Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 0075, 1 August 1844
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0075, 1 August 1844" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



L'ILLUSTRATION,
JOURNAL UNIVERSEL,

N° 75. Vol. III.--JEUDI 1er AOUT 1844.
Bureaux, rue Richelieu, 60

Ab. pour Paris.--3 mois, 8 f.--6 mois, 16 f.--Un an, 30 f.
Prix de chaque N°, 75 c.--La collection mensuelle br., 2 f. 75 c.

Ab. pour les Dép.--3 mois, 9 f.--6 mois, 17 f.--Un an, 32 f.
pour l'Étranger,          --    10          --     20           --   40


Courrier de Paris. _Illuminations des Champs-Élysées._--Académie des
Sciences. Histoire naturelle. Six Gravures.--Théâtres. Diegarias
(Théâtre-Français); Satan (Vaudeville); le Miracle des Roses (Ambigu).
_Une scène de Diegarias._--Le Tir fédéral de 1844. (Suite et fin.). _Vue
extérieure du Stand: Vues extérieure et intérieure de la
Cantine._--Maroc. (Suite.) _Murs de Tanger; Vue de Tanger; Costumes
maures._--Histoire de la Semaine. _Portrait de M. Cunin-Gridaine,
ministre du commerce et de l'agriculture; Distribution des récompenses
faite par le roi aux Exposants de 1844, dans la salle des
Maréchaux._--Projet d'un Hôpital nouveau, à Paris. _Une
Gravure._--Exposition des Produits de l'industrie. Distribution des
récompenses. _Portraits de douze membres du jury._--Bulletin
bibliographique.--_Les Exposants heureux et les Exposants malheureux;
Vol à main armée, Trois Caricatures par Cham._--Rébus.



Courrier de Paris.

Les fêtes de juillet, interrompues pendant deux anniversaires, ont été
célébrées cette année avec éclat: la mort si fatale du duc d'Orléans
avait causé cette interruption; il n'avait pas semblé convenable de
donner le spectacle de réjouissances éclatantes et publiques si près
d'une tombe. Et cependant, les trois jours anniversaires de la
révolution de Juillet 1830 ne sont pas tous consacrés aux vives
splendeurs d'une fête: la première de ces trois journées mémorables
invite au recueillement et au culte des morts; ce jour-là, dès le matin,
les églises sont tendues de deuil, les chants pieux retentissent;
l'orgue y mêle sa voix plaintive et funèbre; l'église prie pour les
citoyens qui ont succombé, les armes à la main, en prenant la défense
des lois. Le second jour est le jour réservé à l'aumône: des secours à
domicile sont distribués aux indigents et aux malades; il est juste que
dans une solennité commémorative d'une révolution populaire on donne
quelque chose aux souffrances du peuple. Le fait est donc louable en
lui-même; on doit regretter seulement que les pouvoirs publics ne
consacrent pas à cette bonne action une somme plus considérable. Ne
pourrait-on pas, si la rigidité du budget s'oppose à de plus amples
largesses, économiser sur les lampions et sur les fusées volantes, pour
soulager plus d'infortunes ou doubler le bienfait? Si je ne me trompe,
le sentiment que nous manifestons ici a été exprimé plus d'une fois, et
s'est fait jour à la Chambre des députés: des voix sensées et
philanthropiques ont fait entendre le voeu de cet honorable et utile
emploi des fonds annuellement consacrés au souvenir de la révolution de
Juillet. Et certes, quoiqu'on parle toujours de l'amour du peuple pour
les lampions et les soleils tournants, ce n'est pas le peuple qui
réclamerait contre cette sage destination des deniers publics. Le
peuple, chaque jour, devient sérieux et rangé; il est bien loin de
ressembler à ce populaire ignorant et frivole que les gouvernements
passés amusaient par des pyrotechnies et par des jeux d'enfant. On peut
s'en convaincre en voyant le calme, l'ordre, la tenue régulière et
convenable qu'il apporte actuellement dans la célébration des solennités
publiques.

[Illustration: Fête de Juillet 1844.--Illuminations des Champs-Élysées.]

La troisième journée, c'est-à-dire la journée du 29, a été, comme par le
passé, la journée éclatante et joyeuse; on avait séché les pleurs donnés
aux morts, pour ne plus penser qu'à la victoire conquise par leur
courage et scellée de leur sang. Les lampions éclataient aux fenêtres
des maisons et au fronton des édifices, les orchestres dispersés sur la
surface des Champs-Élysées emplissaient l'air d'harmonie, le mât de
cocagne s'élevait dans l'espace, les marchands forains et les jeux de
toute sorte attiraient la foule par leurs bruits nombreux et variés;
vers neuf heures du soir, les mille fantaisies d'un magnifique feu
d'artifice ont enchanté la foule qui affluait de toutes parts en flots
pressés; fusées, girandoles, feux de Bengale, gerbes étincelantes,
prodigieux soleils, palais de flamme, rien n'y manquait: beaux et bons
écus de France jetés au vent!

L'illumination des Champs-Élysées a particulièrement étonné par son
étendue et par son éclat, il faut avouer que cette magnifique promenade
semble avoir été créée tout exprès pour servir à la pompe des fêtes
nationales; c'est un spectacle vraiment magnifique que de voir cette
immense avenue qui commence à la place Louis XV et aboutit à
l'Arc-de-Triomphe par une route ascendante, de la voir, dis-je, hérissée
de deux lignes de feux parallèles qui la sillonnent dans toute sa
longueur, véritable et merveilleux palais de flamme. Placez-vous sur une
des terrasses des Tuileries qui dominent l'espace immense, pour bien
jouir de cette vue fantastique; la foule innombrable, les palais
illuminés, les arcs de triomphe, les jets d'eau, les masses de verdure
diversement éclairées par les feux qui les environnent et mêlent leur
éclatante lumière à la splendeur du ciel: tout cela vous saisit, vous
étonne, vous éblouit, et vous êtes tenté de croire aux magiciens et aux
fées.

Du reste, les Champs-Élysées accroissent leur importance et leur beauté
de travaux et de richesses plus durables que ces merveilles de feux
splendides qui s'allument et brillent le soir, pour s'éteindre au bout
de quelques heures et disparaître; de jour en jour les Champs-Élysées
s'enrichissent d'habitations élégantes; ce n'est plus cette immense
solitude dont on se défiait encore il y a dix ans à peine, et où l'on
n'osait guère s'aventurer à une heure un peu avancée de la nuit. Du côté
qui côtoie le faubourg Saint-Honoré, les Champs-Élysées ont rejoint la
ville par des rues nouvelles et des constructions dont le nombre
augmente sans cesse. Paris, comme un assiégeant qui avance d'heure en
heure dans sa conquête, a poussé jusqu'à cette dernière limite sa
population et ses demeures.

La partie qui s'adosse au cours de la Seine semblait, par sa position
même, condamnée à un long abandon. De malheureuses tentatives faites, il
y a quelque quinze ans, sur le terrain appelé quartier François 1er,
semblaient confirmer cette espèce de prédestination fatale; mais voici
qu'à son tour, ce côté, qui semblait jusqu'à présent maudit, se peuple
et commence de meilleures destinées; la finance et l'aristocratie y
jettent les premiers fondements de leurs maisons de plaisance; on peut
voir déjà les vastes et élégantes murailles de plus d'une riche
habitation sortir de dessous terre comme par enchantement: ici, c'est M.
Mosselman qui fait élever un hôtel; là, M. de Morny; plus loin, madame
la marquise de Praslin, et d'autres encore. Avant dix ans, ce côté des
Champs-Élysées rivalisera avec celui qui lui fait face, et le désert de
terrain en friche qu'il montre encore à l'oeil des passants sera peuplé
de riantes villas. Chemin faisant, Paris pourrait bien alors donner la
main à Passy et étreindre Auteuil lui-même dans ses vastes bras qui
s'allongent d'année en année.

C'est aux Champs-Élysées que M. Berlioz va donner le festival monstre
dont il a publié lui-même le prospectus dans le feuilleton du _Journal
des Débats_, ou plutôt à cette heure même où _l'Illustration_ paraît,
c'est-à-dire aujourd'hui 1er août 1844, la grande voix de ce concert
colossal retentit et fait tressaillir le double écho du faubourg
Saint-Honoré et du faubourg Saint-Germain. M. Berlioz a enrégimenté pour
cette gigantesque expédition musicale, sans précédent à Paris, tout ce
que la ville a pu lui fournir d'artistes un peu en crédit et
expérimentés, soit pour le chant, soit pour la partie instrumentale. Il
va sans dire que cet immense corps d'armée dont le total s'élève, pour
les chanteurs, à plus de deux cent cinquante voix, et pour les
instrumentistes à un chiffre à peu près pareil, a pour généraux en chef
les virtuoses les plus habiles et les plus renommés. C'est le vaste
bâtiment élevé pour abriter l'exposition des produits de l'industrie que
M. Berlioz a choisi pour champ de bataille. L'industrie, rentrée depuis
un mois dans ses magasins et dans ses fabriques, a cédé la place à
l'invasion musicale de M. Berlioz. _L'Illustration_ ne manquera pas de
donner prochainement le bulletin authentique de cette campagne
entreprise à grand renfort d'harmonie pour centre de bataille, et de
mélodie à l'avant-garde.

La police correctionnelle va gagner ses lettres de noblesse; on annonce
qu'un grand seigneur du nom de Montmorency doit bientôt comparaître
devant la sixième chambre. M. de Montmorency-Robecq, hâtons-nous de le
dire, n'aura à s'expliquer avec la police correctionnelle que sur le
fait de distribution d'écrits légitimistes et de portraits du
prétendant; je crois même que la cour d'assises jouera aussi son rôle
dans cette affaire, et que M. de Montmorency n'échappera à une
juridiction que pour retomber dans l'autre. Ce n'est pas la première
fois que le glorieux et vaillant sieur de Montmorency figure dans nos
guerres politiques; témoin le vieux connétable des derniers Valois, et
le jeune et infortuné vaincu du combat de Castelnaudary. On mourait un
jour de bataille ou sur un illustre échafaud, en ce temps-là.
Aujourd'hui on se bat avec la police correctionnelle et l'on se retire
de la mêlée avec quinze jours de prison pour toute blessure, qu'on va
faire panser dans une maison de santé; cela vaut-il bien la peine de
s'appeler Montmorency?

Mademoiselle Rachel a terminé ses représentations au Théâtre-Royal de
Bruxelles. Chaque soirée a été pour elle un triomphe; or, mademoiselle
Rachel a triomphé six fois, et ces six ovations se sont résumées en un
total de 40,000 francs de recette. La ville de Bruxelles, dans son
enthousiasme, voulait retenir mademoiselle Rachel à toute force, et lui
demandait encore quelques coups de poignard et quelques imprécations
pour achever de combler sa joie; peu s'en faut même qu'elle ne se soit
jetée à la tête de ses chevaux pour arrêter la calèche de notre illustre
tragédienne et l'empêcher de partir. Mais Bruxelles a eu beau faire,
Lille, qui avait engagé mademoiselle Rachel, a été la plus forte;
mademoiselle Rachel s'est mise en route pour y donner deux
représentations, et tenir ainsi sa parole. On ne dit pas encore que
Bruxelles ait mis sa milice sur pied pour aller revendiquer à Lille
Roxane et Hermione, et, en cas de refus, établir devant ses murs un
siège en règle. Mais tel a été l'enthousiasme de Bruxelles pendant le
séjour de mademoiselle Rachel, et tel son désespoir en la voyant partir,
que la nouvelle de ce coup de main de Bruxelles sur Lille pourrait bien
nous arriver par le prochain télégraphe. Que deviendrait cependant le
système de la paix _partout et toujours_?

Les nourrissons des collèges de Paris sont dans la jubilation. Voici les
vacances qui approchent; dans quinze jours, tous ces oiseaux
gazouillants sortiront de leur cage et iront becqueter aux vitres de la
maison paternelle, en poussant des cris joyeux. Heureux jour! et que ne
sommes-nous encore au collège!

En attendant que les vacances carillonnent définitivement l'heure du
départ, et de la volée, toute la gent écolière agite à tours de bras le
_Gradus_ et le _Conciones_, et, les poings dans les yeux ou se rongeant
les ongles, sue sang et eau et se bat à outrance pour obtenir les
honneurs du prix ou de l'accessit. De leur côté, MM. les professeurs
jaugent les phrases, pèsent les substantifs, vannent les solécismes, les
fautes de quantité et les barbarismes.--Il y a quelqu'un qui est plus
écolier que l'écolier lui même à l'approche des vacances, et qui sent
une joie plus incommensurable encore; cet écolier-là, c'est le maître.

Certaines gens se plaignent beaucoup que l'indifférence nous gagne et
qu'on arrive insensiblement à la tiédeur politique. Nous lisons
cependant dans un journal: «L'autre jour, dans un café du pays latin,
une discussion sur les affaires publiques s'engagea entre deux personnes
d'opinions tout à fait opposées; l'une tenait pour l'opposition, l'autre
pour le ministère. Après une discussion plus ou moins mal soutenue des
deux parts, un des deux adversaires s'échauffa tellement qu'il lança à
son interlocuteur un coup de poing qui le fit chanceler, il y eut un
moment où on le crut mort sur la place.» Voilà un fait rassurant pour
ceux qui craignent, comme nous le disions, l'indifférence en matière
politique. Ce coup de poing-là leur annonce que les bonnes doctrines
survivent quelque part et s'entretiennent.

Odry, le fameux Odry, est devenu un personnage tout à fait fantastique.
Il a plus de soixante-dix ans, et de temps en temps on le voit
apparaître au théâtre des Variétés comme un revenant. Les mieux informés
disent que ce n'est plus Odry, mais son ombre. Cependant, depuis huit
jours, le bonhomme Odry donne des représentations qui attestent qu'il
n'est pas mort du tout, et que c'est bien au véritable Odry, au sublime
Bilboquet et à l'adorable madame Gibou que nous avons encore affaire.
Les grands hommes comme Odry finissent par être enterrés, mais ils ne
meurent jamais.



Académie des Sciences.

COMPTE RENDU DES TRAVAUX PENDANT LE DERNIER
TRIMESTRE DE 1843 ET LE PREMIER TRIMESTRE DE 1844.
(Voir t. III, p. 218.)

HISTOIRE NATURELLE.

_Sur la tendance des tiges vers la lumière_, par M. Payer.--On sait que
la tige d'une jeune plante placée dans un lieu où la lumière n'arrive
que d'un côté s'infléchit généralement vers le point le plus éclairé. M.
Payer a cherché à reconnaître si cet effet était dû à la lumière blanche
ou à quelques-uns des rayons qui la composent, il a donc éclairé de
jeunes liges de cresson alénois (_Lepidium salivum_) avec des verres
colorés, et s'est assuré que tous les verres qui ne laissaient passer
que des rayons rouge orangé, jaune et vert ne produisaient aucune
inflexion sur la tige, tandis que les rayons bleu, indigo ou violet
produisaient cette inflexion. Les expériences n'étaient que provisoires:
en effet, les physiciens savent, que les verres rouges, par exemple,
laissent passer avec le rayon rouge une petite quantité de lumière
orangée, jaune ou verte. Les verres rouges des vitraux des vieilles
cathédrales sont les seuls qui ne laissent passer que le rayon rouge
sans mélange: on s'assure de cette vérité en recevant sur un prisme la
lumière qui a traversé un de ces verres, et on reconnaît qu'elle est du
nouveau décomposée par ce prisme, ce qui prouve quelle n'était pas
simple, mais composée de plusieurs couleurs élémentaires. Ainsi, comme
nous l'avons dit, le rouge est souvent mêlé d'orangé, de jaune et de
vert. Pour écarter ces causes d'erreur, M Payer plaça ses plantes dans
les diverses portions d'un spectre solaire, obtenu en faisant passer la
lumière à travers un prisme, et il vérifia de nouveau que les couleurs
rouge, orangé, jaune et vert n'agissaient point sur les tiges, qui
étaient surtout influencées par le bleu et le violet. Le résultat est
intéressant, parce que ce sont précisément les mêmes rayons qui sont
doués de propriétés chimiques, telles que de bleuir le chlorure
d'argent, de noircir le nitrate d'argent, etc., etc.

_Nouvelle espère de Seps supposé être le Jaculus des anciens_, par M.
Guyon.--Sous le nom de zureig, les Arabes désignent un lézard dont les
mouvements sont si rapides que les Arabes prétendent qu'il traverse
l'air comme un dard. Desfontaines raconte que l'un deux s'étant caché
sous une pierre, il la fit lever: à l'instant l'animal s'élança et
traversa l'espace de douze à quinze pas avec une telle rapidité, que
Desfontaines le prit pour un serpent. M Guyon s'est procuré l'animal
vivant: c'est un saurien du genre _Seps._ Il confirme tout ce qu'on a
dit de la rapidité extrême de ses mouvements; toutefois il ne l'a pas
encore vu s'élancer, mais seulement courir. Cet animal est probablement
le _jaculus_ des anciens.

_Recherches anatomiques et physiologiques sur quelques végétaux
monocotylés_, par M. de Mirbel.--Les botanistes sont depuis longtemps
divisés sur la théorie de l'accroissement en diamètre des végétaux
ligneux, c'est-à-dire des arbres en général et de ceux de nos climats en
particulier. On sait, en effet, que ce mode d'accroissement est tout à
fait différent dans les grands végétaux des pays chauds, tels que les
palmiers, les cocotiers, les fougères en arbre, et dans les chênes, les
hêtres et les frênes de nos forêts. Les botanistes avaient jusqu'ici
porté principalement leur attention sur nos végétaux indigènes, où
chacun est à même de varier et vérifier leurs expériences, et dont la
structure anatomique est infiniment mieux connue que celle des plantes
exotiques qui ne peuvent vivre que dans les grandes serres de nos
établissements publics.

Si l'on coupe transversalement un tronc ou une branche d'arbre européen,
on remarque qu'il se compose de couches concentriques dont la moelle
occupe le rentre. Le nombre de ces couches est égal au nombre d'années
que l'arbre ou la branche ont vécu. Les couches se composent de tissu
cellulaire et de tubes ou vaisseaux. On voit aussi des rayons allant du
centre à la circonférence de l'arbre: ce sent les rayons médullaires,
uniquement formés de tissu cellulaire. Comment se forment ces courbes
annuelles de bois? Suivant les anciens physiologistes, un liquide appelé
cambium s'épanche entre l'écorce et le bois; ce liquide s'organise, des
cellules s'y développent d'abord; ces cellules s'allongent ensuite en
vaisseaux dont la réunion forme des fibres qui montent vers les
bourgeons, pénètrent dans le pétiole des feuilles et s'épanouissent dans
leur limbe. Cette théorie fut vivement attaquée par Goethe,
Dupetit-Thouars. Lindley, et, dans ces derniers temps, par M. Charles
Gaudichaud. Ceux-ci, assimilant un bourgeon qui se développe à une
plante qui germe, ne voient dans les nouvelles couches de bois que la
réunion des rances de tous les bourgeons qui donnent naissance aux
branches de l'arbre. La réunion de ces racines, jointe aux rayons
médullaires, forme la couche annuelle de bois. Ainsi, un arbre est une
réunion de végétaux implantés sur son tronc et sur ses branches, au lieu
d'être fixés dans le sol.

