Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Chronique du crime et de l'innocence, t. 1-8 - Recueil des événements les plus tragiques;..
Author: Champagnac, Jean-Baptiste Joseph
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Chronique du crime et de l'innocence, t. 1-8 - Recueil des événements les plus tragiques;.." ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été
conservée et n'a pas été harmonisée. Les numéros des pages blanches
n'ont pas été repris.

Les mots et phrases imprimés en gras dans le texte d'origine
sont marqués =ainsi=.

Cette version intègre les corrections de l'errata.

Pour quelques notations, suivies d'une ou de plusieurs lettres en
exposant dans l'original, l'abrévation n'est pas évidente ou non
courante: vo (verso), ro (recto), Fo (Folio) , fo (folio), Fos
(Folios).



    CHRONIQUES

    DE

    J. FROISSART



    IMPRIMERIE GÉNÉRALE.--LAHURE
    Rue de Fleurus, 9, à Paris



    CHRONIQUES

    DE

    J. FROISSART

    PUBLIÉES POUR LA SOCIÉTÉ DE L'HISTOIRE DE FRANCE

    PAR SIMÉON LUCE

    TOME DEUXIÈME

    1340-1342

    (DEPUIS LES PRÉLIMINAIRES DU SIÉGE DE TOURNAY JUSQU'AU VOYAGE
    DE LA COMTESSE DE MONTFORT EN ANGLETERRE)

    LOGO

    A PARIS
    CHEZ MME VE JULES RENOUARD
    LIBRAIRE DE LA SOCIÉTÉ DE L'HISTOIRE DE FRANCE
    RUE DE TOURNON, No 6

    M DCCC LXX



EXTRAIT DU RÈGLEMENT.

ART. 14. Le Conseil désigne les ouvrages à publier, et choisit les
personnes les plus capables d'en préparer et d'en suivre la
publication.

Il nomme, pour chaque ouvrage à publier, un Commissaire responsable
chargé d'en surveiller l'exécution.

Le nom de l'Éditeur sera placé en tête de chaque volume.

Aucun volume ne pourra paraître sous le nom de la Société sans
l'autorisation du Conseil, et s'il n'est accompagné d'une déclaration
du Commissaire responsable, portant que le travail lui a paru mériter
d'être publié.


_Le Commissaire responsable soussigné déclare que le tome II de
l'Édition des_ CHRONIQUES DE J. FROISSART, _préparée par_ M. SIMÉON
LUCE, _lui a paru digne d'être publié par la_ SOCIÉTÉ DE L'HISTOIRE DE
FRANCE.

    _Fait à Paris, le_ 1er _mai_ 1870.

    _Signé_ L. DELISLE.

    _Certifié_,

    Le Secrétaire de la Société de l'Histoire de France,

    J. DESNOYERS.



SOMMAIRE.



SOMMAIRE.



CHAPITRE XXXIV.

   1340. OUVERTURE DES HOSTILITÉS ENTRE LES ROIS DE FRANCE ET
   D'ANGLETERRE (§§ 99 à 101).


Irrité de la destruction d'Aubenton et du ravage de la Thiérache,
Philippe de Valois charge Jean son fils, duc de Normandie, d'envahir le
Hainaut à la tête d'une puissante armée. P. 1, 185, 187.

En Gascogne, le comte de l'Isle reçoit l'ordre d'envahir le Bordelais
et en général toutes les terres et seigneuries des Anglais et de leurs
adhérents.--Noms des principaux seigneurs qui prennent part à cette
campagne.--Les Français ravagent les terres d'Albret[1] et de
Pommiers[2], et en général les possessions des seigneurs de Lesparre,
de _Cars_[3] et de Mussidan[4]. P. 1, 2, 187 et 188.

  [1] Labrit, Landes, arr. Mont-de-Marsan. La forme la plus
  ordinaire de ce nom dans les mss. des Chroniques de Froissart est
  _Labreth_. Albret est devenu le nom historique de l'illustre
  famille à qui appartenait cette seigneurie.

  [2] Pommiers, Gironde, comm. Saint-Félix de Foncaude, arr. la
  Réole, c. Sauveterre.

  [3] On peut lire dans le ms. d'Amiens _Tarse_ ou _Carse_. Après
  avoir adopté la leçon Tarse, nous donnons la préférence à Carse,
  parce qu'il s'agit peut-être de Cars, Gironde, arr. et c. Blaye.

  [4] Dordogne, arr. Ribérac.

En même temps, le roi de France renforce la grosse flotte des écumeurs,
commandée par Hue Quieret et Barbavara qui se tient en face des côtes
de Flandre pour empêcher Édouard III de repasser sur le continent. P. 2
et 188.

Louis de Nevers, comte de Flandre, et la comtesse Marguerite sa femme,
vivent à Paris à la charge du roi de France, car ils ne reçoivent rien
des rentes et revenus de leur comté. Les collecteurs de ces revenus
n'en rendent compte qu'à Jacques d'Arteveld et à certains bourgeois de
Gand, de Bruges, d'Ypres et de Courtrai, à ce députés; on les met en
réserve afin que le pays y puisse recourir en cas de besoin et aussi en
prévision d'une réconciliation avec le comte de Flandre. Les dépenses
de Jacques d'Arteveld sont imputées sur des tailles spéciales levées
toutes les semaines. Louis de Flandre engage le roi de France à
contraindre les Flamands à l'obéissance en les menaçant de les faire
excommunier par le pape. P. 185.

Philippe de Valois, qui voit les Flamands disposés à entrer dans la
ligue formée contre lui par les Allemands, les Brabançons, les
Hainuyers et les Anglais, essaye de les gagner par la persuasion avant
d'en venir aux mesures de rigueur. Le comte Raoul d'Eu et de Guines,
connétable de France, les seigneurs de Montmorency et de Saint-Venant,
les évêques de Paris et de Chartres, sont envoyés à Tournay et
reçoivent mission de s'aboucher et de traiter avec les députés des
villes de Flandre. Ceux-ci déclarent qu'ils n'entendront à rien tant
que le roi de France n'aura pas rendu Lille, Douai, Béthune et les
dépendances de ces villes. Les commissaires de Philippe de Valois
jugent qu'une entente est impossible dans ces conditions, et l'on se
sépare sans avoir rien fait. P. 185 et 186.

A l'instigation du roi de France, le pape (Benoit XII) lance une bulle
d'excommunication contre les Flamands et l'envoie aux évêques de
Cambrai, de Tournay et de Thérouanne. Il est défendu aux prêtres de
chanter la messe sous peine d'encourir l'excommunication et de perdre
leurs bénéfices. Informé de cette situation, Édouard III promet aux
Flamands de leur amener, à son prochain retour sur le continent, des
prêtres de son pays pour chanter la messe, que le pape le veuille on
non, car comme roi d'Angleterre il a parfaitement le droit de le faire.
Grand mécontentement des prêtres de Flandre privés de leur casuel par
la défense du pape. P. 2, 3, 186 et 187.

Philippe de Valois donne l'ordre aux gens d'armes de ses garnisons de
Tournay, de Lille, de Douai et des châteaux voisins de faire la guerre
aux Flamands et de porter le ravage dans leur pays. Chevauchée des
Français jusqu'aux portes de Courtrai, incendie des faubourgs de cette
ville et de tout le pays environnant, notamment de Dottignies[5];
retour par la rivière du Lis et par Warnêton[6]; capture de plus de dix
mille blanches bêtes, de trois mille porcs, de deux mille grosses
bêtes, sans compter cinq cents personnes, hommes, femmes et enfants,
emmenés pour être mis à rançon. P. 3 et 4, 188 et 189.

  [5] Belgique, Fl. occ., arr. et c. Courtrai.

  [6] Belgique, Fl. occ., arr. Ypres, c. Messines.

Expédition de Jacques d'Arteveld contre Tournay à la tête d'une
puissante armée de Flamands. Arrivé au Pont de Fer[7], entre Audenarde
et Tournay, le chef des Flamands attend que les comtes de Salisbury et
de Suffolk, qui se tiennent en garnison à Ypres, et le contingent du
Franc de Bruges, viennent le rejoindre. P. 4, 5, 189.

  [7] Pont de Fer paraît être une forme francisée du flamand
  _Verbruk_. Verbruk est aujourd'hui un hameau d'Amougies, sur le
  Rhosne, Belgique, Fl. or., arr. Audenarde, c. Renaix. Cette
  localité est située à peu près à égale distance d'Audenarde et de
  Tournay (note communiquée par mon jeune et savant collègue M. A.
  Longnon).

Les Flamands occupent Poperinghe, Messines[8], Bergues[9], Cassel[10],
Bourbourg[11], Furnes, Nieuport[12], Dunkerque, Gravelines[13]. Les
Français ont mis garnison à Saint-Omer, à Thérouanne, à Aire[14] et à
Saint-Venant[15]. Le roi de France envoie deux cents lances de Savoie
et de Bourgogne à Lille sous les ordres d'Amé de Genève[16], de [Hue]
de Châlon[17], des seigneurs de Villars[18] et de Groslée[19]. P. 5 et
191.

  [8] Poperinghe et Messines sont situés en Belgique, Fl. occ. arr.
  Ypres.

  [9] Nord, arr. Dunkerque.

  [10] Nord, arr. Hazebrouck.

  [11] Nord, arr. Dunkerque.

  [12] Belgique, Fl. occ., arr. Furnes, à 38 kil. de Bruges.

  [13] Nord, arr. Dunkerque.

  [14] Thérouanne et Aire sont situés dans le Pas-de-Calais, arr.
  Saint-Omer.

  [15] Pas-de-Calais, arr. Béthune, c. Lillers.

  [16] Amé, comte de Genève, figure sur les montres de l'host de
  Bouvines, dans la bataille du comte de Savoie: «Amé, comte de
  Genève, 6 chev. bann., 3 bach., 3 esc. bann. comptez comme bach.,
  252 esc.» Bibl. imp., De Camps, portef. 83, fo 344 vo.

  [17] «Hue, vidame de Chalon, 4(bach.), 20 esc.» De Camps, portef.
  83, fo 225.

  [18] «Humbert, seigneur de Villars, bann., 3 bann., 6 bach., 82
  esc.; venu de Montroyal en Montagne.» De Camps, portef. 83, fo
  334 vo.

  [19] «Agot des Baus et Guy de Groullée, chev. bann., venus en la
  guerre du roy pour M. le dauphin de Vienne avec 7 autres bann., 4
  bach., 3 esc. bann., 179 esc.» De Camps, 83, fo 345.

Pendant le trajet d'Ypres au Pont de Fer, les comtes de Salisbury et de
Suffolk tombent, malgré les avis de Waflard de la Croix, dans une
embuscade dressée contre eux près de Lille et sont faits prisonniers
par les habitants de cette ville qui les livrent à Philippe de Valois.
Jacques d'Arteveld, découragé, congédie ses gens d'armes et retourne à
Gand. P. 5 à 8, 189 à 193.



CHAPITRE XXXV.

   1340. INCURSIONS DES FRANÇAIS EN HAINAUT, NOTAMMENT AUX ENVIRONS
   DE VALENCIENNES (§§ 102 à 107).


Jean, duc de Normandie, réunit à Saint-Quentin une puissante armée pour
envahir le Hainaut.--Noms des principaux seigneurs qui font partie de
l'expédition.--De Saint-Quentin, l'armée du duc de Normandie se dirige
en passant par Bohain[20] vers le Cateau-Cambrésis[21] et vient loger
près de cette ville en un lieu appelé Montay[22], à l'entrée du
Hainaut, sur la Selle[23]. P. 8 et 9, 193 à 195.

  [20] Aujourd'hui Bohain-en-Vermandois, Aisne, arr. Saint-Quentin.

  [21] Le Cateau, Nord, arr. Cambrai.

  [22] Nord, arr. Cambrai, c. le Cateau.

  [23] La Selle, affluent de la rive droite de l'Escaut, prend sa
  source au sud du Cateau dans une vallée appelée Fons-Selle, et se
  jette dans l'Escaut à Denain.

Gérard de Verchin, sénéchal de Hainaut, se met à la tête de soixante
lances, passe à Forest[24] sur la frontière du Hainaut, et va réveiller
au milieu de la nuit les Français qui se tiennent à Montay, à une
petite lieue de Forest. Deux puissants chevaliers de Normandie, les
seigneurs de Bailleul et de Bréauté[25], sont assaillis les premiers:
le seigneur de Bailleul est tué et les seigneurs de Bréauté et de
Brimeux sont emmenés prisonniers à Valenciennes. P. 9 à 11, 195 à 197.

  [24] Nord, arr. Avesnes, c. Landrecies.

  [25] Les noms de ces deux chevaliers figurent précisément à la
  suite l'un de l'autre sur les montres de la bataille de Raoul,
  comte d'Eu, lieutenant ès frontières de Flandre, du 9 mars au 1er
  octobre 1340: «Pierre, seign. de Bailleul en Caux, bann., 2
  bach., 4 esc.--Guillaume de Briauté bach. et 3 esc.» De Camps,
  portef. 83, fo 317.

Le lendemain matin, le duc de Normandie, furieux de cette attaque
nocturne, donne l'ordre d'entrer en Hainaut et d'y porter partout
l'incendie et le ravage. Les Français, divisés en plusieurs corps
d'armée et courant dans toutes les directions, dévastent et
brûlent Forest, Vertain[26], Vertigneul[27], Escarmain[28],
Vendegies-au-Bois[29], Vendegies-sur-Écaillon[30], Bermerain[31],
_Calaumes_[32], Salesches[33], Orsinval[34], Villers-en-Cauchie[35],
Gommegnies[36], Maresches[37], Villers-Pol[38], Poix[39],
Préseau[40], Amfroipret[41], Preux[42], Frasnoy[43], Obies[44],
Wargnies-le-Grand[45], Wargnies-le-Petit[46], Saint-Vaast[47] en
Bavaisis, Louvignies[48], Mecquignies[49]; ils brûlent les moulins et
rompent les écluses du vivier de Quélipont[50]. Tous les villages
compris entre les rivières de Selle et de Honneau[51] deviennent la
proie des flammes[52]. Les habitants du pays se sont réfugiés,
emportant ce qu'ils ont de plus précieux, à Bouchain[53], à
Valenciennes, à Bavai, au Quesnoy, à Landrecies[54], à Maubeuge[55] et
dans les autres forteresses des environs qui sont tenables. Les
Français mettent le feu aux faubourgs du Quesnoy et de Bavai. Le
sénéchal de Hainaut, craignant pour son château de Verchin[56], est
allé s'y enfermer avec trente lances, laissant Valenciennes sous la
garde du seigneur d'Antoing. La nuit d'après cette première journée
d'invasion, le duc de Normandie vient camper dans les belles prairies
de Haussy[57] et de Saulzoir[58], sur les bords de la rivière de Selle,
depuis Haspres[59] jusqu'à Solesmes[60]. P. 11 et 12, 197 à 199.

  [26] Nord, arr. Cambrai, c. Solesmes.

  [27] Aujourd'hui hameau de la comm. de Romeries, Nord, arr.
  Cambrai, c. Solesmes.

  [28] Nord, arr. Cambrai, c. Solesmes.

  [29] Nord, arr. Avesnes, c. le Quesnoy.

  [30] Nord, arr. Cambrai, c. Solesmes.

  [31] Ibid.

  [32] Calaumes désigne sans doute la Chapelle Callome, dépendance
  de Bermerain, qui figure encore sur la carte de Cassini.

  [33] Nord, arr. Avesnes, c. le Quesnoy.

  [34] Ibid.

  [35] Nord, arr. Cambrai, c. Carnières.

  [36] Nord, arr. Avesnes, c. le Quesnoy.

  [37] Ibid.

  [38] Ibid.

  [39] Ibid.

  [40] Nord, arr. et c. Valenciennes.

  [41] Nord, arr. Avesnes, c. Bavai.

  [42] Aujourd'hui Preux-au-Sart, Nord, arr. Avesnes, c. le
  Quesnoy.

  [43] Ibid.

  [44] Nord, arr. Avesnes, c. Bavai.

  [45] Nord, arr. Avesnes, c. le Quesnoy.

  [46] Ibid.

  [47] Aujourd'hui Saint-Vaast-la-Valleé, Nord, arr. Avesnes, c.
  Bavai.

  [48] Aujourd'hui Louvignies-lès-Bavai, sur un affluent du Honneau
  ou Hongneau.

  [49] Nord, arr. Avesnes, c. Bavai.

  [50] Aujourd'hui lieu-dit de la comm. du Preux-au-Sart.

  [51] Le Honneau ou Hongneau est un petit cours d'eau sorti de la
  forêt de Mormal, qui se jette dans la Haine, affluent de la rive
  droite de l'Escaut.

  [52] Froissart dit que cette incursion poussée jusque dans le
  Bavaisis fut faite par l'avant-garde de l'armée du duc de
  Normandie, et que l'un des chefs de cette avant-garde était
  Thibaud de Moreuil. Les montres conservées par De Camps
  confirment sur ce point le témoignage du chroniqueur; mais tandis
  que Froissart semble mettre la chevauchée dont il s'agit avant
  l'attaque contre Valenciennes, c'est-à-dire en juin 1340, les
  montres la placent après cette attaque, puisqu'elles la reportent
  au mois de juillet. «Gens d'armes qui servirent Thibaut de
  Moreuil en la chevauchée de Bavai en Hainaut _ou mois de juillet_
  1340: Enguerran, sire de Coucy, bann., 1 bann., 11 bach., 59
  esc.; Raoul Flamenc, seigneur de Canny, chev. bann., 2 bach., 19
  esc.; Mathieu d'Espineuses bach. 3 esc.» De Camps, portef. 83, fo
  346.

  [53] Nord, arr. Valenciennes, sur l'Escaut.

  [54] Nord, arr. Avesnes, sur la Sambre.

  [55] Ibid.

  [56] Nord, arr. et c. Valenciennes, sur l'Écaillon.

  [57] Nord, arr. Cambrai, c. Solesmes, sur la Selle.

  [58] Ibid.

  [59] Nord, arr. Valenciennes, c. Bouchain, dans une île formée
  par la Selle.

  [60] Nord, arr. Cambrai, sur la Selle.

Valerand, seigneur de Fauquemont (Valkenburg), capitaine de Maubeuge,
laisse cette ville sous la garde des seigneurs de Beaurieu et de
Montegny, et après avoir chevauché tout un jour en longeant la forêt de
Mormal[61], passe à gué la Selle et vient vers minuit réveiller le duc
de Normandie et son armée. Du côté des Français, le seigneur de
Picquigny[62] est tué, le vicomte des Quesnes[63] et le Borgne de
Rivery[64] sont faits prisonniers dans cette alerte. Puis le seigneur
de Fauquemont court se réfugier sous Thierry de Valcourt, maréchal de
Hainaut, au Quesnoy[65], qui n'était point alors aussi bien fortifié
qu'il fut soixante ans plus tard. P. 12, 13, 199, 200, 204.

  [61] Au quatorzième siècle, la forêt de Mormal, située sur la
  rive gauche de la Sambre, s'étendait depuis Landrecies au sud
  jusque près de Bavai au nord; elle avait pour limite à l'ouest la
  voie romaine, dite Chaussée Brunehaut, du Cateau à Bavai.

  [62] A l'host des frontières de Flandre, du 9 mars 1339 au 1er
  octobre 1340, dans la bataille des maréchaux de France figurent:
  «Robert de Pinquigny, chev. bann., 2 chev. bach. et 12 esc.; venu
  de Fluy lès Pinquigny (Fluy, Somme, arr. Amiens, c.
  Molliens-Vidame); Regnaut et Jean de Pinquigny et 8 esc.» De
  Camps, portef. 83. fo 320 vo.

  [63] Le personnage désigné ici par le titre de vicomte des
  Quesnes est Guillaume des Quesnes, vicomte de Poix, qui figure
  aussi avec son fils Renaud des Quesnes à l'host de Flandre de
  1339 à 1340: «Guillaume des Quesnes, vicomte de Pois, chev.
  bann., 2 bach., 11 esc.; venu de Quesnes (auj. le Quesne, Somme,
  arr. Amiens, c. Hornoy). De Camps, 83, fo 337 vo.--«Regnaut des
  Quesnes, bach., 27 esc.» fo 323.

  [64] A l'host des frontières de Flandre de 1339 à 1340, parmi les
  écuyers de la bataille des maréchaux de France, figure: «le
  Borgne de Rivery, 1 esc.; venu de Rivery près d'Amiens.» De
  Camps, 83, fo 327.

  [65] «Pons Cornillon de la Balme fut fait chevalier _devant le
  Quesnoy le 7 juin_.» Ibid., fo 334.

Les Français brûlent Felaines,[66] Famars[67], Sepmeries[68],
Baudignies[69], Artres[70], _Artriel_[71], Saultain[72], Curgies[73],
Estreux[74], Aulnoy[75], Jenlain[76], Beauvoir[77], Rombies[78] et
viennent camper sur la rivière d'Uintiel[79] (la Rhonelle), aux
alentours de Querenaing[80]. Quarante hommes d'armes hainuyers des
garnisons de Condé[81], de Montroeul-sur-Haine[82], de Quiévrain[83] et
de Quiévrechain[84] se mettent en embuscade dans les bois de
Roisin[85], mais ils n'osent attaquer les coureurs français qui
chevauchent au nombre de plus de quatre cents lances. P. 13, 14 et 201.

  [66] Aujourd'hui Pont-à-Felaines, lieu-dit de la commune de
  Famars.

  [67] Nord, arr. et c. Valenciennes.

  [68] Nord, arr. Avesnes, c. le Quesnoy.

  [69] Ibid.

  [70] Nord, arr. et c. Valenciennes.

  [71] _Artriel_ était sans doute une dépendance d'Artre, comme
  Angriel est une dépendance d'Angre et Sebourquiel une dépendance
  de Sebourg; mais ce hameau a disparu. Un terrain vague, situé
  près d'Artre, s'appelle encore aujourd'hui _le Triez_; peut-être
  conserve-t-il le souvenir de l'Artriel de Froissart (note
  communiquée par M. Caffiaux).

  [72] Nord, arr. et c. Valenciennes.

  [73] Ibid.

  [74] Ibid.

  [75] Ibid.

  [76] Nord, arr. Avesnes, c. le Quesnoy.

  [77] Aujourd'hui hameau de la commune de Havay, Belgique, prov.
  Hainaut, arr. Mons, c. Pâturages.

  [78] Rombies-et-Marchipont, Nord, arr. et c. Valenciennes.

  [79] Uintiel, Untiel, Ontiel, Ointiel est l'ancien nom de la
  rivière qui s'appelle maintenant la Rhonelle, affluent de la rive
  droite de l'Escaut, qui se jette dans ce fleuve à Valenciennes.

  [80] Nord. arr. et c. Valenciennes, entre la Rhonelle et
  l'Écaillon.

  [81] Nord, arr. Valenciennes, au confluent de l'Escaut et de la
  Hayne.

  [82] Belgique, prov. Hainaut, arr. Mons, c. Boussu.

  [83] Belgique, prov. Hainaut, arr. Mons, c. Dour.

  [84] Nord, arr. et c. Valenciennes, sur la petite Honnelle.

  [85] Belgique, prov. Hainaut, arr. Mons, c. Dour.

Le lendemain, par une belle matinée du mois de mai[86], le duc de
Normandie vient camper à Famars sur une colline appelée le Mont de
Castres[87]. Quelques-uns de ses gens d'armes descendent du Mont de
Castres, mettent le feu à Marly[88] et aux faubourgs de la porte de
Cambrai. Grand émoi à Valenciennes; on sonne les cloches et le beffroi
à toute volée. La rue de Cambrai se remplit de bourgeois en armes qui
veulent marcher contre l'ennemi. Henri d'Antoing, qui garde les clefs
de la porte de Cambrai, et Jean de Baissi, prévôt de la ville,
s'efforcent de contenir les impatients. P. 202.

  [86] Les Français se mirent en marche pour attaquer Valenciennes
  dans les premiers jours de mai 1340. Par acte daté du 2 mai 1340,
  Raoul, comte d'Eu, connétable de France, mande aux bourgeois de
  Valenciennes qu'ils n'aient point à soutenir les Anglais ni leurs
  alliés contre le roi de France (Orig. parch., Archives du Nord).
  La principale attaque dirigée contre cette ville dut avoir lieu
  le 22 mai, jour où il y eut du côté des Français une promotion de
  chevaliers: «Loys de Tournon fait chevalier nouvel _devant
  Valenciennes_, le 22 mai.» De Camps, portef. 83, fo 334.

  [87] Le Mont de Castres (_mons castrorum_) est le nom de la
  colline sur laquelle est bâti Famars. Au quatrième siècle, après
  la ruine de Bavai, les Romains y avaient construit une enceinte
  fortifiée dont quelques débris subsistent encore.

  [88] Nord, arr. et c. Valenciennes.

Une troupe de coureurs français livre un assaut infructueux à la tour
carrée de Maing[89], qui était alors à Jean Bernier de Valenciennes et
qui fut depuis à Jean de Neuville. Ces coureurs, n'ayant pu traverser
l'Escaut à Trith[90] parce que le pont a été coupé par les habitants,
passent le fleuve aux Planches à Prouvy[91], mettent le feu aux maisons
et aux moulins de Prouvy et de Rouvignies[92], et, après avoir refait
le pont[93] de Trith, brûlent _Wercinniel_, Bourlain[94] et Infier[95],
d'où les flammèches volent jusqu'à Valenciennes. P. 15, 204 et 205.

  [89] Ibid.

  [90] Aujourd'hui Trith-Saint-Léger, Nord, arr. et c.
  Valenciennes.

  [91] Ibid.

  [92] Ibid.

  [93] Le pont jeté en cet endroit sur l'Escaut, pour relier Famars
  à la rive gauche du fleuve, avait donné son nom à un village
  aujourd'hui détruit; la tradition faisait remonter aux Romains la
  construction de ce pont.

  [94] On appelle encore _marais de Bourlain_ un lieu-dit de la
  banlieue de Valenciennes, près de l'Escaut, du côté de la porte
  de Cambrai.

  [95] Le _marais d'Infier_ figure aussi comme lieu-dit sur les
  relevés du cadastre; mais il est plus rapproché de Trith que
  Bourlain (Note de M. Caffiaux).

D'autres coureurs, ayant à leur tête trois chevaliers poitevins,
Boucicaut[96], Guillaume Blondel[97] et le seigneur de Surgères[98],
passent l'Escaut assez près de Valenciennes, au pont qu'on dit à la
Tourelle à Goguel, brûlent Heurtebise[99], et s'avancent vers
Bellaing[100] et Hérin[101]. Un certain nombre de gens d'armes de
Valenciennes[102] sortent de la ville par les deux portes d'Anzin[103],
la grande et la petite, et marchent à la rencontre de ces pillards. Un
combat s'engage au-dessus d'une église qu'on dit de Saint-Vaast[104].
Déroute des Français. [Gui] de Surgères se sauve du côté du village de
Hérin et court se jeter dans les bois d'Aubry[105], d'où, le soir venu,
par le pont de Heurtebise et le pont de Trith, il regagne le camp du
Mont de Castres. Boucicaut veut résister; il est fait prisonnier et
amené à Valenciennes. P. 15, 16, 202 et 203, 205 et 206.

  [96] Boucicaut figure sur les montres de l'host de Bouvines dans
  la bataille du roi parmi les bacheliers: «Pour M. Boucicaut et 3
  escuiers; venu de Poitou.» De Camps, 83, fo 404 vo.

  [97] Au lieu de Guillaume Blondel, le ms. de Rome mentionne Gui
  Poteron.

  [98] Gui (et non Jacques) de Surgères figure à l'host de Bouvines
  dans la bataille du roi de Navarre: «Guy de Surgières, bann., 6
  bach., 37 esc.» De Camps, 83, fo 335 vo.

  [99] Heurtebise est indiqué sur la carte de Cassini comme un
  écart de Trith-Saint-Léger, près de la chaussée de Bouchain à
  Valenciennes.

  [100] Nord, arr. et c. Valenciennes.

  [101] Ibid.

  [102] D'après la première et la troisième rédaction, les
  Valenciennois vainqueurs à Saint-Vaast étaient commandés par
  Gérard de Verchin, sénéchal de Hainaut.

  [103] Anzin est à 2 kil. N. O. de Valenciennes, sur la route de
  cette ville à Lille.

  [104] Aujourd'hui Saint-Vaast-là-Haut, lieu-dit de la banlieue de
  Valenciennes. Saint-Vaast, Beaurepaire et la Tasnerie étaient
  trois seigneuries dépendantes de cette ville.

  [105] A la place du bois d'Aubry s'élève aujourd'hui le village
  appelé Petite-Forêt-de-Raismes, érigé en commune en 1801.

Le duc de Normandie, voyant que les habitants de Valenciennes ne sont
pas disposés à accepter la bataille et n'espérant pas prendre leur
ville d'assaut, se décide à revenir vers Cambrai. Au retour, ses gens
d'armes incendient Maing, l'abbaye de Fontenelle[106], Trith, Prouvy,
Rouvignies, Douchy[107], Thiant[108], Monchaux[109], et en général tout
le pays qui s'étend entre Valenciennes et Cambrai. P. 17, 18, 208 et
209.

  [106] Abbaye de femmes de l'ordre de Cîteaux située sur le
  territoire de la paroisse de Maing, près de l'ancienne route de
  Valenciennes à Cambrai.

  [107] Nord, arr. Valenciennes, c. Bouchain sur la Selle.

  [108] Nord, arr. et c. Valenciennes.

  [109] Ibid., sur l'Écaillon.

Après le départ des Français, les Valenciennois viennent mettre le feu
au camp du Mont de Castres; ils y trouvent quelques brigands et Génois
qui, plongés dans un sommeil alourdi par l'ivresse, ne sont pas partis
avec le gros de l'armée; ils les brûlent tout vivants. P. 19.

Le duc de Normandie met le siége devant le château d'Escaudœuvres[110].
Gérard de Sassegnies, capitaine de ce château pour le comte de Hainaut,
le livre par trahison aux assiégeants. Les habitants de Cambrai
abattent les remparts d'Escaudœuvres; ils emploient les matériaux
provenant de cette démolition à fortifier la porte Robert qui regarde
le Hainaut. Gérard de Sassegnies devait expier bientôt sa trahison en
subissant à Mons la peine capitale[111]. P. 19, 20, 209 à 211.

  [110] Nord, arr. et c. Cambrai, sur l'Escaut, à 3 kil. N. E. de
  Cambrai.

  [111] Le château d'Escaudœuvres fut pris avant le 3 juin 1340.
  Par une charte datée du 3 juin 1340, le duc de Normandie mande,
  du château d'Escaudoeuvres, aux bourgeois de Valenciennes, de ne
  point servir le comte de Hainaut ni son oncle le seigneur de
  Beaumont, qui s'étaient joints aux Anglais pour nuire au royaume
  de France (Orig. parch., aux Archives du Nord).

Les garnisons françaises de Douai et de Lille ravagent l'Ostrevant;
elles pillent et brûlent Aniche[112], la moitié d'Abscon[113],
Escaudain[114], Erre[115], Fenain[116], Denain[117], Montigny[118],
Warlaing[119], Masny[120], Auberchicourt[121], Lourches[122],
Saulx[123], Roeulx[124], Neuville[125], Lieu-Saint-Amand[126],
Bugnicourt[127], Monchecourt[128]. En revanche, les gens d'armes
hainuyers en garnison à Bouchain mettent le feu à la moitié d'Abscon
qui se tient française et dévastent tous les villages et hameaux
jusqu'aux portes de Douai, notamment les villages d'Esquerchin[129] et
de Lambres[130].

  [112] Nord, arr. et c. Douai.

  [113] Nord, arr. Valenciennes, c. Bouchain. Une moitié de ce
  village tenait, comme on le verra plus bas, pour les Hainuyers,
  l'autre moitié pour les Français.

  [114] Nord, arr. Valenciennes, c. Bouchain.

  [115] Nord, arr. Douai, c. Marchiennes.

  [116] Ibid.

  [117] Nord, arr. Valenciennes, c. Bouchain.

  [118] Nord, arr. et c. Douai.

  [119] Hameau de la commune d'Alnes, Nord, arr. Douai, c.
  Marchiennes.

  [120] Nord, arr. et c. Douai. Le nom de cette seigneurie
  s'écrivait autrefois Mauny; elle appartenait à l'illustre famille
  de ce nom.

  [121] Nord, arr. et c. Douai.

  [122] Nord, arr. Valenciennes, c. Bouchain.

  [123] Hameau de la commune de Lourches.

  [124] Nord, arr. Valenciennes, c. Bouchain.

  [125] Aujourd'hui Neuville-sur-l'Escaut, Nord, arr. Valenciennes,
  c. Bouchain.

  [126] Nord, arr. Valenciennes, c. Bouchain.

  [127] Nord, arr. Douai, c. Arleux.

  [128] Ibid.

  [129] Nord, arr. et c. Douai.

  [130] Ibid.

Escarmouche entre la garnison française de la Malmaison, composée
d'Allemands dont Albrecht de Cologne est le chef pour l'évêque de
Cambrai[131] et la garnison de Landrecies dont le seigneur de Potelles
est capitaine pour le comte de Hainaut. Le seigneur de Potelles est tué
par Albrecht de Cologne, mais les compagnons de celui-ci sont mis en
déroute, tués ou faits prisonniers par les Hainuyers. P. 21 à 23, 211
et 212.

  [131] La forteresse de la Malmaison située dans la commune d'Ors
  (Nord, arr. Cambrai, c. le Cateau), sur la rive gauche de la
  Sambre, appartenait en effet aux évêques de Cambrai; mais en 1340
  Sohier de Gand en était capitaine et il avait sous ses ordres 20
  écuyers pour le roi de France. (De Camps, 83, fo 458 vo.)

Le seigneur de Floyon succède au seigneur de Potelles comme gardien de
Landrecies et chevauche souvent contre les garnisons françaises de
Bohain, de la Malmaison, du Cateau-Cambrésis[132], de Beauvois[133] et
de Serain[134]. Pendant ce temps, le comte de Hainaut, de retour
d'Angleterre, s'est rendu en Allemagne auprès de l'empereur Louis de
Bavière; et Jean de Hainaut est allé en Brabant et en Flandre implorer
le secours du duc de Brabant, de Jacques d'Arteveld et des Flamands. P.
23, 24, 212, 213.

  [132] Au Cateau, Jean de Honnecourt était châtelain pour le roi
  de France. De Camps, 83, fo 458.

  [133] Nord, arr. Cambrai, c. Carnières.

  [134] Aisne, arr. Saint-Quentin, c. Bohain.



CHAPITRE XXXVI.

   1340. SIÉGE ET PRISE DE THUN-L'ÉVÊQUE PAR LES FRANÇAIS.--OFFRES
   DE COMBAT FAITES PAR LE COMTE DE HAINAUT; REFUS DU DUC DE
   NORMANDIE[135] (§§ 108 à 112).

  [135] Cf. Jean le Bel, chap. xxxv, t. I, p. 171 à 173.


Le duc de Normandie vient, sur les instances des Cambrésiens, mettre le
siége devant la forteresse de Thun-l'Évêque[136] dont les Hainuyers se
sont emparés et d'où ils portent le ravage aux environs de la cité de
Cambrai. La garnison a pour chefs un chevalier du parti anglais nommé
Richard de Limozin et deux écuyers du Hainaut, frères de Gautier de
Mauny, Jean et Thierry de Mauny. Craignant d'être empestés par les
bêtes mortes et puantes que jettent les engins des assiégeants, les
assiégés demandent et obtiennent une trêve de quinze jours; ils
promettent de se rendre au duc de Normandie s'ils ne sont pas secourus
par Jean de Hainaut dans cet intervalle. Catherine de Wargnies,
chanoinesse de l'abbaye de Denain, qui s'est enfermée dans Thun par
amour pour Jean de Mauny dont elle est la maîtresse, et que le fracas
du siége incommode beaucoup à cause de son état de grossesse avancée,
profite de la trêve pour se retirer à Bouchain. P. 24 à 26, 212 à 214.

  [136] La prise de Thun-l'Evêque eut lieu dans le courant du mois
  de juin 1340. Des lettres d'amortissement de 20 livres de rente
  sans justice et forteresse, délivrées pour la fondation d'une
  chapelle à «Gieffroy de Gienville», clerc et conseiller du roi,
  sont datées de _noz tentes, après la prise du chastel de Thun,
  l'an 1340 au mois de juing_. Arch. de l'Empire, sect. hist.,
  JJ73, fo 117, p. 137.

Sur ces entrefaites, le comte de Hainaut revient dans son pays. Il
réunit en toute hâte une puissante armée pour marcher au secours de la
garnison de Thun-l'Évêque et vient camper à Naves et à Iwuy sur la rive
droite de l'Escaut; il est bientôt rejoint par le comte de Namur, le
duc de Brabant et les grands seigneurs des marches d'Allemagne alliés
du roi d'Angleterre. P. 27 et 28, 215 et 216.

L'armée du duc de Normandie est campée de l'autre côté de la rivière,
sur la rive gauche de l'Escaut. A la nouvelle de l'arrivée du comte de
Hainaut, Philippe de Valois, qui se tenait depuis six semaines à
Péronne, accourt rejoindre Jean son fils à la tête de douze cents
lances; mais comme le roi de France a fait serment de ne pas pénétrer à
main armée sur le territoire de l'Empire, le duc de Normandie conserve
le commandement nominal, tout en n'agissant que d'après le conseil de
son père. P. 28, 216.

Quatre jours après son arrivée devant Thun-l'Évêque, l'armée du comte
de Hainaut se renforce d'une troupe de Valenciennois que commande Jean
de Baissi, prévôt de la ville. Richard de Limozin et les autres gens
d'armes de la garnison de Thun-l'Évêque profitent d'une escarmouche
entre Français et Valenciennois pour se sauver dans une barque et aller
rejoindre le comte de Hainaut qui les remercie et les félicite de leur
belle défense. P. 29, 216 et 217.

Les Français ravagent l'Ostrevant et les Hainuyers le Cambrésis. Le
comte de Hainaut reçoit un renfort de soixante mille Flamands amenés
par Jacques d'Arteveld; il offre la bataille au duc de Normandie qui la
refuse. Le comte de Hainaut réunit alors les plus grands barons de
l'armée pour leur communiquer la réponse du duc de Normandie et leur
demander conseil; il veut faire un pont sur l'Escaut afin d'aller
livrer bataille aux Français. Le duc de Brabant combat ce projet; il
est d'avis qu'on se sépare sans avoir rien fait et qu'on attende
l'arrivée prochaine du roi d'Angleterre qui doit se joindre à ses
alliés pour mettre le siége devant Tournay. Malgré l'opposition du duc
de Brabant dont les gens d'armes, surtout ceux de Bruxelles et de
Louvain, sont impatients de retourner dans leurs foyers, le comte de
Hainaut n'en persiste pas moins dans son projet de livrer bataille aux
Français. P. 29 à 31, 217, 218.

