Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Variétés Historiques et Littéraires (10 / 10) - Recueil de poèces volantes rares et curieuses en prose et en vers
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Variétés Historiques et Littéraires (10 / 10) - Recueil de poèces volantes rares et curieuses en prose et en vers" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



  VARIÉTÉS

  HISTORIQUES

  ET LITTÉRAIRES

  Recueil de pièces volantes rares et curieuses
  en prose et en vers

  _Revues et annotées_

  PAR

  M. ÉDOUARD FOURNIER

  TOME X



  A PARIS

  Chez PAGNERRE, Libraire

  M.DCCCLXIII



_L'Oeconomie ou le vray Advis pour se faire bien servir, par le sieur
Crespin_[1].

_A Paris._--M.DC.XLI.

          [Note 1: Nous ne savons rien sur le sieur Crespin, auteur
          de cette pièce très curieuse et fort rare. On verra
          seulement un peu plus loin qu'il étoit maître d'hôtel de la
          marquise de Lezay.]


_A haute et puissante dame Madame la marquise de Lezay_[2].

          [Note 2: Noble dame d'une des meilleures maisons du Poitou,
          ancêtre du marquis de Lezay-Marnésia, littérateur agréable,
          qui fut député aux états généraux en 1789, et de son fils
          le comte de Lezay-Marnésia, préfet sous l'Empire. Mme de
          Lezay fut, à ce qu'il paroît, une dame accomplie, la «femme
          forte» de l'Écriture, comme le sieur Crespin le dira tout
          à l'heure. Bien qu'elle eût, à ce qu'il paroît, un grand
          train de maison, sa vie fit si peu de bruit, et donna si
          peu de prise au scandale, que Tallemant ne l'a pas même
          nommée, Saint-Simon non plus.]

MADAME,

Comme je suis extremement obligé à vostre grandeur, qui m'a receu à
vostre service au temps que j'estois delaissé d'une bonne partie de
mes plus familiers amys; maintenant que je respire le doux air qui
s'exale en moy par vostre faveur, je ne sçay comme quoy recompenser
ce vray office de charité que vous avez employé en mon endroit, si
ce n'est par des services continuels, suivis d'une parfaite humilité
deuë à vostre qualité: ayant desja acquis par vostre bienveillance le
titre de maistre d'hostel, charge de laquelle j'estois indigne[3],
si l'ordre que vous avez estably en vostre maison ne m'y eust dressé
et appris; protestant de vostre prevoyance, est le meilleur que
j'aye jamais veu pratiquer, depuis que j'ay l'honneur de servir
les grands; car l'on peut dire avec vérité que vous estes cette
femme que le sage appelle forte, capable d'édifier et gouverner
la maison du juste, tant il est vray que toute choses sont en la
vostre prudemment observées: ce que considérant en moy-mesme, je
me suis représenté l'estat malheureux auquel beaucoup de personnes
se trouvent enveloppez pour n'avoir pas conduit leur mésnage assez
dextrement; et sur cette pensée, je suis avisé de les envoyer chez
vous pour apprendre leur leçon, car je sçai par bonne experience
qu'ils n'auront pas esté deux fois en vostre escole, sans en tirer
un grand profit; mais comme la presse seroit trop grande, je vous
supplie, Madame, de recevoir ce petit traité, que je presente à
vostre grandeur, pour puis apres estre (suivant vostre volonté),
eslargy et donné au public, quoy qu'il ne soit digne de vostre
hautesse, si ne laissera il pas de monstrer et apprendre aux nouveaux
maistres d'hostels le contenu de leur charge; vous me le permettez,
Madame, s'il vous plaist, car estant sous vostre protection, il sera
exempt de la censure des medisants, et pareillement receu de beaucoup
d'esprits curieux qui en pourront faire leur profit. Continuant mes
voeux en vous servant fidèlement, je demeureray

  Madame,

  Vostre très humble, affectionné et obeyssant serviteur,

                                                      CRESPIN.

          [Note 3: C'étoit, après celles de l'intendant et de
          l'aumônier, la plus importante d'une grande maison bien
          réglée. «La charge de maistre d'hostel, dit Audiger,
          regarde la dépense générale qui se fait journellement dans
          une grande maison, suivant l'ordre qui luy en est donné
          par le seigneur ou son intendant. Pour bien s'acquitter de
          son devoir, il doit estre expert et capable d'establir ou
          maintenir le bon ordre dans une maison, et ne point manquer
          à donner à chacun ce qu'il doit avoir, sans augmentation ni
          diminution. C'est à luy de choisir de bons officiers tant
          d'office que de cuisine, et quand ils ne se trouvent pas
          capables ou qu'ils ne font pas leur devoir, les changer
          ainsi que les marchands fournissant pour la bouche ou
          autres, dont il doit prendre connaissance.» _La Maison
          réglée_, etc. Amsterdam, 1700, in-8º, liv. I, ch. 13.]

       *       *       *       *       *

AU LECTEUR.

Amy Lecteur, mon principal but et dessein par lequel j'ay fait ce
petit traité, que je te presente avec mon humble service, sera pour
te prier de ne point censurer la première ouverture que je te fais
de mes oeuvres; ains je te prie de le recevoir en bonne part, et
continuer la lecture, qui n'est icy tracée que pour t'en servir et
faire par icelle ton profit: t'arrestant au point lequel te fera
voir un tableau, dont beaucoup de personnes ont eu leurs testes
voilées, lesquels, pour ne s'estre pas informez du sujet pourquoy
leurs maisons sont tombées en ruine, se sont trouvez enveloppez dans
de grands embarras traisnant après eux diverses adversitez; et tels
revers de fortune viennent bien souvent à cause de la négligence que
l'on a en ne faisant pas boucher des petits trous, qui, à la longueur
du temps, deviennent plus grands et d'autant plus dommageables. Mais
comme le temps d'apresent leur a fait lever le voile, ils voyent
bien le désordre de leur maisons lors qu'il n'en est plus temps;
c'est pourquoy j'ay fait ce petit esclaircissement afin de les ayder,
et pour leurs maistres d'hostels nouveaux, qui pourront prendre
d'oresnavant, pour songer à tout; c'est mon dessein, comme estant
porté d'affection à te faire service, et comme je suis tout à toy.

                                       Adieu.

       *       *       *       *       *

_L'Oeconomie ou le vray Advis pour se faire bien servir._

Ceux qui depuis vingt ans ont escrit la forme et manière de vivre
parmy les grands, et qui principalement se sont trouvez honorez de
courir en leurs tables et festins, ou bien, comme l'on dit, aux
disners d'amis, et ceux qui familierement se donnent à souper les
uns aux autres, peuvent, en lisant ce petit traité, cognoistre en
partie la vérité, et le sujet de tant de changements et renversements
de cuisines[4] qui se font journellement ès maisons des grands
seigneurs; car ce n'est pas seulement entre les personnes de qualité
où se voient ces diverses mutations; mais, descendant de degré en
degré jusques aux moindres, qui, se voyants comme affaiblies par les
excès des tables, se contentent maintenant à ne pas tant ouvrir de
fois leurs bourses pour l'entretien de leurs bouches[5].

          [Note 4: Il y avoit alors déjà des modes pour la cuisine
          comme pour les habits. On peut voir dans _les Délices de la
          campagne_, etc., de Nicolas de Bonnefons, 1655, in-8º, la
          liste et la description d'un nombre prodigieux de gâteaux,
          rots, plats de légumes, poissons, crèmes, depuis peu à la
          mode.]

          [Note 5: V. sur les excès ruineux de la gastronomie,
          introduite en France, avec tous ses raffinements, par les
          Italiens de la suite des Médicis, le _Discours_ de Bodin
          _Sur les causes de l'extrême cherté_, dans notre t. VI, p.
          160-161.]

Il y a donc maintenant une reforme generale dont la cause en est
assez cognüe par aucuns. Pour moy (advertissant un chacun à faire
son profit), je diray que ça esté par la trop mauvaise conduite de
ceux qui gouvernoient leurs maisons, donnant tout, pour puis après
ne rien avoir, achetant à grand prix un petit vent de faveur, qui
se dissipe le plus souvent par la plus simple pluye qui soit en la
moyenne region de l'air, et par ce moyen attirer à eux des gens qui
s'accordent en leurs faits, dits et actions, faisant grande chère à
ceux qui bien souvent les vendent à belle mesure, n'attribuant leur
labeur qu'à une parfaite gausserie[6].

          [Note 6: Moquerie, duperie. Le verbe _gausser_ et le
          mot _gausseur_ sont plus employés que _gausserie_, leur
          dérivé. Il étoit toutefois en usage dans cette expression
          proverbiale: «_Gaüsserie_ (pour plaisanterie) à part.»
          _Comédie des Proverbes_, Anc. Théâtre, t. IX, p. 334.]

Les autres bouleversent les maisons par le jeu, par les débauches
excessives, despences inutiles qui ne rapportent aucun profit, et
qui ne laisse pas de coûter beaucoup, ne se contentant pas de ce
que la nature leur produit: ainsi ils recherchent des nouveautez
surnaturelles, qui ne servent qu'à ruyner ceux qui viennent après
eux, lesquels bien souvent sont privez de la maison de monsieur
tel, à cause du remboursement de la somme de quatre cens mil escus,
tant du plus que du moins, que ledit tel devoit avoir par contract
de constitution de rente fait et passé en l'estude de tel et tel,
notaires, sans conter les autres parties des marchands en gros et en
détail; de sorte qu'il se rencontre bien souvent qu'il n'y a pas
de quoy faire inhumer le corps de monsieur tel, lorsqu'il est mort,
contraignant quelquesfois les heritiers de jetter les clefs sur la
fosse[7]. Des crieurs en tels convois ne sont guères occupez; car
ordinairement les curez mesmes y perdent leurs droicts.

          [Note 7: Les héritiers qui renonçoient à une succession
          jetoient les clefs de la maison du mort sur sa fosse. La
          veuve qui n'acceptoit pas l'héritage faisoit de même, et
          de plus déceignoit sa ceinture sur la tombe. V. _Anciennes
          coutumes du duché de Bourgogne_, titre des _Fiefs_.]

Cependant donc que le corps de monsieur tel (qui de riche qu'il
estoit durant sa vie, est devenu après sa mort pauvre) est gisant
sur la paille, a le plus souvent pour compagnie le commissaire, le
greffier, le sergent, gens esveillez, qui, à la requeste d'un tel
et d'un tel, pose le sceau jusqu'à ce qu'il soit déclaré quelque
respondant, ou gardien des meubles. Je vous laisse à penser si, en
cette rencontre, se trouve là quelqu'un qui soit venu trop tard
pour avoir sa part de ce qui luy est deub, et que l'on luy dise que
tout est perdu pour luy et qu'il n'y a rien à esperer, le priant
bien humblement de ne s'en point fascher ains se consoler, que ne
fera-t-il point? Ne donnera-t-il pas monsieur un tel à tous les
diables?

Que si telle chose arrive à quelque maranière[8] ou poissonnière des
halles, de quelle malediction ornera elle point le drap mortuaire
de son debteur trespassé? car pour son _libera_, elle invoque les
Diables d'Enfer pour y emporter son ame.

          [Note 8: _Marinière._]

Pareillement, si cela s'adresse à un boucher, gens où la pitié
quelquesfois trouve place, quel _De profundis_ dira-il pour le
defunct qui luy a fait perdre son bien? je ne sçay, mais au moins je
croy que Dieu par luy est bien mal prié: car je croy que celuy qui se
voit frustré de la somme de deux mil livres, il ne peut pas songer à
autre chose qu'à sa perte.

Je me suis trouvé une fois en pareille rencontre, sçavoir d'un
boucher, qui, voyant que cette femme pleuroit et se deconfortoit,
voulut se mesler de luy donner quelque consolation, luy disant:
mamie, malheureux sont les personnes qui ont affaires à tels
affronteurs, car j'en suis logé aussi bien que vous à la
levrette[9], et attrappé comme un renard[10]; c'est pourquoy vous
ne vous devez tant affliger, car vos pleurs vous ferons pas plutost
payer. Il se rencontra là un marchand de draps qui avoit sa part
aussi bien que ces deux au gasteau, lequel, prenant la parole, dit au
boucher: nous nous devons bien plus affliger, elle et moy, que vous;
lors le boucher, respondant, dit: pourquoy? pour ce, dit le marchand,
que si vous avez livré à M. tel des boeufs, des moutons et des veaux
qui sont mangez, au moins vous a-il laissé les peaux et le reste pour
maintenant en faire vostre profit, et nous n'avons rien, elle et
moy, qui nous puisse d'oresnavant profiter. Ne voyla pas une belle
consolation que se donnèrent ces trois personnes.

          [Note 9: Nous ne connaissions pas cette singulière
          locution, et nous n'en comprenons guère le sens. Il peut
          s'expliquer, toutefois, si l'on songe que _levretter_,
          _levrauder_, vouloit dire poursuivre, harceler, et que, par
          conséquent, _être levretté, levraudé_, signifioit: _être
          poursuivi_, _malheureux_. Le premier mot se trouve dans un
          vieux poète, cité dans le _Dictionnaire étymologique_ de
          Noël, t. II, p. 155:

                          ..... Hélas! c'est povreté
               Qui, an et jour, m'a si fort _levretté_.

          Quant à _levraudé_, il se trouve dans Voltaire: «Il est
          un peu extraordinaire, dit-il au mot _Homme_ du _Diction.
          philosoph._, qu'on ait harcelé, honni, _levraudé_ un
          philosophe de nos jours très estimable....» Ailleurs, dans
          les _Mémoires sur sa vie_, écrits par lui-même, il dit: «Je
          crois qu'il vaut mieux bâtir un beau château, comme j'ai
          fait, y jouer la comédie et y faire bonne chère, que d'être
          _levraudé_ à Paris comme Helvétius, etc.» Edit. Gotha,
          1790, in-8º, t. 71, p. 311.]

          [Note 10: Ici, comme dans le vers de La Fontaine (_le
          Renard et la Cigogne_):

               Honteux comme un renard qu'une poule auroit pris, etc.,

          se trouve un souvenir du _jeu de damier_, où l'on voit
          un pion représentant le _renard_, serré de si près par
          d'autres qui jouent le rôle de poules, et si bien enfermé
          dans un angle, qu'il ne peut plus ni avancer ni reculer.
          Adry, _les Jeux de l'Enfance_, p. 250-251.]

Or je dis que pour ne point tomber d'un si haut mal, il faut avec
soin vivre avec ordre, et bon mesnage desormais; c'est pourquoy
la plus part des grands, par exemple, doivent mettre une bonne
reigle en leurs maisons; mais comme tous ne peuvent pas songer ny
gouverner comme il faut un mesnage, et que même il n'est pas bien
seant à leur condition de se mesler de la diversité de leur table,
considerons premierement qu'il est bon d'avoir un homme fidèle et
bien experimenté en l'oeconomie, qu'il soit absolument et du tout
chef d'hostel[11], et par dessus tous les autres domestiques,
et qui ne rende compte qu'au seigneur de la maison de qui il a
reçeu l'ordre de commander: prenant soin qu'il ne s'y passe point
d'amourettes qu'elles ne soient cogneuës pour bonne du seigneur
et de la dame, pour autant que sous telles amitiez, il se fait
ordinairement d'estranges droleries, qui bien souvent passent pour
scandaleuses et de nul effet; aussi est-ce le point principal, à quoy
le maistre d'hostel doit prendre garde, car il y va de l'interest et
de l'honneur pour son seigneur, et le maistre d'hostel doit tous les
soirs prendre advis avec les officiers de cuisine, et de faire rendre
compte de la despence du jour, pour puis après en rendre compte à son
seigneur devant ses domestiques, et sans passion[12].

          [Note 11: Le mot _chef_ pour premier cuisinier vient de là.]

          [Note 12: C'est ce que dit le sieur Audiger dans le passage
          de sa _Maison réglée_ que reproduit notre note, p. 2.]

Il me souvient en passant d'une maison ou j'estois autrefois,
laquelle estoit toute remplie d'amourettes, que le plus petit jusques
au plus grand estoit entaché de cette furieuse maladie; et pour vous
dire la verité, je n'ay jamais vu gens si prompts et charitables à
se secourir les uns les autres en ce sujet, que je puis dire qu'il
n'y a point de religion ou l'on pratique plus cette saincte oeuvre,
tant recommandée en un meilleur sujet qu'en cette folie; car tel
aymoit telle, qui croyoit que ce fust par le moyen de telle ou tel
qu'il falloit l'avoir en amitié, et pour ainsi ils n'osoient ou ne
pouvoient s'accuser les uns les autres. Ainsi bien souvent le maistre
d'hostel excusoit le cuisinier et le sommelier, car lorsque Monsieur
disoit que rien n'estoit cuit ou bon, ou que la viande sentoit le
_reland_[13], ou que tout estoit trop salé, le maistre d'hostel,
qui sçavoit la cause d'où provenoit toutes ses deffectuositez, ne
disoit pas que c'estoit l'amour du cuisinier qui rendoit ainsi les
viandes mal apprestées, mais au contraire faisoit ses excuses envers
Monsieur, disant que c'estoit le temps qui en estoit la cause, ou que
le cuisinier se portoit mal, que le bois estoit vert, que par malheur
il estoit arrivé que le pot s'estoit cassé en voulant dresser le
potage, qui faisoit que le bouillon n'estoit pas si bon qu'il devoit
estre, d'autant que la graisse estoit perduë, tant y a que toutes les
meilleures excuses qu'il pouvoit trouver pour le cuisinier, il le
faisoit, afin que reciproquement le cuisinier excusat ses deffauts
envers son seigneur, et pour ne pas luy reveler que le maistre
d'hostel se promenoit tous les jours avec sa maistresse, ou bien
qu'il s'estoit fait une bonne collation aux depens du seigneur.

          [Note 13: C'est-à-dire sentir le _gâté_, le _renfermé_. V.
          l'_Ancien Théâtre_ de la Biblioth. Elzévir., t. VIII, p.
          77.]

Cependant que la fille de chambre carressoit le valet de mesme
condition, que le cocher avec une semblable à luy, que les chevaux,
mal pensez, n'estoient pas le plus souvent visitez de l'escuyer, qui,
pour s'en rapporter au pallefrenier, passoit legerement par dessus la
sujection de sa charge, ayant d'autres affaires plus pressantes en
ville que celle-là. Cependant il donne ou fait donner tout ce qu'il
faut, sans regarder les parties du charon et du mareschal, et mesme
se fait aymer du cocher, afin qu'il ne parle pas du lieu où il a mené
monsieur l'escuyer; que s'il tarde trop, il s'excuse sur c'est cecy
ou cela qui en est cause; enfin il dit tout ce qu'il veut, hormis
la forte amitié qu'il porte à une telle, qui enfin voit et sent son
ventre enfler, pour laquelle cause l'un s'en va, et l'autre prend
Guillot pour mary, l'autre prend Perette pour femme; un autre est
en fuite pour l'enfant que l'on luy vouloit donner; l'autre plaide
par devant l'official[14] et jure qu'il n'a jamais fait cela à la
quidante qui veut couvrir son honneur du manteau du mariage; bref
c'est un passe-temps que de voir un tel mesnage en une maison.

          [Note 14: Sur ces procès par-devant l'official, dont
          le résultat ordinaire étoit de forcer le père à
          prendre l'enfant et à donner une certaine somme, comme
          dédommagement, à la fille engrossée, V. notre t. I, p.
          319-320, note.]

Les créanciers, d'autre part, demeurent sans estre payez, car le
seigneur dit que pour luy il ne doit rien; le maistre d'hostel dit
qu'il donnoit l'argent au cuisinier; le gentilhomme[15] dit que
c'est le cocher qui fait trop de despence quand on le reprend sur
le controle (car tels gens bien souvent ruine la maison). Tout se
sçay; alors tout ce que peut faire un seigneur est de faire maison
neufve, et en cas ce à bien de la peine; car bien souvent on prend
des personnes qui volle sans avoir des aisles, ce qui n'est pas
plaisant ny agréable; voila pourquoy ceux qui veulent bien ordonner
leur maison doivent premierement considérer leurs revenus, et ce
qu'il faut aux serviteurs tant à gages qu'à entretenir, et sur ce
faire compte du reste: choisir des gens qui soient de bonne vie
et sans reproche, et faire ellection d'un maistre d'hostel à qui
donnant l'ordre, luy declare son goust, son revenu, ce qu'il veut
despendre par an, ou par jour, pour sa table ordinaire, et tant pour
l'extraordinaire[16]; tant pour ses habits, tant pour ses plaisirs,
tant pour les gages de ses serviteurs, chacun selon son rang; et afin
d'estre bien servy, il ne faut regarder à dix escus, plus ou moins,
quand l'on cognoist un bon et fidel serviteur. Que tous maistres
faisans cecy se resjouyssent gaillardement avec leurs femmes, qu'ils
soient d'accord de tout ce que veut l'un et l'autre, car c'est ce qui
fait le bon ordre de la maison entre les serviteurs; pour ce que s'il
y a de la dissention entre l'homme et la femme, l'un dit je suis à
Monsieur et l'autre dit je suis à Madame, cependant tout demeure à
faire, et rien ne se fait qu'avec dispute bien souvent.

          [Note 15: C'étoit l'homme de compagnie du seigneur: «Le
          devoir et fonction d'un gentilhomme auprès du seigneur,
          dit Audiger, est de luy tenir compagnie, de faire les
          honneurs de la maison, d'entretenir les personnes de
          qualité qui luy viennent rendre visite, luy donner la main
          lorsqu'il est malade ou incommodé, et l'accompagner à la
          chasse et à la promenade. Il faut qu'il soit lettré, et
          ordinairement, quand on prend un gentilhomme, on cherche
          une personne de science et spirituelle, qui ait toujours
          quelque chose d'agréable dans sa conversation, et propre
          à aller complimenter les amis du seigneur sur tous les
          sujets qui se peuvent présenter. Quand le seigneur monte
          à cheval, il a toujours le meilleur cheval après luy; il
          mange à sa table, et, pour tout dire en un mot, c'est sa
          compagnie et son favory.» _La Maison réglée_, liv. I, ch.
          10.--Pour le reste de la valetaille, ce fainéant spirituel
          n'étoit qu'une bête à l'engrais; aussi, aujourd'hui encore,
          dans les campagnes, un porc qu'on engraisse s'appelle le
          _gentilhomme_.]

          [Note 16: Audiger, à la suite du passage de sa _Maison
          réglée_ déjà cité, donne le détail de ces dépenses
          ordinaires ou d'_extra_, soumises toutes à la surveillance
          du maître d'hôtel. Un livre, aujourd'hui très rare, publié
          à Bordeaux en 1624, s'explique aussi longuement sur ce
          détail domestique; mais il s'attache plutôt à la dépense
          des nobles de province qu'à celle des grandes maisons de
          Paris. Ce volume a pour titre: _Le sommaire de l'Oeconomie
          de la despence, comment il faut regler la despence selon le
          revenu, et sçavoir ce qu'on peut despendre, soit par an ou
          par jour, particulièrement pour chaque espèce de despence_;
          1634, in-8º.]

Or comme l'homme et la femme sont unis par le sainct mariage, et que
Dieu les bénit, il faut donc s'aymer puisque Dieu le veut ainsi, et
principalement les gens de condition; il faut que l'homme considère
que la femme est sa chair, et la femme cognoisse que son origine est
de retourner à sa source; avec ce conseil de l'Evangile, qu'il faut
quitter père et mère pour suivre son mary, c'est un commandement de
Dieu, et que si tant est que la femme soit douée d'un esprit plus
fort que son mary, il faut qu'elle l'attire à soy par mignardise,
et par ainsi luy oster toute occasion de fascherie; comme si un
vouloit tout perdre, sans vouloir toutesfois rien laisser. Je jure,
et il est vray qu'il n'y a point d'homme qui ne se laisse facilement
persuader par sa femme, quand il est par elle traitté doucement.
L'homme semblablement peut beaucoup sur la femme et luy sert d'un
grand soutien, et semblable à un cocher resistant contre les tempetes
qui taschent de bouleverser un bon mesnage; cela fut dernierement
approuvé par une dame, laquelle voyant sa fille veufve lui dit ces
paroles: il est vray, ma fille, que vous vous devez à bon droict
affliger, puisque vous avez perdu la plus belle fleur qui faisoit
l'ornement de vostre bouquet.

Quand l'homme voit quelque défaut provenir du costé de la femme, il
doit aussi, avec une douceur capable de remède, luy remonstrer ses
manquemens, et luy commander avec une authorité mediocre et la prier
de mieux faire à l'advenir, et que ce soit sans se fascher; et en ce
point le mary est plus que le père et la mère d'icelle, puisque nous
oyons dire ordinairement par les belles mères à leurs filles: c'est
vostre mary, vous estes en sa puissance, faites ce qu'il vous dira.
De mesme le mary peut dire telles raisons à son beau père, à sa belle
mère.

Sçachez sur toutes choses, que pour faire un bon mesnage il est
nécessaire que l'homme et la femme couchent souvent ensemble, et
qu'ils prient Dieu, ainsi que fit jadis Tobie, qu'il luy plaise leur
envoyer des enfans: car par le bonheur d'un enfant, la paix se trouve
ordinairement entre le père et la mère. Et d'autant que je sçay qu'il
y a des personnes qui destournent et empeschent l'homme, par je ne
sçay quel desdain, d'approcher de la femme, je dis qu'il faut chasser
et aneantir tel personne, puisqu'ils se font maistre du mal qui en
peut arriver par après.

Or, puisque la charité commande d'aymer son prochain comme soy mesme,
l'homme doit donc aymer sa femme plus que tout autre chose qui soit
au monde, d'autant qu'il l'a joincte avec luy pour fructifier et
remplir la terre d'une semence qui soit agréable à Dieu; cela estant,
tout ira bien. Esgayez donc vos esprits au cours et à la promenade,
tandis que je donneray l'ordre à vostre maistre d'hostel, comme vous
voulez estre servis, selon tel somme par jour, et ce que vous desirez
qu'il vous soit servy, avec l'instruction par laquelle vous voulez
qu'il se comporte en vostre maison, afin de vous oster de peine et de
tracas.

       *       *       *       *       *

_Discours de l'Autheur avec le Maistre d'Hostel._

Monsieur le maistre, cependant que le temps est beau, faisons un tour
de jardin; il y a longtemps que je desire vous entretenir sur le
sujet que Monsieur a de vouloir regler sa maison, et c'est pourquoy
il s'en veut rapporter en vous, et m'a commandé de vous dire de sa
part son dessein.

Premierement, il a tant à despenser par an, il en veut mettre tant
pour sa table, tant pour ses chevaux, tant pour ses plaisirs et pour
ses habits, et veut qu'il luy reste cela franc par an. Cela est bien
aysé à faire, mais il veut donner un metier à tel et marier tel avec
telle[17], et prendre de bonnes et fidelles personnes qui soient
affectionnez à luy faire service; c'est pourquoi il veut que vous
soyez indifférent à tous et sans exception de qui que ce soit, vous
les teniez sous le joug de l'obéissance pour son service; mais comme
la jeunesse est libertine et malaysée à corriger, c'est pourquoy
il faut que vous trouviez des moyens propres et faciles, afin d'y
pourvoir, et c'est aussi le principal point de ce que j'ay à vous
dire.

          [Note 17: Les seigneurs avoient alors de ces soins dans
          leur domestique. Ils étoient _pères de famille_ autant que
          maîtres. Audiger, dans la _Préface de la Maison réglée_,
          parle de cette sorte de paternité seigneuriale, et vante
          particulièrement à ce sujet la conduite tenue par le prince
          de Condé: «Ils doivent tous considérer, dit-il, qu'un vieux
          domestique qui n'est plus en état d'apprendre un métier
          ny d'aller servir ailleurs est véritablement digne de
          compassion, et que c'est alors qu'ils doivent s'efforcer
          de lui faire quelque bien, et d'imiter en cela feu M. le
          prince de Condé, qui, suivant le mérite et les services de
          ses anciens domestiques, leur assignoit des pensions ou
          leur donnoit des emplois dans ses terres, où ils pouvoient
          doucement et sans peine passer le reste de leurs jours.»]

Premièrement, vostre place est au bout de la table; en suite de vous
et à vostre droicte, se doit mettre l'aumosnier[18], si il y en a un;
l'escuyer vis-à-vis[19], et le valet de chambre après. Puis quant
aux officiers, comme les pages[20], le cocher et laquais doivent
suivre, si tant est que la coustume soit qu'ils y mangent, car on
donne ordinairement à tels gens leur argent à despendre par mois, ou
bien ils doivent manger en une table à part, et le meilleur est de
les nourrir que de leur donner leur argent à despendre.

          [Note 18: Tout un long chapitre, le 5e du livre Ier, est
          consacré à l'_Aumônier_ dans la _Maison réglée_ d'Audiger.]

          [Note 19: L'écuyer a son chapitre aussi, le 8e du livre
          Ier, dans l'ouvrage d'Audiger, «car, dit celui-ci, sa
          charge tient encore le haut rang parmi les domestiques les
          plus considerez d'un grand seigneur. Elle regarde le soin
          de commander à tous les gens de livrée, etc.»]

          [Note 20: «Lorsqu'il y a des pages dans la maison d'un
          grand seigneur, comme estant gentilshommes, ils ne servent
          qu'à luy faire honneur. On ne les met là que pour apprendre
          à vivre et à faire leurs exercices.» Audiger, liv. Ier,
          ch. 9.--C'étoit à qui auroit des pages, même sans avoir un
          très grand train de maison. La Fontaine se moque de cette
          prétention quand il dit dans sa fable _la Grenouille qui se
          veut faire aussi grosse que le Boeuf_:

               Tout marquis veut avoir des pages.

          Sarrazin, dans ses _Vers irréguliers à madame la princesse
          de Condé_, parle aussi de la haute noblesse qui seule
          donnoit droit aux doubles laquais et aux pages:

                   Vous verrez bien que ces atours
               Ne sont pas de noblesse à complet équipage
               Qui double le laquais, qui pousse jusqu'au page,
                   Et qui mène carrosse au Cours.

          En 1682, quand fut jouée _la Matrone d'Ephèse, ou Arlequin
          Grapignan_, la mode en étoit un peu passée. Cependant,
          on s'y moque encore des «marquis à pages». _Le Théâtre
          italien_ de Ghérardi, t. 1, p. 36-40.]

Vous representez le maistre du logis, faisant les hola et empeschant
le desordre; laissez faire la bénédiction de la table à l'aumosnier,
et quand la feste de Pasque s'approchera, c'est à vous de dire que
tel et telle fassent leur bon jour, et devez leur commander de
jeusner, afin d'estre mieux preparez pour ce faire, et bien que ce
soit la charge de l'aumosnier de leur montrer ce qui en est, d'autant
qu'il est prestre; mais s'il advenoit qu'il ne fust pas en ces
jours-là en la maison, vous devez, en ces cas, servir de prestre et
de maistre d'hostel, et commencez le premier à estre bon, tout le
reste après vous suivra; quand aux autres festes, cela despend de la
volonté d'un chacun. Procurez du bien pour les serviteurs, empeschez
tant que vous pourrez les blasphemes et juremens, faites congedier
les amours impudiques, et sans frapper, donnez congé à ceux qui
n'auront jamais voulu obeyr, avec quelque recompense: c'est là le
seul et vray moyen de se faire bien servir.

Et quant à servir sur table[21], il faut prendre garde que si c'est
une table carrée, l'on doit servir par quatre plats[22]. Le haut
bout est le lieu le plus apparent du costé droict, ou selon que le
lieu est disposé; mais le plus commun est à main droicte sous la
cheminée. Si la table est ronde, il faut prendre garde de servir par
sept, neuf ou treize plats, car c'est l'ordre de la table ronde pour
estre bien couverte; et si la table est longue, il faut poser les
plats en longueur; et faites si bien que vos plats ne soyent pas trop
escartez, et semblablement qu'ils ne se touchent pas et qu'il y ait
diversité entre les viandes, en sorte qu'il ne s'en rencontrent point
de deux façons, c'est-à-dire blanc, verd, rouge, et noir.

          [Note 21: Dans _les Délices de la campagne_ de Nicolas de
          Bonnefons, 1655, in-8º, les fonctions du «maistre d'hotel
          servant sur table» sont décrites en détail.]

          [Note 22: «La grande mode, dit aussi Bonnefons, est de
          mettre quatre beaux potages dans les quatre coins, et
          quatre porte-assiettes entre deux, avec quatre salières
          qui toucheront les bassins des salières en dedans. Sur
          les porte-assiettes, on mettra quatre entrées dans des
          tourtières à l'italienne.» V. aussi sur cette règle
          fondamentale du nombre 4 dans les repas, _l'Ecole des
          officiers de bouche_, au chapitre: _Idées qu'on peut se
          former pour servir toutes sortes de repas_.]

Que s'il advient que Monsieur desire traitter quelqu'un
extraordinairement, vous devez recevoir son ordre, et observer de
point en point ce qu'il vous dira; et afin que vous n'y manquiez,
faites un mémoire de vos plats d'entrée, de second, d'entre-mets et
de fruict selon la saison. Marchez le premier, et soyez suivy de vos
gens, chacun portant un plat[23], les faisant demeurer en rond; que
le premier deschargé passe par autre voye qu'il n'est venu, afin
qu'il ne renverse rien de son compagnon. N'oubliez pas d'escrire
tout ce que vous accepterez, recevrez et donnerez par jour, afin
d'en rendre (le soir de chaque jour, par sepmaine ou par mois) bon
et fidel compte; ayez un tarif, papier de despence, avec poids et
balance, plume et escritoire. Achetez du vin à bon pris et tout du
meilleur, ayez tousjours quelque chose preste à mettre en broche,
et lorsque vous serez aux champs, il faut s'enquester de ceux qui
doibvent par rente des poulles, poulets, pigeons, agneaux et lièvres,
faisant le tout apporter en la maison; faites saler du lard, et
songez que vous estes comme un père de famille, et prenez plaisir à
tout cela. Vous ferez souvent aussi reveuë dedans la cave avec le
sommelier; c'est tout ce que je vous puis dire, car voilà Monsieur
qui revient de la promenade: je m'en vais le saluer et prendre congé
de luy,

          [Note 23: C'est l'ordre suivi dans le repas de Boileau:

                   .....Un jambon d'assez maigre apparence
               Arrive sous le nom de jambon de Mayence.
               Un valet le portoit, marchant à pas comptés
               Comme un recteur suivi des quatre facultés.
               Deux marmitons crasseux, revêtus de serviettes,
               Lui servoient de massiers et portoient deux assiettes.]

Monsieur, ha! vous voilà encore? Il est vray, Monsieur, que je me
suis fort promené dans vostre jardin avec monsieur le maistre. Et
bien! Nous avons parlé de l'estat de vostre maison, et de vostre
ordre ce qui se trouve bon, c'est pourquoy j'ay disposé monsieur le
maistre à vostre volonté. Vous avez eu un beau temps au Cours! Ouy.
Monsieur. Voilà vostre souper que l'on a servi, je m'en vay prendre
congé de vous et vous donner le bon soir; Je suis votre très-humble
serviteur.

Monsieur le maistre, est-il bon que vous voyez un peu comme l'on sert
à la maison des grands et particulièrement, pour vostre cuisinier,
qu'il hante Forger, escuyer de la reine, pour les potages[24]; La
Diablerie pour les entrées; Nicolas pour les autres mets[25]; George
pour le poisson[26]; Mathieu Pallier peur les ragouts[27]; La Pointe
pour les confitures[28]; Hester pour le linge[29]; avec maistre
Martin pour le boudin. Trois de mes amis sont morts, qui faisoient
bon ypocras et bonne limonade. Espargnez le bien de vostre maistre.
Je me recommande à vous jusques à la première reveuë; et surtout ayez
patez et jambons près, pour les survenans, et principalement pour les
chasseurs, car c'est le plaisir du maistre du logis.

          [Note 24: C'est à cet officier de bouche, au service d'Anne
          d'Autriche, qu'on devoit sans doute ce fameux potage à la
          reine, «fait de quelque hachis de perdrix ou faisan,» dont
          parle Nicolas de Bonnefons.]

          [Note 25: C'est le maître Nicolas, «célèbre cuisinier» de
          M. de Valencay, d'abord évêque de Chartres, puis promu
          à l'archevêché de Reims en 1641, l'année même où maître
          Crespin vantoit ainsi son cuisinier. Tallemant, édit.
          in-12, t. III, p. 190.]

          [Note 26: C'est Georges, l'écuyer de cuisine de la maison
          du roi, avec lequel Louis XIII apprit si bien à larder. «On
          voyoit venir l'écuyer Georges avec de belles lardoires et
          de grandes longes de veau, et une fois, je ne sais qui vint
          dire que Sa Majesté lardoit. Voyez comme cela s'accorde
          bien: _Majesté_ et _larder_.» Tallemant, édit. in-12, t.
          III, p. 68.]

          [Note 27: V. pour la diversité des _ragoûts_ dans lesquels
          excelloit Mathieu Pallier, _le Cuisinier françois_ de La
          Varenne, Lyon, 1680, chap. des _Entrées_.]

          [Note 28: Il y a un livre spécial pour cette partie du
          dessert ou de l'_issue_, comme on disoit alors: _Nouvelles
          instructions pour les confitures, les liqueurs et les
          fruits_, Paris, Sercy, 1692, in-12.]

          [Note 29: Le linge de table importoit beaucoup. L'un des
          axiomes gastronomiques, suivant _l'Art de bien traiter_,
          Paris, 1674, in-12, chap. _Principes_, étoit celui-ci: «Bon
          pain, bon vin, _linge propre_, et servez chaud.» Le linge
          devoit non-seulement être propre et fin, mais habilement
          disposé. Il y avoit un art particulier de bien plisser la
          nappe, plier les serviettes, etc. On peut se renseigner,
          à ce sujet, dans _le Cuisinier françois_ de La Varenne,
          au chapitre: _Manière de plier toutes sortes de linges de
          table et en faire toutes sortes de figures_.]

FIN.



_La Promenade du Cours, à Paris, en 1653_[30].

          [Note 30: Cette pièce se trouve dans le manuscrit 4725 du
          supplément françois, à la Bibliothèque Impériale, fol.
          328 et suiv. Bien qu'elle ait été publiée deux fois dans
          ces derniers temps, d'abord par M. Édouard de Barthélemy
          dans le _Bulletin du Bibliophile_, mai 1860, p. 1184-1189,
          ensuite par M. Anatole de Montaiglon dans _l'Annuaire
          général du département de la Seine pour l'année 1860_, col.
          810-813, nous n'hésitons pas à la donner ici. Elle est, en
          effet, le complément de celle que nous avons reproduite
          dans notre t. IX, p. 125-135, sous le même titre. C'est un
          tableau pareil, à vingt-trois ans de distance. La première
          pièce est de 1630, la seconde est de 1653. M. de Montaiglon
          pense qu'il est question, dans celle-ci, non pas du _Cours
          de la porte Saint-Antoine_, mais du _Cours la Reine_,
          tandis que M. Ed. de Barthélemy pense le contraire. C'est
          son avis que nous partageons.

          Le Cours décrit ici est bien, suivant nous, celui de la
          porte Saint-Antoine, décrit déjà dans la pièce de 1630.
          S'il s'agissoit de l'autre, le _Cours la Reine_, il y
          seroit certainement parlé de la Seine, qui, par son
          voisinage, en étoit le principal ornement. Or, il n'en
          est pas dit un mot, tandis que dans une autre pièce, _le
          Cours de la Reyne, ou le grand promenoir des Parisiens_,
          Paris, 1649, in-4º, reproduite aussi par M. de Montaiglon
          dans _l'Annuaire_ tout à l'heure cité, col. 802-810, on ne
          manque pas de faire valoir l'agrément que ce voisinage du
          fleuve donnoit à la promenade. D'autres détails, que nous
          indiquerons au passage, sont encore favorables à notre
          opinion.]


  Prince[31], qui fustes jadis
  Un des saincts du paradis
  Ou petit Dieu d'amourettes,
  Merveille des beaux esprits,
  Et dont le coeur fut espris
  De mille flammes distrètes,

  Escoutez donc ce discours
  Concerté dedans le Cours
  Et dans ces objets grotesques
  Dont les jeunes favoris
  Bannissent les vieux maris
  A barbes pantalonesques[32].

  Or pour le moins, s'ils y sont,
  Les pauvres viellards s'en vont
  Dès les cinq heures sonnées;
  Le serein est dangereux
  Et les rendroit catherreux
  En l'hyver de leurs années.

  Aussitost qu'ils sont partis,
  Les galants sont advertis
  Que les vieillards font retraite.
  A l'approche des amis,
  Les masques et les mimis[33]
  Se donnent à la soubrette.

  Lors, d'un pas doux et coulant
  Les carrosses vont branlant
  Portière contre portière[34];
  Et si le Cours est poudreux[35],
  Les larmes de l'amoureux
  Raffermissent la poussière.

  Là s'apprennent tous les maux
  Des domestiques deffauts,
  Par l'envie des coquettes,
  Qu'une telle est du mestier,
  Qu'un autre est banqueroutier,
  Qu'un tel porte des cliquettes[36].

  Les braves à l'oeil froncé
  D'un air demy courroucé
  Font flotter leurs grands panaches,
  Aux portières s'avançant,
  Et guignent tous les passants
  Au travers de six moustaches[37].

  Le mariolet[38] plus huppé
  Fait monstre du point eouppé,
  N'osant dire ce qu'il pense,
  Car il voit le fanfaron
  Menacer de l'esperon
  Au premier pas qu'il s'avance.

  Les visages peinturés
  Sont des amants adorés;
  La vieille fait la folastre,
  Couverte d'huile de talq,
  Et, se tenant à l'escart,
  Montre un visage de plastre.

  Les barbes des vieux Gaulois,
  Malgré les sévères lois
  De l'aage qui tout consomme,
  Noircissent tous les matins,
  Et sans faveur des destins
  On voit rajeunir un homme.

  Les mignons délicieux
  Viennent faire les doux yeux
  Aux desseins qui les attendent,
  Et tient-on pour vérité
  Que d'un ou d'autre costé
  Messieurs ont ce qu'ils prétendent.

  Le bourgeois passe riottant
  Et promène en s'esbattant
  Cinq enfants et deux nourrices
  Qui ont plein leurs devanteaux
  De craquelins, de gasteaux,
  De guignons, de pain d'espice[39].

  La soubrette a son dessein
  Et se fait gonfler le sein
  Plus dure qu'un cuir de botte,
  Et veut charmer de cela
  Les yeux de son Quinola[40],
  Qui lui promet une cotte.

  Les discrettes dans le Cours
  Font les doux yeux sans discours,
  Droites comme des pouppées,
  Et leurs amants ajustés
  Ressemblent, à leurs costés,
  Marmots de pommeaux d'espées.

  Les nobles de cent couleurs,
  Estendus parmy les fleurs[41],
  Se paillardent sur la soye,
  Laissant dans le désespoir
  Le commis vestu de noir
  Qui n'a que la petite oye.

  Un farouche vient au trot
  Et s'en va, sans dire mot,
  Guetter le monde à la porte[42];
  Je crois que le plus souvent
  Il n'y cherche que du vent,
  Et c'est ce qu'il en remporte.

  Quelques braves vont contant
  Quel bruit font en s'escartant
  Les grains mortels des grenades,
  Si bien qu'un bourgeois peureux
  Baisse la teste auprès d'eux
  Comme au bruit des mousquetades.

  L'on y void à certains jours,
  Sans rideaux et sans velours,
  Un vieil coche de la foire
  Où l'on void fort librement
  Qu'il a l'air assurément
  D'un bordel ambulatoire[43].

  Il y vient certains censeurs
  Blasmer le siècle et les moeurs,
  Et le luxe des étoffes,
  Qui font aller leurs chevaux
  A pas gravement esgaux,
  Pour marcher en philosophes.

  Si bien que Fontainebleau
  N'a point de si vif tableau,
  Encore qu'il en abonde,
  Et de guerres et d'amours,
  Comme on en void dans le Cours
  De la cabale du monde.

  Mais quand le soleil, penchant
  Sur les rives du couchant,
  Replie ses tresses blondes,
  Dont le vermeil nous reluit,
  Et prend son bonnet de nuit
  Pour dormir dessous les ondes,

  Retirons-nous, il est tard;
  Allons prendre nostre part
  Des biens que la terre nous donne,
  Et cherchons en lieu secret
  La bonté d'un vin clairet,
  Car le jour nous abandonne.

  Recevez bien ce récit,
  Pardonnez si je n'ay dit
  Tout ce qui se pouvoit dire:
  Car j'ay craint qu'il n'arrivast
  Que sa lecture ennuyast
  Comme il m'ennuye à l'escrire.

  Ce tableau laborieux
  Est discret et curieux,
  Et fait pourtant bien connoistre
  Aux bons esprits que celuy
  Qui blasme si bien autruy
  Sçauroit bien louer son maistre.

          [Note 31: Je ne sais à quel prince l'anonyme s'adresse ici.
          Peut-être est-ce Gaston?]

          [Note 32: On sait que Pantalon étoit, ainsi que Cassandre,
          un des vieillards de la comédie italienne. On peut juger
          de sa barbe vénérable, mais peu vénérée, sur la figure que
          M. Maurice Sand a donnée de lui au t. II, pl. I, de ses
          _Masques et Bouffons_.]

          [Note 33: C'est le demi-masque, importé de la comédie
          italienne, ou pour mieux dire des _mimes_ italiens, dans
          le monde, et nommé pour cela _mimi_. En 1632, il étoit à
          la mode déjà. Dans l'étrange tragi-comédie du sieur de
          Richemond, _l'Espérance glorieuse_, publiée cette année-là,
          nous lisons:

               On la voit à l'église avec un tour de teste
               Regarder si Phillane a pris garde à son teste,
               Et dit, en souriant, à travers le _mimy_:
               «Que j'aime ces beaux nez d'un empan et demy!»

          Plus tard, les _mimis_ faillirent l'emporter sur les
          masques, et peu s'en fallut qu'il n'y eût querelle entre
          celles qui préféroient les uns et celles qui tenoient pour
          les autres: «Les _mimis_ ont failli de se brouiller avec
          les masques,» lit-on dans les _Jeux de l'Inconnu_, Rouen,
          1645, in-8º, p. 165. Le _mimi_ s'appela ensuite un _loup_,
          «parce que d'abord, dit Furetière en son _Dictionnaire_, il
          faisoit peur aux petits enfants.» Il ne s'attachoit pas;
          on le tenoit dans la bouche avec un bouton. C'est ce qu'on
          avoit appelé d'abord un touret de nez. V. l'_Heptaméron_,
          1er janvier, 20e _Nouvelle_.]

          [Note 34: Ils alloient ainsi côte à côte, sur une longue
          file très serrée, ce qui porta malheur au musicien
          Chambonnière. «Il avoit, lit-on dans le _Segraisiana_, p.
          79, un carrosse traîné par deux méchants chevaux, avec un
          page en effigie et rempli de foin, attaché sur le derrière.
          Etant au Cours avec ce carrosse, où les carrosses se
          suivent en marchant lentement, suivant la coutume, les
          chevaux du carrosse qui suivoient le sien, sentant le foin
          devant eux, se mirent à prendre le page par les jambes.
          Quelqu'un, qui s'en aperçut, cria au cocher: «Prenez
          garde à vos chevaux, ils mangent le page de monsieur.»
          Chambonnière logeoit dans ce quartier, et comme ces chevaux
          n'eussent pu faire le voyage du Cours-la-Reine, il ne les
          menoit qu'au Cours de la porte Saint-Antoine. C'est tout
          près, sur le rempart du Marais, aujourd'hui le boulevard
          Saint-Antoine, qu'il les envoyoit paître. «Je vous laisse
          à penser, dit Tallemant, en quel estat ils estoient.
          Des escorcheurs les prirent pour des chevaux condamnés,
          et, un beau matin, ils les écorchèrent tous les deux.»
          _Historiettes_, édit. P. Paris, t. VII, p. 387.]

          [Note 35: Il l'étoit en effet dans les jours de sécheresse
          autant que boueux dans les jours de pluie. Richelieu
          avoit eu l'intention de le faire paver, mais n'avoit pas,
          malheureusement, mis ce projet à exécution. Tallemant,
          édit. in-12, t. VI, p. 77.]

          [Note 36: Comme les _ladres_, forcés de _cliqueter_
          ainsi pour avertir qu'on ne les approchât pas. Les gens
          à _cliquettes_, en devenant plus nombreux, formèrent ce
          qu'on appelle encore une _clique_. Le mot _quiquelique_,
          qu'employoient les écoliers au moyen âge, avoit déjà un
          sens injurieux. _Bataille des Sept arts_, édit. Jubinal, p.
          22 et suiv.]

          [Note 37: La _moustache_ étoit la boucle de cheveux pendant
          sur les yeux et sur les joues.]

          [Note 38: C'étoit le nom donné depuis Henri IV aux jeunes
          beaux de Paris. Sully, _Oeconomies royalles_, 1re édit.,
          t. II, p. 107. Ce mot se prenoit aussi alors dans le sens
          d'entremetteur. C'étoit le _mezzano_ italien. V. _Guzman
          d'Alpharache_, traduct. de Chapelain, 1re part., liv. I,
          ch. 8.]

          [Note 39: Les petits marchands de ces friandises ne
          manquoient pas sur le Cours; mais, pour les avoir bonnes,
          il falloit s'en fournir rue Saint-Antoine, près Saint-Paul,
          chez Flechmer, l'illustre pâtissier qui, suivant Marigny
          en son poëme du _Pain béni_, avoit le monopole des pains
          bénits de la paroisse: «Le sieur Flechmer, lit-on dans le
          _Livre commode des Adresses_, fait un grand débit de fines
          brioches, que les dames prennent chez lui en allant au
          Cours de Vincennes.»]

          [Note 40: C'est le valet de coeur au _reversis_, et par
          suite en bien d'autres jeux: «_La jeune Iris_,» dit S.
          Pavin en des stances à Mlle de Sévigné, que M. Montmerqué
          publia le premier (_Lettres de Mme de Sévigné_, édit.
          Blaise, 1818, in-12, t. I, p. 195):

               La jeune Iris n'a de souci
               Que pour le jeu de _reversi_;
               De son coeur il s'est rendu maître;
               A voir tout le plaisir qu'elle a
               Quand elle tient un _Quinola_,
               Heureux celui qui pourroit l'être!]

          [Note 41: C'est-à-dire dans le jardin voisin du Cours,
          dont parle plus longuement la pièce que celle-ci complète
          (V. t. IX, p. 126. V. aussi t. VII, p. 201-202, note).
          Ce détail, qui ne peut s'appliquer au Cours la Reine,
          suffiroit pour prouver qu'il s'agit ici de celui de la
          porte Saint-Antoine.]

          [Note 42: Porte Saint-Antoine.]

          [Note 43: C'est le nom qu'on donna plus tard aux fiacres,
          et qu'ils ont pour la plupart mérité de garder. «Ces
          carrosses, dit Leroux, font ordinairement beaucoup de bruit
          en roulant; ils n'ont point de glaces ni devant ni aux
          portières... Les fiacres (cochers) qui mènent ces carrosses
          sont la plupart des maquereaux, qui connoissent tous les
          lieux de débauche de Paris...» _Dict. comique_, 1718,
          in-8º, p. 66.]



_Rapport d'un affidé de l'Angleterre, à Paris, en 1655_[44].

          [Note 44: Ce _rapport_, des plus intéressants par le détail
          qu'il donne sur l'état de la France et sur sa politique
          pendant l'une des années qui suivirent la Fronde, se
          trouve au _State-paper office_. Il a déjà été publié, dans
          _les Archives des Missions_ (année 1850, p. 470-477),
          par M. Dareste, mais sans aucun des éclaircissements
          indispensables; c'est ce qui nous engage à le reproduire
          ici. Nous croyons d'ailleurs qu'il sera mieux à sa place et
          moins perdu dans notre recueil que dans l'autre, où ceux
          qui le connaissent vont surtout chercher des documents
          archéologiques.--Nous ignorons quel est l'auteur de ce
          rapport, ou pour mieux dire de cette gazette politique. Ce
          devait être un homme d'importance, ainsi que l'indiquent
          ses relations presque intimes et ses attaches directes avec
          la cour. Il avoit eu part aux conférences de Munster pour
          le traité de Westphalie, comme il le dira lui-même, et son
          zèle pour les intérêts de l'Angleterre, son ardeur à vanter
          Cromwell, donnent à penser qu'il étoit du parti protestant,
          dans lequel l'Angleterre se recruta d'espions jusqu'à la
          révocation de l'édit de Nantes.]


_5 juillet 1655._--J'ai reçu votre lettre, par laquelle j'ai vu ce
qu'on m'offre par mois, jusqu'à ce que je me sois fait connaître, ce
que j'accepte.

Mais j'entends que quand on aura vu comment je peux servir, et quels
services je peux rendre, on augmente de beaucoup ma pension.

Je vous prie de bien faire comprendre ceci: qu'on ne peut pas
faire naître les occasions à servir, mais qu'on peut seulement les
embrasser lorsqu'on les trouve. Ce que je dis parce que peut-être on
pourra s'étonner de la stérilité des avis, ce qui procédera du cours
des affaires, et non de ma faute.

Assurez-vous que le prince de Condé ne fera grand'chose cette
campagne, que les Espagnols se tiendront sur la défensive, et que
nous faisons cette année de grands progrès partout.

       *       *       *       *       *

_8 juillet._--Présentement, il n'y a nul changement à attendre en ce
royaume. Les peuples sont accablés de misères, de tailles, de toutes
sortes d'impositions, qu'ils aiment mieux souffrir que la guerre[45].

          [Note 45: On peut lire, sur la misère des populations
          pendant et après la Fronde, de 1650 à 1655, les relations
          des _Missionnaires de M. Vincent_ (saint Vincent de Paul),
          envoyés pour examiner la situation des provinces, relations
          qu'une société semblable à celle qu'on appelle aujourd'hui
          de Saint-Vincent-de-Paul publioit chaque mois, et dont le
          recueil, formant une brochure de 120 pages environ, se
          trouve à la Bibliothèque Impériale, L, nº 747, in-4º. Il
          faut lire aussi, à ce sujet, le seul numéro du _Magasin
          charitable_ que possède la Bibliothèque Impériale, L,
          759, in-4º. Ce numéro, d'une publication destinée, comme
          l'autre, à décrire les misères et à mentionner les secours
          apportés, est celui du mois de janvier 1653. Enfin, pour
          se renseigner complétement sur l'état des populations,
          surtout celles de la campagne, à cette époque, il ne faut
          pas oublier _l'Etat sommaire des misères de la campagne
          et besoin des pauvres des environs de Paris_, adressé par
          l'abbé Féret à l'archevêque de Paris, dont il étoit le
          vicaire général. Cette pièce se trouve à la Bibliothèque
          impériale, au t. 57e, 3e série, de la _Collection Choisy_.
          Un document conservé à l'Arsenal, _Recueil de Pièces_,
          nº 1675 _bis_, relatif à la misère de l'année 1662, sera
          encore fort bon à consulter.]

La noblesse est tellement ruinée, qu'elle n'est pas capable de monter
à cheval pour aucune exécution, quelque apparence qui leur puisse
être présentée d'une plus avantageuse condition[46].

          [Note 46: Les _Relations des missionnaires_ citées tout à
          l'heure font foi de cette misère de la noblesse. On lit par
          exemple dans celle où est décrite la misère en Picardie et
          en Champagne, pendant l'hiver de 1651: «La petite noblesse
          a aussi besoin de secours, n'ayant pas moins souffert que
          les autres, et se voyant sans pain, sans argent, sans
          couverture, et réduite sur la paille, elle souffre encore
          la honte de n'oser mendier de porte en porte; et d'ailleurs
          à qui pourroit-elle demander, puisque la guerre a mis
          égalité partout: l'égalité de la misère!»]

Les parlements sont tous asservis, et ceux qui les composent
n'oseroient parler ni rien dire contre le présent gouvernement[47].

          [Note 47: C'est au mois d'avril de cette même année que
          Louis XIV, en habit de chasse, avoit fait au Parlement
          cette visite qui le rappela si brusquement au devoir. V.
          sur cet épisode, presque toujours mal raconté et fort
          exagéré, _l'Administration monarchique en France_, par M.
          Cheruel, t. II, p. 32-34.]

Les grandes villes ne respirent que le repos, et détestent tous ceux
qui ont été les auteurs des derniers troubles.

L'Ordre ecclésiastique est tout dépendant de la cour et du favori, de
qui ils ont reçu leurs bénéfices.

Tous les gouverneurs de places sont attachés de même à la cour et au
cardinal.

Tous les grands seigneurs se plaignent, et je n'en connais pas un
seul qui soit capable de rien.

Pour Paris, tout le monde déteste le présent gouvernement, et s'y
assujettit pourtant volontairement.

On a cru que le cardinal de Retz pourroit causer quelque altération
pour le jubilé[48], car, venant à être donné par ses ordres,
l'autorité du roi étoit en quelque façon violée, et le jubilé étant
refusé au peuple, cela devoit, selon toute apparence, causer quelque
sédition; cela n'a point du tout réussi: Les grands-vicaires nommés
par le cardinal de Retz ont été mandés en cour. Un d'eux a obéi et
y est allé; l'autre y a été amené par force, et le peuple n'a point
remué. Et quand on auroit pris tous les curés prisonniers, personne
n'auroit rien dit. On voit clairement que dans Paris on veut le
repos, et qu'on ne veut plus entendre à aucun remuement; cela est
certain.

          [Note 48: Le jubilé avoit été différé à cause de l'absence
          du cardinal de Retz, archevêque de Paris, réfugié à Rome
          après sa fuite de la prison de Nantes. Les contestations
          survenues au sujet du gouvernement du diocèse avoient aussi
          été une des causes de ce délai; mais enfin la nomination
          du curé de Saint-Leu, M. Du Saussay, comme grand vicaire,
          ayant donné à ce gouvernement la régularité qui lui
          manquoit, on crut pouvoir s'occuper du jubilé sans avoir
          besoin des ordres du cardinal-archevêque. Ce fut d'autant
          plus facile, que M. Du Saussay, dont la nomination avoit
          été arrachée par surprise au cardinal de Retz, étoit dans
          les intérêts de Mazarin, et tout disposé, pour lui plaire,
          à soustraire le gouvernement du diocèse à l'autorité de
          l'archevêque exilé. _Mémoires_ de Joly, 1718, in-12, t. II,
          p. 167-169.]

Quant aux courtisans, ils sont toujours mal contents; mais avec cela,
il découle toujours quelque douceur qui les appaise, et nul n'est
capable de rien.

Le maréchal de Turenne, qui seul a sens, courage et expérience, est
asservi à la faveur; car, depuis qu'il est marié[49], il a si grande
peur de perdre la fortune de sa famille, qu'il est le valet des
valets de M. le cardinal[50]. Les autres courtisans sont pires que
valets, car ce sont des esclaves.

          [Note 49: Il avoit épousé, à la fin de l'hiver de 1653,
          Anne de Nompar de Caumont, fille du maréchal duc de La
          Force.]

          [Note 50: C'est pour servir l'intérêt de sa famille qu'il
          maria, son neveu, le duc de Bouillon, avec une des nièces
          de Mazarin. St-Simon, _Mémoires_, édit. Hachette, in-12, t.
          III, p. 361.]

Pour les princes, le duc d'Orléans est dans sa maison de Blois,
entièrement enseveli dans la douceur de la vie champêtre[51]. On le
prie de venir en cour, et on ne désire pas qu'il vienne. Et lui aime
son repos et considère que s'il étoit à la cour, il seroit le jouet
des favoris, qui, tous les jours, le rendroient méprisable. Il n'est
point homme ni à faire ni à entendre à aucune entreprise, quand même
elle seroit assurée.

          [Note 51: C'est-à-dire qu'il s'y livroit à la culture
          de ses jardins, dont cette année même son médecin, Abel
          Brunyer, publioit, pour la seconde fois, la description,
          sous le titre d'_Hortus regius Blesensis_. V. pour la vie
          de Gaston à Blois à cette époque, les _Mémoires de_ Mlle
          de Montpensier, édit. Petitot, t. III, p. 39, 233-234, et
          l'_Histoire du château de Blois_, par. M. de La Saussaye,
          1840, in-12, p. 416 et suiv.]

M. le prince de Condé est brave de sa personne, comme vous savez;
mais tout son parti est ici entièrement anéanti. Il est pourtant très
certain que s'il avoit un bon succès, il arriveroit ici une grande
révolution; mais s'il ne gagne une bataille, il n'y a rien à faire
pour lui[52].

          [Note 52: Condé, qui commandoit alors dans l'armée
          espagnole, eut le bonheur de ne pas gagner, contre son roi,
          cette bataille, qui eût si fort avancé ses affaires de
          rebelle.]

Le duc de Longueville écoute toutes sortes de propositions, mais il
n'est capable de faire aucune bonne entreprise, ni de prendre point
de ferme résolution[53].

          [Note 53: Il n'en prit pas en effet. Depuis sa sortie de la
          prison, où il étoit resté un an avec les princes de Condé
          et de Conti, il ne se mêla pas activement aux affaires.]

Tous les autres princes effectifs, ou qui se disent tels, ne sont
capables de rien, et ne sont considérables en quoi que ce soit.

Quant à la cour, le roi, en l'âge où il est[54], prend ses
divertissements à la chasse et à faire l'amour.

          [Note 54: Il avoit alors dix-sept ans passés.]

On lui a fait paraître mademoiselle Mancini[55], pour la plus
accomplie de tout le royaume. C'est une jeune fille de quinze ans,
nièce du cardinal, qui a beaucoup d'esprit, mais qui n'est pas
belle[56]. Elle est agréable. Le roi en est amoureux, et peu à peu
il se pourroit porter à l'épouser. Tous ceux qui sont autour de
Sa Majesté sont gagnés pour lui inspirer une telle pensée. Quand
cela lui viendroit dans l'esprit, il n'y auroit personne qui s'y
opposât. Je ne dis pas que la chose se fera ni qu'elle ne se fera
pas[57]; mais messieurs les courtisans se ruent, ou directement ou
indirectement, pour acheminer ce mariage.

          [Note 55: Marie Mancini, mariée en 1661 au connétable du
          royaume de Naples, Laurent Colonna, et morte au mois de mai
          1715. La date donnée ici aux commencements des amours de
          Louis XIV avec cette nièce du cardinal confirme celle qui
          se trouve dans les _Agréments de la jeunesse de Louis XIV_,
          pièce ajoutée à l'_Histoire amoureuse des Gaules_ (édit.
          elzév., t. II, p. 3), et dément l'opinion de M. Ch. Livet,
          qui prétend que cette passion commença deux ans plus tard,
          en 1657 (_ibid._).]

          [Note 56: «Il choisit Mlle Mancini, laide, grosse, petite,
          ayant l'air d'une cabaretière, mais de l'esprit comme
          un ange, ce qui faisoit qu'en l'entendant, on oublioit
          qu'elle étoit laide, et l'on s'y plaisoit volontiers.» Le
          _Palais-Royal_ dans l'_Histoire amoureuse des Gaules_, t.
          II; p. 31. Le portrait que fait d'elle Mme de Motteville
          n'est pas, sans être plus flatteur, tout à fait d'accord
          avec celui-ci: Loin d'être petite, Marie étoit grande
          pour son âge, mais mal faite; loin d'être grosse, elle
          étoit maigre à faire peur et décharnée. _Mémoires_ (coll.
          Petitot, 1re série, t. 39, p. 400-401). Quant à son esprit,
          personne, ni Somaize dans son _Dict. des Prétieuses_ (édit.
          elzév., I, p. 163), ni Mme de Motteville, ne le mettent en
          doute. Celle-ci seulement le trouve «rude, emporté... mal
          tourné».]

          [Note 57: Elle ne se fit pas, et, contrairement à ce qu'on
          pouvoit penser, c'est Mazarin lui-même qui l'empêcha.
          Il éloigna sa nièce, et négocia le mariage du roi avec
          l'infante d'Espagne. Les courriers royaux portèrent pendant
          plusieurs mois à Brouage, exil de Marie, les billets du
          prince amoureux. Mazarin le sut, et les lettres qu'il
          écrivit alors au roi pour lui reprocher avec énergie de
          compromettre ainsi le résultat des conférences commencées,
          prouvent, à sa gloire, que l'honneur royal lui étoit plus
          cher que l'intérêt de sa famille. «Jamais, dit M. Bazin
          au sujet de ces lettres, dont les originaux existent,
          jamais homme réputé vertueux dans l'histoire n'a laissé un
          plus beau document à l'appui de sa renommée.» _Hist. de
          Mazarin_, t. IV, p. 424.]

M. le cardinal subsiste, non-seulement parce que le roi l'aime
tendrement, mais il l'estime et il le craint. Et quand la reine
voudroit détruire les sentiments de Sa Majesté, elle ne le pourroit
faire. Le cardinal a en sa main tous les honneurs et biens à
distribuer; il ne faut donc pas s'étonner si l'on s'attache à lui. Le
cardinal n'a point de confident particulier, mais il change suivant
les occasions; il connoît fort bien le pas glissant où il est, mais
il aime mieux périr honorablement que de se retirer lâchement.

Il n'y a point d'apparence qu'il lui arrive rien ni par poison,
ni par assassinat, ni par disgrâce, et, très assurément, il se
maintiendra; et tout l'Etat demeurera tranquille, excepté que les
Anglais entrassent en France[58], ou que M. le prince de Condé eût
un bon succès: ces deux choses n'arrivant point, cet Etat demeurera
tranquille.

          [Note 58: Ce qui ne fut pas longtemps à craindre, grâce
          à l'alliance conclue bientôt après entre Mazarin et
          Cromwell, Em. de Bonnechose, _Hist. d'Angleterre_, t. III,
          p. 349.--Si Mazarin avoit pu vaincre les répugnances de
          Charles et lui faire épouser sa nièce Hortense Mancini,
          les affaires eussent pris une autre tournure; mais les
          cinq millions qu'il offroit en dot ne parvinrent pas à
          dorer suffisamment la mésalliance. Charles refusa, et fut
          abandonné.]

On a envie ici d'avoir querelle avec le pape[59], parce qu'on n'a eu
nulle part en son élection[60], et parce qu'on craint qu'il commence
le premier a ôter crédit au cardinal, lequel le pape n'estime point,
et il traversera en tout ce qu'il pourra.

          [Note 59: Fabio Chigi, élu pape, le 7 avril précédent, sous
          le nom d'Alexandre VII.]

          [Note 60: Non-seulement on n'avoit pas eu part à cette
          élection, mais on y avoit nui autant qu'on avoit pu:
          «L'opposition de la France à Chigi, dit Retz dans ses
          _Mémoires_ (1719, in-12, t. III, p. 377), étoit encore plus
          publique et plus déclarée que celle des autres puissances.
          M. de Lionne, neveu de Servien, en parloit, à qui le
          vouloit entendre, comme d'un pédant, et il ne présumoit
          pas qu'on le pût seulement mettre sur les rangs.» Chigi
          ne laissa pas de l'emporter, et cela grâce surtout au
          parti dont le cardinal de Retz étoit l'âme, ce qui ne dut
          certainement pas contribuer à rendre Mazarin plus favorable
          au nouveau pape.]

Pour la maison des Stuarts, en ce royaume, c'est peu de chose.
Charles s'est retiré mal satisfait, car il étoit dans le dernier
mépris[61]. Le duc d'York est dans les armées[62], comme vous savez,
gagnant sa vie à la sueur de son corps. Il a désiré d'épouser
mademoiselle de Longueville, qui l'aimoit[63]. Le père n'y a jamais
voulu consentir, parce qu'il auroit fallu nourrir le duc d'York.

          [Note 61: «Le prince de Galles, depuis Charles II, durant
          son séjour en France, écoutoit bien moins les avis de ses
          plus sages conseillers Clarendon et Osmond, ou même les
          leçons de mathématiques, et sans doute de despotisme,
          que lui donnoit le philosophe Hobbes, que son caractère
          insouciant et son penchant pour les plaisirs. Ses dettes,
          ses folies, ses amours, se trouvent dans tous les documents
          de cette époque, depuis Tallemant, qui raconte ses
          aventures avec les bourgeoises de Paris, jusqu'à Mlle de
          Montpensier, qui, dans ses _Mémoires_, ne cherche pas à
          dissimuler le plaisir que lui causoit ce royal hommage.»
          Rathery, _Des relations sociales et intellectuelles
          entre la France et l'Angleterre_, 3e partie. (_Revue
          contemporaine_, 15 oct. 1855, p. 168.)]

          [Note 62: «Le duc d'York, qui revint plus tard en France
          sous le nom de Jacques et avec le titre de roi, mais de roi
          détrôné, ennoblissoit au moins son premier exil en faisant
          sous Turenne l'apprentissage de la guerre, comme il devoit
          ennoblir le second par son courage et sa résignation.»
          _Ibid._--Le duc d'York, avec son parent, le célèbre prince
          Rupert, qui avoit grade de maréchal de camp dans les armées
          du roi, commandoit les troupes irlandaises, au nombre
          de 1372 hommes, formant 28 compagnies, qui avoient été
          incorporés dans l'armée de Turenne. _Memoirs of prince
          Rupert_, 1849, in-8º, p. 321.]

          [Note 63: Marie d'Orléans, demoiselle de Longueville, née
          le 25 mars 1625. Elle épousa, en 1657, Henri de Savoie, duc
          de Nemours. Elle a écrit sur la Fronde des _Mémoires_ qui
          ne vont pas, malheureusement, jusqu'à cette année 1655. Il
          eût été curieux de savoir si elle avoit aimé réellement le
          duc d'York.]

Glocester devoit se faire d'Église pour avoir des bénéfices, afin de
subsister[64]. Montaigu[65] gouvernoit tout ce négoce; tout cela est
déchu.

          [Note 64: Le duc de Glocester, né en 1640, et le dernier
          des fils de Charles Ier, dont, n'ayant que huit ans, il
          reçut les adieux suprêmes. Ce fut des trois frères le plus
          intelligent, le plus instruit et le plus sérieux. Il mourut
          le 3 sept. 1660.]

          [Note 65: «Parmi les plus connus en France des royalistes
          anglois qui se groupoient autour des princes exilés, il
          faut citer Montaigu, dont le nom se trouve mêlé à toutes
          les intrigues du temps, l'ami de Holland et de Buckingham,
          le chevalier passionné de Mme de Chevreuse, non moins
          dévoué à la reine de France qu'à celle d'Angleterre, qui
          devint dévot en vieillissant, et entra dans l'Église sous
          le nom d'abbé de Montaigu.» Rathery, _loc. cit._, p. 169.
          V. à la page suivante.]

La reine d'Angleterre est toujours dans le couvent de Sainte-Marie
de Chaillot[66]; c'est une personne dont on ne parle plus dans les
compagnies, comme si elle étoit morte. Elle ne parle pas mal du
Protecteur. Il y a peu de jours que je lui ai ouï dire qu'en France
nous n'avions pas une telle tête. Elle a auprès d'elle deux Anglais
fort envenimés, qui, s'ils pouvoient, voudroient bien tramer quelque
chose contre le Protecteur. Montaigu est toujours à Pontoise, à cinq
lieues de Paris. C'est un petit fou qui s'est fait prêtre: il feroit
bien du mal au Protecteur s'il pouvoit, mais il n'est jugé ici bon à
rien. Il fait le bigot et grand catholique, mais il n'y croit rien du
tout, mais cela lui sert à vivre.

          [Note 66: Le couvent de la Visitation, qu'elle avoit fondé
          trois ans auparavant, et où elle revint mourir en 1669,
          étoit le séjour préféré de la veuve de Charles Ier. Elle
          n'étoit pas là beaucoup plus riche que pendant l'hiver
          de 1649, alors que le cardinal de Retz avoit été obligé
          de lui envoyer du bois (_Mémoires_, collect. Petitot, 2e
          série, t. 44, p. 320). Quand vint le jubilé dont nous avons
          parlé, elle ne put y assister d'une façon digne d'elle.
          «Mme de Launay disoit une fois, écrit Tallemant, que la
          reine d'Angleterre, faute d'une chaise honnête, n'avoit pas
          fait le jubilé en chaise. «Je pensay, ajouta-t-elle, lui en
          faire faire une.» _Histor._, édit. in-12, t. X, p. 131.]

Le Protecteur est ici fort estimé du peuple et des plus sensés.

Nos ministres d'Etat les plus signalés disent que le Protecteur n'a
point fait de fautes en sa conduite, mais que nous en faisons tous
les jours.

On ne croit pas qu'entre lui et nous il y ait jamais aucun bon et
solide accomodement.

On tient que le Protecteur balancera toujours les affaires sans se
déclarer ni pour ni contre nous.

On croit qu'il entretient le prince de Condé de vaines espérances,
dont on ne verra nul effet.

M. le prince est aussi lassé des longueurs par lesquelles le
Protecteur le mène depuis trois ans, sans avoir encore rien fait en
sa faveur.

On ne croit pas que ce soit l'intérêt du Protecteur de rien
entreprendre ouvertement contre la France.

On croit qu'il menacera toujours sans rien faire contre nous.

On croit pour certain que M. le prince s'accomodera avec le cardinal,
et que M. le duc d'Enghien épousera une nièce que l'on garde ici
pour cela, outre trois autres et un neveu qui viennent bientôt.

M. de Candale[67] et M. le grand-maître de la Meilleraye[68], qui
devoient épouser des nièces, sont traités fort froidement, à cause
qu'ils ont trop délibéré; et à la fin, il faudra qu'ils les demandent
avec grande soumission, et peut-être qu'on ne les voudra plus donner,
car elles sont toutes destinées pour les grands princes, dedans et
dehors le royaume.»

          [Note 67: Louis-Charles Gaston, marquis de la Valette, duc
          de Candale, mort en 1658. V. sur lui une note de notre
          édition du _Roman bourgeois_, p. 73.--Il fut pour beaucoup
          dans la conclusion du mariage du prince de Conti avec une
          des nièces de Mazarin; mais quand il dut lui-même faire un
          mariage semblable, l'affaire échoua.]

          [Note 68: C'est son fils qui épousa Hortense Mancini et
          devint duc de Mazarin.]

       *       *       *       *       *

_11 juillet._--Je vous confirme ce que je vous ai dit à plusieurs
fois: c'est qu'on ne peut pas faire naître les affaires, on ne peut
que les découvrir.

S'il semble que pour quelque temps je ne serai pas fort utile, ayez
un peu de patience; on verra les services que je pourrai rendre.

Je distinguerai les lettres que je vous écrirai en trois parties:
l'une contiendra les nouvelles qui courent; l'autre, le jugement que
je donnerai de l'état des choses; la troisième, qui sera en chiffre,
portera les avis de conséquence, et cela une fois la semaine, et deux
fois, si la matière le requiert.

Je vous ai mandé que Landrecies se prendra[69], que M. le prince ne
fera que ravager la campagne; je vous confirme tout cela.

          [Note 69: Cette ville fut prise, en effet, trois jours
          après, c'est-à-dire le 14 juillet 1655, par M. de Turenne.]

Je vous ai mandé que le cardinal de Retz, avec le jubilé, donne de la
peine; mais cela ne réussira à rien et ne causera aucune altération
publique; je vous confirme tout cela.

Le peuple souffrira tout plutôt que le trouble.

Le cardinal est mieux affermi que jamais. Le roi est amoureux de sa
nièce: les amours s'échauffent; peut-être il l'épousera; il n'y a
rien de certain en cela.

Les Espagnols ne contentent point, ni le prince de Condé, qui en est
fort las. Si cette campagne lui réussit comme les précédentes, il
s'accommodera avec le cardinal s'il peut. Souvenez-vous bien de cela;
et que quand le prince s'accommodera, cela paraîtra tout d'un coup,
et que le traité se fera en secret[70], dont cependant je pourrai
avoir connaissance.

          [Note 70: Cette paix du cardinal et du prince ne se fit
          pourtant qu'avec celle des Pyrénées, en 1659, après bien
          des difficultés de la part de Mazarin.]

J'ai des nouvelles certaines que le maréchal de Grammont[71] a
commencé une étroite correspondance avec M. le prince par ordre du
cardinal.

          [Note 71: Antoine, qui fut d'abord maréchal de Guiche, puis
          maréchal de Grammont.]

Pour Rome, je vous confirme qu'on irrite le pape, et qu'on veut être
mal avec lui, et que le cardinal voudroit être maltraité par le pape
pour avoir occasion de lui renvoyer son chapeau de cardinal qui lui
seroit payé par l'épée de connétable, qu'il souhaite extrêmement[72].

          [Note 72: Nous ne connaissions pas cette singulière
          particularité, qui n'est pas toutefois invraisemblable,
          quand on se rappelle que Mazarin ne fut, à ce qu'on croit,
          jamais ordonné prêtre, et qu'il avoit commencé par être
          capitaine dans les troupes pontificales. Il n'auroit
          fait que revenir à son premier métier, en supprimant
          bien des grades intermédiaires, car il y a loin de
          capitaine à connétable. Il revint un peu plus tard à une
          ambition un peu plus raisonnable, quoique plus haute:
          «C'est, lisons-nous dans un des _Manuscrits Fontanieu_,
          une anecdote sçue de très peu de personnes, et qu'on ne
          trouve écrite nulle part, que le cardinal Mazarin, dans
          les derniers moments de sa vie, étoit sur le point d'être
          élu pape. La France, l'Espagne et l'État de Florence
          luy avoient donné leurs voix; et son élection, par ce
          moyen, estoit sûre. M. de Croissy, qui pour lors estoit
          ambassadeur à Rome, l'a dit à plusieurs de ses amis, et
          particulièrement à M. le cardinal Fleury, qui me l'a redit
          à moy-mesme. Il adjoutoit que la raison que D. Louis de
          Haro donnoit du consentement de l'Espagne étoit que le
          cardinal ayant été seul capable du projet et de l'exécution
          de la _Jurix-Universelle_, il étoit seul capable de la
          soutenir.»]

Je vous ai mandé tout cela, je vous le confirme. Je vous prie, gardez
bien cette lettre pour vous en bien souvenir, et la faites bien
considérer.

Soyez assuré qu'il ne se passera rien de considérable de quoi vous
ne soyez averti par moi. Moquez-vous de toutes les autres nouvelles
qu'on vous mandera, et faites un fondement assuré sur ce que vous
recevrez de moi.

Le sommaire de ce que je vous ai mandé revien à ceci. Si M. le
prince a un grand avantage, et qu'on fasse quelque diversion, toutes
choses sont ici portées à un grand changement; cela n'arrivant pas,
on souffrira plutôt tout que de rien remuer.

On croit qu'après la prise de Landrecies le roi reviendra à Paris:

1º Afin que le peuple reçoive le jubilé par les grands vicaires
nommés par le roi, et non par ceux du cardinal de Retz;

2º Pour faire passer quelques édits pour avoir de l'argent[73];

          [Note 73: Le correspondant est fort bien renseigné. Quelque
          temps après parut l'édit qui établit le papier timbré.]

3º Pour faire un changement aux monnaies, lesquelles le roi va mettre
en petit volume, ce qui fâche fort le monde; ce changement de monnaie
marque ou mauvais ordre, ou nécessité, ou tous les deux ensemble.

       *       *       *       *       *

_16 juillet._--La lettre manque, voici cependant le _post-scriptum_:

Je vous ai écrit ce matin ce que j'avais à vous mander.

Depuis ma lettre écrite, j'ai avis assuré que le cardinal et le duc
d'York ont eu depuis trois jours de grandes conférences, et qu'ils
ont été jusques à trois heures ensemble, ce qui ne peut être sans
très grand sujet.

Je suis assuré que le cardinal et le roi d'Ecosse ont commerce
ensemble[74]. Je saurai ce que c'est, et je vous en donnerai avis.

          [Note 74: Le roi d'Écosse est Charles II. Ce commerce de
          lettres entre le cardinal et Charles étoit sans doute
          relatif au mariage rêvé par l'un pour marier l'autre à
          sa nièce Hortense, non encore pourvue. Cette dernière
          tentative échoua, et, le 2 novembre de la même année,
          Bordeaux concluoit avec Cromwell, au nom de la France, un
          traité dont l'une des conditions étoit l'abandon complet
          des intérêts de Charles II.]

Je suis familier avec Montaigu, par lequel je saurai tout, car il
sait le fond des intelligences.

On se prépare à faire un autre siége après qu'on aura établi les
ordres à Landrecies.

Le cardinal est devenu libéral: il donne à tout le monde et de fort
bonne grâce, et dit qu'il a épargné pour pouvoir avoir de quoi donner.

Sa puissance est tout à fait établie.

       *       *       *       *       *

_24 juillet._--L'envie que le pape avoit de s'entremettre pour la
paix est fort ralentie; il y a un mois qu'on n'en parle plus.

Ce pape est un homme que j'ai connu à Munster[75]; c'est un
personnage qui n'a nulle méchanceté, plein de bonnes intentions, mais
léger d'esprit et changeant: il embrasse tout avec chaleur, puis il
se relâche. Dès qu'il s'est vu pape, il a voulu tout réformer à Rome,
faire la paix en la chrétienté, attaquer le Turc, bâtir des églises,
corriger tout l'ordre ecclésiastique, jeûner, prier, faire aumônes:
tout cela est bon, mais c'est trop à la fois, car il n'a point de
santé. Il a été taillé deux fois de la pierre, et le pauvre homme ne
se mesure pas selon ses forces; enfin, un sien confident lui a dit:
«Père saint, voulez-vous durer longtemps? laissez le monde comme il
est.»

          [Note 75: Fabio Chigi, avant d'être pape, avoit en effet,
          comme nonce en Allemagne, pris part aux conférences de
          Munster.]

Là dessus, le pape s'est résolu de n'entreprendre pas tant de
besogne. Pour l'entremise de la paix, il n'en parle plus.

Le cardinal Mazarin le méprise tant qu'il peut, et quand la paix
devroit se faire, ce ne sera pas par son moyen.

Il est passé par ici, depuis trois semaines, un moine jacobin qui
a eu conférence avec le cardinal touchant la paix. C'est un père
dominicain espagnol.

Pour l'accommodement de M. le prince, il est très assuré qu'il se
traite quelque chose; mais il n'y a rien encore de bien avancé, et je
n'en ai pas bonne espérance.

Assurez-vous sur moi que vous serez bien averti de toutes ces choses.

L'autorité, la faveur et le crédit du Cardinal sont au plus haut
point: je ne vois rien qui le puisse choquer que le Protecteur; c'est
pourquoi il est très certain que, ou tôt ou tard, le Protecteur lui
jouera quelque mauvais tour[76].

          [Note 76: C'est bien ce que craignoit Mazarin; aussi fit-il
          le traité du 2 novembre, dont nous avons parlé tout à
          l'heure. Mazarin craignoit surtout une alliance de Cromwell
          avec les protestants de France, vers lesquels, en mai 1654,
          le Protecteur avoit envoyé le suisse Stoupe, ou bien encore
          une entente complète et efficace entre lui et Condé. C'est
          ce que celui-ci s'efforçoit de conclure depuis 1651, comme
          on le voit par les _Mémoires_ de Lenet, mais sans obtenir
          du Protecteur autre chose que des promesses illusoires.
          Barrière et Lenet, puis après celui-ci M. de Saint-Thomas,
          étoient les agents de Condé en Angleterre, et travailloient
          en même temps pour les habitants de Bordeaux, restés
          rebelles à Mazarin, et qui espéroient le rétablissement des
          relations commerciales entre leur ville et l'Angleterre.
          Cromwell promit tout et n'accorda rien. De cette manière,
          il ne s'engageoit pas, mais toutefois tenait en haleine
          l'inquiétude de Mazarin, qui, lui aussi, avoit ses affidés
          à Londres, et fut peu à peu, de crainte en crainte, amené à
          conclure le traité de novembre. Un de ses articles secrets
          qui fut exécuté tout des premiers, étoit que les agents
          de Condé et les délégués de Bordeaux seroient expulsés
          d'Angleterre. On peut lire sur toute cette affaire un
          article rempli de renseignements _inédits_ dans la _Revue
          nouvelle_, 1er juillet 1846, p. 379-405. Cet article, signé
          P. G., doit être de M. Pierre Grimblot, qui avoit publié
          dans la même _Revue_ (15 nov. 1845) un curieux travail:
          _Mazarin et Cromwell_.]

Nous avons assiégé la Capelle, et faisons en Flandre des progrès,
car la terreur et la lâcheté a saisi le coeur des Espagnols. En
Italie, nous attaquerons Pavie ou Crémone.

       *       *       *       *       *

_4 août._--Le roi est parti à la tête de trente mille hommes, et est
entré en Flandres, et a dit à la reine[77] qu'elle n'auroit de ses
nouvelles de quinze jours.

          [Note 77: A la reine-mère.]

On parle diversement de son dessein: les uns croient qu'il veut
prendre Condé[78] et le fortifier, et ruiner Maubeuge.

          [Note 78: Le 18 du même mois cette place fut en effet
          emportée, et le 25 Saint-Guillain fut pris en présence du
          roi.]

Les autres, qu'il entrera dans Valenciennes, où il y a un parti formé
pour le recevoir[79].

          [Note 79: Ce fut un faux espoir. Valenciennes fut en effet
          assiégé l'année suivante; mais Turenne dut abandonner
          l'entreprise à la suite d'un échec que Condé fit essuyer au
          maréchal de la Ferté, qui resta son prisonnier.]

Les autres, pour entrer bien avant dans le pays et obliger les villes
à son obéissance.

En peu de jours on saura son dessein.

Je vous ai prié de me mander si vous croyez que je puisse être utile
ici: sinon, j'irai en ma maison de campagne jusques au retour du roi
à Paris. Mais si l'on veut que je demeure ici, faites-le-moi savoir.



_Lettre d'un Gentil-homme françois à dame Jacquette Clement,
princesse boiteuse de la Ligue_[80].

_De Sainct Denis en France le 25 d'aoust_

M.D.XC[81].

In-8.

          [Note 80: Cette pièce aussi curieuse que rare, et qui
          mériteroit de figurer dans les _Appendices_ de la _Satire
          Ménippée_, est dirigée contre les chefs de la Ligue, et
          particulièrement contre la soeur de Guise, Catherine-Marie
          de Lorraine, veuve de Louis de Bourbon, duc de Montpensier.
          On sait la part qu'elle prit à l'assassinat de Henri III
          par Jacques Clément. Le nom de dame Jacquette Clément qu'on
          lui donne ici est une allusion directe à cette complicité.
          La duchesse étoit boiteuse, comme on le dit ici. V. la
          _Satire Ménippée_, 1740, in-8, t. I, p. 17.]

          [Note 81: Ce jour, 25 août 1590, le quartier général
          d'Henri IV étoit à Saint-Denis. Cette date et ce nom disent
          qu'il ne faut pas chercher ailleurs que dans le camp royal,
          et dans l'intimité même du roi, l'auteur de cette pièce
          anti-ligueuse.]


Dame très curieuse de la charnelle union, il m'est tombé ce jourd'huy
és mains une lettre qu'un badaut de Paris a présumé escrire au roy
très-chrestien Henry 4[82], Dieu-Donné, aussi pleine d'imprudence
et d'irreverence, comme la venimeuse instruction qu'il a receuë
de vous et des autres predicans, traitres pseudoprophètes comme
luy, le luy a permis et enseigné; à laquelle je ne daignerois
respondre ny repliquer, comme chose qui n'en merite pas la peine.
Mais, sans m'arrester à ce chien grondant, simple organe de vos
meschantes et mal-heureuses conceptions, j'ay trouvé plus expedient
de m'addresser directement à vous, qui estes l'officine de tout
ce qu'il a de mal fait en France, d'où sortent non seulement tous
les libelles diffamatoires que l'on voit trotter par ce royaume,
encontre Dieu et son roy bien-aymé, mais où ce forgent encores toutes
les conspirations paricides, rebellions, assassinats, volleries,
extorsions, trahisons, sacriléges, ravissemens, embrasemens et
autres brutales inhumanitez dont la pauvre France est flagellée,
spécialement depuis trois ans, et me semble que vous addresser, et
non à autre, ceste replique, c'est à son point la chose approprier.
Ce pauvre escorcheur d'ames me fait pitié en ses forceneries, la
lecture desquelles me fait croire de deux choses l'une, ou qu'il est
halené du vent de vostre chemise (comme sont plusieurs autres), ou
empoisonné de vos sorcelleries, ou pour dire mieux de tous les deux
ensemble; ce qui n'est pas inconvenient, car vostre chair est la
viande plus commune qui soit aujourd'huy dans Paris, comme il nous
fait entendre là où il dit que, malgré les dragons du roy, la bonne
chair s'y trouve à qui y veut employer l'argent, ce qui ne doit estre
entendu d'autre chair que de la vostre, veu que les chairs de cheval
et d'asne (qui sont vos viandes ordinaires) ne peuvent passer pour
bonne chair: aussi que de long temps vous sçavez comment il la faut
debiter, suivant la doctrine de don Bernardin de Mandosse[83]:

  _A los Moros por dineros,
  A los Christianos de gracia._

          [Note 82: Nous ne savons de quel pamphlet l'auteur parle
          ici. Il étoit, sans nul doute, du même genre que ceux dont
          l'Estoille (V. son _Journal_, édit. Champollion, t. II,
          p. 3) donne la liste, et qui paroissoient «imprimés avec
          privilége de la Sainte-Union, signé Senault, reveus et
          approuvés par les docteurs en théologie...... Tous discours
          de vaunéant et faquins, esgout de la lie d'un peuple».]

          [Note 83: Don Bernardino de Mendoza, ambassadeur de
          Philippe II à Paris.]

La sorcellerie puis après, qui est le principal de vos
artifices[84], est si commune en votre pays, que ceux qui y ont
voyagé rapportent que de lieu en lieu, et de village en village,
se trouvent des poteaux et pilliers où l'on brusle des sorciers,
et disent les bonnes gens des champs que, quelque justice que l'on
en puisse faire, il n'est possible toutes fois d'en nettoyer le
pays, tant ceste malediction a pris racine en vostre contrée; voilà
pourquoy on ne doit trouver estrange si, estant sortie d'un tel nid,
vous avez peu si aysement ensorceler le menu peuple françois, assez
credule de nature, et sur qui aviez gaigné, vous et les vostres,
telle creance par votre hipocrite douceur et parler emmiellé:

    _Che lor pottevi far, con tue parole,
  Creder che fosse oscuro et freddo il sole._

          [Note 84: Allusion aux pratiques de magie tentées par les
          ligueurs contre Henri III, et dont il est parlé dans le
          _Journal_ de l'Estoille, en plusieurs endroits, et dans le
          curieux traité, _La Fatalité de Saint-Cloud près Paris_,
          1672, in-8. art. 8. On faisoit, par exemple, une image
          du roi en cire, qu'on plaçoît sur l'autel. Après avoir
          dit devant l'office des Quarante heures, on la piquoit à
          l'endroit du coeur, «disant quelques paroles de magie pour
          essayer à faire mourir le roy».]

Voulez-vous plus grands signes de sorcellerie que de voir les
François (qui entre toutes les nations du monde ont emporté le renom
d'estre fidèles à leurs roys) estre par vous induits à s'eslever
contre le feu roy? le chasser honteusement de sa ville capitale?
blasphemer contre luy? le charger d'oppropres et d'injures? composer
libelles diffamatoires contre Sa Majesté, les imprimer avec
privilége? et vendre publiquement, sans punition ny reprehension
quelconque? luy denier l'entrée de ses villes, les tailles, le
tribut, et tous les droits que Dieu a ordonnez à son oingt, pour les
donner à un rebelle estranger? Est-ce pas vraye sorcellerie, après
l'avoir taxé d'estre huguenot, de l'avoir aussi persuadé au peuple,
luy qui a gaigné deux grandes batailles contre les huguenots[85], y
ayant exposé sa propre vie au danger; qui a persécuté les huguenots
tant qu'il a vescu, et les a hays jusques à la mort, quoy que vostre
felonnie l'ay contraint de se jetter entre leurs bras, au moins entre
les bras de son frère, le roy qui est à present, pour eslire (comme
dit le philosophe) de deux maux le moindre; luy, dis-je, qui estoit
le plus catholique et religieux roy qui jamais ayt resté en France.
Je ne veux prendre icy sa cause en main pour le deffendre de ce qu'on
luy pourroit imputer touchant le gouvernement de son Estat, comme
aussi ne voudrois-je estre si presomptueux que le blamer ou taxer,
laissant la definition de ceste cause à Dieu, à qui seul appartient,
et non à autre, la cognoissance et jugement des actions d'un roy,
ou bonnes ou mauvaises qu'elles puissent estre; mais seulement,
pour le fait de sa religion, je dis et diray tant que je vive que
la France n'a jamais eu roy plus catholique et religieux que celui
dont nous traittons maintenant, ny plus sevère observateur des
statuts de nostre mère saincte Eglise: les gens de bien qui l'ont
cognu en rendront fidelle tesmoignage. Cependant vos langues l'ont
ainsi persuadé au peuple, et incité un jeune moine (deshonneur de
l'ordre S. Dominique) de le tuër proditoirement, soubs une feinte
santimonie, tandis que le bon roy l'accueilloit benignement et luy
disoit: _Amice, ad quid venisti_? Helas! s'il eust esté heretique,
eust il admis un moyne en son cabinet[86] à heure indue, à heure
que mesmes messeigneurs les princes ny entroient pas[87], à heure
qu'il s'estoit speciallement reservée pour demander à Dieu pardon
de ses fautes, et luy rendre graces des biens qu'il avoit receus et
recevoit journellement de sa saincte bonté[88]; à la mienne volonté
que quelque ange se fut interposé à la fureur des bons François qui,
premiers appercevans ce piteux spectacle, et poussez d'un juste
courroux, firent carnage de ce parricide infame; qu'ils se fussent
contentez de le prendre en vie, affin de luy faire recevoir le
supplice esgal à son demerite. La belle histoire que nous eussions
euë par son procès, quant il auroit declaré que s'amye Jacquette
l'avoit induit à commettre cest assassinat[89]; quel plaisir à
luy ouyr verbalement reciter les artifices, ruses, desguisemens,
amorces, menées et stratagèmes par lesquelles vous mistes peine à
le rendre amoureux de vous; puis après, par quels regards lascifs,
quelles mines de visage, contenances et gestes du corps, mignardises
de paroles et attouchemens deshonnestes, vous vintes à bout de luy
prostituer vostre pretenduë pudicité, soubs promesse toutes fois
qu'il executeroit ce beau chef d'oeuvre[90]; et finalement, declarer
le vil prix et chetif salaire qu'il avoit receu pour commettre un
meschef si execrable: ha! qu'il auroit bien detesté la cherté d'un
si brief plaisir acheté par la jacture[91] et de son corps et de son
ame. Je croy fermement que avant mourir il auroit fait quelque grande
execration contre vos sortiléges bien autres que la demonomanie de
Bodin, un mien amy, est après à faire un petit livret de meditations
sur le mistere de la saincte union de Jacques Clement avecques vous,
dame Jacquette, sa bonne partie, qui sera chose, à ce qu'il dit,
fort rare et singulière à voir: car les figures de l'Aretin n'y
seront pour rien contées, tant vostre bel esprit est subtil en telles
inventions; je vous asseure que je seray soigneux de le faire mettre
en lumière pour l'amour de vous, affin que les loüanges d'une si
vertueuse dame ne demeurent ensevelies en la fosse d'oubliance. Mais
pour ne point interrompre le fil de nostre discours encommencé, je
diray que, sans point de faute, voyla le plus grand de vos charmes et
la plus grande de vos sorcelleries. L'autre qui vient après n'est pas
moindre que la première, d'avoir persuadé au peuple qu'il soit non
seulement licite, mais expedient et bonne oeuvre d'assassiner un roy
très-chrestien, et que le parricide soit par vous canonizé et mis au
rang des saincts et glorieux martyrs; que lon luy dresse des statuës
sur les autels sacrez, que lon luy porte des chandelles et offrandes,
et que lon l'invoque pour interceder pour ceux qui portent tiltre de
chrestiens. Si telles impietez paganiques doivent avoir lieu parmi
nous, je diray librement ce que disoit Juvenal[92] en son _Hercule
furieux_:

      _Scelere perfecto, licet
  Admittat illas genitor in coelum manus._

          [Note 85: Les victoires de Jarnac et de Moncontour, gagnées
          en effet par Henri III, alors duc d'Anjou.]

          [Note 86: C'est même, suivant l'Estoille, la crainte qu'on
          ne dît qu'il chassoit les moines qui lui fit recevoir
          Jacques Clément en toute hâte.]

          [Note 87: C'est à huit heures du matin que Jacques Clément
          fut introduit près du roi.]

          [Note 88: Henri III n'étoit pas en prière quand il ordonna
          qu'on introduisît le moine, mais «sur sa chaise percée,
          ayant une robe de chambre sur ses épaules». Lorsque Jacques
          Clément entra, il ne faisoit que se lever de la chaise
          «et n'avoit encore ses chausses attachées». _Journal_ de
          l'Estoille, 1er août 1589.]

          [Note 89: Malheureusement, comme on sait, il fut tué sur le
          champ, avant d'avoir pu rien avouer. Sa nièce Jacquette, la
          duchesse de Montpensier, avoua pour lui. «Dieu, que vous me
          faites aise, dit-elle quand elle eut appris le crime, et
          en distribuant aux siens des écharpes vertes. Je ne suis
          marrie que d'une chose, c'est qu'il n'ait su, avant de
          mourir, que c'est moy qui l'ay fait faire.» _Journal_ de
          l'Estoille, mercredi 2 août 1589.]

          [Note 90: Il est question dans plusieurs écrits du temps
          des complaisances de la duchesse pour le futur assassin.
          V. de Thou, t. IV, p. 496. La _Ménippée_ le dit à mots
          couverts, mais transparents. «Pour l'encourager, y dit-on
          à Mayenne, vous luy promîtes évêchés, abbayes et monts et
          merveilles, et laissâtes faire le reste à madame vostre
          soeur.»]

          [Note 91: _Jactura_, perte.]

          [Note 92: L'auteur veut dire Sénèque, de qui l'on a en
          effet une tragédie d'_Hercules furens_.]

Vous ne trouverez estrange (reverendissime dame Jacquette) si,
escrivant à une femme, je me dispence de parler latin: les moynes et
predicans à qui vous avez affaire tous les jours vous mettent si
souvent la langue latine en bouche, que vous la devez avoir aussi
familière comme la maternelle; or, tout ce que j'ay raconté ne
sont que petits peccadilles, pechez veniels parmy vous autres; vos
predicans vous absolvent de tout cela, et, comme dit l'evesque de
Lyon[93] en la _Confession de la foy_, le merite d'estre ligueur est
plus grand que ne sont grandes toutes les offences que le ligueur
pourroit commettre[94]. Voylà une belle confession de foy, et
vrayment digne d'un tel prelat. S'il n'a point d'autre hostie pour
expier l'offence de son double inceste[95], je parie la perte de son
ame; mais que dis-je, son ame? les ligueurs ne croyent aucune ame qui
puisse recevoir ou peine ou salaire en la vie future, laquelle aussi
ils ne croyent point; et plus je m'estudie à rechercher le sommaire
de leur creance, et moins j'y attains. Je pense bien qu'ils croyent
Dieu; aussi font les diables. Ils le croyent et en ont terreur;
mais de croire en Dieu, ils n'y croyent non plus que les diables.
Ils sont d'ailleurs empeschez: l'ambition intolerable, l'insatiable
avarice, l'appetit desordonné de commander, de devenir grand en
peu d'heure, d'accomplir leurs cupiditez deshonnestes, et autres
choses monstrueuses, en excuse leurs esprits et en destourne leur
entendement. Dès le temps de la primitive Eglise, la chrestienté a
esté infectée de diverses erreurs, heresies et sectes; mais de toutes
icelles la plus pernicieuse, à mon advis, est ceste dernière de la
Ligue, comme celle qui combat directement contre Dieu, contre sa
parole et contre sa volonté, pour exterminer les roys, les princes et
la noblesse; et, soubs ombre et pretexte de religion d'affranchir ou
soulager le peuple, tasche à ruyner de fonds en comble la monarchie,
depuis le plus grand jusques au plus petit. S. Paul vous commande
il pas, et S. Pierre tout de mesme, d'obeyr à vos princes quand or
ils seroient meschans et heretiques? Pourquoy donc rejectez vous ce
commandement, et, tournant la truye au foing (comme lon dit[96]),
y apportez vous des gloses et constructions d'Orleans[97]? Dieu
vous commande de rendre à Cæsar ce qui est à Cæsar: pourquoy donc
luy refusez vous, vous, le service, l'obeissance, le tribut et
les droits que vous lui devez? Vous me direz (dame Jacquette)
que Nostre Seigneur adjouste incontinent après: Et à Dieu ce qui
appartient à Dieu. C'est parler en theologien. Qui vous y met
empeschement? En quel lieu est-ce que le roy empesche l'exercice de
notre religion catholique, apostolique et romaine, de ceux qui sont
en son obeissance depuis son advenement à la couronne? Où voit-on
les gens d'église oppressez ou persécutez? Où voit-on les eglises
violées, ou le service divin empesché? A la prinse des faux-bourgs
de Paris, à la Toussaincts derniere[98], quel mauvais acte avez vous
recognu contre les ecclesiastiques ou contre les eglises; demandez
en aux prestres qui y celebrèrent messe par tout le jour des Morts?
Mais quel besoin est-il de specifier les lieux? Tant de villes que
Sa Majesté a reduictes à son obeissance servent de miroir et en
rendent tesmoignage, mesmes des gens d'eglise qui sont entretenus
journellement auprès du roy, honorés et reverez par Sa Majesté, trop
plus qu'ils ne sont de vous autres, sectateurs de Judas Iscariot,
qui edifiez les: temples des prophètes semblables à ceux qui les ont
occis. Qu'ainsi ne soit, voyons les deportemens de ceux de vostre
secte: nous trouverons les eglises pillées, les faux bourgs de
Tours, et villainement poluées de paillardise jusques derrière le
grand autel[99]; les eglises bruslées aux faux bourgs de Chasteaudun,
et le Sainct Sacrement (chose horrible à penser) consommé par
feu; à Quinsy, près Meaux, l'eglise bruslée, et plus de soixante
petits enfants bruslez dans le berceau; à Montereau-faut-Yonne,
à Charlotte-la-Gand, les eglises pillées et desnuées d'ornemens,
calices, croix, reliquaires, et, comme disoit le poëte ferrarois[100]:

  _Gittato in terra Christo in Sacramento
  Per torgli in tabernacolo d'argento._

          [Note 93: Pierre d'Espignac, archevêque, et non évêque
          de Lyon, dont on se moque à tant de reprises dans la
          _Ménippée_.]

          [Note 94: Ce sont, en effet, les doctrines dont il fit
          profession en maintes circonstances, notamment à la célèbre
          conférence de Surêne. V. cette _Conférence_, 1593, in-8º,
          p. 83.]

          [Note 95: Pierre d'Espignac avoit deux soeurs, de chacune
          desquelles il avoit un neveu; l'un qui se nommoit Edme de
          Malain, baron de Luz, et l'autre Chaseuil. De Thou, t.
          V, liv. 108, p. 414.--C'est au premier de ces deux fils
          incestueux que l'archevêque de Lyon dut de ne pas partager
          à Blois le sort du cardinal de Guise. Henri III, qui
          aimoit beaucoup le baron de Luz, lui accorda la vie de P.
          d'Espignac. De Thou, t. IV, liv. 93, p. 378.]

          [Note 96: C'est prendre le contrepied des choses, comme
          l'on feroit si, détournant la truie du gland qu'elle veut
          manger, on la forçoit de se repaître de foin. V. _Ancien
          théâtre_, t. V, p. 240; VII, p. 141; IX, p. 86. «Ce n'est
          pas de cela dont j'ai à vous parler, dit un personnage du
          _Pédant joué_ (acte II, sc. 9); mais à quoi diable vous
          sert de tourner ainsi la truie au foin?»]

          [Note 97: On connaît l'ancien proverbe: «C'est la glose
          d'Orléans, elle est plus difficile que le texte.»]

          [Note 98: «Le mercredi premier jour de novembre (1589),
          dit l'Estoille, à la faveur d'un brouillard qui se leva
          comme par miracle, incontinent après la prière faite dans
          le Pré aux Clercs à six heures du matin, le roy surprit les
          faubourgs...»]

          [Note 99: Il s'agit des horribles scènes qui eurent lieu
          lors de la surprise des faubourgs de Tours en 1589 par
          les troupes de Mayenne. Henri III y courut grand danger
          d'être pris, et l'eût même été sans l'avis que lui donna un
          meunier qui pourtant ne le connoissoit pas.]

          [Note 100: Le Tasse.]

Que diray-je de Sainct Denys en France, où vous avez ruyné deux
eglises qui estoient proches du rampart; desrobé et enlevé le tresor
de la grande eglise, que l'ancienne liberalité des roys de France
y avoit amassé[101]; et de mesme dit-on que vous avez faict des
reliquaires de Paris, pour convertir l'or et l'argent à vostre
usage. Que diray-je d'autres eglises infinies en ce royaume, où
vos satellites n'ont fait conscience de mettre le feu pour quelque
interest particulier, sans aucun respect ny reverence du Sainct
Sacrement qui estoit conservé en icelles? En quoy vous vous monstrez
plus cruels et barbares envers celuy dont vous usurpez fausement le
tiltre et vous couvrez indignement de son nom, que n'ont fait les
juifs qui le crucifièrent: car ceux là comme ennemis le mirent à
mort, et vous autres, zuingliens sacramentaires (comme Judas en le
baisant, c'est-à-dire en vous disant ses amis), l'avez mis au feu.
Quelles excuses, quelles deffences alleguerez-vous contre ceste
vérité? Certes aucune, sinon que vous n'y croyez point. Qui voudroit
raconter les extorsions et violences faictes par vos partisans aux
gens d'eglise, ce ne seroit jamais faict; qui pourra aller par la
France en orra les clameurs qui montent jusques aux cieux. Par là
appert que vostre saincte religion n'est autre chose qu'un appetit
desordonné d'en avoir, et de dominer soit à droit, soit à tort. O
le beau et precieux pretexte! Certes, tous ceux qui desirent de
nouveauté ont voulu brouiller un Estat, et qui pour ce faire ont
cherché quelque honneste couverture n'en trouveront jamais qui plus
chatouille les aureilles des auditeurs que ceste-cy, et specialement
du menu peuple. Voilà une belle religion de conspirer contre les
roys, contre les princes, contre la noblesse, contre l'Eglise, contre
la justice; de pervertir les anciennes loix et statuts d'un royaume,
et bouleverser tout s'en dessus dessoubs, à la confusion et ruyne des
trois Estats, afin de chasser les enfans et heritiers de la maison
pour y introduire et subroger des estrangers et mercenaires; ou, ne
pouvant attaindre à ce but, changer à tout le moins la plus belle, la
plus ancienne et la plus florissante monarchie de la chrestienté en
un Estat democratie et populaire. Voylà une plaisante secte d'union
composée de quelques princes estrangers, poussez d'une ambition sinon
loüable, aucunement probable, d'autant que, _si violandum est jus,
regnandi causa violandum est_; composée de quelques marrans[102],
de quelques saffraniers[103], de quelques meschans garnemens, que
la rigueur des loix y a jectez, ou le desespoir et la crainte du
supplice les y retient; gens que le bourreau court à force; composée
de quelques moynes affriandez à la chair que vous vendez à Paris,
et de toutes sortes de vauneans et de la lye du peuple; voylà,
dis-je, une belle et plaisante secte, pour s'opposer et contredire
à tous les princes, grands seigneurs et officiers de la couronne de
France, et generallement à toute la noblesse, qui tous sont unis
à l'obeissance et service du roy tres chrestien; et ceux qu'en
premier lieu je devois avoir nommez, messeigneurs les cardinaux,
prelats et gens d'eglise qui servent ordinairement Sa Majesté de
leurs prières ferventes et assidues, les sacrifices et oraisons
desquels sont si aggreables à Dieu, que le jour mesme, et à la
mesme heure qu'ils faisoient la procession à Tours pour la santé,
conversion et prosperité du roy, Sa Majesté gaigna la bataille à
Sainct André[104], à la confusion et totale ruyne de vostre secte.
Où est donc maintenant le Dieu que vous voulez opposer au nostre? de
quoy pourront servir toutes vos prophanations et sortileges contre
les devotions, voeux et prières des gens de bien? Nos Dieux ne sont
point d'accord (ce dites vous): ils n'ont garde de s'accorder, car
nous n'avons qu'un seul Dieu, qui est celuy qui vous livra à la
fureur de nostre glaive à Senlis[105], à la deffaitte de Saveuse
et Falandre[106], à la bataille qui se donna en Auvergne le mesme
jour que le roy vous chastia si bien à S. André[107]; c'est luy qui
vous a fait tourner le dos en toutes les rencontres qui se sont
faites, et qui vous a fait perdre, depuis l'advenement du roy à la
couronne, tout ce que vous aviez enrichy en Anjou, en Touraine, au
Mayne, en Normandie, en l'Isle de France, et generalement par tout
où Sa Majesté a tourné la teste de son armée. C'est luy mesme qui
vous a fait faire un caresme en juillet[108], et qui vous fera porter
la pénitence de vos vieux péchez, si bien tost vous ne venez à la
recognoissance de vos fautes, et à implorer la misericorde du roy,
qui (comme il est la vraye image de Dieu en terre) aussi sa clemence
et misericorde est plus grande mille fois que n'est la multitude de
vos iniquités. Nonobstant toutes, ces choses, vostre predicant brave
et dit que les forces qui sont dans Paris, tant estrangères que de la
ville, sont suffisantes, soubs la conduite du duc de Nemours[109],
pour rembarrer et mettre en desarroy toute l'armée royalle: ces
choses luy sont autant aysées à dire comme elles sont mal-aisées non
seulement à executer, mais à croire, à ceux qui sçavent mieux faire
que de crailler dans une chaire, mesmes après tant d'experiences que
nous avons veuës de ce peuple, qui le nous ont faict cognoistre tel
que le descrit l'Arioste, disant:

  _Queste non dirò squadre, non dirò falange,
  Ma turba e popolazzo voglio dire
  Prima che nasca degno di morìre._

          [Note 101: Ces pillages à Saint-Denis furent commis en
          septembre 1589 par quelques compagnies albanaises et autres
          troupes que commandoient Rosne et La Bourdaisière, et qui
          avoient commencé par mettre à sac tout le pays d'alentour:
          Montmorency, Deuil, Choisy, Andilly, Montlignon, etc. «A
          Sainct-Denis, dit P. Fayet, pillèrent l'église du dict lieu
          et en firent une estable à chevaulx, tellement que l'on
          demeura longtemps sans y célébrer ne dire aulcune messe;
          ils gastèrent aussi la sépulture de monsieur et madame la
          Conestable, qui estoit une des belles et riches de France.»
          _Journal historique de_ P. Fayet, 1852, in-12, p. 75.]

          [Note 102: Ou _marranes_, nom injurieux donné aux juifs
          renégats, et par suite aux Espagnols, dont beaucoup
          passoient pour entachés clandestinement de judaïsme. Dans
          le dictionnaire françois-espagnol d'Oudin, _Maranno_
          s'entend pour _chrétien de race juive_.]

          [Note 103: Se prenoit pour _banqueroutier_, parce qu'il
          étoit d'usage de peindre de jaune leurs maisons, comme
          celle des traîtres. «Me voilà, dit quelqu'un de la _Comédie
          de proverbes_, me voilà réduit au bâton blanc et au
          saffran, le grand chemin de l'hospital.» _Anc. Théâtre_, t.
          IX, p. 25.]

          [Note 104: C'est la bataille d'Ivry, gagnée par Henri IV
          le 14 mars 1590, et nommée d'abord de Saint-André, parce
          qu'elle fut livrée entre ce bourg et celui d'Ivry, à
          quelques lieues d'Evreux.]

          [Note 105: Le 27 mai 1589, le duc de Longueville, La
          Noue, Givry et autres, avoient dégagé Senlis, où Thoré
          tenoit pour le roi et qu'assiégeoint les ligueurs.
          Ceux-ci, commandés par d'Aumale et Maineville, avoient été
          complétement défaits.]

          [Note 106: L'Estoille dit Saveuses et Forceville. C'étoient
          deux gentilshommes ligueurs de la Picardie, que Chastillon
          avoit battus près de Bonneval, le 11 mai 1589. Saveuses,
          blessé et pris, avoit été conduit à Beaugency, où il mourut
          «sans vouloir demander pardon à Dieu, ni reconnoistre le
          roi».]

          [Note 107: Le jour même de la bataille d'Ivry, en effet,
          c'est-à-dire le 14 mars 1589, Curton et d'Effiat avoient
          dégagé Issoire qu'assiégeoit le comte de Randan, et avoient
          ainsi obligé à capituler les ligueurs qui tenoient la
          citadelle.]

          [Note 108: En juillet 1590, la famine commença à être
          extrême dans Paris assiégé. «La plus grande partie du
          peuple, dit l'Estoille, à la date du 22, commença lors à
          manger du pain d'avoine et de son, ce qui se pratiquoit
          aux meilleures maisons de Paris, qui ne donnoient par
          jour à leurs gens que demie-livre de ce pain. La chair de
          cheval étoit si chère que les petits n'en pouvoient avoir,
          et qu'ils étoient contraints de chasser aux chiens, et de
          manger des herbes crues sans pain.»]

          [Note 109: Charles-Emmanuel de Savoie, duc de Nemours, fils
          de Jacques de Savoie et d'Anne d'Este, veuve de François
          de Guise. Il étoit par conséquent frère utérin du duc de
          Guise.]

Et ne faut que vous mettiez en peine de nous persuader, à nous qui,
assistez du Sainct Esprit, ne pouvons estre deceus par vos fausses
illusions, que vous prenez toutes les incommoditez en patience en
louant Dieu, duquel vous attendez secours en bref, car nous tenons
pour maxime très certaine que

  _L'honneur que les vicieux
      Font aux Dieux,
  A Leurs Majestez n'agrée._

Quoi! vous qui avez encor les mains sanglantes du parricide du feu
roy (heureuse et pitoyable memoire), le sang duquel criera vengeance
devant Dieu, sur vous, sur vos enfans et nepveux, jusques au jour
du jugement, de tant de gens de bien par vous massacrez, noyez,
rançonnez, pillez et exilez; qui n'avez pardonné à sexe, aage ou
qualité; qui avez pollu les temples de Dieu en toutes sortes, jusques
à introduire en iceux les idoles de Jacques Clement[110], et autres
de pareille farine[111], leur deferant les honneurs qui sont deuz à
un seul Dieu, luy offrirez maintenant de l'ancens, des chandelles,
des veuz, des sacrifices, et le demeurant de vos faux dieux luy
sera aggreable holocauste? Vous vous trompez (dame Jacquette) si le
pensez: il faut premierement expier ce parricide; que les principaux
autheurs, conspirateurs et conseillers d'un tel meschef reçoyvent la
punition du dernier supplice qu'ils ont demeritée; les autres moins
crimineux, consentens, coadherans, et qui ont favorisé le party (pour
ce qu'il n'est expedient que tout le peuple meure), aillent en abits
nuptiaux, les pieds nuds, la corde au col, une torche au poing,
jusques à Compiegne[112], reprendre le corps du roy defunct pour le
conduire à Notre Dame de Paris, et luy rendre là le dernier service
accoustumé aux roys de France, pour depuis estre porté et rendu à
Sainct Denis, le peuple criant misericorde; et après que le peuple
aura accomply les penitences qui luy seront enjointes, qu'il aura
renoncé à toute heresie, secte, ligue et union contraire à Dieu et au
roy, et qu'il sera retourné au giron de l'Eglise par la confession
de ses fautes et par la communion du vray corps de Nostre Seigneur
Jesus-Christ, qui luy sera administré par les vrais prestres et
curez, non par les predicans de Belial; à ceste heure là (dis-je), je
croiray que Dieu, ayant destourné son ire et ouvert les yeux de sa
misericorde sur vous, recevra vos priéres et oraisons, et non plus
tot; que si le nom de François, dont vous vous monstrez indignes et
decheus (comme Luciabel après s'estre eslevé contre Dieu), vous est
si odieux, que vous aymiez mieux faire élection du plus veillacque
Espagnol qui se trouve, que du meilleur huguenot qui soit en France.
Je suis d'advis que, comme juifs ou bohémiens, ou plus tost comme
vrais ligueurs, vous alliez, vagabonds par le monde, chercher
nouvelles habitations en Canada, avecque don Bernardin de Mandosse et
le cardinal Dammi la Dolce, portans chacun une escharpe my-partie de
rouge et de noir, pour marque de vostre cruauté et félonie, et que
vous emportiez avec vous les simulacres de vos nouveaux Mahommet et
Hala: car quant à leurs charongnes et cendres, elles vous seroient
trop malaisées à recouvrir; là ils vous feront de nouveaux miracles
et vous donneront de leurs benedictions accoutumées, favorisant
vos entreprises par cy après comme par cy devant ils ont fait. Si
vous pouvez emmener avecques vous vos predicans frere Bernard[113],
Rose[114], Panigarole[115], Ginestre[116], Boucher[117], et autres
pseudoprophètes, avecques vostre grand sacrificateur l'evesque
naguères de Lyon, ce seroit un grand bien pour vous et pour nous;
mais il ne faudroit pas laisser en arrière la Junon de vostre
chancelier[118], ny la fille du president de Neuilly, tant aymée de
ses deux pères temporel et spirituel[119]; toutefois, j'espère en la
justice de Dieu, que le maistre des hautes oeuvres leur abregera la
longueur du chemin; suivant cest advis, vous serez exempts d'estre
ou de plus vous dire François, ny d'obeyr à un roy françois et très
chretien, noms qui tant vous sont odieux, et vous asseure davantage
que, comme la France ne lairra d'estre France ni le roy d'estre roy
pour vostre absence, il n'y aura aucun bon catholique qui meine
grand dueil de vostre departie, et qui n'aime trop mieux (comme bons
chrestiens) prier Dieu pour vostre conversion et reduction au giron
de l'Eglise catholique, apostolique et romaine, lorsque serez absens,
que de vous voir, nouveaux Attiles, flageller l'Eglise de Dieu et ce
royaume, qui seroit trop heureux

                      _Si littora tantum
  Numquam Lotarenæ tetigissent nostra carinæ._

          [Note 110: Le jeudi 1er août 1591, on fit solennellement
          aux Jacobins «le service de frère Clément». V. l'Estoille,
          à cette date.--On voulut faire encore plus. Quelqu'un de la
          Ligue parla d'élever son effigie sur un pilier de marbre
          dans l'église Notre-Dame. _Mémoires du duc de Nevers_,
          in-fol., t. II, p. 453.]

          [Note 111: Ces autres idoles sont les Guises: «à Tholoze,
          lit-on dans le _Scaligerana_, ils ont fait des statues de
          M. de Guise, les mettoient aux portes des temples, et les
          adoroient et les faisoient pleurer, etc.»]

          [Note 112: Henri IV l'y avoit fait transporter le 8
          août 1589, et l'y avoit laissé en dépôt à l'abbaye de
          Sainte-Cornille.]

          [Note 113: Bernard de Montgaillard, dit le
          _Petit-Feuillant_. C'est à Saint-Severin qu'il prêchoit le
          plus souvent.]

          [Note 114: Le docteur Roze, évêque de Senlis, grand maître
          du collége de Navarre, l'un des prédicants ligueurs les
          plus forcenés.]

          [Note 115: François Panigarolle, cordelier, évêque d'Ast,
          qui tout jeune étoit venu en France sous Charles IX, pour
          prêcher le massacre, et y étoit revenu plus tard pour
          prêcher la rebellion.]

          [Note 116: Jean Guincestre ou Lincestre, curé de
          Saint-Gervais, et l'un des plus fougueux ligueurs de Paris.]

          [Note 117: Jean Boucher, docteur de Sorbonne, curé de
          Saint-Benoît.]

          [Note 118: Louis de Brézé, évêque de Meaux, étoit
          chancelier de l'Union. Qui étoit sa Junon? Je ne sais.]

          [Note 119: Etienne de Neuilly, premier président de la cour
          des Aydes, fait prévôt des marchands en 1512 par Henri III,
          ce qui ne l'empêcha pas de se jeter à corps perdu dans la
          Ligue, avoit une fille d'une grande beauté. Roze, l'évêque
          de Senlis, la séduisit et en eut un enfant. On le fait s'en
          accuser ainsi dans la Confession générale des chefs de
          l'Union:

               Sous feinte hypocrisie ai caché l'adultère
               De l'enfant que j'ai fait à la belle Neuilly
               Lorsqu'en la confessant, son premier fruit cueilly...]


_Au Duc des Moynes._

SONNET.

P. L. D. B.

  Traistre, sorcier, lorrain, parricide execrable,
  Rebelle, ambitieux, bastard, marranizé,
  Hypocrite, pippeur, empatenostrizé,
  Sans Dieu, sans loy, sans foy, atheiste damnable,

  Ne verray-je jamais ton ame insatiable
  Saoulle de flageller le peuple baptisé,
  Ou le feu que tu as par la France attizé
  Consommer avec toy ta race detestable?

  Ingrat de Dieu maudit, imitant le vipère,
  Tu as rongé le ventre à la France ta mère,
  Et meurdry ses enfans, mesme dans le berceau.

  Le sang qu'as espandu devant Dieu cry' vengeance;
  Dieu te fera mourir par la main d'un bourreau,
  Qui de ton bras tyran delivrera la France.

FIN.



_L'Umbre du Mignon de fortune, avec l'Enfer des ambitieux mondains,
sur les dernières conspirations, où est traicté de la cheute de
l'Hôte_[120].

_Dédié au Roy par J. D. Laffemas, sieur de Humont_[121].

_A Paris, chez Pierre Pautonnier, imprimeur du Roy._ 1604.

_Avec permission._

          [Note 120: L'Estoille l'appelle Loste. Il étoit commis
          principal du secrétaire d'Etat Villeroy, et son
          filleul. Les intelligences qu'il avoit avec les gens
          du roi d'Espagne, auxquels il vendoit tous les secrets
          d'Henri IV, et donnoit même les copies de ses lettres
          au roi d'Angleterre, au comte Maurice, etc., ayant été
          découvertes, il se sauva vers Meaux, et fut trouvé mort
          dans la Seine, près de la Ferté, soit qu'il y fût tombé par
          hasard, soit qu'il s'y fût précipité de désespoir, soit
          plutôt, comme on le pensa généralement, qu'il y eût été
          jeté par quelque complice intéressé à sa disparition.

          Raphin, autrefois un des seize, réfugié en Espagne «pour
          la Ligue», l'avoit décelé à l'ambassadeur de France dans
          l'espoir que ce service lui mériteroit «de rentrer en la
          grâce de son prince»; et l'ambassadeur en avoit donné avis
          au roi. _Journal_ de l'Estoille, 24 avril 1604 (édit.
          Michaud, t. II, p. 367).]

          [Note 121: C'est le fameux Isaac de Laffemas, fils de
          Barthélemy de Laffemas, dont nous avons longuement parlé,
          t. VII, p. 303-306. Il ne faisoit alors que sortir des
          études, et s'amusoit aux vers, comme c'étoit l'usage.
          Tallemant dit qu'il avoit de l'esprit. «Il a fait,
          ajoute-t-il, plusieurs épigrammes. Il n'y en a guère de
          bonnes que les premières.» Il ne parle pas de cette pièce,
          qui est fort rare, et de son bon temps, qui fut court. Il
          devint avocat, puis secrétaire du roi, procureur-général
          en la chambre des communes, avocat-général en la chambre
          de justice, maître des requêtes, et lieutenant civil
          au Châtelet de Paris. Dans cette charge, que Richelieu
          lui fit exercer par commission, il acquit beaucoup de
          réputation, dit Tallemant, «et ôta bien des abus», mais
          il fit surtout force exécutions au gré du maître. Il fut
          terrible justicier, mais bonhomme pourtant, à ce qu'il
          paroît. Despeisse disoit de lui, suivant Tallemant: _Vir
          bonus, strangulandi peritus_. (_Historiettes_, 1re édit.,
          t. IV. p. 35.) Plus tard, il revint aux vers; il fit en
          rimes, pendant la Fronde, le _Frondeur désintéressé_ (1650,
          in-4º), qui lui valut de violentes attaques. (C. Moreau,
          _Bibliog. des Mazarinades_, t. I, p. 422).]

       *       *       *       *       *

_Au sieur de Laffemas sur son traicté._

  Esprits quy recherchez le moyen de bien vivre,
  Et de vous gouverner à la cour sagement,
  Venez veoir Laffemas, quy donne par son livre
  Aux cupides d'honneur un bon enseignement.

                            PH. D. B.


_A très chrestien et glorieux Roy de France et de Navarre Henry IV._

Ce n'est pas sans un extreme regret, Sire, que je voue à Vostre
Majesté le premier nay de ma plume[122] en si triste et lamentable
subject; mais, poussé et enthousiazé de quelque fureur poetique,
j'ay pensé (après avoir balancé au poids de mon petit jugement les
dissuations plus grandes quy me detournoient de cette entreprinse
contre les services que je doibs à Vostre Majesté) que je ne devois
laisser passer soubz silence les pernicieux desseings des mondains
quy jusqu'icy par leurs flots n'ont peu esbranler le roc de vostre
vertueux et magnanime courage. Autrement j'eusse donné à croire à
plusieurs que la paresse ou nonchalance m'avoient atteint, auxquels
toutesfois je ne desire donner place au prejudice de l'affection que
je porte à vostre Estat. Permettez donc, Sire, qu'en continuation
des services que mon père vous a faicts[123] et desire faire
encore[124], je face, comme issu de luy, esclorre soubz l'aisle de
vostre aveu ce primice de mes escripts quy, autant profitables que
lamentables, escleirez de vostre regard, penetreront les nues et
desseings brouillez des plus infidèles mondains, et enfin vivront
en la bouche de l'éternité, pour chanter avec moy vostre gloire, et
m'occasionner à prier le Ciel me faire naistre de jour en jour de
nouvelles occasions pour tesmoigner à Vostre Majesté que je n'attends
plus grand heur au monde que d'estre qualifié jusqu'au tombeau,

  Sire,

  Vostre humble, très obeissant et très fidelle serviteur,

                                         ISAAC DE LAFFEMAS.

          [Note 122: Ceci semble démentir ce que dit Tallemant
          (1re édit., t. IV, p. 32, note) d'une pastorale qu'Isaac
          Laffemas auroit faite à Navarre, étant écolier. S'il avoit
          composé cette pastorale, il ne diroit pas que l'ouvrage
          qu'il offre ici au roi «est le premier nay de sa plume».]

          [Note 123: Pour ces services très réels, et aujourd'hui
          trop méconnus, que Barthélemy de Laffemas rendit à Henri
          IV, en qualité de _contrôleur-général du commerce de
          France_, V. notre t. VII, p. 305, note.]

          [Note 124: Il vivoit en effet toujours; mais, épuisé par
          ses travaux, si injustement oubliés, il mourut à la peine
          l'année suivante, 1605.]

       *       *       *       *       *

_Ode en faveur de l'Autheur._

STROPHE.

  J'entends le père des artz
  Appeler de toutes partz
  La troupe heliconnienne
  Pour entendre ce sonneur;
  Bref la cohorte neufvaine
  Luy vient dejà faire honneur.

  Il est temps que l'on s'appreste
  De luy couronner la teste
  D'un branchage precieux:
  Sus! sus! que l'on applaudisse,
  Jeunes esprits studieux,
  En ce divin exercice.


ANTISTROPHE.

  Le sommet aonien,
  Et le laurier phebeen,
  Luy sont acquis pour sa gloire;
  Puisqu'il enseigne aux humains
  Le moyen d'avoir victoire
  Contre les efforts mondains.

  Sus! donc, enfants de Minerve,
  Dont les Muses font reserve,
  Venez tous apprendre icy
  Quel sentier il vous faut suyvre
  Pour charnier vostre soucy,
  Et après la mort revyvre.


EPODE.

  Muses, mon très cher soulas,
  Ne vous mettez plus en peyne,
  Car cest enfant de Palas
  A la source d'Hyppocrène.

  De ce nectar doucereux
  Il abreuvera tous ceux
  Qui, aimant la poésie,
  Grimpent sur vostre manoir,
  Pour gouster vostre ambrozie
  Et s'enyvrer de sçavoir.

                            M. GUERRY.

       *       *       *       *       *

_L'Autheur à ses vers._

  Marchez hardis, mes vers, vous avez un bon guide,
  Ne craignez le mespris d'un nombre d'ignorants,
  Si vous n'estes pour eux assez doux et fluide,
  Pour d'autres vous serez plus mignards et coulants.

       *       *       *       *       *

_Au Lecteur._

STROPHE.

  Cherchez le Latonien
  Au throne heliconien,
  Et les filles de mesmoire;
  Au pecazide ruisseau,
  Lecteur, n'accourez pour boire
  En ce traicté de leur eau.

  Vous de quy l'esprit s'amuse
  Aux doctrines d'une Muse,
  Ne la cherchez pas icy;
  Mais si vous cerchez des larmes,
  De la peine et du soucy,
  Lisez mes funèbres carmes[125].

          [Note 125: Laffemas, par le ton sinistre qu'il prend ici,
          et qu'il soutiendra dans toute cette pièce, prélude bien à
          ses futures fonctions de bourreau.]


ANTISTROPHE.

  Fortune jamais aux siens
  Ne donna plus de moyens
  Pour se jouer de leur vie;
  Jamais on n'a veu le sort
  Avoir eu si grant envie
  De chercher aux siens la mort.

  Vomissez vostre rancune,
  Vous tous mignons de fortune[126],
  Car le bonheur d'un Dauphin
  A permis que vostre rage
  Se soit ouverte à la fin,
  Pour vous causer du dommage.

          [Note 126: L'expression _mignon de fortune_ étoit consacrée
          pour les favoris de roi et de ministre, comme l'étoit
          Loste, à qui M. de Villeroy avoit accordé toute sa faveur.
          Régnier, vers le même temps; les désignoit ainsi dans sa
          troisième satire, V. 61:

               Du siècle les mignons, fils de la Poule-Blanche,
               Ils tiennent à leur gré la fortune en la manche.]

EPODE.

  Benissons l'honneur des roys,
  Henry, ce vertueux prince,
  Quy, en despit des abboys,
  A conservé sa province.
  Perturbateurs du repos,
  Croyez que tost vostre engeance
  Pour le butin d'Atropos
  Finira dans nostre France.

       *       *       *       *       *

_L'Umbre du Mignon et l'Enfer des ambitieux mondains._

STANCES.

  Je ne recherche point le sable de Pactolle,
  Ny l'arène de Gange ou bien l'or de Cresus,
  Ny moins les grands tresors de l'un ou l'autre polle.
  Mais je cherche plutost le mirouer des vertus.

  O precieux mirouer qu'entre tous biens j'estime,
  Que l'on voit de thresors et de riches moyens
  Au travers de la glace où la vertu domine,
  Plus precieux cent fois que ceulx des Indiens.

  Celuy quy maria les lettres à l'espée,
  Ce puissant empereur, la terreur des meschants,
  Mesprisa les joyaux de parure jaspée
  Et chercha la vertu jusqu'à fin de ses ans.

  Je ne dy point heureux les enfants de fortune
  Qui souvent en grandeur se voient eslevez,
  Car, voisinant le ciel, ils imitent la lune,
  Nuageant leurs esprits de mille vanitez.

  Avons-nous rien plus cher au monde avec la vie
  Qu'un honneur bien acquis au champs de la vertu,
  Affin que la memoire en demeure infinie
  A ceux quy nous suivront par ce sentier battu.

  Doncques en quelque lieu où le sort nous attire,
  Ne nous mecognoissons après des biens acquis;
  Et plus nous sommes grands, petits il nous faut dire,
  Car c'est l'honneur des grands de se dire petits.

  Toujours l'humilité rend de la gloire aux hommes,
  Plus que s'ils recherchoient la gloire ambitieux:
  Car on n'estime point, en ce siècle où nous sommes,
  Ceux quy pour leurs estaz se rendent glorieux.

  J'ay autrefois apprins ce regime de vivre
  D'un des galants esprits quy soit de nostre temps,
  Et lors je le priay me permestre de suivre
  Sous l'aisle de son nom les beaux enseignements.

  Il ne m'eust pas si tost donné cette licence,
  Que j'allay rechercher les Muses pour appuy,
  Quy, m'ayant donné part à leur juste science,
  Me firent pratiquer ces preceptes de luy.

  Depuis j'ay recherché les sylvestres boccages
  Et les lieux plus affreux des deserts ecartez,
  Où j'ay plus exercé mes coustumiers ouvrages
  Que les renseignements que j'avois emportez.

  Ces lieux que la frayeur et l'horreur accompagne
  M'ont avec eux tenu prisonnier pour un temps,
  Ma Muse m'assistoit, et, fidelle compagne,
  De mes afflictions appaisoit les tourments.

  Je m'estois là banny, d'un exil volontaire,
  Pour ne voir plus commestre en France tant de maux,
  Et lorsque je pensois n'avoir plus de misère,
  Ce fut alors que fus plus remply de travaux.

  Car estant esloigné de nos plaines gauloises,
  Une peur me saisit de ne les voir jamais,
  Si bien que j'aymay mieux vivre parmy leurs noises
  Que de porter ailleurs de leurs troubles le faix.

  Car en estant absent j'enduray plus de peyne,
  Que present au milieu de ses plus grands effrois,
  Voire qu'il me sembloit mon absence estre vayne,
  Et que je supportois le faix de leurs abbois.

  Je quittay donc pour lors la sylvestre demeure
  Où les nymphes faisoient ordinaire sejour,
  Pour venir dans Paris chercher à la mal'heure
  Le sujet de donner à mes carmes le cours.

  Je voulus delaisser les manoirs de plaisance,
  Pour venir à Paris recevoir des douleurs;
  Mais je n'y fus plus tost que je maudis la France,
  Et deploray cent fois ses sinistres malheurs.

  Il semble que le Ciel la destine à produire
  Un tas de malheureux pour le jouet du sort;
  Quy, ne cherchant sinon ce quy leur pourra nuire,
  Reçoivent pour guerdon[127] une exemplaire mort.

  Je n'allegueray point pour preuve de mon dire
  Ce foudre des combats, cest ennemy de peur,
  Quy, cherchant son meilleur, ne trouva que son pire,
  Et mourut pour chercher aux enfers plus d'honneur[128].

  Après que Thomiris eust de Cyrus la teste,
  Elle l'a feit plonger dans un vaisseau de sang;
  Et ce fier boutefeu[129], au milieu des tempestes,
  Cherche pour s'assouvir avec Cyrus son rang.

  Mais quoy? si le Ciel veut tant malhourer la France,
  Ce n'est pas pour tollir aux hommes la raison:
  Nous avons tous acquis avecque la naissance
  Un sens pour refrener l'humaine passion.

  La France n'en peut mez, c'est l'humaine nature
  Quy fragile en ses faicts, ne se mesure pas,
  Et si quelqu'un feut mal, c'est raison qu'il endure
  Pour son crime commis un horrible trespas.

  Il y a des mortels quy font les autres sages,
  Car chacun ne peut pas suivre un mesme sentier:
  Les uns naissent posez et les autres volages,
  Mais le premier mechant rend sage le dernier.

  La France se voyant, trop plongée aux delices
  Pour avoir son support sur un Mars belliqueux,
  Delaissoit la vertu pour se donner aux vices,
  Mais ce Mars la corrige au bien de nos nepveux.

  Comme on voit le soleil s'obscurcir par la nue,
  Pour devenir après éclatant à nos yeux;
  Ainsy la France estant de tous ses vices nüe,
  Se rendra plus celèbre et louable en tous lieux.

  O! que si ces mondains avides de richesses
  Eussent consideré, armez de la raison,
  Que le Ciel, quy voit tout, descouvroit leurs finesses,
  Ils n'eussent pas brassé si grande trahison.

  Mondains quy s'enyvrez des richesses du monde,
  Allez, suivant les pas de vos predecesseurs;
  Apprenez que celuy quy aux grandeurs se fonde,
  Se va précipitant au gouffre des malheurs.

  Si j'osois exprimer combien j'ay de constance
  Pour resister au choc du monde et des thresors,
  Je me pourrois vanter d'estre Phenix de France,
  Nay contre les assaults de tous mondains efforts.

  Ce quy plus m'estonna après mon arrivée,
  Fut ce nouveau Narcys de luy-mesme amoureux.
  Quy, se précipitant dedant l'onde agitée[130],
  N'embrassa que la mort qu'il cherchoit malheureux.

  Sa fin fut bien semblable à celle de Narcisse;
  Toutefois leurs humeurs ne sympathysoient[131] pas:
  L'un estoit vertueux, l'autre rempley de vice;
  Bref, l'un estoit Adon, l'autre Pausanias.

  L'un, amoureux de soy, se miroit dedans l'onde,
  Et, se jettant après ce qu'il aymoit le mieux;
  Il perdit le plaisir qu'il esperoit au monde
  Et le contentement qu'il cherchoit en ces lieux.

  L'autre, voulant chercher de Pactolle le sable,
  Se jetta dans les flots contre luy courroucez;
  Quy, luy donnant la mort à Narcisse semblable,
  Rejettèrent son corps, de le garder lassez[132].

  O piteux accident! quelle mort, je vous prie,
  Plus cruelle cent fois, avoit-il merité?
  Las! que ne fut-il prins encore plein de vie,
  Afin d'estre puny de sa desloyauté.

  Nul genre de tourment, supplice ny torture,
  N'est encore assez grand pour punir les mondains
  Quy cherchent comme luy la vicieuse ordure,
  Et trament malheureux de semblables desseings.

  O ciel, que ce mignon se devoit bien conduire,
  Après la digne charge où on l'avoit admis[133];
  Mais, second Phaeton, à son bien voulut nuire,
  Et tomba dans le sein de l'humide Thetis.

  Helas! s'il eust appris au mirouer de bien vivre,
  Un bon enseignement pour se bien gouverner,
  Chacun l'eut imité, chacun l'eut voulu suivre,
  Et chacun un beau los[134] luy eust voulu donner.

  Un peu de temps après sa cheute memorable,
  Je voulus, pour bannir ce souvenir de moy,
  Chercher un pourmenoir plaisant et agreable,
  Et entre autre j'allay dans les jardins du roy.

  C'estoit au mois d'avril[135], lors que Flore nous envoye
  Ce qu'elle a de plus beau dans son sein precieux,
  Lorsqu'on entend Progné quy pour Ithis larmoyé,
  Et qu'on voit les pasteurs sauter à qui mieux mieux.

  Je ne fus pas si tost au Parc des Thuilleries[136]
  Qu'un nocturne hibou et deux corbeaux hideux,
  Assistez de serpens et d'affreuses harpies,
  Criant, sifflant, hurlant, furent devant mes yeux.

  Je laisse croire à ceux quy ont veu telle chose,
  Si ceste vision me donna la frayeur;
  Mais ce ne fust pas tout, et ne scay comme j'ose
  Raconter seullement la moitié de ma peur.

  Comme ces noirs couriers du palais de ténèbre
  Eurent autour de moy voltigé plusieurs fois,
  Le ciel fust obscurcy, et la trouppe funèbre
  Des esprits ensouffrez heurloit à haulte voix.

  Si jamais j'avois cru un eternel suplice
  Destiné aux enfers pour punir les mechants,
  C'estoit lors qu'englouty dans ce noir precipice,
  J'entendis tant de cris et de gemissements.

  Ce ne fut pas la fin, car, après tant de plaintes,
  Un umbre m'apparut qui me cria ces motz:
  Mortel, n'aie point peur, mais ecoute mes plaintes,
  Et retourne jouyr du gracieux repoz.

  Je suis cil que Fortune à la roüe inconstante
  Esleva pour un temps en grande dignité,
  Quy, se jouant de moy, me donnoit une attente
  Quy nourrissoit mon coeur en la mundanité.

  Sçache que j'ay vescu au monde peu d'années,
  Et qu'après y avoir acquis un peu de biens,
  J'ay mechant entreprins de secrettes menées
  Quy m'ont faict tresbucher aux creux Tenariens

  Ce fut l'ambition qui causa ma ruine,
  Et les tourmens cruels que j'endure icy bas;
  Je m'apparois à toy, que la raison domine,
  Affin de te servir de mon triste trepas.

  Las, combien dy je alors à cette ame maudicte
  Tu ressens de tourmens pour t'estre mal conduict;
  Mais quy faict qu'en ce lieu torturé tu habites,
  Et que ton dur tourment tu m'as icy desduict?

  Ces lieux, me respond-il, comme proches du Louvre
  Où j'ay faict autrefois tant de tort à mon roy,
  M'ont esté designez, affin que par là j'ouvre,
  Et m'en ressouvenant, la bonde à mon esmoy.

  Et je te dy quel est le tourment que j'endure,
  Afin que, vray tesmoing, tu le conte aux humains:
  Qu'ils se representent le mal quy me torture,
  Ils ne trahiront pas leurs princes souverains.

  Combien maudy je, helas! le jour de ma naissance,
  Le temps que j'ay vescu et le jour de ma mort!
  Je maudy mille fois les honneurs de la France,
  Et les biens qu'on acquiert soubz le pouvoir du sort.

  Que ne suis-je avorté au ventre de ma mère,
  Ou jeune que ne fus-je englouly par un lyon,
  D'un tygre ircanien, bref qu'une beste fière
  Ne coupa le chemin à mon ambition.

  Plustost, plus tost que d'estre aux Enfers plein de rage,
  Torturé pour jamais de fouet et de marteau,
  Je vy, je meurs vivant, et sans cesse j'enrage,
  Le chef environné de mille couleuvreaux.

  Maudite mille fois ceste race espagnolle[137],
  Quy m'avoit suscité à ceste ambition.
  Va, mortel, les tourments m'enlèvent la parolle;
  Souviens-toy seullement qu'elle est ma passion.

  A ces mots il se tut, et la bande infernalle
  A l'instant avec luy se perdit de mes yeux,
  Et chacun d'eux hurlant dans un grotton devalle[138],
  Me laissant estendu demy-mort en ces lieux.

  Jamais pauvre nocher, échappé du naufrage,
  Ne fut plus rejouy se voyant à bon port,
  Que je fus de me voir hors d'une telle rage,
  Où l'on vit en mourant d'une eternelle mort.

  J'estois si etonné que je ne saurois dire
  En quelle forme estoit cest esprit malheureux;
  Seullement il suffit que j'ay veu le martyre
  Quy le suit eternel aux enfers tenebreux.

  J'estois tout englouty au milieu des fumées,
  Des souffres et aluns quy le vont tous bruslants;
  Les canons, les mousquets, quy tomnent aux armées,
  Ny la crainte des coups, ne m'etonneroient tant.

  Considerez, mondains, je vous prie, la peyne
  Qu'endure maintenant ce mane[139] des enfers;
  Gardez-vous de chercher une semblable chesne
  Et de vous enchaîner en de semblables fers.

  Helas! c'est un grand faict que la fortune tente
  Les mondains, plus jaloux d'honneur que de vertu,
  Et frustre bien souvent l'ambitieuse attente
  Qu'ils ont de surmonter sans avoir combattu.

  J'entends d'avoir gaigné par moyen illicites,
  Et n'avoir aspiré qu'aux charges et grandeurs,
  Indignes toutes fois d'avoir faict ces poursuittes
  S'ils n'ont eu la vertu d'acquerir ces honneurs.

  Vertu, dy-je, d'où vient ce tiltre de noblesse
  Quy nous rend d'un chacun estimez et cheris,
  Plus que d'avoir acquis cest honneur par richesse,
  Et la richesse encor par malheur mal acquis?

  Alexandre n'est plus, helas! je ne m'estonne
  S'il n'a qu'un successeur en science et valeur,
  Alaité de Palas et chery de Bellone;
  Car en ce temps l'on est de vertu amateur.

  Ce prince macedon veit entre les despouilles
  Du puissant Darius des parfums de grand prix,
  Et, se mocquant, disoit: «Il musque ses quenouilles,
  Et moy, je chéris plus d'Homère les escripts.»

  Voulant dire son coeur estre plus heroïque
  D'aimer mieux la vertu que l'arabique odeur,
  Quy servoit à musquer de Darius la picque,
  Car il aimoit Homère example de malheur.

  Je sors à mon avril encore de l'étude,
  Et à peine vingt fois ay-je veu le printemps[140];
  Mais si ay-je cherché maintes fois l'habitude
  De passer par vertu le reste de mes ans,

  Lorsque, dissuadé en mainte et mainte sorte,
  Je voyois avec moy ung nombre d'escoliers
  Estudier pour se mestre en l'epoisse cohorte
  De ceux quy n'ont suivy les vertueux sentiers.

  Le temps, le temps n'est plus qu'on mettoit la jeunesse
  Au chemin de vertu pour suivre les prudens;
  Celuy-là quy se croist estre issu de noblesse
  Ne recherche aujourd'huy rien que le cours du temps.

  O cours trop corrompu et semé de malice!
  Helas! que ceux quy vont poursuivant les honneurs,
  Poursuivent, malheureux, d'imprudence et de vice,
  Pour se voir en un coup accablé de malheurs.

  Je scay que la plus part de ceux quy estudient
  Cherchent, ambitieux, un chemin d'estre grands:
  L'un aspire aux estats et les autres se fient
  En leurs biens quy les font à jamais ignorants.

         *       *       *       *       *

  Si l'hoste eust recherché, ce mignon dont je traicte,
  Un moyen vertueux pour parvenir un jour,
  Helas! il n'eust pas faict aux enfers sa retraicte,
  Ains bienheureux seroit au celeste séjour.

  S'il eut, s'il eut suivy de son maistre la piste,
  Il n'eut pas convoiteux entreprins tel me faict;
  Mais il ne savoit pas en quoy l'honneur consiste
  (Bienheureux celuy là quy pour son bien le scait).

  Il a seul entrepris contre l'estat de France,
  Et seul pour cest effect il le pace là-bas.
  Je dy depuis son règne ou bien sa cognoissance,
  Car du passé plus loing je ne parleray pas.

  Que son maistre a regret qu'une ame si mechante
  Aye pris nourriture un temps en sa maison:
  Mais souvent mauvais fruict sort d'une bonne plante[141],
  Et se n'en doibt partant facher outre raison.

  Revivez, personnage ou la France s'appuie;
  Ne vous contristé plus d'un si fresle subject,
  Mais cherchez les moyens d'egayer vostre vie,
  Si vous voulez bannir des François le regrect.

  Ils n'ont un tel esmoy que de vous voir en peyne
  Pour un mal que vous seul pouvez consolider;
  Bannissez donc de vous se soucy quy vous gehêne,
  Et pour aider l'Etat soignez à vous aider.

  Si vous faictes ce bien maintenant à vous-même,
  Ce sera desormais pour le bien des François.
  Le roy vous en requiert, et, vous aimant, il ayme
  Celuy que ses ayeulx ont chery autrefois.

  Si mes vers m'ont permis de vous faire cognoistre
  Le tourment que j'avois de vostre affliction,
  Pardonnez à celuy que le Ciel a fait noistre
  Pour vous rendre certain de son affection.

  Ma Muse m'a requis ce dernier exercice,
  Qu'elle m'a suscité de faire tout en vers;
  Je ne luy ay voulu refuser ce service
  Bien que son vouloir fust à mon desseing devers.

          [Note 127: Salaire, récompense.]

          [Note 128: Allusion au maréchal de Biron, décapité deux
          ans auparavant. Laffemas, qui devoit être un si rigoureux
          exécuteur des justices de Richelieu, ne devoit qu'applaudir
          à l'une des rares mais terribles sévérités d'Henri IV.]

          [Note 129: C'étoit le nom qu'on donnoit volontiers aux
          gens en révolte. Des rebelles qui ravagèrent la Champagne
          pendant le règne de François Ier avoient été appelés ainsi.
          V. _Chron, de France_ publiée par G. Guiffrey, p. 39.]

          [Note 130: Nous avons dit que Loste avoit été trouvé noyé
          dans la Seine.]

          [Note 131: C'est l'emploi le plus ancien que nous
          connoissions de ce mot, qui semble beaucoup plus moderne.]

          [Note 132: Le corps de Loste, quand il eut été, non pas
          rejeté par les flots, mais repêché, fut apporté à Paris,
          et mis à la basse-geôle ou _Morgue_ du Châtelet, «où, dit
          l'Estoille, (t. II, p. 367), chacun par curiosité l'alloit
          voir.»]

          [Note 133: Nous avons dit qu'il étoit commis principal de
          Villeroy.]

          [Note 134: _Los_, louange.]

          [Note 135: Loste fut trouvé dans la Seine le 24.]

          [Note 136: Les Tuileries étoient alors réellement un parc,
          avec garenne, etc. V. le _plan_ de Gomboust. Une rue, comme
          on sait, séparoit ce parc du château, ce qui faisoit dire
          à Claude Le Petit dans son _Paris ridicule_, en parlant du
          jardin:

               Mais d'où vient qu'il est séparé,
               Par tant de pas, du domicile?
               Est-ce la mode en ce séjour.
               D'avoir la maison à la ville
               Et le jardin dans les faubourgs?

          Il étoit naturel que le jeune Laffemas fît sa promenade
          ordinaire aux Tuileries. Son père avoit ses principales
          plantations de mûriers à l'hôtel de Retz, dont la place
          Vendôme occupe aujourd'hui le terrain. Dans les Tuileries
          même il avoit aussi des plantations et _magnanerie_. V. t.
          VII, p. 308-310, note.]

          [Note 137: Nous avons dit que Loste conspiroit avec
          l'Espagne.]

          [Note 138: Il y avoit en effet dans le jardin des Tuileries
          une grotte «en terre cuite esmaillée» que Bernard Palissy
          avoit «encommencée» en 1570 par les ordres de la reine
          mère, et qui devoit exister encore en 1604. V. un article
          de M. Eug. Piot, et un autre de M. Champollion dans le
          _Cabinet de l'Antiquaire amateur et de l'Amateur_, t. I, p.
          71-72 et 277.]

          [Note 139: C'est la première fois que je trouve ce mot
          _mane_ employé au singulier. Ronsard l'avoit mis en faveur,
          mais ne s'en étoit servi qu'au pluriel. Le premier il avoit
          dit dans les _Amours_, 172e sonnet:

               O nuit, ô jour, ô _manes_ frygiens!

          et Muret, son commentateur, avoit fort applaudi à ce
          néologisme. «Il faut, avoit-il dit, naturaliser et faire
          françois ce mot latin _manes_, veu que nous n'en avons
          point d'autre.» _Commentaire sur les Amours de Ronsard_,
          Paris, 1553, p. 205.]

          [Note 140: D'après ce vers, où Laffemas déclare qu'en
          1605 il avoit à peine vingt ans, il seroit né en 1584, et
          non pas en 1579, comme on l'a dit partout. Après l'avoir
          fait naître cinq ans trop tard, on l'a, par compensation,
          fait mourir au moins deux ans trop tôt. La _Biographie
          Universelle_ donne pour date à sa mort l'année 1660, la
          même où sa mazarinade _Le Frondeur désintéressé_ nous l'a
          montré dans toute la verdeur de son esprit; or, on voit
          dans le _Journal du Parlement_, que Laffemas, redevenu
          maître des requêtes, fut accusé, dans l'audience du
          19 juillet 1662, d'avoir remis les sceaux à un commis
          de Guénegaud, ce qu'il avoua séance tenante. (Moreau,
          _Bibliog. des Mazarinades_, t. I, p. 425.)]

          [Note 141: Ceci est dit pour justifier le maître de
          Loste, M. de Villeroy, qu'on accusoit d'être aussi un peu
          Espagnol, et à qui même le roi le dit un jour en riant.
          L'Estoille, t. II, p. 568. _Le Soldat françois_, qui venoit
          de paraître, avoit en particulier donné quelques atteintes
          sur les menées du ministre avec l'Espagne.]

FIN.



_Réception des Ambassadeurs du roi de Siam, en_ 1686.

Extrait des _Mémoires_ du baron de Breteuil[142].

          [Note 142: Le baron de Breteuil fut introducteur des
          ambassadeurs depuis 1698 jusqu'en 1715. Ses _Mémoires_
          existent en original à la bibliothèque de Rouen, _fonds
          Leber_, et la bibliothèque de l'Arsenal en possède une
          copie. Dernièrement il en a été donné de longs extraits
          dans le _Magasin de Librairie_, par MM. Ch. Roux et
          Frédéric Lock, qui pensoient les avoir consultés les
          premiers. (V. _Magasin de Librairie_, t. I, p. 120, note.)
          Ils se trompoient; le chapitre que nous publions ici en
          est une preuve; il n'est pas _inédit_. La _Revue de Paris_
          l'avoit déjà reproduit dans son nº du 28 août 1836, p.
          253-260, sans se vanter d'avoir découvert le manuscrit d'où
          elle le tiroit.]


Le 18 juin, trois ambassadeurs du roi de Siam[143], accompagnés de
huit mandarins et de vingt domestiques, étant arrivés à la rade de
Brest, furent aussitôt visités par le sieur Descluseaux, intendant de
marine. On fit équiper une espèce de galère, à laquelle quantité de
chaloupes, ornées de différentes parures, se joignirent, pour mettre
les ambassadeurs à terre.

          [Note 143: Le but de cette ambassade étoit une alliance
          avec la France, qui vouloit, par l'établissement d'un
          comptoir au Siam, contrebalancer la puissance des
          Hollandais en Orient. V., à ce sujet, un rapport de M.
          Monmerqué au _Comité historique_, le 9 août 1841; la
          brochure de M. Ét. Gallois, _L'Expédition de Siam au XVIIe
          siècle_, 1853, in-8; l'_Athenæum franç._, 18 mars 1854,
          et le _Moniteur_ des 21, 29 et 30 août 1861.--C'est la
          troisième ambassade qui soit venue de Siam en France.
          La première, en 1680, avoit péri dans la traversée; la
          seconde étoit venue à Versailles, avoit vu le roi dans la
          galerie, mais n'avoit pas eu d'audience. (Henault, _Abrégé
          chronolog._, 27 nov. 1684.) C'est au Havre que cette
          seconde ambassade avoit débarqué.]

A leur entrée, ils furent salués de plus de soixante volées de canon,
auquel celui du château répondit. Ils trouvèrent à leur descente, sur
le bord de la mer, la bourgeoisie sous les armes. On les conduisit
dans la maison du roi, où ils furent logés avec leur suite, et
traités par le sieur Descluseaux jusqu'à l'arrivée du sieur Stolf,
gentilhomme ordinaire de la maison du roi, qui avoit amené un maître
d'hôtel pour leur traitement et pour la dépense qu'on seroit obligé
de faire pendant tout leur séjour en France.

Ce jour-là même, le premier ambassadeur ne fut pas plus tôt dans
la chambre qu'on lui avoit destinée, qu'il suspendit la lettre que
le roi de Siam écrivoit au roi à une hauteur fort élevée au-dessus
de lui. La lettre étoit écrite sur une lame d'or, les rois de Siam
n'écrivant jamais autrement. Elle étoit enfermée dans trois boîtes:
celle par-dessus étoit de bois de vernis du Japon; la seconde,
d'argent, et la troisième, d'or. Toutes ces boîtes étoient couvertes
d'un brocard d'or, enfermées avec le sceau du premier ambassadeur,
qui étoit en cire blanche. Aucun des Siamois ne prit, par respect
pour la lettre, de chambre qui fut au-dessus de celle de cet
ambassadeur, ce qu'ils ont observé par tous les lieux où ils ont logé.

Au départ de Brest, qui fut le 9 juillet, on se servit jusqu'à Nantes
de litières, et de là jusqu'à Orléans, de voitures ordinaires[144].
Comme il falloit que la lettre du roi, leur maître, fût plus élevée
qu'eux, ils faisoient attacher dans le carrosse, au-dessus de leur
tête, un placet sur lequel ils plaçoient la lettre.

          [Note 144: Le 18 juillet ils étoient à Angers, où ils
          repassèrent en s'en retournant le 25 janvier 1687. On
          peut lire, au sujet des fêtes qui leur furent données à
          l'arrivée et au retour, le _registre_ du maire d'Angers,
          M. de la Feauté-Renou, dans les _Archives de l'Hôtel de
          ville_.]

Le sieur Stolf avoit eu ordre de leur faire rendre tous les honneurs
dans toutes les villes où ils avoient à passer. Les intendants
alloient au devant d'eux; on les saluoit de canon à leur entrée; une
compagnie de la bourgeoisie se mettoit sous les armes à la sortie
de leur logis; la chambre des comptes à Nantes envoya des députés
les complimenter, ce qu'elle ne devoit pas faire. Il faut que les
compagnies en dernier ressort aient des ordres exprès, quand elles
ont à saluer même des souverains. Les présidiaux et autres corps, par
tous les lieux de leur passage, envoyèrent aussi des députés leur
faire des compliments. C'étoit trop faire pour des ambassadeurs les
corps des villes doivent aller seuls les complimenter chez eux, et
non à la porte de la ville. Ce dernier honneur est réservé aux rois,
aux reines et aux princes, qui n'ont personne au-dessus d'eux, et qui
sont d'un rang distingué.

Il n'y eut qu'à Orléans que l'intendant n'alla point au devant des
ambassadeurs et qu'on ne tira pas le canon[145]. On pouvoit cependant
suivre l'exemple des autres villes.

          [Note 145: Dangeau (_Journal_, 2 oct. 1686) parle aussi
          du peu d'accueil qu'on leur fit à Orléans. Ils en furent
          mécontents, et ne se montrèrent guère plus satisfaits de la
          réception des autres villes. C'est à Versailles seulement
          qu'ils n'eurent plus à se plaindre: «Ils sont, dit Dangeau,
          charmés des bontés de Sa Majesté. Ils n'étoient pas si
          contents quand ils arrivèrent à Paris, parce que sur leur
          route il y avoit des lieux où ils n'avoient pas été trop
          bien traités, surtout à Orléans.»]

Ils arrivèrent à Vincennes le 27 juillet. Le _Mercure galant_[146]
dit qu'ils ne furent point logés au château, parce qu'il étoit rempli
d'ouvriers. L'auteur se trompe: on ne loge jamais les ambassadeurs
dans le corps de logis du roi, mais ils peuvent être logés dans les
avant-cours des maisons royales. Le duc de Pastrana, ambassadeur
extraordinaire d'Espagne en 1679, eut à Fontainebleau, dans la cour
du Cheval-Blanc, l'appartement de M. de Louvois, qui étoit absent.

          [Note 146: La relation du _Voyage des ambassadeurs de
          Siam_, donnée en supplément par le _Mercure galant_, forme
          4 vol. in-12.]

Avant Henri IV, personne n'étoit logé dans la maison du roi que les
fils naturels, les princesses, qui y logeoient leurs maris avec
elles, le grand-maître de la maison du roi, le premier gentilhomme de
la chambre, le capitaine des gardes et le maître de la garde-robe.
Ces officiers y logeoient avec leurs femmes; les survivanciers de ces
charges y avoient aussi leurs logements. Les cardinaux n'y logeoient
point. Il n'y eut jamais que le cardinal de Lorraine qui, comme pair
de France, y eut un logement marqué à la craie. Les favoris d'Henri
III en eurent aussi. Anne de Montmorency, qui étoit grand-maître de
la maison, y avoit un appartement par sa charge; son fils, qui en
avoit la survivance, après avoir été fait maréchal de France, donna
la démission de sa charge au duc de Guise, et demanda au roi la grace
de lui vouloir conserver son logement.

Le 30, le sieur de Bonneuil[147] vint à Vincennes faire compliment
de la part du roi aux ambassadeurs. Ils lui donnèrent la main. Les
ambassadeurs avoient des Suisses de la compagnie des cent-suisses
de la garde du roi pour empêcher aux portes la trop grande foule de
monde qui venoit les voir; ils les eurent pendant tout leur séjour à
Paris[148].

          [Note 147: Il étoit alors introducteur des ambassadeurs.]

          [Note 148: Ils en avoient besoin, car la populace se
          montra si peu respectueuse à leur égard, que Seignelay fut
          obligé d'écrire à la Reynie, pour qu'il prît à leur sujet
          quelques mesures contre les insultes de la foule. V. dans
          la _Corresp. administ. de Louis XIV_, t. II, p. 575, une
          lettre en date du 18 août 1686.]

De Vincennes on les mena à Berny, où ils furent assez longtemps,
en attendant leurs ballots, qui avoient été embarqués à Brest pour
Rouen. Ils ne pouvoient se résoudre à demander audience, que les
présents qu'ils avoient à faire au roi de la part du roi leur maître,
et ceux qu'ils faisoient de leur chef, ne fussent exposés dans la
chambre d'audience, selon l'usage de leur pays. Tous les ballots
étant arrivés, les ambassadeurs firent leur entrée à Paris le 12
août. Ils partirent ce jour-là de bonne heure de Berny[149], et se
rendirent à Rambouillet[150].

          [Note 149: Ce château appartenoit alors à M. de Lyonne,
          ministre et secrétaire d'État.--Peut-être, toutefois, au
          lieu de Berny faut-il lire Bercy. La note suivante dira
          pourquoi.]

          [Note 150: Il ne s'agit pas ici du château de Rambouillet,
          mais de la maison des _Quatre-Pavillons_, que le financier
          Rambouillet avoit fait construire dans le faubourg
          Saint-Antoine, sur un emplacement écorné depuis par la rue
          de Bercy. (Sauval, t. II, p. 287.) Cette maison, qu'on
          n'appeloit que _Rambouillet_, et dont l'enclos produisoit
          les meilleurs fruits des environs de Paris, étoit l'endroit
          d'où partoient les ambassadeurs des puissances non
          catholiques pour faire leur entrée à Paris. Piganiol de la
          Force, _Descript. de Paris_, t. V, p. 103. M. Walckenaer
          a donné une intéressante description de cette maison et
          de ses jardins dans sa notice sur M. de la Sablière, dont
          Antoine Rambouillet étoit le père. _Vie de plusieurs
          personnages célèbres_, 1830, in-8, t. II, p. 208-209, 217.]

Le maréchal duc de la Feuillade alla avec le sieur de Bonneuil, dans
les carrosses du roi et de madame la dauphine, les prendre. Les
ambassadeurs, étant avertis de leur arrivée, vinrent les recevoir
dans la première pièce en entrant de leur appartement, qui étoit au
rez-de-chaussée. Après les civilités rendues de part et d'autre, le
premier ambassadeur monta dans le carrosse du roi, se mit au fond de
derrière, à droite, ayant le duc de La Feuillade à côté de lui; le
sieur de Bonneuil occupa le fond de devant avec le sieur Stolf. Les
deux autres ambassadeurs se placèrent dans les carrosses de madame la
dauphine avec le sieur Girault et l'abbé de Lyonne, qui devoit servir
d'interprète.

On marcha dans cet ordre:

     Deux carrosses du maréchal duc de La Feuillade, remplis de ses
     gentilshommes;

     Quelques carrosses de louage, où les domestiques des
     ambassadeurs étoient[151];

     Huit trompettes de la chambre du roi sonnant. Les ambassadeurs
     les avoient demandés pour faire honneur à la lettre du roi de
     Siam. Ou a bien voulu leur faire ce plaisir, contre l'usage, les
     trompettes ne sonnant jamais aux entrées des ambassadeurs.

     Le carrosse du roi, entouré de laquais du maréchal duc de La
     Feuillade et de ceux de l'introducteur;

     Le carrosse de madame la dauphine;

     Le carrosse de Monsieur et celui de Madame;

     Les carrosses de la famille royale;

     Les carrosses des princes et des princesses de la maison royale;

     Le carrosse du secrétaire d'État des affaires étrangères[152];

     Le carrosse de l'introducteur.

     Le carrosse du chevalier de Chaumont et de l'abbé de Choisy, qui
     avoient été en ambassade à Siam[153];

     Le carrosse de l'abbé de Lyonne[154];

     Un carrosse des missionnaires étrangers fermoit la marche.

          [Note 151: Il a été dit plus haut qu'ils en avoient vingt.
          «Ils sont, dit Dangeau, trois ambassadeurs. Ils ont avec
          eux quatre gentilshommes et deux secrétaires, et mangent
          tous neuf ensemble. Le reste de leur suite n'est que de la
          valetaille.»]

          [Note 152: C'étoit alors Colbert de Croissy.]

          [Note 153: Il y avoit un peu plus d'un an que Louis XIV
          avoit envoyé le chevalier de Chaumont et l'abbé de Choisy
          au Siam, auprès du roi Tchaou-Naraia, pour lui rendre
          l'honneur qu'il lui avoit fait par l'ambassade de 1684,
          dont nous avons parlé. Partis de Brest le 3 mars 1685, nos
          ambassadeurs étoient de retour en France le 18 juin 1686,
          avec les nouveaux ambassadeurs siamois dont il est question
          en ce moment. Chaumont et Choisy publièrent chacun une
          relation du _Voyage à Siam_. Celle de l'abbé est la plus
          intéressante.]

          [Note 154: Artus de Lionne, l'un des fils du célèbre
          ministre Hugues de Lionne. Il étoit évêque de Rosalie et
          avoit été missionnaire en Chine. C'est lui et le père
          Tachard qui servoient de conducteurs et d'interprètes aux
          ambassadeurs. L'abbé de Lionne avoit été du voyage de Siam.]

Les ambassadeurs descendirent à l'hôtel des ambassadeurs
extraordinaires[155], où étant arrivés, le maréchal duc de La
Feuillade les accompagna jusque dans leur chambre; et, après
quelques moments de conversation, il se retira. Les ambassadeurs le
conduisirent jusqu'à son carrosse, qu'ils virent partir.

          [Note 155: L'ancien hôtel du maréchal d'Ancre, rue de
          Tournon, près du Luxembourg. Il appartint ensuite à M. le
          duc de Nivernois, qui dut le reconstruire moins monumental,
          à cause des catacombes, dans lesquelles son poids l'avoit
          fait s'enfoncer. La duchesse douairière d'Orléans
          l'habitoit en 1814; il sert aujourd'hui de caserne à la
          garde de Paris. Nous avons déjà parlé de cet hôtel, t. IV,
          p. 80.]

Dès le soir même, ils furent traités par présents. Le sieur
Chanteloup, un des maîtres d'hôtel du roi, et un des contrôleurs
d'office, furent chargés de leur traitement, qui fut pendant trois
jours et demi; après lesquels le maître d'hôtel qui étoit venu à
Brest continua d'avoir soin d'eux. C'est un usage que tous les
ambassadeurs envoyés par des maîtres dont les états sont hors de
l'Europe sont défrayés, pendant tout leur séjour, aux dépens du roi.

La première action que le premier ambassadeur fit fut de placer
la lettre du roi son maître, a la ruelle du lit de la chambre des
parades, dans une machine qu'ils appellent en leur langue: _mordoc
pratinan_.

Tous les ambassadeurs mettoient tous les jours des fleurs nouvelles
dessus la lettre du roi, et toutes les fois qu'ils passoient devant
ce _lieu royal_, ils faisoient de profondes révérences. Ce respect ne
doit point paraître extraordinaire. Tous les vieux courtisans de mon
jeune temps saluoient le lit du roi, en entrant dans la chambre, et
la nef. Quelques dames de la vieille cour les saluent encore.

La fièvre quarte qui survint au roi le jour de leur entrée fut cause
que l'audience qu'ils devoient avoir le 14 fut différée.

Le 15 août, les ambassadeurs se rendirent à Notre-Dame pour voir la
procession qui se fait tous les ans le jour de l'Assomption.

Le roi étant entièrement guéri, il donna audience aux ambassadeurs le
1er septembre. Le sieur de Bonneuil conduisit, dans les carrosses du
roi et de madame la dauphine, à l'hôtel des ambassadeurs, le maréchal
de La Feuillade, qu'il avoit été prendre chez lui. Les ambassadeurs
vinrent au devant de lui, mais le maréchal ne voulut point entrer
dans leur appartement; il reçut leurs compliments sur les degrés, et
les pria, parce que l'heure pressoit, de monter dans les carrosses
du roi, de peur d'arriver trop tard. Chacun prit la même place
qu'il avoit occupée le jour de l'entrée, dans la marche de Paris à
Versailles.

Le roi, en envoyant le maréchal de La Feuillade, voulut les recevoir
moins bien que les autres ambassadeurs des têtes couronnées, à qui
il envoie des princes étrangers, les jours qu'ils ont leur première
audience: on leur fit valoir le titre de colonel des gardes que le
duc de La Feuillade possédoit.

Sur les dix heures, les ambassadeurs, arrivés à Versailles,
trouvèrent dans l'avant-cour du château les gardes françaises et
suisses sous les armes, tant celle qui relevoit que celle qui devoit
être relevée, tambours appelants[156]. Ils mirent pied à terre à
la salle de descente des ambassadeurs; ils attendirent l'heure de
l'audience. Après s'être lavés selon leur coutume, ils mirent des
bonnets de mousseline, faits en pyramides, au bas desquels étoient
des couronnes d'or larges de deux doigts, qui marquoient leurs
dignités; de ces couronnes, il sortoit des fleurs, des feuilles d'or
minces, ou quelques rubis en forme de grains. Ces feuilles étoient
si légères, que le moindre mouvement les agitoit. Le troisième
ambassadeur n'avoit point de fleurs au cercle d'or de sa couronne.
Les huit mandarins avoient une pareille coiffure de mousseline sans
couronne.

          [Note 156: On les fit accompagner, même à la montée
          du grand escalier, par le bruit des tambours et des
          trompettes, «pour imiter, dit le marquis de Sourches, la
          manière du roi de Siam, qui ne descend jamais à la salle
          des audiences sans cette musique.» _Mémoires_, t. II, p.
          162.]

On avoit préparé au bout de la grande galerie du château, du côté
de l'appartement de Mme la dauphine, un trône élevé de six degrés,
le tout couvert d'un tapis de Perse à fond d'or, enrichi de fleurs
d'argent et de soie. Sur les degrés, on avoit placé de grandes
torchères et de grands guéridons d'argent; au bas du trône, à droite
et à gauche, en avant, on avoit mis, d'espace en espace, de grandes
cassolettes d'argent, chargées de vases d'argent. On avoit ménagé un
espace vide de quatre à cinq toises, où les mandarins qui étoient à
la suite des ambassadeurs pussent être pendant l'audience, sans être
pressés par les courtisans[157].

          [Note 157: De Visé, dans sa 3e partie du _Voyage des
          ambassadeurs de Siam en France_, a donné une planche
          représentant ce «siége d'argent», comme l'appelle le
          marquis de Sourches. _Mémoires_, t. II, p. 162.]

On marcha à l'audience en cet ordre:

Le sieur Girault à la tête des deux secrétaires de l'ambassade,
nu-tête;

Six mandarins vêtus de vestes avec des écharpes, le poignard au côté,
leurs bonnets de soie fine en tête, faits en pointes pyramidales;
douze tambours de la chambre du roi, battant la marche;

Huit trompettes de la chambre du roi précédoient une machine de bois
doré, faite en pyramide, appelée _lieu royal_, où la lettre du roi de
Siam étoit posée; elle étoit portée par des Suisses du régiment des
gardes; quatre Siamois marchoient autour, avec de grands bâtons de
deux toises de haut, portant quatre espèces de parasols;

Les trois ambassadeurs, de front sur une même ligne, avec le duc de
La Feuillade à droite, et le sieur de Bonneuil à gauche.

Deux officiers portoient de grandes boîtes rondes ciselées, avec des
couvercles relevés. Ce sont des marques de leurs titres et de leurs
dignités, que le roi de Siam leur donne lui-même, en présence duquel
ils ne paraissent jamais sans ces marques de distinction.

On passa, en cet ordre, par la cour du château, où les gardes de la
prévôté étoient en haie; une partie des cent-suisses de la garde
hors la porte de l'escalier du grand appartement, et l'autre sur les
degrés.

Le sieur de Blainville, grand-maître des cérémonies, et le sieur de
Saintot, maître des cérémonies, à la tête des cent-suisses, reçurent
les ambassadeurs, l'un marchant à droite, et l'autre à gauche dans la
marche.

La machine du _lieu royal_ arrêta en dehors de la porte de la salle
des gardes du corps, où elle resta. Le premier ambassadeur en
tira une boîte d'or, dans laquelle la lettre du roi de Siam étoit
enfermée. Il la donna à un mandarin, pour la porter sur une soucoupe
d'or, le faisant marcher devant lui.

Les tambours et les trompettes restèrent en cet endroit. Le maréchal
duc de Luxembourg, capitaine des gardes du corps, reçut les
ambassadeurs à la porte de la salle des gardes, tous en haie et sous
les armes. Il prit sa place ordinaire à droite, en avant, partageant
avec le duc de La Feuillade l'honneur de la main de l'ambassadeur.

A l'entrée de la galerie, ceux de la suite et du cortége de
l'ambassadeur se prosternèrent, aussitôt que le secrétaire ordinaire
du roi à la conduite des ambassadeurs les eut rangés à droite et à
gauche: ils auroient toujours eu le visage contre terre, si le roi
ne leur eût permis qu'ils le regardassent. Il dit qu'ils étoient
venus de trop loin pour ne leur pas permettre de le voir[158]. Les
mandarins, voyant de loin le roi sur son trône, le saluèrent sans
ôter leurs bonnets, tenant leurs mains jointes à la hauteur de la
bouche. A chaque salut qu'ils faisoient, ils s'inclinoient par trois
différentes fois sans sortir de leur place; ce qu'ils firent de
temps en temps, s'approchant du trône, au pied duquel ils se mirent
à genoux. En cette posture, ils saluèrent le roi par trois profondes
inclinations de corps, après quoi ils s'assirent contre terre, et y
demeurèrent pendant toute l'audience.

          [Note 158: Il n'étoit, du reste, pas fâché d'être vu dans
          sa magnificence. Le marquis de Sourches a décrit l'habit
          qu'il portoit, habit fait exprès pour cette cérémonie, et
          qui, dit-il, valoit mieux que tout le royaume de Siam: «Il
          étoit à fond d'or, tout chamarré de diamants d'une grosseur
          prodigieuse.» _Mémoires_, t. II, p. 163.]

Les ambassadeurs, du moment qu'ils aperçurent aussi le roi, firent
trois profondes révérences, pliant leur corps, et élevant leurs
mains jointes à la hauteur de leur tête. Ils marchèrent ensuite,
toujours les mains élevées, et firent, de distance en distance,
de très-profonds saluts, jusqu'à ce qu'ils fussent arrivés au
pied du trône. Alors le roi, sans se lever, se découvrit pour
les saluer[159]. Sa Majesté étoit accompagnée de monseigneur le
dauphin et de Monsieur, de M. de Chartres, de M. le duc de Bourbon,
de M. le duc du Maine et de M. le comte de Toulouse, qui tous se
couvrirent pendant l'audience; elle avoit derrière son fauteuil le
grand chambellan, les premiers gentilshommes de la chambre, les
grands-maîtres de la garde-robe, et le maître de la garde-robe. Le
chef de l'ambassade, qui tenoit la place du milieu, sans ôter ses
mains élevées à la hauteur de son visage, fit un compliment au roi.
Les deux autres ambassadeurs étoient dans la même posture et dans la
même situation que lui.

          [Note 159: Dangeau remarque, pour la plus grande gloire de
          son maître, qu'il n'ôta son chapeau qu'une fois ou deux.
          _Journal_, dimanche 1er sept. 1686.]

Son discours fait, l'abbé de Lyonne, qui avoit appris la langue
siamoise, à la maison des missionnaires de Siam, s'approcha du roi
pour lui dire la harangue de l'ambassadeur[160]; à quoi le roi
répondit avec des termes très-honnêtes. Quand le roi eut répondu au
compliment de l'ambassadeur, le premier ambassadeur monta sur le
trône, ayant pris la lettre du roi son maître d'un des mandarins qui
le suivoient; il la présenta au roi, qui se leva pour la recevoir, et
la mit entre les mains de M. de Croissy. Les deux autres ambassadeurs
qui accompagnoient le premier ministre de l'ambassade, étant au
trône, laissèrent une marche entre eux et lui. Le roi leur parla
assez de temps, l'abbé de Lyonne interprétant ce qui se disoit de
part et d'autre.

          [Note 160: De Vizé a donné l'analyse de ce _Discours_ dans
          le _Voyage des ambassadeurs de Siam en France_, 2e partie,
          p. 343-348.]

L'audience finie, les ambassadeurs, avant que de descendre du
trône, firent de profonds saluts qu'ils réitérèrent au pied du
trône, pendant que les mandarins saluoient à genoux le roi, tous
pliant le corps; après quoi, les mandarins étant levés, ils se
placèrent derrière les ambassadeurs, et tous ensemble firent, en se
retirant, les mêmes saluts qu'ils avoient faits en entrant dans la
galerie, avec cette discrétion de ne point tourner le dos au roi
que lorsqu'ils virent au bout de la galerie que les courtisans, qui
faisoient haie des deux côtés, eussent fermé l'ouverture du passage.

Les ambassadeurs sortirent de la grande galerie, précédés comme
ils étoient venus, et accompagnés du maréchal de La Feuillade, du
maréchal duc de Luxembourg[161], qui les quitta à la porte de la
salle des gardes-du-corps.

          [Note 161: Il étoit alors capitaine des gardes en quartier.]

Le grand-maître et le maître des cérémonies prirent congé d'eux au
bas du grand escalier, et le duc de La Feuillade, avec le comte de
Bonneuil, les conduisant à la salle de descente, ou l'on les vint
prendre peu de temps après pour les mener dîner en la salle du
conseil, avec table de vingt couverts, dont le duc de La Feuillade
fit les honneurs, les sieurs Bonneuil, Girault et Stolf dînant
avec eux. Après le dîner, les ambassadeurs eurent une audience de
monseigneur le dauphin, et y furent conduits par le maréchal de
La Feuillade, par le grand-maître des cérémonies, par le sieur de
Bonneuil, et par l'officier des gardes-du-corps, avec les mêmes
cérémonies qu'ils avoient été conduits chez le roi. Ils étoient
précédés des mandarins, qui firent leurs révérences avec le même
respect qu'ils les avoient faites au roi, s'agenouillant ensuite, et
s'asseyant par terre pendant l'audience.

Monseigneur reçut les ambassadeurs assis et couvert, et ne se
découvrit que dans le temps que les ambassadeurs firent les dernières
révérences.

Le compliment de l'ambassadeur fini, l'abbé de Lyonne le lut en
français, et servit d'interprète.

Les ambassadeurs ne virent point Mlle la dauphine: elle venoit
d'accoucher[162]. Le duc de La Feuillade, après les avoir conduits à
la salle de descente, prit congé d'eux, sa fonction cessant.

          [Note 162: Elle étoit accouchée la veille d'un nouveau
          fils, le duc de Berry. Elle ne vit les ambassadeurs qu'un
          peu plus tard, lorsqu'ils revinrent à Versailles. Elle les
          reçut en déshabillé magnifique, étant dans son lit «presque
          tout couvert d'un fort beau point de France.» De Vizé, t.
          II, p. 308.]

Les ambassadeurs allèrent, accompagnés de l'introducteur, du
grand-maître et du maître des cérémonies, du sieur Girault et du
sieur Stolf, chez M. le duc de Bourgogne, chez M. le duc d'Anjou,
et chez M. le duc de Berri, chez Monsieur, chez Madame[163], les
visitant tous les uns après les autres dans leurs appartements avec
les mêmes cérémonies.

          [Note 163: Ils virent Monsieur et Madame à Saint-Cloud, où
          ils retournèrent le 7 pour le duc de Chartres.]

Leurs visites faites, ils partirent pour Paris dans les carrosses
du roi, sans être accompagnés du duc de La Feuillade; les gardes
françaises et suisses étant, à leur passage, sous les armes, tambours
appelants.

Ce même jour, à leur retour, le prévôt des marchands les envoya
prier, par le greffier de la ville, de vouloir se trouver,
le lendemain, au feu d'artifice qu'on devoit tirer devant
l'Hôtel-de-Ville pour la naissance de monseigneur le duc de Berri;
mais comme il ne parla qu'au chef de l'ambassade, qui se mettoit au
lit, l'ambassadeur s'excusa de ne pouvoir rendre réponse qu'après
avoir conféré avec les autres ambassadeurs. Le lendemain, ils
envoyèrent dire qu'ils ne pouvoient prendre aucun plaisir qu'ils ne
se fussent auparavant acquittés, envers les princes et princesses, de
leurs devoirs.

Le 7, ils allèrent à Saint-Cloud voir M. de Chartres et Mademoiselle,
et firent ensuite les autres visites, sans observer les mêmes
révérences qu'ils avoient faites à monseigneur le dauphin, à Monsieur
et à Madame.



_Lettres de Mme de La Fayette à Mme de Sablé[164]._

          [Note 164: Nous ne donnons pas ces lettres pour inédites,
          loin de là; nous prouverons en effet tout à l'heure
          qu'elles sont connues et ont été publiées bien avant
          l'époque où l'écrivain qui pensa les avoir découvertes
          commença leur réputation par quelques extraits qu'il en
          donna. Les originaux existent au département des Manuscrits
          de la bibliothèque impériale, dans un des quatorze
          portefeuilles que le docteur Valant, ami de madame de
          Sablé, avoit formés avec les lettres qu'elle lui laissoit
          recueillir parmi celles qu'on lui écrivoit chaque jour.
          Ces portefeuilles, auxquels la passion d'étude dont notre
          époque s'est prise à juste raison pour le XVIIe siècle
          a donné tant de prix, furent déposés par Valant à la
          bibliothèque de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, où ils
          passèrent, pendant la Révolution, à la bibliothèque de
          la rue de Richelieu, où ils font partie du fonds appelé
          _Résidu de Saint-Germain_. Celui où se trouvent les huit
          lettres qui vont suivre porte le nº 4. Dès l'année 1821,
          un très-ardent dépisteur de manuscrits et d'autographes
          curieux, J. Delort, mit la main sur le précieux paquet
          et le publia tout, en y joignant un _facsimile_, dans le
          tome I, p. 217-223, de son livre bizarre _Mes Voyages aux
          environs de Paris_. Personne ne seroit allé certainement
          les chercher dans ce coin, où, publiées, elles étoient
          moins en vue que, manuscrites et inédites, dans les
          portefeuilles de la bibliothèque impériale. C'est là que
          les retrouva M. Sainte-Beuve, pour qui, comme pour tout le
          monde, la découverte et la publication de Delort étaient
          non avenues. Plusieurs lettres de cette adorable paresseuse
          dont madame de Grignan disoit à sa mère: «Elle ne vous
          écriroit pas dix lignes en dix ans;» dont madame de Sévigné
          écrivoit: «Elle est fatiguée de dire bonjour et bonsoir;»
          et qui disoit elle-même: «C'est assez que d'être!» Des
          lettres de madame de La Fayette! quelle bonne fortune!
          M. Sainte-Beuve se hâta donc de copier, et de publier,
          avec quelques extraits des autres, la plus longue et la
          plus importante dans son article sur madame de La Fayette
          (_Portrait_, 1842, in-18, p. 71-73). Il ne manqua pas de
          dire, ce qu'il croyoit sincèrement, que le tout étoit
          _inédit_. M. Gérusez le pensa de même, et, reproduisant
          dans sa notice de madame de La Fayette et au tome IV du
          _Plutarque français_, p. 304, note, la lettre donnée par
          M. Sainte-Beuve, il eut soin de lui faire honneur de la
          découverte. Depuis est venu M. V. Cousin, avec son livre
          sur _madame de Sablé_, où les lettres avoient leur place
          tout naturellement marquée d'avance. Les citations faites
          par M. Sainte-Beuve le gênèrent. S'il eût su que la
          découverte et la première publication étoient de Delort
          dès 1821, il eût été plus à l'aise et ne se fût pas privé
          de la principale lettre, qu'il évita de peur d'avoir l'air
          d'emprunter quelque chose à M. Sainte-Beuve. Il crut se
          dédommager en publiant quelques-unes de celles que le fin
          critique n'avoit pas complétement reproduites, ou qu'il
          avoit simplement effleurées. Il les donna comme _inédites_,
          bien que Delort les eût aussi publiées. Aujourd'hui nous
          donnons à notre tour tout le paquet. On y trouvera les
          lettres citées par M. Sainte-Beuve, celles aussi qu'a
          citées M. Cousin, et de plus celles que Delort seul a
          reproduites. Comme lui, nous les transcrirons toutes
          avec la véritable orthographe de madame de La Fayette, à
          laquelle MM. Sainte-Beuve et Cousin ont substitué la leur.]


I

                                         Ce mardy au soir[165].

          [Note 165: Cette lettre, dont nous ne savons pas la date,
          n'a été reproduite ni par M. Cousin ni par M. Sainte-Beuve.]

Vous ne songez non plus à moy qu'aux gens de l'autre monde, et
je songe plus à vous qu'à tous ceux de celui-cy. Il m'ennuie
cruellement de ne vous point voir, j'ay esté quinse jours à la
campagne[166], c'est ce qui m'a empeschée d'aller un peu vous
empescher de m'oublier. Si vous vouliez demain de moy, j'yrois
disner avec vous, à condition qu'il n'y aura ny poulet, ny pigeon
d'extraordinaire[167]. Si vous avez affaire demain, donnés-moi un
autre jour.

          [Note 166: Elle y alloit souvent passer ainsi des
          quinzaines, «pour être, dit madame de Sévigné, comme
          suspendue entre le ciel et la terre.» En 1672, c'est à
          Fleury-sous-Meudon qu'elle se retiroit, sans doute dans la
          maison qui, depuis, appartint à Panckoucke.]

          [Note 167: Chez madame de Sablé, même lorsqu'elle fut dans
          sa retraite voisine de Port-Royal, à Paris, la cuisine
          étoit des plus fines. «Elle tenoit école de friandise,» dit
          M. Cousin, qui le prouve par quelques extraits des lettres
          de La Rochefoucauld, un des gourmets de cette table, un
          des élèves de madame de Sablé en l'art de la marmelade et
          des confitures. _Madame de Sablé_, 2e édit., p. 105.--Il
          sera parlé tout à l'heure des potages que La Rochefoucauld
          mangeoit chez Mme de Sablé. D'Andilly avoit donné à la
          marquise la recette d'un des plus délicats. On la trouve
          dans ses lettres manuscrites, à la Bibliothèque impériale,
          sous ce titre: _Pour faire une écuellée de panade_. M. P.
          Paris, dans son édition de Tallemant, t. III, p. 122, a
          reproduit cet échantillon de la gourmandise à Port-Royal.]

       *       *       *       *       *

II

                                            Ce jeudy au soir[168].

          [Note 168: Cette lettre, des plus importantes, a, je ne
          sais comment, échappé à M. Cousin et à M. Sainte-Beuve.]

Voilà un billet que je vous suplie de vouloir lire, il vous instruira
de ce que l'on demande de vous. Je n'ay rien à y adjouster, sinon que
l'homme qu'il l'escrit[169], est un des hommes du monde que j'ayme
autant, et qu'ainsi, c'est une des plus grandes obligations que je
vous puisse avoir que de luy accorder ce qu'il souhaitte pour son
amy. Je viens d'arriver à Fresne, où j'ay esté deux jours en solitude
avec madame du Plessis[170]; en ces deux jours-là, nous avons parlé
de vous deux ou trois mille fois; il est inutile de vous dire comment
nous en avons parlé, vous le devinés aisement. Nous y avons leu
les _Maximes_ de M. de La Rochefoucauld[171]: Ha Madame! quelle
corruption il faut avoir dans l'esprit et dans le coeur, pour estre
capable d'imaginer tout cela! J'en suis si espouvantée, que je vous
asseure que si les plaisanteries estoient des choses sérieuses, de
telles maximes gasteroient plus ses affaires que touts les potages
qu'il mangea l'autre jour chez vous[172].

          [Note 169: C'est-à-dire _qui l'écrit_. Cette fois, madame
          de La Fayette n'avoit pas écrit elle-même, elle avoit
          dicté, à qui? je ne sais, mais c'étoit assez souvent son
          habitude, et toute main alors lui étoit bonne.]

          [Note 170: Madame du Plessis-Guénégaud, chez laquelle
          madame de Sévigné, madame de La Fayette, Arnaud d'Andilly,
          etc., alloient souvent dans ce beau château de Fresnes,
          près de Meaux, illustré plus tard par Daguesseau. V.
          _Lettre_ de Sévigné, 1er août 1667.]

          [Note 171: Elles étoient encore manuscrites. L'auteur les
          avoit communiquées à madame de Sablé, qui, à son tour, sans
          avoir l'air d'agir en son nom, les communiquoit à ceux ou
          à celles qui lui paraissoient le plus capables d'en juger.
          V. les _Lettres_ de La Rochefoucauld dans l'édit. de ses
          _Oeuvres_. Blaise, 1818, in-8º, p. 220 et suiv. «Mme de
          Sablé exigeoit, dit M. Cousin (p. 149), que l'on n'en tirât
          pas de copie et qu'on lui envoyât par écrit son opinion,
          puis elle montroit toutes ces lettres à La Rochefoucauld.»
          Que dut-il dire de celle-ci, où se trouve le jugement le
          plus violent qu'on ait certainement porté alors contre son
          livre, même dans le camp des femmes, dont les critiques sur
          ce point étoient pourtant unanimes, avec plus ou moins de
          vivacité dans la forme? M. Cousin, se faisant fort d'une
          phrase qu'on trouvera vers le milieu de la lettre suivante,
          décide, contre Aimé Martin, que madame de La Fayette, loin
          d'approuver le système de La Rochefoucauld, lui étoit
          absolument contraire, et déclare que, par conséquent, les
          notes, presque toujours admiratives, qu'on trouve aux
          marges d'un exemplaire qui appartint à M. de Cayrol, ne
          peuvent avoir été écrites par elle. (_Madame de Sablé_, 2e
          édit., p. 174.) Si, après ce que dit l'éloquent écrivain,
          le doute pouvoit être encore permis, il tomberoit devant
          la lettre reproduite ici, et qu'il est si regrettable que
          MM. Sainte-Beuve et Cousin n'aient pas connue. C'est la
          meilleure de leurs armes qu'ils ont laissée échapper.]

          [Note 172: M. de La Rochefoucauld étoit en effet, nous
          l'avons dit, très-friand des potages de Mme de Sablé, et
          de ses ragoûts. Sans cela même, pas de _maximes_! Il lui
          falloit un potage par paragraphe. «Voila, lui écrit-il un
          jour en lui envoyant son manuscrit, voilà tout ce que j'ai
          de _maximes_; mais, comme on ne fait rien pour rien, je
          vous demande un potage aux carottes, un ragoût de moutons,
          etc.»Ces potages gâtoient les affaires du moraliste, s'il
          faut en croire madame de La Fayette; mais quelles affaires?
          et près de qui? Affaires d'amour et près d'elle-même. Nous
          verrons tout à l'heure que la liaison s'engageoit alors
          entre madame de La Fayette et La Rochefoucauld. En dépit
          des potages et des _maximes_, elle fut bientôt nouée. Les
          _maximes_ même, qui pouvoient la rompre, y servirent par
          les occasions de discussions qu'elles amenèrent entre
          l'auteur et sa spirituelle adversaire, entre le corrompu
          à convertir et l'aimable prêcheuse: «C'est, dit fort bien
          M. Sainte-Beuve, c'est cette idée de corruption générale
          qu'elle s'attacha à combattre en M. de La Rochefoucauld, et
          qu'elle rectifia. Le désir d'éclairer et d'adoucir ce noble
          esprit fut sans doute un appât de raison et de bienfaisance
          pour elle, aux abords de la liaison étroite.»]

       *       *       *       *       *

III[173]

          [Note 173: Cette lettre a été publiée tout entière par
          M. Cousin, _La Marquise de Sablé_, 2e édit., p. 173. M.
          Sainte-Beuve, _Portrait_, 1842, in-18, p. 75, n'en a donné
          que la première moitié.]

Vous me donneriés le plus grand chagrin du monde, si vous ne me
montriés pas vos Maximes[174]. Madame du Plessis m'a donné une
curiosité estrange de les voir; et c'est justement parce qu'elles
sont honnestes et raisonnables que j'en ay envie, et qu'elles
me persuaderont que toutes les personnes de bon sens ne sont
pas si persuadées de la corruption générale que l'est M. de La
Rochefoucauld. Je vous rends mille et mille grâces de ce que vous
avés faict pour ce gentilhomme[175], je vous en irai encore remercier
moy-mesme, et je me serviray toujours avec plaisir des prétextes que
je trouveray pour avoir l'honneur de vous voir; et si vous trouviés
autant de plaisir avec moy que j'en trouve avec vous, je troublerois
souvent vostre solitude.

          [Note 174: Comme celles de La Rochefoucauld, elles étoient
          manuscrites et parurent bien plus tard, quelques mois après
          la mort de madame de Sablé. En voici le titre: _Maximes de
          madame la marquise de Sablé, et Pensées diverses de M. L.
          D._ Paris, 1678, in-12.]

          [Note 175: Celui dont il est parlé dans la lettre
          précédente, à qui elle l'avoit dictée.]

       *       *       *       *       *

IV[176]

          [Note 176: Ce billet a été donné par M. Cousin, p. 103,
          note.]

Il y a une éternité que je ne vous ai veue, et si vous croyés,
Madame, qu'il ne m'en ennuyé point, vous me faittes une grande
injustice. Je suis résolue à avoir l'honneur de vous voir quand vous
seriés ensevelie dans le plus noir de vos chagrins; je vous donne le
choix de lundy ou de mardy, et de ces deux jours là, je vous laisse
à choisir l'heure, despuis huit du matin jusques à sept du soir. Si
vous me refusés après toutes ces offres là, vous vous souviendrés au
moins que ce sera par une volonté très déterminée que vous n'aurés
voulu me voir, et que ce ne sera pas ma faute[177].

                                            Ce dimanche au soir.

          [Note 177: La marquise se faisoit celer ainsi
          très-hermétiquement pour tout le monde. Ces jours-là,
          l'abbé de la Victoire l'appeloit, dit Tallemant, «feu
          madame la marquise de Sablé» (t. II, p. 329); et La
          Rochefoucauld lui écrivoit: «Je ne sais plus d'invention
          pour entrer chez vous, on m'y refuse la porte tous les
          jours....»]

       *       *       *       *       *

V[178]

          [Note 178: Billet reproduit aussi par M. Cousin, p. 103,
          note.]

                                                 Ce mardy au soir.

De peur qu'il n'arrive quelque changement à la bonne humeur où vous
estes, j'envoye vistement sçavoir si vous me voulés voir demain,
j'yray chés vous incontinent, après disné, car je vous cherche seule;
et si vous envisagés des vissittes, remettés-moy à un autre jour: il
est vrai qu'il faut que vous ayés de grands charmes ou que je ne sois
guère sujette à m'offenser, puis que je vous cherche après tout ce
que vous m'avés fait.

       *       *       *       *       *

VI[179]

          [Note 179: Ce billet n'a pas été cité par M. Cousin.]

                                                         Ce mardy.

Vous devés me haïr de ne vous avoir pas escrit, dès hier au matin que
Madame[180] m'a commandé expressement de vous faire des compliments
de sa part, et de vous dire que si elle ne fust point sortie si tard
des Carmélites, elle auroit esté vous faire une vissitte. Je lui dis
tout ce que vous m'aviés ordonné. Madame de Saint-Loup[181] ne luy
avoit point parlé de vostre grande lettre ny de vostre billet; voilà,
ce me semble, ce que vous m'aviés ordonné de sçavoir. Si vous me
commandiés autre chose, vous verriés avec quelle exactitude je vous
obéirois.

          [Note 180: Henriette d'Angleterre, duchesse d'Orléans,
          dans l'intimité de laquelle madame de La Fayette vécut
          long-temps, et dont elle a écrit la vie.]

          [Note 181: C'étoit une demoiselle de La Rocheposay, qui
          avoit épousé le partisan Le Page, et qui s'étoit appelée
          madame de Saint-Loup, d'une terre achetée en son nom, par
          son mari, dans le Poitou. Elle étoit de la cour d'Henriette
          d'Angleterre, et fort galante. M. de Vardes fut son premier
          attachement, puis vint le tour de Candale. «Mais, dit un
          jour celui-ci à Saint-Evremont, qui nous l'a rapporté,
          elle avoit été aimée et avoit aimé, et, comme sa tendresse
          s'étoit épuisée dans ses premiers amours, elle n'avoit
          plus de passion véritable. Ses affaires n'étoient plus
          qu'un intérêt de galanterie, qu'elle conduisoit avec un
          grand art, d'autant plus qu'elle paroissoit naturelle, et
          faisoit passer la facilité de son esprit pour une naïveté
          de sentiment.»Saint-Evremont, _Oeuvres_, 1806, in-8º, t.
          II, p. 309.--Elle finit par se convertir en de curieuses
          circonstances qu'a racontées Tallemant. Edit. P. Paris, t.
          III, p. 44, 141.]

       *       *       *       *       *

VII[182]

          [Note 182: M. Sainte-Beuve et M. Cousin n'ont pas parlé de
          ce billet.]

Je ne voulois rien que vous voir, Madame; mais je me plains bien que
vous ne me regardiés que comme une personne qu'il ne faut voir que
dans la joye, et quy n'est pas capable d'entrer dans les sentiments
que donne la perte d'une amie; il s'en faut peu que je ne sois
offencée contre vous, et je croys que je le serois si je ne sçavois
qu'en l'estat où vous estes, il faut plustot vous plaindre que se
plaindre de vous; je vous asseure que je vous plains aussi autant
que vous le devés estre, et que je comprends à quel point la perte
de madame la comtesse de Maure vous est douloureuse[183]. Si vous
revoyés cette personne, ayés la bonté de la faire souvenir de parler
à l'autre; il ne me paroist pas qu'on luy ait encore rien dit.

          [Note 183: Anne Doni d'Attichy, comtesse de Maure, qui
          avoit longtemps été une des filles d'honneur de la
          reine-mère, étoit la plus intime amie de madame de Sablé,
          dans le voisinage de laquelle elle étoit venue loger au
          faubourg Saint-Jacques. Elle mourut à la fin d'avril
          1663, date précieuse pour nous, puisqu'elle nous sert à
          préciser à peu près quelle peut être celle de ces billets,
          qui durent se suivre à un assez court intervalle, sauf,
          toutefois, celui qu'on va lire, et qui est sans doute de
          deux années plus tard.]

       *       *       *       *       *

VII[184]

          [Note 184: C'est cette lettre que M. Sainte-Beuve trouve
          si curieuse, comme fixant l'époque où la liaison de M. de
          La Rochefoucauld et de madame de La Fayette dut s'engager,
          à bas bruit, avec ces demi-soins qui s'efforcent de
          tenir encore à l'écart l'indiscrétion et de dépister les
          clairvoyants.]

                                                 Ce lundy au soir.

Je ne pus hier respondre à vostre billet, parce que j'avois du
monde, et je croys que je n'y respondray pas aujourd'hui, parce que
je le trouve trop obligeant. Je suis honteuse des louanges que vous
me donnés, et d'un autre costé, j'ayme que vous ayés bonne opinion
de moy, et je ne veux vous rien dire de contraire à ce que vous en
pensés. Ainsi, je ne vous respondray qu'en vous disant que M. le
comte de Saint-Paul[185] sort de céans, et que nous avons parlé de
vous une heure durant, comme vous sçavez que j'en sçay parler. Nous
avons aussi parlé d'un homme que je prends toujours la liberté de
mettre en comparaison avec vous pour l'agrément de l'esprit[186].
Je ne sçay si la comparaison vous offense; mais quand elle vous
offenseroit dans la bouche d'une autre, elle est une grande louange
dans la mienne, si tout ce qu'on dit est vray. J'ay bien veu que
M. le comte de Saint-Paul avoit ouy parler de ces dits-là, et
j'y suis un peu entrée avec luy; mais j'ay peur qu'il n'ait pris
tout sérieusement ce-que je luy en ay dit. Je vous conjure, la
première fois que vous le verrés, de lui parler de vous-mesme de
ces bruits-là. Cela viendra aisément à propos, car je lui ay donné
les Maximes, il vous le dira sans doute; mais je vous prie de luy
en parler bien comme il faut, pour le mettre dans la teste que ce
n'est autre chose qu'une plaisanterie[187]. Je ne suis pas assez
asseurée de ce que vous en pensés pour respondre que vous dirés bien,
et je pense qu'il faudroit commencer par persuader l'ambassadeur.
Néanmoins, il faut s'en fier à vostre habileté; elle est au-dessus
des maximes ordinaires, mais enfin persuadés-le; je hays comme
la mort que les gens de son âge puissent croire que j'ay des
galanteries[188]. Il me semble qu'on leur paroist cent ans dès que
l'on est plus vielle qu'eux, et ils sont touts propres à s'estonner
qu'il soit encore question des gens; et de plus, il croirait plus
aisément ce qu'on luy diroit de M. de la R. F.[189] que d'un autre.
Enfin, je ne veux pas qu'il en pense rien, sinon qu'il est de mes
amis, et je vous suplie de n'oublier non plus de luy oster de la
teste, si tant est qui le l'eût, que j'ay oublié vostre message. Cela
n'est pas généreux de vous faire souvenir d'un service en vous en
demandant un autre.

  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

          [Note 185: Fils de madame de Longueville, né le 29 janvier
          1649, à l'hôtel de ville, et qui avoit pour cela le nom de
          Paris dans ses prénoms. Il fut tué au passage du Rhin en
          1672. A l'époque où fut écrite cette lettre, il ne pouvoit,
          d'après ce que dit de lui madame de La Fayette, avoir moins
          de seize ou dix-sept ans, ce qui nous amène à l'année 1665,
          date admise par M. Sainte-Beuve, et qui correspond à celle
          où furent publiées les _Maximes_.]

          [Note 186: On devine qu'il s'agit de La Rochefoucauld.]

          [Note 187: Madame de La Fayette tient à son idée sur le
          peu de sérieux des Maximes (V. le billet nº 2). Maintenant
          surtout qu'il y a pour elle intérêt de coeur à ce que M.
          de La Rochefoucauld ne puisse être accusé de sécheresse
          d'âme, elle cherche a faire croire et à se persuader que
          les Maximes, dont cette sécheresse railleuse et sceptique
          est le principal défaut, ne sont qu'une plaisanterie.]

          [Note 188: M. Sainte-Beuve a fort bien remarqué que ces
          mots charmants répondent exactement à cette pensée de
          la _princesse de Clèves_: «Madame de Clèves, qui étoit
          dans cet âge où l'on ne croit pas qu'une femme puisse
          être aimée quand elle a passé vingt-cinq ans, regardoit
          avec un extrême étonnement l'attachement que le roi
          avoit pour cette duchesse de Valentinoy.» Cette idée-là,
          dit M. Sainte-Beuve, «étoit, comme on voit, familière à
          madame de La Fayette. Elle craignoit surtout de paroître
          inspirer la passion a cet âge où d'autres l'affectent. Sa
          raison délicate devenoit une dernière pudeur. Elle n'avoit
          que trente-deux ans alors, La Rochefoucauld en avoit
          cinquante-deux.»]

          [Note 189: Elle n'ose plus écrire le nom tout entier. C'est
          une nuance infinitésimale qui n'a pas été conservée dans la
          transcription de M. Sainte-Beuve, ce qui nous étonne de sa
          rare délicatesse.]

       *       *       *       *       *

Je ne veux pas oublier de vous dire que j'ay trouvé terriblement de
l'esprit au comte de Saint-Paul.



_La nouvelle manière de faire son profit des Lettres, traduitte en
françois par J. Quintil du Tronssay, en Poictou_[190].

_Ensemble: le Poëte-Courtisan._

_A Poictiers._

1559.--In-8º.

          [Note 190: Cette pièce, qui est on ne peut plus rare, a
          soulevé pour nous des questions fort curieuses et fort
          délicates. Elle figure, ainsi que _Le Poëte courtisan_,
          qui est à la suite, dans les _Oeuvres_ de Joachim du
          Bellay. Le recueil de ce poëte publié en 1560, in-4º, par
          Frédéric Morel, sous ce titre: _La Monomachie de Goliath,
          ensemble plusieurs autres oeuvres poétiques de Joachim du
          Bellay, Angevin_, la reproduit, p. 41 et suiv.; elle se
          trouve aussi dans l'édit. de 1574, in-8º, 1re part., p.
          288, mais cette fois avec une mention qui manquoit dans
          l'édition précédente: _Traduction d'une épistre latine sur
          un nouveau moyen de faire son proufit des lettres_. De
          qui est cette épître latine? C'est ce que nous n'avons pu
          découvrir. Quel est, d'un autre côté, le véritable auteur
          de la traduction? Est-ce du Bellay, dont les oeuvres s'en
          enrichirent? Est-ce Quintil du Tronssay, dont le nom figure
          ici sur la première publication qui en ait été faite? C'est
          ce que nous n'avons pu savoir davantage. L'opinion, la plus
          probable, à laquelle nous nous sommes arrêtés, c'est que
          J. Quintil du Tronssay et Joachim du Bellay ne font qu'un
          même personnage. Du Bellay est le nom, Quintil du Tronssay
          serait le pseudonyme. Ce ne peut être en effet autre chose;
          nulle part ce nom ne se retrouve. Nous connaissons bien à
          la même époque un du Tronchet et un du Tronchay (V. l'abbé
          Goujet, t. XI, p. 135; XII, 115, 299); mais l'un s'appelle
          Bonaventure et l'autre Georges, ce qui exclut l'initiale J.
          Quant à _Quintil_, c'est un nom cicéronien de fantaisie,
          que tout le monde pouvoit endosser, mais que du Bellay plus
          que personne avait intérêt à prendre; voici pourquoi. En
          1551, le Parisien Charles Fontaine avoit écrit contre _La
          Défense et illustration de la langue françoise_, publiée
          l'année précédente par du Bellay, une critique assez plate,
          mais souvent juste, intitulée d'abord _Quintil horatian_,
          puis _Quintil censeur_ quand on la réimprima, en 1574, à la
          suite de l'_Art poétique françois_ de Sibilet. Du Bellay
          ne répondit pas; mais ayant, quelques années après, donné
          de l'épître latine sur _La Manière de faire son profit des
          lettres_, la traduction en rimes françoises reproduite
          ici, et dont plus d'un trait va droit à Charles Fontaine,
          il aura cru bon de prendre le pseudonyme de _Quintil_,
          consacré par Fontaine lui-même, et de le combattre ainsi
          sous son propre pavillon. Ce procédé n'étoit pas contraire
          aux habitudes de du Bellay. Dans son premier recueil, daté
          d'octobre 1549, il avoit emprunté à Ronsard sa manière,
          comme ici à Fontaine son pseudonyme, et il en étoit résulté
          entre Ronsard et lui un petit différend fort bien raconté
          par M. Sainte-Beuve, d'après Bayle, Cl. Binet et Guillaume
          Colletet. (_Tableau historique et critique de la poésie
          françoise au XVIe siècle_, 1843, in-18, p. 338.)--Il ne
          faut pas s'étonner que du Bellay ait joint à son sobriquet
          latin un autre, pseudonyme poitevin, et qu'il ait fait
          imprimer à Poitiers cette première édition de deux de ses
          meilleures oeuvres. Le Poitou fut autant qu'Angers où
          il naquit, et Paris ou il mourut, la patrie de sa muse.
          Peut-être y possédoit-il un bien, fief ou métairie portant
          ce nom de Tronssay, dont il se fait ici une signature.
          Une chose plus certaine, c'est qu'il alla souvent à
          Poitiers. Il en revenoit un jour de l'année 1548, lorsqu'il
          rencontra dans une hôtellerie Ronsard, qui, dès lors, lui
          fut lié d'amitié. Il y eut toujours des amis. G. Aubert,
          qui recueillit ses oeuvres, étoit de Poitiers.--Nous ne
          reviendrons pas sur l'auteur de l'épître latine, dont
          la première de nos deux pièces n'est que la traduction.
          Peut-être est-ce du Bellay lui-même, qui fut en latin aussi
          bon poëte qu'en françois. Il se pourroit toutefois qu'il
          eût traduit le latin d'un autre. Il ne trouvoit pas cette
          tâche au-dessous de lui. Ses _Courtisanes repenties et
          contre repenties_ sont traduites du latin de son ami le
          _Tolosain_ P. Gilbert, sur lequel on peut lire une note
          excellente de M. de Montaiglon. (_Huit sonnets de Joachim
          du Bellay_, 1849, in-8º, p. 17-19.) J. du Bellay survécut
          bien peu de temps à la publication des deux pièces données
          ici. Il mourut le 1er janvier 1560, frappé d'apoplexie,
          quoiqu'il n'eût que trente-cinq ans: «Ceux, lisons-nous
          dans la traduction du _Théâtre universel_ de Jehan Bodin,
          par François de Fougerolles, p. 885-886, seul livre où se
          trouve ce détail que personne n'y avoit encore repris; ceux
          qui sont sujets à l'ébullition de sang, avec inflammation
          du cerveau, sont en danger d'être suffoqués, en la pleine
          lune, par la force des esprits qui le dilatent jusques à
          crever, comme il arriva à Joachim du Bellay, poëte de mon
          temps, lorsqu'il s'en retournoit en sa maison, venant de
          souper.»]


MOY A TOY.

_Salut._

  Quant à ce que tes vers frissonnent de froidure,
  Que tes labeurs sont vains, et que pour ta pasture
  A grand'peine tu as un morceau de gros pain,
  Voire de pain moisi, pour appaiser ta faim;
  Que ton vuide estomac abboye, et ta gencive
  Demeure sans mascher le plus souvent oysive,
  Comme si le jeusner exprès te feust enjoinct
  Par les Juifs retaillez[191]; que tu es mal en poinct,
  Mal vestu, mal couché: Amy, ne pren la peine
  De faire désormais ceste complainte vaine.

  Tu sçais faire des vers, mais tu n'as le sçavoir
  De pouvoir par ton chant les hommes decevoir:
  Car le dieu Apollon avec le dieu Mercure
  S'assemble, ou autrement de ses vers on n'a cure.
  Mercure, par finesse et par enchantement,
  Dedans les cueurs humains glisse secrètement;
  Il glisse dans les cueurs, il trompe la personne,
  Et d'un parler flatteur les ames empoisonne:
  Avec tel truchement peut le dieu Délien
  Possible quelque chose, autrement ne peut rien.

  Celuy qui de Mercure a la science apprise,
  En cygne d'Apollon bien souvent se deguise;
  Encore que le brait d'un asne, ou la chanson
  D'une importune rane[192] ait beaucoup plus doulx son.

  Veulx-tu que je te montre un gentil artifice
  Pour te faire valoir? Pousse-toy par service;
  Par art Mercurien trompe les plus rusez,
  Et pren à telz appas les hommes abusez:
  Tu feras ton profit, et bravement en point
  De froid, comme tu fais, tu ne trembleras point.

  Premier, comme un marchand qui parle navigage,
  S'en va chercher bien loing quelque estrange rivage.
  Afin de trafiquer et argent amasser,
  Tu dois veoir l'Italie et les Alpes passer,
  Car c'est de là que vient la fine marchandise
  Qu'en bëant on admire, et que si hault on prise.
  Si le rusé marchand est menteur asseuré,
  Et s'il sçait pallier d'un fard bien coloré
  Mille bourdes qu'il a en France rapportées
  Assez pour en charger quatre grandes chartées;
  S'il sçait, parlant de Rome, un chacun estonner;
  Si du nom de Pavie il fait tout resonner;
  Si des Vénitiens que la mer environne,
  Si des champs de la Pouille il discourt et raisonne;
  Si, vanteur, il sçait bien son art authoriser,
  Louer les estrangers, les François mespriser;
  Si des lettres l'honneur à luy seul il reserve
  Et desdaigue en crachant la françoise Minerve[193].

  Il te faut dextrement ces ruses imiter,
  Le sçavoir sans cela ne te peut profiter.
  Si le sçavoir te fault, et tu entens ces ruses,
  Tu jouyras vainqueur de la palme des Muses.
  Ne pense toutefois, pour un peu t'estranger
  De ces bavardes soeurs, que tu sois en danger
  De perdre tant soit peu: tu n'y auras dommage,
  Car aux Muses souvent profite un long voyage.
  Tu en rapporteras d'un grand cler le renom,
  Et de saige sçavant meriteras le nom.
  Mais si tu veux icy te morfondre à l'estude,
  Chacun t'estimera fol, ignorant et rude.

  Doncques en Italie il te convient chercher
  La source Cabaline, et le double Rocher,
  Et l'arbre qui le front des poëtes honore.
  Mais retien ce précepte en ta memoire encore:
  C'est que tu pourras bien François partir d'icy,
  Mais tu retourneras Italien aussi,
  De gestes et d'habits, de port et de langage,
  Bref, d'un Italien tu auras le pelaige,
  Afin qu'entre les tiens admirable tu sois:
  Ce sont les vrays appas pour prendre noz François.
  Lors ta Muse sera de cestui la prisée
  Auquel auparavant tu servois de risée.

  Il sera bon aussi de te faire advoüer
  De quelque Cardinal[194], ou te faire loüer
  Par quelque homme sçavant, afin que tes loüenges
  Volent par ce moyen par des bouches estranges.
  Mais il faut que le livre où ton nom sera mis
  Tu donnes çà et là à tes doctes amys.
  Ainsi t'exempteras du rude populaire,
  Ainsi ton nom partout illustre pourras faire:
  Car c'est un jeu certain, et quiconque l'a sçeu,
  Jamais à ce jeu là ne s'est trouvé deçeu,
  Surtout courtise ceulx auquelz la court venteuse
  Donne d'hommes sçavants la loüenge menteuse,
  Qui au bout d'une table, au disner des seigneurs,
  Deplient tout cela, dont furent enseigneurs
  Les Grecs et les Latins, qui de faulses merveilles
  Emplissent, ignorans, les plus grandes oreilles,
  Et abusent celuy qui par nom de sçavant
  Desire, ambitieux, se pousser en avant.

  Ces gentils reciteurs te loüront à la table,
  Non comme au temps passé, aux horloges de sable[195];
  Ilz ne dédaigneront avec toi practiquer
  Et avecques tes vers les leurs communiquer,
  Puisque tu as le goust et l'air de l'Italie,
  Mais rendz leur la pareille, et fay que tu n'oublie
  De les contre-loüer; aussi quant à ce point
  Le tesmoing mutuel ne se reproche point,
  D'en user autrement ce seroit conscience.

  Surtout je te conseille apprendre la science
  De te faire cognoistre aux dames de la court
  Qui ont bruit de sçavoir. C'est le chemin plus court,
  Car si tu es un coup aux dames agréable,
  Tu seras tout soubdain aux plus grands admirable.
  Par art il te convient à ce point parvenir,
  Par art semblablement t'y fault entretenir;
  Il te fault quelques fois, soit en vers, soit en prose,
  Escrire finement quelque petite chose
  Qui sente son Virgile et Ciceron aussi[196];
  Car si tu as des mots tant seulement soucy,
  Tu seras bien grossier et lourdault, ce me semble,
  Si par art tu ne peux en accoupler ensemble
  Quelque peu: car icy par un petit chef-d'oeuvre
  Assez d'un courtisan le sçavoir se descoeuvre.

  Je ne veulx toutefois qu'on le face imprimer,
  Car ce qui est commun se fait desestimer,
  Et la perfection de l'art est de ne faire
  Ains monstrer dédaigner ce que faict le vulgaire.
  Mesmes, ce qui sera des autres imprimé,
  Afin que tu en sois plus sçavant estimé,
  Il te le fault blasmer[197]; mais il te fault estre
  Des loüeurs à propoz pour tes ouvraiges lire.
  Et n'en fault pas beaucoup. Avec telles faveurs
  Recite hardiment aux dames et seigneurs,
  Tu seras sçavant homme, et les grands personnages
  Te feront des presens, et seras à leurs gages.
  Mais si tu veulx au jour quelque chose éventer,
  Il fault premièrement la fortune tenter,
  Sans y mettre ton nom, de peur de vitupère
  Qu'un enfant abortif porte au nom de son père;
  Car en celant ton nom, d'un chacun tu peux bien
  Sonder le jugement, sans qu'il te couste rien.
  D'autant que tels escripts vaguent sans congnoissance
  Ainsi qu'enfans trouvez, publiques de naissance.
  Mais ne faulx pas aussi, si tu les voids loüer,
  Maistre, père et autheur, pour tiens les advoüer.

  Le plus seur toutefois seroit en tout se taire,
  Et c'est un beau mestier, et fort facile à faire,
  Le faisant dextrement. Fay courir qu'entrepris
  Tu as quelque poëme et oeuvre de hault pris,
  Tout soudain tu seras montré parmy la ville
  Et seras estimé de la tourbe civile.

  Un vieulx ruzé de court naguières se vantoit
  Que de la republique un discours il traitoit;
  Soudain il eut le bruit d'avoir épuisé Romme,
  Et le sçavoir de Gréce, et qu'un si sçavant homme
  Que luy ne se trouvoit. Par là il se poussa,
  Et aux plus haults honneurs du palais s'avança,
  Ayant mouché les roys avec telle practique,
  Et si n'avoit rien fait touchant la republique.
  Toutefois cependant qu'il a esté vivant,
  Il a nourry ce bruit qui le meit en avant.
  Jusqu'à tant que la mort sa ruse eut descouverte,
  Car on ne trouva rien en son estude ouverte,
  Ains par la seule mort au jour fut revelé
  Le fard dont il s'estoit si longuement celé.

  Quelque autre dit avoir entrepris un ouvrage
  Des plus illustres noms qu'on lise de nostre age,
  Et jà douze ou quinze ans nous deçoit par cet art;
  Mais il accomplira sa promesse plus tard
  Que l'an du jugement. Toutefois par sa ruse
  Des plus ambitieux l'esperance il abuse:
  Car ceulx-là qui sont plus de la gloire envieux,
  Le flattent à l'envy, et tachent, curieux,
  De gaigner quelque place en ce tant docte livre
  Qui peut à tout jamais leur beau nom faire vivre.
  Ce trompeur par son art très riche s'est rendu,
  Et son silence aux roys chèrement a vendu,
  Noyant en l'eau d'oubly les beaux noms dont la gloire
  Seroit, sans ses escripts, d'éternelle mémoire:
  Car les Parthes menteurs, faulx, il surmontera,
  Et nul (comme il promet) n'immortalisera;
  Mais il peindra le nez à tous, et pour sa peine
  De les avoir trompez d'une esperance vaine,
  Dessus un cheval blanc ses monstres il fera
  Par la ville, et du roy aux gages il sera.

  C'est un gentil apas pour les oyseaux attraire,
  Ce que d'un autre dit le commun populaire,
  Qui par les cabaretz tout exprès delaissoit
  Quatre lignes d'un livre, et outre ne passoit
  Avec un titre au front, qui se donnoit la gloire
  D'estre le livre quart de la françoise histoire.
  Qui doncques, je te pry, nyra que cestuy cy
  Ne soit des plus heureux sans se donner soucy,
  Qui quatre livres peult de quatre lignes faire,
  Qui du doy pour cela est montré du vulgaire,
  Qui pour cela de France est dit l'historien,
  Et auquel pour cela on fait beaucoup de bien[198]?

  J'ay, filz d'un laboureur, discouru brefvement
  Tout ce facheux propoz, moy qui ay bravement
  Delaissé les rasteaux pour m'attacher aux Muses.
  Tu pourras par usage apprendre d'autres ruses;
  Or à Dieu, pense en moy, et pour attraper l'heur
  Suy Mercure, qui est le plus fin oyseleur.

          [Note 191: Il veut dire _retaillats_, épithète ordinaire
          accolée alors au nom des Juifs convertis. «C'est, dit
          Laurent Joubert, c'est un Juif ou un Turc qui a quitté sa
          religion, que les siens nomment depuis _retaillat_, comme
          nous disons _révolté_; mais c'est en autre sens et pour
          autre occasion. Quand on le tailla premièrement, quand on
          le circoncit, et depuis on le retaille pour couvrir le
          prépuce.» _Les Erreurs populaires_, 1585, in-8º, 2e part.,
          p. 157.]

          [Note 192: De _rana_, grenouille. Le nom de _rainette_ en
          est venu pour certaine espèce de pommes, vertes comme la
          petite grenouille d'arbre, que l'on continue d'appeler
          aussi _rainette_. La rue _Chantereine_, à Paris, se nomme
          ainsi d'après une étymologie pareille. Elle remplace un
          marais où coassaient les grenouilles ou _raines_. Qui dit
          _Chantereine_ veut dire _Chantegrenouille_.]

          [Note 193: Tout ce passage va droit à Charles Fontaine,
          fils de marchand, qui entreprit le voyage d'Italie pour
          faire sa cour à Renée de Ferrare, et qui en rapporta,
          en même temps qu'une grande admiration pour ce qu'on y
          écrivoit, un grand mépris pour notre littérature nationale,
          pour la _françoise Minerve_, comme il est dit ici. Du
          Bellay devoit d'autant plus s'indigner de ce mépris de
          Fontaine pour nos muses françoises, qu'il avoit surtout
          éclaté dans le _Quintil horatian_, dont le but étoit la
          critique de sa _Défense et illustration de la langue
          françoise_. Au sujet du voyage de Fontaine en Italie, dont
          font foi plusieurs de ses élégies et de ses épigrammes,
          on peut consulter la _Bibliothèque françoise_ de l'abbé
          Goujet, t. XI, p. 120-121.]

          [Note 194: Ici du Bellay critique moins Charles Fontaine
          qu'il ne se critique lui-même. Fontaine étoit allé en
          Italie à la suite d'un _belliqueur_, ainsi qu'on le voit
          par quelques vers de l'_Elégie sur la mort de sa soeur_,
          et Joachim y avoit suivi un cardinal son parent, portant
          le même nom que lui, et patron de Rabelais avant d'être le
          sien.]

          [Note 195: Allusion à un usage du Pnyx d'Athènes, où, à
          l'époque de Périclès, quiconque avoit la parole ne devoit
          la garder que pendant un certain espace de temps, mesuré
          sur l'horloge de sable, ou sur le clepsydre. On voulut
          à l'Assemblée constituante, dès les premières séances,
          prendre une mesure semblable contre la loquacité des
          orateurs. M. Bouche fit une motion, dite _du sablier_,
          tendant à faire restreindre, pour chaque orateur, le droit
          de parole à cinq minutes seulement. Un sablier de cinq
          minutes aurait été placé devant le président, et personne
          n'auroit dû laisser à son flux de paroles un cours plus
          long que celui du sable tombant d'un bassin dans l'autre.
          Quelques phrases spirituelles de M. de Clermont-Tonnerre
          firent rejeter cette proposition, que l'Assemblée avoit
          d'abord très-favorablement accueillie.]

          [Note 196: Ceci va droit encore à Charles Fontaine et à
          son _Quintil horatian_, où il se montre si pédantesquement
          infatué du latin d'Horace, de Virgile et de Cicéron.]

          [Note 197: C'est ce que Fontaine avoit fait contre la
          _Défense et illustration de la langue françoise_, et ce que
          du Bellay ne lui avoit pas pardonné.]

          [Note 198: J'ignore à qui du Bellay faisoit allusion tout à
          l'heure, lorsqu'il parloit: de ce magistrat qu'un livre sur
          la _République_, sans cesse promis, jamais publié, avança
          si bien dans les honneurs; et de cet autre écrivain qui se
          fit une même fortune par le livre, toujours en espérance,
          où quiconque lui auroit fait du bien auroit eu un éloge;
          mais je crois volontiers que l'historien dont il parle ici
          doit être Denys Sauvage, qui, nommé historiographe par
          Henri II, n'écrivit pourtant rien sur le règne de ce roi.]

FIN.

       *       *       *       *       *

_In editione latina hæc omissa fuerant._

  Area sed foelix potiusque hæc aucupis illex
  Quod fecisse alium narrat plebecula tota,
  Urbis qui quandoque in diversoria nota
  Venerat, ingressus conclave relinquere fuerat
  Ut multi legerent non ferme plura quaternis
  Versiculis, titulo charta minioque notata.
  En liber historiæ jam quartus in ordine Gallæ,
  Quis neget hunc nullo foelicem quæso labore.
  Bis duo cui totidem peperere volumina versus?
  Monstrari hinc digito, scriptorque hinc dicier esse
  Gallorum historiæ, atque hinc maxima premia ferre[199].

          [Note 199: Ces vers, dont l'avant-dernier paragraphe de
          la pièce françoise est la traduction, ne se trouvent pas
          dans les éditions de du Bellay, non plus que le reste de
          l'épître latine.]

       *       *       *       *       *

_Le Poëte courtisan._

  Je ne veulx point icy du maistre d'Alexandre
  Touchant l'art poëtiq' les preceptes t'apprendre;
  Tu n'apprendras de moy comment joüer il fault
  Les misères des roys dessus un eschafault[200];
  Je ne t'enseigne l'art de l'humble comoedie
  Ni du Mëonien la muse plus hardie;
  Bref, je ne montre icy d'un vers Horatien
  Les vices et vertuz du poëme ancien,
  Je ne depeins aussi le poëte du vide.
  La court est mon autheur, mon exemple et ma guide[201];
  Je te veulx peindre icy comme un bon artisan
  De toutes ses couleurs l'Apollon courtisan,
  Où la longueur surtout il convient que je fuye,
  Car de tout long ouvraige à la court on s'ennuye.

  Celuy donc qui est né (car il se fault tenter
  Premier que l'on se vienne à la court presenter)
  A ce gentil mestier, il fault que de jeunesse
  Aux ruses et façons de la court il se dresse;
  Ce precepte est commun, car qui veult s'avancer
  A la court, de bonne heure il convient commencer.

  Je ne veulx que longtemps à l'estude il pallisse,
  Je ne veulx que resveur sur le livre il vieillisse,
  Fueilletant studieux tous les soirs et matins
  Les exemplaires grecs et les autheurs latins.
  Ces exercices là font l'homme peu habile,
  Le rendent catareux, maladif et debile,
  Solitaire, facheux, taciturne et songeard;
  Mais nostre courtisan est beaucoup plus gaillard.
  Pour un vers allonger ses ongles il ne ronge,
  Il ne frappe sa table, il ne resve, il ne songe,
  Se brouillant le cerveau de pensemens divers
  Pour tirer de sa teste un miserable vers,
  Qui ne rapporte, ingrat, qu'une longue risée
  Partout où l'ignorance est plus authorisée.

  Toy donc qui as choisi le chemin le plus court
  Pour estre mis au ranc des sçavants de la court,
  Sans macher le laurier, ny sans prendre la peine
  De songer en Parnasse, et boire à la fontaine
  Que le cheval volant de son pied fist saillir,
  Faisant ce que je dy, tu ne pourras faillir.

  Je veulx en premier lieu que sans suivre la trace
  (Comme font quelques uns) d'un Pindare et Horace,
  Et sans vouloir comme eux voler si haultement,
  Ton simple naturel tu suives seulement.
  Ce procès tant mené, et qui encore dure,
  Lequel des deux vault mieulx, ou l'art, ou la nature,
  En matière de vers à la court est vuidé:
  Car il suffit icy que tu soyes guidé
  Par le seul naturel, sans art et sans doctrine,
  Fors cet art qui apprend à faire bonne mine;
  Car un petit sonnet, qui n'ha rien que le son,
  Un dixain à propos, ou bien une chanson,
  Un rondeau bien troussé, avec une ballade
  (Du temps qu'elle couroit[202]), vaut mieux qu'une Iliade.
  Laisse-moy donques là ces Latins et Gregeoys
  Qui ne servent de rien au poëte françois,
  Et soit la seule court ton Virgile et Homère,
  Puis qu'elle est (comme on dict) des bons esprits la mère.
  La court te fournira d'arguments suffisants,
  Et seras estimé entre les mieulx disants,
  Non comme ces resveurs qui rougissent de honte,
  Fors entre les sçavants des quelz on ne fait compte.

  Or, si les grands seigneurs tu veulx gratifier,
  Arguments[203] à propoz il te fault espier.
  Comme quelque victoire, ou quelque ville prise,
  Quelque nopce, ou festin, ou bien quelque entreprise
  De masque, ou de tournoy: avoir force desseings,
  Des quelz à ceste fin tes coffres seront pleins.

  Je veulx qu'aux grands seigneurs tu donnes des devises[204]
  Je veulx que les chansons en musique soient mises;
  Et à fin que les grands parlent souvent de toy,
  Je veulx que l'on les chante en la chambre du roy.
  Un sonnet à propoz, un petit épigramme
  En faveur d'un grand prince ou de quelque grand'dame,
  Ne sera pas mauvais; mais garde-toy d'user
  De mots durs ou nouveaulx qui puissent amuser
  Tant soit peu le lisant: car la doulceur du stile
  Fait que l'indocte vers aux oreilles distille,
  Et ne fault s'enquerir s'il est bien ou mal fait,
  Car le vers plus coulant est le vers plus parfaict.

  Quelque nouveau poëte à la court se presente:
  Je veulx qu'à l'aborder finement on le tente;
  Car s'il est ignorant, tu sçauras bien choisir
  Lieu et temps à propoz pour en donner plaisir;
  Tu produiras partout ceste beste, et en somme
  Aux despens d'un tel sot tu seras galland homme.

  S'il est homme sçavant, il te fault dextrement
  Le mener par le nez, le loüer sobrement,
  Et d'un petit soubriz et branlement de teste
  Devant les grands seigneurs luy faire quelque feste,
  Le presenter au roy, et dire qu'il fait bien
  Et qu'il a mérité qu'on luy face du bien.
  Ainsi, tenant tousjours ce pauvre homme soubz bride,
  Tu te feras valoir en luy servant de guide;
  Et, combien que tu sois d'envie époinçonné,
  Tu ne seras pour tel toutefois soubsonné.

  Je te veulx enseigner un aultre poinct notable,
  Pour ce que de la court l'eschole c'est la table[205];
  Si tu veulx promptement en honneur parvenir,
  C'est où plus saigement il te fault maintenir.
  Il fault avoir tousjours le petit mot pour rire;
  Il fault des lieux communs qu'à tout propoz on tire
  Passer ce qu'on ne sçait, et se montrer sçavant
  En ce que l'on ha leu deux ou trois soirs devant.

  Mais qui des grands seigneurs veult acquerir la grace
  Il ne fault que les vers seulement il embrasse,
  Il fault d'aultres propoz son stile déguiser,
  Et ne leur fault tousjours des lettres deviser.
  Bref, pour estre en cest art des premiers de ton age,
  Si tu veulx finement joüer ton personnage,
  Entre les courtisans du sçavant tu feras,
  Et entre les sçavants courtisan tu seras.

  Pour ce te fault choisir matière convenable
  Qui rende son autheur aux lecteurs agreable,
  Et qui de leur plaisir t'apporte quelque fruict.
  Encores pourras tu faire courir le bruit
  Que, si tu n'en avois commandement du prince,
  Tu ne l'exposerois aux yeulx de ta province,
  Ains te contenterois de le tenir secret,
  Car ce que tu en fais est à ton grand regret.

  Et, à la verité, la ruse coustumière,
  Et la meilleure, c'est ne rien mettre en lumière,
  Ains, jugeant librement des oeuvres d'un chacun,
  Ne se rendre subject au jugement d'aulcun,
  De peur que quelque fol te rende la pareille,
  S'il gaigne comme toy des grands princes l'oreille.

  Tel estoit de son temps le premier estimé,
  Duquel si on eust leu quelque ouvraige imprimé,
  Il eust renouvelé peut-estre la risée
  De la montaigne enceinte; et sa Muse prisée
  Si hault auparavant eust perdu (comme on dict)
  La reputation qu'on luy donne à credit.

  Retien donques ce point, et si tu m'en veulx croire,
  Au jugement commun ne hasarde ta gloire;
  Mais, saige, sois content du jugement de ceulx
  Lesquelz trouvent tout bon, auxquelz plaire tu veux,
  Qui peuvent t'avancer en estats et offices,
  Qui te peuvent donner les riches benefices,
  Non ce vent populaire et ce frivole bruit
  Qui de beaucoup de peine apporte peu de fruict.
  Ce faisant, tu tiendras le lieu d'un Aristarque,
  Et entre les sçavants seras comme un monarque.
  Tu seras bien venu entre les grands seigneurs,
  Des quelz tu recevras les biens et les honneurs,
  Et non la pauvreté, des Muses l'héritage,
  Laquelle est à ceulx-là reservée en partage,
  Qui, dedaignant la court, facheux et malplaisans,
  Pour allonger leur gloire accourcissent leurs ans.

          [Note 200: Dans le sens de théâtre. C'étoit celui qu'il
          avoit alors le plus communément. «Ces provinces, dit
          Nicolas Pasquier, _liv. VIII_, _lettre 2_, serviront d'un
          échafaud tout public et sanglant, ou se joueront tous les
          actes de cette grande tragédie.»]

          [Note 201: Le mot _guide_ étoit alors du féminin dans
          toutes ses acceptions, comme il l'est encore dans le sens
          de _rêne_ pour conduire les chevaux. V. t. I, p. 75.]

          [Note 202: Le genre de la _ballade_, qui commençoit à
          n'être plus en faveur, eut une sorte de réveil au XVIIe
          siècle; mais Trissotin toutefois pouvoit dire avec raison à
          Vadius:

               Ce n'en est plus la mode, elle sent son vieux temps.]

          [Note 203: _Argument_ est ici dans le sens de sujet de
          pièce.]

          [Note 204: On sait de quelle importance furent les
          devises jusqu'au XVIIe siècle, où elles jouoient dans
          les carrousels le rôle qu'elles avoient eu dans les
          tournois, et figuroient comme un dernier débris des temps
          chevaleresques. Dans les _Entretiens d'Ariste et d'Eugène_,
          par le P. Bouhours, le VIe leur est tout entier consacré.
          Les grands seigneurs recouraient aux poëtes pour leur faire
          des devises, dont beaucoup furent des plus ingénieuses,
          comme on le voit par les citations du P. Bouhours. Les
          auteurs gardoient pour eux-mêmes quelque chose de leur
          marchandise, ils s'étoient presque tous donné des devises,
          qu'ils apposoient sur leurs oeuvres, et qui souvent en
          étoient la seule signature. V. G. Guiffrey, _Poème inédit_
          de Jehan Marot, 1860, in-8, p. 126, note.]

          [Note 205: C'est dans les festins, à l'issue, c'est-à-dire
          au dessert, qu'on chantoit les chansons nouvelles, comme
          cela se fait encore dans les provinces, et que les auteurs
          essayoient leurs ouvrages par des lectures à haute voix.
          Les comiques y jouoient leurs farces. Cotin, dans sa
          _Satire des Satires_, reproche à Boileau d'aller avec son
          Turlupin, c'est-à-dire avec Primorin, son frère, et non pas
          avec Molière, comme on l'a prétendu, gagner ainsi, par ses
          bouffonneries, «de bons dîners chez le sot campagnard».
          Montfleury, dans l'_Impromptu de l'hôtel de Condé_ (sc. 3),
          fait un reproche du même genre à Molière. _Il a_, fait-il
          dire à l'un de ses personnages, à propos de l'_Impromptu
          de Versailles_, qui, suivant lui, n'étoit rien moins qu'un
          impromptu,

               Il a joué cela vingt fois au bout des tables,
               Et l'on sait, dans Paris, que, faute d'un bon mot,
               De cela, chez les grands, il payoit son escot.]

FIN.



_Comment se faisoit une éducation au XVIe siècle_

(Fragment des Mémoires de M. de Mesmes)[206].

          [Note 206: Les _Mémoires_ dont ce fragment et le suivant
          font partie sont du célèbre homme d'Etat Henry de Mesmes,
          qui joua un si grand rôle sous Henri II, Charles IX
          et Henri III, tant en France qu'en Italie, où il fut
          administrateur de la république de Sienne, au nom d'Henri
          II. Ces _Mémoires_, qui sont adressés à son fils, existent
          manuscrits à la Bibliothèque impériale. Ils n'ont jamais
          été publiés. On les connaît par l'analyse et les extraits
          que publia le _Conservateur_ de 1760, t. IX, 2e partie,
          et surtout par le _fragment_ qu'en donna Rollin dans son
          _Traité des Etudes_, liv. II, ch. 2, art. 1er (édit. in-4,
          t. I, p. 122). Ce morceau très-intéressant est le même que
          nous reproduisons ici, le premier, mais avec plus d'étendue
          que dans la reproduction de Rollin, et une plus grande
          exactitude de texte. Rollin le devoit à une communication
          que M. le président de Mesmes, de l'Académie françoise,
          mort en 1723, lui avoit faite de ces _Mémoires_, qui
          n'étoient pas encore sortis de la famille pour entrer à la
          Bibliothèque de la rue de Richelieu. Il en existoit trois
          manuscrits: celui dont nous parlons, un autre aux Missions
          étrangères; et enfin un troisième chez les Séguier.]


I

Mon père[207] me donna pour précepteur J. Maludan, Limosin, disciple
de Dorat[208], homme savant, choisi pour sa vie innocente et d'âge
convenable à conduire ma jeunesse jusques à temps que je me sçusse
gouverner moi-même, comme il fit; car il avança tellement ses études
par veilles et travaux incroyables, qu'il alla toujours aussi avant
devant moi comme il étoit requis pour m'enseigner, et ne sortit
de sa charge sinon lorsque j'entrai en office. Avec lui, et mon
puiné, J.-J. Mesmes, je fus mis au collége de Bourgogne dès l'an
1542[209] en la troisième classe; puis je fis un an, peu moins,
de la première. Mon père disoit qu'en cette nourriture du collége
il avoit eu deux regards: l'un à la conservation de la jeunesse
gaie et innocente; l'autre à la scholastique, pour nous faire
oublier les mignardises de la maison, et comme pour dégorger en
eau courante. Je trouve que ces dix-huit mois au collége me firent
assez bien. J'appris à répéter, disputer et haranguer en public,
pris connoissance d'honnêtes enfans dont aucuns vivent aujourd'hui;
appris la vie frugale de la scholarité, et à régler mes heures;
tellement que, sortant de là, je récitai en public plusieurs vers
latins et deux mille vers grecs faits selon l'âge, récitai Homère
par coeur d'un bout à l'autre. Qui fut cause après cela que j'étois
bien vu par les premiers hommes du temps, et mon précepteur me menoit
quelquefois chez Lazarus Baïfus[210], Tusanus[211], Strazellius,
Castellanus[212] et Danésius[213], avec honneur et progrès aux
lettres. L'an 1545, je fus envoyé à Tolose[214] pour étudier en
lois avec mon précepteur et mon frère, sous la conduite d'un vieil
gentilhomme tout blanc, qui avoit longtemps voyagé par le monde.
Nous fûmes trois ans auditeurs en plus étroite vie et pénibles
études que ceux de maintenant ne voudroient supporter. Nous étions
debout à quatre heures[215], et ayant prié Dieu, allions à cinq
heures aux études, nos gros livres sous le bras, nos écritoires et
nos chandeliers à la main. Nous oyions toutes les lectures[216]
jusqu'à dix heures sonnées, sans nulle intermission; puis venions
dîner après avoir en hâte conféré demi-heure sur ce qu'avions écrit
de lectures[217]. Après dîner nous lisions, par forme de jeu,
Sophocles ou Aristophanus ou Euripides et quelque fois Demosthènes,
Cicero, Virgilius, Horatius[218]. A une heure aux études; à cinq, au
logis[219], à répéter et voir dans nos livres les lieux allégués,
jusqu'après six. Puis nous soupions et lisions en grec ou en latin.
Les fêtes, à la grande messe et vêpres. Au reste du jour, un peu
de musique et de pourmenoir. Quelque fois nous allions dîner chez
nos amis paternels, qui nous invitoient plus souvent qu'on ne nous
y vouloit mener. Le reste du jour aux livres; et avions ordinaire
avec nous Hadrianus Turnebus[220], Dionysius Lambinus[221], Honoretus
Castellanus, depuis médecin du roi; et Simon Thomas, lors très-savant
médecin. Au bout de deux ans et demy nous leumes en public demy
an à l'école des Institutes; puis nous eûmes nos heures pour lire
aux grandes écoles et leumes les autres trois ans entiers, pendant
lesquels nous fréquentions aux fêtes les disputes publiques, et je
n'en laissai guère passer sans quelque essai de mes débiles forces.
En fin des bancs, tînmes conclusions publiques par deux fois, la
première, chacun une, après deux heures; la seconde trois jours
entiers, et seuls avec grande célébrité; encore que mon âge me
défendît d'y apporter autant de suffisance que de confidence.....
Après cela, et nos degrés pris de docteurs en droit civil et canon,
nous prîmes le chemin pour retourner à la maison; passâmes à Avignon
pour voir Æmilius Ferratus[222] qui lors lisoit avec plus d'apparat
et de réputation que lecteur de son temps. Nous le saluâmes le
soir de l'arrivée, et il lui sembla bon que je leusse en son lieu,
lendemain matin, jour de saint François, et que de foy prenant la loi
où il étoit demouré le jour précédent. Il y assista lui-même avec
toute l'escole, et témoigna à mon père par lettres latines de sa main
qu'il n'y avoit pas pris déplaisir. Ce même fut à Orléans.....

          [Note 207: Jean-Jacques de Mesmes, seigneur de Roissy,
          lieutenant civil au Châtelet, puis maître des requêtes,
          premier président au Parlement de Normandie, conseiller du
          roi, etc. Il mourut en 1569.]

          [Note 208: Jean Daurat, qui fut professeur au Collége de
          France, et l'un des bons grecs de ces temps-là, comme on
          disoit alors. Il étoit du Limousin, comme Maludan son
          élève. Il étoit, au dire de Ronsard, «la source qui a
          abreuvé tous nos poëtes des eaux pierriennes», ou bien,
          comme il disoit encore, «le premier qui a destoupé la
          Fontaine des Muses par les outils des Grecs». Claude Binet,
          _Vie de Ronsard_ (_Archives curieuses_, 1re série, t. 10,
          p. 371).]

          [Note 209: Il n'avoit alors que dix ans. Le collége de
          Bourgogne, où on le mettoit ainsi, datoit du XIVe siècle.
          Il devoit son nom à la comtesse Jeanne de Bourgogne, qui
          l'avoit fondé en 1331 pour vingt pauvres écoliers de sa
          province et comté. L'Ecole de médecine en occupe la place.]

          [Note 210: Lazare de Baïf, père du poëte, qui avoit été
          ambassadeur de France à Venise et en Allemagne, sous
          François Ier, et à qui l'on doit de curieux traités latins:
          _De re vestiaria_, _De re navali_, etc. On se réunissoit,
          en cercle de savants, chez Lazare de Baïf, comme on se
          rassembla plus tard en une sorte d'académie chez son fils
          Antoine (v. t. VIII, p. 31-33, note). Ronsard étoit des
          assidus chez Lazare de Baïf. Quoiqu'il logeât bien loin,
          aux Tournelles, comme gentilhomme des Ecuries du roi, il
          s'en venoit à la nuit avec son ami le baron Carnavalet,
          jusque dans le quartier de l'Université, où demeuroit Baïf.
          Il y trouvoit toujours nombre de savants, et notamment
          Jean Daurat, «honneur du pays Limosin», qui habitoit la
          même maison, comme professeur de grec du fils de Baïf. Cl.
          Binet, _Vie de Ronsard_, loc. cit.]

          [Note 211: C'est le célèbre helléniste Jacques Toussaint,
          qui se faisoit appeler en latin Tussanus. Il mourut en
          1547.]

          [Note 212: Il ne faut pas le confondre avec le médecin
          Honoré Castellan, dont il sera parlé plus loin. Celui-ci
          est Pierre du Châtel, lecteur et bibliothécaire de François
          Ier, qui, évêque de Tulle, grand aumônier de France, mourut
          évêque d'Orléans en 1552.]

          [Note 213: Pierre Danès, qui fut premier professeur de grec
          au Collége de France.]

          [Note 214: Son père y avoit professé la jurisprudence,
          et il avoit à coeur que son fils fût instruit et même
          professât où lui-même avoit enseigné.]

          [Note 215: C'est en effet l'heure où la cloche sonnoit pour
          le réveil. A cinq heures, tout le monde devoit être rendu
          dans les salles, et assis sur la jonchée de paille qui
          servoit de litière scolastique. V. dans l'_Hist. de Paris_,
          par Félibien, t. III, p. 727, preuves, le règlement du
          collége Montaigu pour 1502.]

          [Note 216: «Le professeur, dit M. J. Quicherat, au t. I
          de son _Histoire de Sainte-Barbe_, savoit se traîner sur
          le livre, quel qu'il fût, qui passoit pour contenir la
          science. Il _lisoit_ et ses élèves _écoutoient_, suivant
          l'expression employée alors pour dire faire un cours,
          suivre un cours.» H. de Mesmes a dit tout à l'heure que
          son frère et lui étoient _auditeurs_. Les premiers maîtres
          du collége Royal ne s'appelèrent pas professeurs, mais
          _lecteurs_.]

          [Note 217: Ces conférences étoient ce qu'on appeloit la
          _réparation_, exercice où les écoliers se recordoient l'un
          l'autre l'objet de la leçon supposée, jusqu'à ce qu'ils
          fussent en état de la répéter dans les mêmes termes.]

          [Note 218: Ces lectures par forme de jeu duroient une
          heure. C'étoit la seule récréation qui suivoit le
          dîner. «Elle ôtoit au diable, dit Robert Goulet en son
          _Heptadogma_, ch. 3, l'avantage de trouver les esprits
          inoccupés.»]

          [Note 219: Henry de Mesmes et sen frère n'etoient pas
          ce qu'on appeloit _convicteurs_ ou _portionistes_,
          c'est-à-dire pensionnaires, ou boursiers. Ils étoient des
          _martinets_ ou externes libres, la classe la plus nombreuse
          d'écoliers qui hantât alors les écoles.]

          [Note 220: Le savant Adrien Turnèbe, qui fut en effet
          professeur à Toulouse, avant de diriger à Paris
          l'imprimerie Royale, «pour les livres grecs».]

          [Note 221: Denis Lambin, qui après avoir professé à
          Toulouse, en même temps que Marot son ami, et plus tard son
          ennemi, suivit à Rome le cardinal de Tournon, et revint
          professer le grec à Paris, au collége Royal. Il resta l'ami
          d'Henry de Mesmes. Il lui dédia ses _Commentaires sur
          Cicéron_, et attesta dans l'épitre dédicatoire qu'il lui
          devoit ce que ses observations contenoient de meilleur.]

          [Note 222: Emile Ferret, ou Ferretti, de Castel Franco,
          qui, après avoir été secrétaire de Léon X, enseigna le
          droit aux écoles de Valence et d'Avignon, où il mourut le
          14 juillet 1552, avec le titre de conseiller au Parlement
          de Paris, que lui avoit conféré François Ier. On a de lui
          _Juridica opera_, 1598, in-4.]

Nous fûmes à Paris le 7 novembre 1550.

Lendemain je disputai publiquement ez escoles de droit en grande
compaignie, presque de tout le parlement, et trois jours après je
pris les points pour débattre une régence en droit canon, et répétai
ou lus publiquement un an ou environ. Après cela il sembla bon à mon
père de m'envoyer à la cour avec le garde des sceaux, depuis cardinal
Bertrandy, pour me faire cognoître au roi[223]...

          [Note 223: Pour résumer mon sentiment sur les dures études
          du XVIe siècle, et ajouter quelques faits à ceux qui
          précèdent, je ne puis m'empêcher de citer quelques lignes
          d'un discours prononcé par H. Rigault à la distribution des
          prix du Lycée Louis-le-Grand en 1854, et recueilli dans
          ses _Oeuvres complètes_: «Et, dit-il après avoir décrit
          l'horrible vie du collége Montaigu, et sa rude discipline,
          et cependant eu ces jours terribles, on voyait accourir
          en foule une jeunesse prête à tout souffrir, la faim,
          le froid et les coups, pour avoir le droit d'étudier.
          Un pauvre enfant qui devait un jour devenir principal
          de Montaigu, Jean Stondonck, venait à pied de Malines à
          Paris pour être admis à cette sévère école, travaillait
          le jour sans relâche, et la nuit, montait dans un clocher
          pour y travailler encore aux rayons gratuits de la lune.
          C'était le temps héroïque des études classiques, le temps
          ou Ronsard et Baïf, couchant dans la même chambre, se
          levaient l'un après l'autre, minuit déjà sonné, et, comme
          le dit un vieux biographe, Jean Daurat, se passaient la
          chandelle pour étudier le grec, sans laisser refroidir
          la place. C'est le temps où Agrippa d'Aubigné savait
          quatre langues et traduisait le _Criton_ de Platon «avant
          d'avoir vu tomber ses dents de lait». Aujourd'hui, les
          moeurs scolaires sont plus douces et les maîtres s'en
          applaudissent les premiers. La place du grand fouetteur
          _Tempête_ est supprimée dans l'Université, et le délicat
          Erasme vanterait les bons lits et la bonne chère de la
          jeunesse moderne. Mais, ajoutait Rigault apostrophant
          directement les élèves, mais le savoir est-il aussi
          précoce? J'en connais beaucoup d'entre vous qui ne
          traduiraient pas le _Criton_, et qui ont pourtant leurs
          dents de sagesse.»]

       *       *       *       *       *

II[224]

          [Note 224: Rollin, après avoir transcrit dans le _Traité
          des études_ la première partie du morceau qui précède, dit
          en note: «Le même manuscrit rapporte une belle action de M.
          de Mesmes, qui refusa une place considérable que le roi lui
          offroit, et par ce généreux refus la conserva à celui qui
          l'avoit occupée jusque là.» Le récit de cette belle action
          se trouve dans le fragment qui suit.]

«Mon père ne reçut qu'à force l'honneur de l'état de conseil privé,
qui n'étoit pas vulgaire alors; mais sur ce qu'il remontroit sa
vieillesse et impuissance, le roi Charles répliqua: C'est ce qui me
fait vous prier d'en être, pour éviter le blâme que ce me feroit si
vous mouriez sans en être.

«Le roi François Ier lassé de feu _Rusé_, son avocat au parlement
de Paris, il manda mon père, pour lors fraîchement venu à Paris,
pour lui donner cet office, lequel aussi rudement que sévèrement
lui contesta qu'il ne feroit pas bien de dépouiller son officier
sans crime, et qu'il pourroit, lui vivant, autrement vaquer.--«Mais
c'est mon avocat; chacun prend celui qui lui plaît; serai-je de pire
condition que le moindre de mes sujets?--C'est, dit-il, l'avocat du
roi et de la couronne, non sujet à vos passions, mais à son devoir.
J'aimerois mieux gratter la terre aux dents que d'accepter l'office
d'un homme vivant.»--Le roi excusa cette liberté de parler et la
loua, et changea de conseil, de sorte que trois jours après l'avocat
Rusé se vint mettre à genoux devant mon père en son étude, l'appelant
son père et son sauveur après Dieu. «Je n'ai, dit-il, rien fait pour
vous, ne m'en remerciez point, car j'ai fait à ma conscience, et non
à votre satisfaction.»



_Les larmes et complaintes de la Reyne d'Angleterre sur la mort de
son Espoux, à l'imitation des quatrains du sieur de Pibrac, par David
Ferrand._

_A Paris, chez Michel Mettayer, imprimeur ordinaire du Roy, demeurant
en l'isle Nostre-Dame, sur le Pont-Marie, au Cigne._

M.DC.XLIX.

In-4[225].

          [Note 225: Cette pièce, qu'on range parmi les _mazarinades_
          à cause de sa date et de son format, est on ne peut plus
          rare. (C. Moreau, _Bibliogr. des mazarin._, t. II, p.
          105.) M. Brunet, qui l'avoit omise dans les deux premières
          éditions de son _Manuel_, ne l'a pas oubliée dans la
          troisième. V. t. II, 2e partie, p. 1230. Il l'avoit
          connue par l'excellent livre de M. Ed Frère, _Manuel du
          bibliographe normand_, t. I, p. 462.--L'auteur, David
          Ferrand, est le même à qui l'on doit la _Muse normande_,
          recueil en patois normand, dont les 28 parties sont
          si difficiles à réunir. V. un article de M. Rathery,
          dans l'_Athenæum_ du 12 fév. 1853, et un autre de M. C.
          Moreau, dans le _Bulletin du Bibliophile_, janv. 1862,
          p. 811. David Ferrand s'y distingue comme homme d'esprit
          original, mais non comme imprimeur. Je ne sache rien de
          plus mal imprimé et sur plus affreux papier que cette
          _Muse normande_ du lettré typographe de Rouen. La pièce
          reproduite ici n'est pas la seule qu'il ait composée en
          françois, mais je ne lui en connois point d'autre imprimée
          à Paris. Elle suivit sans doute de près la mort de Charles
          Ier, dont elle est la complainte. Il fut exécuté, comme on
          sait, le 9 février 1649. Elle est un témoignage du grand
          trouble et de l'indignation que ce supplice jeta en France
          dans les esprits. Plusieurs autres écrits du temps font foi
          de la même préoccupation douloureuse, et sont empreints du
          même sentiment de vengeance. Dès le mois de février, le
          _Banissement du mauvais riche_, in-4º, contenoit des vers
          sur l'exécution du roi d'Angleterre. Le 18 mars, Renaudot
          écrivoit à Saint-Germain: _La déplorable mort de Charles
          Ier, roi de la Grande-Bretagne_; puis François Preuveray
          publioit: _Les dernières paroles du roy d'Angleterre, avec
          ses adieux aux princes et princesses ses enfants_, et aussi
          les _Mémoires du feu roy de la Grande-Bretagne, écrits
          de sa propre main dans sa prison... traduit de l'anglois
          en nostre langue par le sieur de Marsys_. 143 p. in-4º.
          G. Sassier faisoit paroître en même temps, en in-4º de
          12 pages: _Les justes soupirs et pitoyables regrets des
          bons Anglois sur la mort du très-auguste et très-redouté
          monarque Charles, roy de la Grande-Bretagne et d'Hibernie,
          etc_. D'autres ne s'en tenoient pas aux lamentations, et,
          comme je l'ai dit, crioient vengeance. Ainsi, l'on vit
          paroître chez Arnould Cottinet: _Exhortation de la Pucelle
          d'Orléans à tous les princes de la terre de faire une
          paix générale tous ensemble pour venger la mort du roi
          d'Angleterre par une guerre toute particulière_. Un anonyme
          s'indignoit en latin, dans 4 pages in-4º que publièrent la
          veuve Pepingné et Étienne Maucroy: _Diræ in Angliam, ob
          patratum scelus, 9 februarii 1649_. Il demandoit qu'on fît
          la paix partout, afin de mieux faire la guerre aux deux
          peuples maudits: les Turcs et les Anglois. Un autre écrit
          du même genre, _Relation véritable de la mort barbare et
          cruelle du roy d'Angleterre_, se terminoit par un appel aux
          rois pour qu'ils ne missent pas de retard à venger leur
          frère de la Grande-Bretagne, et par cette apostrophe à la
          mer: «Et toi, Océan, qui couronnes cette île malheureuse,
          que ne vomis-tu tes eaux pour la bouleverser.» Quelques-uns
          tournoient la chose tout autrement, et faisoient de cette
          mort une menace pour le petit Louis XIV. Dans _La France
          ruinée par les favoris_, et dans la _Lettre d'un fidèle
          François à la reine_, on présage au roi le sort de Charles
          Stuart, et à sa mère celui de Marie de Médicis. Un autre
          plus sensé: _Raisonnement sur les affaires présentes,
          et leur différence de celles d'Angleterre_, établit
          judicieusement que la triste comparaison entre nos troubles
          et ceux de la Grande-Bretagne étoit absurde, puisque
          chez nous il ne s'agissoit guère que d'une question de
          finances et de tyrannie fiscale. Tout le monde s'émut,
          même les protestants, qui, craignant qu'on ne leur fît un
          crime de ce qu'avoient si cruellement osé les sectaires
          anglois, firent publier à Paris et à Rouen: _Remontrance
          des ministres de la province de Londres adressée par eux
          au général Fairfax et à son conseil de guerre douze jours
          avant la mort du roy de la Grande-Bretagne_. Ils vouloient
          prouver par cette publication que l'infamie de cette
          exécution n'étoit en rien imputable à la religion réformée,
          puisque ses ministres avoient été des premiers à réclamer
          contre la sentence.]


  Pleine d'ennuys et de rudes atteintes,
  O tout puissant, escoute mes clameurs!
  Le grand excez de mes divers malheurs
  Me fait vers toy adresser ces complaintes.

  Dans le contour de la machine ronde,
  Parmy le Scythe, et peuples plus pervers,
  Bien qu'il y ayt eu maints malheurs divers,
  Je ne crois point en avoir de seconde.

  Mon accident attaint jusqu'à l'extresme,
  Et ne se peut trouver pareil courroux:
  Ayant perdu mon très fidelle espoux,
  Lequel j'aimois plus encor que moy-mesme.

  Comme deux luths de mesme consonnance,
  Estant touchez, rendent mesmes accords,
  Ainsi vivoit, sans avoir nuls discords,
  Son coeur Anglois avec celuy de France.

  Les fruits conçeuz de nostre mariage
  Monstrent assez quels estoyent nos desseins;
  Nous les pensions voir un jour souverains.
  Mais comme nous ils sentent cet orage.

  Et vous avez rompu cette armonie,
  Maudits sujets sans croyance et sans foy:
  Quand vous avez fait mourir vostre Roy,
  M'avez-vous pas ensemble osté la vie?

  Vous m'eussiez fait sans doute le semblable
  Quand je quiltay vostre rivage Anglois[226]
  Pour m'enfuir en celuy des François,
  Bien qu'en nul point je ne fusse coupable.

  Auparavant que sortir d'Angleterre,
  L'on a chassé mes Prestres et amis;
  L'on a brizé jusqu'à mon Crucifix,
  Et mes Autels l'on a jette par terre[227].

  Un faut semblant de Foy, d'hypocrisie,
  Vous a causé cette rébellion:
  Chacun esprit fait sa Religion;
  Vous voguez tous au flot de l'heresie.

  Le Ciel pour vous appreste ses tempestes;
  Vous ne voyez vos malheurs à present.
  Asseurez-vous que ce sang innocent
  Retombera quelque jour sur vos testes.

  Traistre Ecossois, mais plustost double traistre,
  Le Roy s'estoit jetté entre vos bras;
  Pour de l'argent, ainsi comme Judas,
  Vous avez pris et vendu vostre maistre[228].

  Il n'est permis à la puissance humaine,
  Pour cas qu'il soit, d'attenter à son roy;
  Aussi n'est-il escrit en nulle loy:
  Dieu seul le peut de sa main souveraine.

  Peux-tu choquer de ce Dieu la presence,
  Peux-tu, meschant, estre encor plus que Dieu:
  Si sa justice opère en quelque lieu,
  Ce n'est le roy, mais plustost ton offense.

  Sur tous les roys Dieu est souverain maistre;
  Et si quelqu'un est injuste ou tyrant,
  Ne peut-il pas de son bras tout puissant
  En un clin d'oeil lui arracher son sceptre?

  Ne peut-il pas l'escraser d'un tonnerre
  Sans le laisser dessus un lict mourir;
  Ne peut-il pas encore le punir
  De ses fleaux: peste, famine et guerre?

  Quand tu n'aurois qu'au coeur la souvenance
  (Tout tel qu'il soit, qu'il est oingt du Seigneur),
  Tu ne devois faire telle rigueur,
  Puisque l'effet surpassoit la puissance.

  Ceux qui ont leu leur souvienne de l'Arche,
  D'un qui voulut y apposer sa main.
  Ce n'estoit pas avec mauvais dessein;
  Il fut puny, bien qu'il fust Patriarche.

  Nul ne doit estre au monde sanguinaire.
  L'on voit fluer le sang des massacrez!
  Songez qui touche à des vaisseaux sacrez
  Se voit puny de la mesme manière.

  Vous n'avez mis seulement en deroute
  Ce vaisseau saint beny du Tout Puissant;
  Mais vrays gloutons d'un digne et royal sang
  L'avez succé ensemble goutte à goutte.

  Quand il passa parmy la populace
  Pour contester qu'on l'accusoit à tort,
  Elle crioit qu'on le mist à la mort:
  Maudits sujets naiz de maudite race.

  Rougissez donc de cet arrest injuste;
  Je veux qu'il soit derivé du commun.
  C'estoient corbeaux dont le cri importun
  Tendoit après le sang d'Abel le juste.

  Vos predicans, qu'en ces vers je ne flatte,
  Pour s'exempter de ce meurtre inhumain,
  Par leurs escrits ils se lavent la main;
  Mais ils le font ainsi que fit Pilate.

  Si je voulois tracer un paralelle
  A cet Aigneau qui mourut innocent,
  Verroit-on pas mesme faux jugement;
  Mais sur ce point je veux caller ma voille.

  A ton seigneur la vie ne desrobe,
  Parce qu'il peut devenir ton amy:
  David le fit à Saul son ennemy,
  Se contentant de luy couper sa robbe.

  Vous avez leu, ô race miserable,
  La saincte loy du grand Dieu souverain:
  Nul ne se doit souiller de sang humain,
  Car il deffend d'occire son semblable.

  Bien vray qu'il dit que l'homme pour son vice,
  Y persistant, est digne du cercueil.
  La dent pour dent, ainsi que l'oeil pour oeil[229],
  Ce sont decrets de la saincte justice.

  Mais mon espoux, vray monarque très-sage,
  A-t-il jamais trempé sa main au sang;
  A-t-il jamais fait un acte meschant,
  Pour desgorger sur son chef telle rage?

  Vous l'accusez selon votre heresie
  D'un changement de loy: c'estoit à tort.
  Il protesta, prest de souffrir la mort,
  Qu'il n'eut jamais ce point en fantaisie.

  Il protesta encore davantage
  Qu'il a esté tousjours vostre soustien;
  Mais comme on dit: «Qui veut noyer son chien,
  On le feint estre atteint de quelque rage.»

  Peuple insolent, deschargez-vous encore
  (Comme insensez) dessus son royal sang;
  Ces rejeitons conceus dedans mon flanc
  Sont les sujets qu'à present je déplore.

  Estrange cas, triste metamorphose:
  Je ne pensois jamais voir ma maison
  Tomber aux lacs de vostre trahison;
  «Mais l'on propose, et le seul Dieu dispose.»

  Disposez donc, ô divine clemence,
  De ces sujets comme de mes douleurs;
  De mes enfants dechassez les mal-heurs,
  Et dessus tout, donnez-moy patience.

  Adieu, grandeurs! adieu, toutes richesses!
  Et les faveurs de ce val terrien:
  Le vray Dieu est tout le souverain bien;
  Le possédant, on n'a point de tristesses.

  Je laisse à luy d'en faire la vengeance:
  Le droit royal dépend du souverain.
  Il remettra mon sceptre dans ma main;
  Je crois en luy: il en a la puissance.

  Le temps present mon esperance aterre,
  Ce m'est un ver qui ronge mon esprit:
  Car maintenant je suis, comme on m'a dit,
  _La reyne en paix au milieu de la guerre_.

  Mais neant-moins je sçay que ta malice
  Se trouvera punie en ce bas lieu:
  «Les jours ne sont limitez devant Dieu,
  Soit tost ou tard il en fera justice.»

  Le sang royal dont j'ai pris ma naissance
  Fera peut-estre un jour que le François,
  Se ressentant des ruses de l'Anglois,
  De son forfaict en prendra la vengeance[230].

  Tousjours dans l'air ne regne la tempeste,
  Tousjours la mer n'a ses flots irrités,
  Tousjours ne s'ouvre Opis[231] de tous costés;
  Un vain penser n'est toujours dans la teste.

  Souvent le foible endure l'injustice,
  Plusieurs ressorts en donnant les moyens;
  Mais neant-moins tous les princes chrestiens
  Sont obligez de punir la malice.

  Dieu, dont l'effet est toujours admirable,
  Et qui seul est scrutateur de nos coeurs,
  Peut susciter de deux vieilles rancoeurs
  En un moment une paix agreable[232].

  C'est un espoir, comme toute la France
  L'aspire aussi pour soulager son faix.
  O Souverain! donne-nous donc la paix:
  Nous esperons une mesme allegeance.

          [Note 226: La reine d'Angleterre, quinze jours après être
          accouchée d'une fille à Exeter, s'étoit embarquée pour
          la France, qu'elle ne devoit plus quitter: c'étoit au
          commencement de 1644. (_Journ._ d'Ol. d'Ormesson, t. I, p.
          224.) Elle habita le vieux château de Saint-Germain, le
          Palais-Royal, puis le couvent de la Visitation, à Chaillot.
          (V. plus haut, p. 45, note.) La misère fut souvent grande
          pour elle et pour tous ceux qui l'avoient suivie. On en
          fit un crime à Mazarin; on alla même jusqu'à dire qu'il
          avoit par ses spoliations ajouté encore à la pénurie de ces
          Anglois réfugiés. La _Mazarinade_ lui dit:

               Va rendre compte au Vatican
               . . . . . . . . . . . . . .
               De ta sincérité fardée.
               Des Angloys qui n'ont point de pain,
               Que tu laisses mourir de faim;
               Et de leur reine désolée
               De ses bagues par toi volées,]

          [Note 227: Ceci n'est-il pas une allusion à l'énergique
          mesure prise par Charles Ier lui-même contre les François,
          gentilshommes, chapelains, etc., qui composoient la maison
          de la reine à Londres, et dont les prétentions turbulentes
          avoient soulevé de grands mécontentements à la cour et à
          la ville? Le roi les réunit tous un soir et leur intima
          l'ordre de partir sur-le-champ; ce qui fut fait, et sans
          le moindre retard, car les voitures étoient prêtes. Afin
          que la reine ne fît rien pour s'opposer à ce départ de
          ses amis, le roi l'avoit traînée dans son appartement et
          l'y avoit enfermée. Sa colère, qui fut terrible, ne put
          heureusement se porter que contre les vitres, qu'elle
          brisa. Une lettre de M. Pory à M. Mead, conservée à la
          _Bibliothèque Harléienne_, manuscr. nº 383, donne à ce
          sujet de curieux détails. La reine, au moment où ceci se
          passa, n'avoit pas moins de quatre cent quarante personnes
          attachées à sa maison, ce qui, suivant une lettre du
          temps, entraînoit une dépense de 240 livres sterling par
          jour. Revenue de sa colère, Henriette pria, supplia, et
          fit supplier par Bassompierre, qui étoit alors notre
          ambassadeur à Londres. Charles n'accorda rien. «Le roy,
          dit Bassompierre dans une lettre insérée au t. III de ses
          _Ambassades_, est si résolu à ne restablir aucun François
          auprès de la reyne sa femme, et a esté si rude à me parler
          lorsqu'il m'a donné audience, qu'il ne se peut davantage.»
          D'après une lettre de lord Dorchester à M. de Vic, l'un des
          agents de l'Angleterre à Paris, il paroîtroit que le roi
          refusa même un médecin françois à la reine, bien qu'il fût
          déjà arrivé à Londres avec l'autorisation de la reine-mère.
          Quoique tout cela se fût passé depuis bien longtemps,
          Henriette et ses amis renvoyés en France ne devoient pas
          l'avoir oublié, et leur rancune devoit être toujours vive
          contre ceux dont les criailleries avoient poussé le roi à
          cette extrémité. Il faut lire sur toute cette affaire un
          chapitre fort intéressant des _Curiosities of litterature_
          de d'Israëli; on en trouve une traduction dans l'_Écho
          britannique_ du 10 janv. 1835, p. 47-53, sous ce titre:
          _Histoire secrète du roi Charles Ier et de la reine
          Henriette de France_.]

          [Note 228: Le 27 avril 1646, le roi étoit venu d'Oxford se
          confier à la loyauté des Écossois, campés à Kelham. Peu de
          jours après il étoit livré à Fairfax.]

          [Note 229: «_Oculum pro oculo, et dentem pro dente._»
          Exod., ch. 21, verset 24.]

          [Note 230: On a vu plus haut que plusieurs écrits du même
          temps émirent un voeu semblable.]

          [Note 231: C'est la déesse sanguinaire à laquelle on
          sacrifioit des victimes humaines et qui n'avoit d'autels
          que dans la Tauride.]

          [Note 232: Ces deux vieilles _rancoeurs_ sont les haines
          envenimées de la France et de l'Espagne, qui depuis si
          long-temps étoient en guerre. David Ferrant voudroit
          qu'elles fissent la paix pour s'en aller combattre ensemble
          la nation régicide. C'étoit l'avis de beaucoup de bons
          esprits en ce temps-là, notamment de M. d'Ormesson, qui,
          après avoir appris l'exécution du roi Charles, écrivit dans
          son _Journal_: «C'est un exemple épouvantable entre les
          roys, et jusqu'à présent inouï, qu'un peuple ait jugé et
          condamné son roy par les formes de la justice, et ensuite
          exécuté. Tout le monde doit avoir horreur de cet attentat;
          et si les rois de France et d'Espagne étoient sages, ils
          devroient faire la paix entre eux et joindre leurs armes
          pour restablir cette maison royale dans son trosne.»
          _Journal d'Oliv. Lefevre d'Ormesson_, publié par Chéruel
          (Docum. inéd.), 1860, in-4º, t. I, p. 678.]



_La réjouissance des femmes sur la deffence des tavernes et
cabarets._

_A Paris, de l'imprimerie de Chappellain rue des Carmes, au collége
des Lombards._

M.DC.XIII.

_Avec permission_[233].

Pet. in-8º.

          [Note 233: La _défense_ qui fait l'objet de cette pièce
          fort rare n'étoit pas chose nouvelle en 1613. Elle n'étoit
          que renouvelée comme la plupart des prescriptions du même
          genre, qui, formulées vingt fois, n'étoient pas le plus
          souvent observées une seule. De tout temps, notamment sous
          Henri III, cabarets et tavernes avoient été interdits. Au
          mois d'octobre 1576, Claude Hatton écrit dans ses Mémoires
          (t. II, p. 879): «Renouvellement de la défense faite par
          le roi d'aller boire jour et nuit dans les tavernes.» On
          n'y alla pas moins. L'an d'après, au mois de mars, nouvel
          édit, daté de Blois, qui n'eut pas de résultat plus décisif
          (Isambert, _Anciennes Lois françaises_, t. XIV, p. 320). A
          Rouen, cependant, ou, la même année peut-être, une mesure
          semblable avoit été prise par arrêt du parlement, les
          cabarets coururent de vrais risques. On avoit imaginé, pour
          empêcher les buveurs de s'y rendre, une taverne ambulante
          qui alloit leur porter, à doses modérées et à courtes
          stations, les rafraîchissements dont ils ne pouvoient se
          passer dans leurs ateliers. Ce fut pendant quelque temps un
          vrai préjudice pour les vraies tavernes, où l'on ne prenoit
          plus la peine d'aller chercher ce que, tout en obéissant
          à la loi, on avoit chez soi sans se déranger. Une pièce
          très-rare, pet. in-8º, vendue 65 francs en 1844, à la vente
          de Nodier, qui en avoit fait la matière d'une très-curieuse
          notice (_Bullet. du Bibliophile_, juillet 1835), fut, à ce
          propos, publiée _à Rouen, au portail des libraires, par
          Jehan du Gort et Jaspar de Remortier_. Voici le quatrain
          qui lui sert de titre:

               Le discours démonstrant sans feincte
               Comme maints pions font leur plainte,
               Et les tavernes desbauchez,
               Par quoy taverniers sont faschez.

          Les cabarets eurent pourtant leurs consolations à Rouen
          comme partout. Ils se rouvrirent peu à peu, et la taverne
          ambulante, qu'on appeloit _triballe_ ou _trimballe_,
          disparut. A Paris, ils n'avoient jamais eu de chômage
          complet, que je sache, pas plus après les édits de Henri
          III qu'après celui de Louis XIII dont il est question
          ici. Quelques années après, Messieurs de la taverne
          relevoient si bien la tête, qu'un anonyme croyoit bon de
          publier en leur nom une très-curieuse requête: _Les justes
          plaintes faites au roy par les cabaretiers de la ville
          de Paris sur la confusion des carrosses qui y sont et de
          l'incommodité qu'en reçoit le public_, par le sieur D. L.
          P., 1625, in-8.--Sous Louis XIV, il y eut aussi plus d'un
          édit de tempérance. Ainsi, par un règlement de 1666, les
          cabarets durent être fermés à six heures, depuis le 1er
          novembre jusqu'à Pâques, et à neuf heures dans les autres
          saisons. En 1705, les suisses et portiers des maisons et
          hôtels «vendant vin en gros ou en détail, soit à pot ou
          à assiette», reçurent, par arrêt du conseil, l'ordre de
          cesser ce commerce, mais n'en tinrent compte, à ce qu'il
          paroît, car, sur la demande des cabaretiers eux-mêmes,
          pour qui c'étoit une préjudiciable concurrence, il fallut
          le réitérer plus tard par un autre arrêt du 15 mars 1737.
          Voltaire, dans sa lettre à madame de Bernière, du 28
          novembre 1723, a parlé de ce commerce que les suisses
          faisoient à la porte des hôtels: «Vous avez, lui dit-il,
          un suisse qui ne s'est pas attaché à votre service pour
          vous plaire, mais pour vendre à votre porte de mauvais
          vins à tous les porteurs d'eau qui viennent ici tous les
          jours faire de votre maison un méchant cabaret.» Il y a
          encore dans beaucoup de villes de l'étranger des _pensions
          suisses_. Leur nom vient de cet usage, qui disparut à la
          Révolution avec les suisses des hôtels.]


Ce n'est pas d'aujourd'huy que la prudence des hommes a esté
surmontée par la force du vin, que le vin a rendu leurs actions
ridicules, leur a faict perdre leur fortune, et leur a servy de
honte et d'infamie.

Noé n'eust si tost cultivé, ou plustot pressuré le raisin, que ses
enfans, se riant de son insolence inacoutumée, il ne payast luy mesme
le tribut de son ouvrage.

Comme le vipère donne l'estre à celuy qui luy donne la mort, ainsi
Noé mist le vin au pouvoir et en la cognoissance des hommes, lequel
pourtant fut cause de la mauvaise opinion que ses enfans eurent de
son yvresse.

Ce n'est pas assez à l'homme de n'offencer en public, ou plus tost
de ne recevoir le chastiment de ses offences, mais de ne servir
de mauvais exemple à ceux auquel il doit servir d'instruction et
d'enseignement.

Le vin traisne après luy force autres vices, et Dieu ne seroit tant
offencé si les hommes n'estoient commandez du vin.

Ésaü resina[234] follement sa primogeniture à son frère pour des
lentilles; je croy que la faim ne luy fit pas faire ceste faute,
qu'il ne fust prevenu du vin.

          [Note 234: Pour _résigna_, _céda_. C'est l'ancienne forme
          du mot. V. _Ancien théâtre_, t. II, p. 52; III, p. 129.]

Le roy des Caldéens voulut forcer la femme d'Abraham, après estre
assoupy de vin, et le lendemain il luy demanda pardon de l'offence
qu'il luy avoit voulu faire, et tança mesme ses porte-poulets de luy
avoir mis cest amour en teste.

David fit tuer Urie après avoir festiné avec Bersabée, et fit
pénitence de la faute qu'il avoit commise.

Herode fit trencher la teste à S. Jean-Baptiste, enyvré de vin et
passionné des beautez de sa soeur. Laissons l'Ecriture à part;
venons chez les payens, lesquels ne se debordoient qu'ez jours des
baccanalles, autrement de la feste de Bacchus, où, suffoquez de vin,
ils n'avoient autre Dieu que leur desbauche, ny autre vertu que leur
desordre. Il est vray que les femmes estoient les premières à ceste
feste, où maintenant les hommes seuls font sacrifice à Bacchus; je ne
sçay si quelque femme y sacrifie aussi.

Alexandre eust laissé une plus grande estime de sa personne s'il ne
se fust laissé emporter par le vin, et s'il a eu de la gloire d'avoir
esté continent à l'endroit des femmes et des filles de Darius, il
estoit tellement assoupy de vin, qu'il estoit incapable d'amour.

Les Lacedemoniens, pour faire haïr l'yvresse à leurs enfans,
faisoient ennyvrer leurs valets, afin qu'ayant leur insolence à
contre-coeur, ils eussent la sobriété en plus grande recommandation;
mais les hommes de maintenant ne se contentent pas seulement de
servir de risée au public, mais encor de mauvais exemple à leur
postérité, et bien que tous n'ayent les crochets, si ont-ils les
bastions des crocheteurs ou le rouleau des patissiers pour endurcir
le dos de leur femme.

Vous ne voyez pas tant de casse-museaux[235] chez les patissiers
que chez les yvrongnes, ny tant d'oeufs pochez au beurre noir aux
cabarets que d'yeux pochez chez ceux qui font gloire et coustume de
les frequenter.

          [Note 235: C'étoit une espèce de petits choux fort
          délicats, faits d'une pâte molle, et qui par conséquent
          n'étoient appelés casse-museaux que par antiphrase.
          Peut-être avoit-on dit d'abord _cache-museaux_ parce que la
          figure de celui qui en mangeoit s'y perdoit dans la pâte.
          Au XVIe siècle, c'étoit déjà une friandise fort goûtée.
          Dans la _Farce nouvelle, très-bonne et très-récréative pour
          rire des Cris de Paris_, le Sot crie entre autres chose:

                       Casse-museaulx
               Chaulx, casse-museaulx chaulx.

                            (_Ancien théâtre_, t. II, p. 213.)]

Les femmes auront, les unes des cotillons de taffetas ou si gras ou
si deschirez qu'elles auront honte de les porter, cependant que leur
petit ordinaire ira; les maris iront aux champs, aux jeux de boules
et billars, et souvent à des lieux infames, despencer en un jour ce
qui suffirait à leur mesnage pour un mois.

Jadis Marc-Anthoine, voyant son armée fatiguée, et pour l'aspreté des
chemins, et pour la soif insuportable qu'elle enduroit, ne voulut
boire, afin qu'à son modelle tous les soldats prinssent patience.
Messieurs de la police, voyant le desordre de tant de desbauchez, et
les mauvais mesnages des yvrongnes à l'endroit de leurs femmes, ont
tary ceste fontaine, c'est-à dire ont deffendu les tavernes, afin que
chacun soit content de son ordinaire.

Ils ne beuvaient verres de vin qu'ils ne tirassent autant de larmes
de yeux de leurs femmes et de leurs enfans, lesquels marquez à la
teste et au visage sçavoient mieux les forces des bras de leurs maris
et de leurs pères que celle du vin, encores que le vin surmontant
l'homme, il soit surmonté de la femme et la femme des blandices de
ses enfans.