La discussion avait pour objet les arbres de nos climats; mais M. de
Mirbel pensa qu'il jetterait une vive lumière sur la question en
étudiant le mode d'accroissement des dattiers.

Il se rendit donc en Algérie. A son grand étonnement, il trouva que ces
arbres étaient devenus extrêmement rares; la plupart avaient été abattus
depuis la conquête sans aucun motif d'utilité; enfin, après plusieurs
semaines d'attente, au moment où il commençait à désespérer du succès de
son voyage, un colon, M. de Vialar, mit généreusement à sa disposition
un dattier, le seul qu'il possédât. Il n'en est pas moins à regretter
que le savant auteur du mémoire sur la distribution géographique des
végétaux phanérogames de l'ancien monde ne se soit pas dirigé vers Nice
au lieu de s'embarquer à Toulon. Entre Gênes et Vintimille, il eût
trouvé le petit village de la Bordighiera, dont tous les habitants
vivent de la culture des dattiers. Ils en vendent les palmes aux prêtres
de Rome pour les cérémonies du dimanche des Rameaux et aux juifs
d'Amsterdam pour la fête des tabernacles. Là, sur une longueur de cinq
kilomètres environ, le palmier est l'arbre le plus commun du pays. On le
trouve de tout âge et de toutes les grandeurs, tantôt herbacé et aligné
dans les plates-bandes des jardins, comme les cardons de nos potagers,
tantôt formant de petites forêts dont les cimes en parasol
s'épanouissent à quinze ou vingt mètres au-dessus du sol. Les habitants,
faisant commerce de ces arbres, ne refusent point de les vendre; et nous
croyons devoir signaler cette localité aux botanistes qui voudraient sa
livrer à des recherches sur la structure ou le développement de ces
arbres.

En possession d'un palmier de dix-huit mètres de haut, M. de Mirbel en
fit l'anatomie avec le plus grand soin. Il contrôla toutes les
assertions émises par Desfontaines, Moldenhawer, Mohl et Meneghini, sur
la structure de ces végétaux. Nous n'entrerons pas dans le détail de ces
observations délicates que le savant académicien a exposées avec sa
lucidité habituelle. Nous ne saurions les donner ici, elles supposent
une connaissance approfondie de la structure des arbres exotiques et
celle de toutes les opinions émises sur ce sujet. Nous nous arrêterons à
un seul point, celui qui divise les physiologistes à l'égard des arbres
de nos climats. Dans le dattier, M. Mirbel a remarqué que la partie
supérieure des filets qui constituent le bois du palmier et qui
communiquent avec les feuilles est très-jeune en comparaison de la
partie inférieure. Sans s'expliquer sur le point de départ de ces
filets, il croit pouvoir conclure du fait précédent qu'ils croissent de
bas en haut et montent du tronc sur les feuilles. La conséquence que
l'auteur tire de cette observation est directement contraire à celle qui
est actuellement soutenue par M. Gaudichaud. Si elle se trouve vraie
pour les dattiers, il est probable qu'elle sera vraie aussi pour les
chênes et pour les ormes, car la nature procède toujours par des lois
générales. Mais peu de botanistes et à plus forte raison aucun amateur
ne peut vérifier ces assertions, car les dattiers sont rares en Europe;
nous ferons donc connaître, d'après les expériences de M. Gaudichaud,
comment chacun peut se convaincre que la couche annuelle du bois est
formée par des fibres, véritables racines, qui descendent des feuilles
tout le long du tronc. Sans doute il est fâcheux que nous ne puissions
pas, comme l'a fait M. Gaudichaud, combattre M. de Mirbel par les
exemples mêmes qu'il a choisis; mais nous l'avons dit, nous serions
inintelligible, et il faudrait nous croire sur parole. Les exemples, au
contraire, que nous allons donner, tout le monde peut s'assurer de leur
réalité par les expériences les plus nettes et les plus faciles. Ils
sont empruntés à la dernière note lue par M. Gaudichaud, le 27 mai 1844,
en réponse aux idées émises par M. de Mirbel.

Si l'on enlève circulairement un anneau de l'écorce d'un arbre ou d'une
branche et qu'on les laisse végéter, on verra qu'il se forme un
bourrelet circulaire au bord supérieur de la plaie. Si l'on exécute la
même opération sur les branches tombantes d'un saule pleureur ou d'un
frêne parasol (fig. 1) le bourrelet se forme au bord inférieur de la
plaie. Ainsi donc l'enlèvement d'un anneau circulaire d'écorce a pour
effet la formation d'un bourrelet sur le bord de la plaie qui correspond
aux branches, tandis qu'il ne se forme pas de bourrelet sur le bord qui
correspond aux racines. Il y a plus, toute la portion du trou ou de la
branche qui est au-dessus de l'anneau continue à grossir; celle qui se
trouve dessous de l'anneau ne grossit pas sensiblement. Dans l'ancienne
doctrine, on attribuait ce bourrelet à l'accumulation du cambium qui ne
pouvait franchir l'espace dénudé d'écorce; mais il suffit de faire
l'expérience au printemps pour s'assurer que ce bourrelet se compose de
fibres entrelacées et pelotonnées sur elles-mêmes. Mais, dira-t-on, ces
fibres sont du cambium organisé transformé en vaisseaux. L'expérience
suivante répond à cette objection. Enlevez, comme l'a fait M.
Gaudichaud, deux anneaux d'écorce circulaires et laissez entre ces deux
anneaux un cylindre d'écorce portant un bourgeon (fig. 2), vous verrez
en enlevant ce cylindre, peu de temps après que le bourgeon se sera
allongé en forme de franche, un faisceau de fibres partant de la base du
bourgeon s'étalant à droite et à gauche et se dirigeant en bas; arrivées
à la portion où l'écorce manque, ces fibres se contournent, se
tortillent sur elles-mêmes, et donnent naissance au bourrelet dont nous
avons parlé. Ce qui est vrai des branches l'est aussi des racines de
l'arbre. La racine d'un peuplier (fig. 4) fut à moitié divisée à l'aide
d'un trait rie scie par M. Gaudichaud; l'arbre ayant été agité par le
vent, la racine se fendit dans le sens de sa longueur, et les deux
fragments s'écartèrent l'un de l'autre. Les racines des bourgeons
trouvant le chemin coupé, se détournèrent comme un fleuve dont le lit
serait barré, descendirent le long de la fente, puis s'étalèrent de
nouveau après avoir contourné l'obstacle qui s'opposait à leur passage.
De l'autre côté de la racine était un second trait de scie; mais
l'action du vent, qui avait écarté les bords du trait de scie que nous
avons figuré, avait rapproché ceux du trait de scie que nous ne voyons
pas, et les racines des bourgeons avaient franchi cette solution de
continuité et formaient une espèce de pont qui la recouvrait. Si, à
l'imitation de M. Gaudichaud, vous enlevez une bande d'écorce contournée
en hélice (fig. 5) autour d'une branche, vous verrez les racines des
bourgeons descendre en suivant le lit que vous leur aurez tracé et
décrire une hélice autour de la branche; de même que les racines d'un
arbre introduites dans une conduite d'eau suivront toutes les sinuosités
de cette conduite. Cette expérience est importante; en effet, si les
racines dont nous parlons n'étaient que des fibres développées entre le
bois et l'écorce et montant vers le bourgeon, il n'y a aucune raison
pour qu'elles se contournent en hélice avec la bande d'écorce qui les
dirige: elles resteraient longitudinales et parallèles à l'axe de
l'arbre comme dans l'état normal.

Mais, dira-t-on, dans toutes ces expériences, les fibres issues de la
base du bourgeon descendent comme des racines qui s'enfoncent dans le
sol; mais est-il vrai d'une manière absolue qu'elles ne puissent jamais
monter pour contribuer à l'accroissement d'une portion du végétal
quelles ne sauraient atteindre sans cela? L'expérience suivante de M.
Gaudichaud répond à cette objection. Sur une branche d'arbre (fig. 3),
il a isolé une languette d'écorce de telle façon qu'elle ne communiquait
avec le reste que par sa partie inférieure; ainsi donc, si elle avait le
pouvoir d'attribuer les fibres descendantes, celles-ci seraient
recourbées de bas en haut pour se répandre entre elle et le bois. La
fig. 4 montre que cela n'eut point lieu; les fibres provenant des
bourgeons supérieurs contournèrent la solution de continuité, se
rejoignirent au-dessous d'elle, et continuèrent à descendre; aucune
d'elles ne remonta pour contribuer à l'accroissement ou épaisseur de la
portion de branche qui était recouverte par la languette isolée.

L'assimilation de ces fibres à des racines a dû trouver parmi les
naturalistes un certain nombre d'incrédules. En effet, il répugne au
premier abord de regarder un tronc d'arbre comme formé en majeure partie
des racines des bourgeons, qui de toutes les branches descendent pour
gagner le sol; mais M. Gaudichaud a levé ces doutes par une expérience
décisive. Il existe un arbre dont on a voulu employer la feuille pour
remplacer celle du mûrier: c'est le _Mactura auvantiara._ Prenez une
portion de branche de cet arbre, fichez-la en terre, et vous verrez
bientôt des bourgeons se développer entre l'écorce et le bois; en même
temps des racines sortiront le l'extrémité enfoncée dans la terre. Si
vous enlevez l'écorce, vous apercevrez (fig. 6) un faisceau de fibres
partir de la base du bourgeon, descendre le long de la bouture et sortir
à son extrémité inférieure sous forme de racine. On pourrait citer
encore un grand nombre d'expériences du même genre, mais il suffit
presque de rappeler la pratique habituelle des jardiniers. Ils savent
qu'une bouture ne prend jamais racine si elle n'est pourvue d'un oeil,
c'est-à-dire d'un bourgeon. Comment en serait-il autrement, puisque
c'est ce bourgeon même qui émet des racines qui s'enfoncent dans le sol?

[Illustration: Fig. 1.]

[Illustration: Fig. 2.]

[Illustration: Fig. 3.]

[Illustration: Fig. 4.]

[Illustration: Fig. 5.]

[Illustration: Fig. 6.]

Je m'arrête, non que le sujet soit épuisé, mais dans la crainte de
fatiguer le lecteur, car il y a autant encore un grand nombre
d'arguments à faire valoir, sans parler des puissants motifs empruntés à
l'analogie.

Quelle différence y a-t-il, je vous prie, entre un jeune rameau d'arbre
chargé de feuilles de fleurs ou de fruits, et une plante herbacée, fixée
au sol et portant aussi des feuilles, des fleurs ou des fruits? Aucune,
si de n'est que l'une a des racines apparentes qui s'enfoncent dans la
terre, celles du rameau ne le sont point, parce qu'elles se mêlent et se
confondent avec les racines de tous les autres rameaux qui descendent le
long des branches et du tronc, elles n'en existent pas moins sous
l'écorce. Lorsque Goethe étudia les plantes, son coup d'oeil d'aigle
saisit immédiatement ce rapport, et il le signala. Sa confiance en la
généralité et la simplicité des moyens employés par la nature ne le
trompa pas, cette démonstration lui suffisait: mais on conçoit que des
esprits plus difficiles et moins synthétiques aient attendu pour se
décider, les preuves matérielles et décisives fournies successivement
par Aubert, Dupetit-Thouars, Lindley et M Ch. Gaudichaud.



Théâtres.


_Diegarias_, drame en cinq actes et en vers, de M. Victor Séjour
(Théâtre-Français); _Satan ou le Diable à Paris_, vaudeville en cinq
actes (Théâtre du Vaudeville); _le Miracle des Roses_, drame en dix-sept
tableaux (Ambigu-Comique).

Diegarias est premier ministre du roi Henri de Castille, ministre tout
puissant; son crédit et son autorité sont sans bornes, il est vrai que
ce roi est admirablement préparé pour abandonner à son ministre cette
autorité suprême; c'est un voluptueux qui ne tient qu'à une chose, à
toujours avoir de l'argent pour mener bonne vie et courre le cerf. Or
Diegarias contente ce goût financier, et tout est dit, Henri lui
abandonne le char de l'État et laisse flotter les rênes.

Diegarias serait donc un homme et un premier ministre parfaitement
heureux, s'il ne lui arrivait pas ce qui suit.

Son premier malheur est d'avoir une fille qui se laisse séduire par un
vaurien de la cour. Ce drôle se nommé don Juan. Sous prétexte d'un
mariage secret, il s'est moqué de la belle Inès; le valet de don Juan,
déguisé en prêtre, a donné la bénédiction nuptiale, ce guet-apens est
renouvelé de l'_Eugénie_ de Beaumarchais et de beaucoup d'autres drames.

Diegarias ne se doute encore de rien: mais patience, cela viendra. Il
garde une rancune héréditaire à don Juan, et cette rancune le met sur
les traces du déshonneur d'Inès. Voici comment: «Je veux me venger de
don Juan et le faire pendre, dit-il un jour à sa fille, pour me payer
d'un outrage que j'ai reçu autrefois de son père.--Ne le tuez pas,
s'écrie Inès, je suis sa femme!» De là à découvrir que ce mariage n'est
qu'un mariage pour rire, il n'y a pas loin. Une lettre insolente, écrite
par don Juan à un vaurien de son espèce, suffit pour faire cette grande
découverte; don Juan y raille la pauvre Inès de sa crédulité.

Je n'ai pas besoin de vous dire qu'Inès se désespère; cela est dans son
rôle. Quant à Diegarias, il surprend don Juan et lui laisse
l'alternative d'épouser Inès, ou d'être immédiatement poignardé par un
sbire. Cette proposition sent son mélodrame d'une lieue. Don Juan prend
l'air fanfaron et dit:

«J'aime mieux mourir!» Toutefois Diegarias fait une sage réflexion, à
savoir qu'il est plus convenable pour un premier ministre de punir le
criminel légalement que de l'assassiner, et, sur ce point, j'approuve
fort monseigneur Diegarias.

Il en réfère donc au roi et lui demande justice. Henri, qui n'aime pas
don Juan et même le soupçonne de trahison contre sa royale personne,
Henri fait arrêter Don Juan, et prononce contre lui une sentence de mort
pour crime de faux et subornation.

Diegarias croit tenir sa vengeance; mais bien fou est qui s'y fie. En un
clin d'oeil sa fortune prend une face nouvelle: Diegarias, en effet,
n'est pas Diegarias, mais un certain juif nomme Jacob Eliacini; c'est
sous ce nom que naguère, surpris par le père de don Juan dans une
aventure amoureuse, il a été battu de verges par son ordre et de la main
de ses valets. De là sa grande rancune contre le fils, et vraiment il y
a de quoi. Comment, depuis cette avanie, est-il devenu premier ministre?
je n'en sais rien; toujours est-il que personne ne soupçonne le juif
sous le manteau du premier ministre. Quand je dis personne, je me
trompe; un certain sbire que Diegarias a employé plus d'une fois à des
services secrets, a surpris le fin mot de cette aventure, Diegarias a
précisément la sottise de le mécontenter, et voilà notre gueux qui va
tout conter à don Juan, Cette indiscrétion arrive bien a propos pour
lui, et, en effet, quand le roi presse le séducteur de réparer l'honneur
de Diegarias en épousant sérieusement Inès; «Je ne peux pas épouser la
fille d'un juif,» répond-il effrontément.

«Quoi! un juif?» s'écrie-t-on de tous côtés; et la cour et le roi
reculent d'horreur, et don Juan ne se sent pas de joie; Diegarias a beau
rappeler au roi ses services passés, il n'en obtient rien; Henri le
repousse et le chasse ignominieusement.

Diegarias s'est retiré avec Inès dans une sombre demeure. Là, il vit
avec son ressentiment, et cherche comment il pourra prendre sa revanche
contre don Juan et contre le roi. L'occasion ne se fait pas attendre, le
roi est besogneux, comme on sait: l'habileté de Diegarias pouvait seule
pourvoir à ses dépenses folles. Maintenant que Diegarias n'est plus là.
Sa Majesté ne sait à quels écus se vouer; il s'en vient donc trouver
secrètement Diegarias. «Donne-moi de l'argent, dit-il.--Oui, répond
l'autre, à condition que tu feras exécuter don Juan à mort.--Eh bien,
soit!» dit le roi. Excellent prince!

Voici donc maître Diegarias assuré du côté de don Juan; il ne lui reste
qu'à châtier le roi; et, pour se donner cette joie, notre ministre déchu
se fait complice et chef de la conspiration ourdie d'abord par don Juan.
Décapiter don Juan, détrôner le toi, ô volupté!

Mais Diegarias n'aura pas ce bonheur, ou du moins il ne l'aura qu'à
demi: Inès, n'écoutant que son amour, gagne le geôlier, et fait évader
don Juan de sa prison; il est vrai qu'on l'arrête au détour de la rue,
et que le bourreau s'en empare. Don Juan n'est plus! grande joie pour
Diegarias, grand désespoir pour Inès. Il ne manque qu'un plaisir à la
satisfaction de Diegarias; si la conspiration réussissait, quel
agrément! Elle a l'air de réussir un moment, en effet, mais elle n'en a
que l'air. Diegarias est pris dans ses propres pièges, et n'a plus
d'autre moyen d'en finir que de mourir de douleur sur le corps inanimé
de sa fille Inès, qui vient de s'empoisonner.

Il y a donc trois morts dans ce drame, sur quatre personnages, n'est-ce
pas du luxe?

L'auteur, M. Victor Séjour, est un jeune homme de vingt cinq ans. Il est
juste d'attribuer au goût et à l'inexpérience de la jeunesse le fond
mélodramatique de son ouvrage, les emprunts faits aux devanciers,
l'exécution incomplète des caractères; mais ce qu'il faut accepter comme
signe d'un talent précoce et d'un bon avenir, c'est un style souvent
net, énergique et concis, des sentiments exprimés avec sensibilité ou
avec vigueur, et deux ou trois situations dramatiques. Que peut-on
demander de plus pour un début, ou plutôt pour un coup d'essai, comme
l'a dit Beauvallet, qui est venu nommer l'auteur au milieu des
applaudissements? Ajoutons que ce même Beauvallet a bien joué le rôle de
Diegarias et que madame Mélingue a donné à l'amour et au malheur d'Inès
plus d'un accent du coeur et plus d'un vif élan.