Le comte de Hainaut charge Jean de Hainaut, seigneur de Beaumont, son
oncle, de demander trois jours de répit aux Français, le temps de
construire un pont sur l'Escaut afin que les deux armées puissent se
joindre et en venir aux mains. Au moment où Jean de Hainaut chevauche
sur la rive droite de l'Escaut et se dispose à accomplir son message,
il aperçoit sur la rive opposée un chevalier de Normandie de sa
connaissance, le seigneur de Maubuisson[137]; il prie ce chevalier de
transmettre au roi de France ou au duc de Normandie la proposition du
comte de Hainaut. Le conseil du roi de France répond au seigneur de
Maubuisson que l'on est résolu à ne pas changer de tactique vis-à-vis
du comte de Hainaut, qu'on veut d'abord le ruiner en traînant la guerre
en longueur, que cela fait, on envahira son pays pour y porter le
ravage. Jean de Hainaut, à qui le seigneur de Maubuisson vient
rapporter cette réponse, la transmet au comte de Hainaut, son neveu,
qui la reçoit avec un profond déplaisir. P. 32 à 34, 218.

  [137] Jean de Maubuisson figure à l'host de Bouvines, parmi les
  _bacheliers sous les maréchaux_: «Jean de Maubuisson et 1 escuier
  venu de Montigny lez Gisors.» De Camps, portef. 83, fo 366.



CHAPITRE XXXVII.

   1340. DÉFAITE DE LA FLOTTE FRANÇAISE PAR LA FLOTTE ANGLAISE
   DEVANT L'ÉCLUSE; ARRIVÉE D'ÉDOUARD III ET DE SON ARMÉE EN
   FLANDRE[138] (§§ 113 à 117).

  [138] Cf. Jean le Bel, chap. XXXVI, t. I, p. 171 à 173.


La veille de la fête de saint Jean-Baptiste (23 juin), Édouard III
s'embarque sur la Tamise et cingle vers l'Écluse[139] (Sluis), en
Flandre. La flotte anglaise, composée de plus de cent vaisseaux, porte
quatre mille hommes d'armes et douze mille archers. La flotte française
est encore supérieure en nombre à la flotte anglaise. Montée par des
marins normands, picards et génois, sous les ordres du Normand
[Nicolas] Behuchet, du Picard Hue Quieret et du Génois Barbavara, cette
flotte stationne près de Blankenberghe[140], entre Kadzand[141] et
l'Écluse, pour arrêter au passage le roi d'Angleterre. La bataille
s'engage devant l'Écluse le 24 juin[142] entre les deux flottes
ennemies et dure tout un jour. Les Anglais ont soin de prendre des
dispositions plus habiles que leurs adversaires. Le grand vaisseau _le
Christophe_, conquis peu de temps auparavant par les Normands et monté
par les Génois, est repris dès le commencement de l'action, grâce aux
archers à main d'Angleterre, auxquels un tir plus rapide assure
l'avantage sur les arbalétriers génois. P. 34 à 37, 218 à 221.

  [139] L'Écluse, en flamand Sluis, ville et port de mer des
  Pays-Bas, dans la Flandre hollandaise, prov. Zeeland, arr.
  Middelburg.

  [140] Belgique, prov. Flandre occidentale, arr. et c. Bruges.

  [141] L'île de Kadzand fait aujourd'hui partie des Pays-Bas,
  prov. Zeeland, arr. Middelburg, c. l'Écluse (Sluis).

  [142] Édouard III s'embarqua à Orwell le 23 juin, veille de la
  fête de la Nativité de Saint-Jean-Baptiste; et la bataille navale
  de l'Écluse se livra le jour même de la fête, le 24 juin:
  «....sub spe cœlestis auxilii, écrit Édouard III à l'archevêque
  de Canterbury, et justitiæ nostræ fiducia, dictum portum navigio
  venientes, invenimus dictam classem, et hostes nostros ibidem
  paratissimos ad prælium, in multitudine copiosa quibus _in festo
  Nativitatis Sancti Johannis Baptistæ proxime præterito_, ipse,
  spes nostra, Christus Deus, per conflictum fortem et validum, nos
  prævalere concessit, facta strage non modica dictorum hostium,
  capta etiam quodammodo tota classe, cum læsione gentis nostræ non
  modica respective.» Rymer, _Fœdera_, vol. II, p. 1129.

Édouard III monte un grand vaisseau construit à Sandwich[143], sur
lequel flotte une bannière mi-partie aux armes de France et
d'Angleterre. Le roi anglais, alors en la fleur de sa jeunesse, fait
des prodiges de valeur; les marins normands et picards déploient, de
leur côté, un grand courage. Dans l'après-midi, un gros renfort de
navires montés par des hommes frais et nouveaux, amené par les Flamands
de l'Écluse, de Blankenberghe, d'Aardenburg[144], d'Oostburg[145], de
Bruges, du Damme[146], de Nieuport[147] et des villes voisines, décide
la victoire en faveur des Anglais. Cette affaire coûte la vie à Hue
Quieret et à (Nicolas) Behuchet; Pietro Barbavara se sauve à grand
peine[148]. P. 37 et 38, 221 à 225.

  [143] Sandwich, dans le comté de Kent, un des cinq ports.

  [144] Pays-Bas, prov. Zeeland, arr. Middelburg, c. l'Écluse
  (Sluis).

  [145] Pays-Bas, prov. Zeeland, arr. Middelburg, chef-lieu de
  canton.

  [146] Belgique, prov. Flandre occidentale, arr. et c. Bruges.

  [147] Belgique, prov. Flandre occidentale, arr. Furnes, chef-lieu
  de canton.

  [148] Hue Quieret, seigneur de Tours en Vimeu, mourut des
  blessures reçues dans le combat. Nicolas Behuchet fut, dit-on,
  pendu au mât de son vaisseau par l'ordre d'Édouard III. Philippe
  de Valois amortit en avril 1344 quinze livres tournois de rente à
  Gonfreville-l'Orcher, à la requête de frère Pierre le Marchant,
  du tiers ordre de Saint-François, «clerc de nostre amé et feal
  conseiller _Nicolas Beuchet_ JADIS _chevalier_, en recompense des
  bons et agreables services que nous fist le dit Pierre en noz
  guerres de la mer en la compaignie du dit chevalier.» Arch. de
  l'Empire, sect. hist., JJ74, p. 154, fo 93.

  La marine normande fut longtemps à se relever de ce désastre. En
  février 1342, Philippe de Valois amortit cent livres de terre pour
  la fondation d'un hôpital: «comme les bourgois et les habitanz de
  la ville de Leure en Normandie (Seine-Inférieure, comm. le Havre),
  _pour compassion de plusieurs du dit pais, qui onc de nostre armée
  de la mer avoient esté navrez et mehaigniez_ si griement qu'il ne
  povoient ne ne pourront jamais gaigner leurs vivres....» JJ74, p.
  694, fo 418.

Après la victoire de l'Écluse, le roi d'Angleterre fait un pèlerinage à
Notre-Dame[149] d'Aardenburg, puis il se rend à Gand. A la nouvelle de
l'arrivée et de la victoire d'Édouard III, les allies campés devant
Thun-l'Évêque lèvent le siége de cette forteresse et viennent à Gand
auprès du roi anglais; là ils prennent l'engagement de se réunir un
certain jour en parlement à Vilvorde. P. 38 à 40, 225 à 229.

  [149] La belle église d'Aardenburg, dédiée sous l'invocation de
  Notre-Dame, était célèbre dans toute la Flandre au moyen âge
  comme but de pèlerinage.

Le roi de France retourne à Arras et le duc de Normandie à Cambrai.
Les Français prennent aisément leur parti de la déconfiture des
Normands à l'Écluse et disent: «On n'a rien perdu en perdant ces
écumeurs de mer. Ils étaient tous des brigands; ils ne laissaient point
venir de poisson sur le continent, et ils étaient cause qu'on n'en
pouvait avoir. Le roi de France d'ailleurs a gagné deux cent mille
florins à leur mort, car on leur devait leurs gages de quatre mois.»
Toutefois, Philippe de Valois et son fils donnent l'ordre de renforcer
les garnisons de Tournay, de Lille[150], de Douai[151], de Mortagne, de
Saint-Amand, de Saint-Omer, d'Aire[152] et de Saint-Venant[153].
Informé qu'Édouard III et ses alliés doivent venir assiéger Tournay, le
duc de Normandie envoie dans cette place Godemar du Fay[154]. Le
seigneur de Beaujeu est mis dans Mortagne[155], et Pierre de
Carcassonne est chargé de défendre Saint-Amand[156] en Puelle. P. 40 et
41, 227.

  [150] Louis d'Espagne, comte de Talmont, fut capitaine souverain
  à Lille du 16 avril au 27 septembre 1340. De Camps, portef. 83,
  fo 310 vo.

  [151] Hue Quieret, chevalier et conseiller du roi, son amiral en
  la mer, fut capitaine de Douai du 28 octobre au 6 décembre 1339.
  De Camps, 83, fo 311. Nicole de Wasiers paraît avoir succédé à
  Hue Quieret comme capitaine de Douai sous le gouvernement de
  Godemar du Fay, du 28 octobre 1339 au 27 septembre 1340. De
  Camps, 83, fo 312.

  [152] Jean de Traynel, _chevalier le roi_, fut établi du 2
  février au 12 juillet 1340, capitaine à Aire et ès frontières
  d'Artois avec 2 bacheliers et 28 écuyers sous sa bannière, et
  sous ses ordres 25 chevaliers bacheliers. De Camps, 83, fos 315
  et 316.

  [153] Robert de Wavrin, sire de Saint-Venant, fut établi, du 30
  octobre 1339 au 27 septembre 1340, capitaine de Saint-Venant,
  avec 5 chevaliers et 40 écuyers sous sa bannière, et sous ses
  ordres 7 chevaliers bacheliers. De Camps, 83, fos 314 et 315.

  [154] Godemar du Fay, sire de Bouchon (Somme, arr. Amiens, c.
  Picquigny), gouverneur de Tournésis, fut capitaine général ès
  villes de Lille et de Tournay et sur les frontières de Flandre et
  de Hainaut, du 18 octobre 1339 au 1er octobre 1340. De Camps, 83,
  fo 308 vo.

  [155] Jean de Vienne, chevalier banneret, fut commis à la garde
  de Mortagne, du 29 octobre 1339 au 1er octobre 1340, avec 6
  chevaliers bacheliers et 44 écuyers. De Camps, 83, fo 313.

  [156] Jean, sire de Wastines, chevalier bachelier, fut préposé à
  la défense de Saint-Amand en 1339 et 1340 avec Jean de
  Verdebourc, Baudouin de Loc, Baudouin de Hasebrouck et 23
  écuyers. Ibid.

Robert, roi de Sicile, très-versé dans l'astrologie, prédit les succès
d'Édouard III: «Le sanglier de Windsor viendra, dit-il, enfoncer ses
défenses jusque dans les portes de Paris.» Inspiré par son dévouement à
la couronne de France, le roi Robert vient à Avignon prier le pape
(Benoît XII)[157] d'user de son intervention pour faire la paix entre
les rois de France et d'Angleterre. P. 41, 226.

  [157] Froissart se trompe en rapportant ce fait au pontificat de
  Clément VI qui ne succéda à Benoît XII qu'en 1342.



CHAPITRE XXXVIII.

   1340. ASSEMBLÉE DE VILVORDE SUIVIE DU SIÉGE DE TOURNAY PAR
   ÉDOUARD III ET SES ALLIÉS[158] (§§ 118 à 122).

  [158] Cf. Jean le Bel, chap. XXXVII, t. I, p. 175 à 177.


Assemblée de Vilvorde. Les principaux personnages qui assistent à cette
assemblée, sont Édouard III roi d'Angleterre, Jean III duc de Brabant,
Guillaume II comte de Hainaut, Jean de Hainaut, oncle du comte, Renaud
II duc de Gueldre, Guillaume V marquis de Juliers, Louis Ier de
Bavière, marquis de Brandebourg, Frédéric II, marquis de Meissen et
d'Osterland, Adolphe VIII, comte de Berg, Robert d'Artois, Thierry III,
seigneur de Fauquemont (Valkenburg), Guillaume de Duvenvoorde,
Guillaume Ier, marquis de Namur. A ces princes sont venus se joindre
Jacques d'Arteveld et les députés de Flandre, de Brabant et de Hainaut,
au nombre de trois ou quatre pour chaque bonne ville. Une alliance
offensive et défensive est conclue entre Flandre, Hainaut et Brabant;
en cas de différend, c'est le roi d'Angleterre qui jouera le rôle
d'arbitre entre ces trois pays. En signe de cette alliance, il sera
frappé une monnaie dont les pièces s'appelleront _compagnons_ ou
_alliés_. Les alliés conviennent d'aller mettre le siége devant Tournay
aux environs de la Madeleine (22 juillet), puis ils se séparent et
chacun retourne chez soi pour faire ses préparatifs. P. 41 à 43, 229 et
230.

Philippe de Valois envoie tenir garnison à Tournay l'élite de sa
chevalerie, notamment Raoul, comte d'Eu, connétable de France[159], le
jeune comte de Guines son fils[160], le comte de Foix[161] et ses
frères, Aymeri VIII (vicomte) de Narbonne, Amé de Poitiers[162],
Geoffroy de Charny[163], Girard de Montfaucon[164], Robert Bertran et
Mathieu de Trie, maréchaux de France[165], Jean de Landas[166], le
sénéchal de Poitou[167], les seigneurs de Cayeux[168], de
Châtillon[169], de Renneval, de Mello[170], d'Offémont[171], de
Saint-Venant[172] et de Creseques[173]. Les fortifications de la cité
sont réparées, les engins, canons et espingalles sont mis en état, et
l'on se pourvoit d'approvisionnements de toute sorte. P. 43, 44, 230.

  [159] «Gens d'armes qui furent _à Tournay sous le gouvernement de
  Raoul, comte d'Eu_, connestable de France, estably lieutenant du
  roy sur toutes les frontières de Flandres et de Hainaut, du 23
  octobre 1339 jusques au 2 décembre qu'il donna congé à ses dites
  gens d'armes.» De Camps, 83, fo 396 vo.

  [160] «Raoul, comte de Guines, chev. bann. et 14 esc.» De Camps,
  83, fo 307.

  [161] Gaston de Foix n'est pas mentionné dans les montres comme
  ayant tenu garnison à Tournay, mais il commandait une des
  batailles de l'host de Bouvines: «La bataille Gaston, comte de
  Foix. Le dit comte de Foix, 32 chev. bann., 31 bach., 23 esc.
  bann., 671 esc., 7 sergens d'armes, 12 menestrels et 4 mareschaux
  pour chascun menestrel.» De Camps, 83, fos 343 vo et 344.

  [162] Host de Bouvines en 1340. Bataille du roi: «Amé de
  Poitiers, banneret, 3 bach., 62 esc.» De Camps, 83, fo 346.

  [163] A l'host des frontières de Flandre, du 9 mars 1339 au 1er
  octobre 1340, dans la bataille de Raoul, comte d'Eu, figure:
  «Gieffroy de Charny, bach. et 6 esc.; venu de Pierrepont sous
  Vezelay.» De Camps, 83, fo 317.

  [164] Parmi les gens d'armes qui ont servi à Douai sous Godemar
  du Fay, du 18 octobre 1339 au 1er octobre 1340, figure: «Girart
  de Montfaucon, chev. bach., avec 9 esc.» De Camps, 83, fo 309 vo.

  [165] Mathieu de Trie et Robert Bertran avaient à l'host de
  Flandre du 2 mars 1339 le commandement d'une bataille dite
  _bataille des maréchaux de France_: «Mathieu de Trie, mareschal
  de France, bann., 17 chev. bach. et 180 esc.; Robert Bertran,
  sire de Briquebec, mareschal de France, bann. et 16 esc.» De
  Camps, 83, fo 320 vo.

  [166] Du 27 octobre 1339 au 27 septembre 1340 «jusques au
  departement de l'ost de Bovines, Jean de Mortaigne, seigneur de
  Landas, chev. bach., fut establi capitaine de Marchaines
  (Marchiennes) avec 12 esc.» De Camps, 83, fo 346.

  [167] A l'host de Bouvines, dans la bataille du comte d'Alençon,
  figure «Jourdain de Loubert, seneschal de Poitou, chev. bann., 14
  bach., 65 esc.» De Camps, 83, fo 337 vo.

  [168] Jean de Cayeu, chev. bann., 12 esc.; venu de Senarpont
  (Somme, arr. Amiens, c. Oisemont). Ibid., fos 307 et 317.

  [169] A l'host de Bouvines, dans la bataille du duc de Normandie,
  figure «Jean, sire de Chastillon, chev. bann., 9 bach. et 56
  esc.; venu de Marigny lès Chasteau Thierry.» Ibid., fo 396.

  [170] Parmi les gens d'armes qui servirent à Tournay sous Raoul,
  comte d'Eu, du 28 octobre au 2 décembre 1339, figure «Guillaume
  de Mello et 8 esc.» Ibid., fo 306 vo.

  [171] A l'host de Bouvines, dans la bataille du comte d'Alençon,
  figure «Jean de Neelle, seigneur d'Auffemont, chev. bann., 5
  bach., 32 esc.» Ibid., fo 338.

  [172] Robert de Wavrin, sire de Saint-Venant.

  [173] On lit _Breseques_ dans le ms. B 6; mais il s'agit sans
  doute ici d'Eustache, seigneur de Creseques, chevalier banneret
  d'Artois, qui servit à l'host de Bouvines, dans la bataille
  d'Eude, duc de Bourgogne et comte d'Artois. De Camps, 83, fo 330 vo.

Siége de Tournay par Édouard III et ses alliés. Le roi d'Angleterre
prend position à la porte dite de Saint-Martin[174] sur le chemin de
Lille et de Douai, le duc entre le Pont-à-Rieux[175], le long de
l'Escaut, le Pire[176] et la porte de Valenciennes[177], le comte de
Hainaut entre le roi d'Angleterre et le duc de Brabant[178]. Jacques
d'Arteveld, à la tête de soixante mille Flamands, vient se loger à la
porte de Sainte-Fontaine[179], sur les deux rives de l'Escaut. Les
princes allemands, campés près des Marvis[180] du côté du Hainaut, ont
fait un pont sur l'Escaut en amont de Tournay pour aller et venir d'une
rive à l'autre. La cité de Tournay est ainsi investie de tous les côtés
à la fois, et les habitants, pour mieux assurer la défense, ont enterré
sept de leurs portes. P. 44 et 45, 230 à 232.

  [174] La porte de Saint-Martin était au midi de Tournay, non loin
  du chemin de Lille et de Douai, situé un peu plus à l'ouest.

  [175] Le Pont-à-Rieux est aujourd'hui un hameau de la commune de
  Saint-Maur, Belgique, prov. Hainaut, arr. Tournay, c. Antoing, à
  5 kil. de Tournay.

  [176] Le Pire est aujourd'hui un hameau de Montroeul-au-Bois,
  Belgique, prov. Hainaut, arr. Tournay, c. Leuze, à 12 kil. de
  Tournay.

  [177] La porte de Valenciennes était située à l'est de Tournay,
  sur la rive gauche de l'Escaut, à l'endroit où ce fleuve entre
  dans la ville.

  [178] Entre Édouard III au midi et le duc de Brabant à l'est, le
  comte de Hainaut était campé par conséquent au sud-est.

  [179] La porte de Sainte-Fontaine était à l'ouest de Tournay, du
  côté de Courtrai, sur la rive gauche de l'Escaut.

  [180] La porte des Marvis était située au nord-est de Tournay,
  sur la rive droite de l'Escaut.

Le siége durant devant Tournay, le comte de Hainaut ravage et brûle
Orchies[181] et plus de quarante villages ou hameaux des environs,
Landas[182], Lecelles[183], Haubourdin[184], Seclin[185], Ronchin[186],
la ville et l'abbaye de Cysoing[187], Bachy[188], Marchiennes[189],
les bords de la rivière de Scarp jusqu'au château de Rieulay[190], en
Hainaut; il pousse ses incursions jusqu'au Pont-à-Raches[191] à une
lieue de Douai et jusqu'aux faubourgs de Lens[192] en Artois. P. 46,
232 et 233.

  [181] Nord, arr. Douai.

  [182] Nord, arr. Douai, c. Orchies.

  [183] Nord, arr. Valenciennes, c. Saint-Amand-les-Eaux.

  [184] Nord, arr. Lille.

  [185] Nord, arr. Lille. Par acte daté du Moncel lez
  Pont-Sainte-Maxence en octobre 1340, Philippe de Valois donne aux
  religieux, frères et sœurs de l'hôpital de Notre-Dame _emprès
  Seclin «tant pour leurs maisons qui ont esté arses et leurs biens
  gastez par noz anemis_, comme pour certaines autres causes, trois
  muis de blé, deux muis d'aveine et douze solz parisis ou environ
  de rente annuelle, en quoy le dit hospital estoit tenuz à nous
  par an.» Arch. de l'Empire, sect. hist., JJ73, p. 39, fo 32 vo.

  [186] Nord, arr. et c. Lille.

  [187] Nord, arr. de Lille, sur la Marcq. Abbaye d'hommes de
  l'ordre de Saint-Augustin, au diocèse de Tournay.

  [188] Nord, arr. Lille, c. Cysoing.

  [189] Nord, arr. Douai.

  [190] Nord, arr. Douai, c. Marchiennes.

  [191] Raches ou Pont-à-Raches, Nord, arr. et c. Douai.

  [192] Pas-de-Calais, arr. Béthune.

Combat sur l'Escaut entre les Flamands et les Français montés les uns
et les autres sur des barques; les Flamands sont repoussés par les
assiégés. P. 46, 47, 233, 234.

Durant ce même siége de Tournay, les Français de la garnison de
Saint-Amand pillent et brûlent le village et l'abbaye d'Hasnon[193];
ils traversent les bois de Raismes, mettent le feu à l'hôtel du
Pourcelet et attaquent l'abbaye de Vicoigne[194], dont l'abbé nommé
Godefroi[195] parvient à repousser les agresseurs. Pour remercier les
arbalétriers de Valenciennes qui sont accourus à son secours sous les
ordres de Jean de Baissi, prévôt de la ville, l'abbé de Vicoigne leur
fait boire un tonneau de vin; et dans la crainte d'une nouvelle
surprise, il fait couper les bois qui entourent son abbaye et creuser
de profonds et larges fossés. P. 47, 48, 234, 235.

  [193] Nord, arr. Valenciennes, c. Saint-Amand. Abbaye de
  Bénédictins au diocèse d'Arras.

  [194] Vicoigne, aujourd'hui hameau de la commune de Raismes,
  Nord, arr. Valenciennes. Abbaye de l'ordre de Prémontré au
  diocèse d'Arras.

  [195] L'abbé Godefroi, dont il est ici question, est Godefroi II
  de Bavai, né à Cambrai, promu abbé en 1312, mort en 1344. Une
  épitaphe rapportée dans le _Gallia christiana_ célèbre le courage
  de l'abbé Godefroi.

«Pendant le siége de Tournay, dit Froissart, il survint plusieurs
grands faits d'armes, non-seulement en France, mais encore en Gascogne
et en Écosse, qui ne doivent pas être mis en oubli, car selon la
promesse que j'ai faite à mon seigneur et maître en commençant cet
ouvrage, je consignerai toutes les belles actions qui viendront à ma
connaissance, quoique Jean le Bel ne les ait pas mentionnées dans ses
Chroniques. Mais un homme ne peut tout savoir, et ces guerres étaient
si grandes, si dures et si enracinées de tous côtés, qu'il est facile
d'en oublier quelque chose si l'on n'y prend bien garde.» P. 235, 236.

Le comte de l'Isle[196] est en Gascogne comme un petit roi de France et
fait une guerre acharnée aux Gascons du parti anglais. Les principaux
chevaliers du parti français sont avec le comte de l'Isle, les comtes
de Comminges[197] et de Périgord[198], les vicomtes de Villemur[199],
de Tallard[200], de Bruniquel, de Caraman[201] et de _Murendon_[202];
l'effectif de leurs forces s'élève à six mille chevaux et dix
mille fantassins. Les Français prennent Bergerac, Condom,
Sainte-Bazeille[203], Penne[204], Langon[205], _Prudaire_, Civrac[206];
ils assiégent la Réole. Après une belle défense, Jean le Bouteiller,
capitaine de la ville pour le roi d'Angleterre, rend la Réole[207] au
comte de l'Isle qui confie la garde de cette place à un chevalier
gascon nommé _Raymond Segui_. Une fois maîtres de la Réole, les
Français mettent le siége devant Auberoche[208], dont la garnison a
pour chef Hélie de Pommiers. P. 48, 236 et 237.

  [196] Bernard Jourdain, sire de Lille (auj.
  l'Isle-en-Jourdain-Gers, Gers, arr. Lombez.)

  [197] Pierre Raymond Ier, comte de Comminges.

  [198] Roger Bernard, comte de Périgord.

  [199] Arnaud de la Vie, sire de Villemur.

  [200] Jean de la Baume, vicomte de Tallard.

  [201] Arnaud d'Euze, vicomte de Caraman.

  [202] Peut-être Amauri, vicomte de Lautrec, seigneur de
  Montredon.

  [203] Lot-et-Garonne, arr. et c. Marmande.

  [204] Lot-et-Garonne, arr. Villeneuve-sur-Lot.

  [205] Gironde, arr. Bazas.

  [206] Civrac-de-Dordogne, Gironde, arr. Libourne, c. Pujols.

  [207] La Réole était au pouvoir du roi de France dès 1339. Le 6
  janvier de cette année, Jean, roi de Bohême, lieutenant du roi en
  langue d'oc, accorde aux consuls et habitants de la Réole,
  contrairement à la coutume de Bazas, en récompense de leur
  fidélité, le privilége de pouvoir disposer par testament de leurs
  biens immeubles. Arch. de l'Empire, sect. hist., JJ73, p. 227, fo
  179.--En 1341, Thibaud de Barbazan, écuyer banneret, était
  capitaine, et Guillaume de la Baume, chevalier banneret,
  châtelain de la Réole avec 10 écuyers. De Camps, 83, fo 288 vo.

  [208] Aujourd'hui hameau de la commune du Change, Dordogne, arr.
  Périgueux, c. Savignac-les-Églises.



CHAPITRE XXXIX.

1340. GUERRE EN ÉCOSSE (§ 123).


Les Écossais prennent les armes sous les ordres de Guillaume de
Douglas, des comtes de Murray, Patrick et de Sutherland, de Robert de
Vescy, de Simon Fraser et d'Alexandre de Ramsay.--Pendant que le roi
d'Angleterre assiége Tournay, et à l'instigation du roi de France, les
Écossais portent le ravage dans le Northumberland et l'évêché de
Durham; ils reconquièrent toutes les forteresses occupées par les
Anglais, à l'exception de Bervick, de Stirling, de Roxburgh et
d'Édimbourg. P. 49, 50, 237 à 239.

Guillaume de Douglas s'empare du château d'Edimbourg par surprise. P.
51 à 54.

Reddition aux Écossais de Dalkeith, de Dumbar, de Dundee, de
Dumfermline; siége de Stirling. P. 54, 239 à 241.



CHAPITRE XL.

1340. ARRIVÉE DU ROI DE FRANCE ET DE SON ARMÉE AU PONT DE BOUVINES
CONTRE ÉDOUARD III ET SES ALLIÉS[209] (§§ 124 à 126).

  [209] Cf. Jean le Bel, chap. XXXVIII, t. I, p. 181 à 186.


Le roi d'Angleterre assiége toujours Tournay avec une armée de plus de
cent mille hommes, y compris les Flamands. Les assiégés, menacés de
famine, font sortir les plus pauvres habitants de la ville, hommes et
femmes. P. 54 et 241.

Philippe de Valois convoque à Arras une grande armée pour marcher au
secours des habitants de Tournay.--Noms des principaux princes et
seigneurs, tant français qu'étrangers[210], qui se rendent à l'appel du
roi de France. P. 55, 241 et 242.

  [210] Voici, d'après les montres, la liste des batailles dont se
  composa l'host de Bouvines du 9 mars au 1er octobre 1340:
  bataille de Raoul, comte d'Eu, connétable de France;--bataille de
  Robert Bertran et de Mathieu de Trie, maréchaux de
  France;--bataille de Louis, comte de Flandre, de Nevers et de
  Réthel;--bataille d'Eude, duc de Bourgogne, comte d'Artois et
  comte palatin de Bourgogne, sire de Salins;--bataille du duc de
  Normandie, lieutenant du roi de France;--bataille du roi de
  Navarre;--bataille du comte d'Alençon;--bataille de Jean, comte
  d'Armagnac;--bataille de Gaston, comte de Foix;--bataille d'Amé,
  comte de Savoie;--bataille d'Adolphe, évêque de Liége;--bataille
  du roi de France. De Camps, portef. 83, fos 316 à 406.

Arrivée du roi de France[211] et de son armée sur les bords d'une
petite rivière (la Marcq)[212], située à peu de distance de Tournay,
entre les ponts de Bouvines[213] et de Tressin[214]. P. 56 et 242.

  [211] Philippe de Valois convoqua ses gens d'armes à Arras en
  juillet 1340 (De Camps, 83, fo 296), et les congédia le 27
  septembre de la même année (Ibid., fo 346); il était près du
  prieuré de Saint-André (auj. Saint-André, Nord, arr. et c. Lille)
  le 30 juillet, date de sa réponse à une provocation qui lui avait
  été adressée le 26 juillet par Édouard III de Chin-lez-Tournay
  (auj. hameau de Romegnies-Chin, Belgique, à 6 kil. de Tournay).
  Voyez Rymer, _Fœdera_, t. II, pars ii, p. 1131 et 1132. Le roi de
  France paraît avoir passé partie du mois d'août à Douai (Actum et
  datum _in exercitu nostro prope Duacum_ anno Domini 1340, mense
  _augusti_. JJ73, p. 48, fo 40). Plusieurs chartes datées du Pont
  de Bouvines sont du mois de septembre (Actum et datum _in
  tentoriis nostris prope pontem de Bovinis_, anno Domini 1340,
  mense _septembris_. JJ73, p. 247, fo 193 vo.)

  [212] La Marcq, issue des bois de Phalempin à 15 kil. de Lille,
  traverse des marais auxquels elle sert de décharge, et, après un
  cours d'environ 5 myriamètres, se jette dans la Deule à
  Marquette.

  [213] Nord, arr. Lille, c. Cysoing.

  [214] Nord, arr. Lille, c. Lannoy.

Rencontre près de Notre-Dame-aux-Bois[215] entre des gens d'armes de la
garnison de Bouchain, commandés par trois chevaliers allemands au
service du comte de Hainaut et un détachement de la garnison française
de Mortagne, qui a pour chef un chevalier bourguignon de la suite du
seigneur de Beaujeu, nommé Jean de Frolois[216]. Les Français sont mis
en déroute, et Jean de Frolois est fait prisonnier. P. 56 à 58, 242 à
244.

  [215] Nord, arr. Valenciennes, c. Bruille-Saint-Amand. _Le
  Crousage_ du texte est peut-être la Croisette, hameau de
  Saint-Amand-les-Eaux.

  [216] A l'host de Bouvines, dans la bataille d'Eude, duc de
  Bourgogne figure: «Jean de Froulois, bann., 2 bach., 11 esc.» De
  Camps, portef. 83, fo 330.

Un jour, un détachement de Hainuyers, dont Guillaume de Baileu est le
chef, passe le Pont-à-Tressin[217], et va, sous la conduite de Waflard
de la Croix, réveiller les Français. Ce même jour, une troupe de
Liégeois venus avec leur évêque servir le roi de France, sous les
ordres de Robert de Baileu[218], frère de Guillaume, passe aussi en
sens inverse le Pont-à-Tressin, pour aller fourrager dans les belles
plaines qui s'étendent entre Tressin et Baisieux[219]. Les Hainuyers de
Guillaume de Baileu sont repoussés et mis en fuite. Au moment où ils
repassent le pont, ils vont se jeter dans les rangs des Liégeois de
Robert de Baileu, qui reviennent de leur excursion, et dont ils
prennent la bannière, portée par Jacques de Forvie[220], pour la leur
propre, à cause de la ressemblance extrême des armes de Robert et de
Guillaume de Baileu. La plupart des Hainuyers sont tués ou faits
prisonniers. Guillaume de Baileu se sauve à grand peine. Waflard de la
Croix, pris dans cette rencontre et livré au roi de France, fut donné
bientôt après, en échange du comte de Salisbury, aux habitants de
Lille, qui le firent mettre à mort. P. 58 à 62, 244 à 246.

  [217] Pont-à-Tressin est encore aujourd'hui le nom d'un hameau de
  la commune de Tressin.

  [218] «Host de Bouvines en 1340. La bataille Adolf evesque du
  Liége: le dit evesque, 7 chev. bann., 73 bach., 420 esc.» De
  Camps, portef. 83, fo 344 vo. Il faut prendre garde de confondre
  les seigneurs de Baileu (les mss. de Froissart écrivent Bailleul)
  avec les seigneurs de Baillœul en Hainaut ou de Bailleul en
  Normandie. La seigneurie de Baileu est aujourd'hui un hameau de
  la commune de Walcourt, Belgique, prov. Namur, arr.
  Philippeville. Morialmé, dont Robert de Baileu était seigneur,
  fait aussi partie du canton de Walcourt.

  [219] Nord, arr. Lille, c. Lannoy.

  [220] Jacques de Forvie, écuyer, était le second fils de Stockar
  de Forvie le Vieux; il se maria à Isabeau, fille de Pierre de
  Surice, bourgeois de Namur. Hemricourt, _Miroir des Nobles_, éd.
  de Jalheau, p. 143.



CHAPITRE XLI.

   1340. SIÉGE DE MORTAGNE ET PRISE DE SAINT-AMAND ET DE MARCHIENNES
   PAR LE COMTE DE HAINAUT.--DÉFAITE D'UNE TROUPE DE FRANÇAIS ET DU
   SEIGNEUR DE MONTMORENCY AU PONT-A-TRESSIN (§§ 127 à 132).


Le comte de Hainaut, pour se venger de la mésaventure de Guillaume de
Baileu et de ses gens d'armes, quitte le siége de Tournay et vient avec
six ou sept cents lances assiéger Mortagne par la rive droite de
l'Escaut. En même temps, les habitants de Valenciennes ayant reçu
l'ordre d'assaillir cette place en s'avançant entre la Scarpe et
l'Escaut, douze cents hommes, commandés par Jean de Baissi, prévôt de
la ville, et Gille le Ramonnier, passent les deux rivières de Haine et
d'Escaut à Condé, et arrivent sous les murs de Mortagne. P. 62, 246 et
247.

Édouard de Beaujeu, capitaine de Mortagne[221], en prévision d'un
siége, a fait enfoncer dans le lit de l'Escaut une quantité innombrable
de pieux pour rendre la navigation impossible. Ce que voyant les
arbalétriers de Valenciennes, qui ne peuvent approcher assez près des
barrières à cause de la largeur des fossés, prennent le parti de passer
la Scarpe au-dessous de Château-l'Abbaye[222] afin d'attaquer Mortagne
du côté de Saint-Amand[223] et de donner l'assaut à la porte devers
Maulde[224]. Cette porte, qui donne sur la Scarpe, est défendue par
Édouard de Beaujeu en personne, tandis que le seigneur de
Saint-Georges[225], son cousin, se tient à la porte d'Escaut par où
l'on va à Antoing[226], faisant face au comte de Hainaut, campé le long
de l'Escaut du côté de Briffœuil[227]. Le seigneur de Beaujeu est armé
d'une longue lance, et, au moyen d'un croc de fer attaché à l'extrémité
de cette lance qui s'enfonce dans les plates et le hauberjon, il
parvient à harponner une douzaine d'assaillants, les attirant à lui ou
les précipitant au fond des fossés pleins d'eau. P. 63 et 247.

  [221] D'après les montres conservées par De Camps, Jean de
  Vienne, et non Édouard de Beaujeu, fut capitaine de Mortagne, du
  29 octobre 1339 au 1er octobre 1340, avec 6 chevaliers bacheliers
  et 44 écuyers. De Camps, portef. 83, fo 313.

  Le château de Mortagne, bâti au confluent de l'Escaut et de la
  Scarpe, résidence habituelle des châtelains de Tournay, fut cédé
  en 1313 avec la châtellenie de Tournay à Philippe le Bel.

  [222] Nord, arr. Valenciennes, c. Saint-Amand-les-Eaux.

  [223] Aujourd'hui Saint-Amand-les-Eaux, sur la rive gauche de la
  Scarpe, affluent de la rive gauche de l'Escaut.

  [224] Nord, arr. Valenciennes, c. Saint-Amand-les-Eaux, sur la
  rive gauche de la Scarpe.

  [225] Il s'agit ici sans doute du seigneur de
  Saint-Georges-de-Reneins, Rhône, arr. Villefranche-sur-Saône, c.
  Belleville-sur-Saône.

  [226] Belgique, prov. Hainaut, arr. Tournay, à 7 kil. de Tournay.

  [227] Aujourd'hui hameau de Wasmes-Audemez, Belgique, prov.
  Hainaut, arr. Tournay, c. Péruwelz.

Les assiégeants donnent l'ordre d'installer sur un bateau un appareil
destiné à arracher les pieux qui barrent le passage de l'Escaut. Quant
on vient à essayer cet appareil, il fonctionne si mal qu'on doit
renoncer à s'en servir. Les Valenciennois ont pendant ce temps dressé
une très-belle machine qui lance des pierres énormes contre le château
et la ville de Mortagne; mais un maître ingénieur de la garnison
construit une machine plus petite et l'ajuste si bien qu'à la troisième
pierre qu'elle lance, elle brise par le milieu le pierrier des
assiégeants. Après deux nuits et trois jours d'assaut, le comte de
Hainaut et Jean de Hainaut, son oncle, se décident à retourner au siége
de Tournay, et les Valenciennois reprennent le chemin de leur ville
après avoir ravagé l'abbaye du Château. P. 64, 65, 248.

Informé que la garnison française de Saint-Amand a brûlé l'abbaye
d'Hasnon et essayé de brûler celle de Vicoigne, le comte de Hainaut
part de Tournay et vient avec trois mille combattants assiéger
Saint-Amand, qui n'était alors entouré que d'une enceinte de
palissades. Le capitaine de la garnison[228] est un bon chevalier de la
langue d'oc, nommé le sénéchal de Carcassonne[229]; prévoyant l'attaque
du comte de Hainaut et sachant que la place n'est pas tenable, il a
fait transporter les plus riches joyaux de l'abbaye à Mortagne, P. 65,
66, 248.

  [228] Comme nous l'avons dit plus haut, Jean, sire de Wastines,
  fut établi gardien de Saint-Amand, du 23 octobre 1339 au 1er
  octobre 1340.

  [229] Le sénéchal de Carcassonne, dont il est ici question,
  s'appelait Jean de la Roche; il figure sur les montres de l'host
  de Bouvines en 1340 avec cette mention: «Jean de la Roche,
  chevalier, seneschal de Carcassonne, banneret, 2 chevaliers
  bacheliers, 102 escuiers.» De Camps, portef. 83, fo 352. Jean de
  la Roche, seigneur de Castanet (Haute-Garonne), était marié à
  Guillemine de Roussillon.

Douze mille Valenciennois attaquent Saint-Amand par le pont jeté sur la
Scarpe. Les bidauds et les Génois de la garnison, pour se moquer des
arbalétriers de Valenciennes, essuient avec leurs chaperons sur les
murs la place des traits et crient aux assiégeants: «Allez boire votre
goudale, allez!» Découragés et ne recevant aucunes nouvelles du comte
leur seigneur, les Valenciennois regagnent leur ville le soir même. P.
66, 67, 248, 249.

