Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Les révélées
Author: Corday, Michel
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les révélées" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



                      NOTES SUR LA TRANSCRIPTION:

—Les erreurs clairement introduites par le typographe ont été corrigées.

—On a conservé l’orthographie de l’original, incluant ses variantes.

—La table des matières a été rajoutée dans ce livre électronique.

—Les mots écrites en gras ont étées representées ainsi: =mot gras=.

—Les lettres écrites au-dessus ont étées representées ainsi: a^b et
 a^{bc}.



                             LES RÉVÉLÉES



                        OUVRAGES DU MÊME AUTEUR


                   DANS LA BIBLIOTHÈQUE-CHARPENTIER

                         à 3 fr. 50 le volume.

            =Vénus ou les deux risques=             1 vol.
            =Les Embrasés=                          1 vol.
            =Sésame ou la Maternité consentie=      1 vol.
            =Les Frères Jolidan=                    1 vol.
            =Les Demi-Fous=                         1 vol.
            =La Mémoire du cœur=                    1 vol.
            =Monsieur, Madame et l’Auto=            1 vol.
            =Mariage de demain=                     1 vol.
            =Plaisirs d’Auto=                       1 vol.


                          CHEZ GARNIER FRÈRES

            =Mariés jeunes.=
            =Confession d’un enfant du Siège.=
            =Scènes de la vie conjugale.=
            =Scènes de la vie d’officier.=


                   IL A ÉTÉ TIRÉ DU PRÉSENT OUVRAGE:

   _10 exemplaires, numérotés à la presse, sur papier de Hollande._


         Paris—L. MARETHEUX, imprimeur, 1, rue Cassette.—1679.



                             MICHEL CORDAY


                                  LES

                               RÉVÉLÉES


                              — ROMAN —

                                      ...C’est le plaisir qu’elle aime;
                    L’homme est rude et le prend sans savoir le donner.

                           ALFRED DE VIGNY.


                            CINQUIÈME MILLE


                                 PARIS

                       BIBLIOTHÈQUE-CHARPENTIER
                       EUGÈNE FASQUELLE, ÉDITEUR
                        11, RUE DE GRENELLE, 11

                                 1909



 Tous droits de reproduction et de traduction réservés pour tous pays

                        Published July 10 1909.
  Privilege of Copyright in the United States reserved under the Act
                approved march 3 1905 by MICHEL CORDAY.



                          TABLE DES MATIÈRES


                  CHAPITRE    I.            Page    1

                             II.                   35

                            III.                   71

                             IV.                   85

                              V.                  125

                             VI.                  157

                            VII.                  169

                           VIII.                  205

                             IX.                  231



                             LES RÉVÉLÉES



I


—On peut entrer?... Ah! Elle est encore couchée, la petite loche ...
Bonjour, mon amour, bonjour ma vieille Lucette ...

Zonzon—un diminutif de Suzon—se penchait à la porte entr’ouverte.
En longue chemise, la gorge épanouie crevant la dentelle, la face
brillante parmi ses cheveux qui la coiffaient d’un gros bonnet de
fourrure châtain, les pieds nus dans des sandales rouges, la jeune
femme courut au lit de sa sœur.

Elle était royale et claire, la chambre de Lucette. Royale par ses
dimensions, par ses lignes, par le style de ses meubles et de ses
panneaux, d’un Louis XVI fleuri, laqué blanc. Claire de toutes ces
neigeuses sculptures, des miroirs à biseaux, des tentures délicates
et tendres, des bibelots de Saxe et d’argent, toute une fraîcheur
scintillante qu’exagérait encore la folle lumière du matin de juin.
Lucette, qui s’apercevait dans les glaces, semblait perdue, parmi ses
cheveux noirs répandus sur l’oreiller, dans le vaste lit de milieu
exhaussé de deux marches, à la façon d’un trône.

Quand les deux sœurs se furent câlinement embrassées.

—J’ouvre une fenêtre, n’est-ce pas? dit Zonzon.

Et, sans plus attendre, elle se dirigea, dans son léger costume, vers
l’une des deux croisées. Craintive, un peu choquée, Lucette reprocha:

—Oh!... Si on te voyait ...

Zonzon répliqua, en ouvrant tout grand:

—Eh bien, «on» ne s’embêterait pas.

Puis, accoudée à la barre:

—Bon Dieu que c’est beau ...

Prolongeant la terrasse du château, un parterre géant s’ouvrait une
trouée à travers le parc, déroulait en pente douce sa tapisserie de
fleurs jusqu’aux peupliers de la vallée. Les lointains, les bois, les
ombres étaient baignés d’une brume bleue et dorée, à croire qu’il
pleuvait de l’azur en même temps que de la lumière. Un de ces matins où
il semble vraiment que le ciel soit descendu sur la terre.

Quittant la fenêtre, Zonzon s’assit au bord du lit, en amazone.

—Tout à l’heure, quand j’ai découvert cette vue, de ma chambre, ça
m’a fichu un coup. J’ai failli crier toute seule. Voilà ce qu’il y a
d’épatant dans l’arrivée de nuit: c’est la surprise du matin. Oh, déjà,
rien que le temps de passer de l’auto dans l’ascenseur, d’entrevoir
aux lumières le vestibule en cathédrale, vieux chêne et marbre blanc,
j’avais reconnu la main de papa ... fichtre!

C’était, en effet, leur père, l’architecte René Savourette, qui avait
restauré le château des Barres pour le compte du propriétaire actuel,
le gros entrepreneur Duclos, un de ses camarades d’enfance, récemment
retrouvé. Les travaux touchant à leur fin, Duclos avait invité
l’architecte et sa famille à passer quelques semaines sous son toit.
Mais Zonzon, qui exerçait depuis peu la médecine à Paris, n’avait pu
s’échapper que la veille, et pour un seul jour.

—Figure-toi, reprit-elle, que j’ai failli ne pas venir du tout. A
neuf heures, hier soir, j’étais encore chez des clients—un petit
ménage d’officiers—dont le gosse faisait de la diphtérie. Les pauvres
gens! Ils n’en menaient pas large ... Mais quand le sérum a commencé
d’agir—j’en avais pris du tout frais à l’Institut Pasteur—quand leur
mioche s’est mis à respirer, à renaître ... Ah! Si tu les avais vus!
Sur le pas de la porte, le lieutenant me serrait les mains à me coller
les doigts. Et il bafouillait: «Merci, monsieur ... Merci, monsieur ...»

Zonzon, le menton à la gorge, les paupières baissées, s’examina avec
une malicieuse complaisance:

—Hein? Tout de même, fallait-il qu’il soit ému, pour s’y tromper!

—Oh! Zonzon ... soupira Lucette.

Mais déjà la jeune femme poursuivait:

—Enfin, je me décolle les doigts, je me sauve, je touche chez moi,
j’arrive à la gare, j’avale un sandwich, un bock, je saute dans le
train, je trouve l’auto à Sens, et me voilà ...

Le torse cambré, les bras étendus en croix, la tête en arrière et la
face heureuse, elle s’étira:

—Ah! C’est amusant, la vie pleine, la vie bien tassée, où l’on empile
tant qu’on peut de l’utile et de l’agréable.

Puis, se rapprochant, les mains enlacées à celles de Lucette:

—Mais toi, toi ... C’est à toi de raconter. Depuis quinze jours ...
Cette nuit, tu dormais si bien. Je n’ai pas voulu te réveiller. Et tes
petits bouts de lettres, tes petits coups de téléphone ne m’ont pas
appris grand’chose. Je trouve même qu’elles devenaient de plus en plus
courtes, tes communications. Pas d’anicroche? Tu ne me caches rien?

Lucette s’était à demi soulevée, un coude dans l’oreiller. Et posant
une main sur le bras de sa sœur, elle dit, résolue:

—Si, Zonzon. Je t’attendais. Moi aussi, j’ai voulu te laisser dormir.
Mais j’ai un service à te demander. Tu pars toujours ce soir?

—Faut bien.

—Eh bien, emmène-moi.

D’un élan, Zonzon fut contre Lucette:

—T’emmener? Mais qu’est-ce qu’il y a? Rien de grave, j’espère?

Les paupières closes, la jeune fille agita la tête:

—Non, non, rien de grave.

—Alors, quoi? Tu te rases, dans ce castel?

—Ne me demande rien, supplia Lucette. Emmène-moi, voilà tout.

Et de son bras, à hauteur de ses yeux, elle se barrait la face. Zonzon
s’était reculée légèrement:

—Je veux bien, moi. Pardi, ce ne serait pas la première fois que tu
passerais quelques jours chez moi. Mais je ne serais tout de même pas
fâchée de savoir pourquoi je t’enlève. Je veux bien marcher, mais je
n’aime pas marcher sans savoir où je vais. Allons, explique. Pourquoi
veux-tu partir?

Lucette s’entêtait, confuse et farouche:

—Parce que ...

Zonzon haussa ses rondes épaules sous leur étroite épaulette de
dentelle:

—Ah! Toujours la même! Toujours fermée, toujours bouclée ... Dire
qu’il m’a fallu chaque fois te cambrioler tes petits secrets! Tiens,
tu me fais bouillir. Mais tu ne devrais pas en avoir pour moi, des
secrets. Tu as beau aller sur tes vingt-deux ans, j’en ai toujours
huit de plus que toi. Tu es toujours un peu ma petite, ma mioche. Tu
sais bien que si je te presse, ce n’est pas par curiosité. C’est par
intérêt, par tendresse. Voyons, voyons, Lucette. Personne ne t’écoutera
mieux. Personne ne jasera moins. Et puis, c’est si bon de se débrider,
de s’ouvrir. Allons, va ...

Inclinée sur Lucette, elle la dominait, essayait de la pénétrer. Ainsi
rapprochées, elles apparaissaient à la fois pareilles et différentes.
Et la lumineuse figure de Zonzon semblait penchée sur une eau profonde,
qui lui eût renvoyé en reflet sa propre image, assombrie et mystérieuse.

A demi vaincue, Lucette murmura:

—J’ai peur que tu te moques ...

—Allons donc! Tu sais bien que non.

—Eh bien, je veux partir avant de ... m’attacher à quelqu’un ... A
quelqu’un que je ne peux pas épouser.

—Qui? qui?

—Paul Duclos.

Zonzon la pressait, avide:

—Tu t’es emballée sur le fils Duclos? Et lui, de son côté?

Mais Lucette s’était refermée. Elle roulait lentement sa tête sur
l’oreiller:

—Qu’est-ce que ça peut faire? Qu’importe?

—Enfin, que s’est-il passé entre vous?

Tout de suite la jeune fille se révolta:

—Mais rien!

—Alors, comme il est fils unique, comme le père Duclos a je ne sais
combien de millions, comme nous n’avons pas un fifrelin de dot, tu ne
veux pas courir la chance? Dis, dis, c’est ça.

Lucette avait conscience de cette réserve, de cette pudeur ombrageuse
qui la retenaient de dévoiler sa vie la plus intime, les mouvements de
son cœur. Mais sa sœur était sa grande amie, son guide. Cette fois,
elle se libéra. Et, avec une violence concentrée:

—Oui, c’est cela. Je ne veux pas courir le risque d’un refus. D’abord
parce que je ne veux pas passer pour une coquette, pour une intrigante.
Si M. Paul s’avisait de vouloir m’épouser,—et vraiment j’ignore tout
de ses intentions,—il se heurterait sans doute à son père. Et je les
aurais, malgré moi, dressés l’un contre l’autre ...

—Mais, remarqua Zonzon, le papa Duclos aime son fils. Il n’a plus que
lui au monde.

—Raison de plus pour qu’il lui souhaite un mariage éclatant.
D’ailleurs, il me fait peur, ce M. Duclos. Il est si âpre, si rude
d’aspect et d’esprit. Il n’envisage rien qu’au point de vue des
affaires. Il n’a qu’une phrase à la bouche: «Est-ce une bonne affaire?»
Et marier son «garçon», comme il dit, à la fille de son architecte, tu
penses si ce serait la bonne affaire!

—Il n’est peut-être pas si terrible qu’il en a l’air.

Mais Lucette n’écoutait plus:

—Et puis, vois-tu, Zonzon, j’ai peur de souffrir. Ce que je veux
éviter surtout, c’est le risque d’une déconvenue. Je veux fuir pendant
qu’il en est temps encore, avant de m’attacher, avant d’avoir trop mal
... Tu vois, ce n’est plus du scrupule, c’est de la prudence.

—Ne te fais donc pas moins chic que tu n’es.

Très émue, la riante Zonzon. Ses larges yeux bruns s’attendrissaient.
Elle avait un sens trop exact de la vie et de son temps pour ne point
sentir l’étroite servitude de l’argent et pour ne point admirer
l’élégance et la grâce des sentiments qui s’en affranchissent.

Elle reprit:

—Papa, maman ne savent pas que tu veux partir?

—Je n’aurais jamais osé leur avouer mes raisons. Et puis, à quoi
bon? Papa partagerait mes scrupules. Il s’affolerait à l’idée d’être
soupçonné d’une arrière-pensée d’intérêt. Et quant à maman, elle se
retrancherait derrière lui, comme toujours.

—Oui, dit Zonzon, je connais la phrase: «En as-tu parlé à ton père?»

—Mieux vaut les laisser tranquilles, en sécurité. Je n’ai pas besoin
d’eux. Tu es là.

Et elle se pressa contre sa grande, qui lui rendit sa caresse. Zonzon
couvrait Lucette d’une tendresse vigilante. Non point seulement parce
qu’elles étaient sœurs. Que de sœurs se supportent sans se chérir! Mais
parce qu’elle la protégeait, la savait plus fragile, plus complexe,
plus flexible qu’elle-même. Si les fleurs pensent et sentent, le beau
rosier épanoui doit aimer de la sorte le liseron qui s’enroule à sa
tige.

—Alors, conclut Lucette, c’est convenu, n’est-ce pas, tu m’emmènes? Je
n’annonce pas un départ définitif. Nous devions rester ici encore une
huitaine. Une fois partie, j’ajournerai mon retour. Nous prendrons un
prétexte quelconque. Tu as besoin de moi pour ton dispensaire. Ou bien
un essayage pressant.

Zonzon sourit:

—Je choisis l’essayage. C’est plus sérieux.

—Il ne faut pas rire, Zonzon, dit Lucette. J’ai du chagrin.

L’aînée la pressa:

—Ah ça! voyons, tu l’aimes donc déjà? Et lui?

Mais elle se déroba encore:

—Ne m’interroge pas, ne me force pas à m’interroger moi-même. Je ne
veux pas savoir. Je veux partir.

Et blottie contre sa sœur, elle ajouta, la voix passionnée:

—Ah! Il me semble que j’aimerai tant, si fort, si uniquement ...
Emmène-moi, Zonzon, emmène-moi ...

Que faire, au mieux du bonheur de Lucette? Car cela seul importait.
Zonzon réfléchit. Par nature et par métier, elle avait le jugement
prompt, lucide et stable. Sa décision fut vite arrêtée! Partir.
Pourquoi pas? Si ce Paul Duclos n’aimait pas Lucette, s’il l’oubliait
sitôt partie, mieux valait en effet qu’elle s’en détachât au plus
vite. S’il l’aimait vraiment, l’épreuve de l’absence achèverait de
l’éclairer sur lui-même, l’éperonnerait, le jetterait à la poursuite
de la fugitive par-dessus tous les obstacles. Et si, en dehors de son
énorme fortune, il était réellement digne d’épouser Lucette, il lui
apporterait alors la plus grande chance de bonheur au monde: un mutuel
amour sans entrave, ni souci.

Et Zonzon prononça délibérément:

—Eh bien, c’est entendu, ma petite Lucette. Je t’enlève.

       *       *       *       *       *

En vérité, nous ne sommes qu’une vivante contradiction. Lucette
voudrait que cette dernière journée au château des Barres fût déjà
achevée, dans une hâte de malade avant l’opération, qui souhaite
éperdument que c’en soit fini. Et, en même temps, elle voudrait arrêter
la fuite des heures, isoler, déguster chaque minute, chaque seconde,
comme on tâche de garder au palais la saveur d’un sorbet qu’on sent
fondre dans sa bouche. Ce royal domaine qu’elle ne reverra plus, elle
voudrait l’inscrire, le fixer dans sa mémoire, l’emporter en elle-même.
Et toute la matinée, en guidant sa sœur à travers les salles et les
jardins, parmi la folle fête de lumière, elle butine, par tous ses sens
éveillés et tendus, les souvenirs.

Quinze jours! A-t-elle vraiment vécu quinze jours au château? Tour à
tour il lui semble qu’elle y soit arrivée la veille et qu’elle ne l’ait
jamais quitté. S’asseoit-elle vraiment depuis quinze jours à cette
table, dans cette salle à manger d’une solennité d’église, habillée de
bois anciens, noirs et luisants, trouée d’une cheminée féodale dont la
hotte se heurte aux caissons du plafond? Quinze jours qu’à chaque repas
elle contemple en coin, sans parvenir à s’apprivoiser, son redoutable
voisin M. Duclos, sa solide carrure, sa simplicité soigneuse, sa face
de granit, ses yeux aigus sous les sourcils hérissés. Quinze jours
qu’elle l’entend, à chaque plat mitonné, de sa voix qui s’est éraillée
sur les chantiers:

—Revenez-y donc, M’ame Savourette.

Et quinze jours que maman se laisse tenter, avec un heureux roulis des
épaules, le menton dans la gorge, la lèvre grasse et le regard gourmand:

—Oh! M. Duclos, j’en reprendrai bien encore un petit peu ...

Et lui, lui ... Il est assis face à son père, devant elle. Oh! Elle
voudrait lui trouver des défauts, pour le regretter moins. N’a-t-il
pas gardé, de son récent séjour en Asie-Mineure—deux ans de fouilles
au dur soleil—un petit air levantin? On s’imprègne des pays qu’on
habite. Avec son teint brûlé, sa pointe de barbe noire, on dirait un
personnage des _Mille et une Nuits_, habillé chez le bon tailleur.
Et quelle singulière façon d’écouter, la tête inclinée, le regard au
plafond. Pourquoi entr’ouvre-t-il parfois la bouche une seconde, avant
de parler? L’œil est trop doux, le profil trop régulier, le front trop
bossué ... Allons donc! Elle ment. Il est parfait. Et maudissant son
blasphème, elle voudrait, d’un élan, se lever de table et courir lui
demander pardon.

L’après-midi. Que d’heures légères—si légères qu’elles ne laissaient
pas de traces dans le souvenir—passées dans le parc, autour de ce
petit temple troyen qu’édifiait papa, avec les matériaux et d’après les
plans rapportés par M. Paul. Chaque jour on en suivait les progrès.
On tirait de leurs caisses les briques vernissées, les faïences, les
mosaïques dont devait se revêtir cette reconstitution charmante. Hélas!
Lucette ne la verrait pas achevée ...

Un coup de cloche à la grille. Un couple apparaît au détour d’une
allée. Les Turquois. Car le village de Brûlon ne s’enorgueillit pas
seulement de son royal château des Barres. Il possède aussi son homme
célèbre, Turquois, l’auteur dramatique, qui s’y retire pendant les
mois d’été. Les gens du pays ne connaissent guère ses pièces, libres
et violentes. Mais ils voient son portrait dans les feuilles et les
magazines, sa face de joyeux vivant, crépue et lippue. M. Duclos
fait grand accueil à son voisin. Mais Lucette n’aime ni son jovial
sans-gêne, ni sa réputation libertine. Et à chaque visite, elle
s’étonne de ce regard tendre, admiratif, fidèle, dont le suit sa femme,
si différente de lui, si grave, si contenue, d’une grâce si souveraine,
d’une si belle allure ailée. Bah! Encore des gens qu’elle ne reverra
plus ...

Un domestique apporte des sodas. M. Paul raconte son goût inné
d’archéologie, cite le fameux exemple de Schliemann, le savant
allemand, tour à tour mousse, garçon épicier, enrichi enfin dans
le commerce de l’indigo, poursuivant et réalisant à travers
d’invraisemblables vicissitudes le rêve de toute sa vie: exhumer
Troie, la Troie de l’Iliade, Troie dix ans investie par Ménélas pour
venger l’enlèvement de sa femme Hélène! Et sous la ville de Pâris et
de Priam, il avait découvert six autres cités superposées! Ainsi, sept
civilisations s’étaient succédé avant le siège dont le chant d’Homère
nous a gardé le souvenir ...

Turquois appuie d’un gros rire:

—En somme, de vos sept civilisations, que reste-t-il? Une histoire de
femme!

Puis, de sa manière brusque, il s’empare de Lucette, l’isole:

—Et vous, mademoiselle, vous trouvez que ça vaut dix ans de siège, une
femme enlevée?

Sans attendre de réponse, il déploie des idées scabreuses sur le
mariage, avec autorité. Distraite, absente, Lucette songe au cher
tête-à-tête qu’elle n’aura pas, qu’elle n’aura plus jamais. Quelle
ironie, de paraître flirter avec ce déplaisant personnage! Mais elle y
prend un amer plaisir, une joie de mortification. Furieuse contre le
destin, elle s’en venge sur elle-même.

L’heure passe, à la fois rapide et lente. Maintenant, autour du petit
temple, tous tirent des caisses les précieuses mosaïques couchées sur
des claies de paille, en rassemblent les morceaux. On dirait de grands
enfants occupés à un gigantesque jeu de patience. Comme tout ce monde
est joyeux, insouciant! Ils ne devinent donc pas, ni les uns ni les
autres, qu’un drame se joue, tout près d’eux, dans un petit cœur? Ah!
Quelle plaisanterie, cette mystérieuse télépathie qui devrait avertir
notre entourage de notre chagrin. Comme ils sont loin de nous, nos
proches! Lucette est presque dépitée qu’on soit si gai autour d’elle,
qu’on ne soit pas influencé par sa peine secrète. Et, en même temps,
pour rien au monde, elle ne l’avouerait.

Et voyez comme ils sont tous éloignés, en effet, de pressentir
la vérité. Quand Lucette annonce qu’elle accompagnera sa sœur à
Paris—décidément elle invoque la nécessité d’un essayage—c’est à
peine si l’on interrompt le jeu des mosaïques. Maman, qui, souriante et
placide, le suit du creux de son fauteuil, demande seulement:

—Tu l’as dit à ton père?

Et M. Savourette ne s’émeut guère. Il l’aime pourtant bien, sa
fillette. Mais voilà: il détaille les fresques à M^{me} Turquois. Et
il est resté d’une si fine galanterie, d’un si joli empressement près
des femmes, qu’il est tout à son inoffensive habitude de briller et de
plaire. Il tire et jette en avant sa manchette, fait valoir son profil
cambré à la Henri IV et accueille la nouvelle d’un distrait:

—Ah! ah!... Et tu nous reviens bientôt, surtout?

M. Paul lui-même ne se doute de rien. Il se donne à sa minutieuse
besogne d’un entrain joyeux, une de ces gaîtés ingénues et fougueuses
qu’on voit parfois aux très jeunes religieux qui, soutane troussée,
jouent au ballon avec leurs élèves. Dirait-on qu’il a vingt-sept ans?

Pourtant, il a entendu, se redresse, s’exclame, la face changée:

—Comment? Vous partez, Mademoiselle? Mais pour une seule journée,
n’est-ce pas?

S’il savait! Précipitamment, elle répond:

—Oui, oui ...

Mais que c’est dur, de dissimuler jusqu’au soir, jusqu’au moment où
l’auto vient ranger le perron dans la clarté des deux gros lampadaires.

Qu’ils sont pénibles, ces adieux qu’elle seule sait être définitifs.
Et aussi, quelle amère volupté de se sentir enfin dans la nuit, de
s’abattre sur la tiède et solide poitrine de Zonzon et là, de se
détendre, de sangloter:

—Oh! ma chérie, j’ai tant de chagrin, si tu savais, tant de chagrin ...

       *       *       *       *       *

Toute la matinée du lendemain, Paul Duclos erra du parc au château.
Impatient, fébrile, il était incapable de tenir en place. Certainement,
elle rentrerait le soir même. Mais que c’est long, tout un jour! Il
aurait voulu perdre la sensation du temps, de l’attente.

A tous les tournants d’allée, au seuil de toutes les pièces, elle lui
apparaissait, en visions qui lui heurtaient le cœur. L’hallucination
était si vive, qu’il en aurait crié, qu’il en aurait tendu les bras en
avant. C’était sa silhouette à la fois ferme et menue, sous l’écharpe
claire, sa nette petite figure nacrée parmi les ondes animées de la
brune chevelure, le regard chaud sous l’arcade profonde, les pétales
rouges des lèvres. C’était son enjouement contenu, son éclat chatoyant,
précis, son geste harmonieux et sobre, toute une grâce de petit coffret
clos et ciselé. Le pur joyau ...

Là, contre cette porte rustique qui s’ouvrait sur l’Yonne, ils avaient
ensemble déchiffré les dates des crues, gravées dans la pierre du
montant. A ce rond-point, tandis qu’il la tenait devant l’objectif de
son instantané, elle lui avait demandé: «Faut-il bouger?» Et il lui
avait répondu avec une douceur voulue, une intention dans la voix:
«Oui, il faut venir à moi.» Audace dont il s’effarait, car son ardeur
timide n’avait jamais osé risquer d’aveu.

Autour du petit temple, que d’heureux moments! Mais aussi, quelles
minutes cruelles, la veille, quand cette brute de Turquois l’avait
isolée, chambrée. Oh! il avait su dissimuler. Mais, incapable
d’écouter, de répondre, il épiait, seconde à seconde, la fin de
l’odieux tête-à-tête, soulevé d’une frénétique envie de bondir,
d’incendier le domaine, de faire crouler le ciel, pour que ce butor
cessât de lui parler ainsi sur la bouche! Et, attendri soudain, il
regrettait même ce moment-là. Au moins, elle était présente ...

Mais, sans doute, elle allait téléphoner son retour. A quoi
songeait-il, de s’éloigner de la maison? Il grimpa le parterre au
pas de course. Dans le grand salon, un livre qu’elle avait commencé
traînait sur la table. Il emporta la fleur qu’elle y avait laissée en
guise de signet. A table, il trouva des prétextes pour parler d’elle,
pour prononcer, pour entendre son nom. L’après-midi se traîna. Il
essayait de s’absorber dans la lecture des journaux, espérait gagner
ainsi une demi-heure, tirait sa montre: il avait usé cinq minutes.

Au dîner, pas de nouvelles encore. Il s’enhardit à interroger M^{me}
Savourette. Elle répondit paisiblement qu’on aurait sans doute une
lettre le lendemain matin. Et tout à coup, il s’indigna de la placidité
de cette dame confite en béatitude, de son air de pigeonne heureuse.

Et ce M. Savourette! Un charmeur, un artiste, certes. Mais n’aurait-il
pas dû se soucier un peu de sa fille, au lieu de tourner l’anecdote et
de filer le trait, en lançant ses manchettes à l’assaut? Évidemment,
ils étaient habitués. De bonne heure, ils avaient laissé les deux
sœurs sortir et voyager seules.

Même, l’aînée s’était affranchie, avait fait sa vie, de son côté. Mais,
que diable, on n’a pas cette sérénité!

Il ne s’endormit qu’à l’aube et dans l’appréhension du réveil. Et, en
effet, ce deuxième jour s’annonça terrible. D’un mot à sa mère, la
jeune fille s’excusait de retarder son retour. Aussitôt, l’appréhension
le traversa qu’elle ne reviendrait pas. Car nos pressentiments ne sont
faits que de nos craintes.