--Satan n'est pas si diable que l'affiche du théâtre du Vaudeville veut
bien le dire; d'abord, loin d'avoir le pied fourchu et de sentir le
soufre, il a le pied mignon et répand partout où il passe un parfum de
jolie femme, ce que Leporello appelle si éloquemment _odore di femina_.
Ce prétendu Satan est, en effet, une charmante et riche héritière qui
aime Fernand de Mauléon, un très brave et très-aimable cavalier, et qui
s'attache à le sauver des pièges que de faux amis sèment sur ses pas;
ainsi elle l'arrache aux séductions d'une coquette qu'il est près
d'épouser, à sa ruine qu'un escroc est sur le point d'accomplir en lui
enlevant sa fortune, à tous les périls, en un mot, qui accompagnent la
vie d'un jeune homme confiant et amoureux du plaisir. Et quand Satan a
fait tous ces miracles, il se dépouille de toutes ses apparences
diaboliques, et Fernand de Mauléon, désensorcelé, trouve en lui une
adorable femme qu'il épouse avec trois ou quatre millions de dot; on ne
se marie pas à moins au Vaudeville, et surtout pour peu que le diable
s'en mêle.

[Illustration: Théâtre-Français.--_Diegarias_ 5e acte.--Diegarias,
Beauvallet; le roi, Maillarü; l'inquisiteur, Marius; Inès, madame
Mélingue.]

Le rôle de Satan est très-agréablement joué par madame Doche. Quant à la
pièce en elle-même, elle est variée par des incidents nombreux et
intéressants qui ont fait le succès. Les auteurs sont MM. Clairville et
Damarin.

--Elisabeth de Hongrie est l'héroïne du drame à grand fracas que
l'Ambigu-Comique sert depuis quelques jours à ses gourmets, sous le
titre de _Miracle des Roses._--On lit dans la légende que la pieuse
Elisabeth allant distribuer du pain aux pauvres, ce pain, par une grâce
particulière de Dieu, se trouva changé en roses. Les pauvres durent, ce
jour-là, trouver le miracle peu nourrissant, mais Elisabeth y vit une
marque spéciale de la protection du ciel.

À l'Ambigu-Comique, le miracle ne s'opère qu'après des événements de
toutes sortes: batailles et croisades, usurpation et détrônement,
lépreux errant, incendie, enfant affamé, inondation, mort, résurrection,
tout ce qui constitue, en un mot, un mélodrame complet. C'est au moment
où le tyran, persécuteur d'Élisabeth, croit la surprendre portant des
vivres à un proscrit, contrairement à la loi, que l'ange qui protège
Elisabeth change les vivres en bouquets de roses. Et ainsi le tyran a un
pied de nez, sans compter que la vertu finit par triompher du scélérat
et l'envoie _ad patres._

Vers, prose, ange, démon, costumes et décors splendides, rien ne manque
à cette production de MM. Hostein et Antony Béraud.



Le Tir fédéral de 1844.

(Voir t. III, p. 327, la première partie de la lettre de notre
correspondant.)

[Illustration: Le Stand.--Vue extérieure.]

Bâle, 12 juillet 1844.

A l'heure fixée, c'est-à-dire à six heures du matin, le lundi 1er
juillet, malgré ma fatigue de la veille, j'étais au stand.

Plus de dix mille personnes m'y avaient précédé. Quel mouvement, quel
bruit, dans l'intérieur de cette immense salle! Avec quelle impatience
les carabiniers qui occupaient les soixante-douze stalles du stand
attendaient le signal de l'ouverture du tir! Dès que ce signal fut
donné, soixante-douze coups de canon partiront à la fois... La fête est
commencée. Elle durera huit jours sans interruption.

[Illustration: Tir fédéral.--Vue Extérieure de la grande cantine.]

[Illustration: Tir fédéral.--Vue Intérieure de la grande cantine.]

Mes dessins vous ont montré l'extérieur et l'intérieur du _stand_, je
vous ai évalué en chiffres sa longueur, sa largeur et sa hauteur.
Toutefois quelques détails sont encore nécessaires pour faire bien
comprendre à vos lecteurs les mystères du tir fédéral.

Le _stand_ bâlois renfermait, assure-t-on, deux mille deux cents
compartiments, dans lesquels des chargeurs sont continuellement occupés
à remplir de poudre, de bourre et de balles les carabines des tireurs.
Mais on n'y comptait que soixante-douze stalles ou places destinées à
ces derniers Les soixante-douze stalles correspondaient à autant de
cibles placées à une distance de trois cents pas. Au service de chaque
cible est attaché un marqueur chargé de vérifier les coups. Un fossé de
trois mètres de profondeur, établi devant le front des cibles et sur
toute leur longueur, sert d'abri aux marqueurs, et permet aux membres du
comité de surveillance de circuler librement et sans danger d'une cible
à l'autre. Et n'allez pas croire que de ce mouvement immense puisse
naître quelque confusion, ou bien qu'il y ait quelque danger pour la vie
des marqueurs. Chaque cible est pourvue d'une sonnette communiquant avec
la stalle correspondante; le tireur, avant de faire feu, donne un coup
de sonnette pour avertir le marqueur, qui, grâce à cette précaution, a
le temps de se mettre à l'abri. En outre, comme les balles pourraient,
par la plus légère déviation, atteindre les cibles voisines et leurs
marqueurs, on a paré à tout inconvénient ou danger, en pratiquant à
distance, entre le front des stalles et celui des cibles, deux cloisons
en planches, percées d'autant de petites ouvertures qu'il y a de cibles;
et cela en regard de ces dernières et de leurs stalles respectives.

De temps en temps vous entendez de bruyants bravos; ils annoncent qu'un
habile carabinier a touché le but; ses camarades s'emparent de lui,
l'élèvent sur leurs épaules et le promènent en triomphe; chaque bon coup
vaut au tireur une carte qu'il s'empresse d'attacher à son chapeau et
qui ne quitte plus sa coiffure pendant toute la durée du tir; le tir est
à peine ouvert, et vous voyez déjà circuler un grand nombre de
confédérés portant les marques multipliées de leurs victoires.

Il y a deux espèces de cible. Les cibles _ordinaires_ (72 à Bâle) et les
cibles fédérales, appelées _bonnes cibles_ (7), auxquelles sont affectés
les prix d'honneur. Au milieu d'un rond noir assez grand est tracé un
autre rond de la circonférence d'une pièce de 5 francs. Loger une balle
dans ce petit espace, c'est faire un carton. Tout citoyen suisse âgé de
seize ans peut se faire recevoir membre de la société fédérale, et avoir
ainsi le droit de tirer soit sur les cibles ordinaires, soit sur les
bonnes cibles. Sur les cibles ordinaires, chaque carabinier peut tirer
autant de coups qu'il veut moyennant une mise de 2 batz ou 30 centimes.
La charge est en outre à ses frais. Un certain nombre de cartons donne
droit à un prix. Mais les règlements sont faits de telle sorte qu'il
n'est pas tenu compte des coups manqués. Ainsi le tireur qui sur vingt
coups tirés a fait vingt cartons en une heure, obtient une récompense
égale à celui qui, pour arriver à un pareil résultat, a tiré cinq cents
coups en huit jours. Sur les cibles ordinaires, la persévérance a donc
plus de chances que l'adresse, et le tireur malhabile qui a assez
d'argent pour tirer continuellement pendant toute la durée du tir est
certain de pouvoir lutter avantageusement avec le meilleur carabinier,
moins favorisé que lui par la fortune.

Aussi qu'est-il arrivé? un original de la Grande-Bretagne, nommé lord
Vernon, conçut, il y a quelques années, le désir de remporter le premier
prix d'honneur à un tir fédéral. Pour satisfaire ce caprice, aucun
sacrifice ne lui a coûté, il a renoncé à sa patrie et s'est, dit-on,
fait naturaliser Genevois. Toute l'année il s'exerce à tirer la
carabine. A Bâle, il avait dix chargeurs habiles qui ne se reposaient
pas un seul instant. Il tirait du matin au soir sans trêve ni repos. A
défaut du prix d'honneur, qui dépend plus du hasard que de l'adresse des
tireurs, il ambitionnait la gloire de faire le plus grand nombre de
cartons. Nul citoyen suisse ne possédait une fortune suffisante pour
soutenir une lutte si coûteuse. Le rival le plus habile de ce _fou_
d'orgueil était un Apenzellois nommé Bænzinger. Ses compatriotes ont
aussitôt ouvert une souscription qui pût lui permettre de tirer autant
de coups qu'il voudrait. Lord Vernon a été vaincu. Il n'a fait que 299
cartons; Bænzinger en comptait 320.

Le prix d'honneur, vous ai-je dit, dépend plus du hasard que de
l'adresse des tireurs. Cela n'est malheureusement que trop vrai. Il se
donne en effet au carabinier qui a logé sa balle le plus près possible
du centre de la première des bonnes cibles, appelée la cible de la
_patrie_. Or, chaque concurrent ne peut tirer à chacune des bonnes
cibles qu'un seul coup. Ce n'est donc pas le plus adroit, mais le plus
heureux qui l'emporte. Ces inconvénients que je vous signale, les
Suisses les reconnaissent aussi bien que les étrangers. Leurs journaux
eux-mêmes les ont signalés, et M. l'ingénieur Wild a renouvelé, dans la
séance générale, une proposition qu'il avait déjà faite à Coire, et qui
a pour but d'apporter un remède au mal. «M. le colonel Hübnerwade, de
Lenzbourg, écrivait tout récemment le _Courrier suisse_, a obtenu, par
exemple, le premier prix pour un heureux coup; il est le roi officiel du
tir, mais au fond personne ne le regarde comme tel. Dans sa réponse aux
paroles qui lui ont été adressées, le colonel a franchement confessé
qu'il n'était pas un adroit tireur; mais que le prix n'était pas tombé
en de mauvaises mains, et que depuis la révolution française, il avait
loyalement servi sa patrie en toute circonstance. Chacun a reconnu dans
son langage un homme digne et brave, qui saura apprécier et conserver le
précieux don de la ville de Bâle. Mais on se demandait en même temps: Où
est Bænzinger, Bænzinger, le roi véritable des tireurs suisses, qui
pourrait décorer son chapeau de plus de 330 cartons, et qui, pour prix
de cette adresse, recevra quelques caisses de cigares!»

Pendant huit jours, depuis le matin jusqu'au soir, le stand ne désemplit
pas, si ce n'est à l'heure du dîner. Les mêmes scènes s'y renouvellent
sans cesse. On a calculé qu'il s'y est tiré un coup de carabine par
seconde, c'est-à-dire, à dix heures par jour, environ 232,000 coups.
Aussi, malgré ses énormes dépenses pour les préparatifs de la fête, le
comité a-t-il fait une assez bonne spéculation, ces 232,000 coups à 30
centimes représentant un capital de 73,600 francs, sans compter les
coups des bonnes cibles, qui étaient payés 3 fr.

Sortons donc du stand, où nous avons tout vu, et promenons-nous dans
l'enceinte, entre le stand et la grande cantine. Ici encore, je
laisserai mes dessins parler pour moi. Ils vous représenteront mieux que
les phrases les plus détaillées le spectacle varié et pittoresque qui
attirait à chaque instant du jour l'attention des simples curieux.
Devant le stand, ses compatriotes et ses amis portent en triomphe un
heureux vainqueur; devant la cantine, la comité de réception fait
l'accueil d'usage à une société cantonale. Attirée par une salve de
trois coups de canons, la foule est accourue pour être témoin de cette
cérémonie. Le comité présente aux nouveaux venus le vin d'honneur, et,
après les libations voulues, ils remettent au comité leur drapeau, qui
est immédiatement arboré sur le Fahnenberg.

Cependant midi sonne, et un coup de canon annonce l'heure du dîner. La
fusillade cesse aussitôt. Carabiniers et curieux se rendent à la
cantine, et vont prendre place aux cent cinquante tables dont je vous ai
déjà parlé. Instruit par l'expérience du premier jour, je ne commis plus
la faute de croire, pour mon propre compte, aux promesses du maître
d'hôtel; mais chaque matin, après avoir fait à Bâle un excellent
déjeuner, je venais à la cantine du tir jouir du coup d'oeil unique que
présentait cette immense salle, admirer l'ordre qui y régnait, écouter
les concerts d'harmonie qu'exécutaient deux orchestres militaires placés
aux deux extrémités, mais surtout me mêler à la foule toujours entassée
au pied de la tribune pour entendre les discours des orateurs.

La tribune était toujours occupée. Pour y monter, il fallait seulement
en avoir obtenu l'autorisation du président du comité central. Les
étrangers eux-mêmes pouvaient s'y faire entendre. La plupart des
orateurs étaient fort applaudis. Une fois en possession de la parole,
ils ne la rendaient que lorsqu'ils avaient dit tout ce qu'ils avaient à
dire. Ils exprimaient nettement les pensées les plus hardies. Aussi les
discours de la tribune du tir ont-ils déjà plus de retentissement que
ceux de la diète, et M. Zschokke, de Liestall, a t-il pu s'écrier sans
être interrompu, en présence de plus de quatre mille personnes;

«Confédérés! n'attendez pas de moi de longues phrases, car je suis de la
campagne, où on se contente d'agir vite. Jusqu'ici on a porté un vivat
aux vivants; ils n'en ont pas besoin, car ils vivent. J'en veux porter
un aux morts, non aux héros morts dans les champs de bataille, car ils
vivent depuis longtemps dans notre mémoire; mais à une personne morte,
qui aurait besoin de vivre et de se réveiller du tombeau, qui a péché
contre le peuple suisse et paraît maintenant encore çà et là comme un
revenant maudit pour de longues années peut-être. Elle est morte dans le
soi-disant vorort de Lucerne; ce n'est pas à celle-là que s'adresse mon
vivat, mais à celle qui doit se réveiller ici dans le vrai vorort
fédéral, sur la place du tir fédéral. Vive la nouvelle diète!»

Citons aussi, dans un autre ordre d'idées, les fragments suivants du
discours du curé catholique de Zurich, M. Koelin:

«Voyez sur le drapeau fédéral, dit-il, cette croix, symbole de
civilisation, de vérité, de lumière, et en même temps symbole de
fidélité. Mais on abuse de cette croix, l'égoïsme et la trahison envers
la patrie s'en couvrent comme d'une feuille de figuier. On veut les
ténèbres et l'on se sert du nom de celui qui a dit: «Je suis la lumière
du monde.» On veut l'esclavage et l'on se sert du nom de celui qui nous
apporta la liberté. On veut la discorde, une Suisse catholique et une
Suisse protestante, et l'on invoque celui qui a proclamé la loi de la
charité!

«Nous voulons une religion, dit l'orateur en finissant, mais elle doit
être une source de consolation et de courage, comme elle le fut pour nos
pères, et non un moyen d'opprimer le peuple. Nous voulons des autels,
non pour y placer un siège politique, mais pour y prêter le saint
serment de la liberté. Tendons-nous la main près de la tombe des héros;
à cet esprit fraternel un _vivat!_»

Mais l'incident le plus grave de toute la fête a été celui auquel a
donné lieu l'arrivée inattendue de la députation valaisane.

On avait pensé qu'après la lutte qui venait d'ensanglanter le canton du
Valais, vainqueurs et vaincus seraient peu disposés à prendre part à des
réjouissances publiques. On s'était pourtant trompé, et le vendredi
matin on vit arriver, drapeau en tête, une députation de quatre
Haut-Valaisans, qui vinrent se glorifier de leur triste victoire comme
d'un triomphe au profit du vrai libéralisme, et bientôt le drapeau
valaisan figura au haut du Fahnenberg.

Cette nouvelle répandit une vive agitation parmi les carabiniers. Au
banquet du même jour, M. le conseiller d'État Curti, de Saint-Gall, se
rendant l'interprète du sentiment général, vint protester avec une
chaleureuse éloquence contre l'odieux abus que les vainqueurs avaient
fait de leur victoire dans le canton du Valais, contre l'établissement
de ces tribunaux exceptionnels, de ces commissions extraordinaires que
les vainqueurs avaient institués pour juger et condamner les vaincus; et
lorsqu'il se prit à signaler l'impuissance de ce _misérable lien
fédéral_ qui ne sait rien faire ni empêcher en Suisse, un tonnerre
d'applaudissements interrompit l'orateur. Ce fut en vain que le
président du comité de Bâle voulut lui enjoindre de descendre de la
tribune; sollicité de toutes parts de continuer, M. Curti n'acheva pas
moins son discours au milieu des plus vives acclamations D'autres
protestations vinrent se joindre à celles de la tribune. Dans
l'après-midi, les députations d'Argovie et de Bâle-Campagne demandèrent
hautement le retrait du drapeau valaisan, menaçant de se retirer
sur-le-champ de la fête dans le cas où l'on ne voudrait pas donner
satisfaction à l'opinion publique, et l'on ne sait trop comment se
serait terminé ce conflit, si le lendemain matin les Haut-Valaisans
n'avaient jugé prudent de se soustraire au cri unanime de réprobation
élevé contre eux; ils ne tardèrent pas à sortir de Bâle, accompagnés
d'une espèce de cortège de sûreté, et emportant leur drapeau, qui,
pendant la soirée, avait été percé d'une balle.

Un temps magnifique avait favorisé la célébration de l'anniversaire de
la bataille de Saint-Jacques et l'ouverture du tir; mais, à partir du
mardi matin, une pluie abondante ne cessa pas de tomber pendant quatre
jours. Elle avait fini par convertir la place du tir en un grand lac, et
les communications entre la galerie du tir et la cantine ayant été un
instant complètement coupées par les eaux, on prévoyait déjà le moment
où il faudrait organiser un service de bateaux pour empêcher les
malheureux et infatigables carabiniers de mourir de faim et de soif. On
parvint cependant à faire écouler en partie les eaux, et, au moyen de
planches jetées en tous sens sur cette terre boueuse, on rétablit tant
bien que mal une circulation non exemple de périls; je vous citerai,
entres autres, une dame qui, s'étant imprudemment engagée à traversées
immenses flaques d'eau, finit par s'embourber si profondément, que
quelques galants confédérés, accourus à son secours, eurent peine à la
retirer de la vase dans laquelle elle enfonçait déjà jusqu'aux genoux;
il fallut la porter à bras, et en la voyant revenir, assise sur les
épaules de ses courageux libérateurs, le poste de la milice, trompé par
les apparences, fut sur le point de lui rendre les honneurs militaires
dus aux vainqueurs du tir.

Pendant ce temps, le dîner de la grande cantine présentait un spectacle
non moins divertissant. La pluie tombant à grands flots s'était frayé un
passage à travers les ais mal joints de la toiture en planches; l'eau
ruisselait de tous côtés sur les infortunés convives, et ceux-ci, pour
se soustraire, eux et leur dîner, à cette irruption diluviale, n'eurent
plus d'autre parti à prendre que de se mettre à couvert sous leurs
parapluies. Ce banquet, abrité sous une toiture multicolore, n'a pas été
un des épisodes les moins curieux de la fête. Cette bigarrure même ne
laissait pas de lui prêter un aspect tout à fait fédéral. Mais cet
accident ne fut rien moins que réjouissant pour l'entrepreneur des
banquets, dont la vaste salle à manger, où le dimanche 21,000 bouteilles
de vin avaient été consommées en quelques heures, fut bientôt presque
entièrement déserte.

