art ou science,
  Car qui en cette a confiance
  Mourra tout nud sur un fumier.
    Enfans de la pure follie,
  Qu'ores la raison vous deslie
  De ce cordage trop pippeur;
  Rompez allambicqz et cornues;
  Que vos plaintes persent les nues,
  Disans: Mercure est un trompeur.

          [Note 360: _Fortune._ C'est le même mot que _finance_, qui
          est seul resté. V. plus haut, p. 86, _note_.]

          [Note 361: La planète de _Mercure_ étoit celle de
          l'inconstance. D'après Albert le Grand, dans ses _Secrets
          admirables_, c'est de là que venoient les maladies, les
          pertes, les dettes, enfin toutes sortes de maux. Aussi
          Molière fait-il dire par Mercure, dans le prologue
          d'_Amphitryon_:

               ... Je me sens par ma planète
               A la malice un peu porté.

          Joignez à cela que le _vif-argent_ étoit la substance
          sur laquelle opéroient surtout les alchimistes, et vous
          comprendrez qu'on les mette ici sous l'invocation de
          Mercure. Dans le _Traicté faict par le roi Charles IX avec
          Jean des Gallans, sieur de Pezerolles, promettant au dict
          seigneur roi de transmuer tous metaux imparfaicts en fin
          or et argent_ (5 nov. 1567), il est dit: «Promet le dict
          sieur de Pezerolles que dedans six mois après la datte de
          ces presentes que la matière par lui declarée aura esté
          mise en sa decoction et dans les vases à ce requis et en
          tel nombre qu'il plaît à sa majesté, qu'il monstrera la
          première preuve de transmutation de la dicte matière en
          _mercure mortifié ou vivifié_, et dans quatre mois après
          qu'il montrera aussi une seconde preuve de la dicte matière
          qui fera transmutation de metal imparfaict en or et argent,
          etc.» (Biblioth. imp., mss. du Puy, vol. 86, fol. 172.)]

          [Note 362: C'étoit le plus fort de la besogne des
          alchimistes, que pour cela l'on appeloit _souffleurs_
          encore à la fin du XVIIe siècle. Écoutez le Crispin des
          _Folies amoureuses_ (act. 1, sc. 5):

               Il ne s'en est fallu qu'un degré de chaleur
               Pour être de mon temps le plus heureux _souffleur_.]

       *       *       *       *       *

_Contre les astrologues qui se mêlent de predire les choses futures._

STANCES.

    Comme peux-tu, fol astrologue,
  Trop orgueilleux, superbe et rogue,
  Cognoistre la force des cieux,
  Leurs mouvemens et influance,
  Puisque ta belle suffisance
  N'est que d'avoir du sable aux yeux?
    Tu ne cognois pas, grosse beste,
  Alors que tu lèves la teste
  Pour voir les astres si souvent,
  Que tu tombes dans une fosse[363].
  Dieu! que ta science est bien fausse,
  Puis qu'elle te va decevant!
    Il convient que je t'accompare
  Au trop audacieux Icare,
  Qui tresbucha dedans la mer;
  Tu verras bien tost que tes aisles
  Fondront aux coelestes chandelles,
  Et que tu ne peux qu'abysmer.
    Tu trompes par ephemerides
  Les esprits de sçavoir cupides;
  Si le sort est bon ou mauvais,
  Tu crois de le pouvoir predire;
  Et comme au ciel pourrois-tu lire,
  Puisque tu ne le vis jamais?
    Tu ne vois ta follie extresme:
  Tu ne te cognois pas toy-mesme,
  Et tu veux sçavoir le futeur;
  C'est une chose imaginée,
  Ce qu'on appelle destinée,
  Car Dieu de nos maux n'est l'autheur.
    Insensé, ne crains-tu la chaisne,
  Le tourment, le mal et la peine
  De celuy à qui le vautour
  Le coeur mange, arrache et desvore?
  Puny plus griefvement encore
  On te pourra voir quelque jour.

          [Note 363: C'est la fable d'Ésope, _l'Astrologue_, reprise,
          comme on sait, par La Fontaine, liv. 2, fable 13. «Je sçais
          bon gré, dit Montaigne (_Essais_, liv. 2, chap. 12) à la
          garse milésienne qui, voyant le philosophe Thalès s'amuser
          continuellement à la contemplation de la voulte celeste et
          tenir toujours les yeux eslevez contremont, lui mit en son
          passage quelque chose à le faire bruncher, pour l'advertir
          qu'il seroit temps d'amuser son pensement aux choses qui
          estoient dans les nues quand il auroit pourveu à celles qui
          estoyent à ses pieds.» Montaigne cite ensuite ce vers que
          Cicéron, _De divinat._, liv. 2, chap. 13, dirige contre
          Démocrite:

               Quod est ante pedes nemo spectat, coeli scrutantur plagas.

          D'après une anecdocte que raconte le _Menagiana_ (Collect.
          des Ana, t. 1, p. 78), il paroîtroit que ce qui fait le
          sujet de ces fables arriva un jour réellement.]

       *       *       *       *       *

_Contre un certain bragamasque[364] subject au mal caduc et à la
pince_[365]

STANCES.

    Prestres qui vivez sainctement,
  Apportez le sainct sacrement,
  Auquel nous avons tous refuge,
  Et venez chasser Lucifer,
  Qui se veut bastir un enfer
  Dedans le corps d'un pauvre juge.
    Ce demon ennemy des cieux
  Luy rend si farouche les yeux
  Que de frayeur mon poil s'herisse;
  S'il ne plaict à Dieu l'en guerir,
  On ne verra jamais tarir
  Les gros ruisseaux de l'injustice.
    Voyez comme il grince les dents,
  Par le demon qui, au dedans
  Le bourrellant, faict qu'il se pame!
  Il s'allonge et roidit si fort
  Que je ne donne point de tort
  A ceux qui le jugent sans ame.
    Hé! prestres, venez, accourez,
  Ce pauvre juge secourez;
  Que vostre eau salubre le lave,
  Et n'oblyez le pain benit[366],
  A celle fin que l'aconit[367]
  Ne vienne à naistre de sa bave.
    Comme peut-il en ce bas lieu
  Estre l'image du grand Dieu,
  Ayant en soy le roy des vices?
  Il devient demon peu à peu;
  On n'esteindra jamais ce feu,
  Car il ayme trop les espices[368].
    Non, non, prestres, ne venez pas:
  En vain vous feriez tant de pas,
  Puisque ce demon le possède;
  Celuy-là qui s'est destiné
  Pour vivre et mourir obstiné
  N'a besoing de vostre remède.

          [Note 364: Sans doute faut-il lire _braquamasque_, ce qui
          seroit alors un dérivé de _braque_, mot qui, surtout dans
          le Midi, s'emploie pour _fou_, _insensé_.]

          [Note 365: C'est-à-dire au vol. C'étoit le mot en usage,
          comme on le sait par ce passage de Marot, dans son _Epitre
          au Roy pour avoir esté desrobé_:

               Car votre argent, trop debonnaire prince,
               Sans point de faute est subject à la _pince_.]

          [Note 366: On est encore persuadé dans quelques villes
          de province qu'en gardant les morceaux de pain bénit qui
          se distribuent le dimanche à l'église, on se donne un
          préservatif contre les maléfices. Aussi a-t-on bien soin de
          les laisser religieusement moisir dans le fond de quelque
          tiroir.]

          [Note 367: Cette herbe étoit née, disent les poètes, de la
          bave tombée de la triple gueule de Cerbère, quand Hercule
          lui étreignit fortement le gosier et l'arracha des enfers.
          (Ovide, _Metamorph._, liv. 7; Pline, liv. 27, ch. 3.)]

          [Note 368: Sur les épices donnés aux juges pour honoraires,
          voir t. 2, p. 179.]

       *       *       *       *       *

_Contre le fils d'un apothicaire qui vouloit estre coucu mal-gré la
volonté de tous ses parens et amys._

STANCES.

    Jour et nuict à sa dame
  Discourir de sa flame,
  Se dire son vaincu,
  L'appeller son idole,
  Bon Dieu! que de parole
  Pour devenir coucu!
    Inconstant en pareure,
  Couvert de biguarreure
  Comme un cameleon,
  S'habiller sans prudence,
  Bon Dieu! quelle despence
  Pour estre un Acteon!
    Emmieller sa maîtresse,
  D'une voix de liesse
  Chantant quelque chanson,
  Luy donner des ballades,
  Bon Dieu! que de gambades
  Pour estre un lymaçon!
    User de mille ruses,
  Espoinçonner les muses
  Contre un amant nouveau,
  Luy reprendre son vice,
  Bon Dieu! que de supplice
  Pour devenir toureau!
    Bref, s'aveugler soy-mesme
  D'une superbe estresme,
  Issu d'un souffle-cul,
  Ne voir point sa sottise,
  Bon Dieu! que de bestise
  Pour devenir coucu!

       *       *       *       *       *

STANCES.

