Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Un enfant, t. 1/3
Author: Desprez, Ernest
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Un enfant, t. 1/3" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by The
Internet Archive/Canadian Libraries)



                              UN ENFANT.

                                  I.

               Imprimé par EVERAT, rue du Cadran, nº 16.



                                  UN
                                ENFANT,

                                  PAR

                            ERNEST DESPREZ.

                             Tome Premier.

                                PARIS.

                    LIBRAIRIE DE CHARLES GOSSELIN,

                   RUE SAINT-GERMAIN-DES-PRÉS, Nº 9.

                            M DCCC XXXIII.



                              UN ENFANT.

                           Première Partie.



CHAPITRE PREMIER.


Dans une maison de la rue Bourbon-Villeneuve, au troisième étage,
vivaient, il y aura bientôt huit ans, une mère et sa fille, toutes deux
sans fortune, mais non tout-à-fait pauvres. Veuve d’un officier de
l’ancienne armée, madame Drouart avait obtenu du gouvernement d’alors
un bureau de papier timbré, à l’aide duquel il lui était possible de
fournir aux premières nécessités de la vie. D’ailleurs, le temps qu’elle
ne passait pas au guichet de son bureau, elle l’employait, quoique
infirme et déjà vieille, à des ouvrages de femme que lui donnaient à
faire quelques généreuses personnes, ses protectrices. Le prix de ces
travaux d’aiguille, joint à six cents francs environ, revenu du bureau
de timbre, suffisait, comme on le pense bien, aux modestes besoins de
madame Drouart, heureuse mère, si elle n’eût pas tant aimé sa fille!

L’avenir de Louise l’inquiétait; mais le présent surtout lui paraissait
triste. Louise était jeune, jolie, et la pauvre femme pleurait en
voyant sa Louise, sa fille si belle, seule, inconnue, sans plaisirs,
condamnée à demeurer là, rêveuse, ennuyée, devant un piano à qui elle
faisait soupirer de plaintives romances. Hélas! pensait madame Drouart,
si du moins j’étais riche, ma Louise aurait des amies de son âge pour
rire et jouer avec elle; ma Louise aurait des dentelles au bas de ses
robes; je conduirais mon enfant au bal, au spectacle; je lui ferais une
vie douce; je la mènerais dans le monde; les jeunes gens l’admireraient;
on lui donnerait des fêtes; je serais fière de sa beauté, et elle, ma
Louise, elle serait heureuse de m’avoir pour mère!

Dans son excès de tendresse pour sa fille, madame Drouart allait
jusqu’à se reprocher son peu de fortune; elle s’accusait de n’être pas
dans l’aisance; elle se regardait comme la cause des privations que
subissait Louise.

Nous, qui écrivons ces pages, nous nous souvenons d’avoir entendu dire à
madame Drouart elle-même que, si Louise n’avait pas de fortune, c’était
la faute de sa mère, qui, depuis le jour de son mariage, aurait dû, à
force de travail et d’économies, préparer une dot honorable à sa fille.

Car c’était là, sur toutes choses, le sujet des reproches que
s’adressait madame Drouart: je suis pauvre, je n’ai rien amassé, comment
pourrai-je marier ma Louise?

Il faut dire pourtant que Louise, en aucune circonstance, n’avait montré
à sa mère le moindre regret de n’être pas riche. Si, au fond du cœur,
elle désirait de se livrer aux amusemens de son âge et de son sexe, si
elle comprenait sa position de jeune fille sans fortune, du moins ne
laissait-elle jamais éclater ses désirs, et cachait-elle avec soin les
pensées de coquetterie ou de tristesse dont elle nourrissait son
imagination de dix-huit ans. Mais, par un besoin fatal de douleurs,
besoin qui n’est guère senti que par l’ame de certaines femmes, plus
Louise disait à sa mère: Rien ne me manque, je suis heureuse! plus la
pauvre mère se disait avec désespoir: Elle manque de tout, elle est
malheureuse!

Peut-être aussi la vive affliction de madame Drouart prenait-elle encore
sa source ailleurs que dans ce besoin de larmes, commun à quelques
personnes d’une organisation toute nerveuse; peut-être son désespoir
avait-il pour seconde cause l’instinct maternel: car sa fille n’était
vraiment pas heureuse.

Restée veuve, avec Louise en bas âge, madame Drouart, dont toutes les
affections s’étaient concentrées sur ce petit être, trouva assez de
courage dans son cœur pour accomplir le plus grand sacrifice dont une
mère soit capable: sa séparation d’avec sa fille. Un frère de son mari,
persuadé que l’instruction est un bienfait pour tous, quels que soient
le rang et la fortune de l’enfant que l’on instruit, décida la veuve du
capitaine Drouart à lui confier la petite Louise. De son côté, la
malheureuse veuve, dans son ignorance des choses de la vie, crut assurer
le bien-être de son enfant en lui faisant donner une éducation
brillante. Aussi cette croyance adoucit-elle, pour la mère de Louise, le
chagrin d’une séparation. Elle livra sa fille à l’oncle généreux qui
voulait bien se charger de la faire instruire; elle la vit partir sans
trop de regrets. Il le faut bien, disait-elle, puisqu’il s’agit de son
bonheur!

La femme du beau-frère de madame Drouart tenait un pensionnat de
demoiselles à Bordeaux. Ce fut dans ce pensionnat que Louise vécut
quelques années, gaie, contente, aimée, et songeant à peine à sa mère
qui pourtant la pleurait sans cesse. Mais Louise ne comprenait rien à
cette douleur. Quand elle avait quitté sa mère, Louise était si jeune!

Il ne s’écoulait guère une semaine sans que madame Drouart écrivît à sa
fille: «Chère enfant, je meurs de ton absence. Tu dois être bien
grandie, ma Louise. Sois sage, fais-toi bien aimer de tout le monde.
Remercie bien ta tante et ton oncle des soins qu’ils prennent de toi.
Dis-leur que je leur en serai éternellement reconnaissante. Mon enfant,
si tu savais ce que je souffre, privée de tes caresses! M. Darvin,
l’ancien ami de ton père, me fait espérer que tu me seras bientôt
rendue. Dieu le veuille! Ton pauvre père (te le rappelles-tu, ma Louise?
Comme il pleurait en t’embrassant la dernière fois sur son lit!...) ton
père était capitaine et chevalier de la Légion-d’Honneur, ma fille. M.
Darvin doit faire valoir ces titres-là pour toi. Il dit que le ministre
aura pitié de nous. J’attends chaque jour ta nomination à la maison
royale des demoiselles de la Légion-d Honneur. C’est à Saint-Denis que
tu serais, tout près de moi. Nous nous verrions souvent. Louise, Louise,
ma chère petite fille, prie le bon Dieu qu’il nous accorde le bonheur de
n’être plus séparées. Prie aussi pour M. Darvin: c’est un excellent
homme et qui aimait bien ton père. Adieu, mon enfant: espérons.»

Les démarches du général Darvin eurent tout le succès qu’en attendait
madame Drouart. Louise avait droit, par son père, à l’instruction
gratuite de la maison de Saint-Denis; elle était dans l'âge et les
conditions nécessaires pour être admise. Sa nomination fut promptement
obtenue. Madame Drouart écrivit cette bonne nouvelle à son beau-frère.
On lui rendit sa fille.

Figurez-vous, s’il est possible, la joie de madame Drouart en revoyant
sa Louise. Retenue à Paris par la nécessité de servir elle-même son
bureau de timbre (faute d’une amie ou même d’une domestique pour la
remplacer durant son absence), il lui avait fallu vivre plusieurs
années dans la solitude, se contenter d’une correspondance avec son
enfant qui savait à peine écrire; il lui avait fallu rêver le bonheur au
loin, et maintenant elle le possédait là, dans ses bras, sur sa bouche,
dans son cœur, partout: elle tenait sa fille!

Mais il semble que plus les joies humaines sont grandes, moins elles
doivent avoir de durée. La pauvre mère ne comptait pas huit jours depuis
l’arrivée de Louise, que déjà l’instant d’une séparation nouvelle était
venu. On se trouvait alors en octobre. Les vacances venaient de finir.
Louise entra presque tout de suite dans la maison royale de Saint-Denis.

Toutefois, il y avait pour madame Drouart une compensation à l’absence
de sa fille, dans cette pensée que Louise n’était pas loin d’elle, et
aussi dans la permission qui lui était donnée d’embrasser son enfant
deux fois par semaine. Puis à ces dédommagemens, dont la meilleure mère
eût été satisfaite, se joignirent bientôt les succès de Louise dans les
arts d’agrément comme dans les connaissances utiles. La nouvelle
pensionnaire se faisait remarquer entre toutes ses compagnes par la
douceur de son caractère autant que par son aptitude au travail. Chaque
fois que madame Drouart demandait à la surintendante de la maison:
Êtes-vous contente de ma fille? la surintendante lui faisait cette
réponse: Oh, madame, votre Louise est un ange!

Six ans s’écoulèrent ainsi, Louise en pension, et madame Drouart passant
à écrire à sa fille les heures libres de la journée où elle n’allait pas
la voir. Dans ses lettres, de même que dans sa conversation, madame
Drouart ne cachait pas à Louise la misère de leur position. Loin de la
flatter d’un heureux avenir, elle lui répétait sans cesse: «Nous sommes
pauvres, ma fille, très-pauvres. Je travaille pour vivre. Travaille à
ton tour, ma Louise, et de toutes tes forces, afin de te faire un sort
honorable par tes talens. Ce n’est qu’en profitant de l’éducation qu’on
te donne que tu peux être assurée de ne jamais manquer de rien.»

Louise travaillait, non pas pour se préparer un sort indépendant, car
elle ne comprenait pas encore la nécessité d’être laborieuse pour
l’avenir, mais elle s’appliquait à tout avec ardeur par le vif désir
qu’elle avait de briller parmi les jeunes filles de son âge, d’être la
préférée, d’être la plus aimée comme elle était déjà la plus belle. Ne
croyez pas que ce fût de l’orgueil, ou quelque mauvais sentiment de
jalousie. Elle voulait être louée, admirée, par-dessus toutes; elle
voulait être la première, la plus savante, non pour humilier ses
rivales, mais parce que madame la surintendante l’embrassait sans cesse,
parce que tout le monde s’empressait de lui faire bon accueil, parce que
ses compagnes elles-mêmes la complimentaient sur ses talens, et que cela
la rendait heureuse.

Madame Drouart ne remarqua pas sans chagrin l’avidité de sa fille pour
tout ce qui était louange. Faute de bien lire dans le cœur de Louise,
elle mit sur le compte d’une dangereuse vanité ce besoin excessif
d’éloges, qui n’était au fond que le besoin d’une ame expansive et
tendre qui demande des caresses parce qu’elle veut rendre des caresses,
à qui il faut beaucoup d’amour parce qu’elle veut beaucoup aimer.

D’où il arriva que madame Drouart, dans la crainte d’encourager chez sa
fille ce qu’elle croyait être un vice d’amour-propre, lui refusait
souvent les louanges qu’elle méritait le mieux. Lorsque, par exemple,
Louise, le cœur épanoui, la joie dans les yeux, accourait, parée d’une
robe neuve, se montrer à sa mère, se jeter à son cou, et lui dire:
Maman, comment me trouves-tu? n’est-ce pas que je suis bien? Madame
Drouart, qui la trouvait la plus adorable des filles, lui répondait avec
indifférence: Mais tu n’es pas trop mal!

Et elle se retenait pour ne pas l’embrasser, car ses baisers eussent
trahi la froideur de ses paroles. Pauvre mère, qui, pour craindre
d’exciter l’orgueil de sa fille, risquait de perdre son amour!

Sans mettre en doute la tendresse de sa mère, Louise ne pouvait
cependant pas s’empêcher de faire cette réflexion: Ils m’aimaient
autrement que cela dans la maison de Saint-Denis!

Le jour n’était pas loin où elle se dirait: J’étais plus heureuse que
cela dans la maison de Saint-Denis.

Louise, ses dix-huit ans venus, avait dit adieu pour toujours aux douces
intimités du pensionnat, aux enivrans triomphes de la classe. D’une vie
bruyante et fêtée, elle passa tout à coup à une vie de solitude et de
tristesse. Plus de ces joies que lui donnaient _un premier prix_; plus
de murmures flatteurs à ses oreilles; rien qui la rendît contente
d’elle-même et des autres; rien qui la rendît bien aise de vivre.

Son horizon, élargi dans les vastes cours du pensionnat, se trouvait
resserré entre quatre murs d’une misérable chambre. A ses rêves si
jeunes et si frais succédait une réalité désespérante. Que vais-je
devenir? se demandait-elle.

Malgré les avertissemens de sa mère, Louise n’avait jamais pu se figurer
qu’au sortir de Saint-Denis elle habiterait la pauvre chambre de la rue
Bourbon-Villeneuve. Ses idées glissaient là-dessus sans qu’elle osât
jamais les y retenir. Elle se faisait un monde à elle, et bien que
souvent elle fût venue chez sa mère, bien qu’elle y eût passé quelques
mois de vacances, elle voyait la demeure maternelle à travers un
brouillard d’illusions; elle rejetait dans un avenir vague, lointain,
presque impossible, la nécessité d’arrêter là son existence. Ce qu’elle
espérait, elle n’aurait peut-être pas su le dire elle-même; mais, à coup
sûr, elle n’avait jamais compté au nombre de ses espérances celle de
succéder à un bureau de timbre.

Telle était pourtant l’unique ressource que madame Drouart offrait en
perspective à sa fille. Après bien des calculs, bien des rêves de
fortune pour son enfant, madame Drouart s’était enfin aperçue que, elle
aussi, elle avait vécu d’illusions. Louise ne possédait guère que des
arts d’agrément; Louise était passablement instruite à la danse, à la
musique, au dessin; elle savait un peu de géographie, un peu d’histoire;
Louise n’ignorait rien de ce qu’étudient toutes les jeunes filles bien
élevées; avec cela elle était belle; mais elle ne pouvait vivre de ce
qu’elle avait appris; sa beauté devait rester inconnue faute de fortune
pour la produire dans le monde. Enfin Louise n’avait ni état, ni dot.

De toutes les pauvres familles bourgeoises, pas une ne veut descendre
aussi bas que sa misère; et il leur arrive à toutes, pour leurs enfans,
ce qui arriva à madame Drouart pour sa fille. Par amour-propre plutôt
que par tout autre sentiment, on veut à tout prix _donner de
l’éducation_ à ses enfans; on leur crée des besoins, on les exhausse à
leurs propres yeux; et lorsque, sortis des pensions, ils cherchent à
prendre place dans la société, ils ne trouvent que des places à vendre:
celles qui se donnent sont trop basses pour eux: ils les refusent;
celles qui se vendent, ils ne peuvent les acheter. De là des malheurs
sans nombre pour les uns, et pour les autres des regrets éternels, mais
inutiles.

Les inconvéniens qui résultaient pour Louise d’une éducation au dessus
de sa fortune furent comme devinés par elle bien avant que sa mère ne
les eût sentis. Louise n’habitait pas son troisième étage de la rue
Bourbon-Villeneuve depuis plus d’une semaine, que déjà elle comparait le
passé avec le présent, et s’attristait sur son avenir. Ce fut à la seule
tristesse de Louise que madame Drouart dut l’intelligence tardive de la
situation fausse où elle avait jeté sa fille. Elle vit bien que Louise,
avec l’éducation des demoiselles de Saint-Denis, se trouverait
_déplacée_ dans une condition obscure; qu’elle ne pourrait épouser un
homme riche, puisqu’elle n’avait pas de fortune, et qu’elle ne voudrait
pas épouser un homme sans fortune, puisqu’elle-même elle ne possédait
rien. C’est alors que madame Drouart se dit avec désespoir: J’ai fait le
malheur de ma fille!

C’était là une affreuse pensée pour une mère.

Tous les jours et toutes les nuits madame Drouart, qui se sentait
vieillir et mourir, se hâtait de chercher en elle-même comment il
serait possible du moins d’assurer l’existence de Louise n’ayant plus de
mère.

Une nuit que madame Drouart était plus malade que de coutume, il lui
vint une pensée de bonheur, une pensée qui lui montra sa fille à l’abri
de toute misère, et elle s’étonna que cette pensée lui fût venue si
tard; et dans sa joie de l’avoir trouvée, dans son empressement à la
dire, elle se souleva avec ses mains et murmura d’une voix basse:

--Louise, dors-tu?

--Non, maman!

Elle ne dort pas! pensa madame Drouart; malheureuse enfant!

--Pourquoi ne dors-tu pas, ma fille?

--Et toi, maman? serais-tu malade?

