Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: La Terre
Author: Zola, Émile
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La Terre" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Christine De Ryck Carlo Traverso, Charles Franks

Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr.



LES ROUGON-MACQUART

HISTOIRE NATURELLE ET SOCIALE D'UNE FAMILLE SOUS LE SECOND EMPIRE



                                LA TERRE


                            Par  ÉMILE  ZOLA



LA TERRE



PREMIÈRE PARTIE



I


Jean, ce matin-là, un semoir de toile bleue noué sur le ventre, en tenait
la poche ouverte de la main gauche, et de la droite, tous les trois pas, il
y prenait une poignée de blé, que d'un geste, à la volée, il jetait. Ses
gros souliers trouaient et emportaient la terre grasse, dans le balancement
cadencé de son corps; tandis que, à chaque jet, au milieu de la semence
blonde toujours volante, on voyait luire les deux galons rouges d'une veste
d'ordonnance, qu'il achevait d'user. Seul, en avant, il marchait, l'air
grandi; et, derrière, pour enfouir le grain, une herse roulait lentement,
attelée de deux chevaux, qu'un charretier poussait à longs coups de fouet
réguliers, claquant au-dessus de leurs oreilles.

La parcelle de terre, d'une cinquantaine d'ares à peine, au lieu dit des
Cornailles, était si peu importante, que M. Hourdequin, le maître de la
Borderie, n'avait pas voulu y envoyer le semoir mécanique, occupé ailleurs.
Jean, qui remontait la pièce du midi au nord, avait justement devant lui, à
deux kilomètres, les bâtiments de la ferme. Arrivé au bout du sillon, il
leva les yeux, regarda sans voir, en soufflant une minute.

C'étaient des murs bas, une tache brune de vieilles ardoises, perdue au
seuil de la Beauce, dont la plaine, vers Chartres, s'étendait. Sous le ciel
vaste, un ciel couvert de la fin d'octobre, dix lieues de cultures
étalaient en cette saison les terres nues, jaunes et fortes, des grands
carrés de labour, qui alternaient avec les nappes vertes des luzernes et
des trèfles; et cela sans un coteau, sans un arbre, à perte de vue, se
confondant, s'abaissant, derrière la ligne d'horizon, nette et ronde comme
sur une mer. Du côté de l'ouest, un petit bois bordait seul le ciel d'une
bande roussie. Au milieu, une route, la route de Châteaudun à Orléans,
d'une blancheur de craie, s'en allait toute droite pendant-quatre lieues,
déroulant, le défilé géométrique des poteaux du télégraphe. Et rien autre,
que trois ou quatre moulins de bois, sur leur pied de charpente, les ailes
immobiles. Des villages faisaient des îlots de pierre, un clocher au loin
émergeait d'un pli de terrain, sans qu'on vît l'église, dans les molles
ondulations de cette terre du blé.

Mais Jean se retourna, et il repartit, du nord au midi, avec son
balancement, la main gauche tenant le semoir, la droite fouettant l'air
d'un vol continu de semence. Maintenant, il avait devant lui, tout proche,
coupant la plaine ainsi qu'un fossé, l'étroit vallon de l'Aigre, après
lequel recommençait la Beauce, immense, jusqu'à Orléans. On ne devinait les
prairies et les ombrages qu'à une ligne de grands peupliers, dont les cimes
jaunies dépassaient le trou, pareilles, au ras des bords, à de courts
buissons. Du petit village de Rognes, bâti sur la pente, quelques toitures
seules étaient en vue, au pied de l'église, qui dressait en haut son
clocher de pierres grises, habité par des familles de corbeaux très
vieilles. Et, du côté de l'est, au delà de la vallée du Loir, où se cachait
à deux lieues Cloyes, le chef-lieu du canton, se profilaient, les lointains
coteaux du Perche, violâtres sous le jour ardoisé. On se trouvait là dans
l'ancien Dunois, devenu aujourd'hui l'arrondissement de Châteaudun, entre
le Perche et la Beauce, et à la lisière même de celle-ci, à cet endroit où
les terres moins fertiles lui font donner le nom de Beauce pouilleuse.
Lorsque Jean fut au bout du champ, il s'arrêta encore, jeta un coup d'oeil
en bas, le long du ruisseau de l'Aigre, vif et clair à travers les
herbages, et que suivait la route de Cloyes, sillonnée ce samedi-là par les
carrioles des paysans allant au marché. Puis, il remonta.

Et toujours, et du même pas, avec le même geste, il allait au nord, il
revenait au midi, enveloppé dans la poussière vivante du grain; pendant
que, derrière, la herse, sous les claquements du fouet, enterrait les
germes, du même train doux et comme réfléchi. De longues pluies venaient de
retarder les semailles d'automne; on avait encore fumé en août, et les
labours étaient prêts depuis longtemps, profonds, nettoyés des herbes
salissantes, bons à redonner du blé, après le trèfle et l'avoine de
l'assolement triennal. Aussi la peur des gelées prochaines, menaçantes à la
suite de ces déluges, faisait-elle se hâter les cultivateurs. Le temps
s'était mis brusquement au froid, un temps couleur de suie, sans un souffle
de vent, d'une lumière égale et morne sur cet océan de terre immobile. De
toutes parts, on semait: il y avait un autre semeur à gauche, à trois cents
mètres, un autre plus loin, vers la droite; et d'autres, d'autres encore
s'enfonçaient en face, dans la perspective fuyante des terrains plats.
C'étaient de petites silhouettes noires, de simples traits de plus en plus
minces, qui se perdaient à des lieues. Mais tous avaient le geste,
l'envolée de la semence, que l'on devinait comme une onde de vie autour
d'eux. La plaine en prenait un frisson, jusque dans les lointains noyés, où
les semeurs épars ne se voyaient plus.

Jean descendait pour la dernière fois, lorsqu'il aperçut, venant de Rognes,
une grande vache rousse et blanche, qu'une jeune fille, presque une enfant,
conduisait à la corde. La petite paysanne et la bête suivaient le sentier
qui longeait le vallon, au bord du plateau; et, le dos tourné, il avait
achevé l'emblave en remontant, lorsqu'un bruit de course, au milieu de cris
étranglés, lui fit de nouveau lever la tête, comme il dénouait son semoir
pour partir. C'était la vache emportée, galopant dans une luzernière,
suivie de la fille qui s'épuisait à la retenir. Il craignit un malheur, il
cria:

--Lâche-la donc!

Elle n'en faisait rien, elle haletait, injuriait sa vache, d'une voix de
colère et d'épouvante.

--La Coliche! veux-tu bien, la Coliche!... Ah! sale bête!... Ah! sacrée
rosse!

Jusque-là, courant et sautant de toute la longueur de ses petites jambes,
elle avait pu la suivre. Mais elle buta, tomba une première fois, se releva
pour retomber plus loin; et, dès lors, la bête s'affolant, elle fut
traînée. Maintenant, elle hurlait. Son corps, dans la luzerne, laissait un
sillage.

--Lâche-la donc, nom de Dieu! continuait à crier Jean. Lâche-la donc!

Et il criait cela machinalement, par terreur; car il courait lui aussi, en
comprenant enfin: la corde devait s'être nouée autour du poignet, serrée
davantage à chaque nouvel effort. Heureusement, il coupa au travers d'un
labour, arriva d'un tel galop devant la vache, que celle-ci, effrayée,
stupide, s'arrêta net. Déjà, il dénouait la corde, il asseyait la fille
dans l'herbe.

--Tu n'as rien de cassé?

Mais elle ne s'était pas même évanouie. Elle se mit debout, se tâta, releva
ses jupes jusqu'aux cuisses, tranquillement, pour voir ses genoux qui la
brûlaient, si essoufflée encore, qu'elle ne pouvait parler.

--Vous voyez, c'est là, ça me pince... Tout de même, je remue, il n'y a
rien... Oh! j'ai eu peur! Sur le chemin, j'étais en bouillie!

Et, examinant son poignet forcé, cerclé de rouge, elle le mouilla de
salive, y colla ses lèvres, en ajoutant avec un grand soupir, soulagée,
remise:

--Elle n'est pas méchante, la Coliche. Seulement, depuis ce matin, elle
nous fait rager, parce qu'elle est en chaleur... Je la mène au taureau, à
la Borderie.

--A la Borderie, répéta Jean. Ça se trouve bien, j'y retourne, je
t'accompagne.

Il continuait à la tutoyer, la traitant en gamine, tellement elle était
fine encore pour ses quatorze ans. Elle, le menton levé, regardait d'un air
sérieux ce gros garçon châtain, aux cheveux ras, à la face pleine et
régulière, dont les vingt-neuf ans faisaient pour elle un vieil homme.

--Oh! je vous connais, vous êtes Caporal, le menuisier qui est resté comme
valet chez M. Hourdequin.

A ce surnom, que les paysans lui avaient donné, le jeune homme eut un
sourire; et il la contemplait à son tour, surpris de la trouver presque
femme déjà, avec sa petite gorge dure qui se formait, sa face allongée aux
yeux noirs très profonds, aux lèvres épaisses, d'une chair fraîche et rose
de fruit mûrissant. Vêtue d'une jupe grise et d'un caraco de laine noire,
la tête coiffée d'un bonnet rond, elle avait la peau très brune, hâlée et
dorée de soleil.

--Mais tu es la cadette au père Mouche! s'écria-t-il. Je ne t'avais pas
reconnue... N'est-ce pas? ta soeur était la bonne amie de Buteau, le
printemps dernier, quand il travaillait avec moi à la Borderie?

Elle répondit simplement:

--Oui, moi, je suis Françoise... C'est ma soeur Lise qui est allée avec le
cousin Buteau, et qui est grosse de six mois, à cette heure... Il a filé,
il est du côté d'Orgères, à la ferme de la Chamade.

--C'est bien ça, conclut Jean. Je les ai vus ensemble.

Et ils restèrent un instant muets, face à face, lui riant de ce qu'il avait
surpris un soir les deux amoureux derrière une meule, elle mouillant
toujours son poignet meurtri, comme si l'humidité de ses lèvres en eût
calmé la cuisson; pendant que, dans un champ voisin, la vache, tranquille,
arrachait des touffes de luzerne. Le charretier et la herse s'en étaient
allés, faisant un détour pour gagner la route. On entendait le croassement
de deux corbeaux, qui tournoyaient d'un vol continu autour du clocher. Les
trois coups de l'angélus tintèrent dans l'air mort.

--Comment! déjà midi! s'écria Jean. Dépêchons-nous.

Puis, apercevant la Coliche, dans le champ:

--Eh! ta vache fait du dégât. Si on la voyait... Attends, bougresse, je vas
te régaler!

--Non, laissez, dit Françoise, qui l'arrêta. C'est à nous, cette pièce. La
garce, c'est chez nous qu'elle m'a culbutée!... Tout le bord est à la
famille, jusqu'à Rognes. Nous autres, nous allons d'ici là-bas; puis, à
côté, c'est à mon oncle Fouan; puis, après, c'est à ma tante, la Grande.

En désignant les parcelles du geste, elle avait ramené la vache dans le
sentier. Et ce fut seulement alors, quand elle la tint de nouveau par la
corde, qu'elle songea à remercier le jeune homme.

--N'empêche que je vous dois une fameuse chandelle! Vous savez, merci,
merci bien de tout mon coeur!

Ils s'étaient mis à marcher, ils suivaient le chemin étroit qui longeait le
vallon, avant de s'enfoncer dans les terres. La dernière sonnerie de
l'angélus venait de s'envoler, les corbeaux seuls croassaient toujours. Et,
derrière la vache tirant sur la corde, ni l'un ni l'autre ne causaient
plus, retombés dans ce silence des paysans qui font des lieues côte à côte,
sans échanger un mot. A leur droite, ils eurent un regard pour un semoir
mécanique, dont les chevaux tournèrent près d'eux; le charretier leur cria:
«Bonjour!» et ils répondirent: «Bonjour!» du même ton grave. En bas, à leur
gauche, le long de la route de Cloyes, des carrioles continuaient de filer,
le marché n'ouvrant qu'à une heure. Elles étaient secouées durement sur
leurs deux roues, pareilles à des insectes sauteurs, si rapetissées au
loin, qu'on distinguait l'unique point blanc du bonnet des femmes.

--Voilà mon oncle Fouan avec ma tante Rose, là-bas, qui s'en vont chez le
notaire, dit Françoise, les yeux sur une voiture grande comme une coque de
noix, fuyant à plus de deux kilomètres.

Elle avait ce coup d'oeil de matelot, cette vue longue des gens de pleine,
exercée aux détails, capable de reconnaître un homme ou une bête, dans la
petite tache remuante de leur silhouette.

--Ah! oui, on m'a conté, reprit Jean. Alors, c'est décidé, le vieux partage
son bien entre sa fille et ses deux fils?

--C'est décidé, ils ont tous rendez-vous aujourd'hui chez monsieur
Baillehache.

Elle regardait toujours fuir la carriole.

--Nous autres, nous nous en fichons, ça ne nous rendra ni plus gras ni plus
maigres... Seulement, il y a Buteau. Ma soeur pense qu'il l'épousera
peut-être, quand il aura sa part.

Jean se mit à rire.

--Ce sacré Buteau, nous étions camarades... Ah! ça ne lui coûte guère, de
mentir aux filles! Il lui en faut quand même, il les prend à coups de
poing, lorsqu'elles ne veulent pas par gentillesse.

--Bien sûr que c'est un cochon! déclara Françoise d'un air convaincu. On ne
fait pas à une cousine la cochonnerie de la planter là, le ventre gros.

Mais, brusquement, saisie de colère:

--Attends, la Coliche! je vas te faire danser!... La voilà qui recommence,
elle est enragée, cette bête, quand ça la tient!

D'une violente secousse, elle avait ramené la vache. A cet endroit, le
chemin quittait le bord du plateau. La carriole disparut, tandis que tous
deux continuèrent de marcher en plaine, n'ayant plus en face, à droite et à
gauche, que le déroulement sans fin des cultures. Entre les labours et les
prairies artificielles, le sentier s'en allait à plat, sans un buisson,
aboutissant à la ferme, qu'on aurait cru pouvoir toucher de la main, et qui
reculait, sous le ciel de cendre. Ils étaient retombés dans leur silence,
ils n'ouvrirent plus la bouche, comme envahis par la gravité réfléchie de
cette Beauce, si triste et si féconde.

Lorsqu'ils arrivèrent, la grande cour carrée de la Borderie, fermée de
trois côtés par les bâtiments des étables, des bergeries et des granges,
était déserte. Mais, tout de suite, sur le seuil de la cuisine, parut une
jeune femme, petite, l'air effronté et joli.

--Quoi donc, Jean, on ne mange pas, ce matin?

--J'y vais, madame Jacqueline.

Depuis que la fille à Cognet, le cantonnier de Rognes, la Cognette comme on
la nommait, quand elle lavait la vaisselle de la ferme à douze ans, était
montée aux honneurs de servante-maîtresse, elle se faisait traiter en dame,
despotiquement...

--Ah! c'est toi, Françoise, reprit-elle. Tu viens pour le taureau... Eh
bien! tu attendras. Le vacher est à Cloyes, avec monsieur Hourdequin. Mais
il va revenir, il devrait être ici.

Et, comme Jean se décidait à entrer dans la cuisine, elle le prit par la
taille, se frottant à lui d'un air de rire, sans s'inquiéter d'être vue, en
amoureuse gourmande qui ne se contentait pas du maître.

Françoise, restée seule, attendit patiemment, assise sur un banc de pierre,
devant la fosse à fumier, qui tenait un tiers de la cour. Elle regardait
sans pensée une bande de poules, piquant du bec et se chauffant les pattes
sur cette large couche basse, que le refroidissement de l'air faisait
fumer, d'une petite vapeur bleue. Au bout d'une demi-heure, lorsque Jean
reparut, achevant une tartine de beurre, elle n'avait pas bougé. Il s'assit
près d'elle, et comme la vache s'agitait, se battait de sa queue en
meuglant, il finit par dire:

--C'est ennuyeux que le vacher ne rentre pas.

La jeune fille haussa les épaules. Rien ne la pressait. Puis, après un
nouveau silence:

--Alors, Caporal, c'est Jean tout court qu'on vous nomme?

--Mais non, Jean Macquart.

--Et vous n'êtes pas de nos pays?

--Non, je suis Provençal, de Plassans, une ville, là-bas.

Elle avait levé les yeux pour l'examiner, surprise qu'on pût être de si
loin.

--Après Solférino, continua-t-il, il y a dix-huit mois, je suis revenu
d'Italie avec mon congé, et c'est un camarade qui m'a amené par ici...
Alors, voilà, mon ancien métier de menuisier ne m'allait plus, des
histoires m'ont fait rester à la ferme.

--Ah! dit-elle simplement, sans le quitter de ses grands yeux noirs.

Mais, à ce moment, la Coliche prolongea son meuglement désespéré de désir;
et un souffle rauque vint de la vacherie, dont la porte était fermée.

--Tiens! cria Jean, ce bougre de César l'a entendue!... Écoute, il cause-là
dedans... Oh! il connaît son affaire, on ne peut en faire entrer une dans
la cour, sans qu'il la sente et qu'il sache ce qu'on lui veut...

Puis, s'interrompant:

--Dis donc, le vacher a dû rester avec monsieur Hourdequin... Si tu
voulais, je t'amènerais le taureau. Nous ferions bien ça, à nous deux.

--Oui, c'est une idée, dit Françoise, qui se leva.

Il ouvrait la porte de la vacherie, lorsqu'il demanda encore:

--Et ta bête, faut-il l'attacher?

--L'attacher, non, non! pas la peine!... Elle est bien prête, elle ne
bougera seulement point.

La porte ouverte, on aperçut, sur deux rangs, aux deux côtés de l'allée
centrale, les trente vaches de la ferme, les unes couchées dans la litière,
les autres broyant les betteraves de leur auge; et, de l'angle où il se
trouvait, l'un des taureaux, un hollandais noir taché de blanc, allongeait
la tête, dans l'attente de sa besogne.

Dès qu'il fut détaché, César, lentement, sortit. Mais tout de suite il
s'arrêta, comme surpris par le grand air et le grand jour; et il resta une
minute immobile, raidi sur les pieds, la queue nerveusement balancée, le
cou enflé, le mufle tendu et flairant. La Coliche, sans bouger, tournait
vers lui ses gros yeux fixes, en meuglant plus bas. Alors, il s'avança, se
colla contre elle, posa la tête sur la croupe, d'une courte et rude
pression; sa langue pendait, il écarta la queue, lécha jusqu'aux cuisses;
tandis que, le laissant faire, elle ne remuait toujours pas, la peau
seulement plissée d'un frisson. Jean et Françoise, gravement, les mains
ballantes, attendaient.

Et, quand il fut prêt, César monta sur la Coliche, d'un saut brusque, avec
une lourdeur puissante qui ébranla le sol. Elle n'avait pas plié, il la
serrait aux flancs de ses deux jambes. Mais elle, une cotentine de grande
taille, était si haute, si large pour lui, de race moins forte, qu'il
n'arrivait pas. Il le sentit, voulut se remonter, inutilement.

--Il est trop petiot, dit Françoise.

--Oui, un peu, dit Jean. Ça ne fait rien, il entrera tout de même.

Elle hocha la tête; et, César tâtonnant encore, s'épuisant, elle se décida.

--Non, faut l'aider... S'il entre mal, ce sera perdu, elle ne retiendra
pas.

D'un air calme et attentif, comme pour une besogne sérieuse, elle s'était
avancée. Le soin qu'elle y mettait fonçait le noir de ses yeux,
entr'ouvrait ses lèvres rouges, dans sa face immobile. Elle dut lever le
bras d'un grand geste, elle saisit à pleine main le membre du taureau,
qu'elle redressa. Et lui, quand il se sentit au bord, ramassé dans sa
force, il pénétra d'un seul tour de reins, à fond. Puis, il ressortit.
C'était fait: le coup de plantoir qui enfonce une graine. Solide, avec la
fertilité impassible de la terre qu'on ensemence, la vache avait reçu, sans
un mouvement, ce jet fécondant du mâle. Elle n'avait même pas frémi dans la
secousse. Lui, déjà, était retombé, ébranlant de nouveau le sol.

Françoise, ayant retiré sa main, restait le bras en l'air. Elle finit par
le baisser, en disant:

--Ça y est.

--Et raide! répondit Jean d'un air de conviction, où se mêlait un
contentement de bon ouvrier pour l'ouvrage vite et bien fait.

Il ne songeait pas à lâcher une de ces gaillardises, dont les garçons de la
ferme s'égayaient avec les filles qui amenaient ainsi leurs vaches. Cette
gamine semblait trouver ça tellement simple et nécessaire, qu'il n'y avait
vraiment pas de quoi rire, honnêtement. C'était la nature.

Mais, depuis un instant, Jacqueline se tenait de nouveau sur la porte; et,
avec un roucoulement de gorge qui lui était familier, elle lança gaiement:

--Eh! la main partout! c'est donc que ton amoureux n'a pas d'oeil, à ce
bout-là!

Jean ayant éclaté d'un gros rire, Françoise subitement devint toute rouge.
Confuse, pour cacher sa gêne, tandis que César rentrait de lui-même à
l'étable, et que la Coliche broutait un pied d'avoine poussé dans la fosse
à fumier, elle fouilla ses poches, finit par sortir son mouchoir, en dénoua
la corne, où elle avait serré les quarante sous de la saillie.

--Tenez! v'là l'argent! dit-elle. Bien le bonsoir!

Elle partit avec sa vache, et Jean, qui reprenait son semoir, la suivit, en
disant à Jacqueline qu'il allait au champ du Poteau, selon les ordres que
M. Hourdequin avait donnés pour la journée.

--Bon! répondit-elle. La herse doit y être.

Puis, comme le garçon rejoignait la petite paysanne, et qu'ils
s'éloignaient à la file, dans l'étroit sentier, elle leur cria encore, de
sa voix chaude et farceuse:

--Pas de danger, hein? si vous vous perdez ensemble: la petite connaît le
bon chemin.

Derrière eux, la cour de la ferme redevint déserte. Ni l'un ni l'autre
n'avaient ri, cette fois. Ils marchaient lentement, avec le seul bruit de
leurs souliers butant contre les pierres. Lui, ne voyait d'elle que sa
nuque enfantine, où frisaient de petits cheveux noirs, sous le bonnet rond.
Enfin, au bout d'une cinquantaine de pas:

--Elle a tort d'attraper les autres sur les hommes, dit Françoise posément.
J'aurais pu lui répondre...

Et, se tournant vers le jeune homme, le dévisageant d'un air de malice:

--C'est vrai, n'est-ce pas? qu'elle en fait porter à monsieur Hourdequin,
comme si elle était sa femme déjà... Vous en savez peut-être bien quelque
chose, vous?

Il se troubla, il prit une mine sotte.

--Dame! elle fait ce qu'il lui plaît, ça la regarde.

Françoise, le dos tourné, s'était remise en marche.

--Ça, c'est vrai... Je plaisante, parce que vous pourriez être quasiment
mon père, et que ça ne tire pas à conséquence... Mais, voyez-vous, depuis
que Buteau a fait sa cochonnerie à ma soeur, j'ai bien juré que je me
couperais plutôt les quatre membres que d'avoir un amoureux.

Jean hocha la tête, et ils ne parlèrent plus. Le petit champ du Poteau se
trouvait au bout du sentier, à moitié chemin de Rognes. Quand il y fut, le
garçon s'arrêta. La herse l'attendait, un sac de semence était déchargé
dans un sillon. Il y remplit son semoir, en disant:

--Adieu, alors!

--Adieu! répondit Françoise. Encore merci!

Mais il fut pris d'une crainte, il se redressa et cria:

--Dis donc, si la Coliche recommençait... Veux-tu que je t'accompagne
jusque chez toi?

Elle était déjà loin, elle se retourna, jeta de sa voix calme et forte, au
travers du grand silence de la campagne:

--Non! non! inutile, plus de danger! elle a le sac plein!

Jean, le semoir noué sur le ventre, s'était mis à descendre la pièce de
labour, avec le geste continu, l'envolée du grain; et il levait les yeux,
il regardait Françoise décroître parmi les cultures, toute petite derrière
sa vache indolente, qui balançait son grand corps. Lorsqu'il remonta, il
cessa de la voir; mais, au retour, il la retrouva, rapetissée encore, si
mince, qu'elle ressemblait à une fleur de pissenlit, avec sa taille fine et
son bonnet blanc. Trois fois de la sorte, elle diminua; puis, il la
chercha, elle avait dû tourner, devant l'église.

Deux heures sonnèrent, le ciel restait gris, sourd et glacé; et des
pelletées de cendre fine paraissaient y avoir enseveli le soleil pour de
longs mois, jusqu'au printemps. Dans cette tristesse, une tache plus claire
pâlissait les nuages, vers Orléans, comme si, de ce côté, le soleil eût
resplendi quelque part, à des lieues. C'était sur cette échancrure blême
que se détachait le clocher de Rognes, tandis que le village dévalait,
caché dans le pli invisible du vallon de l'Aigre. Mais, vers Chartres, au
nord, la ligne plate de l'horizon gardait sa netteté de trait d'encre
coupant un lavis, entre l'uniformité terreuse du vaste ciel et le
déroulement sans bornes de la Beauce. Depuis le déjeuner, le nombre des
semeurs semblait y avoir grandi. Maintenant, chaque parcelle de la petite
culture avait le sien, ils se multipliaient, pullulaient comme de noires
fourmis laborieuses, mises en l'air par quelque gros travail, s'acharnant
sur une besogne démesurée, géante à côté de leur petitesse; et l'on
distinguait pourtant, même chez les plus lointains, le geste obstiné,
toujours le même, cet entêtement d'insectes en lutte avec l'immensité du
sol, victorieux à la fin de l'étendue et de la vie.

Jusqu'à la nuit tombée, Jean sema. Après le champ du Poteau, ce fut celui
des Rigoles et celui des Quatre-Chemins. Il allait, il venait, à longs pas
rythmés dans les labours; et le blé de son semoir s'épuisait, la semence
derrière lui fécondait la terre.



II


La maison de maître Baillehache, notaire à Cloyes, était située rue
Grouaise, à gauche, en allant à Châteaudun: une petite maison blanche d'un
seul étage, au coin de laquelle était fixée la corde de l'unique réverbère
qui éclairait cette large rue pavée, déserte en semaine, animée le samedi
du flot des paysans venant au marché. De loin, on voyait luire les deux
panonceaux, sur la ligne crayeuse des constructions basses; et, derrière,
un étroit jardin descendait jusqu'au Loir.

Ce samedi-là, dans la pièce qui servait d'étude et qui donnait sur la rue,
à droite du vestibule, le petit clerc, un gamin de quinze ans, chétif et
pâle, avait relevé l'un des rideaux de mousseline, pour voir passer le
monde. Les deux autres clercs, un vieux, ventru et très sale, un plus
jeune, décharné, ravagé de bile, écrivaient sur une double table de sapin
noirci, qui composait tout le mobilier, avec sept ou huit chaises et un
poêle de fonte, qu'on allumait seulement en décembre, même lorsqu'il
neigeait à la Toussaint. Les casiers dont les murs étaient garnis, les
cartons verdâtres, cassés aux angles, débordant de dossiers jaunes,
empoisonnaient la pièce d'une odeur d'encre gâtée et de vieux papiers
mangés de poussière.

Et, cependant, assis côte à côte, deux paysans, l'homme et la femme,
attendaient, dans une immobilité et une patience pleines de respect. Tant
de papiers, et surtout ces messieurs écrivant si vite, ces plumes craquant
à la fois, les rendaient graves, en remuant en eux des idées d'argent et de
procès. La femme, âgée de trente-quatre ans, très brune, de figure
agréable, gâtée par un grand nez, avait croisé ses mains sèches de
travailleuse sur son caraco de drap noir, bordé de velours; et, de ses yeux
vifs, elle fouillait les coins, avec l'évidente rêverie de tous les titres
de biens qui dormaient là; tandis que l'homme, de cinq ans plus âgé, roux
et placide, en pantalon noir et en longue blouse de toile bleue, toute
neuve, tenait sur ses genoux son chapeau de feutre rond, sans que l'ombre
d'une pensée animât sa large face de terre cuite, rasée soigneusement,
trouée de deux gros yeux bleu-faïence, d'une fixité de boeuf au repos.

Mais une porte s'ouvrit, maître Baillehache, qui venait de déjeuner en
compagnie de son beau-frère, le fermier Hourdequin, parut très rouge, frais
encore pour ses cinquante-cinq ans, avec ses lèvres épaisses, ses paupières
bridées, dont les rides faisaient rire continuellement son regard. Il
portait un binocle et avait le continuel geste maniaque de tirer les longs
poils grisonnants de ses favoris.

--Ah! c'est vous, Delhomme, dit-il. Le père Fouan s'est donc décidé au
partage?

Ce fut la femme qui répondit.

--Mais oui, monsieur Baillehache... Nous avons tous rendez-vous, pour
tomber d'accord et pour que vous nous disiez comment on fait.

--Bon, bon, Fanny, on va voir... Il n'est qu'une heure à peine, il faut
attendre les autres.

Et le notaire causa un instant encore, demandant le prix du blé en baisse
depuis deux mois, témoignant à Delhomme la considération amicale due à un
cultivateur qui possédait une vingtaine d'hectares, un serviteur et trois
vaches. Puis, il rentra dans son cabinet.

Les clercs n'avaient pas levé la tête, exagérant les craquements de leurs
plumes; et, de nouveau, les Delhomme attendirent, immobiles. C'était une
chanceuse, cette Fanny, d'avoir été épousée par un amoureux honnête et
riche, sans même être enceinte, elle qui, pour sa part, n'espérait du père
Fouan que trois hectares environ. Son mari, du reste, ne se repentait pas,
car il n'aurait pu trouver une ménagère plus intelligente ni plus active,
au point qu'il se laissait conduire en toutes choses, d'esprit borné, mais
si calme, si droit, que souvent, à Rognes, on le prenait pour arbitre.

A ce moment, le petit clerc, qui regardait dans la rue, étouffa un rire
entre ses doigts, en murmurant à son voisin, le vieux, ventru et très sale:

--Oh! Jésus-Christ!

Vivement, Fanny s'était penchée à l'oreille de son homme.

--Tu sais, laisse-moi faire... J'aime bien papa et maman, mais je ne veux
pas qu'ils nous volent; et méfions-nous de Buteau et de cette canaille
d'Hyacinthe.

Elle parlait de ses deux frères, elle avait vu par la fenêtre arriver
l'aîné, cet Hyacinthe que tout le pays connaissait sous le surnom de
Jésus-Christ: un paresseux et un ivrogne, qui, à son retour du service,
après avoir fait les campagnes d'Afrique, s'était mis à battre les champs,
refusant tout travail régulier, vivant de braconnage et de maraude, comme
s'il eût rançonné encore un peuple tremblant de Bédouins.

Un grand gaillard entra, dans toute la force musculeuse de ses quarante
ans, les cheveux bouclés, la barbe en pointe, longue et inculte, avec une
face de Christ ravagé, un Christ soûlard, violeur de filles et détrousseur
de grandes routes. Depuis le matin à Cloyes, il était gris déjà, le
pantalon boueux, la blouse ignoble de taches, une casquette en loques
renversée sur la nuque; et il fumait un cigare d'un sou, humide et noir,
qui empestait. Cependant, au fond de ses beaux yeux noyés, il y avait de la
goguenardise pas méchante, le coeur ouvert d'une bonne crapule.

--Alors, le père et la mère ne sont pas encore là? demanda-t-il.

Et, comme le clerc maigre, jauni de bile, lui répondait rageusement d'un
signe de tête négatif, il resta un instant le regard au mur, tandis que son
cigare fumait tout seul dans sa main. Il n'avait pas eu un coup d'oeil pour
sa soeur et son beau-frère, qui, eux-mêmes, ne paraissaient pas l'avoir vu
entrer. Puis, sans ajouter un mot, il sortit, il alla attendre sur le
trottoir.

--Oh! Jésus-Christ! oh! Jésus-Christ! répéta en faux bourdon le petit
clerc, le nez vers la rue, l'air de plus en plus amusé du sobriquet qui
éveillait en lui des histoires drôles.

Mais cinq minutes à peine se passèrent, les Fouan arrivèrent enfin, deux
vieux aux mouvements ralentis et prudents. Le père, jadis très robuste, âgé
de soixante-dix ans aujourd'hui, s'était desséché et rapetissé dans un
travail si dur, dans une passion de la terre si âpre, que son corps se
courbait, comme pour retourner à cette terre, violemment désirée et
possédée. Pourtant, sauf les jambes, il était gaillard encore, bien tenu,
ses petits favoris blancs, en pattes de lièvre correctes, avec le long nez
de la famille qui aiguisait sa face maigre, aux plans de cuir coupés de
grands plis. Et, dans son ombre, ne le quittant pas d'une semelle; la mère,
plus petite, semblait être restée grasse, le ventre gros d'un commencement
d'hydropisie, le visage couleur d'avoine, troué d'yeux ronds, d'une bouche
ronde, qu'une infinité de rides serraient ainsi que des bourses d'avare.
Stupide, réduite dans le ménage à un rôle de bête docile et laborieuse,
elle avait toujours tremblé devant l'autorité despotique de son mari.

--Ah! c'est donc vous! s'écria Fanny, qui se leva.

Delhomme avait également quitté sa chaise. Et, derrière les vieux,
Jésus-Christ venait de reparaître, se dandinant, sans une parole. Il écrasa
le bout de son cigare pour l'éteindre, puis fourra le fumeron empesté dans
une poche de sa blouse.

--Alors, nous y sommes, dit Fouan. Il ne manque que Buteau... Jamais à
l'heure, jamais comme les autres, ce bougre-là!

--Je l'ai vu au marché, déclara Jésus-Christ d'une voix enrouée par
l'eau-de-vie. Il va venir.

Buteau, le cadet, âgé de vingt-sept ans, devait ce surnom à sa mauvaise
tête, continuellement en révolte, s'obstinant dans des idées à lui, qui
n'étaient celles de personne. Même gamin, il n'avait pu s'entendre avec ses
parents; et, plus tard, après avoir tiré un bon numéro, il s'était sauvé de
chez eux, pour se louer, d'abord à la Borderie, ensuite à la Chamade.

Mais, comme le père continuait de gronder, il entra, vif et gai. Chez lui,
le grand nez des Fouan s'était aplati, tandis que le bas de la figure, les
maxillaires s'avançaient en mâchoires puissantes de carnassier. Les tempes
fuyaient, tout le haut de la tête se resserrait et, derrière le rire
gaillard de ses yeux gris, il y avait déjà de la ruse et de la violence. Il
tenait de son père le désir brutal, l'entêtement dans la possession,
aggravés par l'avarice étroite de la mère. A chaque querelle, lorsque les
deux vieux l'accablaient de reproches, il leur répondait: «Fallait pas me
faire comme ça!»

--Dites donc, il y a cinq lieues de la Chamade à Cloyes, répondit-il aux
grognements. Et puis, quoi? j'arrive en même temps que vous... Est-ce qu'on
va encore me tomber sur le dos?

Maintenant, tous se disputaient, criaient de leurs voix perçantes et
hautes, habituées au plein vent, débattaient leurs affaires, absolument
comme s'ils se fussent trouvés chez eux. Les clercs, incommodés, leur
jetaient des regards obliques, lorsque le notaire vint au bruit, ouvrant de
nouveau la porte de son cabinet.

--Vous y êtes tous? Allons, entrez!

Ce cabinet donnait sur le jardin, la mince bande de terre qui descendait
jusqu'au Loir, dont on apercevait, au loin, les peupliers sans feuilles.
Ornant la cheminée, il y avait une pendule de marbre noir, entre des
paquets de dossiers; et rien autre que le bureau d'acajou, un cartonnier et
des chaises.

Tout de suite, M. Baillehache s'était installé à ce bureau, comme à un
tribunal; tandis que les paysans, entrés à la queue, hésitaient, louchaient
en regardant les sièges, avec l'embarras de savoir où et comment ils
devaient s'asseoir.

--Voyons, asseyez-vous!

Alors, poussés par les autres, Fouan et Rose se trouvèrent au premier rang,
sur deux chaises; Fanny et Delhomme se mirent derrière, également côte à
côte; pendant que Buteau s'isolait dans un coin, contre le mur, et
qu'Hyacinthe, seul, restait debout, devant la fenêtre, dont il bouchait le
jour de ses larges épaules. Mais le notaire, impatienté, l'interpella
familièrement.

--Asseyez-vous donc, Jésus-Christ!

Et il dut entamer l'affaire le premier.

--Ainsi, père Fouan, vous vous êtes décidé à partager vos biens de votre
vivant entre vos deux fils et votre fille?

Le vieux ne répondit point, les autres demeurèrent immobiles, un grand
silence se fit. D'ailleurs, le notaire, habitué à ces lenteurs, ne se
hâtait pas, lui non plus. Sa charge était dans la famille depuis deux cent
cinquante ans; les Baillehache de père en fils s'étaient succédé à Cloyes,
d'antique sang beauceron, prenant de leur clientèle paysanne la pesanteur
réfléchie, la circonspection sournoise qui noient de longs silences et de
paroles inutiles le moindre débat. Il avait ouvert un canif, il se rognait
les ongles.

--N'est-ce pas? il faut croire que vous vous êtes décidé, répéta-t-il
enfin, les yeux fixés sur le vieux.

Celui-ci se tourna, eut un regard sur tous, avant de dire, en cherchant les
mots:

--Oui, ça se peut bien, monsieur Baillehache... Je vous en avais parlé à la
moisson, vous m'aviez dit d'y penser davantage; et j'y ai pensé encore, et
je vois qu'il va falloir tout de même en venir là.

Il expliqua pourquoi, en phrases interrompues, coupées de continuelles
incidentes. Mais ce qu'il ne disait pas, ce qui sortait de l'émotion
refoulée dans sa gorge, c'était la tristesse infinie, la rancune sourde, le
déchirement de tout son corps, à se séparer de ces biens si chaudement
convoités avant la mort de son père, cultivés plus tard avec un acharnement
de rut, augmentés ensuite lopins à lopins, au prix de la plus sordide
avarice. Telle parcelle représentait des mois de pain et de fromage, des
hivers sans feu, des étés de travaux brûlants, sans autre soutien que
quelques gorgées d'eau. Il avait aimé la terre en femme qui tue et pour qui
on assassine. Ni épouse, ni enfants, ni personne, rien d'humain: la terre!
Et voilà qu'il avait vieilli, qu'il devait céder cette maîtresse à ses
fils, comme son père la lui avait cédée à lui-même, enragé de son
impuissance.

--Voyez-vous, monsieur Baillehache, il faut se faire une raison, les jambes
ne vont plus, les bras ne sont guère meilleurs, et, dame! la terre en
souffre... Ça aurait encore pu marcher, si l'on s'était entendu avec les
enfants...

Il jeta un coup d'oeil sur Buteau et sur Jésus-Christ, qui ne bougèrent
pas, les yeux au loin, comme à cent lieues de ce qu'il disait.

--Mais, quoi? voulez-vous que je prenne du monde, des étrangers qui
pilleront chez nous? Non, les serviteurs, ça coûte trop cher, ça mange le
gain, au jour d'aujourd'hui... Moi, je ne peux donc plus. Cette saison,
tenez! des dix-neuf setiers que je possède, eh bien! j'ai eu à peine la
force d'en cultiver le quart, juste de quoi manger, du blé pour nous et de
l'herbe pour les deux vaches... Alors, ça me fend le coeur, de voir cette
bonne terre qui se gâte. Oui, j'aime mieux tout lâcher que d'assister à ce
massacre.

Sa voix s'étrangla, il eut un grand geste de douleur et de résignation.
Près de lui, sa femme, soumise, écrasée par plus d'un demi-siècle
d'obéissance et de travail, écoutait.

--L'autre jour, continua-t-il, en faisant ses fromages, Rose est tombée le
nez dedans. Moi, ça me casse, rien que de venir en carriole au marché... Et
puis, la terre, on ne l'emporte pas avec soi, quand on s'en va. Faut la
rendre, faut la rendre... Enfin, nous avons assez travaillé, nous voulons
crever tranquilles... N'est-ce pas, Rose?

--C'est ça même, comme le bon Dieu nous voit! dit la vieille.

Un nouveau silence régna, très long. Le notaire achevait de se couper les
ongles. Il finit par remettre le canif sur son bureau, en disant:

--Oui, ce sont des raisons raisonnables, on est souvent forcé de se
résoudre à la donation... Je dois ajouter qu'elle offre une économie aux
familles, car les droits d'héritage sont plus forts que ceux de la
démission de biens...

Buteau, dans son affectation d'indifférence, ne put retenir ce cri:

--Alors, c'est vrai, monsieur Baillehache?

--Mais sans doute. Vous allez y gagner quelques centaines de francs.

Les autres s'agitèrent, le visage de Delhomme lui-même s'éclaira, tandis
que le père et la mère partageaient aussi cette satisfaction. C'était
entendu, l'affaire était faite, du moment que ça coûtait moins.

--Il me reste à vous présenter les observations d'usage, ajouta le notaire.
Beaucoup de bons esprits blâment la démission de biens, qu'ils regardent
comme immorale, car ils l'accusent de détruire les liens de famille... On
pourrait, en effet, citer des faits déplorables, les enfants se conduisent
des fois très mal, lorsque les parents se sont dépouillés...

Les deux fils et la fille l'écoutaient, la bouche ouverte, avec des
battements de paupières et un frémissement des joues.

--Que papa garde tout, s'il a ces idées! interrompit sèchement Fanny, très
susceptible.

--Nous avons toujours été dans le devoir, dit Buteau.

--Et ce n'est pas le travail qui nous fait peur, déclara Jésus-Christ.

D'un geste, M. Baillehache les calma.

--Laissez-moi donc finir! Je sais que vous êtes de bons enfants, des
travailleurs honnêtes; et, avec vous, il n'y a certainement pas de danger
que vos parents se repentent un jour.

Il n'y mettait aucune ironie, il répétait la phrase amicale que vingt-cinq
ans d'habitude professionnelle arrondissaient sur ses lèvres. Mais la mère,
bien qu'elle n'eût pas semblé comprendre, promenait ses yeux bridés, de sa
fille à ses deux fils. Elle les avait élevés tous les trois, sans
tendresse, dans une froideur de ménagère qui reproche aux petits de trop
manger sur ce qu'elle épargne. Le cadet, elle lui gardait rancune de ce
qu'il s'était sauvé de la maison, lorsqu'il gagnait enfin; la fille, elle
n'avait jamais pu s'accorder avec elle, blessée de se heurter à son propre
sang, à une gaillarde active, chez qui l'intelligence du père s'était
tournée en orgueil; et son regard ne s'adoucissait qu'en s'arrêtant sur
l'aîné, ce chenapan qui n'avait rien d'elle ni de son mari, cette mauvaise
herbe poussée on ne savait d'où, et que peut-être pour cela elle excusait
et préférait.

Fouan, lui aussi, avait regardé ses enfants, l'un après l'autre, avec le
sourd malaise de ce qu'ils feraient de son bien. La paresse de l'ivrogne
l'angoissait moins encore que la convoitise jouisseuse des deux autres. Il
hocha sa tète tremblante: à quoi bon se manger le sang, puisqu'il le
fallait!

--Maintenant que le partage est résolu, reprit le notaire, il s'agit de
régler les conditions. Êtes-vous d'accord sur la rente à servir?

Du coup, tous redevinrent immobiles et muets. Les visages tannés avaient
pris une expression rigide, la gravité impénétrable de diplomates abordant
l'estimation d'un empire. Puis, ils se tâtèrent d'un coup d'oeil, mais
personne encore ne parla. Ce fut le père qui, de nouveau, expliqua les
choses.

--Non, monsieur Baillehache, nous n'en avons pas causé, nous avons attendu
d'être tous ensemble, ici... Mais c'est bien simple, n'est-ce pas? J'ai
dix-neuf setiers, ou neuf hectares et demi, comme on dit à cette heure.
Alors, si je louais, ça ferait donc neuf cent cinquante francs, à cent
francs l'hectare...

Buteau, le moins patient, sauta sur sa chaise.

--Comment! à cent francs l'hectare! est-ce que vous vous foutez de nous,
papa?

Et une première discussion s'engagea sur les chiffres. Il y avait un setier
de vigne: ça, oui, on l'aurait loué cinquante francs. Mais est-ce qu'on
aurait jamais trouvé ce prix pour les douze setiers de terres de labour, et
surtout pour les six setiers de prairies naturelles, ces prés du bord de
l'Aigre, dont le foin ne valait rien? Les terres de labour elles-mêmes
n'étaient guère bonnes, un bout principalement, celui qui longeait le
plateau, car la couche arable s'amincissait à mesure qu'on approchait du
vallon.

--Voyons, papa, dit Fanny d'un air de reproche, il ne faut pas nous fiche
dedans.

--Ça vaut cent francs l'hectare, répétait le vieux avec obstination en se
donnant des claques sur la cuisse. Demain, je louerai à cent francs, si je
veux... Et qu'est-ce que ça vaut donc, pour vous autres? Dites un peu voir
ce que ça vaut?

--Ça vaut soixante francs, dit Buteau.

Fouan, hors de lui, maintenait son prix, entrait dans un éloge outré de sa
terre, une si bonne terre, qui donnait du blé toute seule, lorsque
Delhomme, silencieux jusque-là, déclara avec son grand accent d'honnêteté:

--Ça vaut quatre-vingts francs, pas un sou de plus, pas un sou de moins.

Tout de suite, le vieux se calma.

--Bon! mettons quatre-vingts; je veux bien faire un sacrifice pour mes
enfants.

Mais Rose, qui l'avait tiré par un coin de sa blouse, lâcha un seul mot, la
révolte de sa ladrerie:

--Non, non!

Jésus-Christ s'était désintéressé. La terre ne lui tenait plus au coeur,
depuis ses cinq ans d'Afrique. Il ne brûlait que d'un désir, avoir sa part,
pour battre monnaie. Aussi continuait-il à se dandiner d'un air goguenard
et supérieur.

--J'ai dit quatre-vingts, criait Fouan, c'est quatre-vingts! Je n'ai jamais
eu qu'une parole: devant Dieu, je le jure! Neuf hectares et demi, voyons,
ça fait sept cent soixante francs, en chiffres ronds huit cents... Eh bien!
la pension sera de huit cents francs, c'est juste!

Violemment, Buteau éclata de rire, pendant que Fanny protestait d'un branle
de la tête, comme stupéfiée. Et M. Baillehache, qui, depuis la discussion,
regardait dans son jardin, les yeux vagues, revint à ses clients, sembla
les écouter en se tirant les favoris de son geste maniaque, assoupi par la
digestion du fin déjeuner qu'il avait fait.

Cette fois, pourtant, le vieux avait raison: c'était juste. Mais les
enfants, échauffés, emportés par la passion de conclure le marché au plus
bas prix possible, se montraient terribles, marchandaient, juraient, avec
la mauvaise foi des paysans qui achètent un cochon.

--Huit cents francs! ricanait Buteau. C'est donc que vous allez vivre comme
des bourgeois?... Ah bien! huit cents francs, on mangerait quatre! dites
tout de suite que c'est pour vous crever d'indigestion!

Fouan ne se fâchait pas encore. Il trouvait le marchandage naturel, il
faisait simplement face à ce déchaînement prévu, allumé lui aussi, allant
carrément jusqu'au bout de ses exigences.

--Et ce n'est pas tout, minute!... Nous gardons jusqu'à notre mort la
maison et le jardin, bien entendu... Puis, comme nous ne récolterons plus
rien, que nous n'aurons plus les deux vaches, nous voulons par an une pièce
de vin, cent fagots, et par semaine dix litres de lait, une douzaine
d'oeufs et trois fromages.

--Oh! papa! gémit douloureusement Fanny atterrée, oh! papa!

Buteau, lui, ne discutait plus. Il s'était levé d'un bond, il marchait avec
des gestes brusques; même il avait enfoncé sa casquette, pour partir.
Jésus-Christ venait également de quitter sa chaise, inquiet à l'idée que
toutes ces histoires pouvaient faire manquer le partage. Seul, Delhomme
restait impassible, un doigt contre son nez, dans une attitude de profonde
réflexion et de gros ennui.

Alors, M. Baillehache sentit la nécessité de hâter un peu les choses. Il
secoua son assoupissement, et en fouillant ses favoris d'une main plus
active:

--Vous savez, mes amis, que le vin, les fagots, ainsi que les fromages et
les oeufs, sont dans les usages.

Mais il fut interrompu par une volée de phrases aigres.

--Des oeufs avec des poulets dedans, peut-être!

--Est-ce que nous buvons notre vin? nous le vendons!

--Ne rien foutre et se chauffer, c'est commode, lorsque vos enfants
s'esquintent!

Le notaire, qui en avait entendu bien d'autres, continua avec flegme:

--Tout ça, ce n'est pas à dire... Saperlotte! Jésus-Christ, asseyez-vous
donc! Vous bouchez le jour, c'est agaçant!... Et voilà qui est entendu,
n'est-ce pas, vous tous? Vous donnerez les redevances en nature, parce que
vous vous feriez montrer au doigt... Il n'y a donc que le chiffre de la
rente à débattre...

Delhomme, enfin, fit signe qu'il avait à parler. Chacun venait de reprendre
sa place, il dit lentement, au milieu de l'attention générale:

--Pardon, ça semble juste, ce que demande le père. On pourrait lui servir
huit cents francs, puisque c'est huit cents francs qu'il louerait son
bien... Seulement, nous ne comptons pas ainsi, nous autres. Il ne nous loue
pas la terre, il nous la donne, et le calcul est de savoir ce que lui et la
mère ont besoin pour vivre... Oui, pas davantage, ce qu'ils ont besoin pour
vivre.

--En effet, appuya le notaire, c'est ordinairement la base que l'on prend.

Et une autre querelle s'éternisa. La vie des deux vieux fut fouillée,
étalée, discutée besoin par besoin. On pesa le pain, les légumes, la
viande; on estima les vêtements, rognant sur la toile et sur la laine; on
descendit même aux petites douceurs, au tabac à fumer du père, dont les
deux sous quotidiens, après des récriminations interminables, furent fixés
à un sou. Lorsqu'on ne travaillait plus, il fallait savoir se réduire.
Est-ce que la mère, elle aussi, ne pouvait se passer de café noir? C'était
comme leur chien, un vieux chien de douze ans qui mangeait gros, sans
utilité: il y avait beau temps qu'on aurait dû lui allonger un coup de
fusil. Quand le calcul se trouva terminé, on le recommença, on chercha ce
qu'on allait supprimer encore, deux chemises, six mouchoirs par an, un
centime sur ce qu'on avait mis par jour pour le sucre. Et, en taillant et
retaillant, en épuisant les économies infimes, on arriva de la sorte à un
chiffre de cinq cent cinquante et quelques francs, ce qui laissa les
enfants agités, hors d'eux, car ils s'entêtaient à ne pas dépasser cinq
cents francs tout ronds.

Cependant, Fanny se lassait. Elle n'était pas mauvaise fille, plus
pitoyable que les hommes, n'ayant point encore le coeur et la peau durcis
par la rude existence au grand air. Aussi parlait-elle d'en finir, résignée
à des concessions. Jésus-Christ, de son côté, haussait les épaules, très
large sur l'argent, envahi même d'un attendrissement d'ivrogne, prêt à
offrir un appoint sur sa part, qu'il n'aurait, du reste, jamais payé.

--Voyons, demanda la fille, ça va-t-il pour cinq cent cinquante?

--Mais oui, mais oui! répondit-il. Faut bien qu'ils nocent un peu, les
vieux!

La mère eut pour son aîné un regard souriant et mouillé d'affection, tandis
que le père continuait la lutte avec le cadet. Il n'avait cédé que pas à
pas, bataillant à chaque réduction, s'entêtant sur certains chiffres. Mais,
sous l'opiniâtreté froide qu'il montrait, une colère grandissait en lui,
devant l'enragement de cette chair, qui était la sienne, à s'engraisser de
sa chair, à lui sucer le sang, vivant encore. Il oubliait qu'il avait mangé
son père ainsi. Ses mains s'étaient mises à trembler, il gronda:

--Ah! fichue graine! dire qu'on a élevé ça et que ça vous retire le pain de
la bouche!... J'en suis dégoûté, ma parole! j'aimerais mieux pourrir déjà
dans la terre... Alors, il n'y a pas moyen que vous soyez gentils, vous ne
voulez donner que cinq cent cinquante?

Il consentait, lorsque sa femme, de nouveau, le tira par sa blouse, en lui
soufflant:

--Non, non!

--Ce n'est pas tout ça, dit Buteau après une hésitation, et l'argent de vos
économies?... Si vous avez de l'argent, n'est-ce pas? vous n'allez pas,
bien sur, accepter le nôtre.

Il regardait son père fixement, ayant réservé ce coup pour la fin. Le vieux
était devenu très pâle.

--Quel argent? demanda-t-il?

--Mais l'argent placé, l'argent dont vous cachez les titres.

Buteau, qui soupçonnait seulement le magot, voulait se faire une certitude.
Certain soir, il avait cru voir son père prendre, derrière une glace, un
petit rouleau de papiers. Le lendemain et les jours suivants, il s'était
mis aux aguets; mais rien n'avait reparu, il ne restait que le trou vide.

Fouan, de blême qu'il était, devint subitement très rouge, sous le flot de
sa colère qui éclatait enfin. Il se leva, cria avec un furieux geste:

--Ah ça! nom de Dieu! vous fouillez dans mes poches, maintenant! Je n'ai
pas un sou, pas un liard de placé. Vous avez trop coûté pour ça, mauvais
bougres!... Mais est-ce que ça vous regarderait, est-ce que je ne suis pas
le maître, le père?

Il semblait grandir, dans ce réveil de son autorité. Pendant des années,
tous, la femme et les enfants, avaient tremblé sous lui, sous ce despotisme
rude du chef de la famille paysanne. On se trompait, si on le croyait fini.

--Oh! papa, voulut ricaner Buteau.

--Tais-toi, nom de Dieu! continua le vieux, la main toujours en l'air,
tais-toi, ou je cogne!

Le cadet bégaya, se fit tout petit sur sa chaise. Il avait senti le vent de
la gifle, il était repris des peurs de son enfance, levant le coude pour se
garer.

--Et toi, Hyacinthe, n'aie pas l'air de rire! et toi, Fanny, baisse les
yeux!... Aussi vrai que le soleil nous éclaire, je vas vous faire danser,
moi!

Il était seul debout et menaçant. La mère tremblait, comme si elle eût
craint les torgnoles égarées. Les enfants ne bougeaient plus, ne
soufflaient plus, soumis, domptés.

--Vous entendez ça, je veux que la rente soit de six cents francs...
Autrement, je vends ma terre, je la mets en viager. Oui, pour manger tout,
pour que vous n'ayez pas un radis après moi... Les donnez-vous, les six
cents francs?

--Mais, papa, murmura Fanny, nous donnerons ce que vous demanderez.

--Six cents francs, c'est bien, dit Delhomme.

--Moi, déclara Jésus-Christ, je veux ce qu'on veut.

Buteau, les dents serrées de rancune, parut consentir par son silence. Et
Fouan les dominait toujours, promenant ses durs regards de maître obéi. Il
finit par se rasseoir, en disant:

--Alors, ça va, nous sommes d'accord.

M. Baillehache, sans s'émouvoir, repris de sommeil, avait attendu la fin de
la querelle. Il rouvrit les yeux, il conclut paisiblement:

--Puisque vous êtes d'accord, en voilà assez... Maintenant que je connais
les conditions, je vais dresser l'acte... De votre côté, faites arpenter,
divisez et dites à l'arpenteur de m'envoyer une note contenant la
désignation des lots. Lorsque vous les aurez tirés au sort, nous n'aurons
plus qu'à inscrire, après chaque nom, le numéro tiré, et nous signerons.

Il avait quitté son fauteuil pour les congédier. Mais ils ne bougèrent pas
encore, hésitant, réfléchissant. Est-ce que c'était bien tout?
n'oubliaient-ils rien, n'avaient-ils pas fait une mauvaise affaire, sur
laquelle il était peut-être temps de revenir?

Trois heures sonnèrent, il y avait près de deux heures qu'ils étaient là.

--Allez-vous-en, leur dit enfin le notaire. D'autres attendent.

Ils durent se décider, il les poussa dans l'étude, où, en effet, des
paysans, immobiles, raidis sur les chaises, patientaient, tandis que le
petit clerc suivait par la fenêtre une bataille de chiens, et que les deux
autres, maussades, faisaient toujours craquer leurs plumes sur du papier
timbré.

Dehors, la famille demeura un moment plantée au milieu de la rue.

--Si vous voulez, dit le père, l'arpentage sera pour après-demain, lundi.

Ils acceptèrent d'un signe de tête, ils descendirent la rue Grouaise, à
quelques pas les uns des autres.

Puis, le vieux Fouan et Rose ayant tourné dans la rue du Temple, vers
l'église, Fanny et Delhomme s'éloignèrent par la rue Grande. Buteau s'était
arrêté sur la place Saint-Lubin, à se demander si le père avait ou n'avait
pas de l'argent caché. Et Jésus-Christ, resté seul, après avoir rallumé son
bout de cigare, entra, en se dandinant, au café du _Bon Laboureur_.



III


La maison des Fouan était la première de Rognes, au bord de la route de
Cloyes à Bazoches-le-Doyen, qui traverse le village. Et, le lundi, le vieux
en sortait dès le jour, à sept heures, pour se rendre au rendez-vous donné
devant l'église, lorsqu'il aperçut, sur la porte voisine, sa soeur, la
Grande, déjà levée, malgré ses quatre-vingts ans.

Ces Fouan avaient poussé et grandi là, depuis des siècles, comme une
végétation entêtée et vivace. Anciens serfs des Rognes-Bouqueval, dont il
ne restait aucun vestige, à peine les quelques pierres enterrées d'un
château détruit, ils avaient dû être affranchis sous Philippe le Bel; et,
dès lors, ils étaient devenus propriétaires, un arpent, deux peut-être,
achetés au seigneur dans l'embarras, payés de sueur et de sang dix fois
leur prix. Puis, avait commencé la longue lutte, une lutte de quatre cents
ans, pour défendre et arrondir ce bien, dans un acharnement de passion que
les pères léguaient aux fils: lopins perdus et rachetés, propriété
dérisoire sans cesse remise en question, héritages écrasés de tels impôts
qu'ils semblaient fondre, prairies et pièces de labour peu à peu élargies
pourtant, par ce besoin de posséder, d'une ténacité lentement victorieuse.
Des générations y succombèrent, de longues vies d'hommes engraissèrent le
sol; mais, lorsque la Révolution de 89 vint consacrer ses droits, le Fouan
d'alors, Joseph-Casimir, possédait vingt et un arpents, conquis en quatre
siècles sur l'ancien domaine seigneurial.

En 93, ce Joseph-Casimir avait vingt-sept ans; et, le jour où ce qu'il
restait du domaine fut déclaré bien national et vendu par lots aux
enchères, il brûla d'en acquérir quelques hectares. Les Rognes-Bouqueval,
ruinés, endettés, après avoir laissé crouler la dernière tour du château,
abandonnaient depuis longtemps à leurs créanciers les fermages de la
Borderie, dont les trois quarts des cultures demeuraient en jachères. Il y
avait surtout, à côté d'une de ses parcelles, une grande pièce que le
paysan convoitait avec le furieux désir de sa race. Mais les récoltes
étaient mauvaises, il possédait à peine, dans un vieux pot, derrière son
four, cent écus d'économies; et, d'autre part, si la pensée lui était un
moment venue d'emprunter à un prêteur de Cloyes, une prudence inquiète l'en
avait détourné: ces biens de nobles lui faisaient peur; qui savait si on ne
les reprendrait pas, plus tard? De sorte que, partagé entre son désir et sa
méfiance, il eut le crève-coeur de voir, aux enchères, la Borderie achetée
le cinquième de sa valeur, pièce à pièce, par un bourgeois de Châteaudun,
Isidore Hourdequin, ancien employé des gabelles.

Joseph-Casimir Fouan, vieilli, avait partagé ses vingt et un arpents, sept
pour chacun, entre son aînée, Marianne, et ses deux fils, Louis et Michel;
une fille cadette, Laure, élevée dans la couture, placée à Châteaudun, fut
dédommagée en argent. Mais les mariages rompirent cette égalité. Tandis que
Marianne Fouan, dite la Grande, épousait un voisin, Antoine Péchard, qui
avait dix-huit arpents environ, Michel Fouan, dit Mouche, s'embarrassait
d'une amoureuse, à laquelle son père ne devait laisser que deux arpents de
vigne. De son côté, Louis Fouan, marié à Rose Maliverne, héritière de douze
arpents, avait réuni de la sorte les neuf hectares et demi, qu'il allait, à
son tour, diviser entre ses trois enfants.

Dans la famille, la Grande était respectée et crainte, non pour sa
vieillesse, mais pour sa fortune. Encore très droite, très haute, maigre et
dure, avec de gros os, elle avait la tête décharnée d'un oiseau de proie,
sur un long cou flétri, couleur de sang. Le nez de la famille, chez elle,
se recourbait en bec terrible; des yeux ronds et fixes, plus un cheveu,
sous le foulard jaune qu'elle portait, et au contraire toutes ses dents,
des mâchoires à vivre de cailloux. Elle marchait le bâton levé, ne sortait
jamais sans sa canne d'épine, dont elle se servait uniquement pour taper
sur les bêtes et le monde. Restée veuve de bonne heure avec une fille, elle
l'avait chassée, parce que la gueuse s'était obstinée à épouser contre son
gré un garçon pauvre, Vincent Bouteroue; et, même, maintenant que cette
fille et son mari étaient morts de misère, en lui léguant une petite-fille
et un petit-fils, Palmyre et Hilarion, âgés déjà, l'une de trente-deux ans,
l'autre de vingt-quatre, elle n'avait pas pardonné, elle les laissait
crever la faim, sans vouloir qu'on lui rappelât leur existence. Depuis la
mort de son homme, elle dirigeait en personne la culture de ses terres,
avait trois vaches, un cochon et un valet, qu'elle nourrissait à l'auge
commune, obéie par tous dans un aplatissement de terreur.

Fouan, en la voyant sur sa porte, s'était approché, par égard. Elle était
son aînée de dix ans, il avait pour sa dureté, son avarice, son entêtement
à posséder et à vivre, la déférence et l'admiration du village tout entier.

--Justement, la Grande, je voulais t'annoncer la chose, dit-il. Je me suis
décidé, je vais là-haut pour le partage.

Elle ne répondit pas, serra son bâton, qu'elle brandissait.

--L'autre soir, j'ai encore voulu te demander conseil; mais j'ai cogné,
personne n'a répondu.

Alors, elle éclata de sa voix aigre.

--Imbécile!... Je te l'ai donné, conseil! Faut être bête et lâche pour
renoncer à son bien, tant qu'on est debout. On m'aurait saignée, moi, que
j'aurais dit non sous le couteau... Voir aux autres ce qui est à soi, se
mettre à la porte pour ces gueux d'enfants, ah! non, ah! non!

--Mais, objecta Fouan, quand on ne peut plus cultiver, quand la terre
souffre...

--Eh bien, elle souffre! Plutôt que d'en lâcher un setier, j'irais tous les
matins y regarder pousser les chardons!

Elle se redressait, de son air sauvage de vieux vautour déplumé. Puis, le
tapant de sa canne sur l'épaule, comme pour mieux faire entrer en lui ses
paroles:

--Écoute, retiens ça... Quand tu n'auras plus rien et qu'ils auront tout,
tes enfants te pousseront au ruisseau, tu finiras avec une besace, ainsi
qu'un va-nu-pieds... Et ne t'avise pas alors de frapper chez moi, car je
t'ai assez prévenu, tant pis!... Veux-tu savoir ce que je ferai, hein
veux-tu?

Il attendait, sans révolte, avec sa soumission de cadet; et elle rentra,
elle referma violemment la porte derrière elle, en criant:

--Je ferai ça... Crève dehors!

Fouan, un instant, resta immobile devant celle porte close. Puis, il eut un
geste de décision résignée, il gravit le sentier qui menait à la place de
l'Église. Là, justement, se trouvait l'antique maison patrimoniale des
Fouan, que son frère Michel, dit Mouche, avait eue jadis dans le partage;
tandis que la maison habitée par lui, en bas, sur la route, venait de sa
femme Rose. Mouche, veuf depuis longtemps, vivait seul avec ses deux
filles, Lise et Françoise, dans une aigreur de malchanceux, encore humilié
de son mariage pauvre, accusant son frère et sa soeur, après quarante ans,
de l'avoir volé, lors du tirage des lots; et il racontait sans fin
l'histoire, le lot le plus mauvais qu'on lui avait laissé au fond du
chapeau, ce qui semblait être devenu vrai à la longue, car il se montrait
si raisonneur et si mou au travail, que sa part, entre ses mains, avait
perdu de moitié. L'homme fait la terre, comme on dit en Beauce.

Ce matin-là, Mouche était également sur sa porte, en train de guetter,
lorsque, son frère déboucha, au coin de la place. Ce partage le
passionnait, en remuant ses vieilles rancunes, bien qu'il n'eût rien à en
attendre. Mais, pour affecter une indifférence complète, lui aussi tourna
le dos et ferma la porte, à la volée.

Tout de suite, Fouan avait aperçu Delhomme et Jésus-Christ, qui
attendaient, à vingt mètres l'un de l'autre. Il aborda le premier, le
second s'approcha. Tous trois, sans se parler, se mirent à fouiller des
yeux le sentier qui longeait le bord du plateau.

--Le v'là, dit enfin Jésus-Christ.

C'était Grosbois, l'arpenteur juré, un paysan de Magnolles, petit village
voisin. Sa science de l'écriture et de la lecture l'avait perdu. Appelé
d'Orgères à Beaugency pour l'arpentage des terres, il laissait sa femme
conduire son propre bien, prenant dans ses continuelles courses de telles
habitudes d'ivrognerie, qu'il ne dessoûlait plus. Très gros, très gaillard
pour ses cinquante ans, il avait une large face rouge, toute fleurie de
bourgeons violâtres; et, malgré l'heure matinale, il était, ce jour-là,
abominablement gris, d'une noce faite la veille chez des vignerons de
Montigny, à la suite d'un partage entre héritiers. Mais cela n'importait
pas, plus il était ivre, et plus il voyait clair: jamais une erreur de
mesure, jamais une addition fausse! On l'écoutait et on l'honorait, car il
avait une réputation de grande malignité.

--Hein? nous y sommes, dit-il. Allons-y!

Un gamin de douze ans, sale et dépenaillé, le suivait, portant la chaîne
sous un bras, le pied et les jalons sur une épaule, et balançant, de la
main restée libre, l'équerre, dans un vieil étui de carton crevé.

Tous se mirent en marche, sans attendre Buteau, qu'ils venaient de
reconnaître, debout et immobile devant une pièce, la plus grande de
l'héritage, au lieu dit des Cornailles. Cette pièce, de deux hectares
environ, était justement voisine du champ où la Coliche avait traîné
Françoise, quelques jours auparavant. Et, Buteau, trouvant inutile d'aller
plus loin, s'était arrêté là, absorbé. Quand les autres arrivèrent, ils le
virent qui se baissait, qui prenait dans sa main une poignée de terre, puis
qui la laissait couler lentement, comme pour la peser et la flairer.

--Voilà, reprit Grosbois, en sortant de sa poche un carnet graisseux, j'ai
levé déjà un petit plan exact de chaque parcelle, ainsi que vous me l'aviez
demandé, père Fouan. A cette heure, il s'agit de diviser le tout en trois
lots; et ça, mes enfants, nous allons le faire ensemble... Hein? dites-moi
un peu comment vous entendez la chose.

Le jour avait grandi, un vent glacé poussait dans le ciel pâle des vols
continus de gros nuages; et la Beauce, flagellée, s'étendait, d'une
tristesse morne. Aucun d'eux, du reste, ne semblait sentir ce souffle du
large, gonflant les blouses, menaçant d'emporter les chapeaux. Les cinq,
endimanchés pour la gravité de la circonstance, ne parlaient plus. Au bord
de ce champ, au milieu de l'étendue sans bornes, ils avaient la face
rêveuse et figée, la songerie des matelots, qui vivent seuls, par les
grands espaces. Cette Beauce plate, fertile, d'une culture aisée, mais
demandant un effort continu, a fait le Beauceron froid et réfléchi, n'ayant
d'autre passion que la terre.

--Faut tout partager en trois, finit par dire Buteau.

Grosbois hocha la tête, et une discussion s'engagea. Lui, acquis au progrès
par ses rapports avec les grandes fermes, se permettait parfois de
contrecarrer ses clients de la petite propriété, en se déclarant contre le
morcellement à outrance. Est-ce que les déplacements et les charrois ne
devenaient pas ruineux, avec des lopins larges comme des mouchoirs? est-ce
que c'était une culture, ces jardinets où l'on ne pouvait améliorer les
assolements, ni employer les machines? Non, la seule chose raisonnable
était de s'entendre, de ne pas découper un champ ainsi qu'une galette, un
vrai meurtre! Si l'un se contentait des terres de labour, l'autre
s'arrangeait des prairies: enfin, on arrivait à égaliser les lots, et le
sort décidait.

Buteau, dont la jeunesse riait volontiers encore, le prit sur un ton de
farce.

--Et si je n'ai que du pré, moi, qu'est-ce que je mangerai? de l'herbe
alors!... Non, non, je veux de tout, du foin pour la vache et le cheval, du
blé et de la vigne pour moi.

Fouan qui écoutait approuva d'un signe. De père en fils, on avait partagé
ainsi; et les acquisitions, les mariages venaient ensuite arrondir de
nouveau les pièces.

Riche de ses vingt-cinq hectares, Delhomme avait des idées plus larges;
mais il se montrait conciliant, il n'était venu, au nom de sa femme, que
pour n'être pas volé sur les mesures. Et, quant à Jésus-Christ, il avait
lâché les autres, à la poursuite d'un vol d'alouettes, des cailloux plein
les mains. Lorsqu'une d'elles, contrariée par le vent, restait deux
secondes en l'air, immobile, les ailes frémissantes, il l'abattait avec une
adresse de sauvage. Trois tombèrent, il les mit saignantes dans sa poche.

--Allons, assez causé, coupe-nous ça en trois! dit gaiement Buteau,
tutoyant l'arpenteur; et pas en six, car tu m'as l'air, ce matin, de voir à
la fois Chartres et Orléans!

Grosbois, vexé, se redressa, très digne.

--Mon petit, tâche d'être aussi soûl que moi et d'ouvrir l'oeil... Quel est
le malin qui veut prendre ma place à l'équerre?

Personne n'osant relever le défi, il triompha, il appela rudement le gamin
que la chasse au caillou de Jésus-Christ stupéfiait d'admiration; et
l'équerre était déjà installée sur son pied, on plantait des jalons,
lorsque la façon de diviser la pièce souleva une nouvelle dispute.
L'arpenteur, appuyé par Fouan et Delhomme, voulait la partager en trois
bandes parallèles au vallon de l'Aigre; tandis que Buteau exigeait que les
bandes fussent prises perpendiculairement à ce vallon, sous le prétexte que
la couche arable s'amincissait de plus en plus, en allant vers la pente. De
cette manière, chacun aurait sa part du mauvais bout; au lieu que, dans
l'autre cas, le troisième lot serait tout entier de qualité inférieure.
Mais Fouan se fâchait, jurait que le fond était partout le même, rappelait
que l'ancien partage entre lui, Mouche et la Grande, avait eu lieu dans le
sens qu'il indiquait; et la preuve, c'était que les deux hectares de Mouche
borderaient ce troisième lot. Delhomme, de son côté, fit une remarque
décisive: en admettant même que le lot fût moins bon, le propriétaire en
serait avantagé, le jour où l'on ouvrirait le chemin qui devait longer le
champ, à cet endroit.

--Ah! oui, cria Buteau, le fameux chemin direct de Rognes à Châteaudun, par
la Borderie! En voilà un que vous attendrez longtemps!

Puis, comme, malgré son insistance, on passait outre, il protesta, les
dents serrées.

Jésus-Christ lui-même s'était rapproché, tous s'absorbèrent, à regarder
Grosbois tracer les lignes de partage; et ils le surveillaient d'un oeil
aigu, comme s'ils l'avaient soupçonné de vouloir tricher d'un centimètre,
en faveur d'une des parts. Trois fois, Delhomme vint mettre son oeil à la
fente de l'équerre, pour être bien sûr que le fil coupait nettement le
jalon. Jésus-Christ jurait contre le sacré galopin, parce qu'il tendait mal
la chaîne. Mais Buteau surtout suivait l'opération pas à pas, comptant les
mètres, refaisant les calculs, à sa manière, les lèvres tremblantes. Et,
dans ce désir de la possession, dans la joie qu'il éprouvait de mordre
enfin à la terre, grandissaient l'amertume, la sourde rage de ne pas tout
garder. C'était si beau, cette pièce, ces deux hectares d'un seul tenant!
Il avait exigé la division, pour que personne ne l'eût, puisqu'il ne
pouvait l'avoir, lui; et ce massacre, maintenant, le désespérait.

Fouan, les bras ballants, avait regardé dépecer son bien, sans une parole.

--C'est fait, dit Grosbois. Allez, celle-ci ou celles-là, on n'y trouverait
pas une livre de plus!

Il y avait encore, sur le plateau, quatre hectares de terre de labour, mais
divisés en une dizaine de pièces, ayant chacune moins d'un arpent; même une
parcelle ne comptait que douze ares, et l'arpenteur ayant demandé en
ricanant s'il fallait aussi la détailler, la discussion recommença.

Buteau avait eu son geste instinctif, se baissant, prenant une poignée de
terre, qu'il approchait de son visage, comme pour la goûter. Puis, d'un
froncement béat du nez, il sembla la déclarer la meilleure de toutes; et,
l'ayant laissé couler doucement de ses doigts, il dit que c'était bien, si
on lui abandonnait la parcelle; autrement, il exigeait la division.
Delhomme et Jésus-Christ, agacés, refusèrent, voulurent également leur
part. Oui, oui! quatre ares à chacun, il n'y avait que ça de juste. Et l'on
partagea toutes les pièces, ils furent certains de la sorte qu'un des trois
ne pouvait avoir de quelque chose dont les deux autres n'avaient point.

--Allons à la vigne, dit Fouan.

Mais, comme on revenait vers l'église, il jeta un dernier regard vers la
plaine immense, il s'arrêta un instant aux bâtiments lointains de la
Borderie. Puis, dans un cri de regret inconsolable, faisant allusion à
l'occasion manquée des biens nationaux, autrefois:

--Ah! si le père avait voulu, c'est tout ça, Grosbois, que vous auriez à
mesurer!

Les deux fils et le gendre se retournèrent d'un mouvement brusque, et il y
eut une nouvelle halte, un lent coup d'oeil sur les deux cents hectares de
la ferme, épars devant eux.

--Bah! grogna sourdement Buteau, en se remettant à marcher, ça nous fait
une belle jambe, cette histoire! Est-ce qu'il ne faut pas que les bourgeois
nous mangent toujours!

Dix heures sonnaient. Ils pressèrent le pas, car le vent avait faibli, un
gros nuage noir venait de lâcher une première averse. Les quelques vignes
de Rognes se trouvaient au delà de l'église, sur le coteau qui descendait
jusqu'à l'Aigre. Jadis, le château se dressait à cette place, avec son
parc; et il n'y avait guère plus d'un demi-siècle que les paysans,
encouragés par le succès des vignobles de Montigny, près de Cloyes,
s'étaient avisés de planter en vignes ce coteau, que son exposition au midi
et sa pente raide désignaient. Le vin en fut pauvre, mais d'une aigreur
agréable, rappelant les petits vins de l'Orléanais. Du reste, chaque
habitant en récoltait à peine quelques pièces; le plus riche, Delhomme,
possédait six arpents de vignes; et la culture du pays était toute aux
céréales et aux plantes fourragères.

Ils tournèrent derrière l'église, filèrent le long de l'ancien presbytère;
puis, ils descendirent parmi les plants étroits, découpés en damier. Comme
ils traversaient un terrain rocheux, couvert d'arbustes, une voix aiguë,
montant d'un trou, cria:

--Père, v'là la pluie, je sors mes oies!

C'était la Trouille, la fille à Jésus-Christ, une gamine de douze ans,
maigre et nerveuse comme une branche de houx, aux cheveux blonds
embroussaillés. Sa bouche grande se tordait à gauche, ses yeux verts
avaient une fixité hardie, si bien qu'on l'aurait prise pour un garçon,
vêtue, en guise de robe, d'une vieille blouse à son père, serrée autour de
la taille par une ficelle. Et, si tout le monde l'appelait la Trouille,
quoiqu'elle portât le beau nom d'Olympe, cela venait de ce que
Jésus-Christ, qui gueulait contre elle du matin au soir, ne pouvait lui
adresser la parole, sans ajouter: «Attends, attends! je vas te régaler,
sale trouille!»

Il avait eu ce sauvageon d'une rouleuse de routes, ramassée sur le revers
d'un fossé, à la suite d'une foire, et qu'il avait installée dans son trou,
au grand scandale de Rognes. Pendant près de trois ans, le ménage s'était
massacré; puis, un soir de moisson, la gueuse s'en était allée comme elle
était venue, emmenée par un autre homme. L'enfant, à peine sevrée, avait
poussé dru, en mauvaise herbe; et, depuis qu'elle marchait, elle faisait la
soupe à son père, qu'elle redoutait et adorait. Mais sa passion était ses
oies. D'abord, elle n'en avait eu que deux, un mâle et une femelle, volés
tout petits, derrière la haie d'une ferme. Puis, grâce à des soins
maternels, le troupeau s'était multiplié, et elle possédait vingt bêtes à
cette heure, qu'elle nourrissait de maraude.

Quand la Trouille parut, avec son museau effronté de chèvre, chassant
devant elle les oies à coup de baguette, Jésus-Christ s'emporta.

--Tu sais, rentre pour la soupe, ou gare!... Et puis, sale trouille,
veux-tu bien fermer la maison, à cause des voleurs!

Buteau ricana, Delhomme et les autres ne purent également s'empêcher de
rire, tant cette idée de Jésus-Christ volé leur sembla drôle. Il fallait
voir la maison, une ancienne cave, trois murs retrouvés en terre, un vrai
terrier à renard, entre des écroulements de cailloux, sous un bouquet de
vieux tilleuls. C'était tout ce qu'il restait du château; et, quand le
braconnier, à la suite d'une querelle avec son père, s'était réfugié dans
ce coin rocheux qui appartenait à la commune, il avait dû construire en
pierres sèches, pour fermer la cave, une quatrième muraille, où il avait
laissé deux ouvertures, une fenêtre et la porte. Des ronces retombaient, un
grand églantier masquait la fenêtre. Dans le pays, on appelait ça le
Château.

Une nouvelle ondée creva. Heureusement, l'arpent de vignes se trouvait
voisin, et la division en trois lots fut rondement menée, sans provoquer de
contestation. Il n'y avait plus à partager que trois hectares de pré, en
bas, au bord de l'Aigre; mais, à ce moment, la pluie devint si forte, un
tel déluge tomba, que l'arpenteur, en passant devant la grille d'une
propriété, proposa d'entrer.

--Hein! si l'on s'abritait une minute chez M. Charles?

Fouan s'était arrêté, hésitant, plein de respect pour son beau-frère et sa
soeur, qui, après fortune faite, vivaient retirés, dans cette propriété de
bourgeois.

--Non, non, murmura-t-il, ils déjeunent à midi, ça les dérangerait. Mais M.
Charles apparut en haut du perron, sous la marquise, intéressé par
l'averse; et, les ayant reconnus, il les appela.

--Entrez, entrez donc!

Puis, comme tous ruisselaient, il leur cria de faire le tour et d'aller
dans la cuisine, où il les rejoignit. C'était un bel homme de soixante-cinq
ans, rasé, aux lourdes paupières sur des yeux éteints, à la face digne et
jaune de magistrat retiré. Vêtu de molleton gros bleu, il avait des
chaussons fourrés et une calotte ecclésiastique, qu'il portait dignement,
en gaillard dont la vie s'était passée dans des fonctions délicates,
remplies avec autorité.

Lorsque Laure Fouan, alors couturière à Châteaudun, avait épousé Charles
Badeuil, celui-ci tenait un petit café rue d'Angoulême. De là, le jeune
ménage, ambitieux, travaillé d'un désir de fortune prompte, était parti
pour Chartres. Mais, d'abord, rien ne leur y avait réussi, tout périclitait
entre leurs mains; ils tentèrent vainement d'un autre cabaret, d'un
restaurant, même d'un commerce de poissons salés; et ils désespéraient
d'avoir jamais deux sous à eux, lorsque M. Charles, de caractère très
entreprenant, eut l'idée d'acheter une des maisons publiques de la rue aux
Juifs, tombée en déconfiture, par suite de personnel défectueux et de
saleté notoire. D'un coup d'oeil, il avait jugé la situation, les besoins
de Chartres, la lacune à combler dans un chef-lieu qui manquait d'un
établissement honorable, où la sécurité et le confort fussent à la hauteur
du progrès moderne. Dès la seconde année, en effet, le 19, restauré, orné
de rideau et de glaces, pourvu d'un personnel choisi avec goût, se fit si
avantageusement connaître, qu'il fallut porter à six le nombre des femmes.
Messieurs les officiers, messieurs les fonctionnaires, enfin toute la
société n'alla plus autre part. Et ce succès se maintint, grâce au bras
d'acier de M. Charles, à son administration paternelle et forte; tandis que
Mme Charles se montrait d'une activité extraordinaire, l'oeil ouvert
partout, ne laissant rien se perdre, tout en sachant tolérer, quand il le
fallait, les petits vols des clients riches.

En moins de vingt-cinq années, les Badeuil économisèrent trois cent mille
francs; et ils songèrent alors à contenter le rêve de leur vie, une
vieillesse idyllique en pleine nature, avec des arbres, des fleurs, des
oiseaux. Mais ce qui les retint deux ans encore, ce fut de ne pas trouver
d'acheteur pour le 19, au prix élevé qu'ils l'estimaient. N'était-ce pas à
déchirer le coeur, un établissement fait du meilleur d'eux-mêmes, qui
rapportait plus gros qu'une ferme, et qu'il fallait abandonner entre des
mains inconnues, où il dégénérerait peut-être? Dès son arrivée à Chartres,
M. Charles avait eu une fille, Estelle, qu'il mit chez les soeurs de la
Visitation, à Châteaudun, lorsqu'il s'installa rue aux Juifs. C'était un
pensionnat dévot, d'une moralité rigide, dans lequel il laissa la jeune
fille jusqu'à dix-huit ans, pour raffiner sur son innocence, l'envoyant
passer ses vacances au loin, ignorante du métier qui l'enrichissait. Et il
ne l'en retira que le jour où il la maria à un jeune employé de l'octroi,
Hector Vaucogne, un joli garçon qui gâtait de belles qualités par une
extraordinaire paresse. Et elle touchait à la trentaine déjà, elle avait
une fillette de sept ans, Élodie, lorsque, instruite à la fin, en apprenant
que son père voulait céder son commerce, elle vint d'elle-même lui demander
la préférence. Pourquoi l'affaire serait-elle sortie de la famille,
puisqu'elle était si sûre et si belle? Tout fut réglé, les Vaucogne
reprirent l'établissement, et les Badeuil, dès le premier mois, eurent la
satisfaction attendrie de constater que leur fille, élevée pourtant dans
d'autres idées, se révélait comme une maîtresse de maison supérieure, ce
qui compensait heureusement la mollesse de leur gendre, dépourvue de sens
administratif. Eux s'étaient retirés depuis cinq ans à Rognes, d'où ils
veillaient sur leur petite-fille Élodie, qu'on avait mise à son tour au
pensionnat de Châteaudun, chez les soeurs de la Visitation, pour y être
élevée religieusement, selon les principes les plus stricts de la morale.

Lorsque M. Charles entra dans la cuisine, où une jeune bonne battait une
omelette, en surveillant une poêlée d'alouettes sautées au beurre, tous,
même le vieux Fouan et Delhomme, se découvrirent et parurent extrêmement
flattés de serrer la main qu'il leur tendait.

--Ah! bon sang! dit Grosbois pour lui être agréable, quelle charmante
propriété vous avez là, monsieur Charles!... Et quand on pense que vous
avez payé ça rien du tout! Oui, oui, vous êtes un malin, un vrai!

L'autre se rengorgea.

--Une occasion, une trouvaille, ça nous a plu, et puis Mme Charles tenait
absolument à finir ses jours dans son pays natal... Moi, devant les choses
du coeur, je me suis toujours incliné.

Roseblanche, comme on nommait la propriété, était la folie d'un bourgeois
de Cloyes, qui venait d'y dépenser près de cinquante mille francs,
lorsqu'une apoplexie l'y avait foudroyé, avant que les peintures fussent
sèches. La maison, très coquette, posée à mi-côte, était entourée d'un
jardin de trois hectares, qui descendait jusqu'à l'Aigre. Au fond de ce
trou perdu, à la lisière de la triste Beauce, pas un acheteur ne s'était
présenté, et M. Charles l'avait eue pour vingt mille francs. Il y
contentait béatement tous ses goûts, des truites et des anguilles superbes,
pêchées dans la rivière, des collections de rosiers et d'oeillets cultivées
avec amour, des oiseaux enfin, une grande volière pleine des espèces
chanteuses de nos bois, que personne autre que lui ne soignait. Le ménage,
vieilli et tendre, mangeait là ses douze mille francs de rente, dans un
bonheur absolu, qu'il regardait comme la récompense légitime de ses trente
années de travail.

--N'est-ce pas? ajouta M. Charles, on sait au moins qui nous sommes, ici.

--Sans doute, on vous connaît, répondit l'arpenteur. Votre argent parle
pour vous.

Et tous les autres approuvèrent.

--Bien sûr, bien sûr.

Alors, M. Charles dit à la servante de donner des verres. Il descendit
lui-même chercher deux bouteilles de vin à la cave. Tous, le nez tourné
vers la poêle où se rissolaient les alouettes, flairaient la bonne odeur.
Et ils burent gravement, se gargarisèrent.

--Ah! fichtre! il n'est pas du pays, celui-là!... Fameux!

--Encore un coup... A votre santé!

--A votre santé!

Comme ils reposaient leurs verres, Mme. Charles parut, une dame de
soixante-deux ans, à l'air respectable, aux bandeaux d'un blanc de neige,
qui avait le masque épais et à gros nez des Fouan, mais d'une pâleur rosée,
d'une paix et d'une douceur de cloître, une chair de vieille religieuse
ayant vécu à l'ombre. Et, se serrant contre elle, sa petite-fille Élodie,
en vacance à Rognes pour deux jours, la suivait, dans son effarement de
timidité gauche. Mangée de chlorose, trop grande pour ses douze ans, elle
avait la laideur molle et bouffie, les cheveux rares et décolorés de son
sang pauvre, si comprimée, d'ailleurs, par son éducation de vierge
innocente, qu'elle en était imbécile.

--Tiens! vous êtes là? dit Mme. Charles en serrant les mains de son frère
et de ses neveux, d'une main lente et digne, pour marquer les distances.

Et, se retournant, sans plus s'occuper de ces hommes:

--Entrez, entrez, monsieur Patoir... La bête est ici.

C'était le vétérinaire de Cloyes, un petit gros, sanguin, violet, avec une
tête de troupier et des moustaches fortes. Il venait d'arriver dans son
cabriolet boueux, sous l'averse battante.

--Ce pauvre mignon, continuait-elle, en tirant du four tiède une corbeille
où agonisait un vieux chat, ce pauvre mignon a été pris hier d'un
tremblement, et c'est alors que je vous ai écrit... Ah! il n'est pas jeune,
il a près de quinze ans... Oui, nous l'avons eu dix ans, à Chartres; et,
l'année dernière, ma fille a dû s'en débarrasser, je l'ai amené ici, parce
qu'il s'oubliait dans tous les coins de la boutique.

La boutique, c'était pour Élodie, à laquelle on racontait que ses parents
tenaient un commerce de confiserie, si bousculés d'affaires qu'ils ne
pouvaient l'y recevoir. Du reste, les paysans ne sourirent même pas, car le
mot courait à Rognes, on y disait que «la ferme aux Hourdequin, ça ne
valait pas la boutique à M. Charles». Et, les yeux ronds, ils regardaient
le vieux chat jaune, maigri, pelé, lamentable, le vieux chat qui avait
ronronné dans tous les lits de la rue aux Juifs, le chat caressé,
chatouillé par les mains grasses de cinq ou six générations de femmes.
Pendant si longtemps, il s'était dorloté en chat favori, familier du salon
et des chambres closes, léchant les restes de pommade, buvant l'eau des
verres de toilette, assistant aux choses en muet rêveur, voyant tout de ses
prunelles amincies dans leurs cercles d'or!

--Monsieur Patoir, je vous en prie, conclut Mme Charles, guérissez-le.

Le vétérinaire écarquillait les yeux, avec un froncement du nez et de la
bouche, tout un remuement de son museau de dogue bonhomme et brutal. Et il
cria:

--Comment! c'est pour ça que vous m'avez dérangé?... Bien sur que je vas
vous le guérir! Attachez-lui une pierre au cou et foutez-le à l'eau!

Élodie éclata en larmes, Mme Charles suffoquait d'indignation.

--Mais il pue, votre minet! Est-ce qu'on garde une pareille horreur pour
donner le choléra à une maison?... Foutez-le à l'eau!

Pourtant, devant la colère de la vieille dame, il finit par s'asseoir à la
table, où il rédigea une ordonnance en grognant.

--Ça, c'est vrai, si ça vous amuse d'être empestée... Moi, pourvu qu'on me
paye, qu'est-ce que ça me fiche?... Tenez! vous lui introduirez ça dans la
gueule par cuillerées, d'heure en heure, et voilà une drogue pour deux
lavements, l'un ce soir, l'autre demain.

Depuis un instant, M. Charles s'impatientait, désolé de voir les alouettes
noircir, tandis que la bonne, lasse de battre l'omelette, attendait, les
bras ballants. Aussi donna-t-il vivement à Patoir les six francs de la
consultation, en poussant les autres à vider leurs verres.

--Il faut déjeuner... Hein? au plaisir de vous revoir! La pluie ne tombe
plus.

Ils sortirent d'un air de regret, et le vétérinaire, qui montait dans sa
vieille guimbarde disloquée, répéta:

--Un chat qui ne vaut pas la corde pour le foutre à l'eau!... Enfin, quand
on est riche!

--De l'argent à putains, ça se dépense comme ça se gagne, ricana
Jésus-Christ.

Mais tous, même Buteau qu'une envie sourde avait pâli, protestèrent d'un
branle de la tête; et Delhomme, l'homme sage, déclara:

--N'empêche qu'on n'est ni un feignant, ni une bête, lorsqu'on a su mettre
de côté douze mille livres de rente.

Le vétérinaire avait fouetté son cheval, les autres descendirent vers
l'Aigre, par les sentiers changés en torrents. Ils arrivaient aux trois
hectares de prés qu'il s'agissait de partager, quand la pluie recommença,
d'une violence de déluge. Mais, cette fois, ils s'entêtèrent, mourant de
faim, voulant en finir. Une seule contestation les attarda, à propos du
troisième lot, qui manquait d'arbres, tandis qu'un petit bois se trouvait
divisé entre les deux autres. Tout, cependant, parut réglé et accepté.
L'arpenteur leur promit de remettre des notes au notaire, pour qu'il pût
dresser l'acte; et l'on convint de renvoyer au dimanche suivant le tirage
des lots, qui aurait lieu chez le père, à dix heures.

Comme on rentrait dans Rognes, Jésus-Christ jura brusquement.

--Attends! attends! sale trouille, je vas te régaler!

Au bord du chemin herbu, la Trouille, sans hâte, promenait ses oies, sous
le roulement de l'averse. En tête du troupeau trempé et ravi, le jars
marchait; et, lorsqu'il tournait à droite son grand bec jaune, tous les
grands becs jaunes allaient à droite. Mais la gamine s'effraya, monta en
galopant pour la soupe, suivie par la bande des longs cous, qui se
tendaient derrière le cou tendu du jars.



IV


Justement, le dimanche suivant tombait le premier novembre, jour de la
Toussaint; et neuf heures allaient sonner, lorsque l'abbé Godard, le curé
de Bazoches-le-Doyen, chargé de desservir l'ancienne paroisse de Rognes,
déboucha en haut de la pente qui descendait au petit pont de l'Aigre.
Rognes, plus important autrefois, réduit à une population de trois cents
habitants à peine, n'avait pas de curé depuis des années et ne paraissait
pas se soucier d'en avoir un, au point que le conseil municipal avait logé
le garde champêtre dans la cure, à moitié détruite.

Chaque dimanche, l'abbé Godard faisait donc à pied les trois kilomètres qui
séparaient Bazoches-le-Doyen de Rognes. Gros et court, la nuque rouge, le
cou si enflé que la tête s'en trouvait rejetée en arrière, il se forçait à
cet exercice, par hygiène. Mais, ce dimanche-là, comme il se sentait en
retard, il soufflait terriblement, la bouche grande ouverte dans sa face
apoplectique, où la graisse avait noyé le petit nez camard et les petits
yeux gris; et, sous le ciel livide chargé de neige, malgré le froid précoce
qui succédait aux averses de la semaine, il balançait son tricorne, la tête
nue, embroussaillée d'épais cheveux roux grisonnants.

La route dévalait à pic, et la rive gauche de l'Aigre, avant le pont de
pierre, n'était bâtie que de quelques maisons, une sorte de faubourg que
l'abbé traversa de son allure de tempête. Il n'eut pas même un regard, ni
en amont, ni en aval, pour la rivière lente et limpide, dont les courbes se
déroulaient parmi les prairies, au milieu des bouquets de saules et de
peupliers. Mais, sur la rive droite, commençait le village, une double file
de façades bordant la route, tandis que d'autres escaladaient le coteau,
plantées au hasard; et, tout de suite après le pont, se trouvaient la
mairie et l'école, une ancienne grange surélevée d'un étage, badigeonnée à
la chaux. Un instant, l'abbé hésita, allongea la tête dans le vestibule
vide. Puis, il se tourna, il parut fouiller d'un coup d'oeil deux cabarets,
en face: l'un, avec une devanture propre, garnie de bocaux, surmontée d'une
petite enseigne de bois jaune, où se lisait en lettres vertes: _Macqueron_,
_épicier_; l'autre, à la porte simplement ornée d'une branche de houx,
étalant en noir, sur le mur grossièrement crépi, ces mots: _Tabac, chez
Lengaigne_. Et, entre les deux, il se décidait à prendre une ruelle
escarpée, un raidillon qui menait droit devant l'église, lorsque la vue
d'un vieux paysan l'arrêta.

--Ah! c'est vous, père Fouan... Je suis pressé, je désirais aller vous
voir... Que faisons-nous, dites? Il n'est pas possible que votre fils
Buteau laisse Lise dans sa position, avec ce ventre qui grossit et qui
crève les yeux... Elle est fille de la Vierge, c'est une honte, une honte!

Le vieux l'écoutait, d'un air de déférence polie.

--Dame! monsieur le curé, que voulez-vous que j'y fasse, si Buteau
s'obstine?... Et puis, le garçon a tout de même de la raison, ce n'est
guère à son âge qu'on se marie, avec rien.

--Mais il y a un enfant!

--Bien sûr... Seulement, il n'est pas encore fait, cet enfant. Est-ce qu'on
sait?... Tout juste, c'est ça qui n'encourage guère, un enfant, quand on
n'a pas de quoi lui coller une chemise sur le corps!

Il disait ces choses sagement, en vieillard qui connaît la vie. Puis, de la
même voix mesurée, il ajouta:

--D'ailleurs, ça va s'arranger peut-être... Oui, je partage mon bien, on
tirera les lots tout à l'heure, après la messe... Alors, quand il aura sa
part, Buteau verra, j'espère, à épouser sa cousine.

--Bon! dit le prêtre. Ça suffit, je compte sur vous, père Fouan.

Mais une volée de cloche lui coupa la parole, et il demanda, effaré:

--C'est le second coup, n'est-ce pas?

--Non, monsieur le curé, c'est le troisième.

--Ah! bon sang! voilà encore cet animal de Bécu qui sonne sans m'attendre!

Il jurait, il monta violemment le sentier. En haut, il faillit avoir une
attaque, la gorge grondante comme un soufflet de forge.

La cloche continuait, tandis que les corbeaux qu'elle avait dérangés
volaient en croassant à la pointe du clocher, une flèche du XVe siècle, qui
attestait l'ancienne importance de Rognes. Devant la porte grande ouverte,
un groupe de paysans attendaient, parmi lesquels le cabaretier Lengaigne,
libre penseur, fumait sa pipe; et plus loin, contre le mur du cimetière, le
maire, le fermier Hourdequin, un bel homme, de traits énergiques, causait
avec son adjoint, l'épicier Macqueron. Lorsque le prêtre eut passé,
saluant, tous le suivirent, sauf Lengaigne, qui affecta de tourner le dos,
en suçant sa pipe.

Dans l'église, à droite du porche, un homme, pendu à une corde, tirait
toujours.

--Assez, Bécu! dit l'abbé Godard, hors de lui. Je vous ai ordonné vingt
fois de m'attendre, avant de sonner le troisième.

Le garde champêtre, qui était sonneur, retomba sur les pieds, effaré
d'avoir désobéi. C'était un petit homme de cinquante ans, une tête carrée
et tannée de vieux militaire, à moustaches et à barbiche grises, le cou
raidi, comme étranglé continuellement par des cols trop étroits. Très ivre
déjà, il resta au port d'arme, sans se permettre une excuse.

D'ailleurs, le prêtre traversait la nef, en jetant un coup d'oeil sur les
bancs. Il y avait peu de monde. A gauche, il ne vit encore que Delhomme,
venu comme conseiller municipal. A droite, du côté des femmes, elles
étaient au plus une douzaine: il reconnut Coelina Macqueron, sèche,
nerveuse et insolente; Flore Lengaigne, une grosse mère, geignarde, molle
et douce; la Bécu, longue, noiraude, très sale. Mais ce qui acheva de le
courroucer, ce fut la tenue des filles de la Vierge, au premier banc.
Françoise était là, entre deux de ses amies, la fille aux Macqueron,
Berthe, une jolie brune, élevée en demoiselle à Cloyes, et la fille aux
Lengaigne, Suzanne, une blonde, laide, effrontée, que ses parents allaient
mettre en apprentissage chez une couturière de Châteaudun. Toutes trois
riaient d'une façon inconvenante. Et, à côté, la pauvre Lise, grasse et
ronde, la mine gaie, étalait le scandale de son ventre, en face de l'autel.

Enfin, l'abbé Godard entrait dans la sacristie, lorsqu'il tomba sur Delphin
et sur Nénesse, qui jouaient à se pousser, en préparant les burettes.

Le premier, le fils à Bécu, âgé de onze ans, était un gaillard hâlé et
solide déjà, aimant la terre, lâchant l'école pour le labour; tandis
qu'Ernest, l'aîné des Delhomme, un blond mince et fainéant, du même âge,
avait toujours un miroir au fond de sa poche.

--Eh bien, polissons! cria le prêtre. Est-ce que vous vous croyez dans une
étable?

Et, se tournant vers un grand jeune homme maigre, dont la face blême se
hérissait de quelques poils jaunes, et qui rangeait des livres sur la
planche d'une armoire:

--Vraiment, monsieur Lequeu, vous pourriez les faire tenir tranquilles,
quand je ne suis pas là!

C'était le maître d'école, un fils de paysan, qui avait sucé la haine de sa
classe avec l'instruction. Il violentait ses élèves, les traitait de brutes
et cachait des idées avancées, sous sa raideur correcte à l'égard du curé
et du maire. Il chantait bien au lutrin, il prenait même soin des livres
sacrés; mais il avait formellement refusé de sonner la cloche, malgré
l'usage, une telle besogne étant indigne d'un homme libre.

--Je n'ai pas la police de l'église, répondit-il sèchement. Ah! chez moi,
ce que je les giflerais!

Et, comme, sans répondre, l'abbé passait précipitamment l'aube et l'étole,
il continua:

--Une messe basse, n'est-ce pas?

--Sans doute, et vite!... Il faut que je sois à Bazoches avant dix heures
et demie, pour la grand'messe.

Lequeu, qui avait pris un vieux missel dans l'armoire, la referma et alla
poser le livre sur l'autel.

--Dépêchons, dépêchons, répétait le curé, en pressant Delphin et Nénesse.

Suant et soufflant, le calice en main, il rentra dans l'église, il commença
la messe, que les deux gamins servaient, avec des regards en dessous de
sournois farceurs. C'était une église d'une seule nef, à voûte ronde,
lambrissée de chêne, qui tombait en ruines, par suite de l'entêtement du
conseil municipal à refuser tout crédit: les eaux de pluie filtraient au
travers des ardoises cassées de la toiture, on voyait de grandes taches
indiquant la pourriture avancée du bois; et, dans le choeur, fermé d'une
grille, une couleur verdâtre, en l'air, salissait la fresque de l'abside,
coupait en deux la figure d'un Père Éternel, que des Anges adoraient.

Lorsque le prêtre se tourna vers les fidèles, les bras ouverts, il s'apaisa
un peu, en voyant que du monde était venu, le maire, l'adjoint, des
conseillers municipaux, le vieux Fouan, Clou, le maréchal ferrant qui
jouait du trombone aux messes chantées. L'air digne, Lequeu était resté au
premier rang. Bécu, soûl à tomber, gardait dans le fond une raideur de
pieu. Et, du côté des femmes surtout, les bancs se garnissaient, Fanny,
Rose, la Grande, d'autres encore; si bien que les filles de la Vierge
avaient dû se serrer, exemplaires maintenant, le nez dans leurs
paroissiens. Mais ce qui flatta le curé, ce fut d'apercevoir M. et Mme
Charles avec leur petite-fille Élodie, monsieur en redingote de drap noir,
madame en robe de soie verte, tous les deux graves et cossus, donnant le
bon exemple.

Cependant, il dépêchait sa messe, mangeait le latin, bousculait le rite. Au
prône, sans monter en chaire, assis sur une chaise, au milieu du choeur, il
ânonna, se perdit, renonça à se retrouver: l'éloquence était son côté
faible, les mots ne venaient pas, il poussait des heu! heu! sans jamais
pouvoir finir ses phrases; ce qui expliquait pourquoi monseigneur
l'oubliait depuis vingt-cinq ans, dans la petite cure de Bazoches-le-Doyen.
Et le reste fut bâclé, les sonneries de l'élévation tintèrent comme des
signaux électriques pris de folie, il renvoya son monde d'un «Ite, missa
est» en coup de fouet.

L'église s'était à peine vidée, que l'abbé Godard reparaissait, le tricorne
posé de travers, dans sa hâte. Devant la porte, un groupe de femmes
stationnait, Coelina, Flore, la Bécu, très blessées d'avoir été ainsi
menées au galop. Il les méprisait donc, qu'il ne leur en donnait pas
davantage, un jour de grande fête?

--Dites, monsieur le curé, demanda Coelina de sa voix aigre, en l'arrêtant,
vous nous en voulez, que vous nous expédiez comme un vrai paquet de
guenilles?

--Ah! dame! répondit-il, les miens m'attendent... Je ne puis pas être à
Bazoches et à Rognes... Ayez un curé à vous, si vous désirez des
grand'messes.

C'était l'éternelle querelle entre Rognes et l'abbé, les habitants exigeant
des égards, lui s'en tenant à son devoir strict, pour une commune qui
refusait de réparer l'église, et où, d'ailleurs, de perpétuels scandales le
décourageaient. Il continua, en désignant les filles de la Vierge, qui
partaient ensemble:

--Et puis, est-ce que c'est propre, des cérémonies avec des jeunesses sans
aucun respect pour les commandements de Dieu?

--Vous ne dites pas ça pour ma fille, j'espère? demanda Coelina, les dents
serrées.

--Ni pour la mienne, bien sûr? ajouta Flore.

Alors, il s'emporta, excédé.

--Je le dis pour qui je dois le dire... Ça crève les yeux. Voyez-vous ça
avec des robes blanches! Je n'ai pas une procession ici, sans qu'il y en
ait une d'enceinte... Non, non, vous lasseriez le bon Dieu lui-même!

Il les quitta, et la Bécu, restée muette, dut mettre la paix entre les deux
mères, qui, excitées, se jetaient leurs filles à la tête; mais elle la
mettait avec des insinuations si fielleuses, que la querelle s'aggrava.
Berthe, ah! oui, on verrait comment elle tournerait, avec ses corsages de
velours et son piano! Et Suzanne, fameuse idée de l'envoyer chez la
couturière de Châteaudun, pour qu'elle fît la culbute?

L'abbé Godard, libre enfin, s'élançait, lorsqu'il se trouva en face des
Charles. Son visage s'épanouit d'un large sourire aimable, il lança un
grand coup de tricorne. Monsieur, majestueux salua, madame fit sa belle
révérence. Mais il était dit que le curé ne partirait point, car il n'était
pas au bout de la place, qu'une nouvelle rencontre l'arrêta. C'était une
grande femme d'une trentaine d'années, qui en paraissait bien cinquante,
les cheveux rares, la face plate, molle, jaune de son; et, cassée, épuisée
par des travaux trop rudes, elle chancelait sous un fagot de menu bois.

--Palmyre, demanda-t-il, pourquoi n'êtes-vous pas venue à la messe, un jour
de Toussaint? C'est très mal.

Elle eut un gémissement.

--Sans doute, monsieur le curé, mais comment faire?... Mon frère a froid,
nous gelons chez nous. Alors, je suis allée ramasser ça, le long des haies.

--La Grande est donc toujours aussi dure?

--Ah bien! elle crèverait plutôt que de nous jeter un pain ou une bûche.

Et, de sa voix dolente, elle répéta leur histoire, comment leur grand'mère
les chassait, comment elle avait dû se loger avec son frère dans une
ancienne écurie abandonnée. Ce pauvre Hilarion, bancal, la bouche tordue
par un bec-de-lièvre, était sans malice, malgré ses vingt-quatre ans, si
bête, que personne ne voulait le faire travailler. Elle travaillait donc
pour lui, à se tuer, elle avait pour cet infirme des soins passionnés, une
tendresse vaillante de mère.

En l'écoutant, la face épaisse et suante de l'abbé Godard se transfigurait
d'une bonté exquise, ses petits yeux colères s'embellissaient de charité,
sa bouche grande prenait une grâce douloureuse. Le terrible grognon,
toujours emporté dans un vent de violence, avait la passion des misérables,
leur donnait tout, son argent, son linge, ses habits, à ce point qu'on
aurait pas trouvé, en Beauce, un prêtre ayant une soutane plus rouge et
plus reprisée.

Il se fouilla d'un air inquiet, il glissa à Palmyre une pièce de cent sous.

--Tenez! cachez ça, je n'en ai pas pour les autres... Et il faudra que je
parle encore à la Grande, puisqu'elle est si mauvaise.

Cette fois, il se sauva. Heureusement, comme il suffoquait, en remontant la
côte, de l'autre côté de l'Aigre, le boucher de Bazoches-le-Doyen, qui
rentrait, le prit dans sa carriole; et il disparut au ras de la plaine,
secoué, avec la silhouette dansante de son tricorne, sur le ciel livide.

Pendant ce temps, la place de l'Église s'était vidée, Fouan et Rose
venaient de redescendre chez eux, où Grosbois se trouvait déjà. Un peu
avant dix heures, Delhomme et Jésus-Christ arrivèrent à leur tour; mais on
attendit en vain Buteau jusqu'à midi, jamais ce sacré original ne pouvait
être exact. Sans doute il s'était arrêté en chemin, à déjeuner quelque
part. On voulut passer outre; puis, la sourde peur qu'il inspirait, avec sa
mauvaise tête, fit décider qu'on tirerait les lots après le déjeuner, vers
deux heures seulement. Grosbois, qui accepta des Fouan un morceau de lard
et un verre de vin, acheva la bouteille, en entama une autre, retombé dans
son état d'ivresse habituel.

A deux heures, toujours pas de Buteau. Alors, Jésus-Christ, dans le besoin
de godaille qui alanguissait le village, par ce dimanche de fête, vint
passer devant chez Macqueron, en allongeant le cou; et cela réussit, la
porte fut brusquement ouverte, Bécu se montra et cria:

--Arrive, mauvaise troupe, que je te paye un canon!

Il s'était raidi encore, de plus en plus digne à mesure qu'il se grisait.
Une fraternité d'ancien militaire ivrogne, une tendresse secrète le portait
vers le braconnier; mais il évitait de le reconnaître quand il était en
fonction, sa plaque au bras, toujours sur le point de le prendre en
flagrant délit, combattu entre son devoir et son coeur. Au cabaret, dès
qu'il était soûl, il le régalait en frère.

--Un écarté, hein, veux-tu? Et, nom de Dieu? si les Bédouins nous embêtent,
nous leur couperons les oreilles!

Ils s'installèrent à une table, jouèrent aux cartes en criant fort, tandis
que les litres, un à un, se succédaient.

Macqueron, dans un coin, tassé, avec sa grosse face moustachue, tournait
ses pouces. Depuis qu'il avait gagné des rentes, en spéculant sur les
petits vins de Montigny, il était tombé à la paresse, chassant, péchant,
faisant le bourgeois; et il restait très sale, vêtu de loques, pendant que
sa fille Berthe trimballait autour de lui des robes de soie. Si sa femme
l'avait écouté, ils auraient fermé boutique, et l'épicerie, et le cabaret,
car il devenait vaniteux, avec de sourdes ambitions, inconscientes encore;
mais elle était d'une âpreté féroce au lucre, et lui-même, tout en ne
s'occupant de rien, la laissait continuer à verser des canons, pour ennuyer
son voisin Lengaigne, qui tenait le bureau de tabac et donnait aussi à
boire. C'était une rivalité ancienne, jamais éteinte, toujours près de
flamber.

Cependant, il y avait des semaines où l'on vivait en paix; et, justement,
Lengaigne entra avec son fils Victor, un grand garçon gauche, qui devait
bientôt tirer au sort. Lui, très long, l'air figé, ayant une petite tête de
chouette sur de larges épaules osseuses, cultivait ses terres, pendant que
sa femme pesait le tabac et descendait à la cave. Ce qui lui donnait une
importance, c'était qu'il rasait le village et coupait les cheveux, un
métier rapporté du régiment, qu'il exerçait chez lui, au milieu des
consommateurs, ou encore à domicile, à la volonté des clients.

--Eh bien! cette barbe, est-ce pour aujourd'hui, compère? demanda-t-il, dès
la porte.

--Tiens, c'est vrai, je t'ai dit de venir, s'écria Macqueron. Ma foi, tout
de suite, si ça te plaît.

Il décrocha un vieux plat à barbe, prit un savon et de l'eau tiède, pendant
que l'autre tirait de sa poche un rasoir grand comme un coutelas, qu'il se
mit à repasser sur un cuir fixé à l'étui. Mais une voix glapissante vint de
l'épicerie voisine.

--Dites donc, criait Coelina, est-ce que vous allez faire vos saletés sur
les tables?... Ah! non, je ne veux pas, chez moi, qu'on trouve du poil dans
les verres!

C'était une attaque à la propreté du cabaret voisin, où l'on mangeait plus
de cheveux qu'on ne buvait de vrai vin, disait-elle.

--Vends ton sel et ton poivre, et fiche-nous la paix, répondit Macqueron,
vexé de cette algarade devant le monde.

Jésus-Christ et Bécu ricanèrent. Mouchée, la bourgeoise! Et ils lui
commandèrent un nouveau litre, qu'elle apporta, furieuse, sans une parole.
Ils battaient les cartes, ils les jetaient sur la table violemment, comme
pour s'assommer. Atout, atout et atout!

Lengaigne avait déjà frotté son client de savon, et le tenait par le nez,
lorsque Lequeu, le maître d'école, poussa la porte.

--Bonsoir, la compagnie!

Il resta debout et muet devant le poêle, à se chauffer les reins, pendant
que le jeune Victor, derrière les joueurs, s'absorbait dans la vue de leur
jeu.

--A propos, reprit Macqueron, en profitant d'une minute où Lengaigne lui
essuyait sur l'épaule les baves de son rasoir, M. Hourdequin, tout à
l'heure, avant la messe, m'a encore parlé du chemin... Faudrait se décider
pourtant.

Il s'agissait du fameux chemin direct de Rognes à Châteaudun, qui devait
raccourcir la distance d'environ deux lieues, car les voitures étaient
forcées de passer par Cloyes. Naturellement, la ferme avait grand intérêt à
cette voie nouvelle, et le maire, pour entraîner le conseil municipal,
comptait beaucoup sur son adjoint, intéressé lui aussi à une prompte
solution. Il était, en effet, question de relier le chemin à la route du
bas, ce qui faciliterait aux voitures l'accès de l'église, où l'on ne
grimpait que par des sentiers de chèvre. Or, le tracé projeté suivait
simplement la ruelle étranglée entre les deux cabarets, l'élargissait en
ménageant la pente; et les terrains de l'épicier, dès lors en bordure,
ayant un accès facile, allaient décupler de valeur.

--Oui, continua-t-il, il paraît que le gouvernement, pour nous aider,
attend que nous votions quelque chose... N'est-ce pas, tu en es?

Lengaigne, qui était conseiller municipal, mais qui n'avait pas même un
bout de jardin derrière sa maison, répondit:

--Moi, je m'en fous! Qu'est-ce que ça me fiche, ton chemin?

Et, en s'attaquant à l'autre joue, dont il grattait le cuir comme avec une
râpe, il tomba sur la ferme. Ah! ces bourgeois d'aujourd'hui, c'était pis
encore que les seigneurs d'autrefois: oui, ils avaient tout gardé, dans le
partage, et ils ne faisaient des lois que pour eux, ils ne vivaient que de
la misère du pauvre monde! Les autres l'écoutaient, gênés et heureux au
fond de ce qu'il osait dire, la haine séculaire, indomptable, du paysan
contre les possesseurs du sol.

--Ça va bien qu'on est entre soi, murmura Macqueron, en lançant un regard
inquiet vers le maître d'école. Moi, je suis pour le gouvernement... Ainsi,
notre député, M. de Chédeville, qui est, dit-on, l'ami de l'empereur...

Du coup, Lengaigne agita furieusement son rasoir.

--Encore un joli bougre, celui-là!... Est-ce qu'un richard comme lui, qui
possède plus de cinq cents hectares du côté d'Orgères, ne devrait pas vous
en faire cadeau, de votre chemin, au lieu de vouloir tirer des sous à la
commune?... Salle rosse!

Mais l'épicier, terrifié cette fois, protesta.

--Non, non, il est bien honnête et pas fier... Sans lui, tu n'aurais pas eu
ton bureau de tabac. Qu'est-ce que tu dirais, s'il te le reprenait?

Brusquement calmé, Lengaigne se remit à lui gratter le menton. Il était
allé trop loin, il enrageait: sa femme avait raison de dire que ses idées
lui joueraient un vilain tour. Et l'on entendit alors une querelle qui
éclatait entre Bécu et Jésus-Christ. Le premier avait l'ivresse mauvaise,
batailleuse, tandis que l'autre, au contraire, de terrible chenapan qu'il
était à jeun, s'attendrissait davantage à chaque verre de vin, devenait
d'une douceur et d'une bonhomie d'apôtre soûlard. A cela, il fallait
ajouter leur différence radicale d'opinions: le braconnier, républicain, un
rouge comme on disait, qui se vantait d'avoir, à Cloyes, en 48, fait danser
le rigodon aux bourgeoises; le garde champêtre, d'un bonapartisme farouche,
adorant l'empereur, qu'il prétendait connaître.

--Je te jure que si! Nous avions mangé ensemble une salade de harengs
salés. Et alors il m'a dit: Pas un mot, je suis l'empereur... Je l'ai bien
reconnu, à cause de son portrait sur les pièces de cent sous.

--Possible! Une canaille tout de même, qui bat sa femme et qui n'a jamais
aimé sa mère!

--Tais-toi, nom de Dieu! ou je te casse la gueule!

Il fallut enlever des mains de Bécu le litre qu'il brandissait, tandis que
Jésus-Christ, les yeux mouillés, attendait le coup, dans une résignation
souriante. Et ils se remirent à jouer, fraternellement. Atout, atout et
atout!

Macqueron, que l'indifférence affectée du maître d'école troublait, finit
par lui demander:

--Et vous, monsieur Lequeu, qu'est-ce que vous en dites?

Lequeu, qui chauffait ses longues mains blêmes contre le tuyau du poêle,
eut un sourire aigre d'homme supérieur que sa position force au silence.

--Moi, je n'en dis rien, ça ne me regarde pas.

Alors, Macqueron alla plonger sa face dans une terrine d'eau, et tout en
reniflant, en s'essuyant:

--Eh bien? écoutez ça, je veux faire quelque chose... Oui, nom de Dieu! si
l'on vote la route, je donne mon terrain pour rien.

Cette déclaration stupéfia les autres. Jésus-Christ et Bécu eux-mêmes,
malgré leur ivresse, levèrent la tête. Il y eut un silence, on le regardait
comme s'il fut devenu brusquement fou; et lui, fouetté par l'effet produit,
les mains tremblantes pourtant de l'engagement qu'il prenait, ajouta:

--Il y en aura bien un demi-arpent... Cochon qui s'en dédit! C'est juré!

Lengaigne s'en alla avec son fils Victor, exaspéré et malade de cette
largesse du voisin: la terre ne lui coûtait guère, il avait assez volé le
monde! Macqueron, malgré le froid, décrocha son fusil, sortit voir s'il
rencontrerait un lapin, aperçu la veille au bout de sa vigne. Il ne resta
que Lequeu, qui passait là ses dimanches, sans rien boire, et que les deux
joueurs, acharnés, le nez dans les cartes. Des heures s'écoulèrent,
d'autres paysans vinrent et repartirent.

Vers cinq heures, une main brutale poussa la porte, et Buteau parut, suivi
de Jean. Dès qu'il aperçut Jésus-Christ, il cria:

--J'aurais parié vingt sous. Est-ce que tu te fous du peuple? Nous
t'attendons.

Mais l'ivrogne, bavant et s'égayant, répondit:

--Eh! sacré farceur, c'est moi qui t'attends... Depuis ce matin, tu nous
fais droguer.

Buteau s'était arrêté à la Borderie, où Jacqueline, que dès quinze ans il
culbutait sur le foin, l'avait retenu à manger des rôties avec Jean. Le
fermier Hourdequin étant allé déjeuner à Cloyes, au sortir de la messe, on
avait nocé très tard, et les deux garçons arrivaient seulement, ne se
quittant plus.

Cependant, Bécu gueulait qu'il payait les cinq litres, mais que c'était une
partie à continuer; tandis que Jésus-Christ, après s'être décollé
péniblement de sa chaise, suivait son frère, les yeux noyés de douceur.

--Attends là, dit Buteau à Jean, et dans une demi-heure, viens me
rejoindre... Tu sais que tu dînes avec moi chez le père.

Chez les Fouan, lorsque les deux frères furent entrés dans la salle, on se
trouva au grand complet. Le père debout, baissait le nez. La mère, assise
près de la table qui occupait le milieu, tricotait de ses mains machinales.
En face d'elle, Grosbois avait tant bu et mangé, qu'il s'était assoupi, les
yeux à demi ouverts; tandis que, plus loin, sur deux chaises basses, Fanny
et Delhomme attendaient patiemment. Et, choses rares dans cette pièce
enfumée, aux vieux meubles pauvres, aux quelques ustensiles mangés par les
nettoyages, une feuille de papier blanc, un encrier et une plume étaient
posés sur la table, à côté du chapeau de l'arpenteur, un chapeau noir
tourné au roux, monumental, qu'il trimballait depuis dix ans, sous la pluie
et le soleil. La nuit tombait, l'étroite fenêtre donnait une dernière lueur
boueuse, dans laquelle le chapeau prenait une importance extraordinaire,
avec ses bords plats et sa forme d'urne.

Mais Grosbois, toujours à son affaire, malgré son ivresse, se réveilla,
bégayant:

--Nous y sommes... Je vous disais que l'acte est prêt. J'ai passé hier chez
M. Baillehache, il me l'a fait voir. Seulement, les numéros des lots sent
restés en blanc, à la suite de vos noms... Nous allons donc tirer ça, et le
notaire n'aura plus qu'à les inscrire, pour que vous puissiez, samedi,
signer l'acte chez lui.

Il se secoua, haussa la voix.

--Voyons, je vas préparer les billets.

D'un mouvement brusque, les enfants se rapprochèrent, sans chercher à
cacher leur défiance. Ils le surveillaient, étudiaient ses moindres gestes,
comme ceux d'un faiseur de tours, capable d'escamoter les parts. D'abord,
de ses gros doigts tremblants d'alcoolique, il avait coupé la feuille de
papier en trois; puis, maintenant, sur chaque morceau, il écrivait un
chiffre, 1, 2, 3, très appuyé, énorme; et, par-dessus ses épaules, tous
suivaient la plume, le père et la mère eux-mêmes hochaient la tête,
satisfaits de constater qu'il n'y avait pas de tricherie possible. Les
billets furent pliés lentement et jetés dans le chapeau.

Un silence régna, solennel.

Au bout de deux grandes minutes, Grosbois dit:

--Faut vous décider pourtant... Qui est-ce qui commence?

Personne ne bougea. La nuit augmentait, le chapeau semblait grandir dans
cette ombre.

--Par rang d'âges, voulez-vous? proposa l'arpenteur. A toi, Jésus-Christ,
qui est l'aîné.

Jésus-Christ, bon enfant, s'avança; mais il perdit l'équilibre, faillit
s'étaler. Il avait enfoncé le poing dans le chapeau, d'un effort violent,
comme pour en retirer un quartier de roche. Lorsqu'il tint le billet, il
dut s'approcher de la fenêtre.

--Deux! cria-t-il, en trouvant sans doute ce chiffre particulièrement
drôle, car il suffoqua de rire.

--A toi, Fanny! appela Grosbois.

Quand Fanny eut la main au fond, elle ne se pressa point. Elle fouillait,
remuait les billets, les pesait l'un après l'autre.

--C'est défendu de choisir, dit rageusement Buteau, que la passion
étranglait, et qui avait blêmi au numéro tiré par son frère.

--Tiens! pourquoi donc? répondit-elle. Je ne regarde pas, je peux bien
tâter.

--Va, murmura le père, ça se vaut, il n'y en a pas plus lourd dans l'un que
dans l'autre.

Elle se décida enfin, courut devant la fenêtre.

--Un!

--Eh bien! c'est Buteau qui a le trois, repris Fouan. Tire-le, mon garçon.

Dans la nuit croissante, on n'avait pu voir se décomposer le visage du
cadet. Sa voix éclata de colère.

--Jamais de la vie!

--Comment?

--Si vous croyez que j'accepte, ah! non!... Le troisième lot, n'est-ce pas?
le mauvais! Je vous l'ai assez dit, que je voulais partager autrement. Non!
non! vous vous foutriez de moi!... Et puis, est-ce que je ne vois pas clair
dans vos manigances? est-ce que ce n'était pas au plus jeune à tirer le
premier?... Non! non! je ne tire pas, puisqu'on triche!

Le père et la mère le regardaient se démener, taper des pieds et des
poings.

--Mon pauvre enfant, tu deviens fou, dit Rose.

--Oh! maman, je sais bien que vous ne m'avez jamais aimé. Vous me
décolleriez la peau du corps pour la donner à mon frère... A vous tous,
vous me mangeriez...

Fouan l'interrompit durement.

--Assez de bêtises, hein!... Veux-tu tirer?

--Je veux qu'on recommence.

Mais il y eut une protestation générale. Jésus-Christ et Fanny serraient
leurs billets, comme si l'on tentait de les leur arracher. Delhomme
déclarait que le tirage avait eu lieu honnêtement, et Grosbois, très
blessé, parlait de s'en aller, si l'on suspectait sa bonne foi.

--Alors, je veux que papa ajoute à ma part mille francs sur l'argent de sa
cachette.

Le vieux, un moment étourdi, bégaya. Puis, il se redressa, s'avança,
terrible.

--Qu'est-ce que tu dis? Tu y tiens donc à me faire assassiner, mauvais
bougre! On démolirait la maison, qu'on ne trouverait pas un liard... Prends
le billet, nom de Dieu! ou tu n'auras rien!

Buteau, le front dur d'obstination, ne recula pas devant le poing levé de
son père.

--Non!

Le silence retomba, embarrassé. Maintenant, l'énorme chapeau gênait,
barrant les choses, avec cet unique billet au fond, que personne ne voulait
toucher. L'arpenteur, pour en finir, conseilla au vieux de le tirer
lui-même. Et le vieux, gravement, le tira, alla le lire devant la fenêtre,
comme s'il ne l'eût pas connu.

--Trois!... Tu as le troisième lot, entends-tu? L'acte est prêt, bien sûr
que M. Baillehache n'y changera rien, car ce qui est fait n'est pas à
refaire... Et, puisque tu couches ici, je te donne la nuit pour
réfléchir... Allons, c'est fini, n'en causons plus.

Buteau, noyé de ténèbres, ne répondit pas. Les autres approuvèrent
bruyamment, tandis que la mère se décidait à allumer une chandelle, pour
mettre le couvert.

Et, à cette minute, Jean qui venait rejoindre son camarade, aperçut deux
ombres enlacées, guettant de la route, déserte et noire, ce qu'on faisait
chez les Fouan. Dans le ciel d'ardoise, des flocons de neige commençaient à
voler, d'une légèreté de plume.

--Oh! monsieur Jean, dit une voix douce, vous nous avez fait peur!

Alors, il reconnut Françoise, encapuchonnée, avec sa face longue, aux
lèvres fortes. Elle se serrait contre sa soeur Lise, la tenait d'un bras à
la taille. Les deux soeurs s'adoraient, on les rencontrait toujours de la
sorte, au cou l'une de l'autre. Lise, plus grande, l'air agréable, malgré
ses gros traits et la bouffissure commençante de toute sa ronde personne,
restait réjouie dans son malheur.

--Vous espionnez donc? demanda-t-il gaiement.

--Dame! répondit-elle, ça m'intéresse, ce qui se passe là-dedans... Savoir
si ça va décider Buteau!

Françoise, d'un geste de caresse, avait emprisonné de son autre bras le
ventre enflé de sa soeur.

--S'il est permis, le cochon!... Quand il aura la terre, peut-être qu'il
voudra une fille plus riche.

Mais Jean leur donna bon espoir: le partage devait être terminé, on
arrangerait le reste. Puis, lorsqu'il leur apprit qu'il mangeait chez les
vieux. Françoise dit encore:

--Ah bien! nous vous reverrons tout à l'heure, nous irons à la veillée.

Il les regarda se perdre dans la nuit. La neige tombait plus épaisse, leurs
vêtements confondus se liséraient d'un fin duvet blanc.



V


Dès sept heures, après le dîner, les Fouan, Buteau et Jean étaient allés,
dans l'étable, rejoindre les deux vaches, que Rose devait vendre. Ces
bêtes, attachées au fond, devant l'auge, chauffaient la pièce de
l'exhalaison forte de leur corps et de leur litière; tandis que la cuisine,
avec les trois maigres tisons du dîner, se trouvait déjà glacée par les
gelées précoces de novembre. Aussi, l'hiver, veillait-on là, sur la terre
battue, bien à l'aise, au chaud, sans autre dérangement que d'y transporter
une petite table ronde et une douzaine de vieilles chaises. Chaque voisin
apportait la chandelle à son tour; de grandes ombres dansaient le long des
murailles nues, noires de poussière, jusqu'aux toiles d'araignée des
charpentes; et l'on avait dans le dos les souffles tièdes des vaches, qui,
couchées, ruminaient.

La Grande arriva la première, avec un tricot. Elle n'apportait jamais de
chandelle, abusant de son grand âge, si redoutée, que son frère n'osait la
rappeler aux usages. Tout de suite, elle prit la bonne place, attira le
chandelier, le garda pour elle seule, à cause de ses mauvais yeux. Elle
avait posé contre sa chaise la canne qui ne la quittait jamais. Des
parcelles scintillantes de neige fondaient sur les poils rudes qui
hérissaient sa tête d'oiseau décharné.

--Ça tombe? demanda Rose.

--Ça tombe, répondit-elle de sa voix brève.

Et elle se mit à son tricot, elle serra ses lèvres minces, avare de
paroles, après avoir jeté sur Jean et sur Buteau un regard perçant.

Les autres, derrière elle, parurent: d'abord, Fanny qui s'était fait
accompagner par son fils Nénesse, Delhomme ne venant jamais aux veillées;
et, presque aussitôt, Lise et Françoise, qui secouèrent en riant la neige
dont elles étaient couvertes. Mais la vue de Buteau fit rougir légèrement
la première. Lui, tranquillement, la regardait.

--Ça va bien, Lise, depuis qu'on ne s'est vu?

--Pas mal, merci.

--Allons, tant mieux!

Palmyre, pendant ce temps, s'était furtivement glissée par la porte
entr'ouverte; et elle s'amincissait, elle se plaçait le plus loin possible
de sa grand'mère, la terrible Grande, lorsqu'un tapage, sur la route, la
fit se redresser. C'étaient des bégaiements de fureur, des larmes, des
rires et des huées.

--Ah! les gredins d'enfants, ils sont encore après lui! cria-t-elle.

D'un bond, elle avait rouvert la porte; et brusquement hardie, avec des
grondements de lionne, elle délivra son frère Hilarion des farces de la
Trouille, de Delphin de Nénesse. Ce dernier venait de rejoindre les deux
autres qui hurlaient aux trousses de l'infirme. Essoufflé, ahuri, Hilarion
entra en se déhanchant sur ses jambes torses. Son bec-de-lièvre le faisait
saliver, il bégayait sans pouvoir expliquer les choses, l'air caduc pour
ses vingt-quatre ans, d'une hideur bestiale de crétin. Il était devenu très
méchant, enragé de ce qu'il ne pouvait attraper à la course et calotter les
gamins qui le poursuivaient. Cette fois encore, c'était lui qui avait reçu
une volée de boules de neige.

--Oh! est-il menteur! dit la Trouille, d'un grand air innocent. Il m'a
mordue au pouce, tenez!

Du coup, Hilarion, les mots en travers de la gorge, faillit s'étrangler;
tandis que Palmyre le calmait, lui essuyait le visage avec son mouchoir, en
l'appelant son mignon.

--En voilà assez, hein! finit par dire Fouan. Toi, tu devrais bien
l'empêcher de te suivre. Assois-le au moins, qu'il se tienne tranquille!...
Et vous, marmaille, silence! On va vous prendre par les oreilles et vous
reconduire chez vos parents.

Mais, comme l'infirme continuait à bégayer, voulant avoir raison, la
Grande, dont les yeux flambèrent, saisit sa canne et en asséna un coup si
rude sur la table, que tous le monde sauta. Palmyre et Hilarion, saisis de
terreur, s'affaissèrent, ne bougèrent plus.

Et la veillée commença. Les femmes, autour de l'unique chandelle,
tricotaient, filaient, travaillaient à des ouvrages, qu'elles ne
regardaient même pas. Les hommes, en arrière, fumaient lentement avec de
rares paroles, pendant que, dans un coin, les enfants se poussaient et se
pinçaient en étouffant leurs rires.