Le lendemain, le comte de Hainaut arrive devant Saint-Amand et donne
l'assaut à la porte du côté de Mortagne. Une brèche est ouverte dans le
mur de l'abbaye que l'on enfonce au moyen d'énormes pieux en chêne; le
comte s'élance par cette brèche et pénètre sur la place du marché
devant l'église. Il y trouve le sénéchal de Carcassonne qui l'attend de
pied ferme avec une poignée de compagnons de son pays serrés autour de
sa bannière. Un moine nommé Froissart défend l'entrée de l'abbaye et
tue plus de dix-huit assaillants. Le comte fait passer la garnison au
fil de l'épée et mettre le feu à la ville, à l'église et aux bâtiments
de l'abbaye. Le sénéchal de Carcassonne est tué sous sa bannière. P. 67
à 69, 249.

Après la destruction de Saint-Amand, le comte de Hainaut incendie
Orchies, Landas, Lecelles, passe la Scarpe au-dessous d'Hasnon et,
entrant en France, s'empare de la grosse et riche abbaye de
Marchiennes[230] défendue par Amé de Warnant[231]. Incendie et pillage
de la ville et de l'abbaye. P. 69, 70, 249, 250.

  [230] Nord, arr. Douai, sur la rive gauche de la Scarpe et de la
  Rache et sur la route de Bouchain à Orchies. Abbaye de
  Bénédictins au diocèse d'Arras. Depuis la dispersion de l'host de
  Buironfosse, le 28 octobre 1339 jusqu'à la dispersion de l'host
  de Bouvines, le 27 septembre 1340, «Jean de Mortagne, seigneur de
  Landas, chevalier bachelier, fut establi capitaine de Marchiennes
  avec 12 escuiers.» De Camps, 83, fo 346 vo.

  [231] A l'host de Bouvines en 1340, parmi les bacheliers sous les
  maréchaux de France, figure: «Amé de Warnans, chev. bach. et 25
  esc.; venu de Warnans entre Aix et le Liége.» Aujourd'hui
  Warnant-Dreye, Belgique, prov. Liége.

Le roi d'Angleterre se tient toujours devant Tournay qu'il espère
réduire bientôt par la famine; mais le duc de Brabant laisse plus d'une
fois passer à travers son armée des vivres destinés aux assiégés, et
les gens d'armes de ses bonnes villes de Bruxelles, de Louvain, de
Malines, d'Anvers, de Nivelles, de Jodoigne[232], de Lierre[233],
commencent à s'impatienter de la longueur du siége. P. 70, 71, 250,
251.

  [232] Belgique, prov. Brabant, arr. Nivelles.

  [233] Belgique, prov. Anvers, arr. Malines.

Un certain nombre de gens d'armes allemands des duchés de Gueldre et de
Juliers s'entendent avec plusieurs chevaliers du Hainaut pour prendre
une revanche de la victoire remportée à Pont-à-Tressin par Robert de
Baileu et les Liégeois sur les Hainuyers: ils se divisent en deux
détachements, dont l'un reste à Pont-à-Tressin pour garder le passage,
tandis que l'autre court réveiller les Français. Deux grands barons de
France, les seigneurs de Montmorency[234] et de Saint-Sauflieu[235],
qui font le guet la nuit où se passe cette escarmouche, repoussent ces
agresseurs et se mettent à leur poursuite jusqu'à Pont-à-Tressin.
Voyant que les ennemis sont là en force pour défendre le passage, le
seigneur de Saint-Sauflieu prend le parti de se retirer avec les siens.
Le seigneur de Montmorency, qui veut continuer la lutte, est fait
prisonnier ainsi que toute son escorte par Renaud de Sconnevort; et les
Allemands ou Hainuyers restent maîtres du pont. P. 71 à 76, 251 à 253.

  [234] A l'host de Bouvines en 1340, dans la bataille de Raoul,
  comte d'Eu, figure «Charles, seigneur de Montmorency, banneret, 1
  bachelier, 11 escuiers.» De Camps, 83, fo 335.

  [235] Somme, arr. Amiens, c. Sains. Aucun chevalier banneret,
  seigneur de Saint-Sauflieu, n'est mentionné sur les montres de
  l'host de Bouvines en 1340; on n'y voit figurer que Gaucher de
  Saint-Sauflieu, écuyer, et Raoul, dit Herpin, de Saint-Sauflieu,
  aussi écuyer, fait chevalier le 23 mai. Comme Gaucher et Raoul
  dit Herpin de Saint-Sauflieu servaient sous la bannière de Rogue,
  sire de Hangest, ce dernier est sans doute «le grand baron» dont
  parle Froissart; et il n'est pas étonnant qu'on le trouve à côté
  de Charles, seigneur de Montmorency, dont il était l'oncle par
  son mariage avec Isabeau de Montmorency, fille de Mathieu IV.
  «Rogue, sire de Hangest, chev. bann., 4 bach. et 29 esc.; venu de
  Maigneville en la comté de Bar. De sa compagnie.... Gaucher de
  Saint-Sauflieu.... Harpin de Saint-Sauflieu et Martel du Hamel
  faits chevaliers nouvels le 23 jour de may.» De Camps, 83, fo 396
  vo.



CHAPITRE XLII.

   1340. DÉFAITE PRÈS DE SAINT-OMER, PANIQUE ET RETRAITE DES
   FLAMANDS DANS LEUR PAYS.--LEVÉE DU SIÉGE DE TOURNAY; TRÊVE ENTRE
   LA FRANCE ET L'ANGLETERRE[236] (§§ 133 à 137).

  [236] Cf. Jean le Bel, chap. xxxix, t. I, p. 187 à 194.


Après l'arrivée du roi de France et de son armée à Bouvines, le bruit
se répand que les garnisons françaises de Saint-Omer, d'Aire et de
Thérouanne doivent pénétrer dans la vallée de Cassel et ravager le
pays, notamment les villes de Bergues[237], Bourbourg[238],
Messines[239], Wervicq[240], Poperinghe[241]. Pour conjurer ce danger,
Robert d'Artois et Henri de Flandre vont se poster avec vingt mille
Flamands à l'entrée de la vallée de Cassel. P. 76, 77, 253.

  [237] Nord, arr. Dunkerque.

  [238] Ibid.

  [239] Belgique, prov. Flandre occidentale, arr. Ypres.

  [240] Ibid.

  [241] Ibid.

Environ trois mille de ces Flamands quittent un jour leur campement
pour aller ravager et piller, à l'insu de leurs chefs, le pays situé
entre Aire, Thérouanne et Saint-Omer, ils mettent le feu aux faubourgs
et abattent les moulins de Saint-Omer; à une demi-lieue de cette ville,
ils pillent et brûlent aussi le gros village d'Arques[242] où ils font
un riche butin; mais au moment où ils se reposent dans un village
appelé _la Cauchie_[243], un certain nombre de gens d'armes français
des garnisons de Saint-Omer et de Thérouanne viennent, sous les ordres
de (Jean), comte dauphin d'Auvergne[244], fondre à l'improviste sur ces
pillards, en tuent dix-huit cents et en font quatre cents
prisonniers[245]. P. 76 à 78, 253 à 255.

  [242] Pas-de-Calais, arr. et c. Saint-Omer.

  [243] Aujourd'hui Cauchy, hameau de la commune d'Ecques,
  Pas-de-Calais, arr. Saint-Omer, c. Aire-sur-la-Lys.

  [244] C'est par erreur que Froissart appelle _Béraud_ le comte
  dauphin d'Auvergne, qui prit part à l'expédition de Bouvines;
  Béraud Ier ne succéda à Jean, dit Dauphinet, son père, qu'en
  1351. «Jean, comte de Clermont, dalphin d'Auvergne, pour li
  escuier banneret, 7 bach., 1 esc. bann., 56 esc.--Pour
  l'accroissement des gages du dit comte qui le 11 jour de juillet
  fut fait chevalier, de Beraut de Marqueil (Mercœur), esc. bann.
  fait chevalier le 27 d'aoust.» De Camps, 83, fo 351.

  [245] 6 écuyers bannerets de langue d'oc furent faits chevaliers,
  32 écuyers aussi de langue d'oc furent faits chevaliers nouveaux
  «devant Saint-Omer _le 25 juillet_.» De Camps, 83, fo 343. Nous
  aurions ainsi une date précise si nous étions certains que
  l'engagement devant Saint-Omer qui donna lieu à cette promotion
  de chevaliers est le même que celui dont parle Froissart.

  Au milieu de la nuit qui suit ce désastre, tous les Flamands
  campés dans la vallée de Cassel se réveillent comme pris de
  panique, se lèvent en toute hâte et après avoir plié bagages,
  reprennent le chemin de leur pays, malgré les représentations de
  Henri de Flandre et de Robert d'Artois, qui vont rejoindre Édouard
  III et l'armée anglo-allemande devant Tournay. P. 78, 79, 255,
  256.

  Dans une dépêche d'Édouard III datée de Bruges le 9 juillet et
  adressée au prochain Parlement qui doit se réunir à Westminster,
  le roi d'Angleterre annonce qu'il se dispose à aller bientôt (aux
  environs de la Madeleine, le 22 juillet) assiéger Tournay avec la
  plus grande partie de ses forces «où il y auera cent mill homes de
  Flaundres armez; _et mounseur Robert d'Artoys vers Seint Omer od
  cynquante mill_, outre touz nos alliez et lour poair.» Dès le 26
  juillet, Édouard III était campé «à Chyn (auj. hameau de
  Ramegnies-Chin, Belgique, à 6 kil. de Tournay), sur les champs de
  lez Tournay.» Rymer, _Fœdera_, vol. II, p. 1130 et 1131. Les
  Flamands de Robert d'Artois durent arriver à peu près en même
  temps devant Saint-Omer; la date de leur défaite le 25 juillet est
  donc très-probable.

Une trêve d'un an est conclue à Esplechin[246] entre les rois de France
et d'Angleterre par l'entremise de Jeanne de Valois, soœur de Philippe
de Valois, mère du comte Guillaume de Hainaut, aidée de Louis
d'Agimont[247]. P. 79 à 82, 256 à 262.

  [246] Belgique, prov. Hainaut, arr. et c. Tournay, à 7 kil. de
  cette ville.

  [247] Parmi les chevaliers bacheliers qui servirent ès parties de
  Thiérache sous Gautier duc d'Athènes en vertu de lettres du 6
  septembre 1339 figure: «Loys d'Aigimont, 1 bachelier, 8
  escuiers.» De Camps, 83, fo 305 vo.

  La trêve fut en effet signée dans l'église d'Esplechin le lundi 25
  septembre 1340. Les négociateurs furent de la part du roi de
  France: Jean roi de Bohême et comte de Luxembourg, Adolphe évêque
  de Liége, Raoul duc de Lorraine, Amé comte de Savoie, Jean comte
  d'Armagnac;--de la part du roi d'Angleterre: le duc de Brabant, le
  duc de Gueldre, le marquis de Juliers, le comte de Hainaut et Jean
  de Hainaut sire de Beaumont. Rymer, _Fœdera_, vol. II, p. 1135.

Édouard III lève le siége de Tournay, qui dure depuis onze semaines
trois jours moins, et retourne en Angleterre; Philippe de Valois, de
son côté, licencie son armée campée à Bouvines[248].--Les conférences
tenues à Arras entre les envoyés des deux rois en vue de la conclusion
d'un traité de paix, restent sans résultat. P. 82 à 86, 262 à 265.

  [248] Le 27 septembre 1340, congé général fut donné aux gens
  d'armes de l'host de Bouvines «excepté à aucuns qui en garnison
  demeurèrent à Tournay, le siége des ennemis estant devant la
  ville, lesquels ont pris gages jusques au 1er octobre 1340 par
  grace du roi.» De Camps, 83, fo 350.

  Le 13 octobre 1340, Philippe de Valois était à l'abbaye de Moncel
  (auj. hameau de Pont-Point, Oise, arr. Senlis, c.
  Pont-Sainte-Maxence), ainsi que l'atteste une charte où il accorde
  aux religieuses, abbesse et couvent du dit lieu «le droit de
  prendre annuellement vint milliers de fagos en la vente ou ès
  ventes d'aucun ou d'aucuns marcheans de la forest de Halate.»
  Arch. de l'Empire, Sect. hist., JJ73, p. 157, fo 129 vo.



CHAPITRE XLIII.

   1341. GUERRE DE LA SUCCESSION DE BRETAGNE: SUCCÈS DU COMTE DE
   MONTFORT[249] (§§ 138 à 143).

  [249] Cf. Jean le Bel, chap. XLVI, t. I, p. 225 à 236.


«Plusieurs jongleurs et chanteurs sur les places, dit Froissart, en
prenant les guerres de Bretagne pour sujet de chansons de geste
fabuleuses et de poëmes mensongers, ont altéré la vérité historique au
grand déplaisir de Jean le Bel, qui a raconté le premier ces guerres
dans ses Chroniques et à mon grand déplaisir aussi à moi Froissart qui
ai loyalement, impartialement continué et complété l'œuvre de mon
prédécesseur. Ces poëmes et ces chansons ne donnent nullement les faits
réels: ces faits, on ne les trouvera qu'ici, grâce au soin extrême que
nous y avons mis, car on n'a rien sans frais et sans peine. Moi, Jean
Froissart, venu le dernier depuis Jean le Bel pour traiter ce sujet,
j'ai visité et parcouru la plus grande partie de la Bretagne, j'ai fait
une enquête auprès des seigneurs et des hérauts sur les guerres, les
prises, les assauts, les incursions, les batailles, les rescousses et
tous les beaux faits d'armes arrivés depuis 1340 jusqu'à la fin de ce
livre; je me suis imposé cette tâche tant à la requête de mon seigneur
et maître et à ses frais que pour me satisfaire moi-même, pour donner
de l'authenticité et des bases solides à mon travail: en quoi mes
efforts ont été grandement récompensés.» P. 265 et 266.

Mort de Jean III, dit le Bon, duc de Bretagne (30 avril 1341). Jean,
comte de Montfort, frère de père de Jean III, est reçu comme duc à
Nantes au mépris des prétentions de Jeanne, nièce du roi de France par
son mariage avec Charles de Blois et dont le père Gui, comte de
Penthièvre, était frère de Jean III de père et de mère. P. 86 à 88, 265
à 269.

Jean de Montfort, après s'être emparé de Limoges et des trésors de Jean
III, revient à Nantes où il convoque à une grande fête les nobles et
prélats de Bretagne. Les bourgeois et conseillers des bonnes villes se
rendent à cet appel, mais non les grands barons qui, sauf Hervé de
Léon[250], sont à peu près tous partisans de Charles de Blois. Jean de
Montfort distribue à ses fidèles le trésor trouvé à Limoges. P. 89 et
90, 269 à 271.

  [250] Les chefs du parti de Montfort étaient, outre Hervé de
  Léon, le seigneur de Pont-l'Abbé (Finistère, arr. Quimper),
  Geffroi de Malestroit (Morbihan, arr. Ploërmel), Tanneguy du
  Châtel (la terre et seigneurie du Châtel était située dans
  l'ancien diocèse de Saint-Pol-de-Léon), Henri de Kaër (fief situé
  sur le territoire de Vannes), Yvon de Trésiguidy (Finistère, arr.
  Châteaulin, hameau de la commune de Pleuben), Hervé seigneur de
  Névez (Finistère, arr. Quimperlé, c. Pont-Aven), Alain de
  Kerlévénan (Morbihan, arr. Vannes, hameau de la commune de
  Sarzeau); on voit que les principaux partisans de Montfort
  appartenaient à la Bretagne bretonnante.

Prise du fort château de Brest par Jean de Montfort après une héroïque
défense de (Gautier[251]) de Clisson. P. 90 à 93, 271 à 275.

  [251] Jean le Bel et Froissart donnent à ce chevalier le prénom
  de _Garnier_; les historiens de Bretagne l'appellent Gautier.

Siége de Rennes par Jean de Montfort. Henri de Spinefort[252],
capitaine de la ville, est fait prisonnier dans une sortie. Le comte de
Montfort menace de faire pendre ce chevalier si Rennes ne lui ouvre ses
portes. Lutte entre les grands bourgeois qui sont d'avis de résister et
les gens du commun qui veulent faire leur soumission. La ville finit
par se rendre, et Henri de Spinefort se range parmi les partisans de
Jean de Montfort. P. 93 à 96, 275 à 280.

  [252] La maison de Spinefort était une «noble et ancienne maison
  de Bretagne, au diocèse de Vannes, en la paroisse de Languidic
  (Morbihan, arr. Lorient, c. Hennebont), à peu de distance de
  Hennebont.» Voy. _Les vies des saints de la Bretagne_, par Albert
  le Grand, éd. de M. Miorcec de Kerdannet, p. 38 et 39.

Prise d'Hennebont[253], fort château et bon port de mer, due à une
surprise faite à Olivier de Spinefort, capitaine de cette place, par
son frère Henri de Spinefort.--Reddition de Vannes.--Levée du siége mis
pendant dix jours devant la Roche-Piriou[254].--Reddition de
Suscinio[255].--Reddition du château d'Auray[256] par Geffroi de
Malestroit et Yvon de Trésiguidy qui prêtent serment de fidélité au
comte de Montfort.--Reddition de la Forest[257] dont le capitaine est
un ancien compagnon d'armes d'Hervé de Léon en Grenade et en
Prusse.--Reddition de Carhaix[258] où s'était enfermé un évêque qui en
était seigneur[259]. Cet évêque, oncle d'Hervé de Léon, se décide, sur
les instances de son neveu, à faire sa soumission au comte de Montfort.
P. 97 à 100, 280 à 285.

  [253] Morbihan, arr. Lorient.

  [254] Aujourd'hui hameau de la commune de Priziac, Morbihan, arr.
  Napoléonville, c. le Faouët.

  [255] Aujourd'hui hameau de la commune de Sarzeau, Morbihan, arr.
  Vannes.

  [256] Morbihan, arr. Lorient.

  [257] Jean le Bel, dont Froissart reproduit ici le texte à peu
  près mot à mot, appelle cette localité _la Forest_ (t. I, p.
  236). Ogée et Albert le Grand identifient le _la Forest_ de Jean
  le Bel et le _Goy-la-Forêt_ de Froissart avec la Forest,
  Finistère, arr. Brest, c. Landerneau. «Le château de la Forêt,
  dit Ogée, fut assiégé en 1341 par le comte de Montfort. C'était
  une place forte qui appartenait au vicomte de Rohan, partisan de
  Charles de Blois.» _Dictionnaire historique et géographique de la
  Bretagne_, t. II, p. 305, au mot _La Forêt_. Le nom breton est
  _Gouëlet-Forest_; il figure dans le passage suivant d'une vie de
  saint Ténenan:

    Poulzet ouënt gant eun avel gré,
    Ractal, é rivier Landerné,
    Quen e errusont, gant o lestr,
    Dindan Castel-_Gouëlet-Forest_.

  V. Albert le Grand, éd. de M. Miorcec de Kerdannet, p. 403, en
  note. Du breton _Gouëlet-Forest_ Froissart a fait Goy-la-Forêt.

  [258] Finistère, arr. Châteaulin.

  [259] Gui de Léon.

Siége de Jugon[260] par le comte de Montfort. Amauri de Clisson,
capitaine de la garnison, et plus de cent vingt bourgeois de la ville,
sont faits prisonniers dans une sortie par Olivier et Henri de
Spinefort accourus au secours d'Yvon de Trésiguidy. La ville de
Jugon, contre laquelle le comte de Montfort a fait dresser quatre
engins amenés de Rennes, est obligée de se rendre; Amauri de Clisson
prête serment de fidélité au comte de Montfort, qui assigne à ce
chevalier cinq cents livres de terre et le retient de son conseil.
Le vainqueur laisse comme châtelain à Jugon Garnier de Trésiguidy,
cousin d'Yvon.--Reddition de Dinan.--Siége infructueux de
Josselin[261].--Reddition du château de Ploërmel.--Reddition sous
condition de Mauron[262] après douze jours de siége. P. 285 à 291.

  [260] Côtes-du-Nord, arr. Dinan.

  [261] Morbihan, arr. Ploërmel.

  [262] Morbihan, arr. Ploërmel.



CHAPITRE XLIV.

   1341. VOYAGES DU COMTE DE MONTFORT EN ANGLETERRE, PUIS A
   PARIS[263] (§§ 144 à 146).

  [263] Cf. Jean le Bel, chap. XLVI et XLVII, t. I, p. 236 à 242.


Le comte de Montfort se fait partout reconnaître comme duc de Bretagne.
Cependant les seigneurs de Clisson[264], de Tournemine, de
Quintin[265], de Beaumanoir[266], de Laval, de _Gargoule_, de
Lohéac[267], d'Ancenis, de Retz, de Rieux[268], d'Avaugour[269],
refusent d'obéir au nouveau duc; quelques-uns de ces seigneurs
quittent la Bretagne, soit pour guerroyer à Grenade et en Prusse, soit
pour entreprendre le pèlerinage d'outre-mer. P. 291.

  [264] Loire-Inférieure, arr. Nantes.

  [265] Côtes-du-Nord, arr. Saint-Brieuc.

  [266] Aujourd'hui hameau de la commune d'Evran, Côtes-du-Nord,
  arr. Dinan.

  [267] Ille-et-Vilaine, arr. Redon, c. Pipriac.

  [268] Morbihan, arr. Vannes, c. Allaire.

  [269] Jeanne, femme de Charles de Blois, avait pour mère Jeanne
  d'Avaugour, mariée à Gui, comte de Penthièvre, fille et héritière
  de Henri seigneur d'Avaugour. Un petit hameau de la commune de
  Saint-Péver, Côtes-du-Nord, arr. Guingamp, c. Plouagat, porte
  encore aujourd'hui le nom illustré par cette famille qui
  descendait d'Eude comte de Bretagne.

Jean de Montfort comprend la nécessité de se faire un allié puissant
qu'il puisse opposer au roi de France, oncle et allié naturel de
Charles de Blois. C'est pourquoi il s'embarque à _Gredo_[270] (Redon)
en basse Bretagne pour l'Angleterre, arrive en Cornouaille et débarque
au port de _Cepsée_; de là, il se rend à Windsor auprès d'Édouard III.
Le comte de Montfort fait hommage lige pour le duché de Bretagne au roi
d'Angleterre qui promet en retour d'aider et de défendre son vassal
contre tous, spécialement contre le roi de France; puis il retourne à
Nantes, comblé des présents et des faveurs d'Édouard III[271]. P. 100 à
102, 291 à 298.

  [270] Dom Morice conjecture (_Hist. de Bretagne_, t. I, p. 248)
  que Froissart a voulu désigner ici Roscoff; mais, comme l'a fait
  remarquer Dacier, il y a bien peu d'analogie entre _Gredo_ et
  _Roscoff_. Dacier propose de lire _Coredou_, village sur le bord
  d'une petite anse à l'ouest de Saint-Pol-de-Léon, et
  l'identification de _Gredo_ avec _Coredou_ a été adoptée par
  Buchon (t. I, éd. du Panthéon, p. LIV). Il nous a été impossible
  de retrouver exactement, soit dans les dictionnaires, soit sur
  les cartes, le _Coredou_ de Dacier. Le nom de ce port est écrit
  _Grendo_ dans Jean le Bel (v. t. I, p. 236). D'après la deuxième
  rédaction ou ms. d'Amiens (v. p. 291) Jean de Montfort se serait
  embarqué à Guérande, et d'après la troisième rédaction ou ms. de
  Rome (v. p. 295) à Vannes. En proposant d'identifier _Gredo_ avec
  _Redon_, nous nous fondons principalement sur le passage suivant
  de la troisième rédaction ou ms. de Rome: «....et vinrent ariver
  à _Grède, au plus proçain port de Vennes et de Rennes_.» P. 391.
  D'ailleurs, même en ce qui concerne la première rédaction, 10
  mss. sur 33, les mss. 23 à 33 donnent la variante _Redon_ pour
  _Gredo_ (voy. p. 397). L'addition d'un g parasite dans _Gredo_
  s'est faite comme dans _grenouille_, de _ranuncula_. Redon a un
  port sur la Vilaine accessible aux navires de médiocre grandeur.

  [271] Par acte daté de Westminster le 24 septembre 1341, Édouard
  III donne le comté de Richmond avec toutes ses dépendances à son
  très-cher cousin Jean duc de Bretagne et comte de Montfort, en
  témoignage de l'alliance conclue entre lui et le dit Jean et
  aussi en dédommagement du comté de Montfort confisqué par
  Philippe de Valois (Rymer, _Foedera_, vol. II, p. 1176). On ne
  trouve du reste aucune trace dans les pièces publiées par Rymer
  de l'hommage du duché de Bretagne qui aurait été fait dans cette
  circonstance par Jean de Montfort à Édouard III.

Le vicomte de Rohan, les seigneurs de Clisson, d'Avaugour et de
Beaumanoir se rendent en France et informent Charles de Blois des
succès de Jean de Montfort. Charles de Blois implore contre son
compétiteur l'appui du roi de France son oncle. Philippe de Valois, de
l'avis des pairs et grands barons de son royaume, prend le parti de
mander à Paris l'adversaire de son neveu; les seigneurs de Mathefelon,
de Gaussan et Grimouton de Chambly[272], vont à Nantes notifier au
comte de Montfort la volonté du roi de France. Jeanne de Montfort
conseille à son mari de ne pas répondre à l'appel de Philippe de
Valois. Cependant, le comte de Montfort, après avoir hésité quelque
temps, vient à Paris où il fait son entrée en somptueux équipage et
avec une suite de plus de trois cents chevaux. P. 102, 103, 298 à 300,
302, 303.

  [272] D'après le ms. de Rome (v. p. 302), les messagers furent
  les seigneurs de Montmorency et de Saint-Venant.

L'entrevue du comte avec le roi de France a lieu dans une grande
chambre du palais décorée de magnifiques tapisseries. Aux côtés du roi
siégent le comte d'Alençon son frère, le duc de Normandie son fils,
Eude, duc de Bourgogne et Philippe de Bourgogne, fils du duc, le duc de
Bourbon, Jacques de Bourbon alors comte de Ponthieu, les comtes de
Blois, de Forez, de Vendôme et de Guines, les seigneurs de Coucy, de
Sully, de Craon, de Roye, de Saint-Venant, de Renneval et de Fiennes.
Philippe de Valois reproche à Jean de Montfort d'avoir fait hommage du
duché de Bretagne à Édouard III. Le comte répond que ce reproche n'est
nullement fondé, mais en même temps il maintient la légitimité de ses
prétentions à l'héritage de Bretagne. Le roi enjoint à Jean de Montfort
de ne pas quitter Paris avant quinze jours et d'attendre que les pairs,
chargés d'examiner la question pendante entre lui et Charles de Blois,
aient décidé de quel côté est le bon droit. Découragé par un accueil
aussi défavorable, le comte de Montfort estime prudent de ne pas
attendre le jugement des pairs. Un soir, il prend l'habit d'un de ses
ménestrels, monte à cheval sans autre suite qu'un valet de ménestrel,
et à la faveur de ce déguisement, s'échappe à la dérobée de Paris dont
on ne fermait point alors les portes; pendant que ses chambellants font
courir le bruit que leur maître est couché malade dans son lit, il
regagne en toute hâte la Bretagne et va rejoindre à Nantes la comtesse
sa femme. P. 103 à 105, 300 à 302, 303 à 306.

Le roi de France et Charles de Blois sont furieux quand ils apprennent
que le comte de Montfort vient de s'échapper de leurs mains. Les pairs
et grands barons, réunis en conseil pour statuer sur les prétentions
respectives de Charles de Blois et de Jean de Montfort à l'héritage de
Bretagne, se prononcent tout d'une voix en faveur de Charles de Blois;
ils fondent leur jugement sur deux considérants principaux. 1º Jeanne,
femme de Charles de Blois, à titre de fille unique de Gui, comte de
Penthièvre, frère de père et de mère de Jean III, duc de Bretagne,
dernièrement mort, a plus de parenté avec le dit duc que Jean de
Montfort, qui est seulement frère de père de Jean III[273]; 2º
d'ailleurs le comte de Montfort, même en supposant qu'il y ait quelque
chose de fondé dans ses prétentions, est atteint de forfaiture, d'abord
pour avoir relevé le duché d'un seigneur autre que le roi de France de
qui on le doit tenir en fief, ensuite pour avoir transgressé les ordres
et cassé l'arrêt de son suzerain en quittant Paris sans congé[274]. P.
105 et 106.

  [273] Nous avons corrigé ici Froissart qui dit, sans doute par
  inadvertance, que Jean de Montfort n'était pas issu du même père
  que le feu duc de Bretagne et son frère le comte de Penthièvre.
  La vérité est, comme l'indique notre chroniqueur dans un des
  chapitres précédents, que Jean III, duc de Bretagne, et Gui comte
  de Penthièvre étaient sortis d'un premier mariage d'Arthur II duc
  de Bretagne avec Marie vicomtesse de Limoges, tandis que Jean de
  Montfort devait le jour à un second mariage d'Arthur II avec
  Iolande de Dreux.

  [274] L'arrêt rendu en faveur de Charles de Blois «in curia
  nostra, in magno consilio nostro Parium Franciæ, prælatorum,
  baronum aliorumque...» est daté de Conflans le 7 septembre 1341.
  V. _Mémoires pour servir de preuves à l'histoire de Bretagne_,
  par dom Morice, t. I, col. 1421 à 1424. Froissart se trompe sur
  les considérants de cet arrêt. Il n'y est fait mention que des
  raisons et des exemples allégués par Charles de Blois, d'une
  part, pour prouver qu'en Bretagne les représentants du frère
  aîné, lorsqu'il s'agissait d'une succession noble, la
  recueillaient au préjudice du frère cadet; et par le comte de
  Montfort, d'autre part, pour établir le contraire.

Charles de Blois, confiant en son droit après le jugement prononcé en
sa faveur, assuré en outre de l'appui du roi de France, entreprend de
reconquérir à main armée son duché de Bretagne. Le duc de Normandie est
adjoint à son cousin comme chef de l'expédition projetée. Les
principaux barons qui s'engagent à faire partie de cette expédition,
sont le comte d'Alençon, oncle de Charles de Blois, le duc de
Bourgogne, le comte de Blois, frère de Charles, le duc de Bourbon,
Louis d'Espagne, Jacques de Bourbon, le comte d'Eu, connétable de
France et le comte de Guines, son fils, le vicomte de Rohan, les comtes
de Forez, de Vendôme et de Dammartin, les seigneurs de Coucy, de Craon,
de Beaujeu, de Sully et de Châtillon. On fixe à Angers le rassemblement
général. P. 106 et 107, 306 et 307.



CHAPITRE XLV.

   1341. EXPÉDITION DU DUC DE NORMANDIE ET DE CHARLES DE BLOIS EN
   BRETAGNE[275] (§§ 147 à 150).

  [275] Cf. Jean le Bel, chap. XLVII, t. I, p. 243 à 249.


Le duc de Normandie, le comte d'Alençon, les ducs de Bourgogne, de
Bourbon et les autres barons et chevaliers dont Charles de Blois s'est
assuré le concours, se rendent à Angers, où rendez-vous général a été
donné à tous les gens d'armes qui doivent faire partie de l'expédition
de Bretagne. Toutes ces forces réunies s'élèvent à cinq mille armures
de fer, sans compter trois mille Génois sous les ordres d'Ayton Doria
et de Charles Grimaldi. Le Galois de la Baume commande aussi une
nombreuse troupe de bidaus et d'arbalétriers. Cette armée chevauche en
trois batailles. La première, composée de cinq cents lances, marche
sous les bannières de Louis d'Espagne, du vicomte de Rohan, des
seigneurs d'Avaugour, de Clisson et de Beaumanoir. La plus forte
bataille est celle du duc de Normandie[276], où se trouvent les plus
puissants seigneurs de l'armée, notamment les comtes d'Alençon et de
Blois, Charles de Blois lui-même qui prend le titre et les armes de duc
de Bretagne, et a fait hommage et féauté pour ce duché au roi de
France. Raoul, comte d'Eu, connétable de France, est à la tête de la
troisième bataille ou arrière-garde avec le comte de Guines[277], son
fils, les seigneurs de Coucy, de Montmorency, de Quintin et de
Tournemine. P. 107, 108, 307, 308.

  [276] «Le voyage de Bretagne et l'ost devant Nantes fait par le
  duc de Normandie et les establies après ensuivant le dit voyage,
  commençant 26 septembre 1341, finant 6 mai 1342: Eude duc de
  Bourgoigne, Gaucher duc d'Athènes, le comte de Joigny, Jean de
  Chalon, André de Chauvigny, Gile sire de Soocourt, Bernart sire
  de Morueil, Rogue sire de Hangest, Jean de Chastillon, Charles
  sire de Montmorency.... Arnaut de la Vie sire de Villemur, Hue de
  Bouville, G. de Craon, Hue sire de Faignoles, Robert Bertran
  mareschal de France, Payen de Mailly, Jean de Vienne, Regnaut
  sire de Honcourt, Godefroy de Nast, etc....» V. De Camps, portef.
  83, fos 452 à 453 vo.

  [277] «La retenue des gens d'armes de l'hostel de nous Raoul,
  comte de Eu, connestable de France, qui avecques nous ont esté en
  Bretaingne en la compaignie mgr le duc de Normandie _ès mois
  d'octobre et de novembre_ 1341. Nous connestable, 1 bann., 4 chv.
  bach. et 53 esc.; venus du comté d'Eu _à Angers_.. Pour nostre
  bannière, Tassart de Basinguehan--Raoul comte de Guisnes nostre
  fil, chev. bann.; pour sa bannière, Bertaut d'Outreleaue.» De
  Camps, 83, fo 416.

  Les principaux chevaliers de la bataille du comte d'Eu sont: Jean,
  seigneur de Walencourt, chev. bann., 2 chev. bach. et 15 esc.,
  venus de Wallaincourt en Cambraisis;--Drieu de Mello, chev., 3
  esc., venus de Saint Brice en Aucerrois;--Guillaume de Merlo,
  chev., 3 esc., venus de Poisse en Aussay;--Gieffroy de Charny,
  chev., 3 esc., venus de Pierrepertuis sous Vezelay;--Ferry de
  Chardoingne, chev., 6 esc., venus d'Oupie en l'évesché de
  Verdun;--Loys de Corbon, chev., 8 esc., venus de Guion en
  Barrois;--Jean Mauvoisin, chev., 2 esc., venus d'auprès Vernon en
  Normandie;--Philippe de Pont, chev., 3 esc., venus d'Aencourt prez
  d'Arche en Normandie;--Guillaume de Villers, 2 esc., venus de
  Villers en Vimeu;--Philippe de Buissy, chev., 2 esc., venus de
  Savoye;--Jean de Landas, Baudoin de Bavelinguen, Jean de Dargny,
  Jean Maquerel, Gieffroy du Forestel;--Robert le Thyoys, chev., 3
  esc., venus de Gisors.» De Camps, 83, fos 416 à 419.

Les Français passent par Ancenis et viennent mettre le siége devant
Champtoceaux, qui est de ce côté la clef et l'entrée de Bretagne. Cette
forteresse, assise sur un monticule au pied duquel coule une grosse
rivière (la Loire), a pour capitaines et gardiens deux chevaliers de
Lorraine, nommés Mile et Valerand[278]. Le duc de Normandie fait
combler les fossés par les paysans des environs, tandis qu'on construit
un château de bois monté sur douze roues qui peut bien contenir deux
cents hommes d'armes et cent arbalétriers. Ce château de bois, tout
pourvu d'assaillants, est amené à force de bras jusque contre les
remparts de Champtoceaux. L'énorme machine se compose de trois étages:
à l'étage le plus élevé se tiennent les gens d'armes, au second les
arbalétriers, et tout en bas les sapeurs qui démolissent les murs par
la base. Les assiégeants livrent, avec l'aide de cet engin, un assaut
terrible qui coûte beaucoup de monde aux assiégés et leur fait dépenser
toute leur artillerie. Les gens d'armes de la garnison, découragés,
rendent Champtoceaux, sauve leur vie et leurs biens[279]. P. 108, 100,
309 à 310.

  [278] Champtoceaux, Maine-et-Loire, arr. Cholet, sur la rive
  gauche de la Loire. Les ruines du château de Champtoceaux
  couvrent encore aujourd'hui les flancs d'un monticule situé à
  moins de cent mètres du lit de la Loire.

  [279] Le siége de Champtoceaux dura au moins depuis le 10 octobre
  jusqu'au 26 du même mois: «Robert de Marigny esc. fait chev.
  nouviaus _à Chantociaus le 10 octobre_, 5 esc., venus de
  Triestrieux lez Beauvais.» De Camps, 83, fo 419--«Jean de
  Honnecourt escuier fait chevalier nouveau _à Cantociaus le 26
  octobre_.» _Ibid._, fo 417.

Le duc de Normandie, chef suprême de l'expédition, livre Champtoceaux à
Charles de Blois, son cousin, qui laisse dans cette forteresse comme
châtelain un chevalier nommé Rasse de Guingamp. Puis les Français
prennent le chemin de Nantes, où le comte de Montfort s'est enfermé.
Sur la route, ils s'emparent de Carquefou[280], place située près de
Nantes, entourée de fossés et de palissades, mais dont la garnison, qui
ne se compose que de vilains, ne peut tenir tête aux arbalétriers
génois; la ville est prise et pillée; beaucoup des gens qu'on y trouve
sont passés au fil de l'épée; on met le feu aux maisons, dont la moitié
est la proie des flammes. P. 110, 310, 311, 313.

  [280] Loire-Inférieure, arr. Nantes. Carquefou n'est qu'à 10
  kilomètres de Nantes.

L'armée du duc de Normandie vient camper devant Nantes et investit
cette grande cité que traverse la Loire, très large en cet endroit.
Jean de Montfort a laissé à Rennes la comtesse sa femme et s'est
enfermé dans Nantes avec Hervé de Léon, Henri et Olivier de Spinefort,
Yvon de Trésiguidy et plusieurs autres chevaliers et écuyers qui l'ont
reconnu comme duc de Bretagne. La cité est forte, bien fermée,
abondamment pourvue de vivres et d'artillerie; en outre, le comte est
très-aimé des bourgeois de Nantes. Pleinement rassuré sur l'issue d'un
siége soutenu dans ces conditions, Jean de Montfort invite les
habitants à se tenir sur la défensive: la saison est trop avancée pour
que le siége puisse durer longtemps. Malgré cette injonction, Hervé de
Léon, à la tête d'une troupe de deux cents armures de fer, la plupart
jeunes bourgeois de Nantes, fait un jour, de grand matin, une sortie
par la poterne de Richebourg[281], pour surprendre un convoi de vivres
destiné aux assiégeants; il s'empare d'environ trente sommiers, mulets
et roncins, et de quinze charrettes remplies de vin et de farine. Une
troupe de cinq cents gens d'armes français commandés par Louis
d'Espagne accourt pour reprendre ce butin; et Hervé de Léon ne parvient
à garder sa proie qu'en fermant précipitamment les portes en dehors
desquelles il laisse deux cents de ses compagnons qui sont tués ou
faits prisonniers. Les parents de ces malheureux sont transportés de
fureur, et Hervé de Léon encourt pour ce fait la disgrâce du comte de
Montfort. P. 110 à 112, 311 à 315.

  [281] La poterne de Richebourg, qui donnait accès dans le
  faubourg de ce nom, était située au nord-est de Nantes, sur la
  rive droite de la Loire, entre l'Erdre et ce fleuve.