_A certain goulu du tout ennemy des Muses et de Mars._

    Grand guerrier de cuisine,
  Très expert à la mine
  Et au faict du canon,
  Non contre quelque place,
  Mais contre une beccasse,
  Je chante ton renom.
    Grand guerrier, ton espée
  Est la broche trempée
  Au sang d'un lappereau,
  Ton bouclier est la poelle
  Où l'on a frit la moelle
  De quelque goudiveau.
    De tes armes le casque
  Est un bon double flasque[369]
  Plein de douce liqueur.
  Il faut qu'on t'y attache
  Du pampre pour panache
  En signe de vainqueur.
    La lardoire est la lance
  Qui faict voir ta vaillance
  Aux peaux des animaux;
  Ton eschelle guerrière
  Est une cremallière,
  Et les bancs tes chevaux.
    Tes petards sont marmites,
  Tes targues[370] lesche-frites,
  Tes balles oeufs moulets,
  Ton enseigne est la nappe;
  Tu sçais donner la sappe
  Aux perdrix et polets.
    Le mortier plein d'espice
  Est le tambour propice
  A trouver le vin bon;
  L'antonnoir de bouteille
  Le fiffre qui l'esveille
  A l'assaut du jambon.
    Ainsi, brave courage,
  Qui, vaillant au potage,
  Merites le laurier
  Que l'on met aux viandes
  Pour les rendre friandes,
  Tu es ce grand guerrier;
    Ce guerrier admirable
  Qui fait voir, redoutable,
  Estant dedans Paris,
  Vuides les boucheries,
  Caves, rostisseries;
  Et les flascons tariz.
    Guerrier au nom de beste,
  Ta plus grande conqueste,
  Mais tes plus grands esbats,
  Ce sont cave et cuisine,
  Et non pas Mnemosyne,
  Ou le dieu des combats.
    Apollon et Bellonne
  Estiment ta personne
  Autant qu'un vieux cheval.
  Ha! que ma pauvre muse
  Esprouvast une buse,
  Te donnant son travail!

          [Note 369: C'est le mot allemand _flasche_, bouteille;
          flacon en est le dérivé. Au XIIe siècle, le peuple disoit
          déjà _flaische_, d'après un manuscrit cité par Noël et
          Carpentier dans leur _Dictionn. étymolog._, t. 1, p. 598:
          «Dous vesselez pleins de vin ki del pople sont appeleit
          _flaisches_.»]

          [Note 370: _Targe_, bouclier.]

       *       *       *       *       *

SONNET LYRIQUE.

_A sa cruelle et rigoureuse._

  Belle et fière maîtresse,
  Source de ma douleur,
  Cause de mon malheur,
  Trop cruelle tygresse,
  Trop pleine de rudesse,
  Trop pleine de rigueur,
  Flesche de ma langueur,
  Poincte de mon angoisse;
  La seule vanité,
  La mesme cruauté,
  De tous mes maux l'escorte;
  La tombe de mes jours,
  Comète à mes amours,
  Que le diable t'emporte!

       *       *       *       *       *

EPIGRAMME ÉQUIVOCANTE

_Sur le nom et misère des poètes._

  Les muses qui m'ont amusé,
  Ou plustost qui m'ont abusé,
  A la fin trompent les poètes;
  Poètes amys de renom,
  On ne vous a donné ce nom,
  Que pour ce que pleins de pouds estes.

       *       *       *       *       *

_De quelques gentilhommeaux qui pour aller braves faisoient maigre
chère, et mouroient presque de faim._

  Tous ces petits gentilhommeaux
  Me font souvenir des tombeaux
  Qui ne sont beaux qu'en apparence:
  Car, pour avoir des beaux habits,
  Ils ne boivent à suffisance
  Et ne mangent que du pain bis[371].

          [Note 371: Comme ces pauvres gentilhommes de Beauce qui,
          dit Rabelais, «desjeunent de baisler et s'en trouvent fort
          bien, et n'en crachent que mieux». (Liv. 1, ch. 17.) Oudin
          dit aussi: «Gentilhomme de Beauce, qui vend ses chiens pour
          avoir du pain.» (_Curiosités françoises_, p. 249.)]

       *       *       *       *       *

_L'autheur prend congé des Muses, avec resolution de ne plus les
courtiser, puisqu'elles ne recompensent les poètes que de pauvreté._

    Non, non, je ne suis esbahy,
  Si je me vois ores trahy
  De vous, pucelles de Parnasse;
  Vous promettez beaucoup de bien,
  Mais vous ne donnez jamais rien
  Que sur la fin une besace.
    Je croyois que vos doux fredons
  M'enrichiroient de mille dons,
  Et des pouds seulement j'amasse;
  Par vous je pensois prosperer,
  Mais, las! je ne puis esperer
  Que sur la fin une besace.
    Vos chansons et vos instruments
  Ne sont que peines et tourments,
  Vostre malheur du tout m'embrasse.
  Vous donnez quelque passe-temps;
  Mais pour sallaire je n'attends
  Que sur la fin une besace.
    Je devrois me voir assouvy
  De biens, pour vous avoir servy,
  Et malheur sur malheur j'entasse.
  O! que maigre est vostre pouvoir!
  De vous on ne sçauroit avoir
  Que sur la fin une besace.
    Ovide pour vous fust banny,
  Et se vist rudement puny
  Pour avoir suivy vostre audace;
  Vous luy causates son mal-heur,
  Il n'eust de vous autre faveur
  Que sur la fin une besace.
    Homère, mignon d'Apollon,
  Avec son grave violon,
  Ne receut de vous autre grace
  Que de mandier en tous lieux.
  Que puis-je donc pretendre mieux,
  Que sur la fin une besace?
    Ainsi, belles et doctes soeurs,
  Pour avoir gousté vos douceurs,
  Je suis une horrible carcasse,
  Je suis la mesme pauvreté:
  Vous n'avez autre charité
  Que sur la fin une besace.
    Adieu doncques, Muses, adieu,
  Je n'iray plus en ce beau lieu
  Où je contemplois vostre face,
  Où vos lauriers je cherissois,
  Puisque de vous je ne reçois
  Que sur la fin une besace.



_L'estrange et veritable accident arrivé en la ville de Tours, où la
royne courroit grand danger de sa vie sans le marquis de Roüillac et
Monsieur de Vignolles. Le vendredy vingt-neufviesme janvier 1616._

_A Paris, chez Guillaume Marette, rue de la Parcheminerie, à l'image
Sainct-Martin._

1616. In-8.


Le vendredy 29 janvier, Sa Majesté ayant faict assembler le conseil,
où estoient messieurs le comte de Soissons et duc de Guise, monsieur
d'Espernon, messeigneurs le Chancellier, de Villeroy et autres
seigneurs conseillers d'Estat, pour adviser à ce qui se devoit
chanter pendant la conference et chercher les moyens les plus propres
pour la resolution de la paix[372], le plancher de la chambre où le
conseil se tenoit commença à fondre vers la cheminée, et petit à
petit la ruine croissoit au lieu où estoient messieurs le comte de
Soissons, d'Espernon, de Villeroi, Bassompierre, Biron, le marquis
de Villaine et plus d'une vingtaine de seigneurs de qualité. Elle
les emporta avec elle dans une salle basse, où à l'instant il
s'esmeut un grand bruit par ceux qui estoient dans l'antichambre
et dedans la basse court, pour ne sçavoir comme ce malheur estoit
arrivé. L'un crioit: Où est la roine? Un autre: Où est monsieur le
comte de Soissons? L'autre: Où est monsieur d'Espernon? Et, tous
l'espée haute, chacun parloit selon son sens et son affection;
et, pendant ceste grande rumeur, la royne se fust veue seule,
abandonnée, et en grand peril de sa vie[373], si le marquis de
Rouillac[374], le premier, ne fust couru à elle, et après luy
monsieur de Vignolles[375], lesquels, au lieu de faire comme les
autres, qui ne pensoient qu'à se sauver, preferant le salut de Sa
Majesté au leur particulier, aymans mieux mille fois mourir que si
il luy fust mesarrivé. Ceux qui demeurèrent blessez furent messieurs
d'Espernon[376], fort legerement toutesfois, lequel en cet etat
assista le premier et tant qu'il peut, monsieur le comte de Soissons,
messieurs de Villeroy, marquis de Villaines, et plusieurs autres,
sont demeurez davantage blessez[377]. Sa Majesté, pour ne se montrer
ingratte envers Dieu, qui l'avoit retirée de ce danger en faveur de
toute la France, s'en alla incontinent à l'eglise cathedralle luy
rendre actions de grace. Le peuple entendit comme miraculeusement
elle avoit esté sauvée, fit la mesme chose et d'extrêmes
contentemens: c'est ce que tous les vrais François doivent faire, sa
vie estant la conservation des nostres et de toute la France[378].

          [Note 372: Une négociation étoit commencée avec les princes
          mécontents, et la reine mère ne s'arrêtoit à Tours que pour
          gagner du temps et se rallier peu à peu ceux qui l'avoient
          abandonnée pour le prince de Condé.]

          [Note 373: Son fauteuil s'étoit trouvé heureusement placé
          sur une poutre qui tint ferme. (_Mém._ de Bassompierre,
          _Collect. Petitot_, 9e série, t. 20, p. 97.)]

          [Note 374: Neveu du duc d'Épernon. V. son _Historiette_
          dans Tallemant, édit. in-12, t. 9, et notre t. 4, p. 339.]

          [Note 375: V. sur lui plus haut, p. 118, note.]

          [Note 376: Il est dit dans l'_Abrégé chronologique de
          l'Histoire de France, pour faire suite à Mézeray_, 1727,
          in-12, t. 1, p. 180, que la reine mère s'empressa d'envoyer
          visiter tous les blessés, excepté M. d'Épernon. «Cette
          indifférence de Marie de Médicis à son égard, jointe à
          quelques autres sujets de mécontentement, l'obligea de
          quitter la cour, pour prévenir une disgrâce plus déclarée.»]

          [Note 377: Bassompierre fut du nombre, quoi qu'en ait dit
          M. Chalmel dans son _Histoire de Touraine_, t. 2, p. 448.
          «Je tombai, dit-il lui-même dans ses _Mémoires_, avec
          vingt-sept autres personnes ... Je fus blessé à l'épaule et
          à la cuisse, et eus deux des petites côtes enfoncées, dont
          je me suis senti depuis long-temps.» (Collect. Petitot, 7e
          série, t. 20, p. 97.)]