Parfois, on disait des contes: celui du Cochon noir, qui gardait un trésor,
une clef rouge à la gueule; ou encore celui de la bête d'Orléans, qui avait
la face d'un homme, des ailes de chauve-souris, des cheveux jusqu'à terre,
deux cornes, deux queues, l'une pour prendre, l'autre pour tuer; et ce
monstre avait mangé un voyageur rouennais, dont il n'était resté que le
chapeau et les bottes. D'autres fois, on entamait les histoires sans fin
sur les loups, les loups voraces, qui, pendant des siècles, ont dévasté la
Beauce. Anciennement, lorsque la Beauce, aujourd'hui, nue et pelée, gardait
de ses forêts premières quelques bouquets d'arbres, des bandes innombrables
de loups, poussées par la faim, sortaient l'hiver pour se jeter sur les
troupeaux. Des femmes, des enfants étaient dévorés. Et les vieux du pays se
rappelaient que, pendant les grandes neiges, les loups venaient dans les
villes: à Cloyes, on les entendait hurler sur la place Saint-Georges; à
Rognes, ils soufflaient sous les portes mal closes des étables et des
bergeries. Puis, les mêmes anecdotes se succédaient; le meunier, surpris
par cinq grands loups, qui les mit en fuite en enflammant une allumette; la
petite fille qu'une louve accompagna au galop pendant deux lieues, et qui
fut mangée seulement à sa porte, lorsqu'elle tomba; d'autres, d'autres
encore, des légendes de loups-garous, d'hommes changés en bêtes, sautant
sur les épaules des passants attardés, les forçant à courir, jusqu'à la
mort.

Mais, autour de la maigre chandelle, ce qui glaçait les filles de la
veillée, ce qui, à la sortie, les faisait se sauver, éperdues, fouillant
l'ombre, c'étaient les crimes des Chauffeurs, de la fameuse bande
d'Orgères, dont après soixante ans la contrée frissonnait. Ils étaient des
centaines, tous rouleurs de routes, mendiants, déserteurs, faux
colporteurs, des hommes, des enfants, des femmes, qui vivaient de vols, de
meurtres et de débauches. Ils descendaient des troupes armées et
disciplinées de l'ancien brigandage, mettant à profit les troubles de la
Révolution, faisant en règle le siège des maisons isolées, où ils entraient
«à la bombe», en enfonçant les portes à l'aide de béliers. Dès la nuit
venue, comme les loups, ils sortaient de la forêt de Dourdan, des
broussailles de la Conie, des repaires boisés où ils se cachaient; et la
terreur tombait avec l'ombre, sur les fermes de la Beauce, d'Étampes à
Châteaudun, de Chartres à Orléans. Parmi leurs atrocités légendaires, celle
qui revenait le plus souvent à Rognes, était le pillage de la ferme de
Millouard, distante de quelques lieues seulement, dans le canton d'Orgères.
Le Beau-François, le chef célèbre, le successeur de Fleur-d'Épine, cette
nuit-là, avait avec lui le Rouge-d'Auneau, son lieutenant, le Grand-Dragon,
Breton-le-cul-sec, Lonjumeau, Sans-Pouce, cinquante autres, tous le visage
noirci. D'abord, ils jetèrent dans la cave les gens de la ferme, les
servantes, les charretiers, le berger, à coups de baïonnette; ensuite, ils
«chauffèrent» le fermier, le père Fousset, qu'ils avaient gardé seul. Quand
ils lui eurent allongé les pieds au-dessus des braises de la cheminée, ils
allumèrent avec des brandes de paille sa barbe et tout le poil de son
corps; puis, ils revinrent aux pieds, qu'ils tailladèrent de la pointe d'un
couteau, pour que la flamme pénétrât mieux. Enfin, le vieux s'étant décidé
à dire où était son argent ils le lâchèrent, ils emportèrent un butin
considérable. Fousset, qui avait eu la force de se traîner jusqu'à une
maison voisine, ne mourut que plus tard. Et, invariablement, le récit se
terminait par le procès et l'exécution, à Chartres, de la bande des
Chauffeurs, que le Borgne-de-Jouy avait vendue: un procès monstre, dont
l'instruction demanda dix-huit mois, et pendant lequel soixante-quatre des
prévenus moururent en prison d'une peste déterminée par leur ordure; un
procès qui déféra à la cour d'assises cent quinze accusés dont trente-trois
contumaces, qui fit poser au jury sept mille huit cents questions, qui
aboutit à vingt-trois condamnations à mort. La nuit de l'exécution, en se
partageant les dépouilles des suppliciés, sous l'échafaud rouge de sang,
les bourreaux de Chartres et de Dreux se battirent.

Fouan, à propos d'un assassinat qui s'était commis du côté de Janville,
raconta donc une fois de plus les abominations de la ferme de Millouard; et
il en était à la complainte composée en prison par le Rouge-d'Auneau
lui-même, lorsque des bruits étranges sur la route, des pas, des poussées,
des jurons, épouvantèrent les femmes. Pâlissantes, elles tendaient
l'oreille, avec la terreur de voir un flot d'hommes noirs entrer «à la
bombe». Bravement, Buteau alla ouvrir la porte.

--Qui va là?

Et l'on aperçut Bécu et Jésus-Christ, qui, à la suite d'une querelle avec
Macqueron, venaient de quitter le cabaret, en emportant les cartes et une
chandelle, pour aller finir la partie ailleurs. Ils étaient si soûls, et
l'on avait eu si peur, qu'on se mit à rire.

--Entrez tout de même, et soyez sages, dit Rose en souriant à son grand
chenapan de fils. Vos enfants sont ici, vous les emmènerez.

Jésus-Christ et Bécu s'assirent par terre, près des vaches, mirent la
chandelle entre eux, et continuèrent: atout, atout, et atout! Mais la
conversation avait tourné, on parlait des garçons du pays qui devaient
tirer au sort, Victor Lengaigne et trois autres. Les femmes étaient
devenues graves, une tristesse ralentissait les paroles.

--Ce n'est pas drôle, reprit Rose, non, non, pas drôle, pour personne!

--Ah! la guerre, murmura Fouan, elle en fait, du mal! C'est la mort de la
culture... Oui, quand les garçons partent, les meilleurs bras s'en vont, on
le voit bien à la besogne; et, quand ils reviennent, dame? ils sont
changés, ils n'ont plus le coeur à la charrue... Vaudrait mieux le choléra
que la guerre!

Fanny s'arrêta de tricoter.

--Moi, déclara-t-elle, je ne veux pas que Nénesse parte... M. Baillehache
nous a expliqué une machine, comme qui dirait une loterie: on se réunit à
plusieurs, chacun verse entre ses mains une somme, et ceux qui tombent au
sort sont rachetés.

--Faut être riche pour ça, dit sèchement la Grande.

Mais Bécu, entre deux levées, avait attrapé un mot au vol.

--La guerre, ah! bon sang! c'est ça qui fait les hommes!... Lorsqu'on n'y
est pas allé, on ne peut pas savoir. Il n'y a que ça, se foutre des
coups... Hein? là-bas, chez les moricauds.

Et il cligna l'oeil gauche, tandis que Jésus-Christ ricanait d'un air
d'intelligence. Tous deux avaient fait les campagnes d'Afrique, le garde
champêtre dès les premiers temps de la conquête, l'autre plus tard, lors
des révoltes dernières. Aussi, malgré la différence des époques,
avaient-ils des souvenirs communs, des oreilles de Bédouins coupées et
enfilées en chapelets, des Bédouines à la peau frottée d'huile, pincées
derrière les haies et tamponnées dans tous les trous. Jésus-Christ surtout
répétait une histoire qui enflait de rires énormes les ventres des paysans:
une grande cavale de femme, jaune comme un citron, qu'on avait fait courir
toute nue, avec une pipe dans le derrière.

--Nom de Dieu, reprit Bécu en s'adressant à Fanny, vous voulez donc que
Nénesse reste une fille?... Ce que je vais vous coller Delphin au régiment,
moi!

Les enfants avaient cessé de jouer, Delphin levait sa tête ronde et solide
de petit gars sentant déjà la terre.

--Non! déclara-t-il carrément, d'un air têtu.

--Hein? qu'est-ce que tu dis? je vais t'apprendre le courage, mauvais
Français!

--Je ne veux pas partir, je veux rester chez nous.

Le garde champêtre levait la main, lorsque Buteau l'arrêta.

--Laissez-le donc tranquille, cet enfant!... Il a raison. Est-ce qu'on a
besoin de lui? Il y en a d'autres... Avec ça qu'on vient au monde pour
lâcher son coin, pour aller se faire casser la gueule, à cause d'un tas
d'histoires dont on se fiche. Moi, je n'ai pas quitté le pays, je ne m'en
porte pas plus mal.

En effet, il avait tiré un bon numéro, il était un vrai terrien, attaché au
sol, ne connaissant qu'Orléans et Chartres, n'ayant rien vu, au delà du
plat horizon de la Beauce. Et il semblait en tirer un orgueil, d'avoir
ainsi poussé dans sa terre, avec l'entêtement borné et vivace d'un arbre.
Il s'était mis debout, les femmes le regardaient.

--Quand ils rentrent du service, ils sont tous si maigres! osa murmurer
Lise.

--Et vous, Caporal, demanda la vieille Rose, vous êtes allé loin?

Jean fumait sans une parole, en garçon réfléchi qui préférait écouter. Il
ôta lentement sa pipe.

--Oui, assez loin comme ça... Pas en Crimée, pourtant. Je devais partir
quand on a pris Sébastopol... Mais, plus tard, en Italie...

--Et qu'est-ce que c'est, l'Italie?

La question parut le surprendre, il hésita, fouilla ses souvenirs.

--Mais l'Italie, c'est comme chez nous. Il y a de la culture, il y a des
bois avec des rivières... Partout, c'est la même chose.

--Alors, vous vous êtes battu?

--Ah! oui, battu pour sûr!

Il s'était remis à sucer sa pipe, il ne se pressait pas; et Françoise, qui
avait levé les yeux, restait la bouche entr'ouverte, à attendre une
histoire. Toutes, d'ailleurs, s'intéressaient, la Grande elle-même allongea
un nouveau coup de canne sur la table, pour faire taire Hilarion qui
geignait, la Trouille ayant inventé le petit jeu de lui enfoncer une
épingle dans le bras, sournoisement.

A Solférino, ça chauffait dur, et il pleuvait cependant, oh! il pleuvait...
Je n'avais pas un fil de sec, l'eau m'entrait par le dos et coulait dans
mes souliers... Ça, on peut le dire sans mensonge, nous avons été mouillés!

On attendait toujours, mais il n'ajouta rien, il n'avait vu que ça de la
bataille. Au bout d'une minute de silence, il reprit de son air
raisonnable:

--Mon Dieu! la guerre, ce n'est pas si difficile qu'on le croit... On tombe
au sort, n'est-ce pas? on est bien obligé de faire son devoir. Moi, j'ai
lâché le service, parce que j'aime mieux autre chose. Seulement, ça peut
encore avoir du bon, pour celui que son métier dégoûte et qui rage, quand
l'ennemi vient nous emmerder en France.

--Une sale chose, tout de même! conclut le père Fouan. Chacun devrait
défendre son chez soi, et pas plus.

De nouveau, le silence régna. Il faisait très chaud, une chaleur humide et
vivante, accentuée par la forte odeur de la litière. Une des deux vaches,
qui s'était mise debout, fientait; et l'on entendit le bruit doux et
rythmique des bouses étalées. De la nuit des charpentes, descendait le
cri-cri mélancolique d'un grillon; tandis que, le long des murailles, les
doigts rapides des femmes, activant les aiguilles de leur tricot,
semblaient faire courir des pattes d'araignées géantes, au milieu de tout
ce noir.

Mais Palmyre, ayant pris les mouchettes pour moucher la chandelle, la
moucha si bas qu'elle l'éteignit. Ce furent des clameurs, les filles
riaient, les enfants enfonçaient l'épingle dans une fesse d'Hilarion; et
les choses se seraient gâtées, si la chandelle de Jésus-Christ et de Bécu,
somnolents sur leurs cartes, n'avait servi à rallumer l'autre, malgré sa
mèche longue, élargie en un champignon rouge. Saisie de sa maladresse,
Palmyre tremblait comme une gamine qui craint de recevoir le fouet.

--Voyons, dit Fouan, qui est-ce qui va nous lire ça, pour finir la
veillée?... Caporal, vous devez très bien lire l'imprimé, vous.

Il était allé chercher un petit livre graisseux, un de ces livres de
propagande bonapartiste, dont l'empire avait inondé les campagnes.
Celui-ci, tombé là de la balle d'un colporteur, était une attaque violente
contre l'ancien régime, une histoire dramatisée du paysan, avant et après
la Révolution, sous ce titre de complainte: _Les Malheurs et le Triomphe de
Jacques Bonhomme_.

Jean avait pris le livre, et tout de suite, sans se faire prier, il se mit
à lire, d'une voix blanche et ânonnante d'écolier qui ne tient pas compte
de la ponctuation. Religieusement, on l'écouta.

D'abord, il était question des Gaulois libres, réduits en esclavage par les
Romains, puis conquis par les Francs, qui, des esclaves, firent des serfs,
en établissant la féodalité. Et le long martyre commençait, le martyre de
Jacques Bonhomme, de l'ouvrier de la terre, exploité, exterminé, à travers
les siècles. Pendant que le peuple des villes se révoltait, fondant la
commune, obtenant le droit de bourgeoisie, le paysan isolé, dépossédé de
tout et de lui-même, n'arrivait que plus tard à s'affranchir, à acheter de
son argent la liberté d'être un homme; et quelle liberté illusoire, le
propriétaire accablé, garrotté par des impôts de sang et de ruine, la
propriété sans cesse remise en question, grevée de tant de charges, qu'elle
ne lui laissait guère que des cailloux à manger! Alors, un affreux
dénombrement commençait, celui des droits qui frappaient le misérable.
Personne n'en pouvait dresser la liste exacte et complète, ils pullulaient,
ils soufflaient à la fois du roi, de l'évêque et du seigneur. Trois
carnassiers dévorants sur le même corps: le roi avait le cens et la taille,
l'évêque avait la dîme, le seigneur imposait tout, battait monnaie avec
tout. Plus rien n'appartenait au paysan, ni la terre, ni l'eau, ni le feu,
ni même l'air qu'il respirait. Il lui fallait payer, payer toujours, pour
sa vie, pour sa mort, pour ses contrats, ses troupeaux, son commerce, ses
plaisirs. Il payait pour détourner sur son fonds l'eau pluviale des fossés,
il payait pour la poussière des chemins que les pieds de ses moutons
faisaient voler, l'été, aux grandes sécheresses. Celui qui ne pouvait
payer, donnait son corps et son temps, taillable et corvéable à merci,
obligé de labourer, moissonner, faucher, façonner la vigne, curer les
fossés du château, faire et entretenir les routes. Et les redevances en
nature; et les banalités; le moulin, le four, le pressoir, où restait le
quart des récoltes; et le droit de guet et de garde qui subsista en argent,
même après la démolition des donjons; et le droit de gîte, de prise et
pourvoirie, qui, sur le passage du roi ou du seigneur, dévalisait les
chaumières, enlevait les paillasses et les couvertures, chassait l'habitant
de chez lui, quitte à ce qu'on arrachât les portes et les fenêtres, s'il ne
déguerpissait pas assez vite. Mais l'impôt exécré, celui dont le souvenir
grondait encore au fond des hameaux, c'était la gabelle odieuse, les
greniers à sel, les familles tarifées à une quantité de sel qu'elles
devaient quand même acheter au roi, toute cette perception inique dont
l'arbitraire ameuta et ensanglanta la France.

--Mon Père, interrompit Fouan, a vu le sel à dix-huit sous la livre... Ah!
les temps étaient durs!

Jésus-Christ rigolait dans sa barbe. Il voulut insister sur les droits
polissons, auxquels le petit livre se contentait de faire une allusion
pudique.

--Et le droit de cuissage, dites donc? Ma parole! le seigneur fourrait la
cuisse dans le lit de la mariée, et la première nuit il lui fourrait...

On le fit taire, les filles, Lise elle-même avec son gros ventre, étaient
devenues toutes rouges; tandis que la Trouille et les deux galopins, le nez
tombé par terre, se collaient leur poing dans la bouche, pour ne pas
éclater. Hilarion, béant, ne perdait pas un mot, comme s'il eût compris.

Jean continua. Maintenant, il en était à la justice, à cette triple justice
du roi, de l'évêque et du seigneur, qui écartelait le pauvre monde suant
sur la glèbe. Il y avait le droit coutumier, il y avait le droit écrit, et
par-dessus tout il y avait le bon plaisir, la raison du plus fort. Aucune
garantie, aucun recours, la toute-puissance de l'épée. Même aux siècles
suivants, lorsque l'équité protesta, on acheta les charges, la justice fut
vendue. Et c'était pis pour le recrutement des armées, pour cet impôt du
sang, qui, longtemps, ne frappa que les petits des campagnes: ils fuyaient
dans les bois, on les ramenait enchaînés, à coups de crosse, on les
enrôlait comme on les aurait conduits au bagne. L'accès des grades leur
était défendu. Un cadet de famille trafiquait d'un régiment ainsi que d'une
marchandise à lui qu'il avait payée, mettait les grades inférieurs aux
enchères, poussait le reste de son bétail humain à la tuerie. Puis,
venaient enfin les droits de chasse, ces droits de pigeonnier et de
garenne, qui, de nos jours, même abolis, ont laissé un ferment de haine au
coeur des paysans. La chasse, c'est l'enragement héréditaire, c'est
l'antique prérogative féodale qui autorisait le seigneur à chasser partout
et qui faisait punir de mort le vilain ayant l'audace de chasser chez lui;
c'est la bête libre, l'oiseau libre, encagés sous le grand ciel pour le
plaisir d'un seul; ce sont les champs parqués en capitaineries, que le
gibier ravageait, sans qu'il fût permis aux propriétaires d'abattre un
moineau.

--Ça se comprend, murmura Bécu, qui parlait de tirer les braconniers comme
des lapins.

Mais Jésus-Christ avait dressé l'oreille, à cette question de la chasse, et
il sifflota d'un air goguenard. Le gibier était à qui savait le tuer.

--Ah! mon Dieu! dit Rose simplement, en poussant un grand soupir.

Tous avaient ainsi le coeur gros, cette lecture leur pesait peu à peu aux
épaules, du poids pénible d'une histoire de revenants. Ils ne comprenaient
pas toujours, cela redoublait leur malaise. Puisque ça s'était passé comme
ça, dans le temps, peut-être bien que ça pouvait revenir.

--«Va, pauvre Jacques Bonhomme, se remit à ânonner Jean de sa voix
d'écolier, donne ta sueur, donne ton sang, tu n'es pas au bout de tes
peines...»

Le calvaire du paysan, en effet, se déroulait. Il avait souffert de tout,
des hommes, des éléments et de lui-même. Sous la féodalité, lorsque les
nobles allaient à la proie, il était chassé, traqué, emporté dans le butin.
Chaque guerre privée de seigneur à seigneur le ruinait, quand elle ne
l'assassinait pas: on brûlait sa chaumière, on rasait son champ. Plus tard
étaient venues les grandes compagnies, le pire des fléaux qui ont désolé
nos campagnes, ces bandes d'aventuriers à la solde de qui les payait,
tantôt pour, tantôt contre la France, marquant leur passage par le fer et
le feu, laissant derrière elles la terre nue. Si les villes tenaient, grâce
à leurs murailles, les villages étaient balayés dans cette folie du
meurtre, qui alors soufflait d'un bout à l'autre d'un siècle. Il y a eu des
siècles rouges, des siècles où nos plats pays, comme on disait, n'ont cessé
de clamer de douleur, les femmes violées, les enfants écrasés, les hommes
pendus. Puis, lorsque la guerre faisait trêve, les maltôtiers du roi
suffisaient au continuel tourment du pauvre monde; car le nombre et le
poids des impôts n'étaient rien, à côté de la perception fantasque et
brutale, la taille et la gabelle mises à ferme, les taxes réparties au
petit bonheur de l'injustice, exigées par des troupes armées qui faisaient
rentrer l'argent du fisc comme on lève une contribution de guerre; si bien
que presque rien de cet argent n'arrivait aux caisses de l'Etat, volé en
route, diminué à chacune des mains pillardes où il passait. Ensuite, la
famine s'en mêlait. L'imbécile tyrannie des lois immobilisant le commerce,
empêchant la libre vente des grains, déterminait tous les dix ans
d'effrayantes disettes, sous des années de soleil trop chaud ou de trop
longues pluies, qui semblaient des punitions de Dieu. Un orage gonflant les
rivières, un printemps sans eau, le moindre nuage, le moindre rayon
compromettant les récoltes, emportaient des milliers d'hommes: coups
terribles du mal de la faim, renchérissement brusque de toutes choses,
épouvantables misères, pendant lesquelles les gens broutaient l'herbe des
fossés, ainsi que des bêtes. Et, fatalement, après les guerres, après les
disettes, des épidémies se déclaraient, tuaient ceux que l'épée et la
famine avaient épargnés. C'était une pourriture sans cesse renaissante de
l'ignorance et de la malpropreté, la peste noire, la Grand'Mort, dont on
voit le squelette géant dominer les temps anciens, rasant de sa faux le
peuple triste et blême des campagnes.

Alors, quand il souffrait trop, Jacques Bonhomme se révoltait. Il avait
derrière lui des siècles de peur et de résignation, les épaules, durcies
aux coups, le coeur si écrasé qu'il ne sentait pas sa bassesse. On pouvait
le frapper longtemps, l'affamer, lui voler tout, sans qu'il sortît de sa
prudence, de cet abêtissement où il roulait des choses confuses, ignorées
de lui-même; et cela jusqu'à une dernière injustice, une souffrance
dernière, qui le faisait tout d'un coup sauter à la gorge de ses maîtres,
comme un animal domestique, trop battu et enragé. Toujours, de siècle en
siècle, la même exaspération éclate, la jacquerie arme les laboureurs de
leurs fourches et de leurs faux, quand il ne leur reste qu'à mourir. Ils
ont été les Bagaudes chrétiens de la Gaule, les Pastoureaux du temps des
Croisades, plus tard les Croquants et les Nus-pieds, courant sus aux nobles
et aux soldats du roi. Après quatre cents ans, le cri de douleur et de
colère des Jacques, passant encore à travers les champs dévastés, va faire
trembler les maîtres, au fond des châteaux. S'ils se fâchaient une fois de
plus, eux qui sont le nombre, s'ils réclamaient enfin leur part de
jouissance? Et la vision ancienne galope, de grands diables demi-nus, en
guenilles, fous de brutalité et de désirs, ruinant, exterminant, comme on
les a ruinés et exterminés, violant à leur tour les femmes des autres!

--«Calme tes colères, homme des champs, poursuivait Jean de son air doux et
appliqué, car l'heure de ton triomphe sonnera bientôt au cadran de
l'histoire...»

Buteau avait eu son haussement brusque d'épaules: belle affaire de se
révolter! oui, pour que les gendarmes vous ramassent! Tous, d'ailleurs,
depuis que le petit livre contait les rébellions de leurs ancêtres,
écoutaient les yeux baissés, sans hasarder un geste, pris de méfiance, bien
qu'ils fussent entre eux. C'étaient des choses dont on ne devait pas causer
tout haut, personne n'avait besoin de savoir ce qu'ils pensaient là-dessus.
Jésus-Christ ayant voulu interrompre, pour crier qu'il tordrait le cou de
plusieurs, à la prochaine, Bécu déclara violemment que tous les
républicains étaient des cochons; et il fallut que Fouan leur imposa
silence, solennel, d'une gravité triste, en vieil homme qui en connaît
long, mais qui ne veut rien dire. La Grande, tandis que les autres femmes
semblaient s'intéresser de plus près à leur tricot, lâcha cette sentence:
«Ce qu'on a, on le garde», sans que cela parut se rapporter à la lecture.
Seule, Françoise, son ouvrage tombé sur les genoux, regardait Caporal,
étonnée de ce qu'il lisait sans faute et si longtemps.

--Ah! mon Dieu! ah! mon Dieu! répéta Rose en soupirant plus fort.

Mais le ton du livre changeait, il devenait lyrique, et des phrases
célébraient la Révolution. C'était là que Jacques Bonhomme triomphait, dans
l'apothéose de 89. Après la prise de la Bastille, pendant que les paysans
brûlaient les châteaux, la nuit du 4 août avait légalisé les conquêtes des
siècles, en reconnaissant la liberté humaine et l'égalité civile. «En une
nuit, le laboureur était devenu l'égal du seigneur qui, en vertu de
parchemins, buvait sa sueur et dévorait le fruit de ses veilles.» Abolition
de la qualité de serf, de tous les privilèges de la noblesse, des justices
ecclésiastiques et seigneuriales; rachat en argent des anciens droits,
égalité des impôts; admission de tous les citoyens à tous les emplois
civils et militaires. Et la liste continuait, les maux de cette vie
semblaient disparaître un à un, c'était l'hosanna d'un nouvel âge d'or
s'ouvrant pour le laboureur, qu'une page entière flagornait, en l'appelant
le roi et le nourricier du monde. Lui seul importait, il fallait
s'agenouiller devant la sainte charrue. Puis, les horreurs de 93 étaient
stigmatisées en termes, brûlants, et le livre entamait un éloge outré de
Napoléon, l'enfant de la Révolution, qui avait su «la tirer des ornières de
la licence, pour faire le bonheur des campagnes».

--Ça, c'est vrai! lança Bécu, pendant que Jean tournait la dernière page.

--Oui, c'est vrai, dit le père Fouan. Il y a eu du bon temps tout de même,
dans ma jeunesse... Moi qui vous parle, j'ai vu Napoléon une fois, à
Chartres. J'avais vingt ans... On était libre, on avait la terre, ça
semblait si bon! Je me souviens que mon père, un jour, disait qu'il semait
des sous et qu'il récoltait des écus... Puis, on a eu Louis XVIII, Charles
X, Louis-Philippe. Ça marchait toujours, on mangeait, on ne pouvait pas se
plaindre... Et voici Napoléon III, aujourd'hui, et ça n'allait pas encore
trop mal jusqu'à l'année dernière... Seulement....

Il voulut garder le reste, mais les mots lui échappaient.

--Seulement, qu'est-ce que ça nous a foutu, leur liberté et leur égalité, à
Rose et à moi?... Est-ce que nous en sommes plus gras, après nous être
esquintés pendant cinquante ans?

Alors, en quelques mots lents et pénibles, il résuma inconsciemment toute
cette histoire: la terre si longtemps cultivée pour le seigneur, sous le
bâton et dans la nudité de l'esclave, qui n'a rien à lui, pas même sa peau;
la terre, fécondée de son effort, passionnément aimée et désirée pendant
cette intimité chaude de chaque heure, comme la femme d'un autre que l'on
soigne, que l'on étreint et que l'on ne peut posséder; la terre, après des
siècles de ce tourment de concupiscence, obtenue enfin, conquise, devenue
sa chose, sa jouissance, l'unique source de sa vie. Et ce désir séculaire,
cette possession sans cesse reculée, expliquait son amour pour son champ,
sa passion de la terre, du plus de terre possible, de la motte grasse,
qu'on touche, qu'on pèse au creux de la main. Combien pourtant elle était
indifférente et ingrate, la terre! On avait beau l'adorer, elle ne
s'échauffait pas, ne produisait pas un grain de plus. De trop fortes pluies
pourrissaient les semences, des coups de grêle hachaient le blé en herbe,
un vent de foudre versait les tiges, deux mois de sécheresse maigrissaient
les épis; et c'étaient encore les insectes qui rongent, les froids qui
tuent, des maladies sur le bétail, des lèpres de mauvaises plantes mangeant
le sol: tout devenait une cause de ruine, la lutte restait quotidienne, au
hasard de l'ignorance, en continuelle alerte. Certes, lui ne s'était pas
épargné, tapant des deux poings, furieux de voir que le travail ne
suffisait pas. Il y avait desséché les muscles de son corps, il s'était
donné tout entier à la terre, qui, après l'avoir à peine nourri, le
laissait misérable, inassouvi, honteux d'impuissance sénile, et passait aux
bras d'un autre mâle, sans pitié même pour ses pauvres os, qu'elle
attendait.

--Et voilà! et voilà! continuait le père. On est jeune, on se décarcasse;
et, quand on est parvenu bien difficilement à joindre les deux bouts, on
est vieux, il faut partir... N'est-ce pas, Rose?

La mère hocha sa tête tremblante. Ah! oui, bon sang! elle avait travaillé,
elle aussi, plus qu'un homme bien sûr! Levée avant les autres, faisant la
soupe, balayant, récurant, les reins cassés par mille soins, les vaches, le
cochon, le pétrin, toujours couchée la dernière! Pour n'en être pas crevée,
il fallait qu'elle fût solide. Et c'était sa seule récompense, d'avoir
vécu: on n'amassait que des rides, bien heureux encore, lorsque, après
avoir coupé les liards en quatre, s'être couché sans lumière et contenté de
pain et d'eau, on gardait de quoi ne pas mourir de faim, dans ses vieux
jours.

--Tout de même, reprit Fouan, il ne faut pas nous plaindre. Je me suis
laissé conter qu'il y a des pays où la terre donne un mal de chien. Ainsi,
dans le Perche, ils n'ont que des cailloux... En Beauce, elle est douce
encore, elle ne demande qu'un bon travail suivi... Seulement ça se gâte.
Elle devient pour sûr moins fertile, des champs où l'on récoltait vingt
hectolitres, n'en rapportent aujourd'hui que quinze... Et le prix de
l'hectolitre diminue depuis un an, on raconte qu'il arrive du blé de chez
les sauvages, c'est quelque chose de mauvais qui commence, une crise, comme
ils disent... Est-ce que le malheur est jamais fini? Ça ne met pas de
viande dans la marmite, n'est-ce pas? leur suffrage universel. Le foncier
nous casse les épaules, on nous prend toujours nos enfants pour la
guerre... Allez, on a beau faire des révolutions, c'est bonnet blanc, blanc
bonnet, et le paysan reste le paysan.

Jean, qui était méthodique, attendait, pour achever sa lecture. Le silence
étant retombé, il lut doucement:

--«Heureux laboureur, ne quitte pas le village pour la ville, où il te
faudrait tout acheter, le lait, la viande et les légumes, où tu dépenserais
toujours au delà du nécessaire, à cause des occasions. N'as-tu pas au
village de l'air et du soleil, un travail sain, des plaisirs honnêtes? La
vie des champs n'a point son égale, tu possèdes le vrai bonheur, loin des
lambris dorés; et la preuve, c'est que les ouvriers des villes viennent se
régaler à la campagne, de même que les bourgeois n'ont qu'un rêve, se
retirer près de toi, cueillir des fleurs, manger des fruits aux arbres,
faire des cabrioles sur le gazon. Dis-toi bien, Jacques Bonhomme, que
l'argent est une chimère. Si tu as la paix du coeur, ta fortune est faite.»

Sa voix s'était altérée, il dut contenir une émotion de gros garçon tendre,
grandi dans les villes, et dont les idées de félicité champêtre remuaient
l'âme. Les autres restèrent mornes, les femmes pliées sur leurs aiguilles,
les hommes tassés, la face durcie. Est-ce que le livre se moquait d'eux?
L'argent seul était bon, et ils crevaient de misère. Puis, comme ce
silence, lourd de souffrance et de rancune, le gênait, le jeune homme se
permit une réflexion sage.

--Tout de même, ça irait mieux peut-être avec l'instruction... Si l'on
était si malheureux autrefois, c'était qu'on ne savait pas. Aujourd'hui, on
sait un peu, et ça va moins mal assurément. Alors, il faudrait savoir tout
à fait, avoir des écoles pour apprendre à cultiver...

Mais Fouan l'interrompit violemment, en vieillard obstiné dans la routine.

--Fichez-nous donc la paix, avec votre science! Plus on en sait, moins ça
marche, puisque je vous dis qu'il y a cinquante ans la terre rapportait
davantage! Ça la fâche qu'on la tourmente, elle ne donne jamais que ce
qu'elle veut, la mâtine! Et voyez si M. Hourdequin n'a pas mangé de
l'argent gros comme lui, à se fourrer dans les inventions nouvelles... Non,
non, c'est foutu, le paysan reste le paysan!

Dix heures sonnaient, et à ce mot qui concluait avec la rudesse d'un coup
de hache, Rose alla chercher un pot de châtaignes, qu'elle avait laissé
dans les cendres chaudes de la cuisine, le régal obligé du soir de la
Toussaint. Même elle rapporta deux litres de vin blanc, pour que la fête
fût complète. Dès lors, on oublia les histoires, la gaieté monta, les
ongles et les dents travaillèrent à tirer de leurs cosses les châtaignes
bouillies, fumantes encore. La Grande avait englouti tout de suite sa part
dans sa poche, parce qu'elle mangeait moins vite. Bécu et Jésus-Christ les
avalaient sans les éplucher, en se les lançant de loin au fond de la
bouche, tandis que Palmyre, enhardie, mettait à les nettoyer un soin
extrême, puis en gavait Hilarion, comme une volaille. Quant aux enfants,
ils «faisaient du boudin». La Trouille piquait la châtaigne avec une dent,
puis la pressait pour en tirer un jet mince, que Delphin et Nénesse
léchaient ensuite. C'était très bon. Lise et Françoise se décidèrent à en
faire aussi. On moucha la chandelle une dernière fois, on trinqua à la
bonne amitié de tous les assistants. La chaleur avait augmenté, une vapeur
rousse montait du purin de la litière, le grillon chantait plus fort, dans
les grandes ombres mouvantes des poutres; et, pour que les vaches fussent
du régal, on leur donnait les cosses, qu'elles broyaient d'un gros bruit
régulier et doux.

A la demie de dix heures, le départ commença. D'abord, ce fut Fanny qui
emmena Nénesse. Puis, Jésus-Christ et Bécu sortirent en se querellant,
repris d'ivresse dans le froid du dehors; et l'on entendit la Trouille et
Delphin, chacun soutenant son père, le poussant, le remettant dans le droit
chemin, comme une bête rétive qui ne connaît plus l'écurie. A chaque
battement de la porte, un souffle glacial venait de la route, blanche de
neige. Mais la Grande ne se pressait point, nouait son mouchoir autour de
son cou, enfilait ses mitaines. Elle n'eut pas un regard pour Palmyre et
Hilarion, qui s'échappèrent peureusement, secoués d'un frisson, sous leurs
guenilles. Enfin, elle s'en alla, elle rentra chez elle, à côté, avec le
coup sourd du battant violemment refermé. Et il ne resta que Françoise et
Lise.

--Dites donc, Caporal, demanda Fouan, vous les accompagnerez en retournant
à la ferme, n'est-ce pas? C'est votre chemin.

Jean accepta d'un signe, pendant que les deux filles se couvraient la tête
de leur fichu.

Buteau s'était levé, et il marchait d'un bout à l'autre de l'étable, la
face dure, d'un pas inquiet et songeur. Il n'avait plus parlé depuis la
lecture, comme possédé par ce que le livre disait, ces histoires de la
terre si rudement conquise. Pourquoi ne pas l'avoir toute? un partage lui
devenait insupportable. Et c'étaient d'autres choses encore, des choses
confuses, qui se battaient dans son crâne épais, de la colère, de
l'orgueil, l'entêtement de ne pas revenir sur ce qu'il avait dit, le désir
exaspéré du mâle voulant et ne voulant pas, dans la crainte d'être dupé.
Brusquement, il se décida.

--Je monte me coucher, adieu!

--Comment ça, adieu?

--Oui, je repartirai pour la Chamade avant le jour... Adieu, si je ne vous
revois pas.

Le père et la mère, côte à côte, s'étaient plantés devant lui.

--Eh bien! et ta part, demanda Fouan, l'acceptes-tu?

Buteau marcha jusqu'à la porte; puis, se retournant:

--Non!

Tout le corps du vieux paysan trembla. Il se grandit, il eut un dernier
éclat de l'antique autorité.

--C'est bon, tu es un mauvais fils... Je vas donner leurs parts à ton frère
et à ta soeur, et je leur louerai la tienne, et quand je mourrai, je
m'arrangerai pour qu'ils la gardent... Tu n'auras rien, va-t'en!

Buteau ne broncha pas, dans son attitude raidie. Alors, Rose, à son tour,
essaya de l'attendrir.

--Mais on t'aime autant que les autres, imbécile!... Tu boudes contre ton
ventre. Accepte!

--Non!

Et il disparut, il monta se coucher.

Dehors, Lise et Françoise, encore saisies de cette scène, firent quelques
pas en silence. Elles s'étaient reprises à la taille, elles se
confondaient, toutes noires, dans le bleuissement nocturne de la neige.
Mais Jean qui les suivait, également silencieux, les entendit bientôt
pleurer. Il voulut leur rendre courage.

--Voyons, il réfléchira, il dira oui demain.

--Ah! vous ne le connaissez pas, s'écria Lise. Il se ferait plutôt hacher
que de céder... Non, non, c'est fini!

Puis d'une voix désespérée:

--Qu'est-ce que je vais donc en faire de son enfant?

--Dame! faut bien qu'il sorte, murmura Françoise.

Cela les fit rire. Mais elles étaient trop tristes, elles se remirent à
pleurer.

Lorsque Jean les eut laissées à leur porte, il continua sa route, à travers
la plaine. La neige avait cessé, le ciel était redevenu vif et clair,
criblé d'étoiles, un grand ciel de gelée, d'où tombait un jour bleu, d'une
limpidité de cristal; et la Beauce, à l'infini se déroulait, toute blanche,
plate et immobile comme une mer de glace. Pas un souffle ne venait de
l'horizon lointain, il n'entendait que la cadence de ses gros souliers sur
le sol durci. C'était un calme profond, la paix souveraine du froid. Tout
ce qu'il avait lu lui tournait dans la tête, il ôta sa casquette pour se
rafraîchir, souffrant derrière les oreilles, ayant besoin de ne plus penser
à rien. L'idée de cette fille enceinte et de sa soeur le fatiguait aussi.
Ses gros souliers sonnaient toujours. Une étoile filante se détacha,
sillonna le ciel d'un vol de flamme, silencieuse.

Là-bas, la ferme de la Borderie disparaissait, renflant à peine d'une
légère bosse la nappe blanche; et, dès que Jean se fut engagé dans le
sentier de traverse, il se rappela le champ qu'il avait ensemencé à cette
place, quelques jours plus tôt: il regarda vers la gauche, il le reconnut,
sous le suaire qui le couvrait. La couche était mince, d'une légèreté et
d'une pureté d'hermine, dessinant les arêtes des sillons, laissant deviner
les membres engourdis de la terre. Comme les semences devaient dormir! quel
bon repos dans ces flancs glacés, jusqu'au tiède matin, où le soleil du
printemps les réveillerait à la vie!



DEUXIÈME PARTIE



I


Il était quatre heures, le jour se levait à peine, un jour rose des
premiers matins de mai. Sous le ciel pâlissant, les bâtiments de la
Borderie sommeillaient encore, à demi sombres, trois longs bâtiments aux
trois bords de la vaste cour carrée, la bergerie au fond, les granges à
droite, la vacherie, l'écurie et la maison d'habitation à gauche. Fermant
le quatrième côté, la porte charretière était close, verrouillée d'une
barre de fer. Et, sur la fosse à fumier, seul un grand coq jaune sonnait le
réveil, de sa note éclatante de clairon. Un second coq répondit, puis un
troisième. L'appel se répéta, s'éloigna de ferme en ferme, d'un bout à
l'autre de la Beauce.

Cette nuit-là, comme presque toutes les nuits, Hourdequin était venu
retrouver Jacqueline dans sa chambre, la petite chambre de servante qu'il
lui avait laissé embellir d'un papier à fleurs, de rideaux de percale et de
meubles d'acajou. Malgré son pouvoir grandissant, elle s'était heurtée à de
violents refus, chaque fois qu'elle avait tenté d'occuper, avec lui, la
chambre de sa défunte femme, la chambre conjugale, qu'il défendait par un
dernier respect. Elle en restait très blessée, elle comprenait bien qu'elle
ne serait pas la vraie maîtresse, tant qu'elle ne coucherait pas dans le
vieux lit de chêne, drapé de cotonnade rouge.

Au petit jour, Jacqueline s'éveilla, et elle demeurait sur le dos, les
paupières grandes ouvertes, tandis que, près d'elle, le fermier ronflait
encore. Ses yeux noirs rêvaient dans cette chaleur excitante du lit, un
frisson gonfla sa nudité de jolie fille mince. Pourtant, elle hésitait;
puis, elle se décida, enjamba doucement son maître, la chemise retroussée,
si légère et si souple, qu'il ne la sentit point; et, sans bruit, les mains
fiévreuses de son brusque désir, elle passa un jupon. Mais elle heurta une
chaise, il ouvrit les yeux à son tour.

--Tiens! tu t'habilles... Où vas-tu?

--J'ai peur pour le pain, je vais voir.

Hourdequin se rendormit, bégayant, étonné du prétexte, la tête en sourd
travail dans l'accablement du sommeil. Quelle drôle d'idée! le pain n'avait
pas besoin d'elle, à cette heure. Et il se réveilla en sursaut, sous la
pointe aiguë d'un soupçon. Ne la voyant plus là, étourdi, il promenait son
regard vague autour de cette chambre de bonne, où étaient ses pantoufles,
sa pipe, son rasoir. Encore quelque coup de chaleur de cette gueuse pour un
valet! Il lui fallut deux minutes avant de se reprendre, il revit toute son
histoire.

Son père, Isidore Hourdequin, était le descendant d'une ancienne famille de
paysans de Cloyes, affinée et montée à la bourgeoisie, au XVIe siècle. Tous
avaient eu des emplois dans la gabelle: un, grenetier à Chartres; un autre,
contrôleur à Châteaudun; et Isidore, orphelin de bonne heure, possédait une
soixantaine de mille francs, lorsque, à vingt-six ans, privé de sa place
par la Révolution, il eut l'idée de faire fortune avec les vols de ces
brigands de républicains, qui mettaient en vente les biens nationaux. Il
connaissait admirablement la contrée, il flaira, calcula, paya trente mille
francs, à peine le cinquième de leur valeur réelle, les cent cinquante
hectares de la Borderie, tout ce qu'il restait de l'ancien domaine des
Rognes-Bouqueval. Pas un paysan n'avait osé risquer ses écus; seuls, des
bourgeois, des robins et des financiers tirèrent profit de la mesure
révolutionnaire. D'ailleurs, c'était simplement une spéculation, car
Isidore comptait bien ne pas s'embarrasser d'une ferme, la revendre à son
prix dès la fin des troubles, quintupler ainsi son argent. Mais le
Directoire arriva, et la dépréciation de la propriété continuait: il ne put
vendre avec le bénéfice rêvé. Sa terre le tenait, il en devint le
prisonnier, à ce point que, têtu, ne voulant rien lâcher d'elle, il eut
l'idée de la faire valoir lui-même, espérant y réaliser enfin la fortune.
Vers cette époque, il épousa la fille d'un fermier voisin, qui lui apporta
cinquante hectares; dès lors, il en eut deux cents, et ce fut ainsi que ce
bourgeois, sorti depuis trois siècles de la souche paysanne, retourna à la
culture, mais à la grande culture, à l'aristocratie du sol, qui remplaçait
l'ancienne toute-puissance féodale.

Alexandre Hourdequin, son fils unique, était né en 1804. Il avait commencé
d'exécrables études au collège de Châteaudun. La terre le passionnait, il
préféra revenir aider son père, décevant un nouveau rêve de ce dernier,
qui, devant la fortune lente, aurait voulu vendre tout et lancer son fils
dans quelque profession libérale. Le jeune homme avait vingt-sept ans,
lorsque, le père mort, il devint le maître de la Borderie. Il était pour
les méthodes nouvelles; son premier soin, en se mariant, fut de chercher,
non du bien, mais de l'argent, car, selon lui, il fallait s'en prendre au
manque de capital, si la ferme végétait; et il trouva la dot désirée, une
somme de cinquante mille francs, que lui apporta une soeur du notaire
Baillehache, une demoiselle mûre, son aînée de cinq ans, extrêmement laide,
mais douce. Alors, commença, entre lui et ses deux cents hectares, une
longue lutte, d'abord prudente, peu à peu enfiévrée par les mécomptes,
lutte de chaque saison, de chaque jour, qui, sans l'enrichir, lui avait
permis de mener une vie large de gros homme sanguin, décidé à ne jamais
rester sur ses appétits. Depuis quelques années, les choses se gâtaient
encore. Sa femme lui avait donné deux enfants: un garçon, qui s'était
engagé par haine de la culture, et qui venait d'être fait capitaine, après
Solférino; une fille délicate et charmante, sa grande tendresse,
l'héritière de la Borderie, puisque son fils ingrat courait les aventures.
D'abord, en pleine moisson, il perdit sa femme. L'automne suivant, sa fille
mourait. Ce fut un coup terrible. Le capitaine ne se montrait même plus une
fois par an, le père se trouva brusquement seul, l'avenir fermé, sans
l'encouragement désormais de travailler pour sa race. Mais, si la blessure
saignait au fond, il resta debout, violent et autoritaire. Devant les
paysans qui ricanaient de ses machines, qui souhaitaient la ruine de ce
bourgeois assez audacieux pour tâter de leur métier, il s'obstina. Et que
faire, d'ailleurs? Il était de plus en plus étroitement le prisonnier de sa
terre: le travail accumulé, le capital engagé l'enfermaient chaque jour
davantage, sans autre issue possible désormais que d'en sortir par un
désastre.

Hourdequin, carré des épaules, avec sa large face haute en couleur, n'ayant
gardé que des mains petites de son affinement bourgeois, avait toujours été
un mâle despotique pour ses servantes. Même du temps de sa femme, toutes
étaient prises; et cela naturellement, sans autre conséquence, comme une
chose due. Si les filles de paysans pauvres qui vont en couture, se sauvent
parfois, pas une de celles qui s'engagent dans les fermes, n'évite l'homme,
les valets ou le maître. Mme Hourdequin vivait encore, lorsque Jacqueline
entra à la Borderie, par charité: le père Cognet, un vieil ivrogne, la
rouait de coups, et elle était si desséchée, si minable, qu'on lui voyait
les os du corps, au travers de ses guenilles. Avec ça, d'une telle laideur,
croyait-on, que les gamins la huaient. On ne lui aurait pas donné quinze
ans, bien qu'elle en eût alors près de dix-huit. Elle aidait la servante,
on l'employait à de basses besognes, à la vaisselle, au travail de la cour,
au nettoyage des bêtes, ce qui achevait de la crotter, salie à plaisir.
Pourtant, après la mort de la fermière, elle parut se décrasser un peu.
Tous les valets la culbutaient dans la paille; pas un homme ne venait à la
ferme, sans lui passer sur le ventre; et, un jour qu'elle l'accompagnait à
la cave, le maître, dédaigneux jusque-là, voulut aussi goûter de ce
laideron mal tenu; mais elle se défendit furieusement, l'égratigna, le
mordit, si bien qu'il fut obligé de la lâcher. Dès lors, sa fortune était
faite. Elle résista pendant six mois, se donna ensuite par petits coins de
peau nue. De la cour, elle était sautée à la cuisine, servante en titre;
puis, elle engagea une gamine pour l'aider; puis, tout à fait dame, elle
eut une bonne qui la servit. Maintenant, de l'ancien petit torchon, s'était
dégagée une fille très brune, l'air fin et joli, qui avait la gorge dure,
les membres élastiques et forts des fausses maigres. Elle se montrait d'une
coquetterie dépensière, se trempait de parfums, tout en gardant un fond de
malpropreté. Les gens de Rognes, les cultivateurs des environs, n'en
demeuraient pas moins étonnés de l'aventure: était-ce Dieu possible qu'un
richard se fût entiché d'une mauviette pareille, pas belle, pas grasse, de
la Cognette enfin, la fille à Cognet, à ce soûlard qu'on voyait depuis
vingt ans casser les cailloux sur les routes! Ah! un fier beau-père! une
fameuse catin! Et les paysans ne comprenaient même pas que cette catin
était leur vengeance, la revanche du village contre la ferme, du misérable
ouvrier de la glèbe contre le bourgeois enrichi, devenu gros propriétaire.
Hourdequin, dans la crise de ses cinquante-cinq ans, s'acoquinait, la chair
prise, ayant le besoin physique de Jacqueline, comme on a le besoin du pain
et de l'eau. Quand elle voulait être bien gentille, elle l'enlaçait d'une
caresse de chatte, elle le gorgeait d'un dévergondage sans scrupule, sans
dégoût, tel que les filles ne l'osent pas; et, pour une de ces heures, il
s'humiliait, il la suppliait de rester, après des querelles, des révoltes
terribles de volonté, dans lesquelles il menaçait de la flanquer dehors, à
grands coups de botte.

La veille encore, il l'avait giflée, à la suite d'une scène qu'elle lui
faisait, pour coucher dans le lit où était morte sa femme; et, toute la
nuit, elle s'était refusée, lui allongeant des tapes, dès qu'il
s'approchait; car, si elle continuait à se donner le régal des garçons de
la ferme, elle le rationnait, lui, le fouettait d'abstinences, afin
d'augmenter son pouvoir. Aussi, ce matin-là, dans cette chambre moite, dans
ce lit défait où il la respirait encore, fut-il repris de colère et de
désir. Depuis longtemps, il flairait ses continuelles trahisons. Il se leva
d'un saut, il dit à voix haute:

--Ah! bougresse, si je te pince!

Vivement, il s'habilla et descendit.

Jacqueline avait filé à travers la maison muette, éclairée à peine par la
pointe de l'aube. Comme elle traversait la cour, elle eut un mouvement de
recul, en apercevant le berger, le vieux Soulas, déjà debout. Mais son
envie la tenait si fort, qu'elle passa outre. Tant pis! Elle évita l'écurie
de quinze chevaux, où couchaient quatre des charretiers de la ferme, alla
au fond, dans la soupente qui servait de lit à Jean: de la paille, une
couverture, pas même de draps. Et, l'embrassant tout endormi, lui fermant
la bouche d'un baiser, frissonnante, essoufflée, à voix très basse:

--C'est moi, grosse bête. Aie pas peur... Vite, vite, dépêchons!

Mais il s'effraya, il ne voulut jamais, à cette place, dans son lit,
crainte d'une surprise. L'échelle du fenil était près de là, ils
grimpèrent, laissèrent la trappe ouverte, se culbutèrent au milieu du foin.

--Oh! grosse bête, grosse bête! répétait Jacqueline pâmée, avec son
roucoulement de gorge, qui semblait lui monter des flancs.

Il y avait près de deux ans que Jean Macquart se trouvait à la ferme. En
sortant du service, il était tombé à Bazoches-le-Doyen, avec un camarade,
menuisier comme lui, et il avait repris du travail chez le père de ce
dernier, petit entrepreneur de village, qui occupait deux ou trois
ouvriers; mais il ne se sentait plus le coeur à la besogne, les sept années
de service l'avaient rouillé, dévoyé, dégoûté de la scie et du rabot, à ce
point qu'il semblait un autre homme. Jadis, à Plassans, il tapait dur sur
le bois, sans facilité pour apprendre, sachant tout juste lire, écrire et
compter, très réfléchi pourtant, très laborieux, ayant la volonté de se
créer une situation indépendante, en dehors de sa terrible famille. Le
vieux Macquart le tenait dans une dépendance de fille, lui soufflait sous
le nez ses maîtresses, allait chaque samedi, à la porte de son atelier, lui
voler sa paie. Aussi, lorsque les coups et la fatigue eurent tué sa mère,
suivit-il l'exemple de sa soeur Gervaise, qui venait de filer à Paris, avec
un amant: il se sauva de son côté, pour ne pas nourrir son fainéant de
père. Et, maintenant, il ne se reconnaissait plus, non qu'il fût devenu
paresseux à son tour, mais le régiment lui avait élargi la tête: la
politique, par exemple, qui l'ennuyait autrefois, le préoccupait
aujourd'hui, le faisait raisonner sur l'égalité et la fraternité. Puis,
c'étaient des habitudes de flâne, les factions rudes et oisives, la vie
somnolente des casernes, la bousculade sauvage de la guerre. Alors, les
outils tombaient de ses mains, il songeait à sa campagne d'Italie, et un
grand besoin de repos l'engourdissait, l'envie de s'allonger et de
s'oublier dans l'herbe.

Un matin, son patron vint l'installer à la Borderie, pour des réparations.
Il y avait un bon mois de travail, des chambres à parqueter, des portes,
des fenêtres à consolider un peu partout. Lui, heureux, traîna la besogne
six semaines. Sur ces entrefaites, son patron mourut, et le fils, qui
s'était marié, alla s'établir dans le pays de sa femme. Demeuré à la
Borderie, où l'on découvrait toujours des bois pourris à remplacer, le
menuisier y fit des journées pour son compte; puis, comme la moisson
commençait, il donna un coup de main, resta six semaines encore; de sorte
que, le voyant si bien mordre à la culture, le fermier finit par le garder
tout à fait. En moins d'un an, l'ancien ouvrier devint un bon valet de
ferme, charriant, labourant, semant, fauchant, dans cette paix de la terre,
où il espérait contenter enfin son besoin de calme. C'était donc fini de
scier et de raboter! Et il paraissait né pour les champs, avec sa lenteur
sage, son amour du travail réglé, ce tempérament de boeuf de labour qu'il
tenait de sa mère. Il fut ravi d'abord, il goûta la campagne que les
paysans ne voient pas, il la goûta à travers des restes de lectures
sentimentales, des idées de simplicité, de vertu, de bonheur parfait,
telles qu'on les trouve dans les petits contes moraux pour les enfants.

A vrai dire, une autre cause le faisait se plaire à la ferme. Au temps où
il raccommodait les portes, la Cognette était venue s'étaler dans ses
copeaux. Ce fut elle réellement qui le débaucha, séduite par les membres
forts de ce gros garçon, dont la face régulière et massive annonçait un
mâle solide. Lui, céda, puis recommença, craignant de passer pour un
imbécile, d'ailleurs tourmenté à son tour du besoin de cette vicieuse, qui
savait comment on excite les hommes. Au fond, son honnêteté native
protestait. C'était mal, d'aller avec la bonne amie de M. Hourdequin,
auquel il gardait de la reconnaissance. Sans doute il se donnait des
raisons: elle n'était pas la femme du maître, elle lui servait de traînée;
et, puisqu'elle le trompait dans tous les coins, autant valait-il en avoir
le plaisir que de le laisser aux autres. Mais ces excuses n'empêchaient pas
son malaise de croître, à mesure qu'il voyait le fermier s'éprendre
davantage. Certainement, ça finirait par du vilain.

Dans le foin, Jean et Jacqueline étouffaient leur souffle, lorsque lui,
l'oreille restée au guet, entendit craquer le bois de l'échelle. D'un bond,
il fut debout; et, au risque de se tuer, il se laissa tomber par le trou
qui servait à jeter le fourrage. La tête de Hourdequin, justement
apparaissait de l'autre côté, au ras de la trappe. Il vit du même regard
l'ombre de l'homme, qui fuyait, et le ventre de la femme, encore vautrée,
les jambes ouvertes. Une telle fureur le poussa, qu'il n'eut pas l'idée de
descendre pour reconnaître le galant, et que, d'une gifle à tuer un boeuf,
il rejeta par terre Jacqueline, qui se relevait sur les genoux.

--Ah! putain!

Elle hurla, elle nia l'évidence dans un cri de rage.

--Ce n'est pas vrai!

Il se retenait de défoncer à coups de talon ce ventre qu'il avait vu, cette
nudité étalée de bête en folie.

--Je l'ai vu!... Dis que c'est vrai, ou je te crève!

--Non, non, non, pas vrai!

Puis, quand elle se fut enfin remise sur les pieds, la jupe rabattue, elle
devint insolente, provocante, décidée à jouer sa toute-puissance.

--Et, d'ailleurs, qu'est-ce que ça te fiche? Est-ce que je suis ta
femme?... Puisque tu ne veux pas que je couche dans ton lit, je suis bien
libre de coucher où ça me plaît.

Elle eut son roucoulement de colombe, comme une moquerie lascive.

--Allons, ôte-toi de là, que je descende... Je m'en irai ce soir.

--Tout de suite!

--Non, ce soir... Attends donc de réfléchir.

Il resta frémissant, hors de lui, ne sachant sur qui faire tomber sa
colère. S'il n'avait déjà plus le courage de la jeter immédiatement à la
rue, avec quelle joie il aurait flanqué le galant dehors! Mais où le
prendre maintenant? Il était monté droit au fenil, guidé par les portes
ouvertes, sans regarder dans les lits; et lorsqu'il fut redescendu, les
quatre charretier de l'écurie s'habillaient, ainsi que Jean, au fond de sa
soupente. Lequel des cinq? aussi bien celui-ci que celui-là, et les cinq à
la file peut-être. Il espérait cependant que l'homme se trahirait, il donna
ses ordres pour la matinée, n'envoya personne aux champs, ne sortit pas
lui-même, serrant les poings, tournant dans la ferme, avec des regards
obliques et l'envie d'assommer quelqu'un.

Après le déjeuner de sept heures, cette revue irritée du maître fit
trembler la maison. Il y avait, à la Borderie, les cinq charretiers pour
cinq charrues, trois batteurs, deux vachers ou hommes de cour, un berger et
un petit porcher, en tout douze serviteurs, sans compter la servante.
D'abord, dans la cuisine, il apostropha cette dernière, parce qu'elle
n'avait pas remis au plafond les pelles du four. Ensuite, il rôda dans les
deux granges, celle pour l'avoine, celle pour le blé, immense celle-ci,
haute comme une église, avec des portes de cinq mètres, et il y chercha
querelle aux batteurs, dont les fléaux, disait-il, hachaient trop la
paille. De là, il traversa la vacherie, enrageant de trouver les trente
vaches en bon état, l'allée centrale lavée, les auges propres. Il ne savait
à quel propos tomber sur les vachers, lorsque, dehors, en donnant un coup
d'oeil aux citernes, dont ils avaient aussi l'entretien, il s'aperçut qu'un
tuyau de descente était bouché par des nids de pierrots. Ainsi que dans
toutes les fermes de la Beauce, on recueillait précieusement les eaux de
pluie des toitures, à l'aide d'un système compliqué de gouttières. Et il
demanda brutalement si l'on allait laisser les moineaux le faire crever de
soif. Mais ce fut enfin sur les charretiers que l'orage éclata. Bien que
les quinze chevaux de l'écurie eussent de la litière fraîche, il commença
par crier que c'était dégoûtant de les abandonner dans une pourriture
pareille. Puis, honteux de son injustice, exaspéré davantage, comme il
visitait, aux quatre coins des bâtiments, les quatre hangars où l'on
serrait les outils, il fut ravi de voir une charrue dont les mancherons
étaient brisés. Alors, il tempêta. Est-ce que ces cinq bougres s'amusaient
exprès à casser son matériel? Il leur foutrait leur compte à tous les cinq,
oui! à tous les cinq, pour ne pas faire de jaloux! Pendant qu'ils les
injuriait, ses yeux de flamme fouillaient leur peau, attendaient une
pâleur, un frisson, qui dénonçât le traître. Aucun ne bougea, et il les
quitta avec un grand geste désolé.

En terminant son inspection par la bergerie, Hourdequin eut l'idée
d'interroger le berger Soûlas. Ce vieux de soixante-cinq ans était à la
ferme depuis un demi-siècle, et il n'y avait rien amassé, mangé par sa
femme, ivrognesse et catin, qu'il venait enfin d'avoir la joie de porter en
terre. Il tremblait que son âge ne le fit congédier bientôt. Peut-être que
le maître l'aiderait; mais est-ce qu'on savait si les maîtres ne mourraient
pas les premiers? est-ce qu'ils donnaient jamais de quoi pour le tabac et
la goutte? D'ailleurs, il s'était fait une ennemie de Jacqueline, qu'il
exécrait, d'une haine d'ancien serviteur jaloux, révolté par la fortune
rapide de cette dernière venue. Quand elle le commandait, à cette heure,
l'idée qu'il l'avait vue en guenilles, dans le crottin, le jetait hors de
lui. Elle l'aurait certainement renvoyé, si elle s'en était senti la
puissance; et cela le rendait prudent, il voulait garder sa place, il
évitait tout conflit, bien qu'il se crut certain de l'appui du maître.

La bergerie, au fond de la cour, occupait tout le bâtiment, une galerie de
quatre-vingts mètres, où les huit cents moutons de la ferme n'étaient
séparés que par des claies: ici, les mères, en divers groupes; là, les
agneaux; plus loin, les béliers. A deux mois, on châtrait les mâles, qu'on
élevait pour la vente; tandis qu'on gardait les femelles, afin de
renouveler le troupeau des mères, dont on vendait chaque année les plus
vieilles; et les béliers couvraient les jeunes, à des époques fixes, des
dishleys croisés de mérinos, superbe avec leur air stupide et doux, leur
tète lourde au grand nez arrondi d'homme à passions. Quand on entrait dans
la bergerie, une odeur forte suffoquait, l'exhalaison ammoniacale de la
litière, de l'ancienne paille sur laquelle on remettait de la paille
fraîche pendant trois mois. Le long des murs, des crémaillères permettaient
de hausser les râteliers, à mesure que la couche de fumier montait. Il y
avait de l'air pourtant, de larges fenêtres, et le plancher du fenil,
au-dessus, était fait de madriers mobiles, qu'on enlevait en partie,
lorsque diminuait la provision des fourrages. On disait, du reste, que
cette chaleur vivante, cette couche en fermentation, molle et chaude, était
nécessaire à la belle venue des moutons.

Hourdequin, comme il poussait une des portes, aperçut Jacqueline qui
s'échappait par une autre. Elle aussi avait songé à Soulas, inquiète,
certaine d'avoir été guettée, avec Jean; mais le vieux était resté
impassible, sans paraître comprendre pourquoi elle se faisait aimable,
contre sa coutume. Et la vue de la jeune femme, sortant de la bergerie, où
elle n'allait jamais, enfiévra l'incertitude du fermier.

--Eh bien! père Soulas, demanda-t-il, rien de nouveau, ce matin?

Le berger, très grand, très maigre, avec un visage long, coupé de plis,
comme taillé à la serpe dans un noeud de chêne, répondit lentement:

--Non, monsieur Hourdequin, rien du tout, sauf que les tondeurs arrivent et
vont tantôt se mettre à la besogne.

Le maître causa un instant, pour n'avoir pas l'air de l'interroger. Les
moutons, qu'on nourrissait là, depuis les premières gelées de la Toussaint,
allaient bientôt sortir, vers le milieu de mai, dès qu'on pourrait les
conduire dans les trèfles. Les vaches, elles, n'étaient guère menées en
pâture qu'après la moisson. Cette Beauce si sèche, dépourvue d'herbages
naturels, donnait de bonne viande cependant; et c'était routine et paresse,
si l'élevage du boeuf s'y trouvait inconnu. Même chaque ferme n'engraissait
que cinq ou six porcs, pour sa consommation.

De sa main brûlante, Hourdequin flattait les brebis qui étaient accourues,
la tête levée, avec leurs yeux doux et clairs; tandis que le flot des
agneaux, enfermés plus loin, se pressait en bêlant contre les claies.

--Et alors, père Soûlas, vous n'avez rien vu ce matin? redemanda-t-il en le
regardant droit dans les yeux.

Le vieux avait vu, mais à quoi bon parler? Sa défunte, la garce et la
soûlarde, lui avait appris le vice des femmes et la bêtise des hommes.
Peut-être bien que la Cognette, même vendue, resterait la plus forte, et
alors ce serait sur lui qu'on tomberait, pour se débarrasser d'un témoin
gênant.

--Rien vu, rien vu du tout! répéta-t-il les yeux ternes, la face immobile.

Lorsque Hourdequin retraversa la cour, il remarqua que Jacqueline y était
demeurée, nerveuse, l'oreille tendue, avec la crainte de ce qui se disait
dans la bergerie. Elle affectait de s'occuper de ses volailles, les six
cents bêtes, poules, canards, pigeons, qui voletaient, cancanaient,
grattaient la fosse à fumier, au milieu d'un continuel vacarme; et même, le
petit porcher ayant renversé un seau d'eau blanche qu'il portait aux
cochons, elle se détendit un peu les nerfs en le giflant. Mais un coup
d'oeil jeté sur le fermier la rassura: il ne savait rien, le vieux s'était
mordu la langue. Son insolence en fut accrue.

Aussi, au déjeuner de midi, se montra-t-elle d'une gaieté provocante. Les
gros travaux n'étaient pas commencés, on ne faisait encore que quatre
repas, l'émiettée de lait à sept heures, la rôtie à midi, le pain et le
fromage à quatre heures, la soupe et le lard à huit. On mangeait dans la
cuisine, une vaste pièce, où s'allongeait une table, flanquée de deux
bancs. Le progrès n'y était représenté, que par un fourneau de fonte, qui
occupait un coin de l'âtre immense. Au fond, s'ouvrait la bouche noire du
four; et les casseroles luisaient, d'antiques ustensiles s'alignaient en
bon ordre, le long des murs enfumés. Comme la servante, une grosse fille
laide, avait cuit le matin, une bonne odeur de pain chaud montait de la
huche, laissée ouverte.

--Alors, vous avez l'estomac bouché, aujourd'hui? demanda hardiment
Jacqueline à Hourdequin, qui rentrait le dernier.

Depuis la mort de sa femme et de sa fille, pour ne pas manger tout seul, il
s'asseyait à la table de ses serviteurs, ainsi qu'au vieux temps; et il se
mettait à un bout, sur une chaise, tandis que la servante-maîtresse faisait
de même, à l'autre bout. On était quatorze, la bonne servait.

Quand le fermier se fut assis, sans répondre, la Cognette parla de soigner
la rôtie. C'étaient des tranches de pain grillées, cassées ensuite dans une
soupière, puis arrosées de vin, qu'on sucrait avec de la ripopée, l'ancien
mot qui désigne la mélasse en Beauce. Et elle en redemanda une cuillerée,
elle affectait de vouloir gâter les hommes, elle lâchait des plaisanteries
qui les faisaient éclater de gros rires. Chacune de ses phrases était à
double entente, rappelait qu'elle partait le soir: on se prenait, on se
quittait, et qui n'en aurait jamais plus, regretterait de ne pas avoir
trempé une dernière fois son doigt dans la sauce. Le berger mangeait de son
air hébété, pendant que le maître, silencieux, semblait lui aussi ne pas
comprendre. Jean, pour ne pas se trahir, était obligé de rire avec les
autres, malgré son ennui; car il ne se trouvait guère honnête dans tout ça.

Après le déjeuner, Hourdequin donna ses ordres pour l'après-midi. Il n'y
avait, dehors, que quelques petits travaux à terminer: on roulait les
avoines, on finissait le labour des jachères, en attendant de commencer la
fauchaison des luzernes et des trèfles. Aussi garda-t-il deux hommes, Jean
et un autre, qui nettoyèrent le fenil. Et lui-même, accablé maintenant, les
oreilles bourdonnantes sous la réaction sanguine, très malheureux, se mit à
tourner, sans savoir à quelle occupation tuer son chagrin. Les tondeurs
s'étaient installés sous un des hangars, dans un angle de la cour. Il alla
se planter devant eux, les regarda.

Ils étaient cinq, des gaillards efflanqués et jaunes, accroupis, avec leurs
grands ciseaux d'acier luisant. Le berger, qui apportait les brebis, les
quatre pieds liés, pareilles à des outres, les rangeait sur la terre battue
du hangar, où elles ne pouvaient plus que lever la tête, en bêlant. Et,
lorsqu'un des tondeurs en saisissait une, elle se taisait, s'abandonnait,
ballonnée par l'épaisseur de sa fourrure, que le suint et la poussière
cuirassaient d'une croûte noire. Puis, sous la pointe rapide des ciseaux,
la bête sortait de la toison comme une main nue d'un gant sombre, toute
rose et fraîche, dans la neige dorée de la laine intérieure. Serrée entre
les genoux d'un grand sec, une mère, posée sur le dos, les cuisses
écartées, la tête relevée et droite, étalait son ventre, qui avait la
blancheur cachée, la peau frissonnante d'une personne qu'on déshabille. Les
tondeurs gagnaient trois sous par bête, et un bon ouvrier pouvait en tondre
vingt à la journée.

Hourdequin, absorbé, songeait que la laine était tombée à huit sous la
livre; et il fallait se dépêcher de la vendre, pour qu'elle ne séchât pas
trop, ce qui lui enlevait de son poids. L'année précédente, le sang de rate
avait décimé les troupeaux de la Beauce. Tout marchait de mal en pis,
c'était la ruine, la faillite de la terre, depuis que la baisse des grains
s'accentuait de mois en mois. Et, ressaisi par ses préoccupations
d'agriculteur, étouffant dans la cour, il quitta la ferme, il s'en alla
donner un coup d'oeil à ses champs. Toujours, ses querelles avec la
Cognette finissaient ainsi: après avoir tempêté et serré les poings, il
cédait la place, oppressé d'une souffrance que soulageait seule la vue de
son blé et de ses avoines, roulant leur verdure à l'infini.

Ah! cette terre, comme il avait fini par l'aimer! et d'une passion où il
n'entrait pas que l'âpre avarice du paysan, d'une passion sentimentale,
intellectuelle presque, car il la sentait la mère commune, qui lui avait
donné sa vie, sa substance, et où il retournerait. D'abord, tout jeune,
élevé en elle, sa haine du collège, son désir de brûler ses livres
n'étaient venus que de son habitude de la liberté, des belles galopades à
travers les labours, des griseries de grand air, aux quatre vents de la
plaine. Plus tard, quand il avait succédé à son père, il l'avait aimée en
amoureux, son amour s'était mûri, comme s'il l'eût prise dès lors en
légitime mariage, pour la féconder. Et cette tendresse ne faisait que
grandir, à mesure qu'il lui donnait son temps, son argent, sa vie entière,
ainsi qu'à une femme bonne et fertile, dont il excusait les caprices, même
les trahisons. Il s'emportait bien des fois, lorsqu'elle se montrait
mauvaise, lorsque, trop sèche ou trop humide, elle mangeait les semences,
sans rendre des moissons; puis, il doutait, il en arrivait à s'accuser de
mâle impuissant ou maladroit: la faute en devait être à lui, s'il ne lui
avait pas fait un enfant. C'était depuis cette époque que les nouvelles
méthodes le hantaient, le lançaient dans les innovations, avec le regret
d'avoir été un cancre au collège, et de n'avoir pas suivi les cours d'une
de ces écoles de culture, dont son père et lui se moquaient. Que de
tentatives inutiles, d'expériences manquées, et les machines que ses
serviteurs détraquaient, et les engrais chimiques que fraudait le commerce!
Il y avait englouti sa fortune, la Borderie lui rapportait à peine de quoi
manger du pain, en attendant que la crise agricole l'achevât! N'importe! il
resterait le prisonnier de sa terre, il y enterrerait ses os, après l'avoir
gardée pour femme, jusqu'au bout.

Ce jour-là, dès qu'il fut dehors, il se rappela son fils, le capitaine. A
eux deux, ils auraient fait de si bonne besogne? Mais il écarta le souvenir
de cet imbécile qui préférait traîner un sabre. Il n'avait plus d'enfant,
il finirait solitaire. Puis, l'idée lui vint de ses voisins, les Coquart
surtout, des propriétaires qui cultivaient eux-mêmes leur ferme de
Saint-Juste, le père, la mère, trois fils et deux filles, et qui ne
réussissaient guère mieux. A la Chamade, Robiquet, le fermier, à bout de
bail, ne fumait plus, laissait le bien se détruire. C'était ainsi, il y
avait du mal partout, il fallait se tuer de travail, et ne pas se plaindre.
Peu à peu, d'ailleurs, une douceur berçante montait des grandes pièces
vertes qu'il longeait. De légères pluies, en avril, avaient donné une belle
poussée aux fourrages. Les trèfles incarnats le ravirent, il oublia le
reste. Maintenant, il coupait, par les labours, pour jeter un coup d'oeil
sur la besogne de ses deux charretiers: la terre collait à ses pieds, il la
sentait grasse, fertile, comme si elle eût voulu le retenir d'une étreinte;
et elle le reprenait tout entier, il retrouvait la virilité de ses trente
ans, la force et la joie. Est-ce qu'il y avait d'autres femmes qu'elle?
est-ce que ça comptait, les Cognette, celle-ci ou celle-là, l'assiette où
l'on mange tous, dont il faut bien se contenter, quand elle est
suffisamment propre? Une excuse si concluante à son besoin lâche de cette
gueuse acheva de l'égayer. Il marcha trois heures, il plaisanta avec une
fille, justement la servante des Coquart, qui revenait de Cloyes sur un
âne, en montrant ses jambes.

Lorsque Hourdequin rentra à la Borderie, il aperçut Jacqueline dans la cour
qui disait adieu aux chats de la ferme. Il y en avait toujours une bande,
douze, quinze, vingt, on ne savait pas au juste; car les chattes faisaient
leur portée dans des trous de paille inconnus, et reparaissaient avec des
queues de cinq ou six petits. Ensuite, elle s'approcha des niches
d'Empereur et de Massacre, les deux chiens du berger; mais ils grognèrent,
ils l'exécraient.

Le dîner, malgré les adieux aux bêtes, se passa comme tous les jours. Le
maître mangeait, causait, de son air habituel. Puis, la journée terminée,
il ne fut question du départ de personne. Tous allèrent dormir, l'ombre
enveloppa la ferme silencieuse.

Et, cette nuit même, Jacqueline coucha dans la chambre de feu Mme
Hourdequin. C'était la belle chambre, avec son grand lit, au fond de
l'alcôve tendue de rouge. Il y avait là une armoire, un guéridon, un
fauteuil Voltaire; et, dominant un petit bureau d'acajou, les médailles
obtenues par le fermier aux comices agricoles, luisaient, encadrées et sous
verre. Lorsque la Cognette, en chemise, monta dans le lit conjugal, elle
s'y étala, y écarta les bras et les cuisses, pour le tenir tout entier,
riant de son rire de tourterelle.

Jean, le lendemain, comme elle lui sautait aux épaules, la repoussa. Du
moment que ça devenait sérieux, ça n'était pas propre, décidément, et il ne
voulait plus.



II


A quelques jours de là, un soir, Jean revenait à pied de Cloyes, lorsque,
deux kilomètres avant Rognes, l'allure d'une carriole de paysan qui
rentrait devant lui, l'étonna. Elle semblait vide, personne n'était plus
sur le banc, et le cheval, abandonné, retournait à son écurie d'une allure
flâneuse, en bête qui connaissait son chemin. Aussi le jeune homme l'eut-il
vite rattrapé. Il l'arrêta, se haussa pour regarder dans la voiture: un
homme était au fond, un vieillard de soixante ans, gros, court, tombé à la
renverse, et la face si rouge, qu'elle paraissait noire.

La surprise de Jean fut telle, qu'il se mit à parler tout haut.

--Eh! l'homme!... Est-ce qu'il dort? est-ce qu'il a bu?... Tiens! c'est le
vieux Mouche, le père aux deux de là-bas!... Je crois, nom de Dieu! qu'il
est claqué! Ah! bien! en voilà, une affaire!

Mais, foudroyé par une attaque d'apoplexie, Mouche respirait encore, d'un
petit souffle pénible. Jean, alors, après l'avoir allongé, la tête haute,
s'assit sur le banc et fouetta le cheval, ramenant le moribond au grand
trot, de peur qu'il ne lui passât entre les mains.

Quand il déboucha sur la place de l'Église, justement il aperçut Françoise,
debout devant sa porte. La vue de ce garçon dans leur voiture, conduisant
leur cheval, la stupéfiait.

--Quoi donc? demanda-t-elle.

--C'est ton père qui ne va pas bien.

--Où ça?

--Là, regarde?

Elle monta sur la roue, regarda. Un instant, elle resta stupide, sans avoir
l'air de comprendre, devant ce masque violâtre dont une moitié s'était
convulsée, comme tirée violemment de bas en haut. La nuit tombait, un grand
nuage fauve qui jaunissait le ciel, éclairait le mourant d'un reflet
d'incendie.

Puis, tout d'un coup, elle éclata en sanglots, elle se sauva, elle
disparut, pour prévenir sa soeur.

--Lise! Lise!... Ah! mon Dieu!

Resté seul, Jean hésita. On ne pouvait pourtant pas laisser le vieux au
fond de la carriole. Le sol de la maison se creusait de trois marches, du
côté de la place; et une descente dans ce trou sombre lui semblait mal
commode. Ensuite, il s'avisa que, du côté de la route, à gauche, une autre
porte ouvrait sur la cour, de plain-pied. Cette cour, assez vaste, était
close d'une haie vive; l'eau rousse d'une mare en occupait les deux tiers;
et un demi-arpent de potager et de fruitier la terminait. Alors, il lâcha
le cheval, qui, de lui-même, rentra et s'arrêta devant son écurie, près de
l'étable, où étaient les deux vaches.

Mais, au milieu de cris et de larmes, Françoise et Lise accouraient. Cette
dernière, accouchée depuis quatre mois, surprise pendant qu'elle faisait
téter le petit, l'avait gardé au bras, dans son effarement; et il hurlait,
lui aussi. Françoise remonta sur une roue, Lise grimpa sur l'autre, leurs
lamentations devinrent déchirantes; tandis que le père Mouche, au fond,
soufflait toujours de son sifflement pénible.

--Papa, réponds, dis?... Qu'est-ce que t'as, dis donc? qu'est-ce que t'as,
mon Dieu!... C'est donc dans la tête, que tu ne peux seulement rien
dire?... Papa, papa, dis, réponds!

--Descendez, vaut mieux le tirer de là, fit remarquer Jean avec sagesse.

Elles ne l'aidaient point, elles s'exclamaient plus fort. Heureusement, une
voisine, la Frimat, attirée par le bruit, se montra enfin. C'était une
grande vieille sèche, osseuse, qui depuis deux ans soignait son mari
paralytique, et qui le faisait vivre en cultivant elle-même, avec une
obstination de bête de somme, l'unique arpent qu'ils possédaient. Elle ne
se troubla pas, sembla juger l'aventure naturelle; et, comme un homme, elle
donna un coup de main. Jean empoigna Mouche par les épaules, le tira,
jusqu'à ce que la Frimat pût le saisir par les jambes. Puis, ils
l'emportèrent, l'entrèrent dans la maison.

--Où est-ce qu'on le met? demanda la vieille.

Les deux filles, qui suivaient, la tête perdue, ne savaient pas. Leur père
habitait, en haut, une petite chambre, prise sur le grenier; et il n'était
guère possible de le monter. En bas, après la cuisine, il y avait la grande
chambre à deux lits, qu'il leur avait cédée. Dans la cuisine, il faisait
nuit noire, le jeune homme et la vieille femme attendaient, les bras
cassés, n'osant avancer davantage, de peur de culbuter contre un meuble.

--Voyons, faudrait se décider, pourtant!

Françoise, enfin, alluma une chandelle. Et, à ce moment, entra la Bécu, la
femme du garde champêtre, avertie par son flair sans doute, par cette force
secrète, qui, en une minute, porte une nouvelle d'un bout à l'autre d'un
village.

--Hein! qu'a-t-il, le pauvre cher homme?... Ah! je vois, le sang lui a
tourné dans le corps... Vite, asseyez-le sur une chaise.

Mais la Frimat fut d'un avis contraire. Est-ce qu'on asseyait un homme qui
ne pouvait se tenir! Le mieux était de l'allonger sur le lit d'une de ses
filles. Et la discussion s'aigrissait, lorsque parut Fanny avec Nénesse:
elle avait appris la chose en achetant du vermicelle chez Macqueron, elle
venait voir, remuée, à cause de ses cousines.

--Peut-être bien, déclara-t-elle, qu'il faut l'asseoir, pour que le sang
coule.

Alors, Mouche fut tassé sur une chaise, près de la table, où brûlait la
chandelle. Son menton tomba sur sa poitrine, ses bras et ses jambes
pendirent. L'oeil gauche s'était ouvert, dans le tiraillement de cette
moitié de la face, et le coin de la bouche tordue sifflait plus fort. Il y
eut un silence, la mort envahissait la pièce humide, au sol de terre
battue, aux murs lépreux, à la grande cheminée noire.

Jean attendait toujours, gêné, tandis que les deux filles et les trois
femmes, les mains ballantes, considéraient le vieux.

--J'irai bien encore chercher le médecin, hasarda le jeune homme.

La Bécu hocha la tête, aucune des autres ne répondit: si ça ne devait rien
être, pourquoi dépenser l'argent d'une visite? et si c'était la fin, est-ce
que le médecin y ferait quelque chose?

--Ce qui est bon, c'est le vulnéraire, dit la Frimat.

--Moi, murmura Fanny, j'ai de l'eau-de-vie camphrée.

--C'est bon aussi, déclara la Bécu.

Lise et Françoise, hébétées maintenant, écoutaient, ne se décidaient à
rien, l'une berçant Jules, son petit, l'autre les mains embarrassées d'une
tasse pleine d'eau, que le père n'avait pas voulu boire. Et Fanny, voyant
ça, bouscula Nénesse, absorbé devant la grimace du mourant.

--Tu vas courir chez nous et tu diras qu'on te donne la petite bouteille
d'eau-de-vie camphrée, qui est à gauche, dans l'armoire... Tu entends? dans
l'armoire, à gauche... Et passe chez grand-père Fouan, passe chez ta tante,
la Grande, dis-leur que l'oncle Mouche est très mal... Cours, cours vite!

Quand le gamin eut disparu d'un bond, les femmes continuèrent de disserter
sur le cas. La Bécu connaissait un monsieur qu'on avait sauvé, en lui
chatouillant la plante des pieds pendant trois heures. La Frimat, s'étant
souvenue qu'il lui restait du tilleul, sur les deux sous achetés l'autre
hiver pour son homme, alla le chercher; et elle revenait avec le petit sac,
Lise allumait du feu, après avoir passé son enfant à Françoise, lorsque
Nénesse reparut.

--Grand-père Fouan était couché... La Grande a dit comme ça que, si l'oncle
Mouche n'avait pas tant bu, il n'aurait pas si mal au coeur...

Mais Fanny examinait la bouteille qu'il lui remettait, et elle s'écria:

--Imbécile, je t'avais dit à gauche!... Tu m'apportes l'eau de Cologne.

--C'est bon aussi, répéta la Bécu.

On fit prendre de force au vieux une tasse de tilleul, en introduisant la
cuiller entre ses dents serrées. Puis, on lui frictionna la tête avec l'eau
de Cologne. Et il n'allait pas mieux, c'était désespérant. Sa face avait
encore noirci, on fut obligé de le remonter sur la chaise, car il
s'effondrait, il menaçait de s'aplatir par terre.

--Oh! murmura Nénesse, retourné sur la porte, je ne sais pas ce qu'il va
pleuvoir... Le ciel est d'une drôle de couleur.

--Oui, dit Jean, j'ai vu grandir un vilain nuage.

Et, comme ramené à sa première idée:

--N'empêche, j'irai bien encore chercher le médecin, si l'on veut.

Lise et Françoise se regardaient, anxieuses. Enfin, la seconde se décida,
avec la générosité de son jeune âge.

--Oui, oui, Caporal, allez à Cloyes chercher M. Finet... Il ne sera pas dit
que nous n'aurons pas fait ce que nous devons faire.

Le cheval, au milieu de la bousculade, n'avait pas même été dételé, et Jean
n'eut qu'à sauter dans la carriole. On entendit le bruit de ferraille, la
fuite cahotée des roues. La Frimat, alors, parla du curé; mais les autres,
d'un geste, dirent qu'on se donnait déjà assez de mal. Et Nénesse ayant
proposé de faire à pied les trois kilomètres de Bazoches-le-Doyen, sa mère
se fâcha: bien sûr qu'elle ne le laisserait pas galoper par une nuit si
menaçante, sous cet affreux ciel couleur de rouille. D'ailleurs, puisque le
vieux n'entendait ni ne répondait, autant aurait-il valu déranger le curé
pour une borne.

Dix heures sonnèrent au coucou de bois peint. Ce fut une surprise: dire
qu'on était là depuis plus de deux heures, sans avancer en besogne! Et pas
une ne parlait de lâcher pied, retenue par le spectacle, voulant voir
jusqu'au bout. Un pain de dix livres était sur la huche, avec un couteau.
D'abord, les filles, déchirées de faim malgré leur angoisse, se coupèrent
machinalement des tartines, qu'elles mangeaient toutes sèches, sans savoir;
puis, les trois femmes les imitèrent, le pain diminua, il y en avait
continuellement une qui taillait et qui croûtonnait. On n'avait pas allumé
d'autre chandelle, on négligeait même de moucher celle qui brûlait; et ce
n'était pas gai, cette cuisine sombre et nue de paysan pauvre, avec le râle
d'agonie de ce corps tassé près de la table.

Tout d'un coup, une demi-heure après le départ de Jean, Mouche culbuta et
s'étala par terre. Il ne soufflait plus, il était mort.

--Qu'est-ce que je disais? on a voulu aller chercher le médecin! fit
remarquer la Bécu d'une voix aigre.

Françoise et Lise éclatèrent de nouveau en larmes. D'un élan instinctif,
elles s'étaient jetées au cou l'une de l'autre, dans leur adoration de
soeurs tendres. Et elles répétaient, en paroles entrecoupées:

--Mon Dieu! nous ne sommes plus que nous deux... C'est fini, il n'y a plus
que nous deux... Qu'est-ce que nous allons devenir! mon Dieu?

Mais on ne pouvait laisser le mort par terre. En un tour de main, la Frimat
et la Bécu firent l'indispensable. Comme elles n'osaient transporter le
corps, elles retirèrent le matelas d'un lit, elles l'apportèrent et y
allongèrent Mouche, en le recouvrant d'un drap, jusqu'au menton. Pendant ce
temps, Fanny, ayant allumé les chandelles de deux autres chandeliers, les
posait sur le sol, en guise de cierges, à droite et à gauche de la tête.
C'était bien, pour le moment: sauf que l'oeil gauche, refermé trois fois
d'un coup de pouce, s'obstinait à se rouvrir, et semblait regarder le
monde, dans cette face décomposée et violâtre, qui tranchait sur la
blancheur de la toile.

Lise avait fini par coucher Jules, la veillée commença. A deux reprises,
Fanny et la Bécu dirent qu'elles partaient, puisque la Frimat offrait de
passer la nuit avec les petites; et elles ne partaient point, elles
continuaient de causer à voix basse, en jetant des regards obliques sur le
mort; tandis que Nénesse, qui s'était emparé de la bouteille d'eau de
Cologne, l'achevait, s'en inondait les mains et les cheveux.

Minuit sonna, la Bécu haussa la voix.

--Et M. Finet, je vous demande un peu! On a le temps de mourir avec lui...
Plus de deux heures, pour le ramener de Cloyes!

La porte sur la cour était restée ouverte, un grand souffle entra, éteignit
les lumières, à droite et à gauche du mort. Cela les terrifia toutes, et
comme elles rallumaient les chandelles, le souffle de tempête revint, plus
terrible, tandis qu'un hurlement prolongé montait, grandissait, des
profondeurs noires de la campagne. On aurait dit le galop d'une armée
dévastatrice qui approchait, au craquement des branches, au gémissement des
champs éventrés. Elles avaient couru sur le seuil, elles virent une nuée de
cuivre voler et se tordre dans le ciel livide. Et, soudain, il y eut un
crépitement de mousqueterie, une pluie de balles s'abattait, cinglantes,
rebondissantes, à leurs pieds.

Alors, un cri leur échappa, un cri de ruine et de misère.

--La grêle! la grêle!

Saisies, révoltées et blêmes sous le fléau, elles regardaient. Cela dura
dix minutes à peine. Il n'y avait pas de coups de tonnerre; mais de grands
éclairs bleuâtres, incessants, semblaient courir au ras du sol, en larges
sillons de phosphore; et la nuit n'était plus si sombre, les grêlons
l'éclairaient de rayures pâles, innombrables, comme s'il fût tombé des jets
de verre. Le bruit devenait assourdissant, une mitraillade, un train lancé
à toute vapeur sur un pont de métal, roulant sans fin. Le vent soufflait en
furie, les balles obliques sabraient tout, s'amassaient, couvraient le sol
d'une couche blanche.

--La grêle, mon Dieu!... Ah! quel malheur!... Voyez donc! de vrais oeufs de
poule!

Elles n'osaient se hasarder dans la cour, pour en ramasser. La violence de
l'ouragan augmentait encore, toutes les vitres de la ferme furent brisées;
et la force acquise était telle, qu'un grêlon alla casser une cruche,
pendant que d'autres roulaient jusqu'au matelas du mort.

--Il n'en irait pas cinq à la livre, dit la Bécu, qui les soupesait.

Fanny et la Frimat eurent un geste désespéré.

--Tout est fichu, un massacre!

C'était fini. On entendit le galop du désastre s'éloigner rapidement, et un
silence de sépulcre tomba. Le ciel, derrière la nuée, était devenu d'un
noir d'encre. Une pluie fine serrée, ruisselait sans bruit. On ne
distinguait, sur le sol, que la couche épaisse des grêlons, une nappe
blanchissante, qui avait comme une lumière propre, la pâleur de millions de
veilleuses, à l'infini.

Nénesse, s'étant lancé au dehors, revint avec un véritable glaçon, de la
grosseur de son poing, irrégulier, dentelé; et la Frimat, qui ne tenait
plus en place, ne put résister davantage au besoin d'aller voir.

--Je vas chercher ma lanterne, faut que je sache le dégât.

Fanny se maîtrisa quelques minutes encore. Elle continuait ses doléances.
Ah! quel travail! ça en faisait du ravage, dans les légumes et dans les
arbres à fruits! Les blés, les avoines, les seigles, n'étaient pas assez
hauts, pour avoir beaucoup souffert. Mais les vignes, ah! les vignes! Et,
sur la porte, elle fouillait des yeux la nuit épaisse, impénétrable, elle
tremblait d'une fièvre d'incertitude, cherchant à estimer le mal,
l'exagérant, croyant voir la campagne mitraillée, perdant le sang par ses
blessures.

--Hein? mes petites, finit-elle par dire, je vous emprunte une lanterne, je
cours jusqu'à nos vignes.

Elle alluma l'une des deux lanternes, elle disparut avec Nénesse.

La Bécu, qui n'avait pas de terre, au fond, s'en moquait. Elle poussait des
soupirs, implorait le ciel, par une habitude de mollesse geignarde. La
curiosité, pourtant, la ramenait sans cesse vers la porte, et un vif
intérêt l'y planta toute droite, lorsqu'elle remarqua que le village
s'étoilait de points lumineux. Par une échappée de la cour, entre l'étable
et un hangar, l'oeil plongeait sur Rognes entier. Sans doute, le coup de
grêle avait réveillé les paysans, chacun était pris de la même impatience
d'aller voir son champ, trop anxieux pour attendre le jour. Aussi les
lanternes sortaient-elles une à une, se multipliaient, couraient et
dansaient. Et la Bécu, connaissant la place des maisons, arrivait à mettre
un nom sur chaque lanterne.

--Tiens! ça s'allume chez la Grande, et voilà que ça sort de chez les
Fouan, et là-bas c'est Macqueron, et à côté c'est Lengaigne... Bon Dieu! le
pauvre monde, ça fend le coeur... Ah! tant pis, j'y vais!

Lise et Françoise demeurèrent seules, devant le corps de leur père. Le
ruissellement de la pluie continuait, de petits souffles mouillés rasaient
le sol, faisaient couler les chandelles. Il aurait fallu fermer la porte,
mais ni l'une ni l'autre n'y pensaient, prises elles aussi et secouées par
le drame du dehors, malgré le deuil de la maison. Ça ne suffisait donc,
pas, d'avoir la mort chez soi? Le bon Dieu cassait tout, on ne savait
seulement point s'il vous restait un morceau de pain à manger.

--Pauvre père, murmura Françoise, se serait-il fait du mauvais sang!...
Vaut mieux qu'il ne voie pas ça.

Et, comme sa soeur prenait la seconde lanterne:

--Où vas-tu?

--Je songe aux pois et aux haricots... Je reviens tout de suite.

Sous l'averse, Lise traversa la cour, passa dans le potager. Il n'y avait
plus que Françoise près du vieux. Encore se tenait-elle sur le seuil, très
émotionnée par le va-et-vient de la lanterne. Elle crut entendre des
plaintes, des larmes. Son coeur se brisait.

--Hein? quoi? cria-t-elle. Qu'est-ce qu'il y a?

Aucune voix ne répondait, la lanterne allait et venait plus vite, comme
affolée.

--Les haricots sont rasés, dis?... Et les pois, ont-ils du mal?... Mon
Dieu! et les fruits, et les salades?

Mais une exclamation de douleur qui lui arrivait distinctement la décida.
Elle ramassa ses jupes, courut dans l'averse rejoindre sa soeur. Et le
mort, abandonné, demeura dans la cuisine vide, tout raide sous son drap,
entre les deux mèches fumeuses et tristes. L'oeil gauche, obstinément
ouvert, regardait les vieilles solives du plafond.

Ah! quel ravage désolait ce coin de terre! quelle lamentation montait du
désastre, entrevu aux lueurs vacillantes des lanternes! Lise et Françoise
promenaient la leur, si trempée de pluie, que les vitres éclairaient à
peine; et elles l'approchaient des planches, elles distinguaient
confusément, dans le cercle étroit de lumière, les haricots et les pois
rasés au pied, les salades tranchées, hachées, sans qu'on put songer
seulement à en utiliser les feuilles. Mais les arbres surtout avaient
souffert: les menues branches, les fruits en étaient coupés comme avec des
couteaux; les troncs eux-mêmes, meurtris, perdaient leur sève par les trous
de l'écorce. Et plus loin, dans les vignes, c'était pis, les lanternes
pullulaient, sautaient, s'enrageaient, au milieu de gémissements et de
jurons. Les ceps semblaient fauchés, les grappes en fleur jonchaient le
sol, avec des débris, de bois et de pampres; non seulement la récolte de
l'année était perdue, mais les souches, dépouillées, allaient végéter et
mourir. Personne ne sentait la pluie, un chien hurlait à la mort, des
femmes éclataient en larmes, comme au bord d'une fosse. Macqueron et
Lengaigne; malgré leur rivalité, s'éclairaient mutuellement, passaient de
l'un chez l'autre, en poussant des nom de Dieu! à mesure que défilaient les
ruines, cette vision courte et blafarde, reprise derrière eux par l'ombre.
Bien qu'il n'eût plus de terres, le vieux Fouan voulait voir, se fâchant.
Peu à peu, tous s'emportaient: était-ce possible de perdre, en un quart
d'heure, le fruit d'un an de travail? Qu'avaient-ils fait pour être punis
de la sorte? Ni sécurité, ni justice, des fléaux sans raison, des caprices
qui tuaient le monde. Brusquement, la Grande, furibonde, ramassa des
cailloux, les lança en l'air pour crever le ciel, qu'on ne distinguait pas.
Et elle gueulait:

--Sacré cochon, là-haut! Tu ne peux donc pas nous foutre la paix?

Sur le matelas, dans la cuisine, Mouche, abandonné, regardait le plafond de
son oeil fixe, lorsque deux voitures s'arrêtèrent devant la porte. Jean
ramenait enfin M. Finet, après l'avoir attendu près de trois heures, chez
lui; et il revenait dans la carriole, tandis que le docteur avait pris son
cabriolet.

Ce dernier, grand et maigre, la face jaunie par des ambitions mortes, entra
rudement. Au fond, il exécrait cette clientèle paysanne, qu'il accusait de
sa médiocrité.

--Quoi, personne?... Ça va donc mieux?

Puis, apercevant le corps:

--Non, trop tard!... Je vous le disais bien, je ne voulais pas venir. C'est
toujours la même histoire, ils m'appellent quand ils sont morts.

Ce dérangement inutile, au milieu de la nuit, l'irritait; et, comme Lise et
Françoise rentraient justement, il acheva de s'exaspérer, lorsqu'il apprit
qu'elles avaient attendu deux heures avant de l'envoyer chercher.

--C'est vous qui l'avez tué, parbleu!... Est-ce idiot? de l'eau de Cologne
et du tilleul pour une apoplexie!... Avec ça, personne près de lui. Bien
sûr qu'il n'est pas en train de se sauver...

--Mais, monsieur, balbutia Lise, en larmes, c'est à cause de la grêle.

M. Finet, intéressé, se calma. Tiens! il était donc tombé de la grêle? A
force de vivre avec les paysans, il avait fini par avoir leurs passions.
Jean s'était approché, lui aussi; et tous deux s'étonnaient, se récriaient,
car ils n'avaient pas reçu un grêlon, en venant de Cloyes. Ceux-ci
épargnés, ceux-là saccagés, et à quelques kilomètres de distance: vrai!
quelle déveine de se trouver du mauvais côté! Puis, comme Fanny rapportait
la lanterne et que la Bécu et la Frimat la suivaient, toutes les trois
éplorées, ne tarissant pas en détails sur les abominations qu'elles avaient
vues, le docteur, gravement, déclara:

--C'est un malheur, un grand malheur... Il n'y a pas de plus grand malheur
pour les campagnes...

Un bruit sourd, une sorte de bouillonnement l'interrompit. Cela venait du
mort, oublié entre les deux chandelles. Tous se turent, les femmes se
signèrent.



III


Un mois se passa. Le vieux Fouan, nommé tuteur de Françoise, qui entrait
dans sa quinzième année, les décida, elle et sa soeur Lise, son aînée de
dix ans, à louer leurs terres au cousin Delhomme, sauf un bout de pré, pour
qu'elles fussent convenablement cultivées et entretenues. Maintenant que
les deux filles restaient seules, sans père ni frère à la maison, il leur
aurait fallu prendre un serviteur, ce qui était ruineux, à cause du prix
croissant de la main-d'oeuvre. Delhomme, d'ailleurs, leur rendait là un
simple service, s'engageant à rompre le bail dès que le mariage de l'une
des deux nécessiterait le partage entre elles de la succession.

Cependant, Lise et Françoise, après avoir également cédé au cousin leur
cheval, devenu inutile, gardèrent les deux vaches, la Coliche et
Blanchette, ainsi que l'âne, Gédéon. Elles gardaient de même leur
demi-arpent de potager, que l'aînée se réservait d'entretenir, tandis que
la cadette prendrait soin des bêtes. Certes, il y avait encore là du
travail; mais elles ne se portaient pas mal, Dieu merci! elles en verraient
bien la fin.

Les premières semaines furent très dures, car il s'agissait de réparer les
dégâts de la grêle, de bêcher, de replanter des légumes; et ce fut là ce
qui poussa Jean à leur donner un coup de main. Une liaison se faisait entre
lui et elles deux depuis qu'il avait ramené leur père moribond. Le
lendemain de l'enterrement, il vint demander de leurs nouvelles. Puis, il
revint causer, peu à peu familier et obligeant, si bien qu'une après-midi
il ôta la bêche des poings de Lise, pour achever de retourner un carré. Dès
lors, en ami, il leur consacra les heures que ne lui prenaient pas ses
travaux à la ferme. Il était de la maison, de cette vieille maison
patrimoniale des Fouan, bâtie par un ancêtre il y avait trois siècles, et
que la famille honorait d'une sorte de culte. Lorsque Mouche, de son
vivant, se plaignait d'avoir eu le mauvais lot dans le partage et accusait
de vol sa soeur et son frère, ceux-ci répondaient: «Et la maison! est-ce
qu'il n'a pas la maison?»

Pauvre maison en loques, tassée, lézardée et branlante, raccommodée partout
de bouts de planches et de plâtras! Elle avait dû être construite en
moellons et en terre; plus tard, on en refit deux murs au mortier; enfin,
vers le commencement du siècle, on se résigna à en remplacer le chaume par
une toiture de petites ardoises, aujourd'hui pourries. C'était ainsi
qu'elle avait duré et qu'elle tenait encore, enfoncée d'un mètre, comme on
les creusait toutes au temps jadis, sans doute pour avoir plus chaud. Cela
offrait l'inconvénient que, par les gros orages, l'eau l'envahissait; et
l'on avait beau balayer le sol battu de cette cave, il restait toujours de
la boue dans les coins. Mais elle était surtout malicieusement plantée,
tournant le dos au nord, à la Beauce immense, d'où soufflaient les
terribles vents de l'hiver; de ce côté, dans la cuisine, ne s'ouvrait
qu'une lucarne étroite, barricadée d'un volet, au ras du chemin; tandis
que, sur l'autre face, celle du midi, se trouvaient la porte et les
fenêtres. On aurait dit une de ces masures de pêcheur, au bord de l'Océan,
dont pas une fente ne regarde le flot. A force de la pousser, les vents de
la Beauce l'avaient fait pencher en avant: elle pliait, elle était comme
ces très vieilles femmes dont les reins se cassent.

Et Jean, bientôt, en connut les moindres trous. Il aida à nettoyer la
chambre du défunt, l'encoignure prise sur le grenier, simplement séparée
par une cloison de planches, et dans laquelle il n'y avait qu'un ancien
coffre, plein de paille, servant de lit, une chaise et une table. En bas,
il ne dépassait point la cuisine, il évitait de suivre les deux soeurs dans
leur chambre, dont la porte, toujours battante, laissait voir l'alcôve à
deux lits, la grande armoire de noyer, une table ronde sculptée, superbe,
sans doute une épave du château, volée autrefois. Il existait une autre
pièce derrière celle-là, si humide, que le père avait préféré coucher en
haut: on regrettait même d'y serrer les pommes de terre, car elles y
germaient tout de suite. Mais c'était dans la cuisine qu'on vivait, dans
cette vaste salle enfumée où, depuis trois siècles, se succédaient les
générations des Fouan. Elle sentait les longs labeurs, les maigres
pitances, l'effort continu d'une race qui était arrivée tout juste à ne pas
crever de faim, en se tuant de besogne, sans avoir jamais un sou de plus en
décembre qu'en janvier. Une porte, ouvrant de plain-pied sur l'étable,
mettait les vaches de compagnie avec le monde; et, quand cette porte se
trouvait fermée, on pouvait les surveiller encore par une vitre enchâssée
dans le mur. Ensuite, il y avait l'écurie, où Gédéon restait seul, puis un
hangar et un bûcher; de sorte qu'on n'avait pas à sortir, on filait
partout. Dehors, la pluie entretenait la mare, qui était la seule eau pour
les bêtes et l'arrosage. Chaque matin, il fallait descendre à la fontaine,
en bas, sur la route, chercher l'eau de la table.

Jean se plaisait là, sans se demander ce qui l'y ramenait. Lise, gaie, avec
toute sa personne ronde, était d'un bon accueil. Pourtant, ses vingt-cinq
ans la vieillissaient déjà, elle devenait laide, surtout depuis ses
couches. Mais elle avait de gros bras solides, elle apportait à la besogne
un tel coeur, tapant, criant, riant, qu'elle réjouissait la vue. Jean la
traitait en femme, ne la tutoyait pas, tandis qu'il continuait, au
contraire, à tutoyer Françoise, dont les quinze ans faisaient pour lui une
gamine. Celle-ci, que le grand air et les durs travaux n'avaient pas eu le
temps à enlaidir, gardait son joli visage long, au petit front têtu, aux
yeux noirs et muets, à la bouche épaisse, ombrée d'un duvet précoce; et,
toute gamine qu'on la croyait, elle était femme aussi, il n'aurait pas
fallu, comme disait sa soeur, la chatouiller de trop près, pour lui faire
un enfant. Lise l'avait élevée, leur mère étant morte: de là venait leur
grande tendresse, active et bruyante de la part de l'aînée, passionnée et
contenue chez la cadette. Cette petite Françoise avait le renom d'une
fameuse tête. L'injustice l'exaspérait. Quand elle avait dit: «Ça c'est à
moi, ça c'est à toi,» elle n'en aurait pas démordu sous le couteau; et, en
dehors du reste, si elle adorait Lise, c'était dans l'idée qu'elle lui
devait bien cette adoration. D'ailleurs, elle se montrait raisonnable, très
sage, sans vilaines pensées, seulement tourmentée par ce sang hâtif, ce qui
la rendait molle, un peu gourmande et paresseuse. Un jour, elle en vint,
elle aussi, à tutoyer Jean, en ami très âgé et bonhomme, qui la faisait
jouer, qui la taquinait parfois, mentant exprès, soutenant des choses
injustes, pour s'amuser à la voir s'étrangler de colère.

Un dimanche, par une après-midi déjà brûlante de juin, Lise travaillait,
dans le potager, à sarcler des pois; et elle avait posé sous un prunier
Jules, qui s'y était endormi. Le soleil la chauffait d'aplomb, elle
soufflait, pliée en deux, arrachant les herbes, lorsqu'une voix s'éleva
derrière la haie.

--Quoi donc? on ne se repose pas, même le dimanche!

Elle avait reconnu la voix, elle se redressa, les bras rouges, la face
congestionnée, rieuse quand même.

--Dame! pas plus le dimanche qu'en semaine, la besogne ne se fait pas toute
seule!

C'était Jean. Il longea la haie, entra par la cour.

--Laissez donc ça, je vas l'expédier, moi, votre travail!

Mais elle refusa, elle avait bientôt fini; puis, si elle ne faisait pas ça,
elle ferait autre chose: est-ce qu'on pouvait flâner? Elle avait beau se
lever dès quatre heures, et le soir coudre encore à la chandelle, jamais
elle n'en voyait le bout.

Lui, pour ne point la contrarier, s'était mis à l'ombre du prunier voisin,
en ayant soin de ne pas s'asseoir sur Jules. Il la regardait, pliée de
nouveau, les fesses hautes, tirant sa jupe qui remontait et découvrait ses
grosses jambes, tandis que, la gorge à terre, elle manoeuvrait les bras,
sans craindre le coup de sang, dont le flot lui gonflait le cou.

--Ça va bien, dit-il, que vous êtes rudement construite!

Elle en montrait quelque orgueil, elle eut un rire de complaisance. Et il
riait, lui aussi, l'admirant d'un air convaincu, la trouvant forte et brave
comme un garçon. Aucun désir malhonnête ne lui venait de cette croupe en
l'air, de ces mollets tendus, de cette femme à quatre pattes, suante,
odorante ainsi qu'une bête en folie. Il songeait simplement qu'avec des
membres pareils on en abattait, de la besogne! Bien sûr que, dans un
ménage, une femme de cette bâtisse-là valait son homme.

Sans doute, une association d'idées se fit en lui, et il lâcha
involontairement une nouvelle, qu'il s'était promis de garder secrète.

--J'ai vu Buteau, avant-hier.

Lise, lentement, se mit debout. Mais elle n'eut pas le temps de
l'interroger. Françoise, qui avait reconnu la voix de Jean, et qui arrivait
de sa laiterie, au fond de l'étable, les bras nus et blancs de lait,
s'emporta.

--Tu l'as vu... Ah! le cochon!

C'était une antipathie croissante, elle ne pouvait plus entendre nommer le
cousin, sans être soulevée par une de ses révoltes d'honnêteté, comme si
elle avait eu à venger un dommage personnel.

--Certainement que c'est un cochon, déclara Lise avec calme; mais ça
n'avance à rien de le dire, à cette heure.

Elle avait posé les poings sur ses hanches, elle demanda sérieusement:

--Alors, qu'est-ce qu'il raconte, Buteau?

--Mais rien, répondit Jean embarrassé, mécontent d'avoir eu la langue trop
longue. Nous avons parlé de ses affaires, à cause de ce que son père dit
partout qu'il le déshéritera; et lui dit qu'il a le temps d'attendre, que
le vieux est solide, qu'il s'en fout, d'ailleurs.

--Est-ce qu'il sait que Jésus-Christ et Fanny ont signé l'acte tout de même
et que chacun est entré en possession de sa part?

--Oui, il le sait, et il sait aussi que le père Fouan a loué à son gendre
Delhomme la part dont lui, Buteau, n'a pas voulu; il sait que M.
Baillehache a été furieux, à ce point qu'il a juré de ne plus jamais
laisser tirer les lots avant d'avoir fait signer les papiers... Oui, oui,
il sait que tout est fini.

--Ah! et il ne dit rien?

--Non, il ne dit rien.

Lise, silencieusement, se courba, marcha un instant, arrachant les herbes,
ne montrant plus d'elle que la rondeur enflée de son derrière; puis, elle
tourna le cou, elle ajouta, la tête en bas:

--Voulez-vous savoir, Caporal? eh bien! ça y est, je peux garder Jules pour
compte.

Jean qui, jusque-là, lui donnait des espérances, hocha le menton.

--Ma foi! je crois que vous êtes dans le vrai.

Et il jeta un regard sur Jules qu'il avait oublié. Le mioche, serré dans
son maillot, dormait toujours, avec sa petite face immobile, noyée de
lumière. C'était ça l'embêtant, ce gamin! Autrement, pourquoi n'aurait-il
pas épousé Lise, puisqu'elle se trouvait libre? Cette idée lui venait là,
tout d'un coup, à la regarder au travail. Peut-être bien qu'il l'aimait,
que le plaisir de la voir l'attirait seul dans la maison. Il en restait
surpris pourtant, ne l'ayant pas désirée, n'ayant même jamais joué avec
elle, comme il jouait avec Françoise, par exemple. Et, justement, en levant
la tête, il aperçut celle-ci, demeurée toute droite et furieuse au soleil,
les yeux si luisants de passion, si drôles, qu'il en fut égayé, dans le
trouble de sa découverte.

Mais un bruit de trompette, un étrange turlututu d'appel se fit entendre;
et Lise, quittant ses pois, s'écria:

--Tiens! Lambourdieu!... J'ai une capeline à lui commander.

De l'autre côté de la haie, sur le chemin, apparut un petit homme court,
trompettant et précédant une grande voiture longue, que traînait un cheval
gris. C'était Lambourdieu, un gros boutiquier de Cloyes, qui avait peu à
peu joint à son commerce de nouveautés la bonneterie, la mercerie, la
cordonnerie, même la quincaillerie, tout un bazar qu'il promenait de
village en village, dans un rayon de cinq ou six lieues. Les paysans
finissaient par lui tout acheter, depuis leurs casseroles jusqu'à leurs
habits de noce. Sa voiture s'ouvrait et se rabattait, développant des files
de tiroirs, un étalage de vrai magasin.

Lorsque Lambourdieu eut reçu la commande de la capeline, il ajouta:

--Et, en attendant, vous ne voulez pas de beaux foulards?

Il tirait d'un carton, il faisait claquer au soleil des foulards rouges à
palmes d'or, éclatants.

--Hein? trois francs, c'est pour rien!... Cent sous les deux!

Lise et Françoise, qui les avaient pris par-dessus la haie d'aubépine, où
séchaient des couches de Jules, les maniaient, les convoitaient. Mais elles
étaient raisonnables, elles n'en avaient pas besoin: à quoi bon dépenser?
Et elles les rendaient, lorsque Jean se décida tout d'un coup à vouloir
épouser Lise, malgré le petit. Alors, pour brusquer les choses, il lui
cria:

--Non, non, gardez-le, je vous l'offre!... Ah! vous me feriez de la peine,
c'est de bonne amitié, bien sûr!

Il n'avait rien dit à Françoise, et comme celle-ci tendait toujours au
marchand son foulard, il la remarqua, il eut au coeur un élancement de
chagrin, en croyant la voir pâlir, la bouche souffrante.

--Mais toi aussi, bête! garde-le... Je le veux, tu ne vas pas faire ta
mauvaise tête!

Les deux soeurs, combattues, se défendaient et riaient. Déjà, Lambourdieu
avait allongé la main par-dessus la haie pour empocher les cent sous. Et il
repartit, le cheval derrière lui démarra la longue voiture, la fanfare
rauque de la trompette se perdit au détour du chemin.

Tout de suite, Jean avait eu l'idée de pousser ses affaires auprès de Lise,
en se déclarant. Une aventure l'en empêcha. L'écurie était sans doute mal
fermée, soudain l'on aperçut l'âne, Gédéon, au milieu du potager, tondant
gaillardement un plant de carottes. Du reste, cet âne, un gros âne,
vigoureux, de couleur rousse, la grande croix grise sur l'échine, était un
animal farceur, plein de malignité: il soulevait très bien les loquets avec
sa bouche, il entrait chercher du pain dans la cuisine; et, à la façon dont
il remuait ses longues oreilles, quand on lui reprochait ses vices, on
sentait qu'il comprenait. Dès qu'il se vit découvert, il prit un air
indifférent et bonhomme; ensuite, menacé de la voix, chassé du geste, il
fila; mais, au lieu de retourner dans la cour, il trotta par les allées,
jusqu'au fond du jardin. Alors, ce fut une vraie poursuite, et, lorsque
Françoise l'eut enfin saisi, il se ramassa, rentra le cou et les jambes
dans son corps, pour peser plus lourd et avancer moins vite. Rien n'y
faisait, ni les coups de pied, ni les douceurs. Il fallut que Jean s'en
mêlât, le bousculât par derrière de ses bras d'homme; car, depuis qu'il
était commandé par deux femmes, Gédéon avait conçu d'elles le plus complet
mépris. Jules s'était réveillé au bruit et hurlait. L'occasion était
perdue, le jeune homme dut partir ce jour-là, sans avoir parlé.

Huit jours se passèrent, une grande timidité avait envahi Jean, qui, à
cette heure, n'osait plus. Ce n'était pas que l'affaire lui semblât
mauvaise: à la réflexion, il en avait, au contraire, mieux senti les
avantages. D'un côté et de l'autre, on n'aurait qu'à y gagner. Si lui ne
possédait rien, elle avait l'embarras de son mioche: cela égalisait les
parts; et il ne mettait là aucun vilain calcul, il raisonnait autant pour
son bonheur, à elle, que pour le sien. Puis, le mariage, en le forçant à
quitter la ferme, le débarrasserait de Jacqueline, qu'il revoyait par
lâcheté du plaisir. Donc, il était bien résolu, et il attendait l'occasion
de se déclarer, cherchant les mots qu'il dirait, en garçon que même le
régiment avait laissé capon avec les femmes.

Un jour, enfin, Jean, vers quatre heures, s'échappa de la ferme, résolu à
parler. Cette heure était celle où Françoise menait ses vaches à la pâture
du soir, et il l'avait choisie pour être seul avec Lise. Mais un
contretemps le consterna d'abord: la Frimat, installée en voisine
obligeante, aidait justement la jeune femme à couler la lessive, dans la
cuisine. La veille, les deux soeurs avaient essangé le linge. Depuis le
matin, l'eau de cendre, que parfumaient des racines d'iris, bouillait dans
un chaudron, accroché à la crémaillère, au-dessus d'un feu clair de
peuplier. Et, les bras nus, la jupe retroussée, Lise, armée d'un pot de
terre jaune, puisait de cette eau, arrosait le linge dont le cuvier était
rempli: au fond les draps, puis les torchons, les chemises, et par-dessus
des draps encore. La Frimat ne servait donc pas à grand'chose; mais elle
causait, en se contentant, toutes les cinq minutes, d'enlever et de vider
dans le chaudron le seau, qui, sous le baquet, recevait l'égoutture
continue de la lessive.

Jean patienta, espérant qu'elle s'en irait. Elle ne partait pas, parlait de
son pauvre homme, le paralytique, qui ne remuait plus qu'une main. C'était
une grande affliction. Jamais ils n'avaient été riches; seulement, lorsque
lui travaillait encore, il louait des terres qu'il faisait valoir; tandis
que, maintenant, elle avait bien de la peine à cultiver toute seule
l'arpent qui leur appartenait; et elle s'éreintait, ramassait le crottin
des routes pour le fumer, n'ayant pas de bestiaux, soignait ses salades,
ses haricots, ses pois, pied à pied, arrosait jusqu'à ses trois pruniers et
ses deux abricotiers, finissait par tirer un profit considérable de cet
arpent, si bien que, chaque samedi, elle s'en allait au marché de Cloyes,
pliant sous la charge de deux paniers énormes, sans compter les gros
légumes, qu'un voisin lui emportait dans sa carriole. Rarement elle en
revenait sans deux ou trois pièces de cent sous, surtout à la saison des
fruits. Mais sa continuelle doléance était le manque de fumier: ni le
crottin, ni les balayages des quelques lapins et des quelques poules
qu'elle élevait ne lui donnaient assez. Elle en était venue à se servir de
tout ce que son vieux et elle faisaient, de cet engrais humain si méprisé,
qui soulève le dégoût, même dans les campagnes. On l'avait su, on l'en
plaisantait, on l'appelait la mère Caca, et ce surnom lui nuisait, au
marché. Des bourgeoises s'étaient détournées de ses carottes et de ses
choux superbes, avec des nausées de répugnance. Malgré sa grande douceur,
cela la jetait hors d'elle.

--Voyons, dites-moi, vous, Caporal, est-ce raisonnable?... Est-ce qu'il
n'est pas permis d'employer tout ce que le bon Dieu nous a mis dans la
main? Et puis, avec ça que les crottes des bêtes sont plus propres!... Non,
c'est de la jalousie, ils m'en veulent, à Rognes, parce que le légume
pousse plus fort chez moi... Dites, Caporal, est-ce que ça vous dégoûte,
vous?

Jean, embarrassé, répondit:

--Dame! ça ne me ragoûte pas beaucoup... On n'est pas habitué à ça, ce
n'est peut-être bien qu'une idée.

Cette franchise désola la vieille femme. Elle qui n'était pas cancanière,
ne put retenir son amertume.

--C'est bon, ils vous ont déjà tourné contre moi... Ah! si vous saviez
comme ils sont méchants, si vous vous doutiez de ce qu'ils disent de vous!

Et elle lâcha les commérages de Rognes sur le jeune homme. D'abord, on l'y
avait exécré, parce qu'il était ouvrier, qu'il sciait et rabotait du bois,
au lieu de labourer la terre. Ensuite, quand il s'était mis à la charrue,
on l'avait accusé de venir manger le pain des autres, dans un pays qui
n'était pas le sien. Est-ce qu'on savait d'où il sortait? N'avait-il point
fait quelque mauvais coup, chez lui, qu'il n'osait seulement pas y
retourner? Et l'on espionnait ses rapports avec la Cognette, on disait qu'à
eux deux, un beau soir, ils donneraient un bouillon de onze heures au père
Hourdequin, pour le voler.

--Oh! les canailles! murmura Jean, blême d'indignation.

Lise, qui puisait un pot de lessive bouillante dans le chaudron, se mit à
rire, à ce nom de la Cognette, qu'elle-même prononçait parfois, histoire de
le plaisanter.

--Et, puisque j'ai commencé, vaut mieux aller jusqu'au bout, poursuivit la
Frimat. Eh bien! il n'y a pas d'horreur qu'on ne raconte, depuis que vous
venez ici... La semaine dernière, n'est-ce pas? vous avez fait cadeau à
l'une et à l'autre de foulards, qu'on leur a vus dimanche, à la messe...
C'est trop sale, ils affirment que vous couchez avec les deux!

Du coup, tremblant, mais résolu, Jean se leva et dit:

--Ecoutez, la mère, je vas répondre devant vous, ça ne m'embarrasse pas...
Oui, je vas demander à Lise si elle veut que je l'épouse... Vous entendez,
Lise? je vous demande, et si vous dites oui, vous me rendrez bien content.

Justement, elle vidait son pot dans le cuvier. Mais elle ne se pressa pas,
acheva d'arroser soigneusement le linge; puis, les bras nus et moites de
vapeur, devenue grave, elle le regarda en face.

--Alors, c'est sérieux?

--Très sérieux.

Elle n'en paraissait point surprise. C'était une chose naturelle.
Seulement, elle ne disait ni oui ni non, elle avait sûrement une idée qui
la gênait.

--Faudrait pas dire non, à cause de la Cognette, reprit-il, parce que la
Cognette...

Elle l'interrompit d'un geste, elle savait bien que ça ne tirait pas à
conséquence, la gaudriole à la ferme.

--Il y a encore que je n'ai absolument que ma peau à vous apporter, tandis
que vous possédez cette maison et de la terre.

De nouveau, elle fit un geste pour dire que, dans sa position, avec un
enfant, elle pensait comme lui que les choses se compensaient.

--Non, non, ce n'est pas tout ça, déclara-t-elle enfin. Seulement, c'est
Buteau...

--Puisqu'il ne veut pas.

--Bien sûr, et l'amitié n'y est plus, car il s'est trop mal conduit...
Mais, tout de même, il faut consulter Buteau.

Jean réfléchit une grande minute. Puis, sagement:

--Comme vous voudrez... Ça se doit, par rapport à l'enfant.

Et la Frimat, qui, gravement, elle aussi, vidait le seau d'égoutture dans
le chaudron, croyait devoir approuver la démarche, tout en se montrant
favorable à Jean, un honnête garçon, celui-là, pas têtu, pas brutal,
lorsqu'on entendit, au dehors, Françoise rentrer avec les deux vaches.

--Dis donc, Lise, cria-t-elle, viens donc voir... La Coliche s'est abîmé le
pied.

Tous sortirent, et Lise, à la vue de la bête qui boitait, le pied gauche de
devant meurtri, ensanglanté, eut une brusque colère, un de ces éclats
bourrus dont elle bousculait sa soeur, quand celle-ci était petite et
qu'elle se mettait en faute.

--Encore une de tes négligences, hein?... Tu te seras endormie dans
l'herbe, comme l'autre fois.

--Mais non, je t'assure... Je ne sais pas ce qu'elle a pu faire. Je l'avais
attachée au piquet, elle se sera pris le pied dans sa corde.

--Tais-toi donc, menteuse!... Tu me la tueras un jour, ma vache!

Les yeux noirs de Françoise s'allumèrent. Elle était très pâle, elle
bégaya, révoltée:

--Ta vache, ta vache... Tu pourrais bien dire notre vache.

--Comment, notre vache? une vache à toi, gamine!

--Oui, la moitié de tout ce qui est ici est à moi, j'ai le droit d'en
prendre et d'en abîmer la moitié, si ça m'amuse!

Et les deux soeurs, face à face, se dévisagèrent, menaçantes, ennemies.
Dans leur longue tendresse, c'était la première querelle douloureuse, sous
ce coup de fouet du tien et du mien, l'une irritée de la rébellion de sa
cadette, l'autre obstinée et violente devant l'injustice. L'aînée céda,
rentra dans la cuisine pour ne pas gifler la petite. Et, lorsque celle-ci,
après avoir mis ses vaches à l'étable, reparut et vint à la huche se couper
une tranche de pain, il se fit un silence.

Lise, pourtant, s'était calmée. La vue de sa soeur, raidie et boudeuse,
l'ennuyait maintenant. Elle lui parla la première, elle voulut en finir par
une nouvelle imprévue.

--Tu ne sais pas? Jean veut que je l'épouse, il me demande.

Françoise, qui mangeait debout, devant la fenêtre, resta indifférente, ne
se tourna même pas.

--Qu'est-ce que ça me fiche?

--Ça te fiche, que tu l'aurais pour beau-frère, et que je désire savoir
s'il te plairait.

Elle haussa les épaules.

--Me plaire, à quoi bon? lui ou Buteau, du moment que je ne couche pas
avec!... Seulement, voulez-vous que je vous dise? tout ça n'est guère
propre.

Et elle sortit achever son pain dans la cour.

Jean, pris de malaise, affecta de rire, comme à la boutade d'une enfant
gâtée; tandis que la Frimat, déclarait que, dans sa jeunesse, on aurait
fouetté une galopine comme ça, jusqu'au sang. Quant à Lise, sérieuse, elle
demeura un instant muette, de nouveau toute à sa lessive. Puis, elle
conclut.

--Eh bien! nous en restons là, Caporal... Je ne vous dis pas non, je ne
vous dis pas oui... Voici les foins, je verrai notre monde, je
questionnerai, je saurai à quoi m'en tenir. Et nous déciderons quelque
chose... Ça va-t-il?

--Ça va!

Il tendit la main, il secoua la sienne, qu'elle lui tendait. De toute sa
personne, trempée de buée chaude, s'exhalait une odeur de bonne ménagère,
une odeur de cendre parfumée d'iris.



IV


Depuis la veille, Jean conduisait la faucheuse mécanique, dans les quelques
arpents de pré qui dépendaient de la Borderie, au bord de l'Aigre. De
l'aube à la nuit, on avait entendu le claquement régulier des lames; et, ce
matin-là, il finissait, les derniers andains tombaient, s'alignaient
derrière les roues, en une couche de tiges fines, d'un vert tendre. La
ferme n'ayant pas de machine à faner, on lui avait laissé engager deux
faneuses, Palmyre, qui se tuait de travail, et Françoise, qui s'était fait
embaucher par caprice, amusée de cette besogne. Toutes deux, venues dès
cinq heures, avaient, de leurs longues fourches, étalé les mulons, l'herbe
à demi séchée et mise en tas la veille au soir, pour la protéger de la
rosée nocturne. Le soleil s'était levé dans un ciel ardent et pur, qu'une
brise rafraîchissait. Un vrai temps pour faire de bon foin.

Après le déjeuner, lorsque Jean revint avec ses faneuses, le foin du
premier arpent fauché était fait. Il le toucha, le sentit sec et craquant.

--Dites donc, cria-t-il, nous allons le retourner encore, et ce soir nous
commençons les meules.

Françoise, en robe de toile grise, avait noué sur sa tête un mouchoir bleu,
dont un côté battait sa nuque, tandis que les deux coins flottaient
librement sur ses joues, lui protégeant le visage de l'éclat du soleil. Et,
d'un balancement de sa fourche, elle prenait l'herbe, la jetait dans le
vent, qui en emportait comme une poussière blonde. Les brins volaient, une
odeur s'en dégageait, pénétrante et forte, l'odeur des herbes coupées, des
fleurs fanées. Elle avait très chaud, en s'avançant au milieu de cet
envolement continu, qui l'égayait.

--Ah! ma petite, dit Palmyre, de sa voix dolente, on voit bien que tu es
jeune... Demain, tu sentiras tes bras.

Mais elles n'étaient point seules, tout Rognes fauchait et fanait, dans les
prés, autour d'elles. Avant le jour, Delhomme se trouvait là, car l'herbe,
trempée de rosée, est tendre à couper, comme du pain mollet, tandis qu'elle
durcit, à mesure que le soleil la chauffe; et on l'entendait bien,
résistante et sifflante à cette heure sous la faux, dont la volée allait et
revenait, continuellement, au bout de ses bras nus. Plus près, touchant
l'herbage de la ferme, il y avait deux parcelles, l'une appartenant à
Macqueron, l'autre à Lengaigne. Dans la première, Berthe, vêtue en
demoiselle d'une robe à volants, coiffée d'un chapeau de paille, avait
suivi les faneuses, par distraction; mais, lasse déjà, elle restait appuyée
sur sa fourche, à l'ombre d'un saule. Dans l'autre, Victor, qui fauchait
pour son père, venait de s'asseoir et, son enclume entre les genoux,
battait sa faux. Depuis cinq minutes, au milieu du grand silence
frissonnant de l'air on ne distinguait plus que ce martèlement obstiné, les
petits coups pressés du marteau sur le fer.

Justement, Françoise arriva près de Berthe.

--Hein? t'en as assez!

--Un peu, ça commence... Quand on n'en a pas l'habitude!

Elles causèrent, elles parlèrent de Suzanne, la soeur à Victor, que les
Lengaigne avaient mise dans un atelier de couture, à Châteaudun, et qui, au
bout de six mois, s'était envolée à Chartres, pour faire la vie. On la
disait sauvée avec un clerc de notaire, toutes les filles de Rognes en
chuchotaient, rêvaient des détails. Faire la vie, c'étaient des orgies de
sirop de groseille et d'eau de Seltz, au milieu d'une débandade d'hommes,
des douzaines vous passant à la file sur le corps, dans des
arrière-boutiques de marchands de vins.

--Oui, ma chère, c'est comme ça... Ah! elle en prend!

Françoise, plus jeune, ouvrait des yeux stupéfiés.

--En voilà un amusement! dit-elle enfin. Mais, si elle ne revient pas, les
Lengaigne vont donc être seuls, puisque Victor est tombé au sort.

Berthe, qui épousait la haine de son père, haussa les épaules: il s'en
fichait bien, Lengaigne! il n'avait qu'un regret, celui que la petite ne
fût pas restée à se faire culbuter chez lui, pour achalander son bureau de
tabac. Est-ce qu'un vieux de quarante ans, un oncle à elle, ne l'avait pas
eue déjà, avant qu'elle partît à Châteaudun, un jour qu'ils épluchaient
ensemble des carottes? Et, baissant la voix, Berthe, dit avec les mots,
comment ça s'était passé. Françoise, pliée en deux, riait à s'étouffer,
tant ça lui semblait drôle.

--Oh! la, la, est-ce bête qu'on se fasse des machines pareilles!

Elle se remit à sa besogne, elle s'éloigna, soulevant des fourchées
d'herbe, les secouant dans le soleil. On entendait toujours le bruit
persistant du marteau, qui tapait le fer. Et, quelques minutes plus tard,
comme elle s'était rapprochée du jeune homme assis, elle lui adressa la
parole.

--Alors, tu vas partir soldat?

--Oh! en octobre... J'ai le temps, ce n'est pas pressé.

Elle résistait à l'envie de le questionner sur sa soeur, elle en causa
malgré elle.

--Est-ce vrai, ce qu'on raconte, que Suzanne est à Chartres?

Mais lui, plein d'indifférence, répondit:

--Paraît... Si ça l'amuse!

Tout de suite, il reprit, en voyant au loin poindre Lequeu, le maître
d'école, qui semblait arriver par hasard, en flânant:

--Tiens! en v'là un pour la fille à Macqueron... Qu'est-ce que je disais?
Il s'arrête, il lui fourre son nez dans les cheveux... Va, va, sale tête de
pierrot, tu peux la renifler, tu n'en auras que l'odeur!

Françoise s'était remise à rire, et Victor tombait maintenant sur Berthe,
par haine de famille. Sans doute, le maître d'école ne valait pas cher, un
rageur qui giflait les enfants, un sournois dont personne ne connaissait
l'opinion, capable de se faire le chien couchant de la fille pour avoir les
écus du père. Mais Berthe, elle non plus, n'était guère catholique, malgré
ses grands airs de demoiselle élevée en ville. Oui, elle avait beau porter
des jupes à volants, des corsages de velours, et se grossir le derrière
avec des serviettes, le par-dessous n'en était pas meilleur, au contraire,
car elle en savait long, on en apprenait davantage en s'éduquant à la
pension de Cloyes, qu'en restant chez soi à garder les vaches. Pas de
danger que celle-là se laissât de sitôt coller un enfant: elle aimait mieux
se détruire toute seule la santé!

--Comment ça? demanda Françoise, qui ne comprenait point.

Il eut un geste, elle devint sérieuse, et dit sans gêne:

--C'est donc ça qu'elle vous lâche toujours des saletés et qu'elle se
pousse sur vous!

Victor s'était remis à battre son fer. Dans le bruit, il rigola, tapant
entre chaque phrase.

--Puis, tu sais, N'en-a-pas...

--Hein?

--Berthe, pardi!... N'en-a-pas, c'est le petit nom que les garçons lui
donnent, à cause qu'il ne lui en a pas poussé.

--De quoi?

--Des cheveux partout... Elle a ça comme une gamine, aussi lisse que la
main!

--Allons donc, menteur!

--Quand je te dis!

--Tu l'as vue, toi?

--Non, pas moi, d'autres.

--Qui, d'autres?

--Ah! des garçons qui l'ont juré à des garçons que je connais.

--Et où l'ont-ils vue? comment?

--Dame! comme on voit, quand on a le nez sur la chose, ou quand on la
moucharde par une fente. Est-ce que je sais?... S'ils n'ont pas couché
avec, il y a des moments et des endroits où l'on se trousse, pas vrai?

--Bien sûr que s'ils sont allés la guetter!

--Enfin, n'importe! paraît que c'est d'un bête, que c'est d'un laid, tout
nu! comme qui dirait le plus vilain de ces vilains petits moigneaux sans
plumes, qui ouvrent le bec, dans les nids, oh! mais vilain, vilain, à en
dégobiller dessus!