Un certain nombre de bourgeois de Nantes, parents et amis des gens
d'armes faits prisonniers par Louis d'Espagne, entrent en pourparlers
avec les assiégeants à l'insu de Jean de Montfort, et conviennent de
laisser la poterne de Sauve[282] ouverte aux Français qui pénètrent
ainsi dans la ville un matin sans coup férir. Ils vont droit au château
de Nantes où ils trouvent le comte de Montfort encore endormi et le
font prisonnier. Henri et Olivier de Spinefort, Yvon de Trésiguidy
parviennent à s'échapper. La rumeur publique voit dans la trahison dont
le comte de Montfort est victime en cette circonstance la main de Hervé
de Léon qui se serait vengé ainsi du blâme sévère que le comte lui
avait infligé quelques jours auparavant. Ce qui est certain, c'est que
Hervé est épargné lui et les siens par Charles de Blois, auquel il fait
féauté et hommage comme à son seigneur, et qu'il reconnut depuis lors
comme duc de Bretagne. P. 112, 113, 315 à 319.

  [282] La poterne de Sauve, anciennement appelée de Sauve Tour,
  qui donnait accès dans le Bourgneuf, était située sur la rive
  droite de la Loire comme la poterne de Richebourg, un peu à
  l'ouest de cette dernière, près de la rivière d'Erdre. Une
  indication de détail sur la topographie de Nantes aussi précise
  que celle des deux poternes de Richebourg et de Sauve semble due
  à des souvenirs personnels. Quoi qu'il en soit, il est à
  remarquer que cette indication ne se trouve que dans la troisième
  et dernière rédaction du premier livre des _Chroniques_
  représentée par le ms. de Rome.

Les Français se rendent ainsi maîtres de Nantes aux environs de la
Toussaint[283] l'an 1341. A l'occasion de cette solennité, le duc de
Normandie et Charles de Blois tiennent cour plénière au château de
Nantes, où ils donnent des fêtes qui durent quatre jours. Là, le
vicomte de Rohan, les seigneurs de Clisson, d'Ancenis, de Beaumanoir,
de Malestroit, d'Avaugour, de _Gargoule_, de Quintin, de Léon, de
Dinan, de Retz, de Rieux et bien quarante chevaliers bretons des
environs de Nantes font féauté et hommage au mari de Jeanne de
Penthièvre et le reconnaissent comme leur duc. Charles de Blois reste à
Nantes pour y passer l'hiver avec plusieurs vaillants chevaliers de son
lignage. Le reste de l'armée se disperse après avoir promis au nouveau
duc de revenir en Bretagne l'été prochain, si besoin est. Le duc de
Normandie retourne à Paris, emmenant avec lui[284] le comte de Montfort
qu'il remet entre les mains du roi de France. Philippe de Valois fait
enfermer son prisonnier au château du Louvre; on dit même qu'il
l'aurait fait mourir, si Louis de Nevers, comte de Flandre, n'avait
intercédé pour son beau-frère. P. 114, 318, 320 à 322.

  [283] Froissart a varié dans ses diverses rédactions sur la date
  de la reddition de Nantes: dans la première rédaction (v. p.
  113), cette date est fixée aux environs de la Toussaint, dans la
  troisième (v. p. 319) à la nuit de la Toussaint, dans la deuxième
  (v. p. 318) au 20 octobre. Ce qui est certain, c'est que les
  Français occupaient Nantes dès le 21 novembre. En vertu d'une
  charte datée du 21 novembre 1341, une imposition de 4 deniers
  pour livre sur l'achat et la vente des denrées fut établie à
  Nantes par Robert Bertran, sire de Bricquebec, maréchal de
  France, capitaine pour le roi ès parties de Bretagne, et par
  Olivier, évêque de Nantes. _Mémoires pour servir de preuves à
  l'histoire de Bretagne_, par Morice, t. I, col. 1429.

  [284] D'après la deuxième rédaction (v. p. 317), l'arrivée du
  comte de Montfort à Paris aurait précédé le retour du duc de
  Normandie. D'après les première (v. p. 114) et troisième (v. p.
  321) rédactions, au contraire, c'est le duc de Normandie lui-même
  qui, au retour de son expédition en Bretagne, aurait amené à
  Paris le compétiteur de Charles de Blois et l'aurait livré au roi
  de France. Cette dernière version est d'autant plus vraisemblable
  que, selon Froissart, le duc de Normandie et les seigneurs
  français quittèrent Nantes pour retourner dans leurs foyers _peu
  après la Toussaint_; or il est certain que le comte de Montfort
  était encore à Nantes le 18 décembre, date d'une lettre qu'il
  écrivit à «ses petits bacheliers» Tanneguy du Châtel, Geffroi de
  Malestroit et Henri de Kaër. _Preuves de l'hist. de Bretagne_,
  par Morice, t. I, col. 1428.

Charles de Blois écrit aux habitants de Rennes, de Vannes, de
Quimperlé, de Quimper-Corentin, d'Hennebont, de Lamballe[285], de
Guingamp, de Dinan, de Dol[286], de Saint-Mathieu[287], de Saint-Malo,
de venir à Nantes lui prêter serment de fidélité comme à leur duc; mais
la plupart de ces villes prennent parti pour la comtesse de Montfort
qui apprend à Rennes[288] que son mari est tombé aux mains de ses
ennemis. A cette nouvelle, la comtesse, femme au cœur d'homme et de
lion, rassemble ses partisans, leur présente son jeune fils Jean âgé
de sept ans, et se met à chevaucher de forteresse en forteresse à la
tête de cinq cents lances, renforçant partout les garnisons, payant
très-largement les gages de ses gens d'armes et réchauffant par tous
les moyens le zèle des Bretons restés fidèles à sa cause. Elle renforce
surtout la garnison de Rennes, car elle prévoit que ce sera la première
ville que viendra assiéger Charles de Blois; et elle met dans cette
place comme capitaine un vaillant chevalier et de bon conseil,
très-attaché à elle et à son mari, nommé Guillaume de Cadoudal, Breton
bretonnant. Puis elle va, en compagnie de son fidèle Amauri de Clisson,
qui ne la quitte pas, s'enfermer dans Hennebont, fort château et bon
port de mer, afin d'assurer en cas de besoin ses communications avec
l'Angleterre. P. 114, 115, 320 à 324.

  [285] Côtes-du-Nord, arr. Saint-Brieuc.

  [286] Ille-et-Vilaine, arr. Saint-Malo.

  [287] Aujourd'hui hameau de la commune de Plougonvelin,
  Finistère, arr. Brest, c. Saint-Renan.

  [288] D'après le ms. de Rome (v. p. 320), c'est à Vannes, au
  château de La Motte, non à Rennes, que la comtesse de Montfort
  aurait appris que son mari était tombé aux mains des Français.



CHAPITRE XLVI.

1341 et 1342. GUERRE EN ÉCOSSE[289] (§§ 151 à 161).

  [289] Cf. Jean le Bel, chap. XLVIII à LI, t. I, p. 251 à 275.

1341. Continuation des hostilités entre l'Angleterre et l'Écosse: prise
de Stirling par les Écossais.--Trêve entre l'Angleterre et
l'Écosse.--Retour de David Bruce dans son royaume[290]. P. 116 à 120,
324 à 329.

  [290] David II, accompagné de Jeanne d'Angleterre sa femme,
  débarqua à Inverbervic dans le comté de Kincardine, le 4 mai
  1341.

Incursions de David Bruce et des Écossais dans le Northumberland et
l'évêché de Durham: siége de Newcastle.--Prise de Durham. P. 120 à 124,
329 à 335.

Édouard III fait ses préparatifs[291] pour marcher contre les Écossais
qui, tout en effectuant leur retraite le long de la Tyne dans la
direction de Carlisle, mettent le siége devant un château où la
comtesse de Salisbury se tient enfermée[292].--Les Écossais livrent un
assaut infructueux, mais la garnison du château est bientôt réduite à
la dernière extrémité.--Le capitaine de cette garnison, Guillaume de
Montagu, réussit à traverser pendant la nuit les lignes ennemies pour
aller à York demander du secours à Édouard III.--Aussitôt qu'ils
apprennent que le roi d'Angleterre marche contre eux à la tête d'une
puissante armée, les Écossais lèvent le siége du château de la comtesse
de Salisbury et se retirent dans les forêts de Jedburgh. P. 124 à 131,
335 à 338.

  [291] Le mandement du roi d'Angleterre pour faire assembler à
  Newcastle-upon-Tyne le 24 janvier 1342 les troupes qui doivent
  marcher contre les Ecossais, est daté de Newcastle-upon-Tyne le 4
  décembre 1341. V. Rymer, _Fœdera_, vol II, p. 1183 et 1184.

  [292] Froissart veut sans doute désigner ici le château de Wark,
  situé entre Newcastle et Carlisle, sur la rive gauche de la Tyne,
  qui appartenait au comte de Salisbury.

1342. Édouard III au château de la comtesse de Salisbury.--Passion du
roi d'Angleterre pour la belle comtesse. P. 131 à 135, 339 à 340.

Récit d'une partie d'échecs entre le roi et la comtesse. P. 340 à 342.

Édouard III poursuit les Écossais jusque au delà de Berwick.--Nouvelle
trêve entre les Anglais et les Écossais[293].--Le roi d'Angleterre
renvoie le comte de Murray son prisonnier au roi d'Écosse en échange du
comte de Salisbury mis en liberté par le roi de France[294]. P. 135 à
137, 342 à 347.

  [293] Les pouvoirs donnés par Édouard III pour traiter avec les
  ambassadeurs de David Bruce, soit de la paix, soit seulement
  d'une trêve, sont datés des 20 mars et 3 avril 1342. V. Rymer,
  _Fœdera_, vol. II, p. 1189, 1190 et 1191. Édouard III était de
  retour à Londres le 20 février 1342 (Rymer, _ibid._, p. 1187),
  après avoir demeuré sur les frontières de l'Ecosse depuis le
  commencement de novembre 1341.

  [294] Philippe de Valois ne consentit à remettre en liberté le
  comte de Salisbury qu'à la condition qu'il jurerait de ne porter
  jamais les armes contre la France. Le comte sollicita la
  permission de faire ce serment, et Édouard la lui accorda par
  lettres datées du 20 mai 1342. Par conséquent, le comte de
  Salisbury ne put être de retour en Angleterre que vers le
  commencement du mois de juin au plus tôt. V. Rymer, _Fœdera_,
  vol. II, p. 1195.



CHAPITRE XLVII.

   1342. SIÉGE ET PRISE DE RENNES PAR CHARLES DE BLOIS.--SIÉGE
   D'HENNEBONT: DÉFENSE HÉROÏQUE DE JEANNE DE MONTFORT; LEVÉE DU
   SIÉGE PAR LES FRANÇAIS A LA SUITE DE L'ARRIVÉE DE GAUTIER DE
   MAUNY ET DES ANGLAIS[295] (§§ 162 à 169).

  [295] Cf. Jean le Bel, chap. LII à LVII, t. I, p. 277 à 295.


Au printemps de 1342, les seigneurs français qui ont fait partie de
l'expédition de Bretagne l'année précédente, reviennent à Nantes où
Charles de Blois a passé l'hiver. La lutte est plus vive que jamais
entre les deux partis qui se disputent la Bretagne. La comtesse de
Montfort tient, comme on l'a dit plus haut, garnison dans Hennebont,
mais elle a eu soin d'établir Guillaume de Cadoudal comme capitaine à
Rennes et de pourvoir cette place d'artillerie et d'approvisionnements
de toute sorte. L'armée de Charles de Blois, forte de six mille hommes
d'armes et de douze mille soudoyers à lances et à pavois, met le siége
devant Rennes. Ayton Doria et Charles Grimaldi commandent les
arbalétriers génois. Rennes avait alors de grands faubourgs auxquels le
capitaine de la ville est obligé de faire mettre le feu pour pourvoir
aux nécessités de la défense. Les efforts des assiégeants, surtout des
Génois et des Espagnols, très-nombreux dans l'armée de Charles de
Blois, réduisent bientôt la garnison de Rennes à la situation la plus
critique. P. 137 à 139, 347 à 349, 351, 352.

La comtesse de Montfort, qui se tient enfermée dans Hennebont, envoie
son fidèle Amauri de Clisson[296] demander du secours à Édouard III. Le
roi anglais fait bon accueil au messager de Jeanne de Montfort et
charge Gautier de Mauny de se rendre en Bretagne à la tête de trois
cents lances et de deux mille archers d'élite pour porter secours à la
comtesse. Amauri de Clisson, Gautier de Mauny et le corps d'auxiliaires
anglais se mettent en mer et cinglent vers Hennebont; mais la flotte
qui les porte, assaillie par les vents contraires, erre au gré des
vents pendant plus de soixante jours avant de pouvoir aborder en
Bretagne, et ce retard plonge Jeanne de Montfort dans une angoisse
mortelle. P. 139 à 141, 350 à 354.

  [296] Le voyage d'Amauri de Clisson en Angleterre doit être peu
  antérieur au 10 mars 1342. Le 10 mars 1342, Édouard III ordonne
  une levée de cent hommes d'armes et de neuf cents _hobbiliers_
  (hommes d'armes de cavalerie légère, de _hobby_) en Irlande et
  charge Gautier de Mauny de prendre possession en son nom de
  toutes les forteresses de Bretagne qu'Amauri de Clisson, tuteur
  de l'héritier du duché, s'est engagé à lui remettre. Le roi
  d'Angleterre reconnaît par deux autres actes, datés aussi du 10
  mars 1342, que Gautier de Mauny a reçu d'Amauri de Clisson un
  subside de mille livres sterling et envoie en Bretagne, comme il
  a été convenu avec les messagers bretons, _de assensu nunciorum
  Britaniæ, ad nos in Angliam destinatorum_, des monnayeurs chargés
  de convertir la monnaie anglaise en monnaie bretonne. V. Rymer,
  _Fœdera_, vol. II, p. 1188 et 1189.

Les bourgeois de Rennes, réduits au dernier degré de dénûment,
manifestent l'intention de traiter avec les assiégeants; et comme
Guillaume de Cadoudal, capitaine de la garnison, ne veut entendre
parler d'aucun arrangement, ils le font mettre en prison. Ils traitent
ensuite avec Charles de Blois et conviennent de lui rendre la ville à
la condition que les partisans de Montfort auront la vie sauve et
pourront aller où ils voudront. Cette reddition de Rennes a lieu au
commencement de mai 1342. Guillaume de Cadoudal, à peine mis en
liberté, accourt à Hennebont auprès de la comtesse de Montfort. P. 141,
142, 355, 356.

Une fois maître de Rennes, Charles de Blois assiége Hennebont[297] où
Jeanne de Montfort s'est enfermée avec ses principaux partisans, Gui,
évêque de Léon, oncle de Hervé de Léon, Yvon de Trésiguidy, le seigneur
de Landerneau, le châtelain de Guingamp, Henri et Olivier de Spinefort.
Jeanne de Montfort, armée de pied en cap, chevauche de rue en rue et
exhorte ses gens à se bien défendre; à la voix de la comtesse, les
dames de la ville elles-mêmes travaillent à défaire les chaussées et du
haut des créneaux font pleuvoir des pierres ou versent des pots pleins
de chaux vive sur les assiégeants. P. 142 à 144, 356 à 359.

  [297] Morbihan, arr. Lorient, sur le Blavet navigable en aval
  d'Hennebont pour les navires de moyenne grandeur. _Le 13 juin
  1342_, «en noz tentes devant la ville de _Hambont_» Charles de
  Blois donne à Ayton Doire (Doria), damoiseau, en récompense de
  ses services dans la guerre de Bretagne, les châteaux de
  Châteaulin et de Brélidy et toute la terre confisquée sur Yvon de
  Trésiguidy pour crime de forfaiture. Arch. de l'Empire, JJ. 74,
  p. 685.

Pendant un assaut, Jeanne de Montfort, qui observe l'action du haut
d'une tour, s'aperçoit que l'ennemi est sorti en masse de ses
campements et que presque tous les Français sont occupés à attaquer la
ville. Aussitôt elle monte à cheval, se met à la tête de trois cents
cavaliers, sort d'Hennebont par une fausse poterne et court mettre le
feu aux tentes et logis des Français. Ceux-ci, à la vue de leur camp en
flammes, quittent précipitamment l'assaut et tombent sur Jeanne de
Montfort après avoir eu soin de lui couper la retraite. Se voyant
poursuivie par Louis d'Espagne et ne pouvant rentrer dans Hennebont, la
comtesse va se jeter à trois ou quatre lieues de là dans le château de
Brech[298], mais les plus mal montés de ses hommes sont faits
prisonniers par les Français. Cinq jours après cette affaire, Jeanne
de Montfort part vers minuit de Brech avec cinq cents compagnons et
rentre au lever du soleil dans sa bonne ville d'Hennebont, dont les
habitants l'accueillent à son de trompe et avec des transports de joie.
Les assiégeants livrent alors un nouvel assaut qui n'est pas plus
heureux que les précédents. Ce que voyant, les Français prennent le
parti de se diviser en deux corps d'armée. Charles de Blois, le comte
Louis de Blois, son frère, le duc de Bourbon, Jacques de Bourbon,
Robert Bertran, maréchal de France, les comtes d'Eu, de Guines et
d'Auxerre, Charles de Montmorency, Gui de Chantemerle, Hervé de Léon,
le seigneur d'Avaugour et partie des Génois et des Espagnols vont
assiéger le château d'Auray, tandis que Louis d'Espagne, Ayton Doria,
Charles Grimaldi et le restant des Espagnols et des Génois, le vicomte
de Rohan, le comte de Joigny, les seigneurs d'Ancenis, de Tournemine,
de Retz, de Rieux, de _Gargoule_ et le Galois de la Baume maintiennent
le siége devant Hennebont avec l'aide de douze grands engins que l'on
fait venir de Rennes. P. 144 à 147, 359 à 365.

  [298] Jean le Bel, dont Froissart reproduit ici le texte, appelle
  ce château _Brayt_ qu'on peut lire _Brayc_ à cause de la
  ressemblance du t et du c dans l'écriture du XIVe siècle: «elle
  s'en rala par une aultre voye droit au chastel de _Brayc qui
  estoit_ A QUATRE LIEUES _de là_.» (_Chronique de Jean le Bel_,
  éd. Polain, t. I, p. 284). Jean le Bel ajoute quelques lignes
  plus bas et Froissart répète que Jeanne de Montfort, partie à
  minuit de Brayc, rentra au point du jour à Hennebont. Aucune de
  ces circonstances ne convient à Brest qu'une distance de plus de
  trente lieues sépare d'Hennebont. Les anciens compagnons d'armes
  de Charles de Blois, de Jeanne de Montfort, de qui Jean le Bel et
  Froissart tenaient le récit de cette affaire, ont sans doute
  voulu désigner BRECH (Morbihan, arr. Lorient, c. Pluvigner),
  situé en effet à environ quatre lieues anciennes d'Hennebont, sur
  la voie romaine d'Hennebont à Vannes. Il appartient aux érudits
  qui ont fait une étude spéciale de la géographie féodale de la
  Bretagne, de nous dire, pour confirmer notre conjecture, s'il y
  avait à Brech un château fort au XIVe siècle.

La garnison du château d'Auray[299] compte deux cents hommes en état de
porter les armes sous les ordres de Henri et d'Olivier de Spinefort. A
quatre lieues d'Auray, Vannes, qui tient aussi pour la comtesse de
Montfort, a pour capitaine Geffroi de Malestroit. Dinan, situé d'un
autre côté et fermé seulement de fossés et de palissades, en l'absence
du châtelain de Guingamp, enfermé dans Hennebont avec Jeanne de
Montfort, est confié à la garde de son fils Renaud de Guingamp. Le
château de la Roche-Piriou[300] entre Vannes et Dinan est au comte de
Blois, et la garnison qui se compose de Bourguignons a pour chefs
Gérard de Mâlain[301] et Pierre Portebœuf. Cette garnison ravage et
pille tout le pays des environs et fait des incursions tantôt du côté
de Vannes, tantôt du côté de Dinan. Un jour que Gérard de Mâlain et
vingt-cinq de ses compagnons ont fait main basse sur quatorze ou quinze
marchands et se sont emparés de leurs marchandises, ils tombent à leur
tour entre les mains de Renaud de Guingamp qui les fait prisonniers et
les amène à Dinan. Cependant Louis d'Espagne redouble ses efforts pour
emporter d'assaut Hennebont, et la détresse des assiégés, qui attendent
en vain le retour d'Amauri de Clisson et l'arrivée des Anglais, est à
son comble. A l'instigation de Gui, évêque de Léon, les défenseurs
d'Hennebont consentent à traiter de la reddition de cette place
moyennant certaines conditions stipulées entre l'évêque Gui[302] de
Léon et son neveu Hervé de Léon rallié à Charles de Blois. Au moment
où Hervé de Léon s'approche de la ville pour entrer en pourparlers avec
les assiégés, la comtesse de Montfort regarde du côté de la mer par une
petite lucarne du château; tout à coup elle voit flamboyer des voiles à
l'horizon. Elle s'écrie alors à deux reprises avec des transports de
joie: «Voici venir, Beau Dieu! le secours que j'ai tant désiré!» A ce
cri, chacun se précipite aux fenêtres et aux créneaux; toute une flotte
apparaît qui cingle à pleines voiles vers Hennebont: c'est Amauri de
Clisson qui arrive enfin avec Gautier de Mauny et les Anglais au
secours de la ville assiégée. P. 147 à 150, 365 à 372.

  [299] Morbihan, arr. Lorient.

  [300] Aujourd'hui hameau de la commune de Priziac, Morbihan, arr.
  Napoléonville, c. le Faouët. On lit dans le _Dictionnaire
  topographique du Morbihan_, par M. Rosenzweig, p. 236:
  «ROCHE-PIRIOU, vill. et moulin à eau sur le Pont-Rouge, comm. de
  Priziac; pont sur l'Ellée, reliant Priziac et
  Meslan.--Seigneurie.» L'identification du Rocheperiot de
  Froissart avec Roche-Piriou peut être faite avec certitude
  puisque le chroniqueur dit lui-même un peu plus loin (v. p. 164)
  que Rocheperiot ou Roceperiot est situé à moins d'une lieue du
  Faouët. Roche-Piriou était le chef-lieu d'une châtellenie qui
  dépendait de la grande seigneurie de Guémené, érigée en
  principauté en 1570. Le dernier jour de mai 1377, le vicomte de
  Rohan acquit de Jean de Longueval «les châteaux, châtellainies et
  terroers de Guemenetguinguant et de _la Rocheperriou_.» D.
  Morice, _Preuves de l'histoire de Bretagne_, t. II, p. 178. Un
  acte d'hommage de 1575 rendu par Louis de Rohan mentionne encore
  «l'aplacement de l'ancienne forteresse de son chasteau de la
  Roche-Periou.» (_Archives de Nantes_; note communiquée à M.
  Kervyn par M. Arthur de La Borderie.)

  [301] Mâlain, Côte-d'Or, arr. Dijon, c. Sombernon.

  [302] Entre Guillaume III, évêque en 1335 et Guillaume IV, évêque
  en 1349, l'éditeur du XIVe volume du _Gallia Christiana_ place
  Yvon III de Trésiguidy auquel il consacre l'article suivant: «Yvo
  sæculari militiæ primo nomen dederat et sub Joannis
  Montifortensis vexillis contra Carolum Blesensem pugnaverat.
  Dein, deposito gladio, sacris initiatus est creatusque Leonensis
  episcopus. Carolo Blesensi, susceptis infulis, amicus fuit anno
  1342 apud Suaresium.» _Gallia Christiana_, t. XIV, ed. Hauréau,
  col. 978. Admis par M. Hauréau d'après Suarez, Yvon III de
  Trésiguidy est rejeté par Ogée qui ne propose d'ailleurs personne
  à sa place: «Quelques-uns donnent pour successeur à Pierre
  Bernard un Yves de Trésiguidy qui ne paraît pas admissible.»
  _Dict. hist. de Bretagne_, par Ogée, t. IV, p. 371. Enfin,
  d'après M. Kervyn (t. IV de son édition des Chroniques de
  Froissart, p. 436, en note), Gui de Léon aurait succédé comme
  évêque de Léon à Pierre de Guémené.

Rassurés par ce renfort, les défenseurs d'Hennebont s'empressent de
désavouer les démarches faites par Gui de Léon. Cet évêque, qui se sent
compromis vis-à-vis de la comtesse, quitte la ville pour se rendre au
camp de Louis d'Espagne et se rallier comme son neveu Hervé au parti de
Charles de Blois. Le jour même de son arrivée à Hennebont, Gautier de
Mauny fait une sortie contre les Français et parvient à détruire une
machine qui faisait beaucoup de mal aux assiégés. Louis d'Espagne,
voyant la ville d'Hennebont ainsi secourue et ravitaillée par les
Anglais, désespère de prendre cette place et va rejoindre Charles de
Blois devant Auray. P. 150 à 154, 372 à 378.



CHAPITRE XLVIII.

   1342. SIÉGE ET PRISE DE CONQUEST, DE DINAN, DE GUÉRANDE PAR LOUIS
   D'ESPAGNE, D'AURAY ET DE VANNES PAR CHARLES DE BLOIS[303] (§§ 170
   et 171).

  [303] Cf. Jean le Bel, chap. LVII, t. I, p. 295 à 299.


Après la levée du siége d'Hennebont, Charles de Blois envoie Louis
d'Espagne et ses gens assiéger la bonne ville de Dinan[304] qui
n'avait alors pour enceinte que de l'eau et des palissades. Sur la
route, Louis d'Espagne met le siége devant un petit et vieux château
nommé _Conquest_[305] qui tient pour la comtesse de Montfort. Le
capitaine est un chevalier de Lombardie[306] et la garnison se compose
de Lombards et de Génois. Le château est emporté d'assaut et la
garnison est massacrée excepté le capitaine qui est pris à rançon.
Louis d'Espagne laisse _Conquest_ sous la garde d'un châtelain et de
soixante hommes d'armes et continue sa route vers Dinan. P. 154, 155,
378 à 381.

  [304] Cette mention d'un Dinan, voisin du Conquet, entouré
  seulement d'eau et de palissades, rapprochée d'un passage
  précédent où Froissart dit que la Roche-Piriou est à moitié
  chemin de Vannes et de Dinan, cette mention, dis-je, nous avait
  fait penser au premier abord que le Dinan dont il s'agit ici
  pouvait être identifié avec le petit port de Dinan situé sur
  l'anse du même nom au sud de la grande rade de Brest (aujourd'hui
  hameau de la commune de Crozon, Finistère, arr. Châteaulin). Mais
  à moins qu'on ne prouve que le Dinan du Finistère avait une
  certaine importance au XIVe siècle, il est plus naturel de
  supposer que Jean le Bel et Froissart ignoraient la véritable
  position du Dinan des Côtes-du-Nord.

  [305] Les circonstances du récit de Froissart ne permettent guère
  d'identifier _Conquest_ avec _le Conquet_, Finistère, arr. Brest,
  c. Saint-Renan. D'un autre côté, tous les historiens de la
  Bretagne racontent que le Conquet fut pris par les Français en
  1341 et repris au commencement de 1342 par Gautier de Mauny. V.
  notamment le _Dictionnaire historique de Bretagne_, par Ogée, au
  mot _Conquet_. «Il n'est guère possible, dit Dacier à propos de
  ce passage, que Louis d'Espagne ait rencontré sur sa route, en
  allant d'Auray à Dinan qui est à l'orient, à une assez grande
  distance, le château du Conquet situé à la pointe occidentale de
  la Bretagne. Il n'est guère plus possible que Gautier de Mauny se
  soit transporté avec une troupe nombreuse en une matinée de
  Hennebont au Conquet près de Brest, c'est-à-dire, à plus de
  trente lieues, comme Froissart va le raconter. L'historien
  ignorait donc la position des lieux dont il a parlé, à moins
  qu'on ne suppose, ce qui n'est pas très-vraisemblable, qu'il
  existe un autre château du Conquet que celui que nous
  connaissons.» _Chroniques de Froissart_, éd. Dacier, p. 198. M.
  Kervyn de Lettenhove (t. IV, p. 438 de son édition) identifie
  _Conquest_ avec _Concoret_, Morbihan, arr. Ploërmel, c. Mauron.
  «Froissart, dit l'éditeur belge, a pu faire de Conquest
  Concoret.» Au point de vue phonétique, cette identification nous
  semble inadmissible.

  [306] Jean le Bel, d'après la lecture de M. Polain, appelle ce
  chevalier _Martin_ (v. t. I, p. 296); Froissart, dans ses
  rédactions 1re (v. p. 155) et 3e (v. p. 381) le nomme _Mansion_,
  et dans la 2e (v. p. 379) _Garsion_.

Informée que Louis d'Espagne s'est arrêté devant _Conquest_, la
comtesse de Montfort charge Gautier de Mauny de délivrer ce château et
d'en faire lever le siége aux Français. Partis d'Hennebont le matin,
Gautier de Mauny et les siens arrivent vers le soir[307] devant
_Conquest_; ils reprennent le château pris la veille par les Français,
le laissent vide et sans garde, car il n'est pas tenable, et retournent
à Hennebont. P. 155, 156, 379 à 383.

  [307] Jean le Bel auquel Froissart a emprunté ce récit dit que
  Gautier de Mauny et ses compagnons arrivèrent au château de
  _Conquest_ «entre midi et nonne» _Chronique de Jean le Bel_, éd.
  Polain, t. I, p. 296.

Louis d'Espagne investit Dinan et fait faire bateaux et nacelles pour
assaillir cette place de toutes parts, par terre et par eau. Les
bourgeois de Dinan prennent peur, car la place n'est pas forte et n'est
fermée que de palissades; leur capitaine, Renaud de Guingamp, fils du
châtelain de Guingamp, s'efforce en vain de les rassurer. Après quatre
jours de siége, les assiégés se rendent aux Français et mettent à mort
sur la place du marché Renaud de Guingamp qui s'oppose à cette
reddition; Louis d'Espagne leur donne pour capitaines Gérard de Mâlain
et Pierre Portebœuf trouvés prisonniers à Dinan. P. 156 et 157, 383 et
384, 386 et 387.

Louis d'Espagne, une fois maître de Dinan, se dirige vers une
très-grosse ville située sur le flux de la mer qu'on appelle
Guérande[308] et l'assiége par terre. Il trouve assez près de là, dans
un havre[309] qui est un des plus fréquentés de Bretagne, un certain
nombre de navires chargés de vins que des marchands de Poitou, de
Saintonge et de la Rochelle, ont amenés pour les vendre. Louis
d'Espagne fait main basse sur les cargaisons; il embarque sur les
navires ses gens d'armes et partie des Espagnols et des Génois.
Assaillie par terre et par mer, la ville de Guérande est emportée
d'assaut, les habitants sont passés au fil de l'épée; cinq églises sont
brûlées, mais Louis d'Espagne fait pendre vingt-quatre de ceux qui y
ont mis le feu. Tout est livré au pillage, et l'on recueille un butin
considérable, car Guérande est une ville grande, riche et marchande. P.
156 et 157, 384, 387 et 388.

  [308] Guérande est à 5 kilomètres de l'Océan, mais cette ville
  n'étant séparée de la mer que par d'immenses marais salants, Jean
  le Bel et Froissart ont pu dire qu'elle est «sur mer» ou «sur le
  flun de le mer.»

  [309] Froissart veut sans doute désigner le golfe ou havre au sud
  duquel se trouve l'excellent port du Croisic.

Tandis que Louis d'Espagne et Ayton Doria s'embarquent avec les
Espagnols et les Génois sur les navires pris à Guérande, le vicomte de
Rohan, l'évêque de Léon, Hervé de Léon son neveu vont rejoindre Charles
de Blois devant Auray. A la nouvelle de l'arrivée de Gautier de Mauny
et des Anglais, le roi de France a envoyé une foule de seigneurs
grossir les rangs de l'armée de Bretagne, notamment Louis de Poitiers,
comte de Valentinois, les comtes d'Auxerre, de Joigny, de Porcien, de
Boulogne, les seigneurs de Beaujeu, de Châteauvillain, de Noyers,
d'Anglure, de Catillon, d'Offémont, de Roye, d'Aubigny et Moreau de
Fiennes. Malgré ce renfort, le château d'Auray n'est pas encore pris,
mais ceux de dedans souffrent tellement de la famine, qu'à défaut
d'autre nourriture, ils mangent en huit jours tous leurs chevaux. La
plupart des gens d'armes de la garnison sont tués une nuit qu'ils
tentent de se sauver à la dérobée en traversant les lignes des
assiégeants. Toutefois, Henri et Olivier de Spinefort parviennent à
s'échapper et vont droit à Hennebont. C'est ainsi que le château
d'Auray est pris après dix semaines de siége. P. 158, 385, 388.

Charles de Blois va assiéger la cité de Vannes dont Geffroi de
Malestroit est capitaine pour la comtesse de Montfort. Le second jour
du siége, des Bretons et autres soudoyers du parti de Montfort qui
tiennent garnison au fort de Ploërmel viennent réveiller les Français.
Deux chevaliers de Picardie qui font le guet cette nuit là, les
seigneurs de Catillon et d'Aubigny, donnent l'éveil; les agresseurs
sont enveloppés et tués ou mis en fuite. Ce même jour, les assiégeants
s'emparent du bourg[310] situé au pied de la cité et du fort jusqu'aux
barrières. Les bourgeois de Vannes prennent le parti de se rendre
malgré les efforts de Geffroi de Malestroit qui s'enfuit Hennebont sous
un déguisement. Charles de Blois passe cinq jours à Vannes, y laisse
comme capitaines Hervé de Léon, Olivier de Clisson, et va assiéger
Carhaix. P. 159, 160, 385 et 386.

  [310] Ce bourg situé au pied de la cité est ce qu'on appelle à
  Vannes la _ville basse_; la cité est la _ville haute_. Les
  lecteurs de Froissart remarqueront que dans la langue de ce
  chroniqueur le terme de _cité_ ne s'applique guère qu'aux villes
  _épiscopales_.



CHAPITRE XLIX.

   1342. DÉFAITE DE LOUIS D'ESPAGNE PRÈS DE QUIMPERLÉ; SIÉGE DE LA
   ROCHE-PIRIOU, DU FAOUËT, ET PRISE DE LA FOREST PAR GAUTIER DE
   MAUNY[311] (§§ 172 à 174).

  [311] Cf. Jean le Bel, chap. LVIII, t. I, p. 301 à 307.

Louis d'Espagne et Ayton Doria s'embarquent avec un certain nombre de
gens d'armes sur les navires pris à Guérande et vont ravager la
Bretagne bretonnante, notamment les environs de Quimperlé, de
Quimper-Corentin et de Saint-Mathieu[312]; ils font des descentes sur
les côtes et courent tout ce pays dont ils entassent les dépouilles sur
leurs navires. A cette nouvelle, Gautier de Mauny, qui se tient à
Hennebont auprès de la comtesse de Montfort, prend la mer avec une
flotte montée par cinq cents hommes d'armes et deux mille archers.
Cette flotte parvient à joindre celle de Louis d'Espagne et d'Ayton
Doria dans le havre de Quimperlé. Gautier de Mauny saisit l'instant où
les Français sont descendus à terre pour piller le littoral, il fond à
l'improviste sur leurs navires sans défense et les capture; puis il
laisse sa flotte sous la garde de cent hommes d'armes et de trois cents
archers, met pied à terre et marche à la rencontre de Louis d'Espagne.
P. 160, 161, 392, 393, 388, 389.

  [312] Aujourd'hui hameau de la commune de Plougonvelin,
  Finistère, arr. Brest, c. Saint-Renan. La pointe de Saint-Mathieu
  où l'on voit les ruines de l'abbaye du même nom est l'un des
  trois promontoires les plus occidentaux de France: d'où le
  département où se trouvent ces promontoires a reçu le nom de
  Finistère. Saint-Mathieu-de-_Fine-Poterne_ est sans doute une
  corruption bizarre de l'ancien nom du hameau dont il s'agit:
  Saint-Mathieu-_Fin-de-Terre_.

Gautier de Mauny et Louis d'Espagne se livrant un combat acharné aux
environs de Quimperlé[313]. Gautier de Mauny a réparti ses gens en
trois batailles. Louis d'Espagne met en déroute la première bataille
dans un engagement où il fait chevalier son neveu Alphonse d'Espagne,
mais il ne peut tenir tête malgré son courage aux deux autres batailles
accourues au secours de la première et auxquelles les paysans des
environs viennent prêter main forte; il est forcé de prendre la fuite
après avoir perdu presque tous les siens, entre autres Alphonse son
cher neveu: il se jette dans une grosse barque et se sauve à force de
voiles avec quelques-uns de ses compagnons. Gautier de Mauny fait
appareiller sa flotte en toute hâte et se met à la poursuite des
fugitifs. Louis d'Espagne aborde à Redon au moment où ses ennemis sont
sur le point de le ratteindre; il réussit à leur échapper en montant
sur de petits chevaux qu'il emprunte et à l'aide desquels il gagne
précipitamment la cité de Rennes voisine de Redon. Gautier de Mauny et
les siens font voile de Redon pour revenir par mer à Hennebont, mais
les vents contraires les forcent à prendre terre à trois lieues de
Dinan[314] d'où ils vont assiéger la Roche-Piriou. Gérard de Mâlain,
autrefois capitaine de ce château, est revenu depuis six jours y tenir
garnison par l'ordre de Charles de Blois. Gautier de Mauny commande
l'assaut, mais ceux de dedans repoussent les assaillants par le jet de
pierres et de poutres, par le tir de leurs canons et de leurs arcs à
tour. Deux chevaliers, Jean le Bouteiller et Hubert de Frenay, sont
blessés en montant à l'assaut; on les porte dans un pré situé au pied
du château et où sont déjà gisants un certain nombre d'autres blessés.
P. 161 à 164, 393 à 396, 389 à 391.

  [313] La 2e rédaction dit: «en l'_ille de Camperli_.» Il n'y a
  pas, que nous sachions, d'île de Quimperlé. Froissart désigne
  peut-être ainsi la presqu'île formée par le confluent de l'Ellé
  et de l'Isole.

  [314] Ce passage emprunté par le chroniqueur de Valenciennes dans
  ses deux premières rédactions à Jean le Bel, fournit une nouvelle
  preuve que le chanoine de Liége ignorait complétement la
  véritable position de Dinan. Froissart a pris soin de faire
  disparaître cette erreur grossière dans sa troisième rédaction.
  D'après cette rédaction, Gautier de Mauny ne se mit point à la
  poursuite de Louis d'Espagne et revint tout droit à Hennebont
  d'où il alla assiéger la Roche-Piriou (v. p. 391 et 396), tandis
  que Louis d'Espagne, après une nuit de navigation, venait aborder
  «à _Grède_, au plus proçain port de Vennes et de Rennes.» Nous
  avons eu l'occasion de faire ressortir plus haut (p. XXXVI, note
  1) l'importance de ces dernières lignes qui semblent indiquer que
  Froissart identifie _Grède_ ou _Gredo_ avec _Redon_.

