Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: A Angora aupres de Mustafa Kemal
Author: Haidar, Alaeddine
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "A Angora aupres de Mustafa Kemal" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



  --------------------------------------------
  NOTE:
  Texte entre soulignements sont en Italiques.
  --------------------------------------------

  Alaeddine Haidar

  Envoyé de Presse



  A ANGORA

  AUPRÈS DE

  MUSTAPHA KÉMAL


  Dédié à
  M. Pierre LOTI
  _de l'Académie française_
  En hommage très respectueux
  envers
  notre Grand Défenseur.


[Illustration]

  ÉDITIONS "FRANCE-ORIENT"
  5, Avenue de l'Opéra, 5
  PARIS



AVERTISSEMENT

«France-Orient» est une tribune libre, un tribunal d'enquêtes, si l'on
veut, mais sans juges, ni accusés, à plus forte raison, où sont admis
et écoutés tous les plaidoyers sincères, courtois et loyaux.

En accueillant, au moment de la Conférence de Londres, ce Carnet de
route d'un Correspondant de guerre turc, en présentant au public
français averti cette charmante plaidoirie, cette séduisante
description du pays, de l'âme, de la foi kémalistes, vus par des yeux
francs de jeunesse et de patriotisme fervent, le Comité France-Orient,
entend prouver à ses amis ottomans--qui le sont restés malgré toutes
les vicissitudes, les inimitiés passagères et les emprises cruelles
pour tous, d'un seul ennemi déloyal et irréconciliable--que la France
est toujours la véritable Terre indépendante et libre du Droit et de la
Justice.

Alaeddine Haïdar bey élevé à Genève, dans la blancheur des cimes et
la pureté des lacs suisses, en reflète la clarté dans le décor plus
sévère, mais non moins agreste des Alpes Politiques. On dirait, à le
suivre agréablement au fond de cette mystérieuse Anatolie, que nous
nous imaginions plus rude, un peu sauvage, pour tout dire--si loin de
Paris évidemment--on dirait que le ranz des vaches prolonge là-bas
les sons grêles et rauques, tour à tour, des cornes et sonnailles du
Lauberhorn, dans le silence attentif du soir...

Notre Correspondant, aux souvenirs de Coppet, y découvre jusqu'à
l'esprit, non moins aventureux, de Mme de Staël, dans le cœur des
nouvelles _Désenchantées_ que «leur ardeur poétique et guerrière, toute
la fougue de l'amazone kémaliste, l'éminente poétesse et romancière
turque Halidé Edib Hanoum, a conduites à Angora, pour la lutte de
l'Indépendance et de la Liberté».

L'image vénérée du grand défenseur de l'Islam, notre Loti, auquel
Alaeddine--j'allais écrire Aladin tant sa lampe est vraiment
merveilleuse--a dédié ces feuilles éparses au vent de l'Ilkaz, plane
aussi dans cette atmosphère lumineuse «qui rappelle les beautés
d'Ispahan et les charmes d'Aziyadé». Ceci n'est pas pour nous déplaire
et la flatterie de cette dédicace touche au plus délicat asile de l'âme
française qui déplorait la «mort de notre chère France en Orient».

Et nous voici déjà un peu loin du Mont Blanc quand tout à coup surgit
Guillaume Tell. C'est Mustapha Kémal, l'hôte au kalpak noir, campé à
Angora, comme sous la tente, où il concentre toute sa force de travail
dans les veillées prolongées de ses nuits de stratège qui ont émacié
son corps et roidi sa volonté froide. C'est le «prédestiné coranique»
qui d'un seul mot, terrible et fort, irrésistible, propagé, dans
un trait de poudre, jusqu'à l'Afghanistan, jusqu'à la Perse, dans
l'Azerbaïdjan, à Bokhara, en Arabie, a précipité sur ses pas toute une
foule hétéroclite de peuplades indisciplinées, depuis les Tartares et
les Kirghis du Turkestan jusqu'à des nègres et des chinois enfuis de
la Russie bolchéviste--les hordes de Djenghiz khan--vers la guerre
sainte, vers l'indépendance sacrée.

Car c'est cela que fait ressortir notre Correspondant de presse,
cette vérité contre laquelle des erreurs plus ou moins volontaires ne
sauraient prévaloir.

C'est l'indignation et l'exaspération d'un peuple, c'est le réveil de
la conscience turque qui ont mis l'Anatolie à feu et à sang.

Celui qu'on nous a si faussement représenté comme un chef de
bandits, le conducteur infatué de ce troupeau de chèvres d'Angora
dont les bonds capricieux troublent les vallées profondes et les
puits de pétrole de la Mésopotamie, est, en réalité, nous dit Haldar
bey, un conducteur d'hommes et plus encore, un apôtre, l'apôtre de
la Résurrection islamique. Tout autour de lui respire son souffle.
De toutes parts, les volontaires sont accourus, les «tchétés», les
francs-tireurs, escarmoucheurs de guérillas et de raids nocturnes, dont
l'organisation secrète met en déroute et tient en haleine l'Europe
entière déconcertée. Du fond des Indes, le Monde musulman a, de
même, tressailli à sa voix contre l'ennemi qui suppute les chances
de démembrement du vaste empire d'Osman en faveur de ses clients
byzantins. Le pays kémaliste, c'est la Turquie tout entière et c'est
tout l'Islam, ne l'oublions pas.

Certes, des éléments disparates y foisonnent et les soviets n'en sont
pas, apparamment, le moindre facteur, instrument d'occasion, d'ailleurs
redouté, dont le maître se sert «comme des serpents auxquels on
s'accroche quand on se noie» selon le mot imagé d'un vieux turc de la
Corne d'Or. Mais l'Islam est essentiellement réfractaire, de par les
hadith mêmes du Coran, au Bolchevisme. Le Prophète n'a-t-il pas dit:
«Si vous êtes des séditieux, Dieu vous châtiera» et le proverbe turc
n'ajoute-t-il pas: «Je suis Seigneur, lu et Seigneur, qui est-ce qui
étrillera l'âne?»

C'est, en deux mots, tout le respect de l'autorité et de la propriété
si chères aux sectateurs de Mahomet.

Le danger rouge et vert n'est qu'un trompe-l'œil en Turquie. Les
soviets de Russie ne l'ignorent point. L'article premier du traité de
Bakou stipulait en effet nettement: «La Russie des Soviets s'engage à
cesser toute propagande communiste sur tout le territoire turc pendant
la durée du présent engagement». Voudraient-ils continuer qu'ils
ne le pourraient pas, ajoute fort judicieusement notre confrère M.
Georges Labourel, en commentant cette situation dans l'Echo de Paris
du 12 Janvier dernier, car c'est Zinovieff lui même qui déclare que
le communisme chez les musulmans n'est qu'une «idée enfantine». Le
Turc est avec Moscou par opportunisme, parce que Moscou peut l'aider
dans sa lutte, propter necessitatem. Et cette nécessité répond encore
à une loi profonde de l'Islam; c'est la méthode d'islamisation si
fortement mise en lumière par les célèbres commentateurs du Coran. Le
dogme fondamental, en législation musulmane, de la Contrainte, domine
les moslems, des Résignés en Dieu, qui ne prennent les armes que pour
défendre le Croissant, ne se soumettant à la force qu'aussi longtemps
qu'ils ne peuvent s'y dérober. Si le musulman continue à obéir à une
loi non islamisée, dès qu'il est en état de repousser la contrainte, il
devient passible du feu éternel. Il ne peut, en conséquence, refuser
d'obéir à une loi islamisée. C'est pour n'avoir pas su deviner cette
nécessité ou pour avoir voulu pratiquer cette méthode d'islamisation
par la force que les Allemands ont fait dévier l'organisme ottoman
et précipité ce pays à l'abîme. C'est pour la méconnaître que la
Grande-Bretagne, afin d'enrayer, s'il se pouvait, la colère islamique
redressée contre son hostilité, dépêche en vain ses missi dominici
protestants vers les Arabes que Mustapha Kemal peut rallier d'un signe,
du signe de détresse et d'excommunication aussi, c'est pour l'oublier
enfin que nos troupes de Cilicie s'exposaient aux pires attaques.

La Conférence de Londres rectifie les positions, mais tirons en cet
enseignement grave, si profitable à nos intérêts français, c'est
qu'en islamisant notre progrès en Turquie, en acceptant de traiter
avec égards l'adversaire d'hier--d'ailleurs contraint et forcé
et loyal autant que courageux--en reconnaissant la valeur de son
droit à la vie et à l'indépendance promise aux peuples selon leurs
aspirations ethniques, et non selon les nôtres, nous aurons travaillé
à la «Résurrection de la France en Orient». C'est ce que nous disait
récemment, en suggérant cet autre titre au prochain livre de Loti,
une Auguste Princesse Musulmane, dont les yeux de foi et de lumière,
l'âme mystique et pure de l'Orient voilée sous la modestie royale,
ont illuminé de son ardent patriotisme et guidé la marche à l'étoile,
l'enchantement joyeux à travers les horreurs de la guerre d'Alaeddine
Haïdar et le nôtre par surcroît, avec nos espérances d'un rapprochement
d'amitiés séculaires-sur le chemin d'Angora chez Mustapha Kêmal. C'est
l'intérêt principal de ces lignes un peu rétrospectives mais qui
jettent, pour nous Français surtout, une projection profitable vers
l'avenir de la France en Orient.

  P. ABDON-BOISSON,

  Secretaire général fondateur du Comité "France-Chient",
  Délégué politique à la Section "France-Turquie".



PRÉFACE

    On peut tuer le Turc... On ne
  peut pas le vaincre.

              (NAPOLÉON I^{er}.)


_Il y a de cela exactement sept ans, en 1913, M. Georges Rémond,
correspondant de guerre de L'Illustration, au camp turco-arabe de
Tripolitaine, écrivait à son retour:_

_«J'avais appris qu'un peuple n'est point vaincu, quelles que soient
les forces qui le menacent, tant qu'il ne se résigne pas lui-même:
qu'il trouve dans sa religion son plus efficace moyen de résistance,
et que la force et la durée de celle-ci devraient être mesurées «la
profondeur de sa foi.»_

_L'auteur citait encore dans ce même livre une phrase de Napoléon
I^{er} sur les Turcs, une phrase vieillie, mais dont on commence à
reconnaître en France la justesse:_

_«Je serai utile à mon pays, si je puis rendre la force des Turcs plus
redoutable à l'Europe.»_

⁂

_Rentré d'Angora, je viens d'écrire ces notes, ces articles, et je les
réunis ici. Cest un amas d'impressions très disparates. Le lecteur y
trouvera peut-être toutefois quelque lumière sur ce qu'est le mouvement
nationaliste turc en Asie mineure, tant calomnié, si peu connu._

_Arrivé à Constantinople, j'adressais ces mots à une Revue française:_

_«Je rentre d'Angora, de l'Anatolie soulevée et luttant contre ceux
qui veulent s'étouffer; je tiens à faire entendre en France--la seule
terre de liberté à l'étranger où peut encore s'élever la voix des
opprimés--un cri bien faible hélas, en faveur d'un peuple entier qui
lutte pour la défense du sol natal..._

_«Là-bas, tous--jeunes et vieux--ont pris les armes, en ont trouvé
Dieu sait où, car la Turquie désarmée fut honteusement attaquée à
Smyrne. Tous, jeunes et vieux, se sont levés pour la défense du
territoire ottoman, pour cet idéal humain le plus impérieux: La lutte
pour la vie!_

_«Stamboul, notre cher et paisible Stamboul de jadis, le sol sacré de
notre foi, le berceau de notre nation est sous la menace persistante
des bouches à feu des cuirassés britanniques, prêts à vomir la mort,
prêts à réduire en poudre nos mosquées, nos turbès, nos minarets et nos
palais qui ne sont plus nôtres..._

_«A Stamboul, où l'on chérissait la France, règne la terreur hypocrite
des Britanniques, qui s'efforcent de saper l'ouvre française établie en
Turquie depuis des siècles.»_

_Stamboul... l'Anatolie... quels contrastes! Quels aspects!_

_Tandis qu'ici l'âme turque se sent morfondue, là-bas, sur la terre
indépendante encore, on respire la liberté, la liberté de vivre!_

_En Europe, l'argent grec, l'or anglais font leur œuvre basse de
calomnies: «une bande de brigands qui lèvent leurs yataghans sur la
tête des malheureux chrétiens d'Orient». Des chrétiens? Etaient-ce
des chrétiens ceux qu'on a vus à l'œuvre, au nom de la civilisation
britannique dans les carnages de Smyrne, de Ménémen, d'Aïdine et de
Nazeli? Les milliers d'émigrés qui logent à la belle étoile à Angora, à
Konia, fuyant les armées de la civilisation, sont trop loin de ce monde
civilisé pour qu'il y prête attention!_

_Mais l'Angleterre même hésite aujourd'hui devant la lutte suprême des
Turcs, car ceux-ci que l'on croyait morts ressuscitent..._

_Oui, ce qu'une poignée d'hommes a réussi à faire à Angora, contre les
volontés coalisées de l'Europe, dépeint admirablement le droit d'un
peuple et sa volonté inébranlable..._

_Il y a au monde deux Irlande... la vraie et celle des Turcs... Elles
ont fraternisé et luttent contre un même ennemi pour un idéal commun..._

_ALAEDDINE HAIDAR._


[Illustration: MUSTAPHA KÉMAL PACHA

Chef des Nationalistes Ottomans et du Gouvernement d'Angora.]



TABLE DES MATIÈRES


  I.--En Mer Noire.--Des signaux mystérieux.--En vue des
  côtes kémalisles.--L'antique Inépolis.--Sur la terre
  indépendante.--Un peuple qui a pris les arms.--En route vers
  Angora.--Les haltes dans les montagnes.--La Suisse anatolienne
  on les Alpes Politiques.--Edjevid, l'auberge et relai perdu
  dans les monts.

  II.--A Castamouni.--La ville déserte, tous soldats.
  Le vendredi.--L'art et les paysans.--Les merveilles
  de Castambol.--Djemal bey.--Le départ et les monts de
  l'Ilkaz.--Distractions et compagnons de voyage.--Les relais à
  l'intérieur de l'Asie-Mineure.--L'hospitalité traditionnelle
  des Turcs.--La monotonie des longues routes.--Tchanghri.--
  Enfin Angora.

  III.--Angora, l'antique Ancyre.--Ce que l'on voit dans ses
  rues.-La crise des logements.--Où il me faut loger dans une
  armoire.--Le chef des Nationalistes.-Ce qu'est le soulèvement
  kémaliste.--Son but.--Son armée.--Kémalisles, Bolcheviks et
  Peuples de l'Asie.

  IV.--Comment Mustapha Kémal organise des groupes de
  francs-tireurs contre l'armée grecque.--Les «tchétés»
  volontaires.--Organisations secrétes de l'arrière-front.-Les
  guérillas eu Anatolie.--Formation des corps d'armée à
  l'intérieur.--Au Conseil asiatique de Bakou.

  V.--A la Sublime--Porte d'Angora.-Les ministères.
  --Aux Affaires étrangères.--Une entrevue avec Mouhktar
  bey, vékil aux Affaires étrangères.--Le 12^e point de
  Wilson.--L'offensive des Hellènes.--En Cilicie.--Les
  servitudes étrangères.--Le but des nationalistes turcs.

  VI.--En tête à tête avec Mustapha Kémal.--La maison du
  chef de gare.--Ce que dit le chef des nationalistes
  turcs.--L'offensive en Arménie.--Le traité de Sèvres et les
  Hellènes en Asie-Mineure.

  VII.--A la Chambre d'Angora.--Déclaration d'Ismaïl Fazil
  pacha.--Comment le mouvement national prit naissance.--Son
  historique.--Stamboul et Angora.--Les débats au
  Parlement.--Une discussion intéressante.--La loi supprimant
  l'alcool.--Les ravages des boissons fermentées en Anatolie.--
  L'argument religieux.--La loi est approuvée.

  VIII.--Ismaïl Sabry-bey.--A la Défense nationale.
  --L'occupation de Smyrne.--L'agression hellène contre
  l'Anatolie.--Les causes du soulèvement de l'Asie-Mineure.--En
  Cilicie.--Deux mots de Fevzi pacha, ministre de la
  guerre.--Quelques proclamations.

  IX.--Ce qui se passe en Mésopotamie.--Le gouvernement
  nationaliste arabe de Kerbellah.--Les alliés des
  kémalistes.--L'étendard de la révolte en Perse et en
  Arabie.--L'émir Ali.--L'attaque des convois anglais du
  Tigre.--Sur les rives de l'Euphrate.--Arabes et Kémalistes.--A
  la frontière persane.

  X.--L'exilée d'Angora.--Halidé Edib Hanoum.--Une visite à sa
  ferme.--La romancière kémaliste.--L'amazone d'Anatolie.--Les
  fusils dans la pénombre.--Désenchantée 1920.--La fuite
  de Halidé de Constantinople.--Ce qu'elle nous dit sur le
  soulèvement national.

  XI.--En quittant la terre kémaliste.



  A ANGORA

  AUPRÈS DE

  MUSTAPHA KÉMAL

  _Carnet de route
  d'un Correspondant de guerre._



  I

  EN MER NOIRE.--DES SIGNAUX MYSTÉRIEUX.--EN VUE DES CÔTES
  KÉMALISTES.--INÉBOLI, L'ANTIQUE INÉPOLIS.--SUR LA TERRE
  INDÉPENDANTE.--UN PEUPLE QUI PREND LES ARMES.--EN ROUTE
  VERS ANGORA.--LES HALTES DANS LES MONTAGNES.--LA SUISSE
  ANATOLIENNE OU LES ALPES PONTIQUES.--EDJEVID, L'AUBERGE ET
  RELAI PERDU DANS LES MONTS.


  Fin Septembre 1920.

Le _Bruenn_, gros paquebot du Lloyd Triestino, lève l'ancre dans la
Corne d'Or. Un beau soleil d'automne fait miroiter dans l'onde calme
du port les reflets lumineux que renvoient les dômes des mosquées de
Stamboul... ce Stamboul à la silhouette encore si belle, mais hélas
qui a tout à fait changé depuis que l'Angleterre y a mis son pied,
depuis que ses monstres d'acier sont ancrés dans ce paisible Bosphore,
dirigeant les gueules de leurs canons--prêts à vomir un déluge de fer
et de feu--vers les fins minarets.

En mon for intérieur, pourtant, une joie indescriptible me réchauffe...
c'est que je quitte un sol déjà étranger, pour une terre indépendante
encore, où se livre la lutte désespérée d'un peuple qui veut son droit
à la vie.

Le soir est presque venu lorsque nous perdons de vue, à l'horizon du
couchant, l'entrée du Bosphore. La mer est calme et le Bruerm a pris
la route du large se dirigeant vers Sinope. Pour vaincre la monotonie
d'un voyage en mer, on a tôt fait connaissance de quelques passagers du
bord et, à peine confortablement étendu dans le « rocking-chair », les
conversations s'engagent avec mes compagnons de traversée.

Quelques-uns des voyageurs se dirigeaient, ainsi que moi, vers Inéboli,
d'où je devais me rendre, par terre et en voiture, à Angora; parmi eux,
M. Corpi, directeur de la Banque ottomane, et quelques Turcs, se disant
de gros négociants de cette ville.

Nous étions déjà bien au large lorsque l'un d'eux, se levant, nous
proposa de nous faire faire connaissance avec un de ses amis. Il
descendit dans sa cabine pour remonter bientôt, suivi d'un monsieur
d'une cinquantaine d'années, qu'il nous présenta comme un commerçant
en blé, Mouktalib bey. Mais, dès les premiers mots, j'eus lieu d'être
intrigué. Ce simple négociant, qui parlait élégamment l'anglais et le
français, connaissait tous les hommes politiques turcs. Après le dîner,
nous nous retrouvons tous, de nouveau, sur le pont. Un clair de lune
superbe argente les flots de la Mer Noire; vers la côte anatolienne
une lumière brille, puis soudain s'efface; c'est le phare de Chilé
qui finit, lui aussi, par disparaître au loin. Il est tard lorsque
je descends dans ma cabine, car, sur le pont, tous les passagers et
passagères ont prolongé leur veille, retenus par le ravissant spectacle
de la Mer Noire en pleine nuit, reflétant la longue traînée des lueurs
argentées...

⁂

--Vous vous rendez à Angora?

--Oui, Mademoiselle.

--En qualité d'envoyé de presse?

--Certainement, et je compte rentrer dans un mois.

--Mais, comment ne craignez-vous pas ces horribles kémalistes?

--Mademoiselle, il n'y a rien à craindre, ce ne sont pas des
antropophages, comme vous pourriez le croire.

Ces bribes de conversation se croisaient le lendemain matin dans
la salle à manger du _Bruenn_, où je déjeunais en face d'une jeune
demoiselle française se rendant à Batoum avec sa mère.

Je dois noter que déjà plusieurs fois depuis mon départ de
Constantinople, j'avais entendu de pareilles exclamations, surtout
avant de m'embarquer. Sur le quai du départ, quelques amis m'avaient
conseillé d'abandonner mon projet de me rendre à Angora, me jurant
que toute l'Anatolie était à feu et à sang. Je passai outre aux
supplications de ces pessimistes mal avertis, car j'étais bien décidé à
partir.

Cette voix douce et tremblante de jeune fille va-t-elle me convaincre
et m'inquiéter; si tout ce qu'on dit et écrit était vrai pourtant ou
contenait seulement des parcelles de vérité? Que deviendrait, dans ces
conditions, le malheureux correspondant de quelques journaux étrangers,
que les Kémalistes devaient exécrer et pour cause... Mais je me repris
aussitôt en pensant à ce qui s'écrit de fausses nouvelles parfois...

Je rassurai la belle jeune fille sur le Kémalisme qui n'est pas tout à
fait rouge, comme on l'est sur la rive d'en face.

Vers midi nous sommes en vue des côtes kémalistes. De hautes montagnes
se profilent à l'horizon et, avec leur apparition, je vois surgir des
«Kalpaks» noirs sur la tête de certains négociants de la veille qui,
tout aussitôt, se déclarent partisans de Mustapha Kémal. Il est près
de quatre heures de l'après-midi lorsqu'à l'avant du paquebot la ville
d'Inéboli se dessine sur le rivage.

Ses environs sont montagneux et boisés, et le petit port où nous allons
descendre est comme serti dans une vallée s'ouvrant sur la mer où
s'étagent, des deux côtés, des maisons noyées dans la verdure.

Tandis que nous approchions de l'antique Inépolis, nous entretenant
avec le capitaine, un de ces pseudo-négociants, s'approchant du
commandant, le pria de faire arborer au mât les signaux: N.K.M.
Immédiatement, cet ordre fut donné et, à notre stupéfaction, nous vîmes
s'avancer du rivage des voiliers tenus prêts...

L'ancre jetée, les cales ouvertes, des marchandises sont débarquées,
sur le genre desquelles je ne veux pas trop insister, mais dont je
noterais comme fait curieux que sur certaines caisses, on lisait
ces mots, faits pour surprendre: Made in England. C'est la première
impression que j'eus de l'audace et du courage des kémalistes. Ce
ravitaillement risqué, emprunté à leurs mortels ennemis, n'est-il pas
typique? Après avoir pris congé de nos compagnons de bord et de la
peureuse mais charmante jeune fille qui tremblait encore pour nous,
nous quittâmes le Bruenn, ancré à deux encablures au large, pour gagner
la côte à bord d'un calque, que les grosses vagues faisaient danser sur
l'eau comme une plume. A peine avais-je mis pied à terre qu'un grand
soupir de soulagement sortit de ma poitrine; enfin, je foulais un sol
encore indépendant!

C'est en me rendant à l'hôtel de l'endroit, que j'appris que le «vali»
ou gouverneur général de Castamouni, était mon très distingué et grand
ami Djemal bey. La première chose que je fis fut de me rendre auprès
du caïmakam chez qui je réussis à pouvoir téléphoner avec Castamouni
et le vali donna des ordres formels pour que je puisse partir pour
l'intérieur sans attendre le permis de la Commission instituée ici à
cet effet et qui se livre à une enquête minutieuse pour chaque voyageur
arrivant de Constantinople.

A Inéboli tout est tranquille, comme d'ailleurs partout à l'intérieur.
Quand je demandai si les nouvelles lancées par la presse étaient
vraies, on m'a simplement ri au nez.

Comment réprimer alors un sursaut de révolte contre les calomnies
répandues dans la presse constantinopolitaine et étrangère: «Les Turcs
massacrent, les Kémalisles déportent les Chrétiens!...»

Et je les vois ces Chrétiens d'Anatolie, ils vaquent tranquillement
à leurs affaires sans que personne s'en mêle, loin des servitudes
interalliées de Constantinople, auxquelles sont assujetties toutes les
populations de la capitale.

A Inéboli, tout va son train d'avant-guerre. Seulement toute la
population est armée. Chaque concitoyen est prêt à la défense de sa
maison, de son foyer, contre les hordes grecques qui mirent le feu aux
provinces de Smyrne, d'Aïdine et de Ménémen.

A la première alerte, les milices populaires formées en bataillons,
l'arme à l'épaule et la cartouchière à la ceinture, prennent position
aux environs. C'est pour cela qu'on y respire... on y sent le
soulèvement d'un peuple pour son indépendance.

«Quand je vois ce peuple qui a pris les armes, me disait un Suisse,
sous-directeur de la Banque Ottomane d'Inéboli, il me vient
involontairement à l'esprit les guerres d'indépendance de nos aïeux à
l'époque de Guillaume Tell... On sent ici un idéal, une résolution de
vivre qui est indescriptible et que l'on ne saurait comprendre ni à
Constantinople--dont la population dort ou ne pense qu'à spéculer--ni
en Europe.»

C'était l'opinion d'un étranger nouvellement arrivé en Anatolie. Cette
Anatolie n'a néanmoins rien perdu de son cachet oriental. Dans ses
petits cafés au bord de la mer, une multitude de Turcs enturbanés
fument le narghilé, réchauffés par un soleil de septembre. La vie,
comparativement à celle de Constantinople, est à peu près dix fois
meilleur marché. Une chose qui frappe immédiatement le voyageur
arrivant en Anatolie, c'est la récente prohibition de toutes les
boissons alcooliques, ainsi que la fermeture de tous les tripots, sous
des peines très sévères.

Après de longs marchandages, nous avons fixé un prix raisonnable pour
une voiture, qui m'amènera jusqu'à Angora. Le cocher, un certain Ahmed
Agha, qui vient d'arriver de cette ville après huit jours de voyage,
m'affirme que les routes sont plus sûres que jamais et qu'en Anatolie,
depuis l'armistice, on a oublié les brigands des temps de guerre qui
infestaient tous les chemins.

Nous partons à l'aube. Après m'être confortablement étendu dans ces
bonnes voitures anatoliennes qui sont identiques à un lit roulant et
bien couvert, nous commençons à gravir les montagnes. La route est
sinueuse et traverse des sites enchanteurs, où l'on ne voit que de
hautes montagnes couvertes de forêts, au pied desquelles des villages
rustiques se groupent dans les vallées, et au loin, le bleu azuré de la
mer qui, peu à peu, s'estompe et disparaît. Après six heures de montée,
une petite halte dans un han au bord de la route où nous déjeunons sur
le pouce et repartons aussitôt.

Plus nous avançons, plus le paysage devient pittoresque.

Jamais, à Constantinople, je ne m'étais douté que l'Anatolie cachait de
si beaux sites égalant en magnificence ceux du Tyrol ou de la Suisse.

Maintenant ce ne sont que des montagnes plus hautes les unes que les
autres. La voiture gravit la chaussée qui suit les vallées où grondent
des torrents, où jaillissent des cascades; et partout des sapins
exhalant un parfum odorant.

Vers le soir, nous traversons un grand village flanqué au bas d'une
montagne, nommé Kuré et sis à 850 mètres d'altitude. Près de là, la
route passe entre plusieurs couches de minerai de cuivre, dont les
lingots sont venus rouler sur la chaussée et attendent inutilement
qu'on les exporte. Les richesses minérales de Castamouni sont
inappréciables, mais, jusqu'ici, l'état politique de l'Empire ottoman
a empêché les Turcs, depuis un demi-siècle en guerre, de les mettre en
valeur.

Au coucher du soleil, nous arrivons au relai...

Quelques rustiques maisons blanches aux tuiles rouges émergent de loin
en loin dans le feuillage des arbres d'une magnifique vallée; c'est un
spectacle merveilleux.

Ce village, c'est Edjevid, juché à 1.120 mètres d'altitude, dans un
décor magique.

On se croirait bien loin de l'Anatolie qu'on s'imagine un désert plein
de fièvre.

Tandis que je m'installe dans une coquette chambrette de l'auberge, où
règne une propreté remarquable et rare dans les hôtels d'Orient, je
vois, par la fenêtre, déboucher au tournant de la chaussée un cavalier
qui accourt au grand galop.

C'est un gendarme qui précède une voiture pour annoncer qu'un pacha va
être l'hôte de l'auberge pour la nuit. Mais il ne put nous dire le nom
du personnage attendu.

Soudain apparaît la voiture, escortée par deux gendarmes à cheval,
et qui aperçois-je assis sur les coussins? Mouktalib Effendi, le
soi-disant commerçant du Bruenn...

Il se présente joyeusement sous son vrai nom: le général Mouheddine
pacha!

Quelques instants plus tard, nous faisions un tour ensemble aux
environs du «han».

C'est le soir; bien haut dans les montagnes les vaches rentrent de
leurs pâturages et l'écho de leur carillon qui s'approche tinte comme
dans une vallée des Alpes. Tout est silence et toujours cette odeur des
pins qui donne au voyageur un appétit féroce.

Dans ma chambre, sur les murs blanchis à la chaux, je lis plusieurs
inscriptions; l'une écrite en français est si touchante que je la
transcris ici...

  «Malheureux hôte d'une nuit, j'ai tout laissé derrière moi...
  Mais je me console, car c'est pour ma patrie que je me prive
  de ce qui est le plus cher au monde.»

  (Signé) Un Turc.

  «Le 3. IX. 1920.»

On sent la révolte d'un cour parmi tant de milliers d'autres qui ont
fui Constantinople pour se battre désespérément en Anatolie.

Je ne puis m'empêcher d'écrire au-dessous:

  «Envoyé de la presse en route pour Angora, où se livre une
  lutte sublime contre l'injustice et l'impérialisme du plus
  fort, pour la défense du droit à la vie, j'ai passé une nuit
  sous ce toit hospitalier qui, à lui seul, donne une idée du
  cœur turc ouvert à tous.»

Le vieil hôtelier à barbe blanche Ismaïl Agha, qui est l'hospitalité
même, nous sert un succulent repas que le pacha et moi dévorons...

...Tout sent ici la vraie campagne, la campagne merveilleuse, libre et
indépendante ... loin de Constantinople, loin de cet horrible Péra, de
ses douleurs et de ses hontes. Ici, au contraire, avec ces braves gens
hospitaliers, dans ces montagnes aux cimes pures dans la grande clarté
du ciel, dans la bonne odeur des champs, l'homme des cités se sent tout
à fait autre.



II

  A CASTAMOUNI.--LA VILLE DÉSERTE; TOUS SOLDATS; LE
  VENDREDI.--L'ART ET LES PAYSANS.--LES MERVEILLES DE CASTAMBOL.
  --DJEMAL BEY.--DÉPART.--LES MONTS DE L'ILKAZ.--DISTRACTIONS DE
  ROUTE ET COMPAGNONS DE VOYAGE.--LES RELAIS À L'INTÉRIEUR DE
  L'ASIE MINEURE.--L'HOSPITALITÉ TRADITIONNELLE DES TURCS.--LA
  MONOTONIE DES LONGUES ROUTES.--TCHANGHRI.--KALEDJIK.--ENFIN
  ANGORA.


La première étape du voyageur venu de Constantinople par voie de mer
et se rendant en Anatolie est, après Inéboli, la coquette localité de
Castambol.

Grand fut mon étonnement, à mon arrivée en cette ville, de la trouver
entièrement déserte. Dans les rues et les cafés, pas âme qui vive. Les
boutiques étaient closes. Seules quelques femmes emmitouflées dans des
«tcharchafs» passaient à pas pressés. Dans l'hôtel où je débarquai,
personne.

Un placide vieillard à barbe blanche qui fumait son narghilé me
donna la clef du mystère. Nous étions un vendredi, jour fixé pour
l'entraînement militaire de toute la population locale.

Après m'être installé dans l'hôtel, car je comptais rester à Castamouni
deux jours, je sortis et me dirigeai vers le champ de manœuvre, où je
trouvais le gouverneur Djemal bey à la tête de sa population armée et
répartie en bataillons dits de Défense nationale.

Comme le soir venait, les exercices prirent fin et la milice populaire
se rangea pour rentrer en ville.

La file était longue. Elle était précédée d'une fanfare militaire
et d'un groupe de jeunes gens brandissant des drapeaux rouges et
verts. Suivait un détachement de cavalerie portant un accoutrement
pittoresque et guerrier. Les citoyens de Castambol venaient ensuite.
Fonctionnaires, bourgeois, paysans dans leurs habits de travail
défilaient, n'ayant de commun que leur visage bronzé par le brûlant
soleil de l'Anatolie. De bruyantes musiques orientales, que le
«davoul» dominait de sa voix grave, couvraient le bruit de leurs pas.

Tout cela avait un air martial dépeignant en petit le soulèvement d'un
peuple contre ceux qui veulent l'anéantir. On y sent un enthousiasme,
une vitalité, une volonté inébranlable et persistant malgré tant
de souffrances endurées depuis plusieurs années de lutte pour
l'indépendance turque.

Le défilé est très long, et j'estime à huit ou neuf mille environ le
nombre d'hommes présents.

Et c'est ainsi tous les vendredis, jour saint de l'Islam, où plus d'un
million de baïonnettes brillent encore dans l'Anatolie qu'on croyait
complètement désarmée et prête à être déchiquetée...

Tandis que nous rentrions en ville avec Djemal bey qui demandait des
nouvelles de Stamboul, je lui débitais tout le chapelet des misères
endurées par cette pauvre population de Constantinople depuis l'arrivée
des Anglais exécrés de tous sauf des Grecs, leurs serviteurs dévoués.
Et c'est de lui que j'entendis les premières paroles me décrivant vers
quel but unique: celui de vivre, Mustapha Kémal luttait contre tant
d'ennemis bien équipés. D'un mot, il a su soulever un peuple abattu...
«Allez à Angora, ajouta-t-il, et, à votre retour, nous causerons...»

Castamouni a plusieurs curiosités et même quelques merveilles
dignes d'être visitées. Djemal bey me recommande à l'un des hauts
fonctionnaires de la Préfecture qui me mène d'abord visiter la grande
forteresse surplombant Castambol, construite du temps des Janissaires.
De ses tours crénelées et admirablement conservées, on aperçoit
distinctement la cime neigeuse des monts de l'Ilkaz, haute de 2.980
mètres. C'est près du sommet que passe la route que nous devons
franchir.

Je visite ensuite l'Ecole des arts et métiers, d'une construction
récente et d'une propreté remarquable. Cette école étonne le voyageur,
ne fût-ce qu'en pensant que des machines énormes, dynamos, etc., ont pu
être amenées jusqu'ici par les tortueuses routes traversant tant de
montagnes.

Et, merveille digne de figurer dans un musée, un piano entièrement
construit par un paysan de Tache Keupru. Le tout est exécuté avec une
adresse et une habileté consommées. Hassan agha, le constructeur,
en vit un pour la première fois à Constantinople, il réussit à en
faire autant au sein de l'Anatolie, dans son village. Il en fabriqua
plusieurs qu'il vendit ensuite.

Le soir, tandis que nous nous rendions chez le cadi (juge religieux),
où était descendu Mouheddine pacha, j'y rencontrais de nouveau Djemal
bey le vali. Là, autres merveilles. C'étaient les œuvres d'art, les
sculptures que le cadi gravait dans du bois avec une finesse étonnante.
Durant toute la soirée j'y admirai sa collection.

Décidément il ne manque à Castamouni qu'un Musée. Et l'on dit que les
Turcs sont insensibles aux Arts!...

Le lendemain, à l'aube, me voici de nouveau en roule et durant toute la
matinée. Notre voiture gravit lentement une mauvaise route sinueuse
qui s'engouffre dans des ravins couverts d'arbres, au fond desquels on
entend le bruit des cascades.

C'est la montée des monts Ilkaz. On m'avait recommandé à Castamouni
de prendre des couvertures par précaution car, dans ces régions
montagneuses et hautes, les froids sont fort vifs.

Les chevaux, fourbus, nous obligent vers midi à faire halte à
mi-montée, à Giaour-Han, où nous déjeunons sur l'herbe. Nous y
trouvâmes une autre voilure et cela rassura un peu mon cocher qui me
dit que le trajet était encore long et qu'à la nuit nous serions en
pleine forêt.

Une heure après nous nous remettons en route et nous commençons à
franchir l'Ilkaz... Notre voiture pénètre dans un océan d'arbres, de
sapins immenses; l'impression est indescriptible. Il est déjà tard
lorsque nous franchissons ce col élevé (2.700 mètres). Nous passons à
côté du caracol de gendarmerie qui s'y trouve... Quelques gendarmes
postés à la garde de la route sont groupés et se chauffent autour d'un
grand feu.

Les monts de l'Ilkaz franchis, avec toutes ses sombres et épaisses
forêts de sapins, où pullulent des ours et autres fauves, la route
dévale vers une belle vallée au fond de laquelle on distingue des
villages. Leurs maisonnettes, groupées autour d'une mosquée teinte de
chaux blanche, font l'effet de têtes d'épingles.

Enfin, les montagnes s'élargissent et une nouvelle vallée profonde et
sinueuse se déroule aux yeux du voyageur. C'est celle de Kotch-Hissar,
très riche en pâturages et dont les habitants vivent principalement de
l'exportation du bétail.

La traversée de l'Ilkaz est assez périlleuse. Dans ces gorges
escarpées, on risque plusieurs fois d'être précipité dans les ravins
avec voitures et chevaux et réduit en miettes. Il fait nuit lorsque
nos arabas parties ensemble arrivent à une hôtellerie nommée Kalé
Han. L'endroit est très pittoresque, au bord d'une rivière aux rives
boisées; mais le han est déplorable.

Un han est d'habitude un relais où les voitures sont remisées, les
chevaux aussi et où l'on trouve parfois une ou deux chambres pour
dormir.

Ici, je suis obligé de dresser mon lit de camp dans une horrible
chambre au plancher à demi effondré qui laisse voir en bas des chevaux
s'ébrouant ou se vautrant dans l'écurie.

Mais le vieux handji m'apporte des œufs au plat que je dévore tellement
la faim me tiraille l'estomac après avoir tant respiré l'air des
montagnes et bu de l'eau des sources fraîches le long du chemin.

Une de nos principales distractions de la journée avait été en effet
d'aller puiser de l'eau minérale à une source sulfureuse jaillissant
toute chaude de la terre au pied de l'Ilkaz...

Après nous être reposés à Kalé Han, nous plions bagage à l'aube pour
nous remettre en route.

Au lever du soleil, nous traversons une grande rivière qui n'est autre
que le Devrek, un des affluents du Kiril Irmak, et nous voilà repartis
à gravir d'autres monts aussi hauts que ceux de l'Ilkaz, mais à peu
près dénudés.

Il est quatre heures de l'après-midi quand, après avoir retrouvé en
route la voiture de Mouheddine pacha, nous arrivons à Tchanghri. Comme
Castamouni, la ville de Tchanghri est surmontée d'un donjon construit
par les janissaires. Mais les maisons sont toutes faites de boues et
les rues pleines de poussière.

Tchanghri n'est renommé que par les beaux jardins fruitiers qui
l'entourent, et surtout par l'hospitalité de ses habitants, de vrais
turcs, qui ont gardé leurs coutumes et leurs habits nationaux...

Nous sommes retenus, la pacha et moi dans la maison d'un directeur
d'école, qui est en même temps un des notables de l'endroit et assis
tous trois à la turque, le soir, autour des mets préparés avec un goût
raffiné, nous goûtons la douce paix du foyer et du bon accueil de notre
hôte.

Le lendemain, jour de repos pour nos chevaux, nous passons le temps à
visiter les curiosités de la ville; elles ne sont pas nombreuses, mais
méritent d'être mentionnées. A Tchanghri, tout habitant a, au bord de
la rivière boisée, quelque jardin fruitier où l'on va se rafraîchir.
Partis à cheval avec Mouheddine pacha, nous déjeunâmes sur l'herbe des
près.

Puis, tandis que nous rentrions en ville, je rencontrai un soldat
blessé revenant du front, en congé. Il nous fit en quelques mots le
tableau des batailles que livraient, au début, quelques poignées
d'hommes contre des armées entières. Cet homme avait assisté autrefois
à la guerre de Tripolitaine et nous déclara que la même lutte se livre
actuellement en Anatolie. Que Dieu nous vienne en aide!

Nous repartons de Tchanghri à l'aube, alors que l'éternel carillon des
caravanes de mules se fait entendre.

Ce sont d'interminables files qui s'en vont le long des routes, porter
les riches produits de l'Asie-Mineure vers les ports de la Mer Noire.
Tout le long du chemin nous ne rencontrons ainsi que des chameaux, qui
avancent lentement en ruminant.

Les villes de l'intérieur de l'Asie-Mineure me rappellent les
descriptions de Chiraz et d'Ispahan par Pierre Loti... C'est à peu
près le même cachet oriental, les mêmes échos de l'Asie, dans son
avant-garde rapprochée de l'Europe, l'Anatolie mystérieuse.

Les routes deviennent monotones après Tchanghri. Ce n'est qu'une
infinité de plaines qui se suivent, quelques villages perdus dans la
campagne aux masures construites en pisé et d'où l'on voit toujours
émerger un minaret blanc.

Partout les paysans font leur «harman». Le harman, c'est le partage
du blé, qui se fait avec un traîneau tiré par des bœufs et qui tourne
sur des épis couchés à terre. Ces travaux des champs semblent des plus
primitifs au voyageur qui traverse pour la première fois l'Anatolie.

Nos voitures avancent à présent plus vite et nous arrivons au
crépuscule à Kuledjik, qui veut dire «la petite forteresse».

Kuledjik est notre dernière étape avant Angora.

Nous descendons à l'Hôtel des Postes et nous dressons nos lits dans
l'une des chambres.

Avant de quitter Tchanghri, les braves gens chez qui nous avions
été généreusement reçus avaient garni nos voitures de provisions et
de paniers de fruits. Cette attention qui s'appelle le «Yolouk» est
d'usage en Anatolie.

En route de nouveau et après avoir visité Rali, le champ de bataille où
le Sultan Bayazid tomba prisonnier de Timour-Ling, nous repartons.



III

  ANGORA, L'ANTIQUE ANCYRE.--CE QU'ON VOIT DANS SES RUES.--LA
  CRISE DES LOGEMENTS.--OU IL ME FAUT LOGER DANS UNE ARMOIRE.
  --LE CHEF DES NATIONALISTES.--CE QU'EST LE SOULÈVEMENT
  KÉMALISTE.--SON BUT.--SON ARMÉE.--KÉMALISTES, BOLCHEVIKS ET
  PEUPLES DE L'ASIE.


Plusieurs heures de route encore et nous longeons un cours d'eau aux
rives boisées et bordées de jardins. On devine sous le feuillage les
rustiques villas où les citoyens de l'antique Ancyre viennent habiter
durant la chaude saison. De loin en loin, on rencontre des fiacres,
occupés par des beys ou pachas enfuis de l'enfer constantinopolitain.
Ils sont tous coiffés de kalpacks kémalistes noirs. Ce sont des
ministres, des sous-secrétaire d'État qui vont passer leur soirée à la
campagne. Soudain, notre voiture contourne une colline et l'on peut
apercevoir dans toute sa splendeur, l'horrible «trou» qu'est Angora.

Le nouveau venu se trouve désillusionné. Figurez-vous un amas de
maisons aux murs de boue, dont la moitié a été dévastée, au cours
de la guerre, par un incendie. Seuls, vers le centre de la ville,
quelques bâtiments de pierre ont résisté aux ravages des flammes. Bien
lamentable est, au premier abord, la capitale des Kémalistes.

Les rues sont envahies par une foule grouillante et bizarre. Voici des
tchétés que l'on voit circuler, la poitrine couverte de cartouches,
armés jusqu'aux dents, la tête enturbannée du bachlik large qui leur
donne des airs guerriers et même parfois terrifiants. Plus loin
défilent des troupes régulières revenant de quelque corvée ou de
l'exercice. Puis ce sont les beys de Stamboul que l'on voit passer en
voilure... et quelques petites hanems qui ont suivi leurs parents,
maris ou Irères, préférant le voile épais qu'elles sont obligées de
porter en Anatolie, aux «tcharchafs» plus que transparents, en usage à
Stamboul.

Les voyageurs à peine débarqués devant le «han» sont accueillis avec un
sourire narquois par les hôteliers. Pas un mètre de disponible, car,
à Angora, on loge au mètre carré, et le voyageur doit se considérer
heureux de trouver une marche d'escalier inoccupée, car les dites
marches constituent autant de couchettes dûment numérotées.

Après de laborieuses recherches, j'ai obtenu une armoire pour y dormir
moyennant une livre turque de loyer par nuit s.v.p. Angora regorge de
monde, disons-nous, on a même de la peine à se frayer un passage dans
les rues principales de la ville, tant la foule des plus hétéroclites
qui s'y coudoie est nombreuse. On y rencontre des figures étranges,
depuis les Tartares et les Kirghiz du Turkestan qui sont venus en
Asie-Mineure, jusqu'à des Nègres et des Chinois, enfuis probablement de
la Russie bolchévique.

Après une installation sommaire, je rencontre des connaissances
appartenant à l'entourage de Mustapha Kemal pacha.

On me promet de m'introduire auprès du chef. Mais sied-il de me
présenter à lui avec une barbe de cinq jours? Entré chez le premier
coiffeur venu, je ressens «le frisson de la petite mort». Le cher
figaro est armé jusqu'aux dents et tandis que je lui abandonne
docilement ma joue, je contemple sa poitrine où brille tout un attirail
de guerre, trois rangées de cartouches, un browning et un poignard!

Mustapha Kemal habite une petite maison tout près de la station
d'Angora, à cinq minutes de la ville. On passe, pour s'y rendre, devant
un jardin public, où tout le monde se donne rendez-vous le soir. En
face est la Chambre ou Assemblée nationale qui siège dans une bâtisse
de construction récente, assez belle comparativement à celles qui
l'entourent.

A l'entrée du jardin de la gare, on me présenta à Mustapha Kémal.

Haut de taille, énergique d'aspect, le chef des nationalistes turcs
accuse environ la quarantaine. Son regard est des plus pénétrants
quoique fatigué et sa voix est très forte. Mais des affaires urgentes
l'appellent à son bureau, et notre première entrevue n'est pas longue.
Il m'invite d'ailleurs aimablement à venir le voir.

⁂

Qu'est-ce que le mouvement national? Ce n'est qu'après être arrivé à
Angora que je pus me rendre compte de sa portée politique. Et c'est le
deuxième jour que je résumais ainsi son programme dans un des premiers
articles que je reproduis ici[1]:

[1] Excelsior.

Angora... octobre...

Il est bien rare de voir quelque journaliste franchir le mur séparant
l'Anatolie du monde entier et d'approcher Mustafa Kémal en personne à
Angora.

Un nouvel Etat existe actuellement en Asie-Mineure; une deuxième
Turquie pour ainsi dire y a été créée par Mustapha Kémal qui a levé
l'étendard de la liberté et mène une guerre à outrance, refusant
d'accepter le Traité de Sèvres qui retire Smyrne et la Thrace à la
Turquie.

Ce nouvel Etat, dont la capitale est Angora, a été constitué très
rapidement avec ce qui restait encore de l'ancienne administration
ottomane. Mais, aujourd'hui, tous les ministères et le Parlement
siègent à Angora. Les ministres ont le titre de «vékil» (gérant) et ont
les mêmes pouvoirs que dans tous les pays.

Cet état anormal n'a pourtant pas provoqué de troubles locaux comme on
l'a annoncé. La sécurité règne en Asie-Mineure et chacun vaque à ses
affaires. Dans toutes les provinces, les impôts sont perçus par l'État
kémaliste; le budget d'Angora couvre les frais du nouveau gouvernement,
tandis que la Sublime-Porte de Stamboul est aux abois et ne sait
comment couvrir son déficit.

L'armée grecque, concentrant tous ses effectifs en Asie-Mineure,
réussit tout d'abord à bousculer les armées de Mustapha Kémal, dont
l'artillerie était incomplète. Mais depuis son avance vers l'intérieur,
le front hellène est maintenant trois fois plus étendu qu'auparavant
et s'est par conséquent affaibli considérablement, tandis que les
nationalistes, reforment leurs troupes et organisent de nouveaux corps
réguliers.

Les Turcs consolident leur front en vue d'une nouvelle offensive et
mènent, dans tous les territoires occupés par les Grecs, une guerre
de francs-tireurs. Ils étaient tout d'abord dépourvus de matériel
et étaient presque complètement désarmés au débarquement de l'armée
héllène à Smyrne. Mustapha Kémal cependant a réussi peu à peu à
réorganiser une petite armée d'environ 150.000 hommes aidés par des
milices populaires dites de défense et des corps de volontaires.

Après l'occupation de Bakou par les Bolcheviks, qui prirent en outre
Nakhichevan, à la frontière russo-persane, les Kémalistes gagnèrent une
route libre et purent communiquer facilement avec la Russie. C'est par
cette voie un peu longue, qu'aujourd'hui ils se procurent des armes et
des munitions.

D'autre part, une contrebande d'armes effrénée existe sur toutes les
côtes de l'Asie-Mineure, où l'on échange simplement un sac de farine ou
des moutons contre des fusils ou des mitrailleuses.

Ancien organisateur de la guerre en Tripolitaine, Mustapha Kémal
adopte les mêmes méthodes en Anatolie et en Mésopotamie, où il a
réussi à gagner la collaboration des Arabes. Sur tous les fronts, les
nationalistes forment des bandes armées qu'ils lancent sur les arrières
des armées d'occupation, attaquant surtout les Anglais et les Grecs. A
l'intérieur, par exemple à Sivas et à Konia, des fabriques de munitions
ont été établies et fonctionnent assez régulièrement. Et tandis qu'en
Europe, tout à l'air de rentrer en paix, la guerre semble commencer
seulement maintenant en Asie.

Mustapha Kémal s'efforce de créer, en Asie, un mouvement qui
succéderait au bolchevisme à son déclin. Il a réussi pour mener sa
lutte à s'allier à certains peuples de l'Asie. C'est ainsi qu'à Angora
il existe plusieurs ambassades, telles que celles de l'Afghanistan, du
Belouchistan, de la Perse nationaliste, de l'Azerbaïdjan, du Bokhara et
du Turkestan.

Les rues sont pleines d'une foule bigarrée, représentant tous les
peuples de l'Asie, depuis l'Hindou jusqu'au Chinois, et l'on se demande
si, un jour, toutes ces peuplades indisciplinées, que veulent armer les
Soviets, ne parviendront pas à troubler l'ordre mondial!...

Tous ces gens se sont attablés, pour la première fois dans l'histoire,
autour d'un tapis vert au premier Congrès asiatique de Bakou. Mustapha
Kémal s'est attaché à déchirer le traité de paix turc en cherchant à
mettre le feu aux colonies anglaises de l'Asie, et il travaille nuit et
jour dans ce but.



IV

  COMMENT MUSTAPHA KÉMAL ORGANISE DES GROUPES DE FRANCS-TIREURS
  CONTRE L'ARMÉE GRECQUE.--LES "TCHÉTÉS" VOLONTAIRES.--
  ORGANISATIONS SECRÈTES DE L'ARRIÈRE-FRONT.--LES GUÉRILLAS EN
  ANATOLIE.--FORMATION DES CORPS D'ARMÉE A L'INTÉRIEUR.--AU
  CONSEIL ASIATIQUE DE BAKOU.


Angora... octobre.

Après la dernière offensive grecque, les Kémalistes se sont mis à
organiser de nouveaux corps d'armée. Un autre front de résistance a été
établi et des groupe de francs-tireurs ont été constitués pour mener à
bonne fin une guerre de surprise.

Tout l'arrière des lignes helléniques, y compris tous les territoires
occupés avant l'offensive grecque, est divisé en districts par
l'Etat-Major d'Angora, districts dont les limites sont tenues secrètes
et qui sont numérotés sur des cartes spéciales que l'on donne aux chefs
de bandes.

Les bandes kémalistes ou «tchétés» sont presque toujours montées et
comprennent cinquante cavaliers et une mitrailleuse. Les hommes sont
armés de toutes pièces et munis de grenades à main; ils connaissent
admirablement le pays où ils opèrent.

Les bandes sont formées à Kutahia, Biledjik, Eski-Chéir,
Afioun-Kara-Hissar et Denizli. Leurs provisions faites, elles quittent
de nuit leurs bases et traversent sans être découvertes, le front
grec. Les «tchétés» passent par des voies inaccessibles aux troupes
d'occupation. Leur équipement et leur coiffure étant de couleur sombre,
les Kémalistes se dissimulent facilement. Arrivés dans les districts
désignés, les «tchétés» se divisent souvent en deux ou trois escouades
et ils communiquent entre eux par des signaux nocturnes. Ils logent
le plus souvent, sans que l'armée grecque le sache, dans des villages
turcs éloignés, où ils arrivent à l'aube pour n'en sortir que la nuit.

L'obscurité venue, ces «tchétés» effectuent des incursions soudaines
dans des camps isolés, postes hellènes parsemés dans le pays. Ce sont
surtout les convois et les ponts qui sont visés. Toute attaque ne dure
que quelques instants, à peine le temps de semer le désarroi chez
l'adversaire surpris, ce qui abaisse le moral des troupes d'occupation.

Lorsque les «tchétés» sont à bout de ressources et rencontrent des
difficultés pour se ravitailler, ils se réunissent pour repasser le
front et s'approvisionner dans les lignes turques.

Après la dernière offensive hellénique, le front, ayant triplé de
longueur, est plus faible et ne forme plus une ligne continue de
tranchées. Aussi le va et vient à travers les lignes grecques est-il
devenu relativement aisé.

Actuellement 350 «tchétés» opèrent continuellement entre le front et
Smyrne.

Les nationalistes turcs travaillent à gagner du temps en menant une
guerre de guérillas, afin de pouvoir organiser des corps d'armée
réguliers pour une résistance plus énergique.

Le premier Congrès asiatique de Bakou a été un succès pour Mustapha
Kémal, qui a insisté auprès des délégués russes sur la nécessité de
créer des mouvements nationalistes en Asie avec l'aide des Soviets.
La distribution des armes et des munitions la centralisation du
commandement et le siège permanent d'un Conseil asiatique ont été, en
outre, décidés à ce Congrès.

En un mot, l'œuvre de Mustapha Kémal se résume en ceci: organiser en
Anatolie une guerre de francs-tireurs tout en constituant des forces
régulières; gagner du temps et faire cause commune avec tous les Arabes
et les peuples de l'Asie.

[Illustration]



V

  A LA SUBLIME-PORTE D'ANGORA.--LES MINISTÈRES.--AUX AFFAIRES
  ÉTRANGÈRES.--UNE ENTREVUE AVEC MOUHKTAR BEY, VÉKIL DES
  AFFAIRES ÉTRANGÈRES.--LE 12^e POINT DE WILSON.--L'OFFENSIVE
  DES HELLÈNES.--EN CILICIE.--LES SERVITUDES ÉTRANGÈRES.--LE BUT
  DES NATIONALISTES TURCS.


Le lendemain de mon arrivée dans l'antique Aneyre, je me rendis dans
la matinée au gouvernaurat où siège la Sublime Porte anatolienne.

Après avoir franchi la porte d'entrée gardée par deux sentinelles
harnachées de cartouchières, on gravit les marches branlantes d'un
grand escalier de bois qui aboutit au premier étage. Là, un immense
corridor où l'on coudoie tous les divers «types» ethniques rencontrés
dans les rues d'Angora, qui s'y donnent rendez-vous. Au-dessus des
grandes portes sont placés des écriteaux voyants: «Cheik-ul-Islamat»
ou plutôt «Cheik-ul-Islam» par intérim (cheik vekaleti). A travers
l'entrebâillement de la porte entr'ouverte je distingue, assis à son
bureau, un uléma au large turban, à barbe imposante. C'est l'ex-mufti
de Brousse Djemil Mollah. Puis viennent les autres ministères:
Agriculture, Affaires étrangères, Travaux publics, Intérieur, Finances,
Hygiène publique, etc.

Quant au Ministère de la Guerre, il n'est pas installé à la
Sublime-Porte et il est dénommé «Défense nationale»; son siège est à
l'école Sultanié. C'est évidemment le plus important et le plus cossu.

Revenons à notre visite à la Sublime-Porte. Le Ministère des Affaires
étrangères compte tout juste deux pièces, comme d'ailleurs tous les
ministères. D'abord, c'est le cabinet du ministre qui siège avec
son sous-secrétaire d'Etat et son chef de bureau particulier dans
une seule pièce. Puis c'est le bureau du ministère avec toutes ses
sections empilées dans la seconde. Je demandai audience à S. E.
Mouhktar bey, ministre par intérim des Affaires étrangères et je fus
introduit aussitôt auprès de lui. Il vint à moi, me tendant la main
tout souriant. Ex-ministre à Athènes et fin diplomate, Mouhktar bey
est un travailleur assidu; il est à son bureau depuis l'aube jusqu'au
crépuscule et ne peut se rendre à la Chambre malgré sa charge de député
de Constantinople.

Je reproduis ici ses déclarations:

_D'abord et avant tout, nous réclamons le droit accordé à chaque
peuple: celui de vivre. Nous avons signé, en octobre 1918, un armistice
et déposé les armes en nous basant sur la justice dont l'Entente était
alors l'apôtre et sur le 12^e principe de Wilson qui donnait droit à
une souveraineté turque aux parties ottomanes de l'Empire ottoman.
Or, aucun de ces engagements ne furent tenus, on nous a honteusement
trompés et alors que la Turquie, était désarmée on lança sur elle les
armées grecques qui occupèrent Smyrne et y déchaînèrent des horreurs
sans précédents. C'est l'indignation et l'exaspération d'un peuple qui
a été le premier facteur du soulèvement national vers la résistance à
outrance._

_Aujourd'hui les forces nationalistes acquièrent de jour en jour de plus
grands moyens d'action._

--_Et la dernière, avance hellénique vous a-t-elle dérouté?_

--_Elle a redoublé la résolution de la population de tenir jusqu'au
bout et notre armée a doublé ses effectifs. Le nombre de volontaires
augmente de jour en jour._

--_Excellence, et en Cilicie, quelle est la situation?_

--_A vrai dire, nous ne savons pas ce que les Français sont venus y
chercher. Depuis des mois, ils versent leur sang pour la conquête de
territoires purement turcs et qui ne leur sont même pas cédés par le
Traité de Versailles. Pour ce qu'ils ont entrepris en Syrie, je ne
saurai que dire, mais pour la Cilicie, là, nous sommes chez nous._

_Je comprends parfaitement que l'opinion publique en France soit contre
l'entreprise de Cilicie, car, en voulant conquérir par le sabre
quelques parcelles de terre à Adana, le fougueux esprit militaire ne
songe pas que la France perd ses sympathies séculaires en Orient._

_Les Italiens n'ont pas commis au moins la faute de faire couler le sang
de leurs soldats pour effectuer des conquêtes qu'ils ne pourraient
garder à aucun prix, le réveil de la conscience turque étant trop
puissant pour laisser là-dessus aucun espoir à n'importe quelle
puissance impérialiste._

_En Cilicie, comme ailleurs, notre dernier mot est le suivant: la
fixation des frontières est avant tout une question ethnique, et en
second lieu, une question de débouché sur la mer. Elle ne doit, dans
aucun cas, revêtir la forme d'un arrangement entre les convoitises
des capitalistes d'Occident ou d'une récompense pour les services que
peuvent rendre aux grandes Puissances les petits Etats comme la Grèce._

_C'est à ce titre que nous revendiquons et continuerons à revendiquer
jusqu'au triomphe de la justice, nos droits imprescriptibles sur la
Thrace, sur Smyrne et Adana. La preuve que les Turcs sont en très
grande majorité en Thrace et à Smyrne réside dans le fait que nos
ennemis n'ont pas osé ordonner un plébiscite dans la première de ces
provinces et à Smyrne la consultation populaire ne doit avoir lieu que
dans cinq ans, période jugée suffisante pour l'extermination de la
population turque de l'endroit._

_La population de Cilicie, laissée à la merci des bandes arméniennes,
s'est soulevée et poursuit vaillamment la lutte pour sa libération._

_Le même mouvement se dessine dans les provinces occupées par les Grecs
et soumises par eux à une extermination systématique, afin d'y détruire
l'élément musulman. Sous peu les Grecs se trouveront dans la même
situation que les Anglais en Mésopotamie et les Français en Cilicie,
coupés de leurs lignes de retraite et harcelés partout et à tout
instant jusqu'à ce qu'ils soient complètement repoussés à la mer._

_D'ailleurs, à notre époque, où tous les peuples de l'Occident ont
secoué le joug, il est tout naturel que ce soit le tour des peuples
orientaux d'être libérés des servitudes étrangères._

_Cette libération est inévitable. Tous les efforts contraires
n'aboutiront qu'à faire couler plus de sang sans influencer en rien le
résultat final._

[Illustration]



VI


  EN TÊTE À TÊTE AVEC MUSTAPHA KÉMAL.--LA MAISON DU
  CHEF DE GARE.--CE QUE DIT LE CHEF DES NATIONALISTES
  TURCS.--L'OFFENSIVE EN ARMÉNIE.--LE TRAITÉ DE SÈVRES ET
  LES HELLÈNES EN ASIE-MINEURE.


Redjeb bey, un des aides de camp du pacha que je rencontrai dans les
couloirs de la Chambre, m'annonça que son chef m'invitait à dîner à sa
villa. Je m'y rendis.

Mustapha Kémal habile, comme je l'ai déjà dit, une petite maison
destinée autrefois au chef de gare, aux abords de la station.

De grands arbres l'entourent et on y pénètre par un coquet jardin aux
allées soigneusement ratissées.

Un escalier mène les visiteurs au premier étage, toutes les marches
sont recouvertes de de toile cirée et partout règne une propreté
d'autant plus appréciable que partout ailleurs, à Angora, les maisons
sont envahies de poussières.

Nous entrons dans une salle à manger très simplement meublée où le
couvert était déjà mis. A côté, un petit salon, aux meubles recouverts
d'étoffe rouge foncé et un minuscule cabinet de travail.

Dans le cadre de la porte apparaît un homme de haute taille, à la
moustache blonde: c'est Mustapha Kémal. Il est en civil, décoiffé, et
fume nerveusement une cigarette.

Sur un signe de lui, j'entre dans son bureau, où se trouvait déjà le
capitaine Hayati bey, chef de son cabinet particulier. Celui-ci est
coiffé d'un grand kalpack noir.

Sur le bureau de travail du pacha, je vois une pile de télégrammes
chiffrés et de journaux.

Nous passons presque aussitôt à la salle à manger, car le dîner vient
d'être servi. A table, se trouvent quatre aides de camp, les généraux
Ismail Fazil et Mouheddine pacha.

Mustapha Kémal aime de préférence la cuisine européenne. Les mets à
l'huile, lourds et indigestes, qui composent le fond de la cuisine
orientale, sont exclus de sa table.

Le pacha déclare que la cuisine turque l'empêche de travailler; il est
de fait qu'il fournit beaucoup de besogne. Il ne quitte pas son bureau
avant deux heures du matin. Parfois même il y reste toute la nuit,
la tête baissée sur une masse de papiers, d'ordres, de dépêches et
de caries d'état-major. Il dort très peu, ce qui l'a fatigué et fait
maigrir à l'excès.

Après dîner, nous passons au salon pour fumer, et, assis en face de
lui, je me mets en devoir de l'interviewer. Tout en causant, je ne
puis m'empêcher d'admirer le regard pénétrant de Mustapha Kémal. On
peut dire qu'il fascine et je comprends comment sa popularité est
attribuable à la puissance de ses yeux et de sa parole. Le pacha parle
couramment le français.

_Lorsqu'en 1914,_ déclara Kémal Pacha, _l'Allemagne a violé le
traité garantissant l'intégrité de la Belgique, l'Angleterre prît
solennellement les armes pour défendre son honneur national outragé.
Le Monde entier frémit d'indignation à la violation de la Belgique par
le Kaiser. Juste cinq ans plus tard, la signature, au bas des clauses
de l'armistice de Moudros, de l'amiral Galthrope, représentant de la
Grande-Bretagne, était honteusement violée par l'attaque soudaine, à
main armée, d'une nation sans défense._

_L'armée hellène débarquait sans raison d Smyrne, y commettait des
massacres et causait le soulèvement de toute l'Anatolie._

_L'Angleterre, si fière de la sauvegarde de son honneur en Belgique,
a taché son histoire en Orient par une politique impérialiste pleine,
d'ambition et fatale pour son avenir colonial._

--_Croyez-vous à votre réussite finale, Excellence?_

--_Sans doute. Lorsqu'il y a près de 75 ans, quelques centaines de
comitadjis serbes gagnèrent les montagnes et luttèrent contre des
armées turques entières envoyées pour la répression des rebelles, ces
armées ne purent en venir à bout, car les Serbes luttaient pour leur
indépendance. La Bulgarie fit de même, la Grèce aussi._

_Aujourd'hui le tour est venu pour les Turcs de gagner leurs montagnes
natales, de prendre le fusil en main pour la lutte de guérillas et
mener à bonne fin une guerre de francs-tireurs. Plus cette situation
se prolonge, plus nous en profitons. Chaque jour est un pas en avant
pour nous et vers le dénouement fatal pour les oppresseurs. D'un côté,
nous sommes appuyés par la Russie des soviets et de l'autre par l'Asie
entière qui suit avec intérêt notre lutte suprême pour nous imiter dans
un avenir prochain._

_Est-ce que l'armée hellène supportera toutes ces campagnes! Le soldat
grec a laissé derrière lui son foyer, son commerce et ne pense qu'à
sauver sa peau pour pouvoir travailler et nourrir sa famille. Tandis
que tous les volontaires turcs viennent d'avoir leurs villages détruits
par l'envahisseur et qu'ayant perdu leurs foyers, ils s'engagent, pour
les recouvrer, dans une lutte vie ou à mort._

_D'un côté une armée qui veut conquérir, de l'autre un peuple entier
qui défend son foyer natal... Qui des deux remportera?_

_Aujourd'hui, à l'arrière du front grec, nos bandes pullulent et le
soldat hellène reçoit souvent des balles de face et de dos._

_Et voici l'hiver... encore un allié pour nous qui approche..._

--_Que pensez-vous, Excellence, de l'offensive et de la dernière avance
des Hellènes?_

_--Toute l'offensive et l'avance des Hellènes étaient prévues par moi.
Cette avance a affaibli son front qui a triplé sa largeur. Une preuve
éclatante en a été la bataille de Dêmirdji qui, si nous avions eu un
peu plus de cavalerie et de troupes de réserve, aurait été un véritable
désastre pour eux. Mais j'ai voulu faire un essai de rupture, avec
des forces beaucoup moins nombreuses que ne l'ont dit les communiqués
hellènes, qui a réussi du reste, et fut pour le général Paraskevopoulos
un revers cuisant. Demain, si Venizelos, obéissant à un ordre de son
dictateur Lloyd Georges, veut sacrifier une armée de 500.000 hommes
comme il l'a prétendu, il réussira peut-être d occuper difficilement
Angora et même Konia. En nous retirant à Sivas, noire guerre de
francs-tireurs redoublera et notre armée pourra plus facilement
percer leur front qui dépasserait dans ce cas mille kilomètres._

_M. Venizelos est entré en Anatolie dans un bourbier et l'armée grecque
finira par être obligée de quitter-après y avoir enterré des milliers
de cadavres-ce pays qui ne lui appartient pas._

--_La presse, ennemie vous accuse, Excellence, d'agir contre l'intérêt
du Sultan?_

--_Mes soldats et un peuple entier qui lutte contre renvahisseur
meurent pour défendre la terre sacrée léguée par nos anciens
khalifes... _ _J'ai une confiance aveugle en la réussite finale de
ma sainte cause, car elle représente la justice même que l'on veut
étouffer par l'ambition.»_

Complétant ces déclarations, Mustapha Kémal ajouta au sujet de
l'offensive kémaliste à peine déclanchée, que cette offensive n'était
qu'à sa première phase.

_«Cela mettra fin, ajouta-t-il, aux agressions des bandes arméniennes en
territoire turc, cherchant à semer des désordres à l'intérieur._

_«J'ai confiance dans le plein succès de cette offensive qui nous
ouvrira une communication plus directe avec les Soviets et l'Asie
entière._

_«L'Arménie constituera aussi demain un gage précieux en nos mains et
ce seront les délégués arméniens eux-mêmes qui finiront par intervenir
auprès de la Société des Nations pour la révision des clauses du Traité
de Sèvres qui ont arraché injustement la ville de Smyrne à notre chère
Anatolie.»_

[Illustration]



VII

  A LA CHAMBRE D'ANGORA.--DÉCLARATIONS D'ISMAIL FAZIL
  PACHA.--COMMENT LE MOUVEMENT NATIONAL A PRIS NAISSANCE.--
  SON HISTORIQUE.--STAMBOUL ET ANGORA.--LES DÉBATS AU
  PARLEMENT.--UNE DISCUSSION INTÉRESSANTE.--LA LOI SUPPRIMANT
  L'ALCOOL.--LES RAVAGES DES BOISSONS EN ANATOLIE.--L'ARGUMENT
  RELIGIEUX.--LA LOI EST APPROUVÉE.


On m'avait fortement conseillé d'aller suivre les débats de la Chambre
kémaliste ou Assemblée nationale (Megliss-i-Milli) qui devait voter ce
jour-là une loi contre l'usage des boissons spiritueuses en Anatolie.
Le Parlement siège, comme je l'ai dit plus haut, dans une jolie bâtisse
de construction récente. Dans ses couloirs je rencontrai Ismail Fazil
pacha, Mouheddine pacha et Hamdoullah Soubhy bey, tous coiffés du
kalpak de rigueur. Ayant presqu'une demi-heure jusqu'à l'ouverture des
débats, nous échangeâmes quelques mots.

Je questionnai Ismail Fazil pacha sur le soulèvement de l'Anatolie et
nous nous retirâmes dans la salle de lecture.

Ismail Fazil est le père du général Ali Fuad, commandant le corps
d'armée sur le front de Smyrne. C'est un homme frisant--on peut le
dire--les 65 ans, car il est d'une constitution, sans jeu de mots, et
d'une santé parfaite.

Il détient au sein du cabinet kémaliste le portefeuille des Travaux
publics.

Voici le résumé de ses déclarations:

_«Lorsque les Grecs débarquèrent à Smyrne. Mustapha Kémal pacha se
trouvait à Erzeroum comme Inspecteur général de l'armée. A cette
nouvelle, il vit que la Turquie désarmée allait être dépecée par ses
petits voisins et il décida de tenir à Erzeroum même un Congrès appelé
à délibérer sur la situation et sur ce qu'il y avait à faire. Tous les
commandants de l'armée de l'Ouest ainsi que les valis et religieux de
toutes ces provinces y furent convoqués. _ _«C'est à ce Congrès que
furent envoyés des délégués des provinces de l'Ouest qui demandèrent
tous la résistance, non contre l'Entente, mais contre les petits
Etats comme la Grèce et l'Arménie qui ne rêvaient qu'à anéantir la
Turquie et à placer le Conseil suprême devant le fait accompli. Smyrne
fut d'ailleurs un exemple frappant de cette prévision._

_«C'est ce Congrès d'Erzeroum qui fut le noyau de la défense nationale
à outrance. Mustapha Kémal reçut l'approbation générale et un vote
de confiance à l'unanimité et c'est lui qui prit l'initiative de la
tâche. Sivas déclara adhérer aussitôt au mouvement d'Erzeroum, puis
Trébizonde, Van, Diarbekir, Samsoun, etc., etc..._

_«Entre temps, du côté de Smyrne, les horreurs des Grecs à peine
débarqués et les massacres de. Musulmans d'Aïdine et Ménémen avaient
soulevé toute une masse de paysans qui avaient pris les armes pour
lutter désespérément contre l'envahisseur. Ceux-ci se groupèrent peu
à peu et leurs effectifs augmentèrent de jour en jour, opposant sans
répit la résistance aux Hellènes. _ _«Au bout de deux mois et grâce aux
milliers d'officiers arrivés de Constantinople, un noyau d'armée se
formait dans l'Anatolie de l'Est._

_«C'est à ce moment que je quittai Constantinople, appelé à Sivas où se
trouvait mon fils, le général Ali Fuad. Un deuxième Congrès, où était
représenté déjà la moitié de l'Empire, tint séance à Sivas, composé
d'environ soixante membres influents que chacune des provinces y
représentait._

_«Le mouvement nationaliste prit son élan à Sivas et continua à se
propager vers Smyrne._

_«A ce moment, le vali d'Angora, Mouheddine pacha, très anglophile et
sous l'influence directe du général Scotland, commandant à Eski-Chèir,
travaillait à gagner en faveur des Anglais les derviches de. Tchoroum,
très influents dans l'Anatolie._

_«Des missionnaires y furent envoyés mais leurs tentatives échouèrent._

_«La population prit soudain les armes et se dirigea, avec le
commandant du corps d'armée Ali Fuad, sur Angora pour mettre fin à ces
intrigues. Le général Scotland lui envoya alors un message lui disant
que s'il osait attaquer avec ses troupes rebelles les soldats de S. M.
Britannique, il en répondrait devant le Conseil suprême._

_«Ali Fuad répondit qu'il n'était plus général, mais citoyen et que ce
n'étaient pas des troupes qui barraient la route mais une population
venant de prendre les armes pour lui demander ce qu'il cherchait dans
le pays d'un autre._

_«Là-dessus, pour éviter une effusion de sang, Angora fut évacuée,
Mouheddine pacha s'enfuit à Constantinople et un gouvernement
nationaliste fut installé._

_«D'autre part, Koniah et toutes les autres provinces ainsi que les
volontaires combattant sur le front de Smyrne, adhérèrent au mouvement
nationaliste. Entre temps, Damad Ferid à Constantinople interceptait
toutes les communications de Mustapha Kémal avec le Souverain._

_«C'est la-dessus que le Congrès de Sivas envoya une sommation à la
Sublime-Porte d'avoir la communication directe avec le Sultan dans le
délai d'une demi-heure._

_«Tout le Congrès et Mustapha Kémal attendirent exactement une demi-heure
devant l'appareil télégraphique qui ne répondait pas. Ce délai passé,
toutes les communications furent interrompues._

_«A l'occupation de Constantinople (16 mars 1920), après sommation et
pour éviter une inutile effusion de sang, le général Scotland évacua
Eski-Chéir._

_«A présent toute l'Anatolie lutte pour sa libération des servitudes
étrangères, nous sommes tous confiants dans le succès de notre lutte
car nous ne sommes pas seuls. Trois formidables alliés nous tendent
la main: le Bolchevisme. l'Asie et l'Islam..._

_«J'espère et crois aussi que. l'Angleterre jusqu'à présent l'alliée
de l'Islam et qui a failli à sa ligne de conduite traditionnelle,
reviendra à elle afin de gagner les Turcs qui luttent pour leur
indépendance, plutôt que de compter sur un ramassis de petits Etats qui
ont tourné en sa faveur dès que la victoire a fait pencher la balance
de ce côté, rêvant ainsi d'avoir leur part au butin gagné par le sang
des autres.»_

On vint nous prévenir que la Chambre était réunie. A 2 h. 1/2 les 95
députés kémalistes prenaient place autour de l'hémicycle où trônait
tout en haut le vice-président de la Chambre, le grand Tchélébi. A ses
côtés je remarquai la volumineuse personnalité de Djelaleddine Arif
bey, ex-bâtonnier du barreau ottoman et second vice-président. Dans la
salle, on percevait un sourd bourdonnement de voix. Tout à coup, la
cloche du président retentit et le silence s'établit. J'ai pris note
sténographiquement d'une partie des débats les plus intéressants.

MAZHAR BEY (Aïdine).--Vous savez, chers camarades, que notre
budget-d'après l'exposé que nous retraçait l'autre jour le ministre
des finances, Ferid bey--est on ne peut plus satisfaisant. Néanmoins,
l'Etat doit s'imposer des sacrifices énormes pour faire face à nos
préparatifs militaires et solder nos achats en matériel de guerre. Il
en résulte un déficit inévitable de plusieurs millions de livres, et la
Chambre est chargée de le couvrir.

«Or, une plaie affreuse ronge le pays, plus que cela n'a lieu n'importe
où ailleurs, et paralyse toutes nos forces vives; c'est l'abus
de l'alcool. Par contre, il ne faut pas oublier que les boissons
spiritueuses rapportent au budget annuel de l'Etat la coquette somme
d'environ un million et demi de livres turques. Beaucoup de nos
paysans, à Aïdine, Smyrne et Magnésie en particulier, ne vivent que du
produit de leurs vendanges. Il faut tenir compte dans nos décisions de
tous ces éléments.

DJEVÀD BEY (Sivas).--Ces provinces ne sont plus entre nos
mains. (_Bruits._)

MAZHAR BEY.--Oui, mais elles nous reviendront un jour
«inchallah», de même que l'Alsace et la Lorraine sont revenues à la
France. (_Applaudissements redoublés._)

«Donc, continue l'orateur, ces provinces ne vivent que des produits
distillés du raisin et en premier lieu du «raki», Aujourd'hui, en
interdisant l'alcool dans le pays, vous enlevez leur gagne-pain à des
milliers de citoyens. Chers camarades, je vous préviens, statistique en
main, que la loi proposée à la Chambre serait une folie.

«Nous devons maintenir l'alcool, car il s'agit d'un bénéfice net
d'un million de livres par an, et qu'en agissant différemment nous
fournirions aux paysans de Chio et de Mytilène, un moyen de s'enrichir
à nos dépens.

CHUKKRY BEY (Trébizonde) le remplace.

«Je ne veux pas contredire mon prédécesseur, affirme le nouveau venu.
Mais je tiens à vous exposer, Messieurs, les ravages que cause la
boisson au sein de notre Patrie.

«Un mal interne ronge notre peuple. Aujourd'hui, notre paysan de Konia,
après avoir vendu son beurre et ses œufs au marché, remporte dans son
foyer des bidons de raki et s'enivre oubliant toutes les prescriptions
de l'Islam!

VELHI BEY (Konia).--Pas à Konia seulement, c'est partout
ainsi. (_Rires._)

ALI CHUKKRI BEY (Trébizonde).--Il y a de cela dix ans, à
Trébizonde, les personnes abusant de l'alcool pouvaient se compter sur
les doigts.

«A présent, hélas! les enfants de 7 à 8 ans pratiquent le culte de la
«dive bouteille» comme père et mère. Les maladies augmentent avec ces
abus, et la nation entière est exposée à un péril imminent; elle se
trouve au bord de l'abîme.

«On ne veut pas faire perdre au budget un million de livres, mais on
bride le pays. La Chambre assume une responsabilité écrasante. Tous
les députés doivent être d'accord pour entreprendre la lutte en vue
d'assainir la nation et d'élaborer cette loi...

FARIK BEY (Denizli)--... que le Gouvernement ne pourra à
aucun prix appliquer intégralement. (_Bruits dans la salle._)

ALI CHUKKRI (Trébizonde), répliquant vivement.--Un
gouvernement qui ne peut appliquer ses lois n'en est pas un...

(_Grand bruit, protestations; on empêche le député de continuer.--Le
président rappelle à l'ordre._)

«Je ne veux pas qu'on prête à mes paroles un sens qu'elles n'ont pas et
je me rétracte! (Le silence se fait.)

«Une loi supprimant l'alcool délivrerait l'Anatolie d'un mal affreux.
Nous devons imiter l'Amérique et la Russie. En Russie, la loi contre
l'alcool a été appliquée en recourant, le cas échéant, à la bastonnade!
Il faudra que nous sachions en faire autant. Pour nous autres Turcs, il
n'y a qu'un remède radical,la bastonnade! (_Bruits, protestations._)

MEHMED HODJA (Edremid). (_Il prend la parole à la tribune et d'une voix
de stentor entonne une harangue en faveur de la loi._)

«La principale cause de nos malheurs est que, nous autres Turcs, nous
n'observons plus les lois de l'Islam.

«Notre religion nous interdit l'alcool et nous nous permettons d'en
abuser. Tous les peuples musulmans savent trop combien nous négligeons
les lois divines. Il y a vingt ans, à Edremid, les Chrétiens n'avaient
que vingt maisons tout au plus. L'alcool et le jeu ont ruiné les Turcs
de l'endroit et aujourd'hui la moitié de la ville appartient aux
étrangers!

«Tant que les Turcs ne prendront pas les mesures nécessaires contre
l'ivresse et le jeu, ils seront foulés aux pieds de leurs plus vils
ennemis.»

Cette fois les contradicteurs se sont tus. L'argument divin est sans
réplique, dans la toujours religieuse Anatolie, et c'est au milieu d'un
silence complet que Djelaleddinc Arif bey note le compte rendu officiel
et lit le projet de loi suivant:

1º _L'importation de tous les spiritueux est strictement interdite sur
toute l'étendue du territoire ottoman._

2º _Tout débit d'alcool sera fermé. Les scellés seront apposés par
l'Etat sur tous les alambics, bidons et barils._

3º _L'alcool ne pourra se vendre dans le commerce que dénaturé et après
un contrôle de l'Etat_.

Les contrevenants seront condamnés à une amende de 100 à 500 livres et
à une peine corporelle variant entre 80 et 100 coups de bâton et à une
réclusion de 2 à 6 mois de prison.

Et, sans plus ample discussion, la loi est approuvée. Il y a des pays,
n'est-ce pas, où cela ne va pas si vite.



VIII

  ISMAIL SABRY BEY.--À LA DÉFENSE NATIONALE.--L'OCCUPATION DE
  SMYRNE.--L'AGRESSION HELLÈNE CONTRE L'ANATOLIE.--LES CAUSES
  DU SOULÈVEMENT DE L'ASIE-MINEURE.--EN CILICIE.--DEUX MOTS DE
  FEVZI PACHA, MINISTRE DE LA GUERRE.--QUELQUES PROCLAMATIONS.

J'ai rencontré à Angora, dans l'entourage de Mustapha Kémal, un ancien
ami: Ismail Sabry bey, ancien adjudant de la reine Marie de Roumanie.

Sabry bey est originaire de la Dobroudja et il était capitaine de
cavalerie dans l'armée roumaine. Mais les déportations et massacres
qu'eurent à subir les Musulmans de la Dobroudja le décidèrent à passer
dans les rangs de l'armée turque.

C'est aujourd'hui un des membres les plus influents du soulèvement
kémalisle. Comme récompense de ses précieux services et de son courage
vis-à-vis de l'ennemi, Mustapha Kémal pacha le prît à ses côtés.

Sabry bey m'amène au Ministère de la Guerre.

Je suis introduit auprès du commandant Riza, de l'Etat-Major, qui nous
reçoit fort aimablement.

A peine la conversation était-elle engagée et lui avais-je demandé
comment prit naissance le mouvement national, il me tendit un dossier.
Je l'ouvris et y trouvai tout d'abord quelques dépêches, qu'il me
parait intéressant de transcrire ici:


  TÉLÉGRAMME DU COMMANDANT D'AÏDINE

  «Le 15 mai 1919.

  «Notre correspondance avec Smyrne occupée par les
  Hellènes s'est trouvée interrompue. Détails parvenus
  ici annoncent massacres sur population musulmane commis
  par troupes grecques. Caractère occupation imprécis.
  Population extrêmement surexcitée.»

  «Commandant de la 57^e Division,

  «CHEFICK».


  «Panderma, le 16-5-1919.

  «Population Panderma extrêmement surexcitée suite occupation
  injustifiée Smyrne.»

  «C. div. 14^e C. Armée,

  «YUSSOUF IZZET».


  «Aïdine (très urgent), le 16-5-1919.

  «...Le 14-5-19, six transports hellènes, protégés par quelques
  torpilleurs, commencèrent à entrer dans le port de Smyrne.
  La population grecque s'assembla en masse sur le quai.
  Tout d'abord, une compagnie de 300 Efzones débarqua sur le
  quai, suivie par d'autres groupes. Les forces débarquées se
  divisèrent en deux colonnes, dont l'une prit la direction de
  la caserne et l'autre celle de Punta. La population indigène
  armée accompagnait ces troupes; aussitôt les quartiers grecs,
  sis aux environs du quai, bissèrent des drapeaux hellènes.
  Au moment où la première colonne fut près de la tour de la
  place de la caserne, un coup de feu éclata. Là-dessus un
  choc s'engagea entre nos soldats d'une part et les soldats
  hellènes et la population armée d'autre part. Des deux côtés
  aux prises sur les lieux, les pertes se montent à plus de
  700. Le choc dura une heure. Une partie de nos officiers et
  soldats se trouvant dans la caserne, furent faits prisonniers.
  On les conduisit à bord du cuirasé Avcroff. D'autres soldats
  ottomans se sont retirés avec leurs armes hors de la ville.
  Les habitants grecs de Seydi-Keuy et des environs, accourus
  en armes durant le choc, se mirent à piller le local du
  Gouvernement, la caserne et les magasins appartenant aux
  Musulmans. Après l'occupation des établissements officiels et
  de ceux de la Sûreté publique, l'armée se joint aux bandes
  grecques pour commettre des atrocités tant dans la ville que
  dans les environs. La malheureuse population musulmane est
  assassinée et torturée. Guidés par des bandes grecques,
  les soldats hellènes se saisirent de quelques-uns de nos
  officiers et arrachèrent leurs uniformes à coups de crosse. La
  population musulmane se réunit dans le cimetière juif, dans
  l'intention de s'élever contre l'annexion et de sauvegarder
  ses droits. Elle ne voulut pas se disperser et passa la nuit
  du 15 au 16 dans le cimetière Israélite continuant ses
  manifestations nationales. Après minuit, des coups de fusils
  et de mitrailleuses se firent entendre aux environs de ce
  cimetière. Le feu continua dans ce quartier et dura environ
  quatre heures. La population musulmane, exposée à ce massacre,
  dût se disperser.

  «Durant toute la nuit, on entendait partout dans la ville
  des coups de fusil et de bombes. Les dépôts d'armes et de
  munitions, ainsi que les caisses des établissements officiels
  furent entièrement pillés par la population locale grecque.
  L'agression se manifesta avec une fureur telle que les
  soldats hellènes en vinrent jusqu'à faire usage de leurs
  mitrailleuses.

  «Les atrocités des Grecs furent portées au-delà des limites
  de la ville, des bandes grecques formées dans les villages se
  mirent à attaquer aussi les trains et les villages musulmans.

  «Dans plusieurs villages, des bandes helléniques et grecques
  ont commis aussi de nombreuses agressions et leurs actes de
  violence se sont étendus jusqu'aux environs de Kouche-Ada et
  de Soke.

  «Les violences ainsi commises par les Grecs indigènes, tant
  en groupes qu'individuellement, à l'encontre des lois de
  l'humanité, ont vivement indigné la population musulmane
  d'Aïdine et de ses dépendances. Tant que l'occupation de
  Smyrne par la Grèce durera et que les violences des bandes
  grecques continueront, l'énervement de la population musulmane
  doit fatalement croître et, par conséquent, il y aura lieu de
  s'attendre à des événements regrettables.

  «Donc, au nom de l'humanité, il est d'une importance extrême
  de faire les démarches nécessaires auprès des représentants de
  l'Entente afin que, dans le cas où l'occupation de la ville
  serait nécessaire pour l'Entente, des contingents ententistes
  anglais, français et américains viennent seuls effectuer cette
  occupation.

  «Le Commandant de la 57^e Division,

  «CHEFICK».


  Aïdine, 17 5-19.

  (SUITE TÉLÉGRAMME N° 892)

  «1º) Les membres de l'Etat-Major du corps d'armée et des
  divisions ont été arrêtés à Smyrne le jour de l'occupation.

  «2º) Les massacres et les pillages commis à Smyrne contre la
  population musulmane et contre nos soldats n'ont nullement été
  provoqués par les nôtres, mais il existe, au contraire, des
  preuves indiquant qu'ils ont été commis avec préméditation
  par les Grecs indigènes et les soldats hellènes.

  «CHEFICK.»


Le passage suivant, d'un autre rapport du général Nadir pacha, sur les
horreurs de Smyrne, vaut aussi d'être cité:

  «A ce moment furent commis des crimes et atrocités
  inimaginables, que réprouveraient les peuples même les moins
  civilisés.

  «Des Grecs, armés de revolvers, tiraient continuellement sur
  le groupe des officiers turcs, traversant la rue au milieu de
  deux rangées de soldats hellènes d'occupation.

  «La population grecque n'a rien épargné pour insulter,
  humilier, torturer et frapper les officiers.

  «Tous ceux qui étaient à bord des bateaux grecs, le long des
  quais, ainsi que tous les soldats hellènes descendus dans
  la rue et la population grecque de la ville elle-même, ont
  participé par tous les moyens à cette scène tragique. Les
  officiers turcs, mains en l'air, furent contraints de crier
  «Zito» et un grand nombre d'officiers et de soldats furent
  impitoyablement massacrés ou blessés. Une pluie battante,
  mêlée de grêle qui commença à tomber peu après, contribua
  heureusement à détourner sensiblement ce déchaînement de
  barbarie.»

Si je devais transcrire, ici, la suite de dépêches annonçant la
destruction d'Aïdine, de Ménémen, les massacres de Magnésie, etc., la
série n'en finirait pas.

Aussi Riza bey me dit que si quelqu'un lui demandait pourquoi
l'Anatolie est rebelle et s'est ainsi soulevée, il montrerait ce
recueil qu'il gardait précieusement.

Nous causâmes ensuite de la Cilicie. Je remarquai avec plaisir
qu'aucune rancune envers la France n'existait chez ces officiers.
Seulement Riza bey me donna deux proclamations qui venaient d'être
rédigées pour être jetées par avion sur les troupes françaises. Je les
reproduis ici à titre documentaire et parce qu'ils font ressortir les
vœux que formaient alors les nationalistes turcs sur la Cilicie.


«SOLDATS DE FRANCE!

«Combattants de la République et apôtres de la
justice, demandez à vos chefs pourquoi vous versez encore votre sang
pour la conquête inutile de la Cilicie turque qui ne vous est même pas
cédée par le traité de Versailles?

«Poilus de France! Songez que votre patrie vient de gagner une belle
victoire en vous rendant l'Alsace et la Lorraine, mais vous tacheriez
l'œuvre de vos camarades morts au champ d'honneur, en voulant
déchiqueter le peuple turc qui ne demande qu'à vivre libre et en bonne
amitié avec vous.


«Soldats de France!

«Si vous poursuivez ces projets, les Turcs sont à la veille de
s'allier aux rebelles arabes. Un exemple frappant est sous vos veux.
En Mésopotamie, les Anglais ont une armée de 100.000 hommes, qui est
harcelée de tous côtés. Leurs troupes ont leurs arrières coupés, sont
attaquées chaque jour par les Turco-Arabes et périssent par milliers.
En Cilicie, vous êtes en face d'un péril identique et imminent!

«Aujourd'hui, l'époque des conquêtes est passée!...

«Est-ce le moment pour la France républicaine de dévoiler son ambition,
ou celui de se mettre au travail et de chercher ses vrais intérêts là
où ils sont autrement que par la force?... Cela demandez le à vos chefs,
et s'ils ne peuvent vous répondre, consultez votre conscience; elle
vous refusera de déshonorer votre histoire en vous ruant sur un peuple
qui ne demande qu'à vivre libre et tranquille!...»


«POILUS DE FRANCE!

«Vous avez laissé bien loin derrière vous vos villages, vos foyers
chéris...

«La guerre est finie depuis longtemps, l'Alsace et la Lorraine sont
redevenues françaises, mais vous, que cherchez-vous encore ici?

«Le moment est venu de prendre la truelle en main et de réparer les
sanglantes blessures de la Patrie.

«Le moment est venu pour l'humanité entière de respirer, non de
conquérir, de brûler encore et de verser inutilement du sang.

«Poilus de France égarés en Cilicie, qu'avez-vous à attaquer les Turcs
qui ne demandent qu'à vivre tranquilles et amis de la France?

«N'oubliez pas vos traditions d honneur et de justice, ne perdez pas
ainsi vos vrais intérêts en Orient!

«Vous combattez pour les beaux yeux de l'Angleterre, qui est pour nous
tous l'ennemi commun.

«Poilu de France! Rentre chez toi, profite de la victoire et mets toi à
l'œuvre avant les Allemands...

«Ne pense pas à vouloir le bien d'autrui!...

«Rentre dans ta douce France, laissons les armes pour reprendre la
charrue et nous remettre enfin à travailler en paix!

«Chacun chez soi! Dieu avec tous!...»

Tandis que nous étions en train de lire ces proclamations, le général
Fevzi pacha entra dans la pièce.

Il me dit quelques mots sur la Cilicie que je reproduis ici
textuellement. Je n'ai pas eu la possibilité de m'entretenir longuement
avec lui, car il dût me quitter précipitamment pour îles affaires
urgentes.

Mais ces déclarations, si concises quelles soient, confirment les
précédentes.

_Jusqu'à présent_, remarque Fevzi pacha, _nous avions négligé ce front,
car nos principaux efforts tendaient à résister par tous les moyens
à l'invasion hellène. Quelques milices de volontaires réussissent
toutefois, non sans éclat, à rendre critique, à certains moments, la
situation militaire française. Mais nous avons toujours voulu régler
les affaires de Cilicie, sans effusion de sang avec la France, car elle
a tout intérêt à le faire._

_L'esprit militaire l'a emporté et les Français n'ont pas hésité à armer
des bandes arméniennes pour les lancer dans nos paisibles campagnes.
Si les Français ne veulent pas conclure avec nous un accord qui leur
serait favorable, la guerre de guérillas continuera de plus belle avec
l'aide et l'appui que nous apporteront les rebelles arabes!_

[Illustration]



IX

  CE QUI SE PASSE EN MÉSOPOTAMIE.--LE GOUVERNEMENT
  NATIONALISTE ARABE DE KERBELLAH.--LES ALLIÉS DES
  KÉMALISTES.--L'ÉTENDARD DE LA RÉVOLTE EN PERSE ET EN
  ARABIE.--L'ÉMIR ALI.--L'ATTAQUE DES CONVOIS ANGLAIS
  DU TIGRE.--SUR LES RIVES DE L'EUPHRATE.--ARABES ET
  KÉMALISTES.--A LA FRONTIÈRE PERSANE.

J'ai pu voir ici un officier kémaliste blessé, de l'entourage immédiat
de Nihad pacha, rentré dernièrement du front de Mésopotamie et qui m'a
donné de précieuses informations sur ce qui se passe dans ces provinces
éloignées de l'Asie.

En Mésopotamie, la paix est bien loin d'être rétablie et la situation
ne s'est guère éclaircie non plus, comme on l'annonçait dernièrement en
Angleterre.

Les Anglais, il est vrai, ont réussi à s'établir dans le delta et dans
les provinces de Bassorah et de Kourna, où leurs troupes ont culbuté
les rebelles arabes qui se sont retirés vers l'intérieur. Mais ceux-ci
reviennent à l'attaque et à présent, en Mésopotamie, l'armée anglaise
combat sur un front de plus de 600 kilomètres, c'est-à-dire de Bagdad à
Bassorah. Elle est en outre attaquée de flanc par les révolutionnaires
persans descendant de Kermanchah dans le Pouchti Kouh.

Un émir arabe, l'émir Ali, parent de l'émir Hussein, très influent en
Mésopotamie, leva le premier l'étendard de la révolte, il y a un an
de cela. Ce fut le début de la révolution arabe dans l'Irak contre
l'Angleterre.

Ce chef rebelle entra à Kerbellah, d'où la petite garnison anglaise
dût se retirer, et y installa un gouvernement provisoire à l'instar de
Kémal pacha à Angora.

Quelque temps plus tard, tandis que les Arabes du Monentefîck et du
Djebell se soulevaient, l'émir Ali envoya une délégation en Anatolie
pour conclure une alliance avec les Kémalistes. Ceux-ci s'empressèrent
d'accepter et envoyèrent une mission à Kerbellah, accompagnée
d'officiers d'Etat-Major demandés par l'Emir. C'est ainsi qu'à la fin
de l'été 1920, les Arabes, suffisamment organisés et très nombreux,
entreprenaient la lutte depuis Bagdad jusqu'à la mer. D'autre part,
le 13º corps d'armée kémaliste, sous les ordres du général Nihad
pacha-alors à Diarbékir se mit à descendre le Tigre et il investissait
Mossoul où la garnison anglaise, coupée de Bagdad, ne put résister.

Nihad pacha continua son avance et installa en octobre dernier
son Quartier général à Mossoul, tandis que ses 2º et 5º divisions
combattaient avec l'aide des Arabes à Samara.

Les Persans à leur tour, ayant proclamé un gouvernement nationaliste
à Tabriz, s'allièrent aux Kémalistes et ne tardèrent pas à faire
irruption en Mésopotamie. C'est ainsi que les troupes britanniques
virent un troisième front surgir sur le champ de bataille.

Quoique très mal équipées et mal organisées, ces bandes persanes
causent de grands dommages aux Anglais, car ils mènent sur la rive
gauche du Tigre une guerre de guérillas qui retient de ce côté une
quantité de troupes obligées de protéger les convois de ravitaillement
remontant le Tigre vers Bagdad.

Ces convois sont souvent attaqués par des insurgés arabes qui,
blottis par milliers dans les roseaux et les bambous des rives et des
marécages, ne cessent de mitrailler tous les navires qui passent.

Ceux-ci sont naturellement tous armés et les Anglais ont organisé
des escadrilles de moteurs blindés accompagnés d'hydro-avions qui
parcourent sans cesse tout le cours du fleuve y faisant la police.
Dans chaque village riverain sont installés des postes munis de fortes
garnisons et entourés de fils de fer barbelés, ce qui n'empêche pas
les Arabes de les attaquer sans trêve et tout le voyage des bateaux
circulant de Bassorah à Bagdad s'effectue le plus souvent sous une
pluie de balles.

A l'organisation impeccable des Anglais le long du Tigre, les Arabes
répondent par le nombre de leurs combattants, qui pullulent et sont
bien approvisionnés en armes et munitions.

L'émir Ali a réussi à se procurer quelques batteries de canons de
campagne et de nombreuses mitrailleuses.

Les insurgés arabes en Mésopotamie emploient audacieusement une
singulière tactique pour attaquer et détruire les convois fluviaux
britanniques quoique ceux-ci soient armés.

De nuit, des centaines de soldats arabes se munissent de peaux de
moutons qu'ils gonflent en guise de bouée et ils entrent sous cet
accoutrement dans le fleuve se laissant ainsi entraîner par le courant
en masses compactes pour se cramponner à l'étrave des bateaux et se
hisser sur le pont à l'aide de bambous recourbés. Ils font alors
irruption de tous les côtés à la fois et attaquent au poignard les
passagers et les équipages; ceux-ci ne pouvant plus se défendre avec
leurs armes sont massacrés de la sorte.

Le bateau, après qu'ils l'ont échoué, est dévalisé par les insurgés.

L'émir Ali a installé son gouvernement à Kerbellah où sont concentrés
les principaux ministères. Percevant les impôts sur toute la population
de l'Euphrate, ce gouvernement, dont l'existence est inconnue peut-être
en Europe, à son budget et fonctionne presque normalement. L'émir
lutte pour l'indépendance de la Mésopotamie et l'on m'assure qu'il a
plusieurs fois déclaré son attachement à la France et aux Turcs. C'est
un homme âgé d'une quarantaine d'années, très énergique et très aimé de
tous les Arabes de l'Irak.

L'Angleterre se heurte avec lui à un ennemi puissant, respecté et en
parfaite solidarité avec les kémalistes turcs qui luttent à ses côtés.

[Illustration]



X

  L'EXILÉE D'ANGORA.--HALIDÉ EDIB HANUUM.--UNE VISITE À
  SA FERME.--LA ROMANCIÈRE KÉMALISTE.--L'AMAZON D'ANATOLIE.--
  LES FUSILS DANS LA PÉNOMBRE.--DÉSENCHANTÉE 1920.--LA FUITE
  D'HALIDE DE CONSTANTINOPLE.--CE QU'ELLE DIT DU MOUVEMENT
  NATIONAL.

A la direction générale de la presse kémaliste, un ami m'avait proposé
d'aller voir, avant de quitter Angora, Halidé Edib Hanoum, fougueuse
propagandiste de la cause nationaliste et écrivain d'une indéniable
valeur. Le soir même une voiture nous menait avec force cahots, à
travers les rues mal pavées de l'antique Ancyre. Nous avancions sur
une route poudreuse menant à la ferme modèle, dépendance de l'Ecole
d'agriculture d'Angora sise à environ une heure de la ville.

De temps en temps, nous croisions sur notre chemin quelques «tchétés»
kémalistes armés et montés sur de beaux chevaux. Ils font partie de ces
bandes, de formation nouvelle, qui s'exercent à la petite guerre en
attendant d'être dirigées vers le front.

Chacune des bandes de «tchétés» est munie d'une mitrailleuse et
comprend 50 cavaliers armés jusqu'aux dents. Les grenades à main qu'ils
suspendent à leur ceinture et que ces cavaliers trimballent avec eux,
sont la terreur constante des habitants d'Angora.

Au café où ils s'attablent, ils conservent toujours ces dangereux
joujoux auprès d'eux, parfois ils s'amusent à les démonter et les
explosions par accident ne sont pas rares, qui font voler en éclats
tout le café, tables chaises et clients!

Aussi le gouvernement a-t-il pris la décision d'interdire le port de
ces bombes à l'intérieur de la ville.

Tandis que notre voiture passe, je les vois esquisser une merveilleuse
«fantasia» sur leurs fringants chevaux qu'ils montent admirablement
bien.

Au bout d'une heure de course nous arrivons à une ferme champêtre
et gaie émergeant d'un bouquet de feuillage, le long d'une petite
rivière aux eaux claires et très poissonneuses. Devant la ferme est un
grand verger, puis une prairie ombragée où paissent tranquillement des
vaches. Tout est calme et silencieux. C'est un lieu bien choisi pour
servir de refuge à l'àme ténébreuse et mélancolique qui est venue s'y
exiler... Tout à coup un galop pressé retentit. Nous voyons arriver de
loin une femme montée sur un superbe pur sang. Le vent s'engouffre dans
les plis de son «tcharchaf» noir. Elle est chaussée de bottes d'homme.
Sa ceinture s'orne d'une cartouchière et d'un revolver à la «cow-boy».
C'est Halidé Edib Hanoum.

⁂

Quelques minutes plus tard, nous étions dans une petite pièce située au
prcmier étage et transformée en salon. Quelques meubles purement turcs
d'une simplicité rustique.

Dans un coin, luit dans la pénombre l'acier poli d'une dizaine de
fusils, revolvers et poignards rangés avec précaution. Sur une petite
table est un «samovar» russe et au milieu de la pièce un grand
«mangal»[2] de cuivre.

[2] Réchaud à charbon turc.]

Nous nous asseyons sur des «minders»[3] à la turque adossés aux
fenêtres donnant sur le balcon d'où la vue s'étend sur de riches
plantations. Halidé Edib a pris place en face de nous. Elle a gardé son
«tcharchaf», le voile relevé.

[3] Divan à la turque.]

Tandis qu'elle parle, je l'observe. Notre interlocutrice est une belle
femme entre les deux âges, aux yeux noirs et au regard langoureux. Les
péripéties de sa fuite en compagnie de son mari, le docteur Adnan bey,
méritent d'être narrés.

⁂

Déguisés en villageois et ayant chargé leurs effets sur un char à bœufs
plein de paille, des «tcharik» aux pieds, un aiguillon en main, c'est
en cet agreste équipage que Halidé Edib s'achemina sur la route menant
de Scutari à Alemdagh.

Mari et femme errèrent ainsi quinze jours durant, le long de chemins
isolés, logeant dans des hans affreux et peuplés de vermine... Ils ne
furent reconnus qu'a leur arrivée à Ada-Bazar.

Halidé Edib nous retient à prendre le thé. Une petite paysanne nous
sert sur un plateau du beurre frais provenant de la ferme et des
confitures préparées par la fermière.

«Nous ne manquons de rien, me dit Halidé Edib Hanoum, la terre de nos
aïeux, la belle et riche Anatolie, malgré toutes ses blessures béantes,
est encore généreuse. L'Europe a beau ne rien envoyer, nous trouverons
longtemps encore sur la terre de l'exil des tchariks pour nous chausser
et des vêtements de bure...»

Puis, tandis que je la questionnais sur le mouvement national,
l'éminente romancière et poète turque me répondit sans hésitation:

_«Vous nous voyez ici, nous avons tout laissé derrière nous, maisons,
famille, notre Bosphore chéri aux-riantes rives... Nous avons
abandonné tout cela pour prendre les armes et lutter à la défense de
nos monts et de nos terres que l'on veut faire envahir par nos plus
vils ennemis..._

_«Au commencement de la guerre générale qui a déchaîné le feu dans le
monde entier, je me trouvais à Constantinople. Lu ruée germanique sur
la Belgique, fut douloureusement ressentie par la plupart des Turcs,
car la Turquie elle aussi sait jusqu'où va la violence de certaines
nations européennes que l'ambition rend aveugles..._

_«Les vrais Turcs sentaient l'approche d'un malheur... ils savaient
que l'Allemagne avait entre les mains les rênes de l'Empire, mais ils
frémirent tous d'horreur à la destruction de Louvain, aux horreurs
germaniques en Belgique. Il serait inutile de rappeler l'indignation
que la violation de la Belgique par les armées du Kaiser, souleva dans
le monde entier._

_«Pourtant, cinq années plus tard, une violation plus monstrueuse
encore était accomplie envers la Turquie qui avait déposé les armes en
se fiant à l'armistice de Moudros et au 12^e principe de Wilson qui lui
donnait droit à la souveraineté turque sur les territoires turcs de
l'Empire ottoman..._

_«On jeta sur un peuple désarmé, l'armée grecque qui occupa Smyrne,
y commit des massacres sans précédent et mit à sac les plus belles
provinces de l'Anatolie... Aujourd'hui, des villes d'Aïdine, de
Ménémen, Nazeli, il ne reste qu'un amas de décombres..._

_«A toutes ces horreurs, personne n'eut de cris d'indignation, pas
un sursaut de révolte ne se manifesta et pourtant ces villes, ces
populations, ces contrées dévastées, mises à feu et à sang, font partie
de l'humanité!_

_«Et l'on prétend que les nationalistes turcs sont dans leur tort I
Mais quel peuple au monde n'en aurait pas fait autant sinon plus?_

_«Les misères et les horreurs sans précédent dont la population turque
de Constantinople est victime depuis que les Anglais y sont les maîtres
sont indescriptibles._

_«Les étrangers, parmi lesquels de rares officiers français restés à
Stamboul, sont témoins des occupations à main armée des maisons turques
qui ont plu à MM. les Officiers anglais._

_«A tout cela d'autres témoignages viennent s'ajouter: les coups
de crosse et de cravache administrés par des soldats australiens,
polynésiens--apôtres de la civilisation britannique--aux malheureux
voyageurs qui sont obligés d'attendre dix jours sur pied pour obtenir
un visa anglais au quai de Galata. Et les familles jetées sans raison
dans la rue, et les harems violés, les arrestations brutales pour ceux
qui sont connus être francophiles convaincus, et l'horrible censure
interalliée, anglaise plutôt, qui étouffe la voix de la presse turque
laissant les feuilles grecques et arméniennes déverser des articles
mensongers et injurieux envers la Turquie, que de tracasseries,
odieuses et pires!_

_«La Turquie n'est pas entrée de sa propre volonté dans la guerre
générale; c'est elle, néanmoins, qui a été le plus injurieusement
traitée, plus que l'Allemagne, plus que l'Autriche et même que la
Bulgarie._

_«Un peuple qui a le moindre sentiment de patriotisme ne devait-il pas
prendre les armes pour soutenir une lutte désespérée... et ne sait-on
pas que les peuples exaspérés sont souvent redoutables?_

_«Mustapha Kémal, dans la lutte suprême qu'il a entreprise, a réveillé
d'autres peuples? asiatiques opprimés._

_«Le bolchevisme se changera fatalement en Asie en un soulèvement
général, car les droits de tout peuple de disposer de lui-même que
Wilson a proclamés, ainsi que les idées des communistes envers les
capitalistes ont réveillé l'Asie._

_«Nous sommes aujourd'hui liés étroitement aux Musulmans de la Chine et
des Indes et nous savons exactement vers quel dénouement marchent les
événements que quelques diplomates inconscients ont provoqués._

_«Le grand Congrès asiatique de Bakou est un pas en avant. La révolte
des peuples opprimés de l'Asie est proche. Demain, lorsque toutes les
colonies britanniques seront mises à feu, M. Lloyd Georges réfléchira
sur la fatalité qui pèse sur des oppresseurs nourris d'ambitions...»_

Il me souvient d'avoir visité naguère, sur les rives du lac de Genève,
à Coppet, le château où s'exila Mme de Staël. La ferme de Halidé Edib
m'a rappelé involontairement ce pittoresque refuge de Mme de Staël.
A l'instar de l'auteur de Corinne, l'exilée d'Angora entretient une
active correspondance. Elle écrit environ trente lettres par jour à
différents personnages en vue, d'Angleterre et d'Amérique. Elle compte
publier, à ce qu'elle m'a affirmé, un recueil de «Lettres d'Anatolie»,
qui sera évidemment du plus vif intérêt.

Mais que dirait Pierre Loti de ces «Désenchantées» nouveau style!

Les voilà à l'œuvre et en plein dans la vie active...



XI

EN QUITTANT LA TERRE KÉMALISTE


Quelques jours après ce long et si curieux voyage, je m'embarquais de
nouveau à Inéboli, sur un paquebot en partance pour Stamboul...

L'impression laissée par ce que j'ai vu en Anatolie, est de celles que
de vains commentaires affaibliraient; elle est dans la simplicité et
la véracité des faits de nature à jeter sur le kémalisme des lueurs
nouvelles qui éclaireront, je l'espère, les esprits impartiaux. Quant
aux autres...

Tandis que je prenais place dans un canot qui devait m'amener à
bord, je répétai plusieurs fois à un compagnon de voyage qui devait
repartir pour Angora: « Dites à Mustapha Kémal pacha, que le respect et
l'admiration que j'ai pour lui, après que je l'ai vu à l'œuvre, sont
si grands, que je l'appellerais partout avec fierté «l'Apôtre de la
Résurrection turque!»

Tandis que le canot s'éloignait du rivage, je distinguais encore sur
le quai, quelques soldats anatoliens, leurs cartouchières fièrement
rangées sur leur poitrine, qui contemplaient l'horizon azuré de la
Mer Noire avec de grands yeux illuminés.

Quelques heures après, notre bateau levait l'ancre. Sur la passerelle,
je restais debout à regarder s'éloigner ces rives kémalistes, ces
côtes de l'Anatolie indépendante, tout entière absorbée dans une lutte
désespérée, mais si sublime, contre tant d'adversaires à la fois...

La nuit couvrait déjà la mer, lorsque là-bas, derrière nous, sur la
ligne fuyante du large, je vis disparaître ce coin de terre natale,
resté encore si fièrement turc en ce monde !...

{Illustration]


Imp. R. Dousinelle, 3-5-7, rue St-Pierre, St-Germain-en-Laye.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "A Angora aupres de Mustafa Kemal" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home