Le tir a été clos le dimanche 7 juillet à sept heures du soir, selon le
programme, et la distribution des premiers prix s'est faite le lendemain
à dix heures du matin.--Ce jour-là, le président du comité central a
remis leurs drapeaux aux sociétés encore présentes; puis, après avoir
prononcé un discours d'adieu, il a offert le vin d'honneur aux partants.
Ces cérémonies terminées, le cortège s'est mis en marche pour
accompagner le drapeau fédéral.

Les prix sont de deux espèces: ceux offerts par les cantons et les
villes et ceux provenant des particuliers. Ils ont représenté en
totalité une valeur de 130,000 fr. de Suisse, soit environ 190,000 fr.
de France, et se composent d'argent comptant et de dons en nature, tels
que argenterie, médailles d'or et d'argent, fusils et carabines
d'honneur, tableaux et autres objets d'art; montres, pendules, vases,
cigares, tabac, pipes, tabatières, vins en fût et en bouteilles,
soieries, toilerie, livres, objets de coutellerie, lampes, etc.;
quelques dons se font remarquer par un caractère tout local: je citerai
entres autres des fromages en grande quantité, un chariot du meilleur
foin de Lucerne avec la voiture et la vache attelée, une génisse avec un
collier en argent, des chamois, etc.

Plusieurs dons ont une valeur considérable: le conseil de ville
(stadtrath) de Bâle a donné un plateau d'argent et 80 louis d'or;--le
gouvernement du canton de Bâle, huit médailles d'or, de la vaisselle en
argent, des ouvrages littéraires de prix et une somme de 3,200 fr. de
Suisse, ce qui fait 4,800 fr., le franc de Suisse valant 1 fr. 50 c. de
monnaie française;--la société de carabiniers de Bâle, une carabine
garnie d'argent et une somme de 1,600 fr.;--le gouvernement de
Bâle-Campagne, un tableau de Vogel représentant la bataille de
Saint-Jacques, d'une valeur de 1,400 fr.; --des Suisses habitant
l'Alsace, 200 tableaux de la bataille de Saint-Jacques, imprimés sur des
foulards, d'une valeur de 1,400 fr.;--la société de carabiniers du
canton de Berne, un fromage superfin de l'Emmenthal, du prix de 300 fr.,
un service de table damassé, pour 18 personnes, du prix de 300 fr., et
un autre pour 24 personnes, du même prix; une magnifique pendule valant
300 fr.

Le corps des officiers de Bâle-Ville a donné une coupe d'argent et une
somme de 840 fr.;--les Suisses habitant Mexico, une somme de 810 fr. en
or;-M. Ch. Merian Hoffmann, de Bâle, une somme de 800 fr.;--lord Vernon,
une carabine ou une somme d'argent de 700 fr.;--la société de
carabiniers de Genève, deux montres en or, l'une du prix de 430, l'autre
du prix de 200 fr.;--la société de carabiniers de Soleure et celle
d'Argovie, chacune 600 fr.;--une société de carabiniers de Zurich, une
coupe de 600 fr.;--une autre société de carabiniers de la même ville,
500 fr. en argent; --M. Zelliwegner, de la Havane, 6,000 cigares de la
Havane: --des Français habitant Bâle, 420 fr. en or;--la société de
carabiniers de Muttenz, un tonneau de vin de l'année 1834; --M Rodolphe
Merian, de Bâle, 200 bouteilles de vin de Champagne;--les dames de Bâle,
un tapis de pied brodé, d'une valeur de. 400 fr., etc., etc.

Les prix principaux ont été ainsi distribués:

Le premier prix à la cible fédérale (le plateau d'argent et 60 louis
d'or), M. le colonel Hübnerwade, de Lenzbourg (Argovie); le deuxième
prix (la carabine), M. Jacques Sïebenmann, d'Arau; le troisième (le
tableau de Vogel donné par Bâle-Campagne), M. Studer, de Wipkingen; le
quatrième (1,000 fr.), M. Buhler, de Zweisimmen; le cinquième (le vase
offert par les Suisses résidant à Saint-Pétersbourg), M. Walser, de Grub
(Appenzell); le sixième (la coupe donnée par le corps d'officiers
bâlois), M. Holdennegger, du canton d'Appenzell.

Le premier prix à la cible Soleure (le vase provenant de l'abbaye des
bouchers à Bâle), M. J. U. Aeby, de Seeberg (Berne); le deuxième prix
(une médaille d'or, des espèces et autres objets, le tout valant 350 L.
S.), M. J. Greben, de Bâle; le troisième prix (une coupe de cristal et
un tonneau de vin, valeur 300 L. S.), M. J.-U. Zeliwegner de Teufen
(Appenzell).

Le plateau d'argent donné pour premier prix est d'un travail exquis; il
sort des ateliers de M. Hartmann à Bâle. Il est estimé 80 louis d'or.
Les quatre reliefs dont il est orné sont très-beaux. Ils représentent
Tell, d'Erlach, Nicolas de Flue et Winkelried, avec ces devises: _Mir
wid Gott helfen!_ 1307. _Hie Banzer, hie Erlach!_ 1339.--_Eidgenossen
liebet Euch!_ 1481--_Ich will Euch eine Gosse machen!_ 1386.

Mais, je le répète, le véritable roi du tir fédérai de Bâle a été
l'Appenzellois Bænzinger, qui avait fait 330 cartons.

A sept heures du soir, après la clôture du tir, tandis que les canons
grondaient, une troupe de tireurs, précédés d'une musique éclatante,
s'approcha de la cantine; ils portaient sur leurs épaules _Bænzinger_.
Mille _vivat_ l'accueillirent comme le roi du tir de 1844. On le porta
ainsi en triomphe de café en café, toujours accompagné par les
acclamations de la multitude. Jamais vainqueur aux jeux olympiques ne
fut accueilli avec plus d'enthousiasme par ses concitoyens, jaloux de
l'honneur national.

Un compatriote de Bænzinger, Koller, homme riche et très-considéré dans
son canton, s'est rendu coupable d'un acte inouï dans les annales des
tirs fédéraux. Un jour que lord Vernon l'emportait sur son rival, il a
consenti à ce qu'un marqueur lui attribuât des cartons qu'il n'avait pas
faits. La fraude fut découverte et Koller cité devant un jury composé de
douze carabiniers. Il ne nia point le fait qui lui était imputé, et
déclara qu'ayant manqué à l'honneur, il était résolu de s'expatrier. Cet
incident a produit une vive et profonde sensation. Le jury a prononcé un
arrêt en vertu duquel les tirs fédéraux seront désormais interdits à
l'infortuné qui n'a pas craint de se déshonorer pour défendre contre un
étranger l'honneur de son pays.

Tout est fini maintenant. Bâle a repris sa tristesse accoutumée; on
démolit les constructions provisoires de la Schutzenmatte, et les
carabiniers fédéraux regagnent leurs cantons respectifs en se racontant
leurs exploits passés et en rêvant aux triomphes qu'ils espèrent
remporter dans deux ans au tir fédéral de Zurich.



Maroc.

GARDE IMPÉRIALE.--ABID-SIDI-EL-BOKHARI.--SOLDE.--ARMEMENT
OPÉRATIONS MILITAIRES DU MARÉCHAL BUGEAUD--QUESTION DE
LA DÉLIMITATION DES FRONTIÈRES.--TANGER.

Les troupes composant le corps des 36,000 hommes de la garde impériale
marocaine (V. l'_Illustration_, t. III, p. 342.) ont reçu le nom de
_abid-sidi-el-Bokhari_ (serviteurs du seigneur Bokhari). Ce titre leur
vient d'un marabout très vénéré, auteur d'un traité intitulé _shahi_ (le
sincère), recueil de traditions (_hadis_) du prophète. Ils ont adopté
pour patron Bokhari, et ils portent son livre dans toutes leurs
expéditions.

Depuis la dispersion des Oudayas, le noyau de l'armée de l'empereur
Abd-el-Rahman se forme aujourd'hui des contingents des tribus suivantes,
appelées pour cette raison _tribus de la garde impériale;_ tribus de
Tanger et du Rif; des Cheragah, occupant les montagnes que côtoie le
Sbou; d'Oulad-Djama; de Rahamnat; de Demnjat.

Les abid-sidi-el-Bokhari qui ne font pas partie des expéditions
militaires sont employés dans leurs cantons ou tribus à la garde et à la
police du pays, sous la conduite de leurs alcaïdes ou officiers.

Il y a des alcaïdes de dix, de vingt-cinq, de cent hommes. Leurs grades,
quoiqu'à la disposition des pachas, passent ordinairement de père en
fils. Les quatre pelotons, de vingt-cinq hommes chacun, se distinguent
par quatre étendards de couleurs différentes, c'est-à-dire vert, jaune,
rouge et bleu. Une réunion de cinq centaines est commandée par un
alcaïde de cinq cents hommes. L'emploi de ce dernier officier, ainsi que
celui des pachas, des généraux, des gouverneurs, n'est ordinairement que
temporaire. L'empereur les place, les renvoie, les récompense, les
dépouille, sans autre loi que sa volonté. Tous peuvent être rejetés dans
les derniers rangs de la société, puis employés de nouveau, et
quelquefois dans des fonctions civiles étrangères à leur premier état.
Les alcaïdes de dix, vingt-cinq, cent hommes, n'ont absolument que le
traitement de simples soldats. Les alcaïdes de cinq cents hommes, les
généraux, les pachas, les agents supérieurs civils, n'ont que le fruit
de leurs avanies et des déprédations que leur position comporte.
L'empereur connaît ces exactions et les favorise pour dépouiller ces
fonctionnaires à leur tour, quand il les voit enrichis.

La solde, tant de l'alcaïde que du soldat, est absolument arbitraire, et
le souverain la proportionne au service qu'il a reçu ou qu'il attend de
ses troupes. M. le capitaine Burel l'évaluait, en 1840 à la somme
annuelle de 65 francs pour un cavalier marié, et de 45 francs pour un
célibataire; à celle de 50 francs pour le fantassin de la première
catégorie, et de 40 francs pour le fantassin de la seconde; enfin,
chaque jeune garçon et chaque veuve de soldat touche environ 32 francs
en trois paiements, qui se font aux trois Pâques et en public.

Chaque famille de soldat jouit d'un terrain franc d'impositions et
suffisant pour son entretien. Si la guerre ou la disette prive ces
familles de leurs récoltes, l'empereur les aide en leur donnant
gratuitement des vêtements et des grains. Au moyen de cette solde, de
ces terres, de ces secours et de quelques bénéfices, licites ou non,
attachés au métier de soldat de l'empereur, chacun est obligé de se
fournir de cheval, d'armes, de poudre, de vivres, de transports, et
d'être toujours prêt à marcher.

Outre la solde et les secours dont nous venons de parler, chaque Bokhari
qui fait une campagne touche ordinairement 20 francs au départ et 20
francs au retour.

L'empereur appelle ses troupes dans les proportions d'infanterie et de
cavalerie qui conviennent au pays et à l'ennemi contre lequel il va
opérer. Tantôt la cavalerie forme les trois quarts de l'armée; tantôt
elle n'y entre que pour la moitié; mais comme le cavalier est plus
considéré, le soldat que sa jeunesse ou son indigence force de servir à
pied n'a pas de repos qu'il n'ait obtenu un cheval, véritable instrument
pour lui de fortune et de considération.

Les alcaïdes, pas plus que le général, ne se distinguent du simple
soldat par aucune marque extérieure. Le soldat lui-même ne se distingue
de l'artisan et du laboureur que par un fusil. L'habillement, qui est
commun à toute la population, tant à la guerre que dans les douars,
consiste en un bonnet rouge, en une chemise et un caleçon de toile, une
veste longue serrée par une ceinture de cuir, des souliers jaunes sans
bas, et par-dessus tout cela un burnous blanc.

Le harnachement du cheval est à peu près le même que dans l'Orient. La
selle, dont le dossier et le pommeau sont fort élevés, est recouverte en
drap rouge, ce qui contraste avantageusement avec les vêtement des
cavaliers, qui éblouit par sa blancheur. Ceux-ci, au lieu d'éperons,
adaptent à leurs talons une espèce de clou de 16 centimètres de
longueur, gros comme le petit doigt et d'un poids effrayant.

Depuis près d'un siècle, les Maures ont quitté la lance, le javelot, la
fronde. Leurs armes consistent en un fusil d'environ 2 mètres de long,
léger cependant, et de calibre irrégulier; ils y adaptent depuis
quelques années une longue baïonnette; ils ne savent d'ailleurs le
porter qu'à la main ou en travers de la selle, ce qui les embarrasse
dans les marches. Les abid-sidi-el-Bokhari, ou soldats de
l'empereur, ont de plus un sabre demi-courbé, dont ils se servent dans
la mêlée, et un poignard droit. Plusieurs tribus de Berbères ont, au
lieu de sabre, un bâton à tête, qu'ils lui prêtèrent. On voit peu de
pistolets, si ce n'est à la ceinture de quelques alcaïdes.

Toutes les troupes, infanterie et cavalerie, portent leur poudre dans
des cornes de boeuf, et leurs balles dans une giberne à ceinturon, ou
même un petit sac. Les soldats chargent le fusil en prenant la poudre à
poignée, et mettant la balle séparément, ce qui exige au moins trois ou
quatre minutes.

L'artillerie de campagne se réduit à quelques pièces de deux à quatre
livres de balle, portées par des mulets et des chameaux.

Les Marocains sont braves et bons cavaliers, mais sans discipline, et
complètement ignorants des plus simples manoeuvres. Pour les combattre
avec avantage, il ne faut donc que du sang-froid à des corps déjà
accoutumés à guerroyer contre les Arabes; il faut surtout de la
cavalerie, pour obtenir des résultats décisifs.

Les corps marocains se forment ordinairement en croissant, dont la
principale force est au centre avec l'artillerie. Toute la stratégie
consiste à envelopper l'ennemi, en s'approchant de lui à cinq cents pas
à peu près, se déployant soudain et présentant le plus grand front
possible. Les cavaliers s'élancent aussitôt à bride abattue, en ajustant
le fusil, qu'ils manoeuvrent aussi facilement que nos soldats manient
une lance; arrivés à demi-portée, ils tirent un coup nécessairement
incertain, en appuyant un doigt de la main gauche sur la détente, et
sans abandonner les rênes; la main droite tient le fusil. Le coup tiré,
ils arrêtent le cheval par un fort mouvement de bride, et, tournant le
dos, ils battent en retraite avec la même vitesse pour recharger. Les
chevaux sont tellement habitués à cet exercice, qu'ils font demi tour
d'eux-mêmes dès qu'ils entendent partir le coup. Si l'ennemi recule, ils
continuent le feu en regagnant du terrain. Ils ne font usage de leur
sabre qu'à la dernière extrémité, et, pour s'en servir, ils sont obligés
de placer leur long fusil devant eux sur l'arçon de leur selle, de sorte
que chaque homme occupe un front de plus de deux, et reste isolé sans
appui sur ses côtés.

Les équipages ne sont portés qu'à dos de mulets ou de chameaux; car il
n'y a au Maroc, que des sentiers à travers les campagnes, et des
voitures y seraient complètement inutiles. Des tentes, des plats de bois
et de terre, quelques marmites de cuivre, et pour chaque homme cinquante
livres de farine pressée dans un sac de peau, un peu de viande cuite et
salée, des dattes, des figues, voilà les provisions et les équipages du
soldat; l'herbe des champs et le chaume, avec un peu d'orge, quand on en
trouve à acheter ou à piller, voilà pour les bêtes de somme et les
chevaux, qui d'ailleurs sont accoutumées à se passer d'orge et à faire
dix lieues sans manger ni boire.

Avant d'entrer en campagne, chacun moud son blé avec des meules à bras;
il y a bien quelques moulins à chevaux dans les villes, et de» moulins à
eau seulement à Tétuan, à Méquinez et à Fez, ce qui met tout corps
d'invasion dans la nécessité d'apporter des farines et du biscuit.

Quand l'armée marocaine parcourt les provinces soumises, elle trouve
partout la _mouana_, c'est-à-dire l'hospitalité du prophète pendant
trois jours, en sorte que son passage est assez onéreux aux habitants;
mais après trois jours de résidence sur le même lieu, elle est obligée
de payer tout ce qu'elle consommé. Quand elle marche dans les provinces
ennemies ou révoltées, elle pille sans façon tout ce qu'elle peut.

La plupart des blessures graves deviennent mortelles, faute de
chirurgiens pour les soigner; si elles sont légères, les soldats qui en
sont atteints gagnent le douar le plus voisin, où les scarifications
d'un astrologue superstitieux et surtout le repos, les ont bientôt
guéri? Quand l'empereur Muley-Sliman commandait l'armée, il conduisait
ordinairement avec lui un pauvre chirurgien portugais, à qui il donnait
3 francs par jour, et qui composait lui-même les drogues qu'il
administrait aux alcaïdes et aux soldats riches.

On voit, par les détails qui précèdent, quels avantages notre
organisation militaire donnerait aux corps d'armée chargés d'envahir le
Maroc, si la guerre prenait un caractère plus sérieux et plus général.

«Le bruit de l'arrivée à l'armée du fils aîné de l'empereur avec une
force considérable s'accrédite de plus en plus. Les uns disent que c'est
pour faire la paix, d'autres que c'est pour pousser la guerre avec plus
de vigueur. Quoi qu'il en soit, la prudence exige que je me mette en
mesure de faire face aux forces qui peuvent se présenter. En conséquence
j'appelle à moi M. le général de Lamoricière.» Telles sont les paroles
par lesquelles M le général Bugeaud termine un long rapport adressé par
lui au ministre de la guerre, le 15 juillet, du camp de
l'Oued-Bou-Eurda, au sud de Lalla-Maghrania, sur la frontière du
Maroc.--Par une dépêche télégraphique, datée du lendemain 16, du bivouac
de Sidi-Zaèr, M. le maréchal a résumé en quelque sorte lui-même son
rapport de la veille, en annonçant que, provoqué par une nouvelle
attaque des Marocains, il les a culbutés et poursuivis jusqu'à trois
journées d'Ougda.

Ainsi, en fait, la guerre continue avec le Maroc, malgré les prétendues
assurances de réparations promises à notre consul général à Tanger; et
les dispositions personnelles de l'empereur sont encore tellement
incertaines et douteuses, que M. le maréchal Bugeaud déclare ne pas
savoir si le fils aîné de Muley Abd-el-Rahman vient avec des intentions
pacifiques ou hostiles rejoindre l'armée à la tête de troupes
nombreuses.