Françoise, du coup, fut secouée d'un nouvel accès de gaieté, tellement
l'idée de ce moigneau sans plumes lui paraissait farce. Et elle ne se
calma, elle ne continua à faner, que lorsqu'elle aperçut sur la route sa
soeur Lise, qui descendait dans le pré. Celle-ci, s'étant approchée de
Jean, expliqua qu'elle se rendait chez son oncle, à cause de Buteau. Depuis
trois jours, cette démarche était convenue entre eux, et elle promit de
repasser, pour lui dire la réponse. Quand elle s'éloigna, Victor tapait
toujours, Françoise, Palmyre et les autres femmes, dans l'éblouissement du
grand ciel clair, jetaient les herbes, encore et encore; tandis que Lequeu,
très obligeant, donnait une leçon à Berthe, piquant la fourche, l'élevant
et la baissant, avec la raideur d'un soldat à l'exercice. Au loin, les
faucheurs s'avançaient sans un arrêt, d'un même mouvement rythmique, le
torse balancé sur les reins, la faux lancée et ramenée, continuellement.
Une minute, Delhomme s'arrêta, se tint debout, très grand au milieu des
autres. Dans son goujet, la corne de vache pleine d'eau, pendue à sa
ceinture, il avait pris la pierre noire, et il affilait sa faux, d'un long
geste rapide. Puis, son échine de nouveau se cassa, on entendit le fer
aiguisé mordre le pré d'un sifflement plus vif.

Lise était arrivée devant la maison des Fouan. D'abord, elle craignit qu'il
n'y eût personne, tant le logis semblait mort. Rose s'était débarrassée de
ces deux vaches, le vieux venait de vendre son cheval, il n'y avait plus ni
bêtes, ni travail, ni rien qui grouillât dans le vide des bâtiments et de
la cour. Pourtant, la porte céda; et Lise, en entrant dans la salle muette
et noire, malgré les gaietés du dehors, y trouva le père Fouan debout, en
train d'achever un morceau de pain et de fromage, tandis que sa femme,
assise, inoccupée, le regardait.

--Bien le bonjour, ma tante... Et ça va comme vous voulez?

--Mais oui, répondit la vieille dont le visage s'éclaira, heureuse de cette
visite. Maintenant qu'on est des bourgeois, on n'a qu'à prendre du bon
temps, du matin au soir.

Lise voulut aussi être aimable pour son oncle.

--Et l'appétit marche, à ce que je vois?

--Oh! dit-il, ce n'est pas que j'aie faim... Seulement de manger un morceau
ça occupe toujours, ça fait couler la journée.

Il avait un air si morne, que Rose repartit en exclamation sur leur bonheur
de ne plus travailler. Vrai! ils avaient bien gagné ça, ce n'était pas trop
tôt, de voir trimer les autres, en jouissant de ses rentes. Se lever tard,
tourner ses pouces, se moquer du chaud et du froid, n'avoir pas un souci,
ah! ça les changeait rudement, ils étaient dans le paradis pour sûr.
Lui-même, réveillé, s'excitait comme elle, renchérissait. Et, sous cette
joie forcée, sous la fièvre de ce qu'ils disaient, on sentait l'ennui
profond, le supplice de l'oisiveté torturant ces deux vieux, depuis que
leurs bras, tout d'un coup inertes, se détraquaient dans le repos, pareils
à d'antiques machines jetées aux ferrailles.

Enfin, Lise risqua le motif de sa visite.

--Mon oncle, on m'a conté que l'autre jour, vous aviez rencontré Buteau...

--Buteau est un jean-foutre! cria Fouan, subitement furieux, et sans lui
donner le temps d'achever. Est-ce que, s'il ne s'obstinait pas, comme un
âne rouge, j'aurais eu cette histoire avec Fanny?

C'était le premier froissement entre lui et ses enfants, qu'il cachait, et
dont l'amertume venait de lui échapper. En confiant la part de Buteau à
Delhomme, il avait prétendu la louer quatre-vingts francs l'hectare, tandis
que Delhomme entendait servir simplement une pension double, deux cents
francs pour sa part et deux cents pour l'autre. Cela était juste, le vieux
enrageait d'avoir eu tort.

--Quelle histoire? demanda Lise. Est-ce que les Delhomme ne vous payent
pas?

--Oh! si, répondit Rose. Tous les trois mois, à midi sonnant, l'argent est
là, sur la table... Seulement, il y a des façons de payer, n'est-ce pas? et
le père, qui est susceptible, voudrait au moins de la politesse... Fanny
vient chez nous de l'air dont elle irait chez l'huissier, comme si on la
volait.

--Oui, ajouta le vieux, ils payent et c'est tout. Moi, je trouve que ce
n'est point assez. Faudrait des égards... Est-ce que ça les acquitte, leur
argent? Nous voilà des créanciers, pas plus... Et encore on a tort de se
plaindre. S'ils payaient tous!

Il s'interrompit, un silence embarrassé régna. Cette allusion à
Jésus-Christ, qui ne leur avait pas donné un sou, buvant sa part qu'il
hypothéquait morceau à morceau, désolait la mère, toujours portée à
défendre le chenapan, le chéri de son coeur. Elle trembla de voir étaler
cette autre plaie, elle se hâta de reprendre:

--Ne te mange donc pas les sangs pour des bêtises!... Puisque nous sommes
heureux, qu'est-ce que ça te fiche, le reste? Quand on a assez, on a assez.

Jamais elle ne lui avait tenu tête ainsi. Il la regarda fixement.

--Tu parles trop, la vieille!... Je veux bien être heureux, mais faut pas
qu'on m'embête!

Et elle redevint toute petite, tassée et oisive sur sa chaise, pendant
qu'il achevait son pain, en roulant longuement la dernière bouchée, pour
faire durer la récréation. La salle triste s'endormait.

--Alors, put continuer Lise, je désirerais donc savoir ce que Buteau compte
faire, par rapport à moi et à son enfant... Je ne l'ai guère tourmenté, il
est temps que ça se décide.

Les deux vieux ne soufflaient plus mot. Elle interrogea directement le
père.

--Puisque vous l'avez vu, il a dû vous parler de moi... Qu'est-ce qu'il en
dit?

--Rien, il ne m'en a seulement point ouvert la bouche... Et il n'y a rien à
en dire, ma foi! Le curé m'assomme pour que j'arrange ça, comme si c'était
arrangeable, tant que le garçon refusera sa part!

Lise, pleine d'incertitude, réfléchissait.

--Vous croyez qu'il l'acceptera un jour?

--Ça se peut encore.

--Et vous pensez qu'il m'épouserait?

--Il y a des chances.

--Vous me conseillez donc d'attendre?

--Dame! c'est selon tes forces, chacun fait comme il sent.

Elle se tut, ne voulant pas parler de la proposition de Jean, ne sachant de
quelle façon obtenir une réponse définitive. Puis, elle tenta un dernier
effort.

--Vous comprenez, j'en suis malade, à la fin, de ne pas savoir à quoi m'en
tenir. Il me faut un oui ou un non... Vous, mon oncle, si vous alliez
demander à Buteau, je vous en prie!

Fouan haussa les épaules.

--D'abord, jamais je ne reparlerai à ce jean-foutre... Et puis, ma fille,
que t'es serine! pourquoi lui faire dire non, à ce têtu, qui dira toujours
non ensuite? Laisse-lui donc la liberté de dire oui, un jour, si c'est son
intérêt!

--Bien sûr! conclut simplement Rose, redevenue l'écho de son homme.

Et Lise ne put tirer d'eux rien de plus net. Elle les laissa, elle referma
la porte sur la salle, retombée à son engourdissement; et la maison, de
nouveau, parut vide.

Dans les prés, au bord de l'Aigre, Jean et ses deux faneuses avaient
commencé la première meule. C'était Françoise qui la montait. An centre,
posée sur un mulon, elle disposait et rangeait en cercle les fourchées de
foin que lui apportaient le jeune homme et Palmyre. Et, peu à peu, cela
grandissait, se haussait, elle toujours au milieu, se remettant des bottes
sous les pieds, dans le creux où elle se trouvait, à mesure que le mur,
autour d'elle, lui gagnait les genoux. La meule prenait tournure. Déjà,
elle était à deux mètres; Palmyre et Jean devaient tendre leurs fourches;
et la besogne n'allait pas sans de grands rires, à cause de la joie du
plein air et des bêtises qu'on se criait, dans la bonne odeur du foin.
Françoise surtout, son mouchoir glissé du chignon, sa tête nue au soleil,
les cheveux envolés, embroussaillés d'herbe, s'égayait comme une
bienheureuse, sur ce tas mouvant, où elle baignait jusqu'aux cuisses. Ses
bras nus enfonçaient, chaque paquet jeté d'en bas la couvrait d'une pluie
de brindilles, elle disparaissait, feignait de naufrager dans les remous.

--Oh! la, la, ça me pique!

--Où donc?

--Sous ma cotte, là-haut.

--C'est une araignée, tiens bon, serre les jambes!

Et de rire plus fort, de lâcher de vilains mots qui les faisaient se
tordre.

Delhomme, au loin, s'en inquiéta, tourna an instant la tête, sans cesser de
lancer et de ramener sa faux. Ah! cette gamine, elle devait en faire, du
bon travail, à jouer ainsi! Maintenant, on gâtait les filles, elles ne
travaillaient que pour l'amusement. Et il continua, couchant l'andain à
coups pressés, laissant derrière lui le creux de son sillage. Le soleil
baissait à l'horizon, les faucheurs élargissaient encore leurs trouées.
Victor, qui ne battait plus son fer, ne se hâtait guère pourtant; et, comme
la Trouille passait avec ses oies, il s'échappa sournoisement, il fila la
retrouver, à l'abri d'une ligne épaisse de saules, bordant la rivière.

--Bon? cria Jean, il retourne affûter. La rémouleuse est là qui l'attend.

Françoise éclata de nouveau, à cette allusion.

--Il est trop vieux pour elle.

--Trop vieux!... Écoute donc, s'ils n'affûtent pas ensemble!

Et, d'un sifflement des lèvres, il imitait le bruit de la pierre mangeant
le fil d'une lame, si bien que Palmyre elle-même, se tenant le ventre comme
si une colique l'eût tortillée, dit:

--Qu'est-ce qu'il a aujourd'hui, ce Jean? est-il farce!

Les fourchées d'herbe étaient jetées toujours plus haut, et la meule
montait. On plaisanta Lequeu et Berthe, qui avaient fini par s'asseoir.
Peut-être bien que N'en-a-pas se faisait chatouiller à distance, avec une
paille; et puis, le maître d'école pouvait enfourner, ce n'était pas pour
lui que cuirait la galette.

--Est-il sale! répéta Palmyre, qui ne savait pas rire et qui étouffait.

Alors, Jean la taquina.

--Avec ça que vous êtes arrivée à l'âge de trente-deux ans, sans avoir vu
la feuille à l'envers!

--Moi, jamais!

--Comment! pas un garçon ne vous l'a pris? Vous n'avez pas d'amoureux?

--Non, non.

Elle était devenue toute pâle, très sérieuse, avec sa longue face de
misère, flétrie déjà, hébétée à force de travail, où il n'y avait plus que
des yeux de bonne chienne, d'un dévouement clair et profond. Peut-être
revivait-elle sa vie dolente, sans une amitié, sans un amour, une existence
de bête de somme menée à coups de fouet, morte de sommeil, le soir, à
l'écurie; et elle s'était arrêtée, debout, les poings sur sa fourche, les
regards au loin, dans cette campagne qu'elle n'avait même jamais vue.

Il y eut un silence. Françoise écoutait, immobile en haut de la meule,
tandis que Jean, qui soufflait lui aussi, continuait à goguenarder,
hésitant à dire l'affaire qu'il avait aux lèvres. Puis, il se décida, il
lâcha tout.

--C'est donc des menteries, ce qu'on raconte, que vous couchez avec votre
frère?

De blême qu'il était, le visage de Palmyre s'empourpra d'un flot de sang
qui lui rendit sa jeunesse. Elle bégayait, surprise, irritée, ne trouvant
pas le démenti qu'elle aurait voulu.

--Oh! les méchants... si l'on peut croire...

Et Françoise et Jean, repris de gaieté bruyante, parlaient à la fois, la
pressaient, la bouleversaient. Dame! dans l'étable en ruines où ils
logeaient, elle et son frère, il n'y avait guère moyen de remuer, sans
tomber l'un sur l'autre. Leurs paillasses se touchaient par terre, bien sûr
qu'ils se trompaient, la nuit.

--Voyons, c'est vrai, dis que c'est vrai... D'ailleurs, on le sait.

Toute droite, Palmyre, ahurie, s'emporta douloureusement.

--Et quand ce serait vrai, qu'est-ce que ça vous fiche?... Le pauvre petit
n'a déjà pas tant de plaisir. Je suis sa soeur, je pourrais bien être sa
femme, puisque toutes les filles le rebutent.

Deux larmes coulèrent sur ses joues à cet aveu, dans le déchirement de sa
maternité pour l'infirme, qui allait jusqu'à l'inceste. Après lui avoir
gagné du pain, elle pouvait encore, le soir, lui donner ça, ce que les
autres lui refusaient, un régal qui ne leur coûtait rien; et, au fond de
leur intelligence obscure d'êtres près de la terre, de parias dont l'amour
n'avait point voulu, ils n'auraient su dire comment la chose s'était faite:
une approche instinctive sans consentement réfléchi, lui tourmenté et
bestial, elle passive et bonne à tout, cédant ensuite l'un et l'autre au
plaisir d'avoir plus chaud, dans cette masure où ils grelottaient.

--Elle a raison, qu'est-ce que ça nous fiche? reprit Jean de son air
bonhomme, touché de la voir si bouleversée. Ça les regarde, ça ne fait du
tort à personne.

D'ailleurs, une autre histoire les occupa. Jésus-Christ venait de descendre
du Château, l'ancienne cave qu'il habitait au milieu des broussailles, à
mi-côte; et, du haut de la route, il appelait la Trouille à pleins poumons,
jurant, gueulant que sa garce de fille avait encore disparu depuis deux
heures, sans s'inquiéter de la soupe du soir.

--Ta fille, lui cria Jean, elle est sous les saules, à regarder la lune
avec Victor.

Jésus-Christ leva ses deux poings au ciel.

--Nom de Dieu de bougresse qui me déshonore!... Je vas chercher mon fouet.

Et il remonta en courant. C'était un grand fouet de roulier, qu'il avait
accroché derrière sa porte, à gauche, pour ces occasions.

Mais la Trouille avait dû entendre. Il y eut, sous les feuilles, un long
froissement, un bruit de fuite; et, deux minutes plus tard, Victor reparut,
d'un pas nonchalant. Il examina sa faux, il se remit enfin à la besogne.
Et, comme Jean, de loin, lui demandait s'il avait la colique, il répondit:

--Juste!

La meule allait être finie, haute de quatre mètres, solide, arrondie en
forme de ruche. Palmyre, de ses longs bras maigres, lança les dernières
bottes, et Françoise, debout à la pointe, apparut alors grandie sur le ciel
pâle, dans la clarté fauve du soleil couchant. Elle était tout essoufflée,
toute vibrante de son effort, trempée de sueur, les cheveux collés à la
peau, et si défaite, que son corsage bâillait sur sa petite gorge dure, et
que sa jupe, aux agrafes arrachées, glissait de ses hanches.

--Oh! la, que c'est haut!... La tête me tourne.

Et elle riait avec un frisson, hésitante, n'osant plus descendre, avançant
un pied qu'elle retirait vite.

--Non, c'est trop haut. Va quérir une échelle.

--Mais, bête! dit Jean, assieds-toi donc, laisse-toi glisser!

--Non, non, j'ai peur, je ne peux pas!

Alors, ce furent des cris, des exhortations, des plaisanteries grasses. Pas
sur le ventre, ça le ferait enfler! Sur le derrière, à moins qu'elle n'y
eût des engelures! Et lui, en bas, s'excitait, les regards levés vers cette
fille dont il apercevait les jambes, peu à peu exaspéré de la voir si haut,
hors de sa portée, pris inconsciemment d'un besoin de mâle, la rattraper et
la tenir.

--Quand je te dis que tu ne te rompras rien!... Déboule, tu tomberas dans
mes bras.

--Non, non!

Il s'était placé devant la meule, il élargissait les bras, lui offrait sa
poitrine, pour qu'elle se jetât. Et, lorsque, se décidant, fermant les
yeux, elle se laissa aller, sa chute fut si prompte, sur la pente glissante
du foin, qu'elle le culbuta, en lui enfourchant les côtes de ses deux
cuisses. Par terre, les cottes troussées, elle étranglait de rire, elle
bégayait qu'elle ne s'était pas fait de mal. Mais, à la sentir brûlante et
suante contre sa face, il l'avait empoignée. Cette odeur âcre de fille, ce
parfum violent de foin fouetté de grand air, le grisaient, raidissaient
tous ses muscles, dans une rage brusque de désir. Puis, c'était autre chose
encore, une passion ignorée pour cette enfant, et qui crevait d'un coup,
une tendresse de coeur et de chair, venue de loin, grandie avec leurs jeux
et leurs gros rires, aboutissant à cette envie de l'avoir, là, dans
l'herbe.

--Oh! Jean, assez! tu me casses!

Elle riait toujours, croyant qu'il jouait. Et lui, ayant rencontré les yeux
ronds de Palmyre, tressaillit et se releva, grelottant, de l'air éperdu
d'un ivrogne que la vue d'un trou béant dégrise. Quoi donc? ce n'était pas
Lise qu'il voulait, c'était cette gamine! Jamais l'idée de la peau de Lise
contre la sienne, ne lui avait seulement fait battre le coeur; tandis que
tout son sang l'étouffait, à la seule pensée d'embrasser Françoise.
Maintenant, il savait pourquoi il se plaisait tant à rendre visite et à
être utile aux deux soeurs. Mais l'enfant était si jeune! il en restait
désespéré et honteux.

Justement, Lise revenait de chez les Fouan. En chemin, elle avait réfléchi.
Elle aurait mieux aimé Buteau, parce que, tout de même, il était le père de
son petit. Les vieux avaient raison, pourquoi se bousculer? Le jour où
Buteau dirait non, il y aurait toujours là Jean qui dirait oui.

Elle aborda ce dernier, et tout de suite:

--Pas de réponse, l'oncle ne sait rien... Attendons.

Effaré, frémissant encore, Jean la regardait, sans comprendre. Puis, il se
souvint: le mariage, le mioche, le consentement de Buteau, toute cette
affaire qu'il considérait, deux heures plus tôt, comme avantageuse pour
elle et pour lui. Il se hâta de dire:

--Oui, oui, attendons, ça vaut mieux.

La nuit tombait, une étoile brillait déjà au fond du ciel couleur de
violette. On ne distinguait, sous le crépuscule croissant, que les rondeurs
vagues des premières meules, qui bossuaient l'étendue rase des prairies.
Mais les odeurs de la terre chaude s'exhalaient plus fortes, dans le calme
de l'air, et les bruits s'entendaient davantage, prolongés, d'une limpidité
musicale. C'étaient des voix d'hommes et de femmes, des rires mourants,
l'ébrouement d'une bête, le heurt d'un outil; tandis que, s'entêtant sur un
coin de pré, les faucheurs allaient toujours, sans relâche; et le
sifflement des faux montait encore, large, régulier, de cette besogne qu'on
ne voyait plus.



V


Deux ans s'étaient passés, dans cette vie active et monotone des campagnes;
et Rognes avait vécu, avec le retour fatal des saisons, le train éternel
des choses, les mêmes travaux, les mêmes sommeils.

Il y avait en bas, sur la route, à l'encoignure de l'école, une fontaine
d'eau vive, où toutes les femmes descendaient prendre leur eau de table,
les maisons n'ayant que des mares, pour le bétail et l'arrosage. A six
heures, le soir, c'était là que se tenait la gazette du pays; les moindres
événements y trouvaient un écho, on s'y livrait à des commentaires sans fin
sur ceux-ci qui avaient mangé de la viande, sur la fille à ceux-là, grosse
depuis la Chandeleur; et, pendant les deux années, les mêmes commérages
avaient évolué avec les saisons, revenant et se répétant, toujours des
enfants faits trop tôt, des hommes soûls, des femmes battues, beaucoup de
besogne pour beaucoup de misère. Il était arrivé tant de choses et rien du
tout!

Les Fouan, dont la démission de biens avait passionné, vivotaient, si
assoupis, qu'on les oubliait. L'affaire en était demeurée là, Buteau
s'obstinait, et il n'épousait toujours pas l'aînée des Mouche, qui élevait
son mioche. C'était comme Jean, qu'on avait accusé de coucher avec Lise:
peut-être bien qu'il n'y couchait pas; mais, alors, pourquoi continuait-il
à fréquenter la maison des deux soeurs? Ça semblait louche. Et l'heure de
la fontaine aurait langui, certains jours, sans la rivalité de Coelina
Macqueron et de Flore Lengaigne, que la Bécu jetait l'une sur l'autre, sous
le prétexte de les réconcilier. Puis, en plein calme, venaient d'éclater
deux gros événements, les prochaines élections et la question du fameux
chemin de Rognes à Châteaudun, qui soufflèrent un terrible vent de
commérages. Les cruches pleines restaient en ligne, les femmes ne s'en
allaient plus. On faillit se battre, un samedi soir.

Or, justement, le lendemain, M. de Chédeville, député sortant, déjeunait à
la Borderie, chez Hourdequin. Il faisait sa tournée électorale et il
ménageait ce dernier, très puissant sur les paysans du canton, bien qu'il
fût certain d'être réélu, grâce à son titre de candidat officiel. Il était
allé une fois à Compiègne, tout le pays l'appelait «l'ami de l'empereur»,
et cela suffisait: on le nommait, comme s'il eût couché chaque soir aux
Tuileries. Ce M. de Chédeville, un ancien beau, la fleur du règne de
Louis-Philippe, gardait au fond du coeur des tendresses orléanistes. Il
s'était ruiné avec les femmes, il ne possédait plus que sa ferme de la
Chamade, du côté d'Orgères, où il ne mettait les pieds qu'en temps
d'élection, mécontent du reste des fermages qui baissaient, pris sur le
tard de l'idée pratique de refaire sa fortune dans les affaires. Grand,
élégant encore, le buste sanglé et les cheveux teints, ils se rangeait,
malgré ses yeux de braise au passage du dernier des jupons; et il
préparait, disait-il, des discours importants sur les questions agricoles.

La veille, Hourdequin avait eu une violente querelle avec Jacqueline, qui
voulait être du déjeuner.

--Ton député, ton député! est-ce que tu crois que je le mangerais?...
Alors, tu as honte de moi?

Mais il tint bon, il n'y eut que deux couverts, et elle boudait, malgré
l'air galant de M. de Chédeville, qui, l'ayant aperçue, avait compris, et
tournait sans cesse les yeux vers la cuisine, où elle était allée se
renfermer dans sa dignité.

Le déjeuner tirait à sa fin, une truite de l'Aigre après une omelette, et
des pigeons rôtis.

--Ce qui nous tue, dit M. de Chédeville, c'est cette liberté commerciale,
dont l'empereur s'est engoué. Sans doute, les choses ont bien marché à la
suite des traités de 1861, on a crié au miracle. Mais, aujourd'hui, les
véritables effets se font sentir, voyez comme tous les prix s'avilissent.
Moi, je suis pour la protection, il faut qu'on nous défende contre
l'étranger.

Hourdequin, renversé sur sa chaise, ne mangeant plus, les yeux vagues,
parla lentement.

--Le blé, qui est à dix-huit francs l'hectolitre, en coûte seize à
produire. S'il baisse encore, c'est la ruine... Et chaque année, dit-on,
l'Amérique augmente ses exportations de céréales. On nous menace d'une
vraie inondation du marché. Que deviendrons-nous, alors?... Tenez! moi,
j'ai toujours été pour le progrès, pour la science, pour la liberté. Eh
bien! me voilà ébranlé, parole d'honneur! Oui, ma foi! nous ne pouvons
crever de faim, qu'on nous protège!

Il se remit à son aile de pigeon, il continua:

--Vous savez que votre concurrent, M. Rochefontaine, le propriétaire des
Ateliers de construction de Châteaudun, est un libre-échangiste enragé?

Et ils causèrent un instant de cet industriel, qui occupait douze cents
ouvriers; un grand garçon intelligent et actif, très riche d'ailleurs, tout
prêt à servir l'empire, mais si blessé de n'avoir pu obtenir l'appui du
préfet, qu'il s'était obstiné à se poser en candidat indépendant. Il
n'avait aucune chance, les électeurs des campagnes le traitaient en ennemi
public, du moment où il n'était pas du côté du manche.

--Parbleu! reprit M. de Chédeville, lui ne demande qu'une chose, c'est que
le pain soit à bas prix, pour payer ses ouvriers moins cher.

Le fermier, qui allait se verser un verre de bordeaux, reposa la bouteille
sur la table.

--Voilà le terrible! cria-t-il. D'un côté, nous autres, les paysans, qui
avons besoin de vendre nos grains à un prix rémunérateur. De l'autre,
l'industrie, qui pousse à la baisse, pour diminuer les salaires. C'est la
guerre acharnée, et comment finira-t-elle, dites-moi?

En effet, c'était l'effrayant problème d'aujourd'hui, l'antagonisme dont
craque le corps social. La question dépassait de beaucoup les aptitudes de
l'ancien beau, qui se contenta de hocher la tête, en faisant un geste
évasif.

Hourdequin, ayant empli son verre, le vida d'un trait.

--Ça ne peut pas finir... Si le paysan vend bien son blé, l'ouvrier meurt
de faim; si l'ouvrier mange, c'est le paysan qui crève... Alors, quoi? je
ne sais pas, dévorons-nous les uns les autres!

Puis, les deux coudes sur la table, lancé, il se soulagea violemment; et
son secret mépris pour ce propriétaire qui ne cultivait pas, qui ignorait
tout de la terre dont il vivait, se sentait à une certaine vibration
ironique de sa voix.

--Vous m'avez demandé des faits pour vos discours... Eh bien! d'abord,
c'est votre faute, si la Chamade perd, Robiquet, le fermier que vous avez
là, s'abandonne, parce que son bail est à bout, et qu'il soupçonne votre
intention de l'augmenter. On ne vous voit jamais, on se moque de vous et
l'on vous vole, rien de plus naturel... Ensuite, il y a, à votre ruine, une
raison plus simple: c'est que nous nous ruinons tous, c'est que la Beauce
s'épuise, oui! la fertile Beauce, la nourrice, la mère!

Il continua. Par exemple, dans sa jeunesse, le Perche, de l'autre côté du
Loir, était un pays pauvre, de maigre culture, presque sans blé, dont les
habitants venaient se louer pour la moisson, à Cloyes, à Châteaudun, à
Bonneval; et, aujourd'hui, grâce à la hausse constante de la main-d'oeuvre,
voilà le Perche qui prospérait, qui bientôt l'emporterait sur la Beauce;
sans compter qu'il s'enrichissait avec l'élevage, les marchés de
Mondoubleau, de Saint-Calais et de Courtalain fournissaient le plat pays de
chevaux, de boeufs et de cochons. La Beauce, elle, ne vivait que sur ses
moutons. Deux ans plus tôt, lorsque le sang de rate les avait décimés, elle
avait traversé une crise terrible, à ce point que, si le fléau eût
continué, elle en serait morte.

Et il entama sa lutte à lui, son histoire, ses trente années de bataille
avec la terre, dont il sortait plus pauvre. Toujours les capitaux lui
avaient manqué, il n'avait pu amender certains champs comme il l'aurait
voulu, seul le marnage était peu coûteux, et personne autre que lui ne s'en
préoccupait. Même histoire pour les fumiers, on n'employait que le fumier
de ferme, qui était insuffisant: tous ses voisins se moquaient, à le voir
essayer des engrais chimiques, dont la mauvaise qualité, du reste, donnait
souvent raison aux rieurs. Malgré ses idées sur les assolements, il avait
dû adopter celui du pays, l'assolement triennal, sans jachères, depuis que
les prairies artificielles et la culture des plantes sarclées se
répandaient. Une seule machine, la machine à battre, commençait à être
acceptée. C'était l'engourdissement mortel, inévitable, de la routine; et
si lui, progressiste, intelligent, se laissait envahir, qu'était-ce donc
pour les petits propriétaires, têtes dures, hostiles aux nouveautés? Un
paysan serait mort de faim, plutôt que de ramasser dans son champ une
poignée de terre et de la porter à l'analyse d'un chimiste, qui lui aurait
dit ce qu'elle avait de trop ou de pas assez, la fumure qu'elle demandait,
la culture appelée à y réussir. Depuis des siècles, le paysan prenait au
sol, sans jamais songer à lui rendre, ne connaissant que le fumier de ses
deux vaches et de son cheval, dont il était avare; puis, le reste allait au
petit bonheur, la semence jetée dans n'importe quel terrain, germant au
hasard, et le ciel injurié si elle ne germait pas. Le jour où, instruit
enfin, il se déciderait à une culture rationnelle et scientifique, la
production doublerait. Mais, jusque-là, ignorant, têtu, sans un sou
d'avance, il tuerait la terre. Et c'était ainsi que la Beauce, l'antique
grenier de la France, la Beauce plate et sans eau, qui n'avait que son blé,
se mourait peu à peu d'épuisement, lasse d'être saignée aux quatre veines
et de nourrir un peuple imbécile.

--Ah! tout fout le camp! cria-t-il avec brutalité. Oui, nos fils verront
ça, la faillite de la terre... Savez-vous bien que nos paysans, qui jadis
amassaient sou à sou l'achat d'un lopin, convoité des années, achètent
aujourd'hui des valeurs financières, de l'espagnol, du portugais, même du
mexicain? Et ils ne risqueraient pas cent francs pour amender un hectare!
Ils n'ont plus confiance, les pères tournent dans leur routine comme des
bêtes fourbues, les filles et les garçons n'ont que le rêve de lâcher les
vaches, de se décrasser du labour pour filer à la ville... Mais le pis est
que l'instruction, vous savez! la fameuse instruction qui devait sauver
tout, active cette émigration, cette dépopulation des campagnes, en donnant
aux enfants une vanité sotte et le goût du faux bien-être... A Rognes,
tenez! ils ont un instituteur, ce Lequeu, un gaillard échappé à la charrue,
dévoré de rancune contre la terre qu'il a failli cultiver. Eh bien! comment
voulez-vous qu'il fasse aimer leur condition à ses élèves, lorsque tous les
jours il les traite de sauvages, de brutes, et les renvoie au fumier
paternel, avec le mépris d'un lettré?... Le remède, mon Dieu! le remède, ce
serait assurément d'avoir d'autres écoles, un enseignement pratique, des
cours gradués d'agriculture... Voilà, monsieur le député, un fait que je
vous signale. Insistez là-dessus, le salut est peut-être dans ces écoles,
s'il en est temps encore.

M. de Chédeville, distrait, plein de malaise sous cette masse violente de
documents, se hâta de répondre:

--Sans doute, sans doute.

Et, comme la servante apportait le dessert, un fromage gras et des fruits,
en laissant grande ouverte la porte de la cuisine, il aperçut le joli
profil de Jacqueline, il se pencha, cligna les yeux, s'agita pour attirer
l'attention de l'aimable personne; puis, il reprit de sa voix flûtée
d'ancien conquérant:

--Mais vous ne me parlez pas de la petite propriété?

Il exprimait les idées courantes: la petite propriété créée en 89,
favorisée par le code, appelée à régénérer l'agriculture; enfin, tout le
monde propriétaire, chacun mettant son intelligence et sa force à cultiver
sa parcelle.

--Laissez-moi donc tranquille! déclara Hourdequin. D'abord, la petite
propriété existait avant 89, et dans une proportion presque aussi grande.
Ensuite, il y a beaucoup à dire sur le morcellement, du bien et du mal.

De nouveau, les coudes sur la table, mangeant des cerises dont il crachait
les noyaux, il entra dans les détails. En Beauce, la petite propriété,
l'héritage en dessous de vingt hectares, était de quatre-vingts pour cent.
Depuis quelque temps, presque tous les journaliers, ceux qui se louaient
dans les fermes, achetaient des parcelles, des lots de grands domaines
démembrés, qu'ils cultivaient à leur temps perdu. Cela, certes, était
excellent, car l'ouvrier se trouvait dès lors attaché à la terre. Et l'on
pouvait ajouter, en faveur de la petite propriété, qu'elle faisait des
hommes plus dignes, plus fiers, plus instruits. Enfin, elle produisait
proportionnellement davantage, et de qualité meilleure, le propriétaire
donnant tout son effort. Mais que d'inconvénients d'autre part! D'abord,
cette supériorité était due à un travail excessif, le père, la mère, les
enfants se tuant à la tâche. Ensuite, le morcellement, en multipliant les
transports, détériorait les chemins, augmentait les frais de production,
sans parler du temps perdu. Quant à l'emploi des machines, il paraissait
impossible, pour les trop petites parcelles, qui avaient encore le défaut
de nécessiter l'assolement triennal, dont la science proscrirait
certainement l'usage, car il était illogique de demander deux céréales de
suite, l'avoine et le blé. Bref, le morcellement à outrance semblait si
bien devenir un danger, qu'après l'avoir favorisé légalement, au lendemain
de la Révolution, dans la crainte de la reconstitution des grands domaines,
on en était à faciliter les échanges, en les dégrevant.

--Écoutez, continua-t-il, la lutte s'établit et s'aggrave entre la grande
propriété et la petite... Les uns, comme moi, sont pour la grande, parce
qu'elle paraît aller dans le sens même de la science et du progrès, avec
l'emploi de plus en plus large des machines, avec le roulement des gros
capitaux... Les autres, au contraire, ne croient qu'à l'effort individuel
et préconisent la petite, rêvent de je ne sais quelle culture en raccourci,
chacun produisant son fumier lui-même et soignant son quart d'arpent,
triant ses semences une à une, leur donnant la terre qu'elles demandent,
élevant ensuite chaque plante à part, sous cloche... Laquelle des deux
l'emportera? Du diable si je m'en doute! Je sais bien, comme je vous le
disais, que, tous les ans, de grandes fermes ruinées se démembrent autour
de moi, aux mains de bandes noires, et que la petite propriété gagne
certainement du terrain. Je connais, en outre, à Rognes, un exemple très
curieux, une vieille femme qui tire de moins d'un arpent pour elle et son
homme, un vrai bien-être, même des douceurs: oui, la mère Caca, comme ils
l'ont surnommée, parce qu'elle ne recule pas à vider son pot et celui de
son vieux dans ses légumes, selon la méthode des Chinois, paraît-il. Mais
ce n'est guère là que du jardinage, je ne vois pas les céréales poussant
par planches, comme les navets; et si, pour se suffire, le paysan doit
produire de tout, que deviendraient donc nos Beaucerons, avec leur blé
unique, dans notre Beauce découpée en damier?... Enfin, qui vivra verra
bien à qui sera l'avenir, de la grande ou de la petite...

Il s'interrompit, criant:

--Et ce café, est-ce pour aujourd'hui?

Puis, en allumant sa pipe, il conclut:

--A moins qu'on ne les tue l'une et l'autre, tout de suite, et c'est ce
qu'on est en train de faire... Dites-vous, monsieur le député, que
l'agriculture agonise, qu'elle est morte, si l'on ne vient pas à son
secours. Tout l'écrase, les impôts, la concurrence étrangère, la hausse
continue de la main-d'oeuvre, l'évolution de l'argent qui va vers
l'industrie et vers les valeurs financières. Ah! certes, on n'est pas avare
de promesses, chacun les prodigue, les préfets, les ministres, l'empereur.
Et puis, la route poudroie, rien n'arrive... Voulez-vous la stricte vérité?
Aujourd'hui, un cultivateur qui tient le coup, mange son argent ou celui
des autres. Moi, j'ai quelques sous en réserve, ça va bien. Mais que j'en
connais qui empruntent à six, lorsque leur terre ne donne pas seulement le
trois! La culbute est fatalement au bout. Un paysan qui emprunte est un
homme fichu; il doit y laisser jusqu'à sa chemise. L'autre semaine encore,
on a expulsé un de mes voisins, le père, la mère et quatre enfants jetés à
la rue, après que les hommes de loi ont eu mangé le bétail, la terre et la
maison... Pourtant, voici des années qu'on nous promet la création d'un
crédit agricole à des taux raisonnables. Oui! va-t'en voir s'ils
viennent!... Et ça dégoûte même les bons travailleurs, ils en arrivent à se
tâter, avant de faire un enfant à leurs femmes. Merci! une bouche de plus,
un meurt-la-faim qui serait désespéré de naître! Quand il n'y a pas de pain
pour tous, on ne fait plus d'enfants, et la nation crève!

M. de Chédeville, décidément déconforté, risqua un sourire inquiet, en
murmurant:

--Vous ne voyez pas les choses en beau.

--C'est vrai, il y a des jours où je flanquerais tout en l'air, répondit
gaiement Hourdequin. Aussi voilà trente ans que les embêtements durent!...
Je ne sais pas pourquoi je me suis entêté, j'aurais dû bazarder la ferme et
faire autre chose. L'habitude sans doute, et puis l'espoir que ça changera,
et puis la passion, pourquoi ne pas le dire? Cette bougresse de terre,
quand elle vous empoigne, elle ne vous lâche plus... Tenez! regardez sur ce
meuble, c'est bête peut-être, mais je suis consolé; lorsque je vois ça.

De sa main tendue, il désignait une coupe en argent, protégée contre les
mouches par une mousseline, le prix d'honneur remporté dans un comice
agricole. Ces comices, où il triomphait, étaient l'aiguillon de sa vanité,
une des causes de son obstination.

Malgré l'évidente lassitude de son convive, il s'attardait à boire son
café; et il versait du cognac dans sa tasse pour la troisième fois,
lorsque, ayant tiré sa montre, il se leva en sursaut.

--Fichtre! deux heures, et moi qui ai une séance du conseil municipal!...
Oui, il s'agit d'un chemin. Nous consentons bien à en payer la moitié, mais
nous voudrions obtenir une subvention de l'État, pour le reste.

M. de Chédeville avait quitté sa chaise, heureux, délivré.

--Dites donc, je puis vous être utile, je vais vous l'obtenir, votre
subvention... Voulez-vous que je vous conduise à Rognes dans mon cabriolet,
puisque vous êtes pressé?

--Parfait!

Et Hourdequin sortit pour faire atteler la voiture, qui était restée au
milieu de la cour. Quand il rentra, il ne trouva plus le député, il finit
par l'apercevoir dans la cuisine. Celui-ci avait poussé la porte, et il se
tenait là souriant, devant Jacqueline épanouie, à la complimenter de si
près que leurs faces se touchaient presque: tous deux s'étaient flairés,
s'étaient compris, et se le disaient, d'un clair regard.

Lorsque M. de Chédeville fut remonté dans son cabriolet, la Cognette retint
un moment Hourdequin, pour lui souffler à l'oreille:

--Hein? il est plus gentil que toi, il ne trouve pas que je suis bonne à
cacher, lui?

En chemin, pendant que la voiture roulait entre les pièces de blé, le
fermier revint à la terre, à son éternel souci. Il offrait maintenant des
notes écrites, des chiffres, car lui, depuis quelques années, tenait une
comptabilité. Dans la Beauce, ils n'étaient pas trois à en faire autant, et
les petits propriétaires, les paysans haussaient les épaules, ne
comprenaient même pas. Pourtant, la comptabilité seule établissait la
situation, indiquait ceux des produits qui étaient à profit, ceux qui
étaient à perte; en outre, elle donnait le prix de revient et par
conséquent de vente. Chez lui, chaque valet, chaque bête, chaque culture,
chaque outil même, avait sa page, ses deux colonnes, le _Doit_ et
l'_Avoir_, si bien que, continuellement, il se trouvait renseigné sur le
résultat de ses opérations, bon ou mauvais.

--Au moins, dit-il avec son gros rire, je sais comment je me ruine.

Mais il s'interrompit, pour jurer entre ses dents. Depuis quelques minutes,
à mesure que le cabriolet avançait, il tâchait de se rendre compte d'une
scène, au loin, sur le bord de la route. Malgré le dimanche, il avait
envoyé là, pour faner une coupe de luzerne qui pressait, une faneuse
mécanique d'un nouveau système, achetée récemment. Et le valet, ne se
méfiant pas, ne reconnaissant pas son maître, dans cette voiture inconnue,
continuait à plaisanter la mécanique, avec trois paysans qu'il avait
arrêtés au passage.

--Hein! disait-il, en voilà, un sabot!... Et ça casse l'herbe, ça
l'empoisonne. Ma parole! il y a trois moutons déjà qui en sont morts.

Les paysans ricanaient, examinaient la faneuse comme une bête farce et
méchante. Un d'eux déclara:

--Tout ça, c'est des inventions du diable contre le pauvre monde...
Qu'est-ce qu'elles feront, nos femmes, si l'on se passe d'elles, aux foins?

--Ah bien! ce qu'ils s'en foutent, les maîtres? reprit le valet, en
allongeant un coup de pied à la machine. Hue donc, carcasse!

Hourdequin avait entendu. Il sortit violemment le buste hors de la voiture,
il cria:

--Retourne à la ferme, Zéphyrin, et fais-toi régler ton compte!

Le valet demeura stupide, les trois paysans s'en allèrent avec des rires
d'insulte, des moqueries, lâchées très haut.

--Voilà! dit Hourdequin, en se laissant retomber sur la banquette. Vous
avez vu... On dirait que nos outils perfectionnés leur brûlent les mains...
Ils me traitent de bourgeois, ils donnent à ma ferme moins de travail que
dans les autres, sous prétexte que j'ai de quoi payer cher; et ils sont
soutenus par les fermiers, mes voisins, qui m'accusent d'apprendre dans le
pays à mal travailler, furieux de ce que, disent-ils, ils ne trouveront
bientôt plus du monde pour faire leur ouvrage comme au bon temps.

Le cabriolet entrait dans Rognes par la route de Bazoches-le-Doyen, lorsque
le député aperçut l'abbé Godard qui sortait de chez Macqueron, où il avait
déjeuné ce dimanche-là, après sa messe. Le souci de sa réélection le
reprit, il demanda:

--Et l'esprit religieux, dans nos campagnes?

--Oh! de la pratique, rien au fond! répondit négligemment Hourdequin.

Il fit arrêter devant le cabaret de Macqueron, resté sur la porte avec
l'abbé; et il présenta son adjoint, vêtu d'un vieux paletot graisseux. Mais
Coelina, très propre dans sa robe d'indienne, accourait, poussait en avant
sa fille Berthe, la gloire de la famille, habillée en demoiselle, d'une
toilette de soie à petites raies mauves. Pendant ce temps, le village, qui
semblait mort, comme emparessé par ce beau dimanche, se réveillait sous la
surprise de cette visite extraordinaire. Des paysans sortaient un à un, des
enfants se risquaient derrière les jupes des mères. Chez Lengaigne surtout,
il y avait un remue-ménage, lui allongeant la tête, son rasoir à la main,
sa femme Flore s'arrêtant de peser quatre sous de tabac pour coller sa face
aux vitres, tous les deux ulcérés, enragés de voir que ces messieurs
descendaient à la porte de leur rival. Et, peu à peu, les gens se
rapprochaient, des groupes se formaient, Rognes savait déjà d'un bout à
l'autre l'événement considérable.

--Monsieur le député, répétait Macqueron très rouge et embarrassé, c'est
vraiment un honneur...

Mais M. de Chédeville ne l'écoutait pas, ravi de la jolie mine de Berthe,
dont les yeux clairs, aux légers cercles bleuâtres, le regardaient
hardiment. Sa mère disait son âge, racontait où elle avait fait ses études,
et elle-même, souriante, saluante, invita le monsieur à entrer, s'il
daignait.

--Comment donc, ma chère enfant! s'écria-t-il.

Pendant ce temps, l'abbé Godard, qui s'était emparé de Hourdequin, le
suppliait une fois de plus de décider le conseil municipal à voter des
fonds, pour que Rognes eût enfin un curé à demeure. Il y revenait tous les
six mois, il donnait ses raisons: sa fatigue, ses continuelles querelles
avec le village, sans compter l'intérêt du culte.

--Ne me dites pas non! ajouta-t-il vivement en voyant le fermier faire un
geste évasif. Parlez-en toujours, j'attends la réponse.

Et, au moment où M. de Chédeville allait suivre Berthe, il se précipita, il
l'arrêta, de son air têtu et bonhomme.

--Pardon, monsieur le député. La pauvre église, ici, est dans un tel
état!... Je veux vous la montrer, il faut que vous m'obteniez des
réparations. Moi, on ne m'écoute point... Venez, venez, je vous en prie.

Très ennuyé, l'ancien beau résistait, lorsque Hourdequin, apprenant de
Macqueron que plusieurs des conseillers municipaux étaient à la mairie, où
ils l'attendaient depuis une demi-heure, dit en homme sans gêne:

--C'est ça, allez donc voir l'église... Vous tuerez le temps jusqu'à ce que
j'aie fini, et vous me ramènerez chez moi.

M. de Chédeville dut suivre l'abbé. Les groupes avaient grossi, plusieurs
se mirent en marche, derrière ses talons. On s'enhardissait, tous
songeaient à lui demander quelque chose.

Lorsque Hourdequin et Macqueron furent montés, en face, dans la salle de la
mairie, ils y trouvèrent trois conseillers, Delhomme et deux autres. La
salle, une vaste pièce passée à la chaux, n'avait d'autres meubles qu'une
longue table de bois blanc et douze chaises de paille; entre les deux
fenêtres, ouvrant sur la route, était scellée une armoire, dans laquelle on
gardait les archives, mêlées à des documents administratifs dépareillés;
et, autour des murs, sur des planches, s'empilaient des sceaux de toile à
incendie, le don d'un bourgeois qu'on ne savait où caser, et qui restait
encombrant et inutile, car l'on n'avait pas de pompe.

--Messieurs, dit poliment Hourdequin, je vous demande pardon, j'avais à
déjeuner M. de Chédeville.

Aucun ne broncha, on ne sut s'ils acceptaient cette excuse. Ils avaient vu
par la fenêtre arriver le député, et l'élection prochaine les remuait; mais
ça ne valait rien de parler trop vite.

--Diable! déclara le fermier, si nous ne sommes que cinq, nous ne pourrons
prendre aucune décision.

Heureusement Lengaigne entra. D'abord il avait résolu de ne pas aller au
conseil, la question du chemin ne l'intéressant pas; et il espérait même
que son absence entraverait le vote. Puis, la venue de M. de Chédeville le
torturant de curiosité, il s'était décidé à monter, pour savoir.

--Bon! nous voilà six, nous pourrons voter, s'écria le maire.

Et Lequeu, qui servait de secrétaire, ayant paru d'un air rogue et
maussade, le registre des délibérations sous le bras, rien ne s'opposa plus
à ce qu'on ouvrît la séance. Mais Delhomme s'était mis à causer bas avec
son voisin, Clou, le maréchal ferrant, un grand, sec et noir. Comme on les
écoutait, ils se turent. Pourtant, on avait saisi un nom, celui du candidat
indépendant, M. Rochefontaine; et tous alors, après s'être tâtés, tombèrent
d'un mot, d'un ricanement, d'une simple grimace, sur ce candidat qu'on ne
connaissait seulement point. Ils étaient pour le bon ordre, le maintien des
choses, l'obéissance aux autorités qui assuraient la vente. Est-ce que ce
monsieur-là se croyait plus fort que le gouvernement? est-ce qu'il ferait
remonter le blé à trente francs l'hectolitre? C'était un fier aplomb,
d'envoyer des prospectus, de promettre plus de beurre que de pain,
lorsqu'on ne tenait à rien ni à personne. Ils en arrivaient à le traiter en
aventurier, en malhonnête homme, battant les villages, histoire de voler
leurs votes comme il aurait volé leurs sous. Hourdequin, qui aurait pu leur
expliquer que M. Rochefontaine, libre échangiste, était, au fond dans les
idées de l'empereur, laissait volontairement Macqueron étaler son zèle
bonapartiste et Delhomme se prononcer avec son bon sens d'homme borné;
tandis que Lengaigne, à qui sa situation de buraliste fermait la bouche,
ravalait, en grognant dans un coin, ses vagues idées républicaines. Bien
que M. de Chédeville n'eût pas été nommé une seule fois, tout ce qu'on
disait le désignait, était comme un aplatissement devant son titre de
candidat officiel.

--Voyons, messieurs, reprit le maire, si nous commencions.

Il s'était assis devant la table, sur son fauteuil de président, une chaise
à dossier plus large, munie de bras. Seul, l'adjoint prit place à côté de
lui. Les quatre conseillers restèrent deux debout, deux appuyés au rebord
d'une fenêtre.

Mais Lequeu avait remis au maire une feuille de papier; et il lui parlait à
l'oreille; puis, il sortit dignement.

--Messieurs, dit Hourdequin, voici une lettre que nous adresse le maître
d'école.

Lecture en fut donnée. C'était une demande d'augmentation, basée sur
l'activité qu'il déployait, trente francs de plus par an. Toutes les mines
s'étaient rembrunies, ils se montraient avares de l'argent de la commune,
comme si chacun d'eux avait eu à le sortir de sa poche, surtout pour
l'école. Il n'y eut pas même de discussion, on refusa net.

--Bon! nous lui dirons d'attendre. Il est trop pressé, ce jeune homme...
Et, maintenant, abordons notre affaire du chemin.

--Pardon, monsieur le maire, interrompit Macqueron, je voudrais dire un mot
à propos de la cure...

Hourdequin, surpris, comprit alors pourquoi l'abbé Godard avait déjeuné
chez le cabaretier. Quelle ambition poussait donc à celui-ci, qu'il se
mettait ainsi en avant? D'ailleurs, sa proposition subit le sort de la
demande du maître d'école. Il eut beau faire valoir qu'on était assez riche
pour se payer un curé à soi, que ce n'était vraiment guère honorable de se
contenter des restes de Bazoches-le-Doyen: tous haussaient les épaules,
demandaient si la messe en serait meilleure. Non, non! il faudrait réparer
le presbytère, un curé à soi coûterait trop cher; et une demi-heure de
l'autre, par dimanche, suffisait.

Le maire, blessé de l'initiative de son adjoint, conclut:

--Il n'y a pas lieu, le conseil a déjà jugé... Et maintenant à notre
chemin, il faut en finir... Delhomme, ayez donc l'obligeance d'appeler M.
Lequeu. Est-ce qu'il croit, cet animal, que nous allons délibérer sur sa
lettre jusqu'à ce soir?

Lequeu, qui attendait dans l'escalier, entra d'un air grave; et, comme on
ne lui fit pas connaître le sort de sa demande, il demeura pincé, inquiet,
gonflé de sourdes insultes: ah! ces paysans, quelle sale race! Il dut
prendre dans l'armoire le plan du chemin et venir le déplier sur la table.

Le conseil le connaissait bien, ce plan. Depuis des années, il traînait là.
Mais ils ne s'en rapprochèrent pas moins tous, ils s'accoudèrent, songèrent
une fois de plus. Le maire énumérait les avantages, pour Rognes: une pente
douce permettant aux voitures de monter à l'église; puis, deux lieues
épargnées, sur la route actuelle de Châteaudun qui passait par Cloyes; et
la commune n'aurait que trois kilomètres à sa charge, leurs voisins de
Blanville ayant voté déjà l'autre tronçon, jusqu'au raccordement avec la
grand'route de Châteaudun à Orléans. On l'écoutait, les yeux restaient
cloués sur le papier, sans qu'une bouche s'ouvrît. Ce qui avait empêché le
projet d'aboutir, c'était avant tout la question des expropriations. Chacun
y voyait une fortune, s'inquiétait de savoir si une pièce à lui était
touchée, s'il vendrait de sa terre cent francs la perche à la commune. Et,
s'il n'avait pas de champ entamé, pourquoi donc aurait-il voté
l'enrichissement des autres? Il se moquait bien de la pente plus douce, de
la route plus courte! Son cheval tirerait davantage, donc!

Aussi Hourdequin n'avait-il pas besoin de les faire causer, pour connaître
leur opinion. Lui ne désirait si vivement ce chemin que parce qu'il passait
devant la ferme et desservait plusieurs de ses pièces. De même, Macqueron
et Delhomme, dont les terrains allaient se trouver en bordure, poussaient
au vote. Cela faisait trois; mais ni Clou, ni l'autre conseiller, n'avaient
intérêt dans la question; et, quant à Lengaigne, il était violemment opposé
au projet, n'ayant rien à y gagner d'abord, désespéré ensuite que son
rival, l'adjoint, y gagnât quelque chose. Si Clou et l'autre, douteux,
votaient mal, on serait trois contre trois. Hourdequin devint inquiet.
Enfin, la discussion commença.

--A quoi ça sert? à quoi ça sert? répétait Lengaigne. Puisqu'on a déjà une
route! C'est bien le plaisir de dépenser de l'argent, d'en prendre dans la
poche de Jean pour le mettre dans la poche de Pierre... Encore, toi, tu as
promis de faire cadeau de ton terrain.

C'était une sournoiserie à l'adresse de Macqueron. Mais celui-ci, qui
regrettait amèrement son accès de libéralité, mentit avec carrure.

--Moi, je n'ai rien promis... Qui t'a dit ça?

--Qui? mais toi, nom de Dieu!... Et devant du monde! Tiens! monsieur Lequeu
était là, il peut parler... N'est-ce pas, monsieur Lequeu?

Le maître d'école, que l'attente de son sort enrageait, eut un geste de
brutal dédain. Est-ce que ça le regardait, leurs saletés d'histoires!

--Alors, vrai! continua Lengaigne, s'il n'y a plus d'honnêteté sur terre,
autant vivre dans les bois!... Non, non! je n'en veux pas de votre chemin!
Un joli vol!

Voyant les choses se gâter, le maire se hâta d'intervenir.

--Tout ça, ce sont des bavardages. Nous n'avons pas à entrer dans les
querelles particulières... C'est l'intérêt public, l'intérêt commun, qui
doit nous guider.

--Bien sûr, déclara sagement Delhomme. La route nouvelle rendra de grands
services à toute la commune... Seulement, il faudrait savoir. Le préfet
nous dit toujours: «Votez une somme, nous verrons après ce que le
gouvernement pourra faire pour vous.» Et, s'il ne faisait rien, à quoi bon
perdre notre temps à voter?

Du coup, Hourdequin crut devoir lancer la grosse nouvelle, qu'il tenait en
réserve.

--A ce propos, messieurs, je vous annonce que M. de Chédeville s'engage à
obtenir du gouvernement une subvention de la moitié des dépenses... Vous
savez qu'il est l'ami de l'empereur. Il n'aura qu'à lui parler de nous, au
dessert.

Lengaigne lui-même en fut ébranlé, tous les visages avaient pris une
expression béate, comme si le saint-sacrement passait. Et la réélection du
député se trouvait assurée en tous cas: l'ami de l'empereur était le bon,
celui qui était à la source des places et de l'argent, l'homme connu,
honorable, puissant, le maître! Il n'y eut d'ailleurs que des hochements de
tête. Ces choses allaient de soi, pourquoi les dire?

Pourtant, Hourdequin restait soucieux de l'attitude muette de Clou. Il se
leva, jeta un regard dehors; et, ayant aperçu le garde champêtre, il
ordonna d'aller chercher le père Loiseau et de l'amener, mort ou vif. Ce
Loiseau était un vieux paysan sourd, oncle de Macqueron, qui l'avait fait
nommer membre du conseil, où il ne venait jamais, parce que, disait-il, ça
lui cassait la tête. Son fils travaillait à la borderie, il était à
l'entière dévotion du maire. Aussi, dès qu'il parut, effaré, celui-ci se
contenta de lui crier, au fond d'une oreille, que c'était pour la route.
Déjà, chacun écrivait gauchement son bulletin, le nez sur le papier, les
bras élargis, afin qu'on ne pût lire. Puis, on procéda au vote de la moitié
des dépenses, dans une petite boîte de bois blanc, pareille à un tronc
d'église. La majorité fut superbe, il y eut six voix pour, une seule
contre, celle de Lengaigne. Cet animal de Clou avait bien voté. Et la
séance fut levée, après que chacun eut signé, sur le registre, la
délibération, que le maître d'école avait préparée à l'avance, en laissant
en blanc le résultat du vote. Tous s'en allaient pesamment, sans un salut,
sans un serrement de main, débandés dans l'escalier.

--Ah! j'oubliais, dit Hourdequin à Lequeu, qui attendait toujours, votre
demande d'augmentation est repoussée... Le conseil trouve qu'on dépense
déjà trop pour l'école.

--Tas de brutes! cria le jeune homme, vert de bile, quand il fut seul.
Allez donc vivre avec vos cochons!

La séance avait duré deux heures, et Hourdequin retrouva devant la mairie
M. de Chédeville, qui revenait seulement de sa tournée dans le village.
D'abord, le curé ne lui avait pas fait grâce d'une des misères de l'église?
le toit crevé, les vitraux cassés, les murs nus. Puis, comme il s'échappait
enfin de la sacristie, qui avait besoin d'être repeinte, les habitants,
tout à fait enhardis, se l'étaient disputé, chacun l'emmenant, ayant une
réclamation à présenter, une faveur à obtenir. L'un l'avait traîné à la
mare commune, qu'on ne curait plus par manque d'argent; l'autre voulait un
lavoir couvert au bord de l'Aigre, à une place qu'il indiquait; un
troisième réclamait l'élargissement de la route devant sa porte, pour que
sa voiture pût tourner; jusqu'à une vieille femme, qui, après avoir poussé
le député chez elle, lui montra ses jambes enflées, en lui demandant si, à
Paris, il ne connaissait point un remède. Effaré, essoufflé, il souriait,
faisait le débonnaire, promettait toujours. Ah! un brave homme, pas fier
avec le pauvre monde!

--Eh bien! partons-nous? demanda Hourdequin. On m'attend à la ferme.

Mais, justement, Coelina et sa fille Berthe accouraient de nouveau sur leur
porte, en suppliant M. de Chédeville d'entrer un instant; et celui-ci
n'aurait pas mieux demandé, respirant enfin, soulagé de retrouver les jolis
yeux clairs et meurtris de la jeune personne.

--Non, non! reprit le fermier, nous n'avons pas le temps, une autre fois!

Et il le força, étourdi, à remonter dans le cabriolet; pendant que, sur une
interrogation du curé resté là, il répondait que le conseil avait laissé en
l'état la question de la paroisse. Le cocher fouetta son cheval, la voiture
fila, au milieu du village familier et ravi. Seul, furieux, l'abbé refit à
pied ses trois kilomètres, de Rognes à Bazoches-le-Doyen.

Quinze jours plus lard, M. de Chédeville était nommé à une grande majorité;
et, dès la fin d'août, il avait tenu sa promesse, la subvention était
accordée à la commune, pour l'ouverture de la nouvelle route. Les travaux
commencèrent tout de suite.

Le soir du premier coup de pioche, Coelina, maigre et noire, était à la
fontaine, à écouter la Bécu, qui, longue, les mains nouées sous son
tablier, parlait sans fin. Depuis une semaine, la fontaine se trouvait
révolutionnée par cette grosse affaire du chemin: on ne parlait que de
l'argent accordé aux uns, que de la rage médisante des autres. Et la Bécu,
chaque jour, tenait Coelina au courant de ce que disait Flore Lengaigne;
non, pour les fâcher, bien sûr; mais, au contraire, pour les faire
s'expliquer, parce que c'était la meilleure façon de s'entendre. Des femmes
s'oubliaient, droites, les bras ballants, leurs cruches pleines à leurs
pieds.

--Alors donc, elle a dit comme ça que c'était arrangé entre l'adjoint et le
maire, histoire de voler sur les terrains. Et elle a encore dit que votre
homme avait deux paroles...

A ce moment Flore sortait de chez elle, sa cruche à la main. Quand elle fut
là, grosse, molle, Coelina, qui éclatait tout de suite en paroles sales,
les poings sur les hanches, dans son honnêteté rêche, se mit à l'arranger
de la belle façon, lui jetant au nez sa garce de fille, l'accusant
elle-même de se faire culbuter par les pratiques; et l'autre, traînant ses
savates, pleurarde, se contentait de répéter:

--En v'là une salope! en v'là une salope!

La Bécu se précipita entre elles, voulut les forcer à s'embrasser, ce qui
faillit les faire se prendre au chignon. Puis, elle lança une nouvelle:

--Dites donc, à propos, vous savez que les filles Mouche vont toucher cinq
cents francs.

--Pas possible!

Et, du coup, la querelle fut oubliée, toutes se rapprochèrent, au milieu
des cruches éparses. Parfaitement! le chemin, aux Cornailles, là-haut,
longeait le champ des filles Mouche, qu'il rognait de deux cent cinquante
mètres: à quarante sous le mètre, ça faisait bien cinq cents francs; et le
terrain, en bordure, acquérait en outre une plus-value. C'était une chance.

--Mais alors, dit Flore, voilà Lise devenue un vrai parti, avec son
mioche... Ce grand serin de Caporal a eu du nez tout de même de s'obstiner.

--A moins, ajouta Coelina, que Buteau ne reprenne la place... Sa part gagne
aussi joliment, à cette route.

La Bécu se retourna, en les poussant du coude.

--Chut! taisez-vous!

C'était Lise, qui arrivait gaiement en balançant sa cruche. Et le défilé
recommença devant la fontaine.



VI


Lise et Françoise, s'étant débarrassées de Blanchette, trop grasse et qui
ne vêlait plus, avaient résolu, ce samedi-là, d'aller au marché de Cloyes
acheter une autre vache. Jean offrit de les y conduire, dans une carriole
de la ferme. Il s'était rendu libre pour l'après-midi, et le maître l'avait
autorisé à prendre la voiture, ayant égard aux bruits d'accordailles qui
couraient, entre le garçon et l'aînée des Mouche. En effet, le mariage
était décidé; du moins, Jean avait promis de faire une démarche près de
Buteau, la semaine suivante, pour lui poser la question. L'un des deux, il
fallait en finir.

On partit donc vers une heure, lui sur le devant avec Lise, Françoise seule
sur la seconde banquette. De temps à autre, il se tournait et souriait à
celle-ci, dont les genoux, dans ses reins, le chauffaient. C'était grand
dommage qu'elle eût quinze ans de moins que lui; et, s'il se résignait à
épouser l'aînée, après bien des réflexions et des ajournements, ça devait
être, tout au fond, dans l'idée de vivre en parent près de la cadette.
Puis, on se laisse aller, on fait tant de chose en ne sachant pas pourquoi,
lorsqu'on s'est dit un jour qu'on les ferait!

A l'entrée de Cloyes, il mit la mécanique, lança le cheval sur la pente
raide du cimetière; et, comme il débouchait au carrefour de la rue Grande
et de la rue Grouaise, pour remiser à l'auberge du _Bon Laboureur_, il
désigna brusquement le dos d'un homme, qui enfilait cette dernière rue.

--Tiens! on croirait Buteau.

--C'est lui, déclara Lise. Sans doute qu'il va chez M. Baillehache...
Est-ce qu'il accepterait sa part?

Jean fit claquer son fouet en riant.

--On ne sait pas, il est si malin!

Buteau n'avait pas semblé les voir, bien qu'il les eût reconnus de loin. Il
marchait, l'échine ronde; et tous deux le regardèrent s'éloigner, en
songeant, sans le dire, qu'on allait pouvoir s'expliquer. Dans la cour du
_Bon Laboureur_, Françoise, restée muette, descendit la première, par une
roue de la carriole. Cette cour était déjà pleine de voitures dételées,
posées sur leurs brancards, tandis qu'un bourdonnement d'activité agitait
les vieux bâtiments de l'auberge.

--Alors, nous y allons? demanda Jean, quand il revint de l'écurie, où il
avait accompagné son cheval.

--Bien sur, tout de suite.

Pourtant, dehors, au lieu de gagner directement, par la rue du Temple, le
marché des bestiaux, qui se tenait sur la place Saint-Georges, le garçon et
les deux filles s'arrêtèrent, flânèrent le long de la rue Grande, parmi les
marchandes de légumes et de fruits, installées aux deux bords. Lui, coiffé
d'une casquette de soie, avait une grande blouse bleue, sur un pantalon de
drap noir; elles également endimanchées, les cheveux serrés dans leurs
petits bonnets ronds, portaient des robes semblables, un corsage de lainage
sombre sur une jupe gris-fer, que coupait un grand tablier de cotonnade à
minces raies roses; et ils ne se donnaient pas le bras, ils marchaient à la
file, les mains ballantes, au milieu des coudoiements de la foule. C'était
une bousculade de servantes, de bourgeoises, devant les paysannes
accroupies, qui, venues chacune avec un ou deux paniers, les avaient
simplement posés et ouverts par terre. Ils reconnurent la Frimat, les
poignets cassés, ayant de tout dans ses deux paniers débordants, des
salades, des haricots, des prunes, même trois lapins en vie. Un vieux, à
côté, venait de décharger une carriole de pommes de terre, qu'il vendait au
boisseau. Deux femmes, la mère et la fille, celle-ci, Norine, rouleuse et
célèbre, étalaient sur une table boiteuse de la morue, des harengs salés,
des harengs saurs, un vidage de fonds de baril dont la saumure forte
piquait à la gorge. Et la rue Grande, si déserte en semaine, malgré ses
beaux magasins, sa pharmacie, sa quincaillerie, surtout ses Nouveautés
parisiennes, le bazar de Lambourdieu, n'était plus assez large chaque
samedi, les boutiques combles, la chaussée barrée par l'envahissement des
marchandes.

Lise et Françoise, suivies de Jean, poussèrent de la sorte jusqu'au marché
à la volaille, qui était rue Beaudonnière. Là, des fermes avaient envoyé de
vastes paniers à claire-voie, où chantaient des coqs et d'où sortaient des
cous effarés de canards. Des poulets morts et plumés, s'alignaient dans des
caisses, par lits profonds. Puis, c'étaient encore des paysannes, chacune
apportant ses quatre ou cinq livres de beurre, ses quelques douzaines
d'oeufs, ses fromages, les grands maigres, les petits gras, les affinés,
gris de cendre. Plusieurs étaient venues avec deux couples de poules liées
par les pattes. Des dames marchandaient, un gros arrivage d'oeufs
attroupait du monde devant une auberge, _Au Rendez-vous des Poulaillers_.
Justement, parmi les hommes qui déchargeaient les oeufs, se trouvait
Palmyre; car, le samedi, lorsque le travail manquait à Rognes, elle se
louait à Cloyes, portant des fardeaux à se rompre les reins.

--En voilà une qui gagne son pain! fit remarquer Jean.

La foule augmentait toujours. Il arrivait encore des voitures par la route
de Mondoubleau. Elles défilaient au petit trot sur le pont. A droite et à
gauche, le Loir se déroulait, avec ses courbes molles, coulant au ras des
prairies, bordé à gauche des jardins de la ville, dont les lilas et les
faux-ébéniers laissaient pendre leurs branches dans l'eau. En amont, il y
avait un moulin à tan, au tic-tac sonore, et un grand moulin à blé, un
vaste bâtiment que les souffleurs, sur les toits, blanchissaient d'un vol
continu de farine.

--Eh bien! reprit Jean, y allons-nous?

--Oui, oui.

Et ils revinrent par la rue Grande, ils s'arrêtèrent sur la place
Saint-Lubin, en face de la mairie, où était le marché au blé. Lengaigne,
qui avait apporté quatre sacs, se tenait là, debout, les mains dans les
poches, au milieu d'un cercle de paysans, silencieux et le nez bas,
Hourdequin causait, avec des gestes de colère. On avait espéré une hausse;
mais le prix de dix-huit francs fléchissait lui-même, on craignait pour la
fin une baisse de vingt-cinq centimes. Macqueron passa, ayant à son bras sa
fille Berthe, lui en paletot mal dégraissé, elle en robe de mousseline, une
botte de roses et de muguets sur son chapeau.

Comme Lise et Françoise, après avoir tourné par la rue du Temple,
longeaient l'église Saint-Georges, contre laquelle s'installaient les
marchands forains, de la mercerie et de la quincaillerie, des déballages
d'étoffes, elles eurent une exclamation.

--Oh! tante Rose!

En effet, c'était la vieille Fouan, que sa fille Fanny, venue à la place de
Delhomme, pour livrer de l'avoine, avait amenée avec elle dans sa voiture,
histoire simplement de la distraire. Toutes les deux attendaient, plantées
devant l'échoppe roulante d'un rémouleur, à qui la vieille avait donné ses
ciseaux. Depuis trente ans, il les repassait.

--Tiens! c'est vous autres!

Fanny, s'étant retournée et ayant aperçu Jean, ajouta:

--Alors, vous êtes en promenade?

Mais, quand elles surent que les cousines allaient acheter une vache, pour
remplacer Blanchette, elles s'intéressèrent, elles les accompagnèrent,
l'avoine d'ailleurs étant livrée. Le garçon, mis à l'écart, marcha derrière
les quatre femmes, espacées et de front: et l'on déboucha de la sorte sur
la place Saint-Georges.

Cette place, un vaste carré, s'étendait derrière le chevet de l'église,
qui, de son vieux clocher de pierre, avec son horloge, la dominait. Des
allées de tilleuls touffus en fermaient les quatre faces, dont deux étaient
défendues par des chaînes scellées à des bornes, et dont les deux autres se
trouvaient garnies de longues barres de bois, auxquelles on attachait les
bestiaux. De ce côté de la place, donnant sur des jardins, l'herbe
poussait, on se serait cru dans un pré; tandis que le côté opposé, longé
par deux routes, bordé de cabarets, _A Saint-Georges_, _A la Racine_, _Aux
bons Moissonneurs_, était piétiné, durci, blanchi d'une poussière, que des
souffles de vent envolaient.

Lise et Françoise, accompagnées des autres, eurent de la peine à traverser
le carré central, où stationnait la foule. Parmi la masse des blouses,
confuse et de tous les bleus, depuis le bleu dur de la toile neuve,
jusqu'au bleu pâle des toiles déteintes par vingt lavages, on ne voyait que
les taches rondes et blanches des petits bonnets. Quelques dames
promenaient la soie miroitante de leurs ombrelles. Il y avait des rires,
des cris brusques, qui se perdaient dans le grand murmure vivant, que
parfois coupaient des hennissements de chevaux et des meuglements de
vaches. Un âne, violemment, se mit à braire.

--Par ici, dit Lise en tournant la tête.

Les chevaux étaient au fond, attachés à la barre, la robe nue et
frémissante, n'ayant qu'une corde nouée au cou et à la queue. Sur la
gauche, les vaches restaient presque toutes libres, tenues simplement en
main par les vendeurs, qui les changeaient de place pour les mieux montrer.
Des groupes s'arrêtaient, les regardaient; et là, on ne riait pas, on ne
parlait guère.

Immédiatement, les quatre femmes tombèrent en contemplation devant une
vache blanche et noire, une cotentine, qu'un ménage, l'homme et la femme,
venait vendre: elle, en avant, très brune, l'air têtu, tenant la bête; lui,
derrière, immobile et fermé. Ce fut un examen recueilli, profond, de cinq
minutes; mais elles n'échangèrent ni une parole, ni un coup d'oeil; et
elles s'en allèrent, elles se plantèrent de même, en face d'une seconde
vache, à vingt pas de là. Celle-ci, énorme, toute noire, était offerte par
une jeune fille, presque une enfant, l'air joli avec sa baguette de
coudrier. Puis, il y eut encore sept ou huit stations, aussi longues, aussi
muettes, d'un bout à l'autre de la ligne des bêtes à vendre. Et, enfin, les
quatre femmes retournèrent devant la première vache, où, de nouveau, elles
s'absorbèrent.

Cette fois, seulement, ce fut plus sérieux. Elles s'étaient rangées sur une
seule ligne, elles fouillaient la cotentine sous la peau, d'un regard aigu
et fixe. Du reste, la vendeuse elle aussi ne disait rien, les yeux
ailleurs, comme si elle ne les avait pas vues revenir là et s'aligner.

Pourtant, Fanny se pencha, lâcha un mot tout bas à Lise. La vieille Fouan
et Françoise se communiquèrent de même une remarque, à l'oreille. Puis,
elles retombèrent dans leur silence et leur immobilité, l'examen continua.

--Combien? demanda tout d'un coup Lise.

--Quarante pistoles, répondit la paysanne.

Elles feignirent d'être mises en fuite; et, comme elles cherchaient Jean,
elles eurent la surprise de le trouver derrière elles avec Buteau, causant
tous les deux en vieux amis. Buteau, venu de la Chamade pour acheter un
petit cochon, était là, en train d'en marchander un. Les cochons, dans un
parc volant, au cul de la voiture qui les avait apportés, se mordaient et
criaient, à faire saigner les oreilles.

--En veux-tu vingt francs? demanda Buteau au vendeur.

--Non, trente!

--Et zut! couche avec!

Et, gaillard, très gai, il vint vers les femmes, riant d'aise aux visages
de sa mère, de sa soeur et de ses deux cousines, absolument comme s'il les
eut quittées la veille. Du reste, elles-mêmes gardèrent leur placidité,
sans paraître se rappeler les deux ans de querelle et de brouille. Seule,
la mère, à qui l'on avait appris la première rencontre, rue Grouaise, le
regardait de ses yeux bridés, cherchant à lire pourquoi il était allé chez
le notaire. Mais ça ne se voyait pas. Ni l'un ni l'autre n'en ouvrirent la
bouche.

--Alors, cousine, reprit-il, c'est donc que tu achètes une vache?... Jean
m'a conté ça... Et, tenez! il y en a une là, oh! la plus solide du marché,
une vraie bête!

--Il désignait précisément la cotentine blanche et noire.

--Quarante pistoles, merci! murmura Françoise.

--Quarante pistoles pour toi, petiote! dit-il en lui allongeant une tape
dans le dos, histoire de plaisanter.

Mais elle se fâcha, elle lui rendit sa tape, d'un air furieux de rancune.

--Fiche-moi la paix, hein! Je ne joue pas avec les hommes.

--Il s'en égaya plus fort, il se tourna vers Lise, qui restait sérieuse, un
peu pâle.

--Et toi, veux-tu que je m'en mêle? Je parie que je l'ai à trente
pistoles... Paries-tu cent sous?

--Oui, je veux bien... Si ça te plaît d'essayer...

Rose et Fanny approuvaient de la tête, car elles savaient le garçon féroce
au marché, têtu, insolent, menteur, voleur, à vendre les choses trois fois
leur prix et à se faire donner tout pour rien. Les femmes le laissèrent
donc s'avancer avec Jean, tandis qu'elles s'attardaient en arrière, afin
qu'il n'eût pas l'air d'être avec elles.

La foule augmentait du côté des bestiaux, les groupes quittaient le centre
ensoleillé de la place, pour se porter sous les allées. Il y avait là un
va-et-vient continu, le bleu des blouses se fonçait à l'ombre des tilleuls,
des taches mouvantes de feuilles verdissaient les visages colorés. Du
reste, personne n'achetait encore, pas une vente n'avait eu lieu, bien que
le marché fût ouvert depuis une heure. On se recueillait, on se tâtait.
Mais, au-dessus des têtes, dans le vent tiède, un tumulte passa. C'était
deux chevaux, attachés côte à côte, qui se dressaient et se mordaient, avec
des hennissements furieux et le raclement de leurs sabots sur le pavé. On
eut peur, des femmes s'enfuirent; pendant que, accompagnés de jurons, de
grands coups de fouet qui claquaient comme des coups de feu, ramenaient le
calme. Et, à terre, dans le vide laissé par la panique, une bande de
pigeons s'abattit, marchant vite, piquant l'avoine du crottin.

--Eh bien! la mère, qu'est-ce que vous la vendez donc? demanda Buteau à la
paysanne.

Celle-ci, qui avait vu le manège, répéta tranquillement:

--Quarante pistoles.

D'abord, il prit la chose en farce, il plaisanta, s'adressa à l'homme,
toujours à l'écart et muet.

--Dis, vieux! ta bourgeoise est avec, à ce prix-là?

Mais, tout en goguenardant, il examinait de près la vache, la trouvait
telle qu'il la faut pour être une bonne laitière, la tête sèche, aux cornes
fines et aux grands yeux, le ventre un peu fort sillonné de grosses veines,
les membres plutôt grêles, la queue mince, plantée très haut. Il se baissa,
s'assura de la longueur des pis, de l'élasticité des trayons, placés
carrément et bien percés. Puis, appuyé d'une main sur la bête, il entama le
marché, en tâtant d'un air machinal les os de la croupe.

--Quarante pistoles, hein? c'est pour rire... Voulez-vous trente pistoles?

Et sa main s'assurait de la force et de la bonne disposition des os. Elle
descendit ensuite, se coula entre les cuisses, à cet endroit où la peau
nue, d'une belle couleur safranée, annonçait en lait abondant.

--Trente pistoles, ça va-t-il?

--Non, quarante, répondit la paysanne.

Il tourna le dos, il revint, et elle se décida à causer.

--C'est une bonne bête, allez, tout à fait. Elle aura deux ans à la Trinité
et elle vêlera dans quinze jours... Pour sûr qu'elle ferait bien votre
affaire.

--Trente pistoles, répéta-t-il.

Alors, comme il s'éloignait, elle jeta un coup d'oeil à son mari, elle
cria:

--Tenez! c'est pour m'en aller... Voulez-vous à trente-cinq, tout de suite?

Il s'était arrêté, il dépréciait la vache. Ça n'était pas bâti, ça manquait
de reins, enfin un animal qui avait souffert et qu'on nourrirait deux ans à
perte. Ensuite, il prétendit qu'elle était blessée au pied, ce qui n'était
pas vrai. Il mentait pour mentir, avec une mauvaise foi étalée, dans
l'espoir de fâcher et d'étourdir la vendeuse. Mais elle haussait les
épaules.

--Trente pistoles.

--Non, trente-cinq.

Elle le laissa partir. Il rejoignit les femmes, il leur dit que ça mordait,
qu'il fallait en marchander une autre. Et le groupe alla se planter devant
la grande vache noire, qu'une jolie fille tenait à la corde. Celle-ci
n'était justement que de trois cents francs. Il parut ne pas la trouver
trop cher, s'extasia, et brusquement retourna vers la première.

--Alors, c'est dit, je vais porter mon argent ailleurs?

--Dame! s'il y avait possibilité, mais il n'y a pas possibilité... Faut y
mettre plus de courage, de votre part.

Et, se penchant, prenant le pis à pleine main:

--Voyez donc ça comme c'est mignon!

Il n'en convint pas, il dit encore:

--Trente pistoles.

--Non, trente-cinq.

Du coup, tout sembla rompu. Buteau avait pris le bras de Jean, pour bien
marquer qu'il lâchait l'affaire. Les femmes les rejoignirent, émotionnées,
trouvant, elles, que la vache valait les trois cent cinquante francs.
Françoise, surtout, à qui elle plaisait, parlait de conclure à ce prix.
Mais Buteau s'irrita: est-ce qu'on se laissait voler de la sorte? Et
pendant près d'une heure, il tint bon, au milieu de l'anxiété des cousines,
qui frémissaient, chaque fois qu'un acheteur s'arrêtait devant la bête.
Lui, non plus, ne la quittait pas du coin de l'oeil; mais c'était le jeu,
il fallait avoir l'estomac solide. Personne, à coup sûr, n'allait sortir
son argent si vite: on verrait bien s'il y avait un imbécile pour la payer
plus de trois cents francs. Et, en effet, l'argent ne paraissait toujours
pas, quoique le marché tirât à sa fin.

Sur la route, maintenant, on essayait des chevaux. Un, tout blanc, courait,
excité par le cri guttural d'un homme, qui tenait la corde et qui galopait
près de lui; tandis que Patoir, le vétérinaire, bouffi et rouge, planté
avec l'acheteur au coin de la place, les deux mains dans les poches,
regardait et conseillait, à voix haute. Les cabarets bourdonnaient d'un
continuel flot de buveurs, entrant, sortant, rentrant, dans les débats
interminables des marchandages. C'était le plein de la bousculade et du
vacarme, à ne plus s'entendre: un veau, séparé de sa mère, beuglait sans
fin; des chiens, parmi la foule, des griffons noirs, de grands barbets
jaunes, se sauvaient en hurlant, une patte écrasée; puis, dans des silences
brusques, on n'entendait plus qu'un vol de corbeaux, dérangés par le bruit,
tournoyant, croassant à la pointe du clocher. Et, dominant la senteur
chaude du bétail, une violente odeur de corne roussie, une peste sortait
d'une maréchalerie voisine, où les paysans profitaient du marché pour faire
ferrer leurs bêtes.

--Hein? trente! répéta Buteau sans se lasser, en se rapprochant de la
paysanne.

--Non, trente-cinq!

Alors, comme un autre acheteur était là, marchandant lui aussi, il saisit
la vache aux mâchoires, les lui ouvrit de force, pour voir les dents. Puis,
il les lâcha, avec une grimace. Justement, la bête s'était mise à, fienter,
les bouses tombaient molles; et il les suivit des yeux, sa grimace
s'accentuait. L'acheteur, un grand pâlot, impressionné, s'en alla.

--Je n'en veux plus, dit Buteau. Elle a un sang tourné.

Cette fois, la vendeuse commit la faute de s'emporter; et c'était ce qu'il
voulait, elle le traita salement, il répondit par un flot d'ordures. On
s'attroupait, on riait. Derrière la femme, le mari ne bougeait toujours
point. Il finit par la toucher du coude, et brusquement elle cria:

--La prenez-vous à trente-deux pistoles?

--Non, trente!

Il s'en allait de nouveau, elle le rappela d'une voix étranglée.

--Eh bien, sacré bougre, emmenez-la!... Mais, nom de Dieu! si c'était à
refaire, j'aimerais mieux vous foutre ma main sur la figure!

Elle était hors d'elle, tremblante de fureur. Lui riait bruyamment,
ajoutait des galanteries, offrait de coucher, pour le reste.

Tout de suite, Lise s'était rapprochée. Elle tira la paysanne à l'écart,
lui donna ses trois cents francs, derrière un tronc d'arbre. Déjà Françoise
tenait la vache, mais il fallut que Jean poussa la bête par derrière, car
elle refusait de démarrer. On piétinait depuis deux heures, Rose et Fanny
avaient attendu le dénouement, muettes, sans lassitude. Enfin, comme on
partait, on chercha Buteau disparu, on le retrouva qui tapait sur le ventre
du marchand de cochons. Il venait d'avoir son petit cochon à vingt francs;
et, pour payer, il compta d'abord son argent dans sa poche, il ne sortit
que juste la somme, la recompta dans son poing à demi fermé. Ce fut tout
une affaire ensuite, quand il voulut fourrer le cochon au fond d'un sac,
qu'il avait apporté sous sa blouse. La toile mûre creva, les pattes de
l'animal passèrent, ainsi que le groin. Et il le chargea de la sorte sur
son épaule, il l'emporta grouillant, reniflant, poussant des cris atroces.

--Dis donc, Lise, et mes cent sous? réclama-t-il. J'ai gagné.

Elle les lui donna, pour rire, croyant qu'il ne les prendrait point. Mais
il les prit très bien, les fit disparaître. Tous, lentement, se dirigèrent
vers le Bon Laboureur.

C'était la fin du marché. L'argent luisait au soleil, sonnait sur les
tables des marchands de vin. A la dernière minute, tout se bâclait. Dans
l'angle de la place Saint-Georges, il ne restait que les quelques bêtes non
vendues. Peu à peu, la foule avait reflué du côté de la rue Grande, où les
marchandes de fruits et de légumes débarrassaient la chaussée, remportaient
leurs paniers vides. De même, il n'y avait plus rien place de la Volaille,
que de la paille et de la plume. Et déjà des carrioles partaient, on
attelait dans les auberges, on dénouait les guides des chevaux attachés aux
anneaux des trottoirs. Vers toutes les routes, de toutes parts, des roues
fuyaient, des blouses bleues se gonflaient au vent, dans les secousses du
pavé.

Lengaigne passa ainsi, au trot de son petit cheval noir, après avoir
utilisé son dérangement, en achetant une faux. Macqueron et sa fille Berthe
s'attardaient encore dans les boutiques. Quant à la Frimat, elle retournait
à pied, et chargée comme au départ, car elle rapportait ses paniers pleins
de crottin ramassé en route. Chez le pharmacien de la rue Grande, parmi les
dorures, Palmyre, éreintée et debout, attendait qu'on lui préparât une
potion pour son frère, malade depuis une semaine: quelque sale drogue qui
lui mangeait vingt sous, sur les quarante si durement gagnés. Mais ce qui
fit hâter le pas flâneur des filles Mouche et de leur société, ce fut
d'apercevoir Jésus-Christ, très soûl, tenant la largeur de la rue. On
croyait savoir qu'il avait emprunté, ce jour-là, en hypothéquant sa
dernière pièce de terre. Il riait tout seul, des pièces de cent sous
tintaient dans ses grandes poches.

Comme on arrivait enfin au Bon Laboureur, Buteau dit simplement, d'un air
gaillard:

--Alors, vous partez?... Écoute donc, Lise, si tu restais avec ta soeur,
pour que nous mangions un morceau?

Elle fut surprise, et comme elle se tournait vers Jean, il ajouta:

--Jean aussi peut rester, ça me fera plaisir.

Rose et Fanny échangèrent un coup d'oeil. Certainement, le garçon avait son
idée. Sa figure ne contait toujours rien. N'importe! il ne fallait pas
gêner les choses.

--C'est ça, dit Fanny, restez... Moi, je vais filer avec la mère. On nous
attend.

Françoise, qui n'avait pas lâché la vache, déclara sèchement:

--Moi aussi, je m'en vais.

Et elle s'entêta. Elle s'agaçait à l'auberge, elle voulait emmener sa bête
tout de suite. On dut céder, tellement elle devenait désagréable. Dès qu'on
eut attelé, la vache fut attachée derrière la voiture, et les trois femmes
montèrent.

A cette minute seulement, Rose, qui attendait une confession de son fils,
s'enhardit à lui demander:

--Tu ne fais rien dire à ton père?

--Non, rien, répondit Buteau.

Elle le regardait dans les yeux, elle insista.

--C'est donc qu'il n'y a pas de nouveau?

--S'il y a du nouveau, vous le saurez quand il sera bon à savoir.

Fanny toucha son cheval, qui partit au pas, tandis que la vache, derrière,
se laissait tirer, allongeant le cou. Et Lise demeura seule, entre Buteau
et Jean.

Dès six heures, tous les trois s'attablèrent dans une salle de l'auberge,
ouverte sur le café. Buteau, sans qu'on sût s'il régalait, était allé à la
cuisine commander une omelette et un lapin. Lise, pendant ce temps, avait
poussé Jean à s'expliquer, pour en finir et s'éviter une course. Mais on
achevait l'omelette, on en était à la gibelotte, que le garçon, gêné, n'en
avait encore rien fait. D'ailleurs, l'autre, non plus, ne semblait guère
songer à tout ça. Il mangeait dur, riait la bouche élargie, allongeait
par-dessous la table des coups de genoux à la cousine et au camarade, en
bonne amitié. Puis, l'on causa plus sérieusement, il fut question de
Rognes, du nouveau chemin; et, si pas un mot ne fut prononcé de l'indemnité
de cinq cents francs, de la plus-value des terrains, cela pesa dès lors au
fond de tout ce qu'ils disaient. Buteau revint à des farces, trinqua;
tandis que, visiblement, dans ses yeux gris, passait l'idée de la bonne
affaire, ce troisième lot devenu avantageux, cette ancienne à épouser, dont
le champ, à côté du sien, avait presque doublé de valeur.

--Nom de Dieu! cria-t-il, est-ce que nous ne prenons pas du café?

--Trois cafés! demanda Jean.

Et une heure se passa à siroter, à vider le carafon d'eau-de-vie, sans que
Buteau se déclarât. Il s'avançait, se reculait, traînait en longueur, comme
s'il eût encore marchandé la vache. C'était fait au fond, mais fallait voir
tout de même. Brusquement, il se tourna vers Lise, il lui dit:

--Pourquoi n'as-tu pas amené l'enfant?

Elle se mit à rire, comprenant que ça y était, cette fois; et elle lui
allongea une tape, elle se contenta de répondre, heureuse, indulgente:

--Ah! cette rosse de Buteau!

Ce fut tout. Lui aussi rigolait. Le mariage était résolu.

Jean, embarrassé jusque-là, s'égaya avec eux, d'un air de soulagement. Même
il parla enfin, il dit tout.

--Tu sais que tu fais bien de revenir, j'allais prendre ta place.

--Oui, on m'a conté ça... Oh! j'étais tranquille, vous m'auriez prévenu
peut-être!

--Eh! sûr... D'autant que ça vaut mieux avec toi, à cause du gamin. C'est
ce que nous avons toujours dit, n'est-ce pas, Lise?

--Toujours, c'est la vraie vérité!

Un attendrissement noyait leurs faces à tous trois; ils fraternisaient,
Jean surtout, sans jalousie, étonné de pousser à ce mariage; et il fit
apporter de la bière, Buteau ayant crié que, nom de Dieu! on boirait bien
encore quelque chose. Les coudes sur la table, Lise entre eux, ils
causaient maintenant des dernières pluies, qui avaient versé les blés.

Mais, dans la salle du café, à côté d'eux, Jésus-Christ, attablé avec un
vieux paysan, soûl comme lui, faisait un vacarme intolérable. Tous, du
reste, en blouse, buvant, fumant, crachant, dans la vapeur rousse des
lampes, ne pouvaient parler sans crier; et sa voix dominait encore les
autres cuivrée, assourdissante. Il jouait à «la chouine», une querelle
venait d'éclater sur un dernier coup de cartes, entre lui et son compagnon,
qui maintenait son gain d'un air de tranquille obstination. Pourtant, il
paraissait avoir tort. Cela n'en finissait plus. Jésus-Christ, furieux, en
arrivait à gueuler si haut, que le patron intervint. Alors, il se leva,
circula de table en table, avec un acharnement d'ivrogne, promenant ses
cartes, pour soumettre le coup aux autres consommateurs. Il assommait tout
le monde. Et il se remit à crier, il revint vers le vieux, qui, fort de son
mauvais droit, restait stoïque sous les injures.

--Lâche! feignant! sors donc un peu, que je te démolisse!

Puis, brusquement, Jésus-Christ reprit sa chaise en face de l'autre; et,
calmé:

--Moi, je sais un jeu... Faut parier, hein! veux-tu?

Il avait sorti une poignée de pièces de cent sous, quinze à vingt, et il
les planta en une seule pile devant lui.

--V'là ce que c'est... Mets-en autant.

Le vieux, intéressé, sortit sa bourse sans une parole, dressa une pile
égale.

--Alors, moi, j'en prends une à ton tas, et regarde!

Il saisit la pièce, se la posa gravement sur la langue comme une hostie,
puis, d'un coup de gosier, l'avala.

--A ton tour, prends à mon tas... Et celui qui en mange le plus à l'autre,
les garde. V'là le jeu!

Les yeux écarquillés, le vieux accepta, fit disparaître une première pièce
avec peine. Seulement, Jésus-Christ, tout en criant qu'il n'y avait pas
besoin de se presser, gobait les écus comme des pruneaux. Au cinquième, il
y eut une rumeur dans le café, un cercle se fit, pétrifié d'admiration. Ah!
le bougre, quelle gargamelle, pour se coller ainsi de la monnaie dans le
gésier! Le vieux avalait sa quatrième pièce, lorsqu'il se renversa, la face
violette, étouffant, râlant; et, un moment, on le crut mort. Jésus-Christ
s'était levé, très à l'aise, l'air goguenard: il en avait pour son compte
dix dans l'estomac, c'était toujours trente francs de gain qu'il emportait.

Buteau, inquiet, craignant d'être compromis, si le vieux ne s'en tirait
pas, avait quitté la table; et, comme il regardait les murs d'un oeil
vague, sans parler de payer, bien que l'invitation vînt de lui, Jean régla
la note. Cela acheva de rendre le gaillard très bon enfant. Dans la cour,
après avoir attelé, il prit le camarade aux épaules.

--Tu sais, je veux que t'en sois. La noce sera pour dans trois semaines...
J'ai passé chez le notaire, j'ai signé l'acte, tous les papiers seront
prêts.

Et, faisant monter Lise dans sa voiture:

--Allons, houp! que je te ramène!... Je passerai par Rognes, ça ne
m'allongera guère.

Jean revint seul dans sa voiture. Il trouvait ça naturel, il les suivit.
Cloyes dormait, retombé à sa paix morte, éclairé par les étoiles jaunes des
réverbères; et, de la cohue du marché, on n'entendait plus; que le pas
attardé et trébuchant d'un paysan ivre. Puis, la route s'étendit toute
noire. Il finit pourtant par apercevoir l'autre voiture, celle qui
emportait le ménage. Ça valait mieux, c'était très bien. Et il sifflait
fortement, rafraîchi par la nuit, libre et envahi d'une allégresse.



VII


On était de nouveau à l'époque de la fenaison, par un ciel bleu et très
chaud, que des brises rafraîchissaient; et l'on avait fixé le mariage au
jour de la Saint-Jean, qui tombait cette année-là un samedi.

Les Fouan avaient bien recommandé à Buteau de commencer les invitations par
la Grande, l'aînée de la famille. Elle exigeait des égards, en reine riche
et redoutée. Aussi Buteau, un soir, s'en alla-t-il avec Lise, tous les deux
endimanchés, la prier d'assister à la noce, à la cérémonie, puis au repas,
qui devait avoir lieu chez la mariée.

La Grande tricotait, seule dans sa cuisine; et, sans ralentir le jeu des
aiguilles, elle les regarda fixement, elle les laissa s'expliquer, redire à
trois reprises les mêmes phrases. Enfin, de sa voix aiguë:

--A la noce, ah! non, bien sûr!... Qu'est-ce que j'irais faire, à la
noce?... C'est bon pour ceux qui s'amusent.

Ils avaient vu sa face de parchemin se colorer, à l'idée de cette bombance
qui ne lui coûterait rien; ils étaient certains qu'elle accepterait; mais
l'usage voulait qu'on la priât beaucoup.

--Ma tante, là, vrai! ça ne peut pas se passer sans vous.

--Non, non, ce n'est point fait pour moi. Est-ce que j'ai le temps, est-ce
que j'ai de quoi me mettre? C'est toujours de la dépense... On vit bien
sans aller à la noce.

Ils durent répéter dix fois l'invitation, et elle finit par dire d'un air
maussade:

--C'est bon, puisque c'est forcé, j'irai. Mais faut que ce soit vous pour
que je me dérange.

Alors, en voyant qu'ils ne partaient pas, un combat se livra en elle, car
d'habitude, dans cette circonstance, on offrait un verre de vin. Elle se
décida, descendit à la cave, bien qu'il y eût là une bouteille entamée.
C'était qu'elle avait, pour ces occasions, un reste de vin tourné, qu'elle
ne pouvait boire, tant il était aigre, et qu'elle appelait du
chasse-cousin. Elle emplit deux verres, elle regarda son neveu et sa nièce
d'un oeil si rond, qu'ils durent les vider sans une grimace, pour ne pas la
blesser. Ils la quittèrent, la gorge en feu.

Ce même soir, Buteau et Lise se rendirent à Roseblanche, chez les Charles.
Mais, là, ils tombèrent au-milieu d'une aventure tragique.

M. Charles était dans son jardin, très agité. Sans doute une violente
émotion venait de le saisir, au moment où il nettoyait un rosier grimpant,
car il tenait son sécateur à la main, et l'échelle était encore contre le
mur. Il se contraignit pourtant, il les fit entrer au salon, où Élodie
brodait de son air modeste.

--Ah! vous vous mariez dans huit jours. C'est très bien, mes enfants...
Mais nous ne pourrons être des vôtres, Mme Charles est à Chartres, elle y
restera une quinzaine.

Il souleva ses paupières lourdes, pour jeter un regard vers la jeune fille.

--Oui, dans les moments de presse, aux grandes foires, Mme Charles va
donner là-bas un coup de main à sa fille... Vous savez, le commerce est le
commerce, il y a des jours où l'on s'écrase, dans la boutique. Estelle a
beau avoir pris le courant, sa mère lui est bien utile, d'autant plus que,
décidément, notre gendre Vaucogne n'en fait guère... Et puis, Mme Charles
est heureuse de revoir la maison. Que voulez-vous? nous y avons laissé
trente ans de notre vie, ça compte!

Il s'attendrissait, ses yeux se mouillaient, vagues, fixés là-bas, dans le
passé. Et c'était vrai, sa femme avait souvent la nostalgie de la petite
maison de la rue aux Juifs, du fond de sa retraite bourgeoise, si
douillette; si cossue, pleine de fleurs, d'oiseaux et de soleil. En fermant
les paupières, elle retrouvait le vieux Chartres, dévalant sur le coteau,
de la place de la Cathédrale aux bords de l'Eure. Elle arrivait, elle
enfilait la rue de la Pie, la rue Porte-Cendreuse; puis, rue des Écuyers,
pour couper au plus court, elle descendait le Tertre du Pied-Plat; et, de
la dernière marche, le 19, faisant le coin de la rue aux Juifs et de la rue
de la Planche-aux-Carpes, lui apparaissait, avec sa façade blanche, ses
persiennes vertes, toujours closes. Les deux rues étaient misérables, elle
en avait vu pendant trente ans les taudis et la population sordides, le
ruisseau central charriant des eaux noires. Mais que de semaines, que de
mois vécus chez elle, à l'ombre, sans même passer le seuil! Elle restait
fière des divans et des glaces du salon, de la literie et de l'acajou des
chambres, de tout ce luxe, de cette sévérité dans le confortable, leur
création, leur oeuvre, à laquelle ils devaient la fortune. Une défaillance
mélancolique la prenait au souvenir de certains coins intimes, au parfum
persistant des eaux de toilette, à cette odeur spéciale de la maison
entière, qu'elle avait gardée dans la peau comme un regret. Aussi
attendait-elle les époques de gros travail, et elle partait rajeunie,
joyeuse, après avoir reçu de sa petite-fille deux gros baisers, qu'elle
promettait de transmettre à la mère, dès le soir, dans la confiserie.

--Ah! c'est contrariant, c'est contrariant! répétait Buteau, vraiment vexé
à l'idée qu'il n'aurait pas les Charles. Mais si la cousine écrivait à
notre tante de revenir?

Élodie, qui allait sur ses quinze ans, leva sa face de vierge bouffie et
chlorotique, aux cheveux rares, de sang si pauvre, que le grand air de la
campagne semblait l'anémier encore.

--Oh! non, murmura-t-elle, grand'mère m'a bien dit qu'elle en avait pour
plus de deux semaines, avec les bonbons. Même qu'elle doit m'en apporter un
sac, si je suis sage.

C'était un mensonge pieux. On lui apportait, à chaque voyage, des dragées
qu'elle croyait fabriquées chez ses parents.

--Eh bien! proposa enfin Lise, venez sans elle, mon oncle, venez avec la
petite.

Mais M. Charles n'écoutait plus, retombé dans son agitation. Il se
rapprochait de la fenêtre, semblait guetter quelqu'un, renfonçait dans sa
gorge une colère près de jaillir. Et, ne pouvant se contenir davantage, il
renvoya la jeune fille d'un mot.

--Va jouer un instant, ma chérie.

Puis, quand elle s'en fut allée, habituée à sortir ainsi, dès que les
grandes personnes causaient, il se planta au milieu de la pièce, croisa les
bras, dans une indignation qui faisait trembler sa face correcte, grasse et
jaune de magistrat retiré.

--Croyez-vous ça! avez-vous jamais vu une abomination pareille!... J'étais
à nettoyer mon rosier, je monte sur le dernier échelon, je me penche de
l'autre côté, machinalement, et qu'est-ce que j'aperçois?... Honorine, oui,
ma bonne Honorine, avec un homme, l'un sur l'autre, les jambes à l'air, en
train de faire leurs saletés... Ah! les cochons, les cochons! au pied de
mon mur!

Il suffoquait, il se mit à marcher, avec des gestes nobles de malédiction.

--Je l'attends pour la flanquer à la porte, la gueuse, la misérable!...
Nous n'en pouvons pas garder une. On nous les engrosse toutes. Au bout de
six mois, c'est réglé, elles deviennent impossibles dans une famille
honnête, avec leurs ventres... Et celle-ci, que je trouve à la besogne, et
d'un coeur! Décidément, c'est la fin du monde, la débauche n'a plus de
bornes!

Buteau et Lise, ahuris, partagèrent son indignation par déférence.

--Sûr, ce n'est pas propre, oh! non, pas propre!

Mais, de nouveau, il s'arrêtait devant eux.

--Et vous imaginez-vous Élodie montant à cette échelle, découvrant ça?
Elle, si innocente, qui ne sait rien de rien, dont nous surveillons
jusqu'aux pensées!... Ça fait trembler, parole d'honneur!... Quel coup, si
Mme Charles était ici!

Justement, à cette minute, comme il jetait un regard par la fenêtre, il
aperçut l'enfant, cédant à une curiosité, le pied sur le premier échelon.
Il se précipita, il lui cria d'une voix étranglée d'angoisse, comme s'il
l'avait vue au bord d'un gouffre.

--Élodie! Élodie! descends, éloigne-toi, pour l'amour de Dieu!

Ses jambes se cassaient, il se laissa tomber dans un fauteuil, en
continuant à se lamenter sur le dévergondage des bonnes. Est-ce qu'il n'en
avait pas surpris une, au fond du poulailler, montrant à la petite comment
les poules avaient le derrière fait! C'était déjà assez de tracas, dehors,
d'avoir à lui épargner les grossièretés des paysans et le cynisme des
animaux: il perdait courage, s'il devait trouver, dans sa maison, un foyer
constant d'immoralité.

--La voici qui rentre, dit-il brusquement. Vous allez voir.

Il sonna, et il reçut Honorine, assis, sévèrement, ayant par un effort
recouvré son calme digne.

--Mademoiselle, faites votre malle, et partez tout de suite. Je vous
payerai vos huit jours.

La bonne, chétive, maigrichonne, l'air pauvre et honteux, voulut
s'expliquer, bredouiller des excuses.

--Inutile, tout ce que je puis faire, c'est de ne pas vous livrer aux
autorités pour attentat aux moeurs.

Alors, elle se révolta.

--Dites, c'est donc qu'on a oublié de payer la passe!

Il se leva tout droit, très grand, et la chassa d'un geste souverain, le
doigt tendu vers la porte. Puis, quand elle fut partie, il se soulagea
brutalement.

--A-t-on idée de cette putain qui déshonorait ma maison!

Sûr, c'en est une, ah! une vraie! répétèrent complaisamment Lise et Buteau.

Et ce dernier reprit:

--N'est-ce pas, c'est convenu, mon oncle, vous viendrez avec la petite?

M. Charles demeurait frémissant. Il était allé se regarder dans la glace,
d'un mouvement inquiet; et il revenait, satisfait de lui.

--Où donc? Ah! oui, à votre mariage... C'est très bien ça, mes enfants, de
vous marier... Comptez sur moi, j'irai; mais je ne vous promets pas
d'amener Élodie, parce que, vous savez, à une noce, on en lâche... Hein? la
garce, vous l'ai-je flanquée dehors! C'est qu'il ne faut pas que les femmes
m'embêtent!... Au revoir, comptez sur moi.

Les Delhomme, chez qui Buteau et Lise se rendirent ensuite, acceptèrent,
après les refus et les insistances d'usage. Il ne restait de la famille que
Jésus-Christ à inviter. Mais, vraiment, il devenait insupportable, brouillé
avec tous, inventant les plus sales affaires pour déconsidérer les siens;
et l'on se décida à l'écarter, en tremblant qu'il ne s'en vengeât par
quelque abomination.

Rognes était dans l'attente, ce fut un événement que ce mariage différé si
longtemps. Hourdequin, le maire, se dérangea; mais, prié d'assister au
repas du soir, il dut s'excuser, forcé justement, ce jour-là, d'aller
coucher à Chartres pour un procès; et il promit que Mme Jacqueline
viendrait, puisqu'on lui faisait aussi la politesse de l'inviter. On avait
songé un instant à convier l'abbé Godard, afin d'avoir du monde bien.
Seulement, dès les premiers mots, le curé s'emporta, parce qu'on fixait la
cérémonie au jour de la Saint-Jean. Il avait une grand'messe, une
fondation, à Bazoches-le-Doyen: comment voulait-on qu'il fût à Rognes le
matin? Alors, les femmes, Lise, Rose, Fanny, s'entêtèrent; elles ne
parlèrent pas d'invitation, il finit par céder; et il vint à midi, si
furieux, qu'il leur lâcha leur messe dans un coup de colère, ce dont elles
restèrent blessées profondément.

D'ailleurs, après des discussions, on avait résolu que la noce se ferait
très simple, en famille, à cause de la situation de la mariée, avec son
petit de trois ans bientôt. Pourtant, on était allé chez le pâtissier de
Cloyes commander une tourte et le dessert, en se résignant à mettre dans ce
dessert toute la dépense, pour montrer qu'on savait faire sauter les écus,
lorsque l'occasion s'en présentait: il y aurait, comme à la noce de l'aînée
des Coquart, les fermiers de Saint-Juste, un gâteau monté, deux crèmes,
quatre assiettes de sucreries et de petits fours. A la maison, on aurait
une soupe grasse, des andouilles, quatre poulets sautés, quatre lapins en
gibelotte, du boeuf et du veau rôti. Et cela pour une quinzaine de
personnes, on ne savait pas encore le nombre exact. S'il en restait le
soir, on le finirait le lendemain.

Le ciel, un peu couvert le matin, s'était éclairci, et le jour s'achevait
dans une tiédeur et une limpidité heureuses. On avait dressé le couvert au
milieu de la vaste cuisine, en face de l'âtre et du fourneau, où
rôtissaient les viandes, où bouillaient les sauces. Les feux chauffaient
tellement la pièce, qu'on laissait larges ouvertes les deux fenêtres et la
porte, par lesquelles entrait la bonne odeur pénétrante des foins,
fraîchement coupés.

Depuis la veille, les filles Mouche se faisaient aider par Rose et Fanny. A
trois heures, il y eut une émotion, lorsque parut la voiture du pâtissier,
qui mettait aux portes les femmes du village. Tout de suite, on disposa le
dessert sur la table pour le voir. Et justement, la Grande arrivait, en
avance: elle s'assit, serra sa canne entre ses genoux, ne quitta plus le
manger de ses yeux durs. S'il était permis de tant dépenser! Elle n'avait
rien pris, le matin, pour en avaler davantage, le soir.

Les hommes, Buteau, Jean qui lui avait servi de témoin, le vieux Fouan,
Delhomme accompagné de son fils Nénesse, tous en redingote et en pantalon
noirs, avec de hauts chapeaux de soie, qu'ils ne quittaient pas, jouaient
au bouchon, dans la cour. M. Charles arriva, seul, ayant reconduit la
veille Élodie à son pensionnat de Châteaudun; et, sans y prendre part, il
s'intéressa au jeu, il émit des réflexions judicieuses.

Mais, à six heures, lorsque tout se trouva prêt, il fallut attendre
Jacqueline. Les femmes baissaient leurs jupes, qu'elles avaient retroussées
avec des épingles, pour ne pas les salir devant le fourneau. Lise était en
bleu, Françoise en rose, des soies d'un ton dur, démodées, que Lambourdieu
leur avaient vendues le double de leur valeur, en les leur donnant comme la
dernière nouveauté de Paris. La mère Fouan avait sorti la robe de popeline
violette qu'elle promenait depuis quarante ans dans les noces du pays, et
Fanny, vêtue de vert, portait tous ses bijoux, sa chaîne et sa montre, une
broche, des bagues, des boucles d'oreilles. A chaque minute, une des femmes
sortait sur la route, courait jusqu'au coin de l'église, pour voir si la
dame de la ferme n'arrivait pas. Les viandes brûlaient, la soupe grasse,
qu'on avait eu le tort de servir, refroidissait dans les assiettes. Enfin,
il y eut un cri.

--La voilà! la voilà!

Et le cabriolet parut. Jacqueline en sauta lestement. Elle était charmante,
ayant eu le goût, en jolie fille, de s'habiller de simple cretonne, blanche
à pois rouge; et pas un bijou, la chair nue, rien que des brillants aux
oreilles, un cadeau de Hourdequin, qui avait révolutionné les fermes
d'alentour. Mais on fut surpris qu'elle ne renvoyât pas le valet qui
l'avait amenée, après qu'on l'eut aidé à remiser la voiture. C'était un
nommé Tron, une sorte de géant, la peau blanche, le poil roux, à l'air
enfantin. Il venait du Perche, il était à la Borderie depuis une quinzaine
comme garçon de cour.

--Tron reste, vous savez, dit-elle gaîment. Il me ramènera.

En Beauce, on n'aime guère les Percherons, qu'on accuse de fausseté et de
sournoiserie. On se regardait: c'était donc un nouveau à la Cognette, cette
grande bête-là? Buteau, très gentil, très farceur, depuis le matin,
répondit:

--Bien sur qu'il reste! Ça suffit qu'il soit avec vous.

Lise ayant dit de commencer, on se mit à mit à table, dans une bousculade,
avec des éclats de voix. Il manquait trois chaises, on courut chercher deux
tabourets dépaillés, sur lesquels on plaça une planche. Déjà les cuillers
tapaient ferme au fond des assiettes. La soupe était froide, couverte
d'yeux de graisse qui se figeaient. Ça ne faisait rien, le vieux Fouan
exprima cette idée qu'elle allait se réchauffer dans leur ventre, ce qui
souleva une tempête de rires. Alors, ce fut un massacre, un
engloutissement: les poulets, les lapins, les viandes défilèrent,
disparurent, au milieu d'un terrible bruit de mâchoires. Très sobres chez
eux, ils se crevaient d'indigestion chez les autres. La Grande ne parlait
pas pour manger davantage, allant son train, d'un broiement continu; et
c'était effrayant, ce qu'engouffrait ce corps sec et plat d'octogénaire,
sans même enfler. Il était convenu que, par convenance, Françoise et Fanny
s'occuperaient du service, pour que la mariée ne se levât pas; mais
celle-ci ne pouvait se tenir, quittait sa chaise à chaque minute, se
retroussait les manches, très attentionnée à vider une sauce ou à débrocher
un rôti. Bientôt, du reste, la table entière s'en mêla, toujours quelqu'un
était debout, se coupant du pain, tâchant de rattraper un plat. Buteau, qui
s'était chargé du vin, ne suffisait plus; il avait bien eu, pour ne pas
perdre son temps à boucher et à déboucher des bouteilles, le soin de mettre
simplement un tonneau en perce; seulement, on ne le laissait pas manger, il
devint nécessaire que Jean le relayât, en emplissant à son tour les litres.
Delhomme, carrément assis, déclarait de son air sage qu'il fallait du
liquide, si l'on ne voulait pas étouffer. Lorsqu'on apporta la tourte,
large comme une roue de charrue, il y eût un recueillement, les godiveaux
impressionnaient; et M. Charles poussa la politesse jusqu'à jurer sur son
honneur qu'il n'en avait jamais vu de plus belle à Chartres. Du coup, le
père Fouan, très en train, en lâcha une autre.

--Dites donc, si on se collait ça sur la fesse, ça y guérirait les
crevasses!

La table se tordit, Jacqueline surtout, qui eu eut les larmes aux yeux.
Elle bégayait, elle ajoutait des choses qui se perdaient dans ses rires.

Les mariés étaient placés face à face, Buteau entre sa mère et la Grande,
Lise entre le père Fouan et M. Charles; et les autres convives se
trouvaient à leur plaisir, Jacqueline à côté de Tron, qui la couvait de ses
yeux doux et stupides, Jean près de Françoise, séparé d'elle seulement par
le petit Jules, sur lequel tous deux avaient promis de veiller; mais, dès
la tourte, une forte indigestion se déclara, il fallut que la mariée allât
coucher l'enfant. Ce fut ainsi que Jean et Françoise achevèrent de dîner
côte à côte. Elle était très remuante, toute rouge du grand feu de l'âtre,
brisée de fatigue et surexcitée pourtant. Lui, empressé, voulait se lever
pour elle; mais elle s'échappait, elle tenait en outre tête à Buteau, qui,
très taquin lorsqu'il était gentil, l'attaquait depuis le commencement du
repas. Il la pinçait au passage, elle lui allongeait une tape, furieuse;
puis, elle se relevait sous un prétexte, comme attirée, pour être pincée
encore et le battre. Elle se plaignait d'avoir les hanches bleues.

--Reste donc là! répétait Jean.

--Ah! non, criait-elle, faut pas qu'il croie être mon homme aussi, parce
qu'il est celui de Lise.

A la nuit noire, on avait allumé six chandelles. Depuis trois heures, on
mangeait, lorsque enfin, vers dix heures, on tomba sur le dessert. Dès
lors, on but du café, non pas une tasse, deux tasses, mais du café à plein
bol, tout le temps. Les plaisanteries s'accentuaient: le café, ça donnait
du nerf, c'était excellent pour les hommes qui dormaient trop; et, chaque
fois qu'un des convives mariés en avalait une gorgée, on se tenait les
côtes.

--Bien sur que tu as raison d'en boire, dit Fanny à Delhomme, très rieuse,
jetée hors de sa réserve habituelle.

Il rougit, allégua posément pour excuse son trop de travail, pendant que
leur fils Nénesse, la bouche grande ouverte, riait, au milieu de
l'explosion de cris et de claques sur les cuisses, produite par cette
confidence conjugale. D'ailleurs, le gamin avait tant mangé, qu'il en
éclatait dans sa peau. Il disparut, on ne le retrouva qu'au départ, couché
avec les deux vaches.

La Grande fut encore celle qui tint le plus longtemps. A minuit, elle
s'acharnait sur les petits fours, avec le désespoir muet de ne pouvoir les
finir. On avait torché les jattes des crèmes, balayé les miettes du gâteau
monté. Et, dans l'abandon de l'ivresse croissante, les agrafes des corsages
défaites, les boucles des pantalons lâchées, on changeait de place, on
causait par petits groupes autour de la table, grasse de sauce, maculée de
vin. Des essais de chansons n'avaient pas abouti, seule la vieille Rose, la
face noyée, continuait à fredonner une polissonnerie de l'autre siècle, un
refrain de sa jeunesse, dont sa tête branlante marquait la mesure. On était
aussi trop peu pour danser, les hommes préféraient vider les litres
d'eau-de-vie, en fumant leurs pipes, qu'ils tapaient sur la nappe, pour en
faire tomber les culots. Dans un coin, Fanny et Delhomme supputaient à un
sou près, devant Jean et Tron, quelle allait être la situation pécuniaire
des mariés et quelles seraient leurs espérances: cela dura
interminablement, chaque centimètre carré de terre était estimé, ils
connaissaient toutes les fortunes de Rognes, jusqu'aux sommes représentées
par le linge. A l'autre bout, Jacqueline s'était emparée de M. Charles,
qu'elle contemplait avec un sourire invincible, ses jolis yeux pervers
allumés de curiosité. Elle le questionnait.

--Alors, c'est drôle, Chartres? il y a du plaisir à y prendre?

Et lui répondait par un éloge du «tour de ville», la ligne de promenades
plantées de vieux arbres, qui font à Chartres, une ceinture d'ombrages. En
bas surtout, le long de l'Eure, les boulevards étaient très frais, en été.
Puis, il y avait la cathédrale, il s'étendait sur la cathédrale, en homme
bien renseigné et respectueux de la religion. Oui, un des plus beaux
monuments, devenu trop vaste pour cette époque de mauvais chrétiens,
presque toujours vide, au milieu de sa place déserte, que seules des ombres
de dévotes traversaient en semaine; et, cette tristesse de grande ruine, il
l'avait sentie, un dimanche qu'il y était entré, en passant, au moment des
vêpres: on y grelottait, on n'y voyait pas clair, à cause des vitraux, si
bien qu'il avait dû s'habituer au noir, avant de distinguer deux
pensionnats de petites filles, perdues là comme une poignée de fourmis,
chantant d'une voix aiguë de fifre, sous les voûtes. Ah! vraiment, ça
serrait le coeur, qu'on abandonnât ainsi les églises pour les cabarets!

Jacqueline, étonnée, continuait à le regarder fixement, avec son sourire.
Elle finit par murmurer:

--Mais, dites donc, les femmes, à Chartres...

Il comprit, devint très grave, s'épancha pourtant, dans l'expansion de la
soûlerie générale. Elle, très rose, frissonnante de petits rires, se
poussait contre lui, comme pour entrer dans ce mystère d'un galop d'hommes,
tous les soirs. Mais ce n'était pas ce qu'elle croyait, il lui en contait
le dur travail, car il avait le vin mélancolique et paternel. Puis, il
s'anima, lorsqu'elle lui eut dit qu'elle s'était amusée à passer, pour
voir, devant la maison de Châteaudun, au coin de la rue Davignon et de la
rue Loiseau, une petite maison délabrée, aux persiennes closes et à demi
pourries. Derrière, dans un jardin mal tenu, une grosse boule de verre
étamé reflétait la façade; tandis que, devant la lucarne du comble, changé
en pigeonnier, des pigeons volaient, roucoulant au soleil. Ce jour-là, des
enfants jouaient sur la marche de la porte, et l'on entendait les
commandements, par-dessus le mur de la caserne de cavalerie voisine. Lui,
l'interrompait, s'emportait. Oui, oui! il connaissait l'endroit, deux
femmes dégoûtantes et éreintées, pas même des glaces en bas. C'étaient ces
bouges qui déshonoraient le métier.

--Mais que voulez-vous faire dans une sous-préfecture? dit-il enfin, calmé,
cédant à une philosophie tolérante d'homme supérieur.

Il était une heure du matin, on parla d'aller se coucher. Lorsqu'on avait
eu un enfant ensemble, inutile, n'est-ce pas? d'y mettre des façons, pour
se fourrer sous la couverture. C'était comme les farces, le poil à gratter,
le lit déboulonné, les joujoux qui aboient quand on les presse, tout ça,
avec eux, n'aurait guère été que de la moutarde après dîner. Le mieux était
de boire encore un coup et de se dire bonsoir.

A ce moment, Lise et Fanny poussèrent un cri. Par la fenêtre ouverte, de
l'ordure venait d'être jetée à pleine main, une volée de merde ramassée au
pied de la haie; et les robes de ces dames se trouvaient perdues,
éclaboussées du haut en bas. Quel était le cochon qui avait fait ça? On
courut, on regarda sur la place, sur la route, derrière le mur. Personne.
D'ailleurs, tous furent d'accord: c'était Jésus-Christ qui se vengeait de
n'avoir pas été invité.

Les Fouan et les Delhomme partirent, M. Charles aussi. La Grande faisait le
tour de la table, cherchant s'il ne restait rien; et elle se décida, après
avoir dit à Jean que les Buteau crèveraient sur la paille. Dans le chemin,
pendant que les autres, très ivres, culbutaient parmi les cailloux, on
entendit son pas ferme et dur s'éloigner, avec les petits coups réguliers
de sa canne?

Tron ayant attelé le cabriolet, pour Mme Jacqueline, celle-ci, sur le
marchepied, se retourna.

--Est-ce que vous rentrez avec nous, Jean?... Non, n'est-ce pas?

Le garçon, qui s'apprêtait à monter, se ravisa, heureux de la laisser au
camarade. Il la regarda se serrer contre le grand corps de son nouveau
galant, il ne put s'empêcher de rire, quand la voiture eut disparu. Lui,
rentrerait à pied, et il vint s'asseoir un instant sur le banc de pierre,
dans la cour, près de Françoise, qui s'était mise là, étourdie de chaleur
et de lassitude, en attendant que le monde fut parti. Les Buteau étaient
déjà dans leur chambre, elle avait promis de fermer tout, avant de se
coucher elle-même.

--Ah! qu'il fait bon là! soupira-t-elle, après cinq grandes minutes de
silence.

Et le silence recommença, d'une paix souveraine. La nuit était criblée
d'étoiles, fraîche, délicieuse. L'odeur des foins s'exhalait, montait si
fort des prairies de l'Aigre, qu'elle embaumait l'air comme un parfum de
fleur sauvage.

--Oui, il fait bon, répéta enfin Jean. Ça remet le coeur.

Elle ne répondit pas, et il s'aperçut qu'elle dormait. Elle glissait, elle
s'appuyait contre son épaule. Alors, il demeura, une heure encore, songeant
à des choses confuses. De mauvaises pensées l'envahirent, puis se
dissipèrent. Elle était trop jeune, il lui semblait qu'en attendant, elle
seule vieillirait et se rapprocherait de lui.

--Dis donc, Françoise, faut se coucher. On prendrait du mal.

Elle se réveilla en sursaut.

--Tiens! c'est vrai, on sera mieux dans son lit... Au revoir, Jean.

--Au revoir, Françoise.



TROISIÈME PARTIE



I


Enfin, Buteau la tenait donc, sa part, cette terre si ardemment convoitée,
qu'il avait refusée pendant plus de deux ans et demi, dans une rage faite
de désir, de rancune et d'obstination! Lui-même ne savait plus pourquoi il
s'était ainsi entêté, brûlant au fond de signer l'acte, craignant d'être
dupe, ne pouvant se consoler de n'avoir pas tout l'héritage, les dix-neuf
arpents, aujourd'hui mutilés et épars. Depuis qu'il avait accepté, c'était
une grande passion satisfaite, la joie brutale de la possession; et une
chose la doublait, cette joie, l'idée que sa soeur et son frère étaient
volés, que son lot valait davantage, à présent que le nouveau chemin
bordait sa pièce. Il ne les rencontrait plus sans ricaner, en malin, disant
avec des clins d'yeux:

--Tout de même, je les ai fichus dedans!

Et ce n'était point tout. Il triomphait encore de son mariage, si longtemps
différé, des deux hectares que lui avait apportés Lise, touchant sa pièce,
car la pensée du partage nécessaire entre les deux soeurs ne lui venait
pas; ou, du moins, il le repoussait à une époque tellement lointaine qu'il
espérait trouver d'ici là une façon de s'y soustraire. Il avait, en
comptant la part de Françoise, huit arpents de labour, quatre de pré,
environ deux et demi de vigne; et il les garderait, on lui arracherait
plutôt un membre; jamais surtout il ne lâcherait la parcelle des
Cornailles, au bord du chemin, laquelle, maintenant, mesurait près de trois
hectares. Ni sa soeur ni son frère n'en avait une pareille; il en parlait
les joues enflées, crevant d'orgueil.

Un an se passa, et cette première année de possession fut pour Buteau une
jouissance. A aucune époque, quand il s'était loué chez les autres, il
n'avait fouillé la terre d'un labour si profond: elle était à lui, il
voulait la pénétrer, la féconder jusqu'au ventre. Le soir, il rentrait
épuisé, avec sa charrue dont le soc luisait comme de l'argent. En mars, il
hersa ses blés, en avril, ses avoines, multipliant les soins, se donnant
tout entier. Lorsque les pièces ne demandaient plus de travail, il y
retournait pour les voir, en amoureux. Il en faisait le tour, se baissait
et prenait, de son geste accoutumé, une poignée, une motte grasse, qu'il
aimait à écraser, à laisser couler entre ses doigts, heureux surtout s'il
ne la sentait ni trop sèche ni trop humide, flairant bon le pain qui
pousse.

Ainsi, la Beauce, devant lui, déroula sa verdure, de novembre à juillet,
depuis le moment où les pointes vertes se montrent jusqu'à celui où les
hautes tiges jaunissent. Sans sortir de sa maison, il la désirait sous ses
yeux, il avait débarricadé la fenêtre de la cuisine, celle de derrière, qui
donnait sur la plaine; et il se plantait là, il voyait dix lieues de pays,
la nappe immense, élargie, toute nue, sous la rondeur du ciel. Pas un
arbre, rien que les poteaux télégraphiques de la route de Châteaudun à
Orléans, filant droit, à perte de vue. D'abord, dans les grands carrés de
terre brune, au ras du sol, il n'y eut qu'une ombre verdâtre, à peine
sensible. Puis, ce vert tendre s'accentua, des pans de velours vert, d'un
ton presque uniforme. Puis, les brins montèrent et s'épaissirent, chaque
plante prit sa nuance, il distingua de loin le vert jaune du blé, le vert
bleu de l'avoine, le vert gris du seigle, des pièces à l'infini, étalées
dans tous les sens, parmi les plaques rouges des trèfles incarnat. C'était
l'époque où la Beauce est belle de sa jeunesse, ainsi vêtue de printemps,
unie et fraîche à l'oeil, en sa monotonie. Les tiges grandirent encore, et
ce fut la mer, la mer des céréales, roulante, profonde, sans bornes. Le
matin, par les beaux temps, un brouillard rose s'envolait. A mesure que
montait le soleil, dans l'air limpide, une brise soufflait par grandes
haleines régulières, creusant les champs d'une houle, qui partait de
l'horizon, se prolongeait, allait mourir à l'autre bout. Un vacillement
pâlissait les teintes, des moires de vieil or couraient le long des blés,
les avoines bleuissaient, tandis que les seigles frémissants avaient des
reflets violâtres. Continuellement, une ondulation succédait à une autre,
l'éternel flux battait sous le vent du large. Quand le soir tombait, des
façades lointaines, vivement éclairées, étaient comme des voiles blanches,
des clochers émergeant plantaient des mâts, derrière des plis de terrain.
Il faisait froid, les ténèbres élargissaient cette sensation humide et
murmurante de pleine mer, un bois lointain s'évanouissait, pareil à la
tache perdue d'un continent.

Buteau, par les mauvais temps, la regarda aussi, cette Beauce ouverte à ses
pieds, de même que le pêcheur regarde de sa falaise la mer démontée, où la
tempête lui vole son pain. Il y vit un violent orage, une nuée noire qui la
plomba d'un reflet livide, des éclairs rouges brûlant à la pointe des
herbes, dans des éclats de foudre. Il y vit une trombe d'eau venir de plus
de six lieues, d'abord un mince nuage fauve, tordu comme une corde, puis
une masse hurlante accourant d'un galop de monstre puis, derrière,
l'éventrement des récoltes, un sillage de trois kilomètres de largeur, tout
piétiné, brisé, rasé. Ses pièces n'avaient pas souffert, il plaignait le
désastre des autres avec des ricanements de joie intime. Et, à mesure que
le blé montait, son plaisir grandissait. Déjà, l'îlot gris d'un village
avait disparu à l'horizon, derrière le niveau croissant des verdures. Il ne
restait que les toitures de la Borderie, qui, à leur tour, furent
submergées. Un moulin, avec ses ailes, demeura seul, ainsi qu'une épave.
Partout du blé, la mer de blé envahissante, débordante, couvrant la terre
de son immensité verte.

--Ah! nom de Dieu! disait-il chaque soir en se mettant à table, si l'été
n'est pas trop sec, nous aurons du pain toujours!

Chez les Buteau, on s'était installé. Les époux avaient pris la grande
chambre du bas, et Françoise se contentait, au-dessus d'eux, de l'ancienne
petite chambre du père Mouche, lavée, meublée d'un lit de sangle, d'une
vieille commode, d'une table et de deux chaises. Elle s'occupait des
vaches, menait sa vie d'autrefois. Pourtant, dans cette paix, une cause de
mauvaise entente dormait, la question du partage entre les deux soeurs,
laissée en suspens. Au lendemain du mariage de l'aînée, le vieux Fouan, qui
était tuteur de la cadette, avait insisté pour que ce partage eût lieu,
afin d'éviter tout ennui plus tard. Mais Buteau s'était récrié. A quoi bon?
Françoise était trop jeune, elle n'avait pas besoin de sa terre. Est-ce
qu'il y avait rien de changé? elle vivait chez sa soeur comme auparavant,
on la nourrissait, on l'habillait; enfin, elle ne pouvait pas se plaindre,
bien sûr. A toutes ces raisons, le vieux hochait la tête: on ne savait
jamais ce qui arrivait, le mieux était de se mettre en règle; et la jeune
fille elle-même insistait, voulait connaître sa part, quitte à la laisser
ensuite aux soins de son beau-frère. Celui-ci, cependant, l'avait emporté
par sa brusquerie bon enfant, obstiné et goguenard. On n'en parlait plus,
il étalait partout la joie de vivre ainsi, gentiment, en famille.

--Faut de la bonne entente, je ne connais que ça!

En effet, au bout des premiers dix mois, il n'y avait pas encore eu de
querelle entre les deux soeurs, ni dans le ménage, lorsque les choses,
lentement, se gâtèrent. Cela commença par de méchantes humeurs. On se
boudait, on en vint aux mots durs; et, dessous, le ferment du tien et du
mien, continuant son ravage, gâtait peu à peu l'amitié.

Certainement, Lise et Françoise ne s'adoraient plus de leur grande
tendresse d'autrefois. Personne, maintenant, ne les rencontrait, les bras à
la taille, enveloppées du même châle, se promenant dans la nuit tombante.
On les avait comme séparées, une froideur grandissait entre elles. Depuis
qu'un homme était là, il semblait à Françoise qu'on lui prenait sa soeur.
Elle qui, auparavant, partageait tout avec Lise, ne partageait pas cet
homme; et il était ainsi devenu la chose étrangère, l'obstacle, qui lui
barrait le coeur où elle vivait seule. Elle s'en allait sans embrasser son
aînée, quand Buteau l'embrassait, blessée, comme si quelqu'un avait bu dans
son verre. En matière de propriété, elle gardait ses idées d'enfant, elle
apportait une passion extraordinaire: ça, c'est à moi, ça, c'est à toi; et,
puisque sa soeur était désormais à un autre, elle la laissait, mais elle
voulait ce qui était à elle, la moitié de la terre et de la maison.

Dans cette colère de Françoise, il y avait une autre cause, qu'elle-même
n'aurait pu dire. Jusque-là, glacée par le veuvage du père Mouche, la
maison, où l'on ne s'aimait pas, n'avait eu pour elle aucun souffle
troublant. Et voilà qu'un mâle l'habitait, un mâle brutal, habitué à
trousser les filles au fond des fossés, et dont les rigolades secouaient
les cloisons, haletaient à travers les fentes des boiseries. Elle savait
tout, instruite par les bêtes, elle en était dégoûtée et exaspérée. Dans la
journée, elle préférait sortir pour les laisser faire leur cochonnerie à
l'aise. Le soir, s'ils commençaient à rire en quittant la table, elle leur
criait d'attendre au moins qu'elle eût fini la vaisselle. Et elle gagnait
sa chambre, fermant les portes violemment, bégayant des insultes: Salops!
salops! entre ses dents serrées. Malgré tout, elle croyait entendre encore
ce qui se passait en bas. La tête enfoncée dans l'oreiller, le drap tiré
jusqu'aux yeux, elle brûlait de fièvre, l'ouïe et la vue hantées
d'hallucinations, souffrant des révoltes de sa puberté.

Le pis était que Buteau, en la voyant si occupée de ça, la plaisantait, par
farce. Eh bien? quoi donc? qu'est-ce qu'elle dirait, quand il lui faudrait
y passer? Lise, aussi, riait, ne trouvant là aucun mal. Et lui, alors,
expliquait son idée sur la bagatelle: puisque le bon Dieu avait donné à
chacun ce plaisir qui ne coûtait rien, il était permis de s'en payer tant
qu'on pouvait, jusqu'aux oreilles; mais pas d'enfant, ah! pour ça, non!
n'en fallait plus! On en faisait toujours trop, lorsqu'on n'était pas
marié, par bêtise. Ainsi Jules, une fichue surprise tout de même, qu'il
avait bien dû accepter. Mais, lorsqu'on était marié, on devenait sérieux,
il se serait plutôt coupé comme un chat, que d'en recommencer un autre.
Merci! pour qu'il y eût une bouche encore à la maison, où le pain, déjà,
filait si raide! Aussi ouvrait-il l'oeil; se surveillant avec sa femme, si
grasse, la mâtine, qu'elle goberait la chose du coup, disait-il, en
ajoutant pour rire qu'il labourait dur et ne semait pas. Du blé, oh! du
blé, tant que le ventre enflé de la terre pouvait en lâcher! mais des
mioches, c'était fini, jamais!

Et, au milieu de ces continuels détails, de ces accouplements qu'elle
frôlait et qu'elle sentait, le trouble de Françoise allait grandissant. On
prétendait que son caractère changeait: elle était prise, en effet,
d'humeurs inexplicables, avec des sautes continuelles, gaie, puis triste,
puis bourrue et mauvaise. Le matin, elle suivait Buteau d'un regard noir,
lorsque, sans se gêner, il traversait la cuisine, à moitié nu. Des
querelles avaient éclaté entre elle et sa soeur pour des vétilles, pour une
tasse qu'elle venait de casser: est-ce qu'elle n'était pas à elle aussi,
cette tasse, la moitié au moins? est-ce qu'elle ne pouvait pas casser la
moitié de tout, si ça lui plaisait? Sur ces questions de propriété, les
disputes tournaient à l'aigu, laissaient des rancunes de plusieurs jours.

