Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Analectabiblion, Tome 2 (of 2) - ou extraits critiques de divers livres rares, oubliés ou peu connus
Author: Roure, Auguste François Louis Du
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Analectabiblion, Tome 2 (of 2) - ou extraits critiques de divers livres rares, oubliés ou peu connus" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



book was produced from scanned images of public domain


    Au lecteur.

    Ce livre électronique reproduit intégralement le texte
    original, et l'orthographe d'origine a été conservée. Seules
    quelques erreurs clairement introduites par le typographe ont
    été tacitement corrigées, et la ponctuation a été corrigée par
    endroits.

    Les notes ont été renumérotées, et la table des matières a été
    harmonisée avec le texte.

    On remarquera parmi les dates en chiffres romains le signe ↀ,
    représenté dans l'original par CIↃ, équivalent à M ou mille,
    et le signe Ⅾ, équivalent à D ou cinq cents, représenté dans
    l'original par IↃ.



  ANALECTABIBLION,
  OU
  EXTRAITS CRITIQUES
  DE
  DIVERS LIVRES RARES, OUBLIÉS OU PEU CONNUS,
  TIRÉS DU CABINET DU MARQUIS D. R***.


  TOME SECOND.

    Non ego ventosæ Plebis suffragia venor
    Impensis cœnarum, et tritæ munere vestis.
    Non ego nobilium scriptorum auditor, et ultor,
    Grammaticas ambire tribus, et Pulpita dignor, etc.

    Q. HORAT., _Epistol. XIX, lib. 1_.


  PARIS,
  TECHENER, PLACE DU LOUVRE,
  N° 12.

  M.DCCC.XXXVII.



TABLE DES MATIÈRES

DU TOME SECOND.


                                                         Pages.

  Colloquia.                                                 3
  Les deux Chevauchées de l'Asne.                           10
  La Vedova.                                                12
  Panoplia.                                                 17
  Traicté des Peines et Amandes, tant pour les matières
    criminelles que civiles.                                19
  Cinq livres de l'Imposture et tromperie des Diables,
    des enchantements et sorcellerie.                       22
  La Floresta spagnuola, ou Le plaisant Bocage.             25
  Questions diverses, Responses d'icelles.                  26
  Le Monde à l'Empire, et le Monde démoniacle.              27
  La Béatitude des Chrétiens, ou le Fléo de la Foy.         31
  De la Puissance légitime du Prince sur le Peuple, et
    du Peuple sur le Prince.                                34
  Le Tocsin contre les Massacreurs et auteurs des
    Confusions en France.                                   40
  Deux Dialogues.                                           43
  L'Examen des Esprits pour les sciences.                   49
  Le Théâtre des divers cerveaux du monde.                  58
  L'Enfer de la Mère Cardine.                               60
  Discours politiques et militaires du seigneur de la
   Noüe.                                                    62
  Sonnet contre les Escrimeurs et les Duellistes.           74
  La Vie et Faits notables de Henri de Valois.              76
  Les Sorcelleries de Henri de Valois, et les oblations
    qu'il faisait au diable, dans le bois de Vincennes.     79
  Le Martyre des Deux Frères.                               81
  Prosa Cleri Parisiensis ad ducem de Mena (Mayenne).       83
  Le Masque de la Ligue et de l'Hespagnol découuert.        87
  L'Excellenza e Trionfo del Porco.                         89
  Les Facétieuses Rencontres de Verboquet, pour réjouir
   les Mélancoliques.                                       90
  Les Pensées facétieuses et les bons mots du fameux
    Bruscambille.                                           91
  Les Trois Vérités.                                        92
  Discours véritable sur le Faict de Marthe Broissier.      95
  Histoire prodigieuse et lamentable de Jean Fauste.        97
  Breve Suma y Relación.                                   103
  La Sage Folie.                                           106
  Le Tombeau et Testament du feu comte de Permission.      108
  État de l'empire et grand-duché de Moscovie.             110
  Scaligerana, Thuana, Perroniana, Pithœana et
   Colomesiana.                                            117
  Le Bravvre del capitano Spavento.                        126
  Le Mastigophore, ou précurseur du Zodiaque.              128
  Question royale et sa Décision.                          133
  La Messe en françois.                                    136
  Les Œuvres satiriques du sieur de Courval-Sonnet,
    gentilhomme virois.                                    138
  Pièces rares sur la mort de Henri le Grand.              143
  Le Palais des Curieux.                                   149
  Les nouvelles et plaisantes Imaginations de
    Bruscambille.                                          152
  Les Fantaisies de Bruscambille.                          156
  Les Plaisantes idées du sieur Mistanguet.                158
  La Comédie des Proverbes.                                160
  L'Adamo.                                                 165
  Recueil général des Caquets de l'Accouchée.              170
  Nicétas, ou l'Incontinence vaincue.                      176
  Le Caveçon des Ministres.                                179
  Aglossostomographie, ou Description d'une bouche
    sans langue.                                           181
  Les Chansons de Gaultier Garguille.                      184
  Le Parfait Capitaine, autrement l'abrégé des
    Commentaires de César.                                 185
  Anatomie de la Messe.                                    194
  La Religion du Médecin.                                  196
  Le Capucin.                                              201
  Lettres de Guy Patin.                                    203
  Codicilles de Louis XIII, roy de France et de
    Navarre.                                               213
  Le Divorce céleste.                                      220
  Sermons de Piété, pour réveiller l'Ame à son salut.      222
  La Monarchie des Solipses.                               224
  Au nom du Père et du Fils et du Sainct-Esprit.
    Pensées de Morin, dédiées au Roy.                      233
  Les Pieuses Récréations du R. P. Angelin Gazée, de
    la Compagnie de Jésus.                                 236
  Le Politique du temps.                                   239
  Les Nouveaux Oracles divertissans.                       243
  La Dévotion aisée.                                       246
  L'Evangile nouveau du cardinal Palavicin, Révélé par
    luy dans son histoire du Concile de Trente; ou Les
    lumières nouvelles pour le gouvernement politique
    de l'Église.                                           248
  Recueil de Poésies chrétiennes.                          254
  Delphi Phœnicizantes.                                    257
  La Stimmimachie, ou le Grand combat des Médecins
    modernes, touchant l'usage de l'antimoine.             259
  L'Art poétique.                                          263
  L'Athéisme convaincu.                                    269
  Le Grand Dictionnaire des Prétieuses.                    271
  De la Mort, et des Misères de la Vie. Poésies
    morales.                                               278
  Homélies académiques.                                    281
  Relation du pays de Jansénie.                            284
  L'Apocalypse de Méliton, ou Révélation des mystères
    cénobitiques.                                          285
  Lettres choisies de Richard Simon (de l'Oratoire).       289
  La Morale pratique des Jésuites.                         298
  Le comte de Gabalis, ou entretiens sur les sciences
    secrètes.                                              304
  Le Tombeau de la Messe.                                  306
  La vie de Galeas Caraccioli, marquis de Vico, et
    l'Histoire tragique de la fin de François Spiere.      308
  Traitez singuliers et nouveaux contre le paganisme
    du Roi Boit.                                           310
  Hexaméron rustique, ou Les six Journées passées à la
    Campagne, entre des Personnes Studieuses.              312
  De Usu flagrorum in re medica et veneria.                316
  De la Connoissance des bons livres, ou Examen de
    plusieurs Auteurs.                                     321
  Advis fidèle aux Hollandais.                             326
  De l'Abus des nudités de gorge.                          328
  Oratio Jacobi Gronovii.                                  331
  Joseph, ou l'Esclave fidèle.                             335
  Relation de l'Accroissement de la papauté et du
    gouvernement absolu en Angleterre.                     337
  Réflexions sur la Miséricorde de Dieu.                   340
  La Foi dévoilée par la Raison.                           343
  Moyens sûrs et honnestes pour la Conversion de tous
    les hérétiques.                                        345
  Méditations chrétiennes du Père Mallebranche.            353
  Les Soupirs de la France esclave, qui aspire après la
    Liberté.                                               354
  Ésope en belle humeur.                                   369
  Les Héros de la Ligue, ou La Procession monacale.        370
  De Ratione discendi et docendi.                          372
  La Confession réciproque, ou Dialogues du temps entre
    Louis  XIV et le Père Lachaise, son confesseur.        378
  Satiræ Q. Sectani (Ludovici Sergardii).                  382
  Le Renversement de la Morale chrétienne.                 392
  Histoire des Amours de Grégoire VII.                     395
  Evangelium Medici, ou Medicina mystica.                  399
  Explication des Maximes des saints, sur la Vie
    intérieure.                                            405
  Dissertation sur la sainte Larme de Vendôme.             408
  Le Cochon mitré, dialogue.                               412
  Le Platonisme dévoilé, ou Essai touchant le Verbe
    platonicien, divisé en deux parties.                   414
  Nouveaux caractères de la Famille royale.                418
  La Fable des Abeilles, ou les Fripons devenus
    honnêtes gens.                                         421
  L'Art de plumer la Poule sans crier.                     428
  Réflexions sur les grands Hommes qui sont morts en
    plaisantant.                                           430
  État de l'Homme dans le péché originel.                  436
  Théâtre et Opuscules du Père Bougeant, Jésuite.          439
  Traité de la Dissolution du Mariage pour cause
    d'impuissance.                                         444
  Les Récréations des Capucins, ou Description
    historique de la vie que mènent les Capucins
    pendant leurs Récréations.                             452
  Le Livre jaune.                                          454
  Histoire de Louis Mandrin, depuis sa naissance
    jusqu'à sa mort.                                       456
  Explication des cérémonies de la Fête-Dieu d'Aix en
    Provence.                                              462
  L'Espion dévalisé.                                       464

  FIN DE LA TABLE DU SECOND ET DERNIER VOLUME.



  ANALECTABIBLION,

  OU

  EXTRAITS CRITIQUES

  DE

  DIVERS LIVRES RARES, OUBLIÉS, OU PEU CONNUS,

  TIRÉS

  DU CABINET DU MARQUIS D. R.....



ANALECTABIBLION.



COLLOQUIA,

  Meditationes, consolationes, consilia, judicia, sententiæ,
    narrationes, responsa, facetiæ D. Martini Luther, piæ et sanctæ
    memoriæ, in mensa prandii et cœnæ, et in peregrinationibus,
    observata et fideliter transcripta (ex germanico sermone in
    latinum versa ab Henrico Petro Rebenstock, Eschersheymensis
    Ecclesiæ ministri, cum præfatione ad illustrem dominum
    Philippum Ludovicum, comitem de Hanoia et Rineck). 2 vol.
    in-12, v. f., aux armes du comte d'Hoym. Rarissime. Francofurti
    ad Mœnum, per Nicolaum Bassum et Hieronymum Feyerabentum.
    M.D.LXXI.

(1565-71.)


L'abbé Mercier, de Saint-Léger, écrivait à M. Huet de Froberville
que les _Colloquia mensalia_ de Luther, en allemand Tisch Reden,
dont les biographes ne parlent guère, et que les luthériens discrets
suppriment tant qu'ils peuvent, étaient incomparablement plus rares
et plus curieux que la _Mensa philosophica_ d'Anguilbert[1], ouvrage
toutefois difficile à rencontrer. Le sentiment d'un philologue de ce
mérite nous eût seul engagé à parler du présent livre; mais la lecture
de ce recueil des pensées et dits familiers de Luther est d'ailleurs
indispensable à qui veut bien connaître ce personnage extraordinaire,
cet homme légion, mélange de moine fanatique, de soldat débauché, de
moraliste, d'orateur et de tribun. Nulle part on ne trouve de détails
plus précis sur ses discours et ses gestes. Là, donc, on voit d'abord
que, né à Eisleben en 1483, il puisa les premiers élémens des lettres
à Magdebourg, en 1497; qu'il alla ensuite étudier à Eisenach en 1498;
qu'il se rendit à Erfurt en 1502; qu'il y reçut le magistère en
1503; que, devenu en 1504 moine augustin contre le vœu de son père
qui voulait le faire juriste, il se rendit à Wittemberg en 1508, puis
à Rome en 1512, où il fut fait docteur; qu'il commença en 1517 à
restaurer la religion, comme disent ses disciples; que sa confession
devant le cardinal Cajétan, à Ausbourg, eut lieu en 1518, sa fameuse
dispute de Leipsick en 1519; qu'il brûla les décrétales des papes et
tout le droit-canon en 1520, qu'il confessa audacieusement sa foi à
Worms en 1521; que sa fuite en Saxe est de 1522, son mariage de 1525
ainsi que la sédition des paysans d'Allemagne; qu'il fixa sa doctrine,
à Ausbourg, en 1530; qu'il eut une maladie cruelle en 1537, à Smalcade,
trône de sa grandeur; et qu'enfin il mourut en 1546, le 18 février, au
matin, dans le lieu même où il avait reçu le jour 63 ans auparavant.

  [1] Ne faut-il pas plutôt lire _Angilbert_, ce gendre de
  Charlemagne, devenu moine de Centule en Ponthieu, le même dont
  Duchesne nous a donné des poésies?

Le recueil dit des Colloques en contient 115, savoir: de Dieu, de la
Trinité, du Christ, de l'Eglise, de l'Excommunication, de la Loi et de
l'Evangile, de la Justification, de l'Invocation et de l'Oraison, de la
Confession auriculaire, de la Patience, du Libre arbitre, de la Paix,
des Légendes, du Jugement dernier, des Maladies, de la Mort et de la
Mort de sa fille, de la Résurrection des morts, de la Vie éternelle,
de la Damnation et de l'Enfer, de la Messe et du canon de la Messe,
des Monastères, de la Vie charnelle des moines, des Vices, des Fureurs
et des Apologistes des papistes, de la Mort de quelques papistes, de
Rome, du Monde, de son Ingratitude et de sa Malice, de l'Epicuréisme
du Monde, de l'Ingratitude civile, des Scandales, des Idolâtries,
de la Colère, de l'Arrogance, de la Tristesse et de la Joie, de
l'Ivresse, des Prodiges, des Oracles, des Songes, des Complexions,
des Spectres, des Diables, des Suppositions d'Enfans, de la haine du
Diable pour les Hommes, des Frénétiques, de la Chute de l'Homme, des
Enfans, des Femmes, des Parens, de l'Ingratitude des Enfans, du Droit
et des Jurisconsultes, de la Police, de la Magistrature, de la Paix du
Christ, du Prince, de certains Princes, des Royaumes, des Alliances
protestantes, des Langues, de l'Erudition, d'Erasme, des Régions et des
Peuples divers; du Vol, de la Vérité, du Mensonge, des Fables, de la
Mémoire, des Consolations à divers, de ses Dangers et de ses Maladies,
de ses Livres, de ses Adversaires, des Antinomies ou Contradictions,
des Anabaptistes, de l'Antechrist, des Papes, des Papistes, des Saints,
des Décrétales, des Universités, de l'Adultère, de l'Alchymie, des
Anges, des Apôtres, des Eaux, des Secrets, des Arts, de l'Avarice
du Monde, des Oiseaux, des Auteurs, de la Cène, des Chrétiens, du
Paradis, du Mariage, de la Digamie, de la Polygamie, du Célibat,
des Cas matrimoniaux, des Vœux clandestins, des Causes de divorce,
des Cérémonies, des Guerres, des Bibles, du Nouveau et de l'Ancien
Testament, du Décalogue, des Tentations, des Pères, des Evêques et des
Evêques papistes. Nous donnons cette longue nomenclature pour remplacer
la table des matières dont l'ouvrage est dépourvu dans toutes les
éditions, ouvrage qui, traduit en latin barbare, est, de plus, imprimé
en italique très incorrect.

A mettre sur le compte de Luther tout ce que son compilateur anonyme
lui fait dire, dès l'entrée il fait mal juger de sa théologie. Il parle
de Dieu sans dignité ni sentiment, et se montre même peu digne d'en
parler, puisqu'il ne le reconnaît pas dans le spectacle de l'univers
et qu'il ne l'aperçoit que par la révélation, ce à quoi la doctrine
révélée n'oblige pas.

Ses preuves de la Trinité sont puériles: il les tire de ce qu'il y a
trois choses dans le soleil, la substance, la lumière et la chaleur;
trois choses dans les fleuves, la substance, la fluidité et la
puissance; trois choses dans les lettres, la grammaire, la dialectique
et la rhétorique; dans l'astronomie, le mouvement, la lumière et
l'influence; dans la musique, trois notes, ré, mi, fa; dans la
géométrie, trois dimensions, etc., etc.

Sa définition de l'Eglise est fausse. L'_Eglise_, selon lui, _est la
réunion des peuples dans les choses non apparentes_. A ce compte, les
Musulmans feraient partie de l'Eglise.

Il avait retenu de son premier état l'usage immodéré de donner des mots
pour des explications, en quoi l'idiome de son pays, où la chair s'est
faite verbe, le servait merveilleusement. Ses prières sont sèches,
contournées, mêlées de mauvaise métaphysique et d'anathèmes contre
ses adversaires. Il prêche la paix et la demande au ciel en soufflant
la guerre dans les conseils des princes et dans l'esprit des peuples.
N'est-ce pas une parole bien conciliante que celle-ci? «Entre la
semence de la femme et le serpent, entre nous et les papistes, il ne
saurait exister ni paix ni trève.»

Il annonçait la fin du monde comme prochaine, à l'exemple de tous
les novateurs religieux qui crient: Venez vite, le temps presse! ces
gens-là perdraient leur peine avec nous, car nous leur répondrions: Si
le monde va finir, à quoi bon le réformer?

Sa grossièreté était grande, si l'on en juge par le conte suivant qu'il
se plaisait à faire: «Un gentilhomme, à qui sa femme demandait comment
il l'aimait, lui répondit: «Je vous aime quasi autant qu'une bonne
digestion;» ce dont la dame s'étant tenue offensée, le mari, pour se
justifier, fit monter sa femme sur son cheval en croupe avec lui, et la
tint un jour entier ainsi en voyage, sans lui permettre de descendre.
La dame, à la fin pressée, s'écria: «Ah! je vois maintenant que vous
m'aimez bien, car je ne désire rien tant que de descendre un moment de
cheval.»

Ses réflexions sur la mort sentent plutôt la philosophie païenne que
celle des chrétiens, à force de sécurité. Madeleine, sa fille chérie,
se trouvant au lit de mort à 14 ans, il l'exhortait en ces termes:
«Madeleine, ma fille, lequel préfères-tu, de rester ici avec ton père,
ou d'aller habiter avec ton père céleste?--Comme il plaira au Seigneur,
répondit l'enfant.--Bien, reprit-il, ta chair est infirme, mais ton
esprit est ferme.» Ceci est beau sans doute, mais les pleurs et les
gémissemens de la mère de Madeleine touchent davantage. Il en faut
pourtant convenir, tout ce passage sur la mort de la fille de Luther
est rempli de vrai pathétique. C'est, par exemple, un élan du cœur
admirable que celui-ci: «Grand Dieu! que ton amour pour le genre humain
est fort, s'il égale celui des parens pour leurs enfans!» Sa prophétie
sur la messe et le célibat des prêtres est d'une énergie effrayante:
«Sunt duæ columnæ papatus, quas Samson-Christus movet; ruent cum magna
jactura mundi.»

Il disait du monde que, pareil à un homme ivre, à peine était-il
couché d'un côté qu'il se retournait de l'autre. Il ajoutait que, par
l'artifice de Satan, le monde corrompait tout, changeant la parole
de Dieu en hérésie, l'œuvre de la foi en hypocrisie, le culte en
idolâtrie, la guerre en témérité, l'empire en folie, la prudence en
sottise et la science en ânerie.

Sa fureur contre le monde avait un côté comique, le voici: à force
d'émanciper les gens, il avait mis les paysans d'Allemagne en humeur
de ne plus rien payer aux ministres de la religion; et, là dessus,
le réformateur de s'écrier que les hommes étaient ingrats, qu'ils
donnaient jadis cent florins à un moine et refusaient de donner quatre
écus au prêche. Bonne leçon pour ces meneurs d'hommes qui feraient
bien, avant de s'avancer, de méditer sur la logique du peuple, car elle
est d'une rigueur aristotélicienne.

Il tombait souvent dans de profonds accès de tristesse, qu'il appelait
des tentations de Satan; alors il recourait avec succès à la simple
conversation de sa servante, ce qui lui faisait conclure justement que
l'homme n'était pas né pour vivre seul. Il rejetait avec mépris les
songes et les apparitions: ceci est sage, mais il fallait pousser la
philosophie plus loin, ne pas raconter que le marquis de Brandebourg
fut transformé en diable, que le diable, ayant pris la forme d'une
certaine dame noble, morte récemment, alla trouver le veuf dans son
lit, vécut avec lui, en eut trois enfans, puis disparut; ni raconter
tant de folies sur la nature, la puissance, les ruses et la figure
du diable; comment une femme de Magdebourg chassa le diable _crepitu
ventris_; ni dire, enfin, que le diable habite par goût la Prusse
ducale, les bords du lac de Lucerne, et le mont Procknesberg, en Saxe.

Au milieu de ces chimères, il fit paraître un grand sens, en répondant
à quelqu'un qui l'interrogeait sur la figure du diable: «Prenez le
Décalogue à rebours, et vous verrez le diable; vous verrez sa tête
dans le contraire du premier précepte, sa langue dans le contraire du
second, et ainsi de suite.»

Sa réponse à celui qui lui demandait pourquoi Dieu avait créé l'homme,
puisqu'il prévoyait sa chute, n'est pas aussi bonne à beaucoup près:
«Ne fallait-il pas, dit-il, que Dieu eût des privés dans sa maison?»

Il aimait les enfans, se plaisait à leurs jeux naïfs, à leurs pensées
candides: leur simplicité dans la foi lui semblait une image de la vie
des élus: «Que ne suis-je mort à l'âge qu'a mon fils Martin?» disait-il
un jour, en voyant cet enfant se jouer dans les bras de sa mère. Ce
trait seul fait voir que du moins Luther était de bonne foi. Néanmoins,
son caractère violent se trahit jusque dans la paternité, puisqu'il
ne sut point pardonner, à son fils Jean, les torts d'une jeunesse
turbulente, malgré l'intercession de sa femme et les soumissions du
coupable.

Ses définitions du droit naturel et du droit positif sont fort belles:
«Le premier vient de Dieu, dit-il; c'est le principe-pratique en vertu
duquel le bien est ordonné, et le mal est défendu; le second vient des
magistrats: c'est l'application probable du premier à des circonstances
prévues; d'où il suit que, pour être justes, les lois du droit positif
ne doivent pas, comme les lois de Dracon, comme la loi qui inflige
la même peine au larcin et à l'homicide, manquer de corrélation avec
celles du droit naturel.» On ne comprend pas, néanmoins, comment, à son
avis, le droit canonique n'était rien qu'une chimère; car si l'Église
est admise, c'est une institution qui doit se régler par son droit
aussi bien que toute autre. Ne suffisait-il pas de réprouver les abus
du droit canonique en montrant de quelle façon il s'était faussé par la
prétention de soumettre le droit naturel et le droit positif? Le droit
canonique, qui brûlait les hérétiques, pouvait être faux, sans l'être
alors qu'il interdisait au moine Luther de se marier. Faute de faire
cette distinction, les réformés tombèrent dans de graves erreurs. O le
grand art que celui des distinctions! il en faut en logique, et il n'en
faut pas trop; or la plupart des raisonneurs pèchent ici par défaut
ou par excès. Erasme était un maître dans cet art, et c'est peut-être
pour cette raison que Luther l'excommunia, autant que pour son génie
railleur, génie antipathique, du reste, à tous les réformateurs,
attendu que le rire tue l'enthousiasme.

Le Jugement de Luther sur les princes d'Allemagne, ses contemporains,
est en général fort rigoureux. A leur égard, nous nous en rapportons
à ce qui est: Luther les connaissait mieux que nous. Luther faisait
parfois des vers; mais il eût mieux fait de s'en abstenir, s'il
n'en pouvait produire de meilleurs que les suivans contre le poète
Læmmichen, qui avait chanté une très vilaine chose.

    Quam bene conveniunt tibi res et, carmina Læmmichem!
      Merda tibi res est, carmina merda tibi.
    Dignus erat lechemerdosus, carmina merdæ,
      Nam vatem merdæ non nisi merda decet.
    Infelix princeps, quem laudas carmine merdæ,
      Merdosum merda quem facis ipse tua.
    Ventre urges merdam vellesque cacare libenter
      Ingentem, faciat merdi poeta nihil.
    At meritis si digna tuis te pœna sequitur,
      Tu miserum corvis merda cadaver eris.

Luther, dont le propre était l'excès en toute chose, avait débuté
par être un ardent ami du pape, et un moine singulièrement austère.
Lorsqu'il prit les armes, pour la première fois, ce fut contre
Tzellius, qui avait abusé de la doctrine de la justification. «Je
défendais alors le pape et ses canons contre ce misérable ignorant,
dit-il; mais Dieu, ayant permis que le pape prît parti contre ses
propres canons, pour mon adversaire, je fus éclairé, et l'Évangile
triompha.» Ses amis lui parlaient un jour de ses écrits avec
sollicitude. «Plût au ciel que tous mes livres fussent détruits, leur
répondit-il, et que la seule Bible restât! Tout est là. L'Église n'a
que trop de livres. La plupart de ceux d'Augustin ne sont rien. Il n'y
a presque rien dans Jérôme, hors quelques pages d'histoire. J'espère,
et c'est ce qui me console d'avoir écrit, que mes livres seront bientôt
oubliés, et que la Bible, seule, restera.» Il parlait en toute occasion
contre l'orgueil, et faisait, à ce sujet, de sages réflexions, qu'il
aurait dû s'appliquer. Écoutons-le: «De toutes les superbes, celle des
théologiens est la pire; il ne faut qu'un procès perdu pour humilier
le juriste, qu'une maladie pour rendre la beauté modeste; mais comment
refréner un homme qui croit parler de Dieu au nom de Dieu?» Il avait
Cicéron en grand honneur, et le mettait fort au dessus d'Aristote,
lequel n'était, à ses yeux, qu'un habile dialecticien. «J'espère que
Dieu sera propice à Cicéron, disait-il; ce n'est pas à nous de rien
décider en ce genre; mais l'autre terre, qui nous est promise, est
assez vaste pour que chacun y reçoive sa place selon ses mérites.»
Sublimes paroles qui dépassent de mille coudées toutes les controverses
du monde! N'oublions pas non plus ce qui suit, relatif aux effets
temporels du lien conjugal: «_In conjugio non debent locum habere tuum
et meum, sed talis communicatio bonorum omnium constituatur, ut vere
agnosci non possit, quid cujusque sit proprium._»

Luther fulmine contre le célibat des prêtres, et affirme que ce
pernicieux usage remonte seulement au temps de Cyprien, 250 ans après
Jésus-Christ.

Nous ne dirons rien de ses Cas matrimoniaux, qui, pour la plupart,
fournissent trop au scandale, et nous finirons par une pensée que nous
suggère l'excessive tolérance que Luther montre pour la digamie et la
polygamie. Quand un homme a brisé ses liens monastiques, il devient
incapable de régler les mœurs. L'esclave qui s'est affranchi est un
mauvais maître. Martin Luther ne vivra dans la mémoire des hommes
que comme destructeur et non comme fondateur. Il a porté à l'absolue
puissance des papes des coups dont elle ne se relevera point; mais
quant au luthéranisme, qui n'était déjà guère du temps de Bossuet, il
n'est plus rien aujourd'hui.



LES DEUX CHEVAUCHÉES DE L'ASNE,

SAVOIR:

  1°. Recueil faict au vray de la Chevauchée de l'Asne faicte
    en la ville de Lyon, et commencée le premier jour du moys de
    septembre mil cinq cens soixante-six, avec tout l'ordre tenu
    en icelle. A Lyon, par Guillaume Testefort, avec privilége et
    cette épigraphe: _Mulieris bonæ beatus vir_. Récit en prose
    et en vers, formant 40 pages in-8, réimprimé in-8 à Lyon, par
    J.-M. Barret, à 100 exempl. seulement, en 1829.

  2°. Recueil de la Chevauchée de l'Asne faicte en la ville de
    Lyon le dix-septième de novembre 1578, avec tout l'ordre tenu
    en icelle. A Lyon, par les Trois Supposts, avec privilége et
    l'épigraphe précédente. Réimprimé à Lyon, en 1829, chez J.-M.
    Barret, 100 exempl., in-8, par les soins du même amateur
    anonyme, qui prend pour initiales les lettres _B. D. P._ Ces
    deux recueils sont précédés de préfaces savantes et suivis de
    glossaires. De nombreuses notes éclaircissent les obscurités du
    texte et nous fourniront la meilleure part des brèves remarques
    auxquelles ces deux opuscules rarissimes vont donner lieu.

(1566-78--1829.)


C'était un usage consacré dans nos anciennes mœurs, à la fois
grossières et joyeuses, que les maris trompés par leurs femmes avec un
certain éclat de scandale subissent la honte publique d'être promenés
sur des ânes, la face tournée vers la queue de l'animal; et cela en
grand cortége de corporations et de confréries burlesques, telles que
celles des _moines de l'abbaye de Mal Gouvert_, _des supposts de la
Coquille_, _des bavards de Confort_, etc., etc. Cette promenade, où
l'on étalait une sorte de luxe, se criait trois fois par la ville avec
pompe; et le spectacle en était donné comme une fête, le plus souvent
pour célébrer l'entrée de quelque personnage illustre. La Chevauchée
de 1566, par exemple, fut offerte en hommage à la duchesse de Nemours,
femme du gouverneur de Lyon, lors de son entrée dans cette ville;
et ce n'est pas une des moindres particularités de cette fête. _Les
drolles_, c'est à dire _ces animaux monstrueux indignes de porter
le nom d'hommes_, qui s'étaient laissé battre par leurs femmes, y
marchaient devant le seigneur de la Coquille, et endurèrent bon nombre
de brocards qui furent ensuite imprimés en huictains. Mais ce qui
doit surprendre dans le détail circonstancié d'une telle solennité,
c'est que l'ordre le plus parfait y régna, dit l'historien: «Oncques
n'y eust querelle ny parolle fascheuse, ny en faicts, ny en dicts,
aulcuns scandalles, et ne fut tout ledict jour question que de plaisir,
joie, solas et récréation, dont Dieu soit à jamais loué éternellement,
_amen_.» N'oublions pas ce point, que _ledit jour_, la troupe joyeuse
assista au baptême d'un enfant du chevalier Sainct-Romain, lequel fut
nommé Roland. Or, pour que rien ne manque au mélange du sacré et du
profane, il faut savoir que le nom de _Sainct-Romain_ n'appartenait
pas à un vrai chevalier, mais à un des rôles de la farce. Il y avait
toujours, à Lyon, un chevalier _Sainct-Romain_ dans les chevauchées
de l'asne, comme il y avait une princesse de la Lanterne, un comte de
la Fontaine, un abbé du Temple, un gentilhomme de la rue du Boys, un
capitaine du Plastre, etc. La coutume de ces chevauchées n'était pas
bornée à la France; on la voit en Angleterre, ainsi que le témoigne
sir Walter Scott dans son roman des Aventures de Nigel; mais avec
cette différence, tout à l'avantage de la raison des Anglais, que la
femme coupable y subissait la chevauchée sur le même âne que son mari
trompé ou battu. Il y avait là, au moins, une ombre de justice, tandis
que, chez nous, on punissait le ridicule et non le crime. Ceci peut
offrir aux moralistes un texte de méditation. Au reste, les chevauchées
de l'asne ne sont pas nouvelles. Notre savant éditeur en voit des
exemples dans Plutarque, à propos des Pisidiens qui, plus équitables
encore que les Anglais, s'en servaient exclusivement contre la femme
adultère. Mauvaise justice après tout! la bienséance moderne qui voile
ces grandes fautes et la charité chrétienne qui les pardonne valent
beaucoup mieux.



LA VEDOVA,

  Commedia facetissima di M. Nicolo Buonaparte, citadino
    Florentino, nuovamente data in luce con licenza et privilegio.
    In Fiorenza, appresso i Giunti M.DLXVIII. 1 vol. pet. in-12
    de 96 pages, plus 7 feuillets préliminaires, en 5 actes et en
    prose.

(1567-68.)


M. Brunet, qui se trompe si peu, a pourtant tort de dire que cette
pièce parut pour la première fois en 1592, chez les Giunti, puisque
notre édition, dûment revêtue de son privilége, est dédiée, par Jacob
Giunti, à la très noble dame Soderina de Nerli, le 30 octobre 1567,
et porte, pour l'impression, la date de l'année suivante. Cette
comédie, dont la scène est à Venise, devrait s'intituler les Petites
et Mauvaises Maisons ouvertes, car elle est aussi folle que cynique,
ou tout au moins, la fausse veuve, car ce n'est pas d'une veuve qu'il
s'agit dans l'action principale, mais d'une femme mariée crue veuve.

Démétrius, Candiote, jadis marié à la belle madame Hortensia, qu'il
croit avoir perdue grosse, il y a dix-huit ans, dans un naufrage, tombe
amoureux, à Venise, d'une dame Hortensia, vivante image de sa femme,
qui a chez elle sa fille nommée Drusille et sa nièce Livie, deuxième
fille de Parion, son frère. Le prétendu veuf s'ouvre de sa nouvelle
passion au prêtre Amerigo, lequel se charge de disposer les choses, si
faire se peut, en sa faveur. Or, cette dame Hortensia, qui se croit
veuve aussi depuis dix-huit ans, par suite du même naufrage, et que
Démétrius ne reconnaît pas, est précisément sa femme. Premier nœud
de la pièce. D'un autre côté, le jeune Fabricio est épris de Livie
et confie ses tribulations au parasite Ingluvio. Il sait que Parion
et Hortensia ont résolu de donner Livie en mariage à Emilio, fils
cadet du vieux Lionardo Farinati, pour compléter l'alliance entre les
deux familles; Cornélie, sœur de Livie, étant déjà mariée à Tiberio,
fils aîné de Lionardo. Il charge Ingluvio le parasite d'aller trouver
l'entremetteuse Papera, et de lui remettre une lettre pour Livie, dans
laquelle il donne, à cette jeune fille, rendez-vous en tel lieu, à
telle heure, dans une gondole. Second nœud. D'autre part encore, le
vieux Lionardo Farinati a un frère, le vieux Ambrogio. Ce dernier, que
l'union des deux fils de Lionardo avec les deux filles de Parion met
en goût de mariage, s'avise de vouloir épouser Hortensia, la fausse
veuve. Son frère se moque de lui: «N'as-tu pas honte de faire ainsi
le jeune homme,» lui dit-il: «Veux-tu donc que ta messe d'épousailles
devienne ton extrême onction? L'amour est comme la truffe qui donne
la vie aux jeunes gens et des vents aux vieillards.» Ambrogio ne
se laisse pas convaincre et charge le parasite Ingluvio de voir
l'entremetteuse Papera pour qu'elle décide Hortensia, la fausse veuve,
à recevoir ses hommages surannés. Ingluvio s'acquitte de la double
commission de Fabricio, amant de Livie, et d'Ambrogio poursuivant de
madame Hortensia, auprès de Papera, l'entremetteuse, qu'il rencontre
précisément comme elle sort de confesse et n'en est que plus en train
de faire son double message. Troisième nœud. Enfin Emilio, second fils
de Lionardo Farinati, consent, pour plaire à son père, à demander la
main de Livie qui n'aime que Fabricio, et refuse les empressemens de
Drusille qui a conçu pour lui des sentiment très vifs, je ne sais
pourquoi, car il est bien froid, bien pédant et bien ennuyeux. Papera,
dont le rôle est de se mêler de toutes les affaires de ce genre, se
mêle d'endoctriner Emilio. Elle perd son temps avec ce _cagnaccio_ qui
s'obstine à épouser, à ses risques et périls, une jeune fille dont
il n'est pas aimé, au lieu d'une dont il est l'idole, et cela, sans
passion aucune, et seulement parce que son papa le souhaite. Quatrième
nœud. Maintenant, voyons comment toutes ces intrigues se débrouillent
entre les mains de l'entremetteuse, du parasite et du prêtre.

D'abord Papera se rend au logis de la fausse veuve; elle plaide pour
Ambrogio; mais quoi! plaider pour un vieillard amoureux, il faut
échouer; elle échoue. Madame Hortensia étant sortie, Papera tâche de
gagner Santa sa servante, et de mettre celle-ci dans les intérêts
de Fabricio près de Livie; elle réussit, après quoi la voilà de
nouveau en course. Lionardo Farinati, qui la voit s'esquiver de la
maison d'Hortensia, la semonce en termes peu châtiés, et avertit la
fausse veuve de se mieux garder à l'avenir. Tous deux conviennent,
pour sûreté, d'envoyer Drusille et Livie au couvent jusqu'au retour
de Parion, époque des noces projetées. Les jeunes filles iront au
couvent, mais on les en sortira bientôt, parce que les parasites et
les entremetteuses savent le chemin des couvens tout aussi bien que
celui des veuves vraies ou fausses. Papera la _ruffiane_, ainsi que la
désigne effrontément l'auteur, se trouvant en pleine voie publique,
s'amuse à des lazzis avec la servante Santa qui se dit grosse, sans
savoir de qui, et demande à la Fortune une place de nourrice. Survient
une autre bonne pâte de servante nommée Rosa. Celle-ci est aux gages
d'une courtisane qui s'appelle aussi Hortensia. Rosa en a fait de
belles dans son temps. «Je me souviens, dit-elle, d'un certain meunier,
mon galant, grand curieux de poids et de mesures, qui avait si bien
l'usage de peser, que sa romaine rencontrait la coche sans qu'il y
mît la main.» «_Mi recordo, che io stettigia con' un mugnaio, che non
faceva altro che pesar mi, et era fatto si praticho nel trovar la mia
taccha, che di botto vi metteva il romano, senza haverlo a bilanciar
con le dita._» Sur ces entrefaites arrive la courtisane Hortensia, qui,
ayant su les projets de Démétrius sur Hortensia, la fausse veuve, et
toute l'histoire de ces deux époux, propose à Papera de l'aider dans
le dessein qu'elle a d'attraper le prétendu veuf, en se donnant à lui
pour Hortensia la fausse veuve, c'est à dire pour la véritable épouse
retrouvée de Démétrius. Papera n'a garde de refuser ses services. La
fourberie sera profitable, car la dépouille de Démétrius est bonne;
la chose est convenue et les deux scélérates sont en action, ce qui
forme un cinquième nœud. Démétrius s'offre, de lui-même, aux filets.
Hortensia la courtisane, qui ressemble parfaitement à la fausse veuve
Hortensia, aborde sa dupe, la questionne, la reconnaît, s'écrie:
«Quoi! c'est vous, mon cher mari!» se trouve mal et joue si bien son
personnage que voilà Démétrius entraîné au logis de la courtisane, la
prenant en tout pour sa femme, et lui donnant la clef de sa cassette de
joyaux, afin que Rosa, la servante, aille la chercher dans son auberge
où il l'a laissée en dépôt à son valet espagnol Campana.

Cependant, comment vont les amours de Fabricio et de Livie? Ici, de
grâce, un peu de mémoire et d'attention. Les deux jeunes filles,
Livie et Drusille, ne sont plus ensemble chez madame Hortensia la
fausse veuve; vous savez bien que, sur les conseils du vieux Lionardo
Farinati, elles ont été conduites au couvent. Elles ne sont même plus
au couvent, d'où on les a retirées parce que l'intrigue amoureuse
les y avait suivies; elles sont cachées, en attendant le retour de
Parion, Livie dans la maison de Lionardo et Drusille seulement, chez
la fausse veuve, sa mère. Lionardo et madame Hortensia la fausse veuve
croient, pour cette fois, Livie à l'abri. Tiberio, ce fils aîné du
vieillard Lionardo et l'époux de Cornélie, sœur de Livie, imagine un
moyen court d'en finir avec Fabricio et d'assurer la possession de
Livie à son cadet Emilio. «Mon père, dit-il à Lionardo, convenons avec
Livie que, cette nuit, elle recevra dans son lit sa sœur Cornélie,
ma femme, sous un prétexte quelconque; au lieu de Cornélie, nous y
introduirons, sous ses habits, mon frère Emilio, et demain tout sera
dit. Le plan est adopté, mais il avorte, grâce au parasite Ingluvio. Le
drôle a de bonnes oreilles, il a entendu le dialogue de Tiberio et de
son père; il a révélé le complot à Fabricio; celui-ci gagne son rival
Emilio de vitesse; il revêt des habits de femme, il se fait passer
pour Cornélie; on le met dans le lit de Livie sous le nom de sa sœur,
croyant y mettre Emilio, tandis qu'Emilio, par la ruse d'Ingluvio et
de son valet Forca, est introduit dans le lit de Drusille, au logis de
la fausse veuve, toujours sous le nom de Cornélie, avec des habits de
fille; et le bon de l'affaire est que ce _cagnaccio_ d'Emilio, qui ne
pouvait souffrir Drusille, n'a pas plutôt couché avec elle, croyant
coucher avec Livie, qu'il en est enchanté; de sorte qu'au matin, quand
la double méprise sera éclairée par les rayons du jour, le bonheur de
Fabricio et de Livie ne surpassera point celui d'Emilio et de Drusille;
et ce merveilleux résultat des fourberies d'un parasite et d'une
entremetteuse sera plus sage que tous les calculs de Lionardo et de la
fausse veuve. Après cela, fiez-vous donc à la prudence des parens pour
marier la jeunesse! L'adroit parasite ne s'est pas borné, du reste,
à terminer deux romans dans une seule nuit; il s'est encore donné le
plaisir d'une farce, en faisant accroire au vieux Ambrogio qu'il lui
amenerait madame Hortensia, la fausse veuve, dans son lit, tandis
qu'il y introduit une nourrice. Mais comment toutes ces introductions
nocturnes peuvent-elles s'opérer et s'opérer par des tiers? c'est
le secret des comiques italiens du XVIe siècle. Cela ne se peut,
répondrai-je, que par une suite de bourdes, de contes à dormir debout,
d'invraisemblances choquantes qu'il est impossible d'analyser, et qui
supposent, pour réussir, premièrement, sur la scène, de triples fourbes
d'un côté, de triples imbécilles de l'autre; secondement, dans la
salle, des spectateurs sans mœurs comme sans goût. Vainement dirait-on,
pour excuser de pareilles folies, qu'originairement la comédie des
Italiens était une imitation de la comédie latine: les Latins ont, sans
doute, nous l'avons reconnu, des parasites, des entremetteuses, des
valets fourbes et fripons, des jeunes filles galantes, des jeunes gens
libertins, des vieillards ridicules et bernés; ils en ont même beaucoup
trop; mais, en général, ils ont, du moins, l'art et le bon-sens de
reléguer les invraisemblances de leur fable dans l'avant-scène et
au dénouement; du reste, leur action est d'ordinaire habilement
conduite, leur dialogue est vrai, les mœurs sont, chez eux, fidèlement
reproduites, les caractères bien soutenus et tracés sans grotesque;
or, c'est ce qu'on ne trouve guère dans la comédie des Italiens et
nullement ici. Achevons de nous en convaincre. Voilà bien, de compte
fait, trois des cinq intrigues dénouées; reste à deux, celle de la
fausse veuve Hortensia et celle d'Hortensia la courtisane. Nous avons
laissé cette dernière en possession de son faux mari Démétrius, et au
moment de mettre la main sur les joyaux de sa victime. Tout irait bien
pour elle et pour Papera sa complice, sans le prêtre Amerigo qui a
découvert que Démétrius est l'époux de la fausse veuve, et s'est pressé
de conduire cette dame au logis de son ressuscité. Madame Hortensia
trouve sa place occupée par Hortensia la courtisane. Grand débat entre
les deux femmes; grande perplexité chez Démétrius. Le pauvre Candiote
ne sait laquelle entendre. A la fin, il s'avise d'une espèce de
jugement de Salomon, et c'est le meilleur incident de l'ouvrage. «Je
donnerai, dit-il, mon trésor à l'une de vous, à l'autre ma personne,
choisissez!» La courtisane ne manque pas de choisir la cassette et
la fausse veuve le mari. C'en est fait, tout est éclairci. Démétrius
garde sa cassette, reprend sa véritable femme. On marie Drusille à
Emilio, Fabricio à Livie; la courtisane retourne à ses affaires;
Lionardo Farinati est content; Ambrogio se console avec la nourrice.
Le parasite, l'entremetteuse, les valets et les servantes s'écrient:
_Nozze_, _Nozze_, nous allons manger des chapons, des poulets, des
oies, des outardes, et boire bien du vin blanc de Milan, et la toile
tombe.

Si Molini, en réimprimant, dans l'année 1803, cette pièce folle et
ordurière de Nicolo Bonaparte, prétendit faire une malice, c'est une
sottise; si c'est une flatterie à cause de la date, sottise plus grande
mille fois.



PANOPLIA,

  Omnium illiberalium, mechanicarum aut sedentariarum artium
    genera continens, quotquot unquam vel a veteribus, aut nostri
    etiam seculi, celebritate excogitari potuerunt, breviter et
    dilucide confecta: carminum liber primus, tum mira varietate
    rerum vocabulorumque, novo more excogitatorum copia perquam
    utilis, lectuque perjucundus.--Accesserunt etiam venustissimæ
    imagines omnes omnium artificum negociationes ad virum lectori
    repræsentantes, antehac nec visæ, nec unquam editæ. Per
    Hartmannum Schopperum, novo-forens Noricum. Ex typis Georgii
    Corvini, impensis Sigismundi Feyerabenti. Francofurti ad
    Mœnum, cum privilegio Cæsareo. (1 vol. in-12 de 147 feuillets
    non chiffrés, contenant 132 pl. joliment gravées, lesquelles
    représentent toutes les professions et tous les métiers,
    depuis le pape et l'empereur jusqu'au barbier et au vendeur
    d'orviétan. Le livre a des signatures de S 3.) M.D.LXVIII.

(1568.)


Ce volume, peu commun, d'une complète inutilité aujourd'hui, fut
dédié par Sigismond Feyerabent à Oswald d'Eck et Wolfeck, maréchal
héréditaire du diocèse de Ratisbonne, et grand-maître du palais du
comte Palatin. C'était, pour le temps, une Encyclopédie parlante des
arts et métiers. Hartman Schopper, que Feyerabent qualifie de poète
insigne, en fit une œuvre de bel-esprit, en composant, pour chaque
planche, un quatrain latin, qui se voit au dessus, et un sixain au
dessous. Quelques unes de ces pièces sont bien tournées: on en jugera
par le sixain du faiseur de compas:

    Jungimus ex uno duo ferrea bracchia nodo
      Quæ spatio debes rite locare pari.
    Unaque pars stabit; pars una fideliter orbem
      Ducet; is accepta fine rotundus erit.
    Primus in exemplum spinas in pisce notatus
      Ingenii perdix traxit ab arte sui.

    Joignez par le sommet deux bras de fer égaux
    Dont chaque pointe aiguë à distance ait pris terre;
    Rendez l'un immobile, et que l'autre ait carrière,
    Sans pourtant s'écarter; un cercle sans défauts
    Naîtra sous votre main. Cette pièce achevée,
    Dans les os du poisson la perdrix l'a trouvée.

Ainsi le compas d'Archimède est une invention de la perdrix, selon le
_Panoplia_.



TRAICTÉ DES PEINES ET AMANDES,

TANT POUR LES MATIÈRES CRIMINELLES QUE CIVILES,

  Diligemment extrait des anciennes loix des XII Tables de Solon,
    de Draco, constitutions canoniques, loix civiles et impériales,
    accompagné de la pratique françoise, par Jean Duret, advocat du
    roy et de Mgr. le duc d'Anjou, en la sénéchaussée de Moulins.
    Lyon, par Benoît Rigaud, 1 vol. in-8.

(1572.)


Le nom de Duret est commun à deux familles qui ont fourni l'une et
l'autre plusieurs savans célèbres dans le XVIe siècle. Thémiseuil
parle avec éloge du médecin Claude Duret, à propos de son _Thrésor
de l'histoire des langues de cet univers_, gros livre in-4° de 1030
pages, imprimé pour la première fois en 1613, où l'auteur passe en
revue cinquante-six langues diverses, en comptant à part les langues
d'oiseaux et autres animaux parlans. On voit que M. Dupont de Nemours,
qui nous a traduit, il y a trente ans, des dialogues de corbeaux,
avait été devancé. On l'est aujourd'hui en tout genre et sur tout
sujet. Il est probable que les animaux ont un langage, car on les voit
fréquemment se disputer et se battre entre eux; mais il paraît sage de
renoncer à connaître leur Grammaire et leur Vocabulaire. Claude Duret
était de la famille de Jean Duret, l'avocat, dont il est ici question.
Ce dernier naquit à Moulins en 1540, mourut à Paris en 1605, et fut
signalé par _son bel-esprit et éloquence_, ainsi que le rapporte Pierre
de l'Estoile. Il y a deux éditions de son Traité des Peines et Amendes
postérieures à la nôtre et plus amples. Celle de 1588, également de
Lyon, l'une des deux, est marquée rare dans plusieurs catalogues, selon
la Biographie universelle. Nous pensons que l'édition originale est
la plus rare de toutes et qu'on doit peu regretter aujourd'hui les
augmentations qu'on y a faites depuis.

L'ouvrage est composé de 116 chapitres rangés par ordre alphabétique,
ce qui en rend l'usage facile aux dépens de la lecture méthodique.
L'ordre des matières n'est qu'à demi rétabli par le tableau synoptique
mis en tête du premier chapitre intitulé: _de la Division des peines
criminelles et civiles_, où règnent une métaphysique et une analyse
confuses. Par exemple, l'auteur, dans ce tableau, met au rang des
peines civiles conventionnelles les obligations résultant des pactes
ou de stipulations entre parties, telles que l'intérêt de la somme
prêtée, etc., etc. C'est une subtilité pour le moins. Il établit les
peines arbitraires comme une des trois grandes divisions des peines
criminelles, ce qui tend à faire périr le texte sous l'interprétation.
Il y a bien d'autres choses à reprendre dans ce tableau: mais le
livre, au total, instruit et intéresse par le sage esprit d'humanité
dont il est empreint, bien que souvent obscurci par les ténèbres de la
routine. Au chapitre des _Accusateurs téméraires_, Jean Duret s'élève
généreusement contre l'édit des empereurs qui accordait un salaire à la
délation. Dans le chapitre des _Alimens déniés_, on trouve ces belles
paroles relatives à l'obligation, pour les mères, d'allaiter leurs
enfans. «Honni soit de ces follastres qui estiment que les mammelles
leur soient seulement plantées sur l'estomach pour un accomplissement
de beauté, non pour nourrir.» Le chapitre des _Appelans téméraires_
rappelle une ancienne coutume judiciaire que peut-être il faut
regretter, celle qui condamnait l'appelant débouté à payer, outre les
dépens, vingt livres d'argent au fisc, en guise d'amende. Le chapitre
des _Arbres coupés_ présente le détail de la cruauté des anciennes lois
forestières. Celui des _Assemblées illicites_ fait remonter, au temps
de la république romaine, les prohibitions dont nos modernes amis du
peuple se plaignent si aigrement, et que la raison avoue autant que la
vraie liberté. Celui des _Blasphémateurs_ est tout barbare, partant
du principe qu'il faut proportionner la peine à la qualité de l'être
offensé, tandis que toute peine doit s'établir sur le dommage direct
que la société reçoit du délit. Le chapitre des _Bougres_ n'est pas
tendre pour ces messieurs, de par Moïse, de par les lois canoniques
et de par le préfet Papinien. Nous croyons avec bien d'autres que les
non-conformistes doivent être conspués et non mis à mort. Le chapitre
des _Châtrés_ interdit, conformément à la loi romaine, la castration,
sous des peines sévères. Il est fâcheux que l'intérêt de la musique
d'église ait triomphé de cette sage rigueur. L'auteur est trop
inflexible pour le _Concubinage_. Ici, la nature est si impérieuse,
que la société doit se montrer indulgente. Même excès dans le bien au
sujet des dots. Duret ne veut pas qu'on dote les filles de peur de
faire du mariage une simonie; mais les filles, fussent-elles sans dot,
seraient épousées pour leur fortune présumée, ce qui serait également
simoniaque. Le chapitre des _Dixmes_ est ce qu'il pouvait être, dès
l'instant qu'on l'appuyait sur la loi de Moïse et sur les paroles de
saint Augustin. Celui des _Enfans abortifs_, dirigé contre l'avortement
et l'infanticide, débute singulièrement. «Qui est-ce qui vid jamais
femme sans estre accompagnée de ces trois vertus, de plorer quand il
lui plaist, de savoir filer sa quenouille, et de jaser incessamment
d'estoc et de taille, sans raison, ni propos, hault et viste comme le
tacquet d'un moulin? c'est ce qui est dit communément:

    La femme doit savoir plorer, filer, parler,
    Avant que femme on puisse aisément l'appeler.»

Le chapitre des _Hérétiques_ reproduit l'esprit barbare des édits
de François Ier en matière de religion, et pour combler la mesure
de la démence, s'autorise de l'Evangile. Celui des _Libraires_ et
_Imprimeurs_, très amer contre l'imprimerie, très favorable à la
censure, renferme une étrange expression, car ce ne peut être un
anachronisme. Duret cite un édit de Justinien contre les imprimeurs
incorrects du Digeste et du Code. Le chapitre des _Putains_ oppose
avec avantage l'ordonnance de saint Louis contre les bordeaux, à la
loi de Solon, qui les introduisait pour garantir les honnêtes femmes
de l'incontinence des jeunes hommes. Le chapitre des _Vêtemens, fards
et superfluités de meubles défendus_, tombe dans le vice de toutes
les lois somptuaires qui gênent la marche de la société sans réformer
les mœurs. On y voit une expression ingénieuse et pleine d'énergie
contre les parures féminines. «On peut, dit l'auteur, dextrement nommer
tels afficquets les seconds macquereaux des femmes.» Quant aux lois
somptuaires, nous nous en tenons au mot de Tibère qui est admirable:
«Que la satiété soit le frein du riche, la nécessité celui du pauvre,
et la modération celui du sage.»



CINQ LIVRES DE L'IMPOSTURE

ET TROMPERIE DES DIABLES,

DES ENCHANTEMENS ET SORCELLERIE,

  Pris du latin de Jean Uvier, médecin du duc de Clèves, et faits
    françois par Jacques Grévin, de Clermont en Beauvoisis, médecin
    à Paris. A Paris, chez Jacques du Puy, 1569. 1 vol. in-8 de 468
    feuillets, avec une table des auteurs cités et une autre des
    noms et choses mémorables.

(1569.)


Jean Uvier, auteur de ce livre, entrepris, dans le dessein d'éclaircir
la science des démons et des sorciers, selon la doctrine de l'église
chrétienne, est aujourd'hui si peu connu qu'il ne trouve pas de place
particulière dans les Biographies et les Dictionnaires historiques,
dont pourtant l'accès est assez facile. Il n'en est pas de même de son
traducteur Jacques Grévin, médecin de Marguerite de France, duchesse de
Savoie, né à Clermont en Beauvoisis en 1540, mort à Turin en 1570, ami,
puis ennemi de Ronsard, qui poursuivit en lui le calviniste. Grévin
figure, dans la belle Biographie de Michaud, très convenablement. Nous
vengerons, autant qu'il est en nous, le médecin Uvier de l'abandon
des érudits, en nous occupant plus de lui que de son successeur qui
écrit trop pesamment. Cet auteur, aussi docte que chimérique, donne,
dans sa préface, le sommaire de ses cinq livres. Nous l'imiterons. Le
premier donc est consacré à l'origine du diable, à ses débuts sur la
terre au temps du péché originel, à la définition de son pouvoir et des
limites que Dieu y assigne. On y voit les noms des différens démons, et
quantité de faits diaboliques extraits des auteurs sacrés et profanes.
Ce serait un puits d'érudition stérile, si l'annaliste infernal ne
faisait pas remarquer avec saint Jérôme que les vrais instrumens du
diable sont nos passions que Dieu permet afin de nous donner le mérite
de vaincre et de nous ménager le prix de la victoire. Le second livre
établit la distinction entre les divers satellites du démon, tels que
magiciens, sorciers, enchanteurs, empoisonneurs, devins, négromans,
astrologues, ventriloques, etc., etc. Julien l'apostat et Roger Bacon
sont classés dans une de ces catégories. Ici encore, l'antiquité comme
les temps modernes sont mis à contribution avec une investigation
merveilleuse. On peut croire aisément que rien ne manque à ce cours
de science démoniale, où se rencontrent des histoires curieuses. Le
troisième livre présente un dessein philosophique, celui de prouver
que les personnes crues ensorcelées le sont moins par des sorciers
que par l'action des passions imaginatives qui sont en elles-mêmes.
Mais l'exécution ne répond pas au dessein, et Uvier retombe dans
le traitement des possédés par l'exorcisme, et dans le système des
possessions réelles dont il annonçait devoir sortir pour entrer dans
le domaine de la morale et de la médecine véritable. Suit un autre
répertoire de faits vrais ou faux, très curieux. Voir le chapitre
18, page 274, intitulé: Que les parties honteuses ne peuvent être
arrachées par charmes; _item_ que le diable peut, par moyens naturels,
empescher l'exécution vénérienne. Ce chapitre fait trembler. Du reste,
l'auteur devient rassurant au chapitre 20, quand il affirme que le
diable ne saurait changer les hommes en bêtes. Le quatrième livre est
une belle et bonne action. Le médecin y propose cette fois de traiter
les ensorcelés plutôt par l'ascendant de la raison et l'autorité des
Ecritures que par anneaux constellés, signes, images, etc., etc. Il ne
veut pas davantage qu'on brûle les pauvres sorcières, qu'il appelle
de folles victimes du diable, et réserve les rigueurs de la justice
humaine pour les empoisonneurs. La philanthropie nous entraîne trop
loin aujourd'hui quand nous ne voulons voir que des insensés dans les
plus cruels homicides. Une forte pointe de calvinisme se manifeste dans
ce livre, et la voici: Tous les papes, depuis Sylvestre II, de l'an
1003, jusqu'à et y compris Grégoire VII, c'est à dire vingt papes, y
sont compris parmi les magiciens. Le cinquième livre, développement
du précédent, traite des peines dues aux sorciers; l'auteur incline
vers l'indulgence pour les personnes, avec toute sévérité pour les
écrits. Dans ce dernier livre sont accumulés des exemples de procès
de sorcellerie qu'il est bon de consulter pour l'histoire de l'esprit
humain et de la législation des temps d'ignorance. L'ouvrage finit
par une profession de foi catholique. En résumé, ce traité peut être
considéré comme une histoire de l'enfer suffisamment complète. On a cru
aux esprits, malins ou non, dans tous les siècles. Les anciens en sont
remplis; mais c'est surtout dans le moyen-âge qu'il en faut chercher.
Cette période est leur empire. C'est alors qu'on les voit pénétrer les
mœurs et la société tout entière, et se reproduire par la guerre même
qu'on leur fait. Ils sont encore, à présent, poursuivis en Espagne et
en Italie judiciairement. Jusqu'à Louis XIV, ils le furent chez nous.
Consultez le tome 7 des intéressans Mémoires de l'abbé d'Artigny,
vous y verrez l'interrogatoire du démon qui apparut au monastère des
religieuses de Saint-Pierre-de-Lyon, et toute son histoire, publiée
avec privilége du roi, par Adrian de Montalembert, aumônier de François
Ier. Ouvrez encore les _Variétés sérieuses et amusantes_ de Sablier qui
justifient bien leur titre, et vous trouverez, au tome 1er, extraite
des papiers de Michel Houmain, lieutenant criminel d'Orléans, l'un
des commissaires préposés au jugement d'Urbain Grandier, une liste
nominale des diables qui ont possédé les religieuses de Loudun, de
l'an 1632 à l'an 1634, avec les qualités d'iceux et aussi les noms de
leurs victimes. Que conclure de tout ceci? ce qu'en concluait Voltaire,
savoir que le monde est à la fois bien vieux et bien nouveau.



LA FLORESTA SPAGNUOLA,

OU

LE PLAISANT BOCAGE,

  Contenant plusieurs contes, gosseries, brocards, cassades et
    graves sentences de personnes de tous estats. Ensemble: une
    Table des chapitres et de quelques mots espagnols plus obscurs
    mis à la fin de l'œuvre, traduit de l'espagnol par Pissevin, et
    dédié à M. de Langes, seigneur de Laval, président au parlement
    de Dombes, et siége présidial du Lyonnais. (1 vol. in-16, de
    469 pages, plus 4 feuillets de table et une Épître finale au
    lecteur débonnaire.)

(1570--1600-1617.)


C'est un recueil de bons mots et de lazzis espagnols dans lequel il
y a peu à retenir, et dont nous ne parlons ici que parce qu'il est
recherché des bibliomanes. Notre exemplaire vient de la bibliothèque de
M. Méon.

Une dame castillane demandait, dans un amant, la vertu des quatre S:
Sabio, Solo, Secreto, Solicito (sage, seul, secret, soigneux). Un
cavalier lui répondit qu'il repoussait dans une maîtresse le vice des
quatre F: Fea, Fria, Flaqua, Flexa (laide, froide, maigre, retorte).

Un chevalier, ayant fouetté son jeune page jusqu'au sang, lui dit,
après l'opération, de se rhabiller. «Non, lui répondit l'enfant, prenez
mes habits: ils reviennent au bourreau.»



QUESTIONS DIVERSES,

RESPONSES D'ICELLES,

  A sçavoir: Questions d'amour, Questions naturelles, Questions
    morales et politiques, divisées en trois Livres, traduites du
    tuscan en françois, et dédiées, par une Épître du traducteur,
    à la noblesse françoise et aux esprits généreux. A Rouen, chez
    Jean Cailloué, dans la cour du Palais. (1 vol. in-12 de 384
    pages.)


L'édition originale de ce livre, beaucoup moins piquant que son titre
ne l'annonce, est de Lyon, in-16, 1570. La nôtre est sans date:
M. Brunet lui assigne, sans dire pourquoi, celle de 1617. Elle se
trouvait, chez le duc de la Vallière, rangée au nombre des ouvrages
rares et curieux, classe des facéties. Voilà certainement un grand
honneur fait à des plaisanteries telles que les suivantes:

«Quand est-ce que les dents font mal aux loups?--Quand les chiens les
mordent aux fesses.»

«Qui est le plus traistre arbalestrier qui soit?--Le cul; car il vise
aux talons et frappe au nez.»

«Qui est-ce qui ressemble à un chat?--Une chatte.»

«Qui est roi au pays des aveugles?--Le borgne.»

«Qui est plus sujet à l'amour, ou l'homme ou la femme?--C'est une chose
évidente que l'homme y est plutôt pris et empestré, etc., etc.»

Tout le recueil est à peu près dans le même goût.



LE MONDE A L'EMPIRE,

ET LE MONDE DÉMONIACLE,

  Faict par dialogues, reveu et augmenté par Pierre Viret.
    L'ordre et les titres des dialogues.

        _Du monde à l'empire._

        L'empire des monarchies.
        L'empire de l'Empire romain.
        L'empire des chrétiens.
        L'empire des républiques.

        _Du monde démoniacle._

        Le diable deschaîné.
        Les diables noirs.
        Les diables blancs.
        Les diables familiers.
        Les lunatiques.
        La conjuration des diables.

    A Genève, par Guillaume de Laimarie. (1 vol. in-8 en deux
    parties, 524 pages et 8 feuillets préliminaires.) M.D.LXXX.

(1571-80.)


Pierre Viret, célèbre ministre calviniste à Lausanne, l'un de ceux qui
chassèrent, en 1536, les catholiques de Genève, mourut, comme on sait,
à Pau, en Béarn, à 60 ans, dans l'année 1571. Il était en réputation
d'excellent orateur chez les siens, et publia nombre d'écrits sur la
théologie et la morale que la postérité a jugés plus sévèrement que
ses contemporains. Parmi ses écrits, on doit remarquer la _Physique
papale_ dont nous avons parlé, et le _Monde à l'Empire_. Le lecteur
croit d'abord, sur le titre de _Monde à l'Empire_, que l'auteur, dans
ce dernier ouvrage, va traiter des empires ou de l'empire; rien moins.
Il n'est ici question que du _monde allant pire_, du monde empirant de
jour en jour. C'est là tout le mystère. Le dessein de Viret n'est autre
que de peindre en noir les hommes et les choses de son temps. Pour ce
faire, il introduit quatre personnages qui bavarderont à donner des
syncopes, savoir: Théophraste, le bon théologien, l'homme craignant
Dieu, l'homme sage, en un mot Pierre Viret; Hierosme, l'homme sociable
et instruit, habile à lancer des questions et à renvoyer la balle belle
au théologien; Eustache, pauvre superstitieux, bon diable de papiste,
plus ignorant que malin, et _idolâtre_ seulement par simplicité; enfin
Tobie qui est entre deux, et ne demande qu'à connaître la vérité: ce
dernier sera, si l'on veut, le lecteur; du moins telle paraît être
l'idée de Viret à son égard. Ces quatre personnages une fois campés les
uns vis à vis des autres, la partie carrée commence.

Le premier dialogue roule sur le luxe pernicieux du clergé, sur les
somptuosités du culte, opposées à la modeste gravité des anciennes
cérémonies du christianisme. Il faudrait nourrir les pauvres; tel
est l'objet véritable, tel est le luxe qui convient à l'Eglise. L'or
et l'argent perdent les religions comme les États; ils ont perdu les
Romains, etc., etc. Voilà, sans doute, de belles sentences; mais
laquelle des deux religions, catholique ou calviniste, a le mieux
nourri ses pauvres? Viret prêche en vain; nos riches hôpitaux et les
tristes souscriptions des dissidens ou leurs impôts de secours plus
tristes encore parlent plus haut que lui, et s'élèvent contre cette
morale sèche qui confie le sort des pauvres au calcul plutôt qu'à la
charité.

Le second dialogue appelle la réforme des lois civiles par
l'application des sages principes du Droit romain. Il attaque les
abus de la justice, l'avarice des juges, la vénalité des charges, la
prévarication simoniaque des avocats qui se font payer par la partie
adverse pour ne rien dire, en même temps que par leur partie pour
parler. Il foudroie l'intempérance et finit par une dissertation sur
les gouvernemens monarchique, aristocratique et démocratique, dont il
montre les inconvéniens sans conclure.

Le troisième dialogue est remarquable en ceci, qu'il signale, chez
les réformés, autant de désordres que chez les catholiques, en quoi
Viret fait preuve de bonne foi. Diatribes sur l'avarice des chrétiens
de toute secte. Passages violens sur le vol et les confiscations dont
l'administration et la cité sont infectées.

Le quatrième dialogue s'étend sur l'orgueil des grands et la sotte
vanité des petits qui les veulent imiter, plus insupportable encore.
Nombreuses citations de poètes latins et grecs, traduites en vers
français, utiles à consulter pour l'histoire de notre poésie. Sorties
contre les athées, les hypocrites et les superstitieux. Tableau de la
décadence des mœurs. Les hommes du XVIe siècle sont efféminés, moins
vigoureux et _moins disposés_ à 30 ans que leurs pères ne l'étaient à
60, 70 ou même 80. Plusieurs logent aujourd'hui la goutte, dont les
auteurs logeaient l'araignée. Nous répondrons à Viret qu'il ne faut
loger ni l'une ni l'autre. A ce propos, question du bon-homme Eustache.
Fable de la Goutte et de l'Araignée, racontée à la manière de Viret,
c'est à dire devenant une assommante histoire de cinq grandes pages,
petit texte. Sortie contre l'ignorance des nobles, telle qu'à peine
savent-ils signer leurs noms, et ils s'en font gloire. Hommage rendu
à François Ier pour avoir donné l'essor aux esprits par son amour des
lettres. Censure des impôts. Menace de séditions populaires. Charles
VI, grand dissipateur. Tout cela est surabondamment assaisonné de
citations prises de l'histoire sacrée et profane. Fin du Monde à
l'Empire.


LE MONDE DÉMONIACLE.

C'est une continuation du même sujet, une lamentation de Jérémie,
à la poésie près, sur la caducité précoce du monde, arrivée par
le luxe et la corruption des grands, et surtout par l'exemple des
_médecins_. L'auteur, qui aime les calembourgs, et a fait tout son
livre sur un calembourg, entend ici par _médecins_ les deux papes
_Médicis_, Léon X et Clément VII. A ces mille déclamations sinistres
de Théophraste, l'interlocuteur Hierosme, à notre avis, plus sage
que lui, sans être moins ennuyeux, répond que cela le fait souvenir
d'un certain personnage cité par Gallien, lequel, ayant ouï parler de
la fable d'Atlas portant le monde sur ses épaules, était tombé dans
une crainte perpétuelle de choir qui le faisait mourir à petit feu;
vu qu'Atlas pouvait se fatiguer d'un instant à l'autre, et laisser
dévaler le monde. Ce qu'il y a de plus fâcheux dans ce livre, c'est
qu'après avoir signalé, enflé, déploré les maux de l'univers, Viret
n'y trouve aucun remède. Il désespère même de la réforme: c'est un
tombeau ouvert et rien de plus. Il fait, dit-il, état des différens
expédiens qui se présentent, comme du pélerinage à Saint-Mathurin, où
l'on mène les fous, qui en reviennent enragés. Il faut absolument,
selon lui, que Jésus-Christ revienne fondre au creuset ce malheureux
globe. Cette philosophie sépulcrale n'est pas d'une tête bien faite.
Aussi ne faut-il pas s'étonner de la voir associée aux croyances les
plus absurdes sur l'existence matérielle des diables et leurs tours de
passe-passe ici bas, comme elle l'est dans cette seconde production,
aussi mauvaise que la première. Du reste, il paraît superflu d'exposer
avec détail la théorie de Viret sur les diables noirs, c'est à dire
furieux et athéistes; blancs, c'est à dire hypocrites et couverts d'un
voile sacré; familiers, lunatiques et conjurateurs. Il y aurait de
quoi se perdre sans nul profit pour la science, la religion, ni les
mœurs. Ce n'est pas la peine, en vérité, d'être réformateur, pour
admettre et débiter de telles choses si pesamment. Comment Pierre Viret
a-t-il pu jouir d'une si grande réputation? on peut se l'expliquer
ainsi: ce ministre était convaincu. Il parlait avec une extrême
facilité, ce qu'on devine bien à son style si riche de paroles, si
pauvre d'idées. Or, la faconde impose beaucoup au commun des hommes.
Il parle en public aussi long-temps qu'il veut, donc c'est un génie!
ainsi raisonne la foule. Erreur maxime. Peut-être même n'est-ce pas un
orateur; un grand orateur probablement pas; un grand penseur, un grand
écrivain, non certainement. Il y aurait ici beaucoup de développemens à
donner, mais ce n'est pas le lieu de le faire.



LA BÉATITUDE DES CHRÉTIENS,

OU

LE FLÉO DE LA FOY[2],

  Par Geoffroy Vallée, natif d'Orléans, filz de feu Geoffroy
    Vallée et de Girarde le Berruyer, ausquelz noms de pere et
    mere assemblez, il s'y treuve: Lerre Geru, vray fléo de la foy
    bygarée, et au nom de Filz: va Fléo, règle Foy; autrement,
    Guere la Fole Foy; heureux qui sçait, au sçavoir repos. 1 petit
    vol. in-12, de 8 feuillets, imprimé en 1572. (Rarissime.)

  [2] Sallengre, au tom. Ier de ses Mémoires, 2e partie, donne
  quelques détails précis touchant Geoffroy Vallée, dit le Beau
  Vallée, selon Bayle. On y voit qu'il était qualifié de sieur
  de la Planchette, que son père, sieur de Chenailles, était
  contrôleur du domaine, à Orléans; que sa mère était fille
  d'un avocat fiscal de la même ville, et que de la descendance
  masculine de son frère vint Jacques Vallée, sieur des Barreaux,
  intendant des finances, qui fut successivement maître des
  requêtes, et conseiller au parlement. Cette famille des Vallée
  était malheureuse. Guy-Patin rapporte, dans ses lettres, qu'en
  1657, un sieur Vallée de Chenailles, réformé, conseiller au
  parlement de Paris, fut dégradé et condamné au bannissement, pour
  avoir tenté de livrer Saint-Quentin au prince de Condé.

(1572-73.)


Il est certainement aussi insensé de supplicier un homme pour un pareil
livre que de composer ce livre même, et l'odieux demeure en plus à la
puissance qui condamne et met à mort. Qu'était-ce que ce malheureux
Orléanais, Geoffroy Vallée, ou du Val, qui fut brûlé en place de Grève
à Paris, le 9 février 1573, d'autres disent en 1571, d'autres en 1574,
par arrêt du Parlement confirmatif d'une sentence du Châtelet? Un
esprit rêveur, un Mallebranche avorté, ou peut-être une ame candide,
scandalisée du hideux spectacle que présentait, de son temps, la
société religieuse, qui, dans sa bonne foi dépourvue de lumières,
essayait de ramener ses contemporains à la raison, qu'il entrevoyait
sans avoir la force de s'y tenir. Il mourut repentant, _cognoissant sa
faute publiquement_, dit la chronique. Repentant de quoi? bonté divine!
est-ce d'avoir dit, dans un moment lucide, au premier chapitre de son
livre, intitulé le _Catholique universel_: «J'ay ma volupté en Dieu,
en Dieu n'ay que repos... L'homme n'a aise, béatitude, consolation
et félicité qu'en sçavoir, lequel est engendré d'intelligence, et,
lors, le croire lui en demeure, veuille ou non, car il est engendré du
sçavoir, et jamais n'en peult estre vaincu; mais celluy qui croit par
foy ou par craincte et peur qu'on lui faict, ce peult estre diverti,
changé, et destourné quand il juge chose meilleure... Ce croire-là est
très meschant et très misérable, et en viennent tous les maulx que
nous avons eus jamais, et ont été cy devant et seront source de toute
abomination, et l'homme, par ce croire-là, est toujours entretenu en
ignorance, et rendu grosse bête; et vaicut-il mil ans logé sur le grand
et petit Credo, ne sçaura jamais rien.»

Mais de quoi encore Geoffroy Vallée fut-il repentant? est-ce d'avoir,
dans son second chapitre _du Papiste_, flétri cette croyance
_bestiale_, uniquement fondée sur la peur du diable et du bourreau,
_qui faisoit paroller_ le Papiste du XVIe siècle _comme pourroit faire
un perroquet_? est-ce d'avoir, dans son troisième chapitre intitulé _le
Huguenot_, attaqué, en termes trop absolus, il est vrai, cette foi sur
parole que les réformés ne laissent pas de professer à leur manière,
malgré leurs prétentions au raisonnement? est-ce, dans son quatrième
chapitre, d'avoir donné la préséance à l'anabaptiste, lequel, selon
lui, procéderait à la connaissance de Dieu par la pratique des vertus,
_seule bonne voye de sapience_? Il est sûr qu'au cinquième chapitre,
dans lequel le libertin est fulminé, on lit de cruels blasphèmes contre
le papiste proprement dit; mais Geoffroy Vallée partait du point de
vue de 1572, année de la Saint-Barthélemy: le jugement se troublerait
à moins. Que ne lui fit-on grâce en faveur de cette belle pensée qui
se trouve là même? «L'homme ne peult jamais estre athéiste, et est
ainsi créé de Dieu.» Il nous semble encore qu'un tribunal, tant soit
peu clément, pouvait épargner l'auteur, pour s'être exprimé de la
façon suivante dans son sixième et dernier chapitre, sur l'athéiste:
«L'athéiste, ou celluy qui se dit tel (car il n'est pas possible à
l'homme d'estre sans Dieu) n'a que tourment et affliction, d'autant
qu'il a quitté Dieu pour la volupté du corps.»

Ce qu'on aperçoit dans ce fatal opuscule, de 16 pages, très mal écrit
d'ailleurs, c'est, à côté d'une trop grande confiance dans le libre
examen, et d'une méfiance excessive de l'autorité en matière de
religion, une très juste, très sainte et très utile indignation contre
ceux qui, _au lieu de méditer et contempler nuit et jour que c'est de
l'Éternel et de l'homme, n'ont les mots de justice, charité, religion
qu'en leur bouche et en leur bourse_.

Le pauvre Vallée était grand-oncle du poète Desbarreaux. Son livre
du _Fléo de la foy bygarée_ est plus que rare, s'il est aussi vrai
que probable que Bernard de la Monnoye ait été fondé à considérer
comme unique l'exemplaire qu'il donna au cardinal d'Estrées en 1714,
exemplaire commissionné à 1200 fr., qui passa, en 1740, chez M. de
Boze, puis, en 1753, chez M. de Cotte, et dont nous avons la copie
figurée, faite sur celle de M. Falconet, médecin du roi, laquelle est
parfaitement conforme à une troisième copie également figurée que
possède la bibliothèque royale.

M. Peignot, qui s'étend beaucoup sur cet opuscule dans son
_Dictionnaire des Livres condamnés au feu_, dit que la réimpression qui
en fut faite in-8 a été vendue 18 fr. chez le duc de la Vallière.



DE LA PUISSANCE LÉGITIME

DU PRINCE SUR LE PEUPLE, ET DU PEUPLE SUR LE PRINCE;

  Traité très utile et digne de lecture en ce temps, escrit
    en latin (sous le titre de _Vindiciæ contra tyrannos_), par
    Estienne Junius Brutus, (Hubert Languet), et nouvellement
    traduit en françois (par François Estienne, selon M. Barbier,
    et par l'auteur lui-même, suivant M. J. Chénier), 1581. 1 vol.
    in-8 de 364 pages, plus recherché que l'original, au rapport de
    M. Brunet.

(1er janvier 1577-81)


Hubert Languet, gentilhomme bourguignon, né en 1518, de catholique
devenu luthérien, puis conseiller d'Auguste, électeur de Saxe, devrait
être sauvé de l'oubli quand il n'aurait en sa faveur que le mérite
d'avoir dit des vérités dures à Charles IX, dans une harangue publique,
et justifié l'éloge qu'a fait de lui Duplessis Mornay qui lui dut la
vie à la Saint-Barthélemy, éloge rapporté dans tous les dictionnaires
historiques: «_Il fut ce que bien des gens veulent paraître, et vécut
comme les meilleurs désirent mourir._» _Is fuit quales multi videri
volunt; is vixit qualiter optimi mori cupiunt._ Mais son livre ou
pamphlet politique, contre la tyrannie, sur la nature du contrat qui
lie réciproquement le prince et le sujet (car c'est bien lui qui a
composé le _Vindiciæ contra tyrannos_[3] et non d'autres, ainsi que
Bayle l'a démontré), le recommande d'ailleurs à la postérité, sinon
pour le style qui, en latin comme en français, est lourd, diffus,
écrasé de citations de l'histoire hébraïque, en un mot d'une lecture
pénible; du moins pour le fond des idées, où la profondeur et la
hardiesse s'allient à l'amour de la justice et de la vérité. Ce livre
est spécialement dirigé contre le traité du _Prince_ de Machiavel, et
cette politique de perfidie et de ténèbres que les Borgia, les Rovère
et les Médicis avaient, en ce temps-là, vomie de l'Italie sur le reste
de l'Europe, avec l'athéisme et la débauche. L'époque était remarquable
en France, en Allemagne et en Angleterre, par l'ardeur que les esprits
montraient pour les nouveautés en tout genre. Tant que l'émancipation
n'eut pour objet que les croyances et les lois de la conscience intime,
les princes parurent moins soulevés contre elle que le clergé romain;
mais ils ne tardèrent pas à reconnaître qu'une fois l'esprit d'examen
introduit et popularisé dans le monde, les principes qui fondent leur
pouvoir et y assignent des bornes seraient incessamment recherchés,
au grand péril de leur domination, alors si pesante et si extrême,
et la guerre commença; guerre terrible qui n'est point encore finie
aujourd'hui, mais dont le terme approche, pour ouvrir une période
opposée! qui elle-même aura son terme.

  [3] Bayle, dans sa Dissertation sur Junius, ne prenant parti
  ni pour ni contre, suivant sa coutume, dit simplement que _le
  Vindiciæ contra tyrannos_ est un ouvrage plein d'ordre et de
  méthode, et qu'on y trouve ce qu'il y a de plus solide à dire
  sur le droit au moins problématique des peuples: il ajoute
  que les politiques changent de thèse, à ce sujet, suivant les
  circonstances, témoins les catholiques, qui soutenaient le droit
  des rois au temps de Charles IX, et qui soutinrent le droit des
  peuples, contre Henri IV, au temps de Henri III.

  L'original latin, édition de Francfort, pet. in-12, 1608, est
  suivi d'un autre traité, _De jure magistratuum in subditos,
  et officio subditorum erga magistratus, tractatus brevis et
  perspicuus, his temporibus utrique ordini apprime necessarius_.
  Cet écrit, de 89 pages, contenant dix questions résolues, ne
  porte aucun nom d'auteur. Il est conçu dans le même esprit que le
  traité précédent, avec moins de hardiesse, et fait à la fois la
  leçon aux peuples et aux princes. Deux _index_ qui se trouvent à
  la fin, l'un pour les questions favorables aux sujets, l'autre
  pour les objections favorables aux princes, en rendent l'usage
  très commode.

  On joint quelquefois à la traduction de l'ouvrage de Hubert
  Languet celle d'un _Traité de la Puissance et de l'Autorité des
  Rois_, composé en latin par Claude Gousté, prévôt de Sens, 1551.
  Ce dernier écrit, dédié à Charles IX, qui paraît l'avoir commandé
  à l'auteur, se compose de six chapitres, ayant pour objet de
  consacrer l'autorité suprême des rois, soit dans la convocation
  des conciles, soit dans la tenue des états généraux, et d'établir
  cette suprématie absolue sur la base de la volonté divine. Cet
  ouvrage, qui porte bien le caractère de son origine, ne creuse
  pas assez la matière pour devoir être opposé à celui de Hubert
  Languet. Il est, d'ailleurs, d'une mince érudition et d'une
  grande longueur dans sa brièveté.

Quatre questions expliquées composent tout ce traité:

La première, de savoir si les sujets sont tenus d'obéir au prince en ce
qui blesse la loi de Dieu, est résolue par l'essence même des choses
et l'exemple des martyrs qui ont préféré la mort au sacrilège que leur
commandaient les empereurs; il ne s'agit que de bien savoir quelle est
la loi divine; or, on la trouve écrite dans la conscience de l'homme,
comme sur les deux tables de Moïse, et elle se résume ainsi: piété,
justice, charité, d'où il suit que nous refuserons d'obéir au prince
s'il nous ordonne de blasphémer, de renier Dieu, de tuer l'innocent, de
haïr nos semblables, etc., etc.

Dans la deuxième question, l'auteur examine s'il est loisible de
résister par la force au prince qui enfreint la loi divine; à qui,
comment et jusqu'où cela est loisible. Hubert Languet, accumulant, à ce
propos, des traits de l'Histoire sainte, selon la coutume des écrivains
du XVIe siècle, qui n'auraient pas distingué leur droite de leur gauche
sans recourir à Israël, établit que la résistance est ici de droit, et
qu'elle appartient à la communauté, c'est à dire au peuple; en sorte
que s'il est assailli de paroles, il résistera de paroles; si par
armes, il prendra les armes, combattant de la langue et de la main;
_voire même par embûches et contre-mines_. _Embûches et contre-mines_
semble un peu fort; mais passons, puisque cela se voit dans Israël.
Maintenant, qui représentera la communauté? sera-ce cette multitude
aveugle et grossière dont l'action n'est que désordre? non: ce seront
les magistrats ou délégués du peuple, comme étaient les Septante au
royaume d'Israël; et la résistance sera aussi légitime de la part de
la plus petite fraction de la communauté que de la communauté entière;
exemples: Lobna s'arrachant au joug de l'impie Joram, roi de Juda;
Zabulon, Nephtali et Issachar se soulevant à la voix de la prophétesse
Débora, contre Jabin, roi de Chanaan. Mais si le prince passe outre et
se présente sous les murs de sa ville insurgée, lui fermera-t-on les
portes? oui; car ce n'est point sa ville. Royauté signifie domination
et non patrimoine; et domination dépend de justice.--Objection: de
la sorte, toute rébellion a libre carrière, et l'Etat peut, à chaque
instant, changer de maître.--Réponse: non; car résister et se révolter
sont deux choses distinctes. Le rebelle prend les armes par haine et
ne les dépose point; le résistant les prend pour sa défense et les
dépose sitôt qu'il n'est plus attaqué. Que le prince injuste cède et
le résistant redeviendra sujet!--Voilà qui est très bien raisonné,
dirons-nous à Junius; mais la guerre, une fois engagée, raisonne trop
souvent autrement, et presque toujours par nécessité: il ne faut donc y
recourir que dans les cas extrêmes.

La troisième question devient ardue. Est-il loisible de résister au
prince qui opprime ou ruine l'Etat? à qui, jusqu'où et comment cela
est-il loisible?--«Ce qui suit va déplaire aux mauvais princes», dit
Junius en débutant; «mais les bons princes l'auront pour agréable,
vu qu'ils savent que le magistrat le plus élevé n'est autre chose
_qu'une loi animée et parlante_.» Au fait: c'est le peuple, après
Dieu, qui établit les rois. Dieu l'a voulu ainsi pour que les rois ne
s'imaginassent pas que les peuples sont des troupeaux dont, eux rois,
sont les maîtres, en raison de leur mérite propre; témoin Israël.
Donc le peuple est au dessus du prince. Que le peuple s'éloigne du
prince, celui-ci _trébuschera incontinent tout à plat_.....; lui qui
triomphait en toute magnificence en un instant _sera comme la poussière
des champs; brief, au lieu que chacun l'adoroit, il sera contraint de
devenir pédant en une école comme il avint au jeune Denys, tyran de
Sicile_. Aussi voit-on partout, excepté en Turquie et semblables lieux
où l'on peut dire _qu'il n'y a point royauté, ains brigandage_, que
certains corps de magistrats ou d'Etats réunis décident souverainement,
avec le prince, des choses que le prince ne pourrait résoudre sans
eux. Voire même, arrive-t-il souvent, ainsi que cela s'est rencontré
en France, réputée la meilleure monarchie, que le prince est déposé
et fait moine par eux. En Arragon, la justice est plus forte encore à
l'encontre du prince qui faillit. Est-ce à dire que _les ailes de la
royauté soient, par là, trop rognées_? non: ceux qui contiennent la
royauté sont les amis du roi; ceux qui secondent ses caprices sont amis
pernicieux de la personne royale. Les premiers sont vrais officiers du
royaume; les autres _sont les valets de François_. Qu'on n'objecte pas,
en faveur du pouvoir absolu, la prescription! Le temps ne retranche
rien des droits du peuple; il ne fait qu'aggraver les outrages du
prince qui a usurpé sur le peuple. Le prince est soumis à la loi; il
ne peut, seul, changer la loi, il ne peut se dispenser d'exécuter la
loi, et même, quand il fait grâce, il ne dispense pas de la loi; il ne
fait que l'interpréter, le cas étant douteux, selon l'équité, base de
toute loi; ou bien il excède les limites du droit de grâce. Comme il
n'est pas propriétaire, ains qu'il est magistrat du royaume, il ne peut
lever argent sur ses peuples sans leur consentement. Lisez la harangue
de Samuel aux Juifs qui demandaient un roi, pour apprendre à quel titre
les rois règnent, et comment ils doivent régner. Ces principes posés,
Junius les applique aux cas de tyrannie. Il y a deux espèces de tyrans:
1° les _tyrans sans titre_, tels que les conquérans par rapport aux
pays conquis, ou les usurpateurs par fraude, violence ou feintise;
2° les _tyrans d'exercice_, c'est à dire les princes légitimes qui
abusent. Belle description de cette sorte de tyrannie. Quant au droit
de répression, il est évident pour tout le monde à l'égard du _tyran
sans titre_. _Chacun peut crier après ce mal comme au feu et y courir
avec crochets et engins, sans attendre le capitaine du guet._ Il n'en
va pas de même avec le _tyran d'exercice_; ici la matière veut être
traitée dextrement. Les rois sont hommes et par ainsi tous peccables.
Il ne convient donc les poursuivre comme tyrans, parce qu'il leur est
arrivé de faillir; autrement ce serait ne pas vouloir de rois. On ne
doit les poursuivre, comme tyrans, que s'ils ruinent les lois et l'Etat
par la base. Encore est-il souventes fois plus expédient au peuple de
ne pas courir trop vite au remède en ce cas, vu que le remède peut
être plus dangereux que la maladie même. Ici l'auteur parle en penseur
et en sage accompli. Cependant, que doit-on faire à l'égard du _tyran
d'exercice_, alors que son joug est devenu intolérable? le peuple doit
se plaindre; les Etats et officiers du royaume doivent remontrer. Si
le tyran n'écoute rien, on peut prendre les armes, ainsi que le disent
Bartole et saint Thomas d'Aquin; le droit sera du parti des lois, et
le prince pourra être déposé, comme cela s'est vu plus d'une fois, en
France, en Danemarck, en Suède, en Pologne, en Hongrie, en Espagne et
Portugal, ou même à Rome à l'égard des papes dont plusieurs ont été
déposés par les conciles. Mais qui appellera aux armes? les magistrats
en corps, ou seulement plusieurs d'entre eux, ou même l'un d'eux; mais
non jamais le particulier, lequel n'a point le glaive en sa main, ne
peut être juge en sa cause et ne doit agir que par ses délégués; ainsi
que dans la tempête il est loisible à tout matelot, et non au passager,
d'aider ou de suppléer, au besoin, le pilote. Le colonel Silas Titus
alla bien plus loin qu'Hubert Languet, en 1657, lorsque dans le traité
politique, intitulé _Killing No Murder_, qu'il donna sous le nom de
William Allen, il prétendit établir par les faits de l'Histoire sainte,
que tuer _un tyran sans titre ou d'exercice n'était pas un crime_;
proposition révoltante, eût-elle pour objet, comme on l'a dit, quoique
dédiée à Cromwell, de désigner Cromwell au poignard et non Charles Ier
à l'échafaud.

Quatrième question. Les princes voisins peuvent-ils secourir les sujets
opprimés d'un autre Etat? sont-ils tenus de le faire?--Oui, en cas de
péril de la religion du Christ; oui, même encore dans le cas de simple
oppression et aussi pour se préserver, mais non avec la secrète pensée
de s'agrandir.

Tel est, en substance, ce traité célèbre, auquel nos publicistes
actuels ne sauraient guère ajouter, et qui, avec les écrits de Buchanan
et ceux des ligueurs, dont il n'égale pourtant ni la témérité, ni
la violence, à beaucoup près, fut comme le signal de l'insurrection
des esprits, dans l'Europe moderne, contre la puissance absolue des
princes. La détestable catastrophe de 1648, en Angleterre, peut être
considérée comme un corollaire sanglant de tous ces livres; non sans
doute qu'elle en découle par une déduction rigoureusement logique (à
Dieu ne plaise que nous le pensions), mais parce que, dans les Etats
despotiques, les passions populaires ne sont pas plutôt éveillées,
que les principes de la plus sage liberté sont emportés dans les
conséquences extrêmes qu'en tirent l'ambition, la cupidité, la fureur
et la vengeance. Il faut rendre grâce, sans doute, à ceux qui, de
nos jours, ont introduit dans le droit public le dogme tutélaire,
capable de remédier à tout, de l'inviolabilité des princes et de la
responsabilité de leurs agens; mais il faudra dresser des autels à ceux
qui, dans l'occasion, le feront respecter.



LE TOCSIN

CONTRE LES MASSACREURS

ET AUTEURS DES CONFUSIONS EN FRANCE,

  Par lequel la source et l'origine de tous les maux, qui de
    long-temps travaillent la France, est descouverte, afin
    d'inciter et esmouvoir tous les princes fidelles de s'employer
    pour le retranchement d'icelle, adressé à tous les princes
    chrétiens.

        «Le dominateur preschant sur le pauvre peuple est comme un
        lion rugissant et affamé.»

        (Prov. 28, 15.)

        «Les exacteurs de mon peuple ont esté des enfans; et les
        femmes ont dominé sur luy.»

        (Isaïe, 3, 11.)

    A Reims, de l'imprimerie de Jean Martin, M.D.LXXIX. 1 vol. in-8
    de 251 pages.

(28 juin 1577-79.)


De tous les écrits contemporains que le désespoir et la fureur ont
inspirés aux réformés à l'occasion du massacre de la Saint-Barthélemy
(24 août 1572), celui-ci, dont l'auteur est inconnu, même à M. Barbier
et au P. Lelong, me semble un des plus faits pour exciter l'intérêt
par les circonstances et l'exactitude du récit, l'élévation des vues
et le ton général du style. Ce n'est pas de l'histoire, sans doute, il
y règne trop d'emportement et d'indignation pour qu'on lui accorde cet
honneur; mais ce n'est pas davantage un libelle; on y trouve trop de
noblesse dans les sentimens et de justice dans la plainte, pour qu'il
soit permis de le flétrir par cette qualification. Il est dédié aux
très illustres princes chrétiens, républiques et magistrats, faisant
profession de l'Evangile, et son début, aussi simple que majestueux,
offre, par parenthèse, un modèle de période pour notre langue, qu'aucun
de nos meilleurs écrivains n'a peut-être surpassé; le voici:

«Encore que nous n'ignorions point, très illustres princes et
seigneurs, que c'est principalement à Dieu à qui nous devons avoir
recours en l'affliction qui nous est naguères advenue en France,
comme estant le seul et unique appuy de ceux qui sont oppressez par
les tyrans; et que c'est aussy à lui de faire vengeance des excès et
cruautez commises à l'encontre de nous: si est-ce que s'estant bien
souvent servi du moyen des hommes, surtout ceux auxquels il a donné sa
cognoissance, et mis le glaive en main pour la délivrance des siens,
nous estimons, pour ne mespriser telles aides, qu'après l'invocation de
son nom, nostre devoir a esté de nous adresser icy à vous et vous faire
plainte, non pas de quelque outrage qui soit ou léger en son effet,
ou incogneu par la distance des lieux: ains du plus cruel et barbare
qui ait jamais esté ouï, et que vous sçavez avoir esté commis quasi
en vos portes: afin que le vous représentant devant les yeux avec ses
circonstances, vous y apportiez, par votre prudence et authorité, le
prompt remède, que l'importance du fait, la nécessité des affaires de
France et la conservation de vos Estats le requièrent: vous ayant les
auteurs, par cet eschantillon de perfidie et cruauté, assez ouvertement
descouvert la bonne volonté qu'ils portent à tous ceux qui font, comme
vous, profession du pur service de Dieu.»

Suit une narration oratoire des évènemens principaux de ces temps
désastreux, en remontant à la conspiration d'Amboise, ou même à Henri
II et François Ier, pour descendre jusqu'à l'année 1577, aurore
de la ligue; narration un peu diffuse, surchargée de citations de
l'histoire sacrée et profane suivant le goût de l'époque, mais où
brillent, par intervalles, des sentences aussi vraies que frappantes,
telles que celle-ci, prise de Fulgosius: «Il vaut mieux, pour un Etat,
que le prince soit mauvais et que ses conseillers soient bons, qu'à
l'opposite il soit bon et qu'il ait de mauvais conseillers.» Nulle
part je n'ai vu les véritables causes et les principaux agens de la
Saint-Barthélemy plus nettement exposés. Le coup partit de Rome et de
Madrid. Grégoire XIII (Buoncompagno) et Philippe II le conçurent les
premiers pour empêcher la France d'aider l'insurrection des Pays-Bas,
et les succès de la nouvelle religion sur ce point. Leur intermédiaire
auprès de Catherine de Médicis fut le comte de Retz (Gondy), qui
était secrètement aux gages de l'Espagne. La reine-mère s'y laissa
engager par l'idée que la perte de tant de gens de tête et de cœur
lui assurerait une domination facile, sa passion favorite. Le duc
d'Anjou embrassa le dessein avec ardeur par jalousie du duc d'Alençon,
son frère, qui soutenait les réformés et la révolte flamande. Le roi
Charles IX hésita quelque temps, parce qu'avec beaucoup d'esprit, dont
il était pourvu, il entrevoyait les avantages que sa couronne pouvait
retirer de l'affranchissement des Provinces-Unies, sous la conduite de
Coligny; mais il céda par faiblesse et aussi par un penchant naturel
de cruauté et de perfidie. Il était né monstre, et, comme tel, digne
fils de sa mère. Une fois sa décision arrêtée, il fut passé maître en
fait de dissimulation et de férocité; toutefois, _il ne mit pas les
mains au massacre_ (page 137), se contentant, du fond de son Louvre,
de se faire donner, au fur et à mesure, les noms des victimes et ceux
des prisonniers, dont il ordonnait tantôt la mort, tantôt la captivité.
Le duc d'Alençon, seul entre les princes de la famille royale, fut
innocent du forfait, qu'il repoussa même avec horreur; cependant il
garda le secret qui lui fut imposé d'avance par la reine, sa mère et
son ennemie, sous peine de la vie.

Ce malheureux prince, trop maltraité par l'histoire, obtient de notre
anonyme une apostrophe honorable dans son éloquente péroraison: «... Et
vous, prince débonnaire, qui n'avez point souillé vos mains au sein des
innocens, comme vos deux frères, ains au contraire..., souffrirez-vous,
etc., etc.»

Terminons cette courte analyse par la réponse de l'amiral à ceux de
ses amis, qui, plusieurs jours avant la catastrophe, l'avertissaient
du danger et lui conseillaient de fuir, réponse que je n'ai vue
rendue nulle part dans la même sublimité. «Non; je veux, dit-il,
expérimenter, au péril de ma vie, la fidélité, la loyauté de mon roi,
et je m'efforcerai de mettre tout le monde en repos, dussé-je demeurer
le premier! Je sais bien que c'est principalement à moi qu'on en veut;
cependant, quel malheur sera-ce pour la France si, pour ma conservation
particulière, il faut qu'elle soit toujours en alarme et rentre, à tout
propos, en nouveaux troubles! ou bien quel pour moi si je vis ainsi en
continuelle défiance du roi! Et, de fait, s'il a délibéré d'avoir ma
vie, je n'ai ni maison forte ni pouvoir en apparence de m'en garantir.
Quant à moi, fuir chez les étrangers sera toujours jugé acte de
témérité, et si ne semble expédient ni pour moi ni pour mes amis, etc.,
etc.»



DEUX DIALOGUES

  Du nouveau langage françois italianizé, et autrement desguizé,
    principalement entre les courtisans de ce temps; de plusieurs
    nouueautez qui ont accompagné ceste nouueauté de langage; de
    quelques courtisanismes modernes, et de quelques singularitez
    courtisanesques (par Henri Estienne, sans date). _Rare._

  1 vol. pet. in-8 de 628 pages, plus 16 feuillets préliminaires,
    contenant, 1°, au verso du premier titre, des vers du livre
    au lecteur, et un quatrain de Celtophile; 2° une Épistre
    en prose de Jean Franchet, dit _Philausone_, gentilhomme
    courtisanopolitois, aux lecteurs _tutti quanti_; 3° une
    Condoléance versifiée aux courtisans amateurs du naïf langage
    françoys; 4° deux remontrances versifiées aux autres courtisans
    amateurs du françoys italianizé; 5° une Épistre en vers de M.
    Celtophile aux Ausoniens; 6° un Advertissement au lecteur. M.
    Brunet signale trois éditions de ces dialogues; la première
    de Paris, Mamert-Patisson, 1579, et les deux autres d'Anvers,
    1579-83, in-16, Guillaume Niergue. La nôtre, sans date,
    serait-elle une édition originale, antérieure à celle de
    Mamert-Patisson, ou serait-elle la même?

(1579.)


Il fut un temps, à la cour de nos rois, où les gens de bon goût,
ambitieux de faveur, au lieu d'être _étonnés_, étaient _sbigottits_;
où, non pas après le _dîner_, mais après le _past_, ils allaient, non
pas _se promener par la rue_, mais _spaceger par la strade_; où, pour
mieux étaler, je ne dis pas _leur gentillesse_, mais _leur garbe_, et
ne point paraître _goffes_, c'est à dire _lourds_, ils affectaient,
sinon des manières _stranes_, du moins un langage _étranger_, un jargon
italien qu'ils nommaient _le parler courtisanesque_. Tout ce qui, dans
le discours, s'éloignait de cette mode florentine semblait _scortese_,
pour ne pas dire _incivil_, et rompait, sans miséricorde, toute
familiarité, que disons-nous? _toute domestichesse_ avec les grands;
de sorte qu'un pauvre seigneur qui se serait pris à parler bonnement
français eût _sans induge été risospint_, autrement repoussé _sans
retard_, ce qui bien fort l'eût _inganné_, autrement _trompé_.

Cette mode ridicule est, avec la fraise à triple rang, les cheveux
dressés en raquette depuis la racine, les paniers grotesques, les
canons plissés, le libertinage à deux faces, les astrologues, les
devins, les poisons parfumés, la fourbe, la bigoterie et la cruauté, ce
que les Français d'alors durent à la funeste alliance de Catherine de
Médicis, la tant vertueuse et honneste princesse, comme dit Brantôme:
car il ne faut point d'ailleurs attribuer, à l'arrivée de cette femme
en France, le triomphe des beaux-arts parmi nous, lequel ne lui est
point dû, et dont tout l'honneur appartient à nos rois Charles VIII,
Louis XII et François Ier, ainsi qu'à nos expéditions d'Italie.

Le travers que nous venons de signaler, d'après _Jean Franchet_, fait
le sujet des deux dialogues susénoncés entre trois interlocuteurs,
savoir: Celtophile, partisan du français pur; Philausone, partisan
du français italianisé; et Philalèthe, partisan du vrai. L'idée de
cette satire docte et plaisante, quoiqu'un peu diffuse, convenait au
savant et malin Henri Estienne, dont le génie hardi ne faisait grâce
à personne. Il pouvait déjà prétendre au patronage de notre langue
par son beau _traité de la conformité du françois avec le grec_; il y
acquit de nouveaux droits par le présent ouvrage qui fut incessamment
suivi du _traité de la précellence du françois sur l'italien_, tous
écrits aujourd'hui trop peu communs et trop peu lus.

Les courtisans auxquels s'attaque notre auteur n'avaient pas seulement
introduit, dans le français, force mots italiens, ils avaient encore
changé la prononciation des mots indigènes, et disaient _la guarre_,
_la place Maubart_, _frère Piarre_, pour la guerre, la place Maubert,
frère Pierre; _le dret_, _l'endret_, pour le droit, l'endroit (usage
qui, par parenthèse, s'est perpétué chez eux jusque sous Louis XV);
_chouse_, _cousté_, pour chose, côté, et ainsi du reste, que c'était
une pitié de les entendre. Ils disaient aussi _j'allions_, _j'venions_;
mais ceci n'était plus de l'italien, c'était tout simplement du
rustique; car nous avons été long-temps rustiques, puis imitateurs des
Italiens et des Espagnols, ayant d'être purement français et polis, ce
qui ne s'est bien manifesté que vers la fin du règne de Louis XIII.

Ce n'est pas qu'on doive repousser tout emprunt fait aux langues
contemporaines; il en est, dans le nombre, de très heureux. Par
exemple, le mot _bastant_ est de bonne prise pour nous, étant plus
spécial que le mot _suffisant_, et n'ayant pas d'équivalent dans
le français. Il en est de même du mot _désappointement_ dérobé aux
Anglais, lequel, signifiant une contrariété mêlée de surprise, ne
saurait se rendre dans notre idiome sans périphrase: mais ce qui
est juste et ce que Henri Estienne veut seulement dire, de tels
emprunts ne doivent être faits qu'avec discrétion, dans le seul cas
de la nécessité, jamais par air, ni par affectation, bien moins par
engouement sot et adulateur.

Tout le sel du premier dialogue consiste dans l'emploi immodéré
du français italianisé de Philausone, que Celtophile reprend
vigoureusement, et quelquefois avec une ironie très fine qui nous
en apprend beaucoup sur les usages et les mœurs du temps.--Quoi!
vous vous attaquez au langage de la cour, dit Philausone; jamais
on n'y parla plus sadement, plus songneusement, plus ornément,
plus gayement.--Ou plutôt, reprend Celtophile, plus salement, plus
maussadement, plus galeusement, plus puamment.--Cependant le roi
parle ce langage.--Laissons le roi, s'il vous plaît; ce grand prince,
n'entendant plus d'autre langage que votre français italianisé, est
excusable de s'en contenter; mais son esprit m'est garant que s'il
entendait parler le pur français de son glorieux aïeul François Ier,
il enverrait nos courtisanesques à sa cuisine après les avoir fait
fouetter. Du reste, souvenez-vous bien que si les rois ont tout
pouvoir sur les hommes, ils n'en ont aucun sur les mots. N'est-il pas
beau, dites-moi, d'ouïr prononcer _reine_ au lieu de _rayne_, comme
s'il s'agissait d'une grenouille, d'autant qu'on nomme, chez nous, la
grenouille _reine_, de _rana_. Bientôt on prononcera _rey_ au lieu de
_roi_.--Accordez-nous du moins les mots italianisés de _charlatan_, de
_bouffon_, puisqu'ils manquaient au français.--Ah! pour ceux-là, je
vous les concède, comme exprimant deux professions qu'on ne vit jamais
en France et qui sont la propriété de l'Italie.--Accordez-moi encore
que vous avez adopté, sans scrupule, divers termes allemands, tels
que _buk_, _livre_, _her_, _monsieur_, _ross_, _cheval_.--Oui, mais
seulement par dérision; d'où nos mots _bouquin_, pauvre livre; _hère_,
pauvre sire; _rosse_, pauvre cheval; et revenant à l'italien, je vous
passerai aussi le mot _assassinateur_, puisque les assassins se sont
rencontrés à foison en Italie, avant d'être de mode en France.--Vous
vous fâchez.--Je m'en rapporte à ce qui en est.

Après un long échange de propos dans ce goût, les deux interlocuteurs,
en attendant Philalèthe, qu'ils sont allés chercher pour le faire
juge de la querelle, s'entretiennent, par forme de digression, des
usages modernes de la cour, et notamment du vêtement des hommes et
des femmes du grand monde, où l'on voit qu'à cette époque les belles
dames mettaient déjà du rouge et du blanc, qu'elles portaient déjà
de faux culs; qu'elles avaient des miroirs à leur ceinture; coutume
adoptée par les hommes élégans en même temps que les chausses à la
bougrine; qu'elles se grandissaient, à la vénitienne, avec des souliers
à talons d'un pied, nommés _soccoli_; que les révérences étaient
si obséquieuses, qu'en s'entr'abordant on se baisait la cuisse ou
le genou, et peu s'en fallait le pied; que les bas de soie, venus
d'Espagne ou de Naples, étaient taxés à sept écus de France; que le
vert, jadis la couleur des fous, était devenu la couleur favorite des
gens de cour; qu'on se servait déjà du mot de _majesté_ pour le roi et
la reine, et ceci conduit nos discoureurs à des détails fort étendus
sur les différentes appellations employées à l'égard des princes et
princesses du sang royal. N'omettons pas ici la recette que donne
Celtophile aux courtisans qui veulent réussir. Récipé trois livres
d'_impudence_ recueillies dans le creux d'un rocher nommé _Front
d'Airain_, deux livres d'_hypocrisie_, une livre de _dissimulation_,
trois livres de _science de flatter_, deux de _bonne mine_, le tout
cuit au _jus de bonne grâce_. Passer la décoction par une étamine de
_large conscience_; laisser refroidir; y mettre six cuillerées d'_eau
de patience_, et _trois d'eau de bonne espérance_; puis avaler le tout
en une fois. Le premier dialogue finit par une discussion prolongée
sur les nouveaux termes de guerre opposés aux anciens; après quoi
l'entretien est remis au lendemain.

Au second dialogue, la dispute continue entre Celtophile et Philausone,
toujours en attendant Philalèthe chez lequel ils n'arrivent que fort
tard, et qui n'intervient qu'à la fin de l'ouvrage, ainsi que nous
l'allons voir:

Philausone, comment vous portez-vous?--Celtophile, voici le
reste.--Que veut dire _voici le reste_?--Cela signifie, dans le parler
courtisanesque, _vous voyez ce qui reste de ma santé_.--Mais cela est
fort ridicule.--Non, cela est courtisanesque.--Passons, et revenons aux
nouveaux termes de guerre.

Ici, l'entretien tombe dans des chicanes minutieuses plus ou moins
dignes d'intérêt, qu'il faut aller chercher où elles sont, car
l'analyse en serait fastidieuse. Censure des somptuosités de la
vie actuelle, amenée avec effort au sujet de diverses façons de
parler, fraîchement introduites. Digression sur l'amour du roi
Edouard d'Angleterre pour la comtesse de Salisbury, d'après le récit
de Froissard. Nous ne cesserons de répéter que nos vieux Français
parlaient de tout à propos de tout, et que cela seulement les empêchait
de faire d'excellens livres, car du reste ils avaient autant d'esprit
que de savoir, et, de plus que nous, beaucoup de franchise. Digression
contre les buscs dont les femmes se servent pour emprisonner ce
qui devrait rester libre pour leur santé comme pour leur pudeur.
Divagations. Etymologie du mot _marmaille_, qui viendrait du grec
_myrmaxes_, fourmilière. Censure de la coutume d'embrasser les femmes
pour les saluer. Par transaction, on se borna depuis à leur baiser
la main jusqu'au temps de Louis XV. Maintenant on leur secoue cette
main cavalièrement. Il y a progrès, mais, remarquons-le, toujours
attouchement: la nature se trahit et se trahira sans cesse dans les
usages sociaux qui la déguisent le plus. Celtophile, d'après Plutarque,
excuse les anciens de leur usage d'embrasser les femmes sur la bouche,
_to stomati_, sur ce que c'était simplement pour voir si elles avaient
bu du vin. Nous disons que c'était un prétexte.

_Branle du bouquet_, danse à la mode à la cour de Catherine de Médicis.
Elle consistait à danser en rond; et à chaque tour, un cavalier, puis
une dame, se détachait du cercle et s'en allait baiser chacun, puis
chacune, et ainsi de suite jusqu'à ce que la chose eût été générale;
en sorte que, dans un _Branle du bouquet_ de douze couples, chacun
et chacune se trouvaient baisés cent quarante-quatre fois. Tous ces
baisemens nous venaient encore des Italiens, ou des _Romipètes_, pour
parler comme Celtophile. Divagations sur les baisers. Baiser de Judas,
baiser de paix, baiser des Agapes. De par Xénophon, Henri Estienne
ne veut pas que les petits hommes épousent de grandes femmes, pour
n'avoir point, en voulant les embrasser, à sauter après elles comme des
petits chiens. Sage critique de l'abus des métaphores et du langage
métaphorique venu d'Italie en France. Juste censure de l'expression
_divinement_ appliquée à toutes choses que repousse l'idée de la
divinité. N'est-il pas scandaleux de dire qu'on a divinement digéré,
qu'on a soupé comme un ange, que telle viande est divine, qu'on a
baptisé son vin, etc., etc. Nous conviendrons encore, avec Celtophile,
que c'est une impiété, pour le moins autant qu'une vanterie, de dire,
à tout propos, qu'on a le diable au corps. Il faut aussi laisser aux
Italiens ces termes excessifs d'_humilissime serviteur_, de _sacrée
majesté_, qui ne disent plus rien, pour vouloir trop dire. Coup de
patte contre les croyances italiennes. Éloge de l'expression si bien
placée en Italie _non e vero_, cela n'est pas vrai. Selon Celtophile,
on ne doit point se battre pour la repousser. Philausone soutient qu'au
contraire il se faut battre pour un démenti ainsi donné; et ceci est
encore une digression.

Enfin nos discoureurs sont arrivés au logis de Philalèthe. La question
lui est soumise double, ainsi qu'il suit: Laquelle des deux langues est
préférable, de l'italienne ou de la française? le français gagne-t-il à
être italianisé? Philalèthe établit d'abord que les vrais juges ici ne
sont point les gens de cour, d'ordinaire fort ignorans; mais les hommes
lettrés qui savent le grec et le latin, dont le français est en partie
formé; que bien moins encore doit être juge en cette matière une cour à
demi composée d'Italiens. Censure amère des courtisanesques. On devine
que Philalèthe donnera toute raison à Celtophile, comme aussi le lui
donne-t-il, et nous aussi, et l'évènement aussi, grâce à Pascal et aux
grands écrivains de cette école.



L'EXAMEN DES ESPRITS POUR LES SCIENCES,

  Où se montrent les différences des esprits qui se trouvent
    parmi les hommes, et à quel genre de science un chascun est
    propre; composé par Juan Huarte, médecin espagnol, traduit par
    François-Savinien Alquié. (1 vol. in-12. Amsterdam, Ravestein,
    1672.)

(1580-1672.)


Huarte, né dans la Navarre française, à Saint-Jean-Pied-de-Port, vers
le milieu du XVIe siècle, publia, en 1580, son livre de l'_Examen
de los ingenios para las sciencias_, ouvrage qui fut admiré pour
la méthode et pour la hardiesse des idées, mais auquel on reproche
certaines théories hasardées, telles qu'un système de génération qui
a frayé la voie du paradoxe absurde touchant l'art de créer les sexes
et les grands hommes à volonté. Cet ouvrage, traduit en italien et en
latin, le fut trois fois en français, 1° par Chappuis, en 1580; 2°
par Vion Dalibray, en 1658-75; 3° par Savinien Alquié, en 1672. Cette
dernière traduction est la préférée.

L'auteur dédie son livre à Philippe II, roi d'Espagne, et le divise
en quinze chapitres précédés d'un préambule sous forme d'additions,
lequel contient deux paragraphes. Dans le premier paragraphe, destiné à
définir l'esprit et à nombrer les différentes sortes d'esprit, Huarte
fait dériver les mots esprit, génie, entendement, du verbe _gigno,
ingenero_, d'où il conclut que l'esprit est un enfantement; puis,
attribuant à la nature des choses qui sont hors de nous une force
active et génératrice, il rapporte l'enfantement de l'esprit humain
à sa docilité envers les leçons naturelles, en quoi il s'appuie de
Cicéron qui définit l'esprit de cette sorte: _docilité et mémoire_.
Il distingue deux espèces de docilité; l'une d'entendement, laquelle
puise ses leçons dans la nature même, l'autre d'acquiescement aux
enseignemens du maître; la première forme les génies, la seconde les
bons disciples; celle-ci est mère de l'invention, celle-là du sens
commun. Il convient d'admettre, avec Platon, une troisième espèce
d'esprit qui tient de la divination et que le philosophe grec nomme
_esprit excellent mêlé de fureur_; c'est la source des poètes.

Descendant de ces sommités obscures à la médecine et à Galien, le
docteur navarrois cherche les rapports matériels qui lient les facultés
de l'intelligence à la conformation des cerveaux, et trouve que la
mémoire veut un cerveau de grosse et humide substance, tandis que
l'entendement, proprement dit, veut un cerveau sec, composé de parties
subtiles et délicates.

Dans le second paragraphe, consacré aux différentes sortes d'inhabileté
ou de sottise, il croit aussi en voir trois: 1° l'inhabileté résultant
de la grande froideur du cerveau qui retient l'ame dans les liens de
la matière et fait de l'homme un _véritable eunuque d'intelligence_;
2° l'inhabileté provenant de l'excessive humidité du cerveau et de
l'absence de tout principe huileux ou visqueux propre _à raccrocher les
espèces_, de façon que la science passe à travers l'entendement comme à
travers un crible; c'est une organisation très commune; 3° l'inhabileté
produite par l'inégalité de la substance cérébrale, laquelle, formée
de parties délicates et de parties grossières, engendre la confusion
des idées, des images et des discours. Ceci bien établi (comprenne qui
pourra), Huarte entre en matière.

_Premier chapitre._--Les enfans nés sans aptitude peuvent fermer les
livres, ils ne feront jamais rien. Mais il ne faut pas juger légèrement
des dispositions de l'enfance. Tel enfant semble lourd et inepte qui,
se développant lentement, deviendra Démosthène; tel autre paraît vif
et avisé qui avortera tout net. Exercez d'abord la mémoire des enfans,
puis sa dialectique; puis au troisième âge ouvrez-leur la philosophie,
et commencez alors par le dépayser, envoyant ceux d'Alcala de Henares à
Salamanque, et ceux de Salamanque à Alcala.

Choisissez-leur des maîtres à facile élocution, à génie méthodique,
et ne leur faites apprendre qu'une chose à la fois, en procédant du
commencement au milieu et du milieu à la fin.

Veut-on savoir quelle est la période du plus grand développement de
l'esprit? c'est de 33 à 50 ans. C'est pendant cette période qu'il
faut écrire, si l'on ne veut pas se rétracter. Les esprits qui se
développent à 12 ans sont caducs à 40 et meurent à 48. Ceux qui sortent
de page à 18 ans sont encore jeunes à 40, virils à 60, et ne finissent
qu'à 80.

_Deuxième chapitre._ La nature donne seule la capacité; l'art donne la
facilité, et l'usage la puissance, ainsi que le dit l'antique axiome:
_natura facit habilem, ars vero facilem, ususque potentem_. Mais il
faut s'entendre sur ce mot _nature_. Dire que c'est la volonté de
Dieu, c'est ne rien dire du tout; car, sans doute, Dieu fait tout par
sa volonté; mais, généralement, toutes les fois qu'il n'a pas recours
aux miracles, il laisse agir les lois immédiates selon lesquelles il a
constitué l'univers, et c'est à bien connaître ces lois que consiste
toute la science humaine. Par le mot _nature_, nous devons donc
entendre un certain rapport de causes et d'effets physiques. C'est
ce que nous révèle la diversité incroyable de génies, de mœurs, de
tempéramens, de formes, qui se fait remarquer entre les peuples, entre
les individus d'un même pays, d'une même province, d'une même bourgade,
d'une même famille, selon les conditions du sol, du climat et autres
circonstances, en partant du principe que les quatre grandes causes
naturelles de ces variétés infinies sont la chaleur, la froideur,
l'humidité, la sécheresse, comme le déclare fort bien Aristote, et
comme Galien le montre plus en détail dans le livre où il rapporte les
inclinations de l'ame au tempérament, livre qui est le fondement de
celui-ci.

_Troisième chapitre._--Quelle partie du corps doit être bien tempérée
chez l'enfant pour qu'il ait un bon esprit (car il est force
d'attribuer la faculté de penser à quelque organe spécial, ni plus ni
moins que toute autre faculté, et de reconnaître que nous ne voyons pas
avec le nez, que nous n'entendons pas avec les yeux, etc., etc.). Avant
Hippocrate et Platon, les philosophes naturels plaçaient les hautes
facultés de l'homme dans le cœur; mais ces deux grands esprits les ont
mises, à bon droit, dans le cerveau, contre l'opinion d'Aristote qui
revint à la doctrine du cœur par une secrète démangeaison de contredire
Platon. Or, pour que le cerveau soit bien conditionné, il convient que
ses parties soient fortement unies; que la chaleur, la froideur, la
sécheresse et l'humidité s'y balancent; enfin que sa substance soit
formée de parties délicates et subtiles.

Quatre autres conditions sont, de plus, requises: 1° la figure,
laquelle, indiquée par la forme de la tête, doit, selon Galien,
représenter une boule aplatie sur les côtés, de manière à faire
protubérer le devant ou front, et le derrière ou occiput; 2° la
quantité, qui doit être considérable, et, par conséquent, s'annoncer
par une grosse tête, ou du moins par une tête peu chargée d'os et de
chair si elle est petite. L'homme bien conformé a plus de cervelle
que deux chevaux et que deux bœufs. Ajoutons que la quantité de
cervelle répartie entre les quatre ventricules du cerveau doit rendre
ces ventricules cohérens par de nombreuses circonvolutions; 3° la
température, toujours modérée dans l'état normal; 4° la qualité des
molécules cérébrales, laquelle est d'autant meilleure qu'elle est plus
légère et plus médullaire. Ces conditions étant remplies par la nature,
restent encore à désirer l'abondance, la saine qualité et l'équilibre
des esprits vitaux et du sang artériel; car c'est par là que le cœur
influe sur la pensée.

_Quatrième chapitre._--L'auteur traite ici de l'ame végétative, de
l'ame sensitive et de l'ame raisonnable, comme s'il supposait trois
sources distinctes de la faculté de vivre, de sentir et de penser,
tandis que l'ame paraît d'abord végétative, puis sensitive, puis
raisonnable _sui generis_. C'est le tort de tous ceux qui veulent
disserter _a priori_ sur la nature de nos facultés intellectuelles, de
donner leurs formes d'observation pour des modifications réelles. Locke
et Condillac ont déployé bien plus de science véritable en laissant
à Dieu la nature de l'ame, son siége, son essence, pour étudier, par
l'expérience, comment nos connaissances se forment et s'accroissent.

Huarte ne laisse pas d'être un esprit profond. On ne conçoit guère
qu'avec son dessein annoncé d'expliquer le travail de la pensée par la
structure et le jeu des organes, il n'ait pas éveillé les soupçons des
théologiens espagnols, si inquiets et si vigilans. Il va trop loin,
ce nous semble, en avançant que des organes réguliers suffisent, sans
le concours de l'éducation, à faire un savant, un poète, un artiste,
opinion qu'il appuie de l'exemple des idiots et des frénétiques rendus
habiles par la maladie ou les accidens. Les faits par lui cités à cette
occasion ne seraient pas concluans quand ils seraient authentiques.
Du reste, il fait preuve de saine philosophie quand il explique les
inspirations, les pressentimens, les oracles, par l'exaltation des
organes plutôt que par l'intervention de la divinité ou des démons.

_Cinquième chapitre._--Recherches oiseuses pour savoir dans quels des
quatre ventricules du cerveau se logent l'entendement, la mémoire,
l'imagination, et si ces trois facultés ne se trouvent pas dans
chaque ventricule, ce qu'il soupçonne, la paralysie de l'un d'eux ne
faisant qu'affaiblir et non cesser ses facultés. On ne s'attendait
guère à rencontrer le docteur Gall en Espagne au XVIe siècle; le
voici toutefois; rien de nouveau sous le soleil. Huarte pense, comme
Aristote, que la froideur est favorable à l'entendement et la chaleur
à la force corporelle. La sécheresse rend l'esprit subtil; l'humidité
le rend lourd. La sécheresse et la froideur sont grandes chez les
mélancoliques, et l'on voit que les plus savans hommes ont été
mélancoliques. L'humidité du cerveau le rend propre à recevoir; d'où
la mémoire plus active dans la jeunesse que dans la vieillesse, et,
au contraire, le jugement plus solide chez les vieillards que chez
les jeunes gens. Si la mémoire est meilleure le matin que le soir,
c'est que le sommeil humecte le cerveau. La chaleur est le principe de
l'imagination; d'où l'impossibilité de réunir une forte imagination à
une forte mémoire. La sécheresse, l'humidité et la chaleur présidant,
la première à l'entendement, la deuxième à la mémoire et la troisième
à l'imagination, il n'y a que trois grandes sortes d'esprit qui se
subdivisent selon la combinaison de ces trois élémens.

_Au sixième chapitre_, l'auteur se perd dans le développement de ses
idées et devient difficile à suivre, cela se conçoit. On entrevoit
qu'à l'opposé d'Aristote, qui soustrait l'ame à l'action du corps et
la croit immatérielle et éternelle, il la soumet aux organes, si même
il ne la confond pas avec eux. Poursuivant toujours son système des
trois élémens, il prétend reconnaître un grand jugement ou une grande
imagination aux cheveux gros, noirs et rudes, produits nécessaires
de la sécheresse ou de la chaleur, et une grande mémoire aux cheveux
blonds et soyeux, résultats de l'humidité. Il avance que celui qui rit
beaucoup a plus d'imagination que de mémoire ou de jugement, parce que
le rire vient du sang, foyer de la chaleur.

_Le septième chapitre_ est conçu dans le dessein plus qu'aventuré
d'éloigner des principes et des applications précédentes le reproche
de matérialisme. Notre médecin y prétend que sa doctrine ne contredit
pas le dogme de l'immortalité de l'ame qui nous est enseigné par Dieu
même; du reste, il pense avec Galien que l'immatérialité de l'ame ne
saurait être fondée sur la seule raison, sans révélation, en quoi il
s'écarte de Platon et des autres spiritualistes. Après avoir fait une
belle profession de foi, il s'aventure de nouveau et laisse échapper
ces paroles qui pourraient bien être le fond de sa philosophie:
_l'ame n'est autre chose qu'un acte et une forme substantielle du
corps humain_. Après ce grand trait lancé contre la pensée du monde,
il se presse de lui faire plus de sacrifices qu'elle n'en demande,
en admettant des esprits immatériels errant dans l'univers. Il parle
des démons succubes et incubes qui aiment les maisons obscures, sales
et infectes, et fuient celles qu'habitent le jour, la propreté, la
musique. Il explique ensuite pourquoi Dieu s'est communiqué aux hommes
sous la forme d'une colombe et non sous celle d'un aigle ou d'un paon;
par où l'on aperçoit que Huarte s'est souvent moqué du public, afin de
prendre impunément plus de libertés avec le lecteur qu'il s'est choisi.
Il pousse les choses si loin dans ce chapitre, qu'on peut hardiment
le proclamer passé maître en fait d'ironie. Heureux fut-il d'avoir
été pris alors au sérieux! Pour moi, si j'eusse été grand inquisiteur,
j'aurais fait brûler mon plaisant tout nu; il est vrai que je n'aurais
jamais voulu être grand inquisiteur. Voir, page 163 et suivantes, le
colloque de l'ame du mauvais riche avec l'ame d'Abraham et les curieux
commentaires sur ce colloque.

_Le huitième chapitre_ est à la fois ingénieux et judicieux. L'auteur
y examine les rapports des différentes sciences avec les différens
genres d'esprit. Ainsi, de la mémoire dépendent, selon lui, l'étude
des langues, la théorie de la jurisprudence, la théologie positive
ou la science des canons, la cosmographie, l'arithmétique, etc.,
etc. L'entendement préside à la théologie scolastique, à la théorie
médicale, à la dialectique, à la philosophie naturelle et morale,
etc., etc.; et c'est de l'imagination que sortent, comme d'une source
vive, la poésie, l'éloquence, la musique, en un mot tous les arts.
Il soutient ses assertions par des raisonnemens fort spécieux et des
observations très fines, telles que la facilité des enfans à savoir
les langues, la difficulté qu'ont au contraire les scolastiques à
parler les langues correctement, le défaut absolu de goût poétique des
philosophes, l'extravagance des poètes en matière d'argumentation,
etc., etc. Les jeux, dit-il, dépendent de l'imagination, et aussi
l'ordre dans les habitudes domestiques, l'élégance, la parure, et
aussi l'irritabilité, la violence, mais par dessus tout le génie de
la poésie. Les grammairiens sont arrogans; c'est qu'ils ont moins de
jugement que de mémoire; car rien de si contraire au jugement que
l'arrogance. Les Allemands, et généralement les peuples du Nord, ayant
le cerveau humide, se ressouviennent mieux qu'ils ne raisonnent, tandis
que les Espagnols, dont le cerveau est sec, oublient aisément et
pensent avec justesse.

_Neuvième chapitre._ Intéressantes déductions des principes posés.
Ainsi, c'est peine perdue d'attendre un jugement sûr des mieux disans;
car, s'ils parlent bien, c'est qu'ils ont le cerveau chaud et humide,
et, pour bien juger, ils devraient l'avoir sec et froid. Saint Paul,
dont le sens était si profond, avoue qu'il ne savait point parler.

_Le dixième chapitre_ est une continuation du même sujet, appliquée à
l'art de la chaire et aux autres genres d'oraison, dans laquelle il est
montré pourquoi ceux qui ont le plus d'éloquence excellent le moins
dans l'art d'écrire, _et vice versa_.

_Le onzième chapitre_ étend ces applications à la jurisprudence, par
où l'on voit comment le meilleur avocat est souvent très médiocre
jurisconsulte à charge de revanche.

_Le douzième chapitre_ est relatif à la médecine. L'auteur en sépare
la théorie, qu'il donne à la mémoire pour une part et pour l'autre à
l'entendement, de la pratique, qu'il fait découler de l'imagination.
Suivent des anecdotes piquantes et de bonnes observations.

_Au treizième chapitre_, Huarte, cherchant à quelle disposition
d'humeurs, d'organes et d'esprit se rapporte le talent militaire, croit
le rencontrer dans l'imagination, source de la malice, qui se lie à la
tromperie, laquelle, aussi bien que la vaillance, dirige la guerre,
et vient d'un cerveau chaud. L'entendement et la mémoire, produits du
froid et de l'humide, ne sont pas générateurs des guerriers. Un général
aura la tête chauve, la chaleur ayant dû dessécher ses pores. Ici
trouve sa place une grande et philosophique digression sur la noblesse,
où les fiers Castillans apprendront que le vrai noble est fils de ses
œuvres.

_Quatorzième chapitre._--Quelle sorte d'esprit, et par conséquent
d'organisation, convient au métier de roi? c'est d'abord la haute
prudence qui, supposant l'équilibre parfait de l'imagination, de la
mémoire et du jugement, indique l'exquise température du cerveau,
et la juste pondération des solides et des fluides. Un bon roi est
blond, beau, de bonne grace, joyeux d'humeur, de taille moyenne; il a
le cœur et les testicules chauds; enfin il ressemble... à Henri IV,
dirions-nous?... non; à Jésus-Christ, dit Huarte, à Jésus-Christ tel
que le dépeint le proconsul Lentulus dans sa lettre au sénat romain
(laquelle lettre, par parenthèse, est une fiction grossière des moines
du moyen-âge): n'y aurait-il pas là encore quelque malice?

Mais nous voici au _quinzième et dernier chapitre_, qui est le chapitre
capital: il s'agit d'enseigner aux pères comment ils se doivent
comporter pour engendrer des enfans sages et de grand esprit, des
garçons et des filles. Quatre divisions coupent cet enseignement. Dans
la première, l'auteur énonce les qualités générales qui favorisent la
génération; la seconde traite des soins particuliers nécessaires à la
procréation de tel ou tel sexe; la troisième, des moyens d'infiltrer la
sagesse et la science; enfin, la quatrième, de la façon dont on doit
nourrir les enfans pour leur conserver l'esprit qu'on a fait naître
avec eux. La matière est délicate; il faut bien l'aborder franchement
avec Huarte, mais nous sommes obligé de prévenir que ce n'est pas ici
une lecture de femme. Ce serait manquer au sexe entier que de lui
offrir cette analyse sans avertissement. Cela dit, passons.

La femme, pour engendrer, doit avoir un ventre tempéré, c'est à dire
combiné, dans une juste mesure, de froideur, de chaleur, de sécheresse
et d'humidité, en sorte, toutefois, que le froid et l'humide dominent
dans la matrice. Or, la femme est froide et humide à trois degrés
différens, qui se connaissent, d'abord, à son esprit et à son habileté;
puis, successivement, à sa complexion et à ses mœurs, à la grosseur ou
à la délicatesse de sa voix, à sa maigreur ou à son embonpoint, à son
teint noir ou blanc, à son poil; enfin, à sa beauté ou à sa laideur.