Renier de Mâlain, frère de Gérard, châtelain d'un autre petit fort
appelé le Faouët[315] situé à moins d'une lieue de la Roche-Piriou,
accourt avec quarante de ses compagnons pour porter secours à son
frère; il trouve au pied du château assiégé Jean le Bouteiller, Hubert
de Frenay et les autres hommes d'armes blessés du côté des assaillants
étendus au milieu d'un pré; il n'a pas de peine à les faire prisonniers
et revient les mettre sous bonne garde dans sa forteresse du Faouët.
Indignés d'une si lâche surprise, Gautier de Mauny et Amauri de Clisson
abandonnent la Roche-Piriou et viennent assiéger le Faouët pour
délivrer leurs compagnons. Gérard de Mâlain veut alors rendre à son
frère Renier service pour service; il monte à cheval, part une nuit de
la Roche-Piriou et arrive un peu devant le jour à Dinan[316] où il
implore le secours de Pierre Portebœuf, son bon compagnon, en faveur
de son frère Renier. Il réussit à faire accueillir favorablement sa
demande et ne tarde pas à revenir vers le Faouët avec un corps de six
mille auxiliaires fournis par les bourgeois de Dinan. Gautier de Mauny,
craignant de se trouver pris entre les gens d'armes amenés par Gérard
de Mâlain, d'une part, et l'armée de Charles de Blois, de l'autre, lève
le siége du Faouët. P. 164 à 166, 397 à 399, 401.

  [315] Morbihan, arr. Napoléonville, sur l'Ellé.

  [316] La distance entre la Roche-Piriou, à l'est du Morbihan, et
  Dinan, à l'ouest des Côtes-du-Nord, est beaucoup trop
  considérable pour que, même à cheval, on puisse faire le trajet
  en une nuit; mais, nous le répétons, Jean le Bel auquel ces
  détails sont empruntés, ne se faisait pas la moindre idée de la
  position exacte de Dinan.

Avant de rentrer dans Hennebont, Gautier de Mauny met le siége devant
le château de _Ghoy le Forest_[317]. Charles de Blois, à qui ce château
s'est rendu quinze jours auparavant, y a maintenu comme capitaine Gui
de _Ghoy_, auquel il a adjoint Hervé de Léon; mais ces deux chevaliers
sont absents au moment où Gautier de Mauny se présente devant la
forteresse confiée à leur garde: ils sont allés se joindre au gros de
l'armée française qui assiége Carhaix. Gautier de Mauny profite de leur
absence pour emporter d'assaut _Ghoy le Forest_, qui est un château
merveilleusement fort; il passe la garnison au fil de l'épée, et
revient après ce beau fait d'armes à Hennebont. P. 167, 168, 400 à 402.

  [317] On lit _Glay la Forest_ dans Jean le Bel (v. t. I, p. 306,
  éd. Polain). Ici encore Froissart a corrigé dans sa troisième
  rédaction une erreur géographique commise d'après Jean le Bel
  dans les deux rédactions précédentes. Dans celles-ci, en effet,
  notre chroniqueur disait que Gautier de Mauny avait trouvé Ghoy
  le Forest sur son chemin en revenant du Faouët à Hennebont, comme
  si Ghoy le Forest était placé entre ces deux localités (v. p.
  166, 167 et 400). Froissart mieux informé a soin de faire
  remarquer dans la troisième rédaction que Gautier de Mauny se
  détourna du chemin d'Hennebont pour mettre le siége devant Ghoy
  le Forest: «Quant mesires Gautiers de Mauni et sa route se furent
  departi de Fauet, _il n'alèrent pas le droit cemin pour retourner
  à Hainbon, mais s'adrechièrent vers Goi le Forest_.» P. 401. Il
  est vrai que le chroniqueur retombe dans une autre erreur
  lorsqu'il ajoute que Gautier de Mauny, après avoir pris Goy la
  Forest, rentra ce jour même à Hennebont, à moins que _Goy_ ne
  soit une corruption du breton _Coët_ qu'on aura joint, par une
  sorte de tautologie assez fréquente dans les noms de lieu, à sa
  traduction française _la Forest_. Dans cette hypothèse,
  Goy-la-Forest pourrait désigner le château de Coët situé à 10
  kilomètres nord-est d'Hennebont dans la commune de Languidic,
  qui, d'après M. de La Borderie, si versé dans la géographie
  féodale de la Bretagne, était au moyen âge le chef-lieu d'une
  seigneurie investie du droit de haute justice.



CHAPITRE L.

   1342. SIÉGE ET OCCUPATION DE CARHAIX PAR CHARLES DE
   BLOIS.--SECOND SIÉGE D'HENNEBONT PAR LES FRANÇAIS, SIGNALÉ PAR UN
   MERVEILLEUX EXPLOIT DE GAUTIER DE MAUNY ET LEVÉE DE CE
   SIÉGE.--REDDITION DE JUGON A CHARLES DE BLOIS.--TRÊVE ENTRE LES
   BELLIGÉRANTS SUIVIE DU DÉPART DE JEANNE DE MONTFORT POUR
   L'ANGLETERRE[318] (§§ 175 à 180).

  [318] Cf. Jean le Bel, chap. LVIII à LX, t. I, p. 307 à 317.

La comtesse de Montfort donne un grand dîner pour fêter le retour de
Gautier de Mauny et de ses compagnons; elle prend plaisir à leur faire
conter leurs exploits et leurs aventures.--Gérard de Mâlain, informé
que les Anglais ont pris _Ghoy le Forest_ et l'ont laissé sans garde,
fait réparer ce château par les paysans des environs, a soin de le
pourvoir de vivres ainsi que d'artillerie et y met bonne garnison. P.
168, 169, 402.

Pendant ce temps, Charles de Blois maintient toujours le siége devant
Carhaix[319]. Les assiégés appellent en vain à deux ou trois reprises
Jeanne de Montfort à leur aide. Désespérée de son impuissance, la
comtesse envoie des messagers en Angleterre et les charge d'informer
Édouard III, son allié, de la détresse où elle se trouve réduite après
la prise de Rennes, de Vannes et de plusieurs autres places par Charles
de Blois; elle conjure le roi d'Angleterre d'expédier en Bretagne de
nouveaux secours, sans quoi elle ne répond pas de l'avenir.--Sur ces
entrefaites, les habitants de Carhaix, pressés par la famine et se
voyant abandonnés à leurs seules forces par la comtesse de Montfort,
prennent le parti de se rendre et font leur soumission à Charles de
Blois. P. 169, 170, 402, 403.

  [319] Finistère, arr. Châteaulin.

Après la reddition de Carhaix, Charles de Blois va mettre une seconde
fois le siége devant Hennebont, il investit la ville et le château
défendu par l'élite de la chevalerie bretonne et anglaise. Le quatrième
jour du siége, Louis d'Espagne vient se joindre aux assiégeants après
être resté six semaines à Rennes pour la guérison de ses blessures. Du
reste, ce n'est pas le seul renfort que reçoit Charles de Blois. Tous
les jours il voit arriver à son camp des chevaliers de France qui,
revenant de guerroyer avec le roi Alphonse d'Espagne contre les
Sarrasins de Grenade et apprenant à leur passage en Poitou qu'il y a
guerre en Bretagne, accourent y prendre part. Charles de Blois fait
dresser seize grandes machines qui lancent d'énormes pierres contre les
murailles d'Hennebont et dans l'intérieur de la ville. Les assiégés
n'en ont cure; du haut des remparts ils essuient par bravade la face
extérieure des créneaux avec leurs chaperons. «Allez donc, crient-ils
aux assiégeants, allez donc chercher vos compagnons qui se reposent au
camp de Quimperlé!» P. 170, 171, 403, 404.

Louis d'Espagne, qui veut tirer vengeance de la mort de son neveu
Alphonse tué à Quimperlé, se fait délivrer par Charles de Blois, Jean
le Bouteiller et Hubert de Frenay, deux des compagnons de Gautier de
Mauny, qui au retour de l'expédition de Quimperlé ont été faits
prisonniers devant la Roche-Piriou par Renier de Mâlain et enfermés au
Faouët; puis, malgré les instances de Charles et des autres seigneurs
français, il déclare, une fois que les deux prisonniers sont entre ses
mains, qu'il les va mettre à mort. Gautier de Mauny, informé par ses
espions du sort cruel réservé à ses deux compagnons d'armes, entreprend
de les arracher au péril qui les menace. Tandis qu'Amauri de Clisson,
en s'avançant vers l'heure du dîner jusque sur le bord des fossés avec
trois cents armures de fer et mille archers, fait sortir les
assiégeants en masse de leurs campements et les occupe à des
escarmouches, Gautier de Mauny sort d'Hennebont par une poterne avec
cent ou deux cents compagnons d'élite et cinq cents archers à cheval,
gagne par un chemin détourné le camp français où il n'est resté que des
valets, se fait conduire par ses espions droit à la tente où l'on garde
les deux prisonniers, les délivre et rentre avec eux dans Hennebont. En
revanche, deux chevaliers de la garnison, le seigneur de Landerneau et
le châtelain de Guingamp sont pris dans une sortie par les assiégeants
et se soumettent le soir même à Charles de Blois. P. 171 à 177, 404 à
409, 411.

Cependant le siége d'Hennebont ne fait aucun progrès. Le château est
très-fort, et la garnison, aussi nombreuse qu'aguerrie, peut se
ravitailler tous les jours par mer. D'un autre côté, l'hiver approche:
on est entre la Saint-Remy (1er octobre) et la Toussaint (1er
novembre); et le pays des environs a été tellement ravagé que les
assiégeants ne savent plus où trouver vivres ni fourrages. Toutes ces
raisons déterminent Charles de Blois à donner congé au gros de son
armée, et le siége d'Hennebont est levé vers la Saint-Luc (18 octobre).
La plupart des seigneurs de France retournent chez eux, et Charles de
Blois avec les gens d'armes qui lui restent prend ses quartiers[320]
d'hiver à Carhaix. P. 176 à 178, 409 à 412.

  [320] Froissart, en supposant ici l'année 1342 près de finir,
  semble placer en 1343 les faits dont le récit va suivre, par
  exemple, l'arrivée de Robert d'Artois, puis celle d'Édouard III
  en Bretagne, tandis qu'en réalité ces événements appartiennent à
  l'année 1342.

Sur ces entrefaites, un riche bourgeois et un grand marchand de
Jugon[321], qui fait tous les approvisionnements de la comtesse de
Montfort, tombe entre les mains de Robert de Beaumanoir, maréchal de
l'armée de Charles de Blois. Ce bourgeois, pour sauver sa vie et
recouvrer sa liberté, s'engage à livrer Jugon aux Français. Charles de
Blois laisse une partie de ses gens à Carhaix sous les ordres de Louis
d'Espagne, et vient en personne avec cinq cents lances à Jugon, dont le
bourgeois qui est de sa connivence lui ouvre à minuit les portes. La
ville une fois prise, le château lui-même finit, après quelque
résistance, par se rendre au vainqueur. Gérard de Rochefort est
maintenu comme capitaine de la garnison par Charles de Blois qui
retourne à Carhaix. Bientôt, par les soins d'Yvon de Trésiguidy, au nom
de la comtesse de Montfort, et de Robert de Beaumanoir, au nom de
Charles de Blois, une trêve est conclue entre les belligérants qui doit
durer jusqu'à la mi-mai[322] 1343. Aussitôt après la conclusion de
cette trêve, la comtesse de Montfort s'embarque à Hennebont et se rend
en Angleterre auprès d'Édouard III, tandis que Charles de Blois vient à
Paris faire visite au roi Philippe de Valois, son oncle. P. 178 à 181,
412 à 417.

  [321] Côtes-du-Nord, arr. Dinan. Il ne reste rien aujourd'hui de
  la redoutable forteresse qui avait donné lieu au proverbe:

    Qui a Bretagne sans Jugon
    A chape sans chaperon.

  [322] On ne trouve ni dans le recueil de Rymer ni ailleurs aucune
  mention d'une trêve qui aurait été conclue à cette date entre
  Charles de Blois et la comtesse de Montfort. Froissart veut
  peut-être parler, ainsi que Dacier l'a supposé, de l'armistice
  arrêté entre les deux parties au commencement de cette année 1342
  pour durer jusqu'au retour de la belle saison. V. _Hist. de
  Bretagne_, par dom Morice, t. I, p. 254.



CHRONIQUES

DE J. FROISSART.



LIVRE PREMIER

    § 99. Quant li rois de France eut oy recorder comment
    li Haynuier avoient ars ens ou pays de Tierasse,
    pris et occis ses chevaliers, et destruit le bonne ville
    de Aubenton, saciés que il ne prist mies ceste cose
    en gré, mais commanda à son fil le duch de Normendie               5
    que il mesist une grosse chevaucie sus, et
    s'en venist en Haynau, et sans deport atournast tel
    le pays que jamais ne fust recouvret. Et li dus respondi
    qu'il le feroit volentiers. Encores ordonna li
    rois de France le conte de [Lille[323]], gascon qui se tenoit     10
    adonc à Paris dalés lui et que moult amoit, que il
    mesist sus une grosse chevaucie de gens d'armes, et
    s'en alast en Gascongne et y chevauçast, comme lieutenans
    dou roy de France, et guerriast durement et
    radement Bourdiaus et Bourdelois et toutes les forterèces
    qui là se tenoient pour le roi d'Engleterre. Li
    contes dessus dis obey au commandement dou roy
    et se parti de Paris, et fist son mandement à Thoulouse
    à estre à closes Paskes, li quelz mandemens fu                     5
    tenus, ensi que vous orés chà en apriès, quant tamps
    et lieus sera. Encores renforça grandement li rois de
    France l'armée qu'il tenoit sus mer et le grosse armée
    des escumeurs. Et manda à monsigneur Hue
    Kieret et à Barbevaires, et as aultres chapitainnes,              10
    qu'il fuissent songneus de yaus tenir sus les mètes
    de Flandres, et que nullement il ne laiassent le roy
    d'Engleterre rapasser ne prendre port en Flandres;
    et se par leur coupe en demoroit, il les feroit morir
    de male mort.                                                     15

  [323] Ms. A8, fo 49.--Mss. B1, 3, 4, fo 71 vo: «Laille».

    Avoech tout ce, vous avés bien oy recorder comment
    de nouviel li Flamench s'estoient alloiiet, par
    saiellet, avoecques le roi d'Engleterre, et li avoient
    juret à lui aidier à poursievir sa guerre, et li avoient
    fait encargier les armes de France, et li avoient fait            20
    hommage de tout ce dont tenu estoient au roy de
    France, et li fisent encores prendre title et nom de
    roy de France; et cils rois les avoit absols et quittés
    de une grande somme de florins dont obligiet il estoient
    de jadis et loiiet au roy de France. Dont il                      25
    avint que, quant li rois Phelippes oy ces nouvelles,
    se ne li pleurent mies bien, tant pour ce qu'il avoient
    fait hommage à son adversaire, que pour ce que li
    rois englès, comme rois de France, les avoit quittés
    de le somme et de l'obligation, ce que nullement il               30
    ne pooit faire. De quoi encores, pour yaus retraire,
    il leur manda par un prelat, sus l'ombre dou pape,
    qu'il tenissent ferme et estable leur sierement; autrement,
    il jetteroit une sentense entre yaus; non obstant
    ce et le petite et foible information qu'il avoient
    eu, se il se voloient recognoistre et retourner à lui et à
    le couronne de France, et relenquir le roi d'Engleterre            5
    qui enchanté les avoit, il leur pardonroit son
    mautalent et leur quitteroit la ditte somme, et leur
    donroit et saieleroit pluiseurs belles francises en son
    royaume. Li Flamench n'eurent mies adonc conseil
    ne acord de ce faire, et respondirent qu'il se tenoient           10
    bien pour absols et pour quittes de tout ce où obligiet
    estoient, tant c'au roi de France. Et quant li rois
    de France vei qu'il n'en aroit aultre cose, si s'en
    complaindi au pape Clement VIe qui regnoit pour le
    temps, li quelz papes jetta une sentense et un escumeniement      15
    en Flandres si horrible et si grant que il
    n'estoit nulz prestres qui y volsist celebrer ne faire
    le divin offisce. De quoi li Flamench furent moult
    courouchiet; et en envoiièrent complaintes grandes
    et grosses au roi englès, li quelz, pour yaus apaisier,           20
    leur manda que de ce il ne fuissent noient effraet.
    Car, la première fois qu'il rapasseroit, il lor menroit
    des prestres de son pays qui chanteroient messe en
    Flandres, volsist li papes ou non, car il est bien privilegiiés
    de ce faire. Parmi tant s'apaisièrent li Flamench.                25


    § 100. Quant li rois de France vei que, par nulle
    voie ne pourkas qu'il [sceust[324]] faire ne moustrer, il
    ne poroit ratraire les Flamens ne oster de leur oppinion,
    si commanda à chiaus qu'il tenoit en garnison,
    de Tournay, de Lille, de Douay et des chastiaus voisins,
    que il fesissent guerre as Flamens, et courussent
    en leur pays et sans deport. Dont il avint que
    messires Mahieus de Roie, qui pour le temps se tenoit              5
    dedens Tournay, et messires Mahieus de Trie,
    mareschaus de France, avoech monsigneur Godemar
    dou Fay et pluiseur aultre, misent une chevaucie sus
    de mille armeures de fier, tous bien montés, et trois
    cens arbalestriers, tant de Tournay, de Lille que de              10
    Douay, et se partirent de le cité de Tournay un soir
    apriès souper, et chevaucièrent tant que sus le point
    dou jour il vinrent devant Courtrai, et accueillièrent,
    devant soleil levant, toute le proie de là environ.
    Et coururent li coureur jusques as portes, et occirent            15
    et mehagnièrent aucuns hommes qu'il trouvèrent
    ens ès fourbours, et puis s'en retournèrent arrière
    sans damage. Et prisent ces gens d'armes leur tour
    deviers le rivière dou Lis et devers le Warneston, en
    accueillant et en menant devant yaus toute le proie               20
    qu'il trouvèrent et encontrèrent; et ramenèrent ce
    jour en le cité de Tournay plus de dix mille blanches
    bestes, et bien otant que pors, que bues, que
    vaches, dont il eurent grant pourfit et grant butin.
    Et en fu la ditte cités bien pourveue et rafreschie un            25
    grant temps et largement avitaillie.

  [324] Mss. B3, 4, fo 47.--Ms. B1, fo 72 vo: «sceuissent.»

    Ces nouvelles, qui ne furent mies trop plaisans
    pour les Flamens, s'espandirent parmi Flandres. Si
    en fu durement li pays esmeus et tourblés. Et en                  30
    vinrent les complaintes à Jakemon d'Artevelle qui se
    tenoit à Gand. Pour quoi li dis d'Artevelles fu durement
    courouciés, et dist et jura que ceste fourfaiture
    seroit amendée ou pays de Tournesis. Si fist son
    mandement par tout, et commanda parmi les bonnes
    villes de Flandres que tout vuidassent et fuissent,
    à un certain jour qu'il y assigna, avoecques lui, devant
    le cité de Tournay; et escrisi au conte de Sallebrin               5
    et au conte de Sufforch, qui se tenoient en
    garnison en le ville de Ippre, qu'il se traissent de
    celle part. Et encores pour mieus moustrer que la
    besongne estoit sienne et qu'elle li touchoit, il se
    parti de Gand moult estoffeement, et s'en vint entre              10
    le ville d'Audenarde et de Tournay, sus un certain
    pas que on dist au Pont de Fier; et se loga là, attendans
    les dessus dis contes d'Engleterre et ossi
    chiaus dou Franch de Bruges.


    § 101. Quant li doi conte d'Engleterre dessus                     15
    nommet entendirent ces nouvelles, si ne veurent
    mies pour leur honneur delaiier; ains renvoiièrent
    tantost devers d'Artevelle, en disant que il seroient
    là au jour qui assignés y estoit. Sur ce il se partirent
    assés briefment de le ville d'Ippre, environ cinquante            20
    lances et quarante arbalestriers, et se misent au chemin
    pour venir là où d'Artevelles les attendoit. Ensi
    qu'il chevauçoient et qu'il leur couvenoit passer au
    dehors de le ville de Lille, leur venue fu seue en la
    ditte ville. Dont s'armèrent secretement cil de le ville          25
    de Lille, et se partirent de lor ville bien quinze cens,
    à piet, à cheval, et se misent et establirent en trois
    agais, afin que cil ne les peuissent mies escaper. Et
    vinrent li pluiseur et li plus certain sus un pas, entre
    haies et buissons, et là s'embuschièrent.                         30

    Or chevauçoient adonc cil doi conte englès et
    leur route, sus le guiement monsigneur Wafflart de
    le Crois, qui un grant temps avoit guerriiet chiaus
    de Lille, et encores guerrioit, quant il pooit; et s'estoit
    tenus celle saison à Ippre, pour yaulz mieus
    guerriier, et se faisoit fors que d'yaus mener sans peril,         5
    car il savoit toutes les adrèces et les torses voies.
    Et encores en fust il bien venus à chief, se cil de
    Lille n'euissent fait au dehors de leur ville un grant
    trencheis nouvellement, qui n'estoit mies acoustumés
    d'estre. Et quant cilz messires Wafflars les eut                  10
    amenés jusques à là, et il vei que on leur avoit
    copet le voie, si fu tous esbahis et dist as contes
    d'Engleterre: «Mi signeur, nous ne poons nullement
    passer le chemin que nous alons, sans nous
    mettre en grant dangier et ou peril de chiaus de Lille.           15
    Pour quoi, je conseille que nous retournons et prendons
    ailleurs nostre chemin.» Adonc respondirent
    li baron d'Engleterre: «Messire Wafflart, jà n'avenra
    que nous issons de nostre chemin pour chiaus
    de Lille. Chevauciés toutdis avant, car nous avons                20
    acertefiiet d'Artevelle que nous serons ce jour, à
    quèle heure que soit, là où il est.» Lors chevaucièrent
    li Englès sans nul esmay. Et quant messires Wafflars
    vei que c'estoit acertes, et que il ne pooit estre creus
    ne oys, si fist son marchiet tout avant et dist: «Biau            25
    signeur, voirs est que pour gide et conduiseur en ce
    voiage vous m'avés pris, et que tout cel yvier je me
    sui tenus avoecques vous en Ippre, et me loe de
    vostre compagnie et de vous grandement. Mais toutes
    fois, se il avient que cil de Lille sallent ne issent             30
    hors contre nous ne sur nous, n'aiiés nulle fiance
    que je les doie attendre, mès me sauverai au plus
    tost que je porai. Car se j'estoie pris ne arrestés par
    aucun kas de fortune, ce seroit sus ma tieste que j'ai
    plus chier que vostre compagnie.»

    Adonc commenchièrent li chevalier à rire, et disent
    à monsigneur Wafflart qu'il le tenoient bien                      5
    pour escuset. Tout ensi qu'il l'imagina en avint, car
    il ne se donnèrent de garde; si se boutèrent en l'embusce,
    qui estoit grande et forte, et bien pourveue
    de gens d'armes et d'arbalestriers, qui les escriièrent
    tantost: «Avant, avant, par chi ne poés vous passer              10
    sans no congiet.» Lors commencièrent il à traire
    et à lancier sus les Englès et leur route. Et si tretost
    que messires Waufflars en vei la manière, il n'eut
    cure de chevaucier plus avant, mès retourna au plus
    tost qu'il peut, et se bouta hors de le presse et se             15
    sauva, et ne fu mies pris à celle fois. Et li doi signeur
    d'Engleterre, messires Guillaumes de Montagut,
    contes de Sallebrin, et li contes de Sufforch escheirent
    en le main de leurs ennemis, et furent
    mieulz pris c'à le roit, car il furent embuschiet en             20
    un chemin estroit, entre haies et espines et fossés à
    tous lés, si fort et par tel manière qu'il ne se pooient
    ravoir ne retourner, ne monter, ne prendre les camps.
    Toutes fois, quant il veirent le mesaventure, il descendirent
    tout à piet et se deffendirent ce qu'il peurent,                 25
    et en navrèrent et mehagnièrent assés de chiaus
    de le ville. Mais finablement leur deffense ne vali
    noient, car gens d'armes frès et nouviaus croissoient
    toutdis sus yaus. Là furent il pris et rançonné de
    force, et uns escuiers jones, de Limozin, neveus dou             30
    pape Clement, qui s'appelloit Raymons; mais depuis
    qu'il fu creantés prisons, fu il occis pour le couvoitise
    de ses belles armeures, dont moult de bonnes
    gens en furent courouciet.

    Ensi furent pris et retenu li doi conte d'Engleterre
    et mis en la halle de Lille en prison, et depuis
    envoiiet en France par devers le roy Phelippe, qui                5
    en eut grant joie et en seut grant gret à chiaus de
    Lille. Et dist adonc li dis rois et prommist à chiaus
    de le ville de Lille qu'il leur seroit guerredonné
    grandement, car il li avoient fait un biau service. Et
    quant Jakemars d'Artevelle, qui se tenoit au Pont de             10
    Fier, en seut nouvelles, si en fu durement courouciés,
    et brisa pour ceste avenue son pourpos et sen
    emprise, et donna ses Flamens congiet, et s'en retourna
    en le ville de Gand.


    § 102. Nous retourrons, car la matère le requiert,               15
    as guerres de Haynau et à le contrevengance que li
    rois de France y fist prendre par le duch Jehan
    de Normendie, son ainsnet fil. Li dus, au commandement
    et ordenance dou roy son père, fist son especial
    mandement à estre à Saint Quentin et là environ,                 20
    et se parti de Paris environ Paskes, l'an mil
    trois cens et quarante, et vint à Saint Quentin. Là
    estoient avoech lui li dus d'Athènes, li contes de
    Flandres, li contes d'Auçoirre, li contes de Sansoirre,
    li contes Raoulz d'Eu connestables de France,                    25
    li contes de Porsiien, li contes de Roussi, li contes
    de Brainne, li contes de Grantpret, li sires de Couci
    et grant fuison de noble chevalerie de Normendie et
    des basses marces. Quant il furent tout assamblé à
    Saint Quentin ou là environ, si fu regardé par le                30
    connestable, le conte de Ghines et les mareschaus
    de France, monsigneur Robert Bertran et monsigneur
    Mahieu de Trie, quel nombre de gens d'armes
    il pooient estre; si trouvèrent qu'i(l) estoient bien
    six mille armeures de fier, chevaliers et escuiers, et
    bien huit mille, que brigans, que bidaus, que aultres             5
    gens poursievant l'ost. C'estoit assés, si com il
    disoient entre yaus, pour combatre le conte de Haynau
    et toute se poissance. Si se misent as camps par
    l'ordenance des mareschaus, et se partirent tout de
    Saint Quentin, et s'arroutèrent devers le Chastiel en            10
    Chambresis, et passèrent dehors Bohain, et chevaucièrent
    tant qu'il passèrent le Chastiel en Chambresis.
    Et s'en vinrent logier li dus de Normendie et
    toute son host en le ville de Montais sus le rivière
    de Selles. Or vous dirai une grant apertise d'armes              15
    que messires Gerars de Werchin, seneschaus de Haynau
    pour le temps, fist et entreprist, laquèle doit
    bien estre recordée et tenue à grant proèce.


    § 103. Li seneschaus de Haynau dessus nommés
    sceut bien par ses espies que li dus de Normendie                20
    estoit logiés à Saint Quentin, et que ses gens manechoient
    durement le pays de Haynau. Avoech tout
    ce, il sceut l'eure et le venue dou dit duch, qui estoit
    arrestés à Montais, dehors le forterèce dou Chastiel
    en Chambresis. Si s'avisa en soi meismes, comme                  25
    preus chevaliers et entreprendans, qu'il iroit le duch
    escarmuchier et resvillier. Si pria aucuns chevaliers
    et escuiers, ce qu'il en peut trouver dalés lui, que il
    volsissent aler où il les menroit, et il li eurent en
    couvent. Si se parti de son chastiel de Wercin, environ          30
    soixante lances en se compagnie tant seulement.
    Et chevaucièrent depuis soleil esconsant, et fisent
    tant que il vinrent à Forès, à l'issue de Haynau,
    et à une petite liewe de Montais; et pooit estre environ
    jour falli. Si tretost qu'il eurent chevauciet
    oultre le ville de Forès, il fist toutes ses gens arrester        5
    en mi uns camps, et leur fist restraindre leurs armeures
    et recengler leurs chevaus, et puis leur dist
    se pensée et che qu'il voloit faire. Et il en furent
    tout joiant, et li disent qu'il s'enventuroient volentiers
    avoecques lui, et ne le faurroient jusques au                    10
    morir, et il leur dist grant mercis. Avoecques lui estoient:
    des chevaliers, messires Jakemes dou Sart,
    messires Henris de Husphalize, messires Oliphars de
    Ghistelles, messires Jehan dou Chastelet, li sires de
    Vertain, li sires de Fontenoit et li sires de Wargni;            15
    et des escuiers, Gilles et Thieris de Sommaing, Bauduins
    de Biaufort, Colebiers de Braille, Moriaus de
    Lestines, Sandrars d'Esquarmain, Jehans de Robersart,
    Bridoulz de Thians et pluiseur aultre. Puis chevaucièrent
    tout quoiement, et vinrent à Montais et                          20
    se boutèrent en le ville. Et ne faisoient li François
    point de gait.

    Et descendirent premierement li seneschaus et tout
    li compagnon devant un grant hostel où il cuidoient
    certainnement que li dus de Normendie fust, mais il              25
    estoit un aultre hostel avant. Et laiens estoient logiet
    doi grant signeur de Normendie, li sires de Bailluel
    et li sires de [Briauté[325]]. Si furent assalli vistement,
    et li porte de leur hostel boutée oultre. Quant li doi
    chevalier se veirent ensi souspris et oïrent crier:              30
    «Haynau au senescal!», si furent moult esbahi.
    Nompourquant il se misent à deffense, ce qu'il peurent;
    mès li sires de Bailluel fu là occis, dont ce fu
    damages, et li sires de [Briauté] fianciés prisons dou
    dit seneschal, et eut couvent sus se loyauté de venir             5
    dedens trois jours tenir prison en Valenchiènes. Dont
    se commenchièrent François à estourmir et à widier
    leurs hostels, et à alumer grans feus et tortis, et à
    resvillier l'un l'autre. Meismement on resvilla le dit
    duch de Normendie, et le fist on armer en grant                  10
    haste, et aporter sa banière devant son hostel et desveloper.
    Là se traioient toutes gens d'armes de leur
    costé. Quant li Haynuier perchurent les François ensi
    estourmis, si ne veurent plus demorer, mais se retrairent
    bellement et sagement devers leurs chevaus;                      15
    et montèrent sus et se partirent, quant il se furent
    remis ensamble; et en menèrent jusques à dix ou
    douze bons prisonniers; et retournèrent sans damage,
    car point ne furent poursievi, pour tant qu'il faisoit
    brun et tart; et vinrent, environ l'aube crevant,                20
    au Kesnoi. Là se reposèrent il et rafreschirent, et
    puis vinrent à Valenchiennes.

  [325] Ms. B4, fo 50.--Ms. B1, fo 74 vo: «Brianté.»

    Or parlerons dou duch de Normendie, qui moult
    courouchiés estoit dou despit que li Haynuier li
    avoient fait. Si commanda au matin à deslogier et à              25
    entrer en Haynau, pour tout ardoir sans deport.
    Dont s'arroutèrent li charoi, et chevaucièrent li signeur,
    li coureur premiers qui estoient bien deux
    cens lances. Et en estoient chapitainne messires Thiebaus
    de Moruel, li Gallois de le Baume, li sires de
    Mirepois, li sires de Rainneval, li sires de Saint Pi,
    messires Jehans de Landas, li sires d'Astices, li sires          30
    de Hangès et li sires de Cramelles. Apriès chevauçoient
    li doi mareschal de France en grant route,
    messires Robers Bertrans et messires Mahieus de
    Trie; et estoient bien cinq cens lances; et puis li
    dus de Normendie avoech grant fuison de contes, de                5
    barons et de tous aultres chevaliers. Si entrèrent li
    dit coureur en Haynau et ardirent Forest, Vertain,
    Vertigneul, Esquarmain, Vendegies ou Bos, Vendegies
    sus Escallon, Bermerain, Calaumes, Senlèces et
    les fourbours dou Kesnoi, et se logièrent sus le rivière         10
    d'Uintiel. A l'endemain, il passèrent oultre et
    ardirent Oursineval, Villers en le Cauchie, Gommegnies,
    Marech, Pois, Presiel, Anfroipret, Preus, Le
    Frasnoit, Obies et le bonne ville de Bavai et tout le
    pays jusques à le rivière de Honniel. Et eut ce second           15
    jour grant assaut et escarmuce au chastiel de
    Werchin de le bataille des mareschaus, mès noient n'i
    fisent, car il fu bien gardés et bien deffendus. Et s'en
    vint li dus de Normendie logier sus le rivière de
    Selles entre Haussi et Sausoir. Or vous parlerons dou            20
    signeur de Faukemont, qui fu uns moult rades chevaliers,
    d'une grant apertise d'armes qu'il fist.


    § 104. Messires Walerans, sires de Fauquemont,
    estoit chapitainne et gardiiens de le ville de Maubuege,
    et bien cent lances d'Alemans et de Haynuiers                    25
    avoecques lui. Quant il sceut que li François chevauçoient,
    qui ardoient le pays, et ooit les povres
    gens criier et plorer et plaindre le leur, si en eut
    grant pité, si s'arma et fist ses gens armer, et recommanda
    le ville de Maubuege au signeur de Biaurieu                      30
    et au signeur de Montegni, et dist à ses gens qu'il
    avoit très grant desir de trouver les François. Si chevauça
    ce jour, toutdis costiant les bois et le forest de
    Mourmail. Quant ce vint sus le soir, il aprist et entendi
    que li dus de Normendie et toute sen host estoient
    logiet sus le rivière de Selles, assés priès de                   5
    Haussi. De che fu il tous joians et dist briefment qu'il
    les iroit resvillier. Si chevauça ceste vesprée tout sagement,
    et environ mienuit il passa le ditte rivière à
    gués, et toute se route. Quant il furent oultre, ilz rechenglèrent
    leurs chevaus et se remisent à point, et                         10
    puis chevaucièrent tout souef jusques adonc qu'il
    vinrent au logeis dou duch. Quant il deurent approcier,
    ilz ferirent chevaus des esporons tout d'un randon,
    et se plantèrent en l'ost le duch en escriant:
    «Faukemont! Faukemont!», et commencièrent à                      15
    coper cordes, et à ruer jus et à abatre tentes et pavillons
    par terre, et à occire et à decoper gens, et
    d'yaus mettre en grant meschief. Li hos se commença
    à estourmir, et toutes gens à armer et à traire
    celle part là où la noise et li hustins estoit. Quant li         20
    sires de Faukemont vei que poins fu, il se retray arrière.
    Et en retraiant ses gens tout sagement fu mors,
    de(s) François, li sires de Pikegni pikart, et fianciés
    prisons li viscontes de Kesnes et li Borgnes de Rouvroi,
    et durement blechiés messires Antones de                         25
    Kodun. Quant li sires de Faukemont eut fait sen emprise,
    et il vei que temps fu, et que li hos s'estourmissoit,
    il se parti et toutes ses gens; et rapassèrent
    le rivière de Selles sans damage, car point ne furent
    poursievi. Et chevaucièrent depuis tout bellement,               30
    et vinrent d'environ soleil levant au Kesnoi où li
    mareschaus de Haynau se tenoit, messires Thieris de
    Walecourt, qui leur ouvri le porte et les rechut liement.

    Et li dus de Normendie fu moult courouciés de
    ses gens que on avoit occis et blechiés et fianchiés
    prisons et dist: «Agar comment cil Haynuier nous                  5
    resveillent!» A l'endemain, au point dou jour, fist
    on sonner les trompètes en l'ost le duc de Normendie.
    Si se armèrent et ordonnèrent toutes manières
    de gens, et misent à cheval, et arroutèrent le charoi,
    et passèrent le ditte rivière de Selles, et entrèrent de         10
    rechief en Haynau, car li dus voloit venir vers Valenchiènes
    et aviser comment il le poroit assegier.
    Chil qui chevauçoient devant, li mareschaus de Mirepois,
    li sires de Noiiers, li Gallois de le Baume et
    messires Thiebaus de Moruel, à bien quatre cens lances           15
    sans les bidaus, s'en vinrent devant le Kesnoy
    et approchièrent le ville jusques as barrières, et fisent
    samblant qu'il le vorroient assallir; mès elle estoit
    si bien pourveue de bonnes gens d'armes et de
    grant artillerie qu'il y euissent perdu leur painne.             20
    Nompourquant il escarmucièrent un petit devant les
    bailles, mais on les fist tantost retraire, car cil dou
    Kesnoi descliquièrent canons et bombardes qui jettoient
    grans quariaus. Si se doubtoient li François de
    leurs chevaus, et se retraisent par devers Wargni et             25
    ardirent Wargni le Grant et Wargni le Petit, Fielainnes,
    Faumars, Semeries, Artre, Artriel, Sautain, Curgies,
    Estruen, Ausnoy et Villers monsigneur Polle.
    Et en voloient les flamesces et li fascon en le ville
    de Valenchiènes. Et vinrent cil coureur courir par               30
    devant Valenchiènes. Et entrues ordonnoient li François
    leurs batailles sus le mont de Chastres priès de
    Valenchiènes, et se tenoient là en grant estoffe et
    moult richement. Dont il avint que environ deux
    cens lances des leurs, dont li sires de Craon et li sires
    de Maulevrier et li sires de Matefelon et li sires
    d'Avoir estoient conduiseur, s'avalèrent devers Maing,            5
    et vinrent assallir une forte tour quarée, qui pour le
    temps estoit Jehan Bernir de Valenchiènes. Depuis
    fu elle à Jehan de Nuefville. Là eut grant assaut, dur
    et fort, et dura priès que tout le jour, ne on n'en
    pooit les François partir; si en y eut il mors ne sai            10
    cinq ou six. Et si bien se tinrent et deffendirent cil
    qui le gardoient qu'il n'i prisent point de damage.
    Si s'en vinrent li plus de ces François à Trit, et cuidièrent
    de premières venues là passer l'Escaut; mais
    cil de le ville avoient deffait le pont et deffendoient          15
    le passage roidement et fierement. Et jamais à cel
    endroit ne l'euissent li François conquis, mais il en
    y eut entre yaus de chiaus qui cognissoient le passage
    et le rivière et le pays; si en menèrent bien
    deux cens de piet passer as plankes à Prouvi. Quant              20
    cil furent oultre, il vinrent tantos baudement sus
    chiaus de Trit qui n'estoient c'un petit ens ou regard
    d'yaus, et ne peurent durer; si tournèrent en fuite.
    Si en y eut des mors et des navrés et des noiiés pluiseur.
                                                                     25
    Ce meismes jour, estoit partis de Valenchiènes li
    seneschaus de Haynau à cent armeures de fier, et issus
    de le ville par le porte d'Anzaing; et pensoit bien
    que cil de Trit aroient à faire; si les voloit secourir.
    Dont il avint que, deseure Saint Vaast, il trouva de             30
    rencontre environ vint cinq coureurs françois que
    troi chevalier de Poito menoient, messires Bouchicaus
    li uns, li sires de Surgières li aultres, et messires
    Guillaumes Blondiaus li tiers; et avoient passet
    l'Escaut assés priès de Valenchiènes, au pont c'on
    dist à le Tourielle; et avoient courut par droite bachelerie
    deseure Saint Vaast. Si tretost que li senescaus                  5
    de Haynau les perchut, si fu moult liés, car
    bien perchut et vit que c'estoient si ennemit, et feri
    apriès yaus et toute se route ossi. Là eut bonne
    jouste des uns as aultres. Et me samble que li seneschaus
    de Haynau porta jus de cop de lance monsigneur                   10
    Bouchicau, qui estoit adonc moult apers chevaliers,
    et fu plus encores depuis et marescaus de
    France, si com vous orés avant en l'ystore; et le fist
    fiancier prison et l'envoia en Valenchiènes; mais je
    ne sçai comment ce poet estre, car li sires de Surgières         15
    escapa et se sauva, et ne fu point pris. Mès il fu
    pris messires Guillaumes Blondiel et fiança prison à
    monsigneur Henri de Husphalise, et furent priès tout
    li aultre mort et pris. Cilz rencontres detria grandement
    le senescal de Haynau qu'il ne peut venir à                      20
    temps au pont à Trit; mais l'avoient jà conquis li
    François, quant il y vint; et mettoient grant painne
    à abatre les moulins et un petit chastelet qui là estoit.
    Mès si tretost que li senescaus vint en le ville,
    il n'eurent point de loisir, car il furent reboutet et           25
    reculet villainnement, occis, decopé et mis en cache.
    Et les fist on sallir en le rivière d'Escaut, dont il en
    y eut aucuns noiiés, et en fu li ville de Trit adonc
    toute delivrée. Et vint li senescaus de Haynau passer
    l'Escaut à Denaing, et puis chevauça et toute se route           30
    vers son chastiel de Werchin, et se bouta dedens
    pour le garder et deffendre, se mestier faisoit. Et encores
    se tenoit li dus de Normendie et ses batailles
    sus le mont de Castres, et se tint en bonne ordenance
    le plus grant partie dou jour, car il cuidoit
    que cil de Valenciènes deuissent widier et lui venir
    combatre. Ossi fuissent il très volentiers. Mès messires          5
    Henris d'Antoing, qui avoit la ville en garde, leur
    deveoit et deffendoit, et estoit à le porte [cambresienne]
    moult ensonniiés et en grant painne de yaus
    destourner de non vuidier, et li prevos de le ville
    pour le temps, (avoecques lui,) Jehans de Baissi, qui            10
    les affrenoit ce qu'il pooit, et leur moustra adonc
    tant de belles raisons qu'il s'en souffrirent.


