Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Academie des sciences et les ecademiciens de 1666 a 1793
Author: Bertrand, Joseph
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Academie des sciences et les ecademiciens de 1666 a 1793" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



                      NOTES SUR LA TRANSCRIPTION:

—Les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
 corrigées.

—On a conservé l’orthographie de l’original, incluant ses variantes.

—Les lettres écrites au-dessus ont étées representées ainsi: a^b et
 a^{bc}.



                              L’ACADÉMIE

                             DES SCIENCES

                          ET LES ACADÉMICIENS

                            DE 1666 A 1793

[Illustration]



                              L’ACADÉMIE

                             DES SCIENCES

                          ET LES ACADÉMICIENS

                            DE 1666 A 1793

                                  PAR

                            JOSEPH BERTRAND

                         MEMBRE DE L’INSTITUT

                            [Illustration]

                                 PARIS

                      J. HETZEL, LIBRAIRE-ÉDITEUR
                           18, RUE JACOB, 18

                                 1869

                         Tous droits réservés.



PRÉFACE.


L’histoire complète de l’Académie des sciences serait une œuvre
considérable. Faire connaître la marche de toutes les sciences depuis
plus de deux siècles, dire le temps et l’occasion de leurs progrès en
France, assigner le génie particulier de plus de deux cents membres
qui, avec des mérites divers, ont pris part à l’œuvre commune, montrer
leur influence au dehors et l’impulsion qu’ils en reçoivent, rechercher
le rôle croissant de l’illustre compagnie dans les grandes questions
d’utilité publique, la confiance dont elle se montre digne et qui des
particuliers s’étend au gouvernement, et même aux corps les plus jaloux
de leurs droits, tel serait le cadre d’un ouvrage dont on trouvera ici
quelques chapitres.

L’histoire des sciences n’occupe dans ce volume qu’une place
très-restreinte; elle aurait pu, si j’avais adopté un autre cadre,
en former la partie la plus considérable. Les mémoires de l’Académie
sont en effet l’essentiel de son œuvre; en y joignant le recueil des
savants étrangers et la collection des pièces couronnées, on pourrait
aisément faire naître de leur analyse, sans développements forcés,
l’histoire complète des diverses sciences. Une telle tâche exigerait
une érudition à laquelle je ne prétends ni n’aspire; mon but est plus
modeste et non moins utile peut-être.

Après avoir lu avec un vif intérêt les procès-verbaux inédits des
séances et consulté les pièces officielles conservées par l’Institut,
j’ai cru voir apparaître très-clairement l’organisation de l’ancienne
Académie, la physionomie des séances, les préoccupations de ses
membres, leurs relations entre eux et avec le gouvernement, les
ressources régulières dont ils disposaient pour la science, et les
appuis extraordinaires qui, lorsqu’il le fallut, ne leur firent jamais
défaut. Ce petit tableau forme une page curieuse de l’histoire de la
société polie en France. J’ai essayé, à l’occasion d’un savant ouvrage
de M. Maury, de l’indiquer dans quelques articles du _Journal des
Savants_. Ce sont ces articles, soigneusement revus, que je présente
aujourd’hui au public avec des développements qui en doublent au moins
l’étendue.

L’histoire de l’Académie ne se sépare guère de celle des académiciens,
et j’ai cru intéressant d’esquisser, à côté des coutumes et des actes
de la compagnie, les traits principaux de la vie et du caractère de
ses membres. Devais-je me borner aux grandes figures qui dominent
leur époque, ou m’étendre jusqu’aux soldats les plus obscurs de
l’armée de la science? J’ai repoussé ces deux partis extrêmes, et
laissant de côté, forcément parfois faute de documents précis, les
académiciens dont la trace est aujourd’hui effacée, j’ai essayé de
représenter, dans un cadre proportionné à leur importance, tous ceux
qui, par leur talent ou par leur caractère, ont accru la force et le
renom de l’Académie. Tel a été du moins mon programme; mais je m’en
suis, il faut l’avouer, écarté plus d’une fois. Complétement étranger
aux questions de médecine, j’ai dû passer sous silence les travaux,
quoique considérables, de la section d’anatomie, et par une conséquence
naturelle, j’ai négligé l’histoire de ses membres. Les courtes notices
consacrées aux autres membres de l’Académie auraient dû s’étendre ou
se resserrer en raison de l’importance du personnage. Dans le plus
grand nombre des cas, on verra qu’il en est ainsi; mais il y a des
exceptions; plus de sympathie pour quelques-uns, moins de compétence
pour juger l’œuvre de quelques autres, et peut-être aussi le hasard de
la composition, ont amené des disproportions que le lecteur voudra bien
me pardonner.

Toutes les figures de ma petite galerie sont appréciées avec une
franchise absolue et une entière liberté. _Biographie_, quand il
s’agit d’académiciens, est, pour bien des lecteurs, synonyme d’_éloge_.
J’ai trop souvent peut-être oublié cette tradition; mais un mot de
Voltaire m’a plus d’une fois soutenu dans l’entreprise peu périlleuse
de juger équitablement les hommes du siècle passé: «Qui loue tout n’est
qu’un flatteur; celui-là seul sait louer qui loue avec restriction.»

Les grands hommes sont rares, il faut bien le savoir, et l’on doit,
quand on les rencontre, s’incliner profondément devant eux. Mais
lorsqu’un sourire ironique accueille tardivement le souvenir de ceux
qui en ont indûment tenu l’emploi, il n’y a à cela ni injustice ni
inconvénient.

J’aurais pu souvent, sans infidélité comme sans effort, montrer dans
les passions et les ridicules, les partialités et les jalousies du
passé, des analogies et des leçons applicables au temps présent.
Non-seulement je me suis abstenu de chercher pour ce livre un tel genre
d’intérêt, mais chaque fois que l’allusion, s’imposant en quelque
sorte, se présentait à moi trop facile et trop claire, je me suis fait
une loi invariable de quitter brusquement la plume.

  J. BERTRAND.



                        L’ACADÉMIE DES SCIENCES

                                  ET

                           LES ACADÉMICIENS

                            DE 1666 A 1793



I.

L’ACADÉMIE



L’ACADÉMIE DE 1666.


Lorsqu’en 1666 Colbert, heureusement inspiré par Perrault, proposa à
Louis XIV la création de l’Académie des sciences, il prétendait former
une compagnie compétente, aussi bien sur les questions d’érudition,
d’histoire, de littérature et de goût, que sur les problèmes de
science pure. Un académicien devait, suivant lui, ne fermer les yeux
à aucune lumière et cultiver plus spécialement une des branches des
connaissances humaines, sans donner pour cela l’exclusion à toutes les
autres.

L’Académie des sciences réunit donc d’abord, pour bien peu de temps
il est vrai, aux géomètres et aux physiciens, des érudits et des
hommes de lettres. Pour ne pas cependant partager les esprits entre
des pensées trop contraires, on assigna des jours différents à la
réunion des différents groupes de la compagnie. Les géomètres et les
physiciens s’assemblaient séparément le samedi, puis tous ensemble le
mercredi; les historiens tenaient séance le lundi et le jeudi; et les
littérateurs enfin étaient réunis le mardi et le vendredi. Toutes les
sections cependant composaient un même corps qui, le premier jeudi
de chaque mois dans une réunion de tous ses membres, entendait et
discutait, s’il y avait lieu, le compte rendu des travaux particuliers.
L’organisation, on le voit, était à peu près celle de notre Institut.
L’Académie française et l’Académie des inscriptions, représentées
dans la compagnie nouvelle par une partie seulement de leurs membres,
s’émurent d’une séparation qui, en donnant aux uns une double part de
priviléges et de largesses, ne pouvait manquer d’amoindrir les autres.
Colbert obtint, à leur prière, que le roi réduisît les occupations de
l’Académie des sciences aux études et aux recherches scientifiques.
Devenue ainsi la sœur et non la rivale de ses deux aînées, l’Académie
des sciences resta composée de seize membres, presque tous choisis par
Colbert avec un rare discernement. Dans la section de mathématiques se
trouvaient en effet:

Christian Huyghens, un des plus grands hommes de son temps, rare et
admirable génie qui, pendant plus de quinze ans, brilla dans l’Académie
et fut le plus illustre de ses membres.

Roberval, que Pascal estimait assez pour écrire: «Si le père jésuite
connaît M. Roberval, il n’est pas nécessaire que j’accompagne son
nom des éloges qui lui sont dus, et s’il ne le connaît pas, il doit
s’abstenir de parler de ces matières, puisque c’est une preuve
indubitable qu’il n’a aucune entrée aux hautes connaissances ni de la
physique, ni de la géométrie.»

Picard et Auzout, célèbres tous deux à des degrés et à des titres
inégaux, dans l’histoire de l’astronomie. Frenicle, dont Descartes et
Fermat ont loué la pénétration et qui, presque exclusivement appliqué
à la théorie des nombres, avait lutté sans désavantage contre ces
deux grands hommes, lorsqu’ils n’avaient pas dédaigné de le suivre,
quelquefois même de le provoquer sur son terrain.

Buot, qui, d’abord simple ouvrier armurier, s’était instruit seul et
qu’on s’étonnait de voir si savant sans entendre un mot de latin.

Carcavy enfin, ami de Pascal, et qui sans avoir produit d’invention
originale était alors un savant instruit et considérable.

Les physiciens qui complétaient l’Académie sont restés moins célèbres.
Outre Pecquet, dont le nom est attaché à une découverte importante,
l’Académie comptait:

Delachambre, médecin ordinaire du roi et auteur d’un ouvrage intitulé:
_Nouvelles conjectures sur la cause de la lumière, sur les débordements
du Nil et sur l’amour d’inclination_. Cet ouvrage a reçu de grandes
louanges; les mérites, il faut le croire, en étaient aussi variés que
le sujet, car il ouvrit à son auteur les portes de l’Académie française
comme celles de l’Académie des sciences.

Claude Perrault, le futur architecte du Louvre, médecin en même temps,
comme Boileau ne l’a laissé ignorer à personne, et de plus naturaliste
habile.

Quoique Duclos, Bourdelin, Gayant et Marchand, qui complétaient la
section, n’aient pas laissé de grands noms dans la science, leur mérite
passait alors pour fort au-dessus du commun.

Duhamel, homme très-docte et d’un esprit ferme et droit, fut nommé
secrétaire. Il joignait à une grande érudition philosophique la
politesse et l’élégance de style, en même temps qu’une excellente
latinité dont la réputation décida, dit-on, le choix de Colbert.

Cinq jeunes gens enfin, Couplet, Richer, Niquet, Pivert et Delannoy,
furent adjoints aux académiciens pour les aider dans leurs travaux.

Le roi assurait par des pensions l’existence des membres de la
compagnie nouvelle, en mettant de plus à leur disposition les fonds
nécessaires pour exécuter les expériences et construire les machines
jugées utiles.

L’Académie se réunissait deux fois par semaine, le mercredi et le
samedi. Quoique tous les membres fussent convoqués, la séance du
mercredi était spécialement consacrée aux travaux mathématiques, et
celle du samedi aux expériences de physique, comprenant, d’après
le langage du temps, les manipulations de chimie et les travaux
d’histoire naturelle. Les réunions ressemblaient fort peu à celles
d’aujourd’hui. L’Académie, inconnue au public et peu soucieuse de se
répandre au dehors, ne recevait des savants étrangers que de rares et
insignifiantes communications; une ou deux fois par an, tout au plus,
un inventeur, patronné par quelque grand personnage, était admis à lui
soumettre un moyen de dessaler l’eau de mer, une solution nouvelle
du problème des longitudes ou quelque combinaison chimérique pour
produire de la force sans en consommer... Mais les seize académiciens,
accoutumés à ne compter que sur eux-mêmes, remplissaient le plus
souvent les séances par leurs propres travaux. Les expériences,
choisies et discutées à l’avance, devaient être exécutées en commun,
dans le laboratoire annexé à la bibliothèque royale, où se tenaient
alors les assemblées.

Duclos, dans le programme des travaux de chimie, étale tout d’abord la
confiance d’un ignorant qui ne doute de rien. La chimie, il ne faut pas
l’oublier, est de création toute récente, et les transformations des
corps n’avaient jamais été rattachées, avant Stahl qui vint quarante
ans plus tard, à une théorie réellement scientifique. Duclos cependant
n’y aperçoit pas de secrets; il déclare le nombre des éléments, en
assigne la nature et le rôle et, sans marquer aucun embarras, émet
et propose comme indubitables les principes les plus absolus et les
plus faux. Le soufre, le mercure et le sel ne sont pas, suivant lui,
des corps simples, et par la résolution des mixtes naturels, il ne
reste jamais que de l’eau. C’est elle qui, altérée par un efficient
impalpable et spirituel, produit le mercure, le soufre et le sel. Les
esprits parfaits et qui ont quelque participation de la vie contiennent
un troisième principe, nommé _archée_, en sorte qu’il existe en tout
trois principes: le corps matériel qui est l’eau, l’esprit altératif et
l’âme vivifiante ou archée. Les chimistes, on le voit, avaient beaucoup
à désapprendre.

Le plan d’études tracé par Perrault pour l’anatomie et la botanique
fait paraître au contraire beaucoup de savoir et de sens. Les
recherches anatomiques doivent comprendre, suivant lui, en même temps
que la description des organes, la recherche de leur usage et le
mécanisme de leur action. Quelques organes bien connus remplissent des
fonctions encore très-cachées et des effets véritables et manifestes,
tels par exemple que la génération du lait, dépendent de quelque organe
qu’on n’a pas pu découvrir. Un anatomiste doit donc employer à la fois
les yeux et la raison, en conservant toutefois quelque avantage aux
yeux sur la raison même.

Perrault distingue également de l’histoire et de la description des
plantes l’étude plus philosophique de leur naissance et de leur
accroissement. Beaucoup d’auteurs anciens ont écrit sur ce sujet;
leurs assertions sont douteuses, il serait utile de les vérifier.
Est-il vrai, par exemple, qu’une plante puisse se reproduire par les
sels tirés de sa cendre? La terre qui nourrit la plante peut-elle
la produire par sa propre fécondité sans avoir reçu de semence?
Existe-t-il dans la plante, comme dans les animaux, une partie
principale qui donne l’âme et le mouvement à toutes les autres, et
cette partie n’est-elle pas la racine? Que faut-il penser enfin de ce
qu’on a nommé les sympathies et les antipathies des plantes? Si le
sapin est considéré comme l’ami des autres arbres, cela ne tient-il pas
seulement à ce que sa racine, droite et plongeante, ne gêne en rien les
plantes placées dans son voisinage? Si l’olivier passe pour un arbre
peu sociable, n’est-ce pas pour une raison contraire?

Chaque académien était invité à proposer son programme, et il en
résulta une grande variété de projets. Un membre de la Compagnie, dont
le procès-verbal ne donne pas le nom et qui, pour cette raison, est
peut-être Duhamel qui l’a rédigé, propose de «choisir un étang pour
faire tourner l’eau en son milieu, laquelle communiquera le mouvement
au reste de l’eau par différents degrés de vitesse, pour y examiner le
mouvement des divers corps flottants en divers endroits et inégalement
éloignés du milieu, pour faire quelque comparaison des planètes dans le
monde.»

Auzout, mieux inspiré, demandait que quelques-uns de la Compagnie
eussent commission de voir les ouvriers, leurs outils et leurs
instruments, la manière de les employer, savoir ce qui leur manque et
apprendre leurs secrets et leurs sophisteries. Couplet fut chargé de
suivre cette idée, qui devait produire la belle collection des Arts et
métiers publiée un siècle plus tard par l’Académie.

Huyghens aussi remit son projet, et M. Boutron en possède l’autographe
original avec des notes approbatives écrites sans doute de la main de
Colbert.


 [Sidenote: _Bon._]

 Faire les expériences du vuide par la machine et autrement et
 déterminer la pesanteur de l’air.

 [Sidenote: _Bon._]

 Examiner la force de la poudre à canon en l’enfermant en petite
 quantité dans une boite de fer ou de cuivre fort espaisse.

 [Sidenote: _Bon._]

 Examiner de même façon la force de l’eau raréfiée par le feu.

 [Sidenote: _Bon._]

 Examiner la force et la vitesse du vent et l’usage qu’on en tire à la
 navigation et aux machines.

 [Sidenote: _Bon._]

 Examiner la force de la percussion ou la communication du mouvement
 dans la rencontre des corps, dont je crois avoir donné le premier les
 véritables règles.

 _Pour l’Assemblée de Physique._

 La principale occupation de cette Assemblée et la plus utile doibt
 estre, à mon avis, de travailler à l’histoire naturelle à peu
 près suivant le dessein de Verulamius. Cette histoire consiste en
 expériences et en remarques et est l’unique moyen pour parvenir à la
 connoissance des causes de tout ce qu’on voit dans la nature. Comme
 pour sçavoir ce que c’est que la pesanteur, le chaud, le froid,
 l’attraction de l’aimant, la lumière, les couleurs, de quelles parties
 est composé l’air, l’eau, le feu et tous les autres corps, à quoy sert
 la respiration des animaux, de quelle façon croissent les metaux,
 les pierres et les herbes, de toutes lesquelles choses on ne sçait
 encore rien ou très peu, n’y ayant pourtant rien au monde dont la
 connoissance seroit tant à souhaiter et plus utile.

 [Sidenote: _Bon._]

 L’on devroit, suivant les diverses matières dont j’en viens de nommer
 quelques-unes, distinguer les chapitres de cette histoire et y
 amasser toutes les remarques et expériences qui regardent chacune en
 particulier, et de ne se pas tant mettre en peine d’y rapporter des
 expériences rares et difficiles à faire, que celles qui paroissent
 essentielles pour la découverte de ce que l’on cherche, quand bien
 même elles seroient fort communes.

 L’utilité d’une telle histoire faite avec fidélité s’estend à tout
 le genre humain et dans tous les siècles à venir, parce qu’outre le
 profit qu’on peut tirer des expériences particulières pour divers
 usages, l’assemblage de toutes est toujours un fondement assuré
 pour bastir une philosophie naturelle, dans laquelle il faut
 nécessairement procéder de la connoissance des effets à celle des
 causes.

 La chimie et la dissection des animaux sont assurément nécessaires à
 ce dessein, mais il faudroit que les opérations de l’une ou de l’autre
 tendissent toujours à augmenter cette histoire de quelque article
 important et qui regardast la découverte de quelque chose qu’on se
 propose, sans perdre de temps à plusieurs mesmes remarques de quelques
 circonstances dont la connoissance ne peut avoir de la suite; pour ne
 pas encourir le reproche que faisoit Seneque aux philosophes anciens:
 _Invenissent forsitan necessaria nisi et superflua quœsissent_.

 Il faudroit commencer par les matières que l’on jugera les plus belles
 et utiles, dont on pourra distribuer plusieurs à la fois à autant de
 personnes de ceux qui composent l’assemblée qui toutes les semaines y
 feront le rapport et lecture de ce qu’ils auront recueilli, et ce sera
 ainsi une occupation réglée, dont le fruit sera indubitablement très
 grand.

  HUYGHENS.

Cette note date de 1666, époque à laquelle Colbert proposa à Louis
XIV la fondation de l’Académie des sciences. C’est cette même année
que Huyghens, appelé par le grand ministre et doté d’une pension
considérable, vint se fixer à Paris.

Picard commença immédiatement avec Auzout et Huyghens une série
d’observations astronomiques, et, en proposant de construire pour les
planètes des tables plus complètes que celles de Kepler, il disait ses
motifs d’espérer ses succès.

«On a, dit-il, quantité de nouvelles observations qui ont été faites
très-exactement en divers lieux, lesquelles, jointes et comparées
à celles des années précédentes, donnent une connaissance de
l’astronomie bien plus particulière que celle qu’on a eue par le passé.
La géométrie n’avait pas encore été poussée au point où elle est
présentement; on a pour observer des instruments beaucoup meilleurs
que ceux dont se sont servis les anciens. A peine avait-on, du temps
de Kepler, de grandes lunettes de six ou sept pieds. On en fait
aujourd’hui de soixante pieds. La méthode dont lui et ceux qui l’ont
précédé se sont servis pour mesurer le temps est fort incertaine, et
très-éloignée de la précision que nous donnent les horloges à pendule,
qui marquent les minutes et même les secondes avec beaucoup plus
d’exactitude que les horloges communes ne marquaient les heures et les
demi-heures, et elles sont d’une si grande utilité que l’on peut, par
leur moyen, non-seulement rectifier les heures des étoiles fixes sans
aucun instrument, mais encore faire plusieurs observations qui sans
cela seraient impossibles. Que si, à tous ces avantages, on ajoute
les secours qu’il plaît à Sa Majesté de promettre à cette science si
nécessaire dans l’usage de la vie, et par laquelle on puisse espérer de
bons et grands instruments avec un lieu propre et tel qu’on le souhaite
pour observer, on aura tout lieu de se promettre de bons résultats.»

Le ciel sembla favoriser la compagnie naissante: deux éclipses, aussi
rapprochées qu’elles puissent l’être, se succédèrent à quinze jours
d’intervalle. La première surtout présenta un spectacle curieux et
une instruction importante. Quand la lune s’éclipsa à l’horizon, le
soleil lui-même n’était pas encore caché. Ce singulier phénomène avait
été observé déjà par Pline et par Moestlin, le maître de Kepler.
Les académiciens, qui ne l’ignoraient pas, y prirent cependant un
grand intérêt; en voyant en effet la lune s’obscurcir lorsque rien
en apparence n’intercepte pour elle les rayons du soleil, on demeure
assuré, sans recourir à aucune autre preuve, que les astres relevés par
la réfraction ne sont pas où ils semblent être. L’Académie, plaçant au
nombre de ses travaux astronomiques l’étude immédiate de la réfraction,
résolut d’approfondir une théorie aussi indispensable à l’exactitude
de toutes les autres. Huyghens proposa plusieurs méthodes qui furent
suivies et perfectionnées, et l’Académie contribua à faire disparaître
une erreur grave presque universellement admise jusqu’alors. La
réfraction, qui diminue avec l’élévation de l’astre observé, ne devient
nulle qu’au zénith; les observateurs, qui l’avaient négligée pour les
hauteurs plus grandes que 45°, s’étaient trompés par là de plus d’une
minute sur la latitude de Paris, base nécessaire de tous les travaux de
l’Observatoire.

Les mathématiciens eux-mêmes entreprirent une œuvre collective. Un
traité de mécanique, composé par eux, devait être l’une des premières
productions de l’Académie. Chaque géomètre, à tour de rôle, composait
un chapitre et, comme on disait alors, _était député pour penser à
une question_. Plusieurs séances étaient consacrées ensuite à lire
son travail et à le discuter. Descartes, que le plus grand nombre des
académiciens reconnaissaient pour leur maître, avait dit cependant: «On
voit souvent qu’il n’y a pas autant de perfection dans les ouvrages
composés de plusieurs pièces et faits de la main de plusieurs maîtres
qu’en ceux auxquels un seul a travaillé.» Le nouveau traité ne démentit
pas ce jugement, et si le temps qu’on y a consacré lui donne une place
dans l’histoire de l’Académie, il n’en occupe aucune dans celle des
progrès de la science.

L’Académie, qui devait composer en même temps et qui composa en effet
un traité sur l’histoire des animaux, en amassait confusément les
matériaux, en suivant, sans ordre régulier et sans dessein prémédité,
le seul hasard des occasions: un renard, un blaireau, une fouine, une
civette, un putois, une belette, plusieurs salamandres, un caméléon,
une gazelle, un sapajou, un ours, un hérisson, une cigogne, une
tigresse, un dromadaire, une chouette, un esturgeon et une oie vivante
dont on examina les organes respiratoires, se succédèrent dans les
séances du samedi sur la table de dissection. Mais la plus éclatante et
la plus mémorable de toutes les dissections fut celle d’un éléphant de
la ménagerie de Versailles. Le roi y assista; l’opération eut lieu à
Versailles. Elle était commencée depuis quelque temps, lorsque le roi,
sans s’être fait annoncer, entra tout à coup dans la salle et demanda
où était l’anatomiste qu’il ne voyait point. Duverney, le scalpel à
la main, s’éleva alors des flancs de l’animal où il était englouti et
fit devant lui l’histoire des principaux organes, en y mêlant sans
doute quelque ingénieuse flatterie. L’œil, apporté à Paris, fut étudié
avec grand soin; la trompe occupa deux séances; la chair, le cerveau,
l’ivoire et la liqueur du péricarde furent analysés par les chimistes,
c’est-à-dire successivement soumis à une distillation qui détruit les
principes sans en révéler la nature.

Le corps d’une femme suppliciée fut livré un jour à l’Académie;
le procès-verbal des opérations est rédigé cette fois avec des
développements inusités. On rapporte l’épreuve proposée par chacun et
presque toujours exécutée. Les académiciens, attentifs à profiter d’une
occasion très-rare alors, tiennent séance extraordinaire plusieurs
jours de suite et quand on cessa les travaux, il était impossible de
les continuer.

Colbert, dans son zèle pour la compagnie qu’il avait fondée, avait
autorisé les académiciens à examiner, pour leur instruction, les
malades désespérés de l’Hôtel-Dieu. Maître alors de l’administration,
il disposait de tout dans l’État. Cette fois cependant, il ne fut pas
obéi. Les religieuses, avec une invincible fermeté, refusèrent l’entrée
de l’hôpital, et la Commission académique revint, comme dit son
rapporteur Pecquet, _sans avoir rien fait_.

L’Académie, qui publia sur l’histoire des animaux deux volumes de
grand intérêt et riches d’observations originales, ne produisit sur
la botanique qu’un long et inutile travail. Guidée par une fausse
imagination, elle demandait à la distillation des plantes tout le
secret de leurs principes divers, et pendant plusieurs années, elle
employa la plus grande partie de son temps à distiller avec une
persévérance obstinée toutes les espèces connues, sans remarquer
l’inconvénient grave d’une telle pratique et la stérilité de la
méthode. Les principes immédiats réellement caractéristiques sont
décomposés en effet dans l’opération, et les végétaux les plus
dissemblables, tels que la ciguë, le pavot ou le blé, donnent
exactement le même produit. Les différences restent donc cachées et
tout aboutit à confondre les problèmes sans les éclaircir.

Les exemples d’analyse par distillation sont nombreux dans l’histoire
de l’Académie. Un jour, la compagnie étant assemblée, on procède à la
distillation d’un melon tout entier dont on avait seulement ôté les
graines et dont le poids était de cinq livres. La liqueur distillée fut
fractionnée en neuf parties qui se trouvèrent toutes, à l’exception
de la première, médiocrement acides. La neuvième et dernière avait
beaucoup de sel volatil, et il resta quatre grains de sel lixiviel.

Un autre exemple confirmera la trompeuse facilité de ce que l’on
nommait analyse chimique à la fin du XVII^e siècle. «La compagnie
étant assemblée le 14 juillet 1667, M. Bourdelin a fait voir l’analyse
de quarante crapauds tout vivants. Il y en avait qui étaient gardés
depuis dix-huit jours dans un panier, et ceux-là sentaient fort mal;
ils pesaient deux livres, onze onces et plus. On en a tiré trente-cinq
onces, trois gros de liqueur; les cinq premières onces ont été tirées
au bain vaporeux: la première, claire et limpide, d’une saveur
piquante, a blanchi l’eau de sublimé; la seconde a rendu laiteuse
l’eau de sublimé; la troisième a légèrement précipité l’eau de sublimé
et troublé l’eau de vitriol; la quatrième a plus précipité l’eau de
sublimé; la cinquième a fait ces effets encore plus fortement. Il en
reste dix onces fort sèches.» Tels sont les résultats visiblement
informes et sans portée dont l’Académie, pendant près de trente ans,
chargea patiemment ses registres.

Les macérations quelquefois venaient en aide à la distillation. «Je
suis d’avis, disait Dodart à l’Académie, un jour où elle tenait
conseil pour déterminer et arranger l’ordre de ses travaux, je suis
d’avis que l’on continue cette année à macérer des plantes. Nous
ne sommes pas assurés que cette préparation confonde ou altère les
principes, il est probable qu’elle les démêle; et supposé qu’elle les
altère, il est bon de savoir quelle altération elle cause, et comme il
n’y a guère d’apparence que les analyses nous fassent voir dans les
produits ce qu’ils sont et ce qu’ils peuvent faire, il faut au moins
qu’elles nous fassent voir ce qu’on peut y faire par quelque voie que
ce soit; or la macération est une de ces voies et des principales.»

Au lieu de promener son attention sur des communications trop
nombreuses et trop rapides pour la captiver, l’Académie avait pour
coutume de consacrer une séance tout entière à l’étude d’une question
qui restait à l’ordre du jour pendant plusieurs semaines, quelquefois
même pendant plusieurs mois de suite; elle s’arrêtait sur chaque
difficulté, discutait tous les points de vue, jugeait les opinions
opposées et dans les cas demeurés douteux faisait immédiatement appel
à l’expérience. De telles conférences, souvent pleines d’intérêt et de
vie, si elles n’accroissaient pas toujours la science, exerçaient au
moins les plus habiles et servaient à l’instruction de tous.

Une des questions les plus longuement étudiées fut celle de la
coagulation qui, pendant l’année 1669, occupa vingt semaines de suite
toutes les séances du samedi. Des animaux vivants, un agneau et un
cheval entre autres, furent amenés au laboratoire et livrés au scalpel.
L’illustre Huyghens, dont l’esprit vif et étendu embrassait toutes les
questions, proposa à cette occasion sur la nature des liquides une
opinion longuement motivée et remarquable à beaucoup d’égards.

La liquidité suivant lui ne consiste pas seulement dans le détachement
des parties du corps, mais encore dans un mouvement continuel de ces
parties. «Plusieurs raisons, dit-il, le rendent vraisemblable, et
premièrement cette propriété des liqueurs de se faire une surface plane
et horizontale, c’est-à-dire de faire descendre toute sa masse, est une
chose qu’on ne conçoit pas qui se puisse faire par la seule petitesse
et non-cohérence des parties, parce qu’on voit qu’un tas de blé ou de
grains de moutarde ou de sable ne s’aplatit pas, mais demeure en forme
de pyramide; mais quand on secoue longtemps, quoique par petit coups,
le vaisseau qui les contient, ce qui cause du mouvement dans tous les
grains, on voit qu’ils se mettent de niveau ainsi qu’un liquide.»

Huyghens dans un autre passage, à propos de la coagulation du lait,
parle de la chaleur qui n’est, _qu’une agitation plus violente des
mêmes parties du lait_. Cette idée, aujourd’hui presque triomphante,
qui fait de la chaleur un mouvement des molécules, a été proposée
plusieurs fois devant l’Académie des sciences. On lit au procès-verbal
du 23 juin 1677: «Il y a beaucoup d’apparence que la chaleur vient
du mouvement, la forte d’un mouvement très-vif et la faible d’un
mouvement assez lent... En un mot, je ne sais quel mouvement c’est que
la chaleur, mais je suppose que c’est un mouvement.» Les physiciens
aujourd’hui n’en peuvent pas dire davantage. Mariotte et Perraut
invités à parler sur la coagulation y employèrent chacun une séance
entière sans rien dire qu’on doive rapporter.

Pendant que les séances du samedi étaient consacrées à l’étude de la
coagulation, la discussion d’une machine proposée et construite par
Huyghens pour mesurer la force de l’air et des liquides en mouvement,
occupait celles du mercredi. La question pour des cartésiens était
liée très-intimement à la cause et au mécanisme de la pesanteur.
Huyghens proposa les conjectures qui devaient peu de temps après lui
inspirer le petit écrit: _De causu gravitatis_. Elles soulevèrent des
contradictions, et la compagnie fut fort partagée. Roberval trouvait
la question trop difficile et trop haute. On ne doit pas, disait-il
sagement, prononcer sur de tels mystères; le fond en est entièrement
impénétrable, et il faudrait, pour les éclaircir, quelque sens
particulier et spécial dont nous manquons. Sans s’embarrasser dans
la recherche des causes, il était d’avis qu’on s’en tînt au fait.
L’Académie cependant voulut rassembler ses conseils et ses forces pour
juger une question qui surpasse sans doute l’intelligence humaine et
qu’aucune décision ne saurait trancher. Une première commission dont
le rapporteur fut Mariotte proposa des objections auxquelles Huyghens
répondit aussitôt; l’Académie alors chargea Picard de prononcer
définitivement. Le prudent astronome, ennemi des discussions et des
incertitudes, déclina une telle responsabilité, mais Duhamel et Perraut
déclarèrent longuement leurs pensées. Huyghens maintint les siennes,
et la discussion qui n’eut rien que de faible se prolongea pendant
plusieurs semaines sans autre effet, comme on aurait pu le prévoir, que
d’affermir chacun dans son opinion.

Les travaux astronomiques étaient en même temps activement poursuivis.
La construction de l’Observatoire, décidée en 1664, fut commencée en
1667. Le 21 juin, une commission d’académiciens détermina l’orientation
de la façade. Rien n’est plus mal entendu que cet édifice. Perraut,
malgré tout son talent, s’y montra plus curieux de l’harmonie et de la
régularité des formes que des besoins véritables de la science. Des
dispositions réclamées par les astronomes et dont Colbert lui-même
avait reconnu l’utilité furent obstinément repoussées par lui, comme
incompatibles avec la beauté de l’ensemble. L’art d’observer éprouvait
d’ailleurs à ce moment une véritable révolution, et les astronomes les
plus habiles n’étaient d’accord eux-mêmes ni sur la nature ni sur le
choix des instruments à y installer.

Picard et Auzout auraient voulu tout disposer pour l’astronomie de
précision, prendre jour par jour des mesures régulières et exactes et
au catalogue minutieux des étoiles joindre les tables des mouvements
planétaires et des positions de la lune; mais leur influence devait
céder au crédit de Dominique Cassini. C’était Picard lui-même qui, sur
l’estime qu’il avait conçue de ses talents, avait récemment attiré les
bienfaits de Colbert sur ce redoutable rival. Homme d’esprit et homme
de qualité, facile et agréable d’humeur, habitué à la représentation
et à l’éclat extérieur, Cassini obtint aisément la faveur du roi;
habile à la ménager, il excellait à charmer son imagination, à exciter
sa curiosité et à la satisfaire quel qu’en fût l’objet avec une
merveilleuse assurance.

Un jour, une comète parut dans le ciel. Le roi désira savoir vers
quelle région elle se dirigeait. Cassini qui ne l’avait observée qu’une
fois, le lui dit immédiatement. La comète suivit une autre route,
mais le roi ne s’en informa pas et se souvint seulement que pour un
homme aussi habile que M. Cassini les astres n’avaient pas de secrets.
En découvrant deux nouveaux satellites de Saturne, Cassini put se
glorifier d’avoir porté le nombre total des astres errants au beau
chiffre de 14, qui avait l’honneur d’être uni au nom illustre de Louis.
La flatterie eut un plein succès, et une médaille, frappée par ordre du
roi, en consacra le souvenir.

Picard et Auzout, aussi simples que modestes, empressés d’ailleurs
à proclamer le mérite et la science de Cassini, devaient paraître
près de lui de bien petits compagnons. Cassini fut donc presque seul
consulté par l’architecte de l’Observatoire. Il n’approuva pas tout, et
ses mémoires posthumes donnent un libre cours aux critiques; mais il
accorda publiquement de grandes louanges à Perraut, et les réclamations
ne purent être bien énergiques contre un monument dont «le dessein,
la grandeur et la solidité lui paraissaient admirables.» La solidité,
résultat de l’épaisseur des murs, était un grand inconvénient; elle
empêcha l’installation des deux instruments les plus utiles aux
observateurs modernes: la lunette méridienne inventée par Roemer et le
cercle mural dû à Picard. Tous deux en effet exigent dans la maçonnerie
une ouverture continue allant de l’horizon au zénith. Cet inconvénient
est tel que cent ans plus tard un des descendants de Cassini proposait
pour y remédier de raser l’édifice au niveau du premier étage.
Cassini, qui fut le premier directeur de l’Observatoire, cherchait
surtout dans la science des résultats isolés et brillants et semblait
peu se soucier de préparer par d’obscurs travaux les découvertes de
ses successeurs. L’imperfection des instruments de précision devait
donc le gêner moins qu’un autre. Mais Picard en souffrit beaucoup, et
quoiqu’en restant toujours avec Cassini dans les meilleures relations,
il n’obtint que lentement les secours nécessaires pour réaliser ses
projets, toujours cependant utilement et largement conçus.

Les astronomes de l’Académie en attendant l’achèvement de l’œuvre
de Perraut ne demeuraient pas inactifs. Louis XIV les avait
chargés de mesurer la grandeur de la terre. Picard et Auzout, en
exécutant ce travail, introduisirent dans leurs observations un des
perfectionnements les plus importants qu’ait reçus depuis deux siècles
l’astronomie de précision. Ils appliquèrent pour la première fois les
lunettes à la mesure des angles. Cette idée, proposée par Huyghens
dans son écrit sur le système de Saturne et perfectionnée par Picard
et par Auzout, devait assurer aux observations une exactitude presque
illimitée.

Les lunettes avaient révélé dans le ciel à Galilée, à Kepler et à leurs
successeurs d’importants détails invisibles à l’œil nu, mais cette
représentation sans réalité, formée par les rayons lumineux après
tant de déviations inégales et mal connues, ne semblait pas pouvoir
indiquer même approximativement leur direction primitive. La lunette en
effet montre à la fois une infinité de points différents; vers lesquels
est-elle précisément dirigée?

Lorsqu’on observe avec une lunette un objet fort éloigné, une étoile
par exemple, la lunette montre son image formée au foyer du verre
antérieur, nommé _objectif_, et la position de cette image regardée
à travers une loupe, nommée _oculaire_, varie avec celle de l’œil de
l’observateur. Picard pour préciser la direction place dans la lunette,
à la distance même où peut se former l’image, deux fils très-fins qui
se croisent perpendiculairement; l’observateur, par le déplacement de
l’instrument, doit amener le point de croisement à recevoir l’image
de l’objet qu’il étudie. Mais il faut deux points pour déterminer
une direction, et les deux fils, par leur croisement, n’en donnent
qu’un seul. Telle fut l’objection qui, en obscurcissant l’invention
de Picard, empêcha toujours le célèbre Hévélius de l’appliquer à ses
instruments.

Picard, exact au fond mais confus dans ses explications, apportait
cependant une preuve décisive, je veux dire l’épreuve même. L’ancienne
méthode donnait des résultats d’autant plus rapprochés des siens qu’on
l’appliquait avec plus d’habileté et de soin. L’ingénieux, académicien
avait en effet complétement raison. Lorsque les fils convenablement
disposés cachent l’image d’un point éloigné, la ligne dirigée vers
l’objet est déterminée et toujours la même dans l’intérieur de la
lunette dont elle est l’axe véritable; les points situés sur son
prolongement ne sont pas seuls aperçus par l’observateur, mais ils
sont seuls visés par l’instrument. Tous les observateurs aujourd’hui
profitent de cette invention, et grâce à elle les plus médiocres
surpassent Tycho en précision, autant et plus peut-être que Tycho
surpassait ses prédécesseurs.

La position de plusieurs villes du royaume, déterminée astronomiquement
par Picard, devait servir à la mesure du méridien. Quelques résultats
très-inattendus suggérèrent à l’Académie le dessein plus vaste de les
rattacher à un ensemble en construisant une nouvelle carte de France.
Cette résolution approuvée par Colbert fut suivie d’un prompt effet.
Picard et Lahire commencèrent les travaux sans retard, mais ralentis et
interrompus souvent par la nécessité des affaires, ils n’étaient pas
fort avancés à la mort de Picard. Cassini eut l’honneur de continuer
ce grand ouvrage dont la célèbre carte qui porte son nom et qui fut
terminée par son arrière-petit-fils devait être le dernier résultat.

Lorsqu’une étude entreprise se trouvait terminée ou abandonnée,
l’Académie, toujours empressée à passer d’un travail à un autre,
avisait aussitôt un but nouveau à atteindre et par des discussions
parfois très-prolongées s’efforçait de tracer sa route et d’y régler sa
marche à l’avance. C’est ainsi que le 3 novembre 1669, quinze sujets
d’expérience et d’étude furent successivement proposés. Presque tous
sont insignifiants et je citerai seulement les suivants:

Faire l’analyse du café et du thé pour savoir pourquoi ils empêchent de
dormir.

Faire l’analyse de l’urine pour savoir ce qui fait sa vertu pour les
goutteux et contre les vapeurs.

Chercher des purgatifs agréables au goût.

Un autre jour, l’Académie n’ayant rien de mieux à faire, on proposa
d’enlever la rate à des chiens, et l’on trouva pour tout résultat
qu’ils étaient plus gais et urinaient davantage.

L’Académie, toujours exacte à faire une expérience au moins dans chaque
réunion du samedi, prenait souvent des chiens pour victimes. Plus
d’un, piqué par une vipère, servit d’épreuve à la vertu des antidotes
réputés efficaces. Ils ne mouraient pas tous, mais l’inégale gravité
des morsures et la force plus ou moins grande de l’animal expliquaient
suffisamment la différence des résultats. L’Académie, qui revint plus
d’une fois sur ces expériences, semblait se plaire à varier le choix
des victimes. Un chat fut mordu au ventre; il vivait à la fin de la
séance, mais il mourut deux jours après. Une grenouille mordue par une
vipère mourut la nuit suivante. Deux vipères mordues par deux autres
vipères vivaient encore à la fin de la séance, et le procès-verbal
ajoute en post-scriptum: «Elles se portent aujourd’hui fort bien.»
Un petit serpent fut également mordu; il mourut le lendemain. Trois
pigeons enfin ayant été mordus par trois vipères, les deux premiers
moururent, le troisième survécut et assista à la séance suivante où
l’on put constater qu’il s’était formé une croûte sur la plaie.

La question, on le voit, ne faisait pas de grands progrès. Elle fut
reprise en 1737 à l’occasion d’un remède proposé par un charlatan
et qui fit grand bruit. L’Académie sacrifia encore neuf pigeons,
vingt-deux poulets, deux coqs, une oie, deux chats et huit chiens, sans
donner de conclusion certaine.

Dans l’une des séances où périodiquement en quelque sorte, l’Académie
ayant épuisé son programme avait à se demander: Qu’allons-nous
entreprendre? Picard, après avoir tracé le tableau judicieux des
désiderata de l’astronomie, proposa qu’en attendant l’achèvement
de l’Observatoire, une commission fût envoyée à Uranibourg pour en
déterminer exactement la position et rendre possible la comparaison
des tables rudolphines de Tycho Brahé avec les résultats qu’on
obtiendrait à Paris. La résolution fut approuvée immédiatement par
Colbert, et Picard lui-même partit pour le Danemark. Il devait avant
tout déterminer la hauteur du pôle à Uranibourg. En rendant compte des
minutieuses précautions dont il s’est entouré, Picard fit connaître,
pour la première fois, les singuliers déplacements que quinze ans
d’observations lui avaient révélé dans la position de l’étoile
polaire et qui l’ont fait toucher de bien près à l’une des grandes
découvertes de l’astronomie moderne. Ces inégalités qui lui semblaient
inexplicables n’ont plus aujourd’hui rien de mystérieux. Bradley en
révélant leur cause a expliqué leur loi. Elles dépendent, en partie
au moins, comme il l’a montré avec évidence, de la vitesse de la
terre qui, comparable à celle de la lumière, altère inégalement aux
diverses époques de l’année la direction apparente suivant laquelle
nous parviennent les rayons issus d’une même étoile. Si Picard, qui ne
l’a pas même soupçonné, n’a aucun droit à cette grande découverte, on
en doit peut-être admirer davantage la perfection jusque-là inouïe des
observations qui, en dehors de toute idée préconçue, lui ont révélé
d’aussi minutieux détails.

La méridienne d’Uranibourg fut l’occasion d’un grand étonnement. La
direction assignée par Tycho présentait dix-huit minutes d’erreur.
Devait-on accuser l’habileté ou le soin du grand astronome ou voir
dans le déplacement de la méridienne une preuve de la variation du
pôle? Un trop grand nombre d’observations s’accordent à prouver le
contraire, et il fallut bien admettre chez l’exact et consciencieux
Tycho une erreur rendue inexplicable par son évidence même.

«Nous osons promettre à la postérité, ajoute Picard avec une légitime
confiance, que si, dans la suite des temps, on trouve qu’il faille
changer de plus d’une minute ce que nous avons établi sur ce sujet, ce
sera pour lors que l’on pourra s’assurer de l’instabilité de la ligne
méridienne.»

Le voyage d’Uranibourg donna à l’Académie une force et une gloire
nouvelles. Le jeune Roemer, ramené en France par Picard et introduit
dans l’Académie, fut d’abord un de ses membres les plus actifs et
bientôt un des plus illustres. Roemer en effet a mesuré le premier la
vitesse de la lumière, à laquelle Picard par une voie toute différente
avait touché de si près. Les satellites de Jupiter, en circulant autour
de la planète, traversent périodiquement le cône d’ombre projeté par
elle à l’opposé du soleil. Si leur mouvement était uniforme aussi bien
que celui de Jupiter, les entrées ou _immersions_ dans le cône d’ombre
se succéderaient à intervalles égaux, et il en serait de même des
sorties ou _émersions_; si la lumière se propage instantanément, la
régularité des observations reproduira fidèlement celle des phénomènes,
mais si au contraire les rayons lumineux emploient un certain
temps à parcourir la distance variable qui nous sépare de Jupiter,
l’observation inégalement retardée accusera dans les intervalles
des différences qui n’ont rien de réel et dont la loi est évidente.
Lorsque la terre s’éloigne de Jupiter, nous fuyons pour ainsi dire
devant les rayons qu’il nous envoie, le retard va en augmentant, et
les intervalles apparents sont plus grands que les intervalles réels.
L’effet est contraire lorsqu’en nous rapprochant de la planète, nous
allons au-devant de ses rayons. Or un examen facile de la position des
astres montre que, dans le premier cas, Jupiter cachant ses satellites
au moment de l’immersion, l’émersion est seule visible de la terre;
les immersions au contraire le sont seules dans le second cas. Si donc
la propagation de la lumière n’est pas instantanée, l’intervalle entre
deux immersions consécutives observées doit sembler plus court que
celui de deux émersions, et la différence sera d’autant plus grande que
la lumière marche moins vite. C’est par ces considérations ingénieuses
que Roemer osa fixer à vingt-deux minutes le temps employé par la
lumière à traverser le diamètre de l’orbite terrestre. Un paradoxe
aussi hardi heurtait non-seulement l’opinion commune mais l’une des
assertions les plus résolues et les plus tranchantes de Descartes; les
savants devaient y résister.

Encore que la loi de Roemer paraisse nettement dans les moyennes,
lorsqu’en approfondissant la matière on veut chercher dans le détail
des observations une preuve plus précise et plus certaine, l’ordre fait
place à la confusion, et de continuelles anomalies en altérant les
résultats prévus semblent les convaincre d’erreur. Cassini, qui entrant
dans la pensée de Roemer en avait vanté d’abord la nouveauté et la
force, alléguait contre elles des objections considérables. Pendant que
la terre en effet s’éloigne de Jupiter, le premier satellite s’éclipse
plus de cent fois; et si, comme l’affirmait Roemer, la vue de la
dernière éclipse est retardée de vingt-deux minutes par rapport à celle
de la première, l’accroissement moyen de l’intervalle qui sépare deux
éclipses est de treize secondes environ. De si petites différences ne
sont pas écrites dans les phénomènes en caractères assez visibles, et
sans parler des erreurs d’observation d’autres inégalités peuvent, on
le comprend, les effacer complétement et en renverser le sens.

Roemer cependant se défendait avec vigueur et succès. On lit dans
l’extrait des registres remis à Colbert en 1678: «M. Roemer a confirmé
par de nouvelles observations ses sentiments touchant la vitesse de la
lumière, prétendant que son mouvement ne se fait pas en un instant.
Comme ce problème est un des plus beaux que l’on ait encore proposés
sur ce sujet et que M. Cassini y a trouvé quelques difficultés, on
l’a examiné souvent dans l’assemblée. La compagnie a trouvé que cette
méthode pour trouver le temps que la lumière des astres emploie à son
mouvement est la meilleure et la plus ingénieuse dont on se soit avisé
jusqu’à présent.»

Mais dans l’histoire rédigée par lui des travaux astronomiques de
l’Académie, Cassini tient un tout autre langage et se prononce
hardiment dans un sens opposé. On a comparé, dit-il, le temps de deux
émersions prochaines du premier satellite dans une des quadratures avec
le temps de deux immersions prochaines dans la quadrature opposée de
cette planète, et bien que la lumière d’un satellite à la fin de sa
révolution dans la première quadrature fasse moins de chemin pour venir
à la terre dont Jupiter s’approche qu’à la fin de sa révolution dans la
seconde, quand Jupiter s’éloigne de la terre et que cette différence
monte tout au moins à trois cent mille lieues de chemin dans un temps
de plus que dans l’autre, on n’a pas trouvé de différence sensible
entre les deux espaces de temps. «Ce n’est pas, ajoute Cassini, que
l’Académie ne se soit aperçue, dans la suite de ses observations, que
le temps d’un nombre considérable d’immersions d’un même satellite est
sensiblement plus court que celui d’un pareil nombre d’émersions, ce
qui peut en effet s’expliquer par le mouvement successif de la lumière,
mais elle ne lui a pas paru suffisante pour convaincre que le mouvement
est en effet successif.» La découverte de Roemer, aujourd’hui solide et
inattaquable, a été confirmée par tous les progrès de la science; les
objections pouvaient cependant et devaient être faites, et Cassini, en
suspendant son jugement, ne fait paraître aucun esprit de dénigrement
ou de jalousie.

La question vingt ans plus tard semblait encore douteuse, et Fontenelle
en analysant un travail de Maraldi concluait avec lui ou bien peu s’en
faut en faveur de la propagation instantanée. «Il paraît, dit-il,
qu’il faut renoncer, quoique peut-être avec regret, à l’ingénieuse et
séduisante hypothèse de la propagation successive de la lumière, ou du
moins à l’unique preuve certaine que l’on crût en avoir; car une preuve
manquée ne rend pas une chose impossible.»

Une autre expédition plus célèbre encore que celle de Picard fut celle
de Richer envoyé à Cayenne pour y faire, sous un ciel et dans un climat
nouveaux, d’importantes observations astronomiques. Plusieurs questions
lui étaient particulièrement signalées, parmi lesquelles l’observation
de la planète Mars excitait au plus haut point l’impatiente curiosité
des savants. L’Académie, dit Fontenelle, attendait le retour de ses
missionnaires comme l’arrêt d’un juge appelé à prononcer sur les
difficultés qui divisent les astronomes. Il s’agissait en effet de
déterminer la distance de Mars à la terre pour en conclure le rayon
encore inconnu de l’orbite terrestre.

Les astronomes ne connaissaient que des rapports. Ils savaient
très-exactement que la distance de Mars au soleil est une fois et demie
celle de la terre au soleil, mais on n’avait sur la grandeur absolue
de l’une d’elles que d’insignifiantes conjectures. Anaxagore, en
supposant le soleil aussi grand que le Péloponèse, évaluait sa distance
à la terre à mille ou douze cents lieues tout au plus. Aristarque, par
des mesures ingénieuses mais fort grossières, l’avait portée à douze
cents rayons terrestres; Descartes n’en supposait que sept à huit
cents; Kepler au contraire avait triplé le nombre d’Aristarque. Les
observations de Richer devaient sextupler celui de Kepler.

Mars alors approchait autant que possible de la terre, et l’on espérait
pouvoir mesurer l’angle formé par deux rayons visuels dirigés vers lui
au même instant, l’un de Paris, l’autre de Cayenne. Rien de plus facile
en théorie que la détermination d’un tel angle. Les difficultés sont
toutes d’exécution, mais elles sont considérables.

Devant la distance des étoiles, le diamètre de la terre disparaît en
quelque sorte et s’évanouit; les rayons dirigés vers l’une d’elles par
deux observateurs éloignés sont rigoureusement parallèles, et l’on
peut par suite rapporter à une même direction et comparer par là l’un
à l’autre deux rayons dirigés vers Mars de deux points éloignés du
globe. Malheureusement la terre tourne et se déplace. Mars lui-même
n’est pas immobile, et une seconde de retard dans une observation peut
dévier de plus de quinze secondes le rayon dirigé vers lui; si l’on
songe qu’un angle de vingt-cinq secondes fait tout le dénoûment du
problème, on perd l’espoir d’obtenir, à deux mille lieues de distance,
deux observations réellement simultanées. Il faut s’affranchir de cette
condition, et la marche régulière de la planète, soumise à des lois
bien connues, permet de calculer d’après la position observée celles
qui la précèdent ou qui la suivent; on doit enfin dans une recherche
aussi délicate prévoir toutes les causes d’erreur et en corriger les
effets.

L’événement trompa d’abord toutes les espérances. Les erreurs
d’observation, en compensant fortuitement les différences de
direction, assignèrent une valeur nulle à l’angle qu’on voulait
mesurer; mais Cassini, en recherchant jusqu’à la source la cause
possible d’un résultat aussi inacceptable, fut conduit à soupçonner
un quart de minute d’erreur, en assignant à l’angle une valeur de
vingt-cinq secondes que donnaient ses propres observations et qui est
exacte. Cassini en effet avait résolu le problème sans employer les
observations de Cayenne. Le principe de sa méthode est ingénieux;
puisque la comparaison des observations n’exige pas qu’elles soient
simultanées, on peut choisir pour les comparer deux observations faites
à six heures de distance dans un seul et même observatoire. La terre,
dans son mouvement bien connu, emporte l’observateur plus loin de sa
position primitive que Paris ne l’est de Cayenne, et la différence de
temps peut remplacer la distance des lieux.

C’est l’observation du pendule qui devait immortaliser surtout le
nom de Richer et le souvenir de son expédition. Le pendule qui bat
les secondes est plus court à l’équateur qu’à Paris, et ce fait bien
observé nous montre par une conséquence très assurée que la pesanteur y
est moindre. Huyghens, en évaluant la force centrifuge produite par la
rotation de la terre, fit connaître une cause considérable mais non pas
unique de cette diminution qui se rattache avec certitude à la forme
aplatie de la terre. Mais la suite de ces déductions est accessible
aux seuls géomètres, et les autres savants n’y virent pendant bien des
années qu’une ingénieuse conjecture qu’ils discutaient sans s’entendre.
Il restait donc beaucoup à faire pour fixer les esprits et rendre la
démonstration convaincante. Cinquante ans plus tard les deux partis
jugeaient nécessaire une nouvelle expédition académique qui, pour les
mettre d’accord, dut chercher des preuves évidentes et irréfragables
dans des mesures directes et précises.

Le roi Jacques II, dans une visite à l’Observatoire de Paris le 27
avril 1690, avait rapporté l’opinion de Newton sur l’aplatissement
de la terre. Les académiciens dans leur réponse invoquent assez
singulièrement les observations de Richer pour repousser une théorie
dont elle fournit la preuve la plus assurée. «On répondit, dit le
procès-verbal, que cette idée était venue à quelques-uns à l’occasion
de quelques observations de Jupiter qui a paru quelquefois n’être pas
parfaitement sphérique, mais que la partie de l’ombre de la terre
qui tombe sur la lune paraissait assez circulaire pour persuader que
la figure de la terre ne s’éloigne pas sensiblement de la sphérique,
que cette conjecture avait été assez fortifiée par les observations
de la longueur des pendules faites par les personnes envoyées par
l’Académie des sciences à Cayenne, au cap Vert et aux Antilles, où le
pendule à secondes s’est trouvé constamment sensiblement plus court que
dans notre climat, mais que cette différence pouvait être attribuée
aux températures de l’air, puisque dans un même lieu nous trouvons
une petite différence entre l’été et l’hiver.» Cette explication
est inacceptable, et une température de 200 degrés au moins serait
nécessaire pour produire les effets observés.

Les expériences sur la transfusion du sang faisaient grand bruit en
Angleterre. L’Académie prit soin de les reproduire et de les varier.
Les Anglais remplaçaient hardiment le sang d’un homme par celui d’un
sujet plus robuste ou mieux portant, en espérant par là changer
non-seulement le tempérament mais le caractère du patient. Le sang
d’un lion par exemple devait enflammer l’homme le plus timide et lui
donner avec une noble fierté un courage invincible. Les savants de
Londres pour guérir un fou avaient remplacé la plus grande partie de
son sang par celui d’un homme sain d’esprit; mais le malade, continuant
à déraisonner sur tous les points sauf sur un seul peut-être, courait
les rues de Londres en se disant le martyr de la Société royale. Les
académiciens français opérèrent seulement sur des chiens. Ils ne furent
pas heureux. L’animal qui donnait son sang se rétablissait assez bien,
l’autre languissait et mourait presque toujours. Le parlement informé
de ces résultats défendit par arrêt la transfusion comme inutile et
dangereuse.

La machine pneumatique, inventée à Magdebourg par Otto de Guéricke et
apportée par Huyghens devant l’Académie, fut aussi pour elle un sujet
d’études et l’instrument d’expériences très nombreuses. Parmi les
singularités observées on peut signaler l’effet produit sur un poisson
qui, placé sous le récipient dans un vaisseau plein d’eau, tomba au
fond sans pouvoir remonter, même après la rentrée de l’air. Sa vessie
natatoire s’était vidée d’air et ne fonctionnait plus.

C’est Huyghens également qui annonça le premier à l’Académie la force
expansive de la glace, en profitant pour la rendre sensible du rude
hiver de 1668.

Le phosphore de l’urine, découvert par Brandt, fut également mis sous
les yeux de l’Académie et préparé par Homberg dans le laboratoire.
L’Académie ces jours-là devenait une école, et l’un de ses membres
transformé en professeur donnait l’enseignement à tous les autres.

Colbert pendant toute sa vie se montra favorable à la compagnie qu’il
avait fondée. Plein de ménagements et de prévenances pour elle,
soigneux de ses intérêts comme de sa dignité, facile à ses projets
et à ses entreprises, il se plaisait à lui rendre de bons offices.
Informé des travaux commencés, attentif en même temps aux recherches
particulières et animant chacun dans ses propres desseins, il savait
soutenir sans diriger; habile à juger les hommes et les éprouvant au
besoin, il se faisait le protecteur et l’appui, non le guide de ceux
qu’il avait appréciés et choisis. Sa mort fut un grand malheur pour les
savants. L’impérieux Louvois, second protecteur de l’Académie, s’occupa
fort peu d’elle et fort mal. L’esprit qui l’animait n’était pas celui
de la science. Les intérêts du roi étaient pour lui la loi suprême, et
le soin de sa grandeur la seule affaire de conséquence. Les bienfaits
et la faveur dont il daignait les honorer imposaient aux académiciens
l’obligation de se tenir toujours sous sa main prêts à servir ses
projets en s’y appliquant tout entiers.

Le 16 février 1686 un M. de La Chapelle, délégué par Louvois et
interprète de ses volontés, vint proposer à l’Académie une distinction
fausse et grossière entre les recherches utiles et la science de pure
curiosité, comme s’il existait deux lumières, l’une pour guider les
hommes, l’autre pour charmer leurs yeux. «J’ai déjà eu l’honneur de
dire à l’Académie, dit M. de la Chapelle, que M^{gr} de Louvois demande
ce que l’on peut faire au laboratoire; il m’a ordonné d’en parler
encore. Ne peut-on pas considérer ce travail ou comme une recherche
curieuse ou comme une recherche utile? J’appelle recherche curieuse ce
qui n’est qu’une pure curiosité ou qui est pour ainsi dire un amusement
des chimistes; cette compagnie est trop illustre et a des applications
trop sérieuses pour ne s’attacher ici qu’à une simple curiosité.
J’entends une recherche utile celle qui peut avoir rapport au service
du roi et de l’État.» Le nouveau protecteur prétendait, on le voit,
retrancher les curiosités inutiles et les amusements de l’esprit; où
la curiosité n’est pas admise pour elle-même, il ne faut pas espérer
cependant que la science se développe et reste en honneur. Mais
l’Académie, accoutumée à s’incliner au moindre signe venu de si haut,
n’avait pas à discuter avec un ministre tout-puissant.

M. de La Chapelle avait fait connaître quelques-uns des problèmes
utiles dont on désirait la solution. Ne serait-il pas permis,
disait-il, d’examiner les effets du mercure, de l’antimoine, du
quinquina, du laudanum et du pavot selon les différentes préparations,
et de faire des analyses exactes du thé, du café et du cacao dont
l’usage se rend si commun, soit comme remède, soit comme aliment?

M. Bourdelin, qui naguère distillait des crapauds, se distingua par son
empressement. Quelques semaines après la visite de M. de La Chapelle,
il apportait à l’Académie l’analyse de trois livres d’excellent café.
«Ces 3 livres ont donné, dit-il, 20 onces 7 gros de liqueur qu’on a
tirée par la cornue. La première, de 4 onces un peu austère a rougi
le tournesol. La seconde, avec un peu d’acidité, a fait couleur de
vin de Châblis avec le vitriol. La troisième a fait couleur de minium
en mettant une portion de vitriol sur sept de cette liqueur. La
quatrième, d’odeur de cumin austère et amère, a rendu laiteuse la
solution du sublimé. Une partie de vitriol sur deux a fait couleur
de minium. La cinquième partie fort acide et mêlée de sulfuré, a
précipité le sublimé. Une partie de cette liqueur avec deux de vitriol
a fait couleur de minium fort foncée. La sixième de 3 onces a fait
effervescence avec l’esprit de sel, et il reste 8 onces 2 gros figés.
La tête morte avait plus de volume que le café.»

Une telle analyse échappe à la classification de Louvois; elle n’est
ni curieuse ni utile. «Bourdelin, dit Fontenelle, aimait tant le café
que sur la fin de sa vie quand les médecins le lui interdirent, il se
flatta longtemps d’être désespéré pour pouvoir sans scrupule en prendre
tant qu’il voudrait.» Son analyse, s’il en est ainsi, ne peut suggérer
qu’une réflexion: puisque le café était excellent, il aurait mieux fait
de le boire.

L’Académie reprit plus d’une fois sans succès l’étude du café. Dans un
mémoire lu en 1715, on y signale des principes salins et sulfureux,
en terminant par quelques indications plus pratiques. «L’expérience,
dit l’auteur qui n’est autre que le premier académicien de la célèbre
famille de Jussieu, a introduit quelques précautions que je ne saurais
blâmer touchant la manière de prendre cette infusion. Telles sont
celles de boire un verre d’eau auparavant de prendre le café, de
corriger par le sucre l’amertume qui pourrait le rendre désagréable, et
de le mêler de lait ou de crème pour en étendre le soufre, embarrasser
les principes salins et le rendre nourrissant.» M. Purgon n’aurait pas
mieux dit.

Perraut affecta plus de déférence encore aux vues de Louvois en
apportant à l’Académie une invention fort bizarre pour doubler la
vitesse d’un boulet de canon. Le projectile ordinaire, dans le projet
de Perraut, serait remplacé par un second canon qui doit lancer le
boulet pendant son trajet dans l’intérieur de la grande pièce, en lui
imprimant outre sa vitesse propre celle que lui communique l’action
de la poudre. Pour ne rien perdre enfin, on doit disposer à petite
distance un anneau assez fort pour retenir le petit canon au passage,
sans être endommagé par le choc. Malgré la juste considération qui
entourait Perraut dans l’Académie, on n’ordonna pas la réalisation d’un
projet dont la naïve hardiesse, en faisant sourire plus d’un homme de
guerre, dut montrer à Louvois que les académiciens ne sont pas des
artilleurs et que le mieux est de laisser chacun à ses travaux naturels.

Le départ d’Huyghens après la révocation de l’édit de Nantes, la mort
de Picard et la retraite de Rœmer en Danemark furent pour l’Académie
des pertes irréparables. Elle se trouva privée tout à coup de ses
lumières les plus précieuses. Quoique pour la chimie la stérile
abondance de Duclos eût été heureusement remplacée par l’activité plus
fructueuse de Homberg, le zèle des autres membres s’affaiblissait;
le travail en commun devenu une gêne pour tous était abandonné peu à
peu, et l’on avait peine bien souvent à occuper les deux heures de
la séance. Les procès-verbaux qui naguère remplissaient chaque année
deux volumes, l’un pour les samedis, l’autre pour les mercredis, se
réduisirent au point que les comptes rendus des années 1688 à 1691,
toujours écrits par Duhamel avec la même exactitude, n’occupent plus
ensemble qu’un seul volume qui les réunit sans distinction. L’activité
renaît ensuite, il est vrai, mais elle se déplace; chacun veut user de
son initiative et déserte les routes tracées à l’avance.

La lutte entre les deux systèmes, commencée dès les premières années
de l’Académie, s’était renouvelée à plusieurs reprises et se déclarait
de plus en plus. L’Académie, dans l’intention des fondateurs, devait
absorber complétement en elle l’individualité de ses membres, produire
l’unité des esprits dans la science et dans la doctrine et paraître
seule au dehors, non-seulement pour prendre part aux découvertes de
chacun et s’en glorifier, mais en se les appropriant sans citer aucun
nom.

Avant de publier pour la première fois ses travaux, la Compagnie se
demanda si elle devait nommer dans la préface les particuliers qui
avaient fait quelques découvertes; on fut d’avis de ne les point
nommer, et il fut décidé qu’on se contenterait de dire que les
découvertes ont été faites dans l’Académie. Cette étrange égalité,
décrétée mais non obtenue, n’était pas sans précédent, et les
expériences des académiciens del Cimento à Florence sont restées leur
propriété commune. L’Académie de Paris, en s’appropriant ainsi les
travaux de ses membres, déniait à chacun d’eux le droit de les inscrire
dans ses propres ouvrages.

On lit au procès-verbal du 18 août 1688: «La Compagnie, pour éviter
que dorénavant les personnes qui la composent n’insèrent dans leurs
ouvrages particuliers les observations et les nouvelles découvertes
qui sont faites dans les assemblées, a statué d’un commun consentement
qu’à l’avenir chacun de ceux qui voudront faire imprimer de leurs
ouvrages sera obligé d’en donner avis à la Compagnie et d’y apporter
son manuscrit pour y être examiné, ou par l’Académie en corps, ou par
les commissions qu’elle nomme pour cet effet. A l’égard des ouvrages
qui ont été imprimés par ceux qui la composent, la Compagnie a résolu
de revendiquer ce qui lui appartient toutefois et quand l’occasion s’en
présentera. La compagnie a prié M. de La Chapelle de savoir la volonté
de M^{gr} de Louvois, protecteur de l’Académie, avant que d’insérer le
présent règlement dans les registres.»

Ce passage est très-remarquable. On y voit clairement l’état intérieur
de l’Académie et les causes d’un affaiblissement qui frappait tous
les yeux. Les mathématiciens empiétaient peu à peu sur tout le reste.
Cassini, l’Hôpital, Varignon, La Hire et Homberg, sans s’astreindre
plus longtemps à chercher la vérité en commun, produisent isolément et
sans grand éclat, d’instructifs et nombreux travaux; mais ils ont peine
à remplir les séances. Les sciences d’observation n’y occupent plus
qu’une très-petite place; tout semble aller à l’abandon. Le laboratoire
est délaissé, l’Académie n’a plus de règle, et l’assiduité de ses
membres diminue sensiblement. Un grand changement était nécessaire;
l’abbé Bignon, neveu du troisième protecteur Pontchartrain, eut le
mérite de le comprendre. Après s’être fait donner par son oncle la
direction de l’Académie, il obtint de la renouveler par un règlement
qui, en accroissant le nombre de ses membres et lui donnant le droit de
se recruter elle-même, la rendit à la fois plus forte et plus libre,
plus florissante et plus féconde.



L’ORGANISATION DE 1699.


L’Académie des sciences, en 1699, reçut un grand accroissement;
l’organisation nouvelle élevait de seize à cinquante le nombre de ses
membres et les partageait en trois classes: celles des honoraires, des
pensionnaires et des associés; la première composée de dix membres et
les deux autres chacune de vingt. A chaque pensionnaire enfin était
attaché un élève qui, formé par lui et instruit près de l’Académie
à laquelle il appartenait par avance, devait en s’y dévouant tout
entier mériter successivement le titre d’associé et les avantages
des pensionnaires. Les membres honoraires étaient en quelque sorte
les médiateurs de l’Académie auprès du roi et de ses ministres;
ils devaient aider leurs confrères de leur crédit, les honorer par
leur présence et les encourager par leur attention. Les plus grands
seigneurs recherchèrent ce rôle et tinrent souvent à honneur d’ajouter
à leurs titres celui d’académicien. Le règlement affirmait leur
intelligence et leur savoir dans les mathématiques et dans la physique,
mais une grande bienveillance pour les savants et le désir exprimé
d’entrer en commerce familier avec eux étaient souvent la plus grande
preuve qu’on leur en demandât et la seule marque qu’ils en pussent
fournir. La prééminence leur appartenait de droit dans l’Académie, et
le roi chaque année choisissait pour président et pour vice-président
deux des membres honoraires.

Les anciens académiciens furent presque tous admis dans la classe
des pensionnaires. On les partagea en six sections de trois membres
chacune: celles de géométrie, d’astronomie, de mécanique, de chimie,
d’anatomie et de botanique. Le secrétaire et le trésorier complétaient
le nombre de vingt.

Douze des associés étaient Français et habitaient Paris. Répartis
comme les pensionnaires entre les six sections, ils portaient à cinq
le nombre de leurs membres. L’Académie, pour attirer à elle toutes les
gloires, pouvait choisir les huit autres associés parmi les savants
étrangers. On décida par un très-sage conseil que, désignés par
l’éclat non par la nature de leurs travaux, ils n’appartiendraient à
aucune section. En cas de vacance parmi les honoraires, l’Académie
devait proposer un candidat à l’agrément du roi. Pour les places
de pensionnaires, elle en présentait trois parmi lesquels deux au
moins déjà associés ou élèves. La nomination des associés se faisait
comme celle des pensionnaires, et sur les trois candidats présentés,
deux au moins devaient être choisis parmi les élèves; mais la règle
fut renversée, et en 1716, un règlement nouveau imposa au contraire
l’obligation d’inscrire sur la liste présentée au roi un candidat
au moins étranger à l’Académie, afin que Sa Majesté pût à chaque
élection si elle le jugeait utile rajeunir et fortifier l’Académie par
l’adjonction d’un membre nouveau.

Les associés prenaient part à tous les travaux de l’Académie, mais ils
n’opinaient que sur les questions de science. En cas de doute sur un
de leurs droits, les honoraires et les pensionnaires en décidaient en
dernier ressort à la majorité des suffrages.

Chaque pensionnaire choisissait son élève et le faisait agréer par la
Compagnie, qui le proposait à la nomination du roi. Plusieurs choix se
portèrent, comme on devait s’y attendre, sur des fils, des neveux ou
des frères qui furent admis sans opposition. Les élèves ne votaient
jamais; ils ne devaient parler que sur l’invitation du président
et ne partageaient dans les premières années aucun des droits des
académiciens; mais l’apprentissage peu à peu devint un surnumérariat
accepté et brigué par des candidats d’une science déjà éprouvée. Galois
proposa Ozanam plus que sexagénaire qui conserva, jusqu’à l’âge de
soixante-quinze ans, avec le titre d’élève, la situation presque
humiliante qu’il lui attribuait dans la compagnie; plusieurs autres,
en se distinguant par leurs découvertes, prirent dans l’Académie une
légitime influence. Le titre d’élève mettait une trop grande différence
entre des savants égaux souvent par le talent comme par la renommée;
on le supprima en 1716 en créant douze adjoints auxquels une plus
grande part fut accordée dans les délibérations et dans les travaux.
L’institution des associés libres est de même date; sans appartenir
à aucune section et sans cultiver spécialement une des branches
de la science, ils devaient par leurs lumières générales prêter à
l’Académie un précieux concours. C’est à cette classe qu’ont appartenu
le chirurgien Lapeyronie, l’ingénieur Belidor, le magistrat astronome
Dionis du Séjour et l’illustre Turgot, qui cependant aurait si bien
tenu sa place parmi les honoraires.

L’Académie renouvelée et agrandie fut solennellement installée au
Louvre, et un logement spacieux et magnifique remplaça la petite
salle de la bibliothèque du roi. Les séances, comme par le passé,
furent fixées au mercredi et au samedi, mais aux recherches en commun
condamnées par trente années d’épreuves médiocrement fructueuses
devaient succéder les efforts individuels, et la libre inspiration de
chacun remplacer les programmes qui, trop exactement suivis, avaient
rompu souvent les idées originales. Plusieurs fois déjà, il est vrai,
l’ancienne Académie avait réuni en un seul volume les recherches
personnelles et isolées de quelques académiciens, en s’excusant alors
en quelque sorte d’une dérogation aux vrais principes.

«Quelque application que l’on ait aux desseins principaux que l’on a
entrepris, il est difficile, disait Fontenelle, de ne s’en pas laisser
détourner de temps en temps pour travailler à d’autres petits ouvrages,
selon que l’occasion en fournit de nouveaux sujets et que l’on y est
porté par son inclination particulière. Ces interruptions de peu de
durée sont toujours permises lorsqu’on s’est occupé de desseins de
longue haleine, et il est même important de ne pas laisser échapper
les conjonctures favorables pour trouver certaines choses qu’il serait
impossible de découvrir en d’autres temps. Il arrive souvent à ceux qui
composent l’Académie des sciences de faire de ces petites pièces, pour
profiter des occasions qui se présentent et pour se délasser des longs
ouvrages à qui ils sont assidûment appliqués.»

Ces petites pièces, rassemblées dans le désordre de leur production,
forment la collection des mémoires, monument durable et œuvre par
excellence de l’Académie. Chaque académicien, marchant librement
dans sa voie sous la seule inspiration de son propre génie, signait
son écrit, comme il était juste, et en demeurait responsable. Tout
était permis excepté le repos; l’Académie, dépôt non-seulement mais
foyer de la science, avait pour maxime que vivant pour elle seule, un
savant doit, sans jamais s’en distraire, inventer et perfectionner
incessamment et sans fin ni relâche faire paraître au moins de
nouveaux efforts. Tout pensionnaire, associé ou élève qui s’éloignait
pour un temps de l’étude et du travail, cessait par cela même d’être
académicien. Chacun devait communiquer à jours fixes et à tour de
rôle le résultat de ses recherches et de ses essais; le président
avertissait et pressait les retardataires en les privant en cas de
récidive d’une partie de leurs droits académiques. Sans prévoir ni
admettre aucune excuse, le règlement, plus d’une fois appliqué dans sa
rigoureuse dureté, excluait même à jamais comme infidèles à la science
les membres assidus ou non aux séances, qui restaient trop longtemps
sans y prendre la parole. Cette loi sévère et aveugle, gardienne du
nombre et non de la qualité des productions, semblait dénier aux
académiciens le droit de se dévouer à une œuvre de longue haleine et de
suivre de grands desseins. On devait heureusement s’en relâcher bien
vite, mais plus d’une exclusion fut prononcée et maintenue.

On lit par exemple au procès-verbal du 17 février 1714: «Le roi ayant
été informé que quelques-uns d’entre les associés et les élèves de
l’Académie ne faisaient aucune fonction d’académicien, que même ils
n’assistaient presque point aux assemblées et que, malgré les divers
avis qui leur avaient été donnés, ils ne se corrigeaient pas de leur
négligence, elle pouvait devenir d’un dangereux exemple. Sa Majesté a
cru devoir ne pas différer davantage à prononcer leur exclusion. Vous
aurez donc soin au plus tôt de déclarer vacante la place d’associé
anatomiste du sieur Duverney le jeune, celle d’élève anatomiste du
sieur Auber, celle d’élève géomètre du sieur du Tenor.» Et le 15
décembre 1723: «M. de Camus, adjoint mécanicien, n’ayant satisfait à
aucun tour de rôle ordonné par les règlements, ni assisté à aucune
assemblée depuis deux ans, le roi a ordonné que sa place soit déclarée
vacante et qu’on procédât à la remplir d’un autre sujet.»

Un autre académicien rayé de la liste par décision du régent fut le
financier Law. L’Académie, qui aurait pu faire un meilleur choix,
l’avait proposé comme candidat unique à une place d’honoraire. Il
fut agréé et siégea plusieurs fois, mais son impopularité rapidement
croissante faisant regretter sans doute cette détermination, on s’avisa
que, n’étant pas Français, il ne pouvait être membre honoraire et que
son élection était nulle. L’Académie eut la dignité et le bon goût de
réclamer et de maintenir son choix. On lui envoya la note suivante, qui
ne porte aucune signature: «Des jurisconsultes, plus esclairez que MM.
de l’Académie des sciences en fait de lois et de formalitez, ont donné
avis qu’en nommant M. Law pour académicien honoraire, l’élection estoit
nulle. Ces jurisconsultes se fondent sur ce que l’art. 3 du règlement
de cette Académie porte en termes formels que les académiciens
honoraires seront _tous régnicoles_; or c’est une qualité qu’on ne
scaurait donner audit sieur Law qui, à la vérité, avait obtenu des
lettres de naturalité, mais qui, ne les ayant pas fait enregistrer à la
Chambre des comptes est toujours réputé étranger, suivant le sentiment
des autheurs et la jurisprudence des arrêts.»

A la loi d’exactitude imposée aux académiciens s’ajoutait, dans
l’obligation d’examiner les mémoires présentés par les étrangers, une
fatigue à laquelle les forces des pensionnaires âgés ne suffisaient
pas toujours. Par une faveur rarement refusée, ils obtenaient alors
le titre de vétérans. Saurin, Jacques Cassini, Maraldi, Fontenelle,
Leymery, Mairan, La Condamine et Grandjean-Fouchy l’obtinrent
successivement. Le pensionnaire nommé vétéran devenait libre de tout
travail; il perdait, il est vrai, ses droits à la pension, mais
l’Académie, par une faveur chaque fois renouvelée, lui assignait sur
les fonds destinés à ses travaux une indemnité équivalente.

L’Académie avait interdit à ses membres de prendre sur le titre
d’un ouvrage la qualité d’académicien sans s’y être fait autoriser
par le jugement d’une commission. Les approbations de ce genre sont
extrêmement nombreuses dans l’histoire de l’Académie. La franchise des
commissaires, sans aller dans aucun cas jusqu’à déclarer l’œuvre d’un
confrère indigne de l’impression, varie et gradue les louanges avec
une liberté dont la hardiesse surprend quelquefois. D’Alembert, par
exemple, chargé d’examiner le quatrième volume du traité de physique de
l’abbé de Molière, se borne spirituellement et sans commentaires, à le
déclarer _digne de faire suite aux trois premiers_.

Lorsqu’il s’agissait d’un écrit de polémique, la loi était surtout
étroitement observée, et nul ne pouvait s’y soustraire sans encourir
le blâme sévère de ses confrères. On lit par exemple au procès-verbal
du 13 décembre 1780: «J’ai dénoncé, c’est Condorcet qui parle, un
écrit de M. Sage, imprimé sans l’aveu de l’Académie, dans lequel il se
trouve plusieurs passages qui peuvent être désagréables à M. Tillet.
M. Sage écrit à la séance suivante pour donner des explications, mais
l’Académie décide, après avoir entendu lecture de sa lettre, qu’il n’y
sera pas fait de réponse.»

Quelle que fût la contrariété des opinions, les discussions entre
confrères devaient être courtoises. L’Académie le rappela plus d’une
fois sévèrement à ceux qui semblaient l’oublier. L’astronome Lefèvre,
possesseur d’un privilége pour la _Connaissance des temps_, ayant été
repris d’erreur par Lahire, l’avait violemment attaqué et invectivé
dans la préface de l’un de ses volumes.

«Je ne puis me dispenser, disait-il, de répondre aux invectives d’un
petit novice, auteur supposé d’une année d’_Éphémérides_ imprimées
depuis peu de temps. Ce nouvel auteur, rempli d’un esprit de vanité de
présomption et de mensonge, dit dans la préface de ses _Éphémérides_
que le grand nombre d’opérations et de calculs dans lesquels il n’est
pas possible qu’il ne se glisse quelque erreur lui fait craindre de ne
pouvoir pas répondre à l’attente du public, mais qu’il espère au moins
que l’on n’y trouvera pas les éloignements du ciel aussi grands qu’on
le voit dans des éphémérides qui sont fort estimées, et dans lesquelles
l’auteur se trompe d’une demi-heure sur l’époque de l’éclipse du
15 mars 1699. On répond à ce jeune novice que l’éclipse a été bien
calculée, mais qu’on s’est trompé en prenant un logarithme.» La
punition fut prompte et sévère. «M. le président, dit le procès-verbal
du 17 septembre 1700, a dit que dans la préface de la _Connaissance
des temps_ pour 1701, composée par M. Lefèvre, il y avait des choses
dures et offensantes pour MM. de Lahire père et fils qui étaient
suffisamment désignés, quoiqu’ils ne fussent pas nommés. M. le comte de
Pontchartrain, qui avait trouvé cette conduite entièrement contraire au
règlement, avait voulu d’abord que M. Lefèvre fût exclu de l’Académie,
et cependant à la prière de M. le président, il s’était relâché à
permettre qu’il continuât d’y prendre séance à l’avenir, à condition
qu’il retirerait aussitôt tous les exemplaires de son livre qui étaient
chez l’imprimeur pour en échanger la préface, qu’il en ferait une autre
où il rétracterait tout ce qu’il avait dit de MM. de Lahire et que de
plus il leur demanderait pardon en pleine assemblée. M. le président
a ajouté que M. le chancelier retirerait le privilége qui avait été
accordé à M. Lefèvre pour la _Connaissance des temps_, parce qu’il en
avait abusé. L’heure de la séparation de l’assemblée ayant sonné avant
que M. le président eût entièrement achevé de parler, M. Lefèvre n’a
rien répondu et on s’est séparé.»

Quinze jours après on lit au procès-verbal: «M. le président m’a donné
à lire une lettre qui lui a été écrite par M. Lefèvre. Il lui mande que
sa santé ne lui a pas permis de se trouver à l’assemblée précédente
ni à la suivante, mais qu’il se soumettra plutôt que de renoncer à
l’Académie et qu’il viendra au premier jour faire telle réparation
qu’on lui ordonnera.

«Comme l’assemblée se séparait, MM. de Lahire et tous les autres
académiciens ont été de leur propre mouvement prier M. le président
de vouloir bien dispenser M. Lefèvre de demander pardon en pleine
assemblée. M. le président s’est laissé fléchir.» Lefèvre cependant ne
reparut plus à l’Académie, et dès l’année suivante on lui appliquait
rigoureusement le règlement qui prononce l’exclusion de tout membre
absent plus d’un an sans congé.

Les médecins et les chirurgiens portèrent aussi plus d’une fois dans
l’Académie l’esprit de haine, de dissension et d’envie dont leurs
corporations ont été si longtemps affaiblies et troublées. Le triomphe
des médecins depuis le milieu du XVII^e siècle paraissait définitif
et complet. Dédaigneux autrefois de ce qu’ils appelaient la petite
chirurgie, les maîtres chirurgiens, qui dans leurs examens de l’école
de Saint-Côme avaient acquis le droit de se dire chirurgiens de robe
longue, abandonnaient aux barbiers le soin de saigner, d’appliquer les
vésicatoires et les ventouses, de panser les plaies légères, et de
soigner enfin les bosses, apostumes et contusions. Il n’était besoin
pour cela ni d’une science profonde, ni de culture littéraire, mais
les limites étaient vagues et les fraters, plus respectueux et plus
soumis aux médecins, étaient souvent aidés par eux à les franchir. On
put bientôt malgré les réglements et les maîtrises confondre, sans trop
d’affectation, les maîtres en chirurgie praticiens de robe longue avec
les étuvistes et les barbiers. Ce fut la ruine de la chirurgie qui,
tenue pour une profession manuelle, tomba dans une dure et humiliante
sujétion. L’Université, toujours favorable aux médecins, voyait en
eux les maîtres et les arbitres de la chirurgie et le prouvait par un
argument sans réplique: La chirurgie ne fait partie d’aucune faculté;
elle ne peut donc jouir des droits réservés dans l’Université aux
facultés qui en dépendent.

La Faculté de médecine s’arrogeait le droit d’être représentée aux
examens des chirurgiens à l’école de Saint-Côme et, ce qui envenimait
fort la querelle, interdisait aux candidats la robe et le bonnet. Ses
prétentions allaient plus loin encore; lorsque Lapeyronie, premier
chirurgien de Louis XV, obtint pour l’école de chirurgie la création
de cinq démonstrateurs rétribués par le roi, il importe, disait-il, de
fortifier l’intelligence des élèves et de ne rien omettre pour éclairer
leur esprit. La Faculté de médecine, loin d’en demeurer d’accord, s’y
opposait ouvertement et avec énergie; elle alléguait dans l’intérêt
même des chirurgiens, que: «le mérite ne consiste pas à savoir
plusieurs choses, mais à exceller dans une;» elle les rappelait aux
sages règlements, aux arrêts même du parlement qui défendaient de rien
enseigner aux chirurgiens en dehors de leur profession: «_qui chirurgos
docent, hirurgica tantum doceant_.» Est-il nécessaire en effet pour
bien saigner de connaître la nature du sang? Avec une instruction trop
étendue et trop élevée les chirurgiens seraient exposés à mépriser
leur art et à le délaisser pour des études spéculatives. La chirurgie
d’ailleurs est une profession manuelle, et la raison en est évidente:
chirurgie tire son origine d’un mot de la langue grecque qui signifie
la main, et celui qui ne travaille que de la main ne doit aussi exercer
que la main.

Sans s’arrêter à de tels arguments et malgré les contradictions les
plus opiniâtres, le roi autorisa l’Académie de chirurgie à publier ses
mémoires, et, ce que la faculté de médecine trouva plus insupportable
encore, l’école de Saint-Côme à exiger de ses élèves la maîtrise ès
arts, que nous nommons aujourd’hui baccalauréat ès lettres. Depuis
longtemps déjà la chirurgie pouvait citer des hommes de grand mérite.
Plusieurs chirurgiens avaient siégé à l’Académie des sciences, et leurs
confrères en tiraient avantage. On demande, disaient-ils dans leur
judicieuse et forte défense, on demande à la Faculté de Paris et à tous
les médecins, si les mémoires de MM. Méry, Rohault, Lapeyronie, J.-L.
Petit et Morand, imprimés parmi ceux de l’Académie des sciences, ne
sont pas en aussi grand nombre que ceux que les médecins ont fournis?

Les chirurgiens et les médecins, divisés par leur humeur discordante et
incompatibles ailleurs par leurs incessantes hostilités, siégeaient en
effet ensemble à l’Académie des sciences qui, sans se faire l’arbitre
de leurs dissensions ni les amener à une paix sincère, sut toujours les
apaiser sinon les unir, en modérant l’aigreur de leurs querelles et
leur imposant au dehors, avec le titre de confrère, les bons procédés
qui doivent en être la suite.

Le médecin Hunault était l’auteur connu et avoué d’un pamphlet anonyme
où, non content de traiter avec le dernier mépris la corporation
entière des chirurgiens, il s’efforçait de décrier et de ridiculiser
le caractère et les travaux du célèbre J.-L. Petit, son confrère à
l’Académie. «Quelques personnes, dit-il dans sa préface, trouvent
mauvais que j’aie critiqué des mémoires qui sont parmi ceux de
l’Académie des sciences. Je sais que dans les temples des dieux les
criminels étaient à couvert des poursuites de la justice, mais je n’ai
pas cru que l’erreur eût de tels priviléges.»

A l’inconvenance d’une telle publication, Hunault avait ajouté le tort
beaucoup plus grave d’en offrir à Petit la suppression à prix d’argent.
L’Académie, non moins émue par la violence des attaques que par le
récit de ce procédé malhonnête, voulut infliger à Hunault un blâme
public et sévère en lui enjoignant «de n’avoir plus à l’avenir aucun
procédé semblable contre M. Petit ni aucun académicien, et elle a cru
en cela, dit le président, vous traiter favorablement.»

L’Académie, dans une autre rencontre, prend au contraire parti pour
Hunault et réprouve la conduite d’un confrère qui, gardien trop zélé
des priviléges de sa corporation, avait assisté à la saisie de divers
objets d’étude et d’enseignement dont la rigueur des règlements lui
interdisait la possession et l’usage. «On a parlé, dit le procès-verbal
du ’’ mars 1733, de l’affaire de M. Hunault, chez qui les prévôts des
chirurgiens, du nombre desquels était M. Rouhault, membre de cette
Académie, ont saisi le 9 de ce mois plusieurs cadavres, des squelettes
et des instruments d’anatomie. On a prié M. Bignon, président,
d’envoyer chercher M. Rouhault pour lui dire le mécontentement que
l’Académie avait de sa conduite en cette occasion à l’égard d’un
confrère.»



LES ÉLECTIONS.


Le droit de se recruter elle-même, malgré toutes les divisions dont
il devait agiter et troubler l’Académie, fut une des suites les plus
heureuses de l’organisation de 1699. Indécise d’abord dans ses choix
et comme étonnée qu’on voulût bien la consulter, l’Académie dès le
commencement se montra cependant assez bien inspirée; l’honneur
d’obtenir ses premiers suffrages échut au médecin Fagon. «On ne pense
pas, dit le procès-verbal, qu’il puisse venir aux assemblées, mais on a
voulu donner cette distinction à son mérite et à sa personne.» Le début
était bon et la distinction justifiée. Fagon, sans être un inventeur,
connaissait à fond la botanique et la chimie de l’époque. Directeur
du Jardin des plantes où sans discussion et sans contrôle il nommait
à tous les emplois, il s’y montra toujours exact, désintéressé et
honorable à tous égards, et en remplissant sa charge à la satisfaction
de tous, il sut mériter, obtenir et attacher à son nom la sympathie
et la reconnaissance durable des naturalistes. L’abbé de Louvois
et Vauban, élus tous deux après Fagon, complétèrent la liste des
honoraires. Si le temps a affaibli l’éclat emprunté de l’un des deux
noms, l’autre, déjà grand par-dessus ses dignités et ses titres, devait
être à la lois pour la Compagnie naissante, une force, un appui et un
ornement.

Sur les huit associés étrangers institués par le règlement, trois
seulement, Leibnitz, Tchirnauss et Gulhiemini, appartenant à l’ancienne
Académie, étaient restés membres de la nouvelle. On leur adjoignit
par élection Hartsœcker, les deux frères Bernoulli, Rœmer et Isaac
Newton. Viviani compléta la liste sur laquelle ne figura jamais le
nom de Denis Papin, ballotté dans la dernière élection avec celui
du disciple de Galilée. Deux ans plus tard, l’Académie préférait à
Papin l’obscur charlatan Martino Poli. Fontenelle, dans un éloge
très-laconique, excuse un tel choix en l’expliquant. Pour récompenser
une invention restée secrète et par conséquent stérile, Louis XIV, avec
une forte pension, avait accordé à Poli le titre d’associé honoraire
de l’Académie. La volonté du roi était alors la règle suprême sous
laquelle tout devait plier, et l’Académie, incapable d’opposition ou de
résistance, se prêta avec empressement à la formalité d’une élection
devenue inutile.

Martino Poli, pendant deux ans assidu aux séances, n’y apporta que les
creuses imaginations des alchimistes. Attaquant la théorie des couleurs
de Newton comme inexacte et mal fondée, il allègue qu’à quatre éléments
qui composent tous les corps doivent correspondre quatre couleurs
seulement: le rouge, couleur du feu; le bleu, couleur de l’air; le vert
et le blanc enfin, couleur de l’eau et de la terre.

L’une des places d’associé devint presque immédiatement vacante.
Sauveur, résidant à Versailles, dut aux termes du règlement renoncer à
l’Académie, en conservant toutefois, avec le titre de vétéran, le droit
d’assister aux séances et d’y prendre la parole. «La place qu’avait
M. Sauveur d’associé mécanicien étant vacante, dit le procès-verbal,
M. le président a représenté qu’elle conviendrait à M. de Lagny, qui
est actuellement à un port de mer où il s’attache fort à tout ce qui
regarde la mécanique de la marine. La Compagnie a donc résolu de
proposer au roi M. de Lagny pour la place de M. Sauveur.»

Telle était, aux premiers temps de l’Académie, l’influence considérable
du président. Élevé au-dessus de ses confrères par son rang, par sa
naissance et par le choix direct du roi, il ne pouvait manquer d’être
fort écouté; mais il s’absentait souvent, et le vice-président, homme
de cour comme lui, se montrait encore moins exact. L’Académie, dès
la première année, pria en conséquence l’abbé Bignon de vouloir bien
déléguer à l’un de ses membres le droit de présider en son absence.
Sur son refus gracieusement motivé, elle nomma elle-même Gallois et
Duhamel, qui prirent le titre de directeur et de sous-directeur; mais
cette hardiesse ne dura que deux ans, et dès l’année 1702, le roi nomma
le directeur et le sous-directeur qui «étaient électifs et ne le seront
plus,» dit laconiquement le procès-verbal.

L’Académie a varié plusieurs fois dans son mode d’élection. Les
procès-verbaux des séances, sans rapporter aucun détail, ne donnent
pas même le dénombrement des suffrages. Les académiciens eux-mêmes
devaient l’ignorer; le président et le vice-président se retiraient en
effet avec le secrétaire pour dépouiller le scrutin en présence d’un
seul membre pensionnaire désigné par le sort et qui, chargé d’annoncer
le résultat, prenait le nom d’évangéliste. Deux fois seulement, des
difficultés imprévues soumises à la décision de l’Académie forcent,
pour faire connaître le point débattu, à montrer distinctement par des
chiffres précis tout le mécanisme de l’élection.

Le 28 mars 1733, l’Académie ayant été invitée à nommer un associé
dans la section de mécanique, on lit au procès-verbal: «La pluralité
a été pour MM. Camus et Fontaine.» Mais sur des réclamations, au
moins plausibles sans doute, élevées par un troisième candidat, on
ajoute huit jours après: «On a fait réflexion qu’il pouvait y avoir eu
erreur dans le calcul par lequel M. Camus a eu la pluralité des voix
le jour précédent et qu’en ce cas M. Clairaut aurait eu l’égalité; la
Compagnie, pour faire cesser toute difficulté, a résolu de demander
très-humblement au roi s’il voudrait les nommer tous deux ensemble.» Le
titre d’associé n’étant pas rétribué, l’expédient fut aisément accepté,
et sans avouer ou nier l’erreur de calcul on sauva tous les droits et
tous les intérêts.

Mais l’interprétation du passage cité reste embarrassée de deux
difficultés: Que signifie une erreur de calcul dans le dépouillement
d’un vote? Comment cette erreur, en faisant perdre à Clairaut le
premier rang, ne lui laisse-t-elle pas même le second? Le règlement
de 1716 explique tout d’abord ce dernier point: chaque liste de
présentation devait contenir le nom au moins d’un candidat étranger
jusque-là à l’Académie; Clairaut et Camus déjà adjoints l’un et l’autre
ne pouvaient donc pas composer la liste.

Quant à l’incertitude sur le dénombrement des suffrages comptés à
chaque candidat, le récit détaillé d’une autre élection en fait
paraître une cause vraisemblable: «Le 19 janvier 1763, MM. les
pensionnaires et associés astronomes ayant proposé à l’Académie pour
la place d’adjoint dans la même classe vacante par la promotion de M.
Legentil à celle d’associé, MM. Messier, Bailly, Jeaurat et Thuillier,
on a procédé suivant la forme ordinaire à l’élection, où il s’est
trouvé, en comptant les billets, que M. Bailly avait eu quatorze voix
et MM. Messier et Jeaurat chacun treize, mais qu’il y avait un billet
qui se trouvait nul parce qu’il ne portait que le seul nom de M.
Jeaurat au lieu de deux qu’il devait contenir suivant le règlement. Sur
quoi MM. les officiers et l’évangéliste, ayant fait réflexion que si ce
billet avait porté les deux noms de MM. Jeaurat et Messier, eux et M.
Bailly auraient eu parfaite égalité de voix, et que si le billet avait
été bon, quand même on aurait nommé M. Thuillier avec M. Jeaurat, ce
dernier aurait toujours eu l’égalité des suffrages avec M. Bailly, M.
le président est entré dans l’assemblée pour y proposer le cas, sans
désigner aucun de ceux qui y avaient été nommés et pour faire décider
si l’on recommencerait totalement l’élection ou si l’on se contenterait
de décider entre les deux seconds, sur quoi il a été décidé que celui
qui avait eu la pluralité des suffrages devait être regardé comme nommé
et être présenté le premier, quel que pût être le nombre des voix
qu’aurait celui des deux seconds entre lesquels on allait choisir; en
conséquence de quoi on a prononcé par scrutin entre MM. Jeaurat et
Messier, et la pluralité des voix a été pour M. Jeaurat.»

La franchise confiante du patronage exercé parfois sur des candidatures
par les grands seigneurs et les ministres étonnerait peut-être
aujourd’hui. Indépendamment des sollicitations individuelles et des
discrètes recommandations qui sont de tous les temps, on procédait
parfois ouvertement et publiquement par lettres collectives
officiellement adressées à l’Académie et qu’elle recevait fort bien
en ne se défendant nullement d’y avoir égard. On lit par exemple au
procès-verbal du 27 juin 1770: «Je vous donne avis que le roi approuve
que l’Académie procède à la nomination d’un pensionnaire surnuméraire
dans la classe de géométrie et que Sa Majesté verrait avec plaisir les
voix de l’Académie se réunir en faveur de M. Darcy.» M. Darcy, cela va
sans dire, obtint l’unanimité des suffrages.

M. de Saint-Florentin avait écrit le 4 avril 1760: «Le prince
Jablonowski demande d’être admis à l’Académie en qualité d’associé
étranger; l’honneur qu’il a d’appartenir à la reine et le soin qu’il a
toujours pris de protéger et de cultiver _lui-même_ les lettres et les
arts paraissent mériter qu’on anticipe en sa faveur le moment d’une
place vacante dans la classe des associés étrangers pour l’y admettre.
Sa Majesté désire qu’il soit délibéré sur sa demande; l’Académie est
unanimement d’avis qu’il n’y a pas d’inconvénient à accorder cette
place à condition que la première qui vaquera dans cette classe sera
censée remplie par la nomination de M. le prince Jablonowski.» Huit
jours après, Sa Majesté fait savoir qu’elle agrée la nomination du
prince qui se trouve ainsi préféré d’avance à Linné dont l’élection fut
par là retardée de plusieurs années.

Le 30 avril 1758, on lit enfin: «M. de Chabert, lieutenant des
vaisseaux du roi, désire être admis à l’Académie en qualité d’associé
libre; l’intérêt de la marine et celui de l’Académie concourent à
anticiper le moment d’une place vacante dans la classe des associés
libres, pour y admettre un officier de marine, n’y en ayant point à
présent. Outre qu’il y a plusieurs exemples de pareilles expectations,
les approbations que l’Académie donne depuis si longtemps aux
travaux de M. de Chabert pour le progrès de la géographie et de la
navigation le rendent encore plus favorable. Sa Majesté désire qu’il
soit délibéré sur sa demande le plus tôt possible. L’Académie est
unanimement d’avis qu’il n’y a aucun inconvénient.» Il y en avait au
contraire de très-sérieux, et l’Académie ne les ignorait pas. On lit
en effet au procès-verbal du 18 mars 1778, et à l’occasion d’une
anticipation de ce genre: «MM. les officiers de l’Académie ont rendu
compte des représentations qu’ils ont faites à M. Amelot en vertu de
la délibération prise à la séance précédente et de la réponse de ce
ministre portant qu’à l’avenir il ne serait plus nommé de surnuméraires
et qu’il en donnait sa parole.» On n’en lit pas moins au procès-verbal
du 5 juin 1779: «Le roi étant informé que dans le nombre actuel des
honoraires de l’Académie des sciences, il y en a plusieurs que leurs
affaires personnelles et celles qui exigent d’eux des soins plus
particuliers empêchent d’assister aux assemblées de l’Académie, Sa
Majesté a pensé qu’il y aurait un avantage réel dans la nomination
d’un honoraire surnuméraire. Sa Majesté, instruite d’ailleurs du
désir qu’avait l’Académie de pouvoir compter parmi ses membres M. le
président de Sarron, dont elle a été souvent dans le cas de juger les
lumières et les connaissances, a cru faire un choix qui lui serait
agréable en le nommant à cette place.»

Une lettre écrite par M. de Breteuil, le 24 avril 1784, énonce des
principes assez singuliers sur les cas dans lesquels on peut faire ce
que la règle ne permet pas: «A ce sujet, dit M. de Breteuil, je vais
vous écrire une lettre particulière au sujet de la nomination de M.
Darcet à une place d’associé surnuméraire dans la classe de chimie; je
sais que le vœu général de l’Académie était de se l’associer, et je
ne vous répéterai pas les motifs qui ont déterminé Sa Majesté à lui
accorder la qualité de surnuméraire plutôt que celle de vétéran; mais
je dois à cette occasion vous prévenir que par la suite, lorsqu’il
se présentera des circonstances où l’on croira devoir s’écarter des
règles et des usages de l’Académie, en faveur d’un sujet distingué et
vraiment utile, tel que M. Darcet, et qu’il sera question de le nommer
soit adjoint, soit associé ou pensionnaire surnuméraire, je compte ne
le proposer au roi qu’autant que le vœu de l’Académie à cet égard sera
exprimé par une délibération qui réunira les deux tiers des suffrages;
je vous prie d’en informer l’Académie et de vouloir bien lui rappeler
qu’il faut en général se rendre très-circonspect sur ces sortes de
grâces, qui ne sont pas moins contraires aux principes du roi qu’aux
statuts de la Compagnie et qui entre autres inconvénients ont celui de
détruire l’émulation et de décourager les personnes qui s’occupent de
telle ou telle partie des sciences, avec le projet et l’espoir de se
rendre dignes d’être académiciens. Je dois vous ajouter qu’il me paraît
très-convenable que la condition des deux tiers des suffrages soit à
l’avenir regardée comme nécessaire, non-seulement pour les places des
surnuméraires, mais encore pour toutes les délibérations qui ne sont
pas prises en vertu des règlements de l’Académie.» L’Académie, on doit
le remarquer, avait très-régulièrement demandé pour Darcet une place
d’associé vétéran, et la transgression contre la règle dont se plaint
M. de Breteuil n’était commise que par lui.

Quoique les lettres et les sollicitations adressées à l’Académie par
les plus grands personnages marquent en attestant son indépendance une
grande déférence pour ses suffrages, le roi, consultant parfois le
témoignage de la voix publique, ne se fit jamais scrupule de choisir
librement sur la liste de présentation; mais loin de donner à sa
décision l’apparence d’une faveur gracieusement accordée au candidat
préféré, il invoque, alors non sans raison quelquefois, sa volonté
d’être juste et de protéger le mérite. Le 30 janvier 1709 par exemple,
l’Académie propose pour successeur de Tournefort, Reneaume, Chomel et
Magnol. Le roi choisit Magnol à cause de «sa grande réputation dans la
botanique.» De telles décisions toujours acceptées sans murmure ont
été plus d’une fois l’équitable tempérament des partialités et des
injustices qu’aucun mode d’élection ne saurait prévenir.

Parmi les candidats assez nombreux préférés par le roi, non par
l’Académie, il ne s’est trouvé que le seul géomètre Lagny, qui n’ayant
pas, dit-il, assez de temps libre, osa refuser une faveur acceptée
avant et après lui par des savants plus considérables, tels que
Magnol, Vaillant, Clairaut, La Condamine et l’abbé Nollet.

Si l’influence des grands seigneurs ou la volonté du roi lui-même
tenait lieu quelquefois de titres scientifiques, il arrivait aussi
que par un sentiment contraire, une situation trop humble ou trop
dépendante devint pour quelques-uns une cause d’exclusion. La lettre
suivante, écrite par l’horloger Leroy (neveu et cousin des célèbres
Julien et Pierre Leroy) le jour même de son élection dans la classe
de mathématiques, est évidemment destinée à faire disparaître des
objections de ce genre: «Monsieur, désirant faire connaître à
l’Académie mes intentions sur l’horlogerie à l’occasion de la place
d’adjoint pour la géométrie que je sollicite, je me flatte que vous ne
trouverez pas mauvais que j’aie recours à vous pour vous prier de me
rendre ce service; à vous, Monsieur, qui êtes le doyen de cette classe
et un des plus respectables membres de cette Compagnie. Permettez
donc que je vous expose sincèrement mes sentiments sur ce sujet. Dès
l’instant que j’eus songé à solliciter une place dans l’Académie,
je songeai à renoncer au commerce et à la pratique de l’horlogerie,
résolution, que j’ai prié MM. Clairaut et Darcy de déclarer quand ils
en trouveraient l’occasion et dont j’ai prévenu moi-même la plupart
des académiciens que j’ai eu l’honneur de voir; mais comme je serais
très-fâché d’entrer dans une Compagnie en professant un art qui,
quoique très-beau en lui-même, pourrait déplaire à quelques-uns de
ses membres et que je le serais encore davantage si, lorsque j’aurai
l’honneur d’y être admis, on pourrait s’imaginer ou soupçonner que je
fusse tenté de le professer de nouveau, j’ai cru que je ne pourrais
m’expliquer d’une manière trop précise sur ce sujet; c’est pourquoi,
Monsieur, je vous déclare par la présente que je renonce pleinement,
entièrement et de la manière la plus solennelle au commerce et à la
pratique de l’horlogerie. Si j’étais maître horloger ou que j’eusse
quelque autre qualité, je vous enverrais par la même occasion un acte
de renonciation, mais je ne le puis n’en ayant aucune. Tels sont mes
sentiments et tels ils seront toujours.»

Dans la séance même où Mairan donna lecture de cette lettre, Leroy
fut nommé adjoint de la section de géométrie. Fidèle à sa promesse,
il renonça à l’horlogerie mais ne s’occupa guère de mathématiques, et
l’Académie n’eut en lui ni un horloger qui lui aurait été souvent utile
ni un géomètre.

Désireuse d’assurer l’équité des élections, l’Académie s’y appliqua
plus d’une fois. Mécontente de ses propres faiblesses, on la voit à
plusieurs reprises pour en rechercher les causes et pour les réprimer,
retracer en vain dans des rapports soigneusement travaillés les maximes
et les principes d’impartialité et d’exacte droiture qui n’apprenaient
rien à personne, et s’élever contre des abus qui renaissaient aussitôt.
Le 1^{er} avril 1778, Darcy, Montigny et d’Alembert font le rapport
suivant:

«Nous avons observé deux sortes d’abus dans les élections: l’intrigue
et l’autorité. Toutes deux peuvent remplir l’Académie de sujets
médiocres, si elle n’y met ordre. Le plus sûr moyen de bannir
l’intrigue est de ne pas laisser le temps d’intriguer et de diminuer
le nombre des intrigants, c’est-à-dire ceux qui doivent être proposés.
Le seul moyen de prévenir les abus d’autorité est de ne présenter
jamais au Ministre que les sujets dont les talents soient bien connus
et qui puissent faire honneur à l’Académie. Il est très-rare que
quatre sujets aient en même temps le même droit aux places vacantes
dans l’Académie. En conséquence de ces principes, nous proposons
le règlement qui suit pour le choix des associés libres et pour le
choix des associés étrangers qui peuvent appartenir indistinctement
aux différentes classes: Le jour même qui aura été indiqué pour
l’élection, l’Académie fera tirer au sort les noms de six académiciens
pensionnaires ou associés, un de chaque classe: trois mathématiciens
et trois physiciens, lesquels s’assembleront aussitôt pour proposer
à l’Académie quatre sujets bien connus pour la supériorité de leurs
talents s’ils sont régnicoles et par une grande célébrité s’ils
sont étrangers. De ces quatre sujets, l’Académie en élira deux au
scrutin pour les présenter au roi en la manière accoutumée. Rarement
on présenterait à l’Académie un plus grand nombre de concurrents sans
mettre des sujets médiocres à côté des bons. Au moyen de ce règlement,
s’il est régnicole, personne n’aura le temps de faire écrire les
ministres, les gens puissants, de faire agir ses amis, les amis de ses
amis, les femmes mêmes auprès des académiciens qui se croient souvent
obligés de donner leur voix contre leur avis pour ne pas manquer soit à
leurs protecteurs, soit à leurs amis.»

Entre la plupart des candidats, le temps, il faut le dire, efface pour
nous toute différence, et des hommes considérables alors et de grande
réputation tombés depuis longtemps dans la foule et dans l’obscurité
sont devenus les égaux les plus humbles devant l’oubli commun de la
postérité.

Presque toujours d’ailleurs, on voit l’Académie favorable et
sympathique aux véritablement grands hommes, applaudir à leurs premiers
essais, leur ouvrir ses rangs au plus vite et les élever sans trop
tarder au plus haut degré de sa hiérarchie. De regrettables exceptions
existent cependant et pour n’en citer qu’une seule, je rapporterai
simplement et sans commentaires l’histoire des candidatures académiques
de Laplace.

Laplace, qui brilla plus tard dans la première classe de l’Institut
comme le représentant le plus illustre et le plus respecté de
l’ancienne Académie des sciences, n’avait pas rencontré d’abord autant
d’empressement et de bienveillante justice que ses prédécesseurs
d’Alembert et Clairaut, et les louanges sont mesurées à ses premiers et
excellents travaux avec une circonspection presque défiante.

Laplace, âgé de vingt ans, inspiré par la lecture de Lagrange et
d’Euler, avait voulu dans une première communication à l’Académie
expliquer, confirmer et perfectionner, pour les fondre dans un ensemble
nouveau, plusieurs beaux mémoires de ceux qu’il devait bientôt égaler.
Les rapporteurs de l’Académie signalent le mérite d’un tel travail
sans en dissimuler les défauts. «Il nous paraît, disent-ils, que le
mémoire de M. Laplace annonce plus de connaissances mathématiques
et plus d’intelligence dans l’usage du calcul qu’on n’en rencontre
ordinairement à cet âge dans ceux qui n’ont pas un vrai talent. Nous
jugeons que les remarques nouvelles dont nous avons parlé méritent
l’approbation de l’Académie et qu’ainsi le mémoire doit être imprimé
dans le recueil des savants étrangers, en priant seulement M. Laplace
d’abréger ce qui n’est pas à lui et de se servir des notations plus
communes et plus commodes de M. Euler et de M. Lagrange.»

Dans un rapport sur un second mémoire, Condorcet et Bossut, sans
produire aucune objection ni lui imputer aucune erreur précise,
affaiblissent leurs louanges par un doute formel sur l’exactitude de sa
méthode. «Ce mémoire, disent-ils, prouve que M. de Laplace réunit des
talents à beaucoup de connaissances, qu’il a approfondi les matières
les plus épineuses de l’astronomie physique, et l’on doit l’exhorter
à continuer le travail qu’il a annoncé et où il donnera les résultats
de celui-ci. Nous craignons cependant que sa méthode ne soit pas
suffisante pour résoudre complétement et sûrement par la théorie de la
gravitation le problème de la variation de l’obliquité de l’écliptique
et pour décider irrévocablement cette grande question. Mais malgré
ce qui peut rester d’incertitude, son mémoire nous paraît mériter
l’approbation de l’Académie.»

Et à l’occasion des mémoires suivants où se révèle clairement déjà la
grandeur et l’excellence de la fin qu’il se propose: «L’impression du
mémoire de M. de Laplace sera très-agréable aux géomètres, mais le
temps et la réunion de leurs suffrages pourront seuls apprendre à quel
point de précision M. de Laplace a porté la solution de ces problèmes.»

Ces trois rapports sont signés de Condorcet et de Bossut. D’Alembert,
à son tour, à l’occasion d’un beau et grand travail, mêle froidement à
de justes louanges des témoignages de doute et de défiance. Commençant
par applaudir aux efforts du jeune géomètre, il le loue d’avoir montré
une constance peu commune dans le travail et un grand savoir dans
l’analyse infinitésimale et dans l’astronomie physique, mais il ajoute
un peu sèchement: «Quant aux points sur lesquels il n’est pas d’accord
avec les géomètres qui l’ont précédé, nous ne pouvons pas prononcer
s’il a raison ou tort; il faudrait, pour juger le procès, vérifier une
longue suite de calculs, discuter les méthodes d’approximation qu’on a
employées jusqu’ici dans cette théorie, peser le degré de préférence
qu’elles peuvent mériter les unes sur les autres, ce qui demanderait
un travail que nous ne croyons pas que l’Académie veuille exiger de
nous. Le moyen le plus simple que M. de Laplace puisse employer pour
justifier l’exactitude de sa méthode est de nous donner, d’après elle,
de bonnes tables astronomiques. Il le promet et l’Académie le verra
avec intérêt.»

Lors même que, sans descendre des hauteurs de la science, Laplace,
comme pour se délasser des calculs approximatifs, mêle à ses fermes
ébauches de mécanique céleste la solution rigoureuse et parfaite de
problèmes d’analyse pure, ou se joue avec l’aisance la plus subtile
dans les ingénieuses théories du calcul des chances, l’Académie, par
ses louanges embarrassées et ambiguës, persiste à le traiter comme
un apprenti qui n’a pas encore donné le coup de maître. «Nous nous
bornons à observer et conclure, disent les commissaires de l’Académie
en rendant compte de l’une de ses découvertes, que ce mémoire est
savant, que l’auteur résout par une méthode uniforme plusieurs
équations difficiles et que ces recherches ne peuvent que _tendre_ à
perfectionner la théorie des suites et cette branche de l’analyse.»

Malgré toutes ces réserves et ces atténuations, ce n’est pas sans
étonnement qu’on lit au procès-verbal du 16 janvier 1775: «L’Académie
ayant procédé à l’élection de deux sujets pour remplir la place
d’adjoint vacante par la promotion de M. de Condorcet à celle
d’associé, la classe a proposé MM. Desmarest, Rochon, de Laplace,
Vandermonde et Girard de la Chapelle. L’Académie ayant été aux voix,
les premières ont été pour M. Desmarest, les secondes pour M. de La
Chapelle.»

Six mois après, l’Académie procède de nouveau à l’élection d’un
membre adjoint dans la classe des géomètres et vote unanimement pour
Vandermonde. Douze votants seulement sur dix-sept, en préférant Laplace
à un inconnu nommé Mauduit, lui accordent le second rang. Le 14 mars
1776, l’Académie, sur un rapport de la section compétente, lui préfère
dans une élection nouvelle le très-honorable mais très-médiocre Cousin.

L’ennui de ces échecs et les démarches nécessaires à de continuelles
candidatures ne ralentissent pas l’ardeur de Laplace. Toujours animé
à la poursuite de son œuvre, sans dépit apparent, sans amertume et
sans se soucier des contradictions, il fait paraître incessamment
dans de nouveaux mémoires cette abondance d’expédients et cette force
presque irrésistible qui, lorsqu’elle est impuissante à surmonter ou à
tourner un obstacle, le heurte de front et le brise en l’arrachant par
morceaux. Émule de d’Alembert et de Clairaut, il se montre déjà seul
capable en France de succéder à leur réputation, lorsque l’Académie,
déclarant dans un nouveau rapport qu’il «a acquis dès à présent un
rang distingué parmi les géomètres,» le nomme enfin adjoint dans la
section de géométrie, en accordant la seconde place sur la liste de
présentation au nommé Margueret, qu’elle préfère à Monge et à Legendre.
Membre de la Compagnie et assidu à ses séances, Laplace y prendra-t-il
le rang dû à son génie? Franchira-t-il rapidement les deux degrés
inférieurs de la hiérarchie académique? Non, il lui faut encore avec de
longs retards essuyer d’injurieux échecs.

En 1780 il est encore adjoint, et l’Académie présente pour une place
d’associé dans la section de géométrie Vandermonde en première
ligne et Monge en seconde ligne, plaçant ainsi les candidats, en
supposant qu’elle accordât le troisième rang à Laplace, dans l’ordre
précisément inverse de celui que leur assigne la postérité. C’est
en 1783 seulement que Laplace, âgé de trente-quatre ans, est nommé
associé dans la section de mécanique, où l’Académie avait appelé
déjà de préférence à lui, Rochon et Jeaurat; Jeaurat qui n’est connu
par aucune découverte et dont on ne cite qu’un seul trait: Quand
il rencontrait un confrère géomètre, il lui disait du plus loin en
faisant allusion à la théorie des équations: «Eh bien! c’est-il égal
à zéro?» Des préférences aussi aveugles si elles étaient moins rares
condamneraient à jamais le recrutement par élection, en enlevant toute
autorité aux jugements académiques. Leur explication la plus apparente
est, si je ne me trompe, dans les dispositions de d’Alembert, dont
l’influence considérable alors au plus haut point ne s’exerça jamais en
faveur de Laplace. Bon, généreux, loyal et ami de toutes les gloires,
d’Alembert ignora toujours les sentiments d’une mesquine jalousie; sa
droiture cependant, il est permis de le rappeler, n’allait pas jusqu’à
l’impartialité.

La belle intelligence et l’honorable caractère du futur marquis de
Laplace imposaient plus le respect qu’ils n’attiraient l’amitié,
et l’esprit hautain, qui dans la suite de sa vie acceptait si bien
et exigeait presque la flatterie, devait plaire difficilement à
l’observateur sardonique et à l’imitateur plein de verve des grands
airs de M. de Buffon; d’Alembert enfin, qui s’y connaissait, pouvait
entrevoir chez ce jeune homme gravement respectueux envers lui
quelques-uns des traits de l’illustre orgueilleux, qu’il aimait à
nommer le comte de Tufières.



LES FINANCES DE L’ACADÉMIE.


La somme totale allouée aux vingt pensionnaires de l’Académie avait
été fixée à 30,000 livres, mais la répartition en était irrégulière et
semblait souvent injuste. La lettre suivante, écrite en 1716 et signée
par quatorze pensionnaires sur dix-huit, donne à ce sujet de curieux
renseignements:

«Convaincus, comme nous sommes, que vous n’avez rien plus à cœur que
le bien de l’Académie, nous vous suplions avec une vraye confiance de
vouloir bien représenter à S. A. R., notre auguste protecteur, que,
dans le renouvellement de l’Académie, il y eut un fond de 30,000 livres
destiné pour les pensions; que ce fond ne put être alors distribué
également, parce que la pension considérable qu’avait feu M. Cassini
en faisait partie, mais qu’on fit espérer et qu’on a toujours fait
espérer depuis, qu’après la mort de M. Cassini chaque académicien
aurait 1,500 livres; cependant cette mort étant arrivée, il plut
à M. de Pontchartrain de prendre un autre arrengement. Des 30,000
livres, il n’en employa que 20,000 en pensions fixes et distribua les
10,000 livres restantes sous le nom de gratifications pour le travail
de l’année. Nous ne vous ferons point remarquer, monsieur, que ces
gratifications ne furent rien moins que données proportionnellement
au travail; vous scavez le découragement où cela jetta la plus grande
partie de la Compagnie. Mais nous vous supplions instamment de vouloir
bien représenter à S. A. R.: 1º que le fonds de 30,000 livres a
toujours été regardé comme affecté aux pensions de l’Académie pour être
distribué également; 2º que 1,500 livres de rente ne suffisent pas,
à Paris, pour mettre un homme en état de se livrer entièrement aux
sciences; que leurs progrès demanderaient que les pensions fussent plus
considérables et plus sûres, et que les réduire à 1,000 livres, c’est
mettre les académiciens hors d’état de travailler; 3º que l’Académie
des inscriptions a été traitée bien plus favorablement. Les pensions y
sont sur le pied de 2,000 livres, puisqu’elle a 20,000 livres pour dix
pensionnaires; 4º que la libéralité de S. A. R. peut bien s’étendre
jusqu’à donner des gratifications à ceux qui les auront méritées par
leur travail, mais il ne semble pas qu’elles doivent être prises sur
ce qui est destiné pour la subsistance des académiciens et qui y peut
à peine suffire. Comme vous vous intéressez autant à nos besoins que
nous-mêmes, nous osons nous promettre que vous voudrez bien donner
encore plus de force à nos raisons en les représentant.»

Cette lettre, écrite vers la fin de 1716, est destinée évidemment à
être mise sous les yeux du régent. On a écrit en marge: «S. A. R. loue
le zèle des académiciens et entre assez dans leur pensée. Mais, comme
elle ne veut rien diminuer à ce que chaqu’un a touché jusqu’ici, on ne
saurait songer au changement proposé qu’en donnant des gratifications
séparées, tant pour indemniser les quatre pensionnaires (Ces quatre
pensionnaires étaient: J. Cassini, Maraldi, deLahire et Duverney, qui
seuls n’ont pas signé la requête.) qui perdraient suivant ce nouveau
projet, que pour récompenser ceux qui se distingueront par leur
travail. Pour cela il faudrait, outre le fonds ordinaire de 30,000
livres, en destiner un nouveau de 6,000 livres au moins: c’est ce
que S. A. R. ne croit pas devoir faire dans le temps qu’il diminue
toutes les pensions, tant de la cour que des officiers, et le prince
remet donc cette libéralité à l’estat qui sera expédié pour l’année
prochaine.»

Le régent en effet augmenta de 6,000 livres l’allocation destinée
aux pensionnaires et crut avoir dégagé sa parole; mais les abus
continuèrent ou se reproduisirent, car cinquante ans plus tard une
décision de Malesherbes, approuvée par le roi, fut jugée nécessaire
pour diminuer l’inégalité en la réglementant. «Sur le compte que
j’ai, dit-il, rendu au roy du mémoire qu’on m’a remis, par lequel
l’Académie demande unanimement qu’il soit établi une nouvelle forme de
distribution des pensions qui lui sont accordées, et où elle expose, à
ce sujet, le plan qu’elle désirerait qu’on suivît, Sa Majesté a bien
voulu approuver le projet de distribution et agréer les vues qui ont
engagé l’Académie à le proposer. Le roy a décidé en conséquence que
chacune des six classes de l’Académie jouirait, à l’avenir, de la somme
fixe de 6,000 livres, qui sera partagée entre les trois pensionnaires
attachés à chacune d’elles, et que, par une suite de l’exécution
complète de ce projet, il sera accordé 3,000 livres au premier
pensionnaire, 1,800 livres au second et 1,200 livres au troisième.»

Indépendamment des pensionnaires, fort peu rétribués comme on voit,
l’Académie comptait vingt associés et adjoints, qui n’avaient aucune
part à ses revenus et que les travaux les plus excellents n’élevaient
que bien lentement dans la hiérarchie académique. D’Alembert, nommé
adjoint en 1742, ne devint pensionnaire que vingt-trois ans après, et
Lacaille, qui fut pendant dix ans une des gloires de l’Académie, mourut
avec le titre d’associé.

L’auteur d’un mémoire conservé dans les archives semble élever la voix
au nom de l’Académie tout entière pour signaler en termes formels la
situation difficile et la misère même d’un grand nombre d’académiciens.
Des corrections faites de la main de Réaumur permettent de lui
attribuer la rédaction de cet écrit, qui est sans signature. Après
avoir vanté l’utilité des sciences et dit quel avantage elles procurent
à l’État, l’auteur attire l’attention sur la situation précaire de
l’Académie des sciences.

«L’Académie, dit-il, dans l’état où elle est aujourd’huy, fait beaucoup
d’honneur au royaume. Les étrangers en ont une grande idée, aussy
a-t-elle découvert nombre de choses curieuses et utiles. Mais nous
osons avouer qu’il s’en faut bien que le royaume n’ayt retiré de cette
compagnie tous les avantages qu’il aurait pu en tirer. Nous osons dire
plus, c’est que cette Académie, en si grande réputation parmy les
étrangers, semble près de sa chute, si elle n’est soutenue par quelque
grand changement fait en sa faveur, pareil à ceux qui ont été faits
pour d’autres parties de l’État. On a cherché à ranimer sa langueur par
de nouveaux règlements dont elle avoit besoin, mais la vraye source du
mal n’étoit pas seullement dans le deffaut des règlements. Il ne la
faut chercher, la vraye source du mal, que dans la propre constitution
de l’Académie; une grande moitié de ceux qui la composent ne peuvent
prendre les occupations académiques que comme des amusements; ils ont
des professions qui les obligent de donner leurs soins à toutte autre
chose que ce qui fait l’objet de l’Académie. Les uns sont obligés
d’être médecins, les autres chirurgiens, les autres apoticaires. Quels
ouvrages peut-on attendre de sçavants contraints à passer sur le pavé
de Paris des jours qu’ils devraient employer dans leurs cabinets? Un
homme qui arrive chez soy las et distrait est-il en état de travailler
à ce qui le demande tout entier? Employera-t-il les nuits à des
expériences? Malgré pourtant cette diversion, plusieurs académiciens
de ces classes ont donné des choses excellentes, mais qui doivent nous
faire regretter celles que nous eussions eues, s’il leur eust été
permis de se livrer aux recherches où leur inclination les portoit. De
l’autre moitié des académiciens, une partie est obligée à enseigner les
mathématiques pour subsister. Enfin, il en reste très-peu qui soient en
état de faire des expériences et de vivre avec cette aysance qui met
l’esprit en repos et en état de se livrer à des recherches utilles.
Entre quarante-huit académiciens destinés au travail, l’Académie ne
sauroit compter qu’un petit nombre de travailleurs. Le seul remède à
apporter seroit d’obliger tous les académiciens, ou au moins le plus
grand nombre, à n’être qu’académiciens, de les mettre en état de
n’avoir d’autres occupations que celles qui ont un rapport direct aux
objets de l’Académie. Une autre cause de la décadence de l’Académie,
qui tient à celle dont nous venons de parler, c’est qu’il ne se forme
plus de sujets; on en fait l’expérience toutes les fois qu’on a des
places vaccantes à remplir. Il faut être né avec des talents rares
pour réussir dans les sciences, et, parmy ceux qui naissent avec
ces talents, combien y en a-t-il qui en puissent profiter? Un jeune
homme qui veut suivre ses heureuses dispositions se trouve arresté
par les clameurs de toutte sa famille et de tous ses amis; on ne veut
point consentir qu’il s’abandonne à des recherches qui peut-estre
luy donneroient quelque gloire en le conduisant à mourir de faim.
L’Académie fournit des exemples de cette nature: un de ses membres,
habile anatomiste, mourut il y a quelques années à l’Hostel-Dieu. Si
l’Académie a pu, pendant quelque temps, se fournir de sujets, elle
le devoit à la protection que l’illustre M. Colbert avoit donnée aux
sciences; quand elle est venue à manquer, on ne s’est plus tourné de
leur costé; la pépinière s’est épuisée et il ne s’en forme point de
nouvelle. A la vérité, M. l’abbé Bignon a fait, pour l’Académie et pour
les sciences en général, tout ce qu’on peut attendre du zelle le plus
ecclairé, mais les trésors n’étoient pas entre ses mains. Il y a peu
d’apparence aussy que le royaume puisse se repeupler de vrays sçavants,
tant que la condition, de touttes la plus laborieuse, ne mènera à
rien. Y a-t-il de la justice que celui qui s’applique à des recherches
importantes au bien de l’État, ne puisse espérer de parvenir à quelque
fortune? L’homme de guerre, le magistrat, le marchand, peuvent se
promettre des récompenses de leurs travaux; le sçavant seul n’a rien
à en espérer; peut-estre que le cas que les Chinois font des lettrés
n’est pas à la gloire de la France.»

L’auteur, qui bien vraisemblablement est Réaumur, cherche ensuite
les moyens de relever l’Académie suivant lui prête à périr; il
propose d’appliquer le savoir et l’esprit inventif des académiciens
au perfectionnement des arts et métiers et de l’agriculture, et,
descendant même au détail des questions que l’on pourrait proposer
à chacun: «Qu’on se fasse, par exemple, dit-il, une loy de donner
toujours à des académiciens la direction des monnoyes, comme le célèbre
M. Newton l’a en Angleterre, et qu’on leur donne les inspections des
différentes manufactures, les inspections généralles des chemins, ponts
et chaussées. Croiroit-on trop faire, si on accordoit des entrées dans
le conseil du commerce ou dans ceux des compagnies qui l’ont pour
objet, aux sçavants qui ont fait des études particulières des matières
que les arts et la médecine nous engagent à tirer des pays étrangers;
à ceux qui se sont appliqués à s’instruire à fond des manufactures du
royaume, de ses productions qui se sont négligées et qu’on pourroit
mettre à proffit? Un gouvernement qui a les eaux pour objet, tel qu’est
celuy de la Samaritaine, ne devroit-il pas entrer dans le partage des
académiciens? Ce seroit une récompense pour un de ceux qui se seroit
le plus appliqué aux hydrauliques; un pareil gouvernement l’engageroit
à faire une étude particulière de tout ce qui a rapport à la conduitte
des eaux; ce même gouvernement seroit un appas qui excitteroit un grand
nombre d’autres sujets à travailler sur la même matière; au moins
semble-t-il qu’il seroit mieux dans les mains d’un sçavant que dans
celles d’un vallet de chambre d’un grand seigneur; à la Pépinière,
il y a une place de quelque revenu qui conviendroit à un botaniste.
On pourroit même donner à l’Académie une espèce d’inspection sur
tous les arts mécaniques qui, sans leur être à charge, contribueroit
extrêmement à leur progrez; un expédient assez simple rendroit nos
ouvriers incomparablement plus habiles qu’ils ne sont, leur donneroit
de l’émulation pour la perfection de leurs arts et augmenteroit par
conséquent le débit de tous nos ouvrages d’industrie, car on se fournit
des ouvrages de chacque espèce dans les pays où les ouvriers sont
en réputation de mieux travailler; de là est venu le grand débit des
montres d’Angleterre. L’expédient seroit que l’Académie proposast
chaque année des prix pour ceux des ouvriers de chaque profession qui
auroient inventé ou mieux fini quelque ouvrage; que ces prix fussent
distribués aux arts mesmes qui semblent les plus grossiers, comme
coutelliers, taillandiers, serruriers; on proposeroit par exemple
aux taillandiers de chercher la manière la plus simple de faire une
excellente faulx et à bon marché. Le succez de ce prix nous empêcheroit
peut-estre d’avoir besoin à l’avenir des faulx d’Allemagne. Le royaume
se trouveroit bien indemnisé de ce qu’il luy en coûteroit pour le prix.

       *       *       *       *       *

«Mais, à vray dire, ajoute-t-il, on ne sçauroit attendre l’exécution
de si grands projets d’une compagnie qui n’a que 30,000 livres à
distribuer entre plus de vingt particuliers, et qui en a une trentaine
d’autres à soutenir seullement par l’espérance d’entrer un jour en
partage de cette petite somme. Les pensions n’étoient guères plus
fortes du temps de M. Colbert; communément, elles étoient de 1,500
livres; mais 1,500 livres alors valloient plus que quatre ou cinq
mille aujourd’huy. Celle de feu M. Cassini était de 9,000 livres, et a
seulle produit bien des sçavants; des gratifications vinrent souvent
au secours de la modicité des pensions; si ce grand ministre eust été
plus longtemps conservé à la France, il eust apparemment mis sur un
autre pied l’Académie dont il étoit le père; depuis qu’elle l’a perdu,
elle a eu le temps d’apprendre combien on doit peu compter sur de
petittes pensions, dont les payements peuvent estre suspendus par une
infinité d’événements.

«Pour faire fleurir l’Académie, il faudroit donc luy donner des
fondements inébranslables, luy assigner des fonds à l’épreuve de toutte
révolution, comme sont les fonds en terre possédés par l’université
d’Oxfort et de Cambridge; que ces fonds fussent suffisans pour faire
vivre les académiciens d’une manière commode, leurs montrer des places
distinguées où ils pussent se promettre d’arriver.

«Quelques considérables que fussent les fonds assignés, l’Académie ne
seroit peut-estre pas un an ou deux à en dédommager le royaume. Une
seulle découverte pourroit les remplacer.»

Ce plaidoyer habile et sincère resta sans résultat. L’Académie n’en
vécut pas moins en se recrutant souvent fort heureusement, en dépit
des sinistres prédictions de son défenseur; elle fut même un instant
menacée de la concurrence d’une compagnie rivale, dont les membres
paraissaient assez considérables pour lui porter sérieusement ombrage.

Vers l’année 1726, Julien et Pierre Leroy et Henri Sulli, célèbres tous
trois dans l’histoire de l’horlogerie, instituèrent des conférences
réglées sur les moyens de perfectionner leur art. Ils s’associèrent
Clairaut père et fils et un fabricant d’instruments mathématiques,
nommé Jacques Lemaire, et convinrent de se réunir tous les dimanches
dans le jardin du Luxembourg; tout marcha bien pendant l’été; mais, à
la mauvaise saison, il fallut chercher un autre asile; on le trouva
dans la cour du Dragon, chez un M. Puisieux, qui devint membre de la
société, à laquelle Degua, Nollet, La Condamine, Grand Jean Fouchy,
Renard du Tosta directeur de la Monnaie, le célèbre orfévre Germain et
le compositeur Rameau, se joignirent bientôt en l’engageant à étendre
ses études et ses travaux à la totalité des arts et à augmenter encore
le nombre des associés. La compagnie, selon les habitudes du temps,
devait avoir un protecteur; on s’adressa au comte de Clermont, qui,
flatté de ce rôle, offrit pour les séances une salle de son palais
et obtint la permission royale, qui fut donnée en 1730. La société,
devenue de plus en plus importante et honorée des fréquentes visites
du prince de Clermont, se partagea, comme l’Académie, en honoraires
et en associés, forma comme elle des sections, et nomma même des
correspondants. L’un d’eux fut l’astronome danois Horrebow qui, dans
son livre intitulé _Basis astronomiæ_, imprimé en 1735, à Copenhague,
prend le titre de membre de la Société des arts de Paris. Réaumur
et Dufay, inquiets des succès et de l’influence d’une compagnie
nouvelle, proposèrent au prince de Clermont, dont ils étaient connus,
que l’Académie s’engageât à choisir, autant qu’il se pourrait, ses
sujets parmi les théoriciens de la société, à la condition de les
posséder tout entiers en les autorisant seulement à garder dans
l’autre compagnie le titre de vétéran. Un tel arrangement n’était
pas acceptable et fut rejeté; les deux académiciens déclarèrent
alors nettement qu’ils feraient tomber la société. Leur moyen fut
très-simple: L’Académie s’adjoignit successivement La Condamine,
Clairaut, Fouchy, Nollet et Degua en leur imposant l’obligation
d’opter. L’effet ne se fit pas attendre, et la Société des arts, privée
de ses membres les plus actifs, ne tarda pas à s’affaiblir et à tomber
complétement, sans avoir produit aucune œuvre qui en perpétuât le
souvenir.

L’Académie, outre les 36,000 livres destinées aux pensions, recevait,
chaque année, sur le trésor royal une allocation de 12,000 livres
attribuée aux dépenses générales et aux expériences jugées utiles mais
employée, en grande partie, à aider ou à secourir les pensionnaires ou
les associés les plus pauvres ou les plus en faveur.

Ces fonds bien insuffisants paraissent d’ailleurs avoir été, pendant
longtemps au moins, administrés avec beaucoup de désordre. Une
fois, par exception, en 1725, le maréchal de Tallard, président de
l’Académie, avant d’approuver les dépenses, voulut en connaître le
détail; peu satisfait d’un premier examen, il nomma une commission dans
laquelle siégeaient l’abbé Bignon, Réaumur et Cassini; leur rapport est
réellement curieux:

«Les registres du sieur Couplet, trésorier de l’Académie, disent les
commissaires, n’ont aucune forme de livre de comptable. Il rapporte
uniquement les articles de dépense, sans faire aucune mention de la
recette, et c’est ou une ignorance inexcusable de sa part, ou une
affectation très-suspecte pour éviter l’examen de ses comptes; mais,
outre ce défaut essentiel dans la forme, il y a si peu de règle dans la
dépense, qu’il paroist que ledit sieur Couplet a disposé entièrement à
sa fantaisie de la pluspart des fonds qu’il a reçus, comme si ç’eût été
son propre bien; il a augmenté de sa propre authorité les gages de son
domestique, qu’il a portés de 364 à 500 livres. L’entretien de la salle
des machines, qui, du temps du feu sieur Couplet père et prédécesseur,
n’alloit qu’à 5 livres, il le porte à 50 livres par quartier; pour
l’entretien d’un miroir ardent, il fait monter la dépense, dans une
année, à environ 500 livres, et l’on ne peut s’empêcher de remarquer,
à cette occasion, une chose honteuse pour l’Académie et pourtant de
notoriété publique: c’est l’argent qu’il souffre que son mestique
exige de tous ceux qui vont voir cette salle des machines.

«Presque tous les articles de dépense en général sont si excessivement
enflés, qu’il y en a qu’il porte au delà de trente et quarante fois
leur juste valeur, comme pour le papier, plumes et ancre, etc.

«On peut assurer qu’il n’y a jamais eu de registre aussi mal tenu pour
la forme et si deffectueux dans le fond. On peut réduire à quatre
principaux chefs les observations des commissaires.

«Le premier regarde l’employ des deniers du roy, fait pour le propre
usage du sieur Couplet, sans qu’il puisse produire aucun ordre qui
l’authorise. Cet article seul monte à la somme de douze mil quatre
cent dix sept livres dix sols; laquelle somme il a employée en
batimens, remises, grenier, mur de jardin, remuage de terre faits à
l’observatoire pour son usage particulier. Le tout sans qu’il produise
aucun ordre pour cette dépense entièrement inutile, d’autant plus
qu’il a encore tout le logement qu’avoit feu son père, lequel s’en est
contenté pendant trente années quoy qu’il eut une nombreuse famille, au
lieu que le sieur Couplet est seul. D’ailleurs, cette dépense regarde
le surintendant des bâtimens du roy et nullement l’Académie. Il est
à remarquer que ces dépenses en bâtimens ont été faites dans un tems
où les académiciens qui occupent l’observatoire ne pouvoient obtenir
qu’on leur fît les réparations les plus pressantes, comme des vitres,
couvertures, etc.

«Le second chef regarde les dépenses faites sous le titre de dépenses
extraordinaires, sans qu’il en fasse aucun détail, ny qu’il rapporte
aucune preuve justificative; elles montent à la somme de sept mil
dix-sept livres quinze sols; on ne sçauroit imaginer en quoy consistent
ces dépenses extraordinaires, d’autant plus que, dans des mémoires que
l’on a trouvé excessifs et enflés, il a employé en dépense et bien
en détail, le papier, les plumes, l’ancre, les ports de lettres, le
remuage des poesles, les petites gratifications faites aux suisses
dans les assemblées publiques de l’Académie; en un mot, il entre dans
une infinité de petits détails et ensuitte il y ajoute cette somme
exhorbitante de 7,017 livres 15 sols.

«Le troisième chef renferme les faux ou doubles employs dont on
rapportera icy deux articles: l’un de 1,310 livres pour l’envoy du
caffé aux Indes et l’autre de 100 livres pour le congé d’un soldat; ces
deux sommes luy ont été fournies en 1718, et, lorsque les commissaires
luy ont demandé les preuves de l’envoy de ces sommes, il leur a avoué
qu’il n’en avoit point fait d’employ. On pourroit encore mettre au rang
des faux employs une somme de 160 livres qu’il dit dans son compte
avoir été employée pour faire gobter le mur du côté de l’orient de
son nouveau logement, laquelle somme il a avoué depuis n’avoir point
employée.

«Le quatrième chef regarde les diminutions d’espèces dont il demande
le remboursement et qu’il fait monter à la somme de six mil cinq cent
trente-quatre livres, dont il ne rapporte ny ne peut rapporter aucun
procès-verbal, ne tenant aucun registre par recette et dépense; ce qui
a empêché les commissaires de pouvoir statuer sur ce qui pouvoit luy
être véritablement deu; l’on peut aussi remarquer qu’il passe dans son
compte les diminutions, mais qu’il ne parle point des augmentations
qui sont arrivées depuis 1718 jusqu’en 1722, lesquelles méritaient
bien qu’on y fit quelque attention, puisqu’il y en a eu qui ont porté
les espèces au triple de leur ancienne valeur, c’est-à-dire depuis
40 livres le marc d’argent monnoyé jusqu’à 120 livres et l’or à
proportion. Il résulte de tous les articles précédens que le sieur
Couplet est redevable de vingt-deux mil six cent soixante-trois livres
cinq sols pour sommes non payées et qu’il a reçues ou payées non
vallablement.»

La défense de Couplet, sans être concluante, atténue beaucoup, il faut
le dire, la portée du rapport en présentant les irrégularités signalées
comme une conséquence toute naturelle de l’absence de contrôle et de
règle. Couplet, touchant fort irrégulièrement les fonds de l’Académie
et faisant pour elle de fortes avances, cherchait à diminuer le
retard des rentrées en portant en compte les dépenses prévues; il
arrivait parfois que les circonstances venant à changer, la somme
touchée se trouvait sans emploi; mais Couplet, il le prétend au moins,
l’appliquait alors à d’autres besoins de l’Académie.

Il ne faut donc pas trop s’étonner de voir le sieur Couplet siéger
vingt ans encore près de ceux qui ont signé le rapport et gérer
les affaires de l’Académie sans que les discussions relatives à sa
comptabilité se soient renouvelées.

La somme de 12,000 livres annuellement accordée à l’Académie aurait
dû être doublée en 1757. Le régent, en 1721, avait en effet accordé
à Réaumur une pension de 12,000 livres qui, par lettres patentes et
par arrêt du conseil, avait été déclarée reversible sur l’Académie.
Réaumur mourut en 1757; de nouvelles lettres patentes confirmèrent
les premières, et la rente fut transférée à l’Académie mais pour lui
échapper aussitôt, car par une subtilité à laquelle on ne devait
pas s’attendre, on la regarda comme tenant lieu de la somme égale
assurée jusque-là chaque année sur le trésor royal et qui dès lors
devenait inutile. Dans une lettre datée du 31 janvier 1759, le duc de
la Vrillière déclare, il est vrai, que, si les besoins de l’Académie
exigeaient que le fonds fût excédé, il y avait lieu d’espérer que
Sa Majesté voudrait bien y avoir égard sur les propositions qu’en
feraient MM. les officiers de l’Académie et dont il aurait l’honneur de
rendre compte à Sa Majesté. L’Académie se plaignit, il n’en faut pas
douter, et ses efforts furent persévérants, car, dix-sept ans après,
en 1775, on voit ses représentations favorablement accueillies par
Turgot et Malesherbes. Les négociations durèrent cependant trois années
encore, et c’est en 1778 seulement, vingt ans après la mort de Réaumur,
que l’Académie obtint enfin justice. La correspondance relative à cette
affaire nous apprend que 8,000 livres sur les 12,000 qui formaient
la première allocation étaient alors affectées à des augmentations
de pensions: 4,000 livres restaient donc disponibles seulement pour
les frais généraux, les expériences et les allocations demandées
souvent par le libraire lorsque les volumes publiés contenaient un
trop grand nombre de planches. C’est donc avec grande raison que le
roi, en accordant enfin une subvention dont le refus avait été un
déni de justice, en réservait expressément l’emploi aux expériences
scientifiques et autres travaux de l’Académie.

  «’^{er} juillet 1778.

«C’est avec bien du plaisir, écrit M. Amelot à l’Académie, que j’ai
l’honneur de vous annoncer que Sa Majesté a bien voulu rétablir cette
somme à compter du 1^{er} du mois prochain. Mais son intention est que
la totalité des 12,000 livres soit employée à faire des expériences,
sans qu’il puisse jamais en être rien distrait pour quelque autre objet
que ce soit.»

L’Académie délibéra immédiatement sur le meilleur choix des expériences
à faire. Lavoisier, dont les conclusions furent adoptées, fait
paraître, en posant d’excellents principes, des vues aussi sages
qu’élevées:

«Les travaux académiques me paraissent, dit-il, dans la circonstance
actuelle, devoir être distingués en deux classes: les uns, relatifs à
des découvertes particulières que l’auteur a intérêt à garder secrètes,
demandent à être suivis dans le silence du laboratoire et du cabinet.
Les travaux de cette sorte appartiennent plutôt aux particuliers qu’au
corps, et l’Académie ne pourrait s’engager à en faire les frais sur
la simple parole des auteurs sans s’exposer à partager l’enthousiasme
naturel à chacun pour les découvertes qu’il a faites ou qu’il croit
avoir faites, à favoriser la suite d’une infinité de chimères qu’on
aurait prises pour des réalités, enfin à autoriser un emploi secret
de fonds qui aurait les plus grands inconvénients. On pense, d’après
cela, que tout académicien qui voudra tenir ses expériences secrètes
ne doit prétendre à aucune récompense qu’à la gloire même attachée à
une découverte importante. Non pas que l’Académie doive s’ôter le
droit de rembourser les frais de ces sortes d’expériences, si elle
le juge à propos, mais elle ne doit statuer que lorsqu’elle en aura
pris connaissance et dans la supposition où il se trouvera des fonds
libres et qui n’auront pas été destinés à des objets plus importants.
Il est d’autres genres de travaux qui, loin de demander du mystère,
exigent, au contraire, une sorte de publicité et le concours de
plusieurs agents. Ces travaux, qui sont vraiment académiques et que
le gouvernement a eus principalement en vue lors de l’institution de
cette compagnie, consistent à répéter tous les faits principaux qui
servent de base à chaque science, à constater toutes les découvertes
importantes qui se font journellement par les savants de toutes les
nations, à entreprendre de ces grandes suites d’expériences qui sont
au-dessus des forces des particuliers, mais qui font époque dans les
sciences et qui en établissent les masses. L’Académie, en reprenant ce
plan, qui était celui des premiers académiciens, parviendrait à former
un dépôt de faits d’autant plus précieux, que tous auraient un but
relativement à l’avancement des sciences, qu’elle pourrait espérer de
remplir des lacunes immenses que laissent dans ce moment la plupart des
sciences physiques, enfin qu’elle parviendrait à mettre en œuvre une
infinité de matériaux qui se multiplient de jour en jour, mais dont la
place et l’arrangement sont absolument inconnus.

«Ce plan, qui ne peut être adopté que pour un corps et par un corps
aidé et appuyé par le gouvernement, ne conduira pas toujours à des
découvertes brillantes; mais il servira à assurer en peu de temps la
marche des sciences, à dissiper le prestige des systèmes nouveaux qui
ne sont point appuyés sur des preuves, à réduire toutes les choses à
leur juste valeur, enfin à faire marcher les sciences en quelque façon
tout d’une pièce, semblables à ces phalanges redoutables dont la marche
lente mais sûre ne connaissait pas d’obstacles invincibles. Telles sont
les vues d’après lesquelles on a rédigé le projet de règlement.»

Cinq ans après, en 1783, lorsque le bruit se répandit qu’aux
applaudissements des états du Vivarais assemblés Joseph Montgolfier
avait enlevé, sur la place publique d’Annonay, un ballon de cent
pieds de diamètre, l’opinion publique en demandant à l’Académie la
confirmation d’une découverte aussi prodigieuse semblait attendre
d’elle des applications sans limite et la réalisation des plus
chimériques espérances.

L’Académie fut invitée de la part du roi à s’occuper des expériences
nouvelles en associant à ses recherches l’inventeur Montgolfier
et Charles, professeur habile de physique qui, substituant l’air
inflammable à l’air chaud, s’était audacieusement élevé à la vue des
Parisiens effrayés et charmés jusqu’à 7,000 pieds au-dessus du sol. «La
dépense, ajoutait la lettre de M. d’Ormesson, pourrait être prise sur
les 12,000 livres allouées pour les expériences de l’Académie.»

L’Académie fut doublement choquée. Montgolfier et Charles malgré
leur mérite éminent lui étaient jusque-là restés étrangers, et ses
habitudes n’étaient pas d’associer à ses travaux des savants pris hors
de son sein. La dernière phrase de la lettre de d’Ormesson semblait
en outre une atteinte portée à la libre disposition de ses revenus.
Des observations furent adressées au ministre, qui répondit fort
gracieusement: «Je n’ai pas eu l’intention de proposer rien qui pût
gêner l’Académie ou contrarier ses usages ou ses statuts. Le roi, qui
connaît le zèle de l’Académie et ses dispositions à rendre utile une
découverte aussi importante, s’en rapporte parfaitement à elle sur ce
qu’elle croit devoir à des hommes estimables, dont l’un est inventeur
de la machine et dont les autres ont fait avec succès les premières
tentatives propres à en indiquer et à en perfectionner les propriétés.»



LES EXPÉDITIONS SCIENTIFIQUES.


La somme régulièrement allouée à l’Académie était trop faible pour
subvenir aux frais de voyages ou d’expéditions jugées utiles au progrès
de la science. La générosité du ministre et celle du souverain lui-même
étaient donc invoquées dans toutes les occasions importantes et elles
faisaient rarement défaut. Les voyages scientifiques entrepris à la
demande de l’Académie étaient défrayés par une allocation spéciale
accordée chaque fois pour un but déterminé et au membre même désigné
par elle. Presque tous eurent pour but le progrès de l’astronomie et
de la géographie; quelques-uns cependant furent consacrés aux études
d’histoire naturelle.

C’est ainsi que l’on trouve dans les cartons de l’Académie une lettre
non signée et datée du 13 juillet 1717, qui commence ainsi: «J’ai
l’honneur de vous envoyer la notte pour une ordonnance de 4,000
livres par rapport à un voyage de M. de Jussieu. Je vous avoueray que
j’aurais souhaité le delay d’un voyage de cette nature jusqu’à l’année
prochaine, les affaires seront en meilleur estat. S. A. R. a trouvé
l’objet trop médiocre pour attendre; pour moy je prendray seulement la
liberté de vous faire remarquer que, dès que c’est là son intention,
cette ordonnance est pressée, parce qu’il faut que M. de Jussieu parte
à la fin de ce mois ou les premiers jours de l’autre tout au plus tard.»

M. de Jussieu était Antoine, le premier des académiciens de sa
glorieuse famille. Son frère Bernard, âgé alors de dix-sept ans, devait
l’accompagner dans ce voyage, le seul qu’il ait entrepris pendant sa
belle et modeste carrière. Sa famille ne songeait nullement alors à
en faire un savant et le destinait au commerce; lui-même au retour,
attristé de ne pouvoir s’arrêter à aucun parti, fit une retraite au
couvent de Saint-Lazare pour y méditer tout à son aise et sortit
décidé pour la pharmacie à laquelle succéda bientôt la médecine, mais
il revint heureusement à la botanique en s’associant à son frère
qu’il ne quitta plus. Si le souvenir du voyage d’Espagne décida sa
détermination, on peut assurer qu’en accordant les 4,000 livres malgré
le mauvais état des affaires, le régent, dont la main s’ouvrit si
souvent pour favoriser la science, lui rendit ce jour-là l’un des plus
grands services dont elle doive remercier sa mémoire.

La mission de Tournefort, antérieure à celle de Jussieu, eut aussi pour
but l’histoire naturelle. Tournefort savait voyager. La narration de
ses aventures est pleine de détails intéressants racontés naïvement
et non sans esprit quelquefois. Observateur curieux et sagace des
mœurs et des coutumes, très-versé dans la lecture des auteurs anciens,
Tournefort a composé deux volumes qui, sous forme de lettres à M. de
Pontchartrain, rapportent les incidents de son voyage, les singularités
observées, les opinions recueillies et les souvenirs éveillés par les
lieux qu’il parcourt. L’histoire naturelle n’occupe pas tellement son
esprit que d’autres études n’y puissent trouver place, et sa narration
peut satisfaire, en même temps que la curiosité du savant, celle de
l’homme politique, de l’historien et du géographe.

Les appréciations toujours sincères de Tournefort sont parfois
singulières. Il recueille les renseignements et les traditions et les
rapporte sans les contrôler; jamais dans l’interprétation des monuments
anciens il ne semble apercevoir de difficultés, ou ce qui revient
presque au même, il ne soupçonne pas qu’on puisse les éclaircir. L’île
de Crète et le mont Ida lui rappellent la naissance et le règne de
Jupiter; quelques ruines d’origine douteuse pourraient être suivant
lui le temple où Ménélas sacrifia lorsqu’il eut appris l’enlèvement
de sa femme Hélène; l’excellent vin de Candie, qui lorsqu’on en a
goûté fait mépriser tous les autres, devait être le nectar que buvait
autrefois Jupiter. Ces traits d’érudition naïve ne diminuent ni
l’intérêt ni l’authenticité du récit des faits observés.

Les mœurs et les superstitions des Grecs et des Turcs, l’animosité qui
sépare les deux races, sont mis en relief par une grande abondance
de détails recueillis à toute occasion. Les sympathies de Tournefort
pour les chrétiens vont jusqu’à l’horreur des infidèles auxquels il
rend parfois justice cependant, et lorsque sa bonne foi triomphe de
ses préventions et de ses préjugés, ses récits sont loin de confirmer
ses appréciations générales. «Les Turcs, dit-il en parlant de l’île de
Milo, font toujours quelque nouvelle avanie pour rançonner les pauvres
Grecs, et d’ailleurs il faut leur faire des présents si l’on veut
éviter la chaîne ou les coups de bâtons. Les Turcs sont plus insolents
que jamais dans les îles depuis la retraite des corsaires français;
ainsi les Grecs ne savent qui souhaiter. Les corsaires tenaient les
Turcs en raison et mangeaient le profit de leurs prises dans le pays;
mais aussi les corsaires étaient parfois des hôtes incommodes, avec
lesquels il n’était pas trop aisé de vivre. Les plus habiles d’entre
les Grecs, après la perte de la capitale de leur empire, se retirèrent
en divers endroits de la chrétienté; ils emportèrent avec eux toutes
les sciences de leur pays et par conséquent toutes les vertus.» Voilà
donc, suivant Tournefort, Constantinople privée de toutes les vertus et
pour longtemps sans doute, car les sciences, cela est notoire, n’y ont
pas encore fait retour. Comment concilier cependant cette appréciation
avec les lignes suivantes: «Comme la charité et l’amour du prochain
sont les points les plus essentiels de la religion mahométane, les
grands chemins sont ordinairement bien entretenus et l’on y trouve
assez fréquemment des sources, parce qu’ils en ont besoin pour les
ablutions; les pauvres gens prennent soin de la conduite des eaux, et
ceux qui sont dans une fortune médiocre établissent des chaussées. Ils
s’associent avec leurs voisins pour bâtir des ponts sur les grandes
routes et contribuent au bien public suivant leurs facultés. Les
ouvriers payent de leur personne: ils servent gratuitement de maçons
et de manœuvres pour ces sortes d’ouvrages. On voit dans les villages,
aux portes des maisons, des cruches d’eau pour l’usage des passants.
Quelques bons musulmans se logent sous des espèces de barrières qu’ils
font construire sur les grands chemins, et là ils ne sont occupés
pendant les grandes chaleurs qu’à faire reposer et rafraîchir ceux qui
sont fatigués. L’esprit de charité est si généralement répandu parmi
les Turcs, que les mendiants mêmes, quoiqu’on en voie très-peu chez
eux, se croient obligés de donner leur superflu à d’autres pauvres.»

Les pages que Tournefort consacre à la science sont souvent des plus
curieuses pour l’histoire de ses progrès et révèlent plus d’une erreur
singulière acceptée alors sans difficulté par les hommes les plus
éclairés. Rencontrant à Candie une source thermale, il y plonge des
œufs qui ne cuisent pas; mais au lieu d’en conclure simplement que la
température n’est pas suffisante, il y voit un caractère spécifique de
cette eau et se rappelle qu’en France il a vu des soldats faire cuire
une poule dans les eaux thermales du fort des Bains dans le Roussillon.
«Toutes les sources d’eaux bouillantes que j’ai observées dans les
divers pays m’ont paru, dit-il, également chaudes, parce que je n’avais
d’autre thermomètre que ma main, et certainement je n’en ai rencontré
aucune de celles qu’on appelle bouillantes, où j’aie pu tremper les
doigts sans me brûler. Toutes ces sources fument également, cependant
on trouve entre elles cette différence par rapport aux œufs que, dans
les unes, ils ne s’y cuisent pas dans l’espace de deux heures, et dans
quelques autres, ils se cuisent en quatre ou cinq minutes.»

L’évaporation continuelle des eaux de la mer semble d’après une autre
lettre complétement inconnue à Tournefort, et il s’étonne de voir la
mer Noire recevoir, par les diverses rivières qui s’y déchargent,
plus d’eau que le Bosphore n’en peut rendre à la Méditerranée. «Que
pouvaient, dit-il, devenir les eaux qui se ramassaient ensemble jour
et nuit dans le même bassin sans qu’elles eussent leur décharge. La
décharge de la Méditerranée dans l’Océan est au détroit de Gibraltar,
où heureusement les eaux trouvent plus de facilité à creuser un canal
que de se répandre sur la terre d’Afrique. Le Seigneur avait laissé
cette ouverture entre les monts Atlas et celui de Gadès; il ne fallait
que déboucher les digues.»

Les travaux relatifs à la forme de la terre et à la construction de
la carte de France, incessamment discutés et repris depuis près d’un
siècle, trouvèrent dans Louis XV et dans son successeur des protecteurs
aussi zélés et aussi généreux que l’avaient été Louis XIV et le régent.

Le problème dont l’Académie avait confié la solution à Picard semblait
d’abord des plus simples. La terre était pour elle une sphère dont il
s’agissait de déterminer le rayon en évaluant l’arc d’un degré sur l’un
de ses grands cercles. Les astronomes de l’antiquité et ceux du moyen
âge avaient sans plus de preuves adopté l’opinion d’une sphéricité
parfaite, et le même problème s’était présenté à eux, mais leurs
déterminations inégales et par conséquent incertaines se ressentaient
trop évidemment de la grossièreté des instruments employés. Le degré
terrestre, si l’on en croit Aristote qui l’accepte des astronomes de
son temps, aurait 1,111 stades de longueur. Ératosthène, qui vint
après, n’en comptait plus que 700, Posidonius 666, et enfin Ptolémée
500 seulement. Les Arabes diminuèrent encore l’évaluation de Ptolémée.

Les astronomes assemblés par ordre d’Almamoun ayant pris la hauteur
du pôle se séparèrent en deux troupes, les uns s’avançant vers le
septentrion et les autres vers le midi, allant le plus droit qu’il leur
fût possible, jusqu’à ce que l’une des troupes eût trouvé le pôle plus
élevé d’un degré, et que l’autre au contraire l’eût trouvé abaissé
d’un degré. Ils revinrent à leur première station pour comparer leurs
observations, et l’on trouva que l’une des troupes avait compté sur son
chemin 56 milles ⅔ et l’autre 56 milles juste; mais ils demeurèrent
d’accord de compter le degré de 56 milles ⅔, ce qui revient à diminuer
de 10 milles environ ou de plus d’un dixième l’évaluation reçue par
Ptolémée.

La comparaison de ces diverses mesures avec les nôtres semble
d’ailleurs fort difficile à cause de l’incertitude sur la valeur
du stade ancien ou du mille des Arabes. Fernel et Snellius, sans
se contenter d’une tradition incertaine, ont voulu à leur tour et
chacun de son côté déduire de leurs observations la longueur du degré
terrestre. Fernel, suivant précisément la méthode des Arabes, partit
de Paris et marcha vers le nord jusqu’à ce que la hauteur du pôle
eût augmenté d’un degré. Pour savoir alors quelle distance il avait
parcourue, il monta dans un coche et compta les tours de roues jusqu’à
Paris, en estimant pour les corriger de son mieux les erreurs causées
par les inégalités et les détours de la route. Il trouva ainsi, pour
la longueur du degré, 56,746 toises de Paris, auxquelles il eut la
hardiesse presque risible d’ajouter 4 pieds. Snellius à peu près à la
même époque ne trouvait que 55,011 toises, et Norwood par une méthode
toute différente en obtenait 57,442.

Picard, chargé par l’Académie d’obtenir une évaluation définitive,
employa la méthode suivie encore aujourd’hui dans les opérations
de même nature. Son premier soin fut de mesurer avec une extrême
précision, sur une route pavée et parfaitement droite, la distance de
5,662 toises qui sépare Villejuif de Juvisy. Ce fut la première base
d’une série de triangles enchaînés dans la direction du nord au sud,
et que le premier côté connu permettait de résoudre en ne mesurant
plus sur le terrain que des angles seulement, pour lesquels l’emploi
des lunettes, adoptées pour la première fois, assurait une exactitude
inconnue jusque-là aux observateurs les plus habiles. L’orientation
connue du réseau permettait d’ailleurs de calculer la portion de
méridienne comprise dans l’intérieur de chaque triangle et enfin, par
la mesure directe des latitudes extrêmes, la longueur d’un arc d’un
nombre connu de degrés, minutes et secondes. Un arc de 1° 22′ 55″ ayant
été trouvé ainsi de 77,850 toises, il en résulta par une proportion
facile la longueur de degré 57,060 toises, et l’on fixa en conséquence
la longueur de la lieue à 2,283 toises, afin qu’il y en eût 9,000 juste
dans la circonférence de la terre.

Les opérations de Picard n’étaient que le préparatif et le fondement
d’un travail plus considérable. La construction astronomique d’une
carte du royaume fut proposée à Colbert et accueillie avec grande
faveur; mais la vie d’un astronome, si habile et si actif qu’il fût, ne
pouvait suffire à l’accomplissement d’une telle tâche. L’entreprise,
plusieurs fois interrompue par des difficultés financières, fut après
la mort de Picard confiée à Cassini, qui devait la léguer aux héritiers
de son nom, de ses fonctions et de son ardeur pour la science. Sept
degrés furent successivement mesurés sur un même méridien entre
Paris et Perpignan et puis entre Paris et Dunkerque. Les opérations,
commencées en 1701, reprises en 1713 et terminées en 1718 seulement,
s’accordaient à montrer les degrés inégaux, en assignant constamment
la plus grande longueur aux plus rapprochés de l’équateur et par
conséquent à la terre une forme allongée dans le sens des pôles.

Ce résultat fort imprévu était confirmé par d’autres opérations.
Cassini de Thury, le petit-fils de Dominique, ayant mesuré en 1733
l’arc de parallèle qui sépare Saint-Malo de Strasbourg et cherché
en même temps l’écartement de ce parallèle avec le grand cercle
perpendiculaire au méridien, fut par cette voie très-différente
conduit à une conclusion que le célèbre d’Anville vint appuyer et
fortifier à son tour par des considérations purement géographiques. Il
ne s’agissait de rien moins, suivant lui, que d’ôter 300 lieues à la
circonférence de l’équateur en faisant son diamètre plus petit d’un
trentième environ que celui qui réunit les pôles.

La conviction de d’Anville résultait d’une comparaison attentive des
cartes les plus exactes avec les documents anciens et modernes. Les
cartes construites géométriquement et en supposant la terre sphérique
assignent toujours, suivant lui, aux lieux éloignés une trop grande
différence de longitude, et l’écart réel de deux méridiens est par
conséquent plus petit que si la terre était sphérique. Les travaux de
la carte de France, l’étude des cartes de Palestine et les opérations
des missionnaires en Chine s’accordaient à confirmer cette opinion, en
faveur de laquelle tant d’épreuves concordantes semblaient prévaloir
sur tous les raisonnements.

Les géomètres cependant ne cessèrent jamais de douter et de réclamer
de nouvelles mesures. La théorie de Newton, qui ne s’était pas encore
imposée à l’Académie tout entière, assignait à l’Océan la forme
nécessaire d’un sphéroïde aplati, et si, conformément à l’hypothèse au
moins vraisemblable qu’il adoptait en même temps qu’Huyghens, notre
globe primitivement fluide a conservé sa forme en se refroidissant, la
partie solide elle-même ne peut manquer d’être aplatie aux pôles.

Huyghens et Newton, en signalant cet effet nécessaire de la force
centrifuge, avaient tenté d’en calculer la grandeur. La méthode
d’Huyghens repose sur une supposition qui ne peut plus aujourd’hui
compter de partisans, et celle de Newton mêle à ses principes solides
et inébranlables une hypothèse trop douteuse pour qu’on puisse taxer
d’inexactitude nécessaire les opérations qui viendraient la démentir et
la désavouer. La question de droit était donc incertaine aussi bien que
celle de fait, et l’Académie partagée agitait l’opinion publique sans
la diriger.

Les degrés du méridien augmentent-ils ou diminuent-ils de l’équateur
au pôle? La seule méthode infaillible pour le décider était de
prendre des mesures précises et rapprochées des points extrêmes. Avant
de proposer dans ce but des expéditions lointaines et coûteuses,
l’Académie écouta sur la question un grand nombre de mémoires qui,
sans avancer beaucoup la solution, réussirent au moins à stimuler
la curiosité des ministres et du roi et à les faire consentir avec
empressement aux dépenses considérables qui leur furent demandées
ensuite. Deux commissions furent envoyées, l’une en Laponie, l’autre au
Pérou, pour mesurer les degrés dont la comparaison devait tout décider.
Maupertuis, Clairaut, Lemonnier et l’abbé Outhier partirent pour le
nord. La Condamine, Bouguer et Godin, accompagnés de Joseph de Jussieu
et de Couplet, neveu du trésorier de l’Académie, s’étaient embarqués
six mois avant pour le Pérou.

L’expédition du nord fut heureuse. Tous les missionnaires revinrent
après avoir terminé rapidement leur travail dont les résultats
incontestés tranchèrent la question. Aucune rivalité ne troubla leurs
relations. Maupertuis, le plus ancien des trois académiciens et chef
reconnu de l’expédition, s’attribua le mérite et recueillit l’honneur
du succès; les autres le laissèrent faire sans que l’amitié cimentée
par les fatigues et par les travaux communs en parût un instant altérée.

L’expédition de l’équateur traversée par de plus grands obstacles
devint funeste au contraire à plusieurs de ceux qui y prirent part.
Bien peu d’entre eux devaient revoir la France. Couplet en arrivant
à Quito fut emporté par une fièvre maligne; Seniergues, chirurgien
de l’expédition, à la suite de querelles étrangères à la science fut
assassiné au milieu d’une fête par la populace de Cuença. L’astronome
Godin accepta à Lima une chaire de mathématiques que, suivant le
vice-roi, il n’avait pas le droit de refuser. En promettant sur son
passeport de rendre au gouvernement espagnol tous les services qui
seraient en son pouvoir, ne s’était-il pas engagé à instruire en cas
de besoin les étudiants de Lima? Un des aides-dessinateurs, nommé
Moranval, resta au Pérou pour y exercer la profession d’architecte et
tombant d’un échafaudage mourut des suites de sa chute. L’horloger
Hugot et Godin des Odonais partis pour étudier les langues d’Amérique,
se marièrent à Rio-Bomba et restèrent au Pérou, ainsi que Joseph de
Jussieu qui y exerça la profession de médecin.

Godin quitta le Pérou trente-huit ans après seulement pour terminer
pauvrement sa carrière dans une petite ville de Normandie. De Jussieu
infirme et privé de mémoire fut renvoyé à peu près à la même époque.
Ses deux frères l’entourèrent des soins les plus affectueux, mais ils
n’osèrent jamais le conduire à l’Académie qui l’avait élu pendant son
absence; c’est le seul académicien qui n’ait jamais siégé.

Bouguer et La Condamine rapportèrent donc seuls en France les résultats
de l’expédition qui, retardée par des difficultés de tout genre, ne
dura pas moins de sept années. Bouguer revint en 1742. La Condamine,
qui fit de son retour un voyage d’exploration à travers l’Amérique
du Sud, ne reparut à l’Académie qu’une année plus tard. Bouguer,
dès son arrivée, s’était empressé de confirmer par le témoignage de
ses résultats les conclusions déjà anciennes et presque décisives
de Maupertuis et de Clairaut. Cassini, après avoir avec l’aide de
Lacaille revu les mesures prises en France et trouvé la cause de leur
désaccord, s’était rendu lui-même à la vérité désormais bien constante,
en sorte que La Condamine arrivant le dernier trouva la curiosité du
public épuisée et peut-être lassée sur cette question, naguère encore
si ardemment débattue. Les discussions et les chicanes par lesquelles
Bouguer et lui agitèrent si longtemps l’Académie naquirent peut-être de
la mauvaise humeur qu’il en conçut.

Bouguer était sans contredit le plus instruit des trois académiciens
envoyés au Pérou. Sa connaissance profonde des mathématiques et son
habileté depuis longtemps acquise à manier les instruments en avaient
fait le chef véritable et l’âme de tous les travaux. Inférieur à
Bouguer par la science, La Condamine, esprit prompt et aisé, hardi
à tout entreprendre, plein d’intelligence, de curiosité et d’ardeur
mais incapable d’une forte application, ne devait se préparer que
lentement à la discussion approfondie des méthodes employées.
Consultant souvent son savant confrère il s’adressait à lui, disait-il,
dans le commencement surtout, comme on ouvrirait un livre qu’on
a sous la main ou comme on demande l’heure au compagnon dont la
montre est bien réglée; mais les services qu’il reçut ainsi sont de
ceux que deux collaborateurs doivent se rendre sans les compter et
sans en prendre avantage. Plus habitué d’ailleurs que ses confrères
aux relations du monde, La Condamine fut dans les circonstances
difficiles le négociateur de l’expédition et son représentant auprès
de l’administration espagnole. Insinuant et ferme tour à tour il sut,
par énergie ou par adresse, écarter les difficultés de toutes sortes
qui lui furent suscitées; possesseur enfin d’une fortune considérable,
il mettait sans hésiter sa bourse et son crédit au service de
l’entreprise, pour laquelle plus de cent mille livres furent prélevées
sur son patrimoine.

Dévoués tous deux à la science et d’un caractère également honorable,
La Condamine et Bouguer étaient dignes de se rendre mutuellement
justice en revenant à jamais unis comme Maupertuis et Clairaut par la
longue communauté de leurs travaux, de leurs fatigues et de leurs
inquiétudes. Il n’en fut rien pourtant. De longues discussions, qui
dégénérèrent en hostilités déclarées, avaient troublé leur trop longue
collaboration et rompu leur société, en ne leur laissant l’un pour
l’autre que jalousie, défiance et implacable ressentiment. Bouguer,
dès son retour, avait loyalement fait connaître les résultats sans
se les approprier et sans s’attribuer une part exagérée du travail
commun. La Condamine cependant commença à se plaindre avant même
d’avoir vu les communications encore inédites de son confrère. Avec
la curiosité impatiente et l’humeur dominatrice qui formaient le
trait saillant de son caractère il réclamait la communication de ces
pièces, et sans s’adresser à Bouguer avec lequel depuis longtemps il
n’avait plus de relations directes, les revendiquait comme un droit
près de l’Académie. Les procès-verbaux des séances sont remplis
pendant plusieurs années par les plaintes, les chicanes et les
protestations solennelles de La Condamine, suivies souvent de répliques
non moins fortes dans lesquelles Bouguer ne reste en arrière ni de
récriminations, ni d’insinuations blessantes. Sans vouloir les suivre
sur ce terrain qui n’est pas celui de la science, ni remonter à la
source de leurs mutuels griefs pour en faire le discernement et en
raconter l’interminable suite, il suffira de citer les lignes suivantes
extraites du procès-verbal du 11 juillet 1750, où La Condamine
découvre assez visiblement, si je sais le comprendre, le vrai motif de
son mécontentement et de l’aigreur de ses reproches:

«M. Bouguer, en publiant son ouvrage avant le mien et sans vouloir
me communiquer ce qu’il avait lu en pleine Académie en mon absence,
s’est mis en pleine possession de ce qu’il a dit le premier sur notre
travail commun. J’ai déjà reconnu que rien ne peut m’appartenir
évidemment que ce qu’il m’a peut-être laissé à dire, en sorte que, s’il
n’a rien oublié, il m’est comme impossible de rien dire de nouveau.»
Mais La Condamine voulait absolument parler. Après tant de fatigues
supportées, de dangers affrontés et d’obstacles péniblement surmontés,
il n’entendait céder à personne le droit de les raconter au public. Il
prit alors le parti singulier de ne pas lire l’ouvrage dont il avait
avec tant d’insistance demandé la communication:

«Je sais, dit-il, que le traité de M. Bouguer ayant paru depuis
longtemps, j’ai été le maître de le lire et que je ne puis donner la
preuve que je ne l’ai pas lu, mais j’ai la satisfaction de penser que
ceux qui me connaissent m’en croiront sur ma parole.»

Avec de l’esprit, dit La Bruyère, on peut entrer dans le ridicule,
mais on en sort; c’est ce que fit cette fois La Condamine. Son esprit
quoique trop contentieux est vif et brillant jusque dans ses colères,
sa vanité est toujours enjouée et ses invectives mêmes ne sont pas sans
gaieté; il sut se faire lire, et l’opinion publique, contre laquelle
son savant compagnon eut quelque droit de s’irriter, lui accorda la
plus grande part dans l’expédition dont son nom encore aujourd’hui
éveille surtout le souvenir.

Les travaux de la carte de France n’étaient pas encore terminés, et la
solution définitive en apparence de la question de la forme du globe
n’y servait que fort peu, sinon point du tout. Le canevas cependant
était fait et un réseau de grands triangles reliait les principales
villes de la France en fixant leur position avec certitude; mais il
fallait découper chaque triangle en d’autres plus petits en prenant
pour sommets toutes les villes, les villages et même les clochers
intermédiaires. Cette seconde opération était de beaucoup la plus
longue. Cassini de Thury, en commençant en 1750 cette nouvelle série de
travaux, proposa d’y consacrer une somme annuelle de 40,000 livres, que
le roi aurait libéralement augmentée s’il eût été possible de trouver
un assez grand nombre d’ingénieurs et de graveurs capables d’une
telle tâche; on en forma peu à peu, et la dépense annuelle s’accrut
graduellement jusqu’à la somme de 90,000 livres.

Louis XV se lassa bien vite. Dès 1755, Cassini de Thury fut prévenu
que les besoins de la guerre ne permettaient plus la distraction
d’aucun fonds et que les économies du roi allaient supprimer toutes
les dépenses d’agrément. L’une d’elles était la carte de France pour
laquelle toute subvention cessait ainsi brusquement. Tant de travaux et
de soins allaient être perdus sans retour. Les collaborateurs formés
à grand’peine et dont le plus grand nombre n’avait plus d’autre moyen
d’existence étaient menacés d’une ruine complète. Le roi était alors à
Compiègne. Cassini alla l’y trouver en lui soumettant le plan terminé
de la forêt dont la précision et l’exactitude le charmèrent. «Je
voudrais, dit-il, continuer un aussi bel ouvrage, mais mon _contrôleur
général ne le veut pas_. C’était sous une forme gracieuse le plus
formel des refus. Cassini cependant ne pouvait renoncer à son œuvre,
et trois jours après il présentait au roi un projet d’association
particulière qui, sous la protection royale, soutiendrait à ses frais
et terminerait l’entreprise. Approuvés et encouragés par Louis XV, le
prince de Soubise, le duc de Bouillon, M. de Saint-Florentin et M^{me}
de Pompadour s’inscrivirent en tête de la liste qui, peu de jours
après, comptait cinquante noms tous considérables à la cour, dans le
parlement ou dans l’Académie. Chacun des souscripteurs devait pendant
dix ans contribuer chaque année pour une somme de 1,600 livres, en
s’engageant même par-devant notaire à fournir, quelle qu’elle dût
être, la dépense nécessaire à l’exécution de l’ouvrage.

Le sacrifice en réalité fut beaucoup moindre et chaque souscripteur ne
donna en tout que 2,000 livres. Les pays d’États contribuèrent pour
une somme importante et la vente des feuilles tirées permit d’alléger
la dépense. Sur 182 feuilles qui devaient composer la carte 166
étaient livrées au public en 1790. La situation resta la même jusqu’au
moment où, en 1793, Fabre d’Églantine représenta à la Convention que
la carte de France, ouvrage de la ci-devant Académie des sciences
et appartenant au gouvernement, était tombée entre les mains d’un
particulier qui la vendait un prix excessif, de sorte qu’on ne pouvait
plus se la procurer; et sans plus ample examen, on décida que dans
les vingt-quatre heures la carte et les planches seraient enlevées et
transportées au dépôt de la guerre. Un rapport fait au conseil des
Cinq-Cents en 1797 rétablit, il est vrai, et reconnaît complétement
les droits de la compagnie pour laquelle il propose une équitable
indemnité, et un arrêté consulaire du 25 février 1801 ordonna en effet
que la somme de 9,060 francs fût remboursée à chaque porteur d’actions;
mais la créance, datant de l’an II, se trouva bientôt après frappée par
la loi sur l’arriéré, et la spoliation fut irrévocablement consommée.

Le tracé de la carte de France, quoique dirigé par des membres de
l’Académie des sciences, était depuis 1755 une entreprise toute
spéciale à laquelle la compagnie comme corps restait complétement
étrangère. Plusieurs expéditions demandées et dirigées par elle furent,
comme celles de La Condamine et de Clairaut, accomplies avec grand
succès par les membres qu’elle avait désignés. Les grands traits du
système du monde étant connus et les lois, des mouvements mises hors
de doute, ce sont les irrégularités d’abord négligées dont l’étude
minutieuse pourra désormais conduire à de véritables découvertes. Pour
qui veut pénétrer le secret d’un mécanisme, aucun détail n’est en effet
sans importance, et telle oscillation imperceptible des étoiles est
liée aux mystères les plus cachés de l’optique ou aux conséquences
les plus profondes de l’attraction newtonienne. Les étoiles, on le
sait depuis longtemps, ne sont pas fixes dans le ciel; la suite des
observations les montre soumises à un lent mais continuel déplacement,
qui leur fait accomplir en vingt-six mille ans la révolution complète
connue sous le nom de précession des équinoxes. Mais des apparences
illusoires et des inégalités variables se mêlent à ce mouvement pour
en masquer la constance et en troubler la régularité; l’aberration due
à la combinaison du mouvement qui nous entraîne avec celui que nous
apporte la lumière et la nutation de l’axe terrestre, découverts tous
deux par Bradley, la variation de l’obliquité de l’écliptique enfin, en
déplaçant continuellement les étoiles que nous nommons fixes, rendaient
les tables anciennes constamment inexactes et insuffisantes aux travaux
de précision.

Préoccupé de cette lacune dans la science, Lacaille employa quinze
années d’observations et de calculs assidus à déterminer les positions
précises de toutes les étoiles, en ayant égard à leurs déplacements
apparents ou réels. Le désir de compléter son œuvre le conduisit au
cap de Bonne-Espérance. Son dessein principal était d’enrichir son
catalogue en y inscrivant les étoiles de ce nouveau ciel et de le
perfectionner en observant dans des conditions plus favorables celles
qui s’élèvent peu sur l’horizon de Paris. Mais loin de se réduire à
l’exécution d’un dessein si fructueux pour l’astronomie, sa curiosité
active et infatigable prêtait à tous les problèmes scientifiques autant
d’attention que de patience. Lacaille, qui fut peut-être le plus
exact comme le plus diligent des astronomes, rapporta d’un voyage de
quinze mois un nombre immense d’observations, dont l’abondance aurait
semblé impossible à tout autre et que l’excellence et la minutie de
ses précautions portaient au plus haut degré d’exactitude compatible
avec les instruments imparfaits dont il disposait. S’interdisant
tout commerce inutile ou banal, Lacaille consacrait tout son temps
à la science. Son premier projet avait été de déterminer les étoiles
des quatre premières grandeurs; non-seulement cette tâche ne pouvait
suffire à son activité, mais par sa facilité même elle lui sembla
surpasser ses forces. Trop souvent inoccupé pendant la nuit, il
craignait de se relâcher et de dormir, et c’est pour se tenir forcément
en haleine qu’il voulut décupler son travail.

La réussite de telles opérations dépend beaucoup, on le comprend, de la
pureté du ciel, et il n’y a pas de pays peut-être où l’air soit en même
temps plus tempéré et le ciel aussi clair qu’au cap de Bonne-Espérance,
mais il s’en faut de beaucoup que le ciel le plus clair soit le plus
propre aux observations. Cette pureté est due en effet au Cap à un vent
du sud-est extrêmement violent et qui rend impossible toute observation
précise avec les grands instruments; les astres paraissent confusément
terminés et dans une agitation d’autant plus vive que la lunette
grossit davantage: «On peut juger, dit Lacaille, quel doit être le
déplaisir d’un astronome de voir couler tant de nuits d’un si beau ciel
sans en pouvoir profiter.»

Lacaille tout entier à ses travaux n’avait pas le temps d’écrire de
longues lettres à ses confrères. Sa correspondance avec l’Académie,
fort intéressante cependant quoique très-laconique, révèle la rare et
naïve bonté de cet homme éminent et réellement modeste. L’une de ses
grandes préoccupations est de ne pas rendre son voyage trop onéreux au
gouvernement qui en fait les frais: «J’ai toujours, écrit-il, ménagé
la dépense depuis que je suis ici, et si je n’avais pas avec moi un
ouvrier qui dépense plus que moi, quoique jamais mal à propos, je
n’aurais pas dépensé cinquante piastres par-dessus ma pension.»

Non content d’avoir déterminé la position de près de dix mille étoiles
et réuni en même temps des observations précieuses pour la parallaxe
de la lune et des planètes, la longueur du pendule à seconde et les
coordonnées géographiques de plusieurs points importants, Lacaille
trouva le temps de mesurer un degré terrestre: «Je m’occupe, dit-il
dans une lettre du 26 août 1752, de la mesure d’un degré terrestre.
J’ai déjà fait, du 5 au 22 août, un voyage pour visiter les points de
station où je dois observer et pour y placer les signaux nécessaires.
Jamais pays ne fut plus propre à de pareilles opérations; des plaines
très-étendues bordées de montagnes médiocrement hautes, nues et bien
détachées les unes des autres, ne laissent d’embarras que dans le choix
de la meilleure disposition; mais il ne faudrait pas être étranger
dans ce pays-ci pour profiter de ces avantages; car comme il n’y a
pas ici de routes réglées, ni d’auberges, que la partie du nord du
Cap est toute sablonneuse et peu cultivée, il faut nécessairement se
réfugier dans les habitations dispersées au loin dans la campagne et se
contenter de la réception qu’on veut bien vous faire. Heureusement pour
moi, M. Pesthier a la complaisance de me conduire partout, et comme il
est connu et très-estimé dans le pays, je ne manque avec lui d’aucun
secours.»

«On pourrait s’attendre, dit Lacaille dans le compte rendu de son
voyage, que je fisse ici quelque description de ce fameux cap de
Bonne-Espérance et que j’exposasse les mœurs des naturels du pays
connus sous le nom de Hottentots, et que je parlasse des productions
de la terre et des mers voisines; mais, outre qu’on peut juger que je
n’ai eu guère de loisirs pour faire des recherches sur ce que je viens
de dire, je dois avouer que mes connaissances sont trop bornées pour
être en état de satisfaire les curieux et les physiciens sur cette
partie de l’histoire naturelle. Ce qu’il y a encore de plus fâcheux,
c’est que l’intérêt de la vérité m’oblige à déclarer que rien n’est
moins exact que ce qu’on lit sur ce sujet dans un gros livre écrit en
allemand par Pierre Kolbe et dont nous avons en français un extrait
en trois volumes. Kolbe était un Prussien, envoyé au Cap par feu M.
le baron de Kronick pour y faire toutes les observations possibles de
physique, d’astronomie et d’histoire naturelle; il y séjourna sept
années environ, mais tous ceux qui l’ont connu dans le pays assurent
constamment qu’il ne s’est point occupé à remplir l’objet de sa
mission, et que, quoi qu’il en dise, il n’a fait aucun voyage dans
l’intérieur du pays.»

Malgré les travaux de Richer, de Cassini et de Picard et les
observations plus récentes de Lacaille, la distance du soleil à la
terre était encore incertaine. Un phénomène qui se renouvelle deux fois
seulement dans un siècle et à huit années d’intervalle, le passage de
Vénus sur le disque du soleil, était annoncé depuis plus d’un siècle
pour l’année 1761, et les détails du phénomène soigneusement observés
de différents points du globe devaient fournir, comme l’avait montré
Halley, cette distance inconnue quoique tant de fois calculée. Sans
proposer distinctement le détail d’une méthode hérissée de calculs, je
chercherai seulement à mettre dans son jour le principe très-simple et
l’esprit général de la théorie.

Les cercles divisés et les horloges sont les instruments habituels
des astronomes qui dans leurs observations ne mesurent que des temps
et des angles; mais une longueur ne peut se déterminer que par une
autre longueur à laquelle, d’une manière plus ou moins directe, on
parvient à la comparer. La raison en est évidente; quelle que soit une
figure géométrique, il en existe une infinité d’autres qui lui sont
semblables, dans lesquelles les longueurs homologues sont augmentées
ou diminuées dans tel rapport que l’on voudra, sans qu’il y ait aucune
différence dans les angles, dont la mesure seule ne peut par conséquent
servir à distinguer ces deux figures semblables, si simples ou si
compliquées qu’on les suppose. Tant que l’on n’aura pas mesuré une
première ligne, les dimensions absolues resteront indéterminées. On a
donc pu, par de simples mesures d’angles, trouver la forme de l’orbite
décrite par la terre autour du soleil, la figure des ellipses dans
lesquelles se meuvent Vénus, Mercure, Mars, Jupiter et Saturne, les
rapports précis des axes de ces diverses courbes et les inclinaisons
mutuelles de leurs plans; mais en connaissant ainsi les proportions
exactes de l’univers, on en ignore cependant encore la véritable
grandeur. Ce système, si bien connu dans ses détails comme dans son
ensemble, pourrait être amplifié ou diminué; les planètes pourraient,
sans que rien fût changé dans les apparences, rouler d’un mouvement
tout semblable dans les orbites mille fois plus grandes ou mille
fois plus petites. La distance de la terre au soleil est-elle de dix
mille lieues ou de mille millions de lieues? Les travaux de Copernic
et de Kepler sur la forme des orbites planétaires ne permettent pas
de le décider mais ne laissent subsister que cette seule inconnue,
en sorte que la détermination d’une seule distance entraînera celle
de toutes les autres. Cette détermination présente malheureusement
des difficultés considérables et exceptionnelles. La base qu’il
faut nécessairement choisir à la surface de la terre ne peut pas en
dépasser le diamètre; les lignes qui de ses extrémités vont se réunir
au centre du soleil ou sur l’une quelconque des planètes, forment un
angle de quelques secondes seulement, et la plus légère erreur peut
évidemment renverser l’édifice qui repose sur un fondement aussi
délicat. La méthode indirecte de Halley élude mieux qu’aucune autre
cette grave difficulté. Lorsque Vénus se plaçant entre la terre et
le soleil vient se projeter sur son disque, les astronomes prévenus
longtemps à l’avance peuvent aisément observer dans leur lunette une
tache noire qui, passant d’un bord à l’autre, accuse nettement pendant
quelques heures la position des deux astres par rapport à la terre;
mais si exacte qu’elle soit, une observation isolée ne fournit aucune
conséquence. Les dimensions du système du monde pourraient être dix
mille fois plus grandes ou dix mille fois moindres, sans que cela
changeât une seule seconde de temps à la durée du passage ou une seule
seconde d’angle à la longueur de la corde que parcourt la planète.
L’astronome peut calculer cent ans d’avance, à une seconde près, si les
méthodes sont assez perfectionnées, l’instant de l’entrée de Vénus et
celui de la sortie, pour un observateur placé au centre de la terre;
mais il lui est impossible de dire si, pour deux observateurs placés à
Paris et au cap de Bonne-Espérance, les durées des passages diffèrent
d’une minute ou de dix. Tout dépend du rapport inconnu du rayon de la
terre à la distance du soleil, et c’est pour cela que la comparaison
des deux observations permet de le calculer. La méthode fait connaître
en outre les points du globe pour lesquels les différences plus
nettement accusées doivent donner les plus grandes chances de succès;
rien n’empêche d’ailleurs de contrôler par des observations multipliées
le résultat toujours douteux d’une épreuve qu’il est impossible de
recommencer.

Le 6 juin 1761 cinquante-cinq observateurs, répartis sur différents
points du globe, purent observer le passage et en déterminer les
circonstances.

Pingré en choisissant l’île Rodrigues pour station avait fait preuve
de courage et de dévouement. «Nous sommes instruits, avaient dit les
commissaires de l’Académie, que dans toute cette partie de l’Afrique
l’air, à cause de ses intempéries pendant la saison des pluies, est
très-dangereux pour les étrangers.» On pourrait croire que, pour éviter
de tels dangers à un confrère, ils vont proposer un autre poste.
Nullement: «La crainte du dérangement que la santé de M. Pingré
pourrait éprouver «leur fait désirer seulement qu’il ait un compagnon
capable de le suppléer au besoin.»

Pingré ne trouva à l’île Rodrigues aucun secours pour ses observations.
Sans ouvriers pour construire un observatoire, il dut observer en
plein air. Des mesures avaient été prises pour lui assurer des
conditions plus favorables, mais la guerre qui régnait alors dans
les deux hémisphères les avait déjouées en plaçant Pingré dans une
position dont il se plaignit fort. Muni d’un passeport délivré par le
gouvernement anglais qui enjoignait à tous les agents et officiers de
respecter les astronomes français et de les aider au besoin, Pingré se
croyait inviolable ainsi que le petit navire, nommé _la Mignonne_, qui
l’avait conduit à l’île Rodrigues et qui l’y attendait; mais la veille
précisément du jour fixé pour le départ on vit paraître un vaisseau
anglais, sur lequel _la Mignonne_ commença par lâcher une bordée. Le
vaisseau, beaucoup mieux armé qu’on ne l’avait cru, s’approcha aussitôt
et sans coup férir fit comprendre que la lutte était impossible. _La
Mignonne_, déclarée de bonne prise, fut malgré les réclamations de
Pingré conduite à Pondichéry. Par une détermination _presque cruelle_,
dit-il, on le laissa à Rodrigues avec son aide, réduits tous deux
au strict nécessaire. Chanoine régulier de Sainte-Geneviève, Pingré
n’était habitué ni aux privations ni aux incommodités de la vie de
voyageur, et il les supportait fort mal. «J’ai été entre autres,
écrit-il à l’Académie en rendant compte de sa mésaventure, réduit à
l’ignoble breuvage de l’eau,» et il demandait une réparation qu’il
n’obtint pas.

Le Gentil avait choisi pour station Pondichéry où le phénomène
s’accomplissait au zénith. Mais plus prudent que celui de _la
Mignonne_, le capitaine qui le conduisait, trouvant les Anglais
maîtres de la place, retourna bien vite à l’île de France. Le jour
du passage Le Gentil était encore en mer; il vit le phénomène sans
pouvoir l’observer. Un second passage devait avoir lieu en 1769; Le
Gentil résolut de l’attendre. La physique du globe et l’astronomie
l’occupèrent utilement pendant huit années, en lui laissant le loisir
de se livrer à quelques entreprises commerciales dont le résultat fut
heureux pour sa fortune.

En 1769 Pondichéry était rentré sous la domination française. Le 4
juin Le Gentil muni d’excellents instruments attendait le passage
dans un observatoire solide et bien disposé qui semblait donner toute
garantie d’exactitude; le temps des journées précédentes promettait une
observation facile, la matinée était belle encore, mais tout à coup le
vent s’éleva, et un nuage léger d’abord déroba à Le Gentil l’important
spectacle qu’il attendait depuis huit ans et qu’aucun contemporain
ne devait voir renaître. Lorsque le soleil perça les nuages, Vénus
était sortie de son disque. L’entreprise était définitivement manquée:
«Je ne pouvais, dit-il, revenir de mon étonnement, j’avais peine à
me figurer que le passage de Vénus fût enfin passé. D’autres fois je
pensais que quelque contre-temps pareil avait fait imaginer à Manès son
système (ridicule à la vérité) des deux principes, en songeant au beau
temps qu’il avait fait le matin; pendant près d’un mois encore après,
on eût été tenté de penser que la matinée du 4 juin avait été faite
exprès pour mortifier les observateurs placés le long de cette côte.
Enfin, ajoute Le Gentil, je fus plus de quinze jours dans un abattement
singulier, à n’avoir presque pas le courage de prendre la plume pour
continuer mon journal, et elle me tomba plusieurs fois des mains
lorsque le moment vint d’annoncer en France le sort de mon opération.»

Ce journal, qui devait être le seul résultat du voyage de Le Gentil
n’est nullement à dédaigner. De nombreuses observations d’astronomie
et de météorologie, la détermination exacte de plusieurs latitudes
importantes, l’orientation vérifiée d’un grand nombre de monuments, un
tableau très-simplement tracé des mœurs de l’Inde observées à loisir
par un esprit sage et éclairé, remplissent deux volumes d’un grand
intérêt, dont la publication occupa Le Gentil plusieurs années après
son retour en France. L’histoire de l’astronomie indienne en fournit un
des chapitres les plus curieux.

Le calcul des éclipses était un secret transmis et conservé dans la
caste des brames; des jésuites autrefois l’avaient envoyé, disait-on,
à de La Hire qui avait trouvé les calculs exacts en se disant trop
âgé pour en examiner la théorie; mais Le Gentil qui raconte cette
anecdote ne la tient pas pour vraie. Le Gentil questionnait sur ces
méthodes les Indiens les plus instruits sans réussir à en obtenir
communication. Un jour un brame, nommé Nana Mouton, vint le voir
en lui faisant dire par un interprète qu’il pourrait satisfaire sa
curiosité. Le Gentil l’ayant prié de calculer devant lui l’éclipse
du mois de décembre 1768, l’Indien revint le lendemain avec un petit
paquet de feuilles de palmier et un sac de coquillages; il s’assit par
terre, et tout en maniant les coquillages avec une vitesse singulière,
il consultait de temps en temps son petit livret; il obtint ainsi
toutes les phases de l’éclipse en moins de trois quarts d’heure. Il
les trouva assez justes pour redoubler chez Le Gentil le désir de
connaître sa méthode. L’Indien consentit à la lui enseigner, en faisant
espérer qu’avec des dispositions et beaucoup de travail, il pourrait,
en quatre mois apprendre à calculer une éclipse de lune. Il fallait
de plus s’engager au secret, car un Malabar indiscret, en abusant
de la science qu’il lui avait enseignée, avait rendu Nana Mouton
extrêmement prudent. Le Gentil promit ce qu’on voulut, et les leçons
commencèrent. Tout alla bien pendant quelques jours, à cela près que
ni le professeur ni l’interprète ne pouvaient donner l’explication
d’aucun terme, et Le Gentil bientôt ne comprenait plus rien. On
changea trois fois d’interprète, mais sans plus de succès; force eût
été de renoncer à l’entreprise sans le secours d’un tamoul chrétien,
ancien élève lui-même de Nana-Mouton, qui savait le français. Les
progrès furent alors rapides, mais plus l’élève se montrait capable
et désireux d’apprendre, plus le maître multipliait les difficultés.
Le brame évidemment voulait retenir son secret. Il dictait patiemment
les nombres, les repassait et les collationnait tant qu’on voulait,
sans se rattacher à aucune doctrine et sans satisfaire aux questions
que leur emploi faisait naître. Après un mois de patience Le Gentil le
congédia en tenant sa mauvaise foi pour certaine, mais il avait pénétré
le principe de la méthode, et aidé du tamoul qui la connaissait un
peu, il parvint à s’en servir sans jamais la trouver commode. «Cette
méthode, dit-il, m’a paru avoir son avantage; elle est bien plus
prompte et plus expéditive que la nôtre, mais en même temps elle a un
grand inconvénient; il n’y a pas moyen de revenir sur ses calculs,
encore moins de les garder; on efface à mesure qu’on avance; si l’on
s’est par malheur trompé dans le résultat, il faut recommencer sur de
nouveaux frais, mais il est bien rare que les Indiens se trompent. Ils
travaillent avec un calme singulier, un flegme et une tranquillité
dont nous sommes incapables et qui les mettent à couvert des méprises
que nous autres Européens ne manquerions pas de faire à leur place. Il
paraît donc que nous devons les uns et les autres garder chacun notre
méthode; il semble que la leur ait été faite uniquement pour eux.»

L’abbé Chappe lors du passage de 1761 s’était rendu en Sibérie à
Tobolsk. Le récit de son voyage publié avec grand luxe remplit deux
gros volumes in-4º, où la science n’a pas la plus grande part. «L’abbé
Chappe, dit Catherine à Voltaire, a tout vu en Russie en courant
la poste dans un traîneau bien fermé.» Le pauvre abbé qui n’avait
rien vu en beau devait scandaliser les amis de Catherine, en leur
fournissant de nombreux prétextes pour le quereller. «Il n’y a qu’une
tête française, dit Grimm, à qui le ciel accorde de tout savoir sans
apprendre, de tout voir sans regarder, de tout deviner sans être
sorcier, de tout approfondir en courant la poste de Paris à Tobolsk et
de tout trancher sans être Alexandre, fils de Philippe de Macédoine.
Il serait difficile, ajoute-t-il, de réunir dans le même sujet au même
degré, autant d’ignorance, de légèreté, de goût pour les puérilités
les plus minutieuses et d’indifférence pour la vérité.»

Tout cela est injuste et dépasse le but; l’abbé académicien, un peu
trop désireux, il est vrai, d’intéresser le lecteur et se vantant de
connaître ce qu’il a entrevu, aborde tous les sujets au hasard et
sans ordre avec plus de prétention que de compétence et de talent.
On est surpris par exemple de le voir décrire minutieusement les
divertissements auxquels il a pris part et les danses où il semble fier
de s’être fait remarquer; mais la sincérité brutale des récits donne
à d’autres pages de son livre un véritable intérêt, et sans prétendre
y démêler le vrai d’avec le faux, on peut croire que Catherine, qui a
pris la peine d’y répondre, y voyait plus d’un rayon incommode de la
vérité. Rien toutefois ne trouve grâce devant Grimm dont l’aveuglement,
complaisant ou sincère, l’emporte jusqu’à la moins vraisemblable
calomnie. «L’Académie des sciences balance elle-même, dit-il, si
elle doit ajouter foi à l’observation astronomique pour laquelle
l’abbé Chappe a été envoyé en Sibérie; plusieurs de nos académiciens
prétendent avoir de grands motifs de douter et de l’exactitude de
l’observation et de la véracité de l’observateur. Ils supposent, avec
assez de vraisemblance, en comparant ses résultats avec ceux des autres
astronomes dispersés sur les différents points de la surface du globe,
que le temps étant couvert à Tobolsk pendant tout le passage de Vénus,
l’abbé Chappe n’a pas voulu perdre les frais de son voyage et a calculé
dans son cabinet à peu près comment ce passage a dû avoir lieu en
l’observant à Tobolsk, et a donné à l’Académie l’approximation de ses
calculs pour le résultat de ses observations.»

Cette odieuse allégation n’a pas le moindre fondement, et l’Académie,
qui n’éleva aucun doute sur la sincérité de l’abbé Chappe, lui confia
huit ans après l’une des observations importantes du passage de 1769.
Chappe fut envoyé par elle en Californie. Il ne devait pas revoir la
France. Une maladie contagieuse envahit le village où il avait observé;
tous ses compagnons furent frappés, et lorsqu’il tomba malade le
dernier, aucun d’eux n’était en état de lui rendre les secours qu’ils
avaient reçus de lui. Privé de médecins et sur les indications d’un
livre, il prit deux purgatifs qui le soulagèrent; il se crut sauvé et
voulut observer une éclipse de lune, mais il avait trop présumé de ses
forces, et il mourut peu de jours après, victime sans doute de son
dévouement à la science.



LES RAPPORTS.


L’Académie ne prenait de décisions sur les principes de la science
qu’à regret en quelque sorte et dans de rares occasions. La méthode
infinitésimale par exemple et la théorie de l’attraction, adoptées
par les uns et contredites par les autres, ne furent jamais jugées
régulièrement par une sentence expresse; tant que ses membres partagés
continuèrent à en disputer, l’Académie, sans se déclarer indifférente,
demeura sagement indécise, et l’on pourrait seulement la blâmer de
prolonger la prudence bien au delà des doutes qui l’ont fait naître.

On lit par exemple au procès-verbal du 22 août 1759: «L’hypothèse du
père Berthier est tout à fait opposée à la philosophie newtonienne,
presque universellement adoptée aujourd’hui; mais nous croyons que
cette hypothèse peut se soutenir dans l’hypothèse du plein et des
tourbillons; sous ce point de vue l’Académie, qui persiste à n’adopter
aucun système, nous paraît pouvoir recevoir l’hommage que lui offre de
son livre le père Berthier et permettre que cet ouvrage soit imprimé
sous son privilége.»

Dix-sept ans plus tard l’Académie, toujours dans les mêmes principes,
se refusant de nouveau à étudier les causes dans les effets, écarte
obstinément la recherche des lois primordiales comme une chimère
indigne d’encouragement. «Tout le reste de l’écrit de M. Dolomieu,
dit le rapporteur d’une commission, est purement systématique, et
l’Académie n’étant pas dans l’usage de prononcer sur les systèmes, nous
passerons sous silence les raisonnements de l’auteur, quelque bien
écrits qu’ils nous paraissent, parce que cela entraînerait dans de trop
grandes discussions et que _tous les raisonnements possibles dans l’art
de traiter les mines ne valent pas un fait décrit avec clarté_.

L’empressement des savants à lui soumettre leurs projets et leurs
travaux, comme à la maîtresse de la science dans tout le royaume,
transformait peu à peu l’Académie en une sorte de conseil réglé dont
la confiance publique faisait l’autorité et la force. D’après ses
règlements et suivant les desseins de son fondateur, l’Académie était
tenue de prononcer sur le mérite des machines et sur les demandes de
privilège; c’est par là que ses jugements prirent leur commencement,
mais on lui soumit bien vite des découvertes, des inventions et des
projets de toute sorte. Les commissaires désignés étaient exacts et
diligents, dans les premières années surtout, à présenter en quelques
paroles un rapport trop concis pour que nous ayons beaucoup à y
apprendre, et qui, plus assuré dans le blâme que dans la louange,
semble plus propre souvent à rebuter ou à irriter les inventeurs qu’à
les enseigner et à les soutenir. Tels sont ceux-ci par exemple: «MM.
Parent et Renau n’ont rien trouvé d’utile dans le livre qu’ils avaient
à examiner et pour la théorie elle est pleine d’erreurs.»

«Nous avons examiné par ordre de l’Académie la manière que M. Besson
lui a proposée pour relever un vaisseau submergé en lui attachant de
tous côtés des tonneaux vides, ce qui, suivant la manière dont l’auteur
l’emploie, nous a paru impraticable.»

Réaumur chargé d’examiner un taille-plumes mécanique le décrit
minutieusement et ajoute: «Il pourra être un outil commode à la plupart
des gens qui écrivent peu.» Le succès d’une autre invention lui paraît
plus utile qu’assuré et là se borne son approbation.

On lit ailleurs au procès-verbal: «M. Lemonnier a parlé ainsi sur
le mémoire de M. Desaussedats: L’auteur n’entend pas l’état de la
question.»

Quelquefois plus sévère encore, le rapporteur engage l’Académie à
refuser les communications nouvelles du même auteur. «Nous avons lu
par ordre de l’Académie, dit une fois le chimiste Hellot, la lettre
de M..... Je crois qu’on fera bien de lui répondre qu’il est inutile
qu’il écrive davantage à l’Académie ou à quelques académiciens; on ne
doit pas établir de correspondance avec un homme sans lettres, sans
principes et qui d’ailleurs est très-importun.»

Certaines questions, telles que la quadrature du cercle, après
avoir été faussement résolues un trop grand nombre de fois, furent
elles-mêmes rejetées du cercle des travaux académiques, en même temps
que la recherche reconnue impossible du mouvement perpétuel. Ce
problème de la quadrature du cercle se trouve placé en quelque sorte
au seuil de la science comme un appât pour les débutants incapables
de comprendre dans quel sens on le tient pour si difficile. D’après
un bruit populaire qui n’est pas absolument oublié aujourd’hui,
les gouvernements auraient promis pour sa solution des récompenses
considérables, et un effort heureux après quelques mois d’étude aurait
pu, suivant cette fausse opinion, procurer à la fois la gloire et la
fortune. Un des inventeurs osa même assigner d’Alembert devant le
Parlement, comme le frustrant, par son refus d’examiner sa solution, de
la récompense de 150,000 livres, qu’il croyait obstinément promise et
qu’il prétendait mériter.

L’Académie, sans être jamais négligente, se montrait souvent sévère et
impatiente et non sans raison quelquefois. La plupart des inventions
qu’on lui propose dans les premières années sont indignes d’un jugement
sérieux et au-dessous de toute critique; c’est elle-même qui le déclare
officiellement, en quelque sorte, dans la préface du premier volume du
Recueil des savants étrangers publié en 1750.

«Dès les premiers temps de l’institution de l’Académie, dit le
secrétaire Grandjean Fouchy, plusieurs savants tant étrangers que
régnicoles s’empressèrent de prendre part à ses travaux en lui
adressant des mémoires et des dissertations sur différents sujets. Nous
ne pouvons dissimuler que, surtout dans les commencements, l’Académie
n’ait eu plus souvent à louer la bonne volonté des auteurs d’un grand
nombre de ces pièces que l’excellence de leurs ouvrages.»

Le nombre des mémoires présentés s’augmentait cependant tous les jours,
et l’Académie a plus d’une fois l’occasion d’accorder judicieusement
à des idées ingénieuses et utiles un précieux témoignage d’exactitude
et de nouveauté; mais plus d’une fois aussi, il faut le dire, elle
décourage par sa prudence et son incrédulité les inventeurs qu’il
aurait fallu diriger ou mettre en lumière.

«Ceux qui se mêlent de donner des préceptes et des conseils, dit
Descartes, se doivent estimer plus habiles que ceux auxquels il les
donnent, et s’ils manquent en la moindre chose, ils en sont blâmables.»
L’Académie le fut plus d’une fois.

On lit par exemple au procès-verbal du 21 juin 1704: «On a lu un écrit
de M. Brunet qui propose des machines lithotritiques qui doivent, à la
faveur d’une sonde dans laquelle elles seront comme pliées, entrer dans
la vessie, là se déployer par des lamelles à ressort et articulées,
prendre la pierre et la tenir ferme, après quoi une espèce de lance
comprise dans la machine la brisera, ce qui la mettra en état de sortir
par les urines comme du simple gravier. La composition et la difficulté
du jeu de ces machines et le long temps que l’opération durerait ont
fait rejeter cette idée par toute la compagnie.»

L’abbé Nollet, en rendant compte d’un mémoire sur les moyens de
préserver les édifices de la foudre, a l’imprudence d’ajouter: «Ce
mémoire nous paraît propre à dissiper, si tant est qu’elle subsiste
encore, l’espérance que quelques personnes (c’est de Franklin qu’il
s’agit) avaient conçue de préserver les édifices des funestes effets du
tonnerre, en épuisant la matière fulminante de la nue et la détournant
à leur gré par le moyen des conducteurs métalliques dressés en l’air
et prolongés jusqu’à terre. Nous croyons qu’il mérite à tous égards
d’être imprimé avec l’approbation de l’Académie.»

Les registres de l’Académie contiennent près de dix mille rapports
aussi divers par la forme que par la nature et par l’importance des
questions discutées et dont le détail serait infini. Nous avons dit et
montré la sincérité un peu rude du plus grand nombre; l’indulgence de
quelques autres prodigue parfois au contraire des louanges exagérées.
Certains rapporteurs, entrant dans la pensée qu’ils devraient discuter
et juger, acceptent toutes les assertions sans s’étendre à développer
le détail des preuves pour les examiner et les peser; d’autres enfin,
avec plus d’assurance et plus d’autorité, contrôlent et fortifient les
raisonnements, vérifient et interprètent les faits et, les rattachant
aux théories dont ils sont l’occasion ou la preuve, les illuminent de
nouvelles clartés.

On aime surtout à retrouver l’accueil fait par l’Académie aux premiers
essais des grands hommes qui font aujourd’hui sa gloire. Le 26 avril
1726, MM. Nicole et Pitot rendent compte du premier mémoire présenté
par Clairaut à l’âge de douze ans. «Ces productions, disent-ils, qui
auraient autrefois fait honneur aux plus habiles géomètres, deviennent
encore aujourd’hui surprenantes lorsqu’on sait qu’elles sont l’ouvrage
d’un jeune homme de douze ans et quelques mois, ce qui montre les
progrès qu’on doit attendre de lui et combien il est estimable d’avoir
acquis à cet âge tant de connaissances dans la géométrie et le calcul
différentiel.»

«Il est bien rare, est-il dit deux ans plus tard dans un autre rapport,
de voir un jeune homme de quatorze ans entendre les découvertes faites
par MM. de l’Hopital, Wallis et Tchirnauss, et plus rare encore de voir
le même jeune homme renchérir et ajouter de nouveau aux découvertes de
ces grands géomètres.»

Fontenelle dans les mémoires de l’Académie exprime la même pensée avec
plus d’élégance: «Autrefois, dit-il, de pareilles productions auraient
fait honneur aux plus habiles géomètres; la louange aujourd’hui est
à partager entre l’excellence des nouvelles méthodes et le génie
singulier d’un enfant.»

Les premiers essais de d’Alembert sont quinze ans plus tard dignement
loués et appréciés par Clairaut lui-même. Après avoir analysé avec
bienveillance un mémoire dans lequel le jeune débutant rectifie une
assertion inexacte du père Guinée, le rapporteur ajoute: «Ces remarques
prouvent sa capacité, son exactitude et son amour pour la vérité.» En
rendant compte quelques mois après d’un travail de plus grande portée
mais imparfait encore, car d’Alembert s’est abstenu de le faire
imprimer, Clairaut termine en disant: «Il serait trop long de le suivre
dans toutes les considérations qu’il a faites sur cette matière; il
suffit de dire qu’elles nous ont paru montrer bien de la science et de
l’industrie dans l’auteur.»

Lavoisier également fut soutenu et encouragé dès ses débuts; Duhamel
et Jussieu disent de son premier travail: «Ce mémoire est rempli de
faits bien observés, d’observations de chimie exactement exécutées,
de réflexions physiques très-judicieuses qui jettent un grand jour
sur la substance gypseuse, sur sa nature et même sur la formation des
fossiles, qui sont une partie considérable de l’histoire naturelle.»

Citons encore ces lignes extraites du rapport sur le premier mémoire de
Coulomb: «Tel est le précis des recherches que M. Coulomb a présentées
à l’Académie. Nous avons remarqué partout dans ses recherches une
profonde science de l’analyse infinitésimale, beaucoup de sagacité dans
le choix des hypothèses physiques qui servent de base aux calculs de
l’auteur et dans les applications qu’il en a faites.» Maupertuis et
Clairaut, en rendant compte du premier mémoire de Buffon relatif au
calcul des probabilités, terminent leur rapport en disant: «Tout cela
fait voir, outre beaucoup de savoir en géométrie, beaucoup d’invention
dans l’auteur.»

Les étrangers embarrassés par un problème ou arrêtés dans une
entreprise difficile consultaient souvent l’Académie qui, flattée de
leur confiance, répondait de son mieux et sans retard. C’est ainsi
qu’en 1705, le célèbre astronome et antiquaire Bianchini demanda
des conseils sur un projet qui fit grand bruit alors, quoique son
insuccès l’ait condamné à l’oubli. On avait découvert à Rome, dans les
vieilles constructions du Monte Citorio, non loin de la grande colonne
triomphale de Marc Aurèle, les restes d’une autre colonne monolithe en
granit rouge d’Égypte dédiée à l’empereur Antonin le Pieux. C’était
un des monuments funéraires qui dans la Rome impériale ornaient et
encombraient le Champ de Mars. Le pape Benoît XIV, très-ami des arts
et des sciences, avait chargé Bianchini, son camérier d’honneur,
de restaurer cette colonne et de la transporter vis-à-vis la Curia
innocenziana située à peu de distance. C’est après plusieurs essais
inutiles que Bianchini consulta l’Académie en lui envoyant un rapport
détaillé des procédés employés et proposés jusque-là. «Les méchaniciens
de l’Académie, dit le procès-verbal du 6 mai 1705, feront réflexion
sur le transport de ce grand fardeau et en donneront leur avis.»
Les réflexions furent faites avec grande diligence; dès le samedi 9
mai, les mécaniciens apportèrent une réponse et des conseils un peu
vagues qui ne furent pas de grande utilité. La colonne se rompit et
les débris servirent à réparer l’obélisque d’Auguste sur la place du
Monte Citorio; le piédestal représentant l’apothéose d’Antonin orne
aujourd’hui les jardins du Vatican, et il ne reste d’autre trace de
l’opération qu’un mémoire latin fort rare composé par Bianchini et la
mention qui en est faite dans les registres de l’Académie.

Le parlement lui-même dans certains cas prenait directement l’Académie
pour arbitre des difficultés relatives à la science qui embarrassaient
ses décisions. Le 26 janvier 1732, avant d’enregistrer un privilége
demandé par le sieur Texier fabricant de soieries, il demande l’avis
de l’Académie sur la nouveauté, l’utilité et les conséquences de ses
ouvrages. Le sieur Texier avait inventé un nouveau moulin à foulon;
les opposants à son privilége prétendaient qu’ils pouvaient donner
aux étoffes de soie des apprêts semblables à ceux du sieur Texier et
même meilleurs, seulement ils avancent qu’ils ne se servent pas du
moulin à foulon dont l’usage ne peut être qu’inutile et nuisible. A une
question ainsi posée la réponse semblait bien simple: pourquoi ne pas
autoriser le sieur Texier à employer son moulin qu’il trouve bon et les
opposants qui le jugent mauvais à ne s’en pas servir? La commission
fut moins hardie et par le refus du sieur Texier de se soumettre aux
épreuves proposées par elle, elle se déclara ingénument hors d’état de
donner son avis. Une telle réponse d’ailleurs n’était pas rare, et
l’Académie, en déclarant sincèrement ses incertitudes, avait souvent
l’excellent esprit de s’abstenir.

Consultée par le ministre de la marine sur la valeur d’un procédé
proposé pour relever les vaisseaux submergés, elle répond sur le
rapport de Réaumur et Couplet: «Pour être en état de porter un jugement
sur la réussite d’une telle entreprise, il faudrait avoir examiné
soi-même sur les lieux l’état où sont les vaisseaux échoués, leur
profondeur, la quantité dont ils sont envasés, la qualité de la vase,
etc., etc.; nous ne sommes pas en état de rien prononcer sur ce sujet.»
Désignée dans une autre occasion par le tribunal consulaire comme
arbitre de la contestation survenue entre l’horloger de la Samaritaine
et le fondeur de timbres, l’Académie décide qu’_il ne lui convient pas
d’accepter cette commission_.

Ceux qui s’adressaient à l’Académie, ministres, magistrats ou
particuliers, la trouvaient cependant presque toujours prête à
juger, et lorsque l’équité le demandait, elle n’hésitait pas à
rendre témoignage contre elle-même pour ainsi dire, en proclamant la
vérité tardivement reconnue.—Le propriétaire des eaux minérales de
Passy, nommé Levieillard, expose en 1763 à l’Académie, que dans un
ouvrage imprimé en son nom, une analyse inexacte des eaux dont il est
propriétaire conduit à les déclarer peu utiles et nuit à ses intérêts.

Tout considéré, dirent les rapporteurs de l’Académie, nous jugeons que
la plainte de M. Levieillard est juste... c’est pourquoi nous sommes
d’avis qu’ayant égard à la plainte de M. Levieillard, et pour l’utilité
du public on peut imprimer ce rapport en forme d’avertissement au
commencement de la suite de l’_Art des forges_.

Mais si l’Académie était prête à juger sur toutes les questions et sur
tous les mérites, elle ne permettait pas qu’on lui rendît la pareille
et s’offensait des moindres critiques. Le procès-verbal du 1^{er} avril
1730, qui le laisse voir avec beaucoup de naïveté, montre que dans plus
d’une rencontre la liberté des journalistes de notre époque aurait été
prise pour de la licence au XVIII^e siècle. «Le président Desmaisons,
dit le procès-verbal, a dit que M. le duc du Maine, sous l’autorité
duquel s’imprime le journal de Trévoux, ayant su que dans quelques-uns
des derniers tomes de ce journal les ouvrages de l’Académie avaient
été traités tout autrement qu’ils auraient dû l’être, Son Altesse
sérénissime avait ordonné qu’il en serait fait une satisfaction
authentique à l’Académie dans le tome prochain et que l’emploi de
travailler à ce journal serait ôté à celui qui avait fait les mauvais
extraits. On a dit que c’était le père Castel.»

En lisant ces articles qui, sans appel et sans débats contradictoires,
ont attiré une punition si sévère, on demeure aussi affligé que
surpris. Les comptes rendus du père Castel contiennent en effet plus
d’une page entièrement consacrée à la louange des académiciens, et les
critiques les plus sévères, bien loin de passer au delà des bornes,
semblent la plupart d’une parfaite justesse.

«M. Pitot, dit-il, a quarré la moitié d’une courbe qu’il appelle la
compagne de la cycloïde. Il y a mille courbes particulières quarrées de
la sorte lorsqu’on veut se donner la peine d’y appliquer la méthode et
les formules ordinaires du calcul.

«M. Nicole travaille toujours aux différences finies; la suite des
temps pourra en faire voir l’utilité.

«Le jaugeage sur lequel M. de Mairan travaille serait plus utile si
l’usage n’avait déjà à peu près toute la perfection qu’il peut avoir.

«M. le chevalier de Louville considère les corps célestes à peu
près comme les boules de billard qui vont l’une contre l’autre, se
rencontrent, se choquent. C’est une fiction ingénieuse du moins si elle
n’est solide, et qui fait voir que les astronomes de ce siècle sont
assez habiles dans leur art pour avoir bien du temps à perdre dans des
spéculations qui n’y ont aucun rapport.»

En rendant compte d’une hypothèse de Maupertuis sur la structure des
instruments de musique: «C’est dommage, dit avec grande raison le père
Castel, que la preuve manque à une si jolie conjecture.»

Parlant enfin de trois éloges de Fontenelle insérés dans le volume
qu’il analyse, il accorde à l’élégance et à la finesse du style des
louanges sérieuses et méritées, mais il le reprend d’avoir blâmé
Hartsoecker pour la rudesse de sa polémique. «Cette manière franche et
ouverte de réfuter les sentiments qu’on ne peut goûter est préférable,
dit le père Castel, à toutes ces critiques, satires et invectives
secrètes qui ne sont que trop ordinaires à ce qu’on appelle les savants
polis et d’un style précieusement radouci à l’égard de ceux qui ne sont
pas de leur avis ou de leur cabale.»

Ces extraits, qu’on ne l’oublie pas, ne donnent pas même une idée
exacte du ton de l’article, où plus d’une appréciation élogieuse ne
peut laisser supposer aucune hostilité systématique. Le journaliste,
parlant de questions qu’il semble comprendre, blâmant quelques
académiciens sans impertinence et louant les autres sans emphase,
ne songeait à obtenir par reconnaissance ou par crainte aucune des
récompenses qu’ils décernaient, et il semble ici un fort honnête homme
qui, dans cette triste affaire, a eu le beau rôle.

L’ombrageuse compagnie n’entendait pas qu’on discutât ses arrêts, et
le _Journal des savants_ lui-même, toujours rédigé par ses membres,
n’avait pas le droit de la critiquer. En rendant compte d’un nouveau
volume de la _Connaissance des temps_, le rédacteur qui, il est vrai,
était Lalande lui-même, s’était permis de désirer certaines innovations
en regrettant les décisions contraires prises par l’Académie chargée de
diriger l’impression du recueil.

«Nous avons rendu compte plusieurs fois de la _Connaissance des
temps_, disait-il, depuis que M. Lalande en est chargé, parce qu’elle
contient chaque année des articles nouveaux. Quoique pendant six ans
elle ait porté le titre de _Connaissance des mouvements célestes_,
l’Académie a jugé que celui de _Connaissance des temps_ était assez
ancien pour devoir être conservé, et M. Lalande l’a rétabli, quoiqu’il
fût persuadé, avec beaucoup d’autres, que le titre de _Connaissance
des mouvements célestes_ était bien plus convenable à la nature de
cet ouvrage et à sa destination. Il y a fait entre autres jusqu’ici
l’abrégé de ce qui s’est fait de plus intéressant pour l’astronomie
et la navigation en France ou ailleurs, mais il avait supprimé pour
cet effet différentes tables qu’on s’était accoutumé d’y trouver pour
l’usage ordinaire de la navigation et de l’astronomie et que l’Académie
a cru devoir y être rétablies. M. Lalande paraît se plaindre de la
nécessité où il s’est trouvé de supprimer beaucoup de choses nouvelles,
qu’il se proposait d’insérer dans ce volume, et les astronomes verront
aussi avec peine qu’on les prive de l’agrément qu’ils trouvaient
chaque année à avoir dans cet ouvrage de nouveaux secours pour leurs
calculs, des observations nouvelles et une notice intéressante de ce
qui se faisait de nouveau parmi les astronomes.»

L’Académie maintenant ses décisions trouva mauvais qu’on ne se bornât
pas à s’y soumettre sans les discuter. «Lecture faite de l’article,
dit le procès-verbal, l’Académie a été d’avis de prier M. de Mairan,
président du journal (qui a déclaré n’avoir point été présent à la
lecture de cet article) de veiller particulièrement à ce qu’à l’avenir
il ne fût rien inséré qui regardât l’Académie ou les académiciens sans
son aveu.»

Cette susceptibilité d’ailleurs était dans l’esprit du temps, et
chacun veillait soigneusement à ne rien laisser entreprendre contre
ses priviléges et ses droits. C’est ainsi que l’Académie des sciences,
ayant sur le rapport de Lagny et de Mairan approuvé un nouveau système
d’écriture, reçut une réclamation de l’_Académie royale d’écriture_
dans laquelle est cité un arrêt du 26 février 1633, qui assujettit les
maîtres d’écriture à des formes de caractères, lettres et alphabets
déterminés, parce qu’il fallait, comme l’arrêt l’explique, apporter un
remède à l’écriture que l’on faisait alors de très-difficile lecture.
L’Académie royale d’écriture étant, sans contestation, la gardienne
officielle de ces alphabets et formes de caractères, le rapport de
l’Académie usurpait sur ses droits et encourageait à la désobéissance;
l’Académie le maintint cependant, et le public écrivit comme il voulut.

Les jugements de l’Académie, demandés et reçus avec un continuel
empressement, soulevèrent plus d’une fois, malgré leur autorité
croissante, les protestations de ceux qui se croyaient au-dessus de
tout contrôle. En 1783, le sieur Defer, architecte, avait contesté dans
un mémoire sur la théorie des voûtes la solidité du pont de Neuilly,
chef-d’œuvre récent de Perronet. L’Académie sans déclarer son opinion
renvoya suivant l’usage ce travail à des commissaires. On en parla
dans la ville, et les ennemis de Perronet en prirent occasion pour
annoncer la ruine certaine du pont et l’écroulement reconnu imminent,
disaient-ils, par l’Académie des sciences. Des curieux, chaque jour,
se rendaient à Neuilly pour jouir du spectacle. L’administration
des ponts et chaussées s’en plaignit, et les lettres échangées à
cette occasion font paraître la force morale acquise par la savante
compagnie qui, sans esprit d’opposition mais sans craindre de déplaire,
repousse les reproches qu’elle ne mérite pas et maintient avec fermeté
ses traditions et ses droits. M. Joly de Fleury lui avait écrit le
15 février 1783: «Je viens d’être informé qu’il a été présenté à
l’Académie des sciences un mémoire au sujet du pont de Neuilly et j’en
ai rendu compte au roi. Sa Majesté a grande confiance dans les lumières
de Messieurs de l’Académie; mais comme ils n’ont aucune inspection sur
les ponts et chaussées, Sa Majesté n’a point approuvé qu’ils aient
nommé des commissaires pour visiter un pont qui a été construit par ses
ordres.»

L’Académie cependant en retenant le mémoire de Defer était restée dans
ses limites, sans manquer en rien de discrétion ou de prudence.

«J’ai rendu compte à l’Académie, écrit Condorcet, de la lettre que
vous m’avez fait l’honneur de m’adresser, et elle m’a chargé d’avoir
celui de vous faire un exposé fidèle de sa conduite relativement au
mémoire de M. Defer. Elle se flatte que cette conduite mieux connue
ne pourra que mériter l’approbation du roi. Le mémoire de M. Defer
traite de plusieurs sujets; un des plus importants est l’examen de la
méthode de construire les ponts, connue sous le nom de système des
poussées horizontales; c’est une question importante de statique et
de mécanique pratique, et l’Académie pouvait, devait même, en vertu
de ses règlements, nommer des commissaires pour l’examiner. M. Defer
cite dans son mémoire plusieurs exemples qui lui paraissent prouver le
danger de ce système, et les mouvements qu’il a observés dans le pont
de Neuilly sont un de ces exemples. Comme ce pont a été construit par
M. Perronet, membre de l’Académie, les commissaires se proposaient,
suivant l’usage, de communiquer le mémoire à cet académicien pour
avoir sa réponse aux objections, et, dans le cas où ils auraient
jugé la visite du pont nécessaire, ils ne l’auraient faite qu’après
y avoir été autorisés par l’administration. L’Académie désirerait,
à la vérité, qu’un examen qui intéresse la réputation d’un de ses
membres fût fait avec l’attention la plus scrupuleuse, et M. Perronet
désirerait d’avoir l’Académie pour juge, et pour examinateurs de son
ouvrage des confrères dont il connaît l’équité et les lumières. Vous
avez désiré, monsieur, que le mémoire de M. Defer fût remis entre
vos mains. L’Académie est dans l’usage de ne remettre qu’aux auteurs
mêmes les ouvrages qui lui ont été confiés, et seulement dans quelques
circonstances. C’est en partie à cet usage invariablement observé,
qu’elle doit la confiance de ceux qui lui présentent des découvertes ou
des travaux utiles; confiance qui l’honore et que l’utilité publique
demande qu’elle conserve sans aucune atteinte. D’ailleurs comme ce qui
regarde le pont de Neuilly ne forme qu’une petite partie du mémoire
de M. Defer, l’Académie désirerait connaître si c’est le mémoire en
entier ou seulement cette partie dont vous lui demandez communication,
et elle m’a permis, lorsque vous aurez bien voulu me faire savoir vos
intentions, d’avoir l’honneur de vous adresser une copie certifiée,
soit du mémoire en entier, soit des observations faites sur le pont de
Neuilly.»

M. Joly de Fleury répond à la séance suivante: «Je mettrai, monsieur,
votre lettre sous les yeux du roi. Je suis très-persuadé que Messieurs
de l’Académie n’ont eu ni l’intention d’entreprendre sur le département
des ponts et chaussées, ni de donner des inquiétudes au public, mais
il est cependant très-vrai que l’un et l’autre ont eu lieu contre leur
intention.

Par rapport au mémoire du sieur Defer, _quoiqu’il n’y ait rien de
secret pour le roi_, il suffit que vous m’adressiez un extrait de ce
qui concerne le pont de Neuilly...»

L’Académie ne fit pas de rapport et sans rien relâcher de ses droits,
évita sagement un conflit inutile. Les craintes de Defer étaient
d’ailleurs sans fondement, et le pont de Neuilly est cité depuis un
siècle comme un des monuments les plus irréprochables du talent de
Perronet.

Tout en déniant à l’Académie le droit d’examiner et de juger ses
travaux, l’administration vient souvent elle-même lui commettre
l’examen d’un grand nombre de projets étrangers à ses attributions.
C’est à l’Académie par exemple que fut renvoyé, en 1776, le projet de
Perrier pour la distribution des eaux dans Paris. «Je vous ai adressé,
écrit M. de Malesherbes au secrétaire de l’Académie, le 3 février
1776, un projet pour distribuer l’eau dans Paris, vous marquant de
le mettre sous les yeux de l’Académie, afin qu’elle pût nommer des
commissaires pour l’examiner: en voici un nouveau qui vient de m’être
remis. Le sieur Perrier, qui le propose, jouit d’une très-bonne
réputation, et son expérience dans l’art mécanique est connue. Ce
projet peut être remis aux mêmes commissaires chargés d’examiner le
premier. Comme le sieur Perrier offre de faire toutes les avances
des travaux, c’est un objet qui mérite considération, en supposant
toutefois que son projet puisse remplir les vues que le gouvernement se
propose.»

L’Académie connaissait depuis longtemps un excellent projet de
Deparcieux pour amener à Paris les eaux de l’Yvette mêlées sur le
trajet à celles de la Bièvre. Perronet, après la mort de Deparcieux,
l’avait discuté et loué plus d’une fois devant ses confrères; c’est
pour lui que conclut sans réserve le rapport de l’Académie. On devait
le prévoir, mais on reste surpris de voir le rapporteur Condorcet
mêler aux études techniques qui devraient faire tout le sujet de son
jugement, des attaques sans mesure, dont la haineuse emphase semble un
présage anticipé de la révolution déjà menaçante.

«M. Deparcieux, dit Condorcet, espérait que, quoique la principale
utilité de son projet fût pour le peuple, néanmoins comme il importe
à tout le monde de boire de bonne eau, de respirer un air pur,
d’habiter un pays où les épidémies sont plus rares, les gens riches
s’intéresseraient à son projet; mais malheureusement la classe d’hommes
à qui il s’adressait ne trouve malsain que le pays où il n’y a ni
fortune, ni faveur à espérer.»

De telles lignes sont heureusement fort rares dans les recueils de
l’Académie qui, fidèle à sa tradition et marchant constamment dans la
droite voie de la science, n’y rencontre et n’y cherche, même dans les
plus mauvais jours, aucune trace des passions politiques.

L’Académie est même quelquefois consultée dans des cas où sa compétence
peut sembler fort douteuse.

«Vous trouverez ci-joint, écrit le baron de Breteuil à l’Académie le
14 août 1787, un projet qui concerne l’embellissement de la ville de
Paris et qui m’a été remis par le sieur de Wailly, membre de l’Académie
d’architecture.

«Je pense depuis longtemps qu’il serait très-important pour
l’administration d’avoir un plan général arrêté et approuvé par le roi,
et qui comprît autant qu’il serait possible tous les embellissements
dont la ville de Paris est susceptible. Je conçois qu’un pareil plan ne
pourrait être l’ouvrage d’un seul artiste. Je conçois encore que les
circonstances peuvent être longtemps un obstacle à l’exécution de ces
embellissements jugés dignes d’être exécutés; mais il me semble qu’on
peut toujours s’occuper de l’examen des projets des différents artistes
qui présenteront des vues utiles et des idées heureuses, et les faire
approuver et déterminer par Sa Majesté lorsqu’ils le mériteront, sauf à
ne les réaliser que dans le temps où il sera possible d’en supporter la
dépense. Le projet du sieur de Wailly m’a paru être du nombre de ceux
qui doivent fixer l’attention et qu’il pourra être bon d’examiner.» Le
projet de de Wailly consistait à combler le bras de rivière qui sépare
l’île Saint-Louis de la Cité en coupant les deux îles sur toute leur
longueur par une rue nouvelle qui en aurait fait un des plus beaux
quartiers de Paris.

L’Académie, dans son rapport, paraît priser très-haut le mérite un
peu banal aujourd’hui d’une rue très-longue et très-droite. «Un effet
heureux et agréable, dit Perronet dans son rapport, tant du local que
des dispositions du projet du sieur de Wailly, est que la grille du
palais se trouve dans le prolongement de la rue Saint-Louis, en sorte
qu’en changeant la direction des rues de la Vieille-Draperie et des
Marmousets on a une longue rue qui, partant de la place et du pont
établis à l’extrémité de l’île Saint-Louis, traverse toute cette île,
l’île de la Cité, et vient aboutir à la grille neuve du palais, et
même, si on perçait cet édifice, elle traverserait la place Dauphine
et se terminerait à la statue Henri IV. On a dit, ajoute le rapporteur,
qu’une compagnie se chargerait de cette entreprise qui ne coûtera rien
au gouvernement; c’est à cette compagnie à s’assurer par un examen plus
détaillé que nous ne pouvons le faire du montant des dépenses et de la
valeur du produit.»

Les assemblées provinciales s’adressaient aussi à l’Académie, soit pour
s’éclairer sur des projets d’utilité publique, soit pour autoriser de
son jugement leur résistance à des décisions qu’elles combattaient.

La maîtrise des eaux et forêts de Paris, dans un intérêt de salubrité,
avait interdit en 1784 le rouissage du chanvre dans tous les cours
d’eau de l’Ile de France et créé par là de grandes difficultés aux
agriculteurs. L’Académie, consultée par l’assemblée provinciale de
l’Ile de France, blâma formellement la mesure. «Nous ne craignons
pas de dire, disent les commissaires Lavoisier et Daubenton, que les
changements apportés aux anciens usages de la province nous paraissent
avoir été ordonnés prématurément et avant que la question ait été
suffisamment éclaircie. Nous pensons qu’il serait à souhaiter que les
choses fussent provisoirement remises à l’état où elles étaient avant
le 4 avril 1784.»

En 1775 déjà, la question avait été soumise une première fois à
l’Académie, et le rapport très-court de Duhamel se terminait ainsi:
«Il vaut mieux faire l’aveu de son ignorance que de hasarder une
opinion inconsidérée.»

Les états de Bretagne s’adressèrent à plusieurs reprises à l’Académie
des sciences et obtinrent d’elle des consultations importantes sur de
grands projets soumis à leur délibération. Les mémoires de l’Académie
contiennent un rapport de Coulomb sur un projet de canalisation de
plusieurs rivières de Bretagne.

L’Académie fut aussi consultée sur l’endiguement des grèves du mont
Saint-Michel; mais, faute de documents précis, elle refusa de se
prononcer formellement. On lui demanda enfin des instructions sur
la meilleure manière d’aérer la salle des états à Rennes, et les
commissaires conseillèrent de faire une ouverture au plafond en
augmentant le tirage, s’il était nécessaire, par le moyen d’un petit
poêle.

Un des projets les plus importants soumis à l’Académie fut sans
contredit celui de la translation de l’Hôtel-Dieu et de la
réorganisation des hôpitaux de Paris. Déjà, en 1784, une commission
académique, dans un rapport sur le régime intérieur des prisons,
avait signalé fortement l’état horrible des infirmeries. L’Hôtel-Dieu
pendant longtemps avait été chargé des prisonniers malades; mais
leur translation était un moyen souvent tenté d’évasion, et l’ordre
fut donné de les soigner dans la prison même, où la place manquait
aussi bien que les ressources les plus nécessaires. Au For-l’Évêque
par exemple, dans une chambre étroite, obscure et mal aérée, seize
malades parfois devaient se partager quatre lits. Les prisonniers
pour dettes, les pères détenus faute de pouvoir payer les mois de
nourrice de leurs enfants, y gisaient côte à côte avec les criminels
de la pire espèce. L’Hôtel-Dieu présentait des tristesses non moins
grandes et la mortalité y était plus forte qu’en aucun autre hôpital
de l’Europe. L’Académie, consultée sur les réformes à y introduire,
voulut réunir toutes ses lumières pour donner sur une telle question
un rapport digne d’elle et de sa renommée. Les plus illustres de ses
membres, Lavoisier, de Jussieu, Bailly et Laplace furent chargés,
avec le chirurgien Tenon, d’étudier le projet de translation. Les
administrateurs de l’Hôtel-Dieu, sans alléguer leurs motifs faciles à
deviner, avaient refusé non-seulement d’aider la commission académique,
mais de l’introduire dans les salles; c’est sur le témoignage de Tenon
que la commission récite l’intolérable état des choses.

Non-seulement quatre malades, mais six dans le même lit; les morts
mêlés aux vivants, les maladies contagieuses ou non soignées pêle-mêle
et se compliquant les unes les autres; la gale et la petite vérole
sévissant avec fureur, et les malades emportant de l’hôpital au lieu
de guérison le nouveau mal qu’ils ont contracté; les fous proférant
leurs cris jusqu’à la porte de la salle des opérés; des lits de paille
pour ceux qui gâtaient leurs matelas, et là chaque matin exposés
pendant plusieurs heures au contact des malades les plus dégoûtants,
les nouveaux arrivants que l’on ne sait où placer: telle est une
faible partie des misères qui, dans le rapport de Bailly dont la
minutieuse précision ne diminue ni l’éclat ni la force, tiennent d’un
bout à l’autre le lecteur dans une longue et pénible angoisse. Bailly
se piquait fort de littérature, mais la douloureuse éloquence des
faits le dispensait cette fois de tout artifice de style. On l’a loué
souvent de l’avoir compris en montrant la vérité à découvert sans
l’exagérer ni l’apprêter; il se laisse aller cependant à développer
des preuves évidemment superflues. Lorsqu’il a dit par exemple que
douze cents lits reçoivent trois mille malades, chacun imagine ce que
peuvent espérer de sommeil et de repos les infortunés qu’on y entasse;
que sert-il d’ajouter froidement: «Qu’est-ce qu’un lit en général,
et surtout un lit de malade? C’est un lieu de repos pour la nature
souffrante et un moyen de sommeil pour la nature que les souffrances
ont fatiguée; l’homme n’a qu’une manière de reposer son corps, c’est de
mettre tous les muscles destinés au mouvement volontaire dans un état
de relâchement; un homme debout ne se repose pas, parce que... etc.,
etc.» Après avoir dit dans un autre passage l’effrayante mortalité des
blessés et des femmes en couche, il ajoute avec bien peu de délicatesse
de goût et de sentiment: «L’État a le plus grand intérêt à conserver
les blessés et les mères dans la fleur de l’âge, qui renouvellent la
population.»

Quoi qu’il en soit le rapport de Bailly, écho fidèle du cri des plus
extrêmes misères, eut un immense retentissement; le roi, profondément
ému par les révélations de l’Académie, ne se pardonnait pas de les
avoir si longtemps ignorées. Une souscription, ouverte sous ses
auspices, produisit aussitôt plus de deux millions de livres; mais
il n’était plus question d’améliorer, il fallait détruire et refaire
ailleurs. «On avait déjà, disait Tenon, apporté à l’Hôtel-Dieu toutes
les améliorations possibles, sauf la seule efficace qui eût été de le
jeter à bas.» Deux millions ne suffisaient pas à une telle œuvre, et le
gouvernement, réduit bientôt aux derniers expédients, porta la main sur
le dépôt sacré qu’il avait imploré lui-même. Parmi toutes les fautes
qui préparaient de si cruelles catastrophes celle-là sans contredit fut
une des plus honteuses.

La ville de Bordeaux, instruite des études faites par l’Académie des
sciences, lui soumit à son tour les projets d’un nouvel Hôtel-Dieu pour
ses malades. «C’est une preuve, disaient avec raison les commissaires,
de l’opinion avantageuse que l’on a des lumières de l’Académie, et
elle les doit à tous ceux qui les réclament.»

L’Académie, en effet, ne refusait à personne ses jugements et ses
conseils; près de dix mille rapports, composés de 1699 à 1790, se
trouvent encore dans ses archives, et c’est une grande preuve de
discernement, de savoir et d’activité, que d’avoir pu ainsi, pendant
près d’un siècle, accroître sans cesse la confiance de tous en la
méritant de mieux en mieux.



LES PRIX.


Les prix, régulièrement décernés à partir de l’année 1721, devaient
accroître l’autorité de l’Académie et lui donner en quelque sorte
une vie nouvelle en lui demandant des jugements plus solennels sur
des travaux souvent considérables. Rouillé de Meslay, conseiller
au Parlement, avait légué à l’Académie une rente de quatre mille
livres, au principal de cent mille livres, constituée à son profit
par les prévôts des marchands et échevins de la ville de Paris, à
condition que Messieurs de l’Académie des sciences proposeraient tous
les ans un prix de la moitié de ladite somme pour être donné par eux
à qui aurait le mieux réussi par raison et non par éloquence, mais
en quelque langue et style que ce soit, au jugement de Messieurs de
l’Académie, partie d’icelle, ou des commissaires par elle nommés, sur
un traité philosophique ou dissertation touchant ce qui contient,
soutient et fait mouvoir en son ordre les planètes et autres substances
contenues dans l’univers, le fond premier et principal de leurs
productions et formations, le principe de la lumière et du mouvement.
«Mes méditations, ajoutait-il, m’ont ce me semble, conduit à cette
importante découverte et approché les yeux de mon entendement de la
connaissance de l’éternel et premier être. Mais n’ayant les talents
de mettre au jour mes conséquences, je m’en remets aux savants, et
j’espère qu’en suivant ces recherches, ils dévoileront des vérités
autant essentielles que manifestes et qui augmenteront l’admiration
qu’on doit à Dieu. Et sur l’autre moitié de ladite rente, il en sera
employé le quart pour les rétributions ou épices de MM. les juges,
l’autre quart à M. le secrétaire de l’Académie, pour les frais des
annonces et publications et copies des traités qui seront faits,
et d’en fournir deux exemplaires du plus prisé avec extrait des
principaux: un pour le château de Meslay-le-Vidame, aux seigneurs,
comtes et leurs successeurs; l’autre pour les propriétaires de ma
maison rue du Temple et de Meslay, à Paris, y adresse. En cas de
remboursement de ladite rente, l’emploi sera fait en fonds sujet aux
mêmes charges; et si cela manquait d’être exécuté pendant quelques
années, le revenu accumulé grossirait autant le prix et rétribution
jusqu’au double et triple; mais si quatre années se passaient sans
effet desdites conditions, le contrat de cent mille livres, ou le fonds
qui lui aurait servi de remploi, retournerait à mes héritiers en ligne
directe.

       *       *       *       *       *

«_Item_, je donne et lègue à l’Académie des sciences de Paris la rente
de mille livres, au principal de vingt-cinq mille livres, constituée
à mon profit par messieurs les marchands et échevins de la ville de
Paris, à condition que Messieurs de l’Académie proposeront tous les ans
un prix de la moitié de ladite rente, pour être par eux donné tous les
ans à celui qui aura le mieux réussi en une méthode courte et facile
pour prendre plus exactement les hauteurs et degrés de longitude en mer
et en les découvertes utiles à la navigation et grands voyages.

«Et en cas que ces matières se trouvassent épuisées ou poussées à leur
perfection, il sera proposé de faire par cantons commencés au choix de
Messieurs de l’Académie, des cartes topographiques marquant le niveau
des terrains et cours des eaux par rapport à la mer à mi-marée et lit
ordinaire, en sorte que ces cartes rassemblées dans la suite des temps,
on puisse s’en servir pour les desseins de canaux et communications
de navigation, ménage et utilité de torrents perdus ou nuisibles, et
autres avantages que le bien public fait tenter, dont les succès ou
projets peuvent avoir besoin de ce principe des niveaux qui peuvent
diriger le choix des entreprises. Le niveau des puits ou sources vives
n’étant pas suffisant, je substitue dans ce legs plusieurs sujets:
celui des longitudes m’a occupé en vain, par rapport à la sphère
céleste; les constellations, les hauteurs et les phénomènes paraissent
les mêmes à pareilles heures, sur toute la longitude, quand on ne
change pas de latitude. Les savants peuvent aller plus loin; mais je
me trompe fort si le hasard mis à profit, ne fournit plus pour cette
découverte que l’astronomie ou règles de mathématiques. Peut-être que
ce globe donnera quelque aimant avec cette propriété. J’avais cru qu’il
se pourrait qu’un coq par exemple de Portugal, accoutumé de chanter à
minuit, ne chanterait en France qu’à une heure du matin et quelques
épreuves de recherche me persuadaient de la diversité que je n’ai pu
approfondir avec les expériences requises.»

Le fils de Meslay, plus soucieux de sa richesse que de l’honneur de sa
famille, osa résister aux dernières volontés de son père et disputer
avec acharnement la part trop généreusement faite par son testament
à des œuvres bonnes et utiles. L’exagération, la singularité ou
l’extravagance de certaines clauses furent injurieusement invoquées
comme preuves péremptoires de l’insanité de son esprit.

Le procès dura plusieurs années.

«Je supplie la divine Providence, avait dit M. de Meslay, qu’il me soit
accordé d’ordonner ou de disposer que d’une manière qui soit agréable
à sa divine sagesse et que je meure plutôt que de faire aucune chose
qui lui déplaise, et je désire ne respirer à l’avenir que pour faire
le bien et mon devoir. Plaise à Dieu que les douleurs longues et
aiguës dont je suis affligé depuis tant d’années me soient utiles pour
implorer l’effet de sa miséricorde.» A ces lignes, qui montrent tant
d’ardeur pour le bien, le fils de Meslay ne trouvait rien à redire,
mais la suite était livrée à l’ironie de son avocat: «Je veux, avait
écrit Meslay, être inhumé sans bière ni cérémonie, ordonnant que tous
les frais mortuaires et services seront faits à l’instar des pauvres
sauf le salaire dû aux porteurs qu’on payera au quadruple de la taxe
ordinaire.» Une telle parcimonie était-elle d’un homme sain d’esprit?
On alléguait encore un grand nombre de libéralités et legs peu
considérables à des domestiques, fermiers ou pauvres du voisinage, sous
la condition qu’ils promettraient de s’abstenir de viande et de poisson
pendant le reste de leur vie. «Je regrette, disait-il, de n’avoir pas
gardé cette abstinence toute ma vie.»

Une condition aussi insensée devait suffire, disait-on, pour invalider
tout le testament.

Mais l’avocat de M. Meslay fils insistait surtout sur le choix des
questions indiquées à l’Académie. N’est-il pas absurde de demander une
dissertation sur ce qui contient les planètes? «Ce sont, disait-il, les
espaces imaginaires sur lesquels ni l’Académie ni personne ne sauraient
rien nous apprendre.» La recherche des principes de la lumière et du
mouvement lui semblait non moins ridicule, «c’est Dieu,» disait-il, et
il défiait l’Académie d’en proposer une autre.

M^e Chevalier plaidant pour l’Académie ne le contestait pas: «Dieu,
disait-il, est la cause universelle de tout ce qui est; c’est lui qui
a fait la lumière, mais est-il interdit pour cela de chercher à s’en
faire une idée plus claire et plus distincte?» L’espoir enfin d’estimer
les longitudes à l’aide du chant d’un coq attirait les sarcasmes et y
prêtait un peu; mais M^e Chevalier, que rien ne déconcerte, triomphe au
contraire sur ce point en invoquant l’autorité imposante de Descartes.

«Tout le monde sait, disait-il, que suivant les principes de la
nouvelle philosophie tous les animaux sont des automates ou des
machines dont la structure est d’autant plus parfaite que leur auteur
surpasse infiniment tous les hommes dans la connaissance des véritables
principes de la mécanique. Cela supposé, si la structure de ce coq est
telle qu’il doit chanter à la même heure qu’il chante dans le lieu où
il est né, dans quelque partie du monde qu’il soit transporté, on
aurait dans ce cas, cette montre ou pendule que l’on cherche avec tant
de soin pour reconnaître en mer l’heure qu’il est au lieu de départ.»

Le Parlement, plein de courtoisie pour l’Académie, la pria de
s’expliquer sur les assertions de son adversaire pour en convenir
ou en disconvenir. L’Académie se déclara, avec beaucoup de raison,
prête à proposer chaque année les deux sujets demandés par M.
Meslay qui pouvaient tous deux donner lieu à des dissertations
utiles et intéressantes. Le célèbre axiome, _ab actu ad posse valet
consequentia_, était d’ailleurs une preuve convaincante. Les travaux
de Descartes, de Malebranche et de Newton ne pouvaient être le dernier
effort de la philosophie; pourquoi les découvertes de ces grands hommes
ne seraient-elles pas imitées ou accrues? Et quant au second legs
relatif aux longitudes, il suffisait de faire remarquer que depuis
longtemps déjà l’Angleterre proposait 500,000 fr., la Hollande presque
autant, et le régent de France 100,000 livres pour cette précieuse
découverte; il faudrait donc, si elle est impossible, associer ces noms
respectables aux visions et à la bizarrerie que l’on osait imputer au
testateur.

Le procès dura quatre ans; l’Académie le gagna sur tous les points. Le
Parlement, par une sentence immédiatement exécutoire, lui accorda le
capital et les arrérages qui portèrent le revenu total à 6,000 livres.
M^e Chevalier n’accepta pour honoraires qu’un exemplaire des ouvrages
publiés par l’Académie et le droit d’assister à ses séances.

Le Parlement avait bien jugé. Utile à l’Académie comme à la science,
l’inspiration de M. de Meslay fut des plus heureuses; le champ de
recherches que les héritiers présentaient comme étroit et stérile se
trouva au contraire aussi vaste que fécond; et quoique les paroles du
fondateur ne portent pas toujours jusqu’où tend son esprit, l’Académie,
fidèle sans explication forcée à ses volontés évidentes, eut, grâce à
lui pendant plus d’un demi-siècle, l’honneur de diriger les géomètres
vers les plus grandes voies de la science en récompensant d’admirables
découvertes qu’elle avait souvent provoquées.

Le choix judicieux des questions proposées, l’excellence des mémoires
couronnés et la juste célébrité des concurrents, devaient accroître,
avec l’étendue de son influence, le renom de l’Académie des sciences de
Paris. Entrant en commerce continu avec les savants les plus illustres
de l’Europe, et montrant le sentier qu’ils consentaient à suivre, elle
semblait marcher en quelque sorte devant eux, et partager leur gloire
en la proclamant.

Ses décisions un peu timides d’abord mais presque toujours reçues
dans la suite avec applaudissement, devaient au début donner prise à
de sévères critiques et causer bien des murmures. Nulle autorité en
matière de science ne prévaut contre la vérité, et les concurrents
étaient en droit de juger leurs juges. On peut croire qu’ils n’y
manquèrent pas. Le début, il faut en convenir, ne fut pas heureux.
Les concurrents devaient traiter du principe, de la nature et de la
communication du mouvement. Jean Bernoulli concourut; l’Académie, sans
comprendre la portée de son excellent mémoire, couronna le discours
superficiel et insignifiant d’un M. de Crousas. L’injustice était
flagrante, ou plutôt la méprise. L’Académie, en effet, ne possédait
alors aucun géomètre de marque; les mécaniciens, plus habiles dans
la pratique que dans la science spéculative, croyaient s’assurer sur
les théories de Descartes. Leur esprit, préoccupé de ses assertions
tranchantes et obscurci par ses erreurs respectées, aurait eu beaucoup
à désapprendre pour prononcer avec exactitude sur des principes qu’ils
entendaient fort mal. Bernoulli, irrité et blessé, protesta de toutes
ses forces contre une décision qu’il ne devait oublier ni pardonner.
«Il faut, écrivait-il à Mairan, en parlant de son concurrent, que son
système erroné et contre la raison tombe de lui-même. Cela étant,
dites-moi avec quelle justice peut-on avoir couronné son mémoire en le
préférant à un autre, où je défie qui qu’il soit de montrer le moindre
faux raisonnement. N’est-ce pas favoriser l’erreur au préjudice de
la vérité? Quelle honte! Qui est-ce qui voudra travailler désormais
sur vos questions, s’il ne peut plus compter ni sur la clairvoyance
ni sur l’équité de la plupart des commissaires?» Sa colère, vingt ans
après, dans une lettre à Euler, s’exhale avec la même énergie, et
sans se soucier du principe de la chose jugée, il se croirait fondé à
revendiquer ses droits devant les successeurs des juges qui les ont
méconnus.

Après avoir décerné quatre prix, l’Académie rencontra un embarras
imprévu: une mesure financière, qu’il est permis de nommer une
banqueroute, réduisit à 3,700 livres la rente de 6,000 livres
constituée par-devant notaire sur les revenus de la ville de Paris, et
il s’éleva une question difficile à résoudre; l’Académie ne pouvait
plus satisfaire aux obligations formellement imposées par le testament
de M. de Meslay. Quel usage devait-elle faire du revenu qui lui était
laissé? Le Parlement consulté, sans décliner sa compétence, déclara
s’en rapporter à la sagesse de MM. les académiciens, dont les avis
furent fort partagés. Fallait-il réduire proportionnellement la somme
allouée pour chaque prix ou diminuer le nombre des récompenses?
L’abandon des épices attribués aux juges aurait tout arrangé, mais
l’idée n’en vint alors à l’esprit de personne. Il fut décidé, après
longues discussions, que l’Académie décernerait chaque année, et
alternativement, un prix de 2,500 livres sur une question relative au
système général du monde, et l’autre de 2,000 sur un sujet touchant à
la navigation.

Les savants les plus illustres trouvaient alors ces récompenses fort
considérables et les disputaient avec ardeur. Les familles d’Euler et
de Bernoulli se partagèrent près de la moitié des prix décernés par
l’ancienne Académie. Lagrange, qui leur succéda, fut couronné pour
trois de ses plus beaux mémoires de mécanique céleste. L’orgueilleux
Jean Bernoulli lui-même rentra souvent dans la lice; il était fort
sensible à la gloire; «mais vous savez, écrivait-il à Mairan, qu’il
faut quelque chose de plus solide pour faire bouillir la marmite.»
Aussi, lorsqu’il recevait le prix, ne négligeait-il aucun soin pour
recevoir la somme due par la voie la plus avantageuse.

«Depuis ma dernière lettre, écrit-il à Mairan (27 mai 1734), nous
attendions toujours, moi et mon fils, d’apprendre la proclamation de
nos pièces victorieuses, avant que de disposer de la somme du prix.
Nous voyons présentement par l’honneur de la vôtre, du 19 mai, que la
proclamation se fit à la rentrée publique, suivant la coutume, quoique
nous ne sachions pas encore si elle a été annoncée au public dans la
_Gazette de Paris_, comme cela se pratiquait les autres fois, ce qui
m’apprenait d’abord le nom de celui qui avait remporté le prix par
l’extrait que l’on faisait toujours de votre _Gazette_ à mettre dans la
nôtre. Quoi qu’il en soit, il n’y a rien de perdu, la somme qui nous
a été adjugée étant en bonne sûreté, soit chez vous, soit encore chez
le trésorier. Nous croyons aussi que mon seul récépissé que je vous ai
envoyé suffira pour toute la somme, mais il en faudra parler à M. de
Maupertuis, à qui mon fils écrivit la semaine passée pour lui donner
plein pouvoir de retirer sa part afin que M. de Maupertuis puisse se
rembourser d’une petite dette que mon fils lui doit. Le reste et ma
portion ensemble pourraient nous être remis par une lettre de change
qui serait tirée sur un banquier d’Amsterdam et que nous pourrions
négocier ici avec plus d’avantage que si elle s’adressait immédiatement
à quelque marchand ou banquier d’ici.»

Tout en veillant de son mieux à ses intérêts, Bernoulli mettait
l’honneur du succès à un plus haut prix encore. «Je vous avoue, dit-il,
que l’événement du prix échu à moi et à mon fils nous est infiniment
glorieux, aussi est-ce l’honneur que nous estimons beaucoup plus que
l’intérêt pécuniaire, quelque considérable qu’il soit. C’est pour cette
raison que nous désirons savoir si cet événement a été rendu public
dans votre _Gazette_, suivant la coutume.»

L’Académie dut à l’institution de ses prix l’honneur de jouer un grand
rôle dans l’histoire du célèbre problème des longitudes.

Presque tous les gouvernements de l’Europe avaient depuis longtemps,
par des promesses considérables, dirigé les recherches des inventeurs
vers ce difficile et important problème. Philippe III d’Espagne
avait promis 100,000 écus; les États de Hollande 100,000 florins,
et l’Angleterre 20,000 livres sterling à qui pourrait déterminer la
longitude en mer avec l’exactitude nécessaire aux marins; une somme de
2,000 livres (50,000 fr.) était mise en même temps à la disposition de
la Commission permanente chargée de juger les inventions de toute sorte
que l’espoir d’une telle récompense faisait naître presque chaque jour.

L’emploi du loch et de la boussole élude la question et ne la résout
pas; il consiste à déterminer d’heure en heure la position du navire
par la grandeur et la direction du chemin parcouru. Un flotteur nommé
loch est dans ce but jeté à la mer, et l’on suppose qu’il y reste
immobile; l’écart du navire pendant trente secondes étant alors
multiplié par 120 est considéré comme le chemin parcouru pendant une
heure dans la direction indiquée par la boussole. Les erreurs d’une
telle méthode peuvent dans une courte traversée s’élever à plusieurs
degrés.

L’heure étant la même sur tous les points d’un même méridien, il
suffirait pour connaître la longitude d’obtenir, directement ou
indirectement, l’heure exacte du lieu d’où l’on est parti; mais si l’on
songe que quatre minutes d’erreur correspondent à un degré, c’est là
en pratique une très-grande difficulté; construire une horloge qui,
après plusieurs mois de traversée, ne laisse pas craindre d’erreur de
cet ordre, semblait au XVII^e siècle une entreprise impossible, et
Jean-Baptiste Morin, qui le premier proposa une solution raisonnable
du problème, doutait qu’une créature mécanique, fût-elle l’œuvre du
diable, pût atteindre une telle précision _idvero_, dit-il, _an ipsi
dæmonio possibile sit, nescio_.

Professeur d’astronomie au Collége de France, Morin, quoique inventif
et hardi, repoussait le système de Copernic, contre lequel, en
1643, l’année même de la mort de Galilée, il publiait sous ce titre
triomphant: _Alæ telluris fractæ_, une dissertation devenue fort rare.
Morin de plus était astrologue, et, s’il faut en croire ses disciples,
souvent heureux dans ses prédictions. Quoi qu’il en soit, on lui doit
une idée excellente et pleine d’avenir. Les horloges ne pouvant donner
l’heure exacte et certaine, c’est aux astres qu’il la demande, et sans
recourir, comme Galilée, aux mouvements mal connus des satellites
invisibles de Jupiter, il résout le problème en observant la distance
de la lune aux étoiles voisines. Malgré le rapport défavorable de la
commission nommée qui déclarait avec raison la méthode impraticable
dans l’état actuel de la science, une pension plus que triple de ses
appointements au collége royal, récompensa justement l’excellente
idée de Morin. Le célèbre géologue et théologien Whiston proposa
au contraire un projet absolument ridicule dont on fit grand bruit
cependant; il fut l’occasion de la récompense si considérable promise
par le Parlement britannique, et que plusieurs commissions examinèrent
très-minutieusement.

Whiston proposait simplement de placer sur les routes que peuvent tenir
les vaisseaux une série de navires attachés par leurs ancres, sorte
d’îles flottantes de position fixe et connue, sur chacune desquelles,
à minuit précis, heure de Londres, on lancerait chaque jour une fusée
qui, en éclatant à 6,000 pieds de hauteur, montrerait l’heure exacte ou
la ferait entendre à plusieurs centaines de milles à la ronde.

On fit aussi beaucoup de bruit, en France, d’une méthode proposée
à Louis XIV par un aventurier suédois nommé Reussner Neystadt.
L’inventeur ne voulait la livrer qu’en échange d’une riche récompense.
Il consentit néanmoins à en expliquer le principe devant une commission
dans laquelle siégeaient, sous la présidence de Colbert, Huyghens,
Duquesne, de Carcavy, Roberval, Picard et Auzout. Les explications
fort confuses de Reussner étaient données en allemand et traduites
immédiatement par Huyghens qui, dans la commission, pouvait seul les
entendre. L’approbation de son projet devait faire accorder à Reussner
une somme de 60,000 livres à laquelle se serait ajouté à perpétuité
un droit de quatre sols par tonneau pour chaque voyage des vaissaux
qui emploieraient sa méthode. Mais le projet, qu’il est inutile de
rapporter ici, se trouva impraticable et fondé sur des principes
inexacts; les commissaires furent unanimes à le rejeter.

Henri Sully, célèbre horloger établi en France, présenta en 1724 à
l’Académie, une horloge marine qui ne donna pas de bons résultats;
cette manière d’aborder la question sembla cependant reprendre faveur,
et plusieurs artistes habiles s’illustrèrent en s’y appliquant. Sully,
découragé, paraissait cependant passer condamnation.

«Puisque, dit-il, le pendule lui-même a manqué de réussir pour donner
avec certitude la connaissance des longitudes en mer et cela seulement
à cause des changements auxquels les métaux sont sujets par la chaleur,
le froid, les autres causes physiques, par l’inégalité de la force
élastique, par l’inégalité de l’action de la pesanteur des corps et par
les mouvements violents des vaisseaux sur la mer, quelle apparence y
a-t-il qu’on trouve jamais de remède à tous ces inconvénients? Peut-on
changer la nature des corps?»

Un simple charpentier anglais, Jean Harrison, merveilleusement doué
du génie de la mécanique, entreprit à son tour de mériter la riche
récompense promise par le parlement. Ses premiers essais datent de
1726. Il parvint à cette époque à construire deux pendules dont l’écart
n’était pas d’une seconde en un mois. En 1736, une horloge présentée
par lui supporta sans dérangement un voyage à Lisbonne. La Société
royale de Londres lui accorda en 1737 la médaille de Copley qui, chaque
année depuis cent cinquante ans, récompense l’œuvre scientifique jugée
par elle la plus remarquable et la plus méritante. Vingt-cinq ans
plus tard, en 1762, Harrison, avançant toujours dans la même voie,
soumettait à l’amirauté anglaise une horloge éprouvée par deux voyages
successifs à la Jamaïque; elle fut déclarée _fort utile_ et lui valut
une récompense de 2,500 livres (65,000 francs). Le succès, sans être
jugé complet et définitif, produisit une grande sensation.

Le 16 avril 1763, M. Saint-Florentin communiquait à l’Académie des
sciences la lettre suivante, écrite à M. de Choiseul par l’ambassadeur
de France en Angleterre.

«Je crois devoir avoir l’honneur de vous informer qu’un Anglais,
nommé Harrison, a trouvé un instrument propre, à ce qu’on croit par
sa justesse, à fixer la longitude. C’est une espèce de pendule qui,
dans le voyage de la Jamaïque, l’aller et le retour pris ensemble, n’a
souffert qu’une minute cinquante-quatre secondes de variation. Cette
machine va être examinée publiquement et en même temps on donnera
environ 100,000 francs à l’auteur. Ces 100,000 francs seront à-compte
du prix total promis à la découverte des longitudes, et la somme
entière du Præmium ne sera adjugée au sieur Harrison qu’après une
nouvelle épreuve dans un voyage aux îles qu’il fera encore cet été. Les
savants ou artistes qui voudraient assister à l’examen de l’instrument
devront donner incessamment leurs noms pour être enregistrés et doivent
se rendre ici de leur personne. On m’a chargé de vous demander si
vous voudriez envoyer ici un Français pour être témoin et partie de
l’examen, et on m’a dit qu’il faudrait que ce fût un habile et savant
horloger comme sans doute nous en avons.»

L’Académie, en confiant cette mission à l’un de ses membres, eut le bon
esprit de lui adjoindre Ferdinand Berthoud; c’était pour l’illustre
horloger français l’invitation la plus pressante à égaler, à surpasser
peut-être un jour l’œuvre excellente qu’il était capable de juger et
digne d’admirer sans réserve. Malheureusement Harrison, mécontent de
ses juges, refusa de montrer les détails de son horloge, et le voyage
fut inutile à Berthoud. Les commissaires, presque tous astronomes, tout
en jugeant l’horloge d’Harrison excellente et utile, refusèrent de
la déclarer parfaitement sûre. Les observations de la lune restaient
indispensables suivant eux pour corriger les bizarres inégalités
qui surviennent parfois dans les meilleurs instruments. L’horloge
n’obtint donc que la moitié de la récompense promise, et Mayer de
Gottingue reçut pour ses tables de la lune la plus grande partie de
l’autre moitié. C’est dix ans plus tard seulement, qu’un nouvel acte
du parlement compléta pour Harrison la récompense de 20,000 livres; il
était âgé de soixante-dix ans.

L’Académie des sciences, qui bien des fois déjà, par le programme de
ses prix, avait rappelé à l’attention des savants le problème des
longitudes, proposa de nouveau, en 1765, la recherche du meilleur
moyen de déterminer la longitude en mer. Le succès d’Harrison et la
connaissance sommaire de ses procédés avaient déjà encouragé et stimulé
le zèle de Berthoud qui, s’adressant directement au ministre de la
marine, lui avait proposé plusieurs horloges dont sa grande renommée
exigeait un sérieux examen. Le ministre organisa une expédition dont le
plan tracé par les officiers de marine fut approuvé par l’Académie.
Mais elle avait en même temps à juger les pièces du concours auquel
Berthoud refusait de prendre part: par l’organe de son président le
marquis de Courtanvaux, elle demanda au ministre la disposition d’un
bâtiment pour y faire ses études. M. de Saint-Florentin répondit, comme
on aurait pu s’y attendre, qu’un bâtiment étant frété pour éprouver
les horloges de M. Berthoud, il était très-facile d’y embarquer
celles des concurrents, et que MM. les académiciens qui voudraient
les accompagner trouveraient à bord toutes les facilités et tous les
égards désirables. Peu satisfait de cette réponse, M. de Courtanvaux,
président de l’Académie, se décida à faire construire à ses frais une
corvette appropriée par son peu de tirant d’eau aux nombreuses relâches
qu’il conviendrait de faire, et, prenant Pingré à son bord, il partit
du Havre le 14 mai 1767, emportant deux montres présentées au concours
par P. Leroy, qui voulut les suivre lui-même et faire partie de
l’expédition.

Craignant que l’exactitude vérifiée au retour ne résultât d’une
compensation d’erreurs, il plaça sur son itinéraire un grand nombre de
points dont la longitude bien connue devait fournir des vérifications.
Comme il s’agissait d’éprouver les montres, non de s’en servir, elles
furent placées dans le lieu le plus défavorable, c’est-à-dire le plus
agité du navire. Les deux montres réalisèrent les promesses de Leroy;
l’une d’elles, il est vrai, avait varié de 2′, 34″ dans les trente-cinq
premiers jours, mais réglées de nouveau à Amsterdam, la première varia
de 36″ seulement, et l’autre de 7″½ pendant quarante-huit jours de
traversée. Elles furent jugées dignes du prix, et Leroy le reçut dans
la séance publique de 1769.

Berthoud n’avait pas concouru, mais sur le rapport très-favorable des
commissaires nommés par le ministre, il obtint une pension de 3,000
livres avec le titre d’horloger de la Marine et d’inspecteur de ses
horloges.

L’Académie, malgré la perfection des pièces présentées par Leroy, ne
regardait pas le problème comme définitivement résolu, et malgré les
justes louanges qu’il lui accorda, son rapporteur l’engageait à mieux
faire encore. La même question fut proposée en 1771 et le prix n’étant
pas décerné fut doublé et remis à 1773. Cette fois, pour éprouver
les montres présentées au concours, le ministre mit à la disposition
de l’Académie une frégate commandée par M. de Verdun et sur laquelle
Borda, lieutenant de vaisseau et membre lui-même de l’Académie,
s’embarqua avec l’infatigable et dévoué Pingré.

Outre les montres des concurrents, les commissaires emportaient celles
de Berthoud qui, tout en continuant à refuser le concours se prêtait
loyalement à la comparaison.

On se rendit successivement sur la côte d’Afrique, aux Antilles, à
Terre-Neuve, en Islande et en Danemark. La longitude fournie par les
montres fut comparée à chaque station avec les résultats astronomiques
les plus précis. Les montres de Leroy et celles de Berthoud
justifièrent cette fois encore toute la réputation de leurs auteurs:
malgré le froid de l’Islande, la chaleur de la côte d’Afrique et les
agitations de la mer, on n’obtint qu’un demi-degré d’erreur en moyenne
pour six semaines de traversée. Le prix fut une seconde fois décerné à
Leroy.

Ces horloges n’étaient pas portatives, et c’était un grave
inconvénient; souvent même les pièces les plus parfaites étaient
gâtées pendant le transport au navire. L’Académie, toujours préoccupée
des progrès de l’horlogerie, appela une fois encore sur ce sujet
l’attention des savants et des artistes. Le dernier programme de prix,
publié par elle en 1793, était ainsi conçu:

«Le prix sera décerné à la meilleure montre de poche propre à
déterminer les longitudes en mer, en observant que les divisions
indiquent les parties décimales du jour, le jour étant divisé en dix
heures, l’heure en cent minutes, et la minute en cent secondes.»

Le prix devait être décerné en 1795, mais l’Académie n’existait
plus alors et le concours se trouva annulé. La première classe de
l’Institut l’ouvrit de nouveau et couronna le neveu de Berthoud.

M. de Meslay eut des imitateurs. Montyon d’abord, en cachant son nom
qui devait être tant de fois répété depuis, fit don à l’Académie en
1779, d’une rente de 1,080 livres, pour récompenser chaque année un
mémoire soutenu d’expériences tendant à simplifier les procédés de
quelque art mécanique.

Montigny, mort en 1782, légua une rente de 600 livres, destinée à
établir un prix annuel dont l’objet serait de _quelque art dépendant de
la chimie_.

L’abbé Raynal enfin, célèbre, disent les programmes de 1790 à 1793, par
ses ouvrages, par son patriotisme et par son zèle pour les droits et le
bonheur des hommes, fit don à l’Académie d’une rente de 1,200 livres,
pour fonder un prix dont le sujet était laissé à son choix.

L’Académie elle-même renonçant en 1777, sur la proposition de
d’Alembert, aux honoraires alloués pour le jugement des prix, les
consacra à fonder un prix d’histoire naturelle qui, sous le nom de prix
de physique, devait être décerné tous les deux ans.

M. d’Alembert a lu l’écrit suivant:

«L’Académie nous ayant fait l’honneur de nous nommer commissaires du
prix, MM. Cassini, Lemonnier, de Condorcet, l’abbé Bossut et moi,
nous avons une proposition à lui faire que nous désirons fort de voir
acceptée, parce qu’elle a pour objet le bien et le progrès des sciences.

«Les cinq commissaires du prix ont, comme on sait, un honoraire
très-modique pour chacun d’eux, puisqu’il n’est que de 125 francs
une année et de 175 francs l’autre; ces honoraires réunis forment en
deux ans une somme de 1,500 francs; nous proposons de nous désister
de ce très-modique honoraire et nous invitons nos confrères, qui sans
doute penseront comme nous, à s’en désister de même pour l’avenir;
il suffirait pour cela que chaque académicien voulût bien y renoncer
dès ce moment, ou peut-être même qu’il n’y eût sur cet objet aucune
réclamation, comme nous avons lieu de le croire. En ce cas, nous
proposons d’employer tous les deux ans la somme de 1,500 francs, qui
proviendrait de cette renonciation, à un prix de physique qui serait
proposé par l’Académie. Nous disons à un prix de physique, parce que le
sujet du prix annuel ordinaire étant presque toujours de mathématiques
ou physico-mathématique, les classes de physique de l’Académie,
c’est-à-dire les trois classes d’anatomie, de chimie et de botanique
partageraient avec les classes de mathématiques l’avantage d’avoir
aussi un sujet de prix à proposer qui pourrait aussi avoir pour objet
ces différentes sciences.

«Un autre somme, qui est aussi de 1,500 francs en deux ans, est
affectée au secrétariat de l’Académie par l’institution du prix. Cette
somme a été accordée à M. de Fouchy, comme un dédommagement nécessaire
des sacrifices qu’il a faits par sa retraite et comme la récompense
très-juste de ses services.

«M. le marquis de Condorcet, secrétaire actuel, déclare qu’il renonce
dès à présent au droit qu’il pourrait avoir un jour sur cette somme,
qui servirait alors à augmenter ou doubler ce prix que nous proposons.»

Sans être aussi versé que Condorcet dans la théorie des probabilités,
chacun pouvait comprendre que l’importance de sa renonciation dépendait
de la vie probable du vieux Grand-Jean Fouchy, et il eût été de
meilleur goût de ne pas provoquer aussi nettement à en faire le calcul.

Les propositions cependant furent adoptées à l’unanimité.

Indépendamment de ces institutions régulières, l’Académie reçut à
plusieurs reprises, tant des particuliers que du gouvernement, des
sommes parfois considérables destinées à encourager l’étude d’une
question désignée. Sans rechercher exactement toutes celles qui furent
successivement offertes et acceptées, citons seulement quelques-unes
des donations les plus remarquables:

D’Alembert, en 1758, apporta à l’Académie, de la part d’un donateur
anonyme, une somme de 500 livres destinée à l’auteur du meilleur
travail sur la fabrication du verre, dont la savante compagnie était
priée d’accepter le jugement, afin que l’honneur de recevoir le prix de
ses mains lui donnât une valeur capable d’exciter les bons esprits à le
mériter.

Déjà, sans se nommer, un membre de l’Académie avait proposé un prix de
1,200 livres à qui trouverait le moyen de fabriquer sûrement des pièces
de flint-glass sans défaut, propres à la construction des lentilles
achromatiques.

En 1766, un _citoyen zélé pour l’utilité publique_ consigna au
trésorier de l’Académie une somme de 1,000 livres, qui fut doublée
l’année suivante, pour l’auteur du meilleur travail sur la manière
d’éclairer une grande ville pendant la nuit. Le prix fut partagé entre
trois concurrents: Lavoisier, dont le mémoire a été récemment publié,
concourut et obtint une médaille d’or. L’Académie, fidèle observatrice
des conditions du concours, laissa les noms des autres concurrents sous
les plis cachetés qui les renferment encore aujourd’hui.

Plusieurs particuliers de la ville d’Amiens proposèrent, en 1776, un
prix de 1,200 livres pour l’auteur du meilleur ouvrage sur la teinture.
L’Académie, jugeant sagement la question trop étendue, n’accepta
la mission qu’en réduisant le programme à l’étude et à l’analyse de
l’indigo.

Le sujet proposé fut une autre fois complétement refusé par l’Académie.

Le prix de 500 livres, dont La Condamine avait voulu faire les frais,
roulait sur deux questions proposées et publiées à l’avance par les
journaux, sans que l’Académie eût été consultée; l’une d’elles était
puérile et fut cause du refus. On demande, disait le programme, les
véritables causes des différences qu’on observe dans les diverses
espèces d’animaux entre les mâles et les femelles, surtout par rapport
au poil et à la plume parmi les quadrupèdes et les oiseaux. Mais la
seconde question, réellement belle et importante, pouvait hâter les
progrès de la science et faire honneur à l’Académie.

Le roi lui-même, à plusieurs reprises, fit paraître son estime pour
l’Académie, en la chargeant de décerner des prix considérables sur des
questions dont la solution importait au bien public.

Citons entre beaucoup d’autres:

Un prix de 2,400 livres, proposé en 1774, pour être décerné à l’artiste
qui présentera les instruments mathématiques les plus parfaits.

Un prix de 12,000 livres, à partager inégalement entre ceux des
concurrents qui auront proposé la meilleure manière de rétablir ou de
perfectionner la machine de Marly.

Un prix de 4,000 livres, porté à 8,000, puis à 12,000, à qui trouvera
le moyen d’accroître, en France, la récolte du salpêtre, et de
dispenser surtout des recherches que les salpêtriers ont le droit de
faire dans les caves des particuliers.

De telles récompenses, considérables pour l’époque, accroissaient
l’importance de l’Académie qui, prudente et digne en toute
circonstance, sut, par sa constante impartialité, ajouter à la valeur
de ses prix l’honneur envié de tous d’être distingué par elle.



II.

LES ACADÉMICIENS.



LES SECRÉTAIRES PERPÉTUELS.


Le premier secrétaire de l’Académie fut un modeste et savant
ecclésiastique choisi par Colbert à cause de sa belle latinité et
habile à exposer les opinions récentes ou anciennes qu’il aimait à
connaître plus encore qu’à juger. Le rôle de Duhamel dans l’Académie
fut presque borné à la rédaction des procès-verbaux résumés vers la fin
de sa vie sous le titre de _Regiæ scienciarum Academiæ Historia_ dans
un ouvrage intéressant qu’une traduction élégante de Fontenelle devait
bientôt condamner à l’oubli.

Lorsque l’organisation nouvelle de l’Académie lui imposa le devoir de
la représenter chaque année dans les séances publiques et solennelles,
Duhamel se hâta de résigner ses fonctions à celui que depuis longtemps
déjà il avait choisi pour aide et pour successeur. Duhamel a donné
Fontenelle à l’Académie, c’est un titre à sa reconnaissance.

Prolixe et disert sans être fécond, Duhamel a écrit un grand nombre
de volumes que l’historien des sciences, aussi bien que celui de la
philosophie, peut sans injustice passer sous silence. Duhamel, en
effet, expose les idées d’autrui, non les siennes; sur aucun sujet
il n’a été inventeur ou novateur, mais il avait beaucoup lu et bien
lu. Soigneux de s’enquérir de toutes les opinions, il analyse les
sentiments de chaque philosophe, et sans se soumettre à aucune école,
les apprécie toujours avec liberté, parfois avec bon sens. Aristote est
le guide qu’il préfère, il ne s’en cache pas, mais il admet le progrès.
Galilée, Descartes et Bacon sont cités plus d’une fois avec ses savants
confrères de l’Académie, Huyghens, Cassini et Mariotte, dans son livre
un instant célèbre: _Philosophia vetus et nova_.

Lorsque le maître de philosophie énumère à M. Jourdain les trois
opérations de l’esprit: la première, la seconde et la troisième, en lui
apprenant que la première est de bien concevoir, la seconde de bien
juger par le moyen des catégories et la troisième de bien tirer les
conséquences par le moyen des figures, c’est le traité de Duhamel qu’il
commence à lui enseigner. De telles distinctions ne sont plus pour
nous qu’un vain et ridicule jeu de paroles; on y voit cependant avec
intérêt de quelles entraves, quarante ans après la mort de Descartes,
l’esprit humain restait embarrassé, et l’on en salue avec plus de
respect encore la méthode réellement scientifique, qui dès le début
dirige invariablement les recherches, même les moins heureuses, de
l’académie nouvelle. Le livre de Duhamel dicté pendant longtemps dans
les écoles était lui-même un grand progrès sur la dialectique du moyen
âge. Les questions y sont posées avec clarté; l’expérience, quand elle
intervient, est acceptée comme un juge sans appel, et jamais un texte
n’y est opposé à une raison. Non content d’étudier les phénomènes,
Duhamel veut malheureusement en pénétrer le premier principe, et au
milieu des rêveries qui y occupent la plus grande place, la science
véritable, dans son livre, semble étouffée et cachée à la fois au
métaphysicien peu curieux des faits qu’il accorde avec tous les
systèmes, et au lecteur moderne, impatient des vagues subtilités qui en
semblent inséparables.

Deux fois par an le secrétaire de l’Académie devait, dans une séance
publique, prononcer l’éloge des académiciens morts depuis la dernière
réunion. Les éloges furent composés d’abord par Fontenelle avec un
inimitable talent et une exactitude relative, qui, malgré quelques
concessions aux convenances et aux nécessités du genre, a rarement
été surpassée dans les écrits analogues. Fontenelle ne fut jamais fort
savant. Neveu des deux Corneille, dont sa mère était sœur, il voulut
d’abord imiter ses oncles et composer des tragédies dont l’insuccès
fut complet; son esprit juste et sans passion comprit la leçon et
s’y résigna; jamais auteur en effet ne sembla moins né pour la scène
tragique.

Les lettrés se passionnaient alors pour ou contre la supériorité des
anciens sur les modernes. Fontenelle, dans un ouvrage où il faisait
parler quelques morts illustres de l’antiquité, se rangea sans
grand bruit, mais très-clairement pourtant, dans le camp de leurs
adversaires. Ésope s’adressant à Homère lui reproche l’invraisemblance
de ses poëmes et reçoit cette réponse singulièrement placée dans la
bouche du plus vrai des poëtes: «Vous vous imaginez que l’esprit humain
ne cherche que le vrai; détrompez-vous, l’esprit humain et le faux
sympathisent extrêmement.» Le nom que ses premiers essais lui avaient
acquis fut grandi jusqu’à la célébrité par l’ouvrage resté justement
classique qu’il publia deux ans après sur la _Pluralité des mondes_.
Malgré les hérésies scientifiques que doit nécessairement contenir
l’œuvre astronomique d’un disciple de Descartes, cet ouvrage donne dans
un style excellent, avec l’ingénieuse finesse dont le nom de Fontenelle
éveille le souvenir, une exposition très-exacte et très-claire des
traits les plus saillants du système du monde. Le spirituel causeur,
fort à l’aise d’ailleurs avec la science, rêve souvent plus encore
qu’il n’enseigne.

«Il ne faut réserver, dit-il, qu’une moitié de son esprit aux choses
de cette espèce et en réserver une autre moitié libre où le contraire
puisse être admis.» Tel est, en effet, l’état dans lequel les œuvres
scientifiques qu’il devait exposer plus tard laissèrent constamment
l’esprit de Fontenelle. Croyant tout incertain, il croit tout possible.
Sous la modestie du savant qui sait ce qu’il ignore, suspend son
jugement et ne craint pas d’en faire l’aveu, on voit percer le secret
orgueil du philosophe qui marque son indépendance. Toujours clair et
jamais lumineux, ses affirmations, quand il ose en faire, ne sont ni
vives ni pressantes; il ne connaît pas l’enthousiasme et loue presque
du même ton l’excellent et le médiocre; non qu’il cherche à grandir
outre mesure les petites choses, mais il ne prise pas toujours assez
haut les grandes, et l’éternel sourire qu’il promène avec grâce sur
la science s’adresse moins aux grandes vérités qu’il contemple,
qu’aux fines pensées dont elles sont l’occasion et aux ingénieux
rapprochements qu’il croit, à force d’art, rendre naturels et simples.
Sceptique d’ailleurs avec parti pris, sous la force des plus grands
génies, il se plaît à montrer la faiblesse de l’esprit humain, et s’il
lui arrive de dire d’une théorie: cela est quelque chose de plus que
vraisemblable, il atteint ces jours-là la limite de son dogmatisme.

Fontenelle, dans ses _Éloges_, semble s’imposer la loi de n’être
ni profond ni sublime; son âme, qui ne s’échauffe jamais, n’a pas
pour cela grand effort à faire, et sans s’étonner des plus grandes
conquêtes de la science, il les raconte du même ton dégagé dont il
expose les systèmes les plus arbitraires. Ami des études faciles il
cache habilement qu’il en existe d’autres; il montre ceux qu’il peint
plus dignes d’estime que d’admiration, en en faisant d’honnêtes gens
qu’il réduit à leur juste grandeur et non des héros inimitables et plus
grands que nature. Sa voix qui ne s’enfle jamais s’élève quelquefois,
mais un doute finement exprimé ou une locution familière font alors
reparaître bien vite son accent habituel.

On a le droit de se demander si Fontenelle a toujours eu la pleine
compréhension des découvertes qui, sous sa plume, semblent si simples,
et s’il a pénétré jusqu’au fond des théories si variées qu’il effleure
avec tant d’aisance. Après avoir relu ses Éloges et une grande partie
des mémoires qu’il y loue, j’oserai sur ce point dire franchement
mon opinion: Fontenelle sans tout savoir pouvait tout comprendre. Il
connaissait, sans s’y soumettre toujours, les règles d’un raisonnement
exact et sévère. Interprète de tous ses confrères, il entend la langue
de chacun et sait la parler avec esprit. Il peut soulever, sans être
accablé sous leur poids, les théories les plus élevées, et suivre
jusqu’au bout, dans un sérieux examen, l’enchaînement des déductions
les plus subtiles; mais une telle application n’était ni dans ses goûts
ni dans ses habitudes, et l’on peut, dans ses Éloges, relever plus
d’une page où son style, habituellement si précis et si juste, devient
inexact et obscur sans être jamais négligé, en trahissant plus encore
le vague et la confusion des idées que l’incertitude et la réserve de
l’esprit.

Si Fontenelle d’ailleurs pouvait comprendre toutes les découvertes, sa
science n’était pas assez assurée pour en embrasser toute l’étendue,
tirer de son fonds un jugement sur leur importance, peser dans une
juste balance le vrai et le faux d’une théorie, et prononcer avec
discernement sur le degré de vraisemblance d’un système. Une telle
entreprise, étendue à l’immense variété des sujets qu’il aborde, serait
d’ailleurs trop périlleuse même pour les plus habiles, et elle n’était
pas dans son rôle.

Fontenelle n’eut donc pas dans la science assez d’autorité
personnelle pour y prendre le rôle d’historien et de juge. Il en a
été l’incomparable nouvelliste. Nul mieux que lui n’a su indiquer les
vérités scientifiques sans les expliquer méthodiquement, et en les
rendant accessibles à tous il a grandement contribué à la célébrité
sinon à la gloire de l’Académie. Prêtant aux travaux de ses confrères
la finesse de ses aperçus et la vivacité ingénieuse de son style, il
a su dans leurs portraits qui sont des chefs-d’œuvre, plus encore que
dans l’analyse de leurs découvertes, donner aux plus humbles et aux
plus obscurs une célébrité imprévue et durable, et le juste et sérieux
hommage qu’il rend au vrai mérite fait aimer et respecter tout à la
fois les savants et la science, car l’admiration s’accepte aisément de
la bouche d’un homme de tant d’esprit, qui ne l’impose jamais et la
tempère par de si fins sourires.

Le style ingénieux de Fontenelle se retrouve avec toute son élégance
dans les analyses annuelles des travaux de l’Académie, jusqu’en
1739. Mairan lui succéda dans cette charge de premier ministre de la
philosophie, comme l’appelait Voltaire, qui la désira un instant et
l’aurait portée sans fatigue.

Né à Béziers en 1678, Mairan fut nourri aux lettres dès son enfance;
on citait son savoir précoce et la vivacité de son esprit. Versé dans
les langues anciennes et habile à discourir sur tous les sujets, il
concourut trois années de suite pour le prix de l’Académie de Bordeaux
et fut trois fois couronné. L’Académie l’adoptant alors comme membre
titulaire motiva gracieusement son choix sur le désir d’écarter de ses
concours, en le plaçant parmi les juges, un jouteur tel que lui.

L’Académie des sciences de Paris, par une distinction jusque-là unique
et que n’obtinrent depuis ni Réaumur, ni Buffon, ni Clairaut, ni
d’Alembert, ni Laplace, ni Lavoisier, ni Haüy, ni Laurent de Jussieu,
le nomma peu après pensionnaire sans qu’il eût été associé ou adjoint.
L’Académie française enfin l’élut en 1743, à la place de Saint-Aulaire.

Les ouvrages fort nombreux de Mairan ne justifient ni ses succès, ni
le titre d’illustre que les journaux du temps lui décernent à toute
occasion. Attaché en physique aux idées de Descartes, et fidèle à la
doctrine des tourbillons, Mairan, de même que Fontenelle, demeura
toujours ferme à repousser l’attraction. Généralisant la théorie des
couleurs, il voulait que les rayons sonores plus ou moins graves
fussent propagés simultanément par des molécules de nature diverse,
à chaque note de la gamme correspondant dans l’atmosphère un fluide
spécial uniquement propre à la transmettre et que les autres peuvent
battre vainement sans l’ébranler.

Voltaire, dans le _Dictionnaire philosophique_, admet cette théorie
comme la seule qui puisse faire concevoir la propagation du son dans
l’air, et par une déduction difficile à saisir, en conclut que l’air
n’existe pas, et l’affirme par une coïncidence malheureuse au moment
même où Priestley et Lavoisier en faisaient l’analyse.

Mairan ne prétendait cependant, dit Fontenelle, donner en cela que des
conjectures, mais c’est beaucoup en pareille matière, ajoutait-il, que
des conjectures heureuses. Il est malheureusement difficile d’accorder
ce nom à ces rêveries sans consistance qui, sans rien fonder ni rien
résoudre, et n’ayant pu faire l’objet d’aucune étude sérieuse, n’ont
pas vécu un seul instant dans la science.

Mairan, dans un autre travail, recherche la raison pour laquelle les
jours d’été sont plus chauds que ceux d’hiver. Suivant ses calculs plus
que douteux, le soleil à midi envoie dix-sept fois plus de chaleur
en juillet qu’en décembre. Le thermomètre dément ses prévisions sans
le troubler un instant, et il en conclut hardiment qu’un feu central
permanent joue dans le phénomène le rôle principal. «Trop éloigné
des montagnes, le feu n’échauffe pas leurs sommets, dont les neiges
perpétuelles sont par là expliquées.»

Mairan, qui ne s’effrayait d’aucun problème, a écrit sur la question
des forces vives, sur la figure de la terre, sur les aurores boréales,
sur la formation de la glace, sur le mouvement de la lune, etc. Son
esprit superficiel, mais audacieux et flexible, s’étend et se partage
entre les études les plus diverses. Donnant un libre essor à sa
curiosité, il effleure avec une perpétuelle inconstance toutes les
sciences à la fois, et son imagination hardie mais stérile, en croyant
soulever les voiles les plus secrets, s’agite sans rien produire et
sans rien féconder.

Laborieux et actif jusqu’à la plus extrême vieillesse, Mairan vit le
respect sincère d’une génération nouvelle succéder aux applaudissements
qui avaient salué sa jeunesse. Homme d’esprit sinon de grand jugement
et de génie, il se faisait aimer, admirer quelquefois, des plus
honnêtes gens de son époque, et il n’est pas un savant dont ses
contemporains aient dit plus de bien et plus hautement. Il faut tenir
grand compte d’un témoignage aussi unanime, en n’oubliant pas que si
les théories de Mairan nous semblent ridicules aujourd’hui, c’est que
les progrès de la science, en démentant toutes ses hypothèses, ont
ruiné tous ses raisonnements. Voltaire, à qui les louanges, il est
vrai, ne coûtent guère, a écrit de Mairan: «Il me semble avoir en
profondeur ce que Fontenelle avait en superficie.» Il serait plus exact
de dire que dans toute sa carrière, désireux de continuer son illustre
et aimable prédécesseur, et le prenant constamment pour modèle, Mairan,
sans l’égaler jamais, savait dans ses écrits comme dans sa conversation
que l’on trouvait charmante, rappeler parfois son souvenir. Plus
entêté de la science, mais non plus passionné pour elle, il se montre
inférieur en cela surtout, qu’en effleurant comme lui toutes les
vérités il croyait en pénétrer le fond et en voir l’enchaînement
véritable, et tandis que le sceptique et prudent Fontenelle, satisfait
d’ignorer le principe et la fin des choses, n’en dissertait que plus
à l’aise, toujours tranquille dans son doute universel, l’illustre
et présomptueux Mairan, non moins tranquille à ses côtés, croyait y
reposer dans la vérité.

Mairan fut secrétaire de l’Académie pendant trois ans seulement.
Grandjean de Fouchy lui succéda en 1743, et cet honneur combla son
ambition. L’exacte précision de ses analyses et la froide sagesse de
ses _Éloges_ auraient pu satisfaire, sinon charmer, un auditoire moins
rempli du souvenir de Fontenelle, et Grimm semble non-seulement sévère
mais injuste quand il dit:

«Les assemblées publiques de l’Académie sont destinées aux éloges des
académiciens décédés dans le cours du semestre et à la lecture de
quelques mémoires peu amusants, souvent peu instructifs; c’est l’ennui
qui y préside ordinairement. On dirait que le membre de l’Académie qui
fait les éloges est à ses gages.»

Les éloges de de Fouchy sont loin cependant d’être méprisables. Il
expose les découvertes de ses confrères avec assez d’exactitude et de
clarté pour faire désirer de les voir dans un plus grand jour, et sans
trouver toujours le trait caractéristique de chaque esprit, il se fait
écouter comme un témoin précieux, souvent unique aujourd’hui, de plus
d’un caractère honorable et élevé dans une vie modeste et utile.

Grandjean de Fouchy, malgré son extrême modestie, exerça dignement et
avec fermeté, pendant plus de trente ans, les laborieuses et délicates
fonctions de secrétaire. Toujours vigilant et actif, exactement soumis
à la règle et soigneux de l’imposer à tous, il savait exiger des plus
illustres comme des plus humbles les égards et la courtoisie que son
affable confraternité accordait indistinctement à tous.

On lit au procès-verbal du 7 décembre 1756:

«M. d’Alembert s’étant plaint que, dans l’histoire de 1752, je n’avais
fait qu’une simple mention de son ouvrage intitulé: _Essai d’une
théorie nouvelle de la résistance des fluides_; et ayant demandé que
l’Académie m’obligeât à faire l’extrait dans l’histoire de 1753, j’ai
répondu que j’avais agi en ce point conformément à la délibération
du comité de librairie que j’avais consulté sur ce sujet et que
voici telle qu’elle se trouve au registre du comité: «J’ai demandé
si le secrétaire de l’Académie était obligé de faire dans l’histoire
l’extrait de l’ouvrage d’un académicien qui s’est contenté d’en mettre
un exemplaire dans la bibliothèque sans lui faire la politesse de lui
en donner un; j’ai représenté qu’il était injuste à plusieurs égards et
souvent impossible à lui d’y satisfaire; sur quoi il a été décidé que
le secrétaire n’était tenu, dans ce cas, qu’à une simple mention sans
aucun extrait.»

«La chose ayant été discutée, il a été dit que je ne pouvais être
contraint à faire l’extrait demandé et que l’on ne pouvait que m’y
exhorter; à quoi j’ai répondu qu’il me suffisait que l’extrait en
question parût faire plaisir à l’Académie pour que je le fisse, mais
que ce serait uniquement pour lui marquer mon attachement et sans
préjudice au droit qu’a le secrétaire de faire ou de ne pas faire
l’extrait d’un ouvrage, selon qu’il le juge à propos; suppliant
l’Académie de recevoir la déclaration que je faisais que cet ouvrage
serait le dernier dans ce cas dont je ferais l’extrait, me proposant de
n’en faire dans la suite aucun de ceux dont les auteurs auraient manqué
à un devoir de politesse consacré par un usage non interrompu jusqu’à
présent et duquel je dois être d’autant plus jaloux, que je le regarde
comme une marque de l’estime et de l’amitié de mes confrères.»

D’Alembert, on le voit, n’aimait pas Grandjean de Fouchy. C’est
cependant l’ami dévoué, l’admirateur de d’Alembert, et son protégé
en toute circonstance, que Grandjean de Fouchy voulut associer à ses
travaux pour lui assurer sa succession. Une portion considérable de
l’Académie, Buffon et ses amis entre autres, auraient préféré Bailly
pour secrétaire; on s’arrangea pour ne pas les consulter.

Dans le dessein qu’il avait depuis longtemps de briguer ces importantes
fonctions, Condorcet, pour s’y préparer et s’en montrer digne, avait
complété la série des éloges de Fontenelle en publiant ceux des
membres de l’ancienne Académie morts avant 1699. D’Alembert, en
proposant l’approbation à l’Académie et l’autorisation d’imprimer sous
son privilége, en avait dit:

«Cet ouvrage servira à faire connaître par de nouveaux exemples combien
les sciences sont utiles et respectables; il est d’ailleurs écrit
avec le goût sage et l’élégance noble qui doit faire le caractère des
éloges académiques, les matières les plus difficiles y sont exposées
avec toute la clarté dont elles sont susceptibles, et les réflexions
philosophiques que l’auteur a jointes à cet exposé précis et fidèle
donnent à l’ensemble tout l’intérêt qu’on peut y désirer. Nous
croyons en conséquence que cet ouvrage est très-digne de l’impression
et qu’il mérite non-seulement l’approbation de l’Académie, mais la
reconnaissance de ceux qui s’intéressent au progrès des sciences.»

Quelques semaines après, le 27 février 1773, le duc de la Vrillière
écrivit à l’Académie:

«M. de Fouchy, secrétaire de l’Académie depuis trente ans, désire
d’avoir un adjoint qui puisse le seconder dans ses travaux actuels, se
mettre au fait sous ses yeux des difficultés de détail qui concernent
l’Académie et lui succéder un jour dans cette place. J’ai mis sous
les yeux du Roi la lettre que M. de Fouchy m’a écrite sur cet objet,
il paraît juste à Sa Majesté de ne donner, pour adjoint au titulaire
d’une place, qu’une personne qui lui convienne, et les longs services
de M. de Fouchy semblent mériter tous les égards possibles à ce qu’il
peut désirer par rapport à cette adjonction; il a jeté les yeux sur M.
le marquis de Condorcet, associé mécanicien, dont il a déjà éprouvé les
talents en lui confiant quelques articles de l’histoire de l’Académie,
qu’on imprime actuellement et dont il connaît d’ailleurs le caractère
doux et impartial, nécessaire au secrétaire d’une société savante;
d’ailleurs le choix de M. de Fouchy paraît confirmé par la réputation
que les ouvrages de M. de Condorcet lui ont faite dans l’Europe
littéraire et par le suffrage unanime que le public a accordé aux
éloges de plusieurs anciens académiciens que M. le marquis de Condorcet
vient de faire paraître. Le Roi a donc jugé, Monsieur, et d’après les
desseins de M. de Fouchy et d’après la connaissance qu’il a lui-même
du mérite de M. de Condorcet, qu’il est propre à remplir la place dont
il s’agit; cependant comme Sa Majesté désire d’avoir sur cet objet
l’avis de l’Académie, elle lui ordonne de délibérer à huitaine si M. de
Condorcet est en effet capable de cette place.

«Comme l’affaire dont il est question intéresse le secrétaire, c’est
à vous, Monsieur, et non à lui que Sa Majesté m’a ordonné d’adresser
cette lettre.»

Sur quoi il a été résolu de faire des observations à M. de la
Vrillière, et M. Leroy a lu un projet de lettre qui fut approuvé.
La copie de ce projet manque au procès-verbal, ainsi qu’une lettre
adressée par Condorcet à ses confrères qui, dans la séance suivante,
délibérant sur sa capacité, émirent un vote où Condorcet voulut voir
l’expression libre et spontanée de leur choix.

Trois ans après cependant, lorsque Grandjean de Fouchy quitta
définitivement ses fonctions, Condorcet, un peu tardivement scrupuleux,
déclina par écrit toute prétention à réclamer sa place comme un droit
acquis.

Après la lecture de sa lettre, il a prié l’Académie, dit le
procès-verbal, d’engager M. Amelot à faire ordonner par le Roi qu’il
soit procédé à l’élection pure et simple, sans avoir égard à son
adjonction, et «j’ai été chargé, dit Grandjean de Fouchy, d’enregistrer
l’écrit qu’il avait lu, qu’elle a cru devoir conserver comme un
témoignage de l’attachement et de l’honnêteté de M. de Condorcet.»
La lutte dans ces circonstances était évidemment impossible et la
candidature de Bailly ne fut pas même produite.

Les écrits mathématiques de Condorcet doivent être lus avec précaution;
quels qu’aient été pour eux les suffrages et les applaudissements
des contemporains les plus illustres, la postérité impartiale et
sympathique à sa mémoire conserve cependant le droit de les juger.
Aucun d’eux ne s’élève au-dessus du médiocre, presque complétement
oubliés aujourd’hui ils prouvent seulement, avec l’ouverture de son
esprit, la solidité de ses premières études.

L’ouvrage de Condorcet sur la _Probabilité des jugements_ a seul
conservé quelque célébrité. Laplace, Poisson et plus récemment M.
Cournot se sont hasardés après lui sur ce terrain, le plus glissant
peut-être où puisse se placer un géomètre, et ni le génie de l’un ni
l’habileté des autres ne leur a permis de s’y établir solidement.

Lorsqu’une urne contient des boules blanches et des boules noires
en nombre et en proportion connus, on peut aisément calculer quelle
est, dans un nombre donné de tirages, la probabilité d’obtenir un
résultat désigné à l’avance. Par des principes moins évidents mais tout
aussi certains, le résultat observé du tirage révèle la composition
probable de l’urne et les chances d’erreurs diminuent indéfiniment
quand on accroît le nombre des épreuves. Si l’on a vu par exemple, sur
trois millions de tirages, une urne qui contient trois boules donner
2,000,175 fois une boule blanche et 999,825 fois une noire, il est
extrêmement probable, certain pour ainsi dire, que deux des boules sont
blanches et la troisième noire.

Pour Condorcet, chaque tribunal est assimilé à une telle urne dont les
boules blanches ou noires représentent les jugements équitables ou
iniques.

Mais comment, dans chaque cas, connaître la couleur de la boule?
comment compter les erreurs du tribunal et en tenir état? Le problème
est difficile, Condorcet ne le croit pas insoluble. «Je suppose,
dit-il, que l’on connaisse un certain nombre de décisions formées par
des votants dont la voix a la même probabilité que celle des votants
sur la vérité des décisions futures desquels on veut acquérir une
certaine assurance. Je suppose de plus, c’est toujours Condorcet qui
parle, que l’on ait choisi un nombre assez grand d’hommes vraiment
éclairés et qu’ils soient chargés d’examiner une suite de décisions
dont la pluralité est déjà connue, et qu’ils prononcent sur la
vérité ou la fausseté de ces décisions. Si, parmi les jugements de
cette espèce de tribunal d’examen, on n’a égard qu’à ceux qui ont
une certaine pluralité, il est aisé de voir qu’on peut sans erreur
sensible, ou les regarder comme certains, ou supposer à la voix de
chacun des votants de ce tribunal une certaine probabilité un peu
moindre de celle qu’elle doit réellement avoir et déterminer d’après
cette supposition la probabilité de ces jugements.»

Il y a beaucoup à reprendre dans cette théorie qui renferme plusieurs
erreurs: «La méthode, dit cependant Condorcet un peu naïvement, ne
peut avoir dans la pratique qu’un seul inconvénient: la difficulté
de composer le tribunal d’examen.» Sans se contenter pourtant de sa
première méthode, Condorcet se hâte d’en proposer une seconde qui,
pour être plus ingénieuse, n’en est pas moins inacceptable. Condorcet,
sans le déclarer expressément, continue la fiction d’une urne de
composition constante remplaçant les divers tribunaux, comme si tous
les juges du royaume, assimilés à un homme toujours semblable à
lui-même, prononçaient sur toutes les causes avec un égal discernement,
une attention invariable et la même indifférence à l’éloquence
inégale comme à la conviction affectée ou sincère des avocats qui les
obscurcissent.

L’intégrité et le savoir des magistrats seront toujours rebelles aux
formules des géomètres, et en négligeant de les considérer comme la
seule base solide de la justice des arrêts, ils s’exposent à démentir
ces paroles de Laplace qui, dans cette théorie, devraient être leur
règle et leur loi: _Le calcul des probabilités n’est au fond que le bon
sens mis en formules_.

Les éloges des académiciens composés par Condorcet eurent dans leur
temps un grand succès. D’Alembert les signale tout d’abord comme
_excellents_. Voltaire a appelé gracieusement leur auteur _monsieur
plus que Fontenelle_ en n’y voyant qu’une chose fâcheuse, «c’est que
le public, lui disait-il, désirera qu’il meure un académicien par
semaine pour vous en entendre parler.» Condorcet, en effet joint à la
netteté du langage l’intelligence complète, et quelquefois profonde
des questions les plus difficiles; il est loin cependant d’être sans
défauts, et le titre de _plus que Fontenelle_ est une des exagérations
habituelles à Voltaire qu’il serait injuste de discuter sérieusement.

Loin d’aimer, comme Fontenelle, à s’abaisser par un discours simple
et de peindre avec un seul trait en disant beaucoup en peu de mots,
pour laisser deviner davantage encore, Condorcet, par sa forme trop
oratoire, éveille tout d’abord la défiance. Le lecteur le tient pour
suspect, et lors même qu’il se montre juste, on redoute l’exagération.
Impatient de la méditation des choses de la science et incapable de
s’y enfermer tout entier, il ne sait pas cacher et semble même montrer
volontiers tout ce qui occupe son esprit. Conduit par exemple dans
l’éloge de Blondel à blâmer en passant les modernes qui ont la modestie
de croire qu’il est impossible d’égaler les anciens surtout dans la
poésie, «ce préjugé, dit-il, était excusable en quelque sorte au temps
de Blondel, où l’on ne pouvait opposer aux zélateurs de l’antiquité
cet homme illustre pour qui seul la reconnaissance et l’admiration de
son siècle ont prévenu le culte des races futures, et qui, semblable à
ces enfants du ciel adorés dans les temps héroïques, unit à la gloire
d’être un génie sublime la gloire bien plus touchante d’être compté
parmi les bienfaiteurs de l’humanité.» L’illustre patriarche, dont
Condorcet avait l’honneur d’être connu et aimé, lui eût tout au moins
conseillé, s’il eût été consulté, de placer sa tirade ailleurs. Les
professions de foi de civisme, de vertu et de sensibilité s’élèvent
dans les éloges de Condorcet un peu trop à l’improviste. Le jeune
Vaucanson invente un échappement d’horlogerie, Condorcet le raconte
et ajoute: «Il éprouva pour la première fois ce plaisir si vif et si
pur qui serait le premier de tous si la nature n’avait attaché aux
bonnes actions des charmes encore plus touchants.» Cette réflexion,
il faut le remarquer, n’est pas même une ingénieuse transition et
n’annonce nullement, comme on pourrait le croire, le récit d’une action
vertueuse ou touchante. Ne sent-on pas plus de prétention que de vraie
sensibilité dans ces lignes de l’éloge de Bezout, où Condorcet sans
doute croit imiter Fontenelle en adoptant un tour qui lui est habituel:

«M. Bezout s’était marié très-jeune, et comme il était sans fortune
il avait pu suivre le choix de son cœur. Cette union fut heureuse, il
fut très-bon père, non-seulement parce que c’est un devoir, mais parce
qu’il aimait à vivre au milieu de sa famille.»

A côté de ces traits trop fréquents dans les éloges de Condorcet,
un plus grand nombre de pages solides et écrites de bonne main nous
montrent le savant profond, le philosophe généreux et l’esprit exact et
sincère, qui plaisait à Voltaire sans le flatter toujours, et trouvait
parfois l’éloquence dans sa haine contre les préjugés et son ardeur
impatiente pour le progrès.

Mais Condorcet, de plus en plus détaché de la science, derrière
l’approbation et les suffrages des savants et des lettrés, cherchait
souvent les applaudissements et la faveur du peuple.

Nous avons dit, en parlant des rapports de l’Académie, avec quelle
âpreté de mauvais goût et quelle haineuse emphase le secrétaire
perpétuel avait, dans un rapport sur un projet de distribution des
eaux, mis en opposition ceux qu’il nommait les gens riches avec les
citoyens qu’il appelait le peuple. Fontenelle, dans un cas tout
semblable, s’était contenté de dire: «Mais comme il arrive bien souvent
quand il ne s’agit que du public, on n’alla pas plus loin que le
projet.» Condorcet, on le voit, tenait à se montrer _monsieur plus que
Fontenelle_.

Lorsque la politique le prit enfin tout entier, Condorcet demanda,
comme Grandjean de Fouchy, un auxiliaire et un adjoint. L’Académie
n’accepta qu’un suppléant temporaire, renouvelé tous les trois mois.
Fourcroy, de Jussieu, Sage et Bovy le remplacèrent successivement, sans
qu’aucun d’eux plus tard ait pu réclamer comme un droit acquis le titre
de secrétaire si heureusement confié à Cuvier.

Membre de l’Académie française en même temps que de l’Académie des
sciences, Condorcet était bien loin cependant d’épuiser dans ses
travaux académiques toute l’activité de son esprit. D’Alembert et
Voltaire, après avoir été les protecteurs admirés de sa jeunesse,
restèrent jusqu’à leur dernier jour ses amis et ses guides. Ami comme
lui de ces deux grands hommes, Turgot lui accorda une grande part de
sa confiance. Son dévouement fougueux à la liberté précéda l’explosion
de la tourmente révolutionnaire. Mêlé à la politique par de véhéments
pamphlets et d’innombrables articles de journaux, il fut membre de la
municipalité de Paris, de l’Assemblée législative et de la Convention
nationale. Mais les illusions généreuses de Condorcet et ses erreurs
cruellement expiées n’appartiennent pas à mon sujet, et je n’ai pas la
tâche douloureuse de les raconter ici et de les juger.



LES GÉOMÈTRES.


Christian Huyghens, esprit rare et excellent à plus d’un titre, a
égalé les savants et les inventeurs les plus illustres. Jamais enfant
plus heureusement né ne rencontra dès son premier jour, avec des soins
plus assidus, un milieu plus vivifiant et plus favorable. Son père,
Constantin Huyghens, homme de grand jugement, habile dans les arts,
versé dans les lettres et dans les sciences, avait su mériter par
lui-même la haute position et la confiance publique dont sa famille
était depuis longtemps investie. Plusieurs missions diplomatiques
habilement accomplies pour les États de Hollande lui avaient fait en
France, en Angleterre et en Italie de nombreux amis, empressés plus
tard à servir son fils et heureux d’applaudir à ses succès. Le roi
Louis XIII lui-même, pour lui prouver son estime et récompenser son
mérite, avait ajouté aux armoiries de Constantin une fleur de lis d’or
que ses descendants étaient autorisés à y placer comme lui. Père de
cinq enfants tous remarquables par l’intelligence, Constantin appela
à orner et à éclairer leur esprit les maîtres les plus excellents
d’un pays illustre entre tous par la culture intellectuelle. En même
temps que les langues anciennes, le jeune Christian apprit les langues
étrangères, et tandis que dans les sciences il dépassait rapidement
ses maîtres, il réussissait dans la musique et dans le dessin assez
pour pouvoir, s’il l’eût voulu, suivre la carrière d’un artiste; il
trouvait enfin le temps d’étudier en droit à l’université de Leyde et
d’y prendre le diplôme de docteur. Constantin, pour le diriger, n’eut
d’ailleurs qu’à imiter et à recommencer ce que son père avait fait pour
lui:

  Et minus hic ovo non discrepat ovum,

dit-il avec orgueil, dans un poëme latin sur sa propre vie.

Aimable, spirituel, de figure agréable, adroit à tous les exercices du
corps, aussi curieux de l’étude qu’ardent au plaisir et salué du nom de
jeune Archimède, Huyghens vint à Paris dans tout l’éclat d’une jeunesse
déjà illustre, sans autre ambition que de polir son esprit et d’étendre
ses idées par la société des honnêtes gens et le commerce des plus
habiles.

L’académicien Conrard, en annonçant à Constantin Huyghens l’accueil
fait à son aimable fils, lui laisse deviner que le jeune Archimède ne
voyageait pas seulement en philosophe.

«Je m’en rapporte, dit Conrard, parlant d’une question insignifiante
et de pure politesse, je m’en rapporte à votre excellent Archimède
quand il voudra parler sincèrement, comme il fera sans doute lorsque la
mer nous aura séparés et qu’il sera tête à tête avec vous dans votre
paradis terrestre dont il m’a fait une si belle description. Je ne
crains plus tant qu’il se trouve auprès de vous que je le craignais
il y a quelque temps, car il fait ici tant de bonnes et agréables
connaissances, que je ne le vois guère plus que s’il était à la Haye
ou à Zulichem. Au lieu donc que je vous conjurais au commencement de
ne nous le redemander pas sitôt, je vous avertis aujourd’hui, mais en
grand secret, que si vous n’y prenez garde, on l’arrêtera ici pour
toujours et peut-être même de son consentement, car il trouve tant de
gens et tant de compagnies à son gré, que s’il se pouvait partager en
vingt ou trente parts tous les jours, il ne contenterait pas encore
tous ceux qui le désirent. Il y a trois mois qu’il a fait espérer une
visite à une dame de très-grand mérite, avec laquelle je lui ai fait
faire connaissance, et il n’a pu encore trouver moyen de la lui rendre,
quoiqu’il ne le désire pas moins qu’elle et qu’il ne leur faille
qu’une après-dînée pour les satisfaire tous deux. Jugez d’après cela,
monsieur, ce que peut attendre de lui un misérable comme moi, qui n’est
bon à rien.»

Sans oublier ni négliger la science, Huyghens trouvait le temps de se
lier avec la célèbre Ninon de Lenclos, et de lui adresser quelques
vers, que Voltaire, à qui elle a eu la malice de les montrer, aurait
mieux fait de ne pas imprimer.

On pourrait aisément pardonner à Huyghens de n’être pas poëte et de mal
rimer dans une langue étrangère; il pensait cependant, comme Pascal,
«qu’un honnête homme, sans se piquer de rien, doit savoir juger de
tout, même de la poésie, et ne se montrer incapable d’aucun exercice
de l’esprit.» Quelques vers, composés comme épitaphe de Descartes,
et publiés pour la première fois par M. le comte Foucher de Careil,
prouvent que la prétention n’était pas excessive:

  Sous le climat gelé de ces terres chagrines
  Où l’hyver est suivy de l’arrière-saison,
  Te voicy sur le lieu qui couvre les ruines
  D’un fameux bâtiment qu’habita la raison.

  Par la rigueur du sort et de la Parque infâme
  Cy-gist Descartes au regret de l’univers;
  Ce qui servoit jadis d’interprète à son âme
  Sert de matière aux pleurs et de pâture aux vers.

  Cette âme, qui toujours en sagesse féconde
  Faisoit voir aux esprits ce qui se cache aux yeux,
  Après avoir produit le modelle du monde,
  S’informe désormais du mystère des cieux.

  Nature, prends le deuil, viens plaindre la première
  Le grand Descartes et montrer ton désespoir.
  Quand il perdit le jour, tu perdis la lumière;
  Ce n’est qu’à ce flambeau que nous t’avons pu voir.

Huyghens, comme Conrard le faisait craindre à son père, trouva en
France une seconde patrie. Inscrit le premier sur la liste des
membres de l’Académie des sciences, il en fut l’ornement et la gloire
jusqu’à la révocation de l’édit de Nantes. Résistant alors à toutes
les instances et refusant la tolérance exceptionnelle qu’on lui eût
volontiers accordée, il retourna en Hollande, où il mourut dix ans
après, épuisé de forces et engourdi, à l’âge de soixante-six ans, par
la vieillesse prématurée de l’esprit et du corps.

Toutes les œuvres d’Huyghens font paraître la lueur et souvent l’éclat
de son génie; aucune n’est de médiocre importance. En mécanique, en
géométrie, en physique, il a des égaux; il ne peut avoir de supérieurs.
Deux de ses écrits surtout, _le Traité sur le pendule et la Théorie de
la lumière_, vivront éternellement parmi les chefs-d’œuvre de l’esprit
humain.

Placé par sa date entre les dialogues de Galilée sur le mouvement
et le livre des principes de Newton, l’_Horologium oscillatorium_
d’Huyghens s’appuie sur les premiers et a servi évidemment avec ses
théorèmes sur la force centrifuge à la préparation du second. C’est
dans ces trois chefs-d’œuvre que l’on peut trouver, sans rien chercher
ailleurs, la base ferme et solide de la science du mouvement. Peu
d’ouvrages d’ailleurs, indépendamment des fruits qu’il devait produire
et pour n’en examiner que les détails, font paraître dans une plus
grande abondance d’inventions originales une plus grande puissance
géométrique. L’expérience avait appris à Galilée l’isochronisme des
petites oscillations du pendule, c’est-à-dire l’égale durée des
oscillations plus ou moins amples d’un pendule de longueur donnée.
Mais cette égalité n’est qu’approchée, et les petites oscillations,
l’expérience l’a démontré, s’accomplissent plus rapidement que les plus
amples. Huyghens, préoccupé des applications à l’horlogerie, chercha
d’abord à former un pendule rigoureusement isochrone. Dans la solution
de ce beau problème, où les principes physiques étaient à créer aussi
bien que les méthodes géométriques, Huyghens, comme en passant et en
guise de lemme, révèle la théorie des développées, exemple et modèle
entièrement nouveaux de l’étude générale des courbes.

La théorie imparfaite, mais déjà lumineuse et exacte du pendule
composé, complète ce beau livre, dont une note finale révèle sans
démonstration, dans la théorie de la force centrifuge, les principes
jusque-là inaperçus, dont la loi des attractions planétaires aurait pu
être le corollaire immédiat.

Si l’_Horologium oscillatorium_ est la plus accomplie des œuvres
d’Huyghens, le _Traité sur la lumière_ montre peut-être un plus
étonnant génie. La voie ouverte par Galilée devait être suivie, et si
Huyghens avait été refusé à la science, les progrès de la dynamique
retardés pour un temps n’auraient pas manqué, cela paraît certain, de
se produire assez rapidement sous une forme équivalente. Newton et
Leibnitz, Jean et Jacques Bernoulli, d’Alembert et Clairaut, auraient
peut-être accru leur gloire en se partageant une portion de la sienne.
Le _Traité sur la lumière_ reste au contraire entièrement original.
Pendant un siècle et demi, les principes aujourd’hui indubitables en
sont rejetés comme obscurs et sans fondement. Plusieurs générations
successives, en reléguant ce petit chef-d’œuvre parmi les chimères
d’un grand esprit, ne lui accordent pas d’autre attention qu’aux
conjectures sur la cause de la pesanteur. C’est là pourtant peut-être
sa plus admirable conception. Huyghens s’y montre non-seulement le
précurseur, mais le seul guide et le maître de Thomas Young, et la
théorie triomphante de Fresnel devait lui emprunter, avec ses premiers
principes, quelques-uns de ses plus clairs rayons.

Les découvertes d’Huyghens sur les mathématiques pures auraient
suffi à la gloire d’un autre nom. La théorie des développées et celle
des fractions continues sont restées classiques dans la science.
Ses écrits sur la quadrature de l’hyperbole, sur les propriétés de
la logarithmique et sur la chaînette, et sur d’autres questions
d’importance secondaire, montrent que le talent de l’auteur bien plus
que le sujet mesure l’importance d’un ouvrage, et qu’un grand génie,
sur quelque terrain qu’il se place, n’y paraît jamais à l’étroit.
Aussi bien que le géomètre de Syracuse, dont ses amis lui donnaient le
nom, Huyghens joignait la pratique à la théorie avec une incomparable
industrie; aussi adroit que patient, il construisait de ses mains
les instruments les plus délicats et les plus parfaits. C’est avec
une lunette fabriquée par lui-même qu’il a découvert l’anneau et
l’un des satellites de Saturne. Après avoir vu à Londres une machine
pneumatique, il s’empressa de la reproduire en la perfectionnant, pour
en montrer le premier à l’Académie des sciences de Paris les effets
singuliers et ingénieusement variés. Ses expériences enfin sur la
réfraction du spath d’Islande ont révélé les lois les plus complexes et
les plus exactes en même temps que puisse citer la physique.

Quoique la gloire d’Huyghens, comme l’éclat des noms de Fermat, de
Pascal et de Descartes, obscurcisse et semble effacer tout ce qui les
entoure, Roberval plus d’une fois cité dans l’histoire de ces grands
hommes est resté justement célèbre.

Ingénieux à proposer de beaux problèmes et habile à les résoudre, il
a mérité l’estime de Pascal et celle de Fermat. Mersenne et Carcavy,
mêlés tous deux à toutes les discussions sur la science, ont parlé
de lui avec autant d’égard que d’affection, et le savant évêque
d’Avranches, Huet, le nomme dans ses Mémoires parmi ses amis les
plus chers. N’en est-ce pas assez pour balancer les jugements plus
que sévères prononcés sans hésitation par les Cartésiens contre le
contradicteur importun et passionné de leur maître? De nos jours
encore, plus d’un philosophe épousant la querelle de Descartes, garde
pour Roberval un injuste dédain. Un jour, dans une bibliothèque
publique, M. Cousin, traversant la salle, voit les œuvres de Roberval
entre les mains d’un lecteur; il s’arrête un instant, regarde la date
de l’édition et s’éloigne en disant: «Roberval! ce n’était pas un bon
homme, j’en sais long sur son compte!» J’ai cherché depuis et n’ai rien
appris, sinon qu’à la campagne, chez ses parents pauvres cultivateurs,
il n’avait pu dans son enfance acquérir beaucoup d’urbanité. Professeur
au collége de maître Gervais et chargé en même temps de deux chaires au
Collége Royal, il était plus accoutumé au commerce des livres et à la
société des écoliers, qu’à la conversation des gens du monde. Appliqué
aux mêmes problèmes mathématiques que Fermat, Descartes et Pascal, s’il
les égalait presque par son savoir en géométrie, son esprit trop roide
et trop contentieux avait moins d’étendue et de verve, et il n’était
pas comme eux _au-dessus de ces matières_. Roberval était en outre fort
inférieur par l’éducation à ses trois émules. Descartes parut seul le
remarquer, et l’on vit son orgueil s’élever plus d’une fois contre
un homme de si petite condition qui osait le contredire avec tant
d’âpreté, méconnaître sa méthode et lui refuser tout applaudissement.

Roberval a composé plusieurs écrits réellement distingués. La
_Cycloïde_ a été pendant plusieurs années le sujet de ses études
et l’occasion de ses succès. Sa méthode pour en trouver l’aire est
originale et de première main. Mersenne avait inutilement demandé
le résultat à Galilée, qui y avait échoué. Fermat et Descartes, sur
l’énoncé connu, en trouvèrent la démonstration, mais leurs méthodes
sont différentes l’une de l’autre et encore de celle de Roberval, de
telle sorte qu’en les voyant toutes il n’est pas difficile, c’est le
sentiment de Pascal, de reconnaître quelle est celle de l’auteur; «car
il est vrai, dit-il, qu’elle a un caractère particulier et qu’elle est
prise par une voie si belle et si simple, qu’on connaît bien que c’est
la naturelle.» Roberval a trouvé aussi, le premier, le volume engendré
par la _Cycloïde_ tournant autour de son axe, ce qui était alors, au
jugement de Pascal, un problème de haute, longue et pénible recherche.

Roberval, lors de la fondation de l’Académie, était âgé de
soixante-quatre ans; il en fut un membre assidu et actif. Adversaire
déclaré des hypothèses et des systèmes en physique, il a contribué
à maintenir la compagnie dans la voie excellente de l’observation
et de l’expérience; et s’il eut avec Huyghens et avec Mariotte des
discussions quelquefois très-vives, ils souriaient de ses emportements
sans en garder rancune.

Le marquis de L’Hôpital, lors de la réorganisation de l’Académie
en 1699, eût été digne de tenir le premier rang dans la section
de géométrie. Mais ses titres de marquis de Sainte-Mesme, comte
d’Entremont, seigneur d’Ouques, la Chaise, le Bréau et autres lieux,
lui assuraient une primauté d’autre sorte; on le nomma honoraire.
Initié le premier peut-être parmi les savants français à la géométrie
nouvelle de Leibnitz et de Newton, nul ne travailla plus que lui à la
répandre ni avec plus de fruit: correspondant assidu d’Huyghens et de
Leibnitz, il échangeait avec ces deux grands hommes d’ingénieux et
difficiles problèmes dans lesquels, avec un moindre génie d’invention,
il montre dans les détails une perspicacité souvent égale à la leur.
C’est L’Hôpital surtout qui, par ses communications, a fait comprendre
à Huyghens vieillissant l’importance du calcul différentiel. Disciple
de Jean Bernoulli et toujours respectueux pour Leibnitz dont il
propageait les idées et les principes, il arrêta au calcul différentiel
son excellent ouvrage sur l’_Analyse des infiniment petits_, sans
vouloir devancer, en abordant le calcul intégral, le livre sur
l’_Infini_ que l’illustre inventeur avait promis et ne donna jamais.
Newton, avec lequel L’Hôpital n’eut pas de relations directes, était
l’objet de toute son admiration. Aimant à questionner ceux qui avaient
eu l’honneur de voir un si grand homme, il s’étonnait, dit-on, dans
son naïf enthousiasme, que, soumis aux lois de l’humanité, l’auteur
du livre des _Principes_ pût manger, boire et dormir comme les autres
hommes.

L’Hôpital mourut jeune encore, âgé de quarante ans à peine, sans avoir
entièrement réalisé la prédiction de Leibnitz, qui attendait de lui de
_grandes lumières_. «Il avait servi, dit Fontenelle, il était d’une
naissance qui l’engageait à un grand nombre de devoirs. Il avait une
famille, des soins domestiques, un bien très-considérable à conduire et
par conséquent beaucoup d’affaires. Il était dans le commerce du monde
et il y vivait à peu près comme ceux dont cette occupation oisive est
la seule occupation; il n’était pas même ennemi des plaisirs.» N’en
est-ce pas assez pour qu’on doive admirer la profondeur de ses travaux
sans s’étonner de leur petit nombre?

Très-inférieur au marquis de L’Hôpital, Varignon devint cependant,
par sa mort, le plus célèbre et aussi le plus habile des géomètres
français; acceptant comme lui les théories infinitésimales, il
contribua à les répandre, sinon à les accroître et à les affermir.
Lorsque, dans le sein de l’Académie, l’ancienne géométrie, représentée
par Rolle et Galois, voulut tenter un dernier effort contre les
nouvelles méthodes, il les défendit aussitôt, mais avec plus de
conviction et de force que de véritable talent, et la discussion
fut plus longue qu’il ne convient. La géométrie en effet, dans les
questions les plus subtiles, devrait retenir la précision qui fait son
caractère propre, et ne souffrant pas l’équivoque, elle ne doit laisser
aucun refuge à l’erreur.

Quoiqu’en attachant son nom à un théorème devenu classique, Rolle ait
acquis parmi les écoliers une sorte de notoriété de hasard, sa passion
pour la science, qui fut constante et sincère, était satisfaite à
bien peu de frais. Ancien maître d’écriture et de calcul, il s’était
instruit seul. En pénétrant avec ardeur dans la science des nombres, il
rencontra l’algèbre et s’imagina avoir fait de merveilleux progrès.

Mais les théories plus élevées lui restèrent inaccessibles. Il les crut
inexactes et traita de sophismes les méthodes qu’il ne comprenait pas.
Infatigable à discuter et à écrire, c’est aux découvertes de Leibnitz
et de Newton qu’il s’attaquait surtout avec une sorte de colère.
Affectant de confondre ce que les inventeurs avaient soigneusement
distingué, il prétendait par quelques exemples mal compris renverser
l’analyse nouvelle. Sans entrer dans le détail et sans rien opposer
à la vérité des démonstrations, il reprochait vaguement et mal à
propos aux nouveaux calculs de supposer l’infini en le comprenant
dans les résultats aussi fréquemment et aussi hardiment que le fini,
et d’admettre des grandeurs infiniment petites qui cependant peuvent
se résoudre en d’autres grandeurs infiniment plus petites, et ainsi
de suite à l’infini. L’Hôpital jugea inutile de répondre, et laissa à
Varignon tout le poids de la discussion qui franchit bientôt les bornes
de l’Académie. Parmi les géomètres étrangers à la compagnie, Rolle
trouva des adversaires aussi convaincus et moins patients, et Saurin,
qui peu de temps après devait recevoir le titre d’associé, le combattit
de toutes ses forces.

Joseph Saurin, moins célèbre par ses travaux scientifiques que par les
vicissitudes de son existence, était fils d’un ministre protestant
de Grenoble, dont il avait, fort jeune encore, voulu suivre la
carrière. Orateur véhément et fort applaudi dans son parti, Saurin
s’était compromis par trop de hardiesse, et plusieurs années avant la
révocation de l’édit de Nantes, il avait dû se réfugier en Suisse. Il
y fut reçu avec grande distinction et obtint une cure considérable
dans le bailliage d’Yverdun; mais Saurin n’était pas calviniste, sa
doctrine sur la grâce était celle de Luther. On était justifié, suivant
lui, dès qu’on croyait l’être avec certitude, et sans cette certitude
il n’y avait pas de salut. Les théologiens calvinistes obtinrent,
sur cette question et sur quelques autres, un formulaire que les
ministres furent obligés de signer sous peine d’être exclus de toute
fonction lucrative. Les Français réfugiés s’y refusèrent d’abord;
mais le premier emportement se calma peu à peu, et tous les jours il
s’en détachait quelqu’un qui, cédant à la nécessité, se résignait à
signer; Saurin ne fut pas de ce nombre, et sans refuser avec éclat, il
éluda la signature, dit Fontenelle, par toutes les chicanes à peu près
raisonnables qu’il put imaginer pour gagner du temps. Un ami cependant
arrangea tout par une signature qu’il avait le droit de donner et dont
on se contenta. Saurin, rassuré sur sa position, s’allia peu de temps
après en épousant M^{lle} de Crouzas, à une des premières familles du
pays. Toujours imprudent, il se compromit de nouveau par ses sermons,
et les persécutions le menacèrent une troisième fois. Ses dissentiments
avec ses confrères firent naître des doutes dans son esprit; il demanda
pour les éclaircir un entretien à Bossuet, qu’il ne connaissait pas.
Les sauf-conduits nécessaires lui furent expédiés. Après de longues
discussions, il se déclara satisfait sur tous les points, et abjura
sans contrainte, mais non sans espérance, se faisant pour toujours de
Bossuet un puissant et zélé protecteur. M^{me} Saurin, retirée alors
dans sa famille, avait tout ignoré jusque-là; les inspirations qu’elle
reçut d’abord étaient loin d’être favorables à son mari. La tendresse
cependant finit par l’emporter, et après bien des luttes et des
difficultés, qui amenèrent même des dangers sérieux et une détention
dont on ne pouvait prévoir l’issue, Saurin, fort décrié en Suisse pour
son apostasie, toujours protégé par Bossuet, put enfin s’établir à
Paris en terminant par là cette période agitée de son existence, qu’il
appelait plus tard le roman de sa vie.

Forcé de choisir une occupation, il se décida pour les mathématiques
qui depuis longtemps l’attiraient; avant même d’y être de première
force, il commença à les enseigner. C’est au milieu de ses études
et dans l’ardeur d’une initiation toute récente qu’il rencontra
les objections de Rolle et tint à honneur d’y répondre; la lutte
entre eux ne fut pas courtoise, et si l’avantage reste à Saurin qui
défendait la bonne cause, la vivacité de ses attaques put servir
d’excuse à l’aigreur de son adversaire. Las enfin de lutter contre des
objections sans cesse renaissantes, il s’adressa à l’Académie pour
lui demander une décision, déclarant que, si elle ne jugeait pas
dans un certain temps, il tiendrait M. Rolle pour condamné, puisque
toute la faveur de la compagnie devait être pour lui. Mais l’Académie,
plus préoccupée de la forme que du fond, blâma également les deux
adversaires, en rappelant M. Rolle aux statuts de l’Académie dont il
avait l’honneur d’être membre, et M. Saurin à son propre cœur. Peu de
temps après cependant, Saurin était nommé membre associé de l’Académie.
Ses nombreux mémoires, insérés de 1707 à 1731, montrent, avec la
connaissance des mathématiques pures, la préoccupation constante de
faire triompher les théories physiques de Descartes. Les tourbillons
étaient pour lui une réalité et l’attraction newtonienne une chimère.
En abandonnant les traces du maître, c’est Descartes qu’il voulait
dire, on se trouvait, suivant lui, replongé dans les anciennes ténèbres
du péripatétisme, dont il conjurait le ciel de nous préserver. «On
entend assez, dit Fontenelle, qui rapporte cette phrase, qu’il parle
des attractions newtoniennes; eût-on cru, ajoute-t-il, qu’il fallût
jamais prier le ciel de préserver des Français d’une prévention trop
favorable pour un système incompréhensible, eux qui aiment tant la
clarté, et pour un système né en pays étranger, eux qu’on accuse tant
de ne goûter que ce qui leur appartient.»

Loin des agitations qui avaient troublé sa jeunesse, Saurin pouvait se
croire assuré d’une paisible et douce existence; un coup étrange et
imprévu devait cependant le frapper encore. Il fréquentait un café,
celui de la Laurent, dont les habitués, presque tous érudits ou gens
de lettres, étaient divisés par des rivalités et des haines violentes.
Quelques couplets satiriques et injurieux coururent dans le café.
J.-B. Rousseau s’en avoua l’auteur, et ils lui attirèrent de telles
menaces, qu’il s’abstint de revenir. Plusieurs années après, d’autres
couplets sans style et sans esprit, et qui semblent, à la grossièreté
près, l’œuvre d’un enfant qui s’exerce à coudre des rimes, furent remis
mystérieusement à l’un des habitués du café: on soupçonna Rousseau.
Sans plus ample preuve, l’un des personnages insultés lui administra
des coups de bâton en pleine rue. Ne pouvant obtenir ni justice ni
réparation, Rousseau chercha l’auteur des couplets, et sur des indices
vraisemblables, crut le trouver dans Saurin qui fut emprisonné. On
produisit un exemplaire des couplets écrit de sa main; l’accusation y
vit un brouillon; suivant Saurin c’était une copie. Il composa pour
sa défense un mémoire considéré par Voltaire, malheureusement fort
partial, comme un des ouvrages de cette nature les plus adroits et les
plus véritablement éloquents. Après une détention préventive de plus
d’une année, Saurin fut acquitté faute de preuves, et il serait bien
plus difficile encore d’en trouver aujourd’hui dans un sens ou dans
l’autre. Quant à J.-B. Rousseau, il aurait pu se borner, comme Clément
Marot, dans une circonstance semblable, à répondre à ses accusateurs:

  Si mentez vous bien par la gorge.

         *       *       *       *       *

  Il ne sortit oncq de ma forge
  Un ouvraige si mal limé.

Les dernières années de Saurin furent consacrées à la science et au
développement des idées de Descartes sur la physique; mais quoique
destinées à disparaître bientôt sans retour, personne ne les attaquait
dans le sein de l’Académie, où elles n’avaient pas besoin de défenseur.

Il mourut en 1737, à l’âge de soixante et dix-huit ans, après avoir
obtenu depuis six ans le titre de vétéran, qui le dispensait des
travaux réguliers imposés aux pensionnaires.

Les travaux nombreux et variés de de Lahire, auraient pu faire la
célébrité d’un nom que son père, peintre habile, avait déjà porté avec
honneur.

De Lahire était un savant universel, géomètre, astronome, physicien,
mécanicien, ingénieur, anatomiste et naturaliste parfois, en même temps
que très-habile artiste; capable des spéculations les plus hautes comme
de la pratique la plus délicate, et curieux de toutes les sciences,
il a fait preuve dans toutes d’un esprit distingué, mais n’a excellé
dans aucune. Pendant cinquante ans il s’associa avec une inconcevable
activité à tous les travaux de l’Académie. Orphelin à l’âge de dix-sept
ans, il se rendit en Italie pour y compléter ses études d’artiste;
quatre ans après il revint géomètre. L’étude de la perspective, en
l’initiant aux mathématiques, lui avait montré sa véritable voie: il ne
cessa plus de la suivre.

Quelques écrits rédigés à la manière des anciens sur les sections
coniques et la cycloïde, et qui, sans apporter un grand progrès à la
science, révélèrent son secret au public, lui ouvrirent les portes de
l’Académie. Attaché bientôt avec Picard aux travaux de la carte de
France, il dirigea vers les applications ses connaissances théoriques
déjà très-profondes, et vit avec une sorte d’indifférence la face
des mathématiques se rajeunir et se renouveler par les découvertes
de Leibnitz et de Newton, qu’il n’entendit jamais bien parfaitement;
toujours passionné pour la géométrie des anciens, il en resta un des
représentants les plus habiles.

Son _Traité sur les épicycloïdes_, publié en 1692 dans les Mémoires
de l’Académie, lui assure un rang estimable parmi les géomètres, et
l’application ingénieuse qu’il en fit à la construction des roues
d’engrenage est aujourd’hui devenue classique.

L’uniformité de mouvement, nécessaire dans un grand nombre de machines,
est précieuse dans toutes, parce qu’elle diminue la fatigue des
organes. Les variations de vitesse exigent des efforts proportionnés
à leur rapidité et à la grandeur des masses en mouvement; il convient
donc d’ajuster un engrenage de telle sorte que le mouvement uniforme de
l’une des roues assure à l’autre une vitesse différente mais toujours
constante, malgré le changement continuel des points de contact par
lesquels les dents se poussent. Tel est le problème dont de Lahire,
en le rattachant, il est vrai, à des principes moins simples et moins
clairs, a donné plusieurs solutions élégantes, que les constructeurs
soigneux adoptent encore aujourd’hui.

De Lahire fut, à l’Observatoire, le fondateur des observations
météorologiques; de 1689 jusqu’à sa mort en 1718, les Mémoires de
l’Académie contiennent, chaque année, le résumé de ses observations
sur la température et sur la quantité de pluie tombée mensuellement à
Paris. Son seul but est d’ailleurs de satisfaire ceux qui, comme lui,
ont de la curiosité «pour connaître les variétés qui se rencontrent
dans les saisons.» Ce travail fort pénible, qu’il ne discontinua
jamais, l’obligeait à s’occuper de physique; mais quoiqu’il y ait
appliqué, à plusieurs reprises, l’activité incessante de son esprit,
ses idées sur plusieurs points ne peuvent être citées que comme une
preuve frappante de l’incertitude des esprits les plus distingués de
l’époque. De Lahire regarda toujours comme impossible la construction
de deux thermomètres comparables en des lieux différents. Les points
fixes qu’il adoptait étaient en effet les températures extrêmes des
saisons exceptionnelles et celles des caves de l’Observatoire, et il ne
fallait pas songer à les retrouver dans d’autres climats.

Amontons ayant reconnu, après Hooke et Newton, que la température de
l’eau bouillante ne s’élève jamais au-dessus d’une certaine limite, de
Lahire, en voyant plusieurs années de suite la température _maxima_
de l’été correspondre au même degré de son thermomètre, se demanda
si l’air n’a pas comme l’eau une température _maxima_, qui serait
précisément celle à laquelle il s’arrête pendant les étés les plus
chauds?

On est surpris également de voir de Lahire contredire, dans les
Mémoires de l’Académie, une opinion émise par Mariotte, dont la vérité
semble aujourd’hui trop évidente pour que l’on ose en faire honneur à
aucun savant en particulier. D’où provient l’eau qui coule dans les
rivières? Exclusivement de la pluie et de la fonte des neiges. Telle
était la réponse de Mariotte, dont de Lahire conteste l’exactitude pour
supposer de grands réservoirs intérieurs dont la chaleur terrestre
élève les vapeurs, qui se condensent près de sa surface et coulent sur
le premier lit de tuf ou de glaise qu’elles trouvent jusqu’à ce qu’une
ouverture les jette hors du sein de la terre.

En signalant les lacunes des connaissances de de Lahire sur la
physique, qui presque toutes sont, il ne faut pas l’oublier, celles
de son époque, il n’est pas hors de propos de mentionner un curieux
travail sur la réfraction, dans lequel il croit démontrer que les
rayons lumineux décrivent dans l’atmosphère des arcs de cycloïde.
Admettant pour la compression de l’air une loi très-différente de
celle de Mariotte et déduite de raisonnements fort vagues, fondés
sur l’analogie avec les ressorts d’acier, il croit la densité de
l’air proportionnelle à la racine carrée de la distance à la limite
supérieure de l’atmosphère. Cette loi de décroissement imposerait en
effet aux molécules lumineuses une trajectoire cycloïdale; mais de
Lahire le démontre par des considérations infinitésimales dont la
forme étrange, incompréhensible pour le lecteur le plus familier avec
les méthodes de Leibnitz et de Newton, peut servir d’excuse, sinon de
justification, à ceux qui, comme Rolle et Galois, s’obstinaient à en
nier la rigueur.

Citons enfin, pour donner une faible idée de la variété des travaux de
de Lahire, un mémoire sur la cause pour laquelle les tiges des plantes
s’élèvent verticalement, lors même que les graines sont tournées à
contre-sens, et pourquoi les racines se retournent d’elles-mêmes pour
s’enfoncer dans la terre. Il conçoit que, dans les plantes, la racine
tire un suc plus grossier et plus pesant, et la tige au contraire
un suc plus fin et plus volatil. En effet, dit-il, la racine passe,
chez tous les physiciens, pour l’estomac de la plante où les sucs
terrestres se digèrent et se subtilisent au point de pouvoir ensuite
s’élever jusqu’aux extrémités des branches; et il admet ainsi que, dès
les premiers jours de la vie de la plante, celle-ci se retourne et se
maintient verticale, comme le fait, dans certains jouets d’enfant, un
morceau de liége lesté de plomb à sa partie inférieure. Tel est en
abrégé _le système_, dont suivant Fontenelle, _la simplicité seule est
une preuve_. La physiologie végétale était peu avancée, on le voit, au
commencement du XVIII^e siècle.

Sauveur, nommé d’abord adjoint pour les mathématiques, entra à
l’Académie avec des titres scientifiques fort modestes. Absolument
muet jusqu’à l’âge de sept ans, il conserva toute sa vie une grande
difficulté d’élocution. Ses études chez les Jésuites de la Flèche ne
furent nullement brillantes, et Fontenelle, toujours bienveillant, sans
oser blâmer les professeurs qui désespéraient de lui, loue beaucoup
la perspicacité de celui qui sut prévoir ce qu’il vaudrait un jour.
Sauveur, que les écrits de Cicéron et de Virgile avaient laissé fort
indifférent, fut charmé par l’arithmétique de Pelletier du Mans. Tout
en étudiant les mathématiques avec ardeur, il se préparait à obtenir
le titre de médecin, mais on le dissuada de suivre cette carrière; ce
fut Bossuet, à qui on l’avait recommandé qui, le jugeant peu propre à y
réussir, n’hésita pas à le lui dire et sut le lui persuader; il jugea
qu’il allait trop directement au but en supprimant trop les paroles,
et que le peu qui en restait était dénué de grâce. Sauveur, faute de
trouver d’autres ressources, devint professeur de mathématiques, et
malgré sa difficulté d’élocution, les enseigna avec grand succès.
Les géomètres, dans ce temps-là, étaient rares, et vivaient, dit
Fontenelle, séquestrés du monde; Sauveur, au contraire, s’y livrait
complétement; quelques dames même aidèrent à sa réputation, et il
devint bientôt le géomètre à la mode et le professeur des plus grands
personnages; les enfants de France furent au nombre de ses élèves.
Plein de candeur et de franchise, il sut plaire à tout le monde, et
on put se demander, en le voyant si bien réussir même à la cour, si
Bossuet ne s’était pas trop hâté de trouver dans ses manières un
obstacle insurmontable à ses succès comme médecin. Sauveur calcula
pour Dangeau, l’avantage du banquier contre les pontes au jeu de la
bassette, qui étant fort à la mode, contribua à l’y mettre lui-même et
lui fut plus utile qu’aux joueurs les plus heureux. Malgré la haute
position qu’il avait su se créer, il désira longtemps, sans oser la
demander lorsqu’elle se trouva vacante, la chaire de mathématiques du
Collége royal, occupée d’abord par Ramus et qui alors se donnait au
concours; il fallait, suivant le règlement, commencer les épreuves par
une harangue, et cette nécessité, dont il s’effrayait fort, écartait
Sauveur de la lice. C’est en 1686 seulement qu’il osa se présenter,
mais devenu célèbre alors il lut sa harangue et l’on s’en contenta.

Sauveur, qui malgré ses succès comme professeur, resta toujours un
géomètre médiocre à tous égards, devait cependant laisser un grand nom
dans la science, et ses recherches sur l’acoustique le placent sans
contredit au nombre des membres illustres de l’Académie.

Tandis que les disciples immédiats de Leibnitz et de Newton, les frères
Bernoulli, Moivre, Stirling, Taylor et MacLaurin suivaient les voies
nouvelles en les élargissant, les excellents écrits de L’Hôpital ne
portaient en France aucun fruit.

Les mathématiciens devenaient rares, même à l’Académie, et tout l’usage
des nouvelles méthodes était pour les compatriotes de leurs créateurs.
Sans grand succès comme sans grand talent, Camus, Nicole et Lagny
apportaient de temps à autre à l’Académie quelques faciles problèmes de
géométrie ou d’algèbre, et si les frères Bernoulli n’avaient répondu
par plusieurs pièces excellentes et singulières à l’honneur d’avoir été
inscrits les premiers sur la liste des membres associés étrangers, la
collection des Mémoires antérieurs à l’élection de Clairaut mériterait
à peine une mention dans l’histoire des mathématiques.

On voit par exemple pendant plus de vingt ans, les géomètres de
l’Académie, non-seulement partagés, mais suspendus dans une incertitude
continuelle, affirmer et nier tour à tour des vérités démontrées
depuis longtemps par Huyghens et restées obscures pour eux dans le
grand jour où il les avait cependant placées. Huyghens avait trouvé
très-exactement le temps d’une petite oscillation sur un cercle de
rayon donné. Galilée d’autre part, en étudiant les lois de la chute,
non sur le cercle mais sur une de ses cordes, avait trouvé, comme
il le devait, un temps tout différent et parfaitement exact aussi.
Parent, dans un journal scientifique qu’il publiait, s’avisa de
signaler ces résultats comme contradictoires. Mariotte déjà, dans une
lettre à Huyghens, avait fait la même confusion et commis la même
erreur. Saurin, prévenu, dit-il plus tard, en faveur d’Huyghens,
réfuta l’objection en maintenant l’exactitude des deux théories.
Parent là-dessus avoue qu’il s’est trompé, mais réclame l’honneur de
l’avoir reconnu seul avant les démonstrations de Saurin. C’est le sujet
d’une discussion fort aigre pendant laquelle, changeant d’avis une
seconde fois, il affirme, toutes réflexions faites, que la formule
d’Huyghens est inexacte comme il l’avait pensé d’abord. Saurin se
laisse convaincre, est élu membre de l’Académie, et le chevalier de
Louville, s’appliquant à la même question et déconcerté par les raisons
contraires, suivant lui irrésistibles, les énumère sans oser conclure.
Saurin, plus hardi, démontre qu’il n’y a aucun doute et qu’Huyghens
s’est trompé. Aucun académicien ne réclame, et c’est dix-huit ans
après la première objection de Parent que la difficulté est enfin
tranchée, mais non par la voie la plus courte, et que le chevalier
de Louville, accordant enfin Huyghens avec Galilée, les déclare tous
deux irréprochables. Mais par compensation, Louville à la même époque,
réfutait une erreur prétendue de Leibnitz. La raison qui le détermine
mérite qu’on la rapporte:

«Tant que cette erreur, dit-il, n’a été que celle de M. Leibnitz, je
n’ai pas jugé à propos d’y répondre; mais le livre de mathématiques
de Wolfius m’étant tombé entre les mains où j’y ai trouvé le même
principe, j’ai cru qu’il était à propos de combattre ce faux préjugé.»

Est-il besoin d’ajouter que Leibnitz n’avait commis aucune erreur, et
que le faux préjugé est tout entier chez Louville qui suit en mécanique
les principes de Descartes?

Dans ces discussions, qui font si peu honneur à leur savoir, Saurin,
Louville et Parent, sans méconnaître l’évidence des principes,
s’embarrassent dans la seule discussion des conséquences. L’abbé de
Molières, professeur de philosophie au Collége royal et membre de la
section de géométrie à l’Académie, était moins avancé encore. Son
esprit court et confus refusait toute attention aux théories nouvelles,
et pour expliquer la nature se contentait des tourbillons. Écouté et
goûté même des écoliers, il fit plus d’une fois sourire ses confrères;
l’Académie refusa d’insérer dans ses Mémoires une expérience pleine
d’illusion qui devait, suivant lui, réduire ses adversaires au silence.
L’abbé réclama sans rien obtenir, et l’Académie, en maintenant sa
décision, lui causa un tel accès d’impatience et de rage, que la fièvre
le prit et qu’il en mourut sans avoir consenti à recevoir Maupertuis
chargé par ses confrères de lui exprimer tout leur intérêt.

L’abbé de Gua, membre comme lui de la section de géométrie, lui
succéda dans la chaire du Collége royal. De Gua semble à l’Académie le
continuateur de Rolle. Attaché aux théories élémentaires de l’algèbre
et de la géométrie analytique, il les a cultivées avec un esprit
exact, mais peu inventif. Les mathématiques d’ailleurs ne l’occupaient
pas tout entier; il s’était formé une théorie sur les phénomènes
atmosphériques, en laquelle la témérité de ses prédictions révèle
une inébranlable confiance. Il avait annoncé du tonnerre pour le 18
juillet 1756 et de l’orage pour le 22; la journée du 18 s’étant passée
sans tonnerre, de Gua ne se montre nullement déconcerté. On lit au
procès-verbal du 19 juillet: «M. l’abbé de Gua a dit qu’il fallait
reculer de treize heures sur les événements prédits, et que comme le
tonnerre prédit pour hier s’est passé en vent, le vent prédit pour
mardi se passera en tonnerre.» Nous ignorons l’événement du mardi, mais
l’abbé, pour s’expliquer, crut nécessaire d’écrire une nouvelle lettre.

Clairaut et d’Alembert, admis à l’Académie, l’un en 1731, l’autre en
1740, sont au nombre de ses membres véritablement illustres, et la
géométrie leur doit, aussi bien que la mécanique céleste, quelques-uns
de ses plus grands progrès. J’ai essayé ailleurs, en esquissant les
traits principaux de leur caractère, d’indiquer le sujet et l’occasion
de leurs principales découvertes. Ces études, quoique fort courtes,
dépasseraient ici notre cadre, et je me bornerai à en extraire quelques
pages où leur rôle est surtout celui de membres de l’Académie des
sciences.

Alexis Clairaut fut un enfant merveilleusement précoce. Son père,
pauvre professeur de mathématiques, chargé d’une nombreuse famille et
forcé à une grande économie, instruisait lui-même ses enfants. Tout
naturellement il leur enseignait de préférence ce qu’il savait le
mieux, et la géométrie occupait une grande place dans leurs études.
Les éléments d’Euclide servirent de premier alphabet à Clairaut; il
se trouva bientôt capable de les entendre et d’en raisonner. Attiré
par le charme des démonstrations abstraites qui lui semblaient claires
et faciles, il avait lu et compris à l’âge de dix ans le traité des
sections coniques du marquis de L’Hôpital. Vers le milieu de sa
treizième année, il composa un mémoire sur les propriétés de quelques
courbes nouvelles qui, présenté à l’Académie des sciences et approuvé
par elle, fut imprimé à la suite d’un mémoire de son père dans le
recueil intitulé: _Miscellanea Berolinensia_.

Le jeune frère de Clairaut ne donnait pas de moins précieuses
espérances et semblait marcher sur ses traces. Il présenta comme lui à
l’Académie un mémoire de mathématiques qui, de même que celui d’Alexis,
semble comparable aux bons devoirs que font dans nos lycées les élèves
de seize à dix-huit ans. L’instruction prématurément donnée par leur
père avait donc avancé les deux enfants de quatre à cinq ans tout au
plus, et si comme l’a écrit avec un peu d’exagération le géomètre
Fontaine, l’esprit de Clairaut, capable de réflexion dès les premiers
moments de sa vie, avait vécu, à l’âge de sept ans, sept années de plus
que celui des autres hommes, il avait à cette époque perdu une partie
de son avance.

Malgré la brillante carrière d’Alexis, l’exemple d’ailleurs n’est pas
encourageant, et de si grands efforts d’esprit ne sont pas sans danger
pour ceux qui en sont capables. Son frère n’acheva pas sa seizième
année, et Alexis, atteint peu de temps après d’une fièvre cérébrale,
donna lui-même de vives inquiétudes.

A l’âge de seize ans, Clairaut avait écrit un traité sur les courbes à
double courbure que l’Académie accueillit avec faveur. Elle présenta
peu de temps après le jeune auteur comme second candidat à la place de
membre-adjoint pour la mécanique; on plaçait avant lui Saurin le fils,
fort peu connu dans la science et qui depuis n’a rien fait pour elle.
Bouguer, auteur d’un ouvrage excellent et original sur la lumière, ne
fut présenté qu’au troisième rang. La place resta vacante pendant deux
ans entiers, et lorsque Clairaut eut atteint l’âge de dix-huit ans, il
fut choisi par le roi et dispensé de la règle qui fixait à vingt ans la
limite d’âge des académiciens.

Pendant les années qui suivirent sa nomination, Clairaut, satisfaisant
régulièrement à ses devoirs d’académicien, inséra dans les Mémoires de
l’Académie plusieurs écrits, dans lesquels il se montre à la hauteur
de ses confrères, sans s’élever nettement au-dessus d’eux. Son jour
n’était pas encore venu.

Lorsque pour terminer par une décision certaine la question encore
douteuse de l’aplatissement de la terre, l’Académie, aidée par le
ministre Maurepas, envoya deux expéditions, l’une à l’équateur,
l’autre au cercle polaire, Clairaut, âgé de vingt-trois ans, acceptant
Maupertuis pour chef, consentit à partir pour la Laponie. Malgré la
supériorité de son génie, Clairaut ne joua pas le premier rôle dans
l’expédition. Maupertuis, présomptueux et vain, mais entreprenant et
actif, avait été le chef et le guide de la commission; il attira à lui
la gloire du succès que Clairaut ne chercha pas à lui disputer. C’est
Maupertuis qui rendit compte du travail commun et qui soutint les
discussions auxquelles il donna lieu; ce fut lui qui se fit peindre et
graver, la tête affublée d’un bonnet d’ours, et aplatissant le globe de
ses mains; c’est lui enfin à qui Voltaire, dans des vers fort ampoulés,
promettait l’immortalité. Clairaut, qui ne rechercha pas les louanges
de Voltaire, n’encourut jamais non plus sa redoutable inimitié. Il
obtint une des pensions de l’Académie; le roi en augmenta le chiffre en
sa faveur, et assuré d’une modeste aisance, il reprit tranquillement
ses travaux.

Préoccupé tout naturellement de l’étude théorique de la forme de la
terre, Clairaut, dans un premier écrit inséré dans les _Transactions
philosophiques_, reprend, pour la perfectionner, sans toutefois la
rendre irréprochable, la méthode un peu hasardée par laquelle Newton
avait déterminé, dans le _Livre des principes_, la valeur numérique
de l’aplatissement du globe. Le raisonnement de l’illustre géomètre,
fondé seulement sur un calcul approché, supposait, sans essai de
preuve, que la forme de la terre doit être celle d’un ellipsoïde de
révolution. Clairaut le démontre, ou croit le démontrer, en sacrifiant
lui-même, sur bien des points, la rigueur et l’exactitude géométriques.
Dans ce premier essai encore, on reconnaît plus d’habileté à tourner
les difficultés que de force pour les surmonter. Le beau problème
de l’attraction des ellipsoïdes se présente à lui comme il s’était
présenté à Newton; mais Clairaut, comme lui, profite de ce que la terre
diffère peu d’une sphère, pour substituer à des calculs exacts des
résultats approchés seulement, et bien plus faciles à obtenir.

L’ouvrage qu’il rédigea ensuite sur la même question est également le
résultat de ses méditations sur les causes de l’aplatissement qu’il
avait constaté au pôle. Rejetant cependant la gêne des chiffres,
toujours inexacts et souvent contradictoires, il fait peu d’usage des
mesures si péniblement obtenues et cherche la forme géométrique et pure
d’une planète liquide, soustraite aux agitations accidentelles et à
la variation incessante des forces perturbatrices, sous l’influence
desquelles aucun ordre ne peut subsister. En Laponie, pendant les
longues nuits d’hiver et les longues journées d’été, Clairaut avait pu
bien souvent ébaucher ses beaux théorèmes et en méditer à loisir la
démonstration; mais s’il arriva même que, confiant dans l’habileté de
ses compagnons, il leur ait quelquefois abandonné l’honneur et le soin
de mettre l’œil à la lunette, ce fut une fructueuse paresse, qu’il ne
faut pas regretter. L’ouvrage de Clairaut sur la forme de la terre vaut
plus à lui seul que l’expédition tout entière. Ce chef-d’œuvre, digne
de devenir classique, supérieur, comme l’a écrit d’Alembert, à tout ce
qui avait été fait jusque-là sur cette matière, n’a pas été surpassé
depuis. C’est peut-être, de tous les écrits mathématiques composés
depuis deux siècles, celui qui, par la forme sévère et la profondeur
ingénieuse des démonstrations, pourrait le mieux être comparé, égalé
même, aux plus beaux chapitres du _Livre des principes_. Clairaut
évidemment a lu et médité profondément l’œuvre admirable de Newton. Il
s’est pénétré de sa méthode de recherche et de démonstration, et, de
ce commerce intime avec un génie plus grand que le sien, mais de même
famille, est sorti un géomètre tout nouveau. Les premiers travaux de
Clairaut avaient donné de grandes espérances; le traité sur la figure
de la terre les dépasse toutes, et de bien loin.

La collection des Mémoires de l’Académie des sciences pour 1742
contient un important mémoire de Clairaut sur quelques problèmes de
mécanique. Les questions sur lesquelles il s’exerce sont les mêmes,
pour la plupart, qui devaient se retrouver dans le traité de mécanique,
composé alors, mais publié l’année suivante seulement par d’Alembert.
La méthode suivie par Clairaut, moins générale et moins complète dans
son énoncé que celle de d’Alembert, n’en diffère pas essentiellement
dans l’application à chaque question; et l’on comprend, en lisant son
mémoire, que mis en présence d’un même problème, les deux illustres
géomètres aient pu l’aborder avec la même confiance et combattre à
armes égales.

L’ouvrage de Clairaut sur la théorie de la lune et sur le problème des
trois corps, présenté en 1747 à l’Académie des sciences de Paris, et
couronné en 1750 par celle de Saint-Pétersbourg, offre, avec non moins
d’art que la théorie de la forme de la terre, mais moins de pureté
et de rigueur dans l’étude d’une question peut-être insoluble, une
habileté et une élégance analytique qui montrent le talent de Clairaut
sous un jour entièrement nouveau. Ce n’est plus le disciple de Newton,
c’est le rival de d’Alembert.

Les premiers calculs de Clairaut indiquaient, pour le mouvement
de l’apogée lunaire, une vitesse deux fois trop petite. Au lieu
d’attribuer à l’imperfection de sa méthode ce désaccord avec les
observations, également rencontré par d’Alembert et par Euler, Clairaut
préféra accuser l’insuffisance de la loi d’attraction, et ébranlant
lui-même tout son édifice, crut avoir contraint les géomètres à ajouter
un terme nouveau au terme simple donné par Newton.

Le calcul dont Clairaut faisait son fort, n’étant pas poussé à bout,
pouvait à peine motiver un doute. Buffon refusa avec raison de
corrompre, par l’abandon si précipité du principe, la simplicité d’une
théorie si grande et si belle. En étudiant d’ailleurs de nouveau la
question avec autant de patience que de bonne foi, Clairaut, pour
reconnaître son erreur, n’eut pas besoin de rectifier son calcul, mais
de le continuer. L’inspiration de Buffon fut donc des plus heureuses;
mais malgré toute la force que donne la vérité, il n’eut pas l’avantage
dans la discussion, et en s’efforçant de fonder une loi mathématique
sur un préjugé métaphysique, le grand écrivain ne retrouva ni son
éloquence, ni sa clarté accoutumée. Il est bon peut-être de montrer,
par quelques passages de son mémoire, jusqu’où peut aller l’égarement
d’un homme de grand talent, lorsque, cherchant ses lumières en
lui-même, il ose s’aventurer dans des régions qu’il ne connaît pas.

«L’attraction, dit-il, croyant alléguer un principe qu’il croit
incontestable, doit se mesurer, comme toutes les qualités qui partent
d’un centre, par la raison inverse du carré de la distance, comme on
mesure en effet la quantité de lumière, l’odeur et toutes les autres
qualités qui se propagent en ligne droite et se rapportent à un centre.
Or il est bien évident que l’attraction se propage en ligne droite,
parce qu’il n’y a rien de plus droit qu’un fil à plomb.»

La conclusion lui semble rigoureuse et indubitable, et Buffon lui
trouve, pour sa part, la force et l’évidence d’une démonstration
mathématique; «Mais, comme il est, dit-il, des gens rebelles aux
analogies, Newton _a cru_ qu’il valait mieux établir la loi de
l’attraction par les phénomènes mêmes que par toute autre voie.»
Non-seulement ces arguments ne sont ni clairs ni persuasifs, mais
«placés, comme dit Montaigne, en dehors des limites et dernières
clôtures de la science,» ils ne touchent pas même à la question.
Clairaut répondit cependant, et cette discussion eut ce caractère
singulier et sans exemple, que la vérité y fut défendue par des
arguments qu’il a fallu citer textuellement pour en faire connaître
l’insignificance et la faiblesse, tandis que celui des adversaires qui,
en somme, se trompe, raisonne cependant avec autant de finesse que de
rigueur.

Quoique loin de prétendre à la perfection théorique, Clairaut eût
simplement présenté ses résultats comme des approximations successives,
on lui reprocha d’avoir abandonné la rigueur traditionnelle des
méthodes mathématiques. Fontaine était habitué à la rectitude
inflexible du géomètre qui, ne souffrant rien d’imparfait, atteint,
par une voie toujours droite, la vérité tout entière. En voyant
cette marche timide, par laquelle de continuelles et croissantes
approximations font tourner, pour ainsi dire, autour d’une difficulté
qui reste invincible, et ces calculs qui, n’étant jamais achevés et
ne pouvant jamais l’être, ne prétendent jamais non plus à la dernière
perfection, il cria au paralogisme, presque à la trahison. Mais, non
content de protester contre cette dérogation nécessaire à la sévère
rigueur d’Euclide, il affirma que les principes de Clairaut, exactement
et régulièrement suivis, assignaient à la lune une orbite circulaire.
La question était facile à éclaircir, et l’erreur de Fontaine bien
aisée à démontrer. Clairaut, sans abuser de son avantage, répondit avec
autant de modération que de force. Un seul point, dit-il, l’a choqué
dans les critiques de M. Fontaine et lui semble révoltant. Le mot
n’est pas trop fort, car non content d’indiquer les calculs à faire,
Clairaut les avait effectués; et contester ses résultats, presque tous
conformes aux observations, c’était l’accuser tout ensemble d’erreur
et d’imposture. Pressé par l’évidence de la vérité, Fontaine n’avait
rien à répondre; il se tut en effet. Mais après la mort de Clairaut, il
écrivit son éloge, dans lequel on lit les lignes suivantes:

«Newton n’a pu tout faire dans le Système du monde... sa Théorie de la
lune n’était qu’ébauchée. M. Clairaut a tracé la ligne qu’elle doit
suivre en obéissant à la triple action qui maîtrise son cours et qui la
retient suspendue entre le soleil et la terre, il nous a montré dans
des tables exactes tous les pas qu’elle fait dans les cieux.» Il est
impossible, on le voit, de faire plus complétement amende honorable.

Vers la fin de l’année 1757, les savants commencèrent à se préoccuper
du retour de la comète de 1682, hardiment annoncé, soixante-seize ans
à l’avance, par l’astronome anglais Halley. L’orbite de cette comète,
calculée par lui, se rapprochait assez en effet de celles des comètes
de 1607 et de 1531 pour faire croire à l’identité des trois astres.
Il y avait toutefois cette différence qu’il s’était écoulé plus de
soixante-seize ans entre les deux premières apparitions, et un peu
moins de soixante-quinze entre la seconde et la troisième. Mais Halley
expliquait cette irrégularité par l’action des planètes rencontrées
pendant ce long circuit. Il avait même ajouté que l’action de Jupiter
devant vraisemblablement augmenter le temps de la révolution nouvelle,
ses successeurs verraient sans doute l’astre errant vers la fin de
1758 ou le commencement de 1759. Une telle prédiction n’était pas sans
précédent. Jacques Bernoulli en avait hasardé une plus précise encore,
en annonçant le retour de la comète de 1680 pour le 17 juin 1705. Mais
l’astre ne parut pas, et tous les astronomes de l’Europe restèrent en
observation pendant la nuit entière et en furent pour leur peine.

Clairaut, acceptant l’hypothèse de Halley, voulut convertir en une
appréciation exacte et précise les vagues indications de l’astronome
anglais. L’exécution d’un tel projet devait être immédiate, et après
l’événement accompli, ses résultats eussent semblé sans valeur.
Abandonnant tout autre travail, il commença d’immenses calculs, dont
le plus grand mérite est cependant l’art avec lequel il sut les
abréger; car une heureuse avarice en pareille matière est, comme l’a
dit Fontenelle, la meilleure marque de la richesse, et il faut bien
connaître le pays pour suivre les petits sentiers qui épargnent tant de
peine au voyageur.

Tout était terminé le 14 novembre 1758, et Clairaut annonçait à
l’Académie que la comète, retardée de 100 jours par l’action de
Saturne, et de 118 par celle de Jupiter, passerait au périhélie vers le
13 avril 1759.

«On sent, ajoutait-il, avec quel ménagement je présente une telle
annonce, puisque tant de petites quantités, négligées nécessairement
par les méthodes d’approximation pourraient bien en altérer le terme
d’un mois.» Cette prédiction fut ponctuellement accomplie. La comète
se montrant au temps préfix, passa au périhélie le 13 mars 1759.
L’admiration fut universelle, mais elle ne fit pas taire l’envie,
et l’applaudissement ne fut pas tout entier pour Clairaut. Ceux
qui, n’ayant pas cru à l’exactitude de la prédiction, s’apprêtaient
à rire de sa déconvenue, furent les plus ardents à rapporter à
Halley tout l’honneur du succès. Qui osera prétendre après cela,
dit spirituellement Clairaut, que l’apparition d’une comète soit
sans influence sur l’esprit humain? _Le Mercure_ du mois d’avril,
en annonçant la grande nouvelle, parle, sans nommer Clairaut, de la
prédiction heureusement accomplie de _Halley_. Dans une lettre adressée
au journal encyclopédique de juillet, l’académicien Lemonnier qui, sur
les glaces de la Tornéa, avait partagé les travaux de Clairaut, pousse
encore plus loin le mauvais vouloir et l’injustice. Halley, suivant
Lemonnier, a tout fait et doit seul être loué; ceux qui citent, dit-il,
un mémoire lu à la rentrée publique de l’Académie en novembre 1758,
n’ont jamais cité qu’un discours sans analyse, lequel n’a pas même
été relu et examiné, selon l’usage, dans les séances particulières
de l’Académie, et il ajoute, avec une intention blessante à la fois
pour Clairaut et pour d’Alembert: «On ne doute pas que les méthodes
d’approximation n’aient fait dans ces derniers temps un progrès
considérable, ou du moins que dans un temps où M. Euler publie
successivement tant de méthodes analytiques dont il est l’inventeur,
on ne puisse produire aujourd’hui des calculs d’approximation plus
satisfaisants que n’ont fait quelques astronomes anglais contemporains
de Newton.» L’injustice et l’esprit de dénigrement se montrent avec
tant d’évidence, que le public même ne dut pas s’y méprendre. Clairaut
fut cependant profondément blessé et bien des ennuis se mêlèrent pour
lui à la joie du triomphe. Une objection plus fondée fut adressée
aux admirateurs trop exaltés de Clairaut. Les calculs sont tellement
exacts, avait-on dit, que sur une période de soixante-seize ans,
l’erreur est d’un mois à peine, c’est-à-dire 1/900 environ du tout.
On répondait, et non sans raison, que l’inconnue à calculer n’était
pas la durée de la révolution, et que la différence des deux périodes
consécutives était seule en question. Cette appréciation, sans être
injuste, tend à diminuer le mérite de Clairaut, et d’Alembert, qui lui
prêta, en la développant, toute l’autorité de son nom, aurait mieux
fait de laisser ce soin à d’autres.

Clairaut répondit à ses adversaires, à d’Alembert surtout, avec
beaucoup de sincérité, de modération, de douceur même, et, pour
tout dire enfin, avec la droiture d’un géomètre. Il tient à établir
d’abord qu’il n’est pas l’agresseur: «Les fautes de procédé, dit-il,
m’ont toujours en effet paru plus importantes que celles que l’on peut
commettre dans les calculs.»

Clairaut mourut, le 17 mai 1765, à l’âge de cinquante-deux ans, après
une courte maladie. Son père, qui lui survécut, avait perdu avant lui
dix-neuf autres enfants; il lui restait une fille, à laquelle le roi
accorda immédiatement une pension, en mémoire des services rendus à la
science par son illustre frère.

Jean Lerond d’Alembert, né à Paris le 16 novembre 1717, fut exposé
immédiatement après sa naissance sur les marches de l’église
Saint-Jean-Lerond, située près de Notre-Dame. Le commissaire de police
du quartier, touché de sa chétive apparence, n’osa pas l’envoyer aux
enfants trouvés, et le confia à une pauvre et honnête vitrière par
laquelle il fut bientôt adopté complétement. Sans se faire connaître,
le père de d’Alembert lui assura une pension de 1,200 livres qui, en
apportant un peu d’aisance dans la maison de sa mère d’adoption, permit
de développer par l’éducation les rares facultés du pauvre enfant
abandonné. Placé à l’âge de quatre ans dans une petite pension, il y
resta jusqu’à douze; mais son maître, dès sa dixième année, déclarait
n’avoir plus rien à lui apprendre et proposait de le faire entrer au
collége dans la classe de seconde. La santé encore languissante du
jeune écolier ne permit pas de suivre ce conseil, et ce fut deux ans
après seulement qu’on le plaça au collége Mazarin, où sous la règle du
plus austère jansénisme, il termina brillamment ses études.

La philosophie qu’on lui enseigna fut celle de Descartes: les idées
innées, la prémotion physique et les tourbillons choquèrent son
esprit rigoureux et précis sans y apporter aucune lumière. Les seules
leçons fructueuses qu’il reçut, dit-il, pendant ses deux années de
philosophie, furent celles de M. Caron, professeur de mathématiques
qui, sans être profond géomètre, enseignait avec clarté et précision.
Il ne fit que lui ouvrir la voie, d’Alembert la suivit seul. Cédant à
son inclination naturelle, il allait, tout en faisant ses études de
droit, s’instruire sommairement dans les bibliothèques des théories
mathématiques les plus difficiles, dont il s’exerçait ensuite à
retrouver les détails dans sa tête. Celui qui peut suivre une telle
méthode est bien près de devenir inventeur: d’Alembert s’élançait
en effet avec tant d’ardeur vers les régions encore inconnues que,
devançant quelquefois ses livres, il croyait découvrir des vérités et
des méthodes nouvelles, qu’il rencontrait ensuite, avec un dépit mêlé
de plaisir, dans quelque auteur plus avancé.

Les amis de d’Alembert le détournaient des travaux mathématiques,
qu’ils regardaient, non sans quelque raison, comme un mauvais moyen
d’arriver à la fortune. Il se décida, suivant leurs sages conseils,
à étudier la médecine, et bien résolu de s’y livrer tout entier,
eut le courage de porter chez un ami tous ses livres de science,
dont la séduction pourrait mettre obstacle à ses projets; mais son
esprit heureusement était moins soumis que sa volonté: la géométrie
le poursuivait au milieu de ses nouvelles études. Lorsqu’un problème
venait à troubler son repos, d’Alembert, impatient de toute contrainte
même volontaire, allait chercher un des volumes qui, peu à peu, et
presque sans qu’il s’en fût aperçu, revinrent chez lui l’un après
l’autre. Reconnaissant alors que la lutte était inutile et la maladie
sans remède, il en prit joyeusement son parti; les travaux commencés
timidement et comme à regret furent continués sans scrupule et avec
ardeur. Rassemblant bientôt ses forces, inutilement dispersées
jusque-là, d’Alembert composa deux mémoires de mathématiques qui, à
l’âge de vingt-trois ans, lui ouvrirent les portes de l’Académie des
sciences; il ne fut plus dès lors question de médecine.

Trois ans après son entrée à l’Académie, d’Alembert publiait le célèbre
_Traité de Mécanique_ dont le principe, entièrement nouveau, devait
renouveler et changer la science du mouvement.

_La Théorie de la précession des équinoxes_, publiée en 1749, marque
un nouveau progrès dans le talent de d’Alembert. Le phénomène de la
précession des équinoxes, signalé par Hipparque, 130 ans avant notre
ère, consiste dans le déplacement continu des points équinoxiaux où le
plan de l’équateur rencontre celui de l’écliptique. L’un de ces plans
au moins change donc avec le temps; la comparaison de chacun d’eux avec
les étoiles montre avec évidence, dans le déplacement de l’équateur et
par suite de l’axe terrestre, la cause du phénomène. La terre, Copernic
a osé l’affirmer, ne tourne donc pas toujours autour du même axe;
mais quelle peut être la cause de cette rotation si régulière et si
lente, et la signification des vingt-six mille ans nécessaires pour en
accomplir la perfection?

Cette recherche avait occupé et découragé l’imagination si hardie de
Képler, et l’honneur d’en révéler le secret était réservé à Newton.
La terre n’étant ni homogène ni parfaitement sphérique, les forces
d’attraction de la lune et du soleil qui déterminent et troublent son
mouvement elliptique ne passant pas rigoureusement par son centre, il
en résulte qu’en la déplaçant dans l’espace, elles tendent en même
temps à lui imprimer un mouvement de rotation qui, se combinant avec
celui qu’elle possède déjà, altère incessamment la direction de l’axe
autour duquel elle tourne. Pour calculer avec précision les lois d’un
tel phénomène, il fallait créer la théorie du mouvement d’un corps
solide sollicité par des forces connues; cette théorie manquait à
Newton, et les considérations par lesquelles il tente d’y suppléer sont
sans rigueur comme sans exactitude. D’Alembert vit dans ce nouveau
problème une belle application de son principe de dynamique, et après
avoir fait connaître la méthode exacte relative au cas général, en
déduisit habilement non-seulement les lois de la précession, mais
celles de la nutation, récemment révélées par les observations de
Bradley.

En 1747, d’Alembert avait présenté à l’Académie des sciences de Paris
un mémoire sur le problème des trois corps dont l’apparition marque
pour la mécanique céleste le commencement d’une période nouvelle
de découvertes et de progrès. La théorie de la gravitation, qui
depuis la publication du livre des _Principes_ n’avait subi aucun
perfectionnement sérieux, était reprise pour la première fois après
cinquante ans, à l’aide de méthodes nouvelles et plus puissantes. Par
une coïncidence singulière, Clairaut, dans la même séance, présentait
un mémoire sur le même sujet, dont Euler, alors à Berlin, s’occupait
activement, sans en avoir toutefois rien communiqué au public.

En réalité, l’illustre auteur du livre des _Principes_ n’avait fait,
suivant d’Alembert, qu’ébaucher les premiers traits de la matière.
Quelque lumière qu’il ait portée dans l’ordre de l’univers, il n’a
pu manquer, ajoute-t-il, de sentir qu’il laisserait beaucoup à faire
à ceux qui le suivraient, et c’est le sort des pensées des grands
hommes d’être fécondes non-seulement dans leurs mains, mais dans
celles des autres. L’analyse mathématique a heureusement acquis depuis
Newton,—c’est toujours d’Alembert qui parle,—différents degrés
d’accroissement; elle est devenue d’un usage plus étendu et plus
commode, et nous met en état de perfectionner l’ouvrage commencé par ce
grand philosophe. Il suffit à sa gloire que plus d’un demi-siècle se
soit écoulé sans qu’on ait presque rien ajouté à sa théorie de la lune,
et il y a peut-être plus loin du point d’où il est parti à celui où il
est parvenu, que du point où il est resté à celui auquel nous pouvons
maintenant atteindre.

D’Alembert, âgé de trente-deux ans et membre des Académies de Paris et
de Berlin, ne s’était fait connaître que comme géomètre; il trouvait
sous le toit de celle qui lui servait de mère toute la tranquillité
nécessaire à ses profondes recherches. Le monde, je veux dire les
sociétés brillantes dans lesquelles d’Alembert devait être bientôt
recherché et admiré, était alors pour lui sans attrait; il ne le
connaissait ni ne le désirait. Quelques amis dévoués, dont plusieurs
devinrent illustres, formaient sa société habituelle, et le profond
géomètre était cité comme le plus gai, le plus plaisant et le plus
aimable de tous. L’un d’eux, Diderot, exerça sur d’Alembert une
grande influence, et leurs noms, attachés à une œuvre célèbre et
grandiose, sont pour bien des gens devenus inséparables. Le discours
préliminaire de l’_Encyclopédie_, écrit en entier par d’Alembert,
contient, dit-il, la quintessence des connaissances mathématiques,
philosophiques et littéraires, acquises par vingt années d’études. Il
fut reçu avec applaudissement et considéré comme une œuvre de premier
ordre. L’admiration de Voltaire et de Montesquieu, les louanges sans
restriction du roi Frédéric, celles enfin de Condorcet, ne permettent
pas de traiter légèrement cette célèbre préface, aujourd’hui bien
oubliée. La classification des connaissances humaines par laquelle
il débute est cependant incomplète et arbitraire, et la manière plus
ingénieuse que naturelle dont il croit les faire naître les unes
des autres semble singulièrement choisie comme introduction à un
dictionnaire, où l’ordre alphabétique seul règle la succession des
articles.

D’Alembert, peu de temps après, fut nommé membre de l’Académie
française. Vers la même époque, la réputation croissante du philosophe
géomètre décida celle qui l’avait abandonné lors de sa naissance à
réclamer les droits dont elle était devenue fière. M^{me} de Tencin lui
fit savoir qu’elle était sa mère; mais d’Alembert, la repoussant à son
tour, n’en voulut jamais reconnaître d’autre que la pauvre vitrière,
dont il resta jusqu’au dernier jour le fils affectueux et dévoué.

Malgré ses occupations littéraires, d’Alembert ne cessa jamais
d’accorder une grande place dans ses travaux à la haute géométrie.
Également attiré par la recherche des vérités utiles et par le plaisir
de vaincre les difficultés de la science, il publia, de 1761 à 1782,
huit volumes d’opuscules mathématiques, contenant de nombreux mémoires
relatifs aux sujets les plus élevés et les plus difficiles de la
mécanique céleste, de l’analyse pure et de la physique. La division
des forces de d’Alembert ne semble pas les avoir affaiblies, et ces
écrits suffiraient pour placer l’auteur au nombre des grands géomètres.
Il serait malaisé d’en faire ici le dénombrement. Parmi les questions
traitées par d’Alembert, nous en citerons une seulement sur laquelle il
est revenu à plusieurs reprises, après en avoir fait le sujet de l’une
de ces lectures écoutées avec tant d’empressement par les gens du monde.

Malgré les travaux de Pascal, d’Huyghens et de Jacques Bernoulli,
d’Alembert refuse d’accepter leurs principes sur la théorie des
chances, et de voir dans le calcul des probabilités une branche
légitime des mathématiques. Le problème qui fut le point de
départ de ses doutes et l’occasion de ses critiques est resté
célèbre dans l’histoire de la science sous le nom de «problème de
Saint-Pétersbourg.» On suppose qu’un joueur, Pierre, jette une pièce
en l’air autant de fois qu’il faut pour amener face. Le jeu s’arrête
alors, et il paye à son adversaire, Paul, un franc s’il a suffi de
jeter la pièce une fois, deux francs s’il a fallu la jeter deux fois,
quatre francs s’il y a eu trois coups, puis huit francs, et ainsi
de suite en doublant la somme chaque fois que l’arrivée de face est
retardée d’un coup. On demande combien Paul doit payer équitablement en
échange d’un tel engagement?

Le calcul fait par Daniel Bernoulli, qui avait proposé le problème, et
conforme aux principes admis par tous les géomètres, à l’exception du
seul d’Alembert, exige que l’enjeu de Paul soit infini. Quelque somme
qu’il paye à Pierre avant de commencer le jeu, l’avantage sera de son
côté; tel est dans ce cas le sens du mot infini. Ce résultat, quoique
très-véritable, semble étrange et difficile à concilier avec les
indications du bon sens, d’après lesquelles aucun homme raisonnable ne
voudrait risquer à un tel jeu une somme un peu forte, 1,000 francs par
exemple.

L’esprit de d’Alembert, embarrassé dans ce paradoxe, ne craignit pas
de condamner les principes, indubitables pourtant, qui y conduisent,
en proposant, pour en nier la rigueur et en contester l’évidence, les
raisonnements les moins fondés et les plus singulières objections. Il
refuse, par exemple, aux géomètres le droit d’assimiler dans leurs
déductions cent épreuves faites successivement avec la même pièce à
cent autres faites simultanément avec cent pièces différentes. «Les
chances, dit-il, ne sont pas les mêmes dans les deux cas,» et la
raison qu’il en donne est fondée sur un singulier sophisme: «Il est
très-possible, dit-il, et même facile de produire le même événement en
un seul coup autant de fois qu’on le voudra, et il est au contraire
très-difficile de le produire en plusieurs coups successifs, et
peut-être impossible, si le nombre des coups est très-grand.»—«Si
j’ai, ajoute d’Alembert, deux cents pièces dans la main, et que je les
jette en l’air à la fois, il est certain que l’un des coups croix ou
pile se trouvera au moins cent fois dans les pièces jetées, au lieu
que si l’on jetait une pièce successivement en l’air cent fois, on
jouerait peut-être toute l’éternité avant de produire croix ou pile
cent fois de suite.» Est-il nécessaire de faire remarquer que les deux
cas assimilés sont entièrement distincts, et que jeter deux cents
pièces en l’air pour choisir celles qui tournent la même face, c’est
absolument comme si l’on jetait en l’air une pièce deux cents fois de
suite, en choisissant après, pour les compter seules, les épreuves qui
ont fourni le résultat désiré? Dans cette discussion, qui d’ailleurs
n’occupe qu’une bien faible place parmi ses opuscules, d’Alembert se
trompe complétement et sur tous les points. Son esprit, toujours prêt
à s’arrêter, en déclarant impénétrable tout ce qui lui semble obscur,
était plus qu’un autre exposé au péril de condamner légèrement les
raisonnements si glissants et si fins du calcul des chances.

Quant au paradoxe du problème de Saint-Pétersbourg, il disparaît
entièrement lorsqu’on interprète exactement le sens du résultat fourni
par le calcul: une convention équitable n’est pas une convention
indifférente pour les parties; cette distinction éclaircit tout. Un
jeu peut être à la fois très-juste et très-déraisonnable pour les
joueurs. Supposons, pour mettre cette vérité dans tout son jour, que
l’on propose à mille personnes possédant chacune un million de former
en commun un capital d’un milliard, qui sera abandonné à l’une d’elles
désignée par le sort, toutes les autres restant ruinées. Le jeu sera
équitable, et pourtant aucun homme sensé n’y voudra prendre part.
En termes plus simples et plus évidents encore, le jeu, lors même
qu’il n’est pas inique, devient imprudent et insensé pour le joueur
dont la mise est trop considérable. Le problème de Saint-Pétersbourg
offre, sous l’apparence d’un jeu très-modéré, dans lequel on doit
vraisemblablement payer quelques francs seulement, des conventions
qui peuvent, dans des cas qui n’ont rien d’impossible, forcer l’un des
joueurs à payer une somme immense, et la répugnance instinctive qu’un
homme de bon sens éprouve à admettre les conditions fournies par le
calcul n’est autre chose au fond que la crainte très-fondée d’exposer à
un jeu de hasard, même équitable, une somme de grande importance avec
la presque certitude de la perdre.

Honnête homme et homme de bien, d’Alembert fut aimé et estimé de tous
ceux qui l’ont connu. Ses contemporains ont exalté à l’envi sa bonté
et sa générosité, toujours prête, sans ostentation de vertu. Admiré
et vanté, jeune encore, par les juges les plus illustres, il n’excita
l’envie de personne. Il s’exerça dans les genres les plus divers,
et, sans avoir produit dans tous d’immortels chefs-d’œuvre, il fut
placé par l’opinion au premier rang des savants, des littérateurs et
des philosophes. Sans fortune, sans dignités, malgré le malheur de
sa naissance et l’humble simplicité de sa vie, il fut grand entre
ses contemporains par l’étendue de son influence. L’élévation de son
caractère égala celle de son esprit. Dans son commerce familier et
intime avec les plus grands personnages de son siècle, il sut conserver
sans froideur toute la dignité de ses manières et obtenir sans l’exiger
autant de déférence au moins qu’il en accordait; mais quoique sensible
à la gloire et aux satisfactions de l’amour-propre, il ne cessa jamais,
au milieu de ses succès, si nombreux et si constants, de chercher en
vain le bonheur, qu’il n’entrevit qu’un instant; celui d’une affection
profonde, dévouée, exclusive, et pour tout dire enfin, égale à celle
dont il se sentait capable.

Les journalistes contemporains ont souvent affecté de placer Fontaine
à côté et au-dessus de d’Alembert et de Clairaut. Il n’est pas
responsable d’un tel rapprochement. Il était réellement inventif et
habile, et quoiqu’il n’ait pas laissé de traces profondes dans la
science, son passage y mérite au moins un souvenir. Les rares relations
de Fontaine avec ses confrères montrent un caractère difficile et
bizarre. Sa prétention d’étudier les vanités des hommes pour les
blesser dans l’occasion aurait dû lui imposer pour lui-même une
modestie qui lui manque trop souvent. «Lorsque j’entrai à l’Académie,
dit-il dans un de ses mémoires, l’ouvrage que M. Jean Bernoulli avait
envoyé en 1730, qui est un chef-d’œuvre, venait de paraître; cet
ouvrage avait tourné l’esprit de tous les géomètres de ce côté-là, on
ne parlait que du problème des tautochrones, j’en donnai la solution
que voici, et on n’en parla plus.» Ce tour presque sublime et ces
paroles plus grandes que le sujet pourraient faire sourire ceux mêmes
qui ignorent l’histoire véritable du problème. La vérité est qu’on en
a souvent parlé depuis sans mentionner la solution, exacte d’ailleurs,
de Fontaine.

L’empressement de l’Académie à s’adjoindre Maupertuis semble révéler de
puissantes protections.

On lit au procès-verbal du 7 décembre 1723: «M. de Maupertuis est
entré et a présenté deux mémoires de lui sur des matières d’histoire
naturelle.» Agé alors de vingt-trois ans, il s’adressait pour la
première fois à l’Académie.

Huit jours après, M. de Maurepas fait savoir à l’Académie que M.
de Camus s’étant montré inexact, sa place est déclarée vacante, et
l’Académie, sans élever la moindre objection, y nomme Maupertuis. Le
27 décembre suivant, on lit au procès-verbal: «Le roi a autorisé M. de
Beaufort, adjoint-géomètre, à prendre le titre d’adjoint-mécanicien,
actuellement vacant, et M. de Maupertuis est nommé à la place
d’adjoint-géomètre qui lui convient mieux.»

Ses seuls titres étaient alors deux mémoires inédits d’histoire
naturelle dont le titre même nous est inconnu.

Maupertuis, académicien à vingt-quatre ans, sans avoir fait ses preuves
en aucun genre, sembla d’abord prendre parti pour la géométrie, et
ses premiers mémoires, sans rien apprendre aux géomètres habiles
de l’époque, montrent la connaissance exacte des méthodes et des
raisonnements mathématiques. Dès les premières années cependant, on
voit apparaître le philosophe téméraire et superficiel prêt à trancher
toutes les questions sans s’être préparé à en approfondir aucune.
Interrompant ses études de géométrie pour des recherches que sa manière
de raisonner lui rendait plus faciles, Maupertuis, sans donner ombre de
preuves, propose une _théorie générale des instruments de musique_: les
tables, qui dans chaque cas accompagnent le corps sonore sont, suivant
lui, composées de fibres qui, semblables à des cordes isolées, peuvent
vibrer inégalement et s’unir chacune à la note qui lui convient pour en
accroître la résonnance.

C’est cette théorie dont le père Castel avait osé se moquer
dans quelques lignes parfaitement justes, qui furent cependant
trouvées insupportables. L’Académie, choquée, il est vrai, par les
critiques adressées à tous les mémoires de l’année, préluda avec
moins de retentissement et de rigueur mais autant d’injustice, aux
inqualifiables sévérités exercées plus tard à Berlin contre un autre
contradicteur de Maupertuis.

On raconte qu’un jour, mollement étendu dans un fauteuil, Maupertuis
disait: «Je voudrais bien avoir à résoudre un beau problème qui ne
serait pas difficile.» Cette parole le peint tout entier. Esprit agité
sans consistance, remuant sans être actif, incapable de contention
et d’effort, il a conservé pendant toute sa vie la science incomplète
et superficielle qui lui valut ses premiers succès. Répandant son
esprit en paroles et en conjectures, il se piqua de littérature et de
philosophie; malgré leurs vastes prétentions, ses écrits, aussi pauvres
par le fond que médiocres par le style, n’appartiennent plus dès lors
à l’histoire de la science, et le bienveillant et timide Grandjean de
Fouchy, en les mentionnant dans l’éloge de Maupertuis, décline avec
raison sa compétence. Prompt à saisir la faveur des grands et à la
ménager, Maupertuis fit de sa réputation scientifique l’instrument de
sa fortune. Au milieu de l’applaudissement et de la faveur dont le
succès de l’expédition du Nord l’avait entouré, Frédéric crut faire
merveille en lui donnant, avec des avantages extraordinaires, la
direction de l’Académie de Berlin. Il y brilla d’un éclat passager
jusqu’au jour où l’impitoyable justice de Voltaire vint changer en un
ridicule immortel le vain bruit qui avait entouré son nom.

Au nombre des géomètres de l’Académie, il serait injuste de ne pas
citer Deparcieux qui, sans avoir pénétré les profondeurs de la science,
a su joindre à un esprit juste une persistance infatigable dans l’étude
des applications utiles.

C’est de lui que Voltaire a dit dans _l’Homme aux quarante écus_: «Mon
géomètre était un citoyen philosophe...—Je lui dis: Monsieur, vous
avez tâché d’éclairer les badauds de Paris sur le plus grand intérêt
des hommes, la durée de la vie humaine. Le ministère a connu par vous
seul ce qu’il doit donner aux rentiers viagers, selon leurs différents
âges; vous avez proposé de donner aux maisons de la ville l’eau qui
leur manque...»

Deparcieux, en effet, a publié des tables qui pendant longtemps furent
les seules sur les probabilités de la vie humaine en France, et un
projet très-minutieusement étudié pour amener à Paris les eaux de la
rivière de l’Ivette.

Le début du livre de Deparcieux ne semble promettre que des calculs et
des chiffres exacts, et les premières lignes sont écrites pour écarter
quiconque n’est pas géomètre.

Soit B, dit-il sans autre exorde, l’intérêt que
rapporte un certain fonds A; P, l’argent qu’on prête
annuellement. . . . . . . . . . . . . . . . Ce début donnerait
d’ailleurs une idée très-inexacte de la forme de l’ouvrage et de son
esprit; certains passages pourraient au contraire mériter le reproche
de s’éloigner un peu trop du sujet.

Deparcieux, par exemple, en blâmant moins éloquemment que Rousseau,
mais vingt ans avant lui, l’habitude de confier les enfants à des
nourrices étrangères, ne semble pas éloigné d’y voir la cause
principale de toutes les enfances maladives en y rattachant, par une
conséquence arbitraire, toutes les maladies et les incommodités à
venir. «Telle personne, dit-il, qui, confiée dans son enfance à une
nourrice étrangère, a vécu soixante-dix ou quatre-vingts ans, aurait
vécu quatre-vingt-dix ou cent ans si elle avait teté tout le lait que
la nature lui a destiné: aussi voit-on bien plus de gens âgés dans les
provinces éloignées qu’aux environs de Paris.» Poursuivant sa thèse
jusqu’aux conséquences les plus extrêmes, Deparcieux va jusqu’à désirer
qu’une exacte police contraigne les mères à remplir «le premier et le
plus cher de tous les devoirs.»

Le successeur le plus illustre de Clairaut et de d’Alembert dans
l’Académie fut sans contredit Laplace. Marquant, dès ses débuts, la
grandeur de ses vues et la hardiesse de son esprit, il rencontra
pourtant fort peu d’encouragement et la place d’adjoint dans la
section de géométrie, si aisément accordée autrefois à Maupertuis pour
deux mémoires d’histoire naturelle, lui fut, nous l’avons dit, bien
longtemps refusée. L’œuvre de Laplace comme géomètre est immense: il a
touché aux questions les plus difficiles et saisi fortement, pour les
soumettre à l’analyse, les phénomènes et les questions en apparence les
plus rebelles. Le caractère de son talent n’est pas la perfection, et
c’est par là qu’il est inférieur à Lagrange, mais il déploie souvent
pour atteindre son but une puissance sans égale. Quand un problème est
posé, il lui faut la solution, dût-il, comme le disait Poinsot, qui eût
médité pendant vingt ans plutôt que d’accepter une telle extrémité,
l’arracher avec ses ongles, ou même avec ses dents.

Lagrange, membre de l’Académie de Turin, fut appelé à Berlin pour y
remplacer Euler. D’Alembert, qui l’avait désigné à Frédéric, ne cessait
de le servir près de lui en égalant ses louanges à la vérité. «Je
prends la liberté, écrivait-il, de demander à Votre Majesté ses bontés
particulières pour cet homme véritablement rare et aussi estimable par
ses sentiments que par son génie supérieur...

«Je ne crains pas d’affirmer que sa réputation déjà grande ira toujours
croissant et que les sciences, Sire, vous auront une éternelle
obligation de l’état aussi honorable qu’avantageux que vous voulez bien
lui donner...

«Il nous effacera tous, ou du moins empêchera, qu’on nous regrette.»

Le génie droit et élevé de Lagrange, sans avoir produit ses plus
beaux fruits, s’était révélé clairement, on le voit, à la généreuse
perspicacité de d’Alembert. Quoique l’Académie des sciences de Paris ne
l’ait appelé dans son sein qu’à la veille de la révolution, en 1786,
elle a eu la bonne fortune de le faire Français pour toujours et de le
léguer à l’Institut, où pendant plus de quinze ans il a siégé avec
Laplace. Plus modeste, mais non moins profond que son illustre émule,
il s’est élevé aussi haut d’un vol plus facile et plus ferme, et ses
œuvres mathématiques, dont un siècle de progrès n’eût pas affaibli
l’éclat, sont, aujourd’hui encore, offertes aux jeunes géomètres par un
excellent juge, comme le guide le plus sûr en même temps que le modèle
le plus accompli qu’ils puissent choisir à leur début dans la science
et conserver avec grand profit, à quelque hauteur qu’ils s’y élèvent.

L’Académie comptait en même temps que Laplace, et avant de s’adjoindre
Lagrange, deux géomètres fort illustres aussi, mais d’ordre moins élevé
pourtant: Monge et Legendre.

Quoique fils d’un pauvre marchand ambulant, Monge fut élevé avec grand
soin par les oratoriens de la ville de Beaune. Après de brillantes
études, il fut chargé, à l’âge de vingt ans, d’un cours de physique et
inspira à ses maîtres le désir de le garder avec eux. Mais, peu disposé
à la carrière ecclésiastique, il entra à l’école du génie de Mézières,
en sachant bien pourtant que son humble origine le condamnait pour
toujours aux grades inférieurs à celui de lieutenant. C’est en étudiant
les fortifications et la coupe des pierres qu’il conçut le premier
l’idée des méthodes régulières et générales, aujourd’hui classiques, où
tout l’art du trait est compris; mais, pour être rendues plus faciles
et plus simples, ces pratiques, jusque-là secrètes, enseignées aux
officiers du génie, n’en devaient être que plus soigneusement cachées,
et c’est par des mémoires sur le calcul intégral que Monge se fit
d’abord connaître de l’Académie, où il fut accueilli avec grande faveur.

C’est en 1783 seulement, à l’âge de trente-quatre ans, que Monge,
appelé à Paris comme professeur d’une école fondée par Turgot, put
devenir académicien. Les Mémoires de l’Académie contiennent de lui
des travaux non moins importants que variés et son nom, placé entre
ceux d’Euler et de Gauss, dans l’Histoire de la théorie générale des
surfaces ne saurait être omis dans la liste des géomètres illustres,
quelque courte qu’on veuille la faire. La théorie aujourd’hui classique
et élémentaire en quelque sorte des lignes de courbure lui est due tout
entière, et Lagrange, en regrettant de n’en pas être l’auteur, lui a
décerné un éloge qui dispense de rien ajouter.

Legendre enfin, nommé membre adjoint de la section de géométrie
en 1785, fut le dernier géomètre de grande réputation introduit
dans l’ancienne Académie des sciences. Laborieux et sagace, il a
eu le bonheur d’attacher son nom à la grande théorie des fonctions
elliptiques. Créée par Euler et par Lagrange, perfectionnée depuis par
les géomètres les plus illustres, c’est encore aujourd’hui le nom de
Legendre dont son élude éveille tout d’abord le souvenir.

Les débuts de Legendre avaient attiré l’attention. Agé de dix-sept
ans et élève encore du collége Mazarin, le seul où l’on enseignât
les hautes mathématiques, il eut la hardiesse de dédier à l’Académie
des sciences les thèses imprimées qu’il devait soutenir pour obtenir
le grade de docteur. Les académiciens, acceptant l’hommage du jeune
candidat, consentirent à diriger les épreuves dont l’ensemble mérita
les louanges de d’Alembert. Sans proposer aucune méthode nouvelle,
Legendre, dans ses thèses, trace le résumé rapide de ses études
mathématiques dont elles montrent l’étendue et la force. La présence
inaccoutumée de l’Académie ne contribua pas moins que la jeunesse du
candidat à l’intérêt de ce brillant exercice d’écolier. Les gazettes
en parlèrent et le professeur d’éloquence du collége, le sieur Cosson,
célébra l’événement dans une longue et faible pièce de vers français.
Legendre lui-même, comme pour se montrer capable de parler une autre
langue que l’algèbre, adressa aux académiciens quelques phrases
respectueuses et modestes, prononcées avec grâce et sans aucun trouble.

Excité et encouragé par ce premier succès, Legendre continua pendant
trois ans ses études et ses recherches sans en publier les résultats.
Son premier mémoire à l’Académie date de 1773. Nous nous rappelons
tous, disent les commissaires, la thèse brillante que ce jeune géomètre
a dédiée à l’Académie et les espérances qu’elle a conçues de ses
talents. On verra avec plaisir que ces espérances se sont réalisées
et qu’après avoir exposé avec autant d’ordre que de précision les
découvertes des autres géomètres, M. Legendre est fait pour enrichir la
géométrie de ses propres découvertes.

Lagrange, Laplace, Legendre et Monge, ont été connus de nos
contemporains, et il m’a été donné plus d’une fois de les entendre
juger par ceux dont ils avaient encouragé la jeunesse. M. Poinsot, dans
quelques lignes finement travaillées, s’était plu à marquer les traits
principaux de leur caractère et de leur talent, et, malgré l’injustice
très-apparente envers l’un des plus illustres, il avait assez bien
réussi pour que dès la première lecture on n’hésitât pas un instant sur
le véritable nom des géomètres A, B, C, D.

A. Va d’un air simple à la vérité qu’il aime: la vérité lui sourit et
quitte volontiers sa retraite pour se laisser produire au grand jour
par un homme aussi modeste.

B. Ne l’a jamais vue que par surprise. Elle se cache à cet homme vain
qui n’en parle que d’une manière obscure. Mais vous le voyez qui
cherche à tourner cette obscurité en profondeur et son embarras en un
air noble de contrainte et de peine comme un homme qui craint d’en trop
dire et de divulguer un commerce secret qu’il n’a jamais eu avec elle.

C. Il faut bien, se dit-il, qu’elle soit en quelque lieu. Or il va
laborieusement dans tous ceux où elle n’est point, et comme il n’en
reste plus qu’un seul qu’il n’a pas visité, il dit qu’elle y est, qu’il
en est bien sûr, et il s’essuie le front.

D. D’un tempérament chaud, la désire avec ardeur, la voit, la poursuit
en satyre, l’atteint et la viole.



LES ASTRONOMES.


L’astronomie, comme les mathématiques, a compté presque constamment
dans l’Académie d’utiles et illustres représentants, et les noms
des Cassini, de Maraldi, de Lacaille, de Lemonnier, de Delisle, de
Legentil, de Pingré, de Lalande et de Messier sont restés célèbres dans
l’histoire de la science. Lalande, dont la justice était rigoureuse
et sévère, a pu écrire en 1766: «La collection des mémoires de
l’Académie des sciences renferme le plus riche trésor que nous ayons
en fait d’astronomie; la découverte des satellites de Saturne, l’étude
consciencieuse et prolongée de la grandeur et de la figure de la
terre, l’application du pendule aux horloges, celle des lunettes aux
quarts de cercles et des micromètres aux lunettes, des discussions
continuelles et savantes sur la théorie du soleil et de la lune, leurs
inégalités, les réfractions, l’obliquité de l’écliptique, la théorie
des satellites de Jupiter, tout cela se trouve longuement développé
et traité à bien des reprises dans cette collection dont l’analyse
formerait, si on le voulait, un traité complet d’astronomie.»

Nous avons dit quelle a été, dès la création de l’Académie, l’ardeur
et le succès de ses premiers membres dans la poursuite des travaux
astronomiques. L’observatoire royal, construit pour l’Académie, était
considéré comme une de ses dépendances, et la Connaissance des temps,
constamment rédigée par ses membres, le fut depuis 1702 sous la
direction même et au nom de la compagnie tout entière.

M. le président, dit le procès-verbal du 7 janvier 1702, a nommé cette
année, pour travailler à la Connaissance des temps, le père Gouye,
MM. Sauveur, Homberg et Lieutaud. Ce fut en réalité Lieutaud qui fit
tous les calculs et qui en resta chargé jusqu’en 1729. Godin, Maraldi,
Lalande et Jeaurat lui succédèrent successivement.

Lefèvre, à qui le privilége de la Connaissance des temps fut
brutalement retiré au profit de l’Académie, était un calculateur
habile, choisi par Picard et formé à son école. Simple tisserand à
Lisieux, il avait appris seul assez d’astronomie pour calculer les
éclipses et les annoncer exactement. Picard en fut informé, et lui fit
obtenir avec une petite pension le droit de publier chaque année la
connaissance des mouvements célestes. Lefèvre vint à Paris et renonça
au métier de tisserand, jusqu’au jour où l’inconvenance de ses attaques
contre de La Hire lui fit perdre à la fois son privilége et le titre
d’académicien.

La ville de Paris, pendant le XVIII^e siècle, compta presque
constamment huit à dix observatoires sérieusement organisés pour
l’étude du ciel, et occupés par des observateurs exercés, appartenant
presque tous à l’Académie. L’observatoire royal, que l’on nommait
aussi observatoire de l’Académie des sciences, logeait habituellement
trois ou quatre astronomes. Bernoulli, qui le visita en 1767, n’y
vit que Cassini de Thury, Maraldi; leurs collaborateurs, Legentil
et Chappe, étaient partis alors pour observer, l’un dans l’Inde,
l’autre en Sibérie, le passage de Vénus sur le soleil. Le titre
d’astronome du roi mettait Lemonnier, à la même époque, en possession
d’excellents instruments transportés presque tous à sa terre, située
en Bretagne. Il conservait cependant et utilisait parfois chez lui,
rue Saint-Honoré, les instruments de l’expédition faite en Laponie
avec Maupertuis et Clairaut. Lalande observait au Luxembourg; mais le
mauvais état des bâtiments le força de se retirer au collége Mazarin,
dans l’observatoire construit pour La Caille, et où l’abbé Marie, alors
professeur du collége, lui offrit la plus large hospitalité.

L’École militaire possédait aussi un élégant observatoire, occupé en
1767 par l’académicien Jeaurat; celui de la marine, à l’hôtel de Cluny,
était confié à Messier, et la confrérie de Sainte-Geneviève fournissait
à son bibliothécaire, Pingré, tous les moyens d’étudier le ciel. Il
était installé dans les bâtiments actuels du lycée Napoléon. A Colombes
enfin, le riche marquis de Courtanvaux, académicien honoraire, avait
installé un observatoire élégant et richement pourvu. Traitant les
sciences comme un amusement, Courtanvaux les prenait et les quittait
tour à tour, en variant constamment ses travaux, toujours intelligents
et souvent utiles. Mais personne n’observait à Colombes, et le charmant
observatoire, en témoignant du goût d’un grand seigneur pour la
science, ne lui rendit jamais de véritables services.

Jacques Cassini et Cassini de Thury, directeurs héréditaires en quelque
sorte de l’observatoire, portèrent avec honneur un nom illustre.
L’achèvement, de la carte de France fut l’œuvre capitale de leur vie,
mais leurs noms, honorablement cités pour d’autres travaux, doivent
être associés à ceux de leurs cousins Dominique et Jacques Maraldi
qui, attirés par eux à l’Observatoire, appartinrent tous deux aussi
à l’Académie des sciences, où ils présentèrent, à défaut de théories
profondes et nouvelles, un nombre immense d’observations exactes.

Lemonnier, appelé très-jeune encore à l’Académie, justifia par une
vie laborieuse et utile cette marque de confiance qui, très-fréquente
alors, fut presque toujours heureusement et dignement placée.
Compagnon de Maupertuis et de Clairaut dans leur voyage en Laponie,
il fut l’observateur le plus actif et le plus exercé sans doute de
l’expédition.

«Obligé, dit Bailly, de choisir un état, La Caille choisit, ou
plutôt on choisit pour lui l’état ecclésiastique, comme offrant plus
de ressources.» L’intention épigrammatique de cette phrase est une
concession aux idées du temps et de la société dont Bailly désirait
les applaudissements, car l’abbé La Caille fut pendant toute sa vie un
modèle de désintéressement, de probité et d’austère abnégation. Son
père, autrefois dans l’aisance, ne lui avait légué que des dettes. La
Caille les accepta, et grâce à des privations qui durèrent toute sa
vie, n’eut besoin pour les acquitter que des modestes appointements de
professeur de collége, honorable et faible salaire d’un travail assidu
que la célébrité croissante de son nom ne lui fit jamais dédaigner.
Cassini, sachant apprécier les premiers essais scientifiques de La
Caille, le prit chez lui à l’Observatoire, pour en faire l’émule et le
modèle de ses fils. La Caille devint bien vite un astronome consommé.
Il fut chargé avec Maraldi neveu, de lever géométriquement le contour
des côtes de France, puis avec Cassini de Thury, de déterminer la suite
des points situés sur la méridienne de l’Observatoire de Paris. Le
succès de ce double travail lui valut une chaire de mathématiques au
collége Mazarin et la disposition d’un observatoire créé pour lui dans
le collége même; l’Académie des sciences enfin, en le choisissant de
préférence au jeune d’Alembert, combla ses espérances et sa modeste
ambition. La Caille était alors âgé de vingt-huit ans; il ne vécut
depuis que pour la science du ciel, dont ses travaux ont abordé et
perfectionné successivement toutes les parties.

Bailly, fils d’un gardien des tableaux du roi, naquit au Louvre, à la
porte, pour ainsi dire, de l’Académie. Instinctivement soumis à la
règle et au devoir, il montra toujours un grand éloignement pour la vie
légère et dissipée dont son entourage lui donnait plus d’un exemple.
Son père, homme de plaisir plus que d’étude, était peu capable de le
diriger et peu désireux d’en faire un savant. Bailly aborda seul les
éléments des sciences et s’y avança assez loin pour mériter l’attention
de La Caille, qu’un hasard heureux lui fit rencontrer. Non content
de lui marquer sa voie, La Caille, à partir de ce jour, voulut le
diriger et le suivre, et le rendant témoin de tous ses travaux, lui fit
quelquefois l’honneur de l’y associer. Les premiers mémoires de Bailly,
sans franchir l’application des méthodes connues, dont ils montrent
seulement la pleine intelligence, lui ouvrirent, à vingt-sept ans, les
portes de l’Académie.

Bailly sut prendre rang parmi ses confrères les plus illustres. L’œuvre
capitale de cette période de sa vie est la théorie des satellites de
Jupiter dans laquelle la géométrie la plus haute s’éclaire et s’appuie
d’observations délicates ingénieusement discutées et interprétées.
Mais les travaux de science pure devaient l’occuper de moins en moins.
Très-désireux de s’élever et de jouer un rôle, Bailly, avec plus de
science acquise que La Condamine et plus de talent que Maupertuis,
mais avec moins d’éclat que Buffon, ambitionna comme eux la réputation
d’écrivain. Encouragé d’abord par d’Alembert, il aspira longtemps,
avant qu’elle fût vacante, à la place de secrétaire de l’Académie des
sciences, et comme Condorcet, qui devait l’emporter sur lui, il voulut
se créer des titres en composant plusieurs éloges, dans la plupart
desquels la science n’a aucune part. Ceux de Charles V, de Molière et
de Corneille lui valurent des accessits à l’Académie française et à
celle de Rouen; il fut plus heureux à Berlin où son éloge de Leibnitz
emporta le prix.

Un ouvrage de plus grande valeur, en donnant à Bailly l’occasion
d’exercer et de déployer son style, le ramena vers ses premières
études. L’_Histoire de l’Astronomie_ forme en tout cinq volumes d’une
science exacte et sérieuse, et d’une lecture agréable et facile.
L’auteur trop souvent, à l’exemple et à l’imitation de son ami Buffon,
cherche à relever la sécheresse des faits par quelques pages, _écrites
de génie_ où se montre une imagination un peu trop hardie. Après un
succès brillant, mais peu durable, les idées de Bailly sur la science
avancée d’un peuple ancien qui, disait spirituellement d’Alembert, nous
aurait tout appris excepté son nom, ont été peu à peu abandonnées de
tous. «Les tables indiennes, écrivait plus tard Laplace, supposent une
astronomie assez avancée, mais tout porte à croire qu’elles ne sont
pas d’une haute antiquité. Ici, je m’éloigne avec peine de l’opinion
d’un illustre et malheureux ami dont la mort, éternel sujet de regrets,
est une preuve affreuse de l’inconstance de la faveur populaire.
Après avoir honoré sa vie par des travaux utiles aux sciences et à
l’humanité, par ses vertus et par un noble caractère, il périt victime
de la plus sanguinaire des tyrannies, opposant le calme et la dignité
du juste aux outrages d’un peuple dont il avait été l’idole.»

Ces lignes de l’auteur de la _Mécanique céleste_ sont pour la mémoire
de Bailly le plus précieux des hommages. Nous n’avons pas à les
expliquer en racontant l’éclat éphémère de son rôle honorable et
trop court au début de la révolution, les ennuis, les tristesses qui
l’ont suivi, ni à redire enfin après tant d’autres l’histoire de son
assassinat juridique et la dignité calme de ses derniers moments au
milieu des injures stoïquement supportées.

La famille de Lalande le destinait au barreau. Après de bonnes études
faites à Grenoble, son père l’envoya demander à l’Université de Paris
de plus fortes leçons sur la science du droit, mais le Collége royal
l’attira tout d’abord; les leçons de Delisle et de Lemonnier lui
révélèrent sa vocation; il fut reçu avocat, mais devint astronome.
Favorisés en même temps par deux maîtres qui semblaient pour lui
oublier leurs inimitiés, les débuts de Lalande furent brillants et
faciles. Agé de vingt ans à peine, il fut chargé, grâce aux vives
recommandations de Lemonnier, d’aller faire à Berlin, sur le méridien
du cap de Bonne-Espérance, les observations que La Caille devait
combiner aux siennes pour en déduire la parallaxe de la lune.

La cour de Frédéric était ouverte à tous les académiciens et leur jeune
missionnaire fut traité comme eux. Dans un bal d’apparat, Lalande,
qui ne savait pas danser, invita sans façon une princesse royale et
brouilla toutes les figures. Malgré les vifs reproches de Maupertuis,
il ne comprit jamais toute la gravité d’une faute où se révèle, au
début de sa carrière, un des traits caractéristiques de son esprit;
dans le danseur maladroit qui, à l’âge de vingt ans, bravait si
tranquillement l’étiquette, on reconnaît assez bien, en effet, le vieil
astronome qui devait, cinquante ans plus tard, faire annoncer dans la
gazette l’heure à laquelle il montrerait sur le Pont-Neuf l’anneau de
Saturne et les satellites de Jupiter.

L’activité de Lalande ne souffrait aucun repos et la prodigieuse
diversité de ses travaux a étonné ses contemporains. Ses observations
et ses calculs astronomiques, la rédaction de la Connaissance des
temps, de nombreux articles du Journal des savants, un traité complet
d’astronomie où se trouve résumé, dit-il, tout ce qui a été fait en
astronomie depuis 2,500 ans, une bibliographie astronomique, véritable
trésor d’érudition où Lalande, qui a lu tous les ouvrages anciens
et modernes relatifs à la science du ciel, rapporte, très-librement
quelquefois, l’impression qu’il en a gardée. Cent cinquante mémoires
originaux publiés enfin dans le recueil de l’Académie des sciences,
pourraient être le fruit complet d’une ardeur continuée pendant le
cours d’une longue vie, mais Lalande avait besoin d’écrire comme
quelques-uns ont besoin de parler; on le voit dans tous ses ouvrages
interrompre fréquemment son discours pour converser en quelque sorte
avec le lecteur, et Lemonnier s’est montré piquant, sans être injuste,
en nommant son traité d’astronomie _la Grande Gazette_.

Lalande, dont la curiosité s’étendait à tout, a composé, je dirais
presque improvisé, un traité sur les canaux, un voyage en Italie où
il n’est nullement question d’astronomie, la description de sept
arts différents, un discours sur la douceur, un autre sur l’esprit
de justice, gloire et sûreté des empires, un troisième enfin sur
les avantages de la royauté. Il a composé de nombreux éloges, entre
autres celui du maréchal de Saxe. «C’est à peine, dit Delambre, si
l’on pourrait citer un personnage célèbre dont Lalande n’ait pas écrit
l’éloge.» Mais s’il aimait à louer les morts, il disait toute la
vérité aux vivants. On l’a repris, non sans raison, d’avoir rempli la
bibliographie astronomique de décisions trop rudes et trop formelles,
telle que celle-ci adressée à un livre contemporain: «C’est une suite
d’absurdités.» A l’occasion d’expériences singulières mais douteuses,
il écrit en note: «Ces expériences étaient supposées, nous avons su que
c’était par le père Berthier oratorien, le Jésuite avait plus d’esprit.»

A propos de l’_Histoire de l’Astronomie_ de Weidler, il dit: «C’est la
seule histoire complète de l’astronomie qu’on ait eue jusqu’à présent;
elle est remplie d’érudition et de recherches. Delisle seul aurait eu
dans ses manuscrits de quoi la perfectionner pour les détails et les
recherches d’érudition. Bailly en a donné une plus étendue, en cinq
volumes, mais celle de Weidler est précieuse par le grand nombre de
faits, et celle de Bailly contient beaucoup de phrases, d’hypothèses
et de dissertations. Je lui représentai dès le commencement qu’il
pourrait employer son temps plus utilement pour l’astronomie.»

L’ardeur de Lalande et la sincérité de ses impressions éclatent dans
ses écrits, souvent fort négligés, par des expressions vives et
naturelles.

«Dès 1768, dit-il dans le préambule de l’un de ses ouvrages, le citoyen
Jeaurat ayant obtenu du duc de Choiseul, ministre de la guerre, la
construction d’un observatoire à l’École militaire, je l’engageai à y
faire un gros mur propre à recevoir un grand quart de cercle mural qui
manquait à l’établissement et qui était nécessaire pour l’entreprise
que je méditais. Nous n’avions pas alors l’instrument, mais je disais
ce que la loi des servitudes dit de la pierre d’attente, _perpetuo
clamans_; et je ne me suis pas trompé. Après avoir fait des efforts
inutiles auprès des ministres les plus célèbres et les plus savants,
Malesherbes et Turgot, pour obtenir un mural, je l’obtins en 1774 de
Begeret, receveur général des finances. On voit dans l’Évangile que le
publicain fit honte au pharisien.»

Ces lignes n’ont pas besoin d’être signées, et tout lecteur familier
avec les écrits des astronomes y reconnaîtra le cachet très-marqué de
Lalande.

Sous des formes brusques et âpres parfois, Lalande cachait
d’excellentes et solides qualités. Mécontent souvent de lui-même et
sincère envers lui comme envers les autres, il avouait de bonne foi
ses défauts et son impuissance à les vaincre. En parlant d’une femme
réellement distinguée, M^{me} Lepaute, qui l’aida souvent, ainsi que
Clairaut, dans ses calculs astronomiques, il dit avec émotion: «Elle
supporta mes défauts et contribua à les diminuer.»

Si cédant à son premier mouvement et poussant à bout ses avantages,
il accueillit plus d’une fois trop irrespectueusement les injustes
critiques de son maître et premier protecteur Lemonnier, c’est
qu’irrévérencieux par nature, et discutant avec rudesse, il
pouvait s’emporter jusqu’à la colère sans imaginer mettre en péril
une amitié chez lui sincère et inébranlable, et lorsqu’un jour
l’irascible vieillard lui défendit de reparaître chez lui pendant une
demi-révolution des nœuds de la lune, c’est-à-dire neuf ans, il lui
répondit comme Antisthènes à Diogène: «Vous ne trouverez pas de bâton
assez fort pour m’éloigner de vous.» Incrédule enfin et irréligieux
avec passion, il n’hésita pas pendant la Terreur à cacher dans son
observatoire plusieurs prêtres dont la vie était menacée. «Si l’on
vient faire des recherches, leur dit-il, nous vous ferons passer pour
astronomes.» Et comme ils hésitaient: «Ce ne sera pas un mensonge,
reprit-il; vous vous occupez du ciel autrement, mais tout autant que
moi.»

Pingré, religieux génovéfain et entré de bonne heure dans la
congrégation des Pères qui l’avaient élevé, fut pendant sa jeunesse
étranger à la science; la théologie l’occupait tout entier. Accusé
de jansénisme et relégué comme professeur de grammaire au collége de
Rouen, il apprit que l’Académie des sciences et belles-lettres de
la ville ne comptait pas un seul astronome, et voyant une position
honorable et utile à prendre, il aborda courageusement, à l’âge de
trente-huit ans, les premières études scientifiques.

L’observation très-exacte d’une éclipse lui valut le titre de
correspondant de l’Académie des sciences de Paris. Nommé peu de temps
après bibliothécaire de Sainte-Geneviève, il obtint en même temps
le titre d’associé libre de l’Académie, le seul que d’après les
règlements pût alors obtenir un religieux régulier. Observateur exact
et calculateur infatigable, Pingré accepta, pour servir la science, les
missions les plus pénibles, et son nom est souvent cité dans l’histoire
des expéditions de l’Académie.

Dans cette rapide énumération des académiciens astronomes, il serait
injuste d’omettre le nom de Messier. Messier ne fut jamais fort savant
dans la connaissance des théories astronomiques. Élève de Delisle,
qui l’avait pris chez lui et en quelque sorte adopté, il faisait près
de lui non-seulement avec zèle, mais avec passion, les observations
pour lesquelles il n’était pas besoin d’une grande étude. Ses yeux de
lynx, épiant chaque nuit la voûte céleste, n’y laissaient rien passer
inaperçu. Il observa dix-sept comètes sur lesquelles treize découvertes
par lui, furent cependant toujours calculées par d’autres. L’utilité et
l’exactitude de ces travaux faciles et subalternes méritèrent à leur
auteur une célébrité européenne, et l’Académie, après l’avoir longtemps
écarté comme constamment étranger aux théories et aux méthodes
mathématiques, fut entraînée enfin par l’opinion des astronomes à lui
conférer le titre d’adjoint.

La révolution trouva Messier à son observatoire de l’hôtel de Cluny et
ne l’y dérangea pas. Privé de ses modestes appointements, il supporta
stoïquement la misère. Delambre l’a vu plus d’une fois venir chercher
de l’huile chez Lalande pour ses observations de la nuit. Au plus
fort de la Terreur il découvrit une comète. Les astronomes dispersés
ne pouvaient lui en calculer l’orbite; il songea au président de
Saron qui, condamné déjà par le tribunal révolutionnaire, reçut les
observations de Messier et employa les dernières heures de sa vie à en
déduire les éléments de l’orbite.

Passionné pour les calculs numériques, Bochard de Saron, depuis
longtemps, se chargeait avec joie des plus difficiles et rendait de
véritables services aux astronomes. Riche et généreux, il n’épargnait
aucune dépense pour se procurer les meilleurs instruments et les
meilleurs chronomètres. C’est lui qui fit imprimer à ses frais, en
1784, le premier ouvrage de Laplace, fragment important déjà de la
_Mécanique céleste_, dont il avait deviné la haute portée.

De Saron, pendant la Terreur, vécut dans une grande retraite, en ne
cherchant qu’à se faire oublier. Mais il avait signé une protestation
contre la dissolution du parlement; ce fut le crime qui le conduisit à
l’échafaud.

Dionis du Séjour, magistrat comme Saron, montra comme lui, et avec
de plus hautes aspirations scientifiques, un dévouement sincère et
constant aux études astronomiques. Membre très-actif et très-influent
du Parlement, il sut, sans négliger aucun devoir, jouer en même temps
dans la science un rôle sérieux et important. Abordant dans toute
leur complication les problèmes les plus difficiles de l’astronomie
physique, il s’avançait dans les voies inexplorées avec une patience
sans égale, et si ses méthodes n’ont pu devenir classiques et
définitives, elles restent néanmoins comme d’ingénieux exercices,
témoignages incontestables du savoir le plus assuré. Dionis du Séjour,
tout en se faisant un nom considérable dans la science, avait la
bonté, dit quelque part Voltaire, d’être en même temps conseiller au
Parlement, où l’on citait son savoir et sa droiture; il étonnait
ses confrères par le nombre et la netteté des rapports qu’il pouvait
faire sans fatigue. Libéral et sensé, il porta à l’Assemblée nationale
l’autorité de ses talents et d’une réputation très-méritée de pureté
et de justice. On l’avait beaucoup loué sous la monarchie d’avoir su,
malgré le texte formel de la loi, sauver la vie d’un malheureux prêtre
coupable de sacrilége. Ce pauvre homme, fort grossier de langage,
ayant eu de la peine à faire entrer l’hostie dans l’ostensoir, l’avait
poussée avec impatience en s’écriant: «Entre donc...» et ajoutant un
mot que Lalande, qui pourtant se gêne peu, n’a pas osé imprimer, il fut
entendu, dénoncé, et condamné à mort. Heureusement il y avait appel,
et du Séjour était de Tournelle. Le jugement fut cassé et l’accusé,
renvoyé devant l’autorité ecclésiastique, en fut quitte pour une année
de retraite.



LES MÉCANICIENS ET LES PHYSICIENS.


D’Alembert et Clairaut seront illustres à jamais dans l’histoire de la
mécanique; mais, préoccupés seulement des principes et des grandes lois
de la science, ils ont négligé et ignoré peut-être les secrets plus
nombreux et non moins délicats des applications pratiques et du détail
des mécanismes. D’autres académiciens, inventeurs d’un autre genre
et différemment ingénieux, représentèrent constamment cette branche
de la science à laquelle, dès les premières années de l’Académie,
s’appliquèrent Perraut et de Lahire.

Amontons, nommé élève à l’âge de quarante ans, et demeuré tel jusqu’à
sa mort, devait contribuer, par l’éclat de ses découvertes, à faire
abolir ce titre qui, en 1716, par une décision du Régent, fut remplacé
par celui d’adjoint. Amontons fut en effet, pendant sa courte carrière,
un des académiciens les plus actifs, et il sut se placer par
l’importance des travaux accomplis, comme par la grandeur de ceux qu’il
méditait, au nombre des plus considérables. Très-curieux de toutes les
combinaisons mécaniques, et affligé d’une surdité presque complète qui,
en le séquestrant du commerce des hommes, le laissait tout entier à ses
pensées, il avait commencé bien jeune encore par chercher le mouvement
perpétuel; il apprit, en y travaillant, les principes qui en démontrent
l’impossibilité, et ne tarda pas à étudier sérieusement toutes les
sciences spéculatives et expérimentales. Ses premières relations avec
l’Académie datent de l’année 1684; âgé alors de vingt-quatre ans, il
lui présenta un nouvel hygromètre qui fut approuvé. Il proposa plus
tard un thermomètre et une clepsydre d’une construction compliquée
et dont le principe n’avait rien de nouveau. Ses travaux les plus
importants sont postérieurs à sa nomination comme élève.

Amontons avait eu, après Huyghens et Papin, l’idée d’emprunter à
l’action du feu la force motrice des machines. «On aurait, disait-il,
l’avantage de pouvoir cesser et interrompre le travail quand on veut,
sans demeurer chargé du soin et de la nourriture des chevaux et de
n’en pas supporter la perte et le dépérissement.» Huyghens proposait
d’employer la force de la poudre, et Papin faisait agir la vapeur
d’eau. Amontons eut recours à la force élastique de l’air échauffé,
dont les lois alors très-nouvelles furent, en partie au moins, énoncées
par lui sous une forme élégante et exacte. Il constata d’abord que
la chaleur de l’eau bouillante peut accroître la tension de l’air
jusqu’à un certain degré, qui ne peut ensuite être dépassé; il en
conclut que la température de l’ébullition est constante. C’était un
fait considérable, dont l’étude devait avoir les plus importantes
conséquences, mais qui, mal interprété d’abord, causa de grands
embarras aux physiciens.

Amontons a observé, comme il est vrai, que l’accroissement de pression
d’un volume donné d’air chauffé à la température de l’eau bouillante
est proportionnel à la pression primitive, dont elle est environ le
tiers. Cette loi est exacte, étendue à toutes les températures, et
combinée avec celle de Mariotte, elle équivaudrait à la loi de la
dilatation des gaz sous pression constante, démontrée de nos jours par
les expériences plus exactes de Gay-Lussac et par celles de MM. Rudberg
et Regnault.

Amontons utilise, dans sa machine, l’effort de l’air échauffé, pour
élever de l’eau dont le poids fait ensuite tourner la roue. Pour
examiner le travail que l’on peut ainsi produire, il commence par
déterminer celui dont un cheval est capable, et qui est, suivant lui,
une force de soixante livres développée avec une vitesse d’une lieue
à l’heure. C’est d’après cette définition qu’il assigne à sa machine
une force de dix chevaux, sans songer qu’une autre appréciation, celle
du combustible consommé, serait indispensable pour en faire juger la
valeur.

Amontons s’est occupé aussi de la théorie du frottement; il a trouvé
que cette résistance est proportionnelle à la pression et indépendante
de l’étendue des surfaces en contact. Il le prouvait par une expérience
aussi simple qu’ingénieuse: que l’on place sur un même plan incliné
différents corps de poids inégaux reposant sur des surfaces de même
nature, mais d’étendue différente, si l’inclinaison du plan est faible,
ils resteront tous immobiles; mais, que l’on vienne à l’accroître
en abaissant le plan autour d’une charnière horizontale, comme on
fait au couvercle d’un pupitre que l’on ferme, les corps grands ou
petits, chargés ou non de poids étrangers, se mettront tout à coup et
tous ensemble à glisser, surmontant en même temps la résistance du
frottement, égale pour chacun d’eux, à cet instant, à la composante
de la pesanteur qui les pousse et qui, proportionnelle à la pression,
ne dépend en rien de l’étendue des surfaces. Cette loi si simple
était contraire aux idées reçues par tous les mécaniciens. De Lahire
l’accepta, et pour en donner une preuve plus nette encore, sinon plus
certaine, il opéra, comme Coulomb devait le faire plus tard, sur de
petits chariots inégalement chargés et entraînés le long d’un plan
horizontal par l’intermédiaire d’une poulie et à l’aide d’un poids
qui, lors du départ, se trouvait toujours exactement proportionnel à
la pression. Malgré ces deux démonstrations, dont l’accord n’aurait
dû lui laisser aucun doute, l’Académie ne fut pas convaincue, et
Amontons ne réussit pas à satisfaire ses contradicteurs. Si l’on opère,
lui disait-on, sur un grand nombre de feuilles de papier superposées
horizontalement, et dont la dernière supporte un léger poids qui la
presse sur les autres, on pourra, sans grand effort, retirer une des
feuilles sans toucher aux autres en surmontant le frottement des
feuilles voisines; mais, si l’on prend à la fois un grand nombre de
feuilles non consécutives, on éprouvera, en voulant les retirer toutes
ensemble, une résistance beaucoup plus grande; la pression, disait-on,
est cependant toujours la même, et la surface totale sur laquelle elle
s’exerce a seule changé. Quoique l’objection repose sur une assertion
inexacte et que la pression totale, égale à la somme des pressions
supportées par chaque feuille, croisse évidemment avec leur nombre,
Amontons ne répondit pas très-nettement, et l’Académie, habituellement
moins timide, laissa son excellent travail dans les procès-verbaux
manuscrits, où il se trouve encore, sans lui accorder place dans les
mémoires imprimés.

«Malgré toutes les preuves et les remarques de M. Amontons qui
avaient, dit Fontenelle, dans le volume de 1703, mis son système
dans un assez beau jour, nous sommes obligés d’avouer ici au public
que l’Académie n’est pas pleinement persuadée; elle convenait bien
que la pression était à considérer dans les frottements et souvent
seule à considérer, mais elle n’en pouvait absolument exclure, comme
M. Amontons, la considération des surfaces.» On voulut, ajoute
Fontenelle, finement à son ordinaire, «pousser cette matière jusqu’à la
métaphysique et aller chercher dans les premières notions ce qu’il en
fallait penser.» La métaphysique, en pareille matière, est faite pour
tout embrouiller et pour prouver tout ce qu’on veut. Ses conclusions,
favorables à Amontons, ne persuadèrent pas, bien entendu, ceux que
l’expérience n’avait pu convaincre.

Amontons enfin et c’est un titre considérable, a eu la première idée du
télégraphe aérien; son invention, sur laquelle il n’a rien écrit, est
racontée ainsi par Fontenelle:

«Peut-être ne prendra-t-on que pour un jeu d’esprit, mais du moins
très-ingénieux, un moyen qu’il inventa de faire savoir tout ce qu’on
voudrait à une très-grande distance, par exemple de Paris à Rome, en
très-peu de temps, comme en trois ou quatre heures, et même sans que la
nouvelle fût sue dans tout l’espace d’entre-deux.

«Cette proposition, si paradoxale et si chimérique en apparence, fut
exécutée dans une petite étendue de pays, une fois en présence de
Monseigneur et une autre en présence de Madame; le secret consistait
à disposer dans plusieurs postes consécutifs des gens qui, par des
lunettes de longue vue, ayant aperçu certains signaux du poste
précédent, les transmissent au suivant, et toujours ainsi de suite; et
ces différents signaux étaient autant de lettres d’un alphabet dont
on n’avait le chiffre qu’à Paris et à Rome. La plus grande portée des
lunettes faisait la distance des postes dont le nombre devait être
le moindre qu’il fût possible; et comme le second poste faisait des
signaux au troisième à mesure qu’il les voyait faire au premier, la
nouvelle se trouvait portée de Paris à Rome, presque en aussi peu de
temps qu’il en fallait pour faire les signaux à Paris.»

Le père Sébastien Truchet fut l’un des honoraires nommé en 1699.
Son humble naissance et sa qualité de frère d’un ordre mendiant
ne semblaient pas l’appeler à figurer dans cette classe réservée
aux grands seigneurs, mais son génie pour la mécanique le rendait
nécessaire à l’Académie. On lui avait donné, en le faisant membre
honoraire, la seule place qu’il pût occuper, car le règlement, on
ne sait trop dans quel but, interdisait l’entrée des sections aux
religieux réguliers. C’est surtout dans la construction de machines
curieuses, et en quelque sorte d’amusements mécaniques, que le génie
créateur du père Sébastien fit paraître ses plus belles inventions.
Son habileté dans l’horlogerie l’avait fait connaître de Colbert.
Charles II d’Angleterre ayant envoyé à Louis XIV les deux premières
montres à répétition que l’on eût vues en France, les ouvriers anglais,
pour cacher le secret de leur construction, les avaient fermées sans
laisser le moyen de les ouvrir; elles eurent besoin de réparation, et
l’horloger du roi, craignant de les gâter, refusa de s’en charger,
en indiquant un jeune homme de sa connaissance fort habile dans
la mécanique, et qui serait peut-être plus hardi. C’était le père
Sébastien, à qui les montres furent confiées; il les ouvrit en effet
et les répara sans savoir à qui elles appartenaient. Colbert voulut le
lui apprendre lui-même; il le fit mander un matin, et après lui avoir
conseillé d’étudier l’hydraulique, dont les applications devenaient
nécessaires à la magnificence du roi, il lui accorda une pension de
600 livres; la première année, suivant la coutume du temps, lui fut
payée le même jour. Le père Sébastien, persuadé que la mécanique tient
à toutes les sciences, ou pour parler mieux, que toutes les sciences
sont unies, s’occupa de géométrie, d’anatomie et de chimie, et devint
un digne membre de l’Académie des sciences, mais il n’écrivit rien sur
ses inventions; content de les exécuter et toujours prêt à donner ses
conseils chaque fois qu’on les lui demandait, il ne cessa jamais de
s’appliquer aux combinaisons ingénieuses qui avaient pour lui tant de
charmes, et fut même admis plusieurs fois à l’honneur de faire admirer
au roi les amusantes merveilles de son génie inventif.

Le génie de Vaucanson ressemblait fort à celui du père Sébastien.
Passionné pour les amusements mécaniques, il y appliqua avec un art
accompli et une adresse jusque-là inconnue toutes les ressources de
la science la plus exacte. Fécond dès son jeune âge en inventions de
toute sorte, tout était pour lui occasion de construire des appareils
mécaniques ou d’en perfectionner. Son ardeur, à peine réprimée un
instant par la volonté paternelle, résista à la menace d’une lettre
de cachet, et dès l’âge de vingt ans, rompant ouvertement toutes les
entraves, il présentait à l’Académie son automate joueur de flûte.

La popularité rapidement acquise par les merveilleuses inutilités où
s’était révélé son génie fut loin d’être accrue par de plus utiles
et plus sérieux travaux. Vaucanson a perfectionné et étendu l’usage
des machines à fabriquer la soie. Les ouvriers de Lyon, inquiets
des conséquences de son invention, le poursuivirent un jour à coups
de pierres. Sa vengeance fut ingénieuse et digne de lui. Consulté
sur le maintien de certains priviléges justifiés, disait-on, par
l’intelligence et l’habileté nécessaires aux ouvriers en soie, il
montra pour réponse une machine avec laquelle un âne, quand on l’y
attelait, avait l’industrie nécessaire pour fabriquer une étoffe aux
plus riches dessins.

Passionné jusqu’à son dernier jour pour l’étude des machines, Vaucanson
avait formé chez lui et à ses frais un véritable musée de mécanique
qui, légué à l’État, a été l’origine et le premier fonds de la riche
collection des arts et métiers.

Pitot-Delauney avait compris les vrais principes de la théorie des
machines et savait les opposer avec décision aux inventeurs chimériques
qui sollicitaient sans cesse l’approbation de l’Académie. Sans avoir
pénétré les théories les plus difficiles de l’analyse, il avait acquis
par ses lectures une instruction mathématique très-solide, sinon
très-étendue, et ses recherches longtemps classiques sur les lois du
mouvement des eaux et sur la résistance des fluides ont été considérées
comme fondamentales. Pitot s’était instruit seul; absolument rebelle
dans son enfance aux études littéraires, il avait réussi, malgré les
soins de ses parents, à ne rien apprendre jusqu’à l’âge de vingt
ans. Un livre de géométrie rencontré par hasard, et dont les figures
piquèrent sa curiosité, lui révéla sa vocation. Il étudia les sciences
avec ardeur, devint astronome et mécanicien, sut mériter l’estime et
la protection de Réaumur, qui l’employa dans son laboratoire de chimie
et dont l’influence lui fit obtenir à l’Académie une place d’adjoint
pour la mécanique. De nombreux travaux insérés chaque année dans les
recueils de l’Académie justifient pleinement ce choix, sans donner à la
science un notable accroissement. Mais Pitot était un homme de pratique
et d’action, et quand à l’âge de quarante-cinq ans, sur la lecture de
l’un de ses mémoires, les états de Languedoc l’appelèrent à réaliser
les projets qu’il y énonçait, Pitot se trouva tout à coup un ingénieur
de premier ordre, dont les œuvres citées encore aujourd’hui sont
montrées comme des modèles.

Perronnet a pris peu de part aux travaux de l’Académie des sciences.
C’est ailleurs surtout que son nom est resté illustre et vénéré. Il fut
le fondateur de l’école des ponts et chaussées, et le lien véritable
entre les membres d’un corps dont l’esprit qu’il a inspiré lui a
survécu sans s’affaiblir. Il apporta néanmoins à l’Académie, avec
l’autorité de son nom, une force réelle dans l’étude des questions
relatives aux travaux publics. Sous le titre de directeur du bureau des
géographes et dessinateurs des plans, des grandes routes et chemins
du royaume, Perronnet avait pris peu à peu la direction de tout le
personnel subalterne des ponts et chaussées, en répandant dans tout le
royaume, par des examens et des concours imposés à tous, l’esprit et
les études de son école de Paris.

Les étudiants de province pouvaient alors, plus aisément
qu’aujourd’hui, lutter sans désavantage contre les concurrents de
Paris. On ne recevait pas à l’école des ponts et chaussées de leçons
proprement dites; les élèves les plus habiles instruisaient les autres,
et pour les y aider, Perronnet leur allouait la très-petite somme
nécessaire pour payer un répétiteur choisi par eux, dont ils redisaient
les leçons à leurs camarades.

Un membre honoraire de l’Académie, Trudaine, était alors le chef
officiel du corps des ponts et chaussées. Les conférences qu’il
institua chez lui devinrent peu à peu un conseil régulier. Perronnet,
toujours occupé de son école, y trouva la meilleure occasion d’en
vivifier l’enseignement, en chargeant les élèves de lire et de
vérifier les projets des ingénieurs de province, et jugeant par leurs
observations la rectitude et la portée de leur esprit, il rémunérait,
suivant leur importance, les remarques utiles et judicieuses. Lorsque
l’influence acquise dans ce conseil l’éleva au plus haut grade de son
corps, celui de premier ingénieur, il voulut conserver jusqu’à la fin
de sa carrière la direction de l’école qu’il avait fondée.

Il est peu de membres dans l’ancienne Académie, au nom desquels
s’attache une célébrité mieux méritée que celle de Coulomb. Esprit
clair et vigoureux, habile à suivre sans aucun détour la trace simple
et droite de la vérité, tous ses travaux, excellents et définitifs,
sont remarquables à la fois par l’importance du but, la solide
simplicité des moyens employés et la netteté des résultats à jamais
acquis à la science.

Employé d’abord aux travaux de la Martinique, puis à ceux du port de
Rochefort, comme officier du génie, Coulomb resta longtemps éloigné
de l’Académie. A l’âge de trente ans, il n’avait pas trouvé une seule
fois la tranquillité nécessaire à de grands travaux scientifiques, mais
il avait beaucoup vu et bien vu. Son génie, mûri par la réflexion,
pouvait, en abordant les questions les plus difficiles, les suivre
loin et les traiter de haut. Le savoir de Coulomb, qui n’apparaît
que quand il le faut, se trouve à la hauteur de chaque épreuve et
dans l’application du calcul mathématique à l’art de l’ingénieur, ses
démonstrations, pour être simples et élémentaires, n’en paraissent que
plus pénétrantes et plus fortes.

Un mémoire sur le vol des oiseaux, inséré dans le _Recueil des Savants
étrangers_, présente des résultats curieux et importants, dont la
démonstration fort élémentaire ne permet pas d’objections sérieuses.
«L’objet de l’auteur, disent les commissaires Monge et Bossut, est de
prouver que non-seulement les forces des hommes sont insuffisantes
pour imiter le vol des oiseaux et soutenir ce travail pendant un
certain temps, mais même qu’il est impossible qu’un homme puisse
s’élever dans l’air par la réaction de ce fluide contre des ailes.

«Ce mémoire, disent en terminant les commissaires, contient des
recherches très-ingénieuses, les résultats qu’on y trouve sont
très-curieux en eux-mêmes et peuvent être utiles en ce qu’ils sont
particulièrement propres à détourner d’entreprises non-seulement vaines
mais même périlleuses; nous croyons qu’il mérite l’approbation de
l’Académie et d’être imprimé dans le recueil des mémoires des savants
étrangers.»

L’auteur est conduit à conclure que «ce ne serait qu’avec des ailes de
trente ou quarante mille pieds carrés que l’on pourrait imiter le vol
des oiseaux et qu’on peut le regarder comme physiquement impossible.»

Les travaux qui suivirent sont de plus haute portée, et la balance de
torsion, commencement et modèle des appareils de précision en physique,
fut l’instrument, presque parfait dès sa naissance, de la découverte
des lois physiques les plus importantes.

Les lois de la torsion des fils et leur application à la mesure des
plus petites forces est l’une des grandes découvertes de Coulomb. Il
ne tarda pas à en déduire la loi jusque-là cachée des attractions
électriques et magnétiques, et par des procédés admirablement précis,
le mode de distribution de l’électricité à la surface des corps,
dont trente ans plus tard les travaux de Poisson devaient confirmer
l’exactitude en en doublant l’importance.

Borda, d’abord officier du génie comme Coulomb, mérita par plusieurs
bons travaux une place d’associé dans la section de mécanique.
Autorisé, malgré les règlements et l’opposition très-vive du corps, à
entrer dans la marine à l’âge de trente-quatre ans, il y fut chargé
de commandements importants, et sut associer sans relâche les travaux
scientifiques aux devoirs de sa profession. Borda était le représentant
naturel de l’Académie dans les expéditions destinées à l’épreuve des
montres marines. Il fit dans ce but, avec M. de Verdun et Pingré,
un voyage dans lequel, élargissant leurs programmes, les savants
collaborateurs étendirent leurs recherches à l’étude de tous les
instruments scientifiques utiles à la navigation.

Borda avait comme Coulomb un esprit sagace et géométrique, qui,
préoccupé surtout des applications, se servait comme lui des théories
les plus hautes pour y pénétrer plus sûrement et plus loin. Très-habile
dans l’usage et la construction des instruments, il a inventé le cercle
répétiteur qui, par un artifice aussi simple qu’ingénieux, peut, même
avec des limbes imparfaitement gradués, porter la mesure des angles à
la dernière précision.

Huyghens chez qui, par une merveilleuse exception, tous les talents
semblaient réunis et dont le nom reste uni à une loi fondamentale et
classique, représentait dignement dans l’ancienne Académie l’étude
expérimentale de la physique.

La réputation déjà considérable de Mariotte le fit appeler à l’Académie
fort peu de temps après sa fondation; il savait s’incliner devant le
génie d’Huyghens, sans jamais soumettre son jugement et sacrifier
son originalité. Capable de juger par lui-même et d’en appeler à
l’expérience, s’il ne choisit pas toujours le meilleur parti, il se
décide dans les questions les plus difficiles, par des raisons toujours
ingénieuses, souvent concluantes et nouvelles. Le traité de Mariotte
sur la nature de l’air est un chef-d’œuvre: véritablement inventeur, il
sait être très-nouveau, sans cesser d’être simple, dans ces questions
que trois hommes illustres, Toricelli, Pascal et Boyle, semblaient
avoir récemment épuisées. Dans un écrit sur la percussion des corps,
Mariotte propose aussi des vues ingénieuses et exactes sur les actions
successives de plusieurs billes en contact choquées par une ou
plusieurs boules de même dimension, et plus d’un professeur aujourd’hui
encore pourrait étudier avec profit l’excellente analyse qu’il en
a donnée. Des erreurs fort graves se trouvent, là comme ailleurs,
mêlées, il est vrai, à la vérité, et l’on nous pardonnera de prouver,
par une citation, l’ignorance de Mariotte en mathématiques.

Les lois de la chute des corps, si bien démontrées par Galilée, ne lui
paraissent ni exactes ni possibles; et après en avoir proposé d’autres,
suivant lesquelles un corps abandonné à lui-même prend instantanément
une vitesse finie, Mariotte ajoute: «Galilée a fait quelques
raisonnements assez vraisemblables pour prouver qu’au premier moment
qu’un poids commence à tomber sa vitesse est plus petite qu’aucune
qu’on puisse déterminer; mais ses raisonnements sont fondés sur les
divisions à l’infini tant des vitesses que des espaces passés et des
temps des chutes, qui sont des raisonnements très-suspects, comme celui
que les anciens faisaient pour prouver qu’Achille ne pourrait jamais
attraper une tortue, auquel raisonnement il est difficile de répondre
et d’en donner la solution; mais on en démontre la fausseté par
l’expérience et par d’autres raisons plus faciles à concevoir. Ainsi
l’on objectera à Galilée que les raisonnements ci-dessus, qui sont
faciles à concevoir et qui sont beaucoup plus clairs que les siens,
qu’il a fondés sur les divisions à l’infini, qui sont inconcevables,
et sur certaines règles de l’accélération de la vitesse des corps, qui
sont douteuses, car on ne peut savoir si le corps tombant ne passe pas
par un petit espace sans accélérer son premier mouvement à cause qu’il
faut du temps pour produire la plupart des effets naturels, comme il
paraît quand on fait passer du papier au travers d’une grande flamme
avec une grande vitesse sans qu’il s’allume, et par conséquent on doit
préférer les raisonnements ci-dessus à ceux de Galilée.»

Mariotte ignorait, on le voit assez, l’essentiel de la géométrie, et
le style précis et serré de la langue algébrique lui semble obscur et
incompréhensible. Mais dans tous ses écrits, on peut le dire, le sens
le plus droit et le plus fin remplace, avec succès souvent, parfois
avec génie, cet instrument puissant qui lui manque, et dont toutes les
règles de la logique sur lesquelles Mariotte a écrit un traité, ne
sont, pour qui le possède, qu’un commentaire intuitif et sans vertu.

Malgré les beaux travaux de Sauveur sur l’acoustique et plusieurs
expériences d’Amontons sur le frottement et sur la chaleur, les
savants, dans les premières années du XVIII^e siècle, semblaient
renoncer à l’espoir de pénétrer plus avant dans les secrets du monde
physique.

Le célèbre Montesquieu disait, en 1717, à la séance de rentrée de
l’Académie de Bordeaux:

«Les découvertes sont devenues bien rares et il semble qu’il y ait une
sorte d’épuisement dans les observations et dans les observateurs....
La nature, après s’être cachée pendant tant d’années, se montra tout
à coup dans le siècle passé, moment bien favorable pour les savants
d’alors, qui virent ce que personne avant eux n’avait vu. On fit dans
ce siècle tant de découvertes qu’on peut le regarder non-seulement
comme le plus florissant, mais encore comme le premier âge de la
philosophie qui, dans les siècles précédents, n’était pas même dans
son enfance. C’est alors qu’on mit au jour des systèmes, qu’on
développa des principes, qu’on découvrit ces méthodes si fécondes et si
générales. Nous ne travaillons plus que d’après ces grands philosophes;
il semble que les découvertes d’à présent ne soient qu’un hommage que
nous leur rendons et un humble aveu que nous tenons tout d’eux. Nous
sommes presque réduits à pleurer, comme Alexandre, de ce que nos pères
aient tout fait et n’ont rien laissé à notre gloire.»

Ils avaient beaucoup laissé au contraire. L’assoupissement dont se
plaint Montesquieu devait être suivi du plus brillant réveil, et
l’arbre immortel qu’il croyait desséché n’avait pas encore donné ses
plus beaux fruits.

Géomètre et astronome en même temps que physicien, chef véritable d’une
expédition célèbre dans laquelle, sans s’écarter jamais du but, il
s’est montré observateur attentif et sagace de tous les phénomènes
de la nature, Bouguer doit être compté parmi les membres illustres de
l’Académie des sciences.

Le père de Bouguer, professeur de mathématiques et de navigation au
Croisic, le destinait à la même carrière et lui enseigna la géométrie
dès sa première enfance. Le jeune Bouguer, professeur à l’âge de seize
ans, continua au Croisic, puis au Havre, de profondes études sur toutes
les parties de la science. Les prix fondés par M. de Meslay excitèrent
son ardeur et l’Académie couronna successivement trois de ses mémoires,
sur la mâture des vaisseaux, sur les observations en mer et sur
l’aiguille aimantée. Dans un ouvrage considérable de Bouguer, publié à
la même époque, sur la gradation de la lumière, la science mathématique
la plus profonde et la plus sage dirige et interprète les expériences
les plus délicates. Bouguer, dans cet ouvrage, a créé une des branches
de la physique: la photométrie. Bouguer a proposé un micromètre fondé
sur un principe extrêmement nouveau et que son emploi commode pour
déterminer le diamètre apparent du soleil a fait nommer héliomètre.
Le livre de Bouguer sur la figure de la terre est resté cependant son
œuvre capitale. Élargissant la tâche que l’Académie lui avait confiée,
Bouguer montre, sur les sujets les plus divers, la solidité de son
savoir et l’industrie de son esprit. Cet excellent ouvrage, excita
d’injustes réclamations qui, repoussées avec aigreur, engendrèrent
d’interminables querelles dont Lacondamine et Bouguer fatiguèrent
pendant plus de dix ans l’Académie et le public. Bouguer avait raison
au fond; mais les attaques enjouées et les fines railleries de son
irréconciliable adversaire attiraient assez l’attention et trouvaient
assez de créance pour attrister sérieusement les dernières années de
l’illustre et excellent physicien.

Curieux comme Bouguer des vérités de la physique et aussi exact
qu’ingénieux à observer, Dufay fut un académicien plein de zèle et
véritablement digne de ce nom. Voué d’abord à la carrière des armes,
il y renonça jeune encore en emportant, avec l’estime de tous, de
puissantes et chaudes protections. Les premiers travaux de Dufay
exécutés pendant les loisirs de sa vie militaire ne se ressentent
pas d’un tel partage, et quand, au sortir du camp, l’Académie lui
ouvrit immédiatement ses portes, il tenait rang déjà parmi les hommes
considérables de la science. Curieux de toutes les sciences à la
fois, il a laissé, dans presque toutes, la trace d’un esprit droit et
éclairé. Dufay a donné d’excellents mémoires sur les sujets les plus
divers.

L’électricité lui doit l’hypothèse des deux fluides électriques. Il
a étudié la double réfraction avec plus de soin et de précision que
ses devanciers. Son mémoire sur la phosphorescence, précédé d’une
introduction historique aussi savante que judicieuse, a acquis
récemment une importance inattendue. M. E. Becquerel, en étendant
excellemment et au delà de toute limite prévue les faits singuliers
qu’il rapporte, y a montré une loi générale de la nature dont
l’histoire devra mentionner à jamais le nom de Dufay.

Si des expériences très-exactes n’ont pas révélé à Dufay l’explication
véritable de la rosée, c’est que, mal posé par ses devanciers, le
problème aurait exigé la connaissance anticipée de la théorie des
vapeurs. Quelle est l’origine de la rosée? Est-ce le ciel qui la verse
ou le sol qui la produit? Ces deux hypothèses sont les seules possibles
et c’est entre elles qu’il faut choisir. Tel est le dilemme inexact
qui, pendant plus d’un siècle, a égaré les physiciens, et dont Dufay
lui-même n’a pas su se dégager.

Après avoir prouvé que la rosée ne tombe pas du ciel, Dufay se montra
trop prompt à en conclure qu’elle s’élève par conséquent de la terre.
La conséquence n’est pas rigoureuse, autant vaudrait dire que, dans
les jours d’hiver, le givre qui se dépose à l’intérieur de nos
appartements, sur les vitres des fenêtres, s’élève nécessairement du
plancher de la chambre parce qu’il ne descend pas du plafond. La rosée
naît dans l’air, à toute hauteur et partout où un corps suffisamment
refroidi fait condenser la vapeur qui s’y trouve disséminée.

Dufay obtint en 1732, avec le titre de surintendant du Jardin
des Plantes, toutes les prérogatives de ses prédécesseurs. Son
administration bienveillante sans partialité et attentive aux intérêts
de la science, releva bientôt l’établissement fort amoindri entre les
mains négligentes, et despotiques pourtant, du successeur de Fagon.
Chirac, premier médecin du roi, avait reçu la direction du Jardin comme
une dépendance de sa charge. Inférieur à Fagon par la science, il
l’était surtout en dévouement et en zèle. Jaloux de tous ses droits et
impérieusement attentif aux détails, il voulait trancher les questions
par lui-même, jusque-là qu’aucune plante ou graine ne pouvait être
donnée ou reçue que par lui; devenu ainsi le principe et le centre de
toutes les affaires du Jardin, il se laissa absorber par une clientèle
toujours croissante et son incurie laissait tout périr, lorsque fort
heureusement Dufay lui succéda. L’étude de l’histoire naturelle
devenait pour l’habile physicien une sorte de devoir, mais curieux de
contenter son esprit, non de diriger celui des autres, il laissait à
chacun toute sa liberté.

On lui doit plusieurs observations sur la salamandre et sur la
sensitive. Un préjugé fort ancien attribue à la salamandre la faculté
de vivre dans le feu. Maupertuis, pour en faire justice, avait jugé
utile de jeter plusieurs salamandres au milieu d’un brasier ardent,
il les vit s’y consumer et se réduire en cendres. La démonstration
était suffisante; Dufay cependant crut la mettre dans un plus grand
jour en prouvant, ce sont ses propres paroles, que non-seulement les
salamandres ne vivent pas dans le feu, mais que tout au contraire elles
vivent dans l’eau glacée par le froid où elles ont gelé. La salamandre
emprisonnée dans un bloc de glace peut y demeurer plusieurs jours et
survivre au dégel.

Les deux frères de Jussieu devinrent les amis de Dufay et il suivit
leurs sages conseils sans avoir l’idée cependant de proposer Bernard
pour son successeur. Le titre d’intendant, dans les idées du temps,
ne pouvait convenir à un homme aussi modeste et si peu disposé à
fréquenter les grands. Atteint subitement par la petite vérole et dans
la prévision d’une mort prochaine, Dufay recommanda au roi le jeune
Buffon, qui n’avait alors aucun titre à un tel choix. On sait assez
qu’il en acquit depuis et que la science n’eut pas à regretter la
dernière inspiration de Dufay.

L’abbé Nollet, disciple de Dufay comme physicien, a beaucoup
contribué, sans être un inventeur, à répandre le goût des études et
des expériences scientifiques. Démonstrateur très-adroit en même temps
que professeur habile, l’abbé Nollet, pendant plus de trente ans, a
enseigné la physique avec un succès toujours croissant.

C’est malheureusement par une discussion dans laquelle il défendait la
mauvaise cause, que son nom est surtout resté célèbre. L’influence que
lui donnait une réputation fort grande alors, fut employée à combattre
l’emploi des paratonnerres, lorsqu’ils furent proposés par Franklin.
Voici dans quels termes il en rend compte dans un ouvrage qui, lors de
son apparition, en 1752, ne laissa pas de faire quelque bruit et qui a
eu depuis plusieurs éditions:

«Un Anglais, nommé Benjamin Franklin, habitant la Pensylvanie,
s’étant occupé depuis quelques années à répéter avec ses amis des
expériences d’électricité, s’est formé sur cette matière des idées
assez singulières, la plupart ingénieuses et séduisantes au premier
abord; il a cherché à les appuyer sur des expériences et du tout
ensemble il a fait plusieurs écrits qu’il a fait passer à Londres en
dissertations. Après avoir remarqué que la matière qui part d’un corps
électrisé enfile plus aisément et de plus loin la pointe d’une aiguille
qu’un pareil corps qui serait arrondi par le bout, et reconnaissant
d’ailleurs une certaine analogie entre le tonnerre et l’électricité, il
ose assurer que des verges de fer pointues dressées en l’air sous un
nuage orageux tireraient à elles la matière de la foudre et la feraient
passer sans éclat et sans danger jusque dans le corps immense de la
terre où elle resterait comme absorbée.» La nature électrique de la
foudre fut constatée pour la première fois en France par Dalibard et
Buffon, qui obtinrent d’un nuage orageux des effets extraordinaires
et prodigieux, mais Franklin était leur guide, c’est à lui qu’ils
rapportaient tout l’honneur de la découverte, et ils invitaient les
curieux et les savants à assister aux _expériences de Philadelphie_.

«Ce singulier phénomène, dit Nollet, ne fut pas plutôt observé et
vérifié, que l’admiration monta jusqu’à l’enthousiasme. La plupart
de ceux qui l’apprirent, en se dissimulant l’énorme distance qu’il y
a entre le fait et les conséquences qu’on en voulait tirer, crurent
de bonne foi, sur les paroles de ceux qui le leur disaient, que les
fluides du ciel seraient désormais en la puissance des hommes et que
pour se garantir du tonnerre il suffirait de dresser des pointes sur
le sommet des édifices. Quelques personnes assuraient d’un ton sincère
qu’un voyageur en rase campagne pourrait s’en défendre en mettant
l’épée à la main contre la nuée. Les gens d’église, qui n’en portent
pas, commençaient à se plaindre de ne pas avoir cet avantage, mais on
leur a montré dans le livre de M. Franklin, qui était comme l’évangile
du jour, qu’on pouvait suppléer au pouvoir des pointes en laissant bien
mouiller ses habits, ce qui est extrêmement facile en temps d’orage.»

L’opposition très-loyale d’ailleurs de Nollet ne pouvait étouffer la
grande découverte de Franklin. L’Académie des sciences, quelque temps
partagée, se rangea bientôt du côté de la vérité et nomma Franklin un
de ses huit associés étrangers. Pendant son séjour à Paris, l’illustre
représentant du nouveau monde assista plus d’une fois à ses séances et
prit même part à ses travaux. Un rapport de lui sur l’établissement
d’un paratonnerre pour la flèche de Strasbourg se trouve encore dans
les procès-verbaux.



LES CHIMISTES.


La chimie, par une destinée singulière, a passé presque tout à coup des
ténèbres au grand jour, et son avénement subit au rang des sciences
exactes fut peut-être le plus grand événement scientifique du XVIII^e
siècle. Les membres de l’Académie des sciences l’avaient cultivée sans
interruption, mais longtemps sans éclat. Nous avons dit ce qu’était
une analyse chimique à la fin du XVII^e siècle et quelles opérations
stériles, souvent ridicules, on rencontre sous ce nom dans les premiers
registres de l’Académie; à côté cependant de ces tentatives obstinées
dans une mauvaise voie se placent des observations importantes et des
preuves réelles de perspicacité.

Homberg, après la réorganisation de 1699, fut, parmi les pensionnaires,
le représentant le plus éminent de la chimie. Né à Batavia, où son
père, gentilhomme saxon ruiné par la guerre de Trente ans, était allé
tenter de relever sa fortune, il fut amené jeune encore en Europe
et étudia avec grand succès dans les universités de Hollande et
d’Allemagne. Jurisconsulte, astronome, mécanicien, botaniste et médecin
en même temps que chimiste, Homberg excellait également dans toutes
les études, et celle de l’hébreu avait même excité sa curiosité. Ses
parents, charmés par tant de science et fier de sa précoce célébrité,
le pressèrent d’en tirer profit, et de prendre parti pour une position
lucrative; mais, loin de suivre leurs conseils, Homberg ne songeait
qu’à voyager pour s’instruire davantage. Il visita Otto de Guericke,
à Magdebourg; vit les universités de Padoue, de Bologne et de Rome;
s’arrêta en France; en Angleterre, où il travailla dans le laboratoire
de Boyle; en Hollande, où il étudia l’anatomie avec Graff. La diversité
de ses projets égalait celle de ses études; après plusieurs années
de voyage, il prit à Wittemberg le titre de docteur en médecine;
mais, loin d’exercer sa profession nouvelle, il partit bientôt pour
visiter les mines métalliques de la Bohême et de la Hongrie; il
voulut étudier ensuite celles de Suède, et se rendit à Stockholm. Ces
voyages n’étaient pas stériles, et les travaux de Homberg, datés des
contrées les plus diverses, remplissaient les journaux scientifiques de
l’Europe. Colbert, toujours désireux d’accroître l’éclat de l’Académie
des sciences, lui fit des offres avantageuses; il les accepta malgré sa
famille et devint bientôt le membre le plus actif de l’Académie.

Sa réputation d’habile chimiste, peut-être aussi celle d’alchimiste,
qu’il ne repoussait pas absolument, le mirent en relations avec le
duc d’Orléans, qui, lui aussi, comme le dit Saint-Simon, «aimait à
souffler, non pour chercher à faire de l’or, dont il se moqua toujours,
mais pour s’amuser des curieuses opérations de la chimie;» il se fit un
laboratoire le mieux fourni et le plus beau que la chimie eût jamais
vu, et y attira Homberg, auquel il donna le titre fort lucratif et
fort envié de son médecin, que celui-ci, préférant l’Académie à ses
intérêts, n’accepta pourtant qu’à la condition d’être dispensé du
règlement qui, à cause de la résidence à Versailles, devait l’exclure
de la compagnie. Entretenant avec lui le commerce le plus intime, il
se plaisait à suivre ses opérations et à y prendre part; tout cela
très-publiquement, et il en raisonnait très-volontiers avec qui pouvait
y prendre intérêt. Homberg, de plus, nous dit Saint-Simon, était un
homme de grande réputation, et n’en avait pas moins en probité et en
vertu qu’en capacité pour son métier; la calomnie se fit pourtant une
arme terrible de ces relations; après la mort rapide et mystérieuse
du Dauphin d’abord, puis de la duchesse et du duc de Bourgogne, on
parla de poison et non sans vraisemblance. Les soupçons s’élevèrent
jusqu’au duc d’Orléans, qui publiquement et grossièrement outragé par
la populace, supplia le roi de le faire entrer à la Bastille et d’y
enfermer Homberg avec lui, en attendant que tout fût éclairci; le roi
permit seulement, après beaucoup d’instances, qu’Homberg fût reçu à la
Bastille, s’il allait s’y présenter lui-même; mais l’ordre ne fut pas
donné, et Homberg, que Voltaire appelle à cette occasion, et un peu au
hasard sans doute, vertueux philosophe et d’une candeur extrême, ne fut
pas admis à se justifier.

L’histoire ne mentionne aujourd’hui ces atroces soupçons que pour les
écarter avec dédain; mais ils planèrent tristement sur Homberg pendant
les quelques années qu’il vécut encore.

Les Mémoires de l’Académie contiennent un grand nombre de travaux
de Homberg, presque tous sur des points de détail. Il était
expérimentateur ingénieux et habile, et la chimie lui doit un grand
nombre de faits nouveaux et bien observés, dont la théorie devait lui
échapper complétement, comme à ses contemporains et à ses successeurs
immédiats.

Le duc d’Orléans possédait un miroir convexe d’une grande puissance,
c’est-à-dire une lentille, avec laquelle Homberg fit de nombreuses
expériences.

L’or métallique, à la chaleur de ce miroir, ne tardait pas à se fondre
et à se volatiliser, il croyait même le transformer en partie en un
verre violet, fourni, sans doute, par la matière du vase dans lequel
il opérait et contenant peut-être une petite quantité de silicate
d’or. La chaleur du soleil lui semble de nature autre que celle de
nos foyers. C’est, suivant lui, une matière simple, dont les parties
sont infiniment plus petites que celles du feu ordinaire, et qui peut
s’introduire dans les interstices où celui-ci ne peut pas entrer, et
avec lequel il a une autre différence, c’est que l’air, étant plus
pesant que la flamme, pousse celle-ci, selon les lois de l’équilibre
des liqueurs, sans quoi la flamme n’aurait aucun mouvement, au lieu que
le rayon du soleil est poussé par le soleil sans que l’air contribue en
aucune manière à son action.

Les Mémoires de l’Académie contiennent de singulières idées de Homberg
sur la nature de la chaleur. «On a demandé, dit-il, pourquoi le fond
d’un bassin où l’eau bout n’est point chaud du côté du feu, au lieu
qu’il serait chaud s’il n’y avait point d’eau: cela tient à ce que la
matière de la lumière qui fait la chaleur a deux mouvements, l’un de
tous côtés sphérique, qui lui est naturel, l’autre de bas en haut causé
par la pesanteur de l’air; que, par le premier mouvement, elle pénètre
et enfle les corps en tous sens, que, par le second, elle hérisse leur
surface en un sens seulement, que, quand l’eau est dans un bassin sur
le feu, elle réprime et arrête en partie le mouvement sphérique de la
matière subtile et l’éteint jusqu’à un certain point, mais qu’elle
n’empêche pas la direction de bas en haut et le hérissement de la
surface, et que, par conséquent, la surface entourée demeure froide et
par conséquent peu chaude.»

Ce passage, qui semble une parodie de la physique de Descartes, est un
curieux spécimen des idées théoriques des hommes les plus éminents de
l’époque.

Un autre mémoire de Homberg donnera une idée assez exacte des méthodes
employées alors par les chimistes et de la nature des problèmes qu’ils
cherchaient à résoudre.

«Il y a environ trente ans, dit-il, qu’une personne de considération me
demanda avec beaucoup d’instances d’essayer si, de la matière fécale,
je ne pourrais pas tirer une huile distillée, sans mauvaise odeur, qui
fût claire et sans couleur comme de l’eau de fontaine, parce qu’elle
en avait vu, comme elle le croyait, un effet surprenant, qui était de
fixer le mercure commun en argent fin. On croit aisément ce que l’on
voudrait qui fût vrai; aussi me laissai-je persuader sans beaucoup de
peine d’entreprendre cette recherche et de travailler à un ouvrage
qui devait nous enrichir tous deux. Pour ne pas travailler sur une
matière ramassée au hasard et dont je ne connusse pas les ingrédients,
j’ai loué, dit-il, quatre hommes robustes et en bonne santé; je les ai
enfermés avec moi pendant trois mois en une maison qui avait un grand
jardin pour les promener, et, pour être assuré qu’ils ne prissent
autre nourriture que celle que je leur donnerais, j’étais convenu avec
eux qu’ils ne mangeraient autre chose que du meilleur pain de Gonesse
que je leur fournirais frais tous les jours, et qu’ils boiraient tant
qu’ils voudraient du meilleur vin de Champagne.»

Homberg commença par dessécher la matière, qui se réduisit au dixième
de son poids; mais, en la distillant dans une cornue de verre, à divers
degrés de feu, il n’en tirait que de l’huile rouge ou noire, toujours
puante, qui ne répondait nullement au désir de son associé.

Il cherche alors à séparer par la solution tout ce que la substance
étudiée contient de matières grossières et terreuses; il la délaye à
cet effet dans de l’eau chaude, puis, après avoir décanté et filtré en
évaporant jusqu’à siccité, il obtient des cristaux bien déterminés, qui
ressemblent à du salpêtre et fusent au feu en donnant une flamme rouge.

En distillant ce sel par degrés, il obtient une liqueur âcre et acide,
suivie d’un peu d’huile rousse et fétide; celle qu’il fallait trouver
était blanche et sans odeur; il abandonne encore cette marche pour
recommencer à opérer sur la matière simplement desséchée au bain-marie,
en y ajoutant ce qu’il nomme différents intermèdes, c’est-à-dire en la
mêlant tantôt avec de la chaux vive ou éteinte, tantôt avec de l’alun,
du colcothar, de la poudre de brique, etc., mais, au lieu d’huile
blanche, qui était le but de son travail, il n’obtient cette fois
encore que des huiles diversement colorées et conservant la même féteur.

Homberg alors change encore une fois de méthode et tente la voie de la
fermentation, qui est, dit-il, une voie douce, où la violence du feu
n’a pas de part. Il sépare d’abord le flegme superflu de la matière par
le bain-marie, pour pouvoir garder commodément la matière desséchée et
se débarrasser des quatre hommes que, depuis trois mois, il entretenait
consciencieusement pour la fournir; pour faire fermenter la matière,
il la mit en poudre en versant dessus six fois autant de flegme qu’il
en avait été séparé par la distillation, puis le tout fut chauffé en
vase clos au bain-marie, pendant six semaines, à une douce chaleur; en
distillant ensuite, la partie aqueuse avait perdu presque toute son
odeur. Homberg put en donner à quelques personnes dont le teint était
gâté, et qui, en s’en débarbouillant une fois par jour, ont adouci,
dit-il, et blanchi considérablement leur peau.

Le résidu donna enfin par la distillation une huile incolore presque
sans odeur, et le peu qu’elle en avait était légèrement aromatique.

Lémery, qui, pendant plus de trente ans, partagea avec Homberg
l’honneur de représenter la chimie dans l’Académie des sciences,
était élève d’un apothicaire de Rouen, puis d’un chimiste nommé
Glazer, démonstrateur au Jardin du Roi, et fort avare cependant des
idées obscures qu’il avait sur la science. Lémery le quitta bientôt
pour se placer, pendant près de trois ans, chez un apothicaire de
Montpellier nommé Verchaut, dont les leçons l’auraient encore laissé
fort ignorant, s’il n’avait trouvé moyen de s’instruire lui-même en
s’aidant des livres et du laboratoire de son maître. Il ne tarda pas à
ouvrir des cours qui attirèrent chez maître Verchaut tous les curieux
de Montpellier, parmi lesquels se trouvaient, au grand honneur du
jeune élève, des professeurs même de la faculté. Bien différent de
ses premiers maîtres, Lémery ne se plaisait pas moins à révéler les
secrets de la science qu’à en étaler les merveilles; il avait le don et
la passion de l’enseignement, et ses cours, qui ne cessèrent qu’avec
sa vie, ont servi, autant au moins que ses livres, à répandre dans
toute l’Europe le goût et la pratique des opérations chimiques. Il
devint apothicaire à Paris et professa chez lui dans la rue Galande.
Son laboratoire, dit Fontenelle, était moins une chambre qu’une cave
et presque un antre magique éclairé de la seule lueur des fourneaux;
l’affluence y était si grande, qu’à peine y avait-il de place pour les
opérations; les dames mêmes, entraînées par la mode, ne craignaient pas
de s’y montrer. Ses leçons, comme celles de Duverney sur l’anatomie,
devinrent bientôt célèbres dans toute l’Europe; les jeunes étrangers
venaient à Paris par centaines dans le seul but d’entendre ces deux
maîtres, dont ils rapportaient au loin la réputation d’éloquence et de
parfaite clarté.

Le traité de chimie de Lémery, qui de 1675 à 1713, a eu dix éditions,
et qui fut traduit dans toutes les langues de l’Europe, ne nous
aide pas, il faut l’avouer, à comprendre cette clarté si vantée des
contemporains; il faudrait, sans doute, pour s’en rendre compte, le
comparer aux écrits mystérieux et énigmatiques des chercheurs du grand
œuvre.

Le premier principe que l’on peut admettre pour la composition des
mixtes est, dit-il immédiatement après avoir posé ses définitions, un
esprit universel qui, étant répandu partout, produit diverses choses,
suivant les diverses matrices, ou pores de la terre, dans lesquelles il
se trouve embarrassé; mais, comme ce principe est un peu métaphysique
et qu’il ne tombe pas sous le sens, il est bon, ajoute-t-il, d’en
établir de sensibles, et je rapporterai ceux dont on se sert
communément.

Les chimistes, en faisant l’analyse des mixtes, ont trouvé, dit-il,
cinq sortes de substances, l’eau, l’esprit, l’huile et le sel, et la
terre; de ces cinq, il y en a trois actifs, l’esprit, l’huile et le
sel, et deux passifs, l’eau et la terre. Ils les ont appelés actifs,
parce qu’étant dans un grand mouvement ils font toute l’action du
mixte: ils ont nommé les autres passifs parce qu’étant en repos ils ne
servent qu’à arrêter la vivacité des actifs. Toutes ces distinctions
fausses ou insignifiantes, sont l’œuvre de ses prédécesseurs, et Lémery
n’en est pas responsable; mais c’est lui-même qui parle, et avec
beaucoup de sens, lorsqu’il ajoute: Le nom de principe, en chimie,
ne doit pas être pris dans une signification tout à fait exacte, car
les substances à qui l’on a donné ce nom ne sont principes qu’à notre
égard et qu’en tant que nous ne pouvons point aller plus avant dans la
division des corps; mais on comprend bien que ces principes sont encore
divisibles en une infinité de parties qui pourraient, à plus juste
titre, être appelées principes.

Le traité de chimie est la représentation exacte de la science positive
à cette époque: toutes les opérations y sont clairement expliquées
et décrites pour la pratique; les idées théoriques y tiennent peu de
place, et, quoiqu’il définisse la chimie la science de l’analyse, la
préparation des divers composés le remplit presque tout entier. Il se
vendit, dit Fontenelle, comme un ouvrage de galanterie ou de satire;
on le traduisit en latin, en allemand, en anglais et en espagnol; et
les traducteurs, presque tous élèves de l’auteur, se plaisaient à
vanter dans leurs préfaces l’habileté et la gloire de leur maître.
L’autorité du grand Lémery, en matière de chimie, dit le traducteur
espagnol, est plutôt unique que considérable.

Les persécutions religieuses vinrent troubler la vie de Lémery. Au
milieu de sa plus grande prospérité, il reçut, comme protestant, ordre
de quitter sa charge d’apothicaire. Croyant être plus tranquille
en devenant médecin, il prit à Caen le bonnet de docteur, mais la
révocation de l’édit de Nantes lui enleva bientôt aussi le droit
d’exercer la médecine. C’est alors, dit Fontenelle, que, voyant sa
fortune plutôt renversée que dérangée, l’esprit constamment occupé
des chagrins du présent et des craintes de l’avenir, il vint enfin à
craindre un plus grand mal, celui de souffrir pour une mauvaise cause
en pure perte; il s’appliqua davantage aux preuves de la religion
catholique et se réunit à l’Église avec toute sa famille. Les jours de
prospérité revinrent pour lui; on ne pouvait plus lui rendre le titre
d’apothicaire, mais, grâce à son mérite et un peu aussi à celui de sa
conversion, on lui permit de préparer et de vendre des drogues: ses
confrères réclamèrent inutilement, et il retrouva ses écoliers, ses
malades et le grand débit de ses préparations.

Estienne-François Geoffroy, entré fort jeune à l’Académie comme élève,
devait y fournir une longue et très-honorable carrière. Son père,
riche apothicaire, n’épargna rien pour lui donner la plus excellente
éducation; il eut les plus grands maîtres en tous genres. Des savants
illustres, Cassini, le père Sébastien, Duverney et Homberg, tenaient
chez lui des conférences réglées, où les jeunes gens des plus grandes
familles briguaient la faveur d’assister, et qui furent, dit-on,
l’origine de l’établissement des expériences de physique dans les
colléges. L’éducation du jeune Geoffroy fut complétée par de nombreux
voyages entrepris en compagnie de plusieurs grands personnages qui,
avant même qu’il eût pris le grade de docteur, l’emmenaient avec eux
pour soigner leur santé et le traitaient plus en ami qu’en médecin. La
clientèle de Geoffroy, qui devint bientôt des plus brillantes, ne lui
fit jamais négliger la science. Il avait pris au sérieux la thèse qu’il
soutint devant la Faculté pour obtenir son premier grade: «Un médecin,
disait-il, est en même temps un mécanicien chimiste.» En cultivant la
science pure, il croyait fermement contribuer au progrès de son art.
Un de ses travaux, qui attira vivement l’attention, mérite une place
importante dans l’histoire des théories chimiques. En disposant dans
une table fort courte les diverses substances que la chimie considère,
Geoffroy croyait pouvoir indiquer l’ordre de leurs préférences les
unes pour les autres et, dans chaque cas, déduire à l’avance d’une
règle sans exception les décompositions et compositions qui doivent se
produire. Lorsque deux substances sont unies, il admet qu’une troisième
qui survient, et qui a plus d’affinité pour l’une, met l’autre en
liberté et lui fait lâcher prise. Si, par exemple, l’huile de vitriol
décompose le salpêtre, c’est qu’elle chasse l’acide nitrique dont
l’affinité pour la potasse est moindre que la sienne.

Malgré bien des difficultés et des incertitudes qui suivirent, ce
travail est considérable; on y voit paraître pour la première fois une
théorie plausible des phénomènes chimiques.

«Les affinités de Geoffroy, dit cependant Fontenelle, firent de la
peine à quelques-uns, qui craignirent que ce ne fussent des attractions
déguisées, d’autant plus dangereuses que d’habiles gens ont déjà su
leur donner des formes séduisantes.» La table de Geoffroy, généralement
admise, a servi pendant longtemps de base à l’enseignement de la
chimie. Les progrès de la science semblent donner raison toutefois,
dans ce cas au moins, aux adversaires de l’attraction, et les théories
de Berthollet devaient montrer, près d’un siècle plus tard, que, dans
ces luttes engagées entre les corps, la victoire n’est pas due à une
plus grande affinité, mais aux conditions extérieures de la lutte. Les
corps éliminés sont ceux qui, par leur nature, doivent disparaître
aussitôt qu’ils sont formés, et les éléments qui les composent sont
vaincus, parce que, resserrés en quelque sorte sur un terrain trop
étroit, il n’en peuvent perdre la moindre parcelle sans être rejetés du
champ de bataille.

Après Homberg, Leymery et Geoffroy, Rouelle, Macquer, Sage et
Beaumé répandirent par leur enseignement comme par leurs écrits la
connaissance des vérités de pratique que leurs théories confuses et
embarrassées ne sauraient ni prévoir ni expliquer. Rouelle, dont
Jean-Jacques Rousseau suivit les leçons au Jardin du roi, joignait
à une infatigable ardeur, un sincère et naïf enthousiasme pour le
résultat de ses travaux. «On lui doit, a écrit Lavoisier, la plus
grande découverte qui ait été faite en chimie depuis Stahl, celle des
proportions diverses dans lesquelles un même acide et une même base
peuvent s’unir pour former des sels.» La correspondance de Grimm donne
de Rouelle un portrait voisin parfois de la caricature, mais tracé de
main de maître:

«C’est lui qui introduisit la chimie de Stahl, et fit connaître ici
cette science dont on ne se doutait point, et qu’une foule de grands
hommes ont portée en Allemagne à un haut degré de perfection. Rouelle
ne les savait pas tous lire; mais son instinct était ordinairement
aussi fort que leur science. Il doit donc être regardé comme le
fondateur de la chimie en France; et cependant son nom passera parce
qu’il n’a jamais rien écrit, et que ceux qui ont écrit de notre temps
des ouvrages estimables sur cette science, et qui sont tous sortis
de son école, n’ont jamais rendu à leur maître l’hommage qu’ils lui
devaient; ils ont trouvé plus court de prendre, sur le compte de leur
propre sagacité, les principes et les découvertes qu’ils tenaient
de leur maître; aussi Rouelle était-il brouillé avec tous ceux de
ses disciples qui ont écrit sur la chimie. Il se vengeait de leur
ingratitude par les injures dont il les accablait dans les cours
publics et particuliers, et l’on savait d’avance qu’à telle leçon il y
aurait le portrait de Malouin, à telle autre le portrait de Macquer,
habillés de toutes pièces. C’étaient suivant lui, des ignorantins,
des plagiaires. Ce dernier terme avait pris dans son esprit une
signification si odieuse qu’il l’appliquait aux plus grands criminels;
et pour exprimer, par exemple, l’horreur que lui faisait Damiens, il
disait que c’était un plagiaire. L’indignation des plagiats qu’il
avait soufferts dégénéra enfin en manie; il se voyait toujours pillé;
et lorsqu’on traduisait les ouvrages de Pott ou de Lehman, ou de
quelque autre grand chimiste d’Allemagne et qu’il y trouvait des idées
analogues aux siennes, il prétendait avoir été volé par ces gens-là.»

«Rouelle était d’une pétulance extrême; ses idées étaient embrouillées
et sans netteté, et il fallait un bon esprit pour le suivre et pour
mettre dans ses leçons de l’ordre et de la précision. Il ne savait pas
écrire; il parlait avec la plus grande véhémence, mais sans correction
ni clarté, et il avait coutume de dire qu’il n’était pas de l’académie
du beau langage. Avec tous ces défauts, ses vues étaient toujours
profondes et d’un homme de génie; mais il cherchait à les dérober à la
connaissance de ses auditeurs autant que son naturel pétulant pouvait
le comporter. Ordinairement il expliquait ses idées fort au long; et
quand il avait tout dit, il ajoutait: «Mais ceci est un de mes arcanes
que je ne dis à personne.» Souvent un de ses élèves se levait et lui
disait à l’oreille ce qu’il venait de dire tout haut: alors Rouelle
croyait que l’élève avait découvert son arcane par sa propre sagacité,
et le priait de ne pas divulguer ce qu’il venait de dire à deux cents
personnes. Il avait une si grande habitude de s’aliéner la tête que
les objets extérieurs n’existaient pas pour lui. Il se démenait comme
un énergumène en parlant sur sa chaise, se renversait, se cognait,
donnait des coups de pied à son voisin, lui déchirait ses manchettes,
sans en rien savoir. Un jour, se trouvant dans un cercle où il y avait
plusieurs dames, et parlant avec sa vivacité ordinaire, il défait
ses jarretières, tire son bas sur son soulier, se gratte la jambe
pendant quelque temps de ses deux mains, remet ensuite son bas et sa
jarretière, et continue sa conversation sans avoir le moindre soupçon
de ce qu’il venait de faire. Dans ses cours, il avait ordinairement
pour aides son frère et son neveu pour faire les expériences sous
les yeux de ses auditeurs: ces aides ne s’y trouvaient pas toujours;
Rouelle criait: «Neveu, éternel neveu!» et l’éternel neveu ne venant
point, il s’en allait lui-même dans les arrière-pièces de son
laboratoire chercher les vases dont il avait besoin. Pendant cette
opération, il continuait toujours sa leçon comme s’il était en présence
de ses auditeurs, et à son retour il avait ordinairement achevé la
démonstration commencée et rentrait en disant: «Oui, messieurs;» alors
on le priait de recommencer. Un jour, étant abandonné de son frère et
de son neveu, il dit à ses auditeurs: «Vous voyez bien, messieurs,
ce chaudron sur le brasier? eh bien, si je cessais de remuer un seul
instant, il s’ensuivrait une explosion qui nous ferait tous sauter en
l’air.» En disant ces paroles, il ne manqua pas d’oublier de remuer,
et sa prédiction fut accomplie: l’explosion se fit avec un fracas
épouvantable, cassa toutes les vitres du laboratoire et en un instant
deux cents auditeurs furent éparpillés dans le jardin; heureusement
personne ne fut blessé, parce que le plus grand effort de l’explosion
avait porté par l’ouverture de la cheminée. M. le démonstrateur en fut
quitte pour cette cheminée et une perruque...

«Rouelle était honnête homme; mais avec un caractère si brut, il ne
pouvait connaître ni observer les égards établis dans la société, et
comme il était aisé de le prévenir contre quelqu’un, et impossible de
le faire revenir d’une prévention, il déchirait souvent dans ses cours
à tort et à travers: ainsi il ne faut pas s’étonner qu’il se soit fait
beaucoup d’ennemis. Il ne pouvait pas estimer la physique, ni les
systèmes de M. de Buffon; il était peu touché de son _beau parlage_, et
quelques leçons de ses cours étaient régulièrement employées à injurier
cet illustre académicien. Il avait pris en grippe le docteur Bordeu,
médecin de beaucoup d’esprit. «_Oui, messieurs_, disait-il tous les ans
à un certain endroit de son cours, _c’est un de nos gens, un plagiaire,
un frater, qui a tué mon frère que voilà_.» Il voulait dire que Bordeu
avait mal traité son frère dans une maladie.

Rouelle était démonstrateur aux leçons publiques au Jardin du Roi.
Le docteur Bourdelin était professeur et finissait ordinairement ses
leçons par ces mots: _Comme M. le démonstrateur va vous le prouver
par ses expériences_. Rouelle, prenant alors la parole, au lieu de
faire les expériences annoncées disait: _Messieurs, tout ce que M.
le professeur vient de vous dire est absurde, comme je vais vous le
prouver._»

Macquer, l’un des meilleurs élèves de Rouelle, siégea avec lui à
l’Académie et y resta longtemps après la mort de son maître. Son
_Dictionnaire de chimie_ contient, avec des faits nouveaux et bien
observés, un tableau très-clair et très-complet de la science à son
époque. La théorie tant vantée de Stahl y est très-nettement exposée.

Le phlogistique est la pure substance du feu, c’est la matière subtile
et pénétrante qui, sous forme de flamme, s’échappe d’un corps en
combustion. Il est commun à tous les corps combustibles, le charbon
entre autres le renferme en proportion considérable. Pour régénérer un
corps brûlé qui a perdu son phlogistique, il faut le lui rendre, et
pour cela souvent il suffit de le chauffer dans un creuset plein de
charbon.

Cette interprétation telle quelle du phénomène de la combustion
préparait la voie. Satisfaits de son apparence plausible, les
chimistes, sans discuter ni approfondir, crurent avoir touché le but;
et tous, pendant un demi-siècle, suivant sans s’en écarter le chemin
battu, acceptèrent la théorie de Stahl comme exacte et indubitable.
Pénétrant plus avant dans l’examen de ces matières, en apparence si
cachées, et désireux de voir, non de deviner, l’esprit délicat et
puissant de Lavoisier vint leur montrer pour la première fois la
faiblesse de leurs preuves et les contradictions de leur doctrine. Les
applaudissements si souvent recueillis en enseignant la théorie de
Stahl étaient pour Macquer une attache qu’il ne pouvait rompre. «M.
Lavoisier, écrit-il dans une lettre datée de 1772, m’effrayait depuis
longtemps d’une grande découverte qu’il réservait _in petto_, et qui
n’allait à rien moins qu’à renverser toute la théorie du phlogistique.
Où en aurions-nous été avec notre vieille chimie, s’il avait fallu
rebâtir un édifice tout différent? Pour moi, je vous avoue que j’aurais
quitté la partie. Heureusement M. Lavoisier vient de mettre sa
découverte au grand jour, dans un mémoire lu à la dernière assemblée
publique de l’Académie, et je vous assure que depuis ce temps j’ai un
grand poids de moins sur l’estomac.»

La volonté de Macquer, cette lettre le marque assez, était aussi
opposée aux idées nouvelles que son esprit mal préparé à les
accueillir; mais il avait le sens trop droit pour n’être pas enfin
désabusé. Vaincu sans vouloir se rendre, il prit le plus mauvais de
tous les partis. Gardien volontaire d’un édifice branlant, il tenta
sans le quitter d’en changer la structure, et continuant à parler comme
Stahl, accepta sans le dire plus d’une idée de Lavoisier. C’était, pour
l’illustre novateur le présage assuré d’une victoire complète.

C’est de l’étude des gaz que sortit surtout la lumière, et les
chimistes français, qui en comprirent trop tard l’importance, ont
laissé à Boyle, à Hales et à Black l’honneur d’être les précurseurs de
Lavoisier, comme à Priestley, à Cavendish et à Scheele celui d’être sur
certains points ses émules.

Les chimistes aujourd’hui comptent des centaines de gaz parfaitement
définis, et aussi différents les uns des autres que le fer l’est
du cuivre, le marbre du cristal de roche et l’eau de l’alcool ou
du mercure. Ces gaz ne produisent pas seulement certains effets
extraordinaires et exceptionnels, mais il n’est pas de réaction
chimique, pour ainsi dire, dans laquelle ils ne jouent un rôle actif,
soit en se dégageant d’une combinaison qui contenait leurs éléments,
soit en s’incorporant à une substance nouvelle. Tant qu’on ne vit en
eux qu’une vaine et insignifiante fumée, la science, impuissante à rien
approfondir, était condamnée aux contradictions. L’étude des divers
gaz et la découverte des moyens de les recueillir devait donc être le
signal d’un grand progrès. L’histoire de la chimie aurait ici à citer
avec honneur les noms de van Helmont, de Hales, de Boerhave et de
Cavendish; mais quoique postérieurs, les travaux de Priestley méritent
un rang à part. Inventeur de l’appareil employé encore aujourd’hui pour
recueillir les gaz, il a découvert et étudié un grand nombre d’entre
eux en constatant leurs propriétés trop diverses et trop tranchées
pour que la confusion restât possible.

Les travaux de Priestley ont exercé sur les recherches de Lavoisier
une influence loyalement reconnue; mais en reproduisant les phénomènes
si remarquables et si nouveaux découverts par le chimiste anglais,
Lavoisier, qui les étudie la balance à la main, passe de bien loin son
rival par l’interprétation qu’il en donne. Il comprend le premier que
les réactions sont des échanges dans lesquels rien ne peut se gagner
ou se perdre, et que le poids des produits solides, liquides ou gazeux
d’une opération chimique est égal, grain pour grain, à celui des agents
qui leur donnent naissance.

Lavoisier, dès son premier travail sur la nature de l’eau, rencontre et
invoque ce principe sous une forme aussi nette que saisissante.

Van Helmont rapporte qu’ayant mis dans un vase d’argile deux cents
livres de terre séchée au four, et l’ayant ensuite humectée avec de
l’eau de pluie, il y avait planté un tronc de saule du poids de cent
livres; au bout de cinq ans ce même arbre pesait cent soixante-neuf
livres, et l’on ne s’était servi pour l’arroser que d’eau de pluie ou
d’eau distillée; on avait même poussé la précaution jusqu’à couvrir
le pot d’une lame d’étain percée de plusieurs trous, pour empêcher la
poussière de s’y déposer. La terre, au bout des cinq ans, n’avait
perdu que deux onces de son poids; c’est donc l’eau, ajoutait-il, qui a
seule fourni à l’accroissement du saule et qui s’est convertie en bois,
en écorce, en racines, peut-être même en cendres.

L’expérience, répétée et variée de bien des façons depuis un siècle,
avait toujours donné le même résultat, dont la conclusion semblait
fort évidente. Lavoisier en juge autrement: «Il est, dit-il, une autre
source dont les végétaux tirent sans doute la plus grande partie des
principes qu’on y découvre par l’analyse. On sait, par les expériences
de MM. Hales, Guettard, Duhamel et Bonnet, qu’il s’exerce non-seulement
dans les plantes une transpiration considérable, mais qu’elles exercent
encore par la surface de leurs feuilles une véritable succion au moyen
de laquelle elles absorbent les vapeurs répandues dans l’atmosphère.

Sans entrer pour cette fois dans un plus grand détail et sans pénétrer
tout le secret, Lavoisier montre déjà, en suivant la bonne voie, une
méthode aussi sûre que sévère. La transformation de l’eau en terre,
annoncée et montrée par plusieurs auteurs, est une illusion dont il
dénonce les causes, et leur eau solidifiée n’est autre, comme il le
montre très-distinctement, que le verre du vase dissous en partie par
l’ébullition prolongée.

L’étude d’un phénomène fort anciennement connu et très-analogue au fond
à l’expérience du vase de van Helmont, devait conduire Lavoisier à la
grande découverte dont il fut l’occasion et la preuve. Presque tous les
métaux, le fer, le plomb, l’étain, le mercure, augmentent de poids par
leur calcination à l’air: c’était depuis longtemps un fait incontesté
et dont la vérification est trop facile pour laisser place à aucune
objection sérieuse. Une livre de plomb, par exemple, calcinée un temps
suffisant au contact de l’air, se brûle complétement, comme nous disons
aujourd’hui, et se transforme en chaux de plomb ou litharge, qui,
mélangée à du charbon en poudre et chauffée de nouveau, reproduit une
livre de plomb.

Quelle est la cause de l’augmentation du poids? Le métal, en brûlant,
perd, suivant Stahl, du phlogistique, il devient plus lourd cependant.
Il y a donc là une contradiction visible. Stahl ne s’en explique ni
ne s’en préoccupe, et ses successeurs, prévenus par le même préjugé,
avaient laissé tomber ce fait dans un oubli si complet que Lavoisier le
crut entièrement nouveau. Pour prendre le temps d’affermir les preuves
en s’assurant la priorité de la découverte, il déposa à l’Académie un
écrit cacheté conçu en ces termes:

«Il y a environ huit jours que j’ai découvert que le soufre en brûlant,
loin de perdre de son poids, en acquérait au contraire, c’est-à-dire
que d’une livre de soufre on pouvait retirer beaucoup plus d’une livre
d’acide vitriolique, abstraction faite de l’humidité de l’air. Il en
est de même du phosphore. Cette augmentation de poids vient d’une
quantité prodigieuse d’air qui se fixe pendant la combustion et qui se
combine avec les vapeurs.

«Cette découverte, que j’ai constatée par des expériences que je
regarde comme décisives, m’a fait penser que ce qui s’observait dans la
combustion du soufre et du phosphore pouvait bien avoir lieu à l’égard
de tous les corps, qui acquièrent du poids par la combustion et la
calcination, et je me suis persuadé que l’augmentation du poids des
chaux métalliques tenait à la même cause. L’expérience a complétement
confirmé mes conjectures; j’ai fait la réduction de la litharge dans
des vaisseaux fermés, avec l’appareil de Hales, et j’ai observé qu’il
se dégageait, au moment du passage de la chaux en métal, une quantité
considérable d’air et que cet air formait un volume mille fois plus
grand que la quantité de litharge employée. Cette découverte me paraît
une des plus intéressantes de celles qui aient été faites depuis
Stahl; j’ai cru devoir m’en assurer la propriété en faisant le présent
dépôt entre les mains du secrétaire de l’Académie pour demeurer secret
jusqu’au moment où je publierai mes expériences.»

L’assertion de Lavoisier eut le sort commun de presque toutes les
découvertes réellement capitales; on la repoussa comme contraire
aux principes connus, et ses adversaires, animés à la combattre,
contestèrent successivement toutes les preuves, jusqu’au jour où,
convaincus sur ce point, ils découvrirent qu’elle n’était pas nouvelle.
On lit dans un rapport fait six ans après à l’Académie, sur la seconde
édition du _Dictionnaire de chimie_ de Macquer:

«C’est surtout en lisant les articles, Affinité, Pesanteur, Causticité,
Feu, Phlogistique, Combustion, Gaz et autres, qu’on est convaincu de
la différence qui existe entre une théorie sage, exacte, fondée sur un
grand nombre d’expériences et un système hasardé, fruit précoce d’une
imagination plus échauffée que brillante et plus curieuse d’obtenir les
suffrages que de les mériter.»

L’allusion est évidente; les commissaires, malheureusement pour eux,
ont voulu la rendre claire.

La question de priorité ne tarda pas aussi à être soulevée; on
produisit un livre de Jean Rey, imprimé en 1630 où, après avoir écarté
les diverses explications proposées pour l’accroissement de poids des
chaux métalliques, l’auteur ajoutait: «A cette demande donc, appuyé sur
les fondements juxtaposés, je réponds et soutiens glorieusement que
le surcroît de poids vient de l’air qui dans le vase a été espessi,
appesanti et rendu aucunement adhésif, par la véhémente et longuement
continue chaleur du fourneau, lequel air se mêle avec la chaux (à ce
aidant l’agitation fréquente) et s’attache à ses plus menues parties,
non autrement que l’eau appesantit le sable que vous jetez en icelle
pour s’attacher et adhérer à ses moindres grains.»

Ce passage d’un livre complétement oublié déclare le secret de la
combustion avec tant de force et en termes si exacts et si clairs,
que Lavoisier y soupçonna d’abord l’intercalation frauduleuse d’un
texte nouveau; mais le doute n’était pas possible. A défaut du livre
de Jean Rey on aurait pu citer les registres de l’Académie elle-même
et une expérience concluante exactement interprétée par Duclos en
1667. Lavoisier ne chercha pas à contester. Ses adversaires auraient
dû convenir en même temps que, plus étendue et plus haute, sa gloire
d’inventeur n’avait rien à y perdre. Il ne s’agit pas en effet ici
d’un éclair brillant de la pensée, notre admiration pour Lavoisier ne
s’attache que pour une faible part à l’idée très-simple qu’un génie
moindre aurait pu concevoir et produire; mais Lavoisier seul pouvait
apporter pour la féconder et la mettre en lumière tant d’art et de
sobriété dans le choix des expériences, tant de justesse dans leur
discussion, tant de prudence et de génie enfin dans les hypothèses
accessoires. C’est par là qu’en se montrant inimitable, il a égalé les
inventeurs les plus illustres.

Pendant plus de vingt ans, passant sans repos d’un travail à un autre,
il ramena peu à peu les esprits par la variété persévérante de ses
preuves et la clarté de ses explications: après avoir démontré dans
l’air atmosphérique l’agent nécessaire de la combustion et prouvé
qu’elle est impossible partout où il ne pénètre pas; après avoir
établi qu’en s’associant au corps qu’il brûle, il y demeure condensé,
dans la proportion quelquefois de mille volumes pour un, il fallait
chercher, en pénétrant plus en détail, si l’air tout entier intervient
dans le phénomène, ou s’il agit par une de ses parties seulement. La
découverte de l’oxygène était le complément nécessaire de la théorie
nouvelle: Priestley, sur ce point, a devancé le chimiste français. Avec
des talents tout autres et un génie moins élevé, il a joué dans la
science un rôle presque égal. Un heureux et singulier instinct semblait
lui révéler incessamment les faits les plus importants et les plus
nouveaux, mais ils restaient stériles entre ses mains, et la théorie
qui les rassemble et les utilise pour en montrer la convenance et le
véritable rapport est due tout entière à Lavoisier.

En commençant un mémoire très-court et très-simple, plein d’un
grand sens et de raisonnements rigoureux et prudents, Lavoisier dit
loyalement: «Je dois prévenir le public qu’une partie des expériences
contenues dans ce mémoire ne m’appartient pas en propre; peut-être
même, rigoureusement parlant, n’en est-il aucune dont M. Priestley ne
puisse réclamer la première idée; mais comme les mêmes faits nous ont
conduits à des conséquences diamétralement opposées, j’espère que si
on a à me reprocher d’avoir emprunté des preuves des ouvrages de ce
célèbre physicien, on ne me contestera pas au moins la propriété des
conséquences.»

Tous les faits, en effet, cadrent et s’ajustent pour Lavoisier, qui
les ordonne, les interprète et les prévoit. Priestley, au contraire,
affectant d’opérer au hasard et à l’aventure, semble non-seulement
en respecter mais en accroître la confusion; et pour n’en pas citer
d’autre exemple, disons seulement que l’analyse de l’air, si nettement
établie par Lavoisier, repose sur des faits qui, connus de Priestley,
lui montraient dans notre atmosphère un mélange de terre et d’acide
nitreux.

Parler plus amplement des travaux de Lavoisier serait entreprendre
l’exposition des principes de la chimie moderne, dont aujourd’hui
encore ils forment la partie la plus solide et la moins contestée.

Malgré l’abondance des preuves renouvelées avec profusion, les
habitudes de la plupart des chimistes leur en dérobaient l’évidence;
mais, tandis qu’ils résistaient encore, Lavoisier eut la joie de
voir, dans leur admiration, les représentants les plus illustres des
autres sciences interrompre leurs propres découvertes pour étendre et
fortifier les siennes. Monge et Laplace, devenus ses disciples, puis
ses collaborateurs, lui apportèrent avec l’autorité de leurs noms la
puissance d’invention de leur génie vaste et facile et la rigueur de
leurs premières études.

Monge, le premier peut-être, produisit par synthèse une quantité d’eau
assez grande pour dissiper tous les doutes sincères, et Laplace,
associé à Lavoisier lui-même, donna dans un admirable mémoire, avec les
vrais principes de la théorie des chaleurs spécifiques, la méthode la
plus assurée pour en obtenir la mesure.

Indépendamment du mérite de ses travaux, Lavoisier avait su se créer
une autorité personnelle considérable: membre obligé et toujours utile
des commissions les plus importantes, conseiller judicieux et fort
écouté de ses confrères, nul n’eut plus de part que lui aux affaires
de l’Académie. Riche, de plus, aimant à réunir les savants et à guider
leurs premiers pas, Lavoisier, pendant plus d’un quart de siècle, sut
se faire un des plus beaux rôles et des plus enviables que raconte
l’histoire de la science.

La Révolution n’interrompit pas ses travaux, et tandis que plus
ambitieux ou plus confiants, d’autres académiciens s’empressaient
dans le tumulte des affaires publiques, le fondateur de la chimie
moderne, délivré au contraire de l’embarras de sa ferme générale, et
peu soucieux des problèmes que nul jamais ne saura résoudre, suivait
tranquillement ses fortes pensées et communiquait à l’Académie la
suite de ses découvertes. Également éloigné des sentiments extrêmes,
contemplant la Révolution sans hostilité et la servant sans affecter
de zèle, rien ne semblait le commettre à la fureur ou le désigner
même à l’attention des puissants du jour. Malheureusement il était
riche, il avait été fermier général, il n’en fallait pas davantage.
On l’accusa d’avoir souillé le tabac du peuple en l’arrosant pour
le faire fermenter. Lavoisier ne se défendit pas. Ses amis les plus
chers, quoique cruellement avertis déjà, ne prirent pas au sérieux une
accusation aussi absurde; ils apprirent cependant sa condamnation,
et quelques minutes suffirent, suivant l’exclamation précieusement
recueillie de Lagrange, pour faire tomber une de ces têtes que la
nature produit à peine une fois en plusieurs siècles.

Berthollet, qui doit compter parmi les chimistes les plus illustres,
avait appris de ses maîtres la théorie déjà bien ébranlée du
phlogistique. Né à Annecy, il fit ses premières études à Chambéry et à
Turin. Ses parents, le destinant à la carrière de médecin, l’envoyèrent
chercher, près de la Faculté de Paris, l’enseignement le plus célèbre
qui fût alors. Le professeur de chimie, dès ses premières leçons, lui
fit oublier ses projets. On ne le vit plus aux autres cours; mais
ses faibles ressources s’épuisèrent bien vite, et l’aide amicale et
généreuse du célèbre Tronchin lui permit seule de prolonger son séjour
en France. Introduit par lui près de la famille d’Orléans, il trouva
dans le riche laboratoire construit pour Homberg par le Régent, tous
les moyens d’étude et de recherches dont il profita sans retard.

Berthollet, dans ses premiers travaux, adopte sur tous les points la
langue de Stahl et la théorie du phlogistique sans mentionner, même par
voie d’allusion, les objections qui l’ont ébranlée.

Aussi perspicace que généreux, Lavoisier, chargé souvent de juger
les travaux du jeune inventeur, l’élève et le soutient en louant
sans réserve ses belles expériences; applaudissant sans faiblesse à
l’esprit sagace qui le dirige, il lui signale les écueils inaperçus,
et l’avertissant pour l’instruire non pour triompher de lui, il le
ramène parfois à des découvertes importantes dont ses premières vues
l’auraient écarté.

La doctrine du phlogistique, aux yeux de Berthollet, était alors plus
que vraisemblable, et sa conversion complète ne date que de 1785. Il a
donc fallu près de dix ans à Lavoisier pour déraciner tous ses doutes;
mais leurs relations n’eurent jamais à souffrir d’une résistance
toujours loyale et tenace sans obstination. A partir de cette époque,
on voit les deux amis complétement d’accord, et la parole brillante
de Fourcroy répandre dans la chaire du Jardin des Plantes la doctrine
devenue commune; la trace de leur union devait être ineffaçable. Unis
à Guyton de Morveau, encouragés d’abord et applaudis bientôt par les
chimistes les plus illustres de l’Europe, ils osèrent proposer et faire
accepter par l’ascendant de leur renommée, une réforme complète de la
langue des chimistes.

Un esprit alors très-admiré, Condillac, avait exagéré singulièrement
l’influence possible des signes de la pensée sur la formation et la
combinaison des idées.

Ses principes, adoptés ou peu s’en faut par les penseurs les plus
illustres, n’avaient pas jusque-là porté de fruits bien positifs. On
crut faire merveille en dotant les chimistes de tous les avantages
promis à une _langue bien faite_.

Quoique la réforme de la nomenclature ait été élaborée en dehors de
l’Académie, Lavoisier, Berthollet et Fourcroy, qui s’associèrent à
Guyton de Morveau pour égaler la simplicité du langage à celle de
la théorie nouvelle, ne prétendaient nullement se soustraire à la
règle. La section de chimie fut chargée d’examiner leur travail, et
en autorisa l’impression sous le privilége de l’Académie, en essayant
toutefois en faveur des idées anciennes une dernière et impuissante
protestation.

«Cette théorie nouvelle, dit l’Académie, ce tableau, sont l’ouvrage
de quatre hommes justement célèbres dans les sciences et qui s’en
occupent depuis longtemps; ils ne l’ont formé qu’après avoir bien
comparé sans doute les bases de la théorie ancienne avec les bases de
la théorie nouvelle; ils fondent celle-ci sur des expériences belles
et imposantes. Mais quelle théorie doit jamais donner naissance à
des hommes doués de plus de génie, à un travail plus soutenu, plus
opiniâtre, quelle autre réunit jamais les savants par un concert de
plus belles expériences, par une masse de faits plus brillants que la
doctrine du phlogistique?

«Ce n’est pas encore en un jour qu’on réforme, qu’on anéantit presque
une langue déjà entendue, déjà familière même dans toute l’Europe,
et qu’on lui en substitue une nouvelle d’après des étymologies ou
étrangères à son génie, ou prises souvent dans une langue ancienne déjà
presque ignorée des savants et dans laquelle il ne peut y avoir ni
trace ni notion quelconque des choses ni des idées qu’on doit lui faire
signifier.»

L’Académie, on le voit, faisait plus que des réserves.

Me permettra-t-on de dire que, sur la question spéciale du langage,
je ne puis absolument la blâmer; la chimie subissait, cela est vrai,
une complète et brillante transformation dont les mots nouveaux,
soigneusement assortis aux idées, proclamaient le triomphe définitif
et complet. Mais à cet avantage, tout entier de circonstance, on
pouvait opposer plus d’un inconvénient.

Croit-on sérieusement qu’en continuant à appeler l’alcali volatil,
ammoniaque au lieu d’azoture d’hydrogène, on ait compromis les progrès
de la science ou la simplicité de son enseignement?

L’impuissance de cette nomenclature, qui croyait avoir tout prévu,
à dénommer seulement les combinaisons du carbone et de l’hydrogène,
n’a-t-elle pas retardé les progrès de la chimie organique, qui, pour y
avoir forcément renoncé, a été longtemps considérée comme une science
distincte et soumise à de tout autres principes?

Si l’histoire de la chimie, enfin, est si mal et si peu connue, n’en
faut-il pas accuser ce changement complet des mots qui, indépendamment
du progrès dans les idées, interdit même à des chimistes exercés, la
lecture courante et facile des premiers maîtres de la science?

Mais l’époque était favorable aux révolutions. Celle-ci, sans retard
comme sans résistance, s’établit dans toute l’Europe; elle n’a pas vu
encore de réaction.



LES NATURALISTES.


L’histoire naturelle, désignée sous le nom de physique, occupait, avec
la chimie, une moitié des séances de l’ancienne Académie des sciences.
Lors de la réorganisation en 1699, elle y fut représentée par les
sections de botanique et d’anatomie, dont les membres, toujours actifs,
contribuèrent constamment et pour une grande part à la renommée et à la
force de la compagnie.

Réaumur, qui devait être une des gloires de l’Académie, y entra, comme
Amontons, avec le titre d’élève; il était âgé de vingt-trois ans;
riche et indépendant comme Buffon, il ne demandait comme lui à la
science d’autres avantages que le plaisir d’apprendre et la gloire de
découvrir. Quoique plus pénétrant, plus patient dans ses observations
et plus rigoureux dans ses raisonnements, il lui fut fort inférieur par
le style et est resté beaucoup moins célèbre.

Réaumur se fit connaître d’abord de l’Académie par deux mémoires
de géométrie qui montrent la pleine intelligence de la méthode de
Descartes et des théories infinitésimales, que quelques membres
de l’Académie repoussaient encore. Quoique son génie ne soit pas
celui d’un géomètre, il a fortifié son esprit par la discipline des
raisonnements rigoureux, en poussant ses études mathématiques assez
loin pour pouvoir prononcer par lui-même, en toute circonstance, sur la
possibilité et la légitimité de leur application; mais il les abandonna
bien vite pour l’histoire naturelle, vers laquelle le portaient ses
goûts et ses aptitudes. Curieux de tous les secrets de la nature,
Réaumur se plaît à l’interroger avec un sage et excellent esprit, en
étudiant les moyens par lesquels elle arrive à son but et l’usage des
instruments qu’elle y emploie; les phénomènes eux-mêmes, qu’il aime
à suivre et à faire naître, lui en apprennent plus que les discours
et que les livres. Ses mémoires, dans la collection de l’Académie,
sont au nombre des plus célèbres; marqués presque tous au même coin,
ils n’exigent, pour être lus et compris, aucune étude préalable. Plus
éclairé qu’érudit, Réaumur ne fait aucun étalage de sa science, qui,
toujours cependant, sur toutes les questions, resta à la hauteur de son
époque.

Réaumur, en effet, s’occupait de toutes les sciences en même temps; se
proposant, avec une infatigable ardeur, les problèmes les plus divers,
qu’il voulait et qu’il savait le plus souvent résoudre par lui-même,
il n’avait pas le temps d’acquérir une érudition bien profonde; son
activité dans les mémoires de l’Académie s’étend à tous les sujets,
qu’il traite tous, sinon avec la même compétence, tout au moins avec la
même sagacité.

L’étude des divers métiers occupait l’Académie; elle se proposait d’en
publier successivement la description. Réaumur, jeune encore, toujours
de loisir, curieux de tout voir et de tout connaître, était désigné
tout naturellement pour prendre une part importante à ce travail.

La perspicacité inventive de Réaumur ne parut en aucun de ses ouvrages
plus évidemment que dans son traité sur la fabrication de l’acier. On
emploie depuis longtemps, on le sait, dans les usages de la vie, trois
sortes de fer très-distinctes: le fer proprement dit, l’acier et la
fonte, dont les propriétés diffèrent bien plus encore que l’aspect; la
fonte est en effet fusible, dure et cassante; l’acier, difficilement
fusible, dur et malléable; le fer, enfin, réfractaire au feu, dur à la
lime, cédant au marteau et plus malléable encore que l’acier. Le fer,
on l’ignorait alors, est un métal presque pur, l’acier contient 4 à 7
millièmes de charbon, et la fonte en contient le plus souvent de 20 à
30 millièmes; entre le fer et la fonte, on peut obtenir d’ailleurs
tous les intermédiaires, qui participent, suivant leur composition, des
propriétés du type le plus voisin.

L’acier se trempe, c’est-à-dire qu’après avoir été chauffé au rouge,
puis plongé dans l’eau froide, il devient dur et cassant; la fonte se
trempe aussi, en se transformant en fonte blanche; le fer ne se trempe
jamais.

Ces caractères étaient bien connus avant Réaumur, mais on ignorait
que le principe aciérant est le charbon pur. La chimie était trop peu
avancée alors, et Réaumur, d’ailleurs, était trop peu chimiste pour
qu’une telle découverte lui fût possible. La matière aciérante est pour
lui _une espèce de soufre_.

Mais les chimistes alors, il ne faut pas l’oublier, enveloppaient dans
ce mot les substances les plus diverses et l’appliquaient entre autres
à tout corps réducteur.

Le livre de Réaumur, qui lors de son apparition produisit un grand
effet, et fut pour lui, de la part du régent, l’occasion des plus
riches récompenses, est intitulé: _L’art de convertir le fer en acier
et l’art d’adoucir le fer dur_.

Pour aciérer le fer par la cémentation, on le chauffe en vase clos et
pendant plusieurs semaines, au milieu des substances propres à opérer
la transformation et lui fournir, suivant Réaumur, le soufre qui lui
manque, et qui, nous le savons aujourd’hui, n’est autre chose que du
charbon; quand l’acier a pris trop de ce soufre (traduisez charbon),
il devient d’abord un métal intraitable, cassant et dur, puis de la
fonte, comme le dit Réaumur en plusieurs endroits de son livre; et il
enseigne à corriger cet acier intraitable en le plaçant à une haute
température en contact avec de la craie; mais, ne connaissant ni la
composition de la craie ni les propriétés de l’acide carbonique et de
l’oxyde de carbone, et la transformation si facile et si fréquente de
l’un de ces gaz dans l’autre, il ne pouvait voir les choses bien à
fond, ni en donner une théorie bien précise. Ses explications valent à
peu près cependant toutes celles que l’on donnait alors des réactions
chimiques, et on conclut de ses idées que la fonte peut, en perdant
tout ou partie de ce qu’il nomme les soufres, se changer en acier et
même en fer doux, et il a trouvé le beau procédé de décarburation,
qui, bien peu perfectionné depuis, nous fournit aujourd’hui la fonte
malléable. Une partie de son ouvrage est consacrée à la description de
cet art nouveau: il enseigne à couler la fonte destinée à l’opération;
il donne la composition des meilleurs mélanges, parmi lesquels il cite
l’oxyde de fer et même la limaille et les rognures de fer exclusivement
employées aujourd’hui; il désigne enfin les objets qu’il convient
de fabriquer ainsi et qui n’ont changé ni de nom ni de nature;
quelques-uns seulement, comme les heurtoirs de porte, ne sont plus
employés aujourd’hui.

La partie économique du livre de Réaumur n’est pas moins remarquable:
«Il y avait, dit-il dans sa préface, deux partis à choisir pour
rendre les arts, et surtout celui d’adoucir le fer fondu, utiles au
royaume: ou d’accorder des priviléges à des compagnies, qui, comme
celles des glaces, eussent eu seules le droit de faire de ces sortes
d’ouvrages, ou de donner une liberté générale à tous les ouvriers d’y
travailler. Le premier parti eût plutôt fait paraître des manufactures
considérables et le public eût eu plutôt à choisir des ouvrages de ce
genre. Dès que la liberté est générale, les artisans se chargeront de
ce travail, mais leur peu de fortune ne leur permettant pas de faire
les avances nécessaires pour fournir à une grande quantité d’ouvrages
très-variés, parce que les premiers modèles coûtent cher, les ouvrages
s’en multiplieront plus lentement; les compagnies qui pourraient
entreprendre de plus grands établissements n’oseront peut-être pas
les risquer, dans la crainte de voir bientôt leurs ouvrages copiés
par tous les petits ouvriers; mais, outre qu’un amour de la liberté
porte à souhaiter qu’il soit permis aux hommes de faire ce sur quoi
ils ont naturellement autant de droit que les autres, c’est que, si
les établissements se font de la sorte plus lentement, d’une manière
moins brillante, ils se forment d’une manière plus utile au public.
Comment s’assurer d’une société qui ne soit pas trop avide de gain?
C’est le grand inconvénient des priviléges, qui d’ailleurs lient
les mains à ceux qui n’en ont pas obtenu de pareils et qui auraient
été en état d’en faire de meilleurs usages, qui auraient eu plus de
talents pour perfectionner les nouvelles inventions. Ce n’est pas que
les particuliers n’aient pour le profit une ardeur égale à celle des
compagnies, mais la crainte que leurs voisins ne vendent plus qu’eux,
l’envie d’attirer le marchand, leur fait donner à meilleur marché. J’ai
eu la preuve de cette nécessité de faire multiplier le débit: j’avais
permis à quelques ouvriers, qui avaient travaillé sous nos yeux dans le
laboratoire de l’Académie, de faire des ouvrages de fer fondu. Malgré
moi ils voulaient les tenir à un prix excessif; quand ils offraient
pour 200 livres, en fer fondu, ce qui, en fer forgé, en eût coûté 1,200
ou 1,500, ils croyaient faire assez, quoiqu’ils eussent dû le donner
pour 4 ou 5 pistoles. Il n’y a donc d’autre manière de vendre les
choses à bon marché que de mettre les ouvriers dans la nécessité de
débiter à l’envi.»

Ces excellentes paroles, que Turgot n’eût pas désavouées, sont écrites,
il ne faut pas l’oublier, en 1732, et servent de préface à un ouvrage
que le duc d’Orléans, alors régent du royaume et fort compétent
sur les questions de science, récompensa par une pension de 12,000
livres. Quelques réflexions généreuses sur le devoir des inventeurs
envers l’humanité tout entière méritent également d’être rapportées.
«Il s’est trouvé des gens, dit Réaumur, qui n’ont pas approuvé que
les découvertes qui font l’objet de ces mémoires aient été rendues
publiques. Ils auraient voulu qu’elles eussent été conservées au
royaume, que nous eussions imité les exemples du mystère, peu louables
à mon sens, que nous donnent quelques-uns de nos voisins. Nous nous
devons premièrement à notre patrie, mais nous nous devons aussi au
reste du monde; ceux qui travaillent pour perfectionner les sciences et
les arts doivent même se regarder comme les citoyens du monde entier.»

L’événement ne répondit pas, il faut l’avouer, aux espérances de
Réaumur, et les progrès qu’il avait promis ne se réalisèrent que
lentement. Une compagnie fut établie sous sa haute direction avec le
nom de _Manufacture royale d’Orléans pour convertir le fer en acier
et pour faire des ouvrages de fer et d’acier fondu_. Le prospectus
inséré dans les journaux du temps contenait de magnifiques promesses.
«On s’engage, disait-on, à ne livrer que des produits d’excellente
qualité, et, s’il y en avait qui ne parussent pas tels à ceux qui les
ont achetés, on s’engage à rendre l’argent quand on les rapportera.»

Peu d’années après, cependant, la compagnie dut se dissoudre après
avoir épuisé son capital, et l’usine fut abandonnée.

C’est par ses études sur les animaux inférieurs que Réaumur a mérité
un nom immortel. Observateur pénétrant et attentif de la nature, nul
autre n’a eu un sentiment plus vif et plus précis des ressources
simples et variées tout ensemble dont elle dispose pour l’exécution de
ses desseins, et de l’admirable justesse avec laquelle elle accorde,
même aux êtres inférieurs, les organes nécessaires à leurs besoins et
conformes à leurs convenances comme à leurs instincts. L’anatomie ne
joue, chez lui, qu’un rôle secondaire; c’est en épiant les mouvements
et les actes de l’animal vivant qu’il se rend compte des forces
mises à sa disposition et de l’usage qu’il en sait faire. Le rôle
que l’histoire de la science lui attribue est d’avoir découvert et
révélé les merveilleux secrets de la vie extérieure d’un grand nombre
d’animaux choisis surtout parmi les plus humbles. Par quel mécanisme un
mollusque s’avance-t-il sur le sable? Comment peut-il s’accrocher au
rocher? Par quels moyens parvient-il à saisir sa proie et à la défendre
contre ses ennemis? Comment l’insecte choisit-il son habitation? Quels
matériaux emploie-t-il pour l’aménager? Quels sont ses artifices pour
nourrir ses petits? Comment prépare-t-il les ressources nécessaires
à leur développement? Telles sont les questions que traite le plus
volontiers Réaumur et qu’il résout à l’aide des observations les plus
intéressantes, accumulées et recueillies avec un rare bonheur et une
infatigable patience. Dans un charmant mémoire sur les guêpes, dont la
république, trop négligée des naturalistes pour celle des abeilles, lui
ressemble pourtant un peu, dit-il, peut-être comme Sparte ressemblait à
Athènes, Réaumur indique très-bien le but qu’il se propose et l’ordre
des questions qu’il veut aborder: «Si je m’étais proposé, dit-il, de
faire connaître les différentes espèces de guêpes dont les naturalistes
font mention, de donner la description exacte de leur figure et de
caractériser les espèces par les différences les plus marquées, un
mémoire entier y suffirait à peine, mais je crois qu’on me saura gré de
ce que j’épargnerai ici les détails secs pour ne m’arrêter pour ainsi
dire qu’à leurs mœurs.» Tel est le programme de Réaumur dans ses belles
et intéressantes recherches sur les insectes, dont la réunion forme six
gros volumes, d’une lecture aussi agréable que facile, et auxquels il
ne manquerait peut-être qu’un peu de concision pour être comptés parmi
les ouvrages classiques les plus attachants.

Réaumur entra à l’Académie en 1708 et mourut en 1757, après avoir vu
son influence, fort grande d’abord, s’effacer peu à peu devant celle de
Buffon.

Lorsque Buffon, âgé de vingt-sept ans seulement, fut nommé par
l’Académie membre adjoint de la section de botanique, rien ne faisait
prévoir encore la célébrité réservée à son nom. Comme Bossuet, comme
Crébillon et comme l’aimable président De Brosses, il était élève
des jésuites de Dijon. Le souvenir de ses succès d’écolier n’est pas
parvenu jusqu’à nous. Fils d’un magistrat fort considéré et fort riche,
Buffon, dès sa jeunesse, put régler sa vie à sa guise et satisfaire
librement tous ses goûts; il voyagea en France et en Italie, en
compagnie d’un jeune seigneur anglais dont le précepteur, homme fort
instruit, paraît avoir dirigé ses premières études sur la science de la
nature. Buffon, de même que Réaumur, dont il devait bientôt devenir le
rival, débuta par la géométrie, et un mémoire ingénieux sur quelques
problèmes de probabilité, le montre capable de réussir dans cette voie;
mais sa science encore imparfaite devait s’affaiblir et se perdre dans
la pratique des travaux d’un autre ordre; et une discussion célèbre
avec Clairaut, dans laquelle vingt ans plus tard il méconnaît les
principes les plus élémentaires, montre que Buffon, en quittant la
géométrie, n’y avait pas fait assez de progrès pour en armer à jamais
son esprit.

La traduction d’un ouvrage mathématique de Newton et de la statique
des végétaux de Hales, l’étude théorique et expérimentale des miroirs
ardents attribués à Archimède, et des expériences faites en grand sur
la manière de durcir les bois en les écorçant sur pied, ne semblaient
pas indiquer bien nettement sa voie, lorsque sur la proposition de
Dufay mourant il fut nommé à l’âge de trente-deux ans directeur et
intendant du Jardin du Roi. Obligé par devoir de favoriser les études
d’histoire naturelle et d’y présider en quelque sorte, il tourna
désormais vers elles l’activité de son esprit en y appliquant avec un
zèle constant tous ses soins, ses travaux, son crédit et ses forces.
L’observation minutieuse des faits n’était ni dans ses goûts ni dans
ses aptitudes. Son génie, acceptant les détails de toute main, avait
besoin d’un plus grand vol. Buffon, pour peindre la nature entière,
prétendait d’un premier coup d’œil saisir tout d’abord les principes et
tracer à grands traits un tableau d’ensemble: c’est par là que commence
et que finit son grand ouvrage. Dans deux de ses livres les plus
admirés, la _Théorie de la terre_ et les _Époques de la nature_, Buffon
excité et soutenu par la grandeur de son sujet, semble débrouiller
le chaos: aucune difficulté ne l’étonne, et l’on voit son éloquence,
toujours majestueuse mais parfois trop ornée, devancer tour à tour la
science de son temps, la dédaigner, ou y contredire.

Quoiqu’il eût succédé à Couplet comme trésorier de l’Académie, Buffon,
presque toujours absent de Paris, assistait rarement aux séances. Peu
soucieux des travaux de ses confrères, il communiquait rarement les
siens à l’Académie et recherchait peu l’influence qu’il y exerçait
cependant. L’Académie française, dans sa correspondance, l’occupe
plus souvent et semble l’intéresser plus vivement que l’Académie des
sciences. L’écrivain chez Buffon a en effet éclipsé le savant; dans ses
écrits sur la science, qui valent surtout par l’exacte convenance et
l’harmonieuse précision du style, on ne trouve qu’un bien petit nombre
d’observations nouvelles ou d’expériences décisives sur des points
jusque-là douteux. Et s’il est permis de rappeler une plaisanterie
contre celui dont le long ouvrage n’en contient pas une seule, lorsque
l’affectueuse estime de Louis XVI fit élever au Jardin des Plantes une
statue à Buffon encore vivant, l’irrévérencieux passant qui, lisant
sur le socle: _Naturam amplectitur omnem_, s’écria, dit-on: «Qui trop
embrasse mal étreint,» ne manqua ni de justice ni d’à-propos.

Les noms de Daubenton et de Buffon sont inséparables dans l’histoire
de la science. Compagnon de son enfance et collaborateur très-utile
de son grand ouvrage, Daubenton, satisfait de la part qui lui était
faite et dévoué sans arrière-pensée à l’œuvre commune, y apportait
par des études sérieuses et originales un élément précieux de force,
de solidité et de durée; un jour cependant Buffon, dans un intérêt de
librairie, fit disparaître d’une édition nouvelle les chapitres écrits
par son ami, dont la science plus profonde mais plus sèche que la
sienne, avait moins d’attrait pour le public. Les intérêts de Daubenton
étaient sacrifiés aussi bien que sa juste susceptibilité d’observateur
et de savant, et cette cruelle blessure venait d’un compagnon
d’enfance, d’un collaborateur admiré et aimé, et d’un protecteur
généreux qui l’avait d’avance désarmé et enchaîné par les liens de
la reconnaissance! Ces souvenirs dirigèrent la conduite de Daubenton
et l’expliquent: attristé plus encore qu’irrité, il se plaignit
avec douceur et modération; et, sans rompre des relations désormais
froides et pénibles, il redoubla d’ardeur pour la formation du
cabinet d’histoire naturelle, qui devint toute sa consolation. Malgré
d’excellents et nombreux travaux, la création de ce beau musée reste
l’œuvre saillante de Daubenton. On n’y trouvait guère avant lui que les
coquilles recueillies par Tournefort. C’est Daubenton qui, pendant plus
de quarante ans, y embrassant avec ardeur toutes les productions de la
nature, les recueillit de toutes parts et souvent à grands frais, pour
les grouper dans un ordre commode à la fois pour l’étude et séduisant
pour les ignorants.

Daubenton a donné à l’Académie un grand nombre de mémoires sur des
points particuliers d’histoire naturelle. On lui doit la description de
plusieurs espèces réellement nouvelles, des études sur le développement
des arbres qui, comme le palmier, ne croissent pas par couches
extérieures et concentriques; des idées ingénieuses sur les albâtres et
les stalactites, et les herborisations des pierres. Daubenton enfin,
en appliquant à la paléontologie sa connaissance profonde des animaux
vivants, a été le précurseur immédiat de Cuvier.

Ces travaux incessants et variés occupèrent Daubenton sans le captiver
entièrement, et la juste célébrité de son nom s’attache en grande
partie à une œuvre toute pratique et de grande utilité pour le pays.
Ses écrits sur l’élevage des moutons et sur l’amélioration des laines
le placent au nombre des bienfaiteurs de l’agriculture française.

«Mettre dans tout son jour l’utilité du parcage continuel, démontrer
les suites pernicieuses de l’usage de renfermer les moutons dans les
étables pendant l’hiver, essayer les divers moyens d’en améliorer la
race, trouver ceux de déterminer avec précision le degré de finesse
de la laine, reconnaître le véritable mécanisme de la rumination,
en déduire des conclusions utiles sur le tempérament des bêtes à
laine et sur la manière de les nourrir et de les traiter, disséminer
les produits de sa bergerie dans toutes les provinces, distribuer
ses béliers à tous les propriétaires de troupeaux, faire fabriquer
des draps avec ses laines pour en démontrer aux plus prévenus la
supériorité, former des bergers instruits pour propager la pratique de
sa méthode, rédiger des instructions à la portée de toutes les classes
d’agriculteurs, tel est, dit Cuvier, l’exposé rapide des travaux de
Daubenton sur cet important sujet.»

Leur auteur, on en conviendra, n’avait pas besoin de paître lui-même
ses troupeaux pour se faire délivrer sans scrupule, pendant les mauvais
jours de la Terreur, un certificat de civisme sous le nom du berger
Daubenton.

La direction du Jardin des Plantes, lorsqu’elle fut confiée à Buffon,
était promise depuis longtemps à un naturaliste fort éminent, riche
propriétaire, non moins recommandable par son caractère que par
l’étendue de son esprit. Si Duhamel du Monceau n’a pas laissé comme
Buffon un nom illustre, c’est que ses écrits, remarquables par le fond
beaucoup plus que par la forme, ont servi surtout dans la science comme
de précieux et solides matériaux utilisés par ses successeurs. Ami
intime de Bernard de Jussieu et de Dufay, Duhamel, en étudiant sous
leurs yeux l’histoire naturelle, sut à l’âge de vingt ans leur inspirer
assez de confiance pour que l’Académie, conseillée par eux, lui confiât
la mission d’étudier dans le Gâtinais les causes d’une maladie du
safran qui alarmait alors les propriétaires du pays. Sa mission eut un
plein succès, et la section de botanique l’appela peu après à une place
d’adjoint.

Loin d’entrer à fond et par ordre dans le détail des travaux
très-nombreux de Duhamel, nous ne pouvons pas même, dans cette revue
rapide et superficielle, citer tous ceux qui, justement célèbres parmi
les naturalistes, méritent encore aujourd’hui une sérieuse attention.
Les expériences de Duhamel sur la formation des os sont très-élégantes
et très-nettes. La garance, mêlée pendant quelque temps à la nourriture
d’un animal, pénètre dans les os et les colore en rouge. Ce fait,
observé par des savants anglais, lui donna l’idée de faire alterner
la nourriture chargée de garance avec la nourriture ordinaire, pour
observer, sur différents animaux bien entendu, le progrès de la
coloration en rouge et le retour à l’état normal.

L’Académie, qui a compté parmi ses membres Tournefort, Magnol,
Geoffroy, Vaillant, Duhamel, Antoine, Bernard et Laurent de Jussieu, et
qui a inscrit le nom de Linnée sur la liste de ses associés étrangers,
n’a pu manquer de prendre une grande et glorieuse part au progrès, on
pourrait presque dire à la création de la science des plantes.

Magnol, qui le premier a prononcé en botanique le nom de famille, était
professeur et professeur très-illustre à la Faculté de Montpellier.
Le roi, sur sa grande réputation, le nomma successeur de Tournefort à
l’Académie, quoiqu’il ne fût proposé qu’au troisième rang. Flatté d’un
tel honneur, et renonçant à l’âge de soixante-douze ans aux habitudes
de toute sa vie, il vint résider à Paris; mais le sacrifice était
au-dessus de ses forces, et il n’assista que pendant un an à peine aux
séances de l’Académie.

Vaillant fut un des élèves les plus illustres de Tournefort. Fagon,
surintendant du roi, l’avait appelé, quoique fort jeune encore, à la
direction des cultures du jardin, de préférence à Tournefort lui-même,
qui s’en montra fort blessé. Le mauvais vouloir devint rapidement
mutuel, et les mémoires scientifiques de Vaillant en conservent la
trace; des critiques trop amères, quoique souvent fondées, y remplacent
dans plus d’une page les applaudissements qui partout ailleurs
saluaient les ouvrages de son maître.

Geoffroy, le frère du chimiste, fut un botaniste éminent. On lui doit
une grande découverte, celle du sexe des plantes, qui, acceptée et mise
dans un plus grand jour par Vaillant, lui a été souvent attribuée.

Antoine de Jussieu, élève de Magnol à Montpellier, et docteur déjà
de la célèbre faculté, s’était rendu à Paris à l’âge de vingt-deux
ans dans l’espoir surtout d’y suivre les leçons de Tournefort sur les
plantes et de se perfectionner dans leur étude. Victime d’un accident
qui devait être mortel, Tournefort ne professait plus, et peu de temps
avant sa mort le jeune élève, rapidement distingué par Fagon, se trouva
placé à l’âge de vingt-trois ans dans la chaire même dont la réputation
l’avait attiré.

Antoine de Jussieu était un savant éminent et un excellent homme.
Observateur ingénieux et sagace, il a composé d’excellents mémoires
sur les diverses branches de l’histoire naturelle: frère généreux et
dévoué, il a élevé et instruit le jeune Bernard, et en lui faisant
partager la modeste aisance due à ses succès comme médecin, lui a
permis de dévouer sa vie entière à la méditation opiniâtre d’une œuvre
immortelle. L’esprit de famille et d’union est un des traits saillants
du caractère des Jussieu; leur frère Joseph, compagnon de Lacondamine
au Pérou, retrouva après trente-huit ans d’absence sa place au foyer
fraternel, où il ne pouvait apporter qu’embarras et tristesse. Épuisé
par de longues fatigues, il en avait oublié jusqu’à la triste histoire.
On n’osa pas le conduire à l’Académie, qui l’avait élu pendant son
absence, mais jusqu’à sa mort il trouva dans la petite maison de la rue
des Bernardins les soins les plus intelligents et les plus affectueux.

Bernard survécut longtemps à Antoine: silencieux et caché par goût
et par modestie, il n’était ni inconnu ni abandonné, et sa profonde
douleur, en alarmant ses amis, accrut l’assiduité et l’empressement des
meilleurs d’entre eux; chaque mercredi et chaque samedi, son confrère
Duhamel venait le prendre dans son carrosse et le conduire au Louvre,
à la séance de l’Académie; il le ramenait ensuite et partageait son
modeste repas.

Sa maison reçut en 1765 un hôte nouveau et un peu dépaysé d’abord.
Laurent de Jussieu, le célèbre auteur du _Genera plantarum_, devint,
à l’âge de dix-sept ans, le commensal et le compagnon d’un vieillard
triste et sérieux, que pendant son enfance il n’avait pas approché une
seule fois. Chacun cependant y mit du sien: les soins et les leçons de
Bernard inspirèrent à Laurent, avec la déférence d’un disciple, une
affection réellement filiale. La vie austère de Bernard, consacrée à la
science et à l’amitié, n’avait jamais ouvert son cœur à d’autres joies;
mais la nature de Laurent différait de la sienne; son oncle le comprit,
et pourvu qu’il se montrât exact à l’heure du souper, le jeune homme
n’était jamais questionné sur les sorties qui pouvaient le précéder ou
le suivre.

L’affection et la vénération de Laurent méritèrent toute l’estime de
Bernard, qui le traita bientôt comme un ami avec qui on peut tout
penser, tout dire et tout entendre; la science eut toujours la plus
grande mais non la seule place dans leurs entretiens, qui parfois même
moins graves que de coutume, les amenaient à lire ensemble quelques
pages de Rabelais. Le vieil oncle confia bientôt à son neveu toute
l’administration de la maison en lui disant: «Tout ce qui est à moi
est à toi.» Cette parole était vraie à la lettre et s’étendait à son
trésor le plus intime, à l’œuvre et à la préoccupation de toute sa vie,
à sa méthode de classification des plantes, dont il le fit l’héritier,
le dépositaire et le continuateur. Longtemps après la mort de son
frère, Bernard ayant une dépense considérable à faire, ouvrit un vieux
coffre où Antoine déposait ses économies et y prit 40,000 francs; mais
le coffre servit toujours au même usage, et au moment de la mort de
Bernard, il était rempli de nouveau. «Mon grand-oncle, disait Adrien de
Jussieu, le digne fils de Laurent, traita ses idées scientifiques comme
ses écus. Il les empila sans daigner s’en servir, ouvrit son coffre une
seule fois et le légua à son héritier encore à moitié plein. Le modeste
Bernard, depuis longtemps grand-maître dans la science des plantes, et
connu pour tel de tous les botanistes de l’Europe, avait constamment
refusé de faire des leçons publiques; il craignait d’ignorer l’art de
bien dire. Ce fut l’académicien Lemonnier, frère de l’astronome, qui
succéda à Antoine dans la chaire du Jardin du Roi. Forcé bientôt comme
médecin des enfants de France de résider à Versailles, il dut se faire
suppléer à Paris. Buffon, sur la présentation de Bernard, fit monter
Laurent de Jussieu, âgé de vingt-deux ans, dans la chaire où le digne
vieillard, non moins ému que lui, lui présentait silencieusement, comme
à ses prédécesseurs, les plantes soigneusement choisies et que souvent
la veille il lui avait appris à connaître.

Bernard n’a presque rien écrit: quatre mémoires publiés par l’Académie
des sciences forment ses œuvres complètes; ils n’expliqueraient pas,
malgré leur mérite réel, son immense et juste renommée. Méditant sans
cesse sur les caractères des plantes pour en peser l’importance,
observant toutes les analogies, estimant toutes les différences, et
dans la diversité des détails contemplant l’harmonie de l’ensemble,
Bernard ne cherchait pour elles ni un dénombrement ni même une
nomenclature ou une ordonnance, mais un enchaînement. Lorsque Louis XV,
inspiré par Lemonnier, le chargea d’établir à Trianon, dans un jardin
des plantes, une école pratique de botanique, Bernard, forcé de donner
une direction, dut fixer enfin son esprit toujours en suspens, et
l’ordonnance générale de ses plantations, tout en trahissant quelques
incertitudes, révélait clairement le principe déjà trouvé de la méthode
naturelle. Le catalogue des plantes de Trianon était l’esquisse
d’un grand ouvrage. Laurent de Jussieu, dépositaire et héritier des
résultats de son oncle, le fut aussi de ses principes; et en publiant,
quinze ans après la mort de Bernard, le célèbre _Genera plantarum_, il
vint achever et accomplir pieusement le dessein de celui qu’il nomma
jusqu’au bout son guide et son maître.

Haüy, étranger aux sciences jusqu’à l’âge de quarante ans, amené
par un heureux instinct de son génie à réunir et à étudier des
minéraux, devint le créateur d’une science nouvelle et l’une des
gloires les moins contestées de l’Académie. Fils d’une pauvre famille,
élevé par charité au collége de Navarre et satisfait d’un modeste
emploi de régent, il enseignait le latin aux élèves de sixième, puis
successivement à ceux de quatrième et de seconde. Ami intime du
grammairien Lhomond, il avait pris près de lui le goût de la botanique,
qui le conduisit au Jardin des Plantes, où le cours de Daubenton sur
la minéralogie l’introduisit dans l’étude des cristaux. Le caractère
fondamental de l’espèce, qui dans les plantes et les animaux est tiré
de la reproduction, manque complétement dans les minéraux; c’est là
une difficulté qui a longtemps retardé les progrès de la science.
La composition chimique fournit, il est vrai, une base précise de
classification, mais cette composition d’une part n’est pas toujours
facile à connaître, et les minéralogistes d’ailleurs se refusent non
sans raison aux conséquences d’un principe exclusif qui les obligerait,
par exemple, à confondre la craie avec les cristaux transparents de
spath d’Islande, ou le charbon avec le diamant. Tout en accordant à la
composition chimique une importance considérable, une classification
réellement naturelle doit faire nécessairement intervenir les
propriétés physiques des corps.

Haüy tout d’abord s’attacha curieusement aux cristaux, qui, bien
différents des fleurs auxquelles on les a comparés, présentent à
peine, pour une même espèce, quelques analogies vagues et douteuses,
et qu’apparemment au moins aucune loi ne régit. Un hasard heureux vint
bientôt l’éclairer: dans un cristal de spath calcaire brisé devant
lui par accident, Haüy remarqua des faces nouvelles, non moins nettes
que celles du dehors, et formant un polyèdre identique par sa forme,
comme il l’est par sa composition, aux cristaux de spath d’Islande
très-différents pourtant de ceux du spath calcaire. Sans remonter aux
causes réelles et sans doute éternellement inconnues qui le dominent
et le nécessitent, Haüy frappé d’une lumière subite, entrevit dans ce
fait la révélation d’un principe et une source nouvelle et assurée de
découvertes qu’il devait, quoique féconde épuiser presque tout entière.
Les cristaux si divers d’une même substance naissent de l’arrangement
des mêmes molécules, dont les divers modes de groupement produisent
toute la variété des formes. La petite collection d’Haüy, livrée
immédiatement au marteau, confirma cette première vue. Le grenat, le
spath fluor, la pyrite, le gypse, incessamment brisés et réduits en
fragments imperceptibles, présentent chacun un polyèdre constant qui
les distingue, et suivant Haüy les caractérise. Une voie nouvelle était
ouverte, mais glissante, étroite et accessible aux seuls géomètres,
Haüy, sans peut-être soupçonner toute la difficulté de l’entreprise,
voulut la suivre jusqu’au bout. Agé alors de plus de quarante ans,
le professeur de latin avait depuis longtemps oublié Euclide; mais
il avait l’esprit géométrique. Il reprit ses vieux cahiers, demanda
quelques leçons à des collègues plus habiles, et un petit nombre de
théorèmes exactement étudiés et compris lui révélèrent les dernières
conséquences des lois simples qu’il avait devinées, en lui donnant pour
plusieurs espèces, avec la valeur précise des angles, la connaissance
très-distincte de toutes les variations de la forme générale, de la
disposition des facettes et de la dépendance des truncatures.

Quoique toujours timide et modeste, il apporta bien vite à l’Académie
la grande découverte qui, plus fortement annoncée dans un second
mémoire et portée à la dernière évidence, éleva aussitôt le nom d’Haüy
au rang des plus grands et des plus illustres. Haüy, inconnu jusque-là
dans la science et complétement éloigné des savants, apportait son
premier mémoire le 10 janvier 1781; treize mois après, le 15 février
1782, l’Académie, dans son empressement à le posséder, le nommait
presque à l’unanimité membre adjoint de la section de botanique.

Lagrange et Lavoisier, Berthollet et Laplace, comprirent que ce prêtre,
hier encore ignorant et obscur, devenait tout à coup leur égal par
la gloire comme il l’était par l’esprit d’invention, et le collége
du cardinal Lemoine les vit plus d’une fois réunis autour du modeste
régent de seconde qui, humblement confus de captiver et d’étonner de
tels génies, leur démontrait dans les suites d’un seul principe toutes
les richesses et toutes les harmonies de la géométrie des cristaux.

Haüy, de même que Lavoisier, eut à soutenir plus d’une controverse.
On l’accusa d’avoir fait revivre une théorie ancienne et justement
délaissée. Romé de Lisle, le plus célèbre alors des minéralogistes, et
peut-être le seul savant français réellement considérable au XVIII^e
siècle qui n’ait pas appartenu à l’Académie, appelait plaisamment la
théorie nouvelle l’hérésie _des cristalloclastes_. «Mais heureusement,
dit Cuvier, nous ne connaissons d’hérétiques dans la science que ceux
qui ne veulent pas suivre les progrès de leur siècle; et ce sont
aujourd’hui Romé de Lisle et ceux qui lui ont succédé dans leur petite
jalousie qu’atteint avec justice cette qualification.»



III.

LA FIN DE L’ACADÉMIE.



L’ACADÉMIE DE 1789 A 1793.


L’Académie des sciences, par l’importance croissante de ses travaux,
comme par la juste célébrité de ses membres, avait acquis à la fin du
XVIII^e siècle une haute et universelle influence. Sans être mêlée à
la conduite des affaires, elle était consultée sur les questions les
plus difficiles et les plus importantes. Non-seulement les savants et
les inventeurs, mais les administrateurs de province, les assemblées
d’États, le parlement, le lieutenant de police, les ministres
eux-mêmes, prenaient souvent son avis et le suivaient quelquefois.
Les membres, nommés par le roi, étaient désignés en réalité par les
suffrages des académiciens, dirigés souvent, mais non contraints,
dans l’exercice de leur liberté; les choix étaient d’ailleurs ce
qu’ils sont et seront toujours, bons dans l’ensemble, appelant tôt
ou tard tous ceux qu’à un siècle de distance l’historien des sciences
s’étonnerait de voir écarter, et leur associant, dans une proportion
un peu trop forte peut-être, des hommes obscurs aujourd’hui, gens de
bien et de savoir, connus alors pour tels, il faut le supposer, mais
dont les ouvrages nous semblent insignifiants, quand ils ne sont pas
introuvables.

La science, dans les procès-verbaux, est mêlée aux seules affaires
académiques, et, depuis le commencement du siècle, on n’y rencontrerait
pas peut-être une seule allusion aux événements politiques. L’année
1789 fait à peine exception. Les pensionnaires sont exacts, aussi
bien que les associés, aux réunions du mercredi et du samedi. Les
membres honoraires seuls font défaut; mais c’est chez eux déjà une
fort ancienne habitude: depuis plus de vingt ans, la colonne réservée
à leurs signatures recevait un nom ou deux tout au plus sur chaque
feuille de présence, et restait blanche quelquefois pendant des mois
entiers.

Plus élevés et plus nombreux depuis plusieurs années, les travaux
de science pure semblent s’augmenter et s’étendre encore. Laplace,
Legendre, Borda et Coulomb représentent glorieusement l’astronomie,
les mathématiques, la mécanique et la physique. Le _Genera Plantarum_,
qui devait mériter et recevoir tant de louanges, vient accroître
encore le grand nom des Jussieu, et Lavoisier enfin, marchant d’un pas
assuré dans la voie qu’il a ouverte, fait imprimer avec le privilége
de l’Académie l’immortel ouvrage qui, élevant la chimie au rang des
sciences exactes, la rend, suivant l’expression de Lagrange, presque
aussi facile que l’algèbre.

La date seule des procès-verbaux entraîne parfois la pensée bien loin
des paisibles discussions qu’ils résument.

Le mercredi 15 juillet 1789, l’Académie tient séance comme de coutume
et semble ignorer le grand événement de la veille. En présence de
vingt-trois membres, un peu distraits peut-être, Darcet communique un
mémoire de chimie; Tillet et Broussonet rendent compte d’une machine
pour enlever la carie du blé; un auteur étranger propose un moyen de
conserver l’eau douce à la mer; Charles, enfin, lit un travail sur la
graduation des aréomètres. Trois jours après, le 18 juillet, Laplace
étudie l’obliquité de l’écliptique.

C’est le 4 juillet 1789 que le retentissement des événements du dehors
interrompit pour la première fois, et un instant seulement, les travaux
de la petite salle du Louvre. On lit au procès-verbal: «Il est décidé
de témoigner à M. Bailly, de la part de l’Académie, sa satisfaction de
la manière dont il a rempli les fonctions de président de l’Assemblée
nationale.» Reprenant immédiatement son ordre du jour, l’Académie
entend ensuite une lecture de Coulomb sur le frottement des pivots, et
un mémoire sur la culture de l’indigo.

Le mercredi 22 juillet, à l’heure même où Bailly, devenu maire de
Paris, faisait à l’Hôtel de Ville d’inutiles et timides efforts
pour soustraire Foulon et Berthier à la fureur de leurs assassins,
l’Académie, réunie au Louvre, invitait tous ses membres à se rendre à
sa maison de Chaillot pour lui porter de nouvelles félicitations.

Bailly, dès la séance suivante, vient remercier ses confrères de
l’intérêt qu’ils ont pris à tout _ce qui lui est arrivé d’heureux_. Que
ces paroles soient de Condorcet, qui les a écrites au procès-verbal, ou
de Bailly, à qui il les prête, elles révèlent tout un caractère.

Les événements se précipitent; entraînée par le souffle du dehors,
l’Académie, sans se roidir contre l’esprit de changement, n’en semble
ni pénétrée ni éblouie. C’est le 18 novembre 1789 seulement, plus
de trois mois après la nuit du 4 août, que, donnant satisfaction
aux idées du jour, un membre honoraire, l’excellent et vertueux duc
de La Rochefoucauld, propose d’abolir toute distinction entre les
académiciens. Qui ne croirait qu’accueillie avec applaudissement, une
telle motion, à une telle date, sera votée par acclamation? Loin de
là: soumise à la règle qui prescrit une seconde lecture, l’Académie
prend huit jours pour se résoudre. Le 25 novembre, contrairement à la
coutume qui pour cela n’est pas abolie, on confère sur cette question
le droit de suffrage aux membres associés. La semaine suivante, on
décide que, pour examiner les anciens statuts et en proposer de
nouveaux, il sera nommé des commissaires; puis, dans une autre séance,
qu’ils seront au nombre de cinq, et c’est après un mois de délais et
de remises successives que Condorcet, Laplace, Borda, Tillet et Bossut
sont chargés de préparer un nouveau règlement qu’ils mettent six mois à
rédiger et dont la discussion occupe vingt-quatre séances.

Le principe cependant était accepté, et l’Académie, sans attendre la
fin de la discussion, saisit avec empressement, fit naître même, on
peut le dire, l’occasion de le proclamer solennellement.

L’Assemblée nationale, dans la séance du 8 mai 1790, avait décidé que
le soin de choisir et de déterminer le système des nouvelles mesures
serait confié à l’Académie des sciences.

«L’Assemblée nationale, était-il dit, désirant faire jouir la France
entière de l’avantage qui doit résulter de l’uniformité des poids et
mesures, et voulant que le rapport des anciennes mesures avec les
nouvelles soit clairement déterminé et facilement saisi, décrète que
Sa Majesté sera suppliée de donner des ordres aux administrations des
divers départements du royaume, afin qu’elles se procurent, qu’elles
se fassent remettre par chacune des municipalités comprises dans
chaque département, et qu’elles envoient à Paris, pour être remis au
secrétaire de l’Académie des sciences, un modèle parfaitement exact des
différents poids et mesures élémentaires qui y sont en usage.

«Décrète en outre que le roi sera également supplié d’écrire à Sa
Majesté Britannique, et de la prier d’engager le parlement britannique
à concourir avec l’Assemblée nationale à la fixation de l’unité des
mesures et des poids. Qu’en conséquence, sous les auspices des deux
nations, des commissaires de l’Académie des sciences de Paris pourront
se réunir en nombre égal avec des membres choisis de la société de
Londres dans le lieu qui sera jugé respectivement le plus convenable...

«Qu’après l’opération faite avec toute la solennité qui sera
nécessaire, Sa Majesté sera suppliée de charger l’Académie des sciences
de faire avec précision, pour chaque municipalité du royaume, le
rapport de leurs anciens poids et mesures avec le nouveau modèle,
et de composer ensuite pour les moins capables des livres usuels et
élémentaires où seront indiquées avec clarté toutes les proportions.»

C’est à cette occasion que, reçue à la barre de l’Assemblée,
l’Académie, par l’organe de Condorcet, s’empressa d’afficher son amour
pour l’égalité.

«L’Académie des sciences, dit son secrétaire, désirait depuis longtemps
voir régner dans son sein cette entière égalité dont vous avez fait le
bien le plus précieux des citoyens, et que nous regardons comme le plus
digne encouragement de nos travaux.»

Malgré l’égalité dont elle se vante, plus d’une page des procès-verbaux
montre encore dans l’Académie trois classes séparées, dont chacune avec
son nom conserve son rang et ses droits, et dont la subordination,
maintenue par habitude, est acceptée sans lutte et sans murmure.

C’est le 17 février 1791 seulement, neuf mois après leur réception à la
barre de l’Assemblée, que les académiciens, inscrits sans distinction
sur la feuille de présence, commencent à la signer dans l’ordre de leur
arrivée; trois colonnes distinctes sont jusque-là attribuées aux trois
classes de la compagnie. Il est assez curieux d’y voir les signatures
se conformer peu à peu à la mode du jour, et le marquis de Condorcet,
par exemple, comme s’il triomphait lentement d’une mauvaise habitude,
signer de Condorcet, pour reprendre le titre de marquis, le quitter
encore, renoncer à la particule pour la rétablir de temps en temps, et
ne devenir le citoyen Condorcet que sur les bancs de la Convention.

Mais, pour mêler les signatures de leurs membres, les trois classes
ne sont pas confondues. La primauté reste aux honoraires. Le roi,
suivant toujours la première institution, continue à choisir parmi eux
le président et le vice-président. Les pensionnaires, dont ils ont
été longtemps les protecteurs et les patrons librement choisis, ne
semblent ni s’en émouvoir ni s’en étonner. Mais, usant à leur tour de
leur ancienne prérogative, ils refusent souvent le droit de suffrage
aux associés, sans qu’aucun d’eux le réclame au nom de l’égalité si
hautement proclamée.

Le 6 septembre 1791, par exemple, le secrétaire écrit au procès-verbal:
«J’ai annoncé que le concours du prix sur les satellites de Jupiter
était fermé, et qu’il y avait une pièce (elle était de Delambre et fut
couronnée). On a été aux voix pour savoir si les anciens commissaires
pour le jugement de ce prix seraient continués, oui ou non. La
pluralité a été d’en élire au scrutin: on a retourné aux voix pour
savoir si les pensionnaires voteraient seuls ou si toute l’Académie
aurait droit de suffrage;» mais les pensionnaires, se faisant juges
en leur propre cause, et plus nombreux d’ailleurs que les associés,
décident d’abord que l’ancien usage ne pourra être changé que par une
majorité des deux tiers, qui ne fut pas obtenue, en sorte que les
associés, parmi lesquels se trouvaient Haüy, Coulomb, Pingré, Vicq
d’Azyr et Fourcroy, ne prennent pas part au scrutin.

Avant d’annoncer à la barre de l’Assemblée l’établissement de l’égalité
dans son sein, l’Académie, reçue aux Tuileries, avait été admise à
présenter ses remercîments au roi.

«Sire, avait dit Condorcet, l’Académie s’est abandonnée aux sentiments
d’une respectueuse reconnaissance en voyant que Votre Majesté l’avait
jugée digne de contribuer par ses travaux à quelques parties du grand
ouvrage qui doit illustrer son règne; elle n’oubliera jamais que le
monarque proclamé par la nation le restaurateur de la liberté française
avait bien voulu ajouter depuis longtemps à la liberté académique et se
montrer pour nous ce qu’il vient de se montrer aux yeux de l’Europe.»

L’Académie, il faut le dire, ne dépouillant jamais ses sentiments de
déférence et de respect pour le roi, se montra toujours empressée et
parfois ingénieuse à les lui témoigner.

On lit au procès-verbal du 19 décembre 1789: «M. Sage rend compte de
ce qui a été fait dans le cabinet de l’Académie. M. le dauphin et
Madame royale sont venus, dit-il, voir le cabinet de l’Académie; les
dix petits tableaux mouvants qui s’y trouvaient ayant paru fixer leur
attention, il a pris sur lui d’en offrir un à M. le dauphin et un autre
à Madame.

«L’Académie a approuvé ce qu’avait fait M. Sage.»

Trois mois après, le 22 mars 1790: «M. Tillet a dit que le dauphin, en
venant voir le cabinet de l’Académie, avait remarqué une petite pompe
en cuivre et manifesté le désir de la posséder; la compagnie a décidé
unanimement que le trésorier serait autorisé à ne rien refuser de tout
ce qui pourrait flatter M. le dauphin quand il lui faisait l’honneur de
visiter son cabinet.

«Le 21 avril 1790 enfin, l’Académie, dit encore le procès-verbal
rédigé par Condorcet, a eu l’honneur de recevoir M. le dauphin et de
l’accompagner dans son cabinet.»

La nomination des membres de l’Académie était au nombre des
attributions laissées au roi, qui en fait, dans ces circonstances, ne
pouvait se dispenser de confirmer purement et simplement le choix qui
lui était proposé; mécontent peut-être d’un tel rôle, il voulut une
fois s’y soustraire. Le 12 décembre 1790, le ministre de Saint-Priest,
informé par l’Académie qu’elle présente Saussure et Maskeline pour une
place d’associé étranger, répondit immédiatement: que Sa Majesté lui a
ordonné de marquer à l’Académie qu’elle laisse à elle-même le soin de
faire le choix et de l’annoncer à celui qu’elle préférera. Le refus du
roi, loin d’être accueilli comme une occasion de tourner en habitude et
en droit acquis une liberté gracieusement offerte, semble affliger au
contraire et embarrasser l’Académie.

«M. Meusnier, dit le procès-verbal, a lu la motion suivante:
Représenter au roi que, suivant la loi, Sa Majesté peut seule nommer
aux places d’académicien entre les sujets présentés; que l’Académie ne
peut exercer cette fonction.

«Qu’elle ne peut en conséquence regarder la lettre que le ministre lui
a écrite par ordre du roi que comme une marque de la confiance de Sa
Majesté, qui veut bien la consulter sur la nomination qu’elle a à faire.

«Que l’Académie ne peut répondre à cette confiance autrement qu’en
exposant qu’elle a déjà indiqué par l’ordre de la présentation celui
à qui elle donnerait la préférence; qu’elle supplie Sa Majesté de
confirmer cette nomination et de vouloir bien l’annoncer au sujet élu.»

A cette motion respectueuse, Condorcet opposa la suivante:

«Décider à la pluralité des voix de la totalité des académiciens si le
choix à faire entre les deux sujets présentés sera confié ou non aux
seuls académiciens honoraires et pensionnaires.»

On a été aux voix pour savoir laquelle des deux motions aurait la
priorité; la pluralité a été de l’accorder à celle de M. Meusnier. On
pria, en conséquence, le ministre de supplier le roi de vouloir bien
nommer, comme il avait toujours fait jusque-là, un des deux savants
présentés, et de faire annoncer son choix à celui sur qui il sera tombé.

Le roi nomma Saussure et le fit avertir.

Sans se rajeunir par l’adjonction d’aucune gloire nouvelle, l’Académie
reste grande et forte. Troublés et entraînés au dehors par le grand et
triste spectacle qui effraye déjà les plus confiants, les uns, quoi
qu’il arrive, y veulent jouer leur rôle; les autres, sans se dégager de
la science, qui a été jusque-là leur vie tout entière, n’y appliquent
plus qu’un esprit distrait. L’Académie, de moins en moins féconde,
produit donc peu de travaux; mais ce peu est excellent et digne encore
des noms qui, jusqu’au dernier jour, se liront sur la feuille de
présence.

Les théories nettes et solides de Lavoisier, éprouvées par les
expériences décisives de Fourcroy et de Guyton de Morveau, fortifiées
et accrues par les recherches originales de Berthollet, goûtées,
admirées et profondément comprises par Coulomb et par Monge, par
Laplace et par Lagrange, sont contestées, sans en être affaiblies,
par les chimistes obstinés de la vieille école, dont l’opposition
impuissante vient parfois animer les séances.

En vain l’Académie réunit les adversaires dans les mêmes commissions,
ils ne peuvent s’accorder dans une œuvre commune. Non contents de
rejeter les démonstrations dont ils méconnaissent la force, Darcet
et Beaumé ferment les yeux aux faits les plus évidents: témoin le
rapport de Laplace et de Lavoisier sur la combustion de l’hydrogène et
sa transformation en eau, qu’ils refusent de signer, après avoir vu
pourtant toutes les expériences et assisté à leur plein succès.

De Lalande, Legentil, Lemonnier, Méchain et Delambre, sans discontinuer
leurs études plus profondes, signalent régulièrement à l’Académie les
phénomènes survenus dans le ciel, exactement observés et calculés.

Pingré publie les _Annales célestes_, précieux recueil annoncé et
impatiemment attendu par les astronomes depuis l’année 1756.

Laplace lit de temps à autre un mémoire de mécanique céleste, fragment
anticipé de l’œuvre immortelle dont sa pensée a déjà conçu le plan, et
qui n’est pas de celles qu’on puisse fondre d’un seul jet.

Lagrange, assez clairvoyant pour être toujours triste, et regrettant le
paisible séjour de Berlin, n’apporte à ses nouveaux confrères qu’une
attention constante à leurs travaux et sa collaboration à quelques
rapports. Mais Legendre, plein d’activité, allie à ses recherches sur
les fonctions elliptiques les opérations géodésiques qui doivent fixer
avec précision la longitude de Londres par rapport à Paris, tandis
que Prony, cherchant encore sa voie, débute par quelques mémoires
d’analyse et de mécanique, accueillis avec bienveillance par Lagrange
et par Laplace, tous deux loin de prévoir pourtant la célébrité
réservée à son nom.

Adanson, Vicq d’Azyr et Jussieu, en accordant de justes louanges à
des voyageurs comme Richard et Cusson de Labillardière, signalent
l’importance des collections péniblement recueillies au loin, et,
réclamant parfois l’exécution de promesses oubliées, en prolongent
malheureusement sans résultat la pénible illusion.

«Notre pauvre voyageur, dit Cuvier dans l’éloge de Richard, un rapport
de l’Académie à la main qui constatait l’étendue et l’importance de ses
travaux, frappa à toutes les portes; mais les ministres et jusqu’aux
moindres commis, tout était changé; personne ne se souvenait qu’on lui
avait fait des promesses; il n’importait guère à des gens qui voyaient
chaque jour leur tête menacée, qu’il fût venu un peu plus de girofles
de Cayenne, ou qu’on eût propagé des fuchsias ou des eugénias: des
découvertes purement scientifiques les touchaient encore bien moins.
Ainsi, M. Richard se trouva avoir employé son temps, altéré sa santé
et sacrifié sa petite fortune, sans que personne daignât seulement lui
laisser entrevoir quelque espérance d’assurer son avenir.»

C’était alors l’histoire de bien d’autres.

Citons encore, parmi les travaux de l’Académie à cette époque, un
excellent rapport de Monge et de Borda sur un modèle de machine à
vapeur à double effet, construit par le mécanicien Périer, dont
l’esprit ingénieux, après un coup d’œil furtivement jeté à Londres
sur les appareils de Watt, avait pénétré le principe et le secret de
l’invention nouvelle.

Accoutumée à tenir pour fait tout ce qu’elle décrète, l’Assemblée
nationale s’étonne souvent que le grand ouvrage sur le système métrique
ne s’exécute pas aussi rapidement que ses décisions précipitées de
chaque jour. L’Académie, cependant, y travaille avec un grand zèle, et
cinq commissions, nommées dans la séance du 23 avril 1791, poursuivent
simultanément leurs travaux. Cassini, Méchain et Legendre sont chargés
des mesures astronomiques; Meusnier et Monge s’occupent de mesurer les
bases avec une minutieuse précision; Borda et Coulomb déterminent la
longueur du pendule qui bat les secondes; Lavoisier et Haüy étudient
le poids de l’eau distillée; Tillet, Brisson et Vandermonde, enfin,
dressent l’inextricable tableau des mesures anciennes. Pour qu’aucun
obstacle ne retarde les voyages ou les expériences jugées nécessaires,
l’Assemblée vote une première somme de 100,000 livres, et ordonne
qu’elle soit immédiatement payée.

L’Académie des sciences avait été chargée de décerner chaque année,
au nom de la France, un prix de 1,200 livres à l’auteur français
ou étranger de la découverte scientifique jugée par elle la plus
considérable et la plus importante.

L’Académie, qui avait elle-même exclu ses membres du concours, discuta
longuement les travaux astronomiques d’Herschell et de Maskelyne, de
l’anatomiste Mascagni, du botaniste Guerthner, auxquels on opposa
la machine de Watt, que l’on peut regarder, disait la section de
mécanique, comme étant de toutes les découvertes récentes la plus
ingénieuse et la plus utile; elle arrêta ses suffrages sur le télescope
récemment construit par Herschell, et, comme un an déjà était écoulé
depuis le décret de l’Assemblée, on accorda immédiatement un autre prix
à l’ouvrage de Mascagni intitulé: _Vasorum lymphaticorum historia_.
Lavoisier, dont l’esprit généreux et actif animait alors l’Académie
et en inspirait souvent les démarches, prit la parole après ce double
vote. «Après avoir, dit-il, rendu hommage à M. Herschell, l’Académie
en a un autre à rendre à la science elle-même, et qui consiste à faire
construire un télescope d’après les principes de M. Herschell.»

Pour subvenir à la dépense, évaluée à 100,000 livres, il proposait
d’employer 36,000 livres disponibles provenant des sommes destinées
à des prix non décernés, en y ajoutant le produit de la vente d’une
pépite d’or pesant plus de dix livres appartenant au cabinet de
l’Académie, et de demander le reste à l’Assemblée nationale.

Les commissaires nommés par l’Assemblée, Lacépède, Pastoret et Romme,
dévoués tous trois à la science, se montrèrent en vain favorables;
regrettant même la destruction d’un objet rare et curieux comme la
pépite d’or, ils promirent en vain à Lavoisier d’en éviter le sacrifice
à l’Académie. Le télescope ne fut pas construit, et le seul résultat du
projet fut d’appeler l’attention sur la petite fortune que l’Académie,
prudemment conseillée, offrit peu de temps après à la nation.

L’Assemblée nationale était devenue la source de toutes les faveurs et
le centre de toutes les affaires. Toute-puissante, hardie à décider
de tout, et condamnée à une science universelle, elle allége souvent
sa tâche en déférant à l’Académie quelques-unes des demandes et des
offres de toute sorte dont elle est chaque jour accablée. Tout en
s’appliquant de son mieux à ces études nouvelles, l’Académie ne laisse
pas d’écarter, avec une simplicité sincère et une prudence quelquefois
hardie, les questions qu’elle ne peut exactement résoudre; alléguant
dans certains cas son incompétence, se déclarant dans d’autres trop peu
renseignée, elle se retranche tant qu’elle peut dans son rôle purement
scientifique.

On pourrait citer de nombreux exemples.

Un décret de l’Assemblée, en supprimant certains droits sur les
cuirs, avait rendu inutile l’outillage ingénieux du mécanicien chargé
de fabriquer les presses et les poinçons servant à les marquer.
L’Académie, consultée sur ses droits à une indemnité et sur le
chiffre équitable auquel elle doit être fixée, examine volontiers les
appareils du sieur Mercklein, et, en louant leur disposition, constate
l’impossibilité de les adapter à une destination nouvelle; mais, en
envoyant au ministre le rapport de Tillet, Leroy, Monge et Vandermonde,
l’Académie décide qu’on lui mandera les raisons pour lesquelles elle
désire ne plus être consultée à l’avenir sur des indemnités à accorder
à des particuliers.

Chargée d’examiner le projet d’un canal qui dédommagerait la ville
de Richelieu des avantages perdus par suite de la révolution, les
commissaires, Bossut, Coulomb et Meusnier, ne font pas attendre
leur rapport: «Mais, disent-ils en le terminant, nous pensons que
les propositions ne sauraient être appréciées que d’après une
reconnaissance des nivellements et autres opérations faites sur les
lieux, pour constater la possibilité d’établir la communication
projetée, la dépense qu’elle exige et surtout les proportions de cette
dépense avec les avantages qui en pourraient résulter pour le pays; que
c’est à l’Assemblée nationale à ordonner les dépenses préliminaires,
après avoir, si elle le juge à propos, renvoyé la demande dont
il s’agit au directeur du département; qu’enfin, les fonctions de
l’Académie se réduisant nécessairement à examiner les résultats de
cette opération lorsqu’elle aurait eu lieu, elle ne peut pour le
présent prononcer aucune opinion.»

Consultée dans des circonstances fort graves sur le nombre de pains
de quatre livres que l’on peut retirer d’un sac de farine, elle s’en
réfère, en exposant ses motifs, à un rapport antérieur de 1783, auquel
elle renvoie la municipalité de Paris, parce qu’il rend absolument
superflues des expériences nouvelles.

A l’occasion d’un projet de cartouche incendiaire: «Nous croyons devoir
observer, sans entrer dans le détail, disent les commissaires de
l’Académie, que, si cette cartouche parvenait toujours à son but, elle
produirait l’effet que son auteur promet; il en résulterait une grande
destruction d’hommes, parce que le feu mis pendant un combat dans les
voiles d’un vaisseau, loin de s’éteindre aussi promptement que le
prétend l’auteur, le mettrait dans le danger le plus imminent de brûler
sans pouvoir recevoir de secours, et peut-être sans qu’on pût parvenir
à sauver l’équipage, qui serait alors la proie des flammes.» Ceci mène
naturellement à la discussion d’une grande question politique: «Doit-on
adopter un moyen incendiaire dont le succès détruirait promptement une
armée navale, mais entraînerait en même temps une grande perte d’hommes?

«L’Académie, dont le but est le perfectionnement des sciences et
arts, ne veut pas sans doute s’occuper de cette question politique et
morale; mais elle nous permettra de lui rappeler qu’en 1759, lorsque,
pendant la guerre de sept ans, on proposa à Louis XV de profiter
de la découverte qu’un joaillier de Paris venait de faire d’un feu
inextinguible, même dans l’eau, ce monarque voulut que le secret fût
enseveli dans le plus profond oubli. D’après ces considérations,
nous concluons que l’Académie, fidèle à ses principes et à ceux de
l’humanité, ne peut, sans un ordre exprès du gouvernement, faire des
expériences sur la cartouche proposée.»

L’Académie, peu empressée à se produire au dehors, évite les
manifestations bruyantes dont Paris s’enivre peu à peu. Elle ne veut
pas se dessaisir, en s’associant à d’autres compagnies, de son rôle
incontesté jusque-là d’arbitre unique et de juge sans appel des
questions de son ressort qui lui sont soumises. On lit par exemple dans
le procès-verbal du 10 mars 1790:

«M. Tillet a lu une délibération du district de
Saint-Jacques-l’Hôpital, par laquelle il invite l’Académie à assister
à une séance des exercices des enfants aveugles à l’Hôtel de Ville,
dirigée par M. Haüy, pour faire un rapport de cette séance,
conjointement avec Messieurs de l’Université, Messieurs de l’Académie
de musique et Messieurs du corps des imprimeurs, dont copie sera remise
à Messieurs du district.

«Il a été décidé que l’Académie ne nommerait pas de commissaires, mais
que ceux de Messieurs les académiciens qui voudraient se rendre à
l’invitation de Messieurs du district en seraient les maîtres.»

Quelques-uns des travaux demandés à l’Académie inspirent aux membres
qui en sont chargés une répugnance évidente, qu’ils n’expriment
toutefois qu’avec une grande circonspection.

Lorsque, par exemple, le 13 avril 1791, l’Académie est invitée à faire
l’essai des métaux précieux provenant des églises jugées inutiles
au culte, l’un des commissaires trouve que ce sont des opérations
très-délicates, _tant par rapport aux circonstances_ que pour avoir des
résultats satisfaisants, et demande que l’on fortifie la commission par
l’adjonction de nouveaux membres. Cette timidité ou ce scrupule ne se
retrouve pas, il faut l’avouer, chez tous les académiciens. Pendant que
Beaumé et Fourcroy étudient sans hésitation la composition du métal des
cloches et cherchent sans répugnance le moyen d’en séparer les éléments
pour les convertir en pièces de deux sous, ou de les plier à d’autres
usages, Lagrange et Borda acceptent très-librement l’examen d’un
mémoire de l’abbé Mongès, sur les moyens d’utiliser pour la science la
prochaine destruction des clochers. «Il sera bon, dit l’abbé, approuvé
en cela par les commissaires, d’examiner avec soin l’orientation de
la croix de fer qui surmonte souvent l’édifice, de noter si elle est
inclinée par l’action du temps et si, conformément à une croyance
populaire, elle l’est toujours dans le même sens; on devra aussi
étudier avec soin de quels bois sont faites les vieilles charpentes et
si l’essence, comme on le croit généralement, a disparu de nos forêts.»

Les Académies, en temps de révolution surtout, sont, comme leurs
membres, pleines de contradictions, et les travaux scientifiques
relatifs à la suppression des églises n’empêchent pas l’Académie des
sciences de se réunir le jour de la Saint-Louis à l’Académie des
belles-lettres, pour entendre la messe à la chapelle du Louvre.

Le 24 août 1791, on lit au procès-verbal:

«M. Sage a lu la lettre suivante de M. Desessart:

«Le Roi donne son agrément pour que l’Académie, de concert avec celle
des belles-lettres, fasse célébrer une messe dans la chapelle du
Louvre, le jour de la Saint-Louis.»

«Sur la demande de M. Lavoisier, on a été aux voix si l’on demanderait
à M. le curé de la paroisse un prêtre pour dire la messe le jour de la
Saint-Louis, oui ou non.

«La pluralité a été pour que M. le directeur s’adressât à M. le curé.»
Vingt-cinq académiciens assistèrent à la messe, et une députation alla
remercier le curé de l’avoir célébrée lui-même.

Le 11 août 1792, le lendemain de l’invasion des Tuileries, était un
mercredi. Vingt-deux académiciens assistent à la séance; mais, pour
la première fois depuis le commencement de la Révolution, aucune
communication scientifique ne se trouve à l’ordre du jour.

Après la nomination de quelques correspondants, un membre demande
qu’on lise la liste des académiciens pour y effectuer des radiations.
L’Académie, étonnée d’avoir à écarter une telle motion, décide que les
seuls changements à faire à la liste sont ceux de quelques domiciles;
le procès-verbal, discrètement rédigé, ne désigne personne; c’est huit
jours après qu’une nouvelle insistance force le secrétaire à nous
livrer le nom d’Antoine-François Fourcroy, futur comte de l’empire,
dont la proposition trois fois reproduite est éludée enfin, non
sans embarras et sans trouble, par le vote unanime de ses confrères
attristés.

«M. Fourcroy, dit le procès-verbal du 25 août 1792, annonce à
l’Académie que la Société de médecine a rayé plusieurs de ses membres
émigrés et notoirement connus pour contre-révolutionnaires; il propose
à l’Académie d’en user pareillement envers certains de ses membres
connus pour leur incivisme, et qu’en conséquence lecture soit faite de
la liste de l’Académie pour prononcer leur radiation.

«Plusieurs personnes observent que l’Académie n’a le droit d’exclure
aucun de ses membres, qu’elle ne doit pas prendre connaissance de
leurs principes et de leurs opinions politiques, le progrès des
sciences étant son unique occupation; que d’ailleurs, l’Assemblée
nationale se trouvant à la veille de donner une nouvelle organisation
à l’Académie, elle exercera le droit qu’elle seule peut avoir de rayer
de la liste de l’Académie les membres qu’elle jugera devoir en être
exclus.» Mal accueilli sur ce point, Fourcroy, dans le raffinement de
son zèle, invoque ingénieusement l’exécution du règlement relatif aux
académiciens absents plus de deux mois sans congé.

«Lecture faite du règlement, dit le procès-verbal, il a été remarqué
qu’il ne s’étendait que sur les pensionnaires et que son exécution
n’appartient pas à l’Académie.

«Les différents avis ayant été longuement discutés, on a arrêté
définitivement que la lecture de la liste de l’Académie et la
délibération relative à la susdite motion seraient remises à la séance
prochaine.»

Dans la séance suivante, un membre (c’est le géomètre Cousin)
s’explique avec autant d’habileté que de modération sur la délibération
qui est à l’ordre du jour. «Il rappelle qu’anciennement et de tout
temps l’Académie, uniquement occupée de l’objet de sa constitution,
du progrès des sciences, avait coutume pour tout le reste d’en
référer au ministre, avec lequel elle entretenait une correspondance
et une communication fréquentes sur tout ce qui regardait son régime
particulier; il s’étonne que, dans un moment où le ministre de
l’intérieur, appelé par le vœu de la nation, mérite plus que jamais
la confiance de l’Académie, elle n’en use pas envers lui comme elle
le faisait autrefois envers ses prédécesseurs, et il propose de
charger les officiers de l’Académie de conférer avec le ministre sur
l’objet proposé, tandis qu’elle se livrera à des occupations plus
intéressantes.»

Cette échappatoire évidente est adoptée par l’Académie, et l’incident
tourne à la confusion de celui qui l’a soulevé. Il n’est pas terminé
pourtant.

Le 5 septembre 1792, lorsque les prisons, ruisselant du sang des
victimes, gardaient encore l’académicien Desmarets, épargné par une
sorte de miracle; lorsque le zèle de ses amis tremblants avait par
un bonheur inouï délivré l’illustre et excellent Haüy, la veille
seulement du massacre; lorsque signaler un suspect, c’était désigner
une victime, la sinistre motion est poursuivie avec une inqualifiable
opiniâtreté.

On lit au procès-verbal: «Le secrétaire est interpellé s’il avait
reçu la lettre du ministre, qui avait promis d’écrire à l’Académie au
sujet de la radiation qui devait être faite de ses membres émigrés. Le
secrétaire ayant répondu qu’il n’avait reçu aucune lettre du ministre,
l’Académie a arrêté que, le ministre n’ayant point répondu, le
secrétaire ne pourrait délivrer aucune liste de l’Académie ni en faire
imprimer aucune jusqu’à ce que cette réponse soit parvenue.

Malgré la terreur qui s’augmente chaque jour, l’Académie, étonnée de
subsister encore et maîtrisant ses trop justes craintes, s’assemble une
fois par décade avec une apparente tranquillité; elle tient, suivant la
coutume, la séance publique du mois de novembre. Le 4 novembre 1792,
dans le palais du Louvre, devenu Muséum national, Leroy lit un mémoire
sur le frottement, Borda rend compte des travaux relatifs aux poids et
mesures, Lavoisier fait une lecture sur la hauteur des montagnes qui
entourent Paris, Sage parle de la nature et de la classification des
marbres, et Desmarets enfin entretient l’Assemblée de l’étude et du
dénombrement des terres végétales.

Quelques auteurs apportent encore de rares mémoires scientifiques,
renvoyés suivant l’usage à des commissions. L’un deux, oublieux des
progrès accomplis, demande même un privilége pour faire imprimer son
écrit. On lui _observera_, dit le procès-verbal, que l’Académie n’a
plus et ne donne plus de priviléges.

L’Académie, déjà, est en grand péril; l’irrésistible torrent, qui
renverse tout ce qui s’élève, déracine tout ce qui résiste. Les
plus prévoyants et les plus sages des académiciens veulent se taire
et se faire oublier. Ils ne peuvent réprimer le zèle des confrères
qui, empressés à rendre compte des opérations bien languissantes
pourtant sur le système métrique, trouvent à la barre de la Convention
l’occasion de vanter leur civisme et l’utilité de leurs travaux.

«Depuis longtemps, estimables savants, leur répond le président dans
la séance du 18 novembre 1792, les philosophes plaçaient au nombre
de leurs vœux celui d’affranchir les hommes de cette différence de
poids et mesures qui entrave les transactions sociales et travestit la
règle elle-même en un objet de commerce. Mais le gouvernement ne se
prêtait point à cette idée des philosophes; jamais il n’aurait consenti
à renoncer à un moyen de désunion; enfin le génie de la liberté a
paru, il a demandé au génie des sciences quelle est l’unité fixe et
invariable, indépendante de tout arbitraire, telle en un mot qu’elle
n’ait pas besoin d’être déplacée pour être connue, et qu’il soit
possible de la vérifier dans tous les temps et dans tous les lieux.
Estimables savants, c’est par vous que l’univers devra ce bienfait à la
France.»

Par une rencontre fortuite, mais singulière, un décret qui suspend
la nomination aux places vacantes dans les Académies est adopté
dans la même séance. L’Académie, condamnée désormais, reçoit encore
pourtant les demandes et les missions incessantes du gouvernement.
On la consulte sur les voitures couvertes destinées au transport des
malades, sur les perfectionnements à apporter au régime des hôpitaux
et des hospices, sur le système monétaire. Il suffira, dit le comité
des assignats et monnaies en parlant du système nouveau, d’annoncer
aux nations que l’Académie des sciences en a jeté les fondements pour
mériter leur confiance.

L’Académie est encore consultée sur la manière d’accorder l’ère de la
République avec l’ère vulgaire, sur une machine de guerre, sur une
nouvelle invention de boulets, sur un taffetas huilé propre à faire
des manteaux pour les troupes, sur l’idée d’établir plusieurs rangées
de canons sur un même affût, sur la conservation des eaux à bord des
navires de la République, sur l’administration nationale des économies
du peuple, sur la conservation des biscuits et des légumes à la mer.
L’Académie répond de son mieux, et reçoit avec des remercîments de
fréquents témoignages de confiance et d’estime. L’excellent Lakanal,
qui s’était fait dans le comité d’instruction publique le protecteur
et l’ami officieux de la science et des arts, honorait sa jeunesse,
suivant sa noble expression, en détournant ou adoucissant les coups
qui les menaçaient. Sur sa proposition, le 17 mai 1793, l’Académie est
autorisée à remplir les places vacantes dans son sein. Elle put s’en
réjouir, mais non en profiter. L’ordre de se dissoudre suivit de près
la permission de se compléter. Lakanal cependant veillait encore sur
elle.

«Les membres de la ci-devant Académie des sciences, dit un décret rendu
sur sa proposition, continueront de s’assembler dans le lieu ordinaire
de leurs séances, pour s’occuper spécialement des objets qui leur ont
été et pourraient leur être envoyés par la Convention nationale. En
conséquence, les scellés, si aucuns ont été mis sur leurs registres,
papiers et autres objets appartenant à la ci-devant Académie, seront
levés, et les attributions annuelles faites aux savants qui la
composaient leur seront payées comme par le passé et jusqu’à ce qu’il
en ait été autrement ordonné.»

L’Académie pouvait se croire rétablie; meilleur juge que nous ne
pouvons l’être, Lavoisier ne le pense pas; il écrivit à Lakanal:

«J’ai reçu avec une reconnaissance qu’il me serait difficile de vous
exprimer l’expédition du décret que vous avez fait rendre et que vous
avez bien voulu m’adresser: j’en ai donné communication à quelques-uns
de mes anciens confrères, qui partagent mes sentiments; malheureusement
les circonstances ne paraissent pas permettre de se servir de ce
décret, et, quelque important qu’il soit pour le travail des poids et
mesures et pour la suite des autres objets dont l’Académie avait été
chargée, elle ne pourrait pas s’en servir dans ce moment sans paraître
lutter contre l’opinion dominante du comité d’instruction publique et
de la partie prépondérante de l’Assemblée.

«Il est étonnant de voir que les sciences, qui faisaient en France
des progrès si rapides et qui pourraient contribuer d’une manière
si efficace à la gloire et à la prépondérance de la République,
soient sacrifiées à des opinions exagérées, sur le danger desquelles
on s’éclairera plus tard. Nous sommes dans une position où il est
également dangereux de faire quelque chose et de ne rien faire.
Recevez, je vous prie, l’assurance de l’attachement que je vous ai voué
pour longtemps.»

Serviteurs inutiles de la science, les académiciens dispersés cherchent
la plupart une prudente retraite. Les uns, suspects d’incivisme, comme
Borda, Lavoisier et Laplace, et jugés trop tièdes dans leur haine
pour les rois, sont exclus pour ce motif de la commission des poids et
mesures, tandis que d’autres, comme Berthollet, exposés peut-être à des
épreuves plus périlleuses et plus rudes, conservent la confiance du
Comité du salut public, sans jamais trahir, pour la ménager, la vérité,
toujours loyalement dite et maintenue invariablement.

Quelques jours avant le 9 thermidor, un dépôt sableux est trouvé
dans une barrique d’eau-de-vie destinée à l’armée; les fournisseurs,
suspects d’empoisonnement, sont aussitôt arrêtés et l’échafaud déjà
semble se dresser pour eux. Berthollet cependant examine l’eau-de-vie,
et la déclare pure de tout mélange.

«Tu oses soutenir, lui dit Robespierre, que cette eau-de-vie ne
contient pas de poison?» Pour toute réponse, Berthollet en avale un
verre en disant: «Je n’en ai jamais tant bu!—Tu as bien du courage!
s’écrie Robespierre.—J’en ai eu davantage quand j’ai signé mon
rapport.» Et l’affaire n’eut pas d’autres suites.

L’Académie devait renaître sous un autre nom; la première classe de
l’Institut fut composée de ses anciens membres dans lesquels, est-il
besoin de le dire? il fallut combler bien des vides.

Lorsque, le 23 mai 1796, la compagnie restaurée vint pour la première
fois proposer aux savants un sujet de prix, elle reproduisit purement
et simplement le dernier programme de l’Académie des sciences, comme
pour proclamer qu’en acceptant tout son héritage elle garderait toutes
ses traditions.


                                 FIN.



                          TABLE DES MATIÈRES.


  I.

  L’ACADÉMIE.


                                      Pages.

  L’ACADÉMIE DE 1666                       1

  L’ORGANISATION DE 1699                  47

  LES ÉLECTIONS                           63

  LES FINANCES DE L’ACADÉMIE              85

  LES EXPÉDITIONS SCIENTIFIQUES          108

  LES RAPPORTS                           146

  LES PRIX                               176


  II.

  LES ACADÉMICIENS.

  LES SECRÉTAIRES PERPÉTUELS             205

  LES GÉOMÈTRES                          229

  LES ASTRONOMES                         296

  LES MÉCANICIENS ET LES PHYSICIENS      313

  LES CHIMISTES                          340

  LES NATURALISTES                       376


  III.

  LA FIN DE L’ACADÉMIE.

  L’ACADÉMIE DE 1789 A 1796              403


PARIS.—J. CLAYE, IMPRIMEUR, 7, RUE SAINT-BENOIT.—[790]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Academie des sciences et les ecademiciens de 1666 a 1793" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home