La preuve des hésitations de l'empereur semble résulter des deux faits
suivants: le 8 juillet, un de ses ministres, Si-el-Bias, récemment
rentré en faveur, après une disgrâce pendant laquelle il avait été
promené dans les rues de Maroc, monté sur un âne, la tête tournée vers
la queue de l'animal (ce qui est chez les musulmans le _nec plus ultra_
de la dégradation civique), se plaignait, dans une lettre officielle
adressée au consul général de France à Tanger, M. de Nion, de ce que les
généraux français avaient franchi la frontière, approuvant la conduite
des chefs marocains, et demandant que nos généraux fussent blâmés. Mais
le lendemain 9 juillet, une seconde lettre, signée par un autre
ministre, disait au consul que le sultan ayant appris, au contraire, que
ses généraux avaient attaqué le camp français, et étaient ainsi entrés
sur le territoire algérien, s'était arraché la barbe en jurant qu'il les
punirait sévèrement. Le ministre implorait humblement l'intercession du
consul pour que les bonnes relations avec la France ne fussent pas
rompues. La reprise et la continuation des hostilités nous ont appris
quel cas il est possible de faire de ces déclarations.

Du 7 au 15 juillet, la colonne française a parcouru le territoire aux
environs d'Ougda: remontant l'Isly pendant vingt kilomètres, elle a
campé, le 9, sur le lieu où Abd-el-Kader s'était tenu depuis près de
deux mois. Le but de cette pointe était de déranger ses projets, de
forcer sa deïra (son entourage, sa smalah) à interner dans le Maroc, de
favoriser la rentrée sur le territoire algérien des tribus émigrantes,
et enfin de consommer ou détruire les grains semés par Abd-el-Kader et
sa suite, ainsi que les silos qu'il avait ramassés dans la vallée de
Kanfouda (porc-épic). A l'approche de nos troupes, en effet, la deïra,
qui était sur l'Oued Zekra, s'était enfoncée plus avant dans le Maroc,
et était allée camper à Vioun (Fontaines) Suli-Mellouk, à quarante-huit
kilomètres d'Ougda, près du camp des Marocains, qui avaient fui
jusque-là.

Le 11, nos troupes pénétrèrent dans les montagnes, en remontant l'Isly
et se dirigeant vers le sud. Une grande partie de nos tribus émigrées
s'étaient retirées par la, et c'était leur faire un tort immense que de
les forcer à se jeter dans le désert: cette dispersion enlevait à
Abd-el-Kader, pendant quelque temps, les moyens de réunir des cavaliers
pour tenter des coups de main sur la ligne sud du Tell. Une partie de
l'émigration fut rencontrée dans une gorge par les éclaireurs de la
cavalerie, qui ne purent prendre qu'environ 300 têtes de bétail. Si la
poursuite eût été continuée sur les traces de cette émigration, elle
aurait conduit sur la deïra elle même, campée à quelques kilomètres,
près d'une petite rivière. Malheureusement, l'ignorance des lieux et le
défaut de relations avec les habitants ont donné et donneront encore
beaucoup d'incertitude et d'hésitation aux manoeuvres de nos colonnes.

La question des frontières du Maroc, la seule qui ait fourni un prétexte
à la prise d'arme des Marocains, serait loin d'être résolue dans le sens
des prétentions de l'empereur, d'après les documents authentiques que
l'_Algérie_, journal exclusivement consacré à la défense des intérêts
algériens, vient de rappeler. L'empereur Muley-Mohammed, second
prédécesseur de l'empereur actuel, ne pouvant se rendre maître des
tribus guerrières d'Angad et des Beni-Snasen les avait abandonnées à
l'autorité du bey Mohammed-el-Kebir, qui gouvernait les populations de
l'ouest de l'Algérie. Celui-ci prit possession du territoire qui lui
était concédé, en envoyant un kaïd algérien à Ougda. Ce kaïd était
Sid-AddaBen-Maghni, qui gouverna cette ville pendant quatre ans.

Les successeurs du bey Mohammed-el-Kebir négligèrent de maintenir sous
leur dépendance cette annexe algérienne. Le successeur de
Muley-Mohammed; Muley-Sliman, prédécesseur immédiat de l'empereur
actuel, ressaisit peu à peu son autorité sur ce pays, et l'Algérie
perdit ainsi Ougda, les Angad et les Beni-Snasen, qui ont, pendant
quatre ans, fait partie de son territoire. Mais, même dans les
circonstances les moins favorables, l'ouest de l'Algérie a toujours été
limité à l'Oued-Moulouiah, et a compris la plaine de Lalla Maghrania, les
Soulaïa et le kaïdat de Nedroma.

A la question des frontières se lie intimement celle de l'expulsion
d'Abd-el-Kader. Sa présence, en effet, au milieu des populations
marocaines sera un danger permanent pour nos possessions dans le nord de
l'Afrique. La tolérer plus longtemps, en se bornant à obtenir qu'il soit
interné, ce serait apporter seulement une trêve et non mettre un tenue
aux embarras de la situation actuelle. Le trône d'Abd-el-Rahman lui-même
est menacé d'un côté par Abd-el-Kader, de l'autre par les armes de la
France. C'est à notre gouvernement de faire parler l'une des craintes
plus haut que l'autre et d'amener l'empereur à se débarrasser d'un seul
coup de son ennemi et du nôtre. Le dénouement approche sans doute, car
M. le prince de Joinville, après avoir mouillé dans les eaux
d'Algésiraz, a franchi le détroit et n'attend plus dans la baie de
Cadix, où il est entré le 15 juillet, avec toute son escadre, que le
résultat des négociations pendantes, pour se présenter devant Tanger.

Le premier port du Maroc devant lequel un bâtiment (_le Pluton_) détaché
de l'escadre de M. le prince de Joinville s'est présenté le 8 juillet,
est celui de _Tanger_ ou Tandja, le Tingis des Romains. Ce port semble
appelé à jouer un rôle important dans les événements qui ne tarderont
pas à s'accomplir. Le _Pluton_ y a conduit M. Touchard, aide de camp du
prince, chargé de constater la situation actuelle de nos relations
politiques avec le Maroc; M. Chauchard, lieutenant-colonel du génie, qui
doit visiter les fortifications de la place, et M. Warnier, membre de la
commission scientifique de l'Algérie, auquel est confié le soin de
s'assurer de l'esprit des populations et de leurs dispositions
guerrières ou pacifiques.

[Illustration: Murs de la ville de Tanger.]

La place de Tanger fut délaissée aux mahométans par le comte Julien, en
l'an 718. Après deux attaques infructueuses en 1437 et 1463, les
Portugais l'occupèrent de vive force, en 1471, sous Alphonse V, et la
conserveront jusqu'en 1662, qu'elle fut donnée à Charles II, roi
d'Angleterre, comme dot de la princesse Catherine de Portugal.
Muley-Ismaël l'assiégea en 1680, avec quelque succès, mais sans réussir
à s'en emparer, et en 1684 les Anglais l'abandonneront, après en avoir
fait sauter le môle et les fortifications Ces ruines combleront une
partie de la baie, qu'elles rendent dangereuse par les vents d'est.

Cette baie a de 3 à 4,000 toises d'ouverture sur 14 à 1,500 de largeur;
elle est défendue, indépendamment de l'artillerie de la ville, par six
batteries armées de 34 pièces. A l'exception de cette baie et de celle
d'Al-Kasar-el-Soghaïr, à 12 kilomètres à l'est de Tanger, toute la côte
nord est inabordable. Mais la côte ouest, depuis le cap Spartel jusqu'à
El-Araïch, est susceptible de mouillage et de débarquement.

[Illustration: Vue de Tanger, prise du champ des Sacrifices, par M
Blanchard, d'après une gravure de l'_Espagne_, de M. Taylor, publiée par
M. Casimir Gide.]

La ville de Tanger, bâtie à l'embouchure occidentale du détroit de
Gibraltar, est entourée d'une enceinte gothique qui peut avoir 1,000 à
1,200 toises de développement, et flanquée de petites tours de 4 à 5
mètres de diamètre, quelques-unes rondes, la plupart carrées, ce qui
prouve leur antiquité; car généralement les tours rondes sont
postérieures au neuvième siècle. Un fossé de plus de trois mètres de
profondeur, aujourd'hui à moitié comblé et cultivé en légumes dans
quelques parties, règne à peu près dans tout son contour du côté de
terre. En face du port, et dans le rentrant de la porte de la marine,
s'élèvent plusieurs batteries, dont deux en étage, armées toutes
ensemble d'environ 60 pièces de canon et de quelques mortiers, provenant
de dons faits par les puissances européennes.

[Illustration: Costumes maures, par M Eugène Delacroix.]

Les musulmans du dehors nomment Tanger la ville des infidèles, à cause
des consuls et du grand nombre de chrétiens qu'elle renferme, comme
aussi des privilèges que les juifs y possèdent. Les contingents de la
province, passés dernièrement en revue pour se préparer à la guerre
sainte, ont tenu la ville bloquée pendant dix jours. Une partie des
berbères du Rif avaient été d'abord reçus dans l'intérieur; ils y ont
commis beaucoup d'excès; ils ont forcé les magasins du gouvernement et
enlevé 300 barils de poudre, que le peuple a répartis entre les
Moudjehedin (combattants pour la foi) qui sont allés renforcer les
tribus d'Ougda; ils ont démoli la maison d'une famille chrétienne,
dévasté les jardins des consulats, et tiré un coup de fusil au consul
d'Espagne, qu'ils aperçurent à sa fenêtre.

Du champ des Sacrifices, que représente notre dessin, on aperçoit les
côtes d'Europe, Tarifa presque en face, Trafalgar, le magnifique tableau
du détroit de Gibraltar, le vieux rocher de Gibraltar même. Sur les
premiers plans apparaît la ville de Tanger, dont l'enceinte se réunit,
du côté du nord, aux murs du vieux château ou Kasbah. Ce château, qui
renferme une mosquée et qui domine la ville et la mer, produit, par sa
position, un aspect fort pittoresque. Les mâts élevés au-dessus des
maisons indiquent la résidence des consuls européens.

Ali-Bey estime la population de Tanger à 10 ou 12,000 habitants; M. le
capitaine Burel, à 5 ou 6,000 seulement; M. Graberg de Hemso à 9,500;
elle se compose en grande partie de soldats, de petits marchands en
détail, d'artisans grossiers, d'un très-petit nombre de personnes
aisées, et de juifs qui portent un costume particulier.

(_La suite à un prochain numéro._)



Histoire de la Semaine.

Les fêtes anniversaires que le _Courrier de Paris_ vous a décrites,
notre situation vis-à-vis du Maroc, qu'un autre de nos collaborateurs
s'est chargé d'exposer, la distribution des récompenses à l'industrie,
dont nous représentons ici l'aspect dans la salle des Maréchaux, mais
dont un article spécial vous donnera tout à l'heure le compte rendu,
voilà les solennités, voilà les événements principaux d'une semaine dont
l'historien n'a plus guère qu'un arriéré à mettre au courant et les
événements de l'extérieur à enregistrer.

Si ce bulletin, dont nous avons toujours entendu faire uniquement des
tablettes, prend quelquefois et inévitablement, de l'enregistrement de
luttes et de résolutions parlementaires, une sorte d'aspect politique,
c'est, grâce au ciel et à la prochaine ordonnance de clôture, une
physionomie qu'il ne sera de longtemps exposé à avoir de nouveau.
Finissons-en donc avec les Chambres, qui nous ont envahi, depuis sept
mois, une place que parfois sollicitaient vainement des nouvelles
intéressantes pour les sciences et pour les arts.

La chambre des pairs seule s'est réunie, et la certitude où elle est
qu'il ne serait plus possible de rassembler 230 députés pour adopter un
amendement, si elle en introduisait un dans un des projets qu'elle
discute, les lui fait voter sans changements. Toutefois, pour la forme,
on se livre encore des combats, comme si l'issue pouvait être
incertaine, et dans la loi sur le chemin de Strasbourg notamment, M.
Teste a cherché à être très-dur pour son successeur au département des
travaux publics, M. Dumon.

[Illustration: M Cunin-Gridaine, ministre du Commerce et de
l'Agriculture.]

A la chambre des députés on s'est borné à faire distribuer, avant la
clôture officielle de la session, les rapports des commissions qui
avaient terminé leurs travaux et qui voulaient, par le dépôt de leurs
conclusions, mettre l'assemblée à même d'ouvrir ces discussions dès le
commencement de la session prochaine.

On n'a point oublié qu'un traité conclu entre la France et la Sardaigne,
au mois d'août 1843, entre autres conventions, consacre en principe
entre les deux États la garantie réciproque de la propriété littéraire
et artistique. Ce traité modifiant les tarifs de douanes, créant de
nouveaux délits de contrefaçon, ne peut, sur ces deux points, s'exécuter
qu'avec la sanction législative. Pour obéir à cette nécessité, le
gouvernement a introduit plusieurs dispositions spéciales dans la loi de
douanes présentée par lui à la Chambre dans cette session, et demeurée à
l'état de rapport, et il a proposé un projet de loi pénale sur la
contrefaçon en France des ouvrages publiés en Sardaigne. M. Vivien, au
nom de la commission chargée de l'examen de ce projet, a fait distribuer
un rapport dans lequel il conclut à son adoption. Nous y avons remarqué
le passage suivant:

«C'est par la voie des négociations que le gouvernement peut faire
reconnaître les droits des auteurs français. Le moment est favorable
pour entreprendre ces négociations. Depuis quatre ans, la Hollande a
accepté et inséré dans un traité passé avec nous la garantie réciproque
de la propriété littéraire et artistique. L'Angleterre, la Prusse, la
Saxe, ont promis à l'avance de reconnaître les droits de quiconque
reconnaîtra les leurs. La confédération germanique, les États italiens
ont signé des conventions fondées sur le même principe. Compléter le
traité signé par la Hollande, répondre à l'appel des lois de
l'Angleterre, de la Prusse et de la Saxe, réclamer l'application du
principe déjà consacré en Allemagne et en Italie, obtenir partout
l'interdiction de la contrefaçon des livres français, et, comme
conséquence nécessaire et obligée, la prohibition de l'introduction des
contrefaçons étrangères, telle est la marche à suivre. L'autorité de
l'exemple, celle du bon droit, notre légitime influence employée pour
une cause juste, auront bientôt entraîné l'opinion des États qui n'ont
encore pris aucun engagement, et l'Europe entière, sans longs détails et
sans efforts coûteux, aura, avec ou sans le concours de la Belgique,
placé les droits de l'écrivain et les privilèges de l'intelligence sous
la protection d'un principe tutélaire et conservateur: croisade
pacifique, honorable pour la France, pour le gouvernement de Juillet,
pour les ministres qui l'entreprendront, digne d'une nation qui a
toujours compté parmi ses premiers citoyens des hommes de lettres et des
savants, et qui n'est pas moins fière de l'éclat attaché à leurs noms
que de ses plus glorieux succès sur les champs de bataille.»

[Illustration: Exposition des produis de l'industrie.--Distribution des
récompenses dans la salle des Maréchaux, le 29 juillet 1844.]

Nous avons (p. 135 et suiv. de ce même volume), en faisant ressortir la
nécessité d'une réforme postale, exprimé la crainte que ta proposition
De M. de Saint-Priest, qui, tout incomplète qu'elle fût, était néanmoins
un canevas sur lequel on pouvait tracer un plan meilleur, n'aboutit à
aucun résultat. Nous nous étions peu trompé. Elle n'a abouti qu'au
rapport de la commission qui, par l'organe de M. Chégaray, en propose le
rejet, ou du moins, au lieu de l'amender dans le sens des principes
incontestables qu'elle proclame, s'est bornée à formuler un article pour
la suppression du décime rural, et à en conserver un de M. de
Saint-Priest sur la réduction à 2 pour 100, pour tous les envois
d'argent n'excédant pas 50 francs, du droit aujourd'hui fixé à 5 pour
100. Après les excellents principes que la commission a proclamés, après
les opinions de réforme radicale qu'elle a émises, cette conclusion
rappelle la montagne de la fable. En effet, le rapport combat et détruit
tous les préjugés qui militent pour le maintien de l'état de choses
actuel, tous les arguments qu'on met en avant pour le défendre. On
répète chaque jour, par exemple, ce que M. le ministre des finances n'a
pas craint de dire à la tribune pour combattre une taxe fixe et défendre
la taxe progressive actuelle, qu'il est juste qu'une lettre paie en
raison de ce que coûte son transport. La commission a établi le coût du
transport, pour l'administration, de chaque lettre suivant la distance
qu'elle parcourt. L'excédant de ces frais de revient constitue donc un
impôt acquitté par chaque destinataire; on va voir, par le tableau
dressé par la commission, quelle est l'égalité et la justice de cet
impôt:


                       Zone  ou                               Impôt ou différence
                       distante        Taxe.     Coût.   de la taxe
                       en kil.                                   à la dépense.
        Moins de 40                 20 c.    9 3/4 c.  10 1/4 C.
        De          40 à 80          30       10 1/4      19 3/4
        De          80 à 150        40       10 3/4      29 1/4
        De        150 à 220        50       11 1/4      38 3/4
        De        220 à 300        60       11 3/4      48 1/4
        De        300 à 400        70       12 14       57 3/4
        De        400 à 500        80       12 3/4      67 1/4
        De        500 à 650        90       13 1/4      76 3/4
        De        650 à 750        1 fr.    13 3/4      86 1/4
        De        750 à 900        1 10    14 1/4      95 3/4
        Plus de 900                 1 20    14 3/4      1 fr. 5 1/4

Ainsi, la lettre qui coûte à l'administration 9 centimes 3/4 ne paie en
sus du remboursement de ces frais que 10 centimes 1/4, tandis que celle
qui ne lui coûte que 14 centimes 3/4 est condamnée à lui payer 1 franc 5
cent. 1/4. C'est une inégalité, une injustice insoutenables. On ne
s'explique pas que la commission se soit bornée à les signaler.
Espérons, toutefois, que ce qu'elle n'a pas osé faire, la Chambre saura
l'exiger après avoir lu les considérations qui résument le travail de
ses commissaires.

La commission chargée de l'examen de la proposition de M. Chapuys de
Montlaville, relative à la suppression du droit du timbre sur les
journaux et écrits périodiques, n'a pas racheté, elle, par la netteté et
la hardiesse de ses considérants, ce qu'il y a de timide et d'embrouillé
dans le dispositif de son rapport. M. Achille Fould, qui a été chargé de
ce travail, dit à la page 19: «Les journaux dont la situation financière
est prospère ne verraient pas une modification notable dans les
conditions de la presse sans une certaine inquiétude.» Nous ne savons si
c'est cette crainte de troubler la quiétude de quelques-uns qui a
détourné la commission de rendre la publicité plus abordable à tous.
Quel qu'ait été son motif déterminant, toujours est-il qu'elle a conclu
au rejet de la proposition, et qu'à la suppression du timbre pour tous
elle a eu la singulière idée de substituer un emprunt aux lois de
septembre, consistant à varier le droit du timbre, comme le taux du
cautionnement, selon l'importance des localités; de telle façon que la
vérité coûtera plus cher à dire à Nantes qu'à Tours, à Lyon qu'à Mâcon,
et que dans les arrondissements où se trouve une ville de 50,000 âmes,
comme aussi dans les départements de la Seine, de Seine-et-Marne et de
Seine-et-Oise, on paiera 4 centimes de timbre, quelle que soi l'exiguïté
du format, tandis que plus d'un journal n'en paie que 3 aujourd'hui.
C'est donc la substitution d'un aggravement de position pour un certain
nombre de journaux au moyen nouveau d'expansion que l'auteur de la
proposition avait voulu donner à la presse. Nous ne craignons pas de
dire que cette contre-proposition n'a pus la moindre chance d'être
adoptée.