Vers cette époque, Buteau céda lui-même à une humeur exécrable. La terre
souffrait d'une terrible sécheresse, pas une goutte d'eau n'était tombée
depuis six semaines; et il rentrait les poings serrés, malade de voir les
récoltes compromises, les seigles chétifs, les avoines maigres, les blés
grillés avant d'être en grains. Il en souffrait positivement, comme les
blés eux-mêmes, l'estomac rétréci, les membres noués de crampes, rapetissé,
desséché de malaise et de colère. Aussi, un matin, pour la première fois,
s'empoigna-t-il avec Françoise. Il faisait chaud, il était resté la chemise
ouverte, la culotte déboutonnée, près de lui tomber des fesses, après
s'être lavé au puits; et, comme il s'asseyait pour manger sa soupe,
Françoise, qui le servait, tourna un instant derrière lui. Enfin, elle
éclata, toute rouge.

--Dis, rentre ta chemise, c'est dégoûtant.

Il était mal planté, il s'emporta.

--Nom de Dieu! as-tu fini de m'éplucher?... Ne regarde pas, si ça
t'offusque... Tas donc bien envie d'en tâter, morveuse, que t'es toujours
là-dessus?

Elle rougit encore, elle bégaya, tandis que Lise avait le tort d'ajouter:

--Il a raison, tu nous embêtes à la fin... Va-t'en, si l'on n'est plus
libre chez soi.

--C'est ça, je m'en irai, dit rageusement Françoise, qui sortit en faisant
claquer la porte.

Mais, le lendemain, Buteau était redevenu gentil, conciliant et goguenard.
Dans la nuit, le ciel s'était couvert, il tombait depuis douze heures une
pluie fine, tiède, pénétrante, une de ces pluies d'été qui ravivent la
campagne; et il avait ouvert la fenêtre, sur la plaine, il était là dés
l'aube, à regarder cette eau, radieux, les mains dans les poches, répétant:

--Nous v'là bourgeois, puisque le bon Dieu travaille pour nous... Ah! sacré
tonnerre! des journées passées comme ça, à faire le feignant, ça vaut mieux
que les journées où l'on s'esquinte sans profit.

Lente, douce, interminable, la pluie ruisselait toujours; et il entendait
la Beauce boire, cette Beauce sans rivières et sans sources, si altérée.
C'était un grand murmure, un bruit de gorge universel, où il y avait du
bien-être. Tout absorbait, se trempait, tout reverdissait dans l'averse. Le
blé reprenait une santé de jeunesse, ferme et droit, portant haut l'épi,
qui allait se gonfler, énorme, crevant de farine. Et lui, comme la terre,
comme le blé, buvait par tous ses pores, détendu, rafraîchi, guéri,
revenant se planter devant la fenêtre, pour crier:

--Allez, allez donc!... C'est des pièces de cent sous qui tombent!

Brusquement, il entendit quelqu'un ouvrir la porte, il se tourna, et il eut
la surprise de reconnaître le vieux Fouan.

--Tiens! le père!... Vous venez donc de la chasse aux grenouilles?

Le vieux, après s'être battu avec un grand parapluie bleu, entra, en
laissant ses sabots sur le seuil.

--Fameux coup d'arrosoir, dit-il simplement. Fallait ça.

Depuis un an que le partage était définitivement consommé, signé,
enregistré, il n'avait plus qu'une occupation, celle d'aller revoir ses
anciennes pièces. On le rencontrait toujours rôdant autour d'elles,
s'intéressant, triste ou gai selon l'état des récoltes, gueulant contre ses
enfants, parce que ce n'était plus ça, que c'était leur faute, si rien ne
marchait. Cette pluie le ragaillardissait, lui aussi.

--Et alors, reprit Buteau, vous entrez nous voir, en passant?

Françoise, muette jusque-là, s'avança et dit d'une voix nette:

--Non, c'est moi qui ai prié mon oncle de venir.

Lise, debout devant la table, en train d'écosser des pois, lâcha la
besogne, attendit, les bras ballants, le visage subitement dur. Buteau, qui
avait d'abord fermé les poings, reprenait son air de rire, résolu à ne pas
se fâcher.

--Oui, expliqua lentement le vieux, la petite a causé avec moi, hier...
Vous voyez si j'avais raison de vouloir régler les affaires tout de suite.
Chacun sa part, on ne se brouille pas pour ça: au contraire, ça empêche les
disputes... Et, à cette heure, faut bien en finir. C'est son droit,
n'est-ce pas? d'être fixée sur ce qui lui revient. Moi, je serai
répréhensible... Alors donc, nous allons dire un jour et nous irons tous
ensemble chez M. Baillehache.

Mais Lise ne put se contenir davantage.

--Pourquoi ne nous envoie-t-elle pas les gendarmes? On dirait qu'on la
vole, bon sang!... Est-ce que je raconte dehors, moi, qu'elle est un vrai
bâton merdeux, à ne pas savoir par quel bout la prendre?

Françoise allait répondre sur ce ton, lorsque Buteau, qui l'avait saisie
par derrière, comme pour jouer, s'écria:

--En v'là des bêtises!... On s'asticote, mais on s'aime tout de même, pas
vrai? Ça serait propre de ne pas être d'accord entre soeurs.

La jeune fille s'était dégagée d'une secousse, et la querelle allait
reprendre, lorsqu'il eut une exclamation joyeuse, en voyant la porte
s'ouvrir de nouveau.

--Jean!... Ah! quelle soupe! un vrai caniche!

En effet, Jean, venu au pas de course de la ferme, comme cela lui arrivait
souvent, n'avait jeté qu'un sac sur ses épaules, pour se protéger; et il
était trempé, ruisselant, fumant, riant lui-même en bon garçon. Pendant
qu'il se secouait, Buteau, retourné devant la fenêtre, s'épanouissait de
plus en plus, devant la pluie entêtée.

--Oh! ça tombe, ça tombe, c'est une bénédiction!... Non, vrai! c'est
rigolo, tant ça tombe!

Puis, revenant:

--Tu arrives bien, toi. Ces deux-là se mangeaient... Françoise veut qu'on
partage, pour nous quitter.

--Comment? cette gamine! cria Jean, saisi.

Son désir était devenu une passion violente, cachée; et il n'avait d'autre
satisfaction que de la voir dans cette maison, où il était reçu en ami.
Vingt fois déjà, il l'aurait demandée en mariage, s'il ne s'était pas
trouvé si vieux pour elle si jeune: il avait beau attendre, les quinze
années de différence ne se comblaient pas. Personne ne semblait se douter
qu'il pût songer à elle, ni elle-même, ni sa soeur, ni son beau-frère.
Aussi était-ce pour cela que ce dernier l'accueillait si cordialement, sans
peur des suites.

--Gamine, ah! c'est le vrai mot, dit-il avec un haussement paternel des
épaules.

Mais Françoise, raidie, les yeux à terre, s'entêtait.

--Je veux ma part.

--Ce serait le plus sage, murmura le vieux Fouan.

Alors, Jean la prit doucement par les poignets, l'attira contre ses genoux;
et il la gardait ainsi, les mains frémissantes de lui sentir la peau, il
lui parlait de sa bonne voix, qui s'altérait, à mesure qu'il la suppliait
de rester. Où irait-elle? chez des étrangers, en condition à Cloyes ou à
Châteaudun? Est-ce qu'elle n'était pas mieux, dans cette maison où elle
avait grandi, au milieu de gens qui l'aimaient? Elle l'écoutait, et elle
s'attendrissait à son tour; car, si elle ne pensait guère à voir en lui un
amoureux, elle lui obéissait volontiers d'habitude, beaucoup par amitié et
un peu par crainte, le trouvant très sérieux.

--Je veux ma part, répéta-t-elle, ébranlée; seulement, je ne dis pas que je
m'en irai.

--Eh! bête, intervint Buteau, qu'est-ce que tu en ficheras, de ta part, si
tu restes? Tu as tout, comme ta soeur, comme moi: pourquoi en veux-tu la
moitié?... Non, c'est à crever de rire!... Écoutes-bien. Le jour où tu te
marieras, on fera le partage.

Les yeux de Jean, fixés sur elle, vacillèrent, comme si son coeur eût
défailli.

--Tu entends? le jour de ton mariage.

Elle ne répondait pas, oppressée.

Et, maintenant, ma petite Françoise, va embrasser ta soeur. Ça vaudra
mieux.

Lise n'était pas mauvaise encore, dans sa gaieté bourdonnante de commère
grasse; et elle pleura, lorsque Françoise se pendit à son cou. Buteau,
enchanté d'avoir ajourné l'affaire, cria que, nom de Dieu! on allait boire
un coup. Il apporta cinq verres, déboucha une bouteille, retourna en
chercher une seconde. La face tannée du vieux Fouan s'était colorée, tandis
qu'il expliquait que, lui, était pour le devoir. Tous burent, les femmes
ainsi que les hommes, à la santé de chacun et de la compagnie.

--C'est bon, le vin! cria Buteau en reposant rudement son verre, eh bien!
vous direz ce que vous voudrez, mais ça ne vaut pas cette eau qui tombe...
Regardez-moi ça, en v'là encore, en v'là toujours! ah! c'est riche!

Et tous, en tas devant la fenêtre, épanouis, dans une sorte d'extase
religieuse, regardaient ruisseler la pluie tiède, lente, sans fin, comme
s'ils avaient vu, sous cette eau bienfaisante, pousser les grands blés
verts.



II


Un jour de cet été, la vieille Rose, qui avait eu des faiblesses, et dont
les jambes n'allaient plus, fit venir sa petite-nièce Palmyre, pour laver
la maison, Fouan était sorti rôder à son habitude, autour des cultures; et,
pendant que la misérable, sur les genoux, trempée d'eau, s'épuisait à
frotter, l'autre la suivait pas à pas, toutes les deux remâchant les mêmes
histoires.

D'abord, il fut question du malheur de Palmyre, que son frère Hilarion
battait maintenant. Oui, cet innocent, cet infirme était devenu mauvais;
et, comme il ne connaissait pas sa force, avec ses poings capables de
broyer des pierres, elle craignait toujours d'être tuée, quand il
l'empoignait. Mais elle ne voulait pas qu'on s'en mêlât, elle renvoyait le
monde, arrivant à l'apaiser, dans l'infinie tendresse qu'elle gardait pour
lui. L'autre semaine, il y avait eu un scandale dont tout Rognes causait
encore, une telle batterie, que les voisins étaient accourus et l'avaient
trouvé se livrant sur elle à des abominations.

--Dis, ma fille, demanda Rose pour provoquer ses confidences, c'est donc
qu'il voulait te forcer, le brutal.

Palmyre, cessant de frotter, accroupie dans ses guenilles ruisselantes, se
fâcha, sans répondre.

--Est-ce que ça les regardait, les autres? est-ce qu'ils avaient besoin
d'entrer espionner chez nous?... Nous ne volons personne.

--Dame! reprit la vieille, pourtant si vous couchez ensemble, comme on le
raconte, c'est très mal.

Un instant, la malheureuse resta muette, la face souffrante, les yeux
vagues au loin; puis, cassée de nouveau en deux, elle bégaya, en coupant
chaque phrase du va-et-vient de ses bras maigres.

--Ah! très mal, est-ce qu'on sait?... Le curé m'a fait demander, pour me
dire que nous irions en enfer. Pas le pauvre chéri toujours... Un innocent,
monsieur le curé, ai-je répondu, un garçon qui n'en sait pas plus long
qu'un petit de trois semaines; et qui serait mort si je ne l'avais pas
nourri, et qui n'a guère eu de bonheur d'être ce qu'il est!... A moi,
n'est-ce pas? c'est mon affaire. Le jour où il m'étranglera, dans un des
coups de rage qui le prennent à cette heure, je verrai bien si le bon Dieu
veut me pardonner.

Rose, qui savait la vérité depuis longtemps, voyant qu'elle n'apprendrait
aucun détail nouveau, conclut d'un air sage:

--Quand les choses sont d'une manière, elles ne sont pas d'une autre...
N'importe, ce n'est pas une vie que tu t'es faite, ma fille.

Et elle se lamenta sur ce que tout le monde avait son malheur. Ainsi, elle
et son homme, en enduraient-ils des misères, depuis qu'ils avaient eu le
bon coeur de se dépouiller pour leurs enfants! Dès lors, elle ne s'arrêta
plus. C'était son éternel sujet de plaintes.

--Mon Dieu! les égards, on finit tout de même par s'en passer. Lorsque les
enfants sont cochons, ils sont cochons... S'ils payaient la rente
seulement...

Elle expliqua, pour la vingtième fois, que Delhomme seul apportait ses
trimestres de cinquante francs, oh! à la minute. Buteau, lui, toujours en
retard, tâchait de liarder: ainsi, bien que la date fut échue depuis dix
jours, elle l'attendait encore, il avait promis de venir s'acquitter, le
soir même. Quant à Jésus-Christ, c'était plus simple, il ne donnait rien,
on ne voyait jamais la couleur de son argent. Et, juste ce matin-là, est-ce
qu'il n'avait pas eu le toupet d'envoyer la Trouille, qui s'était mise à
pleurnicher et à demander un emprunt de cent sous, pour faire du bouillon à
son père, malade? Ah! on la connaissait, sa maladie: un fameux trou sous le
nez! Aussi l'avait-on bien reçue, cette gueuse, en la chargeant de dire à
son père que, si, le soir, il n'apportait pas ses cinquante francs, comme
son frère Buteau, on lui enverrait l'huissier.

--Histoire de l'effrayer, car le pauvre garçon, tout de même, n'est pas
méchant, ajouta Rose, qui s'attendrissait déjà, dans sa préférence pour son
aîné.

A la nuit tombante, Fouan étant rentré dîner, elle recommença à table,
pendant qu'il mangeait, la tête basse, muet. Était-ce Dieu possible, cela,
que de leur six cents francs ils eussent seulement les deux cents francs de
Delhomme, à peine cent francs de Buteau, rien du tout de Jésus-Christ, ce
qui faisait juste la moitié de la rente! Et les bougres avaient signé chez
le notaire, c'était écrit, déposé à la justice! Ils s'en fichaient bien, de
la justice!

Palmyre qui, dans l'obscurité, achevait d'essuyer le carreau de la cuisine,
répondait la même phrase à chaque plainte, comme un refrain de misère.

--Ah! sûr, chacun a son mal, on en crève!

Rose se décidait enfin à allumer, lorsque la Grande entra, avec son tricot.
Dans ses longs jours, il n'y avait point de veillée; mais, pour ne pas même
user un bout de chandelle, elle venait passer chez son frère l'heure de
nuit, avant d'aller se coucher à tâtons. Tout de suite, elle s'installa, et
Palmyre, qui avait encore à récurer des pots et des casseroles, ne souffla
plus, saisie de voir sa grand'mère.

--Si tu as besoin d'eau chaude, ma fille, reprit Rose, entame un fagot.

Elle se contint un instant, s'efforça de parler d'autre chose; car, devant
la Grande, les Fouan évitaient de se plaindre, sachant qu'ils lui faisaient
plaisir, quand ils regrettaient tout haut de s'être dépouillés. Mais la
passion l'emporta.

--Et va, tu peux mettre le fagot entier, si on appelle ça un fagot. Des
brindilles de bois mort, des rognures de haies!... Faut vraiment que Fanny
ratisse son bûcher, pour nous envoyer de la pourriture pareille.

Fouan, resté à la table, devant un verre plein, sortit alors du silence où
il semblait vouloir s'enfermer. Il s'emporta.

--As-tu fini, nom de Dieu! avec ton fagot? C'est de la saleté, nous le
savons!... Qu'est-ce que je dirai donc, moi, de cette cochonnerie de
piquette que Delhomme me donne pour du vin?

Il éleva le verre, le regarda à la chandelle.

--Hein? qu'a-t-il bien pu foutre là-dedans? Ce n'est pas même de la rinçure
de tonneau... Et il est honnête, celui-là! Les deux autres nous
laisseraient crever de soif, sans aller nous chercher une bouteille d'eau à
la rivière.

Enfin, il se décida à boire son vin d'un coup. Mais il cracha violemment.

--Ah! la poison! c'est peut-être bien pour me faire claquer tout de suite.

Dès ce moment, Fouan et Rose s'abandonnèrent à leur rancune, sans plus rien
ménager. Leurs coeurs ulcérés se soulageaient, ils alternaient les litanies
de leurs récriminations, chacun à son tour disait son grief. Ainsi, les dix
litres de lait par semaine: d'abord, ils n'en recevaient pas six; et puis,
s'il ne passait point entre les mains de monsieur le curé, ce lait-là,
n'empêche qu'il devait être bon chrétien. C'était comme pour les oeufs,
certainement qu'on les commandait exprès aux poules, car on n'en aurait pas
trouvé d'aussi petits sur tout le marché de Cloyes: oui, une vraie
curiosité, et donnés de si mauvais coeur, qu'ils avaient le temps de se
gâter en route. Quant aux fromages, ah! les fromages! Rose se tordait de
coliques, chaque fois qu'elle en mangeait. Elle courut en chercher un, elle
voulut absolument que Palmyre y goutât. Hein? était-ce une horreur? ça ne
criait-il pas vengeance? Ils devaient y ajouter de la farine, peut-être
bien du plâtre. Mais déjà Fouan se lamentait d'en être réduit à ne plus
pouvoir fumer qu'un sou de tabac par jour; et, aussitôt, elle regretta son
café noir qu'il lui avait fallu supprimer; et tous les deux à la fois,
ensuite, les accusèrent de la mort de leur vieux chien infirme, qu'ils
s'étaient décidés à noyer la veille, parce qu'il coûtait trop pour eux,
maintenant.

--Je leur ai tout donné, cria le vieux, et les bougres se foutent de
moi!... Ah! ça nous tuera, tant nous rageons à nous voir dans cette misère!

Ils s'arrêtèrent enfin, et la Grande, qui n'avait pas desserré les lèvres,
les regarda l'un après l'autre, de ses yeux ronds d'oiseau mauvais.

--C'est bien fait! dit-elle.

Mais, juste à ce moment, Buteau entra. Palmyre, ayant terminé son travail,
en profita pour s'échapper, avec les quinze sous que Rose venait de lui
mettre dans la main. Et Buteau, debout au milieu de la pièce, se tint
immobile, dans ce silence prudent du paysan qui ne veut jamais parler le
premier. Deux minutes s'écoulèrent. Le père fut forcé d'entamer les choses.

--Alors, tu te décides, c'est heureux.... Depuis dix jours, tu te fais bien
attendre.

L'autre se dandinait.

--Quand on peut, on peut. Chacun sait comment son pain cuit.

--Possible, mais à ce compte-là, si ça durait, pendant que tu en mangerais,
du pain, nous crèverions, nous autres.... Tu as signé, tu dois payer au
jour et à l'heure.

En voyant son père se fâcher, Buteau plaisanta.

--Dites donc, si j'arrive trop tard, je m'en retourne.... Ce n'est donc pas
déjà très gentil, de payer? Il y en a qui s'en passent.

Cette allusion à Jésus-Christ inquiéta Rose, qui se permit de tirer la
veste de son homme. Il retint un geste de colère, il reprit:

--C'est bon, donne tes cinquante francs, j'ai préparé le reçu.

Sans se presser, Buteau se fouilla. Il avait eu, sur la Grande, un coup
d'oeil de contrariété, l'air gêné par sa présence. Elle en abandonnait son
tricot, elle regardait de ses prunelles fixes, dans l'attente de voir
l'argent. Le père et la mère, eux aussi, s'étaient rapprochés, ne quittant
plus la main du garçon. Et, sous ces trois paires d'yeux, largement
ouverts, il se résigna à sortir une première pièce de cent sous.

--Une, dit-il, en la posant sur la table.

Les autres suivirent, avec une lenteur croissante. Il continuait à les
compter tout haut, d'une voix qui faiblissait. Après la cinquième il
s'arrêta, dut faire de profondes recherches pour en trouver une encore,
puis cria d'une voix raffermie, très forte:

--Et six!

Les Fouan attendaient toujours, mais rien ne vint plus.

--Comment, six? finit par dire le père. C'est dix qu'il en faut.... Est-ce
que tu te fiches de nous? Le trimestre dernier, quarante francs, et
celui-ci trente!

Tout de suite, Buteau prit une voix geignarde. Ah! rien n'allait. Le blé
avait encore baissé, les avoines étaient chétives. Jusqu'à son cheval, dont
le ventre enflait, si bien qu'il avait dû faire venir deux fois le
vétérinaire. Enfin, c'était la ruine, il ne savait comment joindre les deux
bouts.

--Ça ne me regarde pas, répétait furieusement le vieux. Donne les cinquante
francs, ou je t'envoie en justice.

Cependant, il s'apaisa, à l'idée de n'accepter les six pièces qu'en
acompte; et il parla de refaire son reçu.

--Alors, tu me donneras les vingt francs la semaine prochaine.... Je vas
mettre ça sur le papier.

Mais déjà, d'une main prompte, Buteau avait repris l'argent sur la table.

--Non, non! pas de ça!... Je veux être quitte. Laissez le reçu, ou je
file.... Ah bien! vrai! ça ne vaudrait pas la peine de me dépouiller, si je
vous devais encore.

Et ce fut terrible, le père et le fils s'obstinèrent, répétant sans se
lasser les mêmes mots, l'un exaspéré de n'avoir pas empoché l'argent tout
de suite, l'autre le serrant dans son poing, résolu à ne plus le lâcher que
donnant donnant. Une seconde fois, la mère dut tirer son homme par la
veste, et il céda de nouveau.

--Tiens! sacré voleur, le voilà, le papier! Je devrais te le coller d'une
gifle sur la gueule... Donne l'argent.

L'échange eut lieu, de poing à poing; et Buteau, la scène jouée, se mit à
rire. Il s'en alla, gentil, satisfait, en souhaitant bien le bonsoir à la
compagnie. Fouan s'était assis devant la table, l'air épuisé. Alors, la
Grande, avant de reprendre son tricot, haussa les épaules, lui jeta
violemment ces deux mots:

--Foutue bête!

Il y eut un silence, et la porte fut rouverte, Jésus-Christ entra. Averti
par la Trouille que son frère payait le soir, il le guettait de la route,
il avait attendu sa sortie, pour se présenter à son tour. Le visage doux,
il était simplement attendri d'un reste d'ivresse de la veille. Dès le
seuil, ses yeux allèrent droit aux six pièces de cent sous, que Fouan avait
eu l'imprudence de remettre sur la table.

--Ah! c'est Hyacinthe! cria Rose, heureuse de le voir.

--Oui, c'est moi.... Bonne santé à tous!

Et il s'avança, sans quitter de l'oeil les pièces blanches, luisantes comme
des lunes, à la chandelle. Le père, qui avait tourné la tête, suivit son
regard, aperçut l'argent, dans un sursaut d'inquiétude. Vivement, il posa
dessus une assiette, pour le cacher. Trop tard!

--Foutue bête! pensa-t-il, irrité de sa négligence. La Grande a raison.

Puis, tout haut, brutal:

--Tu fais bien de venir nous payer, car, aussi vrai que cette chandelle
nous éclaire, je t'envoyais l'huissier demain.

--Oui, la Trouille m'a dit ça, gémit Jésus-Christ très humble, et je me
suis dérangé, parce que, n'est-ce pas? vous ne pouvez vouloir ma mort...
Payer, bon Dieu! avec quoi payer, quand on n'a pas du pain à sa
suffisance?.... Nous avons tout vendu, oh! je ne blague pas, venez voir
vous-même, si vous croyez que je blague. Plus de draps aux lits, plus de
meubles, plus rien... Et, avec ça je suis malade...

Un ricanement d'incrédulité l'interrompit. Il continua sans entendre:

--Peut-être que ça ne paraît guère, mais n'empêche que j'ai quelque chose
de mauvais dans le sac. Je tousse, je sens que je m'en vas... Encore, quand
on a du bouillon! Mais quand on a pas du bouillon, on claque, hein? c'est
la vérité.... Bien sur que je vous payerais, si j'avais de l'argent.
Dites-moi où il y en a, que je vous en donne, et que je commence par me
mettre un pot-au-feu. V'là quinze jours que je n'ai pas vu de viande.

Rose commençait à s'émouvoir, tandis que Fouan se fâchait davantage.

--T'as tout bu, feignant, propre à rien, tant pis pour toi! De si belles
terres, qui étaient dans la famille depuis des ans et des ans, tu les as
mises en gage! Oui, il y a des mois que, toi et ta garce de fille, vous
faites la noce, et si c'est fini, à cette heure, crevez donc!

Jésus-Christ n'hésita plus, il sanglota.

--Ce n'est pas d'un père, ce que vous dites. Faut être dénaturé pour renier
son enfant... Moi, j'ai bon coeur, c'est ce qui causera ma perte... Si vous
n'aviez pas d'argent! mais puisque vous en avez, est-ce que ça se refuse,
une aumône à un fils?.... J'irai mendier chez les autres, ce sera du
propre, ah! oui, du propre!

Et, à chaque phrase, lâchée au milieu de ses larmes, il jetait sur
l'assiette un regard oblique qui faisait trembler le vieux. Puis, feignant
d'étouffer, il ne poussa plus que des cris assourdissants d'homme qu'on
égorge.

Rose, bouleversée, gagnée par les sanglots, joignit les mains, pour
supplier Fouan.

--Voyons, mon homme...

Mais ce dernier, se débattant, refusant encore, l'interrompit.

--Non non, il se fout de nous.... Veux-tu te taire, animal? Est-ce qu'il y
a du bon sens à gueuler ainsi? Les voisins vont venir, tu nous rends tous
malades.

Cela ne fit que redoubler les clameurs de l'ivrogne, qui beugla:

--Je ne vous ai pas dit... L'huissier vient demain saisir chez moi. Oui,
pour un billet que j'ai signé à Lambourdieu... Je ne suis qu'un cochon, je
vous déshonore, faut que j'en finisse. Ah! cochon! tout ce que je mérite,
c'est de boire un coup dans l'Aigre, jusqu'à plus soif... Si seulement
j'avais trente francs...

Fouan, excédé, vaincu par cette scène, tressaillit, à ce chiffre de trente
francs. Il écarta l'assiette. A quoi bon? puisque le bougre les voyait et
les comptait à travers la faïence.

--Tu veux tout, est-ce raisonnable, nom de Dieu!... Tiens! tu nous
assommes, prends-en la moitié, et file, qu'on ne te revoie pas!

Jésus-Christ, guéri soudain, parut se consulter, puis déclara:

--Quinze francs, non, c'est trop court, ça ne peut pas faire l'affaire.
Mettons-en vingt, et je vous lâche.

Ensuite, lorsqu'il tint les quatre pièces de cent sous, il les égaya tous,
en leur racontant le tour qu'il avait joué à Bécu, de fausses lignes de
fond, placées dans la partie réservée de l'Aigre, de telle manière que le
garde champêtre était tombé à l'eau, en voulant les retirer. Et il s'en
alla enfin, après s'être fait offrir un verre du mauvais vin de Delhomme,
qu'il traita de sale canaille, pour oser donner à un père cette drogue-là.

--Tout de même, il est gentil, dit Rose, lorsqu'il eut refermé la porte.

La Grande s'était mise debout, pliant son tricot, près de partir. Elle
regarda sa belle-soeur, puis son frère, fixement; et elle sortit à son
tour, après leur avoir crié, dans une colère longtemps contenue:

--Pas un sou, foutues bêtes! ne me demandez pas un sou, jamais! jamais!

Dehors, elle rencontra Buteau, qui revenait de chez Macqueron, étonné d'y
avoir vu entrer Jésus-Christ, très gai, la poche sonnante d'écus. Il avait
soupçonné vaguement l'histoire.

--Eh! oui, cette grande canaille emporte ton argent. Ah! ce qu'il va se
gargariser avec, en se fichant de toi!

Buteau, hors de lui, tapa des deux poings dans la porte des Fouan. Si on ne
la lui avait pas ouverte, il l'aurait enfoncée. Les deux vieux se
couchaient déjà, la mère avait retiré son bonnet et sa robe, en jupon, ses
cheveux gris tombés sur les tempes. Et, quand ils se furent décides à
rouvrir, il se jeta entre eux, criant d'une voix étranglée:

--Mon argent! mon argent!

Ils eurent peur, ils s'écartèrent, étourdis, ne comprenant pas encore.

--Est-ce que vous croyez que je m'extermine pour ma rosse de frère? Il ne
foutrait rien, et c'est moi qui le gobergerais!... Ah! non, ah! non!

Fouan voulut nier, mais l'autre lui coupa brutalement la parole.

--Hein! quoi? voilà que vous mentez, à cette heure!... Je vous dis qu'il a
mon argent. Je l'ai senti, je l'ai entendu sonner dans sa poche, à ce
gueux! Mon argent que j'ai sué, mon argent qu'il va boire!... Si ce n'est
pas vrai, montrez-le-moi donc. Oui, si vous les avez encore, montrez-moi
les pièces... Je les connais, je saurai bien. Montrez-moi les pièces.

Et il s'entêta, il répéta à vingt reprises cette phrase dont il fouettait
sa colère. Il en arriva à donner des coups de poing sur la table, exigeant
les pièces, là, tout de suite, jurant qu'il ne les reprendrait pas, voulant
simplement les voir. Puis, comme les vieux tremblants balbutiaient, il
éclata de fureur.

--Il les a, c'est clair!... Du tonnerre de Dieu si je vous rapporte un sou!
Pour vous autres, on pouvait se saigner; mais pour entretenir cette
crapule, ah! j'aimerais mieux me couper les bras!

Pourtant, le père, lui aussi, finissait par se fâcher.

--En v'là assez, n'est-ce pas? Est-ce que ça te regarde, nos affaires? Il
est à moi, ton argent, j'en peux bien faire ce qu'il me plaît.

--Qu'est-ce que vous dites? reprit Buteau, en s'avançant sur lui, blême,
les poings serrés. Vous voulez donc que je lâche tout... Eh bien! je trouve
que c'est trop salop, oui! salop, de tirer des sous à vos enfants, lorsque
vous avez pour sûr de quoi vivre... Oh! vous aurez beau dire non! Le magot
est par là, je le sais.

Saisi, le vieux se démenait, la voix cassée, les bras faibles, ne
retrouvant plus son autorité d'autrefois, pour le chasser.

--Non, non, il n'y a pas un liard... Vas-tu foutre le camp!

--Si je cherchais! si je cherchais! répétait Buteau qui déjà ouvrait les
tiroirs et tapait dans les murs.

Alors, Rose, terrifiée, craignant une bataille entre le père et le fils, se
pendit à une épaule de ce dernier, en bégayant:

--Malheureux, tu veux donc nous tuer?

Brusquement, il se retourna vers elle, la saisit par les poignets, lui cria
dans la face, sans voir sa pauvre tête grise, usée et lasse:

--Vous, c'est votre faute! C'est vous qui avez donné l'argent à
Hyacinthe... Vous ne m'avez jamais aimé, vous êtes une vieille coquine!

Et il la poussa, d'une secousse si rude, qu'elle s'en alla, défaillante,
tomber assise contre le mur. Elle avait jeté une plainte sourde. Il la
regarda un instant, pliée là comme une loque; puis, il partit d'un air fou,
il fit claquer la porte, en jurant:

--Nom de Dieu de nom de Dieu!

Le lendemain, Rose ne put quitter le lit. On appela le docteur Finet, qui
revint trois fois sans la soulager. A la troisième visite, l'ayant trouvée
à l'agonie, il prit Fouan à part, il demanda comme un service d'écrire tout
de suite et de laisser le permis d'inhumer: cela lui éviterait une course,
il usait de cet expédient, pour les hameaux lointains. Cependant, elle dura
trente-six heures encore. Lui, aux questions, avait répondu que c'était la
vieillesse et le travail, qu'il fallait bien s'en aller, quand le corps
était fini. Mais, dans Rognes, où l'on savait l'histoire, tous disaient que
c'était un sang tourné. Il y eut beaucoup de monde à l'enterrement, Buteau
et le reste de la famille s'y conduisirent très bien.

Et, lorsqu'on eut rebouché le trou, au cimetière, le vieux Fouan rentra
seul dans la maison, où ils avaient vécu et souffert à deux, pendant
cinquante ans. Il mangea debout un morceau de pain et de fromage. Puis, il
rôda au travers des bâtiments et du jardin vides, ne sachant à quoi tuer
son chagrin. Il n'avait plus rien à faire, il sortit pour monter sur le
plateau, à ses anciennes pièces, voir si le blé poussait.



III


Pendant tout une année, Fouan vécut de la sorte, silencieux dans la maison
déserte. On l'y trouvait sans cesse sur les jambes, allant, venant, les
mains tremblantes, et ne faisant rien. Il restait des heures devant les
auges moisies de l'étable, retournait se planter à la porte de la grange
vide, comme cloué là par une songerie profonde. Le jardin l'occupait un
peu; mais il s'affaiblissait, il se courbait davantage vers la terre, qui
semblait le rappeler à elle; et, deux fois, on l'avait secouru, le nez
tombé dans ses plants de salades.

Depuis les vingt francs donnés à Jésus-Christ, Delhomme payait seul la
rente, car Buteau s'entêtait à ne plus verser un sou, déclarant qu'il
aimait mieux aller en justice, que de voir son argent filer dans la poche
de sa canaille de frère. Ce dernier, en effet, arrachait encore de temps à
autre une aumône forcée à son père, que ses scènes de larmes
anéantissaient.

Ce fut alors que Delhomme, devant cet abandon du vieux, exploité, malade de
solitude, eut l'idée de le prendre. Pourquoi ne vendrait-il pas la maison
et n'habiterait-il pas chez sa fille? Il n'y manquerait de rien, on
n'aurait plus les deux cents francs de rente à lui payer. Le lendemain,
Buteau, ayant appris cette offre, accourut, en fit une semblable, avec tout
un étalage de ses devoirs de fils. De l'argent pour le gâcher, non! mais du
moment qu'il s'agissait de son père tout seul, celui-ci pouvait venir, il
mangerait et dormirait, à l'aise. Au fond, sa pensée dut être que sa soeur
n'attirait le vieux que dans le calcul de mettre la main sur le magot
soupçonné. Lui-même pourtant commençait à douter de l'existence de cet
argent, flairé en vain. Et il était très partagé, il offrait son toit par
orgueil, en comptant bien que le père refuserait, en souffrant à l'idée
qu'il accepterait peut-être l'hospitalité des Delhomme. Du reste, Fouan
montra une grande répugnance, presque de la peur, pour la première comme
pour la seconde des deux propositions. Non! non! valait mieux son pain sec
chez soi que du rôti chez les autres: c'était moins amer. Il avait vécu là,
il mourrait là.

Les choses allèrent ainsi jusqu'à la mi-juillet, à la Saint-Henri, qui
était la fête patronale de Rognes. Un bal forain, couvert de toile,
s'installait d'ordinaire dans les prés de l'Aigre; et il y avait, sur la
route, en face de la mairie, trois baraques, un tir, un camelot vendant de
tout, jusqu'à des rubans, et un jeu de tournevire, où l'on gagnait des
sucres d'orge. Or, ce jour-là, M. Baillehache, qui déjeunait à la Borderie,
étant descendu causer avec Delhomme, celui-ci le pria de l'accompagner chez
le père Fouan, pour lui faire entendre raison. Depuis la mort de Rose, le
notaire conseillait également au vieillard de se retirer près de sa fille
et de vendre la maison inutile, trop grande à cette heure. Elle valait bien
trois mille francs, il offrait même d'en garder l'argent et de lui en payer
la rente, par petites sommes, au fur et à mesure de ses menus besoins.

Ils trouvèrent le vieux dans son effarement habituel, piétinant au hasard,
hébété devant un tas de bois, qu'il voulait scier, sans en avoir la force.
Ce matin-là, ses pauvres mains tremblaient plus encore que de coutume, car
il avait eu, la veille, à subir une rude attaque de Jésus-Christ, qui, pour
lui faire vingt francs, en vue de la fête du lendemain, était venu jouer le
grand jeu, beuglant à le rendre fou, se traînant par terre, menaçant de se
percer le coeur d'un coutelas, apporté exprès dans sa manche. Et il avait
donné les vingt francs, il l'avoua tout de suite au notaire, d'un air
d'angoisse.

--Dites, est-ce que vous feriez autrement, vous? Moi, je ne peux plus, je
ne peux plus!

Alors, M. Baillehache profita de la circonstance.

--Ce n'est pas tenable, vous y laisserez la peau. A votre âge il est
imprudent de vivre seul; et, si vous ne voulez pas être mangé, il faut
écouter votre fille, vendre et aller chez elle.

--Ah! c'est aussi votre conseil, murmura Fouan.

Il jetait un regard oblique sur Delhomme, qui affectait de ne pas
intervenir. Mais, quand celui-ci remarqua ce regard de défiance, il parla.

--Vous savez, père, je ne dis rien, parce que vous croyez peut-être que
j'ai intérêt à vous prendre.... Fichtre, non! ce sera un rude
dérangement.... Seulement, n'est-ce pas? ça me fâche, de voir que vous vous
arrangez si mal, quand vous pourriez être si à l'aise.

--Bon, bon, répondit le vieux, faut y réfléchir encore.... Le jour où ça se
décidera, je saurai bien le dire.

Et ni son gendre, ni le notaire, ne purent en tirer davantage. Il se
plaignait qu'on le bousculât, son autorité, peu à peu morte se réfugiait
dans cette obstination de vieil homme, même contraire à son bien-être. En
dehors de sa vague épouvante à l'idée de n'avoir plus de maison, lui qui
souffrait déjà tant de n'avoir plus de terres, il disait non, parce que
tous voulaient lui faire dire oui. Ces bougres-là avaient donc à y gagner?
Il dirait oui, quand ça lui plairait.

La veille, Jésus-Christ, enchanté, ayant eu la faiblesse de montrer à la
Trouille les quatre pièces de cent sous, ne s'était endormi qu'en les
tenant dans son poing fermé; car la garce, la dernière fois, lui en avait
effarouché une sous son traversin, en profitant de ce qu'il était rentré
gris, pour prétendre qu'il devait l'avoir perdue. A son réveil, il eut une
terreur, son poing avait lâché les pièces, dans le sommeil; mais il les
retrouva sous ses fesses, toutes chaudes, et cela le secoua d'une joie
énorme, salivant déjà à la pensée de les casser chez Lengaigne: c'était la
fête, cochon qui reviendrait chez soi avec de la monnaie! Vainement,
pendant la matinée, la Trouille le cajola pour qu'il lui en donnât une, une
toute petite, disait-elle. Il la repoussait, il ne fut même pas
reconnaissant des oeufs volés qu'elle lui servit en omelette. Non! ça ne
suffisait pas d'aimer bien son père, l'argent était fait pour les hommes.
Alors, elle s'habilla de rage, mit sa robe de popeline bleue, un cadeau des
temps de bombance, en disant qu'elle aussi allait s'amuser. Et elle n'était
pas à vingt mètres de la porte, qu'elle se retourna, criant:

--Père, père! regarde!

La main levée, elle montrait, au bout de ses doigts minces, une belle pièce
de cent sous qui luisait comme un soleil.

Il se crut volé, il se fouilla, pâlissant. Mais les vingt francs étaient
bien dans sa poche, la gueuse avait dû faire du commerce avec ses oies; et
le tour lui sembla drôle, il eut un ricanement paternel, en la laissant se
sauver.

Jésus-Christ n'était sévère que sur un point, la morale. Aussi, une
demi-heure plus tard, entra-t-il dans une grande colère. Il s'en allait à
son tour, il fermait sa porte, lorsqu'un paysan endimanché, qui passait en
bas, sur la route, le héla.

--Jésus-Christ! ohé, Jésus-Christ!

--Quoi?

--C'est ta fille qu'est sur le dos.

--Et puis?

--Et puis, y a un homme dessus.

--Où ça donc?

--Là, dans le fossé, au coin de la pièce à Guillaume.

Alors, il leva ses deux poings au ciel, furieusement.

--Bon! merci! je prends mon fouet!... Ah! nom de Dieu de salope qui me
déshonore!

Il était rentré chez lui, pour décrocher, derrière la porte, à gauche, le
grand fouet de roulier dont il ne se servait que dans ces occasions; et il
partit, le fouet sous le bras, se courbant, filant le long des buissons,
comme à la chasse, afin de tomber sur les amoureux sans être vu.

Mais, lorsqu'il déboucha, au détour de la route, Nénesse qui faisait le
guet, du haut d'un tas de pierres, l'aperçut. C'était Delphin qui était sur
la Trouille, et chacun son tour d'ailleurs, l'un en sentinelle avancée,
lorsque l'autre rigolait.

--Méfiance! cria Nénesse, v'là Jésus-Christ!

Il avait vu le fouet, il détala comme un lièvre, à travers champs.

Dans le fossé herbu, la Trouille, d'une secousse avait jeté Delphin de
côté. Ah! fichu sort, son père! Et elle eut pourtant la présence d'esprit
de donner au gamin la pièce de cent sous.

--Cache-la dans ta chemise, tu me la rendras.... Vite, tire-toi des pieds,
nom d'un chien!

Jésus-Christ arrivait en ouragan, ébranlant la terre de son galop, faisant
tournoyer son grand fouet, dont les claquements sonnaient ainsi que des
coups de feu.

--Ah, salope! ah, catin! tu vas la danser!

Dans sa rage, lorsqu'il eut reconnu le fils au garde champêtre, il le
manqua, pendant que celui-ci, mal reculotté, s'enfuyait à quatre pattes
parmi les ronces. Elle, empêtrée, la jupe en l'air, ne pouvait nier. D'un
coup, qui cingla les cuisses, il la mit debout, la tira hors du fossé. Et
la chasse commença.

--Tiens, fille de putain!... Tiens, vois si ça va te le boucher!

La Trouille, sans une parole, habituée à ces courses, galopait avec des
sauts de chèvre. L'ordinaire tactique de son père était de la ramener ainsi
à la maison, où il l'enfermait. Aussi essayait-elle de s'échapper vers la
plaine, espérant le lasser. Cette fois, elle faillit réussir, grâce à une
rencontre. Depuis un instant, M. Charles et Élodie, qu'il menait à la fête,
étaient là, arrêtés, plantés au milieu de la route. Ils avaient tout vu, la
petite les yeux écarquillés de stupéfaction innocente, lui rouge de honte,
crevant d'indignation bourgeoise. Et le pis encore fut que cette Trouille
impudique, en le reconnaissant, voulut se mettre sous sa protection. Il la
repoussa, mais le fouet arrivait; et pour l'éviter, elle tourna autour de
son oncle et de sa cousine, tandis que son père, avec des jurons et des
mots de caserne, lui reprochait sa conduite, tournant lui aussi, claquant à
la volée, de toute la vigueur de son bras. M. Charles, emprisonné dans ce
cercle abominable, étourdi, ahuri, dut se résigner à enfoncer la face
d'Élodie dans son gilet. Et il perdait la tête à ce point, qu'il devint
lui-même très grossier.

--Mais, sale trou, veux-tu bien nous lâcher! Mais qui est-ce qui m'a foutu
cette famille, dans ce bordel de pays!

Délogée, la Trouille sentit qu'elle était perdue. Un coup de fouet, qui
l'enveloppa aux aisselles, la fit virer comme une toupie; un autre la
culbuta, en lui arrachant une mèche de cheveux. Dès lors, ramenée dans le
bon chemin, elle n'eut plus que l'idée de rentrer au terrier, le plus
vivement possible. Elle sauta les haies, franchit les fossés, coupa à
travers les vignes, sans craindre de s'empaler au milieu des échalas. Mais
ses petites jambes ne pouvaient lutter, les coups pleuvaient sur ses
épaules rondes, sur ses reins encore frémissants, sur toute cette chair de
fillette précoce, qui s'en moquait d'ailleurs, qui finissait par trouver ça
drôle, d'être chatouillée si fort. Ce fut en riant d'un rire nerveux
qu'elle rentra d'un bond et qu'elle se réfugia dans un coin, où le grand
fouet ne l'atteignait plus.

--Donne tes cent sous, dit le père. C'est pour te punir.

Elle jura qu'elle les avait perdus en courant. Mais il ricana
d'incrédulité, et il la fouilla. Comme il ne trouvait rien, il s'emporta de
nouveau.

--Hein? tu les as donnés à ton galant... Nom de Dieu de bête! qui leur fout
du plaisir et qui les paye!

Et il s'en alla, hors de lui, en l'enfermant, en criant qu'elle resterait
là toute seule jusqu'au lendemain, car il comptait ne pas rentrer.

La Trouille, derrière son dos, se visita le corps, zébré seulement de de
deux ou trois bleus, se recoiffa, se rhabilla. Ensuite, tranquillement,
elle défît la serrure, travail pour lequel elle avait acquis une extrême
adresse; puis, elle décampa, sans même prendre le soin de refermer la
porte: ah bien! les voleurs seraient joliment volés, s'il en venait! Elle
savait où retrouver Nénesse et Delphin, dans un petit bois, au bord de
l'Aigre. En effet, ils l'y attendaient; et ce fut le tour de son cousin
Nénesse. Lui, avait trois francs, l'autre, six sous. Lorsque Delphin lui
eut rendu sa pièce, elle décida en bonne fille qu'on mangerait le tout
ensemble. Ils revinrent vers la fête, elle leur fit tirer des macarons,
après s'être acheté un gros noeud de satin rouge, qu'elle se piqua dans les
cheveux.

Cependant, Jésus-Christ arrivait chez Lengaigne, quand il rencontra Bécu,
qui avait sa plaque astiquée sur une blouse neuve. Il l'apostropha
violemment.

--Dis donc, toi, si c'est comme ça que tu fais ta tournée!... Sais-tu où je
l'ai trouvé, ton Delphin?

--Où ça?

--Sur ma fille... Je vas écrire au préfet, pour qu'il te casse, père de
cochon, cochon toi-même!

Du coup, Bécu se fâcha.

--Ta fille, je ne vois que ses jambes en l'air... Ah! elle a débauché
Delphin. Du tonnerre de Dieu si je ne la fais pas emballer par les
gendarmes!

--Essaye donc, brigand!

Les deux hommes, nez à nez, se mangeaient. Et, brusquement, il y eut une
détente, leur fureur tomba.

--Faut s'expliquer, entrons boire un verre, dit Jésus-Christ.

--Pas le sou, dit Bécu.

Alors, l'autre, très gai, sortit une première pièce de cinq francs, la fit
sauter, se la planta dans l'oeil.

--Hein? cassons-la, père la Joie!... Entre donc, vieille tripe! C'est mon
tour, tu payes assez souvent.

Ils entrèrent chez Lengaigne, ricanant d'aise, se poussant d'une grande
tape affectueuse. Cette année-là, Lengaigne avait eu une idée: comme le
propriétaire du bal forain refusait de venir monter sa baraque, dégoûté de
n'avoir pas fait ses frais, l'année précédente, le cabaretier s'était lancé
à installer un bal dans sa grange, contiguë à la boutique, et dont la porte
charretière ouvrait sur la route; même il avait percé la cloison, les deux
salles communiquaient maintenant. Et cette idée lui attirait la clientèle
du village entier, son rival Macqueron enrageait, en face, de n'avoir
personne.

--Deux litres tout de suite, chacun le sien! gueula Jésus-Christ.

Mais, comme Flore le servait, effarée, radieuse de tant de monde, il
s'aperçut qu'il avait coupé la lecture d'une lettre que Lengaigne faisait à
voix haute, debout au milieu d'un groupe de paysans. Interrogé, celui-ci
répondit avec importance que c'était une lettre de son fils Victor, écrite
du régiment.

--Ah! ah! le gaillard! dit Bécu intéressé. Et qu'est-ce qu'il raconte? Faut
nous recommencer ça.

Lengaigne alors recommença sa lecture.

--«Mes chers parents, c'est pour vous dire que nous voici à Lille en
Flandre, depuis un mois moins sept jours. Le pays n'est pas mauvais, si ce
n'est que le vin est cher, car on doit y mettre jusqu'à seize sous le
litre....»

Et la lettre, dans ses quatre pages d'écriture appliquée, ne contenait
guère autre chose. Le même détail revenait à l'infini, en phrases qui
s'allongeaient. Tous, du reste, se récriaient chaque fois sur le prix du
vin: il y avait des pays comme ça, fichue garnison! Aux dernières lignes,
perçait une tentative de carotte, douze francs demandés pour remplacer une
paire de souliers perdus.

--Ah! ah! le gaillard! répéta le garde champêtre. Le v'là un homme, nom de
Dieu!

Après les deux litres, Jésus-Christ en demanda deux autres, du vin bouché,
à vingt sous; il payait à mesure, pour étonner, cognant son argent sur la
table, révolutionnant le cabaret; et, quand la première pièce de cinq
francs fut bue, il en tira une seconde, se la vissa de nouveau dans l'oeil,
cria que lorsqu'il n'y en avait plus, il y en avait encore. L'après-midi
s'écoula de la sorte, dans la bousculade des buveurs qui entraient et qui
sortaient, au milieu de la soûlerie montante. Tous, si mornes et si
réfléchis en semaine, gueulaient, tapaient des poings, crachaient
violemment. Un grand maigre eut l'idée de se faire raser, et Lengaigne,
tout de suite, l'assit parmi les autres, lui gratta le cuir si rudement,
qu'on entendait le rasoir sur la couenne, comme s'il avait échaudé un
cochon. Un deuxième prit la place, ce fut une rigolade. Et les langues
allaient leur train, on daubait sur le Macqueron, qui n'osait plus sortir.
Est-ce que ce n'était pas sa faute, à cet adjoint manqué, si le bal avait
refusé de venir? On s'arrange. Mais bien sûr qu'il aimait mieux voter des
routes, pour se faire payer trois fois leur valeur des terrains qu'il
donnait. Cette allusion souleva une tempête de rires. La grosse Flore, dont
ce jour-là devait rester le triomphe, courait à la porte éclater d'une
gaieté insultante, chaque fois qu'elle voyait passer, derrière les vitres
d'en face, le visage verdi de Coelina.

--Des cigares! madame Lengaigne, commanda Jésus-Christ d'une voix tonnante.
Des chers! des dix centimes!

Comme la nuit était tombée, et qu'on allumait les lampes à pétrole, la Bécu
entra, venant chercher son homme. Mais une terrible partie de cartes
s'était engagée.

--Arrives-tu, dis? Il est plus de huit heures. Faut manger à la fin.

Il la regarda fixement, d'un air majestueux d'ivrogne.

--Va te faire foutre!

Alors, Jésus-Christ déborda.

--Madame Bécu, je vous invite... Hein? nous allons nous coller un gueuleton
à nous trois... Vous entendez, la patronne! tout ce que vous avez de mieux,
du jambon, du lapin, du dessert... Et n'ayez pas peur. Approchez voir un
peu... Attention!

Il feignit de se fouiller longuement. Puis, tout d'un coup, il sortit sa
troisième pièce, qu'il tint en l'air.

--Coucou, ah! la voilà!

On se tordit, un gros faillit s'en étrangler. Ce bougre de Jésus-Christ
était tout de même bien rigolo! Et il y en avait qui faisaient la farce de
le tâter du haut en bas, comme s'il avait eu des écus dans la viande, pour
en sortir ainsi jusqu'à plus soif.

--Dites donc, la Bécu, répéta-t-il à dix reprises, en mangeant, si Bécu
veut, nous couchons ensemble... Ça va-t-il?

Elle était très sale, ne sachant pas, disait-elle, qu'elle resterait à la
fête; et elle riait, chafouine, noire, d'une maigreur rouillée de vieille
aiguille; tandis que le gaillard, sans tarder, lui empoignait les cuisses à
nu sous la table. Le mari, ivre-mort, bavait, ricanait, gueulait que la
garce n'en aurait pas trop de deux.

Dix heures sonnaient, le bal commença. Par la porte de communication, on
voyait flamber les quatre lampes, que des fils de fer attachaient aux
poutres. Clou, le maréchal ferrant, était là, avec son trombone, ainsi que
le neveu d'un cordier de Bazoches-le-Doyen, qui jouait du violon. L'entrée
était libre, on payait deux sous chaque danse. La terre battue de la grange
venait d'être arrosée, à cause de la poussière. Quand les instruments se
taisaient, on entendait, au dehors, les détonations du tir, sèches et
régulières. Et la route, si sombre d'habitude, était incendiée par les
réflecteurs des deux autres baraques, le bimbelotier étincelant de dorures,
le jeu de tournevire, orné de glaces et tendu de rouge comme une chapelle.

--Tiens! v'là fifille! cria Jésus-Christ, les yeux mouillés.

C'était la Trouille, en effet, qui faisait son entrée au bal, suivie de
Delphin et de Nénesse; et le père ne semblait pas surpris de la voir là,
bien qu'il l'eût enfermée. Outre le noeud rouge qui éclatait dans ses
cheveux, elle avait au cou un épais collier en faux corail, des perles de
cire à cacheter, saignantes sur sa peau brune. Tous trois, du reste, las de
rôder devant les baraques, étaient hébétés et empoissés d'une indigestion
de sucreries. Delphin, en blouse, avait la tête nue, une tête ronde et
inculte de petit sauvage, ne se plaisant qu'au grand air. Nénesse,
tourmenté déjà d'un besoin d'élégance citadine, était vêtu d'un complet
acheté chez Lambourdieu, un de ces étroits fourreaux cousus à la grosse
dans la basse confection de Paris; et il portait un chapeau melon, en haine
de son village, qu'il méprisait.

--Fifille! appela Jésus-Christ. Fifille, viens me goûter ça... Hein? c'est
du fameux!

Il la fit boire dans son verre, tandis que la Bécu demandait sévèrement à
Delphin:

--Qu'est-ce que t'as fait de ta casquette?

--Je l'ai perdue.

--Perdue!... Avance ici que je te gifle!

Mais Bécu intervint, ricanant et flatté au souvenir des gaillardises
précoces de son fils.

--Lâche-le donc! le v'là qui pousse... Alors, vermines, vous fricassez
ensemble?... Ah! le bougre, ah! le bougre!

--Allez jouer, conclut paternellement Jésus-Christ. Et soyez sages.

--Ils sont soûls comme des cochons, dit Nénesse d'un air dégoûté, en
rentrant dans le bal.

La Trouille se mit à rire.

--Tiens! j'te crois! j'y comptais bien... C'est pour ça qu'ils sont
gentils.

Le bal s'animait, on n'entendait que le trombone de Clou, pétardant et
étouffant le jeu grêle du petit violon. La terre battue, trop arrosée,
faisait boue sous les lourdes semelles; et bientôt, de toutes les cottes
remuées, des vestes et des corsages que mouillaient, aux aisselles, de
larges taches de sueur, il monta une violente odeur de bouc, qu'accentuait
l'âcreté filante des lampes. Mais, entre deux quadrilles, une chose
émotionna, l'entrée de Berthe, la fille aux Macqueron, vêtue d'une toilette
de foulard, pareille à celles que les demoiselles du percepteur portaient à
Cloyes, le jour de la Saint-Lubin. Quoi donc? ses parents lui avaient-ils
permis de venir? ou bien, derrière leur dos, s'était-elle échappée? Et l'on
remarqua qu'elle dansait uniquement avec le fils d'un charron, que son père
lui avait défendu de voir, à cause d'une haine de famille. On en
plaisantait: paraît que ça ne l'amusait plus, de se détruire la santé toute
seule!

Jésus-Christ, depuis un instant, bien qu'il fût très gris, s'était avisé de
la sale tête de Lequeu, planté à la porte de communication, regardant
Berthe sauter aux bras de son galant. Et il ne put se tenir.

--Dites, monsieur Lequeu, vous ne la faites pas danser, votre amoureuse?

--Qui ça, mon amoureuse? demanda le maître d'école, la face verdie d'un
flot de bile.

--Mais les jolis yeux culottés, là-bas!

Lequeu, furieux d'avoir été deviné, tourna le dos, resta là, immobile, dans
un de ces silences d'homme supérieur, où il s'enfermait par prudence et
dédain. Et, Lengaigne s'étant avancé, Jésus-Christ le harponna. Hein? lui
avait-il lâché son affaire, à ce chieur d'encre! On lui en donnerait, des
filles riches! Ce n'était point que N'en-a-pas fût si chic, car elle
n'avait des cheveux que sur la tête; et, très allumé, il affirma la chose
comme s'il l'avait vue. Ça se disait de Cloyes à Châteaudun, les garçon en
rigolaient. Pas un poil, parole d'honneur! la place aussi nue qu'un menton
de curé. Tous alors, stupéfiés du phénomène, se haussèrent pour contempler
Berthe, en la suivant avec une légère grimace de répugnance, chaque fois
que la danse la ramenait, très blanche, dans le vol de ses jupes.

--Vieux filou, reprit Jésus-Christ, qui se mit à tutoyer Lengaigne, ce
n'est pas comme ta fille, elle en a!

Celui-ci répondit, d'un air de vanité:

--Ah! pour sûr!

Suzanne, maintenant, était à Paris, dans la haute, disait-on. Il se
montrait discret, parlait d'une belle place. Mais des paysans entraient
toujours, et un fermier lui ayant demandé des nouvelles de Victor, il
sortit de nouveau la lettre. «Mes chers parents, c'est pour vous dire que
nous voici à Lille en Flandre...» On l'écoutait, des gens qui l'avaient
déjà entendue cinq ou six fois, se rapprochaient. Il y avait bien seize
sous le litre? oui, seize sous!

--Fichu pays! répéta Bécu.

A ce moment, Jean parut. Il alla tout de suite donner un coup d'oeil dans
le bal, comme s'il y cherchait quelqu'un. Puis, il revint, désappointé,
inquiet. Depuis deux mois, il n'osait plus faire de si fréquentes visites
chez Buteau, car il le sentait froid, presque hostile. Sans doute, il avait
mal caché ce qu'il éprouvait pour Françoise, cette amitié croissante qui
l'enfiévrait à cette heure, et le camarade s'en était aperçu. Ça devait lui
déplaire, déranger des calculs.

--Bonsoir, dit Jean en s'approchant d'une table, où Fouan et Delhomme
buvaient une bouteille de bière.

--Voulez-vous faire comme nous, Caporal? offrit poliment Delhomme.

Jean accepta; et, quand il eut trinqué:

--C'est drôle que Buteau ne soit pas venu.

--Justement, le voici! dit Fouan.

En effet, Buteau entrait, mais seul. Lentement, il fit le tour du cabaret,
donna des poignées de main; puis, arrivé devant la table de son père et de
son beau-frère, il resta debout, refusant de s'asseoir, ne voulant rien
prendre.

--Lise et Françoise ne dansent donc pas? finit par demander Jean, dont la
voix tremblait.

Buteau le regarda fixement, de ses petits yeux durs.

--Françoise est couchée, ça vaut mieux pour les jeunesses.

Mais une scène, près d'eux, coupa court, en les intéressant. Jésus-Christ
s'empoignait avec Flore. Il demandait un litre de rhum pour faire un
brûlot, et elle refusait de l'apporter.

--Non, plus rien, vous êtes assez soûl.

--Hein? qu'est-ce qu'elle chante?... Est-ce que tu crois, bougresse, que je
ne te payerai pas? Je t'achète ta baraque, veux-tu?... Tiens! je n'ai qu'à
me moucher, regarde!

Il avait caché dans son poing sa quatrième pièce de cent sous, il se pinça
le nez entre deux doigts, souffla fortement, et eut l'air d'en tirer la
pièce, qu'il promena ensuite comme un ostensoir.

V'là ce que je mouche, quand je suis enrhumé!

Une acclamation ébranla les murs, et Flore, subjuguée, apporta le litre de
rhum et du sucre. Il fallut encore un saladier. Ce bougre de Jésus-Christ
tint alors la salle entière, en remuant le punch, les coudes hauts, sa face
rouge allumée par les flammes, qui achevaient de surchauffer l'air, le
brouillard opaque des lampes et des pipes.

Mais Buteau, que la vue de l'argent avait exaspéré, éclata tout d'un coup.

--Grand cochon, tu n'as pas honte de boire ainsi l'argent que tu voles à
notre père!

L'autre le prit à la rigolade.

--Ah! tu causes, Cadet!... C'est donc que tu es à jeun, pour dire des
couillonnades pareilles!

--Je dis que tu es un salop, que tu finiras au bagne... D'abord, c'est toi
qui as fait mourir notre mère de chagrin...

L'ivrogne tapa sa cuiller, déchaîna une tempête de feu dans le saladier, en
étouffant de rire.

--Bon, bon, va toujours... C'est moi pour sûr, si ce n'est pas toi.

--Et je dis encore que des mangeurs de ton espèce, ça ne mérite pas que le
blé pousse... Quand on pense que notre terre, oui! toute cette terre que
nos vieux ont eu tant de peine à nous laisser, tu l'as engagée, fichue à
d'autres!... Sale canaille, qu'as-tu fait de la terre?

Du coup, Jésus-Christ s'anima. Son punch s'éteignait, il se carra, se
renversa sur sa chaise, en voyant que tous les buveurs se taisaient et
écoutaient, pour juger.

--La terre, gueula-t-il, mais elle se fout de toi, la terre! tu es son
esclave, elle te prend ton plaisir, tes forces, ta vie, imbécile! et elle
ne te fait seulement pas riche!... Tandis que moi, qui la méprise, les bras
croisés, qui me contente de lui allonger des coups de botte, eh bien! moi,
tu vois, je suis rentier, je m'arrose!... Ah! bougre de jeanjean!

Les paysans rirent encore, pendant que Buteau, surpris par la rudesse de
cette attaque, se contentait de bégayer:

--Propre à rien! gâcheur de besogne, qui ne travaille pas et qui s'en
vante!

--La terre, en voilà une blague! continua Jésus-Christ, lancé. Vrai! tu es
rouillé, si tu en es toujours à cette blague-là... Est-ce que ça existe, la
terre? elle est à moi, elle est à toi, elle n'est a personne. Est-ce
qu'elle n'était pas au vieux? et n'a-t-il pas dû la couper pour nous la
donner? et toi, ne la couperas-tu pas, pour tes petits?... Alors quoi? Ça
va, ça vient, ça augmente, ça diminue, ça diminue surtout; car te voilà un
gros monsieur, avec tes six arpents, lorsque le père en avait dix-neuf...
Moi, ça m'a dégoûté, c'était trop petit, j'ai bouffé tout. Et puis, j'aime
les placements solides, et la terre, vois-tu, Cadet, ça craque! Je ne
foutrais pas un liard dessus, ça sent la sale affaire, une fichue
catastrophe qui va vous tous nettoyer... La banqueroute! tous des jobards!

Un silence de mort se faisait peu à peu dans le cabaret. Personne ne riait
plus, les faces inquiètes des paysans se tournaient vers ce grand diable,
qui lâchait dans l'ivresse le pêle-mêle baroque de ses opinions, les idées
de l'ancien troupier d'Afrique, du rouleur de villes, du politique de
marchands de vin. Ce qui surnageait, c'était l'homme de 48, le communiste
humanitaire, resté à genoux devant 89.

--Liberté, égalité, fraternité! Faut en revenir à la révolution! On nous a
volés dans le partage, les bourgeois ont tout pris, et, nom de Dieu! on les
forcera bien à rendre... Est-ce qu'un homme n'en vaut pas un autre? est-ce
que c'est juste, par exemple, toute la terre à ce jean-foutre de la
Borderie, et rien à moi?... Je veux mes droits, je veux ma part, tout le
monde aura sa part.

Bécu, trop ivre pour défendre l'autorité, approuvait, sans comprendre. Mais
il eut une lueur de bon sens, il fit des restrictions.

--Ça oui, ça oui... Pourtant, le roi est le roi. Ce qui est à moi, n'est
pas toi.

Un murmure d'approbation courut, et Buteau prit sa revanche.

--N'écoutez donc pas, il est bon à tuer!

Les rires recommencèrent, et Jésus-Christ perdit toute mesure, se mit
debout, en tapant des poings.

--Attends-moi donc à la prochaine... Oui, j'irai causer avec toi, sacré
lâche! Tu fais le crâne aujourd'hui, parce que tu es avec le maire, avec
l'adjoint, avec ton député de quatre sous! Hein? tu lui lèches les bottes,
à celui-là, tu es assez bête pour croire qu'il est le plus fort et qu'il
t'aide à vendre ton blé. Eh bien! moi, qui n'ai rien à vendre, je vous ai
tous dans le cul, toi, le maire, l'adjoint, le député et les gendarmes!...
Demain, ce sera notre tour d'être les plus forts, et il n'y aura pas que
moi, il y aura tous les pauvres bougres qui en ont assez de claquer de
faim, et il y aura vous autres, oui! vous autres, quand vous serez las de
nourrir les bourgeois, sans avoir seulement du pain à manger!.... Rasés,
les propriétaires! on leur cassera la gueule, la terre sera à qui la
prendra. Tu entends, Cadet! ta terre, je la prends, je chie dessus!

--Viens-y donc, je te crève d'un coup de fusil, comme un chien! cria
Buteau, si hors de lui, qu'il s'en alla en faisant claquer la porte.

Déjà Lequeu, après avoir écouté d'un air fermé, était parti, en
fonctionnaire qui ne pouvait se compromettre plus longtemps. Fouan et
Delhomme, le nez dans leur chope, ne soufflaient mot, honteux, sachant que,
s'ils intervenaient, l'ivrogne crierait davantage. Aux tables voisines, les
paysans finissaient par se fâcher: comment? leurs biens n'étaient pas à
eux, on viendrait les leur prendre? et ils grondaient, ils allaient tomber
sur «le partageux», le jeter dehors à coups de poing, lorsque Jean se leva.
Il ne l'avait pas quitté du regard, ne perdant pas une de ses paroles, la
face sérieuse, comme s'il eût cherché ce qu'il y avait de juste, dans ces
choses qui le révoltaient.

--Jésus-Christ, déclara-t-il tranquillement, vous feriez mieux de vous
taire.... Ce n'est pas à dire, tout ça, et si vous avez raison par hasard,
vous n'êtes guère malin, car vous vous donnez tort.

Ce garçon si froid, cette remarque si sage, calmèrent subitement
Jésus-Christ. Il retomba sur sa chaise, en déclarant qu'il s'en foutait,
après tout. Et il recommença ses farces: il embrassa la Bécu, dont le mari
dormait sur la table, assommé; il acheva le punch, en buvant au saladier.
Les rires avaient repris, dans la fumée épaisse.

Au fond de la grange, on dansait toujours, Clou enflait les accompagnements
de son trombone, dont le tonnerre étouffait le chant grêle du petit violon.
La sueur coulait des corps, ajoutait son âcreté à la puanteur filante des
lampes. On ne voyait plus que le noeud rouge de la Trouille, qui tournait
aux bras de Nénesse et de Delphin, à tour de rôle. Berthe, elle aussi,
était encore là, fidèle à son galant, ne dansant qu'avec lui. Dans un coin,
des jeunes gens qu'elle avait éconduits ricanaient: dame! si ce godiche ne
tenait pas à ce qu'elle en eût, elle avait raison de le garder, car on en
connaissait d'autres qui, malgré son argent, auraient, bien sûr, attendu
qu'il lui en poussât pour voir à l'épouser.

--Allons dormir, dit Fouan à Jean et à Delhomme.

Puis, dehors, lorsque Jean les eût quittés, le vieux marcha en silence,
ayant l'air de ruminer les choses qu'il venait d'entendre; et, brusquement,
comme si ces choses l'avaient décidé, il se tourna vers son gendre.

--Je vas vendre la cambuse, et j'irai vivre chez vous. C'est fait....
Adieu!

Lentement, il rentra seul. Mais son coeur était gros, ses pieds butaient
sur la route noire, une tristesse affreuse le faisait chanceler, ainsi
qu'un homme ivre. Déjà il n'avait plus de terre, et bientôt il n'aurait
plus de maison. Il lui semblait qu'on sciait les vieilles poutres, qu'on
enlevait les ardoises au-dessus de sa tête. Désormais, il n'avait pas même
une pierre où s'abriter. Il errait par les campagnes comme un pauvre, nuit
et jour, continuellement; et, quand il pleuvrait, la pluie froide, la pluie
sans fin tomberait sur lui.



IV


Le grand soleil d'août montait dès cinq heures à l'horizon, et la Beauce
déroulait ses blés mûrs, sous le ciel de flamme. Depuis les dernières
averses de l'été, la nappe verte, toujours grandissante, avait peu à peu
jauni. C'était maintenant une mer blonde, incendiée, qui semblait refléter
le flamboiement de l'air, une mer roulant sa houle de feu, au moindre
souffle. Rien que du blé, sans qu'on aperçut ni une maison ni un arbre,
l'infini du blé! Parfois, dans la chaleur, un calme de plomb endormait les
épis, une odeur de fécondité fumait et s'exhalait de la terre. Les couches
s'achevaient, on sentait la semence gonflée jaillir de la matrice commune
en grains tièdes et lourds. Et, devant cette plaine, cette moisson géante,
une inquiétude venait, celle que l'homme n'en vît jamais le bout, avec son
corps d'insecte, si petit dans cette immensité.

A la Borderie, Hourdequin, depuis une semaine, ayant terminé les seigles,
attaquait les blés. L'année d'auparavant, sa moissonneuse mécanique s'était
détraquée; et, désespéré du mauvais vouloir de ses serviteurs, arrivant à
douter lui-même de l'efficacité des machines, il avait dû se précautionner
d'une équipe de moissonneurs, dès l'Ascension. Selon l'usage, il les avait
loués dans le Perche, à Mondoubleau: le capitaine, un grand sec, cinq
autres faucheurs, six ramasseuses, quatre femmes et deux jeunes filles. Une
charrette venait de les amener à Cloyes, où la voiture de la ferme était
allée les prendre. Tout ce monde couchait dans la bergerie, vide à cette
époque, pêle-mêle sur de la paille, les filles, les femmes, les hommes,
demi-nus, à cause de la grosse chaleur.

C'était le temps où Jacqueline avait le plus de tracas. Le lever et le
coucher du jour décidaient du travail: on secouait ses puces dès trois
heures du matin, on retournait à la paille vers dix heures du soir. Et il
fallait bien qu'elle fût debout la première, pour la soupe de quatre
heures, de même qu'elle se couchait la dernière, quand elle avait servi le
gros repas de neuf heures, le lard, le boeuf, les choux. Entre ces deux
repas, il y en avait trois autres, le pain et le fromage du déjeuner, la
seconde soupe de midi, l'émiettée au lait du goûter: en tout, cinq, des
repas copieux, arrosés de cidre et de vin, car les moissonneurs, qui
travaillent dur, sont exigeants. Mais elle riait, comme fouettée, elle
avait des muscles d'acier, dans sa souplesse de chatte; et cette résistance
à la fatigue était d'autant plus surprenante qu'elle tuait alors d'amour
Tron, cette grande brute de vacher, dont la chair tendre de colosse lui
donnait des fringales. Elle en avait fait son chien, elle l'emmenait dans
les granges, dans le fenil, dans la bergerie, maintenant que le berger,
dont elle craignait l'espionnage, couchait dehors, avec ses moutons.
C'était, la nuit surtout, des ripailles de mâle, dont elle sortait
élastique et fine, bourdonnante d'activité. Hourdequin ne voyait rien, ne
savait rien. Il était dans sa fièvre de moisson, une fièvre spéciale, la
grande crise annuelle de sa passion de la terre, tout un tremblement
intérieur, la tête en feu, le coeur battant, la chair secouée, devant les
épis mûrs qui tombaient.

Les nuits étaient si brûlantes, cette année-là, que Jean, parfois, ne
pouvait les passer dans la soupente où il couchait, près de l'écurie. Il
sortait, il préférait s'allonger, tout vêtu, sur le pavé de la cour. Et ce
n'était pas seulement la chaleur vivante et intolérable des chevaux,
l'exhalaison de la litière qui le chassaient; c'était l'insomnie, la
continuelle image de Françoise, l'idée fixe qu'elle venait, qu'il la
prenait, qu'il la mangeait d'une étreinte. Maintenant que Jacqueline,
occupée ailleurs, le laissait tranquille, son amitié pour cette gamine
tournait à une rage de désir. Vingt fois, dans cette souffrance du
demi-sommeil, il s'était juré qu'il irait le lendemain et qu'il l'aurait;
puis, dès son lever, lorsqu'il avait trempé sa tête dans un seau d'eau
froide, il trouvait ça dégoûtant, il était trop vieux pour elle; et le
supplice recommençait la nuit suivante. Quand les moissonneurs furent là,
il reconnut parmi eux une femme, mariée avec un des faucheurs, et qu'il
avait culbutée, deux ans auparavant, jeune fille encore. Un soir, son
tourment fut tel, que, se glissant dans la bergerie, il vint la tirer par
les pieds, entre le mari et un frère, qui ronflaient la bouche ouverte.
Elle céda, sans défense. Ce fut une gloutonnerie muette, dans les ténèbres
embrasées, sur le sol battu qui, malgré le râteau, avait gardé, de
l'hivernage des moutons, une odeur ammoniacale si aiguë que les yeux en
pleuraient. Et, depuis vingt jours, il revenait toutes les nuits.

Dès la seconde semaine du mois d'août, la besogne s'avança. Les faucheurs
étaient partis des pièces du nord, descendant vers celles qui bordaient la
vallée de l'Aigre; et, gerbe à gerbe, la nappe immense tombait, chaque coup
de faux mordait, emportait une entaille ronde, Les insectes grêles, noyés
dans ce travail géant, en sortaient victorieux. Derrière leur marche lente,
en ligne, la terre rase reparaissait, les chaumes durs, au travers desquels
piétinaient les ramasseuses, la taille cassée. C'était l'époque où la
grande solitude triste de la Beauce s'égayait le plus, peuplée de monde,
animée d'un continuel mouvement de travailleurs, de charrettes et de
chevaux. A perte de vue, des équipes manoeuvraient du même train oblique,
du même balancement des bras, les unes si voisines, qu'on entendait le
sifflement du fer, les autres en traînées noires, ainsi que des fourmis,
jusqu'au bord du ciel. Et, en tous sens, des trouées s'ouvraient, comme
dans une étoffe mangée, cédant de partout. La Beauce, lambeau à lambeau, au
milieu de cette activité de fourmilière, perdait son manteau de richesse,
cette unique parure de son été, qui la laissait d'un coup désolée et nue.

Les derniers jours, la chaleur fut accablante, un jour surtout que Jean
charriait des gerbes, près du champ des Buteau, dans une pièce de la ferme,
où l'on devait élever une grande meule, haute de huit mètres, forte de
trois mille bottes. Les chaumes se fendaient de sécheresse, et sur les blés
encore debout, immobiles, l'air brûlait: on aurait dit qu'ils flambaient
eux-mêmes d'une flamme visible, dans la vibration du soleil. Et pas une
fraîcheur de feuillage, rien que l'ombre courte des hommes, à terre. Depuis
le matin, sous ce feu du ciel, Jean en sueur chargeait, déchargeait sa
voiture, sans une parole, avec un seul coup d'oeil, à chaque voyage, vers
la pièce où, derrière Buteau qui fauchait, Françoise ramassait, courbée en
deux.

Buteau avait dû louer Palmyre, pour aider. Françoise ne suffisait pas, et
il n'avait point à compter sur Lise, qui était enceinte de huit mois. Cette
grossesse l'exaspérait. Lui qui prenait tant de précautions! comment ce
bougre d'enfant se trouvait-il là? Il bousculait sa femme, l'accusait de
l'avoir fait exprès, geignait pendant des heures, comme si un pauvre, un
animal errant se fût introduit chez lui, pour manger tout; et, après huit
mois, il en était à ne pouvoir regarder le ventre de Lise sans l'insulter:
foutu ventre! plus bête qu'une oie! la ruine de la maison! Le matin, elle
était venue ramasser; mais il l'avait renvoyée, furieux de sa lourdeur
maladroite. Elle devait revenir et apporter le goûter de quatre heures.

--Nom de Dieu! dit Buteau, qui s'entêtait à finir un bout du champ, j'ai le
dos cuit, et ma langue est un vrai copeau.

Il se redressa, les pieds nus dans de gros souliers, vêtu seulement d'une
chemise et d'une cotte de toile, la chemise ouverte, à moitié hors de la
cotte, laissant voir jusqu'au nombril les poils suants de la poitrine.

--Faut que je boive encore!

Et il alla prendre sous sa veste un litre de cidre, qu'il avait abrité là.
Puis, quand il eut avalé deux gorgées de cette boisson tiède, il songea à
la petite.

--Tu n'as pas soif?

--Si.

Françoise prit la bouteille, but longuement, sans dégoût; et, tandis
qu'elle se renversait, les reins pliés, la gorge tendue, crevant l'étoffe
mince, il la regarda. Elle aussi ruisselait, dans sa robe d'indienne à
moitié défaite, le corsage dégrafé du haut, montrant la chair blanche. Sous
le mouchoir bleu dont elle avait couvert sa tête et sa nuque, ses yeux
semblaient très grands, au milieu de son visage muet, ardent de chaleur.

Sans ajouter une parole, il se remit à la besogne, roulant sur ses hanches,
abattant l'andain à chaque coup de faux, dans le grincement du fer qui
cadençait sa marche; et elle, de nouveau ployée, le suivait, la main droite
armée de sa faucille, dont elle se servait pour ramasser parmi les chardons
sa brassée d'épis, qu'elle posait ensuite en javelle, régulièrement, tous
les trois pas. Quand il se relevait, le temps de s'essuyer le front d'un
revers de main, et qu'il la voyait trop en arrière, les fesses hautes, la
tête au ras du sol, dans cette posture de femelle qui s'offre, sa langue
paraissait se sécher davantage, il criait d'une voix rauque:

--Feignante! faudrait voir à ne pas enfiler des perles!

Palmyre, dans le champ voisin, où depuis trois jours la paille des javelles
avait séché, était en train de lier des gerbes; et, elle, il ne la
surveillait pas; car, ce qui ne se fait guère, il l'avait mise au cent de
gerbes, sous le prétexte qu'elle n'était plus forte, trop vieille déjà,
usée, et qu'il serait en perte s'il lui donnait trente sous, comme aux
femmes jeunes. Même elle avait dû le supplier, il ne s'était décidé à la
prendre qu'en la volant, de l'air résigné d'un chrétien qui consent à une
bonne oeuvre. La misérable soulevait trois, quatre javelles, tant que ses
bras maigres pouvaient en contenir; puis avec un lien tout prêt, elle
nouait sa gerbe fortement. Ce liage, cette besogne si dure que les hommes
d'habitude se réservent, l'épuisait, la poitrine écrasée des continuelles
charges, les bras cassés d'avoir à étreindre de telles masses et de tirer
sur les liens de paille. Elle avait apporté le matin une bouteille, qu'elle
allait remplir, d'heure en heure, à une mare voisine, croupie et empestée,
buvant goulûment, malgré la diarrhée qui l'achevait depuis les chaleurs,
dans le délabrement de son continuel excès de travail.

Mais le bleu du ciel avait pâli, d'une pâleur de voûte chauffée à blanc;
et, du soleil attisé, il tombait des braises. C'était, après le déjeuner,
l'heure lourde, accablante de la sieste. Déjà, Delhomme et son équipe,
occupés, près de là, à mettre des gerbes en ruche, quatre en bas, une en
haut, pour le toit, avaient disparu, tous couchés au fond de quelque pli de
terrain. Un instant encore, on aperçut debout le vieux Fouan, qui vivait
chez son gendre, depuis quinze jours qu'il avait vendu sa maison; mais, à
son tour, il dut s'étendre, on ne le vit plus. Et il ne resta dans
l'horizon vide, sur les fonds braisillants des chaumes, au loin que la
silhouette sèche de la Grande, examinant une haute meule que son monde
avait commencée, au milieu du petit peuple à moitié défait des ruches. Elle
semblait un arbre durci par l'âge, n'ayant plus rien à craindre du soleil,
toute droite, sans une goutte de sueur, terrible et indignée contre ces
gens qui dormaient.

--Ah! zut! j'ai la peau qui pète, dit Buteau.

Et, se tournant vers Françoise:

--Dormons, hein?

Il chercha du regard un peu d'ombre, n'en trouva pas. Le soleil, d'aplomb,
tapait partout, sans qu'un buisson fût là pour les abriter. Enfin, il
remarqua qu'au bout du champ, dans une sorte de petit fossé, le blé encore
debout projetait une raie brune.

--Eh! Palmyre, cria-t-il, fais-tu comme nous?

Elle était à cinquante pas, elle répondit d'une voix éteinte, qui arrivait
pareille à un souffle:

--Non, non, pas le temps.

Il n'y eut plus qu'elle qui travaillât, dans la plaine embrasée. Si elle ne
rapportait point ses trente sous, le soir, Hilarion la battrait; car non
seulement il la tuait de ses appétits de brute, il la volait aussi à
présent pour se griser d'eau-de-vie. Mais ses forces dernières la
trahissaient. Son corps plat, sans gorge ni fesses, raboté comme une
planche par le travail, craquait, près de se rompre, à chaque nouvelle
gerbe ramassée et liée. Et, le visage couleur de cendre, mangé ainsi qu'un
vieux sou, vieille de soixante ans à trente-cinq, elle achevait de laisser
boire sa vie au brûlant soleil, dans cet effort désespéré de la bête de
somme, qui va choir et mourir.

Côte à côte, Buteau et Françoise s'étaient couchés. Ils fumaient de sueur,
maintenant qu'ils ne bougeaient plus, silencieux, les yeux clos. Tout de
suite, un sommeil de plomb les accabla, ils dormirent une heure; et la
sueur ne cessait pas, coulait de leurs membres, sous cet air immobile et
pesant de fournaise. Lorsque Françoise rouvrit les yeux, elle vit Buteau,
tourné sur le flanc, qui la regardait d'un regard jaune. Elle referma les
paupières, feignit de se rendormir. Sans qu'il lui eût encore rien dit,
elle sentait bien qu'il voulait d'elle, depuis qu'il l'avait vue pousser et
qu'elle était une vraie femme. Cette idée la bouleversait: oserait-il, le
cochon, que toutes les nuits elle entendait s'en donner avec sa soeur?
Jamais ce rut hennissant de cheval ne l'avait irritée à ce point.
Oserait-il? et elle l'attendait, le désirant sans le savoir, décidée, s'il
la touchait, à l'étrangler.

Brusquement, comme elle serrait les yeux, Buteau l'empoigna.

--Cochon! cochon! bégaya-t-elle en le repoussant.

Lui, ricanait d'un air fou, répétait tout bas:

--Bête! laisse-toi faire!... Je te dis qu'ils dorment, personne ne regarde.

A ce moment, la tête blême et agonisante de Palmyre apparut au-dessus des
blés, se tournant au bruit. Mais elle ne comptait pas, celle-là, pas plus
qu'une vache qui aurait allongé son mufle. Et, en effet, elle se remit à
ses gerbes, indifférente. On entendit de nouveau le craquement de ses
reins, à chaque effort.

--Bête! goûtes-y donc! Lise n'en saura rien.

Au nom de sa soeur, Françoise qui faiblissait, vaincue, se raidit
davantage. Et, dès lors, elle ne céda pas, tapant des deux poings, ruant de
ses deux jambes nues, qu'il avait déjà découvertes jusqu'aux hanches.
Est-ce qu'il était à elle, cet homme? est-ce qu'elle voulait les restes
d'une autre?

--Va donc avec ma soeur, cochon! crève-la, si ça l'amuse! fais-lui un
enfant tous les soirs!

Buteau, sous les coups, commençait à se fâcher, grondait, croyait qu'elle
avait seulement peur des suites.

--Foutue bête! quand je te jure que je m'ôterai, que je ne t'en ferai pas,
d'enfant!

D'un coup de pied, elle l'atteignit au bas-ventre, et il dut la lâcher, il
la poussa si brutalement, qu'elle étouffa un cri de douleur.

Il était temps que le jeu finît, car Buteau, lorsqu'il se mit debout,
aperçut Lise qui revenait, apportant le goûter. Il marcha à sa rencontre,
la retint, pour permettre à Françoise de rabattre ses jupes. L'idée qu'elle
allait tout dire, lui donnait le regret de ne pas l'avoir assommée d'un
coup de talon. Mais elle ne parla pas, elle se contenta de s'asseoir au
milieu des javelles, l'air têtu et insolent. Et, comme il recommençait à
faucher, elle resta là, oisive, en princesse.

--Quoi donc? lui demanda Lise, allongée aussi, lasse de sa course, tu ne
travailles pas?

--Non, ça m'embête! répondit-elle rageusement.

Alors, Buteau, n'osant la secouer, tomba sur sa femme. Qu'est-ce qu'elle
foutait encore là, étendue comme une truie, à chauffer son ventre au
soleil? Ah! quelque chose de propre, une fameuse courge à faire mûrir! Elle
s'égaya de ce mot, ayant gardé sa gaieté de grasse commère: c'était
peut-être bien vrai que ça le mûrissait, que ça le poussait, le petiot; et,
sous le ciel de flamme, elle arrondissait ce ventre énorme, qui semblait la
bosse d'un germe, soulevée de la terre féconde. Mais, lui, ne riait pas. Il
la fit se redresser brutalement, il voulut qu'elle essayât de l'aider.
Gênée par cette masse qui lui tombait sur les cuisses, elle dût
s'agenouiller, elle ramassa les épis d'un mouvement oblique, soufflante et
monstrueuse, le ventre déplacé, rejeté dans le flanc droit.

--Puisque tu ne fiches rien, dit-elle à sa soeur, rentre au moins à la
maison... Tu feras la soupe.

Françoise, sans une parole, s'éloigna. Dans la chaleur encore étouffante la
Beauce avait repris son activité, les petits points noirs des équipes
reparaissaient, grouillants, à l'infini. Delhomme achevait ses ruches avec
ses deux serviteurs; tandis que la Grande regardait monter sa meule,
appuyée sur sa canne, toute prête à l'envoyer par la figure des paresseux.
Fouan alla y donner un coup d'oeil, revint s'absorber devant la besogne de
son gendre, erra ensuite de son pas alourdi de vieillard qui se souvient et
qui regrette. Et Françoise, la tête bourdonnante, mal remise de la
secousse, suivait le chemin neuf, lorsqu'une voix l'appela.

--Par ici! viens donc!

C'était Jean, à demi caché derrière les gerbes, que, depuis le matin, il
charriait des pièces voisines. Il venait de décharger sa voiture, les deux
chevaux attendaient immobiles au soleil. On ne devait se mettre à la grande
meule que le lendemain, et il avait simplement fait des tas, trois sortes
de murs entre lesquels se trouvait comme une chambre, un trou de paille
profond et discret.

--Viens donc! c'est moi!

Machinalement, Françoise obéit à cet appel. Elle n'eut pas même la défiance
de regarder en arrière. Si elle s'était tournée, elle aurait aperçu Buteau
qui se haussait, surpris de lui voir quitter la route.

Jean plaisanta d'abord.

--Tu es bien fière, que tu passes sans dire bonjour aux amis!

--Dame! répondit-elle, tu te caches, on ne te voit pas.

Alors, il se plaignit du mauvais accueil qu'on lui faisait maintenant chez
les Buteau, Mais elle n'avait pas la tête à cela, elle se taisait, elle ne
lâchait que des paroles brèves. D'elle-même, elle s'était laissée tomber
sur la paille, au fond du trou, comme brisée de fatigue. Une seule chose
l'emplissait, était restée dans sa chair, matérielle, aiguë: l'attaque de
cet homme au bord du champ, là-bas, ses mains chaudes dont elle se sentait
encore, l'étau aux cuisses, son odeur qui la suivait, son approche de mâle
qu'elle attendait toujours, l'haleine coupée, dans une angoisse de désir
combattu. Elle fermait les yeux, elle suffoquait.

Jean, alors, ne parla plus. A la voir ainsi, renversée, s'abandonnant, le
sang de ses veines battait à grands coups. Il n'avait point calculé cette
rencontre, il résistait, dans son idée que ce serait mal d'abuser de cette
enfant. Mais le bruit de son coeur l'étourdissait, il l'avait tant désirée!
et l'image de la possession l'affolait, comme dans ses nuits de fièvre. Il
se coucha près d'elle, il se contenta d'abord de sa main, puis de ses deux
mains, qu'il serrait à les broyer, en n'osant même les porter à sa bouche.
Elle ne les retirait pas, elle rouvrit ses yeux vagues, aux paupières
lourdes, elle le regarda, sans un sourire, sans une honte, la face
nerveusement allongée. Et ce fut ce regard muet, presque douloureux, qui le
rendit tout d'un coup brutal. Il se rua sous les jupes, l'empoigna aux
cuisses, comme l'autre.

--Non, non, balbutia-t-elle, je t'en prie... c'est sale...

Mais elle ne se défendit point. Elle n'eut qu'un cri de douleur. Il lui
semblait que le sol fuyait sous elle; et, dans ce vertige, elle ne savait
plus: était-ce l'autre qui revenait? elle retrouvait la même rudesse, la
même âcreté du mâle, fumant de gros travail au soleil. La confusion devint
telle, dans le noir incendié de ses paupières obstinément closes, qu'il lui
échappa des mots, bégayés, involontaires.

--Pas d'enfant... ôte-toi...

Il fit un saut brusque, et cette semence humaine, ainsi détournée et
perdue, tomba dans le blé mûr, sur la terre, qui, elle, ne se refuse
jamais, le flanc ouvert à tous les germes, éternellement féconde.

Françoise rouvrit les yeux, sans une parole, sans un mouvements hébétée.
Quoi? c'était déjà fini, elle n'avait pas eu plus de plaisir! Il ne lui en
restait qu'une souffrance. Et l'idée de l'autre lui revint, dans le regret
inconscient de son désir trompé. Jean, à son côté, la fâchait. Pourquoi
avait-elle cédé? elle ne l'aimait pas, ce vieux! Il demeurait comme elle
immobile, ahuri de l'aventure. Enfin, il eut un geste mécontent, il chercha
quelque chose à lui dire, ne trouva rien. Gêné davantage, il prit le parti
de l'embrasser; mais elle se reculait, elle ne voulait plu, qu'il la
touchât.

--Faut que je m'en aille, murmura-t-il. Toi, reste encore.

Elle ne répondit point, les regards en l'air, perdus dans le ciel.

--N'est-ce pas? attends cinq minutes, qu'on ne te voie pas reparaître en
même temps que moi.

Alors, elle se décida à desserrer les lèvres.

--C'est bon, va-t'en!

Et ce fut tout, il fit claquer son fouet, jura contre ses chevaux, s'en
alla à côté de sa voiture, d'un pas alourdi, la tête basse.

Cependant, Buteau s'étonnait d'avoir perdu Françoise derrière les gerbes,
et lorsqu'il vit Jean s'éloigner, il eut un soupçon. Sans se confier à
Lise, il partit, courbé, en chasseur qui ruse. Puis, d'un élan, il tomba au
beau milieu de la paille, au fond du trou. Françoise n'avait point bougé,
dans la torpeur qui l'engourdissait, ses yeux vagues toujours en l'air, ses
jambes restées nues. Il n'y avait pas à nier, elle ne l'essaya pas.

--Ah! garce! ah! salope! c'est avec ce gueux que tu couches, et tu me
flanques des coups de pied dans le ventre, à moi!.... Nom de Dieu! nous
allons bien voir.

Il la tenait déjà, elle lut clairement sur sa face congestionnée qu'il
voulait profiter de l'occasion. Pourquoi pas lui, maintenant, puisque
l'autre venait d'y passer? Dès qu'elle sentit de nouveau la brûlure de ses
mains, elle fut reprise de sa révolte première. Il était là, et elle ne le
regrettait plus, elle ne le voulait plus, sans avoir elle-même conscience
des sautes de sa volonté, dans une protestation rancunière et jalouse de
tout son être.

--Veux-tu me laisser, cochon!... Je te mords!

Une seconde fois, il dut y renoncer. Mais il bégayait de fureur, enragé de
ce plaisir qu'on avait pris sans lui.

--Ah! je m'en doutais que vous fricassiez ensemble!... J'aurait dû le
foutre dehors depuis longtemps... Nom de Dieu de cateau! qui te fais tanner
le cuir par ce vilain bougre!

Et le flot d'ordures continua, il lâcha tous les mots abominables, parla de
l'acte avec une crudité, qui la remettait nue, honteusement. Elle, enragée
aussi, raidie et pâle, affectait un grand calme, répondait à chaque saleté,
d'une voix brève:

--Qu'est-ce que ça te fiche?... Si ça me plaît, est-ce que je ne suis pas
libre?

--Eh bien! je vas te flanquer à la porte, moi! Oui, tout à l'heure, en
rentrant... Je vas dire la chose à Lise, comment je t'ai trouvée, ta
chemise sur-la tête; et tu iras te faire tamponner ailleurs, puisque ça
t'amuse.

Maintenant, il la poussait devant lui, il la ramenait vers le champ, où sa
femme attendait.

--Dis-le à Lise.... Je m'en irai, si je veux.

--Si tu veux, ah! c'est ce que nous allons voir!... A coup de pied au cul!

Pour couper au plus court, il lui faisait traverser la pièce des Cornailles
restée jusque-là indivise entre elle et sa soeur, cette pièce dont il avait
toujours retardé le partage; et, brusquement, il demeura saisi, une idée
aiguë lui était sautée au cerveau: il avait vu dans un éclair, s'il la
chassait, le champ tranché en deux, la moitié emportée par elle, donnée au
galant peut-être. Cette idée le glaça, fit tomber net son désir exaspéré.
Non! c'était bête, fallait pas tout lâcher pour une fois qu'une fille vous
laissait le bec en l'air. Ça se retrouve, la gaudriole; tandis que la
terre, quand on la tient, le vrai est de la garder.

Il ne disait plus rien, il avançait d'un pas ralenti, ennuyé, ne sachant
comment rattraper ses violences, avant de rejoindre sa femme. Enfin, il se
décida.

--Moi, je n'aime pas les mauvais coeurs, c'est parce que tu as l'air d'être
dégoûtée de moi, que ça me vexe.... Autrement, je n'ai guère envie de faire
du chagrin à ma femme, dans sa position....

Elle s'imagina qu'il craignait d'être vendu à Lise, lui aussi.

--Ça, tu peux en être sûr: si tu parles, je parlerai.

--Oh! je n'en ai pas peur, reprit-il avec un aplomb tranquille. Je dirai
que tu mens, que tu te venges de ce que je t'ai surprise.

Puis, comme ils arrivaient, il conclut d'une voix rapide:

--Alors, ça reste entre nous.... Faudra voir à en recauser tous les deux.

Lise, pourtant, commençait à s'étonner, ne comprenant, pas comment
Françoise revenait ainsi avec Buteau. Celui-ci raconta que cette paresseuse
était allée bouder derrière une meule, là-bas. D'ailleurs, un cri rauque
les interrompit, on oublia l'affaire.

--Quoi donc? qui a crié?

C'était un cri effrayant, un long soupir hurlé, pareil à la plainte de mort
d'une bête qu'on égorge. Il monta et s'éteignit, dans la flamme implacable
du soleil.

--Hein? qui est-ce? un cheval bien sur, les os cassés!

Ils se tournèrent, et ils virent Palmyre encore debout, dans le chaume
voisin, au milieu des javelles. Elle serrait, de ses bras défaillants,
contre sa poitrine plate, une dernière gerbe, qu'elle s'efforçait de lier.
Mais elle jeta un nouveau cri d'agonie, plus déchiré, d'une détresse
affreuse; et lâchant tout, tournant sur elle-même, elle s'abattit dans le
blé, foudroyée par le soleil qui la chauffait depuis douze heures.

Lise et Françoise se hâtèrent, Buteau les suivit, d'un pas moins empressé;
tandis que, des pièces d'alentour, tout le monde aussi arrivait, les
Delhomme, Fouan qui rôdait par là, la Grande qui chassait les pierres du
bout de sa canne.

--Qu'y a-t-il donc?

--C'est la Palmyre qui a une attaque.

--Je l'ai bien vue tomber, de là-bas.

--Ah! mon Dieu!

Et tous, autour d'elle, dans l'effroi mystérieux dont la maladie frappe le
paysan, la regardaient, sans trop oser s'approcher. Elle était allongée, la
face au ciel, les bras en croix, comme crucifiée sur cette terre, qui
l'avait usée si vite à son dur labeur, et qui la tuait. Quelque vaisseau
avait dû se rompre, un filet de sang coulait de sa bouche. Mais elle s'en
allait plus encore d'épuisement, sous des besognes de bête surmenée, si
sèche au milieu du chaume, si réduite à rien, qu'elle n'y était qu'une
loque, sans chair, sans sexe, exhalant son dernier petit souffle dans la
fécondité grasse des moissons.

Cependant, la Grande, l'aïeule, qui l'avait reniée et qui jamais ne lui
parlait, s'avança enfin.

Je crois bien qu'elle est morte.

Et elle la poussa de sa canne. Le corps, les yeux ouverts et vides dans
l'éclatante lumière, la bouche élargie au vent de l'espace, ne remua pas.
Sur le menton, le filet de sang se caillait. Alors, la grand'mère, qui
s'était baissée, ajouta:

--Bien sûr qu'elle est morte.... Vaut mieux ça que d'être à la charge des
autres.

Tous, saisis, ne bougeaient plus. Est-ce qu'on pouvait la toucher, sans
aller chercher le maire? Ils parlaient d'abord à voix basse, puis ils se
remirent à crier, pour s'entendre.

--Je vas quérir mon échelle, qui est là-bas contre la meule, finit par dire
Delhomme. Ça servira de civière.... Un mort, faut jamais le laisser par
terre, ce n'est pas bien.

Mais, quand il revint avec l'échelle, et qu'on voulut prendre des gerbes et
y faire un lit pour le cadavre, Buteau grogna.

--On te le rendra ton blé!

--J'y compte, fichtre!

Lise, un peu honteuse de cette ladrerie, ajouta deux javelles comme
oreiller, et l'on y déposa le corps de Palmyre, pendant que Françoise, dans
une sorte de rêve, étourdie de cette mort qui tombait au milieu de sa
première besogne avec l'homme, ne pouvait détacher les yeux du cadavre,
très triste, étonnée surtout que cela eût jamais pu être une femme. Elle
demeura ainsi que Fouan, à garder, en attendant le départ; et le vieux ne
disait rien non plus, avait l'air de penser que ceux qui s'en vont sont
bien heureux.

Quand le soleil se coucha, à l'heure où l'on rentre, deux hommes vinrent,
prendre la civière. Le fardeau n'était pas lourd, ils n'avaient guère
besoin d'être relayés. Pourtant, d'autres les accompagnèrent, tout un
cortège se forma. On coupa à travers champs, pour éviter le détour de la
route. Sur les gerbes, le corps se raidissait, et des épis, derrière la
tête, retombaient et se balançaient, aux secousses cadencées des pas.
Maintenant, il ne restait au ciel que la chaleur amassée, une chaleur
rousse, appesantie dans l'air bleu. A l'horizon, de l'autre côté de la
vallée du Loir, le soleil, noyé dans une vapeur, n'épandait plus sur la
Beauce qu'une nappe de rayons jaunes, au ras du sol. Tout semblait de ce
jaune, de cette dorure des beaux soirs de moisson. Les blés encore debout
avaient des aigrettes de flamme rose; les chaumes hérissaient des brins de
vermeil luisant; et, de toutes parts, à l'infini, bossuant cette mer
blonde, les meules moutonnaient, paraissaient grandir démesurément,
flambantes d'un côté, déjà noires de l'autre, jetant des ombres qui
s'allongeaient, jusqu'aux lointains perdus de la plaine. Une grande
sérénité tomba, il n'y eut plus, très haut, qu'un chant d'alouette.
Personne ne parlait, parmi les travailleurs harassés, qui suivaient avec
une résignation de troupeau, la tête basse. Et l'on n'entendait qu'un petit
bruit de l'échelle, sous le balancement de la morte, rapportée dans le blé
mûr.

Ce soir-là, Hourdequin régla le compte de ses moissonneurs, qui avaient
fini la besogne convenue. Les hommes emportaient cent vingt francs, les
femmes soixante, pour leur mois de travail. C'était une année bonne, pas
trop de blés versés où la faux s'ébrèche, pas un orage pendant la coupe.
Aussi fut-ce au milieu de grands cris que le capitaine, accompagné de son
équipe, présenta la gerbe, la croix d'épis tressés, à Jacqueline, qu'on
traitait en maîtresse de la maison; et la «ripane», le repas d'adieu
traditionnel, fut très gai: on mangea trois gigots et cinq lapins, on
trinqua si tard, que tous se couchèrent en ribote. Jacqueline, grise
elle-même, faillit se faire prendre par Hourdequin, au cou de Tron.
Étourdi, Jean était allé se jeter sur la paille de sa soupente. Malgré sa
fatigue, il ne dormit point, l'image de Françoise était revenue et le
tourmentait. Cela lui causait de la surprise, presque de la colère, car il
avait eu si peu de plaisir avec cette fille, après tant de nuits passées à
la vouloir! Depuis, il se sentait tout vide, il aurait bien juré qu'il ne
recommencerait pas. Et voilà qu'à peine couché, il la revoyait se dresser,
il la désirait encore, dans une rage d'évocation charnelle: l'acte, là-bas,
renaissait, cet acte auquel il n'avait pas pris goût, dont les moindres
détails, maintenant, fouettaient sa chair. Comment la ravoir, où la tenir
le lendemain, les jours suivants, toujours? Un frôlement le fit
tressaillir, une femme se coulait près de lui: c'était la Percheronne, la
ramasseuse, étonnée qu'il ne vint point, cette nuit dernière. D'abord, il
la repoussa; puis, il l'étouffa d'une étreinte; et il était avec l'autre,
il l'aurait brisée ainsi, les membres serrés, jusqu'à l'évanouissement.

A cette même heure, Françoise, réveillée en sursaut, se leva, ouvrit la
lucarne de sa chambre, pour respirer. Elle avait rêvé qu'on se battait, que
des chiens mangeaient la porte, en bas. Dès que l'air l'eut rafraîchie un
peu, elle se retrouva avec l'idée des deux hommes, l'un qui la voulait,
l'autre qui l'avait prise; et elle ne réfléchissait pas plus loin, cela
tournait simplement en elle, sans qu'elle jugeât ni décidât rien. Mais elle
tendit l'oreille, ce n'était donc pas un rêve? un chien hurlait au loin, au
bord de l'Aigre. Ensuite, elle se souvint: c'était Hilarion, qui, depuis la
tombée du jour, hurlait près du cadavre de Palmyre. On avait tenté de le
chasser, il s'était cramponné, avait mordu, refusant de lâcher ses restes,
sa soeur, sa femme, son tout; et il hurlait sans fin, d'un hurlement qui
emplissait la nuit.

Françoise, frissonnante, écouta longtemps.



V


--Pourvu que la Coliche ne vêle pas en même temps que moi! répétait Lise
chaque matin.

Et, traînant son ventre énorme, Lise s'oubliait dans l'étable, à regarder
d'un oeil inquiet la vache, dont le ventre, lui aussi, avait grossi
démesurément. Jamais bête ne s'était enflée à ce point, d'une rondeur de
futaille, sur ses jambes devenues grêles. Les neuf mois tombaient juste le
jour de la Saint-Fiacre, car Françoise avait eu le soin d'inscrire la date
où elle l'avait menée au taureau. Malheureusement, c'était Lise qui, pour
son compte, n'était pas certaine, à quelques jours près. Cet enfant-là
avait poussé si drôlement, sans qu'on le voulût, qu'elle ne pouvait savoir.
Mais ça taperait bien sûr dans les environs de la Saint-Fiacre, peut-être
la veille, peut-être le lendemain. Et elle répétait, désolée:

--Pourvu que la Coliche ne vêle pas en même temps que moi!... Ça en ferait,
une affaire! Ah! bon sang! nous serions propres!

On gâtait beaucoup la Coliche, qui était depuis dix ans dans la maison.
Elle avait fini par être une personne de la famille. Les Buteau se
réfugiaient près d'elle, l'hiver, n'avaient pas d'autre chauffage que
l'exhalaison chaude de ses flancs. Et elle-même se montrait très
affectueuse, surtout à l'égard de Françoise. Elle la léchait de sa langue
rude, à la faire saigner, elle lui prenait, du bout des dents, des morceaux
de sa jupe, pour l'attirer et la garder toute à elle. Aussi la soignait-on
davantage, à mesure que le vêlage approchait: des soupes chaudes, des
sorties aux bons moments de la journée, une surveillance de chaque heure.
Ce n'était pas seulement qu'on l'aimât, c'étaient aussi les cinquante
pistoles qu'elle représentait, le lait, le beurre, les fromages, une vraie
fortune, qu'on pouvait perdre, en la perdant.

Depuis la moisson, une quinzaine venait de s'écouler. Dans le ménage,
Françoise avait repris sa vie habituelle, comme s'il ne se fût rien passé
entre elle et Buteau. Il semblait avoir oublié, elle-même évitait de songer
à ces choses, qui la troublaient. Jean, rencontré et averti par elle,
n'était pas revenu. Il la guettait au coin des haies, il la suppliait de
s'échapper, de le rejoindre le soir, dans des fossés qu'il indiquait. Mais
elle refusait, effrayée, cachant sa froideur sous des airs de grande
prudence. Plus tard, quand on aurait moins besoin d'elle à la maison. Et,
un soir qu'il l'avait surprise descendant chez Macqueron acheter du sucre,
elle s'obstina à ne pas le suivre derrière l'église, elle lui parla tout le
temps de la Coliche, des os qui commençaient à se casser, du derrière qui
s'ouvrait, signes certains auxquels lui-même déclara que ça ne pouvait pas
aller bien loin, maintenant.

Et voilà que, juste la veille de la Saint-Fiacre, Lise, le soir, après le
dîner, fut prise de grosses coliques, au moment où elle était dans l'étable
avec sa soeur, à regarder la vache, qui, les cuisses écartées par l'enflure
de son ventre, souffrait, elle aussi, en meuglant doucement.

--Quand je le disais! cria-t-elle, furieuse. Ah! nous sommes propres! Pliée
en deux, tenant à pleins bras son ventre à elle, le brutalisant pour le
punir, elle récriminait, elle lui parlait: est-ce qu'il n'allait pas lui
foutre la paix? il pouvait bien attendre! C'étaient comme des mouches qui
la piquaient aux flancs, et les coliques lui partaient des reins, pour lui
descendre jusque dans les genoux. Elle refusait de se mettre au lit, elle
piétinait, en répétant qu'elle voulait faire rentrer ça.

Vers dix heures, lorsqu'on eut couché le petit Jules, Buteau, ennuyé de
voir que rien n'arrivait, décidé à dormir, laissa Lise et Françoise
s'entêter dans l'étable, autour de la Coliche, dont les souffrances
grandissaient. Toutes deux commençaient à être inquiètes, ça ne marchait
guère, bien que le travail, du côté des os, parût fini. Le passage y était,
pourquoi le veau ne sortait-il pas? Elles flattaient la bête,
l'encourageaient, lui apportaient des friandises, du sucre, que celle-ci
refusait, la tête basse, la croupe agitée de secousses profondes. A minuit,
Lise, qui jusque-là s'était tordue, se trouva brusquement soulagée: ce
n'était encore, pour elle, qu'une fausse alerte, des douleurs errantes;
mais elle fut persuadée qu'elle avait rentré ça, comme elle aurait réprimé
un besoin. Et, la nuit entière, elle et sa soeur veillèrent la Coliche, la
soignant, faisant chauffer des torchons, qu'elles lui appliquaient brûlants
sur la peau; tandis que l'autre vache, Rougette, la dernière achetée au
marché de Cloyes, étonnée de cette chandelle qui brûlait, les suivait de
ses gros yeux bleuâtres, ensommeillés.

Au soleil levant, Françoise, voyant qu'il n'y avait toujours rien, se
décida à courir chercher leur voisine, la Frimat. Celle-ci était réputée
pour ses connaissances, elle avait aidé tant de vaches, qu'on recourait
volontiers à elle dans les cas difficiles, afin de s'éviter la visite du
vétérinaire. Dès qu'elle arriva, elle eut une moue.

--Elle n'a pas bon air, murmura-t-elle. Depuis quand est-elle comme ça?

--Mais depuis douze heures.

La vieille femme continua de tourner derrière la bête, mit son nez partout,
avec de petits hochements de menton, des mines maussades, qui effrayaient
les deux autres.

--Pourtant, conclut-elle, v'là la bouteille qui vient... Faut attendre pour
voir.

Alors, toute la matinée fut employée à regarder se former la bouteille, la
poche que les eaux gonflent et poussent au dehors. On l'étudiait, on la
mesurait, on la jugeait: une bouteille tout de même qui en valait une
autre, bien qu'elle s'allongeât, trop grosse. Mais, dès neuf heures, le
travail s'arrêta de nouveau, la bouteille pendit, stationnaire, lamentable,
agitée d'un balancement régulier, par les frissons convulsifs de la vache,
dont la situation empirait à vue d'oeil.

Lorsque Buteau rentra des champs pour déjeuner, il prit peur à son tour, il
parla d'aller chercher Patoir, tout en frémissant à l'idée de l'argent que
ça coûterait.

--Un vétérinaire! dit aigrement la Frimat, pour qu'il te la tue, hein?
Celle au père Saucisse lui a bien claqué sous le nez... Non, vois-tu, je
vas crever la bouteille, et je l'irai chercher, moi, ton veau!

--Mais, fit remarquer Françoise, monsieur Patoir défend de la crever. Il
dit que ça aide, l'eau dont elle est pleine.

La Frimat eut un haussement d'épaules exaspéré. Un bel âne, Patoir! Et,
d'un coup de ciseaux, elle fendit la poche. Les eaux ruisselèrent avec un
bruit d'écluse, tous s'écartèrent, trop tard, éclaboussés. Un instant, la
Coliche souffla plus à l'aise, la vieille femme triompha. Elle avait frotté
sa main droite de beurre, elle l'introduisit, tâcha d'aller reconnaître la
position du veau; et elle fouillait là-dedans, sans hâte. Lise et Françoise
la regardaient faire, les paupières battantes d'anxiété. Buteau lui-même,
qui n'était pas retourné aux champs, attendait, immobile et ne respirant
plus.

--Je sens les pieds, murmura-t-elle, mais la tête n'est pas là... Ce n'est
guère bon, quand on ne trouve pas la tête...

Elle dut ôter sa main. La Coliche, secouée d'une tranchée violente,
poussait si fort, que les pieds parurent. C'était toujours ça, les Buteau
eurent un soupir de soulagement: ils croyaient tenir déjà un peu de leur
veau, en voyant ces pieds qui passaient; et, dès lors, ils furent
travaillés d'une pensée unique, tirer, pour l'avoir tout de suite, comme
s'ils avaient eu peur qu'il ne rentrât et qu'il ne ressortît plus.

--Vaudrait mieux ne pas le bousculer, dit sagement la Frimat. Il finira
bien par sortir.

Françoise était de cet avis. Mais Buteau s'agitait, venait toucher les
pieds à toutes minutes, en se fâchant de ce qu'ils ne s'allongeaient pas.
Brusquement il prit une corde, qu'il y noua d'un noeud solide, aidé de sa
femme, aussi frémissante que lui; et, comme justement la Bécu entrait,
amenée par son flair, on tira, tous attelés à la corde, Buteau d'abord,
puis la Frimat, la Bécu, Françoise, Lise elle-même, accroupie, avec son
gros ventre.

--Ohé hisse! criait Buteau, tous ensemble!... Ah! le chameau, il n'a pas
grouillé d'un pouce, il est collé là-dedans!... Aïe donc! aïe donc! bougre!

Les femmes, suantes, essoufflées, répétaient:

--Ohé hisse!... Aie donc! bougre!

Mais il y eut une catastrophe. La corde, vieille, à demi pourrie, cassa, et
toutes furent culbutées dans la litière, au milieu de cris et de jurons.

--Ça ne fait rien, il n'y a pas de mal! déclara Lise qui avait roulé
jusqu'au mur et qu'on se hâtait de relever.

Cependant, à peine debout, elle eut un éblouissement, il lui fallut
s'asseoir. Un quart d'heure plus tard, elle se tenait le ventre, les
douleurs de la veille recommençaient, profondes, à des intervalles
réguliers. Et elle qui croyait avoir rentré ça! Quel fichu guignon tout de
même que la vache n'allât pas plus vite, et qu'elle, maintenant, fût
reprise, à ce point qu'elle était bien capable de la rattraper! On
n'évitait pas le sort, c'était dit, que toutes les deux vêleraient
ensemble. Elle poussait de grands soupirs, une querelle éclata entre elle
et son homme. Aussi, nom de Dieu! pourquoi avait-elle tiré? est-ce que ça
la regardait, le sac des autres? qu'elle vidât donc le sien, d'abord! Elle
répondit par des injures, tellement elle souffrait: cochon! salop! s'il ne
le lui avait pas empli, son sac, il ne la gênerait pas tant!

--Tout ça, fit remarquer la Frimat, c'est des paroles, ça n'avance à rien.

Et la Bécu ajouta:

--Ça soulage tout de même.

On avait heureusement envoyé le petit Jules chez le cousin Delhomme, pour
s'en débarrasser. Il était trois heures, on attendit jusqu'à sept. Rien ne
vint, la maison était un enfer: d'un côté, Lise qui s'entêtait sur une
vieille chaise, à se tortiller en geignant; de l'autre, la Coliche qui ne
jetait qu'un cri, dans des frissons et des sueurs, d'un caractère de plus
en plus grave. La seconde vache, Rougette, s'était mise à meugler de peur.
Françoise alors perdit la tête, et Buteau, jurant, gueulant, voulut tirer
encore. Il appela deux voisins, on tira à six, comme pour déraciner un
chêne, avec une corde neuve, qui ne cassa pas, cette fois. Mais la Coliche,
ébranlée, tomba sur le flanc et resta dans la paille, allongée, soufflante,
pitoyable.

--Le bougre, nous ne l'aurons pas! déclara Buteau en nage, et la garce y
passera avec lui!

Françoise joignit les mains, suppliante.

--Oh! va chercher monsieur Patoir!... Ça coûtera ce que ça coûtera, va
chercher monsieur Patoir!

Il était devenu sombre. Après un dernier combat, sans répondre un mot, il
sortit la carriole.

La Frimat, qui affectait de ne plus s'occuper de la vache, depuis qu'on
reparlait du vétérinaire, s'inquiétait maintenant de Lise. Elle était bonne
aussi pour les accouchements, toutes les voisines lui passaient par les
mains. Et elle semblait soucieuse, elle ne cachait point ses craintes à la
Bécu, qui rappela Buteau, en train d'atteler.

--Écoutez... Elle souffre beaucoup, votre femme. Si vous rameniez aussi un
médecin.

Il demeura muet, les yeux arrondis. Quoi donc? encore une qui voulait se
faire dorloter! Bien sûr qu'il ne payerait pas pour tout le monde!

--Mais non! mais non! cria Lise entre deux coliques. Ça ira toujours, moi!
On n'a pas d'argent à jeter par les fenêtres.

Buteau se hâta de fouetter son cheval, et la carriole se perdit sur la
route de Cloyes, dans la nuit tombante.

Lorsque, deux heures plus tard, Patoir arriva enfin, il trouva tout au même
point, la Coliche râlant sur le flanc, et Lise se tordant comme un ver, à
moitié glissé de sa chaise. Il y avait vingt-quatre heures que les choses
duraient.

--Pour laquelle, voyons? demanda le vétérinaire, qui était d'esprit jovial.

Et, tout de suite, tutoyant Lise:

--Alors, ma grosse, si ce n'est pas pour toi, fais-moi le plaisir de te
coller dans ton lit. Tu en as besoin.

Elle ne répondit pas, elle ne s'en alla pas. Déjà, il examinait la vache.

--Fichtre! elle est dans un foutu état, votre bête. Vous venez toujours me
chercher trop tard... Et vous avez tiré, je vois ça. Hein? vous l'auriez
plutôt fendue en deux, que d'attendre, sacrés maladroits!

Tous l'écoutaient, la mine basse, l'air respectueux et désespéré; et,
seule, la Frimat pinçait les lèvres, pleine de mépris. Lui, ôtant son
paletot, retroussant ses manches, rentrait les pieds, après les avoir noués
d'une ficelle, pour les ravoir; puis, il plongea la main droite.

--Pardi! reprit-il au bout d'un instant, c'est bien ce que je pensais: la
tête se trouve repliée à gauche, vous auriez pu tirer jusqu'à demain,
jamais il ne serait sorti... Et, vous savez, mes enfants, il est fichu,
votre veau. Je n'ai pas envie de me couper les doigts à ses quenottes, pour
le retourner. D'ailleurs, je ne l'aurais pas davantage, et j'abîmerais la
mère.

Françoise éclata en sanglots.

--Monsieur Patoir, je vous en prie, sauvez notre vache... Cette pauvre
Coliche qui m'aime...

Et Lise, qu'une tranchée verdissait, et Buteau, bien portant, si dur au mal
des autres, se lamentaient, s'attendrissaient, dans la même supplication.

--Sauvez notre vache, notre vieille vache qui nous donne de si bon lait,
depuis des années et des années... Sauvez-la, monsieur Patoir...

--Mais, entendons-nous bien, je vas être forcé de découper le veau.

--Ah! le veau, on s'en fout, du veau!... Sauvez notre vache, monsieur
Patoir, sauvez-la!

Alors, le vétérinaire, qui avait apporté un grand tablier bleu, se fit
prêter un pantalon de toile; et, s'étant mis tout nu dans un coin, derrière
la Rougette, il enfila simplement le pantalon, puis attacha le tablier à
ses reins. Quand il reparut, avec sa bonne face de dogue, gros et court
dans ce costume léger, la Coliche souleva la tête, s'arrêta de se plaindre,
étonnée sans doute. Mais personne n'eut un sourire, tellement l'attente
serrait les coeurs.

--Allumez des chandelles!

Il en fit planter quatre par terre, et il s'allongea sur le ventre, dans la
paille, derrière la vache, qui ne pouvait plus se lever. Un instant, il
resta aplati, le nez entre les cuisses de la bête. Ensuite, il se décida à
tirer sur la ficelle, pour ramener les pieds, qu'il examina attentivement.
Près de lui, il avait posé une petite boîte longue, et il se redressait sur
un coude, et il en sortait un bistouri, lorsqu'un gémissement rauque
l'étonna et le fit s'asseoir.

--Comment! ma grosse, tu es encore là?... Aussi, je me disais: ce n'est pas
la vache!

C'était Lise, prise des grandes douleurs, qui poussait, les flancs
arrachés.

--Mais, nom de Dieu! va donc faire ton affaire chez toi, et laisse-moi
faire la mienne ici! Ça me dérange, ça me tape sur les nerfs, parole
d'honneur! de t'entendre pousser derrière moi... Voyons, est-ce qu'il y a
du bon sens! emmenez-la, vous autres!

La Frimat et la Bécu se décidèrent à prendre chacune Lise sous un bras et à
la conduire dans sa chambre. Elle s'abandonnait, elle n'avait plus la force
de résister. Mais, en traversant la cuisine, où brûlait une chandelle
solitaire, elle exigea pourtant qu'on laissât toutes les portes ouvertes,
dans l'idée qu'elle serait ainsi moins loin. Déjà, la Frimat avait préparé
le lit de misère, selon l'usage des campagnes: un simple drap jeté au
milieu de la pièce, sur une botte de paille, et trois chaises renversées.
Lise s'accroupit, s'écartela, adossée à une des chaises, la jambe droite
contre la seconde, la gauche contre la troisième. Elle ne s'était pas même
déshabillée, ses pieds s'arc-boutaient dans leurs savates, ses bas bleus
montaient à ses genoux; et sa jupe, rejetée sur sa gorge, découvrait son
ventre monstrueux, ses cuisses grasses, très blanches, si élargies, qu'on
lui voyait jusqu'au coeur.

Dans l'étable, Buteau et Françoise étaient restés pour éclairer Patoir,
tous les deux assis sur leurs talons, approchant chacun une chandelle,
tandis que le vétérinaire, allongé de nouveau, pratiquait au bistouri une
section autour du jarret de gauche. Il décolla la peau, tira sur l'épaule
qui se dépouilla et s'arracha. Mais Françoise, pâlissante, défaillante,
laissa tomber sa chandelle et s'enfuit en criant:

--Ma pauvre vieille Coliche... Je ne veux pas voir ça! je ne veux pas voir
ça!

Patoir s'emporta, d'autant plus qu'il dut se relever, pour éteindre un
commencement d'incendie, déterminé dans la paille par la chute de la
chandelle.

--Nom de Dieu de gamine! ça vous a des nerfs de princesse!... Elle nous
fumerait comme des jambons.

Toujours courant, Françoise était allée se jeter sur une chaise, dans la
pièce où accouchait sa soeur, dont l'écartement béant ne l'émotionna pas,
comme s'il se fût agi d'une chose naturelle et ordinaire, après ce qu'elle
venait de voir. D'un geste, elle chassait cette vision de chairs découpées
toutes vives; et elle raconta en bégayant ce qu'on faisait à la vache.

--Ça ne peut pas marcher, faut que j'y retourne, dit soudain Lise, qui
malgré ses douleurs, se souleva pour quitter ses trois chaises.

Mais déjà la Frimat et la Bécu, se fâchant, la maintenaient en place.

--Ah ça! voulez-vous bien rester tranquille! Qu'est-ce que vous avez donc
dans le corps?

Et la Frimat ajouta:

--Bon! voilà que vous crevez la bouteille, vous aussi!

En effet, les eaux étaient parties d'un jet brusque, que la paille, sous le
drap, but tout de suite; et les derniers efforts de l'expulsion
commencèrent. Le ventre nu poussait malgré lui, s'enflait à éclater,
pendant que les jambes, avec leurs bas bleus, se repliaient et s'ouvraient,
d'un mouvement inconscient de grenouille qui plonge.

--Voyons, reprit la Bécu, pour vous tranquilliser, j'y vas aller, moi, et
je vous donnerai des nouvelles.

Dès lors, elle ne fit que courir de la chambre à l'étable. Même, pour
s'épargner du chemin, elle finit par crier les nouvelles, du milieu de la
cuisine. Le vétérinaire continuait son dépeçage, dans la litière trempée de
sang et de glaires, une pénible et sale besogne, dont il sortait
abominable, souillé de haut en bas.

--Ça va bien, Lise, criait la Bécu. Poussez sans regret... Nous avons
l'autre épaule. Et, maintenant, c'est la tête qu'on arrache... Il la tient,
la tête, oh! une tête!... Et c'est fini, de ce coup, le corps est venu d'un
paquet.

Lise accueillait chaque phase de l'opération d'un soupir déchirant; et l'on
ne savait si elle souffrait pour elle ou pour le veau. Mais, brusquement,
Buteau apporta la tête, voulant la lui montrer. Ce fut une exclamation
générale.

--Oh! le beau veau!

Elle, sans cesser le travail, poussant plus rude, les muscles tendus, les
cuisses gonflées, parut prise d'un inconsolable désespoir.

--Mon Dieu! est-ce malheureux!... Oh! le beau veau, mon Dieu!... Est-ce
malheureux, un si beau veau, un veau si beau, qu'on n'en a jamais vu de si
beau?

Françoise également se lamentait, et les regrets de tous devinrent si
agressifs, si pleins de sous-entendus hostiles, que Patoir s'en blessa. Il
accourut, il s'arrêta pourtant à la porte, par décence.

--Dites donc, je vous avais avertis... Vous m'avez supplié de sauver votre
vache... C'est que je vous connais, mes bougres! Faut pas aller raconter
partout que je vous ai tué votre veau, hein?

--Bien sûr, bien sûr, murmura Buteau, en retournant dans l'étable avec lui.
Tout de même, c'est vous qui l'avez coupé.

Par terre, Lise, entre ses trois chaises, était parcourue d'une houle, qui
lui descendait des flancs, sous la peau, pour aboutir, au fond des cuisses,
en un élargissement continu des chairs. Et Françoise, qui jusque-là n'avait
pas vu, dans sa désolation, demeura tout d'un coup stupéfaite, debout
devant sa soeur, dont la nudité lui apparaissait en raccourci, rien que les
angles relevés des genoux, à droite et à gauche de la boule du ventre, que
creusait une cavité ronde. Cela était si inattendu, si défiguré, si énorme,
qu'elle n'en fut pas gênée. Jamais elle ne se serait imaginé une chose
pareille, le trou bâillant d'un tonneau défoncé, la lucarne grande ouverte
du fenil, par où l'on jetait le foin, et qu'un lierre touffu hérissait de
noir. Puis, quand elle remarqua qu'une autre boule, plus petite, la tête de
l'enfant, sortait et rentrait à chaque effort, dans un perpétuel jeu de
cache-cache, elle fut prise d'une si violente envie de rire, qu'elle dut
tousser, pour qu'on ne la soupçonnât pas d'avoir mauvais coeur.

--Un peu de patience encore, déclara la Frimat. Ça va y être.

Elle s'était agenouillée entre les jambes, guettant l'enfant, prête à le
recevoir. Mais il faisait des façons, comme disait la Bécu; même un moment
il s'en alla, on put le croire rentré chez lui. Alors seulement, Françoise
s'arracha à la fascination de cette gueule de four braquée sur elle; et un
embarras la saisit aussitôt, elle vint prendre la main de sa soeur,
s'apitoyant, depuis qu'elle détournait les yeux.

--Ma pauvre Lise, va! t'as de la peine.

--Oh! oui, oh! oui, et personne ne me plaint... Si l'on me plaignait... Oh!
la, la, ça recommence, il ne sortira donc pas!

Ça pouvait durer longtemps, lorsque des exclamations vinrent de l'étable.
C'était Patoir, qui, étonné de voir la Coliche s'agiter et meugler encore,
avait soupçonné la présence d'un second veau; et, en effet, replongeant la
main, il en avait tiré un, sans difficulté aucune cette fois, comme il
aurait sorti un mouchoir de sa poche. Sa gaieté de gros homme farceur fut
telle, qu'il oublia la décence, au point de courir dans la chambre de
l'accouchée, portant le veau, suivi de Buteau qui plaisantait aussi.

--Hein! ma grosse, t'en voulais un... Le v'là!

Et il était à crever de rire, tout nu dans son tablier, les bras, le
visage, le corps entier barbouillé de fiente, avec son veau mouillé encore,
qui semblait ivre, la tête trop lourde et étonnée.

Au milieu de l'acclamation générale, Lise, à le voir, fut prise d'un accès
de fou rire, irrésistible, interminable.

--Oh! qu'il est drôle! oh! que c'est bête de me faire rire comme ça!... Oh!
la, la, que je souffre, ça me fend!... Non, non, ne me faites donc plus
rire, je vas y rester!

Les rires ronflaient au fond de sa poitrine grasse, descendaient dans son
ventre, où ils poussaient d'un souffle de tempête. Elle en était ballonnée,
et la tête de l'enfant avait repris son jeu de pompe, comme un boulet prêt
de partir.

Mais ce fut le comble, lorsque le vétérinaire, ayant posé le veau devant
lui, voulut essuyer d'un revers de main la sueur qui lui coulait du front.
Il se balafra d'une large traînée de bouse, tous se tordirent, l'accouchée
suffoqua, pouffa avec des cris aigus de poule qui pond.

--Je meurs, finissez! Foutu rigolo qui me fait rire à claquer dans ma
peau?... Ah! mon Dieu! ah! mon Dieu, ça crève...

Le trou béant s'arrondit encore, à croire que la Frimat, toujours à genoux,
allait y disparaître; et, d'un coup, comme d'une femme canon, l'enfant
sortit, tout rouge, avec ses extrémités détrempées et blêmes. On entendit
simplement le glouglou d'un goulot géant qui se vidait. Puis, le petit
miaula, tandis que la mère, secouée comme une outre dont la peau se
dégonfle, riait plus fort. Ça criait d'un bout, ça riait de l'autre. Et
Buteau se tapait sur les cuisses, la Bécu se tenait les côtes, Patoir
éclatait en notes sonores, Françoise elle-même, dont sa soeur avait broyé
la main dans sa dernière poussée, se soulageait enfin de son envie
contenue, voyant toujours ça, une vraie cathédrale où le mari devait loger
tout entier.

--C'est une fille, déclara la Frimat.

--Non, non, dit Lise, je n'en veux pas, je veux un garçon.

--Alors, je le renfile, ma belle, et tu feras un garçon demain.

Les rires redoublèrent, on en fut malade. Puis, comme le veau était resté
devant elle, l'accouchée, qui finissait par se calmer, eut cette parole de
regret:

--L'autre était si beau... Tout de même, ça nous en ferait deux!

Patoir s'en alla, après qu'on eut donné à la Coliche trois litres de vin
sucré. Dans la chambre, la Frimat déshabilla et coucha Lise, tandis que la
Bécu, aidée de Françoise, enlevait la paille et balayait. En dix minutes,
tout fut en ordre, on ne se serait pas douté qu'un accouchement venait
d'avoir lieu, sans les miaulements continus de la petite, qu'on lavait à
l'eau tiède. Mais, emmaillotée, couchée dans son berceau, elle se tut peu à
peu; et la mère, anéantie maintenant, s'endormit d'un sommeil de plomb, la
face congestionnée, presque noire, au milieu des gros draps de toile bise.

Vers onze heures, lorsque les deux voisines furent parties, Françoise dit à
Buteau qu'il ferait mieux de monter se reposer au fenil. Elle, pour la
nuit, avait jeté par terre un matelas, où elle comptait s'étendre, de façon
à ne pas quitter sa soeur. Il ne répondit point, il acheva silencieusement
sa pipe. Un grand calme s'était fait, on n'entendait que la respiration
forte de Lise endormie. Puis, comme Françoise s'agenouillait sur son
matelas, au pied même du lit, dans un coin d'ombre, Buteau, toujours muet,
vint brusquement la culbuter par derrière. Elle se retourna, comprit
aussitôt, à son visage contracté et rouge. Ça le reprenait, il n'avait pas
lâché son idée de l'avoir; et fallait croire que ça le travaillait rudement
fort, tout d'un coup, pour qu'il voulût d'elle ainsi, à côté de sa femme,
après des choses qui n'étaient guère engageantes. Elle le repoussa, le
renversa. Il y eut une lutte sourde, haletante.

Lui, ricanait, la voix étranglée.

--Voyons, qu'est-ce que ça te fout?... Je suis bon pour vous deux.

Il la connaissait bien, il savait qu'elle ne crierait pas. En effet, elle
résistait sans une parole, trop fière pour appeler sa soeur, ne voulant
mettre personne dans ses affaires, pas même celle-ci. Il l'étouffait, il
était sur le point de la vaincre.

--Ça irait si bien... Puisqu'on vit ensemble, on ne se quitterait pas...

Mais il retint un cri de douleur. Silencieusement, elle lui avait enfoncé
les ongles dans le cou; et il s'enragea alors, il fit allusion à Jean.

--Si tu crois que tu l'épouseras, ton salop... Jamais, tant que tu ne seras
pas majeure!

Cette fois, comme il la violentait, sous la jupe, à pleine main brutale,
elle lui envoya un tel coup de pied entre les jambes, qu'il hurla. D'un
bond, il s'était remis debout, effrayé, regardant le lit. Sa femme dormait
toujours, du même souffle tranquille. Il s'en alla pourtant, avec un geste
de terrible menace.

Lorsque Françoise se fut allongée sur le matelas, dans la grande paix de la
chambre, elle demeura les yeux ouverts. Elle ne voulait point, jamais elle
ne le laisserait faire, même si elle en avait l'envie. Et elle s'étonnait,
car l'idée qu'elle pourrait épouser Jean ne lui était pas encore venue.



VI


Depuis deux jours, Jean était occupé dans les pièces que Hourdequin
possédait près de Rognes, et où celui-ci avait fait installer une batteuse
à vapeur, louée à un mécanicien de Châteaudun, qui la promenait de Bonneval
à Cloyes. Avec sa voiture et ses deux chevaux, le garçon apportait les
gerbes des meules environnantes, puis emportait le grain à la ferme; tandis
que la machine, soufflant du matin au soir, faisant voler au soleil une
poussière blonde, emplissait le pays d'un ronflement énorme et continu.