Elle est humide et froide au premier degré, par conséquent très
féconde, si elle est hargneuse, chagrine, charnue, blanche et riche en
poil. Elle l'est au deuxième degré si, avec les conditions extérieures
précitées, elle est médiocrement bonne et sans souci. Elle l'est au
troisième, seulement, si, avec les mêmes conditions apparentes, ou peu
s'en faut, elle est très bonne: moins elle a de beauté et de bonté,
plus elle est pourvue de cette froideur et de cette humidité d'où naît
la fécondité. Voilà qui expliquerait pourquoi il y a tant de vauriens
au monde.

La femme est chaude et sèche, autrement de nature stérile, si elle a
une voix sonore, si elle est généreuse, sensible, belle, bien formée,
etc., etc. Pauvres bréhaignes, dirait-on que vous êtes si aimables!

Au demeurant, une femme veut-elle savoir la mesure de sa fécondité,
Hippocrate lui ordonne de se coucher avec une gousse d'ail dans la
matrice; et, pour peu que, le lendemain, elle ait un goût d'ail dans
la bouche, c'est une preuve que, ses voies de communications internes
étant bien libres, elle est disposée à la génération.

Pressons-nous d'ajouter, avec Huarte, que la souveraine beauté, quand,
du reste, sa complexion est mixte et tempérée, peut devenir très
féconde.

L'homme, pour être capable, à son tour, comme pour devenir savant, doit
être chaud et sec, c'est à dire de haut entendement, et très oublieux,
souvenons-nous-en bien, brun, poilu de la cuisse au nombril, et laid.

Les conditions réciproques de fécondité obtenues chez l'homme et la
femme ne suffisent pas; il faut encore qu'elles soient en rapport les
unes avec les autres, de l'homme à la femme; en sorte que le chaud
soit opposé au froid, et le sec à l'humide. C'est alors que ce rapport
est parfait, qu'il vient des enfans très sages. On sait des procédés
artificiels pour établir plus ou moins ce rapport, comme de corriger
l'excès de sécheresse par des bains, et le trop d'humidité par une
nourriture forte, avant l'acte vénérien, et surtout de s'abstenir,
dans l'acte, de penser à autre chose: prescription bien nécessaire, en
vérité.

La semence froide et humide produit les filles; la chaude et sèche
donne les garçons. Or, il est bon de savoir que le testicule droit,
dans les deux sexes, contient une semence chaude et sèche; et le
testicule gauche, une froide et humide. L'homme qui veut un garçon
doit donc, après avoir mangé sec et dirigé sa pensée, semer de droite
à droite. Veut-il des enfans d'esprit, qu'il boive du vin blanc, et en
petite quantité; qu'il se nourrisse, ainsi que sa seconde, d'alimens
froids et secs, tels que pain blanc pétri avec du sel, perdrix,
framolin, chevreaux, etc., etc., et qu'il ne sème pas plus tôt ni plus
tard que sept jours avant les menstrues.

Pour des enfans de grande mémoire, mangez chaud et humide, comme
truites, saumons, anguilles, etc., etc.; pour des enfans d'imagination,
chaud et sec, comme pigeon, ail, ciboule, oignons, poivre, miel,
épices, etc., etc.

Les poules, les chapons, le veau, le mouton, etc., etc., feront des
enfans tempérés, ayant mémoire, jugement, imagination dans un degré
médiocre.

Mais en voilà bien assez. Hâtons-nous de terminer le détail de ces
recettes, en disant que la fin du livre de Huarte renferme d'excellens
préceptes hygiéniques, pris d'Hippocrate et de Gallien, pour
l'éducation physique et intellectuelle des enfans. Nous avons remarqué
la suivante, de laver le corps des enfans fréquemment avec de l'eau
chaude et du sel.



LE THÉATRE DES DIVERS CERVEAUX DU MONDE,

  Auquel tiennent place, selon leur degré, toutes les manières
    d'esprits et humeurs des hommes, tant louables que vicieuses,
    déduites par discours doctes et agréables; traduict de
    l'italien par G. C. D. T. (Gabriel Chappuis de Tours). A Paris,
    pour Jean Houzé, au Palais, en la gallerie des prisonniers,
    près la Chancellerie, avec privilége. (1 vol. in-16 de 268
    feuillets.) M.D.LXXXVI.

(1583-86.)


L'original de ce théâtre, qui veut être un traité pratique de
physiologie morale, parut à Venise en 1583. L'auteur, Thomaso Garzoni,
chanoine régulier de Latran, mort à 40 ans, en 1589, le composa
environ sept ans avant de mourir et de donner aux maris malheureux
_son Merveilleux Cocu consolateur_, qui fera rire, mais ne consolera
jamais personne; c'est à son traducteur impitoyable, Gabriel Chappuis,
que les amateurs de romans de chevalerie doivent principalement les 24
livres de l'_Amadis des Gaules_. Chappuis se montre zélé ligueur dans
sa dédicace à très noble et très vertueux Pierre Habert, conseiller
du roi, secrétaire de sa chambre et de ses finances, bailli de
l'artillerie et garde du scel. Il est assez curieux de voir un ligueur
français et un chanoine italien, dans le XVIe siècle, poser, de leurs
mains grossières, les fondemens de la doctrine du docteur Gall touchant
l'organisation extérieure de nos facultés morales et intellectuelles.
Thomas Garzoni, sur la foi de Galien, considérant le cerveau humain
comme le siége premier de la vie de l'homme, _la maison de l'ame
raisonnable, l'instrument premier des vertus animales_, et rapportant
nos diverses facultés à la nature, à la forme et à la quantité de
cervelle dont nos têtes sont pourvues, range les divers cerveaux dans
l'ordre que nous allons dire:

  1°. _Les cerveaux complets_, lesquels se distinguent en
    cerveaux tranquilles, belliqueux, facétieux, gaillards, arguts,
    fins, vifs, subtils, savans et nobles. Total, dix espèces
    signalées en autant de discours avec les exemples à l'appui.

  2°. _Les cerveaux de peu de poids_, divisés en cerveaux vains,
    inconstans ou lunatiques, curieux, dédaigneux et passionnés.
    Total, cinq espèces et cinq discours, toujours avec exemples
    sur table.

  3°. _Les cerveaux de petite consistance_, comprenant les
    cerveaux paresseux, lourdeaux, goffes ou sans goût ni grace,
    timides et irrésolus, débiles, sans mémoire, simples, de prime
    face, ou rieurs à propos de bottes, enfin les cerveaux vides.
    Total, neuf espèces et neuf discours.

  4°. _Les cerveaux de petit volume_, savoir: les causeurs, les
    pédantesques, les glorieux et les solennels, c'est à dire qui
    font les paons, qui s'estiment fils de Jupiter, comme les
    Gratian de Bologne, qui tranchent du Bartole. Total, quatre
    espèces et quatre discours.

  5°. _Les grands cerveaux_, savoir: les pratiques, les stables,
    les libres, les résolus, les se _ressentans_, autrement
    ressentant l'injure, les industrieux, les graves et les
    cabalistiques. Huit espèces et huit discours.

  6°. _Les têtes sans cervelle_, savoir: les niais et incivils,
    les ignorans, les doubles, les bouffons, les dissolus et
    gourmands, les avares, et généralement les immodérés, les
    vicieux, les fantastiques, les contentieux, les pervers et
    parjures, les fâcheux, cruels et ingrats, les mélancoliques et
    sauvages, les alchimiques, les étourdis, les fous et furieux,
    les terribles et endiablés, les volontaires à tout caprice,
    enfin les têtes dont le diable même ne se veut empêcher, parce
    qu'elles sont autant que lui, telles que Xantippe, femme de
    Socrate, la maudite vieille Gabrine, dans l'Arioste, etc., etc.
    Total, dix-neuf espèces et dix-neuf discours.

Ce petit livre, dans lequel 195 auteurs sont cités, depuis Moïse
jusqu'à Louis Transillo, depuis Homère jusqu'au poète Alexis, depuis
saint Augustin jusqu'au grand Albert, manifeste un cerveau de la classe
lunatique se rattachant, par la satire, à la classe des gaillards.
Cependant Thomas Garzoni a une idée très belle et très juste qui nous
le ferait presque ranger dans la première classe, parmi les cerveaux
nobles, et cette idée, la voici: il attribue toutes les vertus à la
grande division des têtes bien faites ou des cerveaux complets, et
tous les vices à celle des têtes sans cervelle. Quant au traducteur
Chappuis, il fait, sans nulle doute, partie de la classe des cerveaux
_goffes_ ou sans goût ni grace.



L'ENFER DE LA MÈRE CARDINE,

  Traitant de la cruelle et terrible bataille qui fut aux
    enfers, entre les diables et les m..... de Paris, aux nopces
    du portier Cerberus et de Cardine, qu'elles vouloyent faire
    royne d'enfer, et qui fut celle d'entre elles qui donna le
    conseil de la trahison, etc.; outre plus est adjoustée une
    chanson de certaines bourgeoises de Paris, qui, feignant
    d'aller en voyage, furent surprinses au logis d'une m....., à
    Saint-Germain-des-Prez (1 vol. in-8, 1583-97, réimprimé à 108
    exempl., dont 8 sur gr. pap. vélin in-8. A Paris, chez Pierre
    Didot, 1793).

(1583-97--1793.)


Quoique le nouvel éditeur de cette virulente satire contre les célèbres
courtisanes de Paris ait mis la chose en doute, il paraît certain,
d'après une note de M. Barbier, que l'auteur en est le seigneur
Flaminio de Birague, gentilhomme ordinaire de la chambre de François
Ier, et petit-neveu du cardinal de Birague. On ne connaissait que deux
exemplaires de cet opuscule cynique, tant de l'édition de 1583 que de
celle de 1597, avant la réimpression de 1793, qui elle-même n'est pas
commune. Sans doute _la mère Cardine_ est une femme dont le seigneur
Flaminio voulait se venger; le début suivant le fait assez présumer:

    Puisque l'oysiveté est mère de tout vice,
    Je veux, en m'esbattant, chanter cy la malice,
    La faulse trahyson et les cruels efforts
    Que fit Cardine un jour en la salle des morts,
    Alors que Cupidon lui fit oster les flammes
    Qui tourmentent là bas nos pécheresses ames, etc., etc.

La fable du poème est toute simple: Cardine épouse Cerberus, et au
festin de noces paraissent les principales filles de Paris, Marguerite
Remy, surnommée _les Gros yeux_; la Picarde, cresmière; Anne au petit
bonnet; la Normande, bragarde; la Lyonnoise, douteuse, etc., etc.
Cupidon, l'ennemi juré de Pluton, paraît à ces noces pour exciter les
dames à combattre l'enfer, voire même à étrangler Cerberus. Cardine
n'est pas si tendre épouse que de se refuser à cet exploit contre son
cher époux, et le combat s'engage. L'enfer est, tout d'abord, si mal
mené, qu'il se refuse à continuer la lutte:

    Sachant qu'il n'y a rien, en cet enfer infame,
    Qui soit assez puissant pour combattre une femme,
    Plein d'un esprit malin, en tout desmesuré;
    Puis le sceptre n'est pas par combat assuré, etc., etc.

C'est là tout le trait de l'ouvrage, qu'on peut résumer en ces deux
mots: «Des filles sont pires que tous les diables ensemble.» Du reste,
la versification n'en est pas aussi grossière que celle de beaucoup
d'autres poèmes du même temps, et le récit ne manque pas de gaîté.
A l'égard de la déploration de la mère Cardine et de la chanson des
bourgeoises, ce sont des pièces remplies d'une verve trop libre pour
qu'il soit permis de les analyser.



DISCOURS POLITIQUES ET MILITAIRES DU SEIGNEUR LA NOÜE,

Nouuellement recueillis et mis en lumière. A Basle, de l'imprimerie de
François Forest.(1 vol. in-8.) M.D.LXXXVII.

(1587.)


François La Noüe, dit _Bras-de-Fer_, gentilhomme breton[4], né en 1531,
mort au siége de Mercœur, en Bretagne, en 1591, est un des guerriers
qui honorent le plus l'humanité, et la France particulièrement. Il
a illustré son pays par ses actions et par ses écrits. Calviniste
sincère, il s'est fait respecter des catholiques mêmes par sa loyauté.
Michel Montaigne admirait en lui la douceur singulière des mœurs,
jointe à l'intrépidité du caractère. C'est une justice de l'avoir
rangé, pour ses discours politiques et militaires, parmi les premiers
modèles de prose française, comme l'a fait M. François de Neufchâteau
dans son judicieux _Essai sur les meilleurs prosateurs de notre
langue_, antérieurs à Pascal; mais c'est une injustice au public de
l'avoir négligé et oublié, depuis 1638 qu'il a cessé d'être réimprimé.
Réparons cet oubli de notre mieux, en payant d'abord un tribut
d'hommage à Moïse Admirault, qui, du moins, a écrit la vie du brave La
Noüe de manière à rendre à jamais sa mémoire chère et vénérable.

  [4] La Noüe, Bras-de-Fer, portait d'argent, fretté de dix bâtons
  de sable, au chef de gueule, chargé de trois têtes de loup
  arrachées d'or. On lit, au tome II des Mémoires de Castelnau,
  annotés par Le Laboureur, pag. 580-81, que la maison de La
  Noüe, dite La Noüe-Briort, était fort ancienne en Bretagne,
  que François La Noüe épousa Madeleine de Téligny, dont il
  eut deux fils, Odet et Théophile, et enfin qu'Odet seul eut
  postérité masculine dans Claude La Noüe. Nous ajouterons à
  ces renseignemens que la maison de La Noüe s'est éteinte vers
  la fin du XVIIe siècle dans celle de Saint-Simon Courtomer,
  de Normandie; et cette dernière, en 1835, dans la maison très
  ancienne de Le Clerc de Juigné, de la province du Maine.

Le sieur de Fresne, Français réfugié, s'étant trouvé, en pays étranger,
dans l'intimité de La Noüe, avisa un jour, dans un coin de sa chambre,
des liasses de papiers écrits gisant à l'aventure, sans ordre et sans
honneur, comme des choses délaissées. Les ayant regardées de près,
il trouva les présens discours et observations. Frappé qu'il fut du
mérite de divers passages, il supplia son ami de lui confier d'abord
un manuscrit, puis un autre; et, moitié de gré, moitié de ruse, il
s'empara du tout, le rangea, et fit si bien que d'être en état d'offrir
au roi de Navarre (depuis Henri IV) le fruit précieux des loisirs de
La Noüe, dont probablement la postérité eût été privée sans lui. C'est
du moins ce que nous voyons dans l'épître dédicatoire qu'il écrivit
de Lausanne, au roi, le 1er jour d'avril 1587, et qu'il mit en tête
de la première édition de ce beau livre, composé de 26 discours, dont
17 se rapportent à des sujets généraux de politique, de guerre, de
morale et de religion; 8 regardent particulièrement l'art militaire,
et le dernier, divisé en autant de parties principales qu'il y eut de
prises d'armes entre le massacre de Vassy, où commencèrent nos guerres
religieuses, et la mort de Henri III, c'est à dire en trois parties,
présente un récit raisonné des évènemens de ces années lamentables.
Resserrer dans quelques lignes la matière contenue dans les 847 pages
de ce volume n'est pas possible; mais reproduire brièvement quelques
unes des pensées capitales de l'auteur, pour le faire mieux connaître,
aimer et rechercher, est une tâche très douce et très facile que nous
allons entreprendre.

La première source des malheurs de ce temps est l'athéisme. Nos guerres
de religion nous ont fait oublier la religion... Bien des gens, dans
les deux partis, fuient Dieu et le méprisent, tant leurs sens sont
devenus brutaux. Ceux-là ont besoin qu'on ait pitié d'eux: pour ce
qu'entre ceux qui se perdent, ils sont les plus perdus.

Les altérations et mutations dans les États sont, il est vrai,
inévitables; et, comme Bodin l'a dit, il est malaisé qu'il n'en
survienne dans un État, après 494 ans, qui est le nombre parfait de
durée pour les établissemens politiques.

Comment deux religions ne pourraient-elles vivre en paix sur le
même sol, alors que nous y voyons vivre, dans un certain ordre et
conciliation, les bons et les méchans?

Il y a ressource aux maux de notre pays, et j'estime qu'en six années
le royaume se peut demi rétablir, et en dix du tout; mais c'est aux
grands et aux princes à commencer l'œuvre en se réglant eux-mêmes. Ne
point vendre les offices de justice, châtier les crimes, modérer le
luxe et diminuer les impôts des campagnes, voilà le chemin. (On dirait,
à entendre La Noüe parler ainsi, qu'il prophétisait Henri IV et Sully.)

Deux monstres se sont formés en nos divisions, qui ont fait tout notre
mal: l'un se nomme massacre, et l'autre picorée.

Il ne convient pas de s'autoriser des exemples de l'Ancien Testament
pour persécuter les gens que nous estimons en fausse voie de religion,
d'autant que ce sont actions particulières qui ont procédé de mouvemens
intérieurs, ou de commandemens exprès; mais il faut suivre la loi de
charité, qui est perpétuelle.

Cettui-là est de la religion: c'est donc un méchant. Un tel est
papiste: il ne vaut donc rien. Préjugés iniques! médecin, qui juges ton
prochain être malade, et au lieu de t'efforcer à le guérir, veux qu'on
l'assomme, considère-toi un petit, et tu verras que c'est toi-même
qui as abondance de maladies très dangereuses. Pense donc trois fois,
premier, que dire à autrui: _Tu es un hérétique_.

Et quand il serait hérétique, est-il tant barbare qu'il ne porte en son
ame l'image de Dieu empreinte, bien qu'elle soit quasi effacée? Pour ce
regard, considère toujours la marque excellente que Dieu y a apposée.

Si vous avez soif de haine, vous avez assez de champ sans vous ruer sur
vos frères. Détestez les diables, détestez les vices.

Le relâchement dans l'éducation de la noblesse est une grande cause
des souffrances présentes, à quoi faut remédier par un retour prudent
à l'ancienne discipline... Le savoir et le bien-vivre sont les seuls
biens qui ne vieillissent point. Stilpon le Mégarien fit une belle
réponse à Démétrius, qui avait pris sa ville de Mégare, et lui
demandait s'il n'avait rien perdu du sien dans l'assaut: «Non, dit-il,
car la guerre ne saurait piller la vertu...» Il y a des pères qui
sont assez contens quand leurs fils sont grands chasseurs au bois, ou
grands bragards en la maison, ou adonnés aux procès avec leurs voisins;
d'autres mettent les leurs pages auprès des princes, et les envoient
ainsi en cour ou aux pays étranges, d'où pensant qu'ils rapporteront
miel, ils rapportent fiel... Il est meilleur de placer ses enfans pages
près d'un seigneur du voisinage que chez des princes fastueux, et c'est
assez de les y laisser quatre ou cinq ans... Il ne faut envoyer ses
enfans aux compagnies de gendarmes, seuls, ains les joindre plusieurs
ensemble de même province, afin qu'ils soient retenus par l'exemple
mutuel... Il sera bon d'envoyer premier les jeunes gentilshommes en
Allemagne, où la simplicité est plus grande, puis après, quand ils
seront affermis, en Italie, où la civilité et les arts abondent, mais
avec force vices et voluptés, et ne les y laisser pas plus de deux
ans... On devrait établir, pour la nourriture et enseignement des
jeunes gentilshommes, quatre académies dans quatre maisons royales,
aux ressorts de Paris, Lyon, Bordeaux et Angers.

La lecture des livres d'Amadis n'est moins pernicieuse aux jeunes gens
que celle des livres de Machiavel aux vieux... Du temps du roi Henri
second, si quelqu'un eût voulu blâmer les livres d'Amadis, on lui eût
craché au visage...; et, si ces livres ne dressent la jeunesse qu'à
honorer la magie et suivre les voluptés déshonnêtes..., ils ont une
propriété occulte à la génération des cornes; ils incitent à de folles
vengeances et favorisent ainsi les duels outre mesure... En fondant
la fausse maxime qu'un chevalier doit désobéir à père et mère, dans
les ordres les plus licites, plutôt que manquer à sa promesse envers
quelqu'une de ces pélerines qui marchent toujours avec les chevaliers,
ils donnent de nouvelles lois qui, par forme de galanterie, tendent à
effacer, des entendemens des hommes, celles que nature y a engravées,
et qu'elle leur a rendues si recommandables... Sur le point de la
piété chrétienne, ils nous proposent une religion sauvage et farouche
qui n'habite qu'ès-déserts et ermitages, laquelle ils eussent dû
représenter plus civile et domestique... Enfin, en étalant ces grands
coups qui fendent un homme jusqu'à la ceinture, et coupent un brassard
et un bras tout net, ils ne forment point la noblesse au métier des
armes, mais à des vaillantises imaginaires; et quand un gentilhomme
aurait, toute sa vie, lu les livres d'Amadis, il ne serait bon soldat,
ni bon gendarme, d'autant que, pour être l'un et l'autre, il ne faut
rien faire de ce qui est là dedans.

Un grand mal des hommes de notre temps et mêmement de la noblesse de
France est de ne se pas contenter de ses biens tout grands qu'ils sont,
Dieu l'ayant plantée dans un des plus beaux jardins de l'univers, plus
tempéré que les îles fortunées des anciens, et de mettre ces biens au
rang des péchés oubliés, pour toujours courir en avant à la recherche
de plus grande puissance et richesse, au détriment de son repos, de ses
mœurs et de sa fortune; sans penser que si elle n'a tant de richesse
que la noblesse d'Espagne qui suce les mamelles dorées des deux
Indes, si elle n'a tant de priviléges que celle de Pologne qui élit
ses princes, elle ne laisse d'avoir assez de force pour se conserver
et assez de biens pour s'entretenir. ... Je dirai au gentilhomme qui
possède seulement 1,200 écus de rente et une belle maison bien meublée
où son père, avec la moitié moins, a vécu honnêtement...: Pourquoi
allez-vous ainsi rongeant votre ame de mille soins entre tous les
espaces de vos divers âges, pour les fantaisies que vous avez que
votre condition est défectueuse et imparfaite?... J'estime qu'en
votre entendement il y a pour le moins six onces de folie; vu qu'ayant
beaucoup de commodités, votre maison ne se trouve jamais que vide.....
Cependant, ne pleurez point; car il y a, en ce royaume, quatre millions
de personnes qui n'ont pas la dixième partie de votre bien, et qui,
pour cela, n'en jettent pas une seule larme... O homme misérable!...
j'ai assez dit..., c'est à vous d'y penser. (Oui, sans doute, sage La
Noüe! il y faut penser, et vous considérer ici, dans ce septième et
grave discours, le digne organe de la prudence humaine et de la volonté
divine!)

Les gentilshommes français sont bien déchus de cette ancienne richesse
dont leurs maisons étaient ornées sous les règnes de nos bons rois
Louis XII et François Ier. Que la guerre, contre l'empereur Charles
et le roi Philippe, survenue en 1552, laquelle dura sept années et
fut suivie de nos guerres civiles, ait été une cause de cette ruine,
je ne le nie pas; mais ce n'est pas la seule, car les libéralités des
rois amendaient les pertes de la noblesse, joint que la France est si
fertile et si peuplée, que ce que la guerre a gâté en un an se rhabille
en deux de paix. La cause première et plus notable gît dans de folles
et superflues dépenses, et oserai affirmer qu'où les guerres nous
ont apporté quatre onces de pauvreté, nos excès nous en ont acquis
douze.--Premier, le luxe de nos habits, chacun voulant être doré comme
un calice, le changement perpétuel des modes, le luxe désordonné des
femmes en pierreries des Indes et toiles d'or d'Italie; et pourtant ne
veux nier qu'il y ait mesure à garder en ceci, et que nos jeunes gens
aient de quoi rire, allant à Venise, à voir la noblesse avec un bonnet
en forme de croûte de pâté sur la tête, et une large ceinture de cuir
autour du corps.--Second, le goût des bâtimens magnifiques et de la
riche architecture, venu avec cet art il y a soixante ans, et qui a
fait que les plus petits oiseaux ont voulu avoir grandes cages, ce qui
les a menés à faire petits pains, et à se curer les dents à jeun à la
néapolitaine, dans de superbes châteaux; de quoi disait frère Jean des
Entomeures: «Par la digne pantoufle du pape, j'aimerais mieux habiter
sous petit toit, et ouir l'harmonie des broches.»--En troisième, la
singulière richesse des meubles, tapisseries de Flandre et lits de
Milan. M. le maréchal de Saint-André a été, sur ce point, de pernicieux
exemple.--En quatrième et dernier lieu, la goinfrerie et superflue
dépense de bouche, laquelle a introduit quinze serviteurs où il n'y en
avait que cinq au plus... Songeons que le bon roi Henri second ne porta
oncques bas de chausse de soie.

Les armes ont toujours été, parmi la nation française, en singulière
recommandation; même la noblesse, qui est sortie en abondance de
cette innumérable fourmilière du peuple, n'a prisé aucun renom tant
que celui qui était provenu de l'épée... Aux premiers temps, la force
fut mise en usage pour repousser les injures; mais aujourd'hui elle
sert beaucoup plus à les faire qu'à en garantir...; les uns sont
affriandés par le pillage, les autres par les soldes étrangères, de
telle façon que la guerre, qui doit être une profession extraordinaire,
est devenue une vocation perpétuelle qui entretient les discordes
civiles...; n'est-ce pas d'un mauvais juge d'entretenir procès pour
avoir procès? et pourtant, pour un qui s'élève par la guerre, combien
y font naufrage!... Les pirateries du Pérou engloutissent tous les ans
plus de 500 soldats français qui se sont allés vendre à cet effet...
Cet usage constant et inconsidéré des armes maintient nos gentilshommes
dans une ignorance honteuse, telle que peu savent lire et écrire...; il
affaiblit l'État.... Nos troubles civils ont vu périr plus de la moitié
de la noblesse de France... Aussi, malgré nos vanteries, le royaume
est-il peu capable de force maintenant, et lui faut, pour le moins, six
années pour se réparer.

Le diamant est précieux, mais il ne doit point faire mépriser les
autres pierres précieuses. La vaillance est une vertu suprême; mais
ce n'est pas à dire qu'elle soit la seule, et c'est une fausse idée
de notre noblesse que de se loger cela dans l'esprit... Il faut plus
d'une ancre à un vaisseau pour le tenir ferme... Nos gentilshommes
font aujourd'hui plus de prouesses contre leurs amis que contre les
ennemis de l'Etat... Ils bravent la mort et ne supportent point
les labeurs... Il ne faut que deux jours de pluie et vingt-quatre
heures de disette pour mettre un régiment en murmure... La vaillance,
fondée sur l'espoir des récompenses, sur la crainte de punition, sur
l'expérience du succès, sur l'ire, sur l'ignorance des périls, est
la vaillance commune, et ne mérite pas ce nom. La vraie vaillance se
propose une fin juste, mesure le danger, et à nécessité l'affronte de
sang-froid..... Aucuns sont poussés dehors de chez eux par curiosité
et dégoût de la vie champêtre. Ils nomment cela généreux esprit, c'est
folie et vanité.... Tel vertueux et viril gentilhomme de campagne se
forme mieux le cœur au noble exercice des armes dans sa demeure que
tous ces aventuriers et coureurs de hasards. Aucuns se persuadent,
dans la fréquentation des princes et des grands, que, de la part
du maître, tout ordre est licite, et qu'il faut y obéir..... Autre
erreur préjudiciable et qui amollit les courages. Sans doute mieux
vaut souffrir surcroît d'impôts, encore qu'injuste, que se rebeller;
mais il convient aux ames généreuses de braver la mort plutôt que de
souscrire à de certains commandemens, comme ceux qui violentent la
conscience, s'ils ne veulent mériter d'avoir tels maîtres qu'Alexandre
VI et César Borgia.

Nos voisins ne dorment pas: il ne faut donc nous endormir. Cette grosse
et redoutée gendarmerie, qui était la principale force du royaume
du temps du roi François Ier, n'est plus la même, comme aussi les
gens de pied ne sont plus en la même bonté qu'ils étaient au règne
de Henri second..... Depuis Charles septième, l'arrière-ban s'en va
dépérissant, et vaudrait mieux le rétablir et réagencer que recourir,
comme on fait, à l'exemple de Louis onzième, aux étrangers, lesquels
on n'obtient qu'avec force argent. Or, peut-on rajeunir ces vieilles
institutions? je le pense. Premier, il faudrait créer général de tous
les arrière-bans de France un prince ou maréchal, et, dans chaque
gouvernement, un chef respecté qui commanderait aux hommes de son
ressort. Ensuite on devrait convertir le service des fiefs en nature,
en service d'argent, avec quoi serait aisé d'enrôler des hommes propres
au métier, les monter, les équiper et solder. Ces hommes marcheraient
trois à trois en escadrons, armés de bonnes et longues pistoles et
d'épées, sans casaques, ne devant être du tout que fer et feu.

Un grand mal est encore la fréquence des duels entre gentilshommes,
voire entre amis... Ceux qui sont jeunes pensent, par aventure, qu'on
ait toujours vécu ainsi en ce royaume. En quoi ils sont fort abusés;
car il n'y a pas quarante ans que les querelles étaient rares, et
quand quelqu'un était noté d'être querelleur, on le fuyait comme on
fuit un cheval qui rue: et ce mal est venu de la licence des mœurs
principalement... C'est aux rois à mettre un frein à ce faux-honneur,
en punissant gaillardement les délinquans, et n'y aura sédition pour ce.

Ce serait une sage précaution au roi d'entretenir en tout temps quatre
régimens d'infanterie de 600 hommes chacun et 4,000 lances. Au besoin
viendraient bientôt se joindre à ce noyau d'exercice 2,000 corselets
et 6,000 arquebusiers, lesquels, avec une partie d'hommes d'armes,
soutiendraient un bon choc; et 15,000 écus par mois suffiraient pour
cette dépense, qui est une somme que nos rois donnent souvent, en un
jour, à un seul homme... Faut se souvenir que l'arquebuserie sans
piques pour la soutenir, ce sont des bras et jambes sans corps.

Le grand roi François voulait former, sur l'avis de M. de Langey, dans
chaque province, une légion qui devait être de 6,000 hommes. Quand Sa
Majesté n'en voudrait que quatre, ce serait trop, vu la dépense qui
monterait bien à 250,000 francs pour ces 24,000 hommes, à ne les pas
tenir toute l'année..... _Poco y Bueno_. Je n'en voudrais donc que
trois, une en Champagne, l'autre en Picardie, l'autre en Bourgogne,
de 2,000 hommes chacune, composées ainsi: 4,500 corselets et 1,500
arquebusiers...; on leur donnerait de bons et braves colonels, et neuf
capitaines à l'avenant, et 150 gentilshommes qui seraient mis aux trois
premiers rangs...; les capitaines auraient 500 livres de solde; les
lieutenans 300; les enseignes 200, et les soldats d'élite 100..., et ne
souffrirais de train à cette troupe bien ordonnée, comme j'en ai vu aux
guerres civiles... Exemple, un simple soldat, un argoulet, qui avait si
bien ménagé son petit fait qu'il avait huit chevaux, une charrette à
trois colliers, douze serviteurs et six chiens, en tout trente bouches,
lui qui n'était pas trop bon pour porter une arquebuse et n'avoir qu'un
goujat... Je ne tiendrais, en temps de paix, ces légions réunies que
dix jours par an, et bien employant ces monstres ce serait assez... Il
serait meilleur de les tenir toute l'année; mais cela coûterait 900,000
livres au lieu de 16,800 écus qui ne sont, pour un roi, que quatre
parties perdues à la paume.

C'est une bravacherie sotte de ranger la cavalerie en haie ou en une
seule file pour que chacun ait également l'honneur de combattre,
d'autant que le fort emporte le faible.....; il la faut ranger en
profondeur à plusieurs rangs, afin que son choc renverse tout devant
elle... Nous l'avons éprouvé à notre préjudice à Saint-Quentin et à
Gravelines, tandis qu'à Moncontour la gendarmerie du roi, rangée par
escadrons de lances, renversa aisément ceux de la religion qui étaient
ordonnés en haie... Je formerai l'escadron d'une compagnie de 50
hommes d'armes complète, faisant 110 chevaux; et qui en voudra faire
sept rangs, le front sera pour le moins de quinze lances... Pour moi,
j'estime que 100 valets rangés ainsi rompront 100 gentilshommes rangés
en haie.

C'est un bel et utile usage dont l'infanterie espagnole fournit de
notables modèles, que celui des amitiés militaires et camarades de
chambrée. La familiarité qui s'engendre par la communauté de table, de
lit et de toutes choses, est une merveilleuse incitation à se secourir
mutuellement, et à bien faire à l'envi les uns des autres, comme
aussi un moyen d'épargner la paie, de multiplier les ressources et de
prévenir les querelles. Nos Français auraient grand besoin d'adopter un
tel usage.

Je ne suis pas de l'opinion de quelques uns qui, pour flatter les
princes, maintiennent que les récompenses qui se distribuent aux gens
de guerre procèdent de leur pure libéralité et ne sont point dues:
c'est faire la part trop inégale, et tiens pour bonne la règle qui
veut que, comme la solde précède le service, aussi la récompense
suive le mérite..... C'était la pratique de l'empereur Charles...
J'ai honte de voir que, sur 100 de nos pauvres soldats estropiés, les
dix qui obtiennent rémunération sont placés dans des abbayes comme
moines laïcs, et deviennent le jouet de la plupart des moines, si bien
qu'ils sont bientôt contraints de composer, à 50 ou 60 francs pour
leur pension, et de chercher asile ailleurs... Je voudrais que, pour
un régiment de dix enseignes, on assignât seulement 4,000 écus par
chacun an pour subvenir à ces avantages... L'abandon où nous laissons
nos soldats est cause qu'ils sont mal disciplinés, que souvent ils
combattent mal, et que les étrangers en font peu d'estime.

Depuis l'invention diabolique des armes à feu, c'est le feu qui doit
l'emporter, d'où je tiens qu'un bon escadron de pistoliers doit battre
un bon escadron de lances.

J'estime que 2,500 corselets et 1,500 arquebusiers, divisés en deux
bataillons, s'entre-flanquant l'un derrière l'autre à 80 pas, peuvent
se retirer en rase campagne, trois lieues françaises, devant 2,000
lances. (Aujourd'hui que la force de l'infanterie est plus que doublée
par l'énergie de son feu soutenu de la baïonnette, on peut penser que
La Noüe dit trop peu, et que sa thèse est soutenable même en retournant
ses chiffres, c'est à dire que 2,000 fantassins peuvent se retirer
avec avantage devant 4,000 lances. Dans la mémorable expédition de
l'empereur Napoléon en Russie, un régiment d'infanterie française
a glorieusement prouvé cette proposition en repoussant une nuée de
cavalerie russe dont il fut entouré en rase campagne.)

Un bon chef de guerre tire toujours profit d'avoir reçu quelque verte
leçon de l'ennemi; cela le corrige des mauvais effets de la flatterie,
mère de présomption, et dissipe les vapeurs d'orgueil dont il est
d'abord enivré.

Les Italiens ont trouvé de nouvelles manières de fortifier les places
qui sont belles et ingénieuses; mais il convient aux princes, en les
suivant, de ne pas se jeter dans de folles dépenses..... La citadelle
d'Anvers a coûté 1,400,000 florins, et n'eût pas mieux résisté que
celles d'Ostende ou de Maëstricht, dont les ouvrages sont en terre.....
La citadelle de Metz a coûté plus d'un million de francs, celle de
Turin 30O,000 écus... A ce compte, les princes et les Etats seraient
bientôt ruinés..... Il se faut, à cet égard, défier des ingénieurs qui
mettront de la maçonnerie où la terre remuée eût suffi... Je voudrais
des remparts peu élevés et des fossés pleins d'eau.

Éloquente sortie contre les guerres civiles dans le dix-neuvième
discours: «O chrétiens qui vous entre-dévorez plus cruellement que
bêtes échauffées! jusques à quand durera votre rage?... Quelles
causes si violentes sont celles qui vous excitent? Si c'est pour la
gloire de Dieu, considérez qu'il n'a point agréables les sacrifices
de sang humain: au contraire, il les déteste, aimant miséricorde et
vérité. Si c'est pour le service des rois, vous devez penser qu'ils
sont mal servis en vous entre-tuant, pour ce que c'est diminuer et
arracher les nerfs principaux de leur royaume... Donc ne cherchez plus
d'excuse pour allonger vos maux. Abrégez-les plutôt sans alléguer des
nécessités qui imposent d'autres nécessités..... Mais quand je m'avise,
comment pourriez-vous, vous autres guerriers, accomplir cela, qui
avez oublié l'art de rendre, et ne savez que l'art de prendre?... Vos
ennemis haïssent votre cruauté; vos amis craignent vos saccagemens,
et les peuples fuient devant vous comme devant les inondations.....
Qui est-ce qui croira votre cause juste si vos comportemens sont si
injustes?... Et quand bien même elle le serait, ne l'exposez-vous pas à
toute calomnie et diffame?..... En somme, apprenez à mieux vivre ou ne
trouvez pas étrange si on ne croit rien de ce que vous dites, et si on
crie contre ce que vous faites...»

Un roi de France est assez grand sans convoiter, ni pourchasser
autre grandeur que celle qui est dans son royaume... Aucuns diront
qu'enfermer les cœurs de nos rois dans les bornes accoutumées, c'est
attiédir leurs courages et les priver des trophées et conquêtes
qui sont de beaux héritages de leurs ancêtres..... Ce sont là de
hauts propos semblables aux furieux vents d'aquilon qui émeuvent
les grosses tempêtes..... La grandeur du royaume suffit à ses rois.
Sa fertilité est telle, qu'en contre-échange de ses produits, il
y entre annuellement plus de 12 millions de livres... Avant ces
derniers orages, sa population fourmillait partout comme au comté de
Flandre...... Sa noblesse est nombreuse, vaillante et courtoise...
Son clergé possède 20 millions de rente et de très bonnes cuisines...
La justice y est stable plus qu'ailleurs, et quand les corruptions
qui l'ont nouvellement infectée seront repurgées, elle resplendira
encore... Sur le fait des finances, bien qu'une partie d'icelles reflue
à Rome, par une certaine cabale occulte, et en la Germanie, par des
attractions violentes, la richesse publique est telle que, du temps
du roi Henri second, il levait sur son peuple, par voye ordinaire,
15 millions de francs par chacun an... Le Saint-Père, qui vit si
magnifiquement, ne possède que 1,500,000 écus de rente..... Pour le
militaire, encore que la discipline soit gisante, si est-ce que notre
roi, s'il sentait qu'un voisin voulût venir mugueter sa frontière,
pourrait aisément composer une armée de 60 compagnies de gendarmes, 20
cornettes de chevau-légers et 5 compagnies d'arquebusiers à cheval,
faisant en tout 10,000 chevaux, à quoi ajoutant 3 ou 4,000 reitres,
plus 100 enseignes d'infanterie française, et 40 de ses bons amis les
Suisses, il y aurait difficulté d'aller brûler les moulins de Paris.

La Noüe n'est pas l'ami des Turcs. Il consacre ses vingt et unième
et vingt-deuxième discours à démontrer: 1° qu'il n'est pas licite
aux chrétiens de s'allier avec de telles gens; 2° que ces sortes
d'alliances leur ont toujours mal réussi; 3° qu'en se réunissant ils
pourraient aisément chasser les Turcs de l'Europe, dans l'espace de
quatre années; et, là dessus, il dresse un beau plan fort détaillé
de quatre campagnes contre ces infidèles. La politique étrangère a
bien changé depuis le temps où Soliman menaçait d'envahir toute la
chrétienté.

Le vingt-troisième discours s'étend démesurément contre les
alchimistes, contre la recherche de la pierre philosophale, et enfin
contre la trop grande estime qu'on fait de l'or et de l'argent.

Le vingt-quatrième discours est un traité de morale complet où l'auteur
fait très bien ressortir et goûter les charmes solides de la vraie
piété, par opposition aux jouissances fugitives et trompeuses de la vie
épicurienne du monde et des cours.

Le vingt-cinquième discours a pour objet d'énumérer les douceurs et
les avantages de la vie contemplative, et de montrer que, loin d'être
exclusivement réservée aux moines, chacun peut en jouir et en profiter
selon sa vocation. C'est là terminer dignement son œuvre. Ainsi les
esprits supérieurs ramènent tous les sujets à la philosophie, qui
ramène, tout à son tour, au sentiment religieux. Mais qu'il est beau
de voir parcourir cette carrière intellectuelle à un guerrier comme
La Noüe, Bras-de-Fer, au sein des plus affreuses calamités qui aient
jamais été enfantées par la guerre! Nous ne le suivrons pas plus loin
dans les observations que lui suggèrent les trois prises d'armes des
religionnaires, qui font la matière de son vingt-sixième et dernier
discours. Ce n'est pas que ces observations ne contiennent une foule
de choses d'un grand sens, mêlées de quantité de détails historiques
très dignes d'attention, mais l'analyse des simples faits ne saurait
présenter que des sommaires sans couleur: il vaut donc mieux nous
borner à inspirer au lecteur le goût de recourir au discours même qui
les contient, et finir cet extrait d'un livre excellent, quoiqu'un peu
verbeux dans sa bonhomie, par le sonnet que le sieur de Fresne a mis à
la tête de son édition:

    Quand je te voy au front d'une troupe guerrière
    De conduite et de main signalant ta valeur,
    Je croy que tout ton soin et que tout ton labeur
    Est voué aux esbats de Bellone la fière.

    Quand je lis tes discours, enseignans la manière
    De restablir la France en son antique honneur,
    Je croy que tu n'as rien si avant dans le cœur
    Que des plus sainctes loix l'estude droiturière.

    Qui eust creu qu'un guerrier peust estre si savant,
    Ou qu'un tel escrivain peust estre si vaillant,
    Accordant le clairon avec la douce lyre?

    Je le voy, je le croy, dont plein d'estonnement
    Suis contraint m'escrier: heureux es-tu vrayment,
    Heureux, qui peus autant bien faire que bien dire!



SONNET

CONTRE LES ESCRIMEURS ET LES DUELLISTES;

  Par l'abbé de Saint-Polycarpe. A Paris, chez Jamet Mestayer,
    imprimeur du roy, M.D.LXXXVIII, pet. in-12 de 10 feuillets.

(1588.)


L'abbé de Saint-Polycarpe dédie son Œuvre au roi Henri III: il l'aurait
publiée plus tôt sans qu'il a eu peur, voyant la fureur des duels
poussée si loin les années précédentes, de s'attirer quelque méchante
affaire. Il en est de même de certains sonnets qu'il tient en réserve
contre la chicane des gens de justice, cette seconde plaie de l'État;
il ne les publiera que plus tard, pour ce qu'ayant encore des procès,
il a souci de les gagner et crainte de les perdre. La foi du poète
moraliste dans la vertu de ses sonnets pour l'extinction des duels et
de la chicane annonce une ame candide. Le présent recueil contient
treize pièces dont le public jugera par la première:

    Vous voyez sur les rangs un jeune homme arriver
    A peine estant éclos, qui sur la confiance
    Qu'il a de son escrime (homicide science),
    Vouldra, sot et mutin, tout le monde braver.

    Vous le voyez par fois le nez haut eslever,
    Chantant, capriolant, faisant quelque cadence,
    Ou planté sur un pied, et l'autre qu'il advance,
    Réniant, détestant et parlant de crever.

    Ignorant, arrogant, de tout il veut débattre,
    Et se picquant pour rien, soudain il se veut battre;
    Il se veut signaler pour avoir de l'honneur.

    Lors il fait son appel; il vient à l'estocade;
    Il pratique son art; il donne une incartade;
    Voyez en quoi consiste aujourd'hui la valeur.

L'abbé continue, sur ce ton, à dire d'excellentes choses; mais, arrivé
au dernier sonnet, il confesse que, tout en blâmant les duellistes, il
fera comme eux, si l'occasion se présente de venger son honneur; en
quoi il a raison. Mais que deviendront alors ses douze premiers sonnets?

Le Poème couronné intitulé: _le Duel aboli_, de Bernard de la Monnoye,
n'est ni plus concluant ni plus utile; mais il a plus de mérite
poétique, puisqu'on y lit des vers comme ceux-ci:

    Ce bras que vous perdez, François, n'est pas à vous,
    Par un sinistre emploi la valeur est flétrie,
    Mourez; mais en mourant servez votre patrie;
    Et d'un triste duel fuïant le sort obscur,
    Tombez en arborant nos drapeaux sur un mur;
    Ou, si la paix, mêlant son olive à nos palmes,
    Nous fait couler des jours plus heureux et plus calmes,
    Sans ternir votre fer d'un indigne attentat,
    Laissez vivre, et vivez pour le bien de l'État, etc., etc.



LA VIE

ET

FAITS NOTABLES DE HENRI DE VALOIS,

  Tout au long sans rien requérir, où sont contenues les
    trahisons, perfidies, sacriléges, exactions, cruautez et hontes
    de cest hypocrite et apostat, ennemy de la religion catholique.
    Pet. in-8 de 92 pages avec huit figures en bois, sans nom
    d'auteur ni d'imprimeur, et sans date. (Paris.)

(1588.)


S'il faut en croire l'abbé d'Artigny, au tome Ier de ses Mémoires,
ce libelle sanglant, dans lequel, d'ailleurs, il ne se trouve que
trop de vérités, est de Jean Boucher, curé de Saint-Benoît de Paris,
docteur en théologie, dont les fougueux sermons étaient si puissans
sur les esprits des ligueurs. Notre édition sans date pourrait bien
être antérieure à celle de Millot, qui est citée par M. Brunet, et
remplit 141 pages. Ses huit figures en bois représentent le sacrilége
dudit roi, le meurtre de Henri de Guise et celui du cardinal Louys de
Guise, son frère; Henri, faisant le superbe sur son trône, à son retour
de Pologne; le même à son sacre, quand, par une espèce de présage,
la couronne lui tomba deux fois de la tête; le bourreau de Cracovie
brisant les armoiries dudit roi; la figure d'une religieuse de Poissy,
violée par ledit roi; et finalement un massacre exécuté par les ordres
dudit roi. Cette vie, qui s'arrête après le meurtre des Guise, fut
publiée dans Paris, vers la fin de 1588, pour exciter le peuple à la
rébellion. Nous en rapporterons les principales circonstances, d'après
l'anonyme, en rappelant au lecteur qu'il est facile de calomnier même
Henri III. N'est-ce pas le calomnier, par exemple, que de dire qu'il
était poltron, et qu'il se battit fort mal à Jarnac et à Moncontour?
Au surplus, la véritable histoire a prononcé son arrêt sur ce prince.
Venons vitement au libelle:

Henri de Valois, né à Fontainebleau le 19 septembre 1551, _et non
un jour de Pentecoste, comme le disent ceux qui veulent autoriser
davantage son heur_, eut pour parrains Édouard VI, roi d'Angleterre,
et Antoine de Bourbon, duc de Vendosmois. Il fut institué en toutes
vertus, et du vivant du roy Charles IX, _qui a trop peu duré à la
France_, promit quelque chose de bon de soy, étant lieutenant-général
de son frère, en 1568; mais il fit bientôt connaître son peu
d'affection à la religion catholique, _ayant divulgué le secret de
la Saint-Barthélemy à un gentilhomme_. Son siége de la Rochelle,
abandonné, coûta 2 millions d'or en pure perte. Peu après, étant
parti, en rechignant, pour la Pologne, dont il s'était fait élire
roi, il donna un anneau au roi Charles IX, son frère, que celui-ci
ne porta guère, s'étant, incontinent après, trouvé mal de la maladie
dont il est mort, c'est à dire du poison. La nouvelle de la mort de ce
frère, qui le faisait roi de France, lui arriva en telle diligence,
que Chemerault, qui la lui porta, ne mit _que 17 jours_ à venir de
Paris à Cracovie, _capitale de Poulogne, distante de 800 lieues et
plus_. Alors, que fit M. le roi de Poulogne? vilainement il bancqueta
les grands seigneurs poulonais, comme pour les mieux assurer de sa
résolution de rester avec eux, et soudainement, la nuit ensuivant le
festin, partit sur chevaux frais, avec aucuns affidés dont mal pensa
arriver aux François restés à Cracovie, notamment au sieur de Pibrac,
généreux homme.

Le voilà prenant le plus long chemin, passant par Padoue, Ferrare et
Turin où, de gracieuseté pour le duc Emmanuel Philibert, son parent,
il lui remet les citadelles et places de Turin, Chivres, Pignerol,
Savillan et Cazal, seuls restes des conquêtes des François en Italie.

A peine assis son trône, il fait l'orgueilleux, met une barrière entre
lui et sa noblesse, ne laissant approcher que Quélus et Maugiron, _ses
bardaches_; et Dieu sait quel beau ménage il faisait avec eux _à la
turquesque_.

Bientôt il fait empoisonner le cardinal de Lorraine, à Avignon, et se
met à dissiper l'argent du peuple.

Déjà, entre son élection de Pologne et ses guerres faites, tant bien
que mal, aux hérétiques, il avait mangé 36 millions à la ville de
Paris, et 60 millions au clergé de France.

Nous l'allons voir travailler plus à plein, et, d'entrée de jeu, il
vole la vraie croix de la Sainte-Chapelle, apportée par saint Louis, et
la vend aux Vénitiens. Il vend tous les offices; il invente les plus
ridicules impôts avec son sieur d'O, surintendant des finances, et de
tout cela fait largesses à ses mignons.

Une querelle s'engage entre ses deux beaux-filz, Quélus et d'Antraguet.
Voilà que Maugiron et Ribeyrac, Schomberg et Livarot, venus sur le
terrain pour arranger l'affaire, finissent par se battre entre eux,
disant venger leur honneur. Quélus, blessé à mort, tombe à terre, et,
en peu d'instans, Ribeyrac tombe mort aussi, non sans avoir blessé
furieusement le maucréant Maugiron, qui, se sentant bien frappé,
s'écrie: _Je renie Dieu, je suis mort._ Livarot tue Schomberg, et ce
duel fatal, qui, par parenthèse, est décrit, par l'anonyme, d'une façon
très pittoresque, fournit à Henri de Valois l'occasion d'un nouveau
scandale: celui de faire placer les statues de Quélus et de Maugiron
dans l'église de Saint-Paul. Après avoir pleuré _ces beaux-filz_, comme
une femme fait son amant, Henri de Valois ne tarde pas à se munir
d'autres mignons, du nombre desquels Nogaret se distingue par des
profusions sans exemple ni mesure.

Mais ce n'est pas assez des mignons, il faut à ce roi hypocrite et
sacrilége une belle religieuse du couvent de Poissy, et il la viole
en société avec ses mignons. _C'est pour ces harpies du roi qu'est
institué l'ordre dit du Saint-Esprit._ Ce roi n'entend à aucune
remontrance; quand on lui parle raison, il jure, se fâche et courrouce,
fait ensuite des processions pour en imposer au pauvre peuple, et se
moque de Dieu et des saints; témoin sa visite à la couronne d'épines,
qui le fait rire et s'écrier _que Dieu avait la tête bien grosse_.
Il entoure sa personne de quarante-cinq ames damnées, sous le nom
de gentilshommes, qu'il dresse à s'en aller tuer ceux dont la vie
l'importune; et il a l'effronterie d'appeler ses quarante-cinq _ses
coupe-jarret_. Il laisse son chancelier Chivergny augmenter ses petits
moyens jusqu'à près de 400,000 liv. de rentes, et aussi _voler à gueule
ouverte_ son premier président, Achille Harlay, et aussi tous ses
officiers. Le royaume est au pillage; les rentes de l'Hôtel-de-Ville
sont arrêtées; on ne paie plus personne: alors les vertueux Lorrains
veulent venir au secours du peuple par bonnes raisons. Henri de Valois
fait entrer 12,000 Suisses dans Paris pour ruiner le pouvoir de ces
vertueux hommes: la bourgeoisie le chasse. Il a l'audace d'assembler
les états à Blois; et là, pour répondre aux clameurs du royaume
infortuné, il fait massacrer, par ses quarante-cinq, le duc de Guise
et le cardinal de Guise, par les archers du capitaine du Guast. Vrai
Néron, Héliogabale et Caracalla, qui finit par faire mourir jusqu'à sa
mère; et ici l'auteur se tait. De pareils écrits valent le couteau de
Jacques Clément. Observons que, dans ce torrent d'invectives, il ne se
rencontre aucune plainte contre le mignon Joyeuse. C'est que celui-là
avait embrassé la Ligue de bonne foi.



LES SORCELLERIES

DE HENRI DE VALOIS,

ET

LES OBLATIONS QU'IL FAISAIT AU DIABLE,

DANS LE BOIS DE VINCENNES,

  Avec la figure des démons d'argent doré, auxquels il faisait
    offrandes, et lesquels se voyent encores en ceste ville, chez
    Didier-Millot, à Paris, près la porte Saint-Jacques, 1589, avec
    permission. Pet. in-8 de 15 pages. Ensemble, Advertissement
    des nouvelles cruautez et inhumanitez desseignées par le tyran
    de la France. A Paris, par Rolin Thierry. M.D.LXXXIX, avec
    privilége; pet. in-8 de 20 pages en plus petits caractères.

(1589.)


Cette pièce anonyme n'est pas moins rare que la Vie de Henri de Valois
et que le Martyre des Deux Frères, dont le présent recueil offre
l'analyse. La figure qu'on y voit est reproduite dans la belle édition
du _Journal de l'Étoile_, qu'a donnée Lenglet-Dufresnoy. Ni M. Brunet
ni M. Barbier n'ont parlé des _Sorcelleries de Henri de Valois_, dont
nous n'avons pu découvrir l'auteur. Le détail de ces sorcelleries
présente peu d'intérêt: s'il est véritable, l'opinion, assez justement
établie de la démence de Henri III, vers la fin de sa carrière, n'est
plus problématique. Il est à remarquer que le libelliste attribue à
l'influence de d'Épernon le goût que Henri de Valois prit pour les
sortiléges, dans les derniers malheurs de son règne. Quels piéges les
favoris ne tendent-ils pas aux princes dont ils espèrent! Quant au fait
même des sorcelleries, il est certain qu'une croix dorée fut trouvée à
Vincennes, laquelle était placée sur un coussin de velours, entre deux
satyres de vermeil qui lui tournaient le dos. Comment le vainqueur de
Jarnac et de Moncontour en vint-il à joindre ces évocations magiques
aux processions de pénitens blancs? c'est le secret de la nature
humaine, bien misérable, il faut l'avouer, quand le sentiment de la
morale divine l'abandonne.

_L'Advertissement des Nouvelles Cruautez_, etc., qui suit _les
Sorcelleries_, mérite une mention particulière; le ton en est noble
dans sa véhémence; les faits articulés sont plausibles, les principes
clairement posés et les déductions habilement tirées. C'est un vrai
manifeste, non contre la couronne, mais contre la personne d'un
souverain, qui, selon l'auteur, ayant forfait aux lois du royaume,
soit par une alliance avec les cantons suisses protestans, moyennant
la cession du Dauphiné et des villes de Châlons et de Langres, soit
par une secrète connivence avec Henri de Navarre, prince huguenot, a
perdu ses droits à l'obéissance de ses peuples. On y lit ces mots:
«Faire service au roy et respecter Sa Majesté, ce n'est pas servir un
tyran qui indignement porte le nom de roy, renverse les loix de l'Etat,
et en aliène le domaine. Combattre pour le roy, c'est combattre pour
le royaume, pour l'Etat, pour la patrie, et non pas pour une personne
particulière; car ce mot de roy est une générale notion et remarque
de la majesté, non d'un simple homme, ny d'une personne fragile et
mortelle, mais de la dignité royale, etc., etc... On prie pour le
roy en tant qu'il est le moyen par lequel l'estat public subsiste,
etc., etc., etc.» Cette œuvre, dont nous sommes loin d'approuver les
conclusions sans réserve, est un monument d'autant plus curieux,
qu'elle paraît avoir eu pour objet et pour effet la rébellion de Paris,
en 1589, et la déchéance de Henri III. Le style décèle sans doute une
main supérieure et des plus autorisées de ce temps calamiteux aussi
bien que mémorable.



LE MARTYRE DES DEUX FRÈRES,

  Contenant au vray toutes les particularitez les plus notables
    des massacres et assassinats commis ès les personnes de très
    hauts et très puissans princes chrétiens, messeigneurs le
    révérendissime cardinal de Guyse, archevêque de Rheims, et de
    monseigneur le duc de Guyse, pairs de France, par Henri de
    Valois, à la face des estats dernièrement tenus à Blois. (Pet.
    in-8 de 54 pages chiffrées et de 2 non chiffrées, contenant
    quatre sonnets, et orné des portraits en bois des Deux Frères,
    d'une vignette sur bois à deux compartimens, représentant le
    meurtre du duc de Guyse, et d'une autre où l'on voit la mort du
    cardinal de Guyse. Edition qui paraît antérieure à celle que
    cite M. Brunet, sous le n° 13787.) M.D.LXXXIX.

(1589.)


Diatribe des plus virulentes, dont la forme est plus oratoire que
narrative, à en juger surtout par son début, assez singulier pour être
rapporté: «Il n'y a celui de vous, messieurs, qui, avec ce grand roi,
n'adjugiez, donniez l'honneur et le prix à ce très certain axiome
prononcé après plusieurs disputes et traitez faits devant lui, à
sçavoir quelle chose du monde estoit et debvoit estre la plus forte,
ou le roy, ou le vin, ou les femmes, fust enfin tenu et résolu que
_super omnia vincit veritas_, etc.» Cet axiome en faveur de la vérité
étant posé, l'orateur se met en devoir de débiter tous les mensonges
injurieux que l'esprit du temps lui fournit contre le roi Henri III,
déjà bien assez flétri par ses faits et gestes authentiques. Les
épithètes de Sardanapale engeoleur, d'ame endiablée, d'hypocrite
sodomite, de parjure athéiste, de coquin, de poltron qui s'enfuit de
Paris par la porte Neuve, et s'en va comme un esclave se réfugier à
Chartres, ne sont que le prélude et le jeu de sa verve furibonde. Les
textes sacrés dont ce beau discours est coupé doivent faire conjecturer
qu'il fut prononcé dans une église. Les deux Guise y sont présentés à
la vénération des fidèles comme des martyrs de la foi, tandis qu'au
fond ils ne le furent que de leur ambition effrénée. Le récit de leur
mort funeste est reproduit avec les circonstances que l'on sait et
quelques autres, omises par les historiens, dont nous croyons devoir
signaler la suivante:

Le corps du duc de Guise, gissant donc dans la chambre du roi,
qui venait de le fouler aux pieds, était à l'envi insulté par les
assassins, ce que voyant un aumônier du roi, nommé _Dorguin_, ce brave
et digne prêtre en fut touché jusqu'aux larmes; et, n'écoutant que
la voix de la charité, il entonna le _de profundis_ au milieu des
bourreaux armés de leurs fers sanglans. C'est là, sans doute, une
action sublime.

Henri, toujours selon l'orateur, communia le lendemain de ce double
meurtre; il avait entendu la messe le jour même, le 22 décembre.
L'évêque du Mans, frère de Rambouillet et de Maintenon, fut, dit notre
anonyme, l'un des instigateurs de ces assassinats.

La péroraison du discours est digne de l'exorde. On y lit ces mots:
«Vous l'eussiez pris (Henri de Valois), pour un Turc par la teste, un
Alleman par le corps, harpie par les mains, Anglois par la jartière,
Poulonois par les piés, et pour un diable en l'ame.»

Ceux qui voudront connaître l'orateur le peuvent en combinant de
toutes les manières possibles les mots suivans, qu'il indique comme
l'anagramme de son nom, et avec lesquels il signe son discours: _la
richesse peult_. La patience et non la curiosité nous a manqué pour le
faire.



PROSA

CLERI PARISIENSIS

AD DUCEM DE MENA (MAYENNE),

  Post cædem regis Henrici III. Lutetiæ, apud Sebastianum
    Nivellium, typographum unionis, avec la traduction, en vers
    françois, par P. Pighenat, curé de Saint-Nicolas-des-Champs.
    A Paris, 1 vol. in-8, M.D.LXXXIX. Belle copie manuscrite sur
    peau de vélin, faite en 1780, d'un livret très rare que M.
    Didot l'aîné réimprima, en 1786, à 56 exemplaires dont 6 sur
    peau de vélin. Cette copie, qui est une pièce unique, renferme
    36 pages; elle est ornée de fleurons à la plume figurant des
    fleurs et des fruits. L'original latin est composé de 24
    strophes de 6 vers, et la traduction, également de 24 strophes
    de 12 vers hexamètres. Le tout se termine par le distique
    suivant: ad dementem Parisinorum plebem, quæ impurissimum
    Arsacidam in numerum divorum refert.

        Famosos quoniam vetuerunt jura libellos
        Spargere, famosis, ô plebs, recipisce libellis.
              Qui est-ce mal né
              Non saint, mais damné?
              Tu le vas nommant;
              C'est Jacques Clément.

(1589-1780.)


Cette prétendue prose du clergé parisien, composée, en apparence, par
un furieux ligueur, en l'honneur de Jacques Clément et de madame de
Montpensier (Catherine de Lorraine, sœur du duc de Guise assassiné à
Blois), mais en réalité par un antiligueur, contre les héros de la
ligue, est un monument remarquable de l'esprit de parti. Le cynisme, la
rage et la démence ne sauraient aller plus loin. Supposer que le clergé
de Paris a déifié une princesse pour s'être abandonnée à un moine, à
condition qu'il tuerait son roi; qu'il a mis au rang des saints ce
moine luxurieux et fanatique pour avoir accompli son horrible promesse;
et cela au nom de la religion qui pardonne! c'est assurément le dernier
des excès, bien que les jésuites, le pape lui-même, et certains curés
de Paris, on le sait trop, aient alors autorisé, par d'aveugles
fureurs, des imputations terribles contre le clergé en masse. Du
moins, l'auteur latin a gardé l'anonyme; mais peut-on concevoir qu'il
ait pris le nom d'un curé de Paris, dans la traduction d'une telle
pièce en français, traduction faite dans les termes que nous allons
reproduire en partie. Ah! sans doute la religion n'est pas comptable
de ces indignités! qui l'est donc? l'esprit de vengeance politique,
c'est à dire la plus cruelle et la plus inflexible des passions que
la société humaine ait enfantées. Il n'est pas inutile de perpétuer
le souvenir de pareils exemples, afin que chacun voie où il peut être
entraîné dans les discordes civiles.

    ........................
    Laudatur tuæ sororis
    Adfectus plenus amoris,
    Quæ se magna constantia,
    Subjecit dominicano,
    Pacta ut mortem tyranno
    Daret, vi vel astutia.

    Hæ nacta viram non segnem,
    Eïa, inquit, fige penem
    In alvi latifundia,
    Æquæ penitus ac ferrum
    Quod jurasti, vibraturum
    Intra Henrici ilia.

    Ergo pius ille frater
    Compressit eam valenter.
    Redditurus vota pia.
    Ad septimam usque costam
    Recondit virilem hastam
    Fusa seminis copia.

    O ter quaterque beatus
    Ventris Catharinæ fructus
    Compressæ pro ecclesia.
    O felix Jacobus Clemens!
    Felix martyr, felix amans!
    Inter millies millia.

    ........................
    Sancte colletur ut numen
    Tuum, et Clementis nomen,
    In secula perennia
        Amen.

    ........................
    Certes, gloire immortelle
    Est deue à vostre sœur
    D'avoir pour la querelle
    Voire hazardé l'honneur,
    S'estant soumise enfin
    Au frère jacobin
    Moyennant la promesse
    Signée de son sang,
    Que, par force ou finesse,
    Il perceroit le flanc
    (Fust au peine des loix)
    De Henri de Valois.

    Elle qui savoit comme
    Souvent amoureux font,
    Afin d'esprouver l'homme,
    Et n'avoir un affront,
    Lui dit d'une pudeur
    Séante à sa grandeur;
    «Soit fait; prenez liesse;
    »Mais montrez la roideur,
    »Pressant vostre maitresse,
    »Dont vous dedans le cœur,
    »D'Henri vostre fléau,
    »Ficherez le cousteau.»

    Donc le dévot moine
    Redouble ses efforts,
    Résolu à la peine
    De mille et mille morts
    Ainçois que de faillir
    De son vœu accomplir.
    Jusqu'au fond des entrailles
    Il va l'oultre perçant;
    Pavois, plastron, écailles,
    De sa lance faussant;
    Dans elle en quantité
    Espand sa déité.

    Madame Catherine
    O bien heureux le fruit
    Enflant vostre poitrine
    Par don du saint Esprit!
    O que tout le clergé
    Est à vous obligé!
    ........................

    ........................
    Après maints beaux esloges,
    Maint riche monument,
    Dans nos martyrologes,
    Vous (duc de Mayenne) et Jacques Clément
    Serez canonizez
    Au rang des mieux prisez.
        Ainsi soit-il.

Cette pièce sanglante est écrite avec un naturel si brûlant, elle
entre si profondément dans les passions qu'elle veut flétrir, en les
faisant parler, que bien des gens, et nous les premiers, l'avons prise
au sérieux. Nous confessons, à cet égard, notre erreur, qui peut, sans
façon, être qualifiée de bévue; mais M. Leber, dans le piquant opuscule
qu'il a publié en 1834, sur l'état des pamphlets avant Louis XIV, en
ayant appelé, sur ce point, à la réflexion du public, nous nous sommes
bientôt convaincus, par une lecture attentive, que la prose du clergé
de Paris n'était rien autre chose qu'une satire cynique et horriblement
belle des excès de la ligue, un ballon d'annonce de la satire Ménippée,
qu'il convient, peut-être, d'attribuer à l'un des auteurs de ce dernier
ouvrage. Il y a toujours à gagner dans le commerce des vrais gens de
lettres.



LE MASQUE DE LA LIGUE

ET DE L'HESPAGNOL DÉCOUUERT.

  Où 1° la Ligue est dépainte de toutes ses couleurs; 2° est
    monstré n'estre licite au subject s'armer contre son roy pour
    quelque prétexte que ce soit; 3° est le peu de noblesse tenant
    le party des ennemis, advertie de son debvoir. A Tours, chez
    Iamet Mestayer, imprimeur ordinaire du roy. 1 vol. in-12 de 274
    pag. M.D.LXXXX.

(1590.)


«Le tyran d'Hespagne béant et ententif de long-temps à l'invasion de
la France,... voyant que le dernier des Valois en tenoit le sceptre,
après la mort de monsieur son frère, que l'on dit avoir esté empoisonné
par le moïen de ses agents et ambassadeurs..., a suscité une ligue,
et par elle produict des monstres plus hideux et horribles que ceux
que l'on dit avoir esté dontez par le fils d'Alcmène, jadis...; que
dis-tu Circé? que dis-tu, horrible Mégère, ligue impie!... Mettras-tu
ton espérance au duc de Parme et en ces Hespagnols?... Tu blesmis,
magicienne, quand je te parle du Biarnois, quand je t'oppose la force
de ce Sanson, la vaillance de cet Achille..., quelle médecine te pourra
sauver de cette mortelle maladie?... De quels alexis-pharmaques te
serviras-tu?... La vieille couuerture et caballe de la religion ne te
sert plus de rien: ceste drogue est euentée... Les mercenaires langues
des faulx prescheurs sont de prèsent drogues de peu de valeur... Qui
ne voit que les sermons que tu fais faire par tes cordeliers, par
tes assassins cuculés..., sont philippiques, et rien de plus?... Tu
as, malheureuse! praticqué une autre manière de gens que l'on nomme
jésuites, non mendians, mais qui font mendier, desquels les scandales
sont plus secrets, mais beaucoup plus pernicieux que les autres... Que
dis-je? tu es toi-même par eux praticquée, Alecton mauldite! etc., etc.»

Ici l'auteur de ce pamphlet catholique et royaliste fait une histoire
satirique de l'établissement de la compagnie de Jésus à Paris, en 1521,
par Inigo de Loyola; il rappelle ce zélateur, marchant pieds nus, et se
faisant suivre de Pierre Fabri, Diego Laynès, Jean Conduri, Claude Gay,
Pascal Brouet, François Xavier, Alphonse Salmeron, Simon Rodriguès, et
Nicolas Bovadilla, estudians en théologie, qu'il nomme des _soufflets
d'ambition_, des _avortons du père du mensonge_. Il suit les jésuites
jusqu'au temps de la ligue, où ils allaient proclamant partout _les
Guise_ comme vrais descendans de Charlemagne, pour les opposer aux
Bourbons du Béarn. Puis, s'adressant de nouveau à la ligue: «Sorcière!
lui dit-il..., tu piafes maintenant avec ton duc de Parme...; mais ces
Hespagnols qui te sont dieux aujourd'hui, enfin te seront loups!...
Ces frocs, ces cuculles, ces monstres, ces horreurs infernales, ces
furies terrasser nostre Alcide! non, non...; le corps est plus fort que
l'ombre, la vérité que le faux!... Tu demandes s'il n'est pas permis
de se bander avec la force contre un prince hérétique?... quand tu
l'aurais tel, ce n'est pas au subjet a s'armer contre son prince..., la
noblesse catholique, qui le suit, te le doibt faire cognoistre! Si le
roy me commande de le suivre en guerre, je le ferai; s'il me commande
de changer ma religion, je ne le ferai pas; mais il est trop sage pour
me le commander... Vois si David s'est révolté contre Saül, encore
qu'il en fût mal payé de tous ses services, et que Saül fût un cruel
tyran!... Jéroboam, roy de Samarie, avoit rejeté la religion ancienne:
quel prophète a persuadé de faire la guerre contre lui? nul...»

Suit une foule d'exemples tirés de l'Ancien et du Nouveau Testament;
puis l'auteur s'autorise d'un long passage de saint Thomas d'Aquin,
pour établir que mieux vaudrait encore souffrir la tyrannie que
d'attenter à la puissance du tyran; mais il est évident qu'il use
ici de subtilité, ou qu'il n'a pas lu saint Thomas d'Aquin jusqu'au
bout. Il interpelle enfin la noblesse en ces termes: «Vous autres
gentilshommes de cœur et de sang généreux, qui faites l'amour à cette
rusée courtisanne, la ligue, bon Dieu! que vous estes abusés...! voyez
vous pas que vous promettant, elle tire de vous, et que vous, donnant,
elle vous despouille?... Aymerez-vous mieux vivre misérables soubs la
tyrannie de ceux qui vous ruineront que soubs la douce et agréable
subjection du plus gracieux roy de la terre?... Ne voulez-vous,
messieurs, dessillant vos yeux, voir en quel labyrinthe vous estes
entrez, et vous joindre à ceste juste cause pour recouurer, avec vostre
prince, les temps heureux des règnes de Louis XII, François Ier et
Henri II? etc., etc...»

Ces exhortations et ces avis terminent ce pamphlet, précieux
échantillon de l'esprit du temps, qui, fort heureusement pour la
France, fut appuyé des batailles d'Arques et d'Ivry. M. Anquetil n'a
pas connu _le Masque de la Ligue découvert_.



L'ECCELLENZA E TRIONFO DEL PORCO;

  Discorso piacevole di Salustio Miranda, diviso in cinque capi:
    nel primo, si tratta l'Ethimologia del nome con l'utilità;
    secundo, le Medicine che se ne Cavano; tertio, le Virtù sue;
    quarto, le Autorite di quelli, che n'hanno scritta; quinto, les
    feste i trionfi, e le grandezze di lui. Con un capitolo alle
    muse invitandole al detto trionfo. Suit la figure du cochon
    avec cette devise: _Muy bueno por comeresto_. In Ferrara, per
    Vittorio Baldini, con licenza di S.S. (1 vol. in-12 de 72
    pages.) M.D.XC.IIII.

(1594--1625--1736-41.)


Rien de plus froid que ce long panégyrique du Cochon. Il était facile
de se moquer plus agréablement des moines et des érudits pédans du XVIe
siècle.

La rareté de l'ouvrage en fait tout le prix pour nous. Peut-être en
a-t-il un autre pour les Italiens? celui d'être écrit avec élégance et
pureté: dans ce cas, où le vrai toscan va-t-il se nicher?



LES FACÉTIEUSES RENCONTRES

DE VERBOQUET,

POUR RÉJOUIR LES MÉLANCOLIQUES.

  Contes plaisans pour passer le temps. A Troyes, chez la veuve
    de Jacques Oudot, et Jean Oudot fils, imprimeur-libraire, rue
    du Temple, avec permission du roy en son conseil du 11 mai
    1736. (1 vol. in-12 de 35 pages.)


L'approbation du chancelier, donnée après suppression de ce qu'il
avait trouvé mauvais dans ce pauvre recueil, est du 28 octobre 1715.
L'édition originale du Verboquet est de Rouen 1625, in-12. De toutes
nos facéties sans nombre, celle-ci est peut-être la plus insignifiante.



LES PENSÉES FACÉTIEUSES

ET LES BONS MOTS

DU FAMEUX BRUSCAMBILLE,

   Comédien original. A Cologne, chez Charles Savoret, rue
    Brin-d'Amour, au Cheval-Volant (1 vol. pet. in-8 de 216 pages.)
    M.DCC.XLI.


Des Lauriers n'est pas l'auteur de ces pensées; on les doit à un
plaisant anonyme, bien moins gai que lui, sinon moins cynique, lequel
s'est permis de rajeunir l'Ancien Bruscambille, d'y ajouter, d'en
retrancher, d'y mêler des vers fort plats; en un mot, de le gâter. Les
amateurs des facéties les recherchent pourtant à cause de certaines
pièces de l'invention du correcteur, qui ne se trouvent pas ailleurs,
telles que les caractères des femmes coquettes, joueuses, plaideuses,
bigotes, etc., etc., ainsi que la bulle comique, sur la réformation de
la barbe des révérends pères capucins, fulminée par Benoît XIIIe, en
1738, et signée Oliverius, évêque de Lanterme.



LES TROIS VÉRITÉS;

  Deuxième édition augmentée, avec un advertissement et bref
    examen sur la response faicte à la troisième Vérité, par
    Pierre le Charron, Parisien; de nouveau imprimé à Bourdeaux,
    Millanges. (1 vol. in-8.)

(1594-1596.)


Charron, qui avait semé, dans son _Traité de la Sagesse_, des
propositions mal sonnantes sur l'immortalité de l'ame, l'existence de
Dieu et autres grands points de religion, fut plus chrétien ou plus
circonspect dans son livre des _Trois Vérités_ qu'il publia d'abord,
sans nom d'auteur, à Cahors, en 1594. Sa première Vérité est qu'il y
a une religion; sa seconde Vérité, que la religion chrétienne est la
véritable; enfin, sa vérité troisième, dirigée contre le _Traité de
l'Église_ de Duplessis Mornay, établit que, hors l'Église catholique
romaine, il n'y a point de salut.

Les argumens du premier Livre, où les athées sont pris à partie,
montrent qu'il n'y a pas d'effet sans cause; que l'objection contre
l'existence de Dieu, tirée de l'impossibilité de le démontrer et de
le définir, est de nulle valeur, l'homme ne pouvant, en sa qualité
d'être fini, définir un être infini; que le raisonnement suivant
n'est pas meilleur: «Si Dieu existait, il serait tel ou tel, ce qui
impliquerait contradiction avec la qualité d'être infini;» car Dieu
peut exister sans que l'homme puisse savoir s'il est tel ou tel. _La
vraie connoissance de Dieu_, dit Charron, _est la parfaite ignorance de
lui_. Le monde est formé de matière ou sans matière; et, dans les deux
hypothèses, il suppose un acte et un agent hors de lui-même. L'ordre
de l'univers, l'harmonie, la prévoyance, qui partout y éclatent,
révèlent un créateur. Le consentement des peuples reconnaît Dieu. Les
génies occultes, dont on ne saurait nier l'existence, les démons, les
miracles, les prédictions, les sibylles le prouvent. Le mal moral et
physique n'est pas une raison de nier Dieu, car nous ne pouvons savoir
si ce que nous appelons mal est nuisible, dans le sens absolu, et s'il
n'a pas son utilité. Nos vices ne compromettent pas l'existence de
Dieu, puisqu'ils ne viennent pas de lui, mais de nous, et que Dieu sait
tirer le bien de nos vices mêmes. Enfin (et ceci est excellent), il est
évident que Dieu vaut mieux que point de Dieu; or, il est de l'essence
de l'intelligence, qui ne peut elle-même se trahir, de croire le mieux.

Suit une sage énumération des avantages qui découlent pour l'homme
de la croyance en Dieu; et c'est par là que finit, avec le douzième
chapitre, le premier livre, des trois le meilleur à notre avis.

Second Livre.--Cinq religions ont eu principalement crédit dans
le monde, savoir: la naturelle; la gentille, à partir du déluge
et de la tour de Babel; la judaïque, commencée au temps d'Abraham
et promulguée par Moïse; la chrétienne; et la mahumétane, 600 ans
avant Jésus-Christ. Chacune allègue ses saints, ses miracles, ses
victoires, et chacune fait des reproches sanglans aux quatre autres. On
reproche à la naturelle que, n'ayant ni dogme écrit, ni prescriptions
déterminées, elle ne forme pas proprement une religion; à la gentille,
ses sacrifices humains et la multiplicité de ses dieux; à la judaïque,
sa cruauté envers les prophètes, et ses pratiques de superstition
grossière; à la chrétienne, ses trois Dieux en un seul et son culte des
images; à la mahumétane, sa vanité charnelle et sa propagation par la
guerre.

A part les monstruosités qui souillent toutes ces religions (la
chrétienne exceptée), il y a ce caractère de vérité attaché à la
chrétienne seulement, qu'elle s'appuie sur la révélation; car par
là seul elle établit que l'homme, sans le concours de Dieu, ne peut
connaître ni pratiquer ses devoirs religieux, ce qui est évident.
Le christianisme, d'ailleurs, l'emporte sur les religions rivales
par le nombre, l'authenticité et l'éminence de ses miracles, de ses
prophéties et de ses saints. On doit ajouter en sa faveur l'excellence
de sa morale qui l'a fait estimer des plus vertueux empereurs païens;
mais elle a six prérogatives capitales; 1° d'avoir été annoncée par
les prophètes; 2° la qualité souveraine et divine de son auteur; 3°
l'assurance qu'elle donne d'une vie future; 4° d'avoir détruit les
idoles et l'action des démons; 5° les circonstances et les moyens de sa
publication et de sa réception au monde; 6° qu'elle seule remplit le
cœur de l'homme et le perfectionne.

Suivent des réponses aux objections, parmi lesquelles voici une
réponse à ceux qui objectent l'absurdité de certains dogmes: «C'est
un accroissement d'honneur et dignité à l'esprit humain de croire et
recevoir en soi choses qu'il ne peut entendre, et rien ne témoigne
plus de la force de l'ame qu'une croyance qui révolte les sens.» Autre
réponse: «La marche de la raison étant la chose la plus incertaine,
ce serait folie de lui confier ses destinées futures, et la sagesse
commande de s'en remettre plutôt à la révélation, laquelle venant de
Dieu, ne saurait tromper.» Ainsi procède Charron. Heureux les esprits
dociles qui s'en contenteront! ils vivront en paix avec eux-mêmes,
seront respectés des hommes, agréables à Dieu dans leur simplicité, et
marcheront d'un pas ferme dans la voie de la vertu.

Troisième Livre.--Dieu étant supposé prouvé, aussi bien que la
religion révélée de Jésus-Christ, l'auteur vient à combattre les
sectes dissidentes. Toute l'argumentation de ce Livre, le plus étendu
des trois, repose sur le syllogisme suivant, qui termine le premier
chapitre: la certaine règle de nos consciences chrétiennes est et ne
peut être que l'Église, sans quoi la doctrine serait soumise à la
raison de chacun qui porterait, dans l'interprétation des écritures,
la même incertitude qu'en toute autre chose; or, cette Eglise, juge
nécessaire de la doctrine, est évidemment la catholique romaine; donc,
etc., etc., etc. Les chapitres de ce Livre sont remplis de réponses
aux objections des réformés de La Rochelle. C'est un débat sur la
scolastique et la tradition où l'auteur prend ses avantages de l'unité
de la foi catholique, ainsi que l'a fait depuis, plus éloquemment, le
grand Bossuet, dans son Histoire des Variations, et dans son magnifique
sermon sur l'unité de l'Eglise. L'Eglise, ajoute Charron, a précédé les
Ecritures, donc elle a seule droit de les interpréter. L'aigle de Meaux
a pu puiser dans ce Livre plus d'un fait et plus d'un raisonnement;
et il a le grand mérite de sauver merveilleusement la sécheresse de
la controverse par la noblesse et l'entraînement du style, mérite qui
manque absolument à l'auteur des _Trois Vérités_. Charron a le grand
tort d'être ennuyeux: il ferait presque haïr la méthode, quand son
contemporain Montaigne fait presque aimer la confusion.



DISCOURS VÉRITABLE

SUR LE FAICT DE MARTHE BROISSIER,

  De Romorantin, prétendue démoniaque, avec cette épigraphe:

        Celui qui croit de léger, il est léger de cœur, et
          amoindrira, et mesme sera tenu comme pechant. _Eccl. 19._

    A Paris, par Mamert-Patisson, imprimeur du roy. M.D.XCIX, avec
    privilége. (Pet. in-8 de 48 pag. et 3 feuillets préliminaires.)

(1599.)


On sait que, sous le règne de Henri IV, Marthe Broissier, fille d'un
tisserand de Romorantin, se fit passer pour possédée, et qu'en cette
qualité, ayant agité les esprits à Paris, le roi ordonna une enquête
de médecins pour éclairer la justice. Duret et quelques docteurs
gagnés par les ligueurs déclarèrent la fille réellement possédée; mais
Marescot, joint à la plus grande partie des médecins de la Faculté,
constata l'imposture, en sorte que le parlement, par arrêt du 24 mai
1599, exila Marthe Broissier à Romorantin. Ce discours, dédié au roi,
n'est autre chose que le rapport historique de la Faculté: il est
précédé d'un distique latin et des vers suivans:

    Ce vray discours, par sa lecture,
    Découvre au peuple une imposture
    Et rend plusieurs cerveaux guaris;
    Ceux qui soulaient par cette fourbe
    Affiner l'indiscrète tourbe
    Ne sont assez fins pour Paris.

Ce rapport est écrit avec la gravité convenable et respire une
sincère conviction. On y voit que, le 30 mars 1599, Marthe Broissier
fut interrogée devant l'évêque de Paris, en latin par le docteur
Marescot, et en grec par le théologien Marius, en présence des médecins
Ellain, Hautain, Riolan et Duret, dans l'abbaye de Sainte-Geneviève;
que son prétendu démon se trouva si muet et si peu versé dans les
langues savantes, qu'il fit tout d'abord suspecter son caractère
diabolique. L'intrigante fille se trahit encore bien mieux en souffrant
tranquillement, sur ses lèvres, une relique de la vraie croix, tandis
qu'elle entrait en convulsion à la vue du chaperon d'un prêtre. Le
jugement de Marescot est énergique dans son laconisme: _du démon rien,
du mensonge beaucoup, de la maladie fort peu_. (_Nihil a dæmone, multa
ficta, a morbo pauca._) L'interrogatoire ne laissa pourtant pas que
de continuer jusqu'au 5 avril; mais l'affluence du peuple devenant
telle qu'on pouvait craindre une sédition, la sorcière fut mise entre
les mains de Lugoly, lieutenant criminel qui la retint deux mois
au Châtelet, où elle était traitée doucement. La Rivière, premier
médecin du roi, Laurence, médecin ordinaire, et d'autres gens de l'art
furent assidus à la visiter, et joignirent leur témoignage à celui de
Marescot. Enfin le parlement rendit son arrêt conformément à leurs
conclusions. Cet arrêt, signé Voisin, et transcrit à la suite de notre
discours, est plein de sagesse ainsi que le rapport de Marescot, en
cela bien différent du rapport contradictoire aussi reproduit dans le
discours, lequel rapport, parfaitement réfuté malgré l'autorité des
médecins signataires, au nombre desquels on dit que se trouvait Duret,
offre un nouveau monument de la folie et de la fourberie humaines. La
conduite de Duret, dans cette circonstance, ne lui fait pas honneur.

Mais quel intérêt avait-on à faire de Marthe Broissier une démoniaque?
celui de retenir, sous le joug d'une superstition grossière, l'esprit
d'un peuple que le règne d'un prince éclairé tendait à émanciper.
_Le discours véritable_ passe généralement pour être de Marescot;
toutefois, Tallemant des Réaux, dans ses Mémoires ou historiettes
imprimées en 1833, à Paris, et publiées par MM. de Châteaugiron, de
Monmerqué et Jules Taschereau, fait entendre que l'auteur est Le
Bouteiller, père de l'archevêque de Tours et du surintendant. Guy-Patin
le donne à Simon Piètre, médecin célèbre, gendre de Marescot.



HISTOIRE PRODIGIEUSE

ET LAMENTABLE

DE JEAN FAUSTE,

  Grand magicien, avec son Testament et sa Vie espouvantable. A
    Amsterdam, chez Clément Malassis. (1 vol. pet. in-12 de 222
    pages, plus 3 feuillets de table.) M.DC.LXXIV.

  M. Brunet ne cite que l'édition de Cologne, 1712, in-12.
    La nôtre est plus jolie et plus rare. M. Barbier parle
    d'une édition de Paris, Binet, 1603, d'une autre de Rouen,
    Malassis, 1666, et dit que l'auteur allemand de cet ouvrage,
    dont le traducteur est Pierre-Victor Palma Cayet, se nomme
    George-Rodolphe Widman. Comment Malassis de Rouen date-t-il une
    édition d'Amsterdam? ou comment Malassis d'Amsterdam date-t-il
    une édition de Rouen? c'est ce qu'on ne peut guère expliquer
    qu'en disant que l'édition d'Amsterdam est imprimée jouxte la
    copie de Malassis de Rouen. Nous avons encore connaissance
    d'une édition de Paris, 1622, chez la veuve du Carroy. 1 vol.
    pet. in-12 de 247 pages, sans la table.

(1603-67-74--1712.)


Il appartenait au génie allemand, qui réalise les abstractions et
idéalise les choses positives, de donner un corps solide aux rêves de
la magie et à la croyance des esprits, si répandues dans le moyen-âge.
Ainsi fit-il; et l'histoire de Jean Fauste, qu'on pourrait appeler
l'épopée de la métaphysique chrétienne, est à la fois un témoignage
de la puissante imagination et une preuve de la crédulité du public
allemand dans le XVIe siècle. Cette épopée (car c'en est une véritable)
eut, en Allemagne, un succès populaire; et il faut que l'impression
qu'elle fit ait été bien forte pour que le célèbre Goëthe, génie
national de l'Allemagne moderne, ait jugé digne de lui de la faire
revivre dans celui de ses drames que les suffrages de ses compatriotes
ont le plus universellement couronné. Cet auteur l'a ressuscitée avec
talent, sans doute; mais, qu'il nous soit permis de le dire, il ne l'a
ni surpassée ni même égalée, malgré sa fameuse création de _la Jeune
Fille séduite_, personnage d'un pathétique souvent faux, qui d'ailleurs
a le tort d'être épisodique, par conséquent de distraire le public du
but principal de l'auteur. L'original est empreint d'une conviction
profonde et native qu'on ne retrouve pas dans la copie. Là c'est un
chêne mystérieux et druidique, à l'ombre duquel on se sent saisi d'une
crainte religieuse et terrible; ici c'est bien l'arbre encore, mais
la sève du mystère manque; vainement les efforts du poète essaient de
la rajeunir avec des scènes d'amour, à la vérité pleines de charme,
le prestige s'évanouit, sans compter que les limites du drame, tout
étendues qu'elles sont chez nos voisins, offrent un cadre trop étroit
pour une conception de ce genre, et bien moins propre que le récit au
développement de vérités morale, qui forment la partie substantielle et
utile de ces fictions enchantées. Laissons donc Goëthe dans sa gloire
et ne nous occupons que de Widman dans son obscurité: la justice le
veut.

Jean Fauste, fils d'un paysan de Weymar, est élevé par un riche
bourgeois de Wittemberg, son parent, qui le destine à l'état
ecclésiastique. Ses talens et son mauvais caractère se signalent
prématurément. Il fait des études brillantes tout en désolant son
honnête famille. A peine hors des classes, il enlève, dans un examen
triomphant, le bonnet de docteur en théologie; mais à peine docteur,
le voilà jetant de côté l'Écriture sainte et les livres canoniques
pour embrasser la débauche. Il se rend à Cracovie, ville célèbre
pour les écoles de magie, y devient tout d'abord grand nécromancien,
astrologue, mathématicien, puis médecin, guérissant par des paroles et
des clystères. Il fait des cures merveilleuses, avec le second moyen
sans doute, qui alors pouvait passer pour un expédient magique. De
médecin, Fauste se fait droguiste; des drogues il vient à la chimie, et
de la chimie de cette époque aux conjurations diaboliques; la marche
est naturelle. Son premier appel au diable a lieu, entre 9 et 10
heures du soir, dans la forêt de Mangealle, près Wittemberg. Un diable
se rend avec grand fracas, suivi d'un cortége de démons inférieurs,
dans le cercle que Fauste à tracé: des pourparlers s'engagent; Fauste
propose ses conditions; le diable Méphistophélès, qui n'est que du
second ordre, en réfère à son maître, en Orient. Enfin, après trois
conjurations, Fauste renonce à son Dieu, voue son ame et son corps à
l'enfer, moyennant quoi Méphistophélès lui servira de guide sous la
figure d'un moine, et satisfera tous ses désirs dans le cours d'une
vie qui est limitée à 24 ans. Le pacte est scellé par du sang de
Fauste épanché sur une tuile ardente. Tout cela est accompagné de
circonstances et de peintures très bien inventées, allant vivement
au fait, sans le moindre germe du verbiage moderne. Fauste a pour
valet un écolier nommé Wagner, aussi vaurien que lui, lequel, avec
Méphistophélès, complète un trio monstrueux. Il n'est pas croyable
tout ce que fait ce trio chez le duc de Bavière, chez l'évêque de
Strasbourg, à Nuremberg, à Augsbourg, à Francfort, servant et trompant
chaque jour un maître nouveau, se transportant comme l'éclair d'un lieu
à un autre, nageant dans les plaisirs et l'opulence, pénétrant dans les
lits des chambrières, etc., etc. Fauste a une fois la fantaisie de se
marier; mais, comme c'était là un dessein honnête, le diable l'échaude
si cruellement qu'il renonce au mariage et reprend la chaîne de ses
lubricités. Il apprend, de son esprit diabolique, mille belles choses
de l'enfer, sur les régions diverses qu'on y trouve, telles que le Lac
de la Mort, l'Etang de Feu, la Terre ténébreuse, le Tartare ou l'Abîme,
la Terre d'oubli, la Gehenne ou le Tourment, l'Erèbe ou l'Obscurité,
le Barathre ou le Précipice, le Styx ou le Désespoir, l'Achéron ou la
Misère, etc., etc. La hiérarchie des légions infernales lui est révélée
avec les noms des personnages, l'histoire des anges _trébuchés_, les
attributs et la puissance de chacun. Fauste ne se lasse point de
questionner, ni d'abord Méphistophélès de répondre; mais, à la fin,
Fauste fait une question qui cause un tressaillement au diable.:
«Si tu t'étais trouvé à ma place, dit-il à son esprit, qu'aurais-tu
fait?»--«J'aurais honoré Dieu, mon Créateur, répond le diable en riant
d'un rire de possédé; je l'aurais servi, j'aurais imploré sa grâce
sur toute chose.»--«Ai-je encore le temps d'en user ainsi? reprend
Fauste.»--«Oui, dit le diable, mais tu ne le feras pas.»--«Laisse là
tes prédictions!»--«Et toi finis tes questions!» Ceci est sublime et
clôt la première partie.

Au début de la seconde partie, Fauste veut se convertir et ranger sa
vie dont il est fatigué: il se met à travailler et compose d'excellens
almanachs, étant grand mathématicien; mais la curiosité de la science,
l'ayant emporté trop avant, il rappelle son malin esprit et lui demande
de l'informer des choses du ciel. Méphistophélès lui dénombre les
sphères célestes. Fauste avance encore et s'enquiert de la création
de l'homme. Alors l'esprit lui donne exprès toutes fausses notions
conformes à la doctrine des athées qui font le monde matériel, existant
par lui-même, et l'homme aussi ancien que le monde. Fauste tombe dans
la mélancolie: l'esprit, pour le distraire, lui amène une légion de
diables qui le font voyager aux enfers, dans les étoiles, et par
toutes les contrées de la terre. Il accomplit ses différens voyages
en peu de jours, à l'âge de 16 ans, et les écrit pour un écolier de
ses amis, nommé Jonas. La description variée de ces voyages n'est pas
un médiocre agrément de ce livre singulier. L'arrivée de Fauste à
Constantinople et les bons tours qu'il joue au grand-turc fournissent
des épisodes plaisans qui reposent le lecteur des impressions sinistres
qu'il a reçues. Fauste apparaît, dans le sérail, sous la figure de
Mahomet. On juge bien que les beautés du sérail ne lui refusent rien,
et le lendemain elles racontent au grand-turc ébahi comment Mahomet les
a toutes honorées, _se déportant en homme avec la puissance d'un Dieu_.
De Constantinople Fauste va en Égypte, parcourt l'Archipel, y observe
une comète. L'esprit, à ce sujet, lui expose une théorie des comètes
qui n'est guère savante. La seconde partie finit avec les voyages de
Fauste et la physique de Méphistophélès.

Troisième et dernière partie. Fauste est appelé à la cour de
Charles-Quint, et, pour le satisfaire, lui fait apparaître le spectre
d'Alexandre le Grand. Il s'amuse aux dépens des personnes de la cour
impériale, tantôt enchantant la tête d'un chevalier sur laquelle il
plante des bois de cerf, tantôt faisant semblant d'assaillir le château
d'un baron avec une armée magique. Il rend aussi des services, tels que
ceux de mener trois comtes d'empire, par les airs, aux noces d'un fils
du duc de Bavière, à Mayence; de fournir, au milieu de l'hiver, des
cerises exquises à la comtesse d'Anhalt, qui, étant grosse, avait une
envie démesurée d'en manger, etc., etc. A Saltzbourg, il met tout en
rumeur avec ses compagnons de joie, en célébrant, pendant quatre jours,
les bacchanales; une autre fois il renverse le chariot d'un paysan,
qu'il fait ainsi voyager sens dessus dessous; ailleurs, il avale une
charrette de foin par forme d'escamotage; là il va jusqu'à tromper un
maquignon, ici le voilà donnant à un juif sa jambe droite en gage; il
dérobe le bréviaire d'un prêtre, la tête d'un homme qui passe; il se
crée un jardin rempli de toutes les fleurs de l'univers, distribue des
philtres amoureux, et se signale chaque jour par d'innombrables faits
de sorcellerie dont le détail est difficile à rendre. Mais les années
convenues s'écoulent; le fatal dénouement approche. _Un prud'homme,
âgé, bon chrétien, qui estoit médecin fort craignant Dieu_, aborde
Fauste et le conjure de revenir à la vertu dans le sein de l'Église.
Fauste est un moment touché; mais l'esprit malin l'emporte: une
seconde promesse, scellée de sang, achève la destinée du malheureux.
Le diable, qui garde rancune au prud'homme, tente de le séduire;
mais le prud'homme, assisté de Dieu, se rit de Méphistophélès, et le
diable s'enfuit tout confus. Ce malin démon, ne voulant plus courir le
risque de perdre l'ame de Fauste, lui amène deux belles Flamandes, une
Hongroise, une Anglaise, deux Allemandes de Souabe et une Française. Ce
n'est pas assez pour la lubrique fureur de Fauste, il lui faut encore
la belle Hélène, femme de Ménélas: il l'obtient. C'est alors une joie
indicible qui accompagne Fauste jusqu'à son dernier mois. Ce dernier
mois est enfin venu; Fauste fait son testament: il lègue ses richesses
et son malin esprit, sous la forme d'un singe, à son valet Wagner, et,
peu après, commence à tomber dans la tristesse finale. Ses lamentations
déchirent le cœur: «Ha! Fauste! ha! mon corps! ha! mes membres! ah!
mon ame! ah! mon entendement! ah! amitié et haine! ah! miséricorde et
vengeance! ah! ah! ah! misérable homme que je suis! ô ma vie fragile
et inconstante!... ô douteuse espérance!...» L'esprit le réprimande
et le raille alors sans pitié: «Tu as renié ton Dieu par orgueil, par
débauche, pour être appelé _maître Jean_, et jouir des femmes, lui
dit-il, tu as voulu manger des cerises en hiver! tu auras les noyaux
en tête!...» Et Fauste de redoubler ses lamentations: «O pauvre damné
que je suis! n'y a-t-il aucun secours? Amen, amen...» Cependant les
vingt-quatre ans sont écoulés demain. La nuit qui précède ce demain est
terrible, et telle que Méphistophélès lui-même essaie de réconforter
sa victime; mais ses consolations sont vaines, étant toutes prises
dans le système de la nécessité. Enfin Fauste se résigne à subir son
sort: il va trouver ses compagnons, les étudians de Wittemberg, et les
engage une dernière fois à souper. Durant le souper, bien autrement
dramatique que le Festin de Pierre, Fauste harangue ses amis, leur
annonce sa fin prochaine, leur apprend comment il s'est précipité dans
l'abîme, les supplie de ne pas l'imiter et de rester fidèles à Dieu.
Il leur demande pardon, les charge de ses adieux à sa famille, et les
quitte pour s'aller coucher. A minuit sonnant, grand bruit, comme d'un
vent impétueux, dans la chambre de Fauste. Le lendemain, les convives
entrent dans cette chambre fatale et trouvent Fauste gisant mort sur
le carreau, défiguré et démembré: ses yeux sont d'un côté par terre,
sa cervelle de l'autre; des taches de son sang couvrent les murs: les
étudians, consternés, rassemblent ces tristes débris, les enterrent, et
l'histoire finit.

Si ce n'est pas là une œuvre de génie, appuyée sur les bases mêmes
du christianisme, qui enseigne à fuir les plaisirs de ce monde et à
laisser les prospérités temporelles aux méchans, nous ne donnons
pas notre ame au diable, mais nous lui livrons cette critique tout
entière. Quant au traducteur Palma Cayet, l'auteur de la Chronologie
novenaire et septenaire, il ne mérite ici d'éloge que pour nous avoir
fait connaître ce livre curieux. Du reste, il construit ses phrases
d'une façon si baroque et si pénible, qu'à peine devait-il s'entendre
lui-même. On l'accusa de sorcellerie dans son temps: ce fut bien à
tort, sans doute; sous le rapport du talent d'écrire, du moins, nul ne
fut moins sorcier.

Nous remarquerons, en terminant cette analyse, que Jean Fauste, l'un
des inventeurs de l'imprimerie, fut accusé de magie devant le Parlement
de Paris, pour cette découverte. Est-ce à lui que Widman fait allusion?
La question va droit aux érudits.



BREVE SUMA Y RELACION

  Del modo del Rezo y Missa del oficio santo Gotico Mozarabe, que
    en la capilla de corpus Christi de la santa yglesia de Toledo
    se conserva y reza oy, conforme a la regla del glorioso san
    Isidoro arçobispo de Sevilla. Por el Maestro Eugenio de Robles,
    cura proprio de la yglesia parōchial Mozarabe de san Marcos,
    y capellan de la dicha capilla. Dirigido a los Señores Dean y
    cabildo de la santa yglesia de Toledo, primada de las Españas.
    (1 vol. pet. in-4 de 23 feuillets, seul exempl. connu en
    France, dit M. Ch. Nodier; vendu 150 liv. Gaignat; et le même
    prix chez les _jésuites_ du collége de Clermont.) En Toledo,
    año M.DC.III.

(1603.)


Lorsque, dans l'année 714 de notre ère, sous le califat égyptien de
Vélid Ier, après la défaite et la mort du roi goth Rodrigue, qui
suivirent la trahison du comte Julien, Tolède tomba, par capitulation,
au pouvoir des Arabes, que conduisait l'intrépide Tarick, premier
lieutenant du célèbre Moussa ou Muza, une convention se conclut entre
les chrétiens vaincus et les musulmans vainqueurs, qu'il fut aussi
honorable aux premiers de demander, avant même de rien stipuler
pour leurs libertés et leurs biens, qu'aux seconds de souscrire et
de respecter; ce fut celle qui garantissait le libre exercice de la
religion chrétienne. De là vint, avec le temps, suivant l'archevêque de
Tolède, don Rodrigue, que les chrétiens de cette ville prirent le nom
de _Mozarabes_, abréviatif de _Mixtiarabes_, c'est à dire _chrétiens
mêlés d'Arabes_, nom que ces braves défenseurs de la cité conquise
transmirent religieusement à leurs descendans, et qui, après sa reprise
par Alphonse VI, en 1085, valut successivement, à la colonie fidèle,
de grands priviléges de la part des rois de Castille et d'Espagne,
notamment de don Alphonse et de dona Violente, en 1277, d'Alphonse
Remondez, de Ferdinand Ier, de Jean II, de Ferdinand et Isabelle, de
la reine Jeanne la Folle, de Charles-Quint, de Philippe II et Philippe
III. Il y a des historiens (entre autres Garibay) qui prétendent que
le nom de Mozarabes ou Muzarabes fut donné à ces chrétiens de Tolède
par Moussa, le conquérant arabe, en haine de son lieutenant Tarick,
dont il enviait la gloire; mais cette version peu vraisemblable ne doit
guère nous arrêter.

Quoi qu'il en soit, les Mozarabes de Tolède sont encore, aujourd'hui,
tenus en grand honneur. Pendant les 372 ans de leur sujétion, ils
avaient six églises paroissiales, savoir: Saint-Just, dont le recteur
faisait les fonctions d'évêque, Saint-Luc, Sainte-Eulalie, Saint-Marc,
Saint-Torcat, Saint-Sébastien. Le pape Jules III leur a concédé, ainsi
qu'à tous ceux ou celles qui s'allieraient à eux par mariage, le droit,
en quelque endroit qu'ils habitassent, de ne relever que de l'une de
leurs six paroisses, et d'y payer exclusivement les dixmes. L'histoire
des Mozarabes et de leur rite gothique a été traité, avec détail, par
le docteur Francisco de Pissa, et par maître Alonzo de Villegas, dans
sa _Flos sanctorum_, tous deux chapelains de la chapelle mozarabe de
_Corpus Christi_, à Tolède, chapelle illustre qui fut dotée de treize
prêtres desservant à perpétuité, par le cardinal de Ximenès, lorsque,
pour sauver des ravages du temps la pureté du rite mozarabe, il en fit
traduire l'office complet en latin, sur l'original gothique, lequel,
par parathèse, doit être un précieux monument à consulter pour le
langage vulgaire castillan au VIIIe siècle, s'il est conservé dans les
archives du chapitre de Tolède, ainsi que nous le pensons, car on ne
touche à rien dans ce pays.

Le livre d'où nous extrayons ces détails, et ceux qui suivent, unique
peut-être en France, est, en Espagne même, de la plus grande rareté.
Il faudrait le transcrire tout entier pour donner une idée exacte des
nombreuses différences qu'il signale entre le rite mozarabe et notre
rite latin; nous nous bornerons à rapporter les plus marquantes, en
commençant par dire que c'est saint Isidore, archevêque de Séville,
mort en 736, qui passe pour l'auteur de ce rite gothique. Dans ce
rite, il y a six dimanches de l'Avent au lieu de quatre. Il y a aussi
un dimanche de l'Avent pour la Nativité de saint Jean-Baptiste. Au
dimanche qui précède le carême, et qui s'appelle le dimanche _des
chairs supprimées_, _de carnes tollendas_, on lit l'évangile du Mauvais
riche et de Lazare. Les messes dominicales du carême commencent par
deux prophéties ou plus, après la confession générale. De même pour les
messes de vigiles. Il y a des messes de requiem particulières pour les
évêques, pour les simples prêtres, diacres et sous-diacres, et pour les
petits enfans morts dans le baptême; les messes des martyrs espagnols,
tels que saint Laurent, saint Vincent, sainte Eulalie, saint Just et
saint Rufin, sont notablement plus longues et plus solennelles que les
autres. On ne chante qu'une seule Passion, celle du vendredi saint, et
l'évangile de la Résurrection se dit durant toute la semaine pascale.
A Noël, on ne dit qu'une seule messe au lieu de trois. L'office se
célèbre tous les jours dans la chapelle mozarabe de _Corpus Christi_.
Tous les offices commencent par les Vêpres, qui sont très courtes,
aussi bien que les Matines. Les Complies commencent par le psaume:
_Signatum est super nos lumen vultus tui, Domine_, etc. Excepté le
jour de Sainte-Madeleine et une fête de la Vierge, on ne dit jamais ni
cantiques ni magnificat; le Pater Noster est, à chaque demande à Dieu,
coupé par une demande additionnelle en paraphrase, ce qui semble une
invention bien malheureuse. Nos Latins ont été plus sages en n'ajoutant
rien à ce qui dit tout.



LA SAGE FOLIE,

  Fontaine d'allégresse, Mère des Plaisirs, Reyne des Belles
    humeurs; pour la défense des personnes joviales; à la confusion
    des Archi-Sages et Protomaistres; œuvre morale, très curieuse
    et utile à toutes sortes de personnes, traduitte en françois,
    de l'italien, d'Anthoine-Marie Spelte, historiographe du
    roy d'Espagne, par L. Garon. (2 parties en 1 vol. in-12: la
    2e partie a pour titre: _la Délectable Folie, support des
    capricieux, soulas des fantasques, nourriture des bigeares pour
    l'utilité des cerveaux foibles et retenue des boutadeux_.) A
    Rouen, chez Jacques Cailloué, dans la cour du Palais. M.DC.XXXV.

(1606-35.)


On voit dans M. Brunet que la _Saggia Pazzia_ fut imprimée pour la
première fois à Pavie, in-4, en 1606, et qu'il y a, de cet ouvrage,
une seconde traduction française d'un sieur J. Marcel, imprimée à
Lyon, in-8, en 1650. Les premières traductions de ces sortes d'écrits
facétieux sont préférables, en ce qu'elles reproduisent plus naïvement
leur allure singulière. Garon dédie la sienne à M. du May, secrétaire
de monseigneur d'Halincourt, comme à un grand esprit, capable de
patroner le livre immortel de Spelte auprès de la nation française,
qui n'est, dit-il, que trop prompte à remarquer les moindres défauts,
_et ne se met d'ordinaire en campagne, pour approuver, qu'assisté de
quelque bon ange tutélaire_. Il ne demande, au surplus, _qu'un petit
filet de patience_ au lecteur, pour pénétrer dans le sens intérieur de
la Sage Folie, et voir qu'en effet cette folie est très sage et très
utile. François Spelte, en sa qualité de créateur, prend un ton plus
fier dans sa préface; il n'implore pas la patience, il l'impose et
justifie ses éloges de la Folie sous le prétexte que l'esprit le plus
grave veut du relâche. Domitien ne passait-il pas du temps à embrocher
des mouches? Hartabus, roi des Hircaniens, à prendre des taupes? Bias,
roi des Lydiens, à enfiler des grenouilles, comme Homère à les chanter?
Æsopus, roi des Macédoniens, à faire des lanternes...? _Silence donc,
ignorans censeurs! testes de concombre! et lisez...!_ Lisons donc de
peur d'être appelés têtes de concombre!

La première partie renferme trente et un chapitres, tous consacrés à
l'honneur de la Folie, amie de la nature, de grand secours aux petits
enfans, aux femmes, pour les inciter à devenir grosses plus d'une fois;
aux adolescens, pour leur donner de la grace; aux hommes faits, pour
soutenir leur ardeur; aux vieillards, pour soulager leurs maux; cause
d'amitié, instrument de gloire, ame de la guerre, etc., etc. Nombre de
citations de poètes anciens, de traits d'histoire cousus à cet éternel
panégyrique de la Folie, composent les trois quarts de l'ouvrage. Le
reste est une paraphrase de cette idée juste, que l'homme a besoin,
pour agir avec une sorte de goût et d'énergie dans les affaires de ce
monde, de voir les choses autrement qu'elles ne sont en réalité.

La deuxième partie ne renferme que vingt-quatre chapitres, où
l'auteur, particularisant son sujet, qu'il n'a, jusque là, traité
que généralement, s'étend sur les délices que la Folie procure aux
poètes, aux pédagogues, aux grammairiens, aux auteurs de tout genre,
aux astrologues, aux nécromanciens et magiciens, aux joueurs, aux
plaideurs, aux alchimistes, aux chasseurs, aux amateurs de bâtimens,
aux fantasques, aux ambitieux, aux amans, etc., etc.: le tout finit par
une critique amère de la folie brutale des mascarades. Spelte n'est pas
assez gai dans ses satires; car c'est la satire qui est sa Minerve,
ainsi que celle de tous les panégyristes de la Folie, depuis Érasme
et Rabelais jusqu'à Tabarin. Il a, toutefois, un chapitre plaisant
sur la manie pédantesque des érudits de son temps, de latiniser le
langage vulgaire, chapitre qui trouverait son application de nos
jours. On y voit qu'un pédant de Bologne, annonçant que des bannis
menaçaient la ville de pillage, et le gouverneur de la mort, s'exprima
ainsi: «_Vereoque per la copia de ces exuls, l'antistite ne soit nèce
un jour;_» qu'un autre, adressant une lettre à Padoue, sur la place
du Vin, à l'Épicerie de la Lune, écrivit: «_En la cité Anténorée au
dessus du fore de Bacchus, à l'Aromaterie de la déesse triforme;_»
qu'un troisième, injuriant une fille, lui dit: «_Cette lupe romulée
a toujours l'œil aux locules et ne se voit jamais qu'avec un ris de
Cythérée, parce qu'elle n'est pas sature de son ingluvie._» Les bonnes
fortunes, en fait de plaisanterie, sont rares chez l'auteur, beaucoup
trop sage pour un écrivain facétieux. La faute, il est vrai, pourrait
bien retomber en partie sur le traducteur, puisqu'il n'y a rien de plus
intraduisible que le rire.



LE TOMBEAU ET TESTAMENT

DU FEU COMTE DE PERMISSION,

  Dédié à l'Ombre du prince de Mandon par ceux de la vieille
    Académie. A Paris, par Toussainct Boutillier, demeurant à la
    rue Sainct-Nicolas-du-Chardonneret. (1 vol. in-12 de 24 pages.)

(1606.)


Bernard de Bluet d'Arbères, comte de Permission, ou Sans Permission,
se disant chevalier des ligues des treize cantons suisses, vivait
sous Henri IV, à qui il dédiait toutes les rêveries qu'il s'avisait
d'imprimer, puis de colporter pour de l'argent. Les curieux recherchent
infiniment le recueil complet des 103 opuscules qu'il a composés, et
qu'on ne trouve plus guère, non plus que son Testament et son Tombeau.
Ses contemporains, croyant que les folies qu'il débitait renfermaient
des prophéties cachées, ne dédaignaient pas de les acheter; aujourd'hui
c'est la manie du rare qui leur donne seule de la valeur. Les pièces
préliminaires du présent volume de poésies nous apprennent que le
comte de Permission naquit en Savoie, qu'il garda les moutons dans son
enfance, fut ensuite charron, puis prophète mélancolique, en Piémont,
à la cour du duc son maître, d'où ayant été chassé, il vint en France,
s'y fit quelque réputation par son originalité, qui n'était pas
dépourvue de noblesse, et mourut pauvre en 1606 de la manière honorable
qu'on va voir. Maistre Guillaume, Du Bois, Des Viettes, Chasteaudun, et
Pierre Du Puy lui élevèrent ce tombeau, où il est dit que:

    Le comte voyant qu'à Paris
    La peste marquait les logis,
    O zèle du tout incroyable!
    O charité trop lamentable!
    Lui seul, bien qu'il fust estranger,
    Voulut se commettre au danger
    D'un long jeûne, et par sa prière,
    Chasser la fureur en arrière
    De Dieu justement irrité,
    Contre cette grande cité.
    Neuf jours son jeûne continue
    La foiblesse qui diminue.
    Encore lui fit-elle voir
    Le sixième jour. Vers le soir,
    Il grimpa dans le cimetière
    Saint-Estienne, et là ne fut guère
    Que la mort lui silla les yeux,
    Son ame s'envolant aux cieux, etc., etc.

On lit, à la page 23, l'épitaphe ci-après dudit comte, écrite en
français orthographié, selon la prononciation allemande, pour l'honneur
de la gravelure.

    _Pitaf au' Dam' par le comt' Permissions:_

    Se fous voulez safoir qui fou tant ce tompeau,
    Ne fou point un barbé, un' quénon, un moineau,
    Se fou moins Démosthen', un Homere' un Pentare;
    Mon dam, il fou pour vous un, grand' chos' pien plis rare
    Qui n'est pancer jamès qu'à fair' passer ton tans;
    C'est grant cont' Permissions' que fivre plis prétans,
    Car d'un keur plein pitié ly montant au cim'tière,
    Pour mieux racher sa vi' l'a pris la mort derrière.

    K.

A l'égard du testament, il n'y a rien à en dire, tant il est pauvre
d'esprit et même de singularité, si ce n'est qu'un bibliomane est tout
fier de le rencontrer pour 50 francs.



ÉTAT DE L'EMPIRE

ET GRANDE DUCHÉ DE MOSCOVIE;

  Avec ce qui s'y est passé de plus mémorable et tragique pendant
    les regnes de quatre empereurs; à sçavoir, depuis l'an 1590,
    jusques en l'an 1606, en septembre; par le capitaine Margeret.
    A Paris, chez Jacques Langlois. M.DC.LXIX (1669). 1 vol. in-12:
    la 1re édition est de 1607.

(1607-1669.)


«Sire (le capitaine Margeret s'adresse à Henri IV), si les sujets
de V. M., qui voyagent en pays éloignés, faisaient leurs relations
au vrai de ce qu'ils ont vu et marqué de plus notable; leur profit
particulier tournerait à l'utilité publique..., et leverait l'erreur
à plusieurs que la chrétienté n'a de bornes que la Hongrie; car je
puis dire avec vérité, que la Russie, de laquelle j'entreprends ici
la description, par le commandement de V. M., est l'un des meilleurs
boulevarts de cette chrétienté, et que cet empire et ce pays-là est
plus grand, puissant, populeux et abondant que l'on ne cuide, et mieux
muni et défendu contre les Scythes et autres peuples mahométans que
plusieurs ne jugent. La puissance absolue du prince le rend craint
de ses sujets, et le bon ordre et police du dedans le garantit des
courses ordinaires des barbares... Après donc, Sire, que vos trophées
et votre bonheur eurent acquis à V. M. le repos duquel la France jouit
à présent, et voyant, de là en avant, mon service inutile à V. M. et à
ma patrie, que je lui avais rendu pendant les troubles, sous la charge
du sieur de Vaugrenan, à Saint-Jean de Losne, en Bourgogne, j'allai
servir le prince de Transylvanie, et, en Hongrie, l'empereur, puis
le roi de Pologne, en la charge d'une compagnie de gens de pied, et
finalement la fortune m'ayant porté au service de Boris, empereur de
Russie, il m'honora d'une compagnie de cavalerie; et, après son décès,
Démétrius, reçu audit empire, me continua en son service, me donnant
la première compagnie de ses gardes; et, pendant ce temps, j'eus moyen
d'apprendre, outre la langue, une infinité de choses concernant son
état, les lois, mœurs et religion du pays, ce que j'ai représenté, par
ce petit discours, avec si peu d'affectation et tant de naïveté, que
non seulement V. M., qui a l'esprit admirablement judicieux, mais aussi
chacun y reconnaîtra la vérité, laquelle les anciens ont dit être l'ame
et la vie de l'histoire... Je supplie Dieu de maintenir V. M., Sire,
etc., etc., etc.»

Le capitaine Margeret traite ensuite sa matière à peu près comme nous
allons l'exposer par abrégé, en divisant, avec sa permission, son sujet
en deux parties, par respect pour la méthode.


PARTIE DESCRIPTIVE.

Russie est un pays de grande étendue, plein de grandes forêts aux
endroits les mieux habitués, du côté de la Lithuanie et Livonie, et
de grands marécages, qui sont comme ses remparts... Ce pays borde à
la Lithuanie, à la Podolie, au Turc, au Tartare, à la rivière d'Obo
(le fleuve Oby), à la mer Caspienne, puis à la Livonie, à la Suède,
Norwége, Terre-Neuve et mer Glaciale... Depuis Smolensqui, ville murée
de pierres au temps de Théodore Juanevitz, par Boris Fœderovitz,
lors protecteur de l'empire (vers 1584), jusqu'à Casan, il y a bien
1,300 verstes, la verste faisant le quart de notre lieue. Casan était
autrefois un royaume absolu de Tartarie, qui aurait été conquis par
les grands ducs Basilius Johannès et son fils Johannès Basilius. Le
prince en fut pris prisonnier par Johannès Basilius, et vit encore en
Moscou: il s'appelle Tsar Siméon... De Casan à Astrican, vers la mer
Caspienne, il y a quelques 2,000 verstes... Astrican fournit toute la
Russie de sel et poissons salés, et l'on tient le pays entre Astrican
et Casan très fertile, encore que presque point peuplé. Ce pays a été
conquis par Johannès Basilius, qui subjugua aussi une autre grande
province tartare, laquelle, nommée Sibérie, joint la rivière d'Obo, est
remplie de bois et marais, et est le lieu où l'on envoie en exil les
disgraciés. La Russie est fort froide au septentrion et à l'occident,
y ayant six mois de neige; mais le long du Volga, aux campagnes de
Tartarie, vers Casan et Astrican, elle est fort tempérée et fertile
en grains, fruits, voire même vignes sauvages. Il y a toute sorte
de venaison, hormis de sangliers; les lapins y sont fort rares; les
troupeaux, surtout les moutons y abondent...; l'habitant est paresseux
et adonné à l'ivrognerie; le principal breuvage est le médon, l'eau de
vie mêlée de miel, duquel il y a quantité, comme de cidre, et aussi
la cervoise. Tous indistinctement, hommes, femmes, filles, enfans,
ecclésiastiques, gentilshommes, boivent jusqu'à fin de boisson...
Ce pays reçut le christianisme y a environ 700 ans (vers 900),
premièrement par un évêque de Constantinople. Ils tiennent la religion
grecque, et baptisent les enfans, les plongeant trois fois dans l'eau:
ils ont plusieurs images, mais nulle taillée que la croix; ils ont
beaucoup de saints tant des grecs que des leurs, mais point de saintes,
hormis la vierge Marie. Leur plus grand patron est saint Nicolas; ils
ont un patriarche qui a été créé au temps de Johannès Basilius (au XVIe
siècle), par celui de Constantinople. Les prêtres sont mariés, mais
eux veufs ils ne se remarient point et ne peuvent plus administrer les
sacremens ni confesser. Leurs archevêques et évêques, non plus que les
moines, n'étant pas mariés, n'administrent point les sacremens...; ils
ont quatre carêmes, outre les vendredis et samedis, durant lesquels ils
ne mangent point de chair, c'est à dire durant la moitié de l'année...;
ils ont les saintes Ecritures en leur langue, qui est l'esclavonne;
leur ignorance, du reste, est grande et mère de leur dévotion; ils
abhorrent la langue latine, et n'y a aucune école ni université
entre eux. Il n'y a que dix à douze ans que l'imprimerie est connue
en Russie.... On y enterre les morts sans attendre les vingt-quatre
heures, du matin au soir; ils font des interrogatoires aux morts et
bien des folies et festins aux enterremens...; tous les passages
du pays sont tellement fermés, qu'il est impossible d'en sortir
sans licence de l'empereur; car c'est la nation la plus défiante et
soupçonneuse du monde...; la plupart de leurs châteaux et forteresses
sont de bois. La ville de Moscou a trois enceintes de bois, dont la
première est aussi étendue, j'estime, que Paris, et y a le château qui
est grand et fut bâti au temps de Basilius Johannès par un Italien...
Tout dépend de l'empereur, qui n'a conseil que de forme, et ce prince
est le plus absolu qui soit sur la terre; ses frères même étant appelés
_clops hospodaro_ (esclaves de l'empereur)...; la justice y est sévère,
et tout juge qui a reçu des présens est fouetté et exilé...; les femmes
sont toutes fardées, jeunes et vieilles; elles sont tenues de fort
près, et ont leur logis séparé de celui de leurs maris: on ne les voit
jamais, car c'est une grande faveur qu'ils se font, les uns aux autres,
que de se montrer leurs femmes...; ils ont beaucoup de vieillards de
quatre-vingts, cent et cent vingt ans, connaissant peu les maladies
et point la médecine, si ce n'est l'empereur. Quand ils sont malades,
ils mettent une charge de poudre d'arquebuse dans un verre d'eau
de vie, avalent cela bien remué, puis vont à l'étuve où ils suent
deux heures... Les revenus de l'empire sont grands et le trésor bien
fourni d'or, d'argent, de joyaux et d'étoffes, vu qu'il ne sort point
d'argent du pays et qu'il y en entre toujours, contre marchandises. Ils
n'ont d'autre monnoie que des denins ou kopeck qui valent 16 deniers
tournois, lesquels ils réduisent en roubles qui valent chacun cent
denins ou 6 livres 12 sous tournois.... La garde de l'empereur est
composée de 10,000 strélitz ou arquebousiers qui résident à Moscou. Les
empereurs ne sortent guère souvent qu'ils n'aient 18 ou 20,000 chevaux
avec eux. Leur armée est commandée par des vaivodes, et se divise en
cinq corps principaux, distribués sur les frontières de Tartarie pour
empêcher les courses des Tartares. Il n'y a autre office en l'armée que
les susdits généraux, sinon que toute la gendarmerie, tant cavalerie
qu'infanterie, est réduite sous capitaines, sans lieutenans, enseignes,
trompettes ni tambours. Ils font sentinelle perpétuelle, avec vedettes
avancées, contre les Tartares qui sont si lestes, dans leurs courses,
que de tromper la surveillance. La plus grande force des Russes est en
cavalerie dont ils ont innombrablement, parce que chaque ville, bourg
et bourgade fournissent des hommes montés. Leurs chevaux, la plupart de
Tartarie, sont bons, petits, durent jusqu'à 25 ou 30 ans, et passent
pour jeunes à 10 ou 12 ans. Hors les 10,000 strélitz et les corps des
frontières, presque toutes les troupes sont convoquées au besoin de
guerre, et rentrent, à la paix, dans leurs foyers... L'empereur a peu
de communication avec les autres souverains, dont il se méfie.


PARTIE HISTORIQUE.

On tient que l'extraction des grands ducs a été par trois frères sortis
du Danemarck, lesquels envahirent la Russie, Lithuanie et Podolie, vers
l'an 800, et Ruric, frère aîné, se fit appeler grand duc de Wolodimir,
duquel sont descendus tous les grands ducs en ligne masculine jusqu'à
Johannès Basilius, lequel a premier reçu le titre d'empereur par
Maximilien, empereur des Romains, après les conquêtes de Casan,
Astrican et Sibérie, au XVIe siècle. Ce Johannès Basilius, surnommé
le Tyran, a eu sept femmes, ce qui est contre leur religion, laquelle
ne permet d'en prendre plus de trois, desquelles sept femmes il eut
trois fils. On dit qu'il tua l'aîné de sa propre main avec le bâton à
tête d'acier recourbé qui servait de sceptre en ce temps. Le second
fils, Théodore Juanovitz, succéda au père. Le troisième fut Démétrius
Johannès, lequel était venu de la septième femme. Donc Basilius le
tyran maria son second fils Théodore à la fille d'un gentilhomme de
bonne maison, nommé Boris Fœderovitz, qui s'attira les bonnes grâces
de son empereur jusqu'à la mort dudit empereur Johannès Basilius
arrivée en 1584. Théodore, le nouvel empereur, était un homme fort
simple, dont tout le plaisir était de sonner les cloches en l'église,
d'où le peuple, qui avait fait mine de le déposer, se contenta de
choisir le beau père Boris pour protecteur, lequel était subtil et
d'autant très entendu aux affaires, et très aimé des Russes. Théodore,
sans enfans, ayant perdu sa fille unique à l'âge de trois ans, Boris
affecta l'empire, exila l'impératrice douairière, et son fils Démétrius
Johannès, lequel, plus tard, il ordonna de tuer, âgé de sept ou huit
ans qu'il était; chose qui fut faite, ou non, selon ce que nous allons
voir. Cette exécution cruelle, encore que secrète, occasiona de la
rumeur à Moscou, ville où les habitans sont religieux. Que fit Boris
pour ressaisir la confiance populaire? Il fit secrètement incendier un
quartier de cette ville de bois, et publiquement, s'entremit si bien
à éteindre l'incendie et à dédommager les marchands qu'il augmenta
son crédit; et lorsqu'en 1598 Théodore, son gendre et son maître, fut
mort, il usa d'un nouveau subterfuge très habile pour se faire donner
l'empire, faisant circuler, sur l'avis qu'il avait reçu de la prochaine
venue d'une grande ambassade tartare, que les Tartares allaient
attaquer Moscou; dont il assembla une grande armée, dit-on, de 500,000
hommes, alla au devant des Tartares après s'être fait élire empereur,
dissipa l'ambassade avec des présens, et revint triompher à Moscou, en
toute paix, ayant ainsi, d'un coup, assuré le dehors et le dedans... Il
employa lors tous bons moyens de se maintenir, rendant à chacun bonne
justice, se laissant facilement aborder, entretenant des alliances
foraines, et mêlant le sang de sa famille avec les plus grandes
maisons de Moscou, hormis avec deux ou trois rivales, l'aîné de l'une
desquelles, appelé Vasilei Juanovitz Choutsqui, règne à présent en
Moscovie...; en 1601, commença en Russie cette horrible famine qui dura
trois ans, où la mesure de bled, qui se vendait d'ordinaire 15 sous,
se vendait pour lors 3 roubles, ou 20 livres. Il se commit d'énormes
cruautés durant ce fléau. Les familles se dévoraient les unes les
autres, et souvent le mari était tué et mangé par sa femme. Il périt à
Moscou plus de 120,000 personnes. Une grande cause de ces morts fut les
aumônes mêmes de Boris, lesquelles attiraient à Moscou la population
des campagnes, et diminuaient d'autant les ressources de vivres... Vers
ce temps, un bruit étant venu à Boris que le petit Démétrius Johannès,
qu'il avait ordonné de tuer, vivait encore, il entra en perpétuels
soupçons et tourmens, exilant ceux-ci et ceux-là sur simples délations
des maîtres par les serviteurs. Enfin, en 1604, ses soupçons se
réalisèrent, et Démétrius Johannès entra en Russie par la Podolie, avec
4,000 hommes, soutenu des Polonais. Les succès de ce compétiteur furent
d'abord grands; mais Boris parvint à le battre, et ses affaires étaient
en bon train, lorsqu'il mourut d'apoplexie un samedi, 23 avril 1605. Le
peuple et l'armée reconnurent d'abord son fils Fœdor Borisvitz; mais
plusieurs des grands, entre lesquels Galitchin et Knes Choutsqui ayant
passé à Démétrius le 17 mai, une conspiration s'ourdit à Moscou, par
l'entremise des Choutsqui; le fils de Boris fut arrêté prisonnier, et
Démétrius, qui était à Thoula, reçut l'avis d'arriver dans la capitale,
où il serait salué empereur. Il entra dans Moscou le 30 juin de l'année
1605, après avoir fait étouffer Fœdor Borisvitz et sa mère, et fut
couronné, le 31 juillet suivant, à Notre-Dame.

Le premier soin de Démétrius fut de resserrer son alliance avec les
Polonais, et de se donner une garde étrangère, notamment une compagnie
de cent archers et deux cents arquebousiers dont il me confia le
commandement. Il se rapprocha de Vasilei Choutsqui, dont il avait
d'abord eu à se plaindre, sitôt après son couronnement, au point de le
condamner à perdre la tête, se montra prince clément, et fit régner
la douceur et la liberté, choses nouvelles pour ce pays. Cependant
on ne tarda pas à faire des menées contre lui, à l'instigation de
Choutsqui. 4,000 Cosaques, gens de pied, s'assemblèrent entre Casan
et Astrican. Ils avaient à leur tête un prétendu fils de Théodore
Juanovitz, qu'ils nommaient Zar Pieter, et avait 16 à 17 ans. Cette
révolte ne dura guère. Sur ces entrefaites arriva, en grande pompe, à
Moscou, l'impératrice que Démétrius avait épousée, laquelle était une
princesse polonaise. Elle fut couronnée le 17 mai 1606; mais le samedi,
27 du même mois, comme chacun ne songeait qu'aux fêtes, Démétrius fut
inhumainement assassiné avec 1,700 Polonais, sur l'ordre de Vasilei
Juanovitz Choutsqui, le chef des conspirateurs, lequel fut élevé à
l'empire. Tout le pays fut alors en trouble et agitation, ne sachant
le peuple auquel obéir. Vasilei Choutsqui imagina, pour s'affermir,
de faire passer pour faux Démétrius l'empereur qu'il avait assassiné,
et fit déterrer le prétendu vrai Démétrius enfant, lui faisant de
magnifiques funérailles... Je ne vis point tuer l'empereur Démétrius
à cause que j'étais pour lors malade; mais ce fut une grande perte
pour la chrétienté et pour la France qu'il aimait, n'ayant rien que
de civilisé. On a dit qu'il avait été élevé par les jésuites; cela
est faux; il n'introduisit que trois jésuites en Russie, où avant
lui nul jésuite n'avait paru... Je sortis de Russie le 14 septembre
1606, et depuis, j'ai su que Choutsqui avait été assailli de craintes
et de révoltes nouvelles. Quant à ce qui est de l'empereur Démétrius
Johannès, que Choutsqui voulut faire passer pour faux, je tiens qu'il
était vrai fils de l'empereur Johannès Basilius dit le tyran, et non
point usurpateur, ayant d'ailleurs les belles qualités d'un légitime
roi.

Les historiens modernes n'ont généralement pas adopté ce sentiment
du capitaine Margeret touchant Démétrius: en tout, ils se sont, sur
beaucoup de points, éloignés de son récit. Nous ne persistons pas moins
à regarder sa relation comme un renseignement précieux, fondé qu'il
est sur les traditions du pays, dans la persuasion où nous sommes que
la tradition orale est le flambeau de l'histoire, même pour les pays
où les documens écrits abondent plus qu'en Russie. Dans tous les cas,
cette relation servirait, s'il en était encore besoin, à témoigner,
par le tableau qu'elle présente de l'empire moscovite, en 1600, à
témoigner, disons-nous, d'une vérité que M. de Voltaire a proclamée,
que J.-J. Rousseau a méconnue, savoir, que le czar Pierre, monté sur le
trône en 1689, c'est à dire 83 ans seulement après la catastrophe de
Démétrius, est un des personnages les plus merveilleux de l'histoire du
monde.



SCALIGERANA, THUANA, PERRONIANA,

PITHŒANA ET COLOMESIANA;


Avec des notes de plusieurs savans (Recueil publié par des Maiseaux).
Amsterdam, chez Covens et Mortier. (2 vol. in-12.) M.D.CC.XL.

(1607-68-69-95--1740.)

Voici la fleur des _ana_. C'est le savant des Maiseaux, l'auteur des
vies de Bayle et de Saint-Evremond, qui l'offre à M. Mead, médecin
du roi d'Angleterre, éditeur de la magnifique édition anglaise de
l'histoire de M. de Thou. Ce recueil contient les conversations de
M. de Thou l'historien, du cardinal du Perron, de François Pithou,
frère de Pierre Pithou, à qui nous devons la connaissance des fables
de Phèdre, et la belle harangue du lieutenant civil d'Aubray dans la
satire ménippée, enfin celles du docte et honnête Colomiés, l'auteur
de la bibliothèque choisie, et de Joseph Scaliger, fils du grand
Jules-César de la Scala, soi-disant issu des princes de Vérone. Nous
ferons connaître, dans leur ordre, quelques unes des particularités de
ces divers _ana_ qui nous ont le plus frappé.


THUANA.

MM. du Puy avaient recueilli les Dits de M. de Thou. Un conseiller au
parlement de Paris, M. Sarrau, les transcrivit en 1642. Ce manuscrit,
tombé entre les mains d'Adrien Daillé, fils du célèbre ministre
calviniste de ce nom, fut copié pour Isaac Vossius, qui le fit
imprimer très fautivement, en 1669. Plus tard, M. Buckley en donna une
réimpression correcte, enrichie de notes de Daillé, de Le Duchat et de
des Maiseaux, laquelle est ici reproduite avec une fidélité qui nous
permet d'en citer divers passages avec toute confiance. Il est bon
d'avertir que, dans ces extraits, comme dans le livre, c'est l'auteur
lui-même qui parle. Ainsi, pour commencer, nous allons entendre M. de
Thou abrégé.

Le marquis de Pisani, homme de haut lieu, ami des savans sans
aucunement l'être, fut un des plus grands ministres qu'ait eus la
France. Sa vie serait belle à écrire, car elle fut une perpétuelle
ambassade, occupée en de grandes affaires dont il sortait fort
généreusement. Il soutenait à merveille l'honneur de son maître, et
s'en faisait rendre par tous les souverains, à force de garder sa
dignité. En 1568, il se fit restituer d'autorité un sujet français que
le pape avait emprisonné, et obligea, une autre fois, le roi d'Espagne
à lui envoyer les députés d'une certaine ville lui faire excuse d'une
injure. C'est lui qui, sommé par Sixte-Quint de quitter ses Etats sous
huit jours, répondit qu'il n'aurait pas de peine à en sortir sous 24
heures.

Nos rois ont été détournés d'envoyer des ecclésiastiques à Rome, depuis
que MM. de Rambouillet et de la Bourdaisière s'étaient fait faire
cardinaux malgré leurs instructions (voilà qui est bien, dirons-nous à
M. de Thou; mais si nos rois envoient à Rome des laïcs qui ne soient
pas ducs, les papes les feront princes, et d'ailleurs les papes ne sont
pas les seuls souverains qui aient des titres de princes et de ducs à
vendre, ainsi que des cordons et autres insignes. Le meilleur remède
serait d'interdire aux sujets français d'accepter quoi que ce fût des
princes étrangers).

M. de Foix, en Italie, avait un médecin allemand qui opérait des
guérisons merveilleuses avec l'antimoine.

Muret me disait à Rome, durant le règne de Pie V: «Nous ne sçavons que
deviennent les gens ici. Je suis esbahi quand je me lève, que l'on
vient me dire, _un tel ne se trouve plus_, et si, l'on n'en oseroit
parler. L'inquisition les exécutoit promptement.»

Toute la politique du pape Sixte-Quint tournait sur ce point, qu'il
voulait chasser les Espagnols de Naples et réunir ce royaume à l'État
romain. C'était, du reste, un méchant moine et le plus grand extorqueur
d'argent qui fût oncques.

De Xaintes, qui avait été au concile de Trente, disait qu'il y avait
plus _du nobis_ que du _spiritui sancto_.

J'ai connu le bon-homme de Roques qui se nommait _Secondat_. Il
demeurait à Agen, et si, il était de Bourges. Il avait épousé la
sœur de la femme de Jules Scaliger. Il eut beaucoup d'enfans. L'un
fut tué au siége d'Ostende (en 1604), un autre vit à la cour fort
mélancolique. (M. de Thou nous donne ainsi la source généalogique de M.
de Montesquieu. Ce grand esprit sortait donc d'une famille de Bourges.
Cette antique cité peut désormais changer ses armes, ou, du moins, les
écarteler hardiment d'un aigle d'or éployé.)


PERRONIANA.

L'histoire du Perroniana est la même que celle du Thuana. Les articles
y sont rangés par ordre alphabétique. Nous y avons remarqué ce qui suit:

La plus envieuse et la plus brutale nation, à mon gré, c'est
l'Allemande, ennemie de tous les étrangers. Ce sont des esprits de
bière et de poisle, envieux tout ce qui se peut. C'est pour cela que
les affaires se font si mal en Hongrie... Les Anglais encore sont plus
polis de beaucoup... La noblesse est fort civilisée; il y a de beaux
esprits... Les Polonais sont de fort honnêtes gens; ils aiment les
Français. Les Allemands leur veulent un grand mal.

Les Amadis ne sont point de mauvais style, ceux qui sont traduits par
des Essars (les huit premiers livres); un jour, le feu roi (Henri III)
voulait que je les lui lusse pour l'endormir, et après lui avoir lu
deux heures, je lui dis: «Sire, si l'on savait à Rome que je vous lusse
les Amadis, on dirait que nous sommes empêchés à grand'chose.»

L'Anticoton (de l'avocat au parlement de Paris, César du Pleix) est un
livre bien fait, et il ne s'est fait de livre contre les jésuites qui
les ruine tant. Ils sont trop ambitieux, et entreprennent sur tout.

Il n'est point vrai que le pape Zacharie au temps de Pépin, ni saint
Augustin, aient nié les antipodes, dans le sens que la terre était
plate comme une assiette, d'autant qu'ils la tenaient pour ronde,
aussi bien que Cicéron, Méla et Macrobe; mais ne sachant pas alors que
la zone torride fût pénétrable, ils niaient qu'elle fût habitée par
des hommes, ce qui eût été, dans ce cas, contraire à la foi, comme le
serait l'opinion que la lune est habitée par des hommes. S'ils eussent
su que la zone torride fût pénétrable, et aujourd'hui que l'Eglise sait
qu'elle l'est, il n'y a plus de difficultés canoniques sur le point des
antipodes.

Nous ne saurions convaincre un arien par l'Écriture; il n'y a nul moyen
que par l'autorité de l'Église.

Otez à ceux de la religion saint Augustin, ils n'ont plus rien, et
sont défaits. Aussi me suis-je appliqué à éclaircir cinquante passages
admirables de cet auteur.

La science des cas de conscience est périlleuse et damnable; elle ne
sert qu'à mettre les ames en anxiété; il faut, sur ces matières, s'en
remettre à la prudence et discrétion des confesseurs.

On ne révélait pas jadis les mystères de l'Eucharistie aux
catéchumènes; au contraire, il était expressément défendu de le faire.

(Le mot si connu, je vous envoie une longue lettre, n'ayant pas eu le
temps de la faire courte, est d'Antoine de Quevara, l'auteur espagnol
du Réveil-matin des courtisans, dans une lettre qu'il écrit au
connétable de Castille, le 13 janvier 1522. L'histoire des bons mots en
circulation serait une chose piquante.)

(Où le cardinal du Perron a-t-il vu que Commode fût conçu de
Marc-Aurèle par Faustine, la même nuit qu'il lui avait fait boire du
sang d'un gladiateur dont elle était amoureuse, pour lui en amortir la
passion?)

Il peut venir beaucoup plus de scandale à l'Église s'il fallait tenir
que le pape est sous le concile, que s'il fallait tenir l'opinion
contraire; parce qu'il est malaisé d'assembler un concile, et avant
qu'il fût assemblé, le mal pourrait gagner. Ils tiennent à Rome que
le concile est par dessus le pape en trois cas seulement; quand le
pape est schismatique, simoniaque, ou hérétique; qui est autant à dire
que le concile n'est jamais par dessus lui; parce que si le pape est
schismatique, il est douteux; s'il est simoniaque, il est hérétique, et
s'il est hérétique, il n'est rien. (Ici nous demanderons à du Perron
la permission de conclure contrairement, que s'ils disent cela à Rome,
ils donnent gain de cause absolument à l'opinion que le concile est au
dessus du pape; mais ils ne disent point cela à Rome; ils disent que
le pape est infaillible _ex cathedra_, et ils voient le vrai pape dans
celui des compétiteurs du Saint-Siége qui a le dernier. Quant à la
réflexion première du cardinal, elle est fort sensée.)

(Lisez, dans le Perroniana, l'article CONFORMITÉ, pour apprendre ce
que c'est qu'un théologien subtil, et combien cette espèce d'hommes-là
est ingénieuse à troubler la raison, en fendant les cheveux en
quatre. Vous saurez comment, entre la conformité actuelle d'opinion
et la non-conformité il y a quatre degrés, savoir: la répugnance, la
compatibilité, la congruité et la conformité potentielle; et comment
les actes de saint Luc sont, avec son évangile, dans un rapport de
conformité potentielle, mais non pas de conformité actuelle; après quoi
vous ne serez pas plus instruit à respecter l'évangile et à pratiquer
ses maximes.)

Les épîtres des papes et les décrétales sont toutes fausses jusqu'à
Siricius (saint Sirice, pape en 384). Ces anciennes épîtres des papes
ont été forgées en Espagne au temps de Charlemagne.

Les langues commencent par la naïveté et se perdent par l'affectation.
(Voilà une sentence excellente!)

(C'est un habile homme que le cardinal du Perron, mais c'est un plus
grand vantard. Il ose dire de lui, que la nature l'a doué de toutes les
sortes d'esprit, qu'il aurait pu, à volonté, exceller dans l'histoire,
dans la poésie, dans les sciences, aussi bien que dans les langues et
la théologie. Ce n'est pas tout: il a des prétentions à l'agilité, à la
force, à la grace du corps, et tire orgueil d'avoir sauté jusqu'à 22
semelles après avoir bu 20 verres de vin. Il a une singulière manière
d'argumenter en faveur de la persécution des hérétiques, en opposition
à ceux qui objectent que la primitive Église s'éleva contre les édits
sanguinaires des empereurs en matière de religion: c'est, dit-il,
qu'alors l'Église avait intérêt à la tolérance, au lieu qu'une fois sur
le trône avec Constantin, elle eut intérêt à l'intolérance; et qu'il
est fort sage de gouverner selon les temps et les lieux. Voilà ce qui
s'appelle sauter 22 semelles en logique après s'être enivré de son vin.)

Dans le vieux Testament, il n'est parlé ni du paradis ni de l'enfer
selon le sens où nous l'entendons; et, dans le nouveau, hormis dans
deux passages indirects, on n'y voit rien du purgatoire. C'est donc par
l'autorité de l'Eglise qu'il faut appuyer l'existence du purgatoire.

La version latine, dite la Vulgate, du vieux Testament est de saint
Jérôme; mais celle du nouveau Testament n'en est pas et fut seulement
retouchée par lui.

L'historien du Haillan disait, des faux titres anciens, qu'il avait
mangé de la brebis sur la peau de laquelle on les avait écrits.


PITHŒANA.

Le Pithœana, écrit de la propre main de François Pithou, neveu
d'autre François Pithou de cujus, fut recopié par M. de la Croze,
bibliothécaire du roi de Prusse, qui le communiqua à M. Teyssier,
lequel le publia en tête de ses nouvelles additions aux éloges des
hommes savans, tirés de l'histoire de M. de Thou, additions imprimées
en 1704, à Berlin. La présente édition est purgée des nombreuses fautes
de la première.

M. de Thou n'est pas savant, hors la poésie et le bien-dire; M. Héraud
est savant; M. Rigault n'est pas savant...; Loisel n'est pas savant,
mais homme de bien... (ces paroles sont à méditer). Elles montrent ce
qu'étaient ces hommes du XVIe siècle, et l'estime qu'ils faisaient de
la véritable érudition. On n'était point savant, à leurs yeux, pour
connaître tout ce qui était publié; mais seulement pour remonter aux
sources mêmes, en découvrant, restituant, éclaircissant les manuscrits.
De tels savans étaient de vrais prodiges de travail, de patience et
d'intelligence. Avec nos habitudes molles et mondaines, nous serions
bien ignorans sans eux, et même, avec leurs secours, à peine en
savons-nous assez pour profiter de ce qu'ils ont su. Les Scaliger,
Poggio, Casaubon, Muret, Cujas, Erasme, Lipse, les deux Pithou,
Onuphre, Rhenanus, simple correcteur de l'imprimeur Froben de Basle,
Ranconnet, président, et d'abord simple correcteur des Estienne, quels
grands noms! Le travail de 20 heures sur 24 n'était qu'une partie des
épreuves de la science alors. Il y allait souvent, pour ses adeptes,
de la liberté et de la vie. On sait les infortunes des Estienne. La
destinée de Ranconnet, l'auteur du dictionnaire de Charles Estienne
et des Formules de droit, données sous le nom de Brisson, fut plus
cruelle encore. Il mourut en prison pour avoir conseillé la tolérance
au cardinal de Lorraine. Son fils périt sur l'échafaud. Sa fille expira
sur un fumier!... C'est à ce prix que nous jouissons, dans la mollesse,
de quelques lumières et de quelque libertés que nous sommes toujours
prêts à jeter au sac des charlatans.

Tous les pères imprimés à Rome sont corrompus. Tout ce que font
imprimer les jésuites est corrompu. Les huguenots commencent à faire de
même. Les livres de Basle sont bons et entiers.

Paroles de Nicolas le Fèvre: M. de Mesmes, sot bibliotaphe! (c'est à
dire, _tombeau de livres_, parce qu'il ne communiquait pas les livres
précieux qu'il amassait. Dieu veuille qu'on ne nous fasse pas le
reproche contraire!)

Monsieur, je parle à vous; écoutez-moi: Scientia est cognoscere Deum
et cum toto corde amare; reliquum nil est. La vraie science est de
connaître Dieu et de l'aimer de tout son cœur; le reste n'est rien.


COLOMESIANA.

Ce recueil fut, une troisième fois, réimprimé par des Maiseaux, avec
des additions et des notes, en 1726; il avait d'abord paru en 1706,
de la même main, et avant tout, en 1668-75, de la main de Colomiès
lui-même.

M. de Valois pensait que plus du quart de la bibliothèque de Photius
n'était pas de ce patriarche.

La grande charte d'Angleterre fut trouvée par le chevalier Robert
Cotton, avec tous les seings et tous les sceaux, chez un tailleur qui
s'apprêtait à en tailler des mesures: il l'eut pour 4 sous.

Le bon-homme Laurent Bochel, qui a fait imprimer les décrets de
l'Eglise gallicane, a dit à Guy-Patin, qui me l'a redit, qu'Amyot avait
traduit Plutarque sur une vieille version italienne, ce qui fut cause
des fautes qu'il a commises. (A ce compte, nous ne sommes pas surpris
de l'amertume des reproches que lui a faits le savant de Méziriac,
lesquels n'empêcheront pas, si les amateurs du grec n'estiment guère
cette traduction, les amateurs du français de l'aimer beaucoup.)

Le célèbre Jacques le Fèvre, poursuivi comme huguenot par la Sorbonne,
s'était retiré, dans son extrême vieillesse, à Nérac, près de la reine
de Navarre, sœur de François Ier, qui lui était tendrement attachée.
Cette princesse lui ayant fait, un jour, l'honneur de venir dîner
chez lui avec quelques amis, durant le repas, le bon-homme paraissait
triste. Sur la demande que lui fit la reine Marguerite de la cause de
son chagrin, il lui répondit en versant des larmes: «Madame, je me vois
en l'âge de cent et un ans sans avoir touché de femme; et si, je ne
laisse pas de trembler devant les jugemens de Dieu, vu que j'ai fui la
persécution par amour de la vie, à l'âge où je devais n'y point tenir,
et quand nombre de braves gens, pleins de jeunesse, bravent la mort
pour l'Evangile.»--«Rassurez-vous, lui dit la reine, Dieu pardonne aux
faiblesses naturelles qui ne sont pas compagnes de malice.»--«Vous
croyez?» reprit le vieillard; et sur ce, après avoir légué à sa
protectrice et à ses amis tout ce qu'il possédait, il se leva de table,
alla se coucher, s'endormit, et ne se réveilla plus.


LE PREMIER ET LE SECOND SCALIGERANA.

Les deux Scaligerana sont le recueil des Dits mémorables de Joseph
Scaliger, fils de Jules-César Scaliger. Le premier Scaligerana est
l'ouvrage de Vertunien, sieur de Lavau, médecin de Poitiers, mort en
1607. Tannegui le Fèvre, père de madame Dacier, le fit imprimer en
latin, avec des remarques, dans l'année 1669, à la prière de l'avocat
Sigogne, qui en avait acheté le manuscrit; le second Scaligerana, dont
le héros est encore Joseph Scaliger, fut recueilli par Jean et Nicolas
de Vassan, ses élèves, qui le donnèrent à MM. du Puy; ceux-ci l'ayant
communiqué au conseiller Sarrau, qui le prêta à M. Daillé fils, ce
dernier le transcrivit par ordre alphabétique, en 1663, et le confia à
Isaac Vossius, lequel le fit imprimer, sans soin, à La Haye, en 1666.
Daillé le réimprima, en 1667, à Rouen, avec plus de correction. Des
libraires hollandais publièrent ces deux recueils en 1695, et enfin des
Maiseaux en donna cette édition, qui est la meilleure, sans compter
qu'elle est enrichie de notes de divers illustres personnages; la plus
grande partie de ces dits mémorables consiste en scholies sur des
termes et locutions grecques et latines, fort estimables sans doute,
mais fort peu susceptibles d'analyse. Nous aurons plus égard aux choses
qu'aux mots dans les extraits que nous en ferons.

Aristophane est l'auteur le plus élégant des Grecs, comme Térence le
plus élégant des Latins.

Calvin est un grand homme et un théologien solide; son Institution
chrétienne est un livre immortel, dont l'épître dédicatoire à François
Ier est un chef-d'œuvre.

Il vaudrait mieux avoir perdu tout le droit civil, et avoir conservé
intacts Caton et Varron.

Catulle, Tibulle et Properce sont les triumvirs de l'amour.

Je fais peu de cas des livres philosophiques de Cicéron, parce qu'il
n'y démontre rien, et n'a rien d'Aristotélique.

Ennius était un poète antique de grand génie: plût au ciel que nous
l'eussions en entier, au prix de Lucain, de Stace, de Silius Italicus
et de tous ces garçons-là.

Paul Jove est très menteur, et de beaucoup inférieur à Guichardin; il
écrit avec plus d'affectation que de correction.

Les ambassadeurs à Rome doivent plus dépenser qu'à Venise; quia semper
veniunt ex improviso cardinales; à Venise, pauciores visitationes. Olim
legati, qui mittebantur Romam, avaient 6,000 écus l'année, et cum
redibant, un beau présent; nunc duplicata; il faut que les ambassadeurs
qui ad reges et principes mittuntur fassent état d'y employer du leur.

Bellarmin n'a rien cru de ce qu'il a écrit: plane est atheus. (Il est
bien indiscret de parler ainsi, sans preuve, d'un tel savant. Bayle a
vigoureusement relevé Scaliger sur ce passage.)

Le diables ne s'adressent qu'aux faibles; ils n'auraient garde de
s'adresser à moi, je les tuerais tous, ils apparaissent aux sorciers,
en boucs.

Grégoire VII a fait brûler à Rome de bons livres, tels que Varron et
une infinité d'autres, par pure barbarie.

La Guinée est en Afrique.

Les Nassau ne sont point d'origine princière, mais seulement de race
noble et très noble; ils ont eu un empereur, Adolphe; mais de simples
nobles jadis pouvaient prétendre à l'empire d'Allemagne, tels que les
Hapsbourg.

Barneveld demandait à Maurice de Nassau, à l'occasion d'Ostende qu'il
s'agissait de rendre: «Mais pourquoi fortifie-t-on les places s'il faut
les rendre?» Il répondit: «C'est comme si vous demandiez pourquoi se
marie-t-on si puis après on est cocu?»

Que Sophocle est admirable! c'est le premier des poètes grecs. Quelle
divine tragédie que Philoctète! un sujet si simple fournir tant de
richesses!

Disons, en finissant, qu'il faut lire les Scaligerana avec précaution,
tant parce qu'ils ne présentent point les paroles directes de l'homme,
mais seulement celles que lui prêtent des amis qui peuvent s'être
trompés ou avoir menti, qu'à cause de l'extrême orgueil du savant qui
va, sans cesse, disant du bien de lui et du mal des autres, en des
termes souvent grossiers à révolter.



LE BRAVVRE DEL CAPITANO SPAVENTO,

Divise in sesti ragionamenti in forma di dialogo di Francesco Andreini
da Pistoya, comico Geloso.

LES BRAVACHERIES DU CAPITAINE SPAVENTO,

DE FRANÇOIS ANDREINI DE PISTOIE,

  Comédien de la Compagnie des Jaloux, traduites par Jean de
    Fonteny, et dédiées au vidame du Mans, Charles d'Angennes,
    marquis de Pisany. A Paris, par David Le Clerc, rue Frementel,
    au Petit-Corbeil, près le Puits Certain. (1 vol. in-12.)
    M.DC.VIII.

(1608.)


Six entretiens burlesques entre le capitaine Spavente, comme qui dirait
le capitaine Tempête, et Trappola son valet, composent cette facétie.
Dans le premier entretien, le capitaine discourt de sa merveilleuse
origine et d'une revue générale de la cavalerie à laquelle il veut se
rendre, monté sur Bucéphale, couvert d'une cuirasse forgée par Vulcain,
et armé des propres mains du dieu Mars. Dans le second entretien, le
capitaine raconte comment, s'étant amusé, par désœuvrement, un certain
jour, à guerroyer contre Jupiter, il l'a fait son prisonnier, en le
terrassant par le moyen d'une douzaine de pyramides qu'il lui a jetées
à la tête. Le troisième entretien est consacré à la description du jeu
de ballon, des courses de bagues et des joûtes, ainsi qu'à l'ordonnance
d'un festin où la petite poitrine de Vénus et les génitoires d'Hercule
devront être mis au pot. Au quatrième _ragionamento_, le capitaine
donne au bénévole Trappola une description modeste de ses chasses au
cerf ou à la biche d'Ascagne, du sanglier d'Erymanthe et de l'ours
arctique et antarctique. Au cinquième, il parle de ses bâtards dont
il a plusieurs milliers, ayant défloré deux cents pucelles en une
demi-nuit par suite d'une seule gageure contre Alcide, et aussi d'une
querelle qu'il eut avec Janus, dans laquelle il se vit contraint, pour
apprendre à vivre au double dieu, de lui donner deux soufflets sur ses
deux faces de manière à lui faire pirouetter la tête comme un tonton.
Enfin au sixième et dernier ragionamento, le capitaine Spavente rend
compte de son habitation superastrale, de son épée diamantine et de
sa galère d'or aux voiles de pourpre, c'est à dire d'une quantité de
folies et de rodomontades qui ne sont guère plaisantes à la lecture,
mais qui pouvaient réjouir les Italiens quand l'acteur auteur Andreini
leur prêtait le secours de sa pantomime joyeuse. L'Italie, en général,
peut être considérée comme la patrie des farces et des grimaces, aussi
bien et plus encore que celle de la poésie et des beaux-arts. Rien
n'est plus difficile et plus oiseux que de prouver aux gens qu'ils
ont tort de rire ou de pleurer de telle ou telle chose. Quant à nous,
qu'il nous soit permis de trouver les bravacheries du capitaine
Spavente insipides et indignes de souvenir, si ce n'est sous le rapport
bibliographique.



LE MASTIGOPHORE,

OU

PRÉCURSEUR DU ZODIAQUE.

  Auquel par manière apologétique sont brisées les brides à
    veaux de maistre Juvain Solanic, pénitent repenti, seigneur
    du Morddrect et d'Ampladémus, en partie, du costé de la Moüe;
    traduit du latin en françois par maistre Victor Grévé (Antoine
    Fusy), géographe-microcosmique, avec cette épigraphe: _Vi nævi
    comedis solem, pinguesce luce_. 1 vol. in-8 de 330 pages et 3
    feuillets préliminaires.

(1609.)


«Frelon[5]! tu me piques....., tu m'éveilles, punaise!..... Attends,
Bédouin!... je te vais eschaubouiller la pie-mère et la dure-mère, _pia
mater et dura-mater_..... Toutefois, prends patience! pour aujourd'hui
je ne te veux que bertourder, réservant à un autre jour à te tondre
sur le peigne; et ce, en faveur de ce que j'ai envie de savoir en quel
degré est ta ladrerie; car, si elle n'est cordée, elle s'adoucira
de ce remède... J'ignore si tu n'es point de ceux qui renoncent à
leur perruque afin d'épargner le temps et la dépense d'un étui à
peigne...; il faut m'en éclaircir..., il est besoin que je sale, que
je verjute un peu mon discours..., parce qu'avec ta contre-façon de
gros ventru Ampladémus..., encore que tu sois tout bigarré de carême
prenant..., tu ne sens guère quand l'ennemi te touche.....; or, sus
donc! courage!..... à mal exploiter, bien écrire... Ne te hâte pas de
te mettre en colère contre cette paperasse..., car tu as en toi de
quoi guérir les maladies de foie..., le foie de loup les guérissant
toutes... Cependant chausse ton gantelet..., tu auras justement ton
sac et tes quilles... N'est-ce pas la raison qu'on frappe du jarret
ceux qui donnent de la corne? Bien est vrai qu'il n'y a tant de
peine à se garder du devant d'un bélier que du derrière d'un âne...;
renfonce tes yeux...; ne fais pas le clair voyant comme si tu étais
parmi des aveugles...; ne te mets pas en fanfare, en prosopopée,
en équipage, fiançant le frontispice d'homme de bien...; tu n'en
montres que mieux ta ratepelade..., tu n'as pas toujours été si gras
qu'on te croit maintenant; tu t'es souvent couché sans souper qu'il
n'était pas jeûne, du temps que tu alignais les visières[6], que tu
étais chausseur de lunettes, agenceur de parties adoniques, et que
tu portais les rogatons...; depuis qu'il a plu dans ton écuelle, tu
t'es retiré de pair d'avec ceux qui vendent les chiens pour avoir du
pain..., tu es devenu gentilhomme à la touche et à l'aiguille...;
rien ne t'empêche d'être compagnon de verrerie. C'est d'où tu tires
des commentaires véreux sur autrui...; tu devrais te moucher le nez
avant que de prendre garde aux autres...; tes yeux arguent tout
droit que ta tête n'est pas cuite, que tu es un épi sans grain, une
chandelle sans suif, un potage sans sel, un apothicaire sans sucre,
un niau, un fouille-merde, une cervelle composée de têtes de lièvre
et de mulet, qui veille en s'endormant sur des quintes fantasieuses,
farouches et soupçonneuses...; je veux pourtant te fêter gorgiasement,
d'autant que l'estime que je fais de toi vaut mieux qu'une savate...
Ce qui me chagrine est la lourde volagerie de ton entendoire...;
mais je t'apprête un caveçon pour l'enchevêtrer sans dilatation....
Dirait-on qu'un ladre nourri de la chair du serpent, tel que tu es,
qu'un faiseur d'argumens chaponnés..., s'oppose aux doctes et exprès
témoignages des sens et de la nature _qui confirment que le feu d'une
maison ou cheminée est extinguible par les souillures féminines du sang
lunier_?... C'est bien à toi à goguer sur la fleur de la plus fine et
philosophante science du feu qui se puisse trouver...; à toi qui ne
saurais dire combien ta barbe est plus jeune que tes cheveux, et qui
penses la rhétorique, la logique, l'éthique être des Suisses fondus de
chimères, tournés en saucisses sur la nature d'un porreau!... etc.,
etc.» Mais il est temps d'informer le lecteur de la cause de cette
grande colère du jésuite _Antoine Fusy_, curé de Saint-Barthélemy
et de Saint-Leu, à Paris (car c'est lui qui est le véritable auteur
du _mastigophore_, sous le nom de _Victor Grévé_); cet insensé, de
beaucoup d'érudition et d'esprit sans mœurs, était un des derniers
disciples de ce clergé de la Ligue qui ressemblait si peu à notre
clergé actuel. Ses opinions et ses désordres lui attirèrent en 1612,
des condamnations de l'officialité, confirmées par la primatie, pour
faits de magie et de paillardise, sur la poursuite d'un sieur Nicolas
Vivian, maître des comptes, premier marguillier de Saint-Leu. Il fut
mis en prison, y demeura cinq ans environ, puis se rendit à Genève,
où il embrassa le calvinisme, se maria successivement deux fois, et
publia un autre écrit de la force du mastigophore, intitulé: _Le franc
archer de la véritable Église_. Un de ses fils, chose remarquable
pour les personnes qui croient à l'influence des races, se fit, à son
tour, mahométan, à Constantinople, pour échapper à la juridiction de
l'ambassadeur de France dont il avait justement encouru la rigueur. Je
ne serais pas étonné que son petit-fils eût embrassé le fétichisme de
peur d'être mangé! Ce curé libertin et caustique se mêlait de sciences;
entre autres, de physique et de médecine. Il avait émis l'opinion que
le sang menstruel des femmes avait la propriété d'éteindre le feu. Où
avait-il pris cette folie, et quelles sottes expériences lui avait-elle
suggérées? Quoi qu'il en soit, cette opinion acheva de scandaliser,
en 1609, le premier marguillier, maître des comptes, Nicolas Vivian,
que Fusy nomme, par anagramme, _Juvien Solanic_. De là grands débats
entre le curé et son marguillier, de là _le mastigophore_, libelle
rabelaisien, trop long sans doute, mais rempli de verve, de gaîté
mordante et d'imagination satanique, où toutes les langues, vivantes ou
mortes, tous les patois français, tous les argots populaires viennent
servir la fureur de l'auteur et l'aider à défendre sa belle découverte
physico-médicale sur la vertu des menstrues, mais surtout seconder
sa vengeance contre le sieur Vivian. Il ne faut pas croire que nous
soyons seuls à exhumer cette production macaronique. Le P. Niceron lui
accorde une mention particulière au tome 34 de ses mémoires. Dans tous
les temps, les amateurs de livres curieux l'ont recherchée. Elle se
trouvait dans la précieuse collection de M. de Maccarthy, et le bel
exemplaire que nous en possédons est honoré d'une note autographe d'un
de nos plus spirituels et de nos plus instruits bibliophiles. Voilà
notre excuse, et sur ce, nous allons continuer, un moment encore, notre
marqueterie.

  [5] Ceci s'adresse à Nicolas Vivian, dont l'anagramme est _Juvien
  Solanic_.

  [6] Le sieur Vivian était probablement fils d'un opticien.

«Cesse, vieux ladre!... cesse, anthropophage, de sucer la substance
humaine, de la pressorier, et de te gorger de ce qui est le plus
quintessencié en l'homme!... l'honneur et la réputation, c'est le
ciel!... et ceux qui s'acharnent à poursuivre, écorcher, déchirer
la réputation des gens, sont des écumeurs, des égorgeurs infects,
vermoulus, tigneux de rouille et de corruption...; le sel de l'ame
est tout de charité... Boucaner la réputation d'autrui, c'est pis que
tuer...; c'est pis faire que nos duellistes qui, au moins quelquefois,
tout ensanglantés, octroient la vie...; tandis que vous autres,
cafards..., mines tannées, maroquinées, moües ensaffranées de dévotions
papelardes..., grimaciers tortus..., bouffis d'une fausse religion...,
qui ne pensez jamais être si chérissables... qu'en ravissant, forçant,
prenant au poil quelque occasion badine de donner l'alarme, sonner
le tocsin..., afin d'acquérir la possession d'un faux titre d'estoc
d'armes de saint Pierre, d'épée gauchère de saint Paul, de couteau
pendant de votre paroisse, de tranche plume de saint Bernard, de
garde-bride de saint Georges, de hallebarde de saint Maurice, de
zagaie de saint Sébastien...; savez-vous ce que vous voulez, esprits
chicaneurs, factieux et remuans?... vous voulez tondre sur un œuf!...
et toi, docteur en droit civil et incivil, en vin et verjus, en sauce
et potage, à la cuisine et au cellier..., comme vassal, ayant prêté
serment au dieu des jardins..., tu penses obtenir passe-port... en
réchignant la vie d'autrui?... tu as une ame... souple comme un
las-d'aller... claire, brune comme la sueur d'un ramoneur de cheminée
dont tu fais un pissefard pour te laver!... tu fais du _Sanctificetur_
comme si tu étais une épingle d'autel... ou quelque dévote _Ave Maria_
enfilée..., si beau de loin, si veau de près...; ah! mon ami, _barba
non facit philosophum_...; c'est à toi à faire planter des choux sur
les ailes d'un moulin à vent...; tu ne peux me tromper à la valeur
de ta dominoterie...; tu ne dis jamais ce que tu penses, tu ne fais
jamais ce que tu dis..., père béat!... aussi as-tu la langue plus
grande qu'il ne faut pour servir d'écouvillon à torcher un four... Si
quelqu'un échappe de tes mains, ou rencontre quelque bonne aventure,
tu en es tout ahuri...; que tu es maussade, mon Polydore!... que tu es
papelard!... tu as trente cas de conscience par le passage desquels
tu légitimerais un poison...; toutefois, regarde-moi un peu... mon
mulet..., mon guilledou... écoute-moi tout quoi!..., j'entends donc
traiter ici de l'extinction du feu, etc., etc.»

Après ce préambule, qui prend le tiers de l'ouvrage, le curé Fusy entre
en matière, et sa physique médicale, dont nous ferons grâce au lecteur,
magasin de toutes les folles rêveries, de tous les contes de la
science du grand Albert et de Corneille Agrippa, ne cesse de se mêler
plaisamment à sa fureur, laquelle ne tombe point durant tout le reste
du livre; loin de là, qu'elle ne fait que croître, puiser de nouveaux
alimens en elle-même, et s'exhaler, sans fin, sans répit, sans mesure,
jusqu'à la péroraison, digne de l'exorde, que voici: «Va donc... et
regarde de tirer mieux une autre fois..., sur peine d'une rechute qui
te coûtera davantage...; car la corne que tu portes dans le sein te
reviendra tout droit sur la tête; pardonne à la hâtivité si tu n'es
servi si poliment; adieu jusqu'au retour.»



QUESTION ROYALE ET SA DÉCISION.

  A Paris, chez Toussaint du Bray, rue Saint-Jacques, aux Espics
    Meurs, et en sa bouticque, au Palais, à l'entrée de la gallerie
    des Prisonniers. Avec privilége. (1 vol. pet. in-12 de 57
    feuillets.) M.DC.IX.

(1609.)


C'est ici l'édition originale de ce livre rare et recherché dont
l'auteur est le fameux Jean du Verger de Hauranne, abbé de Saint-Cyran.
Il y a une réimpression de cet ouvrage, de format in-8, en date de
1740, laquelle est plus facile à trouver que l'édition de 1609, sans
être néanmoins commune. L'abbé Tabaraud prétend que _la Question
royale_, qui fit grand bruit lorsqu'elle parut, est une plaisanterie
dans le goût de l'éloge de la folie d'Érasme, composée de l'abbé de
Hauranne, dans sa jeunesse, pour plaire à son ami le comte de Cramail
(Adrien de Montluc, auteur de la comédie des _Proverbes_). On en
pourrait douter, seulement à lire le début, dont le ton se soutient
du reste jusqu'à la fin: «La puissance est de beaucoup différente
de l'action, et l'une et l'autre, de l'obligation. Mais en matière
de mœurs et d'actions commandées par la loi, ces trois choses se
regardent et s'entre-suivent de la mesme façon qu'en l'ordre de la
nature, la puissance, l'action et l'objet. Car tout ainsi qu'à chaque
sorte d'objet différent répond une différente faculté, aussi toute
sorte d'obligation suppose, en ce qui est obligé, la puissance de
s'en acquitter, etc., etc.» Rie qui pourra, ce ne sera pas nous; bien
heureux si nous comprenons. Disons que M. Tabaraud n'avait pas lu _la
Question royale_ ou qu'il l'avait oubliée. Il est vrai que le maître
de MM. de Port-Royal pouvait être triste, même en voulant plaisanter;
toutefois, comme joyeuseté, ceci est par trop sérieux, surtout venant
d'un homme de 27 ans qui aspire à l'ingénieuse finesse d'Érasme (car
Jean du Verger de Hauranne n'avait guère que cet âge quand il écrivit
son opuscule, et ne fut abbé de Saint-Cyran que douze ans plus
tard). Quoi qu'il en soit, son dessein est de montrer dans quelles
circonstances, principalement en temps de paix, le sujet peut se
croire autorisé à conserver la vie du prince aux dépens de la sienne.
Quelqu'un qui ne voudrait qu'être clair dirait simplement que c'est
lorsque le devoir y oblige; mais si l'on tient absolument à obscurcir
cette question royale et à la noyer dans une métaphysique abstruse, on
dit, avec Jean du Verger de Hauranne, qu'il y a trois sortes d'actions
mauvaises; la première d'une _mauvaistié_ intrinsèque et essentielle,
comme la pédérastie, etc.; la seconde d'une _mauvaistié_ naturelle que
l'extrême nécessité modifie, telle que le larcin, etc.; et la troisième
d'une _mauvaistié_ individuelle que les relations et les circonstances
peuvent rendre bonne, telle que l'homicide, etc., etc. Venant ensuite
au sujet de la thèse qui est l'homicide de soi-même, ou suicide,
légitime en certains cas, on commence par établir que Dieu, ne pouvant
pas se montrer moins puissant que Satan qui se permet l'homicide,
a permis ou même ordonné parfois l'homicide, témoin le sacrifice
d'Abraham, celui de Jephté, etc. Puis on dit, par forme d'incident, que
la raison naturelle est un surgeon de la loi éternelle..., en vertu
de quoi, lorsque la raison naturelle justifie l'homicide, l'homicide
perd sa _mauvaistié_ du troisième ordre..., et alors de l'homicide au
suicide légitime le chemin se trouve frayé: «Car, comme le genre est
déterminé par la différence, aussi la générale inclination qu'a l'homme
envers toutes sortes de biens sensibles, et nommément à l'endroit de
sa propre vie, est restreinte, par les considérations de la raison,
à choses toutes contraires; ce qui fait qu'au soldat marchant, sur
l'ordre de son chef, à une mort certaine commet un suicide légitime, et
encore mieux le martyr de la foi, et tout aussi bien le sujet qui se
dévoue pour sauver la vie de son prince.» On ajoute, pour _corroborer_
ce qui n'a pas besoin d'être corroboré, que l'homme est soumis à
trois gouvernemens moraux: l'éthique ou gouvernement de soi-même,
l'économique ou loi de la famille, et la politique ou gouvernement de
la chose publique. Là dessus on s'étend le plus inintelligiblement
qu'on peut, de manière pourtant à laisser entrevoir que le second de
ces gouvernemens domine le premier, et le troisième les deux autres.
On répond à des objections hétéroclites et imaginaires. On cite
nombre d'exemples de l'histoire sacrée et profane, qui ne vont guère
au fait; enfin on se montre éminemment scolar, ce qui charmait MM.
de Port-Royal, quoiqu'ils fussent des gens de beaucoup de génie; et
l'on finit par ces mots: «Qu'il est beau de vouloir vivre et de ne
le vouloir pas tout ensemble, et de s'ensevelir dans l'amour de ses
concitoyens par une généreuse mort, pour ne s'ensevelir pas dans la
ruine de son pays par la mort de ses concitoyens.» En vérité, si le
_Petrus Aurelius_ n'a d'autre mérite que celui d'être écrit comme
_la Question royale_, nous félicitons l'abbé de Saint-Cyran de son
immortalité; mais il a joué de bonheur, ce qui n'empêche pas que, si
l'on désire un bel exemplaire de _la Question royale_, édition de 1609,
il ne faille donner 20 ou 30 francs, ou s'en priver.



LA MESSE EN FRANÇOIS,

  Exposée par M. Jean Bedé, Angevin, advocat au Parlement de
    Paris. A Genève, de la Société caldorienne. (1 vol. in-8.)
    M.DC.X.

(1610.)


La paraphrase explicative des cérémonies de la messe, par maître
Jean Bedé de la Gormandière, calviniste, est une attaque violente
contre l'institution capitale de l'Eglise romaine, dans laquelle
l'auteur, par l'effet d'un zèle que nous croyons sincère parce
qu'il est absolument dégagé d'ironie, s'abandonne souvent à toute
l'indignation de l'esprit de secte. Il n'entre ni dans notre plan, ni
dans notre humeur, de reproduire les raisonnemens contenus dans ce
livre, peu commun et fort mal écrit. Les dissidens ne manqueraient
pas de trouver ces raisonnemens bons, et les orthodoxes de les juger
vicieux; ces derniers, au besoin, pourraient d'ailleurs leur opposer
la paraphrase explicative de la messe, que M. l'abbé Le Courtier,
curé des Missions étrangères, a composée dernièrement avec une
grande supériorité de talent et d'esprit. Nous vivons heureusement
dans une époque où chacun demeure dans sa foi sans commander celle
d'autrui. Rien ne justifierait donc le bibliographe de chercher, en
parlant d'un écrit oublié, à réveiller une controverse où, de part
et d'autre, l'autorité des faits et des argumens est épuisée. N'en
déplaise à l'avocat angevin, vainement nous apprend-il que la messe
est une _artonécrolipsaniconolâtrie_, c'est à dire un service de pain,
de morts, de reliques et d'images, et pas autre chose; nous irons à
la messe, comme par le passé, sans craindre, pour cela, d'être des
_artonécrolipsaniconolâtres_.

Mais comme il est bon de tirer profit de tout, nous mentionnerons
ici quelques particularités extraites de son ouvrage, qui, si elles
sont vraies, offrent de l'intérêt pour l'histoire de notre liturgie,
dont nous avons toujours regretté de ne pas voir un abrégé savant et
substantiel; car le _Rationalis_ de Guillaume Durand est bien gothique
et bien incomplet dans sa longueur.

Ainsi Bedé assure, d'après Durand, que la mention des apôtres placée à
la suite de ces mots: _Communicantes et memoriam venerantes imprimis_,
etc., remonte au pape Sirice; d'après Platine, que le _Memento_ pour
les morts fut inventé, en 580, par le pape Pélage; qu'en 588 le pape
Sergius introduisit le chant de l'_Agnus Dei_ pendant la communion du
prêtre, et que l'offertoire, le canon _Te igitur_, etc., ainsi que
plusieurs autres prières ou cérémonies, datent de Léon III, en l'an
800.



LES ŒUVRES SATIRIQUES

DU SIEUR DE COURVAL-SONNET,

GENTILHOMME VIROIS.

  Dédiées à la reine, mère du roy, deuxième édition,
    revue, corrigée et augmentée par l'auteur. A Paris, chez
    Rolet-Boutonné, au Palais, en la gallerie des Prisonniers,
    près la Chancellerie. (1 vol. in-8 de 350 pages, portrait.
    M.DC.XXII.)

(1610-1622.)


Si l'on veut faire une ample connaissance avec les poésies de Thomas de
Courval-Sonnet, né à Vire, d'un père noble et de Madeleine Lechevalier
des Aigneaux, noble aussi et sœur des deux frères Aigneaux qui ont si
mal traduit Virgile en vers français, on peut consulter l'abbé Goujet
qui l'a compris dans les 573 poètes dont il parle; pour nous, qui
évitons avec soin de répéter le scrupuleux auteur de la Bibliothèque
française dans le très petit nombre de cas où nous traitons les mêmes
sujets que lui, et qui nous bornons alors à essayer de le suppléer,
nous chercherons moins, dans les œuvres satiriques du gentilhomme
virois, le génie et l'art qui n'y sont guère, que la peinture de nos
mœurs sous cette régente étourdie et capricieuse qui semble n'être
venue aux affaires que pour gâter l'ouvrage de Sully et entraver
celui de Richelieu. La corruption existait déjà dans ce temps-là, et
ses effets étaient d'autant plus funestes que les institutions lui
offraient plus de prise, que l'anarchie régnait dans l'administration,
en sorte que tout dilapidateur avait ses franches coudées. On voyait
des abbés et des prélats tenir marché de prébendes et de bénéfices,
acheter ceux-ci, revendre celles-là, nourrir publiquement des
demoiselles, entretenir chiens, chevaux, oiseaux de chasse, banqueter
journellement à grand fracas de riche vaisselle. Mais la simonie ne
s'arrêtait pas au clergé; la noblesse l'exerçait plus scandaleusement
encore. En raison du droit de patronage et de collation qu'elle avait
originairement sur nombre de bénéfices, ou que le roi concédait à ses
importunités, elle se ménageait la meilleure part du revenu de ces
bénéfices, en instituant pour titulaires, sous le nom de _custodi-nos_
et de _confidentaires_, de véritables fermiers à tonsure qui achetaient
d'elle, à haut prix, le droit d'exploiter les sacremens. Rien n'égalait
la bassesse d'un _custodi-nos_. Son patron le tenait pour abbé,

    «Pourvu qu'il fût sçavant à bien vuider les pots,
    Qu'il vestît pour soutane une meschante juppe,
    Qu'il fût sale, vilain et plus ord' qu'une huppe,
    ................... Un marouffle gourmant,
    Un bossu jacquemar, estallon d'abbaye,
    Un faquin de tournoy, un cassé-morte-paye,
    Un Pierre du Coignet, insensé marmouset
    Insensible Pasquin, idolle de Creuset, etc., etc.
    ................... Un plaisant maquereau, etc., etc.»

Quantité de nobles laïcs obtenaient des évêchés, des abbayes, et s'en
allaient, pour la forme, prêcher en cuirasse, remettre les péchés
l'épée au côté; mais, pour le fond, dévaster les églises et les terres
ecclésiastiques, couper les bois, vendre les calices, les ornemens
précieux qu'ils remplaçaient par de _vieille lingerie et des garnitures
d'étain_, laissant cheoir les bâtiments autrefois si somptueux.

Les gens de justice ne faisaient pas moins de leur côté; sinon dans les
grands parlemens où le respect pour soi-même en faisait garder pour
les lois; du moins dans les siéges inférieurs, tels que présidiaux,
vicomtés, bailliages, dont les juges vendaient tout et prenaient à
pleines mains crochues. «La plus chère maistresse de ces hommes-là, dit
Courval-Sonnet,

    «.....................Est appelée attrape
    »Et leur jeu d'instrumens est celuy de la harpe.
    »...........................................
    »Leurs saupoudrez arrests, espicez à outrance
    »Consomment des plaideurs la graisse et la substance, etc.»

Cette hideuse vénalité tenait à l'usage pernicieux de vendre les
charges et les états d'officiers, que l'esprit fiscal du gouvernement
avait introduit dans l'administration de la justice. Ceux qui
achetaient chèrement leurs emploi se croyaient fondés, à leur tour,
à en vendre l'exercice; et chose déplorable! on devait ce honteux
trafic au bon Louis XII, à l'occasion de ses excessives dépenses
pour ses pauvres expéditions d'Italie. Mais que n'y avait-il pas à
dire contre les financiers et officiers des chambres des comptes,
partisans, receveurs généraux, commis et trésoriers? Ces messieurs,
las de voler les peuples, se faisaient construire des palais de
princes qu'ils ornaient de tableaux exquis de Venise ou d'Anvers,
d'azur et d'or bruni, de lits de drap d'or ou de toile d'argent, de
courtines de velours couvertes de clinquant; leurs femmes portaient le
velours, le satin, le taffetas et le damas à fond d'or et à ramage,
avec des manches à bouillons, en arcades, et des coiffures semées de
diamans, émeraudes, saphirs et rubis, des bracelets en turquoises et
grenats, des carcans d'or et des colliers de perles. Les gages de
ces _Dieux de Bureau_ coûtaient annuellement 3,600,000 livres, c'est
à dire autant que rapportaient, vers l'an 1500, tous les tributs du
royaume; ils prélevaient les deux tiers du revenu du roi, de sorte
que la royale épargne n'avait que 20 sous où ces messieurs en avaient
40. Sous Charles VI on se plaignit, aux Etats Généraux, du grand
nombre des officiers de finances qui écorchaient et sous-écorchaient
les malheureux taillables; or, il n'y avait que cinq trésoriers, six
auditeurs et quatre maîtres des comptes alors. Qu'auraient-ils dit, en
ce bon temps de 1610, à voir _plus épaisse que troupe de fourmis ou
hannetons_, cette armée de surintendans, intendans, maîtres, auditeurs,
présidens, trésoriers de l'épargne grande et petite, trésoriers des
parties casuelles, trésoriers, receveurs généraux, clercs, contrôleurs,
greffiers, triennaux, etc., etc.? Ah! sire! ah! grand roi Louis
treizième!

    «Si vous jetiez sur vos sujets vos brillans yeux,
    »Ce serait un parfum cent fois plus précieux
    »Sur eux que l'arc-en-ciel dessus l'épine blanche;
    »Si, par suppression, il vous plaist qu'on retranche
    »Ce grand nombre excessif de financiers pervers,
    »Avec les partisans, donneurs d'avis couverts,
    »Ce bien surpasserait tout le parfum indique,
    »Sur l'épine espandu du peuple et république,
    »Parfum si excellent que l'odeur doux flairant,
    »Les membres de l'État irait ravigourant.»

Voilà, en résumé, la matière des six satires de Courval-Sonnet sur
les abus de la France, que contient notre édition de 1622, moins
complète de douze autres sonnets, dit M. Brunet, que l'édition de
Rouen 1627; mais, à notre avis, bien assez riche comme cela. Le poète
bas-normand a intitulé ces six satires: Anti-Simonie, Anti-Ierasylie,
Anti-Décatophilacie, Anti-Diaphthorie et Anti-Fiscoclopie, sans
doute afin que, sur la première étiquette, on n'y comprît rien;
il suit la même méthode à l'égard de six autres satires qu'il
consacre, dans notre édition, à médire des femmes, et qu'il intitule:
Anti-Zygogamicie, Antipatie et Discrasie, Clero-Ceranie, Cataphronésie,
Tyrannidoylie, Dyscolopénie, et enfin Thymitithélie, pour exprimer
les traverses du mariage, l'incompatibilité des humeurs, les hasards
du cocuage, les ennuis d'un lien éternel, la servitude du mari pauvre
d'une femme riche, la déconvenue du mari d'une femme pauvre, et la
censure générale des femmes.

Les titres bizarres ne seraient rien; ce qui est plus fâcheux pour
l'honneur du poète, c'est que, dans ses diatribes contre le mariage
et contre les femmes, outre qu'il se permet un étrange cynisme
d'expressions, il ne se montre vraiment pas raisonnable. Est-ce l'être,
en effet, que de comparer le joug de l'hymen à celui des forçats ou des
Indiens de l'Amérique espagnole? que de le qualifier

    «D'horrible enfer, de gouffre de misères,
    De déluge d'ennuis, de foudre de colères,
    De torrent de malheurs, ou d'océan de maux,
    D'arsenal de chagrins, magasin de travaux,
    ............... L'épitome, à bien prendre,
    Où les lignes d'ennuis se viennent toutes rendre?»

Que de voir, dans chaque mari, _un vrai marguillier de
Saint-Pierre-aux-Bœufs_ ou _un confrère de Saint-Innocent_?

Que de peindre les époux tirant d'ordinaire chacun de leur côté, et se
mettant ainsi en hasard

    «................. Aux Bordeaux et estaples
    De gagner, par argent, le royaume de Naples...»

C'est à dire le mal vénérien?

Que de reprocher aux femmes l'épuisement des hommes, quand il arrive à
ceux-ci d'avoir abusé d'elles?

Que de les taxer de n'être bonnes à rien, pas même à perpétuer l'espèce
humaine, attendu qu'elles ont besoin de nous pour cela? enfin, que de
débiter mille autres sornettes pareilles? La satire, toute amie qu'elle
est de la _mordante hyperbole_, demande plus de bon-sens et de vérité;
néanmoins Courval-Sonnet, au total, est un honnête homme, il remplit
une des premières conditions morales du poème satirique, trop négligé
des maîtres du genre, celle de poursuivre les vices en épargnant les
vicieux; car, bien qu'il ne ménage rien, il ne nomme personne. Son
style d'ailleurs est facile et naturel dans son prosaïsme; aussi
n'est-il ni fatigant, ni ennuyeux, quoique trop abondant; on doit
passer beaucoup à l'auteur, en considération du temps où il écrivait;
mais je ne saurais, pour mon compte, lui passer, premièrement, d'avoir
comblé la mesure de la flatterie dans sa dédicace en prose à la reine
Marie de Médicis; secondement, d'avoir tant de juste indignation sans
verve: c'est justement tout l'opposé de l'immortel Despréaux qui avait
bien de la verve et même de la malignité sans indignation. Juvénal et
Regnier avaient de l'une et de l'autre.



PIÈCES RARES

SUR LA MORT DE HENRI LE GRAND,

  (Recueil formant un volume in-8 qui contient huit pièces, dont
    nous parlerons suivant l'ordre où elles sont rangées dans la
    Table manuscrite placée au commencement.)

(1610-1611-1615.)


  I.--La Chemise sanglante de Henri le Grand.

Opuscule de huit pages, sans nom d'auteur ni d'imprimeur, et sans
indication d'année. M. Barbier l'attribue au ministre Perisse, et
cite une édition de l'an 1615 que le nôtre a sans doute précédée, en
raison même de l'absence de toute date qui la distingue. Cet écrit
violent est un appel à la guerre civile faite au nom du feu roi contre
la reine-mère, Concini, la Galigaï sa femme, le père Cotton, le
chancelier de Sillery, le surintendant Bullion, d'Épernon et autres
sangsues de l'État, dans l'intérêt du prince de Condé qui méditait
alors de prendre les armes pour se venger de la cour, assisté des ducs
de Vendôme et de Guise, et généralement aussi du parti des réformés.
Le ton de ce manifeste est sanglant comme le titre l'indique. «Louis
XIII, mon cher fils, c'est à vous que je parle; c'est vous dont je
me plains, etc. Votre mère ne parle que par l'organe de ce coyon de
Conchine et de la Sorcière... Cet yvronyme de Dolé, ce loup de Bullion,
ce traître chancelier qui se sont faits, par leurs voleries, les plus
riches de vostre Estat..., sont les conseillers et maquereaux du
désordre. D'Espernon tient encore les armes sous la faveur desquelles
Ravaillac m'a mis dans le tombeau.... Mon cher fils, mon très cher
cœur, esveillez vous! voyez cette chemise toute trempée de mon sang; la
France la pleure, vos parens la vengent...; ne demeurez stupide à cette
juste et sainte demande... Conchine m'a fait assassiner; il a fait
empoisonner votre frère d'Orléans et mon cousin le comte de Soissons,
emprisonner le duc de Vendosme, vostre frère, chasser mon neveu le
prince de Condé, assassiner mon neveu le duc de Longueville, et feu
Rouville. Il a tyrannisé les habitans d'Amiens, entrepris sur mon neveu
de Guise, etc., etc.; introduit le boucon et le coton en France....
Vengez la mort de votre père, etc., etc.» Ces griefs n'étaient que
trop fondés pour la plupart; mais le remède proposé devint pire que le
mal, et sans le cardinal de Richelieu, il eût amené la ruine totale ou
peut-être même le démembrement de la monarchie.


  II.--Le Courrier breton.

Réimpression sans date, faite en 1630, de la pièce imprimée à Saumur
en 1611, in-8, sous le titre de l'Anti-Jésuite, que Prosper Marchand
attribue à Montlyard (voir l'article de ce nom dans le _Dictionnaire
historique_, de Marchand). Cette diatribe de trente pages, qui a
pour but de provoquer l'expulsion des jésuites, comme auteurs ou
fauteurs du régicide par leurs actes et par leurs écrits, repose
sur des imputations vagues plutôt que sur de véritables preuves. Le
pamphlétaire s'en embarrasse peu. La politique, selon lui, dispense des
règles ordinaires de la morale et de la justice, et commande souvent
de faire un petit mal pour un grand bien. Quand on chasserait tous les
jésuites du royaume pour le crime de plusieurs, on ne ferait qu'imiter,
dit-il, le terrible expédient de la décimation militaire contre
laquelle nul homme sensé ne s'est élevé. N'ont-ils pas exécuté la
sanglante tragédie de Saint-Cloud en 1588, après l'avoir préparée par
cette fatale consultation de 88 médecins du roi Henri III, qui déclara
la reine Louise incapable d'avoir des enfans et ouvrit ainsi la porte
à toutes les factions de ce règne? Ne lit-on pas dans leurs patrons
Mariana, Bellarmin, etc., qu'il est licite aux sujets de tuer leurs
rois lorsqu'ils sont tyrans, et que le pape l'ordonne. La réfutation
de ce principe est aisée, mais _le Courrier breton_ s'en tire mal en
tombant dans l'excès contraire, en proclamant l'obéissance un devoir
divin dans tous les cas. Ce dernier principe est aussi fou et aussi
barbare que l'autre. La seule chose que la raison puisse concéder aux
tyrans est celle-ci: que l'espèce humaine étant facilement entraînée au
mal, l'intérêt des peuples est presque toujours de souffrir ses tyrans
plutôt que de s'en affranchir par la violence; mais de là au droit
divin d'opprimer sans crainte et au devoir divin de se soumettre sans
plainte, il y a loin. Quant à la doctrine du petit mal qu'on peut ou ne
peut pas faire pour un grand bien selon le cas, nous ne la comprenons
point. Pour ceux qui ne séparent jamais l'utile de l'honnête, qui
professent que la morale et l'utilité se confondent, jamais l'occasion
ne se présente du petit mal pour le grand bien, car partout où il y a
grand bien il n'y a point petit mal. Nous sommes de ces gens en toute
simplicité, ne concevant pas qu'une chose morale puisse être nuisible,
ni qu'une chose utile ou nécessaire puisse être immorale, c'est à dire
que la morale soit une chose et la nécessité une autre, c'est à dire
qu'il n'y ait point de morale, c'est à dire qu'il n'y ait point de Dieu.


  III.--L'Ombre de Henri le Grand au roy. M.DC.XV.

Suite de conseils très édifians, mais fort simples que le roi
pouvait sans effort se donner à lui-même pour peu qu'il eût étudié
son catéchisme, sans avoir besoin de l'ombre de son père. En voici
pourtant quelques uns dignes de remarque: 1°. Ne point se servir
d'étrangers dans ses armées, ni dans ses affaires. 2°. Concéder peu
de pouvoir aux grands. 3°. Prendre Sully pour ministre. 4°. Assembler
des conciles nationaux pour régler les intérêts de l'Église gallicane
et résoudre les points de controverse. 5°. Pratiquer la clémence, mais
ne pas l'outrer comme Henri IV le fit dans la conspiration du comte
d'Auvergne, et dans l'affaire du rappel des jésuites. 6°. Surveiller
l'Espagnol, seul voisin redoutable, étant hostile et puissant. 7°.
Abattre la prépondérance de la maison d'Autriche. L'ombre termine ses
conseils par un adieu paternel.... Adieu, mon fils, mon bien-aymé, mes
délices! L'écrit renferme quinze pages.


  IV.--Discours sur le maudit et exécrable Attentat entrepris
    de nouveau, tant sur la personne du roy que sur son Etat. A
    Poictiers, par J. de Marnef, imprimeur et libraire ordinaire du
    roy. (8 pages.)

Il s'agit ici de la criminelle tentative de Pierre Barrière contre
la vie de Henri IV. L'orateur se félicite de la protection du ciel
qui a sauvé les jours du bon roi, et y voit un gage de sécurité pour
l'avenir. Hélas! il se trompait!


  V.--Observations mathémathiques du nombre quatorze, tant sur
    la naissance, mort et principales actions de feu Henri le
    Grand, vivant, roy de France et de Navare, que sur le terme
    de l'an 1610, en lequel le dict deffunct est décédé, où l'on
    verra chose digne d'admiration. Suyvie de la Récapitulation
    de l'épitafe du dict seigneur et des quatre choses mémorables
    qui se sont passées le jour et le lendemain de sa mort; le
    tout dédié au roy, par Estienne de Selles, ministre escrivain
    podographe et arithméticien juré à Paris, demeurant à Auxerre.
    A Paris, par François du Carroy, imprimeur et libraire, tenant
    sa boutique au bout de la rue Dauphine, devant le Pont-Neuf;
    avec privilége. (15 pages.) M.DC.XI.

Ces rapprochemens singuliers tirés de la combinaison des nombres,
quoique fort peu philosophiques, paraissaient jadis l'objet d'une
science sérieuse à l'aide de laquelle on pouvait lire mystérieusement
dans les destinées humaines. Aussi le sieur Estienne de Selles fait-il
hommage de son travail soi-disant mathématique au jeune roi Louis
XIII, dans une épître où l'on voit que cet hommage a été communiqué
au conseil. S'il est encore aujourd'hui des personnes que de tels
jeux amusent ou intéressent, elles feront bien de jeter les yeux sur
ceux-ci, qui sont ingénieux. Elles y verront, par exemple, que le
nombre quatorze présidait au sort de Henri IV; que cet excellent prince
se maria 14 jours avant le 31 décembre; qu'il gagna la bataille d'Ivry
le 14 mars; qu'il mourut le 14 mai; que Ravaillac, son assassin, fut
exécuté 14 jours après sa mort; qu'il régna 14 trétérides, tant en
France qu'en Navarre; que les jours depuis sa naissance jusqu'à sa fin
cruelle se divisent, sans fraction, par 14; comme aussi que l'âge du
monde, jusqu'à l'an 1610, se divise, sans fraction, par le même nombre;
398 fois 14 donnant exactement 5572, chiffre qui, selon de Selles,
formait le nombre des années du monde en 1610, etc., etc.


  VI.--Discours lamentable sur l'attentat et parricide commis en
    la personne de très heureuse mémoire Henri IV, roy de France
    et de Navarre, par Pelletier. A Paris, par François Huby,
    rue Saint-Jacques, au Soufflet-Vert, devant le collége de
    Marmoutier, avec permission. M.DC.X.

C'est l'œuvre d'un bon citoyen qui écrit dans la vue de prévenir de
nouvelles guerres civiles après la terrible catastrophe du vendredi,
14 mai 1610. L'ouvrage ne contient que 15 pages, y compris le titre, et
n'offre d'ailleurs rien de remarquable.


  VII.--Funebres Cyprez dédiez à la royne, mère du roy, régente
    en France, sur la mort du très chrétien, très victorieux et
    très auguste monarque Henri IV, roi de France et de Navarre,
    surnommé le Grand, par D.-F. Champflour, prieur de Saint-Robert
    de Montferrand, en Auvergne. A Paris, chez Jean Libert,
    demeurant rue Saint-Jean-de-Latran, près le collége de Cambray.
    M.DC.X. (14 pages.)

Trois pièces funébres en vers français et six en vers latins, respirant
toutes le bel-esprit plus que la douleur, composent les cyprès du
bénédictin Champflour.

    La Flèche t'a conçu; Pau t'a vu naistre en terre;
    Coraze t'a nourri; la Cour t'a vu fleurir;
    La Guerre triompher; la Paix t'a vu mûrir;
    Paris t'a vu mourir; et Saint-Denys t'enserre.

    Le François t'a vu grand; l'ennemi, débonnaire;
    La terre, conquérant; la mer, victorieux;
    L'Étranger, fortuné; le Voysin, glorieux;
    L'Église, vrai tuteur; et le Peuple, bon père, etc., etc.

Le sonnet qui commence le recueil finit par ces vers:

    Pleurez le grand Henri, la merveille des Rois;
    Qui vint, véquit, vainquit, au royaume françois,
    Pour voir, savoir, avoir le reste de la terre.

La onzième et dernière pièce est ainsi conçue:

    Quæris quid ortum (lector) e casu meo?
    In orbe fluctus ob cadentem navitem:
    In urbe luctus ob jacentem principem;
    Per castra planctus ob monarcham perditum,
    Per astra cantus ob receptum cœlitem.

Une ligne du père Hardouin de Péréfixe vaut mieux que des milliers de
pareils vers.


  VIII.--Arrest de la cour du Parlement contre le tres meschant
    parricide François Ravaillac. A Paris, chez Antoine Vitray, rue
    Perdue, au collége Sainct-Michel, près la place Maubert. (6
    pages.) M.DC.X.

Il faut qu'une législation soit bien barbare pour faire naître la
pitié en faveur d'un monstre tel que Ravaillac, c'est pourtant le
sentiment qu'on éprouve en lisant dans l'arrêt du parlement rendu
contre ce parricide le 27 mai 1610, et signé Voysin, les dispositions
suivantes... «Condamne faire amende honorable devant la principale
porte de l'église de Paris, où il sera mené et conduit dans un
tombereau; là, nud en chemise, tenant une torche ardente du poids de
deux livres, dire et déclarer, etc., etc.; de là conduit à la place
de Grève et sur un eschaffaut, tenaillé aux mammelles, bras, cuisses
et gras des jambes, sa main dextre y tenant le cousteau duquel a
commis le dict parricide, ards et bruslez de feu de souffre, et sur
les endroits où il sera tenaillé, jetté du plomb fondu, de l'huile
bouillante, de la poix résine bruslante, de la cire et souffre fondus
ensemble; ce fait, son corps tiré et desmembré à quatre chevaux, ses
membres bruslez, ses cendres jettées au vent...; ses biens confisquez,
la maison où il est nay desmolie, sans qu'à sa place puisse y estre
fait autre bastiment..., et que, dans quinzaine après la publication du
présent arrest en la ville d'Angoulesme, son père et sa mère vuideront
le royaume avec défense d'y revenir sous peine d'estre étranglez sans
autre forme de procès.... Enjoint à ses frères et sœurs, oncles, etc.,
de changer leur nom, sous les mêmes peines...»



LE PALAIS DES CURIEUX,

  Auquel sont assemblez plusieurs diversitez pour le plaisir
    des doctes et le bien de ceux qui desirent sçavoir (dédié à
    M. Le Vasseur par le sieur Béroalde de Verville). A Paris,
    chez la veuve M. Guillemot et Saint-Thiboust, au Palais, en la
    gallerie des Prisonniers. (1 vol. pet. in-12 de 584 pages, plus
    8 feuillets préliminaires, y compris le titre et la table des
    matières.) M.DC.XII.

(1612.)


_Ne forçons point notre talent, nous ne ferions rien avec grace_;
maxime d'une sagesse universelle! Faute de l'avoir mise en pratique,
le sieur Béroalde de Verville, doué qu'il était d'un esprit comique,
fin, naïf et hardi, et de connaissances variées, s'est montré assez
pauvre philologue moraliste dans son _Palais des curieux_, et le
plus froid des romanciers dans ses _Aventures de Floride_ comme dans
son _Voyage des Princes fortunés_, tous ouvrages recherchés des
bibliophiles néanmoins, parce qu'ils ne sont pas communs. Cet auteur
écrivait péniblement, avec peu de clarté, bien qu'il eût un certain
penchant naturel pour la métaphysique du langage, et nous soupçonnons
que ce défaut capital a pu contribuer à lui faire choisir le cadre
plaisant qui a fait la fortune de sa Satire rabelaisienne du moyen
de parvenir, si folle et si amusante. Des gens ivres s'expriment
toujours assez bien, pourvu qu'ils fassent rire ou réfléchir, si
même la licence et l'incohérence des idées et des expressions ne
deviennent chez eux autant d'agrémens: mais, sitôt qu'on se donne pour
raisonnable, c'est une nécessité d'être au moins clair et correct,
de penser et de conclure avec justesse; or, c'est ce que Béroalde,
le protestant converti, l'alchimiste, le gentilhomme sur la hanche,
le chanoine de Saint-Gatien de Tours, ne fait pas souvent dans les
quatre-vingts _objects_ ou chapitres du _Palais des Curieux_; il est
beaucoup meilleur philosophe dans son _Coupe-cul de la mélancolie_[7].
On aime à entendre Phidias ou Alexandre-le-Grand raconter le conte des
cerises de la paysanne picarde à Nicomède, au roi des rois Agamemnon,
au prince des orateurs Démosthènes; mais on passe difficilement à un
émule de Michel Montaigne de nous débiter gravement que si les oiseaux
s'endorment et se réveillent de bonne heure, c'est qu'ils ne pissent
point; que la chaleur du corps humain est si forte qu'une jeune fille,
tourmentée de coliques, ayant avalé trois balles de plomb, en rendit
deux dans un état de fusion parfaite, et l'autre en lames; que le
temps où les fèves fleurissent est mauvais aux cerveaux et les exalte;
qu'il a connu certaine villageoise, grasse et accorte, qui n'avait
bu ni mangé depuis un an et demi; que la coudée des anciens avait 34
pouces, non 17, comme on l'a souvent pensé, attendu qu'Hippocrate dit
que les intestins de l'homme ont 13 coudées, et qu'il est reconnu que
ces intestins ont sept fois la longueur du corps, supposé de 5 pieds
4 pouces; que la cuve du temple de Salomon n'était point ovale, ainsi
que certain docteur le soutient; qu'à tort le calendrier a été réformé,
vu que cela fait mentir le proverbe: _A la Sainte-Luce, le jour croît
du saut d'une puce_, et qu'à tout le moins devait-on commencer par le
solstice hivernal; qu'il ne faut pas dire _le bon vieux temps_, vu
que le temps passé est plus jeune que le temps présent, ayant moins
d'années, en sorte que les anciens sont les nouveaux, et les nouveaux
sont les anciens; qu'il y a d'innombrables hiérarchies d'esprits
répandus dans le monde sous toutes les formes; tels que le _lilit_,
le _néfés_, le _zohar_ et autres, fort bien définis par les rabbins;
que les rivières ne coulent point parce qu'elles ont de la pente,
mais parce que Dieu veut qu'elles coulent; toutes belles choses moins
propres à décorer le Palais des Esprits curieux que ne l'est la peau de
lézard garnie de foin d'Arpagon.

  [7] C'est un des titres du moyen de parvenir. Il porte aussi,
  dans une troisième édition, celui de _Salmigondis du genre
  humain_. Béroalde a composé un grand nombre d'écrits, outre
  ceux que nous avons cités, entre autres le Cabinet de Minerve,
  un poème sur l'Ame, un autre sur les Vers-à-soie, l'Art de la
  Grande science sensuelle, les Appréhensions spirituelles, et la
  Recherche de la Pierre philosophale.

Cependant soyons juste, et ne laissons pas de signaler quelques
bonnes réflexions et quelques véritables curiosités de ce livre, qui,
d'ailleurs, se fait lire sans trop de fatigue, par le ton de sincérité
naïve de l'auteur. C'est, par exemple, une pensée forte et juste que
celle-ci, prise dans le chapitre de l'_Autorité_: «Il ne faut point
mettre l'autorité au dessus des sens, puisque l'établissement même de
l'autorité se fait par la voie des sens.» Observation importante pour
nos origines de langage; elle est tirée du chapitre 31: «Les bonnes
gens du temps passé ont retenu plusieurs termes des druides, qui sont
restés dans notre langue, tels que _nievre_, _chesmer_, _caymander_,
etc., et plusieurs doctes les croient venus du grec, d'autant qu'à
leur avis les druides parlaient grec.»

La recette suivante contre la peste, et généralement contre les
épidémies, n'est pas article de foi; néanmoins il est bon de s'en
souvenir: «Mettez du sel bien net dans de bon vin, et laissez-le un peu
reposer; le vin ne prendra de sel que ce qu'il en pourra dissoudre;
cela étant fait, coulez-le, et le gardez en un vaisseau net: c'est le
plus exquis préservatif que l'on puisse imaginer contre ces fléaux.»

Pour le reste, consultez l'ouvrage, si le temps ni les forces ne
manquent.

Le sieur Béroalde de Verville avait, au surplus, le cœur haut et bien
placé. Il fit, un jour, une bonne réponse à certain gentilhomme du
Poitou, fort riche, qui prenait avantage de son argent contre lui,
pauvre hère: «Sachez, monsieur, dit-il, que j'ai assez de monnoye pour
vous payer dix fois votre valeur, et vous donner ensuite pour rien
à qui voudra.» Et là dessus de mettre la main sur la garde de son
épée. La suite de cette histoire, qui se voit au chapitre 13, vaut le
commencement. Il se trouva donc que le superbe gentilhomme poitevin,
fine lame d'ailleurs, eut assez de grandeur d'ame pour avouer son tort
aussitôt, pour demander à Béroalde son amitié, lui donner la sienne, et
la prouver depuis en mainte occasion. Voilà un beau duel!



LES NOUVELLES

ET

PLAISANTES IMAGINATIONS

DE BRUSCAMBILLE;

  En suite de ses Fantaisies, dédiées à Mgr le prince (Henri de
    Bourbon, prince de Condé), par le S. D. L. Champ, (le sieur Des
    Lauriers, Champenois). A Paris, de l'imprimerie de François
    Huby, rue Saint-Jacques, au Soufflet-Vert, devant le collége de
    Marmoutier, et en sa boutique, au Palais, en la gallerie des
    Prisonniers, avec privilége du roy. (1 vol. in-12 de 236 pages
    et 4 feuillets préliminaires.) M.DC.XIII.

(1613.)


Ce volume n'ayant point de table, nous en donnerons une qui, faisant
connaître l'ouvrage, nous dispensera des frais d'analyse.

  1°. L'ouverture pour le premier. C'est une manière de préface
    facétieuse où l'éloge du prince de Condé se trouve mêlé à force
    lazzis.

  2°. Les pythagoriciens. Où l'auteur prend son texte des
    changemens et des métamorphoses que subit la société humaine
    pour laver la profession de comédien du reproche qu'on lui fait
    d'infamie.

  3°. De l'yvrongnerie. C'est un éloge du vin qui n'est pas plus
    amusant que neuf.

  4°. De la création des femmes. Raillerie dirigée contre le
    savant Pierre du Puy, garde de la bibliothèque du roy, à
    qui nous devons l'Histoire des templiers et tant de travaux
    signalés sur l'histoire de France. Nous ignorons ce que Pierre
    du Puy avait fait à Bruscambille; mais il est, à tout propos,
    le but de ses traits les mieux acérés. Ici le savant fait
    venir la femme d'une statue d'argile animée par le flambeau de
    Prométhée. Le valet de Pierre du Puy veut tout simplement la
    faire sortir, avec la Bible, d'une côte de l'homme. Un certain
    Pygmée lui donne pour origine une charrette métamorphosée, et
    le seigneur Pantalon décide la question en faveur de Pierre du
    Puy.

  5°. En faveur des dames. Plaidoyer inutile: il y a long-temps
    qu'elles ont gagné leur cause en France malgré la loi salique.

  6°. Des chastrez. Elégie en prose risible sur la triste
    destinée de ces messieurs.

  7°. Des galleux. Où il est prouvé que leur sort est heureux,
    parce qu'on se range de tout côté pour leur faire place.

  8°. Des allumettes. Éloge trop subtil et trop peu gai.

  9°. Conculcavimus. Véritable ordure qui a pourtant servi de
    type à une épigramme latine de Bernard de la Monnoye et à une
    autre de J.-B. Rousseau.

  10°. Du loisir. Défense des comédiens.

  11°. Des accidens comiques. Autre plaisanterie en faveur des
    comédiens.

  12°. De la Mexique. Inventaire burlesque des richesses qui s'y
    rencontrent, telles que quatre chemises de Vénus, le manteau
    brodé d'Agamemnon, etc.

  13°. Des cinq cents (sens). Parodie de la fable des membres et
    de l'estomac, où l'on voit, par le débat des membres, des sens
    et du derrière, qu'un derrière qui se ferme obstinément est
    maître de tout.

  14°. De la folie en général. Encore un lardon lancé contre
    Pierre du Puy, _lequel est bien différent des autres hommes,
    ceux-ci étant fous par bécarre, et lui l'étant par nature_.

  15°. De la nuict. Éloge de la nuit terminé par cette belle
    sentence au lecteur: _Je vous baise les mains, baisez-moi les
    fesses_.

  16°. De la misère de l'homme. Quelle plus grande preuve que
    cette misère dit sagement Bruscambille, que l'estime singulière
    portée aux destructeurs de l'humanité! Alexandre et César ont
    fait périr chacun plus de deux millions d'hommes et n'en ont pu
    engendrer un seul; et toutefois quel rang n'occupent-ils pas
    dans l'histoire?

  17°. De l'excellence de l'homme. Établie par l'invention des
    arts et surtout de l'imprimerie. Bruscambille est le philosophe
    du pour et du contre.

  18°. Procez du pou et du morpion. Satire des formes du palais
    et de l'éloquence du barreau.

  19°. A la louange du seigneur fouille-trou. Qui aime à rire n'a
    qu'à lire le portrait de ce seigneur dans Bruscambille.

  20°. Du papier. Son éloge où bien des gens ne le chercheraient
    pas.

  21°. En faveur de la comédie. Nouvelle apologie du théâtre
    fondée entre autres choses sur ce que saint Grégoire de
    Naziance composa une tragédie sainte, et sur l'approbation que
    saint Thomas d'Aquin donne aux histrions qui ne mènent pas une
    vie scandaleuse.

  22°. A la louange des poltrons. Contre-vérité assez plaisante
    dans laquelle Bruscambille range Achille au nombre des premiers
    poltrons.

  23°. Voyage de Bruscambille, au ciel et aux enfers pour visiter
    les mânes et les manans et savoir un certain secret naturel qui
    ne sera jamais connu de personne, pas même de Des Lauriers:
    _uter vir an mulier se magis delectet in copulatione_.

  24°. Retour de Bruscambille. Récit du festin que lui a donné
    Jupiter. Il prétend y avoir appris le fameux secret qui donne
    l'avantage à la femme sur l'homme.

  25°. De la colère. Il y a quelques traits d'éloquence dans
    ce chapitre, comme celui où l'auteur compare la colère à ces
    grandes ruines qui se brisent sur le sol où elles tombent.

  26°. De la médecine. Platitude ordurière.

  27°. Des receptes. Ordonnances burlesques pour guérir de la
    stérilité, comme pour déterminer le sexe des enfans dans la
    conception.

  28°. Des chastrez sérieux. Éloge de la castration qui ne la
    fera guère goûter.

  29°. Des bonnes mœurs des femmes. Suite de sentences
    graveleuses déjà insérées dans les fantaisies de Bruscambille.

  30°. Des puces. Sale sottise.

  31°. En faveur des gros nez. Paraphrase de cette sentence: ad
    formam nasi cognoscitur ad te levavi. Que les grands nez sont
    le signe des grands... talens.

  32°. Prologue à monseigneur le prince; fort louangeur, où il
    est dit assez maladroitement que la France doit les Condé à
    l'illustre sang de la Trimouille.

  33°. Harangue funèbre en faveur du bonnet de Jean Farine.
    Satire peu piquante des oraisons funèbres.

  34°. De l'honneur. Ce n'est pas la peine d'en parler pour dire
    que c'est un _nihil_ chez les Latins et un _rien_ chez les
    Français.

  35°. Des naveaux et des choux. Grossière dissertation sur leur
    vertu médicale.

  36°. Des barbes. Où l'on apprend que, dans ce temps, les hommes
    se taillaient la barbe à la savoyarde, à l'espagnole, à la
    suisse, à la turque, à la bougrine, à la courtisane, en couenne
    de lard, à la pédantesque, en sénateur, en queue de canard, en
    devant de sabot, en garde de poignard, en espoussette, en queue
    de merlus, etc. L'auteur par ce quatrain:

          Si porter grand' barbe au menton
          Nous fait philosophe paroistre,
          Un bouc embarbé pourroit estre
          Par ce moyen quelque Platon.

  37°. En faveur de la Scène. Des Lauriers revient toujours à
    l'Apologie du théâtre. Il nous donne les noms des auteurs
    célèbres de son temps: Ronsard, Garnier, Desportes, Belleau,
    du Bellay, du Bartas; passe pour ceux-là; mais Rolland,
    Brisset, Amadis Jamyn, l'émule de Ronsard et le traducteur de
    l'Iliade avec Solel, la Péruse, du Breton, Montchrestien le
    querelleur, chantre de la chaste Suzanne et poète tragique,
    voilà certainement des célébrités bien aventurées.

  38°. De la constance. Dédiée aux dames comme en offrant les
    plus parfaits modèles.

  39°. En faveur des priviléges de Cornouailles. A renvoyer au
    bon La Fontaine.

  40°. Pour pastorales. Que les bergers aiment mieux que les
    rois. Prologue d'une pastorale représentée.

  41°. Des étranges effets de l'amour. Diatribe contre les femmes.

  42°. Pour la tragédie de Phalante. Prologue de la pièce.



LES FANTAISIES DE BRUSCAMBILLE,

  Contenant plusieurs discours, paradoxes, harangues et prologues
    facétieux, revues et augmentées de nouveau par l'auteur. A
    Paris, chez Jean Millot, avec privilége du roi, du 6 juillet
    1612, signé Bouhier, et scellé sur simple queue du grand sceau
    de cire jaune. (1 vol. in-8 de 325 pages, suivies d'une table
    et précédées d'un frontispice gravé, et de trois feuillets
    préliminaires.) M.DC.XV.

(1615.)


Cette édition est exactement la même que celle de Paris, in-12, 1668,
chez Florentin Lambert, sauf qu'elle ne renferme pas, à la fin, une
assez triste plaisanterie de deux pages, ayant pour titre: _les bonnes
mœurs des Femmes_, dans laquelle on lit une suite d'aphorismes tels que
ceux-ci: la prudente femme est celle qui n'a le dedans de la main velu.
La hardie est celle qui attend deux hommes dans un trou. Les éditions
de Paris 1619, in-12, et de Rouen, 1622-23-26-29-35, également in-12,
ne sauraient être plus complètes que celle de 1668. L'amateur le plus
scrupuleux peut donc se contenter de cette dernière des fantaisies de
Bruscambille (Des Lauriers); mais il doit joindre le Mistanguet, plus
deux recueils du même genre dont ailleurs nous faisons une mention
particulière. Nous oserons dire de ces fantaisies qu'elles nous ont
fort amusé. C'est du gros et très gros sel, sans doute, mais d'une
saveur naturelle et piquante. La confusion que l'auteur met exprès dans
ses discours, à l'imitation de Rabelais et de Béroalde de Verville,
ses modèles, est évidemment un voile dont il couvre ses saillies
hardies ou même effrontées; voile qu'avec une médiocre intelligence des
affaires comme des mœurs du temps le lecteur ne laissera pas de percer
facilement. C'est ainsi que, dans les deux harangues de Midas, il est
aisé de démêler la parodie des synodes réformés et des assemblées
d'États catholiques, où chaque parti couvrait son ambitieuse intrigue
de belles maximes de religion et de bien public. Il y a bien de la
sagesse dans ce mot de Midas: «La cause des fols et des ignorans est
toujours favorable; nous gaignerons la nostre.» Ne peut-on deviner de
qui il s'agit dans le procès des grenouilles contre les cuisiniers où
les anguilles interviennent, celles-ci voulant être écorchées par la
queue et les grenouilles par la tête? Le prologue de la vanité des
sciences, appuyé sur l'autorité de Cicéron qui, vers la fin de sa vie,
était dégoûté du savoir, aurait pu fournir de chaleureuses sorties
à J.-J. Rousseau. Le prologue de la défense _du tien_ et _du mien_
est la raison même sous les habits de la folie. La satire des vaines
argumentations n'est, nulle part, plus gaie ni plus concluante que
dans les deux paradoxes _suprà crepitum_, où il est démontré, tantôt
_crepitum esse quid corporeum_, tantôt _crepitum esse quid spirituale_.
Le prologue en faveur du mensonge est d'une hardiesse singulière pour
l'époque. Nous savons, pour notre part, un gré infini à Bruscambille
de ses deux prologues contre l'avarice; car c'est le vice que nous
avons toujours le plus haï et le plus méprisé. Le prologue contre les
censeurs fâcheux débute par une comparaison charmante: «Le propre
des cantharides, y est-il dit, est de succer le vermeil de la rose
et de le convertir en venin.» Il faut remarquer, dans le prologue de
la Calomnie, l'histoire du vieillard Titius voyageant sur sa jument
avec son jeune fils à pied. C'est la jolie fable du _Meunier, son
Fils et l'Ane_; on la retrouve ailleurs, mais peut-être La Fontaine
l'a t-il prise là? Enfin ce livre facétieux et trop souvent ordurier
n'est ni aussi frivole ni aussi fou qu'il paraît l'être; et bien des
écrits prétentieux renferment moins de bon-sens que les 41 prologues
et 15 paradoxes ou galimatias dont les fantaisies de Bruscambille Des
Lauriers se composent.



LES PLAISANTES IDÉES

DU SIEUR MISTANGUET,

  Docteur à la moderne, parent de Bruscambille; ensemble la
    Généalogie de Mistanguet et de Bruscambille; nouvellement
    composées, et non encore veues. A Paris, chez Jean Millot,
    imprimeur et libraire, demeurant en l'isle du Palais, au coing
    de la rue de Harlay, vis à vis les Augustins, avec privilége.
    (1 vol. pet. in-8 de 79 pages.) M.DC.XV.

(1615.)


L'auteur de ces facéties et de toutes celles qui sont connues sous le
nom de Bruscambille est toujours le sieur Des Lauriers, comédien de
l'hôtel de Bourgogne, lequel vivait encore en 1634. Le volume contient:
1° une courte généalogie du sieur Mistanguet; 2° le prologue des idées
du temps qui court; 3° une seconde partie intitulée: des fausses et
véritables idées; 4° des bonnes mines de ce temps, autrement _de nugis
aulicorum_; 5° la seconde partie du prologue des bonnes mines; 6°
l'abrégé de la généalogie du docteur et capitaine Bruscambille et de
son parent et bon amy Mistanguet. Le tout est précédé d'une dédicace
du libraire à un ancien ami, et d'une autre de Mistanguet aux esprits
joyeux. Mistanguet est spirituel et malin. Il vise souvent plus haut
qu'il ne l'annonce. Ses généalogies, par exemple, sont la satire très
gaie de nos romans héraldiques. Son prologue des idées du temps qui
court offre une raillerie mordante des subtilités scolastiques. «Pour
vivre joyeux j'argumente _in barbara_. Arrige aures:

    Omne animal est corpus;
    Omnis homo...........

«Non; je veux que ce soit _in celarent_:

    Nullus homo est lapis;
    Omnis æthiops........

«Tout beau! n'allons pas là! je veux prendre ma visée _in Darii_:

    Omnis homo est animal;
    Aliquod bipes est homo...

»Mon cheval recule. Çà, tout de bon, tremblez, poètes! ma manche,
fourny-moi d'argumens, et vous, mes lunettes, ô vera mundi lumina! _in
darapti_! coup d'estoc, coup de taille, poste, riposte, pare. Ondes
basses, ondes haultes, chapeau enfoncé, pied devant, à pied, à cheval,
j'enfonce la barricade des poètes d'un coup argumental

    Omnes poetæ sunt nugaces;
    Omnes...................

«Non, en françois:

      Tous les poètes sont bourdeurs;
      Tous les poètes sont prophètes;
    Donc quelques poètes prophètes sont bourdeurs.

«S'il n'est bien tiré, j'ay la crotte au cul; tirez-la avec les
dents: je ne respecte ny Siague, ny de Arena, etc.» La conclusion de
Mistanguet est que tout le monde est fou, et que si le roi faisait un
édit à qui se regarderait le plus long-temps sans rire, le Pont-Neuf, à
force de rire, se fonderait. Voilà qui n'est pas mal pour une facétie.



LA COMÉDIE DES PROVERBES,

  Pièce comique (en trois actes et en prose, par Adrien de
    Montluc, comte de Cramail). A Troyes, chez la veuve Oudot
    (cinquième édition). M.DCC.XV. (1 vol. pet. in-8.) Ensemble
    les Illustres Proverbes historiques, ou Recueil de diverses
    Questions curieuses pour se divertir, etc., etc., ouvrage tiré
    des plus célèbres auteurs de ce temps. A Paris, chez Pierre
    David, au Palais, 1655, avec la Suite. A Paris, chez Popingue,
    rue de la Huchette, 1665. (Bonne édition avec planche, 2 vol.
    pet. in-12.)

(1616--1715--1654-55-65.)


La science des proverbes a son prix, non pas que les proverbes soient,
comme on l'a dit, la sagesse des nations (ils ne seraient tels, en
tout cas, que parce qu'ils disent souvent le pour et le contre); mais
cette science est utile à la connaissance des mœurs populaires; mœurs
qu'on retrouve dans toutes les classes de la société, qui marquent la
physionomie propre des peuples, et ce titre la recommande aux esprits
réfléchis, en même temps qu'il explique le goût que le public a
toujours montré pour elle. On ne doit donc pas s'étonner que, de 1718 à
1786, il ait été fait cinq éditions du dictionnaire proverbial du sieur
Le Roux, Français réfugié en Hollande, homme de beaucoup de mérite
comme la plupart de ses compagnons d'infortune, ni que, dernièrement,
un philologue aussi éclairé qu'ingénieux, M. de Méry, nous ait donné,
en trois volumes in-8°, un abrégé historique, plein de recherches, de
tous les proverbes en circulation, grecs, anciens et modernes, latins,
français, espagnols, italiens, anglais, écossais, chinois, arabes,
danois, flamands, hollandais, turcs, persans, indiens, allemands, sans
préjudice de quantité de proverbes généraux et particuliers de toute
nature dont les oreilles du monde retentissent journellement.

Le dictionnaire de Le Roux, appuyé d'extraits de nos vieux auteurs, est
d'un usage commode et agréable; toutefois il est regrettable qu'étant
suffisamment explicatif, il ne soit pas également historique, car
l'origine des proverbes ajoute un vif intérêt à leur explication.
Nous évaluons à six mille le nombre des proverbes ou façons de parler
proverbiales qu'il renferme. L'ouvrage de M. Méry est moins riche
quant au nombre et l'est davantage quant à l'histoire. Il se pourrait
bien faire que l'auteur eût cédé plutôt à l'attrait de l'érudition
qu'à celui de la vérité, en donnant 190 proverbes aux Grecs, 228 aux
Latins, et seulement 100 aux Français. Nous devons être le peuple le
plus proverbialiste de la terre, puisqu'on nous accorde d'être le plus
sociable. Voyons d'ailleurs quel luxe de dictons étale notre langage
familier. Il n'y a peut-être pas, chez nous, une épithète qui n'en
soit flanquée. Nous disons sourd comme un pot, sot comme un panier,
bête comme une oie, franc comme l'or, discret comme un mur, indiscret
comme un tambour, bavard comme une pie, muet comme un poisson, menteur
comme un arracheur de dents, pauvre comme Job, beau comme un astre,
laid comme un pou, étourdi comme un hanneton, gras comme un moine,
gros comme un muid, roide comme un bâton, long d'une aune, rouge
comme un corail; que savons-nous encore? Aussi l'étude des proverbes
a-t-elle commencé de bonne heure en France, et bien avant Sancho Pança.
En ne remontant qu'au siècle qui a suivi l'apparition de ce grand
proverbialiste, nous remarquons, parmi beaucoup de livres composés sur
cette matière, les deux qui sont l'objet de cet article.

La comédie des _Proverbes_ n'est pas précisément amusante; elle est
assez bien inventée et bien conduite, sans doute; mais, pour l'auteur
dramatique, il n'y a point de salut sans le naturel et l'aisance du
dialogue: or, ici, le dialogue entier se trouvant farci de proverbes
amenés de près ou de loin, à toute éreinte, adieu l'aisance et le
naturel. Lidias, assisté de son valet Alaigre et de quelques amis,
enlève de vive force, mais non pas malgré elle, la jeune Florinde,
fille de la dame Macée et du docteur Thesaurus, laquelle était promise
au capitaine Fierabras. Cet enlèvement a lieu de grand matin, dès la
première scène, pendant une promenade aux champs du père et de la mère,
en dépit des cris de la servante Alison, en dépit de la résistance du
valet Philippin que les ravisseurs emmènent avec eux, et à la barbe
des voisins Bertrand et Marin, qui regardent la chose tranquillement
de leurs fenêtres. Les ravisseurs s'éloignent en toute hâte, et quand
Thesaurus revient à son logis avec la dame Macée, sa femme, il apprend
l'évènement par le burlesque récit que lui en fait le voisin Bertrand.
Voilà le 1er acte. Au 2e le capitaine Fierabras, instruit du fait,
entre en scène et propose son glaive et ses services à Thesaurus.
«Seigneur docteur, croyez-moi, je les ferai renoncer à la triomphe,
et coucher du cœur sur le carreau.»--«Patience, répond Thesaurus,
vous êtes trop chaud pour abreuver. N'allez pas tomber de Charybde en
Scylla. Il faut aller au devant par derrière, et vous conserver comme
une relique. Croyez-moi, et dites qu'une bête vous l'a dit.» Sur ce,
Fierabras, profitant du conseil, conclut qu'il vaut mieux laisser les
papillons venir se brûler d'eux-mêmes à la chandelle, et le théâtre
reste vide, faute souvent répétée dans la pièce. Arrivent les deux
amans et les deux valets, toujours s'enfuyant. La faim les saisit.
Ils se mettent à repaître. Après boire, ils se déshabillent et vont
dormir un petit. Durant leur sommeil, des bohémiens surviennent qui
prennent leurs habits et laissent à la place des haillons de bohémiens.
Au réveil des deux amans et des deux valets, les valets se frottent
les yeux. «Quelle heure est-il?» dit l'un. L'autre répond: «Si ton nez
était entre mes fesses, tu dirais qu'il est entre une et deux. Mais,
Aga! on nous a fait grippe-cheville; nous sommes volés des pieds à
la tête.» Dans ce désarroi, la compagnie, qui a perdu ses habits, se
revêt des haillons bohémiens, et l'on va voir au 3e acte qu'à quelque
chose malheur est bon. Une fois vêtus en bohémiens, les deux amans
et les deux valets, pour échapper au capitaine Fierabras, n'ont rien
de mieux à faire qu'à dire la bonne aventure. Ainsi font-ils. Bien
déguisés qu'ils sont, ils se présentent à Thesaurus et à Fierabras,
et gagnent tout d'abord leur confiance en devinant l'enlèvement de
Florinde, qu'il ne leur est pas difficile de deviner. Fierabras devient
amoureux de la fausse bohémienne Florinde, qui le repousse en lui
disant _qu'à laver la tête d'un âne on perd sa peine_. Là dessus, les
faux bohémiens laissent Fierabras tout seul. Arrivent des archers avec
leur prévôt, qui sont à la poursuite des vrais bohémiens. Fierabras
se prend de querelle avec eux, puis leur quitte le terrain, tout
Fierabras qu'il est. Il se rencontre que le prévôt est le frère de
Lidias. Reconnaissance des deux frères; péripétie. Les archers et le
prévôt entrent dans la conspiration des amans. Le prévôt fait croire à
Thesaurus que lui et Lidias, après des prodiges de valeur, ont arraché
sa fille des mains des ravisseurs. Thesaurus, en reconnaissance,
accorde Florinde à son amant Lidias, et Fierabras devient ce qu'il
peut; car il a disparu. Tirez le rideau, la farce est jouée. Si l'on
en souhaite davantage, on n'a qu'à lire l'analyse détaillée que les
frères Parfait ont donnée de cette pièce, au tome 4e de leur estimable
_Histoire du Théâtre Français_. La comédie des _Proverbes_ en contient
deux ou trois mille. C'est un tour de force, aussi bien que les
comédies et tragédies tout en calembourgs du marquis de Bièvre. Mais
encore, les tours de force ne valent rien dans les arts. Ils sont même
bien moins difficiles que le simple et le vrai, ce que ne sauront
jamais ceux qui n'ont pas essayé d'être vrais et simples, et ce qu'il
ne faut point cesser de répéter pour l'honneur du goût.

Croirait-on que cette farce est du petit-fils du terrible maréchal
Blaise de Montluc, de cet Adrien de Montluc, comte de Cramail,
prince de Chabannais, qui passait pour un si bel et si solide esprit
à la cour de Louis XIII, à qui Regnier adressait sa seconde satire
commençant par ce vers: «Comte, de qui l'esprit pénètre l'univers,
etc.,» laquelle n'est pas de ses meilleures au surplus; de ce seigneur,
disons-nous, que l'abbé de Marolles et la Porte élèvent aux nues dans
leurs Mémoires; enfin, que la reine Anne d'Autriche, voulait faire
gouverneur de ses fils. Ce galant homme fut mis à la Bastille par
Richelieu, en 1630, après la Journée des dupes, pour avoir conspiré
avec le fameux abbé de Gondy contre la vie du premier ministre, ainsi
que cela est raconté dans les Mémoires de Retz. Il fit encore _les Jeux
de l'inconnu_, ouvrage tout en calembourgs, plus deux Enfans naturels:
c'eût été un plaisant gouverneur de Louis XIV, il en faut convenir;
mais venons à notre recueil des illustres proverbes. Grosley, dans le
Journal encyclopédique, l'avait attribué au comte de Cramail (on ne
prête qu'aux gens riches); mais M. Nodier le donne plus judicieusement
au sieur Fleury de Bellingen. L'ouvrage est un dialogue entre certain
manant et certain philosophe, où l'on pense bien que le premier, en
débitant force proverbes, ne fait que donner la réplique au second qui
les explique tant bien que mal. Ce Recueil ne laisse pas que d'être
assez précieux pour l'étymologie de quelques proverbes; il est bon de
le consulter pour ne pas citer à faux, et aussi pour ne pas dire des
sottises sans le vouloir. Par exemple, si les femmes savaient l'origine
de _toujours souvient à Robin de sa flûte_, elles ne citeraient
jamais ce proverbe. Un comédien de Melun, nommé l'Anguille, jouait,
dans le _Mystère de Saint-Barthélemy_, le personnage du martyr, et,
maladroitement, il se mit à crier avant que le bourreau approchât
de lui pour l'écorcher; d'où le proverbe, faussement appliqué, _des
anguilles de Melun qui crient avant qu'on les écorche_. S'il est vrai
que le proverbe _j'en mettrais ma main au feu_ vienne de l'impératrice
Cunégonde, femme de l'empereur Henri de Bavière, qui, de plein gré,
marcha impunément pieds nus sur treize socs de charrue rougis au feu,
pour se justifier d'une accusation d'incontinence, on devrait dire,
_j'en mettrais mes pieds au feu_; on devrait le dire, bien entendu
qu'il ne faudrait pas le faire. Il y a plus d'une subtilité dans
les explications du philosophe. Par exemple, comment croire que le
proverbe _boire à tire-larigot_ vienne de la raillerie que les Goths
firent à la tête d'Alaric après l'avoir coupée, lorsqu'ils se mirent à
boire, en chantant _ti Alaric got_? Est-il bien certain que _faire une
algarade_ vienne du brigandage des habitans d'Alger? Est-il vrai que
_fesse-mathieu_ vienne de saint Mathieu, qui d'abord avait été usurier?
_Poupée_ vient-il de l'impératrice _Poppée_? Mais _faire à Dieu barbe
de fouarre_, ou gerbe de paille, vient évidemment de la tromperie des
paysans qui gardent leur plus mauvaise gerbe pour la dîme. Le second
volume de ce Recueil, sous la date de 1665, offre une singularité; les
68 premières pages ne sont que la répétition presque textuelle des 68
dernières du premier volume de 1655; le reste est nouveau, mais d'un
nouveau bien sérieux et bien plat: voici pourtant une sentence qui peut
passer pour une bonne maxime, plutôt que pour un proverbe, et Dieu
veuille qu'on ne nous l'applique pas: _mieux vaut rester oisif que rien
faire_; autrement, que _faire des riens_? Pour finir, s'il est vrai que
_jeter de la poudre aux yeux_ dérive des vainqueurs à la course des
jeux olympiques, lesquels, en devançant leurs rivaux, leur envoyaient
de la poussière au visage, le proverbe est ici détourné de son sens
naturel, qui se rapporte aux vrais vainqueurs, tandis que l'usage
l'adresse aux escamoteurs de succès.



L'ADAMO,

  Sacra rappresentatione di Gio. Battista Andreini Fiorentino,
    alla Maesta christianissima di Maria de Medici, reina di
    Francia, dedicata. Con privilegio. (1 vol. in-4, fig.) Ad
    Instanza de Geronimo Bordoni, in Milano. (_Rare._) M.DC.XVII.

(1617.)


Plusieurs autorités imposantes, notamment Voltaire et Ginguené, ont
avancé que Milton avait puisé, dans l'_Adamo_ d'Andreini, l'idée
première de son poème immortel: nous pensons, après avoir lu l'Adamo,
que cette assertion est, au moins, douteuse. L'idée d'un poème sur la
création et la chute de l'homme vint probablement, à l'Homère anglais,
de la Genèse, et non du drame italien qui défigure la Genèse. Quoi
qu'il en soit, comme l'opinion que nous attaquons a rendu l'_Adamo_
célèbre, et très rare sur le continent par le prix que les Anglais y
ont attaché, nous en parlerons avec quelque détail.

Cette pièce, en cinq actes, est écrite en vers libres. Les
interlocuteurs en sont, le Père éternel, l'archange Michel, Adam, Ève,
Chérubin, gardien d'Adam, Lucifer, Satan, Belzébuth, les sept péchés
mortels, le Monde, la Chair, la Faim, la Fatigue, le Désespoir, la
Mort, la vaine Gloire, le Serpent, Volano messager infernal, un chœur
de Séraphins, un chœur d'Esprits follets, un chœur d'Esprits ignés,
aériens, aquatiques et infernaux. Voici le sommaire de l'ouvrage:

  ACTE Ier. _Six scènes_, précédées d'un Prologue en l'honneur de
    Dieu, chanté par le chœur des Anges. Le Père éternel anime un
    peu de limon et crée l'homme. Adam commence la vie par louer
    le Seigneur qui le plonge aussitôt dans un sommeil extatique.
    Les Mystères de la Trinité et de l'incarnation du Verbe lui
    apparaissent. Ève est formée d'une de ses côtes: il se réveille
    alors, voit sa compagne, l'embrasse: adore, avec elle, l'auteur
    de tant de biens, et reçoit, en même temps que les bénédictions
    célestes, la défense de manger le fruit de l'arbre fatal.
    Lucifer, sorti de l'abîme, contemple avec mépris le Paradis
    terrestre et tous les ouvrages de la création; il exhorte
    Satan et Belzébuth à tenter Adam, pour empêcher l'effet des
    promesses faites au genre humain; il évoque aussi Mélécan et
    Alurcon, leur ordonnant de souffler l'Orgueil et l'Envie dans
    le cœur de la femme pour n'avoir pas été créée la première;
    il charge Ruspican et Arfarat de lui souffler la Colère et
    l'Avarice. Enfin, pour achever de distribuer les rôles à ces
    démons tentateurs, il commande à Maltéa d'amollir Ève par la
    paresse; à Dulciata de la corrompre par la luxure; à Guliar, de
    l'allécher par la gourmandise.

  ACTE 2e. _Six scènes_:--Quinze esprits célestes chantent
    les louanges du Seigneur à l'envi. Adam les imite et nomme
    toutes les créatures. Le Serpent dispose son plan d'attaque
    que Volano expose à Satan, comme ayant été dressé dans le
    conseil infernal. Vaine Gloire et le Serpent se cachent dans le
    Paradis, sur l'arbre de la science: Ève aperçoit le Serpent,
    l'admire, s'en laisse flatter, cueille et mange le fruit
    défendu, en sort pour en aller offrir à son époux.

  ACTE 3e. _Neuf scènes._--Adam, après force descriptions des
    beautés du Paradis, succombe à la tentation de manger le fruit
    qu'Ève lui présente: les deux époux voient aussitôt leur
    nudité, les maux et la mort, et vont se cacher. Grande joie
    de Volano: sa trompette résonne; tous les esprits de l'enfer
    accourent à ce terrible signal; les esprits follets se mettent
    à danser un branle joyeux; puis, apercevant la lumière divine,
    se replongent dans l'abîme éternel. Dieu appelle alors l'Homme
    et la Femme, reçoit leurs aveux et les condamne après avoir
    maudit le Serpent. Un ange apporte aux coupables des vêtements
    de peau grossière et les laisse dans la douleur. L'archange
    Michel les chasse du Paradis et met un Chérubin à la porte pour
    en fermer l'entrée. Les anges, avant de quitter Adam et Ève,
    leur prêchent le repentir, leur souhaitent du courage et leur
    laissent l'espérance.

  ACTE 4e. _Sept scènes._--Lucifer assemble tous les diables
    par la voix de Volano et leur demande ce qui leur paraît des
    œuvres de Dieu et de celles d'Adam. Tous les diables ne savent
    qu'en penser, et Lucifer les instruit. Lucifer, en rivalité
    avec Dieu, essaie une création; il crée quatre monstres pour
    la ruine de l'homme, avec un peu de terre, savoir: le Monde,
    la Chair, la Mort et le Démon, et puis s'en retourne en enfer.
    Adam se raconte à lui-même comment toutes les choses de la
    nature ont changé de forme depuis son péché, qu'il pleure
    amèrement: les animaux commencent à s'entre-tuer. Adam et Ève,
    saisis d'effroi, se cachent; quatre monstres leur apparaissent,
    la Faim, la Soif, la Fatigue et le Désespoir, qui leur crient:
    «Nous ne vous lâcherons plus!» La Mort menace les époux au
    milieu des éclairs, du tonnerre, des vents, de la grêle et
    d'une pluie horrible.

  ACTE 5e. _Neuf scènes._--La chair tente l'homme, et, le
    trouvant rebelle, lui montre comme, dans la nature, tout suit
    la loi de l'amour: Lucifer vient en aide à la chair pour
    engager l'homme à s'unir à elle: Adam, soutenu de son Ange
    gardien, résiste aux deux séducteurs: il est bien temps! Le
    Monde étale ses pompes et ses parures aux yeux de la Femme
    et tire, pour elle, du néant, un palais d'or: de ce palais
    d'or sort un chœur de belles filles, qui veulent parer la
    Femme de leurs mains. Ève, soutenue de son époux, résiste à
    ces pompes et à ces parures: il est bien temps! Les Démons,
    réunis, emploient alors la Violence; mais survient l'archange
    Michel, qui les combat et les terrasse: il est bien temps! Vive
    reconnaissance d'Adam et d'Ève pour l'archange Michel; et la
    pièce finit par les louanges du Seigneur.

Le lecteur peut maintenant comparer la structure du drame italien à
celle du poème anglais. La comparaison du style des deux poètes est
encore moins favorable, s'il se peut, à Andreini. Le mauvais goût de ce
dernier se trahit dès les premiers vers du prologue. Les anges chantent
que l'arc-en-ciel est l'arc de la lyre céleste, que les sphères en
sont les cordes, que les étoiles en sont les notes, que les zéphyrs
en sont les soupirs et les pauses, et que le temps bat la mesure. On
se rappelle quel charme l'auteur du _paradis perdu_ a versé sur la
peinture des premiers amours du monde. Le récit d'Ève à son époux, où
elle lui retrace sa joie mêlée de crainte lorsqu'elle aperçut Adam,
est d'une beauté surhumaine. Eh bien! dans la pièce d'Andreini, Adam
reçoit sa compagne, muette et insensible, des mains de Dieu, à son
réveil, sans surprise, sans ravissement, et comme ferait un fiancé à
sa fiancée, des mains de ses parens, dans un mariage de raison. Il
revient presque aussitôt à s'ébahir des étoiles et de la lumière du
jour, comme s'il était question d'étoiles quand on entre en possession
de ce qu'on aime. Cette lumière du jour, qui cause, au Satan de Milton,
une admiration rendue infernale par le désespoir, et par là même si
sublime, n'excite, chez le Lucifer d'Andreini, qu'un stupide mépris.
«Vil architecte! s'écrie-t-il, qu'espères-tu de ton œuvre de fange?»
La conjuration de Lucifer contre les époux, qui remplit presque tout
le premier acte de l'_Adamo_, présente une idée heureuse, celle de
l'attaque formée contre le bonheur de l'innocence par tous les vices
personnifiés; mais, sans le génie qui féconde, il n'est point d'idée
heureuse dans les arts, et les démons vicieux de l'_Adamo_ sont aussi
plats dans leurs discours recherchés que ceux du pandæmonium sont
brûlans de haine et d'horreur. Voici pourtant un beau sentiment bien
rendu. L'auteur attribue, par la bouche des anges, la pensée de la
création à l'excès d'amour qui a besoin de s'épancher du sein du
créateur.

    Ah! ch'e tanto l'ardore
    Di questo eterno amante
    Che non potendo in se tutto capire lo,
    L'amorose faville
    Spiro dal sen creando
    Gli angeli, i cieli, l'huom, la donna, il mondo!

La scène du second acte où Adam, devant les démons cachés qui le
maudissent, explique, à sa compagne ravie, les grandeurs de Dieu, offre
aussi des beautés réelles de pensées et de diction, ainsi que celle de
la tentation qui débute très bien par la douce extase de l'être fragile
près de succomber.

    Ecco i frutti, ecco il latte, il mel, la manna!
    ..............................................
    Se melodia brame? ecco i augelli!
    ................................
    S'io chiedo amico? amica
    Pur mi risponde Adamo.
    Se mio dio? ecco in cielo il fabro eterno
    Che non e sordo, anzi al mio dir risponde, etc., etc.

Mais de pareils traits sont trop rares chez Andreini. Du reste, la
chute de la femme par le serpent n'offre qu'une puérile causerie, et
celle de l'homme par la femme qu'une affectation sentimentale non moins
puérile. C'était là l'écueil du sujet à la vérité; mais il fallait
savoir le tourner en le plaçant derrière la scène ou, du moins, près
du dénouement, comme l'a fait Milton, heureusement pour sa gloire,
car l'intérêt du _paradis perdu_ finit là. Or, non seulement Andreini
n'a pas eu cette adresse, loin de là, c'est dans la première moitié
de sa pièce qu'il a mis la catastrophe, et l'on sent que tout ce qui
suit n'est et ne pouvait être qu'un remplissage dépourvu d'intérêt
et de raison. Si donc Milton a imité Andreini, c'est qu'il a voulu
ressembler à l'Éternel qui créa l'homme d'un peu de limon. Il faut
d'ailleurs, pour que cela soit, qu'il ait eu bonne mémoire, puisque,
revenu d'Italie en Angleterre vers 1640, à 32 ans, il ne travailla
guère sérieusement qu'en 1664 à son poème qui parut en dix chants pour
la première fois dans l'année 1669, pour être obscurément réimprimé en
douze chants en 1674, année de sa mort, et enfin une troisième fois,
avec des applaudissemens tardifs, en 1678. Quant au comédien Andreini,
né à Florence, en 1578, du comédien François Andreini, l'auteur des
_Bravoures du capitaine Spavente_, et d'Isabelle Andreini, aussi
comédienne célèbre, il devait être mort quand Milton visita l'Italie.
Il vivait encore en 1613, le 12 juin, puisqu'à cette date il écrivait
à Milan la dédicace de son _Adamo_ à la reine Marie de Médicis; mais
son portrait, qui décore l'édition de 1617, de son ouvrage, et qui lui
donne alors 40 ans, ferait croire qu'en 1617 il ne vivait plus.



RECUEIL GÉNÉRAL

DES CAQUETS DE L'ACCOUCHÉE,

  Ou Discours facétieux, où se voient les mœurs, actions et
    façons de faire des grands et petits de ce siècle; le tout
    discouru par dames, damoiselles, bourgeoises et autres, et
    mis en ordre en VIII après disnées, quelles ont faict leurs
    assemblées, par un secrétaire qui a le tout ouï et escrit; avec
    un Discours du relevement de l'Accouchée, imprimé au temps de
    ne se plus fascher. (1 vol. pet. in-8 de 200 pages, avec la
    figure.) M.DC.XXIII.

(1623.)


On réunit quelquefois à ce recueil diverses pièces du même genre
qui en augmentent le prix, déjà très élevé, sans accroître beaucoup
son mérite. Ce supplément ne fait point partie _des Caquets de
l'Accouchée_, c'est autre chose. L'auteur de ce livre vraiment amusant,
d'un excellent comique et curieux pour l'histoire de nos mœurs sous
Louis XIII, loin de se nommer, s'est si bien caché, que M. Barbier
ne l'a pas découvert. Une certaine conformité de tour d'esprit et
d'historiettes nous a persuadé que ce pourrait bien être Bruscambille
Des Lauriers. Quoi qu'il en soit, l'anonyme prétend, dans son avis
au lecteur curieux, _qu'il est colloqué en un rang qui le sépare du
vulgaire_, ce qu'on serait tenté de croire à la portée de ses malignes
censures de la cour et de l'administration en 1623. Cet écrivain fait
penser en disant qu'il ne veut que faire rire.

    «Aprestez vos gorges pour rire
    De ce que j'ay voulu descrire
    En ces caquets d'accouchement;
    La matière est si trivialle,
    Qu'il n'y a suject qui l'égalle
    Pour prendre du contentement.»

L'analyse suivante fera juger qu'heureusement pour le censeur, son
ouvrage n'est point trivial, car la trivialité est une chose plus
triste que plaisante. Un convalescent demande à ses deux médecins
le moyen de sortir de la langueur que lui a laissée sa maladie.
«Allez à votre maison des champs, dit celui-ci, secouez l'oreille
de la tulipe et du martigon...» «Allez à la comédie, dit celui-là;
ou bien amusez-vous dans quelque ruelle à escouter les jaseries des
caillettes au lit d'une accouchée.» Ce dernier conseil est accueilli.
Le convalescent s'adresse à une accouchée de ses parentes, demeurant
rue Quincampoix, qui le place huit jours de suite dans sa ruelle,
rideaux fermés, et les caquets commencent. La mère de l'Accouchée
ouvre la scène par lamentations sur la difficulté qu'aura sa fille à
établir ses sept enfans, aujourd'hui que la noblesse ne se contente
plus de 50 ou 60 mille écus de dot pour épouser la finance, et qu'elle
demande jusqu'à 500,000 livres comptant.--N'est-ce pas une diablerie,
que d'avoir à donner de telles sommes pour s'appeler comtesse et
garantir son père de la recherche des financiers? Ici l'assemblée se
divise, et plusieurs débats s'ensuivent. Plaintes contre le luxe et la
confusion des classes.--Ne voit-on pas tous les jours des femmes de
juge présidiaux vêtues de satin et de velours comme celles des maîtres
des comptes et des grands officiers?--Aussi, comme chacun fait sa main
dans son office! Voyez MM. les échevins et prévôts des marchands vendre
des états de gaigne-deniers, de jurés-racleurs, de porteurs de foin,
etc.; acheter à la veuve et à l'orphelin des arrérages de rente sur la
ville à six écus pour cent; employer à festoyer et bancqueter l'impôt
de cinq sols par écu sur le vin des bourgeois, au lieu d'en réparer,
ainsi qu'il était dit, les quais rompus et les fossés de la ville!--Et
MM. les juges criminels refusant de poursuivre les voleurs si la partie
ne donne point d'argent.--Défunt M. d'Ambray, mon mari, dit une bonne
mère, qui a été trois fois prévôt des marchands, était bien différent;
il n'a jamais profité à l'hostel de ville que d'un pain de sucre par
an aux étrennes.--Et la jeunesse, madame, qu'en dites-vous? Au lieu
d'apprendre à servir le roy et la république, elle s'amuse à despendre
son bien; puis, quand elle n'a plus sou ne maille, on voit ces muguets
de fainéans, accrochés à la bourse d'une vieille, ou faisant des enfans
aux filles riches pour être condamnés à les épouser; ou si d'adventure
on vient à leur acheter quelque charge en cour du parlement, les voilà
bien peignés, ne sachant par quel bout commencer la justice, et logés à
l'enseigne de l'asne.--Autrefois la linotte et le chardonneret étaient
en diverses cages, mais aujourd'hui le comptable s'allie par mariage au
juge des comptes, et les voilà en même _volière_.--Je vous assure, dit
une femme maigre, mélancolique et pleine d'inquiétudes, que les temps
ne sont pas si durs. Mon mari, qui est avocat et de la religion, gagne
ce qu'il veut à faire les affaires de ses religionnaires. C'est dommage
qu'il mange tout, autant vaudrait-il qu'il fût papelard.--Vraiment,
madame, c'est grand pitié qu'on souffre votre religion de néant, où
l'on enterre les morts dans les jardins au pied d'un saule, ou les
sujects contribuent pour faire la guerre à leur roy légitime. Ici
l'envie de pisser prend à l'accouchée, et l'assemblée se sépare.

_Deuxième journée._--Récit d'un incendie arrivé à l'occasion de
la canonisation de sainte Thérèse célébrée aux frais de la reine
Anne-Thérèse d'Autriche. La cérémonie et la catastrophe sont racontées
par une damoiselle de la paroisse Saint-Victor, témoin oculaire.
L'évènement se passa devant les carmes déchaussés. Critique des vaines
dépenses de l'Église. Nouvelles de l'armée royale devant Montauban où
elle guerroie contre les huguenots.--Cela ne va pas mal, dit la femme
d'un courrier, n'était que bien des gens, à l'exemple de feu M. le
connétable, (le duc de Luynes) ont fait leur main et mis dix à douze
mille hommes dans leur pochette.--C'est ce dont se plaignait l'autre
jour M. le prince (Louis de Condé).--Oui: cela lui sied bien à lui,
avaricieux comme il est; je l'ai vu à la messe, aux Enfans-Rouges, se
faire chanter un _salve_ pour trois sols.--Parlez-moi de M. de Soubise;
c'est lui qui est magnifique.--Oui, mais non pas son frère M. de Rohan,
qui, de plus, sait mieux escrimer de l'épée à deux jambes que d'une
pique. Il a bien fait le poltron à Saint-Jean-d'Angely, et ailleurs.
Quant à M. de la Force, il a joué un tour de son métier et s'est bien
vendu pour de l'argent.--Ah! il ne l'a pas touché encore. Il n'a que
la promesse de M. de Schomberg; et, devant que de la tenir, il devra
montrer de ses œuvres.--Le mal est que tous ces voyages du roy et de la
noblesse font qu'on ne vend plus rien dans Paris.--Pour moi, j'ay mis
bon ordre au commerce et je me suis faite amie d'un prestre qui sent
l'évesché. Mes enfans auront de bons bénéfices.--Madame a raison; il
n'y a tels que les gens d'Église pour attraper de l'argent. Les pères
de l'oratoire me montraient, l'autre jour, le plan de leur édifice; ici
le chœur; là une chapelle, et puis une autre, et puis là des oratoires;
que sais-je? mais, mon père, ai-je dit à l'un d'eux, cela coûtera gros.
Oh! me dit-il, tout est payé, avant les fondemens, par les seigneurs
qui veulent des chapelles et des oratoires. Nous ne les vendons que
200 écus pièce. _Transition._--Demandez à madame qui sait tout, ayant
lu Calvin.--Oui, j'ay lu Calvin. Où est le mal? Vieille sorcière! A
ce mot de Calvin, un petit chien se lève, croyant qu'on l'appelle. On
le renfonce sous les cottes de sa maîtresse, et la diatribe contre
les calvinistes reprend.--Ce sont eux qui causent tous les maux de la
France depuis tantôt cent ans. Encore si on les persécutait, mais non,
les édits les protègent, et ils n'en font que pis.--Holà, mesdames,
ce ne sont point ici matières pour nous à discourir, il y faudrait du
Moulin.--Qui? ce du Moulin, vrai moulin à vent, qui a quitté Charenton
par couardise pour s'envoller à Sedan? ainsi ne faisaient pas Luther
ni Calvin. Survient une nouvelle compagnie qui revient de la foire du
Landy. Propos communs.

La deuxième journée finit par un congé donné à l'assemblée sur la
prière de la nourrice.

_Troisième journée._--Visite de la femme d'un commissaire des guerres
et de celle d'un trésorier chez l'Accouchée. Ces deux bavardes disent
le secret de la fortune de leurs maris et racontent comment l'un, en
mettant dans sa poche deux livres de poudre par coup de canon, et
l'autre, en trafiquant de la solde avec les parties prenantes, se
sont mis à l'abri de la misère. Il est vrai qu'on peut les rechercher
quelque jour; mais la bourse des rechercheurs est déjà faite; ainsi
tout est assuré.--Vra-my, mesdames, il faut bien faire le tour du
bâton pour gagner l'intérêt des charges.--On me contait il n'y a
long-temps, dit la femme d'un conseiller, qu'une place de greffier
au châtelet de Paris, qui ne se vendait, il y a 15 ans, que mille
écus, venait de se vendre dix mille. _Transition._ On tombe sur le
charlatanisme des médecins et des apothicaires qui font payer chèrement
comme marchandises des Indes quantité de drogues faites avec l'herbe
de nos jardins.--Aussi vous les voyez acheter pour leurs fils des
charges de conseiller en cour du parlement.--Ah! non pas facilement de
Paris, madame; ces MM. regimbent quand ils voyent telles choses; mais
bien des charges du parlement de Bretagne.--Et les chirurgiens donc!
il ne manque à leurs filles que le masque pour être tenues de vrayes
damoiselles. _Transition._ Caquetage sur quelques bons tours joués aux
maris. Caquetage sur les faux imprimeurs. On se sépare.

_Quatrième journée._--Caquetage sur des aventures galantes du temps,
dans lesquelles figurent le comte et la comtesse de Vertus, le premier
président (Nicolas de Verdun), amant d'une fille d'honneur de la reine,
M. Monsigot et la duchesse de Chevreuse, et force conseillers et
maîtres de requêtes. Le fil de ces intrigues d'ambition, de finance et
d'amour se trouve aujourd'hui perdu dans une foule de noms propres que
deux siècles ont fait oublier.

_Cinquième journée._--Caquetage sur la guerre huguenote, sur les
fraudes et trahisons faites dans l'armée du roi au siége de Montpellier
en 1622, lesquelles ont coûté la vie à quantité de seigneurs, entre
autres au duc de Fronsac; nous ajouterons au marquis du Roure Combalet,
qui fut tué de sang-froid, étant blessé et prisonnier, parce qu'il
était neveu du connétable de Luynes et qu'il avait épousé la nièce de
Richelieu, alors évêque de Luçon. Caquetage sur diverses personnes
de peu de mérite qui aspirent aux premières faveurs du roi depuis
qu'elles ont reconnu, dans ce prince, le besoin du favoritisme. Lardons
sur Desplans, Courbezon, le duc de Nemours, etc.--Autre lardon sur
Bassompierre fait maréchal de France, pour avoir, l'an passé, mis en
déroute, par ruse, une centaine de huguenots qui venaient secourir
Montauban.--Vra-my, si cela continue, dit une dame, il y aura bientôt
plus de maréchaux que d'asnes à ferrer.--Ce n'est pas tout; ce brave
seigneur veut être connétable après M. de Lesdiguières.--Ah! pour
le coup, c'est mieux à faire à ce mignard d'épouser mademoiselle
d'Antragues que d'être connétable.--Hé! mesdames, soit connétable qui
le sera; il n'importe guère d'être mordu d'un chien ou d'un chat. Nous
avons perdu un connétable qui ne valait rien; celui d'aujourd'hui
ne vaut guère; ce qu'il a de meilleur, c'est le bien des églises
du Dauphiné qu'il a volé. _Transition._ Caquetage de galanteries
bourgeoises. Lardons sur le parlement près de qui les femmes gagnent
les procès de leurs maris par belle industrie.

_Sixième journée._--Les caqueteuses se plaignent de ce que les pauvres
femmes sont en butte aux jaseries et aux médisances, de ce que leurs
moindres actions servent de jouet au public. Éloge des femmes. Elles
sont égales en vertu aux hommes. Écoutez là dessus Plutarque et Tacite.
Si l'on se donnait, pour leur éducation, la centième partie des soins
qu'on prend de celle des hommes, on verrait bien que leur sexe est égal
en mérite à l'autre. Nous remarquerons, dans cette sixième journée, des
plaisanteries et des raisonnemens déjà insérés dans les fantaisies de
Bruscambille.

_Septième journée._--Description grossière de l'arrière-faix de
l'Accouchée. Lardon sur messire Pierre, curé de Saint-Médéric (Méry) de
Paris, lequel est sujet à dire son bréviaire pour mademoiselle de la
Garde. Répétition du conte des deux femmes que leurs maris suivirent
en secret à un prétendu pélerinage, à Notre-Dame-des-Vertus, et
qu'ils surprirent en action dans un cabaret, avec deux jeunes avocats.
Caquetage de galanteries et de vanités bourgeoises avec les noms
propres.

_Huitième journée._--Caquetage pour défendre les caquets précédens, et
l'indiscrétion de celui qui les a écrits. Autres caquetages galans.
Le tout finit par une collation en l'honneur des relevailles de
l'Accouchée.



NICÉTAS,

OU

L'INCONTINENCE VAINCUE;

  Par Hiérémie Drexélius, de la Compagnie de Jésus. A Cologne,
    chez Corneille Egmondt, traduit du latin. (1 vol. in-24
    de 202 pages et 5 feuillets préliminaires, figures.)
    M.DC.XXIV--XXXI--XXXIV.

(1624-31-34.)


On voit partout que l'auteur latin _du Nicétas_, recommandable par
ses vertus, prédicateur de l'électeur de Bavière, était originaire
d'Augsbourg, qu'il mourut à Munich, le 19 avril 1638, à 57 ans; que la
Collection de ses œuvres, toutes de piété, forme 2 volumes in-folio,
Anvers, 1643, et que ces mêmes œuvres imprimées de 1630 à 1643, en
opuscules détachés, occupent 30 volumes in-24; mais ce qu'on ne voit
pas partout, c'est l'analyse _du Nicétas_, que personne ne lit plus
probablement depuis cent ans, hors peut-être quelque rhétoricien
vertueux de quelque collége de jésuites. Comme il faut toujours que
les jésuites, soit en latin, soit en français, allemand, italien,
espagnol ou portugais, traitent les hommes en enfans, voici que, dès
la dédicace de son traité de l'_Incontinence vaincue_, adressée à
ses confrères de Munich, Dillengen, Augsbourg, etc., etc., le père
Drexélius s'excuse de la petite dimension de son œuvre sur la faiblesse
de l'esprit humain, trop infirme, dit-il, pour supporter _de grosses
viandes_ et ne pouvant soutenir que _de petits bouillons_. C'est
donc un petit bouillon de continence qu'il administre à ses malades,
un petit remède réfrigératif qu'_il leur fait humer_ et _leur coule
insensiblement dans_ l'ame, après l'avoir toutefois préparé durant
neuf ans entiers, selon le précepte d'Horace, à ce qu'il nous assure.
Voyons maintenant quel est ce bouillon si bien mitonné! C'est un
Dialogue entre _Parthénie_ et _Edésime_, divisé en deux livres, très
méthodiquement: le premier contenant douze chapitres, pour dégoûter
de l'incontinence par le tableau des vices qui la causent et des
effets qui la suivent; le second, en onze chapitres, où le lecteur
apprend comment la continence s'obtient, et le prix qu'elle reçoit.
Un jeune Egyptien, enchaîné par un tyran, avec des lis et des roses
sur un lit de fin duvet, livré, dans cet état, à la plus charmante
et la plus adroite des courtisanes, et qui sort vierge d'une si rude
épreuve, après s'être coupé la langue avec ses dents et l'avoir crachée
au nez de l'impudique, cet incomparable _Nicétas_ sert de titre au
présent opuscule, et devrait en être le héros; mais il n'est guère
question de lui que dans le préambule et les deux vignettes du livre;
partout ailleurs l'auteur met à contribution, par la bouche de ses
interlocuteurs, les PP. de l'Eglise, l'histoire sacrée et profane,
ancienne et moderne, voire même les philosophes, pour y trouver des
raisons et des exemples favorables à son louable dessein; non sans
rencontrer, de temps à autre, des historiettes graveleuses qui ne vont
guère directement à leur but. L'aventure si édifiante de l'Egyptien
Nicétas est tirée de saint Jérôme; à peine Parthénie l'a-t-il
racontée, qu'Edésime s'écrie: «O ciel! ô terre! ô mer! qu'est-ce que
j'entends? S'est-il jamais rien vu de pareil?...» Et, sur ce, voilà nos
discoureurs partis, sans presque plus songer à Nicétas, pour battre les
buissons en tout sens, et dire toutefois, dans le nombre, des choses
très justes et fort sages, mais que chacun s'est dites cent fois.
L'ouvrage, nous le répétons, ne manque pas de méthode; il roule, en
entier, sur le développement de trois distiques latins dont voici le
sens: Quelles sources de l'incontinence?--L'oisiveté, la table, les
mauvaises lectures, les regards, les discours, les sociétés.--Quels
effets de l'incontinence?--La ruine du corps, de l'ame, de l'esprit,
des mœurs, de la fortune et de la réputation.--Quels préservatifs de
l'incontinence?--Les bons livres, la prière, le travail, la confession,
la discipline et l'eau, la garde des sens, et la présence de Dieu.
Nous n'excepterons de ces excellens antidotes que la discipline et
l'eau, qui, à notre avis, peuvent aussi bien ruiner que garantir la
chasteté; sans néanmoins proscrire l'usage de l'eau, tant s'en faut!
mais en interdisant, sans rémission, la discipline, avec les plus sages
docteurs. Il y a bien de l'érudition dans ce livre; les citations et
les anecdotes y pullulent; mais, par malheur, le tout est assaisonné du
plus mauvais goût. A quoi revient, par exemple, de définir l'oisiveté,
_une saulce au beurre et à la poix-résine faite par le diable_? de
rappeler ce dicton populaire pour éloigner de l'intempérance, _après
la pance vient la danse_? de comparer l'impureté d'un mauvais livre,
bien écrit, _à une araignée dans une coupe d'or_? de qualifier _les
langues lascives_ de _bouches puantes_? d'avancer _qu'un bel esprit
dans un corps impudique est un corbeau blanc_? enfin de figurer
l'éternité par l'image _d'un oiseau prenant une becquetée d'eau dans
l'Océan tous les mille ans, épuisant ainsi les fleuves et les mers
avant que l'éternité soit même commencée_? Le mot seul d'éternité en
dit plus que cette image puérile; mais quoi! les hommes ne sont-ils pas
des enfans à qui l'on doit servir de petits bouillons jésuitiques si
l'on veut les mener à bien? Non, messieurs, les hommes ne sont pas des
têtes à bourrelet, comme vous le dites; parlez à leur imagination avec
art si vous leur voulez plaire; parlez à leur raison sérieusement si
vous prétendez les instruire; et, pour assurer leur continence, puisque
c'est de cela qu'il s'agit, fiez-vous moins à ces contes ridicules de
jeunes gens, qui, enchaînés avec des fleurs, sur des lits parfumés
entre les bras de la beauté voluptueuse, se coupent la langue avec les
dents et la leur crachent au visage, que sur une éducation sévèrement
religieuse et sensée, sur l'exercice d'une profession honnête, sur le
mariage et la paternité!



LE CAVEÇON DES MINISTRES,

  Essayé pour la deuxième fois en la personne de Jean la Faye,
    ministre de Gignac, avec la réplique au libelle dudit Jean
    la Faye, intitulé: Beau moyen de discerner la vraye Eglise
    d'avec la fausse, tiré d'une conférence entre Jean la Faye,
    ministre, et Alexandre Regourd, jésuite, à MM. les catholiques
    du diocèse de Béziers. A Béziers, par Jean Pech, imprimeur du
    roy: Avec privilége. (Pet. in-8 de 158 pages et 4 feuillets
    préliminaires.) M.DC.XXVI.

(1626.)


Avec les jésuites, presque toujours des gentillesses jusque sur le
titre des écrits. Rarement veulent-ils de la simplicité et de la
gravité. Pourquoi, lorsqu'on se dispose à réfuter les gens, ne pas
annoncer bonnement qu'on va les réfuter, et dire qu'on leur va mettre
un caveçon dans la bouche? C'est les autoriser à ruer. Mais non; il
leur faut, à toute force, avoir de l'esprit, faire les gracieux et
amuser le monde qu'aujourd'hui même encore ils traitent en imberbe, ici
comme au Paraguay, dans leurs cantiques, dans leurs sermons, dans leurs
traités de religion et de morale, aussi bien que dans leurs livres
d'enseignement, malgré les grands modèles que leur ont laissés les
Bourdaloue, les Jouvency et autres hommes supérieurs de leur compagnie.
Un si faux goût est indigne d'eux, de leur mission, de leurs talens, de
leurs vertus auxquels nous rendons d'ailleurs entier hommage partout
où ils se trouvent. Pour en venir au père Alexandre Regourd, nous
dirons qu'il a d'abord le tort immense d'être souverainement lourd et
ennuyeux. Il écrit mal et raisonne lâchement et communément. On le voit
s'enferrer lui-même dès son début, lorsque, voulant caveçonner la Faye
et les réformés sur leur prétention à ne reconnaître pour règles de la
foi que les textes purs des livres saints, il établit, dans toute sa
force, le doute philosophique sur les originaux des Écritures sacrées,
sur le nombre et le choix de ces écritures, sur la valeur des textes
divers, et qu'il avoue que la science et la raison ne fournissent,
à cet égard, aucun moyen certain de discerner le vrai d'avec le
faux. Il veut arriver par là, on le sait bien, à la nécessité et à
l'infaillibilité des jugemens de l'Église; mais il pouvait atteindre
son but sans aller si loin, et le devait faire, dans son intérêt comme
dans plus d'un autre, au lieu de s'amuser à nommer la Faye _imposteur
en cramoisy_, _vipère_, etc., ou de s'étendre sur les altérations, les
suppressions, les interpolations auxquelles les livres saints ont été
en proie dans les anciens temps; car c'est là tout le fonds du _Caveçon
des ministres_. On remarque pourtant, il faut être juste, beaucoup
d'érudition dans cet écrit, et notamment des raisonnemens fort sages
sur le prix qu'on doit attacher à la fameuse version des Septante,
laquelle, pouvant avoir été connue de Jésus-Christ et des apôtres,
et ayant servi de règle à l'Eglise des quatre premiers siècles dans
ses jugemens contre les hérétiques, mérite la plus grande créance.
Le caveçonneur réfute aussi très bien le ministre au sujet de ces
paroles: _Eli, eli, lamma sabachtani!_ qui sont du syriaque, autrement
de l'hébreu corrompu, paroles dont la Faye s'appuie pour avancer que
Jésus-Christ parlait syriaque, et que, par conséquent, il n'avait pu
connaître la version des Septante, conclusion absurde. Nous ne suivrons
pas le P. Regourd dans ses réponses à la Faye, touchant les prophéties
de Baruch, les livres de Tobie, de Judith, de l'Ecclésiastique, de
la Sagesse, des Machabées, etc., rejetés par les réformés comme
apocryphes, réponses où il ne déploie que trop de science. Ce sont des
sujets de disputes interminables qu'il faut laisser aux théologiens
et dont la décision, quelle qu'elle soit, ne saurait infirmer ni
soumettre sur l'ensemble de la croyance la raison du genre humain, et
nous terminerons cette courte analyse par un dernier reproche fait
au caveçonneur, celui d'avoir intitulé deux de ses chapitres ainsi:
_Mirouer des fautes honteuses du ministre la Faye_.--_Des impostures
noires et menteries énormes de la Faye._ Il est à la fois plus digne
et plus habile de prouver aux menteurs qu'ils sont tels que de le
leur dire. A la vérité, les controverses n'étaient guère polies dans
ce temps. On voit, en 1554, un Artus Désiré, en 1561, un Antoine du
Val lancer, l'un contre les disciples de Luther, _son Mirouer des
francs taulpins ou anti-chrétiens luthériens_, l'autre contre les
sectateurs de Calvin _son Mirouer des calvinistes pour rembarrer les
évangélistes_. Ce qu'il faut pour convaincre, c'est le miroir de la
vérité, et pour plaire, c'est le miroir des graces.



AGLOSSOSTOMOGRAPHIE,

OU

DESCRIPTION D'UNE BOUCHE SANS LANGUE;

  Laquelle parle et faict naturellement toutes ses autres
    fonctions, par maistre Jacques Roland, sieur de Belébat,
    chirurgien de monseigneur le prince, lieutenant du premier
    barbier-chirurgien du roi, commis de son premier médecin, et
    juré à Saumur. (1 vol. pet. in-12 de 79 pages et 12 feuillets
    préliminaires.) A Saumur, pour Claude Girard et Daniel de
    l'Erpinière. M.DC.XXX.

(1630.)


Il faut être anatomiste pour bien juger de l'exactitude de cette
description et de la justesse des déductions que suggère à l'auteur le
singulier phénomène qu'il expose; mais chacun peut aisément apprécier
le mérite de sa méthode. C'est déjà la véritable, celle qui fonde l'art
de guérir sur la comparaison des faits de l'état pathologique avec ceux
de l'état normal. On voit que les médecins et surtout les chirurgiens
sont sortis de bonne heure, en France, des routines de l'empirisme et
du merveilleux de l'art occulte. La chirurgie est toute française:
c'est un véritable honneur pour nous. Son premier triomphe éclatant
remonte au règne de Louis XI, par la découverte de la lithotomie, mais
c'est réellement au temps de Charles IX qu'elle ouvre sa glorieuse
carrière sous les auspices et par les talens d'Ambroise Paré, grand
praticien, grand observateur et chef de l'école médicale d'où sont
sortis les Duncan, les Riolan, les Duret et ce Roland de Belébat
dont il est ici question. Son _Aglossostomographie_ eut un succès
prodigieux, comme le témoigne la quantité de poètes latins et français
qu'elle a inspirés et dont les vers sont imprimés en tête du petit
volume qui la contient. Au dire de l'un:

    Elingues fecisse homines natura putavit,
        Elinguem fecit cum puerum ore loqui:
    Non tamen elingues fecit, te repperit unum,
        Qui linguâ possis talia facta loqui.

Au dire d'un autre:

    Pour expliquer comment se font les voix humaines,
    Sans langue, un autre eust pris un million de peines:
    Pour toi c'est un ébat; c'est pourquoi, sans débat,
    L'on te peut bien nommer Roland de _Belébat_.

Enfin c'est une salve d'éloges alambiqués, un cliquetis de calembourgs
à n'en plus finir. Venons au fait, lequel seul nous importe
aujourd'hui, constaté d'ailleurs comme il dut l'être par tout ce que la
chirurgie comptait alors de plus habile et de plus consciencieux.

Un garçon, nommé Pierre Durand, fils d'un laboureur de la Rangezière,
paroisse Saint-George, près Montaigu, dans le Bas-Poitou, à l'âge
de six ans, avait perdu entièrement la langue par suite d'une
petite-vérole dont le venin présenta une si horrible malignité que
cette malheureuse langue était tombée pièce à pièce en état de complète
dissolution. Selon toute apparence, il n'y avait plus désormais, pour
le pauvre enfant, moyen de parler, de goûter, d'avaler ni de cracher,
et la mort devait s'ensuivre. Point du tout: la nature, si ingénieuse
toujours, et particulièrement si souple dans l'enfance, fit tant et
si bien, soit en rétrécissant le conduit de l'air et en alongeant
la luette, soit en gonflant la partie charnue qui servait de racine
à l'organe détruit, en assouplissant les muscles buccinateurs, en
aplatissant la voûte du palais et en grossissant les amygdales, que
l'usage et l'imitation suffirent ensuite pour rendre au sujet le son,
l'articulation et enfin la parole. C'était là le plus difficile sans
doute, car on conçoit tout ce que la nécessité ajoutait de ressources
à celles ci-dessus indiquées, quand il s'agissait de favoriser la
mastication. Ici les joues et les mâchelières faisaient leur office
avec une agilité surprenante, et la main de l'enfant suppléait à leurs
efforts, en plaçant chaque bouchée en son lieu, tantôt d'un côté,
tantôt de l'autre, selon que tel ou tel muscle le demandait. Mais il
faut voir tous ces _ébats_ dans le sieur de _Belébat_. Ce n'est pas la
seule merveille qu'il raconte. N'a-t-il pas connu aussi un homme de
25 ans, appelé la Flâme, natif de Rillé, pays d'Anjou, lequel n'avait
point de palais, en sorte que sa langue sautait jusqu'aux fosses
nasales dès qu'il voulait parler? Eh bien, ce la Flâme ne laissait pas
que de parler (assez confusément à la vérité) sans palais, et sans
palais d'être l'excellent cuisinier du marquis de Lassay. Autre exemple
du travail de la nature pour conserver la vie. Un maître de Salette
(autant vaut dire un chantre), de Chinon, en Touraine, âgé de 60 ans,
malade au lit depuis huit mois, avait, depuis quatre, absolument perdu
le ventre inférieur, par l'effet d'un dessèchement progressif du
foie, de la rate, des intestins et des rognons, lesquels, comme collés
aux vertèbres, donnaient, à cette partie du corps affligé, l'aspect
d'un vrai squelette. Eh bien! dans cette situation, le malade avait
encore des jambes et des bras assez dispos; il marchait de son lit à
sa chaise, prenait quelques alimens liquides et surtout du vin qu'il
aimait fort; en un mot il vivait. O altitudo!



LES CHANSONS

DE

GAULTIER GARGUILLE;

  Nouvelle édition, suivant la copie imprimée à Paris avec
    privilége, à Londres (Paris) 1658-1758. (1 vol. pet. in-12 de
    123 pages, une table, 7 feuillets préliminaires, et la figure
    de Gaultier Garguille.)

(1631-58--1758.)


Ces chansons, d'un cynisme grossier et quelquefois très plaisant,
sont du comédien Hugues Guéru, dit Fléchelles; du moins le privilége
du roi est-il accordé _à nostre cher et bien amé Hugues Guéru, dit
Fléchelles, l'un de nos comédiens ordinaires, de peur_, y est-il dit,
_que des contrefacteurs ne viennent adjouster quelques autres chansons
plus dissolues_; et véritablement il faut admirer cette précaution du
conseil pour la garde des mœurs, quand on lit, dans le présent Recueil,
des chansons telles que les suivantes: Mon compère en a une, etc., etc.
L'autre jour, un gentil galant, etc., etc. J'ai veu Guillot en chemise,
etc., etc. Bastiane est bien malade, etc., etc. Je resve en ma mémoire,
etc., etc.

    Navet n'avoit point de nez,
    Et son valet en avoit.
    Et pourquoi n'en avoit Navet,
    Puisque son valet en avoit, etc., etc.

Au surplus, Gaultier Garguille est fort respectueux pour le public;
car, dans sa dédicace aux curieux qui chérissent la scène françoise,
_il leur baise tout ce qui peut se baiser, sans préjudice de l'odorat_.

Dirait-on que ce petit volume s'est vendu, en 1831, 36 fr. Nous en
sommes certain, car c'est nous qui l'avons acheté à ce prix; mais ce
qui nous excuse, c'est que nous ne l'eussions pas eu pour 35.



LE PARFAIT CAPITAINE,

AUTREMENT

L'ABRÉGÉ DES GUERRES DES COMMENTAIRES DE CÉSAR,

  Augmenté d'un traicté de l'interest des princes et estats de
    la chrestienté, par Henri de Rohan, dernière édition, jouxte
    la copie imprimée à Paris. (1 vol. in-12.) M.DC.XXXIX et
    M.DC.LXXXXII.

(1632-39-92.)


Henri II, duc de Rohan, écrivain de génie et grand capitaine, était
digne de juger César. Il en parle, dans ce livre, avec une éloquence
réfléchie, simple et rapide, qui fait souvenir des Commentaires. Nous
extrairons, tant de ses réflexions sur les dix guerres des Gaules,
les guerres civiles, alexandrine et africaine, que de ses traités de
l'ordre et de la discipline militaire des Grecs et des Romains, et de
la guerre en général, quelques uns des traits qui nous ont paru les
plus marquans, puisqu'il est trop vrai que _le Parfait Capitaine_,
tout bien écrit et pensé qu'il est, a encouru le triple oubli des gens
du monde, des gens de lettres et des gens de guerre, même celui des
bibliographes, qui daignent à peine le mentionner. Nous n'étendrons
pas ces extraits au traité de l'intérêt des Princes, non plus qu'à
l'importante préface dont Silhon, le judicieux auteur du _Ministre
d'Etat_, l'a fait précéder dans les éditions postérieures à 1640, parce
que la politique européenne a trop changé depuis Rohan.

Une des principales sources des prospérités militaires de César fut
de bien camper partout en assurant ses vivres, et de se retrancher
aussitôt, de manière à ne combattre jamais que de son gré (nous oserons
ajouter qu'on entrevoit, dans la conduite de César, un grand principe,
celui de se tenir sur la défensive chez soi, n'attaquant guère l'ennemi
qu'en retraite, et de prendre l'offensive chez les autres. Qu'on ne
dise pas qu'il plaçait ainsi l'ennemi dans son système; car, de sa
part, c'était un système, tandis que, de la part de son ennemi, c'était
une nécessité).

Les Romains n'étaient point vainqueurs par le nombre ni la vaillance,
mais par l'ordre et la discipline.

Ne pas se lasser de la douceur envers les populations est un excellent
moyen de conquête que César se ménageait; par ce moyen il n'avait,
d'ordinaire, affaire qu'aux armées adverses; il ne châtiait rudement
que la violation du droit des gens. Cette clémence extrême rendait, il
est vrai, les révoltes plus fréquentes, mais elle les rendait aussi
moins dangereuses, et les apaisait souvent d'un coup, sinon d'un mot.
Le duc d'Albe avait une autre pratique; aussi a-t-il fait perdre à
l'Espagne une bonne partie des Provinces-Unies, pendant que César a
subjugué toutes les Gaules.

César supposait toujours son ennemi redoutable; de la sorte, il n'était
jamais trompé qu'à son avantage.

Il ne logeait jamais ses gens dans les villes et les tenait sans cesse
campés, pour les avoir sous sa main, bien disciplinés; mais ses camps
étaient bien munis de toutes choses nécessaires ou simplement utiles.

Sa première descente en Angleterre, au milieu de l'automne, toute
heureuse qu'elle fut, était une faute; il s'est ainsi quelquefois
confié à sa fortune, mais rarement; et même alors il secondait cette
fortune par un surcroît de prudence dans l'exécution.

Dans les expéditions vives, il marchait presque sans bagages et
laissait tous les empêchemens sous bonne garde.

Il parlait souvent, à son armée et aux divers peuples, de ce qui se
passait, pour raffermir les timides et calmer l'inquiétude qui naît de
la curiosité non satisfaite: par là tombaient mille de ces faux bruits
propres à l'embarrasser, dont on est sans cesse étourdi à la guerre.

Il a constamment passé les rivières, où et comme il a voulu, trompant
l'ennemi sur le point du passage par de fausses marches; comme aussi
n'y a-t-il rien de si difficile à défendre, contre un ennemi habile,
que le passage d'une rivière: il n'est point de barrière moins sûre.

Il n'épargnait rien pour avoir de bons espions; cet instrument, dans la
main d'un chef sage, est comme la providence d'une armée.

La vraie cause de la guerre civile entre Pompée et César, a dit le
duc de Rohan avant le grand Corneille, est que l'un ne voulait pas de
compagnon, et l'autre point de maître.

Quand on voit l'ennemi garder mal ses rangs, il ne faut pas hésiter à
l'attaquer malgré sa supériorité de nombre, car c'est un signe qu'il
combattra mal. J'ai vu Henri le Grand, poursuivant 800 chevaux avec
moins de 200, juger qu'ils ne rendraient point de combat, parce qu'il
n'observaient pas leurs distances; ce qui arriva comme il l'avait prévu.

Un grand courage sans expérience est plus capable de faire de grandes
fautes à la guerre qu'un courage médiocre soutenu de savoir.

Plus on regarde la conduite de César, plus on voit qu'il dut autant ses
succès à sa clémence qu'à son génie guerrier. Dès le début de sa guerre
contre Pompée, on le voit renoncer au parti des représailles, et non
seulement accorder la vie et la liberté aux prisonniers qui tombaient
entre ses mains, mais encore leur faire des libéralités d'argent, même
de préférence à ses propres troupes, tandis qu'on lui tuait les siens.
Les représailles, en effet, ne sont bonnes que pour arriver à faire
respecter ses droits; mais il convient d'en faire le sacrifice quand
on veut obtenir davantage, quand on prétend faire aimer et désirer son
joug: or, c'est ce que voulait César.

Il ne rougissait pas, quoi qu'on pût dire, de se retirer de nuit et
secrètement, et tenait les retraites ouvertes à la vue de l'ennemi,
pour des bravades vaines tout au moins. (Cette remarque de Rohan est
bien judicieuse. On ne se retire en effet, le plus souvent, que parce
qu'on est ou qu'on se croit le plus faible. Quelle folie alors d'agir
comme si l'on était le plus fort? Il faut se pénétrer d'une chose,
quand on commande, c'est qu'en fin de compte, c'est le succès qui
attire le plus d'honneur. Laissez crier ceux qu'une ardeur indiscrète
pousse en toute occasion à l'ennemi, et sachez éviter l'engagement
quand il le faut, en faisant taire ces braves discoureurs, qui ne
sont pas toujours les plus constans soldats, l'instant de souffrir
ou d'affronter la mort pour vaincre étant venu. Mais ajoutons que ce
principe en commande un autre, celui de ne confier la conduite des
armées qu'à des chefs dont la vaillance soit dès longtemps reconnue,
afin que leur prudence ne puisse être imputée à lâcheté; autrement tout
serait perdu.)

Où César triomphe surtout, c'est dans l'art de profiter de la victoire.
Observez comme il poursuit son ennemi vaincu, sans relâche ni répit,
sans désormais s'empêcher de prudence, car il n'y a point de témérités
pour un vainqueur. Le héros de Pharsale, poussant Pompée en avant, nuit
et jour, arriva, suivi d'à peine 4,000 soldats, quasi aussitôt que lui
en Egypte, où il le trouva mort, n'ayant donc plus à faire qu'à le
venger.

Rien à conserver sur la guerre alexandrine, si ce n'est que ce fut
une faute capitale à César de s'amuser à une guerre étrangère pour
deux beaux yeux, quand il avait d'autres et plus importantes affaires
ailleurs; il en sortit néanmoins avec une gloire nouvelle et bien
méritée par les prodiges de courage et de sang-froid qu'il y déploya;
cependant il reste cette fois qu'il tenta la fortune plus qu'il n'est
donné aux mortels de la tenter, et qu'en pareille conjoncture il
faudrait ne l'imiter point.

De la phalange des Grecs. C'était un corps composé de 4,096 soldats et
de 307 chefs de tout rang, y compris le _stratego_, ou général; tout
se divisait par 16 dans cette masse compacte, c'est à dire qu'elle
était formée de 16 corps de 16 rangs de 16 files, nommés _syntagmes_,
et juxta-placés. Quatre phalanges de front, sur la même ligne, faisant
16,384 soldats sur 16 de hauteur, avec une couverture de moitié de
troupes légères en avant, et deux corps de cavalerie aux deux ailes,
composaient une armée: telle était à peu près celle qu'Alexandre
conduisit à la conquête du monde. Des intervalles ménagés entre les
quatre phalanges permettaient aux troupes légères de venir, au moment
du grand choc, se ranger derrière et les soutenir. Voilà l'ordre
principal, auquel on ajoutait, suivant les circonstances, mais toujours
d'après les mêmes principes de formation, divers ordres particuliers,
tels que l'ordre circulaire des phalanges, et alors les troupes légères
se plaçaient au centre des cercles; l'ordre triangulaire, pour mieux
entrer dans la ligne ennemie par le sommet des triangles, et l'ordre
semi-circulaire, ou en demi-lune, pour enfermer l'ennemi par les côtés
sur le centre. Du reste, à l'opposé de l'usage romain, peu ou point
d'ouvrages pour retrancher les camps grecs, nommés _aplecto_, qui
n'étaient guère fortifiés que par la nature du sol où ils étaient assis.

De la légion romaine. Elle se composait, terme moyen, de 4,200
fantassins et de 300 cavaliers. Dans les derniers temps, on l'a vue de
10,000 hommes; mais, en traitant de la légion ordinaire, il faut s'en
tenir à la légion de 4,700 soldats. Or, celle-ci, dont deux réunies
formaient, au temps de la république, le commandement d'un consul,
se divisait en cinq corps principaux, savoir: quatre d'infanterie
nommés 1° _vélites_ ou légers, qui étaient les plus jeunes et les plus
pauvres, et se répartissaient entre les trois autres grands corps
d'infanterie; 2° _hastaires_ de fortune et d'âge moyen; 3° _princes_,
qui étaient les plus vigoureux et les plus riches; 4° _triaires_, qui
étaient les plus vieux, l'âge militaire allant de 17 à 45 ans. Le
cinquième corps principal formait la cavalerie. Chacun de ces cinq
corps se divisait en dix troupes ou cohortes de 120 soldats pour les
vélites, les hastaires et les princes, de 60 soldats seulement pour
les triaires, et de 30 soldats pour les 300 de la cavalerie. Chaque
troupe ou cohorte de 120 soldats faisait dix rangs de douze files
et les dix cohortes de chaque arme, couvertes de leurs vélites, se
rangeaient les unes derrière les autres, en sorte que les hastaires
occupaient le premier front, les princes le second, et les triaires
le troisième, la cavalerie sur les flancs. Ainsi, trois différences
essentielles se faisaient remarquer entre la légion et la phalange: 1°
dans la profondeur de l'ordre qui, d'un quart moins grande, chez la
légion, la rendait plus agile; 2° dans le fractionnement des corps de
la légion, qui était triple de celui de la phalange; 3° dans le mélange
des armes, lequel, n'existant pas chez la phalange, constituait, au
contraire, la légion de manière à en faire une petite armée complète
(ces détails en comportent beaucoup d'autres qu'il faut chercher dans
Polybe, Végèce, Frontin, Ælien, Arrien, Ænas Poliocerticus et leurs
nombreux commentateurs, plutôt que dans le _Parfait Capitaine_, ouvrage
à hautes vues, mais très succinct, comme la plupart des livres exécutés
par les praticiens de génie. Il est inutile de rappeler que de tels
documens, qui sont toujours utiles pour diriger les réflexions et
soutenir l'expérience des hommes de l'art, ne peuvent que bien rarement
recevoir d'application aujourd'hui, ainsi que l'ont si solidement
démontré nos meilleurs guides militaires contemporains, notamment
le général Bardin dans ses divers écrits, et le général Marbot,
dans sa réponse à une partie du livre, d'ailleurs très remarquable,
du lieutenant-général Rogniat sur l'art de la guerre. L'état de la
société, non moins peut-être que l'invention perfectionnée des armes
à feu, a comme renouvelé la constitution et l'action des armées chez
les modernes. Maintenant, pour ne parler que de la tactique spéciale,
en partant de l'ordre naturel de bataille, qui est tout en étendue sur
deux ou trois files de profondeur pour chaque ligne, nous réunissons,
par le fractionnement en bataillons ou escadrons, divisions et
pelotons, sections et demi-sections, et par la séparation absolue des
armes différentes, ainsi que par le triple classement des fantassins
selon leur conformation particulière, nous réunissons, disons-nous, les
avantages d'une extrême agilité, soit dans les formations, soit dans
les changemens de front, à la puissance des masses, tant pour le choc
d'impulsion que pour le choc de résistance; tout le jeu des évolutions
pouvant se réduire à ces deux termes simples, le ploiement et le
déploiement).

Quand une armée passe 40 ou 50,000 hommes, le surplus ne sert qu'à
la faire mourir de faim. (On attribue généralement cette sentence de
Rohan à Turenne. Elle peut appartenir à tous les deux, car la vérité
appartient à tous les esprits nés pour la connaître. Nous qualifions
cette sentence de vérité qui n'est point contredite par l'exemple des
grandes guerres de l'empire français. En effet, ici tout dépend du
front d'opérations dont on parle. Rohan et Turenne, vivant à une époque
où les routes étaient rares, où la culture était restreinte, où la
guerre ne s'étendait pas sur un front de plus de 20 ou 30 lieues pour
chaque armée, avaient raison de limiter à 50,000 hommes leur armée
exemplaire; tandis que l'empereur Napoléon, dans un temps de riche
culture, où les routes étaient multipliées, opérant d'ordinaire sur un
front de triple ou quadruple dimension, pouvait y porter des armées
de 2 à 300,000 hommes; et quand il s'aventurait dans des pays où ces
rapports étaient changés, ses armées, victorieuses ou en retraite,
se détruisaient. Ne pourrait-on pas extraire un principe des _divers
écrits théoriques et historiques sur la matière_? c'est que trois
habitans agricoles peuvent, à force, nourrir temporairement deux
soldats, le leur et celui de l'ennemi; de façon que, si l'on opère sur
un front comportant 600,000 habitans agricoles, l'intendance y fera
vivre temporairement deux armées de 200,000 hommes chacune. Ce rapport
étant changé par plus de soldats, l'intendance fera mal vivre ceux-ci,
tout en foulant le pays; et ce rapport étant changé par plus de soldats
que d'habitans, l'intendance cessera son service, et le pays, comme
les armées, sera ruiné; ceci entendu d'ailleurs en laissant de côté
le système des magasins chez l'ennemi, qui est un mauvais système,
quoiqu'il fût jadis usité. En pays ennemi les magasins sont partout où
se trouvent des vivres, d'un côté, et de l'argent, de l'autre, pour les
payer, ou de la force pour les ravir).

Du traité de la guerre. Rohan semble avoir dicté nos lois de
conscription militaire, d'avancement et de retraites, dans cet
admirable traité en 23 chapitres très courts, dont le premier, entre
autres, celui _de l'élection des soldats_, est un chef-d'œuvre.

Il veut, dans les pays ouverts, que la proportion entre l'infanterie et
la cavalerie soit de 3 à 1, et, dans les pays serrés, de 5 à 1.

Il veut, pour maintenir la discipline, qu'on tienne toujours les
soldats occupés, soit en guerre, soit en paix, et qu'on les emploie à
remuer de la terre à défaut d'autre exercice; vingt ou trente mille
hommes, exercés à ces travaux, pouvant, en huit jours, se faire des
forteresses imprenables.

Il veut que le chef marche à la tête de ses troupes, et qu'il
n'étanche pas sa soif quand il n'y a pas de l'eau à boire pour tout le
monde.

Les camps retranchés valent mieux, selon lui, que la dispersion des
quartiers, quelque vigilant que soit le service d'avant-garde.

Maintenant, dit-il, on fait la guerre plus en renard qu'en lion, et
elle est plutôt fondée sur les siéges que sur les combats; toutefois,
les batailles sont les actions les plus glorieuses et les plus
importantes de la guerre.

Pour les batailles, sept choses sont principalement à considérer, au
rapport de ce maître: 1° de ne combattre jamais que de son gré; 2° de
choisir son terrain suivant le nombre et la nature de ses troupes, en
ayant attention de couvrir pour le moins un de ses flancs d'une rivière
ou d'un bois; 3° de ranger son armée de façon que l'arme la plus forte
couvre la plus faible, et de garder de fortes réserves, car la victoire
appartient à celui qui a su conserver, pour la fin du choc, le plus de
troupes n'ayant point combattu; 4° d'avoir plusieurs bons chefs sous
soi, le chef premier ne pouvant être partout; 5° d'observer, entre
les corps, de justes intervalles, et, entre les lignes, de justes
distances, pour qu'une troupe rompue ne porte point la confusion chez
la troupe rangée; 6° de mettre les plus vaillans soldats aux ailes, et
de commencer par engager son côté le plus fort; 7° de ne permettre la
poursuite et le pillage que l'ennemi rompu de tous les côtés, et, même
alors, de retenir certains corps en bon ordre pour les évènemens.

Ensuite Rohan s'étend, avec son jugement accoutumé, sur l'attaque et la
défense des places, et on peut, on doit le méditer encore aujourd'hui
où, pourtant, l'art des siéges a fait de grands pas.

Il en est de même de son chapitre _de l'artillerie_. L'artillerie est
devenue aussi mobile que la cavalerie. Au temps de Rohan, elle pouvait,
quoique nécessaire, compter parmi les empêchemens d'une armée, à cause
de sa lourdeur et de son attirail. Néanmoins les conseils qu'il donne
pour l'emploi du canon et pour la connaissance des infinis détails de
cette arme capitale sont, encore à présent, de secours.

Quant au bagage, c'est, dit-il, une grande honte de le perdre, mais
c'est aussi une grande peine de le conserver: qu'il ne soit donc que
le moindre possible, moyennant des revues fréquemment et sévèrement
passées.

A l'égard du commandement, Rohan exige qu'il soit unique et permanent,
et ne trouve rien de pire que des commandans de jour, de semaine,
ou de mois. Le surplus de ce qu'il veut, d'ailleurs, sur ce sujet ne
s'applique plus, la composition de nos armées ayant changé.

Vers la fin de ce beau traité, voici des vues qui révèlent encore mieux
un grand et profond penseur:

Le prince qui se met sur l'offensive doit être le plus fort, ou voir
de la brouillerie dans l'état qu'il attaque; autrement ce serait une
entreprise téméraire...; il doit débuter par une action hardie pour
fonder la crainte de ses armes et sa réputation...; s'il est appelé par
une faction, il faut que, dès l'abord, il lui fasse faire des fautes
irrémissibles, sans quoi le concours des factieux peut tourner à sa
ruine par suite d'une réconciliation avec le souverain naturel...; que
sa parole soit toujours sacrée dans la sévérité comme dans la clémence.

La défensive repose sur une juste proportion établie entre les
forteresses, sans lesquelles les armées en campagne n'ont point
d'appui, et les armées en campagne, sans lesquelles les forteresses
tombent...; si vous multipliez trop les forteresses, votre ennemi vous
forcera inévitablement de vous rendre _la corde au col_, sitôt que
vous aurez mangé vos vivres. Si vous n'avez point de forteresses, une
bataille peut vous perdre.

Il vaut mieux offenser tout de suite le voisin que l'on craint que de
le laisser accroître de peur de l'offenser, étant une chose véritable
qu'on ne garde pas sa liberté par des complimens, mais par la seule
force.

Les grands États doivent aimer et saisir aux cheveux la guerre
étrangère, qui chasse l'oisiveté, qui bannit le luxe, qui satisfait aux
esprits ambitieux et remuans, prévenant ainsi la cruelle guerre civile,
et qui rend arbitres de ses voisins.... Les petits Etats doivent
redouter toute sorte de guerres.

Les princes souverains, par position, secrets dans leurs conseils,
hardis dans leurs résolutions et point contredits dans leurs volontés,
sont plus capables de conquérir que les républiques, où tout se
divulgue avant le temps, où l'autorité est sans cesse bridée...; mais
les républiques, où le pouvoir ne meurt pas et n'est point sujet aux
hasards de la naissance, gardent mieux leurs conquêtes que les princes
souverains, tantôt vertueux, tantôt fainéans.... Si l'on veut des
règles générales pour conserver une conquête, il en est surtout trois.
Première: la voie douce qui assure aux peuples conquis leurs vies et
leurs biens; et le soin de l'honneur des femmes que l'homme, doué de
raison, préfère souvent à sa propre vie.... Seconde: le maintien des
anciennes lois et des anciennes formes de gouvernement qui flatte les
habitudes.... Troisième: les transplantations d'habitans; moyen rude,
il est vrai, mais qui, pourtant, l'est bien moins qu'un joug dur qui
ôte à l'homme toute espérance d'améliorer son sort; _car il n'y a rien
qui distingue tant l'homme de la bête, ni même l'homme régénéré de
l'homme sensuel, que l'espérance_.

Un prince doit-il enfin commander lui-même ses armées, ou les confier
à ses lieutenans?... «Les gens de robe longue qui ne sont jamais mieux
autorisés que dans la paix, les flatteurs, les maquereaux et toutes
les pestes des princes... leur diront... que leur personne est trop
sacrée pour la risquer dans les combats..., que s'ils reçoivent échec,
les mépris et les séditions suivront..., que s'ils sont tués, l'État
peut périr avec eux..., etc. D'autres gens répondront que le plus sûr
garant de l'autorité des princes est le respect qu'ils inspirent...;
que de nobles revers ne feront rien qu'ajouter une ardente pitié à
l'affection qu'on leur porte...; que la guerre, en leur présence, a
plus d'unité, plus d'action, plus de constance..., et donne moins de
prise aux fatales rivalités des généraux...; c'est à eux de choisir.
S'ils sont de ces fainéans qui se contentent d'être admirés de leurs
valets..., ils se tiendront loin de leurs armées, dans les voluptés et
les festins...; s'ils sont de ces princes généreux qui se piquent de
la gloire...; s'ils veulent imiter ces grands hommes qui vivent encore
deux mille ans après leur mort, et dont les noms vénérables honorent
encore aujourd'hui ceux qui les portent..., ils choisiront, sans doute,
pour leur principal métier, celui de la guerre..., en tâchant d'abord
de s'y rendre experts...; car, comme le métier de la guerre est celui
de tous qui apporte le plus d'honneur à un homme qui s'en acquitte
bien, aussi acquiert-il le plus d'infamie à qui s'en acquitte mal.»



ANATOMIE DE LA MESSE,

  Où est montré, par l'Escriture Sainte, et par les témoignages
    de l'ancienne Eglise, que la Messe est contraire à la parole
    de Dieu, et éloignée du chemin du salut; par Pierre du
    Moulin, ministre de la parole de Dieu, en l'église de Sedan,
    et professeur en théologie; troisième édition, reveüe et
    augmentée. A Leyde, chez Bonaventure et Abraham Elzevier
    (1 vol. in-12 de 324 pages et 6 feuillets préliminaires.)
    ↀ.ⅮC.XXXVIII.

(1636-38.)


La première édition de ce livre, imprimée à Sedan, en 1636, plus
complète que celle-ci de toute la seconde partie, dit M. Brunet, attire
pourtant bien moins l'attention des amateurs parce qu'elle est loin
d'atteindre à la beauté des types elzéviriens, et qu'on la trouve
communément, tandis que l'édition de Leyde est une des plus rares de
la collection des vrais elzévirs. N'ayant point confronté les deux,
nous nous en rapportons à ce que les maîtres ont avancé, en remarquant
toutefois, dans l'édition de Leyde, une véritable seconde partie sous
le titre de _livre second_, laquelle intitulée: _De la Manducation
du Corps du Christ_, contient 12 chapitres complémentaires des 35 du
livre premier, et nous semble devoir achever l'ouvrage ou même épuiser
la matière, si la controverse a ses limites. Ce sujet avait déjà été
traité sous le même titre, en italien, par Antoine Adamo, selon les
uns, selon Gessner par un certain Augustin Mainard, et au rapport de
Jean Lefèvre, docteur de Moulins, par Théodore de Bèze; mais cette
première anatomie de la messe, qui parut à Genève, en 1555, n'est
guère qu'une satire virulente qui tire toute sa force de l'ironie.
Il n'en est pas de même de celle de Pierre du Moulin. Cette dernière
est un livre grave que l'auteur prétend fonder sur le raisonnement,
sur le texte des Écritures sacrées, des Saints Pères, des anciens
canons de l'Eglise et sur la réfutation de divers passages des plus
célèbres théologiens orthodoxes, tels que Bellarmin, Vasquez, etc.,
etc. La plaisanterie n'y a point de part, comme aussi n'est-ce pas là
sa place. On y trouve peu d'invectives, et il faut s'en étonner dans
une dispute qui les provoque naturellement. Enfin, le style en est
d'une clarté, d'une précision élégante et d'une force qui ne font pas
peu d'honneur à l'esprit de l'écrivain. On est forcé de convenir, à
ce propos, que les auteurs de la religion, d'ailleurs si téméraires,
ont, plus que leurs adversaires, contribué aux progrès de la langue
française. Il en devait être ainsi, par la nécessité où furent ces
novateurs de se faire comprendre et goûter; mais enfin cela est sans
contestation. Déjà l'institution chrétienne de Calvin, traduite par
lui-même, avait fourni le modèle d'une prose claire, ingénieuse et
véhémente, que le génie des lettres provinciales n'eût pas désavouée.
Du Moulin, avec plus de respect pour les bienséances et moins d'âpreté
de caractère, n'est pas inférieur à Calvin, et nous sommes surpris de
ne le voir pas nommé parmi nos prosateurs classiques. J.-J. Rousseau
reproduit quelques uns de ses traits les plus forts dans ses lettres de
la Montagne. Quant au fond même du livre, nous n'avons pas le dessein
d'en faire l'analyse, encore moins de nous en constituer les juges,
respectant trop sincèrement le culte de nos pères pour l'exposer à de
nouvelles censures plus ou moins dangereuses. Il nous suffira de dire
que Voltaire, d'Alembert, Diderot, Radicati, Meslier, etc., etc., n'ont
pas eu de grands frais de dialectique à faire après les théologiens de
la réforme. Le seul et triste mérite qui leur soit propre est celui
d'avoir été cyniques et impies, là où ces derniers étaient, la plupart
du temps, religieux et sincères. Ceux-ci d'ailleurs écrivaient sous le
bûcher, et les autres dans les salons du beau monde, chargés souvent
des bienfaits de l'Église et de la cour. Pierre du Moulin mourut en
1658, à 90 ans. Il était de la même famille d'ancienne noblesse de
Bretagne que le fameux légiste du Moulin.



LA RELIGION DU MÉDECIN,

  C'est à dire Description nécessaire, par Thomas Brown, médecin
    renommé, à Norwich, touchant son opinion accordante avec le pur
    service divin d'Angleterre. Imprimé à la Haye. (2 parties en 1
    vol. in-12 de 360 pages et 12 feuillets préliminaires. Traduit
    de l'anglais en latin par Jean Merrywater, et en français par
    Nicolas Lefebvre.) M.DC.LXVIII.

(1640-68.)


La première partie de cet ouvrage, qui fit grand bruit dans son
temps (en 1640) et suscita beaucoup d'ennemis à Thomas Brown parmi
les théologiens, soit orthodoxes, soit réformés, est principalement
dogmatique. Elle contient soixante sections ou articles. La seconde
est toute morale et n'a que quinze sections. Une table fort bien
faite indique les matières contenues dans chaque article. L'auteur et
le traducteur commencent par se prémunir, avec amertume, contre la
calomnie. Je n'ignore pas, dit en substance Thomas Brown, l'infamie
universelle dont on poursuit ceux de mon état d'après le dicton: _Ubi
tres medici, duo athei_; mais je ne m'honore pas moins du nom de
chrétien, non seulement par le respect que je porte à mes pères et au
pays qui m'a vu naître (l'Irlande), mais encore par un examen soigneux
et attentif de la loi d'entendement, et un commencement de la grâce,
sans toutefois porter nulle haine aux Turcs, aux Juifs, non plus qu'au
reste des infidèles. Je suis, continue-t-il, de la religion réformée,
c'est à dire de celle du Sauveur et des apôtres, que les sinistres
conseils des princes, l'ambition et l'avarice des évêques ont corrompue
et tant agitée. Encore que mon humeur soit aigre et déplaisante, et que
je m'accommode peu de saluer un crucifix ou une image de saint, si ne
laissé-je pas d'être ému d'une pensée religieuse au son de la cloche
qui sonne l'_Ave, Maria_. Je ne crois pas une chose parce qu'elle plaît
à Luther; je n'en rejette pas une autre parce qu'elle déplaît à Calvin;
je ne repousse ni n'adopte tout ce que veulent soit le concile de
Trente, soit le synode de Dort. Ma religion, je ne la vais chercher ni
à Rome, ni à Genève, mais dans les textes sacrés quand ils s'expriment
et quand ils se taisent, dans le dictamen de ma conscience et de mon
propre jugement, tout en rappelant à nos adversaires que notre religion
prend sa source plus purement et plus anciennement qu'à Henri huitième.

Ce n'est pas que je n'aie bronché dans le début de ma carrière. Trois
hérésies ont d'abord souillé mon cœur: premièrement, celle d'Arabie
qui fait l'ame corruptible comme le corps pour ressusciter au jour du
jugement; secondement, celle d'Origène qui, rejetant l'éternité des
peines, me paraissait plus conforme à l'infinie bonté de Dieu; enfin le
culte de la prière rendu à Dieu en l'honneur des morts, que ma raison
n'a pourtant jamais si bien repoussé que je n'y aie souvent rendu, par
un sentiment naturel, hommage involontairement. Les mystères relevés de
la théologie, les obscures subtilités de la religion qui ont renversé
plus d'une forte cervelle, n'ont jamais échauffé la mienne. Loin que
ces emblêmes cachés de la trinité, de l'incarnation, de la résurrection
m'épouvantent, je me plais quelquefois à m'y plonger courageusement,
jusqu'à m'écrier avec Tertullien: _Il est véritable, parce qu'il est
impossible!_ car ce que nous savons n'est rien. Aussi bien, si le
mérite de la foi est nécessaire, faut-il que nous ayons à croire des
choses non palpables; croire sur preuves et par conviction serait
croire sans mérite. Le terrible, l'épouvantable mot de _prédestination_
lui-même ne m'arrête pas; car je considère qu'il n'y a point de temps
pour Dieu, et que ses jugemens sont nés accomplis.

Jamais les moqueries des scolastiques ne me retireront de la sage
opinion d'Hermès, que ce monde visible n'est qu'une réverbération
de l'invisible, qu'un portrait sans réalité d'objet. La sagesse de
Dieu me touche, me confond, et je m'y confie. J'observe les fins de
la nature, et toutes me révèlent une cause première. En voyant que
cette nature ordonnée ne fait rien en vain, que tout a sa raison, son
but, ses moyens, je reconnais que la nature est l'art de Dieu. Sans
sortir de nous-mêmes, quelle immensité de rapports merveilleux qui ne
s'expliquent point si l'on refuse d'admettre une main suprême! Cette
main se fait voir dans les astres, les mers, les terres fertiles, les
déserts et jusque dans les monstres; monstres qui ne sont tels qu'à nos
faibles yeux, car la grande loi les gouverne aussi bien que ce que nous
appelons les plus belles créatures. Il faut constamment lire dans ce
livre majestueux de l'univers; il faut étudier toujours ces relations
entre les causes secondes et les effets. Nous apprendrons ainsi la
science qui charmait tant les anciens par des prédictions fabuleuses,
non, mais la prudence qui soumet en quelque façon l'avenir à nos
recherches. Cette étude constante, par laquelle nous saurons que tout
est régi dans le monde, nous garantira d'ailleurs des vœux indiscrets.
Nous ne demanderons plus à la fortune ce qu'il n'est pas en son pouvoir
de nous donner, sachant que tout est réglé pour nous comme pour le
reste, et nous admettrons, sans peine, les miracles par l'idée que
nous aurons prise de la toute-puissance du grand maître. Je sais que
les légendes, les livres canoniques, les saintes Écritures renferment
bien des passages absurdes; mais ces passages empêchent-ils les autres
d'être tout divins? et puis la faiblesse de notre entendement ne nous
fait-elle pas trouver l'absurdité où elle n'est pas?

Ici, Brown se livre à une longue énumération des choses
incompréhensibles de la Bible, telles que le déluge, l'arche de Noé,
etc., etc., après laquelle il renouvelle sa profession de foi, et
poursuit à peu près ainsi:

Dieu peut, sans aucun doute, faire des miracles et les permettre à ses
délégués. Créateur des lois de l'univers, comment ne les pourrait-il
pas changer ou suspendre pour un dessein? mais je demande qu'on me
montre ce dessein et qu'on me justifie le miracle avant d'y croire.
Par exemple, je ne doute pas de l'existence des esprits, de celle des
sorciers, de celle des enchanteurs, et il faut être athée pour en
douter; mais je n'appellerai pas sorciers tous ceux qui se donnent pour
tels. Ici, dissertation incidente sur la nature probable des esprits
et des anges; puis l'auteur reprend le cours un peu capricieux de ses
méditations tantôt chimériques, tantôt pleines de sens. Je ne désire
pas vivre long-temps. J'ai trente ans, et je pense avoir déjà bien
assez vécu. Le retour du soleil commence à m'ennuyer. Je ne voudrais
pas revoir le temps de ma jeunesse; je sens que je me conduirais encore
plus mal que je n'ai fait, mes défauts n'ayant fait que croître, par
cela seul qu'ils ont duré. Notre humide radical se dessèche dès l'âge
de trente ans; il faut la main de Dieu pour que l'homme devienne
sexagénaire. (Brown avait donc bien peu d'humide radical.) Le fil de
notre vie se file la nuit. (Peut-être eût-il rencontré plus juste en
disant qu'ainsi que le tissu de Pénélope, la toile de notre existence
tramée le jour retournait charger la quenouille dans le repos nocturne.)

J'aime bien, dit-il encore, ces vers de Lucain:

    Victurosque Dei celant ut vivere durent.
    Felix esse mori........................

«Les dieux cachent aux mortels le temps qu'ils ont à vivre pour qu'ils
aient la patience de vivre.» La mort n'est rien. A le bien prendre,
nous ne sommes que des morts puisque nous devons mourir. L'important
est de songer aux quatre fins de l'homme, la mort, le jugement, le
ciel et l'enfer; et de mourir au monde en vue de Jésus-Christ avant
de terminer notre vie corporelle. Le ciel promis à l'homme n'est
pas un certain lieu, c'est une pleine satisfaction de l'ame qui ne
désirera plus rien. L'enfer, c'est le désespoir. Les corps peuvent
ressusciter dans leur forme première; ne voyons-nous pas les plantes
renaître de leurs cendres mortes? Je ne bannis personne du ciel, ni
les philosophes anciens qui ont pratiqué la vertu, ni les habitans
de ces contrées lointaines où le christianisme est ignoré. Je crois
enfin que je serai sauvé sans cependant l'oser garantir. Voilà ma foi!
Voyons à présent la morale de Brown. Il nous apprend que la charité,
cette vertu sans laquelle la foi n'est rien, lui est naturelle; qu'il
n'a d'aversion pour personne ni pour rien; qu'il consentirait à manger
des grenouilles comme les Français et des sauterelles comme les Juifs;
qu'il s'accommode de tout pays et de tout climat, de la mer et des
orages; qu'il ne considère pas celui-là comme charitable qui fait
seulement l'aumône, mais celui qui fait aussi part libéralement de
son temps, de ses soins, de ses conseils et de sa science; qui couvre
les torts d'autrui et enseigne les ignorans. L'auteur part de là pour
gourmander l'acharnement des grammairiens disputeurs; autrement il
bat la campagne, et nous le soupçonnons, en cela, de vouloir imiter
l'auteur des _Essais_; mais il n'a pas la grace de Michel Montaigne,
ni sa vivacité, ni sa justesse, ni son étendue d'esprit à beaucoup
près. C'est avec raison qu'il repousse les qualifications injurieuses
dont le vulgaire national essaie de flétrir les peuples étrangers, et
ne veut pas qu'on appelle, ici, là ou ailleurs, les Anglais mutins,
les Écossais bravaches, les Italiens sodomites, les Français fous, les
Romains poltrons, les Gascons larrons, les Espagnols superbes, ni les
Allemands ivrognes. Il juge également insensé de rire, avec Démocrite,
des vices de l'humanité, et de s'en lamenter avec Héraclite.

Les vices des hommes servent comme d'exercice à leurs vertus. Ne
nous pressons pas, dit-il, de condamner les hommes, car nous ne les
connaissons jamais bien. Son mépris pour ses propres maux est entier,
et sa pitié pour ceux d'autrui extrême. Nous l'en félicitons. Ce serait
là une vertu parfaite; mais il ne faudrait pas s'en vanter pour y faire
croire. Il aime passionnément ses amis, mais jusqu'ici jamais il ne
s'est attaché à aucune femme. On doit en ce cas le plaindre et puis
le blâmer. Il s'accorde plus avec qui que ce soit qu'avec lui-même.
C'est là un terrible aveu. Il est surtout exempt du péché qui a
causé la chute d'Adam, l'orgueil. Tout ce qu'il sait (et il sait six
langues, plus l'astronomie, la géographie, la botanique, la médecine,
etc., etc.) n'a fait que le convaincre de son ignorance essentielle,
à l'imitation de Socrate. Il répugne au mariage, n'estime la femme
que pour la douzième partie de l'homme au plus (c'est bien loin de la
moitié), et regrette que l'espèce humaine ne sache pas se reproduire
sans l'union des sexes, qui lui paraît l'action la plus lâche et la
plus indigne qu'on puisse commettre. Il aime pourtant à voir un beau
visage, mais simplement comme une chose harmonieuse. C'est, en quelque
sorte, une musique pour ses yeux. En sa qualité de médecin, il use des
meilleurs remèdes, mais il n'en a jamais rencontré qu'un bon; c'est la
mort. Thomas Brown, une fois lancé, dit encore beaucoup de folies, à
son sujet, pour conclure qu'il n'y a point de félicité sur la terre, et
qu'il faut s'abandonner à la volonté de Dieu.

Quand on réfléchit que sur tant de matières capitales, traitées
dans son livre, Brown a toutes les idées qui sont en circulation,
ou peu s'en faut, il y a de quoi rendre modeste. En somme, c'est un
rêveur plutôt qu'un sage, et son ouvrage est un chaos dans lequel se
mêlent les chimères et les profondes pensées, les bons et les mauvais
sentimens: autant vaut un philosophe grec.

N'oublions pas, en finissant, de mentionner la réfutation qui fut
faite de cet ouvrage par le chevalier Digby, gentilhomme anglais, zélé
catholique.



LE CAPUCIN,

  Traitté auquel est descrite l'origine des Capucins, et
    leurs vœux, reigles et disciplines examinées par Pierre du
    Moulin, ministre de la parole de Dieu, à Sedan, par Pierre
    Jannon, imprimeur de l'Académie, avec approbation du Conseil
    des modérateurs. (Pet. in-8 de 80 pages et 4 feuillets
    préliminaires.) M.DC.XLI.

(1641.)


Ce petit traité, docte et ironique, est comme un appendice de l'Alcoran
des cordeliers, de l'Apologie pour Hérodote, de la Légende dorée, des
Aventures de la Madone et autres écrits satiriques hétérodoxes. Il
est dirigé contre les enfans de saint François d'Assise en général,
et spécialement contre le fameux père Joseph, confesseur et ami du
cardinal de Richelieu, ainsi que le témoigne la préface où se lit,
entre autres passages, ce qui suit: «Combien que le P. Joseph, en son
livre contre mes trois sermons, m'appelle fol, fourbe et imposteur;
si est-ce que la reigle de charité nous oblige à rendre le bien pour
le mal, joint qu'il ne faut pas juger des personnes par une seule
action; et ne faut pas, sous ombre, que ce révérend père a des émotions
de colère, dissimuler ses vertus; notamment cette bonté capucine par
laquelle, en son presche patibulaire, pour consoler une putain qu'on
exécutait, il l'appeloit _sa sœur_, par une débonnaireté singulière;
car pourquoy n'appeleroit-il les putains _ses sœurs_, puisque le
vénérable François, patron des capucins, appeloit _ses sœurs_ les
pies, les cigales et les arondelles? etc., etc.» Suivent d'autres
railleries amères, terminées par ces mots: «Dieu leur vueille ouvrir
les yeux (aux capucins) pour recognoistre que c'est chose dangereuse
de se jouer avec luy, et qu'ils ont à faire à un juge terrible qui ne
peut estre trompé, qui sonde les cœurs et à qui rien n'est caché.»
L'ouvrage renferme 25 chapitres. L'auteur s'élève d'abord contre cette
idée fondamentale des ordres religieux que les austérités de la règle
donnent lieu à des actes de vertu superérogatoire qui placent les
moines au dessus des bons chrétiens ordinaires. Il distingue ensuite
fort bien la différence qui existe entre l'institut des jésuites, dont
l'obéissance est passive, qui présuppose que toujours le commandement
est juste, et l'institut des quatre sortes de moines mendians,
savoir: des frères mineurs ou cordeliers, des frères prêcheurs ou
dominicains, en France nommés jacobins, des carmes et des augustins,
lequel institut ne demande l'obéissance au supérieur qu'en tant que
le commandement est sans péché. Il attaque, au 3e chapitre, les
prérogatives indulgentielles des divers ordres, et vient enfin, dans le
4e, aux capucins, qui sont des cordeliers réformés. Les 5e, 6e et 7e
chapitres contiennent des détails satiriques, probablement exagérés,
sur la règle et les austérités des capucins; on y dit, par exemple,
que les capucins se fouettent mutuellement sur le derrière trois fois
par semaine. Du Moulin prétend, au chapitre 8e, que, par humilité, les
capucins sont obligés, en mendiant, de prendre des noms vulgaires et
bas, tels que ceux de frère Linotte, frère Triboulet, frère Gribouille,
etc. Bien d'autres faits extravagans sont imputés aux capucins dans
les chapitres 9e et 10e. Les suivans, jusqu'au 16e, sont consacrés à
la facile réprobation des faits énoncés précédemment. Arrive alors le
plaisant procès intenté par les capucins aux récolets sur la pointe du
capuchon, que ces derniers avaient orgueilleusement alongée, et que
le pape, autrefois capucin, fit raccourcir. Suit une vie ridicule de
saint François d'Assise. Mais c'est assez loin pousser l'analyse, il
ne serait pas généreux, aujourd'hui, de se complaire à ces railleries;
du temps de Henri Estienne, d'Erasme Albère, de Barthélemy de Pise, de
Conrad Badius, de Nicolas Vignier et de Renould, c'était autre chose.



LETTRES DE GUI PATIN.

  Paris, Jean Petit, 1692-95. La Haye, Pierre Gosse, 1718. (7 vol.
    in-12.)

(1642-71-92-95--1718.)


Les personnes qui ne connaissent point la correspondance de Gui Patin
(et nous croyons qu'il en est beaucoup de ce nombre aujourd'hui) se
donneront, en le lisant, un des plaisirs les plus vifs et les plus
utiles que la lecture puisse offrir. Né en 1601, à Houdan, près
Beauvais, non loin de la patrie de ce Calvin, dont il admirait le génie
avec trop de passion, Gui Patin, tout délaissé qu'il est maintenant,
ne représente pas moins, dans nos annales savantes, comme lettré,
comme philosophe et comme médecin, un homme du premier ordre, plein de
franchise et de probité; c'était, par dessus tout, un esprit juste,
fort caustique, il est vrai, très railleur; mais il faut des esprits
de cette trempe: Dieu les a créés exprès pour balancer l'énorme
puissance des innombrables charlatans de mœurs, de religion, de
politique, de sciences et d'arts, sans quoi le monde intellectuel et
moral serait emporté; ajoutons que les grands désordres qui régnaient
dans la société publique de son temps ne justifiaient que trop bien
sa misanthropie rabelaisienne. En lui appliquant d'ailleurs la sage
maxime de juger des hommes par leurs amis, ne suffit-il pas de nommer
les siens pour faire son éloge? Sans parler du plus intime de tous, de
ce Gabriel Naudé qui, bien que plus célèbre que lui, ne le valait pas
à beaucoup près, Gassendi le maître de Molière, le premier président
de Lamoignon, la Mothe le Vayer, Olivier Patru, M. Talon le procureur
général, les Pères Mersenne et Pétau, les savans médecins Charles Spon,
Riolan, Falconet, et beaucoup d'autres hommes supérieurs s'honoraient
de son amitié. La contre-épreuve ne lui est pas moins favorable,
puisqu'il n'eut pour ennemis que des personnages tels que les deux
Renaudot, le médecin et le gazetier, les docteurs Guénaud, Courtaut, et
surtout le premier médecin du roi, Valot, tous gens que le savoir-faire
avait plutôt destinés à la fortune qu'à la solide réputation; en quoi
ils ne lui ressemblaient guère. Dans son indignation des voleries
de Mazarin, il fut sans doute trop partisan des frondeurs, et cela
pour avoir eu, malgré sa pénétration, la simplicité de croire, avec
Mathieu Molé, que la fronde avait pour but des réformes utiles au
public; avouons-le encore, son aversion pour le charlatanisme, qui le
rendit exclusif en faveur des anciens contre les novateurs, l'entraîna
trop loin dans sa guerre contre les barbiers-chirurgiens, contre
l'antimoine, le bézoard, la thériaque, la poudre de perles fines, l'or
potable, et généralement contre la médecine occulte. Peut-être lui
pardonnera-t-on sa fureur contre-antimoniale, le vin émétique de cette
époque était une cruelle chose; mais il eut décidément tort avec le
quinquina, qu'il appelait dédaigneusement _le quina des jésuites de
Rome_, et auquel il appliquait ce vers connu: _Barbarus ipse jacet,
sine vero nomine pulvis_; après tout, il faut lui savoir gré de son
hygiène, toute fondée sur la modération, et de sa pratique naturelle
et consciencieuse, laquelle, consistant principalement dans l'emploi
_de la divine saignée_, pour nous servir de ses expressions, et des
purgatifs simples, tels que le séné, la casse et le sirop de roses
pâles, devait guérir, et guérissait souvent. Ses trois saints en
médecine étaient, après Hippocrate, Galien, Fernel, qui fleurissait
sous François 1er, et Simon Piètre, le digne émule du précédent, sous
Louis XIII. Il disait de Fernel, en le surnommant toujours le grand,
que jamais prince n'avait fait tant de bien au monde, et qu'il aimerait
mieux descendre de lui que des empereurs de Constantinople. On ne peut
s'empêcher d'admirer comment une érudition vaste et profonde, telle
que Gui Patin l'avait acquise, au milieu des travaux cliniques les
plus assidus, s'alliait, chez lui, à un goût sûr dans les lettres, à
la connaissance parfaite du monde et des affaires de son temps, soit
politiques, soit religieuses, et au génie comique le plus mordant. Non
seulement il écrivait en français avec un naturel et une vigueur que
l'école des Arnaud, des Pascal, des le Maître n'eût pas désavoués,
mais, dans sa chaire latine, il savait donner aux développemens de la
science l'éclat de l'éloquence oratoire, et tout ce qu'il y avait à
Paris de gens lettrés, d'étrangers illustres, se pressait à ses leçons
du collége royal. Il vécut long-temps heureux, mais il mourut trop tôt,
en 1672, du regret qu'il ressentit, dit-on, de voir son second fils,
le docteur Charles Patin, son enfant de prédilection, banni de France,
sous le prétexte bien léger d'une certaine hardiesse de pensée mêlée
d'un peu d'indiscrétion en public. Une sensibilité paternelle si active
lui fait honneur. Que la terre lui soit légère et le ciel propice! Sa
vie a été écrite par Thomas-Bernard Bertrand, professeur de chirurgie,
en 1724, mort en 1751; il a donné lui-même, dans ses premières lettres
à Charles Spon, un précis historique sur son origine et sur quarante et
un ans de cette vie laborieuse, lequel précis est un morceau achevé,
dont ses biographes auraient pu mieux profiter qu'ils ne l'ont fait;
mais il suffit, pour le bien connaître, de lire sa correspondance, qui
est le vrai miroir de son esprit et de son caractère. Ses lettres,
remplies de traits, de réflexions judicieuses, de doctes souvenirs et
d'anecdotes que l'on s'est trop pressé, nous semble-t-il, de déclarer
suspectes, sont écrites sans aucun art et si familièrement, que
l'auteur se mit à rougir, un jour que, dans une compagnie, le père
Ménestrier lui avoua qu'il en avait connu quelques unes par leur ami
commun Falconet à qui la plupart sont adressées. Un tel abandon est un
mérite de plus. Aussi lit-on, de suite, les sept volumes, petit-texte,
des lettres de Gui Patin, sans la moindre fatigue, ou même avec un
goût et une curiosité qui ne se relâchent point, depuis la première,
datée de novembre 1642 jusqu'à la dernière de décembre 1671. Après
avoir cherché comment nous pourrions donner un aperçu de cette longue
correspondance, nous avons pensé qu'une lettre supposée écrite en
1650, et toute composée d'extraits textuels pris du commencement à la
fin du recueil, remplirait mieux notre objet que toute autre méthode
d'analyse, et nous allons donner cette lettre pour ce qu'elle est,
c'est à dire pour un mensonge très fidèle, pour un pastiche du maître
lui-même, où les transitions seulement sont de nous, aussi bien que les
anachronismes inévitables: or, on sent qu'ici les anachronismes sont de
peu d'importance, et quant aux transitions, nous en avons été si sobre,
à l'exemple de l'écrivain original qui n'en use presque jamais, que le
lecteur nous pardonnera facilement cette fraude pieuse pour peu qu'il
ait d'indulgence. Disons, en finissant, que les éditions de ce précieux
recueil, sans en excepter la meilleure, sont fort défectueuses. Il
serait à désirer qu'un philologue habile en donnât une nouvelle avec
des notes du genre de celles qui enrichissent les excellentes éditions
modernes des lettres de madame de Sévigné, entreprise difficile, à la
vérité, mais qui procurerait d'autant plus d'honneur.

    A M. F. D. M. De Paris, le 1er mars 1650.

       Monsieur,

  1651 J'ai reçu la vôtre des mains de M. Paquet, pour laquelle je
       vous remercie. Ledit sieur se porte assez bien, grâce à Dieu.
  1655 Nous parlons très souvent de vous; il vous aime cordialement,
       comme je fais et m'honore de le faire pour les obligations que
       je vous ai de longue date, et pour les grands mérites que vous
  1658 possédez. Je ferai à M. votre fils tout ce que je pourrai, à
       cause de vous. Je n'ai jamais voulu prendre personne en pension,
       bien que j'en aie été plusieurs fois prié; mais je ne puis rien
       vous refuser. Vous me parlez du prix d'une pension; je ne sais
       ce que c'est, je ne vous demande rien. Dites-moi seulement
       si vous voulez qu'il fasse son cours de philosophie, et quel
       vin vous voulez qu'il boive. Du reste, il sera nourri à notre
       ordinaire, et pour son étude, j'en aurai soin et vous en rendrai
       bon compte. J'ai grand regret du genou malade de mademoiselle
  1643 Falconet; mais que veut dire son nouvel Hippocrate avec ce
       tartre coagulé qu'il prétend être la cause du mal? tout cela
       n'est que babil et galimatias; il promet la guérison, et ne
  1659 doute de rien, parce qu'il ne sait rien. J'ai vu bon nombre
       de gens de sa sorte, qui, de même que le fanfaron du bon-homme
       Plaute, avaient remis la jambe à Esculape. Cet homme est _asinus
       inter simios_, comme disoit Joseph Scaliger de monseigneur
       du Perron, lequel, dix ans devant qu'il fût cardinal, pour
       paroître savant auprès des dames de la cour de Henri III, les
       entretenoit _de œstu maris, de levi et gravi_ et _de ente
  1669 metaphysico_. Au surplus, je ne saurois rien vous dire: c'est
       à vous d'ordonner puisque vous êtes président; il y a autant de
       différence entre un médecin qui écrit de loin pour le salut d'un
       malade et celui qui l'a entre les mains, comme d'Alexandre qui
       force les Perses au passage du Granique et le prince qui fait
       la guerre par ses lieutenans. La médecine est la science des
       occasions dans la maladie. Nous ne sommes que les avocats du
  1659 malade, et la mort ou la nature en sont les juges. Vous verrez
       qu'après tout ce monsieur gagnera de l'argent; ce sont les
       impudens qui gouvernent le monde: cela n'est pas d'aujourd'hui,
  1651 quelqu'un l'a dit dans Hérodote. Un certain continuateur de la
       chronologie de Gautier a mis M. Meyssonnier au rang des hommes
  1655 illustres: _non equidem invideo, miror magis_. J'ai peur que
       d'oresnavant le papier ne serve plus que comme les maquereaux,
       à la prostitution des renommées. Je vous dirai que M. Courtaut
       ne paroît pas bien sage; il ne me lâche point et me chante des
       injures de fripier indignes d'un homme de lettres: je crois
  1649 que cette controverse ne s'apaisera que par sa mort. Lui
       et ses pareils ont beau s'envelopper des grands mystères de
       polypharmacie, se faire prôner par les apothicaires, à charge
       de retour, et empoisonner leur monde avec le vin émétique au
       soulagement des maris qui veulent changer de femmes, comme des
       femmes qui convoitent de jeunes maris; ils n'empêcheront pas
       que la médecine ne soit rien autre chose que l'art de guérir,
       et que l'art de guérir ne consiste point dans les recettes
       occultes de ces cuisiniers arabesques, nommés apothicaires,
       monstrueux colosses de volerie, bons uniquement à dérober
       les pauvres dupes en les tuant; mais exclusivement dans une
       méthode facile et familière, telle que l'emploi de la saignée,
       du séné joint au sirop de roses pâles, et d'autres remèdes
       semblables. Je ne suis pas le seul à penser ainsi; outre nos
       anciens médecins, MM. Marescot, Simon Piètre, son gendre, Jean
       Duret, les deux Cousinot, Nicolas Piètre, Jean Hautin, Bouvard,
       du Chemin, Brayer, la Vigne, Merlet, Michel Séguin, Baralis,
       Alain, Moreau, Baujonier, Charpentier, Launay, Guillemeau, ont
       introduit, dans les familles de Paris, cette bonne et naturelle
       pratique. Il n'y a point de remède au monde qui fasse tant de
  1645 miracles que la saignée. Nos Parisiens font peu d'exercice,
       boivent et mangent beaucoup, et deviennent fort pléthoriques;
       en cet état, ils ne sont presque jamais soulagés si la saignée
  1650 ne marche devant, puissamment et copieusement. L'âge n'y fait
       rien. J'ai saigné avec succès, deux ou trois fois de suite, des
       enfans de 20 à 30 mois; et, tout à l'heure, voilà mon beau-père
       qui a pensé mourir: c'est un homme gras et replet; il avait une
       inflammation du poumon avec délire; outre cela, il a la pierre
       dans les reins et dans la vessie. En cette dernière attaque, je
       l'ai saigné huit fois du bras, de neuf onces de sang à chaque
       fois, quoiqu'il ait 80 ans; après les saignées, je l'ai purgé
       quatre bonnes fois avec du séné et du sirop de roses pâles;
       il a été si bien soulagé que cela tient du miracle, et qu'il
       en semble rajeuni, de quoi il est fort content, et pourtant
       il ne me donne rien, non plus qu'une statue, tout opulent
  1659 qu'il est; la vieillesse et l'avarice sont toujours de bonne
       intelligence: ces gens-là ressemblent à des cochons qui laissent
       tout en mourant et ne sont bons qu'alors. Le bon-homme seroit
       bien avec le comte de Rébé: tous deux fricasseraient bien le
  1643 chausse-pied, et mangeroient bien, sans scrupule, le petit
       cochon qui seroit cuit dans le lait de sa mère. Je sais à quoi
       je m'expose en bridant les veaux qui se croient médecins et ne
       sont que des coupeurs de bourse. Ils ont déjà publié contre moi
       un libelle intitulé: _Putinus verberatus_, titre qui est une
       plate et odieuse injure; mais je ne m'en soucie. _Vera loqui si
       vis, discite scœva pati._ Tant que je vivrai, je soutiendrai la
       vraie doctrine, celle de la médecine facile et familière qui est
  1665 la seule bonne. Pour ce qui est des eaux minérales, je vous
       dirai que je n'y crois guères et n'y ai jamais cru davantage.
       Maître Nicolas Piètre m'en a détrompé il y a quarante ans.
  1648 Fallope les appelle un remède empirique. Elles font bien plus
       de cocus qu'elles ne guérissent de malades. Le livre de _M.
  1649 Hoffman_, _de Medicamentis officinalibus_, est fort bon. Il y
       a, là dedans, cinquante chapitres qui ne se peuvent payer. Tout
       le premier volume vaut de l'or, hormis quand il dit que le séné
       est venteux. C'est un abrégé de toutes les botanniques et de
       toutes les antidotaires qui ont été imprimés depuis cent ans.
       Notre doyen, mon ami M. Riolan, qui est l'ennemi de l'auteur,
       ne laisse pas de dire que la préface vaut seule cent écus. Il
       faut en croire cet excellent homme, car il a bien du sens,
       encore qu'il vieillisse à faire peine et pitié. Il nous faut
       ainsi disposer tous à faire le grand voyage d'où nul ne revient.
       Cela est triste, et qu'il soit d'un homme savant comme d'un
       sac, lequel, tout plein qu'il est, s'épuise enfin et demeure
  1651 vuide à force d'en tirer. Je suis en train de déménager: ce me
       sera une peine pour mes livres, et, quand j'y pense, les
       cheveux me dressent sur la tête. Tous mes in-folio sont portés
       et rangés en leur place: il y en a déjà plus de 1,600 en ordre.
       Nous commençons à porter les in-quarto auxquels succéderont les
       in-octavo, et, ainsi de suite, jusqu'à la fin de la procession
       qui durera un mois, après quoi mes 10,000 volumes seront fort en
  1645 honneur. C'est beaucoup de livres; il n'est pas nécessaire de
       tant. On pourrait presque se tenir à l'histoire de Pline, qui
       est un des plus beaux livres du monde: c'est pourquoi il a été
       nommé la _Bibliothèque des pauvres_. Si l'on met Aristote avec
       lui, c'est une bibliothèque presque complète. Si l'on ajoute
       Plutarque et Senèque, toute la famille des bons livres y sera,
  1660 père, mère, aîné et cadet. Ne confondez point le Père Labbé,
       mon bon ami, qui a fait la vie de Galien, avec un Père Labbé
       de Lyon, qui fait du latin de pain d'épices, tout en pointes;
  1659 c'est fort différent. Il y a eu ici une grande cérémonie aux
       Augustins pour un certain saint espagnol de leur ordre, nommé
       Frère Thomas de Villeneuve, que le pape canonisa l'hyver passé!
       Ils en ont fait un feu de réjouissance au bout du Pont-Neuf, où
       ce nouveau saint était représenté comme un faquin de Quintaine.
       Il y courut une foule de monde qui ne peut se nombrer, et le
       peuple disoit qu'il y avait apparence que la paix se dût faire,
       sans quoi l'on n'eût pas reçu, en France, un saint espagnol.
  1659 Des Fougerais, le plus violent de nos confrères antimoniaux, se
       meurt. La continue l'emportera, et c'est bien alors qu'il vous
       sera permis de dire: _Belle ame devant Dieu, s'il y croyoit!_
  1656 Notre bon-homme Gassendi est mort le dimanche 24 octobre à
       trois heures après midi, âgé de soixante-cinq ans, et muni des
       sacremens _ex more_. Voilà une grande perte pour la république
       des lettres. J'aimerais mieux que dix des Fougerais et dix
       cardinaux de Rome fussent morts, il n'y auroit pas tant de perte
  1650 pour le public. Pour répondre à vos questions, je vous dirai
       qu'un honnête homme de mes amis m'a remis un vieux registre
       de nos écoles, en lettres abrégées et gothiques, de l'année
       1390; je l'ai prêté à M. Riolan qui a trouvé qu'il y étoit fait
       mention d'un testateur, lequel légua, dans l'an 1009, à l'École
       de médecine de Paris, un manuscrit de Galien, _de usu partium_;
       ainsi nous sommes de beaucoup les aînés de MM. de Montpellier,
       qui s'en font bien accroire, tant du côté du savoir que de celui
  1665 de l'ancienneté. Autre chose: il ne s'agit pas seulement de
       Zacutus; Fabius Pacius, en son _Traité de la vérole_, a pensé
       comme lui, et cela d'après certains passages de Xénophon, de
       Cicéron et d'Apulée, que ce mal n'étoit pas moderne. Feu Simon
       Piètre, frère aîné de Nicolas Piètre, deux hommes incomparables,
       disoit que, devant Charles VIII, en France, les vérolés étoient
       confondus avec les ladres, d'où provenoient tant de ladreries,
       de léproseries ou maladreries qui sont aujourd'hui la plupart
  1660 vuides. Ce n'est pas tout, Bolduc, capucin, a écrit, aussi
       bien que Pineda, jésuite espagnol, que Job avoit la vérole.
       Je croirois volontiers que David et Salomon l'avoient aussi.
       Troisième réponse: M. Naudé, qui n'étoit pas menteur, m'a dit
       que Lucas Holstenius de Hambourg, qui est, à Rome, chanoine de
       Saint-Jean-de-Latran, l'avoit assuré qu'il pouvait montrer huit
       mille faussetés dans Baronius, et les prouver par les manuscrits
  1656 mêmes de la Bibliothèque vaticane dont il est gardien. Je suis
       bien aise que ma description de la reine Christine de Suède vous
       ait plu. On dit qu'elle a passé à Turin et Casal, et qu'elle
       s'en va à Venise, si elle n'y est déjà. Je ne connais rien au
       dessein de cette princesse, ni quelle fin auront ses aventures;
       mais je pense qu'elle voyage d'esprit aussi bien que de corps.
       Bien des gens voyagent ainsi, qui feroient mieux de s'arrêter et
       d'apprendre plusieurs bonnes choses qu'ils ignorent. Qu'est-ce
       que l'esprit de pérégrination? une inquiétude de l'ame et du
       corps sans aucun fruit. Ces pieds levés peuvent bien ainsi voir
  1650 nombre de clochers dont ils n'ont point l'offrande. La reine
       régente, poussée par sa tête rouge, a fait arrêter, dans le
       palais Cardinal, le prince de Condé, le prince de Conti et le
       duc de Longueville, et les a fait conduire à Vincennes. Paris
       ne s'en est du tout point remué; au contraire, quelques uns ont
       fait des feux de joie. Il est à craindre que les prisonniers ne
       mangent, dans leur prison, ce que Néron appelle, dans Suétone,
       _la viande des dieux_; savoir des champignons de l'empereur
       Claude. M. de Longueville est fort triste et ne dit mot; M. le
       prince de Conti pleure et ne bouge presque du lit; M. le prince
       de Condé chante, jure, entend la messe, lit des livres italiens
       ou français, dîne et joue au volant. Depuis deux jours, comme
       le prince de Conti prioit quelqu'un de lui envoyer l'Imitation
       de Jésus-Christ, le prince de Condé dit en même temps: «Et
       moi, monsieur, je vous prie de m'envoyer l'Imitation de M. de
       Beaufort, afin que je me puisse sauver d'ici comme il fit,
       il y a tantôt deux ans.» Où tout cela va-t-il? Le Mazarin
       dépouille les gens, les partisans les écorchent, les Pères
  1663 passefins les trompent, Condæus les tue, et peu y compatissent.
       Notre jeune roi est pourtant de belle et bonne mine; on
       dit qu'il a de bonnes intentions: attendons les effets.
  1665 Jusqu'ici on ne parle que des apprêts qui se font à Versailles
  -6-8 pour le Carrousel et le festin des dames de la cour. Cela sera
       tout à fait magnifique. On prépare des ballets, on bâtit au
       Louvre qui sera aussi fort beau; mais M. Talon vient d'être
       remercié de sa charge et renvoyé au Parlement, et toujours point
       de fortes réductions de taille, ni de soulagement pour le pauvre
  1657 peuple qui meurt de faim; point de secours pour les soldats
       congédiés qui demandent l'aumône dans les villes et pillent
       dans les campagnes; il n'est quête que de bel argent rond à
       prendre où il est. On dit qu'il y aura pour 110 millions de
       taxes signifiées aux partisans. Il y en a déjà pour 89 millions,
       dont 8 millions dans l'isle Nostre-Dame seulement, et plusieurs
       à d'illustres personnages. Il faut que ces sangsues du public
       aient bien sucé pour rendre tout cela et avoir encore du beau
  1670 reste. Dieu fasse la grâce au roi de diminuer les impôts et de
       vivre quatre-vingts ans au delà en ce bon état! Depuis Hugues
       Capet, qui a été le chef de sa race, il n'y en a qu'un qui ait
       atteint l'an soixantième de son âge, lequel véritablement était
       un habile homme, mais dangereux et méchant: c'était Louis XI,
       par la faute de qui nous avons perdu les Pays-Bas. S'il n'eût
       fait, par son maudit caprice, cette signalée faute de laisser
       échapper la main de Marie de Bourgogne pour un des siens, il
       aurait épargné la vie à plusieurs millions d'hommes, et la
       maison d'Autriche, que N*** nommait la maison d'Autrui-riche, à
       cause que les grands biens lui sont venus par ses alliances, ne
       seroit pas si difficile à rabaisser qu'elle est....

           .......... Quæ tam dissita terris
           Barbaries, Francæ ludibria nesciat aulæ!

       Quasi tous les autres rois ont été malheureux ou débauchés.
       Louis XII et François Ier ont mérité d'être loués par la
       postérité. Pour Henri IV, il a sauvé la France des mains
       des huguenots et des ligueurs qui étoient devenus furieux,
       _inebriati poculo et zelo cruentæ religionis_, à quoi ils
       étaient portés par l'ambition du pape et les pistoles d'Espagne
  1664 qui ont misérablement trompé les peuples. La famille des
       oiseaux niais étoit grand alors. Il n'y en a plus tant
       aujourd'hui; le monde est bien débêté, Dieu merci, et grâce
       aux moines qui ont raffiné bien des gens. Eût-on dit, au temps
       des apôtres, que la piété nous meneroit là? C'est que la piété
       engendre la richesse, et la fille étouffe la mère. M. Benoît
  1660 de Saumur me dit, il y a quatorze ans, qu'en 1664 il y auroit,
       en France, un grand changement de religion, et que nous irions
       tous au prêche, qu'il en avoit eu la vision. Je n'ai point foi
       à ces chimères de visions; mais il pourra y avoir du changement
       dans le gouvernement politique de l'Europe: cela est à prévoir,
       vu le grand nombre de méchans, d'hypocrites, de Nébulons,
       d'Ardellions, de loyolites et de Pères passefins qui méritent
       punition. Cependant donnez-moi un sou, vous aurez des contes.
  1666 Hier, au matin, rue Barbette, il y eut grand carnage de laquais
       qui s'y battirent en duel, dont il y eut plusieurs blessés et
       sept de tués sur la place. Le soir, furent rompus vifs cinq
       grands laquais d'une bande de quatorze, qui étoient entrés
       chez une veuve, en plein jour, au milieu de Paris, l'avoient
       étranglée et sa servante, puis avoient emporté un peu d'argent
       qu'elle venoit de recevoir. Deux frères ont aussi fait un gros
       vol: l'un a été pris, et sera bientôt pendu; l'autre fera bien
       de se sauver en Amérique, et d'y devenir roi. Il n'y a guère de
       jour qui ne donne de l'occupation à MM. de la Grève. Je crois
       que la fin du monde approche, à voir de telles choses et tant
       de partisans, d'exacteurs, de sangsues du peuple, de têtes
  1657 rouges insatiables, avec tant de moineries et de prêcheries.
       Le duc d'Orléans arriva hier à Paris, et s'en alla souper
  1654 chez le Mazarin. _Cum canibus timidi venient ad pocula damæ._
       Le curé de Saint-Paul avait été exilé par le Mazarin, pour
       donner satisfaction aux Pères de la Société; bientôt après il
       fut rappelé; mais, tandis qu'il étoit exilé, on afficha, à
       la porte de son église, un papier contenant ces mots: _Louis
       XIV, roi de France et de Navarre, archevêque de Paris, curé de
  1665 Saint-Paul_. La petite rivière des Gobelins a bien fait des
       ravages dans le faubourg Saint-Marceau; elle a débordé en une
       nuit, et y a bien noyé de pauvres gens; on en comptoit hier 42
  1658 corps, sans ceux que l'on ne sait pas. Plusieurs disent qu'il
       faudrait faire un grand fossé, devant Saint-Maur, qui passât
       au travers la plaine Saint-Denis et se vînt décharger dans la
       Seine, entre Saint-Ouen et Saint-Denis, vu que c'est la rivière
  1645 de Marne qui nous fournit tant d'eau. Il y a ici un Anglais,
       fils d'un Français, qui médite de faire des carrosses qui iront
       et reviendront de Paris à Fontainebleau en un même jour, sans
       chevaux, par une machine admirable: cette nouvelle machine se
       prépare dans le Temple. On parle beaucoup de la langueur de M.
  1670 le chancelier (Séguier); si cette place vient à vaquer, il y
       en a qui la désignent à M. Colbert, à M. Pussort, son oncle, à
       MM. d'Haligre ou le _Tellier_. Pour moi je la souhaite au plus
       digne; c'est le solstice d'honneur de nos hommes d'Etat, de nos
  1666 politiques et savans jurisconsultes. Est-il vrai que la jeune
       femme de l'incomparable M. de Lorme soit morte subitement? Si
       cela étoit, je le plains: quand un homme est jeune, il a besoin
  1665 d'une femme; quand il est vieux, il en a besoin de deux. J'ai
       eu l'ame bien troublée du naufrage du pauvre et excellent M. de
       Campigny; ces choses-là font que je me perds dans l'abîme de la
       Providence, qui est toute pleine d'obscurités pour nous, tant
       pour les affaires humaines que pour les divines. Dieu gouverne
       le monde; mais c'est à sa mode; la prédestination est un étrange
       mystère; quand je pense au malheur de tous les gens de bien,
       _sollitor nullos esse putare deos_, mais pourtant je ne le dis
       point, ma raison retient ma passion.

       Adieu, monsieur, je vous baise les mains, et suis, du fond du
       cœur, tout vôtre.



CODICILLES DE LOUIS XIII,

ROY DE FRANCE ET DE NAVARRE,

  A son très cher fils aisné et successeur, en ses royaumes de
    France et de Navarre, Canada, Mexique, et en ses monarchies
    d'Allemagne et d'Italie, et en son exarchat de Ravenne,
    Pentapole, Rome et Romagne et Romagnole, etc., etc., pour
    devenir le plus puissant roy, plus impérieux que Charlemagne,
    plus débonnaire que saint Louis, plus aimé de ses peuples que
    Louis XII, plus caressé de sa noblesse que les Charles, plus
    chéri des ecclésiastiques que les Henris, etc., etc. (4 parties
    in-24; achevé d'imprimer le 7e d'août.) M.DC.XLIII.

(1643.)


Voici assurément un des plus singuliers livres qui aient été composés
sur notre histoire et notre gouvernement, et des plus faits pour être
recherchés, quand même il ne serait pas aussi difficile qu'il l'est à
rencontrer. Le P. le Long, qui en parle sous le n° 27,257, nous apprend
qu'il tomba dans le mépris à sa naissance, mais que, suivant M. de
Bure, il s'en releva sur la recommandation d'un homme de distinction,
initié aux affaires, qu'il ne nomme pas. Cet inconnu fit preuve, selon
nous, d'une grande patience pour avoir lu l'ouvrage jusqu'au bout, et
aussi de beaucoup de discernement pour y avoir signalé d'excellentes
choses dans un océan d'extravagances. Mais pourquoi a-t-il qualifié
l'auteur d'ardent protestant? Il fallait le marquer tout à la fois
au coin de la folie, de la science et du génie, car l'écrivain
apocryphe des _Codicilles de Louis XIII_ se montre tour à tour profond
penseur, savant et vertueux homme et lunatique insensé, très orthodoxe
d'ailleurs dans ses momens lucides. MM. Lenglet-Dufresnoy et de
Foncemagne, pas plus que le P. le Long, MM. de Bure et Brunet, n'ont
jeté de lumière sur son nom. Il est surprenant que M. Barbier n'ait
pas même essayé de lever ce pseudonyme. Nous regrettons de l'avoir
fait infructueusement; d'autres seront peut-être plus heureux. Ces
_Codicilles_, assez fautivement imprimés, ne laissent pas de former
deux petits volumes agréables à l'œil par la netteté des caractères
et leur finesse. Le prix s'en était élevé très haut il y a cinquante
ans, et se soutient encore assez bien. On peut lire, en tête de notre
exemplaire qui nous vient de la bibliothèque de M. Morel de Vindé,
qu'il fut payé 240 francs en 1782. Ce prix exorbitant nous justifierait
seul de faire connaître avec quelque détail un livre que personne ne
lit plus.

La première partie traite des matières générales, presque toutes de
morale et de piété. C'est comme un préliminaire contenant 35 chapitres
coupés de leçons, de prières et de paraphrases de l'Écriture sainte.

La deuxième partie, sous le titre de _Prudence royale_, composée de 78
chapitres souvent mêlés d'oraisons comme la première, entre dans les
hautes affaires de gouvernement, d'administration et de justice civile,
criminelle et ecclésiastique.

La troisième partie a 134 chapitres et aussi ses oraisons. Elle est
entièrement consacrée à la _Prudence guerrière_, et descend jusqu'aux
plus petits détails de l'état militaire de France.

Enfin la quatrième partie, _la Prudence mesnagère_, traite des
tribunaux, des médecins, des colléges et des devoirs domestiques, en
38 chapitres, où les prières ne manquent pas plus qu'ailleurs et où
elles sont mieux placées que dans les deuxième et troisième parties.
La prière finale est adressée au roi des siècles, immortel, invisible,
etc., et couronne l'œuvre par un _ainsi soit-il_. Certainement l'Etat
serait bien à plaindre si toutes les idées du testateur étaient
suivies; mais il ne le serait pas moins si elles étaient toutes
rejetées: il ne faut donc dire ni ainsi soit-il, ni qu'ainsi ne soit.


PREMIÈRE PARTIE.

Avis préalable du roi Louis XIII au Dauphin. Cet avis fait voir d'abord
que la date du livre est fausse; car il y est parlé de la contenance
grave du jeune prince, de son inclination précoce pour les lettres,
de son épée, etc., etc. Or, Louis XIV, en 1643, n'ayant que cinq ans,
n'avait ni épée, ni gravité, ni inclination pour les lettres; toutes
ces bonnes choses ne lui vinrent au plus tôt que vers 1654. Venons
aux conseils paternels. Faites de bonne heure le majeur.--Réformez
votre maison;--purgez-la de fainéans, d'azyges (d'oisifs).--Congédiez
vos valets de passe-temps, les machinistes de vos plaisirs.--Videz
vos écuries de chevaux, vos étables de chiens, vos volières d'oiseaux
inutiles.--Obligez les ecclésiastiques à résider;--chassez-les de votre
cour et de vos ministères.--Fondez, en chaque province parlementale,
un collége théologal, et qu'il faille y avoir été reçu docteur pour
prendre les ordres sacrés, ou du moins pour exercer, dans vos États,
une fonction publique sacrée.--Ne laissez aucun membre de votre
noblesse dans l'oisiveté, ni même aucun roturier possesseur de fief;
que tous travaillent pour vous et pour l'honneur.--Que, dans toutes
vos villes présidiales, il y ait un collége de milice où l'on enseigne
la vertu et le métier de la guerre.--Supprimez les trésoriers de
France et les officiers surnuméraire de vos cours souveraines.--Réglez
les dots des filles en sorte que des parens ambitieux ne donnent pas
tout à l'une pour mettre les autres en religion, où elles font des
abominations, qui retomberont sur vous dans l'autre monde.--Poursuivez
la maltôte et armez la justice.--Gardez ponctuellement la loi salique.

Le testateur entre ensuite plus précisément en matière par divers
chapitres sur la vertu, le vice, l'ignorance, l'imprudence, la malice,
la connaissance de soi-même, Dieu, l'unité de Dieu, l'essence divine,
les attributs divins, positifs, négatifs et relatifs, les trois
personnes en Dieu et la prière. A l'occasion des prières, il en compose
une pour chacun des jours de la semaine, que le roi devra réciter, et
y joint des leçons et des commentaires explicatifs. On trouve dans ce
chaos des sentimens purs et élevés, des pensées justes, hardies, et
souvent d'une métaphysique profonde. Le style est généralement noble et
convenable à la dignité du sujet. Il est bon de dire aux jeunes princes
des choses telles que celles-ci: «La royauté ne doit point vous donner
une haute idée de vous-mêmes. Ce n'est qu'une pure imagination comme
les autres dignités humaines, qui n'ont leur être que dans l'esprit des
hommes. La sagesse nous apprend qu'il y a un Dieu. Ouvrez les yeux,
vous dit-elle, et vous verrez ses vertus gravées en chaque parcelle de
l'univers.

«Tenez-vous à cette vérité que Dieu est, et que votre foi ne soit point
ébranlée par ce qu'on vous enseigne de son essence philosophiquement.
Car tout ce que la philosophie vous dit sur cela, que Dieu est ce
qui est, que c'est un être indépendant, incorporel, nécessaire,
simple, etc., c'est ne rien dire du tout. Vaut mieux s'en taire et,
avec un silence respectueux, adorer sa majesté ineffable, en suivant
humblement, d'esprit et de cœur, ce que la religion chrétienne nous
révèle, etc., etc.»

Nous ne craignons pas d'avancer qu'il y a dans ces leçons, dans
les dissertations, dans les prières qui les accompagnent, un fonds
de raison supérieure et des passages d'une haute éloquence. A ne
considérer dans cet ouvrage que ce qu'il renferme de bon, on ne
s'étonnerait pas qu'il fût de Mathieu Molé; pour le reste, il est de
l'Angely.


DEUXIÈME PARTIE.

La Prudence est la seconde déesse que j'emploie pour vous rendre digne
de vos destinées.--Elle vous fera philosopher en roi et régner en
philosophe;--elle vous fera bannir les étrangers de l'administration
de vos États.--Un étranger (ceci paraît écrit contre Mazarin), un
étranger à votre service n'est communément qu'un mercenaire.--Vous ne
dépendez ni du pape, ni de l'empereur. Les honneurs que vous faites
à l'empereur dans les cérémonies ne sont qu'un hommage de déférence
rendu à la dignité impériale; et quant à votre soumission au pape,
elle est purement spirituelle comme sa souveraineté qui, hors des
États romains, n'a rien de temporel.--Une excommunication employée
dans les affaires de ce monde n'est rien.--Le pape ne peut jamais
délier vos sujets du serment de fidélité.--Il n'y a que les trois
États de votre royaume assemblés qui le puissent faire, si vous les
voulez contraindre à devenir idolâtres, si vous êtes leur tyran au
lieu d'être leur père, si vous violez les lois fondamentales de votre
pays.--Réunissez les immenses domaines ecclésiastiques à votre domaine
royal, et chargez-vous, suivant de certaines règles de justice et de
contenance, de l'entretènement des prêtres, moines, etc.--Conservez
votre grand conseil, mais supprimez les charges surnuméraires.--Confiez
la justice à l'ordre démocratique.--Bannissez de vos parlemens les
ecclésiastiques et les seigneurs.--Remplacez les trésoriers de France
par des élus et multipliez les siéges d'élection.--Abrégez la forme
des procès.--Imposez les professions, les dignités, les États, les
écoles, les bois, le sel, etc.--Connaissez l'état de toutes choses
et de toutes personnes en fonction dans votre royaume.--Donnez vos
emplois d'ambassadeurs aristocratiquement, et démocratiquement ceux
de justice et d'administration.--Soyez magnifique en édifices publics
utiles.--Finissez le Louvre.--Soyez libéral.--Mariez les filles de
vos officiers militaires pauvres.--Ne dépensez rien en bagatelles
somptueuses.--Ne soyez avare que du sang des hommes.--Faites la guerre
aux fainéans et aux célibataires, tant _agynes_ qu'_anandres_, c'est à
dire sans femmes ou sans hommes, etc.


TROISIÈME PARTIE.

La Prudence guerrière, qui donne les moyens de vaincre, interdit aux
princes de combattre pour faire du mal à leurs voisins, pour acquérir
des richesses, pour flatter leur orgueil, pour satisfaire leurs
caprices.--La guerre une fois venue, cette même prudence leur fera
chercher à bien connaître le caractère, les forces, les inclinations,
les intérêts de l'ennemi; à pacifier l'intérieur de leurs États avant
de rien entreprendre à l'extérieur; à bien sonder leurs propres moyens;
à bien choisir leurs officiers; à les nommer aristocratiquement; à ne
point engager d'affaires sans avoir reconnu ou fait bien reconnaître le
terrain et l'ennemi; à tenir toujours une forte réserve pour soutenir
les corps au besoin; à passer de fréquentes revues et sévères; à
établir des surintendans de milice pour punir tous délits et maintenir
une discipline rigoureuse; à nommer aristocratiquement les commissaires
généraux préposés à l'entretien des troupes et aux munitions; à créer
des contrôleurs généraux pour toutes les armes, destinés à vérifier les
services des commissaires généraux, et à les nommer aristocratiquement;
à établir, dans chaque généralité, des munitionnaires, etc., etc.;
à ne pas licencier les armées entièrement à la paix; à n'être point
téméraire; mais aussi à ne pas se défier de ses forces, car cette
défiance les diminue.


QUATRIÈME PARTIE.

Vivez simplement et de ménage comme mon père, votre à jamais
illustre aïeul.--Soyez tempérant.--Vêtez-vous de vertus plus
que de riches étoffes.--N'usez que de vêtemens faits avec les
étoffes de votre pays.--Fuyez le jeu.--Changez souvent d'aumônier
et de confesseur.--Mariez-vous de bonne heure et détestez
l'adultère.--Examinez vos comptes de dépense par le menu et n'ayez pas
plus de honte d'agir ainsi que n'en avait Charlemagne.--Sachez ce qui
se dit et fait dans votre maison.--Tenez votre conseil.--Connaissez
vos revenus.--Payez les gages exactement.--(Suit un détail des gages
qui n'en finit pas, d'où il conste qu'un généralissime des troupes
de terre doit avoir 15,000 francs et une servante 100 francs par
an).--Ne tenez pas la reine, votre femme, dans la servitude ni
l'abaissement;--qu'elle soit votre compagne.--Il n'y a que les
esprits faibles qui craignent de consulter leurs femmes, et que des
ames faibles qui les laissent dominer.--Usez, avec la reine, de
raison plus que d'autorité.--Instruisez vos enfans et formez-les
aux affaires.--Établissez des colléges de sacerdoce, de milice, de
jurisprudence, de médecine et de manufactures.--Respectez la hiérarchie
des offices de tout genre, et qu'on n'arrive au second degré que par le
premier, et ainsi de suite.--Défiez-vous, c'est à dire souvenez-vous
que, malgré tous vos soins, il se peut faire que votre prédicateur
vous cache la vérité; que votre aumônier vole les pauvres; que votre
confesseur vous laisse dormir dans le péché; que vos ministres d'État
vous traitent en enfant; que vos généraux vous trahissent; que vos
amis vous tuent, que vos enfans et votre femme vous versent du poison;
et qu'ainsi vous ne devez vous abandonner, sans y regarder, qu'à Dieu
seul dans le calme de votre conscience purgée de passions.--Tâchez
d'ôter aux moines le plus possible la confession, la prédication et
l'instruction de la jeunesse, pour confier ces grands et périlleux
ministères aux prêtres diocésains; ne tenez pour noble que celui
qui tient fief titré ou fief noble, ou celui qui est gradé dans la
milice.--Visitez souvent les pauvres et les malades.--Que votre journée
soit réglée et laborieuse.--Poursuivez les vagabonds et les maltôtiers,
et vivez heureusement et saintement.

A lire ces choses, nous le répétons, on dirait de la Sagesse elle-même
rendant ses oracles; mais qu'il faut dévorer de chimères et de folles
imaginations pour les découvrir où elles sont dans ces _Codicilles_,
pour les rapprocher les unes des autres, et en former un ensemble
raisonnable! Le même homme qui conçoit des idées si justes et qui
les exprime si bien prétend que la Castille appartient au roi de
France, parce qu'Henri, roi de Castille, qui n'avait pour héritier
que ses deux sœurs Blanche, mère de notre saint Louis, et Berenguela,
voulait tester en faveur de saint Louis; que Blanche, par une jalousie
castillane, calomnia son frère dans l'esprit de son fils, et fit en
sorte que ce dernier répudia la succession; en sorte que Berenguela
s'empara du trône des Castilles et le remit à son fils Ferdinand.
Il veut encore que l'Arragon soit à la France par la succession des
comtes de Boulogne, dont la vertueuse dame Catherine de Médicis était
héritière; que l'Allemagne soit à la France par Charlemagne, etc.,
etc. Il veut établir, en France, un patriarche catholique; il règle la
célébration des fêtes de l'année; il exige qu'on fasse commémoration
de saint Thomas au premier dimanche d'après Pasques, pour remercier
Dieu de la victoire de Clovis à Tolbiac; il réunit l'Eglise gallicane
et l'Eglise réformée à l'aide de conférences de bonne foi où les voix
se prendront, et dont les décisions feront loi pour la minorité, à
peine de 1,000 écus d'amende; il trace l'itinéraire, le train et
l'entretien des évêques dans leurs visites diocésaines, voulant que
leur déjeuner, chez les curés de première classe, soit composé d'une
demi-livre de beurre, de six œufs, de deux livres de pain blanc,
d'une livre de lard et de deux pintes de vin. Au chapitre 26, de la
_Prudence royale_, tout en restant bon catholique, il marie les curés
et les évêques, parce que, selon saint Jérôme, l'évêque Carterius était
marié, que Simplicius, archevêque de Bourges, prit femme en la race
des Pollédiens, et que saint Paul, écrivant à Timothée, recommande aux
femmes des diacres la chasteté. Il nous donne trois cent dix chefs
ou articles de loi salique, dans l'un desquels les gages du premier
président de la Chambre des Tournelles sont portés à 210 francs; où
l'on voit de longs détails sur les colléges des nourrices de Pallas,
des filles de Mercure et des hospitalières de Faustine. Il veut encore
que le roi, pour reconquérir ses domaines volés, jette à la fois douze
armées sur l'Europe et l'Amérique, dont l'une prendra son chemin par le
duché de Clèves, l'autre par le Guipuscoa, l'autre par le Pérou, etc.,
etc. Il crée 946 mestres de camp, 946 officiers des trompettes, 8,800
lieutenans d'infanterie, etc., etc. Enfin il donne une liste exacte
des officiers, cavaliers et fantassins du régiment du Pont-de-l'Arche
en Normandie, qui suivirent Charlemagne dans toutes ses guerres et
dont les noms se lisent gravés en lettres d'or autour du tombeau
dudit empereur à Aix-la-Chapelle. Sur cette liste figurent le vicomte
d'Amfreville, le comte de Valdreuil, le baron de Crevecœur, etc., etc.
L'esprit de l'homme est ainsi fait, et nous avons de l'orgueil!



LE DIVORCE CÉLESTE,

  Causé par les Désordres et les Dissolutions de l'Epouse
    romaine, et dédié à la simplicité des chrétiens scrupuleux,
    avec la Vie de l'auteur; traduit de l'italien de Ferrante
    Palavicino, par *** (Brodeau d'Oiseville). A Cologne et
    Amsterdam, 1696, chez El. de Lorme et E. Roger. (Pet. in-12 de
    175 pages), avec une figure représentant Jésus-Christ grondant
    le pape qui lit debout tranquillement pendant la mercuriale.

(1644-96.)


Encore que Bernard de la Monnoye, dans ses notes sur la bibliothèque
choisie de Colomiès, ne pense pas que Ferrante Palavicino soit l'auteur
de ce terrible pamphlet contre les désordres de la cour de Rome, nous
suivrons l'opinion commune, en l'attribuant à ce malheureux moine,
ainsi que le fait son second traducteur Brodeau d'Oiseville, dont M.
Barbier nous a fait connaître le nom. Cette seconde traduction (car
il en existe une antérieure, imprimée à Villefranche, en 1673, avec
la rhétorique des putains), cette seconde traduction, disons-nous,
est précédée d'une courte notice sur la vie de Palavicino, dans
laquelle se rencontrent des circonstances dignes d'être conservées
pour la leçon éternelle des faibles qui écrivent contre les forts.
Ferrante Palavicino était un chanoine régulier de Saint-Augustin, de
la congrégation de Latran, natif du duché de Parme, fort attaché à
la maison de Farnèse. Il avait beaucoup d'esprit, mais de cet esprit
satirique qui, de tous, nuit le plus à la fortune des hommes, tout
en leur procurant le plus promptement et le plus facilement de la
célébrité. Le pape Urbain VIII, (Barberini), pontife savant, souverain
habile, poète ingénieux, et prêtre bien moins désordonné dans ses
mœurs que beaucoup de ses prédécesseurs, ayant excité la haine aveugle
de Palavicino par la guerre qu'il faisait à Odoard Farnèse, duc de
Parme, ce moine irascible lança, contre le chef de l'Eglise, le présent
dialogue, dont il faut avouer que la forme est très insolente, non
seulement à l'égard du Saint Siége, mais encore envers Dieu le père,
J.-C., et saint Paul, qui en sont les interlocuteurs. Un religieux,
après s'être fait de tels ennemis, ne pouvait se sauver qu'en fuyant.
Palavicino s'enfuit donc à Venise; mais il n'avait pas simplement
offensé le pape et la cour de Rome, il avait aussi outragé les
jésuites. Or, un certain jour, il lui vint, à Venise, un jeune homme
fort aimable et tout à fait candide, lequel était, selon quelques uns,
fils d'un libraire de Paris et se nommait _Bresche_. Cet intéressant
jeune homme le prit en grande amitié, l'emmena en France, le fit passer
par le bourg de Sorgues, dans le comtat Venaissin, terre papale, où des
gens du pape le saisirent. Son procès fut bientôt fait à Avignon, où il
eut la tête tranchée en 1644, à la fleur de son âge, 14 mois après son
crime, l'année même de la mort d'Urbain VIII, et peu après. Venons au
divorce céleste dont voici le sommaire. J.-C., voyant les déréglemens
de son église, veut faire divorce avec cette épouse adultère. Le Père
éternel, après s'être fait rendre compte, par son fils, des motifs
qui le déterminent, charge saint Paul d'instruire l'affaire, avant de
prononcer. Saint Paul se rend à Lucques, à Parme, à Florence, à Venise
et enfin à Rome d'où il est contraint de fuir, puis revient faire son
rapport, lequel, se trouvant conforme à l'accusation, décide le Père
éternel à fulminer le divorce. Sur cette nouvelle, Luther, Calvin, Marc
Éphèse et d'autres sectaires se présentent à J.-Ch., pour le supplier
de former alliance avec leurs Eglises; mais J.-C., fatigué de la nature
humaine, se refuse à toute alliance nouvelle. Cette fiction devait
comprendre trois livres dont un seul fut achevé et publié, savoir celui
qui contient la mission de saint Paul et son rapport. Quant aux griefs
énumérés dans ce rapport, il faut remarquer, page 46, celui qui regarde
le danger des legs perpétuels faits à l'Eglise; et page 53, celui de
l'indépendance où sont les ecclésiastiques de la juridiction séculière.
Sur ces deux points l'auteur loue la république de Venise de s'être
soustraite à l'abus. Il faut encore remarquer, page 62, le détail des
exactions administratives, usitées dans les Etats romains, telles que
la taxe dite _du bien vivre_; page 73, un excellent raisonnement contre
l'infaillibilité du pape puisé dans l'institution même des synodes et
des conciles; page 79, la singulière et scandaleuse confession d'un
cardinal au lit de mort, reçue par saint Paul; page 100, etc., un
éloge de la liberté de la presse, et page 146, etc., le discours d'une
jeune religieuse sur les douleurs de la vie monacale, lequel contient
d'étranges aveux touchant la chasteté des filles cloîtrées.



SERMONS DE PIÉTÉ,

POUR RÉVEILLER L'AME A SON SALUT;

  Par Fabrice de la Bassecour, ministre en l'Eglise françoise,
    recueillis à Amsterdam, dédiés aux bourgmaistres et eschevins
    de la ville d'Amsterdam. (1 vol. in-12 de 312 pages et 7
    feuillets préliminaires.) A Amsterdam, chez Louis Elzevier.
    M.DC.XLV.

(1645.)


Ces sermons sont au nombre de douze, sur les sujets suivans: combien
importe le soin du salut; le soin que Christ a de nostre salut sous
la figure du berger recherchant la brebis égarée; exemple de foi en
l'apôtre saint Paul; exemple de repentance en la femme pécheresse;
miroir de repentance en celle de l'enfant prodigue; abrégé des conseils
à salut; l'amour que nous devons à Dieu; comme la superbité damne et
l'humilité sauve; le triomphe de l'ame pieuse après la mort; qu'il y a
peu d'élus à salut; pour conclusion, exerce-toi en piété.

Ni M. Brunet, ni M. Barbier ne parlent de ce sermonaire; je ne le
trouve sur aucun catalogue parénétique, pas plus que sur la liste
elzévirienne, bien qu'il soit du bon temps des elzévirs. Fabrice de la
Bassecour nous apprend, dans sa dédicace, qu'il était ministre réformé
de l'Eglise française d'Amsterdam, depuis 7 ans, en 1645. Rien de plus
froid, de plus sec, de plus traînant que ses sermons. On n'y trouve
pas le moindre germe d'éloquence; en revanche, il y fait, suivant la
méthode réformée, un abus démesuré de citations de l'Ecriture. Le style
en est ancien et bas, sans naïveté. L'orateur y dit que l'orgueil ou
_la superbité fait la piaffe partout_; que nous devons recourir à la
prière pour combattre le mauvais des deux principes qui sont en nous,
_comme fit Rébecca lorsqu'elle sentit ses deux enfans s'entre-pousser
dans son ventre; que, de même que les agneaux s'agenouillent pour
téter, aussi faut-il s'humilier pour sucer, de sa petite bouche, les
mamelles des bénédictions de Dieu; que notre ame, tant qu'elle bat
dans ce val terrestre, est affublée des vieilles peaux de la chair
et du gros sac de nostre corps mortel; mais qu'un jour, colloquée
dans le temple magnifique des cieux, ces peaux, ce sac étant changés,
elle brillera de tous côtés, etc._ Ce n'est pas ainsi que Massillon
réveille dans nos esprits les idées du juge suprême, de l'immortalité
de notre ame, du néant de notre orgueil, et qu'il déroule, aux yeux des
fidèles, dans de majestueux tableaux, leur origine, leurs destinées
futures, leurs devoirs, enfin tout l'enchaînement des dogmes chrétiens.
En tout, qu'il y a loin de ces pauvretés pédantesques aux doctes et
nobles enseignemens de nos grands sermonaires; les uns si remplis de
la vraie science du cœur humain, si vivans d'éloquence persuasive, de
grace et d'harmonie; les autres si puissamment armés de sagesse rigide
et de raisonnemens pressans qu'appuie, à propos, la double autorité des
livres sacrés et de la tradition! Il faut le confesser, les réformés ne
sont pas heureux en chaire. Ils semblent n'avoir de force et talent que
pour la guerre et la dispute; du reste, on dirait qu'avec l'orthodoxie
se sont évanouis pour eux, depuis l'origine de leurs sectes jusqu'à nos
jours, tout le charme de la morale et toute la puissance de la foi.
Les sermons de Calvin, nous l'avons vu, sont pitoyables; ceux de Blair
sont glacés. Ils ont fait d'un corps un squelette, puis du squelette un
fantôme. Les sermons du ministre français d'Amsterdam valent pourtant
beaucoup, en ce sens qu'étant fort rares, les curieux les achètent fort
cher. J'ai honte de dire que l'on aurait un P. Bourdaloue complet pour
le prix dont on paie ce méchant petit volume, lequel n'est pas, après
tout, inutile à notre dessein de suivre la marche des esprits dans
toutes les directions.



LA MONARCHIE DES SOLIPSES,

  Traduite du latin de Melchior Inchofer, jésuite (Jules-Clément
    Scoti, jésuite), avec des remarques. (Restaut, traducteur.)
    Amsterdam, (1 vol. in-12.) M.DCC.XXI.

(1645-1721.)


Bien des gens hésitent encore sur le nom du véritable auteur de cette
satire des jésuites, qui fit grand bruit lorsqu'elle parut, pour la
première fois, en latin, en 1645, sous le titre de _Lucii Cornelii
Europæi monarchia Solipsorum_. Est-elle du respectable jésuite hongrois
Melchior Inchofer, né en 1584, mort à Milan, dans l'année 1648, homme
savant, mais bizarre, qui écrivit contre le système de Copernic, et
qui, dans son meilleur ouvrage, l'_Histoire de la latinité sacrée_,
soutint que les bienheureux s'entretiendront quelquefois dans le
ciel en latin? N'est-elle pas plutôt l'œuvre d'un jésuite infidèle
à son ordre, le Père Jules-Clément Scoti, né à Plaisance en 1602,
d'une famille illustre, mort à Padoue, en 1669, sous la protection
des Vénitiens, ces premiers et redoutables ennemis de la Compagnie
de Jésus? Cette dernière opinion est la plus répandue. En effet, la
monarchie des Solipses sent plutôt le dépit et l'esprit de rancune
que l'amitié sévère et le goût d'une sage réforme. On devine que les
Solipses et leurs amis ont dû attribuer ce terrible livre à Scoti,
c'est à dire à un apostat, de préférence à Inchofer, c'est à dire à
un conseiller rigide. C'est le parti qu'ont pris les Pères Oudin et
Niceron, et qu'indépendamment de l'intérêt qu'ils avaient à le prendre,
ils ont étayé de raisons notables, sinon déterminantes. Cependant
le livre est dédié à Léon Allacci, personnage grave et orthodoxe,
bibliothécaire du Vatican, lequel eut le crédit d'empêcher qu'il ne
fût mis à l'index. Or, un tel personnage pouvait bien protéger la
censure austère, mais non l'apostasie. De plus, il paraît constant
que les jésuites soupçonnèrent d'abord Inchofer d'être l'auteur de
la _Monarchie des Solipses_; qu'ils le firent nuitamment enlever, de
force, de son collége à Rome, sur ce soupçon, et qu'ils l'eussent
infailliblement fait disparaître sans l'appui menaçant que lui
prêtèrent aussitôt les cardinaux Barberini et Franciotti et le pape
Innocent X ses amis. Comment le grand conseil de l'ordre se fût-il
fourvoyé à ce point? Ajoutons que le grammairien Restaut, qui a
traduit cette satire en français, ne doute pas qu'elle ne soit due au
père Inchofer. Il le répète sur tous les tons, dans sa préface, et se
fonde, en cela, sur une autorité imposante, celle de l'abbé Bourgeois,
chanoine de Verdun, qui fut député, en 1645, au souverain pontife par
les évêques de France, pour prévenir la condamnation du livre de M.
Arnaud contre _la fréquente communion_. Mais encore il faut l'avouer,
Restaut, bien qu'il fût lié avec les pères du Cerceau, La Rue, Porée,
Buffier et Sanadon, et qu'il demeurât à Paris, au collége de Louis le
Grand, n'aimait point les Solipses et leur préférait de beaucoup Rollin
et d'Aguesseau. Sa traduction, ses remarques, les pièces de rapport
qu'il joint à son travail, telles que des fragment du _Jésuite sur
l'échafaud_, de l'apostat Jarrige; les _Instructions aux princes par
un religieux désintéressé_, et autres écrits dirigés vers le même but,
trahissent, de sa part, l'intention manifeste d'attaquer la compagnie:
par conséquent, il a bien pu, dans le doute, se décider pour l'opinion
la plus propre à donner du poids à son attaque. Se décide qui pourra
dans ce conflit; Cbauffepied ne l'a pas fait, M. Barbier ne l'a pas
fait, nous les imiterons, ne fût-ce que pour entrer plus vite en
matière.

La _Monarchie des Solipses_ est divisée en 21 chapitres dans
lesquels l'auteur examine successivement la forme de gouvernement
des jésuites, la façon insinuante dont ils se recrutent, les fables
dont ils entourent leur origine et leur histoire, le goût qu'ils ont
pour les nouveautés, leurs colléges, leurs études, leurs mœurs et
coutumes, leurs lois, leurs jugemens, leurs assemblées, les missions
étrangères qu'ils ont remplies, leurs revenus et leurs guerres. Le
ton de l'ouvrage est celui de l'ironie quand il n'est pas celui de
la récrimination directe; et sa forme en est celle de l'allégorie,
mais d'une allégorie sans voile, sans autre artifice que l'emploi
constant de l'anagramme, dont tout le secret consiste, en un mot, à
faire voyager le narrateur en critique intraitable dans un certain
royaume universel, l'état _des solipses_ (Soli ipsi), autrement des
égoïstes. Remarquons en passant que la qualité de _solipses_ n'est pas
particulière aux jésuites. Toutes les sociétés monacales, toutes les
corporations quelconques sont essentiellement _solipses_, et s'est là
surtout ce qui les rend si contraires à l'utilité générale.

En parcourant rapidement les observations et les récits du voyageur,
nous y voyons ce qui suit: la souveraineté des solipses réside
absolument dans les mains d'un seul chef ou général, élu à vie par
l'assemblée des grands de l'État, dont la volonté, dont le caprice
même devient à l'instant la loi suprême de tous ses sujets, en sorte
que les maximes et le système de gouvernement varient sans cesse et
se contredisent au gré du maître suivant la nécessité des temps et
des lieux. Hormis la première dignité, toutes les dignités, tous les
emplois sont amovibles et à la disposition comme à la nomination du
général; d'où il suit que l'obéissance aveugle au général est la seule
vertu qui profite, que la faveur du maître est tout, que le mérite ou
l'indignité n'est rien auprès d'elle pour la distribution des places,
au grand avantage des complaisans, des intrigans et des délateurs. Les
sujets sont rangés en cinq classes, les profès des quatre vœux, les
coadjuteurs spirituels, les écoliers ou profès simples, les coadjuteurs
temporels ou laïques et les novices. Le noviciat dure deux ans, après
lequel temps le nouvel agrégé n'est encore qu'un demi-solipse. Il ne
l'est entièrement et sans retour qu'alors qu'il est reçu profès, et
il n'entre dans les véritables affaires de l'Etat que dans la classe
des quatre vœux. La monarchie embrasse tout l'univers et se divise en
provinces qui ont chacune un gouverneur sous le nom de provincial et
un recteur, plus un procureur qui est le second des deux premiers, et
un certain nombre de consultans qui sont les juges du conseil secret
du provincial et du recteur. Le grand conseil du général, dont toute
affaire ressort, auquel tout aboutit, est composé de magistrats nommés
assistans, qui sont des hommes de la plus haute importance, puisque,
sous la présidence du général, ils peuvent juger à mort. Chaque
provincial envoie, à des intervalles réguliers, des rapports détaillés
des évènemens de sa province, au général, de manière que celui-ci est
informé de toutes les choses de ce monde fort exactement, l'espionnage
étant de devoir pour tous les solipses, et le confessionnal rendant
les découvertes faciles. On assure que les ports de lettres adressées
au général, à Rome, se montent souvent de 70 à 100 écus d'or par jour.
Jamais le général ne sort de Rome que pour aller à sa campagne, et il
est bon de savoir ici qu'avec neuf belles maisons qu'ils ont dans la
ville éternelle et dont la principale se nomme le _Grand Jésus_, les
solipses possèdent, dans la campagne romaine, plusieurs délicieuses
maisons de retraite. Les provinces sont inspectées par des visiteurs
que le général commissionne à cet effet. En tout les solipses sont des
voyageurs déterminés, et les grands chemins comme les petites voies les
connaissent bien.

Leurs assemblées sont de deux sortes, générales ou particulières.
Les premières, tenues à Rome seulement, sont rares; les secondes
se tiennent tous les trois ou cinq ans dans chaque province, et le
résultat en est soumis au général sur-le-champ. La justice de l'Etat
n'est assujettie à aucun ordre permanent, à aucune procédure fixe. La
volonté du chef y fait tout, aussi bien que pour les lois. Cependant
les solipses ont des lois; ils en ont même beaucoup, puisqu'il serait
impossible de les contenir dans cinq cents volumes in-folio; mais ce
recueil ne sert qu'à présenter la plus belle collection de _oui_ et
de _non_ qu'on puisse imaginer, attendu que le général peut donner
son idée du jour, du quart d'heure pour une loi. Si l'on veut trouver
quelque chose de stable et de précis dans ce Code ambulatoire, il est
besoin de ne pas sortir des trois maximes suivantes: 1° que le général
ne peut se tromper ni mal faire; 2° qu'un solipse, ainsi qu'un vrai
soldat (Inigo, le fondateur, avait été soldat, et son idée capitale fut
d'introduire la discipline militaire dans un ordre religieux qui serait
éparpillé dans le monde); qu'un solipse, ainsi qu'un vrai soldat,
donc, n'a d'autre souverain que son général; 3° que tout serment
prêté par un solipse à d'autres qu'à son général, même de l'aveu de
ce général, est, sur le signe de ce général, nul et comme non avenu
_ipso facto_. Jusqu'en 1607 les constitutions des Solipses avaient été
tenues secrètes et manuscrites; mais, à cette époque, la fantaisie leur
ayant passé par l'esprit de les faire imprimer à Lyon, chez Jacques
Roussin, quelque minutieuses précautions qu'ils aient employées alors
pour s'assurer de la fidélité des imprimeurs, un exemplaire leur en fut
dérobé qui servit bientôt à une réimpression faite en Allemagne, et
la mèche fut éventée. Les Solipses sont affranchis de la juridiction
dite _de l'Ordinaire_, c'est à dire qu'ils peuvent partout administrer
les sacremens de l'Église sans la permission des évêques, d'après une
décision qu'ils ont obtenue en 1549 du pape Paul III, le même qui avait
reconnu leur institut en 1540. Nous dirons, à ce propos, en suspendant
notre analyse, que, dans ces derniers temps, les jésuites français,
pour ne point alarmer le gouvernement, se sont d'eux-mêmes subordonnés
aux évêques, n'allant jamais dans les diocèses que sur l'invitation
épiscopale; mais, comme il a été tout aussitôt convenu que les évêques
qui ne les appelaient pas étaient de mauvais évêques, ils ont été
appelés généralement, ont peuplé d'abord les petits, puis les grands
séminaires, et la chose est revenue au même pour eux, avec le mérite
de la soumission de plus. Poursuivons: Ce fut une obligation première
chez les Solipses de n'accepter aucune dignité ecclésiastique, et de ne
rien posséder en propre; mais, comme leur général peut tout, il aura
sans doute relevé ses sujets de cette obligation, car les cardinaux
Bellarmin, Jean de Lugo, Tolet, Sotuel et autres étaient Solipses. A
l'égard des biens, aucun Solipse, en effet, ne paraît avoir possédé en
propre de biens temporels; mais leurs parens en ont souvent et beaucoup
possédé par eux; et quant à leur ordre, il en a tiré d'immenses, soit
du commerce, soit de la confession des veuves riches, des vieillards
riches, des princes riches, car les Solipses se sont toujours attachés
au salut des riches qui, dans le fait, sont, de tous les chrétiens,
les plus exposés; or, ces biens immenses ont servi, dans les mains de
leurs généraux, à la construction de colléges et d'églises magnifiques
dont le luxe n'a point de bornes, et aussi au maniement des affaires
politiques des nations. Les Solipses, considérant que l'antiquité
d'existence est la chose la plus capable d'inspirer aux peuples
de la vénération, se sont plu à entourer leur origine de fables
prodigieuses qui les font remonter au temps de Pharaon pour le moins.
Ils se reconnaissent, sous leur forme actuelle, dans les prophéties
d'Isaïe, et voient, dans Ignace de Loyola, leur premier monarque et
leur dernier législateur plutôt que leur fondateur proprement dit. Ils
ont des mœurs particulières, sans compter qu'ils vivent apparemment
avec une chasteté surprenante. Ils s'approuvent de toute chose les
uns les autres aux yeux des étrangers, et ne s'entre-livrent jamais
au public sur rien, tout en se déchirant à belles dents, par esprit
d'intrigue, dans des délations et des correspondances secrètes avec
leurs supérieurs et leur général; et s'il n'est point d'ordre où les
divisions intestines soient plus fréquentes ni plus acharnées que le
leur, parce qu'elles y sont entretenues à dessein comme d'excellens
moyens de surveillance et d'empire pour l'autorité suprême, il n'en
est point également où l'union extérieure soit plus serrée en face de
l'ennemi commun. Leur premier besoin étant la domination, ils sont au
guet des moindres nouveautés, des différentes directions que prend
l'opinion des hommes, afin de s'y conformer d'abord pour s'en emparer
et se les soumettre plus tard. De cette façon ils sont toujours de
mode, rigides avec les gens austères, faciles avec les relâchés,
fastueux dans leurs cérémonies pour attirer les regards d'une foule
curieuse et sensuelle, amis des jeux, des chants, du théâtre, des
arts, des lettres même, pourvu qu'ils les conduisent, ce qu'ils font
avec plus d'esprit que de goût, et toujours en leur donnant de petites
graces malicieuses et niaises qui rappellent le cloître au milieu du
monde. Ce qu'ils ne peuvent souffrir, c'est qu'on s'occupe d'autres
que d'eux, et pour éviter ce malheur, à leurs yeux le pire de tous,
ils ont grand soin d'abaisser les réputations rivales et d'exalter les
leurs, comme aussi d'écrire sur tous les sujets qui ont faveur, de
manière à opposer, s'il se peut, poète à poète, romancier à romancier,
historien à historien, savant à savant, et ainsi du reste. Ils ne
doivent pas trop s'enorgueillir de leurs succès dans les missions
qui furent principalement le fruit de leurs complaisances pour la
nécessité. Ici nous arrêterons le censeur. Les complaisances dont il
parle ont été reprochées aux jésuites avec une dureté qui peut passer
pour de l'injustice. Sans doute ils étaient hardis d'encenser d'abord
les idoles pour se ménager la facilité de les renverser ensuite; sans
doute, des conversions obtenues par de tels moyens ne pouvaient guère
s'appeler des conversions; mais il eût fait beau voir leurs accusateurs
à leur place. Pourquoi demander l'impossible? N'en déplaise à ces gens
qui, du sein des charmans loisirs de l'Europe, jugent si sévèrement des
envoyés jetés sans armes, sans ressources et sans appuis aux extrémités
de la terre, les conquêtes des missionnaires jésuites sont une haute
merveille et le plus glorieux titre de leur société. Poursuivons
encore: les Solipses, qui prêchent la paix en tous lieux, ont troublé
les Etats par leurs guerres continuelles. Ils sont naturellement
querelleurs et deviennent, parfois, dans la contradiction, d'une
audace inconcevable. Lors de la mémorable affaire de la congrégation
_de Auxiliis_, sous Clément VIII, où leur Molina fut condamné, ils
n'ont pas craint de donner un fâcheux exemple en appelant au futur
concile. Ils ont résisté, par insurrection, au pape Pie V et à saint
Charles Borromée, qui les voulaient plier à la discipline des autres
religieux, en les obligeant à chanter l'office au chœur. On sait leurs
mésaventures à Venise et en Sicile. Ils en essuieront bien d'autres
avant de se tenir pour battus. Leur dernière ressource, quand ils sont
pressés, est de mentir, chose qu'ils font sans scrupule, n'ayant jamais
d'obligations qu'envers leur général qui n'en a qu'envers lui-même en
vue de ce qu'il appelle le _triomphe de la cause de Dieu_. Ils ont
de tout temps visé à l'éducation de la jeunesse; c'était, avec la
confession des princes, des grands et des riches, leur plus assuré
moyen d'empire. Le dessein primitivement put être édifiant et le fut
sans doute; mais il a bien changé depuis et s'est chargé d'étrange
bagage dans l'exécution. 1° Ils favorisent la délation dans leurs
colléges; 2° ils n'y développent les esprits qu'avec crainte, les
tournant vers les disputes oiseuses et subtiles plutôt que vers la
raison générale. Ils exercent leurs jeunes philosophes à construire des
syllogismes sans fin sur des pointes d'aiguille, équivalant à savoir
si le scarabée roule ses excrémens en cercle, si le rat de mer pisse
dans les flots de peur du naufrage, les esprits sont renfermés dans
les points mathématiques, si l'intelligence, nommée _barach_, a la
vertu de digérer le fer, si les démons se plaisent au bruit du tambour
et autres choses semblables, où les esprits ergoteurs ont beau jeu de
soutenir le pour et le contre. Au début, ils se montrent d'une douceur
et d'une insinuation toutes-puissantes pour attirer à eux les enfans
des riches, et ne se font pas une affaire de les soustraire au besoin à
leurs parens, en les faisant entrer dans leur ordre sous de faux-noms,
ainsi qu'il advint, en 1567, du jeune René Airault, fils du lieutenant
au présidial d'Angers: une fois qu'on leur appartient, la scène change,
et ils font sentir le joug le plus dur comme le plus servile. Enfin ils
sont curieux pis que des singes, et le _quid novi_ est leur mot plus
que celui des Athéniens.

Tel est l'abrégé des reproches contenus dans la _Monarchie des
Solipses_. Restaut les a corroborés des deux requêtes qui furent
adressées à Clément VIII par de vertueux jésuites pour obtenir la
réforme de leur institut, et aussi d'un passage du Père Mariana où
ces reproches sont en partie reproduits. Tout cela ne laisse pas
de former un ensemble redoutable. Il est juste de rappeler ici que
la satire ci-dessus fut vivement réfutée par le célèbre et fécond
jésuite Théophile Raynaud, mort octogénaire en 1663, celui-là dont
les œuvres ont été recueillies en 20 volumes in-folio, et qui fit un
livre dans lequel il examine s'il est permis de prendre des lavemens
de jus de viande (où la science va-t-elle se nicher?): mais, outre
que l'esprit de corps a bien pu emporter, au delà de la vérité, ce
savant, plus laborieux d'ailleurs que judicieux, il faut avouer que
les réfutations des jésuites ont perdu quelque peu de leurs prix,
depuis qu'on a su qu'en dépit de toute vérité les dénégations utiles ne
leur coûtaient aucun effort de conscience. En effet, ces Pères n'ont
jamais reculé, jamais ils n'ont avoué de torts, ni même de fautes;
jamais ils ne sont demeurés court sur quoi que ce fût. Attaqués à
tort par le raisonnement, la saine logique ne leur a pas manqué;
à bon droit! la subtilité leur a servi. Aux faits controuvés, ils
ont opposé l'évidence contraire; aux faits évidens, des assertions
gratuites soutenue d'injures; et de cette façon, dans la bonne comme
dans la mauvaise fortune, protégés ou proscrits, constamment autour
des princes, dont ils ont aussi souvent amené la ruine que partagé la
puissance, d'accord ou en opposition avec le Saint Siège, tantôt avec
des argumens, tantôt avec des démentis, ils ont toujours eu raison:
c'est là peut-être un grand art, mais c'est un plus grand tort. On les
a certainement beaucoup calomniés; mais la calomnie leur a toujours
fait plus de bien que de mal, ainsi que l'observe Bayle, et c'est
ce qu'ils ont paru sentir, puisque le public les a vus rechercher
perpétuellement la dispute, persuadés qu'ils étaient justement que,
pour ceux qui veulent régner dans l'estime du vulgaire, il n'y a de
mortel que le silence et l'oubli. En résumé, il est inique de les
flétrir en masse, après tant de grands et vertueux personnages qu'ils
ont fournis[8]; il est puéril de les craindre en présence des lois et
de la raison; il est odieux de les persécuter au nom de la liberté et
de la tolérance; mais il convient de les bien connaître avant de s'y
fier; car, loin de savoir toujours où ils vous mènent, ils ignorent
souvent où ils vont. Considérés individuellement, ils méritent, pour
la plupart, le respect, par leurs vertus et leurs talens; nous en
sommes convaincus: pris collectivement, ils ont justement les vices
des monarchies absolues et les dangers des sociétés secrètes. Or, quant
aux premiers, c'est l'affaire de ces religieux de se constituer comme
ils l'entendent; quant aux seconds, on ne saurait s'en garantir que
par la publicité. Les sociétés secrètes, qui peuvent et doivent même
être prohibées, ne sauraient être empêchées; mais elles ne prévaudront
jamais sur les sociétés publiques, où chacun parle haut et agit à ciel
ouvert.

  [8] Leurs saints, Ignace de Loyola, François-Xavier, François
  Borgia, furent des hommes sincères, charitables et zélés dans
  le vrai sens du christianisme; leurs pères, Salmeron et Lainez,
  se montrèrent, par l'éloquence et l'érudition, les principales
  lumières du concile de Trente. La France tire un juste orgueil de
  leurs pères Bourdaloue, Pétau, Bougeant, La Rue, Porée, Sanadon,
  Bouhours, et Jouvency même. Ce ne put être un simple effet de
  l'intrigue que le fait, qu'en 1556, à l'époque de la mort de leur
  fondateur, et 16 ans après leur fondation, ils comptaient déjà
  cent colléges. Ils débutèrent à Paris, au collége des Lombards.
  Bientôt le Cardinal Duprat leur donna dans la capitale, l'hôtel
  de Clermont, devenu, plus tard, leur collége de Louis le Grand,
  et en Auvergne, le collége de Billom. Ils tirèrent un grand
  appui du cardinal de Lorraine et des Guise; on sait le reste.
  On peut s'instruire à fond de beaucoup de choses capitales,
  touchant leur compagnie, dans la _Vie de l'admirable Inigo de
  Loyola_, par Rasiel de Selva (Charles Levier). Amsterdam, 1736,
  et Paris, 1738, 2 vol. in-12, dont Prosper Marchand a fait une
  critique aussi fort curieuse. Bayle dit que, de son temps, vingt
  auteurs avaient déjà écrit cette vie remarquable. Bayle se montre
  impartial avec les jésuites: il a bien raison de rappeler que
  le modèle des maximes intolérantes, fanatiques, attentatoires à
  l'autorité des princes comme à la sûreté des Etats, qu'on leur
  a tant reprochées, leur avait été fourni par plusieurs ordres
  religieux, leurs devanciers, et que ce ne furent pas eux qui
  établirent l'inquisition où sont résumées toutes ces maximes
  détestables; mais il est plus malin pour le christianisme que
  juste, quand il avance que les jésuites _n'ont fait que marcher
  de conséquence en conséquence_; car jamais l'équité ne trouvera
  que la persécution des opinions et des croyances soit la
  conséquence forcée de l'Évangile.



AU NOM DU PÈRE ET DU FILS ET DU SAINCT-ESPRIT.

PENSÉES DE MORIN,

DÉDIÉES AU ROY.

  Naïve et simple déposition que Morin fait de ses pensées aux
    pieds de Dieu, les soubmettant au jugement de son Église très
    saincte, à laquelle il proteste tout respect et obéissance,
    auoüant que s'il y a du mal il est de luy, mais s'il y a du
    bien il est de Dieu, et lui en donne toute gloire, suppliant
    très humblement toutes personnes, de quelques conditions
    qu'elles soient, de le supporter un peu pour Dieu; à cause des
    vérités qu'il y a à dire, et pour lesquelles il encoureroit la
    condamnation de Dieu s'il se taisoit.

        «Rien n'est couuert qui ne se descouure, et rien n'est
        secret qui ne se conoisse; ce que je vous ay dit en ténèbres
        dites le en lumière.»

    (1 vol. pet. in-8 de 175 pages, y compris les cantiques et
    quatrains, avec approbation.) _Très rare._ M.DC.XLVII.

(1647-62.)


Voilà bien nos fous d'orgueil qui ne manquent jamais de s'incliner
modestement devant la majesté divine, en produisant leurs chimères, de
se frapper la poitrine dans leurs accès d'humilité factice, en disant:
_Non nobis, domine, non nobis, sed nomini tuo da gloriam!_ Comme Michel
Montaigne rapporte que fit un certain avocat gascon, en allant pisser,
au sortir de sa plaidoierie; ou bien encore de s'écrier: «Peuples!
faites silence; je vais délirer en beau langage, au nom du Père et du
Fils et du Saint Esprit!» Pauvre Simon Morin, vous fûtes brûlé vif,
en 1663, pour cette saillie superbe, et votre _pacifique_ disciple
François d'Avenne pensa l'être à son tour: que n'êtes-vous venus deux
cents ans plus tard, l'un et l'autre, vous en eussiez été quittes à
meilleur compte!

Or, les biographes nous apprennent que Simon Morin était un commis de
l'extraordinaire des guerres, né près d'Aumale, vers 1623, lequel,
s'étant infatué des idées d'une secte d'illuminés répandue en Picardie
par le curé de Saint-George-de-Roye, Pierre Guérin, devint lui-même
visionnaire et chef de secte, eut de nombreux partisans, surtout parmi
les femmes, entre autres la demoiselle Malherbe, et finit, après avoir
été mis à la Bastille en 1644, après en être sorti sur rétraction,
s'y être fait remettre, s'être rétracté encore, et ainsi de suite
jusqu'à quatre fois, par se faire condamner au feu pour avoir prédit à
Desmarets de Saint-Sorlin que le roi mourrait s'il ne confessait que
lui Morin était le fils de l'homme; arrêt qui fut exécuté.

A ce propos, nous observerons que la quantité de gens qui, depuis notre
ère, se sont donnés pour fils de l'homme est prodigieuse. Simon Morin
soutenait, entre beaucoup d'autres folies, que les crimes n'effaçaient
point la grâce, que les péchés, au contraire, entretenaient le feu
sacré (religion commode et qui ne devait pas chômer de vestales);
il disait encore qu'il y avait trois règnes: celui de Dieu le Père,
qui est le règne de la loi et avait fini à l'incarnation de son
fils; celui du Fils, qui est le règne de la grâce et s'arrête en
1650; enfin celui du Saint-Esprit, qui est le règne de la gloire ou
de Simon Morin, dans lequel Dieu gouverne les ames par des voies
et des conduites intérieures, sans qu'il soit besoin du ministère
des prêtres ou des pasteurs. Toute la suite de ces idées bizarres
et hétérodoxes est fort nettement exposée dans le factum qui fut
dressé, en mars 1662, contre le malheureux et ses complices pour le
procureur au Châtelet accusateur. Ce factum, auquel ont été réunies
les différentes déclarations en désaveu des sieur Morin et demoiselle
Malherbe, l'arrêt du parlement rendu contre ledit Morin, le 13 mars
1663, et le procès-verbal d'exécution, en place de Grève, le 14 mars,
même année, forment un petit volume au moins aussi rare que celui des
pensées et quatrains, ne fût-il même que de la réimpression in-8°,
faite vers 1740. Les pensées sont précédées d'oraisons et de dédicaces
au Saint-Esprit, au Sauveur du monde, à la royne des cieux, au roy, à
la royne et à nos seigneurs de son conseil, au chrétien lecteur, aux
faux-frères fourrés en l'Église romaine, enfin à tout le monde. Ensuite
vient une longue confession de l'auteur dans laquelle il se donne
maints mea culpa pour avoir tant tardé, par il ne sait quel respect
humain, à communiquer les vérités qu'il savait. C'est là, selon lui,
son grand péché. Il en a bien commis quelques autres; mais il les tait
de peur de blesser les oreilles chastes. Il eût bien pu se confesser
d'un grand défaut, celui d'être absolument inintelligible les trois
quarts du temps. Certainement, le danger qu'on crut voir dans sa
doctrine tenait à ses communications orales plutôt qu'à ses écrits.
Qui pouvait être séduit, sans excepter mademoiselle Malherbe, par
des pensées telles que la suivante, pensée finale qu'il propose comme
devant dominer toutes les autres, et sans laquelle il n'admet aucune
perfection possible? «Comme nul ne sçait s'il est digne d'amour ou
de haine, chacun se doit bien humilier et estre reconnoissant de son
néant, parce que quoique un chacun connoisse s'il aime Dieu, s'il le
connoit, s'il est riche, s'il est puissant, ignorant toutefois s'il est
digne de son amour, de sa connoissance, des richesses et du pouvoir
qu'il lui a communiqués, iceluy doit aymer Dieu comme ne l'aymant point
de soi-mesme, le connoistre comme s'il ne le connoissoit pas, et sans
s'en glorifier, etc.» Madame Guyon est un centre de lumière au prix de
Simon Morin.

Les cantiques et quatrains ne sont pas moins que les pensées plus
dignes de pitié que de fureur. Voici le début de celui qui est adressé
à la Vierge sur l'air: _Chère Philis, prête l'oreille pour écouter mon
amoureux discours!_

      Que vostre amour, grande princesse!
    Soit pour jamais l'objet de mes amours;
      Et que je bénisse sans cesse
      Vostre fils Jésus pour toujours! etc.

Celui où Jésus parle n'est pas moins simple:

    Je suis celuy qui s'est fait homme
    Pour souffrir mort et passion,
    Prenant de tous compassion,
    Perdus pour une pomme, etc.

Brûlez donc un pauvre homme pour de telles choses! cela serait
inexplicable, même de la part des gens qui brûlent les hérétiques, s'il
n'y avait pas eu d'autres sujets de griefs. Mais cet homme avait la
manie des disciples, hommes et femmes; il en avait, il les assemblait,
les endoctrinait, leur tournait la cervelle. En le suivant, on faisait
rumeur, on n'allait plus à l'église, on se rebellait contre l'autorité;
Simon Morin fut brûlé! il mourut très repentant et ne cessa de crier
jusqu'à la fin, au milieu des flammes, dit le procès-verbal, «_Jesus,
Maria!... Mon Dieu! ayez pitié de moi!_»



LES PIEUSES RECREATIONS

DU R. P. ANGELIN GAZÉE,

DE LA COMPAGNIE DE JÉSUS.

  Œuvre remply de sainctes joyeusetez et divertissemens pour les
    ames dévotes, mis en françois par le sieur Remy. A Rouen, chez
    la veuve du Bosc, dans la cour du Palais. (1 vol. pet. in-12 de
    309 pages, plus 6 feuillets préliminaires, ouvrage peu commun.)
    M.DC.XLVII.

(1647.)


Les _Pieuses Recreations_ du Père Gazée, aussi bien que la _Pieuse
Allouette_ avec son tire-lire, du Père la Chaussée, et tant d'autres
poésies latines d'un ascétisme ridicule, sont encore une preuve de la
manie qu'a la société de Jésus de mener les hommes avec la bonbonnière
d'une main, et la poignée de verges de l'autre. Rien, chez elle, ne
peut tarir la source de ces petits moyens, de ces petits prestiges. De
nos jours même, nous l'avons vue opérer en public avec sa troupe de
masques au grand complet; et cent fois on lui dirait que le temps des
pieuses fraudes est passé, qu'on lui demande des Bourdaloue, des Porée,
des La Rue, et non plus des pantalons ni des arlequins, que cent fois
elle reviendrait planter ses tréteaux, son sac plein de joyeusetés
pareilles. Le mal ne serait pas grand s'il n'avait pour effet que
de nous rendre tous, ou pour la plupart, doux, simples, crédules et
dociles comme les imberbes du Paraguay; mais quand, pour un esprit
qu'il subjugue, on en voit mille qu'il soulève avec fureur; quand il
ébranle jusqu'aux fondemens de l'ordre social; quand il suscite le
monde contre le génie tutélaire du christianisme, et qu'il brise les
sceptres dans les mains les plus vénérables, il légitime alors un peu
d'humeur chez les gens de bien. Mais conservons nos regrets, déposons
la rancune et revenons au père Gazée. Son traducteur Abraham Remy,
dont le véritable nom est _Ravaud_, professeur d'éloquence au collége
royal, mort en 1646, n'a pas reproduit dans leur entier, les _pia
hilaria claris iambis expressa_; l'ouvrage latin renferme deux parties,
imprimées pour la première fois, l'une à Reims, en 1618, l'autre à
Lille, en 1638; mais nous en avons assez comme cela. Le recueil de
Remy contient quarante-quatre historiettes édifiantes, tirées d'auteurs
et de collections diverses, dont, chose étrange, plusieurs sont graves
et respectables. Tantôt c'est une cigale qui chante les louanges de
Dieu sur les doigts de saint François d'Assise, tantôt c'est saint
Jean l'évangéliste qui s'esjouit et s'inspire avec une perdrix privée,
et ceci est pris dans Cassian. Ici c'est le diable changé en singe,
contraint, par saint Dominique, de servir de chandelier et de porter
la chandelle. Là c'est le diable encore que saint Dunstan saisit par
le nez avec des tenailles. Une autre fois le diable persuade à Luther
de quitter la messe, et ceci est tiré du livre de Luther, _de Missâ_.
De petits diablotins se jouent sur la robe d'une femme ambitieuse et
remplie de vanité (voyez _César_, liv. 5, chap. 7). L'abbé Isaac trompe
pieusement les larrons et les passans (voyez les _Dialogues_ de saint
Grégoire le Grand, chap. 14, liv. III). Saint Maclou célèbre la messe
sur le dos d'une baleine; frère Adolphe épanche une potée de lait sur
sa tête (voyez Bellarmin, de la _Translation de l'Empire romain_, chap.
2). L'ermite Moïse d'Ethiopie lie quatre larrons et les porte sur son
crâne (voyez Sozomène, liv. VI, chap. 29). Un ministre calviniste
est forcé par un portier dévot de se fouetter lui-même jusque _ad
vitulos_, pour lui avoir dérobé un oiseau (voyez Gretsere, dans son
poème d'_Agonist_). Un corbeau excommunié pour un larcin devient sec et
aride (voyez le livre des _Hommes illustres de Cîteaux_). Merveilleux
accident d'une chèvre qui met ses cornes dans le gosier d'un loup
qui la voulait dévorer, et tous deux se trouvent miraculeusement
transportés sur le dos d'un cheval (voyez le _Rapport d'un honnête
homme_). Au milieu de ces folies niaises, nous remarquons l'histoire
intéressante de Jean Conaxa, qui servit de type à une comédie de ce nom
agréablement versifiée par un jésuite du siècle dernier, et, depuis,
à la pièce des deux gendres d'un auteur moderne célèbre, lequel eut
à soutenir devant le public, à ce sujet, un procès curieux: cette
histoire est prise _ex collect. specul._ Quant au style et aux pensées
de ces récits presque toujours plats, ils répondent au fond. Nous n'en
fournirons, pour témoignages, que les deux passages suivans. L'un est
le début de l'anecdote de saint Dunstan. «Sainct Dunstan (belle pierre
précieuse d'Angleterre) ayant mesprisé les visqueuses et gluantes
apparences des richesses et de l'honneur, et ne faisant non plus
d'estime de ces bombances de la vanité que d'une noix pourrie, quitta
volontairement la court des roys, vray piége et bourbier de la vie
humaine, etc.»

Ici l'on se demande pourquoi les jésuites, s'ils y voyaient si clair,
ont de tout temps fait de si grands frais pour s'asseoir dans ce
bourbier. L'autre passage est extrait du chapitre sur l'honneur faux
et l'honneur véritable. «Ceux qui, loin de la court, vivent doucement
en leur famille sont plus sages. Ils ont pour portier la sueur, pour
secrétaire le travail et la prudence pour conseiller, etc.»

Payez donc ces belles choses 10 fr.! voilà pourtant ce que nous avons
fait et que nous confessons sans honte ni scrupule!



LE POLITIQUE DU TEMPS,

  Traitant de la puissance, authorité et du devoir des princes;
    des diuers gouvernemens; jusques où l'on doit supporter les
    tyrans, et si, en une oppression extrême, il est loisible aux
    subjects de prendre les armes pour défendre leur vie et leur
    liberté; quand, comment et par quel moyen cela se doit et peut
    faire. Imprimé à la Haye. (1 vol. pet. in-12 de 250 pages, rare
    de cette édition originale.) M.DC.L.

(1650.)


Ce dialogue passe pour être de François Davesnes ou d'Avenne,
disciple fanatique, surnommé faussement le pacifique, de l'intrépide
et malheureux insensé, Simon Morin, lequel fut brûlé vif, à Paris,
en 1663, pour avoir prêché publiquement que J.-C. s'était incorporé
à lui. Davesnes, frondeur déterminé, paya moins cher son goût pour
la politique et les libelles que son patron, le sien pour les rêves
théologiques. Mis en prison en 1651, il en sortit l'année d'après,
et mourut oublié en 1662. Son _Politique du temps_ rappelle, sans
être aussi violent, le fameux traité attribué à William Allen: que
tuer un tyran _titulo vel exercitio_ n'est pas un meurtre. Il est
dédié à l'un de ses neveux, avocat au parlement. L'auteur se propose,
dans ce dialogue, entre deux personnages allégoriques, _Archon_
et _Politie_, de rabattre à la fois la licence des peuples qui se
refusent à toute discipline, et la superbe tyrannie des princes qui ne
souffrent aucun contrôle à leurs volontés, justes ou non. Le dessein
est sage: examinons-en l'exécution. Le lecteur devine qu'_Archon_
figure le pouvoir, et _Politie_, sa sœur, l'ordre public. C'est
donc _Politie_ ou la fronde qui tient le dé et régente _Archon_ ou
la cour, que Mazarin venait de quitter en se retirant à Cologne,
d'où il revint bientôt après, le grand orage étant passé pour lui
et s'étant tourné contre le prince de Condé. Politie établit que le
pouvoir doit être fondé sur la justice; Archon en convient: on est
toujours d'accord sur les généralités. Archon demande, à son tour,
que les sujets obéissent aux magistrats et aux puissances. Point de
difficulté là dessus. L'éloge d'une sage monarchie passe aussi, sans
débat, sous l'autorité de l'Écriture sainte, de Cicéron, d'Aristote,
de Xénophon, etc. Politie concède encore que la monarchie héréditaire
est plus durable et moins agitée que l'élective; mais elle ne veut
pas toutefois que les princes oublient qu'ils tiennent leur puissance
du consentement des peuples, et que les peuples les peuvent démettre,
s'ils ne s'acquittent pas de leur devoir. Ici commence la dissidence.
Définition judicieuse du roi et du tyran. A ce compte, dit Archon,
les juifs devaient donc déposer David, car il commit des actes de
tyrannie.--David se repentit et paya l'aire et les bœufs d'Arenna qu'il
avait usurpés.--Ainsi vous limitez l'autorité des princes!--Oui, je
veux qu'ils soient sujets de la loi. _Le prince est une loy parlante
et la loy est un prince muet._--Cependant J.-C. interdit à Pierre de
le défendre par l'épée contre l'iniquité violente.--J.-C. parlait
alors comme particulier. La répression n'appartient qu'aux magistrats
et à la communauté.--Mais il y a un axiome dans les pandectes qui dit
que le prince, auteur de la loi, ne saurait être sous la loi.--La loi
divine et l'équité sont au dessus des pandectes. _La loi ne saurait
être une toile d'araignée au travers de laquelle les gros passent et
les petits demeurent._--J'aurais plutôt pensé que la justice dérivait
du commandement (a jubendo).--Vous avez fort mal pensé; elle dérive
d'un pacte réciproque.--Mais qui forcera le prince à exécuter le
pacte?--Le magistrat et le droit naturel.--Expliquez-moi un peu ces
mots, s'il vous plaît.--Définition connue du droit naturel, du droit
civil et du droit des gens, d'où Politie conclut que le droit civil
et le droit des gens sont soumis au droit naturel. Développemens à ce
sujet, qui mettent la vie et les propriétés des hommes hors de la main
des princes, en vertu du droit naturel, suivant de certaines formes
réglées par le droit civil, qui, pour émaner de ces princes, ne peuvent
jamais prescrire contre les principes du droit naturel.--Voilà qui va
contrarier beaucoup de rois qui estiment les biens et les personnes
de leurs sujets être domaine royal. Mais expliquez-moi, chère sœur,
comment, d'après vos principes, la servitude des esclaves peut être
légitime?--Le droit civil qui permettait les esclaves était barbare;
mais il ne laissait pas de stipuler, en faveur des esclaves, des
conditions qui rentraient dans le droit naturel.--Et si les sujets
embrassent des erreurs contraires à la loi de Dieu, défendez-vous aux
princes de les poursuivre par le fer et la flamme?--Oui, sans doute. On
ne doit employer contre l'erreur que l'ascendant de la vérité.--Mais
Dieu réprouve la sédition.--Appellerez-vous séditieux des sujets qui
résisteront au prince quand ce dernier leur commandera de renier
Dieu?--J'admets que le prince est imprudent qui, pour ne vouloir rien
céder, met aux peuples les armes à la main: cependant quel ordre
existera dans un État s'il ne peut réprimer ses sujets armés contre
lui?--L'ordre subsistera ou se rétablira quand le prince et les sujets
respecteront le pacte réciproque.--Mais J.-C. veut, de quiconque
reçoit un soufflet, qu'il tende l'autre joue.--Vous confondez encore
ici la vengeance particulière, laquelle est défendue, avec la légitime
résistance, laquelle est permise. Les Israélites ne se révoltèrent-ils
pas contre Pharaon, sous la conduite de Moïse? et le grand prêtre
Joïada n'a t-il pas occis la reine Athalie? Le sénat, dans l'an 641, ne
condamna-t-il pas l'impératrice Martine à avoir la langue coupée pour
avoir empoisonné Constantin, fils d'Héraclius, son premier mari? Suite
d'exemples puisés dans notre histoire.--D'après cela, ma sœur, je ne
comprends pas comment les sujets ont laissé monter la puissance des
rois si haut qu'elle est.--C'est que les peuples sont aisés à piper;
mais à l'extrême nécessité, ils se ressentent.

Ici la discussion tombe sur les protestans, et Politie blâme amèrement
les moyens violens employés pour les réprimer. Elle se montre même
assez ouvertement calviniste, en ce qu'elle reproche au pape de n'avoir
pas soumis la décision des points controversés au concile.--Du moins,
accordez-moi, reprend Archon, qu'il ne faut prendre les armes que tard,
et pour sa défense extrême.--C'est selon, répond Politie, c'est selon
qu'il sera expédient.

    J'ay en horreur les maux qui règnent sur la terre;
    Mais j'ose maintenir que nous estant piquez,
    Plusieurs fois par la paix et par guerre eschappez,
    Pour establir la paix il faut faire la guerre.

--Mais vous conviendrez qu'il faut redouter les brusques changemens
dans un État.--J'en conviendrai de tout mon cœur.--Vous n'approuvez
donc pas ce que dit Cicéron au troisième livre de ses _Offices_, qu'il
est loisible à qui que ce soit de tuer un tyran?--Encore qu'il soit
parfois permis de le faire, ainsi qu'il appert de l'exemple de Dieu,
qui le permit souvent à son peuple, je ne le conseillerais pas, vu la
méchanceté des hommes.--Mais qui apprendra aux sujets quand ils doivent
se résigner, et quand se rebeller?--Au temps des révélations, c'est
Dieu lui-même; aujourd'hui c'est la conscience dégagée de corruption et
de pusillanimité.--Comment reconnaître les lois qu'on doit suivre et
celles qu'on doit rejeter?--Je vous le dis encore, par les lumières
de la conscience et de l'équité naturelle. Ainsi Dieu ne veut point
qu'on paillarde; si donc vient une loi qui force à marcher en public,
sans vêtemens, vous rejetterez cette loi.--Ma sœur, vous m'ouvrez
l'entendement.--Mon frère, j'en suis contente.

Archon, bien instruit et bien converti, termine l'entretien par un
discours éloquent, plein de choses hardies contre les abus de la
royauté et du pontificat, et fait serment de n'user du pouvoir que
dans l'intérêt des hommes en vue de Dieu. Certainement ce n'est pas
là une œuvre vulgaire. Contre l'ordinaire des dialogues, la marche de
l'argumentation est pressante; les objections ne sont pas dissimulées;
on n'y voit point, sous le nom d'un des interlocuteurs, l'auteur parler
à son écho. Archon et Politie disent l'un et l'autre ce qu'ils doivent
dire. Aussi, bien des gens trouvent-ils que la question est indécise;
pour nous, elle ne l'est pas. Nous pensons qu'il n'est si petit tyran
dont, par droit, les peuples ne puissent s'affranchir; ni si grand, à
peu d'exceptions près, que, par intérêt, ils ne doivent supporter; car
l'homme, en secouant le joug des passions d'autrui, risque toujours de
devenir esclave des siennes, les pires de toutes pour son honneur et
son repos.



LES NOUVEAUX

ORACLES DIVERTISSANS,

  Où les curieux trouveront la réponce agréable des demandes
    les plus divertissantes pour se resjouir dans les compagnies,
    augmentées de plusieurs nouuelles questions, avec un Traité
    de la Physionomie, recueilly des plus graves auteurs de ce
    siècle. Ensemble, l'Explication des Songes et Visions nocturnes
    (traduit de l'espagnol, pour le premier Traité, et compilé,
    pour les deux autres, par le sieur Wulson de la Colombière,
    qui a mis le tout dans un meilleur ordre). A Paris, chez
    Gabriel Quinet, dans la grand'salle du Palais, et se vendent à
    Brusselles, chez Louis de Waine, à la rue de Sainte-Catherine.
    (1 vol. in-12 de 332 pages, en trois paginations, plus 7
    feuillets préliminaires, et un frontispice représentant la roue
    de Fortune, avec des personnages assemblés pour le jeu. Sans
    date, mais de 1652 à 1677.)

(1652-77.)


Le premier traité des _Oracles_ contient 71 questions, généralement
divertissantes, avec la manière d'y trouver les réponses, qui sont
rangées par groupes de seize, sous l'invocation de Cérès, le Taureau,
la Vierge, les Gémeaux, Mercure, Vénus, les Balances, le Scorpion,
le Sagittaire, le Capricorne, le Verseur d'eau, Diane, Saturne, les
Poissons, Bellone, Pirame, Jupiter, Orphée, la Lune, le Soleil, Ulysse,
le Bélier, le Cancer, le Lion, Achille, la Fortune, Bradamante,
l'Hyménée, Ménélas, Mars, Pomone, Minerve, Midas, Alexandre, Énée,
Merlin, Oreste, Bacchus, Argus, Balde, Montan, Constance, Jason, Roger,
Acate, Avicenne, Astolphe, Thyeste, Roland, Amaryllis, Amide, Renaud,
Erminie, Angélique, Corisque, Olympie, Rodomont, Didon, Vulcan, Œdipe,
Ariadne, Philis, Birène, la Force, la Tempérance, l'Envie, Amaranthe
et Marfise. L'auteur prévient à la fin que ses réponses ne sont pas
articles de foi. S'il eût adressé cet avis à Fontenelle, l'historien
des _Oracles_ lui eût répondu: «Vous êtes trop modeste.»

Le second traité _de la Physionomie_ est plus curieux que le précédent
et moins cabalistique; souvent même il s'élève jusqu'au ton de la
philosophie. Nous y voyons d'abord des observations ingénieuses sur
les variétés que les climats apportent dans la nature et dans la
constitution des hommes; comme, par exemple, que les habitans du
sud, étant plus desséchés que ceux du nord, sont plus cruels, plus
contemplatifs et moins propres à l'action que ces derniers. Suivent des
recherches sur l'humeur des différens peuples de l'Europe, où leurs
divers caractères sont finement appréciés; du moins, devons-nous le
croire, puisque notre part y est très belle.

Puis viennent les différens âges décrits avec exactitude. Le chapitre
des femmes est sévère; l'auteur qui leur accorde, avec raison, le grand
mérite de la piété cite en compensation le quatrain suivant, que nous
traduisons ainsi:

    Quid levius plumâ? flamen:
    Quid flamine? ventus:
    Quid vento? mulier:
    Quid muliere? nihil.

    S'il fallait en étagères
    Ranger les choses légères,
    Je dirais, sachez-le bien!
    Plume, air, vent, femme, et puis rien.

Ne peut-on pas ajouter ici deux remarques? la première, que les femmes
sont moins légères en France qu'ailleurs; la seconde, qu'elles y
sont communément moins légères que nous; si cela est accordé, nous
essaierons d'en donner pour raison qu'elles y ont plus d'esprit
qu'ailleurs, et qu'elles y sont plus heureuses que les hommes; mais
revenons à Wulson de la Colombière.

En parlant des _différentes humeurs_, il trouve que les mélancoliques
sont noirs, froids, secs, peu velus et gros mangeurs; que les
flegmatiques sont blancs, velus, boivent et mangent peu; que les gens
colères sont maigres et de couleur citrique; que les courageux sont
rouges et sanguins, etc., etc.

Les paroles sont un thème important d'observation. Ainsi, les grands
parleurs ont peu de sens et peu de grands vices; les taciturnes en
général, mais non universellement, offrent un modèle opposé.

Etudiez la lenteur et la volubilité des paroles; c'est un signe
notable; voyez si les gens aiment à railler; c'est une marque d'orgueil
et d'envie.

Signes particuliers tirés des cheveux, du front (défiez-vous des
fronts unis); des sourcils, des paupières, des yeux (les yeux grands
et les longs sourcils marquent brièveté de la vie); de la face (la
face charnue montre le mensonge, et la grêle, la prudence); du nez
(les nez camus sont paillards); des oreilles (les grandes signifient
la colère); des lèvres (les grosses dénotent stupidité, Mars est leur
planète); des jambes (les minces témoignent l'ignorance, et les grosses
l'audace); des mains (les courtes, avec des doigts forts, sont un bon
signe); etc., etc. Signes du juste, du méchant, du prudent, de l'idiot,
etc., etc.; mais il est temps de nous arrêter, la foi finirait par nous
gagner.

Le troisième traité, _des Songes_, est une des moins sottes
onirocrities que nous connaissions; l'avant-propos mérite d'être lu.
L'auteur y distingue cinq espèces de songes, savoir: _le Songe_,
proprement dit, qui offre un sens caché sous des formes allégoriques;
_la Vision_, ou représentation fidèle de ce que nous verrions si nous
venions à nous éveiller; l'_Oracle_, qui est une révélation émanée de
Dieu même; _la Rêverie_, qui nous fait posséder illusoirement dans le
sommeil ce que nous avons désiré en veillant:

    ........Mens humana quod optat
    Dum vigilat sperans, per somnum cernit idipsum;

et enfin l'_Apparition_, ou la présence des fantômes pendant la nuit.

Pour qu'un songe ait de la consistance et soit digne d'interprétation,
il faut qu'il se forme après minuit, ou au petit jour, à l'heure où la
digestion est finie.

Suivent plusieurs exemples des cinq espèces de songes puisés dans
l'histoire tant sacrée que profane; après quoi l'onoricrite range son
explication des songes sous les lettres A. B. C. D. E. F. G. (H. I.
K. n'ont rien); L. M. N. O. P. (Q. n'a rien); R. S. T. V. (X. Y. Z.
n'ont rien). Ainsi _arbre_ (monter sur un) signifie honneur à venir.
_Avoir des verges_ signifie joie. _Baiser quelque vivant_ signifie
dommage. _Baiser un mort_ signifie longue vie. _Manger charogne_ veut
dire tristesse, etc., etc. Consultez Mathieu Lansberg pour le reste, à
défaut de Wulson de la Colombière, qui est plus complet toutefois et
entend mieux raison.

Ce livre n'est rien moins que commun.



LA DÉVOTION AISÉE,

  Par le P. Le Moine, de la compagnie de Jésus (1 vol. pet.
    in-12 de 198 pages, plus 19 feuillets préliminaires.) Deuxième
    édition. A Paris, chez Jacques Courtin, en la grand'salle du
    Palais, au cinquième pilier, à l'Escu de France, avec cette
    épigraphe: «_Jugum meum suave est, et onus meum leve._»
    M.DC.LXVIII.

(1652-68.)


Il ne faut pas ranger le jésuite Pierre Le Moine, né à Chaumont en
1602, mort à Paris en 1671, parmi les esprits vulgaires, quoiqu'il ait
bien du faux goût, car il avait aussi beaucoup d'imagination et de
génie. Son petit livre, intitulé _la Galerie des femmes fortes_, se lit
encore avec plaisir; quant à son grand poème de _Saint Louis_, s'il est
vieux dans son ensemble, on doit se rappeler qu'il renferme de très
beaux vers, nombre de pensées élevées, et que Boileau, s'excusant de
n'en avoir point parlé, s'exprimait ainsi: «_Il est trop fou pour en
dire du bien, et trop poétique pour en dire du mal_.»

Le P. Le Moine dédie _sa Dévotion aisée_ à la duchesse de Montmorency,
née princesse de Condé, veuve du maréchal décapité à Toulouse, et les
éloges outrés qu'il lui donne passent à la faveur de la fin tragique
de son époux qu'ils rappellent noblement; l'auteur nous assure
d'ailleurs que son ouvrage est le résumé des conversations spirituelles
qu'il avait eues avec cette vertueuse dame. Cet ouvrage est divisé
en trois livres composant, le premier, 7 chapitres, le second 14, et
le troisième 12; division plus arbitraire et subtile que nécessaire
et lumineuse. Au fond, c'est un traité de morale sans divisions
réelles, où la marche de l'écrivain se réduit à procéder du général au
particulier, à commencer par l'amour de Dieu pour finir par la forme
des vêtemens et les moindres usages de la vie pratique. Une seule idée
y domine tout et s'y reproduit de mille façons, dont plusieurs sont
trop recherchées, savoir que la dévotion n'est pas d'un si rude accès
qu'on le suppose; qu'à le bien prendre, elle cause moins de souffrances
et de privations que ses contraires, tels que l'impiété, l'orgueil,
l'ambition, l'avarice, la volupté, etc., etc.; que la mélancolie
sombre de certains dévots et leur front sévère tiennent plutôt à
leur tempérament qu'à la dévotion même; en un mot, que, tout compte
régulièrement soldé, il en coûte plus, dès ce monde, pour cheminer vers
l'enfer que vers le ciel: proposition qui était de nature à soulever le
public janséniste, et qui le souleva en effet, ainsi qu'on peut le voir
dans les 9e et 10e lettres provinciales. A vrai dire, le P. Le Moine
est plus près de la vérité philosophique ici que le grand Pascal, et
son tort ne gît que dans ses expressions. Avec plus de goût, de mesure,
et moins de ces fleurs jésuitiques faites pour déparer les meilleurs
systèmes, il eût donné moins de prise à la critique; cependant nous
conviendrons qu'à force d'aplanir les voies de la vertu, il expose
parfois l'athlète irréfléchi à dormir quand il lui faut combattre, ou
à se présenter au combat sans armes défensives. Michel Montaigne avait
soutenu la même thèse que le P. Le Moine, et l'agrément dont il sut la
couvrir la fait goûter des mêmes esprits que le jésuite peut fort bien
rebuter par ses faux ornemens; il y a pourtant d'excellens morceaux
dans ce livre, écrit généralement avec une élégance ingénieuse, tel est
le suivant:

«Si le juge donne à saint Augustin le temps qu'il devrait donner à ses
parties; si, au lieu de leur faire courte justice (l'auteur aurait
dû dire _prompte justice_, et faire le sacrifice de l'antithèse), il
s'amuse à faire de longues méditations; si, par une charité coupable et
désordonnée, il fait des pauvres en allant visiter d'autres pauvres; ne
pourrait-on pas dire qu'il fait fort mal de fort bonnes œuvres; qu'il
corrompt le bien, et que ses vertus irrégulières lui seront reprochées?
Conclusion, que chacun doit mesurer sa dévotion et la régler sur les
devoirs de son état.»

_La Dévotion aisée_ contient plus d'un passage de même valeur; aussi
est-elle du petit nombre des écrits ascétiques du XVIIe siècle qu'on
relit encore aujourd'hui. On en trouve une très bonne analyse, appuyée
de citations, au tome 1er des Variétés sérieuses et amusantes de
_Sablier_.



L'EVANGILE NOUVEAU

DU CARDINAL PALAVICIN,

Révélé par luy dans son histoire du Concile de Trente;

OU

LES LUMIÈRES NOUVELLES

POUR LE GOUVERNEMENT POLITIQUE DE L'ÉGLISE.

  Par l'abbé J. Le Noir, théologal de Seez. (_Elzevir._) Suivant
    la copie imprimée à Paris, chez Jean Martel. (1 vol. pet.
    in-12.) ↀ.ⅮC.LXXVI.

(1652-76.)


Le concile de Trente, qui a fixé la foi et la discipline chrétiennes
dans les temps modernes, n'a point tranché les controverses, au
contraire. Le seul récit des faits de cette mémorable assemblée,
moins par lui-même (car ces faits ont été généralement racontés avec
exactitude) que par les interprétations opposées auxquelles il a donné
lieu, a servi de texte favori à deux systèmes différens, dont deux
historiens justement célèbres, Frà Paolo Sarpi et le cardinal jésuite
Sforza Palavicino, furent les habiles organes. Le premier de ces
systèmes, dérivé fortuitement de la réforme, tendant à une sorte de
république épiscopale par le retour aux anciennes formes des conciles,
plut, dans le XVIIe siècle, aux partisans du jansénisme. Le second
avant-coureur du fameux concordat de 1516 entre Léon X et François
Ier, plus favorable à la suprématie pontificale, et, par suite, plus
monarchique, eut, pour premiers soutiens, dans le clergé, la Compagnie
de Jésus, et, dans le monde, ses nombreux prosélytes. L'abbé Le Noir,
théologal de Seez, en 1652, suspecté de jansénisme, suivait la bannière
de Sarpi. Aussi s'éleva-t-il, sans crainte ni mesure, contre l'histoire
du concile de Trente, par le jésuite cardinal, et s'étant avisé, pour
son malheur, de prendre le ton de l'ironie, en faisant parler son
antagoniste, dans un prétendu Evangile, de façon à ruiner la morale
du christianisme, comme si un tel langage eût été la conséquence
naturelle des principes contenus dans l'histoire de Palavicino, le
pauvre prêtre fut enfermé au château de Nantes où il mourut oublié, en
1692, à soixante-dix ans. Son pamphlet théologique, divisé d'abord en
six chapitres, puis en articles, puis en paragraphes, outre qu'il n'est
pas commun, n'est dépourvu ni d'esprit, ni de science, ni de sincérité,
à beaucoup près. Nous venons de dire qu'il est constamment ironique;
or, l'ironie ne pouvant que se reproduire et non s'analyser sans ennui
pour le lecteur, l'extrait continu, que nous en donnerons, conservera
ce ton; mais nous ne prenons point la responsabilité de cette forme
maligne, et cela par respect pour la grave matière dont il s'agit, et
nullement par peur d'être enfermé au château de Nantes. La bonne foi
nous oblige, avant tout, de dire que ce pamphlet fut aussi méprisé
des docteurs, notamment du savant Richard Simon, de l'Oratoire, que
l'histoire du cardinal Palavicin en fut estimée.


SOMMAIRE DE L'ÉVANGILE PALAVICIN.

La politique, selon Aristote, est la suprême vertu morale, d'autant
qu'elle a pour objet le bien public, d'où il suit que, comme le pire
des maux est la corruption du bien, la fausse politique est la plus
damnable chose qui soit au monde. Jésus-Christ étant venu sur la
terre pour assurer la félicité du genre humain, non seulement dans
l'autre vie, mais encore dans celle-ci, son gouvernement politique
est nécessairement le meilleur de tous, et le concile de Trente étant
l'expression fidèle de la politique de Jésus-Christ, le gouvernement
qu'il établit est, de nécessité, le meilleur des établissemens
politiques possibles. L'Eglise se doit considérer de deux façons,
selon l'esprit et selon la chair, comme dit le R. P. Diégo Lainez, le
second général de la Compagnie de Jésus. Selon l'esprit, l'Eglise est
le temple de la charité; selon la chair, elle est la source de toute
félicité temporelle. Or, la félicité temporelle, consistant dans les
richesses, les honneurs et les plaisirs, il résulte, des prémisses
posées, que l'Eglise doit se proposer ces trois fins temporelles
aussi bien que les fins spirituelles, autrement réunir la sagesse
des premiers sages du monde, tels qu'Aristote et Platon, à celle
des apôtres. Si Jésus-Christ n'avait eu pour but que la félicité
spirituelle, il n'y aurait pas de sûreté à consulter Aristote sur la
contenance des établissemens politiques; mais nous venons de voir qu'il
est proposé d'accorder les deux félicités, donc il a dû se rencontrer,
pour ce qui regarde la temporelle, avec les premiers sages du monde
en tête desquels s'est placé Aristote. Il n'est pas douteux que, si
ces sages vivaient, ils se trouvassent d'accord avec la politique du
christianisme.

Luther a méprisé Aristote, et ce fut une des causes de son hérésie.
Carlostat fit de même et eut même sort. Ces hérésiarques voulaient
séparer les intérêts éternels des intérêts humains, pour que les
puissances de la terre ne fussent point autorisées à poursuivre les
hérésies. Par un motif contraire et infiniment sage, l'Église a réuni
ces deux natures d'intérêts. Par l'Église, il faut entendre les habiles
de l'Église; car il y a eu de très saints prélats et pontifes qui, pour
n'avoir pas su, dans leur zèle indiscret, accommoder ensemble ces deux
intérêts, ont été de très mauvais guides politiques.

Le bon-homme Adrien VI, par exemple, voulut retrancher les revenus
de la daterie, en haine de la simonie, en quoi il eut grand tort; et
Chérégat, son nonce à la diète de Nuremberg, avec sa belle maxime qu'il
ne faut pas permettre le mal afin qu'il en arrive du bien, n'eut pas
un tort moindre. Il excluait ainsi toute tolérance nécessaire, comme
celle des femmes de mauvaise vie, laquelle tolérance épargne de plus
grands maux et rentre par là dans la politique bien entendue. Ce sont
là des erreurs de zélés ignorans. La plus capitale de ces erreurs est
que l'on doit vivre dans l'Église comme on doit vivre selon Dieu,
tandis que l'Église doit conduire les hommes selon leur nature faible
et corrompue, tout en leur enseignant la perfection.

Autre erreur, que l'Eglise doit se gouverner selon les règles de
l'antiquité, tandis qu'elle doit se gouverner selon le temps présent,
c'est à dire par un seul chef et non plus par les conciles. La vérité
est que ce qui est le meilleur à faire n'est pas toujours ce qui est
le meilleur à ordonner. Dans le premier cas, on n'a en vue que le
mieux absolu; dans le second, que le mieux relatif ou possible. Dans
le premier cas, il n'y a rien de meilleur que la réunion des évêques;
dans le second, il n'y a point de conjonctions d'astres dont les
influences soient pires que la réunion des évêques. Dans le premier
cas, la pauvreté est un bien dont le goût doit être inspiré; dans le
second, c'est un mal qu'il faut fuir. Si les hommes voyaient l'Eglise
pauvre, ils la mépriseraient; donc l'Eglise fait bien de s'enrichir.
Si les hommes étaient condamnés par l'Eglise à une mortification
perpétuelle, ils la détesteraient, donc l'Eglise doit se borner à leur
ménager, dans la modération, des plaisirs plus délicats que ceux que
l'idolâtrie leur présente. Si le pape ne pouvait dispenser des canons
dans de certaines circonstances, il perdrait bientôt toute action
sur le peuple et les grands; et le mal serait horrible, encore que
l'exécution générale des canons soit une chose excellente: et voilà de
ces distinctions que les conciles n'admettent point. _Il faut régler le
droit sur le fait et non le fait sur le droit._ Le R. P. Diégo Lainez,
au concile de Trente, répondit admirablement aux ambassadeurs de France
qui redemandaient les élections, vu qu'elles étaient de pratique
ancienne: «C'est précisément parce que c'était la pratique ancienne que
je m'oppose à rétablir les élections; car si elles eussent continué
d'être une bonne pratique, on ne les eût point abandonnées.» Rien ne se
fait ni ne doit se faire aujourd'hui comme jadis. Jadis une simplicité
modeste se faisait admirer dans la tenue des conciles; aujourd'hui
la splendeur et le faste en sont une partie obligée. Quand Philippe
II passa par Trente pour aller en Espagne, les légats et les pères
du concile lui donnèrent des festins, des bals, des musiques et des
spectacles ravissans où l'on représenta les enchantemens de l'Arioste;
cependant Constantin, n'eut point de bals au concile de Nicée.
«L'autorité des conciles généraux est de source divine: Eh bien! disait
le R. P. Diégo Lainez, appelez des décisions du pape, aux conciles
généraux, adieu l'unité de l'Eglise, et c'en est fait du christianisme.»

Les évêques, pour la plupart, sont de pauvres prêtres qui ne savent pas
le monde; la cour purpurale du souverain pontife le sait admirablement;
donc elle doit gouverner. Toute assemblée veut réformer, et toute
réformation détruit. Les communautés sont comme des enfans dont il faut
faire le bien malgré eux. Par ces raisons, le cardinal Simonetta fit
bien de répondre au pauvre évêque d'Aliste, qui voulut soutenir, à la
seconde séance du concile de Trente, que les évêques étaient institués
évêques par Jésus-Christ: «Vous êtes un insolent! laissez parler les
autres.»

La réformation adoptée par le concile de Trente est très modérée;
néanmoins, si le pape la voulait observer, par exemple, en ce qui
concerne la pluralité des bénéfices, les dispenses, etc., tout
serait perdu. Ce que ce concile a fait de mieux a été de consacrer,
au commencement et à la fin, l'autorité pontificale. A petit évêque
petit pouvoir et petites affaires. Le gouvernement monarchique est le
meilleur de tous; donc Jésus-Christ doit l'avoir institué dans son
Eglise, donc il l'a fait. Aussi le pape est-il le vrai souverain du
monde; son pouvoir n'a point de limite ni de raison autre que _tel
est notre plaisir_. Encore qu'il ordonne des choses condamnables, s'il
a tort de les ordonner, on a raison de lui obéir. Mais d'ailleurs
il est peu à craindre que le pape abuse de sa puissance. Il est élu
par un sénat d'hommes expérimentés et rivaux. Il est élu vieux et à
l'abri des passions, dans un rang où les sentimens d'honneur humain
se signalent d'ordinaire, et en présence d'une mort prochaine dont la
vue favorise les remords. Enfin son propre intérêt lui commande la
prudence. Il n'en est pas de même du Turc. C'est pourquoi il ne faut
pas dire, de ce que le gouvernement de l'Eglise est monarchique absolu,
qu'il est pareil à celui du Turc. Une capitale différence entre le
pouvoir du pape et celui du Turc est que le pape n'est que dépositaire
de sa puissance, tout extrême qu'elle est. Le pape est l'estomac du
corps politique universel, et les fidèles en sont les membres. Quand
tous les biens de la terre passeraient par les mains du pape pour être
répartis entre les hommes suivant sa volonté, il n'en arriverait pas
pis qu'au corps humain où tous les vivres qui l'alimentent passent par
l'estomac. A plus forte raison, ne doit-on pas plaindre au pape les
richesses immenses qui affluent, dans sa cour, de tous les points de
l'univers chrétien. Le pape, comme saint Paul, se fait tout à tous pour
les gagner tous. Ce sont ces richesses qui entretiennent l'émulation
dans la grande famille du clergé, sans lesquelles l'Eglise serait
bientôt déserte, et si le pape n'avait que Dieu pour lui, ce serait
une grande pitié. Les zélés ignorans disent que Job, sur son fumier,
se réjouissant de voir un jour Dieu, était plus heureux que tous les
riches de la terre; ce sont là des rêveries. _Lasciamo i discorsi.
Poniamo il negotio in praticca._ En fait, les annales, les dispenses,
les indulgences, la pluralité des bénéfices, les priviléges des ordres
religieux, l'inquisition, les missions et tant d'autres choses que les
zélés ignorans ont considérées comme des abus, sont d'excellens moyens
de politique auxquels l'Eglise doit sa force et sa durée.

Il faut se méfier de la politique des évêques de France, de toutes la
plus contraire à l'autorité pontificale. Des trente-quatre articles
proposés, pour la réformation de l'Eglise, au concile de Trente, par
les ambassadeurs de France, il n'en est pas un qui ne soit pernicieux à
l'Eglise.

En deux mots, la politique de l'Eglise doit être charnelle aussi bien
que spirituelle, et toute cette politique se résout dans l'autorité du
pape; et qui nie ces deux propositions est un insensé ou un séducteur,
_è insano o è seduttore_.

Tel est, en résumé, le pamphlet du pauvre abbé Le Noir. Il publia
encore plusieurs écrits satiriques du même genre contre les évêques et
l'assemblée du clergé de France; on en peut voir la nomenclature dans
le dictionnaire curieux et rare qu'a donné M. Peignot sur les livres
condamnés au feu ou supprimés[9].

  [9] Paris, Renouard, 1806, 2 vol. in-8.



RECUEIL DE POESIES CHRETIENNES;

  Par Jean des Marets de Saint-Sorlin. A la Sphère. (1 vol.
    in-12 contenant 180 pages, en trois paginations différentes
    qui répondent aux pièces suivantes: 1° le Combat spirituel, 48
    pages, y compris la table et le titre; 2° Maximes chrétiennes,
    60 pages; 3° les Sept Psaumes pénitentiaux, les Vêpres
    du dimanche, et les Sept Vertus chrétiennes, 72 pages.)
    ↀ.ⅮC.LXXX.

(1654-1680.)


M. Charles Nodier a traité doctement la partie bibliographique
relative à ce recueil peu commun et très joliment imprimé. Le lecteur
n'a donc rien de mieux à faire, sur ce point, que de recourir à
l'article 20 des _Mélanges tirés d'une petite Bibliothèque_. C'est
là qu'il verra que les caractères d'argent, d'une finesse précieuse,
qui ont servi aux poésies de Desmarets, en 1654, et qui composaient
le fonds de l'imprimerie du château de Richelieu, venaient du fonds
de Jeannon, imprimeur des Huguenots, à Sedan. En quelles mains se
trouvaient ces caractères, en 1680, époque de la présente réimpression
et de l'adjonction au titre de la Sphère elzévirienne qui s'y voit?
La question reste pendante même après les recherches du savant
bibliographe: nous la croyons donc à peu près insoluble. Quant aux
poésies sacrées de l'ami du cardinal de Richelieu, elles sont complètes
ici, à la vie de Jésus-Christ près, laquelle se rencontre difficilement
et presque toujours séparément. Quelques citations en feront connaître
la nature et la forme.

Le _Combat spirituel_ est composé de 31 chapitres en vers, dont le
rhythme offre une succession insupportablement monotone de vers de six
pieds, intercalés un à un.

    Chrestiens, si tu prétends atteindre au rang suprême,
        Des chers enfans de Christ,
    T'unir avec Dieu seul, et n'estre avec lui-même
        Qu'un seul et mesme esprit;
    ...............................................
        Médite sur la croix.
    Pense aux fouets dont partout sa chair fut écorchée,
        Aux crachats insolens;
    Et de quelle rigueur fut sa robe arrachée
        De ses membres sanglans, etc.

Desmarets dépose ainsi son gros bagage de conseils, en 2,300 vers ou
lignes rimées. La plupart de ces conseils sont édifians; néanmoins il
en est qui nous ont semblé téméraires, entre autres les suivans pour
engager les fidèles à braver l'occasion, afin de mieux exercer leur
vertu:

    Mon fils, de tous combats n'évite pas les causes
        Pour gagner la vertu;
    Si tu veux, par exemple, endurer toutes choses,
        De rien n'estre abattu,
    Ne fuy pas, etc., etc.
    Contiens ton jugement, rends-le aveugle, inhabile,
        Autant que tu pourras;
    Pour bruit, pour nouveauté qui ne t'est point utile,
        N'arreste point tes pas, etc., etc.

L'_Imitation de Jésus-Christ_ dit bien plus et bien mieux en moins de
mots.

Les 55 chapitres des maximes chrétiennes, contenant environ 2,000 vers
de douze pieds, divisés en quatrains, sont plus utiles, plus variés,
moins ascétiques et aussi moins soporifiques et mieux versifiés que
ceux du combat spirituel:

    Un humble jardinier qui cultive ses herbes
    Vaut, en servant son Dieu, mille et mille fois mieux
    Qu'un sçavant philosophe aux démarches superbes,
    Qui, négligeant le ciel, sçait tout le cours des cieux.
    ....................................................
    Celui-là seul est grand, de qui l'humble sagesse
    A placé dans son cœur la grande charité;
    Celui-là seul est grand, qui dans soy se rabaisse,
    Et par qui, pour un rien, tout honneur est compté, etc.

L'idée de mettre en vers les prières ordinaires, comme le _Pater
noster_, le _Credo_, le _Kyrie eleison_, était une idée barbare dont
Desmarets, moins que tout autre, devait sortir heureusement. Qui
s'avisera jamais de dire?

    Nostre Père qui des hauts cieux
    Habites l'heureuse demeure,
    Que ton nom partout, à toute heure,
    Soit sanctifié dans ces lieux.

Ou bien:

    Je croy d'un cœur obéissant
    En Dieu le Père tout-puissant,
    Qui fit le ciel, la terre et l'onde, etc.

Ou bien:

    O Seigneur! tout-puissant et doux,
    O Jésus! prends pitié de nous!
    Pardonne, ô Christ! et nous accorde
    Ta grâce et ta misericorde!
    Écoute-nous! exauce-nous!
    O Jésus! tout-puissant et doux!

Les _Sept Psaumes pénitentiaux_ sont un travestissement plus malheureux
encore et plus désagréable au lecteur qui se rappelle la majesté de
la poésie hébraïque. C'est à Racine, c'est à J.-B. Rousseau qu'il
appartenait de traduire le _miserere_. Mais voyons comment le poète du
grand cardinal s'est tiré du _Gloria Patri_:

    Gloire au Père adorable,
    Gloire au Fils Jésus-Christ,
    Et gloire au Saint-Esprit
    Egal et perdurable.

Le poète n'a pas osé aborder le _sicut erat in principio_; il était
pourtant là en beau chemin.

Ce qui nous paraît meilleur dans son recueil, ce sont les sept vertus
chrétiennes, savoir: la foi, l'espérance, la charité, l'humilité,
l'obéissance, la patience et la mansuétude. Le début de l'espérance est
surtout harmonieux et bien tourné:

    Je te salue, aurore, espérance du jour!
    Qui de l'astre brillant m'annonces le retour.
    Au dernier de mes jours sois plus brillante encore!
    Et d'un jour éternel sois l'agréable aurore!
    Que ta fraîcheur est douce, et que d'un vol charmant
    Tu chasses de la nuit les ombres doucement!
    Mais, avant que sur nous le grand flambeau s'allume,
    Laissons de ce lit mol la paresseuse plume;
    Allons goûter aux champs un plaisir innocent,
    Voir les astres mourans et le jour renaissant! etc.

On donnerait de bon cœur tout le _Clovis_ de Desmarets pour cette seule
pièce, et tout le reste de la pièce elle-même pour les trente premiers
vers.



DELPHI PHŒNICIZANTES,

  Sive Tractatus in quo Græcos, quicquid apud Delphos celebre
    erat (seu Pythonis et Apollinis historiam, seu pæanica
    certamina et præmia, seu priscam templi formam atque
    inscriptionem, seu tripodem, oraculum et spectes) è Josuæ
    historiâ, scriptisque sacris effinxisse rationibus haud
    inconcinnis ostenditur, et quam plurima quæ philologiæ
    studiosis apprime jucunda futura sunt, aliter ac vulgò solent,
    enarrantur. Appenditur diatriba de Noæ in Italiam adventu,
    ejusque nominibus ethnicis: necnon de origine druidum. His
    accessit oratiuncula pro philosophiâ liberandâ; authore Edmundo
    Dickinson, art. Magist. et Mertonensis collegii socio. (1 vol.
    pet. in-8, de 19 pages préliminaires, 142 pages, 6 feuillets
    d'un index rerum et verborum, 1 feuillet d'index arabicus, et
    1 feuillet d'index hebraïcus pour l'ouvrage principal; plus
    de 40 pages et 5 feuillets postliminaires pour l'opuscule
    additionnel.) Oxoniæ, excudebat H. Hall, Academiæ typographus,
    impensis Ric. Davis. (Edition originale.) M.DC.LV.

(1655.)


Ceci est un jeu d'esprit philologique, une distraction nocturne des
travaux sérieux de la journée, une œuvre _de hibou plutôt que de
Minerve_, ainsi que nous l'annonce l'auteur dans sa dédicace à son
confrère le docteur Jonathan Goddard, médecin d'Oxford; singulier
amusement sans doute, et plus capable, à notre avis, d'endormir que
de réveiller, malgré toute la science qu'il suppose! Si nous n'en
rapportons point la certitude que la fable du serpent Python ou
du géant Typhon est tirée de l'histoire de Josué (chose qui, par
parenthèse, nous importe peu), du moins en retirerons-nous la preuve
que ce n'est pas d'hier qu'on a essayé d'expliquer les traditions
mythologiques par celles des livres sacrés des Juifs, et que Guérin
du Rocher, dans son histoire véritable des temps fabuleux, n'est rien
qu'un docte et paraphrasier copiste d'Edmond Dickinson et de bien
d'autres.

Cette fureur de trouver toutes les fables grecques dans la Bible a,
du reste, son principe raisonnable, puisqu'il devient de plus en plus
constant, à mesure qu'on avance dans la connaissance des révolutions du
globe, 1° que l'espèce humaine actuelle ne remonte pas fort loin; 2°
qu'elle a été comme anéantie à une époque reculée de ses annales, par
l'effet d'un cataclysme naturel; 3° qu'elle s'est sauvée et reproduite
en Orient, pour, de là, se répandre dans toutes les contrées de la
terre; triple doctrine sur laquelle repose tout l'édifice biblique.

Maintenant, notre globe a-t-il été habité primitivement par des races
d'hommes différentes des nôtres? il semblerait qu'il en fût ainsi.
Grotius voyait _les tritons_ dans le passage suivant de Job, 25, 6,
traduit en ces mots par la Vulgate: «_Ecce gigantes gemunt sub aquis_.»

Dickinson voyait Apollon dans Josué, et dans ce roi Ogus, que défait
Josué, il voyait Python le serpent ou Typhon le géant (car, selon
lui, Typhon n'est autre chose que l'anagramme de Python). «Vous riez,
lecteur!» s'écrie notre médecin d'Oxford; «vous me rangez dans la
classe de ceux qui métamorphosent Pythagore en grenouille; mais rira
bien qui rira le dernier.» Et là dessus il entre en matière. D'abord
Python, c'est Typhon, d'après l'anagramme, comme nous venons de le
dire; puis Typhon en grec signifie _brûlé_, aussi bien qu'Oy ou Ogus
en hébreu; or, les flèches d'Apollon sont les rayons du soleil qui
percèrent, c'est à dire brûlèrent Typhon, c'est à dire Python; c'est
à dire évidemment que, par un certain jour très chaud, Josué vainquit
Ogus, roi des Baschans; cela est aussi vrai qu'il l'est que Noé vint
en Italie, et que c'est le même que Janus. Après toutes ces belles
choses, on n'est pas surpris qu'Edouard Dickinson, médecin anglais, né
en 1624, mort en 1707, ait fini par s'absorber dans les chimères de la
philosophie hermétique; mais on l'est des grands succès qu'il obtint,
de l'envie qu'il excita par ses rêveries scientifiques, et du prix
que coûte encore aujourd'hui son _Delphi Phœnicizantes_ de l'édition
princeps de 1655.



LA STIMMIMACHIE,

OU

LE GRAND COMBAT DES MÉDECINS MODERNES,

TOUCHANT L'USAGE DE L'ANTIMOINE,

  Poème histori-comique, dédié à MM. les médecins de la Faculté
    de Paris, par le sieur C. C. (Carneau, Célestin). A Paris, chez
    Jean Paslé, au Palais, dans la gallerie des Prisonniers, à la
    Pomme d'or couronnée. Avec privilége du roy et approbation
    des docteurs en médecine. (Très rare de cette édition, in-8.)
    M.DC.LVI.

(1656.)


Les biographes nous apprennent qu'Étienne Carneau, né à Chartres,
entra chez les célestins de Paris, près l'Arsenal, où il mourut le 17
septembre 1671; il avait du talent pour la poésie française et latine.
On a de lui un poème français intitulé: l'_Œconomie du petit monde_
ou _les Merveilles de Dieu dans le corps humain_; un autre poème
sur la Correction et la Grâce, lequel est demeuré manuscrit; enfin
celui-ci, qui se trouve aussi dans les Muses illustres de Colletet.
Carneau dédie sa Stimmimachie aux médecins, ce qui était d'autant plus
convenable que la polémique dont l'antimoine ou le stimmi fut l'objet,
lors de son apparition, fut très souvent soutenue en vers par les
médecins eux-mêmes. A la suite de la dédicace, on lit une approbation
authentique _de la plus grande et plus saine partie de la Faculté de
Paris_, en faveur de l'antimoine, laquelle est datée du 26 mars 1652,
et signée de 61 médecins dont les noms suivans font partie: Chartier,
Guénaud, de Vailly, Akakia, Marès, Langlois, Pajot, le Gaigneur,
Cousin, Petit, Renaudot, Mauvillain et Landrieux: on en pourrait citer
davantage et de plus célèbres contre l'antimoine, tels que Guy-Patin,
Duret, Falconnet et leurs émules.

Ce poème, d'un seul chant, contient 1930 vers de huit syllabes; il est
écrit en style burlesque; aussi reçut-il les hommages de Scarron, que
l'auteur remercia dans un sonnet improvisé qui nous a paru bon, et que
voici:

        Génie excellent du burlesque,
        Etonnement de nos esprits,
        Qu'Apollon a dépeint à fresque
        Dans le temple du dieu des Ris;

        Un pédant au style grotesque,
        M'ayant méchamment entrepris,
        Le courage me manquait presque
        Pour pousser plus loin mes écrits.

    Mais ta muse au besoin m'a servi de Minerve;
    Elle a fortifié ma languissante verve,
    Et m'a fait un rempart de son puissant aveu;

    N'ai-je donc pas trouvé même effet dans ta veine.
    Qu'en cette curieuse et célèbre fontaine
    Où les flambeaux éteints reprenaient nouveau feu?

Pour donner tout d'abord l'idée de cette plaisanterie rimée, qui acheva
de confondre les détracteurs de l'émétique, nous dirons avec Etienne
Carneau:

    C'est un combat de médecins
    Dont les tambours sont des bassins;
    Les seringues y sont bombardes,
    Les bâtons de casse hallebardes,
    Les lunettes y sont poignards,
    Les feuilles de séné, pétards, etc., etc.

On y voit retracée fidèlement, et dans l'ordre des faits, la lutte des
médecins dans la grande affaire de l'antimoine, et de son insertion au
_Codex_,--_dressé pour le bien du Podex_, par le docteur Saint-Jacques.
Les premiers héros qui défendirent le docteur Saint-Jacques furent
Chartier et Beys; ensuite accourut l'illustre Valot,--_Par qui
l'antimoine épuré--Fut presque à la cour adoré_.--_Rainssant, Thévard,
Marès, Guénaud,--Hureau, Mauvillain et de Bourges,--Que l'on faisait
passer pour gourges_, se distinguèrent par l'heureux emploi qu'ils
firent de ce médicament si cruellement calomnié. Carneau convient
pourtant que l'antimoine a des dangers dans des mains maladroites, et
qu'il faut un homme accompli--_Pour bien manier, sans scandale,--Son
altesse antimoniale_; mais n'en peut-on pas dire autant de la plupart
des substances pharmacopéennes? Le poète s'enflamme de fureur contre
trois libelles célèbres où le stimmi fut attaqué sans mesure, savoir:
le Pithægia, l'Antilogia et l'Alethophanes.--_O temps! ô mœurs! ô
maîtres fourbes!--Crapauds vivant de sales bourbes!--L'antimoine
avecques son vin--Vaincra toujours votre venin._--Le docteur Grévin
nommément n'est pas épargné, comme aussi n'épargnait-il guère les
partisans du stimmi. Le docteur et ses amis assuraient que le
vin émétique était un poison mortel; là-dessus le moine Carneau
égaie sa réponse par de petites histoires bouffonnement racontées:
d'abord ce sont trois meuniers qui, ayant pénétré dans la pharmacie
de l'Hôtel-Dieu et trouvé une bouteille de ce vin antimonial,
l'avalèrent tout entière, pensant que ce fût liqueur fine, puis se
remirent en route à cheval.--_Ce vin, pour faire son office,--Mit
les meuniers en exercice,--Derrière Saint-André-des-Arcs;--ils
gâtèrent pourpoints et chausses--D'assez désagréables sauces;--Rien de
plus; ce vin furieux--Fit seulement trois cu-rieux--Et trois gorges
dévergondées,--Par les émétiques ondées_; Puis un bon sommeil rétablit
toutes choses, et jamais les meuniers ne se portèrent mieux. Autre
exemple: une jolie petite fille de Bordeaux, appelée Marthe,--_Qui
rime bien à fièvre quarte_,--adorée de son père, s'en allait mourant,
depuis deux ans, d'une fièvre quartaine, ou quarte, selon le besoin de
rimer; voilà qu'une charitable voisine lui administra du vin émétique
à l'insu de ses parens; une explosion qu'on peut concevoir s'ensuivit,
après quoi les lis et les roses reparurent avec la santé sur cette
jeune tige flétrie. Troisième exemple: le frère de la présidente Pinon
était tombé de fièvre en chaud-mal par l'effet de je ne sais combien
de remèdes _galéniques_,--_Drogues tant sèches qu'infusées,--Qui font
faire maintes fusées--Tant par le haut que par le bas,--Et l'avaient
mis près du trépas,--Et sans chercher du mal la source,--N'avaient
rien purgé que la bourse_. Sa sœur, la présidente, lui voyant déjà les
dents serrées par la mort, lui fait avaler de force, en lui pressant
le nez, du vin émétique, et, huit jours après, le moribond se met
à table, où il mange et boit comme quatre. Que diront à cela les
adversaires de l'antimoine?--_Qu'en dira le sieur Rataboye,--Ce cadet
de l'aîné d'une oie?--Qu'en diront ces autres faquins,--Rapetisseurs
de vieux bouquins?_ Vous faut-il une autre exemple, messieurs? la
belle princesse de Guimené,--_Belle, dis-je et brave héroïne,--Qui
paye d'esprit et de mine_,--va vous le fournir:--_Une excessive
diarrhée,--Avec la fièvre conjurée,--La rendant sèche comme
bois,--L'avait mise aux derniers abois_; ses domestiques s'avisent
d'appeler M. Vautier, premier médecin du roi, grand donneur de vin
émétique; Vautier arrive, donne ce vin merveilleux, et soudainement
voilà un mésentère de princesse débarrassé, un pylore désopilé, la
belle madame de Guimené guérie, et le poème du célestin Carneau terminé.

Trente-cinq sonnets, madrigaux et autres pièces de vers, tant du
poètes que de ses amis, soit en l'honneur de la Stimmimachie, soit
en remercîmens de tous ces éloges, couronnent dignement l'ouvrage,
qui, après tout, contribua sans doute moins au succès de l'antimoine
que l'habile emploi qu'en fit Guénaud dans la maladie du roi. On se
rappelle que Louis XIV, dans sa première campagne en Flandre, sous
les auspices du vicomte de Turenne, pensa mourir à Dunkerque, et fut
sauvé par l'émétique administré hardiment et à propos. Ce fut aussi
plus tard, à l'heureuse épreuve faite courageusement par nos rois, que
nous dûmes le triomphe de l'inoculation sur une cabale bien autrement
puissante que celle antistimmique, formée qu'elle était d'une partie de
la Faculté de médecine et de la Sorbonne réunies. L'histoire des hommes
et des choses, en grand et en petit, ne présente qu'un long combat. En
résumé, il est prudent de prendre ses réserves, avec Guy-Patin, contre
l'usage de l'antimoine.



L'ART POÉTIQUE;

  Par Guillaume Colletet. A Paris, chez Antoine de Sommaville. (1
    vol. in-12, 2e édition.) M.DC.LVIII.

(1658.)


Cet ouvrage ne remplit qu'imparfaitement son titre; car cinq discours,
dont un sur l'épigramme, un sur le sonnet, un sur le poème bucolique,
un sur la poésie morale et sententieuse, et un dernier sur l'éloquence
en général et l'imitation des anciens, ne sauraient constituer un art
poétique. Mais Guillaume Colletet, à qui nous devons ces discours, n'y
regardait pas de si près, et d'ailleurs il était, nous assure-t-il,
dans l'intention d'étendre beaucoup son œuvre. Cet écrivain, dans la
bonne opinion qu'il avait de lui-même, s'en promettait, sans façon,
l'immortalité. Membre de l'Académie française à la création de ce
corps, avocat au conseil du roi, favorisé d'abord de la fortune, et
l'un des cinq auteurs commensaux du cardinal de Richelieu, il est
excusable d'avoir espéré légèrement la gloire littéraire, d'autant
qu'il était, en réalité, homme d'esprit et fort instruit. Il mérite
moins d'égards pour avoir ruiné ses enfans en mangeant tout son bien
avec ses trois servantes qu'il épousa successivement. Il voulait,
dit-on, faire passer sa troisième femme ou servante, nommée Claudine,
pour une dixième Muse: mais Claudine n'eût pas été une Muse, quand
même il lui aurait prêté tout son génie; chose qu'il fit probablement,
puisqu'après sa mort, arrivée en 1659 (il était né à Paris en 1598), la
poétesse, devenue veuve, cessa ses chants. C'est de François Colletet,
fils de Guillaume, que Boileau a si cruellement parlé:

    ....... crotté jusqu'à l'échine,
    Va mendier son pain de cuisine en cuisine.

Ces vers, qui font peu d'honneur au satirique, ont fourni, à M. Charles
Nodier, d'éloquentes paroles dans l'article de ses _Mélanges_ où il
venge la misère honorable et outragée d'un homme de mérite après tout,
quoique pauvre poète, et qui a laissé, dans ses _Traités des langues
étrangères, de leurs alphabets, et de leurs chiffres_, un écrit de
métaphysique du langage estimable pour le temps.

Le premier discours de Guillaume Colletet, qui traite de l'épigramme,
est précédé d'une dédicace au cardinal Mazarin, plate et amphigourique,
où la flatterie s'étale sans goût ni mesure. L'auteur entre ensuite
dans son sujet qu'il traite en philologue érudit plutôt qu'en orateur
ou en rhéteur, à peu prés selon l'ordre qui suit.

Primitivement, chez les Grecs, l'épigramme était une simple
inscription; elle est, depuis, devenue un poème succinct qui s'est
appliqué à tous les sujets tristes ou gais, louangeurs ou satiriques.
On la voulait d'abord d'un ou de deux vers au plus:

    Hermus crut en dormant dépenser en effet;
    L'avare, à son réveil, s'en pendit de regret.

    Fœmina nil quam ira est, horisque beata duabus
    Dicitur, in thalamo scilicet et tumulo.

Contre une courtisane:

    Tu fuis le lit d'un seul et sers de lit à tous.

        Ce portrait ressemble à la belle;
        Il est insensible comme elle.

Ce poème s'étendit plus tard chez les Grecs et les Latins,
particulièrement chez Martial, jusqu'à 20, 30 ou même 50 vers et plus.
Les Français se sont montrés plus retenus, et leurs épigrammes y ont
gagné. Selon Colletet, Mélin de Saint-Gelais a excellé dans ce genre
pour le moins autant que Clément Marot. Maintenant c'est à nos deux
premiers poètes lyriques, J.-B. Rousseau et Le Brun, que revient,
chez nous, la palme du genre. L'épigramme n'admet point les grandes
et sublimes locutions; elle vit de naturel et de simplicité nue. Les
Italiens l'ont, d'ordinaire, consacrée à l'éloge sous le titre de
_madrigal_, titre qui lui est resté quand elle cesse d'être maligne.
Elle a donné lieu à bien des disputes sans compter celle que rapporte
Aulu-Gelle touchant la préséance à établir entre les épigrammes
grecques et les latines; mais on a paru s'accorder sur l'impérieuse
loi _de l'aiguiser par le bout_, autrement de la finir par un trait.
«Non copia sed acumine placet,» a dit Sidoine Apollinaire. Notre ancien
Thomas Sibilet, auteur d'un art poétique français, s'est rencontré, sur
ce point, avec le maître des maîtres. Il ne sert de rien ici d'invoquer
l'exemple des _épigrammes à la grecque_, l'usage et le bon goût ont
prononcé sans retour. Nous proposons l'épigramme suivante:

    D'épigramme en épigramme,
    Tant il a monté sa gamme,
    Qu'on le tient pour un lion;
    D'où vient-il donc que sa femme
    Jure que c'est un mouton?

_Discours sur le sonnet._--L'auteur, dans sa dédicace à monseigneur
Fouquet, loue particulièrement le surintendant d'être un puissant
génie, et de manier les finances avec des mains si nettes et si pures
qu'il paraît bien que l'argent ne lui est rien. Passant ensuite au
sonnet, il remarque judicieusement que le poème, dont le nom indique
l'objet qui est de flatter l'oreille, assujetti, pour cette raison, au
retour régulier et à l'agencement scrupuleux des mêmes consonnances,
demande, avec plus d'étendue que l'épigramme, un style plus soutenu
et plus relevé. Joachim du Bellay et Jacques Pelletier du Mans,
auteurs chacun d'un art poétique aussi bien que Thomas Sibilet, le
font venir d'Italie; mais il est plus sage d'en rapporter la première
invention à Girard de Bourneuilh, poète limousin, mort en 1278. Le
sonnet, illustré en Italie par le génie et les amours de Pétrarque,
reçut aussi de grands honneurs en France; on le voit pour le moins
assez dans l'art poétique de Boileau. Il en mérite certainement par la
rigueur de ses lois mêmes, dont l'utilité fut grande pour les progrès
de notre versification et de notre langue poétique. Dût-on écarter les
innombrables sonnets que Colletet mentionne trop complaisamment, il
reste que nous en avons quantité d'excellens, au premier rang desquels
se place, sans doute, celui de l'_Avorton_, du poète Hénault. Henri
III, l'un des plus brillans esprits de son temps, faisait un cas
extrême des sonnets.

_Discours sur le poème bucolique._--Celui-ci étant dédié au chancelier
Séguier, l'éloge y était bien placé; aussi s'y présente-t-il d'un
ton plus simple et plus digne. Ce discours renferme d'ailleurs des
recherches et des réflexions utiles, dont tel est, en raccourci,
l'exposé.

Le poème bucolique, venu des chansons des pasteurs de bœufs, est aussi
ancien que la vie pastorale, soit qu'il tire son origine des campagnes
de Lacédémone ou des vallées de la Sicile, soit qu'on le doive à
Diomus, à Comatas ou à Daphnis, tous personnages dont les noms seuls
sont connus par Théocrite et Virgile, aussi bien que ceux de Linus,
de Démodocus, de Phémius, d'Eumolpe, d'Amphion et d'Orphée. L'églogue
doit être simple, mais d'une simplicité noble, ennemie de tout détail
bas et dégoûtant. Ainsi le fameux Baptiste Mantuan pèche contre les
premières lois du genre lorsqu'il met, au nombre des talens du
berger, l'art de curer les latrines, _latrinas curare, viamque aperire
coactis--sordibus_, et plus encore lorsqu'il suspend les discours d'un
de ses interlocuteurs pour lui laisser le temps _ventris onus post hæc
carecta levare_. Théocrite n'est pas scrupuleux en fait de chasteté et
de discours poli; mais, du moins, il n'est pas sordide. L'idylle est
encore plus châtiée que l'églogue et plus scrupuleuse. Cette variété
du poème bucolique roule communément sur la peinture gracieuse des
sentimens du cœur et des charmes de la nature. Observons, en passant,
que Colletet fait le mot _idylle_ masculin: l'Académie le voulait ainsi
en 1630. Les langues participent du mouvement universel, et c'est ce
qui fait qu'elles meurent comme toutes les choses, autrement qu'elles
changent de forme.

_Discours sur la Poésie morale ou sententieuse._ L'auteur s'adressant
au comte Servien, surintendant et ministre d'Etat, part de Moïse, de
David, de Salomon et des prophètes pour embrasser toute la poésie
morale dans trois catégories, dont la première contient Homère,
Tyrthée et une interminable suite de poètes sacrés, de fabulistes,
de satiriques, de romanciers, de gnomiques ou sententieux proprement
dits. La seconde catégorie traite des auteurs de distiques; et la
troisième, en l'honneur des quatrains, passe en revue les quatrains
de 67 poètes français, y compris Guillaume Colletet, depuis Pierre
Gringore et Paradin jusqu'au baron de Puiset, à Pierre de Cottignon,
et Antoine Tixier. Il y a bien loin de Moïse et d'Homère à Pierre de
Cottignon et au baron de Puiset; et peut-être Colletet tombe-t-il ici
dans cette complaisance, ou, pour parler comme lui; dans ce _cacozèle_
qu'il blâme dans son avis au lecteur; mais peu importe, puisqu'il y a
beaucoup de bonnes choses dans son discours. Entre tant de distiques et
de quatrains de nos vieux écrivains français, les quatrains de Guy de
Faure, sire de Pibrac, et ceux d'Antoine Faure, président de Chambéry,
père de Claude Faure, sieur de Vaugelas, ont seuls surnagé. Quant aux
quatrains _sur les barbes rouges_, de Pierre l'Esguillard, Normand,
lesquels parurent à Caen en 1580, il n'en est plus question, non plus
que de ceux de Guillaume de Chevalier _sur la fin du monde_. Nous
offrons le quatrain suivant, pour le portrait de Toussaint Louverture,
à messieurs les publicistes de Charlestown, en 1835:

    La vertu ne connaît Paris ni Saint-Domingue:
    Elle confond tous ceux que la couleur distingue,
    Et nous dit, par ces traits, que l'homme, noir ou blanc,
    Pour servir même Dieu, reçut un même sang.

_Discours sur l'Éloquence_, dédié à l'abbé Fouquet. Cette pièce,
lue à l'Académie française le 3 janvier 1836, doit rester comme un
chef-d'œuvre à rebours, comme un parfait modèle de ce que peuvent
offrir le faux goût, la recherche laborieuse du bel esprit, le vide ou
la fausseté des pensées joints à la prétention des mots. On y voit que
l'éloquence est une nymphe couronnée d'étoiles, dont les lèvres sont
de rose, la langue de miel et l'haleine de baume; que cette magicienne
fait régner les esclaves; que Démosthènes et Cicéron devinrent les
plus grands orateurs du monde comme en dépit de la nature; que Virgile
tira, de la cendre d'Ennius, des lingots d'or, et de cette vieille
roche, des diamans précieux; enfin que l'imitation des modèles est la
première source de l'éloquence, maxime très fausse assurément pour
tous les arts, l'imitation des chefs-d'œuvre de l'art n'étant qu'un
aide puissant pour la reproduction des types naturels. Colletet, une
fois lancé, ne s'arrête pas. Sans Claudien, dit-il, Motin n'eût point
fait le plus beau de ses poèmes, et notez que Motin n'est plus connu
par le plus beau de ses poèmes qu'il eût très bien fait sans Claudien,
mais par nombre de petites pièces ordurières du cabinet satirique,
entre lesquelles il s'en trouve, à la vérité, quelques unes où il y a
de la verve et de la gaîté. Colletet nous apprend encore que la langue
française attend toute sa perfection de l'Académie; or, l'Académie
française n'a pas plus influé sur la langue française que l'Académie de
la Crusca; cela est écrit dans Pascal et dans Pierre Corneille. Puis
vient l'éloge du grand cardinal de Richelieu qui a tant fait pour le
bon goût, _erratum_: lisez pour le mauvais; puis le discours finit.
A lire de telles choses, on conçoit la rancune qui emporta Boileau
contre le nom de Colletet. Toutefois, la justice doit prévaloir contre
la rancune la plus légitime, et si elle refuse toute gloire aux deux
Colletet, elle est loin de leur refuser toute estime. Pourrait-on
nier qu'il n'y ait de très bonnes sentences bien exprimées dans les
quatrains suivans, pris parmi les 56 quatrains moraux que le père
adresse à son fils?

    Méprise les honneurs, dont la vaine fumée
    Flatte les cœurs légers et les esprits ardens,
    Et préférant à tout la bonne renommée,
    Sois facile au dehors et sincère au dedans.

    Emprunter, pour bâtir, quelque notable somme,
    C'est s'accabler soi-même avec aveuglement.
    L'argent, pris à crédit, est un ver qui consomme;
    Et qui bâtit ainsi bâtit son monument.

    Lis peu, mais, en lisant, rumine ta lecture,
    Afin de la graver dedans ton souvenir.
    Malheureux le glouton qui mange sans mesure,
    Qui prend tout et jamais ne peut rien retenir.

    Tout ce que tu pourras sans le secours céleste,
    Fais-le, et n'attends jamais le céleste secours:
    Quand tu n'en pourras plus, laisse à Dieu ce qui reste;
    Si toujours tu le crains, il t'aidera toujours.

    Quand mon dernier destin fera ma sépulture,
    Si tu verses des pleurs, fais-les bientôt finir;
    Et, cédant, par raison, aux lois de la nature,
    Change tes longs regrets en un long souvenir.



L'ATHÉISME CONVAINCU;

  Traité démonstrant par raisons naturelles qu'il y a un Dieu,
    par David Dérodon, professeur en philosophie en l'académie
    d'Orange. A Orange, et se vend par Olivier de Varennes,
    demeurant au Palais, en la gallerie des Prisonniers, près
    la Chancellerie, au Vase d'or. (1 vol in-12 de 151 pages.)
    M.DC.LIX.

(1659.)


Ce traité, d'un des théologiens de la réforme calviniste les plus
renommés pour la logique, est composé de onze chapitres. Les hommes
seraient bien malheureux s'ils n'avaient pour appuyer leur foi dans la
Divinité que les argumens de ce renommé logicien; on en peut juger par
son premier dilemme pour prouver que le soleil n'a pas éclairé la terre
de toute éternité, et que, par conséquent, il a été créé. «Si le soleil
a éclairé la terre de toute éternité, dit-il, c'est une nécessité qu'il
ait éclairé à la fois, de toute éternité, chacun des antipodes; or,
il ne peut éclairer, à la fois, chacun des antipodes; donc il n'a pas
éclairé la terre de toute éternité; donc il a été créé; donc il y a un
créateur; donc Dieu existe.» Les raisons données du commencement de la
lune, de la mer, du temps, de l'homme, etc., etc., sont de même force.

La manière dont le logicien réformé prouve, au 4e chapitre, que
l'espace est une substance, est vraiment curieuse; la voici:
Nécessairement il faut que l'espace soit quelque chose ou qu'il ne
soit rien; or, on ne peut pas dire qu'il ne soit rien, puisqu'il
reçoit les corps; donc l'espace est une substance. On doit se beaucoup
méfier de l'argument aux six bras nommé dilemme; il a quelque chose de
décevant, sa première proposition étant toujours évidente; mais qu'on
ne se laisse pas imposer par cette première alternative générale,
presque toujours l'une des deux propositions particulières manque
l'objection. Une sûre méthode pour mettre à bas, la plupart du temps,
cet échafaudage présomptueux, est de vérifier par le syllogisme chacune
des deux propositions particulières. Si elles peuvent se résoudre en
deux syllogismes réguliers, le dilemme est fermé, c'est à dire qu'il
conclut; sinon, il reste ouvert et ne conclut pas. Prenons pour
exemple le dilemme suivant, qui fait le fond de plus d'un discours.

Ou je puis manger ma tête, ou je ne peux pas la manger;--si je puis
manger ma tête, ma tête existe; si je ne peux pas la manger, elle
n'existe pas. Vérification par le syllogisme:

1°. Tout ce qu'on peut manger existe, je peux manger ma tête; donc elle
existe: le syllogisme est vicieux, car on peut nier la mineure.

2°. Tout ce qu'on ne peut pas manger n'existe pas; je ne peux pas
manger ma tête; donc elle n'existe pas: le syllogisme n'est pas bon,
car on peut nier la majeure. Partant, le dilemme reste ouvert, et ses
six bras ne tiennent rien, pas plus que les six bras du charlatan:
ou ma drogue est bonne ou elle ne l'est pas; si elle est bonne,
prenez-la; si elle n'est pas bonne....; mais elle est bonne. Combien
le pédantisme avec ses formes scolastiques a enfanté de sottises!
Aristote, ce prodigieux esprit, s'il revenait au monde, se repentirait
presque d'avoir, en donnant les lois abstraites du raisonnement, ouvert
la porte à tant de vaines subtilités. Les trois quarts du livre de
l'_Athéisme convaincu_ reposent pourtant sur des arguties pareilles.
Il faut voir comme Dérodon triomphe, au 7e chapitre, d'avoir, par sa
méthode, démontré, contre les athées, que les hommes ne tirent pas leur
origine des tritons marins. Enfin, dans le dernier chapitre, il aborde
les véritables preuves de la Divinité, tirées de l'ordre de l'univers,
du consentement universel, du sentiment qu'ont tous les hommes du
juste et de l'injuste, des terreurs du méchant, etc., etc.; mais il
dessèche, dans ses mains arides, ces raisons si capables de vivifier le
cœur et de soumettre l'esprit. Il est difficile de plus mal plaider la
plus belle des causes. Du reste, les amateurs de dilemmes peuvent se
satisfaire avec Dérodon, il y en a bien deux ou trois cents enfilés,
comme des grains de chapelet, dans son ouvrage de 150 pages. Ce livre
n'est pas commun.



LE

GRAND DICTIONNAIRE DES PRÉTIEUSES,

  Historique, poétique, géographique, cosmographique,
    cronologique et armoirique, où l'on verra leur antiquité,
    costumes, devises, éloges, études, guerres, hérésies, jeux,
    loix, langage, mœurs, mariages, morale, noblesse; avec leur
    politique, prédictions, questions, richesses, réduits et
    victoires; comme aussi les noms de ceux et de celles qui ont,
    jusques icy, inventé des mots prétieux. Dédié à monseigneur le
    duc de Guise par le sieur de Somaize, secrétaire de madame la
    connétable Colonna. Paris, chez Jean Ribou, sur le quai des
    Augustins, à l'image saint Louis. (2 part. en 1 vol. in-8,
    rare, avec les trois clefs.) M.DC.LXI.

(1661.)


On se figure communément que les précieuses, dont il fut tant question
en France, pendant la première moitié du XVIIe siècle, ne formaient
qu'une brillante coterie circonscrite dans l'enceinte de Paris, et, à
Paris même, dans les murs de l'hôtel de Longueville et de l'hôtel de
Rambouillet; c'est une erreur: Molière eut à faire à plus forte partie.
Les précieuses et les précieux composaient une nation à part, ou plutôt
ils étaient alors toute la nation galante et polie. Le sieur Antoine
Baudeau de Somaize, du nom précieux de Suzarion, aimable auteur de la
tragédie de _L'eusses-tu cru, lapidé par les femmes_, secrétaire de
la précieuse Maximiliane, autrement de très haute et puissante dame
Marie Mancini, connétable Colonna, n'aurait point recherché, à moins,
l'honneur d'être l'historiographe, le lexicographe, le généalogiste
et l'apologiste de ces messieurs et de ces dames. Ces dames et ces
messieurs n'étaient pas moins, en effet, que les fondateurs de ce que
nous appelons la société, le monde, la bonne compagnie, les salons,
le bon ton, le savoir-vivre. Il y avait des précieuses, des précieuses
véritables, _tenant ruelle ou alcôve_, ayant, à leur suite, de précieux
martyrs, _des alcovistes_, comme on disait; il y en avait non seulement
dans Athènes,--Paris; et, à Paris même, dans l'île de Délos,--l'île
Notre-Dame, près le temple d'Apollon;--et dans la Normandie,--le
quartier Saint-Honoré; tout autant que dans la place Dorique,--la place
Royale; et près des palais de Sénèque,--Richelieu et de Caton--Mazarin;
mais aussi dans Argos,--Poitiers; à Césarée,--Tours; à Milet,--Lyon; à
Corinthe,--Aix; à Thèbes, Arles; que savons-nous encore? et cela par
centaines. Nous avons enregistré 508 noms précieux de ces illustres
dans les trois clefs du Dictionnaire de Suzarion, et Suzarion, qui
en a mentionné plus de 700 principaux dans le corps de son livre,
prétend n'avoir pas satisfait à la moitié de ses obligations en ce
genre et des demandes d'insertion qu'il reçut. Il n'y a pas trop à
chicaner sur ces noms généralement. La plupart sont bien appliqués.
Par exemple, appeler Louis XIV, Alexandre, la reine, sa mère, la bonne
déesse, la reine, sa femme, Olympe, le grand Condé, Scipion, bien;
le duc de Montmorency, Montenor le grand, la princesse de Guimené,
Gélinte, mademoiselle de la Trimouille, Thessalonice, mademoiselle
d'Hautefort, Hermione, la marquise de Rambouillet, Rozelinde, la
duchesse de Longueville, Léodamie, mademoiselle de Tournon, Tériane,
le maréchal de Grammont, Galérius, madame du Roure-Combalet, duchesse
d'Aiguillon, Damoxède, le marquis de Mortemart, Métrobarzane, la
duchesse de Saint-Simon, Sinésis, la comtesse de Noailles, Noziane,
la marquise de Sévigné, Sophronie, très bien; M. de Corbinelli,
Corbulon, mademoiselle Dupin, Philoclée, madame Deshoulières, Dioclée,
madame Cornuel, Cléobulie, la Calprenède, Calpurnius, parfaitement;
mademoiselle Josse, Iris, M. Pajot, Polixénide, mademoiselle Bobinet,
Bertenice, madame André, Argenice, madame Aubry, Almazie, mademoiselle
Dupré, Diophanise, à merveille; mais donner à M. Voiture, le prince de
la nation précieuse, et son premier chef, le nom tout uni de Valère,
tandis que M. Sarrazin, qui n'occupa le trône qu'après la mort de M.
Voiture, reçut le nom galant de Sésostris, ce ne peut être que l'effet
d'un faux-poids dans la balance des destinées. Ensuite, pourquoi faire
de la duchesse de Chevreuse la reine Condace? on ne lui connaissait
point d'eunuque. L'abbé Cottin, Clitiphon, l'abbé de Pure, Prospère, M.
Chapelain, Chrysanthe, M. Conrad, Cléoxène, Scudéri, Sarraïdès, passe;
mais pourquoi nommer la belle Ninon, Nidalie? c'est Aspasie qui lui
revenait; il semble également que madame Scarron Stratonice eût bien
fait de changer avec mademoiselle de Scudéri Sophie; pourquoi surtout
nommer M. Corneille, l'aîné, Cléocrite? Se représente-t-on le bon-homme
Pierre Corneille tombant en calotte noire et manteau noir au milieu
de ce nid d'amours galans, et tâchant vainement d'y faire agréer son
Polyeucte? il avait pourtant logé sa Pauline _à tendre sur estime_;
enfin rien n'y fit. Au demeurant M. Cléocrite, l'aîné, était précieux
toutes les fois qu'il n'était pas sublime; aussi était-il aimé des
précieuses; il en avait beaucoup reçu et leur rendait beaucoup, comme
quand il disait quelque part:

    .............On voit un héros magnanime
    Témoigner, pour ton nom, une tout autre estime,
    Et répandre l'éclat de sa propre bonté
    Sur l'endurcissement de ton oisiveté.

Et ailleurs:

    Et leur antipathie inspire à leur colère
    Des préludes secrets de ce qu'il vous faut faire.

Et ailleurs:

    Et comme elle a l'éclat du verre,
    Elle en a la fragilité.

On classait les précieuses en jeunes et anciennes, remarquons bien ce
mot, _anciennes_; c'est qu'une précieuse n'était jamais vieille. Les
jeunes portaient d'argent semé de pierreries, au chef de gueule, à
deux langues affrontées; pour supports deux sirènes, et pour cimier
un perroquet becqué d'or. Les anciennes portaient écartelé au 1 et
4 d'azur au cœur armé à crud (signe de rigueur invincible autant
qu'invaincue), au 2 et 3 de gueule à deux pieds affrontés; pour cimier
un phénix. On devine que tout cela couve du fin et du délicat en
allégorie à faire éclore l'admiration.

Les précieuses rebaptisaient chaque chose et chaque personne afin de
mieux polir le langage, et, dans le fond, elles l'ont poli, et plus
que bien des gens payés pour cela. Elles disaient _Arnophiliens_
au lieu de Jansénistes; _vestes_ au lieu de chemises; _il ne croît
plus de fleurs au jardin de Doride_, pour Doride a plus de cinquante
ans; _avoir des lèvres bien ourlées_, pour avoir de jolies lèvres;
_laisser partout des traces de soi-même_, pour avoir des bâtards
partout; _complice innocent du mensonge_, pour bonnet de nuit; _chaîne
spirituelle_, pour chapelet; _cheveux d'un blond hardi_, pour cheveux
roux; _s'encanailler_, pour voir des gens de mauvaise compagnie.
Diophante,--mademoiselle de Fargis, entrant un jour chez un marchand
pour acheter des porcelaines, lui dit: «Monsieur, donnez-m'en qui
soient moins fragiles que la nature humaine.» Tout ne se bornait pas
d'ailleurs aux jeux d'esprit dans la nation précieuse. Les choses s'y
poussaient parfois jusqu'au tragique. Dans Argos,--Poitiers, où Briséis
tenait alcôve, Bradamire et Dorante se battirent furieusement à son
sujet; le pauvre Bradamire même fut tué. A la vérité, de tels accidens
n'arrivaient plus souvent, à cette époque, dans Athènes; mais c'est
qu'en province on outre tout, et que les modes y tiennent comme glu.

On n'était pas précieuse uniquement pour être belle et avoir de
l'esprit, il fallait, de plus, lire des romans, converser journellement
d'amour; rien que converser, si cela était possible, et fréquenter
les auteurs. On était précieux à meilleur compte, et à qui ne pouvait
écrire galamment, il suffisait d'être alcoviste patient et régulier
aux ruelles. Les petites difformités naturelles n'empêchaient pas de
compter parmi les précieuses, pourvu qu'on se rachetât par quelque
tour de phrase agréable, ou quelque petit talent enjoué. Ainsi
Aristénie,--mademoiselle Hautefeuille, comptait, quoiqu'elle fût un
peu boîteuse, parce qu'elle touchait le théorbe en accompagnant son
alcoviste Bitrane. Bélisandre et sa sœur,--mesdemoiselles du Bois,
comptaient, parce que, bien qu'âgées l'une de 43, l'autre de 44 ans,
et toutes deux d'un extérieur moins qu'engageant, elles voyaient le
beau monde, et que les _sonnets et les élégies ne sortaient jamais de
chez elles comme ils y étaient entrés_. Mademoiselle Brisce,--Barsane,
comptait, bien qu'elle n'inventât point de mots nouveaux, parce que
ceux qui venaient d'être inventés elle les répétait incontinent. Il
s'en inventait souvent de bons et de bonnes locutions aussi. Vers 1647,
Bélisandre,--Balzac, inventa de dire _ame du premier ordre_, c'était
élever les grandes ames au rang des légions célestes; voilà qui est
excellent. Les locutions suivantes ne sont pas non plus à dédaigner:
_les mots me manquent_, pour je ne puis exprimer ce que je pense;
_revêtir ses pensées d'expressions nobles_, pour parler noblement;
_être pénétré des sentimens d'une personne_, pour être de son avis;
_soulever la délicatesse_, pour faire horreur; _humeur communicative_,
pour humeur sociable; _n'avoir que le masque de la vertu_, pour
être moins vertueux qu'on n'affecte de l'être; _ameublement bien
entendu_, pour ameublement convenable; _être sobre dans ses discours_,
pour parler avec réserve, etc., etc. Ce que les précieuses avaient
particulièrement en aversion, c'étaient les vieux mots, les tours
surannés et la nudité des expressions comme des images, en quoi elles
avaient aussi souvent raison que tort; elles ont peut-être amaigri
notre langue par là, lui ont enlevé un peu de cette aisance, de cette
franchise naïve qui la rendent si aimable dans plusieurs de nos vieux
auteurs, et que la pruderie fardée de certains auteurs modernes fait
justement regretter; mais, en revanche, elles lui ont donné de la
noblesse, et, à tout prendre, la noblesse est un avantage capital
pour une langue, parce qu'elle descend directement de la noblesse des
sentimens, pour en devenir ensuite le signe à jamais. La qualité de
précieuse menait parfois à une grande fortune, témoin Basinaris--madame
de la Basinière,--cela s'appelait _doubler le cap de Bonne-Espérance_:
on logeait alors dans la petite Athènes,--le faubourg Saint-Germain, et
l'on avait sa place marquée au grand Cirque,--le théâtre de l'hôtel de
Bourgogne, ainsi qu'au Lycée,--le théâtre de la Foire.

Il y avait de beaux emplois dans l'empire précieux, celui notamment
qu'occupait Brundésius,--M. l'abbé de Belébat, l'emploi d'introducteur
des alcovistes. On ne doit pas se scandaliser ici: introduire un
alcoviste dans une ruelle, ce n'était pas former un jeune homme
aux mauvaises mœurs, favoriser ses plaisirs, c'était le dresser au
bel usage et le présenter à celles qui en étaient les arbitres.
D'ordinaire, les précieuses ne passaient guère une certaine limite dans
la galanterie, du moins pour le public; plusieurs même d'entre elles
faisaient montre d'une véritable cruauté. Peut-on voir, par exemple,
rien de plus cruel que le procédé de madame Gouille,--Galiliane, qui
demande avec instance à son alcoviste de se faire peindre pour elle?
L'alcoviste se fait peindre tout des mieux, et quand vient le portrait,
Galiliane,--madame Gouille, fait monter son portier et le lui donne.
Galiliane eût mérité que son alcoviste la fît peindre assise sur une
certaine chaise.

Enfin veut-on un aperçu des maximes ayant cours chez les précieuses?
le voici fidèlement extrait de Suzarion, qui les connaissait et les
aimait bien, jusque-là qu'il ne put se détacher de Maximiliane, et s'en
alla mourir près d'elle, en Ausonie, quittant sa famille et son pays
pour ne la point quitter? Faire plus d'état du présent que du passé et
de l'avenir, et considérer l'usage du temps comme la règle première,
tout usage sortant naturellement des besoins de la société. Fuir la
fausseté et la perfidie, mais honorer cette sage contrainte qui seule
permet les communications du monde, les entretient et les embellit;
car comment vivre ensemble agréablement et se tout dire? donner à
l'esprit le pas sur les sens; et ici c'était plus que de la politesse,
c'était de la belle et haute morale; enfin, demeurer fidèle à l'amitié;
certes ce sont de bonnes maximes! Ce qui valait mieux encore est que
les précieuses les mettaient en pratique. Dans leur gouvernement libre
et paisible, où la souveraineté se décernait au mérite (à celui de la
galanterie s'entend), on se faisait un devoir des bons offices et d'une
bienveillance qui n'excluaient pas la malice innocente. La naissance
y jouissait d'une grande faveur, sans doute, mais point sans mesure,
point sottement, c'est à dire exclusivement, de sorte que, loin de
justifier la vanité ridicule des classifications en première, deuxième
et troisième société, qui causent tant de ravages, surtout en province,
sitôt que les personnes, dites alors de la roture, s'étaient une fois
élevées par les bonnes manières et la culture de l'esprit, elles
étaient admises parmi les illustres, et voilà ce qui explique comment
l'esprit de madame de Coulanges était une dignité à la cour de Louis le
Grand, lequel ne laissait pas que d'être bon gentilhomme. Les preuves,
pour entrer dans les salons d'_Athènes_ comme pour monter dans les
carrosses des fils d'_Alexandre_, n'ont commencé que dans ces derniers
temps. Chose étrange! plus on approchait de la catastrophe, plus ou
prenait à tâche de se rendre haïssable.

Le règne des précieuses commença vers 1640; tout alla bien jusqu'en
1659, où elles eurent de rudes assauts à soutenir _au grand Cirque_
de la façon _du contemplateur_. Néanmoins elles se relevèrent, et
elles brillaient d'un vif éclat en 1661, époque à laquelle Suzarion
leur rendit son hommage alphabétique en présence de la postérité.
Pour parler sérieusement, Molière n'a point tué les précieuses, il
n'avait même jamais voulu le faire; il prétendit seulement corriger
en elles une recherche, un abus de délicatesse qui les jetaient dans
le faux goût, en quoi il leur rendit service, car il y parvint. Du
reste, elles survécurent à leur censeur, matériellement parlant; c'est
trop peu dire, elles vivaient encore il y peu d'années; car, nous
le répétons, nos salons, nos soupers choisis, la société proprement
dite, avec ses égards, sa familiarité décente, ses formes élégantes
et nobles, sa finesse ingénieuse, aiguisée de sel épigrammatique,
ses causeries variées, piquantes, où souvent la profondeur s'alliait
à la légèreté; toutes ces choses, qui firent une part de notre lustre
national et répandirent au loin la langue française, n'étaient rien
autre que l'empire précieux perpétué. Nous n'en demandons pas davantage
aux routs, qui sont des bals masqués à visage découvert, à nos clubs,
où les hommes vivent sans femmes, et à nos académies, où les femmes ne
parlent pas.



DE LA MORT,

ET DES MISÈRES DE LA VIE.

POÉSIES MORALES.

  Par le R. P. Charles le Breton, de la compagnie de Jésus,
    seconde édition. (1 vol. in-12, rare.) A Paris, chez François
    Muguet, imprimeur et marchand-libraire du roy, rue de la Harpe,
    aux Trois Roys. (M.DC.LXIII.)

(1668.)


    De quoi sert au nocher qu'il ait vogué sur l'onde,
    De l'un à l'autre bout de notre double monde;
    Qu'il ait fait tout le tour de l'immense Océan
    Avant que le soleil ait fait celui d'un an:
    Que mille fois vainqueur au péril du naufrage,
    Des vagues et des vents il ait dompté la rage, etc., etc.

Si la prudence, un jour endormie, vient, à la fin, le briser contre un
écueil à la vue du port:

    .............................................
    Ainsi, puisque du jour où le ciel m'a fait naître,
    Je me vois sur la mer de la vie et de l'être,
    .............................................
    Il faut que je travaille, et du dernier effort
    A surgir sûrement au havre de la mort.
    ......................................
    Je sais que d'y penser, ma chair, c'est ton supplice;
    Mais aussi c'est un frein aux licences du vice:
    Si ce funeste objet te fait frémir d'horreur,
    Des voluptés des sens il bride la fureur:
    A contempler un corps d'où son ame est sortie,
    Il n'est brutale amour qui ne soit amortie.
    .............................................
    D'ailleurs, ce qu'a la mort d'horrible en apparence
    Se trouve supportable à qui souvent y pense:
    .............................................
    Dès lors qu'à la prévoir le sage s'accoutume,
    Il adoucit beaucoup ce qu'elle a d'amertume;
    Et si, de loin, sur elle il porte son regard,
    Il rompt l'effort du coup qu'il reçoit de son dard.
    C'est l'arrêt décisif, c'est le sort infaillible
    Que puisque j'ai le corps d'essence corruptible,
    Je cesse quelque jour d'être ce que je suis,
    Et sois contraint d'aller à la mort que je fuis.
    ................................................
    Quelque ferme santé que, jeune ou vieux, il porte,
    Et lors même qu'il est d'une vigueur plus forte,
    Se trouvant tous les jours déchoir et décliner,
    L'homme vers son néant travaille à retourner.
    Que si, par l'aliment, sa force est réparée,
    Par ce même soutien sa vie est altérée;
    Et ce suc étranger, qui sert à le nourrir,
    Aide, en se consumant, à le faire périr, etc., etc.

Tout nous conduit à la mort, nous l'impose ou nous la rappelle:

    Encore à notre vue est-ce une de ses lois
    Que les bons, les premiers, soient l'objet de son choix,
    Et qu'en leurs jeunes ans elle nous les ravisse
    Avant que, par le mal, leur cœur se pervertisse;
    Si bien que tous les jours nous disons en nos pleurs
    Que ces anges mortels n'ont que l'âge des fleurs,
    Et que, de les avoir, le ciel, touché d'envie,
    Les arrache à la terre en leur ôtant la vie, etc., etc.

Du reste, que les hommes vicieux, que les scélérats fortunés ne se
reposent point sur leurs succès d'un moment:

    Ces pécheurs élevés sur de pompeux théâtres,
    De leur fortune, un temps, nous rendent idolâtres;
    Le diadême en tête, et le sceptre à la main,
    Ils engagent le monde à leur joug inhumain;
    Mille lâches flatteurs leur chantent aux oreilles
    Qu'ils sont de l'univers les vivantes merveilles;
    Ne faisant qu'enflammer, avec ce vain encens,
    Leurs funestes ardeurs aux plaisirs de leurs sens:
    Pendant qu'en leurs palais inconnus aux tempêtes,
    Les crimes les plus noirs sont d'éternelles fêtes
    Parmi les jeux, les ris, les festins, les amours,
    Où s'en vont sans retour et leurs nuits et leurs jours;
    Mais, lorsque leur puissance est au haut de la roue,
    Notre implacable parque en un instant s'en joue;
    Et, sans considérer s'ils sont jeunes ou vieux,
    Elle les fait passer au rang de leurs aïeux;
    Soit que, _dans leurs réduits_, parfois elle se glisse
    En ombre qui, sans bruit, dans le lit les saisisse,
    Et sans daigner alors d'assaut les attaquer,
    D'un catarrhe subit les fasse suffoquer;
    Soit qu'empruntant parfois la taille et la figure
    D'un ennemi qui cherche à venger une injure,
    Lorsqu'ils craignent le moins un semblable dessein,
    Elle leur plonge, à table, un poignard dans le sein.
    Nous alors, spectateurs de leur chute tragique,
    Que leur sert, disons-nous, leur grandeur tyrannique? etc.
    ................. Hélas! choses humaines,
    Que vous me paraissez ridicules et vaines!
    O palais, ô trésors, ô grandeurs, ô plaisirs!
    Que vous présumez mal d'occuper mes désirs!
    ...........................................
    Retirez-vous de moi, trompeuses rêveries,
    Vos beautés, pour mon cœur, n'ont point de flatteries!
    L'image de la mort me fait trop concevoir
    Que jamais un long temps on ne peut vous avoir.
    ...........................................
    Félicités des sens dont l'éclat nous amuse,
    Que l'aspect d'un tombeau de vous nous désabuse;
    Et que sous vos appas et sous votre _grandeur_,
    Il nous fait voir en vous de vide et de laideur!
    Si vous nous faites fous avec vos faux visages,
    En vous les arrachant, de fous il nous fait sages;
    Si de vos vins fumeux nous sommes enivrés,
    D'ivresse, en le voyant, nous sommes délivrés.
    ..............................................
    Plus l'ombre vient à croître, et moindre est sa durée.
    ..............................................
    Belle nuit de la mort qui m'attends au tombeau,
    Quand de mes tristes jours s'éteindra le flambeau,
    Amène-moi le jour des clartés éternelles! etc., etc.

On peut juger, par ces vers, que le Père le Breton n'était pas un
rimeur vulgaire, et qu'il ne méritait pas de voir son nom banni de
toutes les biographies ainsi que cela lui est arrivé. Il y a donc
aussi une fatalité pour les auteurs jésuites. Nous sommes heureux
de la rompre ici autant qu'il est en nous de le faire. Sans doute,
les trois discours sur la mort du Père le Breton ne sont autre chose
qu'un lieu commun étendu outre mesure; mais ils présentent des pensées
solides, des images vraies et touchantes, des tableaux variés, un
style naturel, ce qu'il faut considérer particulièrement chez un poète
de cette école, souvent même trop naturel, car il descend jusqu'au
prosaïsme; enfin une versification singulièrement correcte; or, ce
sont là des mérites peu communs. L'auteur est moins heureux dans la
seconde partie de son recueil où le même sujet se reproduit dans des
odes, des stances, des paraphrases de psaumes d'un froid mortel. Il ne
conçoit rien à l'harmonie lyrique. L'alexandrin seulement lui sied,
et le ton de l'épître noble; mais, pour l'inspiration pindarique, il
ne l'a décidément pas plus qu'un maître de mathématiques. C'est à
Young de chanter la mort, le Breton ne sait que méditer sur ce sujet
d'éternelle, salutaire et inépuisable méditation.



HOMÉLIES ACADÉMIQUES.

  A Paris, chez Thomas Jolly, au Palais, en la petite salle, à
    la Palme et aux armes de Hollande. (1 vol. pet. in-12 de 272
    pages.) M.DC.LXIV.

(1664.)


Le nom de Furetière se trouve écrit à la main au dessous du titre de
notre exemplaire de ces neuf Homélies anonymes; serait-ce à dire que
Furetière en fût l'auteur? Cependant le privilége du roi est donné
au sieur la Mothe le Vayer. Il semble que, dans le silence de M.
Barbier, on doive attribuer ce petit livre à l'auteur des dialogues
d'_Orasius Tubero_ plutôt qu'au malheureux usurpateur des travaux
lexicologiques de l'Académie française. Au surplus, ici comme ailleurs,
nous rapportons la question; que le publie seul la juge! A des motifs
extérieurs de crédibilité, on en pourrait joindre d'intimes et de
littéraires en faveur de notre conjecture. Premièrement, l'oreille du
sceptique se montre passablement dans ces Homélies; or, on ne voit
pas que Furetière ait été sceptique, au lieu que la Mothe le Vayer
l'était pour le moins, et cela notoirement. Secondement, c'est bien
ici le style pesant, embarrassé, chargé de citations pédantesques du
précepteur de Monsieur, frère de Louis XIV; et aussi, disons-le par
opposition, sa modération philosophique, sa morale tolérante, son
jugement toujours réfléchi s'il n'est pas toujours sûr, et son humeur
tant soit peu cynique. Il fait d'abord l'éloge du doute et va même
jusqu'à justifier, en son honneur, les changemens de systèmes, les
inconstances d'opinions. De là, passant brusquement au chapitre du
mariage, il cite, d'après une relation d'Oléarius, une fille du Mogol
qui, nubile à l'âge de trois ans, se maria et accoucha dans sa septième
année. Il cite encore, et d'après saint Jérôme, une femme qui enterra
vingt-deux maris; d'après Castro, un Catalan qui avoua, sur procès, à
la reine d'Arragon, qu'il forçait sa femme à souffrir son approche dix
fois par jour, sur quoi la reine le réduisit de quatre: reste à six par
décret royal. Ici, dit-il, on ne veut pas de vierges pour épouses; là
on pousse l'estime de la virginité jusqu'à ce point que les parens en
portent le deuil à la barbe du mari. D'où il conclut, à l'imitation de
Montaigne, qu'il n'y a rien de plus variable que la morale; conclusion
très fausse et très pernicieuse quand elle est ainsi tranchée sans
distinction des principes universels et des principes secondaires sur
lesquels toute l'éthique repose. Aujourd'hui, continue-t-il, un prêtre
marié fait horreur, et saint Clément d'Alexandrie observe, au troisième
livre _des Tapisseries_, que la moitié des apôtres étaient mariés. A
peine a-t-il prêché le mariage, que le voilà tout d'un coup considérant
les ennuis et les traverses de ce lien éternel, et, rapportant une
vilaine définition de l'amour par Marc-Antonin, traduite en latin
comme il suit: _Intestini parvi affrictio et non sine convulsione muci
excretio_: il y aurait presque de quoi en guérir. Mais la Mothe le
Vayer, selon son métier de douteur, se plaît à retourner les choses
en tout sens; exercice qu'il est souvent dangereux d'apprendre à
la jeunesse, ainsi que le fait ici le précepteur de Monsieur. Les
troisième et quatrième Homélies donnent des préceptes sages sur le
soin qu'il convient d'avoir de faire succéder le repos au travail
de l'esprit et du corps dans une exacte mesure, et sur les dangers
honteux que la passion du jeu traîne à sa suite. Puis viennent, dans
autant d'Homélies différentes, des conseils sensés, sur divers points
de morale pratique. Ainsi, la modération doit présider aux plaisirs
de la table, nos ventres n'étant pas comme ceux des habitans de la
lune, dont Lucien dit qu'ils se ferment à boutons. Comment d'ailleurs
satisfaire les caprices du goût? ils sont innombrables. Il en est
de peu attrayans. Les Tapuyes, par exemple, se régalent de cheveux
hachés dans du miel. Le gourmand Pythyllus enfermait sa langue dans
un étui pour lui conserver toute sa délicatesse au moment des repas.
Gardez-vous surtout de la flatterie si vous êtes prince. Il est trop
reçu chez les plus honnêtes gens de louer les princes à tort et à
raison, sans que cela tire à conséquence, suivant l'excuse qu'Aristippe
donnait à l'occasion de ses éloges de Denys le tyran; _que les princes
avaient les oreilles aux genoux_. De là ces folles oraisons funèbres
qui font tressaillir les auditeurs philosophes. Le comble du ridicule
est de se louer soi-même. Cardan disait fort bien, au troisième livre
de son _Traité de la Sagesse_, qu'il fallait imiter Jésus-Christ, qui
a laissé dire aux autres qu'il était Dieu. Quelque mérite qu'on ait,
on se voit bientôt effacé. Nul n'est longtemps le premier en quoi que
ce soit. Malherbe a détrôné Ronsard et ainsi des autres. Labérius a
raison: _Cecidi ego; cadet qui sequitur; laus est publica_. «Je suis
tombé; mon successeur tombera; la vogue est à tout le monde.» C'est
encore une règle capitale de prudence de dédaigner l'injure, soit pour
la faire, soit pour la venger. Tibère et Néron eux-mêmes se laissaient
tranquillement injurier par des paroles et par des écrits, au rapport
de Suétone. Ils pensaient en cela ce que saint Grégoire a dit depuis,
si justement, que les injures tombent contre le mépris comme la pierre
lancée contre le rocher. Belle sentence d'un Persan: rendons honneur à
Dieu, dit-il, sur la grâce qu'il nous a faite d'être meilleurs qu'on ne
nous croit; un caillou jeté dans la mer n'y cause pas de tempête; ainsi
des injures faites à une grande ame. Les Spartiates se vengeaient,
pensant que l'injure supportée en attirait une nouvelle. Ils se
trompaient. Ce n'est pas de dédaigner l'injure qui excite l'injure,
mais bien de la souffrir par lâcheté tout en souhaitant de la punir. Si
ce qui précède est vrai, l'offense est un grand travers. Or, l'histoire
autant que la religion nous enseignent que cela est vrai. Quant à
l'injure envers Dieu, elle est encore plus absurde qu'odieuse s'il
est possible. Cependant la paix perpétuelle n'est pas l'état naturel
de l'homme; il semble que la guerre entre aussi dans les desseins
éternels; mais, n'en déplaise aux gens de guerre, on doit favoriser la
paix le plus possible et ne faire dans la guerre que le moins de mal
possible. Il se fera toujours bien assez de mal dans la guerre pour
compromettre la justice des chefs et des soldats. «Quo modo tot millia
hominum insatiabilia, satiabuntur, dit Senèque; quid habebunt si suum
quisque habuerit.»

«Comment tant de milliers d'hommes insatiables seront-ils rassasiés? et
qu'auront-ils si chacun garde le sien?»

L'anonyme termine ses _Homélies académiques_ ainsi qu'il les a
commencées, par un éloge du doute dans toutes les matières qui ne sont
pas de foi, et se fonde, de nouveau, pour cette philosophie, sur le
tableau des diverses coutumes des hommes suivant les temps et les pays.
La conclusion définitive de cet opuscule plus substantiel qu'agréable
est celle-ci: _Contentons-nous d'avoir le vraisemblable pour objet,
le vrai et l'indubitable n'étant pas de notre portée_. Ces derniers
mots rendent raison de la qualification d'_Académiques_ donnée à ces
neuf Homélies. On sait que la secte grecque académique était, dans sa
troisième période surtout, celle des douteurs.



RELATION DU PAYS DE JANSÉNIE,

  Où il est traitté des singularitez qui s'y trouvent, des
    coutumes, mœurs et religion de ses habitans; par Louis
    Fontaine, sieur de Saint-Marcel. A Paris, chez Denys Thierry,
    rue Saint-Jacques, et au Palais, chez Claude Barbin, dans la
    grand'salle, au Signe de la Croix. (Pet. in-8 de 118 pages
    et de 4 feuillets préliminaires, avec une figure ployée
    représentant la carte perspective du pays de Jansénie.)
    M.DC.LXIV.

(1664.)


M. Barbier nous apprend que le véritable auteur est le Père Zacharie,
capucin de Lisieux, et que l'ouvrage est le même que celui qui a été
imprimé, en 1688, au nom des jésuites, avec des augmentations de plus
de moitié, sous le titre d'_Antiphantôme du jansénisme_ ou _Nouvelle
description du pays de Jansénie avec ses confins, la Calvinie, la
Libertinie, etc._, _chez Antoine Novateur_ (_Antoine Arnaud_), sans
date. M. Arnaud y fait allusion dans la partie du livre de la _Morale
pratique des Jésuites_ dont il est auteur. Cette plate production
est une ironie bien froide et une pauvre vengeance des _Lettres
Provinciales_. La Calvinie, la Libertinie, la Désespérie qui bornent la
Jansénie; la colonie de Flamands qui peuple la capitale; les horloges
des habitans réglées sur la lune et non sur le soleil; les maisons à
portes de derrière; l'aconit qui vient partout en pleine terre dans
ce pays; ces lacs qui tiennent par des rivières au lac de Genève; ces
plaisanteries et mille autres dans le même goût composent le plus beau
de ce livre insipide, devenu toutefois assez rare pour être recherché
des bibliomanes.



L'APOCALYPSE DE MÉLITON,

OU

RÉVÉLATION DES MYSTÈRES CÉNOBITIQUES;

  Par Méliton (Claude Pithoys). A Saint-Léger, chez Noël et
    Jacques Chartier. (1 vol. in-12 de 232 pages, plus 3 feuillets
    préliminaires.) M.DC.LXV.

(1665.)


M. Barbier, qui cite cet ouvrage au n° 1008 de son Dictionnaire, dit
qu'il est de Claude Pithoys et non de Camus, évêque de Belley, comme
l'a cru Voltaire. Il ajoute que Pithoys s'est servi des écrits de Camus
pour composer cette satire des _Moines mendians_. Nous remarquerons
que Claude Pithoys ou Pistois, qualifié, par certains biographes, de
moine apostat, ne s'est pas seulement servi des écrits du vertueux
évêque de Belley, l'ami de saint François de Sales, contre les
religieux mendians, pour composer son _Apocalypse de Méliton_, mais
que ce livre virulent n'est pas autre chose que la défense des divers
ouvrages anti-cénobitiques du savant prélat, tels que le _Directeur
désintéressé_, _les Réflexions sur l'ouvrage des moines de saint
Augustin_, _la Pétronille_, _l'Hermianthe_, _la Dévotion civile_, _le
Voyageur inconnu_, _la Pieuse Julie_, _les Variétés historiques_,
_l'Agatonphile_, _les Événemens singuliers_, _la Tour des Miroüers_ et
_les Relations morales_ contre _les Entretiens curieux_ d'un sieur de
Saint-Agran qui, sous le nom d'Hermodore, avait soutenu la cause des
_Moines mendians_ avec une ironie très amère. Pithoys se cache, à son
tour, sous le nom du martyr de Sébaste, saint Méliton, et assure, dès
le début de _ses Éclaircissemens_, que ses sentimens et ses pensées
lui ont été dictés de la bouche même de l'évêque de Belley. Sans
entrer dans cette controverse, aujourd'hui surannée en France, bien
que l'expression nerveuse et la dialectique pressante du faux Méliton
la pussent aisément rajeunir, nous extrairons de cet Apocalypse des
détails curieux, sans, toutefois, en garantir l'exactitude, nous
bornant à les donner comme des renseignemens publics, fournis, en
1665, sur la foi d'un pieux évêque.

Selon Pithoys, il y avait alors dans le monde catholique
quatre-vingt-dix-huit ordres religieux, tant rentés que non rentés.
Dans ce nombre, deux, l'un renté, l'autre non renté, comprenaient seuls
six cent mille moines, dont quarante mille seulement étant réformés
observaient la règle, le reste vivait dans une oisiveté désordonnée.
Des autres quatre-vingt-seize ordres, à peine le dixième pouvait-il
être considéré comme observant la règle. Une fainéantise si générale
et si ancienne avait fait naître des disputes innombrables, sans
cesse renouvelées, et souvent sanglantes. Sept ou huit cents opinions
divisèrent entre autres les sectateurs de Scot et ceux de saint
Thomas; voilà pour la scolastique: on se disputa sur bien d'autres
sujets; c'est ce que Méliton appelle l'_entre-mangerie cénobitique_.
Il y avait trente-quatre ordres mendians dont un seul, comptant trois
cent mille bouches, absorbait annuellement 30,000,000 livres. Ces
trente-quatre ordres tiraient en bloc plus d'argent par les aumônes
volontaires ou extorquées que les soixante-quatre ordres religieux,
rentés, n'avaient de revenus fixes, en y joignant même ceux du clergé
séculier. Ces trente-quatre ordres, formant un peuple de plus d'un
million d'hommes, ne fournissaient pas cinquante mille confesseurs
ou prédicateurs à l'Eglise. Les neuf cent cinquante mille autres
moines mendians, simples choristes ou frères lais n'étaient donc
d'aucune utilité pour la propagation de la foi ou l'administration
des sacremens. Qu'on ne dise pas que les choristes étaient utiles
pour chanter les louanges de Dieu. Sur cinquante choristes, à peine
six assistaient aux offices; encore, afin d'avoir plus tôt fini,
avaient-ils substitué _au dévotieux plein chant_ je ne sais quelle
plate et froide psalmodie; ils s'enfermaient derrière l'autel pour
cacher au public leur petit nombre, et avaient grand soin de faire
résonner leurs voix par des moyens artificiels, comme de psalmodier
sur des tons graves en face de grands pots sonores; le surplus des
choristes et frères lais assiégeait les tables, les cabinets des
grands, les ruelles, les chevets des testateurs, et se mêlait de
mariages, de négociations, d'affaires et d'intrigues de tout genre.
Leur prétendu travail des mains se trouvait, depuis longues années,
réduit au soin de leurs maisons et de leurs jardins. Leur prétendu
savoir consistait principalement à jargonner, à nommer, par exemple,
le remords _stimule_, les pénitens _récolligés_; à dire _sportule_
pour bissac, _obédience_ pour obéissance, _cingule_ pour ceinture,
_mordache_ pour bâillon, _tunique_ pour chemise, _ambulacre_ pour
promenoir, etc., etc., et surtout à mettre tout le monde à la taille,
grands et petits, _à dixmer la menthe et le cumin_. Hermodore a beau
se vanter des seize cents saints, des vingt-huit papes, des deux cents
cardinaux, seize cents archevêques, quatre mille évêques et quinze
mille abbés produits par le seul ordre de saint Benoît; ce compte,
dont Pithoys rabat au moins quinze cent cinquante saints, ne prouve
rien, sinon que la prélature est une des bonnes choses du monde, fort
goûtée des moines, qui ont renoncé aux choses du monde. Saint Benoît
établit son institut sur l'humilité et la pauvreté; d'où vient que les
bénédictins possédaient 100 millions de revenus, et souvent 300,000 de
rente dans des villes où l'évêque n'en avait pas 18,000? d'où vient que
l'abbaye du Mont-Cassin, dotée du gouvernement perpétuel de la terre de
Labour au royaume de Naples, était, de plus, suzeraine de cinq villes
épiscopales, quatre duchés, deux principautés, vingt-quatre comtés,
et propriétaire de milliers de villages, terres, fermes, moulins,
etc.? La sainteté des mœurs formait la base essentielle des ordres
religieux; d'où vient tant de réformes successives et infructueuses?
L'ordre de saint Dominique a subi vingt-cinq réformes depuis quatre
cents ans qu'il est au monde, sans se trouver pour cela plus avancé
dans les voies de la perfection chrétienne; mais laissons l'article
des mœurs. Hermodore! ce livre n'est pas fait pour le scandale, et
d'ailleurs il convient d'être indulgent pour la faiblesse humaine. Il
n'est pas surprenant que la chasteté, déjà si difficile à garder dans
l'isolement, soit comme impossible à des moines aussi répandus que le
sont les minorites dans le tourbillon du siècle. Laissons encore les
ordres rentés, qui ne font pas l'objet spécial de ces recherches, et
tenons-nous en, continue Pithoys, à notre sujet, savoir: la censure
de cette mendicité dont vous prétendez faire une vertu première et un
état de perfection, encore qu'elle ne répugne pas moins à votre règle
primitive qu'à la raison et aux vrais principes de l'Evangile. Cette
règle vous obligeait à travailler de corps et d'esprit pour vivre, et
le testament de saint François, ainsi que la bulle de Nicolas III, pape
du XIIIe siècle, qui vous confirma, ne vous permettaient de recourir à
l'aumône que comme les pauvres ordinaires, ni plus, ni moins; c'est à
dire dans les cas d'infirmité ou de salaire dénié; mais vous n'eûtes
en aucun temps le privilége de l'aumône, depuis l'origine de votre
institut, au XIe siècle. _Comment donc avez-vous pu croire que l'Eglise
violât les lois divines et humaines pour donner un privilége de manger
leur pain gratuitement et de vivre en désordre à ceux qui pourraient
bien vivre de leurs travaux? cela ne tombe pas sous le sens._ C'est
par humilité que vous mendiez, dites-vous; oh bien oui! qu'on essaie
de se moquer de vous, et puis on verra ce que c'est que votre humilité
et comment vous jouerez des mains! Tranchons le mot, les cénobites
mendians, loin d'être dans un état de perfection, d'obéissance et de
pauvreté, _font ce qu'ils veulent, comme ils veulent, où ils veulent,
quand ils veulent, autant qu'ils veulent, au moyen de quoi ils pensent
avoir le droit de quêter ce qu'ils veulent, qui ils veulent, comme ils
veulent, quand ils veulent, où ils veulent et autant qu'ils veulent_;
étrange aveuglement de la fainéantise, qui voudrait transformer en une
sainte vie une vie semblable à celle des _argotiers, des gros gredins,
des truands, des gueux, des coquins et des bélîtres_. Les cinq ou six
cents variétés d'habits monastiques, la coutume de marcher pieds nus,
l'usage du scapulaire ou tablier, inutiles depuis que les moines ne
travaillent plus sérieusement; en un mot, tout ce qui constitue la vie
morale et physique des ordres mendians passe ainsi successivement sous
la coupelle de frère Pithoys, qui, assurément, ne fut pas payé par son
général pour écrire son Apocalypse.

Voilà donc dans quels sables stériles s'étaient perdues ces quatre
sources fécondes comparées aux quatre grands fleuves du paradis qui
sortirent jadis des éminentes vertus de saint Basile, saint Benoît,
saint François, saint Augustin! Tout finit, répétons-le avec Bossuet,
tout dégénère; mais s'il suffit aux bons esprits de la moitié des abus
signalés par Méliton pour écarter la pensée de rétablir aujourd'hui les
ordres monastiques, les ordres mendians surtout, il doit leur suffire
également de la dixième partie du bien qu'ont fait autrefois les moines
pour mettre ces derniers à l'abri des fureurs et des mépris de la
récrimination. N'oublions pas que les ordres religieux ont fertilisé
nos terres dévastées, ressuscité les lettres et les sciences, opposé
le droit sacré aux brutalités sanguinaires d'une force aveugle, et
fait heureusement traverser au génie de l'Europe la terrible lande
du moyen-âge. Quels bienfaits de la loi civile pourront effacer ces
bienfaits? Ah! si jamais les Cabyles ou les Baskirs se ruent sur nos
contrées, et viennent, après les avoir passées au fer et au feu, à
semer du sel aux lieux où Paris triomphe avec son or, son tumulte, ses
misères et ses plaisirs, nous aurons plus affaire des moines, sans
doute, que de l'Apocalypse de Méliton!



LETTRES CHOISIES

DE RICHARD SIMON (DE L'ORATOIRE),

  Nouvelle édition, revue, corrigée et augmentée d'un volume et
    de la vie de l'auteur, par M. Bruzen de la Martinière, son
    neveu. A Amsterdam, chez Pierre Mortier. M.DCC.XXX.

(1665--1703-30.)


Les lettres, plus que toute autre chose, procurent une gloire durable,
mais, moins que toute autre chose, donnent le bonheur; parce que les
moindres succès y excitent l'envie au plus haut degré; parce qu'en
raison du long travail qu'elles imposent, elles éloignent du commerce
de la vie commune, principale source des relations utiles, s'alliant
mal d'ailleurs avec l'exercice des professions lucratives; enfin parce
qu'elles rendent notre faiblesse ou même notre néant plus visible à nos
propres yeux. Un père prudent doit frémir de voir son enfant s'adonner
aux lettres, et une tendre mère doit en pleurer. Le très savant homme,
dont nous rappelons la correspondance choisie, confirme, à cet égard,
l'opinion des sages. S'il ne tient pas, par ses malheurs, un premier
rang sur le _Catalogue des gens de lettres infortunés_, que Valérien
de Bellune commença au XVIe siècle, il a pourtant droit d'y figurer;
car c'est un triste sort d'avoir consacré son enfance et sa jeunesse
à des études pénibles, consumé son âge mûr dans les querelles et les
mécomptes, fini, dans la vieillesse et la pauvreté, par jeter tous
ses manuscrits à la mer, pour mourir, à soixante-quatorze ans, dans
la disgrace de son ordre, du regret de tant d'efforts infructueux:
or, telle fut son histoire. Il est vrai qu'il y eut de sa faute par
suite d'un caractère peu conciliant, mais il y eut aussi, comme nous
l'allons voir, beaucoup de nécessité dans ses revers, à cause même
de ses travaux, lesquels, regardant uniquement la critique sacrée,
le livraient aux plus terribles des adversaires, aux théologiens. Né
en 1638, il montra de bonne heure sa vocation, et sortit presqu'un
savant tout formé du collége des Oratoriens de Dieppe, sa patrie. La
congrégation de l'Oratoire lui souriait alors et semblait vouloir,
en se l'attachant, lui ouvrir une vaste et glorieuse carrière. C'est
encore une circonstance ordinaire dans la vie des hommes lettrés, de
ceux surtout qui tiennent à des corporations religieuses, que leur
début soit entouré d'espérances, pour être bientôt suivi de cruelles
amertumes: heureux ces derniers quand le mal se borne pour eux aux
clameurs de la jalousie, ainsi qu'il advint à l'immortel Père Mabillon,
et ne va pas _jusqu'au voyage de Jérusalem_, c'est à dire jusqu'à la
prison perpétuelle nommée l'_In pace_! L'illusion fut courte chez
notre auteur. Il savait l'hébreu autant que rabbin au monde; bien
plus, il lisait toute la Polyglotte de Walton; ce fut assez pour
armer ses confrères contre lui. Vainement son général, le respectable
Père Sénault, essaya-t-il de le soutenir de ses encouragemens et de
son influence, force lui fut d'interrompre ses doctes recherches sur
les textes originaux de la Bible, et d'aller humblement professer
les humanités à Juilly. Ordonné prêtre en 1670 après un examen
triomphant qui blessa l'orgueil des examinateurs, il reprit enfin sa
marche et préluda, par quelques publications de haute critique, au
grand ouvrage qui décida sa réputation et ses malheurs, l'_Histoire
critique du Vieux Testament_. Cet ouvrage, imprimé en 1678 à Paris,
fut d'abord approuvé, puis supprimé par les mêmes juges, puis rendu
au monde érudit par les libraires de Hollande, en dépit des docteurs,
des solitaires de Port-Royal, des bénédictins, des rabbins et des
réformés; car ce rare monument d'érudition hébraïque, grecque et
latine, rencontra toute sorte d'ennemis, depuis Bossuet un moment son
approbateur, jusqu'au protestant Spanheim. Rome, qui faisait consister
toute la théologie dans la science des canons des conciles et des
décrétales des papes, comme toute la philosophie dans les rêveries
platoniciennes, encore plus creuses que nos argumens aristotéliciens;
Rome qui, en fait de texte sacré, surtout depuis le concile de Trente,
ne regardait que la _Vulgate_, ne voyait que la _Vulgate_ de saint
Jérôme, conçut des soupçons; soupçons gratuits, ainsi que ne cessait
de le dire Richard Simon, en montrant que des corrections de détail,
des remarques, des éclaircissemens, des rapprochemens scientifiques
ne pouvaient blesser l'authenticité de la _Vulgate_, alors que la
_Vulgate_ était authentique et reconnue telle par le critique même
qui la redressait sur des points de discussion secondaire étrangers
aux dogmes de la foi: mais l'hébraïsme était un terrain si glissant
qu'on n'écoutait rien de ce côté. Généralement, l'Italie n'a jamais
vu de bon œil les hébraïsans. Dans la ville sainte, il était interdit
même aux Juifs de rien écrire qui pût étendre la connaissance de
l'hébreu. On sait que Venise elle-même s'opposa aux entreprises du
fameux rabbin Léon de Modène, en ce genre. L'Allemagne n'était guère
plus sûre aux hébraïsans, témoin Reüchlin dans son affaire avec
les docteurs de Cologne. Alcala, Salamanque et Lisbonne l'étaient
davantage sans beaucoup de fruit; et quant à la France, où la Faculté
de Paris, toujours un peu rivale de Rome, avait une chaire d'hébreu
que Guillaume Postel, protégé de François Ier, avait rendue célèbre;
quant à l'Angleterre, cette terre d'indépendance et de méditation, qui
tirait un juste orgueil de ses Warburton, de ses Buxtorfs, y pouvait,
à la vérité, hébraïser qui voulait, mais à la condition de vivre et de
mourir en disputant. D'aucun côté les raisons secrètes ne manquaient
aux adversaires du pauvre M. Simon. En première ligne ici marchaient
MM. de Port-Royal, et cela parce que le hardi commentateur n'était
rien moins que janséniste, c'est à dire, selon le langage du moment,
augustinien; qu'il admirait la science des jésuites de cette époque,
en effet l'âge d'or de la société; qu'il était lié d'intimité avec le
Père Verjus, et qu'il considérait feu le Père Maldonat comme un grand
homme, en le mettant même au dessus du Père Morin, l'un des Hercules
de l'Oratoire. D'autre part, M. Spanheim et ses amis reprochaient
amèrement à M. Simon d'avoir, tout en s'aidant de la Bible de Calvin
et de celle de Léon de Juda avec les notes de Vatable ou plutôt de
Robert Estienne, dans ce qu'il jugeait bon, contrôlé, retouché en
beaucoup d'endroits les textes des réformés; et, chose curieuse, ces
messieurs, qui faisaient profession de rejeter la tradition, hormis,
par complaisance, celle des quatre premiers siècles de l'Eglise, de
s'en tenir, pour unique règle de la foi, aux paroles de l'Ecriture, ce
qui autorisait indéfiniment l'examen des textes originaux, exigeaient,
cette fois, qu'on les crût sur parole et défendaient leurs versions
par la tradition. D'autre part encore, les rabbins qui, n'ayant ni
feu ni lieu depuis la dispersion des Juifs, ne s'accordaient sur
rien, pas même sur la _Massore_, cet ancien commentaire de la Bible
juive que leur grand Aben-Esra n'a pas épargné, ces rabbins, divisés
comme les catholiques et les calvinistes en rabbinistes et caraïtes,
autrement en partisans de la tradition et disciples exclusifs du
texte, ces savans de synagogue, tous plus ou moins cabalistes, rêveurs
et menteurs, qui ne pouvaient présenter, en 1680, de Bible juive de
plus de 600 ans d'âge, soit du Levant, soit de l'Egypte, trouvaient
mauvais que M. Simon ne reconnût pas, chez eux, de texte sur tous les
points irréformable. Prétention ridicule s'il en fut! Il n'y a pas de
livre antique au monde dont le texte soit irréformable sur tous les
points, et cela par plusieurs causes: 1° la difficulté essentielle
d'une parfaite concordance entre des manuscrits en diverses langues
et de divers temps; 2° le zèle aveugle qui fait, trop souvent, plier
les textes aux besoins de l'argumentation; 3° la mauvaise foi qui
les altère. Voyez les anciens manuscrits des Pères grecs et latins,
lesquels sont plus faciles à rencontrer que les anciens manuscrits
de[10] la Bible (et il faut savoir que les plus anciens manuscrits
ne sont pas toujours les plus exacts; Thomasius, qui éclaircit le
Lactance par l'ordre du pape Pie V, travailla sur un manuscrit de près
de 1,000 ans de date, et n'a pas fixé les leçons du Lactance); voyez,
disons-nous, ces précieux monumens écrits de notre Eglise primitive,
eh bien! il est bon de se défier des éditions qui en furent données à
Rome dans le XVe siècle, attendu que ces éditions princeps, quoique
faites sur les meilleurs manuscrits du Vatican, étaient confiées
au très savant évêque d'Alérie précisément pour les accommoder aux
vues particulières du saint-siége. Cependant qui ouvrit le feu
contre l'ouvrage de M. Simon ou le soutint avec le plus d'ardeur?
Ce fut M. Ellies Dupin, le très savant auteur de la _Bibliothèque
ecclésiastique_. Il mit, sans façon, notre critique à côté de Spinosa,
pour avoir dit que Moïse n'était pas l'auteur de toutes les paroles
du Pentateuque, notamment de la partie du Deutéronome où il est parlé
de la mort de Moïse et de sa sépulture, _demeurée inconnue jusqu'à
aujourd'hui_ (ce sont les propres mots du texte de la _Vulgate_). M.
Ellies Dupin voulait qu'il fût de foi que, dans ce passage, Moïse eût
parlé en prophète, comme partout ailleurs il avait parlé en historien.
M. Simon répondait victorieusement que le ton du discours, dans le
passage controversé, excluait toute idée de prophétie; mais il n'en
concluait rien contre la doctrine orthodoxe, tout en donnant ce
passage à Esdras, puisqu'il démontrait que nombre de Pères de l'Eglise
et de saints commentateurs l'avaient attribué, les uns à Josué, les
autres à Samuel, les autres à Eléazar, sans compromettre leur foi,
ni raisonnablement la foi en Moïse considéré comme auteur inspiré
de la généralité du Pentateuque. En effet, pourquoi s'échauffer là
dessus? Eh! quand ce serait Esdras? Il semble, à entendre ces cris,
qu'Esdras n'est rien en fait d'antiquité et d'autorité, tandis qu'il
est beaucoup. Il ne faut pas tant se guinder sur les siècles pour
atteindre ce qu'on saisit sans cela, ni tant redouter les discussions
de forme alors qu'on a raison au fond. Il ne faut pas imiter ces
rabbins qui font tenir une école de théologie par Noé à Membré, et
une autre, non loin de là, par Héber qui aurait demeuré quatorze ans
avec Jacob. Aux vrais érudits qui, purs d'intention, ne recourent aux
originaux que pour en éclaircir les versions authentiques soit des
Septante, soit de la _Vulgate_, il ne faut pas fermer la bouche en
leur disant lestement: «Vous n'avez que faire de traiter ce sujet;»
car c'est s'exposer à ce que des adversaires mal intentionnés le
traitent contre la loi. M. Simon ne pensait pas non plus qu'il fallût
chercher une indication de la Trinité dans le pluriel _elohim_ (les
dieux) qui se lit au commencement de la _Genèse_, où Moïse dit que
Dieu créa le ciel et la terre; mais, à cet égard, il s'appuyait encore
sur nombre d'autorités reçues. Il croyait, avec d'autres autorités de
même calibre, que le livre de Job, de toute authenticité d'ailleurs,
était moins une histoire véritable qu'une sublime composition où la
grande question du bien et du mal était agitée de la façon la plus
dramatique, et résolue dans le vrai sens de la liberté de l'homme et
de la Providence divine: le beau reproche à lui faire! Il convenait
que les passages où l'historien Josèphe parle de Jésus-Christ étaient
falsifiés par des mains maladroites; mais c'est une chose admise
aujourd'hui par tous les gens instruits, et l'on ne peut que déplorer
l'incroyable persistance que certains orateurs mettent à s'autoriser,
en chaire, de ces grossières interpolations dont l'Eglise n'a nullement
besoin, au contraire; car le christianisme, qui fut, de tout temps,
hors d'atteinte, jouit désormais d'un avantage décisif, celui d'être
hors de question et de n'avoir plus d'ennemis sensés partout où il n'a
pas d'amis indiscrets.

  [10] Simon dit que le _Ms._ des Epîtres de saint Paul, qui est à
  la Bibliothèque royale de Paris, et que l'on croit du VIe siècle,
  n'est qu'un fragment du _Ms._ de la Bible, conservé à Cambridge.

Nous n'étendrons pas plus loin l'exposé de ces chicanes et des réponses
qu'elles amenèrent, bien que cela nous fût aisé, puisque c'est à peu
près là toute la matière des _Lettres choisies_, qui vont de 1665
à 1703, et s'adressent à des laïques, à des ecclésiastiques, à des
ministres réformés connus par leur savoir, tels que MM. de la Roque,
Galliot, Frémont d'Ablancourt, de Lameth, Justel, Claude, Le Cointe,
Mallet, Thévenot, Pélisson, Jurieu, Gaudin, Dallo et autres. Cette
correspondance, fort précieuse assurément, fort nécessaire à consulter
dans l'occasion, n'étant d'ailleurs qu'une perpétuelle scolie sacrée,
dépourvue de tout ornement d'imagination, doit être resserrée ici
dans d'étroites limites pour ne pas trop interrompre le fil de notre
biographie raisonnée.

Quelques rudes qu'eussent été les coups portés à l' _Histoire critique
du Vieux Testament_, son auteur y avait gagné un point capital, il
était devenu justement célèbre; or, qui connaît les secrets de l'esprit
humain ne sera pas surpris de voir M. Simon, aussitôt après avoir rompu
avec l'Oratoire, s'élancer de plus belle dans les régions nébuleuses
où il avait porté de vives lumières. Il conçut d'abord le dessein de
donner une version complète de la Bible avec des remarques; mais,
effrayé de l'entreprise, il se renferma dans une traduction du _Nouveau
Testament_ qu'il publia, en 1689, avec ou peu après une histoire
critique de cette seconde partie de livres saints. Là, de nouvelles
censures l'attendaient et toujours précédées d'approbations parties
des mêmes mains, savoir de Bossuet et de la Sorbonne, remarquons-le
avec M. de la Martinière sans nous constituer en rien juges du débat.
MM. de Port-Royal, irrités des corrections multipliées que M. Simon
avait faites à leur version de Mons, éclatèrent contre lui dans cette
occasion et se mirent à crier au socinianisme, en quoi, faut-il le
dire? le grand Bossuet les imita. Nous ne voudrions pas déclarer,
comme le fait M. de la Martinière, que le principe de cette ardeur
fulminante fut, chez l'aigle de Meaux, un certain dépit personnel;
pourtant la chose n'étant pas impossible, vu que les plus nobles cœurs
sont fragiles devant l'amour-propre, c'est une mention à faire qui nous
fournira, par occasion, une digression intéressante, puisée, ainsi que
tous les autres détails de cet article, dans les _Lettres choisies_.
Après nos sanglantes guerres de religion qui n'avaient résolu aucune
difficulté religieuse, quelques esprits supérieurs, calmes et de
bonne foi, s'étaient aperçus que les points capitaux de séparation
entre les catholiques et les calvinistes n'étaient, en bonne logique,
ni nombreux, ni insolubles, et de là, de part et d'autre, quelque
idée confuse d'une possibilité de conciliation. «Si ces points sont
comme quarante, disait le Père Véron, jésuite d'un grand sens, il est
facile d'en rayer bientôt trente-cinq.» Plusieurs dissidens notables
convenaient qu'on avait été trop loin. «Nous avons rogné les ongles de
la religion jusqu'au vif,» disait Grotius. Le cardinal de Richelieu,
qui aimait à faire le grand théologien, avait projeté, sur la fin de sa
vie, d'opérer la réunion des deux Eglises, en ouvrant des conférences
régulières avec les ministres. Son plan était libéralement conçu. Il
ne voulait pas de harangues, se ressouvenant du mauvais effet qu'avait
produit celle de Théodore de Bèze au colloque de Poissy. Tout s'y
devait passer en discussions contradictoires qu'il aurait dirigées,
et pour lesquelles un certain Père du Laurens, de l'Oratoire, était
chargé de lui préparer les matières. On espérait, dès l'entrée, réduire
les questions à six chefs, et, pour faire beau jeu aux calvinistes,
on devait écarter la tradition, n'argumenter que sur le texte de
l'Ecriture, et prendre pour base le texte de Calvin. Enfin de bonnes
sommes d'argent devaient subvenir aux frais des ministres, et ceci
était encore la digue de La Rochelle. L'entreprise eût-elle réussi?
nous en doutons; au demeurant, peu importe. Sur ces entrefaites,
Richelieu mourut; mais son projet ne mourut pas avec lui. Bossuet était
digne de le reprendre. On sait quelles ouvertures ce grand homme fit à
Leibnitz à ce sujet, et que le livre de l'_Exposition de la Foi_ fut
écrit en vue de la réunion désirée. Ce livre excita une admiration
générale, comme tout ce qui sortait d'une telle plume; mais M. Simon,
bien qu'il professât une profonde vénération pour l'évêque de Meaux,
qu'il l'eût, plus d'une fois, secondé en réfutant, de son côté, les
calvinistes, cédant probablement alors à un mouvement de rancune
causé par le souvenir de son ancienne affaire, s'avisa d'imprimer que
le livre de l'_Exposition de la Foi_ était renouvelé d'un ouvrage
de M. Camus, évêque de Bellay, dont il fit de pompeux éloges. Nous
le répétons, cette petite malice n'influa peut-être point sur le
jugement du prélat relativement à la traduction de l'ex-oratorien,
mais ce qu'il y a de sûr est que ce jugement fut d'une rigueur si peu
traitable, que ni M. Bignon, ni le chancelier de Pont-Chartrain n'en
purent détourner les effets. Un _tolle_ universel s'éleva du centre de
l'Eglise de France; le cardinal de Noailles condamna, le grand conseil
condamna, et peu s'en fallut qu'on n'écrivît au roi, ainsi que cela
s'était vu quelques années auparavant, lorsqu'il fut question, sous M.
l'archevêque de Harlay, d'imprimer toutes les Œuvres de Jean Gerson:
«Sire, on veut vous ôter la couronne!» Toutefois M. Simon tenait ferme
encore. Il avait très doctement répondu à Bossuet, avec plus d'art
même que de coutume, et ce redoutable ennemi étant venu à mourir, il
pouvait se promettre de respirer un peu, lorsque, pour son malheur,
s'étant trouvé engagé à critiquer la version des _Quatre Evangélistes_
du Père Bouhours, jésuite, il se vit tout à coup les jésuites sur le
corps, les jésuites qui l'avaient jusque-là ménagé en mémoire d'une
vieille amitié, de sa part très fidèle ou même un peu partiale. Oh!
pour cette fois il fallut succomber; savoir, comme nous l'avons dit en
débutant, noyer ses manuscrits de ses savantes mains, puis mourir de
chagrin et emporter au tombeau, pour tout prix d'une érudition immense,
d'une grande bonne foi, d'un grand zèle catholique et de soixante ans
d'études fatigantes, un brevet d'unitaire, oui d'unitaire; c'est bien
celui que lui donne M. Tabaraud, dans l'article de la _Biographie
universelle_ qu'il lui consacre, lequel, par parenthèse, n'est pas l'un
des meilleurs de ce docteur, et pouvait l'être, car le sujet était
singulièrement de sa compétence. _O vanas hominum mentes!_ voilà donc
où mène la critique sacrée! L'évènement, du reste, n'a rien d'étrange.

Si l'on se retrace l'objet et les conditions de la critique sacrée, il
y a de quoi, pour un adepte, commencer par où M. Simon a fini. Avant
tout, et pendant vingt années de labeur, des difficultés grammaticales
inouies entre l'hébreu ancien sans les points voyelles, l'hébreu
postérieur au IXe siècle avec les points, l'arabe, le syriaque, le
chaldéen, le cophte, le grec de la décadence et le latin barbare;
ensuite la recherche, le déchiffrage, la collation de manuscrits
rarissimes épars dans l'Europe, et partout soustraits aux regards
des curieux par des mains jalouses; étude des textes, étude des
versions, étude des commentaires depuis le Talmud, le Targum, la
Massore et d'innombrables écrits rabbiniques sans cesse opposés les
uns aux autres, depuis les _Catenes_ ou chaînes grecques, qui sont
d'anciens commentaires grecs de la Bible où l'on trouve les Pères de
l'Eglise aux prises entre eux, témoin saint Athanase aux prises avec
Théodore d'Héraclée sur les psaumes, jusqu'aux commentaires modernes
où pareillement les plus graves autorités se combattent, témoins
Alcazar et Bossuet combattant Pierre Bulenger sur le onzième chapitre
de l'_Apocalypse_, et ne voulant pas absolument reconnaître, dans Elie
et Enoch, les deux personnages désignés comme devant assister à la fin
du monde, alors que Pierre Bulenger, s'appuyant de la tradition, les
y veut absolument reconnaître; et qu'on ne dise pas que ce sont là
des minuties! il n'y a point de minuties dans la critique sacrée; on
vous y demande compte d'une préposition, d'une virgule, d'un accent,
et l'on est excusable de le faire puisqu'il s'agit de la loi des lois.
Quand vous pensez tenir votre homme avec le sens littéral (_sensus
strictus_), il vous échappe avec le sens accommodé ou théologique
(_sensus latus_); le mystique et le direct, le droit et le fait, les
opinions de l'Eglise à distinguer de ses décisions, les jugemens
privés du pape à distinguer de ses jugemens _ex cathedrâ_, l'autorité
générale des Pères à distinguer de l'autorité de ces mêmes Pères pris
individuellement, la tradition constante à distinguer de la tradition
variable, les alternatives dans les censures et les approbations,
variations dues aux temps, aux lieux, aux circonstances, aux mœurs, au
langage; tout cela vous barre le chemin, et tout cela n'est encore que
l'inévitable; que dire de l'accidentel? comment se tirer des préjugés
et des rivalités de corporations? comment vaincre ou concilier le
dominicain, le cordelier, le jésuite, le janséniste? comment subjuguer
les passions de l'hérésiarque? c'est là pourtant ce que les critiques
sacrés entreprennent de faire. Aussi ne le font-ils point, et se
consument-ils, à la file, dans des luttes acharnées qu'éclairera encore
le dernier jour du monde. Une réflexion en finissant: il faut avouer
qu'il était dur de soumettre aux controversistes la liberté et la vie
des hommes, comme nous l'avons fait durant dix siècles avec cette belle
doctrine des religions d'Etat et de l'unité forcée de croyance. Que
de larmes répandues, que de sang versé avant d'arriver à la liberté
de conscience qui, si elle ne finit les disputes saintes, les rend du
moins innocentes! Nous jouissons depuis trente ans, en France, de ce
bienfait suprême; sachons donc le conserver seulement deux cents ans.
Pour cela, n'oublions pas qu'un moment suffit à le faire évanouir. Ce
n'est pas ici une crainte imaginaire; l'histoire est là pour appuyer
nos sollicitudes.--Quelle histoire, s'il vous plaît?--Allons, allons,
point de fanfaronnades! point de petits airs de grand seigneur!
L'histoire de tous les temps, celle d'hier, celle de demain peut-être;
mais non, rassurons-nous; il ne sera jamais dit que cette noble terre,
fécondée par tant de grands esprits depuis le chancelier de l'Hospital
jusqu'au président de Montesquieu, ait laissé honteusement périr, chez
elle, ces généreux principes de vie sociale capables à eux seuls de
faire croire qu'en effet Dieu créa l'homme à son image; il ne sera
jamais dit que John Bull et Jonathan aient eu plus de fortune, plus de
sens et plus de courage que _Jean le Coq_.



LA

MORALE PRATIQUE DES JÉSUITES,

  Représentée en plusieurs histoires arrivées dans toutes les
    parties du monde, extraite ou de livres très autorisez et
    fidelement traduits; ou de mémoires très seurs et indubitables.
    A Cologne, chez Gervinus Quentel. (1 vol. in-12, très joliment
    imprimé en caractères elzeviriens, formant, en 2 parties, 331
    pages, plus 11 feuillets préliminaires, avec un portrait du R.
    P. Antoine Escobar.) M.DC.LXIX.

(1669-95.)


_La Morale pratique des Jésuites_ forme, comme on sait, huit volumes
in-12, imprimés à Cologne, chez Quentel, de l'an 1669 à l'an 1695. Les
deux premiers tomes de ce recueil appartiennent à Sébastien-Joseph
du Cambout de Pontchâteau, de l'illustre maison de Coislin; et les
six autres sont de la main d'Antoine Arnaud de Port-Royal. Nous ne
parlerons que des premiers, tant parce que nous ne possédons que cette
partie d'un recueil dont les tomes se vendent, la plupart du temps,
détachés (seule partie, au surplus, qui, au rapport de M. Bérard, dans
son _Catalogue des Elzévirs_, soit sortie des presses elzéviriennes),
que pour ne pas fatiguer le lecteur par une trop longue analyse
d'écrits satiriques. Il faut, plus que jamais, se borner dans l'exposé
d'une polémique si connue, qui, parmi tant d'écrits opposés, n'a
produit qu'un livre immortel, _les Lettres provinciales_; on trouvera
d'ailleurs bien assez de faits, dans ce fragment important, pour
prendre une idée du reste. M. de Pontchâteau Coislin était un des plus
zélés moralistes et des partisans les plus chauds de Port-Royal. Il fit
à pied le voyage d'Espagne pour se procurer le _Theatro jesuitico_,
où il croyait trouver de bonnes armes pour sa cause. C'est, du moins,
ce que raconte l'abbé d'Artigny au tome II de ses curieux mémoires,
_Chronique scandaleuse des Savans_, article des plus piquans par
parenthèse, et qui contient le germe de l'ouvrage de l'abbé Irailh sur
les _Querelles littéraires_. L'auteur primitif de la _Morale pratique_
annonce, dans sa préface, que son dessein est de mettre d'abord en
évidence, 1° l'orgueil; 2° la cupide avarice des jésuites. Avant de
produire les preuves de ces deux accusations, il cite deux témoignages
terribles, savoir: celui du jésuite Mariana, au chapitre XIV de son
_Histoire d'Espagne_, et le livre qu'écrivit contre la société le
jésuite Jarrige, de la Rochelle. Il donne ensuite, par extraits, ou
dans leur entier, avec des commentaires, les pièces suivantes que nous
extrairons, à notre tour, dans l'ordre où elles sont rangées. Bien des
gens penseront qu'il était inutile d'exhumer des souvenirs si durs et
rapportés si crument; nous ne sommes point de leur avis. Nous croyons
que si l'on doit du ménagement aux opinions de bonne foi, justes ou
fausses, on ne doit à aucune le silence, et que, s'il est un moyen de
contenir les partis dans de certaines bornes, c'est de leur montrer que
tôt ou tard la postérité du sang-froid sera leur juge. D'ailleurs nous
ne cautionnons point ici M. de Coislin; nous nous bornons à réclamer
pour lui la même liberté de parler qu'on s'est permise contre ses amis
et lui, la même que les moines se sont permise dans tous les temps
contre leurs adversaires. Ceux qui se montrent si délicats n'ont qu'à
lire _le Démocrite des réformés_, par le Père Charles de Saint-Agnès,
prieur des augustins déchaussés de Lyon; ils s'enhardiront avec ces
vers adressés à un certain ministre protestant de Grenoble:

    Va coquin, insolent, sans ame,
    Brutal, harlequin, cornichon,
    Indigne d'honneur, homme infame,
    Pourceau de race de cochon;
    Va, maudit de Dieu, anathême,
    Plein de malheur et de blasphême, etc.!

Nous ne pouvions pas, ce nous semble, choisir de meilleure précaution
oratoire, avant d'enregistrer, par numéros, les pièces du procès
intenté aux jésuites par M. de Pontchâteau, qui, du reste, était bon
catholique, d'une foi inaltérable et de mœurs très pures.

  1°. Prophéties de Melchior Canus, dominicain, évêque des
    Canaries et de Sainte-Hildegarde, abbesse, en 1415, contre
    l'institut de jésuites. «_Insurgent gentes, quæ comedent
    peccata populi... diabolus radicabit in eis quatuor vitia,
    scilicet: adulationem, ut eis largius detur; invidiam,
    quando datur aliis et non sibi; hypocrisim, ut placeant per
    simulationem; et detrectationem, ut seipsos commendent, et
    alios vituperent... pauperes divites, simplices patentes,
    devoti adulatores, mendici superbi, doctores instabiles,
    humiles elati, dulces calumniatores, confessores lucri...,
    patres pravitatis, filii iniquitatis_, etc., etc., etc.»

    »Une race s'élevera qui mangera les péchés du peuple...; le
    diable enracinera chez elle quatre vices, savoir: l'adulation,
    pour qu'on lui donne plus largement; l'envie, quand on donnera
    aux autres et non à elle; l'hypocrisie, afin de plaire par
    de beaux dehors, et la médisance, qui se vante et rabaisse
    autrui... Race de pauvres opulens, race de simples chargés de
    puissance, de flatteurs dévots, de mendians superbes, d'humbles
    orgueilleux, de doucereux calomniateurs, de confesseurs
    d'argent..., de pères de dépravation, de fils d'iniquité, etc.»
    Ces prophéties ont été appliquées aux jésuites par un évêque
    de Balbastro, dominicain, mort vers l'an 1629 en odeur de
    sainteté. Suit un commentaire explicatif où l'on voit, entre
    autres choses, ce qui suit, rapporté par l'auteur du _Théâtre
    jésuitique_, dominicain, évêque de Malaga, lequel se nommait
    Ildefonse de Saint-Thomas, et était bâtard du roi d'Espagne
    Philippe II. La politique des jésuites est de marcher à leur
    but sans rougir de rien, sans se soucier d'aucune chose, vu
    qu'il n'y a rien de tel que de faire ses affaires, le monde
    oubliant bientôt les moyens qu'on a pris pour les faire. Tous
    les moyens donc leur sont bons. C'est ainsi qu'ils ont inventé
    les confessions par lettres, et qu'ils ont permis le mariage
    aux religieux sur de simples révélations probables. Quand un
    des leurs a commis quelque action scandaleuse, ils s'unissent
    tous pour les défendre, ils flattent surtout les femmes pour
    attraper des successions; ils ont toujours un des leurs à la
    cour pour calomnier leurs ennemis. Dès qu'on se fait de leurs
    amis, ils se mettent tous à crier que vous êtes un saint et
    un habile homme; ils détestent les autres moines; jamais ils
    n'aventurent leurs personnes, quoiqu'ils osent beaucoup, parce
    qu'ils se retirent à propos, se masquant derrière les forts,
    et mettant les autres en avant. Même dans les Indes et au
    Japon, ils ont eu fort peu de martyrs; et leurs succès, dans
    ces contrées, tinrent à la souplesse plutôt qu'à la fermeté
    de leur foi. Ils mentent; ils reçoivent et prennent de toutes
    mains, des vieillards, des grandes dames, des usuriers, des
    concubines, etc., et se montrent complaisans pour les pécheurs.
    Leur vie est molle et délicate: à les voir partout se taisant,
    on ne conçoit pas d'abord comment ils remplissent la terre
    de leur bruit: c'est qu'ils se mêlent de tout, de donner une
    servante à une maison, un maître à un écolier, un client à un
    avocat, une épouse à un garçon, comme de confesser les rois,
    de leur souffler la guerre ou la paix. Les domestiques de
    leurs mains sont leurs espions: la pitié n'est pas connue chez
    eux, et la rancune est éternelle. Leur façon de persécuter
    est douce, lente, mais sûre, agissant comme un poison secret.
    On dirait que les enfans des riches leur appartiennent; ils
    les vont pourchassant jusqu'à ce qu'ils les tiennent, et ceux
    qu'ils manquent sont décriés; ils ont grand goût et grand
    talent pour le commerce, depuis la vente de la petite mercerie
    jusqu'au vaste trafic de mer. Quand ils s'établissent quelque
    part, sur-le-champ ils y sèment la division. Ils aiment les
    beaux bâtimens et veulent qu'on dise de loin, en s'approchant
    d'une ville: «Voyez-vous le clocher des jésuites?».

  2°. _Conclusio facultatis theologiæ parisiensis, facta die
    decembris, anno 1554._ C'est une respectueuse représentation
    de la Faculté de théologie de Paris contre les bulles des
    papes Paul III et Jules III, en faveur des jésuites, laquelle
    pièce est terminée par ces mots: «_Hæc societas videtur
    in negotio fidei periculosa, pacis ecclesiæ perturbativa,
    monasticæ religionis eversiva, et magis in destructionem quam
    in ædificationem instituta._»--«Cette société paraît dangereuse
    pour la foi, perturbatrice du repos de l'Eglise, subversive de
    la religion monastique, et plus propre à détruire qu'à édifier.»

  3°. Remontrances de la cour du parlement de Paris au roi Henri
    IV sur le rétablissement des jésuites, faites par M. le P.,
    président de Harlay, en 1604. «Cette société, contre laquelle
    la Sorbonne avait rendu un décret en 1554, n'a été admise
    du parlement, que par provisions, en 1564, à des conditions
    qu'elle a dépassées. Comme elle usurpe partout l'instruction,
    elle a su, depuis, à l'aide de nouveaux et jeunes docteurs, se
    rendre la Sorbonne favorable. Elle en fera bientôt de même de
    votre parlement, sire...; alors on verra s'établir dans votre
    royaume les pernicieuses maximes de ces novateurs, savoir:
    que les ecclésiastiques ne sont sujets et justiciables que du
    pape; que le pape peut excommunier les rois, et ainsi délier
    les sujets du serment de fidélité; que les papes ont le droit
    de vie et de mort sur les princes de la terre... Votre assassin
    Barrière a été endoctriné, pour son crime, par le jésuite
    Varade... Le jésuite Guignard a fait des livres pour justifier
    le meurtre de Henri III... Ils ont livré le Portugal à Philippe
    II... Nous vous supplions très humblement qu'il vous plaise
    conserver l'arrêt d'expulsion rendu contre eux à l'occasion de
    l'affaire de Chastel, etc...»

  4°. Extrait du livre intitulé: _Image du premier siècle de
    la Société des Jésuites_. Pour montrer l'esprit d'orgueil de
    cette compagnie et de quoi elle se vante. D'après ce livre, les
    jésuites sont une troupe d'anges lumineux et brûlans. Ils sont
    tous éminens en doctrine et sagesse. C'est la compagnie des
    parfaits. Ils sont tous des lions et des aigles. Ils naissent
    tous le casque en tête; chacun d'eux vaut une armée. Ils se
    sont fait traîner en triomphe à Goa, dans un char tiré par
    des écoliers habillés en anges. Leur société est un miracle
    perpétuel. Le souverain pontife a beau condamner les livres de
    leurs Pères Poza, Bauny, Cellot, Rabardeau, etc., etc.; ils
    n'en sont pas moins le _rational_, l'oracle sur la poitrine du
    grand prêtre. Un archevêque de Malines, qui les connaissait
    bien, a beau dire d'eux: _Isti homines fient ut stercus terræ_,
    ils n'en sont pas moins supérieurs aux évêques, selon eux,
    en honneurs, en rang, en puissance, en autorité. Ils ont mis
    leur approbation à un sermon fait par un dominicain pour la
    béatification de saint Ignace, où il est dit que saint Ignace
    est au dessus de Moïse. C'est à leur Père Lainez qu'on doit
    le rang de Vierge immaculée acquis à la mère de Dieu dans le
    concile de Trente. Il y a conformité entre la vie de saint
    Ignace et celle de Jésus-Christ. Leur société est vierge. Leur
    nom de jésuites vient de ce qu'ils sont les vrais compagnons
    de Jésus, les chrétiens par excellence. Jésus-Christ vient au
    devant de chaque jésuite mourant pour le recevoir. Durant les
    trois premiers siècles de leur établissement, ils ne fourniront
    aucun jésuite à l'enfer, comme l'affirme François Borgia à son
    ami Marc. La Vierge tient la Société de Jésus sous son manteau.
    Ils sont les médecins de l'univers, et la chrétienté ne peut
    être guérie que par eux. Ferdinand II, Ferdinand III d'Espagne,
    Sigismond III de Pologne, le cardinal Infant, le duc de Savoie,
    la mère de l'empereur Rodolphe et celle de Charles IX de
    France étaient de la société. Leurs sodalités ou congrégations
    réforment le monde. Avant eux les chrétiens ne communiaient
    qu'une fois ou tout au plus deux ou trois fois par an, tandis
    que, depuis eux, on voit souvent communier toutes les semaines,
    et se confesser presque tous les jours, ce qui est un grand
    bien. Par leurs pompes sacrées et les pieuses réjouissances
    qu'ils ont introduites dans leurs églises, ils ont ravi les
    ames et les personnes aux pompes mondaines, etc., etc.

  5°. Histoires des artifices et violences des jésuites pour
    enlever aux ordres religieux plusieurs abbayes et prieurez
    considérables tirées du factum de dom Paul Willaume,
    vicaire-général de l'ordre de Cluny, présenté au conseil du
    roi de France, en 1654, contre les recteurs des trois colléges
    de jésuites, de Schelestadt, d'Ensisheim et de Fribourg en
    Brisgaw. Suit l'arrêt du conseil qui maintient ledit frère
    Willaume, en date du 4 août 1654. Exactions violentes,
    corruptions de juges par présens, plaintes fondées sur le
    mensonge, subornations de témoins, surprise de lettres de roi,
    rapines et démolitions de bénéfices, enlèvemens de titres et
    registres, triple action à trois tribunaux pour la même cause,
    bulles arrachées par importunités, rien ne manque à ce factum
    pour en faire un monument complet des torts imputés aux
    jésuites. L'arrêt du conseil couronna ce factum; mais c'est une
    défunte histoire: qu'elle repose en paix.

  6°. Autres histoires des artifices et violences des jésuites
    pour enlever des abbayes aux ordres de saint Benoît et de
    Cîteaux, tirées des livres du célèbre Père du Hay, bénédictin,
    l'un intitulé: _Astrum inestinctum_, 1636; l'autre: _Hortus
    crusianus_, _Francfort_, 1658. Ici point d'arrêt rapporté; par
    conséquent, nulle sanction publique donnée aux imputations qui
    composent un gros faisceau de dix impostures, quatre enlèvemens
    d'abbayes et nombre de fourberies, intrigues, injures, etc.;
    c'est encore là, d'ailleurs, de la vieille histoire.

  7°. Histoire célèbre de l'énorme tromperie faicte, par le
    recteur des jésuites de Metz, aux ursulines de cette ville, au
    sujet d'une maison, avec l'arrêt favorable auxdites ursulines,
    rendu au parlement de Metz, le 10 mai 1661. Vieille histoire.

  8°. La fameuse banqueroute des jésuites de Séville, de plus
    de 450,000 ducats; récit tiré du _Mémorial des Créanciers_,
    présenté au roi d'Espagne, en 1645, et traduit sur l'original
    de Jean Onufre de Salazar. Vieille histoire.

  9°. Autres marques de l'avarice, injustice et fourberie des
    jésuites, tirées du théâtre jésuitique principalement. C'est
    un magasin d'historiettes et d'anecdotes scandaleuses pour
    la morale et la doctrine, dont nous ne garantissons pas
    l'authenticité, bien entendu, mais qui ont un certain air de
    vérité contemporaine, et dont plusieurs sont fort piquantes.
    Par exemple, on y voit que, dans un sermon du jésuite espagnol
    Ocquete, pour le jour de la Conception, ce Père dit que la
    Vierge aimerait mieux être damnée éternellement que d'avoir
    conçu ou été conçue dans le péché originel. C'est là le sublime
    de l'immaculée Conception et de l'anti-dominicanisme, il faut
    l'avouer.

  10°. Ce volume est terminé par la lettre d'un monsieur à un de
    ses amis de Paris, écrite de Grenoble, le 28 octobre 1661, dans
    laquelle on peut juger de la complaisance des jésuites pour
    leurs amis riches, par l'exemple d'un abbé régulier qui reçut
    d'eux l'absolution _in extremis_ sans être forcé de restituer
    quantité de voleries, ni de réparer quantité d'actions
    criminelles dont suit l'énumération.



LE COMTE DE GABALIS,

OU

ENTRETIENS SUR LES SCIENCES SECRÈTES,

  Renouvelé et augmenté d'une lettre sur ce sujet, avec cette
    épigraphe:

        Quod tanto impendio absconditur, etiam solummodo,
          demonstrare destruere est.

        Ce qui nous est caché à si grands frais, le montrer
          c'est l'anéantir.

    A Cologne, chez Pierre Marteau, sans nom d'auteur (l'abbé de
    Montfaucon de Villars) ni indication d'année (1670). 1 vol.
    pet. in-12 de 161 pages.

(1670.)


La science de l'infatigable Raymond-Lulle, d'Agrippa le philogyne,
de Paracelse, _le presque divin_, etc., etc., autrement la science
cabalistique, régna, en Italie, en Allemagne et en France, du XIIe au
XVIIe siècle. Le soin que l'abbé de Villars prit de l'attaquer par le
ridicule prouve qu'elle avait encore assez de cours dans les classes
élevées de la société, sous Louis XIV. Le vulgaire lui sera, dans tous
les temps, plus ou moins soumis, fondée qu'elle est sur cet instinct de
curiosité qui porte les hommes à vivre dans l'avenir et à l'interroger.
Ce petit ouvrage, qui veut être ironique et plaisant aux dépens des
cabalistes, contient cinq entretiens dans lesquels l'auteur est censé
recevoir la révélation des profonds mystères de la cabale par un de ses
principaux adeptes, le comte de Gabalis. Il résulte des instructions du
comte que, pour avoir la disposition de cœur et d'esprit convenable,
un apprenti cabaliste doit d'abord se refuser à tout commerce charnel.
Suivent d'autres révélations dont voici quelques unes: les quatre
élémens (c'était encore le temps des quatre élémens) sont habités par
une infinité de peuples divers, invisibles à l'homme. L'air a ses
sylphes et ses amazones d'une beauté mâle, incomparable; les eaux
recèlent des ondins et des ondines; la terre a ses gnomes auxquels
toutes les mines obéissent; et le feu nourrit les salamandres, purs
esprits qui ne croient pourtant pas à l'éternité, en quoi ils ne se
montrent pas bons raisonneurs. C'est avec les filles de ces nations
cachées que l'homme, qui veut devenir sage et commander à la nature,
doit seulement avoir affaire. Quand on sait s'y prendre avec ce sexe
impalpable, on parvient à beaucoup savoir, et notamment à se nourrir
pour plusieurs années, sans manger, rien qu'avec un demi-scrupule de
quintessence solaire. Précisément, comme les interlocuteurs en sont
là, le comte de Gabalis emmène son élève dîner, et les deux premiers
entretiens sont finis. Au troisième entretien, le comte plaide la cause
des oracles et s'évertue à expliquer comment Dieu, avant l'avènement
de son fils, permettait aux oracles ce qu'il ne leur a pas permis
depuis, d'instruire les hommes. Ici l'abbé de Villars aborde le grand
sujet qui, plus tard, exerça la spirituelle malice de Fontenelle et
la pesante érudition du jésuite Balthus, dans leur controverse sur
l'_Histoire des Oracles de Vandale_; mais encore qu'il paraisse avoir
eu le même dessein que l'ingénieux adversaire des oracles, c'est à
dire de faire crouler l'édifice du vrai merveilleux en établissant
qu'il n'a pas plus d'appui que le faux, il ne montre ici ni hardiesse
ni adresse. Cependant il est assez malin, au quatrième entretien, pour
saint Jérôme et saint Athanase qu'il fait voir défendant l'existence
et la sagesse des sylphes. Heureux eût été le genre humain et parfait
aussi bien, assure le comte, si Adam et Ève n'eussent communiqué
qu'avec des sylphes! Ici se présentent de nombreux exemples de filles
des hommes rendues mères par des sylphes et des salamandres, et des
autorités graves en faveur de ces exemples, sans compter l'anachorète
saint Antoine. Voilà de quoi troubler ou pacifier bien des maris, selon
qu'ils envisageront la chose!

Le cinquième et dernier entretien n'est rempli que d'anecdoctes
cabalistiques, toutes plus folles les unes que les autres. Au total,
ces dialogues, qui eurent assez de succès pour se reproduire à Londres,
en 1742, avec une suite formant 2 volumes in-12, ne sont ni vifs ni
amusans.

Un cabaliste ne manquerait pas de dire que le pauvre abbé de Villars,
cousin du savant Père Montfaucon, n'est mort assassiné, en 1675, par
un de ses parens, que pour avoir plaisanté les sylphes. Il n'en est
pourtant rien. D'ailleurs, il n'y avait pas de quoi se fâcher; personne
n'a ri.



LE TOMBEAU DE LA MESSE;

  Par David Dérodon. A Amsterdam, chez Daniel Du Fresne,
    marchand-libraire, dans la porte des Vieilles-Gens, près le
    Heeren-Logement, à la Bible française, (1 vol. in-12 de 232
    pages et 2 feuillets préliminaires, plus une page à la fin, non
    chiffrée, qui renferme un sonnet commençant par ce vers:

        _L'autre jour frère Jean mourut de la gravelle_,

    et finissant par cet autre:

        _Peut-être qu'ici bas vous mangeriez le diable._) M.DC.LXXXII.

(1670-82.)


Notre exemplaire contient, par addition, 1° une Vie de Galéas
Caraccioli, marquis de Vico; 2° l'Histoire de la fin tragique de
François Spiere. Ces deux opuscules ne font pas partie nécessaire
du volume, quoiqu'ils y soient insérés: nous en parlerons toutefois
ci-après. _Le Tombeau de la Messe_ fit bannir de France son auteur,
zélé calviniste, habile professeur de philosophie, qui mourut à Genève,
vers l'an 1670. L'argument du livre est scandaleux et impertinent.
Dérodon n'y parle que de couper les deux jambes au dogme de la
présence réelle, de lui arracher sa coupe des mains, de dépouiller
son corps, de l'assommer et de le mettre dans le sépulcre; c'était
beaucoup dire et mal dire. L'évènement a renversé son dessein. Son
ouvrage est composé de huit discours, savoir: le premier touchant
l'exposition des paroles sacramentelles: _hoc est corpus meum_; le
deuxième, touchant l'exposition de ces paroles: _qui manducat carnem
meam et bibit sanguinem meum habet vitam æternam_; le troisième est
contre la transubstantiation; le quatrième contre la présence réelle
de l'humanité de Jésus-Christ dans l'hostie; le cinquième contre
l'adoration de l'hostie; le sixième contre le retranchement de la
coupe; le septième contre la messe, et le huitième et dernier veut
résoudre sept objections des docteurs de Rome. Dans ces discours, dont
la forme est sententieuse et pédantesque, le style lourd et obscur,
Dérodon ne fait guère que répéter ce que ses devanciers avaient exposé
bien mieux que lui. Ce qu'il y ajoute de son chef n'est le plus souvent
que subtil. Nous en excepterons pourtant le passage de la page 115 à
la page 121, où il s'autorise de la manière dont les premiers Pères de
l'Eglise attaquaient l'idolâtrie, et les deux pages de conclusion qui
ont une forme pressante et dramatique.



LA VIE DE GALEAS CARACCIOLI,

MARQUIS DE VICO,

ET L'HISTOIRE TRAGIQUE

DE LA FIN DE FRANÇOIS SPIERE,

Mises en françois par le sieur de Lestan (Antoine Teissier).

A Amsterdam, 1682.


L'original italien de cette vie est un sieur Balbano. Le traducteur
français, qui prend le nom de Lestan, est, selon M. Barbier, un
calviniste de Montpellier, nommé Antoine Teissier qui, lors de la
révocation de l'édit de Nantes, se retira en Prusse et mourut à Berlin,
en 1715, à quatre-vingt-quatre ans, après avoir laissé plusieurs écrits
d'histoire, de philologie, de théologie et de morale, recommandables.
Le but de Teissier, dans ses traductions de la vie de Caraccioli et
de la catastrophe de Spiere, a été, comme il nous l'apprend dans sa
préface, 1° de fournir un double exemple moral par le tableau d'une
persévérance courageuse opposée à celui d'une lâche apostasie; 2°
de prouver que, dans de certains cas, le divorce est permis entre
chrétiens, d'après l'autorité des saints Pères. La destinée de
Caraccioli peut, ce nous semble, offrir un enseignement contraire à
celui que se proposent Teissier et Balbano. Cet illustre Napolitain,
doué d'un vrai mérite, opulent, heureux dans son union avec sa femme
Victoire, fille du duc de Nocera, dont il était chéri, heureux dans
six enfans dignes de lui, fils d'un père célèbre dans les armes,
honoré lui-même de l'empereur Charles-Quint, son souverain, vient à
s'enflammer pour la doctrine calviniste. Un fanatisme mélancolique
s'empare de sa raison. Bientôt il court à Genève abjurer la religion
catholique. Sa famille le conjure de revenir au moins un moment près
d'elle, dans l'espoir de le ramener. Il se rend à cet appel; une
entrevue a lieu à Vico même, sur les confins de la Dalmatie, entre cet
infortuné sectaire, son vieux père et sa femme qui se jette dans ses
bras avec ses six enfans, dont le plus jeune, fille de 12 ans, pleine
de graces et de tendresse, embrasse ses pieds en les inondant de
larmes; rien n'y fait: le fanatisme triomphe de la raison, de l'honneur
et de la nature. Galéas Caraccioli est alors maudit par son père,
abandonné de sa femme et de ses enfans, privé de ses biens. Il retourne
à Genève, se console avec les flatteries de Calvin qui tirait vanité
de cette abjuration. Sur l'avis des nouveaux docteurs, il divorce,
épouse une bourgeoise calviniste âgée de quarante ans et achève à
soixante-neuf ans, en 1586, sa triste vie dans une obscure pauvreté,
mais, il faut l'avouer, courageusement et pieusement, après avoir
plongé tous les siens dans une douleur éternelle.

Voici les vers que lui consacre son biographe; c'est payer trop cher un
quatrain. Nous ne pensons pas qu'un tel exemple soit capable de tenter
ceux qui joindront à un bel esprit des sentimens vraiment religieux et
moraux:

    «Son courage est plus fort que le mal qui le tue;
        »Il rit de ses propres douleurs;
        »Et son ame en est moins émue
        »Que les ames des spectateurs.»

L'autre exemple est si justement l'opposé du premier que, bien qu'il
soit rapporté par Sleidan, livre 1er, et par d'autres historiens,
nous le soupçonnerions volontiers apocryphe et inventé pour l'effet.
François Spiere, avocat de Padoue, avait embrassé la nouvelle religion,
vers 1548. La crainte du supplice le fit abjurer sa croyance. Il
rentra, par peur de la mort, dans le sein de l'Eglise catholique; mais,
bientôt saisi de remords et de honte, il tomba dans le marasme et
mourut en désespéré, se voyant tenaillé par les démons. Ce phénomène
doit être rare dans une religion qui n'est pas exclusive. Il est vrai
qu'à son début la réforme s'était donné les airs de l'intolérance.



TRAITEZ SINGULIERS ET NOUVEAUX

CONTRE LE PAGANISME DU ROI BOIT.

  Le premier du Jeusne ancien de l'Église catholique la veille
    des rois; le second, de la Royauté des Saturnales, remise
    et contrefaite par les chrestiens charnels en ceste feste;
    le troisième, de la Superstition du Phœbé, ou de la Sottise
    du Febvé, à messieurs les théologaux de toutes les églises
    de France; par Jean Deslyons, docteur de Sorbonne, doyen et
    théologal de la cathédrale de Senlis; ouvrage utile aux curez,
    aux prédicateurs et au peuple. A Paris, chez la veuve C.
    Savereux, libraire-juré, au pied de la tour de Nostre-Dame, à
    l'enseigne des Trois-Vertus. Avec privilége. (1 vol. in-12 de
    346 pages et 28 feuillets préliminaires.) M.DC.LXX.

(1670.)


C'est en vain que le savant Deslyons s'autorise, pour les temps
anciens, de saint Augustin, des évêques d'Afrique, et, pour les temps
modernes, des Stappleton, des Colvenérès, des Barthélemy Pierre et de
tous les docteurs de la célèbre Faculté de Douai, nous ne saurions
concevoir la sérieuse indignation que lui cause notre banquet de la
veille des rois, avec ses cris _du roi boit_, sa fève royale et son
innocente gaîté quand elle est d'ailleurs innocente. Tant de sainte
fureur pour si peu rappelle involontairement le zèle républicain qui
aussi proscrivait les convives _du roi boit_: les extrêmes se touchent.
Que la tradition populaire, qui a perpétué chez nous cette coutume
joyeuse, ait sa source dans certaines cérémonies du paganisme, cela
peut être; mais y a-t-il là de quoi tant se fâcher? est-ce la seule
tradition païenne que les chrétiens ait conservée? n'en voit-on pas
d'autres soigneusement retracées jusque dans nos églises? est-il bien
sûr que notre liturgie soit tout entière chrétienne? nous avons ouï
dire que non. Que font, par exemple, ces chœurs de jeunes garçons
et de jeunes filles chantant des cantiques processionnellement à la
Fête-Dieu? que font-ils, à l'heure des cantiques, sous les bannières
du sacré cœur ou plutôt du jésuitisme? Cet appareil de voiles blancs,
de rubans blancs, de bouquets, de corbeilles de roses, etc., etc.;
toutes ces choses et bien d'autres sont-elles plus en harmonie avec la
gravité du culte de la croix qu'avec le _Carmen seculare_ des enfans de
Diane et d'Apollon? Nous ne disons rien de la fameuse fête des fous qui
fit si longtemps le plaisir des habitans de la Provence; il y aurait
trop à dire. Conclusion que la mauvaise humeur de l'abbé Deslyons est
mal fondée; mais son savoir l'est fort bien. Il prouve invinciblement
et surabondamment, dans son premier traité, par l'autorité des anciens
Pères et l'exemple de l'Eglise primitive, que la veille de l'Epiphanie,
ainsi que les vigiles des grandes fêtes, étaient consacrées au jeûne
et à la prière, non à la joie et aux festins; que l'Eglise grecque et
l'Eglise latine ont fidèlement observé ce jeûne, la première jusqu'à
présent, la seconde jusqu'au XIIIe siècle. Ses preuves, à cet égard,
sont sans reproches. Il les fait suivre d'une invitation aux chrétiens
de son temps de substituer du moins un jeûne de dévotion au jeûne
d'obligation qui s'est perdu, et finit ainsi sa première dissertation.

Dans le second traité, qui est aussi savant et plus amusant à lire que
le précédent, il établit, d'après Lucien, Macrobe, Athénée, Arrien,
Horace, Juvénal, Martial et Tacite, que notre festin du _roi boit_
est une dégénération peu dissimulée de la royauté des saturnales,
et repousse justement l'imputation faite, à cette occasion, aux
catholiques, par les huguenots, d'avoir sanctifié cette cérémonie
païenne, puisqu'il est avéré que le festin du _roi boit_ n'a jamais
été approuvé par l'Eglise; loin de là, qu'il a toujours été blâmé par
ses docteurs et ses prédicateurs. Citation, page 208, du livre des
_Recherches_ faites par Pirat, chapelain des rois Charles IX, Henri
III, Henri IV et Louis XIII, sur les cérémonies de la chapelle royale,
où l'on voit le cérémonial suivi à la chapelle du Louvre, sous Henri
III, pour la royauté de la fève.

Au troisième traité, l'auteur se livre à des investigations
étymologiques au sujet de la fève employée dans le gâteau des rois. La
question perd alors de son austérité. La fève vient-elle du mot Phœbé,
ou de Faba, ou d'Ephébé à cause de l'enfant qui tire le gâteau? L'abbé
Deslyons adopte l'étymologie de Faba; en quoi nous lui donnons, pour
notre part, toute raison. Il conclut que l'usage de tirer le gâteau est
une puérilité du moins, si ce n'est pas une impiété. Il a encore toute
raison ici; mais nous oserons lui répéter que si c'est un jeu puéril,
cela ne mérite pas les foudres sacerdotales.



HEXAMERON RUSTIQUE,

OU

LES SIX JOURNÉES PASSÉES A LA CAMPAGNE,

ENTRE DES PERSONNES STUDIEUSES;

  Par la Mothe le Vayer, conseiller d'État. A Amsterdam, chez
    Pierre Mortier, libraire. (Pet. in-12.) M.DC.XCVIII.

(1670-98.)


Ce serait un livre très amusant, et d'aventure même très utile que
celui qui représenterait, au naturel, la conversation familière
d'hommes instruits liés par une commune affection; mais ce que
beaucoup d'écrivains nous ont donné pour tel n'est rien moins que
cela. Loin de réaliser l'idée d'une causerie véritable, l'auteur y
parle presque toujours seul sous le nom de ses personnages, et ces
personnages eux-mêmes ne conversent point; la plupart du temps ils
monologuent sur des répliques bien ou mal données. C'est ce qu'on voit
dans _les Six Journées de campagne_, dites _l'Hexaméron rustique_,
où, successivement, les sieurs Egysthe (Chevreau), Marulle (l'abbé de
Marolles); Racémius (Bautru), Tubertus Ocella (la Mothe le Vayer),
Ménalque (Ménage) et Simonide (l'abbé Le Camus), tiennent le dé sans
partage. Aussi l'ouvrage est-il glacé, tout en renfermant de bonnes
pensées et plusieurs traits passablement plaisans. Cependant la réunion
promettait: La Mothe le Vayer, avec sa tête pensante et indépendante,
était propre à jeter des questions en avant, comme à les débattre;
on connaît Ménage, et l'on sait combien il pouvait mettre d'esprit
dans l'érudition; Urbain Chevreau, né en 1613 dans la patrie d'Urbain
Grandier, ancien précepteur du duc du Maine, ancien secrétaire de la
reine Christine de Suède, auteur estimé d'un tableau de la Fortune
et de ses effets, homme honnête et lettré, ayant vu tout le règne de
Louis XIII et les trois quarts de celui de Louis XIV, aurait pu fournir
son tribut d'anecdotes et de réflexions; Guillaume Bautru, comte de
Nogent, par la grace de ses bons mots, à qui ses bouffonneries de cour
avaient acquis 100,000 livres de rente, selon madame de Motteville,
eût très convenablement représenté les enfans de la grande intrigue
du monde; l'abbé Le Camus, épicurien aimable tant qu'il fut aumônier
du roi, prélat austère une fois nommé à l'évêché de Grenoble, ce qui
arriva en 1671, eût mêlé quelque peu de théologie à ces conversations;
or, il en faut dans toute conversation solide; et quant au bon abbé
de Marolles, le trop fécond et trop naïf traducteur de l'antiquité
latine, il eût été le bardot de l'assemblée pour sa joie et pour la
nôtre; mais point: Tubertus Ocella ne concevra point son _Hexaméron_
ainsi. Il parlera tout seul dans sa quatrième journée, comme ses
amis le feront les cinq autres jours, et ce sera pour démontrer, par
l'autorité graveleuse du centon d'Ausone et des Endécasyllabes de Pline
le Jeune, comment, dans sa description du fameux antre des nymphes
de l'Odyssée, Homère a prétendu faire une allusion moitié érotique,
moitié anatomique, aux parties secrètes de la femme. Voilà certainement
une folie insigne, fort cynique et peu séduisante. Les philosophes ne
devraient jamais toucher ces cordes-là, ils n'y entendent rien.

Egysthe Chevreau a mieux rencontré au premier dialogue, où il fait
voir, par de notables exemples, que les meilleurs écrivains sont sujets
à se méprendre. Ainsi, dit-il, Aristote a mis la source du Danube dans
les Pyrénées, et son commentateur Crémonin l'en excuse ridiculement
sur ce que les anciens pouvaient bien rattacher la chaîne des Pyrénées
à celle des Alpes. Bergier, l'historien des grands chemins de Rome,
commit une bévue du même ordre, en traduisant l'inscription suivante:
_Decimius médicus Clinicus chirurgus occularius_, par ces mots:
_Décimius médecin, Clinicus chirurgien oculiste_; de même, un savant
religieux italien traduisit _paroles de mauvais aloi_ par _parole
di cattivo aloes_, et le cardinal de Richelieu prit le nom du poète
Térentianus Maurus pour le titre d'une comédie de Térence. Tout ceci
nous rappelle un personnage qui se disait piqué de la Tarentaise, et
ce chancelier de France, dont parle Balzac dans son Aristippe, lequel
était si neuf, touchant certaines matières, que de chercher, sur la
carte, la démocratie et l'aristocratie, comme il eût pu faire la
Dalmatie et la Croatie.

Les méprises des grands auteurs ne sont pas toutes de cette force, il
faut l'avouer; mais il n'est aucun d'eux, Egysthe a raison de le dire,
qui, dans le cours de sa carrière, n'ait, à son tour, payé quelque
tribut à l'ignorance. Il convient de le leur pardonner, et, dans
l'occasion, de les interpréter favorablement, ainsi que le recommande
Marulle au second dialogue; toutefois, ce serait pousser l'indulgence
trop loin, ne lui en déplaise, que d'excuser leurs licences comme
leurs bévues, que de passer à Sénèque sa description des débauches
d'Hostius, à Dion de Pruse, dit Chrysostôme, l'ami de Trajan, l'éloge
qu'il fait de l'onanisme en racontant les félicités solitaires et
pourtant publiques de Diogène, éloge renouvelé par le duc d'Albe, si
nous avons bonne souvenance; lequel duc d'Albe mettait la masturbation
au rang des premiers devoirs d'un bon général d'armée. Saint Augustin
n'est pas moins blâmable, pour établir qu'Adam et Eve ne se connurent
charnellement qu'après leur péché, d'expliquer, dans sa Cité de Dieu,
comment le père des hommes, dans son état de pureté, jetait sa semence
avec la main dans l'utérus de sa compagne. Ce qui est trop nu blesse le
goût autant que les mœurs.

Il est également des bizarreries peu dignes de mémoire; telles sont
celles que rapporte Racémius Bautru, au troisième dialogue, touchant
les parties sexuelles du corps humain. Ainsi, quand Vossius prétend,
au neuvième livre de son Histoire de la Philosophie, que les organes
de la génération ne vinrent à nos premiers parens qu'après leur chute,
comme de véritables écrouelles; quand Aristote considère le membre
viril comme un animal à part; quand Charles IX, saisi par cet endroit
en jouant avec Villandry, veut punir de mort ce maladroit, et ne
lui fait grâce qu'à la prière de l'amiral de Coligny; quand le père
François Alvarez raconte que les filles d'Abyssinie portent suspendues
secrètement de petites clochettes, par manière de galanterie, comme si
l'heure du berger ne pouvait pas sonner sans cela, Vossius, Aristote,
Charles IX et le père François Alvarez ont tort, et Racémius Bautru
aussi, et peut-être nous aussi d'en faire souvenir.

Le cinquième dialogue conduit par Ménage ne présente, pour tout
fruit, qu'une critique froide des œuvres de Balzac, notamment de son
Aristippe, qu'il appelait son chef-d'œuvre. Ici Ménage ou La Mothe le
Vayer paraît avoir cédé à un mouvement de malveillance; car Balzac,
bien que trop bel-esprit, et trop dépourvu de sentiment, ne laisse pas
que d'être un homme supérieur. Les portraits de courtisans que fait son
Aristippe sont généralement vrais et parfaitement écrits. Il y flatte
un peu Louis XIII et le cardinal de Richelieu; mais la flatterie peut
tomber plus mal, et somme toute, les entretiens, les lettres et les
traités de Balzac valent bien mieux que l'_Hexaméron rustique_, ou
même que les Dialogues d'Orasius Tubero. Jamais Balzac ne fût descendu
aux puérilités du sixième et dernier dialogue de l'_Hexaméron_,
conduit par l'abbé Le Camus, dans lequel cet ecclésiastique enjoué
passe la revue des saints que les divers corps de métiers ont pris
pour patrons par forme de rébus, tels que saint Blanchard, patron des
blanchisseuses, saint Roch, patron des paveurs, saint Vaast, patron des
meuniers, l'Ascension, fête des couvreurs, saint Liénard, patron des
prisonniers, etc. L'ouvrage se termine par un éloge du scepticisme; si
c'est là où l'auteur en voulait venir, le lecteur pensera qu'il a pris
le plus long.



DE USU FLAGRORUM

IN RE MEDICA ET VENERIA,

  Lumborumque et renum officio, Thomæ Bartholomi, Joannis-Henrici
    et Meibomii patris, Henrici Meibomii filii. Accedunt de eodem
    renum officio Joachimi Olhasii et Olaï Wormii dissertatiunculæ.
    Francofurti, ex bibliopolio Daniel Paulli, 1670. (1 vol. pet.
    in-8 de 144 pages, pap. fin.) (_Rare._)


DE L'UTILITÉ DE LA FLAGELLATION

  Dans les plaisirs du mariage et dans la médecine, traduit de
    Meibomius, par Mercier de Compiègne, avec le texte, des notes,
    des additions et figures. Paris (J. Girouard), 1792, in-16. 1
    vol. in-16, pap. vél, peu commun.


TRAITÉ DU FOUET,

ET DE SES EFFETS SUR LE PHYSIQUE DE L'AMOUR,

OU

APHRODISIAQUE EXTERNE,

  Ouvrage médico-philosophique, suivi d'une dissertation sur les
    moyens d'exciter aux plaisirs de l'amour, par D*** (Doppet),
    médecin, 1788. 1 vol. in-18 de 108 pages, plus 18 feuillets
    préliminaires.


HISTOIRE DES FLAGELLANS,

  Où l'on fait voir le bon et le mauvais usage des Flagellations
    parmi les chrétiens, par des preuves tirées de l'Écriture
    sainte, etc., trad. du latin de M. l'abbé Boileau, docteur de
    Sorbonne (par l'abbé Granet). Amsterd., chez Henri Sauzet,
    1732. (1 vol. in-12.)

(1670--1732-88-92.)


Les orgies des savans ont toujours un côté sérieux. Voilà qu'en 1639,
dans un repas donné à Lubeck, chez Martin Gerdesius y conseiller du
duc de Holstein, auquel assistaient, entre autres convives, Chrétien
Cassius, évêque de Lubeck, et le célèbre médecin Jean-Henri Meibomius,
d'Helmstadt, on vint à parler des flagellations médicales, comme d'une
pratique ridicule et insensée. Pas si ridicule, dit Meibomius, et je
vous le prouverai. Il tint parole; de là ce traité singulier dédié
à son cher ami l'évêque de Lubeck, qui fut imprimé d'abord à l'insu
de l'auteur, et où sont accumulés, sur la foi de Cælius Aurelianus,
de Rhazès, de Menghus Faventinus, de Pétrone, du prince Pic de la
Mirandole, de Cœlius Rhodigianus, etc., etc., quantité de faits,
dont plusieurs fort cyniques, d'où ressort, dans la plus complète
évidence, la puissance qu'a la flagellation appliquée sur la région
lombaire, soit de dissiper les vapeurs cérébrales, soit d'exciter à
l'acte générateur, soit même (et ceci m'a paru plus merveilleux que
tout le reste), de rendre l'embonpoint aux corps humains exténués.
Maintenant la raison de cette puissance? un pédant rêveur la trouve
dans la conjonction des astres; Galien et Pic de la Mirandole, dans
la force de l'habitude; mais tout le monde n'a pas l'habitude d'être
fouetté, et tout le monde est plus ou moins soumis à cette action de
la flagellation; il faut donc chercher une autre cause. C'est à la
médecine et à l'anatomie que Meibomius la demande très judicieusement.
On doit lire, dans son ouvrage, les développemens qu'il donne à sa
théorie sur l'office des lombes et des reins, lequel consisterait
principalement à élaborer le fluide séminal, par l'action des esprits
que les artères et les veines ont portés dans ces parties, d'où suit
la conclusion naturelle que les moyens qui augmentent la chaleur et
la force du sang dans la région précitée y favorisent l'action de
ces esprits et l'élaboration génératrice. Comme il faut toujours
des autorités aux docteurs, Meibomius fortifie ses raisonnemens par
des témoignages tirés d'Aristote, d'Avicenne, d'Ovide, de Tibulle,
d'Apulée, des Pères de l'Eglise et d'Origène, en son commentaire du
109e verset du Psaume 37, «_mes lombes sont remplis d'illusions_.»
Il finit son traité par l'aveu que la flagellation peut, en certains
cas, servir légitimement d'aphrodisiaque; toutefois, il n'envie
l'administration de ce remède à personne: je suis de son avis.

La lettre que le médecin danois Bartholin écrit à Meibomius le fils, en
lui dédiant sa nouvelle et excellente édition du Traité de Jean-Henri
Meibomius, est un appendice intéressant de l'ouvrage, par les faits
corroboratifs qu'il contient. Il suffit ici d'indiquer ces faits et
surtout l'histoire du sieur et de la dame Jourdain, tirée des anecdotes
moscovites de Pierre d'Erlesunde, qui établit que les femmes russes
tenaient à grand honneur et plaisir d'être fouettées par leurs maris,
et que leurs maris tenaient la chose à grand usage. Ceci pouvait être
vrai en 1669, mais ne l'est certainement plus aujourd'hui.

Meibomius, le fils, répond à Bartholin une lettre semi-docte,
semi-plaisante, et se montre encore plus pénétré que son père de
l'usage dont la flagellation peut être dans la médecine.

On doit convenir que l'emploi du latin en pareille matière avait sa
bienséance. Cela est surtout apparent lorsqu'on vient à comparer
le texte original des Meibomius et de Bartholin à la traduction
que Mercier de Compiègne nous en a donnée en français, avec un
accompagnement de petites notes rabelaisiennes qui passent toute
mesure dans un ouvrage plutôt scientifique, après tout, qu'érotique.
Le médecin Doppet s'est encore moins gêné que Mercier de Compiègne,
dans son _Traité du Fouet_, qui est une imitation plagiaire du traité
de Meibomius. Ici tout est libertinage et satire grossière. Le lecteur
n'y saurait rien apprendre d'utile; en revanche, il y peut souiller
son imagination, et même trouver les moyens de ruiner sa santé; car
l'ouvrage contient une pharmacopée très étendue des plus actifs
aphrodisiaques, réduits en électuaires formulés, suivie d'une liste
raisonnée des plantes analogues à la vertu de ses récipés. Tout est
utile, au contraire, et vraiment digne d'attention dans l'_Histoire
des Flagellans_ que publia, vers la fin de l'année 1700, dans un latin
aiguisé du sel de Plaute, l'abbé Boileau, frère du grand Despréaux.
Cet excellent écrit que l'abbé Irailh, dans son _Recueil des querelles
littéraires_, a eu grand tort d'appeler un livre saintement obscène,
traduit en français dès 1701, puis en 1732 par l'abbé Granet, l'éditeur
des œuvres du savant de Launoy, n'excita pas moins, quand il parut, une
grande rumeur parmi les moines, les théologiens, et surtout chez les
jésuites, soit à cause des opinions jansénistes imputées à l'auteur,
soit par une suite de cette déplorable prédilection que les jésuites
ont toujours eue pour la _discipline d'en bas_, comme on disait. Le
père du Cerceau et l'infatigable controversiste Jean-Baptiste Thiers,
curé de Vibraye, s'emportèrent cruellement, dans cette occasion,
contre l'abbé Boileau. De leur côté, les moines et les moinesses, qui
voulaient absolument se fouetter jusque _ad vitulos_ en chantant, au
chœur, le miserere, firent grand bruit. Mais de réfutation concluante,
il n'en parut aucune; aussi n'y en avait-il pas de possible. L'abbé
Boileau, bien supérieur à Meibomius, dont il ne laisse pas que de
s'appuyer, poursuit, en dix chapitres, la flagellation, spécialement
la flagellation volontaire, depuis son origine jusqu'à nous, sous
toutes ses formes et ses prétextes, comme une indigne coutume née
du paganisme et de l'esprit de libertinage. Dans l'éducation des
enfans, elle corrompt le maître et dégrade ou pervertit le disciple.
Quintilien en réprouvait l'usage. Comme peine infligée aux esclaves
et aux hérétiques, elle blessait la décence et favorisait la cruauté;
comme moyen de se mortifier soi-même, c'est la plus dangereuse des
macérations, en ce qu'elle excite la chair en la voulant réprimer;
comme pénitence, elle joint le ridicule au scandale. Ne fait-il pas
beau voir le père Girard donnant la discipline à la belle Cadière,
pour commencement de satisfaction, et cela parce que liberté pareille
a été prise, sans encombre de chasteté, par Saint-Edmond, Bernardin
de Sienne, et par le capucin Mathieu d'Avignon? Que de pères Girard
ignorés cette coutume n'a-t-elle pas produits contre un Saint-Edmond?
A en juger par la nature humaine qui est la même partout, la
flagellation du christianisme n'a pas eu d'avantages sur celle des
lupercales, et dans le nombre des dévotes fouettées, nous avons dû
avoir autant de femmes compromises que les Romains. Ici la matière
s'égaie d'une histoire extraite de Michel Scot, livre IV, de ses
_Tables philosophiques_. Il s'agit d'un mari jaloux qui, ayant suivi
sa femme à confesse, et ayant vu le prêtre, après l'aveu, emmener la
pénitente derrière l'autel pour la discipliner, s'offrit à recevoir les
coups à la place de sa tendre épouse. Le prêtre consentit et, durant
l'opération, la belle s'écriait: Frappez fort, mon père, car je suis
une grande pécheresse. «O Domine, tot tenera est, ego proipsa recipio
disciplinam; quo flectente genua, dixit mulier: percute fortiter,
Domine, quia magna peccatrix sum.» On n'imaginerait pas à quels excès
la fureur de se flageller peut être portée si l'histoire n'était là
pour les attester. On vit une veuve de distinction subir volontairement
ce qu'ils appelaient la pénitence de cent années, c'est à dire trois
mille coups de discipline par an. Le moine Dominique l'encuirassé en
souffrit bien d'autres, ainsi que son surnom l'indique; mais quant
à celui-là, c'est tant pis pour sa cuirasse, je ne le plains guère,
non plus que le cardinal Pierre de Damien, qui, vers l'an 1057, selon
l'abbé Boileau, introduisit cette stupide et dangereuse coutume de la
flagellation volontaire dans notre religion, primitivement si dégagée
de toute superstition honteuse.

Ce qu'il y a de pire dans les usages absurdes et violens, c'est qu'ils
sont contagieux, tant il y a de l'animal chez l'homme. Ainsi, de ce
que Pierre de Damien et Dominique l'encuirassé s'étaient fouettés par
pénitence dans le XIe siècle, il advint, par un effet de l'exemple,
soutenu de terreurs imaginaires et d'un sentiment profond des calamités
du temps, que des multitudes de flagellans vagabonds se levèrent en
Italie, vers l'année 1260, se renouvelèrent avec encore plus de folie
et de scandale, jusque dans l'Allemagne, en 1349, pour se représenter
une troisième fois, et, alors, dans le délire de l'ignorance et de la
débauche, de 1574 à 1583, sous le patronage du roi Henri de Valois,
conseillé par son confesseur jésuite, Edmond Auger[11]. Dans le cours
de cette longue maladie, qui heureusement eut ses intervalles, ce
fut vainement que les plus savans et les plus vertueux hommes, tels
que Jean Gerson, en 1395, que nombre de docteurs avoués de l'Eglise,
que des corps et des magistrats révérés, tels que l'avocat général
Servin, et le Parlement de Paris, en 1601, condamnèrent ces folies si
scandaleusement prônées par le jésuite Gretzer, dans son apologie de
la métanéologie d'Edmond Auger, rien n'y fit, rien, sinon le temps
et la lassitude; encore restait-il assez de traces de ces souillures
dans les ames religieuses, en 1700, pour que l'abbé Boileau, docteur
de Sorbonne, homme de vie irréprochable, eût beaucoup à souffrir de
les avoir racontées, démasquées et courageusement flétries. Espérons
que, du moins, c'est une affaire dite et conclue au profit des mœurs
et du bon sens. L'Evangile nous enseigne que, dans l'amour de Dieu et
du prochain, consiste toute la religion: c'est dire que la vraie, la
solide pénitence réside dans le repentir de la faute commise et la
réparation du dommage causé. Ces deux grandes conditions remplies, que
le pécheur se mortifie si la piété le conseille ou l'ordonne; la raison
ne l'empêche! mais qu'il le fasse avec mesure et silence, et surtout
point de nudités en plein air; conséquemment, point de discipline d'en
haut ni d'en bas!

  [11] _Voy._, dans la _Bibliothèque universelle_ de Le Clerc, tom.
  8, pages 455-60, un récit de Flagellation volontaire des pénitens
  de Dusseldorff, en 1684, envoyé à l'auteur, par un sieur du Ry,
  témoin oculaire, récit qui passe en ridicule, si ce n'est un
  scandale, d'autres faits de même nature rapportés au tome IV du
  même recueil, touchant la Flagellation volontaire des pénitens à
  gages, usitée à Turin, et favorisée par les jésuites.



DE LA

CONNOISSANCE DES BONS LIVRES,

OU

EXAMEN DE PLUSIEURS AUTEURS;

  Par Charles Sorel, né en 1599, mort en 1674. (1 vol. pet.
    in-12.) Amsterdam, chez Henri et Théodore Boom, M.DC.LXXII.

(1671-72.)


Sans le quatrième et dernier chapitre du quatrième et dernier Traité
de cet ouvrage, nous n'en aurions point parlé; non que le livre soit
d'ailleurs méprisable, ni très commun, mais parce que, pour le fond,
l'auteur ne s'y élève guère au dessus d'un esprit et d'une science
ordinaires, et que, pour la forme, son style est froid et pesant
jusqu'à devenir parfois soporifique. Dans ce dernier chapitre donc, qui
traite _du Nouveau langage françois ou du langage à la mode_, on trouve
des particularités relatives à l'histoire de notre langue qui méritent
d'être recueillies, et que, pour cette raison, nous exposerons ici en
peu de mots.

Malherbe et Cœffeteau ont beaucoup servi à l'ennoblissement du français
et l'ont dégagé de l'attirail antique de Ronsard, comme du clinquant
italien des Médicis. Depuis eux on a rarement dit des choses telles que
celles-ci d'un ministre d'Etat fort sage, mais fort méchant discoureur:
«Je me suis fait un cal contre les impropères.» C'est à Balzac que
revient cette locution _à moins que_, dont la cour s'engoua. Les
femmes ont grandement contribué aux variations du langage en France.
Le Cyrus et la Clélie ont introduit quantité de nouveaux mots et de
nouveaux tours qui sont restés. Évaporé, écervelé, éventé, attachement,
engagement, empressement, emportement, accablement, personne
accablante, prétexte, précautionner, insulter, donner un certain tour
aux choses, avoir l'esprit bien ou mal tourné, raisonner juste, faire
les choses de la belle manière, les prendre du bon ou du mauvais côté,
parler tout franc, avoir des sentimens délicats, traiter une affaire
de la dernière conséquence, etc., etc.; tout cela nous est venu de
mesdames les précieuses, entre 1640 et 1660; tout cela est précieux en
effet, mais l'usage en a effacé la teinte précieuse. _La princesse de
Montpensier_, jolie nouvelle de madame de la Fayette et de Ségrais,
est un des premiers livres dont le style ait été généralement approuvé
du beau monde. _Les Amours de la Cour de France_, par Bussy-Rabutin,
et l'_Histoire de la comtesse de Selles_ ont fourni les premiers
modèles d'une galanterie où la liberté s'allie à la délicatesse.
Cependant, vers ce temps, le sceptre du langage passa, de la cour,
dans les mains plus fermes des gens de lettres. C'est à Molière, dans
sa comédie des _Précieuses ridicules_, que ce changement de fortune
est dû principalement, et aussi, ajouterons-nous, à Pascal, dans les
_Lettres provinciales_. Le peuple a ses proverbes et ses quolibets
qui sont les tropes de la rue; la cour a ses métaphores qui sont les
proverbes du salon. D'un côté, l'on dit _qui refuse muse_, _à bon
entendeur salut_, _attendez-moi sous l'orme_, _rira bien qui rira le
dernier_; de l'autre, on dit _se mettre sur ce pied-là_, _avoir la mine
de savoir_, _tomber sur le chapitre de_, _aimer mieux le tête-à-tête
que le chorus_, etc. Les femmes, selon Sorel, eurent bien de la peine à
faire passer la locution suivante, _se piquer d'une chose ou de faire
une chose_; c'est qu'aussi cette façon de parler est très précieuse et
pour le moins autant que celle-ci, _renchérir sur le ridicule_, contre
laquelle Molière a été impuissant. Sorel finit ce curieux chapitre de
son quatrième Traité par le conseil qu'il donne à l'Académie de fixer
le langage; conseil naïf, s'il en fut, à notre avis. Les Académies,
très utiles pour honorer et récompenser les écrivains servent peu à
l'avancement des langues et ne servent point à leur conservation; les
langues d'ailleurs ne sauraient être fixées, non plus qu'aucune autre
chose du monde.

Le début de ce quatrième Traité, consacré à _la manière de bien parler
et de bien écrire en notre langue_, ne présente qu'une sorte de
rhétorique des plus communes. Toutefois il y faut remarquer un passage
où l'auteur réfute très bien une idée de son temps qui ne semble pas
judicieuse, bien qu'elle ait son côté philosophique et plaisant, celle
d'écrire l'histoire à rebours, en remontant de moderne à l'ancien,
selon la méthode usitée dans les preuves généalogiques. On conçoit
qu'une telle méthode puisse rendre palpable l'action des causes sur les
évènemens, et si nous avons du loisir, nous essaierons peut-être de
raconter certaine histoire ainsi; mais ce ne sera jamais la manière de
procéder d'un historien sérieux.

Venons aux trois premiers Traités à qui nous avons fait un passe-droit,
savoir: au premier sur la connaissance des bons livres, lequel a donné
son titre à l'ouvrage entier; au deuxième, sur l'histoire et les
romans, et au troisième sur la poésie française. En les compilant, par
ordre, sans nous arrêter à leurs divisions, nous en extrairons ce qui
suit:

Il y a une mode pour les livres comme pour toute chose. Les livres,
sauf quelques exceptions commandées par leur excellence, les livres ont
leur temps pour paraître et leur temps pour durer. Il n'est pas sûr
que les _Essais_ de Montaigne eussent aujourd'hui (en 1671) le même
succès que quand ils parurent. Nous voulons plus de méthode. Sorel a
raison ici; la censure que MM. de Port-Royal firent de Montaigne permet
du moins de le supposer. La forme des livres fait beaucoup pour leur
destinée, et leur titre aussi, et le nom des auteurs aussi. Il y a
tel nom d'auteur qui tue son livre. Théophile Viau fit très bien de
retrancher son nom de Viau. Un bon moyen de pousser un livre est d'en
faire parler souventes fois sous le manteau par de bons compères avant
la publication, puis d'en aller lire çà et là des fragmens.


_Liste des livres dont parle Sorel, qui étaient en renom de son temps,
et ne sont plus connus de personne_:

    L'Honnête Homme, par M. Faret.
    L'Honnête Femme, par le P. Dubosq.
    Lettres des Dames, par le même.
    L'Honnête Garçon, par M. de Grenaille.
    L'Honnête Fille, par le même.
    L'Honnête mariage, par le même.
    Les Harangues des Dames, par le même.
    Les Plaisirs des Dames, par le même.
    L'Honnête Veuve, par M. I.
    Les Sentimens l'Honnête Homme, par M. Chorier, qui fit l'Aloïsia
    sans doute pour les honnêtes femmes.
    La Philosophie de l'Honnête Homme, par le même.
    Le Lycée, par M. Bardin.
    La Femme généreuse, par un inconnu.
    Le Ministre fidèle, par J. Baudouin.
    Les Vies des Ministres, par le comte d'Auteuil.
    L'École du Prince, par M. Chevreau.
    L'Arcadie, de Pambrock.
    Le Secrétaire à la mode, par M. de la Serre.
    De l'Art de parler sans précaution sur toute de sujets, par Morestel.
    Le Héros, par le sieur Laurent Gratian, gentilhomme arragonais.
    Les Avis et les présens de la demoiselle de Gournay.


Sorel, qui s'était annoncé par des romans, qui n'est plus guère connu
que par son roman de _Francion_, s'évertue contre les romans. Il
pouvait leur préférer l'histoire avec tout droit, comme il le fait,
sans aller si loin. Accordons-lui que ces sortes d'écrits sont plus
propres à égarer le jugement qu'à former le cœur, qu'en général ils
vivent d'évènemens extraordinaires que la vérité n'admet pas, sans
avoir, comme les fictions poétiques, le mérite d'élever les sentimens;
qu'ils sont surtout pernicieux à la jeunesse dont ils entraînent
l'imagination au delà des bornes, que la fureur du public pour les
romans de chevalerie et les romans de bergerie aux XVIe et XVIIe
siècles était une vraie démence; mais qu'il nous concède également
qu'il y a des romans excellens, où les mœurs, les passions et les
ridicules des hommes sont fidèlement représentés pour leur instruction
et pour leurs plaisirs. Montaigne ne les aimait pas; mais Montaigne,
avec toute son imagination, était plus réfléchi que sensible. La Noüe
ne les aimait pas; mais le brave La Noüe était un homme de guerre
austère et sérieux à qui l'imagination manquait. Quand on parle des
romans _ex professo_, il faut parler des bons et non des mauvais. Il
ne faut pas entendre que tout s'y passe en incidens forcés comme dans
celui dont une jeune fille, à qui l'on demandait où elle en était du
livre, disait naïvement: «J'en suis au quatrième enlèvement.» Il ne
faut pas prétendre que l'action en soit nécessairement _comme la natte
qu'on peut alonger sans fin, y ajoutant toujours de la paille ou de la
filasse_; car ces défauts ne constituent que les mauvais romans et non
les bons, surtout lorsqu'on est aussi rigoureux pour les romans, il
n'en faut point composer de tels que l'_Histoire comique de Francion_,
laquelle, malgré le succès qu'elle obtint, est une œuvre de très
mauvais goût et d'un comique presque toujours bas ou plat. Certaines
personnes ont osé comparer ce roman de _Francion_ à l'immortel _Gil
Blas_. Cela est bien peu sensé. Nous voulons croire que Sorel a
peint, avec quelque vérité, les mœurs de la jeunesse dépravée, celles
des gens de justice et celles des gens de l'Université, au temps de
Louis XIII; mais il y a tableau et tableau. L' _Histoire de Francion_
est un tissu d'aventures bizarres, d'obscénités sans voile comme
sans charme, de saletés à faire bondir le cœur, assaisonnées d'une
prétention à la morale qui fait pitié. Le héros, dupe d'abord d'un
sot amour pour madame Laurette qui n'est rien qu'une fille de joie
déguisée en femme sensible, finit par s'aller marier en Italie, on ne
sait pourquoi, car il aurait facilement rencontré en France ce qu'il
trouve à Rome. Des galanteries pour de l'argent, des filouteries par
débauche, les sales confessions d'une vieille entremetteuse, des tours
dégoûtans faits à qui n'en peut mais, tels que de faire boire à un
pauvre vielleur aveugle du pissat dans un verre embrené, un style digne
de ces inventions ou d'une langueur insoutenable, voilà bien, il est
vrai, de quoi guérir du goût pour les romans, si le genre ne comportait
pas autre chose; mais il n'en est rien, et il n'en était rien, même
du temps de Sorel; la traduction de Longus, par Amyot, en fait foi.
Il convient de peu prêcher quand on est aussi loin de pouvoir prêcher
d'exemple, et c'est ce qu'oublie notre auteur. Il paraît mieux fondé,
dans son _Traité de la Poésie française_, lorsqu'il se récrie contre
la barbarie de la rime. Toutefois là même, il aurait dû garder plus
de mesure. Il fallait tenir plus de compte, soit de la nécessité de
la rime dans une langue peu rhythmée, soit des heureux effets que les
maîtres du temps en avaient déjà tirés, présages de ceux qui devaient
plus tard immortaliser nos grands poètes de Louis XIV. En somme,
ce petit livre, où il y a de bonnes pensées, ne rapporte pas, à la
lecture, ce qu'il coûte, aux trois quarts près. Charles Sorel, qui se
prétendait de la même famille qu'Agnès Sorel, n'annonce pas sa parenté
par les grâces de l'esprit. Il avait du sens, de la mémoire, des études
et rien de plus. Du reste, homme d'honneur, désintéressé quoique
pauvre, sans intrigue ni ambition, et régulier dans sa conduite: c'est
l'image du véritable homme de lettres. Croirait-on qu'avec sa lourdeur
et sa bonhomie, il ait été précoce au point de figurer à 17 ans dans
le monde littéraire, et qu'il ait été l'intime ami du spirituel et
caustique Guy-Patin? La nature et la destinée sont inexplicables.

Sorel, fils d'un procureur au parlement de Paris, naquit en 1599, et
mourut en 1674.



ADVIS FIDÈLE AUX HOLLANDAIS,

  Touchant ce qui s'est passé dans les villages de Bodegrave et
    de Swammerdam, et les cruautés inouies que les François y ont
    exercées.--Avec un mémoire de la dernière marche de l'armée du
    roi de France en Brabant et en Flandre. 1 vol. in-4 avec fig.
    de Romain de Hooge, représentant les ravages de la guerre.
    Imprimé en Hollande, à la Sphère ↀ.ⅮC.LXXII.

(1672-73.)


Abraham de Wicquefort, diplomate aventurier, qui passa une partie de
sa vie dans des emplois de résident de petites cours à Paris ou à la
Haye, et l'autre dans les prisons de France ou de Hollande, auteur,
entre beaucoup d'ouvrages médiocres, du livre estimé qui a pour titre:
l'_Ambassadeur et ses fonctions_, composa cet _Avis fidèle_ pour
plaire aux Hollandais qu'il servit et trahit tour à tour, argent sur
table. Ce n'était pas à lui naturellement qu'il appartenait de tracer
les devoirs de sa profession; il n'en mérite pas moins d'éloge pour
s'en être acquitté convenablement. Sa destinée parut être d'avoir
le bon droit pour lui, la plume à la main. Il l'a, sans doute, ici
complètement. Pendant la guerre injuste de 1672, que Louis XIV fit à la
Hollande, et qui finit, en 1678, par le traité de Nimegue, le duc de
Luxembourg, un des plus hardis généraux de l'armée de France, entreprit
de profiter des glaces dans un hiver très froid, pour aller ruiner La
Haye. On était alors au temps de Noël; les canaux et les inondations,
qui servent de rempart à la Hollande, étaient gelés; le duc s'aventura,
avec 8,000 hommes, à travers ce pays, où tout devient défilé quand les
eaux reprennent leur cours avec le dégel. Ce dégel, qu'on ne devait pas
attendre, survint, tout d'un coup, durant la marche des Français, qui
furent forcés de se retirer avec des peines inouies. En se retirant,
l'armée mit le feu aux villes et villages qu'elle quittait, ainsi
qu'aux vaisseaux et marchandises, et commit toute sorte de violences.
Les bourgs de Bodegrave et de Swammerdam principalement eurent un sort
déplorable et disparurent dans les flammes avec bon nombre d'habitans.
C'est le récit de ces cruautés qui fait le sujet de l'_Advis fidèle_;
et bien qu'on puisse le soupçonner d'exagération (car il n'est guère
présumable que le soldat le plus déchaîné coupe le sein aux femmes
qu'il viole, et s'amuse, en pillant, à écarteler les petits enfans),
il est certain que la conduite des troupes de Luxembourg fut horrible,
et qu'elle laissa, dans toute la Hollande, des sentimens de haine
et de vengeance, dont Louis XIV éprouva de tristes effets, en 1713,
lors des négociations d'Utrecht. Le récit de Wicquefort fut publié en
1673, probablement par l'ordre des hautes puissances, et adressé aux
Hollandais pour les engager à redoubler leurs efforts, ce qu'ils surent
faire avec succès, grâce au prince d'Orange. La narration, chose très
digne d'estime, est écrite avec un calme et une sagesse mêlés de noble
amertume, qui la distinguent des libelles ordinaires des réfugiés. On y
trouve des faits plus que des invectives. Il n'y a pas seulement de la
modération dans ce système d'accusation, il y a du goût et de la saine
politique: l'ouvrage y gagne d'autant plus d'autorité. Le graveur, en
cela, n'a pas imité l'écrivain, tant sont hideuses les formes sous
lesquelles ces excès sont représentés. Rien n'était plus propre, il
est vrai, à enflammer les esprits. Il y a des circonstances où les
caricatures sont de véritables fusées à la Congrève. Mais à combien
peu tiennent le sort et la renommée des expéditions guerrières! Sans
un dégel, dans le nord, au 1er janvier, Luxembourg aurait probablement
détruit avec méthode et discipline le centre de la puissance
hollandaise; ses soldats se seraient enrichis sans crime; son coup de
main, qui flétrit encore aujourd'hui sa mémoire, passerait justement
pour un des plus glorieux faits d'armes; et, pour tant d'heureux
résultats, il n'aurait pas eu besoin de la moitié du courage et du
talent qu'il déploya, sans fruit, dans sa retraite.



DE L'ABUS DES NUDITÉS DE GORGE.

  Seconde édition, reveue, corrigée et augmentée; jouxte la copie
    imprimée à Bruxelles. Paris, chez J. de Laize de Bresche, rue
    Saint-Jacques, devant Saint-Benoît, à l'image saint Joseph.
    (1 vol. in-12 de 116 pages et 2 feuillets préliminaires)
    M.DC.LXXVII.

(1677)


On attribue généralement le Traité de l'_Abus des Nudités de gorge_
à l'abbé Jacques Boileau, docteur de Sorbonne, frère de Despréaux,
quoique M. Barbier ni M. Brunet ne sachent pas sur quel fondement.
Peut-être cette opinion tient-elle à l'analogie de l'ouvrage avec
l'_Histoire des Flagellans_. L'imprimeur dit, dans son avis au lecteur,
que ce Traité est dû à la piété d'un gentilhomme français qui, passant
par la Flandre, fut singulièrement blessé d'y voir les femmes avec
la gorge et les épaules découvertes; mais une telle censure est plus
naturelle à supposer de la part d'un ecclésiastique. Le gentilhomme,
d'ordinaire, n'est pas si tendre à la tentation, ou bien il l'est
davantage à la tolérance. Notre exemplaire est signé à la main au
dessous du titre, _de la Bellonguerais_. Si l'auteur n'est point l'abbé
Boileau; ne serait-ce pas ce gentilhomme? _Sub judice lis est._

L'ouvrage est divisé en deux parties, dont l'une traite de la nuisance
et de la culpabilité de la nudité des épaules et de la gorge; et
l'autre, des vaines excuses des femmes pour autoriser cet abus. La
matière est toute contenue dans 113 paragraphes, ainsi répartis, 44
dans la première division et 69 dans la seconde. A la fin se trouve une
ordonnance de MM. les vicaires-généraux de Toulouse, administrateurs
capitulaires du diocèse, le siége vacant, pour prohiber lesdites
nudités sous peine d'excommunication. L'ordonnance présente, pour
signataires, les sieurs Ciron, du Four, de la Font, Destopinya, et
Beauvestre, secrétaire.

_Première partie._--Le monde recherche ces nudités; preuve que Dieu les
réprouve.--Saint Paul et saint Jean-Chrysostôme les anathématisent,
surtout dans la maison du Seigneur.--Les femmes ne savent-elles pas
que la vue d'un beau sein n'est pas moins dangereuse pour nous que
celle d'un basilic?--Quelle place Dieu peut-il trouver dans une ame
que les yeux ont trahie?--La nudité d'Eve fut une suite et une marque
de son péché.--Quand on montre ces choses, ce ne peut être que dans
un mauvais dessein; car quel serait le bon? Si les femmes et les
filles se veulent bien souvenir de ce que dit saint Jean-Chrysostôme,
qu'une image et une statue nues sont les signes du diable, elles se
couvriront.--Les Juives, les Romaines même portaient des voiles; quelle
honte pour des chrétiennes que de n'en pas souffrir!--Si elles ne sont
pas touchées de leur salut, qu'elles le soient du moins de leur santé
compromise!--Qu'elles le soient du mépris qu'elles excitent jusque chez
ceux qui les admirent!--Ne veulent-elles plaire qu'aux libertins, mais
elles deviendront leurs victimes. Veulent-elles plaire aux honnêtes
gens, mais alors qu'elles se couvrent.--La femme est un temple dont la
pureté tient les clefs.--Ses discours seraient chastes et sa parure ne
le serait pas! quelle inconséquence!--Un sein et des épaules nus en
disent plus que les discours.--Dieu compare la nation corrompue à la
femme qui élève son sein pour lui donner plus de grace.--Couvrez-vous
donc, mais tout à fait, et ne couvrez pas ceci pour découvrir cela!

_Deuxième partie._--On cherche d'honnêtes motifs ou des excuses pour
découvrir sa gorge et ses épaules. De quoi ne s'excuse-t-on pas?
Adam et Eve aussi s'excusaient.--L'abbé Rupert dit que ce qu'il y
a de pis dans une faute, c'est l'excuse qu'on lui cherche.--Eh!
quelles sont ces belles excuses?--La mode? la coutume? comme si la
mode et la coutume étaient des marques de la justice ou en pouvaient
dispenser!--Jésus-Christ, dit Tertullien, ne s'est pas nommé _la
coutume_, mais _la vérité_.--Elles disent que cela n'est pas
défendu. Ah! quelle ignorance ou quel mensonge!--Ne savent-elles pas
d'ailleurs que qui veut leur plaire et les cajoler commence toujours
par louer leur gorge ou leurs épaules?--Elles savent bien que cela
donne des idées défendues, si cela n'est pas défendu; mais cela est
défendu.--Nous n'y entendons pas malice, disent-elles encore.--Qu'en
sait-on? et puis qu'importe, si nous autres hommes y entendons
malice?--Quand vous n'agiriez en cela que par vanité, ce serait encore
criminel.--Un beau sein est un glaive qui peut tuer un homme.--Vous
agissez d'abord innocemment, je le veux croire, mais on vous cajolera
si bien, que vous périrez par la cajolerie.--Vous êtes de vrais
athlètes du démon avec ce corps demi-nu.--A cela, elles s'écrient:
«Vous voulez donc que nous couvrions aussi notre visage?»--Quelle
belle objection! Ne voyez-vous pas, si elle était fondée, qu'elle vous
menerait à vous découvrir de pied en cap?--D'ailleurs, vous pouvez
rendre vos yeux et votre visage modestes; mais pouvez-vous rendre votre
gorge et vos épaules modestes?--Mais les filles prétendent qu'elles ont
besoin de plaire pour se marier, et les femmes qu'elles en ont affaire
pour conserver leurs maris!--Ici, le gentilhomme ou l'abbé Boileau a
tant de bonnes réponses à faire et répond si bien, que nous y renvoyons
le lecteur.



ORATIO

JACOBI GRONOVII.

  De ratione studiorum suorum, recitata publice, quum græcæ
    linguæ et historiarum professioni auspicaretur, octavo decimo
    mensis martii. ↀ.ⅮC.LXXIX. 1 vol. in-8 de 60 pages.
    (Exempl. de Huet, évêque d'Avranches, légué par lui avec sa
    bibliothèque, aux jésuites de Paris.) Lugduni in Batavis, apud
    Jacobum Gaal.

(1679.)


Voici peut-être le chef-d'œuvre de ce pédantisme universitaire dont
le docteur Mathanasius s'est moqué si agréablement. Profusion d'idées
communes, déclamatoires ou quintessenciées, rapprochemens forcés, abus
d'érudition, périodes interminables, style obscur et contourné comme
à plaisir, recherche d'expressions bizarres et peu usitées, latin
inintelligible à force de travail, rien n'y manque, et sans quelques
sages conseils donnés à la jeunesse, sans un éloge de la république
romaine qui présente parfois de la grandeur, ce serait, à rebours, une
pièce achevée. Nous n'en citerons que l'exorde qui mérite d'être connu.

Jacques Gronovius, récemment nommé professeur de grec et d'histoire à
l'Université de Leyde, à l'âge de 34 ans, commence ainsi son discours
d'ouverture, le 18 mars 1679, en présence du magnifique recteur, des
illustrissimes, splendides et prudentissimes curateurs, du préteur, des
consuls et des juges de la Minerve batave, des très savans professeurs
de l'honorable collége de Leyde, des internonces très fidèles de la
parole de Dieu, enfin devant une très choisie jeunesse académique,
vénustissime aurore de l'avenir hollandais.

    «Très amples seigneurs, si j'avais rencontré un regard
    d'acquiescement dans les yeux du souverain maître, pour les
    souhaits de repos que, dans le parfait contentement où j'étais
    de mon sort, j'avais bien souvent formés, l'importunité
    d'ordonner et d'assembler de nouveaux comices ne vous eût pas
    été imposée, et la maladie qui afflige les corps humains eût
    différé de citer à son tribunal celui qui naguère encore
    était, dans la plénitude de ses forces, votre digne professeur.
    Quant à moi, livré à cette tendre paresse dans le sein de
    laquelle je m'étais doucement caché ou plutôt enfoui (_aut
    verius defoderam_), il me serait donné d'en prolonger la
    jouissance, et, par des promenades faites librement, en tenant
    à la main les livres que l'usage de mon père m'a rendus si
    chers, je marquerais, je nourrirais à l'aventure et comme en me
    jouant, des années qui ne laissent pas que de tressaillir de
    joie dans le commerce de l'adolescence. Bien que certainement
    il fût dû aux mérites du disciple d'Apollon, auquel je succède,
    de causer, par sa disparition, un fracas terrible, et de voir
    la fin de sa course signalée par un nouveau deuil assigné à
    la nature humaine, néanmoins je suis forcé de désirer que
    cette réunion, qui s'opère sous l'apparence d'une fête et
    sous l'image brillante et ornée d'une félicité solide, ne
    soit point, à mon occasion et par mon silence, dépouillée de
    son éclat. Les habitudes de ma vie antérieure ne sont, sans
    doute, pas telles qu'elles doivent, en cette circonstance,
    me contraindre à bégayer, et d'ailleurs, dans tous les yeux
    qui sont fixés sur cette chaire, j'aperçois une justice comme
    adoucie par un certain condiment de savoir, bien rassurante;
    toutefois la transition soudaine d'une retraite si obscure et
    si latébreuse au lustre si resplendissant et si répandu d'un
    tel siége me trouble, me tourmente, à ce point, qu'en dépit
    de l'expérience déjà faite de mes forces et de ma voix, la
    seule considération du devoir empêche ma bouche de défaillir.
    Une grande amertume saisit mon cœur à l'ouverture de cette
    chaire fameuse. Des mânes qui, depuis huit ans, m'étaient
    consanguins, retournés dans leur patrie céleste, après avoir
    fait résonner ces lieux des chants du cygne, non seulement
    frappent et obsèdent de tous côtés mes regards, mais encore
    s'insinuent dans mon ame, semblent me clore la gorge, et
    m'intimer commandement d'aller bien plutôt, dans quelque coin
    secret et solitaire, la voix comme partagée et coupée par les
    sanglots, accommoder mes plaintes et ma douleur à ce grand
    changement de ma fortune, que de venir tenter une irruption
    néfaste dans ce sanctuaire éclairé par tant de langues savantes
    qu'il en paraît frappé de la foudre. (_In hoc tot eruditarum
    linguarum nitore velut fulmine illustratum bidental._) Ces
    empêchemens sont encore augmentés par mon défaut d'assurance,
    à la vérité quelque peu corrigé par un court séjour chez
    les Étrusques, et qui, sans qu'il s'est de nouveau montré
    par l'effet d'une solitude philoctétéenne, ne me donnerait
    aujourd'hui ni tant de remords, ni la crainte, soit d'encourir
    les redoutables sévérités des jugemens qu'il me faut subir,
    soit de perdre en un moment, par ma faute, le peu d'honneur que
    me donnent quelque ressemblance avec mon laborieux père, et
    quelque aptitude aux arts libéraux signalée dès ma jeunesse,
    soit d'imprimer des taches et des rides sur les travaux d'un
    atelier célèbre par le poli des hommes qui le composent.
    Mais, du moins, je l'espère, mes paroles traverseront, saines
    et sauves, en volant, le jugement de cet auditoire, ou, si
    quelques unes y demeurent arrêtées, le pardon m'est promis au
    nom de cette commune, affection qui favorise les plus médiocres
    talens de cette magnitude de bienveillance publique dont je me
    sens déjà tout réconforté par le temps qu'elle m'a donné pour
    réchauffer ma langue et pour me traîner jusqu'ici; et, trompant
    ainsi mon hésitation par un nouveau genre de fraude, je forme
    le vœu, que dis-je, j'ai la confiance, confiance marquée au
    coin de la sécurité, de pouvoir franchir le degré et de remplir
    mon obligation après avoir sauvé les auspices de ce beau jour
    où je crois renaître une seconde fois. Dans cette vue, mon
    esprit se tournant à la recherche de quelque sujet convenable
    et propre à la solennité de ce discours, que pouvait-il faire
    de mieux que de rendre grâce à l'honneur de la clepsydre de
    cette enceinte en pensant à son religieux murmure, et que
    de rendre témoignage de la doctrine sous la discipline de
    laquelle j'ai résolu de placer le tabernacle de ma vie, selon
    la tradition de nos aïeux? Car, je ne prétends pas moins faire
    ici qu'une profession publique de mes pensées, des raisons de
    mes études, des stimulans qui les ont excitées, soutenues,
    charmées, qui m'ont porté à divulguer toute l'économie de
    la république romaine[12]; et ma conduite, à défaut de mes
    paroles, confirmera cette vérité que ce n'est pas la vanité
    qui m'a dirigé, mais la nécessité, étant né dans un siècle
    d'orages où l'homme doit marcher couvert de peur de la pluie.
    C'est pourquoi, bien que mon discours, privé des secours que
    donne la lutte d'un esprit poli, procède uniment sans cette
    uberrine abondance et cette aptitude éminente qui prêtent tant
    d'effet aux paroles, je vous supplie, honorables auditeurs de
    tous ordres, comme il s'agit ici pour vous d'utilité, de même
    que j'apporte en ce jour l'ardeur joyeuse que d'honorables
    suffrages me commandent, d'y apporter, de votre côté, cette
    sainteté des mœurs antiques, cette humanité dont j'entrevois le
    germe sur vos visages, et d'infléchir vos esprits à parcourir
    avec moi le cercle de mon unique argument, etc. (_Ad unius
    argumenti gyrum peragendum continuetis._)»

  [12] Jacques Gronovius Scoliaste, fils de Jean Gronovius
  Scoliaste, et père d'Abraham Gronovius Scoliaste, est auteur du
  _Thesaurus Antiquitatum romanarum_, et d'un autre ouvrage du même
  titre sur les antiquités grecques. Les _Antiquités romaines_
  de Rosin, et le petit ouvrage des _Coutumes des Romains_, par
  Niewpoort, peuvent dispenser du gros livre de Gronovius, sans
  parler de Denys d'Halicarnasse, d'Aulu-Gelle et de Macrobe, d'où
  tous ces messieurs ont tiré le meilleur de leur savoir.

Nous pensons que le lecteur est satisfait comme cela, et qu'il n'en
demande pas davantage, soit pour se convaincre à jamais que l'horreur
de la simplicité, la manie de tourmenter ses pensées conduisent les
plus grands esprits au parfait ridicule, soit pour ratifier la maxime
du Clitandre des _Femmes savantes_, _qu'un sot savant est sot plus
qu'un sot ignorant_.



JOSEPH,

OU

L'ESCLAVE FIDÈLE,

  Poème, par dom Morillon, bénédictin, imprimé à Turin, chez
    Benoist Fleury, 1679. (1 vol. in-8 de 176 pages.)

(1679.)


Ce poème, qui fut supprimé lorsqu'il parut, est devenu très rare. Un
exemplaire s'en est vendu jusqu'à 19 francs en 1797. M. Barbier dit
qu'il y en a une autre édition in-12, portant la rubrique de Bréda,
Pierre et Jacques, 1705, dont les bénédictins firent retirer tous les
exemplaires. L'ouvrage est divisé en six livres qui commencent aux
amours de Jacob et de Rachel et finissent à Joseph mourant plein de
jours et de fortune, après avoir retrouvé ses frères. On voit que le
sujet principal du poème, qui est la fidélité du chaste esclave Joseph
envers son maître Putiphar, est ainsi réduit aux proportions d'un
simple épisode, lequel se trouve au livre troisième. Rien de plus naïf
que le tableau de la passion d'Osirie, femme de Putiphar, encore que le
style en soit très recherché. Il a pu échauffer l'imagination du moine,
mais les gens du monde ne feront qu'en sourire. Osirie, pour exciter
Joseph à devenir entreprenant, lui adresse les vers suivans:

    Nous fuyons à dessein de voir si l'on nous suit,
    Et nous ne pardonnons qu'à peine à qui nous fuit.
    Les moindres libertés nous obligent aux plaintes,
    Mais on aime à souffrir ces légères contraintes.
    Enfin notre pudeur a des engagemens
    Qui ne doivent jamais rebuter les amans.
    Ainsi n'attendez pas, Joseph, que l'on vous prie;
    Osez: vous pouvez tout sur la tendre Osirie.

Joseph répond entre autres choses:

    Non, non, sage Osirie, on ne dira jamais
    Qu'un esclave insolent ait troublé votre paix.

Osirie persiste, insiste et toujours discourant longuement, finit par le
menacer:

    Mais si mon tendre cœur ne peut rien obtenir,
    Cruel! n'en doute pas, je saurai t'en punir.

Arrive la fête du dieu Sérapis. Osirie profite de l'occasion pour
renouveler sa tentative, et cette fois

    Ses yeux tout languissans et son air peu modeste
    Au défaut de sa langue achevèrent le reste.

Que ferez-vous, hélas! Joseph, que ferez-vous? s'écrie alors le poète
bénédictin. Ce que fera Joseph, ce sera un long sermon de chasteté qui
mettra Osirie hors des gonds:,

    A ces mots, possédée, autant qu'on peut le dire,
    Du démon de l'amour, qui la presse et l'inspire,
    Elle fait un effort qui blesse la pudeur
    Et qui marque l'excès de sa brutale ardeur.

C'est dans cet instant délicat pour le moine que Joseph fuit en
abandonnant son malencontreux manteau. Le reste continue à peu près
comme dans la Bible, mais non pas sur le ton de la Bible; il s'en faut
de toute la distance qui sépare la sublime simplicité de l'afféterie
ridicule.



RELATION

DE L'ACCROISSEMENT DE LA PAPAUTÉ

ET DU GOUVERNEMENT ABSOLU

EN ANGLETERRE;

  Traduit de l'anglais. A Hambourg, chez Pierre Plats. (1 vol.
    pet. in-12, mar. vert, dor. s. tr.) M.DC.LXXX.

(1680.)


L'histoire d'Angleterre au XVIIe siècle, inépuisable sujet de
méditations pour nous, servira, dans tous les temps, à prouver deux
choses aux maîtres des hommes: la première, que l'obéissance est si
nécessaire aux sujets que les gouvernemens ont toute facilité pour se
maintenir et s'accroître aux dépens même des bornes tracées par la
justice et la bonne foi; la seconde, que de certaines entreprises,
légitimes en apparence, renversent infailliblement les pouvoirs les
mieux établis qui les tentent; ce sont celles qui choquent les mœurs et
les opinions contemporaines.

Un prince dissolu et absolu s'allie aux ennemis naturels de son pays,
dans le but de se mettre, par leur secours, au dessus des lois qu'il a
promis solennellement de respecter; il en reçoit des subsides cachés;
il entreprend pour eux une guerre insensée et ruineuse; il proroge
tour à tour et dissout arbitrairement son parlement; il ravit, par
ordonnance, le dépôt sacré des banques publiques; il détourne à son
usage les fonds de l'Etat; tout cela ne lui créera, tout au plus, que
des difficultés passagères qui s'évanouiront aussitôt que, par une
seule démarche adroite, il saura dissiper les soupçons que son peuple
avait conçus d'un secret dessein de changer une religion nouvelle, mais
régnante, contre une religion ancienne, mais détestée, et ce prince,
effaçant ainsi, en un jour, tous les torts d'un long règne, mourra
puissant et regretté: c'est Charles II.

Un prince, réglé dans ses mœurs, sincère, économe, courageux,
laborieux, ami de son pays, arrivé au trône avec une prérogative
exorbitante, s'obstinera, dans la tentative généreuse, de remettre
en honneur sa religion proscrite; en deux ans il tombera de ce trône
affermi et sera proscrit lui-même, trahi par ses meilleurs amis et par
ses propres enfans: c'est Jacques II.

Si ce n'est pas là un enseignement de l'expérience, il n'en est point;
et si cet enseignement est ailleurs méconnu un siècle et demi plus
tard, il n'en est point d'utile.

Le petit livre d'où ces réflexions naissent naturellement, fort
ignoré aujourd'hui, grossièrement composé, indignement traduit, est
pourtant curieux par les détails qu'il donne sur la fatale entreprise
des derniers Stuarts contre les constitutions britanniques. L'auteur,
après un long préambule historique, prend, pour point de vue, la
fameuse séance du parlement anglais du 15 février 1676, dans laquelle
Charles II, après plusieurs prorogations, vint demander d'importans
subsides pour soutenir la guerre antinationale qu'il faisait alors à
la Hollande, par les suggestions, et au profit seulement de Louis XIV,
comme le prouva bien, en 1678, le traité de Nimègue. Les deux Chambres,
en dépit d'un instinct droit d'opposition, poussèrent la complaisance
jusqu'à envoyer à la tour quatre pairs d'Angleterre, Buckingham,
Salisbury, Schatesbury et Wharton, qui avaient réclamé la dissolution
du parlement contre le vœu de la couronne. Ce récit mérite d'être lu,
principalement dans l'endroit où sont exposées les différentes natures
de corruptions ou de séductions qui assiègent les consciences dans les
assemblées politiques. Premièrement, dit l'anglais, _les scrupules_.
Les gentilshommes, ayant charges dans la maison ou dans l'État,
sont facilement conduits à placer leurs premiers devoirs dans une
reconnaissante déférence aux désirs du monarque. En tel cas, on peut
dire que les scrupules surabondent. A entendre ces gens scrupuleux,
_voter contre_ en gardant sa charge, c'est se montrer ingrat; en se
démettant de sa charge, c'est lâcheté aux yeux du roi; se démettre de
son mandat pour garder sa charge, c'est manquer au peuple: il faut
donc _voter pour_, quitte à faire de particulières remontrances. La
belle chose que des scrupules bien placés! Secondement, _la soif des
affaires_. Viennent donc les gentlemen qui, n'ayant point de charges,
et sachant qu'on en obtient plus par la peur qu'on fait que par les
services qu'on rend, se donnent consciencieusement à l'opposition
jusqu'à ce que les ministres, en les nommant, rentrent dans la bonne
voie des intérêts publics. Ces personnes-là ont tant de zèle qu'elles
attirent à elles toutes les affaires du parlement, et ne souffrent
point qu'un bon avis parte d'un autre côté que du leur. En troisième et
dernier lieu, la faim, qui groupe les nécessiteux sans ambition, leur
fait attendre et recevoir leurs alimens des mains du roi, les presse
autour des ministres après chaque séance, _comme autant de chouettes
autour d'un fromage_.

Notons que ceci s'écrivait près d'un siècle avant Robert Walpole.
Faut-il conclure de ces honteuses pratiques, avec les ennemis du
gouvernement délibératif, que c'est le pire des gouvernemens? non pas,
à notre avis, au contraire. Le régime parlementaire ne fait pas la
corruption; il la signale et la tempère en même temps par la publicité
qui est de sa nature. Sans cette publicité, les hommes ne seraient
pas moins corrompus, et le seraient plus librement. Ici les résultats
parlent plus haut que la satire, et ils nous apprennent que, dans les
pays de discussion et d'élection, les abus ont leurs limites, tandis
que, dans les pays silencieusement asservis aux volontés d'un seul ou
de plusieurs, ils n'en ont pas.



RÉFLEXIONS

SUR LA MISÉRICORDE DE DIEU,

  Par une dame pénitente (la duchesse de la Vallière). A Paris,
    chez Antoine Dezallier, rue Saint-Jacques, à la Couronne d'or,
    avec privilége. (1 vol. pet. in-12 de 191 pages, quoique le
    chiffre porte 240. Le volume contient de plus un avertissement,
    la table et des approbations.) M.DCC.XII.

(1680--1712.)


La première édition de ces réflexions, à la suite desquelles se trouve
la vie pénitente de la duchesse de la Vallière, porte la rubrique de
1680, in-12, chez Dezallier. Les ames pieuses et tendres peuvent puiser
à pleine source dans ce petit livre, authentique on non, empreint
d'un repentir sincère, rempli de sages pensées sur le néant de la vie
mondaine, et d'ailleurs écrit avec une aimable et douce simplicité.
«Faites, ô mon Dieu! que je ne me contente pas d'être dégoûtée de ce
monde, et de m'en voir éloignée, peut-être plus par un esprit d'orgueil
et un effet de ma raison, que par un pur motif de votre grâce!...
Préservez-moi du doux penchant qui me porte à plaire à ce monde et à
l'aimer.... Anéantissez surtout en moi, cette vivacité d'esprit qui ne
sert qu'à me détourner des voies du salut!... O que les pensées des
hommes sont vaines et trompeuses quand elles ne sont pas réglées par
l'infaillible sagesse de Dieu!... Que je ne me flatte pas d'être morte
à mes passions, pendant que je les sens revivre plus fortement que
jamais dans ce que j'aime plus que moi-même... Vous savez, Seigneur,
combien l'espérance d'un vain plaisir et d'une bagatelle me remplit et
m'occupe encore. Vous savez combien les louanges et l'estime du monde
me sont nuisibles...; s'il me faut encore demeurer au milieu du monde,
_paratum cor meum, Deus, paratum cor meum_, mais soutenez-moi!...»
(Ainsi madame de la Vallière écrivait ces réflexions dès avant sa
retraite définitive de la cour.) «J'abandonnerai ces personnes
flatteuses avec lesquelles j'ai perdu tant de temps... Oui, Seigneur,
je confesse, après avoir parcouru toutes les vanités du monde, qu'il
n'y a point de véritable joie ni de solides plaisirs ailleurs que dans
votre service et dans votre amour... N'est-il pas bien juste que je
pleure?... Oui, Seigneur, je reconnais vos grâces... Seigneur! exaucez
ma prière! etc.»

A la suite de ces vingt-quatre réflexions, un récit abrégé de la vie
de la pénitente aux Carmélites de la rue Saint-Jacques nous apprend
qu'elle fut ramenée à Dieu par la charité. Un pauvre religieux, à qui
elle fit une riche aumône, bien avant sa conversion, lui ayant prédit
que Dieu ne la laisserait pas mourir dans le péché, elle conçut dès
lors une vive pensée de religion et de repentir. L'instant venu, elle
hésita d'abord entre les capucines et les carmélites, et se résolut
pour ces dernières, on ne dit pas par quels motifs. Ses amis lui
avaient annoncé que l'heure où elle verrait se refermer sur elle la
grille du cloître serait terrible; point; elle n'éprouva que de la
joie, montra une fermeté surprenante à frapper les religieuses mêmes,
et se fit aussitôt couper les cheveux. Elle demanda, par anticipation,
l'habit de carmélite, et s'y accoutuma sur-le-champ, excepté à la
chaussure, dont elle a souffert jusqu'à la mort. _Ah! tibi ne teneras
glacies secet aspera plantas!_

La grossièreté de la nourriture, la dureté du coucher, la veille, le
silence, rien, du reste, ne lui fit, et cela dès le premier jour. Le
spectacle de sa prise d'habit, où Bossuet prêcha, avait attiré un grand
concours de monde; chacun était en larmes; elle réconfortait chacun,
elle se montra si humble qu'elle voulait être simplement sœur converse;
mais la mère Agnès de Jésus-Maria, supérieure du couvent, la refusa,
et elle se soumit. On lui permit toutefois d'aider les sœurs du voile
blanc au travail le plus bas et le plus pénible de la maison. Elle
fit sa profession au chapitre le 3 juin 1675, et, le lendemain, prit
en public, en présence de la reine, le voile blanc. Ses austérités
allèrent toujours croissant. Un jour, en étendant du linge mouillé, par
un grand froid d'hiver, elle souffrit tant qu'elle s'évanouit. Elle
ne s'était pas occupée d'un douloureux érysipèle à la jambe qui lui
survint; il fallut la forcer avec réprimande d'aller à l'infirmerie;
elle se condamna d'elle-même au supplice de la soif, et demeura, une
fois, plus de trois semaines sans boire. Cette vie cruelle finit
par lui valoir de rudes infirmités; elle les souffrit toutes sans
se plaindre. Enfin la mort arriva, elle la vit avec joie, reçut les
sacremens de l'Eglise des mains de l'abbé Pirot, supérieur du couvent,
puis tomba en faiblesse, et rendit sa belle ame à Dieu, le 6 juin à
midi de l'année 1710. Elle était âgée de soixante-cinq ans et dix mois.
Le grand roi pour lequel elle avait tant souffert était moins qu'elle
alors un objet d'envie.



LA FOY DÉVOILEE PAR LA RAISON

  Dans la connoissance de Dieu, de ses mystères et de la nature,
    par M. Parisot, conseiller du roy en ses conseils, maître
    ordinaire en sa chambre des comptes, première édition. Se
    trouve chez l'auteur, rue Simon-le-Franc. 1 vol. in-8 de 282
    pages, plus 25 feuillets préliminaires. A Paris, M.DC.LXXXI.
    (Ouvrage brûlé, et conséquemment très rare.)

(1680-81.)


Jean-Patroche Parisot, qui fut poursuivi, condamné comme impie et dont
le livre fut supprimé, ce qui rendit ce livre d'une extrême rareté
sans le rendre meilleur, Jean-Patroche Parisot était tout bonnement
un fou, avec cette circonstance commune à beaucoup de genres de folie
qu'il croyait, en conscience, tenir dans sa main la vérité des vérités,
ignorée jusqu'à lui, et qu'il la professait publiquement; en cela
différent des sots qui, tout aussi tranchans pour la plupart, ne le
sont, ordinairement du moins, qu'à domicile. Il prétendit donner à la
foi l'appui de la raison, oubliant que les mystères du christianisme
sont précisément institués pour soumettre la raison et la confondre
dans son orgueilleuse ambition de tout connaître et de tout expliquer.
Son zèle indiscret ne fut pas heureux. Il trouvait, dans la nature,
les trois élémens de la Trinité, savoir: le Sel, générateur des
choses, répondant à Dieu le père; le Mercure, dont l'extrême fluidité
représente Dieu le fils répandu dans tout l'univers; et le Soufre
qui, par sa propriété de joindre et d'unir le sel au mercure, figure
évidemment le Saint-Esprit, lien sacré des deux premières personnes de
la Divinité. Ces belles découvertes, il les voyait clairement annoncées
dans la Genèse et l'Evangile de saint Jean, _In principio erat verbum_,
etc., dont son ouvrage n'est que l'explication obscure et paraphrasée.
Nous ne le suivrons pas dans ses divagations inintelligibles, nous
bornant à rapporter un fait singulier. Parisot avait dédié son livre
au Saint-Pere, dans une lettre respectueuse et soumise, en le lui
envoyant manuscrit. Le quatrième jour des calendes d'août 1680, le
cardinal Casanata lui répondit, au nom du pape, _que la cour de Rome
avait lu son ouvrage avec plaisir, qu'il était plein d'esprit et digne
de louanges, et qu'elle en attendrait simplement l'impression pour
l'approuver ex cathedra_. Sur cela, Parisot imprima et fut condamné.
Voilà de quoi doubler la défiance pour les manuscrits. M. Peignot dit
qu'un exemplaire de cet ouvrage fut vendu 15 livres sterling à Londres,
chez M. Pâris, en 1791.



MOYENS SURS ET HONNESTES

POUR LA CONVERSION DE TOUS LES HÉRÉTIQUES,

  Et Avis et Expédiens salutaires pour la réformation de
    l'Eglise. A Cologne, chez Pierre Marteau. (2 tom. en 1 vol.
    in-12 de 582 pag. et 19 feuillets préliminaires.)

(1681.)


M. Barbier ne cite qu'une édition de ce livre, en deux tomes in-12,
Cologne, 1683. Ne serait-ce pas la même que la nôtre avec un titre
nouveau? Bayle, dans son pamphlet contre Jurieu, intitulé: _Chimère de
la cabale de Rotterdam_[13], rapporte _incidemment_ que, dix ans après
l'impression _des Moyens sûrs et honnestes_, etc., on cherchait encore
vainement le nom de l'écrivain auquel est dû cet ouvrage curieux qui
prétend concilier la doctrine du catholicisme avec l'anéantissement
de l'autorité du pape: car tel est le but du livre et le moyen sûr
et honnête qu'il fournit pour la conversion des hérétiques. Il parle
contre le pape comme Calvin, et, à ce prix, demande aux dissidens de
penser sur le dogme comme saint Ambroise. Si les catholiques l'avaient
cru, le catholicisme serait à vau-l'eau maintenant, aussi bien que
tous les dogmes des réformés de toute secte. L'expédient proposé par
l'anonyme est de l'hyper-gallicanisme, unique en son genre par la
hardiesse du dessein, l'audace des expressions, la science et le ton
de conviction qui règnent dans l'exécution du plan. L'auteur raconte,
dans sa préface, que l'idée de son traité lui vint pendant un voyage
qu'il fit à Rome[14], au sortir de ses classes, à la vue des mœurs
et des opinions dissolues de la ville et de la cour pontificales. Il
ne ressemblait donc guère au voyageur du Décaméron qui conclut, des
mêmes désordres, que l'autorité de l'Eglise romaine était, en effet,
divine, puisqu'elle se perpétuait malgré tant d'excès. Voilà comme,
suivant le point de vue où l'on se place, les mêmes faits servent à
des conclusions contraires. Trois longs chapitres composent le traité
dont il s'agit et forment le premier des deux tomes. Dans le premier
chapitre, on lit que la papauté n'a aucun titre divin, et que les
appuis qu'elle tire de l'Evangile sont nuls et de toute vanité. Le
second enseigne que l'ancienne Eglise n'a point connu la papauté, et
réfute les raisons humaines par lesquelles, au défaut de l'écriture et
des Pères, on veut l'établir. Le dernier chapitre essaie de prouver
que l'autorité pontificale n'a fait aucun bien à la religion, et
qu'au contraire elle est la cause de ses plus grands maux. De quelque
opinion que l'on soit, on jugera que ceci, étant traité gravement,
mérite analyse. Nous en donnerons donc une ici, selon notre méthode
qui consiste à résumer les discours de l'auteur, et à peu discourir en
notre nom, l'objet de ces analectes étant de retracer au lecteur les
diverses pensées d'autrui et non de l'occuper avant tout des nôtres.

  [13] Œuvres diverses, tom. II, pag. 780.

  [14] C'était pendant le pontificat d'Innocent XI (Odescalchi),
  si rigide envers Louis XIV, au sujet de la régale, ou sous son
  prédécesseur Clément X (Altieri).


PREMIER TOME.

_Premier chapitre._--Quiconque lira le _Nouveau Testament_ trouvera
que Jésus-Christ seul y est établi pour chef de l'Eglise. Les papes
s'intitulent, à la fois, chef, époux et fils de l'Eglise; c'est de la
folie. Pour soutenir cette folie, ils disent avec Bellarmin et autres
savans ou subtils sophistes, qu'Aaron, chez les Juifs, avait seul
la conduite du service divin, comme si le petit Etat de la Judée et
le monde entier étaient une même chose. D'ailleurs, Aaron lui-même
était soumis à la censure du grand Sanhédrin. L'Evangile ne dit pas
une parole qui ait trait à l'institution d'un chef unique, et, dans
mille endroits, il s'exprime d'une façon toute contraire. Saint Pierre
stipule avec saint Paul que le dernier ira vers les gentils pendant
que lui prendra soin des Juifs; c'est là un partage du monde et non
une hiérarchie réglée. Ils disent que saint Pierre alla à Rome, qu'il
y fut évêque, et qu'il y eut pour successeur Clément, ou Linus, ou
Anaclet, sans en fournir la plus légère preuve. Saint Paul, en certaine
occasion, réprimanda fortement saint Pierre. Est-ce là un témoignage
de la suprématie de saint Pierre? Mais Jésus-Christ nomme souvent
Pierre le premier dans l'ordre de ses apôtres. Qu'importe s'il ne le
nomme pas toujours le premier? Les fameuses paroles, _tu es Pierre,
et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise_, ne signifient rien
s'adressant à tous les apôtres, et se trouvant d'ailleurs dans le même
chapitre où Jésus-Christ appelle Pierre satan, ce qui ne veut pas plus
dire que Pierre fut satan que le reste ne veut dire qu'il fut pape.
Jésus-Christ n'a-t-il pas dit aussi que jamais les portes de l'enfer
ne prévaudraient contre l'Eglise; or, il y eut un temps où les évêques
de Rome étaient ariens: ils n'étaient donc pas alors ceux contre qui
les portes de l'enfer ne prévaudraient jamais. Saint Cyprien[15], saint
Augustin, etc., etc., n'entendent par ces mots: sur cette pierre,
etc., que la foi de Jésus-Christ. Le jésuite Salmeron[16], qui n'est
pas suspect, avoue que l'autorité papale n'a point de fondement dans
l'Ecriture, et la met au rang des traditions orales. Origène, dans son
Traité sur saint Mathieu, saint Hilaire, au livre 6 de la Trinité,
saint Jérôme contre Jovinian, font la part égale entre les apôtres,
toujours suivant l'anonyme, à qui nous oserons répondre que le passage
qu'il cite de saint Jérôme n'est pas concluant pour son opinion. Le
passage le plus remarquable en faveur de la thèse avancée est le
suivant de saint Chrysostôme dans un sermon sur la Pentecôte. «Christus
dixit super hanc petram, non super Petrum; non enim super hominem,
sed super fidem ædificavit Ecclesiam suam.» Le pouvoir de lier et de
délier n'a pu être donné qu'au sacerdoce en général; car il est, de
sa nature, subordonné au repentir et à l'impénitence: or, le prêtre
seul qui communique avec le coupable sait si ce dernier se repent ou
non; le pape, comme pape, l'ignore; donc il ne peut lier et délier
comme pape, mais seulement comme prêtre, et ses foudres, aussi bien
que ses indulgences prises _in globo_, sont vaines. Pourquoi inférer
de ces paroles de Jésus-Christ, répétées trois fois à Pierre, _Paissez
mes brebis_, qu'il lui donnait le commandement de son Eglise? Est-ce
parce que Pierre l'avait renié trois fois? Mais n'est-ce pas plutôt
une réhabilitation de Pierre exprimée trois fois pour compenser sa
triple faute? Au concile de Jérusalem, ce fut saint Jacques et non
saint Pierre qui présida. C'est donc tout ensemble, poursuit l'anonyme,
une grande fausseté, et une impiété insigne au cardinal Palavicini
d'avancer, dans son Histoire du concile de Trente, chapitre XV, que la
religion chrétienne n'a point d'autre certitude prochaine et immédiate
que l'autorité du pape.

  [15] Cyprianus, de Simplicitate prælatorum, St. Augustinus, de
  verbo Domini, Sermo 60.

  [16] Salmero XIII, Comment. in epist. St. Pauli, tom. I.

_Chapitre second._--Les auteurs qui ont parlé de la venue et de la mort
de saint Pierre à Rome l'ont fait sur de si misérables fondemens et ont
dit des choses si contradictoires, qu'ils n'autoriseraient pas, avec
de tels moyens, la croyance la plus légère, même en matière frivole.
Tandis que les uns donnent, pour successeur à saint Pierre, Linus,
les autres nomment Clément, ceux-ci Anaclet, ceux-là, comme Dorothée
_in synopsi_, disent que ce fut Barnabé qui prêcha le premier à Rome.
Saint Paul marque clairement que c'est lui qui a fondé cette Eglise.
Linus, qui fait l'histoire du martyre de saint Paul à Rome, ne dit pas
un mot de la mort de saint Pierre. Les savans reconnaissent que le
combat de saint Pierre avec Simon le magicien est une fiction. Lors
même que saint Pierre eût été évêque de Rome, que s'ensuivrait-il pour
la primatie du siége? Saint Jacques et saint Jean ont survécu à saint
Pierre. Comment croire qu'ils aient été soumis à Linus? et pourquoi
l'auraient-ils été? Rome était alors la capitale de l'empire, mais non
celle de la chrétienté. Les siéges de Syrie étaient bien autrement
importans pour le christianisme que le siége de Rome à cette époque.
L'Eglise primitive qui a dressé le canon des livres propres à régler
la foi y a compris les livres de saint Jacques et de saint Jean,
non pas ceux de Linus et de Clétus qui ont pourtant beaucoup écrit.
Clément, ce prétendu chef de l'Eglise après saint Pierre, reçoit les
ordres de saint Jacques, et, dans sa première lettre, lui écrit comme
à l'évêque des évêques. Saint Denis l'aréopagite, qui a fait un traité
de la hiérarchie, ne parle nullement d'un chef de l'Eglise. Saint
Ambroise s'exprime ainsi dans son Traité de l'incarnation, chapitre
XIV: «Primatus Petri, confessionis non honoris, fidei non ordinis.»
«La primauté de Pierre est une primauté de confession non d'honneur,
de foi non de rang.» Saint Cyprien, au concile de Carthage, ou dans
son traité de _sententiâ episcoporum_, va plus loin: «Neque enim,
dit-il, quisquam nostrum se episcoporum episcopum constituit, ut
tyrannico terrore ad obsequendi necessitatem collegas suos adigat.»
Il appelle Etienne, évêque de Rome, son collègue, dans sa XIe lettre
du IIIe livre. Il dit textuellement, dans sa LVe lettre, qu'il faut
être fou pour s'imaginer que l'autorité des évêques d'Afrique soit
moindre que celle des évêques de Rome. Le concile de Nicée, au VIe
canon, marquant les limites des siéges patriarcaux, assigne toute
l'Egypte, la Libye et la Pentapole aux évêques d'Alexandrie, d'autres
provinces à l'évêque de Rome, d'autres encore à l'évêque d'Antioche,
sans faire aucune distinction de rang entre ces évêques. Sur quoi le
cardinal Cusan, dans sa concordance catholique, livre II, chapitre
XII, observe que l'évêque de Rome a beaucoup acquis contre les saintes
constitutions, par le long usage de la soumission qu'on lui a rendue
sans la lui devoir. Saint Grégoire de Naziance, dans sa XXIIe lettre,
considère l'Eglise de Césarée comme le centre et la mère de presque
toutes les Eglises. Dans le concile milévitain, où saint Augustin se
trouva, il fut arrêté que ceux des évêques d'Afrique qui appelleraient
à Rome seraient excommuniés. Saint Chrysostôme, dans sa XXXVe homélie
sur saint Mathieu, dit que, si quelque évêque affecte la primauté sur
terre, il trouvera sa confusion au ciel. Saint Hilaire résista de tout
son pouvoir aux envahissemens du pape Léon sur le droit des évêques.
Avant saint Cyprien, les évêques étaient égaux, et l'établissement des
métropolitains même ne date que des temps qui ont suivi sa mort. Ce fut
le concile de Chalcédoine qui établit les quatre grands patriarcats
de Rome, d'Alexandrie, d'Antioche et de Constantinople (car celui de
Jérusalem ne compte guère à cause de son peu de durée). Il est évident
que l'importance ambitieuse des évêques de Rome et de Constantinople
ne tient qu'au rang de capitales de l'empire qu'avaient ces deux
villes. Au commencement du triomphe du christianisme, les empereurs
convoquaient et présidaient les conciles, même en Occident. Au concile
de Leptine, sous Chilpéric III, ce fut Carloman qui présida, quoique
l'évêque de Rome y eût un député. Le premier évêque de Rome qui affecta
la prétention d'être le chef de l'Eglise, prétention infirmée par mille
exemples longtemps encore après, fut Boniface III, qui dut cette faveur
à la protection de l'empereur Phocas. L'empereur Othon Ier déposa le
pape Jean XII, vers 964. En l'an 1007, l'empereur Henri II déposa trois
papes, Benoît IX, Silvestre III et Grégoire VI. En résumé, jusqu'au VIe
siècle, point de chef unique de l'Eglise. Depuis, les prétentions du
siége de Rome furent longtemps contestées. Enfin, dans le moyen-âge,
entre 12 et 1400, ces prétentions furent admises avec des modifications
diverses par les Etats d'occident seulement, et sur des considérations
temporelles. La preuve que l'établissement de la papauté actuelle est
une usurpation, c'est que la papauté a fait tomber l'usage des conciles
œcuméniques, lequel est incontestablement inhérent à l'essence même,
comme à l'histoire du christianisme. La cour de Rome est aujourd'hui en
opposition manifeste aux conciles de Bâle et de Constance. Enfin, quand
on opposerait mille témoignages à ceux précités, la réponse serait
insuffisante, car il suffit d'un seul témoignage orthodoxe, en faveur
de la non-institution divine de la papauté, pour que ce ne soit pas
une condition rigoureuse d'orthodoxie, de croire que la papauté soit
d'institution divine.

_Chapitre troisième._--Mais, dit-on, la papauté a de grands avantages.
Je demanderai alors pourquoi il n'y a point de pays moins peuplé de
bons chrétiens que les Etats Romains, et point qui le soit plus que
ceux où la papauté est bridée, tels que la France et l'Allemagne. Le
cardinal du Perron la trouve utile en ce qu'elle est le centre et la
racine de l'unité des chrétiens. Vaines paroles! Elle entretient la
paix de _l'indifférence en matière de foi_, et favorise la politique
temporelle du clergé; et voilà tout. Il y a moins d'hérésies condamnées
avec elle qu'avec les conciles; moins d'agitation dans les esprits;
mais il y a le calme des vices satisfaits et de la foi perdue. Avec la
papauté, il n'y a qu'unité extérieure, et point d'unité intime, car il
n'y a pas deux pays sur la terre chrétienne aujourd'hui où l’'on pense
de même sur les sujets importans, sans parler des discordes entre les
ordres religieux. N'est-ce pas une chose fort consolante pour les gens
de bien, de voir, en ce siége, depuis qu'il règne à peu près sans
contrôle, des enfans, des magiciens, des athées, des sodomites, et non
dix ou douze en tout, mais cinquante de suite, ainsi que Baronius en
convient? Les papes ont perdu l'Eglise grecque, l'Eglise d'Angleterre
et la moitié des autres Eglises par la réforme. Voilà de quel secours
ils ont été au christianisme. Les désordres de leur cour sont un
scandale permanent qui tue la piété, comme leurs pratiques idolâtres
tuent la foi. Ils entretiennent la concorde entre les princes, dit-on
encore; voyons de quelle façon. L'histoire est là pour attester qu'ils
ont maintes fois mis le feu aux quatre coins de l'Europe. On va jusqu'à
vanter les papes parce qu'ils ont établi l'inquisition; mais il n'y
a rien au monde de si sot, de si horrible, de si diabolique, que ce
directoire des inquisiteurs, fait en l'an 1585, où sont excommuniés
ceux qui disent les conciles être au dessus du pape, où la délation
secrète fait preuve, où l'intention présumée est imputée à crime
capital, etc. Les ordres religieux, milice papale, sont une peste
d'ignorance, de violences et de vices de toute espèce. Je n'en excepte
que les trappistes, qui, eux, travaillent et ne confessent pas les gens
du monde ni les grands, et ne chassent point aux codicilles. Bon nombre
de ces moines, notamment dans l'ordre de Saint-Benoît, qu'on nomme pour
cette raison des _titriers_, fabriquent de faux titres pour usurper
les champs de leurs voisins, et donnent jusqu'à 200,000 francs par an
aux officiers des parlemens pour juger en leur faveur. Les papes ont
corrompu les pères du concile de Trente, et ont fait, des décrets de ce
concile tout italien et tout romain, une œuvre plus nuisible à l'Eglise
qu'utile, interdisant, par exemple, aux fidèles non autorisés la
lecture de l'Ecriture sainte. Le plus beau titre des papes est d'avoir
construit de belles églises, d'avoir eu des cérémonies magnifiques,
bien de l'or, de l'argent, des pierreries. Sont-ce là des titres pour
un vicaire de Jésus-Christ? Comment veut-on que les protestans se
convertissent en présence d'un abus si énorme et si ridicule que la
papauté? Il est temps que les princes s'accordent pour faire cesser ce
scandale, et pour rendre, par le rétablissement des conciles, la foi au
monde chrétien et sa véritable unité.

Ainsi se termine ce traité virulent, le plus violent écrit contre
l'autorité du Saint-Siége qui soit assurément sorti d'une plume
catholique. Nous engageons les lecteurs de nos _Analectes_, avant
de se décider sur les questions qu'il soulève, à lire et relire
le merveilleux sermon de Bossuet sur l'unité de l'Eglise prononcé
à l'ouverture de l'assemblée du clergé de France en 1682: ils y
trouveront presque toujours l'opposé de ce qui est dit ici, et l'y
trouveront revêtu de formes bien autrement imposantes, resplendissant
de l'éclat du génie oratoire.


DEUXIÈME TOME.

  Cette seconde partie du volume est intitulée: _Avis et
    expédiens salutaires_, et contient six sections, savoir: des
    Cardinaux, des Evêques, des Ecclésiastiques, Réflexions sur
    divers points et pratiques de religion, Miscellanea, et un
    Avertissement final. En voici l'esquisse.

Les cardinaux ne sont bons à rien sous le rapport sacerdotal. Le
concile de Constance demanda qu'on les abolît. Primitivement ils
étaient soumis aux évêques; aujourd'hui les évêques italiens sont comme
leurs valets; leur Evangile, c'est Machiavel. Si le roi de France
supprimait les cardinaux français, cette dignité tomberait bientôt.
Elle ne se soutient que par la rivalité de la France et de l'Autriche.
Ce fut le pape Damase qui, en l'an 1048, créa le premier des cardinaux
français; et de ce jour-là nos rois subirent les empiètements du pape.
Les cardinaux n'élisent les papes que depuis Alexandre III (1160).
Auparavant les papes étaient élus par le clergé et le peuple de Rome,
et confirmés par les empereurs. Les évêques sont d'institution divine,
étant les vrais successeurs des apôtres; mais on leur a laissé prendre
un mauvais pied dans les affaires temporelles, à l'exemple des évêques
de Rome, par toute sorte d'usurpations tolérées, notamment par le
droit de juridiction et de prison. Ils ne devraient exercer aucune
charge ni aucun emploi séculier. Ils sont trop riches; 10,000 livres
de rente leur devraient suffire, et 15,000 livres aux archevêques
(c'est précisément le taux fixé pour les siéges de France en 1830, et
ce taux ne suffit pas à moitié près). Il y a trop de prêtres, même
séculiers. On ne devrait ordonner que des personnes doctes et de bonne
famille, et ne pas souffrir qu'ils tirassent le moindre écu, sous le
nom de casuel, pour quelque office de leur ministère que ce fût (ils
ne demandent pas mieux, mais il faut leur donner de quoi vivre, et ils
ne l'ont pas). L'usage des messes payées est un abus monstrueux qui
aurait soulevé l'Église primitive entière. Il faut pourvoir aux besoins
des prêtres administrativement. Dans l'ancienne Eglise, la messe ou la
cène était beaucoup plus rare qu'aujourd'hui, et le culte consistait
principalement dans les prédications. C'est tout le contraire
maintenant. Les curés de campagne devraient avoir chacun 1,000 fr.
par an (ce n'est pas assez). Pour les ordres religieux, il n'en faut
guère, et pour les jésuites, il n'en faut pas; on sait le mal que ces
jésuites ont fait. Ils veulent régner sous le nom du pape, et pour cela
se servent de la confession; aussi n'aiment-ils que les gouvernemens
monarchiques, parce qu'ils peuvent confesser tous les rois, tandis
qu'ils ne peuvent confesser tous les nobles et tous les citoyens.
Les Anglais, les Hollandais et les dissidens des diverses nations ne
sont réellement détournés de la foi catholique que par l'existence du
pape, des jésuites et des moines. Supprimez ces abus, et la dissidence
cessera facilement (il y aura bien d'autres choses qui cesseront alors
que l'anonyme ne voit pas). Dissertation intéressante sur le serment
d'allégeance et de suprématie, dit le _test_. Détails plus intéressans
encore et raisonnemens ingénieux sur divers points de doctrine, où
l'anonyme cherche à rapprocher les catholiques et les protestans. Il
réussit assez bien pour tout ce qui n'est point _la présence réelle_;
mais, dans ce redoutable mystère, il faiblit, et nous doutons que les
dissidens se contentassent de ses concessions. Cette dernière moitié de
la seconde partie est toute théologique et d'une théologie qui respire
la bonne foi dans son orthodoxie. Les catholiques ébranlés par les
argumens des calvinistes et surtout par ceux des luthériens pourront se
raffermir en y recourant.



MÉDITATIONS CHRÉTIENNES

DU PÈRE MALLEBRANCHE.

  (1 vol. in-12 de 364 pages; édition à la Sphère, Cologne,
    Balthazar d'Eymond.) M.DC.LXXXIII.

(1683.)


Ce livre est composé de vingt Méditations. La première a pour objet
de renverser les bases de la raison humaine et d'établir que l'’homme
ne saurait être, en quoi que ce soit, sa raison et sa lumière. C'est
là toute la substance de l'ouvrage. Dans sa seconde Méditation,
Mallebranche pose en principe l'insuffisance des anges même à trouver
la vérité, sans le Verbe de Dieu, autrement la révélation qui est la
raison universelle. Partant de ce point, il se voit arrêté, dès le
début, par des obstacles invincibles, et il est obligé de se jeter
dans une métaphysique abstruse où il est encore plus difficile de
le suivre que _dans sa Recherche de la Vérité_. La forme dialoguée
qu'il adopte n'est pas favorable à la conviction. Il fait parler la
Divinité en argumentateur plutôt qu'en moraliste, et les discours de
Dieu sont si peu clairs, qu'on se demande à quels esprits la sagesse
suprême peut juger utile de parler ainsi. Une seule page de l'Evangile
ou des Epîtres de saint Paul est plus capable de soumettre la raison,
de subjuguer le cœur que tout ce vain appareil scientifique. Chose
singulière, la plupart des théologiens commencent, dans leurs preuves,
par saper les fondemens de l'évidence, oubliant que, sans l'évidence
humaine, il n'y a de preuves d'aucune espèce, pas même de leurs
négations. Ce n'est pas tout: par une étrange contradiction, à peine
ont-ils proclamé que la raison de l'homme ne peut rien connaître,
qu'ils se mettent à tout lui expliquer, avec des distinctions et des
termes de pur caprice, tels que le mode, la substance, la figure,
l'espèce, le concours concomitant, etc., etc. Aussi c'est-il chaque
jour à recommencer, et leurs syllogismes après dix-huit siècles,
n'ont-ils pas avancé d'un pas la démonstration, tandis que d'un mot
Jésus-Christ a renouvelé le monde.

Il semblerait que les démonstrateurs dussent procéder contrairement et
selon la méthode suivante:

De l'essence première des choses, l'homme n'en peut rien connaître, car
Dieu n'en a rien révélé.

De l'existence des choses et des rapports de l'homme avec son auteur,
l'homme en peut connaître et doit en rechercher l'étude, en scrutant sa
conscience et consultant sa raison; car ici Dieu a révélé.



LES SOUPIRS DE LA FRANCE ESCLAVE,

QUI ASPIRE APRÈS LA LIBERTÉ.

  (1 vol. in-4° de 228 pages.) A Amsterdam, fini d'imprimer le
    1er octobre M.DC.XC.

(1690.)


Les quinze mémoires qui composent ce recueil important avaient été
généralement attribués à Jurieu. Mais M. Barbier, ainsi que plusieurs
autres savans, nous semblent mieux fondés quand ils les donnent (au
moins les douze premiers) à Le Vassor, l'historien de Louis XIII. Nous
sommes surpris, d'ailleurs, de la préférence que MM. Charles Nodier et
Brunet accordent sur notre édition à ce qu'ils appellent la première
édition de ce livre, datée de 1689, sans nom de ville. N'y aurait-il
pas ici quelque erreur? et comment pourrait-il exister une édition de
1689 de ces quinze mémoires, puisque, des quinze, cinq seulement ont
été composés en 1689, les dix derniers ayant paru, de mois en mois,
en 1690? Probablement, l'édition dite de 1689, parce que le titre
principal porte cette date, sans rubrique, et la nôtre, dont le titre
principal porte la date de 1690, et la rubrique d'Amsterdam, n'en
font qu'une; d'autant plus que les caractères des deux sont également
nets et présentent le même type. Au surplus, si l'on veut connaître
de curieux détails bibliographiques sur ce livre et sa réimpression
en 1788, il faut recourir aux doctes _Mélanges tirés d'une petite
Bibliothèque_ de M. Nodier; pour nous, suivant le plan littéraire que
nous avons adopté, nous examinerons, sans plus de retard, le contenu de
ces mémoires hardis dans ce qui nous paraît devoir les recommander à la
postérité.


  Premier Mémoire du 1er septembre 1689.--Sur l'oppression de
    l'Eglise, des Parlemens, de la Noblesse et des Villes.

Après quelques considérations générales sur le despotisme que subit
la France comparativement à la modération du gouvernement des autres
Etats, l'auteur entre en matière par un exposé des mesures arbitraires
de Louis XIV dans les affaires de l'Eglise; principalement en ce
qui concerne la controverse du jansénisme, la querelle de la régale
et la conversion forcée des calvinistes. Il se montre gallican sur
le premier chef, ultramontain sur le second et philosophe sur le
troisième, sans déceler, sur ces divers points, des idées arrêtées,
ni des connaissances approfondies. Il qualifie l'assemblée du
clergé de 1682, dirigée par Bossuet, de réunion de prélats de cour:
c'est travestir étrangement la plus mémorable assemblée et la plus
favorable aux libertés ecclésiastiques dont l'_Histoire de France_ ait
offert l'exemple. Ses plaintes sur l'asservissement des parlemens,
sur la juridiction exorbitante des intendans, sur les justices par
commissions, sur la vénalité des charges, etc., etc., sont plus
raisonnables. Il prétend que la noblesse est tombée dans la misère par
l'effet d'une oppression sans égale; que toute faveur est accordée au
paysan sur le gentilhomme; que les terres des nobles sont plus chargées
que les autres; qu'il y a telle province où la noblesse entière, en
se cotisant, ne pourrait pas fournir cent pistoles, etc., etc. Ces
assertions, évidemment exagérées, dénotent l'humeur profonde qu'avait
inspirée à la noblesse le nouveau système d'administration qui, en
la soumettant à des règles centrales, l'avait pour jamais mise dans
l'impuissance de résister ou d'attaquer par les armes. A l'égard
des franchises des villes, de leurs octrois, de leurs priviléges,
confisqués par le pouvoir royal, l'auteur fait voir une grande passion
pour les libertés municipales dont un habile homme a prouvé, de nos
jours, dans une de nos assemblées délibérantes, que l'excès était plus
fatal que l'usage n'en était profitable. Il déplore avec beaucoup
de force et de raison le bannissement des réformés qui tarit, pour
longtemps, en France, les sources du commerce, et priva l'Etat d'une
partie notable des capitaux circulans, les réformés s'étant presque
tous adonnés au commerce et à l'industrie dans l'exclusion où ils
étaient des emplois publics.


  Deuxième Mémoire du 15 septembre 1689.--Sur l'oppression des
    peuples, les impôts excessifs et le mauvais emploi des finances.

L'auteur s'élève ici contre l'énormité des impôts portés jusqu'à 200
millions (qui en feraient bien 800 en 1834), contre les violences et
les excès commis dans la perception de ces tributs; contre le mauvais
usage que l'on en fait, d'où résulte la misère des peuples. S'il faut
l'en croire, c'est à M. Colbert qu'est due cette extension désastreuse
des revenus publics, ou plutôt des revenus du roi. Il a été établi
quelque peu de régularité dans la levée de tant de trésors; on a
fait rendre gorge aux traitans et maintenu, par des rigueurs souvent
injustes et cruelles, cette classe d'hommes dans le devoir; mais les
sujets profitent peu de ces réformes entreprises dans l'intérêt du roi,
non dans le leur. Croirait-on que la cupidité royale a été poussée
jusqu'à ce degré de folie que l'on ait consulté le voyageur Bernier
pour avoir ses renseignemens sur les effets du système adopté chez le
Turc et au Mogol qui rend le prince seul propriétaire des terres, et ne
laisse aux sujets que le fermage de leurs propriétés? et que, sans la
courageuse réponse de cet honnête homme qui n'hésita point à rapporter
à un tel système l'état de ruine absolu dans lequel l'Orient languit,
nous eussions probablement vu passer toutes les terres de France dans
le domaine royal? N'oublions jamais, à ce propos, que pareille question
fut agitée dans le conseil de l'empereur Napoléon; tant le despotisme
est uniforme! Passant de la quotité des impôts à l'usage qu'on en fait,
Le Vassor ou Jurieu se répand en blâmes sur les dépenses de Versailles,
les plaisirs du roi, les pensions des favoris, la fortune de quelques
seigneurs ou parvenus, sur les 80 millions des familles Colbert et Le
Tellier (il y a, dans ce dernier reproche, autant d'exagération que
d'ingratitude), sur les conquêtes de l'Alsace, de la Lorraine, de la
Flandre et de la Franche-Comté, plus ruineuses que profitables (cela
n'était pas vrai, même alors), conquêtes qui, par leur iniquité, ont
été cause de l'inimitié légitime de l'Europe. Aussi, dit toujours
l'auteur, le royaume est-il dépeuplé d'un quart, la richesse des villes
est-elle diminuée de moitié et la condition des paysans pire que celle
des esclaves d'Afrique.


  Troisième Mémoire 1689.--Sur les tristes effets de la puissance
    arbitraire et despotique de la cour de France. Que cette
    puissance est tout aussi despotique que celle du grand-seigneur.

D'où viennent tant de maux? De ce que le roi ne reconnaît aucune autre
loi que sa volonté; de ce qu'il se regarde comme le maître des hommes
et des choses en France par droit divin; de ce que rien ne l'arrête,
ni les conciles, ni les canons de l'Eglise qui s'opposent à ce qu'un
évêque exerce et administre dans un diocèse, avant d'avoir reçu ses
bulles d'institution de Rome, ni les priviléges de la noblesse, ni
même ses propres engagemens, semblables à des _cordes de laine qu'on
croit tenir et qui échappent sous la main_: témoins ces créations de
charges à finance, supprimées presque aussitôt qu'on en a eu touché le
prix, avec des indemnités illusoires; témoins encore ces retranchemens
de quartiers sur les rentes de l'hôtel de ville; témoins tant de
cruautés exercées au nom du seul caprice contre les réformés, causes
de la mort de plus de 40,000 personnes, c'est à dire de quatre fois
autant de victimes qu'en fit périr Louis XI; et enfin ces usurpations
des franchises des villes et des pays conquis, après et malgré des
capitulations solennelles. Que fait de plus le grand seigneur? demande
l'auteur du mémoire après cette terrible énumération de griefs trop
réels. On pouvait, toutefois, lui répondre par le tableau fidèle et non
chargé de la situation de la France sous Louis XIV opposé à celui de la
Turquie sous les sultans.


  Quatrième Mémoire 1689.--Par quels moyens la cour de France
    soutient et exerce sa puissance despotique.

Comment a-t-on pu réduire, sous un joug si pesant, une nation aussi
impatiente, aussi remuante, aussi amie de la liberté même sans frein,
que le fut toujours la nation française? D'abord par trois moyens, 1°
on a enseigné dans les écoles de jurisprudence et de théologie, dans
les Académies, dans les chaires des prédicateurs et dans les histoires,
que le prince est l'image de Dieu sur la terre, et que lui résister,
c'est désobéir à Dieu; que la puissance des rois vient de Dieu et
non des peuples; que les mauvais princes ne doivent pas être moins
soufferts que les bons, attendu qu'ils sont donnés aux peuples par Dieu
même comme châtimens des fautes publiques, aussi bien que les bons
princes comme récompenses; 2° le roi s'est rendu maître des bénéfices
ecclésiastiques, et, les dispensant, selon sa volonté, il s'est ainsi
fait des créatures de tous ceux qui agissent sur la conscience des
sujets, et c'est le bel ouvrage du chancelier Duprat qui partagea les
libertés de notre Eglise entre François Ier et Léon X. Il s'est aussi,
par là, rendu maître des nobles dont il rétablit la fortune à volonté,
dans la personne des cadets qu'il pourvoit _ad libitum_ des bénéfices;
3° le roi, ayant multiplié les impôts, les a mis en partis et en
fermes, et s'est ainsi créé une armée de financiers tout à ses ordres,
qui, tenant ses richesses de lui, favorise et perpétue la doctrine et
l'exercice de la puissance despotique. Voilà déjà trois principaux
moyens de tyrannie; voyons les autres.


  Cinquième Mémoire 1689.--Où est expliqué le reste des moyens
    dont la cour de France se sert pour maintenir sa tyrannie et
    exercer sa puissance arbitraire.

Un autre moyen dont on s'est servi a été de rendre le peuple et la
noblesse surtout généralement pauvres, selon la maxime du cardinal
Mazarin: «Que le peuple françois est un bon asne qui marche d'autant
mieux que plus on le charge.» Et comme l'âne avait un peu regimbé
au temps de la Fronde, on fit renoncer le roi à l'habitation de sa
capitale pour appauvrir la tête et par suite le corps de l'Etat. Un
cinquième moyen fut la multiplication des emprunts dont les intérêts
étaient payés sur les augmentations des impôts. Ce moyen dont on
fit abus, puisque le roi emprunta, dans une seule année, en rentes
sur les villes, jusqu'à 30 millions, est du reste un expédient sage
quand il est ménagé, pour maintenir la paix intérieure d'un Etat, en
ce qu'il intéresse les particuliers au repos et les rend ennemis du
changement. Ainsi la banque de Venise, celle d'Amsterdam, les actions
des compagnies des Indes, sont les meilleurs garans de la durée des
républiques vénitienne et hollandaise, comme du paiement exact de
leurs plus lourdes charges; car qu'arrivait-il si les particuliers
se refusaient à payer 3 ou 400 livres d'impôt? que l'Etat ferait
banqueroute et que ces mêmes particuliers perdraient 3 ou 4,000 francs
de rente qui leur sont bien servis. Mais ce moyen, bon et légitime dans
les Etats libres où l'emploi de l'argent tourne au profit du public,
est pernicieux dans les monarchies, en ce qu'il ne sert qu'à augmenter
les dilapidations du souverain. Un septième moyen fut la vénalité des
charges de judicature, introduite sous François Ier et le pouvoir
excessif donné aux intendans, qui datent de Louis XIII. Ces derniers
vivent en satrapes dans les provinces, et d'un seul mot font trembler
nobles, bourgeois, paysans, chez qui viennent garnisons, huissiers,
etc., au moindre sujet de mécontentement. Enfin un huitième, un
neuvième et un dixième moyen achevèrent l'opération: ce fut d'éloigner
les princes et les grands des affaires, où ils portaient un esprit de
patriotisme et d'indépendance gênant, pour les confier exclusivement
à des hommes nouveaux et, par conséquent, esclaves des fantaisies du
maître, d'entretenir dans l'oisiveté de la chasse l'héritier du trône,
après l'avoir élevé dans l'ignorance des affaires, et de tenir sur
pied de fortes armées même en temps de paix, de façon qu'en dernière
analyse toutes les questions entre le prince et les sujets peuvent se
résoudre contre ces derniers par la force. En vérité, dit l'auteur en
terminant cet exposé, quand on connaîtra Louis XIV, on verra «qu'il a
mérité le surnom d'heureux plutôt que celui de grand; si toutefois,
comme le dit Solon, il n'est pas téméraire de déclarer un homme
heureux avant sa mort. Il y a aujourd'hui, dans l'Europe, deux étoiles
heureuses qui menacent fort celle de Louis XIV. Le temps nous apprendra
ce que nous en devons penser.» Il s'agit sans doute, dans cette
prophétie trop justifiée plus tard, de l'Angleterre et de la Hollande.


  Sixième Mémoire, 2 janvier 1690, Amsterdam.--Que la monarchie
    française n'a pas été fondée sur le pied de la puissance
    arbitraire.--Première preuve générale; la couronne était
    élective.--Vanité de la loi salique.

Bien des gens croient ou feignent de croire qu'il en a toujours été
ainsi en France, et que ce pays fut de tout temps soumis au pouvoir
despotique; il faut les détromper, ou les confondre. 1°. La couronne
fut élective, au moins dans les deux premières races (cette assertion
est trop tranchante, le mot _race_ exclut celui d'élection pris dans
un sens absolu). Or, l'élection du chef de l'État emporte avec soi
la limite de son pouvoir. Que la couronne ait été élective en France
durant 7 ou 800 ans, l'auteur l'établit d'abord dans la personne
de Pharamond, par des citations d'Aimoin et d'un historien très
ancien nommé Humibaldus; dans la personne d'Eudes (d'autres disent
un Clotaire) qui fut élu roi, selon Grégoire de Tours, après que les
Français eurent déposé Chilpéric; dans la personne de Pepin élu roi
après la déposition d'un autre Chilpéric (c'est Childéric qu'il faut
lire). Il l'établit, pour la deuxième race par les propres expressions
qu'il cite du testament de Charlemagne rapporté dans Nauclerus et
Huldric Mutius. Les faits concernant Charles le Simple deux fois
mis de côté à cause de son bas âge et enfin déposé à Soissons pour
sa faiblesse d'esprit, ceux concernant vingt-sept rois consécutifs,
lesquels furent élus, sans parler des élections de Robert, de Raoul
et de Hugues-Capet faites en dehors de la race royale; tous ces faits
relatés par Aimoin et d'autres illustres contemporains servent, à
l'auteur de ces mémoires, d'appui pour son opinion. Il réfute ensuite
Pasquier par lui-même, et prouve que, suivant cet écrivain, non moins
que suivant la vérité, la couronne de Hugues-Capet fut transmise
de père en fils par voie d'élection faite durant la vie des rois
titulaires, pendant dix ou douze générations, c'est à dire jusqu'après
Philippe-Auguste que le droit d'élection, déjà réduit à une simple
forme, tomba tout à fait en désuétude, ainsi que cela s'est vu dans
l'empire d'Allemagne. Une citation du plus grand poids prise dans
Bernard de Girard, seigneur du Haillan, historien de la France et
historiographe de Charles IX, couronne cette suite de témoignages. On y
lit ces mots remarquables surtout sous la plume d'un écrivain du XVIe
siècle. «N'y a au monde aucune monarchie ou principauté héréditaire
qui premièrement n'ait été élective, parce que les peuples sont devant
les monarques et les ont faits, choisis et élus, et en après ont
rendu leurs Etats héréditaires, ou l'ont souffert par la puissance
des princes élus.» Ce mémoire finit par un sentiment hardi contre
l'existence de la loi salique, ou tout au moins contre l'application
qui en fut faite pour la première fois par les avocats de Philippe de
Valois en opposition à ceux d'Edouard III, roi d'Angleterre; et si l'on
vient à demander pourquoi, dans l'hypothèse que la loi salique est une
chimère, jamais les femmes n'ont régné en France, l'auteur répond plus
subtilement que raisonnablement, que c'est une preuve de plus pour lui,
et une conséquence du principe de l'éligibilité de la couronne, n'y
ayant jamais eu d'exemple, en aucun pays, que l'élection ait couronné
une femme.


  Septième Mémoire, Amsterdam, 1er février 1690.--Second moyen
    général pour prouver que la puissance absolue des rois de
    France est usurpée.--Les Etats ont toujours été les principaux
    dépositaires de la souveraineté et sont supérieurs aux rois.

Ce mémoire est plus concluant que le précédent pour le but que l'auteur
se propose, car c'est dans les institutions rivales du pouvoir suprême
plutôt que dans son origine qu'il convient d'en chercher la limite
légale. Or, il est notoire, non seulement par les exemples que le
critique rapporte, mais encore par beaucoup d'autres qu'il omet, que
les grands, le peuple et le clergé assemblés, soit en _placita_ aux
Champs de Mai, sous les première et deuxième races, soit en États
Généraux sous la troisième, ont, sous des formes diverses, selon les
temps, concurremment avec le chef de l'État, décidé les principales
affaires. Les tentatives plus ou moins heureuses, mais, il faut bien
l'avouer, constantes de nos rois pour se substituer seuls à l'autorité
législative des Etats, prouvent plus évidemment que les tenues mêmes
de ces assemblées, qu'elle formait la base de notre droit politique.
L'auteur cite justement, à cette occasion, la guerre du bien public
entreprise contre Louis XI, le premier despote systématique de notre
histoire, afin d'en obtenir une tenue d'Etats. Ce prince parut céder,
convoqua les États à Tours, en reçut un conseil de trente-six membres
pris, par égal nombre, dans les trois ordres, avec lequel il promit
de gouverner désormais; puis, se jouant de sa parole plus tard, il
confirma, par son parjure même, le droit qu'il croyait abolir. Depuis
ce règne si fatal aux anciennes libertés françaises, les Etats, qui,
dans les siècles reculés, se tenaient tous les ans, furent de moins en
moins assemblés et finirent en 1616, sous la minorité de Louis XIII,
pour se réveiller on sait comment.


  Huitième Mémoire, Amsterdam, 1er mars 1690.--Troisième moyen
    pour ruiner les prétentions de la puissance arbitraire.
    Histoire de l'origine du Parlement de Paris. Il fut établi
    pour représenter les Etats Généraux et donner un frein aux
    entreprises de la cour.

Dans l'origine, les États présidés par le prince jugeaient les procès.
Bientôt la multiplicité des causes fit extraire de ces assemblées
générales un certain nombre de personnes qui formèrent un grand conseil
permanent, dont les titulaires se renouvelaient d'année en année,
lequel rendait souverainement la justice avec le roi. L'institution
devenant insuffisante par l'extension des juridictions royales, il
arriva, sous Philippe le Bel, vers l'an 1300, que ces extraits d'Etats
Généraux furent rendus fixes sur divers points du royaume, sous le
nom de parlemens: changement mémorable qui en amena un autre, ce fut
de transporter au choix du roi la composition des membres de ces
assemblées, primitivement élus. Mais d'abord les rois n'effacèrent
point les traces de l'ancienne composition, en ce qu'ils prirent les
conseillers de leurs parlemens parmi les grands et les évêques. La
Chambre des enquêtes, créée par Philippe le Bel, ne jugeait pas et
ne faisait qu'instruire les procès, lesquels étaient jugés par la
grand'chambre. Philippe le Long commença à exclure les évêques des
parlemens. Philippe de Valois, voulant à son tour en exclure les grands
qui tous se faisaient immatriculer sur la liste des conseillers et en
augmentaient le nombre indéfiniment, donna, pour la première fois, des
commissions fixes à un nombre de conseillers limité à trente, mi-parti
clercs et laïcs, lesquels reçurent seuls des gages; et c'est à cette
époque qu'il faut placer l'anéantissement du droit des Etats Généraux
dans l'exercice de la justice. L'établissement des commissions fixes de
conseillers, conférant à vie le droit de juger, éloigna les gens d'épée
de ces parlemens. Cette importante révolution date de l'an 1380 à l'an
1390. On retrouve encore aujourd'hui des vestiges de la primitive
institution de ces parlemens émanés des Etats Généraux, dans le
parlement de Paris, où siègent les pairs, qui vérifie les édits du roi,
qui fait des remontrances, et qui juge les grands. Ainsi le parlement
de Paris, image informe des Etats Généraux, put prétendre, avec quelque
fondement, dans l'anéantissement des Etats, à les suppléer et à limiter
l'autorité royale. Mais les rois ne l'avaient établi ni composé pour
cet objet, et peu à peu ils surent faire disparaître ce dernier
obstacle mis à leur souveraineté. La sublime résistance du premier
président La Vacquerie aux édits injustes de Louis XI, qui réussit pour
cette fois, est un éclatant témoignage de l'ancien droit législatif
des Etats, transféré arbitrairement, par nos rois, aux parlemens, pour
l'enlever ensuite à ces parlemens mêmes. Comme c'était en rendant les
commissions fixes que les rois avaient enlevé aux grands l'intervention
dans les parlemens, ce fut en rendant les charges vénales qu'ils
réussirent à subjuguer les parlemens à leur tour[17]; et ce funeste
ouvrage du despotisme demanda quatre cents ans pour s'accomplir, à
partir de Philippe le Bel.

  [17] Il n'est pas sans intérêt de rapprocher la présente satire
  de l'ancienne monarchie française de l'éloge qu'en fait Claude
  Seyssel dans sa _Grand'Monarchie_. Les extraits que nous donnons
  de ces deux ouvrages mettront le lecteur à portée de juger
  facilement du point précis où il convient de placer la vérité.


  Neuvième Mémoire, Amsterdam, 27 mars 1790.--Nouvelles preuves
    contre la puissance arbitraire de la cour de France, tirées
    de l'Histoire des grandes dignités du royaume. Du grand
    conseil, des maires du palais, des connétables, des pairs
    de France; forme ancienne de nos tribunaux de justice avant
    l'établissement des présidiaux.

Les Etats Généraux avaient l'intervention dans les affaires politiques
et judiciaires. On vient de voir comment les rois leur enlevèrent
l'exercice de la justice par la création des cours de judicature
souveraines qui étaient des Etats en raccourci. L'exercice du pouvoir
politique et législatif leur fut enlevé également par la création du
grand conseil, primitivement composé des grands et des princes, puis
tombé entre des mains vulgaires et dépendantes. Charles VII tint son
grand conseil politique, sur l'ancien pied, à Vendôme, et c'est un des
derniers grands conseils de ce genre. Bientôt Charles VIII et Louis
XII les réduisirent aux proportions d'une cour de judicature suprême,
chargée des évocations, de la connaissance des indults, des matières
bénéficiales, des réglemens de juges et des conflits de juridiction.
Alors les grands et les princes s'éloignèrent de ce tribunal, comme
ils avaient fait des parlemens judiciaires, lors de l'établissement
des commissions fixes et gagées, et le pouvoir du roi fut entier sur
les membres du grand conseil comme sur les conseillers des parlemens
judiciaires. L'auteur des mémoires, après avoir traité l'importante
matière des Etats Généraux, et prouvé, par le travail lent, successif
et constant des rois pour les anéantir jusque dans leurs plus faibles
images, que la constitution originaire de l'Etat n'était rien moins
que despotique en France, passe à l'histoire des grandes charges de
la couronne pour y puiser de nouvelles preuves de son sentiment. Il
examine ensuite l'institution des pairs du royaume, sur laquelle on a
tant disserté sans lucidité avant et depuis le duc de Saint-Simon. Il
y trouve un nouvel appui de son opinion que le gouvernement de France
était absolument semblable, dans l'origine, à celui d'Angleterre, et
que la seule différence qu'il y ait entre les deux pays est que les
Anglais ont conservé leurs priviléges, tandis que les Français ont
laissé perdre les leurs. Pair signifie égal. Les grands étaient pairs
entre eux; les notables étaient pairs entre eux aussi dans chaque fief
grand ou petit, et le plus ancien monument de la qualité de pair, dans
le sens de seigneur ayant des droits particuliers, ne remonte pas
avant Louis le Gros (1216). Encore doit-on reconnaître que ces pairs
du roi n'étaient que les notables des fiefs de la couronne, au même
titre que les notables des fiefs seigneuriaux étaient les pairs de ces
seigneurs. Or, les uns et les autres étaient simplement des juges en
vertu de l'ancien droit de souveraineté des Etats Généraux. Les rois
anéantirent ces justices seigneuriales par l'établissement de tribunaux
inférieurs connus sous le nom de présidiaux, comme ils restreignirent
les justices de leurs propres pairs en les absorbant dans le parlement
de Paris. Il y avait jadis autant de pairs que de grands (proceres,
magnates, optimates), et non pas seulement douze ainsi que l'ont avancé
des historiens mal instruits. Ce ne fut que lors de l'établissement
des parlemens, sous Philippe le Bel, que les pairs ou grands du roi,
en perdant l'exercice de la souveraineté qu'ils tenaient des Etats
Généraux, commencèrent à prendre une consistance de cour, telle que
nous l'avons vue, et distincte de la noblesse en général. Il y a
beaucoup à dire sur cette matière que l'auteur a un peu étranglée.


  Dixième Mémoire, Amsterdam, 29 avril 1690.--Nouvelles preuves
    contre la puissance absolue, tirées de l'Histoire des ducs,
    comtes, marquis, etc., etc. Les grands du royaume qui sont
    aujourd'hui esclaves étaient autrefois indépendans du roi et
    lui étaient égaux, excepté l'hommage.

Ce mémoire est le plus faible et le plus obscur de tous. L'auteur se
perd dans l'histoire de la noblesse dont il est difficile, pour ne
pas dire impossible, de donner un aperçu tant soit peu satisfaisant
en quelques pages. Ses plaintes contre les rois, à l'occasion de la
réunion des grands fiefs à la couronne et de la réduction des droits
seigneuriaux, sont contraires aux vrais intérêts de la France. Si
quelque chose peut légitimer les usurpations incontestables de nos rois
dans la législation du royaume, c'est précisément l'art infini, la
constance et le courage avec lesquels ils ont formé un tout formidable
de tant de parties mal assemblées. On peut assurer que, dans bien des
cas, ils ont substitué l'ordre à l'anarchie, et, qu'à tout prendre,
la France leur doit son existence homogène d'Etat puissant au dehors
et riche au dedans. L'éclat dont ils environnent leur cour servit à
polir les mœurs, le langage, la façon de vivre, et nous ne pourrions
rien leur reprocher si, après avoir, avec tant d'adresse et de bonheur,
fondé une puissance régulière et compacte, ils avaient pris soin de la
perpétuer en la limitant par des institutions balancées. Ils firent
trop tard cette dernière tentative, et, en quelque sorte, forcément.
S'ils l'avaient formée en 1648, sous les auspices des Molé, des
Séguier, etc., Louis XIV, trouvant pour accomplir son œuvre cette foule
de grands hommes que la nature lui prodigua dans tous les genres, eût
ajouté, à l'avantage d'un règne des plus brillans qui furent jamais,
celui de laisser à ses successeurs le royaume le plus florissant et la
couronne la plus solide.


  Onzième Mémoire, Amsterdam, 1er juin 1690.--De l'ancien
    gouvernement par rapport au peuple. La France n'avait pas
    de troupes réglées d'abord. La noblesse portait seule le
    fardeau de la guerre. Les impôts étaient autrefois inconnus.
    Récapitulation et conclusion de tout le précédent.

Jusqu'à Philippe-Auguste, les rois n'avaient pas même de garde pour
leurs personnes. Jusqu'à Charles VII qui entretint, en temps de paix,
six mille hommes de guerre, ils n'avaient pas d'armée permanente. La
guerre se faisait avec le secours des nobles, qui étaient tenus au
service en vertu de leurs fiefs, et les peuples ne payaient que de
légers tributs aux possesseurs des fiefs (pas si légers) pour subvenir
aux dépenses militaires de leurs seigneurs. Ainsi nul fardeau pour les
sujets, dit l'auteur (en quoi il a tort), et nul instrument de tyrannie
entre les mains du roi (en quoi il a raison). Le premier impôt annuel
levé sur les Français, en argent, fut celui de la taille, et il ne
remonte qu'à saint Louis. Philippe le Bel chargea son peuple de l'impôt
du cinquantième denier. Les sujets alors se révoltèrent; il céda et
se contenta d'obtenir des Etats un subside extraordinaire: exemple
imité par ses successeurs. L'impôt sur les marchandises commença en
1300, encore sous Philippe le Bel. L'impôt sur le sel prit naissance
sous Philippe de Valois, vers 1342; et les tailles par tête sous
Charles V, vers 1376; mais toujours avec le consentement des Etats.
En accordant ces subsides, les Etats nommèrent des commissaires pour
en régler l'emploi avec injonction de rendre leurs comptes aux Etats
mêmes. Charles VII ne leva jamais plus de 1,800,000 livres d'impôts
annuels, et Louis XI, si despote, jamais plus de 4,700,000 livres.
Il faut entendre Philippe de Comines et Pasquier sur cette matière
pour connaître à quel point la nation était jalouse de ses droits
financiers, et combien c'était une maxime reçue chez nous que les rois
ne pouvaient lever un denier sans le consentement de leurs sujets.


  Douzième Mémoire, Amsterdam, 15 juin 1690.--Première raison
    pourquoi les Français doivent penser à ramener la monarchie à
    sa forme ancienne: c'est qu'elle court risque d'être ruinée si
    elle n'est réformée. Digression sur la conduite de la cour de
    France et celle de Rome à l'égard l'une de l'autre.

Il est nécessaire de réformer l'Etat en France; cela est juste; cela
n'est pas impossible. Tel est le thème de l'auteur dans les mémoires
suivans; mais, dès le début, une longue et sophistique digression,
tout ultramontaine, sur les droits du pape, et contre les libertés
gallicanes, détourne l'écrivain de son sujet. Nous croirions volontiers
que ces derniers mémoires ne sont pas de la même main que les premiers.
On y sent le théologien plus que l'homme d'Etat. Le style d'ailleurs en
est lourd et ne va point au fait avec sa fermeté ordinaire. Quoi qu'il
en soit, à la suite de la digression sur les affaires ecclésiastiques,
on rencontre des conjectures sinistres sur l'avenir de la France, sur
l'issue fatale des guerres qu'elle soutient, et le tout finit par une
exhortation pressante aux Français de réformer leur gouvernement.


  Treizième Mémoire, Amsterdam, 1er août 1690.--Nouvelles
    preuves de la nécessité qu'il y a de réformer l'Etat. Les
    dominations violentes ne sauraient être de durée. La gloire
    et la réputation d'un Etat ne dépendent pas de la puissance
    arbitraire de son souverain: la réputation de la France est
    perdue.

Autres digressions. Les gouvernemens absolus ne peuvent durer. Voyez
plutôt l'empire de Nabopolassar, celui de Cyrus, celui d'Alexandre;
quant à l'empire turc, il ne faut pas le citer, c'est un châtiment
que Dieu inflige évidemment aux chrétiens. D'ailleurs, l'empire turc
ne subsistera pas long-temps. L'empire romain n'est pas davantage à
citer; car il y avait des gouverneurs de provinces qui modéraient la
souveraineté des empereurs, etc. Les violences et les manquemens de foi
de Louis XIV ont déshonoré la France en Europe. Aujourd'hui Français
et cannibales, c'est tout un. Vous prétendez que les princes absolus
font seuls de grandes choses; regardez le roi Guillaume d'Orange; ce
n'était pourtant qu'un petit stathouder en Hollande et un roi limité
en Angleterre!... Remettez donc vitement le pouvoir en France comme il
était autrefois, entre les mains des sages de la nation.


  Quatorzième Mémoire, Amsterdam, 1er septembre
    1690.--Continuation des preuves de la nécessité qu'il y a de
    penser à réformer le gouvernement. Réflexions sur les batailles
    de mer et de terre que nous avons gagnées, et sur le Mémoire du
    roi au sujet des affaires de Savoie.

Pendant que l'auteur dissertait, Louis XIV gagnait des batailles sur
terre et sur mer, dans cette guerre universelle qu'il engagea en 1688,
et termina dix ans après, par le traité de Risvick. La nouvelle de
la victoire de Fleurus semblait contredire les fâcheux pronostics du
critique. Aussi consacre-t-il une partie de son quatorzième mémoire à
diminuer la gloire de ces exploits, ainsi que la probabilité de leurs
heureux effets pour la France... «Ne vous vantez pas de la victoire
de Fleurus, dit-il; elle a coûté quatre lieutenans-généraux, six
brigadiers, douze colonels, cent capitaines, huit cents officiers
de tout rang, et dix à douze mille soldats[18]. Et puis la frontière
de Savoie est ouverte, la Provence mécontente, le Languedoc insurgé.
Attendez! et vous verrez la belle gloire et le beau profit de votre
royauté absolue! etc.» Tout cela n'est plus d'un citoyen ami de son
pays, et ami éclairé; c'est la déclamation d'un réfugié de mauvaise
humeur qui souhaite, en secret, l'humiliation de ses compatriotes.

  [18] Ce nombre est probablement exagéré; mais il est sûr que les
  pertes furent considérables. A cette bataille fut tué le comte
  du Roure, colonel à 22 ans, et lieutenant-général commandant en
  Languedoc. Sa famille paya plus d'une fois un pareil tribut à la
  patrie durant ce siècle. Les archives du ministère de guerre et
  les gazettes du temps constatent que, de l'an 1620 à 1704, dix
  membres de la famille du Roure furent tués à la guerre, dont un,
  en 1635, au siége de Valence, en Italie, à la tête du régiment
  d'infanterie de son nom. Notons encore que, de 1630 à 1670
  environ, il y eut deux régimens du Roure dans l'armée française,
  un d'infanterie et l'autre de cavalerie, dont les aînés de cette
  famille furent successivement mestres de camp. M. de Louvois
  restreignit beaucoup le nombre de ces régimens de propriétaires,
  en quoi il eut bien raison. Il a fondé l'administration de
  la guerre en France, comme Richelieu avait fait celle de
  l'intérieur, et Colbert celles des finances et de la marine. Ces
  trois grands hommes seront éternellement populaires.


  Quinzième et dernier Mémoire, Amsterdam, 1er octobre
    1690.--Continuation des raisons qui nous doivent porter à
    la réformation du gouvernement. Suite des réflexions sur le
    Mémoire du roi au sujet des affaires de Savoie.--Maux qui nous
    reviendront de la défaite du roi Jacques en Irlande.

On n'a pas fait ce qu'on devait pour assurer le succès de la guerre.
Il fallait se tenir en Flandre sur la défensive et tourner tous ses
efforts agressifs vers l'Irlande contre le roi Guillaume. En s'y
prenant bien et profitant des divisions de l'Angleterre où le roi
Jacques a un grand parti, on eût rétabli ce prince infailliblement.
Mais que vouliez-vous faire avec des têtes comme celles de Lauzun et
de Tirconnel en Irlande? La lâcheté de Jacques à la Boyne achève de
tout perdre. Aussi attendez-vous à de dures couleuvres de la part du
roi Guillaume, prince ambitieux, inquiet, courageux et plein d'audace.
_Je vous le prédis, les affaires de France déclinent._ Hâtez-vous de
réformer le gouvernement! Tel est le refrain de l'auteur, et c'est
par là qu'il finit. Nous ne sommes pas surpris qu'on se soit abstenu
d'insérer ces derniers mémoires dans la réimpression qui en fut faite à
Amsterdam en 1788, sous le titre de _Vœux d'un patriote_.



ÉSOPE EN BELLE HUMEUR.

(1 vol. in-12, figures).

(1690-93--1700.)


Il y a deux éditions de ce livre, uniquement recherché pour ses jolies
gravures, la première de Michiels, Amsterdam, 1690-93, en un volume
in-12; la seconde, beaucoup plus ample et mieux exécutée, renfermant
deux tomes en un volume in-12 également, Bruxelles, Foppens, 1700.
Cette dernière contient une courte vie d'Esope et une table des
fables. L'ouvrage est plutôt une imitation qu'une traduction, tantôt
en vers, tantôt en prose, des fables d'Esope, composée par Jean Bruslé
de Montplainchamp, chanoine de Sainte-Gudule de Bruxelles, mort vers
1712, biographe médiocre du duc de Mercœur, de don Juan d'Autriche,
d'Emmanuel Philibert, duc de Savoie, d'Alexandre Farnèse et de
l'archiduc Albert. Jean Bruslé est encore plus mauvais fabuliste que
biographe, soit qu'il invente, soit qu'il traduise. On lit, à la fin
de la première édition de l'_Esope en belle humeur_, l'énigme fameuse
de Boursault: _Je suis un invisible corps_, etc., etc., étendue et
gâtée. Laquelle des deux est l'originale? c'est un procès à juger entre
deux esprits passablement cyniques, dont l'un est très fin et l'autre
l'est très peu. Voici un des quatrains de l'énigme de Jean Bruslé que
Boursault n'eût pas écrit:

    Je n'ay ni lustre ni splendeur;
    J'ai des sœurs qui donnent à boire;
    Je suis en fort mauvaise odeur;
    Pourtant l'on parle de ma gloire.



LES HÉROS DE LA LIGUE,

OU

LA PROCESSION MONACALE,

  Conduite par Louis XIV pour la conversion des protestans de son
    royaume. A Paris, chez Père Peters. (Hollande) à l'enseigne de
    Louis le Grand. ↀ.ⅮC.LXXXXI.

(1691.)


C'est un volume petit in-4° contenant 24 figures en charge, gravées à
la manière noire, qui représentent les bustes des divers personnages
accusés de la révocation de l'édit de Nantes. Il n'y a point d'autre
texte que les quatrains placés au bas de chaque figure, et un sonnet
final où les réfugiés, s'adressant à leurs persécuteurs, menacent Louis
XIV du sort de Jacques II. Voici les noms des personnages, figurés en
moines ridicules ou atroces:

  1°. Louis XIV. A face de soleil, une torche à la main.

  2°. Le Père Lachaise.

  3°. Le roi Jacques Déloge (Jacques II).

  4°. Le Père Peters, jésuite, confesseur de Jacques II.

  5°. Guillaume de Furstemberg (Guillaume Egon, prince de
    Furstemberg, évêque de Strasbourg, après son frère, et comme
    lui très zélé pour déraciner le protestantisme en Alsace, mort
    à Paris, en 1704, abbé de Saint-Germain-des-Prés).

  6°. L'archevêque de Reims, Asne Mitré (Le Tellier).

  7°. L'archevêque de Paris (François de Harlay de Champ-Vallon,
    prélat éloquent et vigoureux, connu par son ardeur contre les
    dissidens, protestans et jansénistes).

  8°. L'évêque de Meaux (Bossuet). Qui peut se croire à l'abri
    des caricatures quand la figure d'un tel homme a été parodiée?

  9°. L'évêque de Saintes (Guillaume de la Brunetière, fils
    d'Antoine de la Brunetière, seigneur du Plessis de Gesté, se
    fit remarquer, particulièrement en l'année 1685, si tristement
    fameuse, par son activité à poursuivre l'hérésie calviniste. Il
    mourut en 1702, le 2 mai).

  10°. Le Père Maimbourg (jésuite, bel esprit, grand buveur,
    historien du calvinisme et du luthéranisme, aussi bien que des
    croisades, ni plus ni moins).

  11°. Le chancelier Le Tellier.

  12°. Le marquis de Louvois.

  13°. Le maréchal de Boufflers, général de la dragonnerie.

  14°. Marillac, intendant du Poitou.

  15°. La Rapine, le directeur de Valence et d'Acepline.

  16°. Bâville (intendant du Languedoc. Il eut de grands talens,
    mais sa férocité envers les calvinistes des Cévennes lui fit
    donner le surnom de _Néron des montagnes_. Il était fils du
    vertueux Guillaume de Lamoignon, premier président au parlement
    de Paris).

  17°. Pélisson, qui a laissé sa religion pour avancer ses
    affaires.

  18°. Demevin, qui fut cassé de son intendance de Rochefort pour
    avoir outré la persécution des huguenots.

  19°. Beaumier, advocat à La Rochelle, persécuteur perpétuel.

  20°. Du Vigier, conseiller au parlement de Bordeaux, qui perdit
    au jeu ce qu'il avait gagné contre les protestans.

  21°. M. Le Camus, lieutenant civil du Châtelet de Paris.

  22°. De la Reinie, persécuteur du peuple et des huguenots.
    (Cette désignation est injuste à l'égard d'un magistrat
    vigilant, habile et intègre, à qui la capitale doit sa bonne
    police. Gabriel Nicolas, seigneur de la Reinie, premier
    lieutenant-général de police qu'ait eu Paris, mourut en 1709 à
    quatre-vingt-cinq ans.)

  23°. Le commissaire de la marine, douce mine et fin renard.

  24°. Madame de Maintenon, veuve de Scarron.



DE RATIONE DISCENDI ET DOCENDI

(autore Josepho Jouvancy). Parisiis, Barbou, 1778. (1 vol. in-12.)

ENSEMBLE:

MANIÈRE D'APPRENDRE ET D'ENSEIGNER;

  Traduite par M. Jean-François Le Fortier, professeur de
    belles-lettres à l'Ecole centrale de Fontainebleau. Paris, Le
    Normant, libraire-imprimeur, an XI (1803). 1 vol. in-12.

(1692-1803.)


Deux parties divisent généralement cet ouvrage, ainsi que son titre
l'annonce, l'une consacrée à la manière d'apprendre, l'autre à celle
d'enseigner.

La première contient trois chapitres, avoir: De la connaissance des
langues, des sciences qu'il faut apprendre et des différens moyens dont
on peut s'aider pour s'instruire. Chacun de ces chapitres, subdivisé
en plus ou moins d'articles coupés eux-mêmes en plus ou moins de
sections, embrasse brièvement le sujet dans des explications claires et
élégantes, et tous, réunis, donnent une série des meilleurs préceptes
touchant l'étude du grec et du latin, les méthodes grecque et latine,
les principaux auteurs de ces langues capitales, le style en général,
les qualités et les défauts du style, les différentes natures de style,
la manière d'imiter les bons écrivains, la rhétorique proprement
dite, les partitions oratoires, les preuves par confirmation et par
réfutation, la poétique et ses genres divers depuis l'épopée jusqu'à
l'énigme et au rébus, selon le principe puéril d'universalité qu'avait
l'école des jésuites; enfin, touchant les notes et les extraits qu'il
convient de faire, l'ordre à suivre en étudiant, et les fautes que
commettent fréquemment les élèves.

La seconde partie renferme également trois chapitres, séparés aussi en
articles et sections, où l'auteur traite de la piété, des moyens d'en
imprégner le cœur des élèves, des moyens de favoriser l'instruction,
par l'émulation, par les exercices publics et particuliers, des
traductions, des lectures raisonnées, et finalement des fautes que
commettent le plus souvent les maîtres.

Le tout est suivi, dans la traduction très fidèle et très digne de
l'original par son élégante pureté, de deux analyses régulières faites
selon les lois de la rhétorique, l'une de la première philippique
de Démosthènes, par Jouvancy, l'autre de l'oraison de Cicéron pour
Milon, par le Père du Cygne. On voit que, dans cet écrit de 234 pages
seulement, le célèbre jésuite n'a pas épargné la matière; mais ce
qu'il faut admirer, c'est qu'il ne l'ait pas étranglée, en épargnant
singulièrement les développemens et les mots. Le Père Jouvancy a, pour
ainsi dire, appliqué à l'instruction et à l'enseignement le système
des abrégés d'histoire, et s'est signalé, dans ce dessein, en raison
de sa haute et savante expérience, par une lucidité si parfaite et une
marche si vive, qu'on peut le surnommer le Paterculus des rhéteurs,
comme Diderot a dit que le Père Porée en était le Philopémen. Or, c'est
une tâche difficile et ingrate d'abréger un abrégé; toutefois, nous
l'entreprendrons, une meilleure occasion de le faire ne pouvant jamais
se présenter.

Nous dirons donc, d'après l'auteur et son habile interprète, que le
style est, ainsi que l'homme, un composé d'ame et de corps. L'ame
du style, c'est la sagesse de la pensée, laquelle consiste dans la
vérité, la clarté, l'appropriation au sujet. Le corps du style, c'est
l'exposition de la pensée ou l'élocution qui, pour être parfaite, veut,
dans les mots, la propriété, l'élégance, la liaison, la convenance
ou disposition et l'abondance. Le jeune maître ou l'élève s'exercera
premièrement sur le discours simple, sur les dialogues familiers, sur
des lettres ou de l'histoire, pour arriver plus tard au genre oratoire
dont la diction est plus relevée, et enfin à la poésie plus relevée
encore. Le style oratoire, ayant pour objet de persuader et non pas
seulement d'exposer comme le style historique ou d'instruire comme le
style philosophique, est, de tous, le plus propre à former l'esprit.
Ses moyens sont, pour instruire, la science des lieux oratoires, c'est
à dire des généralités du sujet, pour émouvoir la science des passions,
et, pour plaire, celle des mœurs. Le jeune maître ou l'élève se formera
au style en lisant les bons ouvrages avec une attention suivie, en
écrivant journellement, en imitant les meilleurs auteurs par des
compositions rivales, surtout par des luttes corps à corps, pour la
prose, avec Cicéron, pour les vers, avec Virgile. Il s'exercera dans
sa langue maternelle, en s'attachant particulièrement à la correction;
mais il y donnera moins de temps qu'aux langues savantes dont l'étude
plus difficile l'avancera davantage. Le plus grand défaut du style,
c'est l'obscurité ou l'ambiguité. L'ordre établi dans les idées corrige
ce défaut ou le prévient. Il convient donc, avant tout, de classer
ses idées, de les ranger une à une et de les réduire en syllogismes à
la manière des philosophes. On se débarrasse, de cette façon, d'une
foule d'idées confuses ou superflues qui nuisent à la clarté. Deux
autres défauts considérables du style, et le second, plus à fuir que
le premier, sont la sécheresse et la prolixité. Les gens qui ne savent
pas disent trop; ceux qui savent disent trop peu. Autre défaut notable,
l'enflure qui trahit le vide des pensées, l'enflure qui est une
véritable hydropisie. Fuyez encore la subtilité. Il en est d'elle comme
du sel dont l'assaisonnement n'est bon qu'avec une extrême mesure. A
tous ces défauts répondent des qualités contraires dont la recherche
fait le travail de l'élève, et l'enseignement celui du maître. La
connaissance des tropes ou des figures facilitera ce travail. En
tendant toujours à s'élever, on apercevra que le style sublime naît
de la dignité du sujet. Voilà pour les langues; mais à l'étude des
langues, il faut joindre la rhétorique, qui apprend, avec le secours
de la proposition et de la division principalement, à construire un
discours; la poétique, qui traite de ce bel art où, pour être utile aux
mœurs, les actions des hommes sont imitées soit dans un long récit,
soit sur la scène tragique ou comique, soit dans de moindres poèmes
de divers genres; l'histoire qui nous fait vivre dans le passé pour
guider notre expérience ou éclairer notre prévoyance; la chronologie
qui est un des jeux de l'histoire; la géographie qui est l'autre et la
philologie qui étend l'esprit par des connaissances variées. Enfin,
pour retirer promptement des fruits solides de ses études, le premier
de tous les moyens est de se tracer un plan d'extraits et d'analyses
méthodiques, et de le remplir fidèlement et constamment. Tel est, au
sommaire, ce qui regarde la manière d'apprendre.

Quant à celle d'enseigner, que doit-on enseigner? deux choses, la piété
et les lettres. Pour la piété, rien de mieux que l'exemple. De même que
les enfans portent, sur leurs traits, l'image de leurs parens, l'élève
représente, dans son esprit et dans ses mœurs, l'esprit et les mœurs de
son maître. Que la prière et les exercices de religion tiennent donc le
premier rang dans l'éducation. Il restera toujours assez de temps pour
les humanités s'il est bien employé. De courtes allocutions dans les
occasions propices, telles que la lecture des auteurs, la survenance
d'un évènement heureux ou triste, appuieront utilement l'exemple et
la prière, et aussi le feront utilement des explications convenables
de certains passages des Pères de l'Eglise. Pour l'enseignement des
lettres qu'il ne suffit pas d'imposer et qu'il faut encore faire aimer,
deux moyens se présentent d'abord, la honte et l'émulation. Or, ces
deux mobiles puissans reposent sur la publicité et la rivalité. Mettez
donc, sans cesse, les élèves aux prises les uns avec les autres, tantôt
pour se reprendre mutuellement, tantôt pour se dépasser à l'envi.
Faites même assister la classe inférieure aux combats de la classe
supérieure; elle en sera souvent très bon juge. Le blâme et la louange
doivent de beaucoup l'emporter sur les châtimens corporels. Multipliez
les palmes, les couronnes et autres signes de distinction dont la
distribution sera confiée, en premier ressort, à un sénat de sujets
choisis. Ces sages conseils sont suivis d'autres non moins sages sur la
tenue des classes dans les collèges, sur les leçons publiques tirées
des auteurs, qu'il faut faire en considérant dans chacune, 1° le sujet;
2° l'interprétation verbale; 3° la grammaire ou la rhétorique suivant
les classes; 4° l'histoire ou l'érudition; 5° la latinité. L'auteur
finit par un précepte qui embrasse tout dans le gouvernement de la
jeunesse et s'applique à toutes les sortes de gouvernement; ayez de
l'autorité, et, pour en avoir, faites-vous estimer.

On peut juger, d'après l'exposé de ce livre court et substantiel,
qu'il méritait l'honneur dont il jouissait d'être comme le _Manuel
de l'école des Jésuites_, et c'est en faire un grand éloge, quelque
opinion que l'on ait d'ailleurs sur l'ensemble de l'éducation que
donnait la Compagnie. Ici, nous voilà tout naturellement amené à
parler de la judicieuse et docte préface dont M. Le Fortier a fait
précéder sa traduction. Cet homme, vraiment lettré, dont le cœur était
aussi droit que l'esprit (nous l'avons connu particulièrement et nous
déplorons toujours sa fin douloureuse et prématurée); ce professeur,
habile et intègre, écrivait à une époque de rénovation où les préjugés
contre les anciennes écoles, tant celle des jésuites que celle de
l'Université, étaient dans toute leur ardeur. Il occupait, à bon droit,
une place distinguée dans le nouveau système d'instruction publique.
Son témoignage n'est donc pas suspect, ni d'une autorité médiocre
quand il venge, à la fois, la Compagnie et l'Université des reproches
violens qu'on leur faisait de retenir les esprits dans les chaînes
exclusives du grec et du latin. Sans se refuser aux avantages d'une
plus grande extension et d'une direction moins scolastique, données
à l'enseignement par rapport à l'histoire, à la philosophie, aux
sciences naturelles et aux sciences exactes dont le goût menaçait alors
de devenir exclusif, il fait bien voir comment les anciennes écoles
développaient en tout sens la jeunesse et la disposaient convenablement
à toutes les professions; seul résultat qu'on doive demander à
l'instruction générale qui n'est point destinée à créer des hommes
spéciaux, mais à les rendre propres à le devenir. Un coup d'œil de
maître, jeté comme en passant sur les différens systèmes proposés dans
ces derniers temps par les novateurs, donne de la vie et un intérêt
élevé à ses réflexions sur un sujet si capital et si controversé, en
même temps qu'il fait merveilleusement ressortir la supériorité d'une
longue pratique sur les plus brillantes théories. Ainsi les généralités
sèches et vagues de la Chalotais, la perfectibilité dogmatique et
prétentieuse de Condorcet, les hardiesses de Mirabeau, la pesanteur
encyclopédique de M. de Talleyrand, ou plutôt sous son nom, celle de
l'abbé Desrenaudes; toutes ces rêveries plus ou moins savantes, qui
annoncent, avec un appareil fastueux, dans un siècle très éclairé,
des législateurs très ordinaires et dépourvus d'expérience, ne lui
imposent pas. Il daigne encore moins regarder les plans chimériques du
républicain Saint-Just, et sait avoir, au milieu d'une société placée
entre ce qui n'est plus et ce qui n'est pas encore, la raison et le
courage d'indiquer, d'une main ferme, ce qui, dans le passé, peut
servir à fonder et améliorer l'avenir. Grâce au ciel et à quelques
bons esprits comme lui et plus favorisés que lui du côté du rang et
de la fortune, l'autorité a suivi la marche qu'il traçait, de sorte
qu'aujourd'hui l'Université française, malgré ce qu'en disent les
partisans d'une liberté indiscrète et les corporations jalouses,
présente, quant à l'enseignement du moins, le spectacle imposant
d'un centre lumineux dont les rayons éclairent toutes les parties
du royaume. Quant à l'école des jésuites, si prospère autrefois et
couronnée de tant de succès éclatans, on peut dire qu'elle est finie;
car les efforts qu'elle fait depuis trente années, tantôt avec l'appui
des pouvoirs publics, tantôt malgré eux, ne servent qu'à révéler son
impuissance, à féconder les esprits; soit que sa haine généreuse contre
l'impiété, l'entraînant trop loin en arrière, la rende incompatible
avec l'état présent d'une société qui veut penser librement, soit que
la semence des grands talens ait été, chez elle, altérée sans retour.
C'est une perte, certainement; mais cette perte serait bien plus
sensible, osons le dire, si l'éducation eût, en tout, répondu, chez
les jésuites, à l'instruction. Sans compter les punitions corporelles
dont, en dépit des conseils de Jouvancy, l'usage était plus fréquent
chez eux que partout ailleurs, la saine morale avait un grand reproche
à leur faire. Cette rivalité vigilante, dont ils retiraient de bons
effets pour le progrès des études, ils l'avaient étendue et l'étendent
toujours à la conduite générale de leurs élèves, pour le progrès des
mœurs, au grand détriment de celles-ci. En effet, l'émulation ou la
lutte établie entre les esprits est favorable par l'activité qu'elle
leur communique, dût-elle même aller jusqu'à l'innocente hostilité,
qui se plaît à découvrir le faible de l'adversaire pour mieux en
triompher; mais elle est périlleuse entre les caractères qu'elle fausse
ou qu'elle aigrit, qu'elle pousse à la ruse et à la haine. La première
produit des rivaux hardis ou adroits; la seconde, des ennemis violens
ou perfides. Des élèves, se servant mutuellement de critiques, peuvent
devenir promptement des maîtres; des camarades, se servant mutuellement
de surveillans et de censeurs, deviennent insensiblement des espions.
Aussi la délation, qui dégrade les mœurs, ne s'est-elle pas seulement
implantée dans les colléges de la Compagnie, elle y a même reçu des
honneurs et des récompenses, non pas, sans doute, de propos délibéré,
mais fortuitement, à l'insu des maîtres et des disciples, et par une
conséquence forcée des règles fondamentales de l'école, pour ne pas
rester seulement, on le sait, dans cette enceinte, les mêmes règles se
retrouvant dans l'Institut. Le Père Jouvancy n'a point traité cette
matière délicate, et il a sagement fait de s'en abstenir; il eût trop
perdu à sortir, en cette occasion, de son sujet, entièrement limité à
l'instruction et à l'enseignement. C'était d'ailleurs un homme aussi
recommandable par son caractère que par ses talens. Il eut beaucoup à
souffrir de nos parlemens pour l'honneur que lui fit la cour de Rome
de l'appeler près d'elle, afin de continuer l'histoire des jésuites.
Maintenant que le temps a calmé les esprits, on doit reconnaître qu'il
a porté autant de modération et d'impartialité dans son apologie de la
Compagnie qu'en pouvait admettre un esprit de corps si superbe et si
peu tolérant; car, après tout, les jésuites, considérés comme ordre
religieux, n'ont point professé le meurtre des rois, et le jésuite
Guignard fut odieusement mis à mort, et la pyramide flétrissante pour
les jésuites, qui fut un temps sur la place de notre Palais de Justice,
à Paris, à propos du crime de Jean Chastel, n'était pas autre chose
qu'une calomnie en pierre.

Jouvancy, né en 1643, mourut en 1719. Sou traducteur, né en 1770, est
mort professeur de belles-lettres à l'École militaire de Saint-Cyr, en
1823.



LA CONFESSION RÉCIPROQUE,

OU

DIALOGUES DU TEMPS

ENTRE LOUIS XIV ET LE PÈRE LACHAISE, SON CONFESSEUR.

A Cologne, chez P. Marteau, (1 vol. pet. in-12, fig.) M.DC.XCIIII.

(1694.)


Les libellistes font un misérable état, et de pareils auteurs, que la
malignité des contemporains favorise trop souvent, ont grand besoin de
la bibliomanie et de la rareté pour faire vivre leurs ouvrages. Sans ce
double secours, quel prix auraient aujourd'hui ceux de l'inépuisable
Pierre le Noble? Cet écrivain s'était attaché sur Louis XIV, comme
un vampire. C'était tous les jours une nouvelle morsure, tantôt le
Traité d'alliance offensive et défensive du Turc d'Orient et du Turc
d'Occident, tantôt l'établissement du sérail de Louis le Grand avec
les portraits des dames; d'autres fois le bouleversement de la France
prédit par Nostradamus pour l'année 1694, les Amours d'Anne d'Autriche
avec le cardinal de Richelieu, véritable père de Louis XIV, l'Entretien
dans la barque de liége, la Cassette ouverte de madame de Maintenon,
l'Ombre de Louvois, la Cour de sainte Maintenon, l'Horoscope des
jésuites, le Pélerinage de Louis XIV à Saint-Cyr, le jour de saint
Frape, les postures du père Norois, dédiées à Louis XIV, le Pardon
du pape donné à son enfant adultère, l'Histoire du P. de Lachaise,
le Cochon mitré, et enfin la présente _Confession réciproque_,
tous écrits qui ne lassaient point la vengeance des Hollandais, ni
celle de nos malheureux réfugiés, mais qui finirent par fatiguer le
libraire-éditeur, d'autant plus qu'on lui en vendait les manuscrits
fort cher; du moins s'en plaint-il dans son catalogue. Nous avons
consacré un article de ce recueil au Cochon mitré, parlons encore de la
Confession réciproque, et tout sera dit sur Pierre le Noble.

Cette Confession réciproque de Louis XIV et du P. Lachaise consiste
donc en trois dialogues entre ces deux personnages, lesquels dialogues,
dont voici l'analyse, sont ornés de trois figures satiriques.


PREMIER DIALOGUE.

Je souffre horriblement, mon père.--Eh! de quoi souffrez-vous, sire,
victorieux comme vous l'êtes?--Mon père, je suis victorieux, mais
ce vieux fou de Luxembourg a fait périr plus de vingt mille braves
gens de mes sujets dans ma dernière victoire (de Fleurus), et cela
me chiffonne. D'ailleurs, j'ai le pressentiment que je mourrai
bientôt.--Quelle chimère! Soyez assuré que vous vivrez encore
longtemps, et que Mgr. le dauphin a belle d'attendre la couronne, si
toutefois vous ne lui survivez pas, ce que je pense qui adviendra, vu
qu'il a été prédit qu'il serait fils de roi, père de roi et jamais
roi.--Non, non, mon père, cela ne sera point, mon fils me succédera
bientôt; vous le verrez.--Avez-vous donc oublié, sire, la prière qu'un
des nôtres vous remit lors de votre départ pour la Flandre? Quelle
belle prière c'était!--Mon père, je vous confesse que je ne la lus
point, étant pour lors trop occupé.--En ce cas la voici... (suit une
prière versifiée toute remplie d'adulation).--La prière est belle,
en effet, mon père, mais l'auteur me flatte. Je n'ai plus beaucoup à
craindre du roi d'Espagne, il est vrai; et, comme votre ami le dit:

    «L'Ibère basané, quoique cent fois vaincu,
    »Ranime contre nous sa mourante vertu.»

Mais, pour ce qui regarde la Hollande et le prince d'Orange, ce sont
des ennemis qu'il ne fait pas bon d'avoir sur les bras; et puis ces
diables de miquelets vaudois, dont le Savoyard a percé mon royaume,
ils me font des ravages effroyables. Aussi, je m'en vengerai sitôt que
la paix sera faite.--Bien! sire; vengez-vous alors; ne vous dépiquez
point; brûlez Turin à l'imprévu; je vous en absous d'avance.--Mon père,
je pense que votre prière a tort, en outre, de me féliciter sur l'aise
de mes sujets; j'en ai terriblement moissonné avec la milice.--Sire,
c'est un mensonge officieux; cela est permis en bonne règle de
conscience.--Vous avez raison, cependant votre prière me flatte, car
elle me loue des périls que j'ai bravés, pendant que, sur ma foi, je
n'ai de ma vie bravé aucun péril. Bon pour le prince d'Orange, et c'est
pourquoi je l'envie aussi bien que de ses trois royaumes.--Sire, il
vous faut consoler de ses trois royaumes, vous ne les aurez pas; quant
à l'article des dangers à braver, oncques ne serez satisfait, sur ce
point, si vous menez toujours vos dames à la guerre avec vous.--Ah!
mon père, que vous me fâchez! je donnerais, savez-vous, toutes mes
conquêtes pour qu'on pût dire que j'ai été blessé dans une occasion,
tant seulement.--Châteaux en Espagne que cela, sire! mais achevons
vitement, car voici l'heure de vos audiences qui approche.--Eh bien
donc! je vous confesserai, mon père, que j'ai grande envie de faire
la paix, non pas pour être encore une fois appelé le pacificateur de
l'Europe, mais afin de profiter de cette paix pour armer derechef
en liberté, puis après tomber brusquement sur la Hollande et le
Piémont. Cela se peut-il?--Bagatelle! on n'est point tenu à garder sa
foi avec les hérétiques.--Je le sais; mais mon cousin de Savoie est
catholique.--Qu'importe s'il favorise les hérétiques? je vous absous
de tout péché passé, présent et à venir, et vous donne pour pénitence
de dire votre _Credo_ tous les jours, de vous sevrer de vos plaisirs
ordinaires deux fois la semaine, et de faire un fonds de 300,000 liv.
pour assassiner trois ou quatre grands que je vous nommerai.


SECOND DIALOGUE.

Mon père, quelle divine religion que la nôtre! Si j'eusse été huguenot,
je serais bien bourrelé à cette heure, car qui me dirait que je fusse
absous? au lieu que vous m'assurez que je le suis. Cependant j'ai une
difficulté; pensez-vous que, si je fusse mort hier sur la confession
que je vous ai faite, j'eusse été sauvé?--Sans nul doute, sire; je
vous trouve aujourd'hui une foi bien vacillante.--En ce cas, vous
avez une grande puissance.--Je l'avoue, mais enfin nous l'avons.
_Dominus tribuit_, ainsi que le dit Pierre Lombard, le maître des
sentences.--Toutefois, j'ai une difficulté; vous m'avez donné pour
pénitence de quitter deux fois la semaine mes plaisirs accoutumés,
et ces plaisirs-là m'ont quitté d'eux-mêmes; je n'ai donc point de
mérite à cet égard.--Vous en avez, sire, également; l'intention vaut
l'acte.--Que vous me donnez de consolations!--Sire, je vous prédis
que vous aurez l'empire de l'Europe, pourvu que certaines gens que
je connais soient morts.--Mais, mon père, il y a de la lâcheté à
empoisonner ou assassiner ceux avec qui l'on est en guerre.--Vains
scrupules! nos casuistes sont tous d'accord sur ce point, que l'on
peut tuer son adversaire. Nous avons bien fait ce que nous avons pu,
nous autres, pour étouffer, dès sa naissance, ce crocodile de prince
d'Orange; et il n'a pas tenu à notre volonté que ce roi-là ne finît
quasi avant d'avoir commencé.--Vous l'appelez roi, mon père?--C'est
machinalement. Du reste, il ne sera jamais le vrai roi de la
Grande-Bretagne, aussi vrai qu'il l'est que Jacques II le sera toujours
à Saint-Germain.--Vous avez beau dire, j'enragerais si l'on venait à
dire, dans mon histoire, que j'ai fait assassiner ou empoisonner le
prince d'Orange.--Enragez donc tout votre soûl; car les écrivains ne
manqueront pas de dire que vous avez essayé de le faire.--J'en tombe
d'accord.--Sire, un roi doit se mettre au dessus de tout.


TROISIÈME DIALOGUE.

Sire, j'ai trouvé une excellente raison que m'a fournie un poète de la
société, pour vous faire honneur de votre retour subit à Versailles,
au milieu de votre campagne contre le prince d'Orange; car de dire,
comme on l'a dit, que ce retour fût le triomphe de la sagesse, c'est
une mauvaise raison.--Je l'avoue, mon père, et qu'à ce compte tout
serait triomphe dans le monde. Mais quel est votre moyen?--C'est de
publier que vous êtes venu vous réjouir avec vos peuples de la prise
de Roses en Catalogne.--Mais quel rapport y a-t-il entre la Catalogne
et les Pays-Bas?--Ah! sire, quoi que vous en disiez, que cela est bien
imaginé, et que l'auteur qui a mis cela en vers est un joli homme!--Mon
père, la place de Roses est-elle donc si importante que sa prise
puisse autoriser mon retour subit à Versailles en face de l'ennemi?
Apprenez-le-moi, car je suis peu familier avec la carte.--Vous vous
moquez, sire, Roses est une place qui a cinq bastions: le bastion
Saint-Jean, le bastion Saint-George, le bastion Saint-André, le bastion
Saint-Jacques et le bastion Sainte-Marie; elle tint 57 jours, en 1645,
contre M. du Plessis-Praslin.--Ah! c'est différent; mais nous avons
bien perdu du monde au siége.--Seulement trois cents; et quand ce
serait au double! Un de nos jésuites a fait un beau distique latin sur
cette conquête:

    «Flere Rosam Hispano subreptam desine, flora;
    »Par erat ut fierant lilia mixta Rosis.»

--Vous savez bien, mon père, que je n'entends pas le latin.--Je
vais vous l'expliquer (il l'explique en vers français).--En vérité,
mon père, cela est beau, du moins dans la traduction. Depuis quand
écrivez-vous si galamment?--L'Amour fut mon maître, sire, puisqu'il
nous faut confesser l'un à l'autre.--Je pensais que ce fût pécher
que d'avoir une maîtresse.--Point, point: on ne pèche pas quand on
ne pense point à Dieu en péchant; or, qui pense à Dieu en embrassant
Madelon?--Mon père, la prise de Roses nous a menés bien loin. A
propos, d'où vient que l'on parle tant de la prise de Roses, et que
l'on ne parle point de celle de Heidelberg?--Qui vous dit, sire,
qu'on n'en parle point? il s'est fait quantité de belles devises là
dessus à Moulins, grâce à l'intendant Grolier.--Vous voulez rire, mon
père; quant à moi je ne vis point, et nous avons tant parlé du prince
d'Orange que je tremble la fièvre. Adieu: je m'en vais prendre le
quinquina.



SATIRÆ

Q. SECTANI (LUDOVICI SERGARDII),

  Numero auctæ, mendis purgatæ, et singulæ locupletiores. (Editio
    novissima, accedunt argumenta, ac indices rerum, verborum et
    nominum, nec non commentaria ex notis anonymi, concinnante P.
    Antoniano Paulo Alexandro Maffei, vel P. Emmanuele Martinez.) 2
    vol. in-8 contenant seulement huit satires en deux livres, au
    lieu de dix-sept et plus que donne l'édition de 1783, publiée à
    Lucques, en 4 vol. in-8. Amstelodami (Neapoli) apud Elzevirios.
    M.DCC.

(1694-96--1700-83.)


Louis Sergardi, qui se cache ici sous le nom de Sectanus, naquit à
Sienne, en 1660, et mourut à Spolette en 1726. Son talent pour la
poésie satirique lui valut d'abord, comme de coutume, une grande
réputation, puis lui suscita d'ardens ennemis qui le firent périr
de chagrin quand il eut une fois perdu, dans les papes Innocent XI
et Alexandre VIII, ses plus puissans protecteurs et ses meilleurs
amis. Il eut surtout à souffrir du célèbre jurisconsulte, théologien,
littérateur, Gravina, l'un des premiers écrivains que Naples ait
fournis, dont l'humeur était aussi difficile que le goût sévère, le
même qui fonda l'Académie des Arcades à Rome. S'il faut en croire les
biographes, la querelle, entre ces deux personnages, commença dans un
dîner chez un ami commun, à grands coups de poing. Sergardi partit
de là pour lancer des satires latines contre Gravina (Philodème).
Philodème (Gravina) répondit par des iambes et des verrines; mais le
public donna l'avantage de la lutte à l'agresseur; _inde iræ!_ Ce
sont les meilleurs des dix-sept ou vingt satires du faux Sectanus que
reproduit notre édition de 1700, enrichie de savantes et curieuses
notes par Alexandre Maffei ou par le Père Martinez (car M. Barbier ni
personne n'est bien décisif sur le nom du véritable commentateur). Les
amateurs d'œuvres complètes préfèrent avec raison l'édition de 1783;
mais, bien que celle de 1700 ne contienne ni l'apologie du poète, ni
les index que le typographe avait annoncés dans son titre et promis
formellement dans son avis _humanissimo lectori_ (lacune qui, pour le
dire en passant, nous fait penser que cette édition n'a jamais été
achevée), les bibliophiles la recherchent, parce qu'elle a été faite
sous les yeux de l'auteur, parce qu'on doit la considérer comme rare,
et que d'ailleurs elle est d'une belle exécution.

Le style de Sectanus est vif, semé de traits spirituels et plein
d'une poésie énergique, mais souvent aussi d'expressions cyniques et
d'images grossières. Sa première satire offre des beautés de l'ordre le
plus élevé, quoique l'invention générale n'en soit pas merveilleuse.
Le poète se promène sur le chemin de l'Académie des Arcades; le
brutal et impie Philodème, dont il connaît à peine le nom, l'accoste
familièrement, le frappe sur l'épaule, l'appelle son cher ami:

    Palpare humeros, et clara voce sodalem
    Dicere et effusa clunem mihi lambere lingua;

puis, sans préparation ni façon aucune, se met à lui expliquer comment
il n'y a pas de Dieu; comment les pauvres mortels ont été dupes des
puissans sur le fait de la religion, et comment un homme sensé doit se
rire de ces chimères.

«Il y a un Dieu, s'écrie alors éloquemment Sectanus; et quelque perdu
que vous soyez, jamais vous ne pourrez l'arracher de votre pensée. Tout
ce que vous voyez, tout ce qui se meut autour de vous parle de Dieu, et
le monde entier est comme revêtu de sa grande image!»

    Vivit io Deus! et quanquam sis perditus, amens,
    Non tamen ex animo poteris divellere nomen
    Cognatum. Quodcumque vides, quodcumque movetur
    Est Deus, et grandi vestitur imagine mundus!

C'est être bien inspiré que de briser ainsi brusquement sur une telle
matière. L'existence de Dieu est une vérité qu'il est à la fois
poétique et raisonnable de prouver comme le philosophe grec prouvait
le mouvement, en marchant. Repoussé sur ce point, Philodème entreprend
son cher ami sur ce qu'il convient de faire pour se bien comporter
dans la vie civile; et ses conseils éhontés ne sont pas autre chose
que le tableau des vilaines mœurs de Rome... Faites-vous nombre d'amis
opulens que vous puissiez ronger, dit-il; quand vous n'aurez plus rien
à gagner avec ceux-ci, allons, preste! passez à d'autres... Brouillez
les ménages, tantôt par un silence malin, tantôt par des rapports
indiscrets; puis glissez-vous à la faveur de la discorde... Avez-vous
lié partie avec un jeune homme riche? flattez-le, devancez ses désirs,
soyez-lui souple et commode jusqu'à:

    Dum ventrem exonerat, molli emunctoria charta
    Aptaque finge manu; sed non sit scripta papyrus
    Ne ferrugineo crispetur pulvere podex
    Ingenuus...................................

Faites-vous messager d'amours adultères et rendez les entrevues d'amans
rares et périlleuses pour vous mieux faire valoir... Mais attendez un
petit, que j'aille pisser; je reviens. Sur ce, Sectanus feint aussi
d'aller pisser et court encore.

_Deuxième satire._--Philodème a tiré vanité de la satire précédente,
prétendant qu'elle est un témoignage de son importance, vu que la
méchanceté s'attaque surtout aux grands personnages. Attends, reprend
le poète, je vais te montrer comme tu es un grand personnage:

    ....... Faciam ut sale multo
    Insulsum caput aspergam, calamoque revellam
    Quæ tibi de medio jecore exierat caprificum.

D'abord laisse là les neuf sœurs; elles te sont peu propices. Tes
vers ont moins de douceur que le poivre, le gingembre, la murène et
le maquereau... Écris plutôt sur les mœurs du peuple et des grands et
va te faire imprimer en Hollande à tant la feuille... Desserre les
volumes sans compter; la plume suffit à mille en un jour... Prodigue
les mensonges pourvu qu'ils soient nouveaux, et l'on t'achètera dans
cet heureux pays... C'est une belle chose, n'est-ce pas? que d'être
bien nourri, bien vêtu, que d'aller dans un char par la ville, le
tout avec l'argent des dupes?... A Rome, il pourrait t'en mal advenir
sous un saint pontife tel qu'Innocent... J'en ai vu qui ont payé ces
gentillesses de leurs têtes... Peut-être aurais-tu plus de chances à
faire ici le quiétiste? allant aux églises, la bouche close, les yeux
baissés, la tête rase, habillé salement. Cela procure parfois du crédit
à cette secte hypocrite...; mais alors prends ton temps! que le public
te voie! que les matrones te désignent du doigt, en murmurant de loin:
le voici!... Ainsi te viendront, possible, mitres, crosses, bâton
pastoral, gâteaux confits par de jeunes vierges cloîtrées, et jolies
moinesses pénitentes qui, d'une bouche ingénue, te diront: Mon père, je
brûle.--Parlez, parlez, ma fille!--Mon père, je n'ose.--_Filiola, apta
tuæ dabitur medicina saluti._ Suivent des détails par trop naturels,
après lesquels Sectanus donne encore à Philodème des conseils qui sont
la censure de ses mœurs et de son charlatanisme; puis il le congédie
avec une grosse sottise qu'on ne saurait rapporter.

_Troisième satire._--Philodème a changé de batterie: il ne tire plus
vanité d'être en butte aux satires de Sectanus; il impute son accident
à l'esprit d'envie et de rivalité.--Tu excites l'envie, Philodème?
et pourquoi l'exciterais-tu? serait-ce à cause des statues de tes
aïeux, de tes autels domestiques, de tes titres de gloire? Mais, si
la renommée en est crue, ta mère tondait les troupeaux sur les bords
de ton fleuve natal quand elle se déchargea d'un grand poids en te
mettant au jour, et ses chèvres, à ta naissance, poussèrent de lugubres
gémissemens. Serait-ce à cause de tes grands biens? Mais, notre ami,
secoue un peu ta crumène, rien n'y sonne, et c'est une vessie pleine de
vent. A peine ferais-tu envie à ce Maculo:

    ..... Quem fornice nata suburræ
    Enixa est meretrix ultro vulgata pudorem,
    Quique locat nasum purgandis sæpe latrinis.

C'est ta vertu, c'est ton génie, c'est ta science qui soulèvent,
dis-tu, contre toi les passions du vulgaire? Pauvre esprit, quelle est
ton illusion! Mais les leçons du pédagogue Amillus, mais les églogues
de Rullus sur la barbe des boucs méritent d'être gravées sur l'airain
au prix de tes ouvrages. Mais...

    Nocte domos subisse soles, corrumpere servos
    Velatumque stola quartillæ lambere c.....

Oh! la belle vertu! les belles mœurs! et qu'en vérité tu aurais dû
naître de l'argile pure des premiers hommes! Cependant arrêtons-nous,
car voilà que tu te fâches et que tu lances contre nous l'anathème
de l'exil. L'exil! encore si j'avais pour compagnon Bacon de
Vérulam, je supporterais le séjour des syrtes et des plages les
plus inhospitalières!... Toi, m'exiler? toi, te faire mon juge? va
plutôt faire la cuisine, cribler de l'avoine ou vendre aux enfans des
châtaignes bouillies; tu n'es bon qu'à cela!

_Quatrième satire._--Sectanus continue en ces termes: Un certain
élégant de Rome, nommé Lupus, est venu, l'autre jour, me surprendre au
lit pour me conjurer d'épargner désormais Philodème. «Il ne mérite plus
de châtiment, disait Lupus, c'est un homme converti radicalement. Il
ne blasphème plus; il ne calomnie plus; il ne poursuit plus les petits
garçons; il va aux églises; il observe les fêtes; il fait maigre les
jours d'abstinence et pleure aux offices pendant qu'on chante les sept
psaumes pénitentiaux. De vrai, il y porte Euripide et Xénophon; mais
on prend ces livres pour des bréviaires; du reste, il ne fréquente
plus Quartilla; il ne vante plus les poésies de Rullus et s'est donné
tout entier à la lecture du Digeste, à l'étude de ces sages lois qui
enseignent à bien vivre... Tu ris, Sectanus! il n'y a pas là de quoi
rire, je l'ai vu. J'ai vu Philodème prendre en main le droit des
malheureux, défendre une vieille veuve à qui l'on avait volé une poule,
et sauver du bûcher le jeune Basile, accusé du crime antiphysique... Ce
n'est pas tout: il a quitté la cour et a fui les grands. Ce n’'est pas
tout: il s'est fait humble et confesse, à qui veut, qu'il est homme de
rien, un pauvre diable sans sou ni maille... Cesse donc, ô Sectanus! de
censurer Philodème; il n'y a point de gloire à censurer qui se repent.»
Ainsi parlait Lupus: je me pris à rire de nouveau, et je répondis: Mon
cher Lupus, je crains bien que ta jeunesse ne soit abusée. Il faut se
défier de la force de l'habitude chez un homme tel que Philodème... Ne
vois-tu pas qu'il est partout, qu'il se mêle de tout, qu'il ne cesse
de lire à chacun ses écrits, de se vanter, de faire le paon et la
chenille?... Non, non, point de grâce ni de répit...; que je meure si
je ne persiste à frotter la tête, sans savon, à cet âne débâté, jusqu'à
ce que le sang vienne à fumer sur sa tête pelée!... D'ailleurs, voici
le chœur des muses qui m'y convie. Les vois-tu? les entends-tu? Apollon
les conduit... Elles commandent, j'obéirai, etc., etc.

Cette fin de satire est très noble, et toute la pièce est remplie de
verve et d'esprit.

_Cinquième satire._--Ulpidius, où me mènes-tu donc?--Dans une taverne
voisine où des jeunes gens de qualité discourent librement, _inter
pocula_, de la guerre et des affaires publiques. Les uns sont pour
César, les autres pour la France. Ceux-ci invoquent le jeune duc de
Savoie qui tient la clef des Alpes et lui commandent de fermer les
portes de l'Italie; ceux-là s'embarquent et vont menacer les destins
de l'Angleterre. Pendant qu'ils jouent ainsi aux échecs, blâmant tel
général de ne s'être pas assez fortifié, tel autre de n'avoir pas assez
couru la campagne; qu'ils campent, qu'ils bâtissent des citadelles
et enseignent aux Sicambres à monter à cheval, entrons: peut-être y
trouverons-nous du plaisir.--Volontiers.--J'entre donc avec Ulpidius,
et je vois Cocceïus, Novius, le docte Fabullus, et Tigellinus, et
Pansa, les deux Talpa, Barrus avec Malthinus, prenant le café brûlant
et soufflant dessus pour le refroidir... Dans un coin, Crispinus
rassasiait son nez de tabac et se faisait des amis avec sa tabatière
d'ivoire, oubliant que cette poudre infecte, qu'on enferme dans des
boîtes d'or ciselé, souvent est mélangée, par le vendeur, de bien sales
matières séchées au soleil et pulvérisées... Usez de tabac, messieurs,
pour alimenter vos discours; mais usez-en sobrement si vous ne voulez
dégoûter vos épouses!... Cependant j'entends qu'on rit aux éclats.
Qu'est-ce? ces mots me frappent: «Allons, Ligurinus, récite-nous ces
vers en l'honneur de Philodème!» A ce nom, je m'approche. Ligurinus
tenait déjà son cahier. Je me taisais, quand Barrus se mit à fulminer
contre la satire, à moins, dit-il, qu'elle ne fasse la guerre aux vices
en général, pour corriger les mœurs publiques. Ici, Barrus passe en
revue les sujets que la satire doit traiter, ce qui fournit à Sectanus
une manière ingénieuse de critiquer les mœurs de son temps. Quant à
Philodème, dit Barrus en finissant, il faut le laisser tranquille.
C'est un bon-homme qui n'est pas justiciable de la loi Scatinia contre
les libertins, à telles enseignes que:

    .................. Pellice læva
    Utitur, ut fugiat stantes in fornice mœchas.

Grand merci de l'éloge! s'écrie alors Sulcius, l'œil en feu... Que
l'enfer engloutisse Philodème dont l'éternel bavardage fait pisser les
nymphes d'ennui!... A l'entendre croasser, on dirait qu'il a dérobé
une trompette marine... Quelle grace il a quand il ouvre sa bouche en
_podex_ de bœuf pour louer son livre de Bion que Rullus met au dessus
d'Homère, etc., etc.

La conversation continue quelque temps sur ce ton, après quoi l'horloge
venant à sonner minuit, chacun sort de la taverne et regagne son logis.

_Sixième satire._--Encore un peu de patience, Philodème; ma colère
n'est pas éteinte. Il me reste quelque chose à te dire. Tu ne dois pas
t'en plaindre; car, grâce à moi, ton nom vivra dans la postérité, au
lieu que, sans moi, ta célébrité n'eût duré qu'un jour. Mais c'est la
dernière fois que je te parlerai latin...:

    Juvat patrios labris attingere fontes
    Et mea verba loqui, puero quæ sedula nutrix
    Et soror et mater docuit cum poscere mammam,
    Cum poma et vini cyathum suxisse volebam.

Cependant voici Pétus qui frappe à la porte de son maître Cratinus. Sur
le nom de Philodème, il vient s'enquérir de cet inconnu personnage.
Cratinus lui répond: «Mon enfant, lorsque le vertueux Innocent faisait
resplendir la tiare dans Rome, survint un certain pédant, des bords
parthénopiens, sordide dans ses mœurs comme dans sa personne, qui
prit insolemment la toge, courut baiser le seuil des grands, et se
mit à conspuer, par envie, le mérite partout où il le rencontrait.
Un homme parut alors qui, indigné, aspergea le front de Philodème de
vinaigre castalien.--Mais comment ce vil pédant trouva-t-il tant
d'amis puissans?--Avec le secours de ses débauches et de ses basses
flatteries. D'ailleurs il eut moins d'appuis que la satire ne lui en
suppose: la poésie a ses licences. Puis, veux-tu savoir la vie des
amis de Philodème? la voici.» Suit une revue satirique, sous des noms
anciens, de divers individus fameux dans le temps par leurs vices,
revue qui n'a plus d'intérêt aujourd'hui. Cratinus finit par conseiller
à Pétus de fuir les muses et de s'adonner exclusivement à l'étude des
lois et à la vie laborieuse des procès...:

    ..... Astutæ plus conferet una rubricæ
    Regula quam centum Flacci, doctique Marones.

Mais il est tard, à demain!

_Septième satire._--Mais je n'ai pas dit mon dernier mot; je reviens
sur mon serment de ne plus écrire de satires latines. Philodème, ton
arrogance et ton front proterve me réveillent. Pardonnez, muses, il
faut que je frotte encore mon vilain. Tu as paru devant le prêteur,
ô Philodème! tu t'es écrié que les mœurs étaient perdues si Sectanus
n'était puni de mort. Tu as donné le signal au licteur, incertain du
véritable nom de ce Sectanus, auteur des satires qui te blessent,
et tu l'as dénoncé comme si tu le connaissais. Maintenant, sorti du
tribunal, te voici au théâtre où tu viens récréer ton humeur de Caton.
Là tu n'arrêtes pas seulement tes regards libidineux sur les femmes du
cinquième et du sixième ordre, tu les adresses impudemment à la noble
jeunesse de Rome. Ah! si les anciennes lois n'avaient pas péri, comme
on te ferait quitter ces hauts rangs où tu te places! Hors d'ici,
Calabrois! hors d'ici!--Mais, où irai-je?--Au dernier rang, notre
ami! Mais ton insolence ne doute de rien. On t'entend partout élever
la voix, rire, insulter au ciel si la scène te déplaît, si quelques
accords ou quelques vers semblent durs à ton oreille. Tu craches,
tu te mouches, tu cries _bis_! Au sortir du théâtre, on te voit aux
courses publiques, et là faire l'agréable; on t'y montre au doigt en
te faisant les cornes. On t'avertit d'aller plutôt à l'Académie ou au
plaids. Tu persistes... Voici des enfans qui jettent des pommes au nez
d'un mime... Prends garde, Philodème! que ton front pudibond n'en soit
atteint, et que, par suite, les croque-morts ne viennent te couvrir du
drap funéraire!

_Huitième satire._--Maintenant que mon esprit repose exempt de soucis,
apprends-moi, mon cher Lupus, ce qu'on dit, ce qu'on fait dans l'école
de Philodème. Je voudrais savoir des nouvelles de cette phalange
invincible de lettrés.--Volontiers, répond Lupus; et il commence son
récit--«J'étais donc entré, au jour tombant, dans cette enceinte
remplie d'une foule de disciples crédules, rangés en statues de marbre
devant l'oracle. Philodème y siégeait au dessus de tous, les mains
ouvertes. Il s'écria d'un ton solennel: Courage! studieuse cohorte,
la pourpre attend la vertu et l'occasion ne présente pas sa chevelure
par derrière... Nous sommes à Rome, ce séjour de la puissance. Vous
en boirez à pleine coupe si vous retenez mes discours... D'abord,
paraissez savans et jurez de vous louer les uns les autres sans réserve
ni pudeur... Tel d'entre vous est libertin, louez-le. Tel a passé
sept nuits au jeu, dites qu'il s'est enfermé avec ses livres... On
vous demande ce que devient Plotin; répondez qu'il se tue à scruter
la nature cachée des choses et qu'il en perd le sens amoureux... Il
faut ensuite vous former au grand art de la parole. Cet art, le voici:
soyez inintelligibles et déclamateurs!... En médecine, dissertez avec
Harvey sur la circulation du sang et méprisez Galien... Parlez avec
assurance du ciel et des planètes. Saisissez la queue des comètes pour
interpréter ce signe si redouté du vulgaire... Le quart de cercle en
main, tracez des angles, des tétraèdres, des scalènes comme si vous
saviez la géométrie... Donnez-vous pour connaisseurs en médailles et
distinguez d'un œil ferme les oreilles de Galba, le nez de Sévère et
ce bardache Antinoüs... Quand vous verrez écrit sur quelque marbre
le mot inachevé _lib_..., achevez le mot sans vous soucier que ce
soit libertas, ou libertis, ou liberis, ou liber qu'il faille lire...
N'estimez que les Grecs et faites fi des Latins... Cicéron? quel est
cet homme?... Avancez hardiment que vous savez quelqu'un qui lui
aurait soufflé son rang d'orateur s'il eût vécu de son temps; et ce
quelqu'un, dites que c'est moi...--Mais Lupus, cela n'est pas croyable.
Comment Philodème parlait ainsi à ses disciples? Un marchand d'œufs
durs ne ferait pas mieux.--Cela est pourtant vrai, j'en suis témoin.
Cependant, écoutez: il disait bien d'autres choses. Par exemple,
tombé sur l'’art d'écrire, il disait, après avoir déchiré Virgile et
Ovide, que le grand secret consistait à noircir beaucoup de papier...
Enflez-vous, remuez-vous! continuait-il; pour décrire une rive ombragée
au retour du printemps, dites que cette rive se coiffait de feuillage
et qu'elle souriait tendrement en ouvrant les lèvres d'émeraude de la
prairie... Que les fleurs soient la joie de la terre; et les astres,
les fleurs empourprées du ciel!... Pour peindre les premiers travaux de
l'agriculture, ne commencez pas ainsi:

    .......... Terram versabat aratro
    Principio mortale genus, viridique sub ulmo
    Dulcia securæ carpebat gaudia vitæ.

«Écrivez:

    ......... Communis viscera matris
    Rusticus insonti ferro lacerabat Orestes,
    Ederet ut dulces prægnanti corpore fœtus,
    Et circum patulas frondosa palatia quercus.
    Pendula flammiferæ ridebat suffura dextræ, etc.

«Il continua, sur ce ton, à nous débiter des sottises, puis s'écria:
Jeunes gens! dans le sein de qui coule un sang libre et généreux,
et qui ne connaissez pas les chaînes de l'esprit, apprenez à ne pas
respecter le passé! La rouille ennoblit-elle le fer? et la sagesse
doit-elle son prix à de vieux parchemins? Croyez-moi, voulez-vous
être quelque chose? méprisez les anciens. O honte de notre âge, de ne
pouvoir penser qu'avec le secours de nos aïeux!... Ce siècle est grand,
plus grand mille fois que ses devanciers... Je pourrais vous citer des
arts qui lui doivent la naissance. Je me sens échauffé, et une docte
salive s'échappe ici de ma bouche.» A ces mots, moi Sectanus, j'arrêtai
Lupus, en lui disant: C'est assez. Par Castor! silence! ou Jupiter va
nous écraser de sa foudre. Quoi! cette cucurbite a osé lever son front
jusqu'aux astres pour les insulter! De l'ellébore! de l'ellébore! etc.

Cette satire, par laquelle se termine notre édition, est la plus belle
des huit et peut passer pour un chef-d'œuvre. En tout Sergardi a
beaucoup de verve, de raison et d'imagination. Son mérite particulier
est de n'être point verbeux, de se hâter vers l'évènement; mérite
bien rare chez les modernes et surtout chez ceux de sa nation. Pour
de l'esprit, il en est pourvu avec profusion, même en considérant ses
compatriotes qui en ont infiniment.



LE RENVERSEMENT

DE LA MORALE CHRÉTIENNE,

  Par les désordres du monachisme; enrichi de figures. Deux
    parties. On les vend en Hollande, chez les marchands libraires
    et imagers, avec privilége d'Innocent XI. (1 vol. pet. in-4, s.
    d.)

(1695--1700.)


On voit, par la Préface de ce livre satirique hollandais, qu'il fut
imprimé après 1693, c'est à dire de 1695 à 1700. Son titre annonce
que c'est une parodie de l'écrit d'Antoine Arnaud, qui parut en 1672,
in-4, intitulé _Le Renversement de la Morale de J.-C., par les erreurs
du calvinisme_. On le trouve difficilement de cette édition sans date,
dont les figures grotesques, gravées à la manière noire, sont très
bien faites dans leur genre. L'ouvrage est dirigé spécialement contre
les jésuites, instigateurs de la révocation de l'Édit de Nantes, et
généralement contre tous les moines. La préface en est écrite du
style le plus amer. L'auteur anonyme fait découler l'institution des
moines de certains usages du paganisme, notamment des prêtres dits
de la _Grand'Mère des Dieux_; et cite, à ce sujet, Polydore Vergile,
_de inventoribus rerum_. Chaque figure, qui représente un buste de
moine, est suivie d'un quatrain. Nous donnerons la liste de ces figures
avec quelques échantillons des quatrains. Le frontispice, ayant pour
suscription ces mots: l'_Abrégé du clergé romain_, montre J.-C. debout
au milieu d'une foule d'ecclésiastiques de tout rang et de moines de
toute forme, qui tendent les mains, les chapeaux, les capuchons pour
avoir de l'argent. Le volume contient deux parties, dont la première,
accompagnée d'un double texte français et hollandais, et précédée d'une
préface française, ainsi que d'un avis au lecteur en hollandais, a 104
pages et 26 figures; et la seconde, 25 figures sans texte, suivies
d'une table hollandaise:

  1re fig. LE ROY DU CARNAVAL.--C'est Louis XIV.

  2e ---- LE PÈRE JACQUES, ROY DE L'ANNÉE PASSÉE.--C'est Jacques
            II d'Angleterre.

  3e ---- LE PÈRE PRIEUR,--qui joue le rôle de fou.

  4e ---- LE PÈRE DOMINIQUE,--le verre en main.

  5e ---- LE PÈRE FRANÇOIS,--aussi avec son verre.

  6e ---- LE PÈRE VICTOIRE.--Il a l'air tout penaud.

  7e ---- LE PÈRE IGNACE,--avec une pincette au collier; pour
            quatrain:

                Je tire les marrons du feu
                Et les ames du purgatoire.

  8e ---- LE PÈRE THOMAS,--avec une pipe à l'oreille.

                Parlez-moi de l'enfer, je m'en soucie peu,
                Si j'ay de la santé et du bon vin à boire.

  9e ---- LE PÈRE ANTOINE,--portant un drapeau à son chapeau, et
            cette devise: _les Délices de la vie_.

  10e ---- LE PÈRE ROBINET,--avec un robinet sur la poitrine.

  11e ---- LE PÈRE XAVIER,--avec l'as de carreau et le valet de
            trèfle brodés sur son surplis.

  12e ---- LA LUXURE,--représentée par une belle dame de la cour,
            et son confesseur, jésuite, portant pour médaille le
            monogramme de la compagnie.

  13e ---- LA GUEULE;--c'est le frère Boudin mangeant un boudin
            goulument.

  14e ---- LA COLÈRE;--c'est le père général portant un couteau
            en aigrette et un sabre à la main, dont il menace les
            huguenots.

  15e ---- LE MAISTRE DES CÉRÉMONIES,--ou l'Orgueil avec une
            toque ornée de perles et une croix de diamans.

  16e ---- L'AVARICE,--ou le Père sacristain.

  17e ---- LA PARESSE,--ou le Frère Morphée.

  18e ---- L'ENVIE, coiffé d'un capuchon de serpens, avec ce
            quatrain:

                J'enrage; j'ay manqué d'avoir un testament
                De quatre mille écus: peste du purgatoire
                Qui m'a rompu mon coup! Un autre finement,
                En promettant le ciel, a gagné la victoire.

  19e ---- L'INQUISITEUR,--portant un couteau en sautoir.

  20e ---- L'ESPION DE L'INQUISITION,--avec un hibou et une
            boîte; pour quatrain:

                Si l'on me voit garny de la boîte à perrette,
                C'est pour espionner et surprendre les sots.
                Je sçay les attraper avecques mes bons mots,
                Et fais ainsy toujours quelque sainte conquête.

  21e ---- LE CHARLATAN,--ou la Médisance tirant la langue.

  22e ---- LE PROCUREUR DE L'INQUISITION,--avec cette légende:
            _les Saintes confiscations_.

  23e ---- LE TRÉSORIER DE L'INQUISITION,--avec un collier de
            monnaies aux armes de France.

  24e ---- LA PÉNITENCE,--avec une discipline en main.

  25e ---- LE MOINE DÉFROQUÉ,--déchirant lui-même son froc, et
            renonçant à ce qu'il appelle _la Politique des Dévots_.

  26e ---- LE CORDELIER DEVENU ÉVÊQUE,--soufflant dans un cor de
            chasse, et ne voulant plus que chasser.

  27e ---- LA FINESSE,--avec un renard et un serpent sur sa
            soutane.

  28e ---- L'ADROIT,--ou Frère coupe-bourse.

  29e ---- L'INSATIABLE,--représenté par un missionnaire des
            Indes. Voilà qui est bien injuste; car rien n'est plus
            beau que les missions des Indes: il y a de quoi, ou peu
            s'en faut, réconcilier la raison avec les moines.

  30e ---- LE DÉLICAT,--tenant un dindon d'une main et des
            poissons de l'autre.

  31e ---- LE FOURBE,--regardant un masque.

  32e ---- LA SIMONIE,--avec sa tire-lire.

  33e ---- L'IMPIE,--rejetant la sainte Bible.

  34e ---- LE RECÉLEUR,--empochant un collier volé.

  35e ---- LE PÈRE PORTUGAIS,--tenant un petit saint Antoine de
            Padoue, et pour quatrain:

                Il faut le fouetter, mais à l'écorche-cu
                S'il ne retourne pas nous faire des miracles, etc.,
                    etc.

  36e ---- LE MAQUEREAU,--ou le Marieur de Filles, un maquereau à
            la main.

  37e ---- LE FLUTEUR.

  38e ---- LA CONFESSION,--ou le Vieux Moine et la Jeune Nonne.

  39e ---- LE PÈRE PIERRE, avec d'énormes clefs.

  40e ---- LE PÈRE ANGE,--entouré d'anges.

  41e ---- LE PÈRE MICHEL,--entouré de diables.

  42e ---- LE PÈRE APOTHICAIRE,--avec ses drogues.

  43e ---- LE SÉDITIEUX,--le fer et la flamme à la main.

  44e ---- L'INEXORABLE,--ou le Moine et le Prisonnier en larmes
            avec la corde au cou.

  45e ---- L'IDOLATRIE,--avec une petite sainte en cire.

  46e ---- L'IGNORANCE,--ou le Moine chauve coiffé d'une
            chauve-souris.

  47e ---- LE BÉAT,--au nez camard et à l'œil retourné.

  48e ---- LA SUPERSTITION,--se flagellant son vilain dos nu.

  49e ---- LE DÉSESPÉRÉ,--se faisant moine pour vivre.

  50e et dernière.--LA RÉVÉRENDE MÈRE,--maîtresse d'un cardinal.



HISTOIRE

DES AMOURS DE GRÉGOIRE VII,

  Du Cardinal de Richelieu, de la Princesse de Condé, de la
    marquise d'Urfé, etc.; par M. D. (mademoiselle Durand).
    Cologne, Pierre le jeune. M.DCC. (1 vol. pet. in-12 de 240
    pag., non rogné.)


LES

GALANTERIES DE MONSEIGNEUR LE DAUPHIN,

ET DE LA COMTESSE DU ROURE.

  Cologne, 1696, 1 vol. in-8, lavé, réglé, non rogné, fig. par
    Bussy-Rabutin.


LA CHASSE AU LOUP DE MONSEIGNEUR LE DAUPHIN,

OU LA RENCONTRE DU COMTE DU ROURE,

DANS LES PLAINES D'ANET.

  Cologne, P. Marteau, 1695. (1 vol. pet. in-12, fig.)

(1695-96--1700.)


Dans le temps que la presse était esclave en France, c'est à dire
entre 1625 et 1774 (car avant l'année 1625 l'administration du royaume
n'offrant ni régularité, ni unité, la presse y était singulièrement
libre de fait, sinon de droit[19], tantôt à Paris, tantôt dans telle
ou telle province), alors, dis-je, que faisaient les philosophes
téméraires, les politiques frondeurs, les satiriques violens et ces
pauvres libellistes éhontés qui n'ont rien pour vivre que la calomnie?
Ils allaient vendre leur bagage en Flandre, en Hollande, dans le pays
de Liége ou dans la Germanie rhénane, les communications se trouvant
faciles sur presque toute notre frontière orientale; et de là nous
revenaient, grâce aux soins de Pierre Marteau, de Cologne, de Louis
Réfort, de Liége, de Foppens, de Bruxelles, de quantité d'habiles
imprimeurs, dits Elzéviriens, répandus dans les Provinces-Unies et les
Pays-Bas, et plus tard de Neaulme et de Marc-Michel Rey, d'Amsterdam,
bon nombre de traités hardis sur la cour, la politique, la religion,
d'histoires galantes, contes, libelles, pamphlets, obscénités rimées,
etc., etc., etc., très jolis à l'œil, généralement pleins de fautes,
toujours d'autant mieux accueillis qu'ils méritaient moins de l'être,
et rendus de jour en jour plus précieux par le caprice du lecteur
malin et la rareté relative des ouvrages. A présent l'opération est
simplifiée: sitôt qu'un écrivain a quelque injure à dire, quelque
calomnie à répandre sur le compte du prochain, depuis le roi jusqu'au
berger, ou bien seulement à déclamer contre Dieu, contre l'action des
gouvernemens, contre la propriété, contre la famille, contre le droit
qu'a la société de se défendre, pour la force brutale, pour l'égalité
indéfinie des conditions, pour la communauté des femmes, et autres
inventions pareilles, il conclut marché patent avec son libraire,
signe son manuscrit, fait lithographier sa figure, et paraît hardiment
aux étalages. Le scandale est grand d'abord; mais le temps marche, et
tout est oublié. Quelques personnes ont osé le prévoir, et maintenant
je pense qu'elles oseront l'affirmer; encore une dizaine d'années, et
la licence de la presse aura perdu tout empire en France; soit que
les effets, tirés du dévergondage de style, s'usant comme tout ce qui
est extrême, les auteurs soient ramenés d'eux-mêmes, par la nécessité
de plaire, aux sources inépuisables du bon goût; soit, qu'à défaut
de répression légale, la police de la presse venant à passer dans
les mœurs, le public, enfin éclairé, impose à ses organes un langage
digne de lui, sous des peines que lui seul peut infliger. Dans tous
les cas, la multiplicité même des libelles d'aujourd'hui les rendra
moins viables que ceux d'autrefois; mais, chose étrange et pourtant
véritable, quand ils le seraient autant, les familles auraient encore
moins à se plaindre de la presse après son affranchissement que dans le
temps de sa servitude. Oui, quels que soient les excès diffamatoires
qui la déshonorent de nos jours, elle ne fournit à la malignité
rien d'aussi impudent, d'aussi grossier que les _Dames illustres_
de Brantôme, les _Amours des Gaules_, de Bussy-Rabutin, la _France
galante_, et tant d'autres écrits du XVIIe siècle, sans compter ceux
dont je vais dire un mot avec plus de droit qu'un autre de ne les pas
ménager.

  [19] En 1834, peu après la composition de cet article, encore
  manuscrit, M. Leber fit paraître, chez le libraire Techener, une
  brochure pleine d'érudition, de sens et d'agrément, sous le titre
  de l'_État réel de la Presse et des Pamphlets, depuis François
  Ier jusqu'à Louis XIV_; écrit dans lequel la liberté de fait,
  et non de droit, de la presse française, pendant cette période,
  se trouve constatée, mais où l'on voit en même temps très bien
  réfutée l'assertion émise sans distinction par M. Ch. Nodier,
  dans un de ses piquans opuscules, _que la Presse fut entièrement
  libre en France avant Louis XIV_. Ces deux écrits méritent d'être
  lus et conservés, tant pour le sel dont ils sont assaisonnés
  que pour les détails intéressans qu'ils donnent sur quantité
  d'anciens libelles ou pamphlets.

Je laisse de côté Grégoire VII, et sa confiance dans son ministre
Brazut, qui l'avait aidé à empoisonner sept ou huit papes ses
prédécesseurs, et ses emportemens amoureux avec la comtesse Mathilde,
et ses tendresses céladoniennes pour la belle Théodorine d'Est, et
son goût pour les fêtes et les débauches qui avaient fait de Rome,
au XIe siècle, une nouvelle Babylone, toutes choses que mademoiselle
Durand raconte, que personne ne connaissait avant elle et ne croira
sur sa parole; mais vit-on rien de plus platement scandaleux que
ces prétendues amours du cardinal de Richelieu avec madame du Roure
Combalet, sa nièce, femme qui fut l'ornement de son sexe pendant tout
le cours d'une longue et illustre vie, qu'honorait saint Vincent de
Paul, et qu'a célébrée Fléchier? Quoi de plus ridiculement odieux
encore que ces diatribes sans fin contre le marquis du Roure Combalet,
son mari, neveu du connétable de Luynes, courtisan un peu rude, il
est vrai, mais brave gentilhomme, qui se fit tuer l'année d'après son
mariage, à la tête du régiment de Normandie, au siége de Montpellier,
dans _une de ces ardeurs de gloire familières aux jeunes courages_,
ainsi que le dit l'éloquent évêque de Nîmes, dans l'oraison funèbre de
sa veuve? Ce jeune homme, quoique cadet de sa maison, entrait dans le
monde sous les plus brillans auspices, puisque son alliance, sollicitée
par Richelieu, formait le gage de la paix d'Angers, entre la reine-mère
et le roi son fils, qu'elle fondait la fortune de l'évêque de Luçon,
à qui elle procurait le chapeau, et perpétuait la toute-puissance du
connétable. Tant d'espérances s'évanouirent, en un jour, sous les murs
d'une ville rebelle; il y a là matière à plaindre la victime et non à
l'injurier. La source de ces calomnies, je le sais, vient de la fureur
de Marie de Médicis et de Vittorio Siri, son historien à gages. Elle
s'est épanchée depuis chez les réfugiés de Hollande, où mademoiselle
Durand et le comte de Caylus l'ont recueillie pour en vivifier leurs
sottes fictions; mais de si lourds mensonges ne vivifient rien.

Quant aux galanteries du grand Dauphin et de mademoiselle de la Force,
comtesse du Roure, si elles sont vraies, je me bornerai à les déplorer,
en ajoutant, pour le comte du Roure, qui fut tué, à vingt-deux ans, à
la bataille de Fleurus de 1690, que sa mémoire doit recevoir moins
d'atteinte des infidélités de sa femme, en dépit des lazzis de _la
chasse au loup_, que du lustre de sa fin glorieuse et prématurée. Une
noble mort couvre bien des accidens de ménage et peut consoler les
héritiers du nom. MM. de Montespan et de Rohan-Soubise se sont consolés
à moins.



EVANGELIUM MEDICI,

OU

MEDICINA MYSTICA.

  De suspensis naturæ legibus, sive Miraculis, reliquisque ἔν
    τοῖς βῖβλῖοῖς memoratis, quæ medicinæ indagini subjici possunt,
    ubi perpensis prius corporum natura, sano et morboso corporis
    humani statu, nec non motus legibus, rerum status super
    naturam, præcipuæ qui corpus humanum et animam spectant, juxta
    medicinæ principia explicantur.--A. Bernard Connor, medicus
    doctor è regia societate londinensi, etc. Londini, ex sumptibus
    bibliopolarum Richardi Wellington, etc., etc. (1 vol. in-8 de
    200 pages, plus 38 pages de pièces diverses, 5 feuillets de
    table et 8 feuillets préliminaires, avec le titre.) M.DC.XC.VII.

(1697.)


Les biographies nous apprennent que cet ouvrage, dans lequel le médecin
Bernard Connor, catholique et anglican suspect, mort à trente-trois
ans en 1698, cherche à expliquer naturellement certains miracles
rapportés dans les livres sacrés, que cet ouvrage, disons-nous, fit
beaucoup de bruit lorsqu'il parut. Aujourd'hui il n'en fait guère,
bien que le paradoxe y soit traité doctement et ingénieusement. Il est
dédié au chancelier de l'échiquier, Charles Montague. La dédicace est
suivie d'une lettre de l'auteur, en forme de préface, adressée à un de
ses amis. On remarque, en tête du livre, une permission d'imprimer,
délivrée par les censeurs de Londres Thomas Millington, Thomas Burwel,
Richard Torless, Guillaume Dawes, et Thomas Gill, dans le comité de
censure, le 9 avril 1697. La liberté de la presse, en Angleterre,
n'existait donc pas même pour les livres, neuf ans après la fameuse
révolution de liberté, opérée en 1688. Londres pas plus que Paris ne
s'est fait en un jour.

Bernard Connor construit son ouvrage sur un sophisme. Il prétend que
l'explication naturelle des faits merveilleux relatifs au corps humain
que rapportent les Ecritures est capable de ramener les sceptiques et
les déistes, en réconciliant la raison avec la doctrine des miracles.
Mais comment ne voit-il pas, au contraire, que rien n'est plus propre
à ruiner la doctrine des miracles, puisque, s'il réussit dans son
dessein, il suivra que les miracles ne sont pas des miracles? Peut-être
le voyait-il mieux que nous? Alors il était sceptique lui-même;
cependant il est mort en catholique, et rien d'ailleurs n'autorise à
soupçonner sa bonne foi.

Sa _Médecine mystique_ embrasse seize articles qui reposent tous sur
cette idée fondamentale que l'on peut accorder la réalité des miracles
avec la raison, puisqu'il suffit, pour les expliquer, d'admettre
une simple suspension des lois du mouvement. Cette assertion, qu'il
développe avec beaucoup de science et d'effort, n'est au fond qu'un
jeu d'esprit. Qu'importe, en effet, lui répondra le premier logicien
venu, que les enfans puissent naître sans pères, les corps combustibles
résister à l'action du feu, les corps privés de la vie ressusciter,
sans contredire les lois de la génération, celles de la combustion,
celles de l'organisation animale, si ces effets ont besoin, pour se
produire, de l'hypothèse que les lois du mouvement soient un instant
suspendues. Je n'ai point à examiner si vous êtes fondé à dire que
tous les effets naturels résultent des simples lois du mouvement;
si l'appareil de science dont vous entourez votre système n'est pas
seulement bon à en déguiser le vide et la fausseté; si les faits que
vous relatez sont constans; si les conséquences que vous en déduisez
sont justes; en un mot, si vous êtes bon physicien, bon naturaliste,
bon anatomiste, bon médecin; c'est assez que la suspension de ce
que vous nommez la grande loi de la nature soit nécessaire à votre
explication naturelle des miracles, pour que votre explication cesse
d'être naturelle. Les miracles restent miracles avant comme après
votre explication, ni plus ni moins. Vous en convenez vous-mêmes
implicitement, dès lors que vous concédez que celui-là seul peut
suspendre les lois du mouvement qui les a établies. Or, ce moteur
suprême, vous reconnaissez, avec tout l'univers, que c'est Dieu. Que
gagnez-vous donc à simplifier les moyens dont Dieu se serait servi pour
opérer des miracles, sinon à rendre ces derniers moins éclatans, moins
dignes de leur auteur, moins utiles à leur objet, en les rendant moins
merveilleux? Mais il est temps de considérer de quelle façon l'auteur
procède, en lui payant d'abord un juste tribut d'hommages pour la
méthode et la science qui règnent dans son livre, et qu'il faut surtout
admirer chez un écrivain s'exerçant, sur ces matières difficiles, dans
une langue morte.

Bernard Connor pose en principe que la nature humaine est régie par
deux lois générales et complexes, celle du mouvement et celle des
mœurs; ce qui suppose, dans l'homme, deux substances, l'une matérielle,
l'autre immatérielle, ou solide et impénétrable; d'où résultent les
corps organiques et les corps inorganiques. Il distingue, dans le
corps humain, trois états: l'état de santé, l'état morbide et l'état
nommé surnaturel, qui fait l'objet principal de son ouvrage. Avant
de s'enfoncer dans les ténèbres de l'état surnaturel, il observe la
constitution naturelle de l'homme, qu'il trouve formée d'esprit, de
substance animée et de substance corporelle. C'est la substance animée
qui, par le ministère des sens, met en jeu l'esprit ou l'intelligence,
source de la volonté libre ou réfléchie. La substance corporelle
produit le mouvement involontaire du cœur et de la respiration.
Remarquons ici en passant le germe de la pensée du célèbre médecin
moderne Bichat, sur la distinction de la vie animale et de la vie
organique, dans le fameux _Traité de la vie et de la mort_.

L'organisation du corps humain proprement dit, poursuit Bernard Connor,
se divise en parties intégrantes ou palpables, et en particules
élémentaires qu'on ne saurait saisir qu'à l'aide de l'analyse
chimique. Ces dernières donnent pour principes la terre, l'eau, le
sel et le soufre. De la combinaison variée et de la proportion de
ces principes, sortent la structure du corps humain, ses fluides et
ses solides, la sanguification, les trois mouvemens du sang, savoir:
le flux, la fermentation et la circulation, et enfin la sécrétion
animale et le mouvement musculaire. A l'état de santé ou naturel, il
existe un parfait accord entre les solides et les fluides par leurs
services réciproques. Si de cet état naturel on vient à observer
l'état morbide ou de nature forcée, qu'y voit-on? que l'harmonie est
troublée soit par les solides, soit par les fluides, soit par tous les
deux, quel que soit d'ailleurs le siége des maladies, dont les unes
suspendent momentanément l'usage de certaines parties du corps, comme
l'ophthalmie, la surdité, etc., etc., et les autres le détruisent,
comme la goutte, la paralysie, etc.

L'examen approfondi de ces deux états et des moyens de conserver l'un
et de corriger l'autre, par la connaissance des causes secondes,
faisant plutôt l'objet de la médecine corporelle que de la médecine
mystique, l'auteur se hâte d'arriver au troisième état du corps
humain, faussement appelé surnaturel, selon lui. Il dit faussement
surnaturel, parce qu'il n'admet de fait vraiment surnaturel que dans
la supposition de l'anéantissement des particules élémentaires servant
à la structure des corps organisés, et que le simple déplacement,
le changement de forme de ces corps n'altèrent nullement leurs
particules constituantes. Or, aucun des miracles rapportés ne suppose
l'anéantissement de ces particules; comme aussi ne saurait-on concevoir
qu'un tel phénomène pût avoir lieu, d'après la définition donnée
universellement de la matière. Restent donc, pour faits prétendus
surnaturels, relativement au corps humain, des changemens de forme,
des déplacemens, tous faits, ainsi qu'on va le voir, qui, s'expliquant
par la simple suspension des lois du mouvement, suspension émanée de
Dieu qui a établi ces lois, ne changent rien à la nature essentielle du
corps humain soumis à ces faits prétendus surnaturels.

Maintenant qu'est-ce que le mouvement? Est-ce une entité? est-ce une
substance? Non, sans doute; car un corps immobile pèse autant que le
même corps mu. (L'auteur donne ici une mauvaise raison d'une chose
vraie ou du moins très plausible, car la masse multipliée par la
vitesse augmente le poids du corps en mouvement.) Mais suivons-le. Un
corps n'acquiert ni ne perd rien, et par conséquent ne communique rien
par le mouvement, bien qu'il se meuve suivant de certaines lois, et que
les divers phénomènes que nous observons dans la formation du corps
humain, dans sa dissolution, dans l'action de ses solides et de ses
fluides, etc., soient des effets de ces lois mêmes. Le mouvement n'est
donc rien autre chose que la volonté de Dieu.

Autre question: Qu'est-ce qu'un miracle? les uns répondront que c'est
quelque effet surprenant qui dépasse les bornes de notre compréhension;
à ce compte, la germination d'un grain de blé serait un miracle!... les
autres vous diront que le miracle est un effet surnaturel produit par
un ordre exprès de la divinité, sans se mettre en peine de définir le
surnaturel, et sans songer que tout effet vient de l'ordre de Dieu.

Moi, dit à son tour Bernard Connor, je me bornerai à vous montrer
comment, par la seule suspension de ses lois du mouvement, Dieu a pu
produire très naturellement ces effets qui vous semblent renverser
l'ordre de la nature. Puisque le monde _matière_ ne saurait rien
acquérir ni rien perdre, tous les phénomènes qu'on y remarque ne sont
ni des créations ni des destructions; ce sont de simples mutations de
lieux et de figures. Supposez que Dieu suspende celle de ses lois du
mouvement qui place un tel corps en tel lieu, sous telle forme; à
l'instant tel homme va soudainement mourir, tel autre ressusciter.

Supposez que Dieu suspende celle de ses lois du mouvement par laquelle
un corps mu, venant à en rencontrer un moindre immobile, le déplace; et
vous allez voir ce faible mur résister à tout l'effort de la bombe et
du boulet.

Supposez encore que Dieu suspende celle de ses lois du mouvement par
laquelle la liqueur virile va solliciter le germe du corps humain dans
la matrice de la femme, et qu'il ne suspende pas cette autre loi qui
meut ce germe où il réside, la femme concevra d'elle-même, etc., etc.
Tout ce dixième article, relatif à la génération, qui, par parenthèse,
donne de beaucoup la plus belle part aux femmes dans l'action
génératrice, n'est pas un des moins curieux à lire.

Viennent ensuite une analyse chimique du corps humain, des observations
sur l'état de mort, sur les conditions nécessaires de la résurrection,
sur l'état de ressuscité, qui dispensera l'homme de respirer, de
manger, etc., et cela toujours en vertu des lois du mouvement. Mais
nous en avons dit au moins assez pour faire connaître cet ouvrage
systématique où brillent un savoir peu commun et un génie élevé. Il
nous reste à justifier par une citation ce que nous avons avancé du
talent d'écrire en bon latin qu'avait Bernard Connor; nous la prendrons
dans ce dixième chapitre où le sexe est traité si favorablement:

«Ex his inferre datur quantas sibi prærogativas vindicare possunt
fœminæ, præ maritis, quantoque cultu et honore liberi matres suas
prosequi deberent. Mulier enim sola totum fere generationis opus
perficit: ipsa sola semen, seu rudimenta corporis, ante viri consortium
continet; multis ærumnis obnoxia est gravida mulier; multis torminibus
in partu cruciatur; ipsa pascit fovetque in utero fœtum, et post
partum, mammarum lacte alit; unde intentior est ut plurimum matris quam
patris in liberos amor. Vir autem post unius momenti voluptatem nihil
amplius de partu cogitat, et in ipso libidinis æstu tam parum generando
fœtui suppeditat, ut vix parentis nomen mereatur.»

«Ce qui précède fait voir quelles hautes prérogatives les femmes
peuvent revendiquer sur les hommes, et quels religieux honneurs les
enfans doivent rendre à leur mère. C'est, en effet, la femme qui,
presque seule, accomplit l'œuvre de la génération; elle, toute seule,
avant d'être unie à l'homme, contient le germe et comme les rudimens du
corps humain; de pénibles épreuves l'attendent dans sa grossesse, et
mille tourmens la déchirent dans l'enfantement; l'embryon puise la vie
et la chaleur dans son sein; l'enfant nouveau-né se nourrit du lait de
ses mamelles; et de là cette tendresse maternelle si supérieure à celle
des pères pour leurs rejetons; mais l'homme, après l'instant du plaisir
de l'amour, ne songe point à ce qu'il fera naître, et dans le feu même
de ses transports il contribue si peu au mystère générateur, que c'est
à peine s'il mérite le nom de père.»



EXPLICATION

DES MAXIMES DES SAINTS,

SUR LA VIE INTÉRIEURE;

  Par messire François de Salignac Fénelon, archevêque duc de
    Cambrai, précepteur de messeigneurs les ducs de Bourgogne,
    d'Anjou et de Berry. A Paris, chez Pierre Aubouin, libraire
    de messeigneurs les enfans de France, quai des Augustins,
    près l'hôtel de Luynes, avec privilége du roi. M.DC.XCVII.
    (25 janvier). 1 vol. in-12 de 272 pages, plus 17 feuillets
    préliminaires pour l'avertissement de l'auteur et l'extrait du
    privilége.

(1697.)


Le voilà donc ce livre de l'amour pur, destiné par son auteur à devenir
le code du vrai mysticisme, composé avec tant de bonne foi, appuyé
d'une suite d'autorités si imposantes, depuis les apôtres jusqu'à
saint François de Sales, écrit avec tant de grace et d'onction, puis
tout d'un coup changé, à la voix d'un pontife intimidé, sur les
instances d'un génie austère, ombrageux et inflexible, en une source
infecte de corruption pour les ames, que tout chrétien devra fuir,
et près de laquelle devra veiller, afin d'en défendre les approches,
celui-là même qui s'était flatté, dans la sainte ardeur de son zèle,
d'en faire comme un breuvage d'initiation aux tranquilles délices de
la vie intérieure et contemplative! Certes, en lisant aujourd'hui
_l'Explication des maximes des saints_, le lecteur superficiel peut
s'étonner du bruit qu'a fait ce livre, non moins que du scandale qu'il
a causé; mais il faut percer plus avant, ne pas se croire si sage, si
cuirassé de raison, et reconnaître deux choses incontestables: l'une,
que les questions de métaphysique auront, dans tous les temps, la
puissance d'agiter la société humaine, lorsqu'elles seront traitées
avec à-propos par des esprits supérieurs; l'autre que, dans ces
matières difficiles où les plus fortes intelligences touchent, sans
cesse, leurs bornes, si elles ne les dépassent, le champ de l'erreur
et celui de la vérité risquant perpétuellement d'être confondus, les
disputes sont nécessairement violentes et interminables. Les langues
les plus logiques et les mieux faites ne suffisent point à rendre la
pensée lorsqu'elle se subtilise à un certain point, et sitôt que les
termes cessent de pouvoir être définis, la mêlée devient générale
et terrible. Que d'efforts ingénieux et patiens, que de force et de
dextérité tout ensemble l'archevêque de Cambrai déploie vainement ici
pour échapper à la confusion qu'il prévoit et redoute? Il faut peu
parler sur le mysticisme, dit-il en commençant cette controverse qui
l'a fait tant parler, de peur de servir de risée aux gens du monde,
trop éloignés des voies intérieures, et aussi pour ne point ouvrir,
aux ames tendres et exaltées, la carrière des illusions et des pieuses
folies. Aussi n'entreprend-il son livre que pour résumer la doctrine
avouée des saints sur ce sujet glissant, et non pour faire un livre.
Il prétend guider les bons mystiques par la main, entre des écueils
sans nombre, armé d'un fil et d'un flambeau sacrés; rien de plus. C'est
ainsi que, non content d'exposer dans quarante-cinq propositions, qu'il
nomme _vraies_, toute la chaîne des idées orthodoxes sur les cinq
degrés d'amour de Dieu de plus en plus épurés par le désintéressement,
depuis l'amour judaïque uniquement attaché aux biens charnels jusqu'à
cette parfaite charité où la créature s'anéantit en Dieu; sur la juste
distinction à établir entre l'objet de l'amour de Dieu, qui est la
béatitude éternelle, et les motifs de cet amour, lesquels peuvent se
nourrir de Dieu seul sans aucune idée de béatitude; sur la prudence
avec laquelle le bon mystique doit s'avancer d'un degré moindre au
degré supérieur, en suivant plutôt la grâce qu'en la provoquant; sur
la manière de considérer et de supporter les épreuves intérieures,
épreuves extrêmes (et c'est ici la clef de tout le mysticisme) dans
lesquelles une ame peut faire à Dieu le sacrifice d'elle-même sans
l'outrager; sur la façon dont se concilie, avec l'activité qui tend
sans cesse à la perfection dans les actes, l'état d'abandon et de
sainte indifférence d'une ame bercée par la confiance et l'amour;
enfin sur ces sublimités de la contemplation passive où le mystique,
parvenu _à la cime de son ame, à la pointe de son esprit_, dit
l'évêque de Genève, s'épanche et se perd en quelque façon dans la
Divinité, _faisant oraison sans savoir qu'il fait oraison_; c'est
ainsi, dis-je, qu'après avoir exprimé avec une clarté surprenante et
un charme indicible la doctrine complète des bons mystiques, dans
un petit nombre d'articles distincts et progressifs, l'archevêque
de Cambrai place, en regard de chacun de ces articles, autant de
propositions _fausses_ qu'il tire des premières, afin de montrer
à la fois la profondeur de l'abîme et la facilité, pour tous, d'y
tomber. Plan vraiment digne de Fénelon, par la pureté de sentiment
et la précision d'idées qu'il suppose. On ne saurait assez déplorer
qu'un ouvrage si bien conçu, exécuté si habilement, surtout à l'égard
du style, qui est merveilleux, n'ait servi qu'à précipiter son auteur
dans la disgrace, à compromettre, dans son adversaire, le caractère du
premier évêque de France, et à porter le trouble au sein de l'Eglise
pendant plusieurs années. MM. de Saint-Sulpice, dans l'édition qu'ils
ont donnée dernièrement des œuvres de l'archevêque de Cambrai, seule
édition complète qui ait paru jusqu'ici de ce grand écrivain, ont
retranché ce livre de leur collection. Cette scrupuleuse réserve peut
se concevoir, mais elle ne devra pas enchaîner d'autres éditeurs dont
les devoirs seront moins sévères; car, il ne faut pas le dissimuler, si
l'_Explication des maximes des saints_ est un mauvais livre, selon la
décision canonique, c'en est un admirable sous le rapport de la science
et du talent, et les ames tendres, qui cherchent leur consolation dans
l'effusion des affections religieuses, s'y exciteront toujours mieux
à la charité parfaite que dans la _Dévotion aisée_ du père Le Moine,
ou _les Allumettes du feu divin_, de Pierre Doré. Ce livre mériterait
d'ailleurs d'être réimprimé, ne fût-ce que parce qu'on ne le trouve
plus communément.



DISSERTATION

SUR

LA SAINTE LARME DE VENDOME.

(Falsitas tolerari non debet sub velamine pietatis.)

(INNOCENT III.)

  Par J.-B. Thiers, docteur en théologie et curé de Vilbraye,
    avec sa réponse à la lettre du P. Mabillon à l'évêque de Blois,
    en faveur de la prétendue sainte Larme, et la lettre même du P.
    Mabillon. A Amsterdam, 1751, 2 vol. in-12. Dédié à Mgr. de la
    Vergne Monténard, de Tressan, évêque du Mans.

(1699-1751.)


Cette Dissertation est le plus rare des ouvrages de l'abbé
Jean-Baptiste Thiers, curé de Vibraye, diocèse du Mans, qui, né en
1636 et mort en 1703, passa la meilleure partie du temps que lui
laissèrent les travaux de son ministère et les soins de sa charité, à
controverser sur toute sorte de questions de théologie ou d'histoire
ecclésiastique. Son goût était naturellement tourné aux joûtes, aux
luttes et aux tournois de l'esprit. Beaucoup d'études, un certain
talent dialectique, un style mordant et clair, quoique trop prolixe,
le tenaient toujours prêt à combattre. Aussi ne voyons-nous guère de
querelles contemporaines entre théologiens, où son nom ne se trouve
mêlé, ce qui lui suscita plusieurs tracasseries désagréables. Tantôt
c'était le savant docteur Gallican, de Launoy, qu'il entreprenait
sur l'abus de l'argument négatif, c'est à dire sur l'inconvénient
de s'autoriser du silence des auteurs pour nier ou affirmer un fait
historique; comme quand on raisonne ainsi, par exemple: l'Evangile ne
dit point que Jésus-Christ n'ait pas été maçon à Reims et qu'il n'y ait
pas bâti le portail de la cathédrale; donc Jésus-Christ a été maçon à
Reims et il y a bâti le portail. Tantôt il s'attaquait aux cordeliers
de cette ville, sur le faste ridicule de leur inscription _à Dieu
et à saint François, tous deux crucifiés_. Une autre fois, sous le
titre gaillard de _Sauce-Robert_, il soutenait vigoureusement, contre
l'abbé Robert, grand archidiacre de Chartres, le droit des curés de
porter l'étole, dans leurs visites, en présence des archidiacres. Un
jour, il bataillait, avec autant d'agrément que d'érudition, contre
les perruques des prêtres. Le lendemain, il défendait, contre le Père
Mabillon, l'abbé de Rancé et sa thèse en faveur de l'ignorance des
moines, par opposition à la science des bénédictins. Nous parlons, dans
ce recueil, à propos de l'_Histoire des Flagellans_ de l'abbé Boileau,
de la réfutation violente et peu sensée qu'il fit de cet estimable
ouvrage. L'usage des cloches, le droit d'absolution qu'ont les
évêques en matière d'hérésie, la clôture des religieuses, l'immunité
des porches des Eglises, le prétendu droit des archidiacres sur la
succession mobilière des curés, mais surtout les étranges superstitions
introduites dans l'Eglise, exercèrent, tour à tour, la chaleur de sa
verve polémique avec des succès balancés. L'abbé Granet, qui avait
donné, en 10 volumes in-folio, les Œuvres de Launoy, voulait rendre le
même honneur à son adversaire et son émule, l'abbé Thiers, et faire un
tout coordonné des 34 ou 38 volumes in-12 qu'il a laissés; je pense
qu'il est heureux, pour la gloire de l'auteur, que ce projet n'ait pas
reçu d'exécution. Par là, certains écrits de l'abbé Thiers, séparés,
surnageront; au lieu que, réunis, ils eussent fort bien pu s'engloutir
tous. J'aurais regretté, pour ma part, la _Dissertation sur la sainte
Larme de Vendôme_, qui ruine de fond en comble l'authenticité de cette
relique. Est-il croyable que, depuis l'an 1040, au temps de Geoffroy
Martel, jusqu'à nos jours, le peuple ait honoré et l'Eglise de Vendôme
fait honorer une certaine larme versée par Jésus-Christ sur le corps
de saint Lazare, laquelle, recueillie par un ange, qui la donna à la
Madeleine, qui la remit, _in extremis_, lors de son voyage en Provence
(voyage parfaitement controuvé), à saint Maximin, évêque d'Aix, aurait
été portée à Constantinople, puis accordée, par l'empereur Michel
Paphlagon, à Geoffroy Martel, en récompense des secours qu'il lui
aurait amenés contre les Sarrasins, de par Henri Ier? Voilà pourtant
ce que l'abbé Thiers prétendit renverser, en 1751, et ce que le Père
Mabillon prétendit soutenir au nom des bénédictins, parce que la
relique était bénédictine. L'agresseur n'eut pas de peine à démontrer
que la Madeleine ou l'une des trois Madeleines n'était point venue en
France; que Geoffroy Martel n'était point allé à Constantinople; que
la tradition de la sainte Larme est purement populaire aussi bien que
celle des miracles qu'elle a opérés; en un mot, que c'est une fraude
pieuse, inventée, comme tant d'autres, pour illustrer certains lieux et
y faire affluer l'argent des fidèles; et, quoi que le Père Mabillon,
qui n'aimait pas la dispute, mais que ses confrères aiguillonnaient,
pût dire en faveur de la sainte Larme, il ne la réhabilita point aux
yeux du sens commun; toutefois, ce dont l'abbé Thiers ne se douta pas,
son adversaire eut, sur lui, un terrible avantage; ce fut de lier le
sort de la sainte Larme à celui de presque toutes les autres reliques,
celles-ci n'ayant guère plus d'appui que la première; en quoi je
soupçonne que le Père Mabillon était plus malin, sur ce sujet, qu'il
ne paraissait l'être. Quoi qu'il en soit, c'est une chose qui n'est
pas médiocrement digne de méditation que le chemin fait vers la raison
universelle par le clergé séculier français depuis les fameux _Traités
des Reliques_[20] de Calvin et de Chemnitius. Voici, en preuve, trois
passages fidèlement extraits, qui semblent de la même main et qui sont
pourtant de mains diverses:

  [20] Traité des Reliques, ou advertissement très utile du grand
  proufit qui revient à la chrestienté, s'il se faisoit inventaires
  de tous les corps saincts et reliques, qui sont en divers
  païs, trad. du latin de J. Calvin. Autre traicté des reliques
  contre le décret du concile de Trente, trad. du latin de M.
  Chemnitius. Inventaire des reliques de Rome, mis d'italien en
  françois.--Response aux allégations de Robert Bellarmin, jésuite
  pour les reliques. A Genève, par Pierre de la Roviére. M.DC.I. (1
  vol. in-16 de 282 pages, plus 7 feuillets préliminaires.) (_Peu
  commun._)

  PREMIER PASSAGE.--«Cette tradition n'a pour fondement que
    l'intérêt particulier des anciens moines, qui ne l'ont établie
    qu'afin d'achalander leur église...; joli établissement!
    admirable pour des gens qui s'imaginent assez souvent que
    la piété leur doit servir de moyen pour s'enrichir (ainsi
    que parle le saint apôtre), et dont on peut dire: _quid non
    monachalia pectora cogis--auri sacra fames_.» (Thiers, _Diss.
    sur la sainte Larme de Vendôme_.)

  DEUXIÈME PASSAGE.--«Il n'y a presque point d'église que l'on ne
    puisse taxer de superstition, n'y en ayant presque aucune qui
    n'honore des reliques dont on ne peut prouver la possession par
    la tradition ecclésiastique.» (_Lettre du P. Mabillon contre M.
    Thiers._)

  TROISIÈME PASSAGE.--Saint Augustin, dans son livre du _Labeur
    des Moines_, se plaignant de quelques porteurs de rogatons
    qui, déjà de son temps, faisaient marché des reliques des
    martyrs, ajoute: _Si tant est que ce fussent des reliques
    de martyrs_...., la racine de ce mal a été qu'au lieu de
    chercher J.-C. dans sa parole, dans ses sacremens et ses graces
    spirituelles, le monde, selon sa coutume, s'est amusé à ses
    robes, chemises et autres signes extérieurs, laissant ainsi
    le principal poursuivre l'accessoire.» (Calvin, _Traité des
    Reliques_.)

On pousserait aisément plus loin ces curieux parallèles. Il ne faut en
tirer aucune induction fâcheuse contre l'Eglise moderne; au contraire.
C'est ainsi qu'elle tend, par sa modération pleine de sagesse et sa
prudente réserve sur les matières délicates, à se rapprocher, de plus
en plus, de la simplicité vraiment philosophique des premiers âges
du christianisme. Encore un peu de temps, et le dogme populaire le
plus dégagé de superstition qu'il y ait jamais eu au monde (on peut
l'espérer du moins) sera, comme au premier siècle de notre ère, celui
que les apôtres ont prêché.



LE COCHON MITRÉ,

DIALOGUE.

  A Paris, chez le Cochon, _s. d._ (1700 environ), 1 vol. in-12
    de 32 pages, avec la fig. du Cochon.

(1700.)


On connaît une autre édition, in-12, contenant 28 pages, de ce libelle
infame et calomnieux, mais recherché pour sa rareté, attribué, selon
M. Barbier, à François de la Bretonnière, bénédictin de Saint-Denis,
réfugié en Hollande sous le nom de Lafond. Les deux éditions,
probablement imprimées à Cologne ou Amsterdam, le sont également
sans correction aucune: l'ouvrage n'en méritait pas. L'auteur, dans
cette satire sous la forme d'un dialogue entre Scarron et Furetière,
poursuit, sans goût, sans esprit ni mesure, Louis XIV, madame de
Maintenon, le cardinal d'Estrées et Le Tellier de Louvois, archevêque
de Reims. Dès le début, Scarron apprend à Furetière que la belle
Scarron était une coquine qui avait vécu avec le maréchal d'Albret, et
lui donnait, dans ce temps-là, à lui pauvre c..., pour tout profit,
des garnisons importunes, de celles qu'on chasse avec l'onguent gris
(_unguentum grisum_); que le jésuite, confesseur du roi, justifiait
bien, par sa conduite, le proverbe: _Jacobin en chaire, cordelier en
chœur, carme en cuisine, jésuite en..... mauvais lieu_; que tous les
évêques de France imitaient ce bel exemple, etc. Furetière ne demeure
pas en reste de révélations avec Scarron. Il lui raconte, entre autres
turpitudes, que le cardinal d'Estrées surprit un jour sa nièce, la
marquise de Cœuvres et madame de Lionne, mère de cette dame, couchées
ensemble avec le duc de Saux; qu'il s'empressa de rendre son neveu
témoin de l'aventure et se fit ensuite payer son silence des faveurs
de sa propre nièce, ladite marquise de Cœuvres. Suit un récit des
fredaines de l'archevêque de Reims avec la duchesse d'Aumont, femme
de son beau-frère, le marquis de Créquy. Furetière finit par cette
sentence: «On pourra nommer l'histoire des évêques l'histoire cochonne,
comme on dit l'_Histoire auguste_ en parlant de celle des empereurs.»
Certes il fallait être bien maladroit et bien aveuglé par la
vengeance, pour se donner des torts envers le méprisable auteur d'une
telle satire; et pourtant on s'en donna d'impardonnables. La justice
française, se ravalant jusqu'au guet-apens, ourdit une trame à l'aide
de laquelle le libelliste, trahi par un juif, fut saisi sur terre
étrangère, puis transporté au mont Saint-Michel où il mourut. C'était
là le seul moyen d'appeler la pitié sur un tel misérable qui, du reste,
n'a pu et ne pourra jamais porter atteinte au clergé de France, clergé,
malgré de grands scandales (et quelle profession n'en fournit pas?), le
plus vénérable peut-être et le plus savant qui ait paru dans le monde,
depuis les Hilaire de Poitiers, les Martin de Tours, les Suger, les
Bernard, jusqu'aux Bossuet, aux Fénelon, aux Juigné, aux Gallard et aux
Cheverus.



LE PLATONISME DÉVOILÉ,

OU

ESSAI TOUCHANT LE VERBE PLATONICIEN,

DIVISÉ EN DEUX PARTIES.

A Cologne, chez Pierre Marteau. (1 vol. in-12.) M.DCC.

(1700.)


Le sieur Souverain, auteur du _Platonisme dévoilé_, était un ministre
de Poitou qui fut déposé par les siens trois ans avant la révocation
de l'édit de Nantes pour fait d'arminianisme. N'oublions pas ici que
l'hérésiarque Arminius, né en 1560, mort en 1609, bien qu'il fût ami
de Théodore de Bèze, refusait tout à la grâce et accordait tout au
libre arbitre, qu'il alliait avec la prédestination par le moyen des
mots, ainsi que font messieurs les docteurs qui expliquent ce qu'ils
n'entendent pas. Cet hérésiarque eut un grand nombre de disciples
fanatiques dont le synode de Dordrecht eut la charité de faire mourir
plusieurs pour l'honneur de la réforme, à l'exemple de Calvin qui fit
mourir Servet pour le même honneur. O que les dogmatisans de profession
sont souvent une vilaine peste!

Or, le sieur Souverain, s'étant réfugié en Hollande, fut, à l'instant,
rejeté des Hollandais qui portaient alors, dans leur christianisme
épuré, un esprit de fanatisme et d'intolérance égal à celui qu'ils
reprochaient aux catholiques; tant les sectaires sont équitables!
De guerre las, le malheureux passa en Angleterre, où il embrassa la
religion épiscopale, et y mourut vers l'année 1700, non sans s'être
fait beaucoup d'ennemis dangereux par son livre, mais aussi quelques
amis dévoués, à cause de sa bonne foi, de la douceur de ses mœurs et
de la simplicité de son caractère, car c'était un excellent homme, et,
dans le fond, un homme très religieux.

Maintenant qu'est-ce que son fameux livre du _Platonisme dévoilé_? S'il
en faut croire le père Baltus, jésuite, qui l'a réfuté, c'est une folie
détestable qui tend à faire des premiers Pères de l'Eglise de vrais
plagiaires de la philosophie platonicienne. Mais laissons là Baltus,
le réfutateur universel, qui a réfuté le lourd historien des oracles
Vandale, le malin historien des oracles Fontenelle, qui fut réfuté à
son tour par Leclerc, puis qui réfuta Leclerc, et qui eût réfuté cent
ans durant, si cent ans il avait vécu, et suivons rapidement le fil
des idées du sieur Souverain, autant que notre faible compréhension
nous le permettra, en déclarant d'avance que nous n'entendons nullement
répondre des pensées de l'auteur dans ce sujet scabreux, où l'hérésie
est imminente, vu qu'à nos yeux il n'y a rien de plus fou, ni de plus
condamnable qu'une hérésie.

Le verbe n'est point une personne ou hypostase de la Divinité, mais
une simple manifestation de la Divinité aux hommes. Par conséquent,
dire que le verbe est égal au père, c'est proférer des mots qui n'ont
pas de sens et tenir la doctrine de la préexistence du verbe, c'est
embrasser une ombre. Cette manifestation s'est incorporée à la chair de
Jésus-Christ, en sorte que le verbe est réellement corporel. L'esprit
de Dieu ou le Saint-Esprit n'est autre chose qu'une communication
intérieure de la Divinité à ceux qu'elle choisit pour ministres de ses
volontés; d'où il suit qu'il peut y avoir, de sa part, communication
sans manifestation, et _vice versa_.

Dieu s'est fait connaître à nous sous des images grossières pour se
proportionner à la faiblesse de nos esprits. Ne craignons donc point
de le rabaisser en lui prêtant des formes humaines, comme quand
nous disons que la terre lui sert de marchepied. Nous le concevons
mieux en procédant ainsi, à son exemple, qu'en nous servant, pour
le désigner, d'expressions chimériques, telles que _verbe_, _trine
unité_, et autres semblables; car ces expressions ne représentent que
des êtres de raison, c'est à dire des idées et rien de plus. Les plus
grands philosophes, Pythagore, Socrate, Platon, qui ont employé des
termes abstrus et métaphysiques, en philosophant sur les principes
du monde, en sont toujours venus à dire, après bien des obscurités,
qu'il était la production ou d'une raison universelle, ou d'un esprit
infus qui l'animait; et quand Platon, notamment, s'est élevé jusqu'à
la connaissance d'une sorte de Trinité, en considérant Dieu comme bon,
comme sage et comme puissant, il n'a fait que reconnaître, dans les
merveilles de l'univers, le fruit de la bonté, de la sagesse, de la
puissance d'un être unique. Qu'on ne parle plus du prétendu démon de
Socrate! Socrate n'avait point d'autre démon que son propre génie très
raisonnable. La raison bien consultée et bien entendue est les oracles
des sages. Diogène disait: «Ceux qui ont de l'esprit se peuvent fort
bien passer des oracles.»

Nous prenons pour des hypostases de pures allégories dont Platon
s'enveloppait, par prudence, aux yeux du vulgaire païen qui faisait
périr ceux qui niaient la pluralité des dieux. C'est ainsi que sa
cosmogonie s'est changée en théogonie. Bien des Pères de notre
primitive Eglise, tels que Tatien, Théophile d'Antioche et autres que
je ne nommerai pas par respect, voulant relever le christianisme de
la simplicité populaire de l'Evangile, ont adopté ces interprétations
allégoriques des platoniciens, à peu près comme nos chimistes
prétendent trouver leur art dans la Genèse: cabale partout. Aussi M.
Le Vassor, dans son _Traité de l'examen_, confesse-t-il qu'Origène, en
Orient, et saint Augustin, en Occident, ont tellement embarrassé la
théologie en tâchant d'ajuster le christianisme avec la philosophie,
qu'à peine peut-on distinguer leurs sentimens sur plusieurs points
importans de la religion. Ce sont de vrais gnostiques, quoiqu'ils
n'admettent pas trente _Eons_ ou trente personnes distinctes dans
l'essence divine, ainsi que le faisaient les gnostiques proprement
appelés, ces disciples de Simon et de Basilides, ces Œdipes du
mysticisme érudit.

Philon doit être rangé parmi les rêveurs platoniciens ou plutôt
parmi ces allégoriciens qui donnaient leurs considérations pour des
hypostases, autrement pour des êtres réels. Le temps a comme revêtu
d'un corps ces allégories fantastiques, en quoi il a fait le contraire
de nos alchimistes qui changent la plus grossière matière en or, car il
a changé l'or en matière grossière. Socrate avait réduit la philosophie
à la morale; ainsi fit l'Evangile. Platon alla plus loin et la porta
jusqu'à la théologie; ainsi ont fait les Pères.

Les interprètes de l'Ecriture ont souvent cherché un sens caché où il
n'y avait à éclaircir que des formes grammaticales. C'est toujours
l'erreur qui enfante le mystère. L'antiquité chrétienne était si
engouée du platonisme, qu'elle a fait disparaître tous les livres des
Pères judaïques, c'est à dire des chrétiens de la circoncision, pour ne
laisser vivre que les Pères platoniciens, tels que Justin, Athénagore,
Théophile, Tatien, Irénée, Clément Alexandrin, Origène, Tertullien,
Arnobe, Lactance et autres de la même espèce. Or, nul ne sera jamais
bon platonicien, dit judicieusement le grand Cœlius Rhodigiamus, s'il
ne fait son compte qu'il faut entendre Platon allégoriquement; par
conséquent, il faut entendre allégoriquement les premières paroles de
l'évangile saint Jean touchant le verbe.

Telle est, en substance, la première partie du platonisme dévoilé! La
seconde partie traite un sujet trop délicat en style trop cru. Nous
n'en dirons rien pour cette raison, nous bornant à énoncer que le sieur
Souverain nous paraît inconséquent, puisqu'il prétend n'être ni arien,
ni socinien.

Pour finir, si nous voulions caractériser cet auteur philosophiquement,
nous dirions qu'il écrivait avec sincérité dans le sens d'un pur déisme
révélé, et sous l'inspiration de sa raison propre, soutenue de lectures
profondes et savantes. Que si nous voulions le faire honnir, nous
dirions simplement qu'il était unitaire, autrement qu'il ne voyait,
dans Jésus-Christ, que la manifestation vivante d'un Dieu bon, sage et
puissant; et là dessus, les gens de crier: Ah! l'unitaire, l'unitaire!
Quant à nous, qui croyons fermement en un seul Dieu, souverainement
bon, sage et puissant, nous ne sommes, n'avons été, ni ne serons
jamais _unitaires_; et si quelqu'un nous appelle _unitaires_, nous lui
répondrons qu'il en a menti.



NOUVEAUX CARACTÈRES

DE LA FAMILLE ROYALE,

  Des ministres d'État et des principales personnes de la cour
    de France, avec une supputation exacte des revenus de cette
    couronne. A Villefranche, chez Paul Pinceau. (1 vol. in-18
    de 57 pages, suivi d'une table et précédé de 3 feuillets.)
    M.DCC.III.

(1703.)


Ce petit écrit rare et piquant a été vendu 15 fr. chez le duc de
la Vallière, et 18 fr. chez le baron d'Heiss, en 1785. M. Brunet
en parle sans désigner la personne qui l'a fait; M. Barbier n'en
parle pas du tout; il y a bien des lacunes dans son _Dictionnaire
des anonymes et pseudonymes_. L'impression du livre est assez
mauvaise et fort incorrecte. L'auteur écrit mal et assure, dans son
avertissement, _qu'il a bâti son ouvrage sur des mémoires moralement
vrais_, en ajoutant _qu'il n'a pour but que le naïf_. Voilà de quoi
donner confiance dans une satire, qui, du reste, est du petit nombre
des productions de son espèce, imprimées en France à cette date.
D'ordinaire, sous Louis XIV, les censeurs politiques, même anonymes, se
retiraient en Hollande ou en Allemagne, pour se livrer à cette sorte de
passe-temps.

Ce n'est pas que tout soit satirique dans cet opuscule: il règne, dans
les portraits, un certain ton de modération et de conviction qui fait
présumer la bonne foi et rappelle l'historien plutôt que le libelliste.
Quant à la partie financière, le scrupule avec lequel les chiffres sont
exposés éloigne toute idée d'ignorance ou de falsification. Le tout se
compose 1° de soixante-cinq caractères, tant des personnes royales que
des principaux personnages de la cour, de l'armée, de la magistrature
et de l'Eglise; 2° de remarques sur les finances de la France sous
Louis XIV.

Le caractère du roi n'est pas mal tracé. Le début contient un aveu
précieux dans la bouche d'un censeur contemporain: «Il a été dans
sa force la meilleure tête de son royaume.» Et la fin présente les
oppositions suivantes: «Il est laborieux dans les petites comme dans
les grandes choses, merveilleux et commun, prodigue et ménager, fier
et honnête, enfin rempli de bon et de mauvais.» Ce dernier trait,
convenant à presque tous les hommes, manque de précision.

Le caractère de madame de Maintenon n'est pas flatté. «Elle est
partiale et intéressée dans son crédit, vaine et ambitieuse au dernier
point, haïe beaucoup, et encore plus crainte. On parle diversement de
ses aventures avant son mariage avec M. Scarron.»

M. le duc d'Orléans, depuis régent, est trop bien traité quoiqu'il
y eût alors beaucoup à louer dans ce prince; le duc du Maine et les
deux frères Vendôme sont encore plus amèrement dépeints que dans les
Mémoires du duc de Saint-Simon.

Le caractère de M. de Fénelon, l'archevêque de Cambrai, se trouve
conforme au jugement de la postérité: «C'est en tout sens, dit
l'anonyme, ce qu'on appelle un honnête homme... Je ne connais point
d'ecclésiastique d'une dévotion plus aisée ni plus sincère... Son
grand attachement à la probité lui a attiré tout le venin des dévots,
qui ont voulu le perdre à l'occasion d'un livre où il dément lui-même
son bon tour d'esprit (_l'Explication des maximes des saints_)... Son
_Télémaque_ a fait rougir le despotisme, et immortalisera l'auteur...
Il sait se passer de la cour, et je ne crois pas qu'il sente son exil.»

Voici maintenant les principaux traits du caractère de l'évêque de
Meaux (Bossuet): «C'est un des plus savans ecclésiastiques et des plus
raffinez courtisans, défenseur infatigable des sentimens de la cour...;
créature dévouée à une personne qui est maintenant l'arbitre de la
France (madame de Maintenon). Son acharnement contre M. l'archevêque de
Cambray, le rare et presque singulier advocat des hommes, a gâté toute
sa controverse et l'a rendu méprisable parmi les honnêtes gens.»

Ici la violence et l'injustice se réfutent d'elles-mêmes. Certainement,
le défenseur des libertés gallicanes fut l'avocat des hommes, aussi
bien que le génie du Télémaque, et le fut avec plus de fruit pour eux,
dans des matières plus délicates. Quant au reproche d'intrigue et
d'ambition, n'est-il pas insensé vis à vis d'un prélat tel que Bossuet,
qui ne fut ni archevêque, ni cardinal, et qui, tout en étant le plus
éloquent soutien de l'unité de l'Eglise, rompit en visière aux passions
du Saint-Siége?

Venons aux finances du royaume en 1703. A l'avènement du cardinal de
Richelieu aux affaires, les revenus de la couronne se montaient à 35
millions. «Ce dur et ambitieux prélat les étendit jusqu'à 57 millions.
Sous le règne présent, M. Colbert poussa la chose jusqu'à 120 millions;
et depuis lui, on est allé jusqu'à 188 millions. De cette somme, la
ville et la généralité de Paris fournissaient 3,240,265 liv. 5 s. 9 d.;
les États de Languedoc, 3,000,000 liv.; ceux de Bretagne, 1,000,000
liv.; l'assemblée du clergé, 2,400,000 liv., etc. De plus, Louis XIV
toucha, entre 1689 et 1700, la somme de 903,999,826 liv. par des voies
extraordinaires. Sur ces recettes on prélevait annuellement,

  Pour la table du roi                2,400,683 liv.    }
  Pour l'écurie                         432,885         }
  Pour la garde-robe et les meubles     407,400         }
  Pour les compagnies des gardes                        }
  du corps, savoir:                                     } 3,721,366 liv.
  Nouailles         39,542 liv. 10 s. }                 }   0s. 6d.
  Duras             34,348      10    }                 }
  Lorges            44,513      10    } 172,368         }
  Villeroy          44,963      10    }                 }
  Pour la chasse                        308,030 0s. 6d. }

Il y avait plus de 10 millions de pensions, 30 millions de rente dus à
l'Hôtel-de-Ville, etc., en sorte qu'en 1703, le roi était en arrière
de près d'un milliard. Le passif, selon M. de Voltaire, finit par
s'élever, en 1715, à plus de 4 milliards. Il n'est pas si considérable
aujourd'hui, en 1833, et les intérêts en sont non seulement servis
exactement sur les fonds de recette annuelle, mais encore un fonds
d'amortissement du capital dû existe, qui doit absorber la dette en
moins de quarante ans. Il est vrai que la révolution de 1789 a fait une
fois banqueroute, aux créanciers de l'Etat, des deux tiers de leurs
créances; mais l'opération du visa des frères Pâris et la suppression
des billets de Law peu après, et les retranchemens de quartiers usités
jadis furent également des banqueroutes. Somme toute, il y a bien moins
de dilapidations aujourd'hui qu'alors; l'Etat fait mieux sa recette et
sa dépense. La foi publique est mieux fondée et la France dix fois plus
riche et plus prospère.



LA FABLE DES ABEILLES,

OU

LES FRIPONS DEVENUS HONNÊTES GENS;

  Avec le Commentaire, où l'on prouve que les vices des particuliers
    tendent à l'avantage du public; par Mandeville, trad. de l'angl.
    sur la 6e édit., par Van Effen. A Londres, aux dépens de la
    compagnie (4 vol. in-12.) M.DCC.XL.

(1706-14-29-32-40.)


ANALYSE DE LA FABLE.

Un nombreux essaim d'abeilles habitait une ruche spacieuse où tout
prospérait: là, au milieu d'une population toujours croissante, on
voyait régner, avec l'abondance, la richesse, la puissance et les
plaisirs, tous les vices et les travers des sociétés humaines les plus
civilisées; là, comme chez les hommes, on jouait dans le monde, on
trompait dans l'église, on prévariquait dans les tribunaux, on volait
dans le commerce, on se plaisait à verser le sang de son prochain dans
les guerres publiques et dans les duels privés, on s'abandonnait aux
voluptés sans mesure dans les bons et mauvais lieux; moyennant quoi les
cités et les campagnes présentaient le tableau le plus vivant et le
plus digne d'admiration; toutefois, chacun s'y plaignait et y censurait
les mœurs de son voisin. Certaines gens montaient journellement en
chaire avec des faces rubicondes pour crier qu'il n'y avait pas moyen
de vivre en présence de telles iniquités et d'un désordre aussi
affreux. «Bons dieux!... criait, plus fort que les autres un personnage
qui avait amassé de grandes richesses en trompant son maître, le roi
et le pauvre, «ne nous enverrez-vous donc jamais la probité?» Et la
foule de répéter en chœur: «Oui, oui, justes dieux! la probité! la
probité!»--Jupiter, à la longue, importuné de ces criailleurs, les
délivra, un beau jour, des vices dont ils se plaignaient, et leur
envoya l'innocence, la modération, la frugalité, le désintéressement,
le renoncement à soi-même; mais quel changement fatal! quelle
consternation! le barreau fut dépeuplé, le commerce anéanti;
les professions disparurent; les villes devinrent désertes; les
campagnes stériles; la ruche fut envahie, et les abeilles survivantes
s'envolèrent dans le sombre creux d'un arbre, où de leur félicité
première il ne leur resta rien que ces deux mots: _contentement et
honnêteté_.


ANALYSE DE LA MORALITÉ.

Finissez donc, vos plaintes, mortels insensés! le vice est aussi
nécessaire dans un Etat florissant que la faim pour manger.


ANALYSE DES REMARQUES, DISSERTATIONS ET APOLOGIES DE L'AUTEUR POUR SA
FABLE.

Je ne nie pas absolument que des hommes vivant selon les principes
de la vertu pussent exister en corps de nation, pourvu qu'ils
consentissent à être pauvres et endurcis au travail; mais je démontre,
dans cet écrit, que ce que nous appelons mal, soit au physique,
soit au moral, est le grand principe qui nous rend des créatures
sociables, que les suites inévitables de l'honnêteté, de l'innocence,
du désintéressement, de la tempérance des particuliers, en un mot du
renoncement à soi-même et aux vices dont les hommes sont ordinairement
souillés, les rendraient incapables de former des sociétés vastes,
puissantes et polies. Qu'on me contredise tant qu'on voudra; qu'on
brûle mon livre, si cela plaît; j'y consens, et j'aiderai même le
bourreau à le brûler en place publique au besoin; il n'y a qu'à
m'assigner jour et heure pour cela: il n'en est pas moins vrai que
le bien sort en cent endroits du mal, comme les poulets sortent des
œufs. Le corps politique est comparable à une jatte de punch; la
vertu est l'élément sucré, le vice l'élément acide et spiritueux.
Voyez tout le bien qui sort de l'orgueil, ce vice des vices: sans lui
les hommes n'eussent pas cru, comme ils l'ont fait universellement,
à l'immortalité de l'ame; mais ils ne veulent point mourir, ils se
croient supérieurs à toute autre créature; on leur a dit: «Vous êtes
faits à l'image de Dieu, vous êtes immortels.» Il l'ont cru dans leur
orgueil; donc l'orgueil est le principe de la religion. C'est encore
lui qui fait le courage, surtout le courage militaire: avec ces deux
mots inventés, _honneur et honte_, et les signes extérieurs qui les
représentent, les législateurs ont triomphé de l'horreur animale
que chacun de nous a pour la mort. Le comte de Schatesbury est un
galant homme; il montre, dans ses _caractéristiques_, des inclinations
affectueuses et délicates qui le font aimer; néanmoins son bon
cœur l'abuse quand il prétend que l'homme est né avec des penchans
sociables, et que les notions du beau et de son contraire, du juste et
de l'injuste ont quelque réalité. Cela n'est point. Montaigne a bien
fait voir que toutes ces notions confuses et variables ne sont que
des conventions et des tromperies. Le duc de la Rochefoucauld a fait
mieux encore lorsqu'il a mis à nu les vertus qui charment tant les yeux
inattentifs, et qu'en les décomposant il a offert, pour toute base de
ces vertus, l'amour de soi. Entrons dans quelques détails à ce sujet;
examinons notamment la chasteté. Qu'y voit-on chez la jeune fille la
plus modeste? un déguisement artificiel, fort utile au désir, parfois
immodéré, quelle a de n'être plus chaste. Du reste, cette chasteté,
qui a si bonne réputation, fut souvent et très heureusement mise de
côté, comme le rappelle avec raison M. Bayle, à propos des concubines
qu'on permettait, en Allemagne, aux prêtres et aux moines, afin de
garantir l'intégrité des ménages. On n'en finirait pas de nombrer les
avantages qui ressortent de ce qui est vulgairement nommé vice et
crime. Un avare a enfoui mille guinées; un voleur les découvre et les
enlève. Voilà mille guinées rendues à la circulation, sans compter
l'argent que l'avare va dépenser pour courir après, à l'aide des gens
de police et de justice, ni celui qui sortira peut-être de la poche du
voleur pour corrompre les gens de justice et de police. Croit-on pour
cela que, si le voleur est pris, je ne veuille pas qu'on le pende? au
contraire, je veux qu'on le pende; on fait fort bien de le pendre, et,
derechef, voilà le schérif, les assesseurs, l'appariteur sur pied,
l'argent circulant de plus belle, et mille métiers entretenus, depuis
ceux du marchand de fer et de l'ouvrier qui ont fourni au voleur ses
rossignols, ses fausses clefs, son merlin, jusqu'à ceux des artisans
qui ont fait l'échafaud, la potence et la corde. C'est ainsi que
l'impulsion se communique de proche en proche à tout le corps social
vivifié. Vos écoles de charité mêmes ont du bon; ce n'est pas, à la
vérité, celui que vous pensez; car vous pensez qu'elles forment la
jeunesse pauvre à la piété et aux bonnes mœurs, par l'instruction,
tandis qu'elles ne font que peupler les antichambres et les mauvais
lieux, vu que l'ignorance seule est la mère de la dévotion et des
bonnes mœurs; mais ces écoles, tirant beaucoup d'argent des mains du
riche, engraissent une infinité de directeurs, d'administrateurs et
d'officiers servans qui spéculent à l'envi sur les profits à faire et
accélèrent par la délapidation d'abord, par la prodigalité ensuite,
le mouvement nécessaire à la société humaine. La vertu, au lieu de
cela, est stagnante par sa nature. Figurez-vous tout un peuple sobre;
il se contentera de peu pour vivre, et n'ayant à faire que de peu,
travaillera peu. Que ce peuple soit, en outre, épris de la continence
et de l'humilité, adieu la recherche des habits, des meubles, des
habitations; adieu les arts qui excitent les sens. Qu'il soit patient
et résigné, adieu son indépendance au dehors et sa liberté au dedans;
plus de guerre, et aussitôt tombent les diverses industries que la
guerre alimente, celles du fer, du cuivre, du plomb, du soufre et du
salpêtre; ainsi de suite; considérez un peu où nous allons avec la
vertu.

Ces choses sont incontestables, mais non pas à la portée de tout le
monde. Aussi ne m'adressai-je qu'aux personnes habituées à réfléchir,
capables de pénétrer au fond des questions. _Apage vulgus!_

Au demeurant, j'ai lieu de m'étonner des clameurs, des dénonciations
et des poursuites dont je suis aujourd'hui l'objet. Lorsqu'en 1706
je fis paraître ma _Ruche murmurante_, en quatre cents vers anglais,
moins à distinguer, j'en conviens, par le mérite de la poésie que par
le mordant et la justesse du paradoxe, on ne me fit aucun reproche;
pas davantage en 1714; et voilà qu'en 1733, parce que j'en donne une
nouvelle édition avec des remarques explicatives, les vingt-quatre
jurés de Middlesex me citent au ban du roi, et qu'un anonyme m'appelle
Catilina, dans une lettre qu'il écrit au lord maire de Londres. Je
ne suis point un Catilina, je suis un médecin anglais, né à Dort, en
Hollande, qui ai médité sur la nature humaine. Si l'on me demande
le _cui bono_ de mon livre, je répondrai que je n'en sais rien, et
que peut-être un jour écrirai-je tout l'opposé de ce que j'écris
aujourd'hui. _Dixi_[21].

  [21] Mandeville fit en effet, plus tard, un ouvrage où il
  développa les avantages de la vertu pour la constitution de
  la société. Etait-ce pudeur chez lui, repentir ou conviction?
  En tout cas, l'écrivain qui avait si rudement attaqué était
  mal placé pour défendre, et la société n'avait que faire de sa
  logique.

Cet étrange livre, qui fut pris d'abord par les contemporains pour
une satire plaisante, est bien réellement, dans le fond, un système
de philosophie athéiste complet, écrit heureusement d'un style froid
et diffus, mais qui ne manque ni de liaison, ni de quelque profondeur
d'observations et de raisonnemens. Aidés de la conscience du genre
humain et de la nôtre, nous répondrons au docteur Mandeville ce qui
suit: d'autres pourraient faire mieux, sans doute; non pas pour nous
toutefois, puisque cela nous suffit.

Je ne prendrai pas avantage sur vous, docteur, de la concession que
vous avez faite à la vertu en disant, qu'absolument parlant, elle peut
régir des sociétés restreintes, pauvres et vouées au travail, encore
que, par cela seul, vous ayez ruiné votre système entier, puisqu'il
n'est pas rigoureusement nécessaire qu'il y ait, au monde, des sociétés
vastes, opulentes et vouées aux plaisirs; je veux plus, je prétends
vous montrer que les grands peuples dont les vices, en apparence, vous
donnent avantage, en réalité vous donnent tort; et, pour commencer, à
votre exemple, par des généralités, toute société humaine offrant un
mélange de vices et de vertus, avant d'avoir vu les effets des uns et
des autres tout à fait séparés, vous ne sauriez établir que les vices
soient, à l'exclusion des vertus, le principe de la sociabilité, sans
me donner aussitôt le droit d'établir le contraire. La question dès
lors devenant insoluble entre nous par ce moyen, force nous sera de
remonter plus haut, c'est à dire jusqu'aux principes des vertus et des
vices, jusqu'à la nature même de l'homme. Arrivés tous deux à ce point,
si vous ne voyez, avec la Rochefoucauld, qu'un seul mobile naturel,
l'amour de soi, comme lui vous expliquerez, tout au plus, le penchant
d'un sexe pour l'autre, celui des pères et mères pour leurs enfans; je
dis tout au plus, parce que ces penchans primitifs et sacrés se lient
étroitement au sacrifice de soi-même; mais vous n'expliquerez pas plus
que lui l'attrait instinctif chez la brute, intellectuel chez l'homme,
qui rapproche les êtres créés pour vivre en troupe; cependant cet
attrait, il vous faut bien l'admettre, puisqu'il existe évidemment, et
il vous faut admettre, de même, la source féconde qui en découle aussi
bien que l'effet de la cause, j'entends la pitié pour les souffrances
d'autrui. Ainsi, malgré vos efforts pour enchaîner la société au vice
en ne lui donnant qu'un principe d'existence, l'amour de soi, lequel
encore n'est pas moins générateur de vertus que de vices, vous êtes
contraint de reconnaître un second principe de sociabilité, l'amour
de ses semblables, lequel produit, à coup sûr, moins de vices que de
vertus.

Le bien sort du mal, dites vous. Oui et non, répondrai-je; et cette
distinction, forcée du moment qu'il y a de l'ordre dans le monde, ne
vous est pas favorable. Oui, le bien sort du mal, en ce sens que la
souveraine intelligence, n'ayant donné à l'homme qu'une puissance et
une liberté relatives, le contient d'ailleurs dans le cercle des lois
d'ordre universel par lui établies, que nos passions les plus funestes
ne changent rien à ces lois, que nous ne pouvons pas plus dissoudre le
lien social qu'arrêter le cours des astres; en un mot, que la société,
sans cesse troublée par nos excès comme les flots de la mer le sont par
les tempêtes, n'est pas moins retenue dans de certaines bornes par la
main toute-puissante, de sorte que les parricides ne laissent pas de
faire partie de l'harmonie du monde par rapport au dessein général de
son auteur, le libre arbitre entrant dans ce dessein: non, le bien ne
sort pas du mal par rapport à nous, qui souffrons du mal et jouissons
du bien, autrement que le chaud sort du froid, parce qu'à la suite du
second, le retour du premier est plus vif et son action plus forte.
Vous et moi nous ne pouvons savoir de l'univers qu'une chose, c'est
qu'il est organisé; quant au mystère de son organisation, pas plus que
moi vous ne pouvez le pénétrer. Pour le faire, il faudrait que vous
fussiez où vous n'êtes pas, au centre infini. Traitant de l'homme,
parlez-moi donc en homme au milieu des hommes, et dites-moi si la
mauvaise foi sert aux échanges, si l'intempérance accroît les forces
physiques et morales, si la dureté du riche aide aux besoins du pauvre,
si l'excès aiguise le plaisir, si l'absence du goût est le stimulant
des arts; et quand vous m'aurez répondu oui sur ces questions, vous
n'aurez rien fait encore; car les contraires ne s'accordant point
en logique, si le vice est avantageux, il l'est exclusivement, et
alors c'est trop peu de l'absoudre, il faut l'ordonner, et si la
vertu est exclusivement destructive, c'est trop peu de la craindre,
il faut l'interdire. Or, quel législateur osa jamais procéder ainsi?
Osez-le vous-même! Dites, dans une société petite ou grande, aux
avares: thésaurisez! aux cupides: tuez et volez! aux juges: vendez vos
suffrages! aux soldats: la honte n'est rien, la vie est tout! puis
faites-nous admirer la grandeur, la richesse, la félicité d'un peuple
formé à votre école!

Vous attribuez, au seul vice, l'honneur d'exciter au travail qui tout
fertilise, et, à la seule vertu, l'infamie de porter à la paresse qui
rend tout stérile; c'est une supposition gratuite, parce que le travail
n'a pas d'autre source que nos besoins, qui ne meurent qu'avec nous.
Je concevrais qu'un sens de plus ou de moins, chez l'homme, augmentât
ou diminuât son activité; mais que le sacrifice à soi-même ou le
sacrifice de soi-même, c'est à dire le vice ou la vertu, altère la
corrélation entre les besoins et le travail de l'homme, que Cartouche
nécessairement soit plus actif que saint Vincent de Paul, je ne le
conçois pas, et j'en conclus que, vertueux ou vicieux, tout peuple,
grand ou petit, travaillera suffisamment pour vivre; or, c'est assez
pour vous réfuter.

Enfin, chose curieuse! vous appelez deux grands douteurs à votre
secours, afin de fonder, en dogmes, les plus hardis paradoxes qui
jamais aient soulevé le sens humain, Montaigne et Bayle; mais ni l'un
ni l'autre ne vous sert. Quand Montaigne, effrayé de voir son pays
ensanglanté par des sectes furieuses, se plaisait à humilier les
dogmatistes, en opposant la plupart des conventions sociales entre
elles, il n'entendait pas renverser les notions naturelles en vertu
desquelles même il raisonnait; autant en peut-on dire de Bayle. Chez
tous les deux, le doute est un flambeau, non une marotte; et si le
premier, ainsi que le sage Erasme, par un excès d'imagination, ou un
calcul de prudence, représenta souvent, dans son allure désordonnée, la
raison courant la grande aventure; si le second usant, sans ménagement,
de l'argumentation pour en montrer le vide quand elle s'applique à des
matières où les définitions nous échappent, finit par éblouir nos yeux,
au lieu simplement de les ouvrir, ils ont, par là, prouvé, l'un et
l'autre, que la tolérance aussi pouvait avoir des apôtres indiscrets,
sans toutefois autoriser ni les sophistes sensuels qui disent, comme
vous, le vice est salutaire, ni les hommes de bien découragés qui
disent, avec Brutus, la vertu n'est qu'un mot.

Au surplus, je vous l'accorde, docteur; vous n'êtes point un Catilina;
les grands jurés de Middlesex eussent mieux fait de vous répondre que
de vous poursuivre; il ne faut brûler ni votre livre, ni vous; pas
vous, qui ne fûtes méchant qu'en discours; pas votre livre, parce
qu'incapable d'entraîner les esprits légers comme de les séduire, il
saurait encore moins convaincre les esprits réfléchis.



L'ART

DE PLUMER LA POULE SANS CRIER.

  A Cologne, chez Robert le Turc, au Coq hardi. 1 vol. pet.
    in-12, fig., de 244 pages et 6 feuillets préliminaires. (Rare.)
    M.DCC.X.

(1710.)


Ce recueil de vingt et une aventures d'escroqueries, de galanteries
suspectes, d'hypocrisies, d'abus d'autorité, de scandales causés par
des personnes de tout rang et de toute profession, peut passer pour une
satire des mœurs du temps, principalement dirigée contre la justice et
la finance! La lecture de ces historiettes, invraisemblables pour la
plupart, est néanmoins amusante, parce que les détails en sont racontés
avec facilité. On y pourrait trouver le sujet de plus d'une comédie
d'intrigue. Les fripons faiseurs ou faiseuses des tours qu'on y voit
consignés s'appellent _les plumeurs de poule sans crier_, à cause du
succès qui les suit toujours. Cela n'est pas moral, mais cela est assez
historique.

Ainsi le lieutenant criminel de Paris, Deffita, pour 2,000 écus
habilement à lui comptés par un homme justement condamné à la
roue, renvoie d'abord le coupable, comme prêtre, à la juridiction
ecclésiastique, laquelle, par esprit de corps, le renvoie absous.

Le même Deffita, pour 2,000 pistoles, met hors de cause un tapissier
qui avait violé sa filleule, âgée de douze ans.

Un contrôleur de la monnaie, nommé Rousseau, rogne les monnaies et se
tire d'affaires en boursillant, sous le prétexte qu'il a inventé le
cordon _Sit nomen Domini benedictum_, qui rend la fraude sur les écus
de 6 livres plus difficile.

La douzième aventure est fort bonne. Un pauvre avocat de Paris, passant
dans la rue Sainte-Avoie, est surpris par un orage; il entre dans la
première maison ouverte, qui se trouve être celle de l'intendant des
finances Caumartin. Une grande salle basse était pour lors pleine
de gens affairés, qui attendaient M. l'intendant à son retour de
Versailles. Comme l'avocat s'y promenait de long en large, avec l'air
soucieux, en songeant à ses tristes affaires, une des personnes de la
compagnie s'approche de lui mystérieusement et lui offre à l'oreille
1,000 pistoles pour se désister... «Me désister! répond l'avocat
étonné, allez! vous êtes fou!» Un instant après, survient un second
personnage qui propose à l'avocat 20,000 écus, toujours pour se
désister... «Fou! vous dis-je,» reprend encore l'avocat, ne concevant
rien à ce langage. Enfin d'offre en offre, on vient à 150,000 liv.
Cette fois, le pauvre homme était en mesure. S'étant adroitement
informé, il avait su que ces gens réunis étaient là pour soumissionner
la grande ferme dite _des Regrats_; il accepta donc les 150,000 liv.,
et sa fortune fut faite pour avoir passé dans la rue Sainte-Avoie par
un temps de pluie.

Les quatorzième et quinzième aventures, sur les vices de notre ancienne
jurisprudence criminelle, sont fort intéressantes. La présidente Le
Coigneux avait un mari avare, qui la laissait manquer de tout et
cachait de l'or dans les moindres recoins de sa bibliothèque. Un
jour, elle évente une cachette renfermant 3,000 pistoles, qu'elle
s'approprie. Le président volé soupçonne son ramoneur, le fait arrêter
et très régulièrement condamner à la potence, sur deux simples
témoignages, après avoir obtenu un faux aveu du crime par le moyen si
judicieux de la question. La présidente ne put soutenir le poids de ses
remords. Au moment marqué pour le supplice du malheureux, elle confessa
tout à son mari, qui n'eut que le temps de courir arrêter l'exécution.
Disons, pour l'honneur du président Le Coigneux, qu'il fit une pension
au ramoneur.

L'autre aventure est plus dramatique encore. Un vertueux et riche
magistrat de Lyon, que l'ambition des siens avait poussé, malgré lui,
à acheter la charge de lieutenant criminel de cette ville, frappé des
terribles écueils de son emploi, imagine de se voler à lui-même 10,000
liv. et d'accuser son cocher du vol. L'affaire s'instruit sans délais,
et la justice, pressée de venger un lieutenant criminel, ne tarde pas
à trouver des témoins et des preuves de la culpabilité du cocher.
Le pauvre homme est condamné à mort; il va périr, quand son maître
demande un sursis, paraît devant les juges assemblés, et leur dit:
«Votre coupable est innocent; renvoyez-le absous; c'est moi qui suis
le voleur. Voyez, messieurs, à quoi nous sommes exposés! Maintenant
recevez la démission de ma charge et de tous mes emplois. Qui les
veut les prenne!» Il dit et se rendit aussitôt chez les trappistes
de Toscane, où il a demeuré jusqu'à sa mort, loin d'un monde qui lui
faisait horreur et pitié!

Cependant, puisque le monde renferme de telles ames, il ne faut pas
perdre le courage d'y vivre.



RÉFLEXIONS

SUR LES

GRANDS HOMMES QUI SONT MORTS EN PLAISANTANT;

  Avec des poésies diverses, par M. D*** (Deslandes). A Rochefort
    (Paris), chez Jacques Le Noir. M.DCC.XIV, fig. (1 vol. in-18 de
    202 pages précédées de 24 pages préliminaires, avec la table
    des chapitres, suivie d'une table des matières de 7 feuillets.)

  Autre édition du même Livre, augmentée d'épitaphes diverses,
    de plusieurs poésies du même auteur, et d'autres de M. de la
    Chapelle. (1 vol. in-18. Amsterdam, chez les frères Wetstein.)
    M.DCC.XXXII, fig.

(1723-24-32-58.)


André François, Bureau Deslandes, né à Poitiers en 1690, commissaire
général de la marine, à Brest; et mort à Paris en 1757, auteur d'une
Histoire critique de la philosophie, d'un Recueil de traités de
Physique et d'Histoire naturelle, de Pygmalion, de la comtesse de
Montferrat et de quatorze autres ouvrages indiqués par M. Barbier, est
aussi le père de ces _Réflexions_, qu'il adresse à son ami, le sieur
de la Chapelle, de l'Académie française, écrivain médiocre, à qui l'on
doit, entre autres choses, les _Lettres d'un Suisse à un Français
sur les intérêts des princes_. Le bon abbé l'Advocat, en qualifiant
Deslandes d'_auteur estimable qui pousse trop loin la liberté de
penser_, ne pousse pas assez loin, pour un docteur de Sorbonne, la
liberté de critiquer; car les _Réflexions sur les grands hommes morts
en plaisantant_ étalent, sous une forme qui heureusement n'est pas
séduisante, le matérialisme le plus brutal. C'est un des premiers
écrits de ce genre qui aient paru en français, alors que les esprits
révoltés des persécutions religieuses, dont la fin du règne de Louis
XIV fut souillée, et las d'une hypocrisie tracassière que le jésuite Le
Tellier avait introduite à la cour, se précipitèrent, sans mesure, vers
une nouvelle recherche des principes de la philosophie rationnelle.
Deslandes annonce, dans sa préface, que le goût du public de son
temps, fatigué de maximes de morale détachées, telles qu'on en trouve
chez MM. de la Rochefoucauld et de la Bruyère, s'étant tourné du côté
de la métaphysique, il a entrepris son livre pour s'y conformer, en lui
donnant d'ailleurs une forme légère, plus proportionnée à la faiblesse
et à l'humeur de ses contemporains. On reconnaît, dès ce début, un
auteur impertinent; aussi l'est-il sans difficulté. Il n'a pas tiré
grand profit, dit-il, de l'_Officina_ du médecin Revisius Textor, où
se trouve compilé un catalogue des Grands Hommes morts à force de
rire, non plus que de l’'_Historia ludicra_ de Balthazar Bonifaccio,
archidiacre de Trévise, où son sujet est abordé. Ajoutons qu'il
n'a tiré grand profit de rien, pas même de sa raison, puisqu'il ne
professe que du dédain pour des opinions dont le monde s'honore depuis
qu'il y a des hommes. A l'entendre, il a essayé de réaliser le vœu de
Montaigne, qui voulait faire un livre _des morts notables_, dessein
bien digne d'un esprit sincère et investigateur tel que Montaigne; mais
certainement il n'a pas réalisé ce dessein comme l'eût fait l'auteur
_des Essais_, ce penseur non moins sage que hardi, qui, assistant
son ami au lit de mort, réveillait, dans sa pensée affaiblie, les
consolantes idées de l'immortalité de l'ame humaine.

Ces Réflexions, du reste, ne contiennent que 23 chapitres fort courts
et fort superficiels. Une revue satirique des peines et des folies
de l'humanité dans ses diverses conditions y mène d'abord à cette
conclusion, que la mort est plus à souhaiter qu'à craindre; lieu
commun réfuté par le prix que chacun attache à la vie. Puis, de l'idée
d'une mort inévitable et toujours imminente, le lecteur est conduit
à la recherche hâtive des plaisirs; déduction anacréontique plus que
morale. Puis Deslandes cite Fontenelle, qui blâme Caton d'avoir pris
la vie et la mort si sérieusement; mais Fontenelle était un égoïste,
à la vérité plein de bienveillance et de délicatesse, mais enfin un
égoïste, et Caton n'était pas égoïste. S'il n'y avait sur la terre que
des Caton, une société s'ensuivrait très solide et très vertueuse;
tandis que, s'il n'y avait que des Fontenelle, à peine quelqu'un
voudrait-il se déranger pour faire _une saulce d'asperge_. La doctrine
favorite de Deslandes est l'indifférence, la _nonchalance voluptueuse_,
pour me servir de ses expressions. Son héros, en fait de mort, c'est
Pétrone, lequel, se voyant tombé dans la disgrace de Néron, quitta,
sans souci, ses voluptés choisies et se fit ouvrir les veines dans un
bain. Mais les voluptés choisies, embrassées comme l'unique fin de
l'homme, peuvent former aussi bien des Néron que des Pétrone; témoins
Pétrone et Néron. Après Pétrone vient le philosophe Cardan, qui avait
prédit sa mort, et se fit mourir à point nommé pour n'en avoir pas
le démenti; ce qui est assurément un bel emploi de la force d'ame.
Ensuite défilent Démocrite et Atticus; Atticus qui se suicida pour
échapper aux langueurs d'une diarrhée chronique; je n'ai rien à dire
à cela; et Démocrite qui se laissa mourir de faim parce qu'il était
vieux, avec cette circonstance que sa sœur, son aimable sœur, l'ayant
supplié de vivre jusqu'après les fêtes de Cérès, qu'elle désirait
voir, il consentit à vider encore un pot de miel. Défilent encore le
vieil Anacréon mourant, pour ainsi dire, à table; Auguste, se faisant
coiffer pour la dernière fois, et disant aux siens: «Trouvez-vous que
je sois bon comédien?» Rabelais, à l'agonie, congédiant un page du
cardinal du Bellay avec ces mots: «Tire le rideau, la farce est jouée;»
Malherbe, en pareille occasion, reprenant sa servante sur une faute
de langage; mademoiselle de Limeuil, fille d'honneur de Catherine de
Médicis, expirant au son du violon de son valet Julien; comme aussi la
reine Élisabeth au son de sa musique ordinaire; Anne de Boulen, prise
d'un fou rire sur l'échafaud; Saint-Evremont, voulant, à son heure
suprême, se réconcilier... avec l'appétit; la courtisane Laïs, au
retour de l'âge, exhalant son dernier souffle dans les bras d'un amant;
le léger Grammont disant à sa femme, pendant que Dangeau l'exhortait
de la part de Louis XIV: «Comtesse, si vous n'y prenez garde, Dangeau
vous escamotera ma conversion;» Gassendi, moribond, qui se targue,
auprès de son ami, d'ignorer d'où il est sorti, pourquoi il a vécu,
pourquoi il meurt; Hobbes, ce Hobbes, qui craignait tant les fantômes,
s'écriant, avant de s'éteindre, en désignant sa tombe: «Voici la pierre
philosophale!» puis: «Je vais faire un grand saut dans l'obscurité.»
Toutes ces morts, au fond plus bizarres et plus vaniteuses
qu'intrépides, ne suggèrent à Deslandes aucune pensée forte, haute,
ni même utile à sa thèse en faveur de la nonchalance philosophique.
Il ne tire aucun avantage (tant il est maladroit) de l'ironie sublime
de Trajan: «Je sens que je deviens dieu;» ni de la réponse de Patru à
Bossuet, qui l'engageait à faire un discours chrétien avant de mourir:
«Monseigneur, on ne parle, dans l'état où je suis, que par faiblesse
ou par vanité;» parole ferme qui, sans doute, a de la grandeur; en
revanche, il a l'air de s'extasier sur l'épitaphe que se fit Darius
Ier: «J'ai pu beaucoup boire de vin et le bien porter;» et aussi sur
ces vers de l'empereur Adrien faits _in extremis_, et traduits ainsi
par Fontenelle: «Ma petite ame, ma mignonne, tu t'en vas donc, ma
fille; et Dieu sache où tu vas! tu pars seulette, nue et tremblotante.
Hélas! que deviendra ton humeur folichonne? que deviendront tant de
jolis ébats?»

Des hommes qui ont marché d'un pas délibéré au supplice, il ne
vante que ceux qui ont conservé de la belle humeur, et montré de la
nonchalance jusqu'à la fin, comme Thomas Morus, dit-il, Etienne Dolet,
Phocion, Socrate... Pour Phocion et Socrate, halte là! ils ne sont pas
morts nonchalamment, ils sont morts divinement.

L'auteur s'autorise encore de Montaigne pour établir que la mort n'est
rien, et cite un passage des _Essais sur les Morts entremeslées de
gausseries_, où figurent plusieurs gens du peuple qui sont allés au
supplice en riant, sans voir qu'il plaide ici contre lui-même; car,
dès l'instant qu'un voleur qu'on pend peut s'écrier, au lancer de la
corde: «Vogue la galère!» on n'admire plus si fort le _tire le rideau,
la farce est jouée_ de maître François, et l'on est obligé de convenir
que le rire nonchalant, à la mort, peut bien n'être pas la marque d'une
grande ame. Aussi Montaigne ne cherche-t-il pas, dans ces exemples,
des morts courageuses et philosophiques, mais seulement des morts
faciles: ce sont tout simplement des faits curieux qu'il constate, et
où d'ailleurs il ne voit aucun sujet d'admiration; autrement il serait
forcé d'admirer la mort des bêtes plus que toute autre mort; ce qu'il
n'a garde de faire.

Dans sa stérile et confuse énumération, Deslandes se fait assez juger
sans qu'il ait besoin de couronner ses réflexions, comme il le fait,
par cette audacieuse et révoltante proposition: «Les idées de vertu et
de vice sont assez chimériques; elles supposent autant de vanité que
d'ignorance.»

Quant à moi, si j'avais voulu donner au public un livre de
philosophie sur les morts notables, il me semble que je l'aurais
conçu différemment: j'aurais d'abord distingué deux espèces de morts
notables: _les courageuses_, supposant un sacrifice regardé de face
et consommé tranquillement, signe d'une nature supérieure; et _les
faciles_, ne supposant ou n'exigeant qu'une chose, la stupidité,
partage des brutes. Ensuite serait venue la grande question: laquelle
des deux espèces de morts est la plus heureuse? Or, matériellement
parlant, j'aurais accordé que c'est la seconde. Ce point résolu, je me
serais enquis, avec les premiers sages de tous les pays, comment il
se peut faire que le meilleur lot, dans la mort, soit acquis à l'être
inférieur, et précisément par un effet de son infériorité? Enfin la
réponse à cette question dernière m'eût ramené dans le sein du monde
moral, sans chimères, sans ignorance et sans vanité. Dans tous les
cas, je me serais défié des morts plaisantes: j'y aurais découvert
plus d'ostentation ou de folie que de vrai courage ou d'indifférence
véritable; et, prouvant ainsi qu'elles ne sont ni admirables, ni
faciles, je me serais déclaré pour les morts sérieuses.

Le stoïcisme épicurien que Deslandes a professé dans ses Réflexions, il
le reproduit dans les poésies qui les suivent; mais c'est un chant dont
les paroles ne valent pas mieux que l'air. J'en dirai autant des vers
du sieur de la Chapelle et des autres poésies libres ou non, insérées
dans ce recueil, sauf le fameux sonnet de l'Avorton, pourtant qui est
digne de sa réputation.

A l'égard des épitaphes qui enrichissent la seconde édition, et sont
prises de tout côté, il y en a cinq ou six d'excellentes, mais très
connues, telles que celles du poète Maynard: «Las d'espérer et de me
plaindre»; de Colas: «Colas est mort de maladie, etc.;» de La Fontaine:
«Jean s'en alla, etc.;» de Regnier: «J'ai vescu sans nul pensement,
etc.;» et deux ou trois autres plus ignorées, que je rapporterai, parce
qu'elles me paraissent bonnes.


EPITAPHES.

I.

_D'une femme publique._--On l'a trouvée au cimetière des Innocens, à
Paris.

      Ci-gît Paquette Cavilier
    En son petit particulier.

II.

_D'un Curé._--La traduction française est de l'auteur.

    Hic malè jacet            Dans cette fosse
    Et benè tacet             Notre curé
    Magister Rochus,          Roch de la Crosse
    Noster parochus           Gît enterré,
    Qui non divini            Qui n'avait cure
    Cantus, sed vini,         Du chant divin,
    Nec animarum,             Ni d'écriture,
    Sed fœminarum,            Mais de bon vin.
    Tunc cum vivebat,         Au soin des ames
    Curam gerebat.            Vaquant fort peu;
    Viris amatus,             Jouant beau jeu
    Eo quod bibax;            Avec les dames.
    Fœminis gratus,           D'elles chéri
    Eo quod salax;            Pour la couchette,
    Illi bibaces              Et du mari
    Illum bibacem,            Pour la buvette;
    Vellent sub tecto;        Mais ni cocus
    Illæ salaces              Ni leurs femelles
    Illum salacem             De ses nouvelles
    Vellent in lecto;         N'entendront plus;
    Sed neutris adest,        Car dans la terre,
    Nàm clausus hic est.      Sous cette pierre,
                              Il est reclus.

III.

_De Laurent Valla, rival du Pogge._--Que nous traduirons ainsi:

    Ohe ut Valla silet, solitus qui parcere nulli est:
      Si quæris quid agat, nunc quoque mordet Humum.

              Ci gît qui n'épargna personne:
            Il mord le tuf, Dieu me pardonne!



ÉTAT DE L'HOMME

DANS LE PÉCHÉ ORIGINEL.

  Où l'on fait voir quelle est la source, quelles les causes et
    les suites du péché dans le monde. (1 vol. in-12 de 208 pages,
    plus 3 feuillets de table), par Béverland. Imprimé dans le
    monde en 1714.

(1714.)


Béverland, né à Middelbourg, et mort misérable vers 1712, est du
petit nombre des écrivains protestans qui ont laissé des ouvrages
licencieux. Nous parlerons de son livre sur le péché originel avec le
plus de réserve qu'il nous sera possible, en prenant soin de dire, avec
ses biographes, à son honneur, qu'il parut se convertir aux bonnes
mœurs sur la fin de sa vie. La traduction, ou plutôt l'imitation très
libre que nous avons du _Peccatum originale philologice elucubratum a
Themidis Alumno_, a été imprimée trois fois: 1° en Hollande, en 1714;
2° en 1751; 3° en 1741. M. Barbier cite six éditions de cet ouvrage;
mais peut-être comprend-il, dans le nombre, les traductions allemandes.
Il ajoute que le nom de l'imitateur français, d'après Krast, auteur
allemand de _la Nouvelle bibliothèque théologique_, est Fontenay, ou la
Fontanée, et qu'on trouve dans l'édition dernière _du Chef-d'œuvre d'un
inconnu_, donnée par Leschevin, une note intéressante sur l'original et
la copie.

Il était naturel de chercher un sens caché dans l'histoire du Péché
originel que raconte l'auteur sacré de la Genèse. Comment prendre à
la lettre cette condamnation terrible de la race humaine qui, pour
être adoucie, aurait demandé, quatre mille ans plus tard, le sacrifice
de la Divinité elle-même, et cela à l'occasion d'une pomme mangée
curieusement dans la vue de devenir savant? Tout d'ailleurs, à part
la convenance morale, portait à supposer ici quelque sens mystérieux.
Moïse ne sortait-il pas d'Egypte, berceau du langage figuré, empire des
hiéroglyphes? N'était-il pas plus sensé de voir une figure, un symbole
dans la fameuse pomme, dans l'arbre de la science du bien et du mal,
dans le serpent séducteur, etc., etc., que d'y voir simplement des
objets matériels? Beaucoup d'esprits graves s'exercèrent à diverses
époques sur ce sujet. Béverland le fit à son tour, mais avec une
intention satirique et sur un ton graveleux, mêlant à ses dissertations
philologiques des tableaux fort libres et des citations de poètes
latins qui ne le sont pas moins. Selon lui, la pomme, c'est la volupté;
le serpent, c'est la concupiscence, d'où sont nés les mauvais penchans
du monde, et les organes de la génération sont figurés par l'arbre
fatal, explications que son imitateur a reproduites dans les vers
suivans:

    Depuis la fatale chute,
    D'Eve et son époux Adam,
    Nous sentons à notre dam
    Qu'au mal nous sommes en butte.
    La Malice au faux regard,
    La Fureur à l'œil hagard,
    Remords et douleurs amères,
    Haine ceinte de vipères,
    Tristes fruits de leurs ébats,
    Règnent chez nous ici-bas:
    L'homme de l'homme l'ouvrage
    N'a reçu d'autre héritage;
    Et cependant, ô malheur!
    O triste effet de l'erreur!
    Presque encore dans l'enfance,
    Convoitant l'éternité,
    L'adolescent est tenté
    De faire à sa ressemblance.
    ...........................
    Ma foi! tout homme en est là!
    Parlez tant qu'il vous plaira,
    Par raison et par morale,
    La souillure _originale_
    Met la raison à quia.

Revenons à Béverland. Les Égyptiens figuraient le péché contre
nature par l'image de deux perdrix accouplées, à cause de ce que
les naturalistes racontent de cet oiseau libidineux. L'usage de la
circoncision chez les Juifs semble découler de l'idée d'un châtiment
infligé à la partie coupable. Le mot hébreu (Héden) signifiait
_volupté_. La honte qu'Adam et Eve éprouvèrent, après leur chute, de se
trouver nus, laisse percer que ce n'était point par la bouche qu'ils
avaient failli.

La transmission des désirs charnels qui tourmentent l'homme et la
femme, dès leur jeunesse, et que, par parenthèse, les parens ne
combattent pas avec assez de vigilance, explique fort plausiblement
la culpabilité de la descendance de nos premiers auteurs. Le précepte
divin: _Croissez et multipliez_, n'infirme point cette explication; car
on ne prétend pas, dans l'hypothèse, que Dieu n'avait pas créé l'homme
et la femme pour s'unir charnellement; mais seulement qu'il les avait
soumis à une épreuve temporaire de continence sous laquelle ils ont
succombé.

D'ailleurs il suffirait qu'il y eût une transposition dans le passage
de l'Ecriture relatif à ce précepte: _Croissez et multipliez!_ pour
faire tomber l'objection, Dieu ayant bien pu défendre d'abord la
multiplication de l'espèce humaine pour la permettre ensuite. Or, qui
ne sait, avec le Père Simon, de l'Oratoire, et bien d'autres, qu'Edras
s'est donné toute carrière pour les transpositions, suppressions, etc.,
etc., d'où il résulte une infinité de non-sens dans les textes sacrés,
tels que nous les avons aujourd'hui?

Telle est, en abrégé, l'argumentation de Béverland et celle de son
imitateur français. Qu'on y ajoute, par la pensée, bon nombre de
contes, plaisanteries, vers libres, et l'on aura la substance d'un
livre plus curieux qu'édifiant.



THÉATRE

ET OPUSCULES DU PÈRE BOUGEANT, JÉSUITE.

  (1 vol. in-12.) La Haye, Adrien Moëtjens et Pierre du Marteau.
    M.DCC.XXX.-XXXI.-XXXII.

(1730-31-32.)


Les jésuites ont toujours eu la manie de plaisanter; mais, comme ils
n'ont jamais su rire, il est résulté que leurs satires, comédies,
plaisanteries, épigrammes, chansons et chansonnettes ont toujours été
froides. Leurs efforts constans pour égayer le public aux dépens de
leurs adversaires, singulièrement excités par le besoin de se venger
des _Lettres Provinciales_, n'en furent que plus malheureux: c'est
ce qu'on voit même dans les spirituelles comédies composées par le
P. Bougeant contre Quesnel et ses adhérens, ces farouches ennemis du
Formulaire et de la bulle Unigenitus, malgré tout le sel que l'auteur
y a répandu. Ces comédies sont au nombre de trois, savoir: _la Femme
docteur_ ou la _Théologie tombée en quenouille_, en cinq actes et en
prose; le _Saint déniché_ ou la _Banqueroute du marchand de miracles_,
également en cinq actes et en prose; et les _Quakers français_ ou les
_Nouveaux Trembleurs_, en prose et en trois actes.

La _Femme docteur_ eut un grand succès de parti et fut, dit-on,
réimprimée vingt-cinq fois, tant chez nous qu'à l'étranger; elle
passe pour la meilleure des trois, on ne sait pourquoi, car le _Saint
déniché_ lui est bien supérieur, à notre avis du moins. Quant aux
_Quakers_, point de difficulté, c'est la moindre à tous égards.
Dans chacune, le dialogue offre de la finesse et du trait; mais il
n'y a d'action véritable, ni de situations fortes dans aucune. Leur
vice radical est dans le sujet, qui ne se prête pas à la vivacité
dramatique. Rien de moins propre au théâtre que le ridicule tiré de
l'incompatibilité de la doctrine de la grâce, telle que l'entendent
les jansénistes, sur le témoignage équivoque de saint Augustin, avec le
libre arbitre, éternel fondement de la religion catholique et de toute
religion. La scène, faite pour un public plutôt impatient que réfléchi,
qui demande à être saisi et non endoctriné, la scène veut de l'évidence
et non des subtilités. Qu'on essaie de mettre en dialogues scéniques
les comiques interlocutions des _Lettres Provinciales_, et l'on verra
si elles font rire! Il faut que chaque chose soit à sa place: en un
mot, controverse est une chose, et comédie une autre. Venons aux
comédies du P. Bougeant.

La _Femme docteur_ est une pâle contre-épreuve des _Femmes savantes_,
avec réminiscences du _Malade imaginaire_. Madame Lucrèce, riche
janséniste, a deux filles dont, malgré son frère Cléanthe et son
mari Géronte, elle veut donner la cadette en mariage au jeune la
Bertaudinière, espèce de Thomas Diafoirus, fils du sieur Bertaudin,
janséniste et fripon. La fille Angélique ne veut pas de cet hymen,
attendu qu'elle aime Eraste et qu'elle ne s'occupe guère de la grâce
efficace. Sa sœur aînée, tout absorbée par la grâce qu'elle est,
essaie en vain de lui souffler son amant; à la fin, tout s'arrange
par un moyen pauvrement copié de Molière. «Voulez-vous une preuve
de la bassesse d'ame de votre Bertaudin,» dit le sage Cléanthe à sa
sotte sœur, madame Lucrèce; «proposez-lui d'épouser Angélique sans
dot, ou même déshéritée au profit de votre aînée.» Madame Lucrèce
adopte ce moyen d'épreuve. Bertaudin ne consent plus à l'alliance du
moment qu'Angélique est déshéritée. Sur ce, madame Lucrèce en conclut
que M. Bertaudin a l'ame sordide, et donne sa fille à Eraste avec
une bonne dot. Conclusion très fausse, qui fausse le dénouement. La
feinte qui termine les _Femmes savantes_ est, au contraire, judicieuse
et donne un dénouement judicieux. Chez Molière, le raisonnement est
celui-ci: «Je vous destinais ma fille riche, que vous dites aimer, un
coup imprévu lui enlève son bien: la voulez-vous encore?--Non.--Donc
vous êtes un homme sans délicatesse, et vous n'aurez point ma fille,
qui n'est pas ruinée.» Cela est bien trouvé. Chez le P. Bougeant, le
raisonnement est tel: «Je vous avais promis ma fille avec une bonne
dot: je vous l'offre aujourd'hui sans dot, attendu que tel est mon
bon plaisir; en voulez-vous encore?--Non.--Donc vous êtes un homme
de mauvaise foi, et retirez-vous.» Ceci ne vaut rien. Voilà comme le
génie s'appuie toujours du bon sens, tandis que le bel-esprit croit
pouvoir s'en passer! A l'égard de l'intrigue, elle est à peu près
nulle. Il y a bien un projet d'enlèvement sur jeu; mais il est presque
aussitôt abandonné que formé. Ce n'est donc rien qu'un _fil à faux_
dans la trame; or, il n'en faut jamais, ainsi que le rappelle Diderot,
dans sa _Poétique du théâtre_. Tout le mérite de la pièce se réduit à
quelques mots plaisans et à quelques scènes épisodiques; par exemple,
à mademoiselle Baudichon, quêteuse janséniste, se plaignant de ce que
les quêtes ne vont pas dans son quartier, et disant: «Ah! si j'étais
de Saint-Gervais ou de Saint-Roch!» à la Femme docteur, définissant
la grâce une hypothase communicative, sur quoi Dorimène réplique: «Ce
serait plutôt une hypothèse,» et ajoute: «Moi, je pense que c'est une
vertu sympathique;--et moi, dit Bélise, un écoulement harmonique.--Que
ces définitions sont belles!» s'écrie l'avocat Frondebulle, en les
répétant à plaisir, comme le fameux _quoi qu'on dise_, et Bélise de
lui dire: «Souvenez-vous que l'écoulement est de moi!» Quand on a cité
vingt saillies pareilles, on a tout moissonné. Mais des jésuites qui se
moquent des définitions ne définissant rien, des quêtes frauduleuses,
des donations extorquées ou captées, des pieuses tromperies, des
miracles d'invention, de la théologie tombée en quenouille, eux qui
aiment tant à la voir filer! en vérité, le comique est là, s'il n'est
dans l'ouvrage.

L'intrigue du _Saint déniché_ n'est guère mieux entendue. Dans une
fable à peu près la même, sauf que l'action est double, et que le
dénouement est romanesque, comme dans l'_Avare_. Le principal est
toujours une jeune fille qu'on veut marier contre son gré à un
janséniste ridicule, au préjudice d'un homme qu'elle aime et dont
elle est aimée. Que ce soit le bourgeois Gautier ou la bourgeoise
Lucrèce, Lucile et Léandre, ou Eraste et Angélique, la Bertaudinière
ou l'avocat Bredassier, il n'y a pas de notable différence; mais ici
les détails sont plus amusans, le dialogue plus naturel et plus gai. Le
protestant Germain rentrant dans sa patrie et dans le sein de l'Eglise,
converti par le spectacle que donne actuellement le jansénisme, forme
une opposition assez heureuse avec le bon-homme Gautier se réveillant
protestant, sans le savoir, après s'être endormi janséniste, et
convaincu d'hérésie par un domestique anglais. L'avocat Bredassier
établissant si bien, d'après les lois romaines, son droit sur le cœur
et la main d'Angélique, que Lucile bâille et s'enfuit, égaie un peu
la scène. Les convulsions qui prennent au bourgeois Gautier dès qu'il
a mis la prétendue perruque de Quesnel sur sa tête sont une farce
de collége; mais c'est quelque chose qu'une farce, et cela vaut
mieux, dans une comédie, qu'un sermon ou une dissertation. La pièce
finit heureusement par un double mariage, aussitôt que le bourgeois
Gautier s'est dégagé des liens du janséniste, en voyant démasquer
successivement devant lui plusieurs faux convulsionnaires; et c'est
ainsi que le saint diacre Pâris est déniché!

A défaut d'autre palme, la petite comédie des _Quakers français_ a
celle du scandale. Un prêtre janséniste, convulsionnaire à gages,
las d'opérer tout seul, vient trouver son patron, le janséniste abbé
Bonnefoi, pour en obtenir des compagnons auxiliaires. L'abbé Bonnefoi
lui en promet. Reste à trouver de l'argent pour en louer, qui en
fournira? Ce sera le comte de Reineville, une de leurs meilleures
dupes. On lui dira qu'il s'agit d'une quête pour des frères réfugiés,
et le cher homme s'exécutera. Sur ces entrefaites, un cardeur de
laine, faux convulsionnaire, vient demander son dû à l'abbé Bonnefoi
qui, n'ayant pas encore l'argent du comte de Reineville, le met dehors
par les épaules. Enfin l'argent du comte permet d'enrôler un peintre,
un charbonnier, un crocheteur, un porteur d'eau. Les convulsions
commencent; mais, par malheur, Picard, valet du comte, a tout
soupçonné, tout épié, tout découvert. Il démasque la fourbe aux yeux de
son maître, et les nouveaux trembleurs en sont pour leur infamie.

A la suite de ces trois pièces, nous trouvons, dans le volume où
nous les possédons réunies, un Dialogue du même auteur entre un
docteur catholique et un janséniste sincère, dans lequel le premier
veut prouver au second que sa doctrine justifie tous les crimes,
en détruisant le libre arbitre. Ce Dialogue, intitulé: _Apologie
de Cartouche, ou le Scélérat sans reproches par la grâce du Père
Quesnel_, est une hyperbole insultante qui ne prouve pas plus contre la
morale des jansénistes que les exagérations injurieuses des _Lettres
Provinciales_ ne prouvent contre la morale des jésuites. Ni les uns
ni les autres n'ont pu expliquer _comment_ nous sommes libres sans
que Dieu cesse d'être juste, et personne ne l'expliquera jamais; ce
qui n'empêche pas que les hommes n'aient en eux le sentiment de leur
liberté, et sous les yeux l'éclatant témoignage d'une intelligence
infinie, source nécessaire de l'infinie justice; ce qui suffit à fonder
la morale, et qu'il n'y ait jamais eu de Cartouche formé soit par le
molinisme, soit par le jansénisme. Pour en revenir au Père Bougeant,
il valait beaucoup mieux que ses comédies. Son histoire du Traité
de Westphalie, précédée d'un _Abrégé de la guerre de trente ans_,
continue, avec une noble franchise, avec une élégante clarté, sinon
avec éloquence, la grande histoire de M. de Thou. Dans sa jeunesse, il
avait excité l'intérêt des esprits hardis et les soupçons des hommes
de sa robe par un petit écrit intitulé: _Amusement philosophique sur
le langage des bêtes_. Il ne cessa, depuis, de donner des gages de
sa soumission; mais il ne put jamais se relever complètement dans
l'opinion des siens, et mourut, à Paris, en 1743, à cinquante-trois
ans, dans une demi-disgrâce.



TRAITÉ

DE LA DISSOLUTION DU MARIAGE

POUR CAUSE D'IMPUISSANCE;

  Avec le Factum d'Estienne Pasquier pour Marie de Corbie, et
    la relation du procès de Charles de Quellenec, baron de Pont,
    avec Catherine de Parthenay Soubise, extraite du volume 1743,
    des manuscrits de M. du Puy, à la Bibliothèque royale (par
    le président Jean Bouhier). A Luxembourg. (1 vol. in-8.)
    M.DCC.XXXV.

  Le président Bouhier paraît avoir eu en vue principalement,
    dans ce traité, d'en réfuter un sous le même titre, et sur le
    même sujet, d'Antoine Hotman, avocat général au parlement de
    Paris, du temps de la ligue. Paris, Mamert Patisson, 1581,
    in-8. Un certain avocat de Dijon, nommé Fromageot, combattit
    l'ouvrage de Bouhier dans une consultation imprimée, à laquelle
    il fut fait une réplique victorieuse par l'auteur. On joint
    quelquefois ces diverses pièces au présent volume, mais elles
    n'en font pas partie nécessaire. Le Traité de la Dissolution
    du Mariage a été réimprimé in-8, en 1756, avec les principes
    sur la Nullité du Mariage pour cause d'impuissance, par Boucher
    d'Argis.

(1735.)


L'idée du juste et de l'injuste, c'est à dire le sentiment des rapports
qui unissent l'homme à Dieu et fondent la morale, est si naturelle aux
sociétés comme aux individus, et si essentielle à leur conservation,
que, dans tous les pays, elle a formé la première base des lois. Cela
était dans l'ordre, cela était nécessaire: mais, en essayant le bien,
en rêvant le mieux, en poursuivant la suprême justice qui demeure
cachée dans les conseils du Tout-Puissant, la législation ne tarda
pas à s'égarer. Les seuls intérêts sociaux, mobiles comme le temps,
lui étaient soumis; elle en négligea la recherche pour déterminer,
définir, expliquer, sanctionner les devoirs moraux qui ne changent
point; et, par de très honorables motifs, autant que par une déduction
toute simple des prémisses, ayant appuyé ses principes de droit sur
l'autorité de la religion, elle confondit, plus ou moins, suivant le
cours des âges, dans la même pensée, le théologien, le moraliste, le
casuiste avec le législateur, autrement le licite avec l'honnête,
le précepte avec la loi, le profane avec le sacré, ce qui fut et
sera toujours une abondante source de troubles, de violences et de
contradictions. De là cette haute justice sacerdotale qui, sous le
nom d'inquisition, a tant fait de mal par devoir; de là ces scrupules
réglementaires, empreints dans la jurisprudence pendant si longtemps,
et que l'on a trop ménagés en les qualifiant de _Douanes de la pensée_;
car non seulement ils ne laissaient point de carrière à l'intelligence,
mais ils ne lui laissaient point d'asile. L'expérience et la réflexion
devaient à la fin corriger, chez nous, des erreurs si fatales, en
prenant l'utilité commune pour la commune mesure des obligations
extérieures de l'homme, et laissant à la conscience de chacun la libre
appréciation des obligations intérieures que Dieu même y a gravées. Dès
lors le législateur ne s'exposa plus à manquer le but, pour vouloir
l'atteindre d'en haut; mieux inspiré dans son respect pour la Divinité,
il ne prétendit plus lui servir d'organe, d'interprète, moins encore de
vengeur. Ses efforts se bornèrent à connaître, à régler les rapports
des individus entre eux, à fixer, par des conventions précises, les
notions de l'utile et du nuisible; il sépara la loi du précepte,
et sans entreprendre de subordonner celle-ci à celui-là, ce qui ne
se peut, sans quoi l'on verrait l'impie, l'adultère, l'ingrat, le
fourbe, le lâche plus sévèrement punis que le faux monnoyeur, il crut
assez faire pour la conciliation de l'équité absolue et de la justice
relative, en évitant d'opposer nécessairement la seconde à la première.
C'est là le dernier terme de la raison humaine trop limitée et le
point où nous sommes arrivés en France après bien des traverses, en
partant de la législation la plus barbare qui fut jamais, pour dépasser
de beaucoup l'antique sagesse du droit romain; c'est là ce dont nous
devons plus nous glorifier que de nos conquêtes, de nos richesses et
de nos arts, et ce qui rendra immortels les génies privilégiés qui ont
commencé l'œuvre avec les L'Hôpital, les Domat, les d'Aguesseau, qui
l'ont si fort avancée avec Montesquieu, enfin qui l'ont achevée avec
les habiles rédacteurs de nos Codes modernes. Les choses n'en étaient
pas à ce point dans notre pays en 1735. Sans parler de la question
ordinaire et extraordinaire, de la recherche de la paternité, de
l'action judiciaire pour cause de maléfices, divination, sorcellerie,
ni de tant d'autres cruelles gothicités, qui subsistaient encore
dans nos lois, à cette époque, l'action en dissolution de mariage
pour cause d'impuissance était étrangement pratiquée. A la vérité,
l'épreuve du congrès n'avait plus lieu, depuis le 18 février 1677, que
sur les conclusions de l'avocat général Lamoignon, le parlement de
Paris, par un arrêt solennel, l'avait abolie, honteux de sa méprise
avec le marquis de Langey, qui avait eu deux enfans d'un second lit
après avoir été condamné, sur congrès, comme impuissant; mais, outre
que les décisions d'un parlement n'enchaînaient pas celles des autres
ressorts du royaume, nous allons voir avec le président Bouhier que
cette suppression, loin d'être un bien, était un mal. Reconnaissons
seulement le système de nos anciens sur ce singulier chapitre. Ils
raisonnaient ainsi: Le mariage est un sacrement institué dans l'unique
but de la génération. Or, l'impuissance de l'un des époux rendant
ce but inaccessible devient une cause urgente de la dissolution de
l'union; sans quoi il y a péché, ou tout au moins occasion prochaine
de péché dans l'union même; soit que l'incapacité vienne de la femme,
ce qui ne la rend ni moins séduisante, ni moins fragile; soit qu'elle
vienne du mari, ce qui ne l'empêche pas d'être aussi pressant, aussi
recherché que tout autre; au contraire, ainsi qu'on le raconte des
eunuques, gens les plus fatigans du monde sous ce rapport, et beaucoup
plus que les êtres complets, lesquels y vont d'ordinaire bonnement et
naturellement, sans autre assaisonnement que l'appétit, de toutes les
délicatesses la plus délicate. Ici se pressent, en faveur du système,
tant de décrétales de papes, tant de sentimens de canonistes et de
distinctions de casuistes, tant de témoignages de saints Pères et
de saints docteurs, notamment de saint Augustin, de saint Ambroise,
de saint Thomas, qu'il faut laisser au président Bouhier le soin de
les citer, et surtout à Estienne Pasquier dans son Factum contre de
Bray pour damoiselle Corbie, d'autant plus qu'ils citent sans rougir.
On conçoit, en effet, dans le système, que peu de choses devaient
arrêter une femme régulière dans son action, et la peur du ridicule
moins que le reste; car fallait-il que, par un lâche respect humain,
elle s'exposât à damnation, en souffrant les poursuites libidineuses
et les empressemens stériles d'un simulacre d'époux? Aussi voyait-on
parfois les plus chastes personnes du sexe affronter, sans pudeur, la
procédure usitée, laquelle ne laissait pas que d'avoir ses désagrémens,
étant en harmonie avec la nature de ces étranges causes. Lorsqu'une
femme se plaignait (et les plaintes venaient presque toujours de la
femme; on devine déjà et l'on verra plus bas pourquoi), la cause
était portée à l'officialité, qui interrogeait les parties et prenait
d'abord leur serment avec celui de sept parens de ladite femme. Après
le serment venait la visite médicale de l'homme, puis subsidiairement
celle de la femme. Puis, l'époux persistant à se défendre, on lui
accordait, soit la cohabitation triennale comme temps d'épreuve, si
l'action en dissolution du nœud avait suivi de peu le mariage; soit
la cohabitation trimestrielle, comme dernier répit, après plusieurs
années d'un hymen infructueux. Une nouvelle visite de la femme suivait
nécessairement ces moyens; et en fin de compte, si l'homme maintenait
encore, on ordonnait le congrès une ou plusieurs fois; mais, pour
le coup, c'était au mari de triompher alors; car, s'il succombait,
ou même s'il lui advenait ce qui advint au trésorier Etienne de
Bray avec la demoiselle Corbie, en 1580, j'entends de se tirer de
l'épreuve en pleureur après s'y être présenté en lutteur, il était
condamné, par jugement de l'official métropolitain, dûment confirmé
par le parlement; et vainement eût-il été habile à faire des prouesses
ailleurs comme en fit le marquis de Langey; vainement eût-il eu un bon
parent, avocat général, pour soutenir son fait et décrier le congrès
dans un savant traité _ex professo_, comme le sieur de Bray en eut
un dans Antoine Hotman, il suffisait, à ce pauvre époux, d'une femme
entêtée comme la demoiselle Corbie et d'un avocat adverse ferré à
glace comme Etienne Pasquier, pour être démarié sans pitié, et pour
recevoir des mains d'Israël un brevet de bouche inutile. On n'a pas
d'idée de l'acharnement que déployaient parfois les familles, surtout
les belles-mères, dans la poursuite des maris, en cas pareil. Pour
les apprécier, il faut voir l'_Histoire du pauvre baron d'Argenton
sous Henri IV_, et lire, à la fin du présent volume, le détail des
persécutions qu'eut à endurer, sous Charles IX, de madame de Soubise,
de la princesse de Condé, de la reine de Navarre et d'autres, Charles
de Quellenec, baron de Pont, au sujet de Catherine de Parthenay
Soubise, sa femme. Ces persécutions furent telles que ce seigneur
dut s'estimer heureux de périr les armes à la main, en bon et brave
huguenot, dans le massacre de la Saint-Barthélemy; car tel fut son
sort, et j'en tire un signe favorable à son droit contre Catherine de
Parthenay; estimant, n'en déplaise à l'eunuque Narsès, qu'impuissance
est rarement compagne de vaillance. Cependant, quel tissu de folies
cyniques et d'iniques turpitudes offrait cette procédure! Premièrement,
le serment des sept parens de la femme? Mais, on se le demande, que
pouvaient attester ces sept nigauds sur les mystères du lit nuptial,
sinon des caquets de l'épousée à défaut de caquets de l'accouchée?
Ensuite la visite de l'homme? Mais elle ne présentait aux visiteurs que
des apparences: or, l'on sait qu'elles sont ici tellement trompeuses,
qu'il y aurait presque plus de chances de vérité à parier contre que
pour elles, à ne fournir que l'exemple du pauvre baron d'Argenton, dont
l'amour fut jugé borgne parce qu'il ne montrait qu'un œil, encore
qu'il eût deux yeux dont il voyait fort bien; et pourtant il fallait en
croire ces trompeuses apparences, sous peine d'absurdité, en récusant
le témoignage même qu'on invoquait. Quoi encore? la visite de la femme?
Mais eussiez-vous ici toutes les lumières de Severin Pineau[22],
jointes à celles du Deutéronome, chapitre 22, et à celles dont le
médecin Melchior Sébizius fait une si naïve énumération dans son petit
Traité _de Notis Virginitatis_, vous pourrez encore plus facilement
prouver à une femme qui se dit vierge quand elle ne l'est pas, qu'elle
ne l'est pas, qu'à son mari qu'elle l'est, quand il prétend qu'elle ne
l'est pas et qu'elle l'est! La cohabitation expérimentale ne valait
pas mieux. Qui garantissait aux juges que le mari n'userait point de
quelque artifice violent pour ouvrir les voies du mensonge, ou la
femme de quelque ruse malicieuse pour fermer l'accès de la vérité?
Enfin le congrès? Mais cette épreuve, raisonnable quand le défendeur
l'invoquait, insensée quand le juge la prescrivait, était plus souvent
prescrite qu'invoquée.

  [22] Severus Pinæus de Virginitatis notis, graviditate et
  partu. Ludov. Bonaciolus de conformatione fœtus, accedunt alia.
  Lugd.-Batav., 1650, 1 vol. pet. in-12. Voici un extrait des
  articles de MM. Begin, Chaussier et Adelon sur Severin Pineau et
  Louis Bonacioli, dans la Biographie universelle: Pineau, né à
  Chartres vers 1550, mort à Paris en 1619, doyen du Collége royal
  de chirurgie, eut de son beau-père, Philippe Collot, le fameux
  secret de la taille, opération qu'il pratiqua heureusement.
  Il fit paraître, en 1597, en latin, son ouvrage estimé sur la
  Virginité et l'Accouchement, dans lequel il démontra 1° que
  la matrice n'est point partagée en plusieurs loges; 2° que
  l'accouchement est précédé du relâchement préliminaire de la
  symphyse (liaison) des deux os du bassin.

  Louis Bonacioli, médecin de Ferrare, vers 1460, fit un gros
  ouvrage sur la génération, sous le titre d'_Enneas muliebris_,
  dont le présent opuscule de _Fœtus formatione_ n'est qu'un
  extrait. Ses écrits sont si remplis de certains détails, qu'on
  s'étonne qu'il ait osé les dédier à la princesse de Ferrare. La
  petite édition de 1650, que nous citons, renferme des gravures
  explicatives qui ne sont guère à montrer et qui contribuent
  d'autant plus à la faire rechercher des amateurs.

Toutefois, disons-le avec le président Bouhier, qui a écrit son Traité
uniquement pour réhabiliter le congrès, cette épreuve, abolie comme
scandaleuse et vaine, l'était bien moins que l'action judiciaire
elle-même, ou plutôt c'était la seule chose ici qui ne choquât point
le sens commun. En effet, dès lors que le législateur considérait
le mariage, non pas seulement comme un contrat civil à garantir,
mais comme un sacrement à sanctifier, il devait admettre, dans les
procédures auxquelles ce sacrement donnait lieu, tous les moyens
qu'admettait l'Eglise. Or, les saints canons, recevant le congrès tout
aussi bien que le serment, l'interrogatoire, la visite, la cohabitation
expérimentale, il devait aussi le recevoir. Vainement Bayle avait-il
égayé sa dialectique aux dépens de cette épreuve _de natura_; plus
vainement Boileau, avec _sa Biche en rut_, s'en était-il comiquement
moqué; notre président avait raison de répondre, particulièrement à
ce dernier, à peu près ceci: «Grand poète et pauvre jurisconsulte!
ayez plus de logique et moins de délicatesse à contre-sens! Recevez
ce que reçoit l'Eglise ou rompez avec la Sorbonne! Supprimez l'action
d'impuissance ou laissez au mari, dans le congrès quand il l'invoque,
la seule manière qu'il ait d'échapper à la calomnie; et d'autant mieux
que ce moyen, péremptoire en cas de succès et péremptoire exclusivement
à tout autre, n'est pas plus incertain que tout autre en cas de revers.
_Ab actu fit potentia_, grand poète et pauvre jurisconsulte! Si le
mari agit, il peut agir. Point de manifestation qu'il agisse sans le
congrès. Respectez-le donc, ce congrès; accordez-le au mari quand il le
réclame, et bornez votre philosophie tardive et incomplète à dissuader
les juges de l'ordonner comme ils l'ont fait le plus souvent, faute de
s'être souvenus que certaines choses ne se commandent pas!»

Bouhier, s'adressant ensuite à de plus sérieux adversaires, tels que
Tagereau, Hotman et autres légistes ennemis du congrès, faisait aux
quatre objections ci-après les quatre réponses qui suivent: 1° Sur
l'objection que le moyen est cynique; réponse qu'il l'est beaucoup
moins que la visite, si les matrones, les médecins et l'official ne
font que ce qu'ils doivent faire, et les détails donnés ici sont
convaincans; 2° sur la nouveauté du moyen; sur ce qu'on n'en fit
guère usage, en France même, et point ailleurs; réponse qu'il fut
employé chez nous dès le XIIIe siècle, adopté par toute l'Europe,
usité maintes fois dans les Pays-Bas; en Angleterre, sous Jacques Ier,
entre le comte et la comtesse d'Essex; en France, comme le rapporte
Pasquier dans son Factum contre de Bray, entre le sieur de Hames
et demoiselle de Senarpon, entre le sieur de Turpin d'Assigny et
demoiselle de la Verrière, entre le sieur d'Erasme de la Tranchée et
demoiselle de Castellan, entre le baron de Courcy et mademoiselle de
Crevecœur; 3° sur ce que le moyen est inutile; réponse: «Y pensez-vous,
inutile? Oui, sans doute, inutile, scandaleux, stupide comme moyen de
condamnation et moyen forcé; mais comme moyen libre de justification,
il n'est pas autrement inutile que la lumière ne l'est au flambeau
pour éclairer.» 4°. Sur ce que le congrès a été réprouvé par de
graves autorités; réponse: que nulle des autorités ecclésiastiques ne
l'interdit, plusieurs le recommandent, et que même le célèbre casuiste
Sainte-Beuve, qui ne l'aime pas, l'admet.

Telle est, en résumé, l'argumentation du président Bouhier. On est
forcé de convenir qu'elle est bien fondée, une fois le principe de
l'action d'impuissance accordé, car elle tomberait entièrement si
ce principe venait à être écarté. C'est ainsi que les plus graves
questions changent selon le point de vue d'où on les examine. Prenons
la torture pour exemple. S'agit-il surtout de venger la société, elle
est fort raisonnable; car ce n'est plus l'intérêt, c'est la passion qui
domine, et la passion doit préférer le mal de cent innocens au salut
d'un coupable. S'agit-il, surtout, pour la société, de se préserver,
alors la torture est folle et barbare; car, dès que l'intérêt domine
la passion, il ne commence point, pour garantir la sûreté commune,
par la compromettre, et laisse plutôt échapper cent coupables que de
s'exposer à torturer un innocent. Mais revenons une dernière fois à
l'action d'impuissance. Qui le croirait au premier abord? ses moindres
vices étaient son scandale et son incertitude: elle était, avant tout,
inique, en ce qu'elle ne pouvait être réciproque. Sauf le cas appelé
en latin _arctatio_, c'était toujours l'homme qui paraissait coupable,
et, dans ce cas même, la femme pouvait n'être jamais convaincue;
l'_arctatio_ étant de ces inconvéniens qui, loyalement ou non, se
corrigent toujours; non pas sans effort, il est vrai, mais du moins
sans éclat ni rupture.

Quant au congrès, nous le répétons, une fois l'action d'impuissance
établie, il était très bon, par toutes les raisons que donne Bouhier,
et par celle-ci, qu'il ne donne pas, c'est que seul, entre les moyens,
il tendait à restreindre le nombre de ces vilaines causes; seul, il
était capable de retenir les hommes trop et trop peu ardens, les
femmes trop ou trop peu scrupuleuses, dans de certaines bornes. Où
la honte de la visite n'arrêtait pas, la honte de se produire à deux
pouvait arrêter; car les habitudes de la médecine et du confessionnal
aguerrissent à toute confidence, mais non pas à toute action publique.

Terminons cette analyse périlleuse par quelques mots sur l'auteur
grave et religieux qui nous l'a suggérée. Jean Bouhier, président
au parlement de Dijon, né dans cette ville en 1673, fut élu membre
de l'Académie française, en 1727, à la place de Malézieu le
mathématicien, l'un des beaux esprits de la duchesse du Maine, et
mourut chrétiennement, comme il avait vécu, dans les bras du Père
Oudin, en 1746. Il était savant en divers genres et _remua_ tout, ainsi
que le dit d'Alembert dans l'éloge qu'il a fait de lui. Il traduisit
convenablement plusieurs ouvrages philosophiques de Cicéron, et
méritait de traduire les Tusculanes par le mot sublime qu'on rapporte
de lui au lit de mort. A son dernier moment, ayant pris tout à coup
un certain air penseur, quelqu'un des assistans lui en demanda la
cause: «_J'épie la mort_,» répondit-il, et peu après il expira. «_Si je
rencontre une mort parlière_, disait Montaigne, _dirai ce que c'est_.»
Bouhier a bien approché de cette révélation, s'il ne l'a faite.



LES RÉCRÉATIONS DES CAPUCINS,

OU

DESCRIPTION HISTORIQUE

DE LA VIE QUE MÈNENT LES CAPUCINS

PENDANT LEURS RÉCRÉATIONS.

  A la Haye, aux dépens de la compagnie. (1 vol. pet. in-12 de
    270 pages, plus un feuillet de table.) M.DCC.XXXVIII.

(1738.)


Tout dégénère par la durée, et les professions les plus nobles,
devenant insensiblement des métiers, sont celles dont la dégénération
choque le plus par le contraste frappant qu'elle présente entre le
dessein et l'exécution, le but et le résultat. C'est ainsi que la
vénalité corrompit à la longue, dans notre ancienne monarchie, les
hautes fonctions de la judicature et du barreau. Le scandale fut
bien plus grand dans l'Eglise, précisément à cause de la dignité
incomparable du vrai sacerdoce. Les ordres religieux, surtout,
créés pour l'humilité, pour l'abstinence et la macération des sens,
devinrent, au sein de l'orgueil, de la bombance et des grossières
voluptés, un sujet de plainte et de ridicule que rien peut-être n'a
égalé dans l'histoire des institutions humaines. Ces désordres ont été
cruellement payés, depuis, par leurs auteurs! toute ame honnête doit
en gémir; mais la raison ne doit pas, à cause des horreurs qui ont
ensanglanté la suppression des sociétés monacales en France, renoncer
au droit de les repousser aujourd'hui d'après les mêmes principes qui
les lui fit accueillir autrefois. Un des meilleurs moyens de guérir
les gens de la folle idée de ressusciter ce qui ne peut plus être
en ce genre est de conserver le souvenir des abus qui ont amené la
destruction de ce qui était. Les monumens ne manquent pas ici, depuis
les écrits de Henri Estienne jusqu'au roman cynique de l'abbé du
Laurens. Le petit livre des _Récréations des capucins_, ouvrage sans
doute de quelque réfugié, qui avait été capucin lui-même durant quinze
ans, comme il l'annonce dans sa préface, en est un fort gai. C'est
un Recueil de scènes joyeuses, d'anecdotes singulières et de détails
domestiques relatifs à la vie que menaient les capucins, principalement
durant le temps de ce qu'ils appelaient _leurs Récréations_, périodes
de relâche accordées quatre fois par an à leurs austérités, qui
duraient chacune quinze jours, avant chacun de leurs quatre Carêmes,
savoir: celui de l'Epiphanie, le grand Carême, le Carême de la
Pentecôte et celui de la Toussaint. C'est là qu'on voit plus d'offices
sonnés à toute volée de cloches que d'offices célébrés, des sportes de
Pères gardiens bien remplis, de bonnes aubaines de Pères confesseurs
et de Pères prédicateurs, parfois des déconvenues de Frères quêteurs,
etc., etc. Si les faits particuliers sont inventés, ils n'en sont pas
moins vrais de cette vérité générale, la seule à laquelle il faille, en
pareil cas, s'attacher.



LE LIVRE JAUNE,

  Contenant quelques conversations sur les logomachies, c'est à
    dire sur les disputes de mots, abus de formes, contradictions,
    double entente, faux sens, et que l'on emploie dans les
    discours et dans les écrits. (1 vol. in-8 de 184 pages et 12
    feuillets préliminaires.) Imprimé à 50 exemplaires environ, sur
    pap. jaune. A Bâle.

(1748.)


M. Barbier, suivant en cela l'opinion de quelques bibliographes, contre
l'opinion commune, donne cet ouvrage au sieur Bazin; mais il est
généralement attribué à M. Gros de Boze, de l'Académie des inscriptions
et de l'Académie française, savant homme, qui avait réuni une précieuse
collection de livres rares et curieux. Le _Livre jaune_ est dédié à M.
de Corberon. Il devait présenter une suite de Dialogues philologiques
entre les deux interlocuteurs Isaac Waller, gentilhomme anglais,
et Ulric d'Olrad, docteur allemand; mais il ne contient que trois
Conversations achevées et des fragmens de plusieurs autres. L'idée
de cet écrit est philosophique: elle tend à établir que les disputes
des savans, comme celles des ignorans, les querelles privées, les
troubles civils même et les guerres étrangères tiennent à ce qu'on ne
s'entend pas sur la valeur des mots. Vous prétendez que cette femme est
belle; je soutiens le contraire: c'est une logomachie, tant que nous
n'aurons pas déterminé ensemble la valeur du mot _beauté_, ni défini
les caractères qui distinguent la beauté de la laideur. La pauvreté
de nos langues est une source trop féconde de logomachies. Combien de
sens divers s'attachent, par exemple, aux mots _gloire_ et _glorieux_,
etc., etc. Guerres de religion, logomachies et rien de plus. Révolution
d'Angleterre, en 1648, logomachie, ou faux sens attribué aux termes
de _liberté_, _ordre_, etc. Telle est la substance de la première
Conversation.

La seconde tombe dans la plaisanterie froide et la subtilité. Ainsi les
lois européennes défendent la polygamie, et en même temps établissent
la liberté de conscience. Logomachie, selon le _Livre jaune_; car,
d'après ces lois, un Turc peut et ne peut pas avoir plusieurs femmes.
Autre exemple: le christianisme recommande la pénitence et défend le
suicide. Logomachie; car il y a des pénitens, tels que les trappistes,
qui se tuent à force d'austérités.

La troisième Conversation est elle-même une véritable logomachie,
dans laquelle le pouvoir monarchique absolu est opposé, avec tous
ses avantages, aux inconvéniens du pouvoir mixte ou balancé, ce qui
fournit à l'auteur une conclusion très fausse en faveur du despotisme.
Les fragmens sont une continuation de cette étrange et sophistique
politique, en même temps qu'une censure peu raisonnable du gouvernement
anglais. De tels jeux logomachiques auraient bien plu à nos torys
français de 1829. En somme, cet ouvrage est un fruit avorté. La pensée
première en est juste et profonde; mais le génie a manqué à son
développement, et le sophisme en a gâté la fin.



HISTOIRE DE LOUIS MANDRIN,

DEPUIS SA NAISSANCE JUSQU'A SA MORT;

  Avec un détail de ses cruautés, de ses brigandages et de son
    supplice. Nouvelle édition revue et corrigée. A Amsterdam, chez
    E. Van Harrevelt. (Portrait. 1 vol. in-12.) M.DCC.LVI.

(1755-56.)


Les histoires de brigands sont les romans du peuple. Les imaginations
vulgaires saisissent avidement ces récits variés, où le burlesque se
trouve mêlé au tragique, le simple au merveilleux, et qui finissent
d'ordinaire par le grand enseignement moral de la courte prospérité du
crime, presque toujours suivie de la plus triste fin. Peu de livres
ont eu plus de cours chez nous que les vies de Desrues, de Cartouche
et de Mandrin. Il n'est guère de chaumière où elles n'aient pénétré
et fait éprouver ces fortes émotions qui laissent dans la mémoire des
traces ineffaçables. La Vie de Mandrin, notamment, fut écrite quatre
fois, ainsi que le rappelle M. Weiss dans l'article de la _Biographie
universelle_, qu'il consacre à ce héros de grands chemins: la première,
en 1755, par l'abbé Regley; la seconde, par le sieur Ténier, qui
reçut d'un abbé Chiali les honneurs de la traduction en italien; la
troisième, encore en 1755, par le sieur de Saint-Geoirs, sous le
titre de _la Mandrinade_; et la quatrième, dans un précis satirique
spécialement dirigé contre la gabelle et les fermiers généraux.--La
présente histoire, très joliment imprimée, sans nom d'auteur, à
Amsterdam, en 1756, avec un portrait de Louis Mandrin, nous a paru
être l'œuvre de Louis Ténier. S'il en faut rendre la gloire à quelque
autre, nous sommes prêt; la restitution ne sera pas chère. On y lit les
détails suivans:

Louis Mandrin naquit à Saint-Etienne-de-Saint-Geoirs en Dauphiné, le
30 mai 1714, d'un homme de la plus basse classe qui, vivant de ses
vols, pour le moins autant que de son travail, essaya de fabriquer
de la fausse monnaie, et finit par se faire tuer par des gardes sur
lesquels il avait tiré lui-même. La piété filiale et l'héritage de
quelques outils de faux monnayeur excitèrent le jeune Mandrin à suivre
la carrière de son géniteur. Toutefois, la guerre de 1734, l'ayant
fait soldat, suspendit sa vocation et lui donna l'occasion de signaler
sa bravoure naturelle. Bientôt, las d'être un assez bon soldat, il se
fit déserteur, chef de désertion, et débuta, dans son métier favori,
par la formation d'une petite bande de dix ou douze compagnons, dont
sa hardiesse, sa subtilité, son activité infatigable et une sorte
d'éloquence singulière le rendirent l'idole. Il avait reçu, pour ses
desseins, l'extérieur le plus heureux, une taille élevée, une force
prodigieuse, des traits nobles, des yeux pleins de douceur et de feu,
et un front où résidait la candeur. Ajoutez à ce portrait qu'il avait
sans cesse à la bouche les mots d'honneur et de probité. Le voilà donc,
ainsi pourvu par la nature, occupé la nuit avec les siens dans les
rochers de la côte Saint-André, à contrefaire la monnaie, et le jour à
courir les foires et les marchés, déguisé tantôt en bourgeois, tantôt
en militaire ou en religieux, pour y payer loyalement ses emplètes
sans trop marchander. Tout alla bien ainsi pendant trois ans, au bout
desquels son capitaine, l'ayant découvert, voulut le forcer à rejoindre
son régiment, ce qui le contraignit à casser la tête et les reins
audit capitaine de deux coups de pistolet. Pour cette fois, le voilà
lancé. Ce n'est plus la friponnerie inquiète et masquée qui convient à
son humeur; il a franchi le fleuve du sang; il va tenter, lui et ses
amis, de hautes entreprises. Un des gens de sa bande, nommé Roquairol,
a fait briller à ses yeux un mérite d'intelligence et de courage
digne du second rang. Ainsi secondé, que n'osera-t-il pas? Certain
château, situé sur un pic escarpé, lui serait un excellent quartier
pour quelques mois. Cette habitation appartient à la veuve d'un riche
procureur: rien de plus simple que de s'en emparer. Il apparaîtra la
nuit à cette veuve, traînant l'ame du procureur avec des chaînes, à la
clarté des torches: la peur de vingt revenans chassera la veuve et le
laissera maître du château. Cette nouvelle demeure sera son hôtel des
monnaies tout le temps qu'il plaira au peuple de la contrée de croire
aux revenans. De là partiront de faux marchands, de faux officiers,
de faux moines, qui travailleront de leur mieux dans de fréquentes
tournées poussées jusqu'aux frontières d'Espagne, d'où ils rameneront
de beaux chevaux qui produiront de bel argent qui doublera les moyens,
soit de fraude, soit de vrai commerce, soit d'embauchage. Cependant la
peur des fantômes n'a qu'un temps: l'idée des voleurs prévaut enfin
dans la population voisine; des archers commandés par un hardi prévôt,
des clercs courageux se dirigent vers le château enchanté. Mandrin
s'y voit assiégé: le feu s'engage; la mort vole; le prévôt se croit
déjà sûr de sa proie: vaine espérance! un souterrain, que Mandrin
avait creusé pour aboutir à une forêt, le sauve, lui, sa troupe et ses
trésors. A peine libre des piéges de la maréchaussée, il tombe dans
ceux de l'amour. Croirait-on que ce bandit ait été sensible? il le fut
pourtant; et, sous le nom de baron de Mandrin, il séduisit la belle
Isaure, fille d'un gentilhomme dauphinois. Pour cette fois, il paiera
sa bonne fortune; car il sera reconnu, trahi, dénoncé, guetté, surpris
dans les bras de sa maîtresse, qui se fera religieuse de désespoir;
tandis que lui, misérable, ira dans les cachots de Grenoble attendre sa
condamnation et son supplice infaillibles. Infaillible condamnation,
oui; mais infaillible supplice, non pas encore.

Que va faire Mandrin pour sortir de ce mauvais pas? Il se mettra
d'abord à blasphémer, à repousser le confesseur, à renier Dieu avec ses
complices. Un tel endurcissement chez un bel homme, si jeune, excitera
le zèle compatissant des dévotes de la ville. «Sauvons cette ame,» se
diront-elles; et tout aussitôt elles se mettront en campagne. Or, pour
sauver une ame de brigand, il faut d'ordinaire commencer par adoucir
les souffrances corporelles de ce brigand. Donc, aux accens de la
pitié religieuse, les fers tomberont ou se relâcheront; les coupables
seront quelques instans réunis; ils pourront prendre leur dernier repas
ensemble; moyennant quoi, ils écouteront le confesseur; ils loueront
Dieu de leur juste châtiment, puis enivreront leur geolier de bon vin,
ouvriront les serrures, culbuteront la garde et gagneront le pays.
Ainsi fut fait, et derechef Mandrin sauvé.

Les ressources de cet homme étaient inépuisables. Peu de jours lui
suffisent, au sortir de prison, pour reconnaître et battre la contrée
en tout sens avec ses amis. Il avise un ermitage dans un lieu désert
et de difficile accès. Tuer un des deux ermites, garder l'autre pour
otage et pour guide, se faire donner des patentes d'ermite par le
vicaire général, creuser un triple souterrain de fuite dans sa caverne,
et y rétablir son hôtel des monnaies, tout cela pour lui n'est qu'un
jeu. Trente-huit compagnons, dont se compose sa troupe, lui permettent
de créer un régime de sûreté admirable. Cependant le hasard tient en
réserve plus de combinaisons que la prudence. Le hasard amène dans ce
lieu, à la recherche de sa chèvre égarée, une jeune paysanne qui a
tout vu et qui s'est enfui. On court après elle; on l'atteint. Mandrin
lui donne le choix de son lit ou de la mort. La pauvre femme hésite à
quitter sans retour son mari et son enfant; alors Mandrin la poignarde
et se remet à travailler en paix.

L'ermitage croissait en renommée sous ses auspices: il avait trouvé
plus commode d'y prendre l'uniforme d'officier, et d'y feindre, sous le
nom du chevalier de Montjoly, l'homme pénitent dégoûté des plaisirs du
monde. Le bruit de la pénitence d'un si beau garçon émeut la curiosité
des dames du voisinage: elles affluent au désert; quelques unes n'en
reviennent pas comme elles y sont venues; le vicaire général, informé
de ces nouvelles, mande l'ermite et l'officier; mais il est presque
aussitôt édifié de la sainteté de ces personnages calomniés. Nouveau
danger prévenu. Tout ceci, qui semble aujourd'hui fabuleux, n'en est
pas moins historique, et s'explique d'ailleurs par l'état de police
grossière qui régnait alors dans le royaume. Songeons qu'à une époque
où les gens de cœur ne passaient point le Pont-Neuf, à Paris, dès neuf
heures du soir, sans avoir l'épée à la main, il est peu surprenant
que les rochers du Dauphiné ne fussent pas surveillés de bien près.
Toutefois, à la fin, les maréchaussées de Grenoble et de Valence,
averties, se mettent sur pied; elles cernent l'ermitage, y pénètrent,
et y trouvent... quoi? la bande échappée par le souterrain, plus une
mine qui éclate et les fait en partie périr. Le chevalier de Montjoly
était absent pendant cette invasion imprévue, que Roquairol avait eu
l'honneur de rendre inutile. Il revient sur ces entrefaites, tourne
aussitôt bride, rejoint ses gens dans un lieu de rendez-vous convenu
d'avance; retraite bientôt découverte, où, après une lutte acharnée, il
finit par tomber dans les mains du prévôt, lui, ses deux frères et cinq
de ses amis. Cette fois, les bandits seront bien gardés. Grenoble voit
leur jugement rendu et leur échafaud dressé. Mandrin marche à la mort
fièrement avec ses complices; puis, tandis qu'on expédie ceux-ci, le
voilà qui, de deux coups d'épaule, renverse ses gardes, fend la foule,
y répand l'effroi, court à perte d'haleine, sort de la ville par des
détours à lui connus et s'évade une seconde fois.

Embrun, Avignon, Viviers le reçoivent tour à tour sous des déguisemens
divers. Ensuite il se rend à Lyon, s'y engage uniquement pour tuer son
capitaine et voler la caisse de la compagnie. Un retour de prospérité
ne va pas sans un autre, non plus qu'un revers; il rejoint quatorze des
siens, y compris son ami Perrinet. La bande ainsi recomposée, gagnant
les hautes montagnes, se campe à cheval sur la France et la Savoie. Là
Mandrin dresse un autel, et fait jurer à ses gens une guerre à mort aux
employés des fermes; serment qui deviendra incessamment funeste aux
brigades de Romans et du grand Lemps. Ceci se passait en janvier 1754.
Désormais Mandrin n'est plus un scélérat ordinaire, c'est un redoutable
contrebandier, qui fait chaque jour des recrues choisies, admettant
à sa suite, non plus volontiers les simples voleurs et assassins,
mais de résolus déserteurs ayant fait le coup de fusil et le coup de
sabre. Le Dauphiné tout entier, dès lors, le Languedoc, l'Auvergne,
le Lyonnais, le Mâconnais servent de théâtre à ses exploits. Il force
les ponts et les passages en plein jour; il porte la terreur jusqu'aux
enceintes des villes fortifiées, il est partout vainqueur et partout
inexorable. Son audace croît avec sa terrible réputation et lui suggère
une idée inouie, celle de forcer les entreposeurs eux-mêmes à lui payer
son tabac de contrebande qu'il leur présente et leur taxe comme tel.
La scène, pour le premier coup, est à Rodez. Au mois de juin de la
même année, Mandrin tombe chez l'entreposeur de cette ville avec 52
hommes armés, fait son marché, puis sort tranquillement avec l'argent
de l'État, en présence de la population épouvantée. L'entreposeur de
Mende subit, peu de jours après, une avanie pareille, et aussi celui
de Montbrison. Dans cette dernière ville, Mandrin fit une expédition
aussi hardie qu'adroite; il força la prison et y recruta 14 criminels
déterminés. On peut dire qu'il en était arrivé à tenir la campagne.
Aussi la cour de Versailles se mit-elle en devoir de le réprimer. Des
troupes reçurent l'ordre de l'aller combattre. Il n'était pas facile à
joindre et se multipliait par des contre-marches habiles et soudaines
avec une intelligence et une célérité merveilleuses. On croyait
voir en lui, non plus un brigand, mais un Jean de Wert ou Galas. Il
avait promis la paix aux habitans neutres et leur tenait parole, ne
poursuivant plus que les employés des fermes, qu'il obligeait de payer
ses marchandises, et auxquels il avait l'impudence de donner des reçus
signés _Capitaine Mandrin_.

Sous ce nom, qu'il ne cachait plus, il mit la ville de Beaune et celle
d'Autun à contribution. Ce fut à Grenand, sous les murs d'Autun,
qu'il aborda pour la première et dernière fois, à cheval, l'épée nue,
les troupes du roi commandées par M. de Fischer. Perrinet menait sa
droite, Piémontais sa gauche; lui, placé au centre, était partout en
même temps. A trois reprises il chargea les dragons et les hussards,
jonchant la terre d'officiers et de soldats; mais, accablé par le
nombre, il fut enfoncé et réduit à fuir. Ce combat mit un terme à sa
fortune.

Depuis ce jour, hors d'état de guerroyer, il redevint brigand, fut
trahi par un des siens, garrotté et livré, dans cet état, aux archers
de Valence, le 10 mai 1755.

On cite de lui, dans son procès, une réponse qui le peint bien; un
témoin l'avait reconnu: «Si tu me connais, lui dit-il, tu ne dois
pas me reconnaître.» Le 26 mai suivant, il monta tout de bon sur
l'échafaud; mais, à la fin, vaincu par les exhortations d'un jésuite
charitable et déchiré de remords, il subit, en versant des larmes
tardives, l'affreux supplice de la roue, qu'il avait bien mérité, si
quelqu'un le mérita jamais.



EXPLICATION

DES CÉRÉMONIES DE LA FÊTE-DIEU

D'AIX EN PROVENCE.

  Orné du portrait du roi René d'Anjou, des figures du lieutenant
    du prince d'Amour, du roi et des bâtonniers de la bazoche,
    de l'abbé de la Ville, des jeux des diables, des Razcassetos
    (lépreux), des apôtres, de la reine de Saba, des Tirassous
    des chevaux frux, etc., etc.; en tout 13 figures, avec des
    airs notés consacrés à cette fête. A Aix, chez Esprit David,
    imprimeur du roi. 1 pet. vol. in-8 ou grand in-12 de 220
    pages, par Gaspard Grégoire, graveur aussi des figures sur les
    desseins de son frère Paul Grégoire. (M. Barbier dit que ces
    deux frères inventèrent la peinture sur velours.) M.DCC.LXXVII.

(1777.)


Ces fêtes grotesques, moitié chevaleresques et populaires, moitié
religieuses, qui occupaient non seulement, à Aix, la veille, le jour
et l'Octave du Saint-Sacrement, mais aussi le lundi de la Pentecôte
et le dimanche de la Trinité, furent instituées, en 1462, par le roi
René, qui s'entendait mieux en fêtes et en chansons qu'en gouvernement,
quoiqu'il fût administrateur paternel de ses sujets provençaux.
L'invention de la Fête-Dieu ne plut pas à tout le monde. Neuré, dans
une lettre à Gassendi, s'en montra scandalisé! Madame de Sévigné s'en
plaint aussi dans ses lettres à sa fille avec grace et légèreté, selon
sa manière. Il est vrai, sans parler du ridicule jeté par ces folies
sur une cérémonie grave, que ce singulier spectacle occasionait à la
ville d'Aix des dépenses considérables, et telles que, suivant une
déclaration royale du 28 juin 1668, la nomination du prince d'Amour
fut supprimée par économie. On continua pourtant de donner huit cents
livres au lieutenant dudit prince d'Amour. L'analyse des cérémonies
usitées dans ces jeux sacrés serait aussi fastidieuse qu'insuffisante.
Il faut, à cet égard, s'en référer aux figures, lesquelles donnent
l'idée d'un peuple de fous. La cour de la reine de Saba et saint
Christoon sont particulièrement curieux à voir. La quatrième partie
de cette explication commence par des vers provençaux en l'honneur de
René, où se peint naïvement l'amour du pays pour sa mémoire.

    Quand vouestreis testos courounados
    Sont ben, bon, archi trapassados,
    Es alors que la verità
    Rimo librament seis pensados.
    En parlant de ta majesta
    Diren à la pousterita,
    Qu'oou bout de cent et cent annados,
    En memori de ta bounta
    Dins nouestreis couers as un oouta, etc., etc.

Le parlement, le clergé, le corps de ville et les confréries des arts
et métiers figuraient dans ces fêtes, dont bientôt il ne restera plus
que le joli volume qui les retrace, il faut du moins l'espérer.



L'ESPION DÉVALISÉ.

Par le comte de Mirabeau. Londres, 1783. (1 vol. in-12.)

(1783.)


Le lecteur ne doit point s'armer de réprobation contre cet écrit sur
son titre qui annonce un libelle. C'est un pamphlet très caustique, en
effet, mais ce n'est point un libelle, proprement dit, du genre de ces
productions mensongères et venimeuses qui souillèrent les dernières
années de notre ancienne monarchie, telles que la Vie privée de Louis
XV, du sieur d'Angerville, celle du maréchal de Richelieu, de l'abbé
Soulavie, le Gazetier cuirassé, de Théveneau de Morande, et autres
turpitudes pareilles. A cet égard, il suffit de savoir que l'ouvrage
est de Mirabeau, de cet être prodigieux dont les passions fougueuses
dégradèrent le caractère et fécondèrent le génie; auteur d'une activité
rare, qui marqua de sa forte empreinte tous ses écrits, capables de
remplir plus de cent volumes, et n'en laissa pas un seul digne de la
postérité; orateur souvent sublime, toujours puissant, qui ne signala
jamais son talent que par des ruines; homme vénal sans bassesse, qui
se donnait librement par générosité, après s'être dédaigneusement
vendu par besoin; majestueux sans vertu et seulement par la hauteur
de sa pensée; homme que la nature et le vice avaient fait à l'envi
repoussant, et qui, dans sa laideur et sa débauche, attirait à lui
les femmes les plus faites pour charmer; homme enfin dont la mémoire
tient encore, après cinquante ans, la justice publique flottante entre
le mépris et l'admiration, comme nous l'apprend son cercueil sans
cesse ballotté entre les gémonies et les voûtes sacrées. Son _Espion
dévalisé_ est un livre fort piquant, plein d'anecdotes et de détails
de mœurs utiles à conserver, qui contient même un morceau du premier
ordre, l'_Avis aux Hessois_, où la plus éloquente indignation est du
moins, cette fois, employée à servir la plus juste des causes.

Dans le nombre des historiettes qui s'y trouvent accumulées, nous
avons fait un choix de souvenirs qui peut satisfaire en attendant qu'il
en soit fait un meilleur.

Mirabeau étant logé dans une auberge, à Versailles, fut réveillé, la
nuit, par ces mots répétés à haute voix sur tous les tons: _A boire
pour le roi! à boire pour le roi!_ Importuné de ce vacarme, il sort
et voit, dans le corridor, un homme en chemise qui lui demande son
avis sur l'intonation de ces belles paroles. C'était un _commensal
juré-crieur à boire pour le roi_, de ces officiers si utiles qui
donnent l'ordre au _gobelet-vin_ quand le roi a soif, lequel,
nouvellement nanti à beaux deniers comptans de cette importante charge,
s'exerçait à la dignement remplir le dimanche suivant au Grand-Couvert.
L'anecdote qui sert ici de texte à la censure de l'ancien établissement
domestique de la cour de France a fourni le sujet d'un joli proverbe à
Carmontel.

Quand M. Silhouette, en 1759, fut nommé contrôleur général par le
crédit de madame de Pompadour, il se rendit chez cette dame bien
guindé, bien préparé pour répondre, sur toute question, au roi, qui
devait y venir. Le roi entre et dit au personnage: «Bonjour, M.
Silhouette; les lambris de votre cabinet sont-ils vernissés?» A cette
grave question, voilà le nouveau débarqué qui reste coi et ne répond
rien. Le roi confus s'embarrasse, fait un tour de chambre et remonte
chez lui. «Qu'avez-vous fait là, dit aussitôt madame de Pompadour à
Silhouette!--Mais que fallait-il donc faire?--Il fallait faire comme
l'ambassadeur de Venise, Gradenigo, à qui le roi ayant demandé combien
ils étaient dans le conseil des dix, répondit sans hésiter: _Sire,
ils sont quarante_.» Jamais M. Silhouette ne put se relever dans
l'esprit de Louis XV. Il ne laissa pourtant pas, dans son ministère
de peu de mois, de faire quelques grandes iniquités fiscales qui
mirent soixante-douze millions dans le trésor royal, et dont le public
s'engoua d'abord, parce qu'elles frappaient les fermiers généraux; mais
il fit aussi quelques réglemens somptuaires qui, bien que puérils,
alarmèrent les hommes de faveur; alors il fut renvoyé et acheva de
donner une pauvre idée de lui en s'en allant, ainsi que sa femme,
mourir, à la campagne, du chagrin de sa disgrace[23].

  [23] Depuis Colbert jusqu'à MM. Turgot et Necker, sans même
  excepter tout à fait les règnes de Desmarets, d'Ory et de M.
  de Machault, le contrôle général ne fut qu'un théâtre plus
  ou moins heureux d'expédiens et de savoir-faire, indigne de
  l'administration d'un grand pays. On en peut voir l'aperçu
  dans l'ouvrage de M. de Montyon sur les ministres des finances
  de France, ouvrage réfléchi d'un honnête homme, fort entendu,
  quoique trop entêté des vieilles idées, et même très amusant à
  lire. La grande opération de Silhouette y est notamment très bien
  appréciée et censurée. Cette opération consistait à casser le
  bail des fermes pour y substituer une régie intéressée, dont les
  profits passaient dans les mains du public par la création de 72
  mille actions de 1,000 fr., lesquelles rapportaient un intérêt de
  7 et demi pour cent. Par ce moyen, le ministre eut de l'argent
  tout de suite; mais le taux de l'intérêt s'étant élevé à 7 et
  demi, les emprunts à un taux moindre devinrent impossibles, et
  les sources du crédit furent taries.

En 1775, lorsque le contrôleur général Turgot, fort des édits du roi,
essayait d'établir la liberté du commerce des grains dans tout le
royaume, il y eut, en divers lieux, des émeutes favorisées secrètement
par les amis du garde des sceaux Lamoignon de Blancmesnil et autres
adversaires des économistes. Celle de Versailles, entre autres, fut
notable, à cause du théâtre qu'elle s'était choisi. Les princes de
Poix et de Beauveau, capitaines des gardes, firent monter la maison du
roi à cheval; puis, ayant mûrement délibéré entre eux, ils jugèrent
à propos, non pas de réprimer l'agitation des révoltés, ce qui était
leur affaire, mais bien de taxer le pain à deux sous, ce qui ne les
regardait pas et donnait gain de cause à la sédition. Le roi, dans le
premier moment, avait sanctionné la mesure. Turgot survint: il fit
révoquer la taxe; mais le coup était porté. Le parlement prit parti
pour les réglemens anciens, et peu après le contrôleur succomba.
Ainsi deux militaires