Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Variétés Historiques et Littéraires (7 / 10) - Recueil de pièces volantes rares et curieuses en prose et en vers
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Variétés Historiques et Littéraires (7 / 10) - Recueil de pièces volantes rares et curieuses en prose et en vers" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



  VARIÉTÉS

  HISTORIQUES

  ET LITTÉRAIRES

  Recueil de pièces volantes rares et curieuses
  en prose et en vers

  _Revues et annotées_

  PAR

  M. ÉDOUARD FOURNIER

  TOME VII



  À PARIS

  Chez P. JANNET, Libraire

  M.DCCCLVII



_Manifeste et predictions des plus veritables affaires qui se doivent
passer en France cette année 1620, par le sieur de la Bourdanière[1],
grand mathematicien._

_A Paris, jouxte la coppie imprimée à Lyon, par Robert Marie,
imprimeur et libraire. 1620._

_Avec permission._ In-8.

          [Note 1: Grand faiseur de _bourdes_. On jouoit volontiers
          sur ce mot. «Monsieur L. D. S., lit-on dans _l'Esprit de
          Guy-Patin_, p. 278, turlupinoit quelquefois contre son
          fils, qu'il reconnoissoit pour un insigne menteur, en lui
          disant que, quelque part qu'il allât, il étoit toujours
          dans la rue des _Bourdonnois_, que sa canne lui sembloit
          un _bourdon_, et qu'il croyoit l'avoir fait à _Bourdeaux_
          plutôt qu'à Paris; il rioit ensuite après ces dictons, et
          personne ne rioit que lui.»]


Cette année 1620, Saturne sera retrograde, Mercure inconstant, et
un tas d'autres planettes n'yront selon la volonté de plusieurs:
dont pour ces causes les cordiers iront à reculon; les aveugles
ne verront que bien peu, ou rien; les sours oyront fort mal; les
muets ne parleront guère; les riches se porteront un peu mieux que
les pauvres, et les sains mieux que les malades; plusieurs moutons,
beufs, pourceaux, oyseaux, poules et canarts mourront, et ne sera si
cruelle mortalité entre les singes, renars et dromadères; vieillesse
sera incurable cette année, à cause des années passées; ceux qui
seront pluretiques auront grand mal au costé; ceux qui auront mal au
ventre yront à la selle persée.

Les cathères descendront du cerveau ès membres inférieurs; le mal
des yeux sera fort contraire à la veüe; lors reignera une maladie
bien horible et redoutable, maligne, perverse et espouvantable,
et malplaisante, laquelle rendra le monde bien estonné, et dont
plusieurs ne sauront de quel bois faire flèche, et bien souvent
composeront en ravaserie, sillogisant en la pierre phillosophale et
ès aureilles de Midas. Je tremble de peur quand j'y pense, car je dy
qu'elle sera epidimiale; et l'appelle Averrois faute d'argent[2].

          [Note 2:

               Faute d'argent est douleur non pareille.

          Sur ce refrain, V. notre t. 5, p. 224.]

L'avoine fera grand bien aux chevaux. Il ne sera guère plus de lard
que de pourceaux.

Mercure nous menace de quelque peu de persil[3], mais ce nonobstant
il sera à pris raisonnable. De bled, de vin, de fruitage et legumage,
on en aura assés, si les souhaits des pauvres gens sont ouys. Il y
aura force poissons en la mer, force estoiles au ciel, force sel en
Broüage[4].

          [Note 3: Il y a ici quelque jeu de mot, peu à l'honneur du
          dieu voleur, sur le verbe _pesciller_ ou _perciller_, qui
          en argot signifie _prendre_.]

          [Note 4: On sait que nos meilleurs marais salants sont
          autour de Brouage, dans la Basse-Saintonge.]

Sur l'esté sera à redoubter quelque règne des pusses. Italie, Cicile,
Romanie, Naple, demeureront où ils estoient l'an passé; les marchans
profiteront s'ils ne perdent. En Angleterre, Escosse, Hibernie, le
vin leur sera autant sain que la bierre, pourveu qu'il soit bon et
friant.

Au printemps vous verrez plus de fleurs qu'en toutes les trois autres
saisons. En esté je ne sais quel vent courera, mais je sçais bien
qu'il doit faire chaut et regner vent marin; toutefois, si autrement
arrive, ne faudra se desesperer. Beau fera se tenir joyeux, et boire
frais. En automne on vendengera, ou devant, ou après, ce m'est
tout un pourveu qu'ayons bon vin en abondance. Il se faut garder
en automne des arrestes de poissons, et aussi de poison; en hiver,
selon mon petit entendement ne seront sages ceux qui venderont leurs
fourrures pour acheter du bois. S'il pleut, ne vous en melancolizés:
tant moins aurez-vous de poudre par les chemins. Sur tout tenés vous
chaudement et redoutés les catherres; beuvés du meilleur, attendant
que l'autre amendera. A cecy devés ajouster foy, car j'ay si bien
par si devant consideré les planettes que j'ay apris de faire les
plats nets, en mangeant tout, ne laissant rien. Escoutés donc ce qui
sensuit:

C'este année y aura éclipse de bource, et si le vent ne soufle
il y aura grande mortalité de poux à l'hospital; ceux qui yront
souvent aux champs humeront plus de vent que d'huistres; les chapeaux
monteront sur les testes; les pierres seront dures. Il y aura ceste
année plus d'eau que de vin; n'y aura rien plus froid en hiver que la
glace, en esté rien plus chaut que le feu.

Ceste année les uns tiendront longtemps scillence; il sera bon de
faire plus provision d'argent que de foin; car, encore qu'il soit
bien cheir, si est que toutes les bestes n'en mengeront point. Il y
aura grande guerre entre les chiens et les lièvres, entre l'eau et le
feu; ceux qui boiront devant la soif seront alterés.

Les vierges ne donneront leurs tetins aux enfans. Les fleurs
precederont les fruicts aux arbres.

Les boureaux serviront de rubarbe aux larrons qui seront constipés
du ventre. Il fera bien froid quand il gellera; plusieurs medecins
seront dangereux ceste année, d'autant qu'il changeront R en D: au
lieu de RECIPE mettront DECIPE. Les goutteux se porteront mieux des
dents que des jambes; l'on ne prendra point les ecrevisses en l'air.

Ceste année l'apetit s'en ira en mangeant et la soif en beuvant. Il y
aura ceste année plus de bestes que de picotins d'avoine. Il coutera
la vie à ceux qui mourront ceste année. Vous serés contents (s'il
vous plaist, Messieurs) de ceci; car, si je disois tout ceste année,
ce seroit plus de la moitié.



_La Faiseuse de Mouches_[5].

          [Note 5: Nous trouvons cette pièce dans la _quatriesme
          partie_, p. 54-63, du _Recueil de pièces en prose les plus
          agreables de ce temps, composées par divers autheurs_.
          Paris, _Ch. Sercy_, MDCLXI, in-12.--La _faiseuse_ dont
          il s'agit ici est sans doute celle chez qui il étoit de
          bon ton d'aller se fournir, et qui se trouve vantée dans
          le dernier couplet d'une chanson sur les _mouches_ que
          Tallemant cite dans son _historiette_ du P. André (1re
          édit., t. 3, p. 326):

               Mais surtout soyez curieuse
               Et difficile au dernier point,
               Et gardez de n'en porter point
               Que de chez la bonne faiseuse.

          Sur cette mode, on peut lire la note 368e du _Palais
          Mazarin_.]

       *       *       *       *       *

_Lettre à N._

Vous serez peut estre surprise de recevoir une lettre de la part
d'une fille que vous ne visitez jamais et qui n'a l'honneur de vous
connoistre que par reputation; mais, en verité, nous autres personnes
du grand nom, et personnes extraordinaires, ne devons pas nous
attacher aux maximes vulgaires, et ne sommes pas nez pour estre
esclaves de ces petites formalitez que le commun observe. Aussi ay-je
voulu m'en affranchir en cette rencontre; et, connoissant desjà votre
belle humeur et votre bonté, j'ay cru que vous ne seriez pas faschée
que la bonne faiseuse de mouches prist la liberté de vous écrire
et de vous en envoyer de sa façon. J'appris mesme, il y a quelque
temps, que quelques uns de vos galants de Toulouse en avoient donné
à mademoiselle votre soeur sans vous en faire part, et je ne sceus
pas plus tost cette nouvelle que je resolus de vous en envoyer de
plus belles et de meilleures que les siennes, car nous en avons à
tout prix et pour toute sorte de gens. J'en ay en mon particulier de
toutes les façons,

  Pour adoucir les yeux, pour parer le visage,
  Pour mettre sur le front, pour placer sur le sein,
      Et, pourveu qu'une adroite main
      Les sçache bien mettre en usage,
      On ne les met jamais en vain.
      Si ma mouche est mise en prattique,
      Tel galant qui vous fait la nique,
  S'il n'est aujourd'huy pris, il le sera demain;
  Qu'il soit indiférent ou qu'il fasse le vain,
      A la fin la mouche le pique.

Au reste, Mademoiselle, ne vous imaginez pas que mes mouches ne
soient differentes que par la taille ou par la figure; elles ont
en particulier des qualitez qui les font distinguer les unes des
autres; et je vous adverty que parmy celles-ci l'on y trouve de
fines mouches, et que toutes ensemble ont l'inclination des abeilles,
qui ne se posent d'ordinaire que sur des fleurs. Cependant, pour ne
pas faire un grand discours sur un pied de mouche, et pour venir à
ce qui est de plus important en cette matière, il faut que je vous
apprenne qu'entre celles que je vous envoye, les longues se doivent
mettre au bal[6] le plus souvent, parcequ'elles paroissent et se
plaisent davantage au flambeau. Les plus grandes et les plus larges
sont vraies mouches de cours, et pour les lieux d'où l'on les voit de
loin, car elles portent 30 ou 40 pas, pour le moins, et vont attaquer
un homme à la portée d'un pistolet. Nous en remarquons encore
d'autres par dessus toutes, fort petites et coquettes à merveille, et
celles-là sont vraies mouches de ruelle, qui ne tirent qu'à brusle
pourpoint, et qu'on doit mestre en jeu quelque jour de collation ou
de feste. Il ne dependra maintenant que de vous d'en tirer l'usage
qu'il vous plaira; je veux pourtant vous apprendre à vous en servir
avec succez quand il vous prendra fantaisie de saisir un coeur dans
un moment, ou le prendre d'assaut, s'il faut ainsi dire.

          [Note 6: Les mouches _rondes_ étoient les plus vantées. On
          les appeloit _assassins_. On lit dans la chanson que cite
          Tallemant:

               Vous auriez beau être frisée
               Par anneaux tombant sur le sein,
               Sans un amoureux _assassin_
               Vous ne serez guère prisée.

          Les hommes eux-mêmes en portoient: «Il sera encore permis
          à nos galants de la meilleure mine de porter des mouches
          rondes et longues.» (_Les lois de la galanterie_ 1644,
          édit. Aug. Aubry, p. 18.)]

      Prenez une mouche de bal
      Avec deux mouches de ruelle,
  Renoncez un moment à vostre humeur cruelle;
  Quand le galant viendra, radoucissez vos yeux;
      Lors, d'un ton de voix gracieux
  S'il dit qu'il meurt d'amour, et qu'il mourra fidèle,
  Répondez en biaisant, flattez un peu son mal;
      Que s'il parle encor de son feu,
      Taschez de paroistre resveuse,
      Et, pour deguiser vostre jeu,
      Contrefaite la serieuse,
      Dites: Les hommes sont trompeurs,
      Ils sont fins et bien dangereux;
      Ils feignent d'estre malheureux,
      Pour tromper une malheureuse;
      Mais une fille est sans excuse
      Quand elle croit ces imposteurs!
      Que si pour lors le galant jure
      Qu'il n'est ny menteur ny parjure,
  Qu'il ne feint pas les maux qu'Amour luy fait souffrir,
      Sans vous faire tirer l'oreille,
      Dites-lui, divine merveille,
      Que le temps peut tout decouvrir.
      Cependant, blamez l'inconstance,
  Dites qu'un vray galant est un tresor de prix;
  Au reste, donnez-luy quelque douce esperance,
      Et tenez celui-là pour pris.

Cependant je viens de m'adviser, Mademoiselle, que je sème des
vers, parcy, par-là, dans une lettre que j'avois resolu d'ecrire en
prose; mais n'importe, puis que j'ai commencé, j'ai envie de ne pas
me contraindre et de vous envoyer pour le moins autant de vers que de
prose: car aussi bien, quand la fantaisie en prend, on ne sçauroit
s'empescher d'en faire. Je vais donc vous conter une histoire en
rimes; elle est de mon mestier, et vous apprendra d'où sont venuës
les mouches et qui en inventa l'usage. Mais avant toutes choses je
vous proteste que c'est un grand secret et un grand mystère, que je
n'ai encore revélé à personne. Quand vous l'aurez sceu, je vous prie
de n'en faire confidence à qui que ce soit qu'à Mademoiselle votre
soeur.

      Ecoutez, fille divine,
  Je vous apprendray l'origine
  De ces mouches que vous portez;
  Que vous autres, rares beautez,
  Mettez si souvent en usage
  Pour embellir vostre visage.
  Ce dieu redouté des humains,
  Qui fait toujours mille desseins
  Contre la liberté des hommes,
  Mit en vogue, au siècle où nous sommes,
  Toutes ces belles mouches-là,
  Et voici comme tout alla:
    Un jour, près de Venus, sa mère,
  Et faute de meilleure affaire,
  L'Amour, sans dire un pauvre mot,
  Chassoit aux mouches comme un sot;
  Si qu'enfin la belle déesse,
    En se moquant de sa jeunesse,
  Luy dit: «Arreste-toy, fripon,
  Et fais quelque chose de bon!»
  Mais certes elle eust beau luy dire,
    Le badin ne fit qu'en rire,
  Et toujours aux mouches chassa.
  Venus le vit et s'en fascha,
  Et, comme la chose la touche,
  Ayant, comme on dit, pris la mouche,
  Voulut luy donner sur les doigts,
  Mais il esquiva, le matois!
  Et, pour eviter la colère
  De sa maman, sut si bien faire,
  Qu'il lascha du creux de sa main
  Une mouche dessus son sein.
  Cette mouche à peine fut-elle
  Sur le sein de cette immortelle,
  Que l'on vit, dans le même instant,
  Qu'il en parut plus eclatant,
  Comme, quand un sombre nuage
  Cache le ciel par son ombrage,
  A l'entour de ce corps obscur
  Le ciel prend un nouvel azur,
  Et, rehaussé par son contraire,
  Brille d'une façon plus claire.
  Venus, dans ce ravissement,
  Benit ce bienheureux moment,
  Et fut tout-à-fait satisfaite,
  Car elle n'a rien plus en teste
  Et ne s'occupe tous les jours
  Qu'à chercher de nouveaux atours.
  Elle fit cent douces grimaces.
  Mais Dieu sait! quand une des Graces,
  Qui se trouva là par hazard,
  Luy dit que jamais aucun fard
  Ne sçauroit la rendre plus belle
  Que cette invention nouvelle.
  Pour lors, se tournant vers l'Amour:
  «Je veux te payer ce bon tour,
  Luy dit-elle, et, pour récompence,
  Deux tourterelles d'importance
    Seront aujourd'huy le prix
  De cette mouche icy, mon fils.
  --J'aurai donc deux tourterelles?
  Dit l'Amour en battant des ailes;
  Attendez, je veux faire mieux.»
  Lors, de ses doigts industrieux
  Découpant une étoffe noire,
  Il fit, si l'on en croit l'histoire,
  Mille mouches sans se lasser,
  Puis aussy tost les vint placer,
  Une près de l'oeil de sa mère[7]
  (La chose icy n'est pas bien claire
  Si ce fut le gauche ou le droit);
  Il en mit encor dans l'endroit
  Où vola la première mouche,
    Sur les temples[8], sur la bouche[9],
  A costé du nez[10], sur le front[11],
  Sur les joues[12], sur le menton.
  Cependant la trouppe celeste,
  Apercevant Venus si leste,
  Mit des mouches pour l'imiter.
  Junon, pour plaire à Jupiter,
  En mit autant que Venus mesme.
  Pallas eut un desir extresme
  D'en mettre sur son front guerrier
  Et d'abandonner le laurier.
  Quand à Mars, pour plaire à Cyprine,
  Il en orna sa bonne mine,
  Et, depuis, en porta toujours
  Une fort grande de velours[13].
  Aussy tost, les beautez mortelles
  En ayant appris des nouvelles,
  Voulurent en mettre à leur tour
  Sous le bon plaisir de l'Amour.
  D'abord qu'elles furent connues,
  Il sembloit qu'il en plût des nues;
  La moindre bourgeoise en portoit,
  Et la soubrette s'en paroit,
  Comme eust pu faire une princesse,
  Car c'estoit la belle ajustesse[14];
  Enfin tout le monde en voulut,
    Et tout le monde en eut[15].

          [Note 7: La mouche collée près de l'oeil s'appeloit _la
          passionnée_.]

          [Note 8:

               Portez-en à l'oeil, à la _temple_,
               Ayant le front chamarré,
               Et sans craindre votre curé
               Portez-en jusque dans le temple.

          Les hommes portoient «l'emplastre noire assez grande sur la
          _temple_, ce que l'on appelle l'enseigne du mal de dent;
          mais pour ce que les cheveux la peuvent cacher, plusieurs
          ayant commencé depuis peu de la porter au-dessous de l'os
          de la joue, nous y avons trouvé beaucoup de bienséance et
          d'agrément. Que si les critiques nous pensent reprocher que
          c'est imiter les femmes, nous les estonnerons bien lorsque
          nous leur respondrons que nous ne scaurions faire autrement
          que de suivre l'exemple de celles que nous admirons et
          adorons.» (_Les loix de la galanterie_, p. 19.)]

          [Note 9: Au coin de la bouche, c'étoit _la baiseuse_; sur
          les lèvres, _la coquette_.]

          [Note 10: Sur le nez, c'étoit _l'effrontée_.]

          [Note 11: _La majestueuse._]

          [Note 12: Au milieu de la joue, _la galante_; sur le pli de
          la joue en riant, _l'enjouée_.]

          [Note 13: C'est l'emplâtre dont il est parlé dans l'une des
          précédentes notes.]

          [Note 14: _Parure._ «Elle estoit tousjours quatre heures à
          sa toilette à compasser son _ajustesse_.» (_Contes de la
          reine de Navarre_, nouv. 36e.)]

          [Note 15: Tout le monde en eut, si bien que dans une
          mazarinade, _Maximes morales et chrétiennes pour le repos
          des consciences dans les affaires présentes_, etc., 1649,
          in-4., il est dit qu'on voit «abbés frisés, poudrés, _le
          visage couvert de mouches_, tous les jours dans un habit
          libertin parmi les cajoleries des Cours et des Tuileries.»]



_Les plaisantes ruses et cabales de trois bourgeoises de Paris,
nouvellement decouvertes; ensemble tout ce qui s'est passé à ce
subject._

M.DC.XXVII[16]. In-8.

          [Note 16: Je suis porté à croire que cette pièce a beaucoup
          de ressemblance avec celle qui a pour titre: _Le voyage
          raccourci de trois bourgeoises de Paris, avec leurs ruses
          et finesses, nouvellement découvertes par leurs maris_;
          Paris, veuve du Carroy (vers 1618), in-8 de 24 feuillets.
          Malheureusement, je n'ai pu la retrouver pour faire la
          comparaison.]


En ce petit discours, tout mon but n'est point de traicter de matière
qui puisse ennuyer le lecteur, ains tout au contraire, mon desir
n'est que de reciter chose qui luy puisse apporter toute sorte de
contentement, comme estant de soy le subject assez bastant de chasser
toutes sortes de melancolies, et d'autre part capable de faire estime
des femmes sages et prudentes et d'en faire chois parmy celles qui
s'abandonnent aux vices, comme vous pourrez entendre de la caballe
et ruze de trois notables bourgeoises de ceste ville de Paris,
desquelles, pour le respect de leurs alliances et pour ne les point
scandaliser, j'en tairay le nom, me contentant seulement de discourir
de ce qui s'est nouvellement descouvert touchant leurs ruzes et
subtilitez.

Il n'y a celuy qui ne sache que parmy le sexe feminin il se trouve
des femmes lesquelles, souz l'apparence d'une simplicité dissimulée,
font souvent glisser d'aussi bons tours que plusieurs autres; c'est
donc sous cette fausse apparence que les trois bourgeoises dont je
veux discourir ont peu jusques à present tromper tous ceux qui ont
par cy devant jugé les tenir au rang de celles qui se gouvernent
selon Dieu dans la prudence et la sagesse.

Il est donc question de ces trois bourgeoises. S'estant trouvées
à ces Rois derniers en une certaine compagnie, dans laquelle se
trouvèrent aussi des jeunes hommes, assez capables d'attirer les
dames et de leur user de la courtoisie, de telle sorte (comme c'est
la coustume) que, venant de propos à autre, ils entrèrent avec
mes dames les bourgeoises si avant des termes et des advenemens
de l'amour, que, par les charmes amoureux de ces jeunes champions
de Venus, elles vinrent, après toutes les considerations qu'elles
pouvoient concevoir dans leurs fantastiques esprits, à consentir aux
intentions de ces nouveaux courtisans.

De telle sorte que, pour mettre en execution les desirs de leurs
volontez, elles firent eslite d'un lieu propre pour le subject,
qui fut designé et accordé de part et d'autre; et, pour parvenir
à leurs desseins, mes dames les bourgeoises, d'un commun accord,
estant d'une mesme partie, obtindrent de leurs maris permission,
pendant ceste octave des Rois derniers, d'aller à des nopces près
de Senlis[17], desquelles par supposition elles s'estoient faict
prier; et, pour tant mieux jouer leurs rolles, sçachant bien que
les uns et les autres ne pouvoient quitter la maison, supplièrent
infiniment leurs maris de leur vouloir tenir compagnie, pour autant
que c'estoient mariages de leurs plus proches parens.

          [Note 17: Il se trouve dans les _Caquets de l'accouchée_,
          p. 217, une histoire à peu près pareille, où deux femmes,
          pour jouer un tour semblable à leurs maris, feignent
          d'aller non plus à la noce, comme ici, mais en pèlerinage.
          Dans les _anciennes poésies françoises des XVe et XVIe
          siècles_, publiées par M. A. de Montaiglon, se trouve, t.
          3, p. 331-334, une chanson qui roule aussi sur une aventure
          du même genre, au moins par le scandale: _Chanson nouvelle
          de certaines bourgeoises de Paris qui, feignant d'aller
          en voyage ès fauxbourg Saint-Germain-des-Prez, furent
          surprinses en la maison d'une maquerelle et menées en
          prison à leur deshonneur et confusion._]

Messieurs leurs maris, n'estant pas ignorans de l'alliance qu'ils
pouvoient avoir ensemble, et d'autre part ne pouvant ny les uns
ny les autres quitter leurs maisons, permettent à mes dames leurs
femmes l'execution de leurs desirs, toutesfois ne se doutans de leurs
finesses: car, autrement, je ne pense pas qu'ils eussent en façon
quelconque permis à leurs très chères compagnes de leurs donner pour
panache les caractes de Moyse.

Ceste permission obtenue, elles ne manquèrent d'en donner advis
à leurs courtisans, lesquels à ce subject allèrent les premiers
au logis designé afin de faire preparer et donner ordre à tout ce
qui estoit necessaire pour joyeusement passer leur temps. D'autre
costé, mes dames les bourgeoises, esveillées comme souris, ne furent
paresseuses, pour tant mieux jouer leurs personnages, de faire
retenir places aux coches de Senlis, et pour les asseurer feirent
donner un escu-cars[18] pour advance; cependant elles se parent de
leurs plus beaux habits nuptiaux et de tout ce qu'elles avoient de
plus exquis.

          [Note 18: On appeloit ainsi les plus forts écus, les seuls
          que les juges voulussent recevoir pour leurs épices. Chaque
          quart d'écu étoit de 16 sols, et, par conséquent, l'écu
          quart valoit 3 livres 4 sols.]

Le temps venu que le coche de Senlis devoit partir, elles prindrent
congé de leurs maris, pour aller monter au dit coche, auquel
messieurs les bourgeois ne voulurent manquer de les y aller conduire,
et aussi pour les recommander au cocher.

Estant mes dames les bourgeoises arrivées au Bourget, l'une d'icelles
commença de faire semblant qu'elle se trouvoit fort mal, tant à cause
de l'esbranlement du coche que d'autre part aussi qu'elle estoit
grosse de trois mois, ce qui ne luy pouvoit permettre d'avantage le
dict esbranlement sans courir du danger de son enfant; ce faisant,
supplia le cocher et toute sa compagnie de ne perdre point de temps
et qu'elle estoit resolue de ne passer outre, et que, quant à ces
compagnes, qu'elles estoient libres de parachever leur voyage;
ce qu'elles ne voulurent jamais accorder, disant qu'elles ne la
laisseroient jamais en cest estat. Après donc avoir satisfait de ce
qui restoit au coche, lequel passe outre, commencèrent de faire bonne
vie; et, voyant que leurs courtisans, qui se devoient trouver en
ce lieu bien montez à celle fin de les ramener en trousses au dict
logis preparé, n'estoient encores arrivez, incontinent commencèrent
d'envoyer un homme qui estoit dressé au badinage au devant, lequel
n'eut pas fait une lieue et demye qu'il fit rencontre de ces petits
mignons tous escretez comme une poire de chiot. Mes dames les
bourgeoises, qui estoient continuellement au guet, n'eurent pas si
tost descouvert leurs favoris, que ce fut à qui d'entr'eux yroit
la plus viste pour donner le baiser à celuy qu'elle affectionnoit;
semblablement ces jeunes godelureaux, voyant leurs maistresses
approcher, incontinent voulurent commencer à contre-faire les
escuyers et de forcer leurs chevaux de faire ce qu'ils n'avoient
jamais apris, estant plus propres à tirer un tombereau de boue que
de faire des passades. Après avoir mis pié à terre, et de part et
d'autre s'estant donné les accolades, ils ne furent si tost arrivez
au logis que voilà la table couverte de très bons morceaux que mes
dames les bourgeoises avoient faict apprester. Pendant le disner, ce
ne fust qu'à rire et folâtrer, discourant de la ruse et finesse de
laquelle ils s'estoient servis pour obtenir congé de leurs maris, qui
devoient bien avoir pour lors le tintouin aux oreilles[19].

          [Note 19: C'est-à-dire que les oreilles leur tintoient,
          comme aux gens de qui l'on parle mal. Cela nous donne
          l'étymologie du mot _tintouin_, qui d'abord ne s'employoit
          pas autrement. On trouve même dans Montaigne le verbe
          _tintouiner_.]

L'heure s'approchant qu'il falloit partir de ce lieu pour venir
coucher à Paris, pour autant qu'elles ne desiroient y arriver de
jour, crainte d'estre descouvertes, après avoir satisfait au logis,
montèrent à cheval, ayant chacune leur conducteur, et en ceste sorte
arrivèrent sur les sept à huict heures du soir, au logis designé, où
le soupper les attendoit. Estant donc en iceluy, la couratière[20],
après leur avoir faict les caresses accoutumées, les conduict dans un
petit corps de logis sur le derrière, à cette fin de mieux et plus
facilement prendre leurs esbats sans estre inquietés de personne;
incontinent on leur apporte le soupper sur la table, pendant lequel
on leur prepare trois licts. Il ne faut pas demander si l'issue du
soupper fut remplie de gaillardise, où le muscat et l'hypocras n'y
fut point epargné, si bien qu'après avoir passé joyeusement une
partie de la nuict, la couratière, qui estoit grandement enluminée,
se voulant aller retirer dans son cartier, commença sa harangue
sur les effets de l'amour, pendant laquelle elle eust assez bonne
audience. Estant icelle finie, chacun de messieurs les godelureaux
prindrent leurs maistresses et s'allèrent ainsi coucher; la
couratière ne fust si tost partie, et eux asseurez dans la chambre,
que on eût peu entendre comme les accorts de trois bateurs dans une
grange: car je m'asseure qu'il y en avoit un pour chacune de mes
dames les bourgeoises, je ne sçay si elles sçavoient la musique, mais
elles tenoient grandement bien leur partie; de telle sorte qu'en cet
exercice, ou bien à dormir, si bon leur sembloit, ils passèrent leur
temps jusques au lendemain dix heures du matin. Ce que voyant madame
la couratière, à qui la gueulle gagnoit de desjeuner, alla heurter
à leur porte, leur portant à chascun de quoy prendre un bouillon,
comme à des nouvelles mariées[21]; ce que voyant messieurs les
muguets[22], qui estoient tous fatiguez des courses qu'ils avoient
estez, pour montrer leurs courages, contraints de faire, ne sçavoient
quelles contenances tenir, ayant les oreilles longues comme celles
de Midas; et furent encores plus estonnez lorsque leur hostesse leur
demanda à chacun quatre pistolles pour satisfaire tant au rôtisseur
pâtissier que pour le muscat, l'yppocras et confitures, sans rien
mettre en ligne de compte de ce qu'elle pretendoit avoir, tant pour
ses sallaires que pour le bon traictement qu'elle leur avoit fait. Ce
fut alors que ces muguets commencèrent à se regarder de plus beau les
uns les autres, pendant que mesdames les bourgeoises estoient encore
au lict, qui n'attendoient autre chose que le desjeuner fust prest
pour sauter en place.

          [Note 20: On sait que _couratier_, _couratière_, sont les
          anciennes formes des mots _courtier_, _courtière_. Ils
          se prenoient souvent, comme ici, en mauvaise part, pour
          désigner de bas entremetteurs:

               Il devint en un jour savant en tel metier,
               Maquignon, revendeur, affronteur, couratier.
                               (Ronsard, _Hymnes_, liv. 2, 10.)]

          [Note 21: C'est ce qu'on appelle encore le _chaudeau_ dans
          quelques villes de province où cet usage s'est gardé.
          Les convives de la noce l'apportoient de bon matin en
          grande cérémonie, à la suite d'une aubade sous la fenêtre
          des époux. V. notre _Histoire des lanternes de Paris_,
          p. 12, et une très curieuse chanson qui se trouve dans
          le _Recueil_ du Savoyard. En Ecosse, on appeloit cette
          boisson nuptiale le _sack-posset_. Il y entroit du vin, de
          la crème, du sucre, de la muscade. V. W. Scott, _Quentin
          Durward_, conclusion.]

          [Note 22: Ce mot, avec le sens de galant, étoit depuis
          long-temps dans la langue. V. Rabelais, liv. 1, ch. 8, et
          liv. 4, ch. 43. Ce passage de Roger de Collerye, édit. Ch.
          d'Héricault, p. 286, semble en donner l'étymologie:

               Cy-gist le bon honorable Huguet...
               Qui en son temps ne feist jamais le guet
               Aux amoureux qui cueillent le _muguet_.]

La matrone, voyant le refroidissement de ces personnages, ne les
importuna point davantage à bailler de l'argent, sçachant bien que
ces bonnes dames avoient de bonnes chaisnes d'or et brasselets
qui estoient plus que suffisans de la satisfaire, et seulement se
contenta pour lors de leur demander de quoy envoyer querir à déjeuner
en attendant le dîner. Parmy eux il y en avoit deux qui estoient
de bas aloy, ce qui contraignit les deux autres de jetter chacun
une pistolle, lesquelles furent incontinent grippées par cette
couratière d'amour, qui une heure après leur fit porter un assez
leger dejeuner, si bien qu'ils demeurèrent sur leur appetit, esperant
de mieux disner; mais ils furent bien frustrez de leurs esperances,
car, voyant deux heures après midy sonner, et que le disné n'avoit
point de jambes, furent contraints d'envoyer l'un d'iceux voir
si leur disné n'estoit pas encore prest, lequel, ayant trouvé la
venerable hostesse les reins devant le feu qui descousoit la doublure
d'une bouteille de Muscat, lui commença à dire: «Madame, lorsqu'il
vous plaira nous envoyer à dîner, la compagnie est preste et en
bonne deliberation de le recevoir.» Ceste vieille sempiternelle,
qui n'entendoit point raison, commença à le bien renvoyer chez ses
premiers parens, luy chantant plein un tonneau d'injures, en luy
disant: «Monsieur le muguet, comme vostre cheval rue! Où sont les
pistolles que vous avez données pour vous faire apprester à disner?
Allez à tous les diables! Venez-vous en ces lieux sans avoir de
quoy satisfaire à vos plaisirs? Soyez diligent, et vostre compagnie
aussi, à me trouver trente pistolles pour la depense que vous avez
faite et les fraiz de ceans, car autrement vous ne sortiriez en
l'estat que vous estes, et outre cela les coups de bastons ne vous
seront espargnez.» Qui fut bien penost, ce fut mon pauvre monsieur
le muguet, qui s'en retourna un doigt au cul et l'autre en l'oreille
devers sa compagnie, dissimulant par devant mesdames les bourgeoises
les rodomontades qui lui avoient esté faites par ceste matrone.

Pour consulter amplement de ce qu'ils avoient à faire pour leur
retirer du naufrage où ils se voyoient, delibererent en particulier
de montrer à mesdames les bourgeoises le meilleur visage qu'il leur
seroit possible, à cette fin de ne leur faire concevoir aucune
apprehension; et, pour ce faire, il fut arresté que les uns après
les autres feroient semblant d'avoir quelques affaires de grande
importance ausquelles ils estoient fort obligez de pourvoir, et que
par ce moyen deux d'iceux sortiroient de ce tant venerable logis,
et que le dernier, voyant que ses deux compagnons retardoient
beaucoup à satisfaire à leur promesse (qui estoit de revenir trouver
leurs compagnes), feroit en sorte de faire le fasché, et sortît
semblablement du dit logis pour aller chercher les deux autres.
Ce qu'ils firent si dextrement que mesdames les bourgeoises (tant
elles estoient affolées) ne peurent en façon quelconque apercevoir
la trousse[23] que leurs nouveaux courtisans avoient envie de leur
jouer. D'autre part, la dame matrone ne se mit pas beaucoup en peine
de s'opposer à leur sortie, estant très asseurée du depost qui luy
demeuroit, estant mesdames les bourgeoises assez solvables pour
contenter à tout ce qu'elle desiroit, ou bien que leurs chaisnes d'or
et bracelets demeureroient pour les gages.

          [Note 23: _Imposture, tromperie._ Mairet fait dire à l'un
          des personnages de sa comédie, _Le duc d'Olonne_:

               Indubitablement l'on m'a donné la _trousse_]

Voylà donc messieurs les muguets esvadez du labyrinthe où ils
s'estoient enfermez, pendant que leurs nouvelles maistresses sont
logées sur Nostre-Dame-d'Esperance de les revoir bientost, comme
ils avoient promis, et que leurs genests[24] de charue mangent pour
sivade[25] une brasse de muraille. Deux jours se passent que ces
freluquets ne retournent point visiter leur proye, ce qui commença
de faire entrer en quelque doute mes dames les bourgeoises; et,
d'un autre costé, estoient grandement importunées de leur hostesse
de bailler argent ou gages, à quoy elles reculoient le plus qui
leur estoit possible, esperant d'heure à autre revoir leurs favoris
qui les viendroient desgager de ce lieu (de quoy elles furent bien
frustrées de leurs esperances). Ce que voyant, et ne pouvant aussi
plus endurer le tintamare que leur faisoit ceste seconde Megère,
furent contrainctes (pour obvier à plus grand scandale) de luy
donner chacune quelque asseurance. La première luy donna un diamant
de la valeur de cent livres et plus, la seconde un bracelet de
perles de la valeur de cinquante escus, et la dernière luy donna
la chaisne d'or de son manchon[26], de la valeur de trente escus,
à la charge toutesfois qu'elle promettoit leur remettre entre les
mains lorsqu'elle seroît satisfaite de ce qu'il luy convenoit payer
raisonnablement, soit par messieurs les evadez ou par elles, ce qui
leur fut accordé.

          [Note 24: Chevaux de main, dont les plus fins venoient
          d'Espagne.]

          [Note 25: On sait que c'est un des noms de l'avoine.]

          [Note 26: Jusqu'au dernier siècle le manchon se portoit
          attaché au corps avec une ceinture serrée par une boucle,
          ou bien, comme ici, avec une chaîne d'or ou d'argent.]

Madame la matrone, se voyant les mains garnies comme elle desiroit,
commença de monstrer à mesdames les bourgeoises meilleur visage
qu'auparavant, les invitant de faire grande chère et beau feu, et
qu'elles n'avoient qu'à tinter et qu'incontinent elles seroient
obeyes, et qu'il ne leur falloit point engendrer de melancolie pour
l'absence de leurs nouveaux serviteurs, et que pour un perdu l'on
en recouvroit deux. Elles, qui n'avoient d'autre pensée qu'à leur
retour, ayant demeuré toutes trois sur leur appetit du fruict de
nature, dissimuloient leurs tristesses le plus qu'elles pouvoient.

Nous lairrons pour un peu de temps mesdames les bourgeoises en leurs
frivolles esperances, pour revenir à leurs maris.

Messieurs les bourgeois, qui sont assez bons compagnons, voyans que
les feries de la nopce estoient plus longs qu'à l'ordinaire, et que
leurs femmes ne venoient point, commencèrent de leur ennuyer. L'un
d'iceux disoit: «Il m'a esté impossible de pouvoir reposer depuis
l'absence de ma femme.» L'autre disoit: «La première nuit, je la
passay de ceste sorte; mais depuis j'ay esté contraint, pour me
reschauffer, de faire coucher ma servante avec moy, avec laquelle je
me suis assez bien delecté, veu aussi l'aage de dix huit ans tout
au plus.» Le dernier, qui n'avoit encore rien dit, commença à dire:
«Jusques à present, j'ay passé le temps sans avoir contrevenu en
aucune façon à la promesse que j'ay fait à ma femme; mais il m'est
impossible de pouvoir plus dominer aux tentations de la chair (car
je suis homme); c'est pourquoy, dès à present, je suis deliberé
d'aller chercher quelque bonne aventure, et, si vous avez du courage,
suyvez-moy; toutesfois, vous sçavez qu'il ne faut point aller aux
mûres sans crochet ny aux lieux d'amour sans argent. Les deux autres
bourgeois eurent les oreilles fortement ententives à la remonstrance
de leur compagnon, si bien qu'après leur estre garny de nombre de
pistoles, allèrent chercher leur contentement. Arrive que, le plus
corrompu d'iceux ayant autrefois eu advis secret que l'on passoit
fort bien le temps sans bruit ny scandale en un certain logis
(où, pour lors, estoient leurs femmes, ne se doutans pas de les y
trouver), deliberèrent d'y aller.

Arrivez qu'ils furent en ce notable logis (pour sa qualité), celuy
qui sçavoit le mot demanda à parler à la dame, laquelle incontinent
ne manqua de venir au devant de messieurs les bourgeois, leur faisant
dix mille complimens. Celuy qui sçavoit le mot du guet s'advança,
et, tirant à quartier la dame, luy dit en particulier le signal,
lequel ne fust si tost donné, qu'elle redoubla de mieux ces bien
venus, les faisant entrer dans une très belle salle, dans laquelle y
a deux cabinets pour servir quelquefois aux occasions. Incontinent
la collation est preste, où le meilleur vin qui se peust recouvrir
n'y fust point espargné; icelle estant finie, le truchement[27]
commença d'entretenir cette couratière sur la perfection de leurs
entreprises, laquelle ne se jettoit pas loin à leur rendre toute
sorte de courtoisie. La collation faite, messieurs les bourgeois,
pour jouyr de leurs pretentions, resolurent d'y demeurer à souper,
à la charge que leur hostesse leur fourniroit après iceluy de quoy
passer joyeusement la nuict; ce qu'elle leur accorda moyennant deux
conditions: la première, qu'ils n'auroient aucune congnoissance de
vue de celles qu'elle leur desiroit donner, la crainte qu'elles ne
voulussent accorder (les voyant) ce que vous desirez, et aussi que ce
sont jeunes femmes de qualité qui ne le font point pour avarice; la
seconde et dernière condition estoit qu'elle desiroit avoir de chacun
une pistolle, et qu'outre cela ils satisferoient au reste des fraiz.
La curiosité de jouyr de ces beaux subjects les fit consentir à tout
ce que la couratière d'amour desiroit (bien qu'il leur fust assez
fascheux de ne point voir ces nompareilles beautez). Ils jettèrent
sur la table chacun leur pistolle, qui furent tost relevées par cette
vieille, laquelle incontinent leur fait preparer trois licts en trois
divers cabinets, où ils s'allèrent, après souper, rendre chacun au
sien. Estant couché, la chandelle esteinte, la messagère d'amour
leur amena à chacun l'une de ces bourgeoises, qui avoient estées
prattiquées par la dame matrone, à quoy elles avoient consenty, ne
pensant à rien moins à l'affaire qui s'ensuyvit.

          [Note 27: _Interprète._]

Ne pensant pour lors messieurs les bourgeois à rien moins que ce fust
leurs femmes, d'autant que la fortune pour elles fut qu'il arriva
un eschange, et que l'un avoit la femme de son compagnon et aussi
les autres, ce qui apporta de la diversité à leur ordinaire en cette
sorte, la nuit se passe aux contentements des parties, sans que pour
cette fois le pot aux roses fust descouvert.

Madame la matrone, suyvant la promesse qu'elle avoit fait aux
bourgeoises de les aller querir devant le jour pour empescher aucune
cognoissance, ne manqua dès les quatre heures du matin de les aller
lever de sentinelle (ce qui fut contre la volonté des bourgeois)
et les ramena en leur cartier sans autre forme de procez. Le reste
de la matinée se passe jusques sur les neuf heures que les dits
bourgeois, se voulans retourner en leur logis, contentèrent assez
honnestement leur hostesse, et payèrent la marchandise qui de long
temps leur appartenoit. Comme ils furent hors d'icelle maison, l'un
d'eux commença de faire une pose, et dit: «Ma foy, Messieurs, nous
sommes veritablement bien bados de nous estre ainsi fiez à cette
harpie d'enfer. Où estoient pour lors nos sens? Si elle nous avoit
produit de vieilles carcasses pour de jeunes amourettes! L'argent
fait tout, dit le proverbe. J'ay encore dix-sept escus pour voir
celle qui m'a tins compagnie cette nuict.--C'est une folie, disoit
l'autre; si elle nous monstre de vieilles pièces, cela nous crèvera
le coeur. Si est-ce pourtant que je ne suis point fils de revendeur,
je ne travaille jamais sur vieux drapeaux; mais il seroit bien pire
si elle nous envoyoit en Suerie gagner le royaume de Bavière[28].»
Cela leur donna une telle apprehension, qu'ils resolurent qu'à
quelque prix que ce fust, qu'il falloit avoir la cognoissance de
ces remèdes d'amour. Incontinent le harangueur retourne avec les
autres sur ses pas, qui trouvèrent cette vieille entre les deux
chenets, enluminée comme un Bacus, non moins estonnée qu'un Cesar,
qui leur dit: «Que demandez-vous, Messieurs? (Elle faisoit bien tost
de l'incogneue.)--C'est, Madame, que nous avons encore chacun dix
escus que nous ne desirons pas remporter, mais bien vous les donner,
pourveu qu'il vous plaise nous faire voir ces belles dames qu'il
vous a pleu nous donner cette nuict pour compagnes.» Elle, cupide
d'argent plus que de tous les honneurs du monde, commence d'ouvrir
les yeux comme un chat qui boit du vinaigre, leur dit: «Si je vous
accorde ce que vous desirez, je fausseray ma foy, et par ce moyen je
feray ce que je n'ay jamais fait; et si elles estoient par fortune
de vostre cognoissance, qu'en diriez-vous, Messieurs?--Helas! Madame
(dirent-ils), cela ne peut estre, car notre cognoissance est bien
petite, et, d'autre part, nous sommes etrangers.»

          [Note 28: On sait qu'on disoit alors de gens attaqués de
          maladies honteuses qu'ils alloient en Bavière voir sacrer
          l'Empereur (V. _Francion_), ou qu'ils revenoient de Suerie
          ou de Suède.]

Après le nouveau marché fait, la matrone les conduit dans la chambre
des bourgeoises, lesquelles estoient encore toutes endormies du
travail de la nuict. Incontinent ils eurent forme de cognoissance,
non pas asseurés du premier coup (n'estimans leurs femmes estre
telles); toutesfois, l'un d'iceux, qui ne se peut plus tenir, dit à
l'un de ses camarades: «Voisin, tu cognois bien ma femme? Je te prie,
regarde si ce n'est point celle-cy.» Il ne lui eust sceu respondre le
ouy ou le non, voyant la sienne tout proche.

Le troisiesme, un peu plus rusé que les autres deux, ayant certaine
cognoissance du jeu, desirant couvrir l'honneur de sa femme, dit
(toutesfois bien fasché, comme de raison): «Il se fait tard,
allons-nous-en voir si nos femmes ne sont point arrivées.» Celuy qui
se voyoit asseuré du fait: «Comment, venues? Elles n'ont par ma foy
garde, si ce n'est en dormant, ou bien que ce lict les retournast en
carosse.--Et pourquoy? dirent les autres.--Pource que voilà vos deux
femmes avec la mienne, et, par ce moyen, nous sommes frappez les uns
et les autres d'un mesme coing.»

Leur parler, qui avoit esté jusques alors enroué comme basse-contre,
commença, après la chose averée, à crier à qui plus plus pour
esveiller leurs femmes, et de crier les uns d'un côté, les
autres d'un autre. «Eh bien! disoient-ils, Mesdames, vous estes
ici?--Et vous, messieurs les ruffiens, disoient-elles, qui vous y
a amenez? N'est-ce pas ce que l'on nous a tousjours dit tant de
fois, qu'incontinent que nous estions absentes, que vous veniez
en ce bordel depenser tout nostre bien. O! c'est nous, c'est nous
qui avons eu maintenant vostre argent!» Et de semer injures à
milliers, tellement que mes pauvres bourgeois ne pensent respondre
à leurs interrogants. L'autre Proserpine commençoit sa harangue, en
sorte qu'ils n'eussent sceu respondre un seul mot, et firent tant
qu'eux-mesmes se dirent pour lors avoir le tort, à cette fin de ne
point apporter de scandalle en ce lieu, et se retirèrent de la façon,
y laissant mesdames les bourgeoises.

Ces pauvres Jonas, estans ensemble, tindrent quelque propos de ce
fait. L'un disoit: «Ce ne fut point ma femme qui coucha avec moy,
car j'ay quelque peu estudié en la geometrie; je me connois en la
longueur, largeur et grosseur.--Vrayment! dit l'autre, je ne vis
jamais livre qui traittast de cette matière, et si je ne laisse
pas de cognoistre que ce n'estoit pas la mienne et qu'il y avoit
du changement à mon ordinaire.--Je ne sçay laquelle j'avois, dit
l'autre, mais je n'eus jamais un tel contentement.--Morbleu! tu avois
donc la mienne, dit l'un, car c'est la plus subtile qu'il y ait en
France, et ne croy pas qu'il se trouve hacquenée qui trotte plus
doux?»

Voilà à quoy, pour le present, je desire conclurre ce present
discours, laissant pour la seconde partie ce que devinrent messieurs
nos courtisans, et les estranges advantages qui leur arrivèrent au
sujet des bourgeoises, et de la procedure qui a esté faite, tant de
leurs chevaux que contre la matrone, ensemble aussi ce qui s'est
passé (depuis le pot aux roses descouvert) entre les bourgeois
et leurs femmes, ce qui (m'asseure) donnera autant et plus de
contentement aux lecteurs que le contenu de cette première partie.



_L'Archi-Sot, echo satyrique_[29].

  _Omne regnum in se divisum desolabitur._

          [Note 29: Cette pièce est dirigée contre quelque farceur
          qui vouloit faire concurrence au _Prince des sots_
          (Angoulevent), et qui, pour prendre un titre au dessus du
          sien, s'étoit adjugé celui d'_archi-sot_. Peut-être est-ce
          la même querelle sur laquelle le Parlement fut appelé à
          statuer, et qui s'étoit élevée au sujet de la _Principauté
          des Sots_, entre Angoulevent, qui la déclaroit sa propriété
          exclusive, et Valentin le Comte (Valeran), qui, avec
          Jacques Resneau (Rameau) prétendoit la lui disputer.
          Angoulevent, défendu par maistre Julien Peleus, obtint gain
          de cause; mais le procès fut très long, si l'on en juge par
          la date des arrêts successivement rendus. Le premier est
          du 2 mars 1604, le dernier du 19 février 1608. Cette grave
          affaire étoit donc pendante, en 1605, quand parut cette
          pièce. On peut consulter, pour les détails, le _Recueil
          des plaidoyers_ de maître Julien Peleus, les _Récréations
          historiques_ de Dreux du Radier, t. 1, p. 41-42, et de la
          Place, _Choix des Mercures_, t. 56, p. 158-160, et 5 pour
          Valeray, Tallem., édit. in-12, t. 10, p. 40; l'Estoille,
          édit. du Panthéon, II, p. 424; l'_Espadon satyrique_, 1680,
          in-12, p. 25.]

       *       *       *       *       *

      QUATRAIN.

  Pouvres sots, pourquoy laissez-vous
  Un prince quy par trop vous aime?

      RESPONCE.

  Ne sçavez-vous pas que les fous
  Ne se cognoissent pas eux-mesme?

MDCV. In-8.


    Puisque vous le voulez, nous le saurons, Madame,
  Quand je devrois chercher les papiers sibilins
  Qu'un refus de Tarquin feit jeter dans la flamme,
  Ou feuilleter dix ans le roolle des villains[30].

    Je ne sçaurois trouver ceste charge onereuse:
  Si c'est vostre plaisir, c'est mon contentement.
  Aussy je l'entreprends, et la peine est heureuse,
  Puisqu'elle a pour soutien vostre commandement.

    Nous savons son pays, ses parens et sa race,
  Non ce qu'ores ils sont, mais ce qu'ils ont esté,
  Et si son entretien, ses pompes, son audace,
  Sympathisent au moins avec sa qualité.

    O Dieu! quy de là-hault contemplez tant de courses
  Et donnez tout à coup arrest aux charlatans,
  Ou vous, dieux des fripons et des coupeurs de bourses,
  Donnez-moy promptement le secours que j'attends.

    Apprenez-moy bientost, non pas vostre pratique,
  Mais quels sont les parens de vostre favory,
  Afin que, le chantant d'un esprit prophetique,
  Je fasse voir à tous que vous l'avez chery.

    A quy m'adresseray-je, ô dieux! je vous supplie?
  Si je suis obligé, vous sçavez bien pourquoy.
  Hé! quy voudra de vous ayder à mon envie
  Et m'oster maintenant d'un si fascheux esmoy?
                              ECHO.--Moi.

    Quelle voix favorable offre à m'oster de peine
  Et me rendre sçavant de cela que je veux?
  Les deesses quy sont dedans ceste fontaine[31],
  Ou bien les Innocens, favorisent mes voeux.
                              ECHO.--Eux.

    Peut bien estre vrayment que saint Innocent mesme,
  Non tant comme patron que comme son voisin,
  Me desire advenir (sçachant bien que je l'ayme)
  Que pour estre des siens il est un peu trop fin.

    Car la fille de l'air ne seroit pas logée
  Parmy les Innocens du quartier Saint-Denys.
  Il est vray que peut-estre elle s'y est rengée
  Pour voir nostre badin, qu'elle prend pour Narcys.

    Je me ry, belle Nymphe, et repare mon crime.
  J'ay tort, je le sçay bien, j'ay prophané ton nom;
  Mais je l'auray vrayment desormais en estime.
  Regardes si tu veux que je m'en aille ou non.
                              ECHO.--Non.

          [Note 30: C'est-à-dire les registres énormes où se
          trouvoient portés les noms de tous ceux qui payoient
          l'impôt.]

          [Note 31: Ces _déesses_ sont les nymphes de Jean Goujon à
          la _fontaine_ des Innocents, placée alors au coin de la rue
          aux Fers et de la rue Saint-Denis. L'auteur les invoque
          ici parceque c'est à leur pied qu'Angoulevent, avec la
          troupe des farceurs de l'hôtel de Bourgogne, venoit faire
          sa _montre_ ou parade. Il devoit aller aussi au carrefour
          de la Pointe-Saint-Eustache, près de ce _Pont-Alais_ qui
          avoit donné son nom à un autre farceur. V. _Nouvelles_ de
          Des Periers, édit. Louis Lacour, p. 133-134, et notre tome
          3, p. 142.]

       *       *       *       *       *

_Elegie._

  Bien donc, puisque tu veux oublier mon offence,
  Je te veux contenter par mon obeissance,
  Demeurant avec toy quelque espace de temps,
  Car, si je ne te voy, pour le moins je t'entends.
  Echo, je te promets de chanter ton miracle
  Et de ne vanter plus du Pelien l'oracle,
  Si j'ay ceste faveur d'estre rendu certain
  De ce que je te veux demander ce matin.
  Je m'y suis obligé, mon devoir m'y convie.
  Si le devoir me presse, aussi faict mon envie.
  Ne me refuse point, et je jure les yeux
  Plus reverez par moy que le Styx par les dieux,
  De prier que le ciel ta langueur adoucisse
  Et blasmer avec toy la rigueur de Narcisse.
  Je veux te figurer ce malotru badaut
  De qui la voix s'elève et le courage fault,
  Afin que, te monstrant seulement sa figure,
  Tu donnes les couleurs propres à sa peinture,
  Et que par ton moyen je monstre en peu de mots
  Qu'Angoulevant n'est pas luy seul prince des sots;
  Qu'il en est encore un dont la folle sagesse
  Le doibt mettre en procez pour troubler Son Altesse.
  Pauvre prince! faut-il qu'un nombre de menteurs,
  Pour brouiller ton Estat, soyent tes competiteurs[32]!
  Et voicy le grand sot qui s'en vient à ta porte[33]
  Disputer à bon droit les armes que tu porte!
  Je le voy, tout bouffy de colère, emporté,
  Temeraire, attenter contre ta Majesté;
  Je le voy, ce grand sot, je le voy qui s'apreste
  D'avoir le chaperon que tu porte à la teste;
  Et, pour te faire veoir que ce desir le poinct,
  Il a de tes couleurs enrichy son pourpoinct.
  Il est de toyle blanche et luy servant de voille
  Pour cacher son desseing soubs l'ombre de la toile.
  Il est vray que la soye ou le taffetas vert[34]
  Quy paroît sur la toile a son désir ouvert,
  Et monstre clairement qu'il se forme et se mire
  A ce grand corps des sots que tout le monde admire;
  Il en a les couleurs, il en a les façons,
  Et peut dès à present en faire des leçons.
  Ce pourpoinct qu'on luy voit à diverses taillades
  Ne luy sert pas souvent en des jours de parades;
  Un de taffetas gris, enrichy de ruban
  Semblable à celuy-là de deffunt Martin Gan[35],
  Luy donne, ce dit-il, la façon courtisanne,
  Et, bien que sans habit il soit et sot et asne,
  Son pourpoinct blanc et vert, aux oreilles de foux,
  Fait voir appertement ce quy est le dessoubs.
  Il commence dejà de trayner à sa queue
  Les asnes et les sots qu'il rencontre à sa veue;
  Il n'espargne non plus les grands que les petits.
  Les brides et les trous qu'on voit à ses habits[36]
  Sont pour les attacher, et je croy qu'il luy semble
  Qu'il peut joindre les foux et les asnes ensemble
  Soubs l'ombre que luy seul represente tous deux.
  Mais, s'il pouvoit encore y assembler les gueux,
  Les tirer de Paris, et avec asseurance
  Les mener bien avant dans la nouvelle France[37],
  Rechercher son Pactole, et là, nouveau Midas,
  Flûter comme un bouvier à ceux du Canadas.
  Il feroit beaucoup plus de te laisser, grand prince,
  Paisible gouverneur des foux de ta province,
  Non point chanter aux sots, afin de les renger,
  Que ton predecesseur fust fils d'un boulanger,
  Et, par droict successif, qu'il doibt estre en ta place,
  Ou pour en estre extraict, ou pour ce qu'il te passe
  En degrez de folie, et qu'encore il reçoit
  L'honneur d'estre dict sot, quelle que part qu'il soit.
  Je m'afflige de voir ta Majesté reduitte
  Soubs le joug de celuy quy faict ceste poursuitte;
  Je m'afflige de voir qu'un sujet de ta loy
  Ne fasse point estat d'un prince tel que toy,
  Foule aux pieds ta grandeur, et d'une gloire sotte
  Te ravisse des mains ton sceptre et ta marotte,
  Mesprise ton pouvoir et ne cherche jamais
  Que de te contrefaire en tout ce que tu fais.
  Je le vy l'autre jour, en la rue de la Harpe,
  Quy, pour mieux t'imiter, se bravoit[38] d'une escharpe
  Dont les bouts luy passoient par dessus le manteau,
  Ainsy que les cordons d'un valet de bourreau
  Qui, bien ayse d'aller commencer son espreuve,
  Faict voir en les monstrant qu'il va faire chef-d'oeuvre
  Sur un tel que ce sot qui, prince pretendu,
  Pourroit bien estre un jour par chef-d'oeuvre pendu.
  Ce n'est en cela seul qu'il ose, temeraire,
  Offencer ton Altesse et la veut contrefaire;
  Il est d'autres forfaicts encore convaincu:
  Ce que tu porte au ventre, il l'a souvent au cu;
  On te foite devant, et luy c'est par derrière;
  Le barbier le va voir, tu vas voir la barbière,
  Et, bien que vous soyez en vos maux approchans,
  Les remèdes pourtant en sont bien differens.
  Je les laisse à penser à tous ceux quy m'entendent,
  Aux oreilles de quy ces miens carmes s'estendent,
  Car cela sent le feu quy naguère allumé
  Sembloit avoir desjà tout le mal consumé.
  Mais passe pour ce coup, j'y reviendray peut-estre;
  Laissons là mon envie, elle est encore à naistre.
  Je m'esloigne un peu trop du desseing que j'ay pris;
  Il faut que de respect je borne mes escripts.
  Prince, regarde à toy: c'est une chose unique
  De te voir gourmandé d'un courtaut de boutique.
  Ferme-luy tes palais; commande à tes archers,
  A tes gardes du corps, à les asnes legers,
  Qu'ils luy courent dessus, et pour telle vergongne
  Qu'on en fasse une enseigne[39] à l'hostel de Bourgongne.
  J'apprendray cependant de la fille de l'air
  Ce que j'en dois savoir avant de m'en aller.
    Echo, je te reviens figurer la peinture
  De ce prince asne-sot dont j'ay faict la posture,
  Te le faire cognoistre, et par enseignemens
  Le monstrer à sa trongne ou ses habillemens
  Aussy naïvement que si Zeuze ou Paraze[40],
  Appelle ou Protogène, avoit depeint un aze[41].
  Il a, premièrement, les sourcils retirez,
  Les yeux plus que les chats et les foux egarez,
  Le front noirement jaune, où la crasse s'escaille
  Comme le plastre neuf sur la vieille muraille,
  Quand le masson n'a pas haché par quelque endroict
  Ou qu'il n'a pas mouillé son mur comme il falloit;
  Le rire aussy plaisant comme est une grimace
  D'un petit marmiton que son maistre menace,
  Le nez long et petit, par le bas racourcy
  Comme celuy d'Aelle et de ses soeurs aussy,
  Dont le goust en est doux et la senteur friande
  Comme de ces trois Soeurs qui gastoient la viande[42]
  Du malheureux Phinée avant que Calaïs
  Et son frère germain s'en feussent esbahis.
  Belle figure à voir, sa gorge est yvoirine
  Comme un os que les chiens rongent à la cuisine;
  Sa lèvre espoisse est jaune et son bec relevé
  Comme sont les bourletz qu'on met sur le privé.
  Aussy ne croy-je point qu'un retraict soit si salle,
  Bien qu'il soit tout remply de matière fecalle,
  Que peut estre sa bouche, où toujours il reçoit
  Ce quy de plus vilain se prononce et se voit.
  La face assez jaunastre, où, s'il a chaud, il colle
  Une jaune sueur à la farine folle;
  Ridé par tous endroicts comme les fruicts de Tours[43]
  Qu'on faict pour conserver cuire dedans les fours,
  Farineux et cendreux comme ces vieilles figues
  Dont tous les Provençaulx se rendent si prodigues
  Sur le port de Marseille, ou cent fois plus villain,
  Flestry, crasseux, ridé, que n'est un parchemin
  Qui depuis trois cents ans rode les auditoires
  Des sedentaires cours et des ambulatoires;
  Le menton comme un os quy sert aux cordonniers
  Lorsqu'ils veulent polir et lisser les souliers,
  Et, bref, ce quy le rend admirable au possible
  Par dessus tous les sots, est sa barbe invisible.
  Je t'ay dict, chère Echo, quels estoient ses habits:
  Il porte assez souvent un bas d'estame gris,
  Un manteau de vinaigre[44] où je pourrois m'estendre,
  Si le manteau de cour ne me faisoit entendre
  Et n'avoit clairement exprimé celuy-cy,
  Quy couvre notre sot et le repare aussy.
  Lorsqu'il a quelques fois son chapeau sur l'oreille,
  Il s'escoute marcher et se mire à merveille;
  Il retourne la teste, et de trois en trois pas,
  Pour regarder ses pieds, porte les yeux en bas.
  Quand il a bien marché d'un costé de la rue,
  Il se tourne de l'autre afin qu'on le salue,
  Regarde son chapeau, et de deux en deux tours
  Le montre à ses amis du costé du velours,
  Se panade à plaisir, et par ses esquipées
  Crache à ses ennemys cent mille coups d'espées,
  Faict tarir en leur source, au bruict de son tousser,
  Les discours quy se vont en torrens amasser,
  Fulmine de la langue et met tout en deroute
  Lorsqu'il voit que personne à son gré ne l'escoute;
  Mais il ne pense pas, le courtaut mal apris,
  Si l'on parle de luy, que c'est avec mespris;
  Que les petits enfans quy sont à la Licorne[45]
  Luy font, pour s'en mocquer, à toute heure les cornes;
  Qu'on le chifle partout, et que ses compagnons
  Luy donnent en passant tous les jours des lardons;
  Ou encor qu'il y songe il a si peu de rate,
  Qu'il veult s'esterniser comme fit Erostrate.
  Il est si peu rusé qu'au despens du renom
  Il veut après sa mort faire vivre son nom.
  Ce renom que je dy ne se prend pas au pire:
  C'est l'honneur que j'entends, où tout le monde aspire.
  Pauvre sot, où cours-tu? que te doivent les cieux,
  Pour leur faire savoir le desdain de tes yeux?
  Ils n'ont pas descouvert par quelle tromperie
  Tu te faisois mignon dedans l'argenterie:
  Chacun le sçavoit bien. Estois-tu si peu cault,
  Toy quy te dis Cardan, de te monstrer lourdault
  En tes inventions, et, jouant de la grippe,
  Porter comme un badin des galoches de trippe?
  Ne pensois-tu pas bien que tu serois cogneu
  Et qu'on t'en chiffleroit comme il est advenu?
  Qu'il les faudroit quitter à la porte du vice
  Si tu voulois encor te remettre en service?
  Et ne jugeois-tu pas qu'un jour on sauroit bien
  Comme faict pour braver un homme quy n'a rien,
  Et qu'on verroit encor sur tes pieds la poussière
  Du règne de laquais que tu laisses derrière?
  Ah! que tu fus deceu quand tes inventions
  Elevèrent ton vol et tes devotions!
  Et que tu fus trompé quand tu meis en pratique
  Tes desseings mal tissus dedans une boutique!
  Echo, n'est-il pas vray, je says bien qu'aujourd'huy
  L'on doibt compter le bien dont il a trop jouy?
                              ECHO.--Ouy.
  Mauvais signe pourtant, dont on ne doibt attendre
  Que ce quy le fera soubz son vice respandre.
                              E.--Pendre.
  O grand Dieu! tu le juge, et d'où provient cecy?
  Cela ne se doibt pas executer ainsy.      E.--Si.
  Comment! cela se doibt? ô pauvre miserable!
  Où t'annoncera t'on ta peine espouvantable?
                              E.--En table.
  En table! qu'est-ce à dire? Après ses passetemps,
  On luy donneroit là de beaux allegemens!
                              E.--Je mens.
  Tu mens, je le croy bien; mais dy moy, je te prye,
  Comment il doibt mourir, pour passer mon envie.
                              E.--En vie.
  Il doibt mourir en vie! Ah! je ne le croy pas,
  Mais bien mourir vivant le jour de son trepas.
                              E.--Repas.
  Le jour de son repas! Quoy! la mort le doibt suyvre
  Quand, saoul de tant de vols, il sera las de vivre!
                              E.--Yvre.
  Il doibt mourir yvre; encore est-ce un grand bien
  De courir à sa mort et de n'en sentir rien.
                              E.--Rien.
  Le vin luy fera donc ce sinistre message,
  Et l'aisle de son vol luy fera ce passage.
                              E.--Pas sage.
    «Ce n'est pas estre sage et vivre comme il faut
  Que de n'avoir point d'aisle et vouloir voler hault.
  Il se faut mesurer, et donner à sa voille,
  Selon les propres vents, ce qu'il y faut de toille,
  Non point s'elargir trop et recevoir le vent
  Qui nous est plus nuisible et nous pert plus souvent.»
  En quoy se reduiront, ce pendant que j'y songe,
  Ses fausses verités qui couvrent son mensonge?
                              E.--En songe.
  Mais, puisqu'il doit mourir, ce courtaut desloyal,
  Au moins asseure moy quy doibt causer son mal.
                              E.--Son mal.
  Son mal! il en a faict, mais il est plus coulpable
  Pour estre marchant feint que larron veritable.
  En quel lieu peut bien estre un de qui les discours
  Plaisoient à ce badin quant il parloit atours?
                              E.--A Tours.
  Comment! nostre courtaut n'a plus icy personne
  Quy des fleurs de bien dire à toute heure luy donne!
  Je m'en estonne bien, et voudrois toutefois
  Lui pouvoir discourir de ce sot quelques fois,
  Car j'apprendrois de luy des nouvelles certaines
  Plus que des Innocens, d'Echo ny des fontaines.
  Nymphe, je te rends grâce, attendant que le temps
  Me face revenger de ce que tu m'apprens.
  Si j'en veux savoir plus, il faudra que j'envoie
  Mes desirs promptement se pourmener à Bloye.
  Toute fois, j'en sçay trop, les dieux m'ont revelé
  Ce quy m'avoit esté jusqu'icy recelé.
  J'ay tacitement sceu quelle estoit sa patrie
  Et veu dans un miroir sa genealogie,
  Que je porte à madame, affin de m'acquitter
  D'une telle promesse et de la contenter.

          [Note 32: Ceci donne raison à notre première note.]

          [Note 33: L'entrée par la _grande porte_ étoit un des
          points en litige. Angoulevent prétendoit qu'il y avoit seul
          droit, et l'arrêt du 19 février 1608 lui conserva en effet
          ce privilége. Il y est dit que Nicolas Joubert (c'étoit
          le vrai nom d'Angoulevent) sera «maintenu et gardé en sa
          possession et jouissance de sa PRINCIPAUTÉ DE SOTS et des
          droits appartenant à icelle, même du droit d'entrée par la
          grande porte dudit hôtel de Bourgogne, etc.»]

          [Note 34: Le vert étoit, comme on sait, la couleur des
          fous.]

          [Note 35: Je ne sais ce qu'étoient ce Martin Gan et
          l'espèce de pourpoint dont il semble avoir amené la mode;
          mais je suppose que celui-ci auroit pu fort bien s'assortir
          avec les fameuses chausses à la _martingale_ dont parle
          Rabelais. Le Duchat pense qu'on les appeloit ainsi parceque
          la forme en étoit empruntée aux mariniers de _Martègue_ en
          Provence. C'est donc peut-être _Martéguan_, et non _Martin
          Gan_, qu'il faut lire ici. V. Rabelais, l. 1, ch. 20, et l.
          2, ch. 7.]

          [Note 36: C'est-à-dire que son _haut de chausses_ étoit
          attaché au _pourpoint_ avec des aiguillettes, et qu'il
          étoit _aiguilleté_, comme l'Harpagon de Molière.]

          [Note 37: On faisoit alors rafle de tous les gueux
          irlandois et autres qui se trouvoient à Paris, et on les
          embarquoit pour le _Canada_ ou _Nouvelle-France_. Les
          quartiers qui en fournissoient le plus étoient ceux des
          _Fossés-Montmartre_ (V. Tallemant, édit. in-12, t. 2, p.
          23), de la _Ville-Neuve-sur-Gravois_, où se trouvoit,
          comme on sait, l'une des plus fameuses _cours de Miracle_,
          etc. C'est sans nul doute à cause des nombreuses bandes de
          mendiants qui en partoient pour le Canada que cette partie
          de Paris commença de s'appeler alors la _Nouvelle-France_,
          nom qui s'est étendu au faubourg Poissonnière, qui en étoit
          la continuation. La caserne qui s'y trouve l'a seule gardé.]

          [Note 38: Se parer avec forfanterie. Ce mot est dans
          Montaigue, liv. 3, ch. 10.]

          [Note 39: C'est-à-dire un tableau bouffon, une
          _affiche-caricature_, qu'on mettra à la porte du théâtre de
          l'hôtel de Bourgogne.]

          [Note 40: Les peintres Zeuxis et Parashius.]

          [Note 41: Un âne.]

          [Note 42: Les harpies.]

          [Note 43: On voit que les farceurs se couvroient le
          visage de farine, comme notre Pierrot, qui a seul gardé
          la tradition. De là le sobriquet d'_enfarinés_ qu'on leur
          donne partout. On voit par un passage de Montaigne (liv. 3,
          en. 10), que c'étoit déjà l'usage des apprentis badins de
          son temps. On lit dans les _Jeux de l'inconnu_ (1645, in-8,
          p. 158), au sujet de Jean Farine, qui, lui non plus, ne
          doit pas son nom à autre chose: «A le voir si blanchastre,
          il semble qu'il soit déjà enfariné.»]

          [Note 44: On appeloit habit de _vinaigre_, selon le
          Dictionnaire de Trévoux, tout habit trop léger porté en
          hiver, sans doute parcequ'il n'empêchoit pas le froid de
          vous _piquer_.]

          [Note 45: Sans doute le cabaret de _la Licorne_, qui a
          donné son nom à l'une des rues de la Cité. En 1816, selon
          la Tynna, il s'y trouvoit encore, au nº 8, un marchand
          de vin ayant une licorne pour enseigne. On disoit, pour
          prédire à quelqu'un quelque bonne raillerie: _Les petits
          enfants en iront au vin et à la moutarde_, d'où le nom
          trivial de _moutard_ donné à ceux-ci. Ce que disent ces
          deux vers répond évidemment à cette locution, qui se trouve
          déjà dans Villon, et que Malherbe, dans ses lettres à
          Peiresc, employoit encore.]