On a encore distribué à la Chambre le rapport de M. Vitet sur le projet
de loi relatif à la translation des affaires étrangères à l'hôtel de la
Reynière, situé au coin de la rue des Champs-Élysées. La commission, à
l'unanimité, propose d'affecter à ce but les terrains dépendants du
domaine de l'État, situés entre la rue de l'Université, la rue
d'Austerlitz et le quai d'Orçay, c'est-à-dire l'ensemble de bâtiments et
de jardins annexes au palais de la chambre des députés, en vertu de la
loi du 30 juin 1843. Elle, propose, en conséquence, de réduire le crédit
demandé à 3 millions 900,000 fr.

On connaît aujourd'hui le texte officiel de la notification que M. le
duc de Bordeaux a adressée aux puissances étrangères à l'occasion de la
mort de M. le duc d'Angoulême, qui avait pris le titre de comte de
Marne. Voici ce document:

«Devenu par la mort de M. le comte de Marne chef de la maison de
Bourbon, je regarde comme un devoir de protester contre le changement
qui a été introduit en France dans l'ordre légitime de succession à la
couronne, et de déclarer que je ne renoncerai jamais aux droits que,
d'après les antiques lois françaises, je tiens de ma naissance. Ces
droits sont liés à de grands devoirs qu'avec, la grâce de Dieu je saurai
remplir; toutefois je ne veux les exercer que lorsque, dans ma
conviction, la Providence m'appellera à être véritablement utile à la
France. Jusqu'à cette époque, mon intention est de ne prendre, dans
l'exil où je suis forcé de vivre, que le titre de comte de Chambord;
c'est celui que j'ai adopté en sortant de France; je désire le conserver
dans mes relations avec les cours.»

L'Angleterre et l'Autriche ont seules refusé, à ce qu'il paraît, de
recevoir cette notification, et le premier accusé de réception
sympathique qui soit parvenu au prétendant est de Marie-Louise, duchesse
de Parme.

Des lettres de Taïti, à la date du 19 mars, nous informent que les
intrigues de l'ancien consul anglais, Pritchard, avaient amené un
soulèvement dont le gouverneur s'était rendu maître sans effusion de
sang, par l'adoption de mesures énergiques. La reine Pomaré était en
rade, retirée sur un cutter anglais; quant à Pritchard, il avait été
arrêté et mis au secret par les autorités françaises, qui avaient
déclaré que ses biens, que sa vie leur répondraient des conséquences des
événements qu'il avait provoqués. Une autre correspondance de
Rio-Janeiro rapporte que Pritchard y est arrivé le 7 juin, à bord du
bâtiment de guerre anglais le _Vindict_. Il s'était embarqué à Taïti,
après vingt et un jours de détention.

Les interpellations se succèdent à Londres, et sir Graham ne sait plus à
laquelle entendre. Les épi grammes l'assiègent aussi, et, par allusion
aux révélations sur les indiscrétions du secret-office, on vient de
graver et de vendre à grand nombre à Londres un cachet sur lequel on
lit: _For not to be Grahamed_. Pour n'être pas Grahamisé. Puisse, pour
l'honneur du cabinet anglais, la recommandation n'être pas vaine!--De
toutes les questions récemment posées au ministère dans le parlement,
celle qui a causé le plus d'étonnement et d'émoi par avance est celle de
M. Sheil, qui concluait à la nomination d'une commission pour s'enquérir
comment les possessions françaises en Algérie avaient été acquises, et
jusqu'à quel point leur extension peut s'accorder avec les intérêts
politiques et commerciaux du pays. Sur l'annonce de cette motion, sir
Robert Peel avait déclaré qu'il devait se borner à dire que c'était la
motion la plus extraordinaire qu'il eût jamais entendu faire. M. Sheil
l'a développée néanmoins, mais il avait d'avance renoncé à demander la
formation du comité qu'il provoquait primitivement. Il ne s'agissait
plus, des lors, que d'une conversation politique dont le but était
d'embarrasser le premier ministre et d'accroître l'aigreur qui peut
régner entre la France et l'Angleterre. M. Sheil est irlandais; on l'a
vu porter la parole comme défenseur dans le procès d'O'Connell. Sa
conviction est, comme celle du grand agitateur, que l'Angleterre ne
rendra justice à l'Irlande qu'au jour du péril, et quand l'assistance
des Irlandais sera devenue absolument indispensable, comme dans un cas
de rupture entre la Grande-Bretagne et nous. Le _Standard_, journal
ministériel du soir, a cru devoir publier à cette occasion la note
suivante: «M. Sheil a été longtemps intimement lié avec le parti-prêtre
français; nous soupçonnons donc que son discours et sa motion d'hier, si
bien calculés pour amener une querelle, peuvent être attribués à ce
parti. Nous n'accusons pas M. Sheil de s'être laissé corrompre par les
prêtres français, nous l'en croyons incapable; mais, comme nous l'avons
dit, c'est un instrument que tous ses amis peuvent employer et qui ne
demande pour salaire que l'honneur de l'emploi.»

Les journaux de Londres, la chambre des communes elle-même, se sont, ces
jours derniers, vivement occupés de l'expérience faite à Brighton d'une
machine explosible du capitaine Warner, destinée à défendre les ports et
les rades, et à détruire les bâtiments qui tenteraient de franchir une
passe on de s'approcher de la côte. Un bâtiment marchand de 300 tonneaux
s'est enflammé tout à coup, et a sombré sans que l'on ait pu distinguer
par quel moyen. Les feuilles anglaises se livrent à toutes sortes de
conjectures contradictoires sur les procédés et l'efficacité de
l'invention, mais elles sont d'accord sur son importance et sur le
devoir pour le gouvernement de veiller à ce qu'elle soit éprouvée d'une
façon concluante.

La malle des Antilles arrivée à Southampton a apporté la nouvelle que
les résidents anglais des Cayes avaient écrit à la Trinité pour réclamer
l'intervention d'un vaisseau de guerre de leur nation, parce que la
ville était saccagée et pillée. Le général Guerrier était subitement
tombé malade, et le bruit s'était répandu qu'il avait été empoisonné par
son rival Acaan.--A la Dominique, où une révolte de noirs affranchis
avait éclaté, ce qui était un fait nouveau dans l'histoire de
l'émancipation anglaise, l'ordre avait été rétabli. Cet événement donne
une autorité très-grande à ce que disait lord Clarendon dans la séance
de la chambre des lords du 25 juillet: «Mon opinion est que nous devons
nous efforcer de prouver aux autres nations que le travail de l'homme
libre est plus productif que celui de l'esclave. C'est précisément ce
que nous n'avons pas prouvé, et les autres nations, voyant que
l'expérience avait manqué, ont regardé notre philanthropie comme un
piège. Et pourquoi l'expérience n'a-t-elle pas réussi? C'est parce que
dans nos colonies, nous n'avons pas donné au travail libre les moyens de
se développer. C'est à cela que doivent tendre tous nos efforts.»

Bien que, grâce aux mesures prises, au déploiement de force armée, la
ville de Prague n'ait pas été le théâtre de nouvelles luttes sanglantes,
on a encore vu la fermentation et la révolte gagner les petites villes
manufacturières. Une émeute a éclaté à Deutsch-Brod, et l'on a dû
recourir aux garnisons voisines, qui sont toutes consignées A
Schwartz-Koseritz, un mouvement a eu lieu contre la population
israélite, qui a été expulsée. Vingt mille des plus riches juifs de
Prague ont déjà aussi quitté cette ville. La question du paupérisme
paraît être surtout en jeu dans ce qui s'est passé. Des vers imprimés
ont circulé parmi la foule. Cette poésie révolutionnaire était écrite
dans la langue des Bohèmes.

Un attentat contre la vie du roi et de la reine de Prusse a été commis à
Berlin, le 26 juillet. Au moment où ils montaient en voiture, un
individu, sortant de la foule, s'est approché de la portière et a
déchargé dans cette direction un pistolet à double coup. La voiture
était partie aussitôt; le roi a fait arrêter, et a montré au peuple que
ni lui ni la reine n'étaient atteints. Le coupable a été arrêté en
flagrant délit; c'est un ancien bourgmestre de Storkow, dans la Marche
électorale, qui avait donné sa démission en 1841, après une gestion
répréhensible. Il avait depuis, à plusieurs reprises, sollicité un
nouvel emploi, et l'insuccès de ses tentatives l'avait irrité et poussé
à ce crime. Il se nomme Tschech, il est âgé de cinquante-six ans.

Les autres nouvelles de Prusse sont l'abolition de la détention pour
dettes, et une instruction du commandant général des gardes qui donne
l'ordre aux officiers supérieurs de défendre aux soldats, jusqu'au grade
de sergent-major inclusivement, de se faire recevoir membres des
sociétés de tempérance. Cette mesure est motivée sur ce que les
règlements de ces sociétés défendent l'usage d'une boisson qui, d'après
les ordres supérieurs, est distribuée régulièrement à certaines époques,
surtout pendant les manoeuvres, dans les camps et les bivouacs, et à
certains jours solennels, comme rafraîchissante et tonique.

Bologne vient d'être encore témoin d'une exécution politique. Le 10
juillet au matin, les carabiniers y ont fusille par derrière un peigneur
de chanvre, _arrêté à l'étranger en janvier 1844_, qui avait été
condamné à mort comme rebelle par la commission militaire, après, dit
l'arrêt, que celle-ci _eut oui la messe et fait les prières d'usage_. Ce
malheureux, nommé Gardenghi, a été mis à mort au même lieu où six autres
condamnés avaient subi dernièrement cet atroce supplice.

La correspondance de Madrid contient d'affligeants détails. Nous avons
parlé de l'exécution à Saragosse de trois personnes fusillées par suite
de l'affaire du général Esteller; mais le général Breton avait dit dans
une proclamation que ce n'était qu'un commencement d'expédition; et en
effet, d'autres personnes sont arrêtées, et l'on annonce qu'elles seront
prochainement exécutées. Ce n'est pas tout: M. Inglada. intendant
général de la province de Tolède, nommé par le ministère Gonzalès Bravo,
vient non-seulement d'être destitué, mais encore d'être arrêté et mis au
secret comme prévenu de complicité dans le meurtre du général Quesada,
assassiné dans le mouvement populaire qui suivit l'insurrection de la
Granja. D'autres personnes, compromises dans la même affaire, ont été
également arrêtées, et l'on s'attend à voir adopter des mesures
semblables pour venger les mânes des généraux Basa, Mendez Vigo,
Saint-Just, Duonadio et Canterac.

A Athènes on s'est occupé de la tentative d'un individu atteint
d'aliénation mentale qui avait voulu pénétrer, le 7 juillet, dans le
palais du roi et avait été frappé d'un coup de baïonnette à travers le
corps par un soldat. Cet homme, autrefois brigadier de gendarmerie,
avait revêtu son uniforme, et il paraît que la sentinelle ne l'a frappé
que quand elle lui a vu mettre le sabre à. la main. Le malheureux
insensé était porteur d'un rouleau de papier que l'on croyait être une
pétition adressée au roi, mais qui ne contenait que des divagations sur
Alexandre le Grand, en l'honneur de qui il poussait des vivat. Le
chagrin de se voir dépouillé d'une petite propriété et des querelles
intérieures, suites d'un mauvais ménage, semblent les causes de la folie
de cet homme, dont la vie sera peut-être conservée, mais qu'il semble
difficile de ramener à la raison.--Quant à la solution des embarras
politiques, on attendait la réunion des Chambres. Le ministère a fait
des promotions si nombreuses dans les hauts grades de l'armée, qu'il y a
maintenant 40 généraux pour 3,000 hommes dont se compose la force
militaire.

Sur la lutte sanglante des bords de la Plata, on trouve dans le
_Standard_ la note suivante, qu'il convient de n'accepter que sous
bénéfice d'inventaire: «Il est arrivé ce matin des nouvelles de
Buénos-Ayres et de Montevideo. Nous avions annoncé que les assiégés
avaient fait une sortie qui s'était terminée par une déroule complète:
aujourd'hui nous apprenons que les résultats de cette sortie ont été
plus désastreux encore. Paz. à la tête de 2,000 hommes, avait attaqué un
poste avancé de l'ennemi près de Pantanoso, pendant que Thiébaud et
Carréa marchaient sur las Tres-Croces. Il espérait prendre l'ennemi à
l'improviste, mais Oribe étant survenu avec des renforts, Paz a été
repoussé avec perte. 68 hommes sont restés sur le champ de bataille, 160
ont été blessés. On lui a fait cinq prisonniers. La division de Carréa
et de Thiébaud a aussi été repoussée à la baïonnette par le colonel
Maza; 75 hommes sont restés sur le champ de bataille, y compris 62
_ex-Français_. Il y a eu 150 blessés.»

Des lettres reçues de Lima font connaître qu'au mois de mai dernier le
général Vivanco était toujours président du Pérou. Mais ce malheureux
pays continuait d'être en proie à la guerre civile. Les troupes de
Vivanco avaient eu plusieurs engagements avec celles du général
Castella, son plus grand antagoniste. Le général Santa-Cruz était tombé
au pouvoir de Castella, qui avait livré son prisonnier au commandant de
la frégate _le Chili_. On craignait que Santa-Cruz ne fût fusillé.
Plusieurs généraux levaient des corps de partisans et se disposaient à
agir chacun pour s'emparer du pouvoir, qui a passé par tant de mains en
si peu d'années. Plus heureux que Santa-Cruz, le maréchal de la Fuente a
pu se rendre à bord de la corvette française _l'Embuscade_, en rade de
Callao. Il a été accueilli avec l'hospitalité qu'on est sûr de
rencontrer chez le» Français. Cependant, le séjour du maréchal se
prolongeant indéfiniment à bord de ce bâtiment, les agents du
gouvernement établi à Lima ont adressé à ce sujet des représentations,
d'abord au capitaine Mallet, qui ne les a point écoutées, et ensuite à
l'amiral Dupetit-Thouars. Il est de principe, en effet, que si un neutre
mouillé devant une place de guerre reçoit à son bord, à titre de
réfugié, un ennemi de cette place, c'est à condition de l'embarquer sur
le premier navire étranger qui sortira du port avec une destination
lointaine. Or, il paraît que cette condition n'avait pas été observée.
L'amiral, qui sait aussi bien respecter les droits des autres qu'il fait
valoir les siens à l'occasion, a éloigné le maréchal de la Fuente et mis
un terme au conflit.

Au Paraguay, il y a eu un changement de gouvernement. M. Lopez a été
nommé directeur pour dix années Il avait ouvert au commerce étranger les
ports du Paraguay et avait autorisé les négociants étrangers à s'y
établir. Toutefois, si l'on en croit le correspondant du _Times_, la
jalousie du gouvernement buénos-ayrien empêchera que cette mesure ne
soit profitable aux nations étrangères et notamment à la
Grande-Bretagne. Il a déclaré qu'il ne souffrirait pas que le commerce
se fit sur le Panama et l'Uruguay, soit parce qu'il est en guerre avec
le Banda oriental, soit parce que Corrientes s'est détaché de la
confédération méridionale.

Le musée et les collections de médailles se sont enrichis de deux
productions nouvelles. L'une est consacrée au souvenir de la séance du
20 janvier dernier, où M. Guizot répondit à l'opposition, qui lui
reprochait vivement certains actes de sa vie politique: «_On peut
épuiser ma force, on n'épuisera pas mon courage._» Les amis de M. le
ministre des affaires étrangères, qui avaient eu vis-à-vis de lui, dans
cette séance, le tort de ne pas soutenir l'apologie qu'il cherchait à
faire de ces actes reprochés, et de le laisser lutter seul contre
l'opposition, ont cru lui devoir cette réparation. L'autre médaille est
la médaille en bronze que le gouvernement a fait graver par M. Gavrard
pour être donnée aux exposants. Elle représente la France tendant une
couronne à l'industrie en lui disant: «_Tu m'enrichis, je t'honore._»
C'est trop sec et pas assez logique. L'industrie, en effet, enrichit la
France, mais elle ne fait pas que l'enrichir, et c'est parce qu'elle ne
fait pas que cela que la France l'honore. Il y a peu d'années, la ville
de Paris percevait un double impôt des maisons de jeu et des maisons de
tolérance. Les croupiers et les beautés de carrefours l'enrichissaient,
sans qu'elle les honorât, que nous sachions. Les intérêts matériels ont
leur côté fort respectable; mais il faut savoir le trouver, surtout
quand on veut le couler en bronze.

Une inondation terrible a porté la consternation dans la ville d'Adana
et dans ses environs. S'il faut en croire le récit des voyageurs, ce
sinistre aurait coûté la vie à mille personnes et causé des dommages
qu'on évalue à plusieurs millions de piastres.--A Rio-Janeiro, le 25
mai, la chaudière de l'un des steamers en fer qui font le service entre
cette ville et Rio-Grande a éclaté, et plus de quarante personnes ont
perdu la vie par suite de l'explosion.--A Londres, un événement est venu
causer également la mort de trente personnes. Pour assister à une joute
de bateaux à rames, la foule s'était portée sur une jetée flottante qui
sert d'embarcadère près du pont de Black-Friars. Cette jetée, d'environ
trente mètres de longueur, a cédé sous le poids des imprudents, et
hommes, femmes et enfants ont été jetés dans le fleuve.--Sur le chemin
de fer de Montpellier à Cette, le déraillement d'un train a causé la
mort de trois voyageurs. Quatre autres ont été blessés.

A Paris aussi, hélas! lundi, à la fin de cette fête dont le _Courrier de
Paris_ ne vous a fait voir que le côté riant, nous avons vu se
reproduire ce triste tableau qui avait assombri les solennités du
mariage de M. le duc d'Orléans. A l'entrée de l'avenue Gabriel, des
flots de curieux se contrariant et s'amoncelant ont déterminé de
nombreux cas d'asphyxie dont quelques-uns, malgré les secours
immédiatement prodigués, ont été mortels. Le nombre des blessés est
considérable, et beaucoup de blessures présentent de la gravité.