Jean, malade, se cassait la tête à chercher comment il pourrait bien ravoir
Françoise. Il y avait déjà un mois qu'il l'avait tenue, justement là, dans
ce blé que l'on battait; et elle s'échappait sans cesse, peureuse. Il
désespérait de jamais recommencer. C'était un désir croissant, une passion
envahissante. Tout en conduisant ses bêtes, il se demandait pourquoi il
n'irait pas carrément chez les Buteau réclamer Françoise en mariage. Rien
encore ne l'avait fâché avec eux d'une façon ouverte et définitive. Il leur
criait toujours un bonjour en passant. Et, dès que cette idée de mariage
lui eut poussé comme le seul moyen de ravoir la fille, il se persuada que
son devoir était là, qu'il serait un malhonnête homme, s'il ne l'épousait
point.

Pourtant, le lendemain matin, lorsque Jean retourna à la machine, la peur
le prit. Jamais il n'aurait osé risquer la démarche, s'il n'avait vu Buteau
et Françoise partir ensemble pour les champs. Il songea que Lise lui avait
toujours été favorable, qu'il tremblerait moins avec elle; et il s'échappa
un instant, après avoir confié ses chevaux à un camarade.

--Tiens, c'est vous, Jean, cria Lise, relevée gaillardement de ses couches.
On ne vous voit plus. Qu'arrive-t-il?

Il s'excusa. Puis, en hâte, avec la brutalité des gens timides, il aborda
la chose; et elle put croire d'abord qu'il lui faisait une déclaration, car
il lui rappelait qu'il l'avait aimée, qu'il l'aurait eue volontiers pour
femme. Mais, tout de suite, il ajouta:

--Alors, c'est pourquoi j'épouserais tout de même Françoise, si on me la
donnait.

Elle le regarda, tellement surprise, qu'il se mit à bégayer.

--Oh! je sais, ça ne se fait pas comme ça.... Je voulais seulement vous en
parler.

--Dame! répondit-elle enfin, ça me surprend, parce que je ne m'y attendais
guère, à cause de vos âges.... Avant tout, faudrait savoir ce que Françoise
en pense.

Il était venu avec le projet formel de tout dire, dans l'espoir de rendre
le mariage nécessaire. Mais un scrupule, au dernier moment, l'arrêta. Si
Françoise ne s'était pas confessée à sa soeur, si personne ne savait rien,
avait-il le droit de parler le premier? Cela le découragea, il eut honte, à
cause de ses trente-trois ans.

--Bien sûr, murmura-t-il, on lui en causerait, on ne la forcerait pas.

D'ailleurs, Lise, son étonnement passé, le regardait de son air réjoui; et
la chose, évidemment, ne lui déplaisait pas. Même elle fut tout à fait
engageante.

--Ce sera comme elle voudra, Jean.... Moi, je ne suis pas de l'avis de
Buteau, qui la trouve trop jeune. Elle va sur ses dix-huit ans, elle est
bâtie à prendre deux hommes au lieu d'un.... Et puis, on a beau s'aimer
entre soeurs, n'est-ce pas? maintenant que la voilà femme, je préférerais
avoir à sa place une servante que je commanderais.... Si elle dit oui,
épousez-là. Vous êtes un bon sujet, ce sont les plus vieux coqs souvent qui
sont les meilleurs.

C'était un cri qui lui échappait, cette désunion lente, grandie
invinciblement entre elle et sa cadette, cette hostilité aggravée par les
petites blessures de chaque jour, un sourd ferment de jalousie et de haine
couvant depuis qu'un homme était là, avec ses volontés et ses appétits de
mâle.

Jean, heureux, lui mit un gros baiser sur chaque joue, lorsqu'elle eut
ajouté:

--Justement, nous baptisons la petite, et nous aurons la famille à dîner ce
soir.... Je vous invite, vous ferez votre demande au père Fouan, qui est le
tuteur, si Françoise veut bien de vous.

--Entendu! cria-t-il. A ce soir.

Et il rejoignit ses chevaux à grandes enjambées, il les poussa tout le
jour, en faisant chanter son fouet, dont les claquements partaient comme
des coups de feu, au matin d'une fête.

Les Buteau, en effet, baptisaient leur enfant, après bien des retards.
D'abord, Lise avait exigé d'être tout à fait solide, voulant manger au
repas. Puis, travaillée d'une pensée d'ambition, elle s'était obstinée à
avoir les Charles pour parrain et marraine; et ceux-ci, par condescendance,
ayant accepté, il avait fallu attendre madame Charles, qui venait de partir
à Chartres, donner un coup de main dans l'établissement de sa fille: on
était à la foire de septembre, la maison de la rue aux Juifs ne
désemplissait pas. D'ailleurs, ainsi que Lise l'avait dit à Jean, on devait
être simplement en famille: Fouan, la Grande et les Delhomme, en dehors du
parrain et de la marraine.

Mais, au dernier moment, de grosses difficultés se présentèrent avec l'abbé
Godard, qui ne décolérait plus contre Rognes. Il s'était efforcé de prendre
son mal en patience, les six kilomètres que lui coûtait chaque messe, les
exigences taquines d'un village sans vraie religion, tant qu'il avait
espéré que le conseil municipal finirait par se donner le luxe d'une
paroisse. A bout de résignation, il ne pouvait se leurrer davantage, le
conseil repoussait chaque année la réparation du presbytère, le maire
Hourdequin déclarait le budget trop grevé déjà, seul l'adjoint Macqueron
ménageait les prêtres, par de sourdes visées ambitieuses. Et l'abbé,
n'ayant désormais aucun ménagement à garder, traitait Rognes durement, ne
lui accordait du culte que le strict nécessaire, sans gâteries de prières
en plus, de cierges et d'encens brûlés pour le plaisir. Aussi vivait-il
dans de continuelles querelles avec les femmes. En juin surtout, une
véritable bataille s'était livrée, à propos de la première communion. Cinq
enfants, deux filles et trois garçons, suivaient le catéchisme qu'il
faisait le dimanche, après la messe; et, comme il lui aurait fallu revenir
pour les confesser, il avait exigé qu'ils vinssent eux-mêmes le trouver à
Bazoches-le-Doyen. De là, une première révolte des femmes: merci! trois
quarts de lieue pour l'aller, autant pour le retour! est-ce qu'on savait
comment ça tournait, dès que des garçons et des filles couraient ensemble?
Puis, l'orage éclata, terrible, lorsqu'il refusa nettement de célébrer à
Rognes la cérémonie, la grand'messe chantée et le reste. Il entendait la
célébrer dans sa paroisse, les cinq enfants étaient libres de s'y rendre,
s'ils en avaient le désir. Pendant quinze jours, à la fontaine, les femmes
en bégayèrent de colère: quoi donc! il les baptisait, il les mariait, il
les enterrait chez eux, et il ne voulait pas les y faire communier
proprement! Il s'obstina, ne dit qu'une messe basse, expédia les cinq
communiants, n'ajouta pas une fleur, pas un oremus de consolation; même il
brutalisa les femmes, quand, vexées aux larmes de cette solennité bâclée
ainsi, elles le supplièrent de chanter les vêpres. Rien du tout! il leur
donnait ce qu'il leur devait, elles auraient eu la grand'messe, les vêpres,
tout enfin, à Bazoches, si leur mauvaise tête ne les avait pas mises en
rébellion contre Dieu. Depuis cette brouille, une rupture était imminente
entre l'abbé Godard et Rognes, le moindre heurt allait amener la
catastrophe.

Lorsque Lise se rendit chez le curé, pour le baptême de sa petite, il parla
de le fixer au dimanche, après la messe. Mais elle le pria de revenir le
mardi, à deux heures, car la marraine ne rentrerait de Chartres que ce
jour-là, dans la matinée; et il finit par consentir, en recommandant d'être
exact, décidé, criait-il, à ne pas attendre une seconde.

Le mardi, à deux heures précises, l'abbé Godard était à l'église, essoufflé
de sa course, mouillé par une averse brusque. Personne n'était encore
arrivé. Il n'y avait qu'Hilarion, à l'entrée de la nef, en train de
déblayer un coin du baptistère, encombré de vieilles dalles rompues, qu'on
avait toujours vues là. Depuis la mort de sa soeur, l'infirme vivait de la
charité publique, et le curé, qui lui glissait de temps en temps des pièces
de vingt sous, avait eu l'idée de l'occuper à ce nettoyage, vingt fois
résolu et sans cesse remis. Pendant quelques minutes, il s'intéressa à ce
travail. Puis, il eut un premier sursaut de colère.

--Ah ça! est-ce qu'ils se fichent de moi? Il est déjà deux heures dix.

Comme il regardait, de l'autre côté de la place, la maison des Buteau,
muette, l'air endormi, il aperçut le garde champêtre qui attendait sous le
porche en fumant sa pipe.

--Sonnez donc, Bécu! cria-t-il. Ça les fera venir, ces lambins!

Bécu se pendit à la corde de la cloche, très ivre, comme toujours. Le curé
était allé mettre son surplis. Dès le dimanche, il avait préparé l'acte sur
le registre, et il comptait expédier la cérémonie seul, sans l'aide des
enfants de choeur, qui le faisaient damner. Lorsque tout se trouva prêt, il
s'impatienta de nouveau. Dix autres minutes s'étaient écoulées, la cloche
continuait de sonner, entêtée, exaspérante, dans le grand silence du
village désert.

--Mais qu'est-ce qu'ils font? mais faudra donc les amener par les oreilles!

Enfin, il vit sortir, de chez les Buteau, la Grande, qui marchait de son
air de vieille reine méchante, aussi droite et sèche qu'un chardon, malgré
ses quatre-vingt-cinq ans. Un gros ennui effarait la famille: tous les
invités étaient là, sauf la marraine, qu'on attendait vainement depuis le
matin; et M. Charles, confondu, répétait sans cesse que c'était bien
étonnant, qu'il avait encore reçu une lettre la veille au soir, que
sûrement madame Charles, retenue peut-être à Cloyes, allait arriver d'un
instant à l'autre. Lise, inquiète, sachant que le curé n'aimait guère
attendre, avait fini par avoir l'idée de lui envoyer la Grande, pour le
faire patienter.

--Quoi donc? lui demanda-t-il de loin, est-ce pour aujourd'hui ou pour
demain?... Vous croyez peut-être que le bon Dieu est à vos ordres?

--Ça va venir, monsieur le curé, ça va venir, répondit la vieille femme,
avec son calme impassible.

Justement, Hilarion sortait les derniers débris de dalles, et il passa,
portant contre son ventre une pierre énorme. Il se balançait sur ses jambes
torses, mais il ne fléchissait pas, d'une solidité de roc, d'une force
musculaire à charrier un boeuf. Son bec-de-lièvre salivait, sans qu'une
goutte de sueur mouillât sa peau dure.

L'abbé Godard, outré du flegme de la Grande, tomba sur elle.

--Dites donc, la Grande, puisque je vous tiens, est-ce que c'est charitable
à vous, qui êtes si riche, de n'avoir qu'un petit-fils et de le laisser
mendier sur les routes?

Elle répliqua rudement:

--La mère m'a désobéi, l'enfant ne m'est de rien.

--Eh bien! je vous ai assez prévenue, je vous répète, moi, que vous irez en
enfer, si vous avez mauvais coeur.... L'autre jour, sans ce que je lui ai
donné, il serait mort de faim, et aujourd'hui j'ai été obligé d'inventer du
travail.

Au mot d'enfer, la Grande avait eu un mince sourire. Comme elle le disait,
elle en savait trop, l'enfer était sur cette terre, pour le pauvre monde.
Mais la vue d'Hilarion portant les dalles la faisait réfléchir, plus que
les menaces du prêtre. Elle était surprise, jamais elle ne l'aurait cru si
fort, avec ses jambes en manches de veste.

--S'il veut du travail, reprit-elle enfin, peut-être tout de même qu'on lui
en trouvera.

--Sa place est chez vous, prenez-le, la Grande!

--On verra, qu'il vienne demain.

Hilarion, qui avait compris, se mit à trembler tellement, qu'il faillit
s'écraser les pieds, en laissant tomber son dernier morceau de dalle,
dehors. Et il eut, quand il s'éloigna, un regard furtif sur sa grand'mère,
un regard d'animal battu, épouvanté et soumis.

Une demi-heure encore se passa. Bécu, las de sonner, fumait de nouveau sa
pipe. Et la Grande, muette, imperturbable, restait là, comme si sa présence
eût suffi à la politesse qu'on devait au curé; pendant que celui-ci, dont
l'exaspération montait, allait à chaque instant, sur la porte de l'église,
jeter, au travers de la place vide, un regard flamboyant vers la maison des
Buteau.

--Mais sonnez donc, Bécu! cria-t-il tout d'un coup. Si, dans trois minutes,
ils ne sont pas ici, je file, moi!

Alors, dans la reprise affolée de la cloche, qui fit envoler et croasser
les corbeaux centenaires, on vit les Buteau et leur monde sortir un à un,
puis traverser la place. Lise était consternée, la marraine n'arrivait
toujours pas. On avait décidé de se rendre doucement à l'église, avec
l'espoir que cela la ferait venir. Il n'y avait pas cent mètres, l'abbé
Godard les bouscula tout de suite.

--Dites-le, si c'est pour vous moquer de moi! J'ai des complaisances, et
voilà une heure que j'attends! Dépêchons, dépêchons!

Et il les poussait vers le baptistère, la mère qui portait le nouveau-né,
le père, le grand-père Fouan, l'oncle Delhomme, la tante Fanny, jusqu'à M.
Charles, très digne en parrain, dans sa redingote noire.

--Monsieur le curé, demanda Buteau, d'un air d'humilité exagérée où
ricanait une malice, si c'était un effet de votre bonté d'attendre encore
un petit peu.

--Qui, attendre?

--Mais la marraine, monsieur le curé.

L'abbé Godard devint rouge, à faire craindre un coup de sang. Il étouffait,
il bégaya:

--Prenez-en une autre!

Tous se regardèrent, Delhomme et Fanny hochèrent la tête, Fouan déclara:

--Ça ne se peut pas, ce serait une sottise.

--Mille pardons, monsieur le curé, dit M. Charles, qui crut devoir
expliquer les choses en homme de belle éducation, c'est de notre faute,
sans l'être.... Ma femme m'avait formellement écrit qu'elle rentrerait ce
matin. Elle est à Chartres....

L'abbé Godard eut un sursaut, jeté hors de lui, perdant cette fois toute
mesure.

--A Chartres, à Chartres.... Je regrette pour vous que vous soyez
là-dedans, monsieur Charles. Mais ça ne peut pas continuer, non, non! je ne
tolérerai pas davantage....

Et il éclata.

--On ne sait qu'elle avanie faire à Dieu dans ma personne, c'est un nouveau
soufflet chaque fois que je viens à Rognes.... Eh bien! je vous en ai
menacés assez souvent, je m'en vais aujourd'hui, et pour ne plus revenir.
Dites ça à votre maire, cherchez un curé et payez-le, si vous en voulez
un.... Moi, je parlerai à monseigneur, je lui raconterai qui vous êtes, je
suis bien sûr qu'il m'approuvera.... Oui, nous verrons qui sera puni. Vous
allez vivre sans prêtre, comme des bêtes....

Ils l'écoutaient tous, curieusement, avec la parfaite indifférence, au
fond, de gens pratiques qui ne craignaient plus son Dieu de colère et de
châtiment. A quoi bon trembler et s'aplatir, acheter le pardon, puisque
l'idée du diable les faisait rire désormais, et qu'ils avaient cessé de
croire le vent, la grêle, le tonnerre, aux mains d'un maître vengeur?
C'était bien sûr du temps perdu, valait mieux garder son respect pour les
gendarmes du gouvernement, qui étaient les plus forts.

L'abbé Godard vit Buteau goguenard, la Grande dédaigneuse, Delhomme et
Fouan eux-mêmes très froids, sous la déférence de leur gravité; et ce
peuple qui lui échappait acheva la rupture.

--Je sais bien que vos vaches ont plus de religion que vous.... Adieu! et
trempez-le dans la mare, pour le baptiser, votre enfant de sauvages!

Il courut arracher son surplis, il retraversa l'église et s'en alla, dans
un tel coup de tempête, que les gens du baptême, laissés ainsi en détresse,
n'eurent pas le temps d'ajouter une parole, béants, les yeux écarquillés.

Mais le pis fut qu'à ce moment, comme l'abbé Godard dévalait dans la
nouvelle rue à Macqueron, on vit arriver par la route une carriole, où se
trouvait Mme Charles et Élodie. La première expliqua qu'elle s'était
arrêtée à Châteaudun, désireuse d'embrasser la chère petite, et qu'on lui
avait permis de l'emmener en vacances, deux jours. Elle se montrait désolée
du retard, elle n'avait pas même poussé jusqu'à Roseblanche pour déposer sa
malle.

--Faut courir après le curé, dit Lise. Il n'y a que les chiens qu'on ne
baptise pas.

--Buteau prit sa course, et on l'entendit à son tour descendre au galop la
rue à Macqueron. Mais l'abbé Godard avait de l'avance, le père passa le
pont, monta la côte, ne l'aperçut qu'à la crête, au détour du chemin.

--Monsieur le curé! monsieur le curé!

Il finit par se retourner et attendre.

--Quoi?

--La marraine est là.... Ça ne se refuse point, le baptême.

Un instant, il resta immobile. Puis, du même pas rageur, il se mit à
redescendre la côte, derrière le paysan; et ce fut ainsi qu'ils rentrèrent
dans l'église, sans avoir échangé un mot. La cérémonie fut bâclée, le
prêtre bouscula le _Credo _du parrain et de la marraine, oignit l'enfant,
appliqua le sel, versa l'eau, violemment. Déjà, il faisait signer sur le
registre.

--Monsieur le curé, dit Mme Charles, j'ai une boîte de bonbons pour vous,
mais elle est dans la malle.

Il eut un geste de remerciement, il partit, après avoir répété, en se
tournant vers tous:

--Et adieu, cette fois!

Les Buteau et leur monde, essoufflés d'avoir été menés d'un tel train, le
regardèrent disparaître au coin de la place, dans l'envolement noir de sa
soutane. Tout le village était aux champs, il n'y avait là que trois
gamins, convoitant des dragées. Au milieu du grand silence, on entendait le
ronflement lointain de la batteuse à vapeur, qui ne cessait pas.

Dès qu'on fut rentré chez les Buteau, à la porte desquels la carriole était
restée avec la malle, on tomba d'accord qu'on allait boire un coup, puis
qu'on reviendrait dîner le soir. Il n'était que quatre heures, qu'est-ce
qu'on aurait fait ensemble, jusqu'à sept? Alors, quand les verres et les
deux litres furent sur la table de la cuisine, Mme Charles voulut
absolument qu'on descendît la malle, pour faire ses cadeaux. Elle l'ouvrit,
en tira la robe et le bonnet qui arrivaient un peu tard, sortit ensuite les
six boîtes de bonbons qu'elle donnait à l'accouchée.

--Ça vient de la confiserie de maman? demanda Élodie, qui les regardait.

Mme Charles eut une seconde d'embarras. Puis, tranquillement:

--Non, ma mignonne, ta mère n'a pas cette spécialité.

Et, se tournant vers Lise:

--Tu sais, j'ai aussi songé à toi, pour du linge... Du vieux linge, il n'y
a rien de si utile dans un ménage... J'ai demandé à ma fille, j'ai dévalisé
ses fonds d'armoire.

Au mot de linge, la famille s'était approchée, Françoise, la Grande, les
Delhomme, Fouan lui-même; et, en cercle autour de la malle, ils regardaient
la vieille dame déballer tout un lot de chiffons, blancs du lavage,
exhalant, malgré la lessive, une odeur persistante de musc. Ce furent
d'abord des draps de toile fine en loques, puis des chemises de femme,
fendues, et dont, visiblement, on avait arraché les dentelles.

Mme Charles dépliait, secouait, expliquait.

--Dame! les draps ne sont pas neufs. Voilà bien cinq ans qu'ils servent, et
à la longue le frottement du corps, ça use... Vous voyez, ils ont un grand
trou au milieu; mais les bords sont encore bons, on peut tailler là-dedans
une foule de choses.

Tous y mettaient le nez, et ils tâtaient avec des hochements de tête
approbateurs, les femmes surtout, la Grande et Fanny, dont les lèvres
pincées disaient l'envie sourde. Buteau, lui, avait un rire silencieux,
aiguisé des gaudrioles qu'il retenait, par convenance; tandis que Fouan et
Delhomme, très graves, montraient le respect du linge, la vraie richesse
après la terre.

--Quant aux chemises, continua Mme Charles, en les dépliant à leur tour,
voyez donc! elles ne sont pas usées du tout... Ah! pour les déchirures,
elles ne manquent pas, un vrai massacre; et, comme on ne peut toujours les
recoudre, que ça finit par faire des épaisseurs et que ce n'est guère
riche, on préfère les jeter au vieux linge... Mais toi, Lise, tu en tireras
un bon parti.

--Je les mettrai, donc! cria la paysanne. Moi, ça ne fait rien que ma
chemise soit raccommodée.

--Et moi, déclara Buteau de son air malin, avec un clignement des
paupières, je serai bien aise que tu me fasses des mouchoirs avec.

Cette fois, on s'égayait ouvertement, lorsque la petite Élodie, qui avait
suivi des yeux chaque drap, chaque chemise, s'écria:

--Oh! la drôle d'odeur, comme ça sent fort!... Est-ce que c'est du linge à
maman, tout ça?

Mme Charles n'eut pas une hésitation.

--Mais bien sûr ma chérie... C'est-à-dire, c'est le linge à ses demoiselles
de magasin. Il en faut, va! dans le commerce.

Dès que Lise eut tout fait disparaître dans son armoire, avec l'aide de
Françoise, on trinqua enfin, on but à la santé de l'enfant baptisée, que la
marraine avait nommée Laure, de son prénom. Puis, l'on s'oublia un instant,
à causer; et l'on entendit M. Charles, assis sur la malle, interroger Mme
Charles, sans attendre d'être seul avec elle, dans l'impatience où il était
de savoir comment les choses marchaient, là-bas. Il se passionnait encore,
il rêvait toujours de cette maison, si énergiquement fondée autrefois, tant
regrettée depuis. Les nouvelles n'étaient pas bonnes. Certes, leur fille
Estelle avait de la poigne et de la tête; mais, décidément, leur gendre
Vaucogne, ce mollasson d'Achille, ne la secondait pas. Il passait les
journées à fumer des pipes, il laissait tout salir, tout casser: ainsi les
rideaux des chambres avaient des taches, la glace du petit salon rouge
était fêlée, partout les pots à eau et les cuvettes s'ébréchaient, sans
qu'il intervint seulement; et le bras d'un homme était si nécessaire, pour
faire respecter le mobilier de la maison! A chaque nouveau dégât qu'il
apprenait ainsi, M. Charles poussait un soupir, ses bras tombaient, sa
pâleur augmentait. Une dernière plainte, murmurée à voix plus basse,
l'acheva.

--Enfin, il monte lui-même avec celle du 5, une grosse...

--Qu'est-ce que tu dis là?

--Oh! j'en suis sûre, je les ai vus.

M. Charles, tremblant, serra les poings, dans un élan d'indignation
exaspérée.

--Le misérable! fatiguer son personnel, manger son établissement!... Ah!
c'est la fin de tout!

D'un geste, Mme Charles le fit taire, car Élodie revenait de la cour. où
elle était allée voir les poules. On vida encore un litre, la malle fut
rechargée dans la carriole, que les Charles suivirent à pied, jusque chez
eux. Et chacun partit, pour donner un coup d'oeil à sa maison, en attendant
le repas.

Dès qu'il fut seul, Buteau, mécontent de cette après-midi perdue, ôta sa
veste et se mit à battre, dans le coin pavé de la cour; car il avait besoin
d'un sac de blé. Mais il s'ennuya vite à battre seul, il lui manquait, pour
s'échauffer, la cadence double des fléaux, tapant en mesure; et il appela
Françoise, qui l'aidait souvent à cette besogne, les reins forts, les bras
aussi durs que ceux d'un garçon. Malgré la lenteur et la fatigue de ce
battage primitif, il avait toujours refusé d'acheter une batteuse à manège,
en disant, comme tous les petits propriétaires, qu'il préférait ne battre
qu'au jour le jour, suivant les nécessités.

--Eh! Françoise, viens-tu?

Lise, le nez dans un ragoût de veau aux carottes, et qui avait chargé sa
soeur de surveiller une épinée de cochon à la broche, voulut empêcher
celle-ci d'obéir. Mais Buteau, mal planté, parla de les rosser toutes les
deux.

--Nom de Dieu de femelles! je vas vous foutre vos casseroles à la
gueule!... Faut bien gagner du pain, puisque vous fricasseriez la maison
pour la bâfrer avec les autres!

Françoise, qui s'était déjà remise en souillon, de crainte d'attraper des
taches, dut le suivre. Elle prit un fléau, au long manche et au battoir de
cornouiller, que des boucles de cuir reliaient entre eux. C'était le sien,
poli par le frottement, garni d'une ficelle serrée, pour qu'il ne glissât
pas. A deux mains, elle le fit voler au-dessus de sa tête, l'abattit sur la
gerbe, que le battoir, dans toute sa longueur, frappa d'un coup sec. Et
elle ne s'arrêta plus, le relevant très haut, le repliant comme sur une
charnière, le rabattant ensuite, dans un mouvement mécanique et rythmé de
forgeron; tandis que Buteau, en face d'elle, allait de même, à contretemps.
Bientôt, ils s'échauffèrent, le rythme s'accéléra, on ne vit plus que ces
pièces de bois volantes, qui rebondissaient chaque fois et tournoyaient
derrière leur nuque, en un continuel essor d'oiseaux liés aux pattes.

Après dix minutes, Buteau jeta un léger cri. Les fléaux s'arrêtèrent, et il
retourna la gerbe. Puis, les fléaux repartirent. Au bout de dix autres
minutes, il commanda un nouvel arrêt, il ouvrit la gerbe. Jusqu'à six fois,
elle dut ainsi passer sous les battoirs avant que les grains fussent
complètement détachés des épis, et qu'il pût nouer la paille. Une à une,
les gerbes se succédaient. Durant deux heures, on n'entendit dans la maison
que le toc-toc régulier des fléaux, que dominait au loin le ronflement
prolongé de la batteuse à vapeur.

Françoise, maintenant, avait le sang aux joues, les poignets gonflés, La
peau entière brûlante, dégageant autour d'elle comme une onde de flamme,
qui tremblait, visible, dans l'air. Un souffle fort sortait de ses lèvres
ouvertes. Des brins de paille s'étaient accrochés aux mèches envolées de
ses cheveux. Et, à chaque coup, lorsqu'elle relevait le fléau, son genou
droit tendait sa jupe, la hanche et le sein s'enflaient, crevaient
l'étoffe, toute une ligne s'indiquait rudement, la nudité même de son corps
de fille solide. Un bouton du corsage s'arracha, Buteau vit la chair
blanche, sous la ligne hâlée du cou, une montée de chair que le tour de
bras, continuellement, faisait saillir, dans le jeu puissant des muscles de
l'épaule. Il semblait s'en exciter davantage, comme du coup de reins d'une
bonne femelle, vaillante à la besogne; et les fléaux s'abattaient toujours,
le grain sautait, pleuvait en grêle, sous le toc-toc haletant du couple de
batteurs.

A sept heures moins un quart, au jour tombant, Fouan et les Delhomme se
présentèrent.

--Faut que nous finissions, leur cria Buteau, sans s'arrêter. Hardi là!
Françoise!

Elle ne lâchait pas, tapait plus dur, dans l'emportement du travail et du
bruit. Et ce fut ainsi que Jean, qui arrivait à son tour, avec la
permission de dîner dehors, les trouva. Il en éprouva une jalousie brusque,
il les regarda comme s'il les surprenait ensemble, accouplés dans cette
besogne chaude, d'accord pour cogner juste, au bon endroit, tous les deux
en sueur, si échauffés, si défaits, qu'on les aurait dits en train plutôt
de planter un enfant que de battre du blé. Peut-être Françoise qui y allait
d'un tel coeur, eut la même sensation, car elle s'arrêta net, gênée.
Buteau, s'étant retourné alors, demeura un instant immobile de surprise et
de colère.

--Qu'est-ce que tu viens faire ici, toi?

Mais Lise, justement, descendait au-devant de Fouan et des Delhomme. Elle
s'approcha avec eux, elle s'écria de son air gai:

--Tiens! c'est vrai, je ne t'ai pas conté... Je l'ai déjà vu ce matin, et
je l'ai invité pour ce soir.

La face enflammée de son mari devint si terrible, qu'elle ajouta, voulant
s'excuser:

--J'ai idée, père Fouan, qu'il a une demande à vous faire.

--Quelle demande? dit le vieux.

Jean rougissait, et il balbutia, très contrarié que la chose s'engageât de
la sorte, si vite, devant tous. Du reste, Buteau l'interrompit violemment,
le regard rieur que sa femme jetait sur Françoise ayant suffi à le
renseigner.

--Est-ce que tu te fous de nous? Elle n'est pas pour ton bec, vilain merle!

Cet accueil brutal rendit à Jean son courage. Il tourna le dos, il
s'adressa au vieux.

--Voici l'histoire, père Fouan, c'est tout simple... Comme vous êtes le
tuteur de Françoise, faut que je m'adresse à vous pour l'avoir, n'est-ce
pas?... Si elle veut bien de moi, je veux bien d'elle. C'est le mariage que
je demande.

Françoise, qui tenait encore son fléau, le laissa tomber de saisissement.
Elle devait pourtant s'y attendre; mais jamais elle n'aurait pensé que Jean
oserait la demander ainsi, tout de suite. Pourquoi ne lui en avait-il pas
causé d'abord? Ça la bousculait, elle n'aurait pu dire si elle tremblait
d'espoir ou de crainte. Et, toute vibrante de travail, la gorge soulevée
dans son corsage défait, elle était entre les deux hommes, chaude d'une
telle poussée de sang, qu'ils en sentaient venir le rayonnement jusqu'à
eux.

Buteau ne laissa pas à Fouan le temps de répondre. Il avait repris, avec
une fureur croissante:

--Hein? tu as le toupet!... Un vieux de trente-trois ans, épouser une
jeunesse de dix-huit! Rien que quinze ans de différence! Est-ce que ce
n'est pas une dégoûtation?... On t'en donnera, des poulettes, pour ton sale
cuir!

Jean commençait à se fâcher.

--Qu'est-ce que ça te fiche, si je veux d'elle et si elle veut de moi!

Et il se tourna vers Françoise, pour qu'elle se prononçât. Mais elle
restait effarée, raidie, sans avoir l'air de comprendre. Elle ne pouvait
pas dire non, elle ne dit pas oui, pourtant. Buteau, d'ailleurs, la
regardait à la tuer, à lui renfoncer le oui dans la gorge. Si elle se
mariait, il la perdait, il perdait aussi la terre. La pensée brusque de
cette conséquence acheva de l'enrager.

--Voyons, papa, voyons, Delhomme, ça ne vous dégoûte pas, cette gamine à ce
vieux bougre, qui n'est pas même du pays, qui vient on ne sait d'où, après
avoir roulé partout sa bosse?... Un menuisier manqué, qui s'est fait
paysan, parce que, bien sûr, il avait à cacher quelque sale affaire!

Toute sa haine de l'ouvrier des villes éclatait.

--Et après? si je veux d'elle et si elle veut de moi! répéta Jean, qui se
contenait et qui s'était promis, par gentillesse, de la laisser conter la
première leur histoire. Allons, Françoise, cause un peu.

--Mais c'est vrai! cria Lise, qu'emportait le désir de marier sa soeur,
pour s'en débarrasser, qu'as-tu à dire, s'ils se conviennent? Elle n'a pas
besoin de ton consentement, elle est bien bonne de ne pas t'envoyer
promener... Tu nous embêtes à la fin!

Alors, Buteau vit que la chose allait être faite, si la jeune fille
parlait. Ce qu'il redoutait surtout, c'était que, la liaison étant connue,
le mariage fût regardé comme raisonnable. Justement, la Grande entrait dans
la cour, suivie des Charles, qui revenaient avec Élodie. Et il les appela
du geste, sans savoir encore ce qu'il dirait. Puis, la face gonflée, il
trouva, il gueula, en menaçant du poing sa femme et sa belle-soeur:

--Nom de Dieu de vaches!... Oui, toutes les deux, des vaches, des
salopes!... Voulez-vous savoir? je couche avec les deux! et si c'est pour
ça qu'elles se foutent de moi!... Avec les deux, je vous dis, les putains!

Béants, les Charles reçurent les mots à la volée, en plein visage. Mme
Charles se précipita, comme pour couvrir de son corps Élodie qui écoutait;
puis, la poussant vers le potager, elle cria elle-même très fort:

--Viens voir les salades, viens voir les choux... Oh! les beaux choux!

Buteau continuait, inventant des détails, racontant que, lorsque l'une
avait sa ration, c'était au tour de l'autre à se faire bourrer jusqu'à la
gorge; et il lâchait cela en termes crus, un flot d'égout charriant les
mots abominables qu'on ne dit pas. Lise, étonnée simplement de cet accès
brusque, se contentait de hausser les épaules, en répétant:

--Il est fou, c'est pas Dieu possible! il est fou.

--Dis-lui donc qu'il ment! cria Jean à Françoise.

--Bien sûr qu'il ment! dit la jeune fille d'un air tranquille.

--Ah! je mens! reprit Buteau, ah! ce n'est pas vrai qu'à la moisson tu en
as voulu, dans la meule!... Mais c'est moi, à cette heure, qui vas vous
faire marcher toutes les deux, garces que vous êtes!

Cette audace enragée paralysait, étourdissait Jean. Pouvait-il expliquer
maintenant qu'il avait eu Françoise? ça lui semblait sale, surtout si elle
ne l'aidait pas. Les autres, d'ailleurs, les Delhomme, Fouan, la Grande, se
tenaient sur la réserve. Ils n'avaient pas eu l'air surpris, ils pensaient,
évidemment, que, si le gaillard couchait avec les deux, il était bien le
maître de faire d'elles ce qu'il voulait. Quand on a des droits, on les
fait valoir.

Dès lors, Buteau se sentit victorieux, dans sa force indiscutée de la
possession. Il se tourna vers Jean.

--Et toi, bougre, avise-toi de venir encore m'emmerder dans mon ménage....
D'abord, tu vas foutre le camp tout de suite... Hein? tu refuses...
Attends, attends!

Il ramassa son fléau, il en fît tournoyer le battoir, et Jean n'eut que le
temps de saisir l'autre fléau, celui de Françoise, pour se défendre. Il y
eut des cris, on voulut se jeter entre eux; mais ils étaient si terribles,
qu'on recula. Les grands manches portaient les coups à plusieurs mètres, la
cour en était balayée. Eux seuls restèrent, au milieu, à distance l'un de
l'autre, élargissant le cercle de leurs moulinets. Ils ne disaient plus un
mot, les dents serrées. On n'entendait que les claquements secs des pièces
de bois, à chaque parade.

Buteau avait lancé le premier coup, et Jean, baissé encore, aurait eu la
tête fracassée, s'il ne s'était jeté d'un saut en arrière. Tout de suite,
d'un raidissement brusque des muscles, il leva, il abattit le fléau, comme
un batteur écrasant le grain. Mais déjà l'autre tapait aussi, les deux
battoirs de cornouiller se rencontrèrent, se replièrent sur leurs
courroies, dans un vol fou d'oiseaux blessés. Trois fois, le même heurt se
reproduisit. On ne voyait que ces bâtons, en l'air, tourner et siffler au
bout des manches, toujours près de retomber et de fendre les crânes qu'ils
menaçaient.

Delhomme et Fouan, pourtant, se précipitaient, lorsque les femmes crièrent.
Jean venait de rouler dans la paille, pris en traître par Buteau, qui, d'un
coup de fouet, à ras de terre, heureusement amorti, l'avait touché aux
jambes. Il se remit debout, il brandit son fléau dans une rage que
décuplait la douleur. Le battoir décrivit un large cercle, tomba à droite,
lorsque l'autre l'attendait à gauche. Quelques lignes de plus, et la
cervelle sautait. Il n'y eut que l'oreille d'effleurée. Le coup, obliquant,
tapa en plein sur le bras qui fut cassé net. L'os avait eu un bruit de
verre qu'on brise.

--Ah! l'assassin! hurla Buteau, il m'a tué!

Jean, hagard, les yeux rougis de sang, lâcha son arme. Puis, un moment, il
les regarda tous, comme hébété des choses, qui venaient de se passer là, si
rapides; et il s'en alla, en boitant, avec un geste de furieux désespoir.

Quand il eut tourné le coin de la maison, vers la plaine, il aperçut la
Trouille, qui avait assisté à la bataille, par-dessus la haie du jardin.
Elle en riait encore, venue là pour rôder autour de ce baptême, auquel ni
son père ni elle n'étaient invités. Ce qu'il en rigolerait, Jésus-Christ;
de la petite fête de famille, de la patte cassée à son frère! Elle se
tortillait comme si on l'eût chatouillée, près de tomber sur le dos, tant
ça l'amusait.

--Ah! Caporal, quelle cogne! cria-t-elle. L'os a fait clac! C'était rien
drôle!

Il ne répondit pas, ralentissant sa marche d'un air accablé. Et elle le
suivit, elle siffla ses oies, qu'elle avait emmenées, pour avoir le
prétexte de stationner et d'écouter derrière les murs. Lui, machinalement,
retournait vers la batteuse, qui fonctionnait encore dans le jour
finissant. Il songeait que c'était fichu, qu'il ne pourrait revoir les
Buteau, que jamais on ne lui donnerait Françoise. Était-ce bête! dix
minutes venaient de suffire: une querelle qu'il n'avait pas cherchée, un
coup si malheureux, juste au moment où les choses marchaient! et jamais,
jamais plus, maintenant! Le ronflement de la machine, au fond du
crépuscule, se prolongeait comme une grande plainte de détresse.

Mais il y eut une rencontre: Les oies de la Trouille, qu'elle rentrait, se
trouvèrent, à l'angle d'un carrefour, en face des oies du père Saucisse,
qui redescendaient toutes seules au village. Les deux jars, en tête,
s'arrêtèrent brusquement, hanchant sur une patte, leurs grands becs jaunes
tournés l'un vers l'autre; et les becs de chaque bande, tous à la fois,
suivirent le bec de leur chef, tandis que les corps hanchaient du même
côté. Un instant, l'immobilité fut complète, on eût dit une reconnaissance
en armes, deux patrouilles échangeant le mot d'ordre. Puis, l'oeil rond et
satisfait, l'un des jars, continua tout droit, l'autre jars prit à gauche;
tandis que chaque troupe filait derrière le sien, allant à ses affaires,
d'un déhanchement uniforme.



QUATRIÈME PARTIE



I


Depuis le mois de mai, après la tonte et la vente des élèves, le berger
Soulas avait sorti les moutons de la Borderie, près de quatre cents bêtes
qu'il conduisait seul, avec le petit porcher Auguste et ses deux chiens,
Empereur et Massacre, des bêtes terribles. Jusqu'en août, le troupeau
mangeait dans les jachères, dans les trèfles et les luzernes, ou encore
dans les friches, le long des routes; et il y avait à peine trois semaines,
au lendemain de la moisson, qu'il le parquait enfin dans les chaumes, sous
les derniers soleils brûlants de septembre.

C'était l'époque abominable, la Beauce dépouillée, désolée, étalant ses
champs nus sans un bouquet de verdure. Les chaleurs de l'été, le manque
absolu d'eau, avaient séché la terre qui se fendait; et toute végétation
disparaissait, il n'y avait plus que la salissure des herbes mortes, que le
hérissement dur des chaumes, dont les carrés à l'infini, élargissaient le
vide ravagé et morne de la plaine, comme si un incendie eût passé d'un bout
à l'autre de l'horizon. Un reflet jaunâtre semblait en être resté au ras du
sol, une lumière louche, un éclairage livide d'orage: tout paraissait
jaune, d'un jaune affreusement triste, la terre rôtie, les moignons des
tiges coupées, les chemins de campagne, bossués, écorchés par les roues. Au
moindre coup de vent, de grandes poussières s'envolaient, couvrant les
talus et les haies de leur cendre. Et le ciel bleu, le soleil éclatant,
n'étaient qu'une tristesse de plus, au-dessus de cette désolation.

Justement, ce jour-là, il faisait un grand vent, des souffles chauds et
brusques, qui amenaient des galops de gros nuages; et, lorsque le soleil se
dégageait, il avait une morsure de fer rouge, il brûlait la peau. Depuis le
matin, Soulas attendait, pour lui et pour ses bêtes, de l'eau qu'on devait
apporter de la ferme; car le chaume où il se trouvait, était au nord de
Rognes, loin de toute mare. Dans le parc, au milieu des claies mobiles, que
fixaient les bâtons des crosses, enfoncés en terre, les moutons, vautrés,
respiraient d'une haleine courte et pénible; tandis que les deux chiens,
allongés en dehors, haletaient eux aussi, la langue pendante. Le berger,
pour avoir un peu d'ombre, s'était assis contre la cabane à deux roues,
qu'il poussait à chaque déplacement du parc, une étroite niche qui lui
servait de lit, d'armoire et de garde-manger. Mais, à midi, le soleil tapa
d'aplomb, et il se remit debout, regardant au loin si Auguste revenait de
la ferme, où il l'avait envoyé voir pourquoi le tonneau n'arrivait pas.

Enfin, le petit porcher reparut, criant:

--On va venir, on n'avait pas de chevaux, ce matin.

--Et, bougre de bête, tu n'as pas pris un litre d'eau pour nous?

--Ah! non, je n'y ai pas songé.... Moi, j'ai bu.

Soulas, à poing fermé, lança une gifle, que le gamin évita d'un saut. Il
jurait, il se décida pourtant à manger sans boire, malgré la soif qui
l'étranglait. Méfiant, Auguste, sur son ordre, avait tiré de la voiture du
pain de huit jours, de vieilles noix, un fromage sec; et tous les deux se
mirent à déjeuner, guettés par les chiens qui vinrent s'asseoir devant eux,
happant de temps à autre une croûte, si dure, qu'elle craquait entre leurs
mâchoires comme un os. Malgré ses soixante-dix ans, le berger besognait de
ses gencives aussi vite que le petit avec ses dents. Il était toujours
droit, résistant et noueux ainsi qu'un bâton d'épine, la face creusée
davantage, pareille à une trogne d'arbre, sous l'emmêlement de ses cheveux
déteints, couleur de terre. Et le porcher eut quand même sa gifle, une
calotte qui l'envoya rouler dans la voiture, au moment où, ne se défiant
plus, il y serrait le reste du pain et du fromage.

--Tiens! foutue couenne, bois encore ça, en attendant!

Jusqu'à deux heures, rien ne se montra. La chaleur avait augmenté,
intolérable dans les grands calmes qui, tout d'un coup se faisaient. Puis,
de la terre réduite en poudre, le vent soulevait sur place de minces
tourbillons, des sortes de fumées aveuglantes, étouffantes, exaspérant le
supplice de la soif.

Le berger qui patientait, stoïque, sans une plainte, eut enfin un
grognement de satisfaction.

--Nom de Dieu! ce n'est pas trop tôt!

En effet, deux voitures, à peine grosses comme le poing, venaient
d'apparaître, à l'horizon de la plaine; et, dans la première, que Jean
conduisait, Soulas avait parfaitement reconnu le tonneau d'eau; tandis que
la seconde, conduite par Tron, était chargée de sacs de blé, qu'il portait
à un moulin, dont on voyait la haute carcasse de bois, à cinq cents mètres.
Cette dernière voiture s'arrêta sur la route, Tron ayant accompagné l'autre
jusqu'au parc, à travers le chaume, sous le prétexte de donner un coup de
main: histoire de flâner et de causer un instant.

--C'est donc qu'on veut nous faire tous crever de la pépie! criait le
berger.

Et les moutons qui, eux aussi, avaient flairé le tonneau, s'étaient levés
en tumulte, s'écrasaient contre les claies, allongeant la tête, bêlant
plaintivement.

--Patience! répondit Jean, v'là de quoi vous soûler!

Tout de suite, on installa l'auge, on l'emplit à l'aide de la rigole de
bois; et, comme il y avait une fuite en dessous, les chiens étaient là, qui
lapaient à la régalade; pendant que le berger et le petit porcher, sans
attendre, buvaient goulûment dans la rigole même. Le troupeau entier
défila, on n'entendait que le ruissellement de cette eau bienfaisante, des
glouglous de gorge qui avalaient, tous heureux de s'éclabousser, de se
tremper, les bêtes et les gens.

--A cette heure, dit ensuite Soulas ragaillardi, si vous étiez gentils,
vous me donneriez un coup de main pour avancer le parc.

Jean et Tron consentirent. Dans les grands chaumes, le parc voyageait, ne
restait guère plus de deux ou trois jours à la même place, juste le temps
laissé aux moutons de tondre les herbes folles; et ce système avait en
outre l'avantage de fumer les terres, morceau à morceau. Pendant que le
berger, aidé de ses chiens, gardait le troupeau, les deux hommes et le
petit porcher arrachèrent les crosses, transportèrent les claies à une
cinquantaine de pas; et, de nouveau, ils les fixèrent sur un vaste carré,
où les bêtes vinrent se réfugier d'elles-mêmes, avant qu'il fût fermé
complètement.

Déjà Soulas, malgré son grand âge, poussait sa voiture, la ramenait près du
parc. Puis, parlant de Jean, il demanda:

--Qu'est-ce qu'il a donc? On dirait qu'il porte le bon Dieu en terre.

Et, comme le garçon hochait tristement la tête, malade depuis qu'il croyait
avoir perdu Françoise, le vieux ajouta:

--Hein? il y a quelque femelle, là-dessous... Ah! les sacrées gouines, ou
devrait leur tordre le cou à toutes!

Tron, avec ses membres de colosse, son air innocent de beau gaillard, se
mit à rire.

--Ça se dit, ça, quand on ne peut plus.

--Je ne peux plus, je ne peux plus, répéta le berger dédaigneux, est-ce que
j'ai essayé avec toi?... Et, tu sais, mon fils, il y en a une avec qui tu
ferais mieux de ne pas pouvoir, car ça tournera à du vilain, pour sûr!

Cette allusion à ses rapports avec Mme Jacqueline, fit rougir le valet
jusqu'aux oreilles. Un matin, Soulas les avait surpris ensemble, au fond de
la grange, derrière les sacs d'avoine. Et, dans sa haine de cette ancienne
laveuse de vaisselle, mauvaise aujourd'hui pour ses anciens camarades, il
s'était enfin décidé à ouvrir les yeux du maître; mais, dès le premier mot,
celui-ci l'avait regardé d'un air si terrible, qu'il était redevenu muet,
résolu à ne parler que le jour où la Cognette le pousserait à bout, en le
faisant chasser; de sorte qu'ils vivaient sur un pied de guerre, lui
redoutant d'être jeté dehors comme une vieille bête infirme, elle attendant
d'être assez forte pour exiger cela de Hourdequin, qui tenait à son berger.
Dans toute la Beauce, il n'y avait pas un berger qui sût mieux faire manger
son troupeau, sans dégât ni perte, rasant un champ d'un bout à l'autre, en
ne laissant pas une herbe.

Le vieux, pris de cette démangeaison de parler qui vide parfois le coeur
des gens solitaires, continua:

--Ah! si ma garce de femme, avant d'en crever, n'avait pas bu tout mon
saint-frusquin, à mesure que je le gagnais, c'est moi qui aurais décampé de
la ferme, pour ne pas y voir tant de saletés!... Cette Cognette, en voilà
une dont les fesses ont plus travaillé que les mains! et ce n'est pas bien
sûr à son mérite, c'est à sa peau qu'elle la doit, sa position! Quand on
pense que le maître la laisse coucher dans le lit de sa défunte et qu'elle
a fini par l'amener à manger seul avec elle, comme si elle était sa vraie
femme! Faut s'attendre, au premier jour, à ce qu'elle nous foute tous
dehors, et lui aussi, par-dessus le marché!... Une salope qui a traîné avec
le dernier des cochons!

Tron, à chaque phrase, serrait les poings davantage. Il avait des colères
sournoises que sa force de géant rendait terribles.

--En v'là assez, hein? cria-t-il. Si tu étais encore un homme, je t'aurais
claqué déjà... Elle est plus honnête dans son petit doigt que toi dans
toute ta vieille carcasse.

Mais Soulas, goguenard, avait haussé les épaules sous la menace. Lui qui ne
riait jamais, eut un rire brusque et rouillé, le grincement d'une poulie
hors d'usage.

--Jeannot, va! grand serin! tu es aussi bête qu'elle est maligne! Ah! elle
te le montrera sous verre, son pucelage!... Quand je te dis que tout le
pays lui a traîné sur le ventre! Moi, je me promène, je n'ai qu'à regarder,
et j'en vois sans le vouloir, de ces filles qu'on bouche! Mais, elle, ce
que je l'ai vue bouchée de fois, non! c'est trop!... Tiens! elle avait
quatorze ans à peine, dans l'écurie, avec le père Mathias, un bossu qui est
mort; plus tard, un jour qu'elle pétrissait, contre le pétrin même, avec un
galopin, le petit porcher Guillaume, soldat aujourd'hui; et avec tous les
valets qui ont passé, et dans tous les coins, sur de la paille, sur des
sacs, par terre.... D'ailleurs, pas besoin de chercher si loin. Si tu veux
en causer, il y en a un là que j'ai aperçu un matin dans le fenil en train
de la recoudre, solidement!

Il lâcha un nouveau rire, et le regard oblique qu'il jeta sur Jean gêna
beaucoup ce dernier, qui se taisait en arrondissant le dos depuis qu'on
parlait de Jacqueline.

--Que quelqu'un essaye voir à la toucher, maintenant! gronda Tron, secoué
d'une colère de chien à qui on retire un os. Je lui ferai passer le goût du
pain, à celui-là!

Soulas l'examina un instant, surpris de cette jalousie de brute. Puis,
retombé dans l'hébétement de ses longs silences, il conclut de sa voix
brève:

--Ça te regarde, mon fils.

Lorsque Tron eut rejoint la voiture qu'il conduisait au moulin, Jean
demeura quelques minutes encore avec le berger, pour l'aider à enfoncer au
maillet certaines des crosses; et celui-ci, qui le voyait si muet, si
triste, finit par reprendre:

--Ce n'est pas la Cognette, au moins, qui te met le coeur à l'envers?

Le garçon répondit non, d'un branle énergique de la tête.

--Alors, c'est une autre?... Quelle autre donc, que je ne vous ai jamais
aperçus ensemble?

Jean regardait le père Soulas, en se disant que les vieux, dans ces choses,
sont parfois de bon conseil. Il céda aussi à un besoin d'expansion, il lui
conta toute l'affaire, comment il avait eu Françoise et pourquoi il
désespérait de la ravoir, après la batterie avec Buteau. Même, un instant,
il avait craint que celui-ci ne le menât en justice, à cause de son bras
cassé, qui lui interdisait tout travail, bien qu'à moitié raccommodé déjà.
Mais Buteau, sans doute, avait pensé qu'il n'est jamais bon de laisser la
justice mettre le nez chez soi.

--T'as bouché Françoise, alors? demanda le berger.

--Une fois, oui!

Il resta grave, réfléchit, se prononça enfin.

--Faut aller le dire au père Fouan. Peut-être bien qu'il te la donnera.

Jean s'étonna, car il n'avait pas songé à cette démarche si simple. Le parc
était posé, il partit en décidant que, le soir même, il irait voir le
vieux. Et, tandis qu'il s'éloignait, derrière sa voiture vide, Soulas
reprit son éternelle faction, maigre et debout, coupant d'une barre grise
la ligne plate de la plaine. Le petit porcher, entre les deux chiens,
s'était mis à l'ombre de la cabane roulante. Brusquement, le vent venait de
tomber, l'orage avait coulé vers l'est; et il faisait très chaud, le soleil
braisillait dans un ciel d'un bleu pur.

Le soir, Jean, quittant le travail une heure plus tôt, s'en alla voir le
père Fouan chez les Delhomme, avant le dîner. Comme il descendait le
coteau, il aperçut ceux-ci dans leurs vignes, où ils dégageaient les
grappes, en arrachant les feuilles: des pluies avaient trempé la fin de
l'autre lune, le raisin mûrissait mal, il s'agissait de profiter des
derniers beaux soleils. Et, le vieux n'y étant point, le garçon pressa le
pas, dans l'espoir de causer seul avec lui, ce qu'il préférait. La maison
des Delhomme se trouvait à l'autre bout de Rognes, après le pont, une
petite ferme qui s'était encore augmentée récemment de granges et de
hangars, trois corps de bâtiments irréguliers, enfermant une cour assez
vaste, balayée chaque matin, et où les tas de fumier semblaient faits au
cordeau.

--Bonjour, père Fouan! cria Jean de la route, d'une voix mal affermie.

Le vieux était assis dans la cour, une canne entre les jambes, la tête
basse. Pourtant, à un second appel, il leva les yeux, finit par reconnaître
celui qui parlait.

--Ah! c'est vous, Caporal! Vous passez donc par ici?

Et il l'accueillait si naturellement, sans rancune, que le garçon entra.
Mais il n'osa pas d'abord lui parler de l'affaire, son courage s'en allait,
à l'idée de conter ainsi tout de go la culbute avec Françoise. Ils
causèrent du beau temps, du bien que ça faisait à la vigne. Encore huit
jours de soleil, et le vin serait bon. Puis, le jeune homme voulut lui être
agréable.

--Vous êtes un vrai bourgeois, il n'y a pas un propriétaire dans le pays si
heureux que vous.

--Oui, pour sûr.

--Ah! quand on a des enfants comme les vôtres, car on irait loin sans en
trouver de meilleurs!

--Oui, oui.... Seulement, vous savez, chacun a son caractère.

Il s'était assombri davantage. Depuis qu'il habitait chez les Delhomme,
Buteau ne lui payait plus la rente, en disant qu'il ne voulait pas que son
argent allât profiter à sa soeur. Jésus-Christ n'avait jamais donné un sou,
et quant à Delhomme, comme il nourrissait et couchait son beau-père, il
avait cessé tout versement. Mais ce n'était point du manque d'argent de
poche que souffrait le vieux, d'autant plus qu'il touchait, chez maître
Baillehache, les cent cinquante francs annuels, juste douze francs
cinquante par mois, qui lui venaient de la vente de sa maison. Avec cela,
il pouvait se payer des douceurs, ses deux sous de tabac chaque matin, sa
goutte chez Lengaigne, sa tasse de café chez Macqueron; car Fanny, très
regardante, ne tirait le café et l'eau-de-vie de son armoire que lorsqu'on
était malade. Et, malgré tout, bien qu'il eût de quoi s'amuser au dehors et
qu'il ne manquât de rien chez sa fille, il s'y déplaisait, il n'y vivait
maintenant que dans le chagrin.

--Ah! dame, oui, reprit Jean, sans savoir qu'il mettait le doigt sur la
plaie vive, lorsqu'on est chez les autres, on n'est plus chez soi.

--C'est ça, c'est bien ça! répéta Fouan d'une voix qui grondait.

Et, se levant, comme pris d'un besoin de révolte:

--Nous allons boire un coup.... J'ai peut-être le droit d'offrir un verre à
un ami!

Mais, dès le seuil, une peur lui revint.

--Essuyez vos pieds, Caporal, parce que, voyez-vous, ils font un tas
d'histoires avec la propreté.

Jean entra gauchement, désireux de vider son coeur avant le retour des
maîtres. Il fut surpris du bon ordre de la cuisine: les cuivres luisaient,
pas un grain de poussière ne ternissait les meubles, on avait usé le
carreau à force de lavages. Cela était net et froid, comme inhabité. Contre
un feu couvert de cendre, une soupe aux choux de la veille se tenait
chaude.

--A votre santé! dit le vieux, qui avait sorti du buffet une bouteille
entamée et deux verres.

Sa main tremblait un peu en buvant le sien, dans la crainte de ce qu'il
faisait là. Il le reposa en homme qui a tout risqué, il ajouta brusquement:

--Si je vous racontais que Fanny ne me parle plus depuis avant-hier, parce
que j'ai craché.... Hein? cracher! est-ce que tout le monde ne crache pas?
Je crache, bien sûr, quand j'en ai envie.... Non, non, autant foutre le
camp, à la fin, que d'être taquiné comme ça!

Et, en se versant un nouveau verre, heureux d'avoir trouvé un confident à
qui se plaindre, ne le laissant pas placer un mot, il se soulagea. Ce
n'étaient que de minces griefs, la colère d'un vieillard dont on ne
tolérait point les défauts, qu'on voulait soumettre trop strictement à des
habitudes autres que les siennes. Mais des sévices graves, des mauvais
traitements ne lui auraient pas été plus sensibles. Une observation répétée
d'une voix trop vive lui était aussi dure qu'un soufflet; et sa fille, avec
ça, montrait une susceptibilité outrée, une de ces vanités méfiantes de
paysanne honnête qui se blessait, boudait au moindre mot mal compris; de
sorte que les rapports devenaient chaque jour plus difficiles entre elle et
son père. Elle qui, autrefois, lors du partage, était certainement la
meilleure, s'aigrissait, en arrivait à une véritable persécution, toujours
derrière le bonhomme, essuyant, balayant, le bousculant pour ce qu'il
faisait et pour ce qu'il ne faisait pas. Rien de grave, et tout un supplice
dont il finissait par pleurer seul, dans les coins.

--Faut y mettre du sien, répétait Jean à chaque plainte. Avec de la
patience, on s'entend toujours.

Mais Fouan, qui venait d'allumer une chandelle, s'excitait, s'emportait.

--Non, non, j'en ai assez!... Ah! si j'avais su ce qui m'attendait ici!
J'aurais mieux fait de crever, le jour où j'ai vendu ma maison....
Seulement, ils se trompent, s'ils croient me tenir. J'aimerais mieux casser
des pierres sur la route.

Il suffoqua, il dut s'asseoir, et le jeune homme en profita pour parler
enfin.

--Dites donc, père Fouan, je voulais vous voir à cause de l'affaire, vous
savez. J'ai eu bien du regret, j'ai dû me défendre, n'est-ce pas? puisque
l'autre m'attaquait.... N'empêche que j'étais d'accord avec Françoise, et
il n'y a que vous, à cette heure, qui puissiez arranger ça.... Vous iriez
chez Buteau, vous lui expliqueriez la chose.

Le vieux était devenu grave. Il hochait le menton, l'air embarrassé pour
répondre, lorsque le retour des Delhomme lui en évita la peine. Ils ne
parurent pas surpris de trouver Jean chez eux, ils lui firent le bon
accueil accoutumé. Mais, du premier coup d'oeil, Fanny avait vu la
bouteille et les deux verres sur la table. Elle les enleva, alla prendre un
torchon. Puis, sans le regarder, elle dit sèchement, elle qui ne lui avait
pas adressé la parole depuis quarante-huit heures:

--Père, vous savez bien que je ne veux pas ça.

Fouan se redressa, tremblant, furieux de cette observation devant du monde.

--Quoi encore? Est-ce que, nom de Dieu! je ne suis pas libre d'offrir un
verre à un ami?... Enferme-le, ton vin! je boirai de l'eau.

Du coup, ce fut elle qui se vexa horriblement d'être ainsi accusée
d'avarice. Elle répondit, toute pâle:

--Vous pouvez boire la maison et en crever, si ça vous amuse.... Ce que je
ne veux pas, c'est que vous salissiez ma table, avec vos verres qui
dégoulinent et qui font des ronds, comme au cabaret.

Des larmes étaient montées aux yeux du père. Il eut le dernier mot.

--Un peu moins de propreté et un peu plus de coeur, ça vaudrait mieux, ma
fille.

Et, pendant qu'elle essuyait rudement la table, il se planta devant la
fenêtre, regardant la nuit noire qui était venue, tout secoué du désespoir
qu'il cachait.

Delhomme, évitant de prendre parti, avait simplement appuyé par son silence
l'attitude ferme et sensée de sa femme. Il ne voulut pas laisser partir
Jean sans avoir bu un autre coup, dans des verres qu'elle servit sur des
assiettes. Et, à demi voix, elle s'excusa posément.

--On n'a pas idée du mal qu'on a avec les vieilles gens! C'est plein de
manies, de mauvaises habitudes, et ils en crèveraient plutôt que de se
corriger.... Celui-là n'est point méchant, il n'en a plus la force. Ça
n'empêche que j'aimerais mieux avoir quatre vaches à conduire, qu'un vieux
à garder.

Jean et Delhomme l'approuvaient de la tête. Mais elle fut interrompue par
l'entrée brusque de Nénesse, mis comme un garçon de la ville, en veston et
en pantalon de fantaisie, achetés tout faits chez Lambourdieu, coiffé d'un
petit chapeau de feutre dur. Le cou long, la nuque rasée, il se dandinait
d'un air louche de fille, avec ses yeux bleus, sa face molle et jolie. Il
avait toujours eu l'horreur de la terre, il partait le lendemain pour
Chartres, où il allait servir chez un restaurateur qui tenait un bal
public. Longtemps, les parents s'étaient opposés à cette désertion de la
culture; mais enfin la mère, flattée, avait décidé le père. Et, depuis le
matin, Nénesse noçait avec les camarades du village, pour les adieux.

Un instant, il parut contrarié de trouver là un étranger. Puis, se
décidant:

--Dis donc, mère, je vas leur payer à dîner chez Macqueron. Me faudrait des
sous.

Fanny le regarda fixement, la bouche ouverte pour refuser. Mais elle était
si vaniteuse, que la présence de Jean la retint. Bien sûr que leur fils
pouvait dépenser vingt francs sans les gêner! Et elle disparut, raide et
muette.

--Tu es donc avec quelqu'un? demanda le père à Nénesse.

Il avait aperçu une ombre à la porte. Il s'avança, et reconnaissant le
garçon resté dehors:

--Tiens! c'est Delphin.... Entre donc, mon brave!

Delphin se risqua, saluant, s'excusant. Lui, était en cotte et en blouse
bleues, chaussé de ses gros souliers de labour, sans cravate, la peau déjà
cuite par le travail au grand soleil.

--Et toi, reprit Delhomme qui le tenait en grande estime, est-ce que tu vas
partir aussi pour Chartres, un de ces jours?

Delphin écarquilla les yeux; puis, violemment:

--Ah! nom de Dieu, non! J'y claquerais, dans leur ville!

Le père eut, sur son garçon, un regard oblique, tandis que l'autre
continuait, venant au secours du camarade:

--Bon pour Nénesse d'aller là-bas, lui qui porte la toilette et qui joue du
piston!

Delhomme sourit, car le talent de son fils sur le piston le gonflait
d'orgueil. Fanny, d'ailleurs, revenait, la main pleine de pièces de
quarante sous, et elle en compta dix, longuement, dans celle de Nénesse,
des pièces toutes blanches d'être restées sous un tas de blé. Elle ne se
fiait point à son armoire, elle cachait ainsi son argent, par petites
sommes, au fond de tous les coins de la maison, dans le grain, dans le
charbon, dans le sable; si bien que, lorsqu'elle payait, son argent était
tantôt d'une couleur, tantôt d'une autre, blanc, noir ou jaune.

--Ça va tout de même, dit Nénesse pour remerciement. Viens-tu, Delphin?

Et les deux gaillards filèrent, on entendit leurs rires qui s'éloignaient.

Jean alors vida son verre, en voyant le père Fouan, qui ne s'était pas
retourné pendant la scène, quitter la fenêtre et sortir dans la cour. Il
prit congé, il retrouva le vieux debout, au milieu de la nuit noire.

--Voyons, père Fouan, voulez-vous aller chez Buteau pour m'avoir
Françoise?... C'est vous le maître, vous n'avez qu'à parler.

Le vieillard, dans l'ombre, répétait d'une voix saccadée:

--Je ne peux pas... je ne peux pas...

Puis, il éclata, il avoua. C'était fini avec les Delhomme, il s'en irait le
lendemain vivre chez Buteau, qui lui avait offert de le prendre. Si son
fils le battait, il souffrirait moins que d'être tué par sa fille à coups
d'épingle.

Exaspéré de ce nouvel obstacle, Jean parla enfin.

--Faut que je vous dise, père Fouan, c'est que nous avons couché, Françoise
et moi.

Le vieux paysan eut une simple exclamation.

--Ah!

Puis, après avoir réfléchi:

--Est-ce que la fille est grosse?

Jean, certain qu'elle ne pouvait l'être, puisqu'ils avaient triché,
répondit:

--Possible tout de même.

--Alors, il n'y a qu'à attendre.... Si elle est grosse, on verra.

A ce moment, Fanny parut sur la porte, appelant son père pour la soupe.
Mais il se tourna, il gueula:

--Tu peux te la foutre au cul, ta soupe! Je vas dormir.

Et il monta se coucher, le ventre vide, par rage.

Jean reprit le chemin de la ferme, d'un pas ralenti, si tourmenté de
chagrin, qu'il se retrouva sur le plateau, sans avoir eu conscience de la
route. La nuit, d'un bleu sombre, criblée d'étoiles, était lourde et
brûlante. Dans l'air immobile, on sentait de nouveau l'approche, le passage
au loin de quelque orage, dont on ne voyait, du côté de l'est, que des
réverbérations d'éclairs. Et, comme il levait la tête, il aperçut, à
gauche, des centaines d'yeux phosphorescents qui flambaient, pareils à des
chandelles, et qui se tournaient vers lui, au bruit de ses pas. C'étaient
les moutons dans leur parc, le long duquel il passait.

La voix lente du père Soulas s'éleva.

--Eh bien, garçon?

Les chiens, étendus à terre, n'avaient pas bougé, flairant un homme de la
ferme. Chassé de la cabane roulante par la chaleur, le petit porcher
dormait dans un sillon. Et, seul, le berger restait debout, au milieu de la
plaine rase, noyée de nuit.

--Eh bien, garçon, est-ce fait?

Sans même s'arrêter, Jean répondit:

--Il a dit que, si la fille est grosse, on verra.

Déjà, il avait dépassé le parc, lorsque cette réponse du vieux Soulas lui
arriva, grave dans le vaste silence:

--C'est juste, faut attendre.

Et il continua sa route. La Beauce, à l'infini, s'étendait, écrasée sous un
sommeil de plomb. On en sentait la désolation muette, les chaumes brûlés,
la terre écorchée et cuite, à une odeur de roussi, à la chanson des
grillons qui crépitaient comme des braises dans de la cendre. Seules, des
ombres de meules bossuaient cette nudité morne. Toutes les vingt secondes,
au ras de l'horizon, les éclairs traçaient une raie violâtre, rapide et
triste.



II


Dès le lendemain, Fouan alla s'installer chez les Buteau. Le déménagement
ne dérangea personne: deux paquets de hardes, que le vieux tint à porter
lui-même, et dont il fit deux voyages. Vainement, les Delhomme voulurent
provoquer une explication. Il partit, sans répondre un mot.

Chez les Buteau, on lui donna, derrière la cuisine, la grande pièce du
rez-de-chaussée, où, jusque-là, on n'avait serré que la provision de pommes
de terre et les betteraves pour les vaches. Le pis était qu'une lucarne,
placée à deux mètres, l'éclairait seule d'un jour de cave. Et le sol de
terre battue, les tas de légumes, les détritus jetés dans les coins, y
entretenaient une humidité qui coulait en larmes jaunes sur le plâtre nu
des murailles. D'ailleurs, on laissa tout, on ne débarrassa qu'un angle,
pour y mettre un lit de fer, une chaise et une table de bois blanc. Le
vieux parut enchanté.

Alors Buteau triompha. Depuis que Fouan était chez les Delhomme, il
enrageait de jalousie, car il n'ignorait pas ce qu'on disait dans Rognes:
bien sûr que ça ne gênait point les Delhomme de nourrir leur père; tandis
que les Buteau, dame! ils n'avaient pas de quoi. Aussi, dans les premiers
temps, le poussa-t-il à la nourriture, rien que pour l'engraisser, histoire
de prouver qu'on ne crevait pas de faim chez lui. Et puis, il y avait les
cent cinquante francs de rente, provenant de la maison vendue, que le père
laisserait certainement à celui de ses enfants qui l'aurait gardé. D'autre
part, ne l'ayant plus à sa charge, Delhomme allait sans doute recommencer à
lui payer sa part de la rente annuelle, deux cents francs, ce qu'il fit en
effet. Buteau comptait sur ces deux cents francs. Il avait tout calculé, il
s'était dit qu'il aurait la gloire d'être un bon fils, en ne rien sortant
de sa poche, et avec l'espérance d'en être récompensé, plus tard; sans
parler du magot qu'il soupçonnait toujours au vieux, bien qu'il ne fût
jamais parvenu à avoir une certitude.

Ce fut, pour Fouan, une vraie lune de miel. On le fêtait, on le montrait
aux voisins: hein? quelle mine de prospérité! avait-il l'air de dépérir?
Les petits, Laure et Jules, toujours dans ses jambes, l'occupaient, le
chatouillaient au coeur. Mais il était surtout heureux de retourner à ses
manies de vieil homme, d'être plus libre, dans le laisser-aller plus grand
de la maison. Quoique bonne ménagère, et propre, Lise n'avait pas les
raffinements ni les susceptibilités de Fanny, et il pouvait cracher
partout, sortir, rentrer à sa guise, manger à chaque minute, par cette
habitude du paysan qui ne passe pas devant le pain sans y tailler une
tartine, au gré des heures de travail. Trois mois s'écoulèrent ainsi, on
était en décembre, des froids terribles gelaient l'eau de sa cruche, au
pied de son lit; mais il ne se plaignait pas, les dégels même avaient beau
tremper la pièce, en faire ruisseler les murs, comme sous une pluie
battante, il trouvait ça naturel, il avait vécu dans cette rudesse. Pourvu
qu'il eût son tabac, son café, et qu'on ne le taquinât point, disait-il, le
roi n'était pas son oncle.

Ce qui commença de gâter les choses, ce fut qu'un matin de clair soleil,
rentrant dans sa chambre chercher sa pipe, lorsqu'on le croyait déjà sorti,
Fouan y trouva Buteau en train de culbuter Françoise sur les pommes de
terre. La fille, qui se défendait gaillardement, sans un mot, se ramassa,
quitta la pièce, après avoir pris les betteraves qu'elle y venait chercher
pour ses vaches; et le vieux, resté seul en face de son fils, se fâcha.

--Sale cochon, avec cette gamine, à côté de ta femme!... Et elle ne voulait
pas, je l'ai bien vue qui gigotait!

Mais Buteau, encore soufflant, le sang au visage, n'accepta pas la
remontrance.

--Est-ce que vous avez à y foutre le nez? Fermez les quinquets, taisez
votre bec, ou ça tournera mal!

Depuis les couches de Lise et la bataille avec Jean, Buteau s'était de
nouveau enragé après Françoise. Il avait attendu que son bras cassé fût
solide, il sautait sur elle, maintenant, dans tous les coins de la maison,
certain que s'il l'avait une fois, elle serait ensuite à lui tant qu'il
voudrait. N'était-ce pas la meilleure façon de reculer le mariage, de
garder la fille et de garder la terre? Ces deux passions arrivaient même à
se confondre, l'entêtement à ne rien lâcher de ce qu'il tenait, la
possession furieuse de ce champ, le rut inassouvi du mâle, fouetté par la
résistance. Sa femme devenait énorme, un tas à remuer; et elle nourrissait,
elle avait toujours Laure pendue aux tétines; tandis que l'autre, la petite
belle-soeur, sentait bon la chair jeune, de gorge aussi élastique et ferme
que les pis d'une génisse. D'ailleurs, il ne crachait pas plus sur l'une
que sur l'autre: ça lui en ferait deux, une molle et une dure, chacune
agréable dans son genre. Il était assez bon coq pour deux poules, il rêvait
une vie de pacha, soigné, caressé, gorgé de jouissance. Pourquoi
n'aurait-il pas épousé les deux soeurs si elles y consentaient? Un vrai
moyen de resserrer l'amitié et d'éviter ce partage des biens, dont il
s'épouvantait, comme si on l'avait menacé de lui couper un membre!

Et, de là, dans l'étable, dans la cuisine, partout, dès qu'ils étaient
seuls une minute, l'attaque et la défense brusques, Buteau se ruant,
Françoise cognant. Et toujours la même scène courte et exaspérée: lui,
envoyant la main sous la jupe, l'empoignant là, à nu, en un paquet de peau
et de crinière, ainsi qu'une bête qu'on veut monter; elle, les dents
serrées, les yeux noirs, le forçant à lâcher prise, d'un grand coup de
poing entre les jambes, en plein. Et pas un mot, rien que leur haleine
brûlante, un souffle étouffé, le bruit amorti de la lutte: il retenait un
cri de douleur, elle rabattait sa robe, s'en allait en boitant, le
bas-ventre tiré et meurtri, avec la sensation de garder à cette place les
cinq doigts qui la trouaient. Et cela, lorsque Lise était dans la pièce d'à
côté, même dans la même pièce, le dos tourné pour ranger le linge d'une
armoire, comme si la présence de sa femme l'eût excité, certain du silence
fier et têtu de la gamine.

Cependant, depuis que le père Fouan les avait vus sur les pommes de terre,
des querelles éclataient. Il était allé dire crûment la chose à Lise, pour
qu'elle empêchât son mari de recommencer; et celle-ci, après lui avoir crié
de se mêler de ses affaires, s'était emportée contre sa cadette: tant pis
pour elle, si elle agaçait les hommes! car autant d'hommes, autant de
cochons, fallait s'y attendre! Le soir, pourtant, elle avait fait à Buteau
une telle scène, que, le lendemain, elle était sortie de leur chambre avec
un oeil à demi fermé et noir d'un coup de poing, égaré pendant
l'explication. Dès ce moment, les colères ne cessèrent plus, se gagnèrent
des uns aux autres: il y en avait toujours deux qui se mangeaient, le mari
et la femme, ou la belle-soeur et le mari, ou la soeur et la soeur, quand
les trois n'étaient pas à se dévorer ensemble.

Ce fut alors que la haine lente, inconsciente, s'aggrava entre Lise et
Françoise. Leur bonne tendresse de jadis en arrivait à une rancune sans
raison apparente, qui les heurtaient du matin au soir. Au fond, la cause
unique était l'homme, ce Buteau, tombé là comme un ferment destructeur.
Françoise, dans le trouble dont il l'exaspérait, aurait succombé depuis
longtemps, si sa volonté ne s'était bandée contre le besoin de se laisser
faire, chaque fois qu'il la touchait. Elle s'en punissait durement, entêtée
à cette idée simple du juste, ne rien donner d'elle, ne rien prendre aux
autres; et sa colère était de se sentir jalouse, d'exécrer sa soeur, parce
que celle-ci avait à elle cet homme, près duquel elle-même serait morte
d'envie, plutôt que de partager. Quand il la poursuivait, débraillé, le
ventre en avant, elle crachait furieusement sur sa nudité de mâle, elle le
renvoyait à sa femme, avec ce crachat: c'était un soulagement à son désir
combattu, comme si elle eût craché au visage de sa soeur, dans le mépris
douloureux du plaisir dont elle n'était pas. Lise, elle, n'avait point de
jalousie, certaine que Buteau s'était vanté en gueulant qu'il se servait
d'elles deux; non qu'elle le crut incapable de la chose; mais elle était
convaincue que la petite, avec son orgueil, ne céderait pas. Et elle lui en
voulait uniquement de ce que ses refus changeaient la maison en un
véritable enfer. Plus elle grossissait, plus elle se tassait dans sa
graisse, satisfaite de vivre, d'une gaieté d'égoïsme rapace, ramenant à
elle la joie d'alentour. Était-ce possible qu'on se disputât de la sorte,
qu'on se gâtât l'existence, lorsqu'on avait tout pour être heureux! Ah! la
bougresse de gamine, dont le sacré caractère était la seule cause de leurs
embêtements!

Chaque soir, quand elle se couchait, elle criait à Buteau:

--C'est ma soeur, mais qu'elle ne recommence pas à m'aguicher, ou je te la
flanque dehors!

Lui, n'entendait pas de cette oreille.

--Un joli coup! tout le pays nous tomberait dessus.... Nom de Dieu de
femelles! c'est moi qui vas vous foutre à dessaler ensemble dans la mare,
pour vous mettre d'accord!

Deux mois encore se passèrent, et Lise, bousculée, hors d'elle, aurait
sucré deux fois son café, comme elle le disait, sans le trouver bon. Les
jours où sa soeur avait repoussé une nouvelle attaque de son homme, elle le
devinait à une recrudescence de méchante humeur; si bien qu'elle vivait
maintenant dans la crainte de ces échecs de Buteau, anxieuse quand il
filait sournoisement derrière la jupe de Françoise, certaine de le voir
reparaître brutal, cassant tout, torturant la maison. C'étaient des
journées abominables, et elle ne les pardonnait point à la fichue entêtée
qui ne faisait rien pour arranger les choses.

Un jour surtout, ce fut terrible. Buteau, qui était descendu à la cave,
avec Françoise, tirer du cidre, en remonta si mal arrangé, si rageur, que
pour une bêtise, pour sa soupe qui était trop chaude, il lança son assiette
contre le mur, puis s'en alla, en renversant Lise d'une gifle à tuer un
boeuf.

Celle-ci se ramassa, pleurante, saignante, la joue enflée. Et elle se jeta
sur sa soeur, elle cria:

--Salope! couche avec, à la fin!... J'en ai assez, je file, moi! si tu
t'obstines, pour me faire battre!

Françoise l'écoutait, saisie, toute pâle.

--Aussi vrai que Dieu m'entend, j'aime mieux ça!... Il nous fichera la paix
peut-être!

Elle était retombée sur une chaise, elle pleurait à petits sanglots; et
toute sa grasse personne qui fondait, disait son abandon, son unique désir
d'être heureuse, même au prix d'un partage. Du moment qu'elle garderait sa
part, ça ne la priverait de rien. On se faisait des idées bêtes là-dessus,
car ce n'était bien sûr pas comme le pain qui s'use à être mangé. Est-ce
qu'on n'aurait pas dû s'entendre, se serrer les uns contre les autres pour
le bon accord, enfin vivre en famille?

--Voyons, pourquoi ne veux-tu pas?

Révoltée, étranglée, Françoise ne trouva que ce cri de colère:

--Tu es plus dégoûtante que lui!

Elle s'en alla de son côté sangloter dans l'étable, où la Coliche la
regarda de ses gros yeux troubles. Ce qui l'indignait, ce n'était pas la
chose en elle-même, c'était ce rôle de complaisance, le coup de noce
toléré, la paix du ménage. Si elle avait eu l'homme à elle, jamais elle
n'en aurait cédé un bout, pas même grand comme ça! Sa rancune contre sa
soeur devint du mépris, elle se jura d'y laisser toute la peau de son
corps, plutôt que de consentir, à présent.

Mais, dès ce jour, la vie se gâta davantage, Françoise devint le
souffre-douleur, la bête sur qui l'on tapait. Elle était rabaissée au rôle
de servante, écrasée de gros travaux, continuellement grondée, bousculée,
meurtrie. Lise ne lui tolérait plus une heure de flâne, la faisait sauter
du lit avant l'aube, la gardait si tard, la nuit, que la malheureuse,
parfois, s'endormait, sans avoir la force de se déshabiller. Sournoisement,
Buteau la martyrisait de petites privautés, des claques sur les reins, des
pinçons aux cuisses, toutes sortes de caresses féroces, qui la laissaient
en sang, les yeux pleins de larmes, raidie dans son obstination de silence.
Lui, ricanait, s'y contentait un peu, quand il la voyait défaillir, en
retenant le cri de sa chair blessée. Elle en avait le corps bleui, zébré
d'éraflures et de contusions. Devant sa soeur, elle mettait surtout son
courage à ne pas même tressaillir, pour nier le fait, comme s'il n'eût pas
été vrai que ces doigts d'homme lui fouillaient la peau. Cependant, elle
n'était pas toujours maîtresse de la révolte de ses muscles, elle répondait
par un soufflet, à la volée; et, alors, il y avait des batailles, Buteau la
rossait, tandis que Lise, sous prétexte de les séparer, cognait sur les
deux, à grands coups de sabot. La petite Laure et son frère Jules
poussaient des hurlements. Tous les chiens d'alentour aboyaient, ça faisait
pitié aux voisins. Ah! la pauvre enfant, elle avait de la constance, de
rester dans cette galère!

C'était, en effet, l'étonnement de Rognes. Pourquoi Françoise ne se
sauvait-elle pas? Les malins hochaient la tête: elle n'était point majeure,
il lui fallait attendre dix-huit mois; et se sauver, se mettre dans son
tort, sans pouvoir emporter son bien, dame! elle avait raison d'y réfléchir
à deux fois. Encore si le père Fouan, son tuteur, l'avait soutenue! Mais
lui-même n'était guère à la noce, chez son fils. La peur des éclaboussures
le faisait se tenir tranquille. D'ailleurs, la petite lui défendait de
s'occuper de ses affaires, dans une bravoure et une fierté farouches de
fille qui ne compte que sur elle.

Désormais, toutes les querelles finissaient par les mêmes injures.

--Mais fous donc le camp! fous donc le camp!

--Oui, c'est ce que vous espérez.... Autrefois, j'étais trop bête, je
voulais partir.... Maintenant, vous pouvez me tuer, je reste. J'attends ma
part, je veux la terre et la maison, et je les aurai, oui! j'aurai tout!

La crainte de Buteau, pendant les premiers mois, fut que Françoise se
trouvât enceinte des oeuvres de Jean. Depuis qu'il les avait surpris, dans
la meule, il calculait les jours, il la surveillait d'un oeil oblique,
inquiet de son ventre; car la venue d'un enfant aurait tout gâté, en
nécessitant le mariage. Elle, tranquille, savait bien qu'elle ne pouvait
être grosse. Mais, quand elle eut remarqué qu'il s'intéressait à sa taille,
elle s'en amusa, elle fit exprès de se tenir le ventre en avant, pour lui
faire croire qu'il enflait. Maintenant, dès qu'il l'empoignait, elle le
sentait qui la tâtait là, qui la mesurait de ses gros doigts; et elle finit
par lui dire, d'un air de défi:

--Va, il y en a un! il pousse!

Un matin même, elle plia des torchons qu'elle banda sur elle. On faillit se
massacrer, le soir. Et une terreur la saisit, aux regards d'assassin qu'il
lui jetait: bien sûr que, si elle avait eu un vrai petit sous la peau, le
brutal lui aurait allongé quelque mauvais coup, pour le tuer. Elle cessa
les farces, rentra son ventre. D'ailleurs, elle le surprit dans sa chambre,
le nez dans son linge sale, en train de s'assurer des choses.

--Fais-en donc un! lui dit-il, goguenard.

Et elle répondit, toute pâle, rageuse:

--Si je n'en fais pas, c'est que je ne veux pas.

C'était vrai, elle se refusait à Jean, avec obstination. Buteau n'en
triompha pas moins bruyamment. Et il tomba sur l'amoureux: un beau mâle, je
t'en fiche! il était donc pourri, qu'il ne pouvait pas faire un enfant? Ça
cassait le bras au monde, par traîtrise; mais ça n'était seulement pas
capable d'emplir une fille, tellement ça manquait de nerf! Dès lors, il
poursuivit Françoise d'allusions, il l'accabla elle-même de plaisanteries
sur le cul de son chaudron qui fuyait.

Lorsque Jean sut comment le traitait Buteau, il parla de lui casser la
gueule; et il guettait toujours Françoise, il la suppliait de céder: on
verrait bien s'il ne lui collait pas un enfant, et un gros! Son désir,
maintenant, se doublait de colère. Mais, chaque fois, elle trouvait une
nouvelle excuse, dans l'ennui qu'elle éprouvait à l'idée de recommencer ça,
avec ce garçon. Elle ne le détestait pas, elle n'avait pas envie de lui,
simplement; et il fallait qu'elle ne le désirât vraiment guère, pour ne
point défaillir et se livrer, lorsqu'elle tombait entre ses bras, derrière
une haie, encore furieuse et rouge d'une attaque de Buteau. Ah! le cochon!
Elle ne parlait que de ce cochon-là, passionnée, excitée, tout d'un coup
refroidie, dès que l'autre voulait profiter et la prendre. Non, non, ça lui
faisait honte! Un jour, poussée à bout, elle le remit à plus tard, au soir
de leur mariage. C'était la première fois qu'elle s'engageait, car elle
avait évité jusque-là de répondre nettement, quand il la demandait pour
femme. Dès lors, ce fut comme entendu: il l'épouserait, mais après sa
majorité, aussitôt qu'elle serait maîtresse de son bien et qu'elle pourrait
exiger des comptes. Cette bonne raison le frappa, il lui prêcha la
patience, il cessa de la tourmenter, excepté dans les moments où l'idée de
rire le tenait trop fort. Elle, soulagée, tranquillisée par le vague de
cette échéance lointaine, se contentait de lui saisir les deux mains pour
l'empêcher, en le regardant de ses jolis yeux suppliants, d'un air de femme
susceptible qui ne désirait risquer d'avoir un petit que de son homme.

Cependant, Buteau, certain qu'elle n'était pas enceinte, avait une autre
crainte, celle qu'elle ne le devînt, si elle retournait avec Jean. Il
continuait de le défier, et il tremblait, car on lui rapportait de partout
que celui-ci jurait de remplir Françoise jusqu'aux yeux, comme jamais fille
n'avait été pleine. Aussi, la surveillait-il, du matin au soir, exigeant
d'elle l'emploi de chacune de ses minutes, la tenant à l'attache, sous la
menace du fouet, ainsi qu'une bête domestique dont on craint les farces; et
c'était un supplice nouveau, elle sentait toujours derrière ses jupes son
beau-frère ou sa soeur, elle ne pouvait aller au trou à fumier pour un
besoin, sans rencontrer un oeil qui l'épiait. La nuit, on l'enfermait dans
sa chambre; même, au soir, après une dispute, elle avait trouvé un cadenas
condamnant le volet de sa lucarne. Puis, comme elle parvenait quand même à
s'échapper, il y avait à son retour d'abominables scènes, des
interrogatoires, parfois des visites, le mari l'empoignant aux épaules,
tandis que la femme la déshabillait à moitié, pour voir. Elle en fut
rapprochée de Jean, elle en arriva à lui donner des rendez-vous, heureuse
de braver les autres. Peut-être lui aurait-elle cédé enfin, si elle les
avait eus là, derrière elle. En tous cas, elle acheva de se promettre, elle
lui jura, sur ce qu'elle avait de plus sacré, que Buteau mentait, lorsqu'il
se vantait de coucher avec les deux soeurs, dans l'idée de faire le coq et
de forcer à être des choses qui n'étaient pas. Jean, tourmenté d'un doute,
trouvant au fond l'affaire possible et naturelle, parut la croire. Et, en
se quittant, ils s'embrassèrent, très bons amis, si bien qu'à partir de ce
jour, elle le prit pour confident et conseil, tâchant de le voir à la
moindre alerte, ne risquant rien sans son approbation. Lui, ne la touchait
plus du tout, la traitait en camarade avec qui l'on a des intérêts communs.

Maintenant, chaque fois que Françoise courait rejoindre Jean derrière un
mur, la conversation était la même. Elle dégrafait violemment son corsage,
ou retroussait sa jupe.

--Tiens! ce cochon-là m'a encore pincée.

Il constatait, restait froid et résolu.

--Ça se payera, faut montrer ça aux voisines.... Surtout, ne te revenge
pas. La justice sera pour nous, quand nous aurons le droit.

--Et ma soeur tiendrait la chandelle, tu sais! Est-ce qu'hier, lorsqu'il a
sauté sur moi, elle n'a pas filé, au lieu de lui allonger par derrière un
seau d'eau froide!

--Ta soeur, elle finira mal avec ce bougre.... Tout ça est bon. Si tu ne
veux pas, il ne peut pas, c'est sûr; et, quant au reste, qu'est-ce que ça
nous fiche?... Soyons d'accord, il est foutu.

Le père Fouan, bien qu'il évitât de s'en mêler, était de toutes les
querelles. S'il se taisait, on le forçait à prendre parti; s'il sortait, il
retombait au retour dans un ménage en déroute, où sa présence suffisait
souvent à rallumer les colères. Jusque-là, il n'avait pas souffert
réellement, physiquement; tandis que commençaient à cette heure les
privations, le pain mesuré, les douceurs supprimées. On ne le bourrait plus
de nourriture ainsi qu'aux premiers jours, chaque tartine coupée trop
épaisse lui attirait des paroles dures: quel trou! moins on travaillait,
plus on bâfrait, alors! Il était guetté, dévalisé, tous les trimestres,
quand il revenait de toucher à Cloyes la rente que M. Baillehache lui
faisait sur les trois mille francs de la maison. Françoise en arrivait à
voler des sous à sa soeur, pour lui acheter du tabac, car on la laissait,
elle aussi, sans argent. Enfin, le vieux se trouvait très mal dans la
chambre humide où il couchait, depuis qu'il avait cassé un carreau de
lucarne, qu'on avait bouchée avec de la paille, pour éviter la dépense de
cette vitre à remettre. Ah! ces gueux d'enfants, tous les mêmes! Il
grognait du matin au soir, il regrettait mortellement d'avoir quitté les
Delhomme, désespéré d'être tombé d'un mal dans un pire. Mais ce regret, il
le cachait, ne le témoignait que par des mots involontaires, car il savait
que Fanny avait dit: «Papa, il viendra nous demander à genoux de le
reprendre!» Et c'était fini, cela lui restait pour toujours, comme une
barre obstinée, en travers du coeur. Il serait plutôt mort de faim et de
colère chez les Buteau, que de retourner s'humilier chez les Delhomme.

Justement, un jour que Fouan revenait à pied de Cloyes, après s'être fait
payer sa rente chez le notaire, et qu'il s'était assis au fond d'un fossé,
Jésus-Christ, qui flânait par là, visitant des terriers à lapins, l'aperçut
très absorbé, profondément occupé à compter des pièces de cent sous, dans
son mouchoir. Il s'accroupit aussitôt, rampa, arriva au-dessus de son père,
sans bruit; et, là, allongé, il eut la surprise de lui voir nouer
soigneusement une grosse somme, peut-être bien quatre-vingts francs: ses
yeux flambèrent, un rire silencieux découvrit ses dents de loup. Tout de
suite, l'ancienne idée d'un magot lui était venue. Evidemment, le vieux
avait des titres cachés, dont il touchait les coupons, chaque trimestre, en
profitant de sa visite à M. Baillehache. La première pensée de Jésus-Christ
fut de larmoyer et d'arracher vingt francs. Puis, cela lui parut mesquin,
un autre plan s'élargissait dans sa tête, il s'écarta aussi doucement qu'il
s'était approché, d'un glissement souple de couleuvre; de sorte que Fouan,
remonté sur la route, n'eut aucune méfiance, en le rencontrant cent pas
plus loin, avec l'allure désintéressée d'un gaillard, qui, lui aussi,
rentrait à Rognes. Ils achevèrent le chemin ensemble, ils causèrent, le
père tomba fatalement sur les Buteau, des sans-coeur, qu'il accusait de le
faire crever de faim; et le fils, bonhomme, les yeux mouillés, proposa de
le sauver de ces canailles, en le prenant chez lui, à son tour. Pourquoi
non? On ne s'embêtait pas, on rigolait du matin au soir, chez lui. La
Trouille faisait de la cuisine pour deux, elle en ferait pour trois. Une
sacrée cuisine, quand il y avait des sous!

Étonné de la proposition, pris d'une inquiétude vague, Fouan refusa. Non,
non, ce n'était pas à son âge qu'on se mettait à courir de l'un chez
l'autre et à changer ses habitudes tous les ans.

--Enfin, père, c'est de bon coeur, vous réfléchirez.... Voilà, vous savez
toujours que vous n'êtes pas à la rue. Venez au Château, lorsque vous en
aurez assez, de ces crapules!

Et Jésus-Christ le quitta, perplexe, intrigué, se demandant à quoi le vieux
pouvait manger ses rentes, puisque, décidément, il en avait. Quatre fois
par année, un tas pareil de pièces de cent sous, ça devait faire au moins
trois cents francs. S'il ne les mangeait pas, c'était donc qu'il les
gardait? Faudrait voir ça. Un fameux magot, alors!

Ce jour-là, un jour doux et humide de novembre, lorsque le père Fouan
rentra, Buteau voulut le dévaliser des trente-sept francs cinquante, qu'il
touchait tous les trois mois, depuis la vente de sa maison. Il était
convenu, d'ailleurs, que le vieux les lui abandonnait, ainsi que les deux
cents francs annuels des Delhomme. Mais, cette fois, une pièce de cent sous
s'était égarée parmi celles qu'il avait nouées dans son mouchoir; et, quand
il eut retourné ses poches et qu'il n'en tira que trente-deux francs
cinquante, son fils s'emporta, le traita de filou, l'accusa d'avoir
fricassé les cinq francs, à de la boisson et à des horreurs. Saisi, la main
sur son mouchoir, avec la peur sourde qu'on ne le visitât, le père bégayait
des explications, jurait ses grands dieux qu'il devait les avoir perdus, en
se mouchant. Une fois de plus, la maison fut en l'air jusqu'au soir.

Ce qui rendait Buteau d'une humeur féroce, c'était qu'en ramenant sa herse,
il avait aperçu Jean et Françoise, fuyant derrière un mur. Celle-ci, sortie
sous le prétexte de faire de l'herbe pour ses vaches, ne reparaissait plus,
car elle se doutait de la scène qui l'attendait. La nuit tombait déjà, et
Buteau, furieux, sortait à chaque minute dans la cour, allait jusqu'à la
route, guetter si cette garce-là, enfin, revenait du mâle. Il jurait tout
haut, lâchait des ordures, sans voir le père Fouan, qui s'était assis sur
le banc de pierre, après la querelle, se calmant, respirant la douceur
tiède, qui faisait de ce novembre ensoleillé un mois de printemps.

Un bruit de sabots monta de la pente, Françoise parut, pliée en deux, les
épaules chargées d'un énorme paquet d'herbes, qu'elle avait noué dans une
vieille toile. Elle soufflait, elle suait, à moitié cachée sous le tas.

--Ah! nom de Dieu de traînée! cria Buteau, si tu crois que tu vas te foutre
de moi à te faire raboter depuis deux heures par ton galant, lorsqu'il y a
de la besogne ici!

Et il la culbuta dans le paquet d'herbe qui était tombé, il se rua sur
elle, juste au moment où Lise, à son tour, sortait de la maison pour
l'engueuler.

--Eh! Marie-dort-en-chiant, arrive donc, que je te colle mon pied dans le
derrière!... Tu n'as pas honte!

Mais Buteau, déjà, avait empoigné la fille sous la jupe, à pleine main. Son
enragement tournait toujours en un coup brusque de désir. Tandis qu'il la
troussait sur l'herbe, il grognait, étranglé, la face bleuie et gonflée de
sang.

--Sacrée cateau, faut cette fois que j'y passe à mon tour.... Quand le
tonnerre de Dieu y serait, je vas y passer après l'autre!

Alors, une lutte furieuse s'engagea. Le père Fouan distinguait mal, dans la
nuit. Mais il vit pourtant Lise, debout, qui regardait et laissait faire;
pendant que son homme, vautré, jeté de côté à chaque seconde, s'épuisait en
vain, se satisfaisait quand même, au petit bonheur, n'importe où.

Quand ce fut fini, Françoise, d'une dernière secousse, put se dégager,
râlante, bégayante.

--Cochon! cochon? cochon!... Tu n'as pas pu, ça ne compte pas.... Je m'en
fiche, de ça! jamais tu n'y arriveras, jamais!

Elle triomphait, elle avait pris une poignée d'herbe, et elle s'en essuyait
la jambe, dans un tremblement de tout son corps, comme si elle se fût
contentée elle-même un peu, à cette obstination de refus. D'un geste de
bravade, elle jeta la poignée d'herbe aux pieds de sa soeur.

--Tiens! c'est à toi.... Ce n'est pas ta faute, si je te le rends!

Lise, d'une gifle, lui fermait la bouche, lorsque le père Fouan, qui avait
quitté le banc de pierre, révolté, intervint en brandissant sa canne.

--Bougres de saligots, tous les deux! voulez-vous bien la laisser
tranquille!... En v'là assez, hein?

Des lumières paraissaient chez les voisins, on commençait à s'inquiéter de
cette tuerie, et Buteau se hâta de pousser son père et la petite au fond de
la cuisine, où une chandelle éclairait Laure et Jules terrifiés, réfugiés
dans un coin. Lise rentra aussi, saisie et muette depuis que le vieux était
sorti de l'ombre. Il continuait, s'adressant à elle:

--Toi, c'est trop dégoûtant et trop bête.... Tu regardais, je t'ai vue.

Buteau, de toute sa force, allongea un coup de poing au bord de la table.

--Silence! c'est fini... Je cogne sur le premier qui continue.

--Et si je veux continuer, moi! demanda Fouan, la voix tremblante, est-ce
que tu cogneras?

--Sur vous comme sur les autres.... Vous m'embêtez!

Françoise, bravement, s'était mise entre eux.

--Je vous en prie, mon oncle, ne vous en mêlez point.... Vous avez bien vu
que je suis assez grande fille pour me défendre.

Mais le vieux l'écarta.

--Laisse, ça ne te regarde plus.... C'est mon affaire.

Et, levant sa canne:

--Ah! tu cognerais, bandit!... Faudrait voir si ce n'est pas à moi de te
corriger.

D'une main prompte, Buteau lui arracha le bâton, qu'il envoya sous
l'armoire; et, goguenard, les yeux mauvais, il se planta, lui parla dans le
visage.

--Voulez-vous me foutre la paix, hein? Si vous croyez que je vas tolérer
vos airs, ah! non! Regardez-moi donc, pour voir comment je m'appelle!

Tous les deux, face à face, se turent un instant, terribles, cherchant à se
dompter du regard. Le fils, depuis le partage des biens, s'était élargi,
carré sur les jambes, avec ses mâchoires qui avançaient davantage, dans sa
tête de dogue, au crâne resserré et fuyant; tandis que le père, exterminé
par ses soixante ans de travail, séché encore, la taille cassée, n'avait
gardé de son visage réduit que le nez immense.

--Comment tu t'appelles? reprit Fouan, je le sais trop, je t'ai fait.

Buteau ricana.

--Fallait pas me faire.... Ah! mais, oui! ça y est, chacun son tour. Je
suis de votre sang, je n'aime pas qu'on me taquine.... Et encore un coup,
foutez-moi la paix, ou ça tournera mal!

--Pour toi, bien sûr.... Jamais je n'ai parlé ainsi à mon père.

--Oh! la, la, en voilà une raide!... Votre père, vous l'auriez crevé, s'il
n'était pas mort!

--Sale cochon, tu mens!... Et, nom de Dieu de nom de Dieu! tu vas ravaler
ça tout de suite.

Françoise, une seconde fois, tenta de s'interposer. Lise elle-même fit un
effort, effrayée, désespérée de ce nouveau tracas. Mais les deux hommes les
bousculèrent, pour se rapprocher et se souffler leur violence avec leur
haleine, sang contre sang, dans ce heurt de la brutale autorité que le père
avait léguée au fils.

Fouan voulut se grandir, en essayant de retrouver son ancienne
toute-puissance de chef de famille. Pendant un demi-siècle, on avait
tremblé sous lui, la femme, les enfants, les bêtes, lorsqu'il détenait la
fortune avec le pouvoir.

--Dis que tu as menti, sale cochon, dis que tu as menti, ou je vas te faire
danser, aussi vrai que cette chandelle nous éclaire!

La main haute, il menaçait, du geste dont il les faisait tous rentrer en
terre, autrefois.

--Dis que tu as menti...

Buteau, qui, au vent de la gifle, dans sa jeunesse, levait le coude et se
garait, en claquant des dents, se contenta de hausser les épaules, d'un air
de moquerie insultante.

--Si vous croyez que vous me faites peur!... C'était bon quand vous étiez
le maître, des machines comme ça.

--Je suis le maître, le père.

--Allons donc, vieux farceur, vous n'êtes rien du tout.... Ah! vous ne
voulez pas me foutre la paix!

Et, voyant la main vacillante du vieillard s'abaisser pour taper, il la
saisit au vol, il la garda, l'écrasa dans sa poigne rude.

--Sacré têtu que vous êtes, faut donc qu'on se fâche pour vous entrer dans
la caboche qu'on se fiche de vous, à cette heure!... Est-ce que vous êtes
bon à quelque chose? Vous coûtez, v'là tout!... Lorsqu'on a fait son temps
et qu'on a passé la terre aux autres, on avale sa chique, sans les emmerder
davantage!

Il secouait son père, en appuyant sur les mots; puis, d'une dernière
secousse, il l'envoya, grelottant, trébuchant, tomber à reculons sur une
chaise, près de la fenêtre. Et le vieux resta là, à suffoquer une minute,
vaincu, dans l'humiliation de son ancienne autorité morte. C'était fini, il
ne comptait plus, depuis qu'il s'était dépouillé.

Un grand silence régna, tous demeuraient les mains ballantes. Les enfants
n'avaient pas soufflé, de peur des gifles. Puis, la besogne reprit, comme
s'il ne s'était rien passé.

--Et l'herbe? demanda Lise, est-ce qu'on la laisse dans la cour?

--Je vas la mettre au sec, répondit Françoise.

Lorsqu'elle fut rentrée et qu'on eut dîné, Buteau, incorrigible, enfonça la
main dans son corsage ouvert, pour chercher une puce, qui la piquait,
disait-elle. Cela ne la fâchait plus, elle plaisanta même.

--Non, non, elle est quelque part où ça te mordrait.

Fouan n'avait pas bougé, raidi et muet dans son coin d'ombre. Deux grosses
larmes coulaient sur ses joues. Il se rappelait le soir où il avait rompu
avec les Delhomme; et c'était ce soir-là qui recommençait, la même honte de
n'être plus le maître, la même colère qui le faisait s'entêter à ne pas
manger. On l'avait appelé trois fois, il refusait sa part de soupe.
Brusquement, il se leva, disparut dans sa chambre. Le lendemain, dès
l'aube, il quittait les Buteau, pour s'installer chez Jésus-Christ.



III


Jésus-Christ était très venteux, de continuels vents soufflaient dans la
maison et la tenaient en joie. Non, fichtre! on ne s'embêtait pas chez le
bougre, car il n'en lâchait pas un sans l'accompagner d'une farce. Il
répudiait ces bruits timides, étouffés entre deux cuirs, fusant avec une
inquiétude gauche; il n'avait jamais que des détonations franches, d'une
solidité et d'une ampleur de coup de canon; et, chaque fois, la cuisse
levée, dans un mouvement d'aisance et de crânerie, il appelait sa fille,
d'une voix pressante de commandement, l'air sévère:

--La Trouille, vite ici, nom de Dieu!

Elle accourait, le coup partait, faisait balle dans le vide, si vibrant,
qu'elle en sautait.

--Cours après! et passe-le entre tes dents, voir s'il y a des noeuds!

D'autres fois, quand elle arrivait, il lui donnait sa main.

--Tire donc, chiffon! faut que ça craque!

Et, dès que l'explosion s'était produite, avec le tumulte et le
bouillonnement d'une mine trop bourrée:

--Ah! c'est dur, merci tout de même!

Ou encore il mettait en joue un fusil imaginaire, visait longuement; puis,
l'arme déchargée:

--Va chercher, apporte, feignante!

La Trouille suffoquait, tombait sur son derrière, tant elle riait. C'était
une gaieté toujours renouvelée et grandissante: elle avait beau connaître
le jeu, s'attendre au tonnerre final, il l'emportait quand même dans le
comique vivace de sa turbulence. Oh! ce père, était-il assez rigolo!
Tantôt, il parlait d'un locataire qui ne payait pas son terme et qu'il
flanquait dehors; tantôt, il se retournait avec surprise, saluait
gravement, comme si la table avait dit bonjour; tantôt, il en avait tout un
bouquet, pour M. le curé, pour M. le maire, et pour les dames. On aurait
cru que le gaillard tirait de son ventre ce qu'il voulait, une vraie boîte
à musique; si bien qu'au Bon Laboureur, à Cloyes, on pariait: «Je te paye
un verre, si tu en fais six», et il en faisait six, il gagnait à tous
coups. Ça tournait à de la gloire, la Trouille en était fière, amusée, se
tordant d'avance, dès qu'il levait la cuisse, en admiration continuelle
devant lui, dans la terreur et la tendresse qu'il lui inspirait.

Et, le soir de l'installation du père Fouan au Château, ainsi qu'on nommait
l'ancienne cave où se terrait le braconnier, dès le premier repas que la
fille servit à son père et à son grand-père, debout derrière eux en
servante respectueuse, la gaieté sonna ainsi, très haut. Le vieux avait
donné cent sous, une bonne odeur se répandait, des haricots rouges et du
veau aux oignons, que la petite cuisinait à s'en lécher les doigts. Comme
elle apportait les haricots, elle faillit casser le plat, en se pâmant.
Jésus-Christ, avant de s'asseoir, en lâchait trois, réguliers et claquant
sec.

--Le canon de la fête!... C'est pour dire que ça commence!

Puis, se recueillant, il en fit un quatrième, solitaire, énorme et
injurieux.

--Pour ces rosses de Buteau! qu'ils se bouchent la gueule avec!

Du coup, Fouan, sombre depuis son arrivée, ricana. Il approuva d'un branle
de la tête. Ça le mettait à l'aise, on le citait comme un farceur, lui
aussi, en son temps; et, dans sa maison, les enfants avaient grandi,
tranquilles au milieu du bombardement paternel. Il posa les coudes sur la
table, il se laissa envahir d'un bien-être, en face de ce grand diable de
Jésus-Christ, qui le contemplait, les yeux humides, de son air de canaille
bon enfant.

--Ah! nom de Dieu! papa, ce que nous allons nous la couler douce! Vous
verrez mon truc, je me charge de vous désemmerder, moi!... Quand vous serez
à manger la terre avec les taupes, est-ce que ça vous avancera, de vous
être refusé un fin morceau?

Ébranlé dans la sobriété de toute sa vie, ayant le besoin de s'étourdir,
Fouan finit par dire de même.

--Bien sûr qu'il vaudrait mieux tout bouffer que de rien laisser aux
autres.... A ta santé, mon gars!

La Trouille servait le veau aux oignons. Il y eut un silence, et
Jésus-Christ, pour ne pas laisser tomber la conversation, en lança un
prolongé, qui traversa la paille de sa chaise avec la modulation chantante
d'un cri humain. Tout de suite, il s'était tourné vers sa fille, sérieux et
interrogateur:

--Qu'est-ce que tu dis?

Elle ne disait rien, elle dut s'asseoir, en se tenant le ventre. Mais ce
qui l'acheva, ce fut, après le veau et le fromage, l'expansion dernière du
père et du fils, qui s'étaient mis à fumer et à vider le litre
d'eau-de-vie, posé sur la table. Ils ne parlaient plus, la bouche empâtée,
très soûls.

Lentement, Jésus-Christ leva une fesse, tonna, puis regarda la porte, en
criant:

--Entrez!

Alors, Fouan, provoqué, fâché à la longue de ne pas en être, retrouva sa
jeunesse, la fesse haute, tonnant à son tour, répondant:

--Me v'là!

Tous les deux se tapèrent dans les mains, nez à nez, bavant et rigolant.
Elle était bonne. Et c'en fut de trop pour la Trouille, qui avait glissé
par terre, agitée d'un rire frénétique, au point que, dans les secousses,
elle aussi en laissa échapper un, mais léger, fin et musical, comme un son
de fifre, à côté des notes d'orgue des deux hommes.

Indigné, répugné, Jésus-Christ s'était levé, le bras tendu dans un geste
d'autorité tragique.

--Hors d'ici, cochonne!... Hors d'ici, puanteur!... Nom de Dieu! je vas
t'apprendre à respecter ton père et ton grand-père!

Jamais il ne lui avait toléré cette familiarité. Fallait avoir l'âge. Et il
chassait l'air de la main, en affectant d'être asphyxié par ce petit
souffle de flûte: les siens, disait-il, ne sentaient que la poudre. Puis,
comme la coupable, très rouge, bouleversée de son oubli, niait et se
débattait pour ne pas sortir, il la jeta dehors d'une poussée.

--Bougre de grande sale, secoue tes jupes!... Tu ne rentreras que dans une
heure, lorsque tu auras pris l'air.

De ce jour, commença une vraie vie d'insouciance et de rigolade. On donna
au vieux la chambre de la fille, l'un des compartiments de l'ancienne cave,
coupée en deux par une cloison de planches; et elle, complaisante, dut se
retirer au fond, dans une excavation de la roche, qui formait comme une
arrière-pièce, et où s'ouvraient, disait la légende, d'immenses
souterrains, que des éboulements avaient bouchés. Le pis était que le
Château, ce trou à renard, s'enterrait davantage chaque hiver, lors des
grandes pluies, dont le ruissellement sur la pente raide de la côte,
roulait les cailloux; même la masure aurait filé, les fondations antiques,
les raccommodages en pierres sèches, si les tilleuls séculaires, plantés
au-dessus, n'avaient tout maintenu de leurs grosses racines. Mais, dès que
venait le printemps, c'était un recoin d'une fraîcheur charmante, une
grotte disparue sous un buisson de ronces et d'aubépines. L'églantier qui
cachait la fenêtre s'étoilait de fleurs roses, la porte elle-même avait une
draperie de chèvrefeuille sauvage, qu'il fallait, pour entrer, écarter de
la main, ainsi qu'un rideau.

Sans doute, la Trouille n'avait pas tous les soirs à cuisiner des haricots
rouges et du veau aux oignons. Cela n'arrivait que lorsqu'on avait tiré du
père une pièce blanche, et Jésus-Christ, sans y mettre de la discrétion, ne
le violentait pas, le prenait par la gourmandise et les sentiments pour le
dépouiller. On noçait les premiers jours du mois, dès qu'il avait touché
les seize francs de sa pension, chez les Delhomme; puis, c'étaient des
fêtes à tout casser, chaque trimestre, quand le notaire lui versait sa
rente de trente-sept francs cinquante. D'abord, il ne sortait que des
pièces de dix sous, voulant que ça durât, entêté dans son avarice ancienne;
et, peu à peu, il s'abandonnait aux mains de son grand vaurien de fils,
chatouillé, bercé d'histoires extraordinaires, parfois secoué de larmes, si
bien qu'il lâchait des deux et trois francs, tombant lui-même à la
goinfrerie, se disant qu'il valait mieux tout manger de bon coeur, puisque,
tôt ou tard, ce serait mangé. D'ailleurs, on devait rendre cette justice à
Jésus-Christ: il partageait avec le vieux, il l'amusait au moins s'il le
volait. Au début, l'estomac attendri, il ferma les yeux sur le magot, ne
tenta point de savoir: son père était libre de jouir à sa guise, on ne
pouvait rien lui demander de plus, du moment qu'il payait des noces. Et des
rêveries ne lui venaient sur l'argent entrevu, caché quelque part, que dans
la seconde quinzaine du mois, quand les poches du vieux étaient vides. Pas
un liard à en faire sortir. Il grognait contre la Trouille, qui servait des
pâtées de pommes de terre sans beurre, il se serrait le ventre, en songeant
que c'était bête en somme de se priver pour enfouir des sous, et qu'un
jour, à la fin, faudrait le déterrer et le claquer, ce magot!

Tout de même, les soirs de misère, lorsqu'il étirait ses membres de grande
rosse, il réagissait contre l'embêtement, il demeurait expansif et
tempétueux, comme s'il avait bien dîné, ramenant la gaieté d'une bordée de
grosse artillerie.

--Aux navets, ceux-là! la Trouille, et du beurre, nom de Dieu!

Fouan ne s'ennuyait point, même dans ces pénibles fins de mois; car la
fille et le père se mettaient alors en campagne pour emplir la marmite; et
le vieux, entraîné, finissait par en être. Le premier jour où il avait vu
la Trouille rapporter une poule, pêchée à la ligne, de l'autre côté d'un
mur, il s'était fâché. Ensuite, elle l'avait fait trop rire, la seconde
fois, un matin qu'elle était cachée dans les feuilles d'un arbre, laissant
pendre, au milieu d'une bande de canards en promenade, un hameçon appâté de
viande: un canard, brusquement, s'était jeté, avalant tout, la viande, le
hameçon, la ficelle; et il avait disparu en l'air, tiré d'un coup sec,
étouffé, sans un cri. Ce n'était guère délicat, bien sûr; mais les bêtes
qui vivent dehors, n'est-ce pas? ça devrait appartenir à qui les attrape,
et tant qu'on ne vole pas de l'argent, mon Dieu! on est honnête. Dès lors,
il s'intéressa aux coups de maraude de cette bougresse, des histoires à ne
pas croire, un sac de pommes que le propriétaire l'avait aidée à porter,
des vaches en pâture traites dans une bouteille, jusqu'au linge des
blanchisseuses qu'elle chargeait de pierres et qu'elle coulait au fond de
l'Aigre, où elle revenait plonger la nuit, pour le reprendre. On ne voyait
qu'elle par les chemins, ses oies lui étaient un continuel prétexte à
battre le pays, guettant une occasion du bord d'un fossé, pendant des
heures, de l'air endormi d'une gardeuse qui fait manger son troupeau; même
elle se servait de ses oies, ainsi que de vrais chiens, le jars sifflait et
la prévenait, dès qu'un importun menaçait de la surprendre. Elle avait
dix-huit ans à cette heure, et elle n'était guère plus grande qu'à douze,
toujours souple et mince comme un scion de peuplier, avec sa tête de
chèvre, aux yeux verts, fendus de biais, à la bouche large, tordue à
gauche. Sous les vieilles blouses de son père, sa petite gorge d'enfant
s'était durcie sans grossir. Un vrai garçon, qui n'aimait que ses bêtes,
qui se moquait bien des hommes, ce qui ne l'empêchait pas, quand elle
jouait à se taper avec quelque galopin, de finir le jeu sur le dos,
naturellement, parce que c'était fait pour ça et que ça ne tirait point à
conséquence. Elle avait la chance d'en rester aux vauriens de son âge, ce
serait devenu tout à fait sale, si les hommes posés, les vieux, la trouvant
mal en chair, ne l'avaient laissée tranquille. Enfin, comme disait le
grand-père, amusé et séduit, à part qu'elle volait trop et qu'elle manquait
un peu de décence, elle était tout de même une drôle de fille, moins rosse
qu'on ne l'aurait cru.

Mais Fouan, surtout, s'égayait à suivre Jésus-Christ, dans ses flâneries de
rôdeur à travers les cultures. Au fond de tout paysan, même du plus
honnête, il y a un braconnier; et ça l'intéressait, les collets tendus, les
lignes de fond posées, des inventions de sauvage, une guerre de ruses, une
lutte continuelle avec le garde champêtre et les gendarmes. Dès que les
chapeaux galonnés et les baudriers jaunes débouchaient d'une route, filant
au-dessus des blés, le père et le fils, couchés sur un talus, semblaient
dormir; puis, tout d'un coup, à quatre pattes le long du fossé, le fils
allait relever les engins, tandis que le père, de son air innocent de bon
vieux, continuait de surveiller les baudriers et les chapeaux décroissants.
Dans l'Aigre, il y avait des truites superbes, qu'on vendait des quarante
et cinquante sous à un marchand de Châteaudun; le pis était qu'il fallait
les guetter pendant des heures, à plat ventre sur l'herbe, tant elles
avaient de malice. Souvent aussi on poussait jusqu'au Loir, dont les fonds
de vase nourrissent de belles anguilles. Jésus-Christ, lorsque ses lignes
n'amenaient rien, avait imaginé une pêche commode, qui était de dévaliser,
la nuit, les boutiques à poisson des bourgeois riverains. Ce n'était
d'ailleurs là qu'un amusement, toute sa fièvre de passion était à la
chasse. Les ravages qu'il y faisait, s'étendaient à plusieurs lieues; et il
ne dédaignait rien, les cailles après les perdreaux, même les sansonnets
après les alouettes. Rarement il employait le fusil, dont la détonation
porte loin en pays plat. Pas une couvée de perdreaux ne s'élevait dans les
luzernes et les trèfles, sans qu'il la connût, si bien qu'il savait
l'endroit et l'heure où les petits, lourds de sommeil, trempés de rosée, se
laissaient prendre à la main. Il avait des gluaux perfectionnés pour les
alouettes et les cailles, il tapait à coups de pierres dans les épaisses
nuées de sansonnets, que semblent apporter les grands vents d'automne.
Depuis vingt ans qu'il exterminait ainsi le gibier de la contrée, on ne
voyait plus un lapin, parmi les broussailles des coteaux de l'Aigre, ce qui
enrageait les chasseurs. Et les lièvres seuls lui échappaient, assez rares
du reste, filant librement en plaine, où il était dangereux de les
poursuivre. Oh! les quelques lièvres de la Borderie, il en rêvait, il
risquait la prison, pour en bouler un de temps à autre, d'un coup de feu.
Fouan, lorsqu'il le voyait prendre son fusil, ne l'accompagnait pas:
c'était trop bête, il finirait sûrement par être pincé.

La chose arriva donc, naturellement. Il faut dire que le fermier
Hourdequin, exaspéré de la destruction du gibier, sur son domaine, donnait
à Bécu les ordres les plus sévères; et celui-ci, se vexant de n'empoigner
jamais personne, dormait dans une meule, pour voir. Or, un matin au petit
jour, un coup de fusil, dont la flamme lui passa sur le visage, l'éveilla
en sursaut. C'était Jésus-Christ, à l'affût derrière le tas de paille, qui
venait de tuer un lièvre, presque à bout portant.

--Ah! nom de Dieu, c'est toi! cria le garde champêtre, en s'emparant du
fusil que l'autre avait posé, contre la meule, pour ramasser le lièvre. Ah!
canaille, j'aurais dû m'en douter!

Au cabaret, ils couchaient ensemble; mais, dans les champs, ils ne
pouvaient se rencontrer sans péril, l'un toujours sur le point de pincer
l'autre, et celui-ci décidé à casser la gueule à celui-là.

--Eh bien! oui, c'est moi, et je t'emmerde!... Rends-moi mon fusil.

Déjà, Bécu était ennuyé de sa prise. D'habitude, il tirait volontiers à
droite, quand il apercevait Jésus-Christ à gauche. A quoi bon se mettre
dans une vilaine histoire avec un ami? Mais, cette fois, le devoir était
là, impossible de fermer les yeux. Et, d'ailleurs, on est poli au moins,
lorsqu'on est en faute.

--Ton fusil, salop! je le garde, je vas le déposer à la mairie... Et ne
bouge pas, ne fais pas le malin, ou je te lâche l'autre coup dans les
tripes!

Jésus-Christ, désarmé, enragé, hésita à lui sauter à la gorge. Puis, quand
il le vit se diriger vers le village, il se mit à le suivre, tenant
toujours son lièvre, qui se balançait au bout de son bras. L'un et l'autre
firent un kilomètre sans se parler, en se jetant des regards féroces. Un
massacre, à chaque minute, semblait inévitable; et, pourtant, leur ennui à
tous deux grandissait. Quelle fichue rencontre!

Comme ils arrivaient derrière l'église, à deux pas du Château, le
braconnier tenta un dernier effort.

--Voyons, fais pas la bête, vieux... Entre boire un verre à la maison.

--Non, faut que je verbalise, répondit le garde champêtre d'un ton raide.

Et il s'entêta, en ancien militaire qui ne connaissait que sa consigne.
Cependant, il s'était arrêté, il finit par dire, comme l'autre lui
empoignait le bras, pour l'emmener:

--Si t'as de l'encre et une plume, tout de même... Chez toi ou ailleurs, je
m'en fous, pourvu que le papier soit fait.

Lorsque Bécu arriva chez Jésus-Christ, le soleil se levait, le père Fouan
qui fumait déjà sa pipe sur la porte, comprit et s'inquiéta; d'autant plus
que les choses restaient très graves: on déterra l'encre et une vieille
plume rouillée, le garde champêtre commença à chercher ses phrases, d'un
air de contention terrible, les coudes écartés. Mais, en même temps, sur un
mot de son père, la Trouille avait servi trois verres et un litre; et, dès
la cinquième ligne, Bécu, épuisé, ne se retrouvant plus dans le récit
compliqué des faits, accepta une rasade. Alors, peu à peu, la situation se
détendit. Un second litre parut, puis un troisième. Deux heures plus tard,
les trois hommes se parlaient violemment et amicalement dans le nez: ils
étaient très soûls, ils avaient totalement oublié l'affaire du matin.

--Sacré cocu, criait Jésus-Christ, tu sais que je couche avec ta femme.

C'était vrai. Depuis la fête, il culbutait la Bécu dans les coins, tout en
la traitant de vieille peau, sans délicatesse. Mais Bécu, qui avait le vin
mauvais, se fâcha. S'il tolérait la chose, à jeun, elle le blessait, quand
il était ivre. Il brandit un litre vide, il gueula:

--Nom de Dieu de cochon!

Le litre s'écrasa contre le mur, il manqua Jésus-Christ, qui bavait, d'un
sourire doux et noyé. Pour apaiser le cocu, on décida qu'on allait rester
ensemble, à manger le lièvre tout de suite. Quand la Trouille faisait un
civet, la bonne odeur s'en répandait jusqu'à l'autre bout de Rognes. Ce fut
une rude fête, et qui dura la journée. Ils étaient encore à table, resuçant
les os, lorsque la nuit tomba. On alluma deux chandelles, et ils
continuèrent. Fouan retrouva trois pièces de vingt sous, pour envoyer la
petite acheter un litre de cognac. Les gens dormaient dans le pays, qu'ils
sirotaient toujours. Et Jésus-Christ, dont la main tâtonnante cherchait
continuellement du feu, rencontra le procès-verbal commencé, qui était
resté sur un coin de la table, taché de vin et de sauce.

--Ah! c'est vrai, faut le finir! bégaya-t-il, le ventre secoué d'un rire
d'ivrogne.

Il regardait le papier, méditait une farce, quelque chose où il mettrait
tout son mépris de l'écriture et de la loi. Brusquement, il leva la cuisse,
glissa le papier, bien en face, en lâcha un dessus, épais et lourd, un de
ceux dont il disait que le mortier était au bout.

--Le v'là signé!

Tous, Bécu lui-même, rigolèrent. Ah! on ne s'embêta pas, cette nuit-là, au
Château!

Ce fut vers cette époque que Jésus-Christ fit un ami. Comme il se terrait
un soir dans un fossé, pour laisser passer les gendarmes, il trouva au fond
un gaillard, qui occupait déjà la place, peu désireux d'être vu; et l'on
causa. C'était un bon bougre, Leroi, dit Canon, un ouvrier charpentier, qui
avait lâché Paris depuis deux ans, à la suite d'histoires ennuyeuses, et
qui préférait vivre à la campagne, roulant de village en village, faisant
huit jours ici, huit jours plus loin, allant d'une ferme à une autre
s'offrir, quand les patrons ne voulaient pas de lui. Maintenant, le travail
ne marchait plus, il mendiait le long des routes, il vivait de légumes et
de fruits volés, heureux lorsqu'on lui permettait de dormir dans une meule.
A la vérité, il n'était guère fait pour inspirer la confiance, en loques,
très sale, très laid, ravagé de misère et de vices, le visage si maigre et
si blême, hérissé d'une barbe rare, que les femmes, rien qu'à le voir,
fermaient les portes. Ce qui était pis, il tenait des discours abominables,
il parlait de couper le cou aux riches, de nocer un beau matin à s'en
crever la peau, avec les femmes et le vin des autres: menaces lâchées d'une
voix sombre, les poings tendus, théories révolutionnaires apprises dans les
faubourgs parisiens, revendications sociales coulant en phrases enflammées,
dont le flot stupéfiait et épouvantait les paysans. Depuis deux années, les
gens des fermes le voyaient arriver ainsi, à la tombée du jour, demandant
un coin de paille pour coucher; il s'asseyait près du feu, il leur glaçait
à tous le sang, par les paroles effrayantes qu'il disait; puis, le
lendemain, il disparaissait, pour reparaître huit jours plus tard, à la
même heure triste du crépuscule, avec les mêmes prophéties de ruine et de
mort. Et c'était pourquoi on le repoussait de partout, désormais, tant la
vision de cet homme louche traversant la campagne, laissait de terreur et
de colère derrière elle.

Tout de suite, Jésus-Christ et Canon s'étaient entendus.

--Ah! nom de Dieu! cria le premier, ce que j'ai eu tort, en 48, de ne pas
les saigner tous, à Cloyes!... Allons, vieux, faut boire un litre!

Il l'emmena au Château, il le fît coucher le soir avec lui, pris de
déférence, à mesure que l'autre parlait, tellement il le sentait supérieur,
sachant des choses, ayant des idées pour refaire d'un coup la société. Le
surlendemain, Canon s'en alla. Deux semaines plus tard, il revint, repartit
au petit jour. Et, dès lors, de temps à autre, il tomba au Château, mangea,
ronfla, comme chez lui, jurant à chaque apparition que les bourgeois
seraient nettoyés avant trois mois. Une nuit que le père était à l'affût,
il voulut culbuter la fille; mais la Trouille, indignée, rouge de honte, le
griffa et le mordit si profondément, qu'il dut la lâcher. Pour qui donc la
prenait-il, ce vieux-là? Il la traita de grande serine.

Fouan, non plus, n'aimait guère Canon, qu'il accusait d'être un fainéant et
de vouloir des choses à finir sur l'échafaud. Quand ce brigand était là, le
vieux en devenait tout triste, à ce point qu'il préférait fumer sa pipe
dehors. D'ailleurs, la vie de nouveau se gâtait pour lui, il ne godaillait
plus si volontiers chez son fils, depuis que toute une fâcheuse histoire
les divisait. Jusque-là, Jésus-Christ n'avait vendu les terres de son lot,
lopins à lopins, qu'à son frère Buteau et à son beau-frère Delhomme; et,
chaque fois, Fouan, dont la signature était nécessaire, l'avait donnée sans
rien dire, du moment que le bien restait dans la famille. Mais voilà qu'il
s'agissait d'un dernier champ, sur lequel le braconnier avait emprunté, un
champ que le prêteur parlait de faire mettre aux enchères, parce qu'il ne
touchait pas un sou des intérêts convenus. M. Baillehache, consulté, avait
dit qu'il fallait vendre soi-même, et tout de suite, si l'on ne voulait pas
être dévoré par les frais. Le malheur était que Buteau et Delhomme
refusaient d'acheter, furieux de ce que le père se laissât manger la peau
chez sa grande fripouille d'aîné, résolus à ne s'occuper de rien, tant
qu'il vivrait là. Et le champ allait être vendu par autorité justice, le
papier timbré marchait bon train, c'était la première pièce de terre qui
sortait de la famille. Le vieux n'en dormait plus. Cette terre que son
père, son grand-père, avaient convoitée si fort et si durement gagnée!
cette terre possédée, gardée jalousement comme une femme à soi! la voir
s'émietter ainsi dans les procès, se déprécier, passer aux bras d'un autre,
d'un voisin, pour la moitié de son prix! Il en frémissait de rage, il en
avait le coeur si crevé, qu'il en sanglotait comme un enfant. Ah! ce cochon
de Jésus-Christ!

Il y eut des scènes terribles entre le père et le fils. Ce dernier ne
répondait pas, laissait l'autre s'épuiser en reproches et en gémissements,
debout, tragique, hurlant sa peine.

--Oui, t'es un assassin, c'est comme si tu prenais un couteau, vois-tu, et
que tu m'enlèves un morceau de viande.... Un champ si bon, qu'il n'y en a
pas de meilleur! un champ où tout pousse, rien qu'à souffler dessus!...
Faut-il que tu sois feignant et lâche, pour ne pas te casser la gueule,
plutôt que de l'abandonner à un autre.... Nom de Dieu de nom de Dieu! à un
autre! c'est cette idée-là, moi, qui me retourne le sang! Tu n'en as donc
pas, de sang, bougre d'ivrogne!... Et tout ça, parce que tu l'as bue, la
terre, sacré jean-foutre de noceur, salop, cochon!

Puis, lorsque le père s'étranglait et tombait de fatigue, le fils répondait
tranquillement:

--Que c'est donc bête, vieux, de vous tourmenter comme ça! Tapez sur moi,
si ça vous soulage; mais vous n'êtes guère philosophe, ah! non!... Eh bien,
quoi? on ne la mange pas, la terre! Si l'on vous en servait un plat, vous
feriez une drôle de gueule. J'ai emprunté dessus, parce que c'est ma façon,
à moi, d'y faire pousser des pièces de cent sous. Et puis, on la vendra, on
a bien vendu mon patron Jésus-Christ; et, s'il nous revient quelques écus,
on les boira donc, v'là la vraie sagesse!... Ah! mon Dieu, on a le temps
d'être mort et de l'avoir à soi, la terre!

Mais où le père et le fils s'entendaient, c'était dans leur haine de
l'huissier, le sieur Vimeux, un petit huissier minable, qu'on chargeait des
corvées dont son confrère de Cloyes ne voulait pas, et qui se hasarda un
soir à venir déposer au Château une signification de jugement. Vimeux était
un bout d'homme très malpropre, un paquet de barbe jaune, d'où ne sortaient
qu'un nez rouge et des yeux chassieux. Toujours vêtu en monsieur, un
chapeau, une redingote, un pantalon noirs, abominables d'usure et de
taches, il était célèbre dans le canton, pour les terribles raclées qu'il
recevait des paysans, chaque fois qu'il se trouvait obligé d'instrumenter
contre eux, loin de tout secours. Des légendes couraient, des gaules
cassées sur ses épaules, des bains forcés au fond des mares, une galopade
de deux kilomètres à coups de fourche, une fessée administrée par la mère
et la fille, culotte bas.

Justement, Jésus-Christ rentrait avec son fusil; et le père Fouan, qui
fumait sa pipe, assis sur un tronc d'arbre, lui dit, dans un grognement de
colère:

--Voilà le déshonneur que tu nous amènes, vaurien!

--Attendez voir! murmura le braconnier, les dents serrées.

Mais, en l'apercevant avec un fusil, Vimeux s'était arrêté net, à une
trentaine de pas. Toute sa lamentable personne, noire, sale et correcte,
tremblait de peur.

--Monsieur Jésus-Christ, dit-il d'une petite voix grêle, je viens pour
l'affaire, vous savez.... Et je mets ça là. Bien le bonsoir!

Il avait déposé le papier timbré sur une pierre, il s'en allait déjà à
reculons, vivement, lorsque l'autre cria:

--Nom de Dieu de chieur d'encre, faut-il qu'on t'apprenne la politesse!...
Veux-tu bien m'apporter ton papier!

Et, comme le misérable, immobilisé, effaré, n'osait plus ni avancer, ni
reculer d'une semelle, il le mit en joue.

--Je t'envoie du plomb, si tu ne te dépêches pas.... Allons, reprends ton
papier, et arrive.... Plus près, plus près, mais plus près donc, foutu
capon, ou je tire!

Glacé, blême, l'huissier chancelait sur ses courtes jambes. Il implora d'un
regard le père Fouan. Celui-ci continuait de fumer tranquillement sa pipe,
dans sa rancune féroce contre les frais de justice et l'homme qui les
incarne, aux yeux des paysans.

--Ah! nous y sommes enfin, ce n'est pas malheureux. Donne-moi ton papier.
Non! pas du bout des doigts, comme à regret. Poliment, nom de Dieu! et de
bon coeur.... Là! tu es gentil.

Vimeux, paralysé par les ricanements de ce grand bougre, attendait en
battant des paupières, sous la menace de la farce, du coup de poing ou de
la gifle, qu'il sentait venir.

--Maintenant, retourne-toi.

Il comprit, ne bougea pas, serra les fesses.

--Retourne-toi ou je te retourne!