    § 105. Quant li dus de Normendie et ses batailles,
    qui très belles estoient à regarder, ensi que ci dessus
    est deviset, se furent tenu un grant temps sus le                15
    mont de Castres, et il veirent que nulz ne venroit
    ne isteroit hors de Valenchiènes pour yaus combatre,
    adonc furent envoiiet li dus d'Athènes et li sires de
    Chastellon, et bien trois cens lances de fortes gens
    et bien montés, pour courir jusques à Valenciènes.               20
    Chil chevaucièrent en très bonne ordenance, et vinrent
    au lés devers le Tourielle à Goguel, et chevaucièrent
    moult arreement jusques as bailles de le ville;
    mais il n'i demorèrent point plenté, car il ressongnièrent
    le tret pour leurs chevaus. Et toutes fois li                    25
    sires de Chastillon chevauça si avant que ses coursiers
    fu trais et chei desous lui, et le couvint monter
    sus un aultre. Ceste chevaucie prist son tour devers
    les Marlis et les ardirent, et abatirent tous les moulins
    qui là estoient sus le rivière de Wintiel, et puis               30
    prisent leur tour par derrière les Chartrois et revinrent
    à leur bataille. Or vous di qu'il estoient demoret
    aucun compagnon françois derrière en le ville
    des Marlis, pour mieus fourer à leur aise. Dont il
    avint que cil qui gardoient une tour, qui là est as
    hoirs de Haynau, et fu jadis à monsigneur Robert de               5
    Namur de par ma dame Yzabiel de Haynau sa femme,
    perchurent ces François qui là estoient, et si veirent
    bien que li grosse chevaucie estoit retraite: si issirent
    baudement hors, et les assallirent de grant corage:
    et les menèrent telz qu'il en tuèrent bien la                    10
    moitiet, et leur tollirent tout leur pillage, et puis retournèrent
    en leur tour.

    Encores se tenoient les batailles sus le mont de
    Castres, et tinrent tout le jour jusques apriès nonne,
    que li coureur revinrent de tous costés. Dont eurent             15
    conseil là entre yaus moult grant et disoient li signeur
    que, tout consideret, il n'estoient mies gens
    assés pour assegier une si grande ville que Valenchiènes
    est. Si eurent finablement conseil de departir
    d'illuech, et de yaus retraire deviers Cambray. Si               20
    s'en vinrent ce soir logier à Maing et à Fontenielles,
    et furent là toute la nuit, et fisent bon gait et grant.
    A l'endemain, il s'en partirent, mais il ardirent Maing
    et Fontenielles et toute l'abbeye, qui estoit à ma
    dame Jehane de Valois, ante dou dit duch et soer                 25
    germainne au roy son père. De quoi li dus fu moult
    courouciés, et fist pendre chiaus qui le feu y avoient
    mis et bouté. A ce departement, fu pararse li ville de
    Trit, et li chastiaus et li moulin abatu, et Prouvi,
    Rouvegni, Thians, Monciaus, et tous li plas pays                 30
    entre Cambrai et Valenciènes.

    Ce jour, au matin, issirent de Valenchiènes aucun
    compagnon legier, quant il seurent le departement
    des François, et s'en vinrent sus les camps, entour
    le mont de Castres, ù li François avoient esté logiet,
    et y trouvèrent encores des vivres et des pourveances
    que li François y avoient laissies, et pluiseur logeis            5
    où il avoit encores aucuns brigans et Geneuois
    qui tant avoient beu dou soir qu'il s'estoient enivré
    et dormoient encores. Si boutèrent cil dit compagnon
    de Valenciènes le feu en ces logis, et ardirent
    là dedens le(s) dis brigans. Car quant il sentoient le           10
    feu, il s'esvilloient et cuidoient sallir hors; mais il estoient
    decaciet ens de leurs ennemis à plançons et à
    goudendars. Toutes fois, il en y eut un qui salli hors,
    mais il fu pris par piés et par gambes et par bras,
    et jettés en un grant feu qui estoit fais devant le dit          15
    logis, et là fu tous ars. Si est grans meschiés de ce
    que chrestiien destruisent ensi li uns l'autre sans
    pité.

    Che jour chevauça tant li dus de Normendie qu'il
    vint devant Escauduevre, un bon chastiel et fort dou             20
    conte de Haynau, seant sus le rivière d'Escaut, et
    qui moult grevoit chiaus de Cambrai, avoecques
    chiaus de le garnison de Thun l'Evesque. Dou chastiel
    d'Escauduevre estoit chapitainne et souverains
    messires Gerars de Sassegnies, qui devant ce n'avoit             25
    eu nulle reproce de diffame. Or ne sçai je que ce fu
    ne qui l'enchanta, mès li dus n'ot pas sis devant le
    forterèce six jours quant elle li fu rendue sainne et
    entière, dont tous li pays fu esmerveilliés. Et en furent
    souspeçonnet de trahison messires Gerars de                      30
    Sassegnies, et uns siens escuiers, qui s'appelloit Robers
    Mariniaus. Chil doi en furent pris et encoupet,
    et en morurent villainnement à Mons en Haynau. Et
    chil de Cambrai abatirent le chastiel d'Escauduevre,
    et en portèrent le pière à Cambray, et en fisent remparer
    et refortefiier leur ville.


    § 106. Apriès le prise et le destruction d'Escauduevre,           5
    se retray li dus Jehans de Normendie en le
    cité de Cambray, et donna une grant partie de ses
    gens d'armes congiet, et les aultres envoia ens ès
    garnisons de Lille et de Douay et des forterèces voisines.
    Et avint en celle meismes sepmainne que Escauduevre              10
    fu pris, que li François qui en Douay estoient
    issirent hors, et chil de Lille avoech yaus, et
    pooient estre environ trois cens lances. Et les conduisoient
    messires Loeis de Savoie et messires Aymars
    de Poitiers, li contes de Genève, li sires de Villars,           15
    et li Gallois de le Bausme avoecques le signeur de
    Wavrain et le signeur de Wasiers, et vinrent en celle
    chevaucie ardoir en Haynau ce biau plain pays d'Ostrevan.
    Et ne demora riens dehors (les fortrèches[326]),
    dont cil de Bouçain furent moult courouciet, car il              20
    veoient les feus et les fumières au tour d'yaus, et se
    n'i pooient mettre remède. Si envoiièrent il en Valenchiènes
    en disant que, (se) de nuit il (vouloient[327]) issir
    hors environ cinq cens ou six cens armeures de fier, il
    porteroient grant damage as François qui estoient                25
    encores tout quoi et logiet ou plain pays; mais cil de
    Valenciènes n'en eurent point conseil de partir, ne de
    vuidier leur ville. Par ensi n'eurent li François point
    d'encontre; si ardirent il Anich et le moitiet d'Ascons,
    Escaudain, Here, Fenain, Denain, Montegni, Warlain,
    Mauni, Aubrecicourt, l'Ourch, Sauch, Ruet, (Nuefville[328]),
    le Lieu Saint Amant et tous les villages qui en ce
    pays estoient, et en remenèrent grant pillage et grant            5
    proie en leurs garnisons. Et quant cil de Douay furent
    retrait, li saudoiier de Bouçain issirent hors et
    chevaucièrent et ardirent l'autre partie de le ville             10
    d'Ascons, qui se tenoit françoise, et tous les villiaus
    françois jusques ens ès portes de Douay, et le ville
    d'Eskierchin.

  [326] Mss. B4, 3, fo 52.--Ms. B1, fo 78 (lacune).

  [327] Mss. B3, 4.--Ms. B1: «voloit.»

  [328] Mss. B4, 3, fo 52.--Ms. B1, fo 78 (lacune).

    Ensi que je vous ay dit, les garnisons sus les frontières
    estoient pourveues et garnies de gens d'armes,
    et souvent y avoit des chevaucies et des rencontres
    et des fais d'armes des uns as aultres, ensi que en              15
    telz besongnes appertient. Si avint, en celle meisme
    saison, que saudoiier alemant se tenoient[329] de par
    l'evesque de Cambray en le Malemaison, à deux
    liewes dou Chastiel Cambrisien, et marchissant d'autre
    part plus priès de Landrecies, dont li sires de Potelles,        20
    uns appers chevaliers haynuiers, estoit chapitainne
    et gardiiens, car li contes Loeis de Blois, quoi
    qu'il en fust sires, avoit rendu son hommage au
    conte de Haynau, pour tant qu'il estoit françois, et
    li contes le tenoit en se main et le faisoit garder pour         25
    les François. Si avoient souvent le hustin cil de le
    Malemaison et cil de Landrecies ensamble. Dont un
    jour sallirent hors de le Malemaison li dessus dit
    Alemant bien armé et bien monté, et vinrent courir
    devant le ville de Landrechies, et acueillièrent le
    proie, et l'en menoient devant yaus, quant la nouvelle
    et li haros en vint en Landrechies entre les Haynuiers
    qui là se tenoient. Donc s'arma li sires de
    Potielles et fist armer les compagnons, et montèrent              5
    à cheval et se partirent pour rescourre as Alemans
    le proie qu'il en menoient. Si estoit adonc li sires de
    Potielles tout devant, et le sievoient ses gens, cescuns
    qui mieus mieus. Ils, qui estoit de grant volenté
    et plains de hardement, abaissa son glave et escria as           10
    François qu'il retournaissent, car c'estoit hontes de
    fuir.

  [329] Dans le ms. B1, fo 78, comme dans tous les mss. de
  Froissart, _se tenoient_ est précédé de _qui_, que nous avons
  supprimé.

    Là avoit un escuier alemant que on appelloit Albrest
    de Coulongne, apert homme d'armes durement,
    qui fu tous honteus quant il vey que on le cachoit               15
    ensi; si retourna franchement et abaissa son glave,
    et feri cheval des esporons, et s'adreça sus le signeur
    de Potielles, et li chevaliers sur lui, telement qu'il le
    feri sus sa targe un si grant horion que la glave vola
    en tronchons. Et li Alemans le consievi par tel manière,         20
    de son glave roide et enfumée, que onques ne
    brisa ne ne ploia, mès percha la targe, les plates et
    l'auqueton, et li entra dedens le corps, et le poindi
    droit au coer, et l'abati jus dou cheval navré à mort.
    Donc vinrent li compagnon haynuier, li sires de                  25
    Bousies, Gerars de Mastain et Jehans de Mastain et
    li aultre qui de priès le sievoient, qui s'arrestèrent
    sur lui, quant en ce parti le veirent, et le regretèrent
    durement; et puis requisent les François fierement
    et asprement, en contrevengant le signeur de Potielles           30
    qui là gisoit navrés à mort. Et combatirent et
    assalirent si dur Albrest et se route qu'il furent desconfi,
    mort et pris. Peu en escapèrent, et la proie
    (fu) rescousse et ramenée, et li prisonnier ossi en
    Landrecies, et li sires de Potièles mors, dont tout
    li compagnon furent cou(rou)ciet[330].

  [330] Mss. B3, 4, fo 52.--Ms. B1, fos 78 vo et 79: «couciet.»


    § 107. Apriès le signeur de Potielles, li sires de                5
    Floion fu un grant temps gardiiens de le ville et dou
    chastiel de Landrechies, et couroit souvent sus chiaus
    de Bohain, de le Malemaison et dou Chastiel en Cambresis
    et des forterèces voisines, qui ennemies leur
    estoient. Ensi couroient un jour li Haynuier et l'autre          10
    li François. Si y avoit souvent des rencontres et
    des escarmuces et des rués jus des uns et des aultres,
    car au voir dire telz besongnes le requièrent. Si estoit
    li pays de Haynau en grant tribulacion et en grant
    esmay, car une partie de leur pays estoit ars et essilliés;      15
    et si sentoient encores le duch de Normendie
    sus les frontières, et ne savoient qu'il avoit empenset,
    et si n'ooient nulles (nouvelles[331]) de leur signeur
    le conte. Bien est voirs qu'il avoit estet en Engleterre
    où li rois et li baron dou pays l'avoient grandement             20
    honnouré et festiiet; et avoit fait et juret
    grans alliances au roy englès, et s'en estoit partis et
    alés en Alemaigne devers l'empereour Loeis de Baivière:
    c'estoit la cause pour quoi il sejournoit tant.
    D'autre part, messires Jehans de Haynau, ses oncles,             25
    estoit alés en Braibant et en Flandres, et avoit remoustré
    au dit duch de Braibant et à Jakemon d'Arteveille
    le desolation dou pays de Haynau, et comment
    li Haynuier leur prioient qu'il y volsissent entendre
    et pourveir de conseil. Li dessus dit l'en
    avoient respondut que li contes ne pooit longement
    demorer; et, lui revenu, il estoient tout appareilliet
    d'aler à tout leur pooir là où il les vorroit mener.              5
    Or revenrons nous au duch de Normendie, et recorderons
    comment il assega chiaus de Thun l'Evesque.

  [331] Mss. B3, 4, fo 52.--Ms. B1, fo 79 (lacune).


    § 108. Entrues que li dus de Normendie se tenoit
    en le cité de Cambray, li dis evesques et li bourgois
    dou lieu li remoustroient comment li Haynuier                    10
    avoient pris et emblet le fort chastiel de Thun, et
    que, par amours et pour se honneur et le pourfit del
    commun pays, il vosist mettre conseil et entente au
    ravoir, car chil de le garnison constraindoient durement
    le pays de là environ. Li dis dus y entendi                      15
    volentiers, et fist de recief semonre ses hos, et mist
    ensamble grant fuison de signeurs et de gens d'armes,
    qui se tenoient en Artois et en Vermendois, les
    quelz il avoit eus en se première chevaucie; et se
    parti de Cambray et s'en vint à toutes ses gens logier           20
    devant Thun, sus le rivière d'Escaut, en ces biaus
    plains au lés deviers Ostrevant. Et fist li dus là amener
    et achariier six grans engiens de Cambray et de
    Douay, et les fist drecier et asseoir fortement devant
    le forterèce. Chil engien y gettoient nuit et jour pières        25
    et mangonniaus à grant fuison, qui effondroient
    et abatoient les combles et les tois des tours, des
    cambres et des salles, et constraindirent par ce dit
    assaut durement chiaus dou chastiel. Et n'osoient li
    compagnon qui le gardoient demorer en cambre ne                  30
    en salle qu'il euissent, fors en caves et en celiers.
    Onques gens d'armes ne souffrirent, pour lor honneur,
    en forterèce, tant de painne ne de meschief
    que cil fisent. Des quelz estoit souverains et chapitains
    uns chevaliers englès qui s'appelloit messires
    Richars de Limozin, et ossi doi escuier de Haynau,                5
    frères au signeur de Mauni, Jehans et Thieris. Chil
    troi dessus tous les aultres en avoient toute le carge,
    le painne et le fais, et tenoient les aultres compagnons
    en vertu et en force, et leur disoient: «Biau
    signeur, nos sires li gentilz contes de Haynau venra             10
    un de ces jours à si grant ost contre les François,
    qu'il nous delivera à toute honneur de ce peril, et
    nous sara grant gré de ce que si francement nous
    serons tenu.»

    Ensi reconfortoient li troi dessus dit les compagnons            15
    qui n'estoient mies à leur aise, car pour yaus
    plus grever et plus tost amener à merci, cil de l'host
    leur jettoient et envoioient par leurs engiens chevaus
    mors et bestes mortes et puans, pour yaulz empunaisier,
    dont il estoient là dedens en grant destrèce.                    20
    Car li airs estoit fors et chaus ensi qu'en plain esté,
    et furent plus adit et constraint par cel estat que par
    aultre cose. Finablement, il regardèrent et considerèrent
    entre yaus que celle mesaise il ne pooient longement
    souffrir ne porter, tant leur estoit la punaisie                 25
    abhominable. Si eurent conseil et avis de trettier
    unes triewes à durer quinze jours, et là en dedens
    segnefiier leur povreté à monsigneur Jehan de Haynau,
    qui est regars et gardiiens de tout le pays, à fin
    qu'il en fuissent conforté; et se il ne l'estoient, il           30
    renderoient le forterèce au dit duch de Normendie.
    Chilz trettiés fu entamés et mis avant. Li dus leur
    acorda et mist en souffrance tous assaus et leur donna
    triewes quinze jours, qui fisent moult de biens as
    compagnons dou dit fort, car aultrement il euissent
    esté tout mort et empunaisiet sans merci, tant leur
    envoioit (on[332]) de charongnes pouries et d'aultres ordures     5
    par les engiens. Si fisent tantost partir Ostelart
    de Sommaing par le trettiet devisant, qui s'en vint
    à Mons en Haynau, et trouva là le signeur de Byaumont
    qui avoit oy nouvelles de son neveu le conte
    de Haynau qui revenoit en son pays, et avoit estet               10
    devers l'Empereur et fait grans alliances à lui et as
    signeurs de l'Empire, le duch de Gerles, le conte de
    Jullers, le markis de Blankebourch et tous les aultres.
    Si en enfourma li sires de Byaumont le dit escuier
    Ostelart de Sommaing, et li dist bien que chil                   15
    de Thun l'Evesque seroient temprement conforté,
    mès que ses cousins fust revenus ou pays.

  [332] Mss. B3, 4, fo 53.--Ms. B1, fo 80 (lacune).


    § 109. Le triewe durant, qui fu prise entre le duch
    de Normendie et les saudoiiers de Thun, si com vous
    avés oy, revint li contes de Haynau en son pays,                 20
    dont toutes manières de gens furent resjoy, car moult
    l'avoient desiret. Se li recorda li sires de Byaumont,
    ses oncles, comment les coses avoient alet depuis
    son departement, et à quel poissance li dus de Normendie
    avoit entré ne sejourné en son pays, et ars                      25
    et destruit tout par delà Valenciènes, excepté les forterèces.
    S'en respondi li contes qu'il seroit bien amendet,
    et que li royaumes de France estoit grans assés
    pour avoir ent satisfation de toutes ces fourfaitures;
    mès briefment il voloit aler devant Thun l'Evesque
    et conforter ses bonnes gens qui gisoient là si honnourablement,
    et qui si loyaument s'i estoient tenu
    et deffendu. Si fist li contes ses mandemens et ses
    priières en Braibant, en Guerles, en Jullers et en Alemaigne      5
    et ossi en Flandres devers son bon ami d'Artevelle.
    Et s'en vint li dis contes à Valenciènes, à
    grant fuison de gens d'armes, chevaliers et escuiers
    de son pays et des pays dessus nommés, et toutdis
    li croissoient gens. Et se parti de Valenciènes en               10
    grant arroy de gens d'armes, de charoi, de tentes,
    de trés, de pavillons et de toutes aultres pourveances,
    et s'en vint logier à Nave sur ces biaus plains et
    ces grans prés, tout contreval le rivière d'Eschaut.

    Là estoient des signeurs de Haynau avoec le dit                  15
    conte et en bon arroy: premierement messires Jehans
    de Haynau, ses oncles, li sires d'Enghien, li sires
    de Wercin, seneschaus de Haynau, li sires d'Antoing,
    li sires de Ligne, li sires de Barbençon, li
    sires de Lens, messires Guillaumes de Bailluel, li sires         20
    de Haverech, chastellains de Mons, li sires de Montegni,
    li sires de Marbais, messires Thieris de Wallecourt,
    mareschaus de Haynau, li sires de le Hamède,
    li sires de Gommegnies, li sires de Roisin, li sires de
    Trasegnies, li sires de Briffuel, li sires de Lalain, li         25
    sires de Mastain, li sires de Sars, li sires de Wargni,
    li sires de Biauriu et pluiseur aultre chevalier et escuier,
    qui tout se logoient dalés leur signeur. Assés
    tost apriès, y revint li jones contes Guillaumes de
    Namur moult estoffeement à deux cens lances, et se               30
    loga ossi sus le rivière d'Escaut en l'ost le conte.
    Apriès revinrent li dus de Braibant à bien sis cens
    lances, li dus de Guerles, li contes de Jullers, li markis
    de Misse et d'Eurient, li markis de Blankebourch,
    li contes des Mons, li sires de Faukemont, messires
    Ernoulz de Bakehen, et grant fuison d'autres signeurs
    et gens d'armes d'Alemagne et de Witephale. Si se                 5
    logièrent tout li un apriès l'autre, sus le rivière d'Escaut,
    à l'encontre de l'ost françoise; et estoient plentiveusement
    (pourveu[333]) de tous vivres, qui leur venoient
    tous les jours de Valenchiènes et dou pays de
    Haynau voisin à yaus.                                            10

  [333] Mss. B3, 4, fo 53 vo.--Ms. B1, fo 80 vo: «et pourveuement.»


    § 110. Quant cil signeur se furent logiet, ensi que
    vous avés entendu, sus le rivière d'Escaut, et mis
    entre Nave et Yvuis, li dus Jehans de Normendie,
    qui estoit d'autre part le rivière avoecques lui moult
    belle gent, vey que li hos son cousin le conte de                15
    Haynau croissoit durement; si segnefia tout l'estat au
    roy de France, son père, qui se tenoit à Peronne en
    Vermendois, et estoit tenus plus de six sepmainnes
    à grant gent. Lors fist li rois de recief une semonse
    très especial, et envoia jusques à douze cens lances de          20
    bonnes gens d'armes en l'ost son fil. Et assés tos
    apriès, il y vint comme saudoiiers au duch son fil,
    car il ne pooit nullement venir à main armée sus
    l'Empire, se il voloit tenir son sierement, ensi qu'il
    fist. Et fu tout dis li dis dus chiés et souverains de           25
    ceste armée, mais il s'ordonnoit par le conseil dou
    roy son père.

    Quant cil de Thun l'Evesque veirent lor signeur
    le conte de Haynau venu si poissamment, si en furent
    moult joiant, che fu bien raisons, car moult
    l'avoient desiret, et bien en pensoient à estre delivret.
    Le quatrime jour apriès qu'il furent là venu et
    (hostilliet[334]) à host, vinrent cil de Valenciènes en grant
    arroy, des quelz Jehans de Baissi, qui prevos estoit              5
    pour le temps, se faisoit mestres et gouvrenères. Si
    tretost que cil de Valenciènes furent venu, on les
    envoia escarmucier as François sus le rivage de l'Escaut,
    pour ensonniier chiaus de l'host, et pour faire
    chiaus de le garnison de Thun l'Evesque voie. Là                 10
    eut grant escarmuce des uns as aultres, et pluiseur
    quariel tret et lanciet, et tamaint homme navret et
    bleciet. Entrues qu'il entendoient au paleter, li compagnon
    de Thun l'Evesque, messires Richars de Limozin
    et li aultre se partirent dou chastiel et se misent              15
    en l'Escaut. On leur ot appareilliet batiaus et
    nacelles, en quoi on les ala querir d'autre part le
    rivage; si furent amenet en l'ost et devers le conte
    de Haynau, qui liement et doucement les rechut et
    les honnoura moult dou bon service qu'il li avoient              20
    fait, quant si longement et à tel meschief il s'estoient
    tenu en Thun l'Evesque.

  [334] Ms. B4, fo 54.--Ms. B1: «exilliet.» Mauvaise leçon.


    § 111. En dementrues que ces deux hos estoient
    ensi assamblées pour le fait de Thun l'Evesque et logies
    sus le rivière d'Escaut, li François devers France               25
    et li Haynuier sus leur pays, couroient li fourier fourer
    là où par tout trouver il le pooient de l'un lés et
    de l'autre, mès point ne se trouvoient ne encontroient,
    car la rivière d'Escaut estoit entre deus. Mais
    li François parardirent et coururent tout le pays
    d'Ostrevant, che qui demoret y estoit, et li Haynuier
    tout le pays de Cambresis. Et là vint en l'ayde dou
    conte de Haynau et à se priière, Jakemes d'Artevelle
    à plus de soixante mille Flamens tous bien armés, et              5
    se logièrent poissamment à l'encontre des François.
    Quant il furent venu, moult en fu li contes de Haynau
    liés, car son host en fu grandement renforcie; si
    manda par ses hiraus au duch de Normendie, son
    cousin, que bataille se peust faire entre yaus, et que           10
    ce seroit blasmes pour toutes les parties, se si grant
    gent d'armes qui là estoient se departoient sans bataille.
    Li dus de Normendie respondi, à ceste fois,
    qu'il en aroit avis. Chil avis et consaulz fu si lons
    que li hiraut s'en partirent adonc sans avoir certainnes         15
    responses. Dont il avint que, le tierch jour
    apriès, li contes de rechief y renvoia, pour mieus
    savoir l'intension dou dit duch et des François. Li
    dus en respondi qu'il n'estoit mies encores bien consilliés
    de combatre ne de mettre y journée, et dist encores              20
    ensi que li contes de Haynau estoit trop hastieus.

    Quant li contes oy ces parolles, se li sambla uns
    detriemens; si manda tous les plus grans barons de
    l'host et premierement le duch de Braibant, son
    grant signeur, et tous les aultres ensiewant, et puis            25
    leur remoustra sen intention et le response dou duc
    de Normendie; si en demanda à avoir conseil. Adonc
    regardèrent il cescuns l'un l'autre, et ne veult nulz
    respondre premiers. Toutes fois li dus de Braibant
    parla, pour tant que c'estoit li plus grans de toute             30
    l'ost et tenus li plus sages; si dist que de faire un
    pont ne de combatre as François il n'estoit mies d'acort,
    car il savoient de certain que li rois englès devoit
    proçainnement passer le mer et venir assegier le
    cité de Tournay: «Se li avons, ce dist li dus, prommis
    et juret foy, amour et ayde de nous et des nostres;
    dont se nous nos combatons maintenant, et li                      5
    fortune fust contre nous, il perderoit son voiage, ne
    nul confort il n'aroit de nous. Et se li journée estoit
    pour nous, il ne nous en saroit gré, car c'est se intention
    que jà sans lui, qui chiés est de ceste guerre,
    nous ne nos combatons au pooir de France. Mais                   10
    quant nous serons devant Tournay, il avoecques
    nous et nous avoecques lui, et li rois de France sera
    d'autre part, à envis se departiroient si grans gens
    sans bataille. Si vous conseille, biaus filz, que vous
    vos partés de chi, car vous y sejournés à grant frait,           15
    et donnés congiet toutes manières de gens d'armes;
    si s'en revoist cescuns en son lieu, car dedens dix
    jours vous orés nouvelles dou roy d'Engleterre.» A
    ce conseil se tinrent li plus grant partie des signeurs
    qui là estoient; mais il ne pleut mies encores trop              20
    bien au conte de Haynau, et pria as signeurs et as
    barons tous en general qui là estoient qu'il ne se
    volsissent mies encores partir, car ce seroit trop grandement,
    ce li sambloit, contre se honneur, se li
    François n'estoient combatu; et il li eurent tout en             25
    couvent. A ces parolles issirent il hors de parlement,
    et se retrest cescuns à son logeis. Trop volentiers se
    fuissent departi chil de Brousselles et de Louvaing,
    car il estoient si tané que plus ne pooient. Et en parlèrent
    pluiseurs fois au duch, leur signeur, et li remoustrèrent        30
    qu'il gisoient là à grant frait, et riens
    n'i faisoient.


    § 112. Quant li contes de Haynau vey son conseil
    variier, et qu'il n'estoient mies bien d'acort de passer
    le rivière d'Escaut, et de combatre les François,
    si en fu durement courouciés. Si appella un jour son
    oncle, monsigneur Jehan de Haynau, et li dist:                    5
    «Biaus oncles, montés à cheval, et chevaucherés selonch
    ceste rivière, et appellerés qui que soit homme
    d'onneur en l'ost françoise, et dirés de par moy que
    je leur liverai pont pour passer, mès que nous aions
    trois jours de respit ensamble tant seulement pour le            10
    faire, et que je les voel combatre, comment que soit.»
    Li sires de Byaumont, qui veoit son neveut en grant
    desir de combatre ses ennemis, li acorda volentiers,
    et dist qu'il iroit et feroit le message. Si vint à son
    logeis et s'apparilla bien et frichement, lui troisime           15
    de chevaliers tant seulement, li sires de Fagnuelles
    et messires Florens de Biaurieu, et son pennon devant
    lui, montés sus bons coursiers, et chevaucièrent
    ensi sus le rivage d'Escaut.

    Et avint que, de l'autre part, li sires de Byaumont              20
    aperçut un chevalier de Normendie, le quel il recogneut
    par ses parures; si l'appella et dist: «Sire de
    Maubuisson, sire de Maubuisson, parlés à moy!» Li
    chevaliers qui se oy nommer, et qui ossi recogneut
    monsigneur Jehan de Haynau, par le pennon de ses                 25
    armes qui estoit devant lui, s'arresta et dist: «Sire,
    que plaist vous?»--«Je vous pri, dist li sires de
    Byaumont, que vous voelliés aler devers le roy de
    France et son conseil, et leur dittes que li contes de
    Haynau m'envoie chi pour prendre une triewe tant                 30
    seulement qu'uns pons soit fais sus ceste rivière, par
    quoi vos gens ou li nostre le puissent passer. Et ce
    que li rois ou li dus de Normendie en responderont,
    si le me venés dire, car je vous attenderai tant que
    vous serés revenus.»--«Par ma foy, dist li chevaliers,
    monsigneur, volentiers.»

    Atant se depa(r)ti li sires de Maubuisson, et feri                5
    cheval des esporons, et vint jusques en la tente dou
    roy de France, où li dus de Normendie estoit adonc
    personelment, et grant fuison d'autres signeurs. Li
    sires de Maubuisson salua le roy, le duch et tous les
    signeurs, et relata son message bien et deuement,                10
    ensi qu'il apertenoit, et que cargiés en estoit. Quant
    il fu oys et entendus, on l'en respondi moult briefment
    et li dist on: «Sire de Maubuisson, vous dirés
    de par nous à celui qui chi vous envoie, que en
    tel estat où nous avons tenu le conte de Haynau                  15
    jusques à ores, nous le tenrons en avant, et li ferons
    despendre et engagier sa terre: ensi sera il guerriiés
    de deux costés. Et quant bon nous samblera, nous
    enterons en sa terre si à point que nous li pararderons
    tout son pays.»                                                  20

    Ces parolles ne plus ne mains raporta li sires de
    Maubuisson à monsigneur Jehan de Haynau, qui là
    l'attendoit sus le rivage. Et quant la relation l'en fu
    faite, si dist au chevalier: «Grant mercis!» Lors s'en
    parti et s'en revint arrière à leur logeis, et trouva le         25
    conte de Haynau, son (neveu), qui jeuoit as eschés
    au conte de Namur. Li contes se leva si tost qu'il
    vey son oncle, et li demanda nouvelles. «Sire, dist
    messires Jehans de Haynau, à ce que je puis veoir et
    considerer, li rois de France et ses consaulz prendent           30
    grant plaisance en ce que vous sejournés chi à grant
    frait, et dient ensi qu'il vous feront despendre et engagier
    toute vo terre. Et quant bon leur samblera, il
    vous combateront, non à vostre volenté ne aise,
    mais à le leur.» De ces responses fu li contes de Haynau
    tous grigneus, et dist qu'il n'iroit mies ensi.


    § 113. Nous nos tairons un petit à parler dou                     5
    duch de Normendie et dou conte de Haynau, et parlerons
    dou roy Edouwart d'Engleterre, qui estoit
    mis sus mer pour venir et arriver, selonch se intention,
    en Flandres, et puis venir en Haynau aidier à
    guerriier le conte, son serourge, contre les François.           10
    Ce fu le jour devant le vegille Saint Jehan Baptiste,
    l'an mil trois cens et quarante, qu'il nagoit par mer
    à belle carge de naves et de vaissiaus. Et estoit toute
    sa navie partie dou havene de Tamise, et s'en venoit
    droitement pour arriver à l'Escluse.                             15

    Et adonc se tenoient entre Blankeberghe et l'Escluse
    et sus le mer messires Hues Kierés, messires
    Pières Bahucés et Barbevaire, à plus de sept vint
    gros vaissiaus sans les hokebos. Et estoient bien Normans,
    Bidaus, Geneuois et Pikars quarante mille. Et                    20
    estoient là ancré et arresté, au commandement dou
    roy de France, pour attendre le revenue dou roy
    d'Engleterre, car bien savoient qu'il devoit rapasser;
    se li voloient veer et deffendre le passage, ensi qu'il
    fisent bien et hardiement, tant qu'il peurent, si com            25
    vous orés recorder. Li rois d'Engleterre et li sien,
    qui s'en venoient tout singlant, regardent et voient
    devers l'Escluse si grant quantité de vaissiaus que des
    mas ce sambloient droitement uns bos; si en fu forment
    esmervilliés, et demanda au patron de se navie                   30
    quelz gens ce pooient estre. Il respondi qu'il cuidoit
    bien que ce fust li armée des Normans que li rois de
    France tenoit sus mer, et qui pluiseurs fois li avoient
    fait grant damage, et tant que ars et robet le bonne
    ville de Hantonne, et conquis _Christofle_, son grant
    vaissiel, et occis chiaus qui le gardoient et conduisoient.       5
    Dont respondi li rois englès: «J'ay de lonch
    temps desiré que je les peuisse combatre; si les combaterons,
    s'il plaist à Dieu et à saint Jorge, car voirement
    m'ont il fais tant de contraires que j'en voel
    prendre le vengance, se g'i puis avenir.»                        10

    Lors fist li rois ordonner tous ses vaissiaus et mettre
    les plus fors devant, et fist frontière à tous costés
    de ses archiers; et entre deux nefs d'arciers, en y
    avoit une de gens d'armes. Et encores fist il une bataille
    sus costière, toute purainne d'arciers, pour reconforter,        15
    se mestier faisoit, les plus lassés. Là y
    avoit grant fuison de dames d'Engleterre, contesses,
    baronnesses, chevalereuses et bourgoises de Londres,
    qui venoient veoir le royne d'Engleterre à Gand, que
    veue n'avoient un grant temps. Et ces dames fist li              20
    rois englès bien garder et songneusement de trois cens
    armeures de fier et de cinq cens arciers. Et puis pria
    li rois à tous que il volsissent penser dou bien faire
    et garder sen honneur; et cescuns li eut en couvent.


    § 114. Quant li rois d'Engleterre et si mareschal                25
    eurent ordené leurs batailles et leurs navies bellement
    et sagement, il fisent tendre et traire les voiles
    contremont, et vinrent au vent, de quartier, sus destre,
    pour avoir l'avantage dou soleil, qui en venant
    lor estoit ou visage. Si s'avisèrent et regardèrent que          30
    ce les pooit trop nuire, et detriièrent un petit, et
    tourniièrent tant qu'i(l) l'eurent à leur volenté. Li
    Normant, qui les veoient tourniier, s'esmervilloient
    trop pour quoi il le faisoient et disoient: «Il ressongnent
    et reculent, car il ne sont pas gens pour
    combatre à nous.» Bien veoient entre yaus li Normant,             5
    par les banières, que li rois d'Engleterre y estoit
    personelment; si en estoient moult joiant, car
    trop le desiroient à combatre. Si misent leurs vaissiaus
    en bon estat, car il estoient sage de mer et bon
    combatant. Et ordonnèrent _Christofle_, le grant vaissiel        10
    que conquis avoient sus les Englès en celle meisme
    anée, tout devant, et grant fuison d'arbalestriers
    geneuois dedens, pour le garder et traire et escarmucier
    as Englès. Et puis s'arroutèrent, à grant fuison
    de trompes et de trompètes et de pluiseurs aultres               15
    instrumens, et s'en vinrent requerre leurs ennemis.

    Là se commença bataille dure et forte, de tous
    costés. Et arcier et arbalestrier commencièrent à
    traire l'un contre l'autre diversement et roidement,
    et gens d'armes à approcier et à combatre main à                 20
    main asprement et hardiement. Et par quoi il peuissent
    mieus avenir li un à l'autre, il avoient grans cros
    et havés de fier tenans à chainnes; si les jettoient
    ens ès nefs li un de l'autre, et les atachoient ensamble,
    à fin qu'il se peuissent mieulz aherdre et plus                  25
    fierement combatre. Là eut une très dure et forte
    bataille, et mainte apertise d'armes faite, mainte
    luite, mainte prise et mainte rescousse. Là fu _Christofles_,
    cilz grans vaissiaus, auques de commencement
    reconquis des Englès, et tout chil mort et peri                  30
    qui le gardoient et deffendoient. Et adonc y eut grant
    huée et grant noise; et approcièrent durement li Englès
    et pourveirent incontinent _Christofle_, ce biel et
    grant vaissiel, de purs arciers qu'il fisent passer tout
    devant et combatre as Geneuois.


    § 115. Ceste bataille dont je vous parolle fu moult
    felenesse et très horrible, car batailles et assaus sus           5
    mer sont plus dur et plus fort que sus terre; car là
    ne poet on reculer ne fuir, mais se fault vendre et
    combatre, et attendre l'aventure, et cescun endroit
    de lui moustrer son hardement et se proèce. Bien
    est verités que messires Hues Kierés estoit bons chevaliers      10
    et hardis, et ossi messires Pières Bahucés et
    Barbevaires, qui dou temps passet avoient fait maint
    meschief sus mer, et mis à fin tamaint Englès. Si
    dura la bataille et la pestilense, de l'eure de prime
    jusques à haute nonne. Si poés bien croire que, ce               15
    terme durant, il y eut mainte apertise d'armes faite.
    Et couvint là les Englès souffrir et endurer grant
    painne, car leur ennemit estoient quatre contre un,
    et toute gent de fait et de mer. De quoi li Englès,
    pour tant qu'il besongnoit, se prendoient moult                  20
    priès de bien faire.