--Un de nos auteurs dramatiques les plus féconds, M. Guilbert de
Pixérécourt, vient de mourir à Nancy, sa ville natale, à l'âge de
soixante-onze ans.--L'Allemagne vient de perdre également un de ses plus
féconds producteurs dramatiques, M. Charles Blum, auteur de 589 ouvrages
représentés. Il avait, par ses traductions, popularisé le vaudeville
français chez ses compatriotes.--Le troisième fils du roi de Naples,
comte de Castro-Giovani, est mort.



Projet d'un Hôpital nouveau à Paris.

[Illustration.]

Paris tend à se déplacer: c'est un fait incontestable que M. Rabusson
déplore en fréquents mémoires au roi et en pétitions aux Chambres: nous
nous bornons, nous, à le reconnaître. L'administration de la ville de
Paris ne le méconnaît sans doute pas non plus, mais elle a le tort de ne
pas assez étudier ce mouvement, de ne pas assez s'en préoccuper, non pas
pour s'y opposer, comme le voudrait M. Rabusson, mais pour le diriger,
l'organiser dans l'intérêt de la ville à venir et au moindre détriment
de la ville ancienne.

C'est dans le quart de cercle compris entre le nord et l'ouest que
Paris, gravissant la hauteur qui le dominait, l'a couronnée
d'habitations nouvelles. S'étendant sur le plateau, elles descendront
bientôt sur le versant opposé pour rejoindra la Seine qui le contourne.
Cette extension s'opère en dedans et au dehors des limites de la ville,
c'est-à-dire sur les vastes terrains non construits que renfermait
l'enceinte du mur d'octroi et au delà même de cette enceinte. Pour la
partie de ce développement qui s'opère dans la banlieue, la municipalité
de Paris ne peut exercer aucune surveillance ni aucune action. Toute
cette ville de Batignolles-Monceaux, qui dans un petit nombre d'années
fera, à coup sûr, partie de la grande ville, s'est édifiée et s'édifie
encore d'après des règles de voirie rurale, qui ne sont nullement en
harmonie avec celles de Paris et qui laissent s'enrouler des rues
étroites et sinueuses qu'à peu de frais aujourd'hui on établirait sur de
plus grandes proportions et sur un alignement moins tourmenté, mais dont
l'élargissement et le redressement entraîneront plus tard des dépenses
énormes. Pour la partie de ces constructions qui est renfermée dans les
murs de l'octroi, la ville de Paris fait observer, bien entendu, ses
règlements; mais elle comprend que ses devoirs ne s'arrêtent pas là, et
que cette agglomération de nouveaux habitants et d'émigrants des anciens
quartiers, exige des établissements municipaux et des monuments publics.
Bientôt nous aurons à rendre compte de l'ouverture et de la consécration
d'une église qu'on achève sur la place Lafayette. On s'entretient depuis
longtemps de l'érection d'un collège; aujourd'hui nous avons à faire
connaître le plan d'un hôpital nouveau.

Cette construction s'élèverait précisément derrière l'église qui va être
inaugurée, Saint-Vincent-de-Paule, dans l'axe de ce monument, et d'une
rue Neuve-Hauteville, continuation de l'ancienne rue de ce nom et qui
n'en serait séparée que par le monument religieux et ses abords.
L'hôpital est destiné à recevoir 600 lits. L'administration des hospices
dont tous les établissements ont été édifiés pour une destination tout
autre que celle à laquelle ils sont appliqués aujourd'hui ou à une
époque où l'on n'avait point étudié les exigences de l'hygiène pour la
construction d'un hôpital, a reconnu la nécessité d'en élever un qui pût
être regardé comme modèle. Malheureusement, le plan qu'elle a fait
dresser ne nous paraît pas suffisamment justifier ce titre, et son
auteur évidemment n'avait pas présents à l'esprit, en le combinant, les
principes et les conditions établis par le rapport de l'Académie des
sciences sur la construction d'un hôpital, rapport fait par les hommes
les plus compétents de l'Europe, et signé de Tenon, d'Arcet, Lavoisier,
Bailly, Lassone, Daurenton, Coulon et Laplace.

Ainsi, pour loger les 600 lits demandés, on propose d'établir trois
étages de malades, ce qui est insalubre et proscrit par l'Académie.
Malgré cet entassement, la superficie du plan de l'administration n'en
serait pas moins de plus de 20,000 mètres carrés; tandis que l'hôpital
de Bordeaux, élevé pour 600 à 700 lits, n'occupe qu'une surface de
16,000 mètres carrés et n'a que deux étages de malades. C'est que dans
leurs plans certains architectes d'administrations se préoccupent
beaucoup plus des accessoires, de l'agrément et des convenances des
directeurs et chefs de service, que du bien-être des véritables
destinataires. On en jugera quand nous aurons dit que les bâtiments
occuperaient à eux seuls 9,203 mètres, dont 6,297 pour les accessoires
et 2,906 pour les malades. L'exécution totale coûterait près de cinq
millions. Par ce développement mal entendu, un terrain, précieux pour la
ville, se trouverait absorbé sans nécessité dans ce clos Saint-Lazare,
où il ne faut pas seulement penser à l'hôpital, mais aussi aux abords
d'un quartier nouveau qui a un avenir si important, et ou des voies bien
combinées devront faciliter une grande et utile circulation. Par ce
développement encore l'hôpital serait trop rapproché de la gare du
chemin de fer de Belgique, et il interromprait la rue du Nord, tracée
pour l'importante communication de la barrière Poissonnière, au centre
du faubourg Saint-Denis, voie déjà portée sur le plan de la ville et
bâtie en plusieurs endroits. Le prolongement de la rue des Jardins
deviendrait également impossible.

Un artiste oui a exécuté de grands travaux pour le gouvernement, M.
Marchebens, vient d'adresser au conseil général des hospices et aussi au
conseil municipal de Paris, dont heureusement l'avis devra être pris
avant de se mettre à l'oeuvre, une demande pour qu'un concours soit
ouvert. Il fait bien ressortir les inconvénients manifestes du projet
pour lequel l'administration se sent un faible, et il ajoute: «Dans cet
état de choses, et pour un monument de cette importance, pourquoi,
messieurs, ne décideriez-vous pas un concours public pour éclairer la
marche de cette grande opération? La commission des hôpitaux de Bordeaux
avait aussi son monde et ses architectes; elle n'en ouvrit pas moins un
concours aux savants et aux artistes du royaume, pour l'érection de son
grand hôpital. Vous approuverez, j'espère, ce principe, messieurs, en
faisant un appel aux lumières du siècle, pour rendre plus parfait cet
asile du pauvre; car, vous l'avez bien compris, il ne s'agit ici de
blesser aucun intérêt, ni de ravir la place de personne, mais il s'agit
d'une création modèle, sur laquelle la raison, l'expérience et la
comparaison sont nécessaires pour éclairer l'administration. Aux plans
et devis doit être joint le mémoire explicatif sur la construction, sur
l'hygiène des salles, sur la séparation des malades et des
convalescents, sur le chauffage, sur la ventilation, et enfin sur la
commodité des services. Ce travail ensuite doit être soumis à _un jury
d'examen composé de membres de l'Académie des sciences, de médecins et
de chirurgiens, d'architectes, administrateurs ou directeurs_, afin
qu'il soit jugé par chaque spécialité avec connaissance de cause, et
afin qu'un monument de cette importance ne laisse rien à désirer.»

Et pour ce concours qu'il provoque, M Marchebens envoie son plan, dans
lequel il est arrivé, en économisant, sur le projet rival, plus de 2,000
mètres carrés de terrain et plus de 2 millions, à faire beaucoup mieux
pour les malades. Ainsi, dans cette construction, telle qu'il la conçoit
et dont nous donnons l'aspect, tous les bâtiments sont isolés, et n'ont
que deux étages de salles de malades;--les salles n'ont que 32 lits;
elles sont toutes séparées par des jardins, et l'on peut y classer les
diverses espèces de maladies;--après avoir logé les 600 lits, on trouve
une réserve qui permet de placer 250 lits pour des temps calamiteux,--un
quartier pour les convalescents, des promenades couvertes et des
chauffoirs ont été ménagés dans toutes les divisions,--l'établissement
des bains est disposé de manière à servir aux malades de l'hôpital et à
ceux du dehors;--de grandes galeries à portiques réunissent tous les
bâtiments et permettent le service en tout temps;--les constructions
sont en pierre et en fer, ce qui non-seulement les met à l'abri de
l'incendie, mais encore les rend plus saines, plus durables et plus
économiques;--les dépendances, accessoires et jardins, n'occupent qu'un
espace proportionne à leur service;--la rue du Nord n'est pas coupée,
n'est pas interrompue, et tout l'édifice est entouré d'un boulevard
planté d'arbres.

Nul doute que le conseil municipal, qui va avoir à délibérer sur les
sacrifices qui lui sont demandés a cette occasion, y mettra pour
condition l'ouverture d'un concours. Aujourd'hui, il n'y a donc encore
de reconnu que la nécessité de cet établissement et d'adopté que son
titre: _Hôpital Louis-Philippe_. Espérons que ce qui reste à déterminer
le sera uniquement dans l'intérêt des malades et dans celui des budgets
des hospices et de la ville de Paris.



Exposition

DES PRODUITS DE L'INDUSTRIE.

[Illustration: M. Thénard, président du jury de l'exposition.]

[Illustration: M. le comte de Nue.]

[Illustration: M. Alexandre
Brongniart.]

[Illustration: M. Darcet.] [Illustration: M. Léon de la Borde.]

[Illustration: M. Fontaine.]

DISTRIBUTION DES RÉCOMPENSES.

Lundi 29, à une heure, ceux de MM. les exposants qui avaient été
désignés par les différentes commissions du jury s'étaient réunis, au
nombre de plus de huit cents, dans la salle des maréchaux. Les membres
du jury, conduits par M. le baron Thénard, pair de France, leur
président, les avaient précédés, et s'étaient placés à droite et à
gauche de l'espace réservé pour le roi et sa famille.

Quelques instants après, Sa Majesté est arrivée. Elle portait l'uniforme
de la garde nationale. La reine, madame Adélaïde, M. le duc de Nemours
et M. le duc de Montpensier, accompagnaient Sa Majesté, qui était suivie
de M le ministre du commerce et de l'agriculture, du préfet de la Seine
et du commandant des gardes nationales du département.

Le roi, dont l'entrée avait été saluée par des acclamations, a pris
place à quelques pas du grand balcon qui donne sur le jardin, ayant à sa
droite M. le ministre du commerce.

M. le baron Thénard s'est alors avancé et a lu un discours dans lequel
il a énuméré les résultats obtenus par l'industrie française depuis cinq
ans, ainsi que les progrès signalés par l'exposition de 1844 dans les
efforts et les produits du travail national. Le roi a répondu par
quelques paroles qui ont été fort applaudies.

M. le ministre du commerce a ensuite fait l'appel de tous les exposants
qui avaient été jugés dignes de récompenses. Le roi remettait lui-même
les décorations ou les médailles en adressant à chaque lauréat des
éloges et des encouragements. Cette distribution a duré quatre heures et
demie.

On avait eu le bon esprit cette année de commencer par l'appel et la
remise des récompenses les moins éclatantes et de terminer par les
décorations. Aussi, tandis qu'aux distributions précédentes les rangs
s'éclaircissaient, la salle devenait déserte et le roi demeurait presque
seul, l'intérêt, cette fois, a été soutenu, a été croissant, et Leurs
Majestés, en se retirant, se sont entendu saluer par des acclamations
aussi nombreuses que celles qui les avaient accueillies à leur arrivée.
Il est même résulté de cette persévérance de la foule un peu de
confusion, une chaleur extrême et quelques évanouissements. Peut-être
plusieurs de ces syncopes doivent-elles toutefois être portées au compte
de l'émotion et de l'attendrissement; c'est ce qu'on pourrait établir en
comparant la liste des évanouis et celle des récompensés; mais nous ne
ferons aujourd'hui d'emprunts qu'à cette dernière.

_L'Illustration_ a eu, toute la première, le droit d'être émue. Son
fondateur, M. Dubochet, ses imprimeurs, MM. Lacrampe et compagnie, ont
obtenu le rappel de la médaille d'argent qu'ils avaient méritée en 1839;
et ses graveurs, MM. Best, Leloir et compagnie, ont été jugés dignes de
la médaille d'or. Nous nous bornerons à donner aujourd'hui la liste des
exposants qui ont obtenu la décoration de la Légion d'honneur. Ce sont:

MM. Camu fils, filateur de laine, à Reims (Marne).

Bacot (Frédéric), fabricant de drap, à Sedan (Ardennes).

Chennevière (Théodore), fabricant de drap, à Elbeuf (Seine-Inférieure).

Grillet aîné, fabricant de châles, à Lyon (Rhône).

[Illustration: Michel Chevalier.]

[Illustration: M. Firmin Didot.]

[Illustration: M. Gay-Lussac.]

Bonner (Claude-Joseph), fabricant de soieries, à Lyon (Rhône).

Faure (Étienne) fabricant de rubans, à Saint-Étienne (Loire).

Debuchy (François), fabricant de tissus de lin, de laine et de coton, à
Lille (Nord).

Gros (Jacques), fabricant de tissus de coton à Wesserling (Haut-Rhin).

Girard, imprimeur sur tissus, à Rouen (Seine-Inférieure).

Frèrejean, maître de forges, à Vienne (Isère).

Massenet, fabricant d'acier et de faux, à Saint-Étienne (Loire).

André, fondeur au Val-d'Oise (Haute-Marne).

Roswag (Augustin), fabricant de toiles métalliques, à Schelestadt
(Bas-Rhin).

Charrière, fabricant d'instruments de chirurgie, à Paris.

Pecqueur, constructeur de machines, à Paris,

Bourdon, directeur des forges et fonderies du Creusot (Saône-et-Loire).

Rourkardt (J.-J.), constructeur de machines, à Guebwiller (Haut-Rhin).

Thénard, ingénieur en chef des ponts et chaussées, à Cubzac (Gironde).

Buron, fabricant d'instruments d'optique, à Paris.

Roller, fabricant de pianos, à Paris.

Winnerl, fabricant d'horlogerie, à Paris.

Lemire, fabricant de produits chimiques à Choisy-le-Roi (Seine).

Lefebvre (Théodore), fabricant de céruse, aux Moulins-lès-Lille (Nord).

Schattenmann, directeur de la compagnie des mines de Bouwiller
(Bas-Rhin).

Bontemps, fabricant de verrerie, à Choisy-le-Roi (Seine).

Godard fils, fabricant de cristallerie, à Baccarat (Meurthe).

Millier, fabricant de porcelaine, à Montereau (Seine-et-Marne).

Faucer aîné, fabricant de maroquins, à Choisy-le-Roi (Seine).

Ogerau, tanneur, à Paris.

Cail (J.-F.), constructeur de machines, à Paris.

Lacroix (Jean Justin), fabricant de papiers, à Angoulême (Charente).

A six heures, le roi et la famille royale se sont rendus dans la grande
galerie du Musée, où avait été dressée une table de deux cents couverts.
MM. les ministres du commerce, de l'inférieur et des finances, des
généraux, de hauts fonctionnaires, des officiers de la maison du roi,
les membres du jury et ceux des exposants qui avaient reçu la décoration
de la Légion-d'Honneur ou la médaille d'or, avaient été invités à dîner
avec Leurs Majestés.

Pendant le dîner, une musique militaire, placée au milieu de la galerie,
a exécuté de brillantes symphonies.--Au dessert, le roi s'est levé, a
pris son verre et a porté le toste suivant: _Honneur à l'exposition
1844! Prospérité à l'industrie française!_ Les exposants y ont répondu
par des cris de _Vive le roi! vive la famille royale!_ Ensuite deux
santés ont été portées au roi et à la reine par M. le ministre du
commerce et par M. le ministre des finances.

A sept heures et demie la famille Royale, suivie de tous les conviés, a
quitté la galerie du Louvre et est rentrée dans les appartements du
château. Le roi a pris place au grand balcon de la salle des Maréchaux;
les convives aux autres balcons de la même salle et sur la terrasse qui
règne à gauche du pavillon de l'horloge. De là ils ont assisté au
concert exécuté à grand orchestre sous ces fenêtres; puis, des balcons
des étages supérieurs, ils ont pu contempler le feu d'artifice tiré sur
le quai d'Orçay et les illuminations féeriques qui unissaient, par une
suite d'arcades éclatantes et diaprées, l'obélisque à l'arc de l'Étoile.

[Illustration: M. Dumas.]

[Illustration: M Blanqui.]

[Illustration: M. Chevreul.]

Ainsi s'est terminée cette journée qui a imposé des obligations aux
vainqueurs, qui a fait naître le besoin d'une revanche pour les vaincus.
A l'exposition de 1849!!!



Bulletin bibliographique.


_L'Ultramontanisme ou l'Église romaine et la Société moderne_; par M.
Edgar Quinet. 1 vol. in-8.--Paris, 1844. _Paulin_. 4 fr. 50 c.

Sous ce titre, M. Edgar Quinet vient de réunir et de publier en un
volume les leçons qu'il a faites cette année à son cours du collège de
France. Qui n'a entendu parler du succès obtenu par l'éloquent
professeur? Rien n'y a manqué, ni la foule qui se pressait aux portes
longtemps avant leur ouverture, ni les applaudissements des auditeurs,
ni les visites à domicile, ni les souscriptions collectives pour une
médaille d'honneur, rien, pas même l'opposition des jésuites. L'effet a
été immense. Après avoir lu cet ouvrage-, nous qui n'avons pas eu le
bonheur d'entendre M. Edgar Quinet, nous comprenons maintenant pourquoi
ses leçons ont excité de tels transports de sympathie et de
reconnaissance. L'influence sera grande aussi. Jamais, peut-être, un
enseignement plus élevé et plus utile n'avait attiré et retenu au
collège de France les esprits distingués qui, dans ce siècle d'égoïsme,
se préoccupent encore sincèrement des développements futurs de la
révolution française.

L'année dernière, M. Edgar Quinet s'était contenté de réfuter le passé;
aujourd'hui il s'avance beaucoup plus loin. Dans son opinion, le
jésuitisme a compromis le catholicisme; il craint que le catholicisme
ainsi engagé ne compromette le christianisme. Tel a été son point de
départ. Mais sans rester au point de vue critique, il a marqué des
fondements réels. En face de chacune des idées de l'ultramontanisme, il
a élevé une autre idée plus vraie, plus féconde, plus religieuse. Il n'a
critique le passé qu'en montrant les indices de l'avenir.