Il vit bien qu'il fallait se résigner. Lamentable, il se tourna, il
présenta de lui-même son pauvre petit derrière de chat maigre. L'autre,
alors, prenant son élan, lui planta son pied au bon endroit, si raide,
qu'il l'envoya tomber sur le nez, à quatre pas. Et l'huissier, qui se
relevait péniblement, se mit à galoper, éperdu, en entendant ce cri:

--Attention! je tire!

Jésus-Christ venait d'épauler. Seulement, il se contenta de lever la
cuisse, et, pan! il en fît claquer un, d'une telle sonorité, que, terrifié
par la détonation, Vimeux s'étala de nouveau. Cette fois, son chapeau noir
avait roulé parmi les cailloux. Il le suivit, le ramassa, courut plus fort.
Derrière lui, les coups de feu continuaient, pan! pan! pan! sans un arrêt,
une vraie fusillade, au milieu de grands rires, qui achevaient de le rendre
imbécile. Lancé sur la pente ainsi qu'un insecte sauteur, il était à cent
pas déjà, que les échos du vallon répétaient encore la canonnade de
Jésus-Christ. Toute la campagne en était pleine, et il y en eut un dernier,
formidable, lorsque l'huissier, rapetissé à la taille d'une fourmi, là-bas,
disparut dans Rognes. La Trouille, accourue au bruit, se tenait le ventre,
par terre, en gloussant comme une poule. Le père Fouan avait retiré sa pipe
de la bouche, afin de rire plus à l'aise. Ah! ce nom de Dieu de
Jésus-Christ! quel pas grand'chose! mais bien rigolo tout de même!

La semaine suivante, il fallut cependant que le vieux se décidât à donner
sa signature, pour la vente de la terre. M. Baillehache avait un acquéreur,
et le plus sage était de suivre son conseil. Il fut donc décidé que le père
et le fils iraient à Cloyes, le troisième samedi de septembre, veille de la
Saint-Lubin, l'une des deux fêtes de la ville. Justement, le père qui,
depuis juillet, avait à toucher chez le percepteur la rente des titres
qu'il cachait, comptait profiter du voyage, en égarant son fils au milieu
de la fête. On irait et on reviendrait de même, en carrosse dans ses
souliers.

Comme Fouan et Jésus-Christ, à la porte de Cloyes, attendaient qu'un train
eût passé, debout devant la barrière fermée du passage à niveau, ils furent
rejoints par Buteau et Lise, qui arrivaient dans leur carriole. Tout de
suite, une querelle éclata entre les deux frères, ils se couvrirent
d'injures jusqu'à ce que la barrière fût ouverte; et même, emporté de
l'autre côté, à la descente, par son cheval, Buteau se retournait, la
blouse gonflée de vent, pour crier encore des choses qui n'étaient pas à
dire.

--Va donc, feignant, je nourris ton père! gueula Jésus-Christ de toute sa
force, en se faisant un porte-voix de ses deux mains.

Rue Grouaise, chez M. Baillehache, Fouan passa un fichu moment; d'autant
plus que l'étude était envahie, tout le monde utilisant le jour du marché,
et qu'il dut attendre près de deux heures; Ça lui rappela le samedi où il
était venu décider le partage: bien sur que, ce samedi-là, il aurait mieux
fait d'aller se pendre. Quand le notaire les reçut enfin et qu'il fallut
signer, le vieux chercha ses lunettes, les essuya; mais ses yeux pleins
d'eau les brouillaient, sa main tremblait, si bien qu'on fut obligé de lui
poser les doigts sur le papier, au bon endroit, pour qu'il y mit son nom,
dans un pâté d'encre. Ça lui avait tellement coûté qu'il en suait, hébété,
grelottant, regardant autour de lui, comme, après une opération, quand on
vous a coupé la jambe et qu'on la cherche. M. Baillehache sermonnait
sévèrement Jésus-Christ; et il les renvoya en dissertant sur la loi: la
démission de biens était immorale, on arriverait certainement à en élever
les droits, pour l'empêcher de se substituer à l'héritage.

Dehors, dans la rue Grande, à la porte du Bon Laboureur, Fouan lâcha
Jésus-Christ au milieu du tumulte du marché; et, d'ailleurs, celui-ci, qui
ricanait en dessous, y mit de la complaisance, se doutant bien de quelle
affaire il s'agissait. Tout de suite, en effet, le vieux fila rue
Beaudonnière, où M. Hardy, le percepteur, habitait une petite maison gaie,
entre cour et jardin. C'était un gros homme coloré et jovial, à la barbe
noire bien peignée, redouté des paysans, qui l'accusaient de les étourdir
avec des histoires. Il les recevait dans un étroit bureau, une pièce coupée
en deux par une balustrade, lui d'un côté et eux de l'autre. Souvent, il y
en avait là une douzaine, debout, serrés, empilés. Pour le moment, il ne
s'y trouvait tout juste que Buteau, qui arrivait.

Jamais Buteau ne se décidait à payer ses contributions d'un coup. Lorsqu'il
recevait le papier, en mars, c'était de la mauvaise humeur pour huit jours.
Il épluchait rageusement le foncier, la taxe personnelle, la taxe
mobilière, l'impôt des portes et fenêtres; mais ses grandes colères étaient
les centimes additionnels, qui montaient d'année en année, disait-il. Puis,
il attendait de recevoir une sommation sans frais. Ça lui faisait toujours
gagner une semaine. Il payait ensuite par douzième, chaque mois, en allant
au marché; et, chaque mois, la même torture recommençait, il en tombait
malade la veille, il apportait son argent comme il aurait apporté son cou à
couper. Ah! ce sacré gouvernement! en voilà un qui volait le monde!

--Tiens! c'est vous, dit gaillardement M. Hardy. Vous faites bien de venir,
j'allais vous faire des frais.

--Il n'aurait plus manqué que ça! grogna Buteau. Et vous savez que je ne
paye pas les six francs dont vous m'avez augmenté le foncier.... Non, non,
ce n'est pas juste!

Le percepteur se mit à rire.

--Si, chaque mois, vous chantez cet air-là! Je vous ai déjà expliqué que
votre revenu avait dû s'accroître avec vos plantations, sur votre ancien
pré de l'Aigre. Nous nous basons là-dessus, nous autres!

Mais Buteau se débattit violemment. Ah! oui, son revenu s'accroître!
C'était comme son pré, autrefois de soixante-dix ares, qui n'en avait plus
que soixante-huit, depuis que la rivière, en se déplaçant, lui en avait
mangé deux: eh bien! il payait toujours pour les soixante-dix, est-ce que
c'était de la justice, ça? M. Hardy répondit tranquillement que les
questions cadastrales ne le regardaient pas, qu'il fallait attendre qu'on
refît le cadastre. Et, sous prétexte de reprendre ses explications, il
l'accabla de chiffres, de mots techniques auxquels l'autre ne comprenait
rien. Puis, de son air goguenard, il conclut:

--Après tout, ne payez pas, je m'en fiche, moi! Je vous enverrai
l'huissier.

Effrayé, ahuri, Buteau rentra sa rage. Quand on n'est pas le plus fort,
faut bien céder; et sa haine séculaire venait encore de grandir, avec sa
peur, contre ce pouvoir obscur et compliqué qu'il sentait au-dessus de lui,
l'administration, les tribunaux, ces feignants de bourgeois, comme il
disait. Lentement, il sortit sa bourse. Ses gros doigts tremblaient, il
avait reçu beaucoup de sous au marché, et il tâtait chaque sou avant de le
poser devant lui. Trois fois, il refit son compte, tout en sous, ce qui lui
déchirait le coeur davantage, d'avoir à en donner un si gros tas. Enfin,
les yeux troubles, il regardait le percepteur encaisser la somme, lorsque
le père Fouan parut.

Le vieux n'avait pas reconnu le dos son fils, et il resta saisi, quand
celui-ci se retourna.

--Et ça va bien, monsieur Hardy? bégaya-t-il. Je passais, j'ai eu l'idée de
vous dire un petit bonjour.... On ne se voit quasiment plus....

Buteau ne fut pas dupe. Il salua, s'en alla d'un air pressé; et, cinq
minutes plus tard, il rentrait, comme pour demander un renseignement
oublié, au beau moment où le percepteur, payant les coupons, étalait devant
le vieux un trimestre, soixante-quinze francs, en pièces de cent sous. Son
oeil flamba, mais il évita de regarder son père, feignant de ne pas l'avoir
vu jeter son mouchoir sur les pièces, puis les pêcher comme dans un coup
d'épervier, et les engloutir au fond de sa poche. Cette fois, ils sortirent
ensemble, Fouan très perplexe, coulant vers son fils des regards obliques,
Buteau de belle humeur, repris d'une brusque affection. Il ne le lâchait
plus, voulait le ramener dans sa carriole; et il l'accompagna jusqu'au Bon
Laboureur.

Jésus-Christ était là avec le petit Sabot, de Brinqueville, un vigneron, un
autre farceur renommé, qui ventait, lui aussi, à faire tourner les moulins.
Donc, tous les deux, se rencontrant, venaient de parier dix litres, à qui
éteindrait le plus de chandelles. Excités, secoués de gros rires, des amis
les avaient accompagnés dans la salle du fond. On faisait cercle, l'un
fonctionnait à droite, l'autre à gauche, culotte bas, le derrière braqué,
éteignant chacun la sienne, à tous coups. Pourtant, Sabot en était à dix et
Jésus-Christ à neuf, ayant une fois manqué d'haleine. Il s'en montrait très
vexé, sa réputation était enjeu. Hardi là! est-ce que Rognes se laisserait
battre par Brinqueville? Et il souffla comme jamais soufflet de forge
n'avait soufflé: neuf! dix! onze! douze! Le tambour de Cloyes, qui
rallumait la chandelle, faillit lui-même être emporté. Sabot, péniblement,
arrivait à dix, vidé, aplati, lorsque Jésus-Christ, triomphant, en lâcha
deux encore, en criant au tambour de les allumer, ceux-là, pour le bouquet.
Le tambour les alluma, ils brûlèrent jaune, d'une belle flamme jaune,
couleur d'or, qui monta comme un soleil dans sa gloire.

--Ah! ce nom de Dieu de Jésus-Christ! Quel boyau! A lui la médaille!

Les amis gueulaient, rigolaient à se fendre les mâchoires. Il y avait de
l'admiration et de la jalousie au fond, car tout de même fallait être
solidement bâti pour en contenir tant et en pousser à volonté. On but les
dix litres, ça dura deux heures, sans qu'on parlât d'autre chose.

Buteau, pendant que son frère se reculottait, lui avait allongé une claque
amicale sur la fesse; et la paix semblait se faire, dans cette victoire qui
flattait la famille. Rajeuni, le père Fouan contait une histoire de son
enfance, du temps où les Cosaques étaient en Beauce: oui, un Cosaque qui
s'était endormi, la bouche ouverte, au bord de l'Aigre, et dans la gueule
duquel il en avait collé un, à l'empâter jusqu'aux cheveux. Le marché
finissait, tous s'en allèrent, très soûls.

Il arriva alors que Buteau ramena dans sa carriole Fouan et Jésus-Christ.
Lise, elle aussi, à qui son homme avait causé bas, se montra gentille. On
ne se mangeait plus, on choyait le père. Mais l'aîné, qui se dessoûlait,
faisait des réflexions: pour que le cadet fût si aimable, c'était donc que
le bougre avait découvert le pot aux roses, chez le percepteur? Ah! non,
minute! Si, jusque-là, lui, cette fripouille, avait eu la délicatesse de
respecter le magot, bien sûr qu'il n'aurait pas la bêtise de le laisser
retourner chez les autres. Il mettrait bon ordre à ça, en douceur, sans se
fâcher, puisque maintenant la famille était à la réconciliation.

Lorsqu'on fut à Rognes et que le vieux voulut descendre, les deux gaillards
se précipitèrent, rivalisant de déférence et de tendresse.

--Père, appuyez-vous sur moi.

--Père, donnez-moi votre main.

Ils le reçurent, ils le déposèrent sur la route. Et lui, entre les deux,
restait saisi, frappé au coeur d'une certitude, ne doutant plus désormais.

--Qu'est-ce que vous avez donc, vous autres, à m'aimer tant que ça?

Leurs égards l'épouvantaient. Il les aurait préférés, comme à l'ordinaire,
sans respect. Ah! foutu sort! allait-il en avoir des embêtements,
maintenant qu'ils lui savaient des sous! Il rentra au Château, désolé.

Justement, Canon, qui n'avait pas paru depuis deux mois, était là, assis
sur une pierre, à attendre Jésus-Christ. Dès qu'il l'aperçut, il lui cria:

--Dis donc, ta fille est dans le bois aux Pouillard, et y a un homme
dessus.

Du coup, le père manqua crever d'indignation, le sang au visage.

--Salope qui me déshonore!

Et, décrochant le grand fouet de roulier, derrière la porte, il dévala par
la pente rocheuse jusqu'au petit bois. Mais les oies de la Trouille la
gardaient comme de bons chiens, quand elle était sur le dos. Tout de suite,
le jars flaira le père, s'avança, suivi de la bande. Les ailes soulevées,
le cou tendu, il sifflait, dans une menace continue et stridente, tandis
que les oies, déployées en ligue de bataille, allongeaient des cous
pareils, leurs grands becs jaunes ouverts, prêts à mordre. Le fouet
claquait, et l'on entendit une fuite de bête sous les feuilles. La
Trouille, avertie, avait filé.

Jésus-Christ, lorsqu'il eut raccroché le fouet, sembla envahi d'une grande
tristesse philosophique. Peut-être le dévergondage entêté de sa fille lui
faisait-il prendre en pitié les passions humaines. Peut-être était-il
simplement revenu de la gloire, depuis son triomphe, à Cloyes. Il secoua sa
tête inculte de crucifié chapardeur et soûlard, il dit à Canon:

--Tiens! veux-tu savoir? tout ça ne vaut pas un pet.

Et, levant la cuisse, au-dessus de la vallée noyée d'ombre, il en fit un,
dédaigneux et puissant, comme pour en écraser la terre.



IV


On était aux premiers jours d'octobre, les vendanges allaient commencer,
belle semaine de godaille, où les familles désunies se réconciliaient
d'habitude, autour des pots de vin nouveau. Rognes puait le raisin pendant
huit jours; on en mangeait tant, que les femmes se troussaient et les
hommes posaient culotte, au pied de chaque haie; et les amoureux,
barbouillés, se baisaient à pleine bouche, dans les vignes. Ça finissait
par des hommes soûls et des filles grosses.

Dès le lendemain de leur retour de Cloyes, Jésus-Christ se mit à chercher
le magot; car le vieux ne promenait peut-être pas sur lui son argent et ses
titres, il devait les serrer dans quelque trou. Mais la Trouille eut beau
aider son père, ils retournèrent la maison sans rien trouver d'abord,
malgré leur malice et leur nez fin de maraudeurs; et ce fut seulement la
semaine suivante, que le braconnier, par hasard, en descendant d'une
planche une vieille marmite fêlée, dont on ne se servait plus, y découvrit,
sous des lentilles, un paquet de papiers, enveloppé soigneusement dans la
toile gommée d'un fond de chapeau. Du reste, pas un écu. L'argent, sans
doute, dormait ailleurs: un fameux tas, puisque le père, depuis cinq ans,
ne dépensait rien. C'étaient bien les titres, il y avait trois cents francs
de rente, en cinq pour cent. Comme Jésus-Christ les comptait, les flairait,
il découvrit une autre feuille, un papier timbré, couvert d'une grosse
écriture, dont la lecture le stupéfia. Ah! nom de Dieu! voilà donc où
passait l'argent!

Une histoire à crever! Quinze jours après avoir partagé son bien chez le
notaire, Fouan était tombé malade, tellement ça lui brouillait le coeur, de
n'avoir plus rien à lui, pas même grand comme la main de blé. Non! il ne
pouvait vivre ainsi, il y aurait perdu la peau. Et c'était alors qu'il
avait fait la bêtise, une vraie bêtise de vieux passionné donnant ses
derniers sous pour retourner en secret à la gueuse qui le trompe. Lui, un
finaud dans son temps, ne s'était-il pas laissé entortiller par un ami, le
père Saucisse! Ça devait le tenir bien fort, ce furieux désir de posséder,
qu'ils ont dans les os comme une rage, tous les anciens mâles, usés à
engrosser la terre; ça le tenait si fort, qu'il avait signé un papier avec
le père Saucisse, par lequel celui-ci, après sa mort, lui cédait un arpent
de terre, à la condition qu'il toucherai quinze sous chaque matin, sa vie
durant. Un pareil marché, quand on a soixante-seize ans, et que le vendeur
en a dix de moins! La vérité était que ce dernier avait eu la gredinerie de
se mettre au lit, vers cette époque: il toussait, il rendait l'âme, si bien
que l'autre, abêti par son envie, se croyait le malin des deux, pressé de
conclure la bonne affaire. N'importe, ça prouve que, lorsqu'on a le feu au
derrière, pour une fille ou pour un champ, on ferait mieux de se coucher
que de signer des choses; car ça durait depuis cinq ans, les quinze sous
chaque matin; et plus il en lâchait, plus il s'enrageait après la terre,
plus il la voulait. Dire qu'il s'était débarrassé de tous les embêtements
de sa longue vie de travail, qu'il n'avait plus qu'à mourir tranquille, en
regardant les autres donner leur chair à la terre ingrate, et qu'il était
retourné se faire achever par elle! Ah! les hommes ne sont guère sages, les
vieux pas plus que les jeunes!

Un instant, Jésus-Christ eut l'idée de tout prendre, le sous-seing et les
titres. Mais le coeur lui manqua: fallait filer, après un coup pareil. Ce
n'était pas comme des écus, qu'on rafle, en attendant qu'il en repousse.
Et, furieux, il remit les papiers sous les lentilles, au fond de la
marmite. Son exaspération devint telle, qu'il ne put tenir sa langue. Dès
le lendemain, Rognes connut l'affaire du père Saucisse, les quinze sous par
jour pour un arpent de terre médiocre, qui ne valait bien sûr pas trois
mille francs; en cinq ans, ça faisait près de quatorze cents francs déjà,
et si le vieux coquin vivait cinq années encore, il aurait son champ et la
monnaie. On plaisanta le père Fouan, Seulement, lui qu'on ne regardait plus
dans les chemins, depuis qu'il n'avait plus que sa peau à traîner au
soleil, il fut de nouveau salué et considéré, lorsqu'on le sut rentier et
propriétaire.

La famille, surtout, en parut retournée. Fanny, qui vivait très en froid
avec son père, blessée de ce qu'il s'était retiré chez son gredin d'aîné,
au lieu de se réinstaller chez elle, lui apporta du linge, de vieilles
chemises à Delhomme. Mais il fut très dur, il fit allusion au mot dont il
saignait toujours: «Papa, il viendra nous demander à genoux de le
reprendre!» et il l'accueillit d'un: «C'est donc toi qui viens à genoux
pour me ravoir!» qu'elle garda en travers de la gorge. Rentrée, elle en
pleura de honte et de rage, elle dont la susceptibilité de paysanne fière
se blessait d'un regard. Honnête, travailleuse, riche, elle en arrivait à
être fâchée avec tout le pays. Delhomme dut promettre que ce serait lui,
désormais, qui remettrait l'argent de la rente au père; car, pour son
compte, elle jurait bien qu'elle ne lui adresserait jamais plus la parole.

Quant à Buteau, il les étonna tous, un jour qu'il entra au Château,
histoire, disait-il, de faire une petite visite au vieux. Jésus-Christ,
ricanant, apporta la bouteille d'eau-de-vie, et l'on trinqua. Mais sa
goguenardise devint de la stupeur, lorsqu'il vit son frère tirer dix pièces
de cent sous, puis les aligner sur la table, en disant:

--Père, faut pourtant régler nos comptes.... Voilà le dernier trimestre de
votre rente.

Ah! le nom de Dieu de gueusard! lui qui ne donnait plus un sou au père
depuis des années, est-ce qu'il ne venait pas l'empaumer, en lui remontrant
la couleur de son argent! Tout de suite, d'ailleurs, il écarta le bras du
vieux qui s'avançait, et il ramassa les pièces.

--Attention! c'était pour vous dire que je les ai.... Je vous les garde,
vous savez où elles vous attendent.

Jésus-Christ commençait à ouvrir l'oeil et à se fâcher.

--Dis donc! si tu veux emmener papa....

Mais Buteau prit la chose gaiement.

--Quoi, t'es jaloux? Et quand j'aurais le père une semaine, et toi une
semaine, est-ce que ce ne serait pas dans la nature? Hein! si vous vous
coupiez en deux, père?... A votre santé, en attendant!

Comme il partait, il les invita à venir faire, le lendemain, la vendange
dans sa vigne. On se gaverait de raisin, tant que la peau du ventre en
tiendrait. Enfin, il fut si gentil, que les deux autres le trouvèrent une
fameuse canaille tout de même, mais rigolo, à la condition de ne pas se
laisser fiche dedans par lui. Ils l'accompagnèrent un bout de chemin, pour
le plaisir.

Justement, au bas de la côte, ils firent la rencontre de M. et de Mme
Charles, qui rentraient, avec Élodie, à leur propriété de Roseblanche,
après une promenade le long de l'Aigre, Tous les trois étaient en deuil de
Mme Estelle, comme on nommait la mère de la petite, morte au mois de
juillet, et morte à la peine, car chaque fois que la grand'mère revenait de
Chartres, elle le disait bien que sa pauvre fille se tuait, tant elle se
donnait du mal pour soutenir la bonne réputation de l'établissement de la
rue aux Juifs, dont son fainéant de mari s'occupait de moins en moins. Et
quelle émotion pour M. Charles que l'enterrement, où il n'avait point osé
conduire Élodie, à qui l'on ne s'était décidé à, apprendre la nouvelle que
lorsque sa mère dormait depuis trois jours dans la terre! Quel serrement de
coeur pour lui, le matin où, après des années, il avait revu le 19, à
l'angle de la rue de la Planche-aux-Carpes, ce 19 badigeonné de jaune, avec
ses persiennes vertes, toujours closes, l'oeuvre de sa vie enfin,
aujourd'hui tendu de draperies noires, la petite porte ouverte, l'allée
barrée par le cercueil, entre quatre cierges! Ce qui le toucha, ce fut la
façon dont le quartier s'associa à sa douleur. La cérémonie se passa
vraiment très bien. Quand on sortit le cercueil de l'allée et qu'il parut
sur le trottoir, toutes les voisines se signèrent. On se rendit à l'église
au milieu du recueillement. Les cinq femmes de la maison étaient là, en
robe sombre, l'air comme il faut, ainsi que le mot en courut le soir dans
Chartres. Une d'elles pleura même au cimetière. Enfin, de ce côté, M.
Charles n'eut que de la satisfaction. Mais, le lendemain, comme il
souffrit, lorsqu'il questionna son gendre, Hector Vaucogne, et qu'il visita
la maison! Elle avait déjà perdu de son éclat, on sentait que la poigne
d'un homme y manquait, à toutes sortes de licences, que lui n'aurait jamais
tolérées, de son temps. Il constata pourtant avec plaisir que la bonne
attitude des cinq femmes, au convoi, les avait fait si avantageusement
connaître en ville, que l'établissement ne désemplit pas de la semaine. En
quittant le 19, la tête bourrelée d'inquiétudes, il ne le cacha point à
Hector: maintenant que la pauvre Estelle n'était plus là pour mener la
barque, c'était à lui de se corriger, de mettre sérieusement la main à la
pâte, s'il ne voulait pas manger la fortune de sa fille.

Tout de suite, Buteau les pria de venir vendanger, eux aussi. Mais ils
refusèrent, à cause de leur deuil. Ils avaient des figures mélancoliques,
des gestes lents. Tout ce qu'ils acceptèrent, ce fut d'aller goûter au vin
nouveau.

--Et c'est pour distraire cette pauvre petite, déclara Mme Charles. Elle a
si peu d'amusements ici, depuis que nous l'avons retirée du pensionnat! Que
voulez-vous? elle ne peut toujours rester en classe.

Élodie écoutait, les yeux baissés, les joues envahies de rougeur, sans
raison. Elle était devenue très grande, très mince, d'une pâleur de lis qui
végète à l'ombre.

--Alors, qu'est-ce que vous allez en faire, de cette grande jeunesse-là?
demanda Buteau.

Elle rougit davantage, tandis que sa grand'mère répondait:

--Dame! nous ne savons guère.... Elle se consultera, nous la laisserons
bien libre.

Mais Fouan, qui avait pris M. Charles à part, lui demanda d'un air
d'intérêt:

--Ça va-t-il, le commerce?

La mine désolée, il haussa les épaules.

--Ah! ouiche! j'ai vu justement ce matin quelqu'un de Chartres. C'est à
cause de ça que nous sommes si ennuyés.... Une maison finie! On se bat dans
les corridors, on ne paye même plus, tant la surveillance est mal faite!

Il croisa les bras, il respira fortement, pour se soulager de ce qui
l'étouffait surtout, un grief nouveau dont il n'avait pas digéré l'énormité
depuis le matin.

--Et croyez-vous que le misérable va au café, maintenant!... Au café! au
café! quand on en a un chez soi!

--Foutu alors! dit d'un air convaincu Jésus-Christ, qui écoutait.

Ils se turent, car Mme Charles et Élodie se rapprochaient avec Buteau. A
présent, tous trois parlaient de la défunte, la jeune fille disait combien
elle était restée triste, de n'avoir pu embrasser sa pauvre maman. Elle
ajouta, de son air simple:

--Mais il paraît que le malheur a été si brusque, et qu'on travaillait si
fort, à la confiserie....

--Oui, pour des baptêmes, se hâta de dire Mme Charles, en clignant les
yeux, tournée vers les autres.

D'ailleurs, pas un n'avait souri, tous compatissaient, d'un branle du
menton. Et la petite, dont le regard s'était abaissé sur une bague qu'elle
portait, la baisa, pleurante.

--Voilà tout ce qu'on m'a donné d'elle.... Grand'mère la lui a prise au
doigt, pour la mettre au mien.... Elle la portait depuis vingt ans, moi je
la garderai toute ma vie.

C'était une vieille alliance d'or, un de ces bijoux de grosse joaillerie
commune, si usée, que les guillochures en avaient presque disparu. On
sentait que la main où elle s'était élimée ainsi, ne reculait devant aucune
besogne, toujours active, dans les vases à laver, dans les lits à refaire,
frottant, essuyant, torchonnant, se fourrant partout. Et elle racontait
tant de choses, cette bague, elle avait laissé de son or au fond de tant
d'affaires, que les hommes la regardaient fixement, les narines élargies,
sans un mot.

--Quand tu l'auras usée autant que ta mère, dit M. Charles, étranglé d'une
soudaine émotion, tu pourras te reposer.... Si elle parlait, elle
t'apprendrait comment on gagne de l'argent, par le bon ordre et le travail.

Élodie, en larmes, avait collé de nouveau ses lèvres sur le bijou.

--Tu sais, reprit Mme Charles, je veux que tu te serves de cette alliance,
quand nous te marierons.

Mais, à ce dernier mot, à cette idée du mariage, la jeune fille, dans son
attendrissement, éprouva une secousse si forte, un tel excès de confusion,
qu'elle se jeta, éperdue, sur le sein de sa grand'mère, pour y cacher son
visage. Celle-ci la calma, en souriant.

--Voyons, n'aie pas honte, mon petit lapin.... Il faut que tu t'habitues,
il n'y a point là de vilaines choses.... Je ne dirais pas de vilaines
choses en ta présence, bien sûr.... Ton cousin Buteau demandait tout à
l'heure ce que nous allions faire de toi. Nous commencerons par te
marier.... Voyons, voyons, regarde-nous, ne te frotte pas contre mon châle.
Tu vas t'enflammer la peau.

Puis, aux autres, tout bas, d'un air de satisfaction profonde:

--Hein? est-ce élevé? ça ne sait rien de rien!

--Ah! si nous n'avions pas cet ange, conclut M. Charles, nous aurions
vraiment trop de chagrin, à cause de ce que je vous ai dit.... Avec ça, mes
rosiers et mes oeillets ont souffert cette année, et j'ignore ce qui se
passe dans ma volière, tous mes oiseaux sont malades. La pêche seule me
console un peu, j'ai pris une truite de trois livres, hier.... N'est-ce
pas? quand on est à la campagne, c'est pour être heureux.

On se quitta. Les Charles répétèrent leur promesse d'aller goûter le vin
nouveau. Fouan, Buteau et Jésus-Christ firent quelques pas en silence, puis
le vieux résuma leur opinion.

--Un chançard tout de même, le cadet qui l'aura avec la maison, cette
gamine!

Le tambour de Rognes avait battu le ban des vendanges; et, le lundi matin,
tout le pays fut en l'air, car chaque habitant avait sa vigne, pas une
famille n'aurait manqué, ce jour-là, d'aller en besogne sur le coteau de
l'Aigre. Mais ce qui achevait d'émotionner le village, c'était que la
veille, à la nuit tombée, le curé, un curé dont la commune se donnait enfin
le luxe, était débarqué devant l'église. Il faisait déjà si sombre, qu'on
l'avait mal vu. Aussi les langues ne tarissaient-elles pas, d'autant plus
que l'histoire en valait sûrement la peine.

Après sa brouille avec Rognes, pendant des mois, l'abbé Godard s'était
obstiné à ne pas y remettre les pieds. Il baptisait, confessait, mariait
ceux qui venaient le trouver à Bazoches-le-Doyen; quant aux morts, ils
auraient sans doute séché à l'attendre; mais le point resta obscur,
personne ne s'étant avisé de mourir, pendant cette grande querelle. Il
avait déclaré à monseigneur qu'il aimait mieux se faire casser que de
rapporter le bon Dieu dans un pays d'abomination, où on le recevait, si
mal, tous paillards et ivrognes, tous damnés, depuis qu'ils ne croyaient
plus au diable; et monseigneur le soutenait évidemment, laissait aller les
choses, en attendant la contrition de ce troupeau rebelle. Donc, Rognes
était sans prêtre: plus de messe, plus rien, l'état sauvage. D'abord, il y
avait eu un peu de surprise; mais, au fond, ma foi! ça ne marchait pas plus
mal qu'auparavant. On s'accoutumait, il ne pleuvait ni ne ventait
davantage, sans compter que la commune y économisait gros. Alors, puisqu'un
prêtre n'était point indispensable, puisque l'expérience prouvait que les
récoltes n'y perdaient rien et qu'on n'en mourait pas plus vite, autant
valait-il s'en passer toujours. Beaucoup se montraient de cet avis, non
seulement les mauvaises têtes comme Lengaigne, mais encore des hommes de
bon sens, qui savaient calculer, Delhomme par exemple. Seulement, beaucoup
aussi se vexaient de n'avoir pas de curé. Ce n'était point qu'ils fussent
plus religieux que les autres: un Dieu de rigolade qui avait cessé de les
faire trembler, ils s'en fichaient! Mais pas de curé, ça semblait dire
qu'on était trop pauvre ou trop avare pour s'en payer un; enfin, on avait
l'air au-dessous de tout, des riens de rien qui n'auraient pas dépensé dix
sous à de l'inutile. Ceux de Magnolles, où ils n'étaient que deux cent
quatre-vingt-trois, dix de moins qu'à Rognes, nourrissaient un curé, qu'ils
jetaient à la tête de leurs voisins, avec une façon de rire si provocante,
que ça finirait certainement par des claques. Et puis, les femmes avaient
des habitudes, pas une n'aurait consenti bien sûr à être mariée ou enterrée
sans prêtre. Les hommes eux-mêmes allaient des fois à l'église, aux grandes
fêtes, parce que tout le monde y allait. Bref, il y avait toujours eu des
curés, et quitte à s'en foutre, il en fallait un.

Naturellement, le conseil municipal fut saisi de la question. Le maire,
Hourdequin, qui, sans pratiquer, soutenait la religion par principe
autoritaire, commit la faute politique de ne pas prendre parti, dans une
pensée conciliante. La commune était pauvre, à quoi bon la grever des
frais, gros pour elle, que nécessiterait la réparation du presbytère?
d'autant plus qu'il espérait ramener l'abbé Godard. Or, il arriva que ce
fut Macqueron, l'adjoint, jadis l'ennemi de la soutane, qui se mit à la
tête des mécontents, humiliés de n'avoir pas un curé à eux. Ce Macqueron
dut nourrir dès lors l'idée de renverser le maire, pour prendre sa place;
et l'on disait, d'ailleurs, qu'il était devenu l'agent de M. Rochefontaine,
l'usinier de Châteaudun, qui allait se porter de nouveau contre M. de
Chédeville, aux élections prochaines. Justement, Hourdequin, fatigué, ayant
à la ferme de grands soucis, se désintéressait des séances, laissait agir
son adjoint; de telle sorte que le conseil, gagné par celui-ci, vota les
fonds nécessaires à l'érection de la commune en paroisse. Depuis qu'il
s'était fait payer son terrain exproprié, lors du nouveau chemin, après
avoir promis de le céder gratuitement, les conseillers le traitaient de
filou, mais lui témoignaient une grande considération. Lengaigne seul
protesta contre le vote qui livrait le pays aux jésuites. Bécu aussi
grognait, expulsé du presbytère et du jardin, logé maintenant dans une
masure. Pendant un mois, des ouvriers refirent les plâtres, remirent des
vitres, remplacèrent les ardoises pourries; et c'était ainsi qu'un curé,
enfin, avait pu s'installer la veille dans la petite maison, badigeonnée à
neuf.

Dès l'aube, les voitures partirent pour la côte, chargées chacune de quatre
ou cinq grands tonneaux défoncés d'un bout, les gueulebées, comme on les
nomme. Il y avait des femmes et des filles, assises dedans, avec leurs
paniers; tandis que les hommes allaient à pied, fouettant les bêtes. Toute
une file se suivait, et l'on causait, de voiture à voiture, au milieu de
cris et de rires.

Celle des Lengaigne, précisément, venait après celle des Macqueron, de
sorte que Flore et Coelina, qui ne se parlaient plus depuis six mois, se
remirent, grâce à la circonstance. La première avait avec elle la Bécu,
l'autre, sa fille Berthe. Tout de suite, la conversation était tombée sur
le curé. Les phrases, scandées par le pas des chevaux, partaient à la volée
dans l'air frais du matin.

--Moi, je l'ai vu qui aidait à descendre sa malle.

--Ah!... Comment est-il?

--Dame! il faisait noir.... Il m'a paru tout long, tout mince, avec une
figure de carême qui n'en finit plus, et pas fort.... Peut-être trente ans,
l'air bien doux.

--Et, à ce qu'on dit, il sort de chez les Auvergnats, dans des montagnes où
l'on est sous la neige, pendant les deux tiers de l'an.

--Misère! c'est ça qu'il va se trouver à l'aise chez nous, alors!

--Pour sûr!... Et tu sais qu'il s'appelle Madeleine.

--Non, Madeline.

--Madeline, Madeleine, ce n'est toujours pas un nom d'homme.

--Peut-être bien qu'il viendra nous faire visite, dans les vignes,
Macqueron a promis qu'il l'amènerait.

--Ah! bon sang! faut le guetter!

Les voitures s'arrêtaient au bas de la côte, le long du chemin qui suivait
l'Aigre. Et, dans chaque petit vignoble, entre les rangées d'échalas, les
femmes étaient à l'oeuvre, marchant pliées en deux, les fesses hautes,
coupant à la serpe les grappes dont s'emplissaient leurs paniers. Quant aux
hommes, ils avaient assez à faire, de vider les paniers dans les hottes et
de descendre vider les hottes dans les gueulebées. Dès que toutes les
gueulebées d'une voiture étaient pleines, elles partaient se décharger dans
la cuve, puis revenaient à la charge.

La rosée était si forte, ce matin-là, que tout de suite les robes furent
trempées. Heureusement, il faisait un temps superbe, le soleil les sécha.
Depuis trois semaines, il n'avait pas plu; le raisin dont on désespérait, à
cause de l'été humide, venait de mûrir et de se sucrer brusquement; et
c'était pourquoi ce beau soleil, si chaud pour la saison, les égayait tous,
ricanant, gueulant, lâchant des saletés, qui faisaient se tordre les
filles.

--Cette Coelina! dit Flore à la Bécu, en se mettant debout et en regardant
la Macqueron, dans le plant voisin, elle qui était si fière de sa Berthe, à
cause de son teint de demoiselle!... V'là la petite qui jaunit et qui se
dessèche bigrement.

--Dame! déclara la Bécu, quand on ne marie point les filles! Ils ont bien
tort de ne pas la donner au fils du charron.... Et, d'ailleurs, à ce qu'on
raconte, celle-là se tue le tempérament, avec ses mauvaises habitudes.

Elle se remit à couper les grappes, les reins cassés. Puis, dodelinant du
derrière:

--Ça n'empêche pas que le maître d'école continue de tourner autour.

--Pardi! s'écria Flore, ce Lequeu, il ramasserait des sous avec son nez
dans la crotte.... Juste! le voilà qui arrive les aider. Un joli merle!

Mais elles se turent. Victor, revenu du service depuis quinze jours à
peine, prenait leurs paniers et les vidait dans la hotte de Delphin, que
cette grande couleuvre de Lengaigne avait loué pour la vendange, en
prétextant la nécessité de sa présence à la boutique. Et Delphin, qui
n'avait jamais quitté Rognes, attaché à la terre comme un jeune chêne,
bâillait de surprise devant Victor, crâne et blagueur, ravi de l'étonner,
si changé, que personne ne le reconnaissait, avec ses moustaches et sa
barbiche, son air de se ficher du monde, sous le bonnet de police qu'il
affectait de porter encore. Seulement, le gaillard se trompait, s'il
croyait faire envie à l'autre: il avait beau lui conter des exploits de
garnison, des menteries sur la noce, les filles et le vin, le paysan
secouait la tête, stupéfié au fond, nullement tenté en somme. Non, non! ça
coûtait trop cher, s'il fallait quitter son coin! Il avait déjà refusé deux
fois d'aller faire fortune à Chartres, dans un restaurant, avec Nénesse.

--Mais, sacré cul-de-jatte! lorsque tu seras soldat?

--Oh! soldat!... Eh! donc, on tire un bon numéro!

Victor, plein de mépris, ne put le sortir de là. Quel grand lâche, quand on
était bâti comme un Cosaque! Il continuait, en causant, de vider les
paniers dans la hotte, sans que le bougre pliât sous la charge. Et, par
farce, en fanfaron, il désigna Berthe d'un signe, il ajouta:

--Dis donc, est-ce qu'il lui en est venu, depuis mon départ?

Delphin fut secoué d'un gros rire, car le phénomène de la fille aux
Macqueron restait la grande plaisanterie, entre jeunes gens.

--Ah! je n'y ai pas mis le nez.... Possible que ça lui ait poussé, au
printemps.

--Ce n'est pas moi qui l'arroserai, conclut Victor avec une moue répugnée.
Autant se payer une grenouille.... Et puis, ce n'est guère sain, ça doit
s'enrhumer, cet endroit-là, sans perruque.

Du coup, Delphin rigola si fort, que la hotte en chavirait sur son dos; et
il descendit, il la vidait au fond d'une gueulebée, qu'on l'entendait
encore étrangler de rire.

Dans la vigne des Macqueron, Berthe continuait à faire la demoiselle, se
servait de petits ciseaux, au lieu d'une serpe, avait peur des épines et
des guêpes, se désespérait, parce que ses souliers fins, trempés de rosée,
ne séchaient pas. Et elle tolérait les prévenances de Lequeu, qu'elle
exécrait, flattée pourtant de cette cour du seul homme qui eût de
l'instruction. Il finit par prendre son mouchoir pour lui essuyer ses
souliers. Mais une apparition inattendue les occupa.

--Bon Dieu! murmura Berthe, elle en a, une robe!... On m'avait bien dit
qu'elle était arrivée hier soir, en même temps que le curé.

C'était Suzanne, la fille aux Lengaigne, qui risquait brusquement une
réapparition dans son village, après trois ans de folle existence à Paris.
Débarquée de la veille, elle avait fait la grasse matinée, laissant sa mère
et son frère partir en vendange, se promettant de les y rejoindre plus
tard, de tomber parmi les paysans au travail, dans l'éclat de sa toilette,
pour les écraser. La sensation, en effet, était extraordinaire, car elle
avait mis une robe de soie bleue, dont le bleu riche tuait le bleu du ciel.
Sous le grand soleil qui la baignait, se détachant dans le plein air, au
milieu du vert jaune des pampres, elle était vraiment cossue, un vrai
triomphe. Tout de suite, elle avait parlé et ri très fort, mordu aux
grappes, qu'elle élevait en l'air pour se les faire descendre dans la
bouche, plaisanté avec Delphin et son frère Victor, qui semblait très fier
d'elle, émerveillé la Bécu et sa mère, les mains ballantes d'admiration,
les yeux humides. Du reste, cette admiration était partagée par les
vendangeurs des plants voisins: le travail se trouvait arrêté, tous la
contemplaient, hésitaient à la reconnaître, tellement elle avait forci et
embelli. Un laideron autrefois, une fille rudement plaisante à cette heure,
sans doute à cause de la façon dont elle ramenait ses petits poils blonds
sur son museau. Et une grande considération se dégageait de cet examen
curieux, à la voir nippée si chèrement, grasse, avec une gaie figure de
prospérité.

Coelina, un flot de bile au visage, les lèvres pincées, s'oubliait, elle
aussi, entre sa fille Berthe et Lequeu.

--En v'là, un chic!... Flore raconte à qui veut l'entendre que sa fille a
domestiques, et voitures, là-bas. C'est peut-être bien vrai, car faut
gagner gros pour s'en coller ainsi sur le corps.

--Oh! ces riens du tout, dit Lequeu, qui cherchait à être aimable, on sait
comment elles le gagnent, l'argent.

--Qu'est-ce que ça fiche, comment elles le gagnent? reprit amèrement
Coelina, elles l'ont tout de même!

Mais, à ce moment, Suzanne, qui avait aperçu Berthe, et qui venait de
reconnaître en elle une de ses anciennes compagnes des filles de la Vierge,
s'avança, très gentille.

--Bonjour, tu vas bien?

Elle la dévisageait d'un regard, elle remarqua son teint flétri. Et, du
coup, elle se redressa dans sa chair de lait, elle répéta, en riant:

--Ça va bien, n'est-ce pas?

--Très bien, je te remercie, répondit Berthe gênée, vaincue.

Ce jour-là, les Lengaigne l'emportaient, c'était une vraie gifle pour les
Macqueron. Hors d'elle, Coelina comparait la maigreur jaune de sa fille,
déjà ridée, à la bonne mine de la fille des autres, fraîche et rose. Est-ce
que c'était juste, ça? une noceuse sur qui des hommes passaient du matin au
soir, et qui ne se fatiguait point! une jeunesse vertueuse, aussi abîmée à
coucher seule, qu'une femme vieillie par trois grossesses! Non, la sagesse
n'était pas récompensée, ça ne valait pas la peine de rester honnête chez
ses parents!

Enfin, toute la vendange fit fête à Suzanne. Elle embrassa des enfants qui
avaient grandi, elle émotionna des vieillards en leur rappelant des
souvenirs. Qu'on soit ce qu'on soit, on peut se passer du monde, lorsqu'on
a fait fortune. Et celle-là avait bon coeur encore, de ne pas cracher sur
sa famille et de revenir voir les amis, maintenant qu'elle était riche.

A onze heures, tous s'assirent, on mangea du pain et du fromage. Ce n'était
pas qu'on eût appétit, car on se gavait de raisin depuis l'aube, le gosier
poissé de sucre, la panse enflée et ronde comme une tonne; et ça bouillait
là-dedans, ça valait une purge: déjà, à chaque minute, une fille était
obligée de filer derrière une haie. Naturellement, on en riait, les hommes
se levaient et poussaient des oh! oh! pour lui faire la conduite. Bref, de
la bonne gaieté, quelque chose de sain, qui rafraîchissait.

Et l'on achevait le pain et le fromage, lorsque Macqueron parut sur la
route du bas, avec l'abbé Madeline. Du coup, l'on oublia Suzanne, il n'y
eut plus de regards que pour le curé. Franchement, l'impression ne fut
guère favorable: l'air d'une vraie perche, triste comme s'il portait le bon
Dieu en terre. Cependant, il saluait devant chaque vigne, il disait un mot
aimable à chacun, et l'on finit par le trouver bien poli, bien doux, pas
fort enfin. On le ferait marcher, celui-là! ça irait mieux qu'avec ce
mauvais coucheur d'abbé Godard. Derrière son dos, on commençait à s'égayer.
Il était arrivé en haut de la côte, il restait immobile, à regarder
l'immensité plate et grise de la Beauce, pris d'une sorte de peur, d'une
mélancolie désespérée, qui mouillèrent ses grands yeux clairs de
montagnard, habitués aux horizons étroits des gorges de l'Auvergne.

Justement, la vigne des Buteau se trouvait là. Lise et Françoise coupaient
les grappes, et Jésus-Christ qui n'avait pas manqué d'amener le père, était
déjà soûl du raisin dont il se gorgeait, en ayant l'air de s'occuper à
vider les paniers dans les hottes. Ça cuvait si fort dans sa peau, ça le
gonflait d'un tel gaz, qu'il lui sortait du vent par tous les trous. Et, la
présence d'un prêtre l'excitant, il fut incongru.

--Bougre de mal élevé! lui cria Buteau. Attends au moins que M. le curé
soit parti.

Mais Jésus-Christ n'accepta pas la réprimande. Il répondit en homme qui
avait de l'usage, quand il voulait:

--Ce n'est pas à son intention, c'est pour mon plaisir.

Le père Fouan avait pris un siège par terre, comme il disait, las, heureux
du beau temps et de la belle vendange. Il ricana en dessous,
malicieusement, de ce que la Grande, dont la vigne était voisine, venait
lui souhaiter le bonjour: celle-là aussi s'était remise à le considérer,
depuis qu'elle lui savait des rentes. Puis, d'un saut, elle le quitta, en
voyant de loin son petit-fils Hilarion profiter goulûment de son absence,
pour s'empiffrer de raisin; et elle tomba sur lui à coups de canne: cochon
à l'auge qui en gâtait plus qu'il n'en gagnait!

--En v'là une, la tante, qui fera plaisir, quand elle claquera! dit Buteau,
en s'asseyant un instant près de son père, pour le flatter. Si c'est
gentil, d'abuser de cet innocent, parce qu'il est fort et bête comme un
âne!

Ensuite, il attaqua les Delhomme, qui se trouvaient en contre-bas, au bord
de la route. Ils avaient le plus beau vignoble du pays, près de deux
hectares d'un seul tenant, où ils étaient bien une dizaine à s'occuper.
Leurs vignes très soignées donnaient des grappes comme pas un voisin n'en
récoltait; et ils en étaient si orgueilleux, qu'ils avaient l'air de
vendanger à l'écart, sans s'égayer seulement des coliques brusques qui
forçaient les filles à galoper. Sans doute, ça leur aurait cassé les
jambes, de monter saluer leur père, car ils ne semblaient pas savoir qu'il
était là. Cet empoté de Delhomme, un rude serin, avec sa pose au bon
travail et à la justice! et cette pie-grièche de Fanny, toujours à se
fâcher pour une vesse de travers, exigeant qu'on l'adorât comme une image,
sans même s'apercevoir des saletés qu'elle faisait aux autres!

--Le vrai, père, continua Buteau, c'est que je vous aime bien, tandis que
mon frère et ma soeur.... Vous savez, j'en ai encore le coeur gros, qu'on
se soit quitté pour des foutaises.

Et il rejeta la chose sur Françoise, à qui Jean avait tourné la tête. Mais
elle se tenait tranquille, à cette heure. Si elle bougeait, il était décidé
à lui rafraîchir le sang, au fond de la mare.

--Voyons; père, faut se tâter.... Pourquoi ne reviendriez-vous pas?

Fouan resta muet, prudemment. Il s'attendait à cette offre, que son cadet
lâchait enfin; et il désirait ne répondre ni oui, ni non, parce qu'on ne
savait jamais. Alors, Buteau continua, en s'assurant que son frère était à
l'autre bout de la vigne:

--N'est-ce pas? ce n'est guère votre place, chez cette fripouille de
Jésus-Christ. On vous y trouvera peut-être bien assassiné, un de ces quatre
matins.... Et puis, tenez! moi, je vous nourrirai, je vous coucherai, et je
vous payerai quand même la pension.

Le père avait cligné les yeux, stupéfait. Comme il ne parlait toujours pas,
le fils voulut le combler.

--Et des douceurs, votre café, votre goutte, quatre sous de tabac, enfin
tout le plaisir!

C'était trop, Fouan prit peur. Sans doute, ça se gâtait, chez Jésus-Christ.
Mais si les embêtements recommençaient, chez les Buteau?

--Faudra voir, se contenta-t-il de dire, en se levant, afin de rompre
l'entretien.

On vendangea jusqu'à la nuit tombante. Les voitures ne cessaient d'emmener
les gueulebées pleines et de les ramener vides. Dans les vignes, dorées par
le soleil couchant, sous le grand ciel rosé, le va-et-vient des paniers et
des hottes s'activait, au milieu de la griserie de tout ce raisin charrié.
Et il arriva un accident à Berthe, elle fut prise d'une telle colique,
qu'elle ne put même courir: sa mère et Lequeu durent lui faire un rempart
de leurs corps, pendant qu'elle s'aponichait, parmi les échalas. Du plant
voisin, on l'aperçut. Victor et Delphin voulaient lui porter du papier;
mais Flore et la Bécu les en empêchèrent, parce qu'il y avait des bornes
que les mal élevés seuls dépassaient. Enfin, on rentra. Les Delhomme
avaient pris la tête, la Grande forçait Hilarion à tirer avec le cheval,
les Lengaigne et les Macqueron fraternisaient, dans la demi-ivresse qui
attendrissait leur rivalité. Ce qu'on remarqua surtout, ce furent les
politesses de l'abbé Madeline et de Suzanne: il la croyait sans doute une
dame, à la voir la mieux habillée; si bien qu'ils marchaient côte à côte,
lui rempli d'égards, elle faisant la sucrée, demandant l'heure de la messe,
le dimanche. Derrière eux, venait Jésus-Christ, qui, acharné contre la
soutane, recommençait sa plaisanterie dégoûtante, dans une rigolade
obstinée d'ivrogne. Tous les cinq pas, il levait la cuisse et en lâchait
un. La garce se mordait les lèvres pour ne pas rire, le prêtre affectait de
ne pas entendre; et, très graves, accompagnés de cette musique, ils
continuaient d'échanger des idées pieuses, à la queue du train roulant des
vendanges.

Comme on arrivait à Rognes enfin, Buteau et Fouan, honteux, essayèrent
d'imposer silence à Jésus-Christ. Mais il allait toujours, en répétant que
M. le curé aurait eu bien tort de se formaliser.

--Nom de Dieu! quand on vous dit que ce n'est pas pour les autres! C'est
pour moi tout seul!

La semaine suivante, on fut donc invité à goûter le vin, chez les Buteau.
Les Charles, Fouan, Jésus-Christ, quatre ou cinq autres, devaient venir à
sept heures manger du gigot, des noix et du fromage, un vrai repas. Dans la
journée, Buteau avait enfûté son vin, six pièces qui s'étaient emplies à la
chantepleure de la cuve. Mais des voisins se trouvaient moins avancés: un,
en train de vendanger encore, foulait depuis le matin, tout nu; un second,
armé d'une barre, surveillait la fermentation, enfonçait le chapeau, au
milieu des bouillonnements du moût; un troisième, qui avait un pressoir,
serrait le marc, s'en débarrassait dans sa cour, en un tas fumant. Et
c'était ainsi dans chaque maison, et de tout ça, des cuves brûlantes, des
pressoirs ruisselants, des tonneaux qui débordaient, de Rognes entier,
s'épandait l'âme du vin, dont l'odeur forte aurait suffi pour soûler le
monde.

Ce jour-là, au moment de quitter le Château, Fouan eut un pressentiment qui
lui fit prendre ses titres, dans la marmite aux lentilles. Autant les
cacher sur lui, car il avait cru voir Jésus-Christ et la Trouille regarder
en l'air, avec des yeux drôles. Ils partirent tous les trois de bonne
heure, ils arrivèrent chez les Buteau en même temps que les Charles.

La lune, en son plein, était si large, si nette, qu'elle éclairait comme un
vrai soleil; et Fouan, en entrant dans la cour, remarqua que l'âne, Gédéon,
sous le hangar, avait la tête au fond d'un petit baquet. Cela ne l'étonnait
point de le trouver libre, car le bougre, plein de malignité, soulevait
très bien les loquets avec la bouche; mais, ce baquet l'intriguant, il
s'approcha, il reconnut un baquet de la cave, qu'on avait laissé plein de
vin de pressoir, pour achever de remplir les tonneaux. Nom de Dieu de
Gédéon! il le vidait!

--Eh! Buteau, arrive!... Il en fait un commerce, ton âne!

Buteau parut sur le seuil de la cuisine.

--Quoi donc?

--Le v'là qu'a tout bu!

Gédéon, au milieu de ces cris, finissait de pomper le liquide avec
tranquillité. Peut-être bien qu'il sirotait ainsi depuis un quart d'heure,
car le petit baquet contenait aisément une vingtaine de litres. Tout y
avait passé, son ventre s'était arrondi comme une outre, à éclater du coup;
et, quand il releva enfin la tête, on vit son nez ruisseler de vin, son nez
de pochard, où une raie rouge, sous les yeux, indiquait qu'il l'avait
enfoncé jusque-là.

--Ah! le jean-foutre! gueula Buteau en accourant. C'est de ses tours! Y a
pas de gueux pareil pour les vices!

Lorsqu'on lui reprochait ses vices, Gédéon, d'habitude, avait l'air de s'en
ficher, les oreilles élargies et obliques. Cette fois, étourdi, perdant
tout respect, il ricana positivement, il dodelina du râble, pour exprimer
la jouissance sans remords de sa débauche; et, son maître le bousculant, il
trébucha.

Fouan avait dû le caler de l'épaule.

--Mais le sacré cochon est soûl à crever!

--Soûl comme une bourrique, c'est le cas de le dire, fit remarquer
Jésus-Christ, qui le contemplait d'un oeil d'admiration fraternelle. Un
baquet d'un coup, quel goulot!

Buteau, lui, ne riait guère, pas plus que Lise et que Françoise, accourues
au bruit. D'abord, il y avait le vin perdu; puis, ce n'était pas tant la
perte que la confusion où les jetait cette vilaine conduite de leur âne,
devant les Charles. Déjà ceux-ci pinçaient les lèvres, à cause d'Élodie.
Pour comble de malheur, le hasard voulut que Suzanne et Berthe, qui se
promenaient ensemble, rencontrassent l'abbé Madeline, juste devant la
porte; et ils s'étaient arrêtés tous les trois, ils attendaient. Une propre
histoire, maintenant, avec tout ce beau monde, les yeux braqués!

--Père, poussez-le, dit Buteau à voix basse. Faut le rentrer vite à
l'écurie.

Fouan poussa. Mais Gédéon, heureux, se trouvant bien, refusait de quitter
la place, sans méchanceté, en soûlaud bon enfant, l'oeil noyé et farceur,
la bouche baveuse, retroussée par le rire. Il se faisait lourd, branlait
sur ses jambes écartées, se rattrapait à chaque secousse, comme s'il eût
jugé la plaisanterie drôle. Et, lorsque Buteau s'en mêla, poussant lui
aussi, ce ne fut pas long: l'âne culbuta, les quatre fers en l'air, puis se
roula sur le dos et se mit à braire si fort, qu'il semblait se foutre de
tous les personnages qui le regardaient.

--Ah! sale carcasse! propre à rien! je vas t'apprendre à te rendre malade!
hurla Buteau, en tombant sur lui à coups de talon.

Plein d'indulgence, Jésus-Christ s'interposa.

--Voyons, voyons... Puisqu'il est soûl, faut pas lui demander de la raison.
Bien sûr qu'il ne t'entend pas, vaut mieux l'aider à retrouver son
chez-lui.

Les Charles s'étaient écartés, absolument choqués de cette bête
extravagante et sans conduite; tandis qu'Élodie, très rouge, comme si elle
avait eu à subir un spectacle indécent, détournait la tête. A la porte, le
groupe du curé, de Suzanne et de Berthe, silencieux, protestait par son
attitude. Des voisins arrivaient, commençaient à goguenarder tout haut.
Lise et Françoise en auraient pleuré de honte.

Cependant, rentrant sa rage, Buteau, aidé de Fouan et de Jésus-Christ,
travaillait à remettre Gédéon debout. Ce n'était pas une affaire commode,
car le gaillard pesait bien comme les cinq cent mille diables, avec le
baquet qui lui roulait dans le ventre. Dès qu'on l'avait redressé d'un
bout, il croulait de l'autre. Tous les trois s'épuisaient à l'arc-bouter, à
l'étayer de leurs genoux et de leurs coudes. Enfin, ils venaient de le
planter sur les quatre pieds, ils l'avaient même fait avancer de quelques
pas, lorsque, dans une brusque révérence en arrière, il culbuta de nouveau.
Et il y avait toute la cour à traverser, pour gagner l'écurie. Jamais on
n'y arriverait. Comment faire?

--Nom de Dieu de nom de Dieu! juraient les trois hommes, en le regardant
sous toutes les faces, sans savoir dans quel sens le prendre.

Jésus-Christ eut l'idée de l'accoter au mur du hangar; de là, on ferait le
tour, en suivant le mur de la maison, jusqu'à l'écurie. Ça marcha d'abord,
bien que l'âne s'écorchât contre le plâtre. Le malheur fut que ce
frottement lui devint sans doute insupportable. Tout d'un coup, se
débarrassant des mains qui le collaient à la muraille, il rua, il gambada.

Le père avait failli s'étaler, les deux frères criaient:

--Arrêtez-le, arrêtez-le!

Alors, sous la blancheur éclatante de la lune, on vit Gédéon battant la
cour en un zigzag frénétique, avec ses deux grandes oreilles échevelées. On
lui avait trop remué le ventre, il en était malade. Un premier
haut-le-coeur l'arrêta, tout chavirait. Il voulut repartir, il retomba
planté sur ses jambes raidies. Son cou s'allongeait, une boule terrible
agitait ses côtes. Et dans un tangage d'ivrogne qui se soulage, piquant la
tête en avant à chaque effort, il dégueula comme un homme.

Un rire énorme avait éclaté à la porte, parmi les paysans amassés, pendant
que l'abbé Madeline, faible d'estomac, pâlissait entre Suzanne et Berthe,
qui l'emmenèrent avec des mots d'indignation. Mais l'attitude offensée des
Charles disait surtout combien l'exhibition d'un âne dans un état pareil,
était contraire aux bonnes moeurs, même à la simple politesse qu'on doit
aux passants. Élodie, éperdue, pleurante, s'était jetée au cou de sa
grand'mère, en demandant s'il allait mourir. Et M. Charles avait beau
crier: «Assez! assez!» de son ancienne voix impérieuse de patron obéi, le
bougre continuait, la cour en était pleine, des lâchures furieuses
d'écluse, un vrai ruisseau rouge qui coulait dans la mare. Puis, il glissa,
se vautra là-dedans, les cuisses ouvertes, si peu convenable, que jamais
soûlard, étalé en travers d'une rue, n'a dégoûté à ce point les gens. On
aurait dit que ce misérable le faisait exprès, pour jeter le déshonneur sur
ses maîtres. C'en était trop, Lise et Françoise, les mains sur les yeux,
s'enfuirent, se réfugièrent au fond de la maison.

--Assez donc! emportez-le!

En effet, il n'y avait pas d'autre parti à prendre, car Gédéon, devenu plus
mou qu'une chiffe, alourdi de sommeil, s'endormait. Buteau courut chercher
une civière, six hommes l'aidèrent à y charger l'âne. On l'emporta, les
membres abandonnés, la tête ballante, ronflant déjà d'un tel coeur, qu'il
avait l'air de braire et de se foutre encore du monde.

Naturellement, cette aventure gâta d'abord le repas. Bientôt, on se remit,
on finit même par fêter si largement le vin nouveau, que tous, vers onze
heures, étaient comme l'âne. A chaque instant, il y en avait un qui sortait
dans la cour, pour un besoin.

Le père Fouan était très gai. Peut-être, tout de même, qu'il ferait bien de
reprendre pension chez son cadet, car le vin y serait bon cette année. Il
avait dû quitter la salle à son tour, il roulait ça dans sa tête, au milieu
de la nuit noire, lorsqu'il entendit Buteau et Lise, sortis derrière son
dos, accroupis côte à côte le long de la haie, et se querellant, parce que
le mari reprochait à la femme de ne pas se montrer assez tendre avec son
père. Sacrée dinde! fallait l'embobiner, pour le ravoir et lui étourdir son
magot. Le vieux, dégrisé, tout froid, eut un geste, s'assura qu'on ne lui
avait pas volé les papiers dans sa poche; et, quand on se fut tous
embrassés en partant, quand il se retrouva au Château, il était bien résolu
à ne point en déménager. Mais, la nuit même, il eut une vision qui le
glaça: la Trouille en chemise, à travers la chambre, rôdant, fouillant sa
culotte, sa blouse, regardant jusque dans ses souliers. Évidemment,
Jésus-Christ, n'ayant plus trouvé le magot envolé de la marmite aux
lentilles, envoyait sa fille le chercher pour l'étourdir, comme disait
Buteau.

Du coup, Fouan ne put rester au lit, tellement ce qu'il avait vu lui
travaillait le crâne. Il se leva, ouvrit la fenêtre. La nuit était blanche
de lune, l'odeur du vin montait de Rognes, mêlée à celle des choses qu'on
enjambait depuis huit jours le long des murs, tout ce bouquet violent des
vendanges. Que devenir? où aller? Son pauvre argent, il ne le quitterait
plus, il se le coudrait sur la peau. Puis, comme le vent lui soufflait
l'odeur au visage, l'idée de Gédéon lui revint: c'était rudement bâti, un
âne! ça prenait dix fois du plaisir comme un homme, sans en crever.
N'importe! volé chez son cadet, volé chez son aîné, il n'avait pas le
choix. Le mieux était de rester au Château et d'ouvrir l'oeil, en
attendant. Tous ses vieux os en tremblaient.



V


Des mois s'écoulèrent, l'hiver passa, puis le printemps; et le train
accoutumé de Rognes continuait, il fallait des années pour que les choses
eussent l'air de s'être faites, dans cette morne vie de travail, sans cesse
recommençante. En juillet, sous l'accablement des grands soleils, les
élections prochaines remuèrent pourtant le village. Cette fois, il y avait,
cachée au fond, toute une grosse affaire. On en causait, on attendait la
tournée des candidats.

Et, justement, le dimanche où la venue de M. Rochefontaine, l'usinier de
Châteaudun, était annoncée, une scène terrible éclata le matin, chez les
Buteau, entre Lise et Françoise. L'exemple prouva bien que, lorsque les
choses n'ont pas l'air de se faire, elles marchent cependant; car le
dernier lien qui unissait les deux soeurs, toujours près de se rompre,
renoué toujours, s'était tellement aminci à l'usure des querelles
quotidiennes, qu'il cassa net, pour ne plus jamais se rattacher, et à
l'occasion d'une bêtise où il n'y avait vraiment pas de quoi fouetter un
chat.

Ce matin, Françoise, en ramenant les vaches, s'était arrêtée un instant à
causer avec Jean, qu'elle venait de rencontrer devant l'église. Il faut
dire qu'elle y mettait de la provocation, en face de la maison même, dans
l'unique but d'exaspérer les Buteau. Aussi, lorsqu'elle rentra, Lise lui
cria-t-elle:

--Tu sais, quand tu voudras voir tes hommes, tâche que ce ne soit pas sous
la fenêtre!

Buteau était là, qui écoutait, en train de repasser une serpe.

--Mes hommes, répéta Françoise, je les vois de trop ici, mes hommes! et il
y en a un, si j'avais voulu, ce n'est pas sous la fenêtre, c'est dans ton
lit que le cochon m'aurait prise!

Cette allusion à Buteau jeta Lise hors d'elle. Depuis longtemps, elle
n'avait qu'un désir, flanquer sa soeur dehors, pour être tranquille dans
son ménage, quitte à rendre la moitié du bien. C'était même la raison qui
la faisait battre par son homme, d'avis contraire, décidé à ruser jusqu'au
bout, ne désespérant pas d'ailleurs de coucher avec la petite, tant qu'elle
et lui auraient ce qu'il fallait pour ça. Et Lise s'irritait de n'être
point la maîtresse, tourmentée maintenant d'une jalousie particulière,
prête encore à le laisser culbuter sa cadette, histoire d'en finir, tout en
enrageant de le voir s'échauffer après cette garce, dont elle avait pris en
exécration la jeunesse, la petite gorge dure, la peau blanche des bras,
sous les manches retroussées. Si elle avait tenu la chandelle, elle aurait
voulu qu'il abîmât tout ça, elle aurait tapé elle-même dessus, ne souffrant
pas du partage, souffrant, dans leur rivalité grandie, empoisonnée, de ce
que sa soeur était mieux qu'elle et devait donner plus de plaisir.

--Salope! hurla-t-elle, c'est toi qui l'agaces!... Si tu n'étais pas
toujours pendue à lui, il ne courrait pas après ton derrière mal torché de
gamine. Quelque chose de propre!

Françoise devint toute pâle, tant ce mensonge la révoltait. Elle répondit
posément, dans une colère froide:

--C'est bon, en v'là assez.... Attends quinze jours, et je ne te gênerai
plus, si c'est ça que tu demandes. Oui, dans quinze jours, j'aurai vingt et
un ans, je filerai.

--Ah! tu veux être majeure, ah! c'est donc ça que tu as calculé, pour nous
faire des misères!... Eh bien! bougresse, ce n'est pas dans quinze jours,
c'est à l'instant que tu va filer... Allons, fous le camp!

--Tout de même.... On a besoin de quelqu'un chez Macqueron. Il me prendra
bien.... Bonsoir!

Et Françoise partit, ce ne fut pas plus compliqué, il n'y eut rien autre
chose entre elles. Buteau, lâchant la serpe qu'il aiguisait, s'était
précipité pour mettre la paix d'une paire de gifles et les raccommoder une
fois encore. Mais il arriva trop tard, il ne put, dans son exaspération,
qu'allonger un coup de poing à sa femme, dont le nez ruissela. Nom de Dieu
de femelles! ce qu'il redoutait, ce qu'il empêchait depuis si longtemps! la
petite envolée, le commencement d'un tas de sales histoires! Et il voyait
tout fuir, tout galoper devant lui, la fille, la terre.

--J'irai tantôt chez Macqueron, gueula-t-il. Faudra bien qu'elle rentre,
quand je devrais la ramener à coup de pied au cul!

Chez Macqueron, ce dimanche-là, on était en l'air, car on y attendait un
des candidats, M. Rochefontaine, le maître des Ateliers de construction de
Châteaudun. Pendant la dernière législature, M. Chédeville avait déplu, les
uns disaient en affichant des amitiés orléanistes, les autres, en
scandalisant les Tuileries par une histoire gaillarde, la jeune femme d'un
huissier de la Chambre, folle de lui, malgré son âge. Quoi qu'il en fût la
protection du préfet s'était retirée du député sortant, pour se porter sur
M. Rochefontaine, l'ancien candidat de l'opposition, dont un ministre
venait de visiter les Ateliers, et qui avait écrit une brochure sur le
libre échange, très remarquée de l'empereur. Irrité de cet abandon, M. de
Chédeville maintenait sa candidature, ayant besoin de son mandat de député
pour brasser des affaires, ne se suffisant plus avec les fermages de la
Chamade, hypothéquée, à moitié détruite. De sorte que, par une aventure
singulière, la situation s'était retournée, le grand propriétaire devenait
le candidat indépendant, tandis que le grand usinier se trouvait être le
candidat officiel.

Hourdequin, bien que maire de Rognes, demeurait fidèle à M. de Chédeville;
et il avait résolu de ne tenir aucun compte des ordres de l'administration,
prêt à batailler même ouvertement, si on le poussait à bout. D'abord, il
jugeait honnête de ne pas tourner comme une girouette, au moindre souffle
du préfet; ensuite, entre le protectionniste et le libre échangiste, il
finissait par croire ses intérêts avec le premier, dans la débâcle de la
crise agricole. Depuis quelque temps, les chagrins que Jacqueline lui
causait, joints aux soucis de la ferme, l'ayant empêché de s'occuper de la
mairie, il laissait l'adjoint Macqueron expédier les affaires courantes.
Aussi, lorsque l'intérêt qu'il prenait aux élections le ramena présider le
conseil, fût-il étonné de le sentir rebelle, d'une raideur hostile.

C'était un sourd travail de Macqueron, mené avec une prudence de sauvage,
qui aboutissait enfin. Chez ce paysan devenu riche, tombé à l'oisiveté, se
traînant, sale et mal tenu, dans des loisirs de monsieur dont il crevait
d'ennui, peu à peu était poussée l'ambition d'être maire, l'unique
amusement de son existence, désormais. Et il avait miné Hourdequin,
exploitant la haine vivace, innée au coeur de tous les habitants de Rognes,
contre les seigneurs autrefois, contre le fils de bourgeois qui possédait
la terre aujourd'hui. Bien sûr qu'il l'avait eue pour rien, la terre! un
vrai vol, du temps de la Révolution! pas de danger qu'un pauvre bougre
profitât des bonnes chances, ça retournait toujours aux canailles, las de
s'emplir les poches! Sans compter qu'il s'y passait de propres choses, à la
Borderie. Une honte, cette Cognette, que le maître allait reprendre sur les
paillasses des valets, par goût! Tout cela s'éveillait, circulait en mots
crus dans le pays, soulevait des indignations, même chez ceux qui auraient
culbuté ou vendu leur fille, si le dérangement en avait valu la peine. De
sorte que les conseillers municipaux finissaient par dire qu'un bourgeois,
ça devait rester à voler et à paillarder avec les bourgeois; tandis que,
pour bien mener une commune de paysans, il fallait un maire paysan.

Justement, ce fut au sujet des élections qu'une première résistance étonna
Hourdequin. Comme il parlait de M. de Chédeville, toutes les figures
devinrent de bois. Macqueron, quand il l'avait vu rester fidèle au candidat
en disgrâce, s'était dit qu'il tenait le vrai terrain de bataille, une
occasion excellente pour le faire sauter. Aussi appuyait-il le candidat du
préfet, M. Rochefontaine, en criant que tous les hommes d'ordre devaient
soutenir le gouvernement. Cette profession de foi suffisait, sans qu'il eût
besoin d'endoctriner les membres du conseil; car, dans la crainte des coups
de balai, ils étaient toujours du côté du manche, résolus à se donner au
plus fort, au maître, pour que rien ne changeât et que le blé se vendît
cher. Delhomme, l'honnête, le juste, dont c'était l'opinion, entraînait
Clou et les autres. Et, ce qui achevait de compromettre Hourdequin,
Lengaigne seul était avec lui, exaspéré de l'importance prise par
Macqueron. La calomnie s'en mêla, on accusa le fermier d'être «un rouge»,
un de ces gueux qui voulaient la république, pour exterminer le paysan; si
bien que l'abbé Madeline, effaré, croyant devoir sa cure à l'adjoint,
recommandait lui-même M. Rochefontaine, malgré la sourde protection de
monseigneur acquise à M. de Chédeville. Mais un dernier coup ébranla le
maire, le bruit courut que, lors de l'ouverture du fameux chemin direct de
Rognes à Châteaudun, il avait mis dans sa poche la moitié de la subvention
votée. Comment? on ne l'expliquait pas, l'histoire en demeurait mystérieuse
et abominable. Quand on l'interrogeait là-dessus, Macqueron prenait l'air
effrayé, douloureux et discret d'un homme dont certaines convenances
fermaient la bouche: c'était lui, simplement, qui avait inventé la chose.
Enfin, la commune était bouleversée, le conseil municipal se trouvait coupé
en deux, d'un côté l'adjoint et tous les conseillers, sauf Lengaigne, de
l'autre le maire, qui comprit seulement alors la gravité de la situation.

Depuis quinze jours déjà, dans un voyage à Châteaudun, fait exprès,
Macqueron était allé s'aplatir devant M. Rochefontaine. Il l'avait supplié
de ne pas descendre ailleurs que chez lui, s'il daignait venir à Rognes. Et
c'était pourquoi le cabaretier, ce dimanche-là, après le déjeuner, ne
cessait de sortir sur la route, aux aguets de son candidat. Il avait
prévenu Delhomme, Clou, d'autres conseillers municipaux, qui vidaient un
litre, pour patienter. Le père Fouan et Bécu se trouvaient également là, à
faire une partie, ainsi que Lequeu, le maître d'école, s'acharnant à la
lecture d'un journal qu'il apportait, affectant de ne jamais rien boire.
Mais deux consommateurs inquiétaient l'adjoint, Jésus-Christ et son ami
Canon, l'ouvrier rouleur de routes, installés nez à nez, goguenards, devant
une bouteille d'eau-de-vie. Il leur jetait des coups d'oeil obliques, il
cherchait vainement à les flanquer dehors, car les bandits ne criaient pas,
contre leur habitude: ils n'avaient que l'air de se foutre du monde. Trois
heures sonnèrent, M. Rochefontaine, qui avait promis d'être à Rognes vers
deux heures, n'était pas arrivé encore.

--Coelina! demanda anxieusement Macqueron à sa femme, as-tu monté le
bordeaux pour offrir un verre, tout à l'heure?

Coelina, qui servait, eut un geste désolé d'oubli; et il se précipita
lui-même vers la cave. Dans la pièce voisine, où était la mercerie et dont
la porte restait toujours ouverte, Berthe montrait des rubans roses à trois
paysannes, d'un air élégant de demoiselle de magasin, tandis que Françoise,
déjà en fonction, époussetait des casiers, malgré le dimanche. L'adjoint,
que gonflait un besoin d'autorité, avait accueilli tout de suite cette
dernière, flatté qu'elle se mît sous sa protection. Sa femme, justement,
cherchait une aide. Il nourrirait, il logerait la petite, tant qu'il ne
l'aurait pas réconciliée avec les Buteau, chez qui elle jurait de se tuer,
si on l'y ramenait de force.

Brusquement, un landau, attelé de deux percherons superbes, s'arrêta devant
la porte. Et M. Rochefontaine, qui s'y trouvait seul, en descendit, étonné
et blessé que personne ne fût là. Il hésitait à entrer dans le cabaret,
lorsque Macqueron remonta de la cave, avec une bouteille dans chaque main.
Ce fut pour lui une confusion, un vrai désespoir, à ne savoir comment se
débarrasser de ses bouteilles, à bégayer:

--Oh! monsieur, quelle malchance!... Depuis deux heures, j'ai attendu, sans
bouger; et pour une minute que je descends.... Oui, à votre intention....
Voulez-vous boire un verre, monsieur le député?

M. Rochefontaine, qui n'était encore que candidat et que le trouble du
pauvre homme aurait dû toucher, parut s'en fâcher davantage. C'était un
grand garçon de trente-huit ans à peine, les cheveux ras, la barbe taillée
carrément, avec une mise correcte, sans recherche. Il avait une froideur
brusque, une voix brève, autoritaire, et tout en lui disait l'habitude du
commandement, l'obéissance dans laquelle il tenait les douze cents ouvriers
de son usine. Aussi paraissait-il résolu à mener ces paysans à coups de
fouet.

Coelina et Berthe s'étaient précipitées, cette dernière avec son clair
regard de hardiesse, sous ses paupières meurtries.

--Veuillez entrer, monsieur, faites-nous cet honneur.

Mais le monsieur, d'un coup d'oeil, l'avait retournée, pesée, jugée à fond.
Il entra pourtant, il se tint debout, refusant de s'asseoir.

--Voici nos amis du conseil, reprit Macqueron, qui se remettait. Ils sont
bien contents de faire votre connaissance, n'est-ce pas? messieurs, bien
contents!

Delhomme, Clou, les autres, s'étaient levés, saisis de la raide attitude de
M. Rochefontaine. Et ce fut dans un silence profond qu'ils écoutèrent les
choses qu'il avait arrêté de leur dire, ses théories communes avec
l'empereur, ses idées de progrès surtout, auxquelles il devait de
remplacer, dans la faveur de l'administration, l'ancien candidat,
d'opinions condamnées; puis, il se mit à promettre des routes, des chemins
de fer, des canaux, oui! un canal au travers de la Beauce, pour étancher
enfin la soif qui la brûlait depuis des siècles. Les paysans ouvraient la
bouche, stupéfiés. Qu'est-ce qu'il disait donc? de l'eau dans les champs, à
cette heure! Il continuait, il finit en menaçant des rigueurs de l'autorité
et de la rancune des saisons ceux qui voteraient mal. Tous se regardèrent.
En voilà un qui les secouait et dont il était bon d'être l'ami!

--Sans doute, sans doute, répétait Macqueron, à chaque phrase du candidat,
un peu inquiet cependant de sa rudesse.

Mais Bécu approuvait, à grands coups de menton, cette parole militaire; et
le vieux Fouan, les yeux écarquillés, avait l'air de dire que c'était là un
homme; et Lequeu lui-même, si impassible d'ordinaire, était devenu très
rouge, sans qu'on sût, à la vérité, s'il prenait du plaisir ou s'il
enrageait. Il n'y avait que les deux canailles, Jésus-Christ et son ami
Canon, pleins d'un évident mépris, si supérieurs, du reste, qu'ils se
contentaient de ricaner et de hausser les épaules.

Dès qu'il eut parlé, M. Rochefontaine se dirigea vers la porte. L'adjoint
eut un cri de désolation.

--Comment! monsieur, vous ne nous ferez pas l'honneur de boire un verre?

--Non, merci, je suis en retard déjà.... On m'attend à Magnolles, à
Bazoches, à vingt endroits. Bonsoir!

Du coup, Berthe ne l'accompagna même pas; et, de retour dans la mercerie,
elle dit à Françoise:

--En voilà un mal poli! C'est moi qui renommerais l'autre, le vieux!

M. Rochefontaine venait de remonter dans son landau, lorsque des
claquements de fouet lui firent tourner la tête. C'était Hourdequin, qui
arrivait dans son cabriolet modeste, que conduisait Jean. Le fermier
n'avait appris la visite de l'usinier à Rognes que par hasard, un de ses
charretiers ayant rencontré le landau sur la route, et il accourait pour
voir le péril en face, d'autant plus inquiet que, depuis huit jours, il
pressait M. de Chédeville de faire acte de présence, sans pouvoir
l'arracher à quelque jupon sans doute, peut-être la jolie huissière.

--Tiens! c'est vous! cria-t-il gaillardement à M. Rochefontaine. Je ne vous
savais pas déjà en campagne.

Les deux voitures s'étaient rangées roue à roue. Ni l'un ni l'autre ne
descendirent, et ils causèrent quelques minutes, après s'être penchés pour
se donner une poignée de main. Ils se connaissaient, ayant parfois déjeuné
ensemble chez le maire de Châteaudun.

--Vous êtes donc contre moi? demanda brusquement M. Rochefontaine, avec sa
rudesse.

Hourdequin, qui, à cause de sa situation de maire, comptait ne pas agir
trop ouvertement, resta un instant décontenancé de voir que ce diable
d'homme avait une police si bien faite. Mais il ne manquait pas de carrure,
lui non plus, et il répondit d'un ton gai, afin de laisser à l'explication
un tour amical:

--Je ne suis contre personne, je suis pour moi.... Mon homme, c'est celui
qui me protégera. Quand on pense que le blé est tombé à seize francs, juste
ce qu'il me coûte à produire! Autant ne plus toucher un outil et crever!

Tout de suite, l'autre se passionna.

--Ah! oui, la protection, n'est-ce pas? la surtaxe, un droit de prohibition
sur les blés étrangers, pour que les blés français doublent de prix! Enfin,
la France affamée, le pain de quatre livres à vingt sous, la mort des
pauvres!... Comment, vous, un homme de progrès, osez-vous en revenir à ces
monstruosités?

--Un homme de progrès, un homme de progrès, répéta Hourdequin de son air
gaillard, sans doute j'en suis un; mais ça me coûte si cher, que je vais
bientôt ne plus pouvoir me payer ce luxe.... Les machines, les engrais
chimiques, toutes les méthodes nouvelles, voyez-vous, c'est très beau,
c'est très bien raisonné et ça n'a qu'un inconvénient, celui de vous ruiner
d'après la saine logique.

--Parce que vous êtes un impatient, parce que vous exigez de la science des
résultats immédiats, complets, parce que vous vous découragez des
tâtonnements nécessaires, jusqu'à douter des vérités acquises et à tomber
dans la négation de tout!

--Peut-être bien. Je n'aurais donc fait que des expériences. Hein? dites
qu'on me décore pour ça, et que d'autres bons bougres continuent!

Hourdequin éclata d'un gros rire à sa plaisanterie, qu'il jugeait
concluante. Vivement, M. Rochefontaine avait repris:

--Alors, vous voulez que l'ouvrier meure de faim?

--Pardon! je veux que le paysan vive.

--Mais moi qui occupe douze cents ouvriers, je ne puis pourtant élever les
salaires sans faire faillite.... Si le blé était à trente francs, je les
verrais tomber comme des mouches.

--Eh bien! et moi, est-ce que je n'ai point de serviteurs? Quand le blé est
à seize francs, nous nous serrons le ventre, il y a de pauvres diables qui
claquent au fond de tous les fossés, dans nos campagnes.

Puis, il ajouta, en continuant à rire:

--Dame! chacun prêche pour son saint.... Si je ne vous vends pas le pain
cher, c'est la terre en France qui fait faillite, et si je vous le vends
cher, c'est l'industrie qui met la clef sous la porte. Votre main-d'oeuvre
augmente, les produits manufacturés renchérissent, mes outils, mes
vêtements, les cent choses dont j'ai besoin.... Ah! un beau gâchis, où nous
finirons par culbuter!

Tous deux, le cultivateur et l'usinier, le protectionniste et le libre
échangiste, se dévisagèrent, l'un avec le ricanement de sa bonhomie
sournoise, l'autre avec la hardiesse franche de son hostilité. C'était
l'état de guerre moderne, la bataille économique actuelle, sur le terrain
de la lutte pour la vie.

--On forcera bien le paysan à nourrir l'ouvrier, dit M. Rochefontaine.

--Tâchez donc, répéta Hourdequin, que le paysan mange d'abord.

Et il sauta enfin de son cabriolet, et l'autre jetait un nom de village à
son cocher, lorsque Macqueron, ennuyé de voir que ses amis du conseil,
venus sur le seuil, avaient entendu, cria qu'on allait boire un verre tous
ensemble; mais, de nouveau, le candidat refusa, ne serra pas une seule
main, se renversa au fond de son landau, qui partit, au trot sonore des
deux grands percherons.

A l'autre angle de la route, Lengaigne, debout sur sa porte, en train de
repasser un rasoir, avait vu toute la scène. Il eut un rire insultant, il
lâcha très haut, à l'adresse du voisin:

--Baise mon cul et dis merci!

Hourdequin, lui, était entré et avait accepté un verre. Dès que Jean eut
attaché le cheval à un des volets, il suivit son maître. Françoise, qui
l'appelait d'un petit signe, dans la mercerie, lui conta son départ, toute
l'affaire; et il en fut si remué, il craignit tellement de la compromettre,
devant le monde, qu'il revint s'asseoir sur un banc du cabaret, après avoir
simplement murmuré qu'il faudrait se revoir, afin de s'entendre.

--Ah! nom de Dieu! vous n'êtes pas dégoûtés tout de même, si vous votez
pour ce cadet-là! cria Hourdequin en reposant son verre.

Son explication avec M. Rochefontaine l'avait décidé à la lutte ouverte,
quitte à rester sur le carreau. Et il ne le ménagea plus, il le compara à
M. de Chédeville, un si brave homme, pas fier, toujours heureux de rendre
service, un vrai noble de la vieille France enfin! tandis que ce grand
pète-sec, ce millionnaire à la mode d'aujourd'hui, hein? regardait-il les
gens du haut de sa grandeur, jusqu'à refuser de goûter le vin du pays, de
peur sans doute d'être empoisonné! Voyons, voyons, ce n'était pas possible!
on ne changeait pas un bon cheval contre un cheval borgne!

--Dites, qu'est-ce que vous reprochez à M. de Chédeville? voilà des années
qu'il est votre député, il a toujours fait votre affaire.... Et vous le
lâchez pour un bougre que vous traitiez comme un gueux aux dernières
élections, lorsque le gouvernement le combattait! Rappelez-vous, que
diable!

Macqueron, ne voulant pas s'engager directement, affectait d'aider sa femme
à servir. Tous les paysans avaient écouté, le visage immobile, sans qu'un
pli indiquât leur pensée secrète. Ce fut Delhomme qui répondit:

--Quand on ne connaît pas le monde!

--Mais vous le connaissez maintenant, cet oiseau! Vous l'avez entendu dire
qu'il veut le blé à bon marché, qu'il votera pour que les blés étrangers
viennent écraser les nôtres. Je vous ai déjà expliqué ça, c'est la vraie
ruine.... Et, si vous êtes assez bêtes pour le croire ensuite, quand il
vous fait de belles promesses! Oui, oui, votez! ce qu'il se fichera de vous
plus tard!

Un sourire vague avait paru sur le cuir tanné de Delhomme. Toute la finesse
endormie au fond de cette intelligence droite et bornée, apparut en
quelques phrases lentes.

--Il dit ce qu'il dit, on en croit ce qu'on en croit.... Lui ou un autre!
mon Dieu!... On n'a qu'une idée, voyez-vous, celle que le gouvernement soit
solide pour faire aller les affaires; et alors, n'est-ce pas? histoire de
ne point se tromper, le mieux est d'envoyer au gouvernement le député qu'il
demande... Ça nous suffit que ce monsieur de Châteaudun soit l'ami de
l'empereur.

A ce dernier coup, Hourdequin demeura étourdi. Mais c'était M. de
Chédeville, qui, autrefois, était l'ami de l'empereur! Ah! race de serfs,
toujours au maître qui la fouaille et la nourrit, aujourd'hui encore dans
l'aplatissement et l'égoïsme héréditaires, ne voyant rien, ne sachant rien,
au delà du pain de la journée!

--Eh bien! tonnerre de Dieu! je vous jure que, le jour où ce Rochefontaine
sera nommé, je foutrai ma démission, moi! Est-ce qu'on me prend pour un
polichinelle, à dire blanc et à dire noir!... Si ces brigands de
républicains étaient aux Tuileries, vous seriez avec eux, ma parole!

Les yeux de Macqueron avaient flambé. Enfin, ça y était, le maire venait de
signer sa chute; car l'engagement qu'il prenait aurait suffi, dans son
impopularité, à faire voter le pays contre M. de Chédeville.

Mais, à ce moment, Jésus-Christ, oublié dans son coin avec son ami Canon,
rigola si fort, que tous les yeux se portèrent sur lui. Les coudes au bord
de la table, le menton dans les mains, il répétait très haut, avec des
ricanements de mépris, en regardant les paysans qui étaient là:

--Tas de couillons! tas de couillons!

Et ce fut justement sur ce mot que Buteau entra. Son oeil vif, qui, dès la
porte, avait découvert Françoise dans la mercerie, reconnut tout de suite
Jean, assis contre le mur, écoutant, attendant son maître. Bon! la fille et
le galant étaient là, on allait voir!

--Tiens, v'là mon frère, le plus couillon de tous! gueula Jésus-Christ.

Des grognements de menace s'élevèrent, on parlait de flanquer le mal
embouché dehors, lorsque Leroi, dit Canon, s'en mêla, de sa voix éraillée
de faubourien, qui avait disputé dans toutes les réunions socialistes de
Paris.

--Tais ta gueule, mon petit! Ils ne sont pas si bêtes qu'ils en ont
l'air.... Ecoutez donc, vous autres, les paysans, qu'est-ce que vous
diriez, si l'on collait, en face, à la porte de la mairie, une affiche où
il y aurait, imprimé en grosses lettres: Commune révolutionnaire de Paris:
primo, tous les impôts sont abolis; secundo, le service militaire est
aboli.... Hein? qu'est-ce que vous en diriez, les culs-terreux?

L'effet fut si extraordinaire, que Delhomme, Fouan, Clou, Bécu, demeurèrent
béants, les yeux arrondis. Lequeu en lâcha son journal; Hourdequin qui s'en
allait, rentra; Buteau, oubliant Françoise, s'assit sur un coin de table.
Et ils regardaient tous ce déguenillé, ce rouleur de routes, l'effroi des
campagnes, vivant de maraudes et d'aumônes forcées. L'autre semaine, on
l'avait chassé de la Borderie, où il était apparu comme un spectre, dans le
jour tombant. C'était pourquoi il couchait à cette heure chez cette
fripouille de Jésus-Christ, d'où il disparaîtrait le lendemain peut-être.

--Je vois que ça vous gratterait tout de même au bon endroit, reprit-il
d'un air gai.

--Nom de Dieu, oui! confessa Buteau. Quand on pense que j'ai encore porté
hier de l'argent au percepteur! Ça n'en finit jamais, ça nous mange la peau
du corps!

--Et ne plus voir ses garçons partir, ah! bon sang! s'écria Delhomme. Moi
qui paie pour exempter Nénesse, je sais ce que ça me coûte.

--Sans compter, ajouta Fouan, que si vous ne pouvez pas payer, on vous les
prend et on vous les tue.

Canon hochait la tête, triomphait en riant.

--Tu vois bien, dit-il à Jésus-Christ, qu'ils ne sont pas si bêtes que ça,
les culs-terreux!

Puis, se retournant:

--On nous crie que vous êtes conservateurs, que vous ne laisserez pas
faire.... Conservateurs de vos intérêts, oui, n'est-ce pas? Vous laisserez
faire et vous aiderez à faire tout ce qui vous rapportera. Hein? pour
garder vos sous et vos enfants, vous en commettriez des choses!...
Autrement, vous seriez de rudes imbéciles!

Personne ne buvait plus, un malaise commençait à paraître sur ces visages
épais. Il continua, goguenard, s'amusant à l'avance de l'effet qu'il allait
produire.

--Et c'est pourquoi je suis bien tranquille, moi qui vous connais, depuis
que vous me chassez de vos portes à coups de pierres.... Comme le disait ce
gros monsieur-là, vous serez avec nous, les rouges, les partageux, quand
nous serons aux Tuileries.

--Ah! ça, non! crièrent à la fois Buteau, Delhomme et les autres.

Hourdequin, qui avait écouté attentivement, haussa les épaules.

--Vous perdez votre salive, mon brave!

Mais Canon souriait toujours, avec la belle confiance d'un croyant.
Renversé, le dos contre la muraille, il s'y frottait une épaule après
l'autre, dans un léger dandinement de caresse inconsciente. Et il
expliquait l'affaire, cette révolution dont l'annonce de ferme en ferme,
mystérieuse, mal comprise, épouvantait les maîtres et les serviteurs.
D'abord, les camarades de Paris s'empareraient du pouvoir: ça se passerait
peut-être naturellement, on aurait à fusiller moins de monde qu'on ne
croyait, tout le grand bazar s'effondrerait de lui-même tant il était
pourri. Puis, lorsqu'on serait les maîtres absolus, dès le soir, on
supprimerait la rente, on s'emparerait des grandes fortunes, de façon que
la totalité de l'argent, ainsi que les instruments de travail, feraient
retour à la nation; et l'on organiserait une société nouvelle, une vaste
maison financière, industrielle et commerciale, une répartition logique du
labeur et du bien-être. Dans les campagnes, ce serait plus simple encore.
On commencerait par exproprier les possesseurs du sol, on prendrait la
terre....

--Essayez donc! interrompit de nouveau Hourdequin. On vous recevrait à
coups de fourche, pas un petit propriétaire ne vous en laisserait prendre
une poignée.

--Est-ce que j'ai dit qu'on tourmenterait les pauvres? répondit Canon,
gouailleur. Faudrait que nous soyons rudement serins, pour nous fâcher avec
les petits.... Non, non, on respectera d'abord la terre des malheureux
bougres qui se crèvent à cultiver quelques arpents.... Et ce qu'on prendra
seulement, ce sont les deux cents hectares des gros messieurs de votre
espèce, qui font suer des serviteurs à leur gagner des écus.... Ah! nom de
Dieu! je ne crois pas que vos voisins viennent vous défendre avec leurs
fourches. Ils seront trop contents!

Macqueron ayant éclaté d'un gros rire, comme voyant la chose en farce, tous
l'imitèrent; et le fermier, pâlissant, sentit l'antique haine: ce gueux
avait raison, pas un de ces paysans, même le plus honnête, qui n'aurait
aidé à le dépouiller de la Borderie!

--Alors, demanda sérieusement Buteau, moi qui possède environ dix setiers,
je les garderai, on me les laissera?

--Mais bien sûr, camarade.... Seulement, on est certain que, plus tard,
lorsque vous verrez les résultats obtenus, à côté, dans les fermes de la
nation, vous viendrez, sans qu'on vous en prie, y joindre votre morceau....
Une culture en grand, avec beaucoup d'argent, des mécaniques, d'autres
affaires encore, tout ce qu'il y a de mieux comme science. Moi, je ne m'y
connais pas; mais faut entendre parler là-dessus des gens, à Paris, qui
expliquent très bien que la culture est foutue, si l'on ne se décide pas à
la pratiquer ainsi!... Oui, de vous-même, vous donnerez votre terre.

Buteau eut un geste de profonde incrédulité, ne comprenant plus, rassuré
pourtant, puisqu'on ne lui demandait rien; tandis que, repris de curiosité
depuis que l'homme s'embrouillait sur cette grande culture nationale,
Hourdequin prêtait de nouveau une oreille patiente. Les autres attendaient
la fin, comme au spectacle. Deux fois, Lequeu, dont, la face blême
s'empourprait, avait ouvert la bouche, pour s'en mêler; et, chaque fois, en
homme prudent, il s'était mordu la langue.

--Et ma part, à moi! cria brusquement Jésus-Christ. Chacun doit avoir sa
part. Liberté, égalité, fraternité!

Canon, du coup, s'emporta, levant la main comme s'il giflait le camarade.

--Vas-tu me foutre la paix avec ta liberté, ton égalité et ta
fraternité!... Est-ce qu'on a besoin d'être libre? une jolie farce! Tu veux
donc que les bourgeois nous collent encore dans leur poche? Non, non, on
forcera le peuple au bonheur, malgré lui!... Alors, tu consens à être
l'égal, le frère d'un huissier? Mais, bougre de bête! c'est en gobant ces
âneries-là que tes républicains de 48 ont foiré leur sale besogne!

Jésus-Christ, interloqué, déclara qu'il était pour la grande Révolution.

--Tu me fais suer, tais-toi!... Hein? 89, 93! oui, de la musique! une belle
menterie dont on nous casse les oreilles! Est-ce que ça existe, cette
blague, à côté de ce qu'il reste à faire? On va voir ça, quand le peuple
sera le maître, et ça ne traînera guère, tout craque, je te promets que
notre siècle, comme on dit, finira d'une façon autrement chouette que
l'autre. Un fameux nettoyage, un coup de torchon comme il n'y en a jamais
eu!

Tous frémirent, et ce soûlard de Jésus-Christ lui-même se recula, effrayé,
dégoûté, du moment qu'on n'était plus frères. Jean, intéressé jusque-là,
eut aussi un geste de révolte. Mais Canon s'était levé, les yeux flambants,
la face noyée d'une extase prophétique.

--Et il faut que ça arrive, c'est fatal, comme qui dirait un caillou qu'on
a lancé en l'air et qui retombe forcément.... Et il n'y a plus là-dedans
des histoires de curé, des choses de l'autre monde, le droit, la justice,
qu'on n'a jamais vues, pas plus qu'on n'a vu le bon Dieu! Non, il n'y a que
le besoin que nous avons tous d'être heureux.... Hein? mes bougres,
dites-vous qu'on va s'entendre pour que chacun s'en donne par-dessus la
tête, avec le moins de travail possible! Les machines travailleront pour
nous, la journée de simple surveillance ne sera plus que de quatre heures;
peut-être même qu'on arrivera à se croiser complètement les bras. Et
partout des plaisirs, tous les besoins cultivés et contentés, oui! de la
viande, du vin, des femmes, trois fois davantage qu'on n'en peut prendre
aujourd'hui, parce qu'on se portera mieux. Plus de pauvres, plus de
malades, plus de vieux, à cause de l'organisation meilleure, de la vie
moins dure, des bons hôpitaux, des bonnes maisons de retraite. Un paradis!
toute la science mise à se la couler douce! la vrai jouissance enfin d'être
vivant!

Buteau, emballé, donna un coup de poing sur une table, en gueulant:

--L'impôt, foutu! le tirage au sort, foutu! tous les embêtements, foutus!
rien que le plaisir!... Je signe.

--Bien sûr, déclara Delhomme sagement. Faudrait être l'ennemi de son corps
pour ne pas signer.

Fouan approuva, ainsi que Macqueron, Clou et les autres. Bécu, stupéfié,
bouleversé dans ses idées autoritaires, vint demander tout bas à Hourdequin
s'il ne fallait pas coffrer ce brigand, qui attaquait l'empereur. Mais le
fermier le calma d'un haussement d'épaules. Ah! oui, le bonheur! on le
rêvait par la science après l'avoir rêvé par le droit: c'était peut-être
plus logique, ça n'était toujours pas pour le lendemain. Et il partait de
nouveau, il appelait Jean, tout à la discussion, lorsque Lequeu céda
brusquement à son besoin de s'en mêler, dont il étouffait, comme d'une rage
contenue.

--A moins, lâcha-t-il de sa voix aigre, que vous ne soyez tous crevés avant
ces belles affaires.... Crevés de faim ou crevés à coups de fusil par les
gendarmes, si la faim vous rend méchants....

On le regardait, on ne comprenait pas.

--Certainement que, si le blé continue à venir d'Amérique, il n'existera
plus dans cinquante ans un seul paysan en France.... Est-ce que notre terre
pourra lutter avec celle de là-bas? A peine commencerons-nous à y essayer
la vraie culture, que nous serons inondés de grains.... J'ai lu un livre
qui en dit long, c'est vous autres qui êtes foutus....

Mais, dans son emportement, il eut la soudaine conscience de tous ces
visages effarés, tournés vers lui. Et il n'acheva même pas sa phrase, il
termina par un furieux geste, puis affecta de se replonger dans la lecture
de son journal.

--C'est bien à cause du blé d'Amérique, déclara Canon, que vous serez
foutus en effet, tant que le peuple ne s'emparera pas des grandes terres.

--Et moi, conclut Hourdequin, je vous répète qu'il ne faut point que ce blé
entre.... Après ça, votez pour M. Rochefontaine, si vous assez de moi à la
mairie et si vous voulez le blé à quinze francs.

Il remonta dans son cabriolet, suivi de Jean. Puis, comme ce dernier
fouettait le cheval, après avoir échangé un regard d'entente avec
Françoise, il dit à son maître, qui l'approuva d'un hochement de tête:

--Faudrait pas trop songer à ces machines-là, on en deviendrait fou.

Dans le cabaret, Macqueron parlait vivement à Delhomme, tout bas, tandis
que Canon, qui avait repris son air de se ficher du monde, achevait le
cognac en blaguant Jésus-Christ démonté, qu'il appelait «mademoiselle
Quatre-vingt-treize». Mais Buteau, sortant d'une songerie, s'aperçut
brusquement que Jean s'en était allé, et il resta surpris de retrouver là
Françoise, à la porte de la salle, où elle était venue se planter en
compagnie de Berthe, pour entendre. Cela le fâcha d'avoir perdu son temps à
la politique, lorsqu'il avait des affaires sérieuses. Cette saleté de
politique, elle vous prenait tout de même au ventre. Il eut, dans un coin,
une longue explication avec Coelina, qui finit par l'empêcher de faire un
esclandre immédiat; valait mieux que Françoise retournât chez lui
d'elle-même, quand on l'aurait calmée; et il partit à son tour, en menaçant
de la venir chercher avec une corde et un bâton, si on ne la décidait pas.

Le dimanche suivant, M. Rochefontaine fut élu député, et Hourdequin ayant
envoyé sa démission au préfet, Macqueron enfin devint maire, crevant dans
sa peau d'insolent triomphe.

Ce soir-là, on surprit Lengaigne, enragé, qui posait culotte à la porte de
son rival victorieux. Et il gueula:

--Je fais où ça me dit, maintenant que les cochons gouvernent!



VI


La semaine se passa, Françoise s'entêtait à ne pas rentrer chez sa soeur,
et il y eut scène abominable, sur la route: Buteau, qui la traînait par les
cheveux, dut la lâcher, cruellement mordu au pouce; si bien que Macqueron
prit peur et qu'il mit lui-même la jeune fille à la porte, en lui déclarant
que, comme représentant de l'autorité, il ne pouvait l'encourager davantage
dans sa révolte.

Mais justement la Grande passait, et elle emmena Françoise. Agée de
quatre-vingt-huit ans, elle ne se préoccupait de sa mort que pour laisser à
ses héritiers, avec sa fortune, le tracas de procès sans fin: une
complication de testament extraordinaire, embrouillée par plaisir, où sous
le prétexte de ne faire du tort à personne, elle les forçait de se dévorer
tous; une idée à elle, puisqu'elle ne pouvait emporter ses biens, de s'en
aller au moins avec la consolation qu'ils empoisonneraient les autres. Et
elle n'avait de la sorte pas de plus gros amusement que de voir la famille
se manger. Aussi s'empressa-t-elle d'installer sa nièce dans sa maison,
combattue un instant par sa ladrerie, décidée tout de suite à la pensée
d'en tirer beaucoup de travail contre peu de pain. En effet, dès le soir,
elle lui fit laver l'escalier et la cuisine. Puis, lorsque Buteau se
présenta, elle le reçut debout, de son bec mauvais de vieil oiseau de
proie; et lui, qui parlait de tout casser chez Macqueron, il trembla, il
bégaya, paralysé par l'espoir de l'héritage, n'osant entrer en lutte avec
la terrible Grande.

--J'ai besoin de Françoise, je la garde, puisqu'elle ne se plaît pas chez
vous.... Du reste, la voici majeure, vous avez des comptes à lui rendre.
Faudra en causer.

Buteau partit, furieux, épouvanté des embêtements qu'il sentait venir.

Huit jours après, en effet, vers le milieu d'août, Françoise eut vingt et
un ans. Elle était sa maîtresse, à cette heure. Mais elle n'avait guère
fait que changer de misère, car elle aussi tremblait devant sa tante, et
elle se tuait de travail, dans cette maison froide d'avare, où tout devait
reluire naturellement, sans qu'on dépensât ni savon ni brosse: de l'eau
pure et des bras, ça suffisait. Un jour, pour s'être oubliée jusqu'à donner
du grain aux poules, elle faillit avoir la tête fendue d'un coup de canne.
On racontait que, soucieuse d'épargner les chevaux, la Grande attelait son
petit-fils Hilarion à la charrue; et, si l'on inventait ça, la vérité était
qu'elle le traitait en vraie bête, tapant sur lui, le massacrant d'ouvrage,
abusant de sa force de brute, à le laisser sur le flanc, mort de fatigue,
si mal nourri d'ailleurs, de croûtes et d'égouttures comme le cochon, qu'il
crevait continuellement de faim, dans son aplatissement de terreur. Lorsque
Françoise comprit qu'elle complétait la paire, à l'attelage, elle n'eut
plus qu'une envie, quitter la maison. Et ce fut alors que, brusquement, la
volonté lui vint de se marier.

Elle, simplement, désirait en finir. Plutôt que de se remettre avec Lise,
elle se serait fait tuer, raidie dans une de ces idées de justice, qui,
enfant, la ravageaient déjà. Sa cause était la seule juste, elle se
méprisait d'avoir patienté si longtemps; et elle restait muette sur Buteau,
elle ne parlait durement que de sa soeur, sans laquelle on aurait pu
continuer à loger ensemble. Aujourd'hui que c'était cassé, bien cassé, elle
vivait dans l'unique pensée de se faire rendre son bien, sa part
d'héritage. Ça la tracassait du matin au soir, elle s'emportait parce qu'il
fallait des formalités, à n'en point sortir. Comment? ceci est à moi, ceci
est à toi, et l'on n'en finissait pas en trois minutes! C'était donc qu'on
s'entendait pour la voler? Elle soupçonnait toute la famille, elle en
arrivait à se dire que, seul, un homme, un mari, la tirerait de là. Sans
doute, Jean n'avait pas grand comme la main de terre, et il était son aîné
de quinze ans. Mais aucun autre garçon ne la demandait, pas un peut-être ne
se serait risqué, à cause des histoires chez Buteau, que personne ne
voulait avoir contre soi, tant on le craignait à Rognes. Puis, quoi? elle
était allée une fois avec Jean; ça ne faisait trop rien, puisqu'il n'y
avait pas eu de suite; seulement, il était bien doux, bien honnête. Autant
celui-là, du moment qu'elle n'en aimait pas d'autre et qu'elle en prenait
un, n'importe lequel, pour qu'il la défendît et pour que Buteau enrageât.
Elle aussi aurait un homme à elle.

Jean, lui, avait gardé une grande amitié au coeur. Son envie de l'avoir
s'était calmée, et beaucoup, à la désirer si longtemps. Il ne revenait pas
moins à elle très gentiment, se regardant comme son homme, puisque des
promesses étaient échangées. Il avait patienté jusqu'à sa majorité, sans la
contrarier dans son idée d'attendre, l'empêchant au contraire de mettre les
choses contre elle, chez sa soeur. Maintenant, elle pouvait donner plus de
raisons qu'il n'en fallait pour avoir les braves gens de son côté. Aussi,
tout en blâmant la façon brutale dont elle était partie, lui répétait-il
qu'elle tenait le bon bout. Enfin, quand elle voudrait causer du reste, il
était prêt.

Le mariage fut arrêté ainsi, un soir qu'il était venu la retrouver,
derrière l'étable de la Grande. Une vieille barrière pourrie s'ouvrait là,
sur une impasse, et tous deux restèrent accotés, lui dehors, elle dedans,
avec le ruisseau de purin qui leur coulait entre les jambes.

--Tu sais, Caporal, dit-elle la première, en le regardant dans les yeux, si
ça te va encore, ça me va, à cette heure.

Il la regardait fixement, lui aussi, il répondit d'une voix lente:

--Je ne t'en reparlais plus, parce que j'aurais eu l'air d'en vouloir à ton
bien.... Mais tu as tout de même raison, c'est le moment.

Un silence régna. Il avait posé la main sur celle de la jeune fille,
qu'elle appuyait à la barrière. Ensuite, il reprit:

--Et il ne faut pas que l'idée de la Cognette te tourmente, à cause des
histoires qui ont couru.... Voici bien trois ans que je ne lui ai plus
seulement touché la peau.

--Alors, c'est comme moi, déclara-t-elle, je ne veux point que l'idée de
Buteau te taquine.... Le cochon gueule partout qu'il m'a eue. Peut-être
bien que tu le crois?

--Tout le monde le croit dans le pays, murmura-t-il, pour éluder la
question.

Puis, comme elle le regardait toujours:

--Oui, je l'ai cru.... Et, vrai! je comprenais ça; car je connais le
bougre, tu ne pouvais pas faire autrement que d'y passer.

--Oh! il a essayé, il m'a assez pétri le corps! Mais, si je te jure que
jamais il n'est allé au bout, me croiras-tu?

--Je te crois.

Pour lui marquer son plaisir, il acheva de lui prendre la main, la garda
serrée dans la sienne, le bras accoudé sur la barrière. S'étant aperçu que
l'écoulement de l'étable mouillait ses souliers, il avait écarté les
jambes.

--Tu semblais rester chez lui de si bon coeur, ça aurait pu t'amuser qu'il
t'empoignât....

Elle eut un malaise, son regard si droit et si franc s'était baissé.

--D'autant plus que tu ne voulais pas davantage avec moi, tu te rappelles?
N'importe, cet enfant que j'enrageais de ne pas t'avoir fait, vaut mieux
aujourd'hui qu'il reste à faire. C'est tout de même plus propre.

Il s'interrompit, il lui fit remarquer qu'elle était dans le ruisseau.

--Prends garde, tu te trempes.

Elle écarta ses pieds à son tour, elle conclut:

--Alors, nous sommes d'accord.

--Nous sommes d'accord, fixe la date qu'il te plaira.

Et ils ne s'embrassèrent même point, ils se secouèrent la main, en bons
amis, par-dessus la barrière. Puis, chacun d'eux s'en alla de son côté.

Le soir, lorsque Françoise dit sa volonté d'épouser Jean, en expliquant
qu'il lui fallait un homme pour la faire rentrer dans son bien, la Grande
ne répondit rien d'abord. Elle était restée droite, avec ses yeux ronds;
elle calculait la perte, le gain, le plaisir qu'elle y aurait; et, le
lendemain seulement, elle approuva le mariage. Toute la nuit, sur sa
paillasse, elle avait roulé l'affaire, car elle ne dormait presque plus,
elle demeurait les paupières ouvertes jusqu'au jour, à imaginer des choses
désagréables contre la famille. Ce mariage lui était apparu gros de telles
conséquences pour tout le monde, qu'elle en avait brûlé d'une vraie fièvre
de jeunesse. Déjà, elle prévoyait les moindres ennuis, elle les
compliquait, les rendait mortels. Si bien qu'elle déclara à sa nièce
vouloir se charger de tout, par amitié. Elle lui dit ce mot, accentué d'un
terrible brandissement de canne: puisqu'on l'abandonnait, elle lui
servirait de mère; et on allait voir ça!

En premier lieu, la Grande fit comparaître devant elle son frère Fouan,
pour causer de ses comptes de tutelle. Mais le vieux ne put donner une
seule explication. Si on l'avait nommé tuteur, ce n'était pas de sa faute;
et, au demeurant, puisque M. Baillehache avait tout fait, fallait
s'adresser à M. Baillehache. Du reste, dès qu'il s'aperçut qu'on
travaillait contre les Buteau, il exagéra son ahurissement. L'âge et la
conscience de sa faiblesse le laissaient éperdu, lâche, à la merci de tous.
Pourquoi donc se serait-il fâché avec les Buteau? Deux fois déjà, il avait
failli retourner chez eux, après des nuits de frissons, tremblant d'avoir
vu Jésus-Christ et la Trouille rôder dans sa chambre, enfoncer leurs bras
nus jusque sous le traversin, pour lui voler les papiers. Bien sûr qu'on
finirait par l'assassiner au Château, s'il ne filait pas, un soir. La
Grande, ne pouvant rien tirer de lui, le renvoya épouvanté, en criant qu'il
irait en justice, si l'on avait touché à la part de la petite. Delhomme,
qu'elle effraya ensuite, comme membre du conseil de famille, rentra chez
lui malade, au point que Fanny accourut derrière son dos dire qu'ils
préféraient y être de leur poche, plutôt que d'avoir des procès. Ça
marchait, ça commençait à être amusant.

La question était de savoir s'il fallait d'abord entamer l'affaire du
partage des biens ou procéder tout de suite au mariage. La Grande y songea
deux nuits, puis se prononça pour le mariage immédiat: Françoise marié à
Jean, réclamant sa part, assistée de son mari, ça augmenterait l'embêtement
des Buteau. Alors, elle bouscula les choses, retrouva des jambes de jeune
garce, s'occupa des papiers de sa nièce, se fit remettre ceux de Jean,
régla tout à la mairie et à l'église, poussa la passion jusqu'à prêter
l'argent nécessaire, contre un papier signé des deux, et où la somme fut
doublée, pour les intérêts. Ce qui lui arrachait le coeur, c'étaient les
verres de vin forcément offerts, au milieu des apprêts; mais elle avait son
vinaigre tourné, son chasse-cousin, si imbuvable, qu'on se montrait d'une
grande discrétion. Elle décida qu'il n'y aurait point de repas, à cause des
ennuis de famille: la messe et un coup de chasse-cousin, simplement, pour
trinquer au bonheur du ménage. Les Charles, invités, s'excusèrent,
prétextant les soucis que leur causait leur gendre Vaucogne. Fouan,
inquiet, se coucha, fit dire qu'il était malade. Et, des parents, il ne
vint que Delhomme, qui voulut bien être l'un des témoins de Françoise, afin
de marquer l'estime où il tenait Jean, un bon sujet. De son côté, celui-ci
n'amena que ses témoins, son maître Hourdequin et un des serviteurs de la
ferme. Rognes était en l'air, ce mariage si rondement mené, gros de tant de
batailles, fut guetté de chaque porte. A la mairie, Macqueron, devant
l'ancien maire, exagéra les formalités, tout gonflé de son importance. A
l'église, il y eut un incident pénible, l'abbé Madeline s'évanouit, en
disant sa messe. Il n'allait pas bien, il regrettait ses montagnes, depuis
qu'il vivait dans la plate Beauce, navré de l'indifférence religieuse de
ses nouveaux paroissiens, si bouleversé des commérages et des disputes
continuelles des femmes, qu'il n'osait même plus les menacer de l'enfer.
Elles l'avaient senti faible, elles en abusaient jusqu'à le tyranniser dans
les choses du culte. Pourtant Coelina, Flore, toutes, montrèrent un grand
apitoiement de ce qu'il était tombé le nez sur l'autel, et elles
déclarèrent que c'était un signe de mort prochaine pour les mariés.

On avait décidé que Françoise continuerait à loger chez la Grande, tant que
le partage ne serait pas fait, car elle avait arrêté, dans sa volonté de
fille têtue, qu'elle aurait la maison. A quoi bon louer ailleurs, pour
quinze jours? Jean, qui devait rester charretier à la ferme, en attendant,
viendrait simplement la retrouver, chaque soir. Leur nuit de noce fut toute
bête et triste, bien qu'ils ne fussent pas fâchés d'être enfin ensemble.
Comme il la prenait, elle se mit à pleurer si fort qu'elle en suffoquait;
et pourtant il ne lui avait pas fait de mal, il y était allé, au contraire,
très gentiment. Le pire était qu'au milieu de ses sanglots elle lui
répondait qu'elle n'avait rien contre lui, qu'elle pleurait sans pouvoir
s'arrêter, en ne sachant même pas pourquoi. Naturellement, une pareille
histoire n'était guère de nature à échauffer un homme. Il eut beau ensuite
la reprendre, la garder dans ses bras, ils n'y éprouvèrent point de
plaisir, moins encore que dans la meule, la première fois. Ces choses-là,
comme il l'expliqua, quand ça ne se faisait pas tout de suite, ça perdait
de son goût. D'ailleurs, malgré ce malaise, cette sorte de gêne qui leur
avait barbouillé le coeur à l'un et à l'autre, ils étaient très d'accord,
ils achevèrent la nuit ne pouvant dormir, à décider de quelle façon
marcheraient les choses, lorsqu'ils auraient la maison et la terre.

Dès le lendemain, Françoise exigea le partage. Mais la Grande n'était plus
si pressée: d'abord, elle voulait faire traîner le plaisir, en tirant le
sang de la famille à coups d'épingle; ensuite, elle avait su trop bien
profiter de la petite et de son mari, qui, chaque soir, payait de deux
heures de travail son loyer de la chambre, pour être impatiente de les voir
la quitter et s'installer chez eux. Cependant, il lui fallut aller demander
aux Buteau comment ils entendaient le partage. Elle-même, au nom de
Françoise, exigeait la maison, la moitié de la pièce de labour, la moitié
du pré, et abandonnait la moitié de la vigne, un arpent, qu'elle estimait
valoir la maison, à peu près. C'était juste et raisonnable, en somme, car
ce règlement à l'amiable aurait évité de mettre dans l'affaire la justice,
qui en garde toujours trop gras aux mains. Buteau, que l'entrée de la
Grande avait révolutionné, forcé qu'il était de la respecter, celle-là, à
cause de ses sous, ne put en entendre davantage. Il sortit violemment, de
crainte d'oublier son intérêt jusqu'à taper dessus. Et Lise, restée seule,
le sang aux oreilles, bégaya de colère.

--La maison, elle veut la maison, cette dévergondée, cette rien du tout,
qui s'est mariée sans même me venir voir!... Eh bien! ma tante, dites-lui
que le jour où elle aura la maison, faudra sûrement que je sois crevée.

La Grande demeura calme.

--Bon! bon! ma fille, pas besoin de se tourner le sang.... Tu veux aussi la
maison, c'est ton droit. On va voir.

Et, pendant trois jours, elle voyagea ainsi, entre les deux soeurs, portant
de l'une à l'autre les sottises qu'elles s'adressaient, les exaspérant à ce
point que toutes les deux faillirent se mettre au lit. Elle, sans se
lasser, faisait valoir combien elle les aimait et quelle reconnaissance ses
nièces lui devraient, pour s'être résignée à ce métier de chien. Enfin, il
fut convenu qu'on partagerait la terre, mais que la maison et le mobilier,
ainsi que les bêtes, seraient vendus judiciairement, puisqu'on ne pouvait
s'entendre. Chacune des deux soeurs jurait qu'elle rachèterait la maison
n'importe à quel prix, quitte à y laisser sa dernière chemise.

Grosbois vint donc arpenter les biens et les diviser en deux lots. Il y
avait un hectare de prairie, un autre de vignes, deux de labour, et c'était
ces derniers surtout, au lieu dit des Cornailles, que Buteau, depuis son
mariage, s'entêtait à ne pas lâcher, car ils touchaient au champ qu'il
tenait lui-même de son père, ce qui constituait une pièce de près de trois
hectares, telle que pas un paysan de Rognes n'en possédait. Aussi, quel
enragement, lorsqu'il vit Grosbois installer son équerre et planter les
jalons! La Grande était là, à surveiller, Jean ayant préféré ne pas y être,
de peur d'une bataille. Et une discussion s'engagea, car Buteau voulait que
la ligne fût tirée parallèlement au vallon de l'Aigre, de façon que son
champ restât soudé à son lot, quel qu'il fût; tandis que la tante exigeait
que la division fût faite perpendiculairement, dans l'unique but de le
contrarier. Elle l'emporta, il serra les poings, étranglé de fureur
contenue.

--Alors, nom de Dieu! si je tombe sur le premier lot, je serai coupé en
deux, j'aurai ça d'un côté et mon champ de l'autre?

--Dame! mon petit, c'est à toi de tirer le lot qui t'arrange.

Il y avait un mois que Buteau ne décolérait pas. D'abord, la fille lui
échappait; il était malade de désir rentré, depuis qu'il ne lui prenait
plus la chair à poignées sous la jupe, avec l'espoir obstiné de l'avoir
toute un jour; et, après le mariage, l'idée que l'autre la tenait dans son
lit, s'en donnait sur elle tant qu'il voulait, avait achevé de lui allumer
le sang du corps. Puis, maintenant, c'était la terre que l'autre lui
retirait des bras pour la posséder, elle aussi. Autant lui couper un
membre. La fille encore, ça se retrouvait; mais la terre, une terre qu'il
regardait comme sienne, qu'il s'était juré de ne jamais rendre! Il voyait
rouge, cherchait des moyens, rêvait confusément des violences, des
assassinats, que la terreur des gendarmes l'empêchait seule de commettre.

Enfin un rendez-vous fut pris chez M. Baillehache, où Buteau et Lise se
retrouvèrent pour la première fois en face de Françoise et de Jean, que la
Grande avait accompagnés par plaisir, sous le prétexte d'empêcher les
choses de tourner au vilain. Ils entrèrent tous les cinq, raides,
silencieux, dans le cabinet. Les Buteau s'assirent à droite. Jean, à
gauche, resta debout derrière Françoise, comme pour dire qu'il n'en était
pas, qu'il venait simplement autoriser sa femme. Et la tante prit place au
milieu, maigre et haute, tournant ses yeux ronds et son nez de proie sur
les uns, puis sur les autres, satisfaite. Les deux soeurs n'avaient même
pas semblé se connaître, sans un mot, sans un regard, le visage dur. Il n'y
eut qu'un coup d'oeil échangé entre les hommes, rapide, luisant et à fond,
pareil à un coup de couteau.

--Mes amis, dit M. Baillehache, que ces attitudes dévorantes laissaient
calme, nous allons terminer avant tout le partage des terres, sur lequel
vous êtes d'accord.

Cette fois, il exigea d'abord les signatures. L'acte se trouvait prêt, la
désignation des lots seule demeurait en blanc, à la suite des noms; et tous
durent signer avant le tirage au sort, auquel il fit procéder séance
tenante, afin d'éviter tout ennui.

Françoise ayant amené le numéro deux, Lise dut prendre le numéro un, et la
face de Buteau devint noire, sous le flot qui en gonfla les veines. Jamais
de chance! sa parcelle tranchée en deux! cette garce de cadette et son mâle
plantés là, avec leur part, entre son morceau de gauche et son morceau de
droite!

--Nom de Dieu de nom de Dieu! jura-t-il entre ses dents. Sacré cochon de
bon Dieu!

Le notaire le pria d'attendre d'être dans la rue.

--Il y a que ça nous coupe là-haut, en plaine, fit remarquer Lise, sans se
tourner vers sa soeur. Peut-être qu'on consentira à faire un échange. Ça
nous arrangerait et ça ne ferait du tort à personne.

--Non! dit Françoise sèchement.

La Grande approuva d'un signe de tête: ça portait malheur, de défaire ce
que le sort avait fait. Et ce coup malicieux du destin l'égayait, tandis
que Jean n'avait pas bougé, derrière sa femme, si résolu à se tenir à
l'écart, que son visage n'exprimait rien.

--Voyons, reprit le notaire, tâchons d'en finir, ne nous amusons pas.

Les deux soeurs, d'une commune entente, l'avaient choisi pour procéder à la
licitation de la maison, des meubles et des bêtes. La vente par voie
d'affiches fut fixée au deuxième dimanche du mois: elle se ferait dans son
étude, et le cahier des charges portait que l'adjudicataire aurait le droit
d'entrer en jouissance le jour même de l'adjudication. Enfin, après la
vente, le notaire procéderait aux divers règlements de compte, entre les
cohéritières. Tout cela fut accepté, sans discussion.

Mais, à ce moment, Fouan, qu'on attendait comme tuteur, fut introduit par
un clerc, qui empêcha Jésus-Christ d'entrer, tellement le bougre était
soûl. Bien que Françoise fût majeure depuis un mois, les comptes de tutelle
n'étaient pas rendus encore, ce qui compliquait les choses; et il devenait
nécessaire de s'en débarrasser, pour dégager la responsabilité du vieux. Il
les regardait, les uns et les autres, de ses petits yeux écarquillés; il
tremblait, dans sa peur croissante d'être compromis et de se voir traîner
en justice.

Le notaire donna lecture du relevé des comptes. Tous l'écoutaient, les
paupières battantes, anxieux de ne pas toujours comprendre, redoutant,
s'ils laissaient passer un mot, que leur malheur ne fût dans ce mot.

--Avez-vous des réclamations à faire? demanda M. Baillehache, quand il eut
fini.

Ils restèrent effarés. Quelles réclamations? Peut-être bien qu'ils
oubliaient des choses, qu'ils y perdaient.

--Pardon, déclara brusquement la Grande, mais ça ne fait pas du tout le
compte de Françoise, ça! et faut vraiment que mon frère se bouche l'oeil
exprès, pour ne pas voir qu'elle est volée!

Fouan bégaya.

--Hein? quoi?... Je ne lui ai pas pris un sou, devant Dieu, je le jure!

--Je dis que Françoise, depuis le mariage de sa soeur, ce qui fait depuis
cinq ans bientôt, est restée dans le ménage comme servante, et qu'on lui
doit des gages.

Buteau, à ce coup imprévu, sauta sur sa chaise. Lise, elle-même, étouffa.

--Des gages!... Comment? à une soeur!... Ah bien! ce serait trop cochon!

M. Baillehache dut les faire taire, en affirmant que la mineure avait
parfaitement le droit de réclamer des gages, si elle le voulait.

--Oui, je veux, dit Françoise. Je veux tout ce qui est à moi.

--Et ce qu'elle a mangé, alors? cria Buteau hors de lui. Ça ne traînait pas
avec elle, le pain et la viande. On peut la tâter, elle n'est pas grasse de
lécher les murs, la feignante!

--Et le linge, et les robes? continua furieusement Lise. Et le
blanchissage? qu'en deux jours elle vous salissait une chemise, tellement
elle suait!

Françoise, vexée, répondit:

--Si je suais tant que ça, c'est donc que je travaillais.

--La sueur, ça sèche, ça ne salit pas, ajouta la Grande.

De nouveau, M. Baillehache intervint. Et il leur expliqua que c'était un
compte à faire, les gages d'un côté, la nourriture et l'entretien de
l'autre. Il avait pris une plume, il essaya d'établir ce compte sur leurs
indications. Mais ce fut terrible. Françoise, soutenue par la Grande, avait
des exigences, estimait son travail très cher, énumérait tout ce qu'elle
faisait dans la maison, et les vaches, et le ménage, et la vaisselle, et
les champs, où son beau-frère l'employait comme un homme. De leur côté, les
Buteau, exaspérés, grossissaient la note des frais, comptaient les repas,
mentaient sur les vêtements, réclamaient jusqu'à l'argent des cadeaux faits
aux jours de fête. Pourtant, malgré leur âpreté, il arriva qu'ils
redevaient cent quatre-vingt-six francs. Ils en restèrent les mains
tremblantes, les yeux enflammés, cherchant encore ce qu'ils pourraient
déduire.

On allait accepter le chiffre, lorsque Buteau cria:

--Minute! et le médecin, quand elle a eu son sang arrêté.... Il est venu
deux fois. Ça fait six francs.

La Grande ne voulut pas qu'on tombât d'accord sur cette victoire des
autres, et elle bouscula Fouan, exigeant qu'il se souvînt des journées que
la petite avait faites pour la ferme, autrefois, lorsqu'il demeurait dans
la maison. Était-ce cinq ou six journées à trente sous? Françoise criait
six, Lise cinq, violemment, comme si elles se fussent jeté des pierres. Et
le vieux, éperdu, donnait raison à l'une, donnait raison à l'autre, en se
tapant le front de ses deux poings. Françoise l'emporta, le chiffre total
fut de cent quatre-vingt-neuf francs.

--Alors, cette fois, c'est bien tout? demanda le notaire.

Buteau, sur sa chaise, semblait anéanti, écrasé par ce compte qui
grossissait toujours, ne luttant plus, se croyant au bout du malheur. Il
murmura d'une voix dolente:

--Si l'on veut ma chemise, je vas l'ôter.

Mais la Grande réservait un dernier coup, terrible, quelque chose de gros
et de bien simple, que tout le monde oubliait.

--Écoutez-donc, et les cinq cents francs de l'indemnité, pour le chemin,
là-haut?

D'un saut, Buteau se trouva debout, les yeux hors de la tête, la bouche
ouverte. Rien à dire, pas de discussion possible: il avait touché l'argent,
il devait en rendre la moitié. Un instant, il chercha; puis, ne trouvant
pas de retraite, dans la folie qui montait et lui battait le crâne, il se
rua brusquement sur Jean.

--Bougre de salop, qui a tué notre bonne amitié! Sans toi, on serait encore
en famille, tous collés, tous gentils!

Jean, très raisonnable dans son silence, dut se mettre sur la défensive.

--Touche pas ou je cogne!

Vivement, Françoise et Lise s'étaient levées, se plantant chacune devant
son homme, le visage gonflé de leur haine lentement accrue, les ongles
enfin dehors, prêtes à s'arracher la peau. Et une bataille générale, que ni
la Grande ni Fouan ne semblaient disposés à empêcher, aurait sûrement fait
voler les bonnets et les cheveux, si le notaire n'était sorti de son flegme
professionnel.

--Mais, nom d'un chien! attendez d'être dans la rue! C'est agaçant, qu'on
ne puisse tomber d'accord sans se battre!

Lorsque tous, frémissants, se tinrent tranquilles, il ajouta:

--Vous l'êtes, d'accord, n'est-ce pas?... Eh bien! je vais arrêter les
comptes de tutelle, on les signera, puis nous procéderons à la vente de la
maison, pour en finir.... Allez-vous-en, et soyez sages, les bêtises
coûtent cher, des fois!

Cette parole acheva de les calmer. Mais, comme ils sortaient, Jésus-Christ,
qui avait attendu le père, insulta toute la famille, en gueulant que
c'était une vraie honte, de fourrer un pauvre vieux dans ces sales
histoires, pour le voler bien sûr; et, attendri par l'ivresse, il l'emmena
comme il l'avait amené, sur la paille d'une charrette, empruntée à un
voisin. Les Buteau filèrent d'un côté, la Grande poussa Jean et Françoise
au Bon Laboureur, où elle se fit payer du café noir. Elle rayonnait.

--J'ai tout de même bien ri! conclut-elle, en mettant le reste du sucre
dans sa poche.

Ce jour-là encore, la Grande eut une idée. En rentrant à Rognes, elle
courut s'entendre avec le père Saucisse, un de ses anciens amoureux,
disait-on. Comme les Buteau avaient juré qu'ils pousseraient la maison,
contre Françoise, jusqu'à y laisser la peau, elle s'était dit que, si le
vieux paysan la poussait de son côté, les autres peut-être ne se
méfieraient pas et la lui lâcheraient; car il se trouvait leur voisin, il
pouvait avoir l'envie de s'agrandir. Tout de suite, il accepta, moyennant
un cadeau. Si bien que, le deuxième dimanche du mois, aux enchères, les
choses se passèrent comme elle l'avait prévu. De nouveau, dans l'étude de
maître Baillehache, les Buteau étaient d'un côté, Françoise et Jean de
l'autre, avec la Grande; et il y avait du monde; quelques paysans, venus
avec l'idée vague d'acheter, si c'était pour rien. Mais, en quatre ou cinq
enchères, jetées d'une voix brève par Lise et Françoise, la maison monta à
trois mille cinq cents francs, ce qu'elle valait. Françoise, à trois mille
huit, s'arrêta. Alors, le père Saucisse entra en scène, décrocha les quatre
mille, mit encore cinq cents francs. Effarés, les Buteau se regardèrent: ce
n'était plus possible, l'idée de tout cet argent les glaçait. Lise,
pourtant, se laissa emporter jusqu'à cinq mille. Et elle fut écrasée,
lorsque le vieux paysan, d'un seul coup, sauta à cinq mille deux. C'était
fini, la maison lui fut adjugée à cinq mille deux cents francs. Les Buteau
ricanèrent, cette grosse somme serait bonne à toucher, du moment que
Françoise et son vilain bougre, eux aussi, étaient battus.

Cependant, lorsque Lise, de retour à Rognes, rentra dans cette antique
demeure, où elle était née, où elle avait vécu, elle se mit à sangloter.
Buteau, de même, étranglait, serré à la gorge, au point qu'il finit par se
soulager sur elle, en jurant que, lui, aurait donné jusqu'au dernier poil
de son corps; mais ces sans-coeurs de femmes, ça ne vous avait la bourse
ouverte, comme les cuisses, que pour la godaille. Il mentait, c'était lui
qui l'avait arrêtée; et ils se battirent. Ah! la pauvre vieille maison
patrimoniale des Fouan, bâtie il y avait trois siècles par un ancêtre,
aujourd'hui branlante, lézardée, tassée, raccommodée de toutes parts, le
nez tombé en avant sous le souffle des grands vents de la Beauce! Dire que
la famille l'habitait depuis trois cents ans, qu'on avait fini par l'aimer
et par l'honorer comme une vraie relique, si bien qu'elle comptait lourd
dans les héritages! D'une gifle, Buteau renversa Lise, qui se releva et
faillit lui casser la jambe d'une ruade.

Le lendemain soir, ce fut autre chose, le coup de tonnerre éclata. Le père
Saucisse étant allé, le matin, faire la déclaration de command, Rognes sut,
dès midi, qu'il avait acheté la maison pour le compte de Françoise,
autorisée par Jean; et non seulement la maison, mais encore les meubles,
Gédéon et la Coliche. Chez les Buteau, il y eut un hurlement de douleur et
de détresse, comme si la foudre était entrée. L'homme, la femme, tombés à
terre, pleuraient, gueulaient, dans le désespoir sauvage de n'être pas les
plus forts, d'avoir été joués par cette garce de gamine. Ce qui les
affolait, c'était surtout d'entendre qu'on riait d'eux dans tout le
village, tant ils avaient peu montré de malignité. Nom de Dieu! s'être fait
rouler ainsi, se laisser foutre à la porte de chez soi, en un tour de main!
Ah! non, par exemple, on allait voir!