--Pas du tout, ma Louise; je me porte bien, très-bien. Je ne me suis
jamais mieux portée que cette nuit. J’ai une bonne nouvelle à
t’annoncer, ma fille, une excellente nouvelle pour toi.

--Excellente! dit Louise d’un ton qui marquait le doute.

--Une bonne nouvelle, ma Louise, ajouta madame Drouart avec un son de
voix mal assuré, car le peu de confiance que Louise paraissait avoir
dans «l’excellente nouvelle» commençait à la faire douter elle-même que
cette nouvelle fût bonne.

--Eh bien! maman? dit Louise...

Après un moment d’hésitation, madame Drouart reprit: Ce n’est pas
précisément une nouvelle que j’ai à t’annoncer, ma fille, mais une idée
qui m’est venue et que je veux te soumettre. Tu m’as entendue parler
quelquefois de M. Darvin?

--Oui, maman.

--C’est par lui, tu le sais, que j’ai obtenu mon bureau de timbre, et
c’est encore grâce à sa protection que j’ai pu te faire élever
gratuitement à Saint-Denis. Je t’ai dit bien souvent que ce bon général
nous porte un grand intérêt, à cause de ton père qu’il a connu à l’armée
et dont il était l’ami?

--Je sais cela, maman.

--Eh bien! ma fille, j’ai pensé tout à l’heure qu’à mon âge et dans
notre position....

Louise attentive s’accouda sur son lit.

--J’ai donc pensé, ma fille, continua madame Drouart, qu’à mon âge, il
n’y a plus de temps à perdre lorsqu’on veut faire un sort à ses
enfans...

Louise, tout agitée, se leva sur son séant.

--Et voilà pourquoi, reprit madame Drouart, demain, sans plus tarder, je
te conduirai moi-même chez le général Darvin....

--Chez le général Darvin! s’écria Louise avec un vif accent de joie.

--Oui, Louise, chez le général Darvin, cet ami de ton père; je le
supplierai de parler au ministre pour toi, afin qu’on t’accorde, tout de
suite, ou du moins que l’on t’assure pour l’avenir....

--Quoi donc, maman?

--Mon bureau de timbre, ma fille, et le ministre y consentira, j’en suis
certaine. Cela te mettra pour toujours à l’abri du besoin, quand je ne
serai plus....

Louise était retombée sur son lit.

--Qu’est-ce que tu en penses, ma fille?...

--Mais, maman... dit Louise avec un soupir.

Madame Drouart comprit cette réponse. Bientôt tout rentra dans le
silence.

De la nuit entière madame Drouart ne put fermer l'œil. Louise ne dormit
pas non plus.

Le jour venu, madame Drouart et Louise se levèrent presque en même
temps.

Toutes deux étaient pâles, tristes, et toutes deux souriaient pour se
cacher leur tristesse; cependant il fallait bien revenir sur la
conversation de la nuit. Madame Drouart eut le courage d’en parler la
première.

--Pourquoi ne m’as-tu pas répondu, ma fille, quand je t’ai demandé ce
que tu penses de mon projet? Ne l’approuves-tu pas? Ne serais-tu pas
contente d’avoir un jour ce dépôt de timbre? C’est peu de chose, mais
enfin, tu le vois, avec de l’économie on en peut vivre....

Louise baissait la tête.

--Ma fille, continua madame Drouart, ne me cache rien; tu souffres, tu
es malheureuse!...

--Non, maman, non, au contraire, je suis heureuse, bien heureuse,
répondit Louise, avec un triste sourire.

--Tu es donc bien heureuse? dit madame Drouart. Répète-moi cela, ma
fille, répète-le-moi que tu es heureuse...

--Je t’assure que je le suis, ma bonne mère, murmura Louise avec effort.
C’est plutôt toi qui souffres, qui es malheureuse....

--Oh! non, ma fille, non, je ne souffre pas, rien ne m’afflige.... Au
contraire, comme toi je suis heureuse, bien heureuse, soupira madame
Drouart, d’une voix étouffée.

Et toutes deux, malgré elles, n’en pouvant plus, les pauvres femmes,
elles se jetèrent dans les bras l’une de l’autre et se prirent à
pleurer.



CHAPITRE II.


Il est deux heures de l’après-midi. Trois jeunes gens, étendus plutôt
qu’assis sur leurs chaises, se laissent nonchalamment aller aux caprices
d’une joyeuse humeur. L’un parle duel et il rit; l’autre parle religion
et il rit; l’autre parle mariage et il rit plus fort que ses deux
convives.

Tous trois ils viennent d’achever, au café de Paris, le premier repas du
jour, le déjeûner paresseux que nous commençons à peine à l’heure où
avaient dîné nos pères.

Sur la table à moitié dégarnie, on voit quelques bouteilles vides,
quelques débris de dessert, un porc-épic armé de cure-dents et trois
verres où les perles du champagne brillent encore.

C’est l’instant favorable aux folles confidences. Alfred jure ses grands
dieux qu’il tuera le mari de sa maîtresse; Eugène dit qu’à la place
d’Alfred il pourrait, lui, sans crainte de se battre jamais, prendre à
témoin de son duel les grands dieux comme les petits, car il ne croit
ni aux uns ni aux autres. Gustave approuve d’un «très-bien!» l’athéïsme
d’Eugène, puis, tout en félicitant Alfred sur le choix de ses amours, il
se moque des maris, il insulte à la vertu des femmes, et déclare, d’un
ton moitié railleur et moitié grave, qu’après de longues recherches, ce
qu’il a trouvé de plus solide et de plus agréable sous le ciel, c’est le
vin de champagne et le célibat.

A cette boutade, Eugène se lève en riant et dit: Garçon, le journal des
célibataires!

--Nous ne le recevons pas, monsieur.

--Mais ce journal n’a jamais existé, dit Alfred.

--Tant pis, dit Gustave. Le siècle qui produit tant de journaux inutiles
devrait au moins penser à faire celui-là.

--Pardieu! Voilà une excellente idée! s’écrie Eugène en redoublant ses
éclats de rire.

--Pourquoi non? répond Gustave. Penses-tu que la classe estimable et
nombreuse des célibataires ne vaille pas bien la peine qu’un journal
s’occupe spécialement d’elle?

--Et pour quel motif? demande Eugène.

--Pour la faire persévérer dans le célibat.

--Sérieusement?

--Très-sérieusement.

--Je ne savais pas que tu fusses l’ennemi si déclaré du mariage.

--Moi! Si je croyais jamais prendre femme, je me brûlerais à l’instant
la cervelle.

--Prends garde, elle n’est déjà que trop échauffée: je vais te faire
servir un calmant: garçon, les _Petites-Affiches_!

--Oui, oui, plaisante... Une femme! Mais savez-vous ce que c’est qu’une
femme, vous autres?

--C’est notre femme, notre maîtresse, notre tante, notre cousine, notre
mère ou notre sœur, dit Eugène.

--Et notre grand’mère, dit Alfred.

--C’est un être faible, s’écria Gustave en s’échauffant par degrés, un
être menteur, déraisonnable, capricieux, cruel, à qui de toutes les
passions la plus ridicule, l’amour, fait méconnaître sans cesse les
devoirs sacrés de mère et d’épouse.

--Laisse-nous donc tranquilles, reprit Eugène, les femmes sont
charmantes!

--Charmantes! continua Gustave, tu es fort honnête. Charmantes pour toi,
pour nous qui en faisons notre jouet et nos maîtresses; mais sont-elles
charmantes, ces femmes, pour les maris qu’elles trompent?

--Tiens, tant pis, pourquoi y a-t-il des maris? dit nonchalamment
Alfred.

--Eh! voilà justement ce que je blâme, ajouta Gustave en riant. Alfred a
raison: pourquoi y a-t-il des maris?

Puis prenant tout à coup un air sérieux: Et vous voulez que moi, à mon
âge, à trente ans, avec l’expérience que j’ai, après la vie que j’ai
menée, vous voulez que j’aille follement donner à une femme mon nom pour
qu’elle le prostitue; mon amitié pour s’en rire dans les bras d’un
autre; ma fortune pour qu’elle la dissipe en frivolités; mon bonheur
pour qu’elle le tue à plaisir et qu’elle s’en fasse un mérite aux yeux
de son amant?... Non, je te jure, plutôt mille fois mourir garçon!

--Ah ça, mon pauvre Gustave, dit Eugène, es-tu bien sûr de n’être pas
fou? Tu as bonne grâce à prêcher la réforme, toi qui es même encore, à
l’heure où tu parles, l’amant de madame Jauches et de la comtesse de
Serzelles.

--C’est précisément à cause de cela, répondit Gustave, que je ne me
soucie pas du mariage. Je me regarderais comme le plus grand sot de la
terre, si, sachant ce que je sais, faisant ce que je fais, je m’exposais
de gaieté de cœur à devenir un monsieur Jauches et un comte de
Serzelles.

--Je comprends. Mais avec tes nouveaux principes d’économie conjugale,
comment oses-tu avoir pour maîtresses deux femmes mariées?

--Je les quitte dès demain.

--Par vertu?

--Par ce que tu voudras... Je ne les aime plus. Et puis, ajouta-t-il en
souriant, je songe décidément à mener un nouveau genre de vie.

--Tu te moques, j’espère?

--C’est très-sérieux. La société telle qu’elle est me soulève le cœur de
dégoût. Je n’y vois qu’oppression ou entraves. J’ai presque envie de me
faire disciple de Saint-Simon. C’est un grand homme, qui a des idées
fort justes et fort belles.

Alfred en se renversant faillit à culbuter la table qu’il frappait du
bout de ses deux pieds; Eugène devint grave à force de surprise.
Disciple de Saint-Simon! dit-il, et cela sans doute parce que tu veux
être sûr de la fidélité de ta femme ou de ta maîtresse? Le procédé est
tout-à-fait ingénieux.

--Raille tant qu’il te plaira, reprit Gustave, mais dans l’espèce de
société que rêve le marquis il y aura d’excellentes choses. Le mariage
sera libre; c’est-à-dire que l’on s’épouse si l’on veut, que l’on se
sépare quand on veut....

--Et que l’on est heureux, si l’on peut, interrompit Eugène.

--Il en est de même partout, ce me semble, continua Gustave. D’ailleurs,
je ne suis encore disciple du marquis qu’en théorie, et peut-être ne
pousserai-je pas plus loin l’amour du saint-simonisme. Mais, quoi qu’il
arrive, je sympathiserai toujours, du fond du cœur, avec toute doctrine
ou religion nouvelle qui nous offrirait les avantages de l’union
matrimoniale, sans nous en imposer les inconvéniens.

--Le diable m’emporte, si tu n’extravagues pas, dit Eugène.

--Écoutons-le d’abord, fit observer Alfred.

--Me voilà saint-simonien, je suppose, dit Gustave. Une femme me plaît,
je la prends; cette femme me donne un enfant, je la quitte.

--Après?

--Après?... Cette femme devient ce qu’elle veut, cela ne me regarde
pas; je l’ai quittée, elle n’est plus ma femme. Mais j’ai un enfant.

--Tu as un enfant?

--Sans doute, et je n’ai plus de femme, voilà l’admirable. Le marquis
seul comprend la nature. Quel est le but du mariage, mais je dis le but
unique? D’avoir une femme, à ce que tu crois? Pas du tout: d’avoir un
enfant. Mon enfant est à moi, et ma femme à qui veut la prendre. J’ai
rempli le vœu de la nature: conçois-tu maintenant?

--A merveille, dit Eugène; mais, pour bien parler des choses, il
faudrait les connaître; et je vois que tu ne sais pas un mot de
saint-simonisme. Avant-hier au soir je me trouvais chez la Dest^{***}
avec le marquis; il nous expliqua nettement ses vues de réorganisation
sociale: comme première base de l’édifice, il pose l’abolition de
l’héritage. Plus d’héritage, plus de liens de famille. Tout enfant
appartient à la société. Il n’a pas plus de droits à exercer sur ses
père et mère, que ses père et mère n’en ont à exercer sur lui, car, dans
les idées de Saint-Simon, peu importe de savoir sur quel arbre ce fruit
est venu: il tombe, la société le ramasse; s’il est gâté, c’est elle qui
l’assainit; s’il est vert, c’est à elle de le faire mûrir. Ton enfant ne
te regarde pas.

--Alors, dit Gustave, je n’épouserai pas la doctrine du marquis de
Saint-Simon, je la croyais plus raisonnable. Mais, mon Dieu, personne ne
trouvera-t-il, dans notre siècle inventif, le secret d’être père sans
être mari? acheter un enfant par le mariage, c’est le payer trop cher.
Qui rencontrerait un moyen de l’obtenir autrement ferait une admirable
découverte.

--Voilà pourtant 5,800 et des années que ton admirable découverte est
faite, dit Eugène. De tout temps il a existé des maîtresses.

--Je sais bien... mais quand on ne croit pas à la fidélité d’une femme
légitime, peut-on croire à la fidélité d’une maîtresse?

--On l’enferme.

--Rappelle-toi ce qu’a dit Beaumarchais.

--En ce cas, on prend une petite fille sage, vertueuse...

--Pour maîtresse?

--Oui, et on lui dit: Mademoiselle, vous allez rester seule dans cette
chambre pendant neuf mois...

Un long et bruyant éclat de rire coupa court à la phrase d’Eugène.
C’était Alfred qui, les _Petites Affiches_ en main, riait à gorge
déployée.

Qu’est-ce qui lui prend donc? dit Gustave.

--Que peut-il trouver de drôle dans des annonces? se demanda Eugène. Un
instant, Alfred, s’écria-t-il, ces _Petites Affiches_ sont à moi. Je me
souviens de les avoir demandées tout à l’heure au garçon.

Voyons, fais-nous partager ta bonne humeur, reprit Gustave.

Alfred se rapprocha de ses deux amis, et leur montrant du doigt la page
du journal: lisez: _Avis aux jeunes personnes sans fortune_.

Eugène lut à haute voix:

                    AVIS AUX JEUNES PERSONNES SANS
                               FORTUNE.

     «_Un honnête homme de 40 à 45 ans environ, célibataire et rentier,
     veut faire le bonheur d’une personne du sexe. Il faut que cette
     personne soit saine de corps et d’esprit, jeune, sage, bien
     constituée et d’une figure agréable. Si on obtient de sa société
     les résultats qu’on en espère, on la renverra dans sa famille au
     bout d’un an, plus ou moins, avec une pension viagère de 1,200
     livres. S’adresser, poste restante, à M. D. R._»

--C’est en effet assez original, dit Eugène après avoir lu, il doit y
avoir quelque chose là dessous. Que signifie: «au bout d’un an, plus ou
moins?» comprends-tu cela, Gustave?

Gustave s’apprêtait à répondre, lorsqu’Alfred dit: je vais vous
expliquer ce mystère. C’est fort amusant. M. Denis Rouvrard, est un
ancien avoué, vieux garçon. Ma famille le connaît beaucoup. Sa fortune
est immense; et son plus grand chagrin c’est d’être riche et sans
enfans. Il ne peut se faire à l’idée de laisser cent mille livres de
rente à des collatéraux. Cela le tue.

--Je le crois bien, dit Gustave.

Alfred reprit: comme notre ami Gustave, M. Rouvrard voudrait avoir les
bénéfices du mariage sans en subir les inconvéniens; il voudrait être
père sans être mari. Et voici l’expédient qu’il a imaginé.

--Ah! ah! dit Gustave.

--Il demande quotidiennement une maîtresse par la voie des _Petites
Affiches_.

--Et il n’en trouve pas une? dit Eugène.

--Si, ma foi! il lui en arrive trente au moins par jour. Mais les unes
sont trop vieilles, les autres trop mal bâties, les autres trop laides,
les autres trop sentimentales.

--Trop sentimentales! et c’est un obstacle?

--Le plus grand de tous, car alors la proposition de M. Rouvrard ne
convient pas à la demoiselle.

--J’y suis.

--Tu n’y es pas le moins du monde, mon pauvre Eugène. Tu ne te doutes
pas, je gage, de ce dont il s’agit. Lorsque le papa Rouvrard s’adresse,
par malheur, à une sentimentale, la demoiselle lui répond: Monsieur, si
je deviens mère, je n’abandonnerai jamais mon enfant. Et elle pleure.

--Elle pleure!

--Oui, mon cher, elle pleure. C’est très-drôle?...

--Très-drôle. Mais je t’assure que je m’en doutais.

--Attends, tu ne te doutes pas de celle-ci. Un beau matin, c’était l’an
dernier, je crois, une cuisinière sans place, jeune et fort gentille, ma
parole d’honneur, se présente chez notre homme; il lui fait ses
conditions: elle accepte. 1,200 liv. de rente, c’était superbe pour une
cuisinière. Bien, monsieur, lui dit-elle, je serai votre maîtresse, je
vous donnerai un enfant, et, après, tout sera fini: je vous laisse le
poupon et je m’en vais vivre tranquille avec mes rentes. Il est bon de
vous dire que c’était la première fois que M. Rouvrard rencontrait une
créature aussi accommodante. Le voilà enchanté. Au bout de quelques mois
la cuisinière se trouve enceinte. Grande joie du père Rouvrard, grande
joie de la cuisinière qui va mettre la main sur ses rentes. Tout le
monde est heureux. Mais voici bien une autre histoire! Une fois
accouchée, la cuisinière veut voir son enfant; on le lui montre; elle
veut l’embrasser; on le lui laisse embrasser; on veut le lui ôter; elle
ne veut plus. Mais, s’écrie Rouvrard, nous avons fait un marché!--Mais,
dit la cuisinière, je suis mère de cet enfant!--Tu n’auras pas mes
belles rentes, dit Rouvrard.--Qu’est-ce que cela me fait, dit la mère,
j’aurai mon bel enfant...

Et il garda ses rentes, et la cuisinière garda son enfant. N’est-ce pas
que c’est original?

--C’est tout naturel, dit Eugène.

--Certainement que c’est tout naturel, dit Gustave, mais à la place de
M. Rouvrard j’eusse agi d’une tout autre manière.

--Sans doute, répliqua Alfred, mais convenez que cette femme est une
créature très-romanesque. Qui diable aurait cru cela d’une cuisinière?
M. Rouvrard en a presque fait une maladie. Ce qui ne l’empêche pas de
continuer à faire insérer dans les _Petites Affiches_:

           AVIS AUX DEMOISELLES SANS FORTUNE.

     _Un honnête homme de 40 à 45 ans environ_, etc.

Là-dessus les trois amis se séparèrent. Gustave était pensif. Ce
monsieur Rouvrard est un nigaud, se dit-il, ce n’est pas de cette
façon-là qu’il aurait dû s’y prendre.



CHAPITRE III.


Louise et sa mère commençaient à se mieux comprendre: elles avaient
pleuré ensemble. Elles s’étaient assurées, la mère, que sa fille avait
l’ame souffrante; la fille, que sa mère n’était pas sans chagrin; et
toutes deux, après la scène de larmes où nous les avons laissées, elles
avaient pris la résolution secrète de se fortifier l’une par l’autre,
de s’aimer, s’il était possible, plus tendrement encore.

Louise, dont l’ame était vive et passionnée, s’attacha, de toutes ses
forces, à remplir ses devoirs de fille; elle entoura madame Drouart des
soins les plus attentifs; elle se reprocha de l’avoir affligée trop
long-temps par l’aspect de sa tristesse; elle s’abandonna aux douceurs
de l’aimer, et s’étonna que ses illusions l’eussent conduite si souvent
à désirer autre chose que les baisers de sa mère. Elle trouva de grandes
délices dans ces baisers et dans cet amour. Il lui semblait enfin que
c’était là le bonheur.

Si, par intervalle, sa jeune imagination lui traçait un délicieux
tableau de bals et de fêtes où l’entraînait par la main un beau jeune
homme, pâle, avec de grands yeux noirs qui la regardaient languissamment
et lui faisaient battre le cœur, bientôt, repoussant cette image, elle
courait, presque tremblante, se réfugier dans les bras de madame Drouart
qui la baisait ardemment, qui la serrait contre elle, comme si elle eût
deviné quelles étaient alors les pensées de sa fille.

Cependant madame Drouart allait s’affaiblissant de jour en jour. Déjà
elle ne pouvait plus quitter la chambre, et les affaires du dehors, dont
elle seule avait eu le soin jusqu’à cette heure, c’était Louise qui en
portait toute la fatigue. L’ancienne élève de la maison royale s’était
bien senti d’abord quelque répugnance à laisser là son piano pour
fournir aux apprivisionnemens du ménage, mais cette répugnance fut
promptement vaincue par le désir où elle était de prouver son dévouement
à sa mère. Plus les courses étaient longues, plus elles étaient, par
leur nature même, en désaccord avec les habitudes de Louise, plus la
jeune fille montrait d’empressement à les faire. En vain, dans ses
momens de bonne santé, madame Drouart voulait-elle descendre les trois
étages, soit qu’il fallut jeter une lettre à la petite poste, acheter
quelques écheveaux de fil chez la mercière, ou seulement dire un mot au
portier de la maison; Louise s’y opposait de tout son pouvoir, et, plus
leste que sa mère, elle quittait précipitamment la chambre, disant: Cela
te fatiguerait, ma bonne maman; reste, reste, je reviens à la minute!

Quelle que fût la distance à parcourir, quelque emplette qu’elle eût à
faire, à peine si Louise donnait à sa mère le temps de remarquer son
absence. Madame Drouart l’en grondait quelquefois.

--Tu te feras du mal, ma fille, lui disait-elle, vois donc comme tu es
essoufflée! Il faut mettre le temps à tout, ma Louise. Que doit-on
penser en te voyant courir comme une petite folle dans les rues?

--C’est que, maman, je n’aime pas à rester long-temps dans la rue,
surtout quand je porte un panier. Avec ce panier au bras, répondait
Louise en baissant les yeux, tout le monde me regarde...

--On te regardera bien davantage si tu cours, ma fille.

--Mais, je ne cours pas, maman; seulement je me dépêche de rentrer à la
maison, j’ai hâte de revenir près de toi. Je suis si contente près de
toi, ma bonne mère!

--Chère enfant, s’écriait madame Drouart avec transport, va, Dieu te
récompensera de tout le bonheur que tu me donnes!

Ainsi, Louise étouffant dans les bras de sa mère les faibles soupirs
que lui arrachait encore les blessures de l’amour-propre, trompant les
besoins de son jeune cœur à force d’amour filial, Louise retrouva peu à
peu l’insouciante gaieté de son enfance. Sous les caresses de sa mère,
les vives couleurs de son teint reparurent. Si elle se ressouvenait de
sa mauvaise fortune, si elle lui donnait une larme, c’était
passagèrement et de loin en loin; car d’habitude tout lui plaisait, tout
lui agréait; elle se montrait satisfaite de tout; elle avait sur tous
ses traits l’expression de bien-être.

La pauvre malade en reprenait elle-même une apparence de santé. Enfin,
se disait-elle, voici ma Louise qui s’habitue à sa position; elle
oublie ses rêves de grandeur; elle est raisonnable, mon enfant; elle ne
s’afflige plus d’un mal qui est sans remède.

--Oh ma fille! lui disait souvent madame Drouart, que tu es belle quand
tu souris!

C’était à ce propos seulement que madame Drouart lui avait dit: «que tu
es belle!» Et pour montrer qu’elle était belle, et aussi parce qu’elle
était heureuse, la jeune fille souriait sans cesse à sa bonne mère qui
l’embrassait en pleurant de joie.

Autour de ces deux femmes tout respirait à présent un air de fête.
Madame Drouart ne demandait plus qu’une chose à Dieu: de ne pas mourir
avant d’avoir donné un époux, un soutien à sa fille.

Pour Louise et pour sa mère il y eut un mois tout entier de contentement
et de calme.

Le mois qui suivit ne fut pas tout-à-fait aussi heureux. Louise semblait
préoccupée. Souvent ses courses se prolongeaient au-delà du temps
qu’elle y employait par le passé.

Madame Drouart lui en fit l’observation.

Louise prit la chose au sérieux, et, tout émue, elle s’écria: Mon Dieu,
maman, est-ce ma faute si je ne peux pas courir? Vous m’aviez reproché
d’être trop active, et maintenant vous me reprochez d’être trop lente!
Je ne sais comment faire pour vous contenter; et puis croyez-vous donc
que ce soit un si grand plaisir que de rester au milieu des rues quand
on n’y a pas besoin? Je fais de mon mieux, et vous querellez encore!
Comment voulez-vous que je rentre tout de suite, si par exemple je
trouve à notre porte des embarras de voitures ou du bois que l’on
décharge, comme cela m’arrive tous les jours?

--Ma Louise, répondait la bonne mère, peux-tu t’imaginer que j’ai eu
l’intention de te faire de la peine? Comment peux-tu voir même
l’apparence d’un reproche dans ce qui n’est qu’une simple observation,
ou, si tu l’aimes mieux, une petite bouderie de mère qui gronde en
souriant...

Puis après, madame Drouart se disait tout bas: je suis bien injuste! la
pauvre enfant, elle ne s’amuse pas assez dans cette triste chambre pour
que je lui envie les innocentes distractions qu’elle peut prendre au
dehors!

Madame Drouart avait même fini par ne plus remarquer les heures où sa
fille rentrait et sortait. Loin de trouver mauvais que Louise allât et
vînt à sa fantaisie (puisque c’était sur Louise seule que pesaient tous
les menus détails du ménage), madame Drouart craignait bien plutôt que
sa fille ne se lassât d’être, en quelque sorte, la servante de la
maison. Mais il ne lui paraissait pas que Louise prît en dégoût les
charges de son humble fortune; et l’heureuse mère en remerciait
ardemment le ciel.

Un soir où Louise était descendue pour faire quelque emplette dans le
voisinage, madame Drouart se sentit assez sérieusement indisposée. La
présence de Louise lui devint nécessaire. Louise cependant ne remontait
pas. Madame Drouart attendit impatiemment. Lorsque Louise reparut, sa
mère ne put s’empêcher de lui dire:

--Tu es restée bien long-temps absente, ma fille?

--Pas plus long-temps qu’hier, maman, répondit Louise avec une sorte de
trouble.

--Hier, je n’y avais pas fait attention. Où as-tu donc été hier?

--Nulle part, maman.

--Nulle part! et d’où viens-tu?

--Tu le sais bien, de chez la mercière. Ces demoiselles n’en finissent
jamais à vous servir. Il y en a une surtout qui est d’une gaucherie et
d’une lenteur...

Madame Drouart, satisfaite de cette réponse, et comme repentante d’avoir
parlé un peu brusquement à sa fille, lui tendit la main avec bonté.

Louise hésita d’abord à prendre la main qui lui était tendue; puis elle
s’en saisit en tremblant. Dans ce moment, une larme tomba des yeux de
Louise sur la main de sa mère.

Madame Drouart la regarda au visage. Puis se levant avec inquiétude
pour la considérer de plus près:

--Louise, ma fille, qu’as-tu donc? grand Dieu! tu pleures!

--Oh! ce n’est rien, maman, ce n’est rien du tout...

--Je t’ai fait du chagrin, ma fille, pardonne-moi. J’étais si inquiète
de ne pas te voir rentrer...

--Ce n’est pas cela, maman, je t’assure. C’est que j’ai mal à la tête.

--Chère enfant! s’écria madame Drouart. Et elle la fit asseoir sur ses
genoux, comme au temps où elle était toute petite; et avec la paume de
ses mains elle lui frottait doucement les tempes.

Louise laissait aller sa tête sur le sein de sa mère, qui, souffrante
elle-même, ne s’occupait qu’à demander à Louise: Souffres-tu encore, ma
fille?

--Oui, ma mère, encore, disait Louise.

Et la pauvre mère continuait à frotter les tempes de sa fille... Mais ce
n’était pas à la tête que Louise avait mal.



CHAPITRE IV.


Depuis un mois, ainsi que nous l’avons fait entendre plus haut, un
changement graduel s’était opéré dans les habitudes de Louise. Elle
soupirait de temps à autre, et de temps à autre elle retombait aussi
dans ses anciennes rêveries. Quand elle était dehors, elle ne montrait
plus le même empressement à rentrer; quand elle était dans la chambre,
elle imaginait toujours quelque nouveau prétexte pour en sortir.

Madame Drouart, qui croyait sa fille entièrement résignée à son sort,
qui l’avait vue gaie et contente plusieurs semaines de suite, madame
Drouart, rassurée et confiante, ne s’était pas encore aperçue que
l’humeur de Louise eût cessé d’être tout-à-fait la même. Il est vrai de
dire que ce n’était pas cette tristesse morne dont Louise avait paru
accablée, dès sa sortie de la pension. C’était moins quelque chose de
morne que d’agité; moins de la tristesse que de l’inquiétude.

Louise, suivant une expression vulgaire, ne tenait plus en place. Elle
allait de son piano à son dessin; de son dessin à la fenêtre; de la
fenêtre à ses livres; mais elle n’allait plus aussi souvent à sa mère.

Cette inquiétude, ce malaise du corps, avaient pour cause des tourmens
d’esprit qui ne pouvaient tarder à se révéler d’eux-mêmes, lorsqu’une
circonstance presque futile vint brusquement les trahir.

Louise, assise à son piano, jouait, en s’accompagnant de la voix, un des
airs les plus doux de Romagnesi; Madame Drouart, au fond d’un petit
cabinet voisin, tout près de la porte d’entrée, là où elle avait établi
le guichet de son dépôt de timbre, madame Drouart prêtait une oreille
attentive aux accords de sa fille. Elle marquait la mesure du pied et
de la tête, souriant et pensant que jamais ses économies n’avaient été
mieux employées que le jour où elle acheta ce piano, pour en faire un
présent à Louise. Ce jour était celui-là même qui vit Louise sortir de
la maison royale de Saint-Denis. Dans le tumulte des sensations que ce
souvenir réveillait en elle, madame Drouart se laissait entraîner à de
douces et vagues pensées; elle se berçait de bonheur au son cadencé de
la musique. Le cœur de la pauvre mère n’en pouvait plus; sa tête nageait
dans l’ivresse, et cependant, fidèle à l’impulsion qui lui avait été
donnée, son pied continuait à battre la mesure.

Tout à coup le piano jette un son bruyant et discordant comme si une
main sans expérience en avait frappé maladroitement les touches.

Cela rappelle madame Drouart à elle-même:

--Qu’as-tu donc, ma fille? comme tu joues faux!

Louise ne répond pas. Madame Drouart écoute. Au son mourant du piano
vient de succéder un son plus aigu; c’est le bruit d’une fenêtre qui
s’ouvre doucement et qui crie.

Saisie d’un pressentiment inexplicable, madame Drouart se lève à la
hâte; elle tremble sur ses jambes; ses lèvres sont pâles. Quel malheur
nouveau la menace?

Elle pousse brusquement la porte de son cabinet. Louise est à la
fenêtre. De la tête et de la main, elle fait signe à quelqu’un du
dehors; le bruit de la rue l’a empêchée d’entendre les pas de sa mère.

Louise referme la fenêtre bien vite, se retourne et voit madame Drouart,
les yeux ardens, qui l’interroge et l’accuse par l’expression sévère de
tous les traits de sa face. Louise immobile de stupeur, le regard
baissé, les mains pendantes, attend.

Madame Drouart court à la fenêtre. Louise fait un mouvement d’effroi,
car elle a pensé que les pas précipités de sa mère venaient à elle.
Après avoir regardé long-temps la rue, et les voitures qui la
traversent, madame Drouart quitte la fenêtre et dit: Je ne vois
personne!

Louise s’est laissée tomber sur une chaise; elle porte son mouchoir à sa
figure; son œil inquiet suit les mouvemens de madame Drouart qui semble
un peu plus calme.

Il se fait un long silence.

Louise le rompt la première: Mon Dieu, maman, je ne t’ai jamais vue
comme cela! Qu’est-ce que tu as donc contre moi? Parce que j’ai ouvert
cette fenêtre....

--Pourquoi l’avez-vous ouverte?

--Si tu me parles toujours avec colère, je ne pourrai pas te répondre,
d’abord! tu me fais peur.

La vérité est que Louise ne faisait cette réponse que pour se donner le
temps d’en chercher une raisonnable à la demande que lui adressait sa
mère.

--Eh bien! voyons, je ne suis pas fâchée. Parlons tranquillement, ma
fille, et dis-moi pour quel motif tu as ouvert cette fenêtre.

--J’avais trop chaud.

--En hiver? Par le froid qu’il fait?

--Certainement, le froid.... Tu sais bien que le froid me fait monter
le sang à la tête. J’ai cru que j’allais étouffer.

--Tu faisais des signes à quelqu’un avec la main!

--Des signes à quelqu’un, moi! Peux-tu croire des choses pareilles!

--Tu avais cependant la main étendue....

--Pour voir si la neige ne tombait pas.

--Tu agitais la tête....

--Parce que je toussais, je suis enrhumée.

Et Louise, autant pour se donner une contenance que pour faire voir à sa
mère comment la tête remue lorsqu’on tousse, se mit à tousser de tous
ses efforts, mais pas assez naturellement pour en imposer à sa mère sur
son prétendu rhume.

--C’est bien, ma fille, très-bien, dit madame Drouart. Et plus inquiète
que jamais, elle se rapprocha de la fenêtre pour chercher de nouveau
dans la rue.

Un jeune homme, enveloppé d’un manteau, se tenait debout et immobile
vis-à-vis de leur maison; il avait l'œil fixé sur leurs croisées.
Lorsque madame Drouart se montra, le jeune homme se mit à marcher; au
bout de cinquante pas, juste au moment où madame Drouart allait le
perdre de vue, il détourna la tête, après quoi il disparut.

Madame Drouart resta long-temps, sans mot dire, la figure collée sur les
vitres. Bientôt il lui sembla que le jeune homme au manteau reparaissait
à la même place où elle avait cessé de l’apercevoir. Il avançait la tête
avec précaution, tout au loin, serré contre le mur, et sans doute peu
satisfait de ne retrouver aux vitres que la figure de madame Drouart, il
se retira; puis elle ne le revit plus.

Louise continuait à tousser. Maman, dit-elle, en essayant de briser sa
voix, nous n’avons pas de sirop à la maison. Veux-tu que j’en aille
chercher? Je souffre horriblement de la poitrine.

Madame Drouart ne répondit rien.

--Veux-tu, maman?

--Non, ma fille, non, vous ne sortirez pas.

--Mais, maman, je souffre, je t’assure... Permets-moi de sortir. Je vais
rentrer tout de suite.

Louise, en disant cela, s’était levée pour prendre quelque menue monnaie
dans la commode, et elle était près de sortir.

Madame Drouart se jeta au devant d’elle. Louise, Louise, s’écria-t-elle,
d’une voix déchirante, est-ce que tu veux me faire mourir!

--Mais, maman....

--Pas un mot de plus, ma fille, vous me tueriez!... Viens, viens, lui
dit-elle, en l’attirant doucement par la main, je veux que tu aies pitié
de moi, mon enfant, je veux que tu m’aimes encore.... viens, ma fille.

Louise, le front bas, la figure pourpre de honte, se laisse entraîner,
non sans quelque résistance, car elle ne sait en quel endroit sa mère
veut la conduire.

--Assieds-toi là, ma fille.

Elle s’assit à côté d’un petit meuble où madame Drouart avait l’habitude
de serrer ses papiers. C’était une espèce de secrétaire à forme antique;
madame Drouart en ouvrit la porte cintrée qui, s’élevant en criant, se
replia sur elle-même et se perdit dans les rainures.

Ce meuble, Louise ne se rappelait pas qu’il eût été ouvert depuis son
retour de la pension. C’était, dans sa mémoire, un événement confus et
lointain. Son imagination la reporta aux jours de son jeune âge. Elle se
vit, toute petite, contemplant le vieux secrétaire avec admiration, et
sautant de plaisir devant tous ses tiroirs où elle se souvenait bien
d’avoir aperçu de l’or.

Aujourd’hui les tiroirs du vieux secrétaire ne contenaient plus que des
papiers.

Ce retour de Louise aux naïves impressions de son enfance lui fit jeter
un doux regard sur sa mère, qui pleurait en fouillant un énorme paquet
de lettres toutes jaunies et tout usées. Louise se sentit émue; elle
allait se jeter au cou de sa mère.

--Ma fille, dit madame Drouart, en lui tendant un papier cacheté d’une
cire noire, lisez cela.

Madame Drouart cependant tournait le dos à sa fille, et sanglotait.
Louise avait pris le papier d’une main tremblante; ses yeux étaient
comme couverts d’un nuage.

--Mais, maman, s’écria-t-elle avec crainte, quel est donc ce papier que
tu me donnes à lire?

Au même instant elle lut sur l’enveloppe «pour Louise».

--Pour moi!... murmura Louise, je ne connais pourtant pas cette
écriture!

--Décachetez, ma fille, vous verrez qui vous écrit.

--Mais c’est cacheté de noir, maman!

Louise, dont tous les membres étaient agités d’une sorte de terreur,
décacheta lentement la lettre; et quand à la fin elle l’eut ouverte,
elle pouvait à peine en distinguer les mots, car elle pleurait.

Madame Drouart prit un siége qu’elle plaça tout à côté de Louise. Là,
toutes deux, long-temps silencieuses, elles échangèrent de douloureux
regards, la fille ne pouvant lire, la mère ne pouvant parler, tant leur
poitrine était gonflée de larmes.

--Lis haut, ma fille, dit madame Drouart d’une voix presque éteinte, lis
haut; je veux entendre.

Louise commença:

«O ma Louise, toi si bonne et si douce, toi qui viens de me caresser
avec tes petites mains, toi que j’embrasse, que j’aime, que je quitte et
que je ne reverrai plus, ma Louise, mon enfant, ma fille chérie, ne fais
jamais pleurer ton excellente mère.

»Louise, tu as eu un frère qui nous a rendus bien malheureux ta mère et
moi[1]; que sa vie comme sa mort te restent toujours inconnues, mais
surtout, ma fille, puisses-tu ne pas connaître ces vices du cœur qui
font les mauvais enfans!

»Du jour où tu cesseras d’aimer ta mère, souviens-toi bien, Louise, que
tu commenceras à n’être plus vertueuse.

»Mais, ma fille, tu seras sage, tu seras bonne, n’est-ce pas? Tu ne
feras rien contre l’honneur, tu te souviendras que tu es seule l’appui,
la joie, la fortune de ma pauvre femme.

 [1] Ce frère aîné de Louise, dont il est question ici, venait de se
 brûler la cervelle à la suite de débauches infâmes. On était assuré
 même de sa complicité dans la fabrication récente de faux billets de
 banque. La conduite de ce jeune homme contribua, dit-on, à développer
 chez le capitaine Drouart le germe de la maladie dont il mourut peu de
 temps après, à l'âge de 45 ans.   (_Note de l’auteur._)


»Console-la de ma mort, Louise, car ma mort va la laisser bien triste et
bien malheureuse.

»Il faut donc que je vous quitte toutes deux! Le ciel l’a voulu. Oh!
qu’il ne vous sépare jamais! Qu’est-ce que vous deviendriez l’une sans
l’autre!...

»O ma fille, serre-toi de toutes tes forces contre ta mère; c’est ta
meilleure amie, ton plus sûr guide. Serre-la bien fort dans tes petits
bras, ma Louise; ne la quitte jamais, sois là, près d’elle, toujours
pendant sa vie, et quand elle mourra, sois près d’elle encore, ainsi que
vous êtes là toutes deux près de moi. Si tu savais quelle consolation on
trouve, en mourant, à voir des êtres qui vous regrettent et qui aiment!

»Mais dans cette consolation, mon Dieu, qu’il y a donc aussi de
tristesse! Je vais vous laisser, et je ne saurai plus où vous êtes, ce
que vous faites, quel bonheur ou quel malheur vous arrive! je ne serai
plus là pour partager le bonheur ou le malheur avec vous!

»Louise, j’ai voulu t’écrire pour te donner des conseils, pour te faire
entendre ma voix lorsque tu seras grande et que tu seras capable de
comprendre les avis de ton père.

»Cette lettre, ta mère doit te la remettre sitôt qu’elle te jugera assez
raisonnable pour écouter avec fruit les paroles d’un mourant.

»Tu ne m’as pas connu, Louise, tu ne te rappelleras ni mes traits, ni
ma mort; tu sauras par cette lettre seule que j’ai existé et que je
t’aimais. En la lisant, ne te diras-tu pas quelquefois: Mon père, avant
de mourir, a voulu me léguer un souvenir durable de sa tendresse; après
m’avoir donné des baisers et des conseils à moi, toute petite, qui
l’embrassais et l’écoutais sans le comprendre, il a voulu encore me
laisser des baisers et des conseils pour quand je serai plus grande: et
il m’a écrit ses conseils et son amour. C’était là un bon père!

»Oh, oui, ma fille, un bon père, crois-le bien. Comme je t’aurais aimée,
caressée, pauvre petite! Mais aussi, ma fille, comme je t’aurais dit:
Sois sage, sois pieuse, sois charitable, sois aimante, méfie-toi de tes
passions, ne fais rien que tu ne puisses avouer à ta mère; aie
confiance en elle, dis-lui tout, tout, ma fille; et si tu sens au fond
du cœur quelque pensée que tu veuilles lui cacher, sois sûre que cette
pensée est mauvaise.

»Mon enfant; je t’en supplie, rends ta mère bien heureuse.

»Elle est bonne, faible; tu lui restes seule au monde, elle te gâtera
sans doute à force de baisers; et toi, pour prix de ses caresses, ne lui
donneras-tu pas des sujets de peine?

»Au soin que je prends d’avance, à mon inquiétude sur son bonheur, juge
combien je l’aime et combien elle est digne d’être aimée!

»Aime-la comme je l’aime, ma fille; aime-la de toute ton ame. Fais-lui
oublier ses chagrins, allége-lui le fardeau de la solitude et de la
vieillesse, fais-lui trouver la vie douce.

»Pauvres femmes, que je laisse toutes deux, l’une à trois ans, l’autre à
quarante, toutes deux faibles, sans appui, sans fortune!.... Mon Dieu,
ayez pitié d’elle!

»Ma fille, quand tu seras en âge de penser, conserve précieusement cette
lettre comme souvenir de moi et aussi comme guide dans la vie. Pour toi,
tout est là: ne rien cacher à ta mère, lui dire tes plus secrètes
pensées, avoir la confiance la plus entière en elle et l’aimer.

»Quel que soit ton âge, lorsque ta mère te remettra cet écrit, ne le
quitte plus: c’est tout ce qui te reste de ton père: il y a mis sa
voix, son cœur, son dernier soupir.

Adieu, ma Louise, adieu, ma femme, adieu! Toi, ma Louise, je te confie
le bonheur de ta mère; toi, ma femme, parle souvent de moi à notre chère
petite fille.... Adieu pour jamais tout ce que j’aime!»

Il n’avait pas été possible à Louise de lire cette lettre sans
s’interrompre vingt fois. A chaque instant la parole lui manquait; ses
yeux n’y voyaient plus; elle était près de s’évanouir. Ce n’était pas sa
mère qui pouvait lui donner du courage. La malheureuse veuve, elle-même,
n’avait pas la force de contenir sa douleur. Pendant cette lecture, qui
dura une heure au moins, madame Drouart ne fit rien autre chose que
pousser des sanglots et se baisser pour prendre à terre la lettre que
Louise, dans son accablement, laissait presque toujours échapper de ses
mains.

Lorsqu’à la fin leurs yeux brûlans devinrent secs; lorsque leur poitrine
n’eut plus que des soupirs, la mère et la fille étonnées, honteuses que
leur douleur se tarît, se regardèrent avidement comme pour chercher dans
les marques de leurs souffrances passées un nouvel aliment à des larmes.
Mais elles ne trouvèrent sur le visage de l’une et de l’autre que les
traces mornes d’un profond abattement. La nature épuisée leur refusait
des larmes.

--Eh bien! ma fille, soupira madame Drouart, après une longue pause,
n’as-tu donc rien à dire à ta mère?

Louise, pour toute réponse, leva une main tremblante, et, portant à ses
lèvres la lettre de son père, elle la baisa.

Madame Drouart comprit ce geste.

--Va, ma bonne fille, lui dit-elle, je ne te demande rien maintenant, je
suis sûre de ton cœur. Si tu as un secret, de toi-même bientôt tu
viendras le confier à ta mère. N’est-ce pas, ma Louise, que tu n’auras
bientôt plus de secret pour ta mère?..

--Mais, maman, répondit Louise, je n’ai pas de secret, je t’assure...

On sonna. Madame Drouart passa dans son cabinet pour ouvrir. C’était
quelqu’un, un premier venu, qui venait demander une feuille de papier
timbré à 7 sous.

En rentrant dans la chambre, madame Drouart ne crut pas nécessaire de
reprendre la conversation où elle l’avait laissée.

Quant à Louise, elle regardait timidement sa mère toutes les fois que
celle-ci ne la regardait pas.

La journée fut silencieuse et triste.

Louise manifesta l’intention de se mettre au lit de bonne heure. Madame
Drouart avait hâte aussi de se coucher. A huit heures, toutes deux,
après s’être embrassées, se souhaitèrent un bon sommeil, et pourtant ni
l’une ni l’autre ne se couchaient pour dormir.

Louise pria Dieu pour son père; ensuite elle pria Dieu et son père de
lui donner le courage de vaincre son amour.

Il était minuit que Louise soupirait encore: C’est fini, c’est fini, je
ne reverrai plus Gustave! non, mon père, non ma mère, je ne le reverrai
plus!

Cependant madame Drouart, dans le calme de la nuit, avait repassé en sa
mémoire la conduite de sa fille, et, plus que jamais certaine de
connaître la nature du sentiment qui troublait le cœur de Louise, elle
avait cherché par quel moyen elle pourrait arrêter cet amour dès les
premiers pas.

Le remède trouvé, la guérison lui parut prompte et facile; mais on eût
dit que les efforts de madame Drouart dussent être suivis d’un succès
plus prompt et plus facile encore qu’elle ne l’avait espéré, car le
lendemain matin Louise se leva avec la ferme résolution d’oublier
Gustave.



CHAPITRE V.


Le vieux père Lamarre est un de ces portiers comme on en voit tant à
Paris; veillant sur toutes choses aux intérêts de son propriétaire et
aux siens; se colletant au besoin avec les locataires qui déménagent par
les fenêtres pour économiser l’argent d’un terme; attestant le ciel et
la terre que les cheminées de la maison ne fument jamais, même lorsque
le temps change; refusant de louer à une vieille dame sous prétexte
qu’elle a un perroquet et une chatte, et s’empressant de louer à un
garçon, qui a deux chiens, dans l’espoir que madame Lamarre fera leurs
chambres; professant le plus grand dédain pour les locataires qui
achètent leur bois à la falourde, parce qu’il n’a pas un copeau par
falourde, et qu’il aurait une bûche par chaque voie prise au chantier;
estimant beaucoup les locataires qui font leurs provisions en gros;
estimant plus encore ceux qui prennent en détail, pourvu qu’il soit
chargé des achats; méprisant fort les locataires pour lesquels il ne
s’emploie qu’à tirer le cordon; s’inclinant avec respect devant ceux qui
lui font faire des courses, quelle que soit d’ailleurs la nature
honnête ou déshonnête de ces courses; rampant avec les riches; insolent
avec les pauvres; disant du mal de tous; indiscret en toute occasion,
mais notamment lorsqu’on le paie pour se taire, Lamarre résume en sa
personne les qualités et les vices de la presque totalité des portiers
de la capitale.

Les habitans du premier étage disent, en parlant du père Lamarre:
Lamarre, ou bien portier.

Ceux du second étage lui disent: père Lamarre.

Ceux des troisième, quatrième, cinquième, sixième et dernier étages
l’appellent: _monsieur_ Lamarre.

De locataire à portier, les relations de familiarité ou de politesse, à
Paris, sont toujours en rapport avec la hauteur des étages.

Il faisait jour à peine. Lamarre, occupé à balayer la cour, murmurait
entre ses dents:--Tiens, v’là la mère qui va chercher son lait à
présent! La demoiselle aura attrapé quelque courbature! Quelles femmes
que tout ce monde-là? Ça vous a des robes de mérinos, ça vous a des
bureaux, des places du gouvernement, et ça vous fait ses commissions
soi-même! On a bien raison de dire: s’il n’y avait que des femmes dans
une maison, les pauvres portiers n’y gagneraient pas l’eau qu’ils
boivent!

Le vieux portier continuait tout bas ses réflexions chagrines, lorsque
la personne qui les avait excitées par sa présence, rentra, tenant à la
main une petite tasse pleine de lait.

Au lieu de monter l’escalier, la locataire se dirigea du côté de
Lamarre, tout au fond de la cour.

Lamarre, qui la voyait venir, ne crut pas devoir interrompre ses
occupations de balayeur. Il chassait même avec plus de violence
qu’auparavant l’eau boueuse amassée dans la cour. Quelques éclaboussures
sautèrent jusqu’à la robe de l’aventureuse locataire. Elle s’arrêta pour
éviter d’être inondée.

--Bonjour, _monsieur_ Lamarre.

Lamarre ne fit pas semblant d’entendre.

--Je voudrais vous dire un mot, monsieur Lamarre.

--Qu’est-ce qui m’appelle? demanda Lamarre en levant la tête.

--C’est moi, monsieur Lamarre. J’ai à vous parler, s’il vous plaît.

Lamarre planta le haut bout de son balai sous son aisselle droite; et,
ainsi appuyé, il avança la tête et tira le pied gauche en arrière, comme
pour faire une révérence, mais, à la vérité, pour donner un peu
d’équilibre à la pose de son corps.

--Ah! c’est vous, madame! Je vous présente mes respects. Il y a bien
long-temps qu’on ne vous a vue descendre? Du reste, la santé est bonne,
à ce que je vois?

--Voulez-vous entrer dans votre loge avec moi, monsieur Lamarre?
j’aurais à vous entretenir d’une affaire importante...

Lamarre ôta sa casquette, jeta son balai dans un coin, s’essuya les
mains avec son mouchoir, et, marchant à côté de madame Drouart jusqu’à
la porte de sa loge, il la pria poliment d’entrer la première.

La conversation dura peu. Mais les résultats en avaient été satisfaisans
pour tous deux, car ils se quittèrent en apparence fort contens l’un de
l’autre.

Lamarre, debout sur la porte de sa loge, criait à madame Drouart qui
montait les marches de l’escalier: Prenez garde de glisser, madame,
l’escalier est humide, il faut bien vous tenir à la rampe... Ah! mon
Dieu, et votre tasse que vous avez oubliée dans ma loge!...

Madame Drouart voulut redescendre pour chercher son lait, mais le
bonhomme le lui monta, la priant de lui permettre de le porter, crainte
d’accident, jusqu’au troisième étage. Madame Drouart ne put se refuser à
tant d’obligeance, et, près de rentrer, elle dit à M. Lamarre, en le
remerciant:

--Vous n’oublierez pas, monsieur Lamarre, que je compte pour la semaine
prochaine, sans faute, sur votre demoiselle.

--Mais si madame l’aime mieux, le mois de ma fille commencera dès
aujourd’hui?

--Non, non, la semaine prochaine seulement. J’ai mes raisons pour cela.

Le vieux portier s’inclina sans répondre.

Il faut bien, se dit madame Drouart, en ouvrant sa porte, il faut bien
que j’aie le temps de préparer Louise à ce changement dans nos
habitudes, surtout il ne faut pas qu’elle se doute le moins du monde
que, dans tout ceci, j’ai pour unique dessein de lui ôter tous les
moyens de sortir.

Dès le jour où Louise quitta la maison royale, madame Drouart aurait
bien voulu prendre une femme de ménage; mais ses économies de sept à
huit ans avaient été employées à l’achat d’un piano pour sa fille; la
présence de Louise allait nécessiter une augmentation de dépenses; et
quand toutes deux pourraient à peine vivre, devait-elle songer à
s’imposer de nouvelles charges? C’eût été une folie alors; mais
aujourd’hui, bien que les difficultés soient les mêmes, la circonstance
commande impérieusement de les vaincre.

Madame Drouart est trop faible pour faire les courses de la maison; elle
a été obligée d’en laisser le soin à Louise qui ne peut plus, sans
péril, continuer à prendre cette peine. Une femme de ménage leur
devient donc indispensable.

Madame Drouart ne se dissimule pas quel lourd fardeau cela est. Eh bien!
elle seule le supportera. Elle retranchera sur son nécessaire, sur son
sommeil; elle travaillera la nuit; au lieu du vin qu’elle buvait à ses
repas, maintenant elle boira de l’eau.

Que lui font à elle, pauvre mère, tous ces sacrifices? Mais du moins que
Louise ne s’aperçoive pas plus de la gêne où va les mettre un surcroît
de dépenses, que du but où tend l’introduction d’une servante dans leur
ménage!

Louise, en voyant rentrer sa mère, s’affligea de ce qu’elle s’était
donné la peine de descendre.--Il pouvait t’arriver quelque accident en
chemin, lui dit-elle. Tu es souffrante, malade, pourquoi ne m’as-tu pas
avertie? je serais descendue.

Madame Drouart lui répondit que, l’ayant vue occupée à relire la lettre
de son père, elle n’avait pas voulu la déranger d’une occupation aussi
douce.

Louise, à ce souvenir, sourit tendrement à sa mère:

--Je ne peux pas me plaindre de la peine que tu viens de prendre pour
moi, dit-elle, car mon père m’ordonne de te rendre heureuse; et un de
tes grands bonheurs, n’est-ce pas, c’est de te fatiguer pour ta fille!

Cette réponse offrait à madame Drouart une ouverture toute naturelle
pour faire entrer doucement Louise dans ses projets. Elle crut
l’occasion propice, et elle la saisit.

--Sais-tu bien, ma fille, que c’est une fatigue horrible que celle dont
je t’accable tous les jours? ne faire que monter et descendre ces trois
étages.

--Ils ne sont pas hauts, maman.

--Pour quelqu’un qui les monterait une fois dans la journée, sans doute,
mais pour toi qui ne fais pas autre chose du matin au soir, nos trois
petits étages finissent par être bien rudes, ma fille.

--Bah! maman, quand on n’est pas riche, et surtout quand on est
jeune...

--Eh bien! oui, ma fille, quand on est jeune... je ne sais pas trop,
moi, s’il convient beaucoup à une jeune demoiselle de ton âge d’aller et
de venir sans cesse... La place de notre sexe est dans une chambre et
non dans l’escalier ou dans la rue.

Louise leva un regard inquiet sur sa mère.

--Qu’est-ce que tu en penses? D’ailleurs, fatigue, inconvenance même à
part, ne vaudrait-il pas mieux que tu restasses à me tenir compagnie, à
toucher de ton piano, à lire, à travailler enfin, que de passer ton
temps au milieu de tous les détails pénibles d’un ménage?

--Mais, maman, nous ne sommes pas assez riches pour prendre une
domestique, tu me l’as dit vingt fois.

--Une domestique, non; mais une femme au mois, quelqu’un pour faire le
gros ouvrage... ce serait toujours un peu de fatigue que l’on
t’épargnerait. Voyons, qu’en dis-tu?

--Si cela te plaît, maman, je ne demande pas mieux.

--Eh bien! nous en reparlerons, ma fille; j’y réfléchirai.

Madame Drouart, en voyant Louise se prêter à ses vues, avait été sur le
point de lui avouer que c’était une chose arrangée d’avance, que dans
huit jours la fille du portier les servirait en qualité de _femme de
ménage_; mais elle fut retenue dans cette confidence à faire précisément
par la raison que cette confidence n’était pas déjà faite. Elle craignit
que sa fille, surprise qu’on lui eût demandé son avis sur une affaire
conclue, ne vint à deviner la cause secrète de cette conduite; et ce que
madame Drouart redoutait encore plus que de paraître avoir agi de ruse,
c’était d’éveiller les défiances de sa fille sur les résultats que la
prudence maternelle lui conseillait d’obtenir.

Afin que Louise ne soupçonnât pas que la nécessité de prendre une femme
de ménage avait été motivée par la scène de la veille (la scène de la
fenêtre), madame Drouart était résolue à laisser sa fille descendre et
monter, aller et venir pendant encore une semaine, comme elle avait
coutume de la laisser faire les semaines précédentes.

Elle pensait aussi que l’impression faite sur Louise par la lettre de
son père était trop récente et trop vive pour que de long-temps le cœur
de la jeune fille fût accessible à des sentimens coupables. En cela,
madame Drouart comprenait bien le cœur de son enfant. Nulle autre pensée
qu’une pensée chaste et pure n’occupait cette ame toute pleine d’amour
filial.

Louise, sans le savoir, n’avait donc plus que huit jours à elle.--Madame
Drouart, qui ne l’ignorait point, jugea, avec raison, qu’elle pouvait,
sans risques, lui permettre d’employer, à de petites courses dans le
voisinage, la dernière semaine de sa liberté.

Dans l’après-midi de ce même jour, Louise, les yeux baissés, le pas
rapide, sortit de la rue Saint-Denis pour entrer dans la rue
Bourbon-Villeneuve; elle tenait à la main quelques rubans achetés dans
une boutique voisine. Cependant un jeune homme fait retentir ses éperons
à ses côtés, et Louise ne lève pas la tête.

--Mademoiselle...

Louise marche plus vite et ne répond rien.

Il la saisit par la robe.

--Louise, je vous supplie, écoutez-moi...

--Non, monsieur, dit-elle, en redoublant le pas, et toujours sans lever
la tête.

--Si vous ne voulez pas m’entendre, daignez au moins lire cette
lettre...

Il lui glissa dans la main un billet amoureux, mais Louise ouvrit les
doigts pour le laisser tomber. Les rubans qu’elle tenait dans cette main
lui échappèrent en même temps.

Le jeune homme, avec un geste de dépit, déchiqueta rudement, du talon de
sa botte, l’épître parfumée qu’avait déjà flétrie la boue. Puis, serrant
sous son gilet les rubans qu’il s’était empressé de ramasser d’abord,
il dit, d’un ton moitié colère et moitié plaintif:

--Je ne vous ressemble pas, moi, tout ce qui vient de vous m’est
précieux; je garderai ces rubans toute ma vie.

--Gardez-les, si cela vous plaît, répondit Louise, en maîtrisant un
léger mouvement de joie auquel succéda un gros soupir.

--Louise! Louise! depuis hier comme vous avez changé? Ah! je le vois
bien, vous ne m’aimez plus.

Elle continuait son chemin sans dire mot. Lui la côtoyait si près, que
son bras touchait le bras de la jeune fille.

--Vous ne m’aimez plus, n’est-ce pas? Mais je suis bien fou! Vous ne
m’avez seulement pas aimé une minute, j’en suis sûr! et pourtant,
Louise, je voulais vous ouvrir mon cœur; hier, vous le savez, je voulais
tout vous dire, les obstacles qui s’opposent... les moyens à prendre
pour les surmonter, mes projets de bonheur avec vous, vous, ma Louise!
Vous m’aviez promis de descendre, de venir, de m’écouter... Je vous ai
attendue vainement, et aujourd’hui, dans la crainte de ne pas vous
rencontrer, je vous avais écrit... car j’ai tant de choses à vous dire,
tant de choses!

--Monsieur Gustave, répondit Louise avec émotion, je vous prie de me
laisser; nous approchons de la maison, tous les voisins me connaissent:
vous me compromettriez.

--Mais, quand vous reverrai-je?

--Jamais, monsieur. J’ai déjà trop fait que de vous écouter pendant un
an et demi sans en parler à ma mère. Je ne suis plus en pension
maintenant; vos motifs ne peuvent plus être les mêmes... S’il est vrai
que vos vues soient honorables, vous savez où nous demeurons; ma mère
vous répondra. Quant à moi, je ne vous reverrai plus seule.

--Louise, comment pouvez-vous douter?.. Louise, je vous en conjure ne me
quittez pas ainsi. Entendez-moi... Ah! vous allez me rendre bien
malheureux!

Le cœur de la pauvre fille était gonflé de tristesse; la violence
qu’elle s’était faite pour tenir à Gustave un langage presque sévère
s’apaisait en ce moment par des larmes.... Elle s’enfuit.

Toutefois, arrivée près de la porte de leur demeure, sur le point d’en
franchir le seuil, elle eut assez de courage pour ne pas tourner la tête
du côté de Gustave; elle trouva quelque satisfaction dans cette
victoire, et comme elle s’en félicitait tout bas, la figure du père
Lamarre lui sourit:

--Eh bien, mamzelle Louise, vous allez donc avoir une bonne, la semaine
prochaine?

--Mais peut-être bien, monsieur Lamarre; je crois que c’est l’intention
de maman.

--Oh! l’intention, mamzelle, l’intention est une chose déjà faite. Vous
ne savez donc pas?...

Et là-dessus le père Lamarre se mit à conter comment madame Drouart
était venue le trouver dès le matin pour conclure cette affaire.

--Madame votre maman, ajouta-t-il, donne à ma fille huit francs par mois
pour faire ses petites commissions et son ménage. Vous ne vous en
plaindrez pas, vous, mamzelle Louise, car c’est bien de la peine que
cela vous épargne. Mais on dirait que je vous apprends une nouvelle? Oh!
c’est sans doute une surprise agréable qu’elle a voulu vous faire,
votre chère maman, elle est si bonne!

Louise, très-étonnée que sa mère lui eût présenté comme un projet ce qui
était une affaire terminée dès le matin, pressentit la cause et le but
de tout ce mystère; elle devint triste, soucieuse, et quand sa mère lui
demanda les rubans qu’elle était allée acheter, elle répondit avec une
certaine impatience: Je vais vous les donner ces rubans!

Mais tout à coup se souvenant que Gustave ne les lui avait pas rendus,
elle rougit, balbutia, et, pour cacher son trouble, elle se mit à son
piano.

Ce meuble était posé dans une encoignure de l’appartement, sur la
gauche, un peu plus bas que la fenêtre, de façon à ce que Louise,
penchant légèrement la tête en arrière, pût aisément voir dans la rue.

Madame Drouart vint s’appuyer au dos de la chaise de sa fille, comme
pour entendre les accords de plus près.

Il arriva que Gustave, les yeux levés sur les vitres, approchait alors
de sa bouche les rubans ravis à Louise; il espérait à chaque instant
qu’elle laisserait tomber un regard sur lui. Au lieu d’elle, c’est sa
mère. Il s’éloigne.

Madame Drouart a parfaitement reconnu le jeune homme de la veille; elle
a également la certitude que ces rubans de soie rose qu’il baisait
tout-à-l’heure, en cherchant leurs fenêtres, sont les rubans mêmes qu’a
dû acheter sa fille. Louise les avait-elle perdus, les lui avait-il
pris, les lui avait-elle donnés? Tout inquiète qu’elle est, madame
Drouart n’ose éclaircir ce fait; d’ailleurs à quoi servirait une
explication? Ne sait-elle pas le fatal secret de Louise? et puis,
bientôt, toute rencontre entre ces deux jeunes gens ne deviendra-t-elle
pas impossible?

Cependant la position du piano contre le mur, à côté de la croisée, lui
semble un empêchement à ses projets; mais où reporter ce meuble? La
chambre est si étroite! et encore n’est-il pas à craindre que Louise ne
devine pour quelle raison sa mère a voulu changer le piano de place?

Un expédient se présente à l’esprit de madame Drouart. C’est cela même,
se dit-elle, nous le poserons vis-à-vis de la fenêtre.

Mais elle veut en cela, comme en tout, ne pas avoir l’air de se méfier
de sa fille; elle lui en parlera demain ou après, et c’est demain ou
après seulement que Louise, son piano déplacé, ne pourra plus être
distraite par les scènes de la rue.

En attendant, et sous prétexte de parler à sa mère, qui continue de se
tenir debout derrière elle, Louise détourne la tête de temps à autre,
mais toujours sur la gauche, du côté de la fenêtre.... Madame Drouart
fait semblant de ne pas remarquer ce manége; elle réfléchit et mûrit son
plan d’attaque. Louise n’aperçoit rien dans la rue; elle pense qu’elle
ne verra sans doute plus Gustave, elle s’afflige de lui avoir parlé
rudement, et elle pousse des soupirs. Madame Drouart qui remarque son
émotion, s’applaudit des obstacles qu’elle va susciter enfin à ce fol
amour, amour qui peut-être se serait éteint de lui-même à la longue, et
que les précautions prises pour l’étouffer doivent rendre plus ardent et
plus vivace encore.



CHAPITRE VI.


Le vieux Lamarre, seul dans sa loge, calcule sur ses doigts la somme
d’argent que ses locataires pourront lui donner pour ses étrennes, car
le jour de l’an est proche.--15 fr. le premier étage; 10 fr. le second;
5 fr. le troisième; 3 fr. le quatrième; rien le cinquième; rien le
sixième...

Le vieux portier hoche la tête. A moins, pense-t-il, que j’aie plus de
5 fr. au troisième étage, je ne sais pas comment j’y trouverai mon
compte: il faut un bonnet à ma femme, une robe à ma fille; il me faut à
moi une redingote, et dans tout cela, je ne vois que 33 francs
d’étrennes!... Diable! mais voyons, peut-être aussi que je me trompe? au
troisième, nous avons deux locataires: madame Drouart, d’abord, et
ensuite monsieur Barreau. Monsieur Barreau me donne tous les ans 30
sous, madame Drouart me donne tous les ans 30 sous, total, 3 francs; 3
francs font 3 francs, c’est juste; mais puisque ma fille est femme de
ménage chez madame Drouart, et que voici bientôt quinze jours qu’elle
fait leurs commissions et leur dîner et leur lit et tout, à raison de 8
francs par mois, sans être nourrie, il me semble que ça change les
affaires. Madame Drouart, au lieu de 30 sous, ne peut me donner, pour
mes étrennes, moins de 3 francs; et puis la gratification qu’elle fera à
ma fille, et puis ce qu’elle doit à ma femme pour ses complaisances... A
combien tout cela peut-il monter? Nous avons dit 33 francs: mettons-en
40; 40, bien. Une redingote me coûtera 30 francs, un bonnet brodé, 10
francs, une robe, 10 francs; 30, 10 et 10 font 50; 50, j’en ai 40; reste
10 francs qui me manquent; mais, je suppose, le premier me donne 20
francs; le second...