L'Espagne considérée comme le royaume catholique par excellence, les
résultats politiques du catholicisme en Espagne, l'Église romaine
examinée et jugée aux points de vue de ses rapports avec l'État, la
science, l'histoire, le droit, la philosophie, les peuples et l'Église
universelle, forment les sujets des neuf leçons de M. Edgar Quinet.
Malheureusement, la réserve imposée à l'_Illustration_, en sa qualité de
journal universel, nous interdit toute analyse d'un livre qui sera
évidemment mis à l'index par la cour de Rome. En joignant ici nos éloges
aux applaudissements des auditeurs de M. Edgar Quinet, en nous associant
complètement et sans restriction, pour notre part, à ses protestations
contre le passé, à sa critique du présent, à ses aspirations vers un
avenir meilleur, nous devons nous borner à citer un court passage de
l'Ultramontanisme, qui suffira pour faire comprendre la tendance et
l'intérêt de ce remarquable ouvrage.

«Quand la question est ainsi posée par la nature des choses, et que l'on
veut y échapper, on prononce un mot, un mot formidable qui a la magie de
paralyser les coeurs: l'État moderne est athée; la loi est athée; la
France, en tant que France, est athée! A ces mots, les fronts les plus
fiers se courbent; beaucoup acceptent en silence cette condamnation, et
les adversaires s'imaginent avoir flétri pour toujours l'esprit des
révolutions et des institutions modernes. C'est ici, en effet, qu'est
toute la question.

«Ah! quand je ne connais dans le monde d'institutions athées que celles
des bohémiens errants, sans foyers, sans patrie sous le ciel est-il bien
vrai que ce soit là tout l'esprit des nôtres? Ce serait là, en vérité,
une politique sans espoir, un droit sans nuit, un jour sans lendemain.
Ils croient frapper ainsi l'avenir de mort civile. Mais quoi! parlons
tranquillement!

«Quand, dans la vieille France, la violence était dans les moeurs et
dans la loi; quand les privilèges, les inégalités sociales, les
servitudes de la terre et des hommes; abrégeons, quand tout ce que le
Christ réprouve faisait le fond même de la vie civile, vous appeliez
cela un royaume chrétien! Quand la force régnait à la place de l'âme;
quand l'épée décidait de tout; quand l'inquisition, la Saint-Barthélémi,
la torture empruntée du droit païen, les caprices d'un seul homme,
c'est-à-dire quand la société païenne durait, dominait encore, vous
appeliez cela un royaume très-chrétien; et depuis, au contraire, que la
fraternité, l'égalité, inscrites dans la loi, tendent de plus en plus à
descendre dans les faits; depuis que l'esprit est reconnu plus fort que
l'épée et le bourreau, depuis que l'esclavage, le servage, ont cessé ou
que l'on travaille à en abolir les restes; depuis que la liberté
individuelle consacrée devient le droit de toute âme immortelle, depuis
que ceux dont les pères se sont massacrés se tendent désormais la main,
c'est-à-dire depuis que la pensée chrétienne, sans doute trop faiblement
encore, pénètre peu à peu les institutions et devient comme la substance
et l'aliment du droit moderne, vous appelez cela un royaume athée!

«Qu'entendez-vous donc à la fin par religion, et quel est donc votre
Christ? Est-ce un mot ou une réalité vivante? Si c'est un mot, vous
pouvez, en effet, à votre gré, le clouer à une époque déterminée du
passé, comme le nom du roi des Juifs au haut de la croix. Si c'est
seulement dans ce qui n'est plus.--Vous cherchez le Christ dans le
sépulcre du passé; mais le Christ a quitté son sépulcre, il a marché; il
a changé de place; il vit, il s'incarne, il descend dans le monde
moderne...»


_Buffon, Histoire de ses Idées et de ses Travaux_; par M. Flourens, de
l'Institut, secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences, membre de
l'Académie française, etc. 1 v. in-18. 3 fr. 60.--_Paulin_, éditeur, rue
Richelieu, 60.

M. Flourens vient de publier à la librairie Paulin un charmant volume
qui a sa place marquée dans toutes les bibliothèques à côté des oeuvres
de Buffon. Ce volume est intitulé _Buffon, histoire de ses idées et de
ses travaux_. Comme savant et comme écrivain. M. Flourens, à la fois
secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences et membre de l'Académie
française, possède tous les titres qui donnent le droit de toucher à un
si grand sujet. Les idées et les travaux de Buffon jugés, éclairés,
rectifiés par les idées et les travaux de la science actuelle, telle est
l'étude que M. Flourens présente aux savants et aux gens du monde, dans
un langage digne de Buffon lui-même. Il manquerait un trait intéressant
à l'annonce de ce nouvel ouvrage de M. Flourens, si l'on ne disait que
par une circonstance curieuse et naturelle d'ailleurs, l'illustre
professeur de physiologie comparée au Jardin du Roi a écrit sur Buffon
dans l'appartement même que celui-ci a habité, au sein de cet
établissement dont la création lui doit sa première splendeur. M.
Flourens, dont les travaux scientifiques sur les diverses branches de
l'histoire naturelle ont une réputation universelle, n'est pas de ceux
qui pensent que la science doit avoir ses adeptes et que ses secrets
peuvent demeurer enfermés loin des regards de la foule. Ce n'est pas la
première fois qu'il descend des hauteurs du sanctuaire mystérieux de la
science pour rendre populaires les connaissances qui s'y préparent, en
faisant passer dans une langue toute littéraire et académique, les
notions de l'histoire naturelle. C'est par là aussi que m. Flourens est
digne de son illustre prédécesseur, qui a su revêtir des tonnes du plus
magnifique langage des vues et des découvertes qui ne savent le plus
souvent s'exprimer que dans le style aride de l'amphithéâtre ou dans la
langue barbare de la nomenclature. M. Flourens est l'auteur d'un volume
sur Georges Cuvier dont _l'Histoire des idées et des travaux_ de Buffon
est un utile et précieux pendant. C'est ce qu'il exprime bien mieux que
nous ne saurions faire, dans une préfacé à laquelle nous empruntons
l'extrait suivant:

«J'ai publié en 1844 l'_Analyse raisonnée des travaux de Georges
Cuvier._

«L'histoire des travaux de Buffon touche partout à l'histoire des
travaux de Cuvier; ces deux grands écrivains lient deux siècles; Buffon
devine, Cuvier démontre; l'un a le génie des vues, l'autre se donne la
force des faits; les prévisions de l'un deviennent les découvertes de
l'autre, et quelles découvertes! Les âges du inonde marqués, la
succession des êtres prouvée, les temps antiques restitués, les
populations éteintes du globe rendues à notre imagination étonnée. Les
travaux de Buffon et de Cuvier sont pour l'esprit humain la date d'une
grandeur nouvelle.

«J'ai vu ces grands travaux, et j'ai voulu en écrire l'histoire,»

_L'Histoire des idées et des travaux de Buffon, l'Analyse raisonnée des
travaux de Georges Cuvier_, sont donc deux parties d'un même sujet,
traitées l'une et l'autre par le continuateur et le successeur des deux
plus beaux génies que la science ait dotés depuis un siècle. M. Flourens
est aussi l'auteur d'un excellent petit livre sur _l'instinct et
l'intelligence des animaux_, inspiré par les travaux de M. Frédéric
Cuvier, homme d'une grande science et d'une admirable pénétration, que
son nom n'a pas empêché de devenir célèbre, et qui figure à côte du
grand Cuvier, son illustre frère, plus haut que le second des Corneille
à côté de l'auteur des _Horaces_ et de _Cinna._

Tous ces ouvrages, ainsi qu'un excellent _Examen de la Phrénologie_, où
les gens du monde peuvent apprendre ce qu'on doit penser des théories de
cette prétendue science, sont des travaux qui pourraient à eux seuls
établir une renommée, mais qui sont pour M. Flourens comme une affaire
de luxe et propres à montrer ce que la vraie science peut gagner à être
revêtue d'un beau langage.

Nous reviendrons sur ces travaux et particulièrement sur le volume qui
vient d'être publié. Un de nos collaborateurs que ses études mettent à
même de l'apprécier dans ses détails, en rendra compte avec une autorité
que nous ne pouvons donner au jugement que nous en portons ici.

_La Chassomanie_, poème par M. Deyeux, orné de seize grands dessins à
deux teintes, compositions de MM. Alfred de Dreux, Beaume, Forest,
Foussereau et Valerio. 1 vol. grand in-8.--Paris. _Imprimeurs-Unis_. 12
fr.

        Telle est des dieux l'auguste volonté,
        Qu'ils ont donné, ce penser les élève!
        Une seconde à la réalité
        Et plus d'une heure au moindre petit rêve.
        Le prisonnier rêve la liberté;
        L'ambitieux, la puissance infinie;
        Tous les amours rêvent la volupté;
        Mon rêve à moi, c'est la chassomanie.

M. Deyeux, comme on le voit, entre franchement en matière. Il avoue sa
passion, et il s'efforce de la faire partager à tout le genre humain.

        Le chassomanie est un dieu sur la terre!

Aussi, non content de chasser, il veut décrire en vers de dix pieds.

        Les plaisirs différents
        Qu'à ses amants toute chasse prodigue.

N'allez pas croire, sur ce début, que M. Deyeux soit un de ces chasseurs
malheureusement trop communs, qui ont fourni à Collin d'Harleville le
type de M. de Crac.

        Sa volupté n'aime rien qu'en petit,
        Et son plaisir sonne peu la trompette;
        Il cherche l'ombre et déteste le bruit:
        La jouissance habite une cachette.
        Petit sentier plus doux qu'un grand chemin,
        Sous son ombrage attiré le mystère;
        Les grands effets brisent le coeur humain,
        Et la gaîté fuit le grand caractère.
        Le chassomanie, hélas! que ne peut-il
        Sous son manteau, dans l'ombre, dans sa poche,
        Cacher ses goûts, son amour, son fusil!
        Le vrai bonheur doit rester sous la cloche!

Ainsi vous êtes bien et dûment averti; ce ne sont pas ses hauts faits,
ce sont les plaisirs, les émotions, les procédés, les ustensiles de la
chasse que va chanter et décrire tour à tour en vers de huit, de dix et
de douze syllabes. M. Deyeux: _la grande et la petite chasse, les armes,
la chasse en plaine, en battue, au miroir, au marais, etc. Ces peintures
sont semées çà et là de réflexions plus ou moins profondes, car

        On croit que tout chasseur, en sa légère étoffe,
        N'est qu'un homme frivole et fou dans ses plaisirs,
        Dont l'incapacité présidé les loisirs
        Mais tout chasseur devient, s'il n'est pas, philosophe.
        Le silence des bois porte au recueillement.

Aussi, parvenu à la moitié de son poème, le chassomane rédige-t-il, un
jour de pluie, toutes les observations qu'il a faites, toutes les
méditations auxquelles il s'est adonné:

        L'art ne présida point à ce vif abrégé;
        Mais la campagne admet toujours le négligé.

Les méditations chassomanes embrassent toutes les passions, qualités et
vices de l'espèce humaine. Veut-on savoir comment M. Deyeux a disséqué,

        ... Attentif, le scalpel dans les mains,
        Toutes les variétés bizarres des humains?

Nous ouvrons au hasard le carnet.

        L'amitié, dans la France, est fille du caprice.
        Elle tient de son père, et, comme lui, vit peu...
        Vous offrez votre coeur comme on donne le bras;
        Soir; mais marcherez vous longtemps du même pas?
        ......................................................................
        Dussé-je être à la fin traité d'idéologue,
        Je trouve à chaque femme une fleur analogue...
        L'hortensia nous peint la belle femme bête,
        Si contente d'avoir du rose sur la tête;
        La fleur du dalhia, la femme sans émoi,
        Qui dit: Je ne sens rien, mais je suis belle, moi!...
        Je crois que cette fleur, qu'on nomme la pensée,
        Porte en velours le deuil de l'ivresse passée.
        Les cloches du cactus sonnent l'ambition
        Des amours fiers, armés des griffes du lion.
        La clématite semble exprimer pour emblème:
        Il faut que m'attache avant que je vous aime.
        La rose d'Inde, après la rose de Provins,
        Est la rêveuse altière au teint jaune, aux yeux vains.
        La tulipe admirable est la beauté stupide
        Dont l'esprit est inerte et dont le coeur est vide.

Cependant le chassomane interrompt ses méditations, qui renferment un
trop grand nombre de pensées communes et de mauvais vers.

                                  Il court, en son délire,
        Revêtir le harnais, bagage abandonné
        Pendant ces tristes jours où la foudre a tonné.
        Si la raison persiste encor, méditative,
        Le beau temps la combat aussitôt qu'il arrive.

Et le poème de recommencer de plus belle: _La Chasse aux Lapins avec des
Furets, l'Orage, la Chaumière et le Château, la Sensiblerie, la Chasse
et la Guerre, l'Aviceptologie, l'Art de mentir, Lanterne et Clochette_,
etc., etc., tels sont les principaux sujets traités par M. Deyeux dans
cette seconde partie. Une _Ode à son chien Mylord_, et des recherches
historiques en prose terminent ce beau volume de 334 pages, qui est orné
de seize jolies lithographies à deux teintes, d'après des compositions
de MM. de Dreux, Beaume, Forest, Foussereau et Valerio.


_Les Bagnes_, histoire, types, moeurs, mystères: par Maurice Alhoy;
illustré de 105 dessins de MM. de Rudder, Bertall, Valentin, J. Noël,
etc.. 1 vol. in-8 publié en 50 livraisons à 30 cent. _G. Havard,
Dutertre, Michel Levy_.

Nous recevons la première livraison d'un ouvrage nouveau qui nous paraît
destiné à un succès populaire. Il a pour titre _les Bagnes_, et pour
auteur M. Maurice Alhoy. _L'Illustration_, qui vient de représenter à
ses abonnés la vie entière d'un forçat au bagne depuis son arrivée
jusqu'à sa mort, n'a pas besoin d'insister sur l'intérêt actuel d'un
pareil sujet. Pour juger l'ouvrage qu'elle se borne à annoncer, elle
attendra qu'il soit achevé. Dès aujourd'hui, cependant, elle peut
affirmer que nul écrivain n'était plus capable que M. Maurice Alhoy de
bien remplir cette lourde et pénible lâche, d'écrire l'histoire et de
faire la description de ces prisons fameuses. Son ouvrage du _Bagne de
Rochefort,_ publié il y a quelques années, avait fixé l'attention des
publicistes qui se sont occupés de la réforme pénitentiaire.

Depuis cette époque, il a amassé de nombreux matériaux; il a observé de
nouveau le monde exceptionnel qu'il veut peindre sous toutes ses faces,
sous l'aspect qui inspire l'horreur, comme sous celui qui inspire la
pitié; il a étudié le condamné et l'a vu au départ, sur sa route, à
l'arrivée, à la prise des fers; il l'a vu à Brest, à Toulon, à
Rochefort, sur son banc de repos, où le forçat vit comme la brute; il
l'a vu dans ses travaux incessants du port, où règne l'égalité, sans
privilège pour les coupables; il l'a vu sur le lit de l'hospice: il l'a
suivi à son retour au monde, ou à l'amphithéâtre et à la fosse commune,
où les os de tant de générations de criminels s'entassent chaque jour.


_Les Petits Mystères de l'Opéra_, par Albéric Second, illustration par
Gavarni.--Paris, _Kugelmann et Bernard Latte_. 1 vol. in-8º; prix: 6 fr.

Si nous ne craignions de nous attirer une partie des rancunes que ce
volume ne peut manquer de valoir à son auteur, nous dirions qu'il s'en
publie peu d'aussi spirituels, et que c'est la plus amusante révélation
que nous ayons entendue depuis longtemps. Mais nous ne saurions admettre
toutes les méchancetés du révélateur sur ces messieurs et sur ces dames;
nous ne croyons ni aux intrigues ni aux sous-jupes, et c'est malgré nous
que nous avons ri de ce chapitre notamment où l'auteur, ayant dit du mal
de tout le monde, ayant épuisé toutes les formules malignes, et voulant
cependant encore renchérir sur le compte d'un de nos peintres, M.
Lepaute, ne trouve d'autre moyen que de faire son éloge. C'est bien
traître!

Il est cependant un certain monde pour lequel l'auteur des _Petits
Mystères_ s'est montré plus indulgent. Il paraît qu'il n'a plus rien à
attendre des femmes; attendait-il quelque chose des journalistes, des
feuilletonistes surtout? Il nous les fait passer en revue à une sortie
de l'Opéra; c'est tout un cortège de grands nommes. C'est bien l'idée
que nous nous sommes toujours faite de ces messieurs, et ce qui double
chez, nous le mérite de cette conviction, c'est que nous n'attendons
d'eux aucun compte rendu. Mais à leur place, en lisant ces flatteries
sur des pages mordantes, nous nous rappellerions le corbeau de la fable,
et nous craindrions que l'éloge de notre plumage ne fût mis là
uniquement pour nous faire ouvrir un large bec. Heureusement
l'amour-propre des corbeaux sert toujours merveilleusement la ruse des
renards, et d'ailleurs c'est par habitude sans doute que celui-ci se
sera montré rusé; car il s'est montré trop spirituel, il a trop
constamment su se montrer amusant, pour avoir besoin de recourir à des
apothéoses qui feront peut-être sourire les gens qui ne croient à rien,
pas même aux grands hommes de nos jours et aux réclames.


_L'Univers pittoresque_, histoire et description de tous les peuples, de
leurs religions, moeurs, coutumes, industries, etc.--_Europe_, tomes
XXV, XXVI, XXVII et XXVIII. _Angleterre, Écosse et Irlande_; par MM.
Galibert et Pelle, 4 vol. in-8. 24 fr.--Paris, 1842-1844. _Firmin
Didot._ Trois volumes ont déjà paru; le quatrième est en cours de
publication.

On a déjà parlé dans ce recueil de la grande publication de messieurs
Firmin Didot frères, et l'ouvrage que nous annonçons aujourd'hui est
peut-être, pour nous autres Français, après les deux ouvrages de cette
immense collection consacrés à l'histoire de France (_Annales et
Dictionnaire encyclopédique_), celui de tonus qui offre le plus grand
intérêt. Histoire civile et militaire, état social, religion, moeurs,
littérature, sciences et arts, législation, agriculture, navigation,
commerce, industrie, tout cela est renfermé dans le vaste cadre de MM.
Galibert et Pelle, tout cela est touché, sinon traité à fond par eux, de
telle sorte que, sans avoir fait une oeuvre historique d'une haute
portée, sans avoir laissé, ce à quoi eux-mêmes ne semblent pas
prétendre, un de ces monuments qui traversent les siècles, ils ont
donné un livre à la fois utile et amusant, dans lequel si rien de bien
neuf, de bien original n'y brille, on est du moins assuré de trouver un
résumé de ce que la science historique fournit de plus avancé sur
l'Angleterre jusqu'à ce jour.



[Illustration: Les exposants heureux, caricature par Cham.]

[Illustration: Les Exposants malheureux, caricature par Cham.]

[Illustration: Vol à main armée, caricature par Cham.]



Rébus.

EXPLICATION DU DERNIER RÉBUS.

Le temps se passe, et les noirs ne sont pas encore affranchis.

[Illustration.]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 0075, 1 August 1844" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home