          [Note 378: Cet événement se passa dans l'hôtel bâti un
          siècle auparavant par Babou de la Bourdaisière, et qui
          étoit devenu l'hôtel des gouverneurs. (Chalmel, _Hist. de
          Touraine_, t. 2, p. 448.) Cette maison, qui servit depuis
          de prison, a été démolie. Elle étoit située dans la rue qui
          porte aujourd'hui le nom de Colbert.]



_Arrest notable donné au profit des Femmes contre l'impuissance des
Maris, avec le plaidoyé et conclusions de Messieurs les gens du Roy._

M.DC.XXVI[379]. In-8.

          [Note 379: Cette cause est du genre de celle que perdit si
          piteusement le marquis de Langey en 1659. Il ne manque,
          pour qu'elle soit de tout point semblable, que l'épreuve
          du congrès. Picot n'alla pas jusque là, mais le marquis
          la subit, sans toutefois parvenir à s'exécuter un peu
          virilement. Le scandale qui en résulta fut cause «qu'on
          abolit pour jamais l'épreuve du congrès, comme chose
          odieuse et incertaine». (_Faits des causes célèbres_, 1769,
          in-12, p. 43.)]


Catherine Moreau, âgée de trente et quarante ans ou environ,
espouze en seconde nopce François Picot, aussi âgé de trente huit
ans, avec lequel l'inthimée est mariée y a deux ans huict mois ou
environ, pendant lequel temps ladicte Moreau n'a eu aucune lignée du
deffendeur, de telle sorte que, se voyant du tout frustrée et hors
d'esperance d'avoir aucun enfant provenant du mariage passé entre
les parties, et aussi que, cela advenant, qu'elle pourroit avoir de
grandes contestations et desbats avec les parens de son mary (en
cas que Dieu voulût disposer de son dit mary le premier); sur telles
considerations, après une grande infinité de plaintes, ladite Moreau
auroit esté contrainte de faire citer pardevant l'officier[380]
d'Angers ledit Picot son mary, à celle fin de voir dire et ordonner
que, veu son impuissance, que le mariage cy-devant contracté par
l'advis et consentement des parens et amis de part et d'autre, et
passé en face de nostre mère saincte Eglise, seroit déclaré nul et
de nul effect, et permis aux parties de leur pourvoir ainsi qu'elles
verront bon estre.

          [Note 380: L'official. Le mariage étant à cette époque
          regardé comme un sacrement bien plus que comme un contrat
          civil, les procès pour cause d'impuissance étoient portés
          devant l'official, qui étoit un magistrat ecclésiastique.]

Sur lesquelles poursuites ledict Picot prolonge et esquive le plus
qu'il peut de comparoistre pardevant ledict official d'Angers,
sy bien que, se voyant condamné par coustumace à la demande de
l'inthimée avec les conclusions du promotheur à son advantage, il
auroit esté contraint de presenter requeste audict official, et par
icelle auroit remonstré que, pendant les poursuites et surprises
faictes par ladicte Moreau, sa femme, il auroit tousjours esté absent
de ladicte ville, ce qui auroit esté la seule cause qu'il n'auroit
faict aucunes responces aux pretendues demandes de ladicte Moreau,
et les conclusions de sa dicte requeste portant qu'il supplie ledict
official d'ordonner que le jugement par luy donné, comme il dit, par
surprise et souz de très faux donné entendre, soit déclaré nul, et
que les parties viendront au premier jour.

Sur la requeste ainsi presentée par ledict Picot au dict official,
souz les falacieuses allegations: car, pour montrer la Cour qu'elles
estoient comme dit est fallatieuses et mensongères (c'est que sauf
la correction et reverence d'icelle), ledict Picot n'estoit point
absent, comme il alleguoit par sa dicte requeste, veu que l'une des
citations a esté donnée parlant à sa personne.

Cependant, souz telle dissimulée parolle, ledict official auroit
ordonné, sur ladicte requeste, que les parties viendront plaider au
premier jour pardevant luy, pour sur icelle ordonné ce que de raison,
en refondant preuvent par ledict Picot tous et un chacun les fraiz
qu'auroit faict ladicte Moreau, desquels elle seroit au prealable
remboursée.

Picot rembourse donc lesdicts fraiz à sa femme, et viennent plaider
au fond de sa demande; soustient vives raisons qu'il est homme
parfaict (sçavoir par les choses dont est question entre les parties)
et qu'il est capable d'engendrer, et que, si la demanderesse n'avoit
sçeu avoir enfant, que cela ne provenoit nullement de sa faute et de
son impuissance, comme il estoit prest de verifier[381].

          [Note 381: C'étoit bien ce que soutenoit aussi le marquis
          de Langey. Une fois on le prit au mot, et il en fut pour sa
          courte honte, «La femme, par grâce, dit Tallemant, accorda
          au mari toute une nuit. Les experts étoient auprès du feu.
          Ce pauvre homme se crevoit de noix confites. A tout bout de
          champ, il disoit: «Venez, venez»; mais on trouvoit toujours
          blanque. La femelle rioit et disoit: «Ne vous hâtez point
          tant, je le connois bien.» Ces experts disent qu'ils n'ont
          jamais tant ri ni moins dormi que cette nuit-là ...»
          (_Historiettes_, 2e édit., t. 10, p. 200.)]

Sur ses allegations, ladicte Moreau remontre que tout ce qu'il
pouvoit dire et alleguer estoit, souz correction de la Cour, très
faux; que veritablement il estoit impuissant et incapable de mariage,
et que c'estoit un abuseur de femme, homme en apparence, et rien
plus, capable de donner subject à une femme jeune comme elle estoit
de faire de faux bons et bresches à son honneur, si elle n'estoit
pourveue d'esprit et mures considerations; voire que jusque là, pour
montrer et verifier que l'impuissance de lignée ne provenoit point de
la demanderesse, c'est que de son premier mary elle avoit eu trois
enfans, l'un desquels estoit encore vivant.

L'official d'Angers, sur les remonstrances faictes de part et
d'autre, ordonne que ledict Picot sera veu et visité tant par les
medecins que matrosnes, pour cognoistre la verité du faict, et,
attendu la preuve de ladicte Moreau, ordonne qu'elle passera outre à
sa demande, et à elle de faire continuer lesdictes poursuites.

Picot estant visité, tant par les medecins, chirurgiens, que
matrosnes, et recogneu impuissant d'avoir lignée, bien que la
demonstration estoit fauce, sur ce rapport l'official declare le
mariage nul et permet aux parties de se pourvoir ainsi que leur
semblera bon estre, et condamne ledict Picot aux despens.

De cette sentence le deffendeur se porte pour appelant et relevé
son appel de telle sorte que maintenant il plaira à la Cour de
considerer, par son judicieux jugement accoustumé, les justes
demandes de ladicte Moreau, et sur l'exemple de l'Emperiera
Pulceries, femme de l'empereur Marchian, laquelle, pour estre mariée,
ne perdit point sa virginité, ne fut pas femme en verité, mais de nom
seulement.

Disoit davantage que, si c'est une servitude très miserable qu'un
vieil mary, on devoit estimer que c'estoit le comble de tous les
malheurs d'en avoir un froid et languissant, glacé jusque à la moëlle
des os, qui ne peut rien faire de ce qu'il a promis à sa femme, comme
n'estant chose qui soit en sa puissance; qui contrefaict l'homme, et
ne l'est qu'en apparence et de gestes seulement, sous la couverture
de mariage.

Que c'est grande pitié d'espouser un homme, ou un estropiat, et à
plus forte raison celuy qui est plus froid que la neige par tous ses
membres,

  ... Cui minimus gelido jam corpore sanguis[382],
    Coitus cui longa oblivio: velsi;
  Coneris, jacet exiguus cum ramice nervus,
  Et, quamvis tota palpetur nocte, quiescit.
    ... Merito suspecta libido est
  Quæ venerem affectat sine viribus.

          [Note 382: Ces vers sont des débris mutilés et intervertis
          de la satire X de Juvenal, v. 204-217.]

Voilà quels estoient les plaidoyez de la demanderesse contre le dict
Picot, son mary.

Lesquelles raisons aportées par la dicte Moreau, comme l'appelant
estant aux foibles reparties du dict mary, qui seroient ennuyant
d'inserrer en ce petit discours, portèrent monsieur de Villiers, pour
lors advocat du roy, personnage admirable pour la grandeur de ses
vertus, et fit qui tourna les armes de sa grave eloquence contre le
mary.

Pour montrer qu'il devoit estre deboutté de son appel et de toutes
autres preuves pour fins de non recevoir, dict qu'il se fondoit sur
diverses raisons dont la première estoit que le mary avoit laissé
passer une grande longueur de temps de defini par l'Eglise pour
faire preuve de sa virilité, et par ce moyen sembloit avoir renoncé
à son droit et aux nopces de la demanderesse et recognoistre la
froideur naturelle, et conclut que le dit mariage soit declaré nul
et la sentence de l'official executée, et condamne le deffendeur
aux despens de la cause d'appel et à l'amende, pour avoir esté si
temerayre que d'avoir persisté en son impuissance.

La Cour, sur les plaidoyez des parties et conclusions de monsieur
l'advocat du roy, ordonna que, veu l'impuissance du dict Picot de
pouvoir engendrer lignée, que la sentence de l'official d'Angers
seroit executée de poinct en poinct selon la forme et teneur, et
permet à la dicte Moreau de se marier pour la troisiesme fois à qui
bon lui sembleroit; condamne le dict Picot, son second mary, en
tous les despens, et à deux cens livres parisis d'amende; le tout
nonobstant oppositions ny appellation quelconque, pour laquelle
amende le dict Picot seroit condamné au payement d'icelle tant par
saisie de ses biens que par emprisonnement de sa personne[383].