Quand la Grande se présenta, le soir même, au nom de Françoise, pour
s'entendre poliment avec Buteau sur le jour où il comptait déménager, il la
flanqua dehors, perdant toute prudence, répondant d'un seul mot.

--Merde!

Elle s'en alla très contente, elle lui cria simplement qu'on enverrait
l'huissier. Dès le lendemain, en effet, Vimeux, pâle et inquiet, plus
minable qu'à l'ordinaire, monta la rue, frappa avec précaution, guetté par
les commères des maisons voisines. On ne répondit pas, il dut frapper plus
fort, il osa appeler, en expliquant que c'était pour la sommation d'avoir à
déguerpir. Alors, la fenêtre du grenier s'ouvrit, une voix gueula le mot,
le même, l'unique:

--Merde!

Et un pot plein de la chose fut vidé. Trempé du haut en bas, Vimeux dut
remporter la sommation. Rognes s'en tient encore les côtes.

Mais, tout de suite, la Grande avait emmené Jean à Châteaudun, chez
l'avoué. Celui-ci leur expliqua qu'il fallait au moins cinq jours, avant
d'en arriver à l'expulsion: le référé introduit, l'ordonnance rendue par le
président, la levée au greffe de cette ordonnance, enfin l'expulsion, pour
laquelle l'huissier se ferait aider des gendarmes, s'il le fallait. La
Grande discuta afin de gagner un jour, et lorsqu'elle fut de retour à
Rognes, comme on était au mardi, elle annonça partout que, le samedi soir,
les Buteau seraient jetés dans la rue à coups de sabre, ainsi que des
voleurs, s'ils n'avaient pas d'ici là quitté la maison de bonne grâce.

Quand on répéta la nouvelle à Buteau, il eut un geste de terrible menace.
Il criait à qui voulait l'entendre qu'il ne sortirait pas vivant, que les
soldats seraient obligés de démolir les murs, avant de l'en arracher. Et,
dans le pays, on ne savait s'il faisait le fou, ou s'il l'était réellement
devenu, tant sa colère touchait à l'extravagance. Il passait sur les
routes, debout à l'avant de sa voiture, au galop de son cheval, sans
répondre, sans crier gare; même on l'avait rencontré la nuit, tantôt d'un
côté, tantôt d'un autre, revenant on ne savait d'où, du diable bien sûr. Un
homme, qui s'était approché, avait reçu un grand coup de fouet. Il semait
la terreur, le village fut bientôt en continuelle alerte. On s'aperçut, un
matin, qu'il s'était barricadé chez lui; et des cris effroyables
s'élevaient derrière les portes closes, des hurlements où l'on croyait
reconnaître les voix de Lise et de ses deux enfants. Le voisinage en fut
révolutionné, on tint conseil, un vieux paysan finit par se dévouer en
appliquant une échelle à une fenêtre, pour monter voir. Mais la fenêtre
s'ouvrit, Buteau renversa l'échelle et le vieux, qui faillit avoir les
jambes rompues. Est-ce qu'on n'était pas libre chez soi? Il brandissait les
poings, il gueulait qu'il aurait leur peau à tous, s'ils le dérangeaient
encore. Le pis fut que Lise se montra, elle aussi, avec les deux mioches,
lâchant des injures, accusant le monde de mettre le nez où il n'y avait que
faire. On n'osa plus s'en mêler. Seulement, les transes grandirent à chaque
nouveau vacarme, on venait écouter en frémissant les abominations qu'on
entendait de la rue. Les malins croyaient qu'il avait son idée. D'autres
juraient qu'il perdait la boule et que ça finirait par un malheur. Jamais
on ne sut au juste.

Le vendredi, la veille du jour où l'on attendait l'expulsion, une scène
surtout émotionna. Buteau, ayant rencontré son père près de l'église, se
mit à pleurer comme un veau et s'agenouilla par terre, devant lui, en
demandant pardon, d'avoir fait la mauvaise tête, anciennement. C'était
peut-être bien ça qui lui portait malheur. Il le suppliait de revenir loger
chez eux, il semblait croire que ce retour seul pouvait y ramener la
chance. Fouan, ennuyé de ce qu'il braillait, étonné de son apparent
repentir, lui promit d'accepter un jour, quand tous les embêtements de la
famille seraient terminés.

Enfin, le samedi arriva. L'agitation de Buteau était allée en croissant, il
attelait et dételait du matin au soir, sans raison; et les gens se
sauvaient, devant cet enragement de courses en voiture, qui ahurissait par
son inutilité. Le samedi, dès huit heures, il attela une fois encore, mais
il ne sortit point, il se planta sur sa porte, appelant les voisins qui
passaient, ricanant, sanglotant, hurlant son affaire en termes crus. Hein?
c'était rigolo tout de même d'être emmerdé par une petite garce qu'on avait
eue pour traînée pendant cinq ans! Oui, une putain! et sa femme aussi! deux
fières putains, les deux soeurs, qui se battaient à qui y passerait la
première! Il revenait à ce mensonge, avec des détails ignobles, pour se
venger. Lise étant sortie, une querelle atroce s'engagea, il la rossa
devant le monde, la renvoya détendue et soulagée, contenté, lui aussi,
d'avoir tapé fort. Et il restait sur la porte à guetter la justice, il
goguenardait, l'insultait: est-ce qu'elle se faisait foutre en chemin, la
justice? Il ne l'attendait plus, il triomphait.

Ce fut seulement à quatre heures que Vimeux parut avec deux gendarmes.
Buteau pâlit, ferma précipitamment la porte de la cour. Peut-être
n'avait-il jamais cru qu'on irait jusqu'au bout. La maison tomba à un
silence de mort. Insolent cette fois, sous la protection de la force année,
Vimeux frappa des deux poings. Rien ne répondait. Les gendarmes durent s'en
mêler, ébranlèrent la vieille porte à coup de crosse. Toute une queue
d'hommes, de femmes et d'enfants les avaient suivis, Rognes entier était
là, dans l'attente du siège annoncé. Et, brusquement, la porte se rouvrit,
on aperçut Buteau debout à l'avant de sa voiture, fouettant son cheval,
sortant au galop et poussant droit à la foule. Il clamait, au milieu des
cris d'effroi:

--Je vas me neyer! je vas me neyer!

C'était foutu, il parlait d'en finir, de se jeter dans l'Aigre, avec sa
voiture, son cheval, tout!

--Gare donc! je vas me neyer!

Une épouvante avait dispersé les curieux, devant les coups de fouet et le
train emporté de la carriole. Mais, comme il la lançait sur la pente, à
fracasser les roues, des hommes coururent pour l'arrêter. Cette sacrée tête
de pioche était bien capable de faire le plongeon, histoire d'embêter les
autres. On le rattrapa, il fallut batailler, sauter à la tête du cheval,
monter dans la voiture. Quand on le ramena, il ne soufflait plus un mot,
les dents serrées, tout le corps raidi, laissant s'accomplir le destin,
dans la muette protestation de sa rage impuissante.

A ce moment, la Grande amenait Françoise et Jean, pour qu'ils prissent
possession de la maison. Et Buteau se contenta de les regarder en face, du
regard noir dont il suivait maintenant la fin de son malheur. Mais c'était
le tour de Lise à crier, à se débattre, ainsi qu'une folle. Les gendarmes
étaient là, qui lui répétaient de faire ses paquets et de filer. Fallait
bien obéir, puisque son homme était assez lâche pour ne pas la défendre, en
tapant dessus. Les poings aux hanches, elle tombait sur lui.

--Jean-foutre qui nous laisse flanquer à la rue! T'as pas de coeur, dis?
que tu ne cognes pas sur ces cochons-la.... Va donc, lâche, lâche! t'es
plus un homme!

Comme elle lui criait ça dans la face, exaspérée de son immobilité, il
finit par la repousser si rudement, qu'elle en hurla. Mais il ne sortit
point de son silence, il n'eut sur elle que son regard noir.

--Allons, la mère, dépêchons, dit Vimeux triomphant. Nous ne partirons que
lorsque vous aurez remis les clefs aux nouveaux propriétaires.

Dès lors, Lise commença à déménager, dans un coup de fureur. Depuis trois
jours, elle et Buteau avaient déjà porté beaucoup de choses, les outils,
les gros ustensiles, chez leur voisine, la Frimat; et l'on comprit qu'ils
s'attendaient tout de même à l'expulsion, car ils s'étaient mis d'accord
avec la vieille femme, qui, pour leur donner le temps de se retourner, leur
louait son chez elle, trop grand, en s'y réservant seulement la chambre de
son homme paralytique. Puisque les meubles étaient vendus avec la maison,
et les bêtes aussi, il ne restait à Lise qu'à emporter son linge, ses
matelas, d'autres menues affaires. Tout dansa par la porte et les fenêtres,
jusqu'au milieu de la cour, tandis que ses deux petits pleuraient en
croyant leur dernier jour venu, Laure cramponnée à ses jupes, Jules étalé,
vautré en plein déballage. Comme Buteau ne l'aidait même pas, les
gendarmes, braves gens, se mirent à charger les paquets dans la voiture.

Mais tout se gâta encore, lorsque Lise aperçut Françoise et Jean, qui
attendaient, derrière la Grande. Elle se rua, elle lâcha le flot amassé de
sa rancune.

--Ah! salope, tu es venue voir avec ton salop.... Eh bien! tu vois notre
peine, c'est comme si tu nous buvais le sang.... Voleuse, voleuse, voleuse!

Elle s'étranglait avec ce mot, elle revenait le jeter à sa soeur, chaque
fois qu'elle apportait dans la cour un nouvel objet. Celle-ci ne répondait
pas, très pâle, les lèvres amincies, les yeux brûlants; et elle affectait
d'être toute à une surveillance blessante, suivant des yeux les choses,
pour voir si on ne lui emportait rien. Justement, elle reconnut un escabeau
de la cuisine, compris dans la vente.

--C'est à moi, ça, dit-elle d'une voix rude.

--A toi? alors, va le chercher! répondit l'autre, qui envoya l'escabeau
nager dans la mare.

La maison était libre, Buteau prit le cheval par la bride, Lise ramassa ses
deux enfants, ses deux derniers paquets, Jules sur le bras droit, Laure sur
le bras gauche; puis, comme elle quittait enfin la vieille demeure, elle
s'approcha de Françoise, elle lui cracha au visage.

--Tiens! v'là pour toi!

Sa soeur, tout de suite, cracha aussi.

--V'là pour toi!

Et Lise et Françoise, dans cet adieu de haine empoisonnée, s'essuyèrent
lentement sans se quitter du regard, détachées à jamais, n'ayant plus
d'autre lien que la révolte ennemie de leur même sang.

Enfin, rouvrant la bouche, Buteau gueula le mot du départ, avec un geste de
menace vers la maison.

--A bientôt, nous reviendrons!

La Grande les suivit, pour voir jusqu'au bout, décidée d'ailleurs,
maintenant que ceux-là étaient par terre, à se tourner contre les autres,
qui la lâchaient si vite et qu'elle trouvait déjà trop heureux. Longtemps,
des groupes stationnèrent, causant à demi voix. Françoise et Jean étaient
entrés dans la maison vide.

Au moment où les Buteau, de leur côté, déballaient leurs nippes chez la
Frimat, ils furent étonnés de voir paraître le père Fouan, qui demanda,
suffoqué, effaré, avec un regard en arrière, comme si quelque malfaiteur le
poursuivait:

--Y a-t-il un coin pour moi, ici? Je viens coucher.

C'était toute une épouvante qui le faisait galoper, en fuite du Château. Il
ne pouvait plus se réveiller la nuit, sans que la Trouille en chemise
promenât dans la chambre sa maigre nudité de garçon, à la recherche des
papiers, qu'il avait fini par cacher dehors, au fond d'un trou de roche,
muré de terre. Jésus-Christ l'envoyait, cette garce, à cause de sa
légèreté, de sa souplesse, pieds nus, se coulant partout, entre les
chaises, sous le lit, ainsi qu'une couleuvre; et elle se passionnait à
cette chasse, persuadée que le vieux reprenait les papiers sur lui en
s'habillant, furieuse de ne pas découvrir où il les déposait, avant de se
coucher; car il n'y avait certainement rien dans le lit, elle y enfonçait
son bras mince, le sondait d'une main adroite, dont le grand-père devinait
à peine le frôlement. Mais voilà qu'après le déjeuner, ce jour-là, il avait
été pris d'une faiblesse, étourdi, culbuté près de la table. Et, en
revenant à lui, si assommé encore qu'il ne rouvrait pas les yeux, il
s'était retrouvé par terre, à la même place, il avait eu l'émotion de
sentir que Jésus-Christ et la Trouille le déshabillaient. Au lieu de lui
porter secours, les bougres n'avaient qu'une idée, profiter vite de
l'occasion, le visiter. Elle surtout y mettait une brutalité colère, n'y
allant plus doucement, tirant sur la veste, sur la culotte, et aïe donc!
regardant jusqu'à la peau, dans tous les trous, afin d'être sûre qu'il n'y
avait pas fourré son magot. Des deux poings elle le retournait, lui
écartait les membres, le fouillait comme une vieille poche vide. Rien! Où
donc avait-il sa cachette? C'était à l'ouvrir pour voir dedans! Une telle
terreur d'être assassiné, s'il bougeait, l'avait saisi, qu'il continuait de
feindre l'évanouissement, les paupières closes, les jambes et les bras
morts. Seulement, lâché enfin, libre, il s'était enfui, bien résolu à ne
pas coucher au Château.

--Alors, vous avez un coin pour moi? demanda-t-il encore.

Buteau semblait ragaillardi par ce retour imprévu de son père. C'était de
l'argent qui revenait.

--Mais bien sûr, vieux! On se serrera donc! Ça nous portera chance.... Ah!
nom de Dieu! je serais riche, s'il ne s'agissait que d'avoir du coeur!

Françoise et Jean étaient entrés lentement dans la maison vide. La nuit
tombait, une dernière lueur triste éclairait les pièces silencieuses. Tout
cela était très ancien, ce toit patrimonial qui avait abrité le travail et
la misère de trois siècles; si bien que quelque chose de grave traînait là,
comme dans l'ombre des vieilles églises de village. Les portes étaient
restées ouvertes, un coup d'orage semblait avoir soufflé sous les poutres,
des chaises gisaient par terre, en déroute, au milieu de la débâcle du
déménagement. On aurait dit une maison morte.

Et Françoise, à petits pas, faisait le tour, regardait partout. Des
sensations confuses, des souvenirs vagues s'éveillaient en elle. A cette
place, elle avait joué enfant. C'était dans la cuisine, près de la table,
que son père était mort. Dans la chambre, devant le lit sans paillasse,
elle se rappela Lise et Buteau, les soirs où ils se prenaient si rudement,
qu'elle les entendait souffler à travers le plafond. Est-ce que, maintenant
encore, ils allaient la tourmenter? Elle sentait bien que Buteau était
toujours présent. Ici, il l'avait empoignée un soir, et elle l'avait mordu.
Là aussi, là aussi. Dans tous les coins, elle retrouvait des idées qui
l'emplissaient de trouble.

Puis, comme Françoise se retournait, elle resta surprise d'apercevoir Jean.
Que faisait-il donc chez eux, cet étranger? Il avait un air de gêne, il
paraissait en visite, n'osant toucher à rien. Une sensation de solitude la
désola, elle fut désespérée de ne pas être plus joyeuse de sa victoire.
Elle aurait cru entrer là en criant de contentement, en triomphant derrière
le dos de sa soeur. Et la maison ne lui faisait pas plaisir, elle avait le
coeur barbouillé de malaise. C'était peut-être ce jour si mélancolique qui
tombait. Elle et son homme finirent par se trouver dans la nuit noire,
rôdant toujours d'une pièce à une autre, sans avoir eu même le courage
d'allumer une chandelle.

Mais un bruit les ramena dans la cuisine, et ils s'égayèrent en
reconnaissant Gédéon, qui, entré comme à son habitude, fouillait le buffet
resté ouvert. La vieille Coliche meuglait, à côté, au fond de l'étable.

Alors, Jean, prenant Françoise entre ses bras, la baisa doucement, comme
pour dire qu'on allait tout de même être heureux.



CINQUIÈME PARTIE



I


Avant les labours d'hiver, la Beauce, à perte de vue, se couvrait de
fumier, sous les ciels pâlis de septembre. Du matin au soir, un charriage
lent s'en allait par les chemins de campagne, des charrettes débordantes de
vieille paille consommée, qui fumaient, d'une grosse vapeur, comme si elles
eussent porté de la chaleur à la terre. Partout, les pièces se bossuaient
de petits tas, la mer houleuse et montante des litières d'étable et
d'écurie; tandis que, dans certains champs, on venait d'étendre les tas,
dont le flot répandu ombrait au loin le sol d'une salissure noirâtre.
C'était la poussée du printemps futur qui coulait avec cette fermentation
des purins; la matière décomposée retournait à la matrice commune, la mort
allait refaire de la vie; et, d'un bout à l'autre de la plaine immense, une
odeur montait, l'odeur puissante de ces fientes, nourrices du pain des
hommes.

Une après-midi, Jean conduisit à sa pièce des Cornailles une forte voiture
de fumier. Depuis un mois, lui et Françoise étaient installés, et leur
existence avait pris le train actif et monotone des campagnes. Comme il
arrivait, il aperçut Buteau, dans la pièce voisine, une fourche aux mains,
occupé à étaler les tas, déposés là l'autre semaine. Les deux hommes
échangèrent un regard oblique. Souvent, ils se rencontraient, ils se
trouvaient ainsi forcés de travailler côte à côte, puisqu'ils étaient
voisins; et Buteau souffrait surtout, car la part de Françoise, arrachée de
ses trois hectares, laissait un tronçon à gauche et un tronçon à droite, ce
qui l'obligeait à de continuels détours. Jamais ils ne s'adressaient la
parole. Peut-être bien que, le jour où éclaterait une querelle, ils se
massacreraient.

Jean, cependant, s'était mis à décharger le fumier de sa voiture. Monté
dedans, il la vidait à la fourche, enfoncé jusqu'aux hanches, lorsque, sur
la route, Hourdequin passa, en tournée depuis midi. Le fermier avait gardé
un bon souvenir de son serviteur. Il s'arrêta, il causa, l'air vieilli, la
face ravagée de chagrins, ceux de la ferme et d'autres encore.

--Jean, pourquoi donc n'avez-vous pas essayé des phosphates?

Et, sans attendre la réponse, il continua de parler comme pour s'étourdir,
longtemps. Ces fumiers, ces engrais, la vraie question de la bonne culture
était là. Lui avait essayé de tout, il venait de traverser cette crise,
cette folie des fumiers qui enfièvre parfois les agriculteurs. Ses
expériences se succédaient, les herbes, les feuilles, le marc de raisin,
les tourteaux de navette et de colza; puis encore, les os concassés, la
chair cuite et broyée, le sang desséché, réduit en poussière; et son
chagrin était de ne pouvoir tenter du sang liquide, n'ayant point
d'abattoir aux environs. Il employait maintenant les raclures de routes,
les curures de fossés, les cendres et les escarbilles de fourneaux, surtout
les déchets de laine, dont il avait acheté le balayage dans une draperie de
Châteaudun. Son principe était que tout ce qui vient de la terre est bon à
renvoyer à la terre. Il avait installé de vastes trous à compost derrière
sa ferme, il y entassait les ordures du pays entier, ce que la pelle
ramassait au petit bonheur, les charognes, les putréfactions des coins de
borne et des eaux croupies. C'était de l'or.

--Avec les phosphates, reprit-il, j'ai eu parfois de bons résultats.

--On est si volé! répondit Jean.

--Ah! certainement, si vous achetez aux voyageurs de hasard qui font les
petits marchés de campagne.... Sur chaque marché, il faudrait un chimiste
expert, chargé d'analyser ces engrais chimiques, qu'il est si difficile
d'avoir purs de toute fraude.... L'avenir est là sûrement, mais avant que
vienne l'avenir, nous serons tous crevés. On doit avoir le courage de pâtir
pour d'autres.

La puanteur du fumier que Jean remuait l'avait un peu ragaillardi. Il
l'aimait, la respirait avec une jouissance de bon mâle, comme l'odeur même
du coït de la terre.

--Sans doute, continua-t-il après un silence, il n'y a encore rien qui
vaille le fumier de ferme. Seulement, on n'en a jamais assez. Et puis, on
l'abîme on ne sait ni le préparer, ni l'employer.... Tenez! ça se voit,
celui-ci a été brûlé par le soleil. Vous ne le couvrez pas.

Et il s'emporta contre la routine, lorsque Jean lui confessa qu'il avait
gardé l'ancien trou des Buteau, devant l'étable. Lui, depuis quelques
années, chargeait les diverses couches, dans sa fosse, de lits de terre et
de gazon. Il avait, en outre, établi un système de tuyaux pour amener à la
purinière les eaux de vaisselle, les urines des bêtes et des gens, tous les
égouts de la ferme; et, deux fois par semaine, on arrosait la fumière avec
la pompe à purin. Enfin, il en était à utiliser précieusement la vidange
des latrines.

--Ma foi, oui! c'est trop bête de perdre le bien du bon Dieu! J'ai
longtemps été comme nos paysans, j'avais des idées de délicatesse
là-dessus. Mais la mère Caca m'a converti... Vous la connaissez, la mère
Caca, votre voisine? Eh bien! elle seule est dans le vrai, le chou au pied
duquel elle a vidé son pot, est le roi des choux, et comme grosseur, et
comme saveur. Il n'y a pas à dire, tout sort de là.

Jean se mit à rire, en sautant de sa voiture qui était vide et en
commençant à diviser son fumier par petits tas. Hourdequin le suivait, au
milieu de la buée chaude qui les noyait tous les deux.

--Quand on pense que la vidange seule de Paris pourrait fertiliser trente
mille hectares! Le calcul a été fait. Et on la perd, à peine en
emploie-t-on une faible partie sous forme de poudrette.... Hein? trente
mille hectares! Voyez-vous ça ici, voyez-vous la Beauce couverte et le blé
grandir!

D'un geste large, il avait embrassé l'étendue, l'immense Beauce plate. Et
lui, dans sa passion, voyait Paris, Paris entier, lâcher la bonde de ses
fosses, le fleuve fertilisateur de l'engrais humain. Des rigoles partout
s'emplissaient, des nappes s'étalaient dans chaque labour, la mer des
excréments montait en plein soleil, sous de larges souffles qui en
vivifiaient l'odeur. C'était la grande ville qui rendait aux champs la vie
qu'elle en avait reçue. Lentement, le sol buvait cette fécondité, et de la
terre gorgée, engraissée, le pain blanc poussait, débordait en moissons
géantes.

--Faudrait peut-être bien un bateau, alors! dit Jean, que cette idée
nouvelle de la submersion des plaines par les eaux de vidange amusait et
dégoûtait.

Mais, à ce moment, une voix lui fit tourner la tète. Il s'étonna de
reconnaître Lise debout dans sa carriole, arrêtée au bord de la route,
criant à Buteau, de toute sa force:

--Dis donc, je vas à Cloyes chercher monsieur Finet.... Le père est tombé
raide dans sa chambre. Je crois qu'il claque.... Rentre un peu voir, toi.

Et, sans même attendre la réponse, elle fouetta le cheval, elle repartit,
diminuée et dansante au loin, sur la route toute droite.

Buteau, sans hâte, acheva d'étaler ses derniers las. Il grognait. Le père
malade, en voilà un embêtement! Peut-être bien que ce n'était qu'une frime,
histoire de se faire dorloter. Puis, l'idée que ça devait être sérieux tout
de même, pour que la femme eût pris sur elle la dépense du médecin, le
décida à remettre sa veste.

--Celui-là le pèse, son fumier! murmura Hourdequin, intéressé par la fumure
de la pièce voisine. A paysan avare, terre avare... Et un vilain bougre,
dont vous ferez bien de vous méfier, après vos histoires avec lui....
Comment voulez-vous que ça marche, quand il y a tant de salopes et tant de
coquins sur la terre? Elle a assez de nous, parbleu!

Il s'en alla vers la Borderie, repris de tristesse, au moment même où
Buteau rentrait à Rognes, de son pas lourd. Et Jean, resté seul, termina sa
besogne déposant tous les dix mètres des fourchées de fumier, qui
dégageaient un redoublement de vapeurs ammoniacales. D'autres tas fumaient
au loin, noyaient l'horizon d'un fin brouillard bleuâtre. Toute la Beauce
en restait tiède et odorante, jusqu'aux gelées.

Les Buteau étaient toujours chez la Frimat, où ils occupaient la maison,
sauf la pièce du rez-de-chaussée, sur le derrière, qu'elle s'était réservée
pour elle et pour son homme paralytique. Ils s'y trouvaient trop à
l'étroit, leur regret était surtout de ne plus avoir de potager; car,
naturellement, elle gardait le sien, ce coin qui lui suffisait à nourrir et
à dorloter l'infirme. Cela les aurait fait déménager, en quête d'une
installation plus large, s'ils ne s'étaient aperçus que leur voisinage
exaspérait Françoise. Seul, un mur mitoyen séparait les deux héritages. Et
ils affectaient de dire très haut, afin d'être entendus, qu'ils campaient
là, qu'ils allaient pour sûr rentrer chez eux, à côté, au premier jour.
Alors inutile, n'est-ce pas, de se donner le souci d'un nouveau
dérangement? Pourquoi, comment rentreraient-ils? ils ne s'expliquaient
point; et c'était cet aplomb, cette certitude folle basée sur des choses
inconnues, qui jetait Françoise hors d'elle, gâtant sa joie d'être restée
maîtresse de la maison; sans compter que sa soeur Lise plantait des fois
une échelle contre le mur, pour lui crier de vilaines paroles. Depuis le
règlement définitif des comptes, chez M. Baillehache, elle se prétendait
volée, elle ne tarissait pas en accusations abominables, lancées d'une cour
à l'autre.

Lorsque Buteau arriva enfin, il trouva le père Fouan étalé sur son lit,
dans le recoin qu'il occupait derrière la cuisine, sous l'escalier du
fenil. Les deux enfants le gardaient, Jules âgé de huit ans déjà, Laure de
trois, jouant par terre à faire des ruisseaux, avec la cruche du vieux,
qu'ils vidaient.

--Eh bien! quoi donc? demanda Buteau, debout devant le lit.

Fouan avait repris connaissance. Ses yeux grands ouverts se tournèrent avec
lenteur, regardèrent fixement; mais il ne remua pas la tête, il semblait
pétrifié.

--Dites donc, père, y a trop de besogne, pas de bêtises!... Faut pas vous
raidir aujourd'hui.

Et, comme Laure et Jules venaient de casser la cruche, il leur allongea une
paire de gifles qui les fit hurler. Le vieux n'avait pas refermé les
paupières, regardait toujours, de ses prunelles élargies et fixes. Rien à
faire, alors, puisqu'il ne gigotait pas plus que ça. On verrait bien ce que
le médecin dirait. Il regretta d'avoir quitté son champ, il se mit à fendre
du bois devant la porte, histoire de s'occuper.

Du reste, Lise, presque tout de suite, ramena M. Finet, qui examina
longuement le malade, pendant qu'elle et son homme attendaient, d'un air
d'inquiétude. La mort du vieux les eût débarrassés, si le mal l'avait tué
d'un coup; mais, à cette heure, ça pouvait durer longtemps, ça coûterait
gros peut-être; et, s'il claquait avant qu'ils eussent son magot, Fanny et
Jésus-Christ viendraient les embêter bien sûr. Le silence du médecin acheva
de les troubler. Quand il se fut assis dans la cuisine, pour rédiger une
ordonnance, ils se décidèrent à lui poser des questions.

--Alors, c'est donc du sérieux?... Possible que ça dure huit jours,
hein?... Mon Dieu! qu'il y en a long! qu'est-ce que vous lui écrivez
là-dessus?

M. Finet ne répondait pas, habitué à ces interrogations des paysans que la
maladie bouleverse, ayant pris le parti sage de les traiter comme les
chevaux, sans entrer en conversation avec eux. Il avait une grande pratique
des cas fréquents, il les tirait généralement d'affaire, mieux que ne
l'aurait fait un homme de plus de science. Mais la médiocrité où il les
accusait de l'avoir réduit, le rendait dur pour eux, ce qui augmentait leur
déférence, malgré le continuel doute qu'ils gardaient sur l'efficacité de
ses potions. Ça ferait-il autant de bien que ça coûterait d'argent?

--Alors, reprit Buteau, effrayé devant la page d'écriture, vous croyez
qu'avec tout ça il ira mieux?

Le médecin se contenta de hausser les épaules. Il était retourné devant le
malade, intéressé, surpris de constater un peu de fièvre, après ce cas
léger de congestion cérébrale. Les yeux sur sa montre, il recompta les
battements du pouls, sans même essayer d'obtenir une indication du vieux,
qui le regardait de son air hébété. Et, lorsqu'il s'en alla, il dit
simplement:

--C'est une affaire de trois semaines.... Je reviendrai demain. Ne vous
étonnez pas s'il bat la campagne cette nuit.

Trois semaines! Les Buteau n'avaient entendu que cela, et ils demeurèrent
consternés. Que d'argent, s'il y avait tous les soirs une queue pareille de
remèdes! Le pis était que Buteau dut, à son tour, monter dans la carriole,
pour courir chez le pharmacien de Cloyes. C'était un samedi; la Frimat, qui
revenait de vendre ses légumes, trouva Lise seule, si désolée, qu'elle
piétinait, sans rien faire; et la vieille aussi se désespéra, en apprenant
l'histoire: elle n'avait jamais eu de chance, elle aurait au moins profité
du médecin pour son vieux, par-dessus le marché, si cela était arrivé un
autre jour. Déjà, la nouvelle s'était répandue dans Rognes, car l'on vit
accourir la Trouille, effrontée; et elle refusa de partir, avant d'avoir
touché la main de son grand-père, elle retourna dire à Jésus-Christ qu'il
n'était pas mort, sûrement. Tout de suite, derrière cette gourgandine, la
Grande parut, envoyée évidemment par Fanny; celle-là se planta devant le
lit de son frère, le jugea à la fraîcheur de l'oeil, comme les anguilles de
l'Aigre; puis, elle s'en alla, avec un froncement du nez, en ayant l'air de
regretter que ce ne fût pas pour ce coup-ci. Dès lors, la famille ne se
dérangea plus. Pourquoi faire, puisqu'il y avait gros à parier qu'il en
réchapperait?

Jusqu'à minuit, la maison fut en l'air. Buteau était rentré d'une humeur
exécrable. Il y avait des sinapismes pour les jambes, une potion à prendre
d'heure en heure, une purge, en cas de mieux, le lendemain matin. La Frimat
aida volontiers; mais, à dix heures, tombant de sommeil, médiocrement
intéressée, elle se coucha. Buteau, qui désirait en faire autant,
bousculait Lise. Qu'est-ce qu'ils fichaient là? Bien sûr que de regarder le
vieux, ça ne le soulageait point. Il divaguait maintenant, causait tout
haut de choses qui n'avaient guère de suite, devait se croire dans les
champs, où il travaillait dur, ainsi qu'aux jours lointains de son bel âge.
Et Lise, mal à l'aise de ces vieilles histoires bégayées à voix basse,
comme si le père fût enterré déjà et qu'il revînt, allait suivre son mari,
qui se déshabillait, lorsqu'elle songea à ranger les vêtements du malade,
restés sur une chaise. Elle les secoua avec soin, après avoir longuement
fouillé les poches, dans lesquelles elle ne découvrit qu'un mauvais couteau
et de la ficelle. Ensuite, comme elle les accrochait au fond du placard,
elle aperçut en plein milieu d'une planche, lui crevant les yeux, un petit
paquet de papiers. Elle en eut une crampe au coeur: le magot! le magot tant
guetté depuis un mois, cherché dans des endroits extraordinaires, et qui se
présentait là, ouvertement, sous sa main! C'était donc que le vieux voulait
le changer de cachette, quand le mal l'avait culbuté?

--Buteau! Buteau! appela-t-elle, si serrée à la gorge, qu'il accourut en
chemise, croyant que son père passait.

Lui aussi resta suffoqué d'abord. Puis, une joie folle les emporta tous les
deux, ils se prirent par les mains, ils sautèrent l'un devant l'autre comme
des chèvres, oubliant le malade qui, les yeux fermés maintenant, la tête
clouée dans l'oreiller, dévidait sans fin les bouts de fil rompus de son
délire. Il labourait.

--Eh! là, rosse, veux-tu!... Ça n'a pas trempé, c'est du caillou, nom de
Dieu!... Les bras s'y cassent, faudra en acheter d'autres.... Dia hue!
bougre!

--Chut! murmura Lise, qui se tourna en tressaillant.

--Ah! ouiche! répondit Buteau, est-ce qu'il sait? Tu ne l'entends donc pas
dire des bêtises?

Ils s'assirent près du lit, les jambes brisées, tant la secousse de leur
joie venait d'être forte.

--D'ailleurs, reprit-elle, on ne pourra pas nous accuser d'avoir fouillé,
car Dieu m'est témoin que je n'y songeais guère, à son argent! Il m'a sauté
dans la main.... Voyons voir.

Lui, déjà, dépliait les papiers, additionnait à voix, haute.

--Deux cent trente, et soixante-dix, trois cents tout ronds.... C'est bien
ça, j'avais calculé juste, à cause du trimestre, des quinze pièces de cent
sous, l'autre fois, chez le percepteur.... C'est du cinq pour cent. Hein?
est-ce drôle que des petits papiers si vilains, ça soit de l'argent tout de
même, aussi solide que le vrai!

Mais Lise, de nouveau, le fit taire, effrayée d'un brusque ricanement du
vieux, qui peut-être bien en était à la grande moisson, celle, sous Charles
X, qu'on n'avait pu serrer, faute de place.

--Y en a! y en a!... C'en est farce, tant y en a!... Ah! bon sang! quand y
en a, y en a!

Et son rire étranglé avait l'air d'un râle, sa joie devait être tout au
fond, car rien n'en paraissait sur sa face immobile.

--C'est des idées d'innocent qui lui passent, dit Buteau en haussant les
épaules.

Il y eut un silence, tous les deux regardaient les papiers, réfléchissant.

--Alors, quoi? finit par murmurer Lise, faut les remettre, hein? Mais, d'un
geste énergique, il refusa.

--Oh! si, si, faut les remettre.... Il les cherchera, il criera, ça nous
ferait une belle histoire, avec les autres cochons de la famille.

Elle s'interrompit une troisième fois, saisie d'entendre le père pleurer.
C'était une misère, un désespoir immense, des sanglots qui semblaient venir
de toute sa vie et sans qu'on sût pourquoi, car il répétait seulement d'une
voix de plus en plus creuse:

--C'est foutu... c'est foutu... c'est foutu....

--Et tu crois, reprit violemment Buteau, que je vas laisser ses papiers à
ce vieux-là qui perd la boule!... Pour qu'il les déchire ou qu'il les
brûle, ah! non, par exemple!

--Ça, c'est bien vrai, murmura-t-elle.

--Alors, en v'là assez, couchons-nous.... S'il les demande, je lui
répondrai, j'en fais mon affaire. Et que les autres ne m'embêtent pas!

Ils se couchèrent, après avoir, à leur tour, caché les papiers sous le
marbre d'une vieille commode, ce qui leur semblait plus sûr qu'au fond d'un
tiroir fermé à clef. Le père, laissé seul, sans chandelle, de crainte du
feu, continua a causer et à sangloter toute la nuit, dans son délire.

Le lendemain, M. Finet le trouva plus calme, mieux qu'il ne l'espérait. Ah!
ces vieux chevaux de labour, ils ont l'âme chevillée au corps! La fièvre
qu'il avait crainte semblait écartée. Il ordonna du fer, du quinquina, des
drogues de riche, dont la cherté consterna de nouveau le ménage; et, comme
il partait, il eut à se débattre contre la Frimat, qui l'avait guetté.

--Mais, ma brave femme, je vous ai déjà dit que votre homme et cette borne,
c'est la même chose.... Je ne peux pas faire grouiller les pierres, que
diable!... Vous savez comment ça finira, n'est-ce pas? et le plus vite sera
le meilleur, pour lui et pour vous.

Il fouetta son cheval, elle tomba assise sur la borne, en larmes. Sans
doute, c'était long déjà, d'avoir soigné son homme depuis douze ans; et ses
forces s'en allaient avec l'âge, elle tremblait de ne pouvoir bientôt plus
cultiver son coin de terre; mais, n'importe! ça lui retournait le coeur,
l'idée de perdre le vieil infirme qui était devenu comme son enfant,
qu'elle portait, changeait, gâtait de friandises. Le bon bras dont il se
servait encore, s'engourdissait lui aussi, si bien que, maintenant, c'était
elle qui devait lui planter la pipe dans la bouche.

Au bout de huit jours, M. Finet fut étonné de voir Fouan debout, mal
solide, mais s'obstinant à marcher, parce que, disait-il, ce qui empêche de
mourir, c'est de ne pas vouloir. Et Buteau, derrière le médecin, ricanait,
car il avait supprimé les ordonnances, dès la seconde, déclarant que le
plus sûr était délaisser le mal se manger lui-même. Pourtant, le jour du
marché, Lise eut la faiblesse de rapporter une potion ordonnée la veille;
et, comme le docteur venait le lundi, pour la dernière fois, Buteau lui
conta que le vieux avait failli rechuter.

--Je ne sais pas ce qu'ils ont fichu dans votre bouteille, ça l'a rendu
bougrement malade.

Ce fut ce soir-là que Fouan se décida à parler. Depuis qu'il se levait, il
piétinait d'un air anxieux dans la maison, la tête vide, ne se rappelant
plus où il avait bien pu cacher ses papiers. Il furetait, fouillait
partout, faisait des efforts désespérés de mémoire. Puis, un vague souvenir
lui revint: peut-être qu'il ne les avait pas cachés, qu'ils étaient restés
là, sur la planche. Mais, quoi? s'il se trompait, si personne ne les avait
pris, allait-il donc lui-même donner l'éveil, avouer l'existence de cet
argent péniblement amassé autrefois, dissimulé ensuite avec tant de soin?
Pendant deux jours encore, il lutta, combattu entre la rage de cette
brusque disparition et la nécessité où il s'était mis de ne pas en ouvrir
la bouche. Les faits pourtant se précisaient, il se souvenait que, le matin
de son attaque, il avait posé le paquet à cette place, en attendant de le
glisser, au plafond, dans la fente d'une poutre, qu'il venait de découvrir
de son lit, les yeux en l'air. Et, dépouillé, torturé, il lâcha tout.

On avait mangé la soupe du soir. Lise rangeait les assiettes, et Buteau,
goguenard, qui suivait son père des yeux depuis le jour où il s'était
relevé, s'attendait à l'affaire, se balançait sur sa chaise, en se disant
que ça y était cette fois, tant il le voyait excité et malheureux. En
effet, le vieux, dont les jambes molles chancelaient à battre obstinément
la pièce, se planta tout d'un coup devant lui.

--Les papiers? demanda-t-il d'une voix rauque qui s'étranglait.

Buteau cligna les paupières, l'air profondément surpris, comme s'il ne
comprenait pas.

--Hein? qu'est-ce que vous dites?... Les papiers, quels papiers?

--Mon argent! gronda le vieux, terrible, la taille redressée, très haute.

--Votre argent, vous avez donc de l'argent, à cette heure?... Vous juriez
si fort que nous avions trop coûté, qu'il ne vous restait pas un sou....
Ah! sacré malin, vous avez de l'argent!

Il se balançait toujours, il ricanait, très amusé, triomphant de son flair
jadis, car il était le premier qui eût senti le magot.

Fouan tremblait de tous ses membres.

--Rends-le-moi.

--Que je vous le rende? est-ce que je l'ai, est-ce que je sais seulement où
il est, votre argent?

--Tu me l'as volé, rends-le-moi, nom de Dieu! ou je vas te le faire cracher
de force!

Et, malgré son âge, il le prit aux épaules, le secoua. Mais le fils, alors,
se leva, l'empoigna à son tour, sans le bousculer, uniquement pour lui
gueuler violemment dans la figure:

--Oui, je l'ai et je le garde.... Je vous le garde, entendez-vous, vieille
bête, dont la boule déménage!... Et, vrai! il était temps de vous les
prendre, ces papiers que vous alliez déchirer.... N'est-ce pas, Lise, qu'il
les déchirait?

--Oh! aussi sûr que j'existe. Quand on ne sait pas ce qu'on fait!

Saisi, Fouan s'effrayait de cette histoire. Est-ce qu'il était fou, pour ne
se souvenir de rien? S'il avait voulu détruire les papiers, comme un gamin
qui joue avec des images, c'était donc qu'il faisait sous lui et qu'il
devenait bon à tuer? La poitrine cassée, il n'avait plus ni courage ni
force. Il bégaya, en pleurant:

--Rends-les-moi, dis?

--Non!

--Rends-les-moi, puisque je vas mieux.

--Non! non! Pour que vous vous torchiez avec ou que vous en allumiez votre
pipe, merci!

Et, dès lors, les Buteau refusèrent obstinément de se dessaisir des titres.
Ils en parlaient ouvertement, d'ailleurs, ils racontaient tout un drame,
comment ils étaient arrivés juste pour les retirer des mains du malade, au
moment où il les entamait. Un soir, même, ils montrèrent à la Frimat la
coche de la déchirure. Qui aurait pu leur en vouloir, d'empêcher un tel
malheur, de l'argent mis en miettes, perdu pour tout le monde? On les
approuvait à voix haute, bien qu'au fond on les soupçonnât de mentir.
Jésus-Christ, surtout, ne dérageait pas: dire que ce magot, introuvable
chez lui, avait, du premier coup, été déniché par les autres! et il l'avait
tenu un jour dans sa main, il avait eu la bêtise de le respecter! Vrai! ce
n'était pas la peine de passer pour une fripouille. Aussi jurait-il
d'exiger des comptes de son frère, lorsque le père claquerait. Fanny,
également, disait qu'il faudrait compter. Mais les Buteau n'allaient pas à
rencontre, à moins, bien entendu, que le vieux ne reprît son argent et n'en
disposât.

Fouan, de son côté, en se traînant de porte en porte, conta partout
l'affaire. Dès qu'il pouvait arrêter un passant, il se lamentait sur son
misérable sort. Et ce fut ainsi qu'un matin il entra dans la cour voisine,
chez sa nièce.

Françoise y aidait Jean à charger une voiture de fumier. Tandis que lui, au
fond de la fosse, la vidait à la fourche, elle, en haut, recevait les
paquets, les tassait des talons, pour qu'il en tînt davantage.

Debout devant eux, le vieux, appuyé sur sa canne, avait commencé sa
plainte.

--Hein? est-ce vexant tout de même, de l'argent à moi, qu'ils m'ont pris et
qu'ils ne veulent pas me rendre!... Qu'est-ce que vous feriez, vous autres?

Trois fois, Françoise lui laissa répéter la question. Elle était très
ennuyée qu'il vînt causer ainsi, elle le recevait froidement, désireuse
d'éviter tout sujet de querelle avec les Buteau.

--Vous savez, mon oncle, finit-elle par répondre, ça ne nous regarde pas,
nous sommes trop heureux d'en être sortis, de cet enfer!

Et, lui tournant le dos, elle continua de fouler dans la voiture, ayant du
fumier jusqu'aux cuisses, submergée presque, quand son homme lui en
envoyait des fourchées coup sur coup. Elle disparaissait alors au milieu de
la vapeur chaude, à l'aise et le coeur d'aplomb, dans l'asphyxie de cette
fosse remuée.

--Car je ne suis pas fou, ça se voit, n'est-ce pas? poursuivit Fouan, sans
paraître l'avoir entendue. Ils devraient me le rendre, mon argent.... Vous
autres, est-ce que vous me croyez capable de le détruire?

Ni Françoise ni Jean ne soufflèrent mot.

--Faudrait être fou, hein? et je ne suis pas fou.... Vous pourriez en
témoigner, vous autres.

Brusquement, elle se redressa, en haut de la voiture chargée; et elle avait
l'air très grand, saine et forte, comme si elle eût poussé là, et que cette
odeur de fécondité fût sortie d'elle. Les mains sur les hanches, la gorge
ronde, elle était maintenant une vraie femme.

--Ah! non, ah! non, mon oncle, en v'là assez! Je vous ai dit de ne pas nous
mêler à toutes ces gueuseries.... Et, tenez! puisque nous en sommes
là-dessus, vous feriez peut-être bien de ne plus venir nous voir.

--C'est donc que tu me renvoies? demanda le vieux tremblant.

Jean crut devoir intervenir.

--Non, c'est que nous ne voulons pas de dispute. On en aurait pour trois
jours à s'empoigner, si l'on vous apercevait ici.... Chacun sa
tranquillité, n'est-ce pas?

Fouan restait immobile, à les regarder l'un après l'autre de ses pauvres
yeux pâles. Puis, il s'en alla.

--Bon! si j'ai besoin d'un secours, faudra que j'aille autre part que chez
vous.

Et ils le laissèrent partir, le coeur mal à l'aise, car ils n'étaient point
méchants encore; mais quoi faire? ça ne l'aurait aidé en rien, et eux
sûrement y auraient perdu l'appétit et le sommeil. Pendant que son homme
allait chercher son fouet, elle, soigneusement, avec une pelle, ramassa les
fientes tombées et les rejeta sur la voiture.

Le lendemain, une scène violente éclata entre Fouan et Buteau. Chaque jour,
du reste, l'explication recommençait sur les titres, l'un répétant son
éternel: Rends-les-moi! avec l'obstination de l'idée fixe, l'autre refusant
d'un: Foutez-moi la paix! toujours le même. Mais peu à peu les choses se
gâtaient, depuis surtout que le vieux cherchait où son fils avait bien pu
cacher le magot. C'était son tour de visiter la maison entière, de sonder
les boiseries des armoires, de taper contre les murs, pour entendre s'ils
sonnaient le creux. Continuellement, ses regards erraient d'un coin à un
autre, dans sa préoccupation unique; et, dès qu'il se trouvait seul, il
écartait les enfants, il se remettait à ses fouilles, avec le coup de
passion d'un galopin qui saute sur la servante, aussitôt que les parents
n'y sont plus. Or, ce jour-là comme Buteau rentrait à l'improviste, il
aperçut Fouan par terre, étendu tout de son long sur le ventre, et le nez
sous la commode, en train d'étudier s'il n'y avait pas là une cachette.
Cela le jeta hors de lui, car le père brûlait: ce qu'il cherchait dessous
était dessus, caché et comme scellé par le gros poids du marbre.

--Nom de Dieu de vieux toqué! V'là que vous faites le serpent!...
Voulez-vous bien vous relever!

Il le tira par les jambes, le remit debout d'une bourrade.

--Ah ça! est-ce fini de coller votre oeil à tous les trous? J'en ai assez,
de sentir la maison épluchée jusque dans les fentes!

Fouan, vexé d'avoir été surpris, le regarda, répéta en s'enrageant tout
d'un coup de colère:

--Rends-les moi!

--Foutez-moi la paix! lui gueula Buteau dans le nez.

--Alors, je souffre trop ici, je m'en vais.

--C'est ça, fichez le camp, bon voyage! et si vous revenez, nom de Dieu!
c'est que vous n'avez pas de coeur!

Il l'avait empoigné par le bras, il le flanqua dehors.



VI


Fouan descendit la côte. Sa colère s'était brusquement calmée, il s'arrêta,
en bas, sur la route, hébété de se trouver dehors, sans savoir où aller.
Trois heures sonnèrent à l'église, un vent humide glaçait cette grise
après-midi d'automne; et il grelottait, car il n'avait pas même ramassé son
chapeau, tant la chose s'était vite faite. Heureusement, il avait sa canne.
Un instant, il remonta vers Cloyes; puis, il se demanda où il allait de ce
côté, il rentra dans Rognes, du pas dont il s'y traînait d'habitude. Devant
chez Macqueron, l'idée lui vint de boire un verre; mais il se fouillait, il
n'avait pas un sou, la honte le prit de se montrer, dans la peur qu'on ne
connût déjà l'histoire. Justement, il lui sembla que Lengaigne, debout sur
sa porte, le regardait de biais, comme on regarde les va-nu-pieds des
grands chemins. Lequeu, derrière les vitres d'une des fenêtres de l'école,
ne le salua pas. Ça se comprenait, il retombait dans le mépris de tous,
maintenant qu'il n'avait plus rien, dépouillé de nouveau, et cette fois
jusqu'à la peau de son corps.

Quand il fut arrivé à l'Aigre, Fouan s'adossa un moment contre le parapet
du pont. La pensée de la nuit qui se ferait bientôt, le tracassait. Où
coucher? Pas même un toit. Le chien des Bécu qu'il vit passer, lui fit
envie, car cette bête-là, au moins, savait le trou de paille où elle
dormirait. Lui, cherchait confusément, ensommeillé dans la détente de sa
colère. Ses paupières s'étaient closes, il tâchait de se rappeler les coins
abrités, protégés du froid. Cela tournait au cauchemar, tout le pays
défilait, nu, balayé de coups de vent. Mais il se secoua, se réveilla, en
un sursaut d'énergie. Fallait point se désespérer de la sorte. On ne
laisserait pas crever dehors un homme de son âge.

Machinalement, il traversa le pont et se trouva devant la petite ferme des
Delhomme. Tout de suite, quand il s'en aperçut, il obliqua, tourna derrière
la maison, pour qu'on ne le vît point. Là, il fit une nouvelle pause, collé
contre le mur de l'étable, dans laquelle il entendait causer Fanny, sa
fille. Était-ce dont qu'il avait songé à se remettre chez elle? lui-même
n'aurait pu le dire, ses pieds seuls l'avaient conduit. Il revoyait
l'intérieur du logis, comme s'il y était rentré, la cuisine à gauche, sa
chambre au premier, au bout du fenil. Un attendrissement lui coupait les
jambes, il aurait défailli, si le mur ne l'avait soutenu. Longtemps, il
resta immobile, sa vieille échine calée contre cette maison. Fanny parlait
toujours dans l'étable, sans qu'il pût distinguer les mots: c'était
peut-être ce gros bruit étouffé qui lui remuait le coeur. Mais elle devait
quereller une servante, sa voix se haussa, il l'entendit, sèche et dure,
sans paroles grossières, dire des choses si blessantes à cette malheureuse,
qu'elle en sanglotait. Et il en souffrait lui aussi, son émotion s'en était
allée, il se raidissait, à la certitude que, s'il avait poussé la porte, sa
fille l'aurait accueilli de cette voix mauvaise. Il s'imagina qu'elle
répétait: «Papa, il viendra nous demander à genoux de le reprendre!» la
phrase qui avait coupé tous liens entre eux, à jamais, comme d'un coup de
hache. Non, non! plutôt mourir de faim, plutôt coucher derrière une haie,
que de la voir triompher, de son air fier de femme sans reproche! Il
décolla son dos de la muraille, il s'éloigna péniblement.

Pour ne pas reprendre la route, Fouan qui se croyait guetté par tout le
monde, remonta la rive droite de l'Aigre, après le pont, et se trouva
bientôt au milieu des vignes. Son idée devait être de gagner ainsi la
plaine, en évitant le village. Seulement, il arriva qu'il dut passer à côté
du Château, où ses jambes semblaient aussi l'avoir ramené, dans cet
instinct des vieilles bêtes de somme qui retournent aux écuries où elles
ont eu leur avoine. La montée l'étouffait, il s'assit à l'écart, soufflant,
réfléchissant. Sûrement que, s'il avait dit à Jésus-Christ: «Je vas me
plaindre en justice, aide-moi contre Buteau», le bougre l'aurait reçu à à
cul ouvert; et l'on aurait fait une sacrée noce, le soir. Du coin où il
était, il flairait justement une ripaille, quelque soûlerie qui durait
depuis le matin. Attiré, le ventre creux, il s'approcha, il reconnut la
voix de Canon, sentit l'odeur des haricots rouges à l'étuvée, que la
Trouille cuisinait si bien, quand son père voulait fêter une apparition du
camarade. Pourquoi ne serait-il pas entré godailler entre les deux
chenapans, qu'il écoutait brailler dans la fumée des pipes, bien au chaud,
tellement soûls, qu'il les jalousait? Une brusque détonation de
Jésus-Christ lui alla au coeur, il avançait la main vers la porte, lorsque
le rire aigu de la Trouille le paralysa. C'était la Trouille maintenant qui
l'épouvantait, il la revoyait toujours, maigre, en chemise, se jetant sur
lui avec sa nudité de couleuvre, le fouillant, le mangeant. Et, alors, à
quoi bon, si le père l'aidait à ravoir ses papiers? la fille serait là pour
les lui reprendre sous la peau. Tout d'un coup, la porte s'ouvrit, la
gueuse venait jeter un regard dehors, ayant flairé quelqu'un. Il n'avait eu
que le temps de se jeter derrière les buissons, il se sauva, en
distinguant, dans la nuit tombante, ses yeux verts qui luisaient.

Lorsque Fouan fut en plaine, sur le plateau, il éprouva une sorte de
soulagement, sauvé des autres, heureux d'être seul et d'en crever.
Longtemps, il rôda au hasard. La nuit s'était faite, le vent glacé le
flagellait. Parfois, à certains grands souffles, il devait tourner le dos,
l'haleine coupée, sa tête nue hérissée de ses rares cheveux blancs. Six
heures sonnèrent, tout le monde mangeait dans Rognes; et il avait une
faiblesse des membres, qui ralentissait sa marche. Entre deux bourrasques,
une averse tomba, drue, cinglante. Il fut trempé, marcha encore, en reçut
deux autres. Et, sans savoir comment, il se trouva sur la place de
l'Église, devant l'antique maison patrimoniale des Fouan, celle que
Françoise et Jean occupaient à cette heure. Non! il ne pouvait s'y
réfugier, on l'avait aussi chassé de là. La pluie redoublait, si rude,
qu'une lâcheté l'envahit. Il s'était approché de la porte des Buteau, à
côté, guettant la cuisine, d'où sortait une odeur de soupe aux choux. Tout
son pauvre corps y revenait se soumettre, un besoin physique de manger,
d'avoir chaud, l'y poussait. Mais, dans le bruit des mâchoires, des mots
échangés l'arrêtèrent.

--Et le père, s'il ne rentrait point?

--Laisse donc! il est trop sur sa gueule, pour ne pas rentrer quand il aura
faim!

Fouan s'écarta, avec la crainte qu'on ne l'aperçût à cette porte, comme un
chien battu qui retourne à sa pâtée. Il était suffoqué de honte, une
résolution farouche le prenait de se laisser mourir dans un coin. On
verrait bien s'il était sur sa gueule! Il redescendit la côte, il
s'affaissa au bout d'une poutre, devant la maréchalerie de Clou. Ses jambes
ne pouvaient plus le porter, il s'abandonnait, dans le noir, et le désert
de la route, car les veillées étaient commencées, le mauvais temps avait
fait clore les maisons, pas une âme n'y semblait vivre. Maintenant, les
averses calmaient le vent, la pluie ruisselait droite, continue, d'une
violence de déluge. Il ne se sentait pas la force de se relever et de
chercher un abri. Sa canne entre les genoux, son crâne lavé par l'eau, il
demeurait immobile, stupide de tant de misère. Même il ne réfléchissait
point, c'était comme ça: quand on n'avait ni enfants, ni maison, ni rien,
on se serrait le ventre, on couchait dehors. Neuf heures sonnèrent, puis
dix. La pluie continuait, fondait ses vieux os. Mais des lanternes
parurent, filèrent rapidement: c'était la sortie des veillées, et il eut un
réveil encore, en reconnaissant la Grande qui revenait de chez les
Delhomme, où elle économisait sa chandelle. Il se leva d'un effort dont ses
membres craquèrent, il la suivit de loin, n'arriva pas assez vite pour
entrer en même temps qu'elle. Devant la porte refermée, il hésitait, le
coeur défaillant. Enfin, il frappa, il était trop malheureux.

Il faut dire qu'il tombait mal, car la Grande était d'une humeur féroce, à
la suite de toute une histoire malheureuse qui l'avait dérangée, l'autre
semaine. Un soir qu'elle se trouvait seule avec son petit fils Hilarion,
elle avait eu l'idée de lui faire fendre du bois, pour tirer encore de lui
ce travail, avant de l'envoyer à la paille; et, comme il besognait
mollement, elle restait là, au fond du bûcher, à le couvrir d'injures.
Jusqu'à cette heure, dans son aplatissement d'épouvanté, cette brute
stupide et contrefaite, aux muscles de taureau, avait laissé sa grand'mère
abuser de ses forces, sans même oser lever les yeux sur elle. Depuis
quelques jours pourtant, elle aurait dû se méfier, car il frémissait sous
les corvées trop rudes, des chaleurs de sang raidissaient ses membres. Elle
eut le tort, pour l'exciter, de le frapper à la nuque, du bout de sa canne.
Il lâcha la cognée, il la regarda, irritée de cette révolte, elle le
cinglait aux flancs, aux cuisses, partout, lorsque, brusquement, il se rua
sur elle. Alors elle se crut renversée, piétinée, étranglée; mais, non, il
avait trop jeûné depuis la mort de sa soeur Palmyre, sa colère se tournait
en une rage de mâle, n'ayant conscience ni de la parenté ni de l'âge, à
peine du sexe. La brute la violait, cette aïeule de quatre-vingt-neuf ans,
au corps de bâton séché, où seule demeurait la carcasse fendue de la
femelle. Et, solide encore, inexpugnable, la vieille ne le laissa pas
faire, put saisir la cognée, lui ouvrit le crâne, d'un coup. A ses cris,
des voisins accouraient, elle raconta l'histoire, donna des détails: un
rien de plus, et elle y passait, le bougre était au bord. Hilarion ne
mourut que le lendemain. Le juge était venu; puis, il y avait eu
l'enterrement; enfin toutes sortes d'ennuis, dont elle se trouvait
heureusement remise, très calme, mais ulcérée de l'ingratitude du monde et
bien résolue à ne plus jamais rendre un service à ceux de sa famille.

Fouan dut frapper trois fois, si peureusement, que la Grande n'entendait
point. Enfin, elle revint, elle se décida à demander:

--Qui est là?

--Moi.

--Qui, toi?

--Moi, ton frère.

Sans doute, elle avait reconnu la voix tout de suite, et elle ne se
pressait pas, pour le plaisir de le forcer à causer. Un silence s'était
fait, elle demanda de nouveau:

--Qu'est-ce que tu veux?

Il tremblait, il n'osait répondre. Alors, brutalement, elle rouvrit; mais,
comme il entrait, elle barra la porte de ses bras maigres, elle le laissa
dans la rue sous la pluie battante, dont le ruissellement triste n'avait
pas cessé.

--Je le sais, ce que tu veux. On est venu me dire ça, à la veillée.... Oui,
tu as eu la bêtise de te faire manger encore, tu n'as pas même su garder
l'argent de ta cachette, et tu veux que je te ramasse, hein?

Puis, voyant qu'il s'excusait, bégayait des explications, elle s'emporta.

--Si je ne t'avais pas averti! Mais te l'ai-je assez répété qu'il fallait
être bête et lâche pour renoncer à sa terre!... Tant mieux, si te voilà tel
que je le disais, chassé par tes gueux d'enfants, courant la nuit comme un
mendiant qui n'a pas même une pierre à lui pour dormir!

Les mains tendues, il pleura, il essaya de l'écarter. Elle tenait bon, elle
achevait de se vider le coeur.

--Non, non! va demander un lit à ceux qui t'ont volé. Moi, je ne te dois
rien. La famille m'accuserait encore de me mêler de ses affaires....
D'ailleurs, ce n'est point tout ça, tu as donné ton bien, jamais je ne
pardonnerai....

Et, redressée, avec son cou flétri et ses yeux ronds d'oiseau de proie,
elle lui jeta la porte sur la face, violemment.

--C'est bien fait, crève dehors!

Fouan resta là, raidi, immobile, devant cette porte impitoyable, pendant
que derrière lui, la pluie continuait avec son roulement monotone. Enfin,
il se retourna, il se renfonça dans la nuit d'encre, que noyait cette chute
lente et glacée du ciel.

Où alla-t-il? Il ne se le rappela jamais bien. Ses pieds glissaient dans
les flaques, ses mains tâtonnaient pour ne pas se heurter contre les murs
et les arbres. Il ne pensait plus, ne savait plus, ce coin de village dont
il connaissait chaque pierre, était comme un lieu lointain, inconnu,
terrible, où il se sentait étranger et perdu, incapable de se conduire. Il
obliqua à gauche, craignit des trous, revint à droite, s'arrêta
frissonnant, menacé de toutes parts. Et, ayant rencontré une palissade, il
la suivit jusqu'à une petite porte, qui céda. Le sol se dérobait, il roula
dans un trou. Là, on était bien, la pluie ne pénétrait pas, il faisait
chaud; mais un grognement l'avait averti, il était avec un cochon, qui,
dérangé, croyant à de la nourriture, lui poussait déjà son groin dans les
côtes. Une lutte s'engagea, il était si faible, que la peur d'être dévoré
le fit sortir. Alors, ne pouvant aller plus loin, il se coucha contre la
porte, ramassé, roulé en boule, pour que l'avancement du toit le protégeât
de l'eau. Des gouttes quand même continuèrent à lui tremper les jambes, des
souffles lui glaçaient sur le corps ses vêtements mouillés. Il enviait le
cochon, il serait retourné avec lui, s'il ne l'avait pas entendu, derrière
son dos, manger la porte, avec des reniflements voraces.

Au petit jour, Fouan sortit de la somnolence douloureuse où il s'était
anéanti. Une honte le reprenait, la honte de se dire que son histoire
courait le pays, que tous le savaient par les routes, comme un pauvre.
Quand on n'a plus rien, il n'y a pas de justice, il n'y a pas de pitié à
attendre. Il fila le long des haies, avec l'inquiétude de voir une fenêtre
s'ouvrir, quelque femme matinale le reconnaître. La pluie tombait toujours,
il gagna la plaine, se cacha au fond d'une meule. Et la journée entière se
passa pour lui à fuir de la sorte, d'abri en abri, dans un tel effarement,
qu'au bout de deux heures, il se croyait découvert et changeait de trou.
L'unique idée, maintenant, qui lui battait le crâne, était de savoir si ce
serait bien long de mourir. Il souffrait moins du froid, la faim surtout le
torturait, il allait pour sûr mourir de faim. Encore une nuit, encore un
jour, peut-être. Tant qu'il fit clair, il ne faiblit pas, il aimait mieux
finir ainsi que de retourner chez les Buteau. Mais une angoisse affreuse
l'envahit avec le crépuscule qui tombait, une terreur de recommencer
l'autre nuit, sous ce déluge entêté. Le froid le reprenait jusque dans les
os, la faim lui rongeait la poitrine, intolérable. Lorsque le ciel fut
noir, il se sentit comme noyé, emporté par ces ténèbres ruisselantes; sa
tête ne commandait plus, ses jambes marchaient toutes seules, la bête
l'emmenait; et ce fut alors que, sans l'avoir voulu, il se retrouva dans la
cuisine des Buteau, dont il venait de pousser la porte.

Justement, Buteau et Lise achevaient la soupe aux choux de la veille. Lui,
au bruit, avait tourné la tête, et il regardait Fouan, silencieux, fumant
dans ses vêtements trempés. Un long temps se passa, il finit par dire avec
un ricanement:

--Je savais bien que vous n'auriez pas de coeur.

Le vieux, fermé, figé, n'ouvrit pas les lèvres, ne prononça pas un mot.

--Allons, la femme, donne-lui tout de même la pâtée, puisque la faim le
ramène.

Déjà, Lise s'était levée et avait apporté une écuellée de soupe. Mais Fouan
reprit l'écuelle, alla s'asseoir à l'écart, sur un tabouret, comme s'il
avait refusé de se mettre à la table, avec ses enfants; et, goulûment, par
grosses cuillerées, il avala. Tout son corps tremblait, dans la violence de
sa faim. Buteau, lui, achevait de dîner sans hâte, se balançant sur sa
chaise, piquant de loin des morceaux de fromage, qu'il mangeait au bout de
son couteau. La gloutonnerie du vieillard l'occupait, il suivait la
cuillère des yeux, il goguenarda.

--Dites donc, ça parait vous avoir ouvert l'appétit, cette promenade au
frais. Mais faudrait pas se payer ça tous les jours, vous coûteriez trop à
nourrir.

Le père avalait, avalait, avec un bruit rauque du gosier, sans une parole.
Et le fils continua.

--Ah! ce bougre de farceur qui découche! Il est peut-être allé voir les
garces.... C'est donc ça qui vous a creusé, hein?

Pas de réponse encore, le même entêtement de silence, rien que la
déglutition violente des cuillerées qu'il engouffrait.

--Eh! je vous parle, cria Buteau irrité, vous pourriez bien me faire la
politesse de répondre.

Fouan ne leva même pas de la soupe ses yeux fixes et troubles. Il ne
semblait ni entendre ni voir, isolé, à des lieues, comme s'il avait voulu
dire qu'il était revenu manger, que son ventre était là, mais que son coeur
n'y était plus. Maintenant il raclait le fond de l'écuelle avec la
cuillère, rudement, pour ne rien perdre de sa portion.

Lise, remuée par cette grosse faim, se permit d'intervenir.

--Lâche-le, puisqu'il veut faire le mort.

--C'est qu'il ne va pas recommencer à se foutre de moi! reprit rageusement
Buteau. Une fois, ça passe. Mais vous entendez, sacré têtu? que l'histoire
d'aujourd'hui vous serve de leçon! Si vous m'embêtez encore, je vous laisse
crever de faim sur la route!

Fouan, ayant fini, quitta péniblement sa chaise; et, toujours muet, de ce
silence de tombe qui paraissait grandir, il tourna le dos, il se traîna
sous l'escalier, jusqu'à son lit, où il se jeta tout vêtu. Le sommeil l'y
foudroya, il dormit à l'instant, sans un souffle, sous un écrasement de
plomb. Lise, qui vint le voir, retourna dire à son homme qu'il était
peut-être bien mort. Mais Buteau, s'étant dérangé, haussa les épaules. Ah!
ouiche, mort! est-ce que ça mourait comme ça? Fallait seulement qu'il eût
tout de même roulé, pour être dans un état pareil. Le lendemain enfin
lorsqu'ils entrèrent jeter un coup d'oeil, le vieux n'avait pas bougé; et
il dormait encore le soir, et il ne se réveilla qu'au matin de la seconde
nuit, après trente-six heures d'anéantissement.

--Tiens! vous rev'là! dit Buteau en ricanant. Moi qui croyais que ça
continuerait, que vous ne mangeriez plus de pain!

Le vieux ne le regarda pas, ne répondit pas, et sortit s'asseoir sur la
route, pour prendre l'air.

Alors, Fouan s'obstina. Il semblait avoir oublié les titres qu'on refusait
de lui rendre; du moins, il n'en causait plus, il ne les cherchait plus,
indifférent peut-être, en tous cas résigné; mais sa rupture était complète
avec les Buteau, il restait dans son silence, comme séparé et enseveli.
Jamais, dans aucune circonstance, pour aucune nécessité, il ne leur
adressait la parole. La vie demeurait commune, il couchait là, mangeait là,
il les voyait, les coudoyait du matin au soir; et pas un regard, pas un
mot, l'air d'un aveugle et d'un muet, la promenade traînante d'une ombre,
au milieu de vivants. Lorsqu'on se fut lassé de s'occuper de lui, sans en
tirer un souffle, on le laissa à son obstination. Buteau, Lise elle-même,
cessèrent également de lui parler, le tolérant autour d'eux comme un meuble
qui aurait changé de place, finissant par perdre la conscience nette de sa
présence. Le cheval et les deux vaches comptaient davantage.

De toute la maison, Fouan n'eut plus qu'un ami, le petit Jules, qui
achevait sa neuvième année. Tandis que Laure, âgée de quatre ans, le
regardait avec les yeux durs de la famille, se dégageait de ses bras,
sournoise, rancunière, comme si elle eût déjà condamné cette bouche
inutile, Jules se plaisait dans les jambes du vieux. Et il demeurait le
dernier lien, qui le rattachait à la vie des autres, il servait de
messager, quand la nécessité d'un oui ou d'un non devenait absolue. Sa mère
l'envoyait, et il rapportait la réponse, car le grand-père, pour lui seul,
sortait de son silence. Dans l'abandon où il tombait, l'enfant en outre,
ainsi qu'une petite ménagère, l'aidait à faire son lit le matin, se
chargeait de lui donner sa portion de soupe, qu'il mangeait près de la
fenêtre, sur ses genoux, n'ayant jamais voulu reprendre sa place, à la
table. Puis, ils jouaient ensemble. Le bonheur de Fouan était d'emmener
Jules par la main, de marcher longtemps, droit devant eux; et, ces
jours-là, il se soulageait de ce qu'il renfonçait en lui, il en disait, il
en disait, à étourdir son compagnon, ne parlant déjà plus qu'avec
difficulté, perdant l'usage de sa langue, depuis qu'il cessait de s'en
servir. Mais le vieillard qui bégayait, le gamin qui n'avait d'autres idées
que les nids et les mûres sauvages, se comprenaient très bien à causer,
durant des heures. Il lui enseigna à poser des gluaux, il lui fabriqua une
petite cage, pour y enfermer des grillons. Cette frêle main d'enfant dans
la sienne, par les chemins vides de ce pays où il n'avait plus ni terres ni
famille, c'était tout ce qui le soutenait, le faisait se plaire à vivre
encore un peu.

Du reste, Fouan était comme rayé du nombre des vivants, Buteau agissait en
son lieu et place, touchait et signait, sous le prétexte que le bonhomme
perdait la tête. La rente de cent cinquante francs, provenant de la vente
de la maison, lui était payée directement par M. Baillehache. Il n'avait eu
qu'un ennui avec Delhomme, qui s'était refusé à verser les deux cents
francs de la pension, entre des mains autres que celles de son père; et
Delhomme exigeait donc la présence de celui-ci; mais il n'avait pas le dos
tourné, que Buteau raflait la monnaie. Cela faisait trois cent cinquante
francs, auxquels, disait-il d'une voix geignarde, il devait en ajouter
autant et davantage, sans arriver à nourrir le vieux. Jamais il ne
reparlait des titres; ça dormait-là, on verrait plus tard. Quant aux
intérêts, ils passaient toujours, selon lui, à tenir l'engagement avec le
père Saucisse, quinze sous chaque matin, pour l'achat à viager d'un arpent
de terre. Il criait qu'on ne pouvait pas lâcher ce contrat, qu'il y avait
trop d'argent engagé. Pourtant, le bruit courait que le père Saucisse,
terrorisé, menacé d'un mauvais coup, avait consenti à le rompre, en lui
rendant la moitié des sommes touchées, mille francs sur deux mille; et, si
ce vieux filou se taisait, c'était par une vanité de gueux qui ne voulait
point avoir été roulé à son tour. Le flair de Buteau l'avertissait que le
père Fouan mourrait le premier: une supposition qu'on lui aurait donné une
chiquenaude, à coup sûr, il ne se serait pas relevé.

Une année s'écoula, et Fouan, tout en déclinant chaque jour, durait quand
même. Ce n'était plus le vieux paysan propret, avec son cuir bien rasé, ses
pattes de lièvre correctes, portant des blouses neuves et des pantalons
noirs. Dans sa face amincie, décharnée, il ne restait que son grand nez
osseux qui s'allongeait vers la terre. Un peu chaque année, il s'était
courbé davantage, et maintenant il allait, les reins cassés, n'ayant
bientôt qu'à faire la culbute finale, pour tomber dans la fosse. Il se
traînait sur deux bâtons, envahi d'une barbe blanche, longue et sale, usant
les vêtements troués de son fils, si mal tenu, qu'il en était répugnant au
soleil, ainsi que ces vieux rôdeurs de route en haillons, dont on s'écarte.
Et, au fond de cette déchéance, la bête seule persistait, l'animal humain,
tout entier à l'instinct de vivre. Une voracité le faisait se jeter sur sa
soupe, jamais contenté, volant jusqu'aux tartines de Jules, si le petit ne
les défendait pas. Aussi le réduisait-on, même on en profitait pour ne plus
le nourrir assez, sous le prétexte qu'il en crèverait. Buteau l'accusait de
s'être perdu, au Château, dans la compagnie de Jésus-Christ, ce qui était
vrai; car cet ancien paysan sobre, dur à son corps, vivant de pain et
d'eau, avait pris là des habitudes de godaille, le goût de la viande et de
l'eau-de-vie, tellement les vices se gagnent vite, lors même que c'est un
fils qui débauche son père. Lise avait dû enfermer le vin en le voyant
disparaître. Les jours où l'on mettait un pot-au-feu, la petite Laure
restait en faction autour. Depuis que le vieux avait fait la dette d'une
tasse de café chez Lengaigne, celui-ci et Macqueron étaient prévenus qu'on
ne les payerait pas, s'ils lui servaient des consommations à crédit. Il
gardait toujours son grand silence tragique, mais parfois, lorsque son
écuelle n'était pas pleine, lorsqu'on enlevait le vin sans lui donner sa
part, il fixait longuement sur Buteau des yeux irrités, dans la rage
impuissante de son appétit.

--Oui, oui, regardez-moi disait Buteau, si vous croyez que je nourris les
bêtes à ne rien foutre! Quand on aime la viande, on la gagne, bougre de
goinfre!... Hein? n'avez-vous pas honte d'être tombé dans la débauche à
votre âge!

Fouan, qui n'était pas retourné chez les Delhomme par un entêtement
d'orgueil, ulcéré du mot que sa fille avait dit, en arriva à tout endurer
des Buteau, les mauvaises paroles, même les bourrades. Il ne songeait plus
à ses autres enfants; il s'abandonnait là, dans une telle lassitude, que
l'idée de s'en tirer ne lui venait point: ça ne marcherait pas mieux
ailleurs, à quoi bon? Fanny, lorsqu'elle le rencontrait, passait raide,
ayant juré de ne jamais lui reparler la première. Jésus-Christ, meilleur
enfant, après lui avoir gardé rancune de la sale façon dont il avait quitté
le Château, s'était amusé un soir à le griser abominablement chez Lengaigne
puis à le ramener ainsi devant sa porte: une histoire terrible, la maison
en l'air, Lise obligée de laver la cuisine, Buteau jurant qu'une autre fois
il le ferait coucher sur le fumier; de sorte que le vieux, craintif, se
méfiait maintenant de son aîné, au point d'avoir le courage de refuser les
rafraîchissements. Souvent aussi, il voyait la Trouille avec ses oies,
quand il s'asseyait dehors, au bord d'un chemin. Elle s'arrêtait, le
fouillait de ses yeux minces, causait un instant, tandis que ses bêtes,
derrière elle, l'attendaient debout sur une patte, le cou en arrêt. Mais,
un matin, il constata qu'elle lui avait volé son mouchoir; et, dès lors, du
plus loin qu'il l'aperçut, il agita ses bâtons pour la chasser. Elle
rigolait, s'amusait à lancer ses oies sur lui, ne se sauvait que lorsqu'un
passant menaçait de la gifler, si elle ne laissait pas son grand-père
tranquille.

Cependant, jusque-là, Fouan avait pu marcher, et c'était une consolation,
car il s'intéressait encore à la terre, il montait toujours revoir ses
anciennes pièces, dans cette manie des vieux passionnés que hantent leurs
anciennes maîtresses d'autrefois. Il errait lentement par les routes, de sa
marche blessée de vieil homme; il s'arrêtait au bord d'un champ, demeurait
des heures planté sur ses cannes; puis, il se traînait devant un autre, s'y
oubliait de nouveau, immobile, pareil à un arbre poussé là, desséché de
vieillesse. Ses yeux vides ne distinguaient plus nettement ni le blé, ni
l'avoine, ni le seigle. Tout se brouillait, et c'étaient des souvenirs
confus qui se levaient du passé: cette pièce, en telle année, avait
rapporté tant d'hectolitres. Même les dates, les chiffres finissaient par
se confondre. Il ne lui restait qu'une sensation vive, persistante: la
terre, la terre qu'il avait tant désirée, tant possédée, la terre à qui
pendant soixante ans, il avait tout donné, ses membres, son coeur, sa vie,
la terre ingrate, passée aux bras d'un autre mâle, et qui continuait de
produire sans lui réserver sa part! Une grande tristesse le poignait, à
cette idée qu'elle ne le connaissait plus, qu'il n'avait rien gardé d'elle
ni un sou ni une bouchée de pain, qu'il lui fallait mourir, pourrir en
elle, l'indifférente qui, de ses vieux os, allait se refaire de la
jeunesse. Vrai! pour en arriver là, nu et infirme, ça ne valait guère la
peine de s'être tué au travail! Quand il avait rôdé ainsi autour de ses
anciennes pièces, il se laissait tomber sur son lit, dans une telle
lassitude, qu'on ne l'entendait même plus souffler.

Mais ce dernier intérêt qu'il prenait à vivre, s'en allait avec ses jambes.
Bientôt, il lui devint si pénible de marcher, qu'il ne s'écarta guère du
village. Par les beaux jours, il avait trois ou quatre stations préférées:
les poutres devant la maréchalerie de Clou, le pont de l'Aigre, un banc de
pierre près de l'école; et il voyageait lentement de l'une à l'autre,
mettant une heure pour faire deux cents mètres, tirant sur ses sabots comme
sur des voitures lourdes, débauché, déjeté, dans le roulis cassé de ses
reins. Souvent, il s'oubliait l'après-midi entière au bout d'une poutre,
accroupi, à boire le soleil. Une hébétude l'immobilisait, les yeux ouverts.
Des gens passaient qui ne le saluaient plus, car il devenait une chose. Sa
pipe même lui était une fatigue, il cessait de fumer, tant elle pesait à
ses gencives, sans compter que le gros travail de la bourrer et de
l'allumer, l'épuisait. Il avait l'unique désir de ne pas bouger de place,
glacé, grelottant, dès qu'il remuait, sous l'ardent soleil de midi.
C'était, après la volonté et l'autorité mortes, la déchéance dernière, une
vieille bête souffrant, dans son abandon, la misère d'avoir vécu une
existence d'homme. D'ailleurs, il ne se plaignait point, fait à cette idée
du cheval fourbu, qui a servi et qu'on abat, quand il mange inutilement son
avoine. Un vieux, ça ne sert à rien et ça coûte. Lui-même avait souhaité la
fin de son père. Si, à leur tour, ses enfants désiraient la sienne, il n'en
ressentait ni étonnement ni chagrin. Ça devait être.

Lorsqu'un voisin lui demandait:

--Eh bien! père Fouan, vous allez donc toujours!

--Ah! grognait-il, c'est bougrement long de crever, et ce n'est pourtant
pas la bonne volonté qui manque!

Et il disait vrai, dans son stoïcisme de paysan qui accepte la mort, qui la
souhaite, dès qu'il redevient nu et que la terre le reprend.

Une souffrance encore l'attendait. Jules se dégoûta de lui, détourné par la
petite Laure. Celle-ci, lorsqu'elle le voyait avec le grand-père, semblait
jalouse. Il les embêtait, ce vieux! c'était plus amusant de jouer ensemble.
Et, si son frère ne la suivait pas, elle se pendait à ses épaules,
l'emmenait. Ensuite, elle se faisait si gentille, qu'il en oubliait son
service de ménagère complaisante. Peu à peu, elle se l'attacha
complètement, en vraie femme déjà qui s'était donné la tâche de cette
conquête.

Un soir, Fouan, était allé attendre Jules devant l'école, si las, qu'il
avait songé à lui, pour remonter la côte. Mais Laure sortit avec son frère;
et, comme le vieux, de sa main tremblante, cherchait la main du petit, elle
eut un rire méchant.

--Le v'là encore qui t'embête, lâche-le donc!

Puis, se retournant vers les autres galopins:

--Hein? est-il couenne de se laisser embêter!

Alors, Jules, au milieu des huées, rougit, voulut faire l'homme, s'échappa
d'un saut, en criant le mot de sa soeur à son vieux compagnon de
promenades:

--Tu m'embêtes!

Effaré, les yeux obscurcis de larmes, Fouan trébucha, comme si la terre lui
manquait, avec cette petite main qui se retirait de lui. Les rires
augmentaient, et Laure força Jules à danser autour du vieillard, à chanter
sur un air de ronde enfantine:

--Tombera, tombera pas... son pain sec mangera, qui le ramassera....

Fouan, défaillant, mit près de deux heures à rentrer seul, tant il traînait
les pieds, sans force. Et ce fut la fin, l'enfant cessa de lui apporter sa
soupe et de faire son lit, dont la paillasse n'était pas retournée une fois
par mois. Il n'eut même plus ce gamin à qui causer, il s'enfonça dans
l'absolu silence, sa solitude se trouva élargie et complète. Jamais un mot,
sur rien, à personne.



III


Les labours d'hiver tiraient à leur fin, et par cette après-midi de
février, sombre et froide, Jean, avec sa charrue, venait d'arriver à sa
grande pièce des Cornailles, où il lui restait à faire deux bonnes heures
de besogne. C'était un bout de la pièce qu'il voulait semer de blé, une
variété écossaise de poulard, une tentative que lui avait conseillée son
ancien maître Hourdequin en mettant même à sa disposition quelques
hectolitres de semence.

Tout de suite, Jean enraya, à la place où il avait dérayé la veille; et,
faisant mordre le soc, les mains aux mancherons de la charrue, il jeta à
son cheval le cri rauque dont il l'excitait.

--Dia hue! hep!

Des pluies battantes, après de grands soleils, avaient durci l'argile du
sol, si profondément, que le soc et le coutre détachaient avec peine la
bande qu'ils tranchaient, dans ce labour à plein fer. On entendait la motte
épaisse grincer contre le versoir qui la retournait enfouissant au fond le
fumier, dont une couche étalée couvrait le champ. Parfois, un obstacle, une
pierre, donnait une secousse.

--Dia hue! hep!

Et Jean, de ses bras tendus veillait à la rectitude parfaite du sillon, si
droit, qu'on l'aurait dit tracé au cordeau; tandis que son cheval, la tête
basse, les pieds enfoncés dans la raie, tirait d'un train uniforme et
continu. Lorsque la charrue s'empâtait, il en détachait la boue et les
herbes, d'un branle de ses deux poings; puis elle glissait de nouveau en
laissant derrière elle la terre mouvante et comme vivante, soulevée,
grasse, à nu jusqu'aux entrailles.

Quand il fut au bout du sillon, il tourna, en commença un autre. Bientôt,
une sorte de griserie lui vint de toute cette terre remuée, qui exhalait
une odeur forte, l'odeur des coins humides où fermentent les germes. Sa
marche lourde, la fixité de son regard, achevaient de l'étourdir. Jamais il
ne devait devenir un vrai paysan. Il n'était pas né dans ce sol, il restait
l'ancien ouvrier des villes, le troupier qui avait fait la campagne
d'Italie; et ce que les paysans ne voient pas, ne sentent pas, lui le
voyait, le sentait, la grande paix triste de la plaine, le souffle puissant
de la terre, sous le soleil et sous la pluie. Toujours il avait eu des
idées de retraite à la campagne. Mais quelle sottise de s'être imaginé que,
le jour où il lâcherait le fusil et le rabot, la charrue contenterait son
goût de la tranquillité! Si la terre était calme, bonne à ceux qui
l'aiment, les villages collés sur elle comme des nids de vermine, les
insectes humains vivant de sa chair, suffisaient à le déshonorer et à en
empoisonner l'approche. Il ne se souvenait pas d'avoir souffert autant que
depuis son arrivée, déjà lointaine, à la Borderie.

Jean dut soulever un peu les mancherons, pour donner de l'aisance. Une
légère déviation du sillon lui causa de l'humeur. Il tourna, s'appliqua
davantage, en poussant son cheval.

--Dia hue! hep!

--Oui, que de misères, en ces dix années! D'abord, sa longue attente de
Françoise; ensuite, la guerre avec les Buteau. Pas un jour ne s'était passé
sans vilaines choses. Et, à cette heure qu'il avait Françoise, depuis deux
ans qu'ils étaient mariés, pouvait-il se dire heureux? S'il l'aimait
toujours, lui, il avait bien deviné qu'elle ne l'aimait pas, qu'elle ne
l'aimerait jamais, comme il aurait désiré l'être, à pleins bras, à pleine
bouche. Tous deux vivaient en bon accord, le ménage prospérait,
travaillait, économisait. Mais ce n'était point ça, il la sentait loin,
froide, occupée d'une autre idée, au lit, quand il la tenait. Elle se
trouvait enceinte de cinq mois, un de ces enfants faits sans plaisir, qui
ne donnent que du mal à leur mère. Cette grossesse ne les avait même pas
rapprochés. Il souffrait surtout d'un sentiment de plus en plus net,
éprouvé le soir de leur entrée dans la maison, le sentiment qu'il demeurait
un étranger pour sa femme; un homme d'un autre pays, poussé ailleurs, on ne
savait où, un homme qui ne pensait pas comme ceux de Rognes, qui lui
paraissait bâti différemment, sans lien possible avec elle, bien qu'il
l'eût rendue grosse. Après le mariage, exaspérée contre les Buteau, elle
avait, un samedi, rapporté de Cloyes une feuille de papier timbré, afin de
tout laisser par testament à son mari, car elle s'était fait expliquer
comment la maison et la terre retourneraient à sa soeur si elle mourait
avant d'avoir un enfant, l'argent et les meubles entrant seuls dans la
communauté; puis, sans lui donner aucune explication à ce sujet, elle
semblait s'être ravisée, la feuille était encore dans la commode, toute
blanche; et il en avait ressenti un grand chagrin secret, non qu'il fût
intéressé, mais il voyait là un manque d'affection. D'ailleurs, aujourd'hui
que le petit allait naître, à quoi bon un testament? Il n'en avait pas
moins le coeur gros, chaque fois qu'il ouvrait la commode et qu'il
apercevait le papier timbré, devenu inutile.

Jean s'arrêta, laissa souffler son cheval. Lui-même secouait son
étourdissement, dans l'air glacé. D'un lent regard, il regarda l'horizon
vide, la plaine immense, où d'autres attelages, très loin, se noyaient sous
le gris du ciel. Il fut surpris de reconnaître le père Fouan, qui revenait
de Rognes par le chemin neuf, cédant encore à quelque souvenir, à un besoin
de revoir un coin de champ. Puis, il baissa la tête, il s'absorba une
minute dans la vue du sillon ouvert, de la terre éventrée à ses pieds: elle
était jaune et forte au fond, la motte retournée avait apporté à la lumière
comme une chair rajeunie, tandis que, dessous, le fumier s'enterrait en un
lit de fécondation grasse; et ses réflexions devenaient confuses, la drôle
d'idée qu'on avait eue de fouiller ainsi le sol pour manger du pain,
l'ennui où il était de ne pas se sentir aimé de Françoise, d'autres choses
plus vagues, sur ce qui poussait là, sur son petit qui naîtrait bientôt,
sur tout le travail qu'on faisait, sans en être souvent plus heureux. Il
reprit les mancherons, il jeta son cri guttural.

--Dia hue! hep!

Jean achevait son labour, lorsque Delhomme, qui revenait à pied d'une ferme
voisine, s'arrêta au bord du champ.

--Dites donc, Caporal, vous savez la nouvelle.... Paraît qu'on va avoir la
guerre.

Il lâcha la charrue, il se releva, saisi, étonné du coup qu'il recevait au
coeur.

--La guerre, comment ça?

Mais avec les Prussiens, à ce qu'on m'a dit.... C'est dans les journaux.

Les yeux fixes, Jean revoyait l'Italie, les batailles de là-bas, ce
massacre dont il avait été si heureux de se tirer, sans une blessure. A
cette époque, de quelle ardeur il aspirait à vivre tranquille, dans son
coin! et voilà que cette parole, criée d'une route par un passant, cette
idée de la guerre lui allumait tout le sang du corps!

--Dame! si les Prussiens nous emmerdent.... On ne peut pas les laisser se
foutre de nous.

Delhomme n'était pas de cet avis. Il hocha la tête, il déclara que ce
serait la fin des campagnes, si l'on y revoyait les Cosaques comme après
Napoléon. Ça ne rapportait rien de se cogner; valait mieux s'entendre.

--Ce que j'en dis, c'est pour les autres.... J'ai mis de l'argent, chez
monsieur Baillehache. Quoi qu'il arrive, Nénesse, qui tire demain, ne
partira pas.

--Bien sûr, conclut Jean, calmé. C'est comme moi, qui ne leur dois plus
rien et qui suis marié à cette heure, je m'en fiche qu'ils se battent!...
Ah! c'est avec les Prussiens! Eh bien! on leur allongera une raclée, voilà
tout!

--Bonsoir, Caporal!

--Bonsoir!

Delhomme repartit, s'arrêta plus loin pour crier de nouveau la nouvelle, la
cria plus loin une troisième fois; et la menace de la guerre prochaine vola
par la Beauce, dans la grande tristesse du ciel de cendre.

Jean, ayant terminé, eut l'idée d'aller tout de suite à la Borderie
chercher la semence promise. Il détela, laissa la charrue au bout du champ,
sauta sur son cheval. Comme il s'éloignait, la pensée de Fouan lui revint,
il le chercha et ne le trouva plus. Sans doute, le vieux s'était mis à
l'abri du froid, derrière une meule de paille, restée dans la pièce aux
Buteau.

A la Borderie, après avoir attaché sa bête, Jean appela inutilement; tout
le monde devait être en besogne dehors; et il était entré dans la cuisine
vide, il tapait du poing sur la table, lorsqu'il entendit enfin la voix de
Jacqueline monter de la cave, où se trouvait la laiterie. On y descendait
par une trappe, qui s'ouvrait au pied même de l'escalier, si mal placée,
qu'on redoutait toujours des accidents.

--Hein? qui est-ce?

Il s'était accroupi sur la première marche du petit escalier raide, et elle
le reconnut d'en bas.

Tiens, Caporal!

Lui aussi la voyait, dans le demi-jour de la laiterie, éclairée par un
soupirail. Elle travaillait là, au milieu des jattes, des crémoirs, d'où le
petit-lait s'en allait goutte à goutte, dans une auge de pierre; et elle
avait les manches retroussées jusqu'aux aisselles, ses bras nus étaient
blancs de crème.

--Descends donc.... Est-ce que je te fais peur?

Elle le tutoyait comme autrefois, elle riait de son air de fille
engageante. Mais lui, gêné, ne bougeait pas.

--C'est pour la semence que le maître m'a promise.

--Ah! oui, je sais.... Attends, je monte.

Et, quand elle fut au grand jour, il la trouva toute fraîche, sentant bon
le lait, avec ses bras nus et blancs. Elle le regardait de ses jolis yeux
pervers, elle finit par demander d'un air de plaisanterie:

--Alors, tu ne m'embrasses pas?... Ce n'est pas parce qu'on est marié qu'on
doit être mal poli.

Il l'embrassa, en affectant de faire claquer fortement les deux baisers sur
les joues, pour dire que c'était simplement de bonne amitié. Mais elle le
troublait, des souvenirs lui remontaient de tout le corps, dans un petit
frisson. Jamais avec sa femme, qu'il aimait tant, il n'avait éprouvé ça.

--Allons, viens, reprit Jacqueline. Je vas te montrer la semence....
Imagine-toi que la servante elle-même est au marché.

Elle traversa la cour, entra dans la grange au blé, tourna derrière une
pile de sac; et c'était là, contre le mur, en un tas que des planches
maintenaient. Il l'avait suivie, il étouffa un peu de se trouver ainsi seul
avec elle, au fond de ce coin perdu. Tout de suite, il affecta s'intéresser
à la semence, une belle variété écossaise de poulard.

--Oh! qu'il est gros!

Mais elle eut son roucoulement de gorge, elle le ramena vite au sujet qui
l'intéressait.

--Ta femme est enceinte, vous vous en donnez, hein?... Dis donc, est-ce que
ça va avec elle? est-ce que c'est aussi gentil qu'avec moi?

Il devint très rouge, elle s'en amusa, enchantée de le bouleverser de la
sorte. Puis, elle parut s'assombrir, sous une pensée brusque.

--Tu sais, moi, j'ai eu bien des ennuis. Heureusement que c'est passé et
que j'en suis sortie à mon avantage.

En effet, un soir, Hourdequin avait vu tomber à la Borderie son fils Léon,
le capitaine, qui ne s'y était pas montré depuis des années; et, dès le
premier jour, ce dernier, venu pour savoir, fut renseigné, lorsqu'il eut
constaté que Jacqueline occupait la chambre de sa mère. Un instant, elle
trembla, car l'ambition l'avait prise de se faire épouser et d'hériter de
la ferme. Mais le capitaine commit la faute de jouer le vieux jeux: il
voulut débarrasser son père en se faisant surprendre par lui, couché avec
elle. C'était trop simple. Elle étala une vertu farouche, elle poussa des
cris, versa des larmes, déclara à Hourdequin qu'elle s'en allait,
puisqu'elle n'était plus respectée dans sa maison. Il y eut une scène
atroce entre les deux hommes, le fils essaya d'ouvrir les yeux du père, ce
qui acheva de gâter les choses. Deux heures plus tard, il repartit, il cria
sur le seuil qu'il aimait mieux tout perdre, et que, s'il rentrait jamais,
ce serait pour faire sortir cette catin à coups de botte.

L'erreur de Jacqueline, dans son triomphe, fut alors de croire qu'elle
pouvait tout risquer. Elle signifia à Hourdequin qu'après des vexations
pareilles, dont le pays clabaudait, elle se devait de le quitter, s'il ne
l'épousait pas. Même elle commença à faire sa malle. Mais le fermier,
encore bouleversé de sa rupture avec son fils, d'autant plus furieux qu'il
se donnait secrètement tort et que son coeur saignait, faillit l'assommer
d'une paire de gifles; et elle ne parla plus de partir, elle comprit
qu'elle s'était trop pressée. Maintenant, du reste, elle était la maîtresse
absolue, couchant ouvertement dans la chambre conjugale, mangeant à part
avec le maître, commandant, réglant les comptes, ayant les clefs de la
caisse, si despotique, qu'il la consultait sur les décisions à prendre. Il
déclinait, très vieilli, elle espérait bien vaincre ses révoltes dernières,
l'amener au mariage, quand elle aurait achevé de l'user. En attendant,
comme il avait juré de déshériter son fils, dans le coup de sa colère, elle
travaillait pour le décider à un testament en sa faveur; et elle se croyait
déjà propriétaire de la ferme, car elle lui en avait arraché la promesse,
un soir, au lit.

--Depuis des années que je m'esquinte à l'amuser, conclut-elle, tu
comprends que ce n'est pas pour ses beaux yeux.

Jean ne put s'empêcher de rire. Tout en parlant d'un geste machinal, elle
avait enfoncé ses bras nus dans le blé; et elle les en retirait, les y
replongeait, poudrant sa peau d'une poudre fine et douce. Il regardait ce
jeu, il fit à voix haute une réflexion qu'il regretta ensuite.

--Et, avec Tron, ça va toujours?

Elle ne parut pas blessée, elle parla librement comme à un vieil ami.

--Ah! je l'aime bien, cette grande bête, mais il n'est guère raisonnable,
vrai!... Est-ce qu'il n'est pas jaloux! Oui, il me fait des scènes, il ne
me passe que le maître, et encore! Je crois qu'il vient écouter la nuit si
nous dormons.

De nouveau, Jean s'égayait. Mais elle ne riait pas, elle, ayant une peur
secrète de ce colosse, qu'elle disait sournois et faux, ainsi, que tous les
Porcherons. Il l'avait menacée de l'étrangler, si elle le trompait. Aussi
n'allait-elle plus avec lui qu'en tremblant, malgré le goût qu'elle gardait
pour ses gros membres, elle toute fluette qu'il aurait écrasée entre son
pouce et ses quatre doigts.

Puis, elle eut un joli haussement d'épaules, comme pour dire qu'elle en
avait mangé d'autres. Et elle reprit, souriante:

--Dis, Caporal, ça marchait mieux avec toi, nous étions si d'accord!

Sans le quitter de ses yeux plaisants, elle s'était remise à brasser le
blé. Lui, se trouvait reconquis, oubliait son départ de la ferme, son
mariage, l'enfant qui allait naître. Il lui saisit les poignets, au fond de
la semence; il remonta le long de ses bras, veloutés de farine, jusqu'à sa
gorge d'enfant, que l'abus de l'homme semblait durcir; et c'était ce
qu'elle voulait, depuis qu'elle l'avait aperçu, en haut de la trappe, un
regain de sa tendresse d'autrefois, le mauvais plaisir aussi de le
reprendre à une autre femme, une femme légitime. Déjà, il l'empoignait, il
la renversait sur le tas de blé, pâmée, roucoulante, lorsqu'une haute et
maigre figure, celle du berger Soulas, apparut derrière les sacs, toussant
violemment et crachant. D'un bond, Jacqueline s'était relevée, tandis que
Jean, essoufflé, bégayait:

--Eh bien! c'est ça, je reviendrai en chercher cinq hectolitres.... Oh!
est-il gros! est-il gros!

Elle, rageuse, regardant le dos du berger qui ne s'en allait pas, murmura,
les dents serrées:

--C'est trop à la fin! Même quand je me crois seule, il est là qui
m'embête. Ce que je vais te le faire flanquer dehors!

Jean, refroidi, se hâta de quitter la grange et détacha son cheval dans la
cour, malgré les signes de Jacqueline, qui l'aurait caché au fond de la
chambre conjugale, plutôt que de renoncer à son envie. Mais, désireux de
s'échapper, il répéta qu'il reviendrait le lendemain. Il partit à pied,
tenant sa bête par la bride, quand Soulas, sorti pour l'attendre, lui dit à
la porte:

--C'est donc la fin de l'honnêteté, que toi aussi, tu y retournes?...
Rends-lui le service, alors, de la prévenir qu'elle ferme son bec, si elle
ne veut pas que j'ouvre le mien. Ah! il y en aura, du grabuge, tu verras!

Mais Jean passa outre, avec un geste brutal, refusant de s'en mêler
davantage. Il était plein de honte, irrité de ce qu'il avait manqué faire.
Lui qui croyait bien aimer Françoise, il n'avait plus jamais près d'elle de
ces coups bêtes de désir. Était-ce donc qu'il aimait mieux Jacqueline?
cette garce lui avait-elle laissé du feu sous la peau? Tout le passé se
réveillait, sa colère s'accrut, lorsqu'il sentit qu'il retournerait la
voir, malgré sa révolte. Et frémissant, il sauta sur son cheval, il galopa,
afin de rentrer plus vite à Rognes.

--Justement, cette après-midi-là, Françoise eut l'idée d'aller faucher un
paquet de luzerne pour ses vaches. C'était elle d'habitude qui faisait ce
travail, et elle se décidait en songeant qu'elle trouverait là-haut son
homme, au labour; car elle n'aimait guère s'y hasarder seule, dans la
crainte de s'y coudoyer avec les Buteau, qui, enragés de ne plus avoir
toute la pièce à eux, cherchaient continuellement de mauvaises querelles.
Elle prit une faux, le cheval rapporterait le paquet d'herbe. Mais, comme
elle arrivait aux Cornailles, elle eut la surprise de ne point apercevoir
Jean, qu'elle n'avait pas averti du reste: la charrue était là, où
pouvait-il bien être, lui? Et ce qui acheva de l'émotionner fortement, ce
fut de reconnaître Buteau et Lise, debout devant le champ, agitant les
bras, l'air furieux. Sans doute ils venaient de s'arrêter, au retour de
quelque village voisin, endimanchés, les mains libres. Un instant, elle fut
sur le point de tourner les talons. Puis, elle s'indigna de cette peur,
elle était bien la maîtresse d'aller à sa terre; et elle continua de
s'approcher, la faux sur l'épaule.

La vérité était que, lorsque Françoise rencontrait ainsi Buteau, surtout
seul, elle en demeurait bouleversée. Depuis deux ans, elle ne lui adressait
plus la parole. Mais elle ne pouvait le voir, sans éprouver un élancement
dans tout son corps. C'était peut-être bien de la colère, peut-être bien
autre chose aussi. A plusieurs reprises, sur ce même chemin, comme elle se
rendait à sa luzernière, elle l'avait de la sorte aperçu devant elle. Il
tournait la tête, deux, trois fois, pour la regarder de son oeil gris,
taché de jaune. Un frisson la prenait, elle hâtait le pas malgré son
effort, tandis qu'il ralentissait le sien; et elle passait à son côté,
leurs yeux se fouillaient une seconde. Puis, elle avait le trouble de le
sentir derrière son dos, elle se raidissait, ne savait plus marcher. Lors
de leur dernière rencontre, elle s'était effarée au point de s'étaler tout
de son long, embarrassée par son ventre de femme grosse, en voulant sauter
de la route dans sa luzerne. Lui, avait éclaté de rire.

Le soir, lorsque Buteau raconta méchamment à Lise la culbute de sa soeur,
tous les deux eurent un regard où luisait la même pensée: si la gueuse
s'était tuée avec son enfant, le mari n'avait rien, la terre et la maison
leur faisaient retour. Ils savaient, par la Grande, l'aventure du testament
différé, devenu inutile depuis la grossesse. Mais eux n'avaient jamais eu
de chance, pas de danger que le sort les débarrassât de la mère et du
petit! Et ils y revinrent en se couchant, histoire simplement d'en causer,
car ça ne tue pas les gens, de parler de leur mort. Une supposition que
Françoise fût morte sans héritier, comme tout s'arrangeait, quel coup de
justice du bon Dieu! Lise, empoisonnée de sa haine, finit par jurer que sa
soeur n'était plus sa soeur, qu'elle lui tiendrait la tête sur le billot,
s'il ne s'agissait que de ça pour rentrer dans leur chez-eux, d'où la
salope les avait si dégoûtamment chassés. Buteau, lui, ne se montrait pas
gourmand, déclarait que ce serait déjà gentil de voir le petit claquer
avant de naître. Cette grossesse surtout l'avait irrité: un enfant, c'était
la fin de son espoir têtu, la perte définitive du bien. Alors, comme ils se
mettaient au lit tous deux, et qu'elle soufflait la chandelle, elle eut un
rire singulier, elle dit que tant que les mioches ne sont pas venus, ils
peuvent ne pas venir. Un silence régna dans l'obscurité, puis il demanda
pourquoi elle lui disait ça. Collée contre lui, la bouche à son oreille
elle lui fit un aveu: le mois dernier, elle avait eu l'embêtement de
s'apercevoir qu'elle se trouvait de nouveau pincée; si bien que, sans le
prévenir, elle avait filé chez la Sapin, une vieille de Magnolles qui était
sorcière. Encore enceinte, merci! il l'aurait bien reçue! La Sapin, avec
une aiguille, tout simplement, l'avait débarrassée. Il l'écoulait, sans
approuver, sans désapprouver, et son contentement ne perça que dans la
façon goguenarde dont il exprima l'idée qu'elle aurait dû se procurer
l'aiguille pour Françoise. Elle s'égaya aussi, le saisit à pleins bras, lui
souffla que la Sapin enseignait une autre manière, oh! une manière si
drôle! Hein? laquelle donc? Eh bien! un homme pouvait défaire ce qu'un
homme avait fait: il n'avait qu'à prendre la femme en lui traçant trois
signes de croix sur le ventre et en récitant un _Ave_ à l'envers. Le petit,
s'il y en avait un, s'en allait comme un vent. Buteau s'arrêta de rire, ils
affectèrent de douter, mais l'antique crédulité passée dans les os de leur
race, les secouait d'un frisson, car personne n'ignorait que la vieille de
Magnolles avait changé une vache en belette et ressuscité un mort. Ça
devait être, puisqu'elle l'affirmait. Enfin, Lise désira, très câline,
qu'il essayât sur elle l'_Ave_, à l'envers et les trois signes de croix,
voulant se rendre compte si elle ne sentirait rien. Non, rien! C'était que
l'aiguille avait suffi. Sur Françoise, ça en aurait fait, du ravage? Il
rigola, est-ce qu'il pouvait? Tiens! pourquoi pas, puisqu'il l'avait déjà
eue? Jamais! Il s'en défendait maintenant, tandis que sa femme lui
enfonçait les doigts dans la chair, devenue jalouse. Ils s'endormirent aux
bras l'un de l'autre.

Depuis ce temps, l'idée de cet enfant qui poussait, qui allait leur prendre
pour toujours la maison et la terre, les hanta; et ils ne rencontraient
plus la jeune soeur, sans que leur regard, tout de suite, se portât sur son
ventre. Quand ils la virent arriver par le chemin, ils la mesurèrent d'un
coup d'oeil, saisis de constater que la grossesse avançait et que bientôt
il ne serait plus temps.

--Non de Dieu! gueula Buteau, en revenant au labour qu'il examinait, le
voleur a bien mordu sur nous d'un bon pied.... Y a pas à dire, v'là la
borne!

Françoise avait continué de s'approcher, du même pas tranquille, en cachant
sa crainte. Elle comprit alors la cause de leurs gestes furieux, la charrue
de Jean devait avoir entamé leur parcelle. Il y avait là de continuels
sujets de dispute; pas un mois ne se passait sans qu'une question de
mitoyenneté les jetât les uns sur les autres. Ça ne pouvait finir que par
des coups et des procès.

--Tu entends, continua-il en élevant la voix, vous êtes chez nous, je vas
vous faire marcher!

Mais la jeune femme, sans même tourner la tête, était entrée dans sa
luzernière.

--On te parle, cria Lise hors d'elle. Viens voir la borne, si tu crois que
nous mentons.... Faut se rendre compte du dommage.

Et, devant le silence, le dédain affecté de sa soeur, elle perdit toute
mesure, s'avança sur elle, les poing fermés.

--Dis donc, est-ce que tu te fous de nous? Je suis ton aînée, tu me dois le
respect. Je saurai bien te faire demander pardon de toutes les cochonneries
que tu m'as faites.

Elle était devant elle, enragée de rancune, aveuglée de sang.

--A genoux, à genoux, garce!

Toujours muette, Françoise, comme le soir de l'expulsion, lui cracha au
visage. Et Lise hurlait, lorsque Buteau intervint, en l'écartant
violemment.

--Laisse, c'est mon affaire.

Ah! oui, elle le laissait! Il pouvait bien la tordre et lui casser
l'échine, ainsi qu'un mauvais arbre; il pouvait bien en faire de la pâtée
pour les chiens, s'en servir comme d'une traînée: ce n'était pas elle qui
l'empêcherait elle l'aiderait plutôt! Et, à partir de ce moment, toute
droite, elle guetta, veillant à ce qu'on ne le dérangeât point. Autour
d'eux, sous le ciel morne, la pleine immense et grise s'étendait, sans une
âme.

--Vas-y donc, il n'y a personne!

Buteau marchait sur Françoise, et celle-ci, à le voir, la face dure, les
bras raidis, crut qu'il venait la battre. Elle n'avait pas lâché sa faux,
mais elle tremblait; déjà, d'ailleurs, il en tenait le manche; il la lui
arracha, la jeta dans la luzerne. Pour lui échapper, elle n'eut plus qu'à
s'en aller à reculons, elle passa ainsi dans le champ voisin, se dirigea
vers la meule qui s'y trouvait, comme si elle eût espéré s'en faire un
rempart. Lui, ne se hâtait point, semblait également la pousser là, les
bras peu à peu ouverts, la face détendue par un rire silencieux qui
découvrait ses gencives. Et, tout d'un coup, elle comprit qu'il ne voulait
pas la battre. Non il voulait autre chose, la chose qu'elle lui avait
refusée si longtemps. Alors, elle trembla davantage, quand elle sentit sa
force l'abandonner, elle vaillante, qui tapait dur autrefois, en jurant que
jamais il n'y arriverait. Pourtant, elle n'était plus une gamine, elle
avait eu vingt-trois ans à la Saint-Martin, une vraie femme à cette heure,
la bouche rouge encore et les yeux larges, pareils à des écus. C'était en
elle une sensation si tiède et si molle, que ses membres lui semblaient
s'en engourdir.

Buteau, la forçant toujours à reculer, parla enfin, d'une voix basse et
ardente:

--Tu sais bien que ce n'est pas fini entre nous, que je te veux, que je
t'aurai!

Il avait réussi à l'acculer contre la meule, il la saisit aux épaules, la
renversa. Mais, à ce moment, elle se débattit, éperdue, dans l'habitude de
sa longue résistance. Lui, la maintenait, en évitant les coups de pied.

--Puisque t'es grosse à présent, foutue bête! qu'est-ce que tu risques?...
Je n'en ajouterai pas un autre, va, pour sûr!

Elle éclata en larmes, elle eut comme une crise, ne se défendant plus, les
bras tordus, les jambes agitées de secousses nerveuses; et il ne pouvait la
prendre, il était jeté de côté, à chaque nouvelle tentative. Une colère le
rendit brutal, il se tourna vers sa femme.

--Nom de Dieu de feignante! quand tu nous regarderas!... Aide-moi donc,
tiens-lui les jambes, si tu veux que ça se fasse!

Lise était restée droite, immobile, plantée à dix mètres, fouillant de ses
yeux les lointains de l'horizon, puis les ramenant sur les deux autres,
sans qu'un pli de sa face remuât. A l'appel de son homme, elle n'eut pas
une hésitation, s'avança, empoigna la jambe gauche de sa soeur, l'écarta,
s'assit dessus, comme si elle avait voulu la broyer. Françoise, clouée au
sol, s'abandonna, les nerfs rompus, les paupières closes. Pourtant, elle
avait sa connaissance, et quand Buteau l'eut possédée, elle fut emportée à
son tour dans un spasme de bonheur si aigu, qu'elle le serra de ses deux
bras à l'étouffer, en poussant un long cri. Des corbeaux passaient, qui
s'en effrayèrent. Derrière la meule, apparut la tête blême du vieux Fouan,
abrité là contre le froid. Il avait tout vu, il eut peur sans doute, car il
se renfonça dans la paille.

Buteau s'était relevé, et Lise le regardait fixement. Elle n'avait eu
qu'une préoccupation, s'assurer s'il faisait bien les choses; et, dans le
coeur qu'il y mettait, il venait d'oublier tout, les signes de croix,
l'_Ave_ à l'envers. Elle en restait saisie, hors d'elle. C'était donc pour
le plaisir qu'il avait fait ça?

Mais Françoise ne lui laissa pas le temps de s'expliquer. Un moment, elle
était demeurée par terre, comme succombant sous la violence de cette joie
d'amour, qu'elle ignorait. Brusquement, la vérité s'était faite: elle
aimait Buteau, elle n'en avait jamais aimé, elle n'en aimerait jamais un
autre. Cette découverte l'emplit de honte, l'enragea contre elle-même, dans
la révolte de toutes ses idées de justice. Un homme qui n'était pas à elle,
l'homme à cette soeur qu'elle détestait, le seul homme qu'elle ne pouvait
avoir sans être une coquine! Et elle venait de le laisser aller jusqu'au
bout, et elle l'avait serré si fort, qu'il la savait à lui!

D'un bond, elle se leva, égarée, défaite, crachant toute sa peine en mots
entrecoupés.

--Cochons! salops!... Oui, tous les deux, des salops, des cochons!... Vous
m'avez abîmée. Y en a qu'on guillotine, et qui en ont moins fait.... Je le
dirai à Jean, sales cochons! C'est lui qui réglera votre compte.

Buteau haussait les épaules, goguenard, content d'y être arrivé enfin.

--Laisse donc! tu en mourais d'envie, je t'ai bien sentie gigoter.... Nous
recommencerons ça.

Cette rigolade acheva d'exaspérer Lise, et toute la colère qui montait en
elle contre son mari, creva sur sa cadette.

--C'est vrai, putain! je t'ai vue. Tu l'as empoigné, tu l'as forcé....
Quand je disais que tout mon malheur venait de toi! Ose répéter à présent
que tu ne m'as pas débauché mon homme, oui! tout de suite au lendemain du
mariage, lorsque je te mouchais encore!

Sa jalousie éclatait, singulière après ses complaisances, une jalousie qui
portait moins sur l'acte que sur la moitié de ce que sa soeur lui avait
pris dans l'existence. Si cette fille de son sang n'était pas née, est-ce
qu'il lui aurait fallu partager tout? Elle l'exécrait d'être plus jeune,
plus fraîche, plus désirée.

--Tu mens! criait Françoise. Tu sais bien que tu mens!

--Ah! je mens! Ce n'est peut-être pas toi qui voulais de lui, qui le
poursuivais jusque dans la cave.

--Moi! moi! et, tout à l'heure, est-ce moi encore?... Vache qui m'as tenue!
Oui, tu m'aurais cassé la jambe! Et ça, vois-tu, je ne comprends pas, faut
que tu sois dégoûtante, ou faut que tu aies voulu m'assassiner, gueuse!

Lise, à la volée, répondit par une gifle. Cette brutalité affola Françoise
qui se rua sur elle. Les mains au fond des poches, Buteau ricanait, sans
intervenir, en coq vaniteux pour lequel deux poules se battent. Et la
bataille continua, enragée, scélérate, les bonnets arrachés, les chairs
meurtries, chacune fouillant des doigts où elle pourrait atteindre la vie
de l'autre. Toutes deux s'étaient bousculées, étaient revenues dans la
luzerne. Mais Lise poussa un hurlement. Françoise lui enfonçait les ongles
dans le cou; et, alors, elle vit rouge, elle eut la pensée nette, aiguë, de
tuer sa soeur. A gauche de celle-ci, elle avait aperçu la faux, tombée le
manche en travers d'une touffe de chardons, la pointe haute. Ce fut comme
dans un éclair. Elle culbuta Françoise, de toute la force de ses poignets.
Trébuchante, la malheureuse tourna, s'abattit à gauche, en jetant un cri
terrible. La faux lui entrait dans le flanc.

--Nom de Dieu! nom de Dieu! bégaya Buteau.

Et ce fut tout. Une seconde avait suffi, l'irréparable était fait. Lise,
béante de voir se réaliser si vite ce qu'elle avait voulu, regardait la
robe coupée se tacher d'un flot de sang. Était-ce donc que le fer avait
pénétré jusqu'au petit, pour que ça coulât si fort? Derrière la meule, la
face pâle du vieux Fouan s'allongeait de nouveau. Il avait vu le coup; ses
yeux troubles clignotaient.

Françoise ne bougeait plus, et Buteau, qui s'approchait, n'osa la toucher.
Un souffle de vent passa, le glaça jusqu'aux os, lui hérissa le poil, dans
un frisson d'épouvante.

--Elle est morte, filons, nom de Dieu!

Il avait saisi la main de Lise; ils furent comme emportés, le long de la
route déserte. Le ciel bas et sombre semblait leur tomber sur le crâne;
leur galop faisait derrière eux un bruit de foule, lancée à leur poursuite;
et ils couraient par la plaine vide et rase, lui ballonné dans sa blouse,
elle échevelée, son bonnet au poing, tous les deux répétant les mêmes mots,
grondant comme des bêtes traquées:

--Elle est morte, nom de Dieu!... Filons, nom de Dieu!

Leurs enjambées s'allongeaient, ils n'articulaient plus, grognaient des
sons involontaires, qui cadençaient leur fuite, un reniflement où l'on
aurait distingué encore:

--Morte, nom de Dieu!... Morte, nom de Dieu!... Morte, nom de Dieu!

Ils disparurent.

Quelques minutes plus tard, lorsque Jean revint, au trop de son cheval, ce
fut une grande douleur.

--Quoi donc? qu'est-il arrivé?

--Françoise, qui avait rouvert les paupières, ne remuait toujours pas. Elle
le regardait longuement, de ses grands yeux douloureux; et elle ne
répondait point, comme très loin de lui déjà, songeant à des choses.

--Tu es blessée, tu as du sang, réponds, je t'en prie!

Il se tourna vers le père Fouan, qui s'approchait.

--Vous étiez là, que s'est-il passé?

Alors, Françoise parla, d'une voix lente.

--J'étais venue à l'herbe... je suis tombée sur ma faux.... Ah! c'est fini!

Son regard avait cherché celui de Fouan, elle lui disait, à lui, les autres
choses, les choses que la famille seule devait savoir. Le vieux, dans son
hébétement, parut comprendre, répéta:

--C'est bien vrai; elle est tombée, elle s'est blessée.... J'étais là, je
l'ai vue.

Il fallut courir à Rognes pour avoir une civière. En route, elle s'évanouit
de nouveau. On crut bien qu'on ne la rapporterait pas vivante.



IV


C'était justement le lendemain, un dimanche, que les garçons de Rognes
allaient à Cloyes tirer au sort; et, comme, dans la nuit tombante, la
Grande et la Frimat, accourues, déshabillaient, puis couchaient Françoise
avec d'infinies précautions, le tambour battait en bas, sur la route, un
vrai glas pour le pauvre monde, au fond du triste crépuscule.

Jean, qui avait perdu la tête, partait chercher le docteur Finet, lorsqu'il
rencontra, près de l'église, Patoir le vétérinaire, venu pour le cheval du
père Saucisse. Violemment, il l'obligea à entrer voir la blessée, bien que
l'autre s'en défendit. Mais, devant l'affreuse plaie, il refusa tout net.
de s'en mêler: à quoi bon! il n'y avait rien à faire. Lorsque, deux heures
plus tard, Jean ramena M. Finet, celui-ci eut le même geste. Rien à faire,
des stupéfiants qui adouciraient l'agonie. La grossesse de cinq mois
compliquait le cas, on sentait s'agiter l'enfant, mourant de la mort de la
mère, de ce flanc troué dans sa fécondité. Avant de partir, après avoir
essayé d'un pansement, le docteur, tout en promettant de revenir le
lendemain, déclara que la pauvre femme ne passerait pas la nuit. Et elle la
passa pourtant; elle durait encore, lorsque, vers neuf heures, le tambour
recommença à battre pour réunir les conscrits, devant l'école.

Toute la nuit, le ciel s'était fondu en eau, un vrai déluge que Jean avait
écouté ruisseler, assis au fond de la chambre, hébété, les yeux pleins de
grosses larmes. Maintenant, il entendait le tambour, assourdi comme par un
crêpe, dans la matinée humide et tiède. La pluie ne tombait plus, le ciel
était resté d'un gris de plomb.

Longtemps, le tambour résonna. C'était un nouveau, un neveu à Macqueron, de
retour du service, et qui tapait comme s'il eût conduit un régiment au feu.
Tout Rognes en était révolutionné, car les nouvelles circulant depuis
quelques jours, la menace d'une guerre prochaine, aggravaient, cette
année-là, l'émotion toujours si vive du tirage au sort. Merci! pour aller
se faire casser la tête par les Prussiens! Il y avait neuf garçons du pays
qui tiraient, ce qui ne s'était jamais vu peut-être. Et, parmi eux, se
trouvaient Nénesse et Delphin, autrefois inséparables, séparés aujourd'hui
que le premier servait à Chartres, chez un restaurateur. La veille, Nénesse
étant venu coucher à la ferme de ses parents, Delphin l'avait à peine
reconnu, tant il était changé: un vrai monsieur, avec une canne, un chapeau
de soie, une cravate bleu de ciel, serrée dans une bague; et il se faisait
habiller par un tailleur, il plaisantait les complets de Lambourdieu. Au
contraire, l'autre s'était épaissi, les membres gourds, la tête cuite sous
le soleil, poussé en force, ainsi qu'une plante du sol. Tout de suite,
d'ailleurs, ils avaient renoué. Après qu'ils eurent passé ensemble une
partie de la nuit, ils arrivèrent bras dessus bras dessous devant l'école,
à l'appel du tambour, dont les roulements ne cessaient pas, entêtés,
obsédants.

Des parents stationnaient. Delhomme et Fanny, flattés de la distinction de
Nénesse, avaient voulu le voir partir; et ils étaient du reste sans
crainte, puisqu'ils l'avaient assuré. Quant à Bécu, sa plaque de garde
champêtre astiquée, il parlait de gifler la Bécu, parce qu'elle pleurait:
quoi donc? est-ce que Delphin n'était pas bon pour servir la patrie? Le
garçon, lui, s'en fichait, sûr, disait-il, d'amener un bon numéro. Lorsque
les neuf furent réunis, ce qui demanda une bonne heure, Lequeu leur remit
le drapeau. On discuta pour savoir qui en aurait l'honneur. D'habitude,
c'était le plus grand, le plus vigoureux, si bien qu'on finit par tomber
d'accord sur Delphin. Il en parut très troublé, timide au fond, malgré ses
gros poings, inquiet des choses dont il n'avait pas l'usage. En voilà une
longue machine qui était gênante dans les bras? et pourvu qu'elle ne lui
portât pas malechance!

Aux deux coins de la rue, chacune dans la salle de son cabaret, Flore et
Coelina donnaient un dernier coup de balai, pour le soir. Macqueron, l'air
morne, regardait du seuil de sa porte, lorsque Lengaigne parut sur la
sienne, en ricanant. Il faut dire que ce dernier triomphait; car les rats
de cave de la régie, l'avant-veille, avaient saisi quatre pièces de vin,
cachées dans un bûcher de son rival, que cette fichue aventure venait de
forcer à envoyer sa démission de maire; et, personne n'en doutait, la
lettre de dénonciation, sans signature, était sûrement de Lengaigne. Pour
comble de malheur, Macqueron enrageait d'une autre histoire: sa fille
Berthe s'était tellement compromise avec le fils du charron, auquel il la
refusait, qu'il avait dû consentir enfin à la lui accorder. Depuis huit
jours, à la fontaine, les femmes ne causaient que du mariage de la fille et
du procès du père. L'amende était certaine, peut-être bien qu'il y aurait
de la prison. Aussi, devant le rire insultant de son voisin, Macqueron
préféra-t-il rentrer, gêné de ce que le monde commençait aussi à rire.

Mais Delphin avait empoigné le drapeau, le tambour se remit à battre; et
Nénesse emboîta le pas, les sept autres suivirent. Cela faisait un petit
peloton, filant par la route plate. Des galopins coururent, quelques
parents, les Delhomme, Bécu, d'autres, allèrent jusqu'au bout du village.
Débarrassée de son mari, la Bécu se hâta, monta se glisser furtivement dans
l'église; puis, lorsqu'elle s'y vit toute seule, elle qui n'était pas
dévote, se laissa tomber sur les genoux en pleurant, en suppliant le bon
Dieu de réserver un bon numéro pour son fils. Pendant plus d'une heure,
elle balbutia cette ardente prière. Au loin, du côté de Cloyes, la
silhouette du drapeau s'était peu à peu effacée, les roulements du tambour
avaient fini par se perdre dans le grand air.

Ce fut seulement vers dix heures que le docteur Finet reparut, et il sembla
très surpris de trouver Françoise vivante encore, car il croyait bien
n'avoir plus qu'à écrire le permis d'inhumer. Il examina la plaie, hocha la
tête, préoccupé de l'histoire qu'on lui avait dite, n'ayant aucun soupçon
d'ailleurs. On dut la lui répéter: comment diable la malheureuse était-elle
ainsi tombée sur la pointe d'une faux? Il repartit, outré de cette
maladresse, contrarié d'avoir à revenir pour la constatation du décès. Mais
Jean était resté sombre, les yeux sur Françoise qui fermait les paupières,
muette, dès qu'elle sentait le regard de son mari l'interroger. Lui,
devinait un mensonge, quelque chose qu'elle lui cachait. Dès le petit jour,
il s'était échappé un instant, courant à la pièce de luzerne, là-haut,
voulant voir; et il n'avait rien vu de net, des pas effacés par le déluge
de la nuit, une place foulée, à l'endroit de la chute sans doute. Après le
départ du médecin, il se rassit au chevet de la mourante, seul justement
avec elle, la Frimat étant allée déjeuner, et la Grande ayant dû s'absenter
pour donner un coup d'oeil chez elle.

--Tu souffres, dis?

Elle serra les paupières, elle ne répondit pas.

--Dis, tu ne me caches rien?

On l'aurait crue morte déjà sans le petit souffle pénible de sa gorge.
Depuis la veille, elle était sur le dos, comme frappée d'immobilité et de
silence. Dans la fièvre ardente qui la brûlait, sa volonté, au fond d'elle,
semblait se bander et résister au délire, tellement elle craignait de
parler. Toujours, elle avait eu un singulier caractère, une sacrée tête,
ainsi qu'on le disait, la tête des Fouan, ne faisant rien à l'exemple des
autres, ayant des idées qui stupéfiaient le monde. Peut-être obéissait-elle
à un profond sentiment de la famille, plus fort que la haine et le besoin
de vengeance. A quoi bon, puisqu'elle allait mourir? C'étaient des choses
qu'on enterrait entre soi, dans le coin de terre où l'on avait poussé tous,
des choses qu'il ne fallait jamais, à aucun prix, étaler devant un
étranger; et Jean était l'étranger, ce garçon qu'elle n'avait pu aimer
d'amour, dont elle emportait l'enfant, sans le faire, comme si elle était
punie de l'avoir commencé.

Cependant, lui, depuis qu'il l'avait ramenée agonisante, songeait au
testament. Toute la nuit, l'idée lui était revenue que, si elle mourait de
la sorte, il n'aurait que la moitié des meubles et de l'argent, cent
vingt-sept francs qui se trouvaient dans la commode. Il l'aimait bien, il
aurait donné de sa chair pour la garder; mais ça augmentait encore son
chagrin, cette pensée qu'il pouvait perdre avec elle la terre et la maison.
Jusque-là, pourtant, il n'avait point osé lui en ouvrir la bouche: c'était
si dur, et puis il y avait toujours du monde. Enfin, voyant qu'il n'en
saurait pas davantage sur la façon dont l'accident s'était produit, il se
décida; il aborda l'autre affaire.

--Peut-être bien que tu as des arrangements à terminer.

Françoise, raidie, ne parut pas entendre. Sur ses yeux clos, sur sa face
fermée, rien ne passait.

--Tu sais, à cause de ta soeur, dans le cas où un malheur t'arriverait....
Nous avons le papier, là, dans la commode.

Il apporta le papier timbré, il continua d'une voix qui s'embarrassait.

--Hein? désires-tu que je t'aide? Savoir si tu as encore la force
d'écrire.... Moi, ce n'est pas l'intérêt. C'est seulement l'idée que tu ne
peux rien vouloir laisser aux gens qui t'ont fait tant de mal.

Elle eut un léger frisson des paupières qui lui prouva qu'elle entendait.
Alors, elle refusait donc? Il en resta saisi, sans comprendre. Elle-même,
peut-être, n'aurait pu dire pourquoi elle faisait ainsi la morte, avant
d'être clouée entre quatre planches. La terre, la maison n'étaient pas à
cet homme, qui venait de traverser son existence par hasard, comme un
passant. Elle ne lui devait rien, l'enfant partait avec elle. A quel titre
le bien serait-il sorti de la famille? Son idée puérile et têtue de la
justice protestait: ceci est à moi, ceci est à toi, quittons-nous, adieu!
Oui, c'étaient ces choses, et c'étaient d'autres choses encore, plus
vagues, sa soeur Lise reculée, perdue dans un lointain, Buteau seul
présent, aimé malgré les coups, désiré, pardonné.

Mais Jean s'irrita, gagné et empoisonné lui aussi par la passion de la
terre. Il la souleva, tâcha de l'asseoir sur son séant, essaya de lui
mettre une plume entre les doigts.

--Voyons, est-ce possible?... Tu les aimerais mieux que moi, ils auraient
tout, ces gueux!

Alors, Françoise ouvrit enfin les paupières, et le regard qu'elle tourna
vers lui, le bouleversa. Elle savait qu'elle allait mourir, ses grands yeux
élargis en avaient le désespoir sans fond. Pourquoi la torturait-il? Elle
ne pouvait pas, elle ne voulait pas. Un cri sourd de douleur lui avait seul
échappé. Puis elle retomba, ses paupières se refermèrent, sa tête redevint
immobile, au milieu de l'oreiller.

Un tel malaise avait envahi Jean, honteux de sa brutalité, qu'il était
resté le papier timbré à la main lorsque la Grande rentra. Elle comprit,
elle l'emmena à l'écart pour savoir s'il y avait un testament. Balbutiant
de son mensonge, il déclara que, justement, il cachait le papier, de peur
qu'on ne tourmentât Françoise. Elle parut l'approuver, elle continuait à
être du côté des Buteau, prévoyant des abominations, si ces derniers
héritaient. Et, après s'être assise devant la table, elle se remit à
tricoter, en ajoutant tout haut:

--Moi, je ne ferai bien sûr du tort à personne.... Il y a longtemps que le
papier est en règle. Oh! chacun a sa part, je me croirais trop malhonnête,
si j'avantageais quelqu'un.... Vous y êtes, mes enfants. Ça viendra, ça
viendra un jour!

C'était ce qu'elle disait quotidiennement aux membres de la famille, et
elle le répétait, par habitude, près de ce lit de mort. Un rire intérieur,
chaque fois, la chatouillait, à l'idée du fameux testament qui devait les
faire se tous dévorer, quand elle serait partie. Elle n'y avait pas
introduit une clause, sans y mettre dessous la possibilité d'un procès.

--Ah! si l'on pouvait emporter son avoir! conclut-elle. Mais, puisqu'on ne
l'emporte pas, faut bien que les autres s'en régalent.

A son tour, la Frimat revint s'asseoir de l'autre côté de la table, en face
de la Grande. Elle aussi tricotait. Et les heures de l'après-midi se
succédèrent, les deux vieilles femmes causaient tranquillement, tandis que
Jean, ne pouvant tenir en place, marchait, sortait, rentrait, dans une
attente affreuse. Le médecin avait dit qu'il n'y avait rien à faire, on ne
faisait rien.

D'abord, la Frimat regretta qu'on ne fût pas allé chercher maître Sourdeau,
un rebouteur de Bazoches, bon également pour les blessures. Il disait des
paroles, il les refermait, rien qu'en soufflant dessus.

--Un fier homme, déclara la Grande, devenue respectueuse. C'est lui qui a
remis le bréchet aux Lorillon.... V'la que le bréchet tombe au père
Lorillon. Ça se recourbait, ça lui pesait sur l'estomac, si bien qu'il s'en
allait de langueur. Et le pis, c'est que v'là la mère Lorillon prise à son
tour de ce fichu mal, qui se communique, comme vous savez. Enfin, les v'là
tous pincés, la fille, le gendre, les trois enfants.... Ma parole, ils en
claquaient, s'ils n'avaient pas fait venir maître Sourdeau, qui leur a
remis ça, en leur frottant l'estomac avec un peigne d'écaille.

L'autre vieille appuyait chaque détail d'un branle du menton: c'était
connu, ça ne se discutait pas. Elle-même cita un autre fait.

--C'est encore maître Sourdeau qui a guéri la petite aux Budin de la
fièvre, en ouvrant en deux un pigeon vivant et en le lui appliquant sur la
tête.

Elle se tourna vers Jean, hébété devant le lit.

--A votre place, je le demanderais. Peut-être bien que ce n'est pas trop
tard.

Mais il eut un geste de colère. Lui, gâté par l'orgueil des villes, ne
croyait point à ces choses. Et les deux femmes continuèrent longtemps, se
communiquèrent des remèdes, du persil sous la paillasse contre les maux de
reins, trois glands de chêne dans la poche pour guérir l'enflure, un verre
d'eau blanchie par la lune et bue à jeun pour chasser les vents.

--Dites donc, reprit brusquement la Frimat, si l'on ne va pas chercher
maître Sourdeau, on pourrait tout de même faire venir monsieur le curé.

Jean eut le même geste furieux, et la Grande pinça les lèvres.

--En v'là une idée! qu'est-ce qu'il y ficherait, monsieur le curé!

--Ce qu'il y fiche donc!... Il apporterait le bon Dieu, ce n'est pas
mauvais, des fois!

Elle haussa les épaules, comme pour dire qu'on n'était plus dans ces
idées-là. Chacun chez soi: le bon Dieu chez lui, les gens chez eux.