Comme la veille, il traîna son impatience et son inquiétude au long
des allées. Parfois, dans sa détresse croissante, il l’appelait, d’une
voix suppliante et sanglotante: «Lucette! Lucette!» Il semble toujours
que ce qu’on appelle va répondre. Et le nom aimé, aux lèvres des amants
lointains, possède un pouvoir mystérieux, invisible hostie où se
réalise la présence, verbe qui se fait chair ...

Malgré le ciel admirable, jardin, maison, tout lui paraissait morne et
désolé. Il songeait aux antiques cités exhumées qu’il avait parcourues,
deux fois mortes, parce que leurs pierres gardent l’empreinte de la vie
qu’elles ont contenue. Oui, elle était la parure et la vie du domaine,
la force inconnue qui anime les choses. Elle partie, tout retombait à
la mort. Comme elle lui manquait! Comme elle lui manquait!

Et, le troisième jour, M^{me} Savourette annonça tranquillement que
Lucette, retenue à Paris, demeurerait chez sa sœur, qu’à son grand
regret elle renonçait à revenir aux Barres. Il crut que le château
s’effondrait sur sa tête. Elle ne reviendrait pas! Pourquoi? Il n’était
pas dupe des futiles raisons qu’elle donnait. Quelqu’un, quelque chose
lui avait-il déplu? Bien qu’ils n’eussent pas échangé de paroles
tendres, il avait bien cru sentir entre eux de l’entente, de l’accord,
de la sympathie, au sens profond du mot ... Alors? Ah! Qu’importait!
Il l’aimait. Il l’aimait. Il en prenait violemment conscience devant
ce vide, cette dévastation que son départ laissait autour de lui, en
lui. Elle lui était nécessaire. Il étouffait, dans une sorte d’asphyxie
morale, quelque chose d’intolérable et d’affreux comme l’agonie du
matelot au fond du sous-marin sombré. Il voulait de l’air, de la vie.
Il la voulait.

Elle est émouvante et presque auguste, cette invasion de l’amour chez
l’homme en pleine possession de lui-même. Quelques aventures sans
durée ni profondeur, de la passade d’étudiant à la piètre intrigue
mondaine, ont déçu sa soif d’idéal, ébranlé sa foi dans la passion
vraie. Il doute. Et soudain, le hasard admirable se réalise. Il se sent
un être privilégié, le centre d’un miracle. Il ne se reconnaît plus.
Sa sensibilité s’accroît et le prolonge. Il perçoit des nuances, des
parfums, des harmonies qu’il ignorait la veille. Le bonheur le féconde.
Il s’épanouit et se pavoise. L’arbre nu s’habille de fleurs, le voilier
prend la mer et se couvre de toile. Il devient une de ces grandes
forces de désir et d’attraction qui mènent à la nature. Il se mêle à
l’univers et le porte en lui.

Chez Paul Duclos, tout préparait, tout favorisait cette métamorphose.
Son père, prématurément veuf, absorbé par ses énormes travaux,
se sachant rude et presque inculte, l’avait confié à l’éducation
religieuse, seule capable, à son avis, de remplacer l’influence
maternelle et l’atmosphère du foyer. Et plus tard, ses recherches, ses
voyages, tout en excitant en lui le goût et la curiosité de la vie,
l’avaient sauvé de cette oisiveté facile, de cette vaine existence où
les meilleurs se diminuent, où l’ardeur se détend, la fraîcheur se fane.

Il se jeta donc fougueusement dans l’avenir. Il dissiperait le
malentendu qui, seul, pouvait expliquer la fuite de la jeune fille.
Il la rattraperait. Elle serait sa femme, si elle y consentait. De
son côté, il était libre. Nul obstacle entre eux. Oui, c’est vrai, il
était plus riche qu’elle. Tant mieux. Le cadre serait digne de l’œuvre.
Son père pouvait s’effarer de l’inégalité des fortunes? Ah! Ceux qui
le jugeaient sur ses rudes façons ne le connaissaient guère. Avait-il
jamais eu d’autre but, d’autre joie, que de gâter son «garçon»?
Pourquoi avait-il ouvert des tranchées, percé des tunnels, amoncelé des
remblais, creusé des ports, pourquoi ce formidable ouvrier avait-il
sculpté la face de la terre, sinon pour faire plaisir à son garçon?

Que de caprices royalement exaucés! Cela se passait toujours de la même
façon, comique et touchante. Son père le scrutait, le regard aigu, la
tête inclinée:

—Alors ça ferait ton affaire?

—Oh! oui, papa.

—Eh bien, l’affaire est faite.

Que d’affaires faites, depuis les somptueux jouets mécaniques de la
petite enfance jusqu’à la 60-chevaux de course où Paul évaporait son
ardeur! Et ces deux ans de fouilles en Asie-Mineure, ces sommes énormes
versées aux terrassiers indigènes!

Ah! par exemple, M. Duclos en voulait pour son argent. C’était son
grand souci. Il fallait que son garçon fût content. Et malheur au
joujou qui n’aurait pas vraiment fait l’affaire!

Pas de crainte, cette fois, de ce côté-là. Et d’avance Paul s’imaginait
le rapide colloque, l’œil en coin dans la face penchée: «La petite
Savourette? Alors, ça ferait ton affaire?—Oh! oui, papa!» Et
certainement, l’affaire serait faite.



II


C’était la fin du jour, d’un joli jour perlé d’avril. Le gros des
visites passé, Lucette respirait, dans l’accalmie. Ouf! Ç’avait été
presque un gala, et comme la fête de ses relevailles. Car elle n’avait
pas reçu depuis la naissance de sa petite Paule.

Deux mois déjà! Deux mois depuis cet inimaginable martyre, ces trente
heures où, mordant la main que son mari lui abandonnait, elle avait
supplié qu’on l’achevât, qu’on la tuât.... Deux mois depuis cette
torture qui avait si profondément marqué sa chair et sa pensée qu’elle
en rêvait la nuit, croyait la subir encore et s’éveillait dans
l’angoisse et la sueur du cauchemar. Oh! oui, un cauchemar, où elle ne
s’était pas seulement révoltée de souffrir, mais aussi de se sentir une
si pauvre chose, d’être obligée de livrer, d’étaler toute la misère,
tout le secret intime de son corps devant ses proches, les médecins,
des indifférents même. Rien que d’y songer, elle en rougissait encore.
Mais aussi quelle joie de résurrection quand, se mirant dans les glaces
ou coulant ses mains au long de sa taille, elle retrouvait sa vraie
ligne, sa vraie silhouette, fondue, dégagée, rajeunie d’un an!

Un amusant désordre animait le grand salon et le jardin d’hiver qui le
prolongeait et dont les vitrages découvraient les jeunes frondaisons
du Champ-de-Mars. Sur tous les meubles erraient des tasses, des
verres, des petits papiers froissés de confiserie. Les fauteuils,
dérangés, gardaient l’empreinte et le souvenir des visites. Certains se
groupaient en rond. D’autres se reculaient en tête-à-tête. Et, levant
leurs bras vides, ils avaient l’air de papoter entre eux.

Il ne restait plus que deux personnes. D’abord maman. M^{me} Savourette
secondait sa fille à son jour. Mais, sous couleur qu’elle n’avait rien
pu prendre de l’après-midi, elle se rattrapait. Elle picorait la table
du goûter, marchait de découverte en découverte, avec des petits cris
émerveillés. Une trouvaille, ces _bombes_, ces choux fourrés qui vous
éclatent dans la bouche. Et ces pains aux rollmops, quel montant,
quelle saveur! Mais elle préférait encore les sandwiches à la crème et
aux olives pilées. Un pur délice. Et se calant sur elle-même dans un
roulis des épaules:

—Oh! Lucette, j’en reprendrais bien encore un petit peu ...

Par contre, l’autre visiteuse, M^{me} Chazelles, ne prenait rien.
C’était une de ces femmes qui paraissent pauvres si bien vêtues
qu’elles soient, une de ces femmes qui ont quelque chose d’inachevé
dans le geste, la parole et le visage, qui ne sont pas d’aplomb dans
la vie. Son mari, le beau Chazelles, était conservateur du musée
Suffren, dont M. Savourette était lui-même l’architecte. De là, de
vagues relations entre femmes. Mais on les disait en train de divorcer.
Pourquoi? Certes, elle ne trompait pas le séduisant Chazelles. Comment
consentait-elle à s’en séparer? Ce petit mystère intriguait Lucette.
Mais au moment où M^{me} Chazelles semblait se décider aux confidences
entre M^{me} Savourette et sa fille, Turquois entra. L’entretien dévia.

Depuis trois ans que Lucette était mariée, les Turquois étaient
presque devenus des familiers du petit hôtel du Champ-de-Mars. L’été
précédent, les deux ménages, rapprochés par la solitude de Brûlon,
avaient beaucoup voisiné aux Barres. «Les mois de campagne comptent
double», disait l’auteur dramatique dans son gros rire heureux. Et si
Lucette se sentait surtout attirée par M^{me} Turquois, par sa belle
sérénité qu’on devinait sensible, elle s’accoutumait au mari. Un gai
compagnon, au demeurant, plein d’entrain, d’une continuelle bonne
humeur, et dont la notoriété excusait les boutades et pimentait les
gamineries.

A la condition, bien entendu, de ne rester qu’un gai compagnon. Or,
il fallait lui rendre justice. Ce libertin n’avait jamais courtisé
Lucette. Pas la moindre allusion. Et cela s’expliquait pour qui le
connaissait. Maintenant qu’on parlait librement devant elle, la
jeune femme savait la spécialité de Turquois, de s’attaquer presque
uniquement aux ménages qui se lézardent, de profiter de la première
évasion d’une épouse irritée ou déçue. Il se vantait presque de son
flair, cet instinct de requin qui suit le navire où quelqu’un va
mourir, qui guette le moment où l’on jettera le mort par-dessus le
bastingage ...

On le félicita du succès de sa dernière pièce, _La Meute_, dont la
vogue durait depuis le début de l’hiver. Il expliqua:

—Savez pas pourquoi j’ai la veine? Regardez mes titres: _L’Écran, La
Crise, La Meute_. Je les choisis de cinq lettres. Ça porte bonheur!

Il en riait encore pendant que Lucette, un peu choquée malgré
l’habitude, lui versait du Zucco. Mais, pendant ce temps, M^{me}
Savourette entraînait la pauvre petite M^{me} Chazelles dans un des
coins du jardin d’hiver. Elle aussi, ce divorce l’intriguait. Ce
Chazelles ne la rendait donc pas heureuse? Un si bel homme! Elle
renoua:

—Alors, c’est vrai?

M^{me} Chazelles ébaucha, mollement:

—Oui. D’un commun accord ... on s’est arrangé ... Avec des relations,
c’est toujours facile, de divorcer ...

—Comment? Vous n’aviez pas de griefs sérieux?

—Non ... Pas les mêmes idées, ni les mêmes goûts ... Pas d’enfants.
Rien ne nous attachait ... Alors, autant essayer de recommencer, chacun
de son côté ...

M^{me} Savourette se pencha:

—M. Chazelles n’était donc pas un bon mari?

Et il fallait entendre le son caressant, doux et plein, que rendaient
ces deux mots-là, «bon mari», sur les lèvres de l’excellente femme!

—Un bon mari? répéta M^{me} Chazelles d’une voix neutre.

—Enfin, vous savez bien ce que je veux dire. Tous les hommes ont leurs
petits défauts. Mais ils savent si bien se les faire pardonner quand
ils veulent! Voyons, voyons, est-ce qu’il n’y a pas des moments qui
font tout oublier, les ennuis, les chagrins, les querelles?

M^{me} Chazelles, bouche ouverte, semblait déchiffrer un rébus. Puis,
elle sourit avec lassitude:

—Ah! Vous voulez parler de ... Vous trouvez que?...

—Mais oui, je trouve, affirma crânement M^{me} Savourette.

Et elle eut ce beau regard, pétillant et mouillé tout ensemble, que les
femmes heureuses par l’amour jettent sur leur passé.

Une nausée aux lèvres, M^{me} Chazelles avoua avec nonchalance:

—Moi pas. Ça me dégoûte. Je trouve ça embêtant comme la pluie. Chaque
fois, faut se lever, faut courir ... J’avais toujours envie de lui
demander, quand ça le prenait: «Pourquoi faire?»

M^{me} Savourette la considérait avec stupeur et compassion. Elle
jugeait naïvement les autres d’après elle-même. Et cette pauvre petite
M^{me} Chazelles lui apparaissait une créature disgraciée, une infirme.

Cependant, des éclats de voix partaient du salon, des «bonjour ...»
aigus et flûtés, des excuses volubiles sur la tardive visite, des «Oh!
Ah! Oh!» d’admiration sur ce délicieux hôtel qu’on ne connaissait pas
encore. Et d’une folle allure d’hirondelle entrée dans une chambre,
une dame blonde, vive, chatoyante, fit le tour de la pièce, lorgna les
meubles, les tableaux, la serre, but une gorgée de thé, becqueta un
gâteau, serra des mains et s’en fut ...

C’était M^{me} Evenon. Son mari, l’homme le plus affairé de Paris,
présidait dix conseils d’administration par jour. Il déjeunait dans
sa voiture, dînait en s’habillant et dormait au théâtre. Il gagnait
effroyablement d’argent, mais il ne trouvait pas le temps de le
dépenser.

Amusée et surprise de cette visite d’oiseau, Lucette s’attardait au
seuil du salon. Le soir tombait. Le couchant colorait les vitrages.
Maman et la pauvre petite M^{me} Chazelles ne formaient plus qu’un
groupe indécis sous les palmiers qui découpaient sur le ciel délicat
leurs silhouettes fines et noires.

—Vous savez ce que M^{me} Evenon est venue chercher ici? demanda
Turquois.

—Non.

—Un alibi, parbleu.

—Comment?

—Eh! oui. C’est la femme qui aspire à la grande passion. Type connu.
Depuis dix ans, elle fait des essais. Elle sort de chez son amant. Elle
dira qu’elle a passé deux heures ici.

Devant la glace embrumée de pénombre, Lucette relevait ses cheveux:

—Vous croyez? dit-elle.

—Bien sûr. Les visites n’ont pas d’autre utilité. C’est très commode.
Vous verrez.

Brusquement, Lucette se retourna, les bras encore levés vers sa
chevelure:

—Comment? Je verrai?...

—Je l’espère bien ... Dites donc, je m’inscris, hein? Je suis le
_preux_, comme disent les gosses. Et même, en attendant, vous devriez
bien me laisser prendre un petit acompte, là, dans le cou ...

Elle avait laissé retomber ses bras. Elle murmura:

—Vous êtes fou!

Il lui faisait peur, dans la demi-obscurité. Sa face de faune,
d’ordinaire joviale, était tirée, enlaidie par le désir. Il
poursuivait:

—Ben quoi? On ne nous verrait pas, du jardin. Ce serait amusant, au
contraire, sous le nez des gens.

Trop stupéfaite pour agir, pour penser même, retenue seulement
d’appeler ou de s’enfuir par un instinct d’orgueil et de crânerie, elle
répéta:

—Vous êtes fou!

—Mais non, je ne suis pas fou. Je suis emballé, voilà tout. Alors,
vrai, vous ne voulez pas. Rien à faire, nous deux, pour l’instant?

Pour la troisième fois:

—Vous êtes fou! Taisez-vous donc ...

Mais elle s’était un peu reprise. Elle tourna un commutateur. Le salon
s’illumina. Turquois ne se troubla pas:

—Bon, bon. Mettons que je n’ai rien dit, là. Il n’y a pas de quoi se
fâcher. On est amis, tout de même, hein?

Elle ne lui répondit pas. Les joues en feu, elle s’éloigna, retenant
entre ses dents serrées le mot qui la soulageait: «Brute!»

       *       *       *       *       *

Le soir même, allongée dans un des lits jumeaux tandis que son
mari dormait dans l’autre, Lucette, les yeux grands ouverts dans
l’obscurité, s’interrogeait: «Voyons, voyons, ne suis-je pas aussi
heureuse qu’on peut l’être, absolument heureuse?»

Il avait fallu l’offre brutale de Turquois pour la contraindre à cet
examen. Ils sont si rares, ces regards intérieurs! Il semble que nous
n’ayons jamais le temps de prendre conscience de nous-mêmes, de nous
rassembler, de dresser le bilan de notre existence. Mais l’alarme
avait sonné. Ce Turquois, avec son flair de requin, n’avait-il pas la
réputation de guetter la première chute, de s’attaquer à bon escient,
aux femmes qui chancellent, qui sont près de défaillir? Pourquoi,
subitement, l’avait il entreprise? Elle se répéta, plus indignée
qu’inquiète: «Est-ce que je ne suis pas absolument heureuse?»

Minutieusement, elle explorait le passé, suivait le fil des jours.
Depuis cet éblouissant coup de surprise, depuis l’heure où M. Duclos,
au retour des Barres, l’avait demandée en mariage pour son fils, elle
s’était sentie enveloppée, soulevée par la forte certitude du bonheur.
Elle aimait. Elle était aimée. Et tout l’hiver des fiançailles, plus
fleuri qu’un printemps, elle s’était maintenue dans cette ivresse
comblée, cette plénitude de tout elle-même. Elle avait vécu comme on
valse, emportée dans du vertige, de la musique, de la lumière, aux
bras de l’être aimé. Une telle griserie, qu’elle ne parvenait même
pas maintenant à retrouver de points de repère, des souvenirs précis.
Rien d’étonnant. Le malheur blesse, le bonheur caresse. Les blessures
laissent des traces, les caresses n’en laissent pas.

Et depuis son mariage? Hors l’inévitable torture de la maternité,
n’était-ce pas la même succession de jours sans heurt, de jours bleus,
de jours planés? Jamais un souci, jamais une contrariété même. Sa
félicité était toujours restée égale à elle-même, à hauteur de ses
rêves.

Pourrait-elle même trouver un moment inférieur? Scrupuleusement, elle
cherchait ... Oh! un bien court moment, en tout cas. Même pas le nuage
au ciel. Plutôt le petit souffle qui, par le plus beau temps, fait
soudain frissonner les feuilles. Une impression bien fugitive, un
souvenir que se reprochait sa tendresse et que fuyait sa pudeur.

C’était le matin, le lendemain de son mariage, au château des Barres,
où son mari, l’enlevant au lunch, l’avait emmenée en auto ... Ah! le
joli voyage, lui aussi tout embrumé dans sa mémoire d’une lumineuse
buée de bonheur. Donc, pendant cette matinée, le garde-chasse avait
fait demander Paul. Elle était restée seule. On ne devrait jamais
rester seule, ce matin-là. Elle se levait, assise au bord du lit. On
était en avril. Juste trois ans. Le temps était voilé. Et, tout à
coup,—le hurlement d’une sirène sur la route ou les aboiements des
chiens du garde sous la fenêtre avaient-ils crispé ses nerfs tendus
et sensibles,—un souffle de mélancolie avait passé sur elle, léger,
rapide, mais net, quelque chose comme une voix triste qui lui eût
murmuré: «Ce n’est que cela ...»

Oh! la parole impie, qui la poursuivait d’un remords! «Ce n’est que
cela ...» Mais il faut dire aussi qu’elle aimait tant, au seuil du
mariage ... Son amour l’emportait d’un trait si dru, d’un essor si
large et si puissant, qu’elle aspirait à se dépasser encore, à se
dépasser toujours, à atteindre elle ne savait quels sommets ...

Et puis, jeune fille, tout se conjurait pour exalter sa foi dans
l’amour. Les livres, le théâtre, la musique, le chuchotis du monde,
tout vivait, tout palpitait d’amour. Et, enveloppé dans ce bruissement
recueilli, dans cet encens magnifique, dans ce cantique éperdu, le
mystère s’élevait, devenait divin, infini ...

Qu’attendait-elle alors? Elle l’ignorait au juste. On a beau être
d’une famille artiste où chacun a son libre parler, on a beau sortir
seule, avoir flirté un brin,—on ne mène pas, de dix-huit à vingt-deux
ans, la vie de tennis et de plage, de bals et de dîners, sans être
courtisée,—tout de même, la conspiration du silence continue. On est
bien plus ignorante qu’on n’en a l’air. On a vu des statues sans voile,
on a vu des bêtes s’unir, on a surpris des allusions qu’on a traduites
à sa façon, même il vous est tombé de vilains livres sous les yeux ...
Et cependant il subsiste des précisions impénétrables.

Ces «terres inconnues» de la carte, ces lacunes, on les a comblées à
coups d’imagination. Et parfois si drôlement!... Si chaste, si peu
curieuse qu’on soit, on y rêve, à cette vérité cachée, justement parce
qu’elle est cachée et parce qu’on la sent capitale. Mais la terre
inconnue garde son secret. Hélas! lorsqu’on la foule enfin, transportée
d’attente, d’ardeur, de foi, de frénésie, pourquoi faut-il qu’une
pensée vous traverse: «Ce n’est que cela ...»

Qu’attendait-elle?... Lorsque leurs lèvres s’étaient rencontrées pour
la première fois, il lui avait semblé qu’elle buvait à une source de
bonheur; une langueur délicieuse coulait en elle, l’alourdissait, à
croire qu’elle allait tomber sous le poids du plaisir, et glisser vers
une mort heureuse. Alors, ingénument, confusément, elle imaginait
l’étreinte dernière comme un baiser plus violent, plus profond, un
baiser où l’on achève de mourir ...

La folle! Non, ce n’était pas cela. Mais n’était-ce donc rien que de se
sentir une belle proie passionnément désirée, de n’être plus soudain
qu’une petite chose bouleversée sous un fougueux assaut, de se livrer,
de s’abandonner toute à celui qu’on adore, de le sentir en soi, d’obéir
à sa brûlante convoitise jusque dans la souffrance, d’être soudée à
lui, d’être heureuse, enfin, de la joie qu’on lui donne ... Et ensuite,
de le tenir contre soi, las et reconnaissant, de le bercer tendrement,
comme un tout petit? Évidemment, c’était là tout l’amour. Ce ne pouvait
pas être autre chose. Ce qu’on imagine dépasse fatalement ce qu’on
réalise. Mais la part restait belle. Et il fallait bien qu’elle fût née
d’un moment de solitude et de malaise, cette pensée impie: «Ce n’est
que cela.»

Vilaine impression aussitôt chassée, ensuite oubliée parmi tant
d’heures charmantes ... D’abord, l’installation dans ce petit hôtel du
Champ-de-Mars, coquet, battant neuf, et dont l’éclat trop cru, trop
frais verni, avait vite disparu derrière les tentures et les meubles
vénérables. L’amusante chasse aux trouvailles, du noble magasin du
tapissier jusqu’au fond des faubourgs ... Vie affairée d’abeilles qui
rapportent à la ruche le miel de toutes les fleurs. Jamais leurs goûts
ne se heurtaient. Il est vrai que Paul était bien capable d’imposer
silence à ses préférences, en cas de désaccord. Il lui disait: «Ce qui
te fait plaisir me plaît.»

Il la «servait». Elle ne trouvait pas d’autre mot pour exprimer la
ferveur dont il l’entourait, une ferveur où il subsistait quelque chose
de religieux, une ferveur attentive, respectueuse et passionnée tout
ensemble, et qui, dans l’effusion, montait, brusque, ardente, passait
sur elle en coup de flamme.

Il la servait comme un néophyte qui, d’un zèle brûlant, s’incline
devant l’autel. Il se montrait d’une douceur patiente, égale, d’où
jaillissait parfois sa gaîté jeune et fraîche. Et, sans doute parce
qu’il n’avait pas eu le temps de se durcir, de s’ossifier dans un
long célibat, il n’avait aucun de ces travers à arêtes vives où l’on
s’écorche, où l’on s’irrite, dans le frottement de la vie commune.

Il la servait. Tous ses regards montaient vers elle. Le reste du monde
lui était indifférent Sauf pourtant ses travaux qui lui restaient
chers,—un gros ouvrage qu’il préparait depuis deux ans, l’exposé de
ses découvertes en Troade. Et encore ne lui en parlait-il qu’avec une
timide discrétion, tant il craignait de l’importuner par des vues trop
arides.

Il la servait. Il la comblait d’offrandes, surprises ingénieuses, fines
attentions! Et il trouvait, pour saluer une toilette heureuse, un
chapeau seyant, une mine particulièrement brillante, bref, pour vous
répéter ce que vous dit votre glace, de ces mots qui vous éclairent,
qui vous réchauffent, vous auréolent.

Oui, il était bien le compagnon rêvé. Il lui avait bien fait la
meilleure existence. Elle se le répétait, d’un élan où s’exaltait sa
propre tendresse. A suivre ainsi sa vie de femme, elle retrouvait la
même impression que dans les promenades où elle s’amusait à parcourir
toute seule son logis de pièce en pièce. Un tiède bien-être, une pure
et noble harmonie, une profusion de richesses délicates, accumulées,
répandues avec un zèle pieux, comme autant d’ex-voto de bonheur ...

Mais pourquoi cet homme, ce Turquois, l’avait-il si brutalement
entreprise?

«Suis-je absolument heureuse?» Cette question, Zonzon devait la
contraindre à son tour d’y répondre, quelques mois plus tard, à la
rentrée d’automne.

Dès qu’elle avait une heure libre, entre deux consultations, deux
visites au dispensaire, elle accourait, pressée, rapide, la poitrine au
vent, la robe tendue en drapeau sur la hampe fière de la jambe.

Tout de suite, elle animait la maison. Dès son entrée, il y faisait
plus chaud, plus clair. L’air vibrait, comme il danse sur les champs
au soleil. Elle criait en riant: «Voilà la marchande de santé!» Et
de fait, elle en avait à revendre. Son beau regard brun, aiguisé
par dix ans d’exercice, scrutait la petite Paule, la nourrice, puis
se reposait, tendre, sur Lucette. Ah! la chère dévouée, la chère
vigilante ...

Mais ce jour-là—un matin, vers onze heures, Lucette achevant lentement
sa toilette dans sa chambre—une sorte de fièvre l’agitait. Elle ne
tenait pas en place, tandis que sa sœur, comme d’habitude, racontait
ses dernières journées, courses, visites, dîners, détaillait ces
mille riens dorés dont était tissée la trame légère de son existence.
Et soudain, se campant debout, les mains derrière le dos, Zonzon
l’interrompit, pénétrée:

—Alors, bien vrai, ça va, la vie?

Lucette, qui se polissait les ongles devant sa table, releva la tête.
Pourquoi ce ton grave, presse anxieux, que rien n’appelait, et qui
ressemblait si peu à Zonzon?

—Comme tu me demandes cela?

Zonzon hésita une seconde. Puis, dans un coup d’épaules résolu:

—Eh bien ... Je te demande ça comme une Zonzon qui pourrait bien se
donner de l’air, filer quelques mois, et qui voudrait être sûre,
absolument sûre, de laisser sa Lucette tout à fait heureuse, en plein
bonheur.

Zonzon partir, s’absenter ... Quelle stupeur! Mais déjà, s’asseyant
près de Lucette:

—Oh! dit Zonzon, ce n’est qu’un projet. Et tu sais, les projets, c’est
comme les oiseaux. Ils s’envolent tout d’un coup pendant qu’on les
caresse. Ce ne serait en tout cas que pour la fin de l’année, peut-être
le printemps. Mais si je pars, je veux partir tranquille. Et, une fois
là-bas, l’idée d’une anicroche, l’idée que tu pourrais avoir besoin de
ton docteur ordinaire, me gâterait le voyage. Alors, dis, tu te sens
bien d’aplomb?

Lucette ne répondit pas directement:

—Enfin, de quoi s’agit-il?

Lucette ne connaissait que la vie extérieure de Zonzon. Depuis
l’époque où elle étudiait la médecine, elle avait lentement conquis
son indépendance. Elle avait, un à un, dénoué plutôt que tranché les
liens qui l’attachaient au foyer de famille. Mais comment, jusqu’où
usait-elle de sa liberté? Là-dessus, Lucette n’avait jamais interrogé
sa sœur. Elle en était retenue par son ombrageux respect de tout ce
qui est intime et caché, par le prestige et l’autorité de son aînée
à ses yeux, et aussi, peut-être, par cette sorte de désintéressement
où nous restons de tout ce qui ne réagit pas, de ce qui n’influe pas
directement sur notre propre existence.

Tout de même, et surtout depuis son mariage, la curiosité de
Lucette s’éveillait parfois, en courtes lueurs: «Comment vit-elle?»
Et la gravité inhabituelle de sa sœur, l’imprévu de ce départ,
l’avertissaient qu’elle touchait au mystère.

Zonzon s’était accoudée à la petite table où s’étalaient toutes les
pièces de l’onglier, ce joli superflu qui s’échappe d’un nécessaire.

—Il s’agit d’un voyage, d’une mission ... Mais je ne partirais pas
seule. J’ai un ami, ma petite Lucette. Depuis longtemps, déjà. Quatre
ans. Bah! J’aime mieux tout lâcher, maintenant que j’ai commencé.
C’est drôle, la vie. Nous nous sommes connus au chevet de sa femme
malade. On l’opérait. Une maladie de reins. Je tenais le chloroforme.
Il assistait, aussi blanc qu’elle. Elle est morte, huit jours après. On
s’est revu plus tard. Et petit à petit, on s’est aimé, fort, bien fort,
très fort ... Voilà.

A froid, et connaissant Zonzon, Lucette avait envisagé semblable
aventure. Mais, sous le choc de la confidence, toutes les idées
convenues qui sommeillent en nous—sur ce qui se fait ou ne se fait
pas—se réveillaient, se révoltaient. Elle était péniblement surprise,
comme d’un amoindrissement, d’une déchéance, d’une mise hors la règle.
Elle cria presque:

—Mais pourquoi ne t’a-t-il pas épousée?

—Il me l’a offert. Mais il a une fille. Treize ans. Toute à
l’empreinte de sa mère, pieuse, presque mystique, bref à l’envers de
moi. Aussi, tu comprends. Pour elle, voir une autre femme prendre la
place de sa maman, ce serait la perdre deux fois. Ça lui ferait trop de
peine, à cette petite. Alors, je n’ai pas voulu.

—Ah! Zonzon, murmura Lucette, remuée.

—Bah! ce n’est pas héroïque. D’autant que plus tard, quand elle sera
mariée, on pourra faire comme elle, si on veut. Mais, moi, je n’y tiens
guère. Ah! dame, faut se cacher, c’est vrai. Car cette enfant doit
ignorer toute l’histoire. Sinon, le beau geste ne servirait de rien. Tu
es la première à qui je me raconte, la seule dans le secret. Et encore,
sans ce voyage, je crois bien que je serais restée bouche close. Car je
te devine, va! Tu as beau remuer la tête: ça te fait de la peine, au
fond, mon histoire. Je ne suis pourtant pas à plaindre, sacristi!...
Enfin, fallait bien justifier le départ. Tu n’aurais pas compris.
Tu m’en aurais voulu, de ficher le camp. Tandis que maintenant, tu
dois comprendre. On partirait pour l’Amérique. Lui, il ferait une
enquête pour l’usine Grive, où il est ingénieur. Tu sais, les machins,
les choses en fer. Moi, je décrocherais une mission quelconque pour
étudier leurs universités là-bas, au point de vue médical. Mais on ne
travaillerait pas tout le temps, bigre! On se retrouverait. Alors, tu
penses, ces six mois ensemble, en liberté, en plein jour, quelle fête!
Les grandes vacances de la vie, quoi!

—Tu vois bien, dit Lucette, que tu souffres d’être obligée de te
cacher.

—Pas tant que tu crois. On concentre sur une heure ce qu’on aurait
répandu sur un jour. Les moments où nous sommes ensemble me dédommagent
des autres. J’y puise du courage, de la force, de la joie, pour le
reste du temps. Nous n’avons pas de foyer, c’est vrai. Mais il est
en moi, mon foyer, si clair et si brûlant, qu’il illumine et qu’il
réchauffe toute ma vie. Ah! Lucette, tu te rappelles, ce matin
d’été, aux Barres, où tu me disais: «J’aimerais tant, si uniquement
...» J’étais à lui depuis peu. Et j’aurais voulu pouvoir te crier:
«C’est comme moi, c’est comme moi!...» Il faut croire que nous nous
ressemblons aussi de cette manière-là, que nous sommes décidément
taillées sur le même patron. Du jour où je me suis donnée, j’ai bien
senti que je ne me reprendrais plus. Et depuis ce jour-là, pas un
regret, pas une ombre, pas un moment moins exquis. Mais aussi, je lui
dois un bonheur si plein, si complet ... Ah! tu ne trouves pas que
c’est bon, que c’est beau et que c’est le secret d’un amour fort et
durable, de se sentir en affinité, de se sentir aimée complètement, par
toutes les cellules de l’être, toutes, toutes, celles où dorment et
naissent nos plus tendres pensées, celles qui dessinent le modelé de
notre visage et de notre corps, celles qui s’éveillent au plaisir et
répandent en nous le grand frisson ...

Et, lancée, saisissant les mains de Lucette:

—Quelle chance, ma chérie, de pouvoir parler enfin en franchise avec
toi, de pouvoir t’interroger, te confesser. Vois-tu, mon beau voyage
serait gâté, si je savais laisser de l’autre côté de l’eau une petite
Lucette qui ne serait pas royalement, absolument heureuse ... Tu l’es
bien tout entière, tu l’es bien comme je l’entends? Maintenant, tu peux
me répondre, tu peux tout me dire ...

Oh! l’enthousiaste, l’exubérante Zonzon. Le visage animé, le geste
tendre et pressant, elle appuyait:

—Dis?... Il te rend heureuse?

Lucette sourit:

—Bien sûr.

Mais Zonzon se mordait la lèvre, agitait la tête. On l’eût dit tentée
et retenue tout à la fois de pousser et de préciser sa question.

—Ah! Avec toi, on a toujours peur de t’effaroucher, de faire refermer
la sensitive. Enfin, tu me comprends ... Dans ses bras ... tu es tout à
fait heureuse ... tout à fait?

Heureuse, dans ses bras? Certes! Ne se l’était-elle pas avoué? De
nouveau, elle se l’affirma. Oui, elle était heureuse sous ses baisers,
heureuse de se sentir si passionnément désirée, heureuse de la secrète
volupté de se sacrifier, de s’offrir à l’aimé, d’être à la fois pour
lui l’idole et victime, heureuse de cette rapide et fougueuse ardeur
qui déferlait sur elle, de l’ivresse qu’elle devait lui verser et dont
il lui rendait grâce ensuite, avec tant de ferveur ...

Que voulait dire Zonzon? Allait-elle se prétendre plus favorisée, faire
croire qu’elle connaissait un plus grand bonheur? Allons donc! Il n’en
existait pas.

Et ce fut avec une entière franchise relevée d’une toute petite pointe
d’orgueil jaloux qu’elle répondit, l’air entendu:

—Tout à fait heureuse.

Zonzon respira, détendue:

—A la bonne heure!

Lucette jeta, d’une impulsion:

—Tu n’en doutais pas, je pense?

—Non, non. Mais je suis contente d’avoir pu m’assurer ... Parce que,
vois-tu, c’est l’important, cela. J’ai tellement entendu, déjà, de
confidences ... Des choses qu’une femme ne dira pas à son médecin,
si c’est un homme, et qu’elle lui confesse, si c’est une femme comme
elle. Des déceptions, des dégoûts, des nausées chez les unes. Et des
transports, des délices, une vie comme vernie, chez les autres ... Oui,
c’est cela l’important. Évidemment, ce n’est pas tout. Mais cela régit
tout. C’est la clef de voûte, sans qui le reste s’écroule. D’ailleurs,
tu n’as qu’à regarder autour de nous, dans chaque ménage. Oh! pas
besoin de chercher bien loin. Tiens, papa et maman ...

Et sur un recul de Lucette:

—Comment, reprit-elle, tu n’y avais jamais pensé? Réfléchis. Ils
ont eu leur part d’embêtements, comme tout le monde. Cette affaire
de l’oncle Gratien, le frère de maman, ces fausses traites qu’il a
signées, qu’ils ont payées pour éviter le scandale. Cette histoire-là
a pesé sur toute leur vie. Papa avait beau gagner de l’argent, on a
toujours vécu à la maison dans une gêne dorée, parmi les coups de
sonnette insolents des fournisseurs, les chuchotis autour des factures
renvoyées. Eh bien, pourquoi maman a-t-elle toujours gardé sa placidité
souriante, son joli scintillement fixe d’étoile? Pourquoi cette grande
indulgence répandue sur nous, sur son entourage, sur toute la vie?
Parce qu’elle a eu, elle aussi, comme elle le dit si souvent, un «bon
mari» Un peu trop galant, papa, un peu trop le coq qui, par habitude,
lisse ses plumes et tend l’ergot à chaque poule qui passe. Mais un coq!
Un tendre coq attentif à sa sultane, et qui lui a donné ce qu’il lui
fallait ... Maman ... Ah! je te crois qu’elle a dû souvent en reprendre
un petit peu!

Lucette s’effara:

—Oh! Zonzon!...

Mais, déjà, l’aînée se levait, rajustait son chapeau devant la glace.

—Bon sang! Je viens de refermer la sensitive. Mais quoi, grosse bête,
y a pas de mal. C’est naturel. Allons, je me sauve, j’ai rendez-vous.
Oui, avec lui. Crois-tu, depuis quatre ans, chacun de notre côté, nous
arrivons toujours en avance. Ce n’est pas admirable? Au revoir, mon
loup, au revoir, ma chérie, au revoir, ma bienheureuse. Oh! je suis
contente ...

Elle s’envola, radieuse.

Ah! si elle avait pu, ce jour-là, deviner qu’elle n’était pas comprise,
qu’un malentendu vital s’établissait entre elles ... Pourquoi aussi
la réserve de Lucette retenait-elle Zonzon d’insister, de préciser,
d’appeler toutes les choses par leur nom, comme elle en avait coutume?
Pourquoi ne parle-t-on pas de son corps comme de son cœur? Entre deux
êtres sains, il ne devrait pas y avoir de sujets interdits, de pensées
indicibles, de ces paroles dont on a honte et qui restent dans la
gorge. L’intention peut être vicieuse. Mais les mots en eux-mêmes ne
sont jamais impurs.



III


Dans quelques années, lorsque les aéroplanes seront aussi répandus dans
le ciel que les autos sur les routes, lorsque leur vol ne surprendra
pas plus que celui d’un oiseau, le souvenir deviendra curieux, presque
historique, des premiers essais, des premiers essors, sur le champ de
manœuvre d’Issy.

Un petit groupe de fanatiques suivaient ces séances et, de temps en
temps, amenaient quelques amis dont ils avaient piqué la curiosité.
C’est ainsi que Lucien Chazelles entraîna Lucette et son mari.

Rien ne prédestinait ce Lucien Chazelles à s’occuper d’aviation.
D’abord officier de cavalerie, il avait traversé discrètement la
politique et la littérature. Pour l’instant, il était conservateur du
musée Suffren, consacré, comme on sait, à l’histoire du Costume. On
assurait qu’il convoitait un gros emploi dans les finances publiques.
Mais c’était un de ces esprits clairvoyants, pivotants, qui se braquent
dans toutes les directions, une de ces intelligences complètes,
circulaires, avides de tout, aptes à tout.

Jusqu’à ces derniers temps, Lucette l’avait tout juste aperçu. Elle
ne voyait que M^{me} Chazelles. Mais la pauvre petite femme s’était
retirée en province depuis son divorce. Et sans doute toutes relations
eussent-elles cessé avec le mari, si Paul n’avait marqué l’intention
de doter le musée Suffren d’une collection de bijoux et d’aquarelles
rapportés de ses fouilles en Troade.

Lucette avait accepté d’enthousiasme d’accompagner son mari et
Chazelles à Issy. Elle s’en amusait comme d’une expédition. Et, dans la
limousine qui les emportait tous trois à travers les rues ouvrières de
Grenelle, elle s’étonnait même que ce petit grain d’imprévu jeté dans
sa vie la fît si allègrement résonner.

L’après-midi de mars était doux, presque tiède, d’un gris si
transparent qu’on le voyait bleu, un de ces jours où les gens,
respirant l’espoir du renouveau, disent: «Ça sent le printemps.»

Dès l’octroi franchi, l’espace s’élargit soudain. Un grand vide
lumineux, un désert de sable brun où, çà et là, des pelotons de
cavaliers manœuvraient encore.

—Voilà Issy, dit Chazelles.

Quoi? Si près? Lucette croyait partir pour un pays perdu, une banlieue
lointaine, et la fameuse plaine était à la porte même de Paris, moins
loin de la ville que le champ de courses d’Auteuil. Sur l’indication de
Chazelles, la voiture piqua tout droit vers les hangars en bordure, où
se massait une foule noire et s’alignaient des autos en rang pressé.

Tous trois débarquèrent. Sur le champ de manœuvre, les curieux
entouraient un étrange appareil au repos, énorme et léger, qui ne
ressemblait à rien de connu. Au centre des grandes surfaces blanches
et tendues, parmi le réseau ténu du bâtis, le pilote haut perché
était assis, faisant corps avec la machinerie. Derrière lui, un aide
s’efforçait de lancer l’hélice à la volée, jetait un bref signal:
«Hop!» Mais elle ne partait pas.

—Il a des ennuis de moteur, dit Chazelles.

Il guidait ses compagnons, leur nommait—en échangeant des saluts et
des poignées de main—des notoriétés de l’aviation. Puis il leur fit
gravir un petit tertre, une dune de sable, d’où l’on dominait la plaine.

Pas gaie, même sous la timide embellie, cette grève noirâtre, bordée,
sur trois côtés, de remparts, de remblais et d’usines. La foule
elle-même, disparate, inquiétait. Des sportsmen, des amis du pilote,
des badauds attirés par les notes de journaux, des fidèles aussi, qui
venaient chaque jour, matin et soir. Des photographes importants, qui
promenaient de lourds trépieds, ou circulaient la poitrine blindée de
leur instantané. Puis des gamins, moineaux des fortifs, pouilleux,
joyeux, poussiéreux, qui s’ébattaient dans le sable, turbulents et
criards, pour le plaisir et pour la galerie. Et d’autres fils de
la zone, plus grands, ceux-là, plus inquiétants, en espadrilles et
casquette cycliste, le pantalon évasé à la base en pilier de réverbère,
et qui, pour tromper l’attente, improvisaient un jeu, abattaient à
coups de pierre de vieilles boîtes de conserves fichées dans le sable.

Lucette en prit un peu peur. Elle l’avoua en riant.

—Bah! Ils ne sont pas méchants, dit Chazelles.

Elle le considéra, d’un bref regard en coin. Grand, brun, solide,
la face avenante et nette, il respirait surtout la force. Et on ne
démêlait qu’ensuite la finesse qui aiguisait le ferme regard, creusait
d’une fossette le menton volontaire, animait les lèvres délicates sous
la vigoureuse moustache noire. Il fumait sans cesse des cigarettes,
qu’il tirait d’un étui d’or, d’un geste rapide et coulé.

Cependant, l’attente se prolongeait. Paul interrogea Lucette:

—Tu n’es pas fatiguée? Tu ne veux pas t’asseoir?

Justement, à l’ombre des hangars, une petite baraque de débitant
avait poussé, qui s’intitulait modestement: _Aerian Bar_. On pourrait
emprunter des chaises ...

—Mais non, mais non.

Elle s’irrita qu’on la crût lasse devant Chazelles, qui, poitrine au
vent, la cigarette haute, suivait la lutte patiente du pilote contre
son moteur. Enfin, des détonations éclatèrent, d’abord intermittentes,
en pétarade. Puis elles s’enchaînèrent, l’hélice tourna à vive allure
et ne fut plus bientôt dans l’air qu’un bouclier vibrant, impalpable
et terrible. Des casquettes, des chapeaux s’envolèrent, emportés par
son souffle puissant. Des aides accroupis, dont le bourgeron claquait
dans le vent, retenaient l’appareil à pleins bras. Ils le lâchèrent
quand le pilote leva la main. Aussitôt l’aéroplane démarra. Ses roues
s’avancèrent dans le sable mou, d’une vitesse croissante.

On suivait sa marche avec une sorte d’angoisse. On aurait voulu
l’alléger, l’aider, le soulever à distance, comme le magnétiseur qui
projette sa force. Et soudain, à cent mètres de là, il quitta le sol,
plana, les ailes grandes.

De toute la foule, un cri d’admiration et de délivrance monta,
l’accompagna dans son essor. De nouveau, des vœux, des désirs tendus
le soutenaient, s’opposaient à sa chute. Dans un virage, près des
fortifications, il s’inclina. Une aile menaça d’accrocher la terre.
Et chacun frémit, comme d’un danger personnel. Enfin, à la lisière
opposée, il prit contact, roula, s’arrêta. On vit l’hélice ralentie
tourner comme le soleil éteint d’un feu d’artifice. Des fanatiques
coururent à travers la plaine pour féliciter plus tôt le héros.

Dans les groupes, chacun analysait ses impressions. On les
reconnaissait pareilles. C’était, chez tous, au moment de l’essor,
la même allégresse, la même détente, une félicité intérieure, une
jouissance physique, un délicieux décrochement du cœur.

Tandis que l’aviateur essayait de réparer son appareil, ramené à
bras devant les hangars,—car il s’agissait d’une nouvelle panne
de moteur,—Paul et Chazelles s’efforçaient de démêler les causes
profondes de leur émotion.

—Peut-être, dit Paul, avons-nous la notion confuse d’assister à un
spectacle qu’aucun regard n’a jamais contemplé et que des centaines
de générations ont imaginé. Les hommes ont toujours aspiré à quitter
la terre. La légende en fait foi. Ce qui nous émeut, c’est d’être les
premiers à voir réaliser un rêve aussi vieux que l’humanité pensante.

—Possible, consentit Chazelles. Et puis, ce n’est qu’un balbutiement,
qu’une promesse. Ce grand oiseau de toile fait songer aux espoirs qu’il
couve sous ses ailes, à l’avenir qu’il nous prépare et qu’on nous
prédit tous les jours.

De fait, cette année-là, on vivait en pleine anticipation. Dans les
dîners, l’aviation détrônait le théâtre, ce grand accapareur de la
table. On ne parlait plus de la dernière pièce, mais de la dernière
envolée. Des causeurs se taillaient des succès faciles en montrant
l’aéroplane au-dessus des jardins, les clôtures désormais inutiles,
la propriété perturbée, la fin de l’odieux gabelou, de l’indiscret
douanier, de la guerre devenue trop cruelle, bref, toutes les
frontières renversées au souffle de l’hélice aérienne.

Lucette écoutait distraitement la discussion des deux hommes. Elle
observait le pilote, grimpé dans l’armature de son appareil, et qui
s’efforçait, à petites retouches patientes, de ranimer son moteur. Mais
soudain son attention se réveilla. Chazelles affirmait:

—Non, voyez-vous, il y a autre chose. Ni les vieux rêves du passé, ni
les promesses de l’avenir ne suffisent à expliquer le frisson qui nous
parcourt, qui nous électrise, au moment précis de l’essor. Il y a là un
besoin de l’esprit qui prend corps, un symbole.

—Un symbole? demanda Paul. Comment l’entendez-vous?

—Eh oui, tous, tant que nous sommes, nous tendons à quitter la
terre. Le meilleur et le plus pur de nous-même aspire sans cesse à
s’affranchir de la gangue, à s’élever, d’un coup d’aile. Et il nous
semble que notre secret désir se réalise, quand cet homme s’arrache
au sol. Le coup d’aile ... Mais nous le demandons à tout ce qui nous
exalte, tout ce qui nous transporte et nous enchante, à tout ce qui
nous rend supérieur à nous-même. Qu’attendons-nous de la musique,
vulgaires tziganes ou splendide opéra? Que le premier coup d’archet
nous emporte et nous ravisse au réel. Coup d’aile, la voix du ténor,
la tirade de l’acteur, l’éloquence du tribun. Coup d’aile, le voyage,
le beau site, le clair de lune. Coup d’aile, l’amour ...

—L’amour? dit Lucette.

L’opinion l’intriguait, de cet homme dont le divorce restait
mystérieux, sans raison notable. Chazelles allumait une nouvelle
cigarette à celle qu’il venait d’achever. Les paupières attentives et
tendues vers le petit point de feu, il aspirait avec force la fumée,
de ce même appétit voluptueux dont il semblait aspirer la vie. Il se
tourna vers Lucette:

—Mais certainement, madame. L’essor de cet aviateur est l’emblème
exact de l’amour. Songez-y. L’amour? Mais nous puisons dans sa
force l’élan nécessaire à nous affranchir des soucis, des tracas,
des petitesses, des cahots de la route, à échapper au sort commun,
au terre-à-terre. Et dès qu’enfin il nous arrache au sol et nous
emporte, nous cherchons à nous élever encore sur ses ailes et, par sa
puissance, à nous dépasser, à planer toujours plus haut, dans un besoin
fou de plein ciel, d’ivresse culminante, de vertige absolu, qu’un
risque mortel ne paye pas trop cher!... Ah! oui, c’est le grand coup
d’aile ...

Mais le crépitement du moteur l’interrompit. Il tendit l’oreille:

—Il donne bien, dit-il.

Et le spectacle l’absorba. C’était déjà le crépuscule. On hâtait les
rites du départ. L’aviateur leva le bras et l’immense oiseau, dont les
ailes paraissaient lumineuses dans le jour atténué, s’enfuit au ras du
sol.

Tout en le suivant dans sa course, Lucette songeait aux paroles de
Chazelles. Il l’intéressait. Il lui semblait qu’elle venait d’entendre
de ces mots qu’on attend, qu’on a pensé sans les dire. Et quand
l’aéroplane s’enleva, brusquement, comme sous un coup de mors, elle
en éprouva un choc aux entrailles, une secousse plus violente que la
première fois. A croire qu’elle avait vraiment sous les yeux l’image de
l’amour, l’essor où l’on quitte la terre ...

Une seconde, elle observa Chazelles. Il épiait le vol. Mais, comme
s’il l’eût devinée, il tourna la tête. Leur regard et leur pensée se
lièrent. Et, de son menton volontaire, il lui désigna, en souriant, le
grand oiseau qui montait, tout blanc, dans la brume du soir.



IV


«Ah! Voilà les lettres», pensa Lucette. Du coin de parc qu’elle avait
adopté,—un rond-point ombreux, présidé par un gros chêne et meublé de
tables et de sièges rustiques,—elle avait entendu sonner à la grille.
Dans la vie tout unie qu’on menait aux Barres, le courrier faisait
événement. Le matin, quand la femme de chambre apportait le déjeuner,
Lucette guettait, dans la demi-obscurité de la pièce close encore, le
paquet de lettres et de journaux posé sur le plateau. Et, l’après-midi,
dès le coup de cloche du facteur, elle calculait le temps mort du
triage, de «l’épluchage» à l’office, elle écoutait le caillou craquer
sous le pas nonchalant du domestique.

Parfois, son impatience avait un motif. Elle attendait des nouvelles
de Zonzon, partie depuis un mois pour l’Amérique. Elles arrivaient
à intervalles à peu près réguliers, huit et douze pages sur pelure
bleutée, des expansions d’écolière en vacances, des joies de découverte
et de liberté qu’attisait un secret bonheur. Un si fol éclat
d’enthousiasme, qu’on s’attendait presque à voir les lignes danser et
fuser. On s’étonnait que cette claire écriture, cursive et déliée, pût
contenir et exprimer tant d’exubérance.

Mais ce n’était pas le jour de Zonzon. Rien que des cartes illustrées
d’amies en voyage, pas fâchées de faire montre de leurs déplacements
et d’esquiver en trois mots la corvée d’écrire. Des journaux, dont
Lucette parcourut les titres sinistres. Assassinats, incendies,
cambriolages, grèves, menaces de guerre. Rien de nouveau.

Déçue, elle rejeta le paquet sur la table. Qu’attendait-elle? Elle
n’aurait pas su le dire. Peut-être un peu d’imprévu, de surprise,
d’alerte.

Une branche morte qui cassa net, tout près d’elle, la fit sursauter.
Elle se leva. Dans ce silence, cette ombre verte, on avait l’air d’être
au fond de l’eau. Et elle gagna l’orée du parc, la grande trouée
lumineuse du parterre.

C’était la pleine chaleur du jour et de l’été. Des abeilles animaient
l’air sonore. Dans le calme absolu, des pétales tombaient mollement
des roses épanouies. Et de s’effeuiller elles embaumaient davantage, à
croire que leur parfum s’échappait de leurs blessures. Les buis des
bordures craquaient; on entendait, on suivait la montée de la sève vers
la lumière. Les papillons posés s’éventaient lentement de l’aile. Et
toutes les fleurs se tournaient et s’ouvraient vers le soleil, comme
autant de baisers envoyés par la terre.

Mais cet incessant labeur de création, bourdonnant, odorant, Lucette
en était blessée comme d’un coup de clarté trop vive. Elle ne se
sentait pas en communion, en harmonie avec cette fête de la vie, cette
splendeur féconde. Et loin de se fondre dans cette allégresse, elle en
éprouvait une lassitude inquiète.

Pourquoi ce malaise? L’absence de sa grande amie, de Zonzon? Elle la
cherchait à ses côtés, forte et vivante. Ah! le cher guide, si sûr, si
ferme, d’une puissance presque magnétique. Il arrivait à Lucette de lui
dire: «Enlève-moi ma migraine avec tes mains.» Et Zonzon lui caressait
le front, apaisait la douleur. Et maintenant, séparées. Au plus vite,
il leur faudrait quinze jours pour se rejoindre. L’une pourrait mourir
à l’insu de l’autre. Elle s’attendrit, prête à pleurer.

—Ah ça! je suis folle, murmura-t-elle.

Oui, folle. Nulle n’était plus choyée, plus entourée, plus riche en
êtres aimés. Certains perdent leurs parents avant d’être eux-mêmes
installés dans la vie. Et, à chaque petit bonheur, à chaque petit
succès, ce ne sont que des ombres qu’ils prennent à témoin de leur
joie ... Elle, au contraire, à son plein épanouissement, possédait les
siens, et si jeunes de cœur. Un coup de téléphone, elle pouvait les
entendre. Deux heures de train ou d’auto, elle était dans leurs bras.

Jusqu’à M. Duclos,—père, comme elle l’appelait,—dont l’apparente
rudesse rendait plus savoureuse la bonté, et qui, à chacun de ses
passages, la traitait en petite reine, en petite fée du bonheur de son
«garçon».