          [Note 383: Picot en appela-t-il? Je ne sais. Le marquis
          y alla plus bravement. «Au bout d'un an et demi, dit
          Tallemant, Langey prit des lettres en forme de requête
          civile pour faire ôter de l'arrêt la défense de se marier;
          mais le chancelier le rebuta en disant: _A-t-il recouvré de
          nouvelles pièces_? Sa seconde femme eut sept enfants. Il
          trouva qu'il y avoit là plus de preuves qu'il n'en falloit
          pour faire casser le premier arrêt. Il actionna donc M. de
          Boesse, devenu le second mari de sa première femme. Il
          perdit encore.]



_Satyre sur la barbe de monsieur le President Molé[384]._

          [Note 384: Cette mazarinade se trouve avec le titre qu'elle
          porte ici dans le _Tableau de la vie et du gouvernement
          de messieurs les cardinaux Richelieu et Mazarin_, etc.;
          Cologne, P. Marteau, 1694, in-12, p. 286-289. On la trouve
          imprimée à part sous le titre de l'_Illustre barbe_ D.
          C. en vers burlesques (S. l. n. d.), 4 pages, et sous
          celui-ci: _Poème sur la barbe du prem. presid._; Bruxelles,
          1649, 6 pages.--La barbe de Mathieu Molé étoit, en effet,
          très fameuse; le surnom par lequel on le désignoit souvent
          lui en étoit venu. «_Le visage de la cour_, dit Larroque,
          se moque de la _braverie_ (Châteauneuf) et du chien au
          grand collier (Seguier), disant que la _Grand'Barbe_ (Molé)
          ne fait le philosophe ni l'homme d'Etat, et que le vent lui
          souffle du derrière.» (Cité par M. Moreau, _Bibliographie
          des Mazarinades_, t. 1, p. 9.)]

  Je chante d'un chant satirique
  Une laide barbe cynique,
  La barbe et le menton barbu
  De Molé, juge corrompu;
  Barbe sale, barbe vilaine!
  Barbe infame, barbe inhumaine,
  Barbe qu'a fait un partisan
  Aux frais du pauvre paysan;
  Barbe affreuse, barbe maudite,
  Barbe d'un diable d'hypocrite,
  Barbe d'un infame Martin,
  Grand defendeur de Mazarin,
  Qui s'offriroit pour un ecu
  De serviette à torcher le cul;
  Barbe qui tout prend et devore,
  Barbe que tout le monde abhorre,
  Barbe ravalée en pendant,
  Barbe à qui je porte une dent,
  Barbe cruelle, barbe fière!
  Barbe que je souhaite en bière,
  Par tel et semblable danger
  Que le president Boulanger[385];
  Barbe qui voudroit voir la France
  En Grève, au bout d'une potence;
  Barbe pendante au vieux menton
  D'un avare et lâche poltron;
  Barbe de boue, barbe de chèvre;
  Barbe qui descend d'une lèvre
  Qui cache un ratelier de dents
  Plus puantes que souffre ardant;
  Barbe qui entoure une bouche
  Qui produit une voix farouche;
  Barbe qui pend le long d'un col
  A qui je souhaite un licol;
  Barbe qui couvre une poitrine
  D'où sort le mal qui nous ruine;
  Barbe d'un maudit loup-garoux
  Qui cause mon juste courroux.
  Tu sentiras, barbe de laine,
  Les traits plus piquans de ma haine;
  De laine, non, je me desdis:
  Il m'est permis, si j'ay mal dit,
  De me reprendre et de mieux dire.
  Disons donc mieux, et faisons rire
  Tous ceux qui ces vers ecriront[386],
  Ou ecrits après les liront.
  N'appelons plus barbe de laine
  Une barbe qu'avons en haine:
  Ce mot est trop doux pour celuy
  Qui s'engraisse du bien d'autruy;
  Qui, abandonnant sa patrie,
  Noircit sa memoire fletrie,
  Et, comme un lache renegat,
  Trahit son roy et le senat.
  Apellons-la barbe piquante,
  Du sang du peuple degoutante;
  Barbe plus fière qu'un griffon,
  Barbe du grand geant Tiphon;
  Nommons-la barbe de Megère,
  L'appentil de notre misère,
  Le fondement de nos malheurs
  Et la base de tous nos pleurs;
  Nommons-la barbe à l'escopette,
  Barbe qui fait notre disette,
  Barbe d'un pilote infernal,
  Barbe de crain d'un vieux cheval,
  Barbe de soie à porc farouche,
  Les brins faits en pointe de souche,
  En piquans d'herisson faché,
  De porc-epic effarouché,
  De chardons, de ronces, d'epines
  Qui piquent jusques aux racines;
  Barbe d'un laid et vieux magot,
  Barbe d'un traître et d'un bigot.
  Je voudrois, ô barbe vilaine!
  Que de merde tu fusses pleine;
  Que les mules et les mulets,
  Les poules et tous les poulets,
  Tous les chevaux et les cavales
  Des ecuries cardinales,
  Les chiens, les chiennes et les chats,
  Toutes les souris et les rats,
  Puissent sur toy, barbe bouquine,
  Barbe qui pue comme ravine,
  Jetter comme sur un fumier
  Tout ce qui sort de leur fessier;
  Que les poux, les puces et lentes,
  Morpions et punaises puantes,
  Fussent dedans ton poil epars
  Comme etrons dessus des remparts;
  Que les chancres et les ulcères,
  Plus venimeuses que vipères,
  Les pustules et les poulains
  Que l'on gagne avec les putains,
  Et tous les autres grains semblables
  Que les François prirent à Naples,
  Puissent tous affliger le corps,
  Tant par dedans que par dehors,
  De celuy, ô barbe bigote!
  Qui te cultive et te frotte;
  Qu'en tombant tu sois tôt ou tard
  Comme celle de Duremard:
  Ainsi, menton et barbe infame,
  Tu deviendras menton de femme:
  Je te souhaite encore plus,
  Et cecy n'est pas superflus,
  Que, si les choses souhaitées
  Etoient un jour executées,
  Tous les poils chus ou arrachés
  A un masque soient attachez
  Pour servir de bouffonne trogne
  Aux foux de l'hôtel de Bourgogne.
  C'est là, plutost qu'au Parlement,
  Que tu paroîtras dignement.

          [Note 385: Il faut, sans doute, reconnoître ici l'auditeur
          des comptes Le Boulanger, qui, frappé de plusieurs coups de
          baïonnette comme il sortoit de l'Hôtel-de-Ville, lors de la
          grande émeute de 1652, mourut peu de jours après. (_Mém. de
          Conrart_, Collect. Petitot, 2e série, t. 48, p. 151.) Ceci
          nous donneroit à peu près la date de cette pièce.]

          [Note 386: M. Moreau conclut avec raison de ce vers que
          cette mazarinade, comme bien d'autres, se répandoit par
          copies manuscrites.]



_Recit veritable de l'execution faite du capitaine Carrefour, general
des voleurs de France, rompu vif à Dijon, par arrest du parlement de
Bourgongne, le 12e jour de decembre 1622, avec un sommaire de son
extraction, vols, assassinats, et des plus signalées actions qu'il a
faits durant sa vie[387]._ In-8.

          [Note 387: Il est longuement parlé de ce voleur, l'un
          des plus fameux qu'il y eût au commencement du règne de
          Louis XIII, dans l'_Inventaire général de l'histoire des
          larrons_, liv. 2, ch. 7. «Ses compagnons, y est-il dit,
          ne l'appeloient que le Bohêmien, car il savoit toutes les
          règles du _picaro_, et il n'y avoit jour où il n'inventât
          de nouvelles souplesses pour les attraper.» Gouriet a aussi
          parlé de lui dans son livre: _Personnages célèbres dans
          les rues de Paris_, t. 2, p. 43-44, et nous connoissons
          une autre pièce ayant pour titre: _La prise du capitaine
          Carfour, un des insignes et signalés voleurs qui soient en
          France, arresté prisonnier ès environs de Fontainebleau,
          avec un abrégé de sa vie et quelques tours qu'il a faits
          ès environs et dedans la ville de Paris_, Paris, Jean
          Martin, 1622, in-8. Nous aurons à la citer dans les notes
          de celle-ci.]


Rien de plus furieux, de plus superbe ny de plus insolent qu'un homme
eslevé de la poussière: il gourmande le ciel, il depite les destins
et croit que les astres luy sont redevables de leurs influences. Ses
paroles sont foudres, ses regards des esclairs et ses deliberations
des arrests irrevocables; mais ce bravache maintien ne peut longtemps
durer: la violence est trop grande et les efforts trop furieux.
Sçachez, ô volleur, qu'il y a encore des Hercules et des Thesées
dans nostre France qui vous sçauront bien punir selon vos demerites.
Nous avons des acravanteurs[388] de monstres aussi bien que
l'antiquité. Puisque le capitaine est bas, la compagnie sera bientost
mise en deroute. Voicy où vous devez vous mirer et apprendre que tost
ou tard la justice se rend partie contre vos desportemens.

          [Note 388: Massacreurs. Sur le verbe _accravanter_, V. t.
          3, p. 230.]