    Là fu li rois d'Engleterre, de sa main très bons
    chevaliers, car il estoit adonc en le fleur de se jonèce.
    Et ossi furent li contes Derbi, li contes de Pennebruch,
    li contes de Herfort, li contes de Hostidonne,                   25
    (ly contes de Kent, ly contes de Norhantonne[335])
    et de Clocestre, messires Renaulz de Gobehen, messires
    Richars de Stanfort, li sires de Persi, messires
    Gautiers de Mauni, messires Henris de Flandres,
    messires Jehans de Biaucamp, li sires de Felleton, li
    sires de Brasseton, messires Jehans Chandos, li sires
    de le Ware, li sires de Muleton et messires Robers
    d'Artois, qui s'appelloit contes de Ricemont, et estoit
    dalés le roy en grant arroi et en bonne estoffe, et               5
    pluiseur aultre baron et chevalier, plain d'onneur et
    de proèce, des quelz je ne puis mie de tous parler,
    ne leurs bien fais ramentevoir. Mais il s'i esprouvèrent
    si bien et si vassaument, par mi un secours de
    Bruges et dou pays voisin qui leur vint, qu'il obtinrent         10
    le place et l'yawe. Et furent li Normant et tout
    cil qui là estoient encontre yaus mort et desconfi, peri
    et noiiet, ne onques piés n'en escapa que tout ne
    fuissent mis à (mort[336]). Ceste avenue fu moult tost
    sceue par mi Flandres et puis en Haynau. Et en vinrent           15
    les certainnes nouvelles ens ès deux hos, à
    heure de mienuit, devant Thun l'Evesque. Si en furent
    Haynuier, Flamench, Alemant et Braibençon
    moult resjoy, et li François très courouciet. Or vous
    conterons dou roy englès comment il persevera                    20
    apriès la bataille faite.

  [335] Mss. B4, 3, fo 56.--Ms. B1, fo 84 (lacune).

  [336] Ms. B3, fo 56.--Mss. B1, 4, fo 84: «bort.» Mauvaise leçon.


    § 116. Quant ceste victore, ensi que dessus est
    dit, fu avenue au roy englès, il demora toute celle
    nuit, qui fu la vigile Saint Jehan Baptiste, sus mer
    en ses naves devant l'Escluse, en grant bruit et en              25
    grant noise de trompes et de nakaires et de toutes
    manières de menestraudies. Et là le vinrent veoir
    chil de Flandres, qui estoient enfourmé de se venue.
    Si demanda li dis rois nouvelles as bourgois de Bruges,
    de Jakemon d'Artevelle; et cil respondirent qu'il
    estoit à une semonse dou conte de Haynau contre le
    duch de Normendie, à plus de soixante mille Flamens.
    Ces parolles furent assés plaisans au roy englès.
    Quant ce vint à l'endemain, le jour Saint Jehan,                  5
    li rois et toutes ses gens prisent port et terre. Et se
    mist li rois tout à piet, et grant fuison de se chevalerie;
    et s'en vinrent en cel estat en pelerinage à
    Nostre Dame d'Ardenbourch. Là oy messe li rois et
    disna, et puis monta; et vint celi jour, sus le soir, à          10
    Gand, où ma dame la royne sa femme estoit, qui le
    rechut à grant joie. Et toutes les gens le roy et tous
    leurs harnois vinrent celle part depuis petit à petit.

    Li rois d'Engleterre avoit escript et segnefiiet sa
    venue as signeurs qui encores estoient à Thun l'Evesque,         15
    devant les François: si ques, si tretost qu'il
    sceurent qu'il estoit arrivés, et qu'il avoit desconfis
    les Normans, il se deslogièrent. Et donna li dis contes
    de Haynau, à quel priière et mandement il estoient
    là venu, toutes manières de gens congiet, exceptet               20
    les corps des grans signeurs. Mais chiaus là
    amena il en Valenchiènes, et les festia et honnoura
    grandement, par especial le duch de Braibant et Jakemon
    d'Artevelle. Et là preeça li dis d'Artevelle, en
    mi le marchiet, present tous les signeurs et chiaus              25
    qui le peurent oïr. Et remoustra quelz drois li rois
    d'Engleterre avoit à le calenge de France, et ossi quel
    poissance li troi pays avoient, Flandres, Haynau et
    Braibant, quant il estoient d'un accord et d'une alliance
    ensamble. Et fist tant adonc, par ses paroles                    30
    et par son grant sens, que toutes manières de gens
    qui l'oïrent et entendirent, disent qu'il avoit durement
    bien parlet et par grant experiense, et en fu de
    tous moult loés et prisiés; et disent qu'il estoit bien
    dignes de gouvrener et excerser le conté de Flandres.

    Apriès ces coses faites et devisées, li signeur se
    partirent li un de l'autre, et prisent un brief jour de           5
    estre ensamble à Gand dalés le roy d'Engleterre. Si
    y furent le sizime jour apriès, et vinrent veoir le roy,
    qui les rechut à grant chière, et les conjoy et festia
    moult liement. Et ossi fist la royne d'Engleterre,
    Phelippe de Haynau, qui assés nouvellement estoit                10
    relevée d'un fil qui s'appelloit Jehans, et fu depuis
    dus de Lancastre de par ma dame, sa femme, fille
    au duch Henri de Lancastre, si com vous orés recorder
    avant en l'ystore. Adonc fu pris et assignés
    uns certains jours de parlement, à estre à Villevort             15
    tous les signeurs et leurs consaulz, et li consaulz des
    bonnes villes de leurs pays. Si se partirent dou roy
    d'Engleterre, et s'en rala cescuns en son lieu, attendans
    que li termes devoit venir pour estre à Vilvort,
    si com dessus est dit. Or vous compterons un petit               20
    dou roy de France, et de aucunes de ses ordenances,
    (qu'il fist depuis[337]) qu'il sceut que li rois englès fu
    arivés en Flandres.

  [337] Mss. B3, 4, fo 56 vo.--Ms. B1, fo 84 vo (lacune).


    § 117. Quant li rois Phelippes de France sceut le
    verité de sen armée sus mer, comment il avoient                  25
    esté desconfi, et que li rois englès, ses adversaires,
    estoit arrivés paisievlement en Flandres, si en fu durement
    courouciés, mès amender ne le peut; si se
    desloga et se retray viers Arras, et donna une partie
    de ses gens d'armes congiet, jusques à tant qu'il oroit          30
    aultres nouvelles. Mais il envoia monsigneur Godemar
    dou Fay en Tournay, pour là aviser des besongnes,
    et penser que la cité fust bien pourveue, car il
    se doubtoit plus des Flamens que d'autrui. Et mist
    le signeur de Biaugeu en Mortagne, pour faire frontière           5
    contre les Haynuiers; et envoia grant fuison de
    gens d'armes à Saint Omer, à Aire et à Saint Venant;
    et pourvei souffissamment tout le pays, sus les frontières
    de Flandres.

    En ce temps, regnoit uns rois en Sesille, qui s'appelloit        10
    Robers, qui avoit le fame et le renommée de
    estre très grans astro(no)miens, et deffendoit, ce qu'il
    pooit, au roy de France et à son conseil que point
    ne se combatesist au roy englès, car li dis rois englès
    devoit estre trop fortunés en toutes ses besongnes.              15
    Et euist volentiers veu li dis rois Robers que on euist
    les dessus dis rois mis à acord et à fin de leur guerre,
    car il amoit tant la couronne de France que à envis
    veist se desolation. Si estoit li dessus dis rois en ce
    temps venus en Avignon devers le pape Clement et                 20
    le Collège, et leur avoit remoustré les perilz qui
    pooient estre en France, par le fait des guerres des
    deux rois, et encores avoech ce priiet et requis qu'il
    se volsissent ensonniier d'yaus apaisenter, pour tant
    qu'il les veoit si esmeus en grant guerre où nulz                25
    n'aloit au devant. De quoi li papes Clemens VIe et
    li cardinal l'en avoient respondu tout à point et dit
    qu'il y entenderoient volentiers, mès que li doi roy
    en volsissent oïr.


    § 118[338]. Or retourrons nous au parlement qui fu à             30
    Vilvort, si com dessus est dit. A ce parlement qui
    fu à Vilvort, furent tout cil signeur après denommet:
    premierement li rois d'Engleterre, li dus Jehans de
    Braibant, li contes de Haynau, messires Jehans de
    Haynau, ses oncles, li dus de Guerles, li contes de               5
    Jullers, li markis de Blankebourch, li markis de Misse
    et d'Eurient, li contes des Mons, messires Robers
    d'Artois, li sires de Faukemont, messires Guillaumes
    de Duvort, li contes de Namur, Jakemes d'Artevelle,
    et grant fuison d'aultres signeurs; et de toutes les             10
    bonnes villes de Flandres, de Braibant et de Haynau,
    deux ou quatre hommes, par manière de conseil. Là
    furent parlementé et consilliet pluiseur avis et estatut
    entre les signeurs et leurs pays. Et acordèrent et
    seelèrent li troy pays, loist assavoir Flandres, Haynau          15
    et Braibant, qu'il seroient, de ce jour en avant,
    aidant et confortant l'un l'autre, en tous cas et en
    tous afaires. Et se alloiièrent par certainnes couvenences
    que, se li uns des trois pays avoit à faire contre
    qui que ce fust, li doi autre le devoient aidier. Et             20
    se il avenoit qu'il fuissent en discort dou temps à venir
    li doi ensamble, li tiers y devoit mettre bon acord.
    Et se il n'estoit fors pour ce faire, il s'en devoit traire
    au roy d'Engleterre, en qui main ces couvenences et
    alliances estoient dittes et jurées à tenir fermes et            25
    estables, qui comme ressors les devoit apaisenter.

  [338] Dans le ms. B1, fo 85, il n'y a aucune coupure après ces
  mots: «volsissent oïr»; nous avons suivi quelques bons mss.,
  notamment celui de Besançon, fo 61, qui commencent ici un
  paragraphe distinct.

    Et furent pluiseur estatut là juret, escript et seelet,
    qui depuis se tinrent trop mal. Mais toutes fois,
    par confirmation d'amour et d'unité, il ordonnèrent
    à faire forgier une monnoie coursable ens ès trois               30
    pays, que on appelleroit _compagnons_ ou _alloiiés_. Sus
    le fin des parlemens, il fu dit et arresté et regardé
    pour le milleur que, environ le Magdelainne, li rois
    englès s'esmouveroit et venroit efforciement mettre
    le siège devant le bonne cité de Tournay. Et là y                 5
    devoient estre avoecques lui tout li signeur dessus
    nommet, avoech leur mandement de chevaliers et
    d'escuiers, et li pooirs des bonnes villes. Si se partirent
    sus tel estat que pour yaus retraire en leurs
    pays, et appareillier souffisanment, cescun selonch              10
    che qu'il apertenoit, pour estre mieus pourveu, quant
    li jours et li termes venroit qu'il devoi(en)t estre devant
    le cité de Tournay, et cescuns selonch son estat.


    § 119. Or sceut li rois Phelippes, assés tost apriès
    le departement de ces signeurs qui à Vilvort avoient             15
    esté, le plus grant partie de l'ordenance de ce parlement
    et tout l'estat, et comment li rois englès devoit
    venir assegier le cité de Tournay; si s'avisa qu'il le
    conforteroit telement et y envoieroit si bonne chevalerie,
    que la cité seroit toute seure et bien consillie.                20
    Si y envoia droitement fleur de chevalerie, le conte
    Raoul d'Eu, connestable de France, et le jone conte
    de Ghines, son fil, le conte de Fois et ses frères, le
    conte Aimeri de Nerbonne, monsigneur Aymart de
    Poitiers, monsigneur Joffroi de Chargni, monsigneur              25
    Gerart de Montfaucon, ses deux mareschaus monsigneur
    Robert Bertran et monsigneur Mahieu de Trie,
    le signeur de Kaieus, le senescal de Poito, le signeur
    de Chastillon et monsigneur Jehan de Landas. Chil
    avoient avoech yaus chevaliers et escuiers, preus as             30
    armes, et très bonnes gens. Si leur pria li dis rois
    chierement qu'il vosissent si bien penser et songnier
    de Tournay que nulz damages ne s'en presist; et il
    li eurent en couvent. Adonc se partirent il d'Arras,
    et chevaucièrent tant par leurs journées qu'il vinrent
    à Tournay. Si y trouvèrent monsigneur Godemar                     5
    dou Fay, qui en devant y avoit esté envoiiés, qui
    les rechut liement; et ossi fisent tout li homme de le
    ville. Assés tost apriès che qu'il furent venu, il regardèrent
    et fisent regarder as pourveances de le
    cité, tant en vivres comme en artillerie, et ordonnèrent         10
    bien et à point, selonch che qu'il besongnoit;
    et y fisent amener et achariier, dou pays voisin,
    grant fuison de blés et d'avainnes et de toutes aultres
    pourveances, tant que la chité fu en bon point,
    pour lui tenir un grant temps.                                   15


    § 120[339]. Or retourrons au roy d'Engleterre, qui se
    tenoit à Gand, dalés la royne sa femme, et entendoit
    à ordener ses besongnes. Quant li termes deubt
    approcier que li signeur dessus nommet se devoient
    trouver devant Tournay, et que li bled commençoient              20
    à meurir, li rois englès se parti de Gand à
    moult belle gent d'armes de son pays, sept contes,
    deux prelas, vingt huit banerès et bien deux cens
    chevaliers. Et estoient Englès quatre mille hommes
    d'armes et neuf mille archiers, sans le pietaille. Si            30
    s'en vint et passa et toute sen host parmi le ville de
    Audenarde; et puis passa le rivière d'Escaut, et s'en
    vint logier devant Tournay, à le porte c'on dist
    Saint Martin, ou chemin de Lille et de Douay. Assés
    tost après, vint ses cousins li dus de Braibant, à plus
    de vingt mille hommes, chevaliers et escuiers, et les
    communautés de ses bonnes villes. Et se loga li dis
    dus devant Tournay; et comprendoit sen host grant
    quantité de terre. Et estoient Braibençon logiet au               5
    Pont à Riès, contreval l'Escaut, mouvant de l'abbeye
    Saint Nicolay, revenans vers le Pire et le porte Vale(n)cenoise.
    Apriès estoit li contes Guillaumes de
    Haynau avoech belle bachelerie de son pays; et avoit
    grant fuison de Hollandois et de Zellandois, qui le              10
    gardoient de priès, et le servoient ensi que leur signeur.
    Et estoit li contes de Haynau logiés entre le
    duch de Braibant et le roi d'Engleterre. Apriès estoit
    Jakemes d'Artevelle à plus (de) soixante mil Flamens
    sans chiaus de Ippre, de Popringhe et de Cassiel et              15
    de le chastelerie de Berghes, qui estoient envoiiet
    d'autre part, ensi que vous orés chi après. Et estoit
    Jakemes d'Artevelle logiés à le porte Sainte Fontainne,
    d'une part de l'Escaut et d'aultre. Et avoient
    li Flamench fait un pont de nefs sus l'Escaut, pour              20
    aler et venir à lor aise. Li dus de Guerles, li contes
    de Jullers, li markis de Blankebourch, li markis de
    Misse et d'Eurient, li contes des Mons, li contes de
    Saumes, li sires de Faukemont, li sires de Bakehen
    et tout li Alemant estoient logiet d'autre part devers           25
    Haynau, et avoient fait ossi un pont sus l'Escaut, au
    dessus de Tournay, et pooient aler et chevaucier de
    l'une host en l'autre. Ensi estoit la cité de Tournay
    assise et environnée de tous lés et de tous costés, ne
    nulz n'en pooit partir, entrer ne aler, que ce ne fust
    par congiet, et qu'il ne fust veus et aperceus de                30
    chiaus de l'ost, sus le quel costet que che fust.

  [339] Ms. A8, fo 59, et ms. A1, fo 61 vo. Il n'y a pas ici de
  coupure dans les mss. B1, 3 et 4.


    § 121. Chilz sièges fais et arrestés devant le cité de
    Tournay, si com vous avés oy, dura longement. Et
    estoit li hos de chiaus de dehors bien pourveue et
    avitaillie de tous vivres, et à bon marchiet, car il
    lor venoit de tous lés, par terre et par yawe. Si                 5
    y eut, le siège durant, là environ pluiseurs belles
    apertises d'armes faites et pluiseurs chevaucies, des
    quèles nous ferons en sievant mention. Car li
    jones contes de Haynau, qui estoit hardis et entreprendans,
    avoit si pris en coer ceste guerre, comment                      10
    que de premiers il en fu moult frois, que c'estoit
    cilz par qui toutes se mettoient sus les envaies
    et les chevaucies. Et se parti de l'host à une matinée,
    à bien cinq cens lances, et s'en vint passer desous
    Lille, et ardi le bonne ville de Seclin et grant fuison          15
    de villiaus là environ. Et coururent si coureur jusques
    ens ès fourbours de Lens en Artois. Tout ce fu
    recordé au roy Phelippe, son oncle, qui se tenoit en
    Arras; si en fu moult courouciés, mès amender ne
    le peut tant c'à ceste fois. Encores apriès ceste chevaucie,     20
    en remist li contes une sus, et chevauça
    adonc devers le bonne ville d'Orcies; si fu prise et
    arse, car elle n'estoit point fremée, et Landas et li
    Celle, et pluiseur bon village qui sont là en ce contour.
    Et coururent tout le pays où il eurent très grant                25
    pillage, et puis s'en revinrent au siège de Tournay.

    D'autre part, li Flamench assalloient souvent chiaus
    de Tournay, et avoient fait en nefs sus l'Escaut bierfrois
    et atournemens d'assaus; et venoient hurter et
    escarmucier, priés que tous les jours, à chiaus de               30
    Tournay. S'en y avoit souvent des navrés, des uns
    et des aultres. Et se mettoient en grant painne li
    Flamench de conquerre et de damagier Tournay,
    tant avoient pris le guerre en coer. Et on dist et
    voirs est qu'il n'est si felle guerre que de voisins et
    d'amis. Et entre les assaus que li Flamench fisent, il en
    y eut un qui dura un jour tout entier. Là eut tamainte            5
    grant apertise d'armes faite, car tout li signeur et li
    chevalier qui en Tournay estoient furent à cel assaut.
    Et estoit li dis assaus fais en nefs et en vaissiaus, à
    ce appareilliés de lonch temps, pour ouvrir et pour
    rompre les barrières à le posterne de l'arce; mais               10
    elles furent si bien deffendues que li Flamench n'i
    conquisent riens; ançois perdirent une nef toute cargie
    de gens, dont il en y eut plus de six vingt noiiés;
    et retournèrent au soir tout lasset et tout travilliet.


    § 122. Le siège durant et tenant devant Tournay,                 15
    issirent hors une matinée li saudoiier de Saint Amand,
    dont il en y avoit grant fuison, et vinrent à Hanon
    qui se tient de Haynau, et ardirent le ville et violèrent
    l'abbeye et destruisirent le moustier; et en menèrent
    et en portèrent devant yaus tout che que mener                   20
    et emporter en peurent, et puis retournèrent en
    Saint Amand. Assés tost après, se partirent li saudoiier
    dessus dit, et passèrent le bos de Saint Amand,
    et vinrent jusques à l'abbeye de Vicogne, pour le
    ardoir et essillier; et en fuissent venu à leur entente,         25
    car il avoient fait un grant feu contre le porte, pour
    le ardoir et abatre à force; mais uns gentilz abbes,
    qui laiens estoit pour le temps, y pourvei de grant
    remède. Car, quant il eut consideré le peril, il monta
    à cheval et parti par derrière, et chevauça tous les             30
    bos, à le couverte, et fist tant que moult quoiteusement
    il vint à Valenchiènes. Si requist au prevost de
    le ville et as jurés que on li volsist prester les arbalestriers
    de le ville, pour aidier à deffendre sa maison;
    et cil li acordèrent volentiers. Si les en mena
    dans abbes avoech lui; et passèrent derrière Raimes,              5
    et les mist en ce bois, qui regarde vers le Pourcelet,
    et sus le caucie. Là commencièrent il à traire et à
    berser sur ces bidaus et Geneuois, qui estoient devant
    le porte de Vicongne. Si tretost qu'il sentirent
    ces saiettes qui leur venoient de dedens le bos, si furent       10
    tout effraé, et se misent au retour, cescuns qui
    mieulz mieulz. Ensi fu li abbeye de Vicongne sauvée.

    En ce temps, estoit li contes de (Lille), en Gascongne,
    de par le roy de France, qui y faisoit la guerre,
    et avoit priès repris et conquis tout le pays d'Acquitainne;     15
    et y tenoit les champs, à plus de six mille
    chevaus; et avoit assis Bourdiaus, par terre et par
    aigue. Si estoient avoecques le dit conte toute li fleur
    de chevalerie des marches de Gascongne, li contes
    de Pieregorth, li contes de Commignes, (ly vicontes              20
    de Carmaing[340]), li viscontes de Villemur, li viscontes
    de Brunikiel, li sires de la Barde et pluiseur aultre
    baron et chevalier. Et n'estoit nulz, de par le roy
    englès, qui leur veast leurs chevaucies, fors tant que
    les forterèces englesces se tenoient et gardoient à leur         25
    pooir. Et là en ce pays avinrent moult de biaus fais
    d'armes, des quelz nous vous parlerons chà en apriès,
    quant temps et lieus sera. Mès nous retourrons encores
    un petit as besongnes qui avinrent en Escoce,
    le siège durant et tenant devant le cité de Tournay.             30

  [340] Mss. B4, 3, fo 58.--Ms. B1 (lacune).


    § 123. Vous devés savoir que messires Guillaumes
    de Douglas, filz dou frère à monsigneur Guillaume
    de Douglas qui demora en Espagne, si com chi dessus
    est contenu, li jones contes de Mouret, li contes
    Patris, li contes de Surlant, messires Robers de Versi,           5
    messires Symons Fresel, Alixandres de Ramesay estoient
    demoret chapitainne del remanant d'Escoce,
    et se tenoient et tinrent longement en celle forest de
    Gedours, par yvier temps et par esté, par l'espasse
    de sept ans et plus, comme très vaillans gens; et guerrioient    10
    toutdis les villes et les forterèces, là où li rois
    Edowars avoit mis ses gens et ses garnisons; et souvent
    leur avenoit des belles aventures et perilleuses,
    des quèles il se partoient à grant honneur, par quoi
    on les doit conter entre les preus, ossi fait on.                15

    Si avint ens ou temps que li rois englès estoit par
    deçà, et guerrioit le royaume de France, et seoit
    devant Tournay, que li rois Phelippes envoia en Escoce
    gens, qui arrivèrent en le ville de Saint Jehan.
    Et prioit adonc li rois de France à ces dessus nommés            20
    signeurs d'Escoce qu'il volsissent esmouvoir et
    faire si grant guerre sus le royaume d'Engleterre,
    qu'il couvenist que li rois englès s'en ralast oultre,
    et deffesist son siège de devant Tournay, et leur promist
    à aidier et conforter de poissance, de gens et                   25
    d'avoir: si ques, en ce temps que li sièges fu devant
    Tournay, cil signeur d'Escoce se pourveirent, à
    le requeste dou roy de France, pour faire une grande
    chevaucie sus les Englès. Quant ilz furent bien pourveu
    de grans gens, ensi qu'il leur besongnoit, il se                 30
    partirent de le forest de Gedours, et alèrent par toute
    Escoce reconquerre des forterèces celles qu'il peurent
    ravoir; et passèrent oultre le bonne cité de Bervich
    et le rivière de Thin, et entrèrent ens ou pays de
    Northombreland, qui jadis fu royaumes. Là trouvèrent
    ilz bestes grasses à grant fuison. Si gastèrent
    tout le pays et ardirent jusques à le cité de Duremme             5
    et assés oultre; puis s'en retournèrent arrière par
    un aultre chemin, gastant et ardant le pays, si qu'il
    destruisirent bien en celle chevaucie trois journées
    long del pays le roy englès; et puis rentrèrent ens
    ou pays d'Escoce, et reconquisent toutes les forterèces          10
    que li Englès tenoient, hors mis le bonne cité de
    Bervich, et trois aultres fors chastiaus qui leur faisoient
    trop grant anoy et souvent, pour le(s) vaillans
    gens qui les gardoient, et le pays d'entours ossi. Et
    estoient et sont encores chil troi chastiel si fort que          15
    à painnes poroit on trouver si fors en nul pays. Si
    appell' on l'un Struvelin, l'autre Rosebourch, et le
    tierch et le souverain de tout le royaume d'Escoce
    Haindebourch. Li chastians de Haindebourch siet
    sus une haute roce, par quoi on voit tout le pays                20
    d'environ. Et est la montagne si roste et si malaisie
    que à grant painne y poet uns homs monter, sans
    reposer deux fois ou trois, et ensi uns chevaus à demie
    charge. Et estoit cilz adonc qui faisoit plus de
    contraires à ces signeurs d'Escoce et à leurs gens. Et           25
    en estoit chastellains et gardiiens, pour le temps de
    lors, uns vaillans chevaliers englès, qui s'appelloit
    messires Gautiers de Limoges, frères germains à monsigneur
    Richart de Limosin, qui si vaillamment se
    tint et deffendi à Thun l'Evesque contre les François.           30

    Or avint, en ce temps que li sièges se tenoit devant
    Tournay, et que cil signeur d'Escoce, si com
    dessus est dit, chevauçoient parmi le pays d'Escoce,
    reconquerant les forterèces à leur loyal pooir, messires
    Guillaumes Douglas s'avisa d'un grant fait et
    perilleus et d'une grant subtileté, et le descouvri à
    aucuns de ses compagnons, au conte Patris, à monsigneur           5
    Symon Fresiel, qui avoit estet mestres et
    gardiiens dou roy David d'Escoce, et à Alixandre de
    Ramesai, qui tout s'i accordèrent et se misent en
    celle perilleuse aventure avoecques le bon chevalier
    dessus dit; et prisent bien jusques à deux cens compagnons       10
    de ces (Escos[341]) sauvages, pour faire une
    embusche, ensi com vous orés. Chil quatre signeur
    et gouvreneur de tous les Escos, qui savoient le pensée
    li uns de l'autre, entrèrent en mer à toute leur
    compagnie, et fisent pourveance d'avainne, de blanche            15
    farine, et de carbon de fèvres; puis arrivèrent
    paisievlement à un port qui estoit à trois liewes
    priès de ce fort chastiel de Haindebourch, qui lor
    destraindoit plus que tout li aultre. Quant il furent
    arrivet, il issirent hors par nuit, et prisent dix ou            20
    douze des compagnons ens ès quelz ilz se confioient
    le plus, et se vestirent de povres cotes deschirées et
    de povres capiaus, à guise de povres marcheans, et
    chargièrent douze petis chevalés de douze sas, les uns
    emplis d'avainne, les aultres de farine, et le(s) aultres        25
    de charbon de fèvres. Et envoiièrent les aultres compagnons
    embuschier en une deschirée abbeye et gastée
    là où nulz ne demoroit; et estoit assés priès dou
    piet de le montagne sour quoi li chastiaus seoit.
    Quant jours fu, cil marchant, qui estoient couvertement          30
    armet, s'esmurent et se misent au chemin viers
    le chastiel à tout les chevaus chargiés, ensi que vous
    avés oy. Quant il vinrent au piet de le montagne,
    qui estoit si roste et si malaisie à monter, il menèrent
    les chevalés chargiés amont, ensi qu'il peurent.
    Quant il vinrent en le moiiené de le montagne, li                 5
    dis messires Guillaumes Douglas et messires Symons
    Fresiel alèrent devant (et firent les autres venir[342]
    tout bellement), et fisent tant qu'il vinrent au
    portier, et li disent qu'il avoient amenet, en grant
    paour, bled, farine et avainne; s'il leur besongnoit,            10
    il leur venderoient volentiers, et à bon marchié. Li
    portiers respondi que voirement besongneroient il bien
    en le forterèce, mais il estoit si matin qu'il n'oseroit
    esvillier le signeur de le forterèce ne le mestre d'ostel;
    mais il fesissent venir avant le pourveance, et il               15
    leur ouveroit le première porte des bailles. Cil le
    oïrent volentiers, et fisent passer avant tout bellement
    les aultres avoech leur charge, et entrèrent tout
    en le porte des bailles, qui leur fu ouverte. Messires
    Guillaumes Douglas avoit bien veu que li portiers                20
    avoit toutes les clés de le grant porte dou chastiel,
    et avoit couvertement demandet au portier le quèle
    deffremoit le porte, et la quèle le guicet. Quant la
    porte des bailles fu ouverte, si com vous avés oy, il
    misent ens les chevalés, et en deschargièrent deux,              25
    qui portoient les sas plains de charbon, droitement
    sus le suel de le porte, à fin que on ne le peuist reclore;
    puis prisent le portier et le tuèrent si paisievlement
    que onques ne dist mot; et prisent les clés,
    et deffremèrent le porte dou chastiel. Puis corna li             30
    dis messires Guillaumes Douglas un cor, et jettèrent
    il et si treize compagnon les cotes deschirées tantost
    jus, et reversèrent les aultres sas plains de charbon
    au travers de le porte, par quoi on ne le peuist clore.

  [341] Mss. B3, fo 59.--Ms. B1, fo 88 (lacune).

  [342] Mss. B4, 3, fo 59.--Ms B1, fo 88 (lacune).

    Quant li aultre compagnon, qui estoient embuschiet
    assés priès dou chastiel, ensi que vous avés oy,                 5
    oïrent le cor sonner, il sallirent hors de l'embuschement
    et coururent contremont le voie del chastiel,
    tant qu'il peurent. Li gaitte, qui dormoit adonc, se
    esvilla au son del cor, et vey gens monter hasteement
    contremont le chastiel, tous armés. Si commença                 10
    à corner et à criier tant qu'il peut: «Trahi!
    Trahi!» Adonc se esvilla li chastelains, et tout chil
    de laiens ossi s'armèrent, si tost qu'il peurent, et
    vinrent tout acourant à le porte, qui plus tost peurent,
    pour le refremer, mais on leur devea, car messires              15
    Guillaumes et si douze compagnon leur deffendirent.
    Adonc monteplia grans hustins entre yaus,
    car chil dou chastiel ewissent volentiers le porte refremée
    pour leurs vies sauver, car il perchevoient
    bien qu'il estoient trahi. Et cil qui bien avoient              20
    acompli leur emprise et leur desirier se penoient
    tant qu'il pooient del detenir; et tant fisent par leur
    proèce qu'il detinrent l'entrée, tant que cil de l'embuschement
    furent parvenu à yaus. Lors se commencièrent
    à esbahir cil dou chastiel, car il veirent                      25
    bien qu'il estoient souspris. Si s'efforcièrent de deffendre
    le chastiel, et de leurs ennemis remettre hors,
    se ilz peuissent, et fisent tant d'armes que merveilles
    estoit à regarder, et par especial messires Gautiers
    de Limozin, car il besongnoit. Mais darrain lor deffense        30
    ne les peut sauver, comment qu'il en tuèrent
    et navrèrent aucuns de chiaus dehors, que li dis
    messires Guillaumes Douglas et si compagnon ne gaegnassent
    le fort chastiel par force, et occirent le plus
    grant partie de chiaus qui le gardoient, excepté le
    chastellain et six escuiers qu'il prisent à merci. Si
    demorèrent laiens tout le jour; puis y establirent               5
    chastellain (ung[343]) gentilhomme dou pays, un escuier
    qui s'appelloit Symons de Weseby, et avoech lui grant
    fuison de bons compagnons et hommes de fief d'Escoce.
    Ensi fu repris li fors chastiaus de Haindebourch
    en Escoce. Et en vinrent les certainnes nouvelles au            10
    roy englès, entrues qu'il seoit devant Tournay, au
    quel siège nous retourrons à parler, car il est heure.

  [343] Ms. B3, fo 59 vo.--Mss. B1, 4, fo 89:«d'un.»


    § 124. Vous avés bien chi dessus oy recorder comment
    li rois englès avoit assegiet le bonne cité de
    Tournay, et moult le constraindoit, car il avoit en             15
    son host plus de six vingt mille hommes as armes,
    parmi les Flamens, li quel s'acquittoient bien de l'assallir.
    Et l'avoient li assegeur telement environné de
    tous costés, que riens ne leur pooit venir, entrer
    ne issir, qu'il ne fust tantost hapés et perceus. Et            20
    pour tant que les pourveances de le cité commencièrent
    à amenrir, li signeur de France, qui là estoient,
    fisent widier toutes manières de povres gens, qui
    pourveu n'estoient pour attendre l'aventure, et les
    misent hors à plain jour, hommes et femmes; et                  25
    passèrent parmi l'ost dou duch de Braibant qui leur
    fist grasce, car il les fist conduire sauvement tout
    oultre l'ost. Li rois englès entendi bien par chiaus et
    par aultres que la cité estoit durement astrainte; si en
    fu plus joieus, et pensa que bien il le conquerroit,
    com longement ne quel fret que il y mesist.

    D'autre part, li rois de France, qui se tenoit à Arras,
    et estoit tenus toute le saison, entendi que cil de
    Tournay estoient moult constraint, et qu'il avoient              5
    grant mestier d'estre conforté. Si s'ordena à ce qu'il
    les conforteroit, à quel mescief que ce fust, car il
    ne voloit mies perdre une tèle cité que Tournay estoit.
    Si fist un très grant mandement par tout son
    royaume, et ossi une grant priière en l'Empire, tant            10
    qu'il eut le roy Charlon de Behagne, le duch de
    Loeraingne, le conte de Bar, (l'evesque de Liège, l'evesque
    de Miés[344]), l'evesque de Vredun, le conte de
    Montbliar, messire Jehan de Chalon, le conte de Genève,
    et ossi le conte de Savoie et monsigneur Loeis                  15
    de Savoie son frère. Tout cil signeur vinrent servir
    le roy de France, à ce qu'il peurent avoir de gens.
    D'autre part, revinrent li dus de Bretagne, li dus de
    Bourgongne, li dus de Bourbon, li contes d'Alençon,
    li contes de Forès, li contes d'Ermignach, li contes            20
    de Flandres, li contes de Blois, messires Charles de
    Blois, li contes de Harcourt, li contes de Dammartin,
    li sires de Couci, et si grant fuison de barons et
    de signeurs, que le nommer par nom et par sournom
    seroit uns grans detriemens. Après revint li rois de            25
    Navare, à tout grant fuison de gens d'armes de Navare
    et de le terre qu'il tenoit en France, dont il
    estoit homs au roy. Et si y estoit li rois David d'Escoce,
    à le delivrance dou roy de France, à belle
    route de gens d'armes.                                          30

  [344] Mss. B4, 3, fo 59 vo.--Ms. B1, fo 89 (lacune).


    § 125. Quant tout cil signeur dessus nommet et
    plus encores furent venus à Arras devers le roy, il
    eut conseil de chevaucier et de traire par devers ses
    ennemis; si s'esmeut, et cescuns le sievi, ensi que
    ordonné estoit. Et fisent tant par leurs petites journées        5
    qu'il vinrent jusques à une petite rivière, qui
    est à trois liewes priès de Tournay, la quèle est moult
    parfonde et environnée de si grans c(r)olières et marès,
    que nulz ne le pooit passer fors parmi un petit
    pont si estroit que uns seulz homs à cheval seroit              10
    assés ensonniiés dou passer oultre; doi homme ne s'i
    poroient combiner. Et loga trestous li hos sus les
    camps sans passer le rivière, car il ne peuissent.
    L'endemain, li hos demora tous quois. Li signeur,
    qui estoient dalés le roy, eurent conseil comment il            15
    peuissent faire pons, pour passer le rivière dessus
    ditte et les crolières plus aise et plus seurement. Si
    furent envoiiet aucun chevalier et ouvrier, pour regarder
    le passage; mais quant il eurent tout consideré
    et avisé, il regardèrent qu'il perdoient le temps;              20
    si raportèrent au roy qu'il n'i avoit point de passage,
    fors par le pont à Tressin tant seulement. Si demora
    la cose en cel estat, et se logièrent li signeur, cescuns
    sires par lui et entre ses gens. Les nouvelles
    s'espardirent par tout que li rois de France estoit             25
    logiés au pont à Tressin, et entre le pont de Bouvines,
    en entente de combatre ses ennemis: si ques
    toutes manières de gens d'onneur, qui desiroient à
    acquerre grasce par fait d'armes, se traioient celle
    part, tant d'un lés comme de l'autre.                           30

    Or avint que troi chevalier alemant, qui se tenoient
    en le garnison de Bouchain, furent informet que li
    doi roy s'approçoient durement, et que on supposoit
    bien qu'il se combateroient. De quoi, li doi
    priièrent tant à leur compagnon qu'il s'acorda à ce
    qu'il demorroit, et li aultre iroient devant Tournay
    querre les aventures; et garderoit le forterèce bien et          5
    songneusement jusques à leur retour. Si se partirent
    li doi chevalier, dont on clamoit l'un monsigneur
    Conrart de Leusennich, et l'autre monsigneur Conrart
    d'Asko; et chevaucièrent tant qu'il vinrent vers
    Escaupons, deseure Valenciènes, car il voloient passer          10
    l'Escaut à Condet. Si oïrent, entre Frasne et Escaupons,
    grant effroi de gens, et en veirent pluiseurs
    fuians. Dont brocièrent il celle part et leur route, et
    pooient estre environ vingt cinq lances; si encontrèrent
    les premiers qui fuioient, et leur demandèrent                  15
    qu'il leur falloit ne estoit avenu. «En non Dieu, signeur,
    ce respondirent li fuiant, li saudoiier de Mortagne
    sont issu et ont accueilliet grant proie chi entours,
    et l'enmainnent et cacent devers leur forterèce,
    et avoech çou pluiseurs prisonniers de che pays.»               20
    Donc respondirent li chevalier alemant: «Et nous
    sariés vous mener celle part où il vont?»--«En
    nom Dieu, signeur, oil.» Adonc se sont li Alemant
    mis en cace apriès les François de Mortagne, et ont
    sievis les bonhommes dou pays qui les avoiièrent                25
    parmi le bois; et adevancièrent les dessus dis assés
    priès de Nostre Dame ou Bois et dou Crousage.
    Et estoient bien li François six vingt saudoiiers;
    et enmenoient devant yaus bien deux cens grosses
    bestes et aucuns prisonniers paysans dou pays. Et               30
    estoit adonc leur chapitainne, de par le signeur de
    Biaugeu, uns chevaliers de Bourgongne qui s'appelloit
    messires Jehans de Frelais. Sitost que li Alemant
    les veirent, il les escriièrent fierement et se boutèrent
    de grant randon en yaus. Et là eut bon hustin et
    dur, car li chevaliers bourghignons se mist à deffense
    bien et hardiement, et li aucun de se route, et                  5
    non pas tout, car il y eut pluiseurs bidaus qui fuirent;
    mais il furent de si priès encauciet des Alemans
    et des villains dou pays, qui les sievoient, as plançons
    et as bourlés, que petit en escapèrent qu'il ne
    fuissent mort et atieret. Et y fu messires Jehans de            10
    Frelais pris, et toute la proie (rescousse[345]) et rendue
    as hommes dou pays, qui grant gret en sceurent as
    Alemans. Depuis ceste avenue, s'en vinrent li chevalier
    devant Tournay, où il furent li bien venu.

  [345] Mss. B3, 4, fo 60 vo.--Ms. B1, fo 90 (lacune).


