Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Voyage dans la lune avant 1900
Author: d'Avray, A. de Ville
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Voyage dans la lune avant 1900" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



from images generously made available by the Bibliothèque
nationale de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



  Au lecteur

  Cette version électronique reproduit dans son intégralité
  la version originale.

  La ponctuation n'a pas été modifiée hormis quelques corrections
  mineures.



  VOYAGE DANS LA LUNE
  AVANT 1900

  PAR

  A. DE VILLE D'AVRAY

  PARIS

  Librairie FURNE
  JOUVET & Cie EDITEURS
  _5 RUE PALATINE_

  HÉROLD & Cie Imprimeurs,
  131, Boulevard St Michel, PARIS.



PRÉFACE

Le présent Album n'a été fait pour aucune Société savante, pas même
pour être présenté à l'Académie des Sciences, Arts et Belles-Lettres si
magistralement présidée par M. Baboulifiche.

Je l'ai composé feuille par feuille, pendant les longues soirées
d'hiver, au milieu de mes enfants, sous leurs yeux et dans l'unique but
de les amuser.

La faveur qu'ils lui ont témoignée dès le début, et qu'ils ne cessent
de lui témoigner encore, m'ayant porté à croire que d'autres enfants
pourraient le goûter comme eux, je me décide à le livrer aux hasards de
la publicité.

Les gens très graves et très sérieux hausseront peut-être les épaules
en le parcourant, mais que m'importe, pourvu qu'il fasse rire les
bébés, sourire les mamans et se dérider les papas rendus parfois
soucieux par les mille tracas de la vie.

Va donc, petit livre, et bonne chance!



M. Baboulifiche, président de l'Académie des Sciences, Arts et
Belles-Lettres, et Secrétaire perpétuel de la _Société universelle
astronomique fin de siècle_ de Fresnay le Puceux, après une lecture
annonçant qu'en 1900 on pourra voir la Lune à un mètre, se demande
s'il ne lui serait pas possible de mieux faire et... se propose d'y
aller incognito.--Le vieil aérostat qui a déjà bien des fois servi pour
les fêtes de l'Académie et autres solennités locales est encore en
assez bon état, et pourrait parfaitement supporter le poids de deux et
peut-être même de trois personnes.


Monsieur Baboulifiche fait part de ses intentions à son domestique
Papavoine et lui donne l'ordre de se préparer à l'accompagner dans la
Lune, vers laquelle il compte se diriger dès le lendemain, au point du
jour.--Ébahissement désespéré de Papavoine.


Après avoir fait en gémissant ses paquets, Papavoine s'endort, sans
avoir le courage de se mettre au lit.--Plein d'une tendre sympathie
pour les chagrins de son maître, le chat s'endort aussi.


Au lever de l'aurore et suivant un procédé de son invention, M.
Baboulifiche, aidé par son domestique, remplit de gaz le ballon
l'_Intrépide_ qui doit les enlever dans la Lune.


En route pour la Lune!--Le ballon l'_Intrépide_ traverse un nuage, la
Terre s'éloigne, la Lune se rapproche, courage!--Papavoine a mal au
cœur et son maître aussi.--L'Aérostat, un peu délesté, acquiert une
plus grande force d'ascension.


L'attraction lunaire étant devenue par trop grande, le ballon éclate et
se précipite avec une rapidité vertigineuse vers la surface légèrement
accidentée de la Lune.


Brusque arrivée de M. Baboulifiche et de son domestique Papavoine dans
la Lune.


Par une chance des plus heureuses, les vêtements de M. Baboulifiche
avaient seuls été traversés par la pointe aiguë du rocher sur lequel
il était tombé, lors de son arrivée dans la Lune, et comme le digne
Président était passablement lourd, l'étoffe finit par céder et M.
Baboulifiche ne tarda pas à se trouver désembroché.--Aussitôt sur pieds
et sans se préoccuper des avaries de sa culotte, ni d'une sensation
douloureuse qu'il éprouve dans un certain endroit qu'il est inutile de
nommer, notre courageux explorateur se met à la recherche de Papavoine
qui a totalement disparu.