Encores entre les Allemans, les Bretons, les Flamans et les Anglois,
les femmes vont à la taverne avec leur mary, où elles les empeschent
de s'ennyvrer, ou elles les assoupissent; de sorte qu'ils ont plus
envie de dormir que de frapper, et sans autre cérémonie, vont le
lendemain prendre du poil de la beste. Mais les François et les
estrangers francisez n'esloignent leurs maisons que pour estre
esloignez de leurs femmes, afin d'avoir la liberté du vin et de ce
qui peut rire à leurs desbauches.

Vous en verrez une brigade de trois, de quatre, de plusieurs
quelquefois: les uns iront à la taverne par rencontre, et pour cela
n'en traicteront pas mal leurs femmes; les autres en feront coustume,
pour n'estre point coustumiers d'avoir la paix à leur logis. A
leur retour, toutes choses les mieux faictes leur sembleront des
imperfections, et fonderont le subject de leur noise sur une escuelle
renversée, ou sur une serviette pliée de travers.

A ce coup, mes commaires, rejouyssons-nous; M. Martin viendra bien
chez nous, mais baston[236] ny sera pas; il sera dans les tavernes,
ou bien au Chastellet pour arrondir les espaules des yvrongnes.

          [Note 236: Depuis longtemps déjà Martin-bâton étoit connu
          dans les ménages, où, comme tiers, il prenoit haut la
          parole à chaque dispute. Dans la _Farce du Badin_ (_Anc.
          th._, t. I, p. 278), celui-ci dit, à propos d'une femme
          fourbe:

               Si elle te triche, voicy
               Martin-baston qu'en fera
                   La raison.

          Si _Martin_ étoit le bâton, _Martine_ étoit l'épée.
          «Quiconque, fait dire Brantôme au vieux capitaine
          piémontais de ses _Rodomontades espagnolles_, quiconque
          aura affaire à moy, il faut qu'il ait affaire à _Martine_
          que me voylà au costé.» _Oeuvres_, édit. du Panthéon, t.
          II, p. 16.]

Nos marys ne craignent pas cela, ils ont des retraictes
particulières, plus dangereuses que les tavernes. Jean, il n'y a pas
longtemps que nous sommes mariées, nous serions bien marries qu'ils
suyvissent la piste des autres; il vaut mieux qu'ils aillent aux
champs, nous en serons plus libres que de hanter ainsi ces diseurs
de collibets qui les font devenir méchans. Esjouyssons-nous que les
tavernes soient fermées, et qu'on aille quérir à pot et à pinte[237]
nous en boirons nostre part, et cognoistrons la beste qui nous fait
tant de peine[238].

          [Note 237: Les défenses contre les tavernes n'atteignoient
          pas les marchands de vin qui vendoient à pot, et que
          l'on n'avoit jamais confondus avec les cabaretiers. «Les
          marchands de vin, écrivoit Colbert le 16 octobre 1681 à M.
          de Mirosménil, qui n'avoit pas à ce propos fait exécuter
          comme il convenoit le règlement des Aydes dans la ville
          de Vitry, les marchands de vin ne peuvent vendre en
          détail qu'à huis coupé et pot renversé, et les taverniers
          et cabaretiers peuvent vendre du vin, donner à manger
          ou souffrir que l'on mange dans leur maison.» _Corresp.
          administ. de Louis XIV_, t. III, p. 290.]

          [Note 238: Dans la pièce rouennoise du XVIe siècle que nous
          avons citée en commençant, les femmes se réjouissent aussi
          de ce que désormais, vu la défense de boire ailleurs qu'au
          logis, elles auront leur part à la ripaille:

                 Si un voisin avec son familier
               Se veut esbattre, ainsy que de raison,
               Il est contraint de boire en sa maison
                 Et d'envoyer querir du vin à pot.
               Par ce moyen, en tout temps et saison,
               Femme et enfant ont leur part à l'escot.]

Un certain poëte s'estrangla d'un pépin de raisin: si les yvrongnes
en pouvoient faire autant, nous serions relevées de peines, mes
commaires les mal mariées; mais le diable est bien aux veaux quand
à eux, et non pas aux vaches quand à nous, puisqu'on ne nous tette
plus, de ce que plus ils en boivent et mieux s'en portent. Si quelque
homme qualifié, nécessaire à une republique, avoit fait le moindre
excez que font les yvrongnes, il luy en cousteroit la vie, et ils
en vivent davantage, pour fortifier ce proverbe: _Plus de vieux
ivrongnes que de vieux medecins_. Je le croy, parce qu'il y a plus
d'yvrongnes que de medecins.

Prions seulement que ceste ordonnance ne porte son appel en croupe,
que les commissaires l'effectuent, et pour nostre profit et pour
nostre consolation, et ainsi nous aurons la pais chez nous; car si
elle est observée, nous aurons plus de biens et moins de coups. Nous
sommes le plus souvent marquées à l'_H_, pour monstrer que nostre
peau est tendre; on ne le jugeroit pas à nostre mine reformée comme
la tirelire d'un enfant rouge.

L'utilité est si grande, nostre repos si longtemps reconneu, que
toutes les femmes doivent à jamais respecter les magistrats. Ce qui
se consommoit ès tavernes en un jour sera suffisant pour entretenir
la maison un mois. Le mary seul se ressentoit de ceste despence
excessive, ou si nous en ressentions quelque chose, c'estoit plustot
le fleau que le fruict, à nostre dommage qu'à notre utilité. A ceste
heure, la femme, les enfans se ressentiront de l'espargne qui se
fera, et auront leur part au profit aussi bien qu'à la peine; les
cabaretiers, enrichis de nostre labeur, sucçoient le meilleur de
nostre aliment, et souvent pour un qui venoit saol des tavernes, il
y en avoit cinq ou six à la maison qui crioyent à la faim. Tout le
monde mettait la main à l'oeuvre pour subvenir à la nourriture du
mesnage, et le mary seul consumoit l'argent que la femme, les enfans
et les serviteurs prenoient peine de gagner.

C'est une oeuvre de misericorde aux magistrats d'avoir prevu et
prevenu la necessité de tant de pauvres femmes et enfans, que la
honte empeschoit de demander leur vie, et qui pourtant travailloient
assez pour la gaigner.

Chantons _te rogamus_, desjà le Ciel _audit nos_, et le peuple est
secouru de la prudence des magistrats.

Si quelqu'un pouvoit venir jusques à l'esgalité des biens, ce seroit
un grand coup pour nous, parce que nous avons autant d'ambition que
les plus huppées, tout le monde seroit vestu esgalement comme à
Spartes, l'homme iroit à la femme, et les vivres seroient communs;
par ainsi personne n'en abuseroit à nostre dam.

Laissons là ceste superstition, c'est assez si nous n'avons plus les
espaules frottées d'huille de cottret[239], et que nous ne jeunions
plus souvent que le caresme, pourveu qu'on nous laisse esbaudir
à nostre tour; ils seront bien camus si nous ne leur tirons les
vers du nez, et pourroient avoir les testes si legères qu'il nous
seroit besoin de les appuyer avec des fourches; le temps viendra
que les femmes seront amazones; puis que le vin est deffendu, elles
combattront avec la lance et l'eau.

          [Note 239: On voit que cette huile fameuse, tant redoutée
          des épaules, n'est pas baptisée d'hier. Oudin en parle dans
          ses _Curiositez françoises_ au mot _Huile_, et elle a son
          article dans le _Dictionn. du Bas Langage_, t. II, p. 52.]

Trefve à nos testes comme au vin: quand nous fusmes mariées, ce ne
fut pas pour nous frapper par la teste; si vous abusez des nopces
pour les mettre en noises, vous en pourrez estre chastiez, et pour
avoir irrité l'amour, possible aurez-vous la mort, ou du moins, si
on ne vous coupe la teste, on vous l'alongera de deux doigts. A la
fin on est puny de son meffaict: qui se rend indigne de pardon en
perseverant à son mal est exposé à l'ire et à la vengeance de celuy
qu'il a offencé.

Nous voilà (Dieu mercy et la police) libres de la fureur du vin;
qu'un accident de fièvre chaude nous delivre de la fureur des mauvais
maris, afin qu'ayant quelque repos le reste de nos jours, nous
commencions à gouster une felicité que nous n'avons encor peu trouver
en mariage: autrement malerage pour nous.

FIN.



_Vers d'Erasme à sainte Geneviève, traduit en vers françois par E. Le
Lièvre_ (1611)[240].

          [Note 240: Cette pièce fort rare se trouve à la suite
          de _l'Ordre et cérémonie observée tant en la descente
          de la chasse de madame saincte Geneviefve, patronne de
          Paris, qu'en la procession d'icelle_, par E. Leliepvre. A
          _Paris_, chez Jean Du Carroy, imprimeur, demeurant en la
          rue de Rheims, près le collége, 1611, pet. in-8.--C'est la
          traduction exacte et presque littérale quoiqu'en vers, du
          petit poëme qu'Erasme composa en l'honneur de la patronne
          de Paris, dont l'intercession l'avait guéri de la fièvre
          quarte: _D. Erasmi Roterodami divæ Genovefæ præsidio a
          quartana febri liberati carmen votivum, nunquam ante hoc
          excusum. Parisiis excudebat Christianus Wechelus, sub sento
          Balilenti, in vico Jacobæo, anno M.D.XXXII_. L'édition
          de Paris, dont nous venons de donner le titra, est on ne
          peut plus rare. Erasme avoit publié son poëme à Bâle, chez
          Froben, dont alors il étoit l'hôte, puis en même temps à
          Fribourg, chez Jo. Emmens, et à Paris, chez Ch. Wechell.
          Panzer n'a cité que l'édition de Bâle. M. Ap. Briquet, dans
          une note du _Bullet. du Bibliophile_ (janv. 1859, p. 53),
          a fait valoir la rareté de l'édition de Fribourg, mais
          personne n'a parlé de celle de Paris, dont nous possédons
          un exemplaire. Il étoit du reste naturel qu'un poëme
          fait en l'honneur de sainte Geneviève eût sa publicité
          spéciale dans la ville dont elle est la patronne.--Je ne
          sais quel est le E. Leliepvre, auteur de la traduction
          reproduite ici. Toutefois, comme ce poëme, par sa nature
          un peu médicale, ne devoit pas répugner à la muse d'un
          médecin, je croirois volontiers que notre traducteur en
          rimes n'est autre que Elie Lelièvre, de qui l'on connoît
          deux ouvrages devenus fort rares: _Officine et jardin de
          chirurgie militaire, contenant les instruments nécessaires
          à tous chirurgiens_, etc., Paris, Robert Colombel, 1583,
          pet. in-8; _Epydimyomachie, ou Combat de la peste, avec,
          le règlement politique, et douze tables démonstratives
          des choses naturelles et contre nature_, Paris, Robert
          Colombel, 1581, pet. in-12.]


  O saincte Geneviefve, à qui je m'estudie
  D'offrir ces vers promis que mon coeur te dédie,
  Favorise mes voeux, arrousant le canal
  De mon esprit tary, tant que d'un chant égal
  A tes mérites saincts, je raconte ton ayde.
  Donne m'en le pouvoir toy qui seurement aide
  Le peuple qui t'invoque en tous les saincts endroits
  Par où s'estend la Foy et sceptre des François.
  Mais surtout celuy-là t'est aymé par où Seine
  Roulle ses flots meslez avec la blanche areine,
  De Marne qui l'acroist et l'accolle à travers
  Les vergers pommoneux, et parmy les prez vers,
  Et entre les cousteaux renommés les plus nobles
  En fertiles et beaux et genereux vignobles;
  Et par où ce grand fleuve et superbe et luysant
  Va d'un cours plantureux les plaines arrousant
  Qui foisonnent de fruits, et, tranchant la contrée,
  Se haste d'aller faire à Paris son entrée.
  Paris, chef des citez, où du gauche costé
  Ses ondes à l'approche adorent la cité
  Où sur toutes paroist l'eglise Nostre-Dame;[241]
  Et à coup se fendant, ses rives il entame
  Et comme avec deux bras les serre estroitement,
  Et d'un dévot reply se flechit humblement
  Devant la Vierge mère eu sa plaisante islette
  Puis, retournant à soy d'une course plus preste,
  Il vogue allaigrement au très plaisant terroir
  Où tu naquis heureuse en très heureux manoir,
  Dans un petit village, heureux par ton issue,
  Où se tournant en deux en passant il saluë
  Le Monastère sainct sepulchre des grands Rois,
  Sacré à sainct Denis, apostre des Gaulois.
  Par ces vallons retors il se recourbe et erre,
  Et se recostoyant arrouse enfin la terre
  Des ondes qu'il respand des cornes de son front,
  Et dirois que ses flots à regret s'en revont[242].
  A bon droit les François honnorent tous Nanterre,
  Qui faict monstre aux passans au milieu de sa terre,
  O saincte, de ton bers[243] et des sainctes liqueurs
  De la fontaine vive et propice aux langueurs[244]:
  Mais par sus tout Paris, peuplade nompareille,
  Se sent infiniment heureuse par la veille
  Et patronage, ô vierge, ou c'est que de ta part
  Avec la vierge mère un bonheur se départ
  Sans qu'elle en soit en rien jalouze qu'avec elle
  Tu face là dedans garde perpetuelle.
  Là bien haut eslevée à la cime du mont,
  Tu descouvres de loin les plaines jusqu'au fond,
  Et repousses les maux qui menacent la France.
  Mais icelle au milieu de la ville s'avance
  D'embrasser en pitié les habitans piteux,
  Oyant les pleurs et cris des pauvres souffreteux;
  Et là, comme elle sait son cher fils pitoyable,
  Tu l'imites aussi son espouse amiable.
  Tandis vous deffendez ensemble, en voeux pareils,
  Les saincts Estats unis, le Conseil des Conseils,
  Le parlement sacré, mais surtout la province
  Et le Roy très-chrestien et très-auguste Prince,
  Les uns qui sainctement découvrent les secrets
  Au peuple très-dévôt des mistères secrets!
  Les autres qui par loix équitables régissent
  La ville où maintes gens, merveille! se policent.
  C'est donc de voz bienfaitz qu'on ne voit aujourd'hui
  Peuple florir ailleurs au-dedans de cestuy.
  Mais, ô saincte, il est temps que je te remercie
  Pour avoir recouvré par tes mérites vie,
  Et veux, un entre mille et mille retirez
  De mort par ton secours, t'offrir ces vers sacrez.
  L'hivernallet frisson d'une fièvre infuiable[245],
  Qui le quatriesme jour revient presque incurable,
  M'avoit déjà passé jusques au fond des os,
  Lorsque le médecin requis pour mon repos
  Me console et promet que telle maladie
  Ne sera qu'ennuieuse et sans perte de vie.
  Il m'esjouit autant que s'il m'eust en effect
  Dict que dans quatre jours je pendrois au gibet,
  Car il me semble avis que le mal recommence
  Quand après si longs ans[246] j'ai bien la souvenance
  Que ce peu langoureux en ma prime verdeur
  Me geina tout un an, dont je n'avois au coeur
  Que desir de la mort, la quelle, bien que blesme,
  N'est si triste qu'un mal dict du medecin mesme.
  Alors, ô saincte Vierge, il me souvient de toy
  Et d'un espoir très bon je confirme ma foy,
  Remuant en mon coeur ces secrètes pensées:
  O épouse de Dieu, qui vierge lui agrées,
  Et qui durant qu'icy la vie eut si beau cours
  Souloit toujours donner aux malades secours,
  Et qui peux ores plus, après que le ciel mesme
  T'a donné près de Dieu ta demeure suprême;
  Icy, icy regarde et chasse de mon corps
  La lente fièvre quarte et la banny dehors:
  Rends moy, je te supply, et moi-mesme à mon livre
  Sans la joye du quel je ne saurais plus vivre.
  Car je pense qu'il est plus aisé de mourir
  Une fois que fiévreux par tant de jours languir.
  Mais ce n'est rien qu'icy je te fasse promesse:
  Aussi tu n'as besoin de notre petitesse,
  Ainsy je chanteray le loz de ton bienfaict.
  A peine sans parler j'avois ce voeu parfaict,
  Mais sans plus, à part moy, au secret de mon âme,
  Je diray grand merveille, et si n'y aura blasme,
  Je retourne à l'estude et dispos et gaillard
  Sans aucun sentiment de langueur de ma part
  Ni de lente frisson de sa fièvre scieuse.
  Sept jours passoient déjà que la fièvre odieuse
  Se devoit remonstrer, mais tout le corps devient
  Plus frais qu'auparavant. Le médecin revient
  Admirant le miracle, il me visage en face,
  Il visite ma langue et faict produire en face
  De l'urine qu'il void, puis me taste le poux,
  Et me trouvant tout sain, il dict: «Qui t'a recous[247]
  De la fièvre si tost, Erasme, et quelle grace,
  Et quel Dieu t'a rendu le bon air de ta face?
  Quiconque est le bon sainct qui t'a si bien guery,
  Il en sçait plus que moy, bien que je sois nourry
  En l'art de medecine, et n'en a plus affaire.»
  Le nom du medecin je ne veux jamais taire:
  C'est Guillaume Le Coq[248], lequel estoit alors
  En la fleur de ses ans, jeune encore de corps,
  Mais plus agé que moy ez vieilles bonnes lettres,
  Philosophe parfaict entre les plus grands maistres,
  Aujourd'huy tout chenu et chargé de vieux ans,
  Il est presque adoré de tous les courtizans.
  Près du grand roy Françoys entre les plus illustres,
  Comme un astre esclatant de mille et mille lustres,
  Et jouït là du bien de ses divers labeurs,
  Dignement respecté des princes et seigneurs[249].
  Or, je produiray donc devant ta saincte image,
  O vierge (mon secours), son grave tesmoignage
  De la santé reçüe et de la vie encor.
  A la debilité de mon fragile corps,
  Combien que tout l'honneur de ce bien appartienne
  Du tout à Jesus-Christ, mais (vierge très-chrestienne)
  Il t'a donné cet heur avecques luy là haut,
  Pour luy avoir compleu au monde comme il fauct,
  C'est de sa grâce aussi qu'après ta chère vie
  Quoique morte tu peux guerir la maladie,
  Comme par charité tu feis en ton vivant.
  C'est ainsy que le veut ton espoux tout pouvant.
  Il luy plaist d'eslargir par toy ses dons et graces,
  Et de se voir loué par toy en tant de places,
  Prenant plaisir de luire au temple transparent
  De ton corps qu'il esleut, comme un jour esclairant
  Au travers de la vitre, et comme une fontaine
  Pousse par des canaux sa source pure et saine.
  Ce point me reste seul, que j'obstienne de toy
  Par ta saincte prière (ô vierge) que sur moy
  Ce blasme ne soit mis, de quoy par si long terme
  J'ay differé ce voeu, payé de foy très-ferme.
  Endure, je te prie, qu'il te soit adjousté
  Ce beau cantique deu à ton los mérité
  Et à tant de blasons, d'honneurs et de louanges
  Et lettre de ton nom, que les peuples estranges,
  Ny latins, ni Gregeois, ni aultres nations,
  Ne cogneurent jamais plus de perfections
  En vierge de renom; que par ta modestie
  Et par ta chasteté la grâce est departie,
  A ton pouvoir parmy les bienheureux espritz
  N'auront pas plus que toy de gloire en paradis.

          [Note 241: L'île Notre-Dame, aujourd'hui l'île Saint-Louis,
          qui appartenoit alors tout entière au chapitre de la
          cathédrale.]

          [Note 242: Santeul, dans son inscription pour la pompe
          du pont Notre-Dame (_Opera omnia_; 1698, in-8, t. I, p.
          344), parle aussi de cet amour que la Seine a pour Paris,
          dont ses flots ralentis semblent ne pouvoir quitter le
          voisinage. Voici la traduction de ces vers de Santeul par
          P. Corneille:

               Que le Dieu de la Seine a d'amour pour Paris!
               Dès qu'il en peut baiser les rivages chéris,
               De ses flots suspendus la descente plus douce
               Laisse douter aux yeux s'il s'avance ou rebrousse:
               Luy mesme à son canal il desrobe ses eaux,
               Qu'il y fait rejaillir par de secrettes veines,
               Et le plaisir qu'il prend à voir des lieux si beaux
               De grand fleuve qu'il est, le transforme en fontaine.]

          [Note 243: C'est la plus ancienne forme du mot _berceau_,
          qui n'en est du reste que le diminutif. On disoit aussi
          _bercelet_, comme on le voit par un passage du _Recueil des
          histor. de France_, et _bercerole_, joli mot employé par
          Pasquier, _Recherches_, liv. V, ch. 32.]

          [Note 244: C'est le puits de la maison du père de sainte
          Geneviève, dont on avoit fait une fontaine sacrée. Le P.
          Lallemant, dans la _Vie_ de la sainte, dit qu'on faisoit
          boire de l'eau de ce puits à Charles VI pendant sa maladie.]

          [Note 245: Erasme étoit venu achever ses études à Paris,
          dans l'infect et redoutable collége de Montaigu, qu'il a
          tant maudit en ses _Colloques_, quand sa nature délicate
          étant exténuée par la mauvaise nourriture, poissons
          pourris, oeufs gâtés, etc., et par l'humidité des chambres,
          il se trouva pris de la maladie dont il parle. V. dans
          l'édit. de Leyde, in-fol., ses _Lettres_, p. 1479.]

          [Note 246: C'est en effet fort tard, lorsqu'il avoit
          soixante-cinq ans, qu'Erasme fit à sainte Geneviève ce
          remerciement pour la guérison dont il lui avoit été
          redevable près d'un demi-siècle auparavant. Il avoit été
          guéri en 1492, et il ne remercioit qu'en 1532! encore son
          remerciement étoit-il intéressé. Erasme se sentoit vieux,
          malade; et vieillesse et maladie ne lui avoient rendu la
          mémoire du bienfait qu'avec un secret désir de recourir
          une seconde fois à la divine bienfaitrice. Comme tant de
          débiteurs en retard, il ne payoit que pour avoir de nouveau
          le droit d'emprunter.]

          [Note 247: Secouru, sauvé. V. _Anc. théâtre_, t. VIII, p.
          191.]

          [Note 248: _Guihelmus Copus_, dit le texte; E. Lelièvre
          traduit donc mal en écrivant Lecoq. Le médecin dont parle
          Erasme est Guillaume Cop, qui vint de Bâle, sa ville
          natale, à Paris, du temps de Louis XII. Il fut médecin de
          ce roi, puis de François Ier, et traduisit une partie des
          oeuvres de Galien et d'Hippocrate.]

          [Note 249: Lors qu'Erasme parloit ainsi de son mérite et
          de sa vaillante vieillesse, Guillaume Cop n'avoit plus que
          peu de mois à vivre; il mourut, cette même année 1532, le 2
          décembre.]

FIN.



_La Doctrine de la nouvelle devotion cabalistique, composée des
veritables maximes que la nouvelle secte (formée depuis peu dans Lyon
par un barbier estranger, natif du conté de Bourgogne, d'où il tasche
de l'estendre aux environs au grand dommage de la vraye et ancienne
piété) observe constamment, dans la pratique et methode quelle
tient à conduire les âmes, par l'Oraison mentale, apparemment à la
perfection, mais en effet à la folie, ou du moins à la simplicité, et
à tirer à soy leurs biens, dans la bourse qu'il pretend estre commune
à tous._

_Le tout mis en forme de simple poésie, sans fiction ou priudice
aucun de la verité, pour la substance des choses, afin qu'il soit
appris plus aisement et agréablement de ceux qui ont encore quelque
soin de ne perdre ny leurs ames ni leurs biens._

_Seconde edition._

_Ils se vendent en rue Mercière, à l'escu de Venise._

M. D. C. LVI[250].

          [Note 250: Pièce lyonnoise on ne peut plus rare, qui
          n'existoit pas dans la bibliothèque de M. Coste, et que
          Brunet n'indique pas même dans la nouvelle édition si
          perfectionnée de son _Manuel_. Elle doit être l'oeuvre
          de quelque jésuite de Lyon, vengeant ainsi son ordre des
          attaques de la secte moitié janséniste et moitié vaudoise,
          mise en scène dans la personne du barbier franc-comtois
          son apôtre. Quoiqu'ennemie des jésuites comme on le verra,
          cette secte singulière avoit de leurs allures, et si
          Molière, qui étoit alors à Lyon, en connut les adeptes,
          ce qui est probable, ils purent lui servir pour plusieurs
          traits de son _Tartufe_. Ce n'est pas à Lyon seulement
          que s'étoit établie cette _dévotion cabalistique_ dont
          l'illuminisme avoit, comme on le dira plus loin, de
          nombreux rapports avec celui des Rose-Croix d'Espagne; elle
          s'étendoit aux environs jusque dans le Piémont, où elle se
          rattachoit aux derniers débris des Vaudois, et de l'autre
          côté jusqu'au Puy, en Velay.]


_Le Decalogue de la nouvelle devotion._

  1. Un seul directeur aimeras
     Et le croiras aveuglement.

  2. Tous tes péchez tu luy diras
     Quoiqu'il soit barbier seulement.

  3. Les dimanches tu te rendras
     A Sainct-Pierre fidellement.

  4. Tes instructeurs honoreras
     Afin qu'ils vivent longuement.

  5. Chose aucune tu ne feras
     Sinon de leur consentement.

  6. Femme et fille leur fieras
     Sans en avoir nul pensement.

  7. De ton bien ne disposeras
     Que selon leur commandement.

  8. Pour la secte tu mentiras
     A bonne fin licitement.

  9. Certains jours tu te contiendras
     Au mariage mesmement.

  10. Des biens d'autruy tu jouïras
     Comme eux des tiens communement.

       *       *       *       *       *

_Les Commandements de la nouvelle confraternité._

  1. Mentale oraison tu feras
     Tant jours festez que jours ouvrants.

  2. Tous tes péchez confesseras
     A ceux du party seulement.

  3. Et ton Créateur recevras
     Trois fois dans huit jours resglément.

  4. Loy oeuvre de chair ne feras
     Ny vendredy pareillement.

  5. Jours de jeunes tu garderas
     A demy mesme t'enyvrant[251].

  6. Dans le party femme prendras
     Et chez les autres nullement.

  7. Au barbier disme payeras,
     Luy fiant ton bien pleinement.

          [Note 251: Chose arrivée. (_Note de l'auteur._)]

       *       *       *       *       *

_Instruction aux predicants de la secte nouvelle_[252].

  Ces maximes tu garderas
  De point en point exactement.
  Assez matin messe diras
  Pour dejeuner secrettement.
  Un bon bouillon avalleras
  Et deux jaunes d'oeuf sobrement,
  Après quoy de mesme prendras
  Deux noix confittes seulement[253].
  Cela fait, tu ne manqueras
  De prescher courageusement.
  Du livre commun tireras
  Ce qu'il faut dire entierement.
  Tous nos dogmes enseigneras
  Pour les idiotz doctement.
  Des doctes conte ne tiendras
  S'ils ne sont de ton sentiment;
  Mais aux simples croire feras
  Qu'ils ont beaucoup d'entendement,
  Par où leur persuaderas
  De faire oraison hardiment.
  L'esprit de Dieu tu leur diras
  Aimer les simples seulement.
  A tes auditeurs promettras
  De vivre en santé longuement.
  De tous biens les asseureras
  Et du ciel infailliblement.
  Soubmission d'eux requerras
  D'esprit et de corps mesmement.
  Biens en commun sonner feras
  Pour se sauver asseurément;
  Ce point tu recommanderas
  Comme le grand commandement.
  De la part de Dieu promettras
  Tout pour total delaissement.
  Parfaite oraison jureras
  Suivre cest abandonnement.
  Le ciel pour terre donneras
  Comme doit faire bon marchand.
  Vicaire et curé blasmeras.
  En secret et publiquement,
  Excepté ceux que tu verras
  S'accorder à ton sentiment.
  De ceux-cy tu te serviras
  Pour te prosner journellement.
  Mentale oraison louëras
  Comme onzième commandement.
  La vocale reprouveras
  Comme un petit amusement.
  Petit office deffendras,
  Et chapelet également.
  Gagne-petit l'appelleras
  Qui n'est bon que pour un enfant.
  A toutes les femmes diras
  Comme à tous hommes hardiment
  Que le ciel tu leur fermeras
  S'ils n'obéissent humblement.
  D'enfer tu les menaceras
  S'ils ne font tout aveuglement.
  Leur couche leur interdiras
  Pour aller au Saint Sacrement.
  A quoy tu les obligeras
  A ton gré plus ou moins souvent,
  Et fortement prohiberas
  D'en user jamais autrement.
  Après toy livres porteras
  Pour en vendre à denier content,
  Et sur un chacun gaigneras
  Plus que ne feroit un marchand:
  Car tout le lucre qu'y feras
  Se fait pour Dieu licitement.
  La bourse commune enfleras
  De tout gain indifferemment.
  Plus de biens y ramasseras,
  Meilleur sera ton traittement.
  Au Bruno vogue donneras,
  Vers les plus despourveus d'argent.
  L'Introduction louëras
  Aux femmes principalement.
  Mais les Thoniels tu mettras[254]
  A deux doigts du firmament.
  A tout propos tu chanteras
  Que c'est un docteur eminent;
  Mais pour l'oraison tu diras
  Qu'il n'en est point de plus sçavant.
  Autre que toy ne permettras
  En debiter publiquement,
  Et ton gain ne partageras
  Avec aucun autre marchand.
  Comme un fol tu descrieras.
  Si quelqu'un d'en vendre entreprend.
  Nul billet tu ne donneras
  Qu'à ceux du party nommément;
  Les autres tu ne permettras
  S'en pourvoir que chez ton ageant[255],
  Ny le libraire nommeras
  Qui nous les vend uniquement.
  Par puissance tu chasseras
  Qui les revendroit autrement.
  Travaillant tu conserveras
  Ta santé fort soigneusement.
  Trois heures tu confesseras[256],
  Après quoy pas un seul moment;
  Le restant congedieras
  Quoiqu'il t'en conjure instamment.
  Chaque semaine un jour prendras
  Pour te reposer doucement,
  Et ton embonpoint ne perdras
  Pour le donner trop de tourment.
  Au sortir de la chaire[257] iras
  Te faire secher promptement.
  Un bon feu te procureras
  Pour empescher l'enroüement.
  Deux devotes tu meneras
  Pour te frotter soigneusement;
  Mais pour l'exemple tu feras
  Que le tout soit secrètement.
  Ce faisant tu reformeras
  L'Eglise apostoliquement,
  Et dans peu de temps luy rendras
  Son lustre et premier ornement.
  Des champs à la ville viendras
  Plein comme un oeuf fait fraischement;
  Sur ton cheval tu porteras
  Du temporel abondamment.
  Dans l'âme tu tesmoigneras
  Rapporter grand contentement.
  Si tu veux, alors escriras
  Livres de grand emolument[258],
  Et justement le signeras
  De _L'Amour divin l'Instrument_.

          [Note 252: Ces predicants n'étaient pas forcément des
          prêtres; ils pouvoient être pris parmi les laïcs. C'est
          ce qui explique qu'un barbier pût être apôtre dans
          cette religion. Par cette admission des laïcs dans la
          prédication, elle se rattache à celle des Vaudois.]

          [Note 253: C'étoit alors une des friandises, une des
          chatteries à la mode. Voir ce qui en est dit dans les
          _Nouvelles instructions pour les confitures, les liqueurs
          et les fruits_, Paris, Sercy, 1692, in-12.]

          [Note 254: Bruno et Thoniel étoient sans doute deux des
          apôtres de la cabale.]

          [Note 255: Agent.]

          [Note 256: Sur ce point, la nouvelle cabale s'éloigne
          des doctrines vaudoises, qui proscrivent la confession
          auriculaire.]

          [Note 257: Ceci nous ramène aux idées des Vaudois, qui
          vouloient le retour à l'organisation et à la pureté de la
          primitive Eglise.]

          [Note 258: _Emolument_ étoit un terme de pratique, qui
          s'employoit alors dans le sens de _gain_, _profit_, etc.]

       *       *       *       *       *

_Instruction du directeur general aux femmes mariées de la Caballe._

  De bon matin te lèveras
  A la même heure règlement;
  Au galetas[259] tu monteras
  Pour mediter plus hautement;
  Ta famille y recueilleras
  Sans souffrir qu'aucun soit absent;
  Mais en peine ne te mettras
  Si quelqu'un medite en dormant.
  De ce lieu tu ne bougeras
  Que le temps coulé pleinement;
  De là pour rien ne sortiras
  Quand il presseroit grandement.
  Ton oraison n'interrompras
  Quelque cause le demandant.
  Beaucoup moins du tout l'obmettras
  Pour ne pecher mortellement.
  Quand un des tiens reconnoistras
  Parler contre ce document,
  De ta maison le chasseras
  Comme du demon l'instrument.
  Les pedagogues recevras
  Veu mon billet tant seulement,
  Aveuglement tu les prendras
  Comme envoyé du firmament.
  De luy les points ecouteras
  Soir et matin en te levant.
  Mesme respect tu luy rendras
  Comme à moy personnellement.
  Dans ta maison rien ne feras
  Sans consulter mon lieutenant,
  Et plus mal ne le traitteras
  Que s'il estoit ton propre enfant.
  A ton mary n'obeïras
  Qu'à ta volonté seulement.
  Cependant tu travailleras
  De le posseder pleinement;
  Du mariage luy diras
  Que c'est certes un sacrement,
  Mais par addresse tascheras
  De l'en degouter doucement[260].
  L'oraison tu luy prescheras
  Comme un plaisir plus innocent;
  Le devoir luy refuseras
  Sur l'accez du Saint-Sacrement.
  Le mesme aux festes tu feras
  Pour les chaumer plus saintement;
  Par là tu le degouteras
  Et n'auras de luy plus d'enfant.
  Ceux que desjà possible auras,
  S'ils sont enfans tant seulement,
  En pension tu les mettras
  A beau conte en mon logement,
  Et plus ne l'en soucieras,
  Mais de prier uniquement.
  A moy tu t'en rapporteras,
  J'en auray soin fidelement.
  S'ils sont grands, tu commenceras
  D'agir imperieusement,
  Pleine authorité tu prendras
  Pour les conduire absolument;
  Aux miens tu les obligeras
  De se confesser règlement,
  Et tu les desheriteras
  S'ils ne le font exactement.
  Le mesme au serviteur diras
  Et servantes pareillement.
  Puis ton mary tu rangeras
  Par pieté subtilement:
  De l'enfer souvent parleras
  Pour luy troubler l'entendement;
  Comme toy le disposeras
  A suivre notre reglement.
  Ta maison à Dieu gagneras
  Si j'en suis maître absolument.
  Cela fait, les clefs saisiras
  Du cabinet[261] et de l'argent;
  De tous les biens disposeras
  Par la clef de ce document;
  Avec l'oraison tu feras
  Plus qu'on ne fait communement
  Coffre et cabinet ouvriras
  Et non pas le ciel seulement;
  Mais ingrate tu ne seras
  A ton directeur bienfaisant,
  Par qui chez toi gouverneras
  Biens et mary pareillement;
  A moy donc tu te soumettras
  Pour ta conduitte entierrement.
  Jusqu'à la mort tu regneras,
  Si je te dresse uniquement.
  Ta maison commune rendras
  A tous ceux de mon regiment.
  Ton argent propre ne diras,
  Mais le tiendras indifferent.
  Plus volontiers le donneras
  Au plus petit commandement,
  Que pour t'enrichir ne prendras
  Ce qui t'est dû bien justement;
  Chez moy tribut apporteras,
  Preuve de ton destachement.
  Chemises, linceuls[262] donneras
  Pour vestir mes gens du Levant.
  L'argent mesme n'espargneras
  Sans esperer remboursement,
  Car à grand honneur tu tiendras
  De fournir à ce qu'on pretend.
  Aucune aumosne ne feras
  Aux capucins absolument.
  Hermite et moine escarteras
  Par un: Dieu vous doin[263]! seulement,
  Jusques à ce que tu sauras
  Qu'ils parlent de nous autrement,
  Les jesuites fuïras
  Comme je les crains grandement;
  De mes secrets ne leur diras
  Pas même le plus innocent.
  Par cela seul tu les craindras
  Qu'ils me veulent mettre à néant,
  Au grand directeur tu feras
  Ta confession sechement.
  Tous tes péchez tu luy diras
  A l'oreille confidemment;
  De tout pire rien ne craindras
  Pour ton meilleur gouvernement,
  Et boiser de paix recevras
  Comme seau de ce sacrement.
  Continence tu garderas
  Avec ton mary frequemment[264],
  Et pour ce faire te mettras
  Dedans un sac separement.
  Nul domestique ne prendras
  Que de nostre main seulement.
  D'artisan ne te serviras
  Qui ne soit de nostre element.
  Bien moins les tiens allieras
  A qui de mediter n'apprend.
  Vis au reste ainsi que voudras:
  En observant ce reglement,
  Tout droit au ciel tu t'en iras,
  N'en doute mie, asseurement
  Après la mort y monteras
  Beaucoup plus viste que le vent.
  Mais reprouvée tu seras
  Si tu ne gardes ton serment.

          [Note 259: La caballe, à ce qu'il paroît, se recrutoit
          volontiers chez les pauvres gens, et par là se rapprochoit
          encore des Vaudois, qu'on avoit appelés d'abord les
          _pauvres de Lyon_.]

          [Note 260: Tout ceci et ce qui suit se rapproche de la
          doctrine d'Orgon et de son maître l'_illuminé_ Tartufe:

               Et je verrois mourir frère, enfant, mère et femme,
               Que je m'en soucierois autant que cela.]

          [Note 261: _Cabinet_ est ici, bien entendu, dans le sens
          qu'il avoit alors, _meuble à tiroir_, etc. Sur ce mot et
          sur le sens, toujours mal compris, dans lequel Alceste
          l'employa (_Misanthrope_, acte I, sc. 2), voir notre édit.
          des _Chansons de Gautier Garguille_, p. 192.]

          [Note 262: Draps de lit. «Il se disoit indifféremment dans
          l'une et l'autre acceptions, écrit M. Léon de Laborde,
          et je ne sache pas quelque chose de plus philosophique.»
          _Notice des émaux_, documents et glossaire, p. 365.]

          [Note 263: Pour: _Dieu vous donne_. Cette forme se trouve
          très-souvent jusqu'à la fin du XVIe siècle et même plus
          tard, comme on le voit ici. Une lettre de Montaigne à
          La Boétie se termine par exemple ainsi: «Monsieur, je
          supplie Dieu qu'il vous doint très heureuse et longue
          vie.» Selon Génin, dans un article que ses _Récréations
          philologiques_ n'ont pas reproduit, «_doint_ n'est qu'une
          forme de subjonctif, forme isolée qui n'appartient pas à
          un verbe. C'est la traduction, le calque du latin _duint_,
          qui lui-même est déjà un archaïsme dans Térence.» _Nouvelle
          Revue encyclopédique_, juin 1847, p. 218.]

          [Note 264: Chose conseillée et pratiquée.]

       *       *       *       *       *

_Chanson nouvelle de la Boutique Barbifique, sur l'air_: AH FRIPONNE!
AH COQUINE!

      Vien çà, ma Musette,
  De longtemps tu n'as chanté,
      Ne sois pas muette.
  Pour la confraternité.
  Un venerable ouvrier
    Implore ton mestier
  A l'honneur de sa boutique
  Barbifique, barbifique,
      Car c'est un barbier,

      Suy donc le menage
  D'un si celèbre artisan,
      Apprens-nous l'usage
  Qu'il en sçait faire à present.
    Tant de divers outils
    Si nets et si gentils,
  N'estant plus une boutique
  Barbifique, barbifique,
      A quoi servent-ils?

      Tout change d'usage,
  Les outils les plus cruels,
      Rasoir et badinage
  Deviennent spirituels.
    Sainte conversion
    A depuis peu, dit-on,
  Sceu faire d'une boutique
  Mechanique, mechanique,
      Maison d'oraison.


LE RASOIR.

      Le fer barbifique,
  Sçavant à raser menton,
      Aime qu'on l'applique
  A faire autre section.
    Le tranchant acéré,
    D'un empire adoré
  Rompt le noeud du mariage
  Sans veusvage, sans veusvage,
      Du ciel veneré.


LA LANCETTE.

      Cette pointe aigüe,
  Qui tiroit le sang du corps,
      Devient la sangsuë
  Dont on saigne les thresors;
    Car celuy qui n'a rien
    Qu'il puisse dire sien
  Porte jusqu'à la lancette,
    La lancette, la lancette,
      Pour avoir du bien.


LE BISTORI[265].

      Mais à ce miracle,
  Qui de vous n'aura pas ry,
      Q'un nouvel oracle
  Perce tout d'un bistory[265]?
    Il ouvre bourse et coeur,
    Comme aposthème meur,
  D'où comme pus il retire
  Par empire, par empire,
      Un fonds de bonheur.

          [Note 265: C'est la première forme de ce mot, alors
          nouveau. Il se rapproche ainsi davantage du nom de la ville
          de Pistoie (_Pistoria_), où, suivant Huet, les premiers
          _bistoris_ furent fabriqués.]

LA SONDE.

      Ce n'est qu'à la pierre
  Qu'on ordonne de sonder[266],
      Ce barbier empierre
  Qui pretend le seconder.
    La nouvelle oraison,
    Qui fait perdre raison,
  Veut qu'en vertu de la sonde
  Tout se fonde, tout se fonde,
      Dans une maison.

          [Note 266: Les sondes de toutes sortes, même celles qu'on
          croyoit n'avoir été inventées que deux siècles plus
          tard, étoient déjà employés par les praticiens, et même,
          à ce qu'il paroît, par les barbiers qui se mêloient de
          chirurgie. Antoine Guainer dit, par exemple, au chap. 15 de
          son Traité _De orthetica et calculosa passione_, compris
          dans son grand ouvrage _Tractatus de febribus_, etc., 1573,
          in-fol.: «Qu'on se serve d'une fine bougie de cire, ou
          d'une petite verge d'argent ou d'étain.» Il devançait, je
          le répète, de près de deux cents ans ce M. Daran, dont les
          sondes-bougies faisoient dire au marquis de Bièvre qu'il
          prenoit des vessies pour des lanternes, et qui fut, grâce à
          elles, d'un si grand secours pour J. J. Rousseau dans son
          infirmité. V. les _Confessions_, 2e partie, liv. VIII.]

LES PINCETTES.

  Sans faire la taille
  Par cruelle incision,
      Il met à la taille
  Son association.
    Sans tenailles il prend,
    Et jamais il ne rend,
  S'il porte dans les cassettes,
  Les pincettes, les pincettes,
      Pour happer l'argent.


LE COSTIC.

      Cette pierre ardente,
  Qui nous brûle sans douleur,
      D'oraison fervente
  Ressemble à la sainte ardeur:
    L'une oste sentiment,
    Et l'autre entendement,
  Pendant qu'un barbier applique,
  Sans replique, sans replique,
       L'onguent de Tiran[267].

          [Note 267: Je ne sais quel est cet onguent caustique,
          mais il doit être du genre de ceux dont il est parlé
          dans les _Secrets du sieur Alexis, Piémontois_, 1561,
          in-8, 2e part., liv. I. Les caustiques violents étoient
          fort employés en chirurgie, surtout depuis l'invasion
          des maladies vénériennes. Bayle a tiré de leur usage une
          métaphore énergique pour expliquer la nature corrosive de
          son dictionnaire: «C'est, disoit-il, un caustique violent,
          qui, après avoir consumé les chairs baveuses d'une plaie,
          carie les os et perce jusqu'à la moelle.»]

LE BOETIER.

      La boette partie
  En carrets bien prattiquez,
      Ne se voie remplie
  Que d'onguents sophistiquez.
    Femmes et villageois,
    Ignorants du narquois[268],
  Sont pris sans addresse ou force,
  A l'amorce, à l'amorce,
      D'un barbier contois.

          [Note 268: _Le narquois_, c'est l'argot. «On entend par
          ce mot _narquois_, dit La Monnoie dans le glossaire de
          ses _Noëls bourguignons_, édit. Fertiault, p. 4-334, un
          trompeur, un filou.... et comme ces narquois se sont
          fait un langage particulier, ce langage a été dit le
          _narquois_.» Il y a dans Tallemant, édit. in-12, t. I, p.
          220, un exemple de ce mot à propos de M. d'Angoulême, dont
          l'humeur d'escroc étoit bien connue: «Un jour, écrit-il,
          qu'on disoit à feu Armentières que M. d'Angoulême savoit
          je ne sais combien de langues: «Ma foi, dit-il, je croyois
          qu'il ne savoit que le narquois.»]

LE PEIGNE.

      De plus, à son peigne,
  Armé de dents et cornu,
      On dit qu'il enseigne
  Un employ bien inconnu,
    Il ajuste les moeurs
      Des petits directeurs;
  Mais ce peigne ecorche et blesse
    La richesse, la richesse,
      De ses sectateurs.


LES CISEAUX.

      Ce nouveau menage,
  Qui veut que tout ne soit qu'un,
      Fait un autre usage
  De ces ciseaux en commun;
    Il trenche avec un mot
    Jusqu'à la chair du pot,
  Et tout ce qu'il dit s'observe,
  Sans reserve, sans reserve,
       De tous aussi-tost.


LA SAVONETTE.

      Il fait l'âme nette
  De tous ses plus confidents,
      Par la savonette,
  Qui lave ses penitents;
    Mais l'esprit decevant
    Passe bien plus avant,
  Car il degraisse la bourse
  Sans resource, sans resource,
      Qu'il remplit de vent.


LE RELÈVE-MOUSTACHE.

      Pour donner courage
  A l'esprit qui depuis peu
      Est hors du village,
  Où jamais bien n'a repu,
    Après que le rasoir
    A bien fait son devoir,
  Il fait, pendant qu'on le cache,
  La moustache, la moustache,
       Puis il le fait voir.


LES VERGETTES.

      Ses suppots fidelles,
  Pour la pluspart des oysons,
      Remplument leurs aisles,
  Ne vivants que d'oraisons;
    Ils sortent du debris,
    On les voit noirs de gris,
  Et, tant jours ouvriers que festes,
  Les vergettes, les vergettes,
      Grattent leurs habits.


LA BROSSE.

      Or, comme leur teste,
  Qu'on destine aux grands emplois,
      Pour lever la creste,
  Est crasseuse en villageois,
    D'abord un bon frater,
    Par l'ordre du pater,
  Prend dans un tiroir la brosse,
  Rude et grosse, rude et grosse,
      Pour les en frotter.


LE FRISOIR.

      Mais ces testes viles,
  Sans science et sans vertu,
      Seroient inutiles
  A ce grand corps pretendu,
    Si, faute du dedans,
    Les dehors evidents
  N'ont une mine ajustée
    Et frisée, et frisée,
      Sous les fers ardents.


LE FROTTOIR.

      Si, parmy la peine
  D'une longue mission,
      L'ouvrier perd haleine
  Dans la prédication,
    Crainte de se tuer,
    Pour se trop remuer,
  Une suivante dévote
    Sèche et frotte, sèche et frotte,
      S'il vient à suer.


L'EMPLASTRE.

      D'ailleurs cette secte,
  Ayant de principes faux,
      Ainsi qu'un insecte
  Tout composé de défauts,
    Ne voulant les guerir,
    Mais les faire courir,
  Il faut employer l'emplastre
    Et le plastre, et le plastre,
      Pour nous les couvrir.


LES VENTOUSES.

      La race est petite
  Et de taille à remper bas,
      Le chef en depite,
    Car il ne pretend pas;
    Il pousse donc avant
    Cet insecte bavant,
  Et par la ventouse sèche,
  Quand il presche, quand il presche,
      Il l'enfle de vent.


LE MIROIR.

      Mais les femmelettes,
  Dans ce miroir enchanté,
      Sans prendre lunettes,
  Prennent toutes de beauté,
    Et ce charme trompeur
    Qui les flatte d'erreur,
  Les fait voir pleines de grâce;
  Mais en glace, mais en glace,
      Gît tout leur bonheur.


LE BASSIN.

      Les femmes rasées
  Sans le travail du barbier,
      Par belles menées,
  Vont à foule à cet ouvrier;
    Mais il n'est pas mal fin,
    Car, visant à sa fin,
  Les prend au col pour les faire,
    En prière, en prière,
      Cracher au bassin.


LE BANDAGE[269].

      Si la procedure
  De ce nouveau directeur
      Fait quelque rupture,
  D'un delire par malheur,
    Il n'en a plus de soin,
    Puisqu'il n'espère point
  De le pouvoir par bandage
  Faire sage, faire sage,
      Comme il a besoin.

      A tant ma Musette,
  Sur un air harmonieux,
      Dit à son poëte
  Les points les plus curieux.
    Le barbier et ses gents,
    En bien peu de moments,
  Pourront voir icy la liste
  Creteniste, creteniste,
      De leurs instruments.

          [Note 269: Le mot usuel en médecine étoit _brayer_. C'étoit
          une invention très-ancienne. V. Du Cange, au mot _bracca_.
          Les _brayers_ étoient d'acier. On en donnoit pour rien,
          chez les Grands-Augustins, aux pauvres gens attaqués de la
          _hergne_.]

       *       *       *       *       *

_Aux Dames de l'oraison faite au Puy, et se chante partout._

     A la minuit se coucher d'ordinaire,
     Après avoir ensemble fait grand chère,
  1  Beu des santés et fait le reveillon,
     Est-ce le fruit qu'apporte l'oraison?

     On fait intrigue, on cajole, on se moque,
  2  Le double sens nullement ne vous choque,
     Vous en riez, et le trouvez fort bon:
     Est-ce le fruit qu'apporte l'oraison?

     Vous vous piqués d'une belle conqueste,
  3  Et tous les soirs vous les passez en feste,
     Vous épuisez le sçavoir de Crepon[270]:
     Est-ce le fruit qu'apporte l'oraison?

     Le directeur vous presche penitence,
  4  Monsieur Tenant en crie à toute outrance,
     Pourtant tousjours on vit de la façon:
     Est-ce le fruit qu'apporte l'oraison?

     Vous accordez de si belle manière
  5  Le monde, Dieu, le plaisir, la prière,
     Qu'il n'en est point de si bon compagnon
     Qui ne voulust ainsi faire oraison?

     Je pourrois bien dire quelque autre chose,
  6  Mais par respect je me tais ou je n'oze,
     Car je veux croire, après cette leçon,
     Que vous ferez un peu mieux l'oraison.

          [Note 270: C'est le meilleur pâtissier du Puy. (_Note de
          l'auteur._)]

Si quelqu'un est curieux d'avoir une plus grande lumière sur les
points de pratique qui ne sont que touchez et indiquez plustot
qu'expliquez et prouvez dans cette introduction, il pourra voir
quelques autres petits traitez qui ne sont encore qu'escrits et
qui sont entre les mains de ceux qui ont desiré d'avoir une plus
parfaite connoissance du procedé de la caballe par leurs actions
particulières, comme sont:

     1º L'Entrevue et la Conference des Hermites de Beaunan et du
     Mont-Cindre, voisins de Lyon;

     2º Les Rapports d'une extrême opposition dans la chose,
     nonobstant l'affinité des noms du cretenisme et du
     christianisme[271], rangez en deux colonnes par thèses et
     antithèses;

     3º Les Rapports de ressemblance entre les illuminez d'Espagne,
     qui parurent l'an 1623, à Seuille et Cadix, dont les auteurs
     y furent brulez, et les illuminez de Lyon en ce temps par les
     propositions de ceux-là, et les pratiques et actions de ceux-ci
     opposées et confrontées en deux colonnes;

     4º L'Apologie de la nouvelle caballe, où il est respondu aux
     principales accusations dont on la charge;

     5º La docte et ingénieuse lettre d'un veritable chanoine de
     Saint-Just à un de messieurs de Sorbonne sur le sujet des
     nouveaux illuminez de Lyon;

     6º L'Addresse methodique pour decreteniser un esprit et
     detacher de corps un membre qui n'est ny ensorcellé ny tout
     à fait encore depourvu de raison, attendant une plus ample
     declaration du tout, dans l'oeuvre burlesque de la boutique du
     cretenisme et dans le serieux de l'anatomie, ou dissection de
     la nouvelle caballe, sous le pretexte specieux de l'oraison
     mentale, partagée en trois sections, dont la première traitte
     et prouve par raison et par exemple une douzaine de ses maximes
     principales; la deuxième, de mesme le secret et la fin où vise
     la caballe[272], qui, estant la première dans le dessein qui
     est l'ordre de la pretension, ne paroistra néantmoins que la
     dernière en effet dans l'ordre de l'execution quand le mal sera
     plus fort que le remède; la troisième traitera de l'esprit de la
     caballe, qui agit et meut diversement tout le corps, selon les
     divers usages qu'il fait de ses membres differents pour abboutir
     et arriver au but où tout cet appareil conspire d'une haleine...

          [Note 271: L'affinité de _chrétien_ et de _crétin_, donnée
          ici pour rire, est cependant sérieuse. Le second n'est
          qu'un dérivé du premier. F. Génin, à qui ce rapport ne dut
          pas déplaire, l'a constaté longuement avec une complaisance
          toute voltairienne dans ses _Récréations philologiques_,
          t. II, p. 163-165; et récemment, un journal d'une opinion
          différente, la _Revue d'économie chrétienne_ (février
          1862), consacroit ainsi cette étymologie, en faisant valoir
          ce que, sous son apparence ridicule, elle a d'édifiant:
          «L'origine du mot _crétin_ est à la fois curieuse et
          triste. Fodéré a démontré dans un traité spécial (Turin,
          1792), qu'il dérive du mot chrétien. Ils sont en effet
          pauvres d'esprit, incapables de pécher; et les populations
          du moyen âge, pleines de foi, confiantes dans la parole du
          Seigneur qui leur dit: _Beati pauperes spiritu_, adoptoient
          avec charité et se faisoient un bonheur de recevoir à
          leur foyer ces pauvres déshérités de l'intelligence,
          mais prédestinés au ciel, choisis pour être bienheureux,
          en un mot chrétiens par excellence.» V. aussi, dans les
          _Annales du Bibliophile_, t. I, p. 22, un curieux article
          de M. Anatole de Montaiglon sur _le nom du poëte Guillaume
          Crétin_.]

          [Note 272: V., sur la _Cabale_ de ces _illuminés_
          d'Espagne, nos t. I, p. 115, et IX, p. 280.]

FIN.



_Logemens pour la cour de Louis XIII_[273].

          [Note 273: Cette pièce, que je crois _inédite_ et
          dont la date doit être l'année 1636, se trouve dans
          les _manuscrits_ de Conrard, que possède l'Arsenal,
          partie in-4, t. V, p. 1235-1238. Elle est d'un genre de
          plaisanterie qui fut très à la mode au XVIIe siècle, et
          dont l'esprit consiste dans le rapprochement satirique du
          nom, du rang, du caractère d'une personne avec le nom ou
          la figure de l'_enseigne_ que porte l'hôtellerie où l'on
          suppose que cette personne est logée. Au moyen âge, c'étoit
          un jeu d'esprit déjà connu, et dont notamment maître Pierre
          Tasserye s'amusa dans son monologne du _Pèlerin passant_
          qui prend gîte tantôt à _l'Escu de France_, tantôt à
          _l'Escu d'Alençon_ ou _d'Orléans_, tantôt à _l'Escu de
          Calabre_, etc; c'est-à-dire qui se cherche des patrons
          chez le roi, chez les ducs d'Alençon et d'Orléans, ou chez
          les princes de Calabre. Nous avons analysé dans notre
          histoire des _Hôtelleries et cabarets_, t. I, p. 262-264,
          ce curieux monologue publié par Techener dans la collection
          de _farces_, _moralités_, _sermons joyeulx_, etc.--Un des
          livres les plus curieux de la fin du règne d'Henri IV, le
          _Paysan françois_, fit sous la même forme son envoi _à la
          reine_ Marie de Médicis. _Lors_, dit-il:

               Lors qu'à Fontainebleau, distant de mon village
               Six lieux, j'alloy, Madame, vous y pensant trouver,
               Pour ce discours rustic, mais bon, vous presenter.
               Tel, que j'avois ouy ailleurs qu'au labourage.
               Je logeai au _Dauphin_ à petit hostellage,
               Ne pouvant à l'_Escu_, pour y peu despencer;
               Ni à la _Fleur de lys_, car il y fait trop cher:
               Hostelleries des grands, non des gens de village;
               Je fus bien toutes fois. Puissé-je, dis-je alors,
               Trouver à me loger au _Dauphin_ tousjours, lors
               Ou qu'à la _Fleur de lys_ ou à l'_Escu de France_
               Je ne pourray loger. Or encore, dit-on
               Que l'on est bien traitté et qu'en somme il fait bon
               A l'_Escu Medicis_ ou celuy de _Florence_.

          Sous Louis XIII, comme notre pièce le prouve, le
          même système de satire à _l'enseigne_ fut adopté, et
          quand arriva le temps des _mazarinades_, il n'étoit
          pas encore usé. En 1649 parut un pamphlet de six
          pages très-impertinent, _Les Logements de la cour à
          St-Germain-en-Laye_, in-4; et en 1652, _Le Fourrier d'Estat
          marquant le logis de chacun suivant sa fortune_; puis,
          comme contre-partie de celui-ci: _Le Nouveau Fourrier de la
          cour_. A la fin du règne de Louis XIV, on revint encore à
          ces _facéties_, qu'on fit débiter, en hors-d'oeuvre, dans
          les farces de société. Palaprat, qui ne faisoit que les
          remettre au jour, se vanta de les avoir inventées: «Pour
          soulager la mémoire des acteurs, dit-il dans son _Discours_
          sur le _Grondeur_, j'imaginois pour leurs rôles tout ce qui
          pouvoit être lu avec grâce et en action, comme _lettres_,
          _titres de livres_, ENSEIGNES DE BOUTIQUE, _étiquettes
          de boîtes_, _et fioles d'opérateurs et de charlatans_,
          etc.; et, par là, j'ose me vanter d'avoir donné l'idée
          de ce qu'on a depuis appelé dans le monde: _Logements et
          Bibliothèques_, qu'on a tant promenées et sur le théâtre
          et ailleurs.» Le Sage, dans _Crispin rival_, et Dancourt
          dans _Les Agioteurs_, ont glissé quelques-unes de ces
          plaisanteries sur les logements que Palaprat se vante si
          gratuitement d'avoir inventées.]


Monsieur mon bon amy,

Je ne puis bonnement vous representer la peine que j'ay eüe pour
faire marquer tes logemens pour Sa Majesté et toute la cour; car,
comme c'est l'ordinaire de nos François de ne faire rien qu'avec
precipitation, sans jugement et sans ordre, chacun vouloit estre logé
en mesme temps et prendre des logis à ses plaisirs sans respect
ou consideration de qualité ni de merite. Je vous en diray les
particularitez.

Nous avons marqué le logis du roy à l'_Aigle impériale_[274]: mais,
avant que d'y venir loger, il faudra venir aux mains avec des Alemans
qui s'en sont emparez et qui ne veulent point quiter prise. Nous
verrons qui sera le maître. Pour la reyne, nous eussions fort desiré
la loger au _Dauphin_[275], je m'asseure que ce logement eust esté
fort agréable à Sa Majesté, mais il y a je ne sçay quoi qui l'en
empêche; en attendant que cet obstacle soit levé, nous la logerons
à l'_Espérance_, c'est un beau et grand logis. Nous avons marqué le
_Grand Serf_[276] pour Monsieur, et avons bien de la peine à loger
Son Éminence, car vous savez qu'il a grande suite et force bagage,
et que sa court est aussy grosse que celle du roy. C'est pourquoy
il luy faut beaucoup de lieus. Nous avons marqué l'_Ancre_, la
_Couronne ducale_ et l'_Écu de Bretagne_[277], mais on nous a dit
que cela nous suffiroit pas seulement pour la moitié de sa suite,
et qu'il en faudra bien marquer d'autres pour sa personne. Il veut
avoir la _Couronne royale_, mais cela ne se peut, parce qu'il y
revient un esprit qui tourmente le monde. J'estois d'advis de lui
marquer la maison des _Clefs_[278], croyant qu'elle luy seroit plus
propre; mais l'on m'a dit que l'on n'y loge que des Italiens par un
privilége special. Nous avons fait marquer l'_Homme d'argent_ pour M.
le Prince à tout hasard; car nous ne croyons pas qu'il vienne icy,
parce qu'il n'est guères souvent en court[279]. Pour M. le Comte,
on luy vouloit donner la _Cage_[280]; mais ses gens l'ont refusé à
cause que le logement est trop melancolique. Ils ont mieux aimé la
_Banière de France_. M. de la Vallette s'est fait marquer l'_Epée
royale_[281]. Nous l'avons fait par complaisance, car nous n'estimons
pas que ce logement luy demeure. Il y a longtemps que Monsieur son
père a desiré l'y loger, mais il trouve toujours la place occupée;
possible que la faveur l'y pourra etablir. M. le chancelier est
marqué au _Cerf-volant_[282]; Monsieur son gendre et M. le general
des galères, au _Chameau_[283]. Il y a deux personnes de la faveur
(sans les nommer, c'est le père Joseph et M. Des Noyers) qui veulent
loger au _Chapeau rouge_[284]; plusieurs desirent ce logement, parce
qu'il est beau; mais, comme ces messieurs sont recommandez de bonne
part, je croy qu'ils y demeureront. Il s'est formé un grand conflit
pour le logis de la _Harpe_[285] entre messieurs des finances et
monsieur le grand-maître de l'artillerie[286]. Messieurs des finances
soutiennent que ce logis leur est affecté de tout temps; Monsieur
le grand maître allègue deux ou trois raisons par les quelles il
pretend qu'il le doit avoir; outre que c'est une impertinence à ces
messieurs de vouloir resister aux puissances superieures. Enfin,
ils ont trouvé bon de s'accommoder et M. de Bulion[287] a fait
dire qu'il ne luy importe pourveu qu'il ait le couvert, et qu'il
s'accomodera au _Mortier_. M. Bouthillier[288] au _Bras d'or_, M. Du
Houssay[289] au _Cheval bardé_, M. Cornüel[290] à la _Galère_, M.
d'Emery à l'_Ecu de Savoye_[291], et messieurs les secrétaires à la
_Main d'argent_. Mais ce qui nous a travaillé le plus, c'est une dame
de haut parage[292] (je ne sçay si elle est dame ou damoiselle, car
tantôt on l'appelle madame, tantôt mademoiselle[293]). Elle vouloit
avoir l'_Ecu de Bourbon_[294]; mais la vieille hostesse[295] s'y est
opposée[296], alleguant qu'elle n'est de la qualité requise[297];
bien plus, on avoit juré qu'elle auroit l'_Ecu d'Orléans_; mais
la place est prise[298], de sorte que, n'estimant pas les autres
logis propres pour elle, je croy qu'elle sera contrainte de prendre
l'_Abbaye_[299]. Nous avons bien eu du bruit pour cela; je ne
m'etonne pas si les hostelliers refusent de loger les femmes, car
elles sont trop mal aisées à contenter, et donnent souvent de
la peine à leurs hostes. L'on a marqué l'_Ecu de Milan_ à M. de
Créquy[300], à la charge qu'il fera deloger les Espagnols qui
l'occupent; il aura de la peine à en venir à bout. J'oubliois un
grand prelat des plus _eminents_ que l'on doit faire loger au _Moulin
à vent_. Il nous reste deux secrétaires d'Estat à loger; nous avons
fait marquer pour eux la _Plume d'or_.

          [Note 274: On étoit alors en pleine guerre de Trente ans,
          et ce logement à _l'Aigle impériale_ n'est pas mal trouvé,
          pour le roi, au nom duquel Richelieu tâchoit d'abattre la
          maison d'Autriche.]

          [Note 275: Ceci prouve que cette pièce est antérieure à la
          naissance de Louis XIV, et même à toute espérance de voir
          Anne d'Autriche nous donner un _Dauphin_.]

          [Note 276: Pourquoi, pour Gaston, cette enseigne du _Grand
          Cerf_? Peut-être à cause de sa couardise.]

          [Note 277: Ces enseignes: l'_Ancre_, la _Couronne ducale_,
          l'_Ecu de Bretagne_, conviennent bien pour Richelieu, qui
          étoit grand amiral, et qui, en même temps que le titre de
          _duc_ et _pair_, avoit reçu le gouvernement de Bretagne.]

          [Note 278: C'est-à-dire les _Clefs de Saint-Pierre_,
          enseigne du Vatican, demeure du pape. Richelieu n'eut
          jamais l'ambition du trône pontifical; il visa un instant,
          selon Vitterio Siri, à se faire déclarer patriarche de
          France; ce fut tout.]

          [Note 279: Henri II de Bourbon, père du grand Condé, qui,
          en effet, depuis ses malheureuses campagnes de Dole et
          de Fontarabie, ne venoit plus beaucoup en guerre. Il se
          contentoit d'être riche, car il étoit avare, et par là
          pouvoit bien s'accommoder de loger à l'_Homme d'argent_.]

          [Note 280: Le titre de _M. le Comte_ appartenoit aux comtes
          de Soissons, comme celui de _M. le Prince_ aux aînés des
          Condé. Le comte de Soissons, en ce temps-là, n'étoit pas,
          comme on sait, des amis du cardinal; et ses manoeuvres de
          rebelle avoient déjà failli le faire arrêter, et loger
          en effet à l'enseigne de la _Cage_. Rentré un peu grâce,
          il avoit obtenu le commandement de l'armée de Picardie,
          désigné ici par la _Bannière de France_. Un peu plus tard,
          il fit cause commune avec Gaston et lança un manifeste
          contre Richelieu, qui riposta par un arrêt qui le déclaroit
          criminel de lèze-majesté. L'armée du comte et celle du roi
          se rencontrèrent près de la Marfée, et le rebelle fut tué.
          Avec lui s'éteignit le titre de M. _le comte_, que Louis
          XIV essaya vainement de rétablir en faveur du comte de
          Toulouse. (Saint-Simon, _Mémoires_, édit. Hachette, in-12,
          t. IV, p. 356-357.)]

          [Note 281: Le duc de la Valette, fils du duc d'Epernon, qui
          commandoit alors en Biscaye. C'étoit avoir _l'épée royale_.
          Il ne la garda pas longtemps. On sait le terrible procès
          que lui fit Richelieu, et dont une condamnation à mort par
          contumace fut le résultat.]

          [Note 282: Pierre Séguier, qui venoit d'être nommé
          chancelier en remplacement de M. d'Aligre. On le loge au
          _Cerf-volant_, sans doute parce que c'étoit l'homme le plus
          disposé a suivre tous les vents de la faveur. V., sur lui,
          t. IX, p. 22-26.]

          [Note 283: Le général des galères étoit Pont-Courlay,
          neveu ou cardinal-ministre. V. t. IX, p. 31.--Loger sous
          l'enseigne du _Chameau_, quadrupède voyageur des espaces
          sans eau, le général des galères, seroit un trait de satire
          assez amusant, mais c'est une autre malice moins fine qu'il
          faut chercher ici. Si Pont-Courlay loge au _Chameau_,
          c'est parce qu'il étoit bossu, «un fort vilain gobin», dit
          Tallemant. (Édit, in-12, t. III, p. 53.)]

          [Note 284: Richelieu faisoit des démarches près du saint
          siége pour obtenir que le P. Joseph fût fait cardinal, et
          teindre ainsi en rouge l'Eminence grise. Elles n'aboutirent
          qu'en 1638, et quand le chapeau arriva le P. Joseph étoit
          mort. V. t. IX, p. 24.]

          [Note 285: _Harpe_ est ici dans un sens argotique, qui fait
          épigramme, contre messieurs des finances, gens toujours
          prompts à _harper_, prendre. V. sur ce mot Fr. Michel,
          _Recherch. sur l'argot_, p. 221.--Molière a nommé Harpin le
          receveur des tailles dans _La Comtesse d'Escarbagnas_.]

          [Note 286: Le grand maître de l'artillerie étoit M. de La
          Meilleraye.]

          [Note 287: Il étoit surintendant des finances depuis 1632.
          V. t. IX, p. 32.]

          [Note 288: Cl. Bouthillier, qui fut aussi surintendant des
          finances. V. t. IV, p. 22.]

          [Note 289: Trésorier des parties casuelles, qui fut grand
          ami d'Emery et mêlé comme lui à toutes les affaires. V.
          _Catalogue des partisans_ dans le _Choix des mazarinades_,
          t. I, p. 234.]

          [Note 290: Président à la chambre des comptes. V. t. IX, p.
          33-34.]

          [Note 291: Emery étoit alors notre ambassadeur près la cour
          de Savoie.]

          [Note 292: C'est la nièce du cardinal, Marie de Vignerot,
          veuve du marquis de Combalet.]

          [Note 293: On disoit que son mariage avec Combalet n'avoit
          pas été consommé, et Dulot avoit fait à ce sujet, avec les
          noms MARIE DE VIGNEROT, cette curieuse anagramme: _Veuve de
          ton mari_. (Tallemant, édit. in-12, t. III, p. 13-14.)]

          [Note 294: Il avoit en effet été question, en 1631 et en
          1632, alors que le comte de Soissons,--qui étoit, comme on
          sait, de la maison de Bourbon,--faisoit cause commune avec
          le cardinal, de marier madame de Combalet avec ce jeune
          prince.]

          [Note 295: Mademoiselle de Lucé, mariée le 7 décembre 1601
          au comte de Soissons, et mère du prince dont on vouloit
          faire le mari de madame de Combalet.]

          [Note 296: Aubery, dans la _Vie du cardinal_ (liv. IV, ch.
          23), dit au contraire, mais à tort, que c'est madame de
          Soissons qui avoit proposé le mariage.]

          [Note 297: Tallemant est du même avis. «Il l'eût épousée,
          dit-il, parlant de madame de Combalet et du comte, si elle
          eût été veuve d'un homme plus qualifié.» (T. III, édit.
          in-12, p. 13.)]

          [Note 298: Gaston d'Orléans, qu'on avoit, à ce qu'il
          paroît, voulu marier aussi à madame de Combalet, avoit
          épousé secrètement, en 1632, Marguerite de Lorraine.]

          [Note 299: Elle n'eût fait qu'y retourner, car une partie
          de son veuvage s'étoit passée chez les carmélites; elle n'y
          retourna pas. Son oncle, désespérant de lui donner un mari,
          voulut lui donner un beau titre. Il lui acheta, en 1638, le
          duché d'Aiguillon, dont elle porta le nom jusqu'à sa mort
          en 1675.]

          [Note 300: Le maréchal de Créqui étoit alors aux prises
          dans le Milanais avec le marquis de Leganez. Il n'obtint
          pas ce qu'on lui souhaite ici, il ne délogea pas les
          Espagnols et ne se logea pas dans Milan.]

FIN.



_Le Louis d'or_[301].

_A Mademoiselle de Scudery._

          [Note 301: Cette pièce agréable «si souvent imitée» comme
          l'a dit M. Cousin (_La Société françoise au XVIIe siècle_,
          t. II, p. 195), ce petit roman monétaire, prototype de
          tant d'autres, où l'on a mis en scène écus, schellings et
          même jusqu'à l'humble sou, pour leur faire raconter leur
          histoire, fut très-remarqué dans la société des précieuses,
          dont le règne finissoit quand il parut. La première édition
          fut presque contemporaine des _Précieuses ridicules_.
          Elle ne portoit pas le titre inscrit ici. Voici celui
          qu'on lisoit sur sa première page: _La Pistole parlante,
          ou la Métamorphose du louis d'or_, Paris, de Sercy, 1660,
          in-12. L'année suivante paraissoit une nouvelle édition
          avec le titre nouveau qui est resté: _Le Louis d'or; à
          mademoiselle de Scudéry_, Paris, Loyson, 1661, in-12. Nous
          n'en connoissons pas d'autre réimpression séparée. Le
          _Louis d'or_ ne fut de nouveau publié que dans le _Recueil
          des Poésies du Madame de La Suse_, etc.; et dans celui
          des _Pièces choisies tant en prose qu'en vers_, dont La
          Monnoye fut l'éditeur anonyme, La Haye, Van Lom, Pierre
          Gosse et Albers, 1714, pet. in-8, t. II, p. 241-272. Ces
          recueils sont rares; les deux éditions isolées du _Louis
          d'or_ le sont encore plus. On nous saura donc gré de lui
          donner place dans ce volume. Il le mérite non-seulement à
          cause de sa rareté et de son tour ingénieux et spirituel,
          qui en fait l'écrit le moins _précieux_ peut-être qui soit
          sorti de l'école des _précieuses_, mais aussi à cause de
          l'attention accordée à son auteur Isarn par M. Cousin,
          dans le beau livre cité tout à l'heure, et de l'espèce
          de bruit fait dans un journal spécial, autour de ce même
          Isarn dont M. A. T. Barbier nioit l'existence, tandis que
          M. P. Lacroix soutenoit qu'il avoit bel et bien écrit.
          V. _Bulletin du Bouquiniste_, 1858, p. 271, 359.--Isarn
          ou Yzarn, dont on ne sait pas l'autre nom, étoit de
          Castres, comme Pellisson, mais beaucoup plus beau, plus
          riche, et même, ou peu s'en faut, aussi spirituel quand
          il falloit s'en tenir à la galanterie.--Tallemant, qui le
          vit beaucoup chez la femme de son cousin Gédéon Tallemant,
          dont la passion pour Isarn fit grand bruit, dit de lui
          (édit. P. Paris, t. IV, p. 389): «Garçon bien fait, qui
          a bien de l'esprit et qui fait joliment des vers.» On
          jugera tout à l'heure de la vérité de ce dernier éloge.
          Il eut force aventures galantes, car il se piquoit peu de
          constance, ainsi que nous le ferons voir plus loin en son
          lieu. C'étoit un des assidus de la _société du samedi_
          chez mademoiselle de Scudéry ou chez mademoiselle Boquet.
          Dans la fameuse _journée des Madrigaux_ (20 décembre
          1653), dont Pellisson rédigea le procès-verbal, Isarn
          est présent, et, comme toujours, place son mot et ses
          petites rimes: «Isarn, dit M. Cousin, pressé de rimer à
          son tour, répond en vers qu'il lui faut un délai d'une
          quinzaine, et proteste qu'à l'avenir il aura toujours des
          impromptus dans sa poche.» Fait-on quelque part gala de
          précieux ou de précieuses, dîne-t-on, par exemple, chez
          l'évêque de Vence, Godeau, soyez sûr qu'Isarn est du régal,
          avec Chapelain, mademoiselle de Scudéry et mademoiselle
          Robineau. S'il s'absente de Paris pour aller à Bordeaux,
          il est toujours d'esprit, et de coeur avec ses amis. Ainsi
          au mois d'octobre 1656, Pellisson écrit à mademoiselle de
          Scudéry qu'il a reçu deux billets galants d'Isarn, à qui
          une nouvelle maîtresse qu'il aime fort ne fait pas oublier
          sa chère société de Paris. Je ne sais ce qu'il devint,
          ni quand il mourut. Après le temps des _précieuses_, je
          ne trouve plus Izarn. Un personnage de ce nom, commis de
          Seignelay, m'est indiqué, par les _Mémoires_ d'Amelot de
          la Houssaye (t. II, p. 366), comme ayant suivi à Venise ce
          jeune secrétaire d'Etat; mais ce n'est pas le notre, c'est
          un de ses parents.]


  Sapho, qui recevez de mille endroits divers
  Tant de prose galante et d'agréables vers,
      Jettez les yeux sur cet ouvrage:
      De grâce, daignez le souffrir;
      Quand j'eus dessein de vous l'offrir,
  Votre seule bonté m'en donna le courage!
  Ainsi, rare Sapho, l'ornement de nos jours,
      Sans chercher de plus longs detours,
      Ni sans m'excuser davantage,
      Je vais commencer mon discours:

Ne vous imaginez pas, Mademoiselle, que ce que je vais vous conter
soient des nouvelles particulières de la cour; bien que j'y sois
depuis quelque temps, je n'en sai pas davantage. Les gens aussi
peu considerables et aussi peu empressez que moi la suivent assez
ordinairement sans la voir, ou la voyent bien souvent sans la
connoître. L'autre jour, m'étant retiré de meilleure heure qu'à
l'ordinaire, dans l'oisiveté où je me trouvai, m'amusant à compter
ce qui me restoit d'argent pour mon voyage, il me tomba dans la
pensée que, si tant de pièces differentes que je tenois avoient du
sens et de l'intelligence dans la tête, dont elles étoient marquées,
il n'y auroit presque rien qu'elles ne pûssent m'apprendre; et que,
l'or et l'argent ayant de tout temps gouverné le monde, on pourroit
sçavoir par leur moyen des nouvelles de tous les siècles. A peine
avois-je eu cette pensée, qu'une pistole d'Italie[302], que j'avois
séparée des autres, prenant brusquement la parole pour toutes, me
parla de cette sorte

      Comme je te connois discret,
      Je t'avertis en confidence;
    Mais n'en dis rien, car c'est un grand secret:
  A tort vous nous croyez manquer de connaissance;
      La pluspart des hommes sont fous,
      Car, bien que nous sçachions nous taire,
      Nous voyons ce qu'ils font pour nous,
      Et savons ce qu'ils nous font faire.

          [Note 302: Les _pistoles_ étoient une monnoie d'Espagne,
          mais il en venoit aussi d'Italie. «Elles étoient du poids
          des louis et au même titre et remède.» Voilà pourquoi Isarn
          a pu indifféremment appeler la pièce qu'il fait parler
          _pistole_ ou _louis d'or_. La _pistole_ avoit déjà la
          valeur qu'on lui a laissée dans les provinces, où son nom
          est encore employé comme signe monétaire. Elle valoit dix
          francs; c'étoit aussi le taux du louis. En 1648, pendant
          les premiers temps de la misère de la Fronde, on le fit
          monter jusqu'à douze francs; mais, en 1662, le roi le
          rabattit à son ancien taux. En 1689, par ordonnance du mois
          de décembre, il revint à sa valeur révolutionnaire et même
          la dépassa; il fut porté à 12 liv. 10 sols (_Journal_ de
          Dangeau; édit. complète, t. III, p. 39). Sous la régence,
          en 1718, il monta d'un tiers; il étoit à 18 livres, et le
          _double louis_ à 36. «Mon fils, écrit la duchesse d'Orléans
          (_Nouv. Lettres_, édit. G. Brunet, p. 150), est venu cet
          après-midi, et nous a apporté l'arrêt qui modifie le cours
          du numéraire; le louis d'or vaut désormais 36 livres. Ceux
          qui ont beaucoup d'argent gagneront joliment.» Sous Louis
          XV, il redescendit à 30 livres, et le louis simple à 15,
          mais ce fut pour remonter à 20, puis à 24, où nous l'avons
          vu.--Il y a dans la _Muze normande_ de David Ferrand, 26e
          _partie_, une ballade _sur le rabais des Louys_, en 1662.]

Je fus fort epouvanté d'une nouveauté si extraordinaire; bien que je
n'ignorasse point que les pistoles se mêloient de beaucoup de choses,
je ne sçavois pas encore qu'elles sçussent parler. Mais enfin,
m'étant un peu rassuré, je lui repartis: «Eh quoi, as tu bien assez
d'esprit pour repondre à toutes les questions que je te ferai?»

  Alors, avec ardeur reprenant la parole;
    «Je dirai d'or!» repliqua la pistole.

«Vraiment, lui dis-je, tu ne te contentes pas de parler, tu fais des
vers, et, qui pis est, tu fais des pointes! Mais, puisque te voilà
de si belle humeur, je suis prêt à t'écouter. Je ne serai pas le
premier qui me serai engagé dans des dialogues extraordinaires; en
tout cas, puisqu'il y en a dans Lucien d'aussi surprenans, il sera
mon garant. Surtout, si tu me veux plaire, entretiens-moi de diverses
choses dont tu peux avoir connoissance; conte-m'en des galantes
autant qu'il te sera possible, mais au moins que je ne sçache rien de
certaines aventures qui ne meritent pas le nom de galanterie, et dans
les quelles les pièces de moindre valeur que toi peuvent avoir cours.

    Sur cet article, par avance,
    J'impose un eternel silence
  Aux ecus d'or autant qu'aux ecus blancs,

«Ne crains point, interrompit gravement un double louis qui mouroit
d'envie de parler; si nous avions à l'entretenir de quelque chose qui
approchât de l'amour, où l'intérêt peut avoir quelque lieu, nous ne
traiterions pas cette matière si grossierement; je ne le parlerois
que de ces dons, utiles et secrets, que l'on appelle generosité
et grandeur d'âme; que de ces personnes bien faites et bien
faisantes[303] qui, pour donner courage à leurs galans, travaillent à
leur etablissement et à leur fortune, ou de ces galans industrieux
qui sçavent faire des liberalitez si à propos qu'on ne sçauroit les
refuser; enfin, de tous ceux qui employent leurs richesses pour
l'utilité ou pour le plaisir des personnes qu'ils aiment.

  Qui sçait de ses grands biens faire un parfait usage
      Est magnifique en equipage,
      Fait tout avec profusion,
  Tâche à donner souvent bal ou colation;
  Que s'il peut engager en quelque promenade
  L'objet dont les beaux yeux l'ont sçû rendre malade,
  Son carrosse attelé de six chevaux de pris
  Fait trembler sous ses pas le pavé de Paris;
  Il se met en campagne, et, sans reprendre haleine,
  En d'agréables lieux il conduit l'inhumaine.
  Là l'aimable musique et les mets delicats,
  Par des soins diligens, ont devancé leurs pas.
      Cependant, ce train magnifique,
  Tous ces mets delicats, cette aimable musique,
      Ce qui devance ou ce qui suit,
  Et qui gagne le coeur des plus indifferentes,
      Ce n'est que de l'argent traduit
      En cent manières differentes.

          [Note 303: _Bien faisant_, qui étoit un mot tout nouveau,
          ne s'écrivoit pas alors tout d'une pièce. On séparoit,
          comme ici, l'adverbe du participe, de façon qu'ils ne
          fissent jamais complétement corps et pussent garder
          l'allure qui leur étoit propre. Ou auroit cru faire une
          faute alors si l'on avoit dit: _plus bien faisant_. On
          disoit, comme fit Voiture dans une de ses lettres: _mieux
          faisant_. Quant à _bienfaisance_, c'etoit un mot créé par
          Balzac, mais qu'on n'employoit pas. Un siècle après, l'abbé
          de Saint-Pierre le retrouva (V. _Mémoire pour diminuer le
          nombre des procès_, p. 37), et on lui en fit honneur comme
          d'une invention.]

«En effet, poursuivit le louis, recevoir ou donner de l'argent est
une chose également honteuse; même après l'avoir donné, quelques-uns
tâchent de le ratraper. Une dame de ma connoissance en usa de cette
sorte assez plaisamment, il y a quelque temps. Après avoir fait un
present considerable à son amant, elle le pria, à deux jours de là,
de lui prêter tout ce qu'il auroit d'argent en son pouvoir pour une
affaire de consequence qui lui étoit survenue.

  Le cavalier, surpris d'entendre ces paroles,
  De sa mourante bourse arracha ses pistoles,
      Et, confus autant qu'interdit,
      Les croyant prêter, les rendit.

«Toutes fois, continua le quadruple, si tu voulois être entierement
satisfait, il te faudroit parler à tous ceux que tu viens de remettre
dans ta bourse. Quand nous sommes seuls, comme je suis presentement,
nous ne sommes pas propres à grand-chose ni ne sommes point d'un fort
grand entretien. Cependant, beaucoup de nous ensemble faisons tous
les jours des choses incroyables; et c'est en grande compagnie que
nous avons contribué au gain de plusieurs batailles, à la prise de
plusieurs villes imprenables, et à mille conquêtes amoureuses.» Il
m'avertit même de bonne foi que, le plus souvent, la vertu des gens
ordinaires n'alloit que du plus au moins[304];

  Que leur grand nombre avait des charmes si puissans,
  Que souvent la plus prude, et que le plus habile,
  Qui peut resister à deux cens,
  Se laisse emporter à deux mille.

          [Note 304: Isarn, qui étoit très-magnifique dans ses courts
          amours, savoit mieux que personne le pouvoir des pistoles
          bien employées pour la conquête d'un coeur. Dans le _Cyrus_
          (t. VII, liv. iii), où, comme nous verrons, il est peint
          sous le nom de _Thrasile_, on le voit toujours en dépense
          pour quelque maîtresse: «Tantôt il luy donnoit le bal,
          une autre fois il la surprenoit par une musique. Si elle
          s'alloit promener et qu'il y fust, il faisoit qu'elle
          trouvast une collation magnifique.»]

«Je croi fort aisément ce que tu dis, lui repondis-je; mais, quoi
qu'il en soit, j'aime mieux ne m'engager en conversation qu'avec toi
seul, de peur d'embrouiller la chose.--Tu n'as pas tant de tort, me
dit-il; si nous étions plus de deux, nous voudrions peut-être parler
tous à la fois, comme font assez ordinairement les hommes quand ils
se trouvent plusieurs ensemble. Ecoute-moi donc tout seul, je t'en
conjure, et sois persuadé que je te ferai sçavoir des choses assez
curieuses. Comme je suis d'un or le plus ancien qu'on puisse trouver,
je pourrai te conter mes aventures: car, afin que tu ne t'y trompes
pas, j'ai conservé le même sens et la même intelligence que j'ai
présentement, dans toutes les formes differentes sous lesquelles j'ai
paru. Je fus tiré de la mine sous le règne du dernier Darius, et j'ai
vû tout le bouleversement de ce grand empire. Cependant, sans te rien
dire de toute la suite de l'histoire, dont je te fais grâce et que
je te pourrois conter ici s'il m'en prenoit fantaisie, il me suffira
de t'apprendre qu'en ce temps-là je portai la figure du conquerant
qui renversa le trône des Perses; et je me contenterai de te faire
sçavoir, en passant, quelque chose des amours de ce siècle-là, qui
étoient tout à fait differentes de celles de celui-ci. Les langueurs,
les plaintes et les desespoirs n'étoient point en usage parmi les
courtisans de ce grand prince. Comme c'étoient tous gens accoutumez
à de promptes et grandes expeditions, ils avançoient bien plus en
un jour qu'on ne fait maintenant en une année. Pour te confirmer en
cette verité, souviens-toi de la reine des Amazones.

      Rappelle un peu dans ta memoire
    De Talestris la memorable histoire,
  Qui, pour se delivrer de ce mortel ennui
      Qu'on a toujours de trop attendre,
  Arriva le matin dans le camp d'Alexandre
      Et coucha le soir avec lui.
  Mais depuis est venu le règne des fleurettes[305],
  Veritable chicane en matière d'amour:
  L'on ne fait qu'en dix ans ce qu'on fit en un jour.
      Encore, dans ces amourettes
      Où l'on se brûle à petit feu,
  Si l'on trouve jamais ou coquette ou cruelle,
      Ce n'est qu'un pitoyable jeu,
      Et tout se passe en bagatelle[306].

          [Note 305: C'étoit le mot qui, depuis quelque temps,
          étoit devenu à la mode pour exprimer les _fleurs de bien
          dire_, dont l'amoureux parfume ses paroles pour faire
          accepter son amour. Les livres où ceux dont le coeur ne
          parloit pas d'abondance alloient se fournir de belles
          phrases avoient même pris pour titre le mot que je viens
          de dire: _Fleurs de bien dire.... pour exprimer les
          passions amoureuses de l'un comme de l'autre sexe_, Paris,
          Guillemot, 1598, pet. in-12; _Les Marguerites françoises,
          ou Fleurs de bien dire_, etc., Rouen, Behoust, 1625,
          in-12. Le Nicodème du _Roman bourgeois_ (édit. elzevir.,
          p. 88), «qui estoit un grand diseur de fleurettes», avoit
          cueilli celles qui jonchoient sa conversation avec Javotte
          dans ces _Marguerites françoises_.--Chez les Grecs, on
          disoit, dans le même sens, [Greek: rôda heirein], _parler
          roses_ (Aristoph., _Nuées_, act. II, sc. 3). Le Noble a
          voulu chercher une autre étymologie: il a cru que _conter
          fleurettes_, c'étoit _compter_ à celle qu'on aime une somme
          d'argent, en cette jolie monnoie du temps de Charles VI sur
          laquelle étoit marquée une petite fleur, florette. Il s'est
          trompé. V. _Lettres_ de madame Du Noyer, 1757, in-12, t.
          III, p. 225.]

          [Note 306: Isarn n'étoit pas homme à faire sa pâture de
          ces creuses bagatelles; il lui falloit l'amour réel et
          toujours nouveau. Dans le _Cyrus_, où sous le nom de
          Thrasile il est donné pour le type de l'inconstance, on le
          voit tour à tour amoureux de quatre princesses (t. VII,
          liv. III). Cyrus lui en fait reproche, et Thrasile répond:
          «On peut avoir plusieurs amours sans être infidèle.»
          S'il n'aimoit qu'un jour, ce jour du moins étoit tout de
          galanterie et de magnificences, ainsi que nous l'avons fait
          voir tout à l'heure. Une _Gazette du Tendre_, conservée
          dans les manuscrits de Conrart (in-fol., t. V, p. 147),
          nous donne des nouvelles de son inconstance. Elles sont
          datées d'Oubly: «Il arriva icy, il y a quelques jours, un
          estranger (M. Izarn) de fort bonne mine, qui, après avoir
          passé de Nouvelle-Amitié à Grand-Esprit, de Grand-Esprit
          à Jolis-Vers, de Jolis-Vers à Billet-Galant, et de
          Billet-Galant à Billet-Doux, s'égara en partant de cet
          agréable village; de sorte qu'au lieu d'aller à Sincérité,
          il vint dans notre ville, où il fut un jour tout entier
          sans s'apercevoir qu'il estoit égaré. Mais aussy, dès qu'on
          l'en eut fait apercevoir, il partit d'icy avec tant de
          diligence, qu'il y en a qui assurent qu'il a plus fait de
          chemin en deux jours qu'il en n'en avoit fait depuis qu'il
          étoit parti de Nouvelle-Amitié.» Un peu plus tard, on le
          retrouve à Respect, d'où il part pour Tendre, à la nage.]

«Mais, pour te conter par ordre mes aventures, il faut que je te die
que, long-temps après la mort d'Alexandre je tombai entre les mains
d'un avare qui, ne se contentant pas de m'enfermer avec plusieurs de
mes compagnons, il nous enterra, ce miserable, dans les fondemens
d'une vieille tour, et mourut enfin sans s'être servi de son argent
ni sans l'avoir enseigné. Nous demeurâmes là plusieurs siècles,
jusqu'à ce qu'on nous deterra par hazard, en creusant pour avoir les
pierres des murailles sous les quelles nous étions. Nous fûmes ainsi
de nouveau remis au jour, mais nous n'y fûmes pas plutôt que nous
trouvâmes une grande difference dans le monde.

      Depuis ce long enterrement,
  Le monde avoit changé de forme et de figure:
      L'on y parloit differemment;
      Tout etoit d'une autre nature.
  Nous n'étions même plus à l'usage de tous,
  Puisqu'enfin, en sortant de dessous la muraille,
      Jusques à la moindre de nous,
  Parvint à la grandeur d'antique et de medaille.

«Aussi fûmes-nous recherchez avec soin des curieux, qui nous firent
valoir un prix excessif et qui nous montroient comme le plus rare
ornement de leurs cabinets. Je pense que je serois encore entre
leurs mains, si mon dernier maître, qui se mêloit de chymie, me
jugeant d'un or très-pur, ne m'eût voulu multiplier. Je ne sçache
point de tourment qu'il ne me fît endurer. Il essaya toutes choses
inutilement; il me fit passer plusieurs fois par le feu;

  Mais il ne fit que s'y morfondre.
  Il eut beau me fondre et refondre,
  Le bon homme fut confondu,
  Car je ne fus rien que fondu.

«Je ne demeurai pourtant pas longtemps en cet état: je fus donné à un
orfévre, qui m'employa à mettre en oeuvre plusieurs diamans de prix,
et fit une boëte de portrait magnifique. A peine étoit-elle achevée,
qu'un jeune Romain l'achetta pour mettre le portrait de sa maîtresse.
Au reste, comme l'on ne conte jamais d'histoire pareille à celle-ci
sans qu'il soit à propos de se souvenir de quelques vers, il faut que
je t'en dise, qui ont été traduits en françois, et que j'entendis
reciter à notre cavalier un jour qu'il regardoit le portrait de sa
maîtresse et qu'il parloit à soi-même, suivant la louable coutume des
amans:

      Malgré la rigueur de l'absence,
  L'Amour, qui sçait charnier la plus forte douleur,
      Vient au secours de ma constance
  Et tient ce doux propos dans le fond de mon coeur:
  Vis en repos, Tircis; ta divine princesse
  Partage en ce moment ta profonde tristesse,
  Et, par mille transports secondant tes desirs,
      Elle te rend avec tendresse
  Et douleur pour douleur et soupirs pour soupirs.
      Alors, dans l'excès de ma joye,
  Je sens dans mon esprit tant de charmes secrets,
      Qu'en quelque rang que je la voye,
  J'abandonne mon coeur aux plus hardis souhaits.
  Amour, qui prens le soin d'une flamme si belle,
      Afin de la rendre immortelle,
  A nos coeurs amoureux donne une même loi:
      Que je ne vive que pour elle,
      Qu'elle ne vive que pour moi!

«Tu jugeras, par ces vers, que c'étoit un simple cavalier qui
aimoit une personne fort au-dessus de lui; et je ne l'en dirai pas
davantage, car, en matière de digressions comme de folies, les plus
courtes sont les meilleures. Aussi, sans m'arrêter à cette histoire,
je t'apprendrai que je passai entre les mains d'un autre maître, qui
m'employa d'une manière bien differente, quoiqu'au même usage: il
me fit servir à cinq ou six portraits en moins de rien, et j'eus le
divertissement de voir que tantôt la blonde chassoit la brune, selon
que la blonde ou la brune regnoit dans son coeur. J'avois pourtant
bien du dépit de ce qu'il en quittoit quelquefois une belle pour une
laide, car il ne lui importoit pourvû qu'il changeât. Il ne laissoit
pas, après cela, d'avoir des momens bien amoureux; et il me souvient
qu'un jour qu'il attendoit sa dernière maîtresse, il dit plusieurs
fois d'un air assez languissant, passionnée et chagrin:

      Qu'une impatience amoureuse
      Est un supplice rigoureux!
  Qu'une heure qu'on attend, et qui doit être heureuse,
      Cause de momens malheureux!

      Quoi! Climène n'est point venue?
      Cette ingrate ne m'aime pas;
      Qui pourroit l'avoir retenue,
      Si l'Amour couduisoit ses pas?

«Enfin, ce galant homme se lassa de celle-ci comme des autres,
et, quelque temps après l'avoir quittée, comme il étoit changeant
en tout, il fit faire de sa boëte de portrait deux tables de
diamans[307]. Nous fûmes ensuite au service d'une dame, qui nous
donna bien du plaisir avec ses façons: elle avoit deux galans, dont
l'un étoit fort riche et fort sot, mais faisant grande dépense;
l'autre étoit bien fait, plein d'esprit et de coeur, mais marchant à
fort petit train.

          [Note 307: On appeloit _diamant en table_ celui qui étoit
          taillé de sorte que sa surface restait plane, avec de
          simples biseaux. Ainsi taillé et enchâssé dans l'or, il
          servoit surtout pour les bracelets.]

  Aussi, pour adoucir cette fière inhumaine,
      Ecrire juste et parler bien
      Ne lui purent servir de rien.
      Il perdit ses pas et sa peine;
      Car, par un silence eloquent,
  L'autre, sans dire mot, lui comptoit de l'argent.

«Cependant, le règne de cette belle finit en moins de rien. L'un se
lassa de souffrir et l'autre de payer, et je fus separé des diamans
avec les quels j'avois été depuis longtemps pour être employé à mille
usages differens. Je fus tantôt en bague, tantôt en montre, tantôt en
chaîne; mais, sur toutes choses, je devins un des plus jolis cachets
du monde. Je portai la figure d'un petit Amour qui, au lieu d'avoir
son bandeau sur les yeux, l'avoit sur la bouche, et qui, marchant
comme à la dérobée, et fort doucement, tenoit une de ses mains devant
son flambeau pour en cacher la clarté; ces cinq paroles étoient
écrites autour:

  Ni le bruit ni l'éclat[308].

          [Note 308: M. Cousin, qui a cité ce passage (_La Société
          françoise du XVIIe siècle_, t. II, p. 195), pense avec
          quelque raison que ce cachet, au discret emblème, est
          une allusion évidente à celui que Conrart, le soir de la
          _journée des Madrigaux_, avoit donné à mademoiselle de
          Scudéry: «Le généreux Théodamas, en se retirant, avoit
          donné à Sapho je ne sais quoy, enveloppé d'un papier
          bien parfumé, à la charge qu'elle ne le regarderoit que
          lorsqu'il seroit parti. Ce je ne sais quoy estoit un cachet
          de cristal, gravé du chiffre de Sapho et du sien mêlés
          ensemble.»]

«Je pourrois bien te conter ici mille choses si je voulois, mais ma
qualité de cachet m'en empêche, et je te puis même assurer que jamais
personne n'a rien sçû des mystères dont j'ai été depositaire.

    Mon empreinte, toujours heureuse,
    Ne ferma jamais de poulet,
  Ni ne servit à de lettre amoureuse
    Qui vit eventer son secret.

«Il fallut pourtant changer de condition avec le temps. Je fus encore
fondu plusieurs fois, et j'ai servi à plusieurs statues; j'ai été
employé tantôt à celle d'un héros, d'un demi-dieu, d'une déesse,
d'un homme, et tantôt à celle d'un animal. Mais, à la vérité, bien
que j'aye été dans tant de conditions differentes, je n'ai jamais pû
devenir or potable, quelque soin qu'on y ait apporté: je suis revenu
en monnoye plusieurs fois, et il n'y a point d'usage où je n'aye été
mis: tantôt j'ai été employé pour payer, tantôt pour prêter, tantôt
pour donner, rarement pour honorer la vertu, mais plus rarement
encore pour la récompense d'un poëte. Les choses magnifiques qu'ils
disent de tous ceux qui leur peuvent faire du bien leur sont presque
toujours inutiles.

  Leur merite est toujours connu;
  Mais les grands seigneurs sont étranges,
  Et qui subsiste de louanges
  Vit avec peu de revenu.

«Mais, pour ne m'arrêter pas davantage, il faut que je t'apprenne que
j'ai presque couru toute la terre, que j'ai été sequin en Turquie,
mouton à la grand-laine[309], noble à la rose[310] et jacobus en
Angleterre, double ducat en Espagne; et que je te pourrois compter
mille sortes de choses; mais j'aime bien mieux qu'on m'accuse
d'avoir oublié beaucoup que d'avoir trop dit. Il me suffira donc de
t'apprendre qu'après toutes ces aventures, comme je semblois être
destiné au service des dames, je fus remis en oeuvre et fus employé
en une paire de pendans d'oreilles. Je ne fus pas plutôt en cet état,
que je benissois ma bonne fortune, m'imaginant que je ne pouvois
manquer d'être du secret de la personne que j'allois servir, et je
crus que tous ces petits mots, qu'on disoit si bas, étoient des
choses si agréables, que j'aurois un plaisir extrême à les entendre.
Je fus pourtant bien attrapé quand je connus que ce n'étoit le
plus ordinairement que des secrets que tout le monde sçavoit, que
de fausses confidences et que des sottises dites avec precaution.
Je m'avisai même qu'il y avoit certains galans qui parloient à ma
maîtresse de cette sorte pour faire les importans, ou pour faire
croire à ceux qui les voyoient qu'ils n'étoient point mal avec une
dame aussi bien faite. Cependant, comme celle-ci étoit fort coquette,
et qu'elle écoutoit à droite et à gauche, chacun de nous n'avoit que
la moitié de son secret; ce n'est pas que la pluspart du temps ce
ne fût la même chose, car ce qui entroit par une oreille sortoit
par l'autre: surtout pour les reprimandes d'une vieille dame qui lui
faisoit souvent des leçons. Enfin, je n'aurois jamais achevé si je
voulois dire tout ce qu'on entend à l'oreille d'une coquette, et tout
ce que j'appris au service de celle-là! Elle l'étoit si fort qu'après
avoir trompé tout le monde, tout le monde la quitta.

          [Note 309: C'est un mot que maître Isarn a trouvé dans
          Rabelais (liv. I, ch. 8, § 3, et liv. III, ch. 2). On
          appeloit ainsi une monnoie d'or fin qui eut cours depuis
          saint Louis jusqu'à Charles VII. Elle valoit 12 sols 6
          deniers d'argent, et portoit sur la face un _agneau_, avec
          ces mots autour: _Agnus Dei, qui tollis peccata mundi,
          miserere nobis_.]

          [Note 310: Monnoie d'or qu'Édouard III fit frapper en 1344.
          On l'appeloit _noble_ à cause de la pureté de son or, et _à
          la rose_ parce que sur le revers elle portoit la rose de
          Lancastre et d'York. Dans les _Bigarrures de Des Accords_,
          1608, in-12, p. 14, se trouve représenté un noble à la
          rose à l'effigie de Henri VIII; il valoit alors cent sous,
          d'après le taux réglé par l'ordonnance de 1532. Les plus
          beaux étoient les _nobles de Raymond_, qu'on appeloit ainsi
          parce qu'on croyait qu'ils avoient été faits avec l'or que
          Raymond Lulle avoit, par oeuvre hermétique, fabriqué pour
          le roi d'Angleterre. V. Delecluze, _Notice sur Raymond
          Lulle_, p. 28.]

  Vous qui pensez avec adresse
  Fourber et coqueter sans cesse,
  Même chose vous aviendra,
  Autant vous en pend à l'oreille;
  Et quiconque coquetera
  Craigne une avanture pareille.

«Enfin, après m'être beaucoup ennuyé avec la belle dont je viens de
parler, je faillis à perir absolument, car une demoiselle suivante
nous vola et me separa des emeraudes avec les quelles j'étois depuis
un temps si fâcheux; si bien que je fus brisé en mille pièces et
mis au billon avec quelque passement d'argent[311]. Je ne fus pas
plutôt en cet etat qu'il ne tint presque à rien que je ne fusse
donné à ces hommes impitoyables et cruels qui, à force de coups de
marteaux, mettent l'or en feuille ou en couleur. J'étois anéanti,
si cette dernière aventure me fût arrivée, et je te laisse à penser
le grand plaisir que j'aurois eu, ou quel avantage ce doit être de
servir à la dorure d'un plancher, d'être appliqué au derrière d'un
carrosse[312], ou de finir malheureusement sa vie en papier doré! Ma
bonne fortune me garantit de tous ces malheurs, et je suis parvenu
à la dignité et en l'etat où tu me vois, dans lequel je souhaite
de demeurer à jamais. Car, ni l'image de tant de princes que j'ai
portée, ni la figure du grand Alexandre que j'ai conservée durant
tant de siècles, ne m'embellissoit point tant que celle du jeune
heros que je porte aujourd'hui, qui, avec toutes les vertus qui
manquoient à l'autre, et avec encore plus de courage que lui, s'il ne
venoit de donner la paix, auroit trouvé la conquête de tout le monde
aisée[313].

          [Note 311: Les passements d'or et d'argent venoient d'être
          interdits par l'ordonnance du 27 novembre 1660, et comme
          notre louis d'or, le billon, où l'on fondoit les pièces
          décriées, les attendoit. V. notre t. I, p. 224.]

          [Note 312: Les carrosses «où tant d'or se relevoit en
          bosse» étoient alors un luxe à la mode. Pendant la Fronde,
          on les avoit dédorés (_Oeuvres_ de Sarazin, 1696, in-8º,
          p. 383), mais ensuite ils ne brillèrent que de plus belle.
          En 1706, il fallut contre le scandale de leur dorure une
          défense du roi. (_Corresp. administr. de Louis XIV_, t. II,
          p. 829.)]

          [Note 313: Un petit roman satirique qui reprit, un peu
          modifié, le titre de cette pièce, ce qui l'a souvent fait
          confondre avec elle, bien qu'il lui soit très-postérieur,
          _Le Louis d'or politique et galant_, 1695, in-12, est
          aussi amer contre Louis XIV vieillissant qu'Isarn est ici
          flatteur pour sa jeune royauté.]

  Aux lauriers immortels qui couronnent sa tête
  Jules vient de mêler les myrthes de l'Amour,
  Un calme bien heureux succède à la tempête:
  La Discorde est rentrée en son triste sejour.
  Nous ne verrons former nos heureuses années
      Que de beaux et paisibles jours.
      De nos cruelles destinées
  Jules vient d'arrêter le pitoyable cours.

«Cependant il est temps que je finisse, de peur de t'ennuyer, et que
je te laisse en repos pour ce soir. S'il te prend fantaisie d'en
sçavoir davantage, tu n'as qu'à t'informer à d'autres pièces à qui il
sera arrivé des choses d'une nature différente.»

Notre dialogue finit ainsi, et le louis n'eut pas plutôt cessé de
parler, que je pris la resolution d'avoir, quelques jours après, une
pareille conference avec les autres: à quoi je n'aurois pas manqué,
si toute cette bonne compagnie ne se fût bientôt separée, et si je
n'eûsse vû, avec un deplaisir tout à fait sensible, qu'il m'était
impossible de faire de longues conversations, et retenir long-temps
mon argent avec moi.

       *       *       *       *       *

_Reponse de Mademoiselle de Scudery._

Vous sçavez bien, Monsieur, que je suis accoutumée d'entendre parler
des lapins, des fauvettes et des abricots[314]; mais après tout je
n'ai pas laissé d'être surprise de la conversation que vous avez eue
avec votre louis d'or, et je le trouve si bien instruit des choses du
monde que j'en suis étonnée.

          [Note 314: Illusion à des fables, allégories et autres
          pièces faites sur ce sujet par Mlle de Scudéry ou à elles
          adressées. Dans le _Recueil de vers choisis_, 1701, in-8º,
          p. 123, on trouve, sous son nom, des stances avec ce titre:
          _La Fauvette à Sapho, en arrivant à son petit bois, suivant
          sa coutume, le 15 avril_.]

  Quand il seroit du temps des premiers jacobus,
  Des nobles à la rose et des vieux carolus,
      Il ne sçauroit pas plus de choses.
  Ovide a moins que lui fait de metamorphoses.
  Il fait aux plus galans d'agréables leçons;
  Il raille, il fait des vers de toutes les façons.
      Mais ce qu'il fait de plus etrange,
      C'est qu'entre mes mains il se range;
      Car ses frères ne m'aiment pas.
  Ils n'ont aussi pour moi que de foibles appas,
      Et par le mepris je m'en vange.
  Mais pour ce Louis d'or que je reçois de vous,
      De qui la gloire est immortelle,
    Qui ne craint plus ni touche ni coupelle,
  Il fait seul un trésor dont mon coeur est jaloux.

Voilà, Monsieur, tout ce qu'une malade vous peut repondre; mais
je vous assure que ce n'est pas tout ce qu'elle pense, et que, si
Sapho se portoit bien, elle vous loueroit de meilleure grâce et
vous remercieroit avec plus d'esprit. Que sçay-je même si, passant
des louanges de votre Louis d'or à un sujet plus relevé, elle ne se
sentiroit point inspirée de vous parler:

  D'un Louis dont la vie, en merveilles feconde,
  Est l'ouvrage du ciel et le bonheur du monde,
  Dont le bras triomphant et les charmes vainqueurs
  Domptent les nations et captivent les coeurs;
  D'un Jule dont les soins redonnent à la France
  Les jeux et les plaisirs, la paix et l'abondance,
  Qui va faire couler dans nos heureux climats
  Ces larges fleuves d'or, la force des Etats,
  Et gemir de regret le Pactole et le Tage
  Que la Fable a flattez d'un pareil avantage;
  D'un Jule dont les soins ont nos desirs bornez;
  Dont les sages conseils, justement couronnez,
  Font voir à l'univers que la plus belle gloire
  Est de cesser de vaincre au fort de la victoire.

Mais je m'apperçois que ce sujet là est trop relevé pour moi, et
qu'il vaut beaucoup mieux ne rien dire que de n'en pas dire assez.
Il n'en est pas de même de vous, Monsieur; au contraire, je vous
exhorte à faire quelque ouvrage plus grand à la gloire de ceux que
vous avez loués en huit vers seulement, car il ne faut pas faire
des portraits en petit d'un grand héros, comme on en fait d'une
maîtresse, puisqu'on ne doit avoir les uns que pour les cacher, et
que les autres doivent être vus de tout le monde.

FIN.



_Le Cotret de Mars, avec le fagot, la fascine et le gros bois, pour
feu de joye à la France._

M.DC.XVI.

Petit in-8[315].

          [Note 315: Cette pièce est une des plus rares de celles qui
          ont été faites contre le maréchal d'Ancre et son entourage.
          Elle rappelle, par le tour qu'y prend la satire, cette
          épigramme contre l'abbé Terray, qui, suivant les _Mémoires
          secrets_, couroit Paris au mois de décembre 1774:

               Grâce au bon roi qui règne en France,
               Nous allons voir la poule au pot:
               Cette poule c'est la Finance,
               Que plumera le bon Turgot.
               Pour cuire cette chair maudite,
               Il faut la Grève pour marmite
               Et l'abbé Terray pour fagot.]


  Mars inutile, en temps de tresve,
  Pour ayder à fournir la Grêve,
  S'amuse à tailler des cotrets:
  Il y met cinq rameaux en nombre,
  Tirez des halliers[316] de qui l'ombre
  Gaste ainsi nos jeunes forests.

  Tous les cinq sont divers d'escorce,
  De tronc, de matière et de force;
  Mais tous cinq, comme chacun sçait,
  Sont propres pour un feu de joye
  Dans le Royaume, afin qu'on voye
  L'effect du pseaume trente-sept[317].

  Le plus gros tizon, qui tout pare,
  C'est l'homme à la fortune rare,
  Roy de _Metz_, sieur de Cadillac[318].
  Il est sec et de bois de tremble,
  Depuis qu'il voit armer ensemble
  Tant d'enquesteurs sur Ravaillac[319].

  Il joint la _Verge_ de Florence[320];
  Mais leur bonheur a difference
  D'un poinct que j'admire souvent:
  C'est que l'un, tournant le derrière,
  A gaigné la charge guerrière,
  Et l'autre en poussant le devant.

  Celuy qui sans _O_ rien ne scelle,
  Soubs qui la Justice chancelle[321],
  En est le troisiesme baston,
  Qui, couvert de cire bruslable,
  Fors l'ecorce, a le coeur semblable
  Aux arbres qui portent _Cotton_[322].

  Son _frère_[323] à patte ravissante
  Estoit de race florissante;
  Mais comme son sort est mouvant,
  Luy à qui l'Infante d'Autriche
  Commit son affiquet plus riche
  Est demeuré de bois puant.

  S'ensuit pour la cinquiesme pièce
  Un surgeon de plus vile espèce,
  Mais tant raboté, tant _Dolé_[324],
  Qu'il ne le faut pas mettre en cendre;
  Mais pour noyer il le faut prendre,
  Ne meritant d'estre bruslé.

  _Bullion_[325] sert de hart pliante[326],
  Fauce, tortuë et bien liante,
  A ce très-mistique fagot:
  C'est la plus dangereuse branche:
  Car avant que le feu la tranche
  N'approcheroit pas un magot[327].

  Soubs cela, comme une fascine,
  Mettez-moy la seiche _Conchine_[328],
  Pour faire un feu clair à la fois,
  Et dessus, si la France unie
  Se veut sauver de tyrannie,
  Le _roy d'Espagne_ pour gros bois[329].

          [Note 316: Si cette pièce eût été faite après l'assassinat
          de Concini, nous croirions qu'il y a encore ici une
          allusion. Le frère du capitaine des gardes, frère de Vitry
          qui porta le premier coup à Concini, s'appeloit Du Hallier.
          (Tallemant, édit. in-12, t. I, p. 192.)]

          [Note 317: C'est dans ce psaume que David parle le
          plus éloquemment des disgrâces qui l'accablent, et
          dont triomphent ses ennemis: _Quoniam iniquitates meæ
          supergressæ sunt caput meum; et sicut onus grave, gravatæ
          sunt super me_.» (Verset 5.)]

          [Note 318: Il s'agit du duc d'Epernon, qui cumuloit le
          gouvernement de Metz et celui de la Guienne, où se trouve
          Cadillac. Dans une autre pièce de la même année, _Pasquin_,
          ou _Coq à l'asne de Cour_, p. 12, il est aussi parlé des
          prétentions du duc à se faire roi dans son gouvernement de
          Metz:

               Il est fin ce vieux roy de Mets....
               Ainsy l'evesque de Coulongne
               Autre fois se fist souverain.]

          [Note 319: On sait qu'il passoit publiquement pour complice
          de Ravaillac; on disoit même que c'est lui qui avoit porté
          au roy le dernier coup de couteau. La tragédie de Legouvé,
          _la Mort de Henri IV_, roule tout entière sur cette
          complicité de d'Epernon.]

          [Note 320: Il s'agit d'un des _coglioni_ que le maréchal
          d'Ancre avoit à sa solde, et dont nous avons déjà parlé,
          t. IV, p. 19, 25; mais duquel est-il ici particulièrement
          question? Je ne saurois le dire, Le _Pasquil Picard
          coyonnesque_, 1616, in-8, p. 4. parle ainsi en son patois
          de la sequelle italienne que traînoit après soi Concini:

               Ce conquerant et monarque d'Idée
               Void tous les jours sa fortune en fumée
               Assisté par un tas de mors de faim (_sic_)
               Qu'il a choisi, achepté de sa main
               Des thresors pris dans la Bastille.
               Voyez qu'il a sa main habile
               A bien compter et par millions
               Soudoyer nombre de Coyons.]

          [Note 321: C'est le nom de Claude Mangot, fait tout
          nouvellement _chancelier_, qui se cache sous ces allusions
          à équivoques. Au commencement de l'année 1616, après la
          paix de Loudun, dont le renvoi du chancelier Sillery avoit
          été une des conditions, du Vair, président au parlement
          d'Aix, avoit été investi de cette charge. Quelques mois
          après il ne l'avoit plus, Mangot l'occupoit à sa place.
          La résistance de Du Vair aux volontés de la reine et du
          maréchal, qui avoient résolu l'arrestation du prince de
          Condé, et la complaisance de Mangot pour ce même désir,
          avoient fait la prompte disgrâce de l'un et l'élévation
          inattendue de l'autre. La place de secrétaire d'Etat,
          laissée vacante par Mangot, fut donnée à l'évêque de Luçon,
          qui, lisons-nous dans les _Mémoires_ du maréchal d'Estrées,
          p. 324, «ne fut pas longtemps secrétaire d'Etat sans être
          considéré comme un homme rare, d'un mérite extraordinaire.»
          Vous avez reconnu Richelieu. Cela se passoit à la fin
          d'août 1616. Notre pièce, qui fait allusion à Mangot, comme
          chancelier, est donc des derniers mois de cette année-là.]

          [Note 322: Le célèbre père Cotton, jésuite, qui fut
          confesseur du roi jusqu'à l'assassinat du maréchal,
          accompli, comme on sait, au mois d'avril 1617.]

          [Note 323: Anne Mangot, frère du chancelier, qui, après
          avoir eu quelque part, comme négociateur, au mariage du roi
          et d'Anne d'Autriche, n'eut cependant pas d'emploi plus
          élevé que celui de maître des requêtes. Tallemant donne à
          entendre que c'était un assez faible esprit. (1e édit., t.
          IV, p. 51.)]

          [Note 324: Louis Dollé, intendant des finances, l'un des
          hommes qui étoient le plus à la complaisance de Concini,
          et par là le mieux en passe pour les hauts emplois.
          Peu s'en étoit fallu qu'il n'eût les sceaux, deux ans
          auparavant, au moment des États. Il fut grand bruit alors,
          d'après le _Financier à Messieurs des Etats_, 1614, in-8,
          p. 38, «de la promesse faicte au seigneur Louis Dollé,
          d'estre chancellier de France, de Navarre et des Roynes,
          à la première boutade du marquis, pour les bons advis et
          conseils qu'il baille contre les pouvoirs et authoritez.»
          Il mourut à la fin de 1616, peu de temps après la mention
          malveillante qui est faite ici de lui.]

          [Note 325: Claude Bullion, dont la fortune commençoit
          alors. Il avoit pris part vers ce temps-là aux conférences
          de Soissons, et l'on avoit parlé de lui pour la place
          de chancelier de la jeune reine. (_Lettres de Malherbe
          à Peiresc_, p. 434.) Mais, peu après, un caprice du
          maréchal d'Ancre lui fit tout perdre. Richelieu, qui le fit
          surintendant des finances, le lui rendit, et de reste. Voir
          sur lui t. IX, p. 32-33.]

          [Note 326: La _hart_ est cette branche flexible qu'on prend
          pour lier un fagot. Elle le serre comme la corde sur le cou
          du pendu, de là vient que celle-ci s'appeloit aussi une
          hart. V. _Anc. Théâtre_, t. II, 45; VII, 25; VIII, 101; et
          _Caquets de l'Accouchée_, p. 172, où se trouve rappelé le
          proverbe: «La _hart_ sent toujours le fagot.»]

          [Note 327: Il y a encore ici quelques allusions au
          chancelier Mangot, qui, dans les chansons et pasquils du
          temps, n'est pas en effet appelé autrement que Magot. Au
          bas de l'une des estampes qui parurent après l'assassinat
          de Concini, avec ce titre: _Tableau et emblesme de la
          detestable vie et malheureuse fin du maistre Coyon_, on
          lit, entre autres stances satiriques:

               Magot, leur Suçon et Barbin,
               Sont tout au plus haut de la roue
               Et au bas quand le Coyon joue
               Vieille-Foy, Du Vray et Nanin.

               Du Vray, Vieille-Foy et Nanin
               Sont maintenant au haut estage;
               Le Coyon n'est plus dans la cage:
               A bas Magot, Suçon, Babin.

          _Babin_, c'est Claude Barbin, contrôleur général des
          finances; _Suçon_, c'est l'évêque de Luçon, Richelieu; _Du
          Vray_, le chancelier Du Vair, congédié; _Vieille-Foy_,
          Villeroy, ministre disgracié aussi; et _Nanin_, le
          président Jeannin.]

          [Note 328: La femme de Concini, Eléonora Dori, qui se
          faisoit appeler Galigaï, «parce qu'à Florence, dit
          Tallemant (édit. in-12, II, p. 194), quand une famille est
          éteinte, pour de l'argent on peut avoir permission d'en
          prendre le nom, et c'est ce qu'elle a fait.»]

          [Note 329: Concini étoit vendu au roi d'Espagne, qui par
          là semble bien digne à notre satirique d'être compris dans
          l'autodafé.--Nous avons parlé en plusieurs autres pièces
          des richesses immenses entassées par Concini, et qui lui
          venoient soit de ses connivences avec l'Espagne, soit de
          la dilapidation de nos finances; nous ajouterons ici une
          note à propos des trésors que, plus de trente ans après son
          assassinat, le peuple croyoit encore enfouis dans l'hôtel
          du maréchal, rue de Tournon: «Bruit par Paris, écrit
          Dubuisson-Aubenay, dans son _Journal_ manuscrit, sous la
          date du 23 avril 1650, qu'hier au soir on travailla par
          ordre de M. le duc d'Orléans dans le jardin de l'hôtel des
          ambassadeurs extraordinaires, où loge à présent le duc de
          Damville, comte de Bryon, qui est allé en son gouvernement
          de Limousin et y a laissé sa femme: et ce pour chercher
          deux cent mille pistoles qu'un advis, venant d'Italie,
          envoyé par une femme, devoient estre cachées en terre,
          en ce lieu là, dès le temps que le maréchal d'Ancre y
          demeuroit.»]

FIN.



_Menipée de Francion, ou response au Manifeste anglois_[330].

          [Note 330: Ce manifeste est celui que le duc de Buckingham
          avoit daté de son bord, le 21 juillet 1627, veille de son
          débarquement à l'île de Ré. Il y expliquoit les raisons
          qui avoient déterminé le roi Charles à l'envoyer avec
          une flotte au secours de La Rochelle, «par pur zèle de
          religion». (Leclerc, La _Vie de Richelieu_, 1724, in-12, t.
          I, p. 301.)--On verra tout à l'heure que, malgré l'exacte
          police de Richelieu, des exemplaires de ce manifeste
          s'étoient glissés jusque dans Paris, et se vendoient sous
          le manteau. Le cardinal prit alors le parti d'y faire
          répondre, et choisit une des bonnes plumes qui fussent à
          son service. Nous connoissons en effet peu de livrets de ce
          temps où il se trouve autant d'esprit et de verve. Il est
          probable que Richelieu fut pour beaucoup dans l'inspiration
          de ce pasquil, peut-être même dans sa rédaction, et
          j'assurerois qu'il en fut content. L'auteur, que nous ne
          connaissons pas, avoit pris avec intention le pseudonyme de
          Francion, qui accusoit bien sa qualité de François et le
          but tout patriotique de sa réponse. C'étoit du reste un nom
          aimé de Richelieu. Nous le trouvons porté par le personnage
          qui parle pour la France dans la tragédie d'_Europe_, qu'il
          fit en collaboration avec Desmarets.]

_Omne malum ab Aquilone._

  Il ne vint jamais d'Angleterre
  Bon vent, bonne gent, bonne guerre,
  Bonne guerre ny bonne gent;
  Beaucoup plus de plomb que d'argent.
  Pour n'estre attaint du vent de bise
  Qui souffle du bord de Tamise,
  Et de l'infidelle Albion,
  Lisez ce qu'escrit Francion.

_A Paris, chez Jean Bessin, rue de Reims._

M.DC.XXVII.


Il se porte sous la cape, et se distribuë au coing des ruës, à
l'escart des commissaires. Ce n'est pas un vieux boucquin, boucquin
(_inquam_)[331] comme ces vieux calepins, c'est un livret; il est
de peu de feuillets, doré sur la tranche, couvert de peau de beste
rousse, qui sent un peu mal, ou bien le colporteur qui le cachoit
sous ses aisselles. Un maistre ès arts le marchandoit, qui, ne
pouvant souffrir l'odeur, en recherchant la cause, il s'écria:
_Hircum sub alis_[332]. [Greek: Tetragmachalos]. Survint un courtisan
qui dissipa la mauvaise odeur avec son colletin parfumé[333].

          [Note 331: Notre Francion joue ici sur le nom du duc de
          Buckingham, que l'on prononçoit alors partout en France
          _Boucingant_.]

          [Note 332: Encore une allusion au nom du duc, dont, je
          viens de le dire, la première syllabe, telle qu'on la
          prononçoit, était bouc.]

          [Note 333: Il étoit toujours à la mode, parmi les
          courtisans, de porter de ces collets «de peau de daim
          parfumé», _coleto de ambar_, dont parle Cervantes (D.
          Quichotte, ch. 23), et qui s'appeloient chez nous _collet
          de fleurs_ ou _collet de senteur_. «Mon collet de fleurs,
          dit Montaigne (liv. I, Ch. 22), sert à mon nez; mais, aprez
          que je m'en suis vestu trois jours de suite, il ne sert
          qu'au nez assistant.»]

_Pastillos Ruffinus olet, Gorgonius hircum_[334].

Ayant achepté ceste droguerie du Pont-Neuf, ce menu fatras, en
la première page il y avoit en taille doulce un oyseau de proye,
d'un plumage roux, quasi comme ce grand oyseau que l'on porte
à la vollerie pour amasser les jays et agasses[335], que l'on
appelle duc ou ducquet[336]; il estoit un peu plus petit. Il y
avoit un escusson timbré de liseaux comme ceux que les valets de
feste estallent pour le bal le jour de la feste de village, des
bouffantes jartieres[337], et aux entrelas il y avoit en grosses
lettres cette devise: _Honny soit qui mal y pense_. D'un autre costé
estoit une grande déesse portant sur le front ces mots: [Greek:
Charos amalthias]; elle estoit guirlandée de fleurs blanches trois
à trois, qu'un petit bouc voulloit brouter, mais Mercure de son
caducée luy donnoit sur les cornes, et luy disoit ce quolibet:
_Ce n'est pas pasture de capricorne, c'est le moly des Dieux_ et
la Nephante: je dis le _moly_, et non le _mol lis_. J'admiray ces
figures énigmatiques, et, ayant ouvert le cahier et entamé le
discours, je recogneu que c'estoit le ramage d'un oiseau passager
que l'on avoit sifflé à la perche, et appris un françois corrompu,
tel que le vieil normand que l'on parloit du temps de Guillaume le
Conquerant, un langage d'outre mer, qui ne venoit ny du Levant, ny
du Midy, mais du Septentrion, de bise ou Soubise[338]. Cet oyseau
s'estoit essoré l'aisle sur une roche, et à ses vervelles[339] il
y avoit, en grosses lettres: ROCHE AISLE; il estoit de la grandeur
d'un tiercelet[340], se se disoit souverain de l'aigle, le pelican
des chrestiens, la colombe qui porta le rameau d'olive hors de
l'arche de Noé, et se donnoit mille autres fanfares et banderolles
de vanité; hagard neantmoins et mal leurré pour gibier sur terre;
fort bon pecheur, neantmoins il ne valoit rien que sur la marine,
car sur terre il estoit _tanquam piscis in arido_; il faisoit
force bruit du battement de ses aisles, comme un cormorant gorgé de
poisson quand il sort de l'eau. Ce livre ne portoit le nom de son
père, et toutes fois il s'appeloit _Manifeste_; l'on l'impute à un
advocat qui de despit quitta le barreau et se mulcta luy mesme, et
comme Icare de sa cheute signala la mer de son naufrage, s'etant
mulcté luy mesme[341], il en a pris son nom. Il fut plus heureux en
robbe courte qu'en robbe longue, il se fist ambassadeur volontaire
et sans charge, traffiqua de toille de Hollande et de plusieurs
negoces, grand zelateur de la cause, si sçavant aux controverses
qu'il faisoit la nicque à Tilenus[342], jusques à disputer la palme
du ministère, messager des grands de son party, furet de cour,
passe-partout. Ce livre apologetique estoit brouillé d'un jargon
funeste, injurieux, insolent, digne du poinçon de la loy Remnie[343],
un discours de renegat, d'un denaturé François, d'un parjure à sa
nation, qui fait leçon publique en anglois, afin, par le barbarisme
d'une langue baltique, de profaner la pureté de la nostre. Ce
manifeste thrasonique, libelle de presomption, comme disoit le
maistre ès arts, _projicit ampullas_, etc. Il commence par l'enflure
d'une emphase boucquinesque: _Quelle part les roys de la grande
Bretagne ont tousjours pris des affaires des Eglises reformées de
ce royaume de France? Quelle part, ô manifeste!_ Ce n'est pas la
part de Marie Magdelaine ny de Marthe, c'est la part d'Esaü, et de
ce mauvais voisin, ce laboureur, _qui superseminavit zizania, etc_.
C'est la part des soldats qui jouèrent la robbe sans couture, qui
l'ont deschirée; la part qu'usurpa Henry VIII, la primogeniture de
S. Pierre, que lui et ses successeurs ont usurpée, et l'ont faict
tomber en quenouille. Mais qui vous a donné l'authorité, homme de
delà les mers, de faire le tuteur de ceux qui ne sont ny vos enfants,
ny vos pupilles, ny vos sujets? Pourquoy venez-vous en la maison du
père desbaucher ses enfants et les soustraire de leur obeïssance?
Vous respondés que c'est le soing des Eglises reformées. _Scilicet
hic superis labor est, ea cura quietos sollicitat._ Vostre Anglicane
est du tout differente de celles de France, elles n'en recognoissent
ny le langage ny les ceremonies; celle de vostre père Jacques estoit
contraire à celle des puritains et calviniens, qu'il detestoit, se
plaignant de l'avoir voulu estouffer dès le berceau. Vostre Eglise
angloise est contraire en habits, moeurs et police; elle retient une
forme exterieure du clergé: ses evesques sont mitrés et crossés, les
doyens et chanoines portent bonnets, robbes et aumusses, chantent
en vulgaire, solemnisent les festes des apostres et celle de leur
sainct George à cheval, avec les banderolles de leur ordre; et nos
ministres de France sont docteurs en robbe courte, portent le
castor, sont emmantelés de panne de soye, peignés et godronnés sur
la rotonde, equippés à la mode et qui sortant de la chaise peuvent
entrer au bal au mesme habit qu'ils ont presché. Et puis dites
maintenant que le soing des Eglises de France vous a fait descendre
en Aulnis[344]? Vous avés, dites-vous, recherché l'alliance de
France[345]. Il est vray, c'estoit le plus glorieux advantage que
monarque de l'Europe peust esperer, c'est le surhaussement de vostre
Estat, et le solstice de Vostre Majesté. Je louë cette alliance,
je blasme et deteste l'infraction de ceux qui, ayant promis un
temperament politique aux affaires de la religion, et une souffrance
telle quelle aux catholiques, dès le lendemain de arrivée de la reyne
leur ont deffendu l'entrée de la chapelle à coups de hallebarde, ont
chassé son evesque et ses prestres, contre les articles du mariage.
Qui a commencé la querelle[346]? «L'on avoit promis de rompre le
fort», ce dit l'Anglois[347], le François respond: «Vous aviés promis
de faire ouvrir la Rochelle et la faire obeyr.» Le roy conservoit
ses sujects en la seurté des edicts; ils estoient non seulement
gardés, mais amplifiés. Et ainsi, Manifeste, pour vous rendre vos
mots, vostre maistre n'estoit eludé c'est vous qui avés illudé le
nostre, et nous faites des illusions; c'est pourquoy il m'est permis
d'alluder sur vostre nom. Vous luy deviez conseiller le voyage du
Palatinat, le restablissement de on beau-frère en son Estat, usurpé
depuis tant d'années[348]; c'estoit là son Maraton et la glorieuse
lice de ses entreprises, et non pas fomenter des rebelles à leur
prince: il falloit remettre le Palatin. Je vous en dirois davantage
en autre langue, mais vous n'estes pas Latin, moins bon François;
je passe pour Romain, et vous Anglois, comme vous le professés et
escrivés en vostre _Manifeste_, que vostre roy a patienté au delà de
la patience. Il n'a point esté moyenneur[349] de paix; elle estoit
auparavant vostre alliance, et si elle a esté esbranlée depuis, la
cause en est plus manifeste que le nom de vostre satyre. L'on avoit
promis la demolition de Fort-Louys, l'on avoit promis à Louys une
plaine et absoluë obeïssance de ses sujets[350], et une entrée en
ses villes sans train limité. Qui a deu commencer à accomplir, ou le
maistre ou le vallet, ou le prince ou le sujet? Le Fort-Louys est une
hostellerie pour loger ceux qui arrivent tard, les portes fermées,
et si l'on ne veut souffrir que le gouverneur de la province loge
en ville, au moins que le bourgeois de la Rochelle luy permette de
demeurer dans les faux-bourgs, ou en la banlieue, et le Manifeste
est si incongru au langage françois qu'il ne veut souffrir les
diminutifs _Roche_, _Rochelle_, _Rochellete_. Chacun peut bastir sur
son fond ce qui luy plaist, et aux villes les plus republiquaines
à la portée d'un mousquet. Le fort n'est qu'un monceau de gazons,
l'on batist tous les jours de nouvelles villes: Nancy, Charleville,
Boisbelle[351], Orange; souffrés que les roys facent ce que fait un
chacun. Le fort est une petite colonie où le brave Arnault avoit
commencé une belle police, que le vaillant et courageux Thoras[352]
avoit amplifiée; les bourgeois y entrent librement et seurement, les
villageois y viennent au marché; que si l'artisan quitte sa boutique
et fait le mutin, pour luy apprendre le droit civil on luy fait à la
volée quelque petite leçon de droict canon, qui faict plus de bruict
que de mal: comme quand il fait trop chauld, le temps se rafraischit
par un ou deux esclats de tonnerre, mais cela n'est que _brutum
fulmen_. Le fort incommode la ville; dittes: la ville incommode le
fort; le puissant foulle le foible. La Rochelle fut jadis un second
d'Anvers, la retraitte de bons et riches marchands, bons François,
bons sujets; maintenant elle est remplie d'estrangers, de coureurs,
de picoreurs, la grotte de Cacus, la tasnière des renegats, le bureau
des rançonneurs; depuis deux ans l'on n'en a peu approcher à plus de
vingt lieues à l'entour. Les messagers et ordinaires de Bourdeaux,
Perigueux, Limoges, et tout le Poictou, ont esté contraincts de
marcher en trouppe avec escorte; les juges magistrats et conseillers
des cours souveraines ont esté pris, destroussez et mis à rançon, et
cependant le Manifeste les figure non comme loups, mais comme brebis,
comme simples colombes, et non comme sacres et vautour: _Introrsum
turpes speciosa pelle decori_. Mais qui a commencé la querelle,
qui le premier a rompu, qui a saisi et arresté les marchands et
les vaisseaux, qui a picouré, qui a fourragé, depredé, piratisé et
pilatisé? L'on demandoit à un Lacedemonien comment il avoit esté
blessé: _Prodente me scuto_. Nostre bouclier, c'estoit la paix,
on l'a percé à l'improviste; l'on a plutost frappé que denoncé,
contre le droict des gens, contre les loix sacrées des alliances.
Il n'y a nation si barbare qui auparavant que d'armer ne denonce:
l'on envoyoit des herauts que les Romains appelloient _foeciales_:
_Habemus_, disoit l'orateur, _hominem in foecialium manibus educatum,
in publicis foederum religionibus sanctum et diligentem_; ils
renvoyoient les arres et gages de l'alliance, les roys renvoyent
les ordres, et ne font la guerre à pied levé comme les nomades, les
Tartares, qui enlevent d'emblée et destroussent sans recognoistre. Il
ne faut plus dire que l'on est surpris _de Gallico_, il faut dire _de
Anglico_.

          [Note 334: Horace, liv. I, sat. 2, v. 27. Au lieu de
          _Ruffinus_ il faut lire _Rufillus_.]

          [Note 335: On sait que c'est l'ancien nom de la pie.]

          [Note 336: Allusion au titre de Buckingham.]

          [Note 337: Allusion à la jarretière qui entoure l'écusson
          d'Angleterre.]

          [Note 338: Allusion par équivoque au duc de Soubise, qui,
          avec son frère aîné le duc de Rohan, avoit fait alliance
          avec l'Anglois et s'étoit mis en guerre ouverte contre le
          roi. Richelieu n'ignoroit rien de ses menées; il savoit
          notamment qu'il avoit fait main basse sur plusieurs
          vaisseaux français. Pour toute réponse à cet acte de
          rebelle, il s'était contenté d'écrire, vers le milieu de
          juillet de cette année, à M. de Maillezais, «fera venir
          un commissaire pour raser Soubise.» C'était la demeure
          seigneuriale du duc sur la Charente, près de Marennes.
          (Avenel, _Lettres, instruct. diplomat. et papiers d'Etat du
          Card. de Richelieu_, t. II, p. 506.)]

          [Note 339: C'étoient les anneaux ou plaques que l'on
          attachoit aux pieds de l'oiseau de proie, avec l'empreinte
          des armes du seigueur auquel il appartenoit.]

          [Note 340: On appeloit _tiercelet_ le mâle des oiseaux de
          proie: _faucons_, _autours_, _gerfauts_, _éperviers_.]

          [Note 341: Malgré cette allusion assez transparente au nom
          de l'avocat à qui le _Manifeste anglois_ étoit attribué,
          nous n'avons pu découvrir qui il étoit au juste.]

          [Note 342: C'est le grand controversiste protestant, le
          Silésien Daniel Tilenus, qui vivait encore à cette époque.
          On l'accusoit d'avoir fait l'_Anti-Coton_, libelle alors
          fameux. V. le _Borboniana_, à la suite des Mémoires de
          Bruys, t. II, p. 271.]

          [Note 343: Encore un jeu de mots; cette loi _Remnie_ n'est
          invoquée que parce que l'auteur du manifeste avoit _renié_
          notre cause.]

          [Note 344: Nous avons déjà dit plus haut que le principal
          prétexte allégué par le _manifeste_ au sujet de la des
          Anglois à l'île de Ré étoit la défense des réformés.]

          [Note 345: Le manifeste déclaroit, en effet, que le roi
          de la Grande-Bretagne avoit recherché la soeur du roi de
          France, mais il ajoutoit que le mariage avoit eu lieu
          surtout pour que le roi fût mieux en état d'appuyer les
          François réformés.]

          [Note 346: V. à ce sujet une des pièces précédentes, p.
          165-166.--Au chapitre VI des _Mémoires_ du comte Leveneur
          de Tillières qui étoit alors notre ambassadeur à Londres,
          il est aussi parlé fort en détail de la mesure qui força
          les prêtres françois de s'éloigner du service de la reine
          femme de Charles Ier, et cette proscription y est en partie
          attribuée au duc de Buckingham. On conçoit d'autant mieux
          qu'il en soit fait ici mention. (_Mém. inéd. du C{te}
          Leveneur de Tillières_, publiés par C. Hippeau, 1862,
          in-18, p. 88-150.)]

          [Note 347: Le _manifeste_ se plaignoit de ce qu'au mépris
          des paroles données pour les réformés de La Rochelle, et
          des promesses faites au sujet de la démolition du fort
          Saint-Louis, dans l'île de Ré, non-seulement on l'avoit
          conservé, mais de plus qu'on avoit augmenté sa force, et
          même bâti d'autres forts dans l'île.]

          [Note 348: Frédéric V, électeur palatin, s'étant laissé
          faire roi de Bohême, avoit attiré contre lui toute la
          puissance des Impériaux, et dans une courte lutte, qui fut
          la première phase de la guerre de Trente Ans, il avait
          perdu ses deux couronnes d'électeur et de roi. Retiré
          en Hollande, puis à Mayence, avec sa femme Elisabeth
          d'Angleterre, soeur de Charles Ier, il mourut dans cette
          dernière ville, le 22 nov. 1632, peu de temps après la
          mort de Gustave-Adolphe, qui avoit entrepris pour son
          rétablissement ce que Francion conseille ici au roi
          d'Angleterre, et qui eût tenu complétement sa promesse sans
          le coup mortel dont il fut frappé à Lutzen.]

          [Note 349: Ce mot étoit depuis fort longtemps dans notre
          langue avec le sens de _négociateur_, et, moins noblement,
          d'entremetteur. On lit dans Commines (liv. III, ch. 8):
          «Le connestable de Saint-Pol vouloit tousjours estre
          moyenneur de ce mariage.» Et dans la traduction du _Gusman
          d'Alfarache_, par Chapelain (2e part., liv. III): «Sa bonne
          amie la moyenneuse de leurs plaisirs secrets.»]

          [Note 350: Le _manifeste_ prétendoit que cette obéissance
          et complète soumission étoit obtenue, et par là les
          réformés s'étoient rendus dignes d'obtenir à leur tour ce
          qu'on leur avoit promis, notamment la démolition du fort
          Louis.]

          [Note 351: Sully ayant acheté, en 1597, du prince Charles
          de Gonzague, la principauté de Bois-Belle, en Berry, qui
          étoit totalement indépendante, y avoit fait construire
          une ville toute neuve, qui conserve encore aujourd'hui la
          physionomie de son époque, et que le vieil ami d'Henri IV
          avoit appelée Henrichemont, en l'honneur de son bien-aimé
          maître. Ce franc-fief ne fut réuni à la couronne qu'en
          1766.]

          [Note 352: Thoiras, gouverneur pour le roi au pays d'Aunis,
          rendit alors de très-grands services. Il ne put s'opposer
          au débarquement des Anglois dans l'île de Ré, et perdit
          même un de ses frères dans le combat qui leur fut livré
          à la descente; mais, s'étant retiré dans le fort Louis,
          il y fit une si belle défense qu'il donna le temps à MM.
          de Schomberg et de Marillac de débarquer dans l'île six
          mille fantassins et trois cents chevaux, qui culbutèrent
          les Anglois et les forcèrent de repartir à toutes voiles
          pour l'Angleterre. «Sa Majesté, écrivit Richelieu le 9 nov.
          1627, surlendemain de cette victoire, a receu en cette
          occasion ce qu'elle attendoit de la bonne conduite et du
          courage de M. le mareschal de Schomberg et des sieurs de
          Marillac et de Thoirax (_sic_), qui sortit de la citadelle
          avec six cents hommes du régiment de Champagne. Toute
          la noblesse y a si bien fait, qu'il est impossible d'en
          remarquer un seul aux actions duquel on puisse trouver à
          redire.» (_Lettres_ de Richelieu, t. II, p. 707.)--Dans les
          _Oeuvres poétiques_ de Jean Auvray, 1631, p. 5, se trouve
          un sonnet sur la _Descente des Anglois dans l'Isle de Ré_,
          et sur leur fuite.]

Il ne falloit point qu'un Achitofel commist deux grands roys, et
prendre le faux pretexte de l'oppression des Eglises reformées.
C'est une fueille blafarde que l'on met sous une hapelourde pour la
faire passer pour diamant[353]. Ce que vous appeliez Eglise, c'est
un ramas de mutins, de libertins, qui tendent à l'anarchie, qui
pour un maistre en veulent plusieurs. Au reste c'est un blasphème
insolent, que l'on a mis l'honneur du roy très-chrestien à couvert.
Blasphème que le papier ne peut souffrir, dont il rougit de honte,
que l'honneur du plus grand monarque de la chrestienté soit mis à
couvert sous l'authorité d'un inférieur. Quand on parle des roys,
des images de Dieu, il faut user de paroles de soye, il ne les
faut approcher qu'avec des parfums et de l'encens. Nul n'ignore la
grandeur du roy de la Grande-Bretagne; en mon particulier j'ay de
l'obligation à l'auguste memoire de son ayeul, et à celle du roy
Jacques, qui me defendit de la supercherie que me voulut faire un
sien ambassadeur puritain. Vous parlez des roys, ô Manifeste, comme
nostre maistre ès arts expliquant l'oraison _Pro rege Dejotaro_.
Vos comparaisons ne sont pas comme celles que fait Plutarque des
empereurs grecs et romains; vous estes un mauvais géomètre d'egaller
un angle de terre à un grand cercle auquel il n'y a commencement ny
bout. Ne parlons point de nos maistres, nous ne serons jamais leurs
arbitres: le maistre aux arts disoit que _non tutum est scribere in
eos qui possunt proscribere_, et moy, à qui il a appris le latin,
je le traduisois: _Il ne faut point honnir contre celuy qui peut
bannir_. Au reste, vous faites un partage des elements: vous vous
attribuez le trident, les ondes ne sont que pour vous, vous estes
les Jasons, les Tiphis et les Argonautes; Neptune, Eole et les
Tritons sont vos vassaux. Je ne veux desrober la gloire de vostre
nation; vous estes bons pilotes, et nous surmontez en l'oeconomie
de la marine et au soin de bien freter, mais non en l'adresse ny en
la dexterité: nos Normans, Maillouins, Bretons et Olonnois ont fait
des routes plus loing que vous, et Jean Ribault, Dieppois[354], a
montré le chemin à vostre Drach, qui n'a fait que retracer ces pas,
Vostre equipage est bien lesté et calfeutré, mais il n'est pas temps
de sonner le triomphe, l'Automne sera le correcteur de son insolence
par le doux poison de ses raisins et de son moust; l'Hyver, avec ses
bourrasques, en sera l'executeur. Tandis que le secours de la terre
se prepare, l'on attend celuy du ciel avec cette allégresse et le
péan d'acclamation:

  O Roy cheri de Dieu, pour lequel fait la guerre
  L'air d'orages esmeu, et Æole desserre
  Ses tourbillons armés; pour lequel icy bas,
  Au bruit de ses clairons, les vents font leurs combats.

          [Note 353: Pour savoir qu'on disoit _happelourde_ pour
          pierrerie fausse, il suffit de se rappeler ces vers de La
          Fontaine:

               Tout est fin diamant aux mains d'un habile homme,
               Tout devient _happelourde_ entre les mains d'un sot.

          Plus tard, vers 1657, quand le sieur d'Arce se fut
          enrichi, dans l'enclos du Temple, à contrefaire d'une
          façon merveilleuse «les diamants, émeraudes, topazes et
          rubis, etc.» (_Journal d'un Voy. à Paris en 1657_, p.
          45), on n'appela plus les fausses pierreries que diamants
          du Temple. (V. notre _Paris démoli_, p. 45.) Comme les
          marchands du Palais en vendoient aussi, on disoit encore
          _bijoux du Palais_. V. _Oeuvres_ de Montreuil, p. 165, 234.]

          [Note 354: J. de Ribault, qui fut envoyé dans la Floride
          par Coligny pour y fonder une colonie, et qui y fut
          massacré par les Espagnols. Ses voyages précédèrent de dix
          ans ceux de Drach.]

Vous ferez comme les mousches, qui voltigent pendant la tiedeur de
l'automne, succotent la douceur des fruicts, et aux premiers frimas
tombent de faim et de froid. La vendange de l'isle de Ré, avec ce
grand curateur des successions vacquantes, avec ses Mores sous le
pampre et sa compagne la dissenterie, et le moust, donneront leurs
premières escarmouches; vous ne vous abstiendrez jamais de la grappe
ny de son jus, car vous estes de l'humeur de l'un de vos princes qui,
condamné par son frère impiteux, choisit le doux supplice en une pipe
de malvoisie[355]; et desjà se commence l'eschet,

                        _cito præterit æestas.
  Appetit Autumnus, Libitinæ quæstus acerbæ_.

          [Note 355: Tout le monde sait que le duc de Clarence, frère
          d'Edouard IV, condamné a mort pour rébellion aux ordres
          de son frère, demanda qu'on le noyât dans un tonneau de
          Malvoisie. Ce fait est aujourd'hui contesté. V. _L'Esprit
          dans l'histoire_, p. 16.]

Pour vous faire dire vray, que ce que vous avez amené n'est qu'une
poignée de gens, au moins le sera-elle dans trois mois, si tant
vous durez, une poignée _sine pugna_ d'un couteau secret, et d'une
allumelle[356] cachée dans le sein de la Providence; car, quant à
ces troupes sur pied, à ces levées que vous marquez en la charte de
vostre manifeste pour l'Allemagne, le maistre ès arts, qui est un
peu boucquin et satirique, _dum vellicat aurem_, me disoit: _Hic
fingit pietas acies, simulataque castra_. Mais j'approuve autant
cet armement, comme je condamne vostre invasion en Aunis: là vous
appelle Frederic et vostre soeur Elizabeth, et ses bambins avec leurs
maillots et berceaux; là vous appellent les reliques de Bohême, les
riches despouilles de l'Electorat.

          [Note 356: Petite lame d'épée ou de dague. On lit dans les
          comptes royaux de 1458: «Pour une dague à deux taillants
          d'un pié et demi d'alumelle.» On saluoit avec l'_alumelle_
          dégaînée, et de là est venue une singulière erreur de
          l'auteur du Glossaire de l'_Histoire de Paris_. Ayant lu
          dans les registres du Parlement pour 1419: «Charles mist
          tantôt la main à son allumée, faisant semblant de saluer
          nostre dict cousin, etc.», il crut que Charles l'avoit
          salué du bonnet, et il mit en note: «_allumée_, bonnet.»
          (De Laborde, _Glossaire des émaux_, p. 126.)]

  _Dulces exuviæ, dum fata Deusque sinebant;
  Eia, age, rumpe moras_, etc.

Mais oyez la _chamade en rime_ du bonhomme Artus Désiré[357]:

  Bouté selle, boutés bas;
  Au choc, au choc et aux combats!
  A l'assaut, à l'assaut, gensdarmes!
  Prenés vos lances et vos armes,
  Vos halcrets et vos bombardes,
  Et vous tenés dessus vos gardes.
  Quittés le rivage marin
  Et la Tamise, allez au Rein.
  D'estoc, de pistollet, de dague,
  Allez vanger le tort de Prague,
  Rendez luy le Palatinat
  Et l'aneau de l'electorat,
  Et retrouvez en la Bohême,
  Pour Frederic, un diadème.

          [Note 357: Le grand ennemi des protestants, dont les
          nombreux écrits, plus empreints de fanatisme que de
          poésie, sont catalogués au long dans le tome 35, p. 286 et
          suiv., des _Mémoires_ du P. Niceron. La _Chamade en rime_,
          citée ici, n'est pas indiquée dans ce catalogue, et comme
          elle est de beaucoup postérieure à l'année 1577, date au
          _Désordre et scandale de France_, que l'on croit être son
          dernier livre, elle permet de croire qu'il vécut beaucoup
          plus tard qu'on ne le suppose. V. encore, sur lui, l'abbé
          d'Artigny, _Nouv. Mém. de Littérat._, t. II, p. 49; Viollet
          Le Duc, _Biblioth. poét._, p. 262-264; et notre t. VI, p.
          39.]

Je vous le dis et predis, auxiliaires des Eglises, volontaires des
oppressés, milords protecteurs des bourgeois, et neantmoins cette
rousse pelée, et, comme disoit ce maistre ès arts excoriateur, _Rupe
pellée_, ne meritoit que vous vinsiez en ce curieux arroy, _in
navibus atque phasellis_. Les Espagnols, aussi glorieux que vous,
viennent _in curribus et equis_, et, pour rimer, _in mulabus et
asellis_, et, certes, encores certes, pour jurer à la reforme, ceste
bourgeoise reformée ne meritoit un secours en si bel arroy, car,
comme rechantoit le maistre aux arts avec sa Penelope:

  _Vix Priamus tanti totaque Troja fuit_.

C'est assez pour un petit Manifeste. Vacations sont données, je
m'en vais manger des raisins doux dans ma coste, salutairement,
innocemment, et les defendray mieux que ceux de l'isle de Ré; et si
quelqu'un passe dessus ma baye, je luy feray souffrir la peine que
fit le bon père Denis à cet animal petulque et ennemy de ses presents.

  Celui qui a fait cet ouvrage
  Fut Francion de haut courage,
  Qui pour Romain se fait nommer,
  Qui n'ayme le vent d'outre mer,
  De galerne ny de Soubize,
  Ny ce faux pretexte d'Eglise.

FIN.



_Epistre de Madame la Daulphine escripvant à Madame Marguerite_[358].

          [Note 358: Ces vers, dont l'intérêt n'échappera
          certainement à personne lorsqu'on les aura lus, et
          surtout lorsque l'on connaîtra le nom de leur auteur,
          n'ont été imprimés, si nous ne nous trompons, que dans la
          brochure à petit nombre publiée par M. Fréd. Chavannes,
          _Notice sur un Manuscrit du XVIe siècle, appartenant à
          la Bibliothèque cantonale de Lausanne_ (Lausanne, 1844,
          in-8), et dans la _Revue de Paris_, du 28 avril 1844,
          P. 278-280, d'une façon même assez peu correcte. Ils
          sont extraits, ainsi que ceux de Clément Marot, dont le
          même numéro donnait des fragments, d'un manuscrit de la
          bibliothèque de Lausanne, formant 282 pages petit in-fol.,
          et provenant de la succession du docteur Favre de Rolle,
          célèbre au dernier siècle par sa science et par ses hautes
          amitiés. Ce manuscrit ne porte aucune signature, mais on
          voit par certains détails qu'il dut être copié par un
          maître d'écriture qui vivoit à Genève au temps de Calvin.
          L'écriture est d'une assez belle gothique. Passons à la
          question la plus importante. Quelle est la _Daulphine_ dont
          nous donnons ici l'_épistre_? Ce ne peut être que Catherine
          de Médicis. On en doute dans un article du _Bulletin de
          l'Alliance des Arts_, 10 mai 1844, p. 347; l'anonyme qui
          écrivit l'article de la _Revue de Paris_ n'en est pas
          non plus très-sûr. Quant à nous, nous n'en doutons pas.
          Catherine de Médicis, c'est Brantôme qui l'assure, «disoit
          et parloit bon françois, encores qu'elle fût italienne.
          A ceux de sa nation pourtant, continue-t-il, ne parloit
          que bon françois souvent, tant elle honoroit la France
          et la langue.» Non-seulement elle savoit parler celui
          de la cour, mais aussi celui du peuple. «La Reyne mère,
          lisons-nous dans le _Scaligerana_ (1667, in-12. p. 46-47),
          parloit aussi bien son goffe parisien qu'une revendeuse de
          la place Maubert, et l'on n'eust point dit qu'elle estoit
          italienne.» On sait par ses lettres qu'elle écrivoit fort
          bien en prose; pourquoi, amie de la poésie comme elle le
          fut toujours, n'eût-elle pas de même écrit fort bien en
          vers, surtout s'adressant à une muse, à la spirituelle
          Marguerite de Navarre, tante de son mari? L'auteur de
          l'article de la _Revue_ se demande à quelle époque ces vers
          furent écrits, et penche pour l'année 1536. Ce seroit trop
          tôt, selon nous. Catherine n'avoit alors que dix-sept ans,
          il n'y avoit que trois années qu'elle étoit en France, et
          elle ne devoit pas, par conséquent, s'être encore rompue à
          toutes les finesses de notre langue. Je préfère pour date
          l'année 1543. Comme en 1536, le roi est absent de la cour
          avec ses deux fils, et Catherine, dont l'affection ne s'est
          pas attiédie, mais dont l'esprit mieux formé et le langage
          plus expert peuvent enfin traduire à l'aise la délicatesse
          de cette affection, est plus à même qu'à tout autre moment
          de sa vie d'écrire ces vers excellents, les meilleurs
          peut-être qui soient partis d'un coeur de princesse. Esprit
          et sincérité, ardeur et grâce, éloquence et naïveté, rien
          n'y manque de ces rares qualités dont la plupart semblaient
          si incompatibles avec son caractère.]


  Vous vous pourrez esmerveiller, Madame,
  Dont si soubdain, sans avoir appris d'asme[359],
  Je me suis mis à composer en vers,
  Vu que dormi n'ay sous les arbres verds
  De Parnassus, ni bu en la fontaine
  Où puiser fault science si haultaine.
  Peut estre aulcuns n'en seront esbahis
  Et vous diront que je suis du pays
  Où de tout temps les neuf Muses habitent[360].
  Elles, pour vray, à rymer ne m'invitent.
  Le grand desir d'envelopper et mettre
  Mes durs regrects en moins fascheuse lectre,
  Et que je sçay que de nature aymez
  Le son plaisant des vers qui sont rymez:
  C'est ce qui m'a, et si ne sçay comment,
  Faict devenir poeste en un moment.
  Ce que l'amour qu'a vous j'ay indicible
  M'a fait trouver bien aysé l'impossible.
  Helas! tous ceux qui à rymer se peinent
  Les arguments de plaisir entreprennent;
  Mais, pour monstrer ce que faire, je sçay,
  Me fault escrire en ce mien coup d'essay
  L'ennui que j'ay d'estre loing demourée
  De vous, Madame et soeur tres honourée,
  Sans que esbatz ne me semblent qu'ennuis
  Et que les jours ne me semblent que nuits[361].
  Aulcunes foys avecques habit noir
  Je me proumesne en ce noble manoir,
  Le quel plus grand qu'il ne souloit me semble,
  N'y voyant plus la compagnie ensemble.
  Aulcunes foys au jardin m'en alant,
  Tout à part moy à luy je vais parlant,
  Car vous diriez, tant il croit qu'il agrée,
  Qu'il est marri qu'en luy ne me recrée.
  «Jardin royal, ce dy-je, ta verdure,
  Tes fruits, tes fleurs, tout ce qu'art et nature
  T'a pu donner, n'a ores la puissance
  De me donner un peu d'esjouissance.
  Si tu veux donc qu'aultre chère te fasse,
  Rends moy la fleur quy les tiennes efface,
  Rends moy la noble et franche Marguerite;
  Rends moy aussy de noblesse l'eslite,
  Mon cher espous, qu'elle et moy soulions voir
  Sur grands chevaulx, et faire son debvoir
  A les picquer sur tes allées grandes[362].
  Lors me verras ainsy que me demandes.
  En ce temps là, pour plaisir les picquoit,
  Et sans danger aux armes s'apliquoit.
  Mais maintenant pour le bien de la France
  Et pour honneur prend armes à oultrance.
  Que Dieu luy doint, aprez tout debastu,
  Fortune esgale à sa grande vertu.»
  Sur ce m'en vay à ma chambre ou ma salle;
  Lieux desolez, on ny chante ny balle.
  Là, devisant, à mes gens je m'adresse,
  Aussy faschez quasy que leur maistresse.
  Tandis, parfoys, devers vous se transporte
  Hoste ou lacquays qui nouvelles apporte,
  Mes lettres prends avec extresme joye;
  Mais tout à coup j'ay si grand peur que j'oye,
  En les lisant, quelque mal advenu,
  Qu'entre ayse et poine est mon cueur destenu.
  Quand j'ay tout leu, et que rien je n'y treuve
  De mal venu, m'est advis que j'espreuve
  L'ayse de ceulx qui ont faict leur voyage
  De sur la mer sans avoir eu orage.
  O plus heureux que Mercure celuy
  Qui dez demain, ou plus tost aujourd'huy,
  Me vouldrait dire, en riant de vray zesle:
  «Madame vient;» ou: «Allez devers elle;»
  Et plus heureux celuy qui viendroit dire:
  «Henry vainqueur en France se retire.»
  Soubs cest espoir en grants devotions,
  Journellement faisons processions.
  Processions, regrects, deuil et soucy
  Sont les esbats que nous prenons icy,
  En attendant la fortune prospère
  Des fils aimez[363] et de l'honouré père.

          [Note 359: De personne, d'_âme qui vive_.]

          [Note 360: Ici Catherine se révèle elle-même par sa patrie
          italienne.]

          [Note 361: Ces vers sur les ennuis de l'absence trouvoient
          un facile écho dans le coeur de cette bonne reine de
          Navarre, qui en a fait de si charmants sur les mêmes
          souffrances. Je ne citerai que ces couplets d'une chanson
          de Marguerite, qui se trouve dans un manuscrit appartenant
          à M. Fouques, et n'a pas encore, je crois, été réunie à ses
          autres poésies:

               Si tost qu'il souspire,
               Je fonds toute en pleurs.
               S'il plaint mon martyre.
               Je plains ses douleurs.

               Pas je ne puis vivre
               Si je ne le voy,
               Mon coeur pour le suivre
               S'absente de moy.

               Viens donc, mon amy,
               Approche de moy,
               Passe ton envie,
               Il ne tient qu'à toy.]

          [Note 362: Catherine, dans ses regrets, ne devoit pas
          oublier ces nobles exercices du Dauphin, son mari, car
          c'étoient ceux auxquels elle-même se plaisoit le mieux:
          «Elle estoit, dit Brantôme, fort bien à cheval, et
          hardie, et s'y tenoit de fort bonne grâce, ayant esté la
          première qui avoit mis la jambe sur l'arçon, d'autant
          que la grâce y estoit bien plus belle et apparoissante
          que sur la planchette, et a toujours fort aimé d'aller à
          cheval jusqu'à l'âge de soixante ans ou plus, qui pour
          sa foiblesse l'en privèrent, en ayant tous ses ennuis du
          monde.»]

          [Note 363: Ces «fils aymez» étaient le Dauphin, Henri, et
          son frère le duc Charles d'Orléans, tous deux au siége de
          Perpignan, dans les premiers mois de 1543, pendant que leur
          père étoit allé réduire une sédition à La Rochelle. En
          1536, date préférée par l'écrivain de la _Revue de Paris_,
          le roi et ses fils, nous l'avons dit, étoient aussi tous
          en campagne, mais à cette époque Henri n'étoit pas encore
          dauphin. Son frère aîné, François, ne mourut en effet cette
          année-là qu'à la fin de l'expédition en Provence contre
          Charles-Quint. Les vers que Catherine auroient faits sous
          l'inspiration de l'absence motivée par cette expédition
          ne pouvoient donc être donnés comme étant de la dauphine,
          puisque Catherine ne l'étoit pas encore. Le copiste auroit
          dit: _Epistre de madame la duchesse d'Orléans_, seul titre
          qu'elle eut alors. Si donc, pour conclure, Catherine est
          appelée madame la Dauphine en tête de ces vers, c'est
          qu'ils sont d'un temps où on l'appeloit ainsi, et par
          conséquent d'une époque postérieure à l'expédition de 1536.]



TABLES DES MATIÈRES

CONTENUES DANS LES 272 PIÈCES FORMANT LES 10 VOLUMES


TABLE MÉTHODIQUE.

_Pièces sur l'Église et le clergé._

Histoire miraculeuse de trois soldats punis divinement pour les
forfaits, violences, irreverences et indignités par eux commis avec
blasphemes execrables contre l'image de M. saint Antoine, à Souley,
près Chastillon-sur-Seine, le 21e jour de juin dernier passé (1576).
IV, 307.

Le Vray Discours des grandes processions qui se font depuis les
frontières de l'Allemagne jusques à la France (1584). VII, 347.

Sermon du Cordelier aux soldats, ensemble la responce des soldats au
Cordelier (1612). II, 333.

Recit veritable de l'attentat fait sur le precieux corps de N.-S.
Jesus-Christ entre les mains du prestre disant la messe, le 24 mai
1649, en l'eglise de Sannois. III, 11.

Passe-port pour l'autre monde, delivré par les jesuites, moyennant
200,000 florins (29 mars 1650). IX, 337.

Catechisme à l'usage de la cour ecclesiastique de France, contre le
jansenisme (1665). V, 84.

Lettre du sieur d'Aligre au chancelier Seguier, sur une proposition
scandaleuse touchant le pouvoir des papes sur les rois (29 oct.
1660). IX, 339.

Stances sur le retranchement des fêtes en 1666. VI, 245.

Sur les revenus des pasteurs. VII, 53.

Le Cochon mitré, dialogue. VI, 209.

Lettre de Calvin, apportée des enfers par l'esprit du sieur Groyer,
aux pasteurs du petit troupeau. VII, 217.

Ordre à tenir pour la visite des pauvres honteux. V, 127.

Satyre contre l'indecence des questeuses (1710). V, 331.


_Lois et Ordonnances._

Edit du roy pour contenir les serviteurs et servantes en leurs
devoirs (1565). VII, 205.

Ordonnance pour le faict de la police et reglement du camp (1568). I,
259.

Arrest de la cour de parlement qui fait deffenses à tous patissiers
et boulangers de fabriquer ni vendre, à l'occasion de la feste des
Rois, aucuns gasteaux (1740). V, 239.

Lettre du roi pour que les arbres du Mai soient pris dans le bois de
Vincennes (1777). IX, 359.

Edit du roy portant suppression des charges de capitaines des
levrettes de la chambre du roy (1787). VI, 181.


_Histoire de France._

L'Entrée de la Reyne et de Messieurs les Enfans de France à
Bourdeaulx (1529). VIII, 247.

L'Ordre du combat de deux gentilshommes faict en la ville de Moulins,
accordé par le roy nostre sire (1537). III, 93.

L'Interrogatoire et deposition de Jean de Poltrot sur la mort de M.
de Guyse (1563). VIII, 5.

Catalogue des princes, seigneurs, etc., qui accompaignent le roy de
Pologne (1574). IX, 81.

Conspiration faite en Picardie (1576). VII, 315.

Discours sur les causes de l'extresme cherté qui est aujourd'hui en
France (1586). VII, 137.

Discours de la deffaicte qu'a faict M. le duc de Joyeuse et le sieur
de Laverdin contre les ennemis du roy à La Mothe Sainct-Eloy (1587).
VII, 211.

Le Vray Discours sur la desconfiture des reistres (nov. 1587). IX,
111.

L'Estrange et veritable accident arrivé en la ville de Tours, où la
reyne couroit grand danger de sa vie sans le marquis de Rouillac et
de M. de Vignolles, le vendredy vingt-neufviesme janvier 1616. VI,
303.

Manifeste de Pierre du Jardin, capitaine de la garde, prisonnier en
la conciergerie du Palais, 1619 (pièce relative à Ravaillac). VII, 83.

Sommaire Traicté du revenu et despenses des finances de France,
ensemble les pensions de nosseigneurs et dames de la Cour, escrit par
Nicolas Remond, secretaire d'Estat (1622). VI, 85.

La Nouvelle Defaicte des croquans en Quercy, par M. le mareschal de
Themines (1624). VII, 323.

Histoire veritable du prix des vivres de La Rochelle pendant le
siège. VI, 23.

Louis XIII au pas de Suse, par Saint-Simon. IX, 327.

La Journée des Dupes, par Saint-Simon. IX, 309.

Lettres de Vineuil sur la conspiration de Cinq-Mars. VIII, 119.

Passage du cardinal de Richelieu à Viviers. VII, 239.

Rapport d'un affidé de l'Angleterre à Paris, en 1655. X, 35.

Particularités de la conspiration et la mort du chevalier de Rohan,
de la marquise de Villars, de Van den Ende, etc. II, 301.

Fragments de Mémoires sur la vie de Mme de Maintenon, par le P.
Laguille. VIII, 53.

Sur les Dragonnages en Dauphiné. VIII, 217.

Réception des ambassadeurs du roi de Siam, en 1686. Extrait des
_Mémoires_ du baron de Breteuil. X, 99.


_Variétés satyriques et autres, pouvant se rapporter à l'histoire de
France._

Brief dialogue, exemplaire et recreatif, entre le vray soldat et le
marchand françois, faisant mention du temps qui court (1576). VI, 329.

Les Choses horribles contenues en une lettre envoyée à Henry de
Valois par un enfant de Paris, le vingt-huitième de janvier 1589. VI,
201.

Discours de la fuyte des impositeurs italiens (1589). VII, 261.

Lettre d'un gentil-homme françois à dame Jacquette Clement, princesse
boiteuse de la Ligue, (1590). X, 55.

Les Vertus et proprietés des Mignons. VII, 331.

L'Umbre du mignon de Fortune, avec l'Enfer des ambitions mondaines,
sur les dernières conspirations, où est traicté de la cheute de
l'Hôte (1604). X, 77.

La Rencontre merveilleuse de Piedaigrette avec maistre Guillaume
revenant des Champs-Elysées, avec la genealogique des Coquilberts
(1606). III, 165.

Conference d'Antitus, Panurge et Gueridon (1614). VIII, 279.

Harangue de Turlupin le souffreteux (1615). VI, 51.

Legat testamentaire du Prince des Sots à M. C. d'Acreigne, Tullois,
pour avoir descrit la defaite de deux mille hommes de pied, avec
la prise de vingt cinq enseignes, par monseigneur le duc de Guise
(1615). III, 353.

Extrait de l'inventaire qui s'est trouvé dans les coffres de M. le
chevalier de Guise, par Mlle d'Entraigue, et mis en lumière par M. de
Bassompierre (1615). V, 147.

Les Advis de Charlot à Colin sur le temps present (1616). VIII, 237.

Plaisant Galimatias d'un Gascon et d'un Provençal, nommés Jacques
Chagrin et Rufin Allegret (1610). II, 275.

Le Cotret de Mars (1616). X, 259.

Songe (1616). IV, 23.

Les Contre-vérités de la cour, avec le dragon à trois têtes (1620).
IV, 335.

Les Jeux de la cour (1620). IV, 17.

Discours sur la mort du chapelier (tué au siége de Montauban, 1621).
V, 31.

La Grande Division arrivée ces derniers jours entre les femmes et les
filles de Montpellier (1622). VII, 247.

Le Coq-à-l'asne, ou le pot aux roses, adressé aux financiers (1623).
IV, 349.

Le Grand Procès de la querelle des femmes du faux-bourg Saint-Germain
avec les filles du faux-bourg Montmartre, sur l'arrivée du regiment
des Gardes, avec l'arrest des commères du faux-bourg Saint-Marceau,
intervenu en ladicte cause (1623). IV, 323.

Le Caquet des poissonnières sur le departement du roy et de la cour
(1623). II, 131.

Discours de M{e} Guillaume et de Jacques Bonhomme sur la defaicte de
trente-cinq poules et le cocq (1624). IX, 137.

Le Pasquil touchant les affaires de ce temps (1624). VIII, 347.

Le _Salve Regina_ des prisonniers (1626). VIII, 193.

Le Purgatoire des prisonniers (1626). VIII, 201.

L'Emprisonnement D. C. D. (1626). VIII, 211.

Le Musicien renversé (1626). VIII, 93.

Menipée de Francion, ou Response au manifeste angloys (1627). X, 267.

Le Pot aux roses decouvert du plaisant voyage fait par quelques
curieux au bois de Vincennes à dessein de voir Jean de Werth (1638).
VII, 199.

Logement pour la cour de Louis XIII. X, 225.

La Milliade, satyre contre le cardinal de Richelieu. IX, 5.

Sur l'enlèvement des reliques de saint Fiacre, apportées en la ville
de Meaux pour la guerison du derrière du C. de R. VII, 232.

La Passion de M. Fouquet. V, 86.


_Mazarinades._

Catechisme des courtisans de la cour de Mazarin (1649). V, 75.

Les Triolets du temps (1649). V, 5.

Les Contens et Mescontens sur le sujet du temps (1649). V, 335.

La Famine par le sieur de La Valise (1649). VIII, 337.

L'Onophage, ou le mangeur d'asne, histoire veritable d'un procureur
qui a mangé son asne (1649). III, 67.

Le Hasard de la blanque renversé et la consolation des marchands
forains (1649). II, 325.

Le Pont-Neuf frondé (1652). III, 337.

Les Louanges de la paille (1652). VIII, 325.

Satyre sur la barbe de M. le président Molé. VI, 315.


_Paris._

Memoire touchant la seigneurie du Pré-aux-Clercs, appartenant à
l'Université de Paris, pour servir d'instruction à ceux qui doivent
entrer dans les charges de l'Université. IV, 87.

Histoire veritable de la mutinerie, tumulte et sedition faite par les
prestres Sainct-Medard contre les fidèles, le samedy XXVIIe jour de
decembre 1561. VI, 185.

Deluge du faubourg Saint-Marcel (9 avril 1579). IX, 63.

Vers d'Erasme à sainte Genevieve, traduits en vers françois par E. Le
Liepvre (1611). X, 187.

La Lettre consolatoire escripte par le general de la compagnie
des crocheteurs de France à ses confrères, sur son retablissement
au-dessus de la Samaritaine du Pont-Neuf, narratifve des causes de
son absence et voyages pendant icelle (1612). IV, 235.

Accident merveilleux et espouvantable de desastre arrivé le 7 mars
1618, d'un feu inremediable, lequel a bruslé et consommé tout le
palais de Paris. II, 159.

Le Feu royal faict par le sieur Jumeau, arquebusier ordinaire de Sa
Majesté (1618). VI, 13.

Le May de Paris (1620). VII, 193.

Discours de l'inondation arrivée au fauxbourg Saint-Marcel-lez-Paris
par la rivière de Bievre (1625). II, 221.

La Promenade du Cours (1630). IX, 125.

La Promenade du Cours, à Paris, en 1653. X, 25.

Quinzième feuille du Bureau d'addresse. IX, 51.

Nouveaux compliments de la place Maubert, des Halles, du cimetière
Saint-Jean, etc. (1644). IX, 225.

Les Ceremonies faites dans la nouvelle chapelle du chasteau de
Bissestre le 25 aoust 1634. VII, 271.

La Requeste presentée à Nos Seigneurs du Parlement... pour la
diminution d'une demie année des loyers des maisons, chambres et
boutiques (19 juin 1652). VII, 61.

Recit naïf et veritable du cruel assassinat et horrible massacre
commis le 26 août 1652 par la compagnie des fripiers de la
Tonnellerie, en la personne de Jean Bourgeois. I, 179.


_Histoire des villes de province._

Dialogue fort plaisant et recreatif de deux marchands: l'un est de
Paris, et l'autre de Pontoise. I, 79.

Les estranges et desplorables accidents arrivés en différents
endroits sur la rivière de Loire et lieux circonvoisins par
l'effroyable desbordement des eaux et l'épouvantable tempeste des
vents, les 19 et 20 janvier 1633. Ensemble les miracles qui sont
arrivés à des personnes de qualité et autres qui ont esté sauvées de
ces perilleux dangers. VI, 5.

Reglement pour pourvoir aux vivres de la ville d'Orléans (1652).
VIII, 323.

La Doctrine de la nouvelle devotion cabalistique, composée des
veritables maximes que la nouvelle secte (formée depuis peu dans LYON
par un barbier estranger, natif du comté de Bourgogne, d'où il tasche
de l'estendre aux environs, au grand dommage de la vraie et ancienne
pieté) observe constamment dans la pratique et methode qu'elle
tient à conduire les ames, par l'Oraison mentale, apparemment à la
perfection, mais en effet à la folie; ou du moins à la simplicité,
et à tirer à soy leurs biens, dans la bourse qu'il pretend estre
commune à tous. Le tout mis en forme de simple poesie, sans fiction,
ou prejudice aucun de la verité, pour la substance des choses, afin
qu'il soit appris plus aisement et agreablement de ceux qui ont
encore quelque soin de ne perdre ny leurs ames ni leurs biens. X, 197.


_Histoire d'Angleterre._

Discours de la mort de très-haute et très illustre princesse madame
Marie Stuart, royne d'Escosse. V, 279.

Traduction d'une lettre envoyée à la reine d'Angleterre par son
ambassade, surprise près le Moüy par la garnison du Havre de Grace,
15 juin 1591. IV, 353.

Les Larmes et complaintes de la reyne d'Angleterre sur la mort de son
espoux, à l'imitation des quatrains du sieur de Pibrac, par David
Ferrand. X, 161.

Deposition sur la supposition de part de Marie, reine d'Angleterre,
femme de Jacques II. IX, 341.


_Espagne._

Recit veritable du grand combat arrivé sur mer aux
Indes-Occidentales, entre la flotte espagnole et les navires
hollandois conduits par Lhermite, devant la ville de Lima, en l'année
1624. I, 141.

Discours au vray des troubles naguères advenus au royaume d'Arragon,
avec l'occasion d'iceux, et de leur pacification et assoupissement.
I, 169.

Histoire admirable et declin pitoyable advenu en la personne d'un
favory de la cour d'Espagne. I, 95.

Le Patissier de Madrigal en Espagne, estimé estre Dom Carles, fils du
roi Philippe. II, 27.

Duel signalé d'un Portugais et d'un Espagnol. IX, 47.


_Pays-Bas._

Les Cruels et horribles tourments de Balthazar Gérard, Bourguignon,
vray martyr, soufferts en l'execution de sa glorieuse et memorable
mort, pour avoir tué Guillaume de Nassau, prince d'Orange. II, 61.


_Italie._

Discours veritable de l'armée du tres-vertueux et illustre Charles,
duc de Savoie et prince de Piedmont, contre la ville de Genève,
ensemble la prise des chasteaux que tenoyent les habitants de la
ditte ville, par J. K. S., sieur de la Chapelle. I, 149.

La Plaisante Nouvelle apportée sur tout ce qui se passe en la guerre
de Piedmont, avec la harangue du capitaine Picotin faicte au duc de
Savoye sur le mescontentement des soldats françois. VI, 279.

Arrest du conseil des Dix contre Georges Corner. VIII, 303.

Nouvelle de la venue de la royne d'Algier à Rome (1687). IX, 259.


_Hongrie._

Le Triomphe admirable observé en l'alliance de Bethleem Gabor, prince
de Transylvanie, avec la princesse Catherine de Brandebourg. I, 323.


_Turquie._

Discours veritable des visions advenues, au premier et second jour
d'aoust 1589, à la personne de l'empereur des Turcs, sultan Amurat,
en la ville de Constantinople, avec les protestations qu'il a fait
pour la manutention du christianisme. III, 203.

La grande cruauté et tirannie exercée par Mustapha, nouvellement
empereur de Turquie, à l'endroit des ambassadeurs chrestiens, tant de
France, d'Espagne et d'Angleterre. Ensemble tout ce qui s'est passé
au tourment par luy exercé à l'endroit de son nepveu, lui ayant fait
crever les yeux. IV, 273.


_Histoire littéraire, Bibliographie, etc._

Ensuit une Remontrance touchant la garde de la librairie du roy, par
Jean Gosselin, garde d'icelle librairie. I, 1.

Role des presentations faictes aux grands jours de l'eloquence
françoise (1634). I, 127.

Memoire sur l'état de l'Academie françoise, remis à Louis XIV vers
l'an 1696. II, 5.

Nouveau reglement general pour les Nouvellistes. VIII, 261.


_Variétés littéraires en prose._

Le Diogène françois, ou les facetieux discours du vray anti-doteur
comique blaisois (1617). I, 9.

La Vraye Pierre philosophale, ou le moyen de devenir riche à bon
cempte. V, 359.

Histoire joyeuse et plaisante de M. de Basseville et d'une jeune
demoiselle, fille du ministre de Saint-Lo, laquelle fut prise et
emportée subtilement de la maison de son père. III, 83.

Histoire veritable du combat et duel assigné entre deux demoiselles
sur la querelle de leurs amours. II, 357.

Histoire du poëte Sibus. VII, 89.

Le Louis d'or. X, 235.

Lettres de madame de La Fayette à madame de Sablé. X, 117.

Zest-Pouf, historiette du temps. VI, 167.


_Variétés littéraires en vers._

Epistre de madame la Daulphine (_Catherine de Médicis_) escripvant à
madame Marguerite (1543). X, 285.

La Bravade d'amour. IX, 71.

La Chasse et l'amour, à Lysidor. I, 65.

L'Innocence d'amour, à Lysandre. II, 365.

L'oeuf de Pâques ou pascal, à M. le lieutenant civil, par Jacques de
Fonteny. V, 59.

Epitaphe du petit chien Lycophagos, par Courtault, son conculinaire
et successeur en charge d'office, à toutes les legions de chiens
academiques, par Vincent-Denis Perigordien (1613). IV, 255.

Le Miroir de contentement, baillé pour estrenne à tous les gens
mariés. II, 13.

La Muse infortunée contre les froids amis du temps; par Cl. Garnier
(1624). II, 247.

Les Amours du Compas et de la Règle, et ceux du Soleil et de l'Ombre.
VII, 287.

Vers pour monseigneur le Dauphin au sujet d'une aventure arrivée
entre lui et le petit Brancas. V, 353.

Lettre à tous les seigneurs de la cour, pour leur donner avis de la
mort du singe Macaty. IX, 107.

Requête d'un poëte à M. de Valtan, pour être exempté de capitation.
VIII, 231.


_Pièces relatives au théâtre et aux farceurs._

Recit en vers et en prose de la farce des Precieuses. IV, 285.

L'Ouverture des jours gras, ou l'entretien du carnaval (1634). II,
345.

Les Estrennes du Gros Guillaume à Terrine, presentées aux dames de
Paris et aux amateurs de la vertu. IV, 229.

L'Entrée de Gaultier Garguille en l'autre monde, poëme satyrique. IV,
221.

La Surprime et fustigation d'Angoulevent. VIII, 81.

L'Archi-sot, echo satyrique. VII, 37.

Les Estrennes de Herpinot, presentées aux dames de Paris, desdiées
aux amateurs de la vertu, par C. D. P, comedien françois. VI, 41.

Combat de Cyrano de Bergerac avec le singe de Brioché, au bout du
Pont-Neuf. I, 277.


_Pièces satiriques en vers._

La Nouvelle Manière de faire son profit des lettres, traduitte en
françois par J. Quintil du Tronsay, en Poictou. Ensemble: Le Poëte
courtisan (1559). X, 131.

Le Tableau des ambitieux de la cour, nouvellement tracé par maistre
Guillaume à son retour de l'autre monde, par d'Esternod (1622). IV,
33.

L'Eventail satyrique, par le nouveau Théophile. VIII, 131.

Le Carquois satyrique, par A. Gaigneu, Forezien. VI, 287.

La Rubrique et fallace du monde (1622). I, 343.

Les Ballieux des ordures du monde. I, 185.

Pasquil de la cour pour apprendre à discourir (1624). II, 264.

L'Onozandre, ou le Grossier Satyre. V, 291.

Description du tableau de Lustucru. IX, 79.


_Moeurs et usages._

La Chasse au vieil Grognard de l'antiquité (1622). III, p. 27.

Le Bourgeois poly, par Fr. Pédoue (1631). IX, 145.

L'Oeconomie, ou le vray advis pour se faire bien servir, par le sieur
Crespin. X, 1.

Une Education au XVIe siècle. X, 151.


_Modes._

Le Gan de Jean Godard, Parisien. V, 173.

Histoire miraculeuse et admirable de la comtesse de Hornoc, flamande,
estranglée par le diable dans la ville d'Anvers, pour n'avoir trouvé
son rabat bien goudronné, le 15 avril 1616. I, 163.

Consolation aux dames sur la reformation des passemens et habits.
VIII, 140.

La grande proprieté des bottes sans cheval en tout temps,
nouvellement descouverte, avec leurs appartenances, dans le grand
magazin des esprits curieux. VI, 29.

Le Courtisan à la mode. IX, 351.

Le Satyrique de la court (1624). III, 241.

La Revolte des passements. I, 223.

La Faiseuse de mouches. VII, 9.


_Industrie, commerce, agriculture._

Le Plaisir de la noblesse, sur la preuve certaine et profict des
estauffes et soyes... (1605), par B. de Laffemas. VII, 303.

Ennuis des paysans champestres (1614). VII, 295.

Advis de Guillaume de la Portehotteux, ès halles de la ville de Paris
(1621). III, 311.

Quatrains au roy sur la façon des harquebuses et pistolets,
enseignans le moyen de recognoistre la bonté et le vice de toutes
sortes d'armes à feu et les conserver en leur lustre et bonté, par
François Poumerol, arquebusier (1631). VI, 131.

Quinziesme feuille du Bureau d'adresse (1er septembre 1633). IX, 51.

Nouveau reglement general sur toutes sortes de marchandises et
manufactures qui sont utiles et necessaires dans ce royaume, par la
Gomberdière (1634). III, 109.

Reglement d'accord sur la preference des savetiers cordonniers. V, 41.

Discours de deux marchands fripiers et de deux tailleurs, avec les
propos qu'ils ont tenus touchant leur estat. V, 189.

La Misère des apprentis imprimeurs appliquée par le detail à chaque
fonction de ce penible estat. V, 225.

Memoire pour les coeffeuses, bonnetières et enjoliveuses de la ville
de Rouen (1773). IX, 215.


_Variétés satiriques sur les plaideurs et les gens de loi._

L'Adieu du plaideur à son argent. II, 197.

Le Pont-breton des procureurs. VI, 253.

Plaidoyers plaisans dans une cause burlesque. I, 349.

Les Grands Jours tenus à Paris, par M. Muet, lieutenant du petit
criminel. I, 193.

Catechisme des Normands. VI, 173.


_Procès curieux, crimes et supplices._

Discours fait au Parlement de Dijon sur la presentation des lettres
d'abolition obtenues par Helène Gillet, condamnée à mort pour avoir
celé sa grossesse et son fruict. I, 35.

Arrest notable donné au profit des femmes contre l'impuissance des
maris, avec le plaidoyé et conclusion de messieurs les gens du roy
(1626). VI, 307.

Histoire des insignes faussetez et suppositions de Francesco Fava,
medecin italien. II, 75.

Exemplaire punition du violement et assassinat commis par François
de la Motte, lieutenant du sieur de Montestruc, en la garnison de
Metz en Lorraine, à la fille d'un bourgeois de ladite ville, et
executé à Paris le 5 decembre 1607. III, 229.

Histoire admirable d'un faux et supposé mari. VIII, 99.

Cas merveilleux d'un bastelier de Londres, lequel, sous ombre de
passer les passans outre la rivière de Thames, les estrangloit. V,
259.

Histoire horrible et effroyable d'un homme plus qu'enragé qui
a esgorgé et mangé sept enfants dans la ville de Chaalons, en
Champagne. Ensemble l'execution memorable qui s'en est suivie. IV,
217.

Histoire admirable arrivée en la personne d'un chirurgien condamné
comme homicide de soy-mesme. IX, 363.

Factum du procez d'entre messire Jean et dame Renée. IV, 75.

Le Faict du procez de Baïf contre Frontenay et Montguibert. VIII, 31.


_Fameux voleurs et filoux._

La Vie genereuse des Mercelots, Gueux et Boesmiens, par Peschon de
Ruby, avec un dictionnaire en langage blesquin. VIII, 147.

Règles, statuts et ordonnances de la caballe des filous reformés
depuis huict jours dans Paris, ensemble leur police, estat,
gouvernement, et le moyen de les cognoistre d'une lieue loing sans
lunettes. III, 147.

La Rencontre des carrabins de M. le duc d'Espernon aux environs de La
Rochelle, ensemble la prise de quatre trouppes de voleurs. VIII, 331.

La Prinse et deffaicte du capitaine Guillery. I, 289.

Reproches du capitaine Guillery faits aux carrabins, picoreurs et
pillards de l'armée de messieurs les Princes. VII, 71.

Recit veritable de l'execution faicte du capitaine Carrefour, general
des voleurs de France, rompu vif, à Dijon, le 12e jour de decembre
1622. VI, 321.

La Prise du capitaine Carfour, un des insignes et signalés voleurs
qui soient en France (1622). IX, 267.

Discours de la prinse du capitaine Chapeau et du capitaine de la
Callande, ensemble l'execution qui en a esté faicte à Montargy. VII,
227.

L'Estrange Ruse d'un filou habillé en femme, ayant duppé un jeune
homme d'assez bon lieu soubs apparence de mariage. IV, 59.

La Moustache des filous arrachée par le sieur du Laurens. II, 151.

Les Estranges Tromperies de quelques charlatans nouvellement arrivés
à Paris descouvertes aux despens d'un plaideur, par C. F. Duppé. III,
273.

Placet des amans au roy contre les voleurs de nuit et les filoux.
III, 5.

Reponse des filoux (par Mlle de Scudéry). III, 9.


_Courtisanes, chambrières._

Histoire veritable de la conversion et repentance d'une courtisane
venitienne, etc. I, 49.

La Descouverte du style impudicque des courtisannes de Normandie. I,
333.

Le Tocsin des filles d'amour. II, 265.

Histoire veritable et divertissante de la naissance de mie Margot et
de ses aventures. II, 121.

Les Regrets des filles de joie de Paris sur le subject de leur
bannissement. III, 77.

Ballet nouvellement dansé à Fontaine-Bleau par les dames d'amour.
Ensemble leurs complaintes adressées aux courtisans de Venus à Paris.
V, 323.

Brevet d'apprentissage d'une fille de modes à Amatonte. VIII, 223.

La Conference des servantes de la ville de Paris, soubs sainct
Innocent, avec protestations de bien ferrer la mule ce caresme pour
aller tirer à la blanque à la foire de Sainct-Germain et de bien
faire courir l'anse du panier. I, 313.

La Permission aux servantes de coucher avec leurs maistres; ensemble
l'arrest de la part de leurs maistresses. II, 237.

La Reponse des servantes aux langues calomnieuses qui ont frollé sur
l'ance du panier ce caresme; avec l'advertissement des servantes bien
mariées et mal pourveues à celles qui sont à marier, et prendre bien
garde à eux avant que de leur mettre en mesnage. III, 101.

La Maltote des cuisiniers, ou la manière de bien ferrer la mule. V,
243.


_Pièces sur les femmes, l'amour et le mariage._

Ordonnances generales d'amour. II, 169.

Le Bruit qui court de l'espousée. I, 305.

Remontrances aux femmes et aux filles de la France. Extrait du
prophète Esaye, au chapitre III de ses propheties. IV, 361.

Les Misères de la femme mariée, où se peuvent voir les peines et
tourmens qu'elle reçoit durant sa vie, mis en forme de stances par
Mme Liebault. III, 321.

Les Singeries des femmes de ce temps descouvertes; et
particulierement d'aucunes bourgeoises de Paris. I, 55.

Vraye pronostication de Mme Gonin pour les mal-mariés, plates bourses
et morfondus et leur repentir. V, 209.

Le Fantastique Repentir des mal-mariez. IV, 311.

Le Purgatoire des hommes mariez, avec les tourments qu'ils endurent
incessament au subject de la malice et mechanceté des femmes. IV, 81.

Brief Discours de la reformation des mariages. IV, 5.

Le Pasquil du rencontre des cocus à Fontainebleau. III, 217.

Les Priviléges et fidelitez des chastrez, ensemble la responce aux
griefs proposez en l'arrest donné contre eux au profit des femmes.
III, 333.

Remonstrance aux nouveaux mariez et mariées et ceux qui desirent de
l'estre, ensemble pour cognoistre les humeurs des femmes. II, 257.

Lettres nouvelles contenant le privilége et l'auctorité d'avoir deux
femmes. III, 141.

Vengeance des femmes contre les hommes. V, 311.

La Tromperie faicte à un marchand par son apprenty, lequel coucha
avec sa femme, qui avoit peur la nuict, et de ce qui en advint; avec
le Testament du martyr amoureux. III, 313.

Les Plaisantes Ruses et cabales de trois bourgeoises de Paris. VII,
19.

Le Conseil tenu en une assemblée des dames et bourgeoises de Paris.
V, 299.

Discours nouveau de la grande science des femmes, trouvé dans un des
sabosts de maistre Guillaume. VII, 281.


_Variétés culinaires, bachiques, etc._

Le Trebuchement de l'ivrongne, par G. Colletet. III, 125.

La Pièce de cabinet, dediée aux poëtes du temps (par E. Carneau).
III, 283.

La Musique de la taverne et les Propheties du cabaret, ensemble le
Mepris des Muses. VI, 343.

La Rejouissance des femmes sur la deffence des tavernes et cabarets.
X, 175.

Institution de l'ordre des Chevaliers de la Joye etabli à Mezieres.
VII, 237.

Les Merveilles et les excellences du salmigondis de l'aloyau avec les
confitures renversées. I, 363.

Priviléges des enfants Sans-Souci qui donne lettre patente à madame
la comtesse de Gosier-Sallé... pour aller et venir par tous les
vignobles de France. III, 159.

Priviléges et reglemens de l'archiconfrerie vulgairement dite des
Cervelles encoquées ou des Roatiers. III, 297.

Oraison funèbre de Caresme-Prenant, composée par le serviteur du roy
des Melons Andardois. III, 361.

Lettre d'escorniflerie et declaration de ceux qui n'en doivent jouir.
IV, 47.

Les Passe-Port des bons beuveurs. IV, 69.

L'Anatomie d'un nez à la mode. Dedié aux bons beuveurs. V, 133.

Exil de Mardy-Gras. V, 97.

Les de Relais, ou le Purgatoire des bouchers, poulayers, paticiers,
cuisiniers, joueurs d'instruments, comiques et autres gens de mesme
farine. V, 263.


_Magie, aventures surnaturelles, prédictions._

Les Nouvelles admirables lesquelles ont envoyées les patrons des
gallées qui ont esté transportées du vent en plusieurs et divers pays
et isles de la mer, et principalement ès parties des Yndes. V, 159.

Discours veritable de la vie, mort, et des os du géant Theutobocus
(1613). IX, 241.

Examen sur l'inconnue et nouvelle caballe des frères de la
Rosée-Croix, habituez depuis peu de temps en la ville de Paris.
Ensemble l'histoire des moeurs, coustumes, prodiges et particularités
d'iceux. I, 115.

Effroyables Pactions faites entre le diable et les pretendus
invisibles (1623). IX, 275.

Histoires espouvantables de deux magiciens qui ont esté estranglez
par le diable, dans Paris, la semaine sainte. I, 23.

Discours prodigieux et espouvantable de trois Espaignols et une
Espaignolle magiciens et sorciers, qui se faisoient porter par
les diables de ville en ville; avec leur declaration d'avoir fait
mourir plusieurs personnes et bestail par leurs sorcilléges, et
aussi d'avoir fait plusieurs degats aux biens de la terre. Ensemble
l'arrest prononcé contre eux par la Cour du parlement de Bordeaux, le
samedi 10 mars 1610. I, 87.

Rencontre et naufrage de trois astrologues judiciaires: Mauregard, J.
Petit et P. Larivey, nouvellement arrivez en l'autre monde. II, 211.

Discours sur l'apparition et fait pretendus de l'effroyable Tasteur.
Dedié à mesdames les poissonnières, harengères, fruitières et autres,
qui se lèvent le matin d'auprès de leurs maris, par d'Angoulevent.
II, 37.

Histoire prodigieuse du fantosme cavalier solliciteur qui s'est battu
en duel le 27 janvier 1615, près Paris. III, 17.

Discours admirable d'un magicien de la ville de Moulins qui avait un
demon dans une phiole, condamné d'estre bruslé tout vif par arrest de
la Cour du Parlement. V, 199.

Manifeste et predictions des plus veritables affaires qui se doibvent
passer en France cette année 1620, par le sieur de la Bourdanière.
VII, 5.

Les Plaisantes Ephemerides et pronostications très-certaines pour six
années. IV, 247.


_Mélanges et singularités._

Cartel de deux Gascons et leurs rodomontades, avec la dissection de
leur humeur espagnole (1615). II, 315.

Le Feu de joye de Mme Mathurine sur le retour de M{e} Guillaume de
l'autre monde. VIII, 271.

Le Different des chapons et des coqs touchant l'alliance des poulles,
avec la conclusion d'yceux. IV, 277.

La Destruction du nouveau moulin à barbe. II, 49.

Dissertation sur la veritable origine des moulins à barbe. II, 53.

Le Canard qui mange cinq de ses frères, et qui est mangé à son tour
par un colonel. VII, 359.

FIN DE LA TABLE MÉTHODIQUE.



TABLE ALPHABÉTIQUE.


  A

  Académie françoise (Mém. sur l') en 1696. II, 1.
    --Travail pour son Dictionnaire. _Id._, 6-7.
    --Sa grammaire projetée. _Id._, 10.
    --Les jetons de présence. _Id._, 11; VII, 217-219.
    --Les séances à l'hôtel Séguier. VI, 215-216.

  _Accidents arrivés sur la rivière de Loire_, VI, 5.

  Acreigne (M. d'). III, 353.

  _Adieu du plaideur à son argent._ II, 197.

  _Advis de Guillaume de La Porte._ III, 311.

  _Advis de Charlot à Colin._ VIII, 237.

  Agnan, coméd. de l'hôtel de Bourgogne. III, 354.

  Albret (Le maréchal d'). VI, 213.

  Alchimiste. VI, 289.

  Alençon (Duc d'). IV, 307.

  Alexandre VII (Le pape). X, 43, 51.

  Alger (Catherine de Médicis veut faire un de ses
  fils roi d'). IX, 259-260.
    --Causes de la conquête d'Alger. _Id._, 250.

  _Algier_ (_Venue de la royne d'_). IX, 259.

  Aligre (Le sieur d'). IX, 339.

  Allemagne (Processions en). VII, 347.

  Allier, rivière. Ses inondations. VI, 7.

  _Aloyau_ (_Merveilles du salmigondis de l'_). I, 363.

  Amant (Claude), assassin. I, 179.

  Amboise (Prisonniers à) sous Louis XIII. VIII, 193.

  Amant (Saint-).

     La pièce publiée t. VI, p. 343, sous ce titre: _Le Mépris des
     Muses_, est la première version de celle que Saint-Amand appela,
     plus tard, _Raillerie à part, La Débauche_. Elle se trouve dans
     ses Oeuvres, édit. Livet, t. I, p. 135, complétement refaite et
     augmentée de 23 vers.

  _Amours (Les) du compas et de la règle_. VII, 287.

     Depuis l'impression de cette pièce, nous avons appris qu'elle
     est de Desmarets et qu'elle fut publiée dans le _Recueil de
     poésies diverses_ donné par La Fontaine, 1671, in-8º, t. III, p.
     327.

  Amurat, sultan des Turcs. III, 203.

  _Anatomie d'un nez à la mode._ V, 133.

  Ancre (Le maréchal d'). IV, 23; VIII, 237; X, 259, 265.

  Angers. X, 301.

  Angerville (Combat d'). IX, 111.

  Anglais. Invasion de leurs modes et de leur industrie
  en France. II, 53-54.

  Angleterre (La reine d') femme de Charles Ier. X, 161-173, 273.
    --Femme de Jacques II. IX, 341.

  Anglure (M. d'). IX, 105.

  Angoulevent. II, 37; VII, 37; VIII, 81.

  Anne (Dame). III, 338.

  Anne d'Autriche. VIII, 121-122.

  Antitus. VIII, 279.

  Antoine (Saint); outrage fait à sa statue. II, 307.

  Antonio (Don), prieur de Crato. II, 28, 33; V, 287; IX, 47, 48.

  Antraige (Mlle d'). V, 147.

  Antrague (Clermont d'). IX, 99, 100.

  _Archi-Poëte des pois pilés._ VIII, 81.

  _Archi-sot_ (L'). VIII, 37.

  Ardier, sieur de Vineuil. VIII, 119.

  Arquien (M. d'), commandant de Metz. III, 238.

  _Arrest contre les gâteaux des rois._ V, 239.

  _Arrest du conseil des Dix contre George Corner._ VIII, 303.

  _Arrest contre l'impuissance des maris._ VI, 307.

  Asmodée. V, 204, 205.

  _Astrologues_ (_Stances contre les_). VI, 291.

  Aubigné (Agrippa d'). VIII, 55.

   --     (Constant). VIII, 56.

  Auchy (Charlotte des Ursins, V{sse} d'). I, 128.

  Aumont (La duchesse d'). VI, 237, 240.

  Auneau (combat d'). IX, 118.

  Auvray (Jean).

     La _Promenade du Cours_, publiée t. IX, p. 125-126, est de ce
     poëte. Après l'avoir donnée séparément, sans nom d'auteur, il la
     publia dans _ses Oeuvres poétiques_, 1631, in-8, p. 39-40.


  B

  Bacot (Philippe), un des peintres verriers qui travaillèrent à Anet.
    Sa maison au _Pré aux Clercs_. IV, 137.

  Baïf (Antoine), le poëte. VIII, 34, 36, 42.

  Baïf (Guill.), fils du poëte. VIII, 31 et suiv.

  Baïf (Lazare de). X, 153.

  Balbani. I, 211; VII, 310.

  _Ballet dansé à Fontainebleau par les dames d'amour._ V, 321.

  _Ballieux_ (Les) _des ordures du monde_. III, 185.

  Balzac. VI, 213.

  Banne (J. de). VII, 339.

  Barbets voleurs. IX, 271.

  Barbin (Cl.). X, 264.

  Barradas. VIII, 93.

  Basacle (Anes de). III, 71; V, 292.

  Barreau, chef des croquans. VII, 327.

  Basseville (M. de). III, 83.

  Bassompierre (M. de). V, 147; VIII, 223; IX, 269, 324; X, 166.

  _Bastelier de Londres qui egorgeoit les passans._ V, 250.

  Bazinière (La), financier. V, 90.

  Bautru. VII, 234.

  Baulieu (Ruzé de). IX, 95.

  Beauvais Nangis (M. de). IX, 99.

  Beauvais La Nocle.--_Ibid._

  Belin, ecuyer de la reine Marguerite. I, 254.

  Bellay (Joach. du). X, 131.

  Bellerose, acteur. IX, 17.

  Belleville (M. de). IX, 98.

  Bellièvre (le chancelier de). IX, 97.

  Betlem Gabor, prince de Transilvanie. I, 323.

  Benjamin (L'écuyer). VI, 118.

  Betoulaud (L'abbé). III, 7.

  Beys (Ch.). IX, 6.

     Nous avons dit que la _Milliade_ lui fut attribuée. Depuis lors
     plusieurs pièces de ses _Oeuvres poétiques_ (1651, in-4º), p.
     177, 187, 195, nous ont appris qu'il fut mis à la Bastille pour
     un libelle. Peut-être est-ce pour celui-là.

  Bicestre. VII, 271.

  Bièvre, rivière. II, 221; IX, 63.

  Bignon (L'abbé). Mémoire sur le dictionnaire de l'Académie. I, 8.

  Binet (Étienne). I, 128; II, 134.

  Biron (Le duc de). X, 87.

  Bluet d'Arbères. VIII, 81.

  Bocan (Cordier dit), fameux violon. I, 135; VI, 121.

  Bodin (Jean). VII, 138, 143, 145.

  _Bohémiens et gueux._ VIII, 147, 175.

  Boisbelle. X, 276.

  Boisrobert. IX, 17.

  Boisguillot, procureur en 1622. I, 194.

  Bonhomme (Jacques). VI, 53; VII, 300; XI, 138.

  Bonneuil (M. de). X, 103.

  Bontemps (Roger). _Id._, 54.

  Bonzi (Le cardinal). _Id._, 231.

  _Bordeaux_ (_Entrée de la reine à_). VIII, 247.

  Boucher, curé ligueur. X, 74.

  Boucherat. V, 87.

  Boudin (Marie), sorcière. I, 29.

  Bourdanière (Le sieur de la). VII, 9.

  Bourgeois (Jean), son assassinat. I, 179.

  _Bourgeois_ (Le) _poli_. IX, 145.

  _Bourgeoises de Paris, leurs ruses et cabales._ VII, 19.

  Boux (Guill. Le), évêque d'Acqs. VI, 221, 222.

  Brabançon, fameux soudard. VII, 199.

  Brancas (Louis de). V. 363.

  Brandenbourg (Catherine de). I, 323.

  _Bravade d'amour_ (La). IX, 71.

  Breauté (Mme de). III, 266.

     Elle étoit fille de M. de Sancy; elle se fit carmélite après la
     mort de son mari, tué en Flandre en 1610. (_Mém. de Bruys_, II,
     255.)

  Bressieu (Maurice). III, 50.

  Breteuil (Le baron de). _Extrait de ses Memoires._ X, 99.

  Brèves (Savary, sieur de). VII, 86.

  _Brevet d'apprentissage d'une fille de mode._ VIII, 223.

  Brézé (M{al} de). IX, 31.

  _Brief discours entre le soldat et le marchand françois._ VI, 329.

  _Brief discours pour la reformation des mariages._ IV, 5.

  Briare. VII, 345, 346.

  Brienne (C{te}). XI, 28, 105.

  Brioché, farceur. I, 277.

  Brique-Razade (M. de). III, 359.

  Brisson (Le président). I, 3, note.

  Brissac (Le maréchal de). V, 151.

  _Bruit_ (Le) _qui court de l'épousée_. I, 305.

  Bruyère (La). VII, 84.

  Buc (Mlle du), mère du sultan Mahmoud. IX, 261.

  Bude (Louise de). I, 27.

  Buckingham. X, 267 et suiv.

  Bullion (Claude). IX, 32, 33; X, 263.


  C

  Calderon (Don Rodrigue). I, 95.

  Camille (M. de). IX, 102.

  Canada. III, 166.

  Candale (Duc de). I, 239; X, 47.

  _Canard_ (Le) _qui a mangé cinq de ses frères_. VII, 359.

  Canillac (Le M{is} de). IX, 100.

  Capitaine des levrettes du cabinet. VI, 181.

  _Caquet_ (Le) _des poissonières_. II, 131.

  Caresme, artificier. VI, 15.

  _Carême prenant_; _son oraison funèbre_. III, 361.

  Carlos (Le faux Don). II, 28, 34, 38.

  Carneau (Estienne). III, 284.

  _Carquois_ (Le) _satyrique_. IV, 289.

  _Carrefour_ (_Prinse du capitaine_). III, 148; VI, 321; IX, 267.

  Carré, procureur sous Louis XIII. I, 194, 200.

  _Cartel de deux Gascons._ II, 315.

  _Cas merveilleux d'un bastelier de Londres._ V, 259.

  Castelnau (Le sieur de). IX, 99, 102.

  _Catalogue des princes et seigneurs qui accompagnent le roi de
    Pologne._ IX, 91.

  _Catechisme des Normands._ VI, 173.

  _Catechisme des courtisans._ V, 75.

  _Ceremonies_ (Les) _faites à Bicestre_. VII, 271.

  _Cervelles emouquées_ (_Confrairie des_). III, 297.

  César, magicien. I, 27.

  Challange, partisan. I, 215.

  Châlons en Champagne. IV, 217.

  Champgaillard (Le) à Paris. III, 44.

  _Chansons_, _Livres populaires_, etc. I, 17, 214, 292; III, 52, 60;
    V, 32, 33, 34, 223, 264; VI, 42, 282, 330; VII, 6, 21, 92;
    VIII, 38, 281, 285, 288, 336; IX, 20, 83, 120, 129, 147, 199, 201;
    X, 145, 147.

  Chanvallon (Jacq. de Harlay de). IX, 101.

  Chapeau (Le capitaine). VII, 227.

  _Chapelier_ (_Discours de la mort du_). V, 3.

  _Chapons et coqs, leur différend._ III, 277.

  Charlatans, leurs tromperies. III, 273.

  Charles Ier. I, 39; X, 162, 173.

  Charles II. X, 43, 44, 50.

  Charles, capitaine de voleurs. VIII, 178.

  Charles Emmanuel, duc de Savoie. I, 149.

  _Chasse_ (La) _au vieil grognard de l'antiquité_. III, 27.

  _Chasse_ (La) _d'amour_. I, 65.

  Chastrez (Priviléges des). III, 333.

  Château-Renaud. VII, 227, 228.

  Châteauvieux (Joachim de). IX, 100.

  Châtel (P. du). X, 154.

  Chaulnes (d'Ailly, comte de). _Id._, 104.

  Chavigny (Bouthillier de). IX, 29, 30.

  Chérier (L'abbé). VI, 170, 171.

  _Chirurgien homicide de soi-même._ IX, 363.

  Choisy (L'abbé de). X, 106.

  _Choses horribles contenues en une lettre envoyée à Henry de
    Valois._ VI, 201.

  Christine (La reine). VIII, 273, 274, 275.

  Cinq-Mars. VII, 340; VIII, 119 et suiv.

  Clarence (le duc). X, 281.

  Clément (Jacques). X, 56, 60, 72.

  _Cochon mitré_ (Le). VI, 209.

     Nous allons compléter par quelques mots ce que nous avons dit
     sur l'auteur prétendu de ce pamphlet. L'auteur de la _Bastille
     dévoilée_, avons-nous dit (VI, 210), prétend qu'il s'appeloit La
     Bretonnière, tandis que Le Duchat lui donne le nom de Chavigny;
     or, il se nommait tout à la fois Chavigny et La Bretonnière:
     l'un était son nom et l'autre son surnom. Quant à sa captivité
     de vingt ans au Mont Saint-Michel, elle est certaine. Sa mort
     est d'une date encore douteuse, mais antérieure à 1698, ce qui
     détruit l'attribution qu'on lui a faite du _Cochon mitre_. Quand
     parut en effet ce libelle? En 1688. Un homme mort en 1698,
     après vingt ans de captivité, et qui par conséquent étoit déjà
     prisonnier depuis dix ans quand on le publia, ne peut donc pas
     l'avoir fait. Quoi qu'il en soit, comme La Bretonnière, auteur
     ou non de notre pamphlet, est intéressant, voici à l'appui de
     ce que je viens de dire une très-curieuse note de l'intendant
     Foucault, sous la date de 1698: «Le roi ayant fait mettre au
     Mont Saint-Michel le nommé Chavigny, dit La Bretonnière, qui
     faisoit le Lardon de Hollande, je l'ai fait tirer d'une cage
     de bois, où on l'avoit enfermé. Il est mort dans cette abbaye,
     où il a été vingt ans.» (_Mém. du marq. de Sourches_, 1836,
     in-8, t. I, p. 10).--L'auteur de la _Bastille dévoilée_ dit
     que La Bretonnière fut livré par un juif. Nous avons trouvé la
     confirmation de ce détail et le nom du traître. Dans _Pluton
     Maltotier_, p. 95, à propos d'un passage concernant un auteur
     mort au Mont Saint-Michel, on lit cette note: «Le gazetier de
     Hollande trahi par Alvarès, le joaillier, qui le livra au
     ministre.»

  Coconas. IX, 99.

  _Cocq à l'âne_ (Le). IV, 349.

  _Cocus_; _leur rencontre à Fontainebleau_. III, 317.

  Coeur (Jacques). Son calcul sur le nombre des clochers en France.
    VI, 90, 91.

  Coeuvres (La marquise de). VI, 234, 227.

  Coligny. VIII, 5, 7, 10, 12.

  Colletet (Guill.). III, 125.

  _Combat de Cyrano de Bergerac avec le singe de Brioché._ I, 277.

  _Compas_ (_Les Amours du_). VII, 287.

  _Complainte des courtisannes d'amour._ V, 326.

  Condé (Henri II de Bourbon, prince de). IX, 20; X, 228.

  Condé (Le Grand). X, 17, 40, 52, 53.

  _Conference des servantes de Paris._ I, 313.

  _Conferences d'Antitus, Panurge et Gueridon._ VIII, 299.

  _Confitures (les) renversées._ I, 363.

  _Confiteor de M. Fouquet_. V, 92.

  Conrart, académie qui se tient chez lui. I, 127.

  _Conseil entre les dames et bourgeoises de Paris._ V, 299.

  _Consolation sur la reforme des passemens._ VIII, 140.

  _Conspiration faite en Picardie._ VII, 315.

  _Contents_ (Les) _et les Mecontents de ce temps_. V, 325.

  _Contre-Verités_ (Les) _de la cour_. IV, 335.

  Cop (Guill.), médecin. X, 193.

  Coquet (Jacques). IX, 34.

  _Coquilberts_ (_généalogie des_). III, 165.

  Coras (Jean de). VIII, 99.

  Cordonniers. I, 193; III, 196, 251; V, 41; VI, 30; VIII, 291.

  Cormier, opérateur du Pont-Neuf. VII, 103.

  Cornay (Château de). VII, 16.

  Corner (Georges). VIII, 303.

  Cornuel (Le président). IX, 33; X, 231.

  Cotton (le P.). X, 262.

  _Courtisan_ (Le) _à la mode_. IX, 351.

  _Courtisanes_. I, 49, 208, 333; III, 44, 77, 78, 79, 81;
    IV, 48, 240, 325, 326; V, 321, 323, 327, 340;
    VIII, 123, 227, 339, 312; X, 32.

  _Courtisannes d'amour_; _leur complainte_. V, 326.

  _Courtisannes de Normandie._. I, 333.

  _Coutumes, moeurs et usages._ I, 12, 21; III, 57, 58, 129, 309,
    325; VI, 34, 63, 181; VII, 55, 148, 151, 196; VIII, 85, 88;
    IX, 359, 361; X, 7, 30, 146.

  Cramail (Le comte de). I, 135.

  Crespin (Le sieur). X, 1, 23.

  Cressonière (J. de la). IX, 364.

  Crest, ville du Dauphiné. VIII, 217.

  Crillon. IX, 100.

  Croates, Cravates. I, 236.

  Crocheteurs, leur général. IV, 235.

  Croisilles (L'abbé de). I, 135.

  Cromwell (Olivier). X, 43, 53.

  Croquans (Défaite des). VII, 323.

  Cruauté (La grande) de Mustapha. IV, 273.

  Cruche (Maître). VII, 166.

  _Cuisine_, _vins_, _cabarets_, _économie domestique_. I, 16, 363, 367;
    II, 335, 336; III, 43, 55, 133, 160, 162, 194, 283, 296, 301, 302,
    312, 318, 361; IV, 37, 47, 50, 51, 52, 53, 55, 70, 71, 195, 231, 260,
    315; V, 11, 36, 49, 50, 70, 112, 139, 150, 193, 239; VI, 25, 162, 358,
    272; VII, 25, 47, 140, 141, 160, 161, 237; VIII, 169, 234; IX, 352;
    X, 2, 6, 9, 13, 19, 22, 23, 175, 185, 179, 182, 200.

  Cyrano de Bergerac. I, 277.


  D

  _Dames d'amour, leur ballet à Fontainebleau._ V, 321.

  Dampierre (Cl. de). IX, 101.

  Danès (P.). X, 154.

  Dandin. VIII, 72.

     Cet individu qui aida Mme de Maintenon dans les soins qu'elle
     prit du premier né des amours de Louis XIV et de Mme de
     Montespan étoit sans doute, ainsi que nous le fait remarquer
     notre ami G. Desnoiresterres, de la famille de l'abbé Dandin qui
     fut plus tard aumônier du duc du Maine. (_Journal de Dangeau._
     t. I. p. 171.)

  _Dames et jeux_. I, 14, 135; II, 16, 17, 175, 185,
    186, 197, 297, 298, 348; III, 54, 57, 266, 267, 281, 282; IV, 249;
    V, 266, 272, 324; VI, 66, 106, 107, 121, 129, 138; VIII, 233, 282;
    IX, 235; X, 31.

  Daurat (Jean). X, 152, 158.

  _Defaite des croquans en Quercy._ VII, 323.

  Defunctis. II, 162, 163.

  _Deluge ès faubourg Saint Marcel._ IX, 63.

  Demout (Le voyageur). III, 165; VII, 119.

  Denis (Vincent), Périgordin. IV, 255.

  Denyeres (Le sieur). III, 93.

  _Deposition de la supposition de part de Marie,
    reine d'Angleterre._ IX, 341.

  _Descouverture du style impudique des courtisannes de
    Normandie._ II, 233.

  _Description du tableau de Lustucru._ IV, 79.

  Desiré (Artus). VI, 39; X, 283.

  Desportes (Philippe). II, 250; VIII, 43; IX, 95.

  _Diable_; _son pacte avec les invisibles_. IX, 275.

  _Dialogue d'un amant et d'un ivrogne._ III, 135.

  _Dictons et Proverbes._ I, 313, 314, 337; II, 23, 265, 266, 284, 336;
    III, 23, 34, 64, 198, 281; IV, 8, 9, 10, 143, 229, 252, 332; V, 46,
    72, 79, 271; VI, 32, 53, 55, 179, 300; VII, 79, 108, 200; VIII, 102,
    233, 283; IX, 174, 175, 233; X, 13, 181, 184, 244.

  _Differend des chapons et des coqs._ IV, 117.

  _Diogène_ (_Le_) _françois_. I, 9.

  _Discours de deux marchands fripiers et de deuxmaîtres tailleurs._
    V. 189.

    --_de la defaite du duc de Joyeuse._ VII, 211.

    --_de l'armée du duc de Savoie devant la ville de Genève._ I, 149.

    --_de la mort du chapelier._ V, 31.

    --_de la desconfiture des reitres._ IX, 111.

    --_de la mort de Marie Stuart._ V, 279.

    --_de la grande science des femmes._ VII, 281.

    --_de deux marchands, un de Paris et l'autre de Pontoise._ I, 75.

    --_de trois Espagnols magiciens._ I, 87.

    --_de M. Guillaume sur la defaite de trente-cinq poules et un
      coq._ IX, 137.

    --_des grandes processions en Allemagne._ VII, 347.

    --_des troubles d'Aragon._ I, 169.

    --_des visions d'Amurat._ III, 203.

    --_du géant Theutobocus._ IX, 241.

    --_d'un magicien de la ville de Moulins._ V, 199.

    --_sur la fuite des impositeurs italiens._ VII, 261.

    --_sur l'inondation arrivée au faubourg Saint-Marcel._ II, 221.

    --_sur la prise des capitaines Chapeau et la Calande._ VII, 227.

    --_sur les causes de l'extrême cherté._ VII, 137.

    --_sur les lettres d'abolition d'Helène Gillet._ I, 25.

  _Division_ (_La grande_) _entre les femmes et filles de Montpellier_.
    VII, 247.

  _Doctrine de la nouvelle devotion cabalistique_, etc. X, 197.

  Dôle (Siége de). IX, 20.

  Domenchin. IV, 148.

  Dongois (Jean), imprimeur. IX, 64.

  Douat, chef des croquans du Quercy. VII. 325, 332.

  _Dragon_ (Le) _à trois têtes_. IV, 335.

  Dragonnages en Dauphiné. VIII, 217.

  Ducerceau (Baptiste). IV, 122.

  _Duels_, _armes_, _tournois_, etc. II, 183, 221, 350; III, 20, 24,
    30, 34, 93, 96, 114; IV, 35; V, 441, 194, 215, 216, 301; VI, 13,
    121, 131, 135, 137, 280, 324; VII, 181, 251, 299; VIII, 102, 104,
    255.

  _Duel d'un Portugais et d'un Espagnol._ IX, 47.

  Dujardin, son manifeste. VII, 83.

     Dans un manuscrit intitulé _Réflexions historiques sur la mort
     au roy Henri IV_, il est dit que P. du Jardin fut mis en liberté
     sans avoir été jugé, et qu'il obtint, en outre d'une pension de
     600 livres, des lettres de provision de contrôleur des bières à
     Paris.

  Dumoulin (Le ministre). III, 49.

  Dupes (Journée des). IX, 209.

  Duprat (le cardinal). VIII, 250.

  Dupuis (Pierre), fou. II, 273; VIII, 291, IX, 236.

  Dutillet (la). V, 151.


  E

  _Edict du roy sur les serviteurs et servantes._ VII, 205.

  _Education au XVIe siècle_ (_Comment se faisoit une_). X, 151.

  _Effroyables factions entre le diable et les invisibles._ IX, 270.

  _Emprisonnement_ (_L'_) _de D. C. D._ VIII, 211.

  _Enlevement des reliques de saint Fiacre._ VII, 231.

  _Ennuis des paysans champestres._ VII, 295.

  _Entrée de la royne à Bordeaux._ VIII, 247.

  _Entrée de Gauthier Garguille en l'autre monde._ IV, 221.

  Epernon (Le duc d'). V, 153; VI, 204; X, 229, 260.

  _Ephemerides_ (_Les plaisantes_). IV, 247.

  _Epitaphe du petit chien Lycophagos._ IV, 255.

  Erasme. X, 158, 187, 195.

  Errard. II, 230.

  _Escorniflerie_ (_Lettre d'_). IV, 47.

  Espagne (Ouvriers françois en). VII, 173.

  Espignac (d'). X, 63.

  Estelan (Le comte d'). IX, 6.

  Estoublon (d').

     C'est à lui et à Mme de Brégis qu'arriva l'aventure rappelée t.
     IX, p. 185. et mise en conte dans _le Mousquetaire à genoux_. V.
     une note de Saint-Simon dans le Dangeau complet, t. II, p. 135.

  Esternod (d') IV, 33.

  _Estranges tromperies de quelques charlatans._ III, 273.

  _Estrange ruse d'un filou habillé en femme._ IV, 59.

  _Estrange accident arrivé en la ville de Tours._ IV, 303.

  _Estrenes de gros Guillaume à Perine._ IV, 229.

  _Estrenes de Herpinot._ VI, 41.

  _Etymologies_, _argot_, etc. I, 130, 133, 212, 217, 220, 236, 242,
    284, 305, 306, 310, 335, 347; II, 19, 25, 39, 153, 156, 175, 176,
    177, 178, 182, 189, 204, 238, 242, 262, 268, 279, 292; III, 8, 9,
    62, 84, 88, 104, 136, 145, 146, 168, 173, 187, 191,
  193, 195, 196, 219, 221, 222, 223, 236, 276, 303,
  329, 330, 361; IV, 27, 42, 49, 251, 265, 319; V,
  12, 44, 137, 190, 203, 205, 212, 213, 214, 217,
  219, 223, 235, 244, 250, 260, 271, 311, 324, 340;
  VI, 9, 61, 69, 154, 161, 212, 215, 258, 263, 270,
  271, 282, 289, 293, 296, 324, 342, 343; VII, 5, 6,
  22, 23, 28, 43, 47, 77, 93, 130, 154, 155, 162,
  170, 173, 179, 220, 222, 249, 253, 262, 263, 265,
  266, 285, 325, 359, 361; VIII, 83, 86, 87, 90,
  132, 149, 150, 156, 159, 165, 181, 191, 233, 234,
  241, 293, 294, 299, 300, 306, 310; IX, 75, 92,
  107, 122, 154, 162, 177, 179, 187, 190, 192, 193,
  205, 206, 230, 234, 352; X, 6, 8, 11, 28, 64, 68,
  87, 89, 135, 143, 144, 178, 190, 193, 208, 209,
  215, 220, 222, 223, 230, 240.

  _Evantail_ (_L'_) _satyrique_. VIII, 131.

  _Examen de la cabale de la rosée-croix._ I, 115.

  _Exemplaire punition de François de la Motte._ III, 333.

  _Exil de mardi-gras._ V. 97.

  _Extrait de l'inventaire qui s'est trouvé dans les
  coffres du chevalier de Guise._ V, 147.


  F

  _Factum du procès entre messire Jean et dame
  Renée._ IV, 75.

  _Faiseuse_ (La) _de mouches_. VII, 9.

  _Fait du procès de Baïf contre Fontenay et Montguibert._ VIII, 31.

  Famine (La). VIII, 337.

  _Fantastique repentir des mal-mariez._ IV, 311.

  _Fantôme qui se bat en duel._ III, 17.

  Faret. III, 130; VI, 344.

  Faust. IX, 287.

  Fava (Francisco). II, 75.

  Ferrand (David). X, 162.

  Feretti (Em.), secrétaire de Léon X. X, 162.

  _Feu de joie de Mme Mathurine._ VIII, 71.

  _Feu_ (Le) _royal_. XI, 13.

  Feuillade (La). _Id._, 233.

  Fevret (Charles), avocat à Dijon. I, 36, 41.

  _Fille de mode_ (_Brevet d'une_). VIII, 323.

  _Filou habillé en femme._ IV, 59.

  _Finances, monnaies_, etc. II, 138; III, 34, 35, 42, 45, 174, 178,
    313; IV, 43; V, 7, 83; VI, 24, 61, 69, 77, 80, 81, 85, 86, 87, 104,
    103, 107, 109, 159; VII, 22, 38, 134, 142, 146, 153, 157, 159, 175,
    176, 177, 179, 261, 267; VIII, 231, 234, 250; X, 238, 251.

  _Financiers_ (_Le Pot aux roses aux_). IV, 349.

  Fludd (Robert). IX, 292.

  Fontaine (Ch.). _Quintil Censeur et Quintil Horatian._ X, 132, 136,
    137, 139.

  _Fontainebleau_ (_Ballet des dames d'amour à_). V, 321.

    --(_Prise de Carfour à_). IX, 287.

    --(_Rencontre des cocus à_). III, 217.

  Fonteny (Jacques de). V, 59.

  Fontrailles. VIII, 124.

  For-aux-Dames, à Paris. I, 182.

  Forget le fripier. _Id._, 182, 183.

  Forger (Le cuisinier). X, 21.

  Fouquet. V, 86, 91.
    --Sa passion. V, 86.

  _Fragment sur Mme de Maintenon._ VIII, 83.

  François Ier. VIII, 247, 284.

  Frédéric V, électeur palatin. X, 274, 283.

  Fripiers de Paris. I, 181.

  Frontenay. VIII, 31.

  Furetière. VI, 212, 216.

  Furstemberg (Le card. de). _Id._, 232.


  G

  Gadagne (L'abbé de). IX, 101, 102.

  Gaigneu (Antoine), poëte forésin. VI, 287.

  Galigaï (Eléonora). X, 264-265.

  _Gan_ (Le) _de Jean Godards_. V, 173.

  Garnache (M. de la). IX, 101.

  Garnier (Claude). II, 254.

  Gassion. V, 26, note.

  Gaston duc d'Orléans. X, 39, 40, 227.

  Gaufridi. IX, 279.

  Gauthier Garguille. IV, 221; IV, 229.

  Genebrard, évêque d'Aix. VIII, 276.

  Georges (Le cuisinier). X, 22.

  Geneviève (Sainte). X, 187, 196.

  _Gerard_ (_Tourments de Baltazar_). II, 61.

  Gillet (Hélène). I, 25.

  Glocester (Le duc de). X, 45.

  Gobelin (Balthazar), trésorier de l'épargne. I, 7.

  Gobert (Thomas). IV, 188.

  Godard (Jean). V, 173.

  Goguier, procureur sous Louis XIII. I, 194.

  Gonin (Maître). III, 53; V, 209.

  Gonzague (Louis de) duc de Nevers. IX, 95.

  Gosselin (Jean), garde de la librairie du roi. I, 1, 3.

     Jean Gosselin, qui étoit de Vire, mourut âgé de près de cent ans
     au mois de novembre 1604. «Il fut trouvé mort dans une chaise
     près de son feu, tout havi et brûlé et déjà vert.» (L'Estoille.
     édit. Michaud, II, p. 379.)

  Gournay (Mlle de). I, 134.

  Gosier Salé (comtesse de). III, 159.

  Grammont (Le maréchal de). X, 49.

  _Grands jours tenus par le president Muet._ I, 193.

  _Grognard_ (_La chasse au vieil_). III, 27.

  _Gros-Guillaume; ses étrennes à Perine._ IV, 229.

  Groger (Le sieur). VII, 217.

  Guabaston, chev. du guet. VI, 192.

  Guast (Louis de Bérenger, seigneur du). IX, 98.

  Guénegaud (Mme du Plessis). X, 120.

  Gueridon. VIII, 279.

  Guérin, bouffon de la reine Marguerite. I, 220.

  Gueux. VIII, 147.

  Guichart (A.) VII, 351.

  Guillaume (Jean) le bourreau. V, 52.

  Guillaume (Maître). III, 365; VI, 129; VII, 281; VIII, 271; IX, 137, 138.

  Guillaume de Nassau. II, 61.

  Guillery (Le cap.). I, 214, 289; VII, 71; V, 333.

  Guise (Le chevalier de). V, 147.

  Guise (Le duc de). VIII, 17 et suiv.; IX, 111.


  H

  Habicot (Le chirurgien). IX, 244, 245.

     V. dans le _Catalogue des sciences médicales_ de la Bibliothèque
     impériale, t. I, p. 425-426, la liste de ses écrits sur le géant
     Teutobocus.

  _Harangue de Turlupin le souffreteux._ VI, 51.

  Harlay (Sieur de), archevêque de Rouen, puis de Paris. VI, 220.

  _Hazard de la blanque renversé._ II, 325.

  Henri III. VII, 235, 352; IX, 91, 92; X, 59, 60, 66.

  Héricault (Ch. d'). VII, 267.

  Herpinot, farceur. VI, 41.

  Hersent (Charles), docteur en Sorbonne. I, 28.

  Herty (L'), fou de cour. I, 135.

  Hervart (Mlle d'). IV, 307.

  Heudon (Jean). V, 174

  _Histoire de la comtesse d'Hornoc, estranglée par
  le diable._ I, 163.

    --_de la mutinerie de Saint-Médard._ VI, 185.

    --_de la conversion d'une courtisanne venitienne._ I, 49.

    --_de deux magiciens estranglez par le diable._ I, 23.

  _Histoire de trois soldats qui ont outragé l'image de saint Antoine._
    IV, 307.

    --_du combat entre deux demoiselles._ II, 357.

    --_du fantôme qui s'est battu en duel._ III, 17.

    --_du poëte Sibus._ VII, 89.

    --_d'un chirurgien homicide de soi-mesme._ IX, 363.

    --_d'un favori de la cour d'Espagne._ I, 95.

    --_d'un homme qui a mangé VII enfans._ IV, 217.

    --_d'un supposé mari._ VIII, 199.

    --_joyeuse de M. de Basseville._ III, 83.

  Hornoc (Comtesse d'). I, 163.

  Houel (Nicolas). VI, 64; VII, 274.

     V. sur lui et sur la _Maison de la charité chrétienne_, dont
     il fut le fondateur: Cap, _Etudes biographiques pour servir à
     l'histoire des sciences_, 1857, in-18, p. 84-89; et P. Paris,
     _Les Manuscrits françois_, etc., t. II, p. 369-376.

  Houssaye (Du). X, 231.

  Humbelot, procureur en 1622. I, 194.

  Humières (M. d'). VIII, 119.


  I

  _Impositeurs italiens._ VII, 261.

  _Imprimeurs_ (_Misère des apprentis_). V, 225.

  _Incendie du palais de Paris._ II, 159.

  _Industrie_, _Inventions_, _Commerce_, _Agriculture_. II, 79, 123,
    192, 183, 321, 327; III, 110, 111, 112,
  115, 116, 118-119, 120-122, 166, 182, 190-196,
  314, 315, 316; IV, 109, 113, 114, 136, 231, 327;
  V, 71, 140, 226, 227, 235, 339, 340, 342; VI, 138,
  141; VII, 146, 147, 148, 151, 152, 153, 155, 163,
  164, 165, 170, 182, 185, 189, 295-297-307; VIII,
  149, 165; IX, 153, 160, 164, 178, 215, 217, 254.

  _Innocence d'amour._ II, 365.

  _Institution des chevaliers de la joye._ VII, 237.

  _Interrogatoire de Poltrot._ VIII, 5.

  Inteville (M. d'). IX, 102.

  Invisibles (leur pacte avec le diable). IX, 75.

  Isarn (D'). X, 236, 242, 245.

  Ivry (Bataille d'). X, 69, 70.


  J

  Jacques II. IX, 341; X, 44.

  Jars (Le chevalier de). IX, 13.

  Jay (Le président Le). IX, 35, 36.

  Jean (Messire). IV, 75.

  _Jean, son mariage avec Jeanne la Grise._ II, 23.

  _Jeux_ (_Les_) _de la cour_. IV, 17.

  Jocrisse. IV, 281.

  Joseph (Le père). VII, 232; IX, 22, 23, 24.

  _Journée des dupes._ IX, 309.

  Juif chirurgien. VII, 233.

  Joye (Chevaliers de la). VII, 237.

  Joyeuse (Duc de). VII, 211.

  Jumeau, arquebusier du roi. VI, 13, 135.

  Jusseaume ou Josseaume, marchand. I, 184.


  L

  Lacallande (Le capitaine). VII, 227.

  Lafayette (Mme de). X, 117-129.

  Laffemas (B. de). VII, 303; IX, 52; X, 80.

  Laffemas (J. de). IX, 11; X, 77, 96.

     A cette page, _ligne_ 3 de la note, lisez 1579, au lieu de 1529;
     et _ligne_ 6, lisez 1660 au lieu de 1690.

  Lafontaine (Cité). IV, 46.

  Lagarde (Le cap.). VII, 83.

  La Gomberdière (Le S{r} de). III, 109.

  Laguille (Le P.). VIII, 53.

  Lambin (Denis). X, 156.

  Lambert, musicien. VII, 91.

  Langey (Le marquis de). VI, 307, 309, 312.

  Larivey, astrologue. II, 211.

  Larchant. IX, 93.

  _Larmes et complaintes de la reine d'Angleterre sur la mort de son
    espoux_, etc. X, 161.

  Lauzun (Le duc de). VIII, 69.

  Lavalise. VIII, 337.

  Lavardin (Le S{r} de). VII, 211, 213.

  _Legat testamentaire du prince des sotz._ III, 353.

  Lelièvre (Elie). X, 187, 188.

  Lerme (Le duc de). I, 97.

  Le Sage. Le Rodrigue de son _Gil-Blas_. I, 96-113.

  Lescot (P.). Un tableau de lui à Fontainebleau. VII, 148.

  _Lettre de Calvin apportée des Enfers._ VII, 227.

    --_contenant le privilége d'avoir deux femmes._ III, 141.

    --_d'Escorniflerie._ IV, 47.

    --_de M. d'Aligre au chancelier Seguier._ IX, 339.

    --_du général des crocheteurs de France._ IV, 235.

    --_de Vineuil sur la conspiration de Cinq-Mars._ VIII, 119.

    --_d'un gentilhomme françois à dame Jacquette Clément, princesse
      boîteuse de la Ligue._ X, 55.

     M. Leber (_Bulletin du Bibliophile_, I. 1, nº 9, p. 16) met,
     pour la rareté et la curiosité, cette pièce à peu près au niveau
     de la _Prosa cleri Parisiensis_, faite dans le même temps et
     dans le même esprit, et dont un exemplaire, qui se vendrait au
     centuple maintenant, coûta 400 livres à la Bibliothèque du Roi
     lors de la vente de l'abbé Sepher, en 1786.

    --_sur la mort du grand Macaty._ IX, 107.

  _Lettres de Mme de Lafayette._ X, 117.

    --_patentes sur la plantation d'un mai._ IX, 359.

  Lezay (La marquise de). X, 1-2.

  Lhermite amiral. I, 41.

  Liancourt (Ch. Du Plessis). IX, 101.

  Libertat. II, 297.

  Liébaut (Mme). III, 321.

  Ligue (La). Son premier manifeste. VII, 315-322.

  Lima. I, 141.

  Lincestre (curé ligueur). X, 74.

  Lionne (Mme de). VI, 228, 230.

  Lionne (L'abbé de).      X, 106.

  _Logement pour la cour de Louis XIII._ X, 225.

  _Loire_ (_Accidents arrivés sur la_). VI, 5.

  Longueville (La duchesse de), morte en 1629. V, 151.

  Lorens (Jacq. du). II, 151.

     M. Ed. Tricotel approuve l'attribution que nous avons faite à
     Du Laurens de _La Moustache des filous enlevée_ (_Bulletin du
     Bibliophile_, 1862, p. 1313). Il cite une autre pièce de lui qui
     n'étoit pas moins inconnue, _La Calotte_, et il reproduit une
     satire _contre le demy-sçavant_, non comprise dans son recueil
     et dédiée à son ami Colletet.

  Loret, auteur de la _Muse historique_. I, 192.

  Loste. X, 77, 89, 97.

  Louis XIII à la journée des Dupes. IX, 309-326.

  Louis XIV. X, 37, 41, 53, 107-115.

  _Louis d'or_ (Le). X, 235.

  Louis XIII au pas de Suze. IX, 327.

  Louvet. III, 173, 178.

     Il étoit trésorier de l'argenterie du Roy en 1610.

  Lugoli, lieutenant criminel. I, 199.

  Lumagna (Les). II, 199; VII, 268.

  Luynes (Le connétable de). IV, 19, 20.

  _Lustucru_ (_Description du tableau de_). IX, 79.

  Lyon. X, 197.


  M

  Macassar (Princes de) baptisés à Versailles en 1688. IX, 261.

  Macaty (Singe). IX, 107.

  Macette (Dame). III, 77.

  Machaud. IX, 11.

  Madagascar (Prince de) baptisé à Paris. IX, 261.

  Madrigal (Le pâtissier de). II, 27.

  _Magiciens estranglez par le diable._ I, 23.

  _Magie_, _superstitions_. I, 25, 29, 87, 115; II, 212, 368; III, 38,
    212-213, 267; IV, 275, 323; V, 66, 162, 167, 168-169, 201, 204,
    267, 269; VI, 202, 289, 291, 294; VII, 253; IX, 275, 281, 285,
    286, 292; X, 57.

  Mai (Plantation d'un). IX, 359.

  Maignelay (La marquise de), grande dévote amie de saint Vincent de Paul.

     C'est elle qui doit être désignée sous l'initiale M. au t. I, p.
     129.

  Maintenon (Mme de). VIII, 53.

  Mallot, ministre calviniste. VI, 187.

  _Malmariez_ (_Fantastique repentir des_). IV, 311.

  Mancini (Marie). X, 41.

  Mancini (Hortense). X, 47.

  Mangot (Le chancelier). X, 262, 264.

  _Manière de bien ferrer la mule._ V, 243.

  _Manifeste de ce qui doit se passer en France en 1620._ VII, 5.

  _Manifeste de P. du Jardin._ VII, 63.

  Mansfeld (Le duc de). I, 217.

  Marais, bouffon de Louis XIII. IV, 337.

  Marchand (Le capitaine). IX, 36.

  _Mardi gras, son exil._ V, 97.

  Marguerite (La reine). I, 207; II, 16, 254.

  _Mariages_ (_Réformation des_). IV, 3.

  Marie Stuart (Mort de). V, 279.

  Marie, reine d'Angleterre. IX, 331.

  Marillac, garde des sceaux. IX, 9, 326.

  Marillac (M. de). IX, 8.

  Marion Delorme. VIII, 120, 121.

  _Maris. Arrest contre leur impuissance._ VI, 307.

  Martin Guerre. VIII, 99.

  Mascaron. VI, 222, 223.

  Mathurine, folle du roi. VI, 529; VIII, 271.

  Matignon (M. de). Lettre que lui adresse Charles IX.

  Maubert (Nouveaux compliments de la place). IX, 229.

  Mauclerc, procureur en 1622. I, 194.

  Maure (La comtesse de). X, 126.

  Mauregard, astrologue. II, 211.

  Mauraisin (Noël). VII, 267.

  Mayenne (Le duc de), tué en 1622. VII, 250.

  Mazarin. IX, 322; X, 42, 49.

  Médicis (François de). VII, 333.

  Médecine. II, 108, 113; III, 170; IV, 82, 251; V, 134, 195, 305;
    VI, 120; VII, 33, 233, 259; VIII, 284; X, 212, 213, 214.

  _Melons Andardois_ (_Roi des_). III, 361.

  _Memoire pour les coiffeuses, bonnetières et enjoliveuses de la
    ville de Rouen._ IX, 215.

    -- _sur le prix des vivres à La Rochelle._ VI, 23.

    -- _touchant la seigneurie du Pré-aux-Clercs._ IV, 87.

  _Menippée de Francion, ou responce au Manifeste anglois._ X, 267.

  Mercelotz. VIII, 147.

  Mercoeur (Le duc de). I, 293; III, 212.

  _Merveilles du Salmigondis de l'Aloyau._ I, 363.

  Mesmer (Claude de). IV, 75.

  Mesmer (H. de). X, 151, 154, 155.

  Mesmer (J. J. de). X, 152.

  Michel, magicien à Moulins. V, 99.

  _Mie Margot_ (_Histoire de_). II, 121.

  Mignet, son livre sur Antonio Perez. I, 169.

  _Mignons_ (_Vertus et propriétés des_). VII, 331.

  _Miliade_ (La). IX, 5.

  Milmont (Curé de). IV, 323.

  _Miroir de contentement._ II, 13.

  Miron (Le médecin). IX, 94.

  _Misères des apprentis imprimeurs._ V, 225.

  _Misères de la femme mariée._ III, 321.

  Modes (Détails sur les). I, 12, 21, 62, 132, 163,
  217, 223, 224-257, 283, 307, 309, 317, 334, 335,
  337, 340, 344, 352; II, 18, 20, 57, 83, 90, 123,
  151, 190, 192, 243, 316; III, 36, 37, 38, 39, 40,
  41, 43, 46, 64, 102, 104, 106, 113, 114, 117, 118,
  119-122, 156, 190, 242, 243, 245, 246, 247, 248,
  249, 250, 252, 253, 255, 257, 267, 268, 269; IV,
  136, 291, 299, 362; V, 68, 99, 124, 135, 149, 180,
  181, 182, 183, 184, 185, 192, 302, 311, 312, 313,
  315, 316, 331, 345, 360; VI, 32, 33, 35, 37; VII,
  9, 11, 15, 17, 25, 29, 42, 46, 51, 94, 99, 101; VIII,
  166, 167, 168-169, 175, 249, 334, 336; IX, 88,
  132, 133, 134, 135, 136, 140, 245, 256, 306; X,
  81, 129, 131, 139, 164, 215, 351, 355, 356; X, 27,
  29.

  Moisset (financier). III, 181-184; IV, 343; VIII, 243.

  Molière cité. I, 224, 235, 248, 347, 352; II, 16, 200; III, 38, 106;
    IV, 9, 10, 285-306.

  Montaiglon (A. de). I, 275; VIII, 195.

  Montbazon (M. de). IV, 337; V, 291.

  Monguibert. VIII, 31.

  Monnerot (financier). V, 91.

  Montaigu (L'abbé). X, 45.

  Montigny (Le comte de). VIII, 122.

  Montmaur (P. de). I, 129.

  Montmorin (M. de). IX, 103.

  Montrésor. III, 129.

  _Montpellier_ (_Division entre les femmes et les filles de_). VII, 247.

  Montpensier (Catherine-Marie de Lorraine, duchesse de). X, 55 et suiv.

  Montpezat (M. de). VIII, 171.

  _Monstre_ (_Le_) _à trois têtes_. IV, 344.

  _Moulin à barbe_ (_Destruction du_). II, 49.

  _Moulins à barbe_ (_Origine des_). II, 53.

  _Moustache_ (_La_) _des filous enlevée_. II, 151.

  Muet, lieutenant au petit criminel. I, 193.

  _Muse_ (_La_) _infortunée_. II, 247.

  _Musicien_ (_Le_) _renversé_. VIII, 93.

  _Musique de la taverne._ VI, 341.

  Mustapha, empereur des Turcs. IV, 273.


  N

  Navarre (Le roi de), Henri IV. VII, 214, 215.

  Nemours (La duchesse de). X, 44.

  Neri en Verbos (Sieur de). Ce que signifie son nom. III, 142.

     Le _Bulletin du Bibliophile belge_, 1863, p. 104-105, s'est
     rencontré avec nous pour l'explication de ce pseudonyme.

  _Nez à la mode_ (_Anatomie d'un_). V, 133.

  Nicolas (Le cuisinier). X, 22.

  Niel (P. de) ou Niert (de) le musicien. IX, 330-331.

  _Noblesse_ (_Plaisirs de la_). VII, 303.

  _Normandie_ (_Courtisanes de_). I, 333.

  Notre-Dame de l'Épine. VII, 350-351.

  _Nouveaux compliments de la place Maubert._ IX, 229.

  _Nouvelle de la venue de la roine d'Alger à Rome._ IX, 259.

  _Nouvelle manière de faire son profit des lettres, traduitte en
    françois par J. Quintil, du Tronsay, en Poictou. Ensemble:
    le Poëte courtisan._ X, 131.

  _Nouvelles admirables des Indes._ V, 159.

  _Nouvellistes_ (_Règlement pour les_). VII, 261.

  Noyers (De) Sublet. IX, 22, 27.

  Nully (Le président de). I, 2; X, 74.


  O

  O (François d'). IX, 104.

  _Oeconomie, ou le vray advis pour se faire bien servir_, par le sieur
    Crespin. X, 1-22.

  Olerius, magicien. I, 29.

  _Oeufs de Pâques_ (_Les_). V, 59.

  _Ombre_ (_L'_) _du mignon de fortune avec l'enfer des ambitieux
    mondains_, etc. X, 77.

  _Onophage_ (_L'_), _ou le Mangeur d'âne_. III, 67.

  _Onozandre_ (_L'_), _ou le Grossier_. V, 291.

  _Ombre_ (_Amours de l'_) _et du compas_. VII, 287.

  _Oraison funèbre de carême prenant._ III, 61.

  _Ordonnances générales d'amour, par le baron de Mistingue._ II, 169.

  _Ordonnance pour le reglement du camp._ I, 139.

  _Ordre à tenir pour la visite des pauvres honteux._ V, 127.

  _Ordre du combat fait en la ville de Moulins._ III, 93.

     V., sur ce combat, les _Mémoires_ de Martin du Bellay, liv.
     VIII, fin de l'année 1537.

  Orléans, Histoire de _la vache à Colas_. II, 39.
    --Le bonhomme Petau. _Id._, 279.
    --La glose d'Orléans. _Id._, 294.
    --Manufactures de soie. VII, 313.
    --Siége par M. de Guise. VIII, 16.
    --Les Siamois à Orléans. X, 102.

  Ordres de chevalerie burlesques. VII, 237-239, 248.

  Ornano (D'), colonel des Gardes Corses. IV, 339.

  Orvietan (l'). VII, 113.

  _Ouverture des jours gras._ II, 345.


  P

  Padel, successeur de Tabarin. III, 151.

  _Paille_ (_Miracles de la_). VIII, 323.

  _Paille_ (_Louanges de la_). VIII, 325.

  Paloiseau (Hôtel). IV, 184.

  Pamperon, procureur en 1622. I, 191.

  Panurge. VIII, 279.

  Parabère (M. de). I, 299.

  Paris. Les fripiers, I, 181.
    --La Tonnellerie, _id._
    --Rue de la Heaumerie, 182.
    --Rue Tirechappe, 189.
    --Rues des Bourdonnais et de la Limace, _id._
    --Rue du Plat d'Étain, _id._
    --Le cabaret de la Table Roland, près l'apport Paris, I, 195;
        III, 127; VI, 40.
    --Les manteaux rouges voleurs, II, 198; V, 194; VI, 326.
    --La taverne du Pied de Biche, près le Temple, I, 202.
    --La Cour des Miracles, 203.
    --Palais de la reine Marguerite, I, 207, 219; IV, 132-175; V, 327.
    --Eglise Saint-Bon, I, 209.
    --Moulins à vent hydraulique, à l'île Notre-Dame, _id._, 211.
    --Ile Louviers, 219.
    --Brodeuses du faubourg Saint-Antoine, 240.
    --Bataille de laquais, 283, 285.
    --Charnier des Innocents, 313.
    --Servantes de Paris, I, 313, 321; II, 237; III, 101; V, 243, 244,
        246, 250, 251, 253, 254, 257, 345; VI, 265, 274; VII, 142, 205,
        207; IX, 172.
    --L'officialité, I, 319; VI, 308; IX, 12.
    --Rôtisseries du petit Châtelet, I, 367.
    --Boucherie de Saint-Etienne-du-Mont, 369.
    --Concerts de Sainte-Cécile aux grands Augustins, II, 14.
    --Les orgues des Cordeliers, _id._
    --Le feu de la Saint-Jean à la Grève, 15.
    --Le carrefour de Notre-Dame-de-la-Carole, 16.
    --La friperie, 19.
    --Les forges du Pont-au-Change, 23.
    --Les colosses du Pont-Notre-Dame, 40-41.
    --Le petit Châtelet, 43.
    --Le chevalier Tape-cul au Palais-Royal, 44.
    --Les Gobelins, 55, 223, 227, 231, V, 138.
    --Le moulin de Croulebarbe, II, 58.
    --Les coiffeurs, 57.--L'église

  Saint-Leufroy, 101.
    --Le Fort l'Evesque, 109.
    --Les apothicaires, 115.
    --Le gros Thomas au Pont-Neuf, 125.
    --La Grenouillère, 128.
    --Poissonnières de la place Maubert, 132.
    --Les Feydeau, 138, 139, 140.
    --Saint-Germain-le-Vieil, 149.
    --Incendie du Palais en 1618, 159, 167; III, 127.
    --La table de marbre, II, 161.
    --Les statues des rois au Palais, 162.
    --La pierre-au-let, 169, 173.
    --Les épices du Palais, 159, 179.
    --Cabarets de La Boisselière et de la Coiffier, 202; V, 36.
    --Inondation de la Bièvre, II, 221; IX, 63-70.
    --Le copeau de S.-Victor et ses moulins, II, 226.
    --Tanneurs de la Bièvre, 229.
    --Bureaux de placement des domestiques, 227.
    --Marché aux pourceaux de la Butte S.-Roch, 270.
    --Académies (_manéges_) au faubourg S.-Germain, 271; IV, 188.
    --Le pont aux oiseaux, II, 276.
    --L'île maquerelle, 283.
    --Carrosses en 1619, 282, 284.
    --Les voleurs à la poire d'angoisse, 295.
    --Le tombeau de Commines aux grands Augustins, 297.
    --La Blanque en 1649, 325.
    --Filles du faub. S.-Germain et du Marais, I, 207, 219; II, 346,
        366; V, 323.
    --La foire Saint-Germain, II, 348; IV, 328.
    --Les faubourgs enfermés dans la ville en 1634, II, 349.
    --Voleurs sous Louis XIV, III, 5, 8.
    --Le château des Porcherons, 31.
    --Le château de Vauvert, 31; IX, 290.
    --Le Luxembourg, III, 5-8, 32.
    --Le Huleu et le Champ-Gaillard, 44.
    --La maison du patriarche au faubourg Saint-Marcel, 51; VI, 186, 198.
    --Assemblées calvinistes à Popincourt, III, 51.
    --Etat de Paris sous Charles VI, 62.
    --Irlandais à Paris, 62.
    --La tour des Dames, 68.
    --Les plâtriers de Montmartre, 70.
    --Le Puits-Certain, le Puits de Rome, 78.
    --L'hôtel de Montmorency, 99.
    --Le pont Rouge ou pont Barbier, 102.
    --Les tisserands de la Macque, rue de la Tixeranderie, 113.
    --Fabrique de tapisseries de La Planche, 116.
    --Le cabaret de Cormier, 138; VIII, 296.
    --Le pont Alais, III, 142; IV, 226; VII, 39.
    --Filous de la Samaritaine, III, 147-148.
    --Le carrefour Guillori, 150.
    --Filous du faub. S.-Germain et du Marais, 154; IX, 271, 297.
    --L'hôtel de Scipion Sardini, III, 174; V, 221; VI, 115.
    --Les crocheteurs de la Grève, III, 179.
    --Le quai Malaquais, 179; IX, 297.
    --Supplice à la croix du Trahoir, III, 231.
    --Les Ursulines de la rue Saint-Jacques, 265.
    --Les Carmélites de la rue du Bouloi, 266.
    --Boucheries, 314, 315.
    --Cabarets en 1622, 318-319.
    --Le petit Saint-Antoine, 318.
    --Le crocheteur de la Samaritaine, IV, 27, 235.
    --L'hôtel Concini, rue de Tournon 30, VIII, 233, IX, 315; X, 106, 265.
    --Marchands de meubles de la rue Frépillon, IV, 48.
    --Asile dans les églises de Paris, 76.
    --Ce qu'on appelait la petite Seine, 90, 97.
    --Le Pré-aux-Clercs, 93, 95; IX, 297.
    --Le carrefour Buci et la rue des Mauvais-Garçons, IV, 95.
    --La chapelle Saint-Germain des Orges, au Pré-aux-Clercs, 94,
        97, 99, 100.
    --La rue du Colombier (rue Jacob), 108, 132.
    --La maison de Baptiste du Cerceau, 121-123.
    --La rue des Marais, 125.
    --La petite Genève, 125-126.
    --L'hôpital de la Charité, 138.
    --Le cimetière de Saint-Père, 139.
    --Maison de des Iveteaux au Pré-aux-Clercs, 141-148.
    --Hôtels garnis du faubourg Saint-Germain au dernier siècle, 151;
        IX, 300.
    --La maison Colletet, IV, 161.
    --La rue de la Sorbonne ou de l'Université, 182-183.
    --L'hôtel Tambonneau, 185.
    --Les commencements de la rue du Bac, 193.
    --Les filles de Saint-Joseph, 198.
    --Collége de Reims, 258.
    --L'Hôtel Montbazon, rue Béthizy, 338.
    --L'impôt des portes cochères pendant la Fronde, V, 7, 338.
    --Duels au Pré-aux-Clercs, 44.
    --Le collége de Cambray, 46.
    --Maison de Colbert, rue du Mail, 95.
    --Etablissement pour les pauvres au XVIIe siècle, 128, 129, 130, 131.
    --L'hôtel Sourdis, 136.
    --Les libraires du mont Saint-Hilaire, 231.
    --Les financiers de la place Vendôme, 232.
    --Les écrivains des Saints-Innocents, 248.
    --La Vallée, 252.
    --La rue des Jeux-Neufs, 266-267.
    --La statue de P. du Coignet à Notre-Dame, 269.
    --La tour de la Commanderie de Saint-Jean de Latran, 322.
    --L'église Saint-Barthélemy, 335.
    --Feux d'artifice sous Louis XIII, VI, 14.
    --La rue Tiquetonne, 14.
    --Incendie au port au foin en 1618, 16.
    --La boue de Paris en 1616, 37-38.
    --La charité chrétienne, rue de l'Ourcine, 64, VII, 274.
    --Les Quinze-Vingts, VI, 66.
    --Impôt à Paris en 1622, 97.
    --Vol de reliques à la Sainte-Chapelle en 1589, 201.
    --Procureurs de la rue des Mauvaises-Paroles, 261.
    --Le trésor de la Bastille, 262.
    --La voûte de Nicolas Flamel au cimetière des Saints-Innocents,
        269-270.
    --Procureurs des environs de la place Maubert, 271.
    --Cocus de la rue Quincampoix, 274.
    --Les Nymphes de Jean Goujon à la fontaine des Innocents, VII, 39.
    --Le quartier de la Nouvelle-France, 42.
    --Diminution des loyers pendant la Fronde, 61-68, 365.
    --Les enfants-bleus, 92.
    --Le collége de Lisieux, VII, 93.
    --Charlatans du Pont-Neuf, 103-108.
    --Le may des imprimeurs, 133.
    --Rentes sur la ville en 1586, 159.
    --La promenade au cours de la Porte-Saint-Antoine, 201.
    --Rentes de l'Hôtel-Dieu (1589), 261.
    --Les Invalides à Bicêtre sous Louis XIII, 271-279.
    --Magnaneries à l'hôtel de Retz, 308.
    --Magnaneries aux Tuileries, 309.
    --L'italien Balbani au château de Madrid, 310.
    --Plantation de mûriers près de Saint-Thomas du Louvre, 310.
    --Maison de Baïf, rue des Fossés-Saint-Victor, VIII, 40.
    --Maison d'Estienne Pasquier sur le quai de la Tournelle, 41.
    --Les filles-bleues de la chaussée des Minimes, 71.
    --Logis de Scarron, rue Neuve-Saint-Louis; 73.
    --Maison de la rue de Vaugirard où Mme de Maintenon élève les
        bâtards du roi, 74.
    --Fours du quai de la Ferraille, VIII, 152.
    --Cour des Miracles, 160.
    --Le Huleu, 223.
    --Bassompière et la lingère de la rue de Bourg-l'Abbé, 223.
    --J.-J. Rousseau, rue Plâtrière, 233.
    --Nouvellistes aux Tuileries, au Luxembourg, au Palais-Royal,
        au quai des Augustins, aux Célestins; 262-265, 267.
    --Antonio Perez à Paris, 265.
    --La Pomme de Pin et la Croix-Blanche, cabarets, 296.
    --Une inscription du Petit-Pont avant 1718, IX, 11.
    --Le Pont-Marchand, son fondateur, 36.
    --Bureau d'adresses en 1633, et petites-affiches, 51, 61.
    --L'hôtel de Nemours, 55.
    --L'enseigne de la Femme sans tête, 83.
    --Cours de la Porte Saint-Antoine sous Louis XIII, X, 25, 34, 125, 130.
    --Le jardin de l'Arsenal, IX, 126, 127; X, 31.
    --Le jardin de Dupont à la Roquette, IX, 127.
    --Le Marché du cimetière Saint-Jean, 229.
    --Les poissardes de Paris en 1644, 230.
    --Les harengères du Petit-Pont, 233-234.
    --Le Mont-Parnasse, 290.
    --Le diable Vauvert, _id._
    --Magie au Marais, 292, 294.
    --Le Luxembourg sous Louis XIII, 314.
    --Le mai de la basoche, 359-361.
    --Le boulevard Saint-Antoine sous Louis XIII, X, 28.
    --Le pavage du faubourg Saint-Antoine, 28.
    --Le couvent de Sainte-Marie à Chaillot, 45, 165.
    --Henri IV surprend les faubourgs de Paris, 65.
    --Famine à Paris, 70.
    --Le jardin ou parc des Tuileries et sa grotte; 91, 93.
    --La maison de Rambouillet au faubourg Saint-Antoine, 164.
    --D'où vient le nom de la rue Chantereine, 135.
    --Le collége de Bourgogne, 152.
    --Le collége Montaigu, 157-159.
    --L'île Notre-Dame, 189.
    --Les diamans du s{r} d'Arce au Temple, 278-279.

  Pasquier (Etienne). I, 364; II, 169.

  _Pasquil de la cour pour apprendra à discourir._ III, 264.

  _Pasquil touchant les affaires de ce temps._ VIII, 347.

  _Pasquil du rencontre des cocus à Fontainebleau._ III, 217.

  _Passage du cardinal de Richelieu, à Viviers._ VII, 339.

  Passard, laquais de l'abbé Chérier, le censeur, qui prit son
    nom pour pseudonyme. VI, 170-171.

     V. sur l'abbé Chérier un article de M. Guessard (_Corresp.
     litt._, 5. fév. 1858, p. 73-81); et l'_Histoire de la censure
     théâtrale en France_, par M.. V. Hallays-Dabot, 1862, in 18, p.
     54.

  Passemens (_La révolte des_). I, 223.

  _Passeport des bons buveurs._ IV, 69.

  _Passeport pour l'autre monde._ IX, 337.

  _Passion de M. Fouquet._ V, 86.

  _Pâtissier de Madrigal._ II, 27.

  Pavillon. II, 2.

  Pedoue (François), auteur _du Bourgeois poli_. IX, 146.

     Aux détails déjà donnés sur ce facétieux chanoine de Chartres
     nous ajouterons qu'on a de lui quelques chansons satiriques,
     entre autres la requête de _l'Ane qui vielle à messieurs du
     chapitre_, publiée dans le _Magasin pittoresque_ de 1856, p. 56.

  Pichon de Ruby. VIII, 147.

  Pegenac, docteur de Sorbonne. I, 3.

  Perez (Antonio). I, 169; VIII, 263.

  Perine. Ses étrennes. IV, 229.

  Permission (Comte de). VIII, 81.

  _Permission aux servantes de coucher avec leur maître._ II, 237.

  Perdrigeon, marchand. I, 283.

  Perse (Infante de) à Paris en 1666. IX, 261.

  Philippe II, roi d'Espagne. I, 171, 173.

  Pibrac. IX, 94.

  _Pièce du cabinet_ (_La_). III, 283.

  Picardie (Conspiration faite en), VII, 315.

  Picotin (Capitaine). VI, 279.

  Piedaigrette. III, 165.

  Piron. VI, 171; IX, 107.

  _Placet des amants contre les voleurs._ III, 5.

  _Plaidoyer dans une cause comique._ I, 349.

  _Plaisantes ruses et cabales de trois bourgeoises._ VII, 19.

  _Plaisante nouvelle sur ce qui se passe en Piémont._ VI, 279.

  _Plaisirs de la noblesse._ VII, 303.

  Planto (Le colonel Otho). IX, 98.

  Pois pilez. VIII, 81.

  Poitou (Académie de Larrons en). VIII, 153-154.

  Polichinel. I, 355.

  Pologne (Le roi de). IX, 91.

  Poltrot. Son interrogatoire. VIII, 5.

  Pontalais (Jean du). III, 142.

     Le vrai nom de ce farceur étoit Jehan de l'Espine du
     Pont-Alletz, et son surnom _Songe-creux_, comme nous l'avons
     appris par la mention d'un présent de 223 livres tournois que
     lui fit François Ier, devant qui il avoit joué des farces.
     (V. L. Lacour, _Oeuvres de Des Périers_, t. II, 154, note.)
     Ce surnom me fit penser que les _Contredits de Songe-creux_,
     toujours prêtés à Gringore, bien qu'ils ne fussent pas dans
     sa manière, pourraient bien être de Pontalais; je le dis dans
     l'_Introduction_ aux _Chansons de Gaultier Garguille_, p.
     lxxix, et peu de temps après je fus heureux de voir que M. Ch.
     d'Héricault avoit approuvé cette conjecture. C'est sous le nom
     de Pontalais, et non sous celui de Gringore, qu'il a donné des
     extraits des _Contreditz_ dans le t. I, p. 531-540, du recueil
     des _Poëtes français_ de M. Crépet. Notre littérature de la fin
     du XVe siècle et du commencement du XVIe retrouve ainsi un poëte
     de plus.

  _Pont-Breton des procureurs._ VI, 253.

  Pont-de-Gourlay (M. de). IX, 31; X, 231, 232.

  _Pont-Neuf frondé._ III, 337.

  Pontoise. I, 75, etc.

  Porte (De la), grand prieur de France. VII, 217.

  _Pot aux roses aux financiers._ IV, 349.

  _Pot aux roses_ (Le) _découvert_. VII, 199.

  Poulet, lettre galante. I, p. 12, note 21.

  Poumerol (François). VI, 131.

  Pourchot (Edme). IV, 87.

  _Précieuses_ (_Récit de la Farce des_). IV, 295.

  Prestre Jean (Le). V, 162, 163, 164, 165, 167, 171.

  _Prinse du capitaine Carrefour._ IX, 267.

  _Prisonniers_ (Salve Regina _des_). VIII, 193.

  _Prisonniers. Leur purgatoire._ VIII, 201.

  _Privilége des cervelles émouquées._ III, 297.

  _Privilége des chastrez._ III, 333.

  _Privilége des Enfants Sans-Soucy._ III, 159.

  _Procession en Allemagne._ VII, 347.

  _Procureurs_ (_Pont-Breton des_). VI, 253.

  _Promenade du Cours._ IX, 125.

  _Propriété des bottes sans cheval._ V, 229.

  _Purgatoire des prisonniers._ VIII, 201.

  _Purgatoire des hommes mariez._ IV, 81.

  _Purgatoire des bouchers, charcutiers_, etc. V, 263.

  Pussort. V, 88-89.

  _Putains à cul_ (Les). VIII, 337.


  Q

  _Quatrains sur les harquebuses et pistolets._ VI, 131.

  Quélus (M. de). IX, 101.

  Quercy. VII, 323.

  _Querelle des femmes du faubourg Saint-Germain avec les filles du
    faubourg Montmartre._ IV, 323.

  _Questions de la cour._ V, 75.

  _Questeuses_ (_Satyre sur l'indécence des_). V, 331.

  Quintil du Tronsay. X, 131.

     Nous avons su par une note de M. Brunet (_Manuel_, nouv. édit.,
     t. IV, p. 1023), que la satire de Quintil, _La Nouvelle Manière
     de faire son profit des lettres_, etc., étoit une traduction
     de l'épître d'Adrien Turnèbe, _De nova captandæ utilitatis e
     literis ratione metrice scripta ad Leoquernum_: Paris, 1859,
     in-8º.--M. Brunet ajoute qu'une autre traduction de cette épître
     fait partie des oeuvres de J. Du Bellay; or nous avons prouvé
     que celle de Quintil et celle de Du Bellay sont la même.


  R

  _Rabelais_ (_cité_). I, 63, 267; II. 197, 240, 241, 283, 297;
    III, 21, 36, 61, 126, 162, 167; V, 274; VI, 39, 257, 282, 283;
    VII, 254; VIII, 87.

  Raconis (Ange de). III, 49.

  Ramus. IV, 93, 94, 104-106.

  Rangouze (Le S{r} de). VII, 131.

  Ranty (M. de). IX, 100.

  _Rapport d'un affidé de Angleterre à Paris en 1655._ X, 35-54.

  Ratiers (Confrairie des). III, 297.

  Ravaillac. II, 165; VII, 84; X, 261.

  Razilly (Le voyageur). VI, 118, 355.

  _Ré_ (_L'île de_). X, 268, 273, 276, 277.

  _Réception des ambassadeurs du roi de Siam en 1686._ X, 99.

  Récit de la farce des précieuses. IV, 285.

  _Recit de l'assassinat de Jean Bourgeois par la compagnie des
    fripiers de la Tonnelerie._ I, 179.

  _Recit de l'attentat commis à Sannoy._ III, 2.

  _Recit de l'execution du capit. Carrefour._ VI, 321.

  _Recit du combat sur mer devant Lima._ I, 441.

  _Reconfort des femmes qui se plaignent de leurs maris._ IV, 315.

  _Règle de la cabale des filous._ III, 147.

  _Règle_ (_Amours de la_). VII, 287.

  _Reglement pour les nouvellistes._ VIII, 261.

  _Reglement pour pourvoir aux vivres de la ville._ VIII, 323.

  _Reglement sur la preference des savetiers-cordonniers._ V, 41,
    194, note.

  _Reglement sur toutes sortes de marchandises._ III, 109.

  _Regret des courtisanes d'amour._ V, 328.

  _Regret des filles de joie de Paris._ III, 77.

  _Rejouissance_ (_La_) _des femmes sur la deffense des tavernes et
    cabarets_. X, 175.

  Remond (Nicolas). VI, 85.

  _Remonstrance aux femmes et aux filles de France._ IV, 361.

  _Remonstrance aux nouveaux mariés._ II, 257.

  _Remonstrance sur la librairie du roy._ I, 1.

  Renaudot (Th.). I, 138; IX, 52-53.

  _Rencontre aux environs de La Rochelle._ VIII, 331.

  _Rencontre de M{e} Guillaume avec Piedaigrette._ III, 165; VII, 267.

  _Rencontre de trois astrologues judiciaires._ II, 311.

  _Reponse des servantes aux langues calomnieuses._ III, 101.

  _Reproche du capitaine Guillery aux carabins._ VII, 71.

  _Requête d'un poëte à M. de Vatan._ VIII, 232.

  _Requête pour la diminution des loyers._ VII, 61.

  Retz (Le cardinal de). X, 38.

  _Revenus_ (_Sur les_). VIII, 53.

  _Revolte des Passemens_. I, 223.

  Ribaut (J. de). X, 280.

  Ribère (Le médecin). VI, 120.

  Richelet. IX, 20.

  Richelieu (Cardinal de). VII, 323, 339; VIII, 320 et suiv.;
    IX, 5, 21, 309-326; X, 227, 228, 262, 264, 268.

  _Riflasoret_ (_Cour de_). V, 97.

  Riolan (Le médecin). IX, 244-245.

  Ripaille (Château de). I, 151.

  Roche (La). IX, 100.

  Rochefort (Le comte de). Le même dont Sandras de Courtils a
    écrit les mémoires. Ce qu'il a dit de l'aventure de Brioché,
    en Suisse. I, 281.

  Rochefoucauld (Le duc de la). X, 117-129.

  Rocheguyon (M. de la). IX, 98.

  Rochelle (La). VI, 23, 27; VIII, 331; X, 274.

  Rocheposay (M. de la). IX, 97.

  Rodrigo (Dom). I, 96, etc.

  Roger-Bontemps. VI, 51.

  Rohan (Le chevalier de). II, 301-314.

     Comme complément de la pièce que nous avons donnée sur la
     conspiration du chevalier et de Latréaumont, voir les _Mémoires
     inédits_ de Jean Rou, 1857, in-8º, t. I, p. 67, et _Description
     raisonnes d'une collection choisie d'anciens manuscrits_,
     Techner, 1862, in-8º, p. 259-261.

  _Rôle de presentation faicte aux grands jours
  de l'eloquence françoise._ I, 27.

  Rollin, X, 151, 158.

  Romans, en Dauphiné. IX, 242.

  Roquelaure (Antoine de). V, 153.

  Roquette (L'abbé). VIII, 59.

  Rose, évêque de Senlis. I, 3; X, 74.

  Rose-Croix. I, 115; IX, 280.

  Rosée-Croix. I, 115.

  Rostaing (Tristan de). IX, 105.

  Rostein (Le). V, 150.

  Rouen. IX, 215; X, 176-177.

  Rouge-Aureille, prévost. VI, 190.

  Rozeau (Jean) le bourreau. V, 190.

  _Rubrique et fallace du monde._ I, 343.

  Ruggieri, magicien. I, 25.

  Rupert (Le prince). X, 44.

  Ruzé, avocat au parlement. X, 158.


  S

  Sablé (Mme de). X, 117-129.

  Saintes (Claude de), évêque d'Evreux. IV, 355.

  _Saint Fiacre. Enlèvement de ses reliques._ VII, 231.

     Cette pièce est attribuée dans _le Chevroeana_, p. 231, au comte
     d'Estelan, auquel on prête aussi la _Milliade_.

  Saint-Denis (La ville de). X, 56, 66.

  Saint-Denis (Le baron de). IX, 104.

  Saint-Géran (Le maréchal de). IX, 97.

  Saint-Loup (Mme de). X, 125.

  Saint-Luc (Fr. d'Epinal). IX, 102.

  Saint-Paul (Le comte de). X, 127.

  Saint-Sulpice (Le baron de). IX, 105.

  Saint-Vidal (Ant. de la Tour de). Id., 105.

  Saint-Marcel (Inondation du faubourg). Id., 63.

  _Saint-Medard_ (_Mutinerie de_). VI, 185.

  _Saint-Maixent_ (_Combat de_). VII, 211.

  Saint-Simon. VIII, 95, 96; IX, 309 et suiv.

  Saint-Thomas (Mme de). VIII, 121; IX, 16.

  _Salve Regina des prisonniers._ VIII, 193.

  Sancy, ambassadeur à Constantinople. IV, 275.

  Sannoy (Attentat commis à). III, 11.

  Sans soucy (Enfants). III, 159.

  Santeul. X, 189.

  Sardini (Scipion). III, 174; V, 221; VI, 115.

     Pour compléter ce que nous avons dit sur son hôtel, aujourd'hui
     dépendance de l'administration des hospices sous le nom de
     _Maison Scipion_, voir deux excellents articles de M. Anatole de
     Montaiglon dans les _Beaux-Arts_, t. I, 1860, in-8º.

  Sarzay (Le S{r} de). III, 93.

  _Satyre contre les petits maîtres._ V, 31.

    --_sur la barbe du president Molé._ VI, 315.

    --_sur l'indecence des questeuses._ V, 331.

  _Satyrique_ (_Le_) _de la cour_ III, 241.

  Savaron (Le président). VI, 74.

  Sagonne (La). V, 154.

  Sault (Le comte de). VI, 224.

  Sauvage (Denis). X, 142.

  Savetiers. V, 41.

  Scarron. VI, 212, 214; VII, 125; VIII, 65, 67, 69.

  Schomberg. IX, 93.

  Scribe (Eug.). VIII, 38.

  Scudéry (Mlle de). III, 9; X, 235.

  Sébastien (Don) le faux. II, 28, 30.

  Seguier (Le chancelier). IX, 22, 24, 339; X, 229.

  Servien. IX, 28.

  Sessac (Fr. de). IX, 97.

  Siam (Ambassadeur du roi de). X, 99.

  _Sibus_ (_Histoire du poëte_). VII, 89.

  Sillery (Abbé de). I, 190.

  Sillery (Le marquis de). V, 151.

  Silly (Henry de). Id., 152.

  Simon le magicien. III, 187; IX, 276.

  _Singerie des femmes de ce temps._ I, 55; II, 196.

  Soissons (Le comte de). X, 228.

  _Soleil_ (_Amours du_). VII, 287.

  _Sommaire sur les revenus de la France._ VI, 85.

  _Songe._ IV, 23.

  Sotz (Prince des). III, 253.

  Soubise (Le duc de). X, 270, 284.

  _Stances sur le retranchement des fêtes._ VI, 245; VII, 53.

  _Stances à certain goulu._ VI, 296.

  Sully. X, 276.

  Surêne, son vin. III, 133-134.

  _Surprise et fustigation d'Angoulevent._ VIII, 41.

  Suze (Pas de). IX, 327.


  T

  Tabarin. IV, 225; VIII, 288.

  _Tableau des ambitieux de la cour._ IV, 33.

  Tambonneau (Hôtel). IV, 184.

  Tape-cul. II, 44.

  Tasimghi (Le capitaine). IX, 104.

  Tasse (Le). II, 251.

  _Tasteur_ (_Le_). II, 37.

  Tavannes (Vicomte de). IX, 104.

  _Taverne_ (_Musique de la_). VI, 341.

  Tellier (Charles-Maurice Le), archevêque de Reims. VI, 209, 211,
    232-236, 243-244.

  Teragon, sorcier. VI, 203.

  Terny (Château de).

  Tessé (Maréchal de). VIII, 217.

  Théophile (Le poëte). IX, 291.

  _Théophile_ (_Le nouveau_). VIII, 131.

  Thémines (Maréchal de). VII, 323.

  Théâtres. II, 260, 273, 345, 349, 350, 362, 369; III, 53, 141, 156;
    IV, 221, 225, 281, 285-306; VI, 42-43; VII, 41, 44, 45, 115,
    117-122, 167; VIII, 84, 337; IX, 16; X, 26.

  Theutobocus (Géant). IV, 241.

  Thil (Arnaud du). VIII, 99.

  Thoiras. X, 276.

  Thou (De), ami de Cinq-Mars. VII, 341; VIII, 105.

  Thomas (Le gros), arracheur de dents. II, 225.

  Tillières (Le comte Leveneur de). X, 273-274.

  Tirato (Le S{r}). III, 112.

  _Tocsin des filles d'amour._ II, 265.

  _Tours_ (_Accident arrivé à_). VI, 303.

  Toussaint (Jacq.). X, 153.

  _Traduction d'une lettre envoyée à la reine d'Angleterre._ IV, 353.

  _Trebuchement de l'ivrogne._ III, 125.

  Tréfou (Pays de). I, 206; IX, 269.

  Treille (Chevalier de la). VIII, 337.

  _Triolets du temps._ V, 5.

  _Triomphe de Betlem Gabor._ I, 323.

  _Tromperie faite à un marchand par son apprenti._ III, 343.

  Trousse (Mlle de la). I, 223.

  Truaumont (La). II, 303.

  Turenne. X, 39.

  Turnèbe. II, 155.

  Turlupin. II, 273; VI, 51.


  V

  Vache à Colas (La). II, 39.

     Pour avoir la confirmation et le complément de ce que nous avons
     dit sur ce dicton d'origine orléanaise, voir le _Journal_ de
     L'Estoile, édit. Michaud, t. II, p. 387, et notre lettre insérée
     dans le _Bulletin de la Société du Protestantisme français_,
     janvier 1859, p. 9-11.

  Van den Ende. II, 301.

  Vanini. IX, 278.

  Varenne (La). V, 150.

  Vattan (M. de), prévost des marchands. VIII, 231.

  Vaudois. X, 197 et suiv.

  Veinant (M.). I, 194.

  _Vengeance des femmes contre les hommes._ V, 311.

  Venise. VIII, 303.

  _Vers d'Erasme à sainte Geneviève._ X, 187.

  _Vers pour M. le Dauphin._ V, 353.

  Versailles sous Louis XIII. IX, 314-315.

  _Vertus et propriétés des mignons._ VII, 331.

  _Vie genereuse des mercelotz_, etc. VIII, 147.

  Villars (Marquis de). V, 152.

  Villars (Marquise de). II, 301; V, 154.

  Villequier. IX, 93.

  _Vimory_ (_Combat de_). IX, 117.

  Vincent de Paul (Saint). X, 36.

  Vineuil (Ardier de). VIII, 119, 122.

  Viviers (Passage de Richelieu à). VII, 339.

  Voltaire. VI, 251, 271.

  _Vraie pierre philosophale._ V, 359.

  _Vraie pronostication de M{e} Gonin._ V, 109.

  Vrillière (Phelypeaux de la). IX, 28.


  W

  Werth (Jean de). VII, 199; IX, 17.


  Y

  Yveteaux (Des). II, 247; IV, 139, 141.

  Yzarn. V. _Isarn_.

     Ce que nous avons dit sur ce personnage mystérieux se trouve
     confirmé dans les _Bigarures calotines_, 1730, in-18, 3e rec, p.
     5-8.


  Z

  Zamet (Jean). VII, 232.

  Zamet (Sébastien). III, 280.

  _Zest Pouf_, historiette. VI, 167.

FIN DU TOME DIXIÈME ET DERNIER.



TABLE DES MATIÈRES

CONTENUES DANS CE VOLUME.


   1. L'Oeconomie ou le Vray Advis pour se faire bien
      servir, par le sieur Crespin.                                  1

   2. La Promenade du Cours, à Paris, en 1653.                      25

   3. Rapport d'un affidé de l'Angleterre, à Paris, en 1655.        35

   4. Lettre d'un Gentil-homme françois à dame Jacquette Clement,
      princesse boiteuse de la Ligue. De Sainct Denis en France,
      le 25 d'aoust M.D.XC.                                         55

   5. L'Umbre du Mignon de fortune, avec l'Enfer des ambitieux
      mondains, sur les dernières conspirations, où est traicté
      de la cheute de l'Hôte. (Dédié au Roy par J. D. Laffemas,
      sieur de Humont.)                                             77

   6. Reception des Ambassadeurs du roi de Siam, en 1686.
      (Extrait des _Mémoires_ du baron de Breteuil.)                99

   7. Lettres de Mme de La Fayette à Mme de Sablé.                 117

   8. La nouvelle manière de faire son profit des Lettres,
      traduitte en françois par J. Quintil du Tronssay, en
      Poictou. Ensemble: le Poëte-Courtisan.                       131

   9. Comment se faisoit une education au XVIe siècle,
      (Fragment des _Mémoires_ de M. de Mesmes.)                   151

  10. Les Larmes et complaintes de la Reyne d'Angleterre
      sur la mort de son Espoux, à l'imitation des quatrains
      du sieur de Pibrac, par David Ferrand. A Paris, chez
      Michel Mettayer, imprimeur ordinaire du roy, demeurant
      en l'isle Nostre-Dame, sur le Pont-Marie, au Cigne.
      M.DC.XLIX.                                                   161

  11. La Rejouissance des femmes sur la deffence des tavernes
      et cabarets. A Paris, de l'imprimerie de Chappellain,
      rue des Carmes, au collége des Lombards. M.DC.XIII.          175

  12. Vers d'Erasme à sainte Geneviève, traduits en vers
      françois par E. Le Lièvre (1611).                            187

  13. La Doctrine de la nouvelle devotion cabalistique,
      composée des veritables maximes que la nouvelle secte
      (formée depuis peu dans Lyon par un barbier estranger,
      natif du conté de Bourgogne, d'où il tasche de
      l'estendre aux environs au grand dommage de la vraye
      et ancienne pieté) observe constamment, dans la pratique
      et methode qu'elle tient à conduire les âmes, par
      l'Oraison mentale, apparemment à la perfection, mais
      en effet à la folie, ou du moins à la simplicité, et à tirer
      à soy leurs biens, dans la bourse, qu'il pretend estre
      commune à tous. Le tout mis en forme de simple poësie,
      sans fiction ou prejudice aucun de la verité, pour la
      substance des choses, afin qu'il soit appris plus aisement
      et agréablement de ceux qui ont encore quelque
      soin de ne perdre ny leurs âmes ni leurs biens. Seconde
      edition. Ils se vendent en rue Mercière, à l'escu de
      Venise. M.DC.LVI.                                            197

  14. Logemens pour la cour de Louis XIII.                         225

  15. Le Louis d'or. A Mademoiselle de Scudery.                    235

  16. Le Cotret de Mars, avec le fagot, la fascine et le gros
      bois, pour feu de joye à la France, M.DC.XVI.                259

  17. Menipée de Francion, ou response au Manifeste anglois.
      A Paris, chez Jean Bessin, rue de Reims. M.DC.XXVII.         267

  18. Epistre de Madame la Daulphine (Catherine de Médicis)
      escripvant à Madame Marguerite.                              285

  TABLE MÉTHODIQUE des matières qui sont contenues dans
  les 272 pièces formant les 10 volumes.                           291

  TABLE ALPHABÉTIQUE.                                              317


[Notes au lecteur de ce fichier numérique:

--Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées. L'orthographe de l'auteur a été conservée.

--Les textes suivants ont été remplacés

----"délégués de Borderux" par "délégués de Bordeaux"

----"en 1529, comme on l'a dit partout" par "en 1579, comme on l'a
dit partout"

----"sa mort l'année 1690," par "sa mort l'année 1660,"

--Les lettres supérieures unusuelles sont encadrées de parenthèses.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Variétés Historiques et Littéraires (10 / 10) - Recueil de poèces volantes rares et curieuses en prose et en vers" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home