       *       *       *       *       *

_Stances._

    Je reviens donc à vous, garny de pioleries[46],
  Vous dire qu'en un coup l'air, la terre et les cieux,
  M'ont conté du badaud toutes les tromperies
  Quant je les ay priez seulement par vos yeux.

    La terre me portoit, l'air prenoit ma parolle,
  Et les cieux mes desirs, des dieux favorisez;
  Au bruict de votre nom les postillons d'Eole
  Furent (bien que mutins) à l'instant apaisez.

    Si bien que j'escoutois d'Echo la resonnance
  Et recevois des dieux les revelations:
  Grand pouvoir de vos yeux, dont la seule ordonnance
  Faict reserrer les vents dedans leurs regions.

    Je suis donc faict savant au gré de vostre envie,
  De mille plaisans traicts qu'a faict nostre courtaut,
  Et l'Echo m'a conté qu'il y va de sa vie
  Si, pour s'en exempter, il ne gaigne le haut.

    Mais, pour ce que je voy la matière un peu grande
  Et qu'il y faut donner du temps et du loisir,
  Je vous veux supplier d'accorder ma demande
  Et remettre à demain ce discours de plaisir.

    Aussy bien je cognois que ce que j'en sçay touche
  A ce pauvre chastré dont tout le monde rit:
  C'est pourquoy j'ayme mieux vous le dire de bouche,
  Pour le favoriser, que non pas par escrit.

          [Note 46: C'est-à-dire couvert de bigarrures. On connoît
          le proverbe: «_Piolé riolé comme_ la chandelle des Rois»,
          qui étoit en effet de deux couleurs. Un fol, comme celui
          qui parle dans ces stances, pouvoit bien s'exprimer ainsi.
          Les badins, selon Henri Estienne, dans la préface de son
          _Apologie pour Hérodote_, portoient des «robes bigarrées de
          bandes larges.»]

       *       *       *       *       *

_Sonnet._

Allusion sur le nom du protecteur de l'Archi-Sot.

    Hé bien! te voilà donc plongé dans une fange
  Dont tu ne peux sortir si tu n'as mon secours!
  Dis ce que tu voudras, il faudra que tu manges
  Le remède appresté contre tes beaux discours.

    Au mont où ton esprit peu capable se range,
  Les ardants ou luisants n'ont quasi plus de cours;
  Ou j'estime cela morsure de phalange[47],
  Pour laquelle guarir ma voix est mon secours.

    Beau fils, dont le visage est pareil au lard jaulne,
  Ton pouvoir se mesure à la longueur d'une aulne,
  Dont tu ne peux juger que la fin soit le bout.

    Tu sais bien que je puis apaiser ton audace;
  Si ma parolle a peu te bannir d'une place,
  Gardes que mes escrits ne t'exhilent du tout.

          [Note 47: Sorte d'insecte. Voy. Ronsard, éd. Jannet, t. 1,
          p. 395, note 4.]



_Sur les Revenus des Pasteurs_[48].

          [Note 48: Cette pièce se trouve, p. 278-282, dans le
          curieux recueil _Le tableau de la vie et du gouvernement de
          MM. les cardinaux Richelieu et Mazarin, et de M. Colbert,
          représenté en diverses satyres et poésies ingénieuses,
          etc._ Cologne, P. Marteau, 1694, in-12. Seulement, elle est
          fautive dans cette édition; nous l'avons rétablie d'après
          celle qui avoit paru l'année précédente, et qui est bien
          plus correcte.]


  Quel est donc ce cahos, et quelle extravagance
  Agite maintenant tout l'esprit de la France?
  Quel demon infernal, amy des changemens,
  Fait tant de nouveautez dans tous nos reglements?
  On fait, on redefait, on retablit, on casse;
  Rien ne demeure fait, quelque chose qu'on fasse;
  On retranche les saints[49], on les refeste après[50];
  On plaide au Châtelet quand c'est feste au Palais.
  On trouve à reformer même sur la Reforme.
  L'ancien code à present est un code de forme;
  On ne le connoit point, tant on le voit changé.
  Encor si l'on vouloit reformer le clergé,
  Si l'on vouloit oster la moitié de leurs dixmes,
  La Reforme pourroit reformer bien des crimes.
  Les trop grands revenus perdent beaucoup de gens,
  Et les riches pasteurs sont toujours negligents.
  Pourquoy ceux qui devroient imiter les Apôtres
  Ont-ils seuls plus de bien qu'il n'en faut pour dix autres?
  On devroit bien regler un tel dereglement
  Et montrer aux pasteurs à vivre sobrement;
  On ne voit que des gens de mitres et de crosses
  Faire aujourd'huy rouler de superbes carosses,
  Sans se ressouvenir qu'autrefois l'Eternel
  Ne monta qu'un asnon dans un jour solennel.
  On parle des impôts dont la France est remplie,
  Tout le peuple en murmure et tout le monde en crie;
  Qu'est-ce en comparaison de tant d'injustes droits
  Qu'aujourd'huy les pasteurs levent en tous endroits?
  Tout le monde en naissant doit à la sacristie;
  Il faut payer l'entrée et payer la sortie;
  Tous les pasteurs enfin, par un fatal accord,
  Trouvent de quoy gagner en la vie et la mort[51].
  Bonne condition, qui donne de quoy vivre
  En lisant seulement quelques feuillets d'un livre;
  Recitant tous les jours trois ou quatre oraisons,
  Ils gagnent pour fournir aux frais de leurs maisons.
  Que le breviaire est bon dans le temps où nous sommes!
  Un pasteur est toujours le plus heureux des hommes.
  Veut-on se marier, il faut jetter un ban;
  On en achète deux, et le pasteur les vend;
  Vous ne les auriez pas s'il manquoit une obole.
  Comment nommer cela, si ce n'est monopole,
  Qu'un sacré partisan a mis injustement
  Aux yeux de tout Paris, sur le Saint-Sacrement?
  Meurt-il quelque personne, autre supercherie.
  Voulez-vous, dira-t-on, la grande sonnerie[52]?
  Il faut tant, ou sinon l'on ne sonnera point.
  Monopole jamais monta-t-il à ce point[53]?
  Entre tous les impôts, quel autre impost approche
  De celuy que l'on met sur le son d'une cloche?
  On sonne donc enfin, et pour vos cinq escus
  On vous donne du son. Sont-ce là des abus?
  Un infâme crieur, de qui l'âme inhumaine
  Ne voit aucun vivant qu'avec beaucoup de peine,
  Ce funeste crieur qui ne vit que de morts[54],
  Marchande insolemment pour enterrer des corps.
  Choisissez-vous, dit-il, un endroit pour la fosse?
  Plus il est près du choeur et plus la somme est grosse[55].
  Il faut tant près des fonds, tant près du maître autel.
  Entre tous les impots en voyez-vous un tel,
  Et qui peut plus choquer les droits de la nature,
  Que de vendre à des morts le droit de sépulture?
  Je passe volontiers certains tours de baton
  Dont un rusé pasteur attrape le teston[56].
  Je suis fort catholique, et je n'ay pas envie
  De censurer icy les censeurs de ma vie.
  Je croy que ce qu'ils font a de bonnes raisons,
  Et que tous leurs patrons font bien des guérisons;
  Qu'on guerit de tous maux en leur offrant un cierge,
  Qu'on en guerit plutost s'il est de cire vierge;
  Que qui ne guerit pas n'a pas assez de foy,
  Et je croy tout cela parceque je le croy.
  Pour moy, je ne veux point penetrer ce mystere;
  Mon pasteur me l'a dit, c'est à moy de le croire[57].
  Je crois ce qu'il me dit; s'il fait mal, à son dam.
  Mais je souffre à regret que l'on achète un ban,
  Et que des ornemens qui servent à l'eglise
  Soient de differens prix, comme une marchandise.
  Si vous voulez les beaux à votre enterrement,
  Il faut tant, vous dit-on, pour un tel parement,
  Et, pour l'argenterie, un crieur vous demande
  Si vous voulez avoir la petite ou la grande[58]:
  Le prix est différent, ils vous cousteront tant;
  Et si l'on ne fait rien si l'argent n'est comptant.
  Jamais aucun credit ne se fait à l'eglise.
  N'avez-vous point d'argent, la croix de bois est mise[59];
  Enfin, lorsque l'on va porter les sacremens,
  Si c'est chez un pauvre homme, on va sans ornemens;
  On y va sans flambeau, sans daiz et sans clochette;
  En un mot, on diroit qu'on le porte en cachette.
  Taisons-nous, toutefois! il est fort dangereux
  De parler des pasteurs, et de mal parler d'eux.
  Telles gens ne sont pas des sujets de satyre.
  Muse, va prendre ailleurs quelque sujet pour rire;
  Va t'en au Châtelet voir ces deux conseillers:
  Ils etoient l'an passé chez monsieur Desperiers,
  Et, comme de seconde on monte en retorique,
  Ils furent conseillers sortant de la Logique.
  Une explication sur une simple loy
  Les abêtit tout deux. Mais, ma muse, tais toy,
  J'ay beaucoup de procès. Si tu dis quelque chose,
  Tu me mets en danger de voir perdre ma cause;
  Et cette liberté trop grande que tu prends
  Me feroit pour le moins condamner aux depens;
  Trop heureux seulement si ces jeunes novices
  Se vouloient moderer en taxant leurs epices.
  Je sçais qu'en fait de taxe ils valent bien les vieux,
  Qu'ils le font aussi bien, pour ne pas dire mieux.
  Mais brisons là dessus, ne faisons point querelle.
  Les greffiers, aujourd'huy, font de plus grands abus,
  Et ce sont ces gens là qui friponnent le plus.
  Je voudrois bien pouvoir les passer sous silence;
  Mais quoy! pour quatre mots que porte une sentence,
  Pour dire: Un deffendeur payera cent escus,
  Ils font en parchemin quatre roles, et plus;
  Enfin, ils font si bien, que de quatre paroles
  Que prononce le juge ils composent des roles.
  Un petit parchemin, plus court de quatre doits
  Qu'il ne leur est prescrit par l'ordre de leurs loix,
  Une marge plus grande à chaque bout de lignes
  Marque que ces gens là sont des fripons insignes;
  Sans compter l'_à tous ceux qui ces lettres verront_,
  Qu'ils etendront autant et plus qu'ils ne pourront,
  Cent mots reiterez, cent autres synonimes,
  Et, toutefois, Paris endure tous ces crimes;
  Il aura reformé les pauvres Innocens[60],
  Et tous ces criminels recevront de l'encens.
  Je ne puis endurer que cette extravagance
  Agite maintenant tout l'esprit de la France,
  Qu'on fasse en notre etat des nouveaux changemens
  Et que l'on laisse encor tant de dereglemens.

          [Note 49: Il s'agit encore ici du _retranchement des
          fêtes_, au sujet duquel nous avons déjà publié une pièce
          (t. 5, p. 245), et qui avoit été ordonné par le roi, en
          1666, sur un _Mémoire_ de Colbert, reproduit dans la _Revue
          rétrospective_, 2e série, t. 4, p. 257-258.]

          [Note 50: On n'avoit pas retranché moins de dix-sept fêtes.
          V. _Journal_ ms. d'Olivier d'Ormesson, 2e partie, fol. 139.
          Le peuple, qui tenoit à quelques-unes, cria fort et si bien
          qu'on finit par les rétablir. Celle de saint Roch étoit
          du nombre. V. notre t. 5, p. 249-250. C'est pour celle-ci
          surtout qu'il commença sa désobéissance: «Le mardy 16 août
          (1667), feste de saint Roch, dit encore M. d'Ormesson, fol.
          151, tout le monde festa nonobstant le retranchement.»]

          [Note 51: C'est ce que Marigny a développé avec tant de
          verve et d'esprit dans son charmant poème du _Pain bénit_,
          où se trouve entr'autres ce vers:

               Il fait cher mourir à Paris,

          repris par Regnard lorsqu'il fait dire par le Crispin du
          _Légataire_, à la scène du testament:

               Il fait trop cher mourir.]

          [Note 52: Il faut encore entendre Marigny faisant expliquer
          par les marguilliers de Saint-Paul les détails d'un convoi
          de _première classe_, avec les beaux ornements que leur
          avoit donnés M. de la Rivière, évêque de Langres, leur
          riche paroissien de la place Royale. La grosse sonnerie n'y
          est pas non plus oubliée:

               Tout le convoi fut fort heureux,
               Aucun critique n'y peut mordre;
               Les enfants, gris, rouges et bleux,
               Marchèrent dans un fort bel ordre.
               Grande cour, chambres, escalier
               Bien garnis de tapisserie,
               Vous eûtes nos grands chandeliers
               Et notre belle argenterie.
               Nos beaux ornements bien brodés,
               Que monsieur de Langre a donnés;
               Et puis qu'il faut qu'on vous le die,
               La croix de Fieubet a marché
               _Avec sa grosse sonnerie_.]

          [Note 53: C'est aussi le propos de Marigny:

               Cette sorte d'exaction
               Est un infâme monopole
               Honteux à la Religion.]

          [Note 54: Les frais du crieur étoient compris dans ceux de
          l'enterrement:

               Vous ignorez, pour le certain,
               Qu'il faut les droits de la fabrique,
               D'un _crieur_ et du sacristain.

          C'étoit lui qui apportoit dans les maisons l'_attirail_ des
          convois, comme dit Regnard dans le _Légataire_, acte IV,
          scène dernière, et qui régloit le tarif, comme on le voit
          ici.]

          [Note 55: On sait qu'alors tout paroissien d'importance se
          faisoit enterrer dans l'église.]

          [Note 56: Sur cette expression, v. notre t. 5, p. 250,
          note.]

          [Note 57: Alors on prononçoit _craire_. C'est ce qui donne
          raison à la singulière rime qui se trouve ici. Toutefois,
          dans les vers il étoit d'usage d'employer la prononciation
          qui a prévalu. V. _Journal de l'Académie françoise_, par
          l'abbé de Choisy (1696), fol. 7. On ne vouloit pas sans
          doute que l'accident qui arriva un jour à une actrice de
          province pût se renouveler. Elle avoit à dire ce vers:

               Le prince vit encore! ô ciel! puis-je le croire?

          Elle le prononça suivant la mode admise dans la
          conversation; aussi son interlocuteur, pour ne pas manquer
          la rime à _craire_, riposta tout aussitôt:

               Oui, princesse, il arrive, et tout couvert de _glaire_.]

          [Note 58: V. l'une des notes précédentes.]

          [Note 59: _Mais_, dit encore Marigny, dans la discussion
          qu'il établit entre les marguilliers de Saint-Paul et un
          parent révolté de la somme énorme des frais:

               --Mais, s'il meurt sans laisser de bien,
               Qu'avez-vous coutume de faire,
               Suivant votre honnête métier
               De ne faire rien pour rien?...
               --Sans prière ni luminaire
               On le fait porter, comme un chien,
               Dans quelque coin du cimetière;
               Et, de plus, sachez qu'en ce cas
               L'exactitude est si précise,
               Que même nous ne souffrons pas
               Que le corps passe par l'église.]

          [Note 60: La fête des _Saints-Innocents_ étoit au nombre de
          celles qu'on avoit retranchées. V. notre t. 6, p. 249.]



_La Requeste presentée à Nosseigneurs de Parlement par les
Marchands, bourgeois et artisans de cette ville de Paris, pour la
diminution d'une demie année des loyers des maisons, chambres et
boutiques.--Fait en Parlement, le 19 juin 1652._

       *       *       *       *       *

_A Nosseigneurs de Parlement_[61].

          [Note 61: Cette pièce, qui n'a été publiée que par le
          _Journal de l'Institut historique_, avril 1841, p. 133-134,
          n'est pas la seule du même genre que nous trouvions dans la
          première moitié du 17e siècle. Lorsque les temps devenoient
          durs pour les pauvres gens, il n'étoit pas rare de voir
          s'élever de pareilles requêtes, et, comme on en va voir
          la preuve, le Parlement y faisoit presque toujours droit,
          du moins dans une certaine mesure. Voici, par exemple, ce
          que nous trouvons à l'une des époques les plus difficiles
          du règne de Louis XIII: _Sentences et réglement donnés par
          monsieur le prevost de Paris ou monsieur le lieutenant
          civil, le present mois d'aoust mil six cent vingt deux,
          contenant les diminutions ordonnées pour les loyers des
          maisons de la ville et fauxbourgs de Paris_. A Paris,
          _chez la veuve Hubert Velut, rue de la Tannerie, près de
          la Grève_, 1628, in-8. Il s'agit d'un certain nombre de
          maîtres de logis et chambres garnies qui, après avoir
          demandé vainement à leurs propriétaires une diminution pour
          le loyer des maisons qu'ils sous-louoient en détail, ont
          adressé au Parlement la même rère, exaucée alors, mais à
          condition toutefois que la diminution accordée entraîneroit
          d'elle-même la résiliation des baux. Les demandeurs,
          pour appuyer la requête à laquelle on faisoit droit
          ainsi, avoient dit: «Que, pour essayer à gagner quelque
          chose pour subvenir à leurs familles, ils avoient pris à
          ferme les logis où ils sont, demeurant siz au quartier
          du Louvre, pour y loger en chambre garnie et prendre des
          pensionnaires; mais, à cause de la longue absence du roy
          qui rend ledit quartier du Louvre, voire toute la ville de
          Paris, déserte de monde, au prix de ce qu'il y en a lorsque
          Sa Majesté est résidente, ils n'ont personne de logé chez
          eux, soit en pension, soit en chambre garnie, tellement
          que lesdits logements, dont ils payent de grands loyers,
          leur sont du tout inutiles et à grandes charges.» La même
          année parut _Sentence de monsieur le prévost de Paris, ou
          monsieur son lieutenant civil, commissaire député de la
          Cour, portant réglement sur la diminution des loyers des
          maisons de celle ville et faulxbourgs de Paris, requise
          par les locataires contre les propriétaires_. A Paris,
          chez Isaac Mesnier, rue Saint-Jacques, 1622. L'année
          suivante, autre arrêt, mais d'une importance plus grande:
          _Règlement général pour le rabais des loyers des maisons_.
          _A Paris, chez P. Rocolet, libraire et imprimeur de la
          ville_, 1623, in-8. Il est rendu, «veu l'arrêt de la Cour
          de Parlement obtenu sur la requeste présentée par les
          pauvres locataires qui tiennent logis et chambres garnies
          en la dicte ville de Paris, le 27 octobre 1623, portant
          que, pour leur estre pourveu sur la diminution par eux
          requise à cause de la maladie contagieuse advenue en ceste
          dite ville et fauxbourgs, ils se pourvoyroient par devers
          nous, et que ce qui seroit par nous ordonné seroit exécuté,
          nonobstant opposition ou appellation quelconques... et,
          tout veu, nous disons, par délibération du conseil, ouy
          sur ce le procureur du roy, que diminution est faicte
          aux dits locataires qui n'ont payé, du quart du terme de
          Saint-Jean à la Saint-Remy, et du demi-quart du terme de
          Saint-Remy à Noël prochain.» Deux ans après, un arrêt
          du même genre fut encore rendu, mais nous ne savons sur
          quels motifs; nous ne le connoissons, en effet, que par
          son titre, reproduit ainsi, sous le nº 818 du _Catalogue
          des livres_ de M. Leroux de Lincy: _Règlement général pour
          le rabais des loyers des maisons du 22 août 1625, signé
          Musnier_. Paris, 1625, in-8.--Au temps de la Fronde, les
          plaintes recommencèrent avec la misère des pauvres gens,
          et le Parlement, plus que jamais souverain, ne manqua pas
          d'y faire droit. La pièce donnée ici est de cette époque,
          mais dans la dernière période. Les années qui avoient
          précédé furent celles où les arrêts de cette nature se
          multiplièrent le plus. Nous n'en comptons pas moins de cinq
          pour la seule année 1649. En voici les titres et le résumé:
          1º _Arrêt de la Cour de parlement pour la diminution
          des loyers des maisons dans la ville et fauxbourgs de
          Paris, du 10 avril 1649_, in-4. Il est rendu sur neuf
          requêtes présentées par les locataires des maisons du
          faubourg Saint-Antoine; par quelques habitants du faubourg
          Saint-Marcel; par les pauvres bourgeois et _chambrelans_
          (logeurs en chambre) de cette ville et fauxbourgs; par
          les marchands de la salle Dauphine et des autres parties
          du Palais, notamment Réné Autié; par les hôteliers du
          quartier Saint-Martin; par les locataires des environs du
          Palais-Royal, rues des Petits-Champs, Coquillière, des
          Vieux-Augustins; par ceux qui louent en chambre garnie
          au quartier du Louvre et du Palais-Royal; enfin par les
          habitants du faubourg Saint Germain.--2º _Arrêt de la Cour
          de Parlement pour la descharge entière des loyers des
          maîtres du quartier de Pasques, en la ville et fauxbourgs
          de Paris, rendu en interprétation de celui du 10 avril
          dernier, avec réglement pour les baux du 14 avril 1649_,
          in-4. Cette sentence, que M. Moreau a consignée sous le
          nº 264 de son excellente _Bibliographie des mazarinades_,
          est rendue sur requête présentée par des habitants de
          la _Draperie_, de la _Barillerie_, par des marchands
          du Palais, «par Florent Martel, chirurgien ordinaire
          du roy en son artillerie, et autres, tous particuliers
          demeurant en l'isle Notre-Dame»; par les locataires des
          maisons sises rues Saint-Honoré, Frementeau (_sic_),
          des Bons-Enfants; par Jean Lemoine et autres locataires
          principaux des maisons «baties sur le pont Marie et esles
          d'iceluy»; et ceux qui louent en chambres garnies rues des
          Poulies, du Louvre, du Coq, de Champfleury, du Chantre, de
          Jean-Saint-Denis, Frementeau, de Beauvais, Saint-Thomas
          du Louvre; par les cabaretiers de la place Maubert et
          environs; par les pauvres bourgeois «demeurant en la
          Villeneuve-sur-Gravois, les Petits-Carreaux aboutissant
          en la rue Mont-Orgueil, cour de Miracle, rue appelée la
          rue Neuve-Saint-Sauveur, rues de Cléry, de Bourbon, et
          autres rues adjacentes, sur le chemin qui conduit vers la
          Nouvelle-France et Montmartre».--3º _Arrest de la Cour
          de Parlement en faveur des locataires et sous-locataires
          des maisons de la ville et fauxbourgs de Paris, pour leur
          descharge du loyer de Pasques dernier, avec reglement pour
          les baux, rentes foncières et autres constituées pour la
          construction des bâtiments, donné sur les requestes des
          proprietaires des dites maisons, et pour l'execution des
          arrêts precedents, des 10 et 14 du present mois et an, du
          27 avril 1649_, in-4.--_4º Arrêt de la Cour de Parlement
          portant confirmation des arrêts des 10 et 14 de ce mois,
          pour la descharge du terme de Pasques, avec deffense aux
          propriétaires de presenter aucune requeste. Paris, Michel
          Metayer, demeurant isle Notre-Dame, sur le pont Marie, au
          Cygne_, in-4. C'est d'abord la supplique de P. Chaoues,
          marchand fripier, artisan bourgeois de Paris, locataire
          d'une portion de maison sise au coin de la Petite-Friperie.
          Elle est dirigée contre maître Charles Fustel, bourgeois
          de Paris, qui, «en depit des arrêts precedemment rendus
          pour la descharge du loyer echu à Pasques», a fait saisir
          les meubles du requérant. Vient ensuite l'arrêt qui donne
          droit à la supplique, dans un dispositif où se trouve
          cette phrase, dejà en substance sur le titre: «Faict
          deffense de presenter aucune requeste en nom collectif des
          propriétaires.»--_5º Arrest de la Cour de Parlement pour
          la descharge entière des loyers des maisons du quartier de
          Noël, escheu à Pasques dernier, du 19 may 1649._ A Paris,
          _chez Jean Brunet, rue Neuve-Saint-Louys, au Canon-Royal,
          près le Palais_. Il est rendu sur une requête signée par
          un grand nombre des marchands qui figurent aussi dans
          celle que nous reproduisons. Ils ont leurs boutiques au
          Palais, aux grandes et petites salles, aux galeries des
          prisonniers en la Cour, «et aux environs des gros murs du
          Palais, rue Barillerie, et sur le Pont-aux-Changeurs». Ils
          objectent que ce qui les a engagés à se charger desdits
          loyers «a esté l'esperance qu'ils ont eue que le commerce
          et les manufactures, ausquels ils se sont appliqués les
          années dernières, continueroient comme du passé; mais il
          en arrive autrement dans les rencontres des barricades,
          suivies du blocus de Paris; et le malheur de ce temps a
          esté tel que tout le commerce des suppliants a esté ruiné;
          ils ont mesme perdu l'occasion des foires Saint-Germain,
          de Rennes et de Caen, pour lesquelles ils auroient preparé
          et où ils avoient accoustumé de debiter grand nombre de
          marchandises, qui leur sont demeurées inutiles pour estre
          changées de mode et de prix; et les suppliants ont encore
          souffert beaucoup de pertes au sujet des assemblées presque
          continuelles de la Cour, occupée aux affaires publiques,
          pendant lesquelles lesdits suppliants ont esté obligés
          de tenir presque toujours leurs boutiques fermées.»--En
          1652, époque de la dernière Fronde, qui fut signalée par
          une nouvelle crise de misère, les requêtes des locataires
          recommencent. Celle que nous publions ici en est un
          exemple. Mais nous n'avons pu trouver l'arrêt qu'elle dut
          motiver, non plus que celui qui donna sans doute raison
          à une autre supplique du même genre, signée de Lefèvre,
          avocat au Conseil. Voici le titre de cette pièce, rappelée
          par M. Moreau, sous le nº 3504 de sa _Bibliographie des
          mazarinades: Requête presentée au roi, en son château
          du Louvre, par les pauvres locataires de la ville et
          faubourgs de Paris, le jeudi 24 octobre 1652, pour les
          exempter du paiement des termes de Pâques, Saint-Jean et
          Saint-Remy derniers_. Paris, _Noël Poulletier_, 1604, in-4.
          On ne s'en étoit pas tenu alors à ces requêtes contre
          les propriétaires; quelques uns, notamment un nommé de
          Verneuil, avoient eu le projet de les faire financer par
          force pour les fonds nécessaires à l'expulsion du Mazarin.
          M. Moreau (nº 2772) a donné une curieuse analyse du placet
          où se trouve émise cette singulière idée: _Placet presenté
          à Son Altesse Royale par Jean Le Riche, sieur de Verneuile_
          (sic), _bourgeois et habitant de Paris, sur le moyen qu'il
          a donné à messieurs les princes de faire le dernier effort
          pour chasser le cardinal Mazarin sans fouler les peuples_.
          Paris, _veuve Marette_, 1652, 7 pages, très rare, signé
          Verneuil. «Ce Verneuil, dit M. Moreau, propose de prendre
          aux propriétaires le quart du quartier échu à Pâques
          dernier, et offre d'en faire la recette. Il offre en outre
          de vendre deux maisons, l'une à la ville et l'autre à la
          campagne, pour les frais de la guerre et pour le prix de la
          tête de Mazarin!»]

Suplient humblement Jacques Motteron, Jacques Rouguon, Guillaume
Bourgeois, Jean Nansse, Joseph Boutiffard, Marin David, Edme Farcy,
Desprez Jouvellet, François Maurice, Jacques Le Fresne, Jacques
Raymault, Jullien de Bray, Claude Mignot, Charles Vaillant, Pierre
Bourgeoin, François Philippart, Françoise Chaudun veufve Charles de
Combes, Jean Corriasse de Barry, Jacques Mallasye, Michel Filassier,
Jacques Bazin, François Vincent, Charles Godefroy, Nicolas le Dreux,
Pierre Desmarres, Georges Guillard, Jacques Migoullet, Jacques
Chuppin, Jacques de la Mare, Guillaume Dufour, Romain Boutelleux,
Pierre Danisy, Dantan, Chenard, Vatin, Mazé, R. Morin, Charles
Dutol, Thomas le père, Micloul Maire, Isaac le Fébure, Jean du Foua,
Jean Parlot, Antoine Vailly, Gabrielle Bouche, Jacques Prevost,
Alexandre Chenet, Hubert Chandellier, Jean Mouppellon, Jérémie
Blanchard, Charles Sanse, Lucas Dupuis, Jean Desert, Jean Granveau,
Claude Vallerin, Gilbert Charton, Claude Tiphane, Nicolas Lambert,
Ctenon, Feuche, Jacques Delihu, Coustellier et Michel Guillaume,
Pierre Isenbert, P. Besson, Charles de Lievre, Germain Gobert,
Martin Fontaine, Luc Navarte, François Norquier, Pierre Cointerel,
Jean Olive, Charles Barbereau, Simon Barteau, Pierre Fromantin, Jean
Forestier, Louis Denis, Jacques Tatou, Antoine Mansart, Louis Denis,
Alexandre Lesselin, Pierre Poncet, Jeanne Amiot, Nicolas de Combes,
Denis Mesnidrieu, Louis Lami, Jean Maglin, Nicolas Lambert, Simon
Baudin, François Leclerc, Isaac de l'Estang, Jean Lesselin, Jean
Joly, touts marchands bourgeois et artisans de cette ville de Paris,
demeurant tant sur les ponts Sainct-Michel, au Change, rue de la
Barillerie et ès environs du Palais et lieux adjacents, principaux
locataires et sous-locataires des maisons, chambres et boutiques
scizes et scituées ès-dits lieux; disans que quelques particuliers,
au mois de mars dernier, auroient présenté leur requeste à la Cour,
tendante à ce qu'à cause des troubles qui sont dans le royaume et
que le commerce a cessé universellement par tout ledit royaume
et en autres lieux circonvoisins d'iceluy, au moyen de quoy les
supplians, qui n'ont autres revenus pour le maintien de leur famille
que leur traficq ordinaire, et lequel n'ayant plus de lieu, ils
sont reduits à une extrême disette, ne pouvant avoir moyen de vivre
et subsister. Pour raison de quoy ils requeroient par la susdite
requeste qu'ils fussent deschargez des loyers qu'ils pouvoient
debvoir du terme de Noël à Pasques; mais, la Cour n'ayant voulu
prononcer deffinitivement, elle auroit renvoyé lesdits particuliers
à eux pourvoir pardevant le prevost de Paris, qui auroit donné
jugement tout ambigu et insoustenable, puisque par iceluy il est
favorable aux uns, et non aux autres; ce qui auroit donné sujet
d'appel tant d'icelle sentence que des exécutions faites sur les
biens des supplians; et par ainsi la Cour sera toujours importunée si
elle n'en retient la connoissance et ne donne arrest deffinitif. Ce
considéré, nos seigneurs, attendu qu'il vous appert de la necessité
publique causée par l'effet de la guerre que les supplians n'ont
autre moyen de vivre et entretenir leur pauvre famille que leur
traficq ordinaire, et lequel ayant cessé, comme il est notoire, ils
sont reduits à une disette extrême, joint que la pluspart du temps
leurs boutiques sont fermées, estant obligés d'avoir les armes sur
le dos et faire garde aux portes; aussi que les proprietaires des
maisons et boutiques qu'ils occupent, tirant des louages excessifs,
pouvant mieux subsister qu'eux; aussi qu'il ne seroit pas raisonnable
qu'ils fussent exempts d'essuyer en partie le mauvais temps present,
il vous plaise de vos graces ordonner que lesdits suppliants seront
deschargez des loyers dudit terme de Pasques passé, comme aussi de
celui de Sainct-Jean mil six cent cinquante-deux, avec deffence
ausd. propriétaires et sous-locataires de faire faire aucune
contrainte pour lesdits termes de Pasques et Sainct-Jean jusques à ce
qu'autrement par la Cour en ayt esté ordonné. Et vous feres bien.

Parlent sommairement les parties à maistre Le Nain, conseiller du roy.

     Fait en Parlement, le 19 jour de juin 1652.

A la requeste de maistre François Parent le jeune, procureur en
parlement, et de... soit sommé et interpellé maistre... de comparoir
à dix heures du matin à la barre de la Cour pardevant monsieur
Le Nain, conseiller, pour estre oüys et réglez sur la requestre
présentée à ladite Cour le dix-neuf du present mois et an par
ledit..... et les y desnommez; de laquelle coppie a esté baillée à ce
que ledit..... aye à deffendre si bon luy semble. Dont acte.



_Reproches du capitaine Guillery[62] faits aux Carabins, Picoreurs et
Pillards de l'armée de Messieurs les Princes._

_A Paris, de l'imprimerie d'Anthoine du Brueil, entre le pont
Saint-Michel et la rue de la Harpe, à l'Estoille couronnée._

M.DC.XV. In-8.

          [Note 62: V. sur ce chef de bandes une pièce de notre
          t. 1er. Celle-ci contient quelques faits nouveaux sur
          lui et sur les bandits qui pilloient à son exemple et
          renchérissoient même sur ses ravages. On peut voir, au
          sujet de ces _picoreurs_ du parti des princes, notre t. 5,
          p. 215, et le t. 6, p. 324, note 2.]


Ha! mes frères, vous deshonorez l'Estat. Est-ce ainsi qu'on se
comporte à la guerre, où tout d'un coup le vallet veut estre maistre,
où le pigeon veut voller avant qu'avoir des aisles, où l'escolier
veut sortir de l'escolle avant que d'avoir rendu les actes et les
preuves de sa profession?

Du temps que Guillery j'estois, on me voyoit marcher sous les
cornettes du feu duc de Mercoeur[63], et je me fis tellement sous la
conduitte d'un chef si important que je devins fort grand conseiller,
suptil aux entreprises, et fort grand de courage; bref, ayant acquis
toutes les marques d'un bon soldat, on me donna une compagnie, en
la conduite de laquelle je m'acquitay de ma charge avec autant de
modestie et vaillance que capitaine de mon temps. J'estois tousjours
le premier aux escarmouches, et ne demandois qu'à remuer le fer
tousjours au milieu du feu et du sang, et jamais ne m'amusois au
pillage, l'estimant une chose indigne de ma valeur.

          [Note 63: V. t. 1er, p. 293, note.]

Ce n'est pas là la vie que vous voulez mener, frères: car je voy
bien, par les procedures que vous tenez au commancement de ceste
guerre, que vous n'avez le coeur qu'à la volerie, qu'au pillage
et butin, poltrons que vous estes, soldats de rapine, oyseaux de
proye[64]; aussi ne vous fussiez-vous jamais enrollé sous les chefs
qui vous conduisent, n'eût esté la belle esperance qu'on vous donna
de demeurer maistres de la campagne et vous laisser vivre avec toute
sorte de liberté. O pendards! on en pendra tant[65]!

          [Note 64: Ce que fit le brigand Carrefour, enrôlé quelque
          temps dans le parti du duc de Nevers, est bien une preuve
          de la vérité de ce qu'on lit ici.]

          [Note 65: Cette exclamation revient comme une sorte de
          refrain à la fin de plusieurs paragraphes.]

Quant Guillery j'estois, combattans sous les enseignes de mon maistre
et bon seigneur, je n'avois du sang et de la vie que pour despendre
liberallement à son service, esperant qu'après avoir souffert une
infinité de playes, passé et traversé dix mille dangers, le residu de
ma meilleure fortune consisteroit en sa bonne affection. Mais quoy!
je fus malheureux: car, pour avoir bien et fidellement servy, le sort
de ma fortune me rendit miserable et me precipita aux hazards peu
honnestes qui, finallement, m'ont conduit au supplice.

Mais vous ne commencez encore qu'à travailler, et desjà vous vous
payez par vos mains; servans vos maistres et chefs par vos actions
et menées, vous leur acquerez les plus glorieux tiltres du monde;
lesquels, au lieu qu'ils croyent avoir des gens de bien avec eux, ils
n'ont que des larrons, que des volleurs et des pendars, qui ne se
soucient ny du service ny de la bonne affection de leurs chefs. En
recognoissance de leur merite, on leur en pendra tant!

Ainsi, me voyant frustré de mes esperances, m'ayant delaissé, je me
laissé emporter au desespoir, laissant abastardir mon courage, ne
trouvant plus durant la paix où l'exercer genereusement; je feis
ma retraicte, de rage et de despit, aux bois et aux forests, pour
avancer ma main sur les passans et abandonner mes desirs aux pillages
sur les moyens d'un chacun; mais ce ne fut qu'après avoir perdu la
saison et le temps de pouvoir exercer ma valleur.

Mais vous autres qu'on conduit aux exercices des armes, qu'on
mène sur les lieux au pretendu service du roy, où vous avez l'ame
poltronne et coyonne, qu'au lieu de ce faire vous espiez les pauvres
paysans: on en pendra tant!

Bien que Guillery je fusse plongé en ce desespoir et en ce dernier
despit, comme fort robuste et redouté, je me trouvay assisté de
beaucoup de gens qui attachèrent leur vie et leur fortune au mesme
hazard que la mienne, où ramassant l'escume de toute la haute et
basse Bretagne, Poictou et autres pays; je me trouvay accompagné de
plus de quatre cens hommes, tous de faict et de mise[66].

          [Note 66: C'est à peu près ce qu'on lit textuellement dans
          la pièce de notre t. 1er, p. 294.]

Mais vous autres estes trop lasches et gourmands: vous avez la
peau trop tendre pour l'estendre si loing et pour attirer à vous
tant d'adjoints; vous ne voulez pas tant de suitte pour faire vos
pilleries; aussi auriez-vous peur que le butin de vol ne fût assez
ample; si vous estes seulement douze ou quinze d'une bande après la
maison de quelque laboureur, vous entre-mangez encore, comme chiens
et chats et villains, à qui montera le premier dessus la fille ou la
chambrière de la maison et à qui aura la bourse. Au diable soit la
canaille! On en pendra tant!

Quant Guillery j'estois, je me rangeay premierement dans la forest
de Machechou en Ray, où je dressé ma puissante forteresse pour la
retraicte seure de moy et des miens au retour de nos chasses.

Mais pour vous, vous n'avez pour retraictes bien seures que la
campagne et quelques meschantes tavernes, où vous arrivez aujourd'huy
en l'une, demain en l'autre, sans prendre garde si les prevosts
ne vous suivent point. O frères, vous estes trop impudents en ce
mestier! On en pendra tant!

Assuré et resolu que j'estois, je trouvay une fois un homme sur le
chemin de Nantes, qui s'en alloit solliciter un procez, et me disant
qu'il n'avoit point d'argent. A force de prier Dieu, je decouvray
qu'il luy estoit venu quatre cens escus en sa pochette; alors luy et
moy nous les comptasmes, et, après les avoir comptés, nous partissons
esgallement, comme frères, sans autre bruit ny disputes, telle
qu'elle fust.

Voyez, frères, voyez si vous estes de si bonne amitié; jà vous estes
bien rogues, et ne vaudriez rien à torcher le cul, car vous estes
trop rudes et mal gracieux; aussi n'aurez-vous jamais rien: car,
quand vous trouvez le pauvre marchand en chemin, vous le saluez de
chair et de mots, et, pour tout gracieux accueil, le colletez et luy
vuidez sa pauvre bourse, sans vous soucier ce qu'il peut devenir.
Ha! ingrats, meschans et indignes d'estre frères de Guillery, on en
pendra tant!

Ainsi redouté que j'estois, me transportant en plusieurs lieux,
suivant les forests et attendant le retour des marchands le long
des grands chemins, je fus une fois adverty que quelques prevots
s'estoient amassez avec leurs archers pour me venir surprendre dans
la forest de Mochemont, qui est près de Rouen[67]. Là, j'assemblay
mes gens et les tiray à quartier, puis envoyay recognoistre les
forces des dicts prevots, et moy-mesme m'y transportay, habillé en
paysan; puis, ayant veu que leurs forces n'estoient bastantes pour
les miennes, je les allay charger dans la dicte forest de telle
furie que je les mis en fuitte, et, ayant tué quelques uns et blessé
plusieurs, j'en emmenay six ou sept prisonniers, et, les ayant faict
attacher aux arbres, nous prîmes leurs casaques, et nous en allasmes
la nuict ensuivant à un chasteau proche de là, appartenant à un
president, et, feignant le chercher, luy commandasmes d'ouvrir les
portes de par le Roy, à l'instant ouvrir coffres et cabinets, où nous
fismes fort bien nos affaires.

          [Note 67: Guillery poussoit en effet ses entreprises
          jusqu'à Rouen; v. t. 1er, p. 298. Le coup de main dont le
          récit suit ne se trouve pas raconté dans la première pièce
          que nous avons donnée.]

Voyez, frères, voyez si vous aurez jamais tant d'esprit de resister
aux prevosts comme nous fismes et faire de leurs despouilles si
joliment vostre profit; c'est bien au contraire: car, si vous les
sentiez venir de loing, quoy que vous fussiez aussi forts, vous
auriez la fiebvre au cul. Ha! pauvres escoliers, on en pendra tant!

Moy, estant bien armé et associé de bons et valleureux soldats,
j'estois la terreur de toute la campagne, l'espouvante des marchands,
et guières les prevosts ne venoient me chercher, pour ce que je leur
faisois mauvaise escorte et au gros des bois faisais planter des
poicteaux où j'escrivois ces mots: «La mort aux prevosts, la corde
aux archers[68]!» Nul n'approche ces lieux qui ne soit bien suivy.

          [Note 68: Cette devise de Guillery est donnée autrement
          dans le _Journal_ de l'Estoille (11 sept. 1608): «Ils
          avoient pris pour devise, qu'ils avoient affichée
          en plusieurs arbres de grands chemins: _Paix aux
          gentilshommes, la mort aux prevosts et archers et la
          bourse aux marchands_. Ce qu'ils ont réellement exécuté
          maintefois, ayant tué tous les prevosts et archers
          qui estoient tombés entre leurs mains et devalisé les
          marchands. En sorte que, dans ces derniers temps, personne
          n'ose negotier ni aller aux foires à trente et quarante
          lieues de la retraite de ces voleurs.»]

Mais vous, nouveaux picoreurs[69], vous ne vallez rien que pour
piller le bon homme, que pour destrousser les marchands et rançonner
le monde. Allez, la corde à telles gens que vous, qui n'avez du
courage que contre un homme seul. Guillery, de son temps, ne vouloit
à sa suitte de si lasches poltrons.

          [Note 69: Les mots _picoreur_, _picorer_, que Ménage,
          d'accord en cela avec le _Dictionnaire des rimes_ de La
          Noue, p. 35, dérive du latin _pecorare_, enlever des
          troupeaux, étoient arrivés dans la langue vers le temps
          d'Estienne Pasquier. Voir ses _Recherches de la France_,
          livre 3, ch. 8. On se rappelle la jolie phrase des contes
          d'Eutrapel sur ces gens de maraude «accoustrés de bons
          habillements que la damoiselle Picorée avoit faits et
          filés». Ce n'étoit pas seulement au temps des guerres que
          les soldats vivoient de ces pillages, ils n'en faisoient
          pas moins lorsqu'ils alloient pacifiquement par les
          provinces à la suite du roi. Un des _Nouveaux satires_
          d'Angot, sieur de l'Eperonnière, intitulé _Les picoreurs_,
          nous apprend ce que le voyage de Louis XIII, en 1620, coûta
          ainsi aux riches campagnes de la Normandie:

                 ..... Un jeune pitaut me dit tout esperdu,
               Les soldats sont au bourg, Monsieur, tout est perdu!
               Cette engeance d'enfer, que la faim espoinçonne,
               Froisse tout, pille tout, sans respect de personne;
               Ils ont le diable au corps, et jurent devant tous
               Que, _par la digne tête_, ils logeront chez vous.
               J'aurois, j'aurois horreur de vous dire de bouche
               Le desastre qu'ils font et dont le coeur me touche.
               Ce ne sont point soudars, ce sont des picoreurs,
               Qui sont de l'Ante-Christ les vrais avan-coureurs;
               Leurs buletins sont faits, et déjà par la voie,
               Comme loups affamés, ils courent à la proie.
               Ils ont presque tué Flipin d'un coup d'estoc,
               En defendant Janet, ses poules et son coq;
               Ils ont rompu son meuble, et sa feme Isabelle
               A perdu son sanfaix, son fil et sa cordelle;
               Ils ont mangé sa cresme, ils ont son lard ravy.
               Jamais un tel desordre au monde je ne vy.]

Quand je trouvois quelqu'un parmy les chemins, je luy demandois
où il alloit, d'où il venoit et quel il estoit; je m'enquestois
en suitte des finances qu'il avoit, et, après l'avoir fouillé et
particulierement visité, si je ne luy trouvois argent suffisamment
pour accomplir son voyage, je luy en donnois du mien; s'il en avoit
plus qu'il n'en avoit besoin pour achever son chemin, nous le
comptions et partissions comme frères, et, cela fait, le laissois
aller sans luy faire aucun autre tort ny dommage.

Voyez si vous estes de si bonne conscience; je tiens pour tout
asseuré que vous n'auriez garde de faire le semblable; je vous tiens
d'un tel naturel, et l'experience le monstre, que vous arracheriez
volontiers le coeur des pauvres gens, puis que, les ayant tous
vollez, pillez et desrobez, encore leur mettez-vous le poignard
sous la gorge pour leur faire confesser, de force ou de gré, s'ils
n'ont point destourné quelque partye de leur bien; vous leur donnez
le fronteau[70], vous leur serrez les poulces avec les rouets[71]
d'arquebuze. Ha! quelle desolation! Vous estes des bourreaux sans
misericorde, vous en serez payez au double, car il n'y a point de
supplice qui puisse esgaller vos forfaits et demerites. On disoit
l'an passé que, vous estans en Poictou, après vous avoir rendus souls
comme bougres[72], enyvrez jusques à jetter le vin par la gorge, par
le nez et par les yeux, miserables que vous estes, vous renversiez
les muids de vin dans les puits à faute de contenter vos maudites
volontez par argent. Mais, quoy! que dict-on de vous en ceste armée?
Je ne sçay si je dois croire: on dit que, pour avoir de l'argent,
vous despouillez les hommes à leur chemise, et les battez et outragez
de telle sorte que plusieurs en sont morts. Au diable soit donné
vostre race; vous aurez bonne issuë de tout cecy un de ces matins.

          [Note 70: C'étoit un genre de torture exercé sur les
          paysans par ces bandits, et qui consistoit à serrer
          violemment avec de fortes cordes le front du patient
          jusqu'à ce qu'il eût dit où se trouvoit tout ce qu'il avoit
          d'argent.]

          [Note 71: C'est-à-dire qu'ils leur serroient les pouces
          dans les ressorts de leurs arquebuses à rouets. Les
          locutions, encore populaires, _serrer les pouces, faire
          mettre les pouces_ à quelqu'un, pour le faire céder,
          doivent venir de là.]

          [Note 72: C'est-à-dire comme Bulgares. Ils partageoient
          alors la réputation d'ivrognerie des Polonais, leurs
          voisins.]

Moy, Guillery, ayant esté si consciencieux, si fidelle, si accostable
et si peu soucieux de ces richesses du monde, si ennemy des
meurtriers, pour avoir fui, hay le meurtre, le sang et la cruauté;
pour avoir esté si doux et si clement envers les marchands que de ne
prendre que la moitié de leur argent, pour leur en avoir donné quand
ils n'en avoyent point pour parachever le residu de leur voyage; pour
n'avoir fait si bonne composition avec les simples; si, dis-je, pour
avoir esté de cet humeur en cet indigne estat de volleur, je n'ay pas
laissé d'estre prins, poursuivy et mené par les prevots, archers et
sergens dans la ville de La Rochelle, où mon procez me fut faict, et
moy condamné à estre rompu tout vif sur une roue[73], que devez-vous
estre donc, meurtriers inhumains, volleurs insignes, brigands et
larrons, qui sans mercy et sans misericorde vollez et desrobbez tout
ce qui se rencontre sous vos mains, qui mettez dehors des maisons les
femmes pleurans et gemissans avec leurs petits enfans entre leurs
bras, contraintes de s'en aller chercher ailleurs leur meilleure
advanture avec un baston blanc en la main; leurs pauvres maris en
fuitte, contraints de renoncer à tout, aymant mieux souspirer leur
malheur à l'ombre d'un buisson que vivre avec vous toute sorte
de tyrannie, de felonnie et de barbarie; et quelle pitié, frère,
d'entendre aujourd'huy parler de vous en comparaison:

  Guillery fut en sa jeunesse
  Carabin remply de valeur;
  Puis, declinant vers sa vieillesse,
  Devint un insigne volleur.

          [Note 73: Il fut, en effet, rompu vif à La Rochelle; v.
          t. 1er, p. 300. La destruction de la bande de Guillery
          fut considérée comme un si grand bienfait pour les
          provinces ainsi délivrées que Henri IV accorda des lettres
          d'anoblissement à A. Legeay, l'un de ceux qui y avoient
          le plus contribué. Ces lettres ont été publiées par M. B.
          Fillon dans la _Revue des provinces de l'ouest_, nº de
          décembre 1856.]

Mais jamais il ne se dira de luy les choses que quatre des meilleures
provinces de nostre France publieront à l'advenir de vous, et je
voy l'heure qu'un de ces matins qu'on fera une telle perquisition
de vostre vie enragée et de tant de volleries que vous avez faictes
contre la volonté des dicts sieurs les princes, car je le croy ainsi,
qu'il ce fera une telle execution de vos charongnes qu'il n'y aura
rien d'oublié du pareil qu'il se fit durant les derniers troubles, à
la penderie de Bretaigne faicte par le comte de Lamoignon, commandant
pour lors à un regiment pour feu monsieur le duc de Mercoeur. Cela
vous est tout acquis, et n'en esperez pas moins, car vous meritez
cent fois plus, et ne sçay ce que c'en sera. Sa Majesté en reçoit
tous les jours des plaintes et recevra encore plus que jamais
d'oresnavant, par tant de familles que vous avez ruinées et mises
au blanc. Telle sera vostre fin, telle la recompense de vos beaux
faicts, tels les salaires de vos courses, et tel le prix destiné
aux plus cruels et felons voleurs du monde, ainsi que chacun vous a
recogneus.



_Manifeste de Pierre Du Jardin, capitaine de la Garde[74], prisonnier
en la Conciergerie du Palais, à Paris._

M.DC.XIX. In-8.

          [Note 74: Ce capitaine de la Garde nous est connu par une
          pièce non moins rare que celle-ci, et dans laquelle tous
          les faits curieux dont il ne donne ici qu'un résumé sont
          expliqués en détail. Cette pièce a pour titre: _Factum de
          Pierre du Jardin, sieur et capitaine de la Garde, natif de
          Rouen, province de Normandie, prisonnier en la Conciergerie
          du Palais de Paris, contenant un abrégé de sa vie et des
          causes de sa prison, pour oster à un chacun les mauvais
          soupçons que sa détention pourroit avoir donnez_, in-8, s.
          l. n. d. Il ne dit pas ici les causes de cette détention,
          mais son _factum_ en parle longuement. Il paroît qu'il
          avoit été pourvu d'un office de contrôleur général, et
          que, pour quelques malversations dans l'exercice de cette
          charge, il avoit été arrêté et mis à la Bastille en 1615.
          Afin de donner une autre raison à son emprisonnement, et
          surtout pour attirer sur lui l'attention et la clémence
          du roi, il s'étoit mis à rappeler ou plutôt à imaginer
          de toutes pièces, au sujet du crime de Ravaillac, les
          révélations contenues ici, et dont une explication plus
          détaillée, mais non pas plus curieuse, se trouve dans son
          factum. Je ne pense pas qu'il soit question ailleurs de ces
          faits, qui, si l'on pouvoit en constater l'authenticité,
          seroient si intéressants pour l'histoire de l'assassinat de
          Henri IV.]


Moy, la Garde, estant à Naples, je fus traitté plusieurs fois par
Charles Hebert, secretaire du feu mareschal de Biron, où estoit
Mathieu de la Bruyère[75], lieutenant particulier au Chastelet
pendant la Ligue, qui estoit l'un des principaux autheurs de la
conspiration, et le sieur Roux, Provençal, et Louys d'Aix, cy
devant gouverneur de Marseille au temps de la mort de Casau[76],
tous les quels, avec ledit la Garde, estans au logis dudit sieur de
la Bruyère, disnans ensemble, s'y trouva Ravaillac, qui dit qu'il
tueroit le roy ou qu'il mourroit en la peine[77], et qu'il avoit
apporté des lettres du sieur d'Espernon au vice-roy de Naples, comte
de Benevente, et qu'après disner il en vouloit aller retirer response
du dit vice-roy de Naples.

          [Note 75: C'est ce fameux ligueur dont on prétendoit
          que son homonyme, l'auteur des _Caractères_, étoit le
          descendant. Il avoit été lieutenant civil, et, en 1592, il
          avoit entamé des négociations particulières pour faire sa
          paix avec le roi. V. l'excellente édition donnée par M.
          Victor Luzarche du _Journal historique_ de P. Fayet, p.
          118-119.]

          [Note 76: V. sur ces faits notre t. 2, p. 296-297, notes.]

          [Note 77: Dans son _Factum_, le capitaine place cette
          visite chez Charles Hébert, après, et non pas avant,
          cette qu'il fit chez le jésuite Alagon. Voici comment il
          y raconte l'arrivée de Ravaillac, qu'il ne nomme pas,
          comme ici: «Pendant qu'ils estoient à table survint un
          certain homme à luy incogneu, vestu d'escarlatte violette,
          qui fut receu de la compagnie avec grandes caresses,
          et prié de manger avec eux. Il s'assit à table, et,
          enquis par quelqu'un des sus nommez quelles affaires
          l'amenoient à Naples, respond qu'il apportoit des lettres
          au vice-roy de Naples de la part d'un seigneur françois,
          lequel nomma, et dont le sieur de la Garde a déclaré le
          nom devant nos seigneurs du Parlement, lorsqu'il a esté
          interrogé, desquelles lettres il vouloit retirer responce
          après disner pour s'en retourner en France, où estant,
          il falloit qu'aux despens de sa vie il tuast le roy, et
          qu'il s'asseuroit de faire le coup. Le sieur de la Garde,
          estonné de ce discours, s'informa du plus proche de soy qui
          estoit cet homme. Il le luy nomma. Durant le disner furent
          tenuz plusieurs autres propos entremeslez de ce damnable
          dessin.»]

Quelques jours après, le dit de la Bruyère mena le dit la Garde chez
le Père Alagon, jesuite, oncle du duc de Lerme, Espagnol; lequel
jesuite luy proposa d'entreprendre l'execution dont s'estoit chargé
le dit Ravaillac, comme l'estimant digne d'une telle entreprinse,
pour laquelle il luy feroit donner cinquante mil escus et le feroit
grand en Espagne[78].

          [Note 78: D'après le _Factum_, la Garde auroit eu deux
          entrevues avec le jésuite. Dans la seconde, il lui auroit
          demandé de quelle manière il entendoit qu'il falloit tuer
          le roi. «Alagon respond que cela se pourroit faire d'un
          coup de pistolet à la chasse du cerf.»]

A l'instant que j'eus descouvert ces choses, je fus avertir monsieur
Zamet le lendemain au matin à la pointe du jour, le quel fit
serment sur les sainctes Evangiles qu'il ne me descouvriroit et
ne m'accuseroit point pour le dit advertissement, sous la quelle
asseurance je luy racontay toute l'affaire cy-dessus; le quel, aussi
tost qu'il l'eut entendue, escrivit au roy et au sieur Zamet[79], son
frère, estant lors à Paris, et les advertissant du grand armement qui
se faisoit au dit Naples de cent galères et dix ou douze gallions
chargez de pouldres, canons, pics, pioches, hottes, pelles, petards,
ponts à crochets, poudres pour empoisonner les eaux, force vivres et
vingt-cinq mil hommes entretenus pour trois mois, le tout pour s'en
venir en France.

          [Note 79: Le fameux Sébastien Zamet, dans l'hôtel duquel
          Gabrielle d'Estrées sentit les premières atteintes du mal
          dont elle mourut. Il a déjà été souvent parlé de lui dans
          les notes de ces _Variétés_.]

Moy, voyant si pernicieux dessein, je partis de Naples ayant lettres
dudit sieur Zamet addressantes à monsieur Rabie[80], maistre des
courriers de Sa Majesté à Rome, qui est François, le quel me presenta
à monsieur de Breves[81], ambassadeur pour Sa Majesté au dit Rome,
chez le quel je fus plus d'un mois, et luy declaray le tout.

          [Note 80: Dans le _Factum_, ce nom est écrit Rabbi. Suivant
          la même pièce, le capitaine, se rendant de Naples à Rome,
          se seroit arrêté à Gaëte, et c'est là qu'il auroit reçu,
          toujours au sujet du complot, des lettres de La Bruyère
          dont il sera parlé plus loin.]

          [Note 81: Savary, sieur de Brèves, qui fut en effet
          pendant six ans, de 1608 à 1614, notre ambassadeur à
          Rome. Les pièces relatives à son ambassade forment 3 vol.
          in-fol., conservés parmi les manuscrits de la Bibliothèque
          impériale. Gaillard en a donné des notices très curieuses.
          (_Notices des manuscrits_, t. 1.) V., sur M. de Brèves,
          Walckenaër, _Vies de plusieurs personnages célèbres_, in-8,
          t. 1, p. 232-238.]

Pendant le quel sejour je receus lettres du sieur Zamet, qui me
conjure au nom de Dieu de parachever mon voyage en France, les
quelles lettres sont ès mains de nos seigneurs de Parlement, qui
sçavent assez la candeur de mon affection au service de Sa Majesté
et les périls et dangers que j'en ay encourus. Il y a d'autres
lettres ès mains de mes dits seigneurs de Parlement que le dit
sieur de la Bruyère, l'un des sus dits, m'escrivit, les quelles je
receus à Gayette, qui declarent tout ce que dessus; mesmes, par mes
interrogatoires devant ce celèbre Parlement, par plusieurs fois en
ont ouy de ma bouche la verité de ce que dessus; lettres, passeports,
lettres-patentes et autres pièces tesmoignent assez cette verité, le
zèle et affection que j'ay envers le roy et son Estat.

A mon partement de Rome, je prins lettres du dit sieur de Breves,
ambassadeur, addressantes à monsieur de Villeroy, au quel je les
donnay à Fontainebleau le lendemain que monsieur le duc de Nevers fut
arrivé, avec le quel sieur duc je vins de Rome. Le lendemain, j'eus
audience de Sa Majesté, à la quelle je donnay les lettres, qu'il leut
en la presence de plusieurs seigneurs que j'ay nommez par mes dits
interrogatoires par plusieurs fois, et me commanda sa dicte Majesté
de les bien garder, ce que j'ay fait, les ayant depuis mis ès mains
de mes dits sieurs du Parlement.

Et, de plus, me commanda sa dicte Majesté d'accompagner monsieur le
grand mareschal de Pologne, et faire ce qu'il me commanderoit pour le
service de sa dicte Majesté, tant en Flandres, Angleterre, Hollande,
Pologne, Allemagne, et de ne parler des choses sus dictes qu'à ceux à
qui j'en avois parlé, et qu'il rendroit ses ennemis si petits qu'ils
ne luy feroient point de mal, et que ce que Dieu garde est bien
gardé[82].

          [Note 82: Sauf cette dernière phrase, si bien dans le
          caractère de Henri IV, tout ce qui précède se trouve, mais
          en d'autres termes, dans le _Factum_.]

Voilà tout ce qui s'est passé, selon la verité. Si j'ay delinqué en
quelque chose, pour quelque crime que ce soit, je supplie Sa Majesté
de commander à son Parlement de me faire faire mon procès, ou bien de
me donner la liberté, afin de pouvoir employer le reste de mes jours
à son service.



_Histoire du poète Sibus_[83].

          [Note 83: Nous trouvons cette pièce, si intéressante pour
          l'histoire des moeurs littéraires au XVIIe siècle, dans
          l'ouvrage très rare auquel nous avons déjà fait plusieurs
          emprunts: _Recueil de pièces en prose les plus agréables
          de ce temps, par divers autheurs_; à Paris, chez Charles
          de Sercy, M. DC. LXI, in-12, _deuxiesme partie_. Nous
          ne savons quel est le pauvre diable, à la fois poète
          et musicien, double métier de gueuserie, qui se trouve
          représenté ici sous le nom de Sibus. Il étoit d'autant plus
          difficile de le découvrir qu'un grand nombre de poètes
          de ce temps-là partageoient la même misère, et que c'est
          à peine si la plupart nous ont fait parvenir leurs noms.
          Est-ce Maillet, le Mytophilacte du _Roman bourgeois_,
          le _poète crotté_ de Saint-Amant? Plus d'un détail le
          donneroit à penser; mais il étoit mort vieux en 1628, et il
          n'eût plus été en 1661 une figure de circonstance, surtout
          auprès de tant de pauvres diables qui n'avoient que trop
          bien rajeuni le type déguenillé. Je pencherois plutôt
          pour quelqu'un de ceux qui traînoient leur vie mendiante
          au milieu du Paris de la Fronde, comme cet auteur de
          _Mazarinades_ qui, dans la pièce _Les généreux sentiments
          de Mademoiselle_, etc., Paris, 1652, in-4, raconte de
          quelle façon, «ayant été présenter des vers mal fagotés à
          un prince, il fut égratigné par un singe parcequ'il étoit
          mal vêtu»; comme Gomez encore et comme Civart, dont il est
          parlé dans une autre Mazarinade, _La fourberie découverte,
          ou Le renard attrapé_, 1650, in-4, p. 7:

               Paris, qui m'a vu destiné
               A cultiver la poésie...
               Mais ce métier plein de folie,
               Combien qu'il ait beaucoup d'appas,
               N'apporte pas un bon repas.
               Soyez-m'en témoin, je vous prie,
               Et vous Gomès, et vous Civart,
               Qu'on montre au doigt dedans le Louvre.

          Le nom de Civart--si ce n'est pas encore un pseudonyme--est
          celui qui se rapproche le plus de celui de Sibus. C'est
          tout ce que nous pouvons dire, car ce Civart ne nous
          est connu que par cette seule pièce, et nous ne pouvons
          savoir si son existence eut quelque ressemblance avec
          celle qui est racontée ici, et qui semble avoir été plutôt
          faite à plaisir que d'après la réalité. Parmi les grands
          déguenillés de ce temps, n'oublions pas le géomètre
          Vaulezard, dont G. Naudé nous a fait le portrait à la page
          270 du _Mascurat_.]


Que voulez-vous que je vous die de ce petit homme? Il faudroit avoir
autant d'industrie que Heinsius, qui nous a depuis peu donné de
si beaux discours sur un pou[84], pour vous pouvoir entretenir de
cette petite portioncule de l'humanité. Toutefois, si le proverbe
est veritable: _Deina peri phachis_, il faut esperer que nous en
sortirons à nostre honneur.

          [Note 84: Ce singulier traité de Heinsius a été traduit par
          Mercier de Compiègne; un autre du même genre, écrit par Th.
          Canterius, a été mis en françois par Simon, de Troyes. Le
          poème burlesque de J. Wolcott, _the Lousiad_, roule sur un
          sujet pareil. L'insecte chanté s'appelle, comme on sait,
          _louse_ en anglois. Sur des facéties de même espèce, on
          peut chercher dans le recueil de Dornau, _Amphitheatrum
          sapientiæ socraticæ jocoseriæ_, Hanau, 1670, en deux
          parties.]

Premierement, vous devez sçavoir que ce n'est pas de poëte seulement,
mais de musicien aussi, que Sibus a joué le personnage dans le monde;
et c'est ce qui fait que vous devez moins vous estonner de sa misère,
estant doué de ces deux bonnes qualitez, dont une seule ne manque
presque jamais à rendre un homme gueux pour toute sa vie. Ce n'est
pas qu'à dire le vray il ait jamais possedé ny l'une ny l'autre
veritablement; mais tant y a qu'il n'a pas tenu à luy qu'il n'ait
passé pour tel, et que quelques-uns mesme, soit pour ne le pas bien
connoistre, soit peut-estre aussi pour le voir si gueux, l'ont pris
pour ce qu'il desiroit d'estre. Il est vray que, comme il connoissoit
son foible, il avoit l'industrie de ne parler jamais de vers devant
les poëtes, mais tousjours de musique, et avec les musiciens de ne
parler que de vers: de sorte que parmy les poëtes il passoit pour
musicien, et parmy les musiciens pour poëte. C'est ce qui me donna
bien du plaisir un jour que, m'estant successivement trouvé avec
Voiture et Lambert[85], et estant tombez par hazard sur le sujet de
ce petit poëte: «Il est vray, me dit Lambert, que le pauvre petit
Sibus ne sçait rien du tout en musique; mais, en recompense, pour
ce qui est des vers, on dit qu'il en fait à merveille.» Voilà le
jugement qu'en faisoit ce musicien. Mais le bon fut qu'incontinent
après, ayant rencontré Voiture: «Pour moy, nous dit-il, je ne sçay
guère ce que c'est que de la musique, et je croy que Sibus y excelle;
mais il a grand tort de se vouloir mesler de faire des vers, où il
n'entend rien.»

          [Note 85: Ce musicien, beau-père de Lulli, est trop connu
          depuis la 3e satire de Boileau et par quelques anecdotes de
          Tallemant pour qu'il soit besoin d'entrer sur son compte
          dans quelques détails.]

C'est pourtant à ce dernier mestier qu'il s'est apliqué
principalement, et c'est celuy qui l'a le plus fait connoistre dans
le monde. Aussi ne vous entretiendray-je guère que de Sibus le
poëte, ses principales avantures luy estant arrivées sous ce dernier
personnage, ainsi que vous le verrez par le recit que je vais faire
de ce que j'ay pû apprendre de sa vie.

Pour commencer donc par la naissance de nostre heros, comme j'ay
remarqué dans les bons romans qu'il faut toûjours faire, je vous
diray que vous ne pouviez trouver personne qui vous en pût mieux
instruire que moy, personne n'en ayant jamais eu connoissance. Vous
diriez que ce petit homme ait esté trouvé sous une feuille de chou
comme Poussot[86], ou qu'il soit sorty de la terre en une nuit comme
un champignon. Tant y a qu'il a esté si heureux qu'il n'a jamais
connu d'autre père que Dieu, ny d'autre mère que la Nature. Il coula
les premiers jours de sa vie dans Nostre-Dame; ses premières années
dans plusieurs autres eglises, sous un habit bleu[87], avec un tronc
à la main, et les suivantes dans le collége de Lizieux[88], où il
trouva moyen de s'elever à l'estat de cuistre[89]. Ce fut là qu'à
force de lire les plus rares chefs-d'oeuvre de nos poëtes françois,
qu'il rapportoit tous les jours du marché avec le beurre et les
autres drogues qu'il achetoit pour le disner de son maistre, il luy
prit une si forte passion pour la poësie, qu'il resolut, ainsi qu'il
disoit alors, de devouer toutes les reliques du peloton de ses jours
au service des neuf pucelles du mont au double coupeau. Mais pour
ce qu'à son gré, pour un poëte de cour tel qu'il vouloit estre, il
ne se trouvoit pas bien dans un collége, il se resolut de changer
l'université pour le fauxbourg Saint-Germain. Il y alla donc loger au
haut d'un grenier, et vous ne sçavez pas la belle invention dont il
usoit pour y escrire ses beaux ouvrages sans qu'il luy en coustast
rien en plume, en encre ny en chandelle. Il avoit l'industrie de
laisser tellement croistre l'ongle du doigt qui suit le poulce de
la main droite qu'il le tailloit et en ecrivoit après comme d'une
plume. «Parbleu! voilà un galand homme! s'escria icy l'amy de Sylon.
Ne s'en sert-il point aussi au lieu de chausse-pied, et ne vend-il
point les autres pour faire des lanternes?--C'est un trafic dont je
ne voudrois pas jurer qu'il ne se soit avisé, continua Sylon; mais
tant y a qu'il n'y a rien de si extraordinaire dans la longueur de
ses ongles qui ne passe pour une très grande galanterie au royaume de
Mangy[90], ou de la Chine et de Cochinchine, comme aussi parmy les
naïres[91] de la coste Malabare, où les grands ongles ne se portent
que par les nobles, et où c'est une marque de roture de les avoir
courts. C'est peut-estre, repliqua l'amy de Sylon, ce qui fut cause
de la belle mode qui courut parmy nos godelureaux il y a quelque
temps, de laisser ainsi croistre l'ongle du petit doigt[92]. Quoy
qu'il en soit, reprit Sylon, ce fut l'artifice dont usa Sibus pour ne
point acheter de plume. Au lieu d'encre, il se servoit de suye qu'il
détrempoit dans de l'eau: de sorte que, son ecriture roussissant à
mesure qu'il la faisoit, il disoit par galanterie à ceux qui l'en
railloient que c'estoit qu'il n'ecrivoit qu'en lettres d'or; et il
fit un petit trou, qu'il avoit soin de boucher tous les matins d'une
cheville, à une meschante cloison qui separoit son galetas de celuy
d'une blanchisseuse chez laquelle il logeoit, de manière que, la
lueur de la lampe à la faveur de laquelle la blanchisseuse sechoit
son linge venant à passer par ce trou, il appliquoit son papier
justement au devant, et deroboit ainsi sans pecher ce qu'il n'avoit
pas le moyen de payer. Pour le jour, il le passoit ou à corriger les
fautes dans une imprimerie[93], ou à se promener dans la court du
logis où il demeuroit: car j'oubliois à vous dire qu'il avoit aussi
trouvé le moyen de se chauffer à peu de frais. Il avoit remarqué un
matin par sa fenestre qu'il sortoit une epaisse fumée d'un gros tas
de fumier qui estoit dans la court. Nostre poëte jugea que c'estoit
là son fait, et ne manqua pas un seul jour de l'hyver d'y faire son
peripatetisme et d'y aller rechauffer le feu de sa veine.

          [Note 86: C'est-à-dire comme Poucet, qui portoit, à ce
          qu'il paroît, dans les contes de nourrice, le nom qu'on
          lui donne ici, avant que Perrault eût immortalisé l'autre.
          Il n'a pas respecté cette particularité de sa naissance,
          mais elle a été religieusement conservée dans l'histoire de
          Tom-Thumb (_Tom-Pouce_), le petit Poucet des Anglois.]

          [Note 87: «C'estoit ainsi qu'on habilloit, dit Furetière
          (_Roman bourgeois_, édit. elzev., p. 330), les pauvres
          orphelins et les enfans de l'hospital, témoin ceux du
          Saint-Esprit et de la Trinité.»]

          [Note 88: Ce collége, l'un des plus fameux de l'ancienne
          Université de Paris, se trouvoit alors, non pas rue
          Saint-Jean-de-Beauvais, où il fut dans les derniers temps
          qui précédèrent la Révolution, et où il fut remplacé par
          une caserne, mais rue Saint-Etienne-des-Grès.]

          [Note 89: C'est-à-dire valet de classe, de l'allemand
          _küster_. Dans les _Cent nouvelles nouvelles_, on lit
          _coustre_.]

          [Note 90: Il faut lire ici, je crois, _Manchy_, abréviation
          de Mantchourie.]

          [Note 91: Les _naïres_ sont, parmi les Indiens, les nobles
          qui portent les armes.]