Le capitaine Carrefour estoit un soldat de fortune natif d'un village
nommé Montigny-sur-Armanson, près Saint-Roque en Bourgogne, le père
duquel estoit boucher et le voulut employer au labourage dès sa
jeunesse; mais il le quitta et fit profession de porter les armes
et de frequanter la noblesse du pays, et, entre autres choses, il
se rendit fort expert à manier un cheval, ce qui luy donna libre
accez en plusieurs maisons de seigneurs et gentilshommes, qui luy
pratiquèrent un mariage avec une damoiselle fille d'un pauvre
gentilhomme nommé le sieur de Lantyl, demeurant à Bagarre, près
Auxerre, où ledit Carrefour a demeuré quelque temps en assez bonne
reputation, et acquist une petite maison proche le pont de Mailly,
qui avoit esté bastie par un gentilhomme nommé Vaudoisy. Enfin
ledit Carrefour fut gendarme de la compagnie de monseigneur le
duc de Lorraine, de laquelle le feu sieur de la Rochebaron estoit
lieutenant, qui recogneut les deportemens dudit Carrefour, lequel
menoit une vie de boëmien, comme il en avoit la vraye semblance, et
trompoit ordinairement ses camarades, qui ne se pouvoient garder
d'estre attrapez[389] de luy; dont ayant receu plusieurs plainctes,
ledit sieur de Rochebaron le manda en une sienne maison nommée
Rochetaillé, prez Langres, et, luy ayant remonstré ses mauvais
deportemens et que ses camarades en estoient offensez, après
l'avoir exorté de mieux vivre à l'advenir en une autre compagnie,
le congedia; ce qui fut cause que ledit Carrefour se rallia avec
de mauvais garnimens comme luy, et courut en Lorraine et jusques
proches de Francfort, où il fit plusieurs vols, et après se retira
en sa maison audit Mailly, où l'on tient qu'il apporta force argent;
et dès lors commença de mener un trin de gentilhomme. Mais la
noblesse de l'Auxerrois, qui recogneut bien que l'advancement dudit
Carrefour ne pouvoit provenir que de volleries, ne le voullurent
admettre en leur compagnie, qui fut cause qu'il s'acosta encores
plus que devant de bandolliers[390] et gens de sa sorte. Les
derniers mouvemens estans arrivez[391], il fut trouver feu madame la
duchesse de Nyvernois, de laquelle il tira subtilement quatre cens
pistoles[392] pour louer une compagnie de carabins[393] qu'il mit
sur pied, fort bien montez et esquipez; et, ayant eu son departement
au Chastel-Sensoy pour y tenir garnison, il en fut chassé par le feu
sieur de Collanges, qui tenoit rang de lieutenant en la province de
Nyvernois, lequel commanda audict Carrefour de se rendre à Nevers,
proche madicte dame, au lieu de quoy faire il se mit à piller et
ravager tout le païs de l'Auxerrois; et, comme madicte dame estoit
assiegée par l'armée du roy, conduitte par feu monsieur le marechal
de Montigny, elle despecha le sieur marquis de Gallerande pour aller
en Champagne trouver monsieur son mary[394], assisté de peu de
gens; et, craignant quelque rencontre à cause qu'il falloit passer
dans ledit païs de l'Auxerrois, il se fit assister dudit Carrefour,
avec dix ou douze de ses soldats, pour luy faire escorte huit ou
dix lieues. Mais ledit Carrefour fut bientost las: car, quand il
fut à une lieue de sa maison, il dit audit sieur marquis: «Mordieu!
je suis serviteur du roy, je vous fais mon prisonnier et vous veux
mener à la reyne-mère.» Dont ledict seigneur fut bien estonné et luy
fit plusieurs remonstrances que ledit Carrefour ne prit pour argent
comptant, ains le mena en sa maison audit Mailly, où il ne fut pas
vingt-quatre heures que ledit sieur de Collanges et la noblesse du
païs, qui tenoient le party des princes, s'assemblèrent au nombre de
trois cens chevaux, qui investirent ladite maison et se mirent en
devoir de la forcer; dont ledit Carrefour ne s'esmeut nullement, et
leur dict que, s'ils ne se retiraient, il poignarderoit ledit sieur
marquis et leur jetteroit du haut en bas de sa maison; et, craignant
qu'il n'executast ses paroles, ils furent contraints capituler avec
luy et luy promettre une grosse rançon pour ledit sieur marquis,
lequel il retint prisonnier jusqu'à ce qu'il l'eut receue; mais,
après que lesdits mouvemens furent lessez, ledit sieur marquis en
eust bien sa raison: car il luy fit faire son procez par contumace
et le fit condamner à estre pendu, et fit executer la sentence par
effigie à Villeneufve-le-Roy. Je ne vous dirai point tout ce que
ledit Carrefour a faict du depuis, parceque je n'en suis pas bien
informé; mais le bruit commun a esté partout que ledit Carrefour, qui
se faisoit nommer le baron de Mailly, a fait plusieurs vols et actes
meschans, tant sur les frontières que dedans le royaume mesme, en la
ville de Paris, où il se faisoit ordinairement suivre de cinquante
volleurs à qui il donnoit rendez-vous; et l'an 1621, au retour du
roy, on ne parloit que de volleurs en ceste ville, qui tous estoient
sous la conduite de Carrefour[395]. Il a esté cogneu à diverses
fois, mais il se desguisoit et n'estoit possible de l'attraper. Un
jour les archers du prevost des mareschaux le rencontrèrent dans la
forest de Fontainebleau desguisé en hermite[396] et luy demandèrent
s'il n'avoit eu aucun vent de Carrefour. Il leur dict qu'il sçavoit
où il estoit, et les mena fort avant dans le bois, où enfin ils se
virent investis de cinquante volleurs qui les poursuivirent jusqu'au
dehors de la forest. On n'entendoit parler que de Carrefour, et dejà
le tenoit-on pour un autre Guillery[397]. Ce bruit luy fit prendre
la fuite, et, se voyant couru de tous les prevosts des mareschaux de
France, il s'advisa de se retirer avec un nommé Chenevasson, dit La
Roche, soldat dudit Mailly, en la ville de Chambery en Savoie, où il
feignoit avoir des procez au Parlement; et parcequ'il avoit offensé
grand nombre de personnes d'authorité, il fut recommandé par tous les
pays estrangers voisins de ce royaume, où l'on envoya son tableau,
qui fut cause qu'un senateur dudit Chambery qui avoit la charge de la
police, ayant veu ledit Carrefour, eut opinion que c'estoit le grand
et insigne volleur dont l'on parloit tant en France; et, lorsqu'il le
vit promener sous la halle dudit Chambery avec un gentilhomme du païs
de Charolois qui s'y estoit refugié à cause d'un mariage clandestin,
ledit senateur, assisté des officiers de la police dudit Chambery,
le prist et l'arresta prisonnier[398]; et, l'ayant retenu quelque
temps, le parlement de Dijon en fut adverty, qui l'envoya querir et
fit apporter toutes les informations qui estoient faites contre ledit
Carrefour, tant à Auxerre, Vezelay que ailleurs, sur lesquelles et
autres crimes desquels il estoit chargé il a esté condamné à estre
rompu vif avec son vallet par arrest dudit Parlement, qui fut executé
le douziesme decembre dernier 1622, en laquelle execution ledit
Carrefour s'est montré resolu autant qu'il a esté pendant sa vie:
car, quoy qu'il eust grand nombre de complices, quelques adjurations
qu'on luy ait peu faire et remonstrances de son père confesseur,
il n'a voulu accuser aucun de sesdits complices, et dit qu'il se
contentoit de souffrir la mort et qu'il ne vouloit estre cause que
d'autres mourussent. Voilà l'abbregé de la vie et de la mort dudit
Carrefour.

          [Note 389: C'est ce qui est dit dans le passage de
          l'_Inventaire de l'histoire générale des larrons_ cité dans
          notre première note.]

          [Note 390: C'est le premier nom qu'on donna aux voleurs
          allant par _bandes_. Celui de _bandit_ vint après. Des
          Périers parle, dans ses contes, d'un certain Cambaire,
          fameux _bandoulier_ des environs de Toulouse, qui, comme
          Carrefour, avoit d'abord été bon soldat et s'étoit même
          acquis le «renom de vaillant et hardy capitaine», et qui,
          les guerres finies, s'étoit rendu «par depit et necessité
          _bandoulier_ des montaignes et environs». (_Nouvelles_ de
          Des Périers, p. 279, _Bibliothèque elzevirienne_.)]

          [Note 391: Les troubles de la régence de Marie de Médicis
          durant les années 1616 et 1617.]

          [Note 392: Pendant que le duc de Nevers, l'un des rebelles,
          tenoit en échec l'armée du roi devant Rethel, sa femme
          se préparoit à une vive résistance dans le Nivernois. De
          Nevers, où elle s'étoit surtout fortifiée, elle organisoit
          la défense, amassant des troupes, de l'argent, des
          munitions de guerre, et mettant dans son parti tous les
          gentilshommes de la province. On voit que tous les alliés
          lui étoient bons, puisqu'elle recherche ici l'aide du
          brigand Carrefour.]

          [Note 393: C'étoit une milice très décriée, où ceux qui
          servoient étoient moins soldats que bandits. D'Aubigné
          fait du mot _carabinage_ un synonyme de félonie (_Baron
          de Fæneste_, liv. 3, ch. 23), et l'on sait que Pechon
          de Ruby l'a glissé dans le titre de son petit livre sur
          les _matoiseries soldatesques_ et autres. Le Duchat veut
          reconnoître dans ces _carabins_ les soldats _calabriens_
          qui, en 1465, servoient dans l'armée des princes ligués
          contre Louis XI, et dont, selon la chronique _scandaleuse_,
          on faisoit déjà si peu de cas alors. Il en fut pris
          vingt-quatre, qui, menés sur le marché de Paris, y furent
          vendus sur le pied de 6 sous 6 deniers parisis la pièce.
          Tavannes, dans ses _Mémoires_ (Coll. Michaud, p. 74),
          veut, au contraire, que le mot _carabin_ soit un souvenir
          des croisades et vienne de _carra_ (soldat) et _bei_ (du
          Seigneur). Au XVIIe siècle, on appeloit par moquerie les
          chirurgiens _carabins de Saint-Côme_: V. _Théophraste au
          cabaret_, p. 19. Il ne reste plus que la première moitié
          de cette locution railleuse. C'est, avec le nom de la
          _carabine_, arme dont ils se servoient, tout ce qui survit
          des anciens _carabins_.]

          [Note 394: M. de Nevers étoit gouverneur de Champagne, et
          il en avoit mis les principales villes de son parti.]

          [Note 395: Ceci donneroit à penser qu'il étoit le chef de
          la bande des _Manteaux rouges_, dont nous avons déjà parlé
          souvent. V. t. 1, p. 198; t. 5, p. 194. «Il ne s'arrestoit
          jamais en un lieu, lit-on dans le petit livret sur sa
          _prise_; on l'a recogneu desguisé assez souvent dans Paris,
          qui s'enquestoit si on ne parloit pas de luy.»]

          [Note 396: Ce fait se trouve aussi raconté dans la _Prise
          du capitaine Carrefour_, etc.]

          [Note 397: Il y a en effet entre eux de grands points de
          ressemblance. V., sur Guillery, notre t. 1, p. 289, et le
          _Journal de L'Estoille_, fin septembre 1608.]

          [Note 398: Dans la _Prise du capitaine Carfour_, etc.,
          son arrestation est racontée tout autrement. C'est dans
          un cabaret des environs de Fontainebleau qu'on l'auroit
          saisi, après une rixe avec un gentilhomme languedocien qui
          se faisoit gloire d'appartenir au roi, et à qui le bandit
          auroit répliqué que lui, Carrefour, n'appartenoit qu'à
          lui-même. On en seroit venu aux mains, et Carrefour, saisi
          par les gens de la suite du Languedocien, puis reconnu par
          un des paysans accouru au bruit, auroit été livré à la
          justice. Le récit donné ici a plus de vraisemblance et doit
          être le seul vrai.]



_Brief dialogue exemplaire et recreatif entre le vray soldat et le
marchand françois, faisant mention du tems qui court, avec l'adieu à
la guerre._

_A Lyon, par Benoist Rigaud._

_Avec permission._ In-8.

M.D.LXXVI[399].

          [Note 399: La paix venoit de se faire avec les calvinistes.
          Un édit de pacification avoit été rendu à Paris et
          enregistré par le Parlement. C'étoit le cinquième
          qu'eussent obtenu les huguenots, et l'on pouvoit craindre
          qu'il n'eût pas de plus longs effets que les autres.]


LE SOLDAT.

Je voy venir deçà un homme à cheval portant la bougette[400], lequel
va beau train. Je pense que c'est un marchand. S'il eust esté
rencontré il y a trois mois, on luy eust bien serré les doigts, ou
bien il eust payé rançon[401]. Je parleray à luy: «Dieu vous gard,
Monsieur; où tirez-vous ainsi? Mais qu'il ne vous deplaise.»

          [Note 400: _La bourse._ V., sur ce mot, p. 9.]

          [Note 401: On lit dans la _Complainte des pauvres
          catholiques de la France et principalement de Paris, sur
          les cruautés et rançons qu'on leur a fait esprouver_
          (Recueil de L'Estoille):

                    LE PAYSAN.

                 Je parleray du camp
               Et des cruaultés grandes
               Des huguenots meschans
               Qui vont avec leurs bandes.
               Ils viennent dans nos granges,
               Aussi dans nos maisons,
               En prenant, chose estrange!
               Chevaux, boeufs et moutons.

                 Encor, n'estant content
               D'avoir nos biens et bestes,
               Nous lie et nous mettant,
               Nous bandent yeux et testes,
               Nous battent et nous moleste,
               Jurant et blasphemant:
               «Faut que rançon tu paye,
               Cent escus tout comptant.»]

LE MARCHAND.

Je m'en vay à Lyon.

LE SOLDAT.

Que faire là?

LE MARCHAND.

Traffiquer, puis qu'il a pleu à Dieu nous donner la paix, au moyen de
laquelle les passages sont maintenant libres.

LE SOLDAT.

Il faut, à mon advis, user en cest endroict de distinction, encores
que je sois soldat, et non pas dialecticien. Les passages sont
libres et ouverts par les villes, et non pas sus les champs: car
il se commet aujourd'huy beaucoup de massacres et brigandages sus
les pauvres marchands et voyageurs, et se faict beaucoup plus de
volleries en ce temps de paix qu'il ne se faisoit tandis que nous
avions la guerre.

LE MARCHAND.

Comment cela?

LE SOLDAT.

Je vous le diray. Sçavez-vous pas que Mars, dieu de la guerre et
cruaulté, se sert aussi aucunes fois et volontiers de ministres
barbares et cruels? De sorte qu'à ce propos l'on dit communement que
l'homme de bien qui abhorre le sang et est pourveu d'une parfaicte
humanité ne vault rien à la guerre. Ainsi donc pouvez-vous juger de
là que les meschans garnemens volontiers s'y retirent, et que la
guerre, où neantmoins se font les braves hommes, est ordinairement
la retraicte des voleurs[402], meurtriers et assassinateurs, pour
ce qu'en temps de guerre le marchand ne va plus sur les champs, et
que chacun se tient clos et fermé en sa maison; ce qui fait que les
meschans, ne trouvans plus aucunes pratiques, sont contrains aller à
la guerre? Que pensez-vous qu'ils facent maintenant, estant cassez?

          [Note 402: C'est ainsi, après les guerres, qu'on vit un peu
          plus tard paroître Guillery et sa bande. Ils se jetoient
          sur les marchands, qui, la paix étant signée, croyoient
          pouvoir aller en toute sécurité par les chemins. Selon
          L'Estoille (fin sept. 1608), «ils avoient pris pour devise,
          qu'ils avoient affichée en plusieurs arbres des grands
          chemins: _Paix aux gentilshommes! la mort aux prevosts
          et archers, et la bourse aux marchands!_ ce qu'ils ont
          réellement executé maintes fois, ayant tué tous les prevôts
          et archers qui etoient tombés entre leurs mains et devalisé
          les marchands.»]

LE MARCHAND.

Ils se retireront en leurs maisons, comme le roy commande[403].

          [Note 403: Beaucoup de gens de village qui s'étoient faits
          soldats ne vouloient plus, la paix faite, retourner aux
          champs. L'épée, à ce qu'ils pensoient, les avoit faits
          nobles, et, avec le travail, ils redeviendroient vilains
          comme devant. Il est parlé dans _le Paysan françois_, p.
          10, de plus d'un «qui avoit changé son coultre en une
          espée, et sa vache en une arcbuze, et se faisoient appeler
          l'un monsieur du _Ruisseau_, l'autre de la _Planche_, du
          _Buisson_, et tels autres surnoms et lettres de seigneurie
          de guerre, indices de leur première vacation».]

LE SOLDAT.

Je confesse bien que les bons se retireront chascun en leur domicile;
mais les maisons des autres sont les bois, où ils se mettent pour
destrousser et voiler les passans quand la guerre est faillie.

LE MARCHAND.

Vous voulez donc inferer de là que la guerre seroit meilleure que la
paix?

LE SOLDAT.

Encores que je soy soldat, si est ce qui n'est pas mon intention, car
je ne doute pas que la paix (comme j'ay ouy dire autres fois à mon
capitaine, homme vertueux et sçavant), à quelque condition qu'elle
soit, ne vaille mieux que la guerre; dequoy (pour n'avoir mon propos
besoin d'aucune preuve) je me rapporte à vous-mesmes et à tout homme
de sain jugement.

LE MARCHAND.

Voire; mais vous m'avez naguères, ce semble, voulu induire à penser
tout le contraire par les malheureux accidens qui surviennent
volontiers après la guerre.

LE SOLDAT.

Mais de tels accidens, la guerre mesme en est la cause, pour ce
qu'elle traîne une infinité de maulx à sa queue.

LE MARCHAND.

Vous la me faites ressembler au scorpion, qui porte le venin mortel
à la queue, dont luy-mesme est le preservatif et remède: car vous
m'avez dict qu'en temps de paix les voleurs se mussent[404] aux bois
et aux lieux propres à guetter les passans, et qu'en temps de guerre
ils se retirent au camp. Ainsi donc, la guerre oste en cet endroit
l'occasion de mal faire, de laquelle la queue est dangereuse quand un
camp est rompu et que les soldats sont debandez.

          [Note 404: Se cachent.]

LE SOLDAT.

Il n'y a rien plus certain, combien qu'il s'en trouve beaucoup de
bien nez, et ayans le coeur en bon lieu assiz, qui n'abusent pas de
la guerre, mais la suivent seulement pour faire service au prince,
et, quand les parties sont d'accord, s'en vont (comme j'ay dict) en
leurs maisons, l'un à un estat et vacation, l'autre à un autre, bien
que je confesse qu'il en demeure tousjours quelqu'un en chemin.

LE MARCHAND.

Pourquoy?

LE SOLDAT.

Pource qu'il fasche beaucoup à aucuns de se remettre à travailler
en leur mesnage après avoir gousté la licence de la guerre, et par
ainsi, venans en oubly d'eux-mesmes et se bandans les yeux de la
raison, se mectent à mal faire et ayment mieux voler et rober que
retourner en leur première subjection[405].

          [Note 405: Voir l'avant-dernière note.]

LE MARCHAND.

C'est pourquoy vous dites que la guerre ameine à sa queue tant de
maux et inconveniens?

LE SOLDAT.

Ouy.

LE MARCHAND.

Vous avez bien dit que ceux qui demeurent en chemin pour mal faire et
continuer leur licentieuse vie ont les yeux de la raison bandez, car
je sçay bien qu'il y a des gens de guerre signalez, lesquels n'ont
dedaigné de laisser l'espée et leurs autres armes pour prendre en
main les outils desquels ils gaignoyent leur vie avant qu'il feust
bruict de guerre.

LE SOLDAT.

Je le sçay bien, et à la verité je me retire en ma maison, vers ma
femme et mes enfans, pour en faire ainsi, combien que je ne sois des
signalez.

LE MARCHAND.