Entendant de sourds gémissements sortir d'une étroite crevasse, M.
Baboulifiche se met à plat ventre au bord de ce trou et aperçoit tout
au fond le malheureux Papavoine couché et à moitié englouti dans une
substance qui lui paraît être une eau heureusement peu profonde.


Papavoine s'étant aperçu qu'un faible rayon de lumière semblait venir
de derrière lui, s'était retourné et avait découvert un étroit passage
dans lequel il s'engagea en rampant. Malheureusement, cette espèce de
galerie se rétrécissait de plus en plus, si bien que, lorsqu'il fut
enfin arrivé à l'ouverture, l'infortuné Papavoine ne put qu'avec bien
du mal sortir sa tête, ses épaules, ses bras et le haut de son corps;
mais le reste n'aurait jamais passé sans l'aide de M. Baboulifiche qui,
à force de tirer, parvient à arracher de ce terrier son malheureux
domestique.


Joie délirante de M. Baboulifiche qui, contrairement à l'opinion
généralement admise, croit avoir découvert de l'eau dans la Lune
au fond de l'espèce de citerne dans laquelle Papavoine était
tombé.--Combien grande est sa déception, lorsqu'il constate, après plus
ample examen des vêtements de Papavoine, que cette prétendue eau n'est
que de la cendre.


M. Baboulifiche et son domestique ayant rencontré un banc de moules
gigantesques, en prennent chacun une et cherchent un endroit où ils
puissent les faire cuire, car la nuit arrive, la Terre se lève et leurs
estomacs vides depuis longtemps commencent à crier famine.


M. Baboulifiche ayant aperçu une espèce de vaste édifice en
ruines éclairé par les rayons blafards de la Terre, en prend la
route, avec son domestique, dans l'intention d'y aller souper et
coucher.--Papavoine, beaucoup moins gros et plus alerte que son
maître, le laisse bientôt en arrière, car M. Baboulifiche, essoufflé,
tout en nage, est obligé de s'arrêter et de poser sa moule à
terre, c'est-à-dire à Lune, pour se reposer un moment et reprendre
haleine.--Mais, horreur! la moule s'entr'ouvre, une bête hideuse en
sort et s'élance vers M. Baboulifiche qui, très effrayé, se fait un
rempart de son parapluie et se sent de très grandes dispositions à
fuir.


Pendant que M. Baboulifiche court à toutes jambes pour aller se
réfugier dans les ruines, son malheureux domestique Papavoine est de
son côté victime d'un effroyable accident.--Étant arrivé avant son
maître, il avait déposé sa moule sur le sol et s'était assis à côté,
lorsque tout à coup il se sentit saisir par les jambes et entraîner par
la moule qui, crac... se referma sur lui.


Avec une peine inouïe, M. Baboulifiche parvient enfin à retirer
Papavoine de sa cruelle situation.--Le maître et le valet essaient
ensuite d'extraire de sa coquille la bête enragée, mais une patte de
celle-ci casse et nos deux voyageurs tombent à la renverse.


Après avoir allumé un bon feu, M. Baboulifiche et Papavoine embrochent
la bête et se complaisent à la voir griller.


Après souper et avant de se livrer au sommeil, M. Baboulifiche
juge prudent d'aller faire une petite reconnaissance autour de sa
nouvelle demeure.--Il sort donc avec Papavoine et se trouve bientôt en
présence de monstres horribles qui semblent vouloir se précipiter sur
eux.--Frayeur générale!--M. Baboulifiche croise pourtant la baïonnette
avec son parapluie tandis que le pauvre Papavoine tout tremblant se
cache derrière son maître.