Et Lamarre recommençait ses calculs, en ajoutant quelques francs de
plus par chaque étage, afin de trouver la somme dont il a besoin. La
porte de sa loge s’ouvre, un jeune homme entre. Lamarre s’embrouille
dans ses comptes et dit avec humeur au nouveau venu: 50 et 30... ce
n’est pas ici, monsieur!

--Je le sais bien, mais c’est ici le nº 16.

--Pour le nº 16, c’est la vérité, monsieur.

--Eh bien! voilà 10 francs. Pourriez-vous me donner sur cette maison les
renseignemens que je cherche?

Lamarre ôte sa casquette, s’incline profondément et dit, en fourrant les
10 francs dans sa poche: Monsieur ne pouvait mieux s’adresser qu’à moi
pour avoir des détails sur la maison: il y a vingt ans que j’en suis le
portier avec ma femme; monsieur aura tous les éclaircissemens qu’il
désire. Est-ce pour acheter la maison, que monsieur demande des
renseignemens? Je serais bien aise d’avoir monsieur pour propriétaire,
bien sûr, mais, si j’ose le dire à monsieur, je ne crois pas que la
maison soit à vendre; du reste, c’est une belle maison, fort bien tenue
et presque toute neuve, comme monsieur peut se donner la peine de le
voir, dans la cour.

En disant cela, Lamarre ouvrait la porte de sa loge, comme pour dire au
jeune homme: venez avec moi dans la cour; vous vous assurerez par
vous-même que les murs intérieurs de la maison ont été nouvellement
blanchis. Mais ce n’était pas là l’affaire de Gustave. Il fit comprendre
au portier que la maison le touchait moins que les locataires, et que
parmi ces locataires une seule famille occupait sa pensée.

--Savez-vous si mademoiselle Louise demeure toujours ici?

--Certainement, monsieur, qu’elle y demeure, la chère demoiselle, et
avec sa mère encore, la brave et digne femme; deux personnes bien
estimables, monsieur!

--On m’avait dit qu’elles étaient déménagées... ou malades.

--Oh! pas plus déménagées que malades, monsieur; c’est-à-dire, malades,
entendons-nous. C’est ma fille qui fait leur ménage, et elle m’a conté
que ces dames n’ont pas de ces santés... comme vous et moi, par exemple.
Cependant, puisque monsieur les connaît, s’il veut monter leur rendre
visite, je crois que ça leur fera plaisir; elles voient si peu de monde!

--Ah, elles voient peu de monde?

--Quand je dis peu de monde, c’est une façon de parler, comme monsieur
le pense bien; car à cause de leur bureau de timbre, elles ne manquent
pas de gens qui viennent toute la journée sonner chez elles; mais ces
gens-là ne sont pas des amis, des connaissances; ça vient parce que ça
manque de papier timbré, et puis c’est tout.

--Comment donc! elles tiennent un bureau de timbre?

--Sans doute, monsieur, un bureau qui a beaucoup de débit, quoiqu’au
troisième étage; il est vrai que les étages de la maison sont coulantes
et pas plus hautes que des entresols. Oh! c’est que la maison ici est
fort agréable, monsieur!

Gustave laissa le vieux portier vanter de nouveau les avantages de sa
maison, et, sans vouloir lui donner le temps de prouver que ses étages
étaient les plus _coulantes_ de tous les étages, et ses locataires les
plus commodément logés de tous les locataires, il lui glissa dans la
main deux autres pièces de cent sous en lui recommandant le secret sur
sa visite: Vous ne direz pas à ces dames que je me suis informé d’elles.

--N’ayez pas peur, monsieur, je m’appelle Lamarre, et je n’ai jamais
fait de rapports sur personne. Je suis censé ne vous avoir jamais vu; je
ne vous connais pas; votre très-humble serviteur. Monsieur
repassera-t-il bientôt par ici?

--Je ne sais, mais silence sur tout!

--Monsieur peut être sûr de ma discrétion.

Gustave, sorti de la maison, fut tenté de revenir sur ses pas pour
demander au vieux Lamarre laquelle de Louise ou de sa mère tenait le
bureau de timbre, mais il lui sembla que ce devait être tantôt l’une et
tantôt l’autre. Cette découverte lui rendait facile une entrevue
prochaine avec Louise; il s’applaudit du succès de sa démarche et ne se
repentit point de n’avoir pas remis au portier, comme il en avait eu le
dessein, une lettre à l’adresse de Louise; lettre qui, peut-être, fût
tombée entre les mains de la mère et qui eût éloigné, par là, les
chances possibles de revoir la fille. Maintenant, pensa-t-il, qu’ai-je à
craindre? le bavardage de ce portier. Que m’importe? il ne sait rien, et
moi, dès aujourd’hui, si je veux, je puis remettre moi-même un billet
doux à Louise.

Cependant le vieux portier ne parlait encore de cette aventure que pour
se dire: 40 francs d’étrennes et 20 francs que j’ai reçus du jeune
homme: total 60 francs. Avec ça on peut se donner une redingote de bon
drap, plus, un vol-au-vent et du vin cacheté pour faire les Rois.



CHAPITRE VII.


Depuis près de deux semaines, mademoiselle Agathe remplit les fonctions
de femme de ménage chez madame Drouart; mais c’est depuis dix-huit jours
environ que le piano de Louise n’occupe plus l’espace accoutumé entre
l’encoignure de la muraille et la fenêtre. Madame Drouart l’a fait
enlever de cette place, d’où sa fille, assise, pouvait aisément voir
dans la rue. Sous prétexte que la lumière, tombant de côté, est chose
fatigante pour les yeux, madame Drouart, non sans peine, non sans faire
de grands efforts pour ne pas se trahir, est parvenue à vaincre les
résistances de Louise. La lutte a été longue, pénible de part et
d’autre; mais enfin la victoire est restée à la mère. A présent le piano
posé en face de la fenêtre, et avançant de quatre pieds, vers le milieu
de la chambre, ne permet pas à la jeune fille d’apercevoir autre chose
que le troisième étage des maisons situées vis-à-vis d’elle.

La rue lui est complètement interdite. Agathe, la fille du portier et
leur femme de ménage, la supplée dans tous les petits soins dont elle
seule était chargée auparavant. Agathe monte et descend autant de fois
qu’il le faut dans la journée sans que jamais Louise ait la joie
d’entendre sa mère lui accorder même la permission d’accompagner
mademoiselle Agathe au dehors.

Il ne se passe pas de jour où Louise ne se plaigne de la lassitude
d’être constamment assise. Mais madame Drouart ne fait pas semblant de
la comprendre. Il est vrai, lui dit-elle, que la promenade serait
favorable à ta santé, ma fille, mais, où voudrais-tu aller l’hiver, par
le temps qu’il fait? Prends patience, mon enfant, l’été prochain nous
serons moins sédentaires et je te conduirai moi-même tous les matins
sous les arbres des Tuileries.

--Mais, maman, si je sortais seulement une ou deux fois par semaine,
avec mademoiselle Agathe, demande Louise en rougissant, quel mal y
aurait-il à cela?

A cette question que sa fille hasarde quelquefois, madame Drouart fait
éternellement la même réponse: Agathe n’est pas ici pour perdre son
temps à se promener avec toi; elle a bien assez des fatigues que lui
donne notre ménage.

Bientôt Louise cesse d’importuner sa mère pour sortir; elle sent que
c’est un parti pris d’avance. Elle se dit malheureuse et accuse madame
Drouart d’injustice. Une pâle tristesse remplace les couleurs animées de
son teint; elle mange à peine, elle pleure souvent; lorsque sa mère veut
l’embrasser, elle détourne la tête.

Madame Drouart, forte des devoirs que lui impose l’amour maternel,
persuadée que les précautions dont elle use doivent tourner à l’avantage
de sa fille, se raidit contre la douleur de Louise et laisse au temps le
soin de la calmer.

Louise, à son tour, convaincue que sa mère la traite moins en fille
qu’en esclave, aigrie par la solitude où on la condamne, tourmentée par
les secrets de son cœur, n’ayant personne à qui les confier, ne
trouvant autour d’elle que privations et sujets d’ennui, assurée en
outre que sa mère est injuste, cruelle même à son égard, Louise désire
plus que jamais de revoir Gustave.

Durant la semaine entière qui a précédé l’entrée de mademoiselle Agathe,
Louise, à peu près libre de son temps, s’est rencontrée parfois au
dehors avec Gustave; elle lui a constamment parlé avec froideur,
quoiqu’elle sût bien que leurs entrevues allaient cesser. Mais, par la
réserve de son maintien, elle espérait le contraindre à déclarer ses
intentions, à les faire connaître à sa mère. Elle pensait que, jusqu’à
l’entier aplanissement des obstacles secrets qui s’opposent encore à
une demande formelle en mariage, il lui serait possible du moins
d’apercevoir Gustave par la fenêtre; et voilà que maintenant elle ignore
si Gustave n’a pas été découragé par sa froideur; voilà qu’elle ne peut
plus même lui faire signe des yeux qu’elle l’aime et qu’elle l’attend!
elle s’en désole.

Cependant madame Drouart commence à prendre de l’inquiétude: Louise l’a
devinée. La pauvre mère s’en est aperçue à quelques demi-mots dits d’un
ton brusque par sa fille. Une petite pierre, lancée contre les vitres,
et venue on ne sait d’où, lui a suggéré des observations auxquelles
Louise a répondu avec humeur: «Pourquoi ne fait-on pas boucher les
fenêtres? on n’aurait plus rien à craindre!»

A l’occasion de cette petite scène, madame Drouart a changé son plan de
conduite; elle veut chasser de l’esprit de sa fille toute pensée de
méfiance; elle ne veut pas avoir paru douter que Louise pût se bien
conduire, à moins d’être surveillée de près. Les conséquence de ce doute
sur le cœur de sa fille l’effraient; elle donnera à Louise toute liberté
d’agir ce jour-là. Alors, se dit-elle, la malheureuse enfant ne croira
plus que je la force à rester près de moi, parce que je ne n’ai pas de
confiance en elle. Si, après l’aventure de tout à l’heure, si, malgré
cette pierre lancée aux vitres, je lui permets de sortir seule, si je
l’envoie faire quelque course dans le voisinage, elle n’aura plus de
motif pour soupçonner mes craintes; son pauvre cœur en prendra quelque
repos.

D’ailleurs, continua madame Drouart pensive, n’est-il pas possible que
cette pierre tombée du toit, ait été poussée jusqu’ici par le vent; et
si c’est le vent qui nous l’a envoyée, qu’ai-je à redouter? Après tout,
ce jeune homme ne doit-il pas être las de chercher Louise dans les rues,
et cela depuis quinze jours, sans la rencontrer nulle part? Devine-t-il
que Louise va descendre à l’instant même, et se tient-il à notre porte
exprès pour la voir et lui parler?

Heureuse d’avoir trouvé dans ces réflexions un prétexte pour dissiper
les ennuis de sa fille, madame Drouart se disposait à envoyer Louise en
course, lorsque mademoiselle Agathe, qui elle-même venait de la rue,
rentra, et dit qu’un jeune homme (dont elle oublia de dépeindre le
physique et le costume) avait été surpris par elle, jetant de petites
pierres aux vitres de la maison. Elle ajouta que ces mêmes petites
pierres étaient enveloppées dans un billet.

Peut-être ce billet, ainsi lancé, s’adressait-il aux fenêtres voisines;
peut-être encore n’y avait-il qu’une pierre et pas de billet; peut-être
même (et ceci est fort croyable), le jeune homme, surpris dans cette
occupation par mademoiselle Agathe, n’était-il pas Gustave.

Quoi qu’il en soit, Louise pense à Gustave, et elle rougit. Madame
Drouart pense à son jeune homme au manteau, et elle va redoubler de
surveillance. Mademoiselle Agathe, qui pense à ses amours, se met à
rire.

Dans la soirée, mademoiselle Agathe apprit de son père qu’un jeune homme
très-élégant était venu prendre des informations sur madame Drouart et
sa fille; elle apprit encore que ce jeune homme avait donné quatre
pièces de cent sous au père Lamarre, afin qu’il lui gardât le secret de
sa visite. Le lendemain Louise était au courant de cette aventure, et
madame Drouart n’en ignorait pas les plus minutieux détails:
mademoiselle Agathe avait parlé. Madame Drouart voulut aussi que le
vieux portier s’expliquât. Après force excuses, et très-peu
d’hésitation, Lamarre convint de tout, excepté d’avoir reçu vingt
francs.

Louise, certaine de n’avoir pas été oubliée par Gustave, ne put si bien
dissimuler son émotion, sa joie, que madame Drouart n’en conçût des
alarmes plus vives encore que par le passé; elle comprit que cet amour
était trop profondément entré au cœur de sa fille pour céder à de
petites ruses, et, en dépit de ses résolutions premières, elle se décida
à l’attaquer en face.

--Ma fille, dit-elle à Louise, il faut bien que je t’interroge puisque
tu t’obstines à ne pas prendre ta mère pour confidente... Tu as un
secret, tu te caches de moi; à quoi bon? Penses-tu que je n’aie pas lu
dans ton ame Louise, mon enfant, veux-tu me répondre avec franchise?

Louise toute troublée n’osait envisager sa mère.

--Regarde-moi, ma fille, et avoue-moi tout: je ne te gronderai pas. J’ai
été jeune comme toi; comme à toi l’on m’a dit de ces choses qu’on dit à
toutes les femmes de ton âge; je sais combien notre faible sexe est
facile à tromper, combien il se laisse aisément aller aux flatteries...
Toi, tu es si bonne, ma Louise, si naïve, si confiante, que tu ne peux
pas soupçonner le mensonge... Un jeune homme nous voit, il nous fait
mille promesses, mille sermens de fidélité et d’amour, et nous, nous,
malheureuses femmes, nous sommes quelquefois assez crédules pour nous
confier à ces promesses, à cet amour. Ma Louise, je t’en prie...

Et tenant dans ses deux mains les deux mains de sa fille, assise
vis-à-vis d’elle, madame Drouart attirait doucement le corps de Louise
qui tremblait.

--Ma fille, regarde-moi donc, je t’en conjure... écoute bien: ce ne sont
pas des reproches que je veux te faire; tu t’es cachée de moi, je ne
m’en souviendrai plus: mais dis-moi seulement, ma Louise, dis-moi son
nom, dis-moi où tu l’as vu, dis-moi quel est cet homme, et s’il est
vrai que tu l’aimes...

Louise éclata en sanglots.

--Tu l’aimes donc, ma pauvre fille?

--Oui, maman!

Et tandis que leurs deux fronts brûlans penchaient l’un sur l’autre, des
larmes tombaient en abondance sur leurs mains étroitement unies.

--Son nom, ma fille?

Louise hésita long-temps.

--Gustave, dit-elle enfin.

--Gustave! Mais son nom de famille?

--Je ne le lui ai jamais demandé, maman; pourtant je crois que c’est le
même nom que sa cousine: Charrière.

--Et où l’as-tu vu? d’où le connais-tu?

--Oh! maman, il y a bien long-temps pour la première fois! c’est à la
maison royale... Constance, sa cousine, me remettait ses lettres.

--Des lettres! il t’écrivait?

--Je t’assure que je ne les lisais pas... beaucoup; je les déchirais
presque tout de suite.

Il y avait dans l’attitude de madame Drouart plus de douleur que de
colère, moins de colère encore que de surprise.

--Des lettres! reprit-elle, et depuis ta sortie de pension, depuis que
tu es chez ta mère, est-ce qu’il a osé t’écrire?

Louise entraînée, sans savoir comment, à faire la confidence de son
amour, aurait bien voulu revenir sur ses pas, mais elle s’était trop
avancée pour ne pas poursuivre.

--Il m’a écrit, dit-elle d’une voix basse et honteuse, il m’a écrit,
mais je n’ai pas voulu recevoir son billet.

--Bien sûr, ma fille?

--Oh! bien sûr, maman!

Le regard de Louise et le ton de ses paroles témoignèrent de sa
sincérité. Alors madame Drouart exigea une confession tout entière;
elle voulut entrer dans les plus petits détails de cette passion, la
prendre à son origine pour ne la quitter que dans ses derniers
résultats.

Louise déguisa bien des choses, et cependant madame Drouart fut à peu
près instruite de ce qu’elle souhaitait de connaître le plus. Louise lui
conta que l’année d’avant sa sortie de la maison royale avait vu le
commencement de ses amours avec Gustave; que c’était à une distribution
de prix, madame Drouart elle-même présente; que Gustave lui avait fait
donner un billet par Constance, qui en riait beaucoup; que bien souvent,
lorsque madame Drouart venait la demander au parloir, le dimanche,
Gustave se trouvait là avec la mère de Constance; que le hasard seul lui
avait fait rencontrer ce jeune homme dans la rue, un mois après être
sortie de pension; enfin, qu’elle songeait si peu à faire un mystère de
tout cela, que madame Drouart pouvait se souvenir de lui avoir entendu
parler, à diverses fois, de son amie Constance et de Gustave son cousin,
fils d’un agent de change ou d’un banquier.

Madame Drouart convint en effet d’avoir entendu citer ces deux noms par
sa fille, mais sans y attacher la moindre importance. Puis elle ajouta:

--C’est le fils d’un agent de change, ou d’un banquier, dis-tu?
Malheureuse enfant, et comment peux-tu croire qu’un jeune homme riche,
comme doit l’être ce monsieur Gustave, songe sérieusement à t’épouser,
toi sans fortune et presque sans famille? Va, ma Louise, lorsque ma
tendresse s’alarme, sois persuadée que ce n’est pas sans raison. A ton
âge, on se nourrit le cœur d’illusions: on ne sait pas combien de jeunes
gens riches se plaisent à tourner la tête d’une faible fille pour
occuper un temps dont ils ne savent que faire; combien d’autres peuvent
aimer sincèrement qui cependant ne songent pas à prendre pour femmes les
jeunes folles qu’ils aiment.

Louise s’agitait sur sa chaise.

Madame Drouart recueillit ses forces pour donner à sa voix, comme à sa
figure, l’expression de dignité calme qu’elle jugeait propre à faire
quelque effet sur sa fille. Elle lui traça un effrayant tableau des
misères auxquelles l’amour expose leur sexe; elle présenta les hommes,
surtout les jeunes gens des grandes villes, comme capables de fouler aux
pieds tous les devoirs, toutes les vertus, pour satisfaire un caprice,
pour prendre un plaisir d’une minute; elle les montra lâches, cruels, se
vantant des malheurs d’une faible femme, ainsi qu’ils se vanteraient
d’une bonne action; mettant toute leur joie, tout leur orgueil à perdre
la jeune fille qui leur a donné son cœur.

Louise entendit ces paroles avec une visible impatience. Elle
n’ignorait pas pour quelle raison sa mère lui tenait ce langage; et plus
madame Drouart chargeait le tableau pour le lui rendre odieux, plus
Louise se disait tristement: Elle me parle ainsi parce qu’elle ne veut
pas que je l’aime!

Madame Drouart quitta les généralités pour s’attaquer de nouveau et
spécialement à Gustave.--Quel est ce jeune homme? demanda-t-elle. Fils
d’un banquier, qu’importe? S’il avait des vues honorables, à qui se
serait-il adressé d’abord, à toi ou à ta mère?... Il est rare, bien
rare, ma fille, qu’un honnête homme écrive secrètement à celle qu’il
veut épouser. D’ailleurs, ces lettres, tu en es convenue, sa cousine te
les remettait en riant. Elle savait donc, cette cousine, que, pour M.
Gustave, une lettre d’amour était chose peu importante et que toi tu ne
devais pas prendre au sérieux... Et puis, c’est le hasard, m’as-tu dit
encore, qui a renouvelé votre connaissance; tu l’as rencontré au milieu
de la rue un mois après ta sortie de la maison royale?... je le veux
bien. Mais lorsque le hasard te l’a fait retrouver, pensait-il à toi, et
venait-il chez ta mère? Non, sans doute.

--Il ne pouvait pas deviner où nous demeurons, d’autant mieux que
Constance est partie pour la Suisse avec sa famille. Autrement il lui
aurait demandé de mes nouvelles: il me l’a dit. Il a été assez contrarié
du départ de Constance!...

--Soit, mon enfant; mais qu’est-ce que cela prouve? Sa conduite dit-elle
qu’il ait des vues honnêtes? Avant même de savoir où tu avais connu ce
Gustave, je me défiais de ses desseins: car, je te le répète, un galant
homme qui recherche une demoiselle en mariage n’agit pas comme je l’ai
vu faire. Depuis que je sais comment tu l’as connu, après tes aveux de
tout ce qui s’est passé entre vous, je suis bien loin de changer
d’opinion sur son compte. Encore une fois, s’il n’a que des projets
honorables, à qui doit-il parler? à ta mère ou à toi?

--Tu me grondes! reprit Louise. Et c’est justement ce que je lui ai dit:
Monsieur, allez trouver maman.

--Tu as bien fait, ma fille; mais est-il venu me parler? l’ai-je vu?
Non, certes; il s’en donnerait de garde.

Louise ouvrait la bouche pour répondre que Gustave était venu, témoin
les vingt francs donnés au portier; mais elle pensa vaguement que madame
Drouart trouverait encore quelque chose à blâmer dans cette manière de
prendre des informations sur leur compte, et elle se tut. Au fond du
cœur elle était fâchée contre sa mère.

Ce fut bien pis lorsqu’elle entendit madame Drouart lui dire, jusqu’à
deux fois, avec assurance: Ce jeune homme te trompe: il ne t’aime pas.

Louise, eût-elle douté elle-même de l’amour de Gustave, aurait
difficilement supporté qu’un autre en doutât. Mais, certaine de posséder
cet amour, elle pouvait encore moins souffrir qu’on lui voulût nier
qu’elle fût aimée.

Son impatience, long-temps contenue, perçait dans son regard. Son geste
devint sec, sa parole brève, et ses joues s’enflammèrent de dépit.

Elle se leva, s’en alla s’asseoir à l’autre bout de la chambre, prit une
aiguille, une étoffe à broderie; puis, aux quelques mots que lui adressa
madame Drouart, elle ne fit plus aucune réponse.

Madame Drouart, à son tour, se lève pour passer dans son cabinet; mais
avant de sortir elle s’arrête devant sa fille, et là, mécontente de
l’effet inattendu produit par ses paroles, ne voulant pas paraître avoir
affirmé un fait faux ou même douteux, excitée par la mauvaise humeur de
Louise, elle répète d’un ton de voix empreint de colère: Non,
certainement, il ne t’aime pas!

Louise, quoique profondément blessée, continue à garder le silence.

--Mon Dieu, s’écria madame Drouart quand elle fut seule, que vais-je
devenir?... quelle enfant! Peut-être m’y suis-je mal prise pour la
guérir d’un fol amour; mais, mon Dieu, vous le savez, mes intentions
étaient bonnes!... A qui maintenant irai-je demander des conseils? Je
ne sais plus, moi, comment faire...

Après un moment de réflexion, elle se dit: C’est peine inutile: toute la
conduite de ce jeune homme fait voir assez ce qu’il faut penser de lui.
Mais, n’importe, je veux prouver à Louise que mes craintes ne
m’abusaient pas; je veux prendre des informations sur la moralité de M.
Gustave Charrière. Le général Darvin connaît peut-être cette famille.



CHAPITRE VIII.


C’était le matin du jour de l’an. Madame Drouart venait de sortir pour
faire quelques visites obligées. Mademoiselle Agathe, à qui madame
Drouart avait recommandé de ne pas quitter Louise, courait tous les
étages de la maison. Louise, seule dans la chambre, s’ennuyait et
pleurait.

On sonne. Louise ne se hâte pas d’ouvrir: elle craint de laisser voir
qu’elle a pleuré. On sonne de nouveau. Pour donner à ses yeux le temps
de se sécher, pour être aperçue le plus tard possible par la personne
qui va paraître, Louise se met de côté pour ouvrir la porte; de façon
qu’en tirant la porte à elle, tout son corps se trouve caché derrière.

Une voix d’homme demande timidement:

--N’est-ce pas ici qu’on vend du papier timbré?

A cette voix qu’elle a reconnue, Louise tremblante, effrayée, se serre
tant qu’elle peut contre le mur; elle n’ose bouger; elle retient son
haleine; elle espère qu’on ne la verra pas.

Mais, en avançant la tête, Gustave (car c’est lui), vient d’apercevoir
Louise. Il entre sur la pointe du pied, puis dit précipitamment et à
voix basse: Prenez cette lettre; et si vous m’aimez, répondez-moi!

Une lettre est tombée aux pieds de Louise, qui se baisse pour la rendre
sans doute: mais Gustave a disparu; elle entend ses pas dans l’escalier.

Vite, elle referme la porte. Maintenant que va-t-elle faire?
Lira-t-elle ce billet? Oh, oui; mais elle n’y répondra pas....

                                                     Ce 1er janvier.

Louise, qui donc aujourd’hui vous apporterait ses vœux de bonheur, si
moi, moi qui vous aime plus que la vie, je ne vous apportais les miens?

Je ne sais comment je pourrai vous faire tenir ce billet: mais dussé-je
passer tout le jour à votre porte, il faut que ma voix se fasse entendre
de vous. Louise, je ne vous vois plus: je suis malheureux. D’où vient
que vous ne sortez pas? Votre mère vous garde-t-elle comme une
prisonnière, et mon amour serait-il cause des privations que vous
endurez? Non, ce n’est pas vous qui vous condamneriez volontairement à
la solitude, vous qui possédez tout ce qu’il faut pour paraître avec
éclat dans le monde... surtout vous n’auriez pas l’affreux courage de
vous cacher à mes yeux, lorsque vous savez que ne pas vous voir me tue.
Il est impossible, Louise, que vous me haïssiez au point de vouloir ma
mort. Quel mal vous ai-je fait? Est-ce donc un si grand crime que de
vous trouver belle et de vous aimer?

Mais, non, vous ne repousserez pas ma tendresse; vous me pardonnerez une
passion qu’aucune force humaine ne pourrait arracher de mon cœur. Moi
seul, Louise, je ne me pardonnerai jamais cette passion, s’il est vrai,
comme je le crains, que votre mère vous en punisse. O Louise, dites-moi
que vous n’êtes pas malheureuse par ma faute; dites-moi que ce n’est pas
Gustave qui cause vos larmes... Ah, que dis-je? ma tête s’égare;
j’ignore ce que je vous écris; je ne sais en quel trouble me jette un
amour qui fera le désespoir de ma vie!

Louise, répondez-moi un mot, un seul mot. Si je vous ai offensée par
quelque parole imprudente, Louise, songez qu’en ce jour toutes les
offenses se pardonnent... C’est le jour des réconciliations. Louise, ma
Louise, une ligne de votre main charmante! Que je sache quel sort vous
me réservez!... Hélas! je le jure, votre bonheur est le plus cher de mes
vœux. Louise, si vous vouliez m’entendre?...

Adieu. Ne me haïssez pas. Demain, à midi juste, je viendrai frapper à
votre porte sous prétexte d’acheter une feuille de papier timbré. J’y
viendrai tous les jours à midi, jusqu’à ce que vous m’ayez dit: Je vous
aime! ou que vous m’ayez fait chasser honteusement par votre portier.

Louise, lorsque je viendrai demain, à midi, chercher une réponse, est-ce
vous qui m’ouvrirez ou sera-ce votre mère?

A propos de votre mère, je vous dirai demain ou après quels sont mes
motifs pour lui cacher mon amour, un ou deux mois encore. Ces motifs,
vous les approuverez, car ils n’ont rien qui ne puisse s’avouer, rien
qui ne soit honorable.

Adieu, Louise. Si vous n’êtes pas la plus cruelle des femmes, si vous
n’êtes pas sans pitié pour qui vous aime, vous me tiendrez prêt un petit
mot de bonheur pour demain à midi.

       *       *       *       *       *

Madame Drouart rentra sur les quatre heures, très-fatiguée. Elle dit à
Louise que M. Darvin était à la campagne depuis la veille et qu’il ne
serait de retour à Paris que le 6 du mois.

Louise parut surprise de cette nouvelle; elle ignorait que sa mère fût
allée chez le général Darvin. Madame Drouart, qui ne se souvenait plus
d’avoir fait à sa fille un mystère de cette visite, s’aperçut de son
imprudence; elle en accepta les conséquences sans hésiter.

--Que vouliez-vous dire au général Darvin? demanda Louise inquiète.

--Il me semble, reprit madame Drouart, que, ne l’ayant pas trouvé chez
lui lorsque nous nous y présentâmes à votre sortie de la maison royale,
nous lui devons assez de reconnaissance, pour que moi, votre mère, je
lui fasse une visite de jour de l’an... Mais il sera de retour à son
hôtel le 6, ma fille, et je lui parlerai de vous, ajouta madame Drouart
avec un ton de menace; je lui ferai savoir comment vous avez mis à
profit l’éducation qu’on vous a donnée.

Louise confuse ne jugea pas utile de prolonger la conversation sur
cette matière.

La vérité est qu’à propos du jour de l’an madame Drouart était allée
demander aux personnes qui lui portaient quelque intérêt, des
renseignemens sur la famille Charrière, et des conseils sur les moyens à
prendre pour sauver sa fille et elle de tout malheur.

Après avoir épuisé toutes les ressources de l’amour maternel et de la
prudence, elle n’avait plus d’espoir que dans les conseils de ses amis,
ou, pour mieux dire, de ses protecteurs; mais les uns l’accueillirent
d’un air si froid qu’elle n’osa leur parler intimement de Louise; les
autres, qui ne connaissaient ni Gustave ni sa famille, lui ouvrirent
des avis si impossibles à suivre, qu’elle en demeura plus embarrassée
qu’auparavant. Le général Darvin, sur l’amitié, sur la sagesse de qui
elle fondait le plus d’espérance, le général Darvin n’était pas à Paris.
Ce contre-temps l’affligea beaucoup; cependant elle pensa qu’en
s’établissant jusqu’au 6 la gardienne sévère de sa fille, rien de
fâcheux ne pourrait survenir.

D’ailleurs elle avait été absente quatre heures durant, et Louise
pendant ces quatre heures n’avait pas quitté la chambre. Le portier et
mademoiselle Agathe, interrogés avec adresse, rassurèrent complétement
madame Drouart là-dessus. Elle prit donc le parti d’attendre jusqu’au
6.

Le 2, à onze heures et trois quarts, Louise entra dans le cabinet de sa
mère.

--Mon Dieu, comme il fait froid! dit-elle.

Madame Drouart se tenait les pieds sur une chaufferette.

--Mais ce cabinet est glacial, maman; je ne sais pas comment tu peux y
rester?

--L’habitude, ma fille....

--Oui, l’habitude d’être malade, n’est-ce pas? Mais tu as les mains
toutes glacées! et puis les joues aussi....

Louise embrassa sa mère.

--Viens donc te chauffer, reprit-elle; je t’ai allumé un grand feu de
l’autre côté.

Madame Drouart résista d’abord, puis, vaincue par les baisers de sa
fille, elle passa dans la chambre.

--Il faut bien faire tout ce que tu veux, dit l’heureuse mère en
souriant.

Un moment après, on sonna légèrement à la porte d’entrée.

--Ne te dérange pas, ma bonne maman; tu es si bien près du feu!

Louise courut au cabinet; puis, quand elle revint:

--Qui était-ce, ma fille? demanda madame Drouart sans défiance.

--Quelqu’un qui se trompait, maman.

                                                             2 janvier.

     Louise, recevrai-je une réponse à ma lettre d’hier? J’en doute,
     hélas! Vous n’avez peut-être pas même lu ce que je vous ai écrit!
     et cette seconde lettre, Louise, aura-t-elle le même sort que la
     première? Méchante, si vous saviez comme je suis triste loin de
     vous! Ma Louise, un mot, de grâce: je ne puis vivre ainsi; ce sont
     trop de tourmens à la fois. Que faites-vous tout le jour? d’où
     vient que je ne vous aperçois plus nulle part, pas même à la
     fenêtre? Mais, Louise, qu’ai-je donc toujours à me plaindre? Ne
     vous ai-je pas vue hier? ne vous ai-je pas parlé? n’est-ce donc pas
     là du bonheur? Non, Louise: le bonheur, c’est de vous voir sans
     cesse, de vous parler sans cesse; de ne pas vous quitter; d’être
     avec vous au travail, aux repas, aux heures du sommeil, à toutes
     les heures, Louise!... Oh, dites-moi, Louise: n’est-ce que de
     l’amour ce que je ressens pour vous? De l’amour, je ne sais; c’est
     de la fièvre, du délire! J’erre toute la nuit et tout le jour sous
     vos fenêtres... A midi!... quand sonnera-t-elle donc, cette heure
     où je dois vous voir! Oh, Louise, les heures s’écoulent bien vite
     pour vous! Que vous importe? mais, moi, il me semble que chaque
     heure dure une éternité. A midi, Louise! Malheureux! si elle ne me
     recevait pas! si ce n’est pas elle qui vient m’ouvrir! Je vous en
     supplie, Louise, ne me causez pas ce chagrin, j’en mourrais sur
     place.

     Adieu, adieu. Celui qui ne vit, ne respire que par vous et dans
     vous.

     _P. S._ Notre sort est entre vos mains, Louise. L’obstacle à nos
     désirs, peut-être vous en doutiez-vous, c’était votre peu de
     fortune. Un moyen se présente qui lèvera toute difficulté. Ce
     moyen, je n’ose vous le faire savoir sans être sûr de votre cœur.
     Répondez-moi donc que vous m’aimez. Abandonnez-vous à moi.... Notre
     amour ne connaîtra plus d’empêchement... Il faut avouer pourtant
     que mon père a quelquefois de singulières idées....

     Louise, quand donc serai-je assez aimé de vous pour ne pas craindre
     de vous apprendre quelles conditions mon père met à notre bonheur?

Louise ne se dissimulait pas combien il est mal à une jeune fille de
recevoir des lettres à l’insu de sa mère; mais elle se faisait une
excuse de la nécessité. Voici son raisonnement: Si ce n’est pas moi qui
prends les lettres de Gustave, elles tomberont entre les mains de
mademoiselle Agathe ou de maman: je serai perdue. Pour éviter des
reproches et peut-être pis, il faut donc que je reçoive moi-même tout
ce qu’il lui plaira de m’écrire.

Sous prétexte du froid, elle avait décidé sa mère à rester constamment
dans la chambre, près du feu; et pour n’éveiller aucun soupçon, Louise
plusieurs fois dans le jour, à des heures différentes, s’empressait
d’aller ouvrir la porte, lorsque quelqu’un y venait sonner.

Souvent aussi elle laissait mademoiselle Agathe ou sa mère s’acquitter
de cette besogne, soit qu’elle les y invitât elle-même en souriant, soit
que, par son peu d’empressement à quitter sa chaise, elle leur fit
comprendre que cette charge devait être partagée entre elles trois.

Selon Louise, sa mère, en la voyant courir à la porte ou rester en
place, indifféremment, à quelque heure de la journée que ce fût, ne
pouvait s’apercevoir que c’était toujours elle qui allait ouvrir, à midi
sonnant.

Cependant madame Drouart n’était pas tout-à-fait sans défiance. Louise,
d’autre part, craignit d’avoir excité les soupçons de sa mère.

Dans la matinée du 3, vers les neuf heures, quelqu’un tourna le bouton
de la porte. Louise se levait.

--Restez, ma fille, dit madame Drouart avec un geste de mauvaise humeur;
je vais répondre moi-même.

Louise tremblait pour sa lettre de midi. Il est temps, pensa-t-elle, que
Gustave cesse de m’écrire: nous serions surpris d’un jour à l’autre. Si
j’ai le bonheur de le voir encore une fois, je l’avertirai.... Je lui
dirai de ne plus m’apporter de lettres... J’aime mieux lui parler, lui
donner un rendez-vous.... Maman sort le 6; eh bien, le 6 il
s’expliquera; nous nous verrons le 6: car lui écrire, c’est ce que je ne
ferai jamais; et pourtant il faut bien qu’il connaisse mes raisons et
que moi je connaisse les siennes!...

A midi moins quelques minutes, Louise entendit un coup de sonnette, et
elle se précipita vers la porte d’entrée. Gustave lui tendit une lettre
dont elle ne se saisit pas tout de suite, tant elle était effrayée.--Le
6, toute la journée, attendez-moi au coin de la rue Saint-Denis, lui
dit-elle à voix basse et à la hâte. Le 6, entendez-vous?... Ne m’écrivez
plus!

Puis elle referma bien vite la porte sur Gustave, qui lui jeta son
billet, en fuyant.

Louise se baissait pour ramasser la lettre de Gustave, quand une main
plus empressée que la sienne s’en saisit.

Pas un mot ne fut échangé entre la fille et la mère. Madame Drouart
rentra dans la chambre où sans doute elle lut le billet de Gustave.
Louise n’osa de long-temps sortir du cabinet.

Enfin elle revint près de sa mère. Madame Drouart lui dit d’un ton
ferme: Ma fille, avant quatre jours vous aurez quitté Paris. En
attendant, je vous ordonne de ne rien faire qui me déplaise. Si mon
autorité est impuissante; si vous avez méconnu tout, l’amour de votre
mère, la voix de votre père lui-même, il est des lois en France, des
lois que je n’invoquerai pas en vain, et qui protégeront ma vieillesse
contre la honte d’une fille qui se déshonore.

En achevant ces mots, madame Drouart sortit de la chambre et s’enferma
dans son cabinet. Là, seule avec ces tristes pensées, elle s’abandonna à
toute sa douleur, demandant mille fois à Dieu de l’éclairer dans la
conduite qu’elle devait tenir. Elle avait menacé Louise de l’autorité
des lois, sachant bien qu’il n’est, en aucun pays du monde, des lois qui
protégent les mères contre le déshonneur de leurs filles; et ces lois
existassent-elles, qui donc lui donnerait la force d’appeler leur
châtiment à son secours? Non. Le seul espoir qui lui reste est tout
entier dans les conseils du général Darvin. Il l’aidera de son
expérience, de son amitié. C’est le protecteur, l’appui de leur famille.
Il sauvera la femme et la fille du capitaine Drouart!...

Dans cette pensée, où elle se console, la malheureuse veuve a puisé
quelque courage.

Mais tandis que sa mère reprend un peu de tranquillité, Louise,
abattue, se livre aux plus sinistres pressentimens. Elle a quelquefois
entendu dire à ses amies de pension qu’il est, au haut de la rue
Saint-Jacques, une maison tenue par les religieuses de Saint-Michel.
C’est là que les pères et mères font enfermer les filles coupables. On
leur coupe les cheveux, on les revêt d’une robe grossière; on les
séquestre du monde. Là elles prient, pleurent et travaillent quatorze
heures par jour. De grands murs sombres s’élèvent de toutes parts: c’est
moins un pensionnat qu’une prison. Louise s’en épouvante.--Oh! se
dit-elle, j’aurais été si heureuse avec Gustave! Il m’aime tant, lui!
S’il ne m’aimait pas, que deviendrais-je? Mais je le verrai le 6: il me
dira ce qu’il faut faire; c’est mon seul ami, maintenant! Pourvu que ma
mère ne m’enferme pas avant que je ne l’aie vu! Mais encore trois jours!
Mon Dieu! le 6 ne viendra-t-il jamais?

Enfin, le 6 arriva. Sur les quatre heures environ, madame Drouart, après
avoir dit qu’elle serait de retour à six heures au plus tard, pour
dîner, sortit, en recommandant très-expressément à mademoiselle Agathe
de ne pas quitter sa fille. Mademoiselle Agathe répondit que madame
pouvait être tranquille, que ses ordres seraient exécutés de point en
point.

Cette réponse de la femme de ménage ôtait à Louise toute chance d’aller
à son rendez-vous; elle en conçut un violent dépit.

Mais sitôt que mademoiselle Agathe fut seule avec Louise: Si
mademoiselle ne veut rien dire à sa maman, dit-elle, je descendrai à la
loge; nous avons aujourd’hui un grand dîner...

--Certainement, mademoiselle Agathe, répondit Louise contenant à peine
sa joie, certainement, que vous pouvez descendre.

--Mais mademoiselle n’en dira rien à sa maman?

--Rien du tout, mademoiselle Agathe, je vous assure.

--C’est aujourd’hui _les Rois_, voyez-vous? et mon papa veut que nous
les tirions en famille.

--Il n’y a rien de plus simple que cela, mademoiselle Agathe.

--Je vais vous dire: vous savez bien ce jeune homme qui est venu l’autre
jour, et qui a donné vingt francs pour les informations que...

--Oui, oui, je me rappelle; eh bien?

--Eh bien! c’est avec le reste de ces vingt francs-là que nous nous
régalons aujourd’hui; je n’en ai pas voulu parler à madame, parce que
cela n’aurait peut-être pas fait plaisir à madame... au lieu qu’à
mademoiselle, ça lui est bien égal que nous tirions les Rois avec
l’argent de ce jeune monsieur...

--Mon Dieu! oui, mademoiselle Agathe. Allez, amusez-vous: la maison
n’est pas si gaie!

--Mademoiselle a bien raison; madame est toujours d’une humeur...

--Enfin, que voulez-vous?... Descendez chez votre père, mademoiselle
Agathe, restez-y tout le temps qu’il vous plaira; si l’on ne s’amuse pas
à notre âge... Tenez, je vais sortir avec vous. Il y a si long-temps que
je n’ai pris l’air!..

--Mais vous n’irez pas loin, mademoiselle?

--Ici en face.

--Vous serez rentrée avant que votre maman ne revienne?

--Et vous aussi, mademoiselle Agathe?

--Oh! pour cela, certainement, mademoiselle; il ne me faut que le temps
de mettre le couvert et de dîner.

--Et moi le temps d’aller jusqu’au bout de la rue et d’en revenir.

Mademoiselle Agathe descendit les marches de l’escalier quatre à quatre
et en chantant.

Louise mit son beau bonnet de dentelle, se couvrit les épaules d’un
petit schall de mérinos brun; après quoi elle regarda tout autour
d’elle comme pour s’assurer si sa mère ne la voyait pas...

Tout à coup elle se surprit à manquer de courage; elle s’avança
craintive jusqu’à la porte; puis elle revint; puis elle s’assit
honteuse, effrayée, dans un coin de la chambre.

Tout le temps de sa conversation avec mademoiselle Agathe, Louise avait
bien senti en elle quelque chose d’extraordinaire, d’irrésistible, qui
la poussait au mal. Sa voix faiblissait à chaque phrase. Ce n’était pas
là son ton, son humeur habituelle. Cependant elle croyait pouvoir,
jusqu’à la fin, lutter contre sa conscience. Mais à cette heure, près du
but, elle recule; elle tremble à l’idée de tromper sa mère, de lui
désobéir; elle rougit de honte au souvenir des paroles qu’elle a dites à
mademoiselle Agathe. La voilà donc devenue, en quelque sorte, la
complice d’une servante! Elle ne peut comprendre comment cela est
arrivé. Ce qu’elle comprend encore moins, c’est d’avoir médité, exécuté
presque le dessein de voir Gustave, malgré la défense qui lui en a été
faite.

Pourtant Gustave ne l’attend-il pas? Que dira-t-il s’il ne la voit pas
venir? Ne pourra-t-il pas croire qu’elle l’oublie? Et demain, demain, à
midi, il voudra lui parler; il lui apportera une lettre..; et si cette
lettre tombe encore entre les mains de sa mère!

Cette dernière considération l’entraîne: elle se lève.

Mais en passant par le cabinet de madame Drouart, le premier objet qui
frappe les regards de Louise, c’est le vieux fauteuil de sa mère... elle
s’arrête; elle revoit, par la pensée, sa mère assise dans ce fauteuil;
il lui semble qu’une voix bien connue va lui dire:

--«Où allez-vous, ma fille?»

Elle hésite; ses jambes se refusent à la conduire. On dirait qu’elle a
peur, car elle revient précipitamment dans la chambre, et elle s’écrie,
en ôtant bien vite son schall et son bonnet:

--Oh! non, non, je n’irai pas!

Louise tirait un des boutons de la commode où elle a coutume de serrer
ses vêtemens, lorsqu’un léger bruit se fait entendre à la porte
d’entrée. On sonne.

Combien alors Louise se félicite de n’être pas allée à son rendez-vous!
C’est peut-être sa mère? Mais est-il possible qu’elle soit déjà de
retour? Lui serait-il donc arrivé quelque accident en chemin?

Louise se hâte d’ouvrir.

C’est Gustave! Il est entré.

--Louise, vous êtes seule; j’ai vu sortir votre mère. Je vous attends
depuis ce matin... j’ai mille choses...

--Sortez! sortez! M. Gustave, s’écrie Louise épouvantée. Si l’on vous
trouvait ici... mon Dieu!.. Malheureuse!.. M. Gustave, au nom du ciel,
si vous m’aimez...

--Louise, il faut que je vous parle absolument. Des affaires de la plus
haute importance...

--Sortez! sortez! je vous en conjure!

--Vous m’aviez promis un rendez-vous...

--J’y vais, je vous suis... Mais sortez, par pitié pour moi... Si maman
rentrait... Oh! mon Dieu!.. M. Gustave, je vais vous rejoindre... mais
sortez! sortez!

--Vous allez venir?

--Tout de suite; mais ne me perdez pas en restant une seconde de plus
ici... Vous me tuez, M. Gustave, vous me tuez!

--Je puis compter sur votre parole? Songez que je vous attends depuis ce
matin...

--Oui, oui, j’y vais, j’y vais... Mais sortez donc, mon Dieu, sortez!

Gustave se décida enfin à quitter la place. Louise le suivit bientôt en
s’encourageant tout bas par cette réflexion: puisqu’il le faut, j’aime
encore mieux lui parler dans la rue que chez nous: je cours moins de
risques.



CHAPITRE IX.


Madame Drouart attendit long-temps le général Darvin. On ne savait au
juste à quelle heure il rentrerait; toutefois ce ne pouvait être plus
tard que sept heures; il en était cinq. Mais rester là deux heures
encore n’était pas chose possible. Madame Drouart pensait à
l’impatience, à l’inquiétude peut-être de sa fille. Elle préféra ne
voir le général que le lendemain.

Arrivée dans sa rue, elle leva les yeux aux fenêtres de sa petite
chambre, et elle n’y vit aucune lumière.

En mettant le pied dans la maison, elle entendit de grands éclats de
joie sortir de la loge du portier. Elle pencha la tête, et aperçut
mademoiselle Agathe dînant en famille.

--Je donnerai demain congé à cette fille, se dit-elle; ce n’est pas
ainsi qu’on doit se conduire.

En montant l’escalier sombre, une sorte de crainte vague la prit.

Parvenue, à grand’peine, jusqu’à la porte de son troisième étage, elle
tourna le bouton pour entrer. La porte résista: elle était fermée à
clef.

Elle sonna; elle sonna deux fois; elle sonna long-temps et fort. Rien!

Elle prêtait l’oreille, personne ne bougeait dans la chambre.

Sa tête s’enflamma; elle se mit à crier. Aucune voix ne répondit à la
sienne.

Après tout, se dit-elle, il est possible que Louise soit endormie.

Elle descendit l’escalier à tâtons, péniblement, toujours près de rouler
d’étage en étage.

Elle arriva dans la cour, ouvrit la porte de la loge: tout le monde
chantait, buvait, était ivre, sauf mademoiselle Agathe pourtant.

Sans oser dire un mot sur sa fille, madame Drouart demanda la clef de sa
chambre.

Mademoiselle Agathe prit la clef qui pendait à un clou, se saisit d’une
chandelle, et, précédant madame Drouart, elle monta.

Madame Drouart suivait chancelante de fatigue et d’émotion.

Les trois étages montés, la porte ouverte, mademoiselle Agathe remit la
chandelle entre les mains de madame Drouart, à qui elle dit: Madame
serait-elle assez bonne pour me permettre d’aller finir mon dîner? Nous
n’avons pas encore tiré les Rois.

--Allez, lui dit madame Drouart.

En avançant de son cabinet dans la chambre, il lui sembla que tout était
seul et vide.

Ses yeux cherchaient de tous côtés: elle n’aperçut rien.

La chandelle lui tomba des mains; elle se baissa pour la ramasser; elle
regretta qu’elle ne se fût pas éteinte.

--Louise! dit-elle à voix base.

Louise!

Elle répéta: Louise! d’une voix si faible qu’on eût dit que sa voix même
lui faisait peur à entendre.

Un tiroir était tout grand ouvert, elle y regarda: le schall de Louise
et son bonnet de dentelle n’y étaient plus.

Elle déplia un mouchoir qui lui parut dur au toucher: de ce mouchoir
s’échappèrent deux lettres:

Elles étaient signées _Gustave_.

Dans un des coins de ce tiroir, elle aperçut une troisième lettre:
c’était la lettre de son mari à sa fille: _Pour Louise_.

Cette lettre, Louise ne devait jamais la quitter!

Elle l’avait laissée là avant de sortir.

Madame Drouart tomba les deux genoux par terre, et murmura: Louise, ma
fille, mon mari, mon Dieu!

Le lendemain matin mademoiselle Agathe la trouva étendue raide au milieu
de la chambre.

FIN DE LA PREMIÈRE PARTIE.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Un enfant, t. 1/3" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home