--D'ailleurs, fit-elle remarquer au bout d'un silence, le curé ne viendrait
pas, il est malade.... La Bécu m'a dit tout à l'heure qu'il partait en
voiture mercredi, parce que le médecin a déclaré qu'il crèverait pour sûr à
Rognes, si on ne l'emmenait point.

En effet, depuis deux ans et demi qu'il desservait cette paroisse, l'abbé
Madeline ne faisait que décliner. La nostalgie, le regret désespéré de ses
montagnes d'Auvergne l'avait rongé un peu chaque jour, en face de cette
plate Beauce, dont le déroulement à l'infini noyait son coeur de tristesse.
Pas un arbre, pas un rocher, des mares d'eau saumâtre, au lieu des eaux
vives qui, là-haut, ruissellent en cascades. Ses yeux pâlissaient, il
s'était décharné davantage, on disait qu'il s'en allait de la poitrine.
Encore s'il avait trouvé quelque consolation près de ses paroissiennes!
Mais, au sortir de son ancienne cure si croyante, ce nouveau pays gâté par
l'irréligion, respectueux des seules pratiques extérieures, le bouleversait
dans la timidité inquiète de son âme. Les femmes l'étourdissaient de cris
et de querelles, abusaient de sa faiblesse, au point de diriger le culte à
sa place, ce dont il restait effaré, plein de scrupules, toujours sous la
crainte de pécher, sans le vouloir. Un dernier coup lui était réservé: le
jour de la Noël, une des filles de la Vierge fut prise des douleurs de
l'enfantement dans l'église. Et, depuis ce scandale, il traînait, on
s'était résigné à le remporter en Auvergne, mourant.

--Nous v'là encore sans prêtre, alors, dit la Frimat. Qui sait si l'abbé
Godard voudra revenir?

--Ah! le bourru! s'écria la Grande, il en crèverait de mauvais sang!

Mais l'entrée de Fanny les fit taire. De toute la famille, elle était la
seule qui fût déjà venue la veille; et elle revenait, pour avoir des
nouvelles. Jean, de sa main tremblante, se contenta de lui montrer
Françoise. Un silence apitoyé régna. Puis, Fanny baissa la voix pour savoir
si la malade avait demandé sa soeur. Non, elle n'en ouvrait pas la bouche,
comme si Lise n'eût point existé. C'était bien surprenant, car on a beau
être brouillé, la mort est la mort: quand donc ferait-on la paix, si on ne
la faisait pas avant de partir?

La Grande fut d'avis qu'on devait questionner Françoise là-dessus. Elle se
leva, elle se pencha.

--Dis, ma petite, et Lise?

La mourante ne bougea pas. Il n'y eut, sur ses paupières closes, qu'un
tressaillement à peine visible.

--Elle attend peut-être qu'on aille la chercher. J'y vais.

Alors, toujours sans ouvrir les yeux, Françoise dit non, en roulant la tête
sur l'oreiller, doucement. Et Jean voulut qu'on respectât sa volonté. Les
trois femmes se rassirent. L'idée que Lise ne venait pas d'elle-même,
maintenant, les étonnait. Il y avait souvent bien de l'obstination dans les
familles.

--Ah! on a tant de contrariétés! réprit Fanny avec un soupir. Ainsi, depuis
ce matin, je ne vis plus, moi, à cause de ce tirage au sort; et ce n'est
guère raisonnable, car je sais pourtant que Nénesse ne partira pas.

--Oui, oui, murmura la Frimat, ça émotionne tout de même.

De nouveau, la mourante fut oubliée. On parlait de la chance, des garçons
qui partiraient, des garçons qui ne partiraient pas. Il était trois heures,
et bien qu'on les attendît, au plus tôt, vers cinq heures, des
renseignements déjà circulaient, venus de Cloyes on ne savait comment, par
cette sorte de télégraphie aérienne qui vole de village en village. Le fils
aux Briquet avait le numéro 13: pas de chance! Celui des Couillot était
tombé sur le 206, un bon, pour sûr! Mais on ne s'entendait pas sur les
autres, les affirmations étaient contradictoires, ce qui portait au comble
l'émotion. Rien sur Delphin, rien sur Nénesse.

--Ah! j'en ai le coeur qui se décroche, est-ce bête! répéta Fanny.

On appela la Bécu, qui passait. Elle était retournée à l'église, elle
errait comme un corps sans âme; et, son angoisse devenait si forte, qu'elle
ne s'arrêta même pas à causer.

--Je ne peux plus tenir, je vais à leur rencontre.

Jean, devant la fenêtre, n'écoutait pas, les yeux vagues, au dehors. Depuis
le matin, il avait remarqué, à plusieurs reprises, que le vieux Fouan se
traînait, sur ses deux cannes, autour de la maison. Brusquement, il le vit
encore, la face collée contre une vitre, tâchant de distinguer les choses,
dans la chambre; et il ouvrit la fenêtre, le vieux eut l'air tout saisi,
bégaya pour demander comment ça allait. Très mal, c'était la fin. Alors, il
allongea la tête, regarda de loin Françoise, si longuement, qu'il semblait
ne plus pouvoir s'arracher de là. En l'apercevant, Fanny et la Grande
étaient revenues à leur idée d'envoyer chercher Lise. Fallait que chacun y
mît du sien, ça ne pouvait pas se terminer ainsi. Mais, lorsqu'elles
voulurent le charger de la commission, le vieux, effrayé, grelottant, se
sauva, il grognait, il mâchait des mots entre ses gencives empâtées de
silence.

--Non, non... pas possible, pas possible....

Jean fut frappé de sa crainte, les femmes eurent un geste d'abandon. Après
tout, ça regardait les deux soeurs, on ne les forcerait point à faire la
paix. Et, à ce moment, un bruit s'étant élevé, d'abord faible, pareil au
bourdonnement d'une grosse mouche, puis de plus en plus fort, roulant comme
un coup de vent dans les arbres, Fanny eut un sursaut.

--Hein? le tambour... Les voici, bonsoir!

Elle disparut, sans même embrasser sa cousine une dernière fois.

La Grande et la Frimat étaient sorties sur la porte, pour voir. Il ne resta
que Françoise et Jean: elle, dans son obstination d'immobilité et de
silence, entendant tout peut-être, voulant mourir ainsi qu'une bête terrée
au fond de son trou; lui, debout devant la fenêtre ouverte, agité d'une
incertitude, noyé d'une douleur qui lui semblait venir des gens et des
choses, de toute la plaine immense. Ah! ce tambour, comme il grandissait,
comme il résonnait dans son être, ce tambour dont les roulements continus
mêlaient à son deuil d'aujourd'hui ses souvenirs d'autrefois, les casernes,
les batailles, la chienne de vie des pauvres bougres qui n'ont ni femmes ni
enfants pour les aimer!

Dès que le drapeau reparut au loin, sur la route plate, assombrie par le
crépuscule, un flot de gamins se mit à courir au-devant des conscrits, un
groupe de parents se forma à l'entrée du village. Les neuf et le tambour
étaient déjà très soûls, gueulant une chanson dans la mélancolie du soir,
enrubannés de faveurs tricolores, la plupart le numéro au chapeau, piqué
avec des épingles. En vue du village, ils braillèrent plus fort, et ils y
entrèrent d'un pas de conquête, pour la fanfaronnade.

C'était toujours Delphin qui tenait le drapeau. Mais il le rapportait sur
l'épaule, comme une loque gênante dont il ne concevait pas l'utilité. L'air
défait, la face dure, lui ne chantait point, n'avait point de numéro
épinglé à sa casquette. Dès qu'elle l'aperçut, la Bécu se précipita,
tremblante, au risque de se faire culbuter par la bande en marche.

--Eh bien?

Delphin, furieusement, la jeta de côté, sans ralentir son pas.

--Tu m'emmerdes!

Bécu s'était avancé, aussi étranglé que sa femme. Quand il entendit le mot
de son fils, il n'en demanda pas davantage; et, comme la mère sanglotait,
il eut toutes les peines du monde à rentrer ses propres larmes, malgré sa
crânerie patriotique.

--Qu'est-ce que tu veux y foutre? il est pris!

Et, restés en arrière, sur la route déserte, tous deux revinrent
péniblement, l'homme se rappelant sa dure vie de soldat, la femme tournant
sa colère contre le bon Dieu, qu'elle était allée prier deux fois et qui ne
l'avait pas écoutée.

Nénesse, lui, portait à son chapeau un superbe 214, peinturluré de rouge et
de bleu. C'était un des plus hauts, et il triomphait de sa chance,
brandissant sa canne, menant le choeur sauvage des autres, en battant la
mesure. Quand elle vit le numéro, Fanny, au lieu de se réjouir, eut un cri
de profond regret: ah! si l'on avait su, on n'aurait pas versé mille francs
à la loterie de M. Baillehache. Mais, tout de même, elle et Delhomme
embrassèrent leur fils, comme s'il venait d'échapper à un gros péril.

--Lâchez-moi donc, criait-il, c'est emmerdant!

La bande, dans son élan brutal, continuait sa marche, à travers le village
révolutionné. Et les parents ne se risquaient plus, certains d'être envoyés
au diable. Tous ces bougres revenaient aussi mal embouchés, et ceux qui
partaient, et ceux qui ne partaient pas. D'ailleurs, ils n'auraient rien su
dire, les yeux hors de la tête, saoûls d'avoir gueulé autant que d'avoir
bu. Un petit rigolo qui jouait de la trompette avec son nez, avait
justement tiré mauvais; tandis que deux autres, pâlots, les yeux battus,
étaient sûrement parmi les bons. L'enragé tambour, à leur tête, les aurait
menés au fond de l'Aigre, qu'ils y auraient tous fait la culbute.

Enfin, devant la mairie, Delphin rendit le drapeau.

--Ah! nom de Dieu, j'en ai assez, de cette foutue mécanique qui m'a porté
malheur!

Il saisit le bras de Nénesse, il l'emmena, pendant que les autres
envahissaient le cabaret de Lengaigne, au milieu des parents et des amis,
qui finirent par savoir. Macqueron apparut sur sa porte, navré de ce que la
recette serait pour son rival.

--Viens, répéta Delphin, d'une voix brève. Je vas te montrer quelque chose
de drôle.

Nénesse le suivit. On avait le temps de retourner boire. Le sacré tambour
ne leur cassait plus les oreilles, ça les reposait, de s'en aller ainsi
tous les deux par la route vide, peu à peu noire de ténèbres. Et, le
camarade se taisant, enfoncé dans des réflexions qui ne devaient pas être
gaies, Nénesse se remit à lui parler d'une grosse affaire. L'avant-veille,
à Chartres, étant allé pour son plaisir rue aux Juifs, il avait appris que
Vaucogne, le gendre des Charles, voulait vendre la maison. Ça ne pouvait
plus marcher, avec un rossard pareil, que ses femmes mangeaient. Mais
quelle maison à relever, quel beurre à y battre, pour un garçon pas
feignant, pas bête, les bras solides, au courant du négoce! La chose
tombait d'autant mieux que, lui, chez son restaurateur, s'occupait du bal,
où il avait l'oeil à la décence des filles, fallait voir! Alors, le coup
était d'effrayer les Charles, de leur montrer le 19 à deux doigts d'être
supprimé par la police, tant il s'y passait des choses malpropres, et de
l'avoir pour un morceau de pain. Hein? ça vaudrait mieux que de cultiver la
terre, il serait monsieur tout de suite!

Delphin, qui écoutait confusément, absorbé, eut un sursaut, quand l'autre
lui allongea une bourrade de malin dans les côtes.

--Ceux qui ont de la chance ont de la chance, murmura-t-il. Toi, t'es fait
pour donner de l'orgueil à ta mère.

Et il retomba dans son silence, pendant que Nénesse, en garçon entendu,
expliquait déjà les améliorations qu'il apporterait au 19, si ses parents
lui faisaient les avances nécessaires. Il était un peu jeune, mais il se
sentait la vraie vocation. Justement, il venait d'apercevoir la Trouille,
filant près d'eux dans l'ombre de la route, courant au rendez-vous de
quelque galant; et, pour montrer son aisance avec les femmes, il lui
appliqua une forte claque au passage. La Trouille, d'abord, lui rendit sa
tape; puis, les reconnaissant, lui et le camarade:

--Tiens! c'est vous autres.... Comme on a grandi!

Elle riait, au souvenir de leurs jeux d'autrefois. C'était elle encore qui
changeait le moins, car elle restait galopin, malgré ses vingt et un ans,
toujours souple et mince comme un scion de peuplier, avec sa gorge de
petite fille. La rencontre l'amusant, elle les embrassa l'un après l'autre.

--On est toujours amis, pas vrai?

Et elle aurait bien voulu, s'ils avaient voulu, seulement pour la joie de
se retrouver, comme on trinque lorsqu'on se revoit.

--Écoute, dit Nénesse, en manière de farce, je vas peut-être acheter la
boutique aux Charles. Viens-tu y travailler?

Du coup, elle cessa de rire, elle suffoqua, éclata en larmes. Les ténèbres
de la route semblèrent la reprendre, elle disparut, en bégayant dans un
désespoir d'enfant:

--Oh! c'est cochon, c'est cochon! Je ne t'aime plus!

Delphin était resté muet, et il se remit à marcher d'un air de décision.

--Viens donc, je vas te montrer quelque chose de drôle.

Alors, il pressa le pas, quitta le chemin, pour gagner, à travers les
vignes, la maison où la commune avait logé le garde champêtre, depuis que
le presbytère était rendu au curé. C'était là qu'il habitait, avec son
père. Il fit entrer son compagnon dans la cuisine, où il alluma une
chandelle, content que ses parents ne fussent pas de retour encore.

--Nous allons boire un coup, déclara-t-il, en posant sur la table deux
verres et un litre.

Puis, après avoir bu, il fit claquer sa langue, il ajouta:

--C'est donc pour te dire que, s'ils croient me tenir avec leur mauvais
numéro, ils se trompent.... Lorsque, à la mort de notre oncle Michel, j'ai
dû aller vivre trois jours à Orléans, j'ai failli en claquer, tant ça me
rendait malade de n'être plus chez nous. Hein? tu trouves ça bête, mais que
veux-tu? c'est plus fort que moi, je suis comme un arbre qui crève quand on
l'arrache.... Et ils me prendraient, ils m'emmèneraient au diable, dans des
endroits que je ne connais seulement pas? Ah, non! ah, non!

Nénesse, qui l'avait souvent entendu parler ainsi, haussa les épaules.

--On dit ça, puis on part tout de même.... Y a les gendarmes.

Sans répondre, Delphin s'était tourné et avait empoigné de la main gauche,
contre le mur, une petite hache qui servait à fendre les bûchettes.
Ensuite, tranquillement, il posa l'index de sa main droite au bord de la
table; et, d'un coup sec, le doigt sauta.

--V'là ce que j'avais à te montrer.... Je veux que tu puisses dire aux
autres si un lâche en ferait autant.

--Nom de Dieu de maladroit! cria Nénesse bouleversé, est-ce qu'on
s'estropie! T'es plus un homme!

--Je m'en fous!... Qu'ils viennent, les gendarmes! Je suis sûr de ne pas
partir.

Et il ramassa le doigt coupé, le jeta dans le feu de souches qui brûlait.
Puis, après avoir secoué sa main toute rouge, il l'enveloppa rudement de
son mouchoir, qu'il serra avec une ficelle, afin d'arrêter le sang.

--Faut pas que ça nous empêche de finir la bouteille, avant d'aller
retrouver les autres.... A ta santé!

--A ta santé!

Chez Lengaigne, dans la salle du cabaret, on ne se voyait plus, on ne
s'entendait plus, au milieu de la fumée et des gueulements. Outre les
garçons qui venaient de tirer, il y avait foule: Jésus-Christ et son ami
Canon, occupés à débaucher le père Fouan, tous les trois autour d'un litre
d'eau-de-vie; Bécu, trop soûl, achevé par la mauvaise chance de son fils,
foudroyé de sommeil sur une table; Delhomme et Clou qui faisaient un
piquet; sans compter Lequeu, le nez dans un livre, qu'il affectait de lire,
malgré le vacarme. Une batterie de femmes avait encore échauffé les têtes,
Flore étant allée à la fontaine chercher une cruche d'eau fraîche, et y
ayant rencontré Coelina, qui s'était ruée sur elle, à coups d'ongle, en
l'accusant d'être payée par les gabelous pour vendre les voisins. Macqueron
et Lengaigne, accourus, avaient failli se cogner aussi; le premier jurait à
l'autre de le faire pincer en train de mouiller son tabac, le second
ricanait, lui jetait sa démission à la tête; et tout le monde s'en était
mêlé, par plaisir de serrer les poings et de crier fort, si bien qu'un
instant on avait pu craindre un massacre général. C'était fini, mais il en
restait une colère mal contentée, un besoin de bataille.

D'abord, ça manqua d'éclater entre Victor, le fils de la maison, et les
conscrits. Lui, ayant fait son temps, crânait devant ces gamins, braillait
plus haut, les poussait à des paris imbéciles, de vider d'en l'air un litre
au fond de sa gorge, ou encore de pomper son verre plein avec le nez, sans
qu'une goutte passât par la bouche. Tout d'un coup, à propos des Macqueron
et du mariage prochain de leur fille Berthe, le petit aux Couillot rigola
de N'en-a-pas, fit le farceur en reprenant les vieilles plaisanteries.
Voyons, faudrait demander ça au mari, le lendemain: en avait-elle, oui ou
non? On en causait depuis si longtemps, c'était bête à la fin!

Et l'on fut surpris de la brusque colère de Victor, qui, autrefois, était
le plus acharné à dire qu'elle n'en avait pas.

--En v'là assez, elle en a!

Une clameur accueillit cette affirmation. Il l'avait donc vue, il avait
couché avec? Mais il s'en défendit formellement. On peut bien voir sans
toucher. Il s'était arrangé pour ça un jour que l'idée d'éclaircir la chose
le tourmentait. Comment? ça ne regardait personne.

--Elle en a, parole d'honneur!

Alors, ce fut terrible, lorsque le petit aux Couillot, très soûl, s'entêta
à crier qu'elle n'en avait pas, sans savoir, simplement pour ne pas céder.
Victor hurlait que lui aussi avait dit ça, que s'il ne le disait plus, ce
n'était point par idée de soutenir les Macqueron, ces sales canailles!
C'était parce que la vérité est la vérité. Et il tomba sur le conscrit, on
dut le lui arracher des mains.

--Dis qu'elle en a, nom de Dieu! ou je te crève!

Bien du monde, d'ailleurs, garda un doute. Personne ne s'expliquait
l'exaspération du fils aux Lengaigne, car il était dur aux femmes
d'ordinaire, il reniait publiquement sa soeur, que de sales noces,
disait-on, avaient conduite à l'hôpital. Cette pourrie de Suzanne, elle
faisait bien de ne pas venir les empoisonner de sa carcasse!

Flore remonta du vin, mais on eut beau trinquer de nouveau, des injures et
des gifles restaient dans l'air. Pas un n'aurait lâché pour aller dîner.
Quand on boit, on n'a pas faim. Les conscrits entonnèrent un chant
patriotique, accompagné de tels coups de poing sur les tables, que les
trois lampes à pétrole clignotaient en crachant leur fumée âcre. On
étouffait. Delhomme et Clou se décidèrent à ouvrir la fenêtre, derrière
eux. Et ce fut à ce moment que Buteau entra, se glissa dans un coin. Il
n'avait pas son air provocant d'habitude, il promenait ses petits yeux
troubles, regardait les gens l'un après l'autre. Sans doute, il venait aux
nouvelles, ayant le besoin de savoir, ne pouvant plus tenir chez lui, où il
vivait enfermé depuis la veille. La présence de Jésus-Christ et de Canon
parut l'impressionner, au point qu'il ne leur chercha pas querelle d'avoir
soûlé le père Fouan. Longtemps aussi, il sonda Delhomme. Mais Bécu endormi,
que l'affreux tapage ne réveillait pas, le préoccupait surtout. Dormait-il
ou faisait-il le malin? Il le poussa du coude, il se tranquillisa un peu en
remarquant qu'il bavait le long de sa manche. Toute son attention, alors se
concentra sur le maître d'école, dont le visage le frappait,
extraordinaire. Qu'avait-il donc à n'avoir pas sa figure de tous les jours?

En effet, Lequeu, bien qu'il feignît de s'isoler dans sa lecture, était
secoué de sursauts violents. Les conscrits, avec leurs chants, leur joie
imbécile, le jetaient hors de lui.

--Bougres de brutes! murmura-t-il, en se contenant encore.

Depuis quelques mois, sa situation se gâtait dans la commune. Il avait
toujours été rude et grossier à l'égard des enfants, qu'il renvoyait d'une
claque au fumier paternel. Mais ses emportements s'aggravaient, il s'était
fait une vilaine histoire avec une petite fille, en lui fendant l'oreille
d'un coup de règle. Des parents avaient écrit qu'on le remplaçât. Et,
là-dessus, le mariage de Berthe Macqueron venait de détruire un ancien
espoir, des calculs lointains qu'il croyait près d'aboutir. Ah! ces
paysans, cette sale race qui lui refusait ses filles, et qui allait le
priver de son pain, pour l'oreille d'une gamine!

Brusquement, comme s'il était au milieu de sa classe, il tapa son livre
dans sa main ouverte, il cria aux conscrits:

--Un peu de silence, nom de Dieu!... Ça vous paraît donc bien drôle, de
vous faire casser la gueule par les Prussiens?

On s'étonna, on tourna les yeux vers lui. Certes, non, ce n'était pas
drôle. Tous en convinrent, Delhomme répéta cette idée que chacun devrait
défendre son champ. Si les Prussiens venaient en Beauce, ils verraient bien
que les Beaucerons n'étaient pas des lâches. Mais, s'en aller se battre
pour les champs des autres, non, non! ce n'était pas drôle!

Justement, Delphin, suivi de Nénesse, arrivait, très rouge, les yeux
brûlants de fièvre. Il entendit, il s'attabla avec les camarades, en
criant:

--C'est ça, qu'ils viennent, les Prussiens, et ce qu'on en démolira!

On avait remarqué le mouchoir ficelé autour de son poing, on le
questionnait. Rien, une coupure. Violemment, de son autre poing, il ébranla
la table, il commanda un litre.

Canon et Jésus-Christ regardaient ces garçons, sans colère, d'un air de
pitié supérieure. Eux aussi jugeaient qu'il fallait être jeune et joliment
bête. Même Canon finit par s'attendrir, dans son idée d'organiser le
bonheur futur. Il parla tout haut, le menton entre les deux mains.

--La guerre, ah! foutre, il est temps que nous soyons les maîtres.... Vous
savez mon plan. Plus de service militaire, plus d'impôt. A chacun la
satisfaction complète de ses appétits, pour le moins de travail
possible.... Et ça va venir, le jour approche où vous garderez vos sous et
vos petits, si vous êtes avec nous.

Jésus-Christ approuvait, lorsque Lequeu, qui ne se contenait plus, éclata.

--Ah! oui, sacré farceur, votre paradis terrestre, votre façon de forcer le
monde à être heureux malgré lui! En voilà une blague! Est-ce que ça se
peut, chez nous! est-ce que nous ne sommes pas trop pourris déjà! Il
faudrait que des sauvages vinssent nous nettoyer d'abord, des Cosaques ou
des Chinois!

Cette fois, la surprise fut si vive, qu'il se fit un complet silence. Quoi
donc? il parlait, ce sournois, ce pisse-froid, qui n'avait jamais montré à
personne la couleur de son opinion, et qui se sauvait, dans la crainte de
ses supérieurs, dès qu'il s'agissait d'être un homme! Tous écoutaient,
surtout Buteau, anxieux, attendant ce qu'il allait dire, comme si ces
choses pouvaient avoir un lien avec l'affaire. La fenêtre ouverte avait
dissipé la fumée, la douceur humide de la nuit entrait, on sentait au loin
la grande paix noire de la campagne endormie. Et le maître d'école, gonflé
de sa réserve peureuse de dix années, se moquant de tout à cette heure,
dans le coup de rage de sa vie compromise, se soulageait enfin de la haine
dont il étouffait.

--Est-ce que vous croyez les gens d'ici plus bêtes que leurs veaux, à venir
raconter que les alouettes leur tomberont rôties dans le bec.... Mais,
avant que vous organisiez votre machine, la terre aura claqué, tout sera
foutu.

Sous la rudesse de cette attaque, Canon, qui n'avait pas encore trouvé son
maître, chancela visiblement. Il voulut reprendre ses histoires des
messieurs de Paris, tout le sol à l'État, la grande culture scientifique.
L'autre lui coupa la parole.

--Je sais, des bêtises!... Quand vous l'essayerez, votre culture, il y aura
beau temps que les plaines de France auront disparu, noyées sous le blé
d'Amérique.... Tenez! ce petit livre que je lisais, donne justement des
détails là-dessus. Ah! nom de Dieu! nos paysans peuvent se coucher, la
chandelle est morte!

Et, de la voix dont il aurait fait une leçon à ses élèves, il parla du blé
de là-bas, des plaines immenses, vastes comme des royaumes, où la Beauce se
serait perdue, ainsi qu'une simple motte sèche; des terres si fertiles,
qu'au lieu de les fumer, il fallait les épuiser par une moisson
préparatoire, ce qui ne les empêchait pas de donner deux récoltes; des
fermes de trente mille hectares, divisées en sections, subdivisées en lots,
chaque section sous un surveillant, chaque lot sous un contremaître,
pourvues de baraquements pour les hommes, les bêtes, les outils, les
cuisines; des bataillons agricoles, embauchés au printemps, organisés sur
un pied d'armée en campagne, vivant en plein air, logés, nourris, blanchis,
médicamentés, licenciés à l'automne; des sillons de plusieurs kilomètres à
labourer et à semer, des mers d'épis à abattre dont on ne voyait pas les
bords, l'homme simplement chargé de la surveillance, tout le travail fait
par les machines, charrues doubles armées de disques tranchants, semoirs et
sarcloirs, moissonneuses-lieuses, batteuses locomobiles avec élévateur de
paille et ensacheur; des paysans qui sont des mécaniciens, un peloton
d'ouvriers suivant à cheval chaque machine, toujours prêts à descendre
serrer un écrou, changer un boulon, forger une pièce; enfin, la terre
devenue une banque, exploitée par des financiers, la terre mise en coupe
réglée, tondue ras, donnant à la puissance matérielle et impersonnelle de
la science le décuple de ce qu'elle discutait à l'amour et aux bras de
l'homme.

--Et vous espérez lutter avec vos outils de quatre sous, continua-t-il,
vous qui ne savez rien, qui ne voulez rien, qui croupissez dans votre
routine!... Ah! ouiche! vous en avez jusqu'aux genoux, du blé de là-bas! et
ça grandira, les bateaux en apporteront toujours davantage. Attendez un
peu, vous en aurez jusqu'au ventre, jusqu'aux épaules, puis jusqu'à la
bouche, puis par-dessus la tête? Un fleuve, un torrent, un débordement où
vous crèverez tous!

Les paysans arrondissaient les yeux, gagnés d'une panique, à l'idée de
cette inondation du blé étranger. Ils en souffraient déjà, est-ce qu'ils
allaient en être noyés et emportés, comme ce bougre l'annonçait? Cela se
matérialisait pour eux. Rognes, leurs champs, la Beauce entière était
engloutie.

--Non, non, jamais! cria Delhomme étranglé. Le gouvernement nous protégera.

--Un beau merle, le gouvernement! reprit Lequeu d'un air de mépris. Qu'il
se protège donc lui-même!... Ce qui est farce, c'est que vous avez nommé
monsieur Rochefontaine. Le maître de Laborderie, au moins, était conséquent
avec ses idées, en voulant monsieur de Chédeville.... L'un ou l'autre,
d'ailleurs, c'est le même emplâtre sur une jambe de bois. Pas une Chambre
n'osera voter une surtaxe assez forte, la protection ne peut vous sauver,
vous êtes foutus, bonsoir!

Alors, il y eut un grand tumulte, tous parlaient à la fois. Est-ce qu'on ne
pourrait pas l'empêcher d'entrer, ce blé de malheur? On coulerait les
bateaux dans les ports, on irait recevoir à coups de fusil ceux qui
l'apportaient. Leurs voix devenaient tremblantes, ils auraient tendu les
bras, pleurant, suppliant qu'on les sauvât de cette abondance, de ce pain à
bon marché qui menaçait le pays. Et le maître d'école, avec des
ricanements, répondait qu'on n'avait jamais vu ça: autrefois, l'unique peur
était la famine, toujours on craignait de n'avoir pas assez de blé, et il
fallait être vraiment fichu pour arriver à craindre d'en avoir trop. Il se
grisait de ses paroles, il dominait les protestations furieuses.

--Vous êtes une race finie, l'amour imbécile de la terre vous a mangés,
oui! du lopin de terre dont vous restez l'esclave, qui vous a rétréci
l'intelligence, pour qui vous assassineriez! Voilà des siècles que vous
êtes mariés à la terre, et qu'elle vous trompe.... Voyez en Amérique, le
cultivateur est le maître de la terre. Aucun lien ne l'y attache, ni
famille, ni souvenir. Dès que son champ s'épuise, il va plus loin.
Apprend-il qu'à trois cents lieues, on a découvert des plaines plus
fertiles, il plie sa tente, il s'y installe. C'est lui qui commande enfin
et qui se fait obéir, grâce aux machines. Il est libre, il s'enrichit,
tandis que vous êtes des prisonniers et que vous crevez de misère!

--Buteau pâlissait. Lequeu l'avait regardé en parlant d'assassinat. Il
tacha de faire bonne contenance.

--On est comme on est. A quoi ça sert de se fâcher, puisque vous dites
vous-même que ça ne changerait rien.

Delhomme approuva, tous recommencèrent à rire, Lengaigne, Clou, Fouan,
Delphin lui-même et les conscrits, que la scène amusait, dans l'espoir que
ça finirait par des claques, Canon et Jésus-Christ, vexés de voir ce chieur
d'encre, comme ils le nommaient, crier plus fort qu'eux, affectèrent aussi
de rigoler. Ils en étaient à se mettre avec les paysans.

--C'est idiot de se fâcher, déclara Canon en haussant les épaules. Il faut
organiser.

Lequeu eut un geste terrible.

--Eh bien! moi, je vous le dis à la fin.... Je suis pour qu'on foute tout
par terre!

Il avait la face livide, il leur jetait ça comme s'il avait voulu les en
assommer.

--Sacrés lâches, oui! les paysans, tous les paysans!... Quand on songe que
vous êtes les plus nombreux, et que vous vous laissez manger par les
bourgeois et par les ouvriers des villes! Nom de Dieu! je n'ai qu'un
regret, celui d'avoir un père et une mère paysans. C'est pour ça peut-être
que vous me dégoûtez davantage.... Car, il n'y a pas à dire, vous seriez
les maîtres. Seulement, voilà! vous ne vous entendez guère ensemble,
isolés, méfiants, ignorants; vous mettez toute votre canaillerie à vous
dévorer entre vous.... Hein? qu'est-ce que vous cachez, dans votre eau
dormante? Vous êtes donc comme les mares qui croupissent! on les croit
profondes, on ne peut pas y noyer un chat. Être la force sourde, la force
dont on attend l'avenir, et ne pas plus grouiller qu'une bûche!... Avec ça,
l'exaspérant, c'est que vous avez cessé de croire aux curés. Alors, s'il
n'y a pas de bon Dieu, qu'est-ce qui vous gêne? Tant que la peur de l'enfer
vous a tenus, on comprend que vous soyez restés à plat ventre; mais,
maintenant, allez donc! pillez tout, brûlez tout!... Et, en attendant, ce
qui serait plus facile et plus drôle, mettez-vous en grève. Vous avez tous
des sous, vous vous entêterez aussi longtemps qu'il faudra. Ne cultivez que
pour vos besoins, ne portez plus rien au marché, pas un sac de blé, pas un
boisseau de pommes de terre. Ce qu'on crèverait à Paris! quel nettoyage,
nom de Dieu!

On aurait dit que, par la fenêtre ouverte, un coup de froid entrait, venu
de loin, des profondeurs noires. Les lampes à pétrole filaient très haut.
Personne n'interrompait plus l'enragé, malgré les mauvais compliments qu'il
faisait à chacun.

Il finit en gueulant, en cognant son livre sur une table, dont les verres
tintaient.

--Je vous dis ça, mais je suis tranquille.... Vous avez beau être lâches,
c'est vous autres qui foutrez tout par terre, quand l'heure viendra. Il en
a été souvent ainsi, il en sera de même encore. Attendez que la misère et
la faim vous jettent sur les villes comme des loups.... Et ce blé qu'on
amène, l'occasion est peut-être bien là. Quand il y en aura de trop, il n'y
en aura pas assez, on reverra les disettes. C'est toujours pour le blé
qu'on se révolte et qu'on se tue.... Oui, oui, les villes brûlées et
rasées, les villages déserts, les terres incultes, envahies par les ronces,
et du sang, des ruisseaux de sang, pour qu'elles puissent redonner du pain
aux hommes qui naîtront après nous!

Lequeu, violemment, avait ouvert la porte. Il disparut. Derrière lui, dans
la stupeur, un cri monta. Ah! le brigand, on aurait dû le saigner! Un homme
si tranquille jusque-là! bien sûr qu'il devenait fou. Sorti de son calme
habituel, Delhomme déclara qu'il allait écrire au préfet; et les autres l'y
poussèrent. Mais c'étaient surtout Jésus-Christ et son ami Canon qui
semblaient hors d'eux, le premier avec son 89, sa devise humanitaire de
liberté, égalité, fraternité, le second avec son organisation sociale,
autoritaire et scientifique. Ils en restaient pâles, exaspérés de n'avoir
pas trouvé un mot à répondre, s'indignant plus fort que les paysans, criant
qu'un particulier de cette espèce, on devrait le guillotiner. Buteau,
devant tout le sang que ce furieux avait demandé, ce fleuve de sang qu'il
lâchait du geste sur la terre, s'était levé dans un frisson, la tête agitée
de secousses nerveuses, inconscientes, comme s'il approuvait. Puis, il se
coula le long du mur, le regard oblique pour voir si on ne le suivait pas,
et il disparut à son tour.

Tout de suite, les conscrits recommencèrent leur noce. Ils vociféraient,
ils voulaient que Flore leur fît cuire des saucisses, lorsque Nénesse les
bouscula, en leur montrant Delphin qui venait de tomber évanoui, le nez sur
la table. Le pauvre bougre était d'une blancheur de linge. Son mouchoir,
glissé de sa main blessée, se tachait de plaques rouges. Alors, on hurla
dans l'oreille de Bécu, toujours endormi; et il s'éveilla enfin, il regarda
le poing mutilé de son garçon. Sans doute il comprit, car il empoigna un
litre, pour l'achever, gueulait-il. Ensuite, lorsqu'il l'eut emmené,
chancelant, ou l'entendit dehors, au milieu de ses jurons, éclater en
larmes.

Ce soir-là, Hourdequin ayant appris au dîner l'accident de Françoise, vint
à Rognes demander des nouvelles, par amitié pour Jean. Sorti à pied, fumant
sa pipe dans la nuit noire, roulant ses chagrins au milieu du grand
silence, il descendit la côte, avant d'entrer chez son ancien serviteur,
calmé un peu, désireux d'allonger la route. Mais, en bas, la voix de
Lequeu, que la fenêtre ouverte du cabaret semblait souffler aux ténèbres de
la campagne, l'arrêta, immobile dans l'ombre. Puis, lorsqu'il se fut décidé
à remonter, elle le suivit; et maintenant encore, devant la maison de Jean,
il l'entendait amincie et comme aiguisée par la distance, toujours aussi
nette, d'un fil tranchant de couteau.

Dehors, à côté de la porte, Jean était adossé au mur. Il ne pouvait plus
rester près du lit de Françoise, il étouffait, il souffrait trop.

--Eh bien! mon pauvre garçon, demanda Hourdequin, comment ça va-t-il, chez
vous?

Le malheureux eut un geste accablé.

--Ah! monsieur, elle se meurt!

Et ni l'un ni l'autre n'en dirent davantage, le grand silence retomba,
tandis que la voix de Lequeu montait toujours, vibrante, obstinée.

Au bout de quelques minutes, le fermier, qui écoutait malgré lui, laissa
échapper ces mots de colère:

--Hein? l'entendez-vous gueuler, celui-là! Comme c'est drôle, ce qu'il dit,
quand on est triste!

Tous ses chagrins l'avaient repris, à cette voix effrayante, près de cette
femme qui agonisait. La terre qu'il aimait tant, d'une passion
sentimentale, intellectuelle presque, l'achevait, depuis les dernières
récoltes. Sa fortune y avait passé, bientôt la Borderie ne lui donnerait
même plus de quoi manger. Rien n'y avait fait, ni l'énergie, ni les
cultures nouvelles, les engrais, les machines. Il expliquait son désastre
par son manque de capitaux; encore doutait-il, car la ruine était générale,
les Robiquet venaient d'être expulsés de la Chamade dont ils ne payaient,
pas les fermages, les Coquart allaient être forcés de vendre leur ferme, de
Saint-Juste. Et pas moyen de briser la geôle, jamais il ne s'était senti,
davantage le prisonnier de sa terre, chaque jour l'argent engagé, le
travail dépensé l'y avaient rivé d'une chaîne plus courte. La catastrophe
approchait, qui terminerait l'antagonisme séculaire de la petite propriété
et de la grande, en les tuant toutes les deux. C'était le commencement des
temps prédits, le blé au-dessous de seize francs, le blé vendu à perte, la
faillite de la terre, que des causes sociales amenaient, plus fortes
décidément que la volonté des hommes.

Et, brusquement, Hourdequin, saignant dans sa défaite, approuva Lequeu.

--Nom de Dieu! il a raison.... Que tout craque, que nous crevions tous, que
les ronces poussent partout, puisque la race est finie et la terre épuisée!

Il ajouta, en faisant allusion à Jacqueline:

--Moi, heureusement, j'ai sous la peau un autre mal qui m'aura cassé les
reins avant ça.

Mais, dans la maison, on entendit la Grande et la Frimat marcher,
chuchoter. Jean frissonna, à ce léger bruit. Il rentra, trop tard.
Françoise était morte, peut-être depuis longtemps. Elle n'avait pas rouvert
les yeux, pas desserré les lèvres. La Grande venait simplement de
s'apercevoir qu'elle n'était plus, en la touchant. Très blanche, la face
amincie et têtue, elle semblait dormir. Debout au pied du lit, Jean la
regarda, hébété d'idées confuses, la peine qu'il avait, la surprise qu'elle
n'eût pas voulu faire de testament, la sensation que quelque chose se
brisait et finissait dans son existence.

A ce moment, comme Hourdequin, après avoir salué en silence, s'en allait,
assombri encore, il vit, sur la route, une ombre se détacher de la fenêtre
et galoper au fond des ténèbres. L'idée lui vint de quelque chien rôdeur.
C'était Buteau qui, monté pour guetter la mort, courait l'annoncer à Lise.



VI


Le lendemain, dans la matinée, on achevait de mettre en bière le corps de
Françoise, et le cercueil restait au milieu de la chambre, sur deux
chaises, lorsque Jean eut un sursaut de surprise indignée, en voyant entrer
Lise et Buteau, l'un derrière l'autre. Son premier geste fut pour les
chasser, ces parents sans coeur qui n'étaient pas venus embrasser la
mourante, et qui arrivaient enfin dès qu'on avait cloué le cercueil sur
elle, comme délivrés de la crainte de se retrouver en sa présence. Mais les
membres présents de la famille, Fanny, la Grande, l'arrêtèrent: ça ne
portait pas chance, de se disputer autour d'un mort; puis, quoi? on ne
pouvait empêcher Lise de racheter sa rancune, en se décidant à veiller les
restes de sa soeur.

Et les Buteau, qui avaient compté sur le respect dû à ce cercueil,
s'installèrent. Ils ne dirent pas qu'ils reprenaient possession de la
maison; seulement, ils le faisaient, d'une façon naturelle, comme si la
chose allait de soi, à présent que Françoise n'était plus là. Elle y était
bien encore, mais emballée pour le grand départ, pas plus gênante qu'un
meuble. Lise, après s'être assise un instant, s'oublia jusqu'à ouvrir les
armoires, à s'assurer que les objets n'avaient pas bougé de place, pendant
son absence. Buteau rôdait déjà dans l'écurie et dans l'étable, en homme
entendu qui donne le coup d'oeil du maître. Le soir, l'un et l'autre
semblèrent tout à fait rentrés chez eux, et il n'y avait que le couvercle
qui les embarrassât, maintenant, dans la chambre dont il barrait le milieu.
Ce n'était, d'ailleurs, qu'une nuit à patienter: le plancher serait enfin
libre de bonne heure, le lendemain.

Jean piétinait, au milieu de la famille, l'air perdu, ne sachant que faire
de ses membres. D'abord, la maison, les meubles, le corps de Françoise
avaient paru à lui. Mais, à mesure que les heures s'écoulaient, tout cela
se détachait de sa personne, semblait passer aux autres. Quand la nuit
tomba, personne ne lui adressait plus la parole, il n'était plus là qu'un
intrus toléré. Jamais il n'avait eu si pénible la sensation d'être un
étranger, de n'avoir pas un des siens, parmi ces gens, tous alliés, tous
d'accord, dès qu'il s'agissait de l'exclure. Jusqu'à sa pauvre femme morte
qui cessait de lui appartenir, au point que Fanny, comme il parlait de
veiller près du corps, avait voulu le renvoyer, sous le prétexte qu'on
était trop de monde. Il s'était obstiné pourtant, il avait même eu l'idée
de prendre l'argent dans la commode, les cent vingt-sept francs, pour être
certain qu'ils ne s'envoleraient pas. Lise, dès son arrivée, en ouvrant le
tiroir, devait les avoir vus, ainsi que la feuille de papier timbré, car
elle s'était mise à chuchoter vivement avec la Grande; et c'était depuis
lors, qu'elle se réinstallait si à l'aise, certaine qu'il n'existait point
de testament. L'argent, elle ne l'aurait toujours pas. Dans l'appréhension
du lendemain, Jean se disait qu'il tiendrait au moins ça. Il avait ensuite
passé la nuit sur une chaise.

Le lendemain, l'enterrement eut lieu de bonne heure, à neuf heures; et
l'abbé Madeline, qui partait le soir, put dire encore la messe et aller
jusqu'à la fosse; mais il y perdit connaissance, on dut l'emporter. Les
Charles étaient venus, ainsi que Delhomme et Nénesse. Ce fut un enterrement
convenable, sans rien de trop. Jean pleurait, Buteau s'essuyait les yeux.
Au dernier moment, Lise avait déclaré que ses jambes se cassaient, que
jamais elle n'aurait la force d'accompagner le corps de sa pauvre soeur.
Elle était donc restée seule dans la maison, tandis que la Grande, Fanny,
la Frimat, la Bécu, d'autres voisines, suivaient. Et, au retour, tout ce
monde, s'attardant exprès sur la place de l'Église, assista enfin à la
scène prévue, attendue depuis la veille.

Jusque-là, les deux hommes, Jean et Buteau, avaient évité de se regarder,
dans la crainte qu'une bataille ne s'engageât sur le cadavre à peine
refroidi de Françoise. Maintenant, tous les deux se dirigeaient vers la
maison, du même pas résolu; et, de biais, ils se dévisageaient. On allait
voir. Du premier coup d'oeil, Jean comprit pourquoi Lise n'était pas allée
au convoi. Elle avait voulu rester seule, afin d'emménager, en gros du
moins. Une heure venait de lui suffire, jetant les paquets par-dessus le
mur de la Frimat, brouettant ce qui aurait pu se casser. D'une claque
enfin, elle avait ramené dans la cour Laure et Jules, qui s'y battaient
déjà, tandis que le père Fouan, poussé aussi par elle, soufflait sur le
banc. La maison était reconquise.

--Où vas-tu? demanda brusquement Buteau, en arrêtant Jean devant la porte.

--Je rentre chez moi.

--Chez toi! où ça, chez toi?... Pas ici, toujours. Ici, nous sommes chez
nous.

Lise était accourue; et, les poings sur les hanches, elle gueulait, plus
violente, plus injurieuse que son homme.

--Hein? quoi? qu'est-ce qu'il veut, ce pourri?... Y avait assez longtemps
qu'il empoisonnait ma pauvre soeur, à preuve que, sans ça, elle ne serait
pas morte de son accident, et qu'elle a montré sa volonté, en ne lui rien
laissant de son bien.... Tape donc dessus, Buteau! Qu'il ne rentre pas, il
nous foutrait la maladie!

Jean, suffoqué de cette rude attaque, tâcha encore de raisonner.

--Je sais que la maison et la terre vous reviennent. Mais j'ai à moi la
moitié sur les meubles et les bêtes....

--La moitié, tu as le toupet! reprit Lise, en l'interrompant. Sale
maquereau, tu oserais prendre la moitié de quelque chose, toi qui n'as
seulement pas apporté ici ton démêloir et qui n'y es entré qu'avec ta
chemise sur le cul. Faut donc que les femmes te rapportent, un beau métier
de cochon!

Buteau l'appuyait, et d'un geste qui balayait le seuil:

--Elle a raison, décampe!... Tu avais ta veste et ta culotte, va-t'en avec,
on ne te les retient pas.

La famille, les femmes surtout, Fanny et la Grande, arrêtées à une
trentaine de mètres, semblaient approuver par leur silence. Alors, Jean,
blêmissant sous l'outrage, frappé au coeur de cette accusation d'abominable
calcul, se fâcha, cria aussi fort que les autres.

--Ah! c'est comme ça, vous voulez du vacarme.... Eh bien! il y en aura.
D'abord, je rentre, je suis chez moi, tant que le partage n'est pas fait.
Et puis, je vais aller chercher M. Baillehache qui mettra les scellés et
qui m'en nommera gardien.... Je suis chez moi, c'est à vous de foutre le
camp!

Il s'était avancé si terrible, que Lise dégagea la porte. Mais Buteau avait
sauté sur lui, une lutte s'engagea, les deux hommes roulèrent au milieu de
la cuisine. Et la querelle continua dedans, à savoir maintenant qui serait
flanqué dehors, du mari ou de la soeur et du beau-frère.

--Montrez-moi le papier qui vous rend les maîtres.

--Le papier, on s'en torche! Ça suffit que nous ayons le droit.

--Alors, venez avec l'huissier, amenez les gendarmes, comme nous avons
fait, nous autres.

--L'huissier et les gendarmes, on les envoie chier! Il n'y a que les
crapules qui ont besoin d'eux. Quand on est honnête, on règle ses comptes
soi-même.

Jean s'était retranché derrière la table, ayant le furieux besoin d'être le
plus fort, ne voulant pas quitter cette demeure où sa femme venait
d'agoniser, où il lui semblait que tout le bonheur de sa vie avait tenu.
Buteau, enragé, lui aussi, par l'idée de ne pas lâcher la place reconquise,
comprenait qu'il fallait en finir. Il reprit:

--Et puis, ce n'est pas tout ça, tu nous emmerdes!

Il avait bondi par-dessus la table, il retomba sur l'autre. Mais celui-ci
empoigna une chaise, le fit culbuter en la lui envoyant à travers les
jambes; et il se réfugiait au fond de la chambre voisine pour s'y
barricader, lorsque la femme eut le brusque souvenir de l'argent, des cent
vingt-sept francs aperçus dans le tiroir de la commode. Elle crut qu'il
courait les prendre, elle le devança, ouvrit le tiroir, jeta un hurlement
de douleur.

--L'argent? ce nom de Dieu a volé l'argent, cette nuit!

Et, dès lors, Jean fut perdu, ayant à protéger sa poche. Il criait que
l'argent lui appartenait, qu'il voulait bien faire les comptes et qu'on lui
en redevrait, sûrement. Mais la femme et l'homme ne l'écoutaient pas, la
femme s'était ruée, cognait plus fort que l'homme. D'une poussée folle, il
fut délogé de la chambre, ramené dans la cuisine, où ils tournèrent tous
les trois en une masse confuse, rebondissante aux angles des meubles. A
coups de pied, il se débarrassa de Lise. Elle revint, lui enfonça ses
ongles dans la nuque, tandis que Buteau, prenant son élan, tapant de la
tête ainsi qu'un bélier, l'envoyait s'étaler dehors, sur la route.

Ils restèrent là, ils bouchèrent la porte de leur corps, clamant:

--Voleur qui a volé notre argent!... Voleur! voleur! voleur!

Jean, après s'être ramassé, répondit, dans un bégayement de souffrance et
de colère:

--C'est bon, j'irai chez le juge, à Châteaudun, et il me fera rentrer chez
moi, et je vous poursuivrai en justice pour des dommages-intérêts.... Au
revoir!

Il eut un dernier geste de menace, il disparut, en montant vers la plaine.
Quand la famille avait vu qu'on se tapait, elle s'en était prudemment
allée, à cause des procès possibles.

Alors, les Buteau eurent un cri sauvage de victoire. Enfin, ils l'avaient
donc foutu à la rue, l'étranger, l'usurpateur! Et ils y étaient rentrés,
dans la maison, ils disaient bien qu'ils y rentreraient! La maison! la
maison! à cette idée qu'ils s'y retrouvaient, dans la vieille maison
patrimoniale, bâtie jadis par un ancêtre, ils furent pris d'un coup de
folie joyeuse, ils galopèrent au travers des pièces, gueulèrent à
s'étrangler, pour le plaisir de gueuler chez eux. Les enfants, Laure et
Jules, accoururent, battirent du tambour sur une vieille poêle. Seul, le
père Fouan, resté sur le banc de pierre, les regardait passer de ses yeux
troubles, sans rire.

Brusquement, Buteau s'arrêta.

--Nom de Dieu! il a filé par le haut, pourvu qu'il ne soit pas allé faire
du mal à la terre!

C'était absurde, mais ce cri de passion l'avait bouleversé. La pensée de la
terre lui revenait, dans une secousse de jouissance inquiète. Ah! la terre,
elle le tenait aux entrailles plus encore que la maison! ce morceau de
terre de là-haut qui comblait le trou entre ses deux tronçons, qui lui
rétablissait sa parcelle de trois hectares, si belle, que Delhomme lui-même
n'en possédait pas une semblable? Toute sa chair s'était mise à trembler de
joie comme au retour d'une femme désirée et qu'on a crue perdue. Un besoin
immédiat de la revoir, dans sa crainte folle que l'autre pouvait
l'emporter, lui tourna la tête. Il partit en courant, en grognant qu'il
souffrirait trop, tant qu'il ne saurait pas.

Jean, en effet, était monté en plaine, afin d'éviter le village; et, par
habitude, il suivait le chemin de la Borderie. Lorsque Buteau l'aperçut,
justement il passait le long de la pièce des Cornailles; mais il ne
s'arrêta pas, il ne jeta, à ce champ tant disputé, qu'un regard de défiance
et de tristesse, comme s'il l'accusait de lui avoir porté malheur; car un
souvenir venait de mouiller ses yeux, celui du jour où il avait causé avec
Françoise pour la première fois: n'était-ce pas aux Cornailles que la
Coliche l'avait traînée, gamine encore, dans une luzernière? Il s'éloigna
d'un pas ralenti, la tête basse, et Buteau qui le guettait, mal rassuré, le
soupçonnant d'un mauvais coup, put s'approcher à son tour de la pièce.
Debout, il la contempla longuement: elle était toujours là, elle n'avait
pas l'air de se mal porter, personne ne lui avait fait du mal. Son coeur se
gonflait, allait vers elle, dans cette idée qu'il la possédait de nouveau,
à jamais. Il s'accroupit, il en prit des deux mains une motte, l'écrasa, la
renifla, la laissa couler pour en baigner ses doigts. C'était bien sa
terre, et il retourna chez lui, chantonnant, comme ivre de l'avoir
respirée.

Cependant, Jean marchait, les yeux vagues, sans savoir où ses pieds le
conduisaient. D'abord, il avait voulu courir à Cloyes, chez M. Baillehache,
pour se faire réintégrer dans la maison. Ensuite, sa colère s'était calmée.
S'il y rentrait aujourd'hui, demain il lui en faudrait sortir. Alors,
pourquoi ne pas avaler ce gros chagrin tout de suite, puisque la chose
était faite? D'ailleurs, ces canailles avaient raison: pauvre il était
venu, pauvre il s'en allait. Mais, surtout, ce qui lui cassait la poitrine,
ce qui le décidait à se résigner, c'était de se dire que la volonté de
Françoise en mourant avait dû être que les choses fussent ainsi, du moment
où elle ne lui avait pas légué son bien. Il abandonnait donc le projet
d'agir immédiatement; et, lorsque, dans le bercement de la marche, sa
colère se rallumait, il n'en était plus qu'à jurer de traîner les Buteau en
justice, pour se faire rendre sa part, la moitié de tout ce qui tombait
dans la communauté. On verrait s'il se laisserait dépouiller comme un
capon!

Ayant levé les yeux, Jean fut étonné de se voir devant la Borderie. Un
raisonnement intérieur, dont il n'avait eu que la demi-conscience,
l'amenait à la ferme, comme à un refuge. Et, en effet, s'il ne voulait pas
quitter le pays, n'était-ce pas là qu'on lui donnerait le moyen d'y rester,
le logement et du travail? Hourdequin l'avait toujours estimé, il ne
doutait point d'être accueilli sur l'heure.

Mais de loin, la vue de la Cognette, affolée, traversant la cour,
l'inquiéta. Onze heures sonnaient, il tombait dans une catastrophe
terrible. Le matin, descendue avant la servante, la jeune femme avait
trouvé, au pied de l'escalier, la trappe de la cave ouverte, cette trappe
placée si dangereusement; et Hourdequin était au fond, mort, les reins
cassés, à l'angle d'une marche. Elle avait crié, on était accouru, une
terreur bouleversait la ferme. Maintenant, le corps du fermier gisait sur
un matelas, dans la salle à manger, tandis que, dans la cuisine, Jacqueline
se désespérait, la face décomposée, sans une larme.

Dès que Jean fut entré, elle parla, se soulagea d'une voix étranglée.

--Je l'avais bien dit, je voulais qu'on le changeât de place, ce trou!...
Mais qui donc a pu le laisser ouvert! Je suis certaine qu'il était fermé
hier soir, quand je suis montée.... Depuis ce matin, je suis là, à me
creuser la tête.

--Le maître est descendu avant vous? demanda Jean, que l'accident
stupéfiait.

--Oui, le jour pointait à peine.... Je dormais. Il m'a semblé qu'une voix
l'appelait d'en bas. J'ai dû rêver.... Souvent, il se levait de la sorte,
descendait toujours sans lumière, pour surprendre les serviteurs au saut du
lit.... Il n'aura pas vu le trou, il sera tombé. Mais qui donc, qui donc a
laissé cette trappe ouverte? Ah! j'en mourrai!

Jean, qu'un soupçon venait d'effleurer, l'écarta aussitôt. Elle n'avait
aucun intérêt à cette mort, son désespoir était sincère.

--C'est un grand malheur, murmura-t-il.

--Oh! oui, un grand malheur, un très grand malheur, pour moi!

Elle s'affaissa sur une chaise, accablée, comme si les murs croulaient
autour d'elle. Le maître qu'elle comptait épouser enfin! le maître qui
avait juré de lui tout laisser par testament! Et il était mort, sans avoir
le temps de rien signer. Et elle n'aurait pas même des gages, le fils
allait revenir, la jetterait dehors à coups de botte, comme il l'avait
promis. Rien! quelques bijoux et du linge, ce qu'elle avait sur la peau! Un
désastre, un écrasement!

Ce que Jacqueline ne disait pas, n'y songeant plus, c'était le renvoi du
berger Soulas, qu'elle avait obtenu la veille. Elle l'accusait d'être trop
vieux, de ne point suffire, enragée de le trouver sans cesse derrière son
dos, à l'espionner; et Hourdequin, bien que n'étant pas de son avis, avait
cédé, tellement il pliait sous elle maintenant, dompté, réduit à lui
acheter des nuits heureuses par une soumission d'esclave. Soulas, congédié
avec de bonnes paroles et des promesses, regardait le maître fixement de
ses yeux pâles. Puis, lentement, il s'était mis à lâcher son paquet sur la
garce, cause de son malheur: la galopée des mâles, Tron après tant
d'autres, et l'histoire de ce dernier, et le rut insolent, impudent, à la
connaissance de tous; si bien que, dans le pays, on disait que le maître
devait aimer ça, les restes de valet. Vainement, le fermier, éperdu,
tâchait de l'interrompre, car il tenait à son ignorance, il ne voulait plus
savoir, dans la terreur d'être forcé de la chasser: le vieux était allé
jusqu'au bout, sans omettre une seule des fois qu'il les avait surpris,
méthodique, le coeur peu à peu soulagé, vidé de sa longue rancune.
Jacqueline ignorait cette délation, Hourdequin s'étant sauvé à travers
champs, avec la crainte de l'étrangler, s'il la revoyait; ensuite, au
retour, il avait simplement renvoyé Tron, sous le prétexte qu'il laissait
la cour dans un état de saleté épouvantable. Alors, elle avait bien eu un
soupçon; mais elle ne s'était pas risquée à défendre le vacher, obtenant
qu'il coucherait encore cette nuit-là, comptant arranger l'affaire le
lendemain, pour le garder. Et tout cela, à cette heure, restait trouble,
dans le coup du destin qui détruisait ses dix années de laborieux calculs.

Jean était seul avec elle dans la cuisine, lorsque Tron parut. Elle ne
l'avait pas revu depuis la veille, les autres domestiques erraient par la
ferme, inoccupés, anxieux. Quand elle aperçut le Percheron, cette grande
bête à la chair d'enfant, elle eut un cri, rien qu'à la façon oblique dont
il entrait.

--C'est toi qui as ouvert la trappe!

Brusquement, elle comprenait tout, et lui était blême, les yeux ronds, les
lèvres tremblantes.

--C'est toi qui as ouvert la trappe et qui l'as appelé, pour qu'il fit la
culbute!

Saisi de cette scène, Jean s'était reculé. Ni l'un ni l'autre, d'ailleurs,
ne semblaient plus le savoir là, dans la violence des passions qui les
agitaient. Tron, sourdement, la tête basse, avouait.

--Oui, c'est moi... Il m'avait renvoyé, je ne t'aurais plus vue, ça ne se
pouvait pas... Et puis, déjà j'avais songé que, s'il mourait, nous serions
libres d'être ensemble.

Elle l'écoutait, raidie, dans une tension nerveuse qui la soulevait toute.
Lui, en grognements satisfaits, lâchait ce qui avait roulé au fond de son
crâne dur, une jalousie humble et féroce de serviteur contre le maître
obéi, un plan sournois de crime pour s'assurer la possession de cette
femme, qu'il voulait à lui seul.

--Le coup fait, j'ai cru que tu serais contente... Si je ne t'en ai rien
dit, c'était dans l'idée de ne pas te causer de la gêne... Et alors,
maintenant qu'il n'est plus là, je viens te prendre, pour nous en aller et
nous marier.

Jacqueline, la voix brutale, éclata.

--Toi! mais je ne t'aime pas, je ne te veux pas!... Ah! tu l'as tué pour
m'avoir! Il faut que tu sois plus bête encore que je ne pensais. Une bêtise
pareille, avant qu'il m'épouse et qu'il fasse le testament!... Tu m'as
ruinée, tu m'as ôté le pain de la bouche. C'est à moi que tu as cassé les
os, hein! brute, comprends-tu?... Et tu crois que je vais te suivre! Dis
donc, regarde-moi bien, est-ce que tu te fous de moi?

A son tour, il l'écoutait, béant, dans la stupeur de cet accueil inattendu.

--Parce que j'ai plaisanté, parce que nous avons pris du plaisir ensemble,
tu t'imagines que tu vas m'embêter toujours... Nous marier? ah, non! ah,
non! j'en choisirais un plus malin, si j'avais l'envie d'un homme... Tiens!
va-t'en, tu me rends malade... Je ne t'aime pas, je ne te veux pas.
Va-t'en!

Une colère le secoua. Quoi donc? il aurait tué pour rien. Elle était à lui,
il l'empoignerait par le cou et l'emporterait.

--T'es une fière gueuse, gronda-t-il. Ça n'empêche que tu vas venir.
Autrement, je te règle ton compte, comme à l'autre.

La Cognette marcha sur lui, les poings serrés.

--Essaye voir!

Il était bien fort, gros et grand, et elle était bien faible, avec sa
taille mince, son corps fin de jolie fille. Mais ce fut lui qui recula,
tant elle lui sembla effrayante, les dents prêtes à mordre, les regards
aigus, luisants comme des couteaux.

--C'est fini, va-t'en!... Plutôt que d'aller avec toi, je préférerais ne
revoir jamais d'homme... Va-t'en, va-t'en, va-t'en!

Et Tron s'en alla; à reculons, dans une retraite de bête carnassière et
lâche, cédant à la crainte, remettant sournoisement sa vengeance. Il la
regarda, il dit encore:

--Morte ou vivante, j'aurai ta peau!

Jacqueline, quand il fut sorti de la ferme, eut un soupir de bon débarras.
Puis, se retournant, frémissante, elle ne s'étonna point de voir Jean, elle
s'écria dans un élan de franchise:

--Ah! la canaille, ce que je le ferais pincer par les gendarmes, si je ne
craignais d'être emballée avec lui!

Jean restait glacé. Une réaction nerveuse se produisait, d'ailleurs, chez
la jeune femme: elle étouffa, elle tomba dans ses bras, en sanglotant, en
répétant qu'elle était malheureuse, oh! malheureuse, bien malheureuse! Ses
larmes coulaient sans fin, elle voulait être plainte, être aimée, elle
s'attachait à lui, comme si elle avait désiré que celui-ci l'emportât et la
gardât. Et il commençait à être très ennuyé, lorsque le beau-frère du mort,
le notaire Baillehache, qu'un valet de la ferme était allé prévenir, sauta
de son cabriolet, dans la cour. Alors, Jacqueline courut à lui, étala son
désespoir.

Jean, qui s'était échappé de la cuisine, se retrouva en plaine rase, sous
un ciel pluvieux de mars. Mais il ne voyait rien, bouleversé par cette
histoire, dont le frisson s'ajoutait au chagrin de son malheur à lui. Il
avait son compte de malechance, un égoïsme lui faisait hâter le pas, malgré
son apitoiement sur le sort de son ancien maître Hourdequin. Ce n'était
guère son rôle de vendre la Cognette et son galant, la justice n'avait qu'à
ouvrir l'oeil. Deux fois, il se retourna, croyant qu'on le rappelait, comme
s'il se fût senti complice. Devant les premières maisons de Rognes
seulement, il respira; et il se disait, maintenant, que le fermier était
mort de son péché, il songeait à cette grande vérité que, sans les femmes,
les hommes seraient beaucoup plus heureux. Le souvenir de Françoise lui
était revenu, une grosse émotion l'étranglait.

Lorsqu'il se revit devant le village, Jean se rappela qu'il était allé à la
ferme pour y demander du travail. Tout de suite, il s'inquiéta, il chercha
où il pourrait frapper à cette heure, et la pensée lui vint que les Charles
avaient besoin d'un jardinier, depuis quelques jours. Pourquoi n'irait-il
pas s'offrir? Il restait tout de même un peu de la famille, peut-être
serait-ce une recommandation. Immédiatement, il se rendit à Roseblanche.

Il était une heure, les Charles achevaient de déjeuner, lorsque la servante
l'introduisit. Justement, Élodie versait le café, et M. Charles, ayant fait
asseoir le cousin, voulut qu'il en prît une tasse. Celui-ci accepta, bien
qu'il n'eût rien mangé depuis la veille: il avait l'estomac trop serré, ça
le secouerait un peu. Mais quand il se vit à cette table, avec ces
bourgeois, il n'osa plus demander la place de jardinier. Tout à l'heure,
dès qu'il trouverait un biais. Madame Charles s'était mise à le plaindre, à
pleurer la mort de cette pauvre Françoise, et il s'attendrissait. Sans
doute, la famille croyait qu'il venait lui faire ses adieux.

Puis, la servante, ayant annoncé les Delhomme, le père et le fils, Jean fut
oublié.

--Faites entrer et donnez deux autres tasses.

C'était pour les Charles une grosse affaire, depuis le matin. Au sortir du
cimetière, Nénesse les avait accompagnés jusqu'à Roseblanche; et, tandis
que madame Charles rentrait avec Élodie, il avait retenu M. Charles, il
s'était carrément présenté comme acquéreur du 19, si l'on tombait d'accord.
A l'entendre, la maison, qu'il connaissait, serait vendue un prix ridicule;
Vaucogne n'en trouverait pas cinq mille francs, tellement il l'avait
laissée déchoir; tout y était à changer, le mobilier défraîchi, le
personnel choisi sans goût, si défectueux, que la troupe elle-même allait
ailleurs. Pendant près de vingt minutes, il avait ainsi déprécié
l'établissement, étourdissant son oncle, le stupéfiant de son entente de la
partie, de sa science à marchander, des dons extraordinaires qu'il montrait
pour son jeune âge. Ah! le gaillard! en voilà un qui aurait l'oeil et la
poigne! et Nénesse avait dit qu'il reviendrait, accompagné de son père,
après le déjeuner, afin de causer sérieusement.

En rentrant, M. Charles s'en entretint avec madame Charles, qui, à son
tour, s'émerveilla de trouver tant de moyens chez ce garçon. Si seulement
leur gendre Vaucogne avait eu la moitié de ces capacités! Il fallait jouer
serré, pour ne pas être fichu dedans par le jeune homme. C'était la dot
d'Élodie qu'il s'agissait de sauver du désastre. Au fond de leur crainte
cependant, il y avait une sympathie invincible, un désir de voir le 19,
même à perte, aux mains habiles et vigoureuses d'un maître qui lui rendrait
son éclat. Aussi, lorsque les Delhomme entrèrent, les accueillirent-ils
d'une façon très cordiale.

--Vous allez prendre du café, hein!... Élodie, offre le sucre.

Jean avait reculé sa chaise, tous se trouvèrent assis autour de la table.
Rasé de frais, la face cuite et immobile, Delhomme ne lâchait pas un mot,
dans une réserve diplomatique; tandis que Nénesse, en toilette, souliers
vernis, gilet à palmes d'or, cravate mauve, se montrait très à l'aise,
souriant, séduisant. Lorsque Élodie, rougissante, lui présenta le sucrier,
il la regarda, il chercha une galanterie.

--Ils sont bien gros, ma cousine, vos morceaux de sucre.

Elle rougit davantage, elle ne sut que répondre, tant cette parole d'un
garçon aimable la bouleversait dans son innocence.

Le matin, Nénesse, en finaud, n'avait risqué que la moitié de l'affaire.
Depuis l'enterrement, où il avait aperçu Élodie, son plan s'était élargi
tout d'un coup: non seulement il aurait le 19, mais il voulait aussi la
jeune fille. L'opération était simple. D'abord, rien à débourser, il ne la
prendrait qu'avec la maison en dot; ensuite, si elle ne lui apportait
actuellement que cette dot compromise, plus tard elle hériterait des
Charles, une vraie fortune. Et c'était pourquoi il avait amené son père,
résolu à faire immédiatement sa demande.

Un instant, on parla de la température qui était vraiment douce pour la
saison. Les poiriers avaient bien fleuri, mais la fleur tiendrait-elle! On
finissait de boire le café, la conversation tomba.

--Ma mignonne, dit brusquement M. Charles à Élodie, tu devrais aller faire
un tour au jardin.

Il la renvoyait, ayant hâte de vider le sac aux Delhomme.

--Pardon, mon oncle, interrompit Nénesse, si c'était un effet de votre
bonté que ma cousine restât avec nous... J'ai à vous parler de quelque
chose qui l'intéresse; et, n'est-ce pas, vaut toujours mieux terminer les
affaires d'un coup que de s'y reprendre à deux fois.

Alors, se levant, il fit la demande, en garçon bien élevé.

--C'est donc pour vous dire que je serais très heureux d'épouser ma
cousine, si vous y consentiez, et si elle y consentait elle-même.

La surprise fut grande. Mais Élodie surtout en parut révolutionnée, à ce
point que, quittant sa chaise, elle se jeta au cou de madame Charles, dans
un effarement de pudeur qui empourprait ses oreilles; et sa grand-mère
s'épuisait à la calmer.

--Voyons, voyons, mon petit lapin, c'est trop, sois donc raisonnable!... On
ne te mange pas, parce qu'on te demande en mariage... Ton cousin n'a rien
dit de mal, regarde-le, ne fais pas la bête.

Aucune bonne parole ne put la déterminer à remontrer sa figure.

--Mon Dieu! mon garçon, finit par déclarer M. Charles, je ne m'attendais
pas à ta demande. Peut-être aurait-il mieux valu m'en parler d'abord, car
tu vois comme notre chérie est sensible... Mais, quoi qu'il arrive, sois
certain que je t'estime, car tu me sembles un bon sujet et un travailleur.

Delhomme, dont pas un trait n'avait bougé jusque-là, lâcha deux mots.

--Pour sûr!

Et Jean, comprenant qu'il devait être poli, ajouta:

--Ah! oui, par exemple!

M. Charles se remettait, et déjà il avait réfléchi que Nénesse n'était pas
un mauvais parti, jeune, actif, fils unique de paysans riches. Sa
petite-fille ne trouverait pas mieux. Aussi, après avoir échangé un regard
avec madame Charles, continua-t-il:

--Ça regarde l'enfant. Jamais nous ne la contrarierons là-dessus, ce sera
comme elle voudra.

Alors, Nénesse, galamment, renouvela sa demande.

--Ma cousine, si vous voulez bien me faire l'honneur et le plaisir...

Elle avait toujours le visage enfoui dans le sein de sa grand'mère, mais
elle ne le laissa pas achever, elle accepta d'un signe de tête énergique,
répété trois fois, en enfonçant sa tête davantage. Cela lui donnait sans
doute du courage, de se boucher les yeux. La société en demeura muette,
saisie de cette hâte à dire oui. Elle aimait donc ce garçon, qu'elle avait
si peu vu? ou bien était-ce qu'elle en désirait un, n'importe lequel,
pourvu qu'il fût joli homme?

Madame Charles lui baisa les cheveux, en souriant, en répétant:

--Pauvre chérie! pauvre chérie!

--Eh bien, reprit M. Charles, puisque ça lui va, ça nous va.

Mais une pensée venait de l'assombrir. Ses paupières lourdes retombèrent,
il eut un geste de regret.

--Naturellement, mon brave, nous abandonnons l'autre chose, la chose que tu
m'as proposée ce matin.

Nénesse s'étonna.

--Pourquoi donc?

--Comment, pourquoi? Mais parce que... voyons... tu comprends bien?... Nous
ne l'avons pas laissée jusqu'à vingt ans chez les dames de la Visitation
pour que... enfin, c'est impossible!

Il clignait les yeux, il tordait la bouche, voulant se faire entendre,
craignant d'en trop dire. La petite là-bas, rue aux Juifs! une demoiselle
qui avait reçu tant d'instruction! une pureté si absolue, élevée dans
l'ignorance de tout!

--Ah! pardon, déclara nettement Nénesse, ça ne fait plus mon affaire... Je
me marie pour m'établir, je veux ma cousine et la maison.

--La confiserie, s'écria madame Charles.

Et, ce mot lancé, la discussion s'en empara, le répéta à dix reprises. La
confiserie, allons! était-ce raisonnable? Le jeune homme et son père
s'entêtaient à l'exiger comme dot, disaient qu'on ne pouvait pas lâcher ça,
que c'était la vraie fortune de la future; et ils prenaient à témoin Jean,
qui en convenait d'un hochement du menton. Enfin, ils finirent tous par
crier, ils s'oubliaient, précisaient, donnaient des détails crus, lorsqu'un
incident inattendu les fit taire.

Lentement, Élodie venait enfin de dégager sa tête, et elle se leva, de son
air de grand lis poussé à l'ombre, avec sa pâleur mince de vierge
chlorotique, ses yeux vides, ses cheveux incolores. Elle les regarda, elle
dit tranquillement:

--Mon cousin a raison, on ne peut pas lâcher ça.

Ahurie, madame Charles bégayait:

--Mais, mon petit lapin, si tu savais...

--Je sais... Il y a beau temps que Victorine m'a tout dit, Victorine, la
bonne qu'on a renvoyée, à cause des hommes... Je sais, j'y ai réfléchi, je
vous jure qu'on ne peut pas lâcher ça.

Une stupeur avait cloué les Charles. Leurs yeux s'étaient arrondis, ils la
contemplaient dans un hébétement profond. Eh quoi! elle connaissait le 19,
ce qu'on y faisait, ce qu'on y gagnait, le métier enfin, et elle en parlait
avec cette sérénité! Ah! l'innocence, elle touche à tout sans rougir!

--On ne peut pas lâcher ça, répéta-t-elle. C'est trop bon, ça rapporte
trop... Et puis une maison que vous avez faite, où vous avez travaillé si
fort, est-ce que ça doit sortir de la famille?

M. Charles en fut bouleversé. Dans son saisissement, montait une émotion
indicible, qui lui partait du coeur et le serrait à la gorge. Il s'était
levé, il chancela, s'appuya sur madame Charles, debout, elle aussi,
suffoquée et tremblante. Tous les deux croyaient à un sacrifice, refusaient
d'une voix éperdue.

--Oh! chérie, oh! chérie... Non, non, chérie...

Mais les yeux d'Élodie se mouillaient, elle baisa la vieille alliance de sa
mère, qu'elle portait au doigt, cette alliance usée là-bas, dans le
travail.

--Si, si, laissez-moi suivre mon idée... Je veux être comme maman. Ce
qu'elle a fait, je peux le faire, il n'y a pas de déshonneur, puisque vous
l'avez fait vous-mêmes... Ça me plaît beaucoup, je vous assure. Et vous
verrez si j'aiderai mon cousin, si nous relèverons promptement la maison, à
nous deux! Il faudra que ça marche, on ne me connaît pas!

Alors, tout fut emporté, les Charles ruisselèrent. L'attendrissement les
noyait, ils sanglotaient comme des enfants. Sans doute, ils ne l'avaient
pas élevée dans cette idée; seulement, que faire, quand le sang parle? Ils
reconnaissaient le cri de la vocation. Absolument la même histoire que pour
Estelle: elle aussi, ils l'avaient enfermée chez les dames de la
Visitation, ignorante, pénétrée des principes les plus rigides de la
morale; et elle n'en était pas moins devenue une maîtresse de maison hors
ligne. L'éducation ne signifiait rien, c'était l'intelligence qui décidait
de tout. Mais la grosse émotion des Charles, les larmes dont ils
débordaient sans pouvoir les arrêter, venaient plus encore de cette pensée
glorieuse que le 19, leur oeuvre, leur chair, allait être sauvé de la
ruine. Élodie et Nénesse, avec la belle flamme de la jeunesse, y
continueraient leur race. Et ils le voyaient déjà restauré, rentré dans la
faveur publique, étincelant, tel enfin qu'il brillait sur Chartres, aux
plus beaux jours de leur règne.

Lorsque M. Charles put parler, il attira sa petite-fille dans ses bras.

--Ton père nous a causé bien des soucis, tu nous consoles de tout, mon
ange!

Madame Charles l'étreignit également, ils ne firent plus qu'un groupe,
leurs pleurs se confondirent.

--C'est donc une affaire entendue? demanda Nénesse, qui voulait un
engagement.

--Oui, c'est entendu.

Delhomme rayonnait, en père enchanté d'avoir casé son fils, d'une façon
inespérée. Dans sa prudence, il s'agita, il exprima son opinion.

--Ah! bon sang! s'il n'y a jamais de regret de votre côté, il n'y en aura
point du nôtre... Pas besoin de souhaiter de la chance aux enfants. Quand
on gagne, ça marche toujours.

Ce fut sur cette conclusion qu'on se rassit, pour causer des détails,
tranquillement.

Mais Jean comprit qu'il gênait. Lui-même, au milieu de ces effusions, était
embarrassé de sa personne, et il se serait échappé plus tôt, s'il avait su
comment sortir. Il finit par emmener M. Charles à l'écart, il parla de la
place de jardinier. La face digne de M. Charles devint sévère: une
situation chez lui à un parent, jamais! On ne tire rien de bon d'un parent,
on ne peut pas taper dessus. D'ailleurs, la place était donnée depuis la
veille. Et Jean s'en alla, pendant qu'Élodie, de sa voix blanche de vierge,
disait que, si son papa faisait le méchant, elle se chargeait de le mettre
à la raison.

Dehors, il marcha d'un pas ralenti, ne sachant plus où frapper pour avoir
du travail. Sur les cent vingt-sept francs, il avait déjà payé
l'enterrement de sa femme, la croix et l'entourage, au cimetière. Il lui
restait à peine la moitié de la somme, il irait toujours trois semaines
avec ça, ensuite il verrait bien. La peine ne l'effrayait point, son unique
souci venait de l'idée de ne pas quitter Rognes, à cause de son procès.
Trois heures sonnèrent, puis quatre, puis cinq. Longtemps il battit la
campagne, la tête barbouillée de rêvasseries confuses, retournant à la
Borderie, retournant chez les Charles. Partout la même histoire, l'argent
et la femelle, on en mourait et on en vivait. Rien d'étonnant alors, si
tout son mal sortait aussi de là. Une faiblesse lui cassait les jambes, il
songea qu'il n'avait pas mangé encore, il retourna vers le village, décidé
à s'installer chez Lengaigne, qui louait des chambres. Mais, comme il
traversait la place de l'Église, la vue de la maison dont on l'avait chassé
le matin lui ralluma le sang. Pourquoi donc laisserait-il à ces canailles
ses deux pantalons et sa redingote? C'était à lui, il les voulait, quitte à
recommencer la bataille.

La nuit tombait, Jean eut peine à distinguer le père Fouan, assis sur le
banc de pierre. Il arrivait devant la porte de la cuisine, où brûlait une
chandelle, lorsque Buteau le reconnut et s'élança pour lui barrer le
passage.

--Nom de Dieu! c'est encore toi... Qu'est-ce que tu veux?

--Je veux mes deux pantalons et ma redingote.

Une querelle atroce éclata. Jean s'obstinait, demandait à fouiller dans
l'armoire; tandis que Buteau, qui avait pris une serpe, jurait de lui
ouvrir la gorge, s'il passait le seuil. Enfin, on entendit la voix de Lise,
à l'intérieur, crier:

--Ah! va, faut les lui rendre, ses guenilles!... Tu ne mettrais pas ça, il
est pourri!

Les deux hommes se turent. Jean attendit. Mais, derrière son dos, sur le
banc de pierre, le père Fouan, rêva, la tête perdue, bégayant de sa voix
empâtée:

--Fous donc le camp! ils te saigneront, comme ils ont saigné la petite!

Ce fut un éblouissement. Jean comprit tout, et la mort de Françoise, et son
obstination muette. Il avait déjà un soupçon, il ne douta plus qu'elle
n'eût sauvé sa famille de la guillotine. La peur le prenait aux cheveux, et
il ne trouvait pas un cri, pas un geste, quand il reçut, au travers de la
figure, les pantalons et la redingote que Lise lui jetait par la porte
ouverte, à la volée.

--Tiens! les v'là, tes saletés!... Ça pue si fort, que ça nous aurait fichu
la peste!

Alors, il les ramassa, il s'en alla. Et, sur la route seulement, lorsqu'il
fut sorti de la cour, il brandit le poing vers la maison, en criant un seul
mot, qui troua le silence.

--Assassins!

Puis, il disparut dans la nuit noire.

Buteau était resté saisi, car il avait entendu la phrase grognée en rêve
par le père Fouan, et le mot de Jean venait de l'atteindre en plein corps,
ainsi qu'une balle. Quoi donc? les gendarmes allaient-ils s'en mêler, à
présent qu'il croyait l'affaire ensevelie avec Françoise? Depuis qu'il
l'avait vu descendre dans la terre, le matin, il respirait, et voilà que le
vieux savait tout! Est-ce qu'il faisait la bête, pour les guetter? Cela
acheva d'angoisser Buteau, il en rentra si malade, qu'il laissa la moitié
de son assiette de soupe. Lise, mise au courant, grelottante, ne mangea pas
non plus.

Tous deux s'étaient fait une fête de cette première nuit passée dans la
maison reconquise. Elle fut abominable, la nuit de malheur. Ils avaient
couché Laure et Jules sur un matelas, devant la commode, en attendant de
les installer autre part; et les enfants ne dormaient pas encore,
qu'eux-mêmes s'étaient mis au lit, soufflant la chandelle. Mais impossible
de fermer l'oeil, ils se retournaient comme sur un gril brûlant, ils
finirent par causer à demi voix. Ah! ce père, qu'il pesait donc lourd,
depuis qu'il tombait en enfance! une vraie charge, à leur casser les reins,
tant il coûtait! On ne s'imaginait pas ce qu'il avalait de pain, et
glouton, prenant la viande à pleins doigts, renversant le vin dans sa
barbe, si malpropre, qu'on avait mal au coeur rien que de le voir. Avec ça,
maintenant, il s'en allait toujours déculotté, on l'avait surpris en train
de se découvrir devant des petites filles: une manie de vieille bête finie,
une fin dégoûtante pour un homme qui n'était pas plus cochon qu'un autre,
dans son temps. Vrai! c'était à l'achever d'un coup de pioche, puisqu'il ne
se décidait pas à partir de lui-même!

--Quand on songe qu'il tomberait, si l'on soufflait dessus! murmura.
Buteau. Et il dure, il s'en fout pas mal, de nous gêner! Ces bougres de
vieux, moins ça fiche, moins ça gagne, et plus ça se cramponne!... Il ne
claquera jamais, celui-là.

Lise, sur le dos, dit à son tour:

--C'est mauvais qu'il soit rentré ici... Il y sera trop bien, il va passer
un nouveau bail... Moi, si j'avais eu à prier le bon Dieu, je lui aurais
demandé de ne pas le laisser coucher une seule nuit dans la maison.

Ni l'un ni l'autre n'abordaient leur vrai souci, l'idée que le père savait
tout et qu'il pouvait les vendre, même innocemment. Ça, c'était le comble.
Qu'il fût une dépense, qu'il les encombrât, qu'il les empêchât de jouir à
l'aise des titres de rente volés, ils l'avaient supporté longtemps. Mais
qu'une parole de lui leur fit couper le cou, ah! non, ça passait la
permission. Fallait y mettre ordre.

--Je vas voir s'il dort, dit Lise brusquement.

Elle ralluma la chandelle, s'assura du gros sommeil de Laure et de Jules,
puis fila en chemise dans la pièce aux betteraves, où l'on avait rétabli le
lit de fer du vieux. Quand elle revint, elle était frissonnante, les pieds
glacés par le carreau, et elle se refourra sous la couverture, se serra
contre son homme, qui la prit entre ses bras, pour la réchauffer.

--Eh bien?

--Eh bien! il dort, il a la bouche ouverte comme une carpe, à cause qu'il
étouffe.

Un silence régna, mais ils avaient beau se taire, dans leur étreinte, ils
entendaient leurs pensées battre sous leur peau. Ce vieux qui suffoquait
toujours, c'était si facile de le finir: un rien dans la gorge, un
mouchoir, les doigts seulement, et l'on en serait délivré. Même, ce serait
un vrai service à lui rendre. Est-ce qu'il ne valait pas mieux dormir
tranquille au cimetière, que d'être à charge aux autres et à soi?

Buteau continuait de serrer Lise entre ses bras. Maintenant, tous deux
brûlaient, comme si un désir leur eût allumé le sang des veines. Il la
lâcha tout d'un coup, sauta à son tour pieds nus sur le carreau.

--Je vas voir aussi.

La chandelle au poing, il disparut, tandis qu'elle, retenant sa
respiration, écoutait, les yeux grands ouverts dans le noir. Mais les
minutes s'écoulaient, aucun bruit ne lui arrivait de la pièce voisine. A la
fin, elle l'entendit revenir sans lumière, avec le frôlement mou de ses
pieds, si oppressé, qu'il ne pouvait contenir le ronflement de son haleine.
Et il s'avança, jusqu'au lit, il tâta pour l'y retrouver, lui souffla dans
l'oreille:

--Viens donc, j'ose pas tout seul.

Lise suivit Buteau, les bras tendus, de crainte de se cogner. Ils ne
sentaient plus le froid, leur chemise les gênait. La chandelle était par
terre, dans un coin de la chambre du vieux. Mais elle éclairait assez pour
qu'on le distinguât, allongé sur le dos, la tête glissée de l'oreiller. Il
était si raidi, si décharné par l'âge, qu'on l'aurait cru mort, sans le
râle pénible qui sortait de sa bouche largement ouverte. Les dents
manquaient, il y avait là un trou noir, où les lèvres semblaient rentrer,
un trou sur lequel tous les deux se penchèrent, comme pour voir ce qu'il
restait de vie au fond. Longuement, ils regardaient, côte à côte, se
touchant de la hanche. Mais leurs bras mollissaient, c'était très facile et
si lourd pourtant, de prendre n'importe quoi, de boucher le trou. Ils s'en
allèrent, ils revinrent. Leur langue sèche n'aurait pu prononcer un mot,
leurs yeux seuls se parlaient. D'un regard, elle lui avait montré
l'oreiller: allons donc! qu'attendait-il? Et lui battait des paupières, la
poussait à sa place. Brusquement, Lise exaspérée empoigna l'oreiller, le
tapa sur la face du père.

--Bougre de lâche! faut donc que ce soit toujours les femmes!

Alors Buteau se rua, pesa de tout le poids de son corps, pendant qu'elle,
montée sur le lit, s'asseyait, enfonçait sa croupe nue de jument
hydropique. Ce fut un enragement, l'un et l'autre foulaient, des poings,
des épaules, des cuisses. Le père avait eu une secousse violente, ses
jambes s'étaient détendues avec des bruits de ressorts cassés. On aurait
dit qu'il sautait, pareil à un poisson jeté sur l'herbe. Mais ce ne fut pas
long. Ils le maintenaient trop rudement, ils le sentirent sous eux qui
s'aplatissait, qui se vidait de l'existence. Un long frisson, un dernier
tressaillement, puis rien du tout, quelque chose d'aussi mou qu'une chiffe.

--Je crois bien que ça y est, gronda Buteau essoufflé.

Lise, toujours assise, en tas, ne dansait plus, se recueillait, pour voir
si aucun frémissement de vie ne lui répondait dans la peau.

--Ça y est, rien ne grouille.

Elle se laissa glisser, la chemise roulée aux hanches, et enleva
l'oreiller. Mais ils eurent un grognement de terreur.

--Nom de Dieu! il est tout noir, nous sommes foutus!

En effet, pas possible de raconter qu'il s'était mis lui-même en un pareil
état. Dans leur rage à le pilonner, ils lui avaient fait rentrer le nez au
fond de la bouche; et il était violet, un vrai nègre. Un instant, ils
sentirent le sol vaciller sous eux: ils entendaient le galop des gendarmes,
les chaînes de la prison, le couteau de la guillotine. Cette besogne mal
faite les emplissait d'un regret épouvanté. Comment le raccommoder, à cette
heure? On aurait beau le débarbouiller au savon, jamais il ne redeviendrait
blanc. Et ce fut l'angoisse de le voir couleur de suie qui leur inspira une
idée.

--Si on le brûlait, murmura Lise.

Buteau, soulagé, respira fortement.

--C'est ça, nous dirons qu'il s'est allumé lui-même.

Puis, la pensée des titres lui étant venue, il tapa des mains, tout son
visage s'éclaira d'un rire triomphant.

--Ah! nom de Dieu! ça va, on leur fera croire qu'il a flambé les papiers
avec lui... Pas de compte à rendre!

Tout de suite, il courut chercher la chandelle. Mais elle, qui avait peur
de mettre le feu, ne voulut pas d'abord qu'il l'approchât du lit. Des liens
de paille se trouvaient dans un coin, derrière les betteraves; et elle en
prit un, elle l'enflamma, commença par griller les cheveux et la barbe du
père, très longue, toute blanche. Ça sentait la graisse répandue, ça
crépitait, avec de petites flammes jaunes. Soudain, ils se rejetèrent en
arrière, béants, comme si une main froide les avait tirés par les cheveux.
Dans l'abominable souffrance des brûlures, le père, mal étouffé, venait
d'ouvrir les yeux, et ce masque atroce, noir, au grand nez cassé, à la
barbe incendiée, les regardait. Il eut une affreuse expression de douleur
et de haine. Puis, toute la face se disloqua, il mourut.

Affolé déjà, Buteau poussa un rugissement de fureur, lorsqu'il entendit
éclater des sanglots à la porte. C'étaient les deux petits, Laure et Jules,
en chemise, réveillés par le bruit, attirés par cette grosse clarté, dans
cette chambre ouverte. Ils avaient vu, ils hurlaient d'effroi.

--Nom de Dieu de vermines! cria Buteau en se précipitant sur eux, si vous
bavardez, je vous étrangle.... V'là pour vous souvenir!

D'une paire de gifles, il les avait jetés par terre. Ils se ramassèrent,
sans une larme, ils coururent se pelotonner sur leur matelas, où ils ne
bougèrent plus.

Et lui voulut en finir, alluma la paillasse, malgré sa femme. Heureusement,
la pièce était si humide, que la paille brûlait lentement. Une grosse fumée
se dégageait, ils ouvrirent la lucarne, à demi asphyxiés. Puis, des flammes
s'élancèrent, grandirent jusqu'au plafond. Le père craquait là-dedans, et
l'insupportable odeur augmentait, l'odeur des chairs cuites. Toute la
vieille demeure aurait flambé comme une meule, si la paille ne s'était pas
remise à fumer sous le bouillonnement du corps. Il n'y eut plus, sur les
traverses du lit de fer, que ce cadavre à demi calciné, défiguré,
méconnaissable. Un coin de la paillasse était resté intact, un bout du drap
pendait encore.

--Filons, dit Lise, qui, malgré la grosse chaleur, grelottait de nouveau.

--Attends, répondit Buteau, faut arranger les choses.

Il posa au chevet une chaise, d'où il renversa la chandelle du vieux, pour
faire croire qu'elle était tombée sur la paillasse. Même il eut la
malignité d'enflammer du papier par terre. On trouverait les cendres, il
raconterait que, la veille, le vieux avait découvert et gardé ses titres.

--C'est fait, au lit!

Buteau et Lise coururent, se bousculèrent l'un derrière l'autre, se
replongèrent dans leur lit. Mais les draps s'étaient glacés, ils se
reprirent d'une étreinte violente, pour avoir chaud. Le jour se leva,
qu'ils ne dormaient pas encore. Ils ne disaient rien, ils avaient des
tressaillements, après lesquels ils entendaient leur coeur battre, à grands
coups. C'était la porte de la chambre voisine, restée ouverte, qui les
gênait; et l'idée de la fermer les inquiétait davantage. Enfin, ils
s'assoupirent, sans se lâcher.

Le matin, aux appels désespérés des Buteau, le voisinage accourut. La
Frimat et les autres femmes constatèrent la chandelle renversée, la
paillasse à moitié détruite, les papiers réduits en cendres. Toutes
criaient que ça devait arriver un jour, qu'elles l'avaient prédit cent
fois, à cause de ce vieux tombé en enfance. Et une chance encore que la
maison n'eût pas brûlé avec lui!



VI


Deux jours après, le matin même où le père Fouan devait être enterré, Jean,
las d'une nuit d'insomnie, s'éveilla très tard, dans la petite chambre
qu'il occupait chez Lengaigne. Il n'était pas allé encore à Châteaudun,
pour le procès, dont l'idée seule l'empêchait de quitter Rognes; chaque
soir, il remettait l'affaire au lendemain, hésitant davantage, à mesure que
sa colère se calmait; et c'était un dernier combat qui l'avait tenu
éveillé, fiévreux, ne sachant quelle décision prendre.

Ces Buteau! des brutes meurtrières, des assassins, dont un honnête homme
aurait dû faire couper la tête! A la première nouvelle de la mort du vieux,
il avait bien compris le mauvais coup. Les gredins, parbleu venaient de le
griller vif, pour l'empêcher de causer. Françoise, Fouan: de tuer l'une, ça
les avait forcés de tuer l'autre. A qui le tour, maintenant? Et il songeait
que c'était son tour: on le savait dans le secret, on lui enverrait
sûrement du plomb, au coin d'un bois, s'il s'obstinait à habiter le pays.
Alors, pourquoi ne pas les dénoncer tout de suite? Il s'y décidait, il
irait conter l'histoire aux gendarmes, dès son lever. Puis, l'hésitation le
reprenait, une méfiance de cette grosse affaire où il serait témoin, une
crainte d'en souffrir autant que les coupables. A quoi bon se créer des
soucis encore? Sans doute, ce n'était guère brave, mais il se donnait une
excuse, il se répétait qu'en ne parlant pas, il obéissait à la volonté
dernière de Françoise. Vingt fois dans la nuit, il voulut, il ne voulut
plus, malade de ce devoir devant lequel il reculait.

Lorsque, vers neuf heures, Jean eut sauté du lit, il se trempa la tête dans
une cuvette d'eau froide. Brusquement, il prit une résolution: il ne
conterait rien, il ne ferait pas même de procès pour ravoir la moitié des
meubles. Le jeu n'en vaudrait décidément pas la chandelle. Une fierté le
remettait d'aplomb, content de ne point en être, de ces coquins, d'être
l'étranger. Ils pouvaient bien se dévorer entre eux: un fameux débarras,
s'ils s'avalaient tous! La souffrance, le dégoût des dix années passées à
Rognes, lui remontaient de la poitrine en un flot de colère. Dire qu'il
était si joyeux, le jour où il avait quitté le service, après la guerre
d'Italie, à l'idée de n'être plus un traîneur de sabre, un tueur de monde!
Et, depuis cette époque, il vivait dans de sales histoires, au milieu de
sauvages. Dès son mariage, il en avait eu gros sur le coeur; mais les voilà
qui volaient, qui assassinaient, maintenant! De vrais loups, lâchés au
travers de la plaine, si grande, si calme! Non, non! c'était assez, ces
bêtes dévorantes lui gâtaient la campagne! Pourquoi en faire traquer un
couple, la femelle et le mâle, lorsqu'on aurait dû détruire la bande
entière? Il préférait partir.

A ce moment, un journal que Jean avait monté la veille du cabaret, lui
retomba sous les yeux. Il s'était intéressé à un article sur la guerre
prochaine, ces bruits de guerre qui circulaient et épouvantaient depuis
quelques jours; et ce qu'il ignorait encore au fond de lui, ce que la
nouvelle y avait éveillé d'inconscient, toute une flamme mal éteinte,
renaissante, se ralluma d'un coup. Sa dernière hésitation à partir, la
pensée qu'il ne savait où aller, en fut emportée, balayée comme par un
grand souffle de vent. Eh donc! il irait se battre, il se réengagerait. Il
avait payé sa dette; mais, quoi? lorsqu'on n'a plus de métier, lorsque la
vie vous embête et qu'on rage d'être taquiné par les ennemis, le mieux est
encore de cogner sur eux. Tout un allégement, toute une joie sombre, le
soulevait. Il s'habilla, en sifflant fortement la sonnerie des clairons qui
le menait à la bataille, en Italie. Les gens étaient trop canailles, ça le
soulageait, l'espoir de démolir des Prussiens; et, puisqu'il n'avait pas
trouvé la paix dans ce coin, où les familles se buvaient le sang, autant
valait-il qu'il retournât au massacre. Plus il en tuerait, plus la terre
serait rouge, et plus il se sentirait vengé, dans cette sacrée vie de
douleur et de misère que les hommes lui avaient faite!

Lorsque Jean fut descendu, il mangea deux oeufs et un morceau de lard, que
Flore lui servit. Ensuite, appelant Lengaigne, il régla son compte.

--Vous partez, Caporal?

--Oui.

--Vous partez, mais vous reviendrez?

--Non.

Le cabaretier, étonné, le regardait, tout en réservant ses réflexions.
Alors, ce grand nigaud renonçait à son droit?

--Et qu'est-ce que vous allez faire, à cette heure? Peut-être bien que vous
redevenez menuisier?

--Non, soldat.

Lengaigne, du coup, les yeux ronds de stupéfaction, ne put retenir un rire
de mépris. Ah! l'imbécile!

Jean avait déjà pris la route de Cloyes, lorsqu'un dernier attendrissement
l'arrêta et lui fit remonter la côte. Il ne voulait pas quitter Rognes sans
dire adieu à la tombe de Françoise. Puis, c'était autre chose aussi, le
désir de revoir une fois encore se dérouler la plaine immense, la triste
Beauce, qu'il avait fini par aimer, dans ses longues heures solitaires de
travail.

Derrière l'église, le cimetière s'ouvrait, enclos d'un petit mur à moitié
détruit, si bas, que, du milieu des tombes, le regard allait librement d'un
bout à l'autre de l'horizon. Un pâle soleil de mars blanchissait le ciel,
voilé de vapeurs, d'une finesse de soie blanche, à peine avivée d'une
pointe de bleu; et, sous cette lumière douce, la Beauce, engourdie des
froids de l'hiver, semblait s'attarder au sommeil, comme ces dormeuses qui
ne dorment plus tout à fait, mais qui évitent de remuer, pour jouir de leur
paresse. Les lointains se noyaient, la plaine en semblait élargie, étalant
les carrés déjà verts des blés, des avoines et des seigles d'automne;
tandis que, dans les labours restés nus, on avait commencé les semailles de
printemps. Partout, au milieu des mottes grasses, des hommes marchaient,
avec le geste, l'envolée continue de la semence. On la voyait nettement,
dorée, ainsi qu'une poussière vivante, s'échapper du poing des semeurs les
plus proches. Puis, les semeurs se rapetissaient, se perdaient à l'infini,
et elle les enveloppait d'une onde, elle ne semblait être, tout au loin,
que la vibration même de la lumière. A des lieues, aux quatre points de
l'étendue sans borne, la vie de l'été futur pleuvait dans le soleil.

Devant la tombe de Françoise, Jean se tint debout. Elle était au milieu
d'une rangée, et la fosse du père Fouan, ouverte, attendait à côté d'elle.
Des herbes folles envahissaient le cimetière, jamais le conseil municipal
ne s'était résigné à voter cinquante francs au garde champêtre, pour qu'il
nettoyât. Des croix, des entourages, avaient pourri sur place; quelques
pierres rouillées résistaient; mais le charme de ce coin solitaire était
son abandon même, sa tranquillité profonde, que troublaient seuls les
croassements des corbeaux très anciens, tournoyant à la pointe du clocher.
On y dormait au bout du monde, dans l'humilité et l'oubli de tout. Et Jean,
pénétré de cette paix de la mort, s'intéressait à la grande Beauce, aux
semailles qui l'emplissaient d'un frisson de vie, lorsque la cloche se mit
à sonner lentement, trois coups, puis deux autres, puis une volée. C'était
le corps de Fouan qu'on levait et qui allait venir.

Le fossoyeur, un bancal, arriva en traînant la jambe, pour donner un regard
à la fosse.

--Elle est trop petite, fit remarquer Jean, qui restait ému, désireux de
voir.

--Ah! ouiche, répondit le boiteux, ça l'a réduit, de se rôtir.

Les Buteau, l'avant-veille, avaient tremblé jusqu'à la visite du docteur
Finet. Mais l'unique préoccupation du docteur était de signer vivement le
permis d'inhumer, pour s'éviter des courses. Il vint, regarda, s'emporta
contre la bêtise des familles qui laissent de la chandelle aux vieux dont
la tête déménage; et, s'il conçut un soupçon, il eut la prudence de ne pas
l'exprimer. Mon Dieu! ce père obstiné à vivre, quand on l'aurait grillé un
peu! Il en avait tant vu, que ça ne comptait guère. Dans son insouciance,
faite de rancune et de mépris, il se contentait de hausser les épaules:
sale race, que ces paysans!

Soulagés, les Buteau n'eurent plus qu'à soutenir le choc de la famille,
prévu, attendu de pied ferme. Dès que la Grande se montra, ils éclatèrent
en larmes, pour avoir une contenance. Elle les examinait, surprise, jugeant
ça peu malin, de trop pleurer; d'ailleurs, elle n'accourait que dans l'idée
de se distraire, car elle n'avait rien à réclamer sur l'héritage. Le danger
commença, lorsque Fanny et Delhomme parurent. Justement, celui-ci venait
d'être nommé maire, à la place de Macqueron, ce qui gonflait sa femme d'un
tel orgueil, qu'elle en claquait dans sa peau. Elle avait tenu son serment,
son père était mort sans qu'elle se fût réconciliée; et la blessure de sa
susceptibilité saignait toujours, au point qu'elle demeura l'oeil sec,
devant le cadavre. Mais il y eut un bruit de sanglots, Jésus-Christ
arrivait, très soûl. Il trempa le corps de ses larmes, il beugla que
c'était un coup dont il ne se relèverait point.

Pourtant, dans la cuisine. Lise avait préparé des verres et du vin; et l'on
causa. Tout de suite, on mit en dehors les cent cinquante francs de rente
provenant de la maison; car il était convenu qu'ils resteraient à celui des
enfants qui aurait eu soin du père, dans ses derniers jours. Seulement, il
y avait le magot. Alors, Buteau conta son histoire, comment le vieux avait
repris les titres sous le marbre de la commode, et comment ça devait être,
en les regardant, pour le plaisir, la nuit, qu'il s'était allumé le poil du
corps; même qu'on avait retrouvé la cendre des papiers: du monde en ferait
témoignage, la Frimat, la Bécu, d'autres. Pendant ce récit, tous le
regardaient, sans qu'il se troublât, se tapant sur la poitrine, attestant
la lumière du jour. Évidemment, la famille savait, et lui s'en fichait,
pourvu qu'on ne le taquinât point et qu'il gardât l'argent. D'ailleurs,
avec sa franchise de femme orgueilleuse, Fanny se soulagea, les traita
d'assassins et de voleurs: oui! ils avaient flambé le père, ils l'avaient
volé, ça sautait aux yeux! Violemment, les Buteau répondirent par des
injures, par des accusations abominables. Ah! on voulait leur faire arriver
du mal! et la soupe empoisonnée dont le vieux avait failli crever chez sa
fille? Ils en diraient long sur les autres, si l'on en disait sur eux.
Jésus-Christ s'était remis à pleurer, à hurler de tristesse, en apprenant
que de semblables forfaits étaient possibles. Nom de Dieu! son pauvre père!
est-ce que, vraiment, il y avait des fils assez canailles pour rôtir leur
père! La Grande lâchait des mots, qui attisaient la querelle, quand ils
étaient à bout de souffle. Alors, Delhomme, inquiet de cette scène, alla
fermer les portes et les fenêtres. Il avait désormais sa situation
officielle à défendre, il était toujours du reste pour les solutions
raisonnables. Aussi finit-il par déclarer que de pareilles affaires
n'étaient pas à dire. On serait bien avancé, si les voisins entendaient. On
irait en justice, et les bons y perdraient peut-être plus que les mauvais.
Tous se turent: il avait raison, ça ne valait rien de laver son linge sale
devant les juges. Buteau les terrifiait, le brigand était bien capable de
les ruiner. Et il y avait encore, au fond du crime accepté, du silence
volontaire fait sur le meurtre et sur le vol, cette complicité des paysans
avec les révoltés des campagnes, les braconniers, les tueurs de
gardes-chasse, dont ils ont peur et qu'ils ne livrent pas.

La Grande demeura pour boire le café de la veillée, les autres partirent,
impolis, comme on sort de chez des gens qu'on méprise. Mais les Buteau en
riaient, du moment qu'ils tenaient l'argent, avec la certitude à cette
heure de n'être plus tourmentés. Lise retrouva sa parole haute, et Buteau
voulut faire les choses bien, commanda le cercueil, se rendit au cimetière
s'assurer de la place où l'on creusait la fosse. Il faut dire qu'à Rognes
les paysans qui se sont exécrés pendant leur vie, n'aiment pas à dormir
côte à côte, quand ils sont morts. On suit les rangées, c'est au petit
bonheur de la chance. Aussi, lorsque le hasard fait que deux ennemis
meurent coup sur coup, cela cause-t-il de gros embarras à l'autorité, car
la famille du second parle de le garder, plutôt que de le laisser mettre
près de l'autre. Justement, du temps que Macqueron était maire, il avait
abusé de sa situation pour s'acheter un terrain, en dehors du rang; le
malheur était que ce terrain touchait celui où se trouvait le père de
Lengaigne, où Lengaigne lui-même avait sa place gardée; et, depuis cette
époque, ce dernier ne décolérait pas, sa longue lutte avec son rival s'en
enrageait encore, la pensée que sa carcasse pourrirait à côté de la
carcasse de ce bougre, lui gâtait le reste de son existence. Ce fut donc
dans le même sentiment que Buteau s'emporta, dès qu'il eut inspecté le
terrain échu à son père. Celui-ci aurait à sa gauche Françoise, ce qui
allait bien; seulement, la malechance voulait qu'à la rangée supérieure,
juste en face, se rencontrât la tombe de la défunte du père Saucisse, près
de laquelle son homme s'était réservé un coin; de sorte que ce filou de
père Saucisse, quand il serait enfin crevé, aurait les pieds sur le crâne
du père Fouan. Est-ce que cette idée-là pouvait se supporter une minute?
Deux vieux qui se détestaient, depuis la sale histoire de la rente viagère,
et le coquin des deux, celui qui avait fichu l'autre dedans, lui danserait
sur la tête pendant l'éternité! Mais, nom de Dieu! si la famille avait eu
le mauvais coeur de tolérer cela, les os du père Fouan se seraient
retournés entre leurs quatre planches, contre ceux du père Saucisse! Tout
bouillant de révolte, Buteau descendit tempêter à la mairie, tomba sur
Delhomme, pour le forcer, maintenant qu'il était le maître, à désigner un
autre terrain. Puis, comme son beau-frère refusait de sortir de l'usage, en
alléguant le déplorable exemple de Macqueron et de Lengaigne, il le traita
de capon, de vendu, il gueula du milieu de la route que lui seul était un
bon fils, puisque les autres de la famille se foutaient de savoir si le
père serait à l'aise ou non dans la terre. Il ameutait le village, il
rentra, indigné.

Delhomme venait de se heurter à un embarras plus grave. L'abbé Madeline
était parti l'avant-veille, et Rognes, de nouveau, se trouvait sans prêtre.
L'essai d'en nourrir un à demeure, ce luxe coûteux d'une paroisse, avait en
somme si mal réussi, que le conseil municipal s'était prononcé pour la
suppression du crédit et le retour à l'ancien état, l'église simplement
desservie par le curé de Bazoches-le-Doyen. Mais l'abbé Godard, bien que
monseigneur l'eût raisonné, jurait de ne jamais y rapporter le bon Dieu,
exaspéré du départ de son collègue, accusant les habitants de l'avoir à
moitié assassiné, ce pauvre homme, dans le but unique de le forcer, lui, à
revenir. Déjà, il criait partout que Bécu pourrait sonner la messe
jusqu'aux vêpres, le dimanche suivant, lorsque la mort brusque de Fouan
avait compliqué la situation, passée du coup à l'état aigu. Un enterrement,
ce n'est point comme une messe, ça ne se garde pas pour plus tard. Heureux
au fond de la circonstance, malicieux dans son bon sens, Delhomme prit le
parti de se rendre en personne à Bazoches, près du curé. Dès que ce dernier
l'aperçut, ses tempes se gonflèrent, son visage noircit, il le repoussa du
geste, sans lui laisser ouvrir la bouche. Non! non! non! Plutôt y perdre sa
cure! Et, quand il apprit que c'était pour un convoi, il en bégaya de
fureur. Ah! ces païens faisaient exprès de mourir, ah! ils croyaient de la
sorte l'obliger à céder: eh bien! ils s'enfouiraient tout seuls, ce ne
serait fichtre pas lui qui les aiderait à monter au ciel! Paisiblement,
Delhomme attendait que ce premier flot fût passé; puis il exprima des
idées, on ne refusait l'eau bénite qu'aux chiens, un mort ne pouvait rester
sur les bras de sa famille; enfin, il fit valoir des raisons personnelles,
le mort était son beau-père, le beau-père du maire de Rognes. Voyons, ce
serait pour le lendemain dix heures. Non! non! non! L'abbé Godard se
débattait, s'étranglait, et le paysan, tout en espérant que la nuit lui
porterait conseil, dut le quitter sans l'avoir fléchi.

--Je vous dis que non! lui jeta une dernière fois le prêtre, de sa porte.
Ne faites pas sonner... Non! mille fois non!

Le lendemain, Bécu reçut du maire l'ordre de sonner à dix heures. On
verrait bien. Chez les Buteau, tout se trouvait prêt, la mise en bière
avait eu lieu la veille, sous l'oeil exercé de la Grande. La chambre était
lavée déjà, rien ne demeurait de l'incendie, que le père entre ses quatre
planches. Et la cloche sonnait, lorsque la famille, réunie devant la
maison, pour la levée du corps, vit arriver l'abbé Godard par la rue à
Macqueron, essoufflé d'avoir couru, si rouge et si furieux, qu'il balançait
son tricorne d'une main violente, tête nue, de peur d'une attaque. Il ne
regarda personne, s'engouffra dans l'église, reparut tout de suite, en
surplis, précédé de deux enfants de choeur, dont l'un tenait la croix et
l'autre le bénitier. Au galop, il lâcha sur le corps un balbutiement
rapide; et, sans s'inquiéter si les porteurs l'accompagnaient avec le
cercueil, il revint vers l'église, où il commença la messe, en coup de
vent. Clou et son trombone, ainsi que les deux chantres, s'effaraient à le
suivre. Assise au premier rang était la famille, Buteau et Lise, Fanny et
Delhomme, Jésus-Christ, la Grande. M. Charles, qui honorait le convoi de sa
présence, avait apporté les excuses de madame Charles, partie à Chartres
depuis deux jours, avec Élodie et Nénesse. Quant à la Trouille, au moment
de venir, s'étant aperçu que trois de ses oies manquaient, elle avait filé
à leur recherche. Derrière Lise, les petits, Laure et Jules, ne bougeaient
pas, très sages, les bras croisés, les yeux noirs et tout grands. Et, sur
les autres bancs, beaucoup de connaissances se pressaient, des femmes
surtout, la Frimat, la Bécu, Coelina, Flore, enfin une assistance dont il y
avait vraiment lieu d'être fier. Avant la préface, quand le curé se tourna
vers les fidèles, il ouvrit les bras terriblement, comme pour les gifler.
Bécu, très soûl, sonnait toujours.

En somme, ce fut une messe convenable, quoique menée trop vite. On ne se
fâchait pas, on souriait de la colère de l'abbé, qu'on excusait; car il
était naturel qu'il fût malheureux de sa défaite, de même que tous
s'égayaient de la victoire de Rognes. Une satisfaction goguenarde
épanouissait les visages, d'avoir eu le dernier mot avec le bon Dieu. On
l'avait bien forcé à le rapporter, son bon Dieu, dont on se fichait au
fond. La messe finie, l'aspersoir passa de main en main, puis le cortège se
reforma: la croix, les chantres, Clou et son trombone, le curé suffoquant
de sa hâte, le corps porté par quatre paysans, la famille, puis la queue du
monde. Bécu s'était remis à sonner si fort, que les corbeaux du clocher
s'envolèrent, avec des croassements de détresse. Tout de suite, on entra
dans le cimetière, il n'y avait que le coin de l'église à tourner. Les
chants et la musique éclatèrent plus sonores, au milieu du grand silence,
sous le soleil voilé de vapeurs, qui chauffait la paix frissonnante des
herbes folles. Et, ainsi baigné de plein air, le cercueil apparut
brusquement d'une telle petitesse que tous en furent frappés. Jean, demeuré
là, en éprouva un saisissement. Ah! le pauvre vieux si décharné par l'âge,
si réduit par la misère de la vie, à l'aise dans cette boîte à joujoux, une
toute petite boîte de rien! Il ne tiendrait pas grand'place, il
n'encombrerait pas trop cette terre, la vaste terre, dont l'unique passion
l'avait brûlé jusqu'à fondre ses muscles. Le corps était arrivé au bord de
la fosse béante, le regard de Jean qui le suivait, alla plus loin, au delà
du mur, d'un bout à l'autre de la Beauce; et, dans le déroulement des
labours, il retrouvait les semeurs, à l'infini, avec leur geste continu,
l'ondée vivante de la semence, qui pleuvait sur les sillons ouverts.

Les Buteau, lorsqu'ils aperçurent Jean, échangèrent un coup d'oeil
d'inquiétude. Est-ce que le bougre était venu les attendre là, pour faire
un scandale? Tant qu'ils le sentiraient à Rognes, ils ne dormiraient pas
tranquilles. L'enfant de choeur qui tenait la croix, venait de la planter
au pied de la fosse, tandis que l'abbé Godard récitait vivement les
dernières prières, debout devant le cercueil, posé dans l'herbe. Mais les
assistants eurent une distraction, en voyant Macqueron et Lengaigne,
arrivés en retard, regarder obstinément vers la plaine. Tous alors se
retournèrent de ce côté, s'intéressèrent à une grosse fumée, roulant dans
le ciel. Ça devait être à la Borderie, on aurait dit des meules qui
brûlaient, derrière la ferme.

--_Ego sum_..., lança furieusement le curé.

Les visages revinrent vers lui, les yeux se fixèrent de nouveau sur le
corps; et, seul, M. Charles continua à voix basse une conversation
commencée avec Delhomme. Il avait reçu le matin une lettre de madame
Charles, il était dans l'enchantement. A peine débarquée à Chartres, Élodie
se montrait étonnante, aussi énergique et maligne que Nénesse. Elle avait
roulé son père, elle tenait déjà la maison. Le don, quoi! l'oeil et la
poigne! Et M. Charles s'attendrissait sur sa vieillesse désormais heureuse,
dans sa propriété de Roseblanche, où ses collections de rosiers et
d'oeillets n'avaient jamais mieux poussé, où les oiseaux de sa volière,
guéris, retrouvaient leurs chants, dont la douceur lui remuait l'âme.

--_Amen!_ dit très haut l'enfant de choeur qui portait le bénitier.

Tout de suite, l'abbé Godard entama de sa voix colère:

--_De profundis clamavi ad te, Domine._

Et il continua, pendant que Jésus-Christ, qui avait emmené Fanny à l'écart,
retombait violemment sur les Buteau.

--L'autre jour, si je n'avais pas été si soûl... Mais c'est trop bête de
nous laisser voler comme ça.

--Pour être volés, nous le sommes, murmura Fanny.

--Car, enfin, continua-t-il, ces canailles ont les titres... Et il y a
longtemps qu'ils en jouissent, ils s'étaient arrangés avec le père
Saucisse, je le sais... Nom de Dieu! est-ce que nous n'allons pas leur
foutre un procès?

Elle se recula de lui, elle refusa vivement.

--Non, non, pas moi! j'ai assez de mes affaires... Toi, si tu veux.

Jésus-Christ eut, à son tour, un geste de crainte et d'abandon. Du moment
qu'il ne pouvait mettre sa soeur en avant, il n'était pas assez sûr de ses
rapports personnels avec la justice.

--Oh! moi, on s'imagine des choses... N'importe, quand on est honnête, la
récompense est de marcher le front haut.

La Grande, qui l'écoutait, le regarda se redresser, d'un air digne de brave
homme. Elle l'avait toujours accusé d'être un simple jeannot, dans sa
gueuserie. Ça lui faisait pitié, qu'un grand bougre pareil n'allât pas tout
casser chez son frère, pour avoir sa part. Et, histoire de se ficher de lui
et de Fanny, elle leur répéta sa promesse accoutumée, sans transition,
comme si la chose tombait du ciel.

--Ah! bien sûr que moi, je ne ferai du tort à personne. Le papier est en
règle, il y a beau temps; et chacun sa part, je ne mourrais pas tranquille,
si j'avantageais quelqu'un, Hyacinthe y est, toi aussi, Fanny. J'ai
quatre-vingt-dix ans. Ça viendra, ça viendra un jour!

--Mais elle n'en croyait pas un mot, résolue à ne finir jamais, dans son
obstination à posséder. Elle les enterrerait tous. Encore un, son frère,
qu'elle voyait partir. Ce qu'on faisait là, ce mort apporté, cette fosse
ouverte, cette cérémonie dernière, avait l'air d'être pour les voisins, pas
pour elle. Haute et maigre, sa canne sous le bras, elle restait plantée au
milieu des tombes, sans aucune émotion, avec la seule curiosité de cet
ennui de mourir qui arrivait aux autres.

Le prêtre bredouillait le dernier verset du psaume.

--_Et ipse redimet Israel ex omnibus iniquitatibus ejus._

Il prit l'aspersoir dans le bénitier, le secoua sur le cercueil, en élevant
la voix.

--_Requiescat in pace._

--_Amen_, répondirent les deux enfants de choeur.

Et la bière fut descendue. Le fossoyeur avait attaché les cordes, deux
hommes suffirent, ça ne pesait pas plus que le corps d'un petit enfant.
Puis, le défilé recommença, de nouveau l'aspersoir passa de main en main,
chacun l'agitait en croix, au-dessus de la fosse.

Jean, qui s'était approché, le reçut de la main de M. Charles, et ses yeux
plongèrent au fond du trou. Il était tout ébloui d'avoir longtemps regardé
l'immense Beauce, les semeurs enfouissant le pain futur, d'un bout à
l'autre de la plaine, jusqu'aux vapeurs lumineuses de l'horizon, où leurs
silhouettes se perdaient. Pourtant, dans la terre, il distingua le
cercueil, diminué encore, avec son étroit couvercle de sapin, de la couleur
blonde du blé; et des mottes grasses coulaient, le recouvraient à moitié,
il ne voyait plus qu'une tache pâle, comme une poignée de ce blé que les
camarades, là-bas, jetaient aux sillons. Il agita l'aspersoir, il le passa
à Jésus-Christ.

--Monsieur le curé! monsieur le curé! appela discrètement Delhomme.

Il courait après l'abbé Godard, qui, la cérémonie finie, s'en allait de son
pas de tempête, en oubliant ses deux enfants de choeur.

--Quoi encore? demanda le prêtre.

--C'est pour vous remercier de votre obligeance... Dimanche, alors, on
sonnera la messe à neuf heures, comme d'habitude, n'est-ce pas?

Puis, le curé le regardant fixement, sans répondre, il se hâta d'ajouter:

--Nous avons une pauvre femme bien malade, et toute seule, et pas un
liard... Rosalie, la rempailleuse, vous la connaissez... Je lui ai envoyé
du bouillon, mais je ne peux pas tout faire.

Le visage de l'abbé Godard s'était détendu, un frisson de charité émue en
avait emporté la violence. Il se fouilla, avec désespoir, ne trouva que
sept sous.

--Prêtez-moi cinq francs, je vous les rendrai dimanche... A dimanche!

Et il partit, suffoqué par une nouvelle hâte. Sûrement, le bon Dieu qu'on
le forçait à rapporter, les enverrait tous rôtir en enfer, ces damnés de
Rognes; seulement, quoi? ce n'était pas une raison pour les laisser trop
souffrir dans cette vie.

Lorsque Delhomme retourna près des autres, il tomba au milieu d'une
terrible querelle. D'abord, l'assistance s'était intéressée à suivre des
yeux les pelletées de terre que le fossoyeur jetait sur le cercueil. Mais,
le hasard ayant mis, au bord du trou, Macqueron coude à coude avec
Lengaigne, celui-ci venait carrément d'apostropher le premier, au sujet de
la question des terrains. Et la famille qui se disposait à s'éloigner,
resta, se passionna bientôt, elle aussi, dans la bataille, que les
pelletées accompagnaient de coups profonds et réguliers.

--T'avais pas le droit, criait Lengaigne, t'avais beau être maire, fallait
suivre le rang; et c'est donc pour m'embêter que t'es venu te coller près
de papa?... Mais, nom de Dieu, tu n'y es pas encore!

Macqueron répondait:

--Va-tu me lâcher!... J'ai payé, je suis chez moi. Et j'y viendrai, ce
n'est pas un sale cochon de ton espèce qui m'empêchera d'y être.

Tous deux s'étaient poussés, ils se trouvaient devant leurs concessions,
les quelques pieds de terre où ils devaient dormir.

--Mais, sacré lâche, ça ne te fait donc rien, l'idée que nous serions là,
voisins de carcasse, comme une paire de vrais amis? Moi, ça me brûle le
sang... On se serait mangé toute la vie, et l'on ferait la paix là-dessous,
l'un allongé à côté de l'autre, tranquilles!... Ah! non, ah! non, pas de
raccommodement, jamais!

--Ce que je m'en fous! Je t'ai trop quelque part, pour m'inquiéter de
savoir si tu pourris aux environs.

Ce mépris acheva d'exaspérer Lengaigne. Il bégaya que, s'il claquait le
dernier, il viendrait plutôt la nuit déterrer les os de Macqueron. Et
l'autre répondait en ricanant qu'il voudrait voir ça, lorsque les femmes
s'en mêlèrent. Coelina, maigre et noire, furieuse, se mit contre son mari.

--T'as pas raison, je te l'ai dit, que tu manquais de coeur là-dessus... Si
tu t'obstines, tu y resteras seul, dans ton trou. Moi, j'irai ailleurs, je
ne veux pas me faire empoisonner par cette salope.

Du menton, elle désignait Flore, qui, molle, geignarde, ne se laissa pas
embêter.

--Faudrait savoir celle qui gâterait l'autre... Ne te fais pas de bile, ma
belle. Je n'ai pas envie que ta charogne foute la maladie à la mienne.

Il fallut que la Bécu et la Frimat intervinssent pour les séparer.

--Voyons, voyons, répétait la première, puisque vous êtes d'accord, puisque
vous ne serez pas ensemble!... Chacun son idée, on est bien libre de
choisir son monde.

La Frimat approuva.

--Pour sûr, c'est naturel... Ainsi, mon vieux qui va mourir, j'aimerais
mieux le garder que de le laisser mettre près du père Couillot, avec lequel
il a eu des raisons, dans le temps.

Des larmes lui étaient montées aux yeux, à la pensée que son paralytique ne
passerait peut-être pas la semaine. La veille, en voulant le coucher, elle
avait culbuté avec lui; et, certainement, lorsqu'il serait parti, elle
aurait vite fait de le suivre.

Mais Lengaigne, brusquement, s'en prit à Delhomme, qui revenait.

--Dis donc, toi qui es juste, faut le faire filer de là, et le renvoyer à
la queue, avec les autres.

--Macqueron haussa les épaules, et Delhomme confirma que, du moment où
celui-ci avait payé, le terrain lui appartenait. C'était à ne plus
recommencer, voilà tout. Alors, Buteau, qui s'efforçait de rester calme,
fut emporté. La famille se trouvait tenue à une certaine réserve, les coups
sourds des pelletées de terre continuaient sur le cercueil du vieux. Mais
son indignation était trop forte, il cria à Lengaigne, en montrant Delhomme
du geste:

--Ah, ouiche! si tu comptes sur ce cadet-là pour comprendre le sentiment!
il a bien enterré son père à côté d'un voleur!

Ce fut un scandale, la famille prenait parti, Fanny soutenait son homme, en
disant que la vraie faute, quand ils avaient perdu leur mère Rose, était de
n'avoir pas acheté, près d'elle, un terrain pour le père; tandis que
Jésus-Christ et la Grande accablaient Delhomme, en se révoltant, eux aussi,
contre le voisinage avec le père Saucisse, comme d'une chose inhumaine, que
rien n'excusait. M. Charles était également de cette opinion, mais avec
mesure.

On finissait par ne plus s'entendre, lorsque Bateau domina les voix,
gueulant:

--Oui, leurs os se retourneront dans la terre et se mangeront!

Du coup, les parents, les amis, les connaissances, tous en furent. C'était
bien ça, il l'avait dit: les os se retournaient dans la terre. Entre eux,
les Fouan achèveraient de s'y dévorer; Lengaigne et Macqueron s'y
disputeraient à la pourriture; les femmes, Coelina, Flore, la Bécu, s'y
empoisonneraient de leurs langues et de leurs griffes. On ne couchait pas
ensemble, même enterré, lorsqu'on s'exécrait. Et, dans ce cimetière
ensoleillé, c'était, de cercueil à cercueil, sous la paix des herbes
folles, une bataille farouche des vieux morts, sans trêve, la même bataille
qui, parmi les tombes, heurtait ces vivants.

Mais un cri de Jean les sépara, leur fit tourner à tous la tête.

--Le feu est à la Borderie!

Maintenant, le doute n'était plus possible, des flammes s'échappaient des
toits, vacillantes et pâlies dans le grand jour. Un gros nuage de fumée
s'en allait doucement vers le nord. Et l'on aperçut justement la Trouille
qui accourait de la ferme, au galop. En cherchant ses oies, elle avait
remarqué les premières étincelles, elle s'était régalée du spectacle,
jusqu'au moment où l'idée de raconter l'histoire avant les autres, venait
de lui faire prendre sa course. Elle sauta à califourchon sur le petit mur,
elle cria de sa voix aiguë de gamin:

--Oh! ce que ça brûle!... C'est ce grand salop de Tron qui est revenu
foutre le feu; et à trois endroits, dans la grange, dans l'écurie, dans la
cuisine. On l'a pincé comme il allumait la paille, les charretiers l'ont à
moitié démoli... Avec ça, les chevaux, les vaches, les moutons cuisent.
Non, faut les entendre gueuler! jamais on n'a gueulé si fort!

Ses yeux vers luisaient, elle éclata de rire.

--Et la Cognette donc! Vous savez qu'elle était malade, depuis la mort du
maître. Alors, on l'avait oubliée dans son lit... Elle grillait déjà, elle
n'a eu que le temps de se sauver en chemise. Ah! ce qu'elle était drôle, à
se cavaler en pleins champs, les quilles nues! Elle gigotait, elle montrait
son derrière et son devant, des gens criaient: hou! hou! pour lui faire la
conduite, à cause qu'on ne l'aime guère... Il y a un vieux qui a dit: La
v'là qui sort comme elle est entrée, avec une chemise sur le cul!

Un nouvel accès de gaieté la fit se tordre.

--Venez donc, c'est trop rigolo... Moi, j'y retourne.

Et elle sauta, elle reprit violemment sa course vers la Borderie en
flammes.

M. Charles, Delhomme, Macqueron, presque tous les paysans la suivirent;
tandis que les femmes, ayant la Grande à leur tête, quittaient aussi le
cimetière, s'avançaient sur la route, pour mieux voir. Buteau et Lise
étaient restés, et celle-ci arrêta Lengaigne, désireuse de le questionner
au sujet de Jean, sans en avoir l'air: il avait donc trouvé du travail,
qu'il logeait dans le pays? Lorsque le cabaretier eut répondu qu'il
partait, qu'il se réengageait, Lise et Buteau, soulagés d'un gros poids,
eurent le même mot.

--En v'là un imbécile!

C'était fini, ils allaient recommencer à vivre heureux. Ils eurent un coup
d'oeil sur la fosse de Fouan, que le fossoyeur achevait de remplir. Et,
comme les deux petits s'attardaient à regarder, la mère les appela.

--Jules, Laure, allons!... Et soyez sages, obéissez, ou l'homme viendra
vous prendre pour vous mettre aussi dans la terre.

Les Buteau partirent, poussant devant eux les enfants, qui savaient et qui
avaient l'air très raisonnable, avec leurs grands yeux noirs, muets et
profonds.

Il n'y avait plus dans le cimetière que Jean et Jésus-Christ. Ce dernier,
dédaigneux du spectacle, se contentait de suivre l'incendie de loin. Planté
entre deux tombes, il se tenait immobile, ses regards se noyaient d'un
rêve, sa face entière de crucifié soûlard exprimait la mélancolie finale de
toute philosophie. Peut-être songeait-il que l'existence s'en va en fumée.
Et, comme les idées graves l'excitaient toujours beaucoup, il finit par
lever la cuisse, inconsciemment, dans le vague de sa rêverie. Il en fit un,
il en fit deux, il en fit trois.

--Nom de Dieu! dit Bécu très soûl, qui traversait le cimetière, pour se
rendre au feu.

--Un quatrième, comme il passait, l'effleura de si près, qu'il crut en
sentir le tonnerre sur sa joue. Alors, en s'éloignant, il cria au camarade:

--Si ce vent-là continue, il va tomber de la merde.

Jésus-Christ, d'une poussée, se tâta.

--Tiens! tout de même... J'ai faim de chier.

Et, les jambes lourdes, écartées, il se hâta, il disparut à l'angle du mur.

Jean était seul. Au loin, de la Borderie dévorée, ne montaient plus que de
grandes fumées rousses, tourbillonnantes, qui jetaient des ombres de nuages
au travers des labours, sur les semeurs épars. Et, lentement, il ramena les
yeux à ses pieds, il regarda les bosses de terre fraîche, sous lesquelles
Françoise et le vieux Fouan dormaient. Ses colères du matin, son dégoût des
gens et des choses s'en allaient, dans un profond apaisement. Il se
sentait, malgré lui, peut-être à cause du tiède soleil, envahi de douceur
et d'espoir.

Eh! oui, son maître Hourdequin s'était fait bien du mauvais sang avec les
inventions nouvelles, n'avait pas tiré grand'chose de bon des machines, des
engrais, de toute cette science si mal employée encore. Puis, la Cognette
était venue l'achever; lui aussi dormait au cimetière; et rien ne restait
de la ferme, dont le vent emportait les cendres. Mais, qu'importait! les
murs pouvaient brûler, on ne brûlerait pas la terre. Toujours la terre, la
nourrice, serait là, qui nourrirait ceux qui l'ensemenceraient. Elle avait
l'espace et le temps, elle donnait tout de même du blé, en attendant qu'on
sût lui en faire donner davantage.

C'était comme ces histoires de révolutions, ces bouleversements politiques
qu'on annonçait. Le sol, disait-on, passerait en d'autres mains, les
moissons des pays de là-bas viendraient écraser les nôtres, il n'y aurais
plus que des ronces dans nos champs. Et après? est-ce qu'on peut faire du
tort à la terre? Elle appartiendra quand même à quelqu'un, qui sera bien
forcé de la cultiver pour ne pas crever de faim. Si, pendant des années,
les mauvaises herbes y poussaient, ça la reposerait, elle en redeviendrait
jeune et féconde. La terre n'entre pas dans nos querelles d'insectes
rageurs, elle ne s'occupe pas plus de nous que des fourmis, la grande
travailleuse, éternellement à sa besogne.

Il y avait aussi la douleur, le sang, les larmes, tout ce qu'on souffre et
tout ce qui révolte, Françoise tuée, Fouan tué, les coquins triomphants, la
vermine sanguinaire et puante des villages déshonorant et rongeant la
terre. Seulement, est-ce qu'on sait? De même que la gelée qui brûle les
moissons, la grêle qui les hache, la foudre qui les verse, sont nécessaires
peut-être, il est possible qu'il faille du sang et des larmes pour que le
monde marche. Qu'est-ce que notre malheur pèse, dans la grande mécanique
des étoiles et du soleil? Il se moque bien de nous, le bon Dieu! Nous
n'avons notre pain que par un duel terrible et de chaque jour. Et la terre
seule demeure l'immortelle, la mère d'où nous sortons et où nous
retournons, elle qu'on aime jusqu'au crime, qui refait continuellement de
la vie pour son but ignoré, même avec nos abominations et nos misères.

Longtemps, cette rêvasserie confuse, mal formulée, roula dans le crâne de
Jean. Mais un clairon sonna au loin, le clairon des pompiers de
Bazoches-le-Doyen qui arrivaient au pas de course, trop tard. Et, à cet
appel, brusquement, il se redressa. C'était la guerre passant dans la
fumée, avec ses chevaux, ses canons, sa clameur de massacre.

Il serrait les poings. Ah! bon sang! puisqu'il n'avait plus le coeur à la
travailler, il la défendrait, la vieille terre de France!

Il partait, lorsque, une dernière fois, il promena ses regards des deux
fosses, vierges d'herbe, aux labours sans fin de la Beauce, que les semeurs
emplissaient de leur geste continu. Des morts, des semences, et le pain
poussait de la terre.


FIN





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La Terre" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home