    § 126. Assés tost apriès chou que li rois de France             15
    s'en fu venus logier à host au pont à Tressin, se mist
    une compagnie de Haynuiers sus, par l'enhort monsigneur
    Wauflart de le Crois, qui leur dist qu'il cognissoit
    tout le pays, et qu'il les menroit bien en tel
    lieu sus l'ost de France où il gaegneroient. Si se partirent    20
    à son enhort, et pour faire aucun biau fait
    d'armes, une ajournée, environ six vingt compagnons,
    chevaliers et escuiers, tout pour l'amour li
    uns de l'autre, et chevaucièrent devers le pont à
    Tressin, et fisent de monsigneur Guillaume de Bailluel          25
    leur chief, et à se banière se devoient tout ralloiier.
    Ceste meisme matinée, chevauçoient li Liegois,
    dont messires Robers de Bailluel, frères germains au
    dessus dit monsigneur Guillaume, estoit chiés, de
    par les Liegois; car adonc il estoit, et faire le devoit,
    avoecques l'evesque de Liège. Si avoient li Liegois
    passet le pont à Tressin, et estoient espars en ces
    biaus plains, entre Tressin et Baisieu, et estoient en
    fourage pour leurs chevaus, et ossi pour veoir se il             5
    trouveroient nulle aventure où il peuissent pourfiter.
    Li Haynuier chevaucièrent celle matinée, qui d'encontre
    nul n'en trouvèrent, car il faisoit si grant
    bruine que on ne pooit veoir un demi bonnier de
    terre loing; et passèrent le pont baudement et sans             10
    encontre, et messires Wauflars de le Crois (devant[346])
    qui les menoit. Quant il furent tout oultre, il ordonnèrent
    que messires Guillaumes de Bailluel et se
    banière demorroient au pont, et messires Wauflars
    de le Crois, et messires Rasses de Monciaus, et messires        15
    Jehans de Sorres, et messires Jehans de Wargni
    courroient devant.

  [346] Ms. B4, fo 60 vo.--Ms. B1, fo 90 (lacune).

    Si se departirent li coureur et chevaucièrent si
    avant que il s'embatirent en l'ost le roy de Behagne
    et de l'evesque de Liège, qui assés priès dou pont              20
    estoient logiet. Et avoit la nuit fait le gait en l'ost le
    roy de Behagne li sires de Rodemach; et jà estoit
    sus son departement, quant li coureur haynuier vinrent;
    si leur sallirent au devant hardiement, quant il
    les veirent venir. Et ossi Liegois s'estourmirent; si           25
    reboutèrent ces coureurs moult asprement. Et y eut
    là adonc moult bon puigneis, car Haynuier vassaument
    s'i esprouvèrent. Toutes fois, pour revenir à
    leur banière, il se misent devers le pont. E vous Liegois
    et Lussemboursins apriès venus au pont à leur                   30
    banière. Là y eut grant bataille. Et fu consilliet à monsigneur
    Guillaume de Bailluel qu'il rapassast le pont,
    et se banière, car il avoient encores de leurs compagnons
    oultre. Si rapassèrent Haynuier au mieus qu'il
    peurent. Et y eut au passer mainte belle apertise d'armes        5
    faite, mainte prise et mainte rescousse. Et avint
    que messires Waufflars de le Crois fu si quoitiés que
    il ne peut rapasser le pont; si doubta le peril et qu'il
    ne fust pris; si s'avisa qu'il se sauveroit. Si issi hors
    de le presse, au mieulz qu'il peut, et prist un chemin          10
    qu'il cognissoit assés, et se vint bouter en uns marès,
    entre rosiaus et crolières, et se tint là un grant temps.
    Et li aultre toutdis se combatoient. Les quelz Liegois
    et Lussemboursins avoient jà rués jus et abatu le
    banière monsigneur Guillaume de Bailluel.                       15

    A ces cops vinrent cil de le route monsigneur Robert
    de Bailluel, qui venoient de courir, et entendirent
    le hustin; si chevaucièrent celle part. Et fist passer
    messires Robers de Bailluel sa banière devant,
    que uns siens escuiers portoit, qui s'appelloit Jakemes         20
    de Forsvie, en escriant: «Moriaumés!» Li Haynuier,
    qui jà estoient tout escauffé, perchurent le
    banière de Moriaumés qui estoit toute droite; si cuidièrent
    que ce fust li leurs où il se devoient radrecier;
    car moult petit de differense y avoit de l'un à                 25
    l'autre, car les armes de Moriaumés sont vairiet contre
    vairiet, à deux kievirons de geules; et sus le kieviron
    messires Robers portoit une petite croisète d'or:
    si ne l'avisèrent mies bien, pour tant en furent il
    deceu; et se vinrent de fait bouter desous le banière           30
    monsigneur Robert. Là y eut dur hustin. Et furent
    li Haynuier fierement rebouté et tout desconfi. Et y
    furent mort troy bon chevalier de leur costé, messires
    Jehans de Wargni, messires Gontiers de Pontelarce,
    messires Guillaumes de Pipempois, et pluiseur
    aultre bon escuier et homme d'armes, dont ce fu
    damages, et pris messires Jehans de Sorre, messires              5
    Daniaus Bleze, messires Rasses de Monchiaus, messires
    Loeis de Jupeleu et pluiseur aultre. Et retourna
    au mieus qu'il peut messires Guillaumes de Bailluel,
    qui se sauva, quoi qu'il y perdesist assés des siens.

    D'autre part, messires Wauflars de le Crois, qui                10
    s'estoit boutés et repus entre marès et rosiaus, et se
    cuidoit là tenir jusques à le nuit, fu perceus d'aucuns
    compagnons qui chevauçoient sus ces marès et
    voloient de leurs oisiaus, et estoient au signeur de
    Saint Venant; si fisent si grant noise et si grant bruit        15
    que messires Wauflars issi hors, tous desconfis, et se
    vint rendre à yaus. Il le prisent et le ramenèrent en
    l'ost, et le delivrèrent à leur mestre, qui le tint un
    jour tout entier en son logeis, et l'euist volentiers
    sauvé, se il peuist, par cause de pité, car bien sçavoit        20
    qu'il estoit pris sus le teste. Mès il fu accusés,
    car les nouvelles vinrent au roy de France de le besongne,
    comment elle avoit alé, et de monsigneur
    Robert de Bailluel, qui avoit ruet jus son frère et les
    Haynuiers, et ossi de monsigneur Waufflart de le                25
    Crois, qui avoit esté pris, où et comment. Pour quoi
    li rois en volt avoir le cognissance. Se li fu rendus
    li dis messires Wauflars, qui eut moult mal finet;
    car li dis rois, (pour complaire à ceulx de Lille[347]),
    pour tant qu'il li avoient delivret le conte de Sallebrin       30
    et le conte de Sufforch, leur rendi monsigneur
    Waufflart, qui grant temps les avoit guerriiés. Dont
    cil de Lille furent moult joiant, pour tant qu'il leur
    avoit esté grans ennemis; et le fisent depuis morir en
    leur ville; onques n'en veurent prendre nulle raençon.           5

  [347] Mss. B4, 3, fo 61.--Ms. B1, fo 90 (lacune).


    § 127. De l'avenue monsigneur Robert de Bailluel
    et des Liegois qui avoient ruet jus les Haynuiers,
    fu li rois Phelippes tous joians, et en loa grandement
    tous chiaus qui y avoient estet. D'autre part, li contes
    de Haynau et chil qui leurs amis avoient perdus,                10
    en furent tout courouciet, et ce fu bien raisons. Or
    avint, assés tost apriès que ceste chevaucie dessus
    ditte fu avenue, li contes de Haynau, messires Jehans
    de Haynau, ses oncles, messires Gerars de Wercin,
    seneschaus de Haynau, et bien six cens lances de                15
    Haynuiers et d'Alemans se departirent dou siège de
    Tournay, et s'en vinrent devant Mortagne. Et manda
    li dis contes à chiaus de Valenchiènes qu'il venissent
    d'aultre part, et se mesissent entre le Scarp et l'Escaut,
    pour assallir le ville; li quel y vinrent en grant              20
    estoffe, et fisent achariier et amener grans engiens,
    pour jetter à le ville.

    Or vous di que li sires de Biauge(u), qui estoit dedens
    et chapitainne de Mortagne, et uns moult sages
    guerroiières, s'estoit bien doubtés de ces assaus, pour         25
    tant que Mortagne siet si priès de l'Escaut et de Haynau,
    et de tous costés. Et avoit fait piloter le ditte
    rivière d'Escaut, à fin que on n'i peuist naviier; et y
    pooit avoir, par droit compte, plus de douze cens
    pilos. Pour ce ne demora mies que li contes de Haynau           30
    et li Haynuier n'i venissent de l'un des costés,
    et cil de Valenciènes de l'autre. Si se ordonnèrent
    et appareillièrent et sans delay pour assallir. Et fisent
    li Valenciennois tous leurs arbalestriers traire avant
    et approcier les barrières; mais il y avoit si grant
    trenceis de fossés qu'il n'i pooient avenir. Lors s'avisèrent    5
    li aucun qu'il passeroient oultre le Scarp,
    comment qu'il fust, au desous de Chastiaus l'Abbeye,
    et venroient au lés devers Saint Amand, et feroient
    assaut à le porte qui oevre devers Maude. Si
    passèrent aucun compagnon volentrieu et armerés, et             10
    fisent tant qu'il furent oultre le rivière, ensi que proposet
    avoient; et furent bien quatre cens tout able
    et legier et en grant volenté de bien faire le besongne.

    Ensi fu Mortagne environnée, à trois portes, des
    Haynuiers, et tous prês de l'assallir. Mais au plus             15
    foible des costés, c'estoit devers Maude, si y faisoit
    il fort assés. Toutes fois, li sires de Biaugeu vint celle
    part, trop bien pourveus dou deffendre, car bien savoit
    que d'autre part il n'avoit que faire; et tenoit
    un glave roit et fort à un lonch fer bien aceret, et            20
    desous ce fier avoit un havet agut et prendant: si
    ques, quant il avoit lanciet et il pooit sachier, en fichant
    le havet en plates ou en haubregon dont on
    estoit armet, il couvenoit c'on en venist ou c'on fust
    reversé en l'aigue. Par ceste manière, en atrapa il et          25
    noia ce jour plus de une dousainne. Et fu à celle
    porte li assaus plus grans que nulle part. Et riens
    n'en savoit li contes de Haynau, qui estoit au lés devers
    Brifuel, tout rengiet sus le rivage de l'Escaut.

    Et avisèrent là li signeur entre yaus voie et engien            30
    comment on poroit tous les pilos, dont on avoit piloté
    l'Escaut, oster et traire hors par force ou par
    soubtilité, par quoi on peuist nagier jusques as murs.
    Si avisèrent et ordonnèrent à faire en une grosse nef
    un engien, qui tous les attrairoit hors l'un apriès
    l'autre. Dont furent carpentier mandet et mis en oeuvre,
    et li dis engiens fais en une nef. Ossi ce meisme                5
    jour, levèrent cil de Valenciènes à leur costet un
    très biel engien et bien gettant, qui portoit grosses
    pières jusques dedens le ville et au chastiel, et travilloit
    durement chiaus de Mortagne. Ensi passèrent
    ce premier jour et le nuit ensiewant, en assallant,             10
    avisant et devisant comment il poroient grever Mortagne;
    et l'endemain se traisent à l'assaut de tous
    costés. Encores n'estoit point le second jour fais li
    engiens qui devoit traire les pillos hors. Mais li engiens
    de chiaus de Valenciènes jettoit (uniement[348]) à              15
    chiaus de Mortagne.

  [348] Ms. B3, fo 62.--Ms. B1, fo 92 vo: «onniement.»


    § 128. Le tierch jour apriès, fu la nef toute ordonnée
    et abillie, et li engiens dedens assis et apparilliés,
    pour traire hors les pillos. Lors commencièrent
    à aler cil qui s'en ensonnioient au dessus dou                  20
    pilotis, et emprisent à ouvrer, si com commandé leur
    fu. Si s'afficièrent à oster et à traire hors les pilos,
    dont il y avoit semés en l'Escaut grant fuison; mais
    tant de painne et de labeur eurent, anchois qu'il en
    peuissent avoir un, que merveilles fu à penser. Si              25
    regardèrent et considerèrent li signeur que jamais il
    n'aroient fait; si commandèrent à cesser cest ouvrage.

    D'autre part, il y avoit dedens Mortagne un mestre
    engigneour qui avisa et considera l'engien de chiaus
    de Valenchiennes, et comment il grevoit leur forterèce.         30
    Si en leva un ou chastiel, qui n'estoit mies trop
    grans, et l'attempra bien et à point, et ne le fist jetter
    que trois fois, dont la première (pierre[349]) chei à
    douze apas priès de l'engien de Valenciennes, la seconde
    au piet de le huge, et la tierce pière fu si bien                5
    apointie que elle feri l'engien parmi le flèche et le
    rompi en deux moitiés. Adonc fu grande li huée des
    saudoiiers de Mortagne. Et chil de Valenchiènes furent
    tout esbahi de leur engien qui estoit rompus
    ou moilon, et le alèrent regarder à grant merveilles.           10

  [349] Mss. B4, 3, fo 62.--Ms. B1, fo 89 (lacune).


    § 129. Ensi furent li Haynuier devant Mortagne
    deux nuis et trois jours que riens n'i conquisent. Si
    eut li dis contes de Haynau et messires Jehans ses
    oncles avis et volenté de retraire au siège de Tournay;
    et donnèrent congiet à chiaus de Valenchiennes                  15
    de retourner en leur ville. Ensi se departi ceste
    assamblée. Li Valencienois se retraisent arrière en
    Valenciènes, et li contes et li chevalier s'en revinrent
    en l'ost devant Tournay, et se tinrent là environ
    trois jours. Et puis fist li contes une priière as compagnons   20
    pour amener devant Saint Amand, car les
    plaintes estoient venues à lui que li saudoiier de
    Saint Amand avoient arse l'abbeye de Hanon, et s'estoient
    mis en painne d'ardoir Vicongne, et avoient
    fait pluiseurs despis as frontières de Haynau, pour             25
    quoi li dis contes voloit contrevengier ces fourfaitures.
    Si se parti dou dit siège de Tournay à bien trois
    mille combatans, et s'en vint à Saint Amand, qui
    adonc n'estoit fremée que de palis. Bien avoient li
    saudoiier, qui estoient dedens, entendu que li contes           30
    de Haynau les venroit veoir, mès il s'estoient si
    glorefiiet en leur orguel qu'il n'en faisoient nul
    conte. A ce donc estoit gardiiens et chapitainne de
    Saint Amand uns bons chevaliers de le langue d'och,
    nommés li seneschaus de Carcassonne, li quelz avoit              5
    bien imaginet et consideret le force de le ville. Si en
    avoit dit son avis as monnes, et à chiaus qui estoient
    demoret pour garder l'abbeye et le ville. Et disoit
    bien que ce n'estoit pas une forterèce tenable contre
    une host, non qu'il s'en volsist partir, mès demorer            10
    et garder à son loyal pooir; mais il le disoit par manière
    de conseil. Li parole dou chevalier ne fu mies
    oye ne creue bien à point, dont il leur mesvint, si
    com vous orés chi après. Toutes fois, par son enhort,
    il avoit fait de lonch temps les plus riches jeuiaus de         15
    l'abbeye et de le ville widier et porter à Mortagne à
    sauveté, et là aler l'abbet et tous les monnes, qui
    n'estoient tailliet de yaus deffendre.

    Cil de Valenchiènes, qui avoient estet mandé dou
    conte leur signeur qu'il fuissent à un certain jour             20
    devant le ville de Saint Amand, et il seroit à l'autre
    lés, vinrent, ensi que commandé leur fu, en très bon
    couvenant, et estoient bien douze mille combatans.
    Sitost qu'il furent venu devant Saint Amant, il s'i
    logièrent et misent en bonne ordenance, et puis eurent          25
    conseil d'aler assallir. Si fisent armer tous leurs
    arbalestriers, et puis traire vers le pont de Scarp. Là
    commença li assaus durs et fiers et perilleus durement,
    et en y eut pluiseurs bleciés et navrés, d'un
    lés et d'aultre. Et dura cilz assaulz tout le jour, que         30
    onques cil de Valenciennes n'i peurent riens fourfaire;
    mais en y eut des mors et des navrés grant
    fuison des leurs. Et leur disoient li saudoiier et li
    bidau qui laiens estoient, par manière de reproce:
    «Alés boire vostre goudale, alés!» Quant ce vint au
    soir, cil de Valenciènes se retraisent tout lasset, et
    furent moult esmervilliet de ce qu'il n'avoient oy               5
    nulle nouvelle dou conte leur signeur; si eurent avis
    qu'i(l) se deslogeroient et retourroient viers Valenciennes;
    si fisent tout tourser, et se retraiirent, che
    meisme soir, en leur ville.

    A l'endemain au matin que cil de Valenciènes se                 10
    furent retret, li contes de Haynau se parti dou siège
    de Tournay, si com dessus est dit, à grant compagnie
    de gens d'armes, de banières et de pennons, et
    s'en vint devant Saint Amand, au lés par devers Mortagne.
    Si tost qu'il furent venu, il se traisent à l'assaut,           15
    et là eut moult fort assaut et moult dur. Et gaegnièrent
    li Haynuier, de venue, les premières bailles,
    et vinrent jusques à le porte qui oevre devers Mortagne.
    Là estoient tout premier et devant à l'assaut
    li contes de Haynau et li sires de Byaumont ses oncles,         20
    et assalloient de grant corage et sans yaus espargnier;
    de quoi il leur en fu priès mesavenu, car
    il furent tout doi si dur rencontré de deux pières
    jettées d'amont qu'il en eurent leurs bachinés effondrés
    et les tiestes toutes estonnées.                                25

    Adonc fu là qui dist: «Sire, sire, à cel endroit chi
    ne les arions nous jamès, car la porte est forte et la
    voie estroite; si cousteroit trop des vostres au conquerre.
    Mais faites aporter des grans mairiens, ouvrés
    à manière de pillos, et hurter as murs de                       30
    l'abbeye; nous vous certefions que de force on le
    pertuisera en pluiseurs lieus. Et se nous sommes en
    l'abbeye, la ville est nostre, car il n'i a nul entredeus
    entre (la ville[350]) et l'abbeye.» Dont commanda li dis
    contes que on fesist ensi que pour le mieulz on li
    consilloit, et pour le plus tost prendre. Si quist on
    grans baus de chesnes, et puis furent tantost ouvré              5
    et aguisié devant; et si s'acompagnoient à un pillot
    yaus vint ou yaus trente, et s'escueilloient et puis
    boutoient de grant randon contre le mur; et tant boutèrent
    et si vertueusement qu'il pertuisièrent le mur
    de l'abbeye et rompirent en pluiseurs lieus, et entrèrent       10
    ens abandonneement, et passèrent une petite
    rivière qui là est, et s'en vinrent sans contredit jusques
    à une place, qui est devant le moustier, où li
    marchiés est de pluiseurs coses.

  [350] Mss. B3, 4, fo 63.--Ms. B1, fo 93 vo (lacune).

    Et là estoit li dis seneschaus de Carcassonne en                15
    bon couvenant, sa banière devant lui, qui estoit de
    geules à un chief d'argent, à deux demi kievirons ou
    chief, et estoit à une bordure d'asur endentée. Là
    dalés lui s'estoient recueilliet pluiseur compagnon de
    son pays, qui assés hardiement rechurent les Haynuiers,         20
    et se combatirent vaillamment, tant qu'il peurent.
    Mès leur deffense ne leur valli noient, car Haynuier
    y sourvinrent à trop grant fuison. Et vous di
    encores, pour tout ramentevoir, à entrer de premiers
    dedens l'abbeye, il y avoit un monne que on appelloit           25
    dan Froissart. Chilz y fist merveilles, et en occist
    que mehagna, au devant d'un pertuis où il se tenoit,
    plus de dix huit; et n'osoit nulz entrer par le lieu qu'il
    gardoit. Mais finablement il le couvint partir, que
    Haynuier entroient en l'abbeye, et avoient pertuisiet           30
    le mur en pluiseurs lieus. Si se sauva li dis monnes,
    au mieus qu'il peut, et fist tant qu'il vint à Mortagne.


    § 130. Quant li contes de Haynau et messires Jehans
    de Haynau, ses oncles, et li chevalerie de Haynau
    furent entré en l'abbeye, ensi que vous avés oy, si              5
    commanda li dis contes que on mesist tout à l'espée,
    sans nullui prendre à merci, tant estoit il courouciés
    sus chiaus de Saint Amand, pour les despis qu'il
    avoient fais à son pays. Si fu la ditte ville moult tost
    emplie de gens d'armes; et bidau(s) et Geneuois, qui            10
    là estoient, encauciet et quis de rue en rue, et d'ostel
    en hostel. Peu en escapèrent qu'il ne fuissent
    mort et occis, car nuls n'estoit pris à merci. Meismes,
    li senescaus de Carcassonne y fu occis desous
    sa banière, et plus de deux cens hommes, environ                15
    lui que assés priès. Ensi fu Saint Amand destruite.
    Et retourna li contes, ce propre soir, devant Tournay.
    Et l'endemain, les gens d'armes de Valenciènes
    et la communautés vinrent à Saint Amand, et parardirent
    le ville et toute l'abbeye et le grant moustier,                20
    et brisièrent toutes les cloches, dont ce fu damages,
    car il en y avoit moult de bonnes et de melodieuses,
    et si ne lor vint à nul profit qui à compter face.

    Apriès le destruction de Saint Amand, li contes de
    Haynau, qui trop durement avoit pris ceste guerre               25
    à coer, et qui estoit plus aigres que nulz des aultres,
    se departi dou siège de Tournay, en se route environ
    six cens armeures de fier, et s'en vint ardoir Orchies
    et Landas et le Celle, et grant fuison de villages là
    environ; et puis passa et toute se route la rivière de          30
    Scarp au desous de Hanon, et entrèrent en France, et
    vinrent à Marchiennes, une grosse et riche abbeye,
    dont messires Amés de Warnans estoit chapitainne,
    et avoit avoecques lui une partie des arbalestriers
    de Douay. Là eut grant assaut, car li dis chevaliers
    avoit durement fortefiiet le (première[351]) porte de l'abbeye,  5
    qui estoit toute enclose et environnée de fossés
    grans et parfons. Et se deffendirent li François et li
    monne qui dedens estoient moult vassaument; mais
    finablement il ne peurent durer contre tant de gent
    d'armes, car il quisent et fissent tant qu'il eurent des        10
    batiaus et les misent en l'aigue, et entrèrent par celle
    manière en l'abbeye. Mais il y eut mort et noiiet un
    chevalier alemant, compagnon au signeur de Faukemont,
    qui s'appelloit messires Bacho de le Wière,
    dont li sires de Faukemont fu moult courouciés,                 15
    mais amender ne le peut. A l'assaut de le porte où
    messires Amés de Warnans se tenoit, furent moult
    bon chevalier li contes de Haynau et messires de
    Byaumont, ses oncles, et li seneschaus de Haynau;
    et fisent tant finable(ment) que la porte fu conquise,          20
    et li chevaliers qui le gardoit pris, et mort et occis
    li plus grant partie des aultres. Et furent pris ossi
    pluiseur des monnes, qui laiens furent trouvet, et
    toute la ditte abbeye robée et pillie, et puis arse et
    destruite, et la ville ossi. Et quant il eurent fait leur       25
    emprise, li contes et toutes ces gens d'armes, qui furent
    à le destruction de Marciènes et en ceste chevaucie,
    s'en retournèrent au siège devant Tournay.

  [351] Mss. B4, 3, fo 63.--Ms. B1, fo 94 (lacune).


    § 131. Li sièges qui fu devant Tournay fu grans et
    lons et bien tenus; et moult y eut li rois englès grant         30
    fuison de bonnes gens d'armes. Et se s'i tenoit li dis
    rois volentiers, car bien le pensoit à conquerre, pour
    tant qu'il savoit bien qu'il y avoit dedens grant fuison
    de gens d'armes et assés escarcement de vivres;
    si les supposoit bien à afamer et avoir par force de             5
    famine. Mais li aucun dient et maintiènent qu'il
    trouvèrent moult de courtoisies en chiaus de Braibant,
    et qu'il souffrirent par pluiseurs fois à laissier
    passer parmi leur host vivre assés largement pour
    mener dedens Tournay, dont il furent bien conforté.             10
    Avoech tout ce, cil de Brousselles et cil de Louvaing,
    qui estoient tout tanet de là tant seoir et demorer,
    fisent une requeste au mareschal de l'host que il se
    peuissent partir et retraire en Braibant, car trop
    avoient là demoret à peu de fait. Li mareschaus qui             15
    vey bien que la requeste n'estoit point honnourable
    ne raisonnable, leur respondi que c'estoit bien ses
    grés, mais il leur couvenoit mettre jus leurs armeures.
    Li dessus dit furent tout honteus; si se souffrirent
    atant et n'en parlèrent onques depuis.                          20

    Or vous recorderons d'une chevaucie des Alemans,
    qui fu faite devant Tournay, à ce meisme pont de
    Tressin où messires Robers de Bailluel et li Liegois
    avoient desconfit les Haynuiers. Li sires de Randerodène
    et messires Ernoulz de Randerodène, ses filz,                   25
    adonc escuiers, et messires Jehans de Hodebourch
    ossi adonc escuiers et mestres dou fil au signeur de
    Randerodène, messires Ernoulz de Bakehen, messires
    Renauls de Sconnevort, messires Conrars de Leusennich,
    messires Conrars d'Asko, messires Bastiiens de                  30
    Barsies et Caudreliers ses frères et messires Stramen
    de Venoue et pluiseur aultre de le ducé de Jullers et
    de Guerles avoient pris en grant virgongne che que
    li Haynuier avoient esté ensi rencontret; si parlementèrent
    dou soir et s'acordèrent à chevaucier le
    matin au pont à Tressin. Si se armèrent et ordonnèrent
    de le nuit bien et faiticement, et se partirent                  5
    sus l'ajournée. Et ossi se misent avoech yaus en leur
    chevaucie aucun baceler de Haynau, qui point n'avoient
    esté à l'autre dessus ditte, telz que messires
    Florens de Biaurieu, messires Baras de le Haie, marescal
    de l'host, monsigneur Jehan de Haynau, messires                 10
    Oulphars de Gistelles, messires Robers de Glennes
    de le conté de Los, adonc escuier et au corps
    monsigneur Jehan de Haynau, et pluiseur aultre. Si
    chevaucièrent chil chevalier et chil compagnon dessus
    nommé bellement et sagement; et estoient bien                   15
    trois cens ou plus, toutes bonnes armeures de fier;
    et vinrent droit au pont à Tressin, droit au point
    dou jour, et le passèrent oultre sans damage. Et
    quant il furent par de delà, ilz se avisèrent et consillièrent
    ensamble comment il s'ordonneroient, pour                       20
    le mieulz, et à leur honneur, resvillier et escarmucier
    l'ost de France. Là furent ordonné li sires de Randerodène
    et Ernouls ses filz et messires Henris de Keukeren,
    uns chevaliers miesenaires, et messires Thielemans
    de Sansi, messires Oulphars de Ghistelles, et                   25
    messires li Alemans, bastars de Haynau, et messires
    Robers de Glennes, adonc escuier, et Jakelos de
    Thians, à estre coureur et chevauceur jusques as tentes
    et logeis des François. Et tout li aultre chevalier
    et escuier, qui bien estoient trois cens, devoient demorer      30
    au pont et garder le passage, pour le deffendre
    as aventures des sourvenans. Ensi et sus cel estat,
    se partirent li coureur, qui pooient estre quarante
    lances, très bien monté sus fleurs de roncins et de
    gros coursiers, et chevaucièrent de premiers tout bellement
    tant qu'il vinrent en l'ost le roy de France.
    Dont se boutèrent il ens de plains eslais, et commenchièrent     5
    à decoper cordes et paissons, et à abatre
    et reverser tentes et trés, et à faire un très grant
    desroy, et François à yaus estourmir.

    Celle nuit avoient fait le gait doi grant baron de
    France, li sires de Montmorensi et li sires de Saint            10
    Saufliu; et estoient, à ceste heure que li Alemant
    vinrent, encores à leur garde. Quant il oïrent le noise
    et entendirent l'effroi, si tournèrent celle part leurs
    banières et leurs gens, et chevaucièrent fort et roit
    sus les coureurs qui leur host avoient estourmi. Et             15
    quant li sires de Randerodène les vei venir, il tourna
    sus frain tout sagement, et fist chevaucier son pennon
    et ses compagnons, pour revenir au pont à leur
    grosse route, et li François apriès. En celle cace là
    eut bon coureis, car li Alemant se hastoient pour revenir       20
    au dit pont, et li François ossi pour yaus retenir.
    En celle cace fu pris et retenus des François
    messires Oulphars de Ghistelles, qui ne se sceut ne
    peut garder à point, car li chevaliers avoit court vue;
    si fu enclos de ses ennemis, par trop demorer derrière,         25
    et fianciés prisons; et ossi doi escuier, dont on
    nommoit l'un Jehan de Mondorp, et l'autre Jakelot
    de Thians. Li François et leur route chevauçoient
    d'un lés, et li coureur alemant d'autre; et estoient
    environ demi bonnier priès li un de l'autre, et tant            30
    qu'il se pooient bien recognoistre et entendre de
    leurs langages. Et disoient li François as Alemans:
    «Ha! ha! signeur, vous n'en irés pas ensi!» Si se
    hastoient pour prendre le pont, et pas ne savoient
    de le grosse embusce qui estoit au pont, de monsigneur
    Renault de Sconnevort et des aultres: si ques
    il fu dit au signeur de Randerodène: «Sire, sire,                5
    avisés vous, car il nous samble que chil François
    nous torront le pont.» Donc respondi li sires de
    Randerodène et dist: «Se il scèvent un chemin, j'en
    sçai un aultre.» Adonc se retourna sus destre et se
    route, et prisent un chemin assés froiiet qui les mena          10
    droit à celle petite rivière dessus ditte, qui est si
    noire et si parfonde et si environnée de grans marès.
    Et quant il furent là venu, se ne peurent il passer,
    mès les couvint retourner devers le pont. Et
    toutdis chevauçoient li François le(s) grans galos devers       15
    le pont, qui cuidoient ces coureurs alemans enclore
    et prendre, ensi qu'il avoient jà pris de leurs
    compagnons. Et par especial moult y metoit li sires
    de Montmorensi grant entente.


    § 132. Quant li François eurent tant chevauciet                 20
    qu'il furent priès au pont, et il veirent le grosse embusche,
    qui là estoit au devant dou pont, toute armée
    et ordonnée, et qui les attendoit en très bon
    couvenant, si furent tout esmervilliet. Et disent entre
    yaus li aucun qui regardèrent le manière: «Nous                 25
    caçons trop folement; de legier porons plus perdre
    que gaegnier.» Dont retournèrent li pluiseur et par
    especial li banière le signeur de Saint Saufliu et li
    sires ossi. Et messires Charles de Montmorensi et se
    banière chevauça toutdis avant et ne volt onques reculer,       30
    mès s'en vint de grant corage assambler as Alemans,
    et li Alemant à lui et à ses gens. Là y eut, de
    premières venues, durs encontres et fortes joustes,
    et tamaint homme reversé d'un lés et d'autre. Ensi
    qu'il assambloient, li coureur dessus nommet, qui
    costiiet les avoient, s'en vinrent ferir sus èle, et se          5
    boutèrent ens de plains eslais et de grant volenté. Et
    ossi li François les rechurent moult bien.

    Or vous dirai de une grant apertise d'armes et
    d'un grant avis, dont messires Renaulz de Sconnevort
    usa à l'assambler, et c'on doit bien tenir et recommender       10
    à sage fait d'armes. Ilz qui estoit adonc
    en le fleur de se jonèce, fors chevaliers et rades durement,
    bien armés et bien montés pour le journée,
    s'en vint assambler à le banière le signeur de Montmorensi
    qu'il recogneut assés bien; et s'avisa qu'il                    15
    s'en venroit esprouver à celui qui estoit li plus proçains
    de le banière, car il pensoit bien que c'estoit
    li sires. Ensi qu'il jetta son avis il le fist, et feri son
    coursier des esporons, et passa par force le route, et
    s'en vint au signeur de Montmorensi, qui estoit desous          20
    sa banière, bien montés sus bon coursier; et le
    trouva en bon couvenant, l'espée ou poing, et combatant
    à tous lés, car il estoit ossi fors chevaliers et
    grans durement. Et li vint li sires de Sconnevort sus
    destre, et bouta son brach senestre ou fraîn de son             25
    coursier, et puis feri le sien des esporons, en lui tirant
    hors de le bataille, comme vistes et fors chevaliers.
    Li sires de Montmorensi, qui bien se donna à
    garde de ce tour, se prist à deffendre vassaument, comme
    fors et hardis chevaliers, pour lui delivrer de ce              30
    peril et des mains le signeur de Sconnevort; et feroit
    à main tas de sen espée sus le bacinet et sus le dos
    le signeur de Sconnevort. Mais li sires de Sconnevort,
    qui bien estoit (armés[352]) et montés, brisoit à le
    fois les cops, à le fois et le(s) recevoit moult vassaument;
    et tant fist par son effort, vosist ou non li sires
    de Montmorensi, que il le creanta à prisonnier,                  5
    et demora ses prisons.

  [352] Mss. B3, 4, fo 64 vo.--Ms. B1, fo 96 vo (lacune).

    Et li aultre se combatoient de toutes pars. Et là
    furent bon chevalier messires Ernoulz de Randerodène,
    messires de Keukeren, messires Thielemans
    de Sansi, messires Bastiiens de Barsies et Caudreliers          10
    ses frères, messires Robers de Glennes, et prist un
    homme d'armes en bon couvenant, qui s'armoit de
    geules à trois fauls d'or. Et fisent adonc tant li Alemant
    et leur route que il obtinrent le place, et prisent
    bien quatre vingt prisonniers, tous gentilz                     15
    hommes, desous le banière monsigneur Charle de
    Montmorensi; et rapassèrent le pont sans damage, et
    vinrent en l'ost devant Tournay; et rala cescuns devers
    se partie; et se desarmèrent et puis alèrent veoir
    les signeurs, dont il furent bien conjoy, le conte de           20
    Haynau et monsigneur son oncle.


    § 133. De le prise monsigneur Charle de Montmorensi
    furent li François moult courouciet, mès amender
    ne le peurent. Tant comme adonc, ceste cose
    passa, li sièges se tint; li prisonnier se ranchonnèrent        25
    et se delivrèrent au plus tost qu'il peurent. Or
    vous conterons de une aventure qu'il avint as Flamens
    que messires Robers d'Artois et messires Henris
    de Flandres gouvrenoient, dont il en y avoit plus
    de soixante mille de le ville d'Ippre, de Popringhe,            30
    de Messines, de Cassiel et de le chastelerie de Berghes.
    Et se tenoient tout cil Flamench, dont li dessus
    dit estoient chief, ou val de Cassiel, logiés as tentes
    et as trés, et à grant arroi, pour contrester contre les
    garnisons françoises que li rois Phelippes avoit envoiies        5
    à Saint Omer, à Aire, à Saint Venant, et ens
    ès villes et forterèces voisines. Et se tenoient dedens
    Saint Omer, de par le roy de France, li contes, daufins
    d'Auvergne, li sires de Merquel, li sires de Calençon,
    li sires de Montagut, li sires de Rocefort, li                  10
    viscontes de Touwars, et pluiseur aultre chevalier
    d'Auvergne et de Limozin. Et dedens Aire et dedens
    Saint Venant en y avoit ossi grant fuison. Et issoient
    souvent hors et venoient escarmucier as Flamens; si
    gaegnoient à le fois, et à le fois y perdoient.                 15

    Or avint un jour à ces Flamens que il s'en vinrent
    environ troi mille, tout legier et able compagnon, et
    s'avalèrent et issirent hors de leurs logeis pour venir
    hustiner devant Saint Omer, et se boutèrent ens ès
    fourbours et brisièrent pluiseurs maisons, et entendirent       20
    telement au pillage qu'il desrobèrent tout ce
    qu'il trouvèrent. La noise et li effrois monta en le
    ville de Saint Omer. Dont s'armèrent moult vistement
    li signeur qui laiens estoient. Et ossi fisent
    toutes leurs gens, et se partirent par une aultre porte         25
    que par celle devant qui li Flamench estoient. Et
    pooient estre entours six banières et deux cens bacinès,
    et environ cinq cens bidaus tout à piet. Et chevaucièrent
    tout au tour de le ville de Saint Omer,
    ensi qu'il avoient guides qui bien les savoient mener.          30
    Et vinrent tout à temps à ces Flamens qui s'ensonnioient
    de pillier et de rober tout ce qu'il trouvèrent
    en le ville de Arkes, qui est assés priès de le ville de
    Saint Omer; et estoient laiens espars sans chapitainne
    et sans arroi. E vous les François soudainnement
    venus sus yaus, lances abaissies, banières desploiies,
    et en bon couvenant de bataille, et en criant:                   5
    «Clermont au dauffin d'Auvergne!» Lors entrèrent
    en ces Flamens qui furent tout esbahi, quant si priès
    d'yaus il les veirent, et ne tinrent ordenance ne conroy
    nul; mais fuirent cescuns qui mieus mieus, et
    jettèrent tout jus ce que pilliet et cargiet avoient, et        10
    prisent les camps; et François apriès yaus, tuant et
    abatant par monciaus et par tropiaus. Et dura ceste
    cace bien deux liewes. Et en y eut bien mors des
    trois mille dix huit cens, et retenu quatre cens qui
    furent amenet en Saint Omer en prison.                          15


    § 134. Quant li demorant qui escaper peurent,
    furent revenu devers leurs compagnons, si contèrent
    leur aventure as uns et as aultres. Et vinrent les nouvelles
    à leurs chapitainnes monsigneur Robert d'Artois
    et monsigneur Henri de Flandres, qui petit les                  20
    en plaindirent, mais disent que c'estoit bien emploiiet,
    car sans conseil et sans commandement il
    y estoient alet.

    Or avint celle meisme nuit à toute leur host generalment
    une mervilleuse aventure; on n'oy onques,                       25
    je croy, à parler ne recorder de si sauvage. Car, environ
    heure de mienuit que cil Flamench gisoient en
    leurs tentes et dormoient, uns si grans effrois et telz
    paours et hideurs les prist generalment en dormant,
    que tout se levèrent en si grant haste et en tel                30
    painne qu'il ne cuidièrent jamais à temps estre deslogiet;
    et abatirent tantost tentes, trés et pavillons,
    et toursèrent tout sus leurs chars, en si grant haste
    que li uns n'attendoit point l'autre, et s'en fuioient
    tout, sans voie tenir et sans conroy. Et fu ensi dit à
    monsigneur Robert d'Artois et à monsigneur Henri                 5
    de Flandres, qui dormoient en leurs logeis: «Chier
    signeur, levés vous sus bien tos et vous appareilliés, car
    vos gens s'en fuient et nulz ne les cace; et ne scèvent
    à dire quel cose leur fault, ne qui les muet à fuir.»

    Adonc se levèrent li doi signeur en grant haste, et             10
    fisent alumer feus et grant plenté de tortis, et montèrent
    sus leurs chevaus, et s'en vinrent au devant
    d'yaus, et leur disent: «Biau signeur, dittes nous
    quel cose il vous fault, qui ensi fuiiés? N'estes vous
    mies bien asseguret? Retournés, retournés, ou nom               15
    de Dieu! Vous avés grant tort, quant ