Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Jeanne de Constantinople - Comtesse de Flandre et de Hainaut
Author: Glay, Edward le
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Jeanne de Constantinople - Comtesse de Flandre et de Hainaut" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



  Au lecteur

  Les mots en italiques sont _soulignés_.

  Les erreurs clairement introduites par le typographe ont été corrigées.

  La ponctuation d'origine et l'orthographe ont été conservées et n'ont
  pas été harmonisées.



  JEANNE
  DE CONSTANTINOPLE


  In-8º 3e série.


  [Illustration: Sceau de la Comtesse Jeanne.]



                          EDWARD LE GLAY


                              JEANNE
                                DE
                          CONSTANTINOPLE

                COMTESSE DE FLANDRE ET DE HAINAUT


                      LIBRAIRIE DE J. LEFORT
                         IMPRIMEUR ÉDITEUR

             LILLE               |             PARIS
  rue Charles de Muyssart, 24    |    rue des Saints-Pères, 30

                                1879

           _Propriété et droit de traduction réservés._



AVANT-PROPOS


L'histoire de Jeanne de Constantinople, comtesse de Flandre et de
Hainaut, offre un mémorable exemple des vicissitudes de la fortune.
Celles qu'eut à subir cette princesse, durant près d'un demi-siècle,
furent, en effet, aussi diverses qu'émouvantes.

L'apprentissage du malheur commença pour elle dès l'enfance. La
mort de sa mère, dans les contrées lointaines de l'Orient; la fin
tragique de l'empereur Bauduin, son père, arrivée peu après, l'avaient
rendue orpheline alors qu'elle n'avait pas quinze ans. Héritière
des plus riches provinces de l'ancienne Gaule-Belgique, elle devint,
presque aussitôt, la victime des convoitises politiques du roi
Philippe-Auguste, qui l'arracha, ainsi que sa jeune sœur Marguerite,
au sol natal pour la transférer à Paris, où elle resta comme en otage
jusqu'à ce que les Flamands, toujours jaloux de leur indépendance
nationale, obtinrent enfin qu'on leur rendît leur légitime souveraine.

Mariée, toujours au moyen d'intrigues politiques, à Fernand de
Portugal, prince étranger plus aventureux que prudent et habile, les
débuts de son règne furent marqués, d'abord par des luttes sanglantes
qui amenèrent l'invasion de la Flandre; puis, après des alternatives
diverses, par la formation de cette coalition fameuse que la jeune
comtesse avait été impuissante à conjurer, et que devait bientôt
anéantir la victoire de Philippe-Auguste à Bouvines.

Fernand de Portugal, prisonnier, est jeté dans la tour du Louvre,
et c'en était fait de la nationalité flamande, sans le prestige que
conservait toujours un peuple valeureux dont l'honneur était sauf;
prestige que partageait aussi, il faut le dire, à un haut degré, par
sa filiation et ses alliances de famille, la jeune princesse appelée à
présider seule désormais aux destinées de la Flandre et du Hainaut.

Alors commence pour Jeanne de Constantinople le rôle actif et
douloureux que lui a réservé la Providence au milieu des malheurs de sa
patrie. Un double devoir lui est imposé comme femme et comme souveraine.

En vain elle implore, durant plusieurs années, avec la plus vive et
la plus touchante persistance et au prix d'écrasants sacrifices, la
délivrance de son époux. Le roi de France reste inflexible et menaçant.

Un autre chagrin de famille l'atteint cruellement. A la faveur des
troubles de ces temps agités, sa jeune sœur Marguerite, confinée en
Hainaut sous la garde de son tuteur Bouchard d'Avesnes, épouse ce
dernier, et bientôt un triste mystère se révèle; l'on apprend que
Bouchard a reçu les ordres dans sa jeunesse et que le mariage est
sacrilège. Le scandale arrive à son comble. Jeanne implore vainement
sa sœur pour le faire cesser. La papauté fulmine vainement aussi, et
coup sur coup, des sentences d'excommunication. Bouchard et Marguerite,
soutenus par la puissante maison d'Avesnes, se montrent inébranlables
dans la résolution de maintenir une union que condamnent les lois
divines et humaines. La comtesse, obligée d'user de son autorité
souveraine, la voit méconnue par sa sœur et par toute la faction
qui la soutient, et il en résulte des hostilités et des haines qui
poursuivront la fille infortunée de l'empereur Bauduin au delà du
tombeau, pour l'outrager jusque dans sa mémoire.

Mais la coupe d'amertume n'était pas pleine encore. Au moment où
les déplorables dissensions causées par l'union de Marguerite de
Constantinople avec un prêtre apostat poursuivaient leur cours, il
survint en Flandre et en Hainaut un des plus étranges événements dont
l'histoire fasse mention. Un aventurier apparaît tout à coup, en
soutenant qu'il est l'empereur de Byzance Bauduin, que l'on croyait
mort depuis vingt ans en Orient. La crédulité publique, si facile à
émouvoir dans ces temps d'ignorance, est perfidement exploitée par les
alliés et les amis de Bouchard d'Avesnes, ainsi que par plusieurs hauts
barons dont la comtesse avait dû réprimer les velléités tyranniques.
Elle se traduit bientôt par des manifestations populaires qui ébranlent
sérieusement le pouvoir de la souveraine. Le faux Bauduin est acclamé
partout où il se présente, et c'est triomphalement qu'on l'accueille
dans les villes principales des deux comtés.

Jeanne, obligée de se réfugier dans le château-fort du Quesnoy, ne
se laisse point abattre par ce coup de foudre. A son appel, le roi
de France Louis VIII vint à Péronne. Les principaux chevaliers de
Flandre et de Hainaut qui avaient accompagné l'empereur Bauduin à la
croisade, y avaient été convoqués. L'imposteur, mandé en leur présence
par le roi, ne put soutenir le rôle audacieux qu'il s'était arrogé,
et, démasqué honteusement en public, à la grande confusion de tous
ceux qui croyaient en lui ou feignaient d'y croire, il essaya par la
fuite d'échapper au châtiment qu'il méritait; mais saisi peu de temps
après en Bourgogne par un seigneur dont il était le serf et ramené en
Flandre, cet homme, qui n'était qu'un simple ménestrel ou jongleur
ambulant, fut, après jugement et la confession de son crime, supplicié
à Lille.

Enfin, après plus de douze ans de captivité, le comte Fernand sort de
la tour du Louvre et revient en Flandre. Une fille naît à la comtesse;
elle perd cette enfant, seule consolation de ses longues infortunes,
et, bientôt après, son époux lui-même lui est ravi, succombant aux
suites d'une maladie dont il avait contracté le germe dans sa dure
prison.

Au milieu de tant de sollicitudes et des angoisses de toutes sortes
dont son existence n'avait cessé d'être abreuvée, la comtesse Jeanne ne
faiblit point. Soutenue par les plus solides vertus chrétiennes et une
inébranlable fermeté d'âme, elle ne faillit à aucune des obligations
que lui imposait son rôle de souveraine ou plutôt de mère de ses sujets
que les contemporains et la postérité lui décernèrent en l'appelant la
_bonne comtesse_.

Remariée plus tard à un prince de la maison de Savoie, et devenue
par cette union tante du grand homme qui devait s'appeler un jour
saint Louis, elle accomplit, jusqu'à sa mort, la mission qu'elle
s'était imposée, de travailler sans relâche au soulagement des misères
publiques par d'innombrables fondations pieuses dont la plupart
subsistent encore; à la répression des tyrannies féodales, en même
temps qu'à l'émancipation et à l'éducation de ses sujets, sources
premières de la prospérité sans égale dont ils devaient bientôt jouir.

Et quand son heure dernière eut sonné, ce fut de la mort d'une sainte
qu'elle mourut, enveloppée dans la simple robe de bure des novices de
l'abbaye de Loos, et avec de tels sentiments de résignation et de foi
que le ménologe de Cîteaux inscrivit son nom parmi ceux des bienheureux
de l'ordre.

La rivalité de races qui divisait les provinces de sa domination et
les passions ardentes qui régnaient alors, ont bien pu susciter des
écrivains qui ont quelquefois cherché à affaiblir ses mérites ou à
dénaturer ses actes; il s'est même trouvé des chroniqueurs étrangers
qui ont perfidement essayé de la calomnier dans sa vie publique ou
privée; mais ces obscurs diffamateurs et leurs plagiaires modernes ne
sauraient ternir une mémoire qui restera toujours pure et honorée,
consacrée d'ailleurs qu'elle est par la reconnaissance publique et par
les monuments de l'impartiale histoire dont nous nous sommes plus que
jamais efforcé, dans cette nouvelle édition, de rester le fidèle écho.

  EDWARD LE GLAY.



JEANNE
DE CONSTANTINOPLE



I

    Naissance de Jeanne de Constantinople.--Mort de sa mère la
    comtesse Marie de Champagne.--On apprend en Flandre la fin
    tragique de l'empereur Bauduin.--Douleur des Flamands.--Beaucoup
    ne veulent pas croire au trépas de Bauduin.--Jeanne et sa
    sœur Marguerite de Constantinople sont livrées au roi de
    France par leur tuteur.--Energiques réclamations et menaces des
    Flamands.--Les princesses sont renvoyées en Flandre.--Jeanne
    épouse Fernand, fils du roi de Portugal.--Arrestation du comte
    et de la comtesse de Flandre à Péronne, par Louis, fils du
    roi.--Louis les relâche après s'être emparé des villes d'Aire
    et de Saint-Omer.--Traité de Pont-à-Vendin.--Alliance du
    comte de Flandre avec le roi d'Angleterre.--Le comte refuse
    assistance au roi de France son suzerain.--Courroux de ce
    dernier.--Il dirige contre la Flandre l'expédition préparée contre
    l'Angleterre.--Incidents divers de la guerre.--Prise de Tournai
    par Fernand.--Siège de Lille--Les bourgeois rendent la ville au
    comte leur seigneur.--Philippe-Auguste envahit de nouveau la
    Flandre.--Il reprend Lille, la saccage et la brûle.--Préparatifs
    de la grande coalition contre la France.--L'empereur Othon à
    Valenciennes.--Partage anticipé de la conquête.--La comtesse Jeanne
    reste étrangère à la ligue et la désapprouve.--Intrigues de la
    reine Mathilde.--Philippe-Auguste s'avance vers la Flandre en tête
    de son armée.--Bataille de Bouvines.


Jeanne de Constantinople, fille aînée de Bauduin, neuvième du
nom, comte de Flandre et de Hainaut et premier empereur latin
de Constantinople, et de Marie de Champagne son épouse, naquit à
Valenciennes en 1190[1]. Sa mère faillit mourir au moment de lui donner
le jour. Elle était dans un état presque désespéré, lorsqu'à défaut
de tout secours humain, le comte Bauduin eut l'inspiration d'invoquer
l'assistance divine.

    [1] Les historiens du Hainaut disent que ce fut en 1188, mais
    l'annaliste Meyer donne la date de 1190 qui paraît la plus certaine.

Il y avait alors, à la tête d'un des nombreux couvents de la ville
épiscopale de Cambrai, un homme dont le renom de sainteté était
universel. Il s'appelait Jean, et était abbé de Cantimpré. On racontait
que de miraculeuses guérisons avaient été souvent accordées au mérite
de ses prières. Le comte de Flandre l'envoya chercher. Alors eut lieu
une scène touchante racontée par un chroniqueur contemporain, auteur
de la vie du bienheureux Thomas de Cantimpré, dont il était l'ami.
«Aussitôt que le serviteur de Dieu fut entré: «Mon Père, s'écria la
comtesse, ayez pitié de mes souffrances, et mettez-vous en prière
pour moi.» Touché de ses larmes, Jean se retira en sanglotant dans
l'oratoire, et levant les mains au ciel: «Seigneur, dit-il, vous qui,
pour châtier le péché de notre premier père, avez condamné la femme à
enfanter avec douleur, et l'homme, son complice, à gagner le pain de
chaque jour à la sueur de son front, exaucez nos prières, et faites que
cette femme, qui se confie en votre miséricorde et vous invoque par ma
voix, soit enfin délivrée des longues souffrances qu'elle endure, et
qu'elle mette au monde un enfant, pour le salut et le bonheur de la
patrie!»

»A peine l'homme de Dieu avait-il achevé son oraison que les
chambrières de la comtesse accoururent, en grande liesse et jubilation,
à la porte de l'oratoire, en annonçant au saint homme que leur dame
et maîtresse venait de mettre une fille au monde, et à l'instant, les
grandes dames de la cour apportent à Jean l'enfant nouveau-né, comme le
fruit de ses prières. L'ami du Seigneur rendit grâces à Dieu et couvrit
la petite fille de ses bénédictions. Ensuite on la porta sur les saints
fonts de baptême[2], et, suivant l'ordre du comte et de la comtesse, on
la nomma JEANNE, bien que personne jusque-là n'eût été appelé de ce nom
dans la famille des comtes de Flandre[3].»

    [2] En l'église de Saint-Jean de Valenciennes, comme le prouve une
    charte rapportée par Doutreman, dans son _Hist. de Valenciennes_.

    [3] _Vita B. Johannis, primi abbatis Cantipratensis, auctore Thoma
    Cantipratensi_, l. III, c. 4, manuscrit de la bibliothèque de M. A.
    Le Glay.

Cette enfant prédestinée passa ses premières années à la cour de son
père, entourée de toutes les sollicitudes, et sans qu'aucun événement
grave vînt troubler sa jeune âme. Mais elle avait dix ans à peine
lorsqu'elle apprit qu'elle allait être bientôt privée des joies de la
famille et séparée de ses parents bien-aimés. Le mercredi des Cendres
de l'année 1200, le comte de Flandre et de Hainaut, à l'exemple de ses
illustres prédécesseurs, les Robert de Jérusalem, les Thierri et les
Philippe d'Alsace, avait solennellement pris la croix avec la comtesse
Marie, sa femme, les princes de sa race et toute la chevalerie de ses
Etats.

Deux ans devaient cependant s'écouler avant que les préparatifs de la
croisade fussent achevés. Dans cet intervalle, le comte Bauduin avait
réglé les affaires de ses Etats et celles de sa famille. Il y apporta
un soin tout particulier comme s'il pressentait qu'il ne devait plus
revoir ni sa patrie ni sa fille: sacrifice anticipé qui montre à quel
degré d'héroïsme et d'abnégation en étaient arrivés les chrétiens
d'alors, que dominait une seule et noble passion, celle d'arracher aux
infidèles le tombeau du Christ.

Bauduin confia d'abord la régence des deux comtés à son frère Philippe,
comte de Namur, qu'il chargea également de la tutelle de sa fille
Jeanne et de l'enfant que la comtesse Marie allait bientôt lui donner,
et lui adjoignit à titre de conseil un noble et preux chevalier du
Hainaut, appelé Bouchard et appartenant à l'illustre maison d'Avesnes.
Il fit ensuite des donations en faveur des abbayes de Saint-Bertin,
de Clairmarais, de Sainte-Waudru de Mons, de Ninove, de Fontevrault,
érigea des églises et des collégiales; et, ne voulant pas laisser de
malheureux derrière lui, dota des hôpitaux et fit distribuer quantité
de largesses et d'aumônes; après quoi il fonda un anniversaire pour le
repos de son âme et de celle de sa femme.

Dans les premiers jours du printemps de l'année 1202, les croisés
purent enfin quitter leurs foyers. «Sachez, dit Villeharduin,
l'illustre historien de cette croisade, que maintes larmes furent
pleurées à leur partement et au prendre congé de leurs parents et
de leurs amis[4].» Que dire de celles que répandirent le comte et
la comtesse de Flandre en serrant une dernière fois sur leur cœur
Jeanne et sa sœur Marguerite qui venait de naître, frêle et précieux
dépôt sur lequel reposaient toutes leurs affections et toutes leurs
espérances? Combien la séparation eût été plus cruelle encore si l'on
avait pu prévoir qu'elle serait éternelle, et que bientôt les deux
jeunes princesses flamandes seraient orphelines!

    [4] Villeharduin, _De la Conquête de Constantinople_, édit. P.
    Paris, p. 16.

Depuis la première croisade et le grand soulèvement des provinces du
Nord qui avait si puissamment contribué à la prise de Jérusalem, l'on
n'avait vu un armement aussi formidable que celui que la chrétienté
avait préparé pour réparer les désastres des précédentes expéditions
d'outre-mer. Ce fut donc à la tête d'une puissante armée que les
princes croisés, au premier rang desquels se trouvait le comte de
Flandre et de Hainaut avec toute la chevalerie et les hommes d'armes
des deux comtés, se dirigèrent vers l'Orient en traversant la
Bourgogne, les montagnes du Jura, le mont Cenis et les plaines de la
Lombardie, pour aller s'embarquer à Venise. D'un autre côté, Bauduin
avait fait équiper dans les ports de la Flandre une flotte de cinquante
navires; elle emportait la comtesse Marie avec toute sa cour, de
nombreux vassaux, des munitions de toute espèce, et devait rejoindre
le comte à Venise ou partout ailleurs, suivant l'occurrence. Nous
n'avons point à faire ici l'histoire de cette croisade; il nous suffira
de rappeler que, par un concours d'événements aussi extraordinaires
qu'imprévus, elle fut détournée du but primitif auquel elle tendait, et
qu'arrêtée dans sa marche vers la Palestine, l'armée chrétienne était
destinée à renverser l'empire grec de Byzance pour en fonder un autre
au profit du comte Bauduin de Flandre, que l'unanime acclamation du
peuple et de l'armée éleva sur le pavois en lui décernant la couronne
de Constantin. Cette haute fortune était le prix de la bravoure
éclatante et de la haute sagesse dont ce prince avait fait preuve au
milieu des périls et des difficultés qui avaient précédé le siège
fameux et la prise de Constantinople.

Tandis que ces grands et merveilleux événements s'accomplissaient aux
rives du Bosphore, la flotte qui transportait la comtesse de Flandre
accomplissait dans l'Océan la plus pénible traversée. Des tempêtes,
qui durèrent tout l'été, l'empêchèrent de franchir le détroit de
Gibraltar, et ce fut seulement en automne qu'elle arriva enfin à
Marseille, où elle dut séjourner tout l'hiver par suite des nouvelles
contradictoires arrivant d'Orient, et sans doute aussi pour réparer
ses avaries. Les navires flamands arrivèrent enfin sur les côtes du
Levant; mais la comtesse Marie, déjà souffrante des fatigues de la mer,
subit à Saint-Jean-d'Acre les influences de l'épidémie qui y régnait,
et succomba tout à la fois sous le coup du mal et de l'émotion qu'elle
ressentit en apprenant l'élévation à l'empire de son illustre époux.

Les restes mortels de la nouvelle impératrice arrivant à Byzance au
milieu des joies du triomphe semblaient présager une prochaine et plus
grande catastrophe; et en effet elle ne se fit pas attendre.

L'empereur, à peine assis sur le trône, eut à lutter contre les princes
grecs qui régnaient encore dans plusieurs provinces de l'empire,
et qui, après avoir eu la lâcheté de subir le joug des Latins,
cherchèrent, par les moyens les plus odieux, à s'en affranchir. Ils
avaient, dans ce but, fait alliance avec Joannice, roi des Bulgares,
et ce chef de barbares marcha bientôt sur Andrinople, à la tête de
hordes innombrables. Bauduin, avec cette vaillance chevaleresque qu'il
poussait jusqu'à la témérité, se précipita au-devant d'eux, sans
calculer les chances inégales de la lutte, accompagné de son maréchal
Geoffroi de Villeharduin et du comte de Blois, et suivi seulement
par six cents chevaliers flamands et trois cents Français d'élite.
Une effroyable mêlée s'en suivit; après des prodiges de bravoure,
l'empereur, dont toute l'escorte était déjà anéantie, disparut
enveloppé dans un tourbillon d'ennemis, sans que l'on pût savoir dans
le moment s'il était mort, blessé ou prisonnier.

Ce désastre était arrivé le 14 avril 1205. La consternation fut
d'autant plus grande qu'une incertitude affreuse régnait toujours sur
le sort de l'empereur. Mille bruits sinistres circulaient à ce sujet.
Les uns disaient que, fait prisonnier par Joannice, il avait été
précipité du haut d'un rocher; d'autres, que le roi des Bulgares, après
lui avoir fait couper les bras et les jambes, avait fait jeter son
tronc dans un précipice, où il aurait encore vécu trois jours, après
lesquels il serait devenu la pâture des oiseaux de proie. D'autres
récits, non moins alarmants, étaient encore propagés. Henri de Hainaut,
frère de l'empereur, et les chefs de l'armée s'étaient empressés de
rechercher la vérité par tous les moyens possibles. Des enquêtes furent
ouvertes, des émissaires envoyés partout; enfin, dans son anxiété, le
frère de l'infortuné monarque supplia le pape Innocent III d'écrire à
Joannice, par l'entremise de l'évêque de Trinovi, pour lui demander
la liberté de l'empereur, qu'on avait conservé le faible espoir de
retrouver en vie. Joannice répondit qu'il ne pouvait rendre la liberté
à l'empereur, parce que déjà il avait payé le tribut à la nature[5].
Enfin un haut baron du Hainaut, Regnier de Trith, chargé, malgré cette
affirmation, de recueillir encore des renseignements, déposa que des
témoins, dignes de foi, lui avaient déclaré avoir vu l'empereur mort.
Le doute n'était plus possible. Henri de Hainaut, frère de Bauduin,
revêtit la pourpre impériale le 15 août 1206.

    [5] Quia debitum carnis exsolverat cum in carcere
    teneretur.--_Gesta Innocent. ap. Baluze_, p. 69.--Baron. Ann. XX,
    p. 214.

La fin tragique de Bauduin, suivant de si près un triomphe inouï,
excita d'universels regrets. En Flandre et en Hainaut, où l'empereur
était adoré et où son élévation avait flatté à un si haut degré
l'orgueil national, la consternation fut profonde. Il s'y mêlait
néanmoins dans les esprits des doutes et des illusions, entretenus par
les bruits contradictoires auxquels avaient donné lieu, en Orient même,
les circonstances d'une mort longtemps incertaine. On eut beau faire
connaître la triste vérité et publier les lettres qu'Henri de Hainaut,
successeur de son frère à l'empire, avait écrites pour éclairer
l'opinion publique; il y eut encore parmi les populations bien des
gens qui restèrent convaincus que leur souverain bien-aimé devait un
jour apparaître au milieu d'eux[6]. Il en est ainsi chaque fois qu'un
personnage héroïque vient à mourir loin des siens. Le vulgaire, qui n'a
point vu et touché sa dépouille, reste incrédule; pour lui, tout grand
homme est immortel. Cette fatale crédulité devait produire plus tard
une des aventures les plus étranges de l'histoire. On en lira bientôt
les émouvants et curieux détails.

    [6] J. de Guise.--_Ann. Hannoniæ_, XIV, 4.

Jeanne et sa sœur étaient donc orphelines. L'aînée, en vertu de la
constitution féodale et de la loi d'hérédité, devenait, par la mort
presque simultanée de son père et de sa mère, comtesse de Flandre et de
Hainaut. C'est alors que commença pour elle, dès l'âge de quinze ans,
cette existence d'épreuves douloureuses qu'elle subit durant tout le
cours de son règne avec une force d'âme qui ne se démentit jamais.

Les peuples des deux comtés avaient reporté sur les jeunes princesses
l'affection qu'elles avaient vouée à leur père. Malheureusement les
filles de l'infortuné Bauduin ne trouvèrent pas dans leur tuteur tout
le désintéressement et tout l'appui qu'elles étaient en droit d'en
attendre. Philippe de Namur, homme insouciant et faible, se laissa
complètement dominer par le roi de France. Le monarque attachait un
grand prix à avoir la garde-noble, comme on disait alors, de Jeanne,
héritière de deux belles et riches provinces, et il redoutait surtout
de la voir épouser quelque seigneur anglais[7].

    [7] J. de Guise, _Ann. Hann._ XIV, 6.

Philippe-Auguste séduisit le comte de Namur en lui donnant pour femme
sa fille Marie, qu'il avait eue d'Agnès de Méranie, sa troisième
épouse, et se fit livrer en échange Jeanne et Marguerite, qu'on enleva
clandestinement du château de Gand et qu'on transporta à Paris.
Cette trahison souleva l'indignation des Flamands et des Haynuiers.
Ils voulurent s'affranchir de la domination de Philippe[8], et le
poursuivirent de si amers reproches qu'il en tomba malade et mourut peu
de temps après. Les historiens contemporains racontent que, pour expier
la faute qu'il avait commise en sacrifiant sa nièce à la politique du
roi de France, il voulut se confesser solennellement à quatre prélats,
les abbés de Cambron, de Villers, de Marchiennes et de Saint-Jean de
Valenciennes. Puis, s'il faut en croire certains chroniqueurs, l'heure
de sa mort approchant, il se fit attacher une corde au cou et traîner
en cet état à travers les rues et carrefours de Valenciennes, criant
d'une voix lamentable: «J'ai vécu en chien, il faut que je meure en
chien[9]!»

    [8] J. de Guise, _Ann. Hann._ XIV, 6.

    [9] _Art de vérifier les dates_, XIV, 122, d'après Albéric des
    Trois-Fontaines.

Jeanne et sa sœur n'en étaient pas moins au Louvre sous la main
de Philippe-Auguste. Elles y restèrent jusqu'à ce que les Flamands
les réclamèrent avec tant d'insistance que le roi crut politique
de les leur renvoyer. Ils étaient, en effet, résolus à s'allier
au roi d'Angleterre si le roi de France ne rendait pas leur jeune
suzeraine[10]. Philippe le savait, et se vit ainsi forcé d'accéder
au désir d'un peuple dont il connaissait depuis longtemps l'esprit
d'indépendance et le patriotisme. Les deux orphelines revinrent donc à
Bruges, où la sollicitude des Flamands veilla sur elles plus vivement
que jamais.

    [10] Vincent de Beauvais, ap. J. de Guise, XIV, 7.--_Chron. de
    Flandre_, inédite, _manuscrit de la Bibl. nat._ nº 8380, fol. 31.

C'est alors que, par l'entremise de la reine Mathilde, veuve de
Philippe d'Alsace, fut conclu le mariage de Jeanne avec Fernand, son
neveu, fils de Sanche Ier, roi de Portugal. Il paraîtrait que, pour
acheter l'adhésion du roi de France, Mathilde aurait été obligée de
lui payer une très forte somme d'argent et de faire en outre de riches
présents à ses conseillers[11]. Philippe-Auguste s'était fait aussi
promettre à l'avance, par Fernand, les villes d'Aire et de Saint-Omer,
qui jadis avaient été rendues au comte Bauduin en vertu du traité de
Péronne. Fernand, trop heureux d'épouser l'héritière de Flandre, avait
tout promis, sans s'inquiéter s'il n'allait pas de la sorte s'aliéner
ses nouveaux sujets.

    [11] _Li estore des ducs de Normandie et des rois d'Engleterre_,
    fol. 163 vº Ire col.

Les fêtes nuptiales furent célébrées à Paris avec une magnificence
extraordinaire, aux frais des bonnes villes de Flandre et de Hainaut.
«On se livra, à cette occasion, dit le cordelier Jacques de Guise,
à une allégresse inexprimable, oubliant cette parole du Sage: que
«l'excès de la joie est voisin de la douleur[12].» Ceci se passait
en 1211. Jeanne avait alors un peu plus de vingt ans. S'il faut en
croire les monuments contemporains que nous avons sous les yeux[13],
Jeanne était à cette époque une belle jeune fille aux cheveux longs
et flottants sur les épaules. Pour tout ornement, un cercle de perles
entoure sa tête. Une simple tunique l'enveloppe chastement, et elle
agace du doigt le faucon qui perche sur sa main gauche à la mode du
temps.

    [12] _Ann. Hann._, XIV, 8.

    [13] Les sceaux des diverses chartes conservées dans nos archives.

Lorsque Fernand eut prêté foi et hommage au roi, les deux époux prirent
le chemin de la Flandre, comptant fermement sur l'alliance et l'amitié
du monarque. Mais, arrivés à Péronne, Louis, fils du roi, qui les
avait précédés en grande escorte de gens d'armes, les fit arrêter
avec leur suite et enfermer dans le château de cette ville jusqu'à ce
qu'il se fût emparé des villes d'Aire et de Saint-Omer, promises par
Fernand. Louis prit possession des deux villes; il y massacra tout ce
qu'il y avait rencontré de Flamands fidèles, les garnit de vivres et de
munitions, après quoi il donna l'ordre de mettre en liberté le comte et
la comtesse.

Fernand ne pardonna jamais l'odieuse violence dont sa jeune épouse
et lui avaient été l'objet dans cette circonstance. Désormais ennemi
mortel du roi de France, il arrivait néanmoins dans ses nouveaux Etats
plus impopulaire qu'on ne saurait le dire, en raison des circonstances
si fâcheuses au milieu desquelles son mariage avec l'héritière de
Flandre avait débuté.

A une journée de marche de Péronne, Jeanne, qui depuis sa récente
union avait éprouvé tant d'émotions diverses, tomba malade. Une fièvre
violente s'empara d'elle. La reine Mathilde était en ce moment à Douai.
Fernand laissa son épouse auprès d'elle, et, accompagné de Philippe,
comte de Namur, de Jean de Nesle, châtelain de Bruges, et de Siger,
châtelain de Gand, il se présenta aux villes de Lille, Courtrai,
Ypres et Bruges, afin de s'y faire reconnaître en qualité de comte de
Flandre; car l'adhésion des bourgeois et du peuple était alors non
moins indispensable que celle du suzerain. Il y fut reçu froidement;
les Gantois montrèrent surtout des dispositions hostiles. Ils
prétendaient que l'union de cet étranger avec leur souveraine s'était
conclue sans le consentement des villes flamandes, ajoutant que la
comtesse avait été vendue et non mariée.

Le principal motif de leur opposition était l'odieux guet-apens
dont Louis de France s'était rendu coupable envers Jeanne; et ils
craignaient avec raison que Philippe-Auguste ne renouvelât, contre
leur pays, ses tentatives d'envahissement. Un prince qui devenait
comte de Flandre sous les auspices du roi ne devait compter que sur
les antipathies des habitants de Gand, les plus fiers bourgeois du
pays. Ils lui fermèrent donc leurs portes, lui déclarant qu'ils ne le
recevraient pas s'il n'avait avec lui la comtesse Jeanne, leur seule
dame et maîtresse. Fernand, qui ne connaissait pas encore sans doute
à quel peuple il avait affaire, voulut entrer de force. Les Gantois,
ayant à leur tête Rasse de Gavre et Arnoul d'Audenarde, sortirent des
murs et le poursuivirent. Il eût été infailliblement pris si par hasard
il ne s'était trouvé sur la Lys, entre les bourgeois et lui, un pont
qu'il fit couper en toute hâte; ce qui le sauva. Dans leur colère,
les Gantois s'en allèrent alors pour piller Courtrai, coupable d'avoir
reconnu et hébergé le Portugais.

Fernand, on le voit, mettait le pied en Flandre pour la première
fois sous de malheureux auspices. Pour faire acte de souveraineté
et conquérir l'affection de ses nouveaux sujets, il aurait désiré
reprendre Aire et Saint-Omer sur le fils du roi de France. Déjà même
il avait fait approvisionner Lille et Douai, et il se disposait à
marcher contre Louis, qui l'attendait à Arras. Les grands vassaux qui
entouraient Fernand, et la comtesse Jeanne son épouse le détournèrent
d'une entreprise préparée sans réflexion, dans un moment de colère,
et tentée contre des forces très supérieures: on le décida, non sans
peine, à négocier un accommodement avec le fils du roi, qui paraissait
fort disposé à ne pas s'en tenir aux villes d'Artois qu'il venait de
prendre, et à faire irruption en Flandre. Le 24 février 1211, un traité
se conclut, entre Lens et Pont-à-Vendin, par lequel Fernand et Jeanne
remirent définitivement et à toujours à Louis, fils aîné du roi et à
ses hoirs, comme étant aux droits de sa mère Isabelle de Hainaut, les
villes d'Aire et de Saint-Omer. Le fils du roi promit, de son côté, de
ne jamais rien réclamer dans le comté de Flandre; et l'on donna pour
otages de ces conventions mutuelles les plus hauts barons du pays,
entre autres le châtelain de Bruges et celui de Gand[14].

    [14] Archives de Flandre à Lille, Ier _cartul. d'Artois_, pièce
    193. Cet acte a été imprimé plusieurs fois.

Alors Fernand songea à se faire reconnaître des Gantois. Accompagné
de la comtesse Jeanne, et suivi d'une nombreuse armée, il se présenta
devant leur ville. A la vue de la jeune souveraine et de tous les
chevaliers flamands qui formaient son escorte, ils ne firent plus de
résistance et consentirent à recevoir les deux époux. Peu de temps
après, Fernand et Jeanne se concilièrent tout à fait la puissante ville
de Gand en lui accordant une nouvelle organisation municipale. Les
échevins devinrent électifs par année, comme l'étaient ceux d'Ypres
depuis 1209.

Cependant le traité de Pont-à-Vendin n'avait pu effacer du cœur
de Fernand le souvenir de la prison de Péronne. Quand il eut pris
possession de la Flandre, il résolut de mettre à exécution ses projets
de vengeance contre le monarque français. En cela il était assuré de
la sympathie et du concours de ses nouveaux sujets, qui depuis si
longtemps nourrissaient pour Philippe-Auguste une haine qui n'était que
trop motivée.

Ce fut sur Jean-sans-Terre, roi d'Angleterre, que Fernand porta
naturellement ses vues. Dans l'été de 1212, il noua des relations avec
ce prince, et bientôt intervint un traité d'alliance offensive et
défensive, avec promesse, de la part du roi, de fournir des secours
en hommes et en argent aussitôt que le comte de Flandre en aurait
besoin[15].

    [15] V. Rymer, _Fœdera_, nova edit. Londini, 1816, I, 105, 107.

La rupture ne tarda pas à éclater entre Philippe-Auguste et Fernand.
Jean-sans-Terre avait été naguère condamné par la cour des pairs de
France, à cause du meurtre d'Arthur, son neveu. De plus, le pape
Innocent III venait de l'excommunier pour le punir de ses violences
envers le clergé. Ses sujets avaient été déliés par le pontife du
serment de fidélité; on disait même qu'Innocent offrait la couronne
d'Angleterre à Philippe-Auguste. Jean appela à son aide son neveu
Othon IV, roi de Germanie; or celui-ci n'était guère en mesure de le
secourir. Elu empereur par la protection du Pape, Othon avait tourné
ses armes contre le Saint-Siège et était aussi excommunié. Frédéric
II, fils de Henri VI, couronné à sa place, s'était uni avec le roi de
France. Mais si les deux monarques, déposés par le Souverain-Pontife,
avaient contre eux ces puissants ennemis, ils trouvaient d'un autre
côté des alliés dans les comtes de Flandre, de Hollande, de Boulogne,
et autres. Ces princes, réunis dans une même communauté de haines et
d'intérêts, formèrent bientôt, avec Jean-sans-Terre et Othon, une des
plus redoutables coalitions dont les annales du moyen âge nous aient
gardé le souvenir.

Quant à Fernand, qui de tous les mécontents n'était pas le moins
courroucé, il crut le moment de la vengeance arrivé lorsque
Philippe-Auguste prépara son expédition pour tenter la conquête de
l'Angleterre. Le roi convoqua à Soissons un parlement de tous ses
barons: ils y vinrent en foule se ranger sous sa bannière. Le comte
de Flandre seul fit défaut, déclarant qu'il n'assisterait pas son
suzerain, si celui-ci ne lui donnait satisfaction en lui rendant les
villes d'Aire et de Saint-Omer. Philippe-Auguste ignorait encore
l'alliance de Fernand avec les ennemis du royaume: il lui offrit
quelques dédommagements. Le comte les repoussa avec dédain, et le
roi vit bien alors que Fernand entrait en rébellion ouverte. Sur
ces entrefaites, Jean-sans-Terre se réconcilia avec le Pape, et
l'expédition de Philippe-Auguste, qui ne marchait que comme exécuteur
des ordres du Saint-Siège, se trouva sans objet. Innocent l'avait
même tout à fait interdite. Philippe aussitôt tourna toutes ses forces
contre la Flandre, et cette contrée devint le théâtre d'une guerre
acharnée. Telle fut la source première des angoisses patriotiques dont
l'existence de Jeanne devait être abreuvée, et le prélude d'un des plus
grands événements du siècle. Rappelons-en les préliminaires.

La flotte du roi de France, composée de dix-sept cents barques montées
par quinze mille lances, sortit du port de Calais, et se dirigea vers
les côtes de Flandre. Le roi, qui s'était avancé avec sa chevalerie
jusqu'à Gravelines, y attendit ses vaisseaux, et l'armée d'invasion y
stationna pendant quelques jours. Fernand, sommé par Philippe-Auguste
de se rendre auprès de lui, ne parut pas. Alors Philippe pénétra en
Flandre, tandis que la flotte, sous la conduite de Savari de Mauléon,
mettait à la voile pour le port de Dam. «Partis de Gravelines, dit
l'historien poète, Philippe le Breton, les navires, sillonnant les
flots de la mer, parcoururent successivement les lieux où elle longe le
rivage blanchâtre du pays des Blavotins, ceux où la Flandre se prolonge
en plaines marécageuses, ceux où les habitants de Furnes, par une
exception remarquable, labourent les campagnes voisines de l'Océan,
et où le Belge montre maintenant ses pénates en ruines, ses maisons à
demi-renversées, monuments de son antique puissance.... Sortant de ces
parages, et poussée par un vent propice, la flotte entre joyeusement
dans le port de Dam, port tellement vaste et si bien abrité qu'il
pouvait contenir dans son enceinte tous nos navires. Cette belle cité,
baignée par des eaux qui coulent doucement, est fière d'un sol fertile,
du voisinage de la mer et des avantages de sa situation. Là se trouvent
les richesses apportées par les vaisseaux de toutes les parties du
monde; des masses d'argent non encore travaillées, et de ce métal qui
brille de rouge; les tissus des Phéniciens, des Sères (Chinois), et
ceux que les Cyclades produisent; des pelleteries variées qu'envoie la
Hongrie, les graines destinées à la teinture en écarlate, des radeaux
chargés des vins que fournissent la Gascogne et la Rochelle, du fer et
des métaux, des draperies et autres marchandises que l'Angleterre et
la Flandre ont transportées en ce lieu pour les envoyer de là dans les
divers pays du globe[16].»

    [16] _Philippide_, chants IX et X.

Cependant le roi de France avait envahi tout le territoire flamand, et
«ses troupes se dispersaient de tous côtés, semblables aux sauterelles
qui, inondant les campagnes, se chargent de dépouilles et se plaisent
à enlever le butin[17].» A son arrivée devant Ypres, Fernand lui
adressa des propositions de paix; car il commençait à être effrayé
d'une agression si formidable et si prompte[18]. Philippe-Auguste ne
voulut rien écouter. Alors Fernand, ne perdant pas courage, réunit
tous ses chevaliers et le plus grand nombre d'hommes de guerre qu'il
put trouver, et tint conseil sur les meilleures mesures à prendre en
pareille occurrence. Déjà la ville d'Ypres s'était rendue au roi de
France et lui avait livré les principaux d'entre ses bourgeois pour
otages. Gand et Bruges, dont les châtelains, garants du traité de
Pont-à-Vendin, avaient quitté le parti de leur seigneur pour celui du
roi, imitèrent cet exemple. La Flandre presque tout entière allait
tomber au pouvoir de Philippe. Fernand et ses conseillers résolurent
d'envoyer en toute hâte vers le roi d'Angleterre pour en réclamer du
secours.

    [17] _Philippide_, chants IX et X.

    [18] _Li estore des ducs de Normandie_, fol. 163.

Bauduin de Neuport, chargé de cette mission, s'embarqua aussitôt
et se dirigea vers Sandwich, où il espérait trouver le roi. Il y
arriva la nuit. Le roi était alors aux environs de Douvres avec le
cardinal Pandolphe, légat du Saint-Siège, qui venait de conclure la
réconciliation entre Jean-sans-Terre et Innocent III, et de lever
l'interdit lancé contre l'Angleterre. Bauduin de Neuport monta à cheval
sans délai et se rendit à toute bride vers le monarque. Il en fut très
bien reçu, et le roi lui dit: «Annoncez au comte de Flandre que je
l'aiderai de tout mon cœur; je vais incontinent lui envoyer le comte
de Salisbury, mon frère, et le plus de chevaliers et d'argent que
je pourrai[19].» Il donna en même temps aux chevaliers flamands qui
étaient près de lui congé de retourner vers leur seigneur, afin de lui
prêter assistance. Renaud de Dammartin, comte de Boulogne, et Hugues de
Boves se trouvaient aussi au camp du roi. Ils voulurent se joindre à
l'expédition.

    [19] _Li estore des ducs de Normandie_, fol. 163.

Huit jours avant la Pentecôte, elle partit de Douvres sous le
commandement de Guillaume Longue-Epée, comte de Salisbury, «lequel
montait un navire si grand et si beau que chacun disait qu'il n'en
existait pas de pareil[20].» On eut peu de vent durant toute la
traversée; de sorte que la flotte n'aborda que le jeudi suivant en
un lieu appelé la Mue, à deux lieues de Dam. Là, les chevaliers et
sergents s'appareillèrent; on quitta les navires de haut bord pour
entrer dans les bateaux plats, et on se précipita sur la flotte
française dégarnie de troupes; car le roi de France avait imprudemment
appelé près de lui la plupart des hommes d'armes qui devaient défendre
ses vaisseaux. Quatre cents barques, dispersées le long de la côte,
parce que le port, quoique fort vaste, ne pouvait les contenir toutes,
tombèrent au pouvoir du comte de Salisbury et des chevaliers flamands;
mais ils ne purent s'emparer du reste, composé de gros navires qu'on
avait échoués à sec sur le rivage[21].

    [20] _Ibid._ 164.

    [21] _Li estore des ducs de Normandie_, fol. 164.

Le lendemain vendredi, le comte de Flandre, ayant appris la venue des
secours d'Angleterre, arriva près de Dam avec une escorte de quarante
chevaliers seulement. Aussitôt qu'on le vit venir, les comtes de
Salisbury et de Boulogne descendirent à terre et se rendirent à sa
rencontre. Dans cette entrevue, ils le requirent de rompre tout lien
de vassalité et d'obéissance envers le roi de France, et de s'unir
plus étroitement que jamais à la cause du roi d'Angleterre. Fernand
jura, sur les reliques, qu'il aiderait toujours et de bonne foi le roi
d'Angleterre, qu'il lui serait toujours fidèle et ne ferait ni paix ni
trêve avec le roi de France sans son consentement et celui du comte
de Boulogne[22]. Renaud de Dammartin avait juré une haine mortelle
au roi de France, depuis que celui-ci l'avait expulsé de sa terre
pour différentes exactions commises contre des seigneurs voisins, et
notamment contre l'évêque de Beauvais, cousin du roi. Mais l'origine de
sa colère, s'il faut en croire un chroniqueur, remontait plus haut.

    [22] _Li estore des ducs de Normandie_, fol. 164.

Un jour, se trouvant dans les appartements du roi, à l'hôtel Saint-Paul
à Paris, une querelle s'éleva entre lui et Hugues de Saint-Pol. Hugues
le frappa du poing au visage et le sang jaillit; Renaud tira sa dague
et en allait frapper le comte de Saint-Pol, lorsque le roi et les
barons présents se portèrent entre les deux antagonistes. Renaud,
furieux de n'avoir pu se venger, sortit du palais, remonta à cheval
et regagna son pays. Le roi lui envoya bientôt après frère Garin, son
conseiller, pour l'apaiser et l'engager à faire sa paix avec le comte
de Saint-Pol; mais Renaud de Dammartin répondit qu'il ne pourrait
oublier l'injure et la pardonner, tant que le sang qui avait coulé de
son visage ne fût remonté de lui-même à sa source[23]. En conséquence,
il s'était livré contre son ennemi et les parents de ce dernier à
des actes de violences tels que le roi avait été obligé d'envahir le
comté de Boulogne et de chasser Renaud. Le comte alors, plus que jamais
irrité, s'était jeté dans le parti du roi d'Angleterre et avait, par
ses intrigues, puissamment contribué à former la grande coalition que
l'on connaît, et à laquelle Fernand, de son côté, venait de se vouer
corps et âme.

    [23] _Les anciennes Chroniques de Flandre, manuscrit de la Bibl.
    nat._ nº 8380, fol. 32.

Le samedi, veille de la Pentecôte, le comte de Flandre, le comte de
Boulogne et les autres chevaliers qui avaient débarqué se levèrent de
grand matin, entendirent la messe, et puis s'armèrent et montèrent
à cheval pour s'approcher de Dam. A une demi-lieue de la ville, on
s'arrêta pour tenir conseil et aviser aux moyens d'assaillir les
murailles du côté de la terre. Robert de Béthune et Gauthier de
Ghistelles s'étaient portés en avant afin de reconnaître le pays. Ayant
traversé la rivière qui coule de Bruges à Dam, ils montèrent sur une
éminence et regardèrent du côté de Male, château appartenant au comte
de Flandre et situé aux environs de Bruges. Ils y aperçurent une grande
multitude de gens et crurent d'abord que c'étaient les bourgeois de
Bruges qui sortaient de la ville pour venir au-devant de leur seigneur.
En ce moment une bonne femme, qui connaissait Gauthier de Ghistelles,
accourut vers les deux chevaliers et s'écria tout essoufflée: «Messire
Gauthier, que faites-vous ici? Le roi de France est entré avec toute
son armée dans le pays, et ce sont ses gens que vous voyez là-bas[24].»
Les barons rejoignirent les princes en toute hâte et leur apprirent la
nouvelle. Le comte de Boulogne dit alors à celui de Flandre: «Sire,
tirons-nous arrière; il ne ferait pas bon de rester ici[25].»

    [24] _Li estore des ducs de Normandie_, fol. 164, 2e col.

    [25] _Ibid._

En effet, le roi de France, ayant connu à Gand la destruction de la
flotte, accourait vers Dam avec toute son armée. Il était à peu de
distance, et déjà ses arbalétriers d'avant-garde faisaient siffler
leurs carreaux aux oreilles des chevaliers flamands. On essaya de leur
faire résistance; ce qui donna le temps à la chevalerie française
d'approcher. Grand nombre des gens du comte, qui avaient été assez
téméraires pour vouloir soutenir le combat, furent tués ou jetés à la
mer; plusieurs braves chevaliers tombèrent au pouvoir des Français,
entre autres Gauthier de Vormezele, Jean son frère, Guillaume d'Eyne,
Guillaume d'Ypres, Ghislain de Haveskerke. On dit que le comte de
Boulogne lui-même avait été pris sur le rivage; mais, reconnu par
des parents et des amis qui redoutaient avec raison que le roi ne lui
fît un mauvais parti, on le laissa s'échapper. Il laissa au pouvoir
des Français son cheval, ses armures et son heaume surmonté de lames
de baleines formant deux aigrettes élancées[26]. Renaud eut le temps
de gagner le grand vaisseau royal avec les comtes de Flandre et de
Salisbury. Ce fut Robert de Béthune qui contraignit son maître le comte
de Flandre à se jeter dans une barque. Personne ne voulut quitter le
rivage avant que Fernand fût en sûreté sur le vaisseau. Les princes se
dirigèrent vers l'île de Walkeren pour attendre les événements et se
préparer à une nouvelle lutte[27].

    [26] _Philippide_, chant IX.

    [27] _Ibid._ 165.

En arrivant à Dam, le roi de France fit décharger les vivres et
munitions de guerre existant sur les navires qui lui restaient, après
quoi il mit le feu à la flotte afin de ne pas la laisser au pouvoir
des ennemis, et livra aux flammes la ville elle-même et les campagnes
environnantes. Il partit ensuite à la lueur de cet immense incendie,
et, traversant la Flandre en exterminateur, il prit des otages dans les
principales villes conquises, telles que Gand, Bruges, Ypres, Lille et
Douai; rendit ceux des trois premières pour la somme de trente mille
marcs d'argent, saccagea Lille à cause de l'amour que les habitants
portaient au comte, leur légitime souverain, garda Douai, et rentra en
France laissant derrière lui un pays en ruine et une mémoire exécrée.

La Flandre alors respira un peu. Les barons du comté s'assemblèrent à
Courtrai; ceux du Hainaut vinrent à Audenarde, et tout ce qu'il y avait
de Flamands capables de porter une pique accourut se ranger chacun
sous la bannière de son seigneur respectif. Mais on ne savait quelle
résolution prendre en l'absence du souverain, et, au milieu du trouble
et de la confusion causés par les derniers événements, on ignorait de
quel côté le comte Fernand avait porté ses pas après la déconfiture de
Bruges.

Les barons congédièrent leurs vassaux jusqu'à nouvel ordre et
chargèrent trois nobles hommes, Arnoul de Landas, Philippe de Maldeghem
et le sire de La Wœstine, d'aller à la recherche du comte. Ils se
rendirent à Nieuport, où était Robert de Béthune, et lui demandèrent
s'il savait quelques nouvelles des princes. Robert leur apprit qu'un
pêcheur venait de lui annoncer qu'il les avait vus dans l'île de
Walkeren, et le comte de Hollande avec eux. Robert de Béthune et les
trois barons s'embarquèrent le lendemain de grand matin sur un petit
bateau de pêche. En naviguant vers Walkeren, ils aperçurent en mer le
comte de Salisbury monté sur le vaisseau royal, et escorté de sept
autres navires se dirigeant vers l'Angleterre.

Arrivés en l'île de Walkeren, ils trouvèrent le comte de Flandre,
Renaud de Boulogne et le comte de Hollande, qui avait amené une troupe
nombreuse de gens d'armes. Fernand fit grand accueil aux chevaliers
et fut bien content d'apprendre que Philippe-Auguste, après avoir
brûlé ses vaisseaux, était retourné en France. On résolut aussitôt de
regagner la Flandre, et deux jours après, les princes et leur armée
abordaient au port de Dam. De là Fernand se rendit à Bruges, puis à
Gand, qui lui ouvrirent successivement leurs portes et l'accueillirent
avec joie comme leur droit seigneur[28]. A Gand, on sut que le roi, en
passant par Lille et Douai, avait laissé, dans les châteaux de ces deux
villes, de fortes garnisons commandées par le prince Louis et Gauthier
de Châtillon, comte de Saint-Pol. Le comte de Flandre reçut même
bientôt avis que le prince formait le projet de brûler Courtrai. «Or
sus, seigneurs, s'écria le comte de Boulogne à cette nouvelle, montons
à cheval, et courons nous enfermer à Courtrai! Si nous étions dans la
ville, nous empêcherions bien qu'elle ne fût brûlée[29].»

    [28] _Li estore des ducs de Normandie_, fol. 165. V.--Jacques de
    Guise, XIV, 80.

    [29] _Li estore des ducs de Normandie_, fol. 106.

Alors les comtes, barons, chevaliers et écuyers s'armèrent à la hâte,
montèrent à cheval et sortirent de Gand. Ils passèrent par Dronghem
afin de mettre la Lys entre eux et les Français. Arrivés à Deynse, ils
eurent la douleur de voir les flammes et la fumée s'élever au-dessus
des toits de Courtrai. Des paysans leur apprirent que la ville était
réduite en cendres, que Daniel de Malines et Philippe de La Wœstine
avaient été faits prisonniers en voulant la défendre, et que Louis
était rentré à Lille avec toute sa troupe[30].

    [30] _Ibid._

Le comte de Flandre, fort affligé de ce désastre qu'il n'avait pu
prévenir, se dirigea vers Ypres, où les habitants, comme ceux de Bruges
et de Gand, le reçurent avec honneur et empressement. Il fut décidé
que l'armée prendrait position dans cette ville, qu'on fortifierait
et dont on ferait un dépôt d'approvisionnements pour tout le temps de
la guerre. En conséquence, on creusa des fossés larges et profonds
qui furent remplis d'eau; on construisit de fortes tours en bois,
des portes faites d'un mélange de pierres, de briques et de poutres
en chêne; on éleva autour de la ville des haies palissadées en guise
de murailles. Quand ces travaux de défense furent achevés et qu'ils
furent munis de machines de toute espèce, le comte se détermina à aller
assiéger la forteresse d'Erquinghem-sur-la-Lys, que Jean, châtelain de
Lille, détenait pour le roi. Les Flamands ne purent jamais traverser
la rivière, et après quinze jours d'un siège inutile, ils revinrent à
Ypres.

Peu de jours après, on résolut de se porter sur Lille. Le prince
Louis n'y était plus; mais il y avait laissé deux cents chevaliers
déterminés. Après des tentatives infructueuses contre cette ville,
Fernand se replia de nouveau sur Ypres. Dans la retraite, les hommes
d'armes français se jetèrent sur son avant-garde et firent prisonnier
Bouchard de Bourghelles, un des plus nobles et des plus valeureux
chevaliers flamands[31]. Voyant que pour le moment il ne pourrait pas
reprendre les villes et châteaux de la Flandre wallonne occupés par les
troupes françaises, le comte songea à attaquer Tournai, qui n'avait
d'autres défenseurs que ses habitants.

    [31] Jacques de Guise, XIV, 80.

Cette cité s'était mise naguère sous la protection de Philippe-Auguste.
Depuis lors, elle avait toujours préféré la domination du roi à celle
des princes flamands, et dans toutes les occasions elle se déclarait
pour les intérêts français. Fernand vint l'investir avec toute son
armée. Des pierriers, des mangonneaux et autres engins lancèrent sur la
ville une pluie de pierres et de feu. Chaque jour de nombreux assauts
étaient livrés aux murailles; enfin, après des efforts multipliés et
de grandes pertes de part et d'autre, le comte de Flandre pénétra dans
la cité par une brèche de près de mille pieds de large, la saccagea,
et en démolit les portes et les remparts. Les bourgeois offrirent
vingt-deux mille livres au vainqueur pour qu'il consentît à ne pas
brûler le reste de la ville. Fernand les accepta, fit couper une
douzaine de têtes et prit soixante otages qu'il envoya au château de
Gand. Huit jours après la prise de Tournai, le feu se déclara dans le
Marché-aux-Vaches et consuma cinq hameaux hors des murs de la ville. A
la même heure un autre incendie éclata hors de la porte de Prune, près
de l'église Saint-Martin; enfin, à l'intérieur de la cité, des flammes
s'élevèrent également dans le quartier appelé de Dame Odile Aletacque,
dans la cour et dans le quartier Saint-Pierre, de sorte que toute la
ville semblait devoir être entièrement consumée. On éteignit le feu;
mais le comte Fernand, qui avait promis de ne rien incendier et avait
reçu de l'argent en conséquence, entra dans une grande colère et fit
soigneusement rechercher la cause et les auteurs de ce désastre. On
découvrit qu'il était l'ouvrage de soldats flamands, mécontents de ce
que le comte ne livrait pas la ville au pillage. Sur l'ordre du comte,
huit coupables furent sur-le-champ torturés et suppliciés de la manière
la plus affreuse, tandis que leurs complices prenaient la fuite.
Fernand rétablit l'ordre et la paix dans Tournai[32]. Il y institua des
prévôts, des jurés, des échevins, des sergents, renouvela enfin tous
les officiers de la ville; car une grande partie des titulaires avaient
été envoyés en otages à Gand[33].

    [32] Jacques de Guise, XIV, 88.

    [33] _Ibid._

Enhardi par le succès, le comte revint ensuite assiéger de nouveau
la ville de Lille. Le prince Louis, trompé par les beaux semblants
que les bourgeois lui faisaient, en avait retiré les troupes pour les
ramener en France[34] et n'avait laissé qu'un petit nombre d'hommes
d'armes dans un donjon, appelé le château des Regneaux, situé près des
remparts et disposé de façon que l'entrée en était également libre
soit de l'intérieur soit de l'extérieur de la ville. Les habitants
ne demandaient pas mieux que de recevoir leur seigneur légitime et
détestaient les Français en raison des maux que ceux-ci leur avaient
fait souffrir. Ils ouvrirent donc leurs portes, et Fernand rentra
en possession d'une ville qui devait bientôt expier cruellement son
patriotisme et sa fidélité. En effet, Philippe-Auguste apprit les
avantages remportés par le comte. Il n'avait jamais espéré conserver
les villes de la Flandre tudesque, sur lesquelles il ne voulait
qu'exercer sa vengeance; mais il comptait sur la possession de la
Flandre wallonne; et la reddition de Lille, la principale des cités
de ce pays, le transporta de colère. Il accourut lui-même en Flandre
à la tête d'une armée formidable, et signala son arrivée par le siège
de Lille. Ce fut un des épisodes les plus atroces des guerres de ce
temps-là.

    [34] _Li estore des ducs de Normandie_, fol. 166 vº.

C'était la nuit. Le roi, dans l'impétuosité de sa fureur, avait emporté
la cité avant même que les bourgeois, surpris, se fussent mis sur leurs
gardes. Il n'y avait encore personne aux remparts, que déjà Philippe
se répandait à travers la ville en tête de ses hommes d'armes, le fer
d'une main, le feu de l'autre. Le sac et le pillage sont des moyens
trop lents pour assouvir sa fureur; il lui faut l'incendie, et bientôt
le feu se déroule de toutes parts. Le comte Fernand était dans Lille,
malade d'une fièvre double-tierce qui le tourmentait depuis le siège
de Tournai[35]. Porté sur une litière et enveloppé de tourbillons
de flammes, il s'échappe à grand'peine au milieu de l'épouvante et
de la fumée. Les malheureux habitants ont deux morts à choisir: ou
d'être brûlés vifs entre les murs de leurs logis ou de périr au seuil
sous le couteau des Français. Ce que l'action du feu épargnait, les
soldats le jetaient bas au moyen de béliers et de crocs de fer dont
ils étaient munis; car le roi avait juré l'anéantissement de la
cité rebelle[36]. Guillaume le Breton chante fort naïvement dans sa
_Philippide_ les horreurs de ce siège à la louange de son maître. «Sous
les décombres de leurs maisons, s'écrie-t-il plein d'admiration pour
le conquérant, périssent tous ceux à qui les infirmités de l'âge ou la
faiblesse du corps refusent les moyens d'échapper au danger. Ceux qui
peuvent se sauver, fuyant à pied ou à l'aide d'un cheval vigoureux,
évitent la double fureur des flammes et de l'ennemi, et, le cœur
plein d'épouvante, s'élancent à la suite de Fernand, à travers les
broussailles et en rase campagne, hors de tous sentiers, se croyant
toujours près des portes fatales, n'osant tourner la tête.... La
fortune, cependant, vint au secours des vaincus. La terre humide, toute
couverte de joncs de marais et cachant ses entrailles fétides sous une
plaine fangeuse, exhalait des vapeurs formées d'un mélange de chaleur
et de liquide, de telle sorte qu'à travers les brouillards l'œil du
guide pouvait à peine atteindre l'objet qu'il conduisait, et que nul
ne pouvait distinguer ce qu'il y avait devant, derrière lui ou à côté
de lui; une atmosphère épaisse changeait le jour en nuit. Les nôtres
donc ne poursuivirent les fuyards que tant qu'ils purent s'avancer à
la lueur de l'incendie de la ville; car le soleil ne pouvait luire
à travers les brouillards. Ils tuèrent toutefois un grand nombre
d'hommes et firent encore plus de prisonniers. Le roi les vendit à tout
acheteur pour être à jamais esclaves, les marquant du fer brûlant de la
servitude. Ainsi périt tout entière la ville de Lille réservée pour une
déplorable destruction[37].»

    [35] Jacques de Guise, XIV, 90.

    [36] _Philippide_, chant IX.

    [37] _Philippide_, chant IX.

Guillaume le Breton ne savait pas que, peu de jours après, les Lillois
échappés à la mort revenaient, la nuit, errant sur les débris fumants
de la ville, chercher au milieu de cette terre brûlante la place de
leurs foyers anéantis. Il ignorait surtout que l'amour du sol natal
ferait bientôt surgir de ce lieu de désolation une cité nouvelle, et
que cette cité deviendrait un jour l'une des plus riches et des plus
puissantes du royaume dévolu aux descendants de l'exterminateur.

Le comte Fernand s'était réfugié à Gand. Philippe-Auguste ne l'y
poursuivit point et ne pénétra pas plus avant en Flandre. Il fit
démolir le château-fort de Lille, abattit la forteresse d'Erquinghem
dont les Flamands s'étaient dernièrement emparés, et rasa le donjon
de Cassel; après quoi il rentra en France pour reconstituer son armée
et préparer les moyens de défense qu'il comptait opposer à la grande
coalition formée contre le royaume; car tout indiquait qu'elle était
organisée et devait bientôt agir.

En effet, durant la guerre de Flandre, de nombreux messages avaient
été échangés entre l'Allemagne et l'Angleterre. Dans les ports de ce
dernier pays, on équipait des vaisseaux; des hommes d'armes étaient
levés de tous côtés, et un grand mouvement se manifestait depuis les
bords du Rhin jusqu'aux embouchures de la Meuse et de l'Escaut.

Pendant l'hiver qui suivit la dernière invasion du roi en Flandre,
Fernand se rendit en Angleterre auprès de Jean-sans-Terre, son allié.
Il était accompagné d'Arnoul d'Audenarde, de Rasse de Gavre, de Gilbert
de Bourghelles, de Gérard de Sotenghien, et de beaucoup d'autres nobles
hommes des deux comtés. Le monarque anglais vint au-devant de lui
jusqu'à Cantorbéry, et lorsqu'il fut en sa présence, il descendit de
cheval, lui donna le baiser de paix et d'amitié, et le reçut en tout
honneur ainsi que les barons de sa suite. Le lendemain, il y eut un
grand repas, puis un conseil, où furent arrêtées les dispositions de la
ligue[38].

    [38] Jacques de Guise, XIV, 92.--_Li estore des ducs de Normandie_,
    fol. 167.

Fernand revint sans retard en Flandre, tandis que Jean-sans-Terre se
disposait à s'embarquer avec une armée nombreuse afin d'envahir la
France au midi de la Loire, et de seconder ainsi le mouvement des
alliés vers le nord. Louis, fils du roi, avait profité de l'absence
de Fernand pour s'emparer de Bailleul, Steenvoorde et de plusieurs
autres places appartenant à la reine Mathilde. Le comte, avec ses
auxiliaires les comtes de Boulogne, de Salisbury, et ses vassaux les
plus puissants, tels que Hugues de Boves et Robert de Béthune, se jeta
en représailles sur Saint-Omer. Tous les environs furent ravagés et
brûlés; la ville elle-même fut prise et livrée au pillage.

De Saint-Omer, Fernand entra dans le comté de Guines, que le prince
Louis avait naguère confisqué à son profit, et dont il avait dépouillé
le seigneur légitime, homme-lige du comte de Flandre. Tout fut brûlé et
dévasté jusqu'aux portes de Guines. Le vicomte de Melun y commandait
pour le prince. Il se tint sur la défensive et n'osa pas attaquer les
Flamands. Le comte revint en son pays par Gravelines et Ypres, et peu
de temps après, il reparut sous les murs du château de Guines, dont il
s'empara et qu'il détruisit. Il prit et renversa de même le château
de Tournehem, puis il se jeta sur l'Artois. Le village de Souchez, à
trois lieues d'Arras, fut totalement détruit par lui, et toute la terre
aux alentours cruellement ravagée. Il attaqua ensuite le château et la
ville de Lens, dont il ne put s'emparer. Hesdin fut moins heureuse:
elle tomba en son pouvoir, et il la réduisit en cendres, ainsi que
son prieuré. De là il s'en vint démolir de fond en comble un château
appelé la Belle-Maison, appartenant à Siger, châtelain de Gand,
qui avait déserté la cause flamande pour se ranger sous le drapeau
français. Il resta ensuite pendant trois semaines près des murailles
d'Aire, laquelle, bien défendue par les chevaliers du roi, ne subit
pas le sort des autres villes d'Artois. Les Flamands se consolèrent
en exerçant mille ravages et mille cruautés dans les campagnes
environnantes[39]. Ces expéditions furent comme le prélude sanglant de
la guerre générale qui allait s'ouvrir.

    [39] Jacques de Guise, XIV, 98.

Le fils du roi avait été rappelé en France, car Jean-sans-Terre venait
de débarquer à la Rochelle, et le Poitou, la Touraine, l'Anjou et la
Normandie s'étaient soulevés contre les Français. Louis marcha vers
la Loire avec trois mille chevaliers et sept mille hommes de pied. Le
monarque anglais avait déjà passé le fleuve, et s'était rendu maître
d'Angers. Il fit une tentative sur la Bretagne; mais, battu à la
Roche-au-Moine, il se replia vers le Poitou, où Louis le poursuivit.

Pendant ce temps, l'empereur Othon arrivait à Valenciennes; les princes
confédérés avec leurs hommes d'armes s'y étaient donné rendez-vous.
Ainsi le roi d'Angleterre et l'empereur, le duc de Brabant, les comtes
de Flandre, de Hollande, de Boulogne, de Namur, de Limbourg et une
multitude de seigneurs, tant des provinces belgiques et de la Lorraine
que des pays d'outre-Rhin, se trouvaient désormais liés dans une même
communauté d'intérêts, et cent cinquante mille hommes étaient campés
autour d'eux pour appuyer leurs prétentions. L'envahissement et le
partage de la monarchie française avaient été résolus.

Ce fut en l'hôtel que les princes du Hainaut possédaient à Valenciennes
et qu'on nommait la Salle-le-Comte, que se fit la distribution
anticipée de ce magnifique butin. Othon s'adjugea la Champagne, la
Bourgogne et une partie de la Franche-Comté; le roi Jean d'Angleterre
s'était contenté des provinces attenantes à celles qu'il avait déjà sur
la Loire; le comte de Boulogne prit pour lui le comté de Guines et le
Vermandois. Quant à Fernand, il voulait la plus grosse part; c'était
l'Artois qu'il lui fallait, la Picardie, l'Ile-de-France, ni plus ni
moins; sans oublier la ville de Paris, où, avant son mariage avec
l'héritière de Flandre, il avait, dit-on, mené fort joyeuse vie. Pour
les coalisés d'un rang inférieur, ils fractionnèrent ce qu'on voulut
bien leur laisser.

Comme ces choses se passaient en Hainaut, Philippe-Auguste, ne
perdant point courage, s'avançait au-devant de ses ennemis à la
tête de quarante mille hommes. Ce n'était pas là toute son armée;
mais, le reste, il avait fallu le laisser au fils aîné du roi, afin
qu'il pût s'opposer à l'invasion de Jean-sans-Terre en Poitou. La
France n'avait jamais été plus près de sa ruine. Enveloppée du réseau
formidable qui semblait devoir l'anéantir, seule contre tous, elle
ne perdit cependant pas le sentiment de sa force morale, instinct
providentiel qui tant de fois, à l'heure du péril, sauva la monarchie.
A la voix de Philippe-Auguste, tous ses vassaux avaient endossé leurs
armures; les beffrois de la Picardie, de l'Artois, de l'Ile-de-France,
du Vermandois, du Soissonnais, du Beauvoisis avaient appelé sous
l'oriflamme de Saint-Denis trente-cinq mille de ces durs et fiers
bourgeois qui, dès cette époque, secouaient déjà si rudement le joug
féodal. Le lendemain de la Sainte-Marie-Madeleine, l'armée royale,
prête au combat, partait de Péronne en se dirigeant vers la Flandre et
le Hainaut.

Tandis que grondait l'orage, la comtesse Jeanne, isolée dans quelqu'un
de ses châteaux, de Gand, de Bruges ou du Quesnoy en Hainaut,
restait étrangère à la formation de la ligue et à l'exécution de ses
desseins, se bornant à déplorer les maux d'une guerre qu'elle avait
été impuissante à conjurer. Il n'en était pas de même de la reine
Mathilde, chez qui les années n'avaient fait qu'aigrir un caractère
naturellement haineux et intrigant. Après avoir été en grande faveur
à la cour de Philippe-Auguste, et avoir épousé, par l'entremise de
ce prince, Eudes, comte de Bourgogne, elle s'était brouillée avec le
roi, et bientôt même avec son propre mari, qui vivait séparé d'elle.
Revenue dans les petits Etats qui formaient son douaire, elle suscita
le mécontentement de ses vassaux par des rigueurs de toute nature, et
surtout par les impôts excessifs dont elle les frappait. Deux partis,
connus sous le nom d'Isengrins et de Blavotins, étaient tous les jours
en lutte dans la Flandre occidentale. Elle prit fait et cause pour les
Isengrins, qui obtinrent d'abord quelques avantages et furent ensuite
complètement battus. Mathilde fut obligée de se réfugier dans la ville
de Berghes-Saint-Winoc, puis chez le comte de Guines, qui employa sa
médiation pour rétablir la paix entre les deux factions que des haines
et des rivalités de familles dont on ne connaît pas bien l'origine
avaient soulevées.

Quand se prépara la grande ligue des princes contre la France, la
vieille Mathilde y vit un moyen puissant de vengeance, et elle
l'exploita avidement. Tous ses vœux étaient pour le succès de la
coalition, et sa joie fut extrême lorsque les confédérés prirent
enfin les armes. On dit qu'elle envoya vers son neveu le comte de
Flandre quatre charrettes pleines de cordes afin de pouvoir lier
tous les Français qu'on espérait faire prisonniers. Elle avait aussi
consulté son astrologue, et celui-ci lui avait répondu à souhait: «Le
roi tombera, et ne sera pas enseveli; Fernand viendra triomphant à
Paris[40].»

    [40] _Hist. regum Franc. ab origine gentis usque ad ann._ 1214, ap.
    Bouquet, XVIII, 427.--_Philippide_, chant X.

Quant à la jeune comtesse, qui, depuis son mariage, n'avait eu sous
les yeux que des scènes d'horreur et des images de deuil, loin de
partager les orgueilleuses chimères de la coalition, elle avait, dès le
principe, fait tous ses efforts pour détourner Fernand d'une entreprise
qu'elle jugeait, avec raison, pleine de chances et de périls. Mais ses
efforts devaient rester stériles en présence du caractère aventureux et
altier du prince portugais et des engagements qu'il avait pris avec une
fatale témérité.

A la douleur que Jeanne devait éprouver comme souveraine d'un pays
sur lequel s'étaient accumulés tant de malheurs, se joignit en ce
moment-là même un grave chagrin domestique. La jeune Marguerite de
Constantinople, sa sœur, mariée en 1213 au sire Bouchard d'Avesnes,
subissait les rigueurs d'une étrange destinée. Mais pour ne pas
retarder le dénouement d'une série d'événements politiques que
jusqu'ici nous avons fait marcher sans interruption, nous raconterons
plus tard cette romanesque aventure.

Le moment était venu où la coalition si témérairement formée contre la
France allait recevoir le coup foudroyant qui devait l'anéantir.


A mi-chemin de Lille à Tournai, mais un peu sur la droite en allant
vers Tournai, à l'entrée d'une plaine, se trouve un petit village
nommé Bouvines. La rivière de la Marque coule près de là. L'été, cette
fertile campagne est, comme toutes celles de la Flandre, couverte
d'une vigoureuse végétation; peu d'arbres toutefois, si ce n'est aux
alentours des maisons de chaume du village et de l'église dont le
clocher se montre au loin entre le feuillage; sur la Marque, à trois
ou quatre traits d'arc des habitations, entre Cysoing et Sainghin,
se trouve un pont rustique. La physionomie de ces lieux n'a dû guère
changer depuis le 27 juillet de l'année 1214.

Ce jour-là, dimanche, le soleil s'était levé radieux à l'horizon[41],
éclairant la marche d'innombrables gens d'armes qui, dès l'aube, se
pressaient aux environs du pont de Bouvines. Un chevalier, séparé
du gros de l'armée, les regardait passer la rivière, ce qui dura
longtemps, et lorsque la majeure partie fut de l'autre côté du pont,
il s'en alla vers une chapelle située non loin de là et dédiée à saint
Pierre. Devant le portail s'élevait un frêne touffu. Le chevalier
descendit de son destrier, se fit enlever sa lourde armure de fer,
harassé qu'il était de chaleur et de fatigue; il avait chevauché depuis
la pointe du jour. Haletant et poudreux, il s'étendit sur la terre à
l'ombre du frêne[42]. C'était le roi de France Philippe-Auguste, et
tous ces gens d'armes, les soixante-quinze mille hommes qu'il amenait
au-devant des confédérés, jugeant avec raison qu'il vaut mieux porter
la guerre chez les autres que de l'attendre chez soi.

    [41] _Vinc. de B._ ap. J. de Guise, IV, 134.

    [42] _Philippide_, chant X.

En partant de Péronne, il s'était avancé jusqu'à Tournai, que les
Français avaient reprise l'année précédente. Les alliés se trouvaient
alors à Mortagne, entre Condé et Tournai, au confluent de l'Escaut et
de la Scarpe. Impatient d'en venir aux mains, le roi aurait voulu les
attaquer dans cette position; mais ses barons l'en dissuadèrent parce
qu'on ne pouvait aborder l'ennemi que par des passages étroits et
difficiles, la contrée étant remplie de marécages[43]. Le roi s'était
donc décidé à se replier vers les plaines qui s'étendent autour de
Lille, et dans ce but avait fait repasser la Marque à ses troupes.

    [43] _Vinc. de B._ ap. J. de Guise, IV, 130.

Philippe avait eu à peine le temps de prendre un peu de repos que
les éclaireurs de son armée accoururent, jetant de grands cris et
annonçant l'approche de l'armée impériale. On l'apercevait du côté de
Cysoing; déjà même les troupes légères d'Othon avaient un engagement
avec les arbalétriers, la cavalerie légère et les soudoyers formant
l'arrière-garde du roi, sous le commandement du vicomte de Melun[44].

    [44] _Ibid._

A cette nouvelle, Philippe, déjeunant à la hâte d'un morceau de pain et
d'un peu de vin[45], remonte à cheval, fait rétrograder son armée, et
repasse avec elle sur la rive droite de la Marque. Comme à la bataille
d'Hastings, où deux évêques dirigèrent les opérations de l'armée de
Guillaume le Conquérant, l'élu de Senlis, alors nommé frère Garin,
homme de conseil et homme de guerre tout à la fois[46], veilla aux
dispositions préliminaires du combat, admonestant et exhortant les
chevaliers et servants à se bien conduire pour l'honneur de Dieu et du
roi.

    [45] _Chron. de Flandre_, inédite, manuscrit de la Bibl. nat. nº
    8480, fol. 161.

    [46] _Les Gr. Chron. de F._, édit. P. Paris, IV. 169.

Les troupes françaises prirent aussitôt position devant Bouvines,
face à Tournai. Elles étendirent leur front en ligne droite sur un
espace de deux mille pas environ, afin de ne pouvoir en aucun cas être
tournées ou enveloppées par l'ennemi[47]. Eudes, duc de Bourgogne,
eut le commandement de la droite, et deux princes du sang royal, les
comtes de Dreux et d'Auxerre, celui de la gauche. Pendant ce temps
Philippe-Auguste entra dans la petite église du village pour y entendre
la messe.

    [47] _Philippide_, chant X.

Déjà les deux armées se trouvaient à une distance très rapprochée.
Le roi se plaça à la tête de la sienne entouré des plus vaillants
hommes de guerre de France, parmi lesquels on distinguait Guillaume
des Barres, Barthélemy de Roye, Mathieu de Montmorency, le jeune comte
Gauthier de Saint-Pol, Enguerrand, sire de Coucy; Pierre de Mauvoisin,
Gérard Scropha, vulgairement appelé La Truie; Etienne de Longchamps,
Guillaume de Mortemart, Jean de Rouvroy, Henri, comte de Bar, et
un pauvre mais brave gentilhomme du Vermandois ayant nom Gales de
Montigny. Celui-ci portait auprès du roi la bannière aux fleurs de lis
d'or[48].

    [48] _Vinc. de B._ ap. J. de Guise, XIV, 144.

Quelques historiens prétendent qu'alors le roi de France, se plaçant
au milieu de ses officiers, fit déposer sa couronne sur un autel, et
que là il l'offrit au plus digne. Guillaume le Breton, qui se tenait
derrière le roi, et vit de ses propres yeux tout ce qui se passa dans
cette journée mémorable, ne parle pas de ce fait. Si la chose eut lieu,
elle fut beaucoup plus simple, plus naïve, et par conséquent plus en
harmonie avec les idées féodales et chevaleresques; telle enfin que
la rapporte un vieil auteur français: «Quand la messe fut dite, le
roi fit apporter pain et vin, et fit tailler des soupes, et en mangea
une. Et puis il dit à tous ceux qui autour de lui étoient: «Je prie à
tous mes bons amis qu'ils mangent avec moi, en souvenance des douze
apôtres qui avec Notre-Seigneur burent et mangèrent. Et s'il y en a
aucun qui pense mauvaiseté ou tricherie, qu'il ne s'approche pas.»
Alors s'avança messire Enguerrand de Coucy, et prit la première soupe;
et le comte Gauthier de Saint-Pol la seconde, et dit au roi: «Sire,
on verra bien en ce jour si je suis un traître.» Il disoit ces paroles
parce qu'il savoit que le roi l'avoit en soupçon à cause de certains
mauvais propos. Le comte de Sancerre prit la troisième soupe, et tous
les autres barons après; et il y eut si grande presse qu'ils ne purent
tous arriver au hanap qui contenoit les soupes. Quand le roi le vit,
il en fut grandement joyeux, et il dit aux barons: «Seigneurs, vous
êtes tous mes hommes et je suis votre sire, quel que je soie, et je
vous ai beaucoup aimés.... Pour ce, je vous prie, gardez en ce jour mon
honneur et le vôtre. _Et se vos véés que la corone soit mius emploié
en l'un de vous que en moi, jo m'i otroi volontiers et le voil de bon
cuer et de bonne volenté._» Lorsque les barons l'ouïrent ainsi parler,
ils commencèrent à pleurer de pitié, disant: «Sire, pour Dieu, merci!
Nous ne voulons roi sinon vous. Or chevauchez hardiment contre vos
ennemis, et nous sommes appareillés de mourir avec vous[49].» Alors le
roi sauta sur son cheval de bataille avec autant de gaieté «que s'il
allait à la noce,» disent les chroniques du temps[50]. Aussitôt les
trompettes sonnèrent, et Philippe-Auguste, élevant son épée, s'écria:
_Montjoie_[51]! Une clameur immense lui répondit.

    [49] _Chronique de Rains_, édit. L. Paris, 148.

    [50] _Chron. de France_, I, 71.--_Vinc. de B._, ap. J. de G., XIV,
    132.

    [51] _Chron. inéd. de Flandre précitée_, fol. 164.

Il était environ midi[52]. En ce moment l'armée impériale débouchait
sur le plateau de Cysoing. Depuis les invasions germaniques, jamais
armée si formidable n'avait paru en Flandre. Elle semblait disposée au
combat; car elle s'avançait enseignes déployées, les chevaux couverts,
et les sergents d'armes courant en avant pour éclairer la marche.
Au centre des lignes on apercevait un groupe compacte de chevaliers
étincelants d'or et d'argent. C'était l'empereur Othon et son escorte,
entourant un char traîné par quatre chevaux, où se dressaient les armes
impériales. L'aigle d'or tenait dans sa serre un énorme dragon dont
la gueule béante, tournée vers les Français, paraissait vouloir tout
avaler, dit le chroniqueur de Saint-Denis[53]. On a prétendu aussi que
le dragon était la personnification emblématique de la France prise
entre les serres de la coalition. Cette orgueilleuse enseigne avait
pour garde spéciale cinquante barons allemands commandés par Pierre
d'Hostmar.

    [52] _Philippide_, chant X.

    [53] Ap. Bouquet, XVII, 407.

La personne sacrée de l'empereur fut confiée aux ducs de Brabant, de
Luxembourg, de Tecklenbourg; aux comtes de Hollande, de Dortmund; à
Bernard d'Hostmar, Gérard de Randerode, Pierre de Namur, et quantité
d'autres chevaliers. Les deux âmes de cette grande armée étaient aux
deux extrémités. A la gauche, Fernand avec les milices de Flandre, de
Hainaut et de Hollande; à la droite, Renaud de Boulogne et six mille
Anglais avec leurs chefs Salisbury et Bigot de Clifford, l'infanterie
brabançonne, les _eschieles_ ou pelotons de cavalerie saxonne ou
brunsvickoise, des corps de mercenaires ou d'aventuriers ramassés en
tous pays par Hugues de Boves.

«Eh quoi! s'écria l'empereur stupéfait en apercevant l'armée française
en bataille dans la plaine, je croyais que les Français se retiraient
devant nous, et les voilà en ligne, le roi Philippe à leur tête!»

Cette parole, prononcée d'un ton craintif, circula dans l'armée et la
décontenança un peu.

Le roi Philippe disait en même temps à ses troupes: «Voici venir Othon
l'excommunié et ses adhérents; l'argent qui sert à les entretenir
est de l'argent volé aux pauvres et aux églises[54]. Nous ne
combattons, nous, que pour Dieu, pour notre liberté et notre honneur.
Tout pécheurs que nous sommes, ayons confiance dans le Seigneur et
nous vaincrons ses ennemis et les nôtres.» Alors il parcourut les
rangs. Quelques gens d'armes, de ceux qui jadis l'avaient suivi à la
croisade, s'attristaient d'être obligés de se battre un dimanche. «Les
Machabées, leur dit-il, cette famille chère au Seigneur, ne craignirent
pas d'aborder l'ennemi un jour de sabbat, et le Seigneur bénit leurs
armes.--Vous, l'élu de Dieu, bénissez les nôtres!» crièrent alors les
gens d'armes; et l'armée entière se précipita à genoux[55].

    [54] _Vinc. de B._ ap. J. de Guise, XIV, 136.

    [55] _Vinc. de B._ ap. J. de Guise, XIV, 136.

Ces paroles du roi achevèrent de rassurer les Français; ils se
relevèrent pleins de courage et de résolution. Aux cris mille fois
répétés de _Montjoie! Saint-Denis!_ l'étendard royal, semé de fleurs de
lis d'or, fut alors déployé. L'oriflamme de Saint-Denis était réservé
pour le moment suprême de la lutte[56].

    [56] _Ibid._

A une heure et demie, la chaleur du jour était dans toute sa force. Le
soleil projetait ses rayons brûlants sur les yeux des alliés marchant
en ligne tirée du sud-est au nord-ouest, front à Bouvines. Les
Français l'avaient donc à dos en ce moment-là. Philippe-Auguste profita
de l'avantage de cette position, et sur-le-champ il donna l'ordre
d'attaquer. Les buccines retentirent, et alors Guillaume le Breton et
un autre clerc, qui se trouvaient près du monarque, entonnèrent les
psaumes: _Béni soit le Seigneur Dieu qui exerce ma main au combat et
forme mes doigts à la guerre_[57].--_Que le Seigneur se lève, et que
ses ennemis soient dissipés_[58].--_Seigneur, le roi se réjouira dans
votre force, et il tressaillira d'allégresse par votre assistance_[59].
Des larmes et des sanglots vinrent souvent les interrompre, tant ils
étaient émus[60].

    [57] Ps. 143.

    [58] Ps. 67.

    [59] Ps. 20.

    [60] _Philippide_, chant X.

Le premier choc fut terrible. Il porta sur les Flamands placés à l'aile
droite. Indignés de se voir attaqués par les milices bourgeoises de la
commune de Soissons et non par des chevaliers, ils reçurent d'abord
le coup sans s'émouvoir et sans s'ébranler. Mais bientôt, laissant
un espace vide entre leurs rangs, le jeune Gauthier de Saint-Pol s'y
précipite tête baissée, avec ses gens d'armes, frappant, tuant à
droite, à gauche. Il traverse de la sorte toute l'armée flamande; puis,
la prenant à dos, il la traverse de nouveau, traçant sur son passage
un sillon au milieu des cadavres.

La mêlée de ce côté dura trois heures, et pendant trois heures elle fut
effroyable. Il s'y passa des scènes homériques. Les chefs flamands,
pour encourager leurs soldats, les haranguaient tout en frappant
d'estoc et de taille, avec leurs _sharmsax_ à triple tranchant[61].
Tour à tour ils parlaient des aïeux et de leurs exploits; ils parlaient
des femmes, des enfants laissés au foyer domestique; puis, rappelant
l'incendie de Lille et les horreurs de l'invasion française, ils
appelaient la vengeance par des clameurs de mort.

    [61] _Vinc. de B._ ap. J. de Guise, XIV, 136.

Une sorte de géant, Eustache de Marquilies, chevalier de la châtellenie
de Lille, se démenait avec fureur, seul, au milieu des chevaliers
champenois, faisant grand carnage et s'excitant lui-même en criant:
«Mort, mort aux Français!» Un Champenois lui saisit le cou par le bras,
le lui serre comme dans un étau, et détache son hausse-col. Michel de
Harnes, un de ces châtelains qui avaient déserté la cause flamande et
qui venait d'être blessé par Eustache, voyant le cou de celui-ci à
découvert, lui plonge son épée dans la gorge. Buridan de Furnes, un des
plus braves et des plus joyeux compagnons d'armes du comte Fernand,
allait criant dans la bataille: «Voici bien le moment de songer à sa
belle[62]!»

    [62] _Philippide_, chant XI.

Le vicomte de Melun et Arnoul de Guines, à l'exemple de Saint-Pol,
labourant la ligne flamande par des trouées, passaient et repassaient,
le fer à la main, à travers ces masses compactes. Eudes, duc de
Bourgogne, commandant le corps d'armée qui attaquait les Flamands,
était d'une énorme corpulence; son cheval est tué sous lui. Non sans
peine, on le remet en selle sur un destrier frais. Aussitôt il tombe
sur les Flamands avec une fureur nouvelle, et, pour venger sa chute et
la perte de son cheval, il écrase tous ceux qu'il rencontre. Le comte
Gauthier de Saint-Pol, qui le premier avait entamé les Flamands, fit
des prodiges de valeur. Encore harassé de chaleur et de fatigue, après
la charge qu'il venait d'opérer, il se précipita seul à la rescousse
d'un homme d'armes pris au milieu d'un gros d'ennemis. Douze coups
de lance tombaient à la fois sur Gauthier sans que le cheval et le
cavalier en fussent ébranlés. Il enleva l'homme d'armes.

Les Flamands, de leur côté, luttaient héroïquement; mais le corps de
chevaliers qui protégeait le comte Fernand commençait à s'affaiblir, et
c'est sur ces chevaliers que portaient toutes les attaques[63]. Enfin
on les enveloppe avec un nouvel acharnement. Fernand se bat comme un
lion; deux chevaux sont tués sous lui. Couvert lui-même de blessures,
il perd tout son sang. Les chevaliers flamands qui survivent essaient
de le tirer de là, mais c'est en vain. Le comte alors se défend en
désespéré; la terre est jonchée de corps tombés sous ses coups. Le
sang coule à flots de ses blessures, et il fléchit sur les genoux.
Toutefois sa bonne épée n'est pas tombée de sa main; il essaie encore
de la brandir.... Enfin son œil se trouble; n'en pouvant plus et se
sentant évanouir, il la rend à un seigneur français appelé Hugues de
Mareuil[64].

    [63] _Philippide_, chant XI.

    [64] _Vinc. de B._ ap. J. de Guise, XIV, 142.

La victoire était gagnée sur ce point, mais au centre et à la gauche un
combat acharné durait encore. A l'instant même où le comte de Flandre
se rendait prisonnier, le roi de France échappait au plus grand péril.
Les piquiers de l'infanterie allemande, en repoussant les gens des
communes de Beauvais, de Compiègne, d'Amiens, de Corbie et d'Arras, qui
s'étaient rués tête baissée vers la grande aigle impériale, pénétrèrent
parmi les barons de la garde du roi Philippe-Auguste. Quatre de ces
Allemands, s'acharnant après le monarque français, l'avaient blessé à
la gorge et tiré à bas de son cheval au moyen de leurs hallebardes à
crocs[65]. Il allait périr malgré les efforts de Gales de Montigny, qui
d'un bras écartait les coups et de l'autre haussait l'étendard royal en
signe de détresse[66]. Arrive Pierre Tristan; descendre de cheval, se
jeter l'épée à la main sur les quatre piquiers allemands, leur faire
lâcher prise fut pour lui l'affaire d'un moment. Philippe-Auguste,
remonté à cheval, rallia ses chevaliers et rétablit le combat. Tristan
avait sauvé le monarque et peut-être aussi la monarchie.

    [65] _Philippide_, chant XI.

    [66] _Vinc. de B._ ap. J. de Guise, XIV, 146.

Au moment où le roi était ainsi délivré, Eudes, duc de Bourgogne,
vainqueur des Flamands sur la droite, se portait au flanc de l'armée
allemande, attaquée en même temps par la chevalerie de la garde du
roi. Cent vingt chevaliers tombent morts; mais la phalange impériale
est ouverte: on arrive à son centre. Pierre de Mauvoisin écarte piques
et hallebardes et saisit les rênes du cheval de l'empereur. En vain
il cherche à l'emmener, la presse est trop grande[67]. Guillaume des
Barres, se penchant du haut de son cheval, saisit la sacrée majesté à
bras-le-corps, tandis que Gérard La Truie lui porte de grands coups de
couteau qui ne peuvent percer le haubert. Le cheval d'Othon, dressant
la tête, reçoit un de ces coups qui lui crève l'œil et pénètre jusqu'à
la cervelle. L'animal, blessé à mort, se cabre et va, en dehors de la
mêlée, rouler expirant dans la poussière[68]. Guillaume des Barres se
précipite de nouveau sur l'empereur, et le saisissant par l'armure, il
cherche entre le heaume et le cou l'endroit où il pourra plonger sa
dague[69]. Mais de nombreux chevaliers saxons accourent au secours de
leur maître, le relèvent et le mettent sur un cheval frais. Blessé,
étourdi de sa chute, l'empereur prit le galop à travers champ, suivi du
duc de Brabant, du sire de Boves et de beaucoup d'autres. «Oh! oh! fit
le roi de France, voici l'empereur qui se sauve. Nous ne verrons plus
aujourd'hui son visage[70].»

    [67] _Philippide_, chant XI.

    [68] _Philippide_, chant XI.

    [69] _Ibid._

    [70] _Vinc. de B._ ap. J. de Guise, XIV, 150.--_Les Gr. Chron. de
    Fr._ édit. P. Paris, IV, 184.

«Philippe-Auguste, dit un chroniqueur, n'avait jamais donné le
titre d'empereur à Othon; et s'il l'appelait ainsi en ce moment-là,
c'était pour avoir plus grande victoire: car il y a plus d'honneur à
déconfire un empereur qu'un vassal[71].» Les Allemands sont détruits et
dispersés, le char qui portait les armes impériales est mis en pièces;
le dragon et l'aigle, les ailes arrachées et meurtries, sont apportés
triomphalement au roi de France[72].

    [71] _Chronique de Rains_, p. 153.

    [72] _Vinc. de B._ ap. J. de Guise, XIV, 150.--_Chron. de Flandre
    inéd. loco citato._

Mais ce n'était pas tout encore; le comte Renaud de Boulogne résistait
toujours. Cependant, le corps d'Anglais qu'il commandait avait été
taillé en pièces par l'évêque de Beauvais. Tandis que l'élu de Senlis,
l'habile et intrépide Garin, se portait partout où besoin était, le
prélat de Beauvais s'était acharné contre les Anglais. D'un coup de
masse d'armes il avait abattu et pris le comte de Salisbury, frère du
roi d'Angleterre, un de leurs chefs. On dit que Renaud, malgré cet
échec, quitta son corps d'armée, et que, transporté de fureur, il
pénétra la lance en arrêt jusqu'au roi Philippe. Il allait le frapper,
mais à la vue de son suzerain il se détourna, saisi de respect ou
d'irrésolution, et poursuivit sa course envers le comte de Dreux[73].
Celui-ci se tenait aux côtés du roi dont il était le cousin. Le comte
Pierre d'Auxerre, également de sang royal, ne quittait pas non plus
le monarque depuis le commencement de l'action. Son fils pourtant,
parent de Jeanne de Constantinople par sa mère, combattait parmi les
Flamands[74]. Renaud de Boulogne, revenu au milieu des siens, s'était
fait avec une merveilleuse adresse un rempart de gens de pied disposés
circulairement autour de lui sur deux rangs fort serrés.

    [73] _Les Gr. Chron. de Fr._ édit. P. Paris, IV, 186.

    [74] _Les Gr. Chron. de Fr._ édit. P. Paris, IV, 186.

Quand tout le choc de l'armée française, victorieuse sur les autres
points, porta contre ce bataillon, il fut écrasé. Renaud, resté seul
avec six écuyers, résolut de mourir, mais n'en vint pas à bout. Un
sergent d'armes français, Pierre de La Tourelle, s'approchant de lui,
enfonce sa dague jusqu'au manche dans le flanc de son destrier. Un
des écuyers cherche à entraîner le cheval par la bride, mais il est
renversé. Le cheval succombe, et Renaud reste la cuisse engagée sous
son corps. Les deux frères Hugues et Gauthier de Fontaine et Jean
de Rouvroy le tiraillent et se le disputent. Arrive Jean de Nesle,
châtelain de Bruges, qui veut aussi sa part d'une si belle proie, bien
que, s'il faut en croire un historien, ce transfuge du parti flamand
se fût comporté peu vaillamment dans la bataille[75]. Pendant cette
querelle, un varlet, nommé Commote, s'efforçait d'introduire sa pique à
travers le grillage de la visière du comte afin de l'achever. L'élu de
Senlis, qu'on rencontrait en tout lieu où il y avait à faire, survint.
Renaud le connaissait; il se nomma, cria merci et lui tendit son
épée[76]. Tel fut le dernier épisode de cette bataille célèbre.

    [75] _Ibid._ 189.

    [76] _Les Gr. Chron. de Fr._ éd. P. Paris, IV. 189.

La grande armée des confédérés n'existait plus. Du plateau de Cysoing
où Philippe-Auguste s'était placé, on ne voyait de tous côtés que
des débris épars et fuyants. La plaine offrait l'aspect d'un immense
carnage. Au milieu de ce théâtre de confusion et de mort, un petit
corps de sept cents Brabançons était seul demeuré intact et se retirait
en bon ordre. Philippe, dans l'enivrement de son triomphe, le fit
exterminer sous ses yeux par Thomas de Saint-Valery[77].

    [77] _Vinc. de B._ ap. J. de Guise, XIV, 156.

Ainsi se termina la bataille de Bouvines. Il était alors sept heures
du soir. Les chapelains du roi de France chantaient encore, mais ils
chantaient des actions de grâces.

L'un d'eux, le poétique historien des hauts faits de Philippe-Auguste,
nous retrace la dernière scène de cette grande journée, telle qu'elle
apparut à ses yeux et à son imagination. «Les cordes et les chaînes
manquent pour en charger tous ceux qui doivent être garrottés, car
la foule des prisonniers est plus nombreuse que la foule de ceux qui
doivent les enchaîner. Déjà la lune se préparait à faire avancer son
char à deux chevaux, déjà le quadrige du soleil dirigeait ses roues
vers l'Océan.... Aussitôt les clairons changent leurs chants guerriers
en sons de rappel et donnent le joyeux signal de la retraite. Alors,
il est enfin permis aux Français de rechercher le butin et de ravir
aux ennemis étendus sur le champ de bataille leurs armes et leurs
dépouilles. Celui-ci se plaît à s'emparer d'un destrier; là un maigre
roussin présente sa tête à un maître inconnu et est attaché par une
ignoble corde. D'autres enlèvent dans les champs des armes abandonnées;
l'un s'empare d'un bouclier, un autre d'une épée ou d'un heaume.
Celui-ci s'en va content avec des bottes, celui-là se plaît à prendre
une cuirasse, un troisième ramasse des vêtements ou des armures. Plus
heureux encore et mieux en position de résister aux rigueurs de la
fortune, est celui qui parvient à s'emparer des chevaux chargés de
bagages, ou de l'airain caché dans de grosses bourses, ou bien encore
de ces chars que le Belge, au temps de sa splendeur, est réputé
avoir construits le premier, chars remplis de vases d'or, de toutes
sortes d'ustensiles agréables, de vêtements travaillés avec beaucoup
d'art par les Chinois, et que le marchand transporte chez nous de ces
contrées lointaines. Chacun de ces chariots, portés sur quatre roues,
est surmonté d'une chambre qui ne diffère en rien de la superbe alcôve
nuptiale où une jeune mariée se prépare à l'hymen, tant cette chambre
tressée en osier brillant renferme, dans ses vastes contours, d'effets,
de provisions, d'ornements précieux. A peine seize chevaux, attelés à
chacune de ces voitures, peuvent-ils suffire pour enlever et traîner
les dépouilles dont elles sont remplies.

»Quant au char sur lequel Othon le Réprouvé avait dressé son dragon
et suspendu son aigle aux ailes dorées, bientôt il tombe sous les
coups innombrables des haches, et, brisé en mille pièces, il devient
la proie des flammes; car on veut qu'il ne reste aucune trace de tant
de faste, et que l'orgueil ainsi condamné disparaisse avec toutes ses
pompes. L'aigle, dont les ailes étaient brisées, ayant été promptement
restaurée, le roi l'envoya, sur l'heure même, à l'empereur Frédéric,
afin qu'il apprît par ce présent qu'Othon, son rival, ayant été vaincu,
les insignes de l'empire passaient entre ses mains par une faveur
céleste. Mais la nuit approchait; l'armée, chargée de gloire et de
richesses, rentra dans le camp, et le roi, plein de reconnaissance et
de joie, rendit mille actions de grâces au Roi suprême, qui lui avait
donné de terrasser tant d'ennemis[78]!»

    [78] Wilh. Brit. _Philippide_, chant XI.

La victoire du roi de France eût anéanti la nationalité flamande, si la
comtesse Jeanne, inébranlable au milieu de la grande catastrophe qui
l'atteignait, ne fut restée comme le _palladium_ respecté de la patrie.



II

    Nouvelle conspiration du comte de Boulogne.--Colère du roi.--Retour
    triomphal de Philippe-Auguste en France.--Fernand de Portugal
    entre à Paris garrotté sur une litière.--Il est enfermé dans la
    tour du Louvre.--Profonde consternation en Flandre.--Situation
    désastreuse du pays.--Démarche infructueuse de la comtesse
    Jeanne auprès du roi.--Douleur de Jeanne.--Courage et fermeté
    de cette princesse.--Son gouvernement.--Nouvelles tentatives
    de Jeanne auprès de Philippe-Auguste.--Obstination du roi à ne
    pas délivrer le comte de Flandre.--Habileté politique de la
    comtesse.--Elle affaiblit le pouvoir des châtelains, augmente les
    privilèges du peuple, favorise le développement du commerce et de
    l'industrie.--Histoire de Bouchard d'Avesnes.


Parmi tous les princes coalisés, le comte de Boulogne seul ne
désespéra point de la fortune après la sanglante défaite qui venait de
dissoudre la ligue formidable dont il avait été l'un des principaux
instigateurs. Prisonnier du roi de France, il trouva moyen, dès le
lendemain de la bataille, d'envoyer un message secret à l'empereur
Othon. Il conseillait à ce prince fugitif, de rallier les débris de son
armée, de se rendre à Gand et dans les principales villes du comté
de Flandre, d'y réveiller l'esprit de résistance et de recommencer la
guerre. Ce message n'eut d'autre résultat que d'aggraver la position
de Renaud. En effet, le roi, arrivant à Bapaume, fut informé de la
nouvelle conspiration de son vassal et s'en montra justement irrité.
Sans délai, il se rendit au donjon où Renaud et Fernand étaient
enfermés, et, s'adressant à Renaud, il lui reprocha tous ses méfaits
et toutes ses trahisons en termes brefs et sévères. «Voilà ce que tu
m'as fait, dit-il en finissant. Je pourrais t'ôter la vie: je ne le
veux point, mais tu ne sortiras de prison qu'après avoir expié tous
tes crimes[79].» Le roi le fit aussitôt saisir et garrotter par des
hommes d'armes, et on l'emmena au château de Péronne, où il fut jeté
dans un cachot qui put lui rappeler le souvenir sanglant de Charles le
Simple. On le chargea d'entraves et de chaînes de fer si courtes, qu'à
peine pouvait-il faire un demi-pas[80]. Quant au comte de Flandre, le
roi jugea à propos de ne pas l'enfermer si près de son pays; et, pour
l'avoir sous les yeux, il le conduisit à Paris avec la plupart des
autres captifs de distinction.

    [79] Vincent de Beauvais, ap. J. de Guise, XIV, 162.

    [80] _Les Gr. chron. de Fr._ IV, 193.

Rien ne manquait donc au triomphe de Philippe-Auguste. Comme les héros
de l'antiquité, il revenait traînant à sa suite ses ennemis vaincus et
enchaînés. La joie que causa en France l'heureuse issue de la bataille
de Bouvines fut universelle. Sur les routes, clercs et laïques allaient
au-devant du roi, chantant des hymnes et des cantiques. Les cloches
sonnaient partout. On dansait dans les rues; on y faisait retentir
mille instruments de musique. Pas une église, pas un logis qui ne
fussent tapissés de courtines, de draps de soie, jonchés de fleurs
et de branchages[81]. On était alors en plein temps de moisson: les
paysans, à six lieues à la ronde, quittaient leurs travaux, impatients
de voir ce fameux Fernand, dont le nom était presque devenu en France
un épouvantail; ils se rassemblaient sur le passage du cortège royal,
leurs faucilles, leurs houes et leurs râteaux suspendus au cou[82]. Le
comte de Flandre fit son entrée à Paris lié sur une litière portée par
deux chevaux bai-brun, qu'on appelait alors des _auferant_. Le peuple,
chez qui le sentiment national étouffe quelquefois la pitié, chantait
en le voyant passer:

    [81] _Les Gr. chron. de Fr._ IV, 196.

    [82] _Vinc. de B._ ap. J. de G. XIV, 164.

  Ferrand portent deux auferant
  Qui tous deux sont de poil ferrant.
  Ainsi s'en va lié en fer
  Comte Ferrand en son enfer.
  Les auferant de fer ferré
  Emportent Ferrand enferré[83].

    [83] Guillaume Guiart, _Royaux lignages_, I, 309.

Les jeux de mots étaient alors fort en vogue. Chaque fois qu'une
langue se forme, on est ingénieux à lui faire subir des caprices
d'imagination, des tours de force de syntaxe. Il n'en est pas qu'on
n'essayât sur l'équivoque que présentait le nom du pauvre Fernand[84].
Bref, durant toute une semaine, Paris fut en fêtes; il y avait tant de
lumières la nuit par les rues, qu'il y faisait clair comme en plein
jour.

    [84] _Les Gr. chron. de Fr._ IV, 197.

Tandis que l'allégresse publique se manifestait de la sorte, le noble
captif gémissait enfermé par ordre du roi dans une tour très haute et
très forte, nouvellement bâtie en dehors des murs de la cité, et qu'on
nommait la tour du Louvre[85].

    [85] _Ibid._ 194.

L'éclatante victoire remportée par Philippe-Auguste sur tant d'ennemis
conjurés contre sa puissance paraissait devoir amener, entre autres
résultats, l'anéantissement de la nationalité flamande. Il n'en fut
rien pourtant; et le roi de France, comme nous l'avons dit, respecta
les droits de Jeanne de Constantinople, souveraine naturelle de la
Flandre et du Hainaut, protégée moins encore par le prestige de ses
vertus et de son infortune que par le redoutable esprit d'indépendance
nationale qui animait ses sujets. D'ailleurs, pour Philippe-Auguste, la
guerre n'était pas finie; car Jean sans Terre la continuait toujours
avec des chances diverses dans les provinces qu'il avait jadis envahies
au delà de la Loire. Le roi de France, après avoir quelque temps joui
de son triomphe, se prépara à marcher contre le roi d'Angleterre avec
toutes ses forces; et la Flandre, tant de fois ensanglantée par ce
prince depuis deux années, jouit enfin d'un peu de calme et de repos.
Mais il y régnait une consternation profonde; son seigneur, la plupart
de ses barons étaient dans les fers; les plus valeureux d'entre ses
enfants avaient succombé. Il semblait qu'un si grand malheur fût à
jamais irréparable.

Au premier moment, ce ne fut qu'un cri d'imprécation contre Othon
l'excommunié, à qui l'on attribuait la funeste issue de cette
guerre[86]. Puis l'on s'occupa du règlement des affaires intérieures.
Elles offraient un lugubre tableau. La guerre avait si cruellement
ravagé la Flandre dans les derniers temps, que de tous côtés, à
la place d'un village, d'une église, d'une abbaye, on ne voyait
plus que des murs dénudés par le pillage, noircis par les flammes,
d'affligeantes ruines enfin, comme à Lille après la destruction de
cette ville par Philippe-Auguste. Pour surcroît de malheur, de nouveaux
fléaux tombèrent sur le pays vers la même époque. Gand, Ypres et Bruges
furent presque entièrement consumées par des incendies, et quantité
d'habitants y périrent étouffés. Une maladie contagieuse décima
plusieurs cantons, et la mer, franchissant ses limites, inonda une
partie de la Flandre occidentale[87]. Ce fut au milieu de ces calamités
que Jeanne apprit le dénouement fatal de la bataille de Bouvines.

    [86] Jacques de Guise, XIV, 168.

    [87] Jacques de Guise, _passim_.

Adam et Gossuin, évêques de Térouane et de Tournai, et le seigneur Jean
de Béthune, évêque de Cambrai, avaient été députés vers la comtesse,
afin de lui révéler la vérité, et de l'exhorter à la résignation et au
courage. Au premier moment, Jeanne, disent les chroniqueurs du temps,
se livra aux sanglots et au désespoir, aussi bien que sa tante Mathilde
et la jeune Marguerite; mais bientôt, raffermie par les consolantes
paroles des trois évêques, la comtesse envisagea sa position d'un œil
plus calme. Un grand devoir, une pénible tâche venaient de lui être
dévolus par la Providence. A elle désormais à réparer les malheurs de
la patrie et à lutter seule contre la fortune.

Et d'abord, il y avait à prendre une courageuse résolution. Jeanne
n'hésita pas. Le vendredi, 17 octobre 1214, elle alla à Paris se jeter
aux genoux du roi, le suppliant de lui rendre un époux que lui-même
jadis lui avait donné. Un traité fut alors formulé, mais le prudent
monarque savait qu'il était inexécutable, ou mieux, que son exécution
équivalait, pour la Flandre, à un arrêt de mort. Philippe-Auguste
demandait en otage, à la place du comte, Godefroi, second fils du duc
de Louvain; les principales forteresses de la Flandre et du Hainaut
devaient être démolies; puis, le roi verrait à rendre Fernand et les
autres prisonniers flamands, moyennant une rançon fixée selon son bon
plaisir[88]. Le comte de Boulogne et les vassaux de ce dernier étaient
exclus du traité.

    [88] _Acte du 24 octobre_ 1214, imprimé dans Baluze, _Miscell._
    VII, 205 _et alias_.

Les conseils des villes flamandes ne ratifièrent pas ce traité qui eût
consacré la ruine complète du pays. Quant au roi de France, il chassa
bientôt comme mauvaise et périlleuse toute pensée de transaction, et ne
se départit plus un seul instant d'une obstination que rien désormais
n'aurait su vaincre.

La comtesse Jeanne, désespérant de fléchir le roi, était revenue en ses
domaines. «La fille de l'empereur d'Orient vivait simplement et dans
le deuil, dit le cordelier Jacques de Guise. Pratiquant la dévotion et
l'humilité, s'appliquant aux œuvres de miséricorde, occupée à fonder
et à réparer des hôpitaux et des églises, elle passait honorablement et
sans reproche les années de sa jeunesse au milieu des tribulations et
des angoisses[89].»

    [89] _Ann. Hann._, XIV, 168.

Son esprit, fortifié par l'infortune, s'éleva bientôt à la hauteur du
rôle qu'elle devait désormais remplir seule. Elle en comprit toute
l'importance, et se montra la digne descendante de son père et de son
aïeul, ces princes législateurs du Hainaut, chez qui la noblesse du
sang et la bravoure n'excluaient pas l'habileté politique. La jeune
comtesse trouva, il est vrai, un puissant concours dans la sympathie de
ses sujets et dans le sentiment national, que les malheurs de la patrie
avaient encore ravivés.

En Flandre et en Hainaut, plus que partout ailleurs à cette époque,
la fusion du principe municipal avec le système féodal avait produit
une administration, sinon très régulière, du moins libérale et forte.
C'était comme une grande famille unie par les liens d'une hiérarchie
bien tranchée. La comtesse avait son bailli, sorte de ministre
responsable, représentant ordinaire du souverain dans toute espèce de
juridiction; puis, un conseil d'hommes sages qu'elle consultait quand
il s'agissait d'un acte politique quelconque[90]. La cour suprême
féodale, formée des hauts barons des deux comtés, statuait sur les
affaires d'administration générale, en prenant toutefois l'adhésion du
magistrat des bonnes villes dont l'assemblée portait le nom d'échevins
de Flandre et de Hainaut. Ces états aidaient la comtesse et la
dirigeaient en ses résolutions. Mais Jeanne, on en trouve souvent la
preuve, conservait sur eux une très haute influence qu'elle puisait
dans la sagacité naturelle de son esprit, dans sa fermeté de caractère,
dans l'exemplaire austérité de sa vie publique et privée.

    [90] Archives de la Flandre, _passim_.

Au milieu des graves préoccupations du pouvoir, la comtesse de Flandre
n'oublia jamais un seul instant qu'elle avait, comme épouse, un grand
devoir à remplir, et elle le remplit tant que dura la captivité de
Fernand. Chaque année, sans se laisser décourager par les refus
obstinés du roi de France, elle faisait de nouvelles tentatives pour
tirer son mari de la tour du Louvre, empruntant à des taux énormes
les sommes destinées à la rançon de son mari[91]. Elle employa aussi
l'entremise du pape Honorius, puis celle du cardinal-légat, puis
enfin celle des évêques de Cambrai, de Tournai et de Térouane; ce fut
toujours en vain. Chaque fois, les négociateurs trouvèrent Philippe
inébranlable[92].

    [91] Archives de la Flandre, _passim_.

    [92] Jacques de Guise, XIV, 286.

Soit qu'il s'agisse d'administration intérieure, soit qu'il s'agisse
d'affaires diplomatiques, on la trouve toujours pleine d'habileté et
de résolution. En voici la preuve. On sait que les comtes de Flandre
n'étaient pas seulement grands vassaux et pairs du royaume de France,
mais qu'ils relevaient aussi, pour certaines portions de pays, de
l'empereur d'Allemagne. Il paraît qu'au milieu des préoccupations dont
elle avait toujours été accablée, Jeanne négligea de prêter foi et
hommage à l'empereur, ainsi que le devaient faire les comtes de Flandre
à leur avènement. Sous ce prétexte, Frédéric II confisqua la Flandre
impériale dans une diète solennelle tenue à Francfort en 1218.

C'était une très grave affaire en ce qu'elle devait, un jour ou
l'autre, rallumer la guerre en Flandre, car l'empereur avait concédé à
Guillaume, comte de Hollande, les parties qui relevaient de l'empire.
A chaque instant, ce dernier pouvait chercher à prendre possession
des nouveaux domaines qu'on venait de lui octroyer. Jeanne déploya,
dans cette circonstance délicate, tant d'habileté, qu'en définitive
la chose tourna même à son profit. Deux ans ne s'étaient pas écoulés
que l'empereur annulait la confiscation, en reconnaissant que les
chemins étaient trop périlleux pour que la jeune femme eût pu se rendre
en Allemagne pendant la captivité de son mari; qu'ainsi elle était
excusable de n'avoir pas rendu son hommage[93], etc. L'année suivante,
en 1221, son fils Henri VII faisait plus encore. En déclarant de
nouveau rapportée la sentence de 1218, en confirmant la comtesse dans
la possession des fiefs impériaux, il forçait le comte de Hollande à
subir et à reconnaître derechef sa dépendance de la Flandre[94].

    [93] Diplôme impérial de 1220. Archiv. de Flandre, _Cartulaire des
    empereurs_, pièce I.

    [94] Original en parchemin, scellé.--Archiv. de Flandre.

Une pensée prédomine dans toute la conduite politique de Jeanne
relative au gouvernement de ses domaines; c'était d'accroître le
pouvoir municipal, et par là de contre-balancer l'influence des
hauts barons qui commençait à se montrer plus menaçante que jamais.
L'omnipotence des châtelains surtout devenait très dangereuse pour le
peuple et pour le souverain. Sans parler des violences et des rapines
qu'on leur avait reprochées de tout temps, ils avaient trouvé moyen
de s'affranchir tellement de la domination du comte lui-même, qu'à
la bataille de Bouvines on en vit combattre audacieusement parmi les
chevaliers de l'armée française. C'était là un révoltant abus. Jeanne
mit tout en œuvre pour le réprimer, et si elle ne parvint pas tout à
fait à anéantir l'influence des châtelains, elle l'amoindrit beaucoup.

En 1218, elle donnait à la ville de Seclin la même charte
d'affranchissement dont jouissait déjà la ville de Lille, charte très
sage et très libérale qui devait singulièrement atténuer l'importance
du châtelain de cette dernière ville[95]; et, en même temps, elle
négociait avec le connétable de Flandre, Michel de Harnes, l'échange de
la châtellenie de Cassel[96]. Un peu plus tard, en 1224, elle se fit
vendre par Jean de Nesle, pour 23,545 livres parisis, la châtellenie de
Bruges, l'une des plus considérables de Flandre[97]. La comtesse eut
même à ce sujet, avec Jean de Nesle, un procès fameux qui fut vidé à
Paris devant la cour des pairs du royaume, Jeanne ne pouvant être jugée
que par cette cour, en vertu des lois de la hiérarchie féodale. Lorsque
son procès fut gagné contre le châtelain, elle institua à Bruges la
fête du Forestier, destinée à perpétuer le souvenir d'un événement
qui consacrait l'affranchissement de cette belle cité. La prospérité
de Bruges, comme celle des principales villes flamandes, du reste, ne
prit le développement considérable qu'elle acquit au moyen âge qu'à
partir de la disparition des châtelains, ou du jour que ces despotes
perdirent le pouvoir exorbitant qu'ils s'étaient arrogé et dont ils
avaient trop longtemps abusé.

    [95] Archives de Flandre à Lille, Ier _Cart. de Flandre_, pièce
    466.--Imprimé dans le _Recueil des ordonnances du Louvre_, sous la
    date de 1280, IV, 320.

    [96] Arch. de Fl. orig. parch. scellé (28 octobre 1218).

    [97] _Ibid._ 8e _Cart. de Flandre_, pièce 2.

Ainsi, tandis qu'elle travaillait à l'affaiblissement d'une
aristocratie si souvent envahissante et despotique, la comtesse de
Flandre augmentait le bien-être des bourgeois et du peuple. Les droits
politiques d'un grand nombre de communes dans les deux comtés avaient
été consacrés et reconnus par ses prédécesseurs ou par elle. Elle ne
s'en tint pas là; elle voulut aussi favoriser de tout son pouvoir le
commerce et l'industrie. En mai 1233, Jeanne confirme le privilège
que Philippe, comte de Flandre et de Vermandois, son grand-oncle,
avait accordé à l'abbaye de Saint-Bertin, d'établir un marché à
Poperingue et d'y faire construire un canal[98]. Dans l'année 1224,
on la voit affranchir de toutes charges, tailles et exactions, les
cinquante ouvriers qui viendront s'établir à Courtrai pour y travailler
la laine[99]; de sorte qu'on peut dire que c'est à Jeanne que les
fabriques de cette ville doivent, sinon leur naissance, du moins les
premiers éléments de leur prospérité.

    [98] Arch. de Fl. orig. parch. scellé. Sous un _vidimus_ du 14
    novembre 1365.

    [99] _Ibid._ Orig. parch. scellé (22 novembre).

Au milieu de ses douleurs patriotiques causées par la guerre et de
ses incessantes sollicitudes pour réparer les maux de la patrie et
améliorer le sort de ses peuples, nous avons dit qu'un profond chagrin
domestique était venu l'accabler. Rappelons-en les causes.

L'on a vu qu'au moment de partir pour la croisade, le comte Bauduin
avait confié à son frère, Philippe de Namur, la régence de ses Etats en
même temps que la tutelle de ses deux jeunes filles, en lui adjoignant
comme conseil un puissant seigneur du Hainaut appelé Bouchard.
Ce personnage devait jouer un rôle funeste dans la vie, déjà si
tourmentée, de la comtesse Jeanne, et le moment est venu de le mettre
en scène.


Dans les dernières années du douzième siècle, vivait à la cour du comte
de Flandre, Philippe d'Alsace, un jeune enfant appartenant à cette
illustre maison d'Avesnes dont la renommée brilla du plus vif éclat
dès les premières croisades. Il était le troisième fils de Jacques
d'Avesnes qui, à la bataille d'Antipatride, le 7 septembre 1191,
mutilé, haché, par les Sarrasins, brandissait encore son épée du seul
bras qui lui restait, et criait expirant à Richard Cœur de Lion:
«Brave roi, viens venger ma mort!» Cet enfant était Bouchard.

Suivant la coutume de l'époque, il devait passer le temps de sa
jeunesse auprès du souverain, afin de se former parmi les barons et
les dames aux nobles usages de la chevalerie. Sa charmante figure, ses
heureuses dispositions d'esprit lui concilièrent l'affection du comte
et de sa femme Mathilde. Ils n'avaient pas d'enfants et reportèrent
sur Bouchard toutes leurs affections. La famille du seigneur d'Avesnes
comptait assez d'hommes de guerre. L'on songea que Bouchard, avec ses
bonnes et précoces qualités, pourrait aspirer aux premières dignités
ecclésiastiques. On le mit aux écoles de Bruges, mais Bouchard n'y
resta pas longtemps. Ses progrès dans l'étude devenaient si rapides que
son maître conseilla à la reine Mathilde de l'envoyer à Paris[100].

    [100] J. de Guise, XIV, 12.

Nulle part les sciences de l'époque, la philosophie scolastique et la
jurisprudence n'avaient de plus profonds interprètes, des adeptes plus
zélés qu'à l'université de cette ville. Les ténèbres de la barbarie
se dissipaient. Un irrésistible besoin de savoir s'était emparé des
esprits d'élite, et l'on cherchait avec passion la vérité, jusque dans
les subtilités de la dialectique, jusque dans les abstractions du
droit, jusque dans les spéculations de l'astrologie. Il n'y avait pas
longtemps que les saint Bernard et les Pierre de Blois étaient morts,
mais leur génie se revivifiait chez leurs disciples. Parmi eux et au
premier rang, brillait un illustre Flamand, Alain de Lille, surnommé
par l'admiration de son siècle le _docteur universel_.

Bouchard, s'inspirant de si glorieux modèles, s'adonna aux travaux
d'esprit avec le zèle d'un plébéien, scrutant, approfondissant les
questions les plus ardues de philosophie naturelle et morale. Le grand
seigneur avait disparu: absorbé par l'étude, Bouchard l'écolier ne
songeait plus au luxe, à la richesse dont le comte de Flandre avait
voulu entourer le fils de Jacques d'Avesnes pendant son séjour à Paris;
il oubliait qu'il était l'enfant de toute une lignée de héros, que ces
héros n'avaient jamais manié que la lance et l'épée.

Bientôt Paris même ne suffit plus à l'insatiable avidité d'apprendre
qui tourmente Bouchard. L'école d'Orléans florissait par ses
professeurs en jurisprudence ecclésiastique et civile. Il s'y rend.
Bachelier, puis enfin docteur et professeur lui-même en droit civil et
canon, on le pourvoit d'une prébende et d'un archidiaconé en l'église
Notre-Dame de Laon[101]. Peu après, le comte Philippe lui obtient
une autre prébende à la trésorerie de la riche église de Tournai. De
semblables dignités, à cette époque, n'exigeaient pas toujours qu'on
fût dans les ordres pour en être investi. Néanmoins les deux églises
exigèrent qu'il reçût les ordres sacrés, et il fut ordonné acolyte et
sous-diacre à Orléans à l'insu de tous ses amis.

    [101] J. de Guise, XIV, 12.

C'est ainsi qu'un chroniqueur contemporain retrace cette première phase
de la vie de Bouchard; puis il ajoute: «De retour en Flandre, il se
comporta à la guerre non comme un chanoine, mais comme un chevalier et
un baron. Dans les guerres que la Flandre eut à soutenir contre ses
ennemis, il déploya tant de bravoure que sa renommée surpassa bientôt
celle de tous les seigneurs des contrées voisines. Alors il abandonna
tout à fait ses prébendes et renonça à l'état ecclésiastique pour ne
plus songer qu'à la gloire des armes.... Il se distinguait également
par ses mœurs et ses vertus héroïques, par sa stature et son adresse
dans les exercices du corps, par la force de ses membres, sa vigueur,
sa grâce et par une foule d'autres qualités.... Dès qu'il fut sorti des
écoles, il devint le principal conseiller tant du comte et de la reine
Mathilde que des bonnes villes et des communautés, car son intelligence
était supérieure à celle de tous les autres. Quoique son patrimoine
fût modique, il amassa de grands biens. Il ne voulait pas seulement
tenir le rang d'un chevalier, il aspirait à celui d'un grand prince. Il
avait auprès de lui plus de chevaliers, de seigneurs, d'écuyers et de
vassaux, que la reine elle-même; et quoiqu'il eût beaucoup d'envieux,
il était accueilli avec les plus grands honneurs partout où il se
présentait[102].»

    [102] _Chronique flamande_, reproduite par Jacques de Guise, XIV,
    p. 15.

En effet, dans les guerres de Flandre sous le comte Bauduin, Bouchard,
laissant ses livres, avait repris l'épée de ses ancêtres. Il y fit
des prodiges: sa réputation de valeur grandissait à l'égal de celle
que, malgré son jeune âge, il s'était acquise comme homme de sagesse
et d'expérience. Richard Cœur de Lion tressaillit d'orgueil quand
il apprit que Jacques d'Avesnes, cet ami mort si intrépidement sous
ses yeux aux champs d'Antipatride, avait un fils digne de lui. Il ne
voulut pas que d'autres mains que ses mains royales armassent Bouchard
chevalier; il le combla de faveurs, et lui donna en Angleterre de
grands biens et revenus[103].»

    [103] Jacques de Guise, XIV, 14.

Au commencement du siècle, le comte partit pour la croisade. Bauduin
IX, on l'a vu, emmenait avec lui tout ce que la Flandre et le Hainaut
possédaient d'hommes de guerre et d'hommes de conseil. Il voulut qu'au
moins une tête solide restât dans le pays pour le gouverner, qu'une
main sûre gardât le trésor qu'il y laissait. Il ne se fiait pas trop
d'ailleurs en son frère Philippe de Namur, qui, de fait et de droit,
devait être ce qu'on appelait alors _bail et mainbour_ des deux comtés
pendant l'absence du souverain et la minorité de ses filles. Bouchard
lui fut adjoint, comme nous l'avons dit plus haut, en qualité de
conseil et n'alla pas en Palestine.

On sait comment Philippe de Namur, trompant tout le monde, livra ses
nièces au roi de France; on sait aussi que, sur les instances des
habitants de Flandre et de Hainaut, Philippe-Auguste renvoya Jeanne
et Marguerite à Bruges. Bouchard mit le comble à sa popularité, en
dirigeant et en menant à bien cette négociation. Mais déjà le mariage
de Jeanne avec Fernand était décidé. Il se fit, et l'on dut s'occuper
de la jeune Marguerite, alors âgée d'environ dix ans.

Laissons encore ici un chroniqueur de l'époque prendre la parole; son
langage naïf et plein de bonne foi nous semble fidèlement retracer les
circonstances dans lesquelles se conclut le mariage de Bouchard avec
Marguerite.

«Lorsqu'il fut arrêté d'un commun accord, entre les rois de France, les
parents et les amis des princesses et les conseils des bonnes villes,
que Jeanne, l'aînée, serait donnée en mariage à Fernand, fils du roi de
Portugal, on décida que la jeune Marguerite, sa sœur, accompagnée de
cinq des plus nobles dames de la Flandre, et d'une suite convenable,
serait confiée, jusqu'à l'âge nubile, à Bouchard d'Avesnes, qui passait
pour le plus prudent chevalier de ce temps, et qu'il serait assigné à
cette princesse une pension de trois mille livres, monnaie courante,
sur les revenus de la Flandre et du Hainaut. Bouchard refusa d'abord
respectueusement, et avec autant de crainte que de prudence, la charge
qui lui était imposée. Mais après de mûres réflexions, il se soumit à
ce qu'on exigeait de lui, et fit approvisionner et disposer sa maison
avec toute la magnificence convenable. Il reçut donc chez lui, avec
les dames qui l'accompagnaient, la princesse Marguerite pour l'élever
dans les bonnes mœurs et selon les principes de l'honneur, comme il
convenait à la fille du grand empereur et du noble comte Bauduin.

»La demoiselle Marguerite vécut ainsi longtemps avec ses femmes
pieusement et honorablement, et passa doucement les jours que Dieu lui
accordait dans la dévotion, l'humilité et la pratique de toutes les
vertus, selon le devoir d'une fille bonne et courageuse. Beaucoup de
seigneurs prétendaient à sa main; les uns adressaient leur demande à
Bouchard, les autres à la reine Mathilde. Le roi de France la fit aussi
demander pour un de ses chevaliers qui était de son sang et du pays
de Bourgogne; mais les Flamands n'y voulurent pas consentir. Le comte
de Salisbury la rechercha également pour son fils aîné; les Flamands
apprirent que le jeune prince était boiteux, et repoussèrent ce dernier
prétendant.

»On rapporte que Mathilde dit un jour: «Bouchard propose au conseil
de Flandre et à moi divers partis pour notre fille, et il ne parle
pas pour lui-même.» Une des dames de la reine, ayant entendu ces
paroles, les rapporta à Bouchard. Ce seigneur, après y avoir mûrement
réfléchi, résolut de faire part à ses amis et principalement à
Gauthier d'Avesnes, son frère, de ce qui se passait, et d'attendre
à ce sujet l'avis des personnes de qui dépendait cette affaire.
Ses amis, qui ignoraient absolument ce qui le rendait incapable de
se marier, lui répondirent que sur une matière aussi grave ils ne
pouvaient lui donner aucun conseil avant qu'on ne connût la volonté de
la reine; mais que si cette princesse y consentait, il serait facile
d'obtenir ensuite l'agrément des bonnes villes et de la noblesse.
Enfin Bouchard s'adressa en tremblant à la reine et lui fit part de
son dessein, en lui demandant conseil et appui. La reine fixa un
jour pour lui faire réponse, et, en attendant, elle prit l'avis de
son conseil et de celui des bonnes villes de Flandre, exposant que
Marguerite avait été demandée en mariage par le roi de France, par les
Anglais et par plusieurs chevaliers de diverses nations; mais que,
comme l'expatriation de la princesse pourrait devenir, par la suite,
préjudiciable et dangereuse pour le pays, il valait mieux la marier à
un seigneur d'un rang moins élevé, mais habitant le pays et pouvant
ainsi lui être utile par ses conseils et par sa puissance, que de
la voir emmener au dehors par un étranger. Ensuite la reine conclut
en disant: «Nous avons dans ce pays tel chevalier qui est de sang
royal, et il a fait demander Marguerite en mariage.» Les conseillers,
après avoir entendu la déclaration de la reine, reçurent jour pour en
délibérer. Ils assemblèrent la noblesse de Flandre et de Hainaut, ainsi
que les conseils des bonnes villes; et après plusieurs délibérations,
ne connaissant point les empêchements de Bouchard, ils furent d'avis
qu'il était plus avantageux de marier la princesse avec un seigneur
demeurant en Flandre et en Hainaut, qu'avec un étranger et surtout un
Français qui pourrait ensuite s'emparer du pays[104].»

    [104] Jacques de Guise, XIV, 21.

«Tous les parents et amis étaient d'accord des deux côtés; et
Marguerite, non plus que sa sœur la comtesse Jeanne, Philippe comte
de Namur, ni aucune autre personne, ne s'y opposait. En conséquence,
les empêchements étant inconnus, les conventions matrimoniales furent
signées, et le mariage célébré en face de l'église avec les solennités
en usage parmi les nobles, et comme doit l'être toute union véritable
et légitime, faite avec l'assentiment des deux parties; après quoi
des fêtes eurent lieu au milieu de l'allégresse générale. Gauthier
d'Avesnes avait promis de constituer en dot à Marguerite cinq cents
livres de rente annuelle sur la ville d'Avesnes et sur toute la
terre d'Etrœungt en Hainaut, ce qu'il fit en effet; puis, après la
célébration des noces, Bouchard conduisit sa femme, avec une suite
convenable, dans le Hainaut, pour la mettre en possession de sa
dot, et elle y fut reçue par Gauthier d'Avesnes, en tout honneur et
révérence[105].»

    [105] Jacques de Guise, XIV, 25.

Ce fut en l'année 1213, et dans le château seigneurial du Quesnoi, que
fut célébrée l'union de Bouchard et de Marguerite de Constantinople,
au milieu d'une noble assistance, où figurait, outre les parents et
alliés de la puissante maison d'Avesnes, l'élite des chevaliers du
pays. Philippe-Auguste, en ce moment, ravageait la Flandre. Jeanne de
Constantinople et le comte Fernand ne purent assister au mariage dont
Bouchard s'empressa d'ailleurs de leur annoncer la célébration[106].
Ils réglèrent, peu après, certaines conventions relatives aux intérêts
des deux époux[107].

    [106] Déposition de Hugues d'Ath dans l'enquête de 1249 sur la
    légitimité des enfants de Bouchard et de Marguerite.

    [107] Charte de 1214, le cinquième jour après Pâques, rapportée par
    Jacques de Guise.

Marguerite n'avait pas encore douze ans lorsque Bouchard l'épousa. Le
chroniqueur Philippe Mouskes, qui vivait à cette époque, nous dit que
la jeune princesse était belle comme la fleur dont elle portait le nom.
Elle vivait heureuse et paisible dans le somptueux château d'Etrœungt,
et rien ne semblait devoir troubler sa félicité. Elle devint bientôt
et successivement mère de deux fils, dont l'aîné porta le nom de Jean
d'Avesnes, et le second celui de Bauduin. Plus tard, il lui naquit
encore une fille, qui fut appelée _Felicitas_. L'on se demande pourquoi.

Trois ans s'étaient à peine écoulés qu'un bruit étrange se répand en
Flandre et en Hainaut. On apprend que Bouchard est bien réellement
dans les ordres. L'évêque d'Orléans affirme lui avoir conféré le
sous-diaconat.

Au milieu d'un peuple profondément religieux, dans le temps des
fortes croyances, la fille de l'empereur Bauduin, du chef de la
croisade, pouvait-elle rester la femme d'un prêtre renégat et partager
une éternelle réprobation? Jeanne manda l'évêque de Tournai et les
principaux ecclésiastiques de ses Etats, en les priant de lui donner
leur avis sur cette grave affaire[108]. On décida, d'un commun accord,
qu'il la fallait soumettre au prochain concile qui s'assemblerait
à Rome[109]. Dans l'intervalle, la comtesse écrivit plusieurs fois
à Bouchard, lui envoya l'évêque de Tournai, puis des chevaliers
prudents et sages, afin de l'engager à lui rendre sa sœur Marguerite,
promettant de lui réserver l'accueil le plus tendre. Bouchard et
Marguerite ne voulurent rien entendre et restèrent ensemble dans les
domaines que la maison d'Avesnes possédait en Hainaut[110].

    [108] Jacques de Guise, XIV, 170.

    [109] _Ibid._

    [110] _Ibid. passim._

Le scandale allait croissant. Parmi les conseillers de la comtesse,
les uns pensaient que la jeune princesse si étrangement séduite
et aveuglée devait se faire sans délai religieuse, et entrer en
l'abbaye de Sainte-Waudru à Mons, ou en celle de Maubeuge, ou dans
une maison d'Hospitalières; quelques-uns prétendaient que, dans sa
position, elle ne pouvait prendre le voile, et qu'elle devait passer
le reste de ses jours dans la retraite et l'humilité. De nouvelles
tentatives auprès de Bouchard furent infructueuses; et c'est alors que,
devant une obstination que rien n'avait su vaincre, la comtesse de
Flandre dut prendre une résolution grave. Elle écrivit au Pape et au
concile général alors assemblé à Latran. En dénonçant l'apostasie du
sous-diacre Bouchard, elle priait le Pape et le concile de prononcer
sur le cas où se trouvait sa sœur; de décider si son mariage avec
Bouchard était valable, et si ses deux enfants devaient être réputés
légitimes[111].

    [111] Jacques de Guise, XIV, 172.

Innocent III, ce pontife austère, cet homme inflexible, qui avait
dompté Jean-sans-Terre et forcé Philippe-Auguste à renvoyer Agnès de
Méranie, tressaillit d'une sainte colère. La bulle qu'il fulmina le
prouve assez. «Innocent, évêque, serviteur des serviteurs de Dieu, à
nos vénérables frères l'archevêque de Reims et à ses suffragants[112],
salut et bénédiction apostolique. Un horrible, un exécrable crime
a retenti à nos oreilles. Bouchard d'Avesnes, naguère chantre de
Laon, revêtu de l'ordre du sous-diaconat, n'a pas craint d'enlever
frauduleusement, de certain château où elle était confiée à sa foi,
sa cousine, noble femme Marguerite, sœur de notre chère fille en
Jésus-Christ, noble femme Jeanne, comtesse de Flandre: il n'a pas
redouté de la détenir, sous le prétexte impudent et menteur d'avoir
contracté mariage avec elle. Comme du témoignage de plusieurs prélats
et d'autres hommes probes qui ont assisté au sacré concile général,
il nous a été pleinement prouvé que ledit Bouchard est sous-diacre,
et qu'il fut jadis chantre de l'église de Laon; ému de pitié dans nos
entrailles pour cette jeune fille, et voulant remplir les devoirs de
notre office pastoral envers l'auteur d'un forfait si odieux, nous vous
ordonnons et mandons par ces lettres apostoliques, que les dimanches
et fêtes, par tous les lieux de vos diocèses, au son des cloches et
les cierges allumés, vous fassiez annoncer publiquement que Bouchard
l'apostat, contre lequel nous portons la sentence d'excommunication
que réclame son iniquité, est mis, lui et ses adhérents, hors de
communion, et que tout le monde doit avec soin l'éviter. Dans les lieux
où Bouchard sera présent avec la jeune fille qu'il détient, dans
les endroits même en dehors de votre juridiction où, par hasard, il
aurait l'audace d'emmener ou de cacher ladite jeune fille, le service
divin devra cesser à votre commandement, et cela, tant que ledit
Bouchard n'ait rendu Marguerite libre à la comtesse sus-nommée, et
que, satisfaisant comme il convient aux injures commises, il ne soit
humblement retourné à une vie honnête et à l'observance de l'ordre
clérical. Ainsi donc, tous et chacun de vous, ayez soin d'exécuter ceci
efficacement, de manière à faire voir que vous aimez la justice et
détestez l'iniquité, et aussi pour n'être pas repris d'inobédience et
de négligence.--Donné à Latran, le XIV des kalendes de février, l'an
XVIIIe de notre pontificat (19 janvier 1215).[113]»

    [112] Les évêques d'Arras, Beauvais, Senlis, Cambrai, Châlons,
    Laon, Noyon, Térouane et Tournai.

    [113] Arch. de Flandre. Orig. parch.

La vive sollicitude d'Innocent III à l'égard des filles de l'empereur
Bauduin s'explique; c'était pour le Pape une affaire de conscience sous
un double rapport. En 1198, alors qu'il s'agissait d'organiser cette
grande croisade dont le comte de Flandre devait être le chef, Innocent,
pour ôter toute crainte, tout scrupule à Bauduin, lui écrivit une
lettre dans laquelle il prenait sous sa protection lui et sa famille,
jurant d'avoir, pendant l'expédition, un soin particulier des enfants
du comte et de leur patrimoine[114].

    [114] _Epist. Innoc. III. Conc. gener._ XI.

Bouchard, enfermé dans les hautes tours du château d'Etrœungt, que
son frère Gauthier d'Avesnes lui avait donné en 1212 à l'occasion de
son mariage, ne parut pas ébranlé de ce premier anathème. Le second ne
se fit pas longtemps attendre. Honorius III, successeur d'Innocent qui
venait de mourir, fulmina, le 17 juillet 1217, une nouvelle bulle, plus
énergique, plus significative encore que la première s'il est possible.
Il y disait: «Plût à Dieu que Bouchard d'Avesnes, cet apostat perfide
et impudique, se voyant frappé, en conçût de la douleur, et que, brisé
de contrition, il acceptât humblement la correction ecclésiastique;
ainsi le châtiment lui rendrait l'intelligence, l'ignominie qui
souillait sa face viendrait à cesser; le saint ministère ne serait
plus en lui sujet à l'opprobre, et l'on ne verrait plus le visage d'un
clerc couvert de confusion: Bouchard enfin n'aurait plus à craindre
le reproche et la parole de tous ceux qui l'abordent. Tandis qu'au
contraire le caractère clérical est blasphémé en lui parmi les nations
et que vous-mêmes, mes frères, encourez l'accusation de négligence....
Mais bien que, suivant ce que nous a fait dire la comtesse
sus-mentionnée (Jeanne), vous ayez fait promulguer l'excommunication
du sus-nommé Bouchard, comme vous n'avez pas pleinement exécuté notre
mandat apostolique en d'autres points non moins nécessaires, ledit
Bouchard n'a eu garde de se tourner vers celui qui l'a frappé et n'a
point invoqué le Dieu des armées. Bien loin de là, cette tête de
fer, ce front d'airain ne s'est ému ni de la crainte de Dieu, ni de
la crainte des hommes, et n'a donné aucun signe de repentir. Ladite
comtesse, toujours accablée de douleur et pénétrée de confusion, n'a
donc pu jusqu'à présent recouvrer la sœur qui lui est ravie. Ainsi,
voulant atteindre par un châtiment plus grave celui qui ne s'est point
laissé pénétrer par la componction, nous mandons expressément à votre
paternité que, suivant l'ordre de notre prédécesseur, vous ayez à
procéder contre l'apostat susdit, nonobstant tout obstacle d'appel,
de façon à faire voir que vous avez de tels forfaits en abomination,
et que la comtesse sus-nommée n'ayant plus à renouveler ses plaintes,
nous puissions rendre bon témoignage de votre droiture et de votre
zèle.--Donné à Agnani le XVI des kalendes d'août, l'an premier de notre
pontificat (17 juillet 1217).»

Cette excommunication n'eut pas plus d'effet que la première. Cependant
Marguerite avait obtenu un sauf-conduit de sa sœur et allait
quelquefois la visiter. Un jour, devant toute la cour de Flandre
assemblée, et il s'y trouvait plusieurs évêques et grand nombre de
barons, elle s'écria: «Oui, je suis la femme de Bouchard et sa femme
légitime. Jamais, tant que je vivrai, je n'aurai d'autre époux que
lui!» Et se tournant vers la comtesse: «Celui-là, ma sœur, vaut encore
mieux que le vôtre: il est meilleur mari et plus brave chevalier[115].»
Peu de temps après, Bouchard, ayant voulu réclamer les armes à la main
le douaire de Marguerite, tomba au pouvoir de la comtesse de Flandre,
qui le retint prisonnier au château de Gand. Marguerite se rendit à
plusieurs reprises auprès de sa sœur pour implorer la délivrance de
Bouchard; mais chaque fois elle se montra inébranlable devant toutes
les supplications de la comtesse et ne voulut jamais consentir à se
séparer de l'excommunié. Jeanne, nonobstant les graves sujets de
plainte qu'elle avait contre sa jeune sœur et l'injure récente qu'elle
en avait reçue, céda à ses instances et lui rendit enfin le père
de ses enfants[116]. Toutefois, Marguerite dut fournir caution que
Bouchard ne prendrait plus les armes. Arnoul d'Audenarde, Thierri de
la Hamaïde, les sires d'Enghien, de Mortagne et plusieurs autres se
portèrent garants pour elle[117].

    [115] Déposition de Royer du Nouvion, dit de Sains, écuyer âgé de
    cinquante ans.--Enquête précitée.

    [116] Enquête précitée.--Dépositions de tous les témoins
    entendus.--Ph. Mouskes, _Ch. rimée_, _v. 23243_.

    [117] Déposition de Hugues d'Ath, âgé de soixante ans.--Enquête
    précitée.

L'affection de Marguerite soutenait donc Bouchard contre l'adversité
et fortifiait son obstination. Aussi le vit-on toujours impassible et
opiniâtre dans la proscription à laquelle l'Eglise l'avait condamné.

Tantôt il vivait dans une province, tantôt dans une autre, au fond de
quelque retraite que lui ouvrait furtivement la main généreuse d'un
ami. Il se trouva même des prêtres assez audacieux pour dire la messe
en présence de Bouchard et de sa famille[118]. Il parcourut de la sorte
les diocèses de Laon, de Cambrai et de Liège, et séjourna pendant six
ans au château de Hufalize, sur les bords de la Meuse, dont le seigneur
lui accorda l'hospitalité ainsi qu'à Marguerite et à ses enfants[119].

    [118] Enquête précitée, _passim_.

    [119] Déposition de Godefroi de Longchamp, chevalier.--Enquête
    précitée.

La papauté, devant qui les empereurs et les rois humiliaient leurs
fronts, ne pouvait vaincre l'obstination d'un sous-diacre. Une
troisième excommunication, plus violente que ne l'avaient été les deux
autres, est fulminée, en 1219, par Honorius. Cette fois ce n'est plus
Bouchard seul qui est frappé, c'est son frère Gui d'Avesnes, ce sont
ses amis Waleran et Thierri de Hufalize et les autres qui ont donné
asile à l'apostat; ce sont les prêtres désobéissants, c'est Marguerite
enfin qu'atteindra l'excommunication, si Bouchard n'est pas laissé
dans l'isolement, comme devait l'être tout homme frappé de l'anathème
ecclésiastique.

«Honorius, etc.... Pourquoi la bonté divine n'a-t-elle pas permis que
le méchant apostat Bouchard d'Avesnes se réveillât et ouvrît enfin
les yeux pour reconnaître son iniquité et apercevoir les immondices
dont il est souillé depuis la plante des pieds jusqu'au sommet de la
tête, et que, de l'abîme boueux où il est enfoncé, il poussât un cri
vers le Seigneur pour obtenir d'être retiré de cet étang de misères et
de la fange d'impureté où il est retenu?... Mais non, nous le disons
avec douleur, le cœur de cet homme est endurci. Il se corrompt et se
putréfie de plus en plus dans son fumier: comme une bête de somme,
il élève la tête, et comme l'aspic qui n'entend pas, il se bouche les
oreilles pour ne point écouter nos corrections et écarter de lui les
remontrances qui devraient le retirer de l'iniquité. Aussi le misérable
doit-il craindre avec raison d'encourir tout à la fois l'exécration
de Dieu et des hommes, c'est-à-dire les châtiments temporels d'une
part et les peines éternelles de l'autre. Nous rougirions de rappeler
encore ici les forfaits que l'apostat susdit a commis impudemment
envers noble femme, notre très chère fille en Jésus-Christ, Jeanne,
comtesse de Flandre, etc.... Mais comme nobles hommes, Waleran, Thierri
de Hufalize, et d'autres encore des diocèses de Laon, de Cambrai et de
Liège, favorisent le même apostat excommunié et gardent les réceptacles
où est détenue ladite Marguerite, et qu'en outre, noble homme, Gui
d'Avesnes, frère germain du même apostat, et quelques autres avec
lui, le maintiennent de toutes leurs forces, et qu'enfin il s'est
trouvé des prêtres assez audacieux pour célébrer témérairement les
divins offices au mépris de l'interdit dans les lieux où la susdite
Marguerite est détenue captive, etc.... Nous mandons apostoliquement à
votre discrétion de publier, etc. (la formule d'excommunication comme
ci-dessus).... Et s'il est trouvé que ladite Marguerite, s'étant
rendue complice d'une si grande iniquité, ne s'est point séparée de son
séducteur, qu'elle soit aussi nommément excommuniée, nonobstant tout
appel, jusqu'à récipiscence, etc.--Donné à Rome le VIII des kalendes de
mai, l'an IIIe de notre pontificat (24 avril 1219).[120]»

    [120] Cette bulle et celles dont nous avons donné ci-dessus la
    traduction, sont conservées aux archives générales à Lille (Chambre
    des comptes).

La déplorable position de Bouchard avait jusque-là été adoucie par
l'aveugle dévouement que Marguerite ne cessait de lui porter. On garde
aux Archives générales, à Lille, un acte de 1222, où Marguerite donne
encore à Bouchard le titre d'époux: _maritus meus_[121]. Mais bientôt
cet attachement si vif et si exalté s'évanouit tout à fait, par un de
ces retours si fréquents dans les affections humaines, et Bouchard
se vit abandonné. Marguerite se retira d'abord au Rosoy avec ses
enfants, chez une des sœurs de Bouchard d'Avesnes[122]; puis, en 1225,
Bouchard était complètement délaissé, et sa femme, au grand étonnement
de chacun, formait de nouveaux nœuds en épousant le sire Guillaume
de Dampierre, deuxième fils de Gui II de Dampierre, et de Mathilde,
héritière de Bourbon[123].

    [121] Premier Cartulaire de Hainaut, _pièce_ 14.

    [122] Enquête précitée.

    [123] Ph. Mouskes, _Chron. rimée_, _v._ 23290.

Bouchard d'Avesnes vécut encore quinze ans. La comtesse de Flandre
lui pardonna et intervint même avec le comte Thomas, son mari, dans
certaines affaires de famille qui l'intéressaient[124]. Retiré au
château d'Etrœungt, Bouchard y mena une existence assez obscure; car
l'on n'entendit plus parler de lui. Peut-être cherchait-il alors des
consolations dans l'étude des lettres qui avaient fait le charme de
ses jeunes années. Nonobstant les fables que plusieurs historiens ont
débitées sur le trépas de ce personnage si coupable et si malheureux,
il paraît aujourd'hui certain qu'il mourut naturellement en son manoir,
vers 1240, et qu'il fut enterré à Cerfontaine, près de l'ancienne
abbaye de Montreuil-les-Dames, sur les confins de la Thiérache et du
Hainaut[125].

    [124] Voir un acte de 1234 reposant aux Archives de Flandre, à
    Lille.

    [125] Bouchard avait eu, nous l'avons dit, trois enfants de
    Marguerite de Constantinople: 1º Jean d'Avesnes, qui mourut la
    veille de Noël 1257; 2º Bauduin d'Avesnes, seigneur de Beaumont,
    mort en 1259; 3º Felicitas d'Avesnes, laquelle trépassa l'an 1282.
    Les deux premiers furent enterrés au milieu du chœur de l'église
    du couvent des Frères Prêcheurs, dit de Saint-Paul, à Valenciennes.
    Leur sœur Felicitas reçut sa sépulture au moustier de le Ture.
    D'Outreman rapporte tout au long les épitaphes de la maison
    d'Avesnes, lesquelles de son temps existaient encore. Voir son
    _Histoire de Valenciennes_, 436.



III

    Histoire merveilleuse du faux Bauduin.


Jeanne, orpheline dès son enfance, avait, au début de son mariage, vu
son pays ravagé et ensanglanté par la guerre; au milieu de ses douleurs
patriotiques, elle avait eu le profond chagrin de voir sa jeune sœur
devenir, à l'insu de tous, la femme d'un prêtre apostat et rebelle;
elle avait vu enfin le comte Fernand, son mari, vaincu à Bouvines,
retenu prisonnier dans la tour du Louvre, sans que ses supplications,
ses larmes, ses sacrifices pussent l'arracher à l'implacable animosité
du roi de France. Il semblait que la coupe de ses infortunes dût être
pleine. Il n'en était rien cependant, et il lui restait une cruelle et
dernière épreuve à subir.

Il arriva, en effet, vers 1224, un événement des plus étranges, qui
produisit partout une grande émotion et faillit causer une révolution
complète en Flandre et en Hainaut. Nous avons fait allusion plus haut
à cette merveilleuse aventure. Il nous reste à la raconter d'après les
historiens du temps qui nous ont laissé à ce sujet des détails d'un
piquant intérêt.

En l'année 1215, parurent pour la première fois en Hainaut, dans la
ville de Valenciennes, des Frères Mineurs de l'ordre de Saint-François.
Voués aux plus humbles labeurs, les uns faisaient des nattes, des
paniers, des corbeilles; les autres de la toile; quelques-uns
écrivaient et reliaient ces livres que nous admirons aujourd'hui comme
les chefs-d'œuvre d'une patience surhumaine[126]. Quels étaient
donc ces austères personnages? d'où venaient-ils? Chacun cherchait
à pénétrer le mystère dont s'entourait leur pauvre et silencieuse
existence. On se livrait à toute espèce de conjectures à ce sujet,
quand un incident vint trahir le secret bizarre dont ces religieux
semblaient se faire un cas de conscience.

    [126] Jacques de Guise, XIV, 306.

L'an 1222, comme l'on posait les fondements du beffroi, au coin du
marché, en la ville de Valenciennes, le sire de Materen, gouverneur de
ladite ville pour la comtesse Jeanne, vint assister à cette opération.
Il était là, regardant les travaux, quand il aperçut devant lui un
Frère Mineur, demandant humblement l'aumône parmi la foule.

«Cet homme, dit-il aux gens de sa suite, me paraît d'une élégante
et belle stature; son geste est noble et grave, mais quel vêtement
sordide, comme tout cela est bizarre, misérable. Qu'on l'appelle, et
faisons-lui l'aumône[127].»

    [127] Jacques de Guise, XIV, 308.

Le Frère s'approcha du gouverneur, et, l'ayant considéré avec
attention, il se couvrit le visage de ses mains, puis s'éloigna
aussitôt en disant: «Je n'accepterai point d'argent.»

On courut après lui; mais il repoussa tristement la bourse qu'on lui
tendait, et se hâta de regagner son couvent.

Cette conduite parut étrange au gouverneur; mille pensées diverses
traversèrent son esprit. Il s'enquit du nom de cet homme qui fuyait
sa présence si brusquement. On n'en put rien lui dire, sinon qu'on le
croyait Flamand et que les autres religieux l'appelaient frère Jean
le Nattier, à cause de son adresse à tresser les nattes. Du reste,
ajouta-t-on, il porte sur le visage deux profondes cicatrices dont
l'une descend du front à l'œil droit, en passant sur le sourcil,
et l'autre partage le front transversalement[128]. A ces mots, le
gouverneur baissa la tête et demeura pensif. Rentré au logis, il envoie
dire au religieux de venir incontinent le trouver. Mais on répond au
messager que le Frère a quitté le couvent pour se diriger vers Arras.
La nuit se passe, et le lendemain dès l'aube, le sire de Materen, suivi
de quelques valets, chevauchait à la poursuite du religieux. Entre
Douai et Arras, il rejoignit le Frère qui cheminait en compagnie d'un
autre religieux de son ordre, tous les deux pieds nus et couverts de
pauvres vêtements.

    [128] Jacques de Guise, XIV, 310.

«Bonjour, Frères, leur dit-il en les abordant.

--Que la paix du Seigneur soit toujours avec vous!» répondirent ceux-ci.

Et l'on marcha en s'entretenant de choses indifférentes.

Quand le gouverneur fut assuré qu'il ne s'était pas trompé dans
ses conjectures, il sauta à bas de son cheval, et, s'approchant du
religieux,

«Seigneur Josse, lui dit-il, vous êtes mon oncle, le frère de mon père!
Dame Elisabeth, votre sœur, vit encore, et vos deux fils ont été
faits chevaliers. Pourquoi donc les seigneurs, vos compagnons d'armes,
nous ont-ils annoncé votre mort en nous renvoyant votre armure, la
vieille armure de votre aïeul, puisque vous voilà vivant[129]?»

    [129] Jacques de Guise, XIV, 312.

Le religieux, confondu par ces paroles, ne savait plus que dire. Son
cœur se remplit d'amertume. Un instant il s'efforça d'échapper à cette
position par des subterfuges; mais se voyant reconnu tout à fait, il
prit la main du chevalier dans la sienne et lui dit:

«Jurez-moi de ne jamais révéler ce que vous allez apprendre.»

Le chevalier jura.

«Eh bien, oui, je suis votre oncle Josse de Materen, le même qui jadis,
comme vous le savez, partit avec Bauduin comte de Flandre et de Hainaut
pour la croisade!»

Alors il se mit à raconter les principaux événements de cette grande
expédition. Partout et toujours il avait suivi son suzerain depuis la
Flandre jusqu'à Venise, depuis Venise jusqu'au siège de Constantinople.
Dans les combats, il était près du comte; après les combats, il
assistait avec lui au partage des dépouilles. Lors de l'élection de
Bauduin à l'empire, il était là présent; à sa confirmation encore, à
son couronnement encore. Enfin, il avait pris part à cette sanglante
bataille que Bauduin avait livrée aux Blactes et aux Comans devant
Andrinople, et dans laquelle le valeureux prince avait trouvé la
mort[130].

    [130] Jacques de Guise, XIV, 314.

Puis il se prit à narrer comment les chevaliers flamands, après avoir
longtemps combattu en Palestine, s'en allèrent avec Pèdre, roi de
Portugal, frère de la reine Mathilde, jadis comtesse de Flandre,
envahir le royaume de Maroc; comment beaucoup d'entre les croisés
subirent un glorieux martyre sur la plage africaine; comment enfin
grand nombre de barons firent vœu d'entrer en religion et y entrèrent
en effet. Le gouverneur, ému, écoutait ces récits. Quand il fallut
se séparer de son oncle, il le serra sur son cœur avec effusion, et
regagna pensif et silencieux la ville de Valenciennes.

Cependant, peu de temps après, le bruit se répandit de tous côtés que
les chevaliers qui avaient accompagné le comte Bauduin à la croisade
étaient revenus dans leur patrie pour y vivre pauvres et inconnus, sous
l'habit de Frères Mineurs, ou sous celui d'ermites mendiants. Cela fit
une grande sensation. Ainsi que nous l'avons dit, le peuple n'avait
jamais eu une confiance bien robuste dans la mort de l'empereur.
Souvent, et dès les premières années de la croisade, il avait espéré
voir ce prince reparaître un jour dans le pays. Quand on sut que ses
compagnons d'armes se trouvaient en Hainaut, on pensa qu'il pourrait
bien être avec eux. Bientôt même ce ne fut presque plus un doute, grâce
aux perfides insinuations de quelques-uns de ces grands vassaux dont
la comtesse Jeanne comprimait les velléités tyranniques, et qui, pour
se venger, cherchaient toutes les occasions de susciter des embarras
à leur courageuse souveraine. A leur tête étaient les seigneurs du
Hainaut qui avaient embrassé contre la comtesse de Flandre le parti
de Bouchard d'Avesnes dont nous avons raconté plus haut la romanesque
histoire.

A quatre lieues de Valenciennes, et non loin de la petite ville de
Mortagne, se trouvait un bois qu'on appelait le bois de Glançon. Là
vivait un ermite, ou pour mieux dire un mendiant que sustentait la
charité publique. Un jour que cet homme parcourait les rues de Mortagne
tendant la main aux passants, un baron l'aborde. Après l'avoir un
instant considéré, il feint la surprise. Comme le mendiant lui en
demande la raison, le baron se prosterne et lui dit:

«Seigneur, je vous reconnais; vous êtes véritablement l'empereur
Bauduin!»

L'ermite est stupéfait. Plus il cherche à se défendre d'être
l'empereur, et plus le chevalier paraît convaincu du contraire[131].

    [131] _Chron. de Flandre_, manuscrit de la Bibl. nat. nº 8380, fol.
    LIV Vº, 2e col.

Tout en faisant mille protestations, ce dernier emmène l'ermite
en son hôtel et l'y installe en toute révérence. Bientôt de hauts
personnages arrivent à la dérobée qui le circonviennent, lui persuadent
que, s'il n'est pas l'empereur, il a du moins une telle ressemblance
avec Bauduin, qu'on le peut facilement prendre pour ce prince; lui
apprennent plusieurs secrets de famille, enfin le façonnent au rôle
qu'il doit jouer[132]. Le mendiant se montre d'autant plus intelligent
qu'en son temps il avait été jongleur, ainsi qu'on le verra par la
suite.

    [132] _Ibid._ LX Vº, 2e col.--_Chron. Alb. stad._ 205.

Dans l'intervalle, on exploite la crédulité du peuple. On lui persuade
sans peine que l'empereur existe réellement, et qu'il consent enfin
à sortir de l'obscurité où il avait voulu finir ses jours pour se
rendre à l'amour de ses sujets fidèles. Mortagne d'abord le reconnaît
pour son souverain. Les populations se soulèvent de joie. On court
à sa rencontre de tous les côtés, et c'est avec un immense cortège
qu'il se présente dans les villes de Tournai, de Valenciennes et de
Lille, où il est reçu avec acclamation. Un contemporain, le chroniqueur
Philippe Mouskes, dit à ce propos que si Dieu était venu sur la terre
il n'eût pas été mieux accueilli[133]. A Gand et à Bruges, l'entrée
du faux Bauduin fut magnifique. Au milieu de l'enthousiasme général,
il traversa ces villes porté sur une litière, revêtu du manteau de
pourpre et de tous les ornements impériaux. Un archichapelain portait
la croix devant lui[134]. Personne ne se doutait du piège, et quantité
de seigneurs des deux comtés y tombèrent et suivirent l'imposteur.
Bientôt la comtesse Jeanne se trouva presque abandonnée, sans autre
appui qu'un petit nombre d'amis fidèles, qui, sachant parfaitement à
quoi s'en tenir sur le sort de l'empereur Bauduin, déploraient avec
elle l'astucieuse perfidie de quelques barons, et le fatal aveuglement
d'un peuple qui se laissait si facilement entraîner.

    [133] _Chron. rimée, vers_ 24851.

    [134] _Ibid. vers_ 24823.

Le pouvoir de la comtesse fut sérieusement ébranlé par cette bizarre
aventure. La division était dans le pays; des luttes sanglantes
s'engageaient déjà entre les seigneurs des deux partis. Au milieu de ce
trouble et de cette confusion, l'existence même de la princesse courut
des dangers. Dans leur exaltation contre Jeanne, qu'ils considéraient
comme une fille rebelle, attendu qu'elle ne pouvait pas croire ce
qu'ils croyaient, les partisans du faux Bauduin dirigèrent leurs coups
contre elle. Après avoir cherché vainement à vaincre la superstitieuse
obstination de tout un peuple et à s'opposer aux envahissements de
l'imposteur, Jeanne s'était réfugiée en son château du Quesnoi. Une
nuit, ils tentèrent de l'enlever; elle eut à peine le temps de fuir
dans la campagne par une issue cachée, de monter à cheval et de gagner
la ville de Mons, à travers des chemins affreux et pleins de périls.

En aucune circonstance, Jeanne n'eut à déployer plus d'énergie et
d'habileté que dans la triste position où la fortune venait encore
une fois de la plonger. Perdre l'héritage de ses pères, le laisser
aux mains d'un misérable aventurier, et surtout passer pour une fille
dénaturée, parricide, c'était vraiment là un de ces coups imprévus et
terribles sous lesquels succombent souvent les âmes les plus fortement
trempées.

Pour nous servir de l'heureuse expression d'un vieil historien, la
comtesse «jugea bien que ce fuseau ne se devoit pas démesler par force,
mais par finesse[135].» Elle essaya d'abord de faire venir l'ermite au
Quesnoi. Il y avait auprès d'elle en ce moment une ambassade du roi de
France, Louis VIII, composée de trois hauts personnages, Mathieu de
Montmorency, Michel de Harnes et Thomas de Lempernesse. Elle espérait
confondre devant eux l'imposteur, mais celui-ci se garda bien de se
rendre à l'invitation de Jeanne[136].

    [135] Doutreman, _Hist. de Valenciennes_.

    [136] _Chron. de Flandre_, fol. 61, 2e col.

La situation devenait de plus en plus critique. Le roi d'Angleterre
Henri III, partageant ou plutôt feignant de partager l'erreur commune,
écrivit au faux Bauduin une lettre de félicitations, en lui offrant de
renouveler les anciennes alliances qui avaient uni leurs ancêtres. Il
lui rappelait que le roi de France les avait dépouillés l'un et l'autre
de leur héritage: il lui offrait enfin et lui demandait des conseils
et des secours pour recouvrer les domaines que tous deux avaient
perdus[137]. Henri ne pouvait plus compter sur l'appui de Jeanne,
laquelle avait de graves motifs pour ne pas offenser le prince qui
tenait son mari dans les fers. En favorisant l'imposteur, il espérait
s'en faire une créature dévouée, regagner l'amitié des Flamands, et
armer de nouveau ceux-ci contre la France, ce qui eût fort bien servi
ses intérêts en ce moment-là.

    [137] Rymer, _Fœdera_, I, 277.

Jeanne, après avoir vainement tenté tous les moyens d'ouvrir les yeux
à ses sujets, attendait avec anxiété que la Providence se chargeât
de dévoiler elle-même l'iniquité. Elle n'attendit pas longtemps. Le
sire de Materen, resté fidèle à sa suzeraine, s'était ressouvenu de
la rencontre que naguère il avait faite de son oncle. Il pensa que
son appui et celui des Frères Mineurs, s'ils voulaient le prêter,
seraient d'un grand secours à la comtesse Jeanne. Il se mit en quête de
rechercher cet oncle, et ce ne fut pas sans peine qu'il parvint à le
découvrir dans le refuge de Saint-Barthélemy, près Valenciennes, où il
était revenu après l'incident raconté plus haut.

A la suite d'une longue entrevue avec le religieux, le sire de Materen
se rendit auprès de la comtesse. Là, devant le conseil assemblé, il
rendit compte en secret de tout ce qu'il avait appris. Jeanne et ses
conseillers furent profondément émus de ce récit. Ils éprouvaient tout
à la fois un mélange de joie et de tristesse. Peu de jours après,
la comtesse vint à Valenciennes, croyant y trouver les Frères; mais
ceux-ci, fuyant le souffle de la faveur mondaine, dit la chronique,
s'étaient dispersés et réfugiés les uns à Liège, les autres à Arras ou
à Péronne.

Sans délai, Jeanne informa le roi de France de tout ce qui se
passait, lui demandant conseil et protection dans cette périlleuse
circonstance[138]. Le roi fit partir pour la Flandre et le Hainaut des
envoyés qui trouvèrent le pays en révolution. La plupart des communes
obéissaient à l'ermite comme à leur seigneur naturel. De leur côté, la
noblesse et le clergé ne savaient plus trop quel parti prendre.

    [138] Ph. Mouskes, _vers_ 24895.

Cependant Jeanne faisait rechercher en toute hâte les personnes qui
pouvaient avoir connu son père et surtout les Frères Mineurs dont le
gouverneur de Valenciennes avait parlé. On en trouva dix-neuf d'entre
eux, dont seize laïques et trois prêtres, qui furent aussitôt mandés
devant la comtesse Jeanne et les envoyés du roi, et qui, cette fois,
malgré le serment par eux juré de n'avoir aucun rapport avec le monde,
n'osèrent pas se soustraire aux ordres de leur souveraine et aux cris
plus impérieux peut-être encore de leur propre conscience.

Le fameux Guérin, évêque de Senlis, présidait l'enquête. Ayant demandé
aux religieux leurs noms, leur patrie, leur état, ce qu'ils savaient du
comte Bauduin, de sa mort; leur ayant fait jurer sur l'Evangile de dire
la vérité, l'un de ces Frères répondit à l'évêque au nom de tous:

«Seigneur, voici la vérité; nous avons tous les seize traversé la mer
avec le très-illustre prince Bauduin, dont l'âme repose en paix, et
depuis lors nous ne l'avons plus quitté un seul instant jusqu'à sa
mort. Dans toutes les batailles où il combattait de sa personne, nous
étions présents, et dans la dernière qu'il livra aux Comans et aux
Blactes, nous l'avons vu vivant, puis mort[139]. Nous le jurons tous.
Nous demandons en outre à parler, en présence du roi, à celui qui se
dit être Bauduin.»

    [139] _Chronique de Bauduin d'Avesnes_, manuscrit de la Bibl. de
    Bourgogne, nº 10233-36, citée par M. le baron de Reiffenberg, t. X,
    nº 7, des bulletins de l'Acad. royale de Bruxelles.

Le roi fut aussitôt informé du résultat de l'enquête. Quelques semaines
après, à la prière de Jeanne, il vint lui-même à Péronne. Il appela
les Frères Mineurs devant lui, les interrogea longuement, et quand il
eut appris de leur propre bouche tout ce qu'il désirait savoir, il
les confina dans un couvent de la ville. Alors il écrivit au prétendu
Bauduin, lui mandant de se rendre incontinent auprès de lui pour
conférer d'affaires importantes. Il lui envoyait en même temps un
sauf-conduit[140]. Le soi-disant comte de Flandre et de Hainaut ne
pouvait se dispenser d'obéir aux ordres de son suzerain; il s'achemina
donc vers Péronne, suivi d'un cortège nombreux composé de tous ceux
qui, parmi les barons et les bourgeois des deux comtés, croyaient voir
en lui leur véritable seigneur. Pleins d'assurance et de joie, ces
bonnes gens s'imaginaient que le roi de France allait solennellement
reconnaître Bauduin de Constantinople et l'investir des fiefs dont il
avait été si longtemps dépouillé. L'étrange missive du roi d'Angleterre
avait encore augmenté leur aveuglement, et il fallait désormais
beaucoup de prudence et d'adresse pour leur ouvrir les yeux, confondre
l'imposteur, réduire enfin à néant cet incroyable échafaudage de ruses,
de trahisons et de soupçons odieux dressé contre la malheureuse fille
de Bauduin.

    [140] _Chron. de Flandre_, manuscrit de la Bibl. nat. nº 8380, fol.
    63.

A son arrivée à Péronne, l'ermite fut reçu avec le même cérémonial que
s'il eût été l'empereur en personne. En le saluant, le roi l'appela
son oncle; et puis, entrés dans les appartements du château, ils
devisèrent quelque temps ensemble, jusqu'à l'heure où l'on corna l'eau
pour le repas, suivant l'usage du temps. Alors le roi le pria de dîner
avec lui; l'ermite s'en excusa et s'en alla dîner au riche hôtel qui
lui avait été préparé dans la ville. Après le dîner, Louis VIII lui
envoya un de ses officiers pour l'engager, ainsi que les seigneurs
de sa suite, à venir au _parlement_, c'est-à-dire à l'assemblée où
d'habitude les princes et les barons se réunissaient au logis du roi.
Cette fois, l'ermite, qui avait déjà refusé de s'asseoir au festin
royal, ne crut plus pouvoir se dispenser de retourner chez le roi. Il
avait été cependant fort contraint et gêné à la première entrevue;
mais il s'était trop avancé et ne pouvait maintenant reculer. Le roi
le prit à part et le fit causer de nouveau; il ne tarda pas à voir par
toutes ses réponses qu'il n'était qu'un misérable personnage et un
effronté menteur[141]. Bientôt l'évêque de Senlis vint l'entreprendre
à son tour; il lui parla du siège de Constantinople, des affaires
d'outre-mer et de bien d'autres choses que l'empereur Bauduin aurait
dû parfaitement connaître[142]. L'ermite, de plus en plus embarrassé,
répondit avec hésitation. A la fin, l'évêque, élevant la voix devant
tous les seigneurs présents, français, flamands, ou hainuyers:

    [141] _Chron. de Flandre_, manuscrit de la Bibl. nat. nº 8380, fol.
    63.

    [142] _Ibid._

«Sire, lui dit-il, nous voyons bien à votre contenance que vous devez
être un très noble homme; mais il y a encore des gens qui en doutent.
Pour ôter tout soupçon, le roi m'ordonne de vous adresser publiquement
quelques questions.--Vous rappelez-vous en quel temps et en quel lieu
vous avez fait hommage de votre terre de Flandre à notre seigneur le
bon roi Philippe, dont Dieu ait l'âme?»

L'ermite, après avoir un moment réfléchi, dit qu'il ne s'en souvenait
plus....

Le prélat lui demanda ensuite par qui il avait été fait chevalier; en
quelle ville, à quel jour et dans quelle chambre il avait épousé la
princesse Marie de Champagne?

Le vieux jongleur ne s'était pas préparé à d'aussi simples questions;
il resta muet et confondu[143]. Alléguant son grand âge, ses longs
malheurs, son peu de mémoire, il demanda jusqu'au lendemain pour
répondre.

    [143] P. Mouskes, _v._ 24961.

Ebahis, les barons de son escorte se regardaient entre eux; mais
il leur répugnait encore de croire qu'ils étaient la dupe d'une
mystification aussi audacieuse. Ils espéraient que, remis de son
trouble, le vieillard se ressouviendrait facilement de choses qu'il
est impossible de jamais oublier, et attendirent le lendemain avec
impatience.

Dans la nuit, le faux Bauduin s'enfuit dérobant un des meilleurs
chevaux des écuries du roi.

Grande fut la stupeur de chacun, surtout quand on s'aperçut que les
écrins, coffrets, joyaux, et tout ce que la chambre contenait de
précieux, avaient également disparu. Les chevaliers de Flandre et de
Hainaut, dupes ou complices de l'imposteur, remplis de honte et de
confusion, quittèrent Péronne furtivement, et l'on n'en vit plus
reparaître un seul à la cour du roi[144].

    [144] P. Mouskes, _v._ 25009.

Quant à ce prince, après avoir donné congé aux Frères Mineurs et
leur avoir offert sa royale bienveillance[145], il retourna à Paris,
satisfait du résultat de son voyage, et bien résolu d'obtenir pour
la comtesse de Flandre une satisfaction plus éclatante encore. A cet
effet, il écrivit aux principales villes de Flandre et de Hainaut, et
leur reprocha de s'être laissé si vilainement abuser par un imposteur,
et d'avoir ainsi manqué à la foi et à l'amour qu'elles devaient à leur
souveraine[146]; en même temps il dépêchait par toutes les provinces du
royaume des lettres où il promettait une forte récompense à celui qui
livrerait l'homme dont il indiquait le signalement.

    [145] J. de Guise, XIV, 342.

    [146] _Chron. de Fl._ fol. 64, vº, 2e col.

Le faux Bauduin, après sa fuite de Péronne, s'était réfugié au village
de Rougemont en Bourgogne, où il espérait n'être jamais découvert. Il
y séjourna, en effet, pendant un certain temps sans que le moindre
soupçon se portât sur lui. Cependant on remarqua bientôt qu'il
dépensait beaucoup d'argent et menait un train de vie peu ordinaire;
chacun s'en étonna, car on savait dans le pays qu'il était naguère
parti sans sou ni maille, gagnant sa vie au jour le jour, et n'ayant
d'autre profession que celle de ménestrel ou jongleur. De propos en
propos, la chose vint aux oreilles de messire Everard de Castenay,
seigneur du lieu. Il fit mettre le vilain à la question pour apprendre
d'où lui venaient toutes ses richesses, et celui-ci finit par avouer
qu'il les avait gagnées en Flandre et en Hainaut, où il s'était fait
passer pour l'empereur Bauduin. On sut alors aussi que le nom véritable
de ce jongleur était Bertrand; qu'il était natif de Rains, village à
une lieue de Vitry-sur-Marne; qu'enfin il était fils de Pierre Cordel,
vassal de Clarembaut de Capes[147]. Everard de Castenay l'envoya sous
bonne garde au roi Louis, qui le reconnut parfaitement et le fit
conduire en Flandre, en recommandant à la comtesse de lui faire son
procès selon toutes les règles du droit[148].

    [147] P. Mouskes, _v._ 25258.

    [148] _Chron. de Fl._ fol. 65.

La chronique flamande inédite que nous avons souvent citée en raison
des précieux détails qu'elle renferme sur l'histoire du faux Bauduin,
retrace en ces termes empreints de beaucoup de véracité le dénouement
du drame:

«Sitost que la contesse le tint, et pour lui faire son procès
incontinent, elle fist assembler les nobles et gens de conseil et de
justice des bonnes villes de Flandre et de Haynaut, et leur montra
ledit Bertrand pour savoir si c'estoit celui qui s'estoit voulu faire
passer pour Bauduin l'empereur. Si déclarèrent tous que c'estoit lui
sans aultre. Et lui mesme confessa, sans contrainte et de sa franche
voulenté, que de tant qu'il avoit présumé, il avoit menti par sa gorge;
mais que ce avoit esté plus par les plusieurs que il nomma qu'il
s'estoit avanchié de ce faire, dont il se repentoit et demandoit pardon
à tous. Adonc, publiquement en recognoissant son péchié, il fut jugié
par les nobles du pays à estre traisné et puis pendu au gibet[149].»

    [149] _Chron. de Flandre_, inédite, nº 8380, précitée, fº 63.

On conduisit son cadavre aux champs, et on l'accrocha, près de l'abbaye
de Loos, à des fourches patibulaires, où il devint la pâture des
oiseaux de proie.

Justice était faite; la comtesse de Flandre, dont le cœur était
plutôt rempli d'affliction que de haine, résolut alors de pardonner
à tous ceux de ses sujets qui avaient tenu le parti du faux Bauduin,
et qui, trop longtemps aveuglés, gémissaient enfin de leur erreur.
En conséquence, elle publia une charte d'amnistie, qui fut adressée
aux principales villes des deux comtés, le 25 août 1225. La princesse
disait qu'elle ne gardait plus aucun ressentiment en son âme, qu'elle
oubliait tout; et, en échange de cette preuve d'amour, elle ne
demandait à ses peuples que de prier le Seigneur Dieu pour elle[150].

    [150] Archives de la ville de Lille, carton I, pièce I.--_Original
    parchemin dont le scel est rompu._

Telle fut la péripétie de ce dramatique et singulier événement. Le
retentissement qu'il produisit en son temps s'est perpétué d'âge en
âge jusqu'à nous; mais souvent singulièrement modifié, quelquefois
même dénaturé tout à fait par les traditions dont il a dû traverser la
longue filière.



IV

    1226--1233

    La comtesse Jeanne a recours au Pape pour obtenir la délivrance
    de Fernand.--Bulle du Pontife à ce sujet.--Traité de Melun.--Les
    villes de Flandre refusent sa ratification.--La reine Blanche de
    Castille consent à modifier le traité.--Délivrance de Fernand
    en 1226.--Son dévouement à la reine.--Ses expéditions dans le
    Boulonnais et la Bretagne.--Succession au comté de Namur.--Jeanne
    et Fernand augmentent le pouvoir municipal en Flandre.--Les
    _Trente-neuf_ de Gand.--Fernand meurt à Noyon.


Tandis que Jeanne de Constantinople luttait seule en Flandre contre
d'étranges vicissitudes, Fernand de Portugal voyait tristement
s'écouler sa vie entre les murs du Louvre. Le vainqueur de Bouvines
était mort le 14 juillet 1223. Jeanne crut l'occasion favorable pour
renouveler ses tentatives auprès du successeur de ce prince; mais Louis
VIII avait hérité de l'opiniâtreté de son père. Il ne voulut d'abord
rien entendre[151]; seulement le comte fut moins durement traité
qu'auparavant, et on lui permit même de recevoir la visite quotidienne
de quatre Frères Mineurs choisis par le roi dans les couvents de
Paris, pour lui porter, deux à deux, et à tour de rôle, quelques
consolations[152]. Jeanne mit en œuvre tous les ressorts possibles
pour ébranler le monarque. Elle lui fit écrire par le Pape, par un
grand nombre de cardinaux et d'autres personnages influents; chacun
employait les termes les plus pressants. Honorius alla jusqu'à menacer
de lancer l'interdit sur la Flandre et le Hainaut, d'excommunier
le comte et la comtesse, si Fernand, mis en liberté, tentait de se
rebeller encore.

    [151] _Chron. de Flandre_, _manuscrit de la Bibl. nat._, nº 8380,
    fol. 58.

    [152] Jacques de Guise, XIV, 290.

Après de nombreuses négociations, Louis VIII consentit enfin à traiter
de la délivrance de son prisonnier. Voici les principales clauses de ce
traité, conclu à Melun le 10 avril 1225[153].

    [153] Galland, _Mémoires pour l'Histoire de Navarre et de Flandre_.
    Preuves 145 et 146.

Le roi s'oblige à faire sortir Fernand de prison, le jour de Noël 1226,
à condition que celui-ci lui payera vingt-cinq mille livres parisis
avant sa sortie. En outre, il devra, ainsi que la comtesse sa femme,
remettre entre les mains du roi les villes de Lille, Douai, l'Ecluse
et leurs appartenances, pour garantie d'un second payement de la même
somme. Le roi rendra ces villes quand le comte et la comtesse lui
auront soldé en totalité les vingt-cinq mille livres; mais il gardera
la forteresse de Douai pendant dix ans, et une garnison française y
sera entretenue aux frais de la Flandre, à raison de vingt sols parisis
par jour.--En vertu de la lettre du Pape, le comte et la comtesse,
s'ils n'exécutent pas les clauses du traité, seront excommuniés par
l'archevêque de Reims et l'évêque de Senlis, quarante jours après
sommation, et les terres de Flandre et de Hainaut seront mises en
interdit. Le comte et la comtesse feront jurer sûreté et féauté au roi
par les barons, les communes et les villes des deux comtés.--Ils ne
pourront faire la guerre au roi ou à ses enfants.--Si quelque chevalier
refuse de jurer sûreté au roi, ils le chasseront de sa terre; si
c'est une ville, ils s'empareront de ses biens.--Enfin le comte et la
comtesse n'auront pas le droit d'élever de nouvelles forteresses en
Flandre en deçà de l'Escaut sans l'agrément du roi.

Lorsqu'on lut aux barons et aux villes les conditions du traité
de Melun, pour la plupart si pénibles et si outrageantes pour la
nationalité flamande, ils les repoussèrent avec dédain, et, comme en
1214, ils s'opposèrent formellement à toute espèce de conventions de
cette nature.

Les Flamands, il faut le dire, n'éprouvaient pas de sympathie pour le
prince portugais, car ils se rappelaient que son avènement au comté
avait été la source d'une multitude de malheurs. S'ils se montraient
disposés à faire quelque sacrifice, ce n'était que dans le but de
complaire à leur souveraine naturelle. La comtesse Jeanne avait cédé à
un sentiment d'affection conjugale qui lui avait fait un moment oublier
les véritables intérêts du pays: dans quelle sombre perplexité ne
devait pas la jeter cette cruelle alternative où elle était placée?

Heureusement pour Fernand et pour elle, le roi vint à mourir sur ces
entrefaites. La reine Blanche, mère et tutrice de Louis IX, consentit,
au mois de janvier 1226, à modifier le traité. On se contentait de
vingt-cinq mille livres avec quelques garanties, et il n'était plus
question de garnison française entretenue au cœur même du pays et aux
frais des Flamands. Les barons et les villes souscrivirent alors à ce
traité, qui ne put toutefois recevoir son exécution qu'après que le
jeune roi eut été sacré[154].

    [154] Ph. Mouskes, _v._ 27495.

Fernand sortit donc de prison le 6 janvier 1226, après une captivité
de douze ans, cinq mois et quelques jours. Le malheureux prince avait
bien expié les fautes politiques de sa jeunesse. Eprouvé par cette
grande infortune, l'âme de Fernand sembla s'être retrempée. Son esprit
avait acquis de la gravité dans cette solitude, où le comte de Flandre
n'obtenait de son vainqueur sans pitié que les consolations austères de
ces Franciscains dont nous avons parlé plus haut.

Pendant le peu d'années qu'il eut encore à vivre, Fernand se conduisit
dans le gouvernement de ses Etats avec sagesse et prudence. Jamais il
ne se départit du serment de fidélité qu'il avait juré au roi, et se
montra toujours reconnaissant envers lui et sa mère, la reine Blanche,
laquelle avait si puissamment contribué à hâter le moment de sa
délivrance. D'ailleurs, durant sa captivité, il s'était toujours montré
plein de résignation; différent en cela de Renaud de Boulogne, dont
l'esprit d'intrigue et les fureurs amenèrent un affreux événement.

Il paraît que, du vivant de Philippe-Auguste, Louis, fils du roi et
cousin du comte de Boulogne par sa mère Isabelle, avait vivement
intercédé pour obtenir la délivrance du prisonnier et y avait réussi.
Il vint un jour au château de Compiègne, où le comte de Boulogne
avait été transféré nouvellement, annoncer à ce prince les bonnes
dispositions du monarque à son égard. Cette nouvelle jeta Renaud dans
un transport de joie qui lui fit perdre la tête à tel point que, se
jetant aux genoux de Louis: «Beau cousin, lui dit-il, le service que
vous m'avez rendu sera richement récompensé, car avant un mois je vous
ferai roi de France[155].» Effrayé d'une telle parole, et s'imaginant
que le comte de Boulogne en voulait à la vie de son père, le prince
Louis monta incontinent à cheval avec une petite escorte de chevaliers
et courut jusqu'à Montbason, où était le roi, auquel il raconta le
propos de Renaud. Le châtelain de Compiègne reçut aussitôt l'ordre
de jeter le prisonnier dans un cachot et de le charger de fers, sans
permettre à personne de l'approcher. Il entra dans la chambre du comte
pour mettre cet ordre à exécution. Renaud, joyeux à sa vue, croyait
que le moment de sa délivrance était venu. «Eh bien, beau châtelain,
quelle bonne nouvelle?» s'écria-t-il. Alors celui-ci lui montra les
lettres du roi. Renaud pâlit en les lisant. Saisi d'un mouvement de
rage frénétique, il prit à bras-le-corps un de ses chambellans qui
était là près de lui, et le serra si fortement contre sa poitrine que
l'un et l'autre tombèrent morts à terre avant qu'on eût eu le temps de
les séparer[156].

    [155] _Chroniques de Flandre_, _manuscrit de la Bibl. nat._ nº
    8380, fol. 65 vº, 2e col.

    [156] _Chronique précitée_, ibid.

Comme on l'a vu, le roi Louis VIII avait suivi de près son père au
tombeau. Il laissait, de sa femme, Blanche de Castille, un fils âgé de
dix ans, lequel devait monter sur le trône sous le nom de Louis IX, et
y acquérir par ses vertus une renommée que l'histoire et la postérité
ont si hautement consacrée. Dans les cérémonies du sacre des rois de
France, le comte de Flandre remplissait les fonctions de connétable et
portait l'épée de Charlemagne devant le monarque. Lors du couronnement
de saint Louis, Fernand était encore en prison. La comtesse sa femme,
jalouse de maintenir une si glorieuse prérogative, disputa l'honneur de
porter l'épée à la comtesse de Champagne, qui, elle aussi, avait la
prétention de faire office de connétable pendant l'absence de son mari,
en vertu de je ne sais quel antécédent. L'affaire fut déférée à la
cour des pairs. Du consentement de Jeanne, les pairs décidèrent que ce
serait Philippe de Clermont, comte de Boulogne, qui tiendrait l'épée,
mais que cette exception ne porterait pour l'avenir aucun préjudice au
droit des comtes de Flandre.

Ce même Philippe de Clermont, l'année qui suivit celle du sacre,
c'est-à-dire en 1227, se ligua avec Pierre de Dreux, comte de Bretagne,
et plusieurs grands vassaux, contre la reine Blanche, régente de France
pendant la minorité de Louis IX. C'était la première occasion qui
s'offrait à Fernand de prouver son dévouement à la mère et au fils.
Il la saisit avec empressement. A peine Philippe de Clermont eut-il
rejoint les confédérés que Fernand fit irruption sur le Boulonnais,
et força le comte à accourir défendre ses propres états. Plus tard,
Fernand prit encore part à l'expédition dirigée contre Pierre de Dreux,
le plus redoutable, après le comte de Boulogne, de tous les grands
vassaux révoltés. Cette guerre dura trois ans et se termina par le
traité de Saint-Aubin-du-Cormier, qui assura le triomphe de la royauté
sur l'aristocratie.

La succession au comté de Namur avait forcé le comte de Flandre à
entrer à main armée dans cette province en 1228; et c'est ce qui
l'empêcha de prêter en ce moment-là une aide plus efficace à la
régente. Fernand se croyait en droit d'élever des prétentions sur le
Namurois, du chef de sa femme. Bauduin le Courageux, grand-père de
Jeanne, avait, par testament, laissé le comté de Namur à Philippe, son
second fils. Philippe, après avoir gouverné la Flandre et le Hainaut
durant la minorité de Jeanne, sa nièce, était mort, comme nous l'avons
dit, en 1213, sans laisser d'enfants de sa femme, Marie, fille du
roi de France. Le Namurois était alors passé aux mains d'Yolande de
Hainaut, sœur de Philippe, avec le consentement, au moins tacite, de
Henri, son autre frère, élu empereur de Constantinople après la mort du
malheureux Bauduin. Yolande était mariée à Pierre de Courtenai, comte
d'Auxerre, lequel devait bientôt aussi monter sur le trône de Byzance.
Namur fut donc dévolu successivement aux deux fils de Pierre, puis à
leur sœur Marguerite de Courtenai, épouse de Henri, comte de Vianden.
Ce fut lorsque ce dernier voulut prendre possession du Namurois que
Fernand réclama l'héritage au nom de sa femme, nièce d'Yolande. Ses
droits n'étaient guère fondés, comme on le voit. Néanmoins il essaya
de les faire prévaloir par la force des armes. Il entra dans le comté
de Namur, dont l'empereur Henri lui avait donné l'investiture[157],
et s'empara de quelques villes, entre autres de Floreffe, qui soutint
quarante jours de siège. Mais l'affaire s'arrangea en 1232 par la
médiation du comte de Boulogne, ami des deux parties. Un traité fut
conclu à Cambrai en vertu duquel Henri de Vianden conserva le comté
de Namur, et Fernand eut pour lui les bailliages de Golzinne et de
Vieux-Ville[158]. Quatre ans plus tard, Bauduin de Courtenai, empereur
de Constantinople, fils de Pierre, revint en France, en Flandre et
en Hainaut. Le roi de France lui rendit les domaines qu'il possédait
dans le royaume, et la comtesse de Flandre lui remit également les
possessions dont elle avait été investie lors du traité de Cambrai;
elle l'aida même[159] à recouvrer le comté de Namur sur Henri de
Vianden.

    [157] Archives de Flandre, _Acte du 3 juin_ 1229, copie.

    [158] _Ibid. Acte du 1er novembre_ 1232, orig. scellé.

    [159] Jacques de Guise, XIV, 468.

Tout le fardeau des grands et sérieux événements avait pesé sur Jeanne
durant la captivité de son mari. Lorsque Fernand sortit de prison, la
Flandre jouissait de tous les bienfaits du calme et de la paix. A part
les guerres de peu d'importance qu'il dut soutenir, et dont il se tira
avec honneur et profit, le comte de Flandre n'eut plus qu'à consolider
avec sa femme l'œuvre que celle-ci avait si dignement commencée. Ils
y travaillèrent tous deux avec zèle. Sans parler ici des fondations
charitables ou pieuses faites avec autant de libéralité que de
sagesse, des actes diplomatiques consommés avec beaucoup de prudence,
nous devons mentionner le développement que, dans l'intérêt de la
bourgeoisie et du peuple, ils s'efforcèrent de donner aux institutions
politiques, en Flandre surtout; car en Hainaut, le comte Bauduin y
avait pourvu avant de partir pour la croisade.

L'organisation et l'extension du pouvoir municipal, ce contre-poids si
nécessaire des envahissements féodaux, paraît encore ici avoir été de
leur part le but d'efforts qu'on voit, du reste, se renouveler pendant
le règne de Jeanne à chaque intervalle de tranquillité publique. Dans
la seule année 1228, le comte et la comtesse reconstituèrent le corps
échevinal dans quatre des principales villes de Flandre: Gand, Ypres,
Bruges et Douai. Un système électif assez compliqué forme la base de
ce nouvel échevinage qui consacre et fixe pour la première fois, d'une
manière bien stable, les droits de la bourgeoisie. Voici, pour exemple,
les dispositions fondamentales du corps politique connu dans l'histoire
sous le nom fameux des _Trente-neuf_ de Gand.

L'élection des échevins de la ville de Gand se fera chaque année, le
jour de l'Assomption de la Vierge, de la façon suivante:

Les échevins actuels (de l'année 1228) éliront, après serment prêté,
cinq échevins ou bourgeois de Gand, qu'ils croiront les meilleurs. Si,
dans l'élection, il survenait quelque difficulté, celui qui aura le
plus de voix sera nommé.--Il ne pourra y avoir parmi ces cinq échevins
de parents au troisième degré.--Ces cinq élus feront serment d'élire à
leur tour trente-quatre autres échevins ou bourgeois qu'ils croiront
les plus capables, ce qui formera le nombre de trente-neuf.--En cas
de contestation, celui qui obtiendra le plus de voix aura toujours
la préférence; mais le père et le fils ou deux frères ne pourront se
trouver ensemble.--Ces trente-neuf échevins se diviseront en trois
_treizaines_. La première formera l'échevinage proprement dit; la
seconde, le conseil; la troisième restera sans fonctions.--La treizaine
qui aura rempli l'échevinage pendant une année sera remplacée par
la seconde, celle-ci par la troisième, et ainsi alternativement à
perpétuité.--S'il arrive quelque vacance soit par mort ou par retraite,
les échevins alors en place en éliront un autre, se conformant aux
mêmes formalités et exceptions.--Les échevins prêteront serment entre
les mains du bailli de Gand ou de celui qu'il aura légitimement
préposé; en cas d'absence, entre les mains des échevins sortants[160].

    [160] Archives de Flandre, orig. scellé.


Le comte Fernand eut sans doute, en 1230, le pressentiment d'une
fin prochaine, car au mois de mars de cette même année, il fit son
testament. Entre autres dispositions, on y remarque celle-ci: «Mes
joyaux et tout ce qui appartient à mon écurie, à ma table, à ma
cuisine, à ma chambre, seront mis à la disposition de mes exécuteurs
testamentaires pour être vendus, à l'exception toutefois de ce qui
aura été réservé par moi; le prix sera employé aux frais d'exécution
du testament, et le surplus de l'argent devra être abandonné aux
pauvres[161].»

    [161] Archives de la Flandre, acte de 1230.

Le 27 juillet 1233, comme il se trouvait à Noyon, il succomba aux
progrès de la gravelle, maladie dont il avait contracté le germe durant
sa longue captivité. Son cœur et ses entrailles furent ensevelis dans
la cathédrale de cette dernière ville. Son corps fut, par les ordres
de sa femme, rapporté en Flandre. La comtesse Jeanne lui fit élever un
mausolée dans l'église du monastère de Marquette, qu'elle avait fondé
près de Lille, et où elle avait résolu de reposer elle-même à la fin de
ses jours, à côté de l'époux dont elle avait été si longtemps séparée
sur la terre.



V

    1233--1244

    Naissance et mort de la jeune Marie, fille de la
    comtesse.--Sollicitude de Jeanne pour la mémoire de son époux
    Fernand.--Ses actes nombreux de bienfaisance.--Sa visite aux Frères
    Mineurs de Valenciennes.--Incidents divers.--Mariage de Jeanne
    avec Thomas de Savoie.--Portrait de ce prince.--Le comte et la
    comtesse de Flandre prêtent hommage au roi Louis IX.--Discussion à
    ce sujet.--Progrès des institutions politiques en Flandre.--_Keure_
    octroyée par Jeanne et Thomas à la châtellenie de Bourbourg, à
    celle de Furnes et à la terre de Berghes-Saint-Winoc.--Guerre en
    Brabant.--Le comte Thomas prend la ville de Bruxelles et fait
    prisonnier le duc de Brabant.--Guerre au comté de Namur.--Maladie
    de la comtesse Jeanne.--Elle se retire à l'abbaye de Marquette.--Sa
    résignation et sa piété.--Son testament.--Sa mort édifiante.


Des historiens ont dit, d'autres après eux ont répété que Jeanne
n'avait jamais eu d'enfants. C'est une erreur. De son union avec
Fernand, mais seulement lorsque ce prince fut délivré de sa captivité,
naquit une fille qui eut nom Marie, sans doute en souvenance de sa
grand'mère Marie de Champagne, la digne épouse de l'empereur Bauduin.
Cette enfant, héritière de Flandre et de Hainaut, avait même été
promise en mariage à Robert Ier, comte d'Artois, frère de saint
Louis. Mais elle mourut trop jeune, le jour de Saint-Etienne, en août
1234[162]. Les consolations de la maternité manquaient même à celle qui
jusque-là avait été privée de toutes les autres!

    [162] Archives de Flandre.

Une résignation pleine de douceur et de piété préside aux actes qui
signalèrent le veuvage de la comtesse de Flandre. Ses premiers soins,
après le trépas du comte Fernand, furent d'exécuter religieusement les
dernières volontés de ce prince. Mais elle ne s'en tint pas là. Dans
la seule année 1233, elle répandit tant de bienfaits sur les pauvres,
les hôpitaux, les maisons religieuses, qu'il est aisé de reconnaître
là les effets d'une profonde sollicitude pour la mémoire de Fernand.
L'expression de cet amour se retrouve à chaque instant dans les actes
nombreux que renferment nos archives; et quant aux preuves des pieuses
libéralités dont nous parlons, il faut aller les demander, car, sans
doute, elles y sont vivantes encore, aux hôpitaux d'Ypres, d'Audenarde,
de Saint-Jean à Bruges, de Notre-Dame à Gand, de Saint-Sauveur à Lille,
de Saint-Antoine à Paris, à la Maladrerie de Lille dite de Canteleu;
aux abbayes de Saint-Aubert à Cambrai, de Marquette; à l'église
Notre-Dame de Boulogne, à l'église des Frères Mineurs de Valenciennes,
ces vieux compagnons de guerre de l'empereur Bauduin[163].

    [163] Archives de Flandre, _passim_.

Ces œuvres pies n'empêchaient pas Jeanne de se préoccuper toujours
des intérêts politiques de ses sujets, de travailler à leur bien-être
matériel et moral. Bientôt nous la verrons, marchant d'un pas plus
ferme vers ce but, qu'elle s'efforçait néanmoins d'atteindre sans
cesse, consacrer les derniers temps de sa vie à réformer d'une manière
plus complète et plus générale la constitution du pays. Elle eût sans
doute fait plus encore à cette époque, sans les fléaux qui vinrent
frapper son peuple en 1234. Le premier jour de janvier, il gela si fort
que les blés furent glacés. La disette de grains amena une horrible
famine. Les hommes broutaient, dit-on, l'herbe des champs comme les
bêtes; enfin, pour surcroît de malheur, la peste décima de nouveau la
Flandre et le Hainaut, et se répandit même en France[164].

    [164] _Chronicon Massœi_, lib. XVII.

L'éducation de la jeunesse, dont le gouvernement civil paraît s'être
peu occupé en Flandre avant le XVe siècle, fut aussi l'objet de ses
soins, à en juger par un décret qu'en 1234 elle donna en faveur des
écoles de Sainte-Pharaïlde à Gand.

En 1235, la comtesse Jeanne octroie à la ville de Lille une nouvelle
loi échevinale et permet à ses habitants d'ériger une halle; ce qui ne
contribuera pas peu à développer parmi eux l'instinct des transactions
industrielles et commerciales, germe si fécond de leur prospérité
future[165]. Enfin l'année suivante, au sein de cette même cité pour
laquelle elle avait déjà tant fait, elle fonde et dote de grands biens
un hospice appelé encore de nos jours l'_hôpital Comtesse_. Le portrait
de la fondatrice est là qui rappellerait à chacun, si on pouvait jamais
l'oublier, que depuis six cents ans les pauvres infirmes de Lille
doivent à la comtesse Jeanne un asile, du pain et des consolations pour
le reste de leurs jours[166].

    [165] Archives de Flandre, _actes du mois de mai_ 1235.--Cop. parch.

    [166] _Ibid. mars et septembre_ 1236.

En même temps, la comtesse, dont la vigilance et les soins ne se
ralentissaient pas un seul instant, s'occupait du règlement des
affaires intérieures de sa maison, fixait d'une façon plus régulière
les charges et prérogatives de quelques grands-officiers, tels que le
chancelier héréditaire de Flandre et le bouteiller de Hainaut.


Les Flamands et les Haynuiers voyaient avec peine que leur souveraine
n'eût pas d'héritier direct; les barons et les communes des deux comtés
désiraient vivement qu'elle se remariât.

Marguerite de Provence, la jeune épouse du roi saint Louis, avait
quinze oncles et tantes dans la seule maison de Savoie. Elle jeta les
yeux sur un prince de cette nombreuse et patriarcale famille pour en
faire l'époux de Jeanne de Constantinople. Il s'appelait Thomas, comme
son père Thomas I, comte de Savoie. C'était un homme de trente-sept
ans, d'une belle prestance[167], et, à défaut d'une grande fortune,
rempli de solides qualités d'esprit et de cœur. Dès son jeune âge, il
s'était livré à l'étude des lettres, car on le destinait à l'Eglise.
Cinq de ses frères étaient déjà dans les ordres. Lui-même, paraît-il,
avait inutilement prétendu à l'évêché de Lausanne et à l'archevêché
de Lyon. Quoi qu'il en soit, ce prince était regardé comme un noble
et brave chevalier, digne d'unir sa destinée à celle d'une femme que
tant de malheurs et de vertus plaçaient si haut dans l'estime de ses
contemporains.

    [167] Ph. Mouskes, _v._ 29442.

Le mariage fut célébré en octobre 1236, sous les auspices du roi et de
la reine de France. C'est ainsi que Jeanne devint, par alliance, la
tante de saint Louis. A l'occasion de cette union, Marguerite, sœur
de la comtesse et son héritière présomptive, consentit qu'une pension
viagère de six mille livres monnaie d'Artois, à percevoir sur les
domaines de Flandre et sur le tonlieu de Mons, fût attribuée au comte
pour le cas où Jeanne mourrait sans progéniture et avant son mari.
C'était un revenu qui équivaudrait aujourd'hui à cinq cent mille francs
environ. Plus tard, lorsque Marguerite eut succédé à sa sœur, elle
racheta cette rente moyennant soixante mille livres.

Au mois de décembre 1237, Thomas et Jeanne allèrent à Compiègne pour
rendre hommage au roi Louis IX. Là, s'éleva une difficulté. Le roi
prétendit que le comte devait jurer d'observer le traité de Melun,
avant de faire hommage de la Flandre. Le comte disait, au contraire,
et il avait raison, qu'il ne devait et ne pouvait rien promettre avant
d'avoir, au préalable, satisfait à l'observance d'une formalité
essentielle de la constitution féodale; que, tant qu'il n'était reconnu
pour comte de Flandre, il ne pouvait, à l'égard du roi, s'engager en
cette qualité. Ce différend fut remis à l'arbitrage de trois pairs
du royaume, Anselme, évêque de Laon, Robert, évêque de Langres, et
Nicolas, évêque de Noyon, qui statuèrent en faveur du comte. Il est
à remarquer qu'en prêtant foi et hommage, Thomas et Jeanne donnèrent
au roi les sûretés exorbitantes réclamées par le traité primitif de
Melun, du mois d'avril 1225, tout en jurant de ne jamais revenir sur
ce qui s'était passé antérieurement à la paix de 1226[168]. Mais tout
cela n'était plus que de forme et ne tirait pas aux mêmes conséquences
qu'en 1225, où il y avait un comte de Flandre à faire sortir de prison
et une somme de cinquante mille livres à payer au roi. Ce que Louis
IX voulait, c'était de déterminer les limites de son autorité comme
suzerain à l'égard des comtes de Flandre, et surtout de prévenir
les envahissements du vassal le plus puissant et le plus à craindre
qu'allait bientôt avoir la couronne de France. Saint Louis, comme ses
prédécesseurs, en avait eu le pressentiment.

    [168] Archives de Flandre, _Acte du mois de décembre_, 1237. Orig.
    parch. scellé.

Thomas de Savoie venait à peine d'être reconnu par les barons et
les communes de Flandre et de Hainaut, en qualité de souverain des
deux comtés, ou, pour mieux dire, de _bail et mainbour_, suivant le
protocole du temps, lorsque l'occasion se présenta pour lui d'appeler
aux armes les hommes de guerre de sa nouvelle patrie. Guillaume de
Savoie, son frère, élu évêque de Liège, était alors en butte aux
agressions violentes de Waleran, duc de Limbourg. Thomas s'avança pour
porter secours au prélat; mais Waleran n'attendit pas que le comte de
Flandre fût arrivé pour faire sa paix, et la chose en resta là.

Il n'y eut pas d'autres expéditions guerrières en Flandre jusqu'en
1242. La paix y régna, sans être troublée par aucune espèce
d'événements fâcheux. Cette période de six ans de calme non interrompu
permit à Jeanne et à son mari de s'occuper efficacement des réformes
politiques que réclamaient la constitution du pays et les progrès
sociaux.

Nous avons déjà dit que le Hainaut devait à Bauduin IX, père de la
comtesse, des lois générales dont il fit jurer l'observance par les
nobles du pays, lois qui peuvent être regardées comme la base du droit
public, civil et criminel de ce pays. Jeanne n'eut donc pas à refaire
pour le Hainaut ce qui était déjà fait. Aussi ne s'occupa-t-elle que
des villes flamandes, qui, du reste, sous tous les rapports, étaient
aussi les plus importantes. Comme on l'a vu plus haut, Gand, Bruges,
Ypres, Lille, Douai, Seclin, etc., avaient déjà leurs chartes et leurs
libertés municipales. De 1239 à 1241, elle confirma, de concert avec
le comte Thomas, son époux, les privilèges précédemment accordés à
la ville de Damme; lui en concéda de nouveaux, ainsi qu'à la ville
de Caprick; réforma l'échevinage de Bruges[169], et donna en juillet
1240, à la châtellenie de Bourbourg, à celle de Furnes, et à la terre
de Berghes-Saint-Winoc, une _keure_ remarquable, contenant toutes
les dispositions de police applicables aux mœurs et aux besoins du
temps[170].

    [169] Archives de Flandre _passim_.

    [170] La keure, dit M. Warnkœnig dans son _Histoire des
    institutions politiques de la Flandre_, II, 298, contient, comme la
    loi des XII tables à Rome, les règles fondamentales du droit public
    et criminel de la ville, et de son organisation judiciaire.

Nous l'avons dit déjà, ces keures, ces chartes d'affranchissement
ne furent pas le résultat de l'insurrection. On ne trouve aucune
trace en Flandre, à cette époque, de commotions populaires dont le
but aurait été d'obtenir par la force un accroissement de privilèges.
Il n'en était pas besoin. En affranchissant les communes, les comtes
faisaient tout à la fois preuve de justice et acte de bonne politique.
Pour ne parler que de Jeanne, elle avait certes plus à se défier de
la noblesse que de la bourgeoisie, comme le prouvent la présence de
plusieurs barons flamands dans les rangs de l'armée royale à Bouvines,
et l'intrigue dont le faux Bauduin n'avait été que le prétexte et
l'instrument.


Cependant la santé de Jeanne, ébranlée par les secousses, les émotions
de toute nature qu'elle avait subies durant le cours de sa vie,
était fort gravement compromise. La comtesse se retira à l'abbaye de
Marquette, qu'elle avait placée sous le vocable touchant de _Notre-Dame
du Repos_ et qu'elle affectionnait d'une façon toute singulière; où se
trouvait déjà le tombeau de son malheureux époux, le comte Fernand,
et où elle se plaisait à résider dans les dernières années de son
règne. Elle y avait même fait bâtir un hôtel qu'on voyait encore au
XVIIe siècle; c'est là qu'elle allait se reposer des affaires et se
livrer à la prière et à la méditation au milieu des religieuses dont
elle avait maintes fois ambitionné l'existence pleine de calme et de
bonheur. Jeanne envisagea, sans crainte comme sans regrets, la mort qui
s'approchait. Lorsque, jetant un regard vers le passé, elle interrogea
les souvenirs de sa vie publique et privée, rien ne dut venir troubler
sa conscience, car c'est avec une confiante tranquillité d'âme qu'elle
attendit le moment suprême.

Lorsque les _mires_ et _fisiciens_, comme s'appelaient alors les
médecins, lui eurent, d'après ses ordres, déclaré que le mal était
sans remède, elle se fit revêtir d'un habit de novice et transporter
dans l'intérieur du couvent[171]. Elle vécut encore quelque temps
de la sorte, priant et méditant sous la robe de bure, au milieu de
la communauté qu'elle édifiait par son exemple. Plus humble que la
dernière des humbles filles de ce monastère, la comtesse de Flandre
et de Hainaut ne faisait rien sans l'autorisation de l'abbesse. Elle
n'ouvrait pas même la bouche pour parler sans permission, au dire des
chroniques auxquelles nous empruntons ces détails[172].

    [171] Archives de Flandre, _manuscrit sur l'abbaye de Marquette_
    (de la fin du XIIIe siècle), fol. 9.

    [172] Archives de Flandre, _manuscrit sur l'abbaye de Marquette_
    (de la fin du XIIIe siècle), fol. 9.

Cependant, la maladie faisant des progrès rapides, la comtesse dicta
son testament en présence d'une noble assemblée. Le comte Thomas, son
mari, et Marguerite, sa sœur, étaient là près de son lit, et, à côté
d'eux, le prieur de l'ordre des Frères Prêcheurs de Valenciennes, avec
trois religieux du même ordre, Pierre d'Esquermes, frère Michel et
frère Henri du Quesnoi; le prévôt de Marchiennes, le doyen de la Salle,
le seigneur Fastré de Ligne, le seigneur Watier de Lens et plusieurs
autres barons. Une seule pensée de justice et de charité présida à cet
acte suprême, que nous croyons devoir reproduire en substance:

«Au nom du Père et du Fils et de l'Esprit-Saint, ainsi soit-il. Moi,
Jeanne, comtesse de Flandre et de Hainaut, pour le salut de mon
âme et de celles de mes prédécesseurs et successeurs, je fais mon
testament sous la forme ci-après, et je veux qu'il ait force comme
testament, sinon, comme codicille, sinon, comme expression de la
dernière volonté d'une mourante.--J'entends, par-dessus tout, que mes
dettes, de quelque nature qu'elles puissent être, soient pleinement
acquittées. Si j'ai injustement occupé l'héritage d'autrui, ou si j'ai
détenu des biens pris indûment par mes prédécesseurs, je veux qu'ils
soient rendus et restitués partout où ils se trouveront, et je donne
pouvoir à mes exécuteurs testamentaires, plus bas nommés, de remettre
en leur possession ceux qui auraient des droits à une restitution; je
veux aussi qu'ils soient entièrement satisfaits de tous dommages et
intérêts.--(Suivent les recommandations et les dispositions les plus
scrupuleuses pour que personne n'ait rien à réclamer contre sa mémoire
et celle de ses ancêtres. Elle règle ensuite la situation de tous ses
serviteurs, en assurant à chacun une honorable aisance. Enfin elle
termine en ces termes):--Je veux en outre et j'ordonne que tous mes
joyaux, mes reliques, mes livres, mes vases d'or et d'argent, tous
les objets et ornements de ma chapelle, tout ce qui sert à ma table,
à ma chambre à coucher, à ma cuisine, et autres choses affectées
spécialement à mon service, soient remis entre les mains et à la
disposition de mes exécuteurs testamentaires, afin qu'ils en usent
selon leur conscience pour le bien de mon âme, etc.--Libre d'esprit,
jouissant du sain usage de ma raison, j'ai ordonné ce qui vient
d'être dit, et j'ai constitué et je constitue expressément pour les
exécuteurs de mon testament mes révérends seigneurs en Jésus-Christ,
les évêques de Cambrai et de Tournai quels qu'ils soient à l'heure de
ma mort, et vénérables et discrètes personnes, le seigneur Watier, abbé
de Saint-Jean en Valenciennes; maître Gérard, écolâtre de Cambrai,
et maître Eloi de Bruges, prévôt de Saint-Pierre de Douai, etc.--Je
veux que ces mêmes exécuteurs testamentaires procèdent pour les
restitutions et l'acquit de mes legs, suivant droit et justice et de la
manière qui sera la plus profitable au salut de mon âme. Ainsi, qu'ils
satisfassent tout d'abord les pauvres, les indigents, et ceux envers
lesquels je suis le plus obligée. L'illustre et très cher seigneur, mon
époux Thomas, comte de Flandre et de Hainaut, et ma très chère sœur
Marguerite, dame de Dampierre, ont promis, de bonne foi, d'observer
fermement et inviolablement toutes les dispositions susdites.--Enfin,
je supplie ma très chère sœur, mes exécuteurs testamentaires, tous
mes fidèles et mes amis, d'agir avec telle diligence et promptitude
pour l'exécution de ma volonté que mon âme ne puisse souffrir dommage
d'aucun retard.--(Suivent les noms des témoins.)--Fait en l'an du
Seigneur 1244, le second dimanche de l'Avent[173].»

    [173] Archives de Flandre, _manuscrit de l'abbaye de Marquette_.
    _Acte du 4 décembre_ 1244. Orig. parch. scellé.

Le lendemain 5 décembre, le mal empira de telle sorte que l'on comprit
qu'il était sans remède et que la fin approchait. La princesse mourante
gisait dans la _grande salle de pierre_ de l'hôtel qu'elle s'était fait
bâtir dans l'enceinte du monastère. Autour de son lit de douleur se
tenaient éplorés le comte de Flandre, son époux, et sa sœur Marguerite
de Constantinople, à laquelle elle avait depuis longtemps pardonné le
chagrin que lui avait causé sa fatale union avec Bouchard d'Avesnes.
Là se trouvaient aussi tous les grands officiers de la cour de Flandre
et de Hainaut, et les plus nobles personnages des deux comtés, parmi
lesquels se voyaient encore de vieux compagnons d'armes de l'empereur
Bauduin qui avaient survécu aux sièges de Zara et de Constantinople,
comme au combat désastreux où leur seigneur avait si misérablement
succombé; puis les plus jeunes barons que leur conduite héroïque dans
les guerres de Flandre et à la bataille de Bouvines avait à jamais
illustrés; enfin les prélats et les religieux qui entouraient de leurs
suprêmes consolations celle qui allait quitter sans regrets sans doute
cette terre où elle avait tant souffert. Elle s'éteignit au milieu des
sanglots de cette noble assistance laquelle, au moment où elle allait
rendre l'âme, lui eût rappelé un demi-siècle de grandes et tristes
choses, si déjà toutes ses pensées et toutes ses aspirations n'eussent
été pour Dieu seul[174].

    [174] Après la mort de la princesse, Thomas de Savoie retourna dans
    son pays, où plus tard il épousa Béatrice de Fiesque. Marguerite
    de Constantinople, héritière de sa sœur, prit immédiatement
    possession des comtés de Flandre et de Hainaut.

Le corps de Jeanne de Constantinople fut, d'après sa volonté, déposé
dans un tombeau de marbre qu'elle avait fait ériger au milieu du chœur
des dames du monastère de Marquette, à côté de celui du comte Fernand,
son premier mari[175]. «Si la voix du peuple est la voix de Dieu, dit
un vieux religieux de l'abbaye de Loos, il ne faut pas doubter qu'elle
ne soit sainte, ni s'estonner que le ménologe de Cisteaux l'ait mise
dans le cathalogue des bienheureux de l'ordre à la date du 5 décembre,
jour de son trépas[176].»

    [175] «Il y avait alentour diverses effigies relevées en bosse qui
    furent toutes défigurées par les hérétiques lorsqu'ils pillèrent
    cette abbaye, en l'an 1566.» _Hist. de l'abbaye de N.-D. du Repos,
    à Marquette_, par dom Gouselaire.--Manuscrit de la Bibl. de Lille,
    coté BF. 23.

    [176] D. Gouselaire, ouvrage précité.

La mort si exemplaire et si chrétienne de la fille de l'empereur
Bauduin, de celle qui eut l'insigne honneur d'avoir Charlemagne pour
ancêtre et Charles-Quint pour arrière-neveu et héritier, avait été le
digne couronnement de sa vie.

Après tant d'années d'épreuves de toute nature supportées avec un
courage qui ne faiblit jamais, cette femme vraiment forte voulut se
détacher entièrement des choses de la terre et demander à Dieu seul
le repos que le monde et les grandeurs lui avaient toujours refusé.
Elle avait passé en faisant le bien, et c'est la seule gloire que pût
ambitionner sa belle âme.



CONCLUSION


Nous avons rappelé tout ce qu'à travers les vicissitudes d'une
existence agitée s'il en fut jamais, la comtesse Jeanne de
Constantinople avait fait pour le bonheur des peuples dont la destinée
lui était confiée. L'extension qu'avec une rare intelligence des
besoins de son temps elle donna spontanément aux libertés communales
tout en réprimant les velléités tyranniques des châtelains féodaux, les
encouragements que l'éducation publique, le commerce et l'industrie
reçurent de sa sollicitude éclairée, développèrent, dans une large
proportion, les éléments de civilisation et de progrès économique qui,
après la féconde période des croisades, préparèrent pour la Flandre un
avenir de grandeur et de prospérité sans exemple.

Jeanne, on l'a vu, avait été le _palladium_ de la nationalité flamande
après Bouvines. Durant la captivité de Fernand et le veuvage anticipé
auquel elle était condamnée, elle accomplit ses devoirs de souveraine
et d'épouse avec une sagesse et un dévouement dont témoignent tous
les documents de l'histoire et qu'on ne saurait trop admirer. Soit
qu'il s'agisse de réparer les maux de la guerre, de travailler à la
délivrance de son époux, de lutter contre d'amers chagrins domestiques
ou contre les événements aussi étranges qu'imprévus qui vinrent ensuite
compromettre non plus seulement son repos, mais encore son honneur et
son pouvoir, son inébranlable courage la maintient au niveau de la
lourde tâche qui lui est imposée. Voilà pour le rôle politique.

Il importe, pour conclure, d'en résumer rapidement les résultats.

Longtemps comprimées par l'anarchie féodale des siècles précédents, les
provinces du nord des Gaules étaient entrées, au début du treizième,
dans l'ère nouvelle que lui avaient ouverte les franchises municipales
octroyées surtout par l'empereur Bauduin et son auguste fille. Leur
industrieuse activité, secondée par une entière liberté et de précieux
privilèges, se trouvait encore favorisée par les débouchés inconnus
jusque-là que les expéditions d'Orient avaient créés sur tous les
points du Levant, si longtemps inexplorés, et où pouvaient aborder
désormais les flottes parties des rivages de l'Océan du Nord pour s'y
livrer à un commerce d'échange qui ne tarda pas à prendre, au profit
de la fortune publique, d'incalculables proportions. Sous la comtesse
Jeanne, les marchés et les foires des villes tudesques ou wallonnes
de sa domination étaient déjà célèbres entre tous. Nous avons retracé
ailleurs le tableau de ce mouvement prodigieux de progrès matériel
au niveau duquel s'élevait en même temps le progrès intellectuel et
moral des anciennes provinces de la Gaule Belgique[177]. En effet, une
véritable révolution se manifeste alors dans les esprits. De grands
penseurs, de profonds philosophes se révèlent dans la personne des
Simon et des Godefroi de Tournai, des Alain de Lille, le _Docteur
universel_, et Henri de Gand, le _Docteur solennel_.--La langue
romane, fille du latin dégénéré et mère de notre français moderne,
se transforme et s'épure. Pour la première fois, nous l'avons dit,
les actes publics se rédigent en cette langue. De toutes parts les
chroniqueurs et surtout les poètes, car la poésie est la première
forme que prend toute littérature naissante, produisent des œuvres
qui, pour n'avoir pas eu de modèles, n'eurent point d'imitateurs et
conservent une originalité qui en fait le charme principal. L'épopée,
inspirée par les traditions chevaleresques, rappelle les hauts faits
du cycle de Charlemagne, de la Table ronde ou des Croisades.--Tandis
que, pour rendre ses légendes plus populaires, Philippe Mouskes les
assujettit au rythme, Gandor de Douai écrit le roman de la _Cour
de Charlemagne_, d'_Anseïs de Carthage_, et achève le _Chevalier
au Cygne_, consacré aux exploits de Godefroi de Bouillon; Gilbert
de Montreuil chante _Gérard de Nevers_; Gautier d'Arras, _Eracle
l'Empereur_; Guillaume de Bapaume, _Guillaume d'Orange_. Quantité
d'autres chansons de geste d'auteurs inconnus, mais appartenant aux
provinces du Nord, émerveillaient alors aussi les esprits, entre autres
le roman fameux de _Raoul de Cambrai_, l'un des plus anciens et des
plus remarquables monuments de notre littérature nationale. Mais les
trouvères ne s'en tiennent pas aux seules compositions épiques. Aux
longs poèmes succèdent les chants des ménestrels, les contes, les
fabliaux, les satires. Toute une pléiade de joyeux trouvères surgit sur
tous les points du pays: les Adam le Bossu et les Jean Bodel d'Arras,
les Jacquemars Giélée de Lille, les Mahieu de Gand, les Gilbert de
Cambrai, les Jacques de Cysoing, les Durand de Douai, les Audefroi le
Bâtard, et une infinité d'autres poètes au milieu desquels figurent de
grands seigneurs, tels que Quènes de Béthune, entre autres, qui avait
accompagné l'empereur Bauduin à la croisade, et dont les vers sont des
modèles de grâce et de sensibilité.--Ne sait-on pas aussi, et nous
l'avons dit déjà, que le père infortuné de la comtesse Jeanne cultivait
lui-même la poésie, léguant ainsi à son héritière la tradition et le
goût des travaux de l'esprit, qu'elle encouragea, on l'a vu plus haut,
au milieu des tristes préoccupations qui l'accablaient?

    [177] V. _Histoire des comtes de Flandre_ et les _Flamands aux
    Croisades_.

Sous le rapport des arts, la Flandre devait, dans un prochain avenir,
occuper un rang célèbre dans l'histoire, et donner à la postérité une
école fameuse entre toutes. Déjà, sous la comtesse Jeanne, le goût
des grandes et belles œuvres inspirées par le sentiment religieux et
encouragé par la munificence souveraine, se manifeste par l'érection
d'une multitude de monuments auxquels le style ogival prête déjà ses
inimitables créations, en attendant que les basiliques somptueuses
dont la Flandre se couvre, s'enrichissent de ces chefs-d'œuvre
sculptés et peints qui devaient en faire pour la postérité autant
d'incomparables musées.

A travers les orages qui l'ont trop souvent assombri, le règne de
Jeanne, si réparateur et si sage, doit donc encore être admiré dans ses
conséquences, au point de vue de ce mouvement civilisateur que nous
venons d'indiquer sommairement et auquel il a imprimé un incontestable
et large essor.

Et maintenant, si, après avoir envisagé la souveraine dans toutes les
phases de son existence, nous reportons une dernière fois nos regards
sur la femme prédestinée qui, par ses vertus publiques et privées,
mérita à tant d'égards d'être appelée depuis six cents ans la _bonne
comtesse_, il nous est permis de dire que, parmi les grandes figures
dont sont illustrées les annales flamandes, il n'en est pas qui ait
mieux mérité la reconnaissante vénération des contemporains et de la
postérité. C'est un hommage que ne cessera de lui rendre l'impartiale
histoire.


FIN



TABLE


  AVANT-PROPOS                                                         V

  I. Naissance de Jeanne de Constantinople.--Mort de sa mère la
  comtesse Marie de Champagne.--On apprend en Flandre la fin
  tragique de l'empereur Bauduin.--Douleur des Flamands.
  --Beaucoup ne veulent pas croire au trépas de Bauduin.--Jeanne
  et sa sœur Marguerite de Constantinople sont livrées au roi
  de France par leur tuteur.--Energiques réclamations et menaces
  des Flamands.--Les princesses sont renvoyées en Flandre.--
  Jeanne épouse Fernand, fils du roi de Portugal.--Arrestation
  du comte et de la comtesse de Flandre à Péronne, par Louis,
  fils du roi.--Louis les relâche après s'être emparé des villes
  d'Aire et de Saint-Omer.--Traité de Pont-à-Vendin.--Alliance
  du comte de Flandre avec le roi d'Angleterre.--Le comte refuse
  assistance au roi de France son suzerain.--Courroux de ce
  dernier.--Il dirige contre la Flandre l'expédition préparée
  contre l'Angleterre.--Incidents divers de la guerre.--Prise de
  Tournai par Fernand.--Siège de Lille.--Les bourgeois rendent
  la ville au comte leur seigneur.--Philippe-Auguste envahit de
  nouveau la Flandre.--Il reprend Lille, la saccage et la brûle.
  --Préparatifs de la grande coalition contre la France.--
  L'empereur Othon à Valenciennes.--Partage anticipé de la
  conquête.--La comtesse Jeanne reste étrangère à la ligue et la
  désapprouve.--Intrigues de la reine Mathilde.--Philippe-Auguste
  s'avance vers la Flandre en tête de son armée.--Bataille de
  Bouvines.                                                           13

  II. Nouvelle conspiration du comte de Boulogne.--Colère du
  roi.--Retour triomphal de Philippe-Auguste en France.--Fernand
  de Portugal entre à Paris garrotté sur une litière.--Il est
  enfermé dans la tour du Louvre.--Profonde consternation en
  Flandre.--Situation désastreuse du pays.--Démarche infructueuse
  de la comtesse Jeanne auprès du roi.--Douleur de Jeanne.--
  Courage et fermeté de cette princesse.--Son gouvernement.--
  Nouvelles tentatives de Jeanne auprès de Philippe-Auguste.--
  Obstination du roi à ne pas délivrer le comte de Flandre.--
  Habileté politique de la comtesse.--Elle affaiblit le pouvoir
  des châtelains, augmente les privilèges du peuple, favorise le
  développement du commerce et de l'industrie.--Histoire de
  Bouchard d'Avesnes.                                                80

  III. Histoire merveilleuse du faux Bauduin.                        118

  IV. 1226--1233. La comtesse Jeanne a recours au Pape pour
  obtenir la délivrance de Fernand.--Bulle du Pontife à ce sujet.
  --Traité de Melun--Les villes de Flandre refusent sa
  ratification.--La reine Blanche de Castille consent à modifier
  le traité.--Délivrance de Fernand en 1226.--Son dévouement à
  la reine.--Ses expéditions dans le Boulonnais et la Bretagne.
  --Succession au comté de Namur.--Jeanne et Fernand augmentent
  le pouvoir municipal en Flandre.--Les _Trente-neuf_ de Gand.
  --Fernand meurt à Noyon.                                           140

  V. 1233--1244. Naissance et mort de la jeune Marie, fille de
  la comtesse.--Sollicitude de Jeanne pour la mémoire de son
  époux Fernand.--Ses actes nombreux de bienfaisance.--Sa visite
  aux Frères Mineurs de Valenciennes.--Incidents divers.--Mariage
  de Jeanne avec Thomas de Savoie.--Portrait de ce prince.--Le
  comte et la comtesse de Flandre prêtent hommage au roi Louis
  IX.--Discussion à ce sujet.--Progrès des institutions
  politiques en Flandre.--_Keure_ octroyée par Jeanne et Thomas
  à la châtellenie de Bourbourg, à celle de Furnes et à la terre
  de Berghes-Saint-Winoc.--Guerre en Brabant.--Le comte Thomas
  prend la ville de Bruxelles et fait prisonnier le duc de
  Brabant.--Guerre au comté de Namur.--Maladie de la comtesse
  Jeanne.--Elle se retire à l'abbaye de Marquette.--Sa
  résignation et sa piété. Son testament.--Sa mort édifiante.        154

  CONCLUSION                                                         171


--Lille. Typ. J. Lefort. 1879--





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Jeanne de Constantinople - Comtesse de Flandre et de Hainaut" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home