          [Note 92: On connoît ces vers d'Alceste à Célimène sur
          cette mode des muguets du XVIIe siècle (_le Misanthrope_,
          acte 2, sc. 2):

               Mais au moins, dites-moi, Madame, par quel sort
               Votre Clitandre a l'heur de vous plaire si fort?
               Sur quel fonds de mérite et de vertu sublime
               Appuyez-vous en lui l'honneur de votre estime?
               _Est-ce par l'ongle long qu'il porte au petit doigt_
               Qu'il s'est acquis chez vous l'estime où l'on le voit?

          On lit aussi dans la nouvelle tragi-comique de Scarron,
          _Plus d'effet que de paroles_, au sujet du prince de
          Tarente: «Il s'étoit laissé croître l'ongle du petit doigt
          de la gauche jusqu'à une grandeur étonnante, ce qu'il
          trouvoit le plus galant du monde.» Cette mode venoit sans
          doute de ce qu'il falloit _gratter_ avec l'ongle, et non
          pas frapper, à la porte de la chambre du roi, pour annoncer
          qu'on désiroit entrer. Porter l'ongle long, c'étoit donc
          montrer indirectement qu'on étoit reçu chez Sa Majesté.
          Par flatterie, on grattoit aussi chez les gens les plus
          puissants. Tallemant, voulant donner une preuve du crédit
          de Desnoyers lorsqu'il mourut, dit: «On grattoit déjà à sa
          porte comme à celle du cardinal.» (Edit. in-12, t. 3, p.
          78.)]

          [Note 93: C'étoit souvent alors le métier des pauvres
          diables d'auteurs ou de prêtres. V. dans notre tome 2,
          p. 79, _le Factum du procez de messire Jean contre dame
          Renée_.]

C'estoit sur cette plaisante façon de vivre que, faisant reflexion:
«C'est ainsi, disoit-il en luy-mesme, taschant à se persuader qu'il
estoit un bien grand personnage, à force de se comparer aux plus
grands hommes de l'antiquité, dont il avoit leu quelque chose dans
de meschans lieux communs; c'est ainsi que se promenoient Aristote
dans son licée, Platon dans son academie, Zenon sous ses portiques,
Epicure dans ses jardins, Diogène dans ses cynozarges, Pyrrhon dans
ses deserts, Orphée dans ses forests, tant de bons anachorettes
dans leur solitude, et nostre premier père Adam dans le paradis
terrestre.» Ces pensées le faisoient tomber dans d'autres qui ne luy
donnoient pas moins de satisfaction. Il comparoit la peine qu'il
prenoit la nuit pour gagner de quoy vivre à celle qu'avoit Cleanthes
de tirer de l'eau toutes les nuits pour avoir le moyen de philosopher
le reste de la journée, et sa plaisante façon d'ecrire le faisant
souvenir de la lanterne d'Epictète, qui fut vendue trois mille
drachmes après son deceds[94], il se persuadoit que le petit trou
qu'il avoit fait à sa cloison pourroit bien estre quelque jour aussi
celèbre. Il est vray que, du commencement, il luy survint un accident
qui modera bien sa joye: il remarqua qu'à force de se promener le
long de sa court il usoit bien plus de souliers, et qu'une paire
de bouts qui avoit coustume de luy durer plus de quinze jours ne
luy en servoit plus que douze. Que fit-il? Il se resolut au repos.
C'estoit un plaisant spectacle de considerer nostre petit enfant
barbu planté comme une fourche devant une montagne de fumier, en
humer l'exhalaison, et passer un demy-jour sans se mouvoir. Que s'il
entendoit quelque bruit, il se contentoit de tourner la teste, car il
n'avoit garde de se remuer tout à fait, de peur d'user toujours ses
souliers d'autant. Il s'imagina mesme que ce fumier luy pourroit bien
estre utile à moderer les ardeurs de la faim, ayant ouy dire que les
cuisiniers mangent beaucoup moins que les autres hommes, à cause des
fumées des viandes qui les nourrissent; mais ce ne fut pas le seul
artifice dont il se servit pour suppléer au deffaut de nourriture.
Par malheur, ayant mis le nez un jour dans Aulu-Gelle, il y leut
que le medecin Erasistrate avoit trouvé l'invention de demeurer
long-temps sans manger par le moyen d'une corde dont il se serroit
le ventre[95]. Sibus jugea que c'estoit là un exemple dont il devoit
faire son profit; et pour ce que ce n'estoit pas, à son advis, tant
au ventre qu'à la gorge que le mal le tenoit, il voulut encherir sur
cette invention, et s'etreignit le col de telle sorte qu'il se pensa
etrangler, et en fut long-temps malade.

          [Note 94: C'est Lucien qui nous donne ce détail dans sa
          satire _contre un ignorant qui faisoit une bibliothèque_:
          «Mais pourquoi, dit-il, te rapporter les exemples d'Orphée
          et de Neanthus? De notre temps, il s'est trouvé un homme,
          et il est encore en vie, qui a acheté la lampe de terre
          d'Epictète trois mille drachmes: car il espéroit qu'en
          lisant les nuits à la lueur de cette lampe, la sagesse
          d'Epictète viendroit incontinent à lui pendant son sommeil,
          et qu'il deviendroit tout semblable à ce merveilleux
          vieillard.» Lucien parle encore du collectionneur qui
          acheta le bâton de Protée le cynique moyennant un talent
          (5,500 fr. à peu près). De notre temps, la canne de
          Voltaire, je dis la vraie, n'auroit pas été à la moitié de
          ce prix.]

          [Note 95: Ce sont les fragments mêmes d'un livre
          d'Erasistrate qu'Aulu-Gelle cite à ce sujet. (_Noctes
          atticæ_, lib. 16, cap. 3.)]

Ce n'est pas que, quand il pouvoit manger aux despens d'autruy, il ne
s'en acquitast de très bonne sorte, car, pour luy, s'il se trouvoit
en quelque occasion où il fallût mettre la main à la bourse, il s'en
excusoit fort bien, alleguant que, comme Protogène, en faisant à
Rhodes le portrait de Jalise, n'avoit vescu que d'eau et de lupins
pendant plus de sept ans qu'il y travailla, il estoit obligé de mesme
d'observer un regime semblable à cause de son grand poëme auquel il
estoit occupé. Toutefois, ce fut une chose bien plaisante, un soir de
Saint-Martin, qu'il se servit de cette defaite envers un solliciteur
de procez qui logeoit en mesme maison que luy, et qui luy avoit
demandé s'il ne vouloit pas qu'ils fissent la Saint-Martin ensemble:
car celui-cy, voyant rostre homme si eloigné de la proposition
qu'il luy avoit faite, se contenta d'envoyer querir pour son souper
un poulet, jugeant que cela suffisoit pour luy. Mais il ne fut
pas plutost à table que, Sibus s'en estant approché petit à petit,
puis en prenant une cuisse de poulet: «Deussay-je interrompre, luy
dit-il, mon travail pour quinze jours, si faut-il que j'en taste,
tant je trouve qu'il a bonne mine.--Nous en pouvons encore envoyer
querir un autre, repliqua le solliciteur, si le coeur vous en
dit.--Ah! mon Dieu! reprit le poëte, que ce discours desesperoit,
ne me donnez point occasion de violer ma loy davantage: car, s'il y
avoit plus de viande, j'ay si peu de pouvoir sur moy que je ne me
pourrois empescher d'en manger.» Il eluda donc ainsi la proposition
du solliciteur. Neantmoins, comme celuy-cy, qui n'attendoit pas ce
renfort, n'avoit fait acheter à souper que ce qu'il luy en falloit,
il se trouva que, sa faim n'estant qu'à demy rassasiée, il fut
obligé d'envoyer encore querir un autre poulet. Le poëte ne fit pas
semblant de s'en appercevoir; mais, quand il fut sur la table et
qu'il eut bien fait de l'etonné: «Ne vous l'avois-je pas bien dit,
continua-t-il en se mettant encore après, que je ne me pourrois
empescher d'en manger?»

C'est ainsi que Sibus vivoit le moins qu'il pouvoit à ses despens, et
le plus qu'il luy estoit possible à ceux d'autruy; et ce fut en ce
temps-là qu'à force de vendre ce qui n'estoit pas à luy, c'est-à-dire
les sonnets et les odes qu'il avoit derobés, et d'epargner en bois,
en chandelle, et principalement en viande, il amassa de quoy acheter
d'une crieuse de vieux chapeaux, des canons de treillis[96] et
une vieille panne. Il ne faut pas demander s'il se trouva brave
quand il l'eut attachée à son manteau, et s'il fit estimer sa
marchandise à tous ceux qu'il connoissoit. Tantost, afin d'avoir
occasion d'en parler, il disoit qu'il croyoit avoir esté trompé;
tantost il demandoit s'il n'avoit pas eu bon marché, et surtout il
ne manquoit pas de dire qu'il avoit veu un homme fort bien fait en
offrir autant que luy en sa presence. Ces importunes reflections,
dont il lassa tout le jour la patience d'un chacun, firent qu'on
se resolut de luy faire oster son manteau dès le soir mesme, afin
d'avoir le plaisir de voir avec quelle force d'esprit il supporteroit
la perte de ce bien-aimé. Pour ce dessein, comme il s'en retournoit
chez luy fort tard, on mit dans un coin de rue par où il devoit
passer une lanterne, avec un papier tout proche, où estoit escrit en
grosse lettre: «Rends le manteau, ou tu es mort.» La poltronnerie du
poète estoit si connue qu'on sçavoit bien que, quelque amour qu'il
luy portast, il ne laisseroit pas de le quitter aussi tost qu'il
auroit leu ce billet. Aussi n'y manqua-t-il pas, et, dès qu'un de
ses amis qui s'en retournoit avec luy, et qui estoit de l'intrigue,
eust ramassé le papier, il osta bravement son manteau de dessus
ses espaules, et, le couchant auprès de la lanterne: «Quelque sot,
dit-il, aimeroit mieux un manteau que sa vie.» Son amy, à dessein de
l'eprouver, luy dit que, pour luy, il n'estoit pas resolu de laisser
ainsi le sien à si bon marché. Sibus ne l'entendit pas seulement,
car, dès qu'il avoit eu posé son manteau, il s'estoit mis à fuir de
si bonne sorte qu'il estoit dejà bien loin. Je ne vous entretiendray
point des lamentations qu'il fit sur sa mauvaise avanture lors
qu'il fut chez luy, et que la seureté où il se vit luy permit de
faire reflection sur la perte qu'il venoit de faire. Tous ceux qui
estoient du complot ne manquèrent pas de le venir voir aussi-tost,
disant qu'ils venoient d'apprendre le danger qu'il avoit couru; mais
toutes leurs consolations furent inutiles, et il n'y eust que la
restitution qu'ils luy firent de son manteau capable d'appaiser son
affliction. Faisant tant d'estat de ce bel accoustrement, je vous
laisse à penser s'il estoit homme à le prophaner et pour mettre à
tous les jours ce beau fruit d'une diette qui avoit plus duré que
celle de Ratisbonne[97]. Que pouvoit-il donc faire? Car d'avoir
un autre manteau il n'en avoit pas le moyen, et il ne se pouvoit
aussi resoudre à porter celuy-cy ordinairement. Il trouva un autre
expedient, qui fut de ne bastir sa pane[98] qu'à grands poincts
à son manteau, de sorte qu'il luy estoit facile de la mettre et
de l'oster quand il luy en prenoit fantaisie. Pour ses canons de
treillis, il s'avisa de les passer dans ses bras pour conserver ses
coudes et luy servir de gardes-manches.

          [Note 96: C'est-à-dire de grosse toile, comme celle dont
          les paysans et les maçons avoient des habits. (_Dict. de
          Trévoux._) Ce mot est mis ici par ironie, à cause de sa
          ressemblance avec celui de _trélis_, fine étoffe depuis
          très long-temps célèbre. (V. Fr. Michel, _Recherches sur
          les étoffes de soie_, t. 1, p. 115), et dont on fait encore
          l'habillement de jambe des gens à la mode:

               Puis le bas de _trélis_ honnête
               Lui fait la jambe encor mieux faite.

               (_Vers à la Fronde sur la mode des hommes_, 1650, in-4.)]

          [Note 97: C'est à Ratisbonne que se tenoient alors les
          diètes de l'Empire, à cause de la commodité qu'avoient les
          princes allemands d'y faire venir de leurs Etats des vivres
          à peu de frais.]

          [Note 98: C'étoit une étoffe de soie à longs poils dont on
          doubloit les manteaux.]

--Ah! vrayment, interrompit Sylon, c'estoit donc bien le moins que je
pusse faire que de luy payer son fil et la peine qu'il avoit prise
à se deboter et se harnacher de sa pane! car j'oubliois à vous dire
que je l'ay tantost pensé meconnoistre, tant il estoit brave au prix
de ce que je le venois de voir à la Grève.--Vous ne luy deviez pas
beaucoup pour cela, reprit son amy, car ne vous imaginez pas qu'il
change de fil quand il la decout; il ne manque jamais à le serrer
pour la prochaine fois.

Avec tout son bon menage, neantmoins, il ne se put empescher de
devoir quatre ou cinq termes à son hotesse. Jugez si c'estoit
une debte bien asseurée! Il connoissoit un nommé Mamurin[99],
par le moyen duquel il se tira de ce fascheux pas. Voyant que sa
blanchisseuse refusoit de luy faire credit plus long-temps, et ne
vouloit pas pourtant laisser sortir ses meubles, qui consistoient
en un meschant lit, un escabeau à trois pieds, un vieux coffre et
la moitié d'un peigne, il les fit saisir par ce Mamurin, comme plus
ancien creancier: de sorte que la pauvre hostesse, qui n'avoit pas
bien consulté son procureur, se resolut à luy faire credit. Il en
affronta encore plusieurs autres de diverses façons, et se decredita
enfin de telle sorte qu'on luy a souvent entendu dire que, bien que
Paris soit très grand, il estoit pourtant fort petit pour luy, n'y
ayant plus que trois ou quatre rues par où il osast passer.

          [Note 99: C'est un des noms donnés à Montmaur dans l'une
          des nombreuses satires dont Sallengre a publié le recueil.]

Il tascha neantmoins de remedier à cette horrible pauvreté par
d'assez plaisans trafics. Un jour, n'ayant point de quoy manger, il
alla sur le Pont-Neuf à un charlatan, avec qui il fit marché pour dix
sols de se laisser arracher deux dents[100] et de protester tout haut
aux assistans qu'il n'avoit senty aucun mal. L'heure dont ils avoient
convenu ensemble estant donc venue, Sibus ne manqua pas, ainsi qu'ils
avoient arresté, de venir trouver son homme, qu'il rencontra au bout
du Pont-Neuf qui regarde la rue Dauphine, divertissant les laquais et
les badauts par ses huées, ses tours de passe-passe et ses grimaces;
il tenoit un verre plein d'eau d'une main, et de l'autre un papier
qui avoit la vertu de teindre l'eau en rouge. «Horçà, Cormier[101],
ce disoit ce charlatan en s'interrompant et se repondant luy-mesme,
qu'est-ce que tu veux faire de ce verre et de cette yeau?--Hé! je
veux changer cette yeau en vin pour donner du divertissement à ces
messieurs.--Hé! comment est-ce que tu changeras cette yeau en vin
pour donner du divertissement à ces messieurs?--Hé! en y mettant de
cette poudre dedans.--Mais, en y mettant de cette poudre dedans,
si tu changes cette yeau en vin, il faut donc qu'il y ait là de
la magie?--Il n'y a point de magie.--Il n'y a point de magie! Il
y a donc de la sorcellerie?--Il n'y a point de sorcellerie. Non,
Non.--Il y a donc de l'enchanterie?--Il n'y a point d'enchanterie.
Non, Messieurs, il n'y a ny magie, ny sorcellerie, ny enchanterie, ny
guianterie; mais il est bien vray qu'il y a peu de guiablerie. Gnian
vela le mot.»

          [Note 100: Nous avons vu Turlupin le souffreteux presque
          réduit à la même extrémité (V. t. 6, p. 62).]

          [Note 101: Cormier étoit l'un des fameux opérateurs du
          Pont-Neuf, l'une des célébrités populaires du Paris de la
          Fronde, époque badaude s'il en fut. Il est parlé de lui
          dans l'_Agréable récit des barricades_, dans _le Ministre
          d'Etat flambé_ (1649, in-4), où il est mis au nombre des
          gens que les événements avoient ruinés:

               Sur le Pont-Neuf, Cormier en vain
               Plaint sa gibecière engagée.

          Une autre mazarinade de la même année le met en scène: _Les
          entretiens du sieur Cormier avec le sieur La Fleur, dit
          le Poitevin, sur les affaires du temps_. Enfin, tout me
          porte à croire que c'est de lui qu'il est aussi question
          dans les _Mémoires_ de Daniel de Cosnac (t. 1, 127-128),
          au sujet d'une querelle de préférence que Molière eut à
          soutenir pour être admis à jouer au château de la Grange,
          près de Pézenas, devant M. le prince de Conti. Cormier est
          en effet le nom du directeur dont on opposoit la troupe à
          la sienne. Or, notre opérateur devoit en avoir une. Tous
          ceux de son métier, surtout s'ils avoient sa célébrité et
          son importance, n'y manquoient pas alors. On le sait par
          l'_Histoire de Barry_, que le fils de ce grand charlatan
          a écrite à la suite du rarissime petit volume le _Voyage
          de Guibray_, etc., p. 146 et suiv.: «Mon père, dit-il,
          étoit à ces belles foires avec une troupe d'acteurs et
          d'actrices si excellents et si bien faits qu'on ne pouvoit
          les voir sans admiration... Il avoit les plus belles
          femmes de l'Europe et le plus magnifique théâtre qui
          fut jamais, soit pour les acteurs, soit pour les riches
          décorations qu'il avoit apportées de Venise.» Plus loin,
          il parle aussi du théâtre d'un autre illustre charlatan,
          de Mondor, qui avoit, dit-il, «fait le dessein de venir
          passer l'hiver à Rouen avec les débris de sa troupe, dont
          on avoit enlevé presque tout ce qu'il y avoit de bon pour
          l'hôtel de Bourgogne... La comédie, ajoute-t-il, n'étoit
          pas sur le pied qu'elle est aujourd'hui; les comédiens
          et les opérateurs vivoient amis et se voyoient très
          familièrement, comme gens qui avoient une très grande
          relation.» Cela dit, il ne vous semblera plus étonnant que
          Cormier eût, comme Barry, comme Mondor, une belle troupe,
          avec laquelle, lorsqu'il désertoit Paris, à l'exemple
          encore de ces grands opérateurs, il faisoit des caravanes
          par les provinces; et il vous paroîtra très vraisemblable
          que, dans une de ses courses à travers le midi, il ait
          pu se rencontrer avec Molière. Voici maintenant ce qui
          arriva lors de cette rencontre, où le grand comique, à
          ses commencements, faillit être obligé de céder le pas à
          un arracheur de dents, comme peu auparavant, à Nantes, il
          avoit vu pâlir son succès devant celui des marionnettes
          du Vénitien Segalla! (A. Guépin, _Hist. de Nantes_, p.
          317.) Dans le récit de l'abbé de Cosnac, qui seul a parlé
          du fait, Cormier n'est que nommé, et personne ne s'étoit
          encore occupé de savoir qui il pouvoit être. «J'appris,
          dit l'abbé, que la troupe de Molière et de la Béjart
          étoit en Languedoc; je leur mandai qu'ils vinssent à La
          Grange. Pendant que cette troupe se disposoit à venir sur
          mes ordres, il en arriva une autre à Pézenas, qui étoit
          celle de Cormier. L'impatience naturelle de M. le prince
          de Conti et les présents que fit cette dernière troupe
          à Mme de Calvimont engagèrent à les retenir. Lorsque je
          voulus représenter à M. le prince de Conti que je m'étois
          engagé à Molière sur parole, il me répondit qu'il s'étoit
          depuis long-temps engagé à la troupe de Cormier, et qu'il
          étoit plus juste que je manquasse à ma parole que lui à
          la sienne. Cependant Molière arriva, et, ayant demandé
          qu'on lui payât au moins les frais qu'on lui avoit fait
          faire pour venir, je ne pus jamais l'obtenir, quoiqu'il
          y eût beaucoup de justice; mais M. le prince de Conti
          avoit trouvé bon de s'opiniâtrer à cette bagatelle. Ce
          mauvais procédé me touchant de dépit, je résolus de les
          faire monter sur le théâtre à Pézenas et de leur donner
          mille écus de mon argent plutôt que de leur manquer de
          parole. Comme ils étoient prêts de jouer à la ville, M.
          le prince de Conti, un peu piqué d'honneur par ma manière
          d'agir, et pressé par Sarazin, que j'avois intéressé à me
          servir, accorda qu'ils viendroient jouer une fois sur le
          théâtre de La Grange. Cette troupe ne réussit pas, dans sa
          première représentation, au gré de Mme de Calvimont, ni
          par conséquent au gré de M. le prince de Conti, quoiqu'au
          jugement de tout le reste des auditeurs elle surpassât
          infiniment la troupe de Cormier, soit par la bonté des
          acteurs, soit par la magnificence des habits. Peu de jours
          après, ils représentèrent encore, et Sarazin, à force de
          prôner leurs louanges, fit avouer à M. le prince de Conti
          qu'il falloit retenir la troupe de Molière, à l'exclusion
          de celle de Cormier. Il les avoit suivis et soutenus dans
          le commencement à cause de moi; mais alors, étant devenu
          amoureux de la Du Parc, il songea à se servir lui-même. Il
          gagna Mme de Calvimont, et non seulement il fit congédier
          la troupe de Cormier, mais il fit donner pension à celle
          de Molière.» M. Sainte-Beuve (_Causeries du lundi_, t. 6,
          p. 240) a écrit avec raison qu'après «ce passage, qui nous
          touche par la destinée du grand homme qui y est mis en jeu
          et s'y agite si indifféremment, on se sent pénétré d'une
          amère pitié». Qu'eût-il dit s'il eût été amené à savoir que
          le chef de troupe qu'on faillit lui préférer n'étoit, comme
          je le crois, qu'un arracheur de dents!]

Le coquin n'eut pas plutost achevé ces paroles qu'il s'eleva un
grand eclat de rire par toute la badauderie, comme s'il eust dit la
meilleure chose du monde. Pour luy, après avoir long-temps ry avec
les autres, il reprit ainsi sa harangue: «Mais, me dira quelqu'un,
viençà, Cormier; je sçay bien que tu es bon frère, tu as la mine de
ne te point coucher sans souper, tu ne manges point de chandelle;
mais à quoy sert ça de changer ton yeau en vin, elle n'en a speut-il
faire pas le goust?--Non, Messieurs, elle n'en a pas le goust. A
quoy sert ça de mentir? Je ne suis ny charlatan, ny larron; je suis
Cormier, à vostre service et commandement. Ardé! velà ma boutique;
n'y a si petit ne si grand qui ne vous l'enseigne. Il y a trente ans,
Guieu marcy, que je demeurons dans le carquier.» Il dit tout cecy en
ostant son chapeau; puis, en le remettant: «Mais à quoy ça sert-il
donc, poursuivit-il, de changer cette yeau en vin, si elle n'en a
pas le goust? A quoy ça sert? Ho! voicy à quoy ça sert: Vous vous
en allez un dimanche, par magnière de dire, après la grande messe,
dans une tavarne. «Holà! Madame de cians, y a-t-il moyen de boire un
coup de bon vin?--Ouydà, Messieurs; à quel prix vous en plaist-il?
à six ou à huit?» Là-dessus: «Donnez-nous-en, ce faites-vous, à six
ou à huit sols, tant du pus que du moins.--Pierre, allez tirer du
vin à ces Messieurs, tout du meilleur. Viste, qu'on se depesche!»
Velà qui va bien. Vous vous mettez à table, vous mangez une crouste,
vous dites à la maistresse: «Madame de cians, faites-nous donner un
sciau d'yeau pour nous rafraischir, car aussi bien velà un homme qui
ne boit que du vin de la fontaine.» Dame! là-dessus, quand on vous
a apporté du vin, vous le beuvez, et, quand vous l'avez beu, vous
remplissez la pinte de vostre yeau, et pis vous dites au garçon:
«Quel fils de putain est ça? Il nous a donné du vin poussé! Va-t'en
nous querir d'autre vin!--Messieurs, c'est tout du meilleur.--Quel
bougre est ça? Je te barray sur ta mouffle! je t'envoyeray voir
là-dedans si j'y sis! Tu n'es pas encore revenu?» Là-dessus, le
pauvre guiable, ayant regardé dans son pot et le voyant plein,
emporte son yau et vous raporte en lieu de bon vin. Dame! je vous
laisse à penser s'il est de la confrairie de saint Prix[102]!»

          [Note 102: C'est-à-dire s'il est pris. Le plus souvent
          cette locution s'employoit pour un homme marié. V. Oudin,
          _Curiosités françoises_.]

Le charlatan ayant ainsi expliqué l'utilité de sa poudre[103], on
croyoit qu'il en alloit faire l'experience, quand il changea tout
d'un coup de discours pour tenir tousjours son monde d'autant plus
en haleine, et se mit à faire une longue digression sur l'experience
qu'il avoit acquise par ses voyages, tant par la France qu'autre
part, à tirer les dents sans faire aucune douleur. Il n'eust pas
plutost achevé la parole, qu'on ouït sortir du milieu de la foule
la voix d'un homme qui disoit: «Pardieu! je voudrois qu'il m'eust
cousté dix pistoles et que ce qu'il dit fût vray! Il y a plus d'un
mois que je ne dors ny nuit ny jour, non plus qu'une ame damnée!»
Cette voix estoit celle du poëte, qui prenoit cette occasion de
paroistre, ainsi qu'il avoit esté accordé entr'eux. Le charlatan
luy dit qu'il falloit donc qu'il eust quelque dent gastée, et qu'il
s'approchast. Et pource que Sibus feignoit d'en faire quelque
difficulté: «Approchez, vous dis-je, reitera le fin matois; nostre
veuë ne vous coustera rien. Je ne sommes pas si guiable que je sommes
noir; s'il n'y a point de mal, je n'y en mettrons pas.» Nostre petit
homme s'avança donc, et l'autre, luy ayant fait ouvrir la bouche et
luy ayant long-temps farfouillé dedans, luy dit qu'il ne s'etonnoit
pas s'il ne pouvoit dormir; qu'il avoit deux dents gastées, et que,
s'il n'y prenoit garde de bonne heure, il couroit fortune de les
perdre toutes. Après plusieurs autres ceremonies que je passeray sous
silence, Sibus le pria de les luy arracher; mais quand ce fut tout
de bon, et que des paroles on en fut venu à l'execution, quelque
propos qu'il eust fait de gagner ses dix sols de bonne grace, la
douleur qu'il sentoit estoit si forte qu'elle luy faisoit à tous
momens oublier sa resolution. Il se roidissoit contre son charlatan,
il s'ecrioit, reculant la teste en arrière; puis, quand l'autre avoit
esté contraint de le lascher: «Ouf! continuoit-il, portant la main
à sa joue et crachant le sang; ouf! il ne m'a point fait de mal!»
C'estoit donc un spectacle assez extraordinaire de voir un homme, les
larmes aux yeux, vomissant le sang par la bouche, s'ecriant comme un
perdu, protester neantmoins en mesme temps que celuy qui le mettoit
en cet estat et le faisoit plaindre de la sorte ne luy faisoit aucune
douleur. Aussi, quoy qu'il en dît, y avoit-il si peu d'apparence, que
le charlatan luy-mesme, au lieu de deux dents qu'il avoit mises en
son marché, ne luy en voulut arracher qu'une. Il ne faut pas demander
si le poëte fut aise de s'en voir quitte à si bon compte; mais ce
fut bien à dechanter quand, estant allé le soir chez son homme pour
toucher son salaire, l'autre le luy refusa, alleguant qu'il avoit
tant crié qu'il luy avoit plus nuy que servy; qu'il ne luy avoit rien
promis qu'à condition qu'il souffriroit sans se plaindre qu'on luy
ostât deux dents, et qu'il n'avoit pas osé les luy arracher, de peur
que, par ses cris, il ne le dechalandast pour jamais. Il ne faut pas
demander s'il y eust là-dessus une grande querelle entre ces deux
personnages. Le poëte, faute d'autres armes, a recours aux injures,
et, pour tâcher d'attirer quelqu'un en sa faveur, se plaint que
l'autre luy a arraché une gencive et appelle le charlatan bourreau.
Celuy-cy s'en moque, et dit en riant qu'il a de bons temoins qui luy
ont entendu dire à luy-mesme qu'il ne luy avoit fait aucun mal. Je
passois par hazard par là lorsque cette plaisante repartie fut faite
au pauvre Sibus, que je decouvris, malgré sa petitesse, au milieu
de cent personnes qui l'entouroient. Je demanday ce qu'il y avoit,
et l'on m'apprit tout ce que je viens de vous dire. Je vous avoue
que cette avanture, toute plaisante qu'elle est, ne laissa pas de
m'attendrir et de me donner de la compassion; et, jugeant qu'un homme
qui vendoit ses dents pour avoir de quoy manger devoit estre en une
etrange necessité, je tiray mon poëte de la foule et le menay souper
chez moy. Je ne sçay pas comment il s'en fût acquité s'il eust eu
toutes ses dents; mais je vous jure qu'à le voir bauffrer je n'eusse
jamais deviné qu'il en eust manqué d'une seule, et qu'il me fit bien
rabaisser de l'estime que j'avois pour le miracle de Sanson, qui
defit tant d'ennemis avec la maschoire d'un asne, faisant trois fois
plus d'execution avec une maschoire moindre pour le moins trois fois.
Après le souper, je ne pus m'empescher de luy lascher quelque petit
trait de raillerie sur son avanture passée. Mais tournant subitement
la chose en galanterie: «Je croy bien, me dit-il; n'ay-je pas eu
raison de m'en defaire? Elles n'estoient bonnes qu'à me faire de la
depense et vouloient tousjours manger.» Cette reponse me surprit;
mais il m'en fit une autre quelques jours après qui, pour n'estre pas
si aiguë ny si plaisante, ne laisse pas, selon mon jugement, d'estre
aussi adroite.

          [Note 103: On peut rapprocher de cet éloquent _boniment_,
          pour employer l'expression argotique en cours aujourd'hui,
          les discours que Sorel, dans le _Francion_ (1673, in-12, p.
          530 et 562), fait tenir sur le Pont-Neuf à un arracheur de
          dents et à un charlatan. C'est de la réclame de même force
          et de même style. Cette ressemblance et quelques autres
          détails de fait et de forme me donneroient presque à penser
          que cette histoire du poète Sibus pourroit bien être de
          Sorel.]

Contraint comme l'autre fois par la necessité, il alla encore sur le
Pont-Neuf chanter quelques chansons qu'il avoit faites. Il esperoit
de n'estre pas reconnu, pource qu'il s'estoit deguisé du mieux qui
luy avoit esté possible; mais la chose estoit allée contre sa pensée,
et, l'ayant encore reconnu en passant par là, il eut bien l'adresse,
lors que je l'en pensay gausser, de me dire froidement: «Pardieu!
cinquante pistolles sont bonnes à gagner», pour me faire croire que
ce qu'il en avoit fait n'avoit esté que par gageure.

Ce sont les moyens par lesquels Sibus taschoit à subsister.
Neantmoins, pource qu'il ne pouvoit pas fournir de dents autant
qu'il luy en eust fallu tous les jours, je dis quand mesme on les
lui auroit payées, voicy encore une autre invention dont il s'avisa:
Comme sa veine n'estoit pas des plus fertiles, ny de celles qui
portent de l'or, il faisoit faire des vers par quelqu'autre, qu'il
vendoit sous main à son libraire, et l'autre avoit pour soy le
gain de la dedicace, dont il ne manquoit pas de faire part à Sibus
pour le bon office qu'il croyoit qu'il luy eust rendu en faisant
imprimer sa pièce[104]. Vous me demanderez comme est-il possible que
des libraires voulussent donner un seul teston d'un si miserable
travail. Voicy l'artifice dont il usoit pour les attraper: Quelques
jours avant que de leur parler de ce qu'il desiroit mettre sous la
presse, il envoyoit tous ses amis au Palais s'enquerir à tous les
libraires s'ils n'avoient pas un tel ouvrage de monsieur un tel[105].
Ceux-cy, voyant tant de gens venir demander son livre, croyoient
qu'indubitablement ce devoit estre quelque chose de bon: de sorte
qu'au commencement il en tiroit d'assez bonnes sommes. Mais enfin ils
descouvrirent la trame et le firent mettre une fois en prison pource
qu'il leur avoit vendu à cinq ou six un mesme ouvrage sous diferent
titre, qu'il avoit aussi dedié à diverses personnes pour en tirer
plus d'argent.

          [Note 104: Furetière, dans sa satire _les Poètes_, parle
          aussi des procédés de ces mendiants à la dédicace:

               Il espéroit tirer cent écus du libraire,
               Et vendre cent louis l'epistre liminaire,
               Prenant pour protecteur quelqu'orgueilleux faquin
               Qui payroit chèrement l'or et le maroquin.]

          [Note 105: C'est justement la manoeuvre que M. Scribe a
          renouvelée dans son _Charlatanisme_ pour faire vendre le
          livre de son intéressant médecin, le docteur Rémy.]

Vous voyez quelle sorte de vie ce petit homme mène, et combien
d'affronts il est sujet à recevoir, jusque là que les petits enfans
luy font tourner son chapeau sur la teste et luy donnent des coups
d'epingles dans les fesses toutes les fois qu'ils le rencontrent
en un certain lieu nommé l'Orvietan[106], où il ne manque jamais
de les aller chercher pour un sujet que je ne veux pas dire, et
qu'ils le reconduisirent une fois à coups de pierres du terrain de
Notre-Dame, où il va aussi tous les soirs de l'esté pour le mesme
dessein, jusques au logis d'un chanoine de condition, où il se sauva.
Avec tout cela, neantmoins, vous devez sçavoir qu'il n'y eut jamais
de vanité pareille à celle de ce petit personnage, et qu'il ne
croit pas qu'il y ait au monde d'esprit comparable au sien. Il est
si friand de louange, que, luy ayant refusé des vers qu'il m'avoit
demandez pour mettre au devant de l'un de ses ouvrages, il a bien
eu l'impudence d'en composer qu'il y a appliquez sous mon nom, et
que, messieurs..., etc..., luy en ayant donné d'autres où il ne se
trouvoit pas assez loué à sa fantaisie, il les changea et gasta tous
pour y mettre plus d'eloges. C'est tout ce que je vous apprendray
de Sibus, dont je ne feray pas l'histoire plus longue, m'imaginant
qu'elle l'est assez pour vous avoir beaucoup ennuyé.»

          [Note 106: C'est sans doute le lieu, voisin du Pont-Neuf,
          où se tenoit le charlatan qui vendoit la drogue fameuse
          dont nous avons déjà parlé dans une _note_ de notre
          édition du _Roman bourgeois_ (p. 106), et qui lui devoit
          son surnom. L'Orviétan est souvent rappelé dans les
          _Mazarinades_; il y est même mis en scène, témoin _les
          Sanglots de l'Orviétan sur l'absence du cardinal Mazarin
          et son adieu, en vers burlesques_, 1649, in-4; _Dialogue
          de Jodelet et de l'Orviatan_ (sic) _sur les affaires
          de ce temps_, 1649, in-4.--Je dois à une obligeante
          communication de M. J. Ravenel de savoir le véritable nom
          de cet homme célèbre. Voici la mention qu'il a trouvée à
          l'Hôtel-de-Ville, dans les registres de la paroisse de
          Saint-Jacques-du-Haut-Pas: «Christophe Contugi, dit de
          Lorvietan (il signe Lorvietano), temoin (4 janvier 1652) au
          mariage de Jean-Baptiste Valeri et Catherine Marcovis.»]

L'historien du poëte n'eut pas plustost prononcé cecy que Sylon
prit la parole pour l'asseurer qu'au contraire il y avoit pris
beaucoup de satisfaction. Ils se mirent ensuite à faire diverses
reflections sur ce petit personnage, et, pource que l'historien dit
qu'il falloit que ce fût une ame bien basse de se mesler ainsi d'une
chose où il n'entendoit rien (ils parloient de sa poesie): «Tant
s'en faut, repliqua Sylon; je trouve, pour moy, que ce doit estre un
habile homme, d'avoir trouvé moyen de vivre d'un mestier qu'il ne
sçait pas.--En effet, repartit l'historien avec un souris que cette
reponse attira sur ses lèvres, si Diogène eut raison, voyant qu'on
se gaussoit d'un miserable musicien, de le louer bien fort de ce
qu'entendant si mal son mestier il ne s'estoit point mis à celuy de
voleur, ne peut-on pas dire aussi que Sibus ne peut recevoir trop de
louange de ce que, gagnant si peu dans sa profession et y reussissant
si mal, il a eu neantmoins la constance d'y perseverer jusques à la
fin, sans qu'il luy ait jamais pris envie de se faire pendre pour
une mauvaise action.--Voulez-vous que je vous die? reprit Sylon; ma
foy, moquons-nous de luy tant qu'il nous plaira; si n'en peut-il
si peu sçavoir qu'il n'en sçache autant que la pluspart de ceux de
sa profession qui passent pour les plus habiles.--Que dites-vous,
repondit l'historien, et à quoy pensez-vous? La poesie françoise
n'est-elle pas aujourd'huy en un tel poinct qu'il ne s'y peut rien
adjouster? Et le poëme dramatique, entr'autres, ne s'est-il pas elevé
à un tel degré de perfection que, du consentement de tout le monde,
il ne sçauroit monter plus haut? Se peut-il rien voir de plus beau
que le sont la _Mariane_[107], l'_Alcionée_[108], l'_Heraclius_[109],
_les Visionaires_[110]?--Aussi ne condamnay-je pas, repliqua Sylon,
toutes les pièces de theatre ny tous les poëtes; et je vous avoueray
mesme, si vous le voulez, que je ne crois pas que, depuis qu'il y
a des vers et des poëtes, il y ait jamais rien eu, pour ce qui est
de la beauté de l'invention, de comparable, soit en grec, latin ou
françois, aux _Visionaires_ que vous venez de nommer. Mais tant y a
que, comme une goute d'eau ne fait pas la mer, vous ne pouvez pas
conclure que, pour une pièce peut-estre que nous avons eue exempte
des defauts des autres, nostre poesie soit en un si haut point de
perfection que vous la mettez: car, je vous prie, le poëme dramatique
n'estant qu'une pure, vraye et naïve image de la societé civile,
n'est-il pas vray que la vraysemblance n'y peut estre choquée le
moins du monde sans commettre une faute essentielle contre l'art?
Les poëtes mesmes tombent d'accord de cecy, puis qu'ils ne nous
chantent autre chose pour authoriser leur unité de scène et de lieu;
et pourtant où m'en trouverez-vous, je dis de ceux-mesmes que vous
m'aportez pour modèles, qui ne l'ayent violée une infinité de fois
dans leurs plus excellens ouvrages? Montrez-moy une pièce exempte
de soliloques; cependant y a-t'il rien de plus ridicule et de moins
probable que de voir un homme se parler luy seul tout haut un gros
quart d'heure? Cela nous arrive-t'il jamais quand nous sommes en
nostre particulier, je dis dans le plus fort de nos passions les plus
violentes? Nous pousserons bien quelque fois quelque soûpir, nous
ferons bien un jurement; mais de parler long-temps, de resoudre nos
desseins les plus importans en criant à pleine teste, jamais. Pour
moy, je sçay bon gré à un de mes amis, qui, faisant ainsi parler
Alexandre avec luy-mesme dans une pièce burlesque, fait dire en mesme
temps par un autre acteur qui le surprend en cette belle occupation:
«Helas! vous ne sçavez pas? Alexandre est devenu fol.--Hé! comment
cela? repond un autre.--Hé! ne voyez-vous pas, reprend le premier,
que le voilà qui parle tout seul?» Ce n'est pas là neantmoins le plus
grand de leurs defauts. En voicy encore un autre aussi insupportable
à mon gré. Vous y verrez une personne parler à son bras et à sa
passion, comme s'ils estoient capables de l'entendre: _Courage, mon
bras; Tout beau, ma passion_. Mettons la main sur la conscience:
nous arrive-t'il jamais d'apostropher ainsi les parties de nostre
corps? Quand vous avez quelque grand dessein en teste, quand vous
vous devez battre en duel, faites-vous ainsi une belle exhortation à
vostre bras pour l'y resoudre? Disons nous jamais: _Pleurez, pleurez,
mes yeux_[111]? non plus que: Mouchez, mouchez-vous, mon nez? Çà,
courage, mes pieds, allons-nous-en au fauxbourg Saint-Germain? Vous
me direz que c'est une figure de rhetorique qui a esté pratiquée de
tous les anciens. Je vous repons qu'elle n'en est pas moins ridicule
pour estre vieille; que ce n'est pas la première fois que l'on a fait
du vice vertu; qu'il n'y a point d'autorité qui puisse justifier ce
qui choque le jugement et la vraysemblance, et qu'enfin les anciens
ont failly en cecy, comme ils ont manqué quand ils ont fait durer des
sujets d'une pièce plusieurs mois, et qu'ils n'observoient ny unité
de lieu, ny de scène. Qu'on ne me pense donc point payer d'authorité:
il n'y a vice ny defaut que je ne justifie, s'il ne faut pour cela
que le trouver dans un ancien autheur. Il n'y a point d'_Age, anime!_
dans Senèque qui puisse rendre bon: «Courage, mon ame!» en françois.

          [Note 107: Tragédie de Tristan Lhermite, qui, jouée en
          1636, balança le succès du _Cid_ (_Histoire du théâtre
          français_, t. 5, p. 191). Mondory jouoit le rôle d'Hérode,
          qui lui coûta bon, comme dit Tallemant, «car, comme il
          avoit l'imagination forte, dans le moment il croyoit quasi
          être ce qu'il representoit, et il lui tomba, en jouant ce
          rôle, une apoplexie sur la langue qui l'a empêché de jouer
          depuis.» (Edit. in-12, t. 10, p. 45.)]

          [Note 108: Tragédie de du Ryer, jouée en 1639. C'est là que
          M. le duc de La Rochefoucauld prit les deux vers dont il
          fit la devise de son amour pour Mme de Longueville:

               Pour obtenir un bien si grand, si précieux,
               J'ai fait la guerre aux rois, je l'aurois faite aux dieux.]

          [Note 109: C'est la tragédie de Corneille, jouée en 1647.]

          [Note 110: Comédie de Desmarets, représentée en 1637 avec
          un immense succès. On l'appeloit l'_inimitable comédie_.]

          [Note 111: On sait que c'est l'exclamation de Chimène, dans
          le _Cid_:

               Pleurez, pleurez, mes yeux, et fondez-vous en eau:
               La moitié de ma vie a mis l'autre au tombeau.]

C'est encore une bonne sottise que ces sentimens qu'ils appellent
cachez. Ils nomment sentiment caché ce qu'un personnage prononce sur
le theatre seulement pour éclaircir l'auditeur de ce qu'il pense, en
sorte que les autres acteurs avec qui il parle n'en entendent rien.
Par exemple, dans le _Belissaire_[112], pièce dont je fais d'ailleurs
beaucoup d'estat et dont j'estime l'autheur, lors que Leonce le veut
tuer, ce dernier, après luy avoir fait un grand conte que Belissaire
a fort bien entendu, s'écrie:

  Lâche, que tardes-tu? l'occasion est belle[113].

          [Note 112: C'est la tragédie de Rotrou, jouée en 1643,
          imprimée l'année suivante, Paris, Anthoine de Sommaville,
          in-8.]

          [Note 113: Ce vers est en _a parte_ dans la scène 2 du 1er
          acte.]

Dans le _Telephonte_[114], Tindare dit à son rival, qui veut epouser
sa maistresse: _Traistre, je t'arracheray plutost l'ame_, ou quelque
chose de semblable; puis il poursuit comme si de rien n'estoit, et
l'autre n'y prend pas garde le moins du monde. Or je dis qu'il n'y
a rien de plus ridicule que cette sorte de sentimens cachez, pource
qu'il n'est nullement probable que Leonce, par exemple, qui vouloit
tuer Belissaire, fût si sot, dans une occasion comme celle-là, que
de dire tout haut, à moins que de faire son coup à mesme temps:
_Lâche, que tardes-tu? l'occasion est belle_. C'estoit pour se faire
decouvrir. En second lieu, quand il seroit assez fol, je demande
pourquoy Belissaire, qui a si bien entendu tout ce qu'il luy a dit
jusqu'icy, et qui entendra fort bien tout ce qu'il luy dira après,
n'entend point ce vers icy aussi bien que les autres. Ces sentimens
cachez, dites-vous, sont necessaires pour instruire l'auditeur;
mais, si l'auditeur les oit bien du parterre ou des loges, comment
Belissaire, qui est sur le theâtre avec Leonce, ne les entend-il pas?
Qu'est-ce qui le rend si sourd à poinct nommé? Y a-t-il là aucune
probabilité? Il y en a si peu que ce n'est pas la première fois que
cette sorte d'impertinence leur a esté reprochée[115]. Aussi, ayant
dessein de ne leur porter que des botes nouvelles, c'est-à-dire
de ne leur rien reprocher qui leur ait dejà esté objecté, pource
qu'autrement cette matière s'etendroit à l'infiny, j'avoue que j'ay
tort de m'arrester à une chanson qui leur a esté si souvent rebatue.

          [Note 114: Tragi-comédie de Gabriel Gilbert, imprimée en
          1642, puis réimprimée plus tard sous le titre de _Philoclée
          et Téléphonte_. «Cette pièce, où Richelieu déposa quelques
          pensées et quelques vers, fut jouée par les deux troupes
          royales.» (_Catal. Soleinne_, t. 1, p. 265.) La Chapelle en
          reprit le sujet en 1682, et en tira une tragédie qui eut
          quelque succès.]

          [Note 115: C'étoit l'opinion de La Fontaine, et l'on sait
          comment un jour, au milieu même d'une discussion à ce
          sujet, Boileau lui prouva par un argument _ad hominem_ la
          vraisemblance des _a parte_. (V. Walckenaer, _Histoire de
          la vie et des ouvrages de J. de La Fontaine_, 1re édit., p.
          78-79.)]

Voulez-vous rien de plus ridicule que leurs fins de pièces, qui se
terminent toujours par une reconnoissance, le heros ou l'heroïne ne
manquant jamais d'avoir un coeur, une flèche ou quelqu'autre marque
emprainte naturellement sur le corps[116].

          [Note 116: Ces dénoûments étoient de tradition antique. Il
          est rare que les pièces de Térence ou de Plaute finissent
          autrement.]

Y a-t'-il rien de plus sot que ces grands badauts d'amoureux qui
ne font que pleurer pour une vetille, et à qui les mains demangent
si fort qu'ils ne parlent que de mourir et de se tuer. Ils se
donnent bien de garde d'en rien faire cependant, quelque envie
qu'ils en temoignent; et s'il n'y a personne sur le theatre pour les
en empescher, ils se donneront bien la patience de prononcer une
cinquantaine de vers, en attendant que quelqu'un survienne qui les
saisisse par derrière et leur oste leur poignard. Vous les verrez
mesme quelquefois si agreables qu'au moindre bruit qu'ils entendront
ils vous remettront froidement leur dague dans le fourreau, quelque
dessein de mourir qu'ils eussent montré, donnant pour toute excuse
d'un: _Mais quelqu'un vient!_ Au lieu de dire cela, que ne se
tuoient-ils s'ils en avoient si grande envie? Un coup est bientost
donné. Toutefois, que voulez-vous? les pauvres gens auroient trop
de honte de faire une si mauvaise action devant le monde; et puis
tousjours ont-ils bonne raison, car il y a bien moins de mal à dire
une sottise qu'à se tuer. Ils sçavent bien que ce qu'ils en font ce
n'est pas tout de bon, ce n'est que par semblant; ils se souviennent
qu'ils ont encore des vers à dire, et que, quelque malheur qui les
accable, ils doivent bientost estre heureux et mariez au dernier
acte, et ils sçavent trop bien qu'une des principales règles du
theatre, c'est de ne pas ensanglanter la scène. Que diroit leur
maistresse s'ils avoient esté si hardis que de sortir de la vie sans
son congé? Elle est maistresse de toutes leurs actions, elle le doit
donc estre de leur mort, car c'est agir que de mourir. Il faut luy
aller dire le dernier adieu et la prier de les tuer de sa main; le
coup en sera bien plus doux: un coup d'epée qui part du bras d'une
maistresse ne fait que chatouiller. Mais elle n'a garde de rendre un
si bon office à un homme qui a esté si insolent, si temeraire, si
outrecuidé[117], que de l'aimer: il faut qu'il vive pour sa peine. Il
voudroit bien la mort, mais ce n'est pas pour son nez, car ce seroit
la fin de ses peines, et l'on n'est pas encore reconcilié. Voilà donc
un pauvre amant en un pitoyable estat; neantmoins il n'y sera pas
longtemps. Chimène luy va dire qu'_elle ne ne le hait point_. Après
cela, qu'y a-t'-il qu'il ne surmonte, quels perils qu'il n'affronte?
_Paroissez, Navarrois, Mores et Castillans, et tout ce que l'Espagne
a nourry de vaillans[118]!_ Paroissez, don Sanche; il va vous en
donner! Il se moque des boulets de canon, car Chimène ne le hait
point, et luy a dit qu'elle seroit le prix de son combat[119]. Par
vostre foy, ne sont-ce pas là d'etranges conséquences? Toutefois,
pourquoy s'etonner s'ils raisonnent autrement que les autres hommes,
puis qu'ils ont le don de prophetie, et que la divination, au dire
des Pères mesmes, est une allienation d'esprit ou un emportement de
l'ame hors de ses bornes ordinaires, aussi bien que la manie. Il ne
vient personne sur le theatre dont ils ne predisent l'abord et dont
ils n'ayent dit: _Mais voicy un tel_, avant qu'il ait commencé de
paroistre. Et ne voyons-nous pas que depuis la _Mariane_, où cet
artifice ne laissoit pas d'estre beau pource qu'il estoit nouveau,
il ne leur arrive pas le moindre malheur qu'ils ne predisent par
quelque songe funeste? Le coeur le leur avoit bien dit; ils sentent
tousjours je ne sçay quoy là-dedans qui leur presage tout ce qui leur
doit arriver. Mais, à propos de deviner, n'est-ce pas encore une
chose bien ridicule que leurs oracles, qu'ils prennent tant de peine
à faire reussir? Tous les gens d'esprit sçavent que ces oracles n'ont
esté que des fourberies des prestres des anciens pour mettre par là
leurs temples en vogue, et que, s'ils reussissoient quelquefois, ce
n'estoit que par hazard, pource que, disant tant de choses, il estoit
impossible qu'ils n'en proferassent quelqu'une de véritable, comme
un aveugle decochant un grand nombre de flèches peut donner dans
le but par cas fortuit. Il n'y a donc point d'aparence de rendre
ces oracles si véritables, et un autre de mes amis a bien meilleure
raison dans le dessein qu'il a de mettre veritablement un oracle
dans un très beau roman qu'il compose, mais à dessein seulement de
surprendre davantage le lecteur en faisant reussir sa catastrophe au
rebours de ce qu'avoit predit l'oracle.»

          [Note 117: «Qui _cuide_ estre plus qu'il n'est, dit Nicot,
          qui a trop grande opinion de soi.» Montaigne l'a employé
          dans une phrase où, comme le remarque Coste, il avoit mis
          _vain_ dans la première édition. C'est établir au mieux la
          synonymie très prochaine de ces deux mots.]

          [Note 118: C'est, comme vous savez, le beau mouvement de la
          1re scène du 5e acte du _Cid_.]

          [Note 119: C'est parodier sans bonne foi l'admirable vers
          de cette même pièce:

               Sors vainqueur d'un combat dont Chimène est le prix.]

Sylon proferoit cecy d'un fil si contenu qu'il sembloit s'estre
preparé sur cette matière, et il avoit encore bien d'autres choses à
debiter, lors que son amy, l'interrompant: «Cette façon de surprendre
le lecteur, luy dit-il, me fait souvenir d'une autre dont je me suis
servy dans une espèce de roman burlesque pour railler et suivre
tout ensemble la loy de nos romanistes[120] et contenter aussi le
peuple, qui veulent que cette sorte de livres debute tousjours
par quelque avanture surprenante. Je commence le mien ainsi: «Il
estoit trois heures après midy lors qu'on vit ou que l'on put voir
à Rouen, dans la rivière, un homme couronné de joncs et fait en
quelque façon de la mesme sorte que les poëtes et les peintres
nous representent leurs dieux marins s'elever et sortir du fond de
l'eau, «Ne voilà-t'il pas un superbe spectacle, et qui tient fort
l'esprit en suspens? Aussi ne manquay-je pas de l'embrouiller de
beaucoup d'intrigues, selon la coustume, avant que d'en decouvrir la
cause; puis, comme l'on meurt d'envie de la sçavoir, il se trouve
enfin que ce Neptune qui a percé l'onde dans un si superbe appareil
n'est qu'un escolier qui se baignoit, et qui, s'estant fait un peu
auparavant cette couronne de quelques joncs, et l'ayant attachée
à sa teste, venoit de se plonger par plaisir. Pour ce qui est de
l'unité de scène ou de lieu, que, depuis la _Cassandre_[121], ils
veulent tous faire garder dans les romans aussi bien que dans les
comedies, je l'observe d'une assez plaisante façon. Je fais faire
tout le tour du monde dans un navire à mon principal personnage, de
sorte que, suivant la definition qu'Aristote donne du lieu, _locus
est superficies corporis ambientis_, il se trouve que, n'ayant point
sorty de son vaisseau, il n'a par consequent point changé de lieu;
et pource que c'est un très mechant homme et qui a fait de très
mauvaises actions pendant toute mon histoire, et que, par leurs
règles, ils veulent que le vice soit toujours puny à la fin, comme
la vertu recompensée, au lieu que les autres font marier leurs heros
à leurs heroïnes en recompense de leurs illustres exploits, je punis
le mien en luy faisant epouser sa maistresse, alleguant là-dessus
qu'après avoir bien resvé au genre de son supplice, je n'ay pas cru
luy pouvoir donner de plus rude peine qu'une femme.--Ces artifices
sont très agreables, repondit Sylon.--C'est une bagatelle, repliqua
l'amy pour faire le modeste, une fadaise, dont vous pouvez bien
penser que je ne pretens pas tirer beaucoup de gloire, puis que ce
n'est qu'une histoire comique.--Comment! puisque ce n'est qu'une
histoire comique! reprit Sylon; hé! croyez-vous, en bonne foy, que le
_Dom Quichot_ et _le Berger extravagant_[122], _les Visionnaires_,
_la Gigantomachie_[123] et _le Pedant joué_ ayent moins acquis de
gloire à leurs autheurs que pourroient avoir fait les ouvrages
les plus serieux de la philosophie? Non, non (comme un des plus
doctes hommes de ce siècle l'a fort bien sçeu remarquer), l'homme
estant egalement bien definy par ces deux attributs de risible et
de raisonnable, il n'y a pas moins de gloire ny de dificulté à le
faire rire par methode qu'à exercer cette fonction de son ame qui
le fait raisonner. Aussi voyons-nous que Ciceron, dans ses livres
_De oratore_, ne s'est pas moins etendu sur le sujet _de ridiculo_
que sur les autres parties d'un orateur qui semblent plus relevées.
Si les ouvres et les apophtegmes de Mamurin[124], par exemple...»
On ne sçait pas bien ce que Sylon vouloit dire icy, car son amy,
l'interrompant: «Que voulez-vous dire d'oeuvres et d'apophtegmes de
Mamurin? luy dit-il.--Est-il possible, repartit Sylon, qu'en vous
racontant la vie de ce parasite, j'aye oublié de vous faire part d'un
papier qu'on m'a donné à la Grève où ces choses sont contenues?»
L'amy dit qu'il n'en avoit rien veu, et, là dessus, Sylon luy en fit
une lecture, à laquelle il temoigna par mille souris qu'il prenoit
beaucoup de plaisir. «Il faut advouer, s'ecria-t'il aussi tost
qu'elle fut achevée, que la vie du poëte que je viens d'apprendre
a quelque chose d'agreable; mais si faut-il confesser qu'elle n'a
rien d'approchant de celle de Mamurin.--Pourquoy? reprit Sylon.--Hé!
qu'y a-t'il dans ces deux histoires, repondit l'autre, qui approche
soit des _commes_[125], soit des livres et des apophtegmes de
celle-cy?--Parbleu! s'ecria Sylon, en voilà d'une bonne! N'y a-t'il
pas des beautez de plusieurs formes, de brunes comme de blondes?
Quoy! vous estes donc d'humeur à ne vouloir que d'une seule sorte de
viande? Je m'attens, pour moy, que, lors qu'on vous racontera les
vies d'Alexandre et de Pompée, il ne faudra pas laisser d'y mettre
des noms de leurs ouvrages, quoy qu'ils n'en ayent jamais fait, pour
vous les faire trouver belles; et qu'il sera necessaire, de plus,
que l'historien ait toûjours un homme prest pour l'interrompre, afin
de trouver l'occasion d'y mettre des _commes_: car je gagerois,
pour vous montrer comme ce n'est que pure imagination, que, pour
ce qui est de vostre histoire du poëte, vous ne la trouveriez pas
moins belle si je vous l'avois commée, et si, au lieu du train suivy
et continu dont vous me l'avez rapportée, je vous disois à bastons
rompus:

          [Note 120: Huet, dans son traité de l'_Origine des romans_,
          a aussi employé ce mot, en même temps que celui de
          _romancier_.]

          [Note 121: C'est le roman en 10 vol. de La Calprenède. Son
          grand succès avoit commencé en 1642.]

          [Note 122: C'est le roman satirique décoché par Sorel
          contre les ridicules de l'_Astrée_ et autres pastorales
          prétentieuses. L'éloge qu'on en fait ici me confirme dans
          l'opinion que Sorel pourroit bien être l'auteur de cette
          _Histoire de Sibus_. On n'est jamais si bien _loué_ que
          par soi-même. Et qui alors auroit loué Sorel, si ce n'est
          Sorel?]

          [Note 123: _Typhon, ou la Gigantomachie_, poème burlesque
          de Scarron.]

          [Note 124: Ici Mamurin est bien Montmaur. Ces apophthegmes
          ne se trouvent pas dans le recueil de Sallengre, _Histoire
          de P. de Montmaur_.]

          [Note 125: C'est-à-dire une série de sommaires commençant
          par ce mot _comme_. C'étoit un des procédés adoptés dans
          les ouvrages burlesques en prose. Sarrazin l'a employé pour
          la _Pompe funèbre de Voiture_. On en trouvera un exemple
          plus loin.]

«Comme Sybus apprit à faire des vers à force de lire les ouvrages de
nos poëtes françois, qu'il rapportoit tous les jours du marché avec
le beurre et le fromage qu'il achetoit pour le disner de son maistre;

«Comme, afin de devenir poëte de cour, il quitta l'Université pour le
faux-bourg Saint-Germain;

«Comme, au lieu de plume, il ecrivoit avec l'un de ses ongles, qu'il
avoit laissé croistre à ce dessein;

«Comme, n'ayant pas le moyen d'acheter de la chandelle, il fit un
trou à la cloison de sa chambre, qui repondoit dans celle d'une
blanchisseuse;

«Comme les libraires du Palais le firent mettre en prison pour leur
avoir vendu à cinq ou six un mesme ouvrage sous differens titres,
qu'il dedia aussi à differentes personnes, pour y gagner davantage;

«Comme il ne se chauffoit qu'à un tas de fumier, s'imaginant que,
comme la fumée des viandes repaist et engraisse les cuisinières,
celle de ce fumier pourroit bien aussi rassasier sa faim; et comme, à
force de se promener sur ce fumier, il luy survint un grand malheur,
qui fut qu'une paire de bouts qui avoit coustume de luy servir plus
de quinze jours ne luy en duroit plus que douze.»

Sylon n'eust pas manqué d'achever de reduire en _commes_ l'histoire
du poëte, ainsi qu'il l'avoit commencée, si son amy ne l'eust encore
interrompu en cet endroit: «Hé bien! luy dit-il, voudriez-vous
soustenir que ces particularitez des bouts de souliers, que j'ay
neantmoins esté obligé de vous raporter pource qu'elles sont
veritables, ne fussent pas plustost basses qu'autrement, et qu'elles
eussent rien de comparable à celles de l'histoire de Mamurin?--Ah!
nous y voicy! repondit Sylon; ma foy, je m'imagine que vous estes de
l'humeur de nos poëtes, qui, lors qu'ils ont quelque ouvrage à faire,
cherchent dans un dictionnaire tous les gros mots, comme _trone_,
_couronne_, _diadème_, _palmes_, _indumées_, _cèdres du Liban_,
_croissant ottoman_, _aigle romaine_, _apotheose_, _naufrage_, _ondes
irritées_, et quantité d'autres belles paroles semblables, dont
ils vous massonnent après bravement leurs sonnets et leurs odes,
s'imaginant que cela suffit pour rendre une pièce excellente, et que
de tant de beaux materiaux il ne peut resulter qu'un parfaitement bel
edifice. Ainsi, pource que vous croyez que ces mots extraordinaires
font toute la bonté d'un ouvrage, vous estes persuadé aussi que ceux
qui sont plus communs ne sçauroient manquer de le gaster.--Ce n'est
pas le mot que je reprens, repartit l'amy, c'est la chose: car ne
m'avouerez-vous pas que cette circonstance de bouts de souliers est
très basse?--Nostre pointu de tantost ne manqueroit pas d'en tomber
d'accord, puis qu'il s'agit du dessous des pieds, repliqua Silon;
mais, pour moy, je me donneray bien de garde de croire qu'une chose
soit basse quand l'imagination en est extraordinaire et qu'elle
represente bien l'objet que l'on veut depeindre. Par exemple, posez
le cas que vostre histoire du poëte ne fust pas veritable, mais un
conte fait à plaisir: je maintiens qu'il n'y auroit pas moins eu
d'esprit à trouver cette particularité de bouts de souliers que
beaucoup d'autres, qui ont un plus beau nom, pource que celle-cy
represente parfaitement bien les moeurs, les desseins et la personne
de celuy que l'on veut decrire. Il s'agit d'un poëte crotté; ne
voudriez-vous point qu'on luy fît donner des batailles pour fendre
des _demesurez geans jus les arçons_, se precipiter dans la mer pour
sauver par generosité une dame qui se noye, et faire cent mille
autres bagatelles que vous deguisez du nom de hauts evenemens?--Je
ne veux point tout cela, reprit l'amy; mais je veux que, si un
sujet n'est pas capable de recevoir d'autres embellissemens que
de circonstances basses et qui peuvent facilement tomber dans la
teste d'un chacun, on ne se donne point la peine de nous en rompre
la cervelle.--Cela est bien, repliqua Sylon, mais il faut tomber
d'accord de ce que nous appellerons bas et capable d'entrer dans la
teste d'un chacun. Une chose paroist quelquefois abjecte et facile à
trouver, quoy que cependant il n'y ait rien de plus elevé ny de mieux
imaginé. C'est l'adresse de l'ecrivain de disposer si bien son fait
qu'il semble qu'il n'y ait rien que d'absolument necessaire, et que,
par consequent, tout autre n'eust mis aussi bien que luy. Cependant,
les veaux qui ne reconnoissent pas cet artifice s'imaginent, à cause
que la chose est naïfvement representée, qu'il n'y a rien de plus
facile à trouver. Quand Christophle Colomb eut decouvert l'Amerique,
quantité de sots et d'envieux pensoient bien diminuer de sa gloire
en disant: «Voilà bien de quoi! Quoy! n'y avoit-il que cela à faire?
qu'à aller là, et puis là; et de là, là; et puis encore là, et de là
aborder là? Vrayment, nous en eussions bien fait autant!» Colomb,
pour se moquer d'eux, il est vray qu'il n'y avoit que cela à faire:
«Messieurs, leur dit-il, mais qui de vous fera bien tenir cet oeuf
sur ce costé icy[126]»? leur dit-il, en montrant la pointe. Ils se
mirent tous incontinent à resver, et, pas un n'en pouvant venir à
bout, Colomb cogna doucement la pointe de l'oeuf contre la table,
et, la cassant, fit ainsi tenir l'oeuf dessus. Les voilà tous à
dire encore: «Quoy! n'y avoit-il que cela à faire? Vrayment, nous
en eussions bien fait autant.--Toutefois, repondit Colomb, pas un
pourtant ne s'en est pu aviser. C'est tout comme cela que j'ay
decouvert les Indes.» Ce que disoit Colomb de son voyage se doit
entendre de la pluspart des belles choses; quand nous les voyons
faites, nous n'appercevons plus ce qui les rendoit difficiles.
Mais je voy bien ce qui vous tient: il vous faut des livres, des
apophtegmes; hé bien! vous en aurez. Imaginez-vous donc, pour trouver
vostre histoire du poëte belle, qu'il a composé[127]:

          [Note 126: On a raconté cette anecdote de beaucoup d'autres
          et avant Colomb. V. notre petit livre l'_Esprit dans
          l'histoire_, p. 10, note.]

          [Note 127: Ce qui va suivre rentre dans la catégorie
          des _Bibliothèques imaginaires_, et il se pourroit que
          Furetière s'en fût inspiré pour le _Catalogue des livres de
          Mytophylacte_ (Roman bourgeois, édit. elzev., p. 312).]

Une invective contre Chrisippus[128], de ce qu'ayant fait un si grand
nombre de livres, il n'en dedia jamais pas un.

          [Note 128: Fameux stoïque, trop fidèle aux doctrines de sa
          secte pour tomber dans cette mendicité des dédicaces.]

Commentaire sur le passage de Buscon[129] où il est parlé des
chevaliers de l'industrie[130].

          [Note 129: _L'Aventurier Buscon, histoire facetieuse, et le
          Chevalier de l'Epargne, traduit de l'espagnol de Francisco
          Quevedo_ (par de la Geneste). Paris, P. Billaine, 1633,
          in-8.]

          [Note 130: C'est ainsi qu'on disoit alors. V. Fr.
          Michel, _Etudes de philologie comparée sur l'argot_, p.
          107-108.--Pour les fameux de l'ordre, il y avoit même un
          titre plus élevé; on disoit un _marquis de l'industrie_. Le
          25 janvier 1698 le Théâtre-François joua une pièce sous ce
          titre.]

Très humbles actions de graces de la part du corps des autheurs à
M. de Rangouze, de ce qu'ayant fait un gros tome de lettres, et se
faisant donner au moins dis pistolles de chacun de ceux à qui elles
sont adressées, il a trouvé et enseigné l'utile invention de gagner
autant en un seul volume qu'on avoit accoustumé jusques icy de faire
en une centaine[131].

          [Note 131: On peut lire sur Rangouze un intéressant
          chapitre des _Essais de littérature_ de l'abbé Trigaud
          (1703, in-12, t. 2, p. 72), et sur ses procédés louangeurs
          une bonne note de la _Bibliographie des mazarinades_, par
          M. Moreau (t. 1, p. 421). C'est Tallemant surtout qui nous
          édifie au mieux sur les mille subtilités de son négoce et
          sur les profits qu'il y fit: «Il n'en a plus montré, dit-il
          en parlant de ses _Lettres_, que celles qu'il a écrites
          en son nom à toutes les personnes de l'un et l'autre sexe
          qui pouvoient lui donner quelque paraguante; il en fit un
          volume imprimé de ces nouveaux caractères qui imitent la
          lettre bastarde, et, par subtilité digne d'un gascon, il
          ne fit point mettre de chiffre aux pages, afin que, quand
          il presentoit son livre à quelqu'un, son livre commençant
          toujours par la lettre qui estoit addressée à celui à qui
          il le presentoit, car il change les feuillets comme il veut
          en le faisant relier. Vous ne sçauriez croire combien cela
          luy a vallu. Il y a dix ans qu'il advoua à un de ses amys
          qu'il y avoit gaigné quinze mille livres, qu'il employa
          fort bien en son pays, car je crois qu'il a famille;
          depuis, il a toujours continué. Le comte de Saint-Aignan
          lui donna cinquante pistoles.» (Edit. P. Paris, t. 5, p.
          2.)--On peut se convaincre de la vérité de ce que dit
          Tallemant par l'examen de quelques exemplaires du recueil
          de Rangouze. V., sur ses dédicaces, le _Roman comique_,
          édit. V. Fournel, _Biblioth. elzev._, t. 1, p. 253.]

Methode de faire de necessité vertu, ou l'Art de se coucher sans
souper.

Recherches curieuses sur le proverbe: «Vaut mieux un tiens que deux
tu l'auras».

Le moyen de faire imprimer utilement un livre à ses despens quand
le libraire n'en veut pas assez donner à son autheur; ensemble
le privilége gratuit. Traitté très utile à tous, tant poëtes que
faiseurs de romans, où, par une methode très facile et experimentée,
est enseigné l'art de ne rien payer du privilége d'un ouvrage, en
gagnant les bonnes graces d'un secretaire du roy par quelque sonnet à
sa louange.

Que les premiers philosophes ont esté poëtes.

Chansons nouvelles et recreatives.

Le triomphe des epigrammes, ou Les epigrammes triomphantes.

Le doute resolu, ou La question decidée, sçavoir lequel vaut mieux
à un autheur, en payement d'un sonnet, d'une ode, ou d'une epistre
dedicatoire mesme, de recevoir un habit complet avec le manteau, ou
dix pistolles[132].

          [Note 132: Ces dons d'habits plus ou moins complets
          étoient fort bien de mise en ce temps-là. Les comédiens,
          qui ne s'affubloient guère qu'avec des défroques prises
          à la friperie, comme dit Tallemant aux premières lignes
          de l'_Historiette_ de Mondory, s'en accommodoient mieux
          que personne. L'_Eslite des bons vers, choisis dans les
          ouvrages des plus excellents poëtes de ce temps_ (Cardin
          Besongne, 1653, 2e partie, _Recueil de diverses poésies_,
          p. 15), contient des «_stances adressées au duc de Guise
          sur les presents qu'il avoit faits de ses habits aux
          comediens de toutes les troupes_». Parmi les comédiens
          nommés se trouvent Beys, la Béjart et Molière.]

Des jours favorables à l'impression.

Le stile des requestes, ou Methode de dresser une requeste en vers
pour demander une pension ou autre chose, le tout authorisé par
plusieurs exemples tirez des ouvrages de M...... jadis.....

Le may des imprimeurs des années 1658 et 1659[133].

          [Note 133: Ce _may_ des imprimeurs étoit un placard
          en vers, assez maigrement payé sans doute à quelque
          rimeur famélique, comme Sibus, et que les membres de la
          corporation affichoient dans leur boutique, auprès du
          rameau de verdure détaché du mai annuel et votif de la
          confrérie. A Lyon, l'arbre consacré étoit planté devant
          la porte du gouverneur. On connoît les vers que Clément
          Marot fit pour le may de 1529, en l'honneur de Théodore de
          Trivulce, alors gouverneur de Lyon. V. Delandine, _De la
          milice et garde bourgeoise de Lyon_, 1767, in-4; _Oeuvres_
          de Marot, édit. Longlet Dufresnoy, in-12, t. 3, p. 36.]

Questions memorables, où il est traitté, entre plusieurs autres
recherches curieuses, du prix qu'Auguste et Mecenas donnoient à
Horace et Virgile pour une epigramme ou une ode.

Le trebuchet[134] des sonnets, ou Sçavoir si, supposé que les
pistolles ne vallussent que huit francs, le sonnet ne vaudroit qu'une
pistolle?

          [Note 134: C'est-à-dire la balance à mettre les sonnets,
          pour voir s'ils avoient le poids, comme les pistoles bien
          trébuchantes dont parle l'Harpagon de Molière.]

Du prix et de la valeur des poëmes epique, elegiaque et dragmatique,
et combien il faut de patagons[135] pour faire la monnoye d'un
sonnet. Ensemble un discours particulier des sonnets, où il est
traitté du sonnet de province, du sonnet façon de Paris, et
singulierement du sonnet marqué au coing du Marais.»

          [Note 135: Le patagon ou _patacon_ étoit une monnoie
          d'argent en cours en Espagne, et de la valeur d'une once.
          De là vient, selon M. Francisque Michel, l'origine de
          la locution populaire sur _la poudre de patagon_, _qui
          fait courir les filles après les garçons_. (_Etudes de
          philologie comparée sur l'argot_, p. 314.)]

Comme Sylon avoit l'esprit vif et imaginatif au dernier point, il
n'eust pas terminé si tost cette saillie, si son amy ne l'y eust
obligé en l'interrompant: «Ma foy! luy dit-il, vous verrez que le
poëte fera tant de livres qu'il y mettra tout ce qu'il sçait, et
qu'il ne luy restera plus rien pour ses apophtegmes.--Donnez-vous
patience, vous en aurez, reprit Sylon; qu'à cela ne tienne que vous
ne soyez satisfait et que son histoire ne soit aussi belle que celle
de Mamurin. Figurez-vous donc que,

Un jour qu'on luy parloit de celuy qui brusla le temple de Delphes
pour rendre son nom immortel: «Il le pouvoit faire à meilleur marché
et avec moins de peine, dit-il: ne connoissoit-il point de poëte?»

Pource qu'on le railloit de ce qu'il portoit des cloux à ses
souliers, il repondit qu'il etoit de l'ordre de Pegase.

Une fois, qu'on luy demandoit pourquoy il mangeoit si peu: «C'est de
peur de mourir de faim!» repondit-il, voulant dire que c'estoit pour
epargner de quoy manger le lendemain.

Mamurin luy demandant un jour: «Comment peux-tu vivre et manger si
peu?--Et toy, repondit-il au parasite, comment peux-tu vivre et
manger tant?»

Chantant un jour dans une compagnie, il le fit si miserablement
qu'on le livra aux pages et aux laquais, qui le pensèrent accabler
de pierres. Quand on luy reprochoit cette aventure, il disoit qu'il
avoit cela de commun avec Orphée et Amphion d'attirer les pierres et
les rochers.

Une autre fois, tout le monde s'estant levé dès qu'il commença à
reciter de ses vers, il dit qu'il estoit le coq de tous ceux de sa
profession.

Moqué un jour de ce qu'il gratoit sa teste pour faire des vers qu'on
luy demandoit: «Comment voulez-vous que je les en tire, dit-il, si ce
n'est avec les mains.»

Une autre fois, sur le mesme sujet: «Pour qu'un champ rapporte,
repondit-il, il faut bien qu'il soit labouré.»

Encore une autre fois, en une occasion semblable, comme on le
railloit de ce qu'il gratoit tant sa teste pour en faire sortir ses
vers: «Ho! ho! je croy bien, repliqua-t'il; il fallut bien fendre
celle de Jupiter pour en faire sortir Minerve!»

Comme on luy reprochoit qu'il estoit logé bien près des tuilles, il
dit qu'ayant à communiquer tous les jours avec les dieux, il estoit
bien raisonnable qu'il fît la moitié du chemin.

Un jour qu'on luy disoit qu'il estoit bien mal vestu pour un poëte
d'importance, il repartit que souvent Virgile estoit bien relié en
parchemin.»

Sylon n'eut pas plustost achevé cette plaisante tirade que son amy
fut obligé de prendre congé de luy, pource qu'il se faisoit tard; ils
firent encore neantmoins cette reflection avant: que, bien que le
caractère de ce personnage fût aussi rare qu'il s'en pust trouver,
il n'y avoit neantmoins rien de si ridicule dans sa personne qui ne
se rencontre en un degré bien plus haut dans la plus grande partie
de nos poëtes, dont il y en a peu qui ne soient plus miserables que
Sibus.



_Discours sur les causes de l'extresme cherté qui est aujourd'huy en
France, presenté à la mère du roy par un sien fidelle serviteur_[136].

_A Bordeaux._

M.D.LXXXVI. Pet. in-8.

          [Note 136: Cette pièce, à en croire le P. Le Long, est de
          du Haillan. Rien ne répugne à cette opinion. On retrouve
          en effet dans les pensées et dans le style, avec plus de
          concision toutefois et plus de logique, les procédés de
          l'historiographe de Charles IX et de Henri III. Du Haillan
          d'ailleurs étoit de Bordeaux, et c'est ce qui expliqueroit
          pourquoi c'est dans cette ville que parut la première
          édition de son _Discours_, qui ne fut réimprimé à Paris
          que huit ans plus tard, c'est-à-dire en 1594. Le titre de
          cette édition parisienne, donnée par P. L'Huillier, pet.
          in-8, porte 1574, mais à tort: car le _Discours_ de Jean
          Bodin, dont l'auteur de celui-ci déclare s'être inspiré,
          n'avoit paru qu'en 1578, c'est-à-dire l'année même où
          l'extrême cherté de toutes choses avoit ému le gouvernement
          et lui avoit donné l'idée de réunir, afin d'y aviser,
          tous les notables du commerce, de la bourgeoisie et de
          la magistrature. Ces assemblées, sortes d'états généraux
          de l'économie politique, comme l'a fort bien dit M. Paul
          Lacroix dans un récent et remarquable travail sur cette
          matière (_Rev. contemporaine_, 31 déc. 1856), se tinrent
          à Sain-Germain-des-Prés. Elles n'aboutirent à rien, sinon
          à faire prouver, en _paradoxes_, par les gens du roi, les
          sieurs de Malestroit et François Garrault, sieur de Gorges,
          «que rien n'estoit enchery depuis trois cents ans». Les
          gouvernements sont toujours les mêmes: dire que le mal
          n'existe pas, voire le faire prouver, au besoin, leur
          paroît plus facile que d'y remédier. Le meilleur avis qui
          fut donné étoit, comme toujours, de ceux qu'on ne demandoit
          pas: c'est celui de Jean Bodin. De lui-même, et un peu à
          l'instigation du duc d'Alençon, frère du roi, qui, là comme
          partout, ne cherchoit qu'à jouer un rôle d'opposition,
          Bodin eut à coeur de dire leur fait à M. de Malestroit et à
          ses _paradoxes_, comme ledit sieur intituloit lui-même sa
          façon de penser, tant il la savoit opposée à la manière de
          voir de tout le monde, autant dire au sens commun. De là
          l'origine du _Discours_ de Bodin, dont, encore une fois,
          celui de du Haillan n'est qu'une sorte de résumé venu
          après coup, mais non pas inutilement toutefois. En 1586,
          en effet, le mal avoit empiré, et, à défaut de Jean Bodin
          lui-même, alors perdu dans la _Démonomanie_, il falloit
          bien que quelqu'un reprît sa thèse. M. P. Lacroix, dans
          l'article cité plus haut, pense (p. 361) que l'auteur qui
          se cache ici pourroit bien être Michel Montaigne. Il est
          vrai qu'il n'insiste pas. Cette idée lui étoit venue sans
          doute en voyant que Bordeaux étoit le lieu de première
          publication. Mais nous avons dit que cette particularité
          s'explique fort bien pour du Haillan.]

       *       *       *       *       *

_Discours sur les causes de l'extresme cherté est aujourd'huy en
France et sur les moyens d'y remedier._


La cherté de toutes les choses qui se vendent et debitent au royaume
de France est non seulement aujourd'huy si grande, mais aussi tant
excessive, que, depuis soixante ou quatre-vingts ans, les unes sont
encheries de dix fois, et les autres de quatre, cinq et six fois
autant que lors elles se vendoient; ce qui est bien aisé à prouver et
verifier en toutes, soit en vente de terres, maisons, fiefs, vignes,
bois, prez, ou enfin chairs, laines, draps, fruicts et autres denrées
necessaires à la vie de l'homme.

Pour venir à la preuve de cela et commencer par les vivres, il
faut seulement regarder aux coustumes de toutes les provinces de
la France, et on trouvera qu'en la plus part d'icelles les adveuz
font foy que la charge de mestail, celle de seigle, celle d'orge et
celle de froment, sont evaluées et taxées à moindre pris qu'on ne
vend aujourd'huy la dixiesme partie d'icelles, et qu'un chappon,
une poulle, un chevreau, et autres choses deues par les subjects
aux seigneurs, sont au dixiesme, voire au quinziesme, evaluées à
meilleur compte qu'on ne les vend à present[137]. Les coustumes
d'Anjou, de Poitou, de la Marche, de Champaigne, de Bourbonnois et
de plusieurs autres pays, mettent la poulle à six deniers[138], la
perdix à quinze deniers[139], le mouton gras avec la laine à sept
sols[140], le cochon à dix deniers[141], le mouton commun et le veau
à dix sols, le chevreau à trois sols, la charge de fourment à trente
sols[142], la charge de foin pesant quinze quintaux à dix sols,
qui sont dix botteaux pour un sol[143], le botteau pesant quinze
livres. Par la coustume d'Auvergne et Bourbonnois, les douze quintaux
estoient estimez dix sols, le tonneau de vin trente sols[144], le
tonneau de miel trente-cinq sols, l'arpent de bois deux sols six
deniers, l'arpent de vigne trente sols de rente, la livre de beurre
quatre deniers[145], d'huille de noix autant, de suif autant. En
plusieurs autres coustumes, la charge de mestail est de vingt-cinq
sols, celle de seigle à vingt-deux sols six deniers, celle d'orge
à quinze sols; en d'autres coustumes, le septier de fourment est à
vingt sols, le seigle à dix sols, l'orge à sept sols, l'avoine à cinq
sols, la chartée de foin de douze quintaux à dix sols; prise sur le
pré, à cinq sols; la chartée de bois à douze deniers; l'oye à douze
deniers[146], la chair entière du mouton, sans laine, à trois sols
six deniers, le mouton gras avec la laine à cinq sols, le chevreau
à dix-huit deniers, la poulle à six deniers, le connil[147] à dix
deniers, l'oyson à six deniers, le veau à cinq sols, le cochon à dix
deniers, le paon[148] à deux sols, le pigeon à un denier[149], le
faisan à vingt deniers. Voilà quant aux vivres, qui sont aujourd'huy
douze ou quinze fois plus chers; et, quant aux courvées et journées
des manouvriers, nous voyons, par les coustumes arrestées et
corrigées depuis soixante ans, que la journée de l'homme en esté est
taxée à six deniers, en hyver à quatre deniers, et avec sa charrette
à beufs à xij deniers; peu auparavant la journée de l'homme estoit à
douze deniers, celle de la femme à six deniers[150].

          [Note 137: Pour tout ce qui suit, Bodin donne les mêmes
          chiffres (_Discours de Jean Bodin sur le rehaussement
          et diminution des monnoyes tant d'or que d'argent, et
          le moyen d'y remédier; et responce aux paradoxes de M.
          de Malestroict._ Paris, 1578, in-8, sans pagination);
          seulement, non plus que du Haillan, il ne complète pas la
          comparaison en disant à quel prix les choses se payoient de
          son temps. Tout le monde le savoit si bien qu'il croyoit
          oiseux d'en donner le détail. Nous allons tâcher de remplir
          cette lacune, en ne nous éloignant que le moins possible de
          l'époque dont il est question.]

          [Note 138: En 1567, jugez de l'augmentation: elle se
          vendoit 5 sols, et cela d'après l'ordonnance donnée cette
          année-là, le 4 février, et _relative à la police générale
          du royaume_, chap. pour la volaille.]

          [Note 139: Dans l'ordonnance de février 1567, le prix de la
          perdrix est marqué à 5 sols.]

          [Note 140: En 1601, d'après l'_Essai sur les monnoies_, par
          Dupré de Saint-Maur, un mouton se vendoit 4 livres.]

          [Note 141: Un porc, d'après un livre de 1582, le _Miroir
          des François_, par de Montaud, chap. _Taux des vivres_, se
          vendoit 15 livres vers l'époque dont il s'agit.]

          [Note 142: Loysel dit que de son temps, c'est-à-dire
          toujours à l'époque dont il est question, le setier de
          froment, mesure de Paris, se vendoit 5 livres 12 sols.
          Voy., dans ses opuscules, _Remontrances à M. Dupin sur les
          magasins de blé_.]

          [Note 143: En 1577, le _botteau_ ou la _botte_ de foin
          se vendoit dix fois autant. L'ordonnance donnée cette
          année-là, le 21 novembre, sur la _police générale_, marque,
          au chapitre _Police pour le foin_, que la botte se payoit 1
          sol.]

          [Note 144: En 1582, d'après de Montaud (_Miroir des
          François_, chap. _Taux des vivres_), le prix du muids de
          vin, mesure de Paris, étoit de 12 livres.]

          [Note 145: En 1600, d'après Dupré de Saint-Maur, _Essai sur
          les monnoies_, elle étoit de 5 sols.]

          [Note 146: Nous ne savons quel étoit alors le prix de
          l'oie, mais, d'après de Montaud (_Ibid._), celui du dindon
          étoit de 20 sous en 1582.]

          [Note 147: Lapin. D'après l'ordonnance de février 1567 sur
          la _police des tavernes et cabarets_, le prix du _connil
          de garenne_ est marqué à six sous, et celui du _connil de
          clapier_ à trois.]

          [Note 148: On sait qu'au moyen âge on servoit sur les
          tables des paons rôtis.]

          [Note 149: En 1567, le _gros ramier_ se vend trois sols, et
          le _bizet_ vingt deniers. Ce sont les prix de l'ordonnance
          du mois de février.]

          [Note 150: D'après le _Reglement du prevost de Paris_ donné
          le 17 octobre 1601, on payoit 45 livres de gages au premier
          valet de charrue, 25 livres aux autres valets, 12 livres à
          la ménagère, 36 au maître berger.]

Quant aux terres, la meilleure terre roturière n'estoit estimée que
au denier vingt ou vingt-cinq, le fief au denier trente, la maison au
denier cinquante; l'arpent de la meilleure terre labourable au plat
païs ne coustoit que dix ou douze escus, et la vigne que trente. Et
aujourd'huy toutes ces choses se vendent trois et quatre fois autant,
mesmes en escus pesans un dixiesme moins qu'ils ne pesoient il y a
trois cents ans[151].

          [Note 151: L'altération des monnoies étoit aussi alors un
          des grands sujets de plainte. Jean Bodin, qui veut entre
          autres choses qu'on réduise «toutes les monnoies à trois
          sortes et au plus haut titre qu'il sera possible», s'occupe
          longuement de cette question. Elle est abordée avec plus de
          détail et de compétence encore dans le _Traicté et advis
          sur les poincts controversez au faict des monnoyes_ (par
          François Le Bogue, advocat général du roy en la Cour des
          monnoyes). Paris (1600), in-8. On y trouve, p. 12-14, un
          chapitre des _Pieces fausses et altérées_. Les monnoies du
          cardinal de Bourbon, ayant, dit l'auteur, «l'effigie et
          legende d'un roi imaginaire», sont du nombre. Elles avoient
          cours, «à notre grande confusion», dit Le Bogue, et, à ce
          qu'il paroît, en grand nombre.]

Par là on peut cognoistre combien les choses sont haussées de pris
depuis soixante ans. Ce qui en outre se peut aisement verifier par
la recherche des adveuz de la Chambre des comptes, par les contracts
particuliers et par ceux du tresor de France, par lesquels on verra
que les baronnies, comtez et duchez qui ont esté annexez et reunis à
la couronne vallent aujourd'huy autant de revenu qu'elles ont esté
pour une fois vendues[152]. Il y a plusieurs historiens qui disent
que Humbert, dauphin de Viennois, environ l'an 1349, vendit son
païs de Dauphiné au roy Philippe de Valois, lors regnant, pour la
somme de quarante mille escus pour une fois, et dix mille florins
chacun an sa vie durant, avec quelques autres pactions, à la charge
que le premier fils des rois de France, heritier presumptif de la
couronne, s'appelleroit Dauphin, attendant la dite couronne durant la
vie de son père. Les autres disent, et mesmes il appert par quelque
contract, que le dit Humbert donna le dit païs de pur don au dit roy
Philippe à la sus dite condition, avec quelques reserves durant sa
vie. Mais, s'il vendit le dit païs, le pris de la vendition est si
petit qu'aujourd'huy le païs vault de revenu autant que la somme se
monte. Bien faut-il penser que, mettant la condition sus dite, que
le premier fils des rois s'appelleroit Dauphin, il en fit meilleur
marché qu'il n'eust faict autrement. Tant y a que, puisque c'est
vendition, elle est à si vil pris que c'est presque donation.

          [Note 152: La plupart des détails qui suivent se trouvent
          aussi dans le _Discours_ de Jean Bodin, mais avec moins
          d'étendue. Du Haillan, contre son ordinaire, développe
          au lieu de résumer. Il s'agit de faits historiques, et
          l'historiographe, s'y laissant prendre, bavarde malgré lui.]

Le mesme roy Philippe de Valois achepta du roy Jacques de Majorque
la ville de Mont-Peslier pour la somme de vingt-cinq mille florins
d'or. Et dans la dite ville il y a aujourd'huy cinquante maisons dont
la moindre se vendroit presque autant, ou pour le moins cousteroit
autant à bastir.

Herpin, comte de Berry, voulant aller à la guerre de la Terre-Saincte
avec Godeffroy de Bouillon, vendit son comté au roy Philippe premier
du nom pour la somme de cent mille sols d'or; et aujourd'huy le dit
païs, qui par le roy Jean fut erigé en duché en faveur de Jean, son
troisiesme fils, qui en fut le premier duc, vault presque autant de
revenu.

Guy de Chastillon, comte de Blois, deuxiesme du nom, l'an 1391,
vendit à Louys, duc d'Orléans, frère du roy Charles sixiesme, le
dit comté, pour la somme de cent mille florins d'or. Il y en a qui
disent que ce fut Marie de Namur, sa femme, qui, aymant d'une amour
deshonneste le dit duc d'Orléans, luy donna le dit comté; mais que,
pour couvrir ses amours et sa donation d'une honneste couverture,
elle fit passer un contract de vendiction.

Qu'on regarde à plusieurs maisons, terres, fiefs, seigneuries,
arpens de terres, de bois, de vignes, de prez, et d'autres choses
auxquelles on n'a rien augmenté depuis soixante ans: aujourd'huy
elles se vendent six fois autant qu'elles furent lors vendues.
Une maison dans une ville, à laquelle il n'y a ny rente ny revenu,
qui se vendoit il y a soixante ans pour la somme de mille escus,
aujourd'huy se vend quinze et seize mille livres, encore qu'on n'y
aye pas faict depuis un pied de mur ny aucune reparation. Une terre
ou fief qui se vendoit lors 25 ou au plus cher trente mille escus
aujourd'huy se vend cent cinquante mille escus. Bien est vray que
on me pourra dire que lors ceste terre ne valoit que mille escus de
ferme, et maintenant elle en vaut six mille. Mais je respondray à
cela qu'aujourd'huy on ne fait pas plus pour six mille escus qu'on
faisoit lors pour mille: car ce qui coustoit lors un escu en couste
aujourd'huy six, huict, et dix et douze.

Chacun voit ceste extrême et excessive cherté, chacun en reçoit
une grande incommodité, et aucun n'y remedie. Il y a plusieurs
causes d'icelle, dont la principalle est celle qui est comme mère
des autres, qui est le mauvais ordre donné aux affaires et à la
police de la France. La première cause de celles qui sont engendrées
de celle-là est l'abondance de l'or et de l'argent qui est en
ce royaume[153]. Ceste abondance produit le luxe et la despense
excessive qu'on fait en vivres, en habits, en meubles, en bastimens,
et en toutes sortes de delices. Le degast et la dissipation des
choses est une autre cause, lequel procède de la dite abondance: car
là où est l'abondance, là est degast. Les monopoles des fermiers,
marchans et artisans, est la troisiesme cause[154]. Quant aux
fermiers et marchans, il se voit clairement qu'estans aujourd'huy
presque tous biens, tant ceux du roy que des particuliers, baillez à
ferme, les dits fermiers et marchans arrent les vivres devant qu'ils
soient recueillis, puis les serrent, et en les serrant engendrent
la disette et la cherté, et en après les vendent à leur mot. La
quatriesme cause est la liberalité dont noz rois ont usé à donner
les traittes des bleds et des vins, et autres marchandises, pour
les transporter hors du royaume[155]: car les marchans, advertis de
l'extresme cherté qui est ordinairement en Espagne et en Portugal,
et qui souvent advient aux autres lieux, obtiennent, par le moyen
des favoris de la cour, des traittes pour y transporter les dits
bleds, le transport desquels nous laisse la cherté. La cinquiesme
cause est le pris que les rois et princes ont donné aux choses de
plaisir, comme aux peintures et pierreries, qui ne s'achètent qu'à
l'oeil et au plaisir, lesquelles aujourd'huy se vendent dix fois
plus qu'elles ne faisoient au temps de noz anciens rois, pource
qu'ils n'en tenoient compte[156]. La sixiesme sont les impositions
et maletostes mises sur toutes denrées, et les tailles excessives
imposées sur le peuple. La septiesme sont les guerres civiles de la
France, qui ont mis le feu et la guerre par tout, apporté l'insolence
et l'impunité de brusler et saccager et dissiper tout. La huictiesme
est le haussement du pris des monnoyes. La neufiesme est la sterilité
de cinq ou six années que subsecutivement nous avons eues[157], avec
la dissipation de la guerre, qui sont deux causes jointes ensemble
depuis le dit temps.

          [Note 153: Du Haillan s'inspire ici directement et presque
          textuellement de Jean Bodin, qui voit, lui aussi, dans
          l'abondance de l'or circulant alors en France, une des
          grandes raisons du renchérissement général, la cause
          «principale et presque seule, que, dit-il, personne
          jusques icy n'a touchée»... M. H. Baudrillart (_J. Bodin
          et son temps_, Paris, 1853, in-8, p. 169) loue en cela la
          sagacité de ses appréciations et la portée de ses vues.
          M. Paul Lacroix, qui ne peut nier que, sous le rapport de
          l'accroissement du numéraire, cette période du XVIe siècle
          ressemble beaucoup à notre époque inondée par l'or de la
          Californie et de l'Australie, trouve aussi beaucoup de
          justesse dans le raisonnement de Bodin, dans les expédients
          qu'il propose, lesquels, dit M. Lacroix, «l'économie
          politique du XIXe siècle ne sauroit repousser ni dédaigner
          complétement». (_Revue contemporaine_, 31 déc. 1856, p.
          357.)]

          [Note 154: Bodin parle ainsi du monopole organisé en
          véritable conspiration contre l'acheteur, et qu'il propose
          d'anéantir, comme le vouloit le chancelier Poyet, par le
          retranchement des confréries: «Rien, dit-il, n'est aussi
          considerable comme occasion de cherté que les monopoles
          des marchands, artisans et gaigne-deniers; lorsqu'ils
          s'assemblent pour asseoir le pris des marchandises ou pour
          encherir leurs journées et ouvrages, et parceque telles
          assemblées se couvrent ordinairement du voile de religion,
          le chancelier Poyet avoit sagement advisé qu'on devoit
          oster et retrancher les confrairies, ce qui a esté confirmé
          à la requeste des Estats d'Orléans, tellement qu'il n'y
          a point faute de bonnes loix.» Seulement il faudroit les
          exécuter. Bodin ne le dit pas, mais ce n'est pas faute de
          le penser. Du Haillan reviendra plus loin lui-même sur
          cette idée de supprimer les _confrairies_.]

          [Note 155: Encore une idée de Bodin. Il en vient à dire
          qu'en raison des _dégâts_ de la _traitte_ qui fait passer
          en Espagne et en Flandre tout le blé françois, on doit
          presque souhaiter d'avoir la guerre avec les Espagnols;
          tant qu'elle dure, en effet, le grain ne sort pas de France
          et le pain est à meilleur marché. Il s'explique ainsi sur
          l'avidité des Espagnols et des Portugais à se jeter sur
          nos grains, leurs terres étant presque toutes incultes, à
          cause des expéditions d'outre-mer, qui enlevoient tous les
          bras disponibles: «Or, dit-il, il est certain que le blé
          n'est pas si tost en grain que l'Espagnol ne l'emporte,
          d'autant que l'Espagne, hormis l'Aragon et la Grenade, est
          fort sterile, joint la paresse qui est naturelle au peuple,
          comme j'ay dit, tellement qu'en Portugal les marchands
          blattiers ont tous les priviléges qu'il est possible, et,
          entr'autres, il est défendu de prendre prisonnier quiconque
          porte du blé à vendre, autrement le peuple accableroit le
          sergent, pourvu que celuy qui porte le blé dise tout haut:
          _Traho trigo_, c'est-à-dire je porte du blé.»]

          [Note 156: J. Bodin parle aussi du goût croissant pour les
          tableaux et du haut prix qu'on y mettoit: «Nous en avons,
          dit-il, de Michel-Ange, Raphaël Durbin, de Durel (Durer),
          et, sans aller plus loing, un de M. de Clagny (P. Lescot)
          en la galerie de Fontaine-Beleau, qui est un chef-d'oeuvre
          admirable que plusieurs ont parangonné aux tableaux
          d'Appelles... C'est donc, en partie, ajoute-t-il, le
          plaisir des grands seigneurs qui fait les choses enchérir.»]

          [Note 157: Du Haillan, remarquez-le, écrit en 1586; or,
          en 1578, Malestroit se plaignoit de même, ce qui prouve
          qu'alors les années se suivoient et se ressembloient,
          c'est-à-dire étoient toutes désastreuses. Selon Malestroit,
          l'année 1578 avoit été tellement mauvaise qu'il eût été
          injuste d'évaluer d'après elle le prix courant des denrées.
          «Pour en faire le compte, dit-il, parlant des marchandises
          qui sont plus périssables, comme bled, vins, etc., il n'est
          pas raisonnable de nous fonder sur cette année, qui est la
          plus estrange et irregulière qui ait, par aventure, jamais
          été vue en France, que les bleds et vins ont esté quasi
          tous perdus, voire le bois des vignes et les noyers gelez.»
          (_Les paradoxes du seigneur de Malestroict, conseiller
          du roy et maistre ordinaire de ses comptes, sur le faict
          des monnoyes, presentez à Sa Majesté au moys de mars MD.
          LXXVI._ Paris, 1578, in-8, sans pagination.)]

Voilà toutes les causes, ou pour le moins les principalles, qui
nous ont amené l'extrême cherté que nous endurons, lesquelles nous
deduirons particulièrement l'une après l'autre.

La première cause doncques de la cherté est l'abondance de l'or et de
l'argent, qui est en ce royaume plus grande qu'elle ne fut jamais.
De quoy plusieurs s'esbahiront, veu l'extrême pauvreté qui est au
peuple. Mais en cela il faut dire le vieil proverbe: c'est qu'il y a
plus d'or et d'argent qu'il n'y eut jamais, mais qu'il est mal party.
Et, pour prouver mon dire par vives raisons, il faut considerer qu'il
n'y a que six vingts ans que la France a la grandeur et la longue
etendue qu'elle a maintenant. Et, si on veut regarder plus haut,
comme du temps du roy saint Loys, et dessoubs après, les rois de
France ne tenoient aucune mer en leur puissance et n'avoient nulle
province ny ville sur la mer, ains ne tenoient que le nombril[158]
de la Gaule, qui encore estoit guerroyé, debattu et oppressé par
les Anglois et par plusieurs petits seigneurs particuliers qui
estoient comme rois en leur poignée de terre. Les duchez de Guyenne
et de Normandie, et le comté de Poictou, et la coste de Picardie,
estoient possedées par l'Anglois; la Provence avoit son comte, la
Bretaigne son duc, et le Languedoc estoit detenu par les rois de
Maiorque. Voilà quant aux païs maritimes. Les autres païs loing de la
mer, comme la Bourgogne avoit son duc particulier, le Dauphiné son
dauphin; l'Anjou, le Poictou, la Touraine, le Maine, l'Auvergne, le
Limosin, le Perigort, l'Angoulmois, le Berry et autres, estoient à
l'Anglois; et les autres duchez, comtez et seigneuries de la France,
estoient tenus ou par les dits Anglois, ou par princes ou seigneurs
particuliers, qui ne permettoient que les rois prinssent en leurs
terres aucune chose que les devoirs ordinaires; encores quelques
uns les empeschoient de les prendre. Lors doncques il n'y avoit nul
trafic sur la mer qui nous apportast en ce royaume l'or ny l'argent
des païs estrangers, ains estoient les François contraints de manger
leurs vivres et d'user entre eux de la première coustume des hommes,
qui estoit de permuter avec leurs voisins à ce qu'ils n'avoient point
ce qu'ils avoient, comme de donner du bled et prendre du vin.

          [Note 158: Aujourd'hui l'on diroit _le coeur_. Léon
          Trippault, dans ses _Antiquités d'Orléans_, se sert de la
          même expression pour la ville dont il parle, quand il dit
          qu'elle est le _nombril de Loyre_.]

Mais, pour revenir à ce que nous avons dit, qu'il n'y a que six
vingts ans que la France est en la grandeur qu'elle a, nous n'irons
point plus haut ny plus avant que ce temps-là, et redirons que,
devant iceluy, les provinces cy dessus nommées n'estoient point
aux rois de France, ains avoient les seigneurs que nous avons dit;
et les terres que noz rois tenoient en leur puissance estoient si
tourmentées des guerres continuelles que tantost les Anglois, tantost
les Flamans et tantost les Bretons, et tantost les divisions des
maisons d'Orleans et de Bourgongne, faisoient qu'il n'y avoit pas
un sol en France. Il n'y avoit aucun trafic ny commerce qui nous
apportast l'or ny l'argent. L'Anglois, qui, comme nous avons dit,
tenoit les ports de la Guyenne, de la Normandie et de la Picardie,
et qui avoit les ports de la Bretaigne à sa devotion, nous fermoit
toutes les advenues de la mer et les passages d'Espagne, de Portugal,
d'Angleterre, d'Ecosse, de Suède, de Danemarch et des Allemagnes. Les
Indes n'estoient encores cogneues, et l'Espagnol ne les avoit encore
descouvertes. Quant au Levant, les Barbares et les Alarbes d'Afrique,
que noz ancestres appelloient Sarrasins, tenoient tellement la mer
Mediterranée en subjection que les chrestiens n'y osoient aller
s'ils ne se vouloient mettre en danger d'estre mis à la cadène. Nous
n'avions aucune intelligence avec le Turc, comme nous avons du depuis
que le grand roy François nous l'a donnée. L'Italie nous estoit
interdite par les divisions et querelles des maisons d'Anjou et de
Arragon. Donques nous ne trafiquions en lieu du monde, sinon entre
nous; mais c'estoit seulement de marchandise à marchandise, comme de
bled à vin et de vin à bled, et ainsi des autres[159]: car, d'or et
d'argent, il ne s'en parloit point, veu que nous n'avons mine ny de
l'un ny de l'autre, que bien peu d'argent en Auvergne, qui couste
plus à affiner qu'il ne vault[160].

          [Note 159: Ce commerce d'échange se faisoit surtout pour
          les menus objets. A Rome, les petits marchands d'allumettes
          ne demandoient pas d'argent, mais seulement du verre
          cassé. V. Juvenal, sat. 5, v. 47; Stace, _Sylves_, liv. 1,
          sylv. 6, v. 72. A Paris, au moyen âge, le pain se vendoit
          comme monnoie courante: on le voit par les _Crieries_ de
          Guillaume de Villeneuve. A Londres, on entendoit partout
          crier: _L'eau pour le pain; les fagots pour le pain;
          l'aiguille pour le vieux fer; des balais pour de vieux
          souliers (Old shoes for some broom_)!]

          [Note 160: Aussi ces mines, comme la plupart de celles de
          l'Europe, avoient-elles été abandonnées. V. Monteil, _Hist.
          des François des divers états_, édit. Lecou, XVIe siècle,
          p. 257, et aux notes, p. 73-74.]

Aussi alors le François ne s'amusoit point au trafic ny au commerce,
ains s'adonnoit seulement à labourer et cultiver sa terre, à nourrir
du bestial et à tirer de sa mesnagerie toutes les commoditez qui
luy estoient necessaires, comme le bled, le vin, les chairs pour sa
nourriture, les laines pour faire ses toiles, et ainsi des autres.

Mais considerons quelles commoditez sont venues à la France depuis
six vingts ans. L'Anglois a esté chassé des Gaules; nous sommes
devenuz maistres de toutes les terres qu'ils tenoient de deçà. La
Bourgongne, la Bretaigne et la Provence se sont attachées à nostre
couronne; les autres païs y sont aussi venuz. Le chemin nous a
esté ouvert pour trafiquer en Italie, en Angleterre, en Ecosse, en
Flandres, et par tout le septentrion. L'amitié et intelligence entre
le grand-seigneur et noz rois nous a frayé le chemin du Levant. Le
Portugais et Espagnol, qui ne peuvent vivre sans nous venir mendier
le pain, sont allez rechercher le Perou, le goulfe de Perse, Indes,
l'Amerique et autres terres, et là ont fouillé les entrailles de
la terre pour en tirer l'or et nous l'apporter tous les ans en
beaux lingots, en portugaises, en doubles ducats, en pistolets et
autres espèces, pour avoir noz bleds, toiles, draps, pastel[161],
papier[162] et autres marchandises. L'Anglois, pour avoir noz vins,
noz pastels et nostre sel, nous porte ses beaux nobles à la rose[163]
et à la nau, et ses angelots. L'Allemant nous porte l'or, de quoy
nous faisons noz beaux escus, et toutes autres nations de l'Europe
nous apportent or et argent pour avoir les commoditez que nostre ciel
et nostre terre nous apportent, et qu'ils n'ont pas, et mesmement le
sel que nous avons en Xaintonge, le meilleur du monde pour saller, et
qui excède en bonté, en valeur et en longue garde, celuy de Lorraine,
de Bourgongne, de Provence et de Languedoc[164].

          [Note 161: Sur la richesse de ce commerce en France, voy.
          notre t. 3, p. 3, note.]

          [Note 162: Le meilleur venoit de France, surtout
          d'Angoulême. C'est là que les Elzeviers se fournissoient.
          Jusqu'au 18e siècle l'Angleterre s'approvisionnoit encore
          chez nous. V., sur la cherté du papier dans ce pays à cette
          époque, _Le pour et le contre_, de l'abbé Prevost, t. 1, p.
          323.]

          [Note 163: Sur cette précieuse monnoie, dont on attribuoit
          la fabrication à Raymond Lulle, V. la _Notice_ de M. de
          Lécluze sur cet alchimiste, p. 28, et le Rabelais, édit.
          _Variorum_, t. 2, p. 344.]

          [Note 164: Bodin dit la même chose: «Cela fait, écrit-il,
          que l'Anglois, le Flameng et l'Ecossois, qui font grande
          trafique de poissons salez, chargent bien souvent de sables
          leurs vaisseaux, à faute de marchandises, pour venir
          acheter notre sel à beaux deniers comptant.»]

Outre ceste cause de l'abondance d'or et d'argent procedente
de l'augmentation du royaume de France et du trafic avec les
estrangers, il y en a une autre, qui est le peuple infini qui,
depuis le dit temps, s'est multiplié en iceluy, depuis que les
guerres civiles d'entre les maisons d'Orleans et de Bourgongne
furent assopies et que les Anglois furent rencoignez en leur
isle. Auparavant, à cause des dites guerres, qui durèrent plus
de deux cents ans, le peuple estoit en petit nombre, les champs
par consequent deserts, les villages despeuplez, et les villes
inhabitées, desertes et despeuplées. Les Anglois les avoient ruinées
et saccagées, bruslé les villages, meurtri, tué et saccagé la plus
grande partie du peuple, ce qui estoit cause que l'agriculture, la
trafique[165] et tous les arts mechaniques cessoient. Mais depuis
ce temps-là, et la longue paix qui a duré en ce royaume jusques
aux troubles qui s'y sont esmeuz pour la diversité des religions,
le peuple s'est multiplié, les terres désertes ont esté mises en
culture, le païs s'est peuplé d'hommes, de maisons et d'arbres; on a
défriché plusieurs forests, là des terres vagues; plusieurs villages
ont esté bastis, les villes ont esté peuplées, et l'invention
s'est mise dedans les testes des hommes pour trouver les moyens de
profiter, de trafiquer et d'avoir de l'or et de l'argent.

          [Note 165: Ce mot étoit alors du féminin. La citation
          donnée dans la note précédente en est un exemple. On lit
          aussi dans Des Periers (conte XI): «Une jeune femme... fut
          mariée à un marchand d'assez bonne traficque.»]

De ces commoditez donques est venue en France l'abondance de l'or
et de l'argent, qui apporte la cherté; car, comme l'or et l'argent
des estrangers nous est venu enlever noz denrées de la mer, et par
la subtilité et manigance[166] du trafic l'or et l'argent sont venuz
abonder en nous, la plus part de noz marchandises s'en sont allées
en païs estrangers[167], et ce qui nous est resté s'est encheri,
tant pour la rarité que pour le grand moyen que nous avons commencé
d'avoir, estant tout certain que l'abondance de l'or et de l'argent
rend les hommes plus liberaux, et, si ainsi faut dire, plus larges à
donner plus d'une chose et à acheter plus hardiment et plus souvent,
et que là où il y a moins d'or et d'argent, là se vendent moins les
choses. Ce qui est aux païs où il n'y a point de commerce, ou là où
il n'y a pas grand peuple, et que les habitans, à faute de trouver
à qui vendre leurs fruicts, soit à faute de ports et de rivières et
de peuple, ou pource que chacun en a pour soy, sont contraints de
les vendre à vil pris. Mais où il y a abondance d'or et d'argent,
et de peuple, et de trafic, comme à Paris, Venise et Gênes, là se
vendent les choses cherement: je entends des vivres et autres choses
necessaires à l'homme, comme le bled, le vin, la chair, non des
choses de plaisir et non necessaires, comme les parfums, les soyes et
les petites babioleries des merciers, desquelles il y a une infinité
de pauvres artisans qui vivent, et qui sans cela mourroient de faim
en quelque païs barbare, comme en Basque, en la basse Gascongne, ou
en basse Bretaigne, pource que personne n'acheteroit de ces vanitez,
à cause de la faute d'argent qui y est et la barbarie du peuple,
qui ne veut rien avoir que ce qui est necessaire. C'est doncques
l'abondance d'or et d'argent qui fait que tout s'achète, et qui est
une principale partie de la cherté de toutes choses.

          [Note 166: Sur l'importance et l'étendue de notre commerce
          d'exportation à cette époque, voyez plusieurs pages très
          curieuses de la _Galerie philosophique du XVIe siècle_,
          par de Mayer, t. 2, p. 323-326. V. aussi le _Discours_ de
          Bodin.]

          [Note 167: C'étoit un mot importé d'Espagne depuis quelque
          cinquante ans. Dans le _Moyen de parvenir_, il est parlé
          du conte de _Madame des Manigances_, édit. 1757, t. 1, p.
          130. «Le mot _manganilla_ (intrigue, tour d'adresse), mot
          à peu près perdu en Espagne aujourd'hui, dit M. Philarète
          Chasles, devient _manigance_ et se conserve parmi nous.»]

Mais, après avoir allegué plusieurs raisons peremptoires de la cherté
procedante de l'abondance de l'or et de l'argent, prouvées par
les exemples des venditions et des achats, venons à d'autres, qui
monstreront combien la France estoit jadis desnuée d'argent.

Noz anciens rois se sont si souvent trouvez en telle necessité
d'argent, qu'à faute de ce ils ont perdu de belles entreprises et
occasions. Quelquefois ils ont voulu prendre le centiesme, puis
le cinquantiesme de tous leurs subjets, pour iceux vendre au plus
offrant pour avoir de l'argent; tant le peuple estoit pauvre qu'il
estoit contraint d'endurer qu'on vendist une partie de son bien à
faute de pouvoir trouver de l'argent.

Le roy Jean estant prins prisonnier à la journée de Poictiers et
mené en Angleterre, son fils Charles, duc de Normandie, et depuis
roy soubs le nom de Charles-Quint, assembla à Paris les trois Estats
pour avoir de l'argent pour racheter son père, et voyant le dit roy
que ny son dit fils ne pouvoient obtenir, ny ses bons serviteurs
impetrer, ny son peuple donner aucune somme d'argent, luy-mesme y
vint en personne, et, quelque prière et remonstrances qu'il fit à
son dit peuple, il ne peut trouver argent pour la rançon à laquelle
l'Anglois l'avoit mis, et fut contraint s'en retourner en Angleterre
pour trouver moyen de la faire moderer et cependant attendre qu'on
luy feist deniers. Quelque temps devant que le dit roy fust prins
prisonnier, il se trouva en grande necessité, par laquelle il ne
peut jamais trouver sur son peuple soixante mille francs d'or, que
quelques uns ont voulu evaluer à escus.

Aussi nous lisons en nos histoires qu'à faute d'argent on fit monnoye
de cuir avec un clou d'argent[168]. Et, si nous venons à nostre aage,
nous trouverons qu'en six mois on a trouvé à Paris plus de quatre
millions de francs, et chasque année en tire on plus que jadis le
revenu de la France ne valoit en six ans; ce qui vient de l'abondance
de l'or et de l'argent qui est en la dite ville, de la bonne volonté
des Parisiens envers leur roy et de sa necessité extrême. On dit que
l'année 1556 valut au roy Henry quarante millions de francs lorsqu'il
fit tous ses offices. En France il n'y a recepte generale qui ne
vaille aujourd'huy trois, quatre et cinq fois de plus que elle ne
valoit jadis. La Bretagne ne valut jamais aux ducs d'icelle plus de
trois cents mille livres; aujourd'huy elle en vaut plus d'un million,
sans compter les aydes et les deniers qui proviennent de la vente
des offices du dit païs. On peut juger le semblable des autres. Le
comté d'Angoulmois ne fut baillé au comte Jean, fils puisné du duc
Loys d'Orleans, que pour quatre mille livres de rente en assiette; et
aujourd'huy il vaut plus de soixante mille livres. Le dit duc Loys
eut pour son appannage le duché d'Orleans et les comtez de Valois et
d'Angoulmois pour douze mille livres de rente; et regardons combien
cela vault aujourd'huy davantage. Voyons l'aage de Charles septiesme,
auquel la France (comme nous avons dit) despouilla son enfance et
commença de croistre en sa grandeur. Il ne feit jamais valloir son
royaume qu'à un million et sept cents mille livres. Son filz Loys
unziesme, ayant augmenté sa couronne des duchez de Bourgongne et de
Anjou, et des comtez de Provence et du Maine, print trois millions
plus que son père; dequoy le peuple se sentit si foullé qu'à la venue
de Charles huictiesme, son fils, à la couronne, il fut ordonné, à la
requeste et instance des esleuz, que la moitié des charges seroient
retranchées.

          [Note 168: Ceci est pris à peu près textuellement dans le
          _Discours_ de Bodin. Dans le _Traicté et advis_ de François
          de Bogue, p. 43, il est aussi parlé de ces monnoies qu'on
          peut appeler de nécessité: «Les princes, dit-il, se sont
          servi, pour la fabrication de leurs monnoies, de matière
          vile et de peu de valeur, comme de cuyvre-cuir dont parle
          Senèque, et comme il fut fabriqué par Frideric, qui la
          retira par après, plomb et papier, comme il se veoit en
          quelques autheurs.»]

Depuis, la Bretaigne estant venue à la couronne, plusieurs nouvelles
impositions ont esté mises sur le peuple, et les anciennes, comme
les tailles, les aydes et les gabelles, sont augmentées; ce qui est
un signe très evident d'abondance d'argent plus grande qu'elle n'a
autrefois esté.

Il y a encores deux autres causes de la dite abondance, dont l'une
est la banque de Lyon[169], du profit de laquelle les Luquois,
Florentins, Genevois, Suisses et Allemans affriandez, apportent une
infinité d'argent et d'or en France; l'autre cause est l'invention
des rentes constituées sur la ville de Paris[170], lesquelles ont
alleché un chacun à y mettre son argent. Bien est vray qu'elles ont
fait cesser le trafic de la marchandise et les arts mechaniques,
qui auroient bien plus grand cours s'ils n'estoient diminuez par
ce trafic d'argent qu'on faict[171]. Voilà donc plusieurs raisons
et exemples de l'abondance de l'or et de l'argent de ce royaume, de
laquelle procède en partie la cherté et haut pris de toutes choses.

          [Note 169: C'est le cardinal de Tournon qui, en 1543, à son
          retour d'Italie, avoit conçu le projet de cette banque.
          François Ier l'adopta et, sur le conseil du cardinal,
          ouvrit l'emprunt à huit pour cent. (De Mayer, _Galerie
          philosophique_, t. 1, p. 144.) On ne s'en tint pas là. «Le
          roy François Ier, dit Bodin, commença à prendre l'argent à
          huict, et son successeur à dix, puis à seize, et jusques
          à vingt pour cent, pour sa nécessité.» Jugez dès lors de
          l'empressement des Italiens à venir verser leur argent dans
          cette caisse, par préférence à toute autre.]

          [Note 170: Les rentes constituées sur la ville de Paris
          montoient alors, selon Bodin, à trois millions trois cent
          cinquante mille livres tous les ans.]

          [Note 171: Mêmes réflexions dans le discours de J. Bodin,
          mais appuyées d'exemples: «Vray est, dit-il, avec une
          sûreté de raison dont du Haillan n'a fait que s'inspirer
          et qui seroit bonne encore à écouter aujourd'hui, vray est
          que les ars mecaniques et la marchandise auroient bien
          plus grand cours, à mon advis, sans être diminués par la
          traficque d'argent qu'on fait; et la ville seroit beaucoup
          plus riche si on faisoit comme à Gênes, où la maison
          Saint-Georges prend l'argent, de tous ceux qui en veulent
          apporter, au denier vingt, et le baille aux marchands, pour
          trafiquer, au denier douze ou quinze, qui est un moyen
          qui a causé la grandeur et richesse de cette ville-là, et
          qui me semble fort expedient pour le public et pour le
          particulier.»]

Le degast est la seconde cause de la dite cherté, laquelle procède
de l'abondance et dissipe ce qu'on devroit manger; et de là procède
la dite cherté. Car, s'il faut commencer par les vivres, pour puis
après venir aux bastimens, aux meubles et aux habits, vous voyez
qu'on ne se contente pas[172] en un disner ordinaire d'avoir trois
services ordinaires: premier de bouilly, le second de rosty et le
troisiesme de fruict; et encore il faut d'une viande en avoir cinq ou
six façons, avec tant de saulses, de hachis, de pasticeries de toutes
sortes, de salemigondis et d'autres diversitez de bigarrures, qu'il
s'en fait une grande dissipation. Là où, si la frugalité ancienne
continuoit[173], qu'on n'eust sur sa table en un festin que cinq
ou six sortes de viandes, une de chacune espèce, et cuittes en leur
naturel, sans y mettre toutes ces friandises nouvelles, il ne s'en
feroit pas telle dissipation, et les vivres en seroient à meilleur
marché. Et bien que les vivres soient plus chers qu'ils ne furent
onques, si est-ce que chacun aujourdhuy se mesle de faire festins,
et un festin n'est pas bien fait s'il n'y a une infinité de viandes
sophistiquées, pour aiguiser l'apetit et irriter la nature. Chacun
aujourd'huy veut aller disner chez le More, chez Sanson, chez
Innocent et chez Havart[174], ministres de volupté et despense, qui,
en une chose publique bien policée et reglée, seroient bannis et
chassez comme corrupteurs des moeurs[175].

          [Note 172: Tout le passage qui suit est cité par de Mayer,
          dans la _Galerie philosophique du XVIe siècle_, t. 2, p.
          162, mais sans indication de la source, ce qui embarrasse
          beaucoup les lecteurs de son livre très curieux.]

          [Note 173: Du Haillan est tout près de demander ici qu'on
          en revienne à l'édit somptuaire de Philippe-le-Bel, rappelé
          un peu plus tard, comme on sait, dans les _Caquets de
          l'accouchée_. V. notre édition, p. 12.]

          [Note 174: C'étoient les fameux cabaretiers du temps. Dans
          le _Discours_ de Bodin, le More est seul cité; il étoit
          de tous le plus en vogue; L'Estoille en parle. Un peu
          plus tard il y eut le cabaret du _Petit-More_, où alloit
          Saint-Amand, et dont l'enseigne: AV PETI MAVRE, se voit
          encore au dessus d'un marchand de vin faisant le coin de la
          rue de Seine et de celle des Marais-Saint-Germain. Sur ces
          cabarets à gros écots, dont le prix ne fit qu'augmenter au
          17e siècle, V. notre édit. des _Caquets_, p. 28, note, et
          notre t. 3, p. 318.]

          [Note 175: Le chancelier de L'Hospital en avoit pensé
          ainsi. Sa proscription s'étoit étendue jusqu'aux petits
          pâtés, jusqu'aux _brioches_ et _pains d'épices_, qu'en 1568
          il avoit défendu à toutes personnes _de vendre en leurs
          maisons, par la ville et fauxbourgs de Paris_. Au mois
          de janvier 1563, il avoit rendu un édit par lequel sont
          réglementées de la façon la plus sévère toutes les choses
          dont du Haillan déplore ici la prodigalité et l'abus. On
          voit par-là de quelle manière l'édit avoit été observé: «On
          a fait de beaux édits, mais ils ne servent de rien», dit
          Bodin dans son _Discours_, et c'est vrai là, comme partout
          à cette époque, la plus sagement réglée en théorie et la
          plus déréglée en pratique.]

Et est certain que, si ceux qui tiennent les grandes tables, et
font ordinairement festins et banquets, moderoient et retranchoient
la superfluité, et qu'au lieu de quatre plats ils se contentassent
de deux ou au lieu de vingt mets de dix, et que pour quatre ou six
chappons ils n'en missent que la moitié, ce seroit un gain de cent
pour cent, et doublement des vivres, au grand profit du public. Le
semblable se peut dire du vin, l'usage duquel, ou plutost l'abuz, est
plus commun en ce royaume qu'en nul autre. On blasme les Allemans
pour leurs carroux[176] et grands excez en leur façon de boire; et
neantmoins ils sont mieux reiglez pour ce regard que nous: car en
leurs maisons et ordinaire il n'y a que les chefs des maisons qui
boivent du vin; et quant aux enfans, serviteurs et chambrières,
il leur est osté. Le Flamand, l'Anglois et l'Ecossois usent de
bière; le Turc s'est entierement privé de l'usage du vin, mesmes
l'a introduit en religion. Ils sont grands, puissans, martiaux, et
exempts de plusieurs maladies causées par le frequent usage du vin.
Au contraire nous voyons qu'en France le vin est commun à tous, aux
enfans, filles, serviteurs, chambrières, chartiers et tous autres;
et où anciennement on estoit seulement curieux de garnir le grenier,
maintenant il faut remplir la cave. Dont advient que la quantité des
bleds est diminuée en France par moitié, d'autant que le bourgeois ou
laboureur qui avoit cent arpens de terres labourables est contraint
en mettre la moitié en vigne[177]. Cest abuz est de tel poix, que,
si bientost n'y est remedié par quelque bon reglement, tant sur
l'usage du vin que quantité de vignes, nous ne pouvons espérer que
perpétuelle cherté de grains en ce royaume.

          [Note 176: Plus tard on dit _carrousse, faire carrousse_;
          le premier mot se rapprochoit davantage de la racine
          allemande _gar-auss_ (tout vidé). H. Etienne (_Dialogue
          du nouveau langage françois italianizé_) se moque de
          l'introduction de ce mot, auquel il donne l'orthographe
          qu'il a ici:

               «Nous pouvons en certains cas, dit-il, non seulement
               italianizer, mais aussi hespagnolizer, voire
               germanizer; ou (si vous aimez mieux un autre mot)
               alemanizer, comme aussi nous faisons, et notamment
               en un mot qui est introduit depuis peu de temps.
               PHIL. Quel mot? CELTOPH. _Carous._ Car j'ay ouy dire
               souvente fois depuis mon retour _faire carous_; et
               quelquefois tout en un mot aussi _carousser_. Et
               n'est-ce pas la raison de retenir le mot propre des
               Allemands, puisque le mestier vient d'eux, comme aussi
               desjà nos ancestres avoient pris d'eux ce proverbe:
               Bon vin, bon cheval.»]

          [Note 177: Il en fut ainsi dans plusieurs parties de la
          France, à ce point que, la quantité de blé s'en trouvant
          trop diminuée, «quelques parlements, dit Lemontey
          (_Histoire de la régence_), ordonnèrent qu'on arrachât les
          vignes plantées depuis 1700.»]

Venons aux bastimens de ce temps, puis aux meubles d'iceux. Il n'y a
que trente ou quarante ans que ceste excessive et superbe façon de
bastir est venue en France. Jadis noz pères se contentoient de faire
bastir un bon corps d'hostel, un pavillon ou une tour ronde, une
bassecourt de mesnagerie et autres pieces necessaires à loger eux et
leur famille, sans faire des bastimens superbes comme aujourd'huy on
fait, grands corps d'hostel, pavillons[178], courts, arrièrecourts,
bassecourts, galleries, salles, portiques, perrons, ballustres et
autres. On n'observoit point tant par dehors la proportion de la
geometrie et de l'architecture, qui en beaucoup d'edifices a gasté
la commodité du dedans; on ne sçavoit que c'estoit de faire tant
de frises, de cornices, de frontespices, de bazes, de piedestals,
de chapiteaux, d'architraves, de soubassemens, de canelures, de
moulures[179] et de colonnes; et brief, on ne cognoissoit toutes ces
façons antiques d'architecture qui font despendre beaucoup d'argent,
et qui le plus souvent, pour trop vouloir embellir le dehors,
enlaidissent le dedans; on ne sçavoit que c'estoit de mettre du
marbre ni du porphyre aux cheminées ny sur les portes des maisons, ny
de dorer les festes[180], les poutres et les solives; on ne faisoit
point de telles galleries enrichies de peintures et riches tableaux;
on ne despendoit point excessivement comme on fait aujourdhuy en
l'achapt d'un tableau; on n'achetoit point tant de riches et precieux
meubles pour accompagner la maison; on ne voyoit point tant de licts
de drap d'or, de velours, de satin et de damas, ny tant de bordures
exquises[181], ny tant de vaisselle d'or et d'argent; on ne faisoit
point faire aux jardins tant de beaux parterres et compartimens,
cabinets, allées, canals et fontaines. Les braveries apportent une
excessive despense, et ceste despense une cruelle cherté, car des
bastimens il faut venir aux meubles, à fin qu'ils soient sortables à
la maison, et la manière de vivre convenable aux vestemens, tellement
qu'il faut avoir force vallets, force chevaux, et tenir maison
splendide, et la table garnie de plusieurs mets. Outre ce, chacun a
aujourdhuy de la vaisselle d'argent, pour le moins la plus part ont
des couppes, assiettes, aiguières, bassin, autres menuz meubles, au
lieu que noz pères n'avoient pour le plus, j'entends des plus riches,
que une ou deux tasses d'argent. Ceste abondance de vaisselle d'or et
d'argent, et des chaînes, bagues et joyaux, draps de soye et brodures
avec les passemens d'or et d'argent, a fait le haussement du pris
de l'or et de l'argent, et par conséquent la cherté de l'or et de
l'argent, qu'on employe en autres choses vaines, comme à dorer le
bois[182], ou le cuivre, ou l'argent, et celuy qui se devoit employer
aux monnoyes a esté mis en degast.

          [Note 178: V., sur la mode des pavillons qui remplaça alors
          celle des tours rondes, du Cerceau, _Des bastiments de la
          France_, 1576, chap. Chambord.]

          [Note 179: Sur ces belles boiseries à cannelures et
          à moulures dont du Haillan a tort de médire ici, V.
          l'_Architecture_ de Philibert Delorme, liv. 2, ch. 5.]

          [Note 180: Rabelais parle déjà lui-même de ces beaux
          _faîtiers_ en plomb, avec ornements dorés. V. _Gargantua_,
          liv. 1, ch, 53, Comment feust bastie l'abbaye de Thelesmes.]

          [Note 181: Sur tout ce luxe de tapisseries, V. encore
          Rabelais, _ibid._, ch. 55; V. encore _Antiquités de Paris_,
          liv. 9, ch. _Tapisseries_.]

          [Note 182: On doroit alors déjà le bois des fauteuils,
          ou bien on l'argentoit. V. _Description de l'isle des
          Hermaphrodites_, au chap. _Suite de la relation_.]

La dissipation des draps d'or, d'argent, de soye et de laine, et des
passemens d'or et d'argent et de soye, est très grande[183]; il n'y a
chappeau, cappe, manteau, collet, robe, chausses, pourpoint, juppe,
cazaque, colletin ny autre habit, qui ne soient couverts de l'un
ou de l'autre passement, ou doublé de toile d'or ou d'argent. Les
gentilshommes ont tous or, argent, velours, satin et taffetas; leurs
moulins, leurs terres, leurs prez, leurs bois et leurs revenuz se
coulent et consomment en habillemens[184], desquels la façon excède
souvent le prix des estoffes, en broderies, pourfileures, passemens,
franges[185], tortis, canetilles, recameures[186], chenettes, bords,
picqueures, arrièrepoins, et autres pratiques qu'on invente de
jour à autre. Mais encore on ne se contente pas de s'en accoustrer
modestement et d'en vestir les laquais et les vallets, que mesmes
on le decouppe de telle sorte qu'il ne peut servir qu'à un maistre.
Ce que les Turcs nous reprochent à bon droit, comme nous appellans
enragez, de gaster, comme en despit de la nature et de l'art, les
biens que Dieu nous donne[187]. Ils en ont sans comparaison plus que
nous, lorsqu'ils defendent sur la vie que on osast en decoupper.
Autant en advient-il pour la drapperie, et principalement pour les
chausses, où l'on employe le triple de ce qu'il en faut, avec tant de
balaffres et chiqueteures, que personne ne s'en peut servir après.
Outre ce, on use trois paires de chausses pour une; et pour donner
grace aux chausses, il faut une aulne d'etoffe plus qu'il ne falloit
auparavant à faire une cazaque. Et bien qu'on aye fait de beaux
edits sur la reformation des habits, si est-ce qu'ils ne servent de
rien[188]: car puis qu'à la cour on porte ce qui est deffendu, on en
portera partout, car la cour est le modelle et le patron de tout le
reste de la France. Joinct aussi qu'en matière d'habits on estimera
toujours sot et lourdaut celuy qui ne s'accoustera à la mode qui
court. Doncques il faut conclure que de tels degats et superfluitez
vient en partie la cherté des vivres et des autres choses, que nous
voyons. Sur quoy il ne faut passer sous silence beaucoup de choses
qui se font au grand detriment d'une chose publique: car, pour
entretenir ces excessives despenses, il faut jouer, emprunter,
vendre et se desborder en toutes voluptez, et enfin payer ses
creanciers en belles cessions ou en faillites[189]. Voilà comment la
cherté nous provient du degast.

          [Note 183: On faisoit alors des crêpes de soie d'or et
          d'argent, des satins rayés d'or, des velours à ramages
          d'or. V. _Statuts des tissatiers, rubanniers, ouvriers en
          draps d'or, homologués par le roi_, en août 1585, art.
          26; v. aussi l'_Ordonnance du roy pour le règlement et
          réformation de la dissolution et superfluité qui est ès
          habillements et ornements d'iceux_, 24 mars 1583.]

          [Note 184: On diroit qu'il y a dans ce passage un
          souvenir de celui-ci, de Martin du Bellay, au sujet de la
          magnificence des seigneurs lors de l'entrevue de François
          Ier et de Henri VIII: «On nomma la dite assemblée _le Camp
          du drap d'or..._, tellement que plusieurs y portèrent leurs
          moulins, leurs forêts et leurs prez sur leurs espaules.»
          (_Mémoires_ de sire Martin du Bellay, coll. Petitot, 1re
          série, t. 17, p. 286.) La même chose avoit été mise en
          farce, comme on le voit par le _Journal d'un bourgeois de
          Paris sous le règne de François Ier_, publié par M. Lud.
          Lalanne. On lit à la date du 24 avril 1515: «En ce temps,
          lorsque le roy estoit à Paris, y eust un prestre qui se
          faisoit appeler Mons{r} Cruche, grand fatiste, lequel,
          parce que un peu devant, avec plusieurs autres, avoit
          joué publiquement à la place Maubert, sur eschafaulx,
          certains jeux et novalitez, c'est assavoir _sottye_,
          _sermon_, _moralité_ et _farce_, dont la moralité contenoit
          des seigneurs, qui portoient le drap d'or à Credo, et
          _emportoient leurs terres sur leurs espaules_, avec autres
          choses morales et bonnes remonstrations; et à la farce fut
          le dit Mons{r} Cruche, et avec ses complices, qui avoit une
          lanterne par laquelle voyoit toutes choses.» Maître Cruche
          se trouvoit déjà nommé dans les poésies de P. Grognet: _De
          la louange et excellence des bons facteurs_, mais on ne
          savoit ce qu'il avoit fait, et M. de Paulmy pensoit qu'il
          ne pouvoit avoir que son nom de remarquable. (_Mélanges
          tirés d'une grande bibliothèque_, t. 7, p. 61.)]

          [Note 185: Tous ces ornements sont les mêmes qui sont
          nommés dans l'édit de Henri III que nous avons cité plus
          haut.]

          [Note 186: Broderies, de l'italien _ricamare_. Les Nanni
          d'Udine avoient dû à leur habileté dans cette industrie le
          surnom de _Recamatori_. Le nom de Recamier en vient aussi
          sans doute. V. Fr. Michel, _Recherches sur le commerce, la
          fabrication et l'usage des étoffes de soie_, t. 2, p. 369.]

          [Note 187: Ceci est encore presque textuellement tiré du
          _Discours_ de Jean Bodin.]

          [Note 188: Depuis Henri II jusqu'à l'époque où écrivoit
          du Haillan, il n'y avoit pas eu moins de dix _règlements_
          contre le luxe des habits. On voit à quoi ils avoient
          servi. En voici la date et les titres: 1º (12 juillet
          1549) _Itérative prohibition de ne porter habillement
          de drap d'or, d'argent et de soye, etc._ Un an après,
          l'ordonnance étoit si mal exécutée que le Parlement étoit
          obligé d'en donner avis au roi par des _Doutes... sur
          l'interprétation de l'ordonnance de 1549 sur la réformation
          des habillements_. Ces _Doutes_ portent la date du 17
          octobre 1550.--2º (22 avril 1561) _Règlement sur la
          modestie que doivent garder ès habillements tous les sujets
          du roy, tant de la noblesse, du clergé, que du peuple, avec
          défense aux marchands de vendre draps de soye à crédit à
          qui que ce soit._--3º (17 janvier 1563) _Ordonnance du roy
          sur le reiglement des usaiges de draps, toilles, passements
          et broderies d'or, d'argent et soye, et autres habillements
          superfluz._--4º La même année, le même mois (21 janvier
          1563), _Défense d'enrichir les habillements d'aucuns
          boutons, plaques, grands fers ou esguillettes d'or et
          d'orfèvrerie, et prohibition du transport hors du royaume
          des laines qui ne sont mises en oeuvre_.--5º (janvier
          1563) _Ordonnance du roy sur le taux et imposition des
          soyes, florets et fillozelles entrant dans son royaulme,
          outre tout autre gabelle cy-devant ordonnée._--6º (10
          avril 1563) _Interprétation et ampliation de l'article
          onzième de l'ordonnance du 17 janvier 1563._ Ici pourtant
          il ne s'agit pas d'une défense, mais au contraire d'une
          permission donnée aux femmes et filles des officiers royaux
          «qui sont _damoyselles_», pour qu'elles puissent porter
          «taffetas et samis de soye en robbes». Il est certain
          que ce commentaire de l'ordonnance fut mieux exécuté que
          l'ordonnance elle-même.--7º (25 avril 1573) _Arrest de la
          Cour de Parlement, et lettres patentes du roy prohibitives
          à toutes personnes de porter sur eux en habillement n'autre
          ornement aucuns draps, ne toilles d'or et d'argent,
          profileures... et aussi de porter soye sur soye (excepté
          ceux auxquels il a pleu à Sa Majesté en réserver), avec
          defense aux bourgeois de changer leur estat._--8º (2
          janvier 1574) _Lettres patentes du roy à messieurs de la
          Cour de Parlement, leur enjoignant très expressément de
          faire garder et observer de poinct en poinct l'ordonnance
          faicte par Sa Majesté pour reprimer la supperfluité de ses
          sujets en leurs habits et accoustrements._--9º (juillet
          1576) _Declaration du roy sur le faict et reformation des
          habits, avec defense aux non nobles d'usurper le tiltre de
          noblesse et à leurs femmes de porter l'habit de damoyselle,
          sur les peines y contenues._--10º Enfin l'ordonnance du 24
          mars 1583, dont nous avons déjà parlé.]

          [Note 189: C'étoit l'expression déjà consacrée. La
          _banqueroute_ n'étoit que la conséquence de la faillite.
          Quand celle-ci étoit constante, par l'aveu même du
          marchand, qui s'étoit déclaré _faillito_, le banc qu'il
          avoit le droit d'avoir à la place du Change étoit rompu
          (_banco rotto_, _banca rotta_). «Ces glorieux de cour, dit
          Rabelais, les quels voulant en leurs divises signifier
          _bancqueroupte_, font pourtraire un _banc rompu_.»]

Les monopoles des marchans, fermiers et artisans, sont la troisiesme
cause de la cherté. Car premierement, quant aux artisans, lors
qu'ils s'assemblent en leurs confrairies pour asseoir le pris des
marchandises, ils encherissent tout, tant leurs journées que leurs
ouvrages; dont par plusieurs ordonnances lesdites confrairies ont
esté ostées[190]. Mais comme en France il n'y a point faute de bonnes
loix, aussi n'y a-t'il point faute de la corruption et contravention
à icelles.

          [Note 190: V. une des notes précédentes.]

Et quant aux fermiers et marchands, on voit ordinairement que dès
que les bleds se recueillent, les marchans vont par païs, et arrent
et achetent tous les bleds; et mesmement depuis quatre mois cela
s'est veu, que les marchans ont enlevé, arré et retenu tous les
bleds et toutes les granges des champs. Ils ont veu que les deux
ou trois années precedentes ont esté presque aussi steriles que
ceste-cy, et que sur leur sterilité est survenue la guerre de la
dernière année, qui a pourmené le gendarme et le soldat impunément et
silentieusement par tout le royaume, et qui a non seulement mangé,
mais dissipé ce peu qui restoit des reliques de ladite sterilité. Ces
deux accidens ont ruiné tellement le païsan, que depuis trois ans il
s'est engagé année sur année, et principalement depuis la feste de
Pasques dernière a esté reduit en telle necessité, qu'il n'a vescu
que d'emprunts, ayant emprunté le blé au pris que le boisseau, ou le
setier, ou autre mesure (et selon la coustume des lieux), se vendoit
lors au marché le plus prochain de son domicile. Il a pareillement
emprunté l'argent, le drap, la toile et autres choses, à icelles
rendre en bled, ou à payer à la valeur susdite, esperant (comme
l'apparence de l'année dernière a esté fort belle jusques au mois de
juing) que sa recolte luy donroit moyen de payer ses debtes, d'avoir
du bled pour semer, et pour vivre tout le reste de l'année. Mais qui
a veu jamais une plus mauvaise recolte, ny une année plus sterile? Le
pauvre paisant, en plusieurs endroits, n'a pas recueilly sa semence,
et quant aux vignes, qui est une pauvre richesse, là où il y en a,
les paisans se sont engagez de mesme, et y a eu si peu de vin qu'ils
n'ont pas de quoy payer leurs debtes, tant s'en faut qu'ils puissent
en avoir de quoy achepter du bled pour vivre ny pour semer. Les
deux ordinaires minières de la vie des hommes sont les bleds et les
vins, car les autres moyens ne sont si ordinaires. Voilà donc le
paisant ruiné; il faut qu'il paye le marchant son creancier, et qu'il
luy donne bled pour bled ou la valleur d'iceluy, au pris qu'il se
vendoit lorsqu'il le luy emprunta. L'espace de six mois il n'a mangé
bled qu'il n'ayt emprunté; il a vescu, et n'a pas recueilly du bled
ou du vin pour en payer les quatre. Outre ce il faut qu'il vive et
passe le reste de ceste année, qui ne fait presque que commencer,
et faut qu'il sème. Nonobstant tout cela le marchant se fait payer,
prend le bled du paisant, ne luy en laisse pas un grain pour vivre
ny pour vendre aux marchez ordinaires, lesquels demeurent vuides,
car aucun n'y porte du bled que bien peu, et celuy qui est porté est
desjà si cher qu'on prevoit bien qu'il sera devant le commencement du
mois de may prochain (si on n'y met ordre) aussi cher ou plus qu'il
a esté l'année dernière, pource qu'il n'y en aura plus à vendre:
car cependant les marchans, qui ont leurs greniers pleins de bleds,
guettent ceste faulte et disette pour vendre les leurs à leur mot. On
dira qu'il faut qu'il y ait des marchans de bled, autrement seroit
empesché le commerce. A cela y a response que, lors que l'abondance
est telle qu'il n'y a cherté ny danger d'icelle, on peut tolerer les
marchans de bleds; mais en temps de cherté, le commerce du bled,
achapt et revente d'iceluy, n'apportent sinon augmentation de pris,
au detriment du public: car celuy qui l'a bien acheté cent le veut
vendre cent cinquante, et bien souvent doubler et tripler le prix de
son achapt.