Et là, tout près, derrière ces fenêtres recueillies, ouvertes sur la
terrasse que le jardinier ne devait pas ratisser, afin de respecter
le silence ... Certes, pressant, minutieux, formidable, ce travail de
correction d’épreuves qui devait être achevé pour la rentrée, où les
citations en caractères grecs multipliaient les risques de fautes,
où la mise en place des dessins dans le texte exigeait d’incessantes
retouches. Et pourtant, dès qu’elle entrerait dans le sanctuaire,
les feuillets s’envoleraient, le fauteuil pivoterait, et vers elle
se tendraient des bras aussi avides, monteraient des regards aussi
fervents, des paroles aussi tendres qu’au premier jour.

Mais un éclat de rire proche coupa sa rêverie. Vivement, elle gravit
les marches de la terrasse. A l’ombre du château, dans le jardin
anglais, la nourrice s’égayait des propos du chauffeur. A la vue de
Lucette, l’homme s’éloigna. Paule, sa petite Paule ... Elle était
assise par terre dans une allée et jouait au sable. Lucette la prit
dans ses bras, promena ses lèvres sur le petit front moite et duveté.
Puis, l’écartant un peu, elle la contempla.

Comme elle était jolie! Déjà, dans ses traits indécis, des
ressemblances s’affirmaient. Lucette reconnaissait le dessin arqué
de ses propres lèvres, la coupe et la teinte des yeux de Paul. Elle
s’exalta à penser que leur fille était née d’eux, de leurs caresses.
Elle aurait voulu se baigner, se fondre dans la tiédeur du petit cou
tendre, la bonne odeur du poupon de luxe, s’abîmer dans un de ces
amours presque féroces qu’on prête à la lionne pour son petit. Et elle
l’embrassait, l’embrassait ...

—Madame va lui faire mal.

La nourrice. Elle l’oubliait. Cette femme aussi appelait Paule «ma
fille». Et elle avait raison. En fait, l’enfant vivait plus avec sa
nounou qu’avec sa maman. Dans l’hôtel du Champ-de-Mars comme au château
des Barres, elle avait une sorte d’existence personnelle, à part, son
appartement, son petit _home_ dans le grand. Elle n’envahissait pas
le foyer comme elle l’eût fait dans un ménage à l’étroit. Nos enfants
tiennent dans notre vie la même place que dans notre logis.

Et Lucette s’efforçait d’expliquer, par ces exigences de coutumes,
pourquoi elle ne se sentait pas plus étroitement attachée encore à sa
fille, pourquoi la maternité ne lui donnait pas ces émotions violentes,
insondables, où s’abîmer et se dissoudre, ce sens de l’absolu, de
l’infini, qu’elle attendait toujours de la vie sentimentale ...

Et, comme elle s’éloignait le long de l’avenue de tilleuls, une
angoisse la suffoqua soudain. Elle eut ce terrible cri d’effroi que
tant de prêtres ont entendu à travers la grille du confessionnal:
«Est-ce que je ne serais pas capable d’aimer? Est-ce que je serais
insensible? Est-ce que je n’aurais qu’un cœur desséché?...»

Ah! le bondissement indigné qui la souleva! Elle, dure, insensible,
sèche? Allons donc! Elle en qui frémissaient, malgré toutes les
tendresses répandues, de telles réserves de passion qu’elle croyait
étouffer du besoin de les prodiguer. Elle, en qui se déchaînaient des
forces si aiguës qu’elle eût voulu les darder, les enfoncer comme
elle s’incrustait les ongles dans les paumes. Elle qui s’irritait de
l’allégresse des choses parce qu’elle l’enviait. Elle qui souhaitait,
par elle ne savait quel miracle, quelle vertigineuse défaillance, de se
mêler à cet air sonore et parfumé, à ce grand vol amoureux où dansaient
ensemble le pollen des fleurs et l’aile des insectes. Elle!...

Lucette était encore toute secouée de l’alarme quand M^{me} Turquois
parut dans la perspective de l’avenue. Elles continuaient de voisiner
dans la solitude de Brûlon. Lucette subissait toujours l’attrait de
cette beauté candide, cette fraîcheur reposée de déesse qui sort de
l’onde. L’exquise femme. Elle semblait revêtue, tant il y avait de
grâce souveraine dans sa démarche, d’un invisible manteau de cour. Et
l’on devinait si frémissante en ses profondeurs cette belle coulée
limpide ...

Fait étrange. Le penchant de Lucette s’était accru depuis la brutale
tentative de Turquois. L’amie dont le mari vous a vainement courtisée
vous en devient plus chère.

Quant à lui, il se tenait tranquille, depuis un an. A douter qu’il se
fût jamais démasqué. Le requin plongeait. D’ailleurs, Brûlon ne le
voyait guère. En ce moment, afin d’écrire une pièce en collaboration,
il avait suivi son complice—comme il disait—sur la côte bretonne.

Lucette, sachant le singulier attachement de M^{me} Turquois:

—Votre mari rentre-t-il bientôt? demanda-t-elle. Vous en avez de
bonnes nouvelles?

Elles s’étaient assises sur un banc de pierre, à l’extrémité de
l’avenue, qui se heurtait au mur du parc. M^{me} Turquois eut un
imperceptible haussement d’épaules. Et, l’ombrelle taquinant le sable:

—Mon mari? Non. Je ne sais pas. Il est à Saint-Enogat. Une retraite un
peu mondaine, pour le travail. Enfin ...

Pour la première fois, elle en parlait sur ce ton d’amertume légère.
Lucette la dévisagea, surprise. Aurait-elle deviné les velléités de
Turquois ...? Elle paraissait tendue, sous son calme apparent. Alors,
timidement:

—Sa pièce?...

Sur le pur visage de M^{me} Turquois, une moue passa, la moue de
l’enfant près de pleurer. Et, la voix en saccades:

—Sa pièce!... Il s’agit bien de sa pièce! Une nouvelle intrigue
qui commence, oui. Il m’a suffi d’ouvrir les journaux ce matin.
Déplacements et villégiatures. J’ai compris. J’ai tellement l’habitude!
On vient le relancer à Saint-Enogat. Il y a longtemps que je la
craignais, celle-là.

Quoi? C’en était fini de cette sérénité limpide, de ce beau regard
couchant vers son mari, de cette indulgence pour ses frasques? Lucette
en oubliait son propre malaise.

Maintenant qu’elle s’était trahie, M^{me} Turquois ne cherchait plus à
se contenir. Elle s’épanchait. La maille du filet qui rompt, entraînant
les autres.

—Ah! ma pauvre petite amie, j’ai tant de chagrin. Laissez-moi dire.
Je n’ai personne, moi. Je suis toute seule. Cela vous étonne, n’est-ce
pas, que je me démasque et que je me révolte. Mais d’ordinaire,
voyez-vous, ce n’étaient que des passades, des fruits prêts à tomber
et maraudés au bord du chemin en allongeant le bras. Il ne se donnait
pas. Il se prêtait. Je me disais: «Il me reviendra.» Il ne s’éloignait
même pas. Mais cette fois, j’ai peur. J’ai peur. Si cette femme met la
griffe sur lui, si elle trouve en lui l’homme qu’elle attend, elle ne
me le rendra plus ...

—Qui?

—Une amie, naturellement. D’ailleurs, vous la connaissez. Elle vient
chez vous. Madame Evenon ...

—Ah! oui, dont le mari est si occupé ...

—Il ferait mieux de s’occuper d’elle. Une assoiffée de bonheur, du
bonheur qu’elle n’a pas chez elle. Et qui le cherche avidement. Ce
qu’elle a déjà brisé, tordu, rejeté d’amants. Mais celui qui la fixera,
qui sera son maître ... Oh! celui-là, elle s’accrochera à lui comme
le naufragé à son sauveteur. Ils se perdront ensemble. Et celui-là,
je le sens, ce sera lui ... Comprenez donc. D’ordinaire, c’était le
gai coureur d’aventures, celui qui, dans un couloir d’hôtel, se
risque à pousser les portes entre-bâillées. On ouvre, tant mieux. On
résiste, tant pis. Mais cette fois, la porte se refermera sur lui,
et bien bouclée, je vous jure. Il ne sortira plus ... Alors? que
faire? Menacer, supplier, bref me jeter entre eux? Ils s’en désireront
davantage. Ou alors attendre, toujours attendre.

Elle se voûta, sa claire figure soudain vieillie de chagrin.

—Oh! l’attente! ce que j’en ai déjà connu, des attentes ... Des
sommeils troués, de brusques sursauts qui me rejetaient assise,
l’oreille tendue. C’est lui? non. Pas encore. Et ces retours, où je
sentais dans ses vêtements, sur son corps, l’odeur des autres ... Et
ces lettres, que je retrouvais, oubliées au fond des poches et des
tiroirs, ou mal déchirées dans sa corbeille ... Ces fleurs séchées
qui s’émiettaient dans ses goussets. Des fleurs, à lui! Ce que nous
sommes bêtes! Et lui, me revenait tranquille, gai, épanoui, décidé à ne
rien voir, à ne rien savoir de mon supplice. Parbleu! il avait raison.
Jamais je n’ai rien dit. J’ai toujours feint d’ignorer. Ignorer! j’ai
tout su, au contraire. Toutes ses tentatives, échecs et triomphes.
Tout, jusqu’à ses velléités, ses désirs. Vous, Lucette, oui, vous, ma
pauvre petite, j’ai su ...

Lucette se sentit rougir:

—Moi?

—Oui, j’ai vu qu’un moment il s’attaquait à vous. L’an dernier. Et
quel soulagement quand j’ai compris que vous le repoussiez, qu’il
abandonnait, que je pourrais vivre sans crainte de ce côté-là, que
je ne serais pas obligée de vous fêter ouvertement et de vous haïr
en secret, comme j’ai dû faire avec tant d’autres! Et peut-être y
a-t-il de la gratitude, dans ma franchise d’aujourd’hui ... Oui, j’ai
tout su. J’avais l’air d’être dupe, de croire ses grosses feintes,
ses mensonges enfantins. Et toute ma consolation, tout mon orgueil,
c’était, chaque fois, de l’absoudre en moi-même ...

Lucette écoutait, stupéfaite. Comment ce brutal avait-il su prendre un
tel empire sur cette fine et fière créature? Elle demanda doucement:

—Vous l’aimez bien?

Oh! le regard farouche et lointain qui brilla dans cette face défaite:

—Aimer! Dire que nous n’avons qu’un mot, un seul mot, pour exprimer
tant de choses différentes! Oui, je lui reste attachée parce qu’il
n’est pas méchant, au fond, parce qu’il est gai, parce qu’il est, entre
ses fugues, un bon compagnon, parce que je suis fière de porter son
nom, de partager sa notoriété ...

Et soudain se secouant toute:

—Et puis non, je mens, je mens encore, je mens à moi-même. J’y tiens
parce que c’est «mon homme» comme disent les femmes du peuple et comme
disent les filles. Comprenez-vous? J’y tiens comme la pierreuse tient
à l’amant qui la mâte, qui la frappe et qui la contente. Ah! oui, je
lui ressemble, à cette malheureuse ... Elle a reçu moins de coups de
couteau dans la peau que je n’en ai reçu dans le cœur ... Ah! parfois,
je me fais horreur et pitié. Car je reste clairvoyante. Et voilà le
vrai drame de ma vie. C’est de me sentir esclave, uniquement attachée
par ce lien de chair. Que de fois je me suis révoltée contre moi-même!
J’avais, comme les autres, des aspirations délicates, des petits rêves
fleuris, tout un parterre secret. Il a tout piétiné, tout foulé de son
gros sans-gêne. Je me souviens. Je lui préparais des surprises, j’avais
pour lui de fines attentions. Il ne goûtait rien. Il ne comprenait
rien. Et je recommençais ... J’avais des idées, des opinions à moi,
que rebroussaient les siennes. Il m’a repétri une âme à son image, de
ses mains, de ses mains qui me brûlent ... Ses manières m’irritaient.
Je les ai adoptées, je les ai prises ... Et quand je l’injurie tout
bas, je sens que je l’admire encore ... Je sais qu’il serait plus
digne et plus sage de rompre une bonne fois. Un divorce ne devrait pas
m’effrayer. On me confierait mon petit garçon, tant l’inconduite du
père est flagrante. Et je ne peux pas rompre ... Chaque fois que je me
cabre, je retombe sous lui ... Enfin, c’est mon homme, je vous dis,
c’est mon homme. Il est à la fois ma torture et mon bonheur. Je les
accepte ensemble. Je les veux ensemble. Et je suis prête à les disputer
à qui me les enlèverait, prête à tout ... Ah! je suis folle ...

Elle s’essuya vivement les yeux, se ressaisit. Puis, d’un geste triste,
montrant contre la clématite de la muraille un papillon, ailes
battantes, qui buvait une fleur:

—Tenez, voilà ce que je suis. Un pauvre papillon, mais un papillon
épinglé au mur, fixé à jamais, d’une pointe que rien n’arrachera, et
dont les ailes palpitent de la même façon dans la douleur que dans le
plaisir ...

M^{me} Turquois était partie que Lucette rêvait encore devant le
papillon assoupi. Comment ce farouche amour avait-il pu résister à
tant d’épreuves? Pauvre femme ... Et le tribut payé à la compassion,
par un retour naturel, Lucette se penchait sur elle-même. Elle aussi
était un papillon. Un papillon heureux, un papillon attaché à sa fleur.
Mais elle ne se sentait point au cœur ni aux entrailles cette pointe
voluptueuse et cruelle qui fixe jusqu’à la mort ...

Chaque fois que Lucette, après un séjour aux Barres, débarquait à la
gare de Lyon sur le grand jour de la place animée de cafés et d’autos,
elle stoppait une seconde, un peu étourdie, au ras du perron. Elle
avait l’impression de dominer un bain tout fumant de vie et, à chaque
marche qu’elle descendait, d’entrer dans cette piscine aux ondes
chaudes et courantes.

Elle s’y plongeait avec une sorte de plaisir physique. De sa voiture,
elle s’amusait de la comédie de la rue, retrouvait des enseignes,
admirait les arbres, d’une beauté plus touchante qu’à la campagne, dans
leur cadre de pierre.

A chacune de ces petites expéditions d’un jour, elle passait chez
ses parents, qui ne pouvaient, cette année-là, quitter Paris qu’en
septembre. Paul restait aux Barres, prétextant son travail urgent. Au
fond, guidé par son exquise discrétion, peut-être obéissait-il au désir
de la laisser toute aux siens et devinait-il l’aise singulière qu’elle
éprouvait à rentrer un moment dans son passé de jeune fille.

Immuable, en effet, le vieux logis de famille, dans la tranquille rue
Guersant, aux Ternes. Dès que Lucette apercevait la frise sculptée au
fronton de la maison, dès qu’elle respirait l’odeur de l’appartement,
elle avait cinq ans, elle avait dix ans, elle n’avait plus d’âge.

Et dans le salon où maman brodait, épanouie au creux d’un fauteuil
bas, elle retrouvait les mêmes tableaux, les mêmes gravures, la même
tenture aux dessins noirs sur rouge, le jeu d’échecs sur une console à
l’abri d’un globe de verre et les deux petits amours de bronze qui se
lutinaient sur la pendule.

D’où vient la douceur de revoir ce qu’on a toujours vu, le tendre
attrait de ces vieux amis, de ces petits témoins de l’enfance? Sans
doute de ce qu’ils sont l’empreinte et le moulage de notre vie, des
souvenirs en relief, de la mémoire sensible, du passé présent. Et aussi
de ce qu’ils rassurent notre besoin de durer, puisqu’ils sont un peu de
nous-mêmes et qu’ils n’ont pas changé ...

Jusqu’au petit craquement de l’aiguille dans la toile cirée de la
broderie, qui rajeunissait Lucette. Excellente maman ... Elle non
plus, ne vieillissait pas. A peine si quelques fils gris niellaient
ses cheveux en diadème. Toujours son beau regard luisant, sa face
bourbonnienne, gourmande et fine. Toujours aussi paisible qu’au temps
où Lucette, dans la pièce voisine,—le bureau de papa,—criait: «Maman,
gronde Zonzon, qui me taquine!» Et où M^{me} Savourette, sans bouger de
son fauteuil, disait tranquillement: «Zonzon, je te gronde.»

Certes, elle les aimait bien, ses filles. Mais elle leur avait toujours
préféré son mari. Et elle ne le chérissait pas, comme M^{me} Turquois,
d’un amour heurté, mais d’une tendresse si unie, si brillante ...
Zonzon disait vrai: rien ne l’avait altérée, rien ne l’avait ternie.
Pas même ces continuels embarras d’argent dont Lucette, jeune fille,
avait tant de fois subi le contre-coup. Ah! Tout ce que son chic
apparent cachait alors de ruses et d’ingéniosité! L’art de rajeunir
les chapeaux et les robes, pour paraître en changer plus souvent. Ces
grands dîners où l’on allait en voiture et d’où l’on revenait à pied.
Le petit supplice des gants blancs qui s’obstinent à fleurer la benzine
... Maintenant qu’elle était royalement affranchie de ces triviales
inquiétudes, Lucette en saisissait mieux, en contraste, toute l’action
corrosive, dissolvante. Comment avaient-ils pu tous deux se débattre
au milieu de ces soucis irritants, sans jamais cesser de se sourire?

Un peu mélancolique, cette heure où, parvenu à la taille de ses
parents, on les voit, non plus comme des demi-dieux parfaits qu’on
regardait en levant la tête, mais comme des égaux, des êtres pareils
aux autres, l’heure où l’on cherche à les déchiffrer en s’aidant de ses
purs souvenirs d’enfant et de sa science acquise ...

Mais on parlait, dans la pièce voisine. Lucette demanda:

—Papa est là?

—Oui, avec le beau Chazelles.

Chazelles? Un court saisissement. Mais quoi? C’était tout naturel. Elle
oubliait: M. Savourette était l’architecte du musée Suffren. Chazelles
... A peine l’avait-elle revu deux fois, depuis la visite au champ de
manœuvre d’Issy. Mais, sans doute parce que cette journée rompait
avec le traintrain de son existence—courses et visites, théâtre et
dîners—elle en gardait un souvenir vivace, l’impression d’une trouée
lumineuse comme celle qui s’était ouverte à ses yeux dès la sortie de
Paris, sur la plaine rase. Elle revivait les longues attentes, elle
revoyait Chazelles debout sur la petite dune de sable, son avidité
voluptueuse à tirer sur sa cigarette, le menton haut. Et souvent, rien
qu’à lire les comptes rendus d’aviation—elle les suivait, depuis ce
jour-là, dans les feuilles—même rien qu’à voir un oiseau prendre son
vol, là-bas, aux Barres, elle se rappelait ce qu’il avait dit sur le
coup d’aile ...

—Je ne veux pas les déranger. J’attendrai.

Mais elle écoutait et parlait distraitement, gênée par le ronronnement
des voix, oppressée d’un peu d’impatience, jusqu’au moment où la
porte s’ouvrit devant Chazelles. Avenant, chaleureux, il s’enquit
des nouvelles des Barres. Cependant, tout en embrassant sa fille,
M. Savourette se lamentait. Il ne la verrait pas. Il était obligé
d’accompagner Chazelles. Un rendez-vous pris avec l’entrepreneur. Et
une grosse affaire: la construction d’une annexe.

—Venez avec nous, Madame, suggéra Chazelles. Vous causerez tous deux
en route. Je parie que vous ne connaissez pas mon musée?

Elle l’avoua, en riant. Pourtant, sa maison n’en était séparée que
par la largeur du Champ-de-Mars. Mais, à Paris, il suffit de demeurer
près d’un monument pour n’y jamais entrer. Une fois, cependant, elle
en avait franchi le seuil, afin de rendre visite à M^{me} Chazelles.
Car le conservateur habitait le palais. Elle fut tentée de rappeler
ce souvenir, mais se mordit les lèvres à temps. Toute une éducation
nouvelle, l’art de parler devant les divorcés. Chazelles insistait:

—J’avais choisi un lundi pour ce rendez-vous, parce que le musée est
fermé au public. Vous l’aurez pour vous toute seule.

Lucette se laissa tenter.

Laissant bientôt M. Savourette aux mains de l’entrepreneur, Chazelles
tint à faire à sa visiteuse les honneurs de son palais. Il n’entendait
pas la confier à un gardien, ou la laisser errer sans guide.

—D’ailleurs, toute seule, vous auriez peut-être peur.

Elle se cabra:

—Peur!

—Eh oui ... Vous allez voir.

Était-ce le tête-à-tête à peine prévu, si vite arrangé? Le brusque
passage du jour à la lumière de théâtre qui éclairait le musée? Ces
vastes salles sonores, solitaires, où les vitrines se reflétaient dans
le parquet luisant? Surtout ces loggias ouvertes dans les murailles,
où, sous la clarté crue des rampes cachées, des personnages de cire
se dressaient dans un décor assorti à leur costume, scènes d’intérieur
ou de plein air, de toutes les époques et de tous les pays, qui
donnaient à la visiteuse la sensation de n’être plus dans son temps,
dans son atmosphère, mais de glisser à travers les âges et les races?
De fait, Lucette perdait un peu pied. Mais, l’orgueil aidant, elle se
roidissait, se montrait d’autant plus désinvolte qu’elle était moins
rassurée.

Ils allaient. De temps en temps, Chazelles s’arrêtait devant une
vitrine et, frappant la glace d’une des clefs qu’il tenait à la main,
signalait la richesse ou la rareté d’une collection, la fraîcheur
d’une robe très ancienne, miraculeusement conservée et qu’on devinait
fragile, à la merci d’un souffle.

Ou encore, il ouvrait un panneau de verre, saisissait une dentelle,
un bijou et l’élevait précieusement jusqu’à ses yeux. Et sa voix, son
regard, son geste trahissaient son appétit, son vaste amour de toutes
les beautés. Il s’écria:

—Et quand on songe que tous ces trésors n’ont été créés que pour
plaire! Eh oui. Se vêtir n’est qu’un prétexte. Séduire est le vrai but.
Les hommes ont obéi à la même loi qui veut pour les fleurs des couleurs
et des parfums, pour les oiseaux des plumages éclatants. Il s’agit
d’attirer à soi, de fixer le caprice qui passe. Regardez. Les hommes
ont voulu paraître plus grands sous les casques et les cimiers, plus
imposants sous leurs armures et les draperies de leurs manteaux. Les
femmes ont voulu paraître plus mystérieuses sous la robe, plus affinées
sous le corselet, plus scintillantes sous la parure. Chaque bijou
souligne un charme. Le collier éclaire le visage, le bracelet détache
la main, la ceinture fait valoir la gorge. Partout le même effort de
s’accroître en prestige, en pouvoir, en attrait ...

Puis il voulut qu’elle essayât des joyaux. Il l’aida, l’effleurant
parfois de ses doigts. Et appuyant sur elle son ferme regard:

—Vous, tout vous sied. Rien ne vous rehausse.

Toute louange caresse le cœur. Ce Chazelles ... Elle le connaissait
peu. Sans doute il avait le compliment facile. Pourtant, s’il n’en
était pas prodigue? Mais elle ne voulut pas s’appesantir et poursuivit
sa marche pour échapper à sa pensée.

Elle avait hâte de revoir le jour, le vrai jour. Tous ces personnages
immobiles autour des salles, dans leur décor de lumière, la hantaient,
la poursuivaient de leur regard de verre. Chazelles avait deviné juste.
Elle avait presque peur. Les figures de cire, muettes, figées dans les
attitudes et sous les couleurs de la vie sans pourtant posséder la vie,
lui inspiraient une sorte d’effroi, comme une mort fardée.

Parfois, dans un cadre plus ample, sur une perspective plus profonde,
s’ouvraient des scènes capitales, des reproductions de toiles célèbres:
_L’Entrevue du Camp du Drap d’Or, Le Sacre de Napoléon_. Mais Lucette
ne s’attardait pas, fuyait sur le parquet luisant.

Et tout à coup elle eut un cri de stupeur ravie. Suave, fraîche,
printanière, irréelle, une apparition surgissait devant elle. Par la
grâce des lignes, le choix heureux des lumières et des nuances, le fini
du détail, elle touchait à l’œuvre d’art.

—_L’Embarquement pour Cythère_, de Watteau, expliqua-t-il.

Immobile, émue:

—Que c’est charmant, dit Lucette.

—N’est-ce pas? reprit Chazelles. Et ce n’est peut-être pas une simple
fantaisie, mais une prévision ... Oui, les grands admirateurs de
Watteau lui prêtent des vues profondes. Il aurait pressenti les idées
des philosophes du dix-huitième siècle, qu’il précédait de peu dans
la vie. Et il n’aurait pas laissé une œuvre frivole, mais un acte de
foi, une évocation d’une société future, affranchie de la souffrance,
occupée seulement de son bonheur.

—Vous le croyez? demanda Lucette.

—J’y suis porté. Justement parce que ses personnages ne songent qu’à
l’amour. Aujourd’hui, notre premier, notre plus pressant instinct est
de nous subvenir. Le second, d’aimer. Mais si l’existence devenait
facile et douce, l’instinct de lutte céderait le pas à celui de
l’amour. Le souci d’aimer passerait au premier rang. Et cela est si
vrai que, dès maintenant, les oisifs, les privilégiés, ceux qui n’ont
plus à gagner leur vie, ne sont guère préoccupés que de l’amour.
Dans les décors choisis que vous connaissez, ils réalisent les fêtes
galantes. Ce sont des précurseurs, d’heureux précurseurs ...

Lucette rêvait, devant la vision délicieuse. L’amour, toujours l’amour
...

Et il lui fallut, pour la rendre toute à elle-même, le beau jour doré
de cinq heures et la voix proche de papa qui, mètre en main, discutait
avec l’entrepreneur. Délibérée, elle remercia Chazelles et se félicita
même du hasard de la rencontre. Alors, en souriant:

—Ce n’est pas tout à fait le hasard, dit-il. Chez vos parents, j’ai su
par votre père qu’il vous attendait. Et j’ai différé mon départ jusqu’à
votre arrivée.

Elle ne répondit pas et baissa la tête. N’était-ce encore qu’une
galanterie banale? La recherchait-il vraiment? Bah! ils n’étaient l’un
pour l’autre que des indifférents. Elle aimait, elle était aimée, et le
reste importait peu ...

Tout de même, cette petite phrase tombée dans sa vie venait d’y jeter
ce ferment d’inquiétude et d’intérêt, de piquant et de trouble:
l’alerte.

       *       *       *       *       *

Les soirs qui suivirent, son retour aux Barres, Lucette, avant de
s’endormir, revoyait des figures de cire dans l’obscurité. Elles se
dégageaient peu à peu, sortaient des tentures, s’affirmaient, très
claires, reconnaissables. Puis, au bout d’une semaine environ, ces
visions disparurent.

Mais elle les ravivait, le jour, par le souvenir, en fermant les yeux.
Dans ces moments-là, elle songeait: «Tout de même, j’ai un secret ...»
La phrase ambiguë de Chazelles au moment du départ. Un secret si menu
qu’elle n’avait pas scrupule à le garder. Avait-elle raconté à son mari
l’aventure de Turquois? Non. C’eût été maladresse et fatuité. Que de
fois une femme, pour peu qu’elle ne soit pas trop laide, sent passer
sur elle une rapide convoitise! Peut-être même s’abusait-elle.

Mais la pensée d’avoir un petit secret l’amusait, l’animait comme un
jeu. Elle se rappelait ces enfants qui vont enfouir un joujou dans un
coin de jardin, pour la joie d’avoir une cachette, d’être seuls à la
connaître, de déterrer de temps en temps leur humble trésor, de le
découvrir ...

Cependant un jeu n’emplit pas la vie, pas plus que le petit grain
sonore n’emplit le vide du grelot. Et Lucette retombait à sa langueur
inquiète, son attente vague et sans objet. Peut-être tout simplement
les lourdes chaleurs de l’été, la solitude des champs?

Elle se désespérait de ne prendre goût ni aux besognes, ni aux
distractions qu’apportaient les jours: les soins de la maison, les
promenades avec M^{me} Turquois. Il lui semblait que les aiguilles aux
pendules, le soleil au ciel ralentissaient leur marche. Et, déçue de
la longueur du temps, elle s’étonnait: «Qu’est-ce que cela peut me
faire? Je n’attends rien.»

Elle inventait des étapes, pour couper les journées. Elle en arrivait
à désirer avec impatience l’heure des repas. Et quand elle se mettait
à table, elle mangeait à peine et sans plaisir, la gorge bloquée. Sa
crainte d’alarmer son mari, lorsqu’elle sentait sur elle son regard
attentif, parvenait seule à forcer un instant sa répugnance.

Un soir d’août, après dîner, ils goûtaient tous deux la fraîcheur sur
la terrasse, après une journée de fournaise. Il faisait un clair de
lune à pleurer. La façade aux volets clos était toute blanche, comme
sous un crépi neuf. Le parterre scintillait, mouillé de clarté. Et les
bois lointains semblaient de brume blonde.

Dans la vallée, passaient les grands rapides de nuit, échappés de
Paris deux heures plus tôt. Leur crinière de fumée s’embrasait des
reflets du foyer. Tous les wagons étaient encore illuminés. Et la
longue fusée glissait dans la nuit transparente. Ils emportaient
tous ceux qui partaient pour la Côte, pour l’Italie, pour l’Afrique,
l’Extrême-Orient ... Que d’ambitions, d’impatiences, que de rêves, que
de déchirements ...

Paul, assis près de Lucette, lui prit la main. Si doux que fût le
geste, elle sursauta, réveillée. Il lui demanda, presque humblement:

—Où es-tu? A quoi penses-tu?

Et comme elle ne répondait pas tout de suite, il poursuivit sans
attendre:

—Il me semble que tu changes, depuis quelque temps ... Que tu es
triste, absorbée.

Effrayée, elle se défendit:

—Moi? Non, non. Qu’est-ce que tu vas imaginer?

—J’ai si peur que tu ne t’ennuies ... Te manque-t-il quelque chose?
As-tu un désir, un caprice? La vie ici ne te plaît peut-être pas?
Veux-tu voyager? Veux-tu recevoir des amis? Je suis si heureux de te
faire plaisir. Parle. Dis un mot, fais un geste, un signe ...

Elle fut inondée de gratitude et de tendresse. Des désirs? Il les
comblait d’avance. Une vie plus large? Elle régnait sur ce royal
domaine. Et quant au voyage ... Non. D’une croisière entreprise avant
sa grossesse—la Norwège, retour par l’Écosse—elle gardait un souvenir
trépidant de cinématographe, l’impression d’être perdue dans toutes ces
chambres neutres d’hôtel, d’étouffer parmi ces races de langage et de
mœurs inconnus, d’être comme transplantée sur une autre planète.

—Je t’assure, dit-elle, je n’ai besoin de rien. Tu m’as tout donné.

Il insista, lui pressant les mains:

—Alors, pourquoi n’es-tu plus la même? Voilà des semaines que je
tourne et que je retourne cette question dans ma pauvre tête. Mon Dieu!
Voir cette ombre dans tes yeux, et ne pas savoir ce qui se passe là,
derrière ton petit front ... Lucette, ma Lucette, je t’en supplie,
dis-moi ce que tu as. Tout vaut mieux que le silence. Je t’en supplie.

Électrisée de franchise et d’abandon, elle descendit encore en elle.
Non. Elle ne trouvait rien, rien de précis, rien d’exprimable:

—Je n’ai rien. Je te jure.

D’un élan, il glissa presque à ses pieds:

—C’est vrai? C’est bien vrai?... Ah! Lucette, ma Lucette adorée, tu es
tout pour moi, vois-tu, ma raison de vivre. Et la seule pensée que tu
pourrais t’éloigner de moi ... Ça me rend fou ... J’en mourrais ... Je
t’aime tant, je t’aime tant ...

Elle lui jeta les bras autour du cou. Soulevée du désir violent et
confus d’être protégée par lui, rivée à lui, d’être dans ses bras
comme dans une prison heureuse, elle balbutiait:

—Moi aussi, je t’aime, je t’aime. Je suis à toi. Ah! mon aimé, sois
mon refuge, garde-moi, prends-moi ...

La tête renversée, les yeux emplis de la nuit blonde, elle souhaitait,
elle ne savait quel miracle qui éternisât l’instant, quel vertige à
faire crouler sur elle les étoiles ...

Mais lui, toujours agenouillé, releva vers elle son visage illuminé de
joie et de clarté, frappé d’extase. Puis, lui prenant les mains, il les
couvrit religieusement de baisers.



V


Lucette n’aspirait pas au retour à Paris. Sûrement, elle ne
parviendrait pas à secouer, par une vaine agitation, sa lassitude
inquiète. Dès lors, à quoi bon changer? D’avance, les rites de l’hiver
l’excédaient.

Un jour, devant sa mère—les Savourette passaient aux Barres quelques
semaines d’automne—elle laissa percer sa répugnance. Les deux femmes
étaient assises dans l’ombre du rond-point. M^{me} Savourette
travaillait à son éternelle broderie. Lucette venait d’achever la
lecture des journaux, tout bruissants déjà des «premières» prochaines.
Après tant d’autres, elle déplora le vide de l’existence selon le monde.

Mais l’excellente M^{me} Savourette ne fit que rire au refrain. Son
solide optimisme à vue courte tenait Lucette pour la plus heureuse des
femmes. Grosse fortune. Bon mari. Bel enfant. Que lui eût-il manqué?

—Je te conseille de te plaindre! s’exclama-t-elle.

—Je ne me plains pas, repartit Lucette. Mais je constate que les
usages nous ont tracé la vie la plus plate, la plus fastidieuse.
Comment en sortir? Comment y jeter un grain d’intérêt? M’occuper plus
de ma fille? Nous devons, à la rentrée, lui donner une nurse. Un peu
pour faire comme les autres, beaucoup parce que cette Anglaise saura
mieux l’élever que je ne le ferais moi-même. Mais j’aurai encore moins
qu’aujourd’hui le droit d’y toucher ... Lire? Tous les romans se
ressemblent. Quand on ouvre un livre nouveau, on croit l’avoir déjà
lu ... S’attacher à une œuvre bienfaisante, ou sociale? Il suffit
d’écouter les femmes qui s’y donnent pour s’apercevoir que ce sont des
nids d’intrigues, où l’on convoite surtout des palmes ou de pauvres
petits titres de trésorière ou de vice-présidente. A part quelques
illuminées, bien entendu. Mais je n’ai pas la foi ... Travailler,
produire une œuvre d’art? Mais cela ne souffre pas la médiocrité.
Sinon, on retombe dans l’ouvrage de dames, le papillon de corne ou la
boîte d’étain repoussé. Il faut du talent. Et je n’en ai pas ... Alors?

M^{me} Savourette écarta ses bras courts:

—Mais n’as-tu pas ton mari?... Tu te plaindrais, toi qui as le tien
tout le temps, qui peux t’intéresser à ses travaux!... Tu veux rire.

Lucette, évasive, expliqua:

—Rien ne m’a préparée à les suivre ... Je craindrais de le déranger.

Elle disait vrai. Mais, cependant, elle restait frappée par cette
simple remarque. Une fois de plus, elle s’étonna de la béatitude où
vivait sa mère. En voilà une qui pourtant n’avait guère son mari!
Ses travaux d’architecte l’appelaient sans cesse au dehors, sur les
chantiers, chez ses clients. Et même quand ils étaient ensemble,
ne gardait-il pas l’habitude de coqueter, de lancer sa manchette
à l’assaut dans toutes les directions? Cependant elle paraissait
heureuse. Et M^{me} Turquois? Son cas était encore plus extraordinaire.
Son «homme» disparaissait des mois entiers, s’affichait avec d’autres
femmes. Pourtant elle lui restait passionnément attachée.

Comment pouvaient-elles se satisfaire de ces bribes d’affection qu’on
leur jetait au passage, quand elle-même, qui ne quittait pas son mari,
qui l’aimait, qui en était aimée, restait obscurément mécontente?
Était-elle donc une petite créature insatiable, une façon de monstre?
Et elle s’en effarait.

Mais à quoi bon appréhender l’avenir, puisqu’il ne se réalise jamais
comme on l’imagine? Il est rarement redoutable pour les raisons qui
le font redouter. Dès la rentrée, la vie, dans le petit hôtel du
Champ-de-Mars, prit, sous une influence nouvelle, une allure, une
direction toutes différentes de celles que prévoyait Lucette.

Après d’innombrables formalités, le Musée Suffren était enfin autorisé
à entrer en possession des bijoux et des aquarelles dont Paul Duclos
désirait le doter. Il fallut régler la disposition des vitrines
et des tableaux, la mise en place des précieux objets, le libellé
des inscriptions. Grosse affaire. Ce fut, tout octobre, entre le
conservateur et le donateur, un continuel échange de vues. Et très
vite, Chazelles devint un des familiers du logis.

Jusqu’alors, Lucette et son mari ne profitaient pas de toutes les
occasions de sorties que leur offraient leur fortune et leurs
relations. Au fond, bien qu’il fût toujours prêt à suivre sa femme, à
servir ses moindres caprices, Paul était surtout attaché à son foyer,
au sanctuaire que divinisait sa Lucette. Et elle-même se sentait trop
médiocrement attirée au dehors pour chercher à l’entraîner. Mais
Chazelles changea tout cela.

Sa situation actuelle et les camaraderies qu’il avait gardées dans la
politique et la littérature lui ouvraient toutes les portes. Ses poches
étaient toujours gonflées de cartes d’exposition et de coupons de loge.
Avec lui, on entrait partout. Très averti, très friand, très expert,
c’était le guide rêvé, le guide qui aime ce qu’il montre.

Il eut vite fait de stimuler la curiosité de ses nouveaux amis. Il
avait des «C’est à voir», des «Il faut avoir entendu ça» péremptoires,
sans réplique. Et on allait voir, on allait entendre. La pièce légère
et la grave audition, la fine chanson de Montmartre et la grosse séance
de la Chambre, les petits Salons et les grandes Premières, tout ce qui
éclate et mousse à la surface de Paris.

Lucette s’amusait. Voilà sans doute ce qui lui manquait: une vie plus
animée, plus pailletée, à tout prendre plus intéressante. Elle devenait
infatigable. Et Paul suivait la course, ravi, puisqu’elle y prenait
plaisir.

Afin de remercier Chazelles de ses complaisances, ils le retenaient
à dîner, à souper dans les restaurants où la mode avait décidé qu’on
mangeait le mieux, cette année-là. Et c’était plaisir de voir ce
gourmet délicat estimer le velouté d’une sauce, la fraîcheur des
huîtres, le bouquet d’un vin. «Émouvant ...» prononçait-il gravement
en élevant son verre.

Il plaisait par sa manière avenante, énergique, de pressurer ainsi les
choses, d’en extraire le suc et le parfum, la sève et la moelle. Il
prenait sur Lucette une influence qui grandissait chaque jour. Elle ne
s’en dissimulait pas les progrès, mais un moment vint où elle n’osa
plus les avouer. Parfois, seule avec son mari, elle arrêtait sur ses
lèvres la phrase qu’elle avait déjà prononcée mentalement: «Il faudra
que je demande à Chazelles ...»

Elle ne s’en effarouchait pas. Car il se tenait dans les bornes d’une
camaraderie tendre. Jamais de ces compliments qui gênent, de ces
frôlements qui insistent. Rien qui rappelât même la phrase ambiguë
qu’il avait risquée au sortir du Musée Suffren, l’été précédent.

Cette réserve en arrivait même à l’intriguer. Elle souhaitait de le
mieux connaître. A en juger sur de rapides aperçus, comme cette visite
au Musée, ou la journée d’Issy, vingt autres occasions semblables en
deux mois de sorties ensemble, il devait avoir sur toute la vie, en
tous sens, des opinions, des idées à lui. Elle aurait voulu pouvoir le
consulter à loisir.

Et voilà qu’un soir de théâtre, pendant un entr’acte, sur le bord de
la loge—son mari au fond—Chazelles, cessant un moment de lorgner la
salle à travers sa jumelle, dit en souriant, à mi-voix:

—Vous ne trouvez pas irritant, à la fin, de ne pouvoir jamais échanger
que vingt mots qu’on serre entre ses dents? Une amitié comme la nôtre a
besoin, de temps en temps, de s’exprimer un peu en liberté.

Elle s’affola. Pourtant, il n’avait fait qu’aller au devant de son
secret désir. L’avait-il donc deviné? Que voulait-il? Un tête-à-tête?
Où? Elle répondit des mots vagues, balbutiés, dans le brouhaha de la
fin de l’entr’acte.

Mais longtemps, dans la nuit, elle essaya de saisir l’intention cachée
sous les mots. Le lendemain, en s’éveillant, ce fut d’abord de cette
énigme qu’elle reprit conscience. Il l’aimait donc? Quel imprévu tombé
dans sa vie ... Ah! maintenant, l’alerte battait la charge. Ce n’était
plus le frêle grelot qui tinte, mais la sonnerie drue, qui ne cessait
pas, le signal, attirant et troublant, qui annonce quelque chose qu’on
ne voit pas encore.

       *       *       *       *       *

Dans le prolongement de la rue Guersant, au delà des fortifications,
entre le Neuilly habité toute l’année et la cité ouvrière de Levallois,
s’ouvre un éventail de larges avenues bordées de villas closes
l’hiver, et blotties au fond de jardins. C’est au long de leurs grilles
désertes que Lucette, cédant aux instances de Chazelles, se laissa
entraîner vers cinq heures d’un soir hâtif de décembre.

Le voisinage de la maison de ses parents, où elle s’était arrêtée
un instant, avait guidé son choix. Même reconnue dans l’ombre, elle
saurait expliquer sa présence dans ce quartier.

Chazelles la rejoignit après la sortie de Paris. Il la remercia dans
sa manière chaude et sobre. Puis il marchèrent côte à côte, sans qu’il
tentât de lui prendre le bras. Et leur causerie était dégagée comme
leur attitude. Tout juste un peu plus d’aise, d’expansion et d’intimité
que dans un salon.

Ils étaient presque seuls. A peine, de temps à autre, croisaient-ils un
passant pressé. A un moment, cependant, ils tombèrent sur une maison de
santé, dont toutes les fenêtres étaient éclairées et devant laquelle
stationnait une file d’autos et de voitures. Puis ils retrouvèrent la
solitude.

Ils s’intéressaient au site, à mesure que leurs yeux s’accoutumaient à
l’ombre. Ils s’arrêtaient devant les grilles, cherchant à distinguer
les façades à travers les jardins dénudés. Leurs volets clos leur
prêtaient un air tragique et romanesque de maisons de crime ou d’amour.
Chazelles les marquait d’un mot. Il voulut reconnaître une villa
italienne, dont le faîte était fleuronné d’une terrasse. Un cottage
anglais, dont les murs blancs étaient barrés de poutres apparentes,
sous de hauts toits de chaume. Un Trianon deviné dans un parc du plus
pur dix-huitième siècle. Et Lucette trouvait un attrait de mystère et
d’inconnu à ce voyage de découverte, dans la nuit.

Ils le reprirent quelques jours plus tard, mais cette fois le
poussèrent plus loin, jusqu’à la Seine. Là, brillait une énorme
usine toute en vitrages, un palais de verre illuminé dans la nuit,
bourdonnant d’un bruit de machines, puissant et grave comme un
grondement d’orgue. Des échappements de vapeur haletaient au ras des
toits.

Sur le quai, l’obscurité semblait plus profonde, en contraste
avec ces verrières flamboyantes. Des ouvriers, qui sortaient des
ateliers proches, passaient en groupes noirs et silencieux. En face,
s’allongeait une île basse, où des lumières rares clignotaient aux
fenêtres des guinguettes, entre les arbres nus. Au loin, sur le pont
d’Asnières, les trains passaient en tonnerre et reflétaient dans l’eau
sombre leur sillon en fusée.

Et soudain, Lucette se sentit prise aux épaules, embrassée. D’instinct,
dans un sursaut de surprise, elle détourna la tête. Des lèvres chaudes
sous la rudesse de la moustache butinaient sa joue, cherchaient sa
bouche, la trouvèrent. Alors, dans la félicité sourde d’être vaincue,
elle s’entr’ouvrit au baiser gourmand, profond, nouveau, qui la
pénétrait. Elle sombrait, lourde à mourir, à croire que la terre cédait
sous elle. Et rien ne lui survivait que l’espoir de descendre encore
plus avant, de s’engouffrer, de s’anéantir dans du bonheur inéprouvé.
Elle attendait, elle attendait ... Mais Chazelles s’écarta. Un groupe
d’ouvriers approchait.

Et désormais, chaque fois que d’un mot, d’un signe, il lui demandait
de la rejoindre là-bas, elle y courait, poussée par ce besoin enragé
de s’enfoncer dans du mystère, dans de l’inconnu, dans de l’ombre, de
toucher à elle ne savait quelle apothéose d’allégresse, comme elle
avait découvert, au bout de sa course, le grand palais de féerie,
éclatant dans la nuit, lumineux et sonore.

Mais le but reculait devant elle. Au fond des baisers, elle ne trouvait
pas l’oubli délicieux. Et elle rentrait brûlante, inapaisée.

Elle rentrait ... Et son supplice commençait. Le tête-à-tête n’était
plus qu’une torture. Encore grisée d’un reste de vertige, dans la
clarté des lampes et parmi ses objets familiers, elle se demandait
d’abord si c’était bien elle qui venait d’errer dans ce pays
d’ombre et de donner ses lèvres à l’autre. Elle s’étonnait, avec
une sorte d’orgueil malsain, qu’on pût ainsi cacher tout un pan de
sa vie, dissimuler sa pensée sous son front. Puis Paul approchait.
S’informait-il, toujours délicatement courtois et discret, de sa
journée, de ses parents? Il lui fallait inventer, mentir. A peine
pouvait-elle s’arracher les mots de la gorge. Ou bien, il la félicitait
de sa belle mine, prenant pour les couleurs de la santé le feu
qui lui brûlait encore les joues. Alors la honte, la pitié tendre
l’envahissaient. Elle aurait voulu se jeter à genoux devant lui. Toutes
ses attentions lui faisaient mal comme des reproches. Toutes ses
caresses la déchiraient de remords.

Et quand Chazelles était entre eux, sa présence ne faisait que lui
rendre plus sensibles et plus odieux le mensonge, l’indigne comédie, la
duperie.

Malgré tout, avant tout, elle aimait son mari. Que cherchait-elle donc
dans cette aventure? Pourquoi en courait-elle les risques? C’était
absurde, insensé. Alors, elle décidait de briser net, de s’arrêter à
temps sur la pente. Mais le lendemain, elle retournait, dans l’ombre,
au palais de verre. Elle ne pouvait pas résister à la force qui
l’attirait. Elle ne trouvait pas de point d’appui. Qui donc pourrait la
retenir? A qui s’accrocher?

Ah! Pourquoi Zonzon n’était-elle pas là? Comme sa sœur lui manquait
... Si elle l’avait sentie toute proche, peut-être eût-elle trouvé,
sous la menace du péril, le courage de s’ouvrir, de lui demander aide
et secours. Hélas! Zonzon ne rentrait pas. Même, si son voyage eût
duré les six mois convenus, son retour eut été imminent. Mais elle le
retardait, de quinzaine en quinzaine. Ses lettres exubérantes s’en
excusaient: «Tu comprends, ma chérie, l’occasion ne se retrouvera plus,
plus jamais. En tout cas, j’aurai passé le bel âge ... Alors, je la
fais durer, je l’allonge. Toi, tu ne peux pas savoir. C’est toujours
vacances, pour vous deux ...» Si Zonzon avait su ... Parfois, Lucette
était tentée de lui câbler: «Reviens». Mais elle n’osait pas.

Qui prendre pour confidente? Maman ... Quelle folie! Un aveu spontané,
d’une fille à sa mère, n’était pas possible. Il aurait fallu que M^{me}
Savourette s’alarmât, fût déjà sur la voie de la vérité. Mais elle
était si loin de la soupçonner, du fond de sa quiétude ...

Une amie? Elle ne voyait assidûment que M^{me} Turquois. Et celle-là
était trop absorbée par ses propres soucis. Chaque fois qu’elles
se rencontraient, la malheureuse se répandait en larmes et en
gémissements. Son mari, décidément aux mains de M^{me} Evenon; la
délaissait plus que jamais. Même plus de ces retours où il savait se
faire pardonner ses escapades. Ouvertement, il appartenait à l’autre.
Et quand, pour la première fois de sa vie, elle avait risqué une
plainte, il en avait pris prétexte pour claquer les portes, quitter le
logis, s’installer à l’hôtel.

Rongée, ravagée, M^{me} Turquois décidait un jour de divorcer, d’en
finir avec une situation humiliante et fausse. Le lendemain, elle y
renonçait, se résignait à l’attente, à l’éternelle attente de l’amante
soumise. Et elle en venait à se féliciter de s’occuper encore de lui,
d’entretenir et de vérifier les vêtements qu’elle lui faisait parvenir,
comme si ce lien trivial les eût encore unis. Ah! Certes la malheureuse
n’était guère en état de prêter un appui, de donner un conseil.

Et les promenades du soir continuaient. Maintenant, ils exploraient,
étendaient leur domaine. Ils s’enfonçaient dans des ruelles obscures
et sinueuses, s’arrêtaient soudain devant des avenues éclairées,
sillonnées de trams, ou devant ces rues vides, toutes blanches de
globes électriques, qui découpent au cordeau la cité automobile de
Levallois.

Le sens de l’habitude est si puissant, qu’ils saluaient au passage,
d’un regard amical, des points de repère devenus familiers: un portail
dont l’auvent rustique abritait deux gros lampadaires; une petite
fenêtre toujours éclairée, aux vitres revêtues de photos sur verre;
un sinistre débit du bord de l’eau, dont le comptoir était fait d’une
barque renversée.

Et Lucette s’extasiait. Elle prêtait du charme, de la poésie, de
la beauté aux moindres recoins du décor, dans son furieux besoin
d’ennoblir et d’exalter l’aventure. Car elle voulait s’absoudre au
nom de l’amour, du plus grand amour. Elle croyait aimer son mari. Elle
se trompait. Elle aimait Chazelles. Comment expliquer autrement cette
force irrésistible qui, l’éloignant de l’un, la poussait vers l’autre?
Elle aimait Chazelles. De même qu’il avait prononcé, les mots qu’on
espère, il était celui qu’on attend.

Un jour de janvier qu’ils avaient rendez-vous à la porte Guersant,
la neige s’abattit en tempête dès le matin, fondit l’après-midi et
transforma la ville en un cloaque de boue glacée. Lucette pensa que
Chazelles renoncerait à la promenade. Cependant, comme elle avait passé
la fin de la journée près de sa mère, elle parcourut à pied la courte
distance qui la séparait de la poterne.

Tout en suivant le petit sentier que les pas avaient à peu près déblayé
au milieu du trottoir étroit, elle s’étonnait et se dépitait de n’être
pas plus affectée par la perspective de ce contre-temps, d’en éprouver
autant d’espoir que de crainte.

Il en était ainsi chaque fois qu’elle attendait Chazelles, chaque
fois qu’il arrivait en retard de quelques minutes au rendez-vous.
Tant mieux, s’il ne venait pas. Ce serait un signe du sort. Elle s’en
autoriserait pour ne plus venir à son tour. C’en serait fini. Puis,
apercevant de loin sa robuste carrure, sa cape de feutre et son long
manteau noir, elle s’avouait que le voyage dans l’ombre lui eût manqué,
qu’elle en subissait toujours le trouble attrait. Et elle déplorait
d’être ainsi partagée. Elle aurait voulu se jeter au gouffre d’un élan,
d’une ardeur.

Personne à la porte Guersant. Elle ne s’était pas trompée. Il ne
viendrait pas ... Et comme elle s’apprêtait à revenir sur ses pas, un
taxi, dont les pneus labouraient la neige fondante, vint ranger le
trottoir devant elle. Chazelles entr’ouvrit la portière. Il retint la
main de Lucette:

—Vous ne pouvez pas rester dans cette boue. Venez. Venez.

Elle commença:

—Mais ...

Il l’attira sans l’entendre. Et quand il eut refermé sur elle, le
chauffeur partit sans demander d’adresse.

Elle s’écria:

—Où allons-nous?

Il répondit gaîment:

—Au Musée. Nous y serons toujours mieux qu’ici. Nous recommencerons la
visite de cet été. Nous ferons un pèlerinage à Watteau ...

En effet, ils traversèrent à nouveau les salles vides et sonores, au
parquet luisant, sous le regard des figures de cire figées dans la
lumière crue de leurs loggias. En effet, ils s’arrêtèrent un instant
devant l’exquise vision de _L’Embarquement pour Cythère_. Seulement,
Chazelles ouvrit la petite porte qui, par un escalier intérieur,
donnait accès à ses appartements. Et, de la parole et du geste, il
l’attira.

Cela, elle l’avait prévu, dès qu’elle avait su où les emmenait la
voiture. Là même, tandis que la crainte d’être reconnue la rejetait
au coin le plus obscur et l’éloignait de son compagnon, elle avait
prévu qu’il chercherait à l’entraîner, et qu’elle céderait, qu’elle
ne trouverait pas en elle la force de résister; que la voix mauvaise,
sortie du plus secret de son être, s’élèverait plus impérieuse que
jamais, étoufferait tous les appels de sa raison.

Tout cela, elle se l’était dit. Et elle se le répétait dans
l’étourdissement de la course parmi les figures de cire, dans
l’escalier obscur et tournant, dans l’étreinte plus pressante de
son guide. Elle entendait à peine les paroles qu’il lui murmurait
à l’oreille, ses explications rassurantes: ils étaient seuls, son
domestique absent; il voulait seulement lui faire visiter son logis ...

Ah! que lui importait toutes ces petites ruses, et tous ces biais et
ces hypocrisies ... Il lui fallait toucher le but, toucher le fond.
Elle aurait au moins le courage et la franchise de s’obéir. Et, dans
un retournement de sa nature, un total abandon de sa réserve qui
trahissaient bien son impatience et sa tension, avec la crâne audace du
plongeur qui sème en deux temps ses vêtements sur la rive, elle se jeta
au bonheur.

       *       *       *       *       *

Mais le plongeur, dès qu’il a touché le fond, remonte, d’un coup de
talon, vers la lumière, vers le ciel. S’il risque chaque fois sa vie,
il goûte en retour cette joie de résurrection. Au plus creux de la
chute, il trouve l’essor.

Et Lucette ne trouva pas l’essor. Elle l’appelait pourtant, de tous ses
nerfs tendus, de tout elle-même. Les yeux rouverts, elle ne mesurait
que la hauteur dont elle était tombée. Elle restait au fond de l’abîme,
perdue.

Cette mélancolie qui l’avait effleurée au lendemain de son mariage,—et
que la mystérieuse association des souvenirs liait pour elle aux
aboiements de la meute, aux hurlements de la sirène,—l’enveloppait
maintenant, lourde, écrasante, aggravée du poids de la faute inutile.

«Ce n’est que cela ...» Elle ne le pensait plus dans l’ignorance et
le trouble de l’initiation toute fraîche. Mais dans la déception
consciente de la femme qui a cru se dépasser, d’un élan coupable, et
qui retombe aux mêmes bornes.

Pourtant elle accepta d’autres rendez-vous. Elle refit le pèlerinage
à Watteau, reprit le petit escalier obscur et tournant. Elle ne
renonçait pas à l’espoir d’oublier sa faute dans le plus grand bonheur.
Elle s’acharnait à sa poursuite passionnée, voulant trouver, dans sa
frénésie même, la preuve qu’elle aimait.

Elle refusait de se laisser arrêter par ces mesquines entraves qui
avilissaient pourtant leurs rencontres: ce souci, nouveau pour elle,
d’éviter la maternité, ces habitudes minutieuses et exigeantes de son
amant ... Ah! Il était joli, le coup d’aile ... Pouah!

Et cependant, elle le sentait bien: si elle avait aimé, rien ne l’eût
sali. Au moins, ces promenades presque innocentes, dans l’ombre, lui
eussent laissé un souvenir charmé. Tandis qu’elle évitait même de
passer à Neuilly, de revoir au plein jour les étapes du voyage. Et,
par moments, elle en venait à souhaiter qu’un incendie rasât cette
banlieue, qu’il n’en restât plus de trace.

Non, elle n’avait pas l’excuse d’aimer. Ni même l’excuse d’être aimée.
Elle se rendait compte qu’il avait profité de l’occasion offerte,
qu’il avait étendu vers elle une main d’amateur et de dilettante,
qu’il l’avait prise, aspirée comme sa cigarette, une pauvre chose qui
brasillait sans flamme, et dont il ne restait qu’un peu de cendre et de
fumée.

Ah! Ils étaient loin de la passion, de la vraie passion en rafale,
devant qui tout se courbe et s’incline ... La passion d’une M^{me}
Turquois qui, un jour, tombant frémissante chez Lucette, annonçait
ensemble la grave maladie de son petit garçon—une inquiétante
scarlatine—et le retour de son mari.

Il était accouru aux premiers symptômes du mal. Et, implorant du
médecin un miracle, prêt à supplier à mains jointes—lui, le jovial
sceptique—une intervention divine, il n’était plus, au chevet du
petit malade, qu’un pauvre être affolé, en suspens, sans direction,
déboulonné, pour qui les aventures ne comptaient plus, n’existaient
plus, et qui n’ouvrait même pas les lettres de M^{me} Evenon. Et le
tragique, dans le récit de cette femme, c’est qu’on la sentait à la
fois déchirée par la crainte de perdre son enfant et si heureuse de
retrouver son mari ... Sous son angoisse de mère, perçait sa joie
d’épouse, d’amante.

Lucette l’envia presque. Au moins, celle-là savait ce qu’elle voulait.
Tandis qu’en elle, quel affreux désarroi ... Naguère, au temps de ses
promenades dans Neuilly, elle souffrait de toutes les attentions, de
toutes les ferveurs de son mari. Elle croyait qu’il n’était pas de
plus cruel petit supplice. Quelle erreur! Maintenant qu’elle s’était
donnée toute, la torture devenait cent fois pire. Chaque fois que
Paul s’approchait pour l’embrasser, la prendre, elle était tentée
de reculer, de se refuser, parce qu’elle se jugeait indigne de ses
caresses, parce qu’elle se révoltait à la pensée du partage. Et elle
était arrêtée dans sa retraite autant par la crainte d’éveiller les
soupçons de son mari que par un grand besoin de tendresse humiliée.
Mais quelle malpropreté, quelle profanation! Elle se faisait horreur.

Un soir qu’elle était en voiture avec Chazelles,—car elle
s’enhardissait à parcourir ainsi la ville, par un maladif désir de
provoquer le danger, de corser l’aventure,—elle vit Paul ... Il
cheminait doucement au long du trottoir. Il lisait un journal, à la
lueur des réverbères et des devantures. Et si confiant, si loin de
soupçonner qu’elle le frôlait presque aux côtés de son amant ...
D’abord, elle eut peur, la peur instinctive d’être surprise. Mais
surtout un attendrissement infini la bouleversa, fait de remords, de
pitié, d’attachement. Là, plus peut-être encore qu’aux bras de l’autre,
elle prit conscience de le tromper, de le trahir. Elle fut tentée
d’ouvrir la portière, de s’élancer, de le rejoindre, de lui demander
pardon, en pleine rue, à genoux. Et dans ce moment, elle n’éprouvait
pour son amant que de la haine, cette haine où l’on confond le complice
et la faute. Mais la voiture était passée ...

La vie, de ce soir-là, lui devint intolérable. Elle ne parvenait pas
à se détacher complètement de Chazelles, à résister à toutes ses
sollicitations pourtant attiédies. Elle s’acharnait à faire jaillir
l’étincelle. Il lui en coûtait trop de reconnaître décidément qu’elle
n’avait obéi qu’à de la curiosité, à du vice. Ce n’était pas vrai! Elle
n’était pas vicieuse! D’ailleurs, eût-elle achevé de rompre, le passé
n’en subsistait pas moins. Et, en même temps, le mensonge lui pesait
tellement que parfois elle ouvrait la bouche pour tout avouer à son
mari. Oui, avouer, au risque des pires cataclysmes, avouer pour sortir
du bourbier, pour en finir ...

Puis, par un télégramme, Zonzon annonça ferme son retour pour le milieu
de Mars, dans une huitaine. Trop tard, hélas! Trop tard pour la sauver.
Et, au contraire, Lucette ne voyait plus en sa sœur qu’un juge trop
clairvoyant qui saurait lui arracher la vérité, sans pouvoir l’absoudre.

Elle se débattait ainsi, dans une angoisse croissante, quand M^{me}
Turquois lui annonça la convalescence de son petit garçon et son départ
pour Brûlon, où le changement d’air achèverait de le rétablir. Son mari
les accompagnerait. Alors, d’une impulsion:

—J’irai aux Barres, dit Lucette. Je vous aiderai. Je vous tiendrai
compagnie quand M. Turquois devra s’absenter. Quand partez-vous?

—Demain.

—Nous ferons route ensemble.

Elle sautait sur l’occasion, sans songer plus loin. Échapper à
Chazelles et à son mari, à la faute et au remords, retarder du même
coup le premier regard de Zonzon. Et là-bas, dans la retraite, dans la
solitude, prendre une résolution. Mais, avant tout, s’enfuir ...



VI


Ce que Lucette allait être surprise et contente ... Une idée de
Zonzon, de tomber chez sa sœur, sans prévenir, au saut du train. On ne
l’attendait que le lendemain. En empruntant la ligne de paquebot qui
touche à Cherbourg, elle avait pu gagner un jour sur son horaire.

Dès la gare, après une nuit de chemin de fer, sans passer chez
elle, sans se débarrasser même de la suie du wagon, encore roulée
dans son cache-poussière, elle piquait droit sur le petit hôtel du
Champ-de-Mars, dans la hâte de revoir Lucette et aussi d’oublier, près
de sa meilleure amie, la fin du beau voyage, ces huit mois de grand
jour et de liberté ...

—Madame est là?

Le domestique, bienveillant mais fermé, lui répondit:

—Madame n’est pas à Paris. Mais Monsieur est ici. Si Mademoiselle
désire que je prévienne Monsieur.

Lucette partie, sans son mari? Qu’est-ce que ça signifiait?

—Je crois bien que je désire!...

Elle suivit le valet de chambre jusqu’au cabinet de travail, où, dans
la pleine lumière, Paul écrivait derrière des piles amoncelées de gros
livres fleurant bon l’impression toute fraîche, le fameux ouvrage sur
la Troade. Il se leva, courut à elle. Mais sous les mots de bienvenue,
de surprise, et de fête, dans sa poignée de main trop nerveuse,
perçaient sa gêne et sa préoccupation.

—Qu’est-ce qu’on m’a dit: Lucette n’est pas là? Où est-elle?

Il s’assit derrière son bureau, comme s’il eût voulu retrancher son
trouble derrière ses livres. Et la voix mal assurée:

—Lucette est partie pour les Barres, depuis cinq jours.

Zonzon s’était laissée tomber dans le fauteuil qu’il lui avait avancé:

—Aux Barres, en mars?

—Oui, le petit garçon de M^{me} Turquois a eu cet hiver une fièvre
scarlatine très violente. Peut-être Lucette vous l’a-t-elle écrit. Dès
que l’enfant a été transportable, sa mère l’a emmené à Brûlon, pour
le changer d’air, hâter la convalescence. Lucette a exprimé le désir
d’assister son amie, au moins pour quelques jours. Elle a confié Paule
à sa grand-mère Savourette ...

Vraiment alarmée, Zonzon l’interrompit.

Elle aimait trop Lucette pour s’arrêter à de vains scrupules de
discrétion. Elle voulait la vérité:

—Voyons, voyons, qu’est-ce que c’est que cette histoire-là? Ça ne
tient pas debout.

Paul se pencha vers elle. Ses traits ne cachaient plus son inquiétude:

—Écoutez, Suzanne (Il s’obstinait à ne pas l’appeler Zonzon, malgré
ses reproches). Je ne veux pas feindre avec vous. Au surplus, j’étais
résolu à me confier à vous. Et seule votre arrivée imprévue m’a pris
de court. Les choses se sont bien passées comme je viens de vous le
dire. Lucette ne m’a pas donné d’autres raisons de son départ. Mais je
sens, je suis sûr qu’il y en a d’autres. Je veux les découvrir. Et je
comptais vous demander de m’y aider. Ah! La pensée qu’il y a entre
nous quelque chose de caché, nous qui vivions si confiants, si unis,
cette pensée-là—surtout maintenant que je l’exprime, que je la précise
dans des mots—me bouleverse à un point que vous ne pouvez pas imaginer.

—Enfin, demanda Zonzon, elle est partie à la suite d’un incident
quelconque? Vous lui avez offert de l’accompagner, naturellement?

—Oui. Dès qu’elle m’a fait connaître son intention—tenez, c’était
un soir, après dîner, dans ce bureau—je lui ai tout de suite proposé
de la suivre. Elle a aussitôt cherché à m’en détourner. Mon livre,
disait-elle, allait paraître. Ma présence à Paris était nécessaire.
Elle partait en garde-malade. C’était son rôle et non le mien ... J’ai
insisté. Alors, elle m’a avoué que nous étions beaucoup sortis, que
l’hiver l’avait fatiguée, qu’elle avait besoin de faire une retraite,
une cure de repos. Bref, elle m’a supplié de la laisser partir seule
... De mon côté, je résistais. Cela a été notre premier froissement,
notre premier assaut. Et puis, j’ai fini par céder ... Que voulez-vous?
Je crois avoir quelque énergie, mais j’ai toujours plié devant elle,
tant il m’était doux de lui faire plaisir. Cette fois encore, j’ai
reculé, j’ai rompu. Mais non sans surprise, sans révolte, ni sans
chagrin ...

Zonzon ne savait que penser.

—Elle n’avait pas un malaise quelconque? Elle n’était pas dans une
mauvaise disposition? Avec les femmes, est-ce qu’on peut jamais savoir
jusqu’où le corps réagit sur l’esprit?...

Il répondit, en homme qui a ressassé ses inquiétudes:

—A peu près depuis votre départ, son humeur a changé. Elle est devenue
inégale, instable. Voyez-vous, il me semble que rien ne m’échappe,
sinon de sa pensée, au moins de son apparence, tellement je vis pour
elle, les yeux sur elle. Eh bien, cet été elle m’a paru lasse et
triste, par périodes. Elle perdait cet entrain contenu, vous savez, où
se mêlent si joliment sa réserve et son ardeur. Je l’ai interrogée,
je lui ai offert de choisir des distractions. Elle m’a juré qu’elle
n’avait rien, qu’elle n’avait besoin de rien. J’ai attribué son
malaise à la saison. Nous sommes rentrés à Paris. Notre hiver a été en
effet assez animé, assez épars. L’agitation, le mouvement semblaient
plaire à Lucette et je me gardais bien de l’enrayer. Elle était
gaie, d’une gaîté un peu nerveuse, à éclats. Puis, peu à peu, elle
s’est assombrie de nouveau, plus mystérieuse que jamais. Tour à tour
elle avait des élans, des retraites, de ces imperceptibles, de ces
abominables retraites où il semble que la peau se contracte sous la
main qui l’effleure ... Jusqu’au jour où elle a saisi cette occasion de
s’enfuir, oui, de s’enfuir ...

Il se leva, fit quelques pas, les regards au tapis. Puis s’arrêtant
devant Zonzon:

—Je vous en prie, Suzanne, rendez-moi un grand service. Voyez-la.
Confessez-la. Vous vous aimez, toutes les deux. Vous la connaissez.
Vous avez une forte influence sur elle. Moi, je n’ose plus
l’interroger. J’ai peur de la froisser, de la refermer. Ah! Tenez,
pendant ces cinq jours, la tentation m’a souvent pris de sauter seul
dans mon auto, de bondir d’un trait jusqu’aux Barres, de lui crier:
«Qu’est-ce que tu as?» Et puis je renonçais. D’abord, j’ai promis de
la laisser seule. Ensuite, à quoi bon? Avant même qu’elle ne fronce le
sourcil, qu’elle ne laisse échapper un signe d’ennui, je tremble que
mon insistance ne l’excède. Et si au contraire elle me répond d’un mot
de tendresse, alors je sens mon cœur se fondre et je n’ai plus envie
que de la remercier, de lui rendre grâces, tout bas. Je ne peux pas
parler devant elle. Je ne peux pas. Ah! On ne parle jamais assez ...

De nouveau il avait repris sa marche à travers le cabinet de travail.
Et la noblesse de cette pièce, sa solennité de chapelle, son
recueillement de sanctuaire, accusaient encore l’agitation, la misère
de ce malheureux.

—Si vous saviez ce que j’endure. Parfois, il me semble qu’elle s’est
éloignée de toutes façons, de cœur, de pensée comme de fait. Non,
non, c’est impossible. Ce serait trop cruel. Et trop injuste. A tout
instant, je m’interroge: «Qu’est-ce que j’ai fait?» ou: «Qu’est-ce que
je n’ai pas fait?» Je creuse, je creuse, et il y a maintenant en moi
comme un trou noir sans fond, à donner le vertige ... Ah! Je comprends
que ceux qui vont mourir trouvent la vie si passionnément bonne. On
ne sent combien on aime un être que quand on est menacé de le perdre.
Tout me manque d’elle. Son visage, sa silhouette, ses gestes, sa voix,
son parfum et mille petits détails qui faisaient mes délices, une
inflexion, une expression, un pli de paupière, un coin de lèvre, la
courbe de ses cheveux ... est-ce que je sais, moi ... Enfin, je ne suis
plus qu’une loque, un vêtement vide et jeté sur un siège.

Il posa sa main brûlante sur l’épaule de Zonzon:

—Suzanne, il faut que vous me la rendiez, que vous me rendiez la vie.
Je remets notre sort dans vos mains. J’aime, j’admire votre force,
votre santé morale. Si parfois, secrètement, votre belle audace m’a
effarouché, la faute en est à l’éducation que j’ai reçue. Mais j’ai une
confiance absolue en vous, en votre jugement. De vous, je suis prêt à
tout entendre, à tout croire.

Elle se leva, lui tendit la main:

—Je ferai ce que je pourrai. Je partirai cet après-midi.

Tout en l’accompagnant jusqu’à la rue, il s’excusait de lui imposer ce
surcroît de fatigue, après une semaine de paquebot, une nuit de train.
Elle plaisanta, pour lui donner confiance:

—Au contraire. C’est très commode. Je suis déjà en costume de voyage.



VII


Au fond, Zonzon était très alarmée. Et son inquiétude grandit pendant
ces deux heures de wagon sous le ciel froid, parmi la campagne encore
défeuillée, qui montrait la terre. Qui ne connaît, pour l’avoir éprouvé
au moins une fois dans sa vie, ce supplice irritant de voyager sous
l’oppression d’une énigme dont on attend la solution au but? Énervé
de vaine impatience, on accueille et on repousse cent hypothèses, on
esquisse des plans qu’on efface ensuite. Et l’on sent dans sa tête la
pensée tourner à l’allure et au rythme des roues sur le rail.

Puis, l’anxiété de Zonzon s’avivait encore d’un scrupule. Ce
trouble—inconnu, mais évident—jeté dans le ménage de Lucette, ce
trouble qu’elle souhaitait passionnément de découvrir et de guérir,
qui sait si elle ne l’eût point évité par sa présence? Elle en aurait
guetté les symptômes, chaque jour. Elle aurait veillé. Mais elle
était partie, pour le beau voyage ... Est-elle donc vraie, cette loi
d’équilibre qui veut que tout bonheur soit balancé par un malheur, de
même que sur toute la terre, à chaque seconde, une naissance balance
une mort?

A Sens, elle prit une voiture à la gare, pour franchir les quatre
kilomètres qui la séparaient de Brûlon. Elle n’avait pas voulu
annoncer son arrivée, afin de ne pas mettre sa sœur en défense.

Mais elle regretta sa tactique, au cri presque douloureux, devant le
visage presque terrifié de Lucette, accourue à la grille au coup de
cloche. Et tandis qu’elles se jetaient sans paroles aux bras l’une de
l’autre, Zonzon décidait de temporiser. Elle n’obtiendrait rien en
brusquant l’attaque.

Lucette, la première, dénoua l’étreinte. Et très vite:

—Mais tu ne devais rentrer que demain?... Comment as-tu su que j’étais
ici?... Tu as vu Paul?

Zonzon l’entraînait vers le château:

—Mais oui, mais oui. Je te raconterai tout ça. Cristi, ce que j’ai eu
froid, sur cette route ...

La pleine chaleur du calorifère dès le vestibule, la montée claire
du grand feu de bois dans la bibliothèque, le thé fumant parfumé de
citron, eurent vite fait d’épanouir la voyageuse:

—Ah! Ça va mieux.

La première alerte et la première surprise passées, Lucette cherchait
à se rassurer. Comment la présence d’un même être peut-elle inspirer à
la fois tant de joie et de crainte? Ah! Certes, malgré l’appréhension
de la rencontre, malgré le tumulte que soulevait en elle la seule vue
de sa sœur, Lucette était bien heureuse de retrouver sa grande, sa
vaillante ... Et, en même temps, elle redoutait la clairvoyance de
Zonzon.

La solitude et la méditation ne l’avaient pas apaisée. En elle, c’était
le même trouble qu’au premier jour, la même terreur de l’avenir, le
même besoin de fuir la faute et le remords, de se fuir. Ah! pouvoir
cacher, enfouir sa honte jusqu’à l’oublier. Et elle se terrait au gîte
comme une bête malade qui tremble d’être découverte.

Et voilà que Zonzon la relançait. Elle en venait à maudire cet
ascendant, ce pouvoir presque magnétique que l’aînée exerçait sur
elle. Lucette sentait en éveil cette tendresse de mère, ce flair
subtil d’amoureuse, ce regard de médecin. Des terreurs absurdes la
traversaient. Zonzon allait peut-être la trouver changée, lire la
vérité dans ses yeux, sur ses lèvres, à quelque empreinte nouvelle
laissée sur son visage?

Mais non, pourtant. Zonzon bavardait gaiement. Quand deux êtres
chers reprennent contact après une longue absence, ils ne rentrent
que lentement en possession l’un de l’autre. Une étrange pudeur les
retient de se livrer trop vite, de se parler tout de suite cœur à
cœur. Ils n’échangent d’abord que des propos neutres, en surface.
Zonzon racontait des incidents du retour. On menait joyeuse vie sur le
paquebot. La veille de l’arrivée, un peu trop émus de champagne et de
cocktails des passagers n’avaient-ils pas erré en circuit le long des
couloirs, à la recherche de leurs cabines, jurant qu’on avait changé
les numéros des portes, ou retourné bout pour bout le navire?

Une sonnerie de téléphone retentit, drue et longue. Lucette sursauta.
Qui la demandait? Son mari, sans doute. Il l’appelait tous les jours.
Un raffinement de supplice pour elle, ces courtes causeries. Elle
craignait toujours de s’y trahir. Au moins, quand on répond par lettre,
on réfléchit. Même, dans une conversation face à face, on prend des
temps; la physionomie de l’interlocuteur avertit de ses intentions.
Tandis que là, ce sont les voix toutes nues qui se croisent et se
pressent, comme les épées dans un assaut. Justement, Paul n’avait pas
téléphoné de la journée. Elle avait décroché l’écouteur de l’appareil
posé sur la table:

—Allo ... Qui est là?

Les paroles claquèrent, toutes proches:

«—C’est moi ... Lucien Chazelles.

Il lui sembla qu’elle se rétrécissait, tout le sang reflué au cœur en
un bloc lourd. Et Zonzon qui la regardait, qui attendait. D’instinct,
Lucette serrait les récepteurs contre ses oreilles, comme pour empêcher
les mots de se répandre dans la pièce. Et si elle coupait net la
communication? Mais il était prudent de savoir ce qu’il voulait. Et
puis, le geste intriguerait Zonzon. La receveuse insisterait, la
rappellerait. Elle y renonça et, sur un ton qu’elle s’efforçait de
rendre indifférent:

—Ah! c’est vous ...

Dès qu’il l’eut reconnue à la voix:

«—Oui, votre mari m’a appris hier votre départ. Comment se fait-il que
vous ne m’ayez pas averti? Que s’est-il passé? Rien de grave?

—Je suis partie brusquement. Une amie à assister ... Un enfant malade
...

Mais les propos se chevauchaient. Avant qu’elle eût achevé, il reprit:

«—Écoutez. Permettez-moi d’aller vous voir là-bas ...

Elle répondit violemment:

—Non, non. C’est impossible.

Oh! avoir ces deux écouteurs rivés aux oreilles, la tête pleine à
éclater de ce crépitement et, devant les yeux, ce témoin inoccupé,
muet, espion malgré lui, qui, tout, naturellement, s’ingénie à
comprendre l’entretien dont il n’entend que la moitié ... Chazelles
continuait:

«—Il faut absolument que je vous voie. On m’offre une trésorerie
générale, à Draguignan. On demande une réponse urgente. Je tiens à
m’entendre avec vous ...

Elle répéta:

—Non, non. Je ne veux pas.

Il insistait:

«—Mais si, voyons. J’ai tout combiné. Je prends le train demain
matin. J’arrive à pied pour passer inaperçu. Fixez-moi un rendez-vous.

Par quels mots, comment lui refuser? Ne lui avait-elle pas donné le
droit de tout exiger d’elle? Il croyait sans doute à quelque caprice.
Car il ajoutait, d’un ton riant mais décidé:

«—Eh bien, si vous ne voulez pas, j’irai sonner à votre grille, et
vous faire une visite ...

A tout prix, il fallait l’empêcher de venir. Elle s’affola, perdit pied:

—Je vous dis que c’est impossible. D’ailleurs, je ne suis pas seule.
Ma sœur est ici ... près de moi.

Puis, certaine de l’avoir arrêté, elle balbutia un bref au revoir et
raccrocha les récepteurs. Mais elle n’osait pas regarder sa sœur et
s’attardait à sonner la fin de la communication.

Alors, très simplement:

—Qui est-ce? demanda Zonzon.

Il fallait répondre. Elle n’eut pas le temps d’inventer.

—Lucien Chazelles.

Et, en prononçant ce nom, elle se sentit rougir, rougir, envahie
d’une onde de sang qui lui brûlait les pommettes, le tour des yeux,
le front, une poussée d’autant plus violente qu’elle s’efforçait plus
d’en refréner l’élan. Et, à travers cette brume rouge où elle aurait
voulu disparaître, s’anéantir, elle entendit encore la voix maintenant
soupçonneuse:

—Et il voulait venir te voir ici, te croyant seule?

Mais avant d’avoir pu trouver une réponse, elle se sentit happée par
deux bras impérieux et tendres, pressée, blottie contre une chaude
poitrine. Et la voix de Zonzon, ferme et douce comme l’étreinte:

—Alors, c’est ton amant?... Allons, ne te cabre pas. Ah! Ce n’est pas
le moment de se dérober, de jouer à cache-cache. Nous n’avons pas le
temps aujourd’hui. Finies, ces manières-là. Il y va peut-être de ton
sort, mon pauvre petit, de celui de ton mari, de ton enfant ... Je peux
t’aider à voir en toi, à découvrir le mal, à le guérir. Tu n’as pas le
droit de te taire. Parle, ma chérie, parle tout de suite.

Zonzon l’entraîna vers un fauteuil, s’assit, la prit sur ses genoux, la
berça:

—Tu penses bien que je ne vais pas te gronder, te faire des sermons.
Le passé, ce n’est pas intéressant, puisqu’on n’y peut rien. Quand on
s’est trompé de route, ce qu’il faut savoir, c’est où on est, et où on
va. Maintenant, raconte, bien sagement ...

Et par une de ces déterminations soudaines qui nous semblent au rebours
de notre caractère, qui parfois nous surprennent et nous emportent,
brusquement Lucette se décida. Puisque sa sœur l’avait si vite
devinée, à quoi bon s’épuiser en ruses et en mensonges? Il faudrait, en
effet, bientôt prendre un parti, choisir une route. Autant se fier au
bon guide, lucide et sûr.

Alors, le front niché dans le cou de Zonzon, elle goûta l’amer
réconfort de la confession. Elle dit la journée d’Issy, la visite au
musée, l’attente sans but, l’espoir sans objet, l’inquiétude sans
raison, l’hiver tout pailleté, enfin tous les degrés de la descente,
jusqu’à la chute, puis la déception secrète, l’odieux des gestes de
l’amour sans l’amour, l’horreur du mensonge croissant avec le dégoût,
enfin le besoin et l’occasion de s’enfuir ...

Zonzon l’avait à peine interrompue. Tout juste, de temps en temps,
le «oui» attentif et réfléchi du docteur qui écoute son malade. Et
Lucette avait vraiment l’impression d’être aux mains du médecin qui se
renseigne, qui coordonne les indices, investit le mal, avant d’émettre
un diagnostic.

Même, lorsqu’elle acheva, lorsqu’elle se hasarda à relever la tête,
elle crut voir aux yeux de sa sœur une lueur de divination, ce beau
regard avivé auquel vient d’apparaître la vérité ...

Mais Zonzon demanda simplement:

—Et maintenant, que comptes-tu faire? Tu ne peux pas rester ici
indéfiniment. Ton prétexte va s’user, cette convalescence du jeune
Turquois. Il guérira, ce petit. Et surtout ton mari se lassera. Alors?

Lucette s’étreignait les tempes, à deux mains:

—Je ne sais pas ... Je te jure que je ne sais pas. J’ai saisi
l’occasion, je suis partie, comme le voleur traqué saute dans la
voiture qui passe, sans savoir où il va, pour échapper, pour fuir ...

Elle se leva, s’accouda à la cheminée. Le crépuscule tombait. Les
reflets du grand feu de bois dansaient sur le tapis.

—Voyons, voyons, dit Zonzon. Tu n’as le choix qu’entre deux partis.
Rentrer ou ne pas rentrer chez toi. Et encore. Si tu ne rentres pas,
si, par exemple, tu retournes rue Guersant chez nos parents, ou chez
moi—car je ne supposes pas que tu veuilles rejoindre ce Chazelles—ton
mari te relancera. Il respecte tes caprices. Soit. Mais il y a des
bornes. Il exigera des explications. C’est son droit. Qu’est-ce que tu
lui répondras?

—Eh bien, j’avouerai! s’écria Lucette. J’y serai forcée. Tant mieux!
Il y a longtemps que j’y pense. Même si je rentrais à la maison, je ne
pourrais pas vivre devant Paul avec ce perpétuel mensonge entre nous.
Je le sais. J’ai essayé ... Ah! oui, c’est stupide, ces scrupules
tardifs. Il aurait fallu les avoir avant, n’est-ce pas? Mais on n’est
pas la même femme, avant et après. On ne sent l’étendue et le poids
d’une faute que quand on l’a commise ...

Et s’exaltant:

—A quelque endroit que je me retrouve devant Paul, je ne veux plus; je
ne peux plus me taire. Il sera mon juge. Il décidera. Il me chassera ou
il me gardera. Mais au moins, j’aurai expié. Je n’aurai plus rien de
caché pour lui. Oui, oui, je parlerai ...

Mais Zonzon l’interrompit, toute jetée en avant d’un geste de prière et
de commandement:

—Ne fais pas ça, Lucette, ne fais pas ça!... Mon pauvre petit ... Mais
songe donc. Il ne te comprendrait pas. Voilà le vrai point de vue.
Les mobiles qui t’ont poussée, les suggestions auxquelles tu as obéi,
il ne se les expliquerait pas. Il te jugerait d’après d’autres lois
que celles qui t’ont menée. Les femmes ont des raisons que les hommes
n’ont pas ... Et, fatalement, son arrêt serait injuste. Injuste en ses
termes, injuste en ses conséquences ...

—Cependant, s’il pardonnait? dit Lucette.

—Mais le pardon lui-même porte à faux parce que l’homme ne sait
pas ce qu’il pardonne à la femme! Et l’on ne pardonne bien que ce
qu’on comprend bien. Encore une fois, les deux sexes ne parlent pas
le même langage. Et cette mésentente, qui fausse le pardon, fausse
aussi ses suites. Elle impose désormais à l’un et à l’autre des
sentiments injustes, des tortures qu’ils n’ont pas méritées. Pour lui,
l’orgueil blessé, l’amour flétri, la désillusion, l’amertume, le doute
invincible. Pour elle, l’humiliation, le joug de l’indulgence. Pour
tous deux, la piqûre continuelle des allusions que le hasard apporte,
une vie en sursis, empoisonnée, gâchée ...

—Ah! Zonzon, gémit Lucette.

—Mais pourquoi courir le risque d’une telle existence, quand rien n’y
contraint? Pourquoi aller au-devant d’un jugement vicié d’avance?

—Ah! Je serais mal venue, dit Lucette, de parler aujourd’hui de
droiture et de probité. Cependant il me semble ...

Zonzon l’interrompit encore:

—La probité n’est plus maintenant où tu la places. Elle n’est pas
dans l’aveu. Vois-tu, il y a une loi qui nous régit inconsciemment:
la loi du moindre effort. Eh bien, il y en a une autre qui doit nous
régir consciemment: la loi du moindre tort. Au point où tu en es, le
moindre tort que tu puisses faire à ton mari, c’est de le laisser dans
l’ignorance. Il faut qu’il garde sa foi ...

—Et moi mon remords ...

—Tu ne penses qu’à toi! s’écria Zonzon. Vous êtes tous les mêmes.
Ton remords s’apaisera. Je sais, moi, je sais comment et pourquoi tu
l’oublieras. Tandis que si tu parlais, la foi de ton mari en toi serait
à jamais ébranlée. Pense donc un peu à lui, que diable! Il t’adore.
Il t’adore mal, mais il t’adore. Si tu l’avais vu comme je l’ai vu,
affolé par cette absence où il ne voit cependant qu’un caprice ou un
malaise. Il vit à peine, avec des sursauts, comme une lampe qui baisse.
Rallume-la, bon sang! Ne la laisse pas s’éteindre. Ah! Non, Lucette,
n’avoue pas. Ne fais pas ça. Ce serait la dernière faute, la vraie
faute.

Il faisait presque nuit. Seules, les lueurs changeantes du foyer les
éclairaient toutes deux.

—Alors, dit lentement Lucette, tu es d’avis que je rentre et que je me
taise?

—Eh parbleu! oui. Tout à l’heure, pendant que j’écoutais ton aventure,
la vérité m’apparaissait lumineuse, transparente. Je lui voyais les
dessous! Et elle me conduisait au point où je t’amène.

Lucette, sombre, murmura:

—Je ne pourrai jamais ...

—Tu le pourras, dit fermement Zonzon. Mais réfléchis donc. Si tu
parles, que te reste-t-il, quelle planche de salut, en dehors de la
solution médiocre du replâtrage, du pardon? Le scandale, le divorce. Je
n’y crois guère. Car ton mari t’aime trop pour le demander, l’accepter
même. Mais admettons. Alors tu retombes sur le gros écueil qu’on n’a
pas encore pu faire sauter. Le cas de l’enfant, le mioche écartelé ...
Allons donc! Et pense encore aux autres, à nos parents, qui te croient
heureuse, dans leur quiétude, à ce brave homme de Duclos, pour qui le
bonheur de son fils est la raison de vivre ...

—Je ne pourrai pas, répéta Lucette. Tu oublies justement que Paul est
riche ... Si je me taisais, j’aurais l’air de vouloir garder tous les
avantages de la fortune, au prix d’un mensonge.

—Aux yeux de qui? Ni aux tiens ni aux miens, je pense. Et nous serons
seules à le savoir. Alors?... Je te dis que tu pourras te taire sans
t’avilir. Et pour une raison simple et qui dispense de toutes les
autres, c’est que tu aimes ton mari ...

—Ah! s’écria Lucette, d’une voix désespérée, est-ce qu’on peut
prétendre aimer celui qu’on a trahi, dupé, volé?

—Oui, Lucette, oui, on peut le prétendre. Parce que nous ne sommes
pas des êtres simples, tout d’un bloc, tout d’une pièce. Voilà la
grande erreur. Nous sommes bien plus complexes, bien plus divers que
nous ne le croyons, qu’on veut nous le faire croire. Chacun de nous
est comme un livre dont les feuillets ne se répètent pas. Nous-mêmes,
nous n’en savons pas déchiffrer toutes les pages. Et nous savons encore
moins d’où vient le vent qui les fait tourner ... Tu l’aimes, Lucette.
La preuve en est dans ton besoin de le prendre pour juge, de ne lui
rien cacher, de recevoir de lui l’absolution ou le châtiment. Si tu
ne l’aimais pas, tu n’aurais pas songé même à le fuir!... Il habite
en toi. C’est son image seule qui te hante et t’agite. Il reste le
maître de ta pensée. Le maître auquel tu as désobéi, soit. Mais sans
doute parce qu’il n’a pas su se faire obéir. Ah! Lucette, les petites
ficelles qui font danser la marionnette ne sont pas toujours faciles à
démêler. Que de choses ne m’apparaissent qu’aujourd’hui!... Trop tard
pour t’éviter l’embardée, ma pauvre chérie. Mais à temps, j’espère,
pour te ramener dans la bonne ligne et t’y laisser en sécurité ...

—Quelles choses? Que veux-tu dire, interrogea Lucette.

—Rien, rien ... Mais aie confiance en moi, Laisse-toi guider, tu
verras.

La femme de chambre frappa, puis annonça M. et M^{me} Turquois. Lucette
donna de la lumière.

—C’est vrai, expliqua-t-elle. Turquois devait arriver cette
après-midi. C’est pourquoi j’ai pu quitter sa femme plus tôt,
aujourd’hui. Sans doute, ils s’arrêtent en passant.

Et dans le brouhaha des propos d’accueil, Zonzon se félicita de
l’arrivée du couple. Car, peut-être, dans son ardeur à vaincre, se
fût-elle laissé entraîner, sinon à engager, du moins à démasquer ses
réserves, sa plus forte raison d’espérer. Et cette raison-là, Lucette
ne devait pas la connaître.

Non, à aucun prix, elle ne devait connaître cette vérité secrète que
son récit même avait fait jaillir aux yeux de Zonzon, le malentendu
formidable soudain apparu, en pleine lumière, éblouissant.

Ah! le jour où Lucette lui avait affirmé, avec de petits airs entendus,
qu’elle était heureuse, «tout à fait heureuse» aux bras de son mari,
Zonzon aurait dû se roidir contre cette maudite peur des mots qui la
paralysait devant sa sœur, et insister, préciser et vider la question
jusqu’au tréfonds ... Parbleu! Lucette était de bonne foi. Est-ce
qu’une honnête femme doit être instruite en ces matières-là, et savoir
jusqu’où doit aller son plaisir? Fi donc! De bonne foi, elle s’était
trompée. Non, elle n’était pas tout à fait heureuse. Elle n’avait pas
atteint le sommet aigu de la joie. Toute sa confession le criait.

Presque classique, l’aventure. On croit céder à l’attrait de l’inconnu,
du fruit défendu, du plus grand amour ... On cherche simplement le
frisson qu’on n’a pas. Du premier pas jusqu’à la chute, Lucette,
inquiète, inconsciente, n’avait fait qu’obéir à l’appel de ses sens.
Comme tant d’autres, dans cette marche à l’amant, elle n’était guidée
que par l’espoir confus du coup de bonheur qui lui manquait.

Heureusement, elle était tombée sur Chazelles, un avide égoïste,
préoccupé de lui, de lui seul. Là encore, pas d’erreur possible.
L’ex-Madame Chazelles avait la confidence trop facile pour qu’on en
ignorât. Et le naïf dégoût qu’elle avouait à qui voulait l’entendre,
aussi bien à Zonzon qu’à M^{me} Savourette, suffisait à éclairer un
esprit averti. Chazelles était de ceux qui se penchent uniquement sur
leur plaisir, sans souci d’éveiller celui de leur compagne. Il l’avait
dégustée comme un mets friand, une œuvre d’art. Est-ce qu’on pense au
plaisir du plat qu’on mange, du tableau qu’on regarde?

Heureusement. Car si Chazelles avait révélé Lucette à elle-même, il
en eût fait sa chose. S’il avait fait jaillir en elle la source de
délices, il lui serait devenu précieux comme la vie même. Il l’aurait
rivée à lui. Tandis que, sans le savoir, elle s’était détachée parce
qu’elle était déçue.

Donc, le mal était réparable. Ni le mari ni l’amant n’avaient ouvert à
Lucette la terre promise. Mais elle y pouvait encore pénétrer. Aux bras
de Paul lui-même, parbleu! de Paul mieux avisé.

Car il avait péché, lui, non par égoïsme, mais par ignorance. Un
amoureux? Soit. Mais un amoureux qui ne sait pas l’amour. Il avait
fallu, pour s’y tromper, les petits airs satisfaits de Lucette, ce
néfaste malentendu ... Instruit de sa maladresse et des moyens de la
réparer, il prendrait sur Lucette cet empire que toute son adoration
trop chaste n’avait pas su lui gagner. Et quant à elle, satisfaite à
son insu, pleinement contentée, elle n’irait plus chercher ailleurs ce
qu’elle trouverait chez elle ... Ah! dame, la tâche était délicate,
d’éclairer les trente ans de ce garçon. Mais l’enjeu valait qu’on
risquât la partie.

Moyen scabreux, certes. Mais moyen unique de remettre et surtout de
maintenir Lucette dans la bonne ligne. Sans la vigoureuse impulsion du
coup de bonheur, elle s’exposait à de nouveaux écarts. Si, de retour au
foyer, son secret appétit n’était pas satisfait, si elle avait encore
faim, elle serait reprise des mêmes défaillances. Et il se trouverait
toujours un galant pour la soutenir à ce moment-là. Pas besoin de
chercher loin. Est-ce qu’au premier signe de vertige, Turquois, par
exemple, ne serait pas là pour la recevoir dans ses bras?

Il suffisait de le regarder d’un peu près, en ce moment même, dilaté
dans la chaleur du calorifère et la gaîté du feu, dans la lumière
rousse des bulles électriques, l’air parfumé de thé et de citron, et
surtout dans l’intimité de trois femmes ... Oh! un Turquois assagi par
l’alerte, par ses angoisses au chevet du petit malade,—plus séduisant,
peut-être, dans sa nouvelle manière attendrie et fondue,—mais dont se
réveillaient, en détente, le flair et les convoitises d’amant.

Celui-là guettait Lucette. Il l’avait déjà pressentie. Un jour, en
riant, elle l’avait avoué à sa grande. Il attendait son heure. Eh
bien, cette heure sonnerait. Oh! pas maintenant. Mais elle sonnerait,
si Lucette, inapaisée, poussée par l’obscur et puissant instinct,
continuait de chercher, faute d’avoir trouvé.

Lorsque la femme ne se borne pas à un homme, c’est qu’elle n’a pas reçu
de lui ce qu’elle en attendait inconsciemment. Peut-être un autre la
comblera-t-il? Ce n’est pas celui-là? Un autre encore ... Et elle se
lance alors dans cette poursuite exaspérée du bonheur qu’elle ignore
et qu’elle veut, dans ces aventures où l’amour n’a plus de part, cette
dégringolade de chute en chute, de mains en mains, où elle se détraque
et s’amoindrit. Non, non, à tout prix, il fallait éviter un pareil sort
à cette petite Lucette, si délicate, si sensible, si bien faite pour le
bonheur unique. Il fallait que Paul connût le péril et sût y parer.

Mais de ces clartés, de ces projets, Lucette devait tout ignorer.
Car elle se refuserait sans doute à penser qu’elle n’avait attendu,
recherché qu’un bonheur matériel. Comme tant d’autres, elle croyait
rouvrir un idéal trop pur, trop romanesque, pour admettre qu’il prît
racine dans sa chair. Comme tant d’autres, elle avait de l’amour une
notion trop mystique pour concevoir qu’une jouissance physique en fût
le sommet, la clef de voûte. Elle se cabrerait à l’idée que son sort
dépendait de la satisfaction d’un besoin si grossier. Et aussi, avertie
de l’existence d’une volupté précise, elle l’épierait et la goûterait
moins, de l’avoir attendue. Il lui répugnerait de n’y voir que l’effet
d’un peu d’attention, d’habileté, d’un tour de main. L’envers du décor
lui dépoétiserait la pièce. Non. Il fallait que l’extase la surprît en
coup de foudre, l’éblouît, lui apparût comme le signe divin de son
salut ... la révélation.

Si Zonzon, malgré sa promptitude de jugement et sa foi dans le succès,
avait hésité devant l’audace de son projet, certaine rencontre matinale
eût achevé de la décider à l’action.

Sur les instances de sa sœur, elle avait ajourné son départ au
lendemain, afin de prendre un peu de repos et de ne pas voyager deux
nuits de suite. Pendant la soirée, répétant ses arguments, renouvelant
ses assauts, elle avait enfin ébranlé Lucette. Elle la laissait à peu
près disposée à reprendre la vie commune et à garder le silence, au
moins à titre d’essai. Zonzon n’en demandait pas davantage.

Levée tôt, elle parcourait le jardin encore dénudé. Et comme le hasard
l’acheminait vers la grille, elle se heurta à M. Duclos ...

Elle n’ignorait pas que, sans cesse en route, il passait souvent aux
Barres, entre deux trains ou deux courses d’auto, afin d’y jeter le
coup d’œil du maître. Cependant, cette apparition imprévue l’inquiéta.
Était-ce une simple coïncidence qui le faisait tomber là pendant le
séjour de Lucette? Il l’eut vite édifiée. Dès les bonjours échangés, il
se campa, les pouces aux hanches, le ventre en bataille, les sourcils
croisés:

—Ah ça, qu’est-ce qui se passe ici? J’arrive d’Algérie—oui, le chemin
de fer de l’Oued-Mia, une grosse affaire—et, hier soir, à Marseille,
je trouve une lettre de mon garçon. Sa femme est seule, aux Barres,
pour soigner la scarlatine du petit Turquois? Elle laisse sa gamine
à M^{me} Savourette pour dorloter le gosse des autres? Qu’est-ce que
c’est que cette affaire-là? Du caprice, de la brouille? Elle est
enceinte? Quoi? Vous devez savoir ça, vous?

Zonzon s’effrayait. Ce rude bonhomme, qui tombait là en obus, était
capable de tout démolir. Elle essaya d’affirmer:

—Mais votre fils vous a dit la vérité. Lucette ...

Il coupa:

—Allons, allons, Mam’zelle Zonzon, faut pas m’en conter. J’aime pas
qu’on me roule, moi. Une petite madame comme Lucette ne s’installe
pas seule, en mars, à la campagne, pour aider un mioche à changer de
peau.... Y a quelque chose, je veux le savoir. Je le saurai. J’ai
débrouillé des affaires plus compliquées que ça.

Évidemment, il saurait. Ce ne serait pas difficile. S’il abordait
Lucette de ce ton brutal, du haut de sa puissance et de son argent,
elle se révolterait aussitôt. Encore hésitante sur son attitude, elle
verrait dans cet interrogatoire une indication du sort. Elle avouerait,
elle lui jetterait la vérité à la face. Et elle se perdrait, à jamais
... Comment le maîtriser? Il continuait:

—Je ne veux pas qu’on fasse de la peine à mon garçon, moi. Il a voulu
épouser cette petite Lucette. Affaire conclue. Le ménage marche. Bonne
affaire. Mais si ça bat la ferraille, halte-là! Je m’en mêle. Je veux
qu’il soit heureux. Il s’est marié pour ça ...

Zonzon s’exaspérait. Il voulait du bonheur pour son argent, cet homme.
Que faire? Elle eut l’intuition d’opposer la violence à la violence:

—Eh! mon cher monsieur, s’écria-t-elle, tout ne s’achète pas avec de
l’argent. Surtout le bonheur. Ça serait vraiment trop commode et trop
injuste. Faut quelquefois y mettre du sien et payer de sa personne!...

Interloqué, il se pencha, les yeux aigus:

—Quoi? Quoi? Qu’est-ce que vous dites?

Soutenue par l’espoir de le mâter, elle reprit:

—Êtes-vous bien sûr que votre garçon, comme vous dites, a fait tout
ce qu’il fallait pour être heureux? Oui, en êtes-vous bien sûr? Il
a reçu une éducation de luxe, modèle riche. C’est entendu. Mais il
y a peut-être des lacunes. Il manque peut-être des volumes dans la
bibliothèque. On ne peut pas tout savoir.

Intrigué, inquiet, il se croisa les bras, secoua la tête:

—Enfin, qu’est-ce que tout ça signifie?

—Rien de grave. Je dis simplement que nul n’est parfait, que nul
ne peut s’aviser de tout. Dans un ménage, les torts sont souvent
réciproques.

—Vous voyez bien qu’il y a de la brouille! s’écria M. Duclos.

—Un malentendu, rectifia Zonzon en souriant. Seulement, voyez-vous,
monsieur Duclos, vous devriez me laisser le dissiper. Je suis venue
pour ça ...

—Pourtant ...

—Je vous assure, poursuivit fermement Zonzon, laissez-moi arranger
ça, toute seule. Vous parliez tout à l’heure d’affaires compliquées,
monsieur Duclos. Si vous saviez comme les femmes sont des affaires
compliquées! C’est un peu ma spécialité. Prenez-moi comme contremaître,
dans cette entreprise-là ...

Il sourit, à demi-désarmé:

—Cependant, je voudrais bien savoir. Il s’agit de mon garçon ...

—Il s’agit aussi de ma petite sœur. Soyez tranquille. Je vous le
répète, c’est très ténu, très subtil, c’est des nerfs coupés en quatre.
Vous rentrez à Paris?

—Après déjeuner.

—Eh bien, dit-elle, vous m’emmènerez. Mais c’est promis, n’est-ce pas?
Vous ne rudoierez pas Lucette. Vous semblerez trouver sa présence ici
toute naturelle. Vous ne l’interrogerez pas.

Il se débattait encore:

—Mais vous m’expliquerez ...

—Plus tard, plus tard. Tenez, je vous donne rendez-vous ici, l’été
prochain. A ce moment-là, je vous rendrai des comptes. Vous me direz si
j’ai bien réussi. Alors, c’est promis, vous me confiez l’affaire?

Il hésita. Puis, rondement, dans un coup d’épaule:

—Allons, affaire conclue.

Elle sourit, soulagée:

—Croyez-moi, c’est la bonne affaire.

Seulement, maintenant, il fallait marcher.



VIII


Dans son petit appartement du boulevard Raspail, la pièce où Zonzon
donnait ses consultations était très gaie. Sièges, table-bureau, bahut
à usage de vitrine et de bibliothèque, tout le meuble était de ce style
flamand moderne aux lignes simples et pures et dont le chêne clair a
les tons chauds et dorés des moissons mûres. Les frais bouquets de la
toile de Jouy fleurissaient la tenture. Dans des cadres sobres, de
bonnes héliographies reproduisaient des chefs-d’œuvre préférés. Un peu
partout, des pots de cuivre et de grès flambé. Et même le classique
fauteuil articulé, toujours sinistre sous ses faux airs d’instrument
de torture, était remplacé par un divan jonché de petits coussins à
volants.

C’est là qu’au lendemain de son retour des Barres elle reçut son
beau-frère. Entre ces murs où, depuis cinq ans, elle avait déjà sondé
et soulagé tant d’intimes misères, elle se sentait plus confiante, plus
désignée que partout ailleurs pour lui faire entendre en franchise les
paroles de guérison.

A peine entré, il demanda âprement:

—Vous avez vu Lucette? Vous l’avez confessée?

—Oui.

De la main, elle lui désigna un fauteuil. Il s’y laissa tomber.

—Ah!... Eh bien, qu’est-ce qu’elle a?

Zonzon s’était assise derrière son bureau. Elle ébaucha:

—Peuh!... Du malaise.

Mais de sa main gantée, impatiente, il frappait la table:

—Voyons, voyons, ne me ménagez pas, je vous en prie. Je suis prêt à
tout. Elle se détache de moi, n’est-ce pas? Elle ne m’aime plus?...

Zonzon leva les bras:

—Là! le voilà parti ... Mais si, elle vous aime. Elle n’a jamais
cessé de vous aimer. Elle va rentrer, d’ici quelques jours. Je vous le
promets.

Un peu rassuré, il reprit;

—Alors, d’où vient ce malaise? Pourquoi cette fuite sous un vain
prétexte, ce besoin de solitude et de retraite? Encore une fois,
qu’est-ce qu’elle a?

Zonzon ouvrait et refermait le couvercle de l’encrier de cristal:

—Il ne faut pas chercher ce qu’elle a, il faut chercher ce qu’elle
n’a pas ... Tenez, il arrive qu’en sortant de chez soi, dès la porte
claquée, on éprouve l’impression d’avoir oublié quelque chose. Un
objet indispensable, clef, argent, lettre. On ne sait pas encore quoi.
On s’interroge, on se tâte. Lucette est à peu près dans cet état-là.
Elle sent qu’il lui manque quelque chose. Elle ne sait pas ce qui lui
manque. De là son inquiétude et son trouble.

Il s’écria:

—Que lui manque-t-il? Je lui ai tout offert. Tout ce que ma tendresse,
mon culte m’ont inspiré d’attentions ...

Elle l’interrompit:

—Je sais de quelle adoration vous entourez ma petite Lucette. Et je
vous en ai bien de la gratitude, allez. Mais êtes-vous sûr de lui avoir
donné tout ce que vous pouviez lui donner?...

—Je ne vous comprends pas.

Elle insista:

—D’avoir tout tenté pour la rendre heureuse? Cherchez bien. Vous
m’avez dit que, tous ces jours-ci, vous aviez fait votre examen de
conscience. Vous n’avez rien trouvé? Vous n’avez rien à vous reprocher?

—Non, dit-il. Ah! Parfois, j’en venais à souhaiter de me prendre en
faute. Au moins, ç’aurait été une explication, une chance de réparer,
une lueur d’espoir. Non. Rien. Mais vous, Suzanne, vous devez savoir
... Ah! parlez, parlez. Je vous l’ai dit, je suis prêt à vous suivre
aveuglément.

Elle pensa tout haut:

—Allons, c’est bien décidément de l’ignorance.

Et elle ajouta en souriant:

—Avez-vous lu _Daphnis et Chloé_?

—Non.

—Même pas! J’aurais dû m’en douter.

Ah! c’est bien la peine de posséder à fond son antiquité!... Eh
bien, Daphnis et Chloé s’aiment. Mais ils ne savent pas s’aimer. Ils
manquent d’expérience. Et ils ne sont pas heureux. Ils sont tourmentés,
inquiets. Jusqu’au jour où une certaine Lycénion dissipe l’ignorance
de Daphnis. Grâce à quoi les deux amants goûtent enfin le bonheur.
Oh! je ne prétends pas vous renseigner à la manière de Lycénion,
rassurez-vous. Sérieusement, Paul, c’est en médecin que je veux vous
parler. En médecin ami, très ami, mais en médecin. Vous aussi, votre
ignorance peut compromettre votre bonheur. Il faut qu’elle cesse.

Et comme il s’apprêtait à parler:

—Eh! parbleu, poursuivit-elle. Je sais bien ce que vous allez me
répondre. Vous connaissez votre a b c. C’est entendu. La preuve,
c’est que vous avez un enfant. Un enfant ... Justement, rappelez-vous
les trente heures de tortures qu’a passées Lucette à ce moment-là.
Où elle demandait grâce, et qu’on l’achève, et qu’on la tue ... Où
vous pleuriez, vous, d’avoir été comme l’artisan de son supplice et
de ne pas pouvoir l’adoucir. Vous ne vous êtes jamais demandé ni
sur-le-champ, ni plus tard, ni ces jours-ci quand vous êtes descendu en
vous-même, vous ne vous êtes jamais demandé si une pareille souffrance
ne devait pas être compensée par du plaisir? Vous trouvez naturel
qu’une femme puisse endurer le martyre, risquer sa peau, mettre au
monde une demi-douzaine d’enfants, sans éprouver de la satisfaction au
moment où elle les conçoit? J’en connais, de ces malheureuses. Elles
sont légion. Mais je dis qu’il ne devrait pas y en avoir. Non, non,
c’est trop injuste, et d’une injustice qui devrait frapper un esprit
réfléchi comme le vôtre.

Elle s’échauffait, frappait à son tour le bureau du plat de la main.

—Car enfin, vous autres hommes, non seulement vous êtes dispensés de
ces abominables tortures, mais encore, vous êtes certains, à coup sûr,
avec qui que ce soit, pour ainsi dire mécaniquement, automatiquement,
d’atteindre à ce plaisir qu’ignorent tant de femmes. N’est-ce pas une
pitié qu’il y ait tout juste une élue sur quatre appelées?... Eh!
oui, voilà le chiffre, autant qu’on puisse faire de la statistique en
ces matières-là. Et le plus fort,—est-ce par un calcul de l’égoïsme
mâle, ou par cette maudite horreur de tout ce qui touche au sexe,—le
plus fort, c’est que, la plupart du temps, celles qui ne goûtent pas
le plaisir n’en connaissent même pas l’existence! Elles ne savent pas
qu’il y a une volupté précise, une extase culminante, quelques secondes
de frénésie, de folie heureuse, auxquelles elles ont droit—comme vous.
Elles ne savent pas ce qui leur manque ...

—Cependant, put placer Paul, n’y a-t-il pas des femmes insensibles ...

—C’est un bruit que les hommes font courir! s’écria Zonzon. La
frigidité! Une femme frigide. C’est vite dit. C’est commode. Comme
si la froideur ne pouvait pas toujours s’échauffer! On dit encore,
inversement: il y a des femmes qui ont du tempérament, des femmes qui
ont des sens. Et par là on laisse entendre que toutes les autres sont
inertes. Mais toutes les femmes ont des sens; seulement il faut savoir
s’en servir. Je sais bien, sur cette question-là comme sur toutes les
questions, on se sépare en deux camps. Mais je me range parmi ceux qui
proclament qu’il n’y a pas de frigidité absolue, de femmes à jamais
insensibles. Il n’y a que des endormies qu’on peut toujours éveiller.
Leur sensibilité est latente. Il s’agit de la développer pour en
révéler les effets. Eh oui, l’histoire de la plaque photographique,
toujours sensible, elle aussi, dont la faculté d’impression existe,
et qui, pourtant, a besoin d’être développée pour révéler l’image
qu’elle tient enclose. Il lui faut le bain favorable, des soins, tout
un traitement dans l’ombre, pour que les oppositions apparaissent,
s’affirment en vigueur. La révélation ... Le mot est juste, même au
sens religieux. Ce je ne sais quoi de miraculeux, d’éblouissant, qui
vous ouvre le ciel ... Mais il faut révéler, il faut aider la nature.
C’est très joli, d’être en adoration devant sa femme, comme vous
l’êtes. Mais vous m’avez promis de tout entendre, n’est-ce pas? Eh
bien, mon cher, on n’adore pas une femme avec les mains jointes ...

Et pour justifier l’audace nécessaire de ses paroles:

—Voilà, la lacune, voilà la faille où pouvait sombrer votre bonheur.
Il faut la combler. Il faut seconder la nature. Elle-même le demande.
Mieux, elle y invite. Elle a ses vigies, qui sont aux aguets du
plaisir, qui se portent au-devant de lui, qui annoncent et préparent
son approche. Elle veut que le vainqueur ne se précipite pas trop vite
dans la place, qu’il s’arrête à ces postes avancés, qu’il les flatte
au passage. Afin qu’il ne puisse pas ignorer ses vedettes, elle les
érige habilement aux seuils et aux faîtes, à fleur de lèvres, à fleur
de gorge, et la plus secrète, mais aussi la plus sensible, n’est pas
plus difficile à trouver qu’une violette sous la mousse ... A toutes,
il faut payer le tribut d’hommages qu’elles réclament ... Il ne faut
pas penser qu’à soi. Il faut penser à l’autre, sans cesse.

«Et plus tard, avant d’atteindre an sommet du plaisir, il faut se
rappeler encore qu’on est deux à tenter l’ascension. Il faut se défier
de sa fougue et de son impatience, et cela d’autant plus qu’on se
sait plus rapide et plus pressé. Il faut s’assurer qu’on est suivi
par l’autre, le stimuler, l’entraîner au rythme de sa propre marche,
l’attendre au prix même d’une halte, afin d’arriver ensemble à la
cime ... Et tout cela, parbleu, c’est de l’altruisme! Mais oui. C’est
peut-être l’exemple le plus frappant de cet altruisme que prêchent les
morales et les religions. De cet altruisme qui a l’air de nous coûter
et qui, en fin de compte, nous rapporte. Ce qu’il y a d’admirable dans
l’amour, c’est qu’en s’occupant de l’autre, on s’occupe encore de soi.
Car c’est accroître sa joie que de la partager. Et l’éprouver à deux,
c’est l’éprouver deux fois ...

«Voilà l’avantage immédiat. Mais l’avantage continu, l’avantage vital,
c’est que la femme dont toutes les aspirations sont satisfaites, la
femme contentée, est du même coup fixée. Elle ne chasse plus sur
l’ancre. Ayant ce qu’il lui faut, elle ne faute pas. Ses sens sont à
l’abri d’une surprise, puisqu’ils sont avertis. C’est le pivot, c’est
l’axe du mariage. Par là, l’homme tient dans ses mains le sort de la
vie à deux. Pour lui, quelle sécurité, quelle sauvegarde! Voilà le vrai
lien, la vraie soudure entre les deux êtres associés. Et l’opinion ne
s’y trompe pas. Si elle s’apitoie si peu sur le sort du mari trompé,
c’est qu’elle le soupçonne confusément d’avoir méconnu, soit par
égoïsme, soit par ignorance, cette grande vérité.

Et se portant d’elle-même au-devant des obstacles:

—Surtout, ne vous laissez pas arrêter par les objections que l’on
ne manque pas d’opposer à une pareille doctrine. Dangereux, dit-on,
de faire de sa femme sa maîtresse. Moins dangereux, en tout cas, que
d’en faire la maîtresse d’un autre! Dangereux, dit-on, d’exciter les
curiosités et les convoitises de sa femme. Mais ces convoitises et ces
curiosités sont en elle. Et elle cherchera obscurément à les satisfaire
au dehors si elles ne sont pas satisfaites au logis. On vous dira aussi
qu’il existe de bons ménages où la femme n’éprouve pas de plaisir.
Parbleu, il en existe aussi où la femme est cul-de-jatte! Mais l’homme
qui tient ce discours oublie qu’il prive sa compagne d’un bonheur qui
lui est dû. Enfin, qu’on n’aille pas prétendre non plus qu’initier
ainsi sa femme, c’est l’asservir. Non. C’est simplement lui faire la
part égale.

«Ne vous laissez pas influencer par de telles préventions. Au
contraire, regardez autour de vous. Est-ce que cette clef n’ouvre pas,
ne livre pas toutes les existences féminines? Voyez ces inachevées
comme cette petite M^{me} Chazelles que vous avez connue, dont la
vie gâchée, délayée, s’en va à vau-l’eau, faute d’avoir fait prise
sous l’étreinte. Et derrière cette pauvre silhouette falote, d’autres
m’apparaissent, identiques, ses sœurs en infortune, ces nostalgiques
provinciales dont le mari rentre fourbu de la chasse, du cercle ou
du banquet, et qui s’étiolent, végètent, soupirent, rêvent à de
romanesques aventures, tandis qu’il eût suffi qu’un peu de bonheur
attentif se posât sur elles pour qu’elles s’épanouissent ... Voyez les
Madame Evenon, délaissées, elles aussi, par un mari fantoche, mais
qui s’acharnent à la poursuite du grand frisson, qui veulent à tout
prix parvenir à la cime, et qui roulent, de culbute en culbute, se
détraquent, se souillent et s’abîment.

«Et les autres, les révélées ... Ah! on ne devrait pas pouvoir s’y
tromper. On devrait les reconnaître rien qu’à leur allure équilibrée,
stable et coulante de frégate en course, leur langueur fraîche et saine
de fleur arrosée.

«Le peuple, dans sa clairvoyance instinctive, reconnaît la femme qui
«a ce qui lui faut, qui a son contentement». Les mots dégagent l’idée.
Ah! j’en ai recueilli bien d’autres, au dispensaire, sur les lèvres de
pauvres filles. Tenez, celui-là, d’un raccourci en éclair: «J’ai relui
...».

Les révélées ... Comme elles sont en quiétude et bien d’aplomb ... Il
n’y a qu’à la nuit qu’elles s’agitent, un peu fébriles. La soirée leur
paraît longue, le bridge interminable. Ah! parmi elles, il n’est pas
d’oisives. La vie ne leur paraît jamais ni creuse ni vide. Leur journée
a toujours un but: elles attendent le soir.

«Et le bienfait se répand sur toute leur existence. C’est lui qui
fait ces maturités aimables dont nous avons, vous et moi, un exemple
si proche qu’il n’est point utile de le citer. C’est lui qui fait ces
jolies vieilles indulgentes, dont l’œil reste piquant, la lèvre bonne
et le cœur tendre. Parce qu’elles ont attendu en frémissant les soirs
de leur jeunesse, elles attendent en souriant le soir de leur vie.

«Les révélées!... L’empreinte qu’elles ont reçue est si profonde, si
vive, qu’elles sont heureuses, même si leur compagnon n’est pas digne
d’elles par ailleurs. Il suffit qu’un Turquois ait ainsi marqué sa
femme au coin du plaisir, pour se l’attacher tout entière. Elle est
l’esclave, mais l’esclave qui ne veut pas s’affranchir. De lui, elle
accepte tout, elle pardonne tout. Pour elle, c’est le demi-dieu. Le
demi-dieu pétri de travers humains, mais qui donne la vie, qui anime
la statue ... Et, peut-être, ce pouvoir si facilement conquis n’est-il
point si injuste qu’il le paraît. Car il ne va pas, chez l’homme, sans
un certain sens de bonté, de prévenance et d’attention.

«Les révélées ... Ont-elles, au contraire, un compagnon parfait? Oh!
alors, ce sont les vraies bienheureuses. Elles ont l’existence divine,
le bonheur en diamant que rien n’entame, que rien ne raye et qui ne
tombe qu’à la mort. Le bonheur, l’existence qui vous attendent, vous
deux, vous qui avez tout, la fortune, l’amour, vous à qui ne manque que
ce joyau pour couronner, pour fermer le diadème....

Et, les avant-bras appliqués à la table, les mains jointes, en
suppliante:

—Je vous en prie, Paul, croyez-moi. Méditez, creusez tout ce que je
viens de vous dire. Certes, ma tâche est ingrate. Connaissant votre
idéal, votre culture, votre tournure d’esprit, je me doute bien que
je vous rebrousse et que je vous révolte. Je me doute bien qu’il doit
vous paraître misérable, presque vil, de vouloir donner au bonheur des
racines de chair, faire dépendre son éclosion de soins et d’expédients
dont vous ne voyez peut-être que la trivialité, de hausser la volupté
jusqu’au rang des vertus et de fonder l’honnêteté sur le plaisir ...

«Et pourtant, pourtant ... Ah! vous qui aimez Lucette de tant de façons
déjà, vous devriez chercher à l’aimer pour ainsi dire anatomiquement,
à comprendre combien tout son organisme délicat est différent du vôtre
... Vous devriez concevoir que, chez la femme, le sexe est comme un
second cœur. Oui, un second cœur où, comme dans l’autre, la vie afflue,
se ramasse et bat son grand rythme. Un second cœur, peut-être plus
sensible que le premier, et dont les émotions, les maux, les joies,
retentissent profondément sur les sentiments, le caractère, sur toute
la femme. Un second cœur, dont il faut aussi écouter les appels et
combler les vœux ...

«Mais il n’y a pas besoin de raison de science pour saisir l’importance
et la grandeur de cette révélation, de l’unisson dans le plaisir. Il
suffit de se rappeler tout ce qu’il y a d’imparfait, d’incomplet, dans
le plus rare amour; cette impossibilité, pour deux êtres qui s’adorent,
de se comprendre, de se connaître à fond; ces cloisons qui se dressent,
ces mensonges qui s’imposent, ces malentendus qui s’établissent entre
eux, malgré leurs efforts désespérés de se pénétrer, de plonger l’un
dans l’autre. C’est par là qu’ils sentent toute leur misère. Et c’est
par l’extase qu’ils s’en affranchissent. Leur rêve de communion
absolue, sans entrave et sans masque, ne se réalise que dans la
sensation éperdue d’être enfin parcourus et liés par le même frisson,
fondus au même creuset, de n’avoir plus qu’une vie, n’étant plus qu’une
joie ...

       *       *       *       *       *

Paul errait seul, dans la nuit et le vent, sous la pluie tenace et
violente, autour de la gare de Lyon.

Il guettait Lucette. Cependant, Zonzon l’avait bien détourné d’aller la
chercher à la gare. Il ne fallait pas, disait-elle, donner à ce retour
une importance de solennité, souligner ainsi la durée de l’absence. Au
contraire, Lucette devait rentrer simplement, comme d’une fugue aux
Barres entre deux trains, d’une course. Elle-même, au téléphone, avait
prié qu’on ne l’attendît point.

Mais il avait passé outre, ou, du moins, tourné le conseil, dans son
impatience de la revoir un quart d’heure plus tôt qu’à la maison, de
s’assurer ainsi qu’elle rentrait vraiment. Si, au dernier moment, elle
se dérobait, si elle reculait devant la crainte d’une explication? Ou
même, si une cause fortuite l’avait empêchée de partir?

Seulement, il se contenterait de la contempler dans l’ombre, sans se
montrer. Et il rentrerait derrière elle, lui laissant ainsi le temps de
reprendre contact avec les choses, de se réaccoutumer au logis. Il lui
avait envoyé l’auto, sans y monter lui-même.

Arrivé trois grands quarts d’heure trop tôt, il avait d’abord attendu
à la terrasse d’un café dont les bâches, gonflées d’eau à crever,
lâchaient des cataractes sous les coups de vent. De là, il épiait
l’énorme horloge lumineuse incrustée dans le beffroi de la gare. Et son
impatience était si vive, qu’il se félicitait de voir la gigantesque
aiguille avancer par saccades. Il lui semblait, à chaque secousse,
gagner instantanément une minute. Mais comme elle restait longtemps
immobile!..

Enfin, l’heure approcha. Agité, incapable de demeurer plus à la même
place, il se leva, commença de guetter la sortie. Et, obligé de se
cacher de son chauffeur qui devait ignorer sa présence et qui attendait
sur le terre-plein, il se glissait, avec toutes sortes de ruses et de
précautions, derrière les balustrades et les files de voitures, sans
jamais perdre de vue l’arrivée.

Il envia ceux qui pouvaient se montrer, ceux qui, en ce moment,
déambulaient tranquillement sur les quais ou se groupaient autour de
la sortie. Mais, en même temps, il goûtait une sorte de volupté à se
sentir isolé, perdu, dans le déluge et la rafale, à marcher dans les
minces lames d’eau qui vernissaient les trottoirs, sous les regards des
agents encapuchonnés qu’inquiétait son allure louche de chasseur en
embuscade.

L’idée qu’elle allait venir le soutenait, l’exaltait. Et soudain, il
était poignardé de la crainte de ne pas la voir. Il ne pouvait plus
contenir son impatience. Elle le dépassait. Elle l’étouffait. Un de ces
moments à commettre un vol, un meurtre, n’importe quoi, pour tromper
l’attente.

L’heure arriva. Mais le train avait sans doute du retard, car la sortie
restait vide. La possibilité d’un accident le traversa. Il vit Lucette
morte, dans la nuit, en rase campagne. Sûrement, il se tuerait. Mais
un mouvement se dessina. Les petits groupes massés à l’arrivée s’en
rapprochèrent. Les files de voitures se resserrèrent. Les gabelous se
postaient à la porte. Des chauffeurs mirent leur moteur en marche.
Les premiers voyageurs apparurent, pressés, isolés, sous la lumière
violente des globes électriques. Puis, le flot grossit.

Caché entre deux voitures, le cœur dans la gorge, le cou et le regard
tendus, Paul se haussait sur ses pointes. Mais sa vue se troublait.
Dix fois, il crut reconnaître Lucette. Il se trompait. Elle ne
viendrait pas. Et tout à coup, sans savoir comment elle était parvenue
là, il la vit au ras du trottoir, dans son long manteau de voyage. Elle
s’immobilisait, cherchant sans doute des yeux son auto.

Et lui ne voyait qu’elle, droite et svelte, le visage dans l’ombre du
chapeau, sous la clarté crue. Toutes ses pensées, toute sa vie s’en
allaient dans ce regard qu’il projetait sur elle, dont il l’enveloppait
et la pénétrait. Il eut l’impression étrange de découvrir une Lucette
nouvelle, la Lucette plus fragile, plus délicate, que les paroles de
sa sœur lui avaient dévoilée. Oui, il avait compris, il avait foi. Il
saurait achever de la conquérir.

Mais le chauffeur l’avait aperçue. L’auto vint ranger le trottoir et
la masquer. Alors, il courut jusqu’à la voiture qu’il avait retenue et
qui l’attendait dans la rue voisine. Il bondissait, sans souci des
flaques, de la rafale et de la boue. Maintenant qu’il ne voyait plus
Lucette, l’émotion, tenue un instant en suspens, rompait ses digues.
Elle le bouleversait. Jamais il n’en avait connu d’aussi violente. Il
en admirait la franchise et la force. Il n’y avait en lui que son amour.

Transporté d’espoir, de hâte, fou, la tête perdue, il sanglotait par
la rue déserte en poursuivant sa course. Et dans son trouble, son
attendrissement insensés, il jetait—lui qui avait à peine connu sa
mère—ce cri de tous ceux qui ont faim, qui ont mal, qui ont peur, de
tous ceux dont la vie est en jeu, ce cri qui monte du berceau et du
champ de bataille: «Maman, maman!...»



IX


A l’arrière de la yole, les bras écartés suivant la courbe du dossier,
les jambes croisées, la pointe du petit soulier blanc frétillant au
bord de la robe de piqué, Lucette était étendue.

Paul, assis sur le banc mobile, suivait la rive à coups de rames
allongés et lents, dans l’ombre des saules. Ils étaient seuls sur
l’Yonne, en vue des Barres, par une de ces matinées de juin où, dans
l’air bleu, s’attarde une brume blonde, comme s’il restait au ciel un
peu de clair de lune.

Lucette caressait du regard les mouvements coulés du rameur, le jeu
souple des muscles nerveux, le cou plein et rond de l’homme dans sa
force, que dégageait la chemise molle, nouée d’une simple cordelière.

Elle le contemplait, dans la pleine lumière, accrue du reflet de l’eau.
Ses yeux s’attardaient à des coins aimés de son visage. Un petit espace
de peau toute blanche où la barbe ne pousse pas, à la commissure des
lèvres, sous la moustache. Un autre à l’angle des paupières, si doux,
si pur, si tendre, que les premières rides s’y exercent à tracer leurs
sillons. Mais, Dieu merci, elles n’apparaissaient pas encore.

Parfois, au passage de la yole, un oiseau s’envolait des saulaies de
la rive. Un petit héron, un _butor_, s’enfuyait, les pattes allongées,
l’allure et le cri maladroits. Ou bien un martin-pêcheur, dont luisait
un instant la gorge bleue, d’un éclat de saphir. Ou encore, d’une
détente brusque de ressort, un poisson en chasse, perchette ou brochet,
sautait hors de l’eau. Alors, des ondes s’élargissaient en cercle,
fripaient de petites rides la belle robe de soie de la rivière, vert
et or. Mais, bien vite, le courant la repassait. Et le calme absolu
retombait.

Sans cette trop grande clarté, cette trouée lumineuse ouverte par le
fleuve, Lucette se fût coulée aux pieds de son mari, pour lui prendre
et lui baiser les mains, le sentir plus proche, contre elle, au-dessus
d’elle, pour laisser monter vers lui sa gratitude et l’en pénétrer.

Oui, de la gratitude. Car, parfois, on eût dit qu’il était conscient,
qu’il avait tout deviné, qu’il lui avait pardonné non seulement ses
caprices et sa fugue, mais qu’il l’avait absoute tout entière, tant il
avait mis de bonté attentive, d’indulgence câline dans son accueil
au retour des Barres. A croire qu’il voulait lui faire oublier son
égarement dans un redoublement de tendresse.

De son côté, quel besoin d’expier et d’effacer, quelle soif de
rémission et de rachat la poursuivaient jusque dans les bras grands
ouverts, puis refermés sur elle ...

Et n’était-ce pas le signe de la rédemption, la marque d’un amour
purifié par une flamme nouvelle, ce bonheur inouï qui l’avait
foudroyée, un soir?

Elle se souvenait ... Ce sursaut de surprise, ce frisson d’éveil, quand
des éclairs de plaisir l’avaient traversée, d’abord. Puis l’espoir,
l’attente, la joie qui s’affirme, qui jaillit, décisive, se noue,
gagne, se répand, roule par tout l’être ses torrents délicieux ... Et
ces cris qu’elle n’avait pas su retenir, l’attente plaintive, l’ardeur
haletante, la stupeur éblouie, l’extase triomphante, toutes les cordes
de la passion effleurées dans l’instant éternel, le râle qui s’achève
en hosanna ...

Et, depuis, elle vivait dans la certitude heureuse du miracle.

Ils accostaient un petit port creusé dans la berge, devant le mur qui
bornait le parc. Paul la soutint sous le bras, pendant qu’elle se
tenait debout dans la yole oscillante et mobile. Et elle s’attardait,
heureuse de se sentir prisonnière de cette main, dont la caresse ferme
et chaude se répandait en elle.

En passant par la petite porte où les hauteurs de crue étaient gravées
dans la pierre, elle dit:

—Tu te rappelles?

Là, ils avaient déchiffré ensemble les dates d’inondation, en
tête-à-tête pour la première fois, l’année où ils s’étaient connus.

Un peu plus loin, sous le couvert du parc, au détour d’une allée, elle
dit encore:

—Et c’est là que tu m’as photographiée en me disant: «Il faut venir à
moi.»

Il répéta doucement:

—Il faut toujours venir à moi.

Et il la pressa contre lui, comme s’il avait, lui aussi, le sentiment
profond de la posséder mieux, la fierté de la savoir complètement,
absolument sienne.

Elle se plaisait à évoquer tous leurs communs souvenirs. Elle leur
trouvait un charme, une douceur indicibles. Et elle souriait même
de ses petites mélancolies de jeune mariée, avec un peu de mépris,
l’indulgent dédain d’une femme experte pour un coquebin. Ah!
maintenant, les sirènes d’auto pouvaient bien hurler sur la route, les
chiens pouvaient bien aboyer sous la fenêtre. Ce que ça lui était égal!

Pourtant, à descendre ainsi le passé, elle rencontrait la faille, le
trou noir ... Mais elle n’en éprouvait pas la gêne et la honte qu’elle
avait appréhendées à son retour à Paris. C’est qu’elle ignorait alors
combien vite le néfaste s’oublie dans la joie, cette faculté du regard
ébloui de ne plus rien discerner de l’ombre, ce pouvoir du jour
d’abolir les cauchemars de la nuit.

Chazelles? Un nom. On le disait à Draguignan. Elle ne le reverrait
pas. Et l’eût-elle rencontré qu’elle l’eût traité sans effort en
indifférent. L’aventure lui semblait arrivée à une autre, ou lue dans
un roman. Elle s’était lavée de la souillure en surface, dans cette
grande onde de bonheur qui ruisselait sur elle.

Elle regardait l’avenir en pleine face, avec une confiance absolue. A
l’automne, ils devaient partir pour la Troade. Paul voulait revoir avec
elle le théâtre de ses travaux. Et elle s’en faisait fête. Sûrement,
elle ne serait plus dépaysée, perdue, comme dans cette croisière de
Norwège et d’Écosse, peu après son mariage. Non. Cette fois, elle
serait partout chez elle. Chaque asile serait un nid, chaque site
un souvenir. Au lieu d’être repoussée par la terre hostile, elle la
marquerait à son empreinte ...

Us débouchaient sur le parterre, dans la pleine splendeur des roses.
Ils en suivaient la lisière ombragée. Pour gravir la pente douce,
Lucette s’appuya au bras de son mari. Elle était sans cesse pénétrée
de la plénitude de bien-être qu’on éprouve au sortir du bain. C’était
comme un reflet persistant sur toute sa vie de cette quiétude absolue,
de cette satisfaction extrême, complète, que lui donnait maintenant
l’amour.

L’odeur des roses la ravissait comme une musique. Il lui semblait
entendre pour la première fois cette année-là le chant des oiseaux. La
chaleur montante passait sur ses bras, sur ses joues, sur sa gorge,
comme une caresse. Elle montra à son mari, avec un petit sourire
indulgent, entendu, deux papillons voltigeant qui se poursuivaient.
Toute cette coquetterie des couleurs et des parfums, ces ruses
charmantes des fleurs pour attirer l’insecte qui colportera leur
semence et servira ainsi leurs amours, tout lui paraissait juste et
bon. Elle se sentait épanouie comme la fleur, ailée comme l’insecte.
Elle s’ouvrait à toute la nature, et s’y mêlait. Elle avait envie de
s’écrier: «Enfin, je vis!»

Et elle allait doucement, appuyée au bras de son mari, au long des
roses.

Zonzon, accoudée à la balustrade de la terrasse, à côté de M. Duclos,
les regardait monter. D’un coup de son menton volontaire, comme taillé
dans du granit, l’entrepreneur les désigna. Et ravi:

—Les voyez-vous, les voyez-vous, ces amoureux ... Et quand on pense
qu’il y a trois mois, ça craquelait, ça se fissurait ...

Puis, dévisageant Zonzon de ses petits yeux aigus sous les sourcils
hérissés:

—Enfin, là, qu’est-ce que vous leur avez fait?

Elle éclata de rire:

—Je les ai soignés, tiens!

Il insista:

—Oui, mais enfin, comment? Pourquoi? Qu’est-ce qu’ils avaient au
juste, hein?

Elle biaisa:

—Je vous l’ai dit: histoire de nerfs.

—Ah! mam’zelle Zonzon, vous ne tenez pas votre parole. Vous m’aviez
pourtant bien promis de m’expliquer ...

Mais elle se défendit:

—C’était pour vous calmer. Vous vouliez tout casser. Je vous avais
surtout promis de la raccommoder, la fissure. Et là, j’ai tenu parole.
C’était l’important. N’en cherchez donc pas plus. Et surtout, ne vous
avisez pas de les sonder vous-même, sacristi! Ça casserait tout. C’est
de l’ouvrage bien fait, allez. Et solide. Vous êtes content de votre
contremaître?

Il dit en riant:

—Oui, oui. Mais c’est égal, j’aurais bien voulu savoir ...

Elle se haussa vers lui et, de bouche à oreille, la main en écran, lui
souffla:

—Secret professionnel ...

—Alors, décidément, on ne peut pas le connaître. C’est fichant.

Elle eut une petite moue malicieuse vers la moustache blanche:

—Croyez-moi: ça ne vous intéresserait plus.

Bien sûr, elle n’allait pas crier son secret sur les toits. Mais,
tout de même, elle était bien contente et bien fière de son œuvre, la
bonne Zonzon. Ah! certes, des esprits tournés vers un idéal austère et
façonnés par des siècles religieux se froisseraient qu’une créature
aussi fine, aussi délicate que Lucette fût ainsi asservie à son sexe
et ramenée au bien par des voies si matérielles. Et cependant ...
Est-ce que le continuel effort des hommes n’avait pas toujours tendu
à utiliser toutes les puissances de la nature, à s’en faire autant
d’armes pour améliorer leur sort? Le plus impérieux de tous les
instincts ne devait-il pas servir, lui aussi, à la conquête du bonheur?

Oui, elle était fière de son œuvre. Et elle la contemplait encore, un
peu à l’écart du petit groupe réuni autour du thé de cinq heures,—les
Turquois, les deux Duclos, Lucette. Ah! ce brave Turquois pourrait bien
exercer son flair de requin et rôder dans le sillage: rien ne tomberait
du bastingage.

Et elle admirait Lucette dans sa grâce nouvelle, sa fraîcheur, son
enjouement. Toujours ainsi la journée lui serait légère. Car elle en
connaissait la fin délicieuse. Il suffisait, pour s’en convaincre, de
regarder ce joli profil animé qui, par instants, dans une rêverie
charmante, se tournait vers le large horizon, vers le ciel perlé où
déclinait le jour. Elle aussi attendait le soir ...

                                            Paris-Serbonnes, 1908-1909.


                                  FIN


           PARIS.—L. MARETHEUX, IMPRIMEUR, 1, RUE CASSETTE.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les révélées" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home