Prenant courageusement leurs jambes à leur cou, M. Baboulifiche et
Papavoine avaient cherché leur salut dans la fuite, mais tous leurs
efforts furent inutiles. De tous côtés ils rencontraient des légions de
bêtes, toutes plus affreuses les unes que les autres et qui semblaient
les regarder avec convoitise.--Croyant bien leur dernière heure venue,
M. Baboulifiche sent ses jambes fléchir sous lui, tombe assis et se
cache la tête sous son parapluie, pour se dérober au moins le spectacle
de tous ces monstres épouvantables.--Il pense, d'ailleurs, avec
beaucoup de bon sens, que si ces monstres doivent le dévorer, il n'a
pas besoin de les regarder faire.--Partageant la manière de voir de son
maître et son envie de ne pas voir, Papavoine vient se réfugier auprès
de lui et lui reproche de l'avoir stupidement entraîné dans ce voyage,
où ils vont tous les deux trouver la mort et servir de dîner à de sales
bêtes inconnues.


Au bout de quelques minutes qui lui parurent fort longues, M.
Baboulifiche voyant qu'il n'était pas encore dévoré et que rien ne
semblait bouger autour d'eux, se hasarda à sortir la tête de dessous
son parapluie et remarqua qu'aucun de leurs ennemis n'avait changé
d'attitude.--Alors, malgré les récriminations de Papavoine, à moitié
mort de peur, le courageux Président s'en fut observer de plus près ces
hideux animaux et son intelligence, supérieure reconnut aussitôt qu'ils
étaient tous parfaitement pétrifiés.--M. Baboulifiche le fut lui-même
pendant quelques moments, tant sa découverte lui parut bizarre, mais,
recouvrant bientôt ses esprits, il s'élança à califourchon sur le dos
d'un petit quadrupède à tête d'oiseau en s'écriant joyeusement: «Sac à
papier, Papavoine, nous sommes sauvés!»--Encouragé par l'exploit de son
maître, Papavoine essaie à son tour de se hisser sur la croupe d'une
espèce d'énorme buffle.


A la suite de cet exercice équestre, le maître et le serviteur
regagnèrent leur logis où ils passèrent paisiblement, mais un peu
durement, le reste de la nuit.--S'étant remis en route le lendemain
matin, M. Baboulifiche et Papavoine rencontrèrent bientôt un palais
où ils virent un homme et une femme lunaires couchés au pied d'une
superbe colonne incrustée d'or et de pierres précieuses.--Grand fut
d'abord l'émoi de nos deux voyageurs, mais ils reconnurent que ces deux
personnages étaient également pétrifiés et le savant M. Baboulifiche
conclut de ce fait qu'une mer pétrifiante avait dû envahir subitement
ces terrains peu élevés.--Aussi, craignant d'être eux-mêmes victimes
d'une semblable catastrophe, nos deux explorateurs se hâtèrent de se
diriger vers les hauts plateaux, sans prendre même le temps de détacher
quelques-unes des pierres précieuses.


En route pour les hauts plateaux, M. Baboulifiche et Papavoine
éprouvent de grandes difficultés, surtout le Président, qui a bien
du mal à gravir ces pentes escarpées.


Après bien des efforts persévérants, les deux voyageurs parviennent
enfin au sommet du plateau.


Arrivé là, M. Baboulifiche, épuisé de fatigue, s'assied, sans y faire
attention, sur une espèce de tortue, pendant que Papavoine admire les
fleurs lunaires.


Le siège de M. Baboulifiche ayant remué, celui-ci se releva prestement
et se remit en marche avec son compagnon.--Un peu plus loin, tous
deux sont assaillis par un véritable essaim d'araignées volantes,
qui se jettent sur eux pour les dévorer.--Grâce à son parapluie, M.
Baboulifiche parvient, après un combat acharné, à débarrasser Papavoine
d'une énorme araignée qui l'avait saisi par le dos, et tous les deux se
hâtent de quitter ces parages mal habités.


Après avoir marché pendant quelque temps, en évitant autant que
possible le dangereux voisinage de volcans qui leur lançaient des
pierres énormes, nos deux voyageurs aperçoivent tout à coup un
astronome lunaire en train d'étudier la Terre avec un télescope.


L'astronome effrayé s'étant enfui à leur approche, en oubliant
d'emporter son instrument, Papavoine ne peut résister au plaisir de
s'en servir lui-même, afin d'essayer de découvrir sur la Terre le
village où il est né.--Mis en émoi par les discours de l'astronome
fugitif, tous les confrères de celui-ci se hâtent de quitter leurs
observatoires et d'accourir vers les étrangers.


Ayant bientôt reconnu que M. Baboulifiche et Papavoine ne sont
pas dangereux, les Lunaires les invitent à aller visiter leurs
observatoires, où ils les font assister à un cours d'astronomie,
pendant lequel un des élèves, ayant commis une énorme sottise, le
professeur lui inflige la punition de porter pendant tout un mois sur
la poitrine les insignes du Poireau mal venu.


En traversant une place où les troupes lunaires vont manœuvrer, M.
Baboulifiche et Papavoine sont horriblement effrayés à la vue de la
cavalerie et prennent la fuite.--Chute de M. Baboulifiche.


Le parapluie de M. Baboulifiche est trouvé par un cavalier lunaire
qui s'en empare et se promène fièrement avec cet instrument dont
il ignore l'usage.


Un instant après, nos deux voyageurs voient arriver sur eux des soldats
aériens lunaires faisant l'exercice. Ces voltigeurs d'élite, munis
d'ailes mises en mouvement par un petit appareil électrique qu'ils
portent à leur ceinture, effraient tellement le malheureux Papavoine
qu'il tombe à genoux en s'écriant: «--O mon maître! dans quel chien de
pays m'avez-vous conduit! Nous n'y rencontrons à chaque pas que des
dangers successifs et des émotions épouvantables! Nous voici maintenant
entourés d'un tas de voleurs ailés et terriblement armés. Grâce!
messieurs les voleurs, ne nous faites pas de mal!»--M. Baboulifiche,
totalement abruti, reste étalé sur le sol, la face cachée entre ses
mains et ne répond rien.--Mais combien son silence est éloquent.


Les lanciers-voltigeurs ayant passé sans leur faire aucun mal, M.
Baboulifiche et Papavoine se relèvent, prennent leurs jambes à leur cou
et vont se réfugier dans une grotte voisine, où ils ne tardent pas à
rencontrer des habitants à quatre pattes et à longues dents qui leur
font encore une peur atroce.--Ne sachant comment échapper à ce nouveau
danger, ils imaginent d'enfourcher d'énormes chauves-souris qui les
entraînent hors de la grotte et s'envolent en les emportant sur le dos.


Course vertigineuse de M. Baboulifiche et de son domestique Papavoine à
travers les espaces célestes, sur le dos des chauves-souris lunaires.


Malheureusement pour nos pauvres voyageurs, les chauves-souris
attirées par la vive clarté des astres, s'approchent rapidement
d'une flamboyante comète qui commence à les chauffer d'une manière
terrible.--Papavoine fait les vœux les plus ardents pour que sa
monture le ramène enfin sur son sol natal. Les chauves-souris s'étant
trop approchées de la queue de la Comète, nos voyageurs sont entraînés
par celle-ci, avec une vitesse épouvantable au milieu des nuages
phosphorescents qui composent l'énorme traînée lumineuse de cet astre
vagabond.


Par bonheur la Comète passe tout près de Saturne et M. Baboulifiche,
qui commençait à fondre et à étouffer passablement, ainsi que
Papavoine, se sent attiré par une force irrésistible et crac!... tout
à coup nos deux explorateurs se trouvent précipités sur une terre
qu'ils ne pouvaient apercevoir lorsqu'ils étaient perdus au milieu
des épaisses vapeurs composant la queue de la Comète.--En tombant sur
ce nouveau sol, Papavoine s'écrie:--Aïe!... je suis mort!--Moi aussi!
répond lugubrement M. Baboulifiche. Après être restés très longtemps
ainsi étendus, sans oser remuer ni bouger pieds ni pattes, nos deux
voyageurs commencèrent à ressentir des tiraillements d'estomac. Aussi,
Papavoine, fort peu endurant sur cet article-là, s'écria-t-il tout à
coup:--Mais fricassée de poulet! je crève de faim, moi! Donc, je ne
suis pas mort.--Ni moi non plus, soupire alors M. Baboulifiche, car
je voudrais bien aussi manger quelque chose.--Nos deux affamés, se
relevant alors, se mirent aussitôt à la recherche d'une nourriture
quelconque sur le sol de Saturne, où ils se trouvaient sans le
savoir.--Arrivés dans une vaste plaine parsemée d'édifices pyramidaux,
ils aperçoivent tout à coup des papillons et d'énormes chenilles à
face humaine, en train de brouter les feuilles d'un arbre, ce qui les
comble tous deux d'étonnement et fait faire une piteuse grimace à
Papavoine, qui ne se sent aucun goût pour ce genre d'aliment. En sa
qualité de Président de l'Académie des Sciences, Arts, Belles-Lettres
de Fresney-le-Puceux, M. Baboulifiche devine que les édifices de
forme pyramidale qu'ils entrevoient de tous côtés doivent être les
habitations des gens de ce pays.--Remarquant en outre des arbres
absolument inconnus pour eux et portant de gros œufs, ainsi que
d'énormes chrysalides, le savant explorateur explique à Papavoine, qui
n'ose guère en croire son maître ni ses yeux, que sans aucun doute les
habitants de cette singulière contrée commencent par être des œufs,
puis deviennent des chenilles, des chrysalides et se transforment
enfin en magnifiques papillons. S'enhardissant peu à peu, nos deux
voyageurs s'avancèrent alors tout près d'un de ces beaux papillons à
face humaine qui, prenant en pitié leur démarche lourde et fatiguée,
leur montre comment il faut faire pour voler.--M. Baboulifiche et
Papavoine essaient d'imiter ses mouvements. Malgré tous leurs
efforts, M. Baboulifiche et Papavoine ne réussissent qu'à se mettre
en nage et à s'allonger de tout leur long par terre, c'est-à-dire
par Saturne, ce qui fait se tordre de rire le Saturnien, qui s'en
tient les côtes, tandis que Papavoine se frictionne un peu plus bas.
Malheureusement, cet exercice n'a fait qu'augmenter leur appétit;
aussi, voyant des Saturniens en train de dévorer de belles feuilles
vertes, M. Baboulifiche et Papavoine se résignent à essayer d'en manger
aussi.--Ce régal offrant peu d'attrait à Papavoine, l'infortuné finit
par s'assoupir sans s'apercevoir qu'une armée de grosses fourmis vient
l'attaquer par derrière.


Interrompu dans son repas par les gémissements poussés par le
malheureux Papavoine, à moitié enseveli sous un monceau de fourmis qui
le mordent, M. Baboulifiche parvient à le dégager en écrasant et en
chassant ces vils insectes à grands coups de branches.


Mais hélas! dans quel pitoyable état se trouve le pauvre
Papavoine!--Oh! bien non, alors! s'écrie M. Baboulifiche; il n'est pas
permis d'être massacré de la sorte!--Un charitable Saturnien, témoin de
cet accident, vole au secours de Papavoine et lui apporte un vase plein
d'eau fraîche. Après quoi l'aimable Saturnien offre l'hospitalité à
nos deux voyageurs et voyant qu'il ne comprennent pas son langage, il
les pousse doucement vers son domicile.--Au tournant d'une colline, une
large bande lumineuse s'offre à leurs regards.--Fricassée de poulet!
Qu'est-ce que c'est encore que cela? s'écrie Papavoine inquiet.--Je
suppose que ce pourrait bien être l'anneau de Saturne, hasarde le
savant M. Baboulifiche.--Ça, un anneau! Ah! non alors! A vue de nez,
cela n'y ressemble pourtant guère, répond l'incrédule Papavoine.
Aussitôt arrivé en son logis, le bon Saturnien s'empresse de panser
les plaies du pauvre Papavoine, tandis que M. Baboulifiche s'applique
de son côté à envoyer délicatement des douches d'eau fraîche sur les
parties endommagées.--De larges ailes de papillons, ayant appartenu aux
ancêtres décédés de leur généreux hôtes, sont clouées au mur au-dessus
de leurs têtes, avec une inscription indiquant en langue saturnienne
les noms, âges et qualités de leurs propriétaires défunts.


Quoique un peu désenflé, Papavoine, en proie à une sorte de fièvre
provoquée par les cuisantes morsures des fourmis, trouve qu'il fait
trop chaud dans l'intérieur de la pyramide et préfère aller prendre
l'air.--M. Baboulifiche, ému de compassion, ne veut pas le laisser
sortir seul et l'accompagne dehors; mais mal lui en prend, car
Papavoine, de fort mauvaise humeur, l'accable des plus sanglants
reproches, le rend responsable de toutes leurs mésaventures et l'accuse
de manquer de parole, puisqu'il s'est engagé à le nourrir et qu'au
lieu de cela, bien loin de lui fournir une nourriture raisonnable,
il le mène au contraire dans un pays où il est à moitié dévoré par
les fourmis.--M. Baboulifiche, impassible, laisse passer l'orage
sans mot dire. Voyant que son maître ne lui répond rien, Papavoine
se laisse tomber au pied d'un monticule et se dispose à y rester
jusqu'au lendemain, espérant que la fraîcheur de la nuit calmera un
peu ses souffrances. M. Baboulifiche l'imite et tous deux s'endorment
profondément, tandis qu'une multitude de gros lézards ailés se
précipite sur eux pour les dévorer.


Déjà, il ne reste plus du malheureux Papavoine que la casquette, le bas
du visage et une jambe que les lézards se disputent dans les airs.--M.
Baboulifiche, lui-même, ne possède plus que la tête, un bras, la
poitrine et le bout d'un pied, lorsque, croyant enfin éprouver dans
son individu une sensation quelque peu désagréable, il se réveille
en sursaut et jette un regard savant autour de lui.--Grâce à sa vive
intelligence, il juge la situation en un clin d'œil, en saisit toute
la gravité et, empoignant par la queue un de ses féroces assaillants,
s'en sert comme d'une massue pour combattre les autres.


Continuant avec énergie sa lutte acharnée, M. Baboulifiche se livre
à une série de gestes désespérés si violents que, d'un coup de pied,
il renverse à la fois sa table, sa lampe, son verre d'eau sucrée
et tous ses ouvrages scientifiques, tandis que, d'un furieux tour
de reins, il imprime au fauteuil qu'il occupe une si vigoureuse
secousse, que celui-ci fait la pirouette et s'écroule avec fracas.--A
ce bruit formidable. Papavoine accourt un flambeau à la main et
s'écrie:--Fricassée de poulet! est-ce que le feu est à la maison?--Non!
répond au bout d'un instant M. Baboulifiche, qui met bien cinq minutes
à reprendre ses esprits et à reconnaître qu'il est dans sa chambre, où
il s'est paisiblement endormi en lisant son journal. Non! seulement, je
viens d'avoir un fichu cauchemar!...


Sur ce, M. Baboulifiche va se coucher et se fait servir une infusion de
violettes largement additionnée d'eau de fleurs d'oranger quadruple,
pour essayer de rendre le calme à son système nerveux abominablement
surexcité.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Voyage dans la lune avant 1900" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home