La quatriesme cause de la cherté sont les traittes, desquelles
toutesfois nous ne nous pouvons passer; mais il seroit necessaire
d'aller plus moderement en l'ottroy d'icelles. Chacun sçait que
le bled, en France, n'est pas si tost meur, que l'Espagnol ne
l'emporte, d'autant que l'Espagne, hormis l'Aragon et la Grenade,
est fort sterile; joint la paresse qui est naturelle au peuple
d'icelle[191]. D'autre part le païs de Languedoc et de Provence en
fournit presque la Tuscane et la Barbarie. Ce qui cause l'abondance
d'argent et la cherté du bled. Car nous ne tirons quasi autres
marchandises de l'Espagnol que les huilles et les espiceries, avec
des oranges; encores les meilleures drogues nous viennent du Levant.
La paix avec l'estranger nous donne les traittes, et par consequent
la cherté, qui n'est si grande en temps de guerre[192], durant
laquelle nous ne trafiquons point avec l'Espagnol, le Flamand et
l'Anglois, et ne leur donnons ny bled ny vin, et à ceste occasion
il faut qu'ils nous demeurent et que nous les mangions. Lors les
fermiers en partie sont contraints de faire argent. Le marchand n'ose
charger ses vaisseaux, les seigneurs ne peuvent longuement garder
ce qui est perissable, et consequemment il faut qu'ils vendent et
que le peuple vive à bon marché. En temps de guerre donc, que les
traittes sont interdites, nous vivons à meilleur pris qu'en temps
de paix. Toutefois les traittes nous sont necessaires, et ne nous
en sçaurions passer, bien que plusieurs se soient efforcez de les
retrancher du tout, croyans que nous pouvons vivre heureusement et à
grand marché sans rien bailler à l'estranger ny sans rien recevoir de
luy. Ce qui sera deduit cy-après en l'article des moyens de remedier
à la cherté. Et n'y a qu'une faute aux traittes: c'est que sans
considerer la sterilité des années et l'extresme disette des bleds,
on les donne aussi liberalement que si les grains en rapportoient
six vingts, comme jadis on a veu en Sicile, là où, si on les donnoit
avec consideration de la saison, elles nous apporteroient plusieurs
grandes commoditez; et si elles nous enlevoient le bled et le vin, en
recompense elles nous rendroient à bon marché plusieurs choses dont
nous avons besoing et qu'il faut necessairement avoir de l'estranger,
comme les metaux et autres que nous deduirons cy-après.

          [Note 191: Bodin entre dans quelques autres détails sur
          cette paresse des Espagnols, qui avoit si bien trouvé
          son compte dans la vie facile que lui faisoit l'or
          d'Amérique, et qui étoit cause qu'un grand nombre de nos
          travailleurs émigroient continuellement vers ses provinces.
          On y trouvoit tout à faire et au meilleur prix, «même
          le service et les oeuvres de main», ce qui, dit Bodin,
          attire nos Auvergnats et Limosins en Espagne, comme j'ay
          seu d'eux-mêmes, par ce qu'ils gaignent le triple de ce
          qu'ils font en France: car l'Espagnol, riche, hautain et
          paresseux, vend sa peine bien cher, tesmoing Clénard,
          qui met en ses epistres, au chapitre de despense, en un
          seul article, pour faire sa barbe, en Portugal, quinze
          ducats par an.» Ce n'étoient pas seulement des Limosins et
          des Auvergnats dont l'émigration continuelle alimentoit
          l'Espagne de travailleurs. Le Gevaudan en fournissoit
          beaucoup, surtout pour les bas métiers, auxquels répugne
          la dignité castillane. De là le sens méprisant que les
          Espagnols ont donné au mot _gavasche_, qui est le nom
          de ces laborieux montagnards. V. le _Lougueruana_, p.
          39; de Méry, _Hist. des proverbes_, t. 1, p. 306; Fr.
          Michel, _Hist. des races maudites_, t. 1, p. 346. Encore
          aujourd'hui l'Andalousie est pleine d'Auvergnats; ce sont
          eux surtout qui font le vin. Quand Olavidès établit dans la
          Sierra Morena, à la fin du 18e siècle, la petite colonie de
          la _Caroline_, c'est en partie avec des François qu'il la
          peupla.]

          [Note 192: V. une des premières notes.]

La cinquiesme cause de la cherté provient du plaisir des princes, qui
donnent le pris aux choses. Car c'est une règle generale en matière
d'Estats, que non seulement les roys donnent loy aux subjets, ains
aussi changent les moeurs et façons de vivre à leur plaisir, soit en
vice, soit en vertu, soit ès choses indifferentes. Ce qui merite un
long discours, qui pourroit estre accompagné de plusieurs exemples.
On a veu que par ce que le roy François premier aimoit fort les
pierreries, à l'envy du roy Henry d'Angleterre et du pape Paul III,
de son regne tous les François en portoient. Depuis, quand on vit
que le feu roy Henry les mesprisa[193], on n'en vit jamais si grand
marché. Maintenant qu'elles sont aimées et cheries de noz princes,
chacun en veut avoir, et elles haussent de pris.

          [Note 193: Bodin dit la même chose, avec quelques détails
          de plus. Il est certain que Henri II n'aimoit pas le luxe
          des vêtements et le combattit autant qu'il put, surtout par
          son exemple. Lorsqu'on a écrit dans toutes les histoires de
          France qu'il fut le premier à porter des bas de soie, on a
          dit tout le contraire de la vérité. Il fut le seul de sa
          cour qui n'en voulut pas porter. V. notre livre _L'esprit
          dans l'histoire_, p. 152-53, note.]

La sixiesme cause de la cherté provient des impositions mises sur
le peuple[194]. En quoy il faut premièrement excuser la calamité du
temps et les guerres que les rebelles de ce royaume ont suscitées
contre le roy, qui pour la soustenir a esté, contre son bon et
clement naturel, contraint de charger de quelques impositions son
peuple[195], lequel doit esperer une decharge d'icelles quand Sa
Majesté aura purgé son royaume des divisions qui y ont jusques icy
esté, et doit le peuple avoir consideration à cela, comme pour sa
bonté et patience accoustumée il a eu jusques icy. Les charges donc
qui sont survenues sur les calamitez des guerres et sur cinq ou six
années, qui subsequutivement ont esté steriles, sont si grandes, que
le pauvre laboureur n'a plus aucun moyen de les supporter; il n'a
(comme il a esté dit) ny bled pour vivre, ny pour semer, ny pour
payer ses debtes. S'il a du bled pour semer, il n'a point de chevaux
pour labourer: car, ou les collecteurs des tailles les luy enlèvent
pour le payement d'icelles, ou le soldat, auquel tout est permis,
les luy volle, ou il est contraint de les vendre, pour n'avoir moyen
de les nourrir. Ainsi les terres demeurent à estre semées à faute de
semence, et à labourer à faute de chevaux, et n'estans les terres
ensemencées il n'y a point de bled, et de là vient la cherté, et
celles qui le sont apportent peu, comme a esté dit, pource qu'à cause
de la pauvreté du laboureur elles n'ont les façons necessaires et
accoustumées.

          [Note 194: Par exemple, pour ne parler que de la _taille_,
          impôt dont le peuple étoit souvent grevé, il est certain
          que depuis Louis XII le chiffre en avoit triplé: de quatre
          millions il s'étoit élevé à douze. V. Guy Coquille,
          _Hist. du Nivernois_, au chapitre _Assiette et naturel du
          Nivernois_. De même pour la _gabelle_, dont on avoit trouvé
          moyen de faire un impôt fixe, comme la taille, en forçant
          les particuliers à manger ou à prendre une quantité de
          sel déterminée, ou tout au moins à payer comme s'ils le
          prenoient ou le mangeoient, ce dont Bodin se plaint fort
          dans sa _République_, liv. 6, ch. 2. V. aussi _Journal de
          Henri III_, 1er août 1581. Sur l'accroissement excessif
          des impôts à cette époque, on peut consulter avec fruit
          un livre paru en même temps que le _Discours_ de du
          Haillan, c'est le _Traité de taille_, par Jean Combes;
          Poitiers, 1586.--Dans la première moitié du 17e siècle,
          les impôts augmentèrent dans une proportion encore plus
          sensible. On le voit par une très intéressante et très
          sérieuse mazarinade: _La promenade ou les entretiens d'un
          gentilhomme de Normandie avec un bourgeois de Paris sur
          le mauvais ménage des finances_; Paris, 1649, in-4.--Une
          élection qui, en 1628, payoit 40,000 livres pour les
          tailles, en payoit 200,000 en 1645 ou 1646. «Mais le roi,
          dit M. Moreau avec beaucoup de raison, n'en recevoit pas
          davantage.» (_Bibliographie des mazarinades_, t. 2, p.
          384.) En effet, il ne falloit, en 1528, que 6,000 fr. de
          frais de perception, tandis qu'en 1646 «les traitants
          percevoient 50,000 livres pour les gages des officiers, qui
          ne les touchoient pas; puis 50,000 livres de non-valeurs, à
          cause de la pauvreté des paroisses; enfin 5 sous pour livre
          en payant le quart comptant et 50,000 livres en promesses
          à plusieurs termes. Les ministres traitoient de ces 50,000
          livres avec des sous-fermiers à un tiers de remise.
          C'étoient des prête-nom.»]

          [Note 195: Du Haillan oublie, dans les causes de la misère
          publique, la mauvaise administration des finances. On
          diroit qu'il craint d'en parler. N. Froumenteau, dans
          son très curieux livre _Le secret des finances de France
          descouvert et departi en trois livres_, etc., paru à la
          même époque, n'avoit pas eu pareille retenue. Ses plaintes
          se font jour jusque dans l'Epistre au roy, en tête de
          son ouvrage. Il y montre les finances «merveilleusement
          altérées, et tout par faute de n'avoir été fermées sous une
          bonne et asseurée clef; car il y a, dit-il, des crochets de
          tous calibres: crochets tortus, crochets mignards, crochets
          prodigues, crochets subtils, crochets de femmes.»]

La huitiesme cause est la sterilité et infertilité de cinq ou six
années, que subsequemment nous avons eues par tout ce royaume,
esquelles nous n'avons recueilly ny bled, ny vin, ny foin, que bien
peu, et ce peu qui s'est recueilly a esté dissipé par la guerre, et
les chairs pareillement ont esté dissipées, et l'engeance d'icelles
mangée et perdue; de façon que la dissipation frequente par la
frequence des guerres venant sur la frequente sterilité de plusieurs
années estant jointe à la sterilité presente est cause de la dite
cherté.

Voilà les huict causes les principales de nostre cherté, avec
lesquelles nous pourrons mettre le haussement du pris des monnoyes,
et les changemens particuliers qui ordinairement adviennent et qui
font encherir les choses de leur pris ordinaire, comme les vivres
en temps de famine, les armes en temps de paix, le bois en hyver,
les ouvrages de main, comme peintures et quinquaillerie aux lieux
où il ne s'en fait point. Mais ces choses particulières ne sont pas
considerables au cas qui s'offre, qui est general. Icy on pourra
mettre en avant que, si les choses alloient en encherissant, en
partie pour le degast, en partie aussi pour l'abondance d'or et
d'argent, et pour les causes susdites, nous serions enfin tous
d'or, et personne ne pourroit vivre pour la cherté. Cela est bien
vray; mais il faut considerer que les guerres et calamitez qui
ordinairement adviennent aux choses publiques arrestent bien le cours
de la fortune[196]; comme nous voyons que jadis noz pères ont vescu
fort escharcement[197] par l'espace de cinq cens ans, sans cognoistre
que c'estoit que d'avoir vaisselle d'argent, ny tapisseries, ny
autres meubles exquis, ny sans avoir tant de friandes viandes, comme
aujourd'huy nous en usons. Et si on considère le pris des choses de
ce temps-là, nous trouverons que ce qui se vendoit alors quinze sols
aujourd'huy en couste cent, voire davantage.

          [Note 196: Dans son livre _Secret des finances_, cité tout
          à l'heure, Froumenteau fait le compte des pertes de toutes
          sortes que fit la France pendant les guerres de religion:
          «36,300 preudhommes y ont été massacrés, dit-il; 1,200
          femmes ou filles y ont été estranglées ou noyées; 650,000
          soldats, tous naturels françois, y ont perdu la vie. Bref,
          cette litière est couverte de plus de 765,000 livres
          perdues, à l'entour de laquelle vous y voyez 12,300 femmes
          et filles violées; elle est esclairée de plus de 7,000 ou
          8,000 maisons qui ont esté brûlées.»]

          [Note 197: Chichement. Pour donner du mot _échars_ et de
          ses dérivés un exemple qui se rapporte aux faits contenus
          dans cette pièce, nous rappellerons qu'on se servoit du
          verbe _écharser_ pour exprimer la diminution imposée au
          titre d'une pièce de monnoie. V. _Ordonnances des rois de
          France_, t. 2, p. 428.]

Donc, puis que nous sçavons que les choses sont encheries et que nous
avons discouru les causes de l'encherissement, il reste maintenant à
trouver les moyens d'y remedier au moins mal qui sera possible, sans
vouloir blasmer aucunement ce que les magistrats ont fait jusques icy
pour trouver quelques remèdes à ceste cherté, ny sans vouloir par
trop imputer cela à la mauvaise police de la France. Et commencerons
par l'abondance de l'or et d'argent, laquelle, combien qu'elle soit
cause du grand pris et haussement des choses, neantmoins c'est la
richesse d'un païs, et doit en partie excuser la cherté: car, si nous
avions aussi peu d'or et d'argent qu'il y en avoit le temps passé, il
est bien certain que toutes choses seroient d'autant moins prisées et
acheptées que l'or et l'argent seroit plus estimé.

Quant au degast et à la dissipation, tant des biens que des habits,
on a beau faire et reiterer si souvent tant de beaux edits sur les
vivres, et mesmement sur les habits, sur les draps et passemens d'or
et d'argent, si on ne les fait estroitement observer. Mais on diroit
que tant plus on fait de belles deffenses d'en porter et plus on en
porte, et jamais elles ne seront bien observées ny executées si le
roy ne les fait garder aux courtisans: car le reste du peuple se
gouverne à l'exemple du courtisan en matières de pompes et d'excez,
et jamais n'y eut aucun Estat auquel la bonne ou mauvaise disposition
ne decoulast du chef à tous les membres. Mais ce degast n'est rien
à la comparaison de celuy que fait le gendarme et soldat, vagant et
ravageant impunement toute la France: chose veritablement lamentable,
et laquelle, entre toutes les causes de la cherté, il faut cotter
la principale; estant comme monstrueux de voir le François, contre
tout droict et obligation naturelle, devorer, piller, rançonner le
François, et exercer sur luy cruauté plus grande qu'il ne feroit sur
un estranger, un barbare ou un infidèle. Le roy mande sa gendarmerie
et lève le soldat pour son service et pour conserver et garentir ses
subjets de l'oppression de ses ennemis; mais tant s'en faut que le
soldat face ce pourquoy il est levé[198], qu'au contraire, autant
qu'il y a de soldats, autant sont-ce d'ennemis qui se licentient et
desbordent par ce royaume, et mettent tout en proye comme en païs
de conqueste. Si une troupe de deux cens soldats passe par un païs,
ils y font un tel degast qu'ils consumeront plus de vivres que ne
feroient trois ou quatre mille hommes vivans à leurs despens avec
raison. Non contens de manger et devorer au pauvre laboureur sa
poulle, son chappon, son oyson, son veau, son mouton, sa chair salée,
et luy consumer ses provisions, ils le rançonnent, battent, emportent
ce qui se trouve de reste et emmeinent ses chevaux, ou son boeuf,
ou son asne: tellement que le pauvre homme, desnué de tous moyens,
entre en un desespoir de se pouvoir plus remonter, ou s'il essaye et
vend à vil pris une pièce de terre, ou ce peu de meubles qui luy est
resté, il n'a pas plustost acheté une poulle, un oyson, un cheval,
ou mis quelque chose en son grenier ou salloir qu'incontinent il luy
est ravy. Par ce moyen, estant desnué de tous biens, il se resoult
de ne plus nourrir de bestial; il delaisse son trafic; il quitte sa
ferme, ou, s'il la continue, il ne peut labourer ses terres, et ce
qu'il laboure est mal labouré, mal fumé, mal ensemencé; de sorte que
la moitié des terres demeure en friche, et l'autre moitié est si mal
cultivée qu'elle ne rapporte que le tiers et le quart de ce qu'elle
rapportoit auparavant. Voilà les fruicts et effets des guerres
civiles, lesquelles nous apportent ceste grande calamité et cherté,
sans esperance ny apparence d'aucun profit.

          [Note 198: Sur les dégâts commis par les gens de guerre
          dans les pays qu'ils étoient chargés de défendre, V.
          plusieurs pièces des tomes précédents, et, dans celui-ci,
          p. 77, note. V. aussi _Journal de Henri III_, édit.
          Petitot, p. 292, 293. «Les soldats en étoient venus à un
          tel degré d'insolence, dit l'ambassadeur vénitien Jérôme
          Lippomano, qu'ils prétendoient pouvoir vivre de pillage.»
          _Relat. des ambassad. vénitiens_ (docum. inédits, t. 2, p.
          380.)]

Quant aux monopoles des marchans et artisans, qui s'assemblent
en leurs confrairies pour asseoir le pris à leurs marchandises
et à leurs ouvrages et journées, il faudroit deffendre les dites
confrairies[199], et suivre en cela ce qui fut sur la deffense
d'icelles ordonné aux estats d'Orléans. Et pour parler des monopoles
des marchans et fermiers qui portent la cherté du bled, nous
suivrons en cest article les articles comprins en la belle et
docte remonstrance que M. de Bailly, second president en la Chambre
des comptes à Paris, a depuis quelques années faicte au roy, et
dirons que pour eviter la cherté du bled, qui a souvent cours en ce
royaume, et empescher que les marchans fermiers (qui ne cherchent que
leur profit) gardent et reservent trop long-temps leurs grains au
grenier, comme ils sont coutumiers, attendans le temps cher à leur
advantage, les ventes s'en feront d'an en an, et au temps porté par
l'ordonnance, et qu'à ce faire les dits fermiers seront contraints
par les juges et officiers des lieux, afin que le pauvre peuple, qui
a tant de peine et de travail à labourer et cultiver la terre, et
duquel le roy tire ses tailles, aydes et subsides, en puisse estre
secouru pour son argent, et au temps porté par l'ordonnance, auquel
le bled est volontiers le plus cher.

          [Note 199: V. l'une des notes précédentes, au sujet de
          la mesure prise par Poyet contre les confrairies. C'est
          aussi en haine de ces corporations engraissées par le
          monopole que parut l'ordonnance royale déclarant qu'un
          maître reçu à Paris pourroit exercer son métier dans toute
          la France. (Isambert, _Anciennes lois françoises_, t.
          14, p. 399.)--«C'étoit presque affranchir l'industrie du
          monopole des corporations», dit M. Chéruel (_Histoire de
          l'administration monarchique_, etc., t. 1, p. 225).]

Que, suivant les anciennes ordonnances des rois, nul estranger ne
soit admis ny receu à encherir et prendre les fermes du domaine,
aydes et gabelle, ny à en estre associé, afin que le profit qui en
pourra provenir ne sorte hors du royaume, comme il se voit qu'il en
sort plusieurs deniers par le moyen des annates, banques et draps de
soye, subsides des procez, imposition foraine, la doüane de Lyon,
fermes d'eveschez, abbayes et priorez et autres moyens, qui passent
tous par la main des fermiers estrangers. Et outre ce nous pouvons
dire une chose qui advient ordinairement, et qui depuis naguères est
advenue, comme nous avons cy-dessus dit: c'est que dès que les bleds
et les vins sont recueilliz, ou quelquefois devant, les marchans
vont par les champs, arrent tous les fruicts ou les achètent à beaux
deniers, ou les prennent en payement de ce qui leur est deu par le
pauvre païsant, et les serrent, et en les serrant en engendrent la
disette, de laquelle vient la cherté, et après cela ils les vendent
à leur mot, quand ils voyent qu'on ne peut vivre sans passer par
leurs mains. A quoy il faudroit remedier par rigoureuses ordonnances,
deffenses et arrests, et empescher tels monopoles, et qui portent un
prejudice inestimable.

Les fermes seules, sans les monopoles de ceux qui les tiennent,
eussent bien peu servir d'une cause de la cherté. Il n'y a pas
cinquante ans qu'en France il n'y avoit guère de gens qui donnassent
leurs biens à ferme, chacun les tenoit en recepte; et surtout les
rois ne donnoient pas leur domaine et autres droicts à ferme, de la
façon avec laquelle on a depuis procedé, et quelques ordonnances
qu'ayent ci-devant faites les rois sur le fait, ordre et distribution
de leurs finances, jamais n'ont voulu bailler tout le corps des
recettes de leur domaine à ferme, mais seulement le domaine muable
et casuel, pour trois, six ou neuf années, ainsi qu'il a esté advisé
pour le mieux, ains les ont fait exercer et manier ès receptes
pour la conservation de leurs droits, qui ne gisent en daces[200]
ny intrades, comme ès autres païs, mais en cens, rentes foncières,
tenues feodalles, terres, prez, moulins, estangs et autres fermes
particulieres et emolumens de seigneuries directes; pour la
conservation desquels droicts a esté trouvé utile et nécessaire qu'il
y eust receveurs particuliers, pour en compter par le menu et tenir
registre fidelle, afin aussi que les procureurs generaux de Leurs
Majestez en leurs cours souveraines, et autres, ayent recours ausdits
comptes, qui sont les seuls tiltres du domaine, pour deffendre
les dits droicts, dont y a ordinairement plusieurs procez, pource
que chacun s'essaye et s'efforce d'entreprendre sur ledit domaine
et l'usurper. Ce que la chambre des comptes à Paris a cy devant
amplement remonstré au roy et à messieurs de son conseil, et les
inconveniens qui peuvent advenir en baillant ledit domaine à ferme,
dont il semble estre raisonnable que pour le bien de ce royaume et
commodité des subjects du roy, son bon plaisir fust ordonner, en
faisant les baux à ferme dudit domaine, ce que cy dessus a esté dit.

          [Note 200: Taxes.]

Quant aux traittes, elles nous seroient grandement profitables si
on y alloit plus modestement qu'on ne fait. Chacun sçait que le
commerce ès choses consiste en permutation, et, quoy que veuillent
dire plusieurs grands personnages, qui se sont efforcez de retrancher
du tout les traittes, croyans que nous pourrions bien nous passer
des estrangers, cela ne se peut faire[201], car nous avons affaire
d'eux et ne sçaurions nous en passer. Et si nous leur envoyons du
bled, vin, sel, saffran, pastel, papier, draps, toiles, graisses et
pruneaux[202], aussi avons-nous d'eux en contr'eschange tous les
metaux (hormis le fer), or, argent, estain, cuyvre, plomb, acier, vif
argent, alun, soulphre, vitriol, couperoze, cynabre, huilles, cire,
miel, poix, brezil, ebene, fustel[203], gayac, yvoire, marroquins,
toiles fines, couleur de couchenil, escarlate, cramoisi, drogues
de toutes sortes, espiceries, sucres, chevaux, saleures de saumons,
sardines, maquereaux, molues, bref une infinité de bons vivres et
excellens ouvrages de main.

          [Note 201: Tout ce que du Haillan va dire sur la liberté
          du commerce: et l'utilité du libre échange est encore
          emprunté au _Discours_ de Bodin, dont M. H. Baudrillart
          ne peut, en cela, trop louer la hardiesse et l'élévation
          des vues (_J. Bodin et son temps_, p. 176-177). Le système
          prohibitif, qui s'est si bien perpétué en France, y étoit
          nouveau alors. Il a pour vrai parrain chez nous le ministre
          de Charles IX, René de Birague, qui fut chancelier depuis
          la mort de Lhôpital jusqu'en 1578. Il importoit d'Italie
          ces idées qui sont aujourd'hui si difficiles à extirper
          de notre sol. «Il posa le premier en principe, dit M.
          Baudrillart, la double defense de faire sortir du pays les
          matières propres à la fabrication et d'y faire entrer les
          produits des manufactures étrangères.» (_Id._, p. 14.)]

          [Note 202: Du Haillan ne donne guère ici que le détail
          des choses que nous exportions alors en Angleterre, et
          dont on trouve le compte plus étendu et plus circonstancié
          dans la _Galerie philosophique_ de de Mayer, t. 2, p.
          323. Quelques unes des marchandises que l'Angleterre nous
          envoie aujourd'hui, _couteaux_, _peignes_, _clincailleries_
          (sic), figurent parmi celles que nous lui envoyions alors.
          On y trouve aussi des _miroirs_, du _papier_, comme nous
          l'avons déjà dit, des _cartes_. Ce dernier commerce, dont
          le centre étoit à Rouen, s'étendoit très loin. L'Espagne ne
          s'approvisionnoit que chez nous, pour elle et ses colonies.
          V. _Archives curieuses_, 2e série, t. 12, p. 230, année
          1695.]

          [Note 203: Lisez _fustet_. C'est un arbre qui croît en
          Provence et en Languedoc, et dont la racine et l'écorce
          servent pour la teinture, tandis que les feuilles sont
          employées par les corroyeurs.]

Et quand bien nous nous pourrions passer d'eux, ce que nous ne
pouvons faire, encore devons-nous faire part à noz voisins de ce que
nous avons, tant pour le devoir de la charité, qui nous commande de
secourir autruy de ce qu'il n'a point et que nous avons, que pour
entretenir une bonne amitié et intelligence avec eux. Bien seroit-il
bon et raisonnable de deffendre le trafic des choses non necessaires,
et qui ne servent que de volupté, comme des faulses pierres, des
parfums et autres choses, desquelles nous nous pourrions bien passer.
Mais il faudroit que, quant aux traittes des bleds, aucunes n'en
fussent accordées ny octroyées aus dits marchans, fermiers, et leurs
associez, durant le temps de leurs fermes, afin que par le moyen des
dites traittes et intelligences des dites fermes et marchans, les
bleds ne peussent estre transportez hors du royaume; et davantage,
faire en sorte que les traittes ne fussent si liberalement accordées
comme elles sont aux favoris de cour, mesme durant l'extrême cherté
qui règne, afin que le transport de noz bleds ne nous amène une
cherté excessive et dommageable au public.

Pour toucher le moyen de remedier à la cherté du prix des choses
ausquelles les princes prennent plaisir, comme aux peinctures et
pierreries, cela consiste en eux-mesmes. Et pour le moins s'ils en
veulent avoir beaucoup et se faire voir tous luisans en pierreries,
ils doivent faire deffenses à leurs subjects d'en porter. Mais c'est
la coustume de France que le gentilhomme veut faire le prince, et,
s'il voit que son maistre se pare de pierreries, il en veut aussi
avoir, deust-il vendre sa terre, son pré, son moulin, son bled ou
son bois, ou s'engager chez le marchant. Les princes ne devroient
tant reluire ny paroistre par pierreries que par la vertu, et sont
assez cogneuz, respectez et regardez par leur rang et authorité,
sans desirer d'estre davantage veuz par la lueur des pierreries
precieuses. Les grands princes de jadis ne s'en soucioient pas
beaucoup; mais depuis, ayans gousté les délices du monde, ils en ont
voulu avoir en abondance et s'en parer, pensans par là se rendre
plus vénérables à leurs peuples. Cela est bon en eux, si les petits
compagnons ne vouloient les ensuivre en ceste despense, laquelle il
faudroit deffendre bien estroittement, et lors on ne verroit point
tant de pierreries faulses qu'on en voit aujourd'huy, et si ne
seroient pas si chères, pource qu'il n'y auroit guères d'hommes qui
en achetassent.

Les impositions et gravesses mises sur le peuple, et les tailles
excessives, aydent grandement à la cherté, comme il a esté dit cy
dessus; le remede desquelles aussi consiste en la benignité du roy,
en laquelle nous devons tant esperer, qu'estans ostées les causes
pour lesquelles il les a imposées, qui sont les guerres civiles et
le payement de ses debtes, il en deschargera son pauvre peuple, qui
de ceste esperance allége sa pauvreté; et quant aux guerres, qui
ont enseigné au soldat l'insolence pour brusler, piller, ravager et
dissiper, tout cela requiert de belles ordonnances militaires sur le
reglement de la vie des gens de guerre.

La cherté de cinq ou six années que nous avons eues stériles l'une
après l'autre, causée par les moyens cy dessus declarez, peut estre
corrigée et y peut estre remedié par bonnes ordonnances sur la
distribution, ordre, reserve, vente et taux des vivres, lesquelles
suppléeront aucunement à ladite stérilité, et nous apporteront,
sinon un grand marché de toutes choses, pour le moins meilleur
que nous ne l'avons: car il n'y eut jamais si grande stérilité
ny disette de biens que la bonne police n'y ait suppléé; mais là
où elle defaut, on pourroit avoir des vivres en abondance que la
cherté y sera tousjours. Mais il y a un moyen lequel, quand tous
les autres cesseroient, nous peut seul oster la grande cherté et
couper broche à tous monopoles: c'est qu'aux principales villes de
chacune province on dresse un grenier public dans lequel on pourra
assembler telle quantité de bleds qu'on verra estre nécessaire pour
partie de la nourriture des habitans de la dite province, lesquels
greniers seront ouverts et le bled distribué au peuple à mesure qu'on
verra la nécessité et que le marché ordinaire n'y fournira plus,
ou que le bled y sera trop cher par le monopole du marchant[204].
Et où une ville se trouvera necessiteuse, les autres villes seront
tenues la secourir, ou ceux des dites villes qui auront charge de la
police advertir souvent les uns les autres de la quantité et pris de
leurs grains, et pourront contraindre tous gentilshommes, fermiers,
marchands et autres, de vendre leurs bleds, et n'en faire autre
réserve que pour leur provision; et si aucun marchant veut acheter
des bleds en une province pour les transporter en l'autre, il sera
tenu advertir les officiers de la dicte police de la quantité du
bled qu'il veut acheter et du lieu où il le veut transporter, afin
que les dits officiers puissent donner advertissement aux autres de
l'achapt, quantité, pris et transport des dits bleds. Par ce moyen le
gentilhomme, l'abbé, le fermier, seront contraints de vendre leurs
bleds au mesme pris qu'il se vendra au grenier public, le marchant
ne pourra monopoler, les bleds seront conservez aus dits greniers
publics, bien mesnagez, et eschangez d'an en an. Tellement que, si
les moyens et remèdes à la cherté cy dessus deduits sont pratiquez
et joints avec ce dernier, nous ne pouvons sinon esperer une prompte
abondance de toutes choses en ce royaume, lequel par ce moyen
nous verrons florissant, craint, redouté et remis en sa première
splendeur, voire plus grande qu'il ne fut jamais. Voylà ce que nous
pouvons dire des causes de la cherté et des moyens d'y donner un
bon remède, après ce que depuis cinq ans en a bien doctement et
encore plus discouru M. Jean Bodin, advocat en la cour, en un bel
oeuvre qu'il a fait, duquel nous avons tiré une grande partie de
cestuy avec quelques articles de la susdite remonstrance du dit
sieur president Bailly, y ayans mis du nostre ce que nous a semblé
convenable et propre à la matière que nous avions deliberé de traiter.

          [Note 204: Sur l'abus du monopole des marchands de blé,
          dont il a déjà été parlé, V. notre t. 3, p. 316-317.]



_Le May de Paris._

M.D.C.XX. In-8.

       *       *       *       *       *

_Au Roy._

      Recalme ton lustre, ô Paris!
      Cesse tes pleurs et tes orages,
  Ton roy, ton vrai soleil, te rend les adventages
          Qui t'ont donné le prix[205].

      A bon droict tu sechois d'ennuy,
      Perdant les rays de sa lumière,
  Car des bords du Levant jusqu'à l'autre barrière
          Il n'est rien tel que luy.

      Depuis Clovis tu n'eus jamais
      Un roy si comblé de merveille,
  Ny pour régir ton cours une vertu pareille
          Ne luyra désormais.

      La douceur et la probité,
      L'amour et la recognoissance,
  La valeur et l'honneur avecques la prudence,
          Ornent sa Majesté.

      C'est la vray ame de Henry,
      De qui tu fus la bien-aymée,
  Un phoenix qui renaist de la cendre animée
          D'un père tant chery.

      Père qui te sceut delivrer
      Du frein de la guerre homicide,
  Et te fit (se baignant dans les gloires d'Alcide)
          Ton bon-heur recouvrer.

      Que donc tu reprennes vigueur;
      Que tes ennuys gaignent la fuitte,
  Et que maints doux plaisirs d'une meilleure suitte
          Relogent dans ton coeur.

      Belle, que tes cheveux espars
      R'aquèrent leur grace et leurs charmes,
  Que tes yeux languissants tesmoignent, pour des larmes,
          Des ris de toutes parts.

      Que ce teint de royales fleurs,
      Où la tempeste fait ombrage,
  Comme devant remette, en brisant son nuage,
          Ses premières couleurs.

      Relève ce front et ce port,
      Que mesmes l'estranger admire,
  Puis que ton grand soleil heureusement aspire
          A te donner confort.

      Aussi bien, reyne des citez,
      Il n'est chose qui n'embellisse
  Ores que le printemps dans les campagnes glisse
          Mille diversitez.

      La terre, que l'hyver obscur
      Transissoit de neige couverte,
  Des-ombrage son teint, reprend sa robbe verte,
          Et l'air redevient pur.

      Tout brille, tout est embasmé,
      Dans le sein des molles prairies,
  De parfums odorans, comme de pierreries
          Largement parsemé.

      De branche en branche les oyseaux
      Leurs chansonnettes apparient;
  Les ruisselets d'argent aux zephires marient
          Les concerts de leurs eaux.

      Et l'amour, pour entretenir
      Les vives escences du monde,
  Voltige en s'esbatant d'une aisle vagabonde,
          Faisant tout r'ajeunir.

      En ce temps, parmy tant de feux
      Que la nuict range sur nos testes,
  Les Gemeaux, qui sur l'onde accroissent les tempestes,
          Ont leur règne tous deux.

      Mais pour les faveurs dont ce roy
      T'honore d'une ame benigne,
  Que luy veux-tu donner, ô Paris! qui soit digne
          De luy comme de toy?

      Voicy le plus beau mois de tous,
      Mois gaillard, où d'accoustumance
  On fait present d'un may[206], quand il reprend naissance
          Par un mouvement doux.

      Ha! que luy presenterois-tu,
      Quel arbre ou quelle fleur d'eslite,
  Si les plus excellents ont voué leur merite
          A sa digne vertu?

      Sa main toute de palmes rompt,
      Et pour une tierce couronne
  Maint tortis de laurier plainement environne
          Ses temples[207] et son front.

      L'oeillet est compris en son teint,
      Le beau lys en son armoirie,
  Et sa lèvre, imitant une jeune prairie,
          De la rose se peint.

      Arrière tous ces vains presens,
      Qu'ailleurs s'anime leur victoire;
  Ils manquent pour un roy si renommé de gloire,
          En de si nouveaux ans.

      Le present, le may qu'il luy faut,
      D'une vraye recognoissance,
  Est l'arbre de l'amour et de l'obeissance,
          A qui rien ne deffaut.

      C'est la vive fleur de renom
      Que le devoir a mis en estre,
  Et la fidelité que l'on void apparoistre
          En l'esclat de ton nom.

      Sus donc, astre de l'univers,
      En qui tant de bien se descouvre,
  Porte luy maintenant jusqu'au chasteau du Louvre
          Sur l'aisle de mes vers.

          [Note 205: A la fin d'avril 1620, Louis XIII s'étoit mis en
          route pour aller jusqu'à Tours se réconcilier avec sa mère.
          A peine étoit-il à Orléans, que Luynes, qui le conduisoit,
          changea de pensée et le ramena brusquement à Paris; de là
          ce compliment poétique. Le départ avoit du reste soulevé
          bien des plaintes. V. notre édition des _Caquets de
          l'Accouchée_, p. 57, note 2.]

          [Note 206: C'étoit en effet l'usage, mais il commençoit
          à se perdre alors. Au XVe siècle, personne n'y manquoit,
          pas un amant surtout. On lit dans _le Sermon joyeux auquel
          est contenu tous les maux que l'homme a en mariage,
          nouvellement composé à Paris_:

               Quand vient le premier jour de may
               A son huys fault planter le _may_,
               Et le premier jour de l'année
               Faut-il qu'elle soit estrennée.

          Cette coutume galante avoit fait créer le joli verbe
          _émayoler_, qui se trouve dans ces vers de Froissard:

               Pour ce vous veux, Madame, émayoler.
               En lieu de may, d'un loyal coeur que j'ay.]

          [Note 207: Pour _tempes_. V. plus haut, p. 15.]



_Le Pot aux Rozes decouvert du plaisant voyage fait par quelques
curieux au bois de Vincennes à dessein de voir Jean de Werth[208], et
ce qui s'en est ensuivy._

_A Paris, par Guillaume Sausse, à la rue des Trois-Citrouilles, à
l'enseigne des trois Poireaux, vis-à-vis des trois Navets._

          [Note 208: C'est le soudard Brabançon, rendu si fameux par
          le dicton populaire. Né dans la Gueldre, simple soldat
          de fortune, il étoit arrivé au commandement de l'armée
          bavaroise après la mort d'Aldringer, en 1634. Il n'y avoit
          pas de chef de bandes que l'on redoutât plus en France,
          aussi ce fut une véritable panique à Paris, lorsqu'on y
          sut, en 1636, que la prise de Corbie par les Espagnols
          venoit de lui ouvrir un libre passage jusqu'aux portes de
          la capitale. V. notre t. 5, p. 338, note. C'est alors que
          Scarron écrivoit au chant du _Typhon_:

               On dit que quelques bons esprits
               Ordonnèrent qu'on fît des grilles
               Pour se garentir des soudrilles
               Du redoutable Jean de Vert.

          Deux ans après, les Parisiens prirent leur revanche de
          cette belle frayeur. Jean de Werth et le duc de Bernard de
          Weimar, qui commandoit pour la France, se rencontrèrent
          près de Rheinfeld. Il y eut deux actions. Dans la première,
          le 18 février, les François furent défaits; mais dans la
          seconde, cinq jours après, c'étoit le tour de Jean de
          Werth, qui fut complètement battu et fait prisonnier.
          Pour que les Parisiens n'en doutassent point, on le leur
          amena. C'est à Vincennes qu'il fut enfermé. Tout le monde
          l'alla voir, et beaucoup sans doute eurent des déconvenues
          pareilles à celle des curieux dont on raconte ici le
          voyage. Les chansons allèrent leur train, chacune ramenant
          à la fin des couplets le nom du chef qu'on avoit tant
          redouté, mais dont on se moquoit à présent qu'on ne le
          craignoit plus. De là le dicton: _Je m'en moque comme de
          Jean de Werth_. Lui cependant ne se moquoit pas moins des
          moqueurs. Il passoit ses journées en véritable Allemand,
          c'est-à-dire à boire, et, dit Bayle, «à prendre du tabac en
          poudre, en cordon et en fumée.» V. son _Dictionnaire_, art.
          _Werth_. On le garda jusqu'en 1642, et ces quatre ans, dit
          Mlle Lhéritier, l'une des dernières qui l'aient chansonné,
          furent appelés _le Temps de Jean de Werth_. V. _Mercure
          galant_, mai 1702, p. 77. A peine libre, il ne chercha
          qu'une revanche; il la trouva bientôt à Tudlingen, où, le
          25 novembre, il aida vigoureusement Merci et le duc Charles
          à battre le maréchal de Rantzau.]


Il y a tousjours des personnes de si bon naturel et d'une humeur
si joviale qui apprestent à rire sans y penser à plusieurs, pour
ce que le desir et la curiosité des choses estant animées, et
auquel on appette avec un desir extrême de voir: c'est là où nous
nous trompons insensiblement dedans nostre imagination, et cecy
est à remarquer, que certains quidans ayans fait partie d'aller se
promener au Cours[209], prirent jour auquel ils avoient plus de
loisir dans la semaine de se recréer, et devisans par ensemble sur
le chemin des affaires du temps et de la guerre, chacun se plaignant
de sa condition, quelqu'un d'entre eux rompit ces discours, et les
fit deliberer d'aller jusques au bois de Vincennes, à cause qu'il
y avoit (disoit-il) quelque cognoissance, et à dessein aussi d'y
veoir le sieur Jean de Werth et de boire à sa santé; mais ils furent
deçeus de leur intention, et leur advint toute autre chose qu'ils ne
s'estoient proposez; car dès aussi tost qu'ils furent entrez dans
le chasteau, on les receut assez courtoisement, firent quelques
promenades dedans le parc, là où ils furent rencontrez de quelqu'un
des soldats, qui en advertirent l'un des principaux officiers de là
dedans; et ne voulant manquer à son devoir parce qu'en ces lieux de
conséquence les chefs veulent sçavoir qui va et vient, afin qu'il ne
se practique quelques secrettes entreprises dans ces lieux contre
leur honneur, commande à quelques-uns de ses gens de les mener devant
lui, ce qui fut fait, et lors il les interroge pourquoy et quelles
affaires ils avoient dans ce lieu, de quelle condition ils estoient,
s'ils n'estoient pas serviteurs du roy? Repondirent qu'ouy, et qu'ils
estoient naturels François, et qu'ils exposeroient leurs vies et
moyens pour son service. Dieu sçait si pas un d'eux n'eussent pas
voulu estre à dix lieues de là, ne sçachans à quelle sausse manger
ce poisson, et s'ils n'eussent pas couru comme si le diable leur
eût promis trente sous. Je crois qu'ils eussent donné au diable
les jambes s'ils n'eussent sauvé le corps, tant y a qu'on ne les
epouvanta aucunement, pour ce qu'on n'avoit point dessein de leur
faire tort ny déplaisir; ains il leur fut fait un commandement un
peu d'importance, si vous le trouvez bon: que, puisqu'ils estoient
si serviables, de vouloir prendre la peine de porter et monter trois
ou quatre voyes de bois jusques au haut du donjeon. Qui fut bien
ébahy? ce fut ces messieurs; et dès aussi tost se regardant l'un
l'autre, se resolurent enfin de se mettre en devoir, chacun mettant
la main à l'oeuvre et à qui mieux se dépescheroit, d'autant qu'on
leur promettoit toute sorte de satisfaction et contentement, pour
ce qu'on leur avoit promis trois pistoles pour boire, et leur faire
voir aussi Jean de Werth, ce qui leur donna quelque consolation dans
leurs travaux. Vous pouvez croire qu'il n'y en avoit pas un d'eux
qu'il ne maudist de bon coeur celuy qui estoit la cause de leur
faire tel office, d'autant qu'ils n'estoient accoustumez à faire
telles corvées, chacun se prenant à son compagnon, et c'estoit à
donner à autant de diables qu'il y a de pommes en Normandie celuy
qui y en avoit donné le premier conseil; mais comme un mal n'est
jamais seul qu'il ne soit suivy d'un autre, c'est que leur besogne
estant achevée, ils furent honnestement remerciez, tellement qu'on
leur fit voir les trois pistoles, qui avoient esté delivrées entre
les mains d'un soldat de la garnison, qui avoit ordre de les mener
rejoüir, avec plusieurs autres des camarades de son escouade, à la
meilleure taverne du village. Chacun estant preparé à piller à deux
mains, à qui mieux mieux, l'on choisit des viandes les meilleures
qui estoient dans le lieu; ceux qui les firent apprester s'y
peuvent cognoistre, chacun se met en devoir et de boire et de faire
des santés à l'allemande. La collation faite et la besogne estant
thoisée, il survint un mandement de la garnison, par lequel il
fut commandé de se ranger à son devoir, ce qui troubla la feste,
d'autant qu'il falloit obeyr aux commandemens, prindrent congé de
la compagnie, les remerciant très affectueusement, n'oublians rien
de toutes choses, sinon qu'à compter leur écot, laissant payer à
ces messieurs qui avoient esté si serviables et officieux, qui en
tindrent pour leur comte chacun cinquante-neuf sols, et un sou
pour le garçon. Voilà ce que j'en ay appris par relation de ceux
qui estoient témoins oculaires, mon dessein n'estant d'ailleurs de
blasmer personne, estant tousjours d'une si gaye humeur, que tous
ceux qui me font l'honneur de m'aymer ne peuvent se fascher, ny
engendrer melancolie dans ma compagnie. Sur ce, je me recommande _ad
vestras reverentias_, jusques à _revedere_. _Vale._

          [Note 209: Il ne s'agit pas ici du _Cours la Reine_,
          mais de celui qui se trouvoit bien loin de là, près de
          l'Arsenal, où il longeoit la Seine, puis en retour les
          fossés de la Bastille. Le _mail_, planté par Henri IV, et
          qui est devenu le quai Morland, en occupoit une partie, et
          le _quai des Ormes_ en étoit le prolongement. Les carrosses
          s'y promenoient en revenant de Vincennes, comme au _Cours
          la Reine_ en revenant du bois de Boulogne. Il fut abandonné
          lorsque, vers 1670, Louis XIV eut fait planter le _Cours
          de la porte Saint-Antoine_, aujourd'hui le boulevard
          Beaumarchais. V. Piganiol, t. 5, p. 33, 54, et G. Brice,
          édit. de 1752, t. 2, p. 242.--C'est de ce _Cours_, voisin
          de l'Arsenal, qu'il est parlé dans une pièce de cette
          époque, _la Promenade du Cours à Paris_, 1630, in 8. On y
          lit entre autres détails:

               A voir du haut de la Bastille
               Tant de carrosses à la fois,
               Qui ne croiroit que quatre roys
               Font leur entrée en ceste ville?...

          Puis voici les reines qui viennent, et toutes les dames qui
          se démasquent et les saluent:

               Amy, voicy venir les reines
               Avec autant de majestez
               Que toutes les divinitez,
               Qui sortent du bois de Vincennes;
               Il faut que tant d'astres errans
               Qui paroissent dessus les rangs
               Deviennent fixes à leur veue:
               Il se faut descouvrir icy,
               Que Cloris n'est-elle veneue!
               Je la verrois sans masque aussy.

          Ces ombrages autour de l'Arsenal faisoient dire à Cl. Le
          Petit dans son _Paris ridicule_:

               Le sujet quadre-t-il au nom?
               On y compte plus de mille arbres,
               Et l'on n'y voit pas un canon.]



_Edict du Roy pour contenir les serviteurs et servantes en leurs
devoirs[210]._

1565. In-8.

          [Note 210: Cette ordonnance est du 21 février 1565. Je ne
          sache pas qu'elle ait jamais été recueillie.]


Charles, par la grace de Dieu Roy de France, à tous ceux qui ces
présentes lettres verront, salut.

L'une des choses qui nous semble estre bien necessaire au libre et
seur repos de nos subjects, ayans mesnage, famille et serviteurs,
seroit de pourveoir à ce que leurs maisons fussent bien et loyalement
administrées, parce qu'il advient souvent que les chefs des familles
sont, par les mauvaises moeurs et conditions de leurs serviteurs, le
plus souvent delaissez et abandonnez d'eux, se desbauchans de leurs
services; qui est cause que plusieurs maisons de toutes qualitez sont
le plus souvent volées, pillées et desrobées par lesdicts serviteurs.
Aucuns desquels ayans laissé leursdicts maistres craignans d'être
remarquez és malefices qu'ils y ont commis, attilttent et donnent
addresse à d'autres par secrette intelligence, pour y commettre tels
larrecins et voleries[211].

          [Note 211: Sur la conduite des domestiques au XVIe et au
          XVIIe siècle, on peut lire avec fruit: _De ceux qui servent
          à gages ès maisons des grands seigneurs et bourgeois_, par
          Jean des Gouttes, _Lyon_, Fr. Juste, 1537, in-16; _Flaminio
          et Colomana, ou Miroir de la fidélité des domestiques_, par
          J. P. Camus, _Lyon_, 1626, in-12.]

A quoy voulans pourveoir, afin de préserver nostre peuple, en tant
que possible sera, de tels maulx et inconveniens, si pernicieux et
dommageables qu'ils sont à la chose publique de nostre royaume:

Nous, à ces causes, après avoir eu sur ce l'advis et conseil de
la Roine nostre très honorée dame et mère, princes de nostre sang
et gens de nostre conseil privé, avons dict, declairé et ordonné,
disons, declairons et ordonnons par ces presentes,

Que doresnavant tous serviteurs domestiques, cherchans ou estans
appellez en commencement de service, ne seront receus en service
d'homme ou de femme quel qu'il soit qu'ils ne facent apparoir à
leurs maistres par acte vallable et authentique de quelle part,
maison et lieu, et pour quelle occasion, ils sont sortis. Comme en
semblable ceux ayans jà servi maistre quelque temps, et estans hors
de leurs services, ne seront receus en services d'autres maistres
ou maistresses que au preallable ne leur soit aussi apparu, par
suffisante attestation susdicte de leursdicts premiers maistres, de
l'occasion pour laquelle ils sont sortis.

Defendant très expressement à tous chefs de maisons et famille,
de quelque estat, qualité ou condition qu'ils soyent, de ne les
recevoir en leur service sans avoir ledict acte et certification,
et aussi de ne les licentier et mettre hors de leursdicts services
sans leur bailler aussi acte de l'occasion de leur congé. Et ne sera
loisible au serviteur, sur peine d'estre puni comme vagabond, de
sortir sans avoir ledit acte et certification, pour le representer
où besoin sera, afin que la fidelité et loyauté du serviteur soit
d'autant mieux cogneue à un chascun[212]. Ce dont nous chargeons très
expressement lesdicts maistres et chefs de famille respectivement,
sur peine de cent livres tournois d'amende, applicable un tiers au
Roy, un tiers aux pauvres, et l'autre tiers à l'accusateur, que
nous voulons être levée promptement et sans deport sur lesdicts
contrevenans.

          [Note 212: En 1628, ces sortes de _livrets_ exigés des
          domestiques et des maîtres furent remplacés par d'autres
          formalités. On créa un bureau où tout serviteur devoit être
          enregistré et avoir son signalement; en 1690 ce bureau
          existoit encore dans la _cour Lamoignon_; toute personne
          venant à Paris pour exercer un métier devoit, aussi bien
          que les domestiques, aller s'y faire inscrire. (Hurtaut,
          _Dict. histor. de la ville de Paris_, t. 1, p. 701-702.) Il
          étoit défendu aux domestiques de rester hors de service.
          La fille de chambre trouvée sans condition étoit fouettée
          et on lui coupoit les cheveux; l'_homme de chambre_ étoit
          envoyé «en galère». L'hôtelier qui les logeoit étoit
          condamné à de fortes amendes; après une double récidive, on
          confisquoit sa maison au profit de l'Hôtel-Dieu. (Delamare,
          _Traité de la Police_, tit. 9, _Juridict. du prévôt de
          Paris_, ch. 3.)]

Si donnons en mandement par ces mesmes presentes à tous nos baillifs,
seneschaux, prevosts, juges, prevosts de nostre hostel, où leurs
lieutenans, et autres nos justiciers et officiers qu'il appartiendra,
que cesdictes presentes ils facent lire, publier et enregistrer et
le contenu d'icelles entretenir, garder et observer inviolablement,
à peine de s'en prendre à eux, et encourir en l'amende susdicte. Car
tel est nostre plaisir. En tesmoin de ce nous avons faict mettre
nostre seel à cesdictes presentes.

Donné à Tholouse le vingtunième jour de febvrier, l'an de grace mil
cinq cens soixante cinq, et de nostre règne le cinquième.

Ainsi signé sur le reply:

                            Par le Roy en son Conseil,

                                         DE L'AUBESPINE.

       *       *       *       *       *

Et seellé du grand seel de cire jaune sur double queue.

Leues et publiées en l'auditoire et par Civil du Chastelet de Paris,
seant noble homme et sage M. Nicolas Luillier, escuyer, conseiller
du Roy nostre Sire, lieutenant civil de la prevosté de Paris, en
la presence du conseil et du procureur du Roy, commissaires et
examinateurs, advocats, procureurs et autres practiciens audict
Chastelet. Et ordonné qu'elles seront enregistrées ès registres
ordinaires dudict Chastelet, publiées à son de trompe et cry public
par les quarrefours de ceste ville de Paris, lieux et endroicts
accoustumez à faire cris et proclamations, et par la prevosté et
viconté de ladicte ville de Paris. Et est enjoint aux prevosts et
soubs baillifs de ceste dicte prevosté et viconté faire estroictement
garder et observer chascun en son esgard, destroict et jurisdiction
le contenu esdictes lettres. Faict audict Chastelet le lundi
huictième jour de mars, l'an mil cinq cens soixante quatre.

                            Signé: GOYER ET COLLETET[213].

          [Note 213: V., sur la famille, Colletet, notre t. 4, p.
          161.]

Leues et publiées à son de trompe et cry public par les quarrefours
de ceste ville de Paris, lieux et places accoustumez à faire cris
et proclamations, par moy Claude Adam, commis de Hilaire de Briou,
crieur juré et sergent royal du Roy nostre Sire, prevosté et viconté
de Paris, accompaigné de Claude Malassigné, trompette juré dudict
seigneur, et autre trompette, le samedi dixième jour de mars mil cinq
cens soixante quatre.

                                         Signé: C. ADAM.



_Discours de la deffaicte qu'a faict Monsieur le duc de
Joyeuse[214] et le sieur de Laverdin[215] contre les ennemis du
Roy et perturbateurs du repos public à la Motte Sainct-Eloy, près
Saint-Maixant en Poictou, le vingt-uniesme jour de juin 1587, dont
les enseignes ont esté apportées au Roy estant à Meaux, le samedy
vingt-septiesme de juin._

_A Paris, pour la veufve de Laurent du Coudret, suyvant la coppie
imprimée à Poitiers._

          [Note 214: Anne de Joyeuse, duc, pair et amiral de France,
          l'un des favoris de Henri III. Il fut tué cette même année,
          le 20 octobre, à Coutras.]

          [Note 215: Jean de Beaumanoir, marquis de Lavardin, fait
          plus tard maréchal de France. Il avoit d'abord servi dans
          les rangs des huguenots. Il étoit colonel de l'infanterie
          françoise depuis 1580; il mourut en 1614.]


Le roy desirant sur toutes choses que ses subjects vivent toujours
en la crainte de Dieu, en union, paix et tranquilité, pour y
parvenir a cherché et cherche encores tous les jours tous les
moyens à luy possibles; neantmoins, au mespris et contemnement de
ses edicts et ordonnances, en certains et divers endroits de son
royaume plusieurs perturbateurs du repos public se sont eslevez,
qui par voye et soubs voeu d'hostilité se sont mis aux champs,
lesquels ont saisy et prins aucuns chasteaux, places et villes,
principalement au pays de Poictou. Car ayant cherché et amassé
quelques forces jusques au nombre de quatre ou cinq mille hommes de
pied et bien peu de cavallerie, ont couru jusques sur les limites
du pays d'Anjou, ransonnant et pillant les villages et bourgs;
et, ayant fait cela, taschèrent et essayèrent par tous moyens à
eux possibles de surprendre la ville de Saulmur, afin d'avoir un
passage et entrée sur la rivière de Loire à leur commandement et
devotion. Mais tout aussi tost que la noblesse du pays eust esté
advertie de telle chose (qui avoient et ont fort grand interest en
la conservation et deffence d'icelle ville), se jetta dedans pour la
garder et deffendre à l'encontre des dicts rebelles. Messieurs de
Tours et d'Angers, en ayant ouy parler et en estans aussi advertis,
y envoyèrent pareillement quelque bon nombre d'hommes bien armez et
force munitions de guerre, comme voisins et bons amis sont tenuz
faire l'un pour l'autre; ce que possible fut cause (et n'en faut
douter) que les dicts rebelles laissèrent leur chemin et mechante
entreprinse, et, prenans autre route, commencèrent à se retirer et
cheminer le plus diligemment qu'ils purent vers le pays de Mayne,
menaçant ceux de la dicte ville de Saulmeur de les venir revoir quand
ils auroient auguementé et aggrandy leurs forces. Toutesfois, Dieu
ne voulant permettre que leurs menaces eussent lieu, a permis que
monsieur le duc de Joyeuse les en a bien empeschez, comme vous sera
dit cy après[216].

          [Note 216: «Le dit sieur duc de Joyeuse, lit-on dans les
          _Oeconomies royales_, avec une grande et belle armée
          abondamment pourvue de toutes choses, et luy accompagné de
          tous les principaux seigneurs et plus galands hommes de la
          cour, s'achemina en Poitou.» (_Collect. Petitot_, 2e série,
          t. 1, p. 383.)]

Vous devez entendre qu'en ce pays de Mayne ils ont commis et faict
tant d'execrables cruautez, mesme en une petite ville qui s'appelle
Chevillé[217] où ils pillèrent tout et mesme violèrent femmes et
filles, estimans estre bien vengez et satisfaits de la rage et fureur
qu'ils avoient en leurs mauvais courages, et mesmes s'attribuans
telles cruautez et forfaits (fort detestables à Dieu et au monde) à
grand honneur et reputation. Depuis encores ils se sont emparez et
investiz de Sainct-Maixant, Fontenay, Maillezant[218] et plusieurs
autres bonnes places, et par ce moyen leur puissance, fureur et
outrecuidance s'augmentoit et accroissoit tousjours de plus en
plus; ce que le roy voyant avec grande patience, a esté enfin comme
contraint y envoyer monseigneur le duc de Joyeuse.

          [Note 217: Lisez _Chemillé_. C'est un important chef-lieu
          de canton du département de Maine-et-Loire, arrondissement
          de Beaupréau.]

          [Note 218: Lisez _Maillezais_.]

Lequel s'achemina en la plus grande diligence qu'il peut au pays de
Poictou, et feit dresser son camp à Loudun par monsieur de Lavardin,
son lieutenant. Les ennemis, voyant les preparatifs qui se dressoient
à l'encontre d'eux, deliberèrent de garder les villes qu'ils avoient
prinses, pour le moins s'ils n'estoient assez forts pour faire teste
et resister à la campagne. Ils envoyèrent donc deux regimens de leur
armée, conduits par le sieur de Bourie, conducteur d'un regiment
de Gascons, et Charbonnière, conducteur d'un autre regiment de
François[219], pour se jetter dedans Sainct-Maixant; quoy entendu
par monseigneur de Joyeuse, vint au devant et les rencontra en un
bourg et chasteau nommé La Motte Sainct-Eloy, appartenant à monsieur
de Lansac, à deux lieues de Sainct-Maixant. Là, les combat et en
deffait cinq cens, qui se deffendirent vaillamment par l'espace de
vingt-quatre heures, soustenans tousjours le choc, pensant avoir du
secours; mais se sentans trop foibles, firent tant qu'ils gaignèrent
l'eglise dudit La Motte Sainct-Eloy, où ils se renfermèrent et
firent tout effort de se deffendre. Or la fin a esté qu'ils se sont
renduz prisonniers; le dit sieur Bourie a esté tué et le capitaine
Charbonnière prins prisonnier, et plus de soixante autres[220]. Il
a esté tué, du costé de monseigneur le duc de Joyeuse, le sieur
de Massé, un seigneur signalé. Les enseignes furent apportées par
monsieur de Fumel au roy, estant à Meaux, le samedy vingt-septiesme
jour de juin mil cinq cens quatre vingt-sept, six jours après la
victoire obtenuë par monseigneur duc de Joyeuse, auquel Dieu donne la
grace de le perseverer et vaincre les ennemis du roy, perturbateurs
du repos public[221].

          [Note 219: «Le roi de Navarre, lit-on encore dans les
          _Oeconomies Royales_, avoit quatre ou cinq régiments, dont
          les deux premiers estoient ceux des sieurs Charbonnières et
          Desbories, lesquels il destina pour estre mis en garnison
          dans la ville de Saint-Maixent, en cas de siége; et pour
          éviter qu'ils ne mangeassent les vivres de la place et les
          tenir neantmoins tout prêts à se jeter dedans lorsqu'il en
          seroit besoin, il les fit loger à La Motte Sainct-Eloy,
          appartenant ce nous semble à M. de Lansac, leur ordonnant
          de s'assurer du chasteau; mais, à la prière du sieur de
          Saint-Gelais, qui estoit parent du seigneur d'iceluy et
          qui leur en respondit, ils n'y mirent personne dedans.»
          (_Collect. Petitot, ibid._)]

          [Note 220: Le roy de Navarre étoit à La Rochelle, dit
          encore Sully, «lorsqu'il eut nouvelles de la defaite de ses
          deux régimens dans la butte Sainct-Eloy, où il fut exercé
          des cruautés inouyes, ce malheur estant arrivé par faute
          de s'estre logé dans le chasteau, dans lequel on logea des
          hommes peu à peu par lesquels ils furent attaquez.»]

          [Note 221: Ce qu'on souhaite ici n'arriva pas, puisque,
          comme je l'ai dit en commençant, Joyeuse, quelques mois
          après, fut tué à Coutras. Ce furent les représailles du
          massacre dont vient de nous parler Sully. Lorsqu'il fut
          pris, il demanda grâce en offrant cent mille écus de
          rançon. Les soldats huguenots lui crièrent: «_La Mothe
          Sainct-Eloy!_» et le tuèrent sans merci. Il est fait
          mention du massacre de La Mothe et de la vengeance qui en
          fut prise dans une pièce très curieuse du temps de Louis
          XIII: _Pasquil satyrique du duc de (***) sur les affaires
          de France, depuis l'année 1585 jusques en l'année présente_
          1623, in-8:

               Les Anglois qu'on deffit en bières (_sic_)
               Furent tous tués de sang-froit
               Il se fict un semblable exploict
               A La Mothe de Sainct-Eloy.
               Il fait bon maintenir sa foy,
               L'on s'en repentit à Coutras.]



_Lettre de Calvin, apportée des enfers par l'esprit du sieur Groyer
aux pasteurs du petit Troupeau._

_Suivant la copie imprimée à La Rochelle par Estienne du Rosne,
imprimeur et libraire._ 1641.

_Avec permission._

In-8.

       *       *       *       *       *

_A Monseigneur Monseigneur de la Porte, grand prieur de France,
ambassadeur de l'ordre de Saint-Jean de Jerusalem, intendant general
de la navigation et commerce de France, et gouverneur pour Sa Majesté
de Broüage, La Rochelle, pays d'Aulnis et isles adjacentes._

      Cher objet de tous les François,
      Grand protecteur des Rochellois,
  Exerce en mon endroit ta bonté coutumière;
      Permets à cet esprit naissant
  D'aller le front baissé rechercher la lumière,
      A la faveur de ton croissant.

                            Pierre GROYER, _Angevin_,

                            Escollier de philosophie au collége royal
                                         de La Rochelle.

       *       *       *       *       *

    Pasteurs qui menez vos troupeaux
  Parmy des routes si cachées
  Et qui les abreuvez des eaux
  Que l'enfer semble avoir crachées,
  Cessez de suivre ces sentiers
  Au bout desquels vos devanciers
  Ont veu des loups et des vipères
  De qui la fureur et l'efort
  Leur ont fait rechercher le port
  Dedans la gueule des cerbères.

    Le grand bruit de ces leopards
  Vous forcera d'ouvrir l'oreille,
  Et vous serez de toutes parts
  Attains d'une peur nompareille.
  Si vous jettez vos souliers vieux
  Pour mieux fuir devant leurs yeux,
  Ils vous poursuivront plains de rage,
  Et, après vous avoir vaincus,
  Puisque vous semblez aux cocus
  Ils vous feront entrer en cage.

    Les libertez que vous prisez
  Se separeront de vos ames,
  Et tout ce que vous meprisez
  Vous tallonnera dans les flammes;
  Les jeusnes, les austeritez,
  Contre qui vous vous irritez,
  Seront vos plus doux exercices,
  Et, tous rongez de desplaisir,
  Vous sentirez qu'un fol desir
  Peut engendrer mille supplices.

    Parmy les tenebreux cachos
  Où vous mettront ces Poliphèmes,
  Dieu, vous privant de tout repos,
  Se vangera de vos blasphèmes;
  Vos crimes, qui luy font horreur,
  Porteront sa juste fureur
  A faire esclatter son tonnerre
  Dessus vos corps chargez de fers;
  Vous sentirez dans les enfers
  Celuy que vous niez sur terre.

    Vous ne pourrez jamais le voir,
  Jamais vous ne l'aurez pour père,
  Puisque vous refusez d'avoir
  Sa très chère espouse pour mère.
  La douceur de ce Roy des Roys
  (De qui vous violez les loix
  Et que vous appelés barbare
  Le faisant autheur de tous maux)
  Pour faire place à nos travaux
  Se retirera du Tartare.

    Son bras, qui ne peut se tenir
  De secourir et de bien faire
  S'exercera lors à punir
  Ceux qui sont enclins à mal faire.
  Sous la pesanteur de sa main,
  Combattus de soif et de faim,
  Si vous ouvrez vos bouches grandes,
  Soudain les serpens, les aspics,
  Les crapaux et les basilics
  Les rempliront de leurs viandes[222].

    Les orfrayes et les corbeaux
  Tiendront le haut bout à vos tables;
  Vous n'oirez point des chants plus beaux
  Que leurs cris très espouvantables;
  Dans ces contagieux festins,
  Vous serez serviz de lutins,
  De Mégère et de Tysiphone,
  Qui, vous presantant du poison,
  Vous feront dire avec raison:
  «Jusqu'au bord pleine tasse on donne.»

    Vostre dessert sera du fiel
  Force pommes de colloquinte;
  L'on vous presentera le miel
  Qui se rencontre dans l'absinte,
  Et, quoy que pour n'en goûter pas
  Vous meditiez de grands combats,
  Votre deffence sera vaine:
  L'on a delibération
  Non par commemoration
  Que vous ferez ainsi la cène.

    Là on viendra vous inviter
  A faire compagnie à Baize
  Qui disne du corps de Luther
  Qu'on a fait rostir sur la braize;
  Vous verrez l'infame Astarot
  Traitter le confrère Marot
  Avec une main meurtrière;
  C'est là qu'il dit à ce boureau:
  «Je suis fait semblable à un veau
  Qui boult au fond d'une chaudière.»

    Luy-mesme se ronge le coeur
  Et fulmine contre ses crimes,
  Et cet escervelé mocqueur
  Pleure au plus profond des abismes.
  Les seuls dont il oit les sermons
  Sont les Furies, les Demons,
  Qui luy livrent dix mille allarmes,
  Et dans son chaleureux tourment
  Il n'a de rafraîchissement
  Que le seul torrent de ses larmes.

    Et moy, malheureux apostat,
  Qui ay fait passage a leurs vices,
  L'on m'a reduit en un estat
  Où je les surpasse en supplices;
  Eux-mêmes me lancent des dars,
  Et, tournant leurs affreux regars
  Vers mon corps brulant et difforme,
  Ils crient à perte de voix
  Que c'est dans l'enfer où je dois
  Faire une seconde réforme.

    Je le voudrois, mais je ne puis;
  La justice veut que je souffre
  Les misères et les ennuis
  Que vomit cet horrible gouffre,
  Où je suis mort pour les plaisirs,
  Où mes horreurs et mes desirs
  Me tiennent toujours dans l'orage,
  Où tout bute[223] à me désoler,
  Où rien ne vient me consoler
  Que le désespoir et la rage.

    Mes yeux ardans et enfumez
  N'aperçoivent que des potences
  Des roües, des feux allumez,
  Instruments de mes pénitences.
  Les cyclopes de ces fourneaux
  Ne mettent l'acier en carreaux[224]
  Qu'afin d'en escraser ma teste;
  Mon esprit s'abisme en des flots
  Sur qui le vent de mes sanglots
  Fait souslever une tempeste.

    Les gesnes qu'on me fait sentir
  Emplissent d'horreur ma caverne,
  Mes desespoirs font retentir
  Toutes les places de l'Alverne,
  Les Mores, les Egyptiens,
  Les Barbares, les Indiens,
  Sont icy sains et sans divorce,
  Car tous les maux rongent mes os
  Et les demons dessus mon dos
  Lassent leur colère et leur force.

    Ces antres nourrissent des ours
  Qui conspirent mes funerailles,
  Et, pour les haster, les vautours
  Viennent arracher mes entrailles.
  J'envie une seconde mort;
  Mais celuy qui regist mon sort
  Avec le fer et la balance
  Me fait vivre, et, tout irrité,
  Il veut bien que l'éternité
  Soit plus courte que ma souffrance.

    O tourment! ô rage! ô fureur!
  O parents qui me vistes naistre,
  Que ne m'arrachiez-vous le coeur
  Au moment que je receus l'estre.
  Mère qui m'avez enfanté,
  Vous m'eussiez alors exempté
  Des malheurs sous qui je succombe
  Si par le tranchant d'un cousteau
  Vous m'eussiez tiré du berceau
  Pour me porter dessous la tombe.

    Que faisiez-vous dans les deserts,
  Tygres, où cherchiez-vous des vivres,
  Alors que mon esprit pervers
  Diminuoit les sacrez livres?
  Quand je voulus les effacer,
  Et que je les osay placer
  Au rang des choses apocriphes,
  Vous deviez déchirer mon flanc;
  Ce forfaict de mon propre sang
  Devoit estre escrit par vos griffes.

    Helas! si je pouvois trouver
  La sortie de ce dedale
  Où mon sort me fait repreuver
  Tout ce que l'on feint de Tantale,
  J'irois vous revoir, ô mortels!
  Pour immoler sur vos autels
  Mon coeur et mon visage blesme.
  Ils brusleroient au lieu d'encens
  Et de tout le cours de mes ans
  Je ne ferois qu'un seul caresme.

    Vous qui recevrez cet escrit
  Cherchez desormais les saints temples,
  Recognoissez y Jesus-Christ;
  Servez à vos troupeaux d'exemples;
  Embrassez la devotion;
  Quittez vostre religion
  Très mal fondée et mal acquise;
  Qu'elle ne soit plus vostre but,
  Puisqu'on ne trouve aucun salut
  Separé du seing de l'Eglise.

          [Note 222: _Viande_ alors, comme _victus_, dont il est le
          dérivé, se prenoit pour toute espèce de vivres. V., pour
          divers exemples, L. de Laborde, _Glossaire_, p. 541.]

          [Note 223: _Buter_ dans le sens de _tendre à_. Quelquefois
          on se servoit d'une autre expression dont celle-ci n'est
          que l'abréviation:

               Voilà bien _frappé en la butte_
               Pour les faire tous tourmenter.

                            (_L'Apocalypse saint Jean Zébédée_, etc.
                            1541, in-fol. goth., feuillet X.)]

          [Note 224: C'est-à-dire en _foudres_. Les _carreaux_
          étoient de grosses flèches à fer carré qui se lançoient
          avec l'arbalète. Les _carreaux_ du jeu de cartes viennent
          de là; comme les _piques_, ils ont été empruntés aux
          armes de la chevalerie. On leur a donné la couleur rouge,
          parceque le trait qu'ils rappellent étoit souvent rougi
          au feu avant d'être lancé. Le _vireton_ et le _matras_
          étoient des projectiles d'une plus grande force encore que
          les _carreaux_. V. _Etudes sur le passé et l'avenir de
          l'artillerie_, par Louis-Napoléon Bonaparte, t. 1er, p. 18.]



_Discours de la Prinse du capitaine Chapeau et du capitaine la
Callande[225], de par Monsieur le Prevost de l'hostel, grand prevost
de France, ensemble l'execution qui en a esté faicte dans la ville
de Montargy, pour avoir lever des compagnies sans commission et pour
avoir voller et ransçonner les bourgs et villages tant de autour de
Montargy que du chasteau Renard[226] et Osouay[227], dont les testes
des capitaines ont esté apportées devant le chasteau du Louvre, à
Paris._

_A Paris, pour Laurens du Coudret, maistre imprimeur._

1586. In-8.

          [Note 225: C'étoient deux des capitaines de ces troupes
          ligueuses qui l'année précédente s'étoient emparées du
          château de Montargis.]