C'est très bien faict de vous en aller de bonne heure, avant que la
necessité vous presse, et de vous mectre en train d'exercer l'estat
auquel il a pleu à Dieu vous appeller. A ce propos, je veux vous
amener l'exemple d'un certain capitaine hardy et vertueux, et ayant
assez bien faict en ces dernières guerres, lequel (comme je disoy)
ne s'est, tant s'en faut, descogneu, bien qu'il feust en credit et
eust accoustumé d'estre richement habillé, que mesmes il n'a faict
difficulté de laisser le coutelas et la targe pour prendre les
instrumens de son mestier, et a adverty un mien amy qu'il estoit tout
prest de s'en servir toutesfois et quantes qu'on le voudroit employer.

LE SOLDAT.

J'ay autresfois esté à l'escole, et cognoy bien par l'histoire que
c'est là le propre d'un homme sage de s'accommoder au temps. Les
grands seigneurs rommains appellez à quelque expedition de guerre
n'en faisoyent pas moins lorsqu'ils estoyent de retour en leurs
maisons, car on lit que volontiers ils retournoyent au soc et à la
charrue, où ils avoyent esté trouvez devant embesognez par ceux qui
les alloyent querir à une si honorable charge.

LE MARCHAND.

O! que vous dites bien! Pleust à Dieu que chascun feust aussi advisé
que vous! Nous n'aurions que faire de craindre sur les champs et ne
serions pas tant en danger de tomber entre les mains des brigans que
nous sommes.

LE SOLDAT.

Celuy qui faict mal n'est jamais asseuré, ains tremble à la moindre
haleine de vent et au mouvement des feuilles des bois; il est
tousjours bourrellé en sa conscience, et cuide tousjours estre
suivy d'un prevost des mareschaulx, tellement que ce soucy luy sert
continuellement de gibet, lequel il ne peut quelque jour eviter; mais
celuy qui ne faict mal, qui ne sent sa conscience chargée d'aucun
meffaict, est ferme et asseuré comme le roc et va par tout la teste
levée, sans craindre d'estre repris de justice. Ainsi, tandis que la
guerre a duré, j'ay porté les armes, suivant le party auquel Dieu
m'avoit appellé. Maintenant que la paix est retournée visiter cette
pauvre France, je les vay pendre aux pieds de ceste deesse eu luy
tenant ce propos:

«O sacrée et heureuse paix[406], qui tant de fois as esté banie
de ce pauvre royaume tant desolé et affligé, tu sois la très bien
venue! chascun enjonche de belles fleurs le chemin par lequel tu
passeras, pour te faire honneur et pour cacher le sang dont tu sçais
bien que la terre est imbue et couverte. Qu'il te plaise faire en
cete terre eternelle demeure, et resister, par le moyen de la Justice
ta compagne, à tous ceux-là qui s'efforceront de te rompre: car, si
toutes deux estes unies, je voy la Guerre civile morte à jamais;
mais, si la Justice te faulce compagnie, je m'asseure que tu viendras
incontinent après à defaillir. Parquoy je te supplie de t'en tenir
près, à fin que tu sois honnorée et respectée de tout le monde, et
que nous voyons retourner en France comme ce premier aage d'or auquel
on vivoit en innocence et en abondance de tous biens; en esperance de
quoy, ô gracieuse Paix! j'appens à tes pieds toutes mes armes, pour
monstrer que je te veux obeir et vivre à jamais soubs ton bon plaisir
et commandement.»

          [Note 406: La prière du _Paysan françois_ à Henri IV, au
          sujet de la paix, n'est pas moins vive que celle de ce
          soldat. «C'est donc la paix, dit-il, p. 8, que je viens non
          pas vous demander, car nous l'avons, mais recommander, afin
          qu'elle soit longue en durée, profonde en repos, large en
          estendue; que ces charrues que vous voiez à vos pieds, par
          le moien des quelles vous et vostre peuple mangez du pain;
          ces houes par l'employ des quelles vous beuvez du vin,
          soient longuement et continuellement mises en action, sans
          estre converties et appliquées à autres usages qu'à ceux
          pour les quels elles ont esté charronnées et forgées. Prou
          de temps a passé au quel ces coultres ont esté esmoulus en
          épieux, ces socs en hallebardes; un autre est venu, par le
          bonheur et justice de vos armes, auquel ces mesmes espieux
          et hallebardes doivent retourner en socs et en besches.»]

LE MARCHAND.

Mais aussi direz-vous pas à Dieu à la Guerre?

LE SOLDAT.

Je luy veux dire en ceste façon: «O cruel Mars! duquel j'ay
longuement suivy les enseignes, desployées à la perte et ruine de
ce pays de France, à jamais te puissay-je dire à Dieu! A Dieu ta
cruaulté, à Dieu ta barbarie, que tu dois plustost aller exercer
contre les infidèles payens que contre nous! Contente-toy de
la mort de cent et cent mille hommes, des prises, saccagemens
et bruslemens de tant de villes, de chasteaux et bourgades, des
desmolitions des temples, violemens de femmes et vierges, des rapines
et brigandages faicts en ce pays, et te retires à jamais loing de
nous! Ta detestable cruauté est si grande que chascun est saoul de te
supporter. Va-t'en avec Discorde, ta soeur et compagne, soliciter les
Turcs infidèles à faire la guerre les uns aux autres, et nous laisse
jouyr en repos et tranquillité de la paix tant desirée. Puisses-tu,
ô Dieu de cruauté! estre à jamais bany de la France, et, s'il faut
que quelque jour tu t'en approches, ce soit pour la deffence et
manutention d'icelle contre l'estranger qui la voudroit assaillir,
grever et molester, non pas à la ruine et destruction d'icelle,
comme tu as faict. Par ce moyen, l'ecclesiastique vivra en paix, le
senateur fera justice, le marchand traficquera, le laboureur sèmera
son champ, et l'artizan fera son mestier hors de tout soupçon et
inconvenient.»

LE MARCHAND.

Vrayment, vous parlez en vray soldat et homme de bien. Dieu me face
la grace de trouver souvent telle rencontre!

LE SOLDAT.

Vous priez bien, car (comme nous avons dit) il faict dangereux sur
les champs, et principalement à ceux qui vont seuls comme vous. Atant
feriez-vous bien d'attendre en la prochaine ville quelque compagnie
à fin d'aller seurement.

LE MARCHAND.

Je le feray.

LE SOLDAT.

Je prie à Dieu qu'il vous veuille conduire.

LE MARCHAND.

Et vous aussi. A Dieu.



_La Musique de la taverne et les Propheties du cabaret, ensemble le
Mespris des Muses._


Lorsque l'on met la nappe sur la table avec assiettes et serviettes,
c'est l'ouverture du livre.


_Pour les Notes._

Si la nappe n'a point servy, c'est une blanche.

Si la maistresse n'est pas trop blonde, c'est une noire.

Si la servante est boiteuse, c'est une croche.


_Pour les Mesures._

Si la pinte est pleine, c'est plaine mesure.

Si quelque alteré en entrant estrangle trois verres de vin sans
manger, c'est mesure triple.


_Pour les Tons._

Si le valet apporte un pot quy ne soit pas plein, on luy donne rafle
de cinq: c'est une quinte.

Si le vin qu'il apporte n'est pas bon, c'est un sol.

S'il en apporte d'autre quy ne soit meilleur, c'est un fa.

Si le maistre, montant en hault, veult discourir, on luy faict
reprendre son vin, c'est ré, ut.

Si, par après, quelqu'un en apporte de bon, c'est la, my.

Si quelqu'un, faisant semblant d'aller coucher, au lieu de son lict
prent celuy de sa servante, c'est une feinte d'Isis[407].

          [Note 407: On appeloit _feinte_ le demi-ton. _Isis_ est
          l'un des meilleurs opéras de Quinault et de Lulli. Il fut
          joué en 1667, ce qui peut donner à peu près la date de
          cette pièce.]


_Pour les Clefs._

Lorsqu'on est sur la servante, l'on y entre par B dur ou B carre, et
l'on y travaille par nature, et l'on en sort par B mol.


_Le reste de la Musique._

Si le valet, estant fasché, donne sur les oreilles à quelqu'un avec
un pot de deux pintes, c'est une quarte.

Si celuy qu'il a attrapé courant après luy tombe sept ou huict
degrez, c'est une octave.

Si quelqu'un est yvre, s'il se couche sur un lict et dort deux ou
trois heures, c'est une pause.

Si, après estre reveillé il ecorche le renard[408], c'est une
diminution.

          [Note 408: Cette locution, dont il reste encore quelque
          chose dans le plus bas langage, se trouve déjà dans
          Rabelais, liv. 2, chap. 16, et dans le _Baron de Fæneste_,
          liv. 4, chap. 18.]

Lorsque l'on est bien saoul et que le ventre est si bien tendu qu'on
pourroit tuer un pou dessus, c'est l'unisson.

Lorsque l'on vient à compter, si le maistre demande cent et qu'on ne
luy en veuille donner que soixante, c'est un contre-point.

Si le maistre veult argent comptant et qu'on n'en aye point, ce sont
les soupirs.

Si deux ou trois, craignant de laisser le manteau, prennent la
fuitte, ce sont les fugues.

Si l'hoste descend et crie dans la rue après ceux qui fuyent: «Au
voleur! au voleur! arrestez! Ils m'emportent mon bien!» c'est la
dernière note, quy est plus longue que toutes les autres.

       *       *       *       *       *

_Le Mepris des Muses._

  Nous perdons temps de retiver[409].
  Amis, il nous faut festiver!
  Voicy Bacchus quy nous convie
  A bien mener une autre vie!
  Laissons là ce fat d'Apollon,
  Chions dedans son viollon.
  F.... du Parnasse et des Muses!
  Elles sont vieilles et camuses;
  F.... de leur sacré ruisseau,
  De leur archet, de leur pinceau
  Et de leur verve poetique,
  Que j'appelle ardeur frenetique!
  Pegase, enfin, n'est qu'un cheval
  Quy ne nous faict ny bien, ny mal,
  Et quy le suyt et luy faict feste
  Ne suit et n'est rien qu'une beste.
  Voyez comme il pleut au dehors!
  Faisons pleuvoir dans nostre corps
  Du vin. Tu l'entends sans le dire,
  Et c'est là le seul mot pour rire.
  Chantons, dansons, faisons du bruict!
  Beuvons icy toute la nuict,
  Tant que demain la belle Aurore
  Nous trouve tous à table encore,
  Sans avoir sommeil ny repos!
  Fayet[410], icy nos pauvres os
  Seront enfermez dans la tombe
  Par la Mort, sous quy tout succombe
  Et quy nous poursuit au galop.
  Las! nous ne dormirons que trop!
  Prenons de ce doux jus de vigne.
  Je voy Revol quy se rend digne
  De porter ce dieu dans son sein.
  Dieux! comme il avalle ce vin!
  Bacchus! quy vois nostre desbauche,
  Par ton sainct pourtraict que j'ebauche
  En m'enluminant le museau
  De ce traict que je boy sans eau,
  Par ta couronne de lierre,
  Par la splendeur de ton grand verre,
  Par ton eternelle santé,
  Par ton sceptre tant redouté,
  Par tes innombrables conquêtes,
  Par l'honneur de tes belles festes,
  Par ton maintien si gracieux,
  Par tes attribus specieux,
  Par tes haults et profonds Ansthères[411],
  Par les furieuses panthères,
  Par ton bouc paillard comme nous,
  Par ce lieu si frais et si doux,
  Par ton jambon couvert d'espice,
  Par ce long pendant de sausisse,
  Par ce vieux fromage pourry,
  Bref, par Gillot[412], ton favory,
  Reçois-nous dans l'heureuse troupe
  Des francs chevaliers de la coupe,
  Et, pour te monstrer tout divin,
  Ne la laisse jamais sans vin.

          [Note 409: C'est-à-dire faire les _rétifs_, regimber
          contre le plaisir. Estienne Pasquier s'est servi de cette
          expression dans le Pourparler de la loy, et l'on trouve
          _retiveté_ pour humeur rétive dans la XVe des _Sérées_ de
          G. Bouchet.]

          [Note 410: Peut-être faut-il lire Faret. Ce qui me le
          feroit croire, c'est que nous trouverons plus loin un autre
          des amis de Saint-Amant, Gilot.]

          [Note 411: Je ne sais ce que signifie ce mot. Il a rapport,
          sans doute, aux dyonysiaques ou _anthesterides_, fêtes de
          Bacchus-Antheus.]

          [Note 412: C'est de lui que Saint-Amant a dit dans sa pièce
          de _la Vigne_:

               Vray Gilot, roy de la desbauche.

           (_Oeuvres de Saint-Amant_, édit. elzevirienne, t. 1, p. 169.)

          Il le nomme aussi dans une _chanson à boire_, ibid., p.
          181.]

       *       *       *       *       *

_Chanson à boire._

      Celle que j'ayme a tant d'appas
  Et tant de doux attraicts pour être caressée
      Que, ma foy, je ne voudrois pas
  Pour une autre beauté l'avoir jamais laissée.

      Quand je la voy, je me sousris,
  Je la mets sur le cul et je lève la teste,
      Je la mignarde et la cheris,
  Elle souffre toujours que je lui fasse feste.

      Soit qu'elle soit blanche d'humeur,
  Ou qu'elle aie la couleur d'une vermeille rose,
      Toujours d'une même rumeur
  Elle va m'aigayant, et jamais ne repose.

      Quand je la tiens entre mes bras,
  J'agence un chose long dans une fente rouge,
      Et, sans la mestre entre deux draps,
  J'en prens mille plaisirs, jamais elle n'en bouge.

      Que si l'adresse me desfault,
  Elle semble m'ayder et soulager ma peine;
      Elle lève le cul si hault
  Qu'elle me faict aller jusques à perdre haleine.

      Je la baise et rebaise après
  En joignant dextrement ma bouche sur sa bouche,
      Et je la serre de si près,
  Que tout son petit trou avec le mien se bouche.

      Cinq ou six coups je faics cela,
  Roide, prompt et hardy, sans que je m'en degouste;
      Elle ne dict jamais Holà!
  Tant que j'aye tiré à la dernière goute.

      Que s'il me reste encor du coeur,
  Comme je fus vaillant à ce doux exercice,
      Ou qu'elle manque de liqueur,
  Je vay au changement sans qu'elle entre en caprice.

      Car, lassé de ces doux esbats,
  Pendant qu'en ce beau jeu je la baise et me joue,
      Souvent elle me jette en bas
  Et me montre le cul, auquel je fais la moue.

      J'ayme mieux, pour passer mon temps,
  De ces grosses dondons aux humeurs bien remplies;
      Ces petites sans passe-temps,
  Estant seiches trop tot, me semblent moins jolies.

      Faictes tous l'amour comme moy;
  Beuvons, chantons, rions: la bouteille est remplie.
      C'est estre ladre, sur ma foy,
  De ne pas la vuider, la voyant si jolie.

       *       *       *       *       *

_Autre chanson à boire._

    Quy vit jamais une rigueur pareille
  A la rigueur que je souffre en aimant?
  Un feu me brusle et me va consumant,
  Et, si je n'avois ma bouteille,
  Je fusse mort il y a vingt ans.

    J'ay beau souffrir et plaindre ma malaise,
  Philis pourtant est pleine de rigueur,
  Elle se plaist à nourrir ma langueur;
  Mais ma bouteille, je la baise
  Et m'arrose de sa liqueur.

    Doy-je cherir cette douce inhumaine,
  Ou preferer à ses roses et ses lis
  Celle qui tient mes maux ensevelis?
  Ah! pour toy je laisse Philis.


FIN DU TOME SIXIÈME.



TABLE DES PIÈCES

CONTENUES DANS CE VOLUME.


   1. Les estranges et desplorables accidens arrivez en divers
      endroits sur la rivière de Loire et lieux circonvoisins par
      l'effroyable desbordement des eaux et l'espouvantable
      tempeste des vents, le 19 et 20 janvier 1633. Ensemble
      les miracles qui sont arrivez à des personnes de qualité
      et autres qui ont esté sauvées de ces perilleux dangers.       5

   2. Le feu royal, faict par le sieur Jumeau, arquebusier
      ordinaire de Sa Majesté.                                      13

   3. Histoire veritable du prix excessif des vivres de la
      Rochelle pendant le siège.                                    23

   4. La grande propriété des bottes sans cheval en tout temps,
      nouvellement descouverte, avec leurs appartenances,
      dans le grand magazin des esprits curieux.                    29

   5. Les estrennes de Herpinot, presentées aux dames de
      Paris, desdiez aux amateurs de la vertu, par C. D. P.,
      comedien françois.                                            41

   6. Harangue de Turlupin le souffreteux, 1615.                    51

   7. Sommaire traicté du revenu et despence des finances de
      France, ensemble les pensions de nosseigneurs et dames
      de la Cour, escrit par Nicolas Remond, secretaire d'Estat.    85

   8. Quatrains au roy sur la façon des harquebuses et pistolets,
      enseignans le moyen de recognoistre la bonté et
      le vice de toutes sortes d'armes à feu et les conserver
      en leur lustre et bonté, par François Poumerol, arquebusier. 131

   9. Zest-Pouf, historiette du temps.                             167

  10. Catechisme des Normands.                                     173

  11. Edit du roy portant suppression des charges de capitaines
      des levrettes de la chambre du roy.                          181

  12. Histoire veritable de la mutinerie, tumulte et sedition
      faite par les prestres Sainct-Medard contre les fidèles,
      le samedy XXVIIe jour de decembre 1561.                      185

  13. Les choses horribles contenues en une lettre envoyée à
      Henry de Valois par un enfant de Paris le vingt-huitième
      de janvier 1589.                                             201

  14. Le Cochon mitré, dialogue.                                   209

  15. Stances sur le retranchement des festes, en 1666.            245

  16. Le Pont-Breton des procureurs.                               253

  17. La plaisante nouvelle apportée sur tout ce qui se passe
      en la guerre de Piedmont, avec la harangue du capitaine
      Picotin faicte au duc de Savoye sur le mescontentement
      des soldats françois.                                        279

  18. Le Carquois satyrique.                                       287

  19. L'estrange et veritable accident arrivé en la ville de
      Tours, où la royne couroit grand danger de sa vie sans
      le marquis de Rouillac et de M. de Vignolles, le vendredy
      vingt-neufviesme janvier 1616.                               303

  20. Arrest notable donné au profit des femmes contre
      l'impuissance des maris, avec le plaidoyé et conclusion
      de Messieurs les gens du roy.                                307

  21. Satyre sur la barbe de M. le president Molé.                 315

  22. Recit veritable de l'execution faite du capitaine
      Carrefour, general des voleurs de France, rompu vif à
      Dijon le 12e jour de decembre 1622.                          321

  23. Brief dialogue, exemplaire et recreatif, entre le vray
      soldat et le marchand françois, faisant mention du temps
      qui court.                                                   329

  24. La musique de la taverne et les propheties du cabaret,
      ensemble le Mepris des Muses.                                341

       *       *       *       *       *

[Notes au lecteur de ce fichier numérique:

Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées. L'orthographe de l'auteur a été conservée.

Les lettres supérieures unusuelles sont encadrées de parenthèses.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Variétés Historiques Et Littéraires (6 / 10) - Recueil de piéces volantes rares et curieuses en prose et en vers" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home