          [Note 226: Chef lieu de canton du département du Loiret,
          arrondissement de Montargis; Anquetil en étoit prieur.
          On montre encore la tour du château où il écrivit une
          partie de son _Histoire de France_. (Boyard, _Statist. de
          l'arrondiss. de Montargis_, p. 67.)]

          [Note 227: Commune du même arrondissement, canton de
          Lorris.]


La perfection de l'homme (sans laquelle il ne peut estre politique,
et moins apte pour se nommer membre du corps mystique de
Jesus-Christ) consiste en l'obeyssance deue à Dieu, et par consequent
à ceux lesquels il a establis sur nous, quels sont les prelats
et ministres de l'Eglise, les roys, princes et aultres par eux
deleguez pour la vengeance des malfaiteurs et asseurance de ceux qui
chemineront selon la loy. De sorte que ceux qui, ou de fait ou de
propos, contreviennent à ceste ordonnance, semblent d'autant indignes
du nom chrestien qu'ils se reculent de la trace de l'Escriture
saincte, et refusent suyvre celuy Jesus-Christ duquel ils se
denomment et glorifient, voire mesme se bandent contre Dieu, autheur
et protecteur de la dignité royale. Quand tu viendras en la terre que
le Seigneur ton Dieu te donne, et que tu possederas, et y demeureras
et diras: «Je mettray un roy sur moy comme toutes les nations qui
sont à l'entour de moy», lors tu constituras sur toi le roy que le
Seigneur ton Dieu eslira du nombre de tes frères. Quoy considerant,
l'homme chrestien rejettera tout pretexte et couleur que puissent
prendre les rebelles, puisque, suyvant la doctrine de l'apostre
sainct Pierre, les subjets se doivent en toute crainte soubmettre à
leurs maistres, non seulement bons et humains, mais aussi rigoureux.
Car cela est aggreable si quelqu'un, à cause de la conscience qu'il
a envers Dieu, endure fascherie, souffrant injustement: car ne
permet aucunement nostre Dieu se bander contre son maistre, ne le
vassal prendre les armes contre son roy. Qu'ainsy soit pour le vous
donner à entendre de deux capitaines: ne craignant Dieu, ne roy, ny
justice, se sont mis à lever des hommes sans permission ni commission
du roy (nostre très souverain seigneur et maistre), et pilloient,
ransçonnoient tous les pauvres laboureurs d'entour la ville de
Montargy, jusques à violer femmes et filles, et mesme jusque à battre
et tuer et meurdrir leurs hostes et hostesses.

Dont Dieu ne lessans les meschans impunis, et la sainte justice
en estant advertie, M. le prevost de l'hostel et grand prevost de
France, ayant entendu les plaintes et advertissement des pauvres
laboureurs des cruaultez et tirannies faites par Jehan Bellange, dict
capitaine Chapeau, et par Jehan du Dont, dict capitaine La Calande,
et les soldats de leurs suittes, les a fait prendre trois lieues près
Montargy, près Osouy, et furent amenez dans la ville de Montargy,
et condamnez par juste sentence de M. le prevost de l'autel, grand
prevost de France:

Que le capitaine Chapeau-Rouge et le capitaine La Calande seroient
rompus dans la halle, le lundy dix-septième jour de mars mil cinq
cens quatre vingts six, et leurs testes apportées devant le chasteau
du Louvre à Paris.


_Remonstrance._

Que pourront donc alleguer les rebelles, veu que les exactions que
les princes pourroient faire ne sont suffisantes causes d'esmouvoir
leurs sujets contr'eux? On peut faire des remontrances, requerir
des estats et rechercher autres voyes raisonnables, non lever les
armes, assassiner son prince; joinct que, quand on auroit regardé
toutes choses d'oeil sain et droict, on verroit que plusieurs causes
légitimes, voire comme necessitez urgentes, contraignent quelquefois
les rois requerir de leurs sujets aides et subsides plus que de
coustume, parquoy il faut que ceux qui se glorifient du nom de
chrestien, qu'ils regardent à prier Dieu pour leur roy, selon la
doctrine de sainct Paul.



_Sur l'enlevement des reliques de saint Fiacre, aportées de la ville
de Meaux pour la guerison du derrière du C. de R[228]._

          [Note 228: Nous trouvons cette pièce dans le _Tableau de la
          vie et du gouvernement de messieurs les cardinaux Richelieu
          et Mazarin et de monsieur Colbert, representé en plusieurs
          satyres et poésies ingenieuses_, etc. Cologne, P. Marteau,
          1694, in-12, p. 29-33. Elle avoit été publiée séparément,
          sous un titre moins atténué que celui qui se lit ici: _Sur
          l'enlevement des reliques de saint Fiacre, pour la guerison
          du cul de M. le cardinal de Richelieu_, 1643, in-8.]


  Miracle, citoyens! celuy dont la fureur
  Remplit toute l'Europe et de sang et d'horreur,
  Met les grands à l'aumône et le peuple en chemise[229],
  Profane les autels et ravage l'Eglise,
  Bourrelé de l'excès de son ambition,
  S'alambique l'esprit de la religion,
  Recherche les saints lieux, reclame les reliques,
  Couvre de pieté ses humeurs tyranniques.
  Demons, souffrirez-vous que ce faux Capelan
  Puisse vivre en repos, qui commande en tyran?
  Que ce fameux ingrat, cet infame corsaire,
  Loge dedans les cieux son ame sanguinaire?
  Non, je n'estime pas que ce soit son dessein;
  Vous êtes ses tuteurs, il suit votre destin.
  Tous les deguisemens sont de votre fabrique;
  Il sçait tous les secrets de votre politique,
  Embrasse vos conseils, se régit par vos loix,
  Et brouille comme vous l'etat des plus grands roys.
  Sous luy les plus vaillans conduisent les armées,
  La France a pris le nom des Isles fortunées.
  Un moine, un renégat, l'un blanc et l'autre gris[230],
  Servent insolemment ce cruel Phalaris;
  Le plus gros des voleurs dispose des finances,
  Et le plus corrompu tient en main la balance.
  Enfin la cruauté, la rage et le depit
  Ont mis sous ce bon chef les bourreaux en credit;
  Mais toutes les vertus de cette ame bien née,
  Ne se pouvant asseoir, s'en iront en fumée.
  Les rares qualitez de ce grand favory
  S'etoufferont bientôt, s'il a le cul pourry[231].
  Chirurgiens affronteurs, dont la vaine science
  A trompé ce puissant ministre de la France,
  Vous ne meritez pas d'avoir part aux honneurs,
  Vous n'aurez plus ce digne objet de vos labeurs:
  Vos consultations ne sont que des chimères.
  Pour guerir ce derrière, il faut de grands mystères.
  La terre ne peut plus soulager ses douleurs,
  Elle ne peut souffrir l'eclat de ses grandeurs.
  Le ciel, qui seul fournit à ses hautes pensées,
  Prolongera le cours de ses belles années,
  Forcera les destins, fera cesser ses maux,
  Luy rendra la santé pour prix de ses travaux.
  Il importe fort peu que le peuple malade
  Des corps resçuscitez nous presente en parade.
  Retirez-vous d'icy, podagres et teigneux,
  Saint Fiacre[232] n'a plus de vertu dans ces lieux.
  Membres cicatrisez par des anciens ulcères,
  Vous n'aurez plus de quoy soulager vos misères;
  Ce bon saint, delaissant son temple et ses autels[233],
  Abandonne le soin du reste des mortels.
  Encor son entremise et sa sainte prière
  Auront assez de peine à sauver ce derrière.
  Son ulcère, vengeur du sang des innocens,
  De leurs rudes prisons, de leurs cruels tourmens,
  Ne peut quitter son maitre en luy laissant la vie,
  Ny amoindrir son mal, augmentant sa folie.
  Ce traitre neanmoins, en depit de son sort,
  Et malgré le destin, fait un dernier effort,
  Implore les secours d'une main souveraine,
  Puisqu'elle a rendu son esperance vaine.
  Nogent[234], le plus falot de tous les favoris,
  Avec un plein pouvoir est party de Paris,
  Pour ravir cet ancien protecteur de la Brie,
  Enlever saint Fiacre du sein de sa patrie.
  Mechant! c'etoit assez de ruiner tant d'estats,
  De troubler le repos de tant de potentats,
  Qu'un prêtre scelerat eût ravagé la terre,
  Qu'il eût porté partout le flambeau de la guerre;
  Ton insolence va jusques dedans les lieux,
  Tu fais venir les saints au lieu d'aller à eux,
  Tu les assujettis aux loix de ton caprice,
  Tu veux qu'ils soient temoins de tes noires malices.
  Mais, helas! tout fait joug sous cet enlevement;
  L'evêque, le clergé, sont sans ressentiment,
  Et les peuples, reduits à un triste servage,
  Souffrent sans murmurer voler leur heritage,
  Piller leurs saints tresors, prendre leurs ossemens,
  Fouiller au plus sacré de tous leurs monumens.
  Deux graves deputez chargez de la conduite
  Mettent par les chemins tous les galleux en fuite,
  Reservant la vertu de ce vol pretieux
  Pour donner guerison à ce cul glorieux.
  Thetis, doyen de Meaux, en habit magnifique,
  Doit estre le premier porteur de la relique;
  Le bon docteur Julien, quoy qu'en très grand emoy,
  Suivra cet harangueur au mepris de sa foy,
  Et, quoy qu'il soit le plus zelé de la Sorbonne,
  Quitte son serieux, et prend l'humeur boufonne,
  Prête son ministère à ce plaisant esbat,
  Qui ressemble à celui qui se fait au Sabbat.
  Armand dedans son lit reçoit cet ambassade,
  Et, la face tournée, offre son cul malade,
  Surpassant la fierté des princes ottomans,
  Qui presentent leurs dos à leurs chers courtisans.
  L'orateur, étonné de cette pourriture,
  Ateste ciel et terre et toute la nature;
  Dit que l'on fait grand tour à la vertu du saint;
  Du voyage inutile et du travail se plaint;
  Qu'il est vray qu'un teigneux, un galeux, un podagre,
  Sont objets du pouvoir de monsieur saint Fiacre;
  Mais qu'il ne guerit pas un phantôme sans corps;
  Que sa vertu ne peut resusciter les morts;
  Qu'il ne peut pas ôter le butin à la terre,
  Ny sauver ce mechant, plus digne de tonnerre;
  Que ce cul est dejà le partage des vers,
  Et que l'ame d'Armand est le prix des enfers.
  Ainsi, tous murmurans, deputez et reliques
  Crient qu'on les a pris pour de vrais empiriques;
  Qu'on les a fait venir pour soulager un mal
  Dont le ciel, juste auteur, punit ce cardinal,
  Dompte ce furieux et venge l'arrogance
  Qui lui fait mepriser les princes de la France,
  Qui fait porter son trône au dessus de nos lys;
  Mais l'insolent ne peut y demeurer assis.
  Ce cruel Philistin a senty la vengeance
  Du grand Dieu protecteur de l'arche d'alliance,
  Cet impie est frappé, mais non pas dans le coeur:
  Un poltron n'eut jamais cette marque d'honneur;
  Son dos, son cul, rongez, serviront de victimes
  Et d'expiation aux horreurs de ses crimes.

          [Note 229: C'est le mot de François Ier sur les Guise, mot
          mis ainsi en quatrain par Passerat:

               Françoys premier predit ce point,
               Que ceux de la maison de Guise
               Mettroient ses enfants en pourpoinct
               Et son pauvre peuple en chemise.]

          [Note 230: Je n'ai pas besoin de faire remarquer qu'il
          s'agit ici du P. Joseph, l'_éminence grise_.]

          [Note 231: «Le cardinal estoit sujet aux hemorroïdes,
          dit Tallemant, et Juif l'avoit une fois charcuté à
          bon escient.» (Edit. in-12, t. 2, p. 229.) C'est de
          Jean-Jacques Juif que Tallemant parle ici. Il étoit
          chirurgien du roi, et célèbre pour ces sortes d'opérations.
          Il en avoit fait une pareille à Voiture, qui l'en remercia
          dans ces vers:

               J'ai reçu deux coups de ciseau
               Dans un lieu bien loin du museau,
                       Landerirette
               Je m'en porte mieux, Dieu merci!
                       Landeriri.

          Juif mourut en 1658.]

          [Note 232: La maladie dont souffroit le cardinal se
          rapprochoit de celle qu'on appeloit _fic_ ou _ficus_, et
          que la ressemblance de son nom avec celui de saint Fiacre
          avoit fait placer sous l'invocation de ce patron. V.
          _Gloss._ de du Cange, au mot _Ficus_, t. 3, p. 280, col.
          3, et Le Duchat, remarques sur le chap. 2, liv. 2, de
          la _Confession de Sancy_. On lit dans l'_Etymologie des
          proverbes françois_ de Fleury de Bellingen, p. 317, un
          plaisant passage de l'_Hippocrate dépaysé_, au sujet de
          cette maladie et de son opération:

               Grand bien fait ce mal de saint Fiacre.
               Qui veut dire autant que fi atre
               Quand on vuide le sang du cul
               A gens mornes comme un cocu,
               A la phrenesie arrangée;
               Par le cul la teste est purgée.]

          [Note 233: Saint Fiacre avoit vécu en solitaire dans le
          diocèse de Meaux, et c'est dans cette ville que sont encore
          ses reliques. V. Mabillon, _Acta SS. Benedict._, t. 2, p.
          599.]

          [Note 234: C'est Bautru, l'un des amuseurs du cardinal. Sa
          femme, qui craignoit que la reine Marie de Médicis et plus
          tard Mazarin ne prononçassent son nom à l'italienne, ne se
          faisoit appeler que madame de Nogent. (_Menagiana_, 1715,
          in-8, t. 1, p. 267. Fr. Barrière, _La Cour et la ville_, p.
          32-33.)]



_Institution de l'Ordre des chevaliers de la Joye, sous la protection
de Bachus et de l'Amour, etablie à Mezières le 18 janvier 1696[235]._

          [Note 235: Cette pièce est citée dans les _Curiosités
          littéraires_; Paris, Paulin, 1845, in-12, p. 373. C'est la
          seule chose que nous connoissions de l'ordre burlesque dont
          elle est la charte. Ces sortes de chevaleries bouffonnes
          étoient alors un amusement à la mode. Nous en citerons
          quelques unes des moins connues, sans nous éloigner de la
          fin du XVIIe siècle et du commencement du XVIIIe: _Les
          Chevaliers de la Grappe_, institués à Arles par Damas de
          Gravaison; les statuts ont été publiés en 1697, in-12;
          l'_Ordre de la Meduse_, fondé à Toulon par M. de Vibray,
          et dont les prouesses se trouvent racontées dans le rare
          petit volume: _Les agreables divertissemens de la table,
          ou Le reglement de l'illustre societé des frères et soeurs
          de l'Ordre de Meduse_; Marseille, de l'_imprimerie de
          l'Ordre_, s. d., in-12. _Mère Meduse_, c'est la bouteille.
          Les _mystères_ ou banquets de l'ordre avoient lieu tous
          les mois; chaque membre avoit un surnom significatif, par
          lequel seul on devoit le désigner. Il étoit défendu de se
          servir des mots _vin_, _boire_, _monsieur_ et _madame_; on
          les remplaçoit par _huile_, _lamper_, _mon frère_ et _ma
          soeur_. Citons encore l'_Ordre de la mouche à miel_, créé
          à la cour de madame la duchesse du Maine, à Sceaux, et
          sur lequel on peut lire de très curieux détails dans les
          _Mémoires_ de madame de Staal, édit. Collin, in-12, t. 1,
          p. 129; l'_Ordre des Allumettes_, le moins connu de tous,
          fondé vers 1643 à Chaumont en Bassigny, dans la société de
          la marquise d'Eseau (V. _Mém._ de l'abbé Arnauld, coll.
          Petitot, 2e série, t. 34, p. 209-210); enfin l'_Ordre des
          Baise-Cul_, qui ne nous est connu que par un passage des
          _Lettres_ de madame du Noyer, t. 1, p. 304.]


Comme le carnaval a été de tout temps la saison de la joye et des
divertissemens, il semble que ce seroit être ennemi de soy-même que
de passer dans la tristesse un temps consacré aux jeux et à la bonne
chère; c'est dans cette pensée que le sage instituteur de cet ordre
a pretendu bannir par une agreable societé la melancolie qui règne
si fort dans cette ville, et faire couler cet heureux temps dans des
plaisirs continuels et toujours nouveaux.

Pour eviter la confusion dans une si belle entreprise, il a luy même
donné les règles qui suivent, telles qu'elles luy ont eté inspirées
par Bacchus et par l'Amour, protecteurs de cet ordre.

On a d'abord jugé à propos d'establir trois dignitez, qui seront
remplies par trois personnes d'un merite distingué, ennemies
mortelles du chagrin et capables d'inspirer de la joye dans les
coeurs qui en sont les moins susceptibles. Ceux qui possederont ces
dignitez enivrantes seront:

L'eminentissime grand maistre, le grand commandeur de l'ordre, le
grand prieur.

Ils seront distinguez: le grand maistre, par un ruban vert, large
de deux doigts, qu'il portera en bandoulière, au bout duquel sera
attachée une medaille d'argent, relevée des armes de l'ordre,
qui representera Bacchus et l'Amour avec leurs attributs, qui
s'embrasseront pour marque de leur union et seront couronnés d'une
mesme couronne, composée de pampre et de mirthe, avec cette devise
autour de la medaille: _La joye nous unit_.

Le grand commandeur et le grand prieur porteront une mesme
medaille[236] au bout d'un ruban vert qui leur pendra au col. Les
simples chevaliers et officiers subalternes la porteront aussi avec
un ruban vert, attaché à la boutonnière du juste-au-corps; sur les
revers de la médaille de l'ordre les chevaliers feront graver la
devise qui conviendra le plus à la disposition de leurs coeurs.

          [Note 236: L'ordre de la _Mouche à miel_ avoit aussi
          sa médaille; elle a été gravée dans les _Récréations
          numismatiques_ de Duby.]

L'eslection des trois premières dignitez de l'ordre se fera à la
pluralité des voix dans la première assemblée, où, après une ample
effusion de vin, on implorera le secours et l'inspiration des
divinitez protectrices.


_Règles des Chevaliers de la Joye._

I.

Ceux qui voudront être reçus dans l'Ordre de la Joye seront obligés
de fournir des certificats en bonne forme de leur belle humeur, de
leur gayeté et de leur honnesteté avec les dames, et s'obligeront
d'executer à la lettre les statuts de l'Ordre.

II.

Chacun des chevaliers fera choix d'une dame qu'il fera recevoir
chevalière avec luy; elle donnera les mêmes preuves et jouira des
prerogatives de son chevalier, sera obligée de porter comme lui une
medaille et de se conformer religieusement aux statuts.

III.

L'on ne recevra dans l'Ordre aucun chevalier qui ne soit
gentil-homme, ou qui ne vive noblement.

IV.

Pour entretenir la bonne union, qui fait une des principales parties
de l'Ordre, les chevaliers s'assembleront deux fois la semaine, le
dimanche et le jeudy, pour deliberer sur les affaires de l'Ordre.

V.

Les jours d'assemblée, les chevaliers regaleront leurs confrères
chacun à leur tour, avec abondance de vin, de toutes sortes de
liqueurs, de violons et de bonne chère; surtout la joye fera
l'ornement de leur repas.

VI.

Pour eviter la confusion, l'on donnera un bouquet au chevalier qui
sera obligé par son tour de regaler ses confrères.

VII.

Dans les repas que se donneront les chevaliers, feront un carillon
perpetuel de verres, qui ne sera interrompu que par des chansons
bachiques, et les plus divertissantes.

VIII.

Les chevaliers porteront toute sorte de respect au grand maistre,
et à ses officiers, lesquels seront assis, dans les repas, par
distinction, sur des chaises élevées au dessus du reste des
chevaliers, et le grand maistre aura la sienne au dessus de la leur.

IX.

La dame du grand maistre et celles des premiers officiers observeront
la mesme elevation des rangs que leurs chevaliers auront dans les
assemblées.

X.

Lorsque le grand maistre commandera à quelqu'un de chanter ou de
regaler la compagnie par quelques comptes agréables, il ne s'en
pourra defendre sous quelque pretexte que ce puisse estre.

XI.

La dame du grand maître aura le même empire sur les chevaliers.

XII.

Les chevaliers et leurs dames vivront dans une parfaite union et
soutiendront envers eux et autres tout l'honneur de l'ordre, au peril
de leur vie et de leurs biens.

XIII.

S'il arrivoit par malheur quelque different entre les chevaliers
ou leurs dames, le grand maître et ses officiers le termineront
sur le champ de leur propre authorité, et ceux qui ne voudront pas
obeir à leur decision seront chassés honteusement de l'ordre comme
perturbateurs de la joye publique.

XIV.

Les chevaliers et chevalières seront obligés de porter en tous
temps leur medaille; ceux qui seront surpris sans en avoir seront
privés pour la première fois des plaisirs de deux assemblées, pour
la seconde seront interdits de l'ordre si longtemps qu'il plaira au
grand maître, et à la troisième fois seront exclus sans retour de la
societé de leurs confrères et livrés en proye à leurs remords.

XV.

Un chevalier, le jour de sa réception, après avoir fait choix d'une
chevalière, s'attachera à elle, la proviendra en tout ce qu'elle
pourroit exiger de luy, et luy ôtera tout sujet de jalousie, en ne
marquant point d'empressement pour d'autres que pour elle, sans
neantmoins manquer à la civilité, qui demande un accueil riant pour
tout le monde.


_Formulaire des voeux d'un chevalier de la Joye._

Jay, tel ....... fait voeu, en presence de Bacchus et de l'Amour,
d'observer religieusement les statuts de l'ordre illustre de la
Joye, et promets de garder jusqu'au dernier soupir la belle humeur,
qui est une des plus belles qualitez d'un chevalier accompli; je
promets de conserver toute ma vie une complaisance et une honnesteté
inviolable pour les dames, et de regarder d'un oeil tranquile la
perte de nos biens, plutôt que de sortir du caractère d'un veritable
chevalier de la joye. En foy de quoy j'ay signé le présent serment
d'une encre de couleur de vin.

     Fait à Mezières, ce.....
            jour de.....

                                                      Tel.


_Manière de recevoir un chevalier de la Joye._

Après que l'on aura fait lecture des statuts au chevalier que l'on
voudra recevoir, le grand maître, accompagné de ses officiers et
suivi de tous les chevaliers et chevalières de l'ordre, le fera
mettre un genoüil en terre et recevra son serment, qu'il fera en la
manière cy-dessus; on luy fera passer ensuite par trois fois un verre
de vin sur la tête des plus grands qui se trouveront, qu'il avalera
d'un seul trait sans chanceler; cette ceremonie etant faite, le grand
maître prendra une médaille que l'on luy apportera dans un bassin
d'argent, laquelle le grand commandeur et le grand prieur attacheront
au nouveau chevalier, après quoy il embrassera tous les chevaliers et
chevalières qui seront présents, et l'on lui expediera ses lettres de
reception. La même chose s'observera à la reception de la dame que le
chevalier presentera à la dame du grand maître pour sa chevalière.


_Lettres patentes à la réception d'un chevalier._

Nous, ennemi capital du chagrin, ami de la liberté et grand
maistre de l'ordre de la joye, sur preuves à nous données de la
belle humeur, complaisance pour les dames et bonne appetit de tel
..............................., l'avons trouvé digne de participer
aux plaisirs de notre ordre; enjoignons à nos bons et feaux amis
rotisseurs, cabaretiers, traiteurs, patissiers, caffetiers, marchands
de rataffia et violons, d'avoir à le reconnoître pour membre de notre
corps, dès ce jour et à l'avenir, et de luy fournir, sitôt qu'il se
presentera, tout ce qui peut contribuer à la joye, à la bonne chère
et aux cadeaux qu'il voudra donner aux dames; car tel est notre
plaisir. Fait à Mezières, etc.

Jour de

                            _Signé_ .............

Et au bas:

Collationné à l'original, par moy, secretaire de l'ordre de la Joye.

                            Le chevalier de BELLE HUMEUR.


_Noms des chevaliers de l'ordre de la Joye._

  L'Eminentissime grand maître de l'ordre, ennemy capital du chagrin
                                                et ami de la liberté.
  Le grand commandeur de l'ordre, partisan des jeux,
                                        des ris et de la bonne chère.
  Le grand prieur de l'Ordre.
  Le fleau de la Melancolie.
  Le secretaire de l'Ordre.
  Le chevalier de la Belle Humeur.
  Le chevalier du Printemps.
  Le chevalier Fidel.
  Le chevalier Fretillant.
  Le chevalier Sans Soucy.
  Le chevalier de l'Espérance.
  Le chevalier Constant.
  Le chevalier Magnifique.
  Le chevalier Complaisant.
  Les dames des chevaliers porteront leur nom[237].

          [Note 237: Nous avons déjà publié plusieurs pièces du
          genre de celle-ci, notamment dans notre t. 3, p. 147, 159,
          297; t. 5, p. 69. On peut voir d'ailleurs, sur «ces divers
          ordres de plaisir institués pour l'amusement des oisifs»,
          le _Rabelais_ de l'Aulnaye, Paris, 1820, in-12, t. 3, p.
          7-8.]



_La grande division arrivée ces derniers jours entre les femmes et
les filles de Montpellier, avec le sujet de leurs querelles._

_A Paris._

M.DC.XXII. In-8[238].

          [Note 238: Cette pièce est tout à fait dans le goût des
          _Caquets de l'accouchée_, et paroîtroit sortie de la même
          plume. Elle est d'ailleurs du même temps, et traite de
          faits dont il y avoit été dit un mot, p. 158.]


Perfide et abominable ville, qui par tes impies et damnables revoltes
penses faire teste long temps à ce grand Monarque qui te tient
assiegée[239], c'est maintenant que tu peux recognoistre à bon
droit que tes trahisons ne te servent qu'à advancer ta ruyne, tes
mutineries n'enclinent qu'à ta cheute, tes revoltes ne panchent qu'à
ton renversement.

          [Note 239: Louis XIII étoit venu mettre le siége devant
          Montpellier en août 1622.]

Et bien que tu sois la demeure ordinaire des medecins, tu n'en
trouveras pourtant pas un si expert qui puisse remedier aux playes
journalières qu'on donne aux tiens, ny remplastrer les bresches que
les canons du Roy font continuellement à tes bastions et murailles;
ton MONT sera PILLÉ[240] si tu ne plies sous le joug de l'obéissance;
les divisions qui sont parmi tes Citadins le peuvent tesmoigner, et
les desordres continuels qui sont au milieu de ton enclos en pourront
porter suffisante preuve.

          [Note 240: Ce mauvais jeu de mots sur le nom de Montpellier
          se trouvoit presque justifié par les menaces que le prince
          de Condé prêtoit au roi: «Il avoit dit, en plusieurs
          endroits, que si le roy entroit dans Montpellier, il
          donneroit la ville au pillage.» (_Abrégé chronol. de
          l'Hist. de France, pour faire suite à celui de Franç. de
          Mezeray_, t. 1, p. 308.)]

Dernièrement, que les habitans de Montpellier voulurent mettre le
né au vent pour faire une sortie, et qu'on leur tailla de si belles
croupières, où mesme un de leurs principaux capitaines fust estendu
sur la place, les femmes et les filles de la dite ville ayans eu le
bruit de cecy s'assemblèrent en un lieu pour ensemblement deplorer
leurs malheurs et abjurer la guerre cause de tant de maux.

  Se caussam clamant, crimenque, ca utque malorum,
  Filia quæque manu flavos Mons pessula crines,
  Et roseas trahit ungue genas[241].

          [Note 241: Ces vers sont une altération de ceux de Virgile,
          _Æneid._, lib. 12, v. 600-605.]

Il semble que Virgile eût prophetisé ces vers sur Montpellier,
veu qu'on ne les sçauroit adapter à chose où il y ait plus de
correspondance: car les bourgeoises de ceste ville, qui ont de
coustume de voir un nombre infini de jeunes godelureaux qui y vont
estudier en medecine, estant privées de leurs douces compagnies et
des joyeux passe-temps que leur entretien leur donnoit auparavant
ceste revolte, jointe à une infinité de pertes qu'ils ont faites
depuis qu'ils se sont souslevez contre les armes de leur souverain,
ne peuvent tenir les sanglots qui se crevent dans leurs bouches, ny
boucher le passage aux soupirs qu'ils ressentent pour ce subjet.

Et quoy! dit une vieille chappronière[242] qui tenoit le haut
bout en l'assemblée, serons-nous toujours misérables? Faut-il que
nos maris soyent cause de nos malheurs? Ne suffisoit il jusques
icy de nous avoir deschirez par lambeaux? Nous mesmes nous nous
plantons le couteau dans le sein. Nous mesmes nous courons à bride
abatue à nostre mort, et semble à voir qu'il nous tarde que nous
ne soyons toutes dans nostre propre ruyne ensevelies miserables et
mal-heureuses, pour ne revoir jamais la lumière du ciel. Faut-il,
dis-je, que nos maris soient tellement oublieux de leur salut et du
nostre, que de se precipiter dans les hazards et les dangers pour
lutter contre les destins qui n'ont premedité autre chose que nostre
totale perte? Ha! les larmes me crevent le coeur? les soupirs me
bouchent les conduits de la parolle, les sanglots m'etouffent. Mon
pauvre mary, hélas! ou es-tu? ou es-tu, ma seule consolation?

          [Note 242: C'est-à-dire _portant chaperon_, ce qui étoit la
          marque de la petite bourgeoisie. V. notre t. 1, p. 306, et
          les _Caquets de l'Accouchée_, p. 21.]

Tu m'as donc quitté, pauvre et infortunée, pour estre la proie
du destin! Tu m'as delaissée languissante pour survivre à
l'esclendre[243], tu m'as abandonnée, hélas! pour voir ceste ville
renversée de fond en comble si elle poursuit davantage en ses
revoltes. Que pleut à Dieu que ce lien se fust rompu en une mesme
heure, puis qu'en un instant il se desnoue! Falloit-il que nous
sortissions de Montauban[244] l'an passé pour estre traités de la
sorte dans Montpellier? O grand et invincible Diomède, ainçois grand
colosse de guerre, M. de Mayenne[245], que ne suis-je morte par vos
mains!

          [Note 243: Ce mot se prenoit alors dans le sens de malheur,
          accident fâcheux. Dolet, dans son _Epistre au très
          chrestien et très puissant roy Françoys_, a dit:

               Prends garde icy, Françoys, vertueux roy,
               Car c'est le point qui te faira entendre
               Trop clairement l'abuz de mon _esclandre_.

          Loret l'employa plus tard dans le sens de déroute:

               Car on dit que dans cette _esclandre_
               Plusieurs Hollandois firent Flandre, etc.

          Aujourd'hui on ne l'emploie plus que pour _une querelle_,
          _une rixe_ et on l'a rapproché ainsi de l'étymologie qu'en
          donne du Cange. Il le fait venir de _scandalum_.]

          [Note 244: Le siége de Montauban, dont il est parlé à
          plusieurs reprises dans les _Caquets de l'Accouchée_, p.
          53, 157, 256, avoit été tenté sans succès en 1621. Après
          trois mois d'attaques infructueuses, on l'avoit abandonné.]

          [Note 245: Henri, duc de Mayenne, fils du chef de la
          Ligue. Après avoir agi avec vigueur dans la haute Guienne,
          il étoit venu se mettre sous les ordres du connétable de
          Luynes, qui commandoit devant Montauban. En qualité de
          lieutenant général, c'est lui qui fit la seconde attaque,
          l'une des plus vigoureuses. Il y fut tué d'un coup de
          mousquet dans l'oeil. Il avoit 43 ans.]

Ainsi parloit la femme d'un medecin de Montauban, qui l'an passé
estoit sortie avec son mary au commencement du siége, et se vinrent
refugier à Montpellier, pensans avoir meilleur marché; mais, de
malheur, son mary avoit esté tué en ceste seconde escarmouche.

La femme d'un jeune advocaceau sans cause, qui deux jours auparavant,
voulant aller plaider sur la muraille, fut salué d'une pilule au
travers du corps, à cause peut estre qu'il estoit constipé, va
dire: «Hola! Mamie, vous parlés encore, vous qui estes vieille,
et qui desja avez un pied dans la fosse! N'avez-vous point tant
sujet de vous plaindre que moy, qui ay perdu mon mary depuis deux
jours en ça? Vostre mari estoit vieil et caduc: quand la queue
commence à se secher le fruict tombe; mais le mien estoit encor en
sa verte jeunesse et bon advocat, qui bailloit tousjours le droict
à sa partie, et de qui la compagnie m'estoit douce: avec combien
de regrets et de ressentiments de douleurs croyez-vous que je me
ressouvienne de ceste perte?»

--Et moy (dit une fille de haut goust, qui estoit au coin),
pensez-vous que je ne me ressente point de tous ces troubles
icy? Avant qu'on eût bloqué ceste ville, et que le bruit des
reistres[246] fût venu aux oreilles des François, il y avoit un jeune
Parisien logé chés nous qui estudioit en medecine, en la compaignie
duquel je passois une partie de mon temps. C'estoit le plus doux et
le plus affable qui se vit jamais; il m'avoit promis mariage, et
mesmes nous en avions passé les patentes dans ma chambre. Maintenant
à ces nouveaux troubles je ne l'ai peu retenir, et ne sçay s'il n'est
point mort par les chemins; je crains qu'il ne revienne jamais.

          [Note 246: Ces bandes de cavaliers allemands (_reiter_),
          après avoir long-temps ravagé la France, finirent par se
          mettre à notre solde. Au siége de Juliers, en 1610, il
          y en avoit que le prince d'Anhalt avoit amenés, et qui
          combattoient de concert avec nos troupes, commandées par M.
          de La Châtre. Il s'en trouvoit aussi, comme on le voit, au
          siége de Montpellier, où on leur donnoit pour adversaires
          ces mêmes réformés qu'ils étoient venus secourir au temps
          de Coligny. Autre temps, autre drapeau. Sur les premiers de
          ces _condottieri_ allemands qui vinrent en France pendant
          les règnes de Charles IX et de Henri III, on ne peut rien
          lire de plus curieux que le livre rarissime ayant pour
          titre: _Mémoires non encore veus du sieur Fery de Guyon,
          escuyer_. Tournay, 1664, in-8.]

--Encor y a-il quelque peu d'esperance en vos affaires, respondit une
de ses voisines: mais pour moy il n'y en a plus. J'avois un jeune
gars qui quelquefois se venoit rafraischir chez moy et prenoit une
heure de recreation en mon logis; mais dernierement, las! il pensoit
sortir avec les autres, il fut tué d'un soldat de M. Zamet[247]. Si
vous sçaviez combien j'en suis attristée et quelle amertume m'en est
restée en l'âme, vous en seriez esmerveillée.

          [Note 247: Jean Zamet, fils légitimé du fameux financier
          Sébastien Zamet et de Madelaine Leclerc du Tremblay, soeur
          du père Joseph. Les calvinistes, contre lesquels il fut
          toujours un enragé guerroyeur, l'appeloient _le grand
          Mahomet_. Il fut tué à ce siége de Montpellier. (_Mémoires_
          de Bassompierre, collection Petitot, 2e série, t. 20, p.
          462, et _Mémoires_ de Pontis, _ibid._, t. 31, p. 369.) Son
          tombeau se trouvoit, avec celui de sa famille, dans la nef
          des Célestins de Paris. On lisoit sur l'épitaphe: «Etant
          mestre de camp du régiment de Picardie, il mérita la charge
          de maréchal de camp dans l'armée du roi, laquelle exerçant
          au siége de Montpellier, il marchoit à grands pas aux
          premiers honneurs militaires, lorsqu'un boulet, lui brisant
          la cuisse, arrêta le cours de sa vie, pour le faire jouir
          dans le ciel de la vraie gloire, dont il n'eût pu recevoir
          que les ombres sur la terre. Il fut blessé un samedi, jour
          dédié à la Sainte-Vierge, le troisiesme septembre 1622,
          et mourut le jeudi ensuivant de la Nativité de la même
          Vierge.» (Piganiol de la Force, _Description de Paris_, t.
          4, p. 247-248.)]

--Aussi en avez-vous du subjet, respondit une noirette qui ne
s'affectionnoit pas trop; chacun vous cognoist bien pour telle que
vous estes: on sçait bien que celuy dont vous parlez n'alloit point
en vostre logis que pour faire de belles affaires; mais il n'en faut
mot dire. Nous sommes en un temps où il n'y a pas à rire pour tout le
monde; il y en a de bien bleuds[248], n'y eût-il que de nos confrères
de la Rochelle, qui n'ont rien despouillé ceste année.

          [Note 248: C'est-à-dire _maltraités_, _meurtris_, couverts
          de _bleus_.]

--Mais qui eût creu (dit la femme d'un conseiller de la dite ville)
qu'on nous eût reduit au petit pied en si peu de temps? Qui eût creu
que ceste ville eût si tost succombé à la ruyne comme elle fait? Il
n'y a pas un pan de muraille entier, tous nos bastions nouveaux qu'on
avoit fait edifier de la demolition des esglises sont tantost tous
en poudre; à peine s'ose on trouver dans les rues pour les canonades
qu'on tire continuellement du cartier du Roy. J'ay une petite fille
qui, allant l'autre jour en nostre grenier, fut escrasée d'une balle
qui tomba sur les thuilles de la maison.

--Ma commère, repliqua une grosse dame, on dit que la ville de Troye
eût esté imprenable si les Grecs n'eussent derrobé le Palladium qui
estoit dans le temple de Minerve, tout le destin de ceste ville
n'estoit attaché qu'à ceste petite image; mais nous ne devons encor
craindre: la robbe de Rabelais est nostre Palladium[249]; tandis
quelle sera en ceste ville, jamais elle ne peut estre prise.

          [Note 249: Cette fameuse robe de Rabelais étoit, comme
          toutes celles des clercs de médecine a celle époque, faite
          de drap rouge, à larges manches, avec un collet de velours
          noir sur lequel étoient brodées en or les initiales F. R.
          C. (_Franciscus Rabeloesus Chinonensis_). En 1610, à force
          d'être dépecée par la vénération des bacheliers, dont
          chacun vouloit son lambeau, elle étoit si courte qu'elle
          descendoit à peine à la ceinture des récipiendaires. On
          en mit une neuve. Lazare Meyssonnier, qui l'endossa, ne
          déclare pas moins avec onction qu'il a revêtu la robe de
          Rabelais «dans la salle où se font les actes publics et où
          se donne le bonnet a ceux qui y prennent leurs degrez en
          médecine.» (_Almanach illustré, composé de plusieurs pièces
          curieuses, pour l'an 1639._) Avec toutes les précautions
          possibles, chaque vénérable robe ne pouvoit pas durer
          plus d'un siècle. En 1720, celle de 1610 n'étoit qu'un
          lambeau. François Ranchin, chancelier de la Faculté, en
          donna une nouvelle à ses frais (Astruc, _Mémoires pour
          l'Histoire de la Faculté de médecine de Montpellier_, liv.
          2, p. 329). Depuis lors, je ne sais combien de fois on a
          dû faire la même dépense, mais il paroît qu'à la fin on
          mettoit, pour renouveler la précieuse robe, moins de soin
          que n'en avoit mis Jeannot pour son fameux couteau. On la
          reproduisoit sans souci d'exactitude. Ainsi, celle des
          derniers temps ne portoit plus les initiales, ce qui fait
          que M. Kuhnholtz a nié qu'elles aient jamais existé sur
          le collet du vêtement doctoral (_Notice hist., bibliogr.
          et crit. sur Fr. Rabelais_, Montpellier, 1827, in-12, p.
          32). Desgenette, dans le curieux article de la _Biog.
          médicale_ qu'il a consacré à Rabelais, parle ainsi de sa
          robe et des rajeunissements, dont il exagère peut-être
          le nombre: «Nous sommes réputés nous-mêmes avoir porté
          cette robe, mais c'étoit une pure commémoration, car elle
          avoit été renouvelée au moins vingt fois, puisque environ
          cinquante docteurs annuellement reçus à Montpellier en
          ont constamment emporté des lambeaux, avant, pendant
          ou après l'acte probatoire dit de rigueur (_punctum
          rigorosum_)». C'est dans la grande salle, comme nous
          l'avons dit, qu'on l'endossoit, et qu'elle étoit toujours
          pendue (Degrefeuille, _Hist. de Montpellier_, liv. 12,
          ch. 1). Piron la prit pour sujet de cette épigramme où il
          apostrophe Montpellier:

               Secourable mont des Pucelles,
               Puissiez-vous long temps prospérer!
               Puissent de vos plantes nouvelles
               Les vertus toujours opérer,
               Et ne jamais dégénerer,
               Comme la robe mémorable
               Qui fut un harnois honorable
               Tant que Rabelais l'eut sur lui,
               Mais qui, par un sort déplorable,
               N'est plus qu'un bât d'âne aujourd'hui.]

--Ah! Madame, dit alors une damoiselle de qualité, de qui le mary
estoit au lict blessé d'un coup de mousquet au bras, il ne se faut
pas fier à la robbe de Rabelais; le plus beau Palladium qu'on puisse
souhaiter pour la deffence d'une ville, c'est le nombre des gens et
de soldats qui y sont. Si Troye ne se fust laissé ensevelir dans le
vin et dans le sommeil, nonobstant le Palladium des Grecs, jamais
elle n'eust été prise; mais quel Palladium et quelle sauve garde
pouvons nous avoir, puis que nous n'avons tantost plus personne pour
nous deffendre? Toute nostre garnison est presque taillée en pièces;
personne ne s'ose adventurer d'aller aux murailles ny aux coups. Nous
avons des capitaines lasches et de peu de courage. Nostre ennemy
est puissant, nos forces foibles, sans esperance de secours. Que
pouvons-nous esperer, si non qu'une funeste et triste journée où nous
passerons toutes au fil de l'espée, si nos maris soutiennent plus
longtemps l'effort, des armes royalles?

--Ma cousine dit vray (fit une autre de moyenne taille), mon aisné y
est mort aussi bien que les autres, et a payé la folle enchère de son
imprudence. De l'excuser, je ne le puis, cela me touche de près; car
nonobstant que mon mary soit de la religion pretendue et qu'il tienne
le party des rebelles, je ne peux advoüer pourtant qu'il se faille
cantonner contre son maistre.

Une assés âgée, qui estoit debout au milieu de l'assemblée, print la
parolle. A la verité, dit-elle, nos maris vont trop avant, c'est trop
se bander contre le roy. J'ay peur enfin qu'il y en ait quelques-uns
qui portent la paste au four pour leurs compaignons. Le roy en endure
trop, il est trop doux et trop benin; je ne sçay comment il ne nous a
desja fait abismer et ensevelir dans nos propres ruynes.

--De mon jeune temps on ne parloit point de cela, dit une vieille qui
n'avoit plus que deux dents. J'ay bien veu des guerres, j'ay veu des
grandes expeditions; mais il ne s'est jamais remarqué qu'on eût fait
tant d'efforts contre son roy. Il est de droit divin et humain de luy
obeyr, non pas de lui resister; pour moy, je n'approuveray jamais
le conseil de tous ceux qui delibèrent de fermer la porte à ses
trouppes: car, outre que nous encourerons un blasme universel parmy
les nations voisines et une tasche qui jamais ne se pourra effacer,
nous sommes en grand danger de subir de grands maux par nostre propre
imprudence.

--Madame a raison, repliqua une autre fraischement arrivée de la
Rochelle, nous avons tous un très mauvais horoscope ceste année; elle
nous est climaterique[250] et malheureuse, ces jours derniers nous
sont fort caniculaires[251]. Ce n'est point seulement à Montpellier
où on a sujet de se plaindre, la Rochelle en a eu sa part. Nous
avons esté entierement ruynez des troupes de monsieur le comte de
Soissons, qui ont fouragé tous les environs, et n'avons peu ceste
année recueillir un seul grain de bled. Encor nous avions espérance
en M. de Soubise à son retour d'Angleterre qu'il nous rafraischiroit
de vivres; mais, hélas! nous avons esté bien frustrez, car on nous
a dit que luy-mesmes avoit esté chassé honteusement de Londres, et
que, s'estant mis sur mer, ses vaisseaux avoient esté fracassez[252].
Si cela est, je vous laisse penser quel bon succès il donnera aux
Rochelois.

          [Note 250: Sur les époques climatériques, v. notre t. 2, p.
          212.]

          [Note 251: Les jours caniculaires passoient pour être
          funestes aux plaisirs de l'amour. Cette Rochelloise a donc
          raison de les donner comme très néfastes. Camerarius a
          écrit un gros livre sur cette thèse-là. Molière fait très
          vertement maudire par la Cléanthis de son _Amphitryon_
          (acte 2, scène 3) cette superstition médicale:

                     Je me moque des médecins,
                     Avec leurs raisonnements fades;
                     Qu'ils règlent ceux qui sont malades,
               Sans vouloir gouverner les gens qui sont bien sains.
                     Ils se mêlent de trop d'affaires,
               De prétendre tenir nos chastes jeux gênés;
                     Et sur les _jours caniculaires_
               Ils nous donnent encore, avec leurs lois sévères,
                     De cent sots contes par le nez.

          Chez les anciens, c'est le mois de mai qui étoit néfaste
          pour l'amour. V., sur le _scrupule qu'ils avoient de se
          marier ce mois-là_, une lettre publiée dans l'_Esprit des
          journaux_, sept. 1786, p. 215.]

          [Note 252: M. de Soubise avoit été malheureux partout: le
          25 juin 1621, il avoit capitulé dans Saint-Jean-d'Angely;
          l'hiver suivant, il avoit été complétement défait dans les
          Sables d'Olonne, et avoit dû quitter la France. V. _Caquets
          de l'accouchée_, p. 35, 56.]

--Ah! ma commère (dit sa voisine) vous me faites crever le coeur
quand vous me parlez de M. Soubise! Il est bien cause de mon malheur:
j'avois une jeune fille l'hiver passé, lorsque je demeurois à La
Rochelle, belle et en bon point; un de ses capitaines devint amoureux
esperduement de sa beauté et la ravit. Mon mari poursuivit ledit
capitaine pour tirer raison d'un acte si impie; mais M. de Soubise,
qui avoit peut-estre mouillé son pain au pot, n'en fit aucun conte,
si non qu'on me renvoya ma pauvre fille quinze jours après. Je
voulus voir si on l'avoit violée; c'est pourquoy, en ayant commis la
charge à deux matrones et sages-femmes de La Rochelle, après l'avoir
veue et visitée, elles me dirent que, tout estant considéré, elles
avoient trouvé que la babole estoit abatue, l'arrière-fosse ouverte,
l'entre-fesson ridé, le guillevart eslargy, le braquemart escrouté,
la babaude relancée, le ponnant debiffé, le halleron demis, le
quilbuquet fendu, le lipion recoquillé, la dame du milieu retirée,
les toutons desvoyez, le lipondis pilé, les barres froissées,
l'enchenart retourné; bref, pour le faire court, qu'il y avoit
trace de v...; d'où vient que tout la cure que j'y aye pu apporter,
et nonobstant la peine que j'aye prise à recoudre son canipani
brodimaujoin, elle est demeurée despucellée[253].

          [Note 253: Tous ces détails semblent avoir été pris
          textuellement dans une pièce publiée quelques années avant
          celle-ci: _Le reveil du chat qui dort, par la cognoissance
          de la perte du pucellage de la pluspart des chambrières
          de Paris; avec le moyen, de le raccoutrer, suivant le
          rapport des plus signalées matrones, tant béarnoises
          que françoises, appelées à cet effet; avec les noms des
          ustencilles par elles trouvées dans leurs bas guichets;
          mis en lumière en faveur des bons compagnons à marier_. _A
          Paris, jouxte la copie imprimée par Pierre Le Roux_, M.
          DC. XVI, in-8. Le passage si curieusement technique qu'on
          a repris ici se trouve après ces mots: «Voyons maintenant
          la deposition des Parisiennes qui font leur rapport d'une
          qui estoit deflorée: «Nous Marie Teste, Jane de Meaux, Jane
          de la Guignans et Magdelaine la Lippue, matrones jurées de
          la ville de Paris, certifions à tous qu'il appartiendra
          que, le quatorzième jour de juin dernier, par ordonnance
          de ladicte ville, nous sommes transportées en la rue de
          Frepault, où pend pour enseigne la _pantoufle_, où nous
          avons veue et visitée Henriette Pelicière, jeune fille
          aagée de dix-huit ans ou environ, sur la plaincte par elle
          faicte à justice contre Simon le Bragard, duquel elle dict
          avoir esté forcée et deflorée, et le tout veu et visité au
          doigt et à l'oeil, nous trouvons, etc.» Le reste est comme
          ici.]

--Voylà comme en font les capitaines de deux liarts, dit une femme de
medecin; tout nostre trafic n'est attaché qu'à ces cures; quand ils
sont dans une maison, ils croyent qu'ils ont permission de faire tout
ce qu'ils voudront.»

La niepce du docteur Rabelais aloit dire son mot; mais on
vint advertir l'assemblée qu'il y avoit une grande rumeur en
l'Hostel-de-Ville; aussi tost les femmes sortirent de leur
congrégation pour participer au conseil qui se tenoit en la ville.
Cela fust cause que je ne peus escrire davantage de leurs babils.



_Discours de la fuyte des impositeurs italiens et des regretz
qu'ilz font de quicter la France, et de leur route vers les pays de
Barbarie._

_A Paris, pour Jacques Gregoire, imprimeur._

M.D.LXXXIX. In-8[254].

          [Note 254: Cette pièce est dirigée, comme son titre le
          donne à entendre, contre les intrigants d'Italie qui
          étoient venus à la suite des Médicis, et qui infestoient
          la cour et la ville. On y apprend, au sujet de leurs
          manoeuvres, notamment contre les revenus de l'Hôtel-Dieu de
          Paris, des choses qui ne se trouvent point ailleurs.]


Les sectaires mahometans ne se montrèrent jamais en si grand'
contumelie ny outrage contre la nation des chrestiens, ny si
temeraires, que se sont monstrez parmy la France en plusieurs
malignes actes ces barbares Italiens: car, combien qu'en plusieurs
raisons ayent essayé par quelques alleguations fardées tascher à
se pouvoir esgaler aux Romains, qui de tout temps se sont montrez
preux, vaillans et magnanimes, ainsi que mesmement par les histoires
du temps jadis nous cognoissons par le lustre des antiques Romains,
lesquelz estoient si adextres[255] en leurs faictz que leurs
gestes demonstroient et signifioient pouvoir commander sur toutes
les nations du monde, que seulement par leur ombre et prudence
demonstroient estre invincibles, par ce qu'en leurs entreprinses
sçavoient juger jusques à la fin d'une cause à qui le droict pouvoit
appartenir de la cause qui leur estoit proposée, et se gouvernoient
en toute qualité et preeminence de justice, qui est la vraye force
de pouvoir dompter et vaincre en tout et par tout à qui en faict
l'exercice, tant aux grandz que aux petitz, que celuy qui mesme s'y
attend et s'y appuye ne luy reste en semblable qualité plus que
la force, qui est de Dieu, pour pouvoir vaincre et dompter seul
en son particulier celuy à qui elle defaut, sans attenter contre
l'autruy, que contre celuy qui lui faict temeraire poursuyte, ou qui
ne luy rend ce qu'il luy a usurpé à tort et sans cause, et se sçait
maintenir en telle action de grace que pour la deffense de sa maison
mesme, de tout temps agitée, n'attend autre force que celle de Dieu
mesme, qui est la cause que le delinquant est pour le jourd'huy en
route[256], et en la plus grande confusion ou jamais ilz se virent,
s'estans eux-mesmes mis la hart[257] au col, ne pouvans trainer
après eux un si pesant fardeau de rapines, larrecins et volleries;
dont pour le jourd'huy se trouvans prins au piége, fuyent de nuict
des lieux où ils s'estoient habituez; mais comme ayanz encore la
corde au col, ne pouvant trainer les maisons où ilz s'estoient
liez, d'où ilz ont ravy les tresors et richesses qui estoient en
icelles et en celles de leurs voisins, il s'en pourroit par aventure
bien recourre quelque chose; le malefice des dessusdictz Italiens
vient mal à propos pour le terme allegué des somptueux Romains et
de leur justice, à l'injustice de telle canaille: car les Romains
publient la justice aux humains, les Italiens vilains; les Romains
usent de droicture, Italiens de forfaicture; Romains sont de grand
renom, et les Italiens non; les Romains sont pleins de bombance,
Italiens prisent leur pance; les Romains sont vertueux, les Italiens
morveux; les Romains sont preux à l'espée, Italiens à la pipée; les
Romains font à chacun raison, Italiens de trahison; les Romains
sont magnanimes, Italiens font la mine; les Romains sont preux
et vaillans, Italiens malveillans; Romains ont conquis la toison
d'or, Italiens ont dérobé la mine d'or; les Romains constans en
toute saison, Italiens en toute poison[258]; les Romains ont acquis
victoire, Italiens perdent memoire; les Romains sont gens illustres,
Italiens de faux lustre; les Romains gardent equité, Italiens
l'iniquité; Romains amateurs de science, Italiens faux en conscience;
les Romains ont acquis loz immortel et louange de durée, l'Italie n'a
plus de durée.

          [Note 255: Adroit. Il y avoit aussi le verbe _adextrer_. V.
          Nicolas Pasquier, lettre 8, liv. 6.]

          [Note 256: C'est-à-dire en déroute.]

          [Note 257: Sur le mot _hart_, V. notre édition des _Caquets
          de l'accouchée_, p. 172.]

          [Note 258: _Poison_, comme on sait, étoit alors du féminin
          (V. t. 4, p. 7). C'est d'Italie qu'on nous expédioit ces
          substances dangereuses, avec la manière de s'en servir.
          Bodin, dans son _Discours sur le rencherissement de toutes
          choses_, dit avec raison que nous aurions bien pu nous
          passer de faire de tels emprunts à l'Italie, en échange de
          choses saines et profitables.]

  Adieu France, adieu,
  Qui estes le lieu
  D'où iniquement
  Avons prins la fuyte,
  L'heure soit maudicte
  De notre partement.

Les regretz que font ceste maudicte gent de quicter un si noble pays
en sont à la desesperade, car, combien qu'ilz en ayent emporté les
trésors, il leur fasche d'y laisser les maisons; et tout ainsi qu'ilz
ont traicté les François par leur injustice, Dieu les traicte par
sa justice. Car, de pleine arrivée qu'ilz entrèrent en France, le
moien qu'ilz conceurent en celuy pays pour se prevaloir, ce fut de
descouvrir les plus riches cuisines, et où gisoient les plus grandz
tresors, et faire tant par fas et par nefas que de s'y habituer, et
quelque chose qu'il y eust s'y faire tousjours les plus grands; non
obeyr, mais toujours commander; à l'appetit se renommer du Prince,
et par le tesmoignage de trois ou quatre pallefreniers atiltrez
pour ce faire, asseuroient qu'un gueux de leur pays estoit un grand
gentilhomme, lequel avoit esté destruict par fortune de gueule,
di-je de guerre; et mettoient en admiration si grande les faictz
et gestes de telz couards, que plusieurs croyans la vérité estre
telle qu'on leur rapportoit, estoient par aucuns subitement nommez
monsieur; lors, se sentans honorez si à coup de telz honneurs,
estoit par subite poursuyte enjoinct à leurs faux-tesmoings de venir
de fois à autre promptement leur dire qu'ilz vinssent incontinent
parler à la Royne, qui estoit un sujet envers le peuple de les
faire entrer en credit, car dès ceste heure là commencèrent à faire
de cent solz quatre livres, et de quatre livres rien, envers ceux
qui leur prestoient de leur bien, et eux ne se soucians point des
plainctifs et remonstrances qu'on faisoit, s'ingerèrent contrefaisans
les habiles à pindariser[259], sur tous les estatz et mestiers
de la France, comme par manière de soubresault, intentionner le
Roy et les Princes à la manutention et correction des abus qui se
pouvoient commettre en iceux, comme s'estimans gens plus capables et
cognoissans à telles faciendes[260] et subtilitez y prevenir les plus
habiles, plus capables et de meilleur esprit que les plus vaillans
qui s'y peussent rencontrer, s'estimant supportéz du Prince, devant
lequel on n'eust osé dire du contraire, combien qu'à chaque fois ilz
s'y trouvoient vaincuz: et pour autant que telles entreprinses ne se
faisoient par eux que pour descouvrir la source du traffic, procedant
du debit, se tailloient un revenu prins sur iceux, pour autant
qu'estans sortis et chassez de leur pays comme gens bandoliers[261]
et abandonnez à tous vices, et venuz en la France comme belistres,
pour se monstrer capables de respect plus qu'autres nations, pour
cause du grand support dont ilz estoient, appuyez par la benevolence
et bien-vueillance que la Royne mère leur portoit, donnoient à
entendre que sur le traffic de toutes sortes de marchandises il se
pouvoit lever certains deniers sans interesser les opposans qui se
pourroient complaindre, et pour mettre leur larrecin en evidence
sans pouvoir descouvrir leur felonnie et cautelle, accostoient un
banquier de Venise[262], lequel faisoit offre de grand somme de
deniers au Roy, à ce qu'il luy pleut luy octroier certain denier
sur cent de quelle marchandise que ce fust au poix pesant, ou tant
sur livre, lequel poix semblant de petite valeur, leur estoit
soudainement octroyé, et remonstrant aussi le dict suppliant, lequel
avoit sa part du butin, que c'estoit pour l'entretement d'iceux
belistres destruictz par fortune de gueule, di-je de guerre, pour la
vie et le vestement, lesquelz par ce moyen du petit venant au plus
grand, de serviteurs sont devenuz grands maistres, et ont tellement
poursuivy telz imposts et enchères sur les dictes marchandises, que
pour maintenant il s'en lève un denier inestimable, au detriment de
plusieurs personnes.

          [Note 259: C'est-à-dire _faire les beaux parleurs_ sur des
          choses dont ils ne savoient pas le premier mot. On a cru
          longtemps que ce mot étoit de Ronsard. Jacques Pelletier,
          dans son _Art poétique_, lui en a même fait honneur, mais à
          tort. Le mot est dans Rabelais, liv. 2, ch. 6: «Seigneur,
          sans nulle doubte, ce gallant veut contrefaire la langue
          des Parisiens; mais il ne fait que escorcher le latin, et
          cuide ainsi _pindariser_.»

          MM. Burgaud des Marets et Rathery, dans leur excellente
          édition de _Rabelais_, t. 1, p. 254, sont les premiers
          qui lui ont fait cette restitution. Au 17e siècle, ce mot
          avoit vieilli. (Vigneul-Marville, _Mélanges d'hist. et de
          littérature_, 1re édit., p. 102.) M. J. Chenier le rajeunit
          avec esprit dans son épigramme contre La Harpe, qui, «dans
          un écrit sur la langue révolutionnaire, avoit proscrit le
          verbe _fanatiser_, et avoit posé, comme règle générale,
          qu'aucun adjectif en _ique_ ne peut produire un verbe en
          _iser_»:

               Si par une muse électrique
               L'auditeur est électrisé.
               Votre muse paralytique
               L'a bien souvent paralysé;
               Mais quand il est tyrannisé,
               Souvent il devient tyrannique:
               Il siffle un auteur symétrique,
               Il rit du vers symétrisé,
               D'un éloge _pindarisé_
               Et d'une ode anti-pindarique.
               Vous avez trop dogmatisé:
               Renoncez au ton dogmatique;
               Mais restez toujours canonique,
               Et vous serez canonisé.]

          [Note 260: _Intrigues_, _cabales_. Le recteur Rose, dans sa
          _harangue_, dit au duc de Mayenne: «Ces politiques ont des
          dragons sur les champs qui prennent tous vos pacquets et
          devinent par politique tous vos chiffres..., si bien qu'ils
          sçavent toutes vos _faciendes_, et à Rome, et à Madrid,
          et en Savoye, et en Allemagne...» (_Satire Menippée_,
          édit. Charpentier, p. 106.) De ce mot étoit venu celui
          de faciendaire, que Pasquier (_Recherches de la France_,
          liv. 6, ch. 27) a employé au sujet du pape Pie II: «Homme
          grand _faciendaire_, dit-il, ainsi qu'il l'avoit bien fait
          paroître par ses déportements.»]

          [Note 261: Mot que celui de bandit a remplacé depuis. V.
          notre t. 6, p. 323, note.]

          [Note 262: Quoiqu'on eût mis des entraves à l'établissement
          des banquiers italiens à Paris, ils s'y étoient bientôt
          trouvés en grand nombre. Ils avoient payé la pension de
          15,000 écus sols qu'on exigeoit d'eux au préalable, d'après
          l'ordonnance de Saint-Germain-en-Laye de 1561, et ainsi
          autorisés ils s'étoient mis en mesure de la reprendre
          par fractions sur ceux qui vouloient bien se faire leurs
          clients. Pendant la régence de Marie de Médicis, le
          nombre des banques italiennes augmenta encore à Paris. V.
          notre édition des _Caquets_, p. 40, note, et notre t. 6,
          p. 279-280, note. Toutes les grosses affaires de France
          étoient aux mains de ces hommes d'argent, «sortis du fin
          fond de la Lombardie», comme il est dit dans une pièce de
          notre t. 3, p. 174. Cette pièce, qui roule toute sur les
          malversations des gens de finance à cette époque, Lombards
          ou autres, a pour titre: _La rencontre merveilleuse de
          Piedaigrette avec maistre Guillaume_, etc. Le nom de
          l'auteur nous avoit échappé. Notre ami Ch. d'Héricault
          nous a fait remarquer qu'il se trouve en acrostiche dans
          les vers qui terminent la pièce. Toutes les initiales
          réunies forment NOEL MAURAISIN.--Pour en finir avec
          ces banquiers d'Italie, nous nommerons encore l'un des
          plus célèbres, Lumagna, qui a déjà été cité au passage
          dans une pièce de notre t. 2, p. 99. Mademoiselle de
          Polaillon, veuve de notre résident à Raguse et fondatrice
          de l'institut des filles de la Providence, au faubourg
          Saint-Victor, en 1630 (Tallem., in-12, t. 10, p. 114-116),
          étoit de cette famille, sur laquelle on trouvera de très
          intéressants détails dans les _Oeuvres posthumes de
          Grosley_, _Biographie des Troyens célèbres_, à l'article
          des _Colbert_, qui furent les correspondants des Lumagna.]

De première arrivée qu'ilz entrèrent en France, s'estant faict
recevoir en grace envers la Royne mère[263] qui ne leur manquoit
de rien, se ruèrent sur les plus grands tresors qui fussent en la
France, ou les deniers estoient tous comptéz, sçachant qu'ayant ceux
là incontinent auroient les autres, sans dissimulation, et qu'ayant
les chemins ouverts à leur volonté, fust pour entrer ou pour sortir
de la France, ilz ne pouvoient manquer de mettre en execution tous
leurs desseins, et emporter d'iceluy royaume tout ce qu'ilz avoient à
souhait d'enlever et d'avoir.

          [Note 263: Catherine de Médicis.]

Dont à leur arrivée ayant descouvert la plus belle prinse qui
fust en la ville de Paris, estans conduicts par celuy banquier de
Venise qui faisoit les premières advances au Roy, appuyez de la
Royne mère, s'advancèrent d'usurper et ravir les trois parts du
revenu de l'hostel Dieu de Paris, sans exception de ce que le reste
pourroit devenir, comme disant: «Si pour ce coup nous n'en avons
assez nous prendrons le reste.» Et avec les registres changez et
le numero aussi, rechangèrent les dattes pour au temps advenir ne
s'appercevoir de leurs larrecins, sans avoir aucun soucy de la
vie ou de la mort des pauvres malades qui y surviennent tous les
jours, qui a faute d'estre traictez humainement, ceux qui pourroient
eschaper y demeurent et meurent, mais non pas des Italiens, car il
ne s'en trouve point de pauvres, sinon que de François qui ont esté
appauvris par le pillage fait par telz goulfarins, lesquels pauvres
François errans ça et là par le pays, deshabituez de leurs maisons
par l'execrable outrage commis par iceux, que souz un semblant se
prevaloir de telles calamitéz, ont esté si rudement traictez par
ceux qui les soustenoient, qu'il a fallu que plusieurs ayent quicté
la terre pour le cens. Or, Dieu ayant maintenant sceu l'insolente
poursuyte que telle maligne gent exerçoient contre ses serviteurs,
les a rendus esvanouys de sa lumière, s'enfuyans plus tost de nuict
que de jour, sont tellement eshontez de leurs larcins si manifestes
que rien plus, qui est la cause de leur fuyte et route, sans avoir
nulle discretion du lieu où ilz se doivent arrester, et sont pour le
jourd'huy en telle confusion, que ne se sentans seurement en leur
pays, se delibèrent se retirer en Turquie, qui est le lieu où leur
devotion est du tout adonnée, pour lesquelz ilz ont tant deceuz de
chrestiens, parce que le schisme qui y est apposé, et le scandale par
eux y advenu, dont le Roy, le peuple et les princes sont en telle
dissention, n'est du commencement jusques à la fin provenu de leur
malefice, dont pour se sauver passent les mers pour s'en venir ès sus
dictz lieux de Barbarie, pource que c'est un pays propre à desniaiser
et là où il y a bien à prendre, et sans rendre compte sourdement
desrober, tromper et decevoir les plus fins et habiles, et à faire
sauts et gambades.

  Ilz ont par leur ruse et cautelle
  Deceu l'ame de maint fidelle,
  Pippé le Roy, trompé les princes
  Et pillé toutes les provinces.



_Les ceremonies faites dans la nouvelle chapelle du chasteau de
Bissestre[264], suivant l'ordonnance de Monseigneur l'Archevesque
de Paris, à l'establissement de la pieté et charité du Roy, en la
Commenderie de Sainct-Louis, soubs la conduitte de Monseigneur
l'Eminentissime cardinal duc de Richelieu, pair de France, le jour et
feste de sainct Louis, le 25 aoust 1634._

_A Paris, chez Jean Brunet, ruë Neufve-Sainct-Louis, au Trois de
chifre[265]._

1634. In-8.

          [Note 264: Ce château, bâti au XIIIe siècle, sur
          l'emplacement de la _Grange aux Queux_, par Jean, évêque de
          Wincester, dont le nom, altéré dans le langage parisien,
          devint celui de _Vicestre_ ou _Bicestre_, étoit passé,
          au siècle suivant, entre les mains du duc de Berry,
          frère de Charles VI, qui en avoit fait don au chapitre
          de Notre-Dame. Jusqu'en 1632, il ne changea plus de
          propriétaire. C'est Louis XIII qui l'acheta alors. Il
          tomboit en ruine, et il fallut le rebâtir tout entier.
          «L'an 1632, lit-on dans le _Supplément des Antiquités de
          Paris_ de Du Breuil, 1639, in-4, p. 87, ce château fut
          entièrement rasé jusqu'aux fondements, et de la grande
          place où il estoit on desseigna y faire un lieu pour y
          loger et recevoir les soldats estropiez aux guerres pour le
          service du Roy, et, dès lors, on commença la closture des
          murailles, avec quatre pavillons aux quatre coings, où on
          fit bastir une chapelle qui fut béniste par l'archevesque.»]

          [Note 265: Sur cette enseigne, V. notre t. 6, p. 5, note.]


Il faut confesser avec verité que la France et tous ceux de la lignée
de ce grand et très pieux Roy sainct Louis ont des graces et des
faveurs du ciel qui ne sont communiquées à aucun empire du monde, et
des prérogatives par dessus tous les autres princes de la terre.

Si jamais nous avons remarqué les effets de la providence divine dans
la conduitte d'aucuns de nos Rois, il nous faut admirer ceux que nous
voyons journellement dans les heureux succez des justes entreprises
et affaires (puis que d'autres il n'entreprend) de notre monarque
françois Louis XIII.

C'est Louis le Juste, autant heritier de la piété et de la devotion
de ce grand Roy sainct Louis, que de son sceptre et de sa couronne,
puis que par ses bonnes vie et moeurs, nous voyons autant et plus de
prosperitez dans la France que soubs ce grand sainct son ayeul.

Ce pieux Roy (parangon de toute saincteté) estoit grandement zelateur
de la justice, et judicieux à mesnager de son espargne pour le
soulagement de son peuple. Ne voyons-nous pas aussi que nostre cher
Louis a un singulier soing de ses sujets, tel que celuy qu'un bon
père a de ses enfans?

Toutes les nations de la terre sçavent combien il a ruiné de mauvais
desseins pour asseurer la paix dans son Estat, et la tranquillité
parmy ses peuples.

Sainct Louis, voyant quantitez de desordres et de dissolutions
effrenés de vivres, sans religion, sans justice, sans police, et
sans aucune consideration des sujects, voulut (comme il fit), ayant
donné la paix à son peuple, y apporter un meilleur ordre, ce qui
luy succeda doucement et heureusement: aussi Dieu fortifioit de son
assistance ses sainctes inspirations.

Ne voyons-nous pas les mesmes procedures en ce genereux Roy Louis
XIII, lequel par ses indicibles travaux a terrassé l'heresie qui
troubloit son royaume, et (ainsi que son ayeul S. Louis) a restably
la religion en sa gloire et donné la plus parfaite paix qui aye
jamais esté souhaitée à son peuple, et que maintenant avec ses très
illustres ministres, vrais conservateurs de son Estat, que sa Majesté
n'a plus grande recommandation que d'establir un bon ordre dans son
royaume, d'y entretenir la vraye religion de ses pères, et faire
regner la justice pour la conservation de ses sujets?

Ainsi par la consideration de ses belles, genereuses et pieuses
actions, son peuple le doit justement appeler leur père, la noblesse
son prince, les lois leur gardien et tuteur, la France son Roy, son
eglise galicane son protecteur et deffenseur, et les pauvres l'autel
commun des affligez.

Entre toutes les vertus de sainct Louis, son historiographe rapporte
qu'il estoit fort judicieux à bien recognoistre et recompenser les
bons offices, et services qui luy estoient rendus avec affection et
fidelité.

Se peut-il trouver aucun qui ayant tant soy peu manifesté son
affection au service de nostre bon prince qui n'aye reçu de sa
Majesté toutes sortes de contentement, d'amour et de recompenses, et
voire mesme plus que jamais ils n'en eussent esperé, tant son bon et
royal naturel est porté à recognoistre par ses bienfaits ses bons et
fidèles serviteurs?

Se peut-il voir encore un plus grand amour de charité que celuy
que sa Majesté a de nouveau estably d'une commenderie fondée au
nom de son ayeul sainct Louis, au lieu et place du chasteau de
Bissestres[266], en laquelle, par l'ordre et conduitte de ce prudent
et très genereux cardinal duc de Richelieu, judicieux pilote de son
Estat, y doit estre admis pour estre nourris et entretenus tous les
pauvres soldats que le sort de la guerre a rendu infirmes, et hors de
pouvoir gaigner leurs vies[267]?

          [Note 266: «L'an 1633, lit-on encore dans le _Supplément_
          de Du Breul, p. 87, le Roy fit une déclaration par laquelle
          il se déclaroit fondateur d'une commanderie qui se
          commençoit avoir lieu sous le nom de Sainct-Louys, et dès
          lors les allignements furent pris pour les bastiments, qui
          doivent être en quarré...»]

          [Note 267: La maison de la _Charité chrestienne_, fondée
          par Nicolas Houel, rue de Lourcine, avec le patronage
          royal de Henri III et de son successeur, avoit été le
          premier asile qu'on eût ouvert aux soldats invalides.
          V. notre t. 6, p. 64-65, note, et Isambert, _Anciennes
          lois franç._, t. 14, p. 599; t. 15, p. 301. Pendant la
          Fronde, Bicêtre leur servoit encore de refuge; mais une
          partie des bâtiments, qui s'étoient construits à grand
          peine et surtout lentement, car en 1639 ils étoient loin
          d'être achevés, souffrirent beaucoup des troubles: ils
          furent presque démolis. Les invalides, réfugiés dans ce
          qui avoit été respecté, furent sollicités à la révolte
          par les Frondeurs. Ils s'y seroient laissé entraîner
          si, lit-on dans une _mazarinade_, l'influence factieuse
          n'eût été heureusement combattue «par un ecclésiastique
          de grande maison, qui, avec un autre ecclésiastique et un
          maréchal de France, avoit été chargé de la conduite de
          Bicêtre.» (_Remontrance au peuple par L. S. D. N. L. S.
          C. E. T._, 1649, in-4.)--Jusqu'en 1656 les invalides y
          restèrent. Cette année-là, par ordonnance royale en date
          du 27 avril, les _enfants trouvés_ durent prendre leur
          place, «en attendant, lit-on dans l'ordonnance, que les
          pauvres fussent renfermez, à quoy les lieux et bastiments
          de Bicestre ont été par nous affectez, revoquant, en tarit
          que de besoin seroit, tous autres brevets et concessions
          qui pourroient en avoir été obtenus en faveur des _pauvres
          soldats estropiez_.» Quelque temps après, Bicestre
          recevoit sa part des dix mille pauvres dont on avoit fait
          raffle dans les rues de Paris. V. notre édit. du _Roman
          bourgeois_, p. 311, note.]

Or, comme les principales intentions de ce grand Roy et de cet
esminent cardinal sont de commencer toutes choses pour la gloire
de Dieu, à celle fin que tout ce qui reste à faire en succèdent
mieux, Sa Majesté auroit donc voulu qu'après les enlignements de
cète charitable place auroient estez pris, suivant le dessein qui en
a esté faict par l'ordre de Monseigneur l'eminentissime cardinal,
à qui elle a confié la conduite de ceste piété, qu'on commença à
la construction d'une petite chapelle qui seroit nommée du nom de
son ayeul sainct Louis, à celle fin que dans icelle, en atendant le
bâtiment de l'eglise qui doibt estre dans le lieu, que les ouvriers
et autres y fissent leurs exercices de devotion, et voulant sa dite
Majesté que, pour ce faire, le service divin commençast à s'y dire le
jour et feste de Sainct-Louis.

Pour mettre en exécution la pieuse devotion du Roy, le sieur de
Saint-Germain, choisi pour ses merites, tant par sa Majesté que par
mon dit seigneur l'eminentissime cardinal, pour la direction et
conduite du bastiment de ceste commenderie, auroit en toute diligence
fait bastir et eslever une chapelle dans le milieu du dessein, où
doit estre basty la grande eglise de ceste place, et par la grande
diligence qu'il auroit fait apporter, ceste chapelle a esté en cinq à
six jours en estat d'un lieu de dévotion.

Or, comme il faut que toutes choses soient reglées selon les cas,
et notamment celles qui regardent le culte divin, cette chapelle,
ainsi promptement ediffiée, et en estat d'y celebrer la sainte messe,
suivant la volonté du Roy, ledit sieur de Saint-Germain en auroit
donné advis à Monseigneur l'illustrissime archevesque de Paris, pour
obtenir de luy la permission de faire celebrer en cette dite chapelle
le service divin, et de nommer qui luy plairoit pour ce faire.

Son illustrissime reverance, pour satisfaire à la devotion de sa
Majesté, auroit commis messieurs le Grand Penitentier et Promoteur
pour se transporter sur les lieux du chasteau de Bissestre, avec
monsieur Davou, l'un des chanoines de l'eglise Nostre-Dame, pour
voir et visiter si ladite chapelle, bastie dans ce dit lieu, estoit
en estat requis d'y celebrer la sainte messe, pour à leur rapport en
ordonner ce que de raison, attendu l'importance de ceste place, qui a
esté par cy-devant l'azille et le receptacle des mauvaises actions de
personnes mal vivantes.

Pour ce faire, les dits sieurs Grand Penitentier, Promoteur et Davou,
se transportèrent sur les dits lieux du chasteau de Bissestre, le
mercredy sur les quatre heures après midy, 23 juillet 1634, et après
que ledit sieur de Sainct-Germain leur eust fait entendre qu'elle
estoit la volonté du Roy et de Monseigneur l'eminentissime cardinal
duc, il leur fit voir en quel estat ladite chapelle estoit.

Les dits sieurs commissaires voyant le peu qui restoit à faire pour
mettre en estat ladite chapelle, pour y celebrer la saincte messe
le jour et feste de Sainct-Louys, ainsi qu'estoit la volonté de sa
Majesté, et sur les asseurances que leur auroit données ledit sieur
de Sainct-Germain de faire orner richement la dite chapelle de
tout ce qui seroit necessaire pour une si celèbre action, lesdits
sieurs commissaires en auroient fait leur rapport au dit seigneur
archevesque.

Surquoy il a esté ordonné que le curé de Gentilly, comme estant
pasteur dans l'estenduë de ceste chapelle du chasteau de Bissestre,
commenceroit, avec ses prestres habituez et autres, les ceremonies de
l'establissement de la devotion dans ce lieu, par une benediction,
suivant ce qui est prescript dans le manuel de l'eglise de Paris, et
en suitte de ce, les premières vespres de l'office de sainct Louys,
dont la dite chapelle doit porter le nom, le lendemain les matines
du jour et la grand'messe, et ainsi tout le reste de l'office de la
ferie.

Pour l'ornement de ceste chapelle, ledit sieur de Sainct-Germain y a
fait porter une quantité de ses riches tableaux de devotion; plus, a
aussi par sa vigilance recherché les plus beaux et riches ornemens
qui luy a esté possible, pour la celebration du service divin.

Et le tout estant ainsi richement paré de tapisseries, beaux
tableaux, et d'exquis ornements, les ceremonies se sont devotement
faictes, suivant l'ordonnance dudit seigneur archevesque.

A cet establissement de devotion y est accouru un nombre infini de
peuples, tant de la ville que des faux-bourgs de Paris, qui y ont
fait prières à Dieu pour le Roy, et ont admiré et loué la grande
charité de sa Majesté, et le grand zèle dudit seigneur cardinal duc.

Ce grand Roy imitant donc les actions du debonnaire et pieux sainct
Louis, elles seront tousjours agréables à Dieu, et regnera selon son
coeur.

Ce qui nous oblige estroitement (pour ne rien oublier de ce qui est
de nostre devoir) de considerer tout ce que nous luy devons, et luy
offrir en holocauste d'amour nos coeurs impollus de toutes affections
estrangeres, n'estant nez François que pour luy et ses successeurs;
que nos voeux et nos prières fructifient du germe d'un sainct amour,
pour les porter droict au ciel, pour impetrer de ceste sagesse
immense qui tient le coeur des Roys en sa main qu'elle conserve
tousjours son cher Louis, nostre Salomon françois, nourrisson des
anges, et que son regne soit tousjours rempli de gloire et de
prosperité.

Les maistres entrepreneurs et ouvriers de ce superbe bastiment,
voulans contribuer de leur part à cette devote ceremonie, ont
presenté à leur patron sainct Louis, dans ce lieu, un haut et
puissant May, auquel sont attachées en grands tableaux les armes
de sa Majesté d'un costé, et celles dudit seigneur cardinal duc de
l'autre.



_Discours nouveau de la grande science des femmes, trouvée dans un
des sabots de maistre Guillaume._

       *       *       *       *       *

  Maistre Guillaume est amoureux
  Pour le jourd'huy, las! quand j'y pense,
  Car de recueillir est soigneux
  Des femmes les belles sciences.

       *       *       *       *       *

M.D.C.XXII[268]. In-8.

          [Note 268: Nous donnons cette pièce, beaucoup moins à cause
          de son intérêt, qui, nous en convenons, est à peu près nul,
          que comme un nouveau spécimen du genre de plaisanteries
          lourdes et pédantes alors populaires à Paris. Cette pièce,
          en effet, est de celles qui se crioient par les rues et sur
          le Pont-Neuf, où maistre Guillaume les vendoit lui-même.
          V. notre t. 4, p. 53-84. L'Estoile, qui aimoit à faire
          collection de ces sortes de niaiseries, n'a pas oublié
          celle-ci: «On m'a donné, dit-il, trois fadèzes nouvelles,
          qu'on crioit par les rues, _D'un gentilhomme de Savoye
          defendu des voleurs par son chien_; LA SCIENCE DES FEMMES,
          TROUVÉE DANS UN DES SABOTS DE MAISTRE GUILLAUME; et un
          _nouveau miracle_ avenu près de Barcelonne, _de deux enfans
          mangés d'un pourceau, et de deux autres brûlés par la
          mère, dans son four, sans y penser_.» C'est sous la date
          du 13 mars 1607 qu'il a écrit cela dans son _Journal_, et
          notre pièce porte celle de 1622. Ainsi, non seulement ces
          sottises se vendoient, mais se vendoient bien, et l'on en
          faisoit de nouvelles éditions! M. G. Brunet a consacré à
          ces canards du temps passé un intéressant article dans le
          _Bulletin de l'alliance des arts_. (25 décembre 1843.)]


Maistre Guillaume, c'est donc maintenant, à ce que je voy, que vous
estes amoureux. A ce que je peux estimer en moy mesme, vous y mettez
vostre esprit et amitié, pour ce jour'huy, car je ne vous avois point
encor ouy tant les exalter de leurs sciences, comme vous faites à
present, tous les prisez plus que n'a fait un Draco le sevère, ny un
Solon le sage, mesme plus qu'un Lycurgue l'austère, ny un Charondas
le prudent. Bref, maistre Guillaume, vous les prisez plus que n'ont
jamais fait les poëtes anciens; toutes fois, maistre Guillaume, je
vous en scay bon gré, car je represente à mes yeux l'obeissance de
Griselidis, laquelle estoit si remplie de tant d'honorable science
envers Gautier, marquis de Saluces, qui estoit son mary et espoux, et
aussi la belle Gillette, qui estoit fille d'un medecin de Narbonne,
qui a par sa belle science montré une infinité de beaux enseignemens
et de belle doctrine. Vous avez leu, maistre Guillaume, à ce que
je vois, l'hystoire du roy Chilperic, lequel ne fit difficulté
d'espouser Fredegonde, ores qu'elle fust fille d'un pauvre homme
de basse qualité. Ce souverain personnage la prist, voyant sa belle
science; toute fois, M. Guillaume, je vous supplie m'excuser, vous
suppliant très affectueusement de me declarer le contenu de vostre
discours, vous baisant et demeurant vostre très affectionné, I. G.

--Qui es-tu, amy lecteur, qui pour ce jourd'huy m'interroge par tes
supplications, que je t'aye à discourir de la science des femmes?
Il me semble à ton parler que tu te veux sentir, soit du lignage
ou autrement, de ce _Soldat françois_[269], car à t'ouyr parler me
semble qu'il te faudroit bailler une hallebarde, car il t'avient
bien à commander. Va, va estudier, demandeur de science, ce n'est
pas à toy à qui j'en dois rendre responce. Toy qui n'as jamais fait
qu'escumer la marmite, penses-tu sçavoir que c'est que la science?
Et va, va estudier, sans t'amuser à la cuisine, puis tu trouveras
comme moy la grande science des femmes, que j'ay si soigneusement
recueillie dans plusieurs livres, et si très soigneusement conservée
et gardée dans l'un de mes sabots, et enfermée souz la clef dans
mon cabinet, tant peur j'avois de la perdre. Lis, mon amy, avec une
grande affection ce beau passage de saincte Susane, qui remplit
de tant de belle science; elle n'appeloit jamais son mary que son
seigneur. Saint Hierosme raconte aussi de la grande science des
femmes des Indiens, et de l'amitié qui portoient à leurs maris.
Entr'autres il recite de la femme d'Asdrubal, voyant le feu en une
maison où estoit son mary, de la grande amour qu'elle portoit à son
mary, se jetta dedans le feu; Nicerat en fit autant quand elle vit
son mary mort; Tisbée en fit autant quand elle vit son amy Piramus
mort. Croy, mon amy, qu'il y a bien de la science à d'aucunes femmes,
les unes au bien et les autres au mal. Les unes ont une science
parfaite en gouvernant honorablement leur mesnage, vivent avec un
amour enrichi d'une ferme foy, d'un courage invincible et d'une
amitié non-pareille. Bref, mon amy, il ne te faut user de tel propos
envers moy, car tu te trompes fort de dire que je suis amoureux.

          [Note 269: Le livre du _Soldat françois_, qui, en 1607,
          époque de la première edition de cette pièce, faisoit
          beaucoup de bruit.]


_Le Lecteur._

Mais, maistre Guillaume, ne vous faschés contre moy, je vous prie,
car je sçay veritablement que je ne suis pas digne de disputer contre
un tel personnage que vous, car je vous tiens pour un homme docte et
sçavant et pour un homme qui a autant leu qu'homme de vostre robe;
parquoy, maistre Guillaume, je vous voudrois bien demander, puis que
les femmes ont de tant belle science, si s'est science à d'aucune
femme de laisser leurs maris, comme je vous veux faire entendre.
C'est que j'estois dernierement en la bonne ville de Paris, où je
beuvois à un cabaret chopinette; j'escoutois la complainte de trois
pauvres savetiers, qui disoient l'un à l'autre que leurs femmes les
avoient laissez. L'un se plaignoit bien plus que les autres, car il
disoit que sa femme s'en estoit allée avec son valet, et qu'elle
luy avoit emporté ses habillemens et l'argent qu'il avoit espargné
pour avoir du cuir. L'autre aussi se plaignoit que la sienne luy
avoit tout son meuble et mesmes qu'elle avoit jusques au custode[270]
du lict vendu, et qu'il ne sçavoit où elle estoit allée. L'autre
se plaignoit que la sienne avoit trop de cousins et qu'il n'estoit
par maistre en sa maison, et que le plus souvent estoit chargé.
Bref, c'est tout autant que l'on fait d'ouyr parler des femmes qui
ont delaissé leurs maris. Je ne trouve pas, maistre Guillaume, que
c'est belle science, mais bien plustost c'est une science vilaine et
deshonnete.

          [Note 270: Rideaux de lit. On lit dans Du Lorens, satire
          VII, p. 167:

               Ils lui baillent souvent le fouet sous la _custode_.

          V. aussi p. 176. Ce mot étoit du féminin, et non du
          masculin, comme on le donne ici. Peut-être vient-il de
          _cultz_, couche, qui se trouve dans la _Chanson de Roland_,
          ch. 3, v. 686. Avant que le mot _alcôve_ nous fût arrivé
          d'Espagne et eût été introduit dans notre langue par les
          Précieuses (V. Walckenaer, _Mém. sur la vie de Madame de
          Sévigné_, t. 2, p. 387), c'est _custode_ qui se prenoit
          dans le même sens. La _mazarinade_ qui a pour titre: _La
          custode du lit de la reine_, est fameuse. On devine les
          scandales qu'elle raconte.]


_Maistre Guillaume._

  Je n'entends pas parler, parlant de la science,
  Des femmes abandonnées à la volupté;
  Je parle de ceux-là qui ont fidelité,
  Qui ayment leurs maris avecque patience.



_Les amours du Compas et de la Règle, et ceux du Soleil et de
l'Ombre, à Monseigneur le cardinal duc de Richelieu._

_A Paris, chez Jean Camusat, rue Sainct-Jacques, à la Toison d'Or._

M.DC.XXXVII. In-8.

_Avec privilége du Roy_[271].

          [Note 271: M. Leber possédoit cette pièce, qui se trouve
          comprise sous le nº 4320 du _Catalogue_ de sa bibliothèque,
          t. 2, p. 300. Il n'a pas dit de qui elle est, nous ne
          le dirons pas davantage. On en trouva une copie dans
          les papiers de Charles Perrault, ce qui fit croire par
          quelques personnes qu'il en étoit l'auteur; mais c'est tout
          simplement impossible: la date du poème suffit pour le
          prouver. En 1637, Charles Perrault n'avoit que neuf ans,
          et il n'y avoit alors que le petit Beauchâteau capable de
          faire, surtout de pareils vers, à cet âge-là. C'est à cause
          de la singularité du poème et de sa rareté que Ch. Perrault
          en avoit sans doute pris copie. L'_autographe_ de 8 pages
          in-fol. accompagné d'un dessin représentant le _génie de
          la règle_ se trouve indiqué dans le _Catalogue d'une belle
          collection d'autographes_, etc. (16 avril 1846), p. 53, nº
          363.]


    Animé du beau feu d'une gentille audace,
  D'un pied libre je cours aux vallons du Parnasse,
  Et la Muse, en riant, me conduit par la main,
  Où ne marcha jamais le Grec ny le Romain.
  Richelieu, dont les soins embrassent tout le monde,
  Merveille de nos jours en merveilles feconde,
  Et des temps à venir futur estonnement,
  Au recit de mes jeux donne quelque moment,
  Imitant le soleil, quand mille espaisses nues
  Trainent parmy les airs leurs flottes continues,
  Qui, sans voir les mortels, n'esclairant que les cieux,
  Par fois perce le voile et se montre à nos yeux.
    Dedale n'avoit pas de ses rames plumeuses
  Encore traversé les ondes escumeuses,
  Par un art qui d'un Roy le rendit triomphant,
  Du père le salut et la mort de l'enfant[272];
  Il n'avoit pas encor, pour la lubrique rage,
  Assemblé de cent bois l'incestueux ouvrage[273]
  Qui fut du lict royal le reproche éternel
  Et rendit l'artisan celèbre criminel,
  Quand sa soeur, admirant sa subtile nature,
  Luy presenta Perdix, sa douce nourriture,
  Pour polir son neveu par ses doctes leçons
  Et le rendre sçavant entre ses nourrissons.
  L'enfant monstra soudain une ame industrieuse,
  Capable de conseil, prompte, laborieuse;
  Et le soleil, passant par ses claires maisons,
  A peine eut quatre fois produit quatre saisons,
  Que ses habiles mains, heureusement guidées
  Par un esprit fertil en nouvelles idées,
  Formèrent un amas d'ouvrages curieux.
  Que Dedale admira, puis en fut envieux.
    Perdix, un jour, épris de l'amour de l'estude,
  Cherchant pour en jouyr l'heur de la solitude,
  Après mille détours, coucha ses membres las
  Sur le sueil bien-aymé du temple de Pallas;
  Soudain (qui le croira?), comme de sa cervelle
  Jupiter fit sortir cette docte pucelle,
  Nasquirent du cerveau du jeune vertueux
  La scie et le compas, deux enfans monstrueux,
  Mais dont l'utilité, dans les arts secourable,
  Rend du père à jamais la mémoire adorable.
    La scie, en forme d'arc, d'un cry continuel,
  D'un naturel entrant, et mordant, et cruel,
  Monstroit un rang de dents, long suplice des arbres,
  Et capable d'ouvrir le coeur mesme des marbres.
  Son frère le compas fut pourveu seulement
  De jambes et de teste, et marcha justement,
  Tournant de tous costez par ordre et par mesure,
  Et toujours de ses pas traçant quelque figure.
    Dedale, qui cherchoit l'apprentif egaré,
  Enfin l'appercevant sur le seuil adoré,
  Vid le moment natal de ces monstres utiles
  Qu'enfantoit son neveu de ses temples[274] fertiles.
  Une rougeur jalouse en son front s'épandit,
  Et, craignant que par eux il n'entrast en credit,
  Soudain de la raison il rejetta l'usage.
  L'impiété naquit en son triste courage.
  Le respect de sa soeur en vain fit son effort,
  Du gentil innocent il medita la mort.
  (D'une aspre jalousie abominable exemple!)
  Il le precipita de la voute du temple.
  Mais Pallas, qui prend soin des esprits vertueux,
  De la cheute arresta le cours impetueux;
  Transformant en oyseau cet ouvrier admirable
  Que la fecondité seule avoit fait coupable[275].
  La scie et le compas, temoins de son malheur,
  Sentirent l'aiguillon d'une vive douleur;
  Puis redoutant les traits de l'envieuse rage,
  Afin de garantir les restes du naufrage,
  Changèrent leur regret au soin de se sauver.
  La scie, estant sans pieds, ne peût se soulever;
  Et, grondant de dépit de se voir eschoüée,
  En accusa le ciel d'une voix enroüée.
  Dedale, qui la vid avec ses yeux ardens,
  Par mille longs travaux usa toutes ses dents,
  Puis retailla d'un fer ses bresches abbatues.
  Le compas se sauva sur ses jambes pointues,
  Et d'un soin prevoyant, s'estant mis à courir,
  Un seul trait ne marqua qui le peût découvrir.
  Dedale, trop subtil, eust reconnu ses traces;
  Mais, comme un giboyeur monté sur des eschasses,
  Qui sans mouiller ses pieds traverse les marests,
  D'un pas viste et leger arpenta les guerets.
  Enfin, se trouvant las et loin de la tempeste,
  Contre le tronc d'un chesne il appuya sa teste,
  Pleurant son père mort et le sort de sa soeur;
  Puis d'un sommeil paisible il sentit la douceur.
  Le soleil, connoissant sa gentille nature,
  Et prevoyant l'eclat de sa race future,
  Par un songe luy dit: «Lève toy de ce lieu:
  Tu seras digne espoux de la fille d'un Dieu.»
  (Souvent contre l'espoir les Deitez prospères
  Font naistre le bonheur au fort de nos misères.)
  Le compas glorieux se reveille en sursaut,
  Emeu de cette veüe et d'un honneur si haut.
  Il rend grace au soleil, et, ferme comme un aigle,
  Le regarde et s'en va, puis rencontre la règle,
  Droitte, d'un grave port, pleine de majesté,
  Inflexible, et surtout observant l'equité.
  Il arreste ses yeux, la contemple et s'estonne.
  Aussi tost, pour l'aymer, son ame l'abandonne.
  Et, sans se souvenir des propos du soleil,
  Adore ce miracle et le croit sans pareil.
  Il l'abborde, et, remply d'un honneste assurance,
  Tournant la jambe en arc, luy fait la reverence.
  Pour rendre le salut qu'il donnoit humblement,
  Elle ne daigna pas se courber seulement.
  Pour vaincre ses rigueurs, il luy tint ce langage:
  «O vous dont la beauté dans ses chaisnes m'engage,
  Soulagez, par pitié, mes desirs vehemens,
  Et mille biens naistront de nos embrassemens.
  Perdix, ce rare esprit, me donna la naissance;
  N'ayez pas à mepris mon utile alliance.»
  La règle, pour regler ses voeux ambitieux,
  Luy dit: «Mon origine est mesme dans les cieux;
  Celuy dont je tiens l'estre entre les Dieux se nombre,
  Je nâquis des baisers du soleil et de l'ombre.
    «Un jour, parmy les Dieux mon père se vantoit
  Que rien dans l'univers ses regards n'evitoit:
  Celui des immortels qui preside aux messages
  Luy dit: «As-tu veu l'ombre en tous tes longs voyages,
  «Cette brune agreable, et de qui les douceurs
  «Sont les plus chers plaisirs des doctes, des chasseurs,
  «Et de tant de mortels qui la trouvent plus belle
  «Que tes plus beaux rayons, que l'on quitte pour elle?»
  Le soleil fut surpris, et ce père du jour
  Sentit naistre en son coeur et la honte et l'amour;
  Du desir de la voir son âme est embrasée.
  Il la cherche partout, croit sa conqueste aisée.
  Mais l'ombre habilement evitoit ses regards.
  Cette froide beauté fuyoit de toutes parts.
  Sa course s'avançoit d'une invisible adresse.
  Il la suit, elle fuit d'une egale vistesse.
  Il double en son ardeur ses efforts vainement,
  Tous les corps s'opposoient à son contentement.
  Il pense la tenir, sans la voir il la touche,
  De ses rayons aigus il joint cette farouche.
  Enfin, ne pouvant mieux soulager sa langueur,
  En courant il la baise en toute sa longueur.
  Et parmy les baisers de cette douce guerre,
  De leur droite union je naquis sur la terre.»
    Le compas ressentit un plaisir nompareil,
  La connoissant alors pour fille du soleil.
  Il vid naistre l'espoir d'acquerir sa maistresse,
  Roulant en son esprit la divine promesse.
  Doncques, remply d'audace, il luy tint ce discours:
  «Et ce mesme soleil m'a promis vos amours.
  --Quoy! dit-elle en riant, je serois la conqueste
  D'un amant qui n'auroit que les pieds et la teste?
  Mon père, si puissant, m'imposeroit la loy
  De recevoir pour maistre un tel monstre que toy?
  Va presenter ailleurs tes impuissantes flammes,
  Amant trop inhabile au service des dames.
  --Toutefois nos amours, repliqua le compas,
  Produiront des enfans qui vaincront le trepas.
  De nous deux sortira la belle architecture,
  Et mille nobles arts pour polir la nature.
  --N'espère pas, dit-elle, ébranler mon repos,
  Ou, pour authoriser tes estranges propos,
  Tache à plaire à mes yeux par quelques gentillesses,
  Et monstre des effets pareils à tes promesses.»
  Le compas aussi tost sur un pied se dressa,
  Et de l'autre, en tournant, un grand cercle traça.
  La règle en fut ravie, et soudain se vint mettre
  Dans le milieu du cercle, et fit le diamètre.
  Son amant l'embrassa, l'ayant à sa mercy,
  Tantost s'elargissant et tantost raccourcy;
  Et l'on vid naistre alors de leurs doctes postures
  Triangles et quarrez, et mille autres figures.
    Richelieu, c'est assez, j'abuse de ton temps,
  Repren le fil laissé de tes soins importans.
  France, son cher soucy, pardon si je l'amuse
  De contes enfantez d'une riante muse[276].

          [Note 272: On sait qu'enfermé avec son fils Icare dans le
          Labyrinthe, il parvint à se sauver avec les ailes qu'il
          inventa, tandis que son fils périt.]

          [Note 273: C'est lui qui avoit fabriqué la fameuse vache
          dans laquelle s'enferma Pasiphaé, amoureuse du taureau.]

          [Note 274: C'est-à-dire de ses _tempes_, de sa tête.]

          [Note 275: V., pour le meurtre de Perdix par Dedale, et sa
          métamorphose en perdrix, les _Métamorphoses d'Ovide_, liv.
          8, v. 244 et suiv.]

          [Note 276: Ce poëme, dont il n'est pas besoin de faire
          remarquer l'académique ingéniosité, est bien du temps où
          l'on sembloit s'évertuer à refaire des _Métamorphoses_
          à la façon de celles d'Ovide; où l'on voyoit Habert de
          Cerizy composer la _Métamorphose des yeux de Philis en
          astres_, 1639, in-8 (V. _Roman bourgeois_, édit. elzevir.,
          p. 149, note); où l'abbé Cotin écrivoit _Uranie_ ou la
          _Métamorphose d'une nymphe en orange_, poëme à la suite
          duquel il donnoit les _Amours du Jour et de la Nuit_, par
          le comte de Cramail. V. notre travail sur celui-ci, _Revue
          française_, t. 2, p. 287.]



_Ennuis des Paysans champestres, addressez à la Royne regente._

M.DC.XIIII. In-8.


MADAME,

La crainte que nous avions que le peu de merite de noz rustiques
personnes destournat vos oreilles pour oüyr et entendre les echoz
pitoyables de nos particulieres plaintes et generalles complaintes
rendoit du commencement nos attentes suspectes de recevoir de là
nos consolations esperées. Mais estant ainsi que Vostre Majesté
tant humaine reçoit si volontiers les très-humbles requestes et
supplications de ses sujects, ceste seule consideration nous donne
presentement l'asseurance de luy parler et faire grossièrement
entendre la cause de nos ennuys. Nous pensions pour long-temps estre
bien asseurez en nos cabanes rurales, jouyssant de l'amiable repos
que ce grand et invincible guerrier, nostre deffunct et très-honoré
maistre, avoit procuré à son peuple[277]. Mais ne pouvant les envieux
de nostre prosperité longuement entretenir en France ce bien
inestimable de la paix, de la quelle nous respirions si doucement
les doux zephires avec une extrême crainte de la perdre, nous voyons
presentement, helas! des presages dangereux de sa prochaine ruyne.
Les ressentimens que nous avons encore des afflictions passées et
des anciennes guerres intestines nous debilitent entierement le
coeur et le courage en l'apprehension des futures, de telle sorte
et manière que nous n'avons aucun goust pour savourer les biens que
liberalement le ciel en ceste presente année eslargira aux enfans de
la France. Nous parlerons à vous, Madame, encore que ne soyons que
pauvres paysans et gens rustiques nourris à la champestre, de vile
et basse condition, des quels la pointe et la portée du jugement au
respect de celuy de vos experimentez Conseillers d'Estat ne s'estend
et n'outrepasse la veüe des clochers de nos villages, mais pourtant
nous avons ceste maxime bien avant engravée en l'ame, ressentant
le naturel des simples; mais des bons et legitimes François, que
quiconque se dit subjet du roy ne se doit jamais forligner de la
fidelité qui luy doit inviolablement garder; et comme il est vray
que les vrays sujets d'un prince ne peuvent estre tels que par
l'obeïssance et par la foy solide qui les rend obligez à son service,
il faut estimer ceux-là n'estre legitimes sujets, qui abandonnent
le soing qu'ils doivent avoir de l'Estat et de la personne de leur
souverain pour embrasser leur propre lucre de leur particulier
interest, et la seule elevation de leur gloire; et alors, ainsi
desguisez, n'estans plus que serviteurs affectionnez entre deux
levres, delaissent ce qu'ils devroient estre et deviennent comme
noircis, amoureux de leurs vaines et frivolles intentions. Nous nous
garderions bien d'ecrire et de parler de ceste sorte, n'estoient les
misères de la guerre que nous apprehendons[278], et particulierement
l'affection que nous portons au roy, nostre bon seigneur et maistre,
la quelle, par force et de son authorité, extorque et attire toutes
ces parolles du coeur, de bouche et de la plume. Nous ne craignons
point tant les esclairs ny les bruits des effroyables tonnerres,
qui souventes fois esbranlent nos maisons et renversent les tours
et clochers de nos paroisses, que les espouvantables alarmes qui
s'engendrent au son du tocsin, le plus souvent de nuict au milieu
de nostre repos, ores de jour au milieu de nos sueurs, peines,
labeurs et travaux. Point tant ne nous attristent les gresles, ny les
gelées de may, ny les coulanges[279] de juing, qui nous apportent
coustumierement la cherté des vivres, que l'inhumanité des soldats
et desloyauté des goujards[280] qui tuent, qui molestent, qui
violent, qui bruslent, qui destruisent, rançonnant le bon-homme[281],
et luy font dix mille violences, pour luy faire, à force de coups,
qui de pieds, qui de mains, qui de bastons, qui de glaives, qui de
dagues, qui de poignards, confesser où est son pauvre bien caché,
mussé, enterré et transporté hors de sa maison. Nous ne pouvons
alors nous servir contre ces cruautez barbaresques d'autres armes
ny moyens que d'obeyssance, force de larmes inutiles et de vaines
prières. Cela destournant tout le cours de nos petites intentions,
estant la cause le plus souvent de la sterilité de nos terres, de
la vente de nos biens et heritages à vil prix, de la perte de nos
causes et procez, faute d'avoir de quoy faire presens à nos advocats
et procureurs pour la recommandation de nos affaires; bref, de tout
nostre malheur. Et puis qu'il plaist maintenant à la fortune et
inconstance des temps de nous faire payer à usures l'interest de
l'aise de Bontems et du repos duquel elle nous avoit faict joüyr par
l'espace de vingt années et plus, nous ne pouvons avoir autre recours
qu'à vous, Madame; nous vous offrons maintenant nostre coeur affligé,
qui parle à vous, et vous représente, malgré que nous ayons, les
registres des maux que desjà nous font ressentir les estincelles de
ces esmotions intestines, qui s'allument en ce royaume et se trament
sur la division de nos princes. Que si Dieu veut tant affliger la
France de permettre, pour nos offenses, qu'elle se voye ensanglantée
du sang de ses enfans par l'entremise d'une guerre civile, ce que
nous prions journellement qu'il n'advienne, à tout le moins vos vrays
et legitimes sujets vous feront aysement cognoistre en tout lieu,
place et occurrence, par leur constance genereuse, que leurs volontez
n'auront jamais pour guides que les commandemens de Vos Majestez,
pour loy que vos desirs, et pour but que vostre contentement et
service, protestant dès à present aux pieds du roy et de Vostre
Majesté, Madame, qu'ils auront autant de courage pour mourir en la
deffence de leur prince, qu'ils ont eu de coeur à vivre durant la
paix, en vous servant, affectionnant et craignant.

          [Note 277: Il est bien vrai que les dernières années du
          règne de Henri IV furent l'époque la plus heureuse pour
          les campagnes. On trouve un tableau délicieux de cette
          prospérité des champs aux premières pages des _Mémoires_
          de l'abbé de Marolles. M. Sainte-Beuve l'a déjà cité
          dernièrement dans un article sur l'_Histoire d'Henri IV_,
          par M. Poirson (_Moniteur universel_, 16 février 1857);
          nous ne pouvons mieux faire que de le reproduire aussi à
          propos des regrets de ces pauvres _paysans champêtres_:
          «Je revois, dit l'abbé de Marolles, avec un plaisir non
          pareil, la beauté des campagnes d'alors; il me semble
          qu'elles étoient plus fertiles qu'elles n'ont été depuis,
          que les prairies étoient plus verdoyantes qu'elles ne sont
          à présent, et que nos arbres avoient plus de fruit... Le
          bétail étoit mené sûrement aux champs, et les laboureurs
          versoient les guérets pour y jeter les blés que les leveurs
          de taille et les gens de guerre n'avoient pas ravagés. Ils
          avoient leurs meubles et leurs provisions nécessaires, et
          couchoient dans leur lit. Quand la saison de la récolte
          étoit venue, il y avoit plaisir de voir les troupes de
          moissonneurs, courbés les uns près des autres, dépouiller
          les sillons, et ramasser au retour les javelles, que les
          plus robustes lioient ensemble, tandis que les autres
          chargeoient les gerbes dans les charrettes et que les
          enfants, gardant de loin les troupeaux, glanoient les épis,
          qu'une oubliance affectée avoit laissés pour les réjouir.
          Les robustes filles de village scioient les blés, comme
          les garçons, et le travail des uns et des autres étoit
          entrecoupé de temps en temps par un repas rustique, qui se
          prenoit à l'ombre d'un cormier ou d'un poirier qui abattoit
          ses branches chargées de fruits jusqu'à la portée de leurs
          bras.» Le bon abbé donne un peu plus loin quelques détails
          particuliers à cette belle province de Touraine, où il
          étoit né en 1610. Il avoit donc dix ans à l'époque fortunée
          dont il fait la description, et c'est ce qui en explique le
          charme. Son style prosaïque ne pouvoit se colorer qu'aux
          souvenirs de l'enfance: «Après la moisson, dit-il, les
          paysans choisissoient un jour de fête pour s'assembler
          et faire un petit festin qu'ils appeloient _l'Oison de
          métive_ (moisson); à quoi ils convioient non seulement
          leurs amis, mais encore leurs maîtres, qui les combloient
          de joie s'ils se donnoient la peine d'y aller. Quand les
          bornes gens faisoient les noces de leurs enfans, c'étoit un
          plaisir d'en voir l'appareil; car, outre les beaux habits
          de l'épousée, qui n'étoient pas moins que d'une robe rouge
          et d'une coiffure en broderie de faux clinquant et de
          perles de verre, les parents étoient vêtus de leurs robes
          bleues bien plissées, qu'ils tiroient de leurs coffres
          parfumés de lavande, de roses sèches et de romarin; je
          dis les hommes aussi bien que les femmes, car c'est ainsi
          qu'ils appeloient le manteau froncé qu'ils mettoient sur
          leurs épaules, ayant un collet haut et droit comme celui du
          manteau de quelques religieux; et les paysannes, proprement
          coiffées, y paroissoient avec leurs corps de cotte de deux
          couleurs. Les livrées des épousailles n'y étoient point
          oubliées; chacun les portoit à sa ceinture ou sur le haut
          de manche. Il y avoit un concert de musettes, de flûtes
          et de hautbois, et, après un banquet somptueux, la danse
          rustique duroit jusqu'au soir. On ne se plaignoit point des
          impositions excessives; chacun payoit sa taxe avec gaîté,
          et je n'ai point de mémoire d'avoir ouï dire qu'alors un
          passage de gens de guerre eût pillé une paroisse, bien loin
          d'avoir désolé des provinces entières, comme il ne s'est vu
          que trop souvent depuis par la violence des ennemis.--Telle
          étoit la fin du règne du bon roi Henri IV, qui fut la
          fin de beaucoup de biens et le commencement de beaucoup
          de maux, quand une furie enragée ôta la vie à ce grand
          prince...» (_Mémoires_ de Michel de Marolles, 1755, in-12,
          t. 2, p. 20-24.)]

          [Note 278: La guerre civile, en effet, étoit imminente.
          Les princes, mécontents, venoient de se retirer de la
          cour et commençoient à armer. Pour obtenir une paix, qui
          ne fut que très peu durable, il fallut leur accorder tout
          ce qu'ils voulurent, par le traité signé le 15 mai à
          Sainte-Menehould.]

          [Note 279: Lisez _coulage_. Il arrive souvent qu'en juin,
          la vigne étant en fleur, des pluies froides surviennent et
          empêchent les raisins de se former. C'est ce qu'on veut
          dire ici.]

          [Note 280: Valets d'armée. V. t. 4, p. 364. Ils étoient
          aux campagnes ce qu'alors les laquais étoient aux villes,
          de vrais pillards. Peu de temps après l'époque où ceci fut
          écrit, on ne dit plus que _goujat_, forme sous laquelle le
          mot est resté, mais avec un autre sens. «Je me souviens
          bien, lit-on dans le _Francion_, que les soirs, auprès du
          feu, il contoit à ma mère qu'en sa jeunesse il s'étoit
          débauché pendant quelques troubles de la France, et avoit
          servy de _goujat_ à un cadet d'une compagnie d'infanterie.»
          (Edit. 1663, in-8, p. 198.)]

          [Note 281: Le pauvre peuple s'appeloit toujours ainsi. V.
          t. 6, p. 53, note.]



_Le Plaisir de la Noblesse et autres qui ont des eritages aux champs,
sur la preuve certaine et profict des estauffes et soyes qui se font
à Paris, et les magazins qui seront aux Provinces._

_Par Barthelemy de Laffemas, sieur de Bauthor, controolleur general
du commerce de France[282]._

_A Paris, chez Pierre Pautonnier, libraire, imprimeur du Roy,
demeurant au Mont S. Hilaire._

1603. In-8.

          [Note 282: Barthélemy de Laffémas est l'un des hommes que
          notre siècle d'industrie doit glorifier avant tout autre
          de cette époque, voire presque à l'égal de Sully, et cela
          d'autant mieux que pendant deux cents ans ses services,
          si appréciables pour nous, ont été à peu près méconnus.
          C'est en 1558, comme on le sait par le _Mémoire présenté
          au Roy_ le 17 avril 1598, qu'il naquit, dans le Dauphiné,
          au village de Beausemblant, dont le nom resta longtemps
          son sobriquet. Il avoit pour père Isaac Laffémas et pour
          mère Marguerite Bautor. Quoiqu'on puisse croire, en lisant
          ici ses titres et qualités, et ce nom de sieur de Bauthor
          qui donneroit à penser qu'il étoit de noblesse, Laffémas
          ne fut d'abord qu'un simple artisan, un tailleur. En 1582,
          il est attaché comme tel, avec vingt livres de gages, à la
          maison du roi de Navarre. (Champollion-Figeac, _Documents
          histor. inéd._, t. 4, 2e part., p. 2.) Laffémas étoit de
          la religion; ce dernier fait nous le donneroit à penser
          si déjà la _France protestante_, t. 6, ne nous l'avoit
          appris.--Dès 1576 il étoit dans les grandes affaires.
          On sait par deux de ses écrits: _Advertissement à MM.
          les commissaires du Roy pour estre instruits en ceste
          oeuvre publicque_, etc., et _Lettres et exemples de la
          feue Royne mère_, que, cette année-là, profitant de ce
          qu'il étoit chargé de la fourniture des _estoffes de
          soie de l'argenterie_, en qualité de tailleur, et ne
          se contentant point de cette fourniture secondaire, il
          avoit étendu ses visées et avoit levé lui-même, à ses
          risques et périls, «la boutique d'argenterie du Roy». A
          cet effet, lui-même nous le dit dans son _Avertissement
          à MM. les commissaires_, «il avoit emprunté plus de deux
          cent mille escus, soit à Paris, à Tours, Lyon, etc.» En
          1601, ajoute-t-il, «il ne devoit plus que mille cinq cents
          escus, ayant tout payé, même les intérêts, et ayant fait
          cet emprunt _parcequ'il vouloit satisfaire à son superbe
          entendement_.» Qu'entend-il par ces derniers mots? Le
          grand dessein de son propre avancement, et surtout des
          entreprises qu'il projette et qui, suivant ce qu'il espère,
          doivent tourner à la prospérité du commerce et au progrès
          de l'industrie. Quand il s'en ouvrit à Henri IV, dans un
          écrit qu'il présenta lui-même, il paroîtroit qu'il fut
          d'abord assez mal reçu par sa goguenarde majesté. Se riant
          de la profession de l'utopiste, le roi dit seulement «qu'il
          entendoit, puisque les tailleurs comme lui faisoient les
          livres, que ses chanceliers dorénavant lui fissent ses
          chausses.» C'est L'Estoile (11 janvier 1607) qui raconte
          l'anecdote, mais en la mettant à tort sur le compté de
          Laffémas le fils, qui ne fut jamais tailleur. Ce dédain ne
          dura guère. Chez Henri IV le bon sens l'emportoit vite sur
          la goguenardise, celle-ci une fois satisfaite. Laffémas
          fut lu, encouragé. En 1597 parut son premier écrit, du
          moins Brunet (_Manuel_, t. 3, p. 13) n'en connoît-il pas
          de plus ancien. Il a pour titre: _Règlement général pour
          dresser les manufactures en ce royaulme et couper le cours
          des draps de soye, etc., ensemble les moyens de faire la
          soye par toute la France_. Paris, _Cl. Montroeil et Jean
          Riche_, 1597, petit in-8. Ce sont deux traités réunis. Le
          dernier est signé _Laffemas_, dit _Beausemblant_, _tailleur
          varlet de chambre du roy Henry IV_. Le résultat de ces deux
          écrits ne se fit pas attendre, du moins pour l'auteur. Le
          15 novembre 1602, il obtint du roi le titre de _contrôleur
          général du commerce de France_, qui lui est donné ici.
          L'ordonnance qui le nomme se trouve dans les _Docum. hist.
          inéd._, t. 4, 2e part., p. 30-31. Cette faveur y est
          motivée par le désir qu'avoit le roi «de recognoistre les
          longs services faits par ledit Laffémas depuis quarante
          ans.» Par son nouveau titre, Laffémas se trouvoit appelé
          à la présidence de l'assemblée du commerce, convoquée par
          Henri IV l'année précédente, et qui étoit, ainsi que l'a
          fort bien remarqué M. Champollion-Figeac, un véritable
          comité consultatif du commerce et de l'industrie. Le
          volume cité tout à l'heure en contient les procès-verbaux,
          et un _Mémoire_ de Laffémas, publié dans les _Archives
          curieuses_, 1re série, t. 14, p. 221, en explique au mieux
          le but et la portée. La dernière séance de ce comité eut
          lieu le 22 octobre 1604. Laffémas mourut l'année suivante,
          épuisé, brisé de travail, comme l'a bien dit M. Poirson
          dans sa récente _Histoire du règne de Henri IV_, t. 2,
          1re partie, p. 80. M. Champollion-Figeac, M. Philarète
          Chasles (_Etudes sur le XVIe siècle_, p. 20), M. Chéruel
          (_Hist. de l'administration monarchique en France_, t. 1,
          p. 350), avoient dignement apprécié son caractère et ses
          efforts, mais personne ne lui a rendu une aussi entière
          justice que M. Poirson, lorsqu'il a écrit: «Laffémas, le
          plus intelligent et le plus actif ministre des projets du
          roi, qui demandoit solennellement, en janvier 1597, qu'on
          étendît à la France entière l'industrie séricicole; qui,
          de sa propre personne, répandoit le mûrier et la soie dans
          les quatre provinces qui les reçurent les premières; qui
          inspiroit et dirigeoit à Paris toutes les délibérations
          de ce conseil des manufactures et du commerce chargé des
          détails de l'entreprise; qui succomba en 1605, épuisé par
          la fatigue de tant de travaux, et qui, littéralement,
          mourut à la peine.»--La pièce reproduite ici semble être le
          plus rare des écrits de Laffémas. Son peu de volume a fait
          qu'il a échappé à tout le monde, même à M. Champollion, qui
          a donné la liste la plus complète de ses traités. Il n'en
          compte pas moins de quinze. M. Weiss, dans sa _Biographie
          universelle_, en avoit oublié plusieurs, y compris, bien
          entendu, celui-ci, qui a trait, comme la plupart des
          autres, à l'industrie que Laffémas avoit le plus à coeur.
          Dans les derniers temps de sa vie, le titre que lui avoit
          accordé Henri IV s'étoit compliqué de celui de contrôleur
          du _plant des meuriers_. Il l'a pris en tête d'une pièce
          qui sera souvent citée plus loin: _La façon de faire et
          semer la graine de meuriers_, etc. Paris, 1604, in-8.]

       *       *       *       *       *

I.

Chacun doibt cognoistre et avoir pour maxime qu'il faut labourer et
semer avant que venir à la moisson, planter les arbres et les enter
pour l'esperance d'avoir les fruicts. Aussi faut-il planter et
eslever les meuriers pour nourrir les vers. Et lors on fera telle
quantité de soye que ce royaume en aura pour sa provision, et en
fournira aux estrangers[283].

          [Note 283: C'est à quoi tendoient les plus constants
          efforts de Laffémas. Henri IV l'y avoit secondé, et, en
          1603, le but se trouvoit presque atteint. V. notre t. 3, p.
          112, note 2, V. aussi le premier écrit de Laffémas, dont
          nous avons parlé tout à l'heure: _Règlement général pour
          dresser les manufactures en ce royaume_, etc.]


II.

Sur le bruit que beaucoup de vers à soye sont venuz à mourir ceste
année en divers lieux, et sur ce allèguer que le climat de la France
n'est propre: il sera remonstré au vray la faute pourquoy ils sont
morts, et que à l'advenir le remède est facile de les conserver par
bonnes espreuves, et faire cognoître qu'iceluy climat est aussi bon
que celuy des estrangers.


III.

En premier lieu, faut remarquer que les vers à soye sont comme
espèces de chenilles qui meurent aux grandes chaleurs, et aussi
par les pluyes, tant en Italie qu'autres pays: car s'ils mangent
seullement des fueilles mouillées, ils viennent malades et meurent.


IV.

La faute pourquoy sont venuz à mourir lesdits vers en aucuns lieux,
ce n'a point esté le climat, ains ç'a esté de ne les avoir fait
esclorre de bonne heure, et autres qui ne pouvoient avoir des
fueilles à commandement pour les nourrir, n'y ayant chose qui leur
fasse plus de tort que de les retarder[284]. Car au contraire il
les faut faire advancer pour faire leurs soyes avant les grandes
chaleurs, qui ont esté trop vehementes, et faict mourir les vers
cette présente année, et aussi que les fueilles estant venues par
trop dures, qui sont les deux occasions qui les faict mourir.

          [Note 284: Laffémas dit la même chose, mais avec quelques
          détails de plus, dans le _Traité_ dont cette pièce n'est
          pour ainsi dire que la préface, ou plutôt le résumé par
          anticipation: «Les expers envoyez aux généralitez et
          eslections de Paris, Orléans, Tours et Lyon, pour faire la
          nourriture des dits vers, en l'année mil six cent trois,
          ont apperceu que ceux qui ne les avoient faict esclorre de
          bonne heure, la pluspart sont morts. Ce qui a donné sujet
          faire courir faux bruitz que le climat de France n'estoit
          propre, et allèguent les dits expers que ceux qui prennent
          trop grande quantité de vers à nourrir, n'ayant des
          personnes propres pour leur aider, cela est cause qu'ils
          retardent et ne peuvent venir à perfection.» (_La façon de
          faire et semer la graine de meuriers_, etc., p. 27.)]


V.

Et pour exemple et preuve veritable, au jardin de l'Hostel de
Retz[285] l'on a faict cette année, des meuriers de leurs jardins,
dix-huict livres de soye, sans que les vers soient nullement morts,
et les ont vendus quatre-vingtz-quatre escus, et ny sçauroit avoir
de fraiz environ pour vingt escus, et à l'advenir ne se fera la
moictié des dits fraiz. De façon que ceux qui avoient quatre fois
autant de meuriers n'ont point faict la quarte partie d'autant de
soye pour n'avoir faict esclorre leurs vers de bonne heure ny avoir
les fueilles à commandement, comme ceux qui les avoient en leur dict
jardin. Et au semblable, tous ceux qui les ont faict esclorre de
bonne heure ont faict même quantité de soye.

          [Note 285: Cet hôtel de Retz étoit dans le faubourg
          Saint-Honoré. (Laffémas, _La façon de faire et semer la
          graine de meuriers_, p. 27.) Il devint plus tard l'hôtel
          de Vendôme, et la place de ce nom en occupe le terrain.
          Il ne faut le confondre ni avec l'hôtel de Retz de la
          rue des Poulies, qui étoit voisin du premier hôtel de
          Longueville, ni avec l'hôtel de Gondi, situé dans le
          faubourg Saint-Germain, rue de Condé.--Le maréchal de
          Retz y étoit mort le 12 avril 1602. (L'Estoille, édit.
          Michaud, t. 2, p. 332.) C'est sans doute ce qui l'avoit
          rendu disponible pour les plantations dont il est parlé
          ici. Ce n'étoit pas le seul lieu de Paris où l'on eût tenté
          alors la culture du mûrier. Dès l'année 1696 Henri IV avoit
          consacré à cet utile essai une grande partie du jardin des
          Tuileries. La plantation avoit prospéré, et sans tarder le
          roi l'avoit étendue encore, avec l'aide d'Olivier de Serres
          et de Claude Mollet, son premier jardinier. V. _Théâtre
          d'agriculture_ d'Oliv. de Serres, édit. in-4, t. 2, p. 110,
          et P. Paris, _Catal. des mss. franç._, t. 5, p. 290. En
          1601, nouvelle plantation et nouveau succès. Laffémas en
          parle ainsi à la page 29 de la pièce citée tout à l'heure
          et publiée en 1604: «Le principal est d'avoir des meuriers
          en abondance, et les faire semer, ainsi qu'a faict le sieur
          de Congis, gouverneur du jardin du roy aux Thuilleries,
          en ayant fait semer il y a trente mois qui sont creuz si
          haut qu'il n'y a homme qui les puisse atteindre, et ceux
          que Sa Majesté a fait planter aux allées il y a huit ans,
          et trois ans qu'ils avoient, on juge qu'ils en ont plus
          de vingt-cinq, tant qu'ils sont grands et beaux.» Toute
          la partie du jardin située à l'extrémité de la terrasse
          des Feuillants étoit occupée par des constructions où les
          _magniaux_ (vers à soie) étoient élevés et où logeoient
          les hommes qui en avoient le soin. Laffémas fait un grand
          éloge de la femme qui les dirigeoit: «Dame Jule, Italienne,
          dit-il, qui nourrit les vers pour Sa Majesté au jardin
          des Thuilleries, femme des plus entendues qui se puisse
          trouver.» (_Id._, p. 28.) Plus tard, les bâtiments furent
          remplacés par une orangerie. Elle existoit déjà en 1640,
          et la rue Saint-Florentin, qui venoit y aboutir, lui dut
          son premier nom de _rue de l'Orangerie_. Les constructions,
          occupées en dernier lieu par la galerie de tableaux du
          comte de Vaudreuil ne disparurent qu'après la révolution.
          V. les _Mémoires_ du marquis de Paroy, _Revue de Paris_,
          14 août 1836, p. 106. On a vu tout à l'heure que c'étoit
          une Italienne qui dirigeoit la _magnanerie_ royale des
          Tuileries. Il en étoit partout ainsi. Celle du château de
          Madrid étoit aussi aux mains d'ouvriers italiens. Selon M.
          Poirson, c'est l'un d'eux, Balbani, qui donna son nom à la
          route qui fut alors percée dans le bois de Boulogne pour
          faciliter les communications entre Paris et le château de
          Madrid. (_Hist. du règne d'Henri IV_, t. 2, 1re part., p.
          65, note.) Claude Mollet, que nous ayons déjà nommé, et qui
          avoit pris part à la plantation du jardin des Tuileries en
          mûriers, ne s'en étoit pas tenu là: «En l'an mil six cent
          six, dit-il à la p. 340 de son livre: _Théâtre des plans
          et jardinages_, 1652, in-4, j'estois logé à l'hostel de
          Matignon, derrière Saint-Thomas-du-Louvre, où il y avoit
          une belle et grande place, laquelle est pour ce jourd'huy
          toute pleine de bastiments. De cette place j'en ai fait un
          très bon jardin, auquel j'avois eslevé une grande quantité
          de meuriers blancs...» Les vers qu'il nourrit avec les
          seuls émondages de ses arbres lui donnèrent, en 1606,
          jusqu'à douze livres de soie, aussi belle, dit-il, que
          celle d'Italie, et qu'il vendit 4 écus la livre.]


VI.

Et ne faut oublier tenir lesdits vers chaudement estant petits; car
ils feront leurs soyes dans deux mois au plus tost, et alors que le
peuple des champs a le moins d'afaire, et sans qu'il en couste un
seul denier à ceux qui auront leur preparatif, et noter que lesdits
vers seront plus sujets de mourir en Italie qu'en France, à cause de
leurs grandes chaleurs: car les froidures ne font aucun mal que de
les retarder comme il est dit.


VII.

Plusieurs qui ont voullu nourrir les vers dans les villes et
aillieurs, acheptant les fueilles, les tables[286], et loüant les
personnes, cela leur a faict faire des fraiz extraordinaires, qui en
pourroit dégouster beaucoup; mais ce qui leur a cousté un escu ne
coustera pas un sol aux villages, ayant une fois leur équipage dressé
et les fueilles sur les lieux. Ce qui donnera extresme plaisir et
proffict à la noblesse et autres des champs qui auront planté nombre
desdicts meuriers. Et faut notter qu'à l'advenir ceux qui en feront
aux villages ne leur coustera du tout rien, attendu que les pauvres
femmes et enfans qui n'ont point d'occupation nourriront lesdicts
vers, ainsi qu'on faict en tous lieux.

          [Note 286: Olivier de Serres, dont Laffémas ne fait souvent
          que répéter les préceptes, parle ainsi des tables sur
          lesquelles il conseille d'élever des magniaux: «Seront
          transportez, dit-il, dans une chambrete chaude et bien
          close, hors de la puissance du vent, sur des tables bien
          nettes et polies, couvertes de papier, pour commencer à
          y tenir rang.» _La cueillette de la soie_, etc., édit.
          annotée par M. Martin Bonafous. Paris, 1843, in-8, p. 70.]


VIII.

Parlant des soyes de la France, il sera représenté les belles
estoffes qui s'en fabriquent, et mesmes enrichies de l'or et argent
façon de Milan faict dans Paris[287], et les ouvriers qui font
lesdites estoffes sont aucuns d'iceux François et la pluspart enfans
de ceste ville. Ce qui monstre que ce royaume a esté grandement abusé
en toutes sortes de manufactures estrangères, attendu qu'il n'y a
sorte d'estoffe au monde, difficille qu'elle soit, que les dits
ouvriers françois ne facent en perfection.

          [Note 287: V. notre t. 3, p. 112-113.]


IX.

Or est-il que depuis que Sa Majesté a veu le nombre et quantité des
belles soyes qui se sont faictes ceste année à luy présentées de
plusieurs eslections, et après en avoir veu les estoffes qui en sont
provenues, il en a esté fort satisfait, et ayant gousté ceste belle
et notable entreprise, se sont presentez des hommes cappables, et
de jugement, qui font réussir la fabrication des dites estoffes,
qui redondera par tout ce royaume, nonobstant les calomnies de
ceux qui n'ont l'entendement ny le courage de telles entreprises.
Et faut croire que toute la France aura une obligation perpetuelle
aux entrepreneurs et autres grands et notables personnages qui y
travaillent continuellement que sa dite Majesté y a commis.


X.

Ceste entreprise à Paris monstre le chemin sur ce qui se poura
dresser des magasins de toutes sortes de marchandises aux meilleures
villes des Provinces[288], ainsi que font tous les pays qui
fabriquent grand nombre d'estoffes, lesquels magasins se maintiennent
en richesses, attendu qu'ils ne prestent jamais, ains ce font les
marchans qui acheptent dans les dits magasins, qui font crédit aux
autres marchands forains, lesquels sont subjects aux naufrages de
banqueroutte, et non iceux magazins. C'est pourquoy leur fondz et
proffict est infaillible. Ce qui servira pour donner advis à ceux qui
voudront faire telles entreprises pour faire proffiter leur argent,
attendu qu'il sera en plus de seureté que non poinct les bailler aux
changes et rechanges damnables et autres usures contre Dieu et ses
lois.

          [Note 288: A Lyon et à Tours, cette industrie étoit déjà
          en pleine prospérité. Vers 1582, Catherine de Médicis
          avoit voulu aussi en doter la ville d'Orléans, sa cité la
          plus chère, «à laquelle, comme elle écrit de Fontainebleau
          aux eschevins, le 4 août 1582, elle avoit toujours eu à
          coeur de procurer en tout ce qu'elle a peu la décoration,
          accroissement et enrichissement; depuis, ajoute-t-elle,
          qu'il a pleu aux roys messieurs mes enfants m'en delaisser
          la possession et jouissance»; mais les guerres de religion
          mirent tout à néant. En 1585, la manufacture, déjà _bien
          établie_, dut cesser son travail. «Ce qui accrut le mal,
          selon Laffémas, ce fut la jalousie et les actes haineux
          et coupables d'aucuns envieux estrangers ou revendeurs de
          leurs dits draps de soie.» (_Lettres et exemples de la
          feue royne mère_, Archives curieuses, 1re série, t. 9,
          p. 123-136.) Laffémas ajoute que ces envieux «allèrent
          jusqu'à jeter, d'animosité, en sa chaudière de teinture,
          un pot de résine ou de poix, et gâtèrent toutes les soies,
          ainsi qu'apert par les procédures sur ce faites, de sorte
          qu'enfin les pauvres ouvriers furent contraints tout
          quitter.» Ces ouvriers avoient été attirés de Flandre,
          et ils avoient reçu des échevins Orléanois un excellent
          accueil.]


XI.

Sur ce qu'il est traicté d'establir des bureaux publicqs et magazins
pour le traffic et negoce, sera faict une comparaison de sa police
à une ville, maison ou édifice ruiné qui se doibt rebastir jusques
aux fondements. Ainsi est-il de la police des marchands, arts et
mestiers, n'y voyant qu'abuz et tromperies aux marchandises, ne
les faisant bonnes ny loyalles, et les ouvrages et manufactures au
semblable. C'est pourquoy Messieurs les commissaires redressent les
reiglemens et polices avec tel ordre et douceur que le public en
sera soulagé, puis que Dieu par sa grâce a donné sa saincte paix,
par laquelle se remettra tout ledict commerce et negoce au bien et
soullagement du peuple et de l'Estat.



_Conspiration faite en Picardie, sous fausses et meschantes calomnies
contre l'edict de pacification._

M.D.LXXVI[289]. In-8.

          [Note 289: Au mois de mai de cette année-là, la paix
          s'étant faite entre le nouveau roi Henri III et les
          huguenots, un édit de pacification, très favorable à
          ceux-ci, avoit été rendu à Paris. Le prince de Condé, l'un
          des chefs du parti calviniste, avoit obtenu, entre autres
          avantages, le droit d'occuper Péronne, ce qui privoit
          de son gouvernement M. d'Humières, déjà fort attaché à
          la maison de Lorraine. Le due de Guise profita de cette
          nouvelle cause de mécontentement pour envoyer au gouverneur
          dépossédé la copie du _traité d'union_, qu'il avoit depuis
          long-temps élaboré, et dans lequel se trouvoient jetées
          les premières bases de la _Sainte-Ligue_. Il le prioit
          d'y souscrire. M. d'Humières n'eut garde d'y manquer. Sa
          signature entraîna celle de la plupart des gentilshommes
          de la noblesse picarde. On en fit grand bruit dans le
          parti du roi, car l'on crut voir dans cette adhésion une
          sorte de révolte contre la volonté royale, dont l'édit
          étoit l'expression. C'est alors que fut lancée, comme
          justification et en même temps comme manifeste, la pièce
          que nous reproduisons ici. Elle est la première qu'il
          faille placer dans les archives de la Ligue. Elle précède
          en effet l'acte d'_association faite entre les princes_,
          _seigneurs_, _gentilshommes et autres_, _tant de l'état
          ecclésiastique que de la noblesse et tiers etat_, _et
          habitans du païs de Picardie_, acte signé à Péronne par
          plus de deux cents gentilshommes, et qui fut la véritable
          charte de l'Union. Maimbourg l'a donné à la fin de son
          _Histoire de la Ligue_, 1683, in-4, p. 129; mais, comme
          nous le montrerons plus loin, il semble avoir eu aussi
          connaissance de ce premier manifeste. Dès lors, les progrès
          de la Sainte-Union ne s'arrêtèrent plus. Du Midi, où
          depuis 1550 on lui recrutoit des adhérents pour un premier
          _formulaire_ conservé dans les _manuscrits de Béthune_,
          nº 8823, elle s'étendit par toute la France. La nouvelle
          charte, copiée sur parchemin, fut portée de maison en
          maison et couverte de signatures. (Ruby, _Hist. de Lyon_,
          liv. 3, ch. 64.) Ce fut à qui mettroit le ruban noir sur
          son habit (L'Estoille, 6 juin 1591) et la croix blanche à
          son chapeau. (Ruffi, _Hist. de Marseille_, liv. 7, ch. 2.)]


Les prelats, seigneurs, gentilshommes, capitaines, soldats, habitans
des villes et plat pays de Picardie, n'estimans estre besoin de
representer les preuves de leur très humble fidélité, servitude et
obeissance, dont leurs grands, anciens et recommandables services
ont rendu tant de suffisans et certains tesmoignages, que l'on n'en
peut aucunement douter, supplient tous les bons sujets du roy de
croire (comme la verité est) que le seul zèle et entière devotion
qu'ils ont à l'honneur de Dieu, service de Sa Majesté, repos public
et conservation de leur vie, biens et fortunes, et celles de leurs
femmes et enfans, avec la prevoyance de leur inevitable malheur et
ruine (s'il n'y estoit proprement pourveu), les a non seulement
induits et poussez, mais davantage necessitez, à la resolution
qu'ils ont esté contraints de prendre, laquelle ne tend à aucun
changement ou innovation de l'ancienne et première institution et
establissement de ce royaume, et pourtant ne peut estre notée et
sugillée d'aucune mauvaise façon, soupçon ou defiance, ains sera
tousjours cognu et demonstré par les effects que leurs conseils et
intentions ne regardent que la seule manutention et entretenement du
service de Dieu, de l'obeissance du roy et la seureté de son Estat.

Et voyant bien, par ce qui s'est passé jusques ici, que les ennemis
n'ont et n'eurent onques autre but, sinon d'establir leurs erreurs et
heresies en ce royaume, de tout temps très chrestien et catholique,
aneantir la religion ancienne, exterminer ceux qui en font inviolable
profession, miner peu à peu la puissance et auctorité du roy,
changer en tout et partout son estat, y introduire autre et nouvelle
forme, eux n'ont peu moins faire, pour le devoir de leur honneur et
conscience, que d'obvier, par commun accord et saincte union[290],
aux sinistres desseins des rebelles, conjurez ennemis de Dieu, des
majestés et de la couronne.

          [Note 290: Voici bien déjà la Ligue toute créée et
          baptisée.]

Mesme que pour le regard du faict particulier qui se presente, ils
ont esté bien advertis et informez par les gentilshommes et soldats
qui ont accompagné le prince de Condé, que si tost que la ville de
Peronne seroit saisie et emparée de ses troupes, le dessein estoit
d'y dresser le magasin des deniers et amas de ceux de la nouvelle
opinion.

Que de là l'on proposoit envoyer et elancer les ministres par toutes
les villes du gouvernement, despescher les mandemens et ordonnances,
en cas du moindre refus proceder par arrests, emprisonnement des
catholiques, saisies et degats de leurs biens, et toutes autres
rigueurs que ledict sieur prince cognoistroit la promotion et
avancement de sa cause le requerir.

De l'execution duquel dessein ne pouvans attendre que la totale
ruine de la province et conséquemment de la capitale ville de
Paris, le plus certain et ordinaire refuge du roy, et consideré
qu'avec l'interest de Sa Majesté et du public leur subsistance y
est très estroitement conjointe et que l'on peut dire Sa Majesté
et ses bons sujets courre inseparablement une mesme fortune, outre
ce qui est du zèle de l'honneur de Dieu, qui doit estre bien avant
engravé et imprimé en nos coeurs: pour ces raisons très justes et
plus que necessaires occasions, les susdicts prelats, seigneurs,
gentilshommes, bons habitans, tous confrères et associez en la
presente très chrestienne union, se sont resolu (après avoir
preallablement appelle l'aide de Dieu, avec l'inspiration de son
Saint-Esprit, par la communion et participation de son precieux
corps) d'employer leurs biens et vies jusques à la dernière goute
de leur sang, pour la conservation de ladite ville et de toute la
province, en l'obeissance du roy et en l'observation de l'Eglise
catholique, apostolique et romaine[291].

          [Note 291: Dans cette résolution de la noblesse picarde
          nous retrouvons les instigations de M. d'Humières, jaloux
          de conserver le gouvernement que l'_édit de pacification_
          faisoit passer au prince de Condé. «Il fit si bien, dit
          Maimbourg, p. 26, par le grand crédit qu'il s'étoit acquis
          dans toute la province, que, comme d'ailleurs les Picards
          ont toujours été fort zelez pour l'ancienne religion,
          il obligea presque toutes les villes et la noblesse de
          Picardie à declarer hautement qu'on ne vouloit point du
          prince de Condé, parceque, disoit-on dans le manifeste
          que l'on publia pour justifier ce refus, on sçavoit de
          toute certitude que ce prince avoit résolu d'abolir la foy
          catholique et d'établir universellement le calvinisme dans
          la Picardie. En effet, on ne voulut jamais le recevoir ni
          dans Péronne, ni dans le reste du gouvernement; et pour
          se maintenir contre tous ceux qui voudroient entreprendre
          de faire observer par force cet article de paix, qu'on ne
          vouloit pas accepter, les Picards furent les premiers à
          recevoir d'un commun accord et à publier dans Péronne le
          traité de la Ligue en douze articles, où les plus sages
          mesme d'entre les catholiques, après l'illustre Christophe
          de Thou, remarquèrent beaucoup de choses qui choquoient
          directement les plus saintes loix divines et humaines.»]

Pour cest effect supplient Sa Majesté, avec toute l'humble reverence,
respect et humilité qu'ils doyvent, que son bon plaisir soit de se
ramentevoir avec quelle fidelité et devotion la noblesse de Picardie
et citoyens de Peronne luy ont conservé et à ses predecesseurs icelle
ville qui est frontière, tant contre les sieges et entreprises des
ennemis estrangers, que des embuches et conspirations domestiques.

Tellement que pour marque et recognoissance de cette ancienne et
incorruptible fidelité, les feus roys et Sa Majesté à present regnant
ont honoré les habitans de plusieurs grands et speciaux priviléges,
entre lesquels leur est ottroyé qu'ils ne peuvent estre distraits ny
desmembrez de la couronne.

C'est donc en substance qu'ils desirent demeurer très humbles, très
obeissans serviteurs et sujets du roy zelateur de l'ancienne et
vraye religion: en laquelle eux et leurs majeurs, depuis le règne de
Clovis[292], ont esté baptisez, nourris et enseignez, et pour ces
deux occasions protestent ne vouloir non plus espargner leurs vies
à l'avenir, comme nostre Sauveur très liberalement s'est offert à
exposer la sienne pour nostre redemption, nous conviant et appelant à
l'imitation de son exemple.

          [Note 292: Dans l'acte signé le 10 février 1577, cette
          époque de Clovis est aussi rappelée. Les associés jurent
          de défendre la religion, «_de remettre les provinces aux
          mêmes droits et franchises et liberté qu'elles avoient
          au temps de Clovis_.» (Coll. Petitot, 2e série, t. 1, p.
          66.) C'est une chose à remarquer que les ligueurs, dans
          leurs actes solennels, affectoient toujours de parler des
          dynasties mérovingienne et carlovingienne, et jamais de
          celle de Hugues-Capet. Il étoit, en effet, dans les idées
          des Guise de faire passer celle-ci pour usurpatrice et de
          préparer ainsi l'avénement au trône de leur propre famille,
          qu'ils donnoient pour la descendante directe de Charles
          de Lorraine, dernier héritier de Charlemagne. Partout ils
          faisoient répéter ce qui se trouvoit en substance dans
          le _Discours_ qu'avoit prononcé l'avocat David, l'année
          précédente, à la petite assemblée des quarteniers tenue
          dans le Parloir aux Bourgeois: «Combien que la race
          des Capet ait succédé à l'administration temporelle du
          royaume de Charlemagne, elle n'a point toutefois succédé
          à la bénédiction apostolique affectée à la postérité de
          Charlemagne tant seulement, mais au contraire, en usurpant
          la couronne par outrecuidance téméraire, elle avoit acquis
          sur soi et sur les siens une malédiction perpétuelle... Au
          contraire, les rejetons de Charlemagne sont verdoyants,
          aimant la vertu, pleins de vigueur en esprit et en corps;
          ils rentreroient dans l'ancien héritage du royaume avec le
          gré, consentement et eslection de tout le peuple.» C'est
          assez clair. Voici qui l'est davantage encore: «On fera
          punition exemplaire du frère du roy, et finalement, par
          l'advis et permission de Sa Sainteté, on enfermera le roy
          et la reine dedans un monastère..., et, par ce moyen, M.
          de Guise réunira l'héritage temporel de la couronne à la
          bénédiction apostolique qu'il possède pour tout le reste
          de la succession de Charles-le-Grand.» Tels étoient les
          desseins, d'abord clandestins, puis bientôt hautement
          déclarés, de la Ligue.]

C'est qu'ils somment et interpellent les bons sujets du roy de
continuer et perseverer en ceste mesme recognoissance de l'honneur de
Dieu et du service de Sa Majesté, sans ceder pour peu que soit aux
vents, orages et tempestes de rebellion et desobeissance, et encore
moins s'estonner des empeschemens et traverses que les ministres de
Satan donnent journellement à la liberté de la saincte catholique
religion, à l'authorité du roy et au repos de la France.

Pour lesquelles choses remettre et restablir en leur dict premier
estat, splendeur et dignité, et rompre toutes les pratiques qui se
bastissent à leur ruine, ils croyent leurs biens ne pouvoir estre
mieux employez ny leur sang plus justement et sainctement respandu;
et estant en ceste ferme deliberation, à laquelle l'evident
péril de cest estat les a finalement attirez, ils s'asseurent,
outre les graces et faveurs qu'ils esperent recevoir de Dieu,
suyvant ses infaillibles promesses et la profession du roy leur
souverain seigneur, d'estre assistez, soustenus, aidez et confortez
universellement par toutes les provinces, prelats, seigneurs de ce
royaume, d'autant que la mort des Majestez et de Monsieur fils et
frère de roy, l'aneantissement de la saincte religion, la ruine du
peuple françois estant conjurée, monopollée et designée par les
rebelles, et le royaume par eux exposé en proye à tous les barbares
du monde, il est desormais plus que temps d'empescher et destourner
leur finesse et conspiration par une saincte et chrestienne union,
parfaicte intelligence et correspondance de tous les fidèles, loyaux
et bons sujets du roy, qui est aujourd'huy le vray et seul moyen
que Dieu nous a reservé entre nos mains pour restaurer son sainct
service, et l'obeissance de Sa Majesté, pour la manutention de
laquelle nous ne pouvons que bien prodiguer nos vies et acquerir une
mort très glorieuse et asseuré repos à jamais.


_Fin._



_La Nouvelle defaitte des Croquans en Quercy, par Monsieur le
mareschal de Themines._

_A Paris, chez Jean de Bordeaux, rue Daufine, au bout du pont Neuf, à
la fleur de Lys[293]._

In-8.

          [Note 293: Cette pièce est indiquée dans le _Catalogne
          de la Bibliothèque Impériale_ (_Hist. de France_, t. 1,
          p. 547, nº 1232). Sauf quelques variantes, et surtout
          quelques amplifications de récit, elle n'est guère autre
          chose qu'une reproduction de ce qui se lit, sur cette
          même échauffourée, dans le _Mercure françois_, t. 10,
          p. 473-478. De ci de là se trouvent pourtant quelques
          détails nouveaux. Nous les noterons au passage. Cette
          tentative des _croquants_ est la moins connue de celles
          qu'ils hasardèrent; il n'en est parlé que dans cette
          pièce et dans le _Mercure_. Leur entreprise du mois de
          juin 1594 avoit été plus sérieuse et avoit eu plus de
          retentissement. C'est alors que ces Jacques de la fin du
          XVIe siècle avoient pris le nom qu'on leur donne ici, et
          qu'ils gardèrent. L'Estoille, à la date que nous venons de
          donner, parle de cette _Ligue des crocans_, «qui, dit-il,
          fust presque aussitost dissipée qu'eslevée, comme les
          vieilles Jacqueries de Beauvoisis et autres semblables,
          sans teste et sans chef. Ils en vouloient surtout aux
          gouverneurs et aux tresoriers, qui estoient cause que le
          roy dit, jurant son ventre-saint-Gris et gossant à sa
          manière accoustumée, que, s'il n'eust point esté ce qu'il
          estoit, et qu'il eust eu un peu plus de loisir, qu'il
          se fust faict volontiers crocan.» (L'Estoille, coll.
          Michaud, t. 2, p. 239.) Palma-Cayet parle aussi de ce
          grand _remuement_ qui eut lieu dans les pays de Limousin,
          Périgord, Agenois, Quercy (coll. Petitot, 1re série, t.
          42, p. 222): «Du commencement, dit-il, on appela ce peuple
          mutiné les _tard-avisez_, parceque l'on disoit qu'ils
          s'advisoient trop tard de prendre les armes, veu que chacun
          n'aspiroit plus qu'à la paix, et ce peuple appeloit la
          noblesse _croquans_, disant qu'ils ne demandoient qu'à
          croquer le peuple; mais la noblesse tourna ce sobriquet
          de _croquant_ sur le peuple mutiné, à qui le nom de
          _croquant_ demeura.» Le P. Daniel admet cette étymologie
          (_Hist. de France_, règne de Henri IV, t. 3, p. 1648). Le
          _Dictionnaire_ de Trévoux pense, au contraire, que le nom
          de ces révoltés vient du _croc_ dont ils s'étoient fait une
          arme. Le plus probable, c'est qu'on les nomma ainsi à cause
          d'une paroisse, non pas du Limousin, mais de la Marche
          (arrondissement d'Aubusson), appelée Crocq, et qui auroit
          été le point de départ du premier mouvement. En mai 1637,
          ils s'agitèrent du côté de Bergerac, mais le duc de La
          Valette les anéantit. On peut lire à ce sujet: _La prise de
          la ville de Bergerac et entière dissipation des croquants
          par le duc de La Valette_, 1637, in-8. Le mot _croquant_
          resta pour désigner un paysan. V. La Fontaine, fable _la
          Colombe et la Fourmi_.]

       *       *       *       *       *

_La Defaicte des Croquans en Quercy, le vij juin 1624, par Monsieur
le mareschal de Themines._

Le Roy ayant estably une eslection au pays du haut et bas Quercy,
qui auparavant procedoient à l'assiette des tailles et département
d'icelles sur les parroisses de la dite province par assemblée
des Estats et aussi pour tout ce qui concernoit les affaires dudit
païs particulierement, quelques esprits de discorde, ennemis du
repos public, firent passer secrettement des avis de paroisse en
paroisse, figurant au pauvre peuple des chimères en l'air, disant
que le clergé, la noblesse et tiers estat leur tiendroient la main
si l'on vouloit prendre les armes et s'assembler pour abolir ceste
eslection, qu'on leur representoit estre la ruine du pays [comme si
c'estoit à ceste canaille de se devoir opposer aux volontez de Sa
Majesté, qui pour éviter tant de foulle qui se fait à l'imposition
des taxes desdites assemblées, et ce qui s'en ensuit, par l'advis de
son conseil, et pour soulager son pauvre peuple de la dite province,
qui a par cy devant receu assez d'incommoditez durant les derniers
troubles de la rebellion, avoit doncques creé et estably cette
eslection[294]].

          [Note 294: Tout ce paragraphe manque dans le _Mercure
          françois_.]

Là dessus, après que les offices furent levés, et qu'on se vouloit
instaler[295], un nommé Doüat, natif de Quercy, autrement Anniac,
homme aagé de cinquante cinq ans ou plus, qui se mesloit de faire des
horoscopes, grand physionomiste et chiromancien, qui a tousjours
dit qu'il mourroit entre deux airs, après avoir commandé 5,000
hommes, practiqué secrettement beaucoup de feneans qui avoient esté
congédiez des compagnies depuis la paix, et ceux cy d'autres, qu'en
moins de quatre jours, sur la fin du mois de may, ils furent en
nombre de huict mille hommes de pied. Leur pretexte estoit (bien que
faux) que le païs seroit chargé de nouveau des tailles, pour les
gages, esmolumens, signature de roolles et autres droits de ceste
nouvelle eslection; et en outre, que les plus riches de la dite
province, qui ont les plus grands taux, jusqu'à trois ou quatre cens
livres, achepteroient des offices pour estre exempts, et que pour
cela on n'osteroit cette taille du païs, ains qu'on la cottiseroit
sur le menu peuple, avec les cruës tant vieilles que nouvelles à
l'équipolent, et autres semblables raisons irraisonnables, de point
de valeur et d'effect; ces pauvres gens ne considerans pas qu'il leur
faut aller baiser le baboïn tout le long de l'année à ces estats,
faire de grands presens, payer leurs frais, et de leur train, la
plus part y amenant toute leur maison, donner des pierreries à leurs
femmes, des estoffes, des chevaux à d'autres, et enfin de l'argent
pour la taxe de chacun de ceux qui y ont sceance, et tant d'autres
incommoditez au prejudice des habitans de ceste province, etc[296].
Ces huict mille hommes[297] (portans chacun vivres pour trois jours
et de l'argent pour en achepter d'autres après avoir despendu leur
provision), sans autrement fouler ny faire aucun ravage au peuple,
s'acheminent vers les maisons de quelques particuliers, qui avoient
achepté des dits offices[298], les pensans surprendre en personne
pour en faire leur volonté; mais ne les trouvant point, ils ont abatu
leurs maisons, arraché les fondemens, bruslé leurs meubles et leurs
métairies ou domaines, arraché les vignes, labouré les prés, couppé
les bleds estans encore en fleur, enfin exercé tout ce qui se pouvoit
imaginer d'indignité sur les biens de ces messieurs les esleuz. Sur
ce commencement, un nommé Barrau, natif de Gramat en Quercy, qui a
esté nourry et eslevé parmy la noblesse du dit païs, et qui a porté
les armes à ces derniers troubles dans les regimens devant Montauban
et ailleurs, s'en allant pour certains affaires d'un de ses amis
hors la province[299], ayant rencontré ces supprimeurs d'eslection,
renvoyé ses memoires et depesches, se joinct à eux, qu'enfin les
voila en nombre de seize mille hommes armez la plus grand'part de
faux, manchées à rebours, bastons à deux bouts, et autres longs bois;
quelques-uns avoient des mousquets et des picques, desquels ils
avoient dressé des compagnies assés bien rangées pour l'offensive
et deffensive; ils envoyent à Cahors[300], demandent deux de ces
nouveaux esleuz pour leur estre baillez entre leurs mains et en faire
leur volonté, autrement qu'on leur ouvrist la porte pour y entrer et
les prendre; ils en mandent autant à Figeac, au refus de quoy l'on
menace de se venir loger ès environs et y faire le degast. Le menu
peuple de ces villes commence à gronder, se resout de prendre les
armes pour faire ouvrir les portes, aymant mieux perdre ce qu'on
demandoit que souffrir le dégast de leurs domaines et deperition de
leurs maisons champestres; le conseil de la maison de ville[301]
delègue des habitans pour advertir en diligence monsieur le mareschal
de Themines, gouverneur pour le roy dans le pays, qui tout aussi
tost s'achemine à Cahors avec le peu de monde qu'il avoit, prend une
cinquantaine de soldats de la dite ville[302], employe bien peu de
noblesse; enfin tout ce qu'il avoit ne faisoit pas deux cens hommes à
pied ou à cheval; employe entre autres monsieur le vicomte d'Arpajon
son gendre[303], qui en deffit trois compagnies en chemin, venant se
joindre avec mon dit sieur le mareschal, lequel cognoissant ceste
formillière de reformateurs, indigne de voir le lustre de son espée,
qu'il ne vouloit aussi profaner avec le sang de ces misérables, alla
au combat avec ce qui est dit, un baston à la main, les charge, les
met en desordre et en route[304]. Dieu, qui favorise les justes
querelles, donne une telle espouvante à ces croquans, que si monsieur
le mareschal de Themines n'eust crié qu'on ne tue plus, toute leur
armée y eust demeuré sur la place; il se contente des chefs Doüat et
Barrau, qui furent ses prisonniers, et désarme le reste. C'estoit le
septiesme juin dernier.

          [Note 295: «Et que les pourveus se voulurent instaler.»
          (_Mercure françois._)]

          [Note 296: Tout le passage qui précède, depuis «ces pauvres
          gens, etc.», est beaucoup moins étendu dans le _Mercure
          françois_.]

          [Note 297: «Qui se firent appeler les nouveaux croquans.»
          (_Mercure fr._, p. 475.)]

          [Note 298: «d'esleus.» (_Mercure fr._)]

          [Note 299: Ce détail manque dans le _Mercure françois_.
          Il y est dit seulement que Barau (_sic_), «ayant assemblé
          plusieurs autres troupes de paysans et fainéants, s'alla
          joindre à celles de Douat.»]

          [Note 300: «et à Figeac», ajoute le _Mercure françois_.
          Il sembleroit faire croire ensuite que les révoltés
          demandèrent qu'on leur livrât, non pas deux, mais tous les
          nouveaux esleus.]

          [Note 301: «de Cahors.» (_Mercure fr._)]

          [Note 302: Ce détail manque dans le _Mercure_.]

          [Note 303: «Qui avoit aussi assemblé quelques uns de ses
          amis.» (_Mercure fr._)]

          [Note 304: «Ayant pris l'epouvante, dit le _Mercure_, ils
          se laissoient tuer en bestes, sans se defendre.»]

Tout le dommage qui fust de son costé fut un coup de mousquet par
une espaule à l'un de ses gentilshommes nommé Bousquet, qui a esté
à monsieur le comte de Clermont, et un gendarme de la compagnie de
monsieur de Limiers eust un coup de picque dans une cuisse, de quoy
ils ne sont point en danger de plus grand mal[305]. Le lendemain
huictiesme juin, monsieur le mareschal fait conduire les prisonniers
à Figeac, les met entre les mains du prevost, qui ce jour même fait
exécuter Doüat par la main du bourreau, auquel l'on coupa la teste,
et après luy avoir sorti le ventre fust mis à quatre quartiers; la
teste est sur un poteau à Figeac, le reste dispersé par les villes de
Quercy. Et le lundy dixiesme du dit mois, Barrau fut pendu à Gramat
lieu de sa naissance. Il y en a quelques autres de prisonniers,
ausquels l'on faisoit le procez. Voilà comment il fait bon se jouer
avec son maistre et manger des cerises avec son seigneur: c'est
cracher vers le ciel; qui s'oppose au roy, s'oppose à Dieu, car
c'est son oingt qu'il nous a donné pour estre nostre Dieu en terre,
lequel (après Dieu) nous devons craindre, honorer et luy obeyr avec
toute fidelité. Ceux de Montauban commencèrent à lever l'oreille, et
donnoient des advis secrettement à leurs voisins, car ils pensoient
que ce fust un pretexte pour leur venir faire le desgast, tant ils
se cognoissent coulpables[306]. Doüat dit sur l'échafaut que, si on
l'eust laissé faire, il alloit commander à soixante mille hommes.
Il avoit de pernicieux desseins, que Dieu luy a estouffez; car il
pensoit entrer dans Cahors et en amener le canon pour faire de plus
grandes executions; mais l'on a mis le cerveau au vent, afin qu'il
emportast quand et luy les frivoles conceptions.

          [Note 305: Ces derniers faits sont moins circonstanciés
          dans le récit du _Mercure françois_. Le dernier blessé n'y
          est pas désigné.]

          [Note 306: Ces dernières phrases ne se trouvent pas dans le
          _Mercure_, mais les paroles prêtées à Douat sur l'échafaud
          et les lignes qui terminent le récit sont, les mêmes que
          celles qui se lisent ici.]



_Les Vertus et Propriétés des Mignons_[307].

25 juillet 1576.

          [Note 307: Cette satire en couplets «fut semée en ce temps
          à Paris et divulguée partout soubs ce titre.» L'Estoille,
          qui en parle ainsi (édit. Michaud, t. 1, p. 74), ne manqua
          pas de la recueillir. Elle se trouve parmi les manuscrits
          qui sont à la Bibliothèque impériale, mais les anciens
          éditeurs de son _Journal_ ont eu la pruderie de ne pas l'y
          joindre à sa date. M. Champollion l'a seul osé à moitié. A
          la suite du passage que je viens de citer, il a donné six
          des couplets. Les autres méritoient le même honneur, M. V.
          Luzarche l'a pensé; aussi a-t-il publié toute la pièce dans
          une note de son excellente édition du _Journal historique_
          de P. Fayet, 1852, in-12, p. 151-160; nous le pensons comme
          lui, et c'est ce qui nous la fait reproduire ici. Nous en
          prenons le texte dans un volume très rare: _Le cabinet du
          roy de France, dans lequel il y a trois perles précieuses
          d'inestimable valeur, par le moyen desquelles Sa Majesté
          s'en va le premier monarque du monde, et ses sujets pas du
          tout soulagez_, 1581, in-8. Elle y porte pour titre: _Les
          indignitez de la cour_, et il existe quelques différences
          entre son texte et celui du manuscrit de L'Estoille. Nous
          indiquerons les principales.]


    C'est assez chanté de l'amour,
  Il faut une nouvelle corde,
  Qu'un son plus tonnant nous accorde
  Les indignitez de la cour;
  Car chantant un accord semblable,
  On n'est pas tousjours agréable
  A toutes espèces d'humeurs:
  L'abeille le doux miel compose
  Du thin, du lys et de la rose,
  Et non tousjours de mesmes fleurs.

    Ainsi qu'au printemps bien souvent
  Une saison mal temperée,
  Pour nostre malheur, fait et crée,
  Par un trop chaut humide vent,
  La chenille et la sauterelle,
  Ennemis de l'herbe nouvelle,
  Des boutons jadis fleurs-naissans,
  Qui, bestes du tout inutiles,
  Rongeans l'espoir des champs fertiles,
  Donnent la cherté aux paysans.

    Tout ainsi les trop libres lois
  De la serve et esclave France
  Ont permis de prendre accroissance,
  Autour de nos princes et roys
  (Et c'est pour vengence divine)
  A je ne sçay quelle vermine
  De mignons venus en trois nuicts,
  Qui, comme les chenilles, paissent
  Nos fleurs sitost comme elles naissent,
  Et mangent en herbe nos fruicts.

    Nostre roy doit cent millions,
  Et faut, pour acquiter les debtes
  Que messieurs les mignons ont faites,
  Rechercher les inventions
  Du nouveau tyran de Florence[308],
  Et les pratiquer en la France;
  Avant que l'argent en soit prest
  Monsieur le mignon le consomme,
  Et fait-on party de la somme[309]
  A cent pour cent pour l'interest.

    Et cependant que les liens
  De ces tyranniques gabelles,
  Et les faix des daces nouvelles
  Qu'inventent les Italiens,
  Cruellement tuent et accablent
  Le peuple françois miserable[310],
  Ces beaux mignons prodiguement
  Se veautrent parmi leurs délices,
  Et peut estre dedans tels vices
  Qu'on ne peut dire honnestement.

    Leur parler et leur vestement
  Se voit tel qu'une honneste femme
  Auroit peur de recevoir blasme[311]
  S'habillant si lascivement.
  Le col ne se tourne à leur aise
  Dans le long reply de leur fraise[312].
  Desja le froment n'est pas bon
  Pour l'empoix blanc de leur chemise;
  Il faut, pour façon plus exquise,
  Faire de ris leur amidon.

    Leur poil est tondu par compas,
  Mais non d'une façon pareille,
  Car en avant, depuis l'oreille,
  Il est long, et derrière bas.
  Il se tient droit par artifice,
  Car une gomme le herisse
  Ou retord ses plis refrisez,
  Et dessus leur teste legère
  Un petit bonnet par derrière
  Les monstre encor plus desguisez[313].

    Je n'ose dire que le fard
  Leur soit plus commun qu'à la femme:
  J'aurois peur de leur donner blasme[314]
  Qu'entre eux ils pratiquassent l'art
  De l'impudique Ganimede.
  Quant à leur habit, il excede
  Leur bien, et un plus grand encor[315];
  Car le mignon, qui tout consomme,
  Ne se vest plus en gentil-homme,
  Mais (comme un prince) de drap d'or.

    Pensez-vous que ces vieux François[316]
  Qui, par leurs armes valeureuses,
  En tant de guerres dangereuses
  Ont fait retentir autrefois
  Le bruit espandu de leur gloire,
  Avec le nom de leur victoire,
  De çà, de là, de toutes parts[317],
  Eussent leur chemise empoisée,
  Eussent la perruque frisée,
  Eussent le taint blanchi de fard[318]?

    Hector ainsi ne s'atteintoit,
  Ainsi ne s'atteintoit Achille,
  L'un qui, preux, défendoit sa ville,
  Et l'autre qui la combattoit.
  Mais ainsi le mol Alexandre,
  Qui ne savoit pas se defendre,
  S'accoustroit d'un atour mignard
  Et fuyoit au bruit des armes;
  Et au grand conflict des alarmes
  Se cachoit, poltron et couard.

    Et toutefois ce mol troupeau,
  Ces faces ganymediennes,
  Ces ames epicuriennes,
  Qui ne sont qu'un pesant fardeau
  Et faix inutile à la France,
  Consomment toute la substance
  De l'eglise et du noble aussy.
  Et le tiers estat miserable
  Gemit sous le faix importable
  De ces prodigues sans soucy.

    Les premiers et plus grands honneurs
  De vous, anciens capitaines,
  Pour la couronne de vos peines,
  Sont pour ces delicats seigneurs,
  Qui, pour le guerdon de leurs vices,
  Sont jouissans en leurs delices
  De l'honneur par vous merité.
  Que vous sert d'aller à la guerre,
  Puisqu'on peut tels degrez acquerre
  Par une molle oisiveté?

    Les grands biens à Dieu destinez
  Et consacrez à son service
  Sont, pour nourrissiers de leur vice,
  Baillez à ces effeminez,
  Qui trocquent, eschangent et vendent
  Les bénéfices, et despendent
  Les biens vouez au crucifix,
  Que l'on leur baille en mariage,
  En guerdon de maquerellage,
  Ou pour chose de plus vil prix.

    Et, pour pouvoir mieux contenter
  Leur pompe, leur jeu, leur bombance
  Et leur trop prodigue despense,
  Il faut tous les jours inventer
  Nouveaux estats[319], nouvelles tailles,
  Qu'il faut du profond des entrailles
  Des povres sujets arracher,
  Qui traînent leurs chetives vies
  Sous les griffes de ces harpies
  Qui avallent tout sans mascher.

    Ouvrez les yeux, peuples françois,
  Voyez vostre estat miserable,
  Vous de qui le nom redoutable
  Faisoit peur aux plus puissans rois
  Et aux nations les plus braves;
  Ores, miserables esclaves,
  Sous tel joug cois vous vous tenez,
  Et laissez manger la substance
  De tous les estats de la France
  A ces mols et effeminez.

          [Note 308: François de Médicis étoit alors grand-duc de
          Toscane. On sait quelle étoit son habileté pour l'invention
          de nouveaux impôts et sa rigueur à les exiger. Quatre ans
          après l'époque dont on parle ici, il ne fut arrêté ni par
          la famine, ni par la peste, qui désoloient ses états, et
          leva des contributions plus que jamais exorbitantes.]

          [Note 309: _Var._:

               Et fait un party de la somme.]

          [Note 310: V. l'une des précédentes pièces sur les
          _impositeurs italiens_.]

          [Note 311: _Var._:

               Auroit peur d'en recevoir blasme
               En usant si lascivement.]

          [Note 312: _Var._:

               Leur oeil ne se trouve à son aise
               Dedans le reply de leur freize.

          Le premier vers vaut mieux en ce qu'il donne une idée de la
          hauteur des fraises, qui alloient jusqu'aux yeux.]

          [Note 313: «Ces beaux mignons, dit L'Estoille (t. 1, p.
          74), portoient les cheveux longuets, frisés et refrisés
          par artifice, remontant par-dessus leurs petits bonnets
          de velours, comme font les putains, et leurs fraizes de
          chemise de toile d'atour empesez et longues de demi-pied,
          de façon qu'a voir leurs testes dessus leurs fraizes, il
          sembloit que ce fust le chef de saint Jean dans un plat.»
          Une anecdote qui se trouve dans le _Peroniana_ (Cologne,
          1691, in-12, p. 145) donne mieux que tout ce que nous
          pourrions dire une idée de la largeur des fraises qui se
          portoient alors: «La reyne, lisons-nous..., ayant mis une
          fort grande fraize, voulut manger de la bouillie et se
          fit apporter une cuiller qui avoit un fort grand manche,
          si bien qu'elle pouvoit manger sa bouillie sans gâter
          sa fraize.» Henri III s'en étoit lassé quelque temps:
          «Au commencement de novembre (1575), dit l'Estoille, le
          roi laissa sa chemise à grands godrons, dont il étoit
          autrefois si curieux, pour en prendre à collet renversé
          à l'italienne.» Mais en 1578 la mode des fraises «d'un
          tiers d'aulne» reprit plus que jamais fureur. (_Mém._ de
          P. Fayet, p. 2.) Les _collets_ revinrent et restèrent.
          Sous Louis XIV pourtant, les arriérés, comme le Sganarelle
          de l'_Ecole des maris_, jouée en 1661, ne s'y étoient pas
          encore conformés. «Ma foi, dit Lisette de ce suranné,

               Ma foi, je l'enverrois au diable avec sa fraize.»

          V., sur les collets et rabats à godrons, t. 1, p. 163.]

          [Note 314: _Var._:

               J'avois peur d'en recevoir blasme.]

          [Note 315: _Var._:

               Tout leur bien et tout leur trésor.]

          [Note 316: _Var._:

               Pensez-vous que nos beaux François.]

          [Note 317: _Var._:

               En tant de périlleux hazards.]

          [Note 318: Longtemps ce fut le blanc dont on se placardoit
          la figure qui s'appela _fard_. V. _Notice des manuscrits_,
          t. 5, p. 163. L'usage universel du rouge au 18e siècle,
          où la poudre dont on se couvroit la tête rendoit le blanc
          impossible pour le visage, a seul fait donner au mot _fard_
          le sens que nous lui donnons. Regnier (sat. 9, v. 8) parle
          aussi de la _céruse_ dont on se fardoit. Cette mode de
          teinture faciale étoit venue d'Italie, comme tous les vices
          et les ridicules du même temps. V., dans un livret très
          rare publié vers 1500, _Bazelletta del preclarissimo poeta
          Faustino de Rimine_, un sonnet moral sur la manie de se
          farder (Catal. Libri, p. 238, nº 1481).]

          [Note 319: _Var._:

               Nouveaux imposts.]



_Passage du Cardinal de Richelieu à Viviers._

_Anecdote extraite du journal manuscrit de J. de Banne_[320].

          [Note 320: Ce fragment très curieux, qui contient sur l'un
          des plus intéressants épisodes de la fin de la vie du
          cardinal de Richelieu des détails fort circonstanciés, n'a
          été publié que dans le nº 5 de la _Revue trimestrielle_,
          p. 200-202. Il est à peu près inconnu, presque inédit, car
          le numéro dans lequel il a été inséré est le plus rare
          de cette publication, que Buchon dirigeoit, et qui a été
          interrompue par la révolution de juillet. Nous ne savons
          quel est le J. de Banne dont le journal manuscrit contenoit
          cette anecdote.]


Le 24 août 1642, Monseigneur l'eminentissime cardinal duc de
Richelieu vint coucher en cette ville de Viviers avec une cour
royale[321]. Il se faisoit tirer contre-mônt la rivière du Rhône,
dans un bateau où l'on avoit bati une chambre de bois, tapissée de
velours rouge cramoisi à feuillages, le fond étant d'or. Dans le
même bateau il y avoit une antichambre de même façon; à la proue et
au derrière du bateau il y avoit quantité de soldats de ses gardes
portant la casaque d'écarlate, en broderie d'or, d'argent et de soie,
ainsi que beaucoup de seigneurs de marque. Son Eminence étoit dans
un lit garni de taffetas pourpre. Monseigneur le cardinal de Bigni
et messieurs les evêques de Nantes et de Chartres y étoient avec
quantité d'abbés et de gentilshommes en d'autres bateaux; au devant
du sien, une frégate faisoit la découverte des passages, et après
montoit un autre bateau chargé d'arquebusiers et d'officiers pour les
commander. Lorsqu'on abordoit en quelque île, on mettoit des soldats
en icelle pour voir s'il y avoit des gens suspects, et, n'y en
rencontrant point, ils en gardoient les bords, jusques à ce que deux
bateaux qui suivoient eussent passé: ils étoient remplis de noblesse
et de soldats bien armés.

          [Note 321: Richelieu tenoit Cinq-Mars et de Thou. Louis
          XIII, avant de s'en retourner à Paris, malade et presque
          mourant lui-même, les lui avoit livrés en passant par
          Tarascon. Il lui avoit aussi laissé «le pouvoir d'agir,
          durant son absence, avec la même autorité que sa propre
          personne.» (_Mém. de Monglat_, coll. Petitot, 2e série, t.
          49, p. 380.) Le cardinal se hâtoit d'en profiter, et il
          entraînoit ses deux captifs vers Lyon, où le chancelier,
          muni des preuves de leurs intelligences avec l'Espagne,
          préparoit déjà leur procès. Rien n'avoit pu arrêter
          l'implacable ministre. Le mal qui le dévoroit, et dont une
          des pièces précédentes vous a dit le détail, ne fut pas
          un obstacle pour lui. «Ne pouvant souffrir ni litière ni
          carrosse, dit Monglat, _ibid._, p. 390, il vouloit remonter
          le Rhône jusqu'à Lyon, ce que personne n'avoit jamais
          entrepris, à cause de la rapidité du fleuve. Il ne laissa
          pas de s'y embarquer, et avoit si peur que les prisonniers
          ne se sauvassent qu'il fit attacher le bateau où ils
          étoient au sien, et les mena en triomphe jusqu'à Lyon,
          pour être sacrifiés à sa vengeance. Il ne faisoit que deux
          lieues par jour, tant l'eau étoit rapide.»]

En après venoit le bateau de Son Eminence, à la queue duquel étoit
attaché un petit bateau couvert, dans lequel étoit M. de Thou,
prisonnier[322], gardé par un exempt des gardes du roi et douze
gardes de Son Eminence. Après les bateaux venoient trois barques,
où étoient les hardes et vaisselle d'argent de Son Eminence, avec
plusieurs gentilshommes et soldats. Sur le bord du Rhône, en
Dauphiné, marchoient deux compagnies de chevau-légers, et autant sur
le bord du côté du Languedoc et Vivarais; il y avoit un très beau
regiment de gens de pied, qui entroit dans les villes où Son Eminence
devoit entrer ou coucher.

          [Note 322: Cinq-Mars étoit avec lui, et c'est par oubli que
          J. de Banne ne le nomme pas ici. Puisqu'il est question
          de de Thou, à qui l'on a voulu faire dans tout ceci un
          rôle beaucoup trop intéressant, il est bon, je crois, de
          renvoyer à une lettre qui lui fut écrite peu de temps avant
          la découverte du complot par Alexandre de Campion, qu'il
          avoit voulu y entraîner. Par cette lettre, qui le pose en
          véritable recruteur de conjurés, sa part de complicité
          semble fort bien définie: «Il est certain, dit M. Moreau
          dans une note, que de Thou avoit fait un peu plus que de
          garder le secret de son ami.» (_Mémoires de H. de Campion_,
          édit. elzev., p. 379.) Pour un autre fait très curieux
          de cette conspiration, V. _Mém. de d'Argenson_, coll.
          elzevir., t. 1, p. 71-72.]

Son bateau prit terre contre la calme de Bonneri, en cette
ville[323], où quantité de noblesse l'attendoit, entr'autres M. le
comte de Suze. Monseigneur de Viviers le salua à la sortie de son
bateau; mais il fallut attendre de lui parler jusques à ce qu'il fut
au logis qu'on lui avoit preparé dans la ville. Quand son bateau
abordoit la terre, il y avoit un pont de bois qui du bateau alloit
au bord de la rivière; après qu'on avoit vu s'il étoit bien asseuré,
on sortoit le lit dans lequel le dit seigneur étoit couché, car il
étoit malade d'une douleur ou ulcère au bras[324]; il y avoit six
puissans hommes qui portoient le lit avec deux barres[325], et les
liens où les hommes mettoient les mains étoient rembourés et garnis
de buffeteries. Ils portoient sur leurs epaules et autour du cou
certaines trapointes garnies en dedans de coton, et la couverte
de buffe; si bien que les sangles ou surfaix qu'ils mettoient au
cou étoient comme une etole qui descendoit jusques aux barres dans
lesquelles elles étoient passées. Ainsi ces hommes portoient le lit
et le dit seigneur dans les villes ou aux maisons auxquelles il
devoit loger. Mais ce dont tout le monde étoit étonné, c'est qu'il
entroit dans les maisons par les fenêtres: car, auparavant qu'il
arrivât, les maçons qu'il menoit abattoient les croisées des maisons
ou faisoient des ouvertures aux murailles des chambres où il devoit
loger[326], et en après on faisoit un pont de bois qui venoit de la
rue jusque aux fenêtres ou ouvertures de son logis[327]. Ainsi étant
dans son lit portatif, il passoit par les rues et on le passoit sur
le pont jusques dans un autre lit qui lui étoit préparé dans sa
chambre, que ses officiers avoient tapissée de damas incarnat et
violet, avec des ameublemens très riches. Il logea, à Viviers, dans
la maison de Montarguy qui est à present à l'université de notre
Eglise. On abattit la croisée de la chambre qui a sa vue sur la
place, et le pont de bois pour y monter venoit depuis la boutique
de Noël de Vielh, sous la maison d'Ales, du côté du nord, jusques à
l'ouverture des fenêtres, où le Seigneur cardinal fut porté de la
manière expliquée. Sa chambre étoit gardée de tous côtés, tant sous
les voûtes qu'ès côtés et sur le dessus des logemens où il couchoit.

          [Note 323: Viviers, sur le Rhône, autrefois capitale de la
          province de Vivarais, qui lui doit son nom, aujourd'hui
          simple chef-lieu de canton du département de l'Ardèche.]

          [Note 324: Ce n'étoit là que la moindre de ses maladies.
          Monglat en parle plus en détail: «Le cardinal, dit-il,
          étoit fort malade d'un abcès qui lui etoit venu au bras...,
          aussi bien qu'au fondement, où il avoit un ulcère.»]

          [Note 325: Monglat dit qu'il y avoit douze personnes pour
          le porter (_ibid._, p. 391); Pontis en compte seize (coll.
          Petitot, 2e série, t. 32, p. 342). Tallemant va jusqu'à
          vingt-quatre, mais qui se relayoient, dit-il (édit. P.
          Pâris, t. 2, p. 70-71).]

          [Note 326: «M. des Noyers, l'un de ses plus fidèles
          serviteurs, faisant pour ainsi dire le maréchal-des-logis,
          alloit devant et avoit soin de faire faire une ouverture à
          l'endroit des fenêtres de la chambre où il devoit reposer.»
          (_Mém. de Pontis_, p. 342.)]

          [Note 327: «Il avoit aussi, dit Monglat, un pont sur des
          chariots, qu'on appliquoit si adroitement aux lieux où il
          logeoit qu'on le montoit dans sa chambre sans passer par
          aucun degré.» Tallemant dit à peu près la même chose: «Pour
          ne le pas incommoder, on rompoit les murailles des maisons
          où il logeoit, et, si c'étoit par trop haut, on faisoit un
          rempart dez la cour, et il entroit par une fenestre dont on
          avoit osté la croisée.»]

Sa cour ou suite étoit composée de gens d'importance; la civilité,
affabilité et courtoisie étoient avec eux; la devotion y étoit très
grande: car les soldats, qui sont ordinairement indevots et impies,
firent de grandes devotions; le lendemain de son arrivée, qui étoit
un dimanche, plusieurs d'iceux se confessèrent et communièrent avec
demonstration de grande pieté; ils ne firent aucune insolence dans
la ville, vivant quasi comme des pucelles. La noblesse aussi fit
de grandes devotions. Quand on étoit sur le Rhône, quoiqu'il y eût
quantité de bateliers tant dans les barques qu'après les chevaux, on
n'osoit jamais blasphêmer, qu'est quasi un miracle que de telles gens
demeurassent dans une telle retention; on ne leur voyoit proferer
que les mots qui leur étoient nécessaires pour la conduite de leurs
barques, mais si modestement que tout le monde en etoit ravi.

Monseigneur le cardinal Bigni logea à l'archidiaconé. On avoit
preparé la maison de M. Panisse pour monseigneur le cardinal Mazarin;
mais, au partir du Bourg-Saint-Andéol, il prit la poste pour aller
trouver le roi; le dimanche 25, le dit seigneur fut reporté dans son
bateau avec le même ordre. Il étoit venu tout environné de noblesse
et de ses gardes; il y avoit plaisir d'oüir les trompettes qui
jouoient en Dauphiné avec les reponses de celles du Vivarais, et les
redits des echos de nos rochers: on eût dit que tout jouoit à mieux
faire.

Monseigneur de Viviers traita au Bourg-Saint-Andéol et à Viviers
les plus apparens prelats de cette troupe, comme messeigneurs
cardinaux Bigni, Mazarin, les evêques et abbés, ainsi que quantité
de seigneurs. Monseigneur le cardinal-duc lui fit mille caresses et
demonstrations d'amitié. Je le vis dans sa chambre: il portoit fort
pauvres couleurs, à cause de son mal, qui toutesfois s'alentit étant
dans cette ville. Ce seigneur étoit fort affable, savant au possible,
et grandissime homme d'Etat. Les consuls firent poser ses armoiries
sur les portes de la ville et de son logis; il ne voulut pas qu'on
lui fît entrée en aucune part, ni qu'on tirât canon ni mousquet.
Lorsqu'il fut arrivé à Lyon, le sieur de Cinq-Mars, grand ecuyer, et
le sieur de Thou, furent executés à mort[328].

          [Note 328: Le coup fait, sa vengeance prise, le cardinal
          ne songea plus qu'à se rapprocher du roi. «On le porta
          dans sa machine jusqu'à Roanne, où il s'embarqua sur la
          rivière de Loire, et en sortit à Briare, où il entra dans
          le canal jusqu'à Montargis. Il joignit dans ce lieu la
          rivière du Loing, sur lequel il descendit à Nemours, et,
          rentrant dans sa machine, il fut coucher à Fontainebleau.
          Le lendemain, il se remit sur la Seine à Valvin, et, dans
          son bateau, il arriva à Paris.» (_Mém. de Monglat._)
          Tallemant donne quelques autres détails: «Une fois, dit-il,
          qu'il eut attrapé la Loire, on n'avoit que la peine de le
          porter du bateau à son logis. M. d'Aiguillon le suivoit
          dans un bateau à part; bien d'autres gens en firent de
          mesme. C'estoit comme une petite flotte. On eut soin de
          faire des routes pour réunir les eaux, qui estoient basses;
          et, pour le canal de Briare, qui estoit presque tary, on
          y lascha les escluses. M. d'Anghien eut ce bel employ.»
          Singulier office en effet pour Condé, qui, à un an de là,
          devoit être le vainqueur de Rocroy. En allant dans le midi,
          Richelieu s'étoit déjà arrêté à Briare. Le roi, toute la
          cour, y étoient avec lui, et il s'en étoit fallu de peu
          qu'il ne fût alors assassiné par les conjurés. (_Mémoires
          de Brienne_, édit. Fr. Barrière, t. 1, p. 264.) Il avoit
          su le complot et le danger qu'il avoit couru. Au retour,
          en se retrouvant dans cette même ville, sans crainte et
          vengé, il dut éprouver une singulière satisfaction. Monglat
          vient de vous dire qu'il arriva jusqu'à Paris dans cet
          équipage. Pontis, qui le vit passer du coin de la rue de
          la Verrerie, décrit ainsi sa marche à travers la grande
          ville: «On tendit les chaînes dans toutes les rues par
          où il devoit passer, afin d'empêcher la grande confusion
          du peuple, qui accouroit de toutes parts pour voir cette
          espèce de triomphe d'un cardinal, d'un ministre couché dans
          son lit, qui retournoit avec pompe, après avoir vaincu ses
          ennemis.»]



_Le vray Discours des grandes Processions qui se font depuis les
frontières de l'Allemagne jusques à la France, dont jamais n'en fut
faicte de semblable, et comme plus amplement vous sera monstré dans
le discours. A Paris, 1584._

In-8.


Les grandes ceremonies qui se sont faictes depuis deux mois ençà
dedans les frontières des Allemaignes, où se sont assemblez une
grande quantité de personnes, voyant les signes de feu qui se sont
apparus tombans du ciel sur deux montaignes du mesme pays[329],
le feu estant si aspre et vehement, dont le pauvre peuple fut si
estonné et effrayé, qu'ils ne sçavoient que faire ne que dire, sinon
que de se mettre en prières et oraisons pour invoquer la grâce et
misericorde de Dieu. Ils se sont tous mis tant hommes que femmes et
petits enfans, se sont habillez bien simplement, de quoy sur eux
portoient de beaux linges blancs, depuis le dessus de leur teste
jusques aux pieds; lesquels avoient, autant grands que petitz, des
croix en leurs mains, dont il y avoit des petits chandeliers là
où estoient des cierges[330], cheminans tous en grande devotion,
portant le Sainct-Sacrement de l'autel, par dessus lequel y avoit
un beau ciel blanc, qu'ils portoient tant de jour que de nuit,
chantant fort melodieusement de beaux cantiques et oraisons. Estans
en nombre de quatre mille personnes, se recommandans à la grace
et misericode de Dieu, sont allez en grandes processions dedans
les Ardennes[331], à M. sainct Hubert[332], y faisant leurs bonnes
prières et oraisons dans son eglise, où ils feirent chanter bien
honorablement une grande messe, laquelle oyant tous les pelerins
étoient prosternez à genoux. Ayant faict leurs prières, ont prins
congé de Messieurs du dit sainct Hubert et prins leur chemin à
Monsieur sainct Servais[333], qui est une fort bonne place et digne
de memoire, y faisant aussi leurs prières en la forme sus dite. De
là ont reprins leur chemin à Sainct-Nicolas en Lorraine[334], où ils
auroient fait leurs devotions, tenant chacun en leurs mains un cierge
allumé, durant le service divin. Tellement que les habitans du dit
lieu de Saint-Nicolas en Lorraine les receurent fort honorablement,
leur presentant de leurs biens. Ils remercièrent les dits habitans,
mais ce neantmoins, pour ce que l'obscurité de la nuit les pressoit,
furent contraints d'y demeurer jusques au lendemain matin, prenant
congé d'eux en les remerciant très humblement de leurs biens; de
là s'en sont retournez en leur païs. Ce fait, les dits habitans
du dit Sainct-Nicolas, quatre jours après, se sont assemblez avec
ceux de leurs lieux circonvoisins, jusques au nombre de sept mil
personnes, ayant des habits blancs et des croix semblables aux autres
estrangers cy dessus declarés, et chantans aussi beaux cantiques et
oraisons, et portant bannières, croix, torches et cierges allumés,
et de ce conduisant le Sainct Sacrement de l'autel dessous un
beau ciel blanc que portoient les quatre principaux de la ville
de Sainct-Nicolas en la dite Lorraine, faisoient leurs prières et
oraisons en invocquant la grace de Dieu et de sa sainte mère. De là
ont prins leur chemin à monsieur sainct Marcou[335], faisants leurs
prières et devotions, à leur manière accoustumée. Le lendemain, qui
estoit le jour de la Nostre-Dame de my-aoust, se sont acheminez à
Notre-Dame de Liesse[336], où estantz arrivez feirent celebrer une
belle messe à la louange de Dieu et de Nostre-Dame de Liesse. Durant
le service de laquelle ilz estoient tous à genoux, tenantz en leurs
mains joinctes chacun leur croix et cierges allumez, rendant graces
à Dieu et à nostre Dame de Liesse, qu'il les vueille preserver et
garder de telle fortune que celle dont ils ont ouy reciter aux
pelerins d'Allemaigne. Laquelle chose faite, ont prins leur chemin
passant près la ville de Reims en Champagne pour aller droit à
Nostre-Dame de l'Espine[337], près la ville de Chalons, en la dite
Champagne. Les habitans d'icelle ville voyant la devotion en quoy
ils estoient versez, eulz esmeuz de compassion, les prierent fort
si c'estoit leur plaisir de passer par la dite ville de Chalons,
qu'ils les recevroient fort honorablement, dont les dits pelerins
les remercièrent, disant qu'ils avoient affection d'eux en retourner
en leur pays, pensant avoir accomply leur voyage, et ne vouloient
entrer en la dite ville, de peur de retarder leur voyage, auquel ils
avoient donné fin. Ce que voyans les habitans de la dite ville de
Chalons, se retirèrent dedans icelle, en prenant congé d'eux; les
aucuns se prindrent à plourer de la compassion qu'ils avoient de les
veoir en si bon ordre, prière et devotion, tellement que dès là les
dits pelerins prindrent leur chemin pour retourner en leurs païs.
Après la departie des dits pelerins, les habitans de Chalons se sont
resoluz de faire semblable procession comme eux, avec ceux de leurs
lieux circonvoisins, presque de dix lieux à la ronde, marchants nuds
pieds, chantans à haute voix de fort beaux cantiques à la louange de
Dieu et de la Vierge Marie; faisantz laquelle procession prindrent
leur chemin droict à Nostre-Dame de Lespine, où ilz feirent leurs
prières et oraisons. De là prindrent leur chemin à Nostre-Dame de
Liesse, où ils feirent aussi de mesme façon, et puis s'en allèrent en
la dicte ville de Reims, le premier dimanche de septembre, au nombre
de douze mille personnes; beaucoup desquelles estans de la religion
pretendue reformée furent convertis à celle des catholiques[338], où
ils feirent leurs prières et devotions dedans l'église Nostre-Dame,
entre lesquels estoient plusieurs de la ville de Vitry le Bruslé, de
la dite religion pretendue reformée, qui tous ensemble chantoient
melodieusement en la dite eglise de fort beaux cantiques, dont
messieurs les habitans de la ville de Reims, les voyans en si bon
ordre, les receurent bien honorablement et leurs presentèrent de
leurs biens, les larmes leur tombans des yeux de crève-cueur qu'ils
avoient par leur compassion de les veoir faire telles prières et
oblations, avec oraisons fort pitoiables, et ny avoit hommes ny
femmes et enfans qui ne plourassent à grosses larmes; et depuis ces
choses faictes, les dits pelerins s'en retournèrent en leurs pays,
et le dimanche mesme se trouva une grosse assemblée de monde qui
arriva dez le matin dans Saint-Fiacre en Brie[339], laquelle estoit
en nombre dix huict cens personnes, lesquelles feirent chanter une
belle grande messe, faisans leurs prières et devotions ainsi que
les autres pelerins dont est faict mention cy dessus; le service
divin de laquelle messe estant accomply, elles allèrent prendre
leur refection, puis après prindrent leur chemin à tirer droict
dans la ville de Meaux, sur les cinq heures du soir, dont depuis
leur arrivée s'en allèrent à la grande eglise, où ilz feirent leurs
oraisons et oblations devant la châsse de monsieur saint Fiacre,
chantans tous de beaulx cantiques ensemblement; dont messieurs les
habitans de la ville de Meaux, voians leur procession si honorable,
les retindrent une nuict en les traitant bien honnestement de leurs
biens, chacun selon son pouvoir; le soir estant venu, prindrent congé
de messieurs de la dite ville de Meaux, reprenans leur chemin droit
à Chateau-Tierry, d'où ils estoient. Le jeudy ensuyvant, sur les
trois heures après midy, arriva encores une procession d'alentour de
La Ferté sur Jouarre et de la ville mesme, laquelle fust mise en tel
estat que ceux qui estoient venuz à Sainct-Fiacre, jusques au nombre
de mil personnes, arrivèrent dans la ville de Meaux sur les trois
heures après midi, où estant les dites personnes, elles allèrent en
l'eglise Sainct-Estienne de Meaux faire leurs prières et oraisons,
en la sorte sus dite; lesquelles accomplies, tyrèrent droict à
monsieur sainct Prins[340], où icelles personnes estans arrivées
feirent celebrer une belle messe, laquelle ayant esté parachevée,
le vendredy d'après s'en allèrent à Sainct-Denis en France, où ils
reposèrent la nuict du dit jour de vendredy; le lendemain, qui estoit
le samedy, dès la pointe du jour, sont partis de Sainct-Denis pour
venir à Nostre-Dame de Paris[341] (dont de la dite procession il
y en avoit plusieurs qui estoient de la nouvelle religion, et se
sont retournez à Jesus-Christ, et croyant à l'eglise catholique),
tousjours chantant melodieusement par la ville, jusques à ce qu'ils
furent en la dite eglise, où ils feirent chanter une belle messe,
estans tous à genoux pendant le divin service, chacun d'eux ayant
leurs croix en leurs mains et un cierge ardant; laquelle dicte,
furent remerciez par messieurs les chanoines de Nostre-Dame de Paris,
qui leur feirent present de luminaires et torches pour reconduire le
Sainct-Sacrement de l'autel jusques en leurs païs. Pour retourner
auquel ils allèrent passer à Sainct-Maur-des-Fossez, où, ayants faict
leurs prières et oraisons, prindrent leur chemin pour tirer droict
à Sainct-Fiacre en Brie, depuis lequel lieu, après qu'ils y furent
arrivez et faict leurs devotions, ils s'en retournèrent en leurs
pays. Puis le depart desquelles personnes du dit Sainct-Fiacre, les
habitans de la ville de Meaux, se mettans en bon ordre et grande
devotion, se sont preparez à faire procession et aller pour ce faire
à Nostre-Dame de la Victoire, près de Senlis[342], jusques au nombre
de quinze cens, tant grands que petits. Ceux pareillement de Crecy,
la Chapelle, et de quelques autres villages de la Brye, jusques au
nombre de quatre mil deux cens, imitans leurs copatriaux et voisins,
après avoir visité plusieurs lieux de devotion, sont enfin arrivez à
la Saincte-Chapelle du Palais à Paris, conduisans comme les autres
la saincte Eucharistie, le lundy XIX septembre 1583[343], où fut
celebrée devotement la messe, après laquelle s'acheminans de là à
l'eglise de Nostre-Dame, et passant pardevant la maison de monsieur
le tresorier de la dite Saincte-Chapelle et evesque de Meaux, ils
furent receuz fort honnorablement par un bon nombre de gentils-hommes
qui pour ce faire avoient esté ordonnez par le dit sieur tresorier,
lesquels offrirent à tous les habitans pain, vin et viande, à la
mesure qu'ils passoient. Et ayans faict leur devotion et chanté
quelques antiennes en l'eglise Nostre-Dame, ont repris leur chemin
droit à Sainct-Fiacre, chantans hymnes et cantiques à la louange de
Dieu et de la glorieuse Vierge Marie, sa mère.

          [Note 329: L'Estoille, qui parle aussi très longuement
          de ces processions, leur donne pour motif les mêmes
          signes extraordinaires: «Ils disoient, écrit-il, parlant
          des pèlerins, avoir esté menez à faire ces penitences
          et pelerinages pour quelques feux apparents en l'air et
          autres signes, comme prodiges veuz au ciel et en la terre,
          mesme vers les quartiers des Ardennes, d'où étoient venus
          tels pelerins et penitents jusqu'au nombre de dix ou
          douze mille, à Notre-Dame de Reims et de Liesse pour même
          occasion.» (_Journal de L'Estoille_, coll. Michaud, t. 1,
          p. 165.)]

          [Note 330: «Vêtus de toile blanche, dit L'Estoille
          (_ibid._), avec mantelets aussi de toile sur leurs epaules,
          portant chapeaux ou de feutre gris chamarrés de bandes de
          toile, ou tout couverts de toile, sur leurs testes; et,
          en leurs mains, les uns des cierges et chandelles de cire
          ardente, les autres des croix de bois; et marchoient deux à
          deux, chantant en la forme des penitents ou pèlerins allant
          en pèlerinage.»]

          [Note 331: V. la première note.]

          [Note 332: Ville du grand-duché de Luxembourg, dans la
          forêt des Ardennes. L'église de l'abbaye, qui est fort
          belle, n'étoit pas encore reconstruite telle qu'on la voit
          aujourd'hui.]

          [Note 333: Village à une lieue de Namur.]

          [Note 334: Saint-Nicolas-du-Port, dans le diocèse de Toul.]

          [Note 335: L'église de Saint-Marcou se trouve à Corbeny,
          dans le département de l'Aisne, sur la route de Laon à
          Reims. Elle dépendoit de la cathédrale de cette dernière
          ville. Les rois y alloient faire une neuvaine après
          leur sacre, et avant de toucher les écrouelles. C'est à
          l'intercession de saint Marcou qu'ils devoient de les
          guérir.]

          [Note 336: Lieu de pèlerinage dans le département de
          l'Aisne, arrondissement de Laon.]

          [Note 337: Nous avons déjà parlé de ce célèbre lieu de
          pèlerinage, situé à deux lieues de Châlons-sur-Marne,
          dans une note de notre édition des _Caquets de
          l'accouchée_, p. 275. On peut consulter aussi
          Pavillon-Pierrard (_Description historique de l'église
          de Notre-Dame-de-l'Epine_, Châlons, 1825, in-8), et le
          _Magasin Pittoresque_, (t. 20, p. 233), qui a donné une
          excellente gravure de ce bijou de notre architecture
          gothique. Des érudits d'outre-Rhin avoient prétendu que
          cette chapelle avoit été construite par un prêtre de
          Cologne (_Coloniensis sacerdos_), et ils partoient de
          là pour soutenir que le style gothique étoit chez nous
          d'importation allemande. Leur principal argument étoit une
          inscription qu'ils lisoient en latin, mais qu'il falloit
          lire en patois champenois, comme M. Didron s'en avisa le
          premier. La voici: GUICHART ANTHOINE TOS CATRE NOS AT FET.
          Il s'agit des piliers du rond-point de l'église, que ce
          Guichart, maçon très champenois, avoit réédifiés _tous
          quatre_ au 15e siècle. V. la belle introduction du livre
          de M. L. Dussieux: _Les artistes françois à l'étranger_.
          Paris, Gide et Baudry, 1856, gr. in-8, p. XI-XII.]

          [Note 338: Ceci nous explique le motif de ces processions,
          manifestation évidente des catholiques contre ceux de la
          religion. Nous y trouvons aussi la raison de ces promenades
          de pénitents que Henri III conduisoit à la même époque dans
          les rues de Paris. Où l'on n'a voulu voir que des mômeries
          ridicules, il faut reconnoître une démonstration catholique
          exigée par les besoins du moment. Cette année même, au mois
          de mars, Henri III avoit donné à ces sortes de professions
          de foi un caractère pour ainsi dire officiel, par la
          création de la confrérie des Pénitents. (_Journal_ de P.
          Fayet, p. 28.)]

          [Note 339: V. plus haut, p. 234.]

          [Note 340: Village du département de Seine-et-Oise, canton
          de Montmorency. Les fidèles y affluoient autour de la
          châsse du saint qui lui avoit donné son nom. C'est surtout
          le dimanche après le 12 juillet que les gens de Paris y
          couroient en foule.]

          [Note 341: «Le 10 septembre, dit L'Estoille, vindrent à
          Paris, en forme de procession, huict ou neuf cens qu'hommes
          que femmes, que garçons que filles. Ils estoient habitants
          des villages de Saint-Jean, des deux Gémeaux et d'Ussy
          en Brie, près La-Ferté-Gaucher, et estoient conduits par
          les deux gentilshommes des deux villages susdits, vestus
          de mesme parure, qui les suivoient à cheval, et leurs
          damoiselles aussi, vestues de mesme, dedans un coche. Le
          peuple de Paris accourut à grande foule pour les voir
          venans faire leurs prières et offrandes en la grande eglise
          de Paris, esmeu de pitié et commiseration, leur voiant
          faire tels penitentieux et devocieux voyages, pieds nuds et
          en longueur et rigueur des chemins.»]

          [Note 342: L'abbaye de la _Victoire_, à une demi-lieue
          environ au levant de Senlis. Elle avoit été fondée en 1214
          par Philippe-Auguste, après la bataille de Bouvines. V.
          Vatin, _Senlis et Chantilly_, 1847, in-8, p. 173.]

          [Note 343: «Les 19 et 20 du dit mois de septembre, écrit
          L'Estoille, cinq autres compagnies de semblables penitents
          et pelerins vestus et accommodés, chantans et marchans
          de mesme façon que les precedents pour mesme occasion,
          habitans des villages et bourgs de Cerci, Villemaroeil,
          Saint-Clerc, Jouarre et autres lieux de la Brie, et de
          Roissy en France, et firent leurs prières et offrandes à la
          Sainte-Chapelle, et à Notre-Dame, et à Sainte-Geneviève.
          En plusieurs autres endroits de Brie, Champagne, Valois
          et Soissonnois, se firent de plusieurs villages pareilles
          peregrinations et processions de lieu à autre, en grande
          devotion, pour mesme occasion, et encore à ce qu'il
          pleust à Dieu et à Nostre-Seigneur, par l'intercession
          de la bienheureuse Vierge Marie, sa mère, que ces bonnes
          gens alloient prians et invoquans par leurs cantiques et
          oraisons, appaiser son ire et preserver le pauvre peuple de
          la contagion de la peste, qui fut aspre et grande par tout
          ce royaume, nommement à Paris et aux environs, tout au long
          de l'automne.»]

Priant nostre Seigneur Jesus-Christ (amy lecteur) qu'il nous vueille
preserver et garder des astres qui nous menassent, dont l'experience
s'est montrée, ainsi que verrez par ce present discours.


_Fin._



_Le Canard qui mange cinq de ses frères, et qui est mangé à son tour
par un colonel[344]._

          [Note 344: Cette pièce singulière, qui sous son titre
          burlesque cache une sorte d'apologue dont le sens avoit
          alors une grande portée, date des premiers temps de
          l'Assemblée constituante. Nous l'avons trouvée à la
          Bibliothèque impériale: V. _Catalogue de l'histoire de
          France_, t. 2, p. 528, nº 1767. Il n'étoit pas rare, à
          l'époque de Necker et de Calonne, de voir personnifier sous
          la piètre figure de dindons ou de canards plumés et prêts à
          mettre en broche, le non moins piètre sort des gens frappés
          par les impôts. Ainsi, c'est alors qu'on avoit mis en vers
          la parabole de ces misérables volatiles, consultés pour
          savoir non pas s'ils seroient mangés, mais à quelle sauce
          ils devroient l'être. V. Sallier, _Annales françoises_, 1re
          édit., p. 62, note. On en avoit fait aussi une caricature
          assez amusante, dont voici la légende: c'est Calonne, sous
          la figure d'un singe à la tribune, qui préside et qui
          parle; ce sont les canards et les dindons qui répondent:
          «Mes chers administrés, je vous ai assemblés pour savoir à
          quelle sauce vous voulez être mangés.--Mais nous ne voulons
          pas être mangés du tout!!!--Vous sortez de la question!...»
          (A. Challamel, _Histoire musée de la Révolution_, 3e
          édit., p. 11-12.)--De toutes ces facéties, au crayon et à
          la plume, celle que nous donnons ici n'est pas la moins
          curieuse. Il en fut fait plus tard une contrefaçon par
          un journaliste belge, Norbert Cornelissen, le même «qui,
          pendant cinquante ans, dit M. de Reiffenberg, eut, comme
          Diderot, de l'esprit pour tout le monde, et défraya la
          ville de Gand de discours, d'improvisations, de notices, de
          programmes, etc.» (_Annuaire de la Bibliothèque royale de
          Belgique_, 1850, p. 28.) Un jour il publia qu'on venoit de
          faire une expérience intéressante bien propre à constater
          l'étonnante voracité des canards: «On avoit, écrit-il,
          réuni vingt de ces volatiles; l'un d'eux avoit été haché
          même avec ses plumes et servi aux dix-neuf autres, qui
          en avoient avalé gloutonnement les débris; l'un de ces
          derniers à son tour avoit servi immédiatement de pâture
          aux dix-huit suivants, et ainsi de suite jusqu'au dernier,
          qui se trouvoit par le fait avoir dévoré ses dix-neuf
          confrères, dans un temps déterminé très court.» C'est tout
          à fait notre histoire, avec cette différence que, dans la
          pièce de 1789, le mangeur finit par être mangé et que le
          massacre de canards n'est pas aussi considérable; l'un dans
          l'autre, il n'y en a que six plumés et dévorés. L'écrivain
          belge, qui attribue l'invention à Cornelissen, ajoute:
          «Cette petite histoire fut répétée de proche en proche par
          tous les journaux et fit le tour de l'Europe. Elle étoit à
          peu près oubliée depuis une vingtaine d'années, lorsqu'elle
          nous revint d'Amérique, avec tous les développements
          qu'elle n'avoit point dans son origine, et avec une espèce
          de procès-verbal de l'autopsie du dernier survivant,
          auquel on prétendoit avoir trouvé des lésions graves dans
          l'oesophage. On finit par rire de l'histoire du _canard_,
          mais le mot resta.» L'étymologie nous sembleroit curieuse
          et acceptable si nous ne savions que dès le 16e siècle on
          disoit, dans le sens de mentir: _vendre ou donner un canard
          à moitié_, et pour menteur: _un donneur de canards_. V.
          _Les Néapolitaines_ de Fr. d'Amboise (anc. Th., t. 6, p.
          301); Cotgrave, cité par Oudin, _Curiositez françoises_,
          au mot _Canard_. V. aussi la _Comédie de proverbes_, acte
          3, se. 7; Venéroni, _Dictionnaire françois-italien_, 1723,
          in-4, au mot _Canard_; et surtout Francisque-Michel,
          _Etudes de philologie comparée sur l'argot_, p. 88.]


J'ai connu très particulièrement, mon cher oncle, un colonel au
service de Hollande, fort gourmand, et même un peu goulu; ce brave
militaire avoit imaginé une manière peu commune de manger des canards
excellens, et voici quelle etoit sa methode:

Ce fier Batave faisoit chercher six canetons, que l'on plaçoit dans
un endroit où ils pouvoient barboter à leur aise, et trouver de quoi
s'empifrer comme des chanoines. Lorsque le gourmand s'appercevoit
que sa troupe choisie commençoit à avoir une demarche lourde et
embarrassée, il examinoit avec soin celui qui avoit le mieux profité,
et, quand il voyoit qu'il y en avoit un qui avoit un ventre qui
touchoit presque à terre, il lui attachoit un ruban rouge à la patte.
Le cuisinier savoit ce que cela vouloit dire, et, en consequence, le
lendemain, il prenoit un des cinq compagnons, le tuoit, le plumoit,
le coupoit par morceaux, et le faisoit manger par celui qui avoit été
honoré du cordon. Cet honnête frère auroit fort bien expedié dans un
jour toute la chambrée; mais comme ce n'etoit pas tout à fait pour
lui faire fête qu'on le nourrissoit de cette façon, on avoit soin de
lui menager sa bonne fortune, et ordinairement ce n'etoit que le neuf
ou le dixième jour qu'il avaloit le dernier.

Le mangeur avoit son tour; mais sa destinée etoit plus noble,
puisqu'il étoit reservé pour la bouche du colonel: aussi, avant
d'être sacrifié, il avoit l'avantage d'être loué par l'etat-major
du regiment; j'en ai même vu quelques-uns qui ont eté assez heureux
pour paroître au gala couronnés avec autant d'eclat que l'echappé des
isles Sainte-Marguerite.

Mais, mon cher neveu, me direz-vous, qu'ont de commun vos canards
et votre colonel hollandois avec les affaires importantes que nous
traitons dans ce moment? Le voici, mon cher oncle:

J'etois hier au soir au Jardin du Roi, lorsqu'un petit chirurgien
qui arrivoit de Versailles nous dit: «Messieurs, je vous apporte
une nouvelle bien singulière: on assure que MM. les évêques deputés
sont convenus de manger chacun par jour un curé; et, d'après le
calcul de M. de Lalande, ces prélats avaleront les derniers le 12
de ce mois[345]. Or, s'il est vrai, comme je n'en doute pas, que
messeigneurs, après avoir empifré nos bons pasteurs, les croquent,
j'ose me flatter que vous ne révoquerez pas en doute la petite
friandise de mon colonel hollandois, puisque, par sa nature,
un canard, à ce que disent les Italiens, est comme un cardinal,
c'est-à-dire un animal _vorax et rapax_.»

          [Note 345: Il est fait allusion ici aux discussions élevées
          dans le sein de l'Assemblée constituante au sujet du sort
          des curés, dont un grand nombre fut piètrement réduit à la
          portion congrue, tandis que le magnifique traitement des
          évêques étoit maintenu et que plusieurs de leurs pareils
          continuoient à s'engraisser en d'opulents bénéfices. V.
          le _Moniteur_ du 23 au 28 sept. 1789. Sélis, dans son
          intéressante brochure: _Lettre d'un grand vicaire à un
          évêque sur les curés de campagne_, in-8 de 32 pages, 1789,
          met en regard le sort d'un curé à portion congrue et celui
          d'un curé voisin dont le bénéfice vaut 10,000 fr.]


_Réponse de M. le Curé à son neveu._

Vous avez cru, mon cher neveu, me faire une plaisanterie; eh bien,
il faut que je vous avoue que nous avons parmi nous beaucoup de
canetons, et qu'à l'exception de quatre ou cinq de nos prélats
députés, les autres cherchent à nous faire barboter et à nous
empifrer. Je connois même plusieurs de mes confrères qui, après
avoir mangé deux ou trois de leurs camarades, ont été avalés par nos
messeigneurs; mais, Dieu merci, jusqu'à présent, on n'a pas encore
enlevé de mes ailes une seule plume. Je lis tous les matins mes
instructions, et je dis: Louis XVI t'a rendu tes droits; souviens-toi
que le curé de V..... est assis à côté de ce pontife orgueilleux,
qui, l'année dernière, le faisoit attendre deux heures dans son
anti-chambre, qui croyoit qu'il étoit du bon ton de ne pas l'admettre
à sa table, et qui souvent, sans vouloir l'écouter, le renvoyoit à un
jeune grand vicaire, nourri de vanité, pétri de suffisance et moins
instruit qu'un enseigne des gardes françoises. Rappelle-toi que la
dignité de ton sacerdoce ne te permet aucune complaisance, et que tu
ne dois jamais oublier que le Roi te regarderoit comme le plus vil
des esclaves, si après avoir eu la bonté de rompre tes chaînes, tu
les reprenois. Soyez donc, mon cher neveu, tranquille sur mon sort,
et dites à votre carabin que je ne permettrai pas qu'on m'attache
le ruban à la patte, quand bien même l'on me flatteroit de l'honneur
d'être croqué par une éminence.

Nous avons, vous et moi, deux tâches bien difficiles à remplir: si
vous tuez votre malade, c'est pour toujours; et moi, si je n'ai pas
soin de son ame, il est perdu pour l'éternité. Travaillons donc avec
zèle, et marchons avec fermeté et courage chacun dans notre état.

Adieu, je vous embrasse de tout mon coeur.


_Fin._



FIN DU TOME VII.



TABLE DES PIÈCES

CONTENUES DANS CE VOLUME.


   1. Manifeste et prédictions des plus véritables affaires
      qui se doibvent passer en France cette année 1620, par
      le sieur de La Bourdanière                                     5

   2. La faiseuse de mouches                                         9

   3. Les plaisantes ruses et cabales de trois bourgeoises
      de Paris                                                      19

   4. L'Archi-Sot, écho satyrique                                   37

   5. Sur les revenus des Pasteurs                                  53

   6. La Requeste présentée à Nosseigneurs du Parlement... pour
      la diminution d'une demie année des loyers[346] des maisons,
      chambres et boutiques (19 juin 1652)                          61

          [Note 346: Depuis l'impression de cette pièce nous avons
          trouvé une note curieuse à y ajouter. Le 15 avril 1722
          fut rendu un arrêt statuant sur les loyers de la ville de
          Versailles, dans lequel il est dit: «Se réserve Sa Majesté
          de pourvoir à la fixation des loyers, en cas d'excès de
          la part des propriétaires.» (_Journal_ de Marais, _Revue
          rétrospective_, 30 nov. 1836, p. 203.)]

   7. Reproches du capitaine Guillery faits aux carabins,
      picoreurs et pillards de l'armée de messieurs les
      Princes                                                       71

   8. Manifeste de Pierre du Jardin, capitaine de la Garde,
      prisonnier en la Conciergerie du Palais                       83

   9. Histoire du poète Sibus                                       89

  10. Discours sur les causes de l'extresme cherté qui est
      aujourd'hui en France (1586)                                 137

  11. Le May de Paris                                              193

  12. Le pot aux rozes decouvert du plaisant voyage fait par
      quelques curieux au bois de Vincennes, à dessein de voir
      Jean de Werth                                                199

  13. Edict du Roy pour contenir les serviteurs et servantes
      en leurs devoirs                                             205

  14. Discours de la deffaicte qu'a faict M. le duc de Joyeuse et
      le sieur de Laverdin contre les ennemis du Roy à La Motte
      Sainct-Eloy                                                  211

  15. Lettre de Calvin, apportée des enfers par l'esprit du
      sieur Groyer, aux pasteurs du petit Troupeau                 217

  16. Discours de la prinse du capitaine Chapeau et du capitaine
      la Callande, ensemble l'exécution qui en a esté faicte à
      Montargy                                                     227

  17. Sur l'enlèvement des reliques de saint Fiacre, apportées
      de la ville de Meaux pour la guérison du derrière du
      C. de R.                                                     231

  18. Institution de l'Ordre des Chevaliers de la Joye,
      établi à Mézières                                            237

  19. La grande division arrivée ces derniers jours entre
      les femmes et les filles de Montpellier                      247

  20. Discours de la fuyte des impositeurs italiens                261

  21. Les ceremonies faites dans la nouvelle chapelle du
      chasteau de Bissestre le 25 aoust 1634                       271

  22. Discours nouveau de la grande science des femmes, trouvé
      dans un des sabots de maistre Guillaume                      281

  23. Les amours du Compas et de la Règle, et ceux du Soleil
      et de l'Ombre                                                287

  24. Ennuis des paysans champestres                               295

  25. Le plaisir de la noblesse, sur la preuve certaine et
      profict des estauffes et soyes..., par B. de Laffémas        303

  26. Conspiration faite en Picardie (1576)                        315

  27. La nouvelle defaitte des Croquans en Quercy, par
      M. le mareschal de Themines                                  323

  28. Les vertus et propriétés des Mignons                         331

  29. Passage du cardinal de Richelieu à Viviers                   339

  30. Le vray Discours des grandes processions qui se font
      depuis les frontières de l'Allemagne jusques à la France
      (1584)                                                       347

  31. Le Canard qui mange cinq de ses frères et qui est mangé
      à son tour par un colonel                                    359

       *       *       *       *       *

[Notes au lecteur de ce fichier numérique:

--Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées. L'orthographe de l'auteur a été conservée.

--Les dates suivantes ont été remplacées:

---- "(10 avril 1653)" par "(10 avril 1563)"

---- "24 mars 1483," par "24 mars 1583"

--Les lettres supérieures unusuelles sont encadrées de parenthèses.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Variétés Historiques et Littéraires (7 / 10) - Recueil de pièces volantes rares et curieuses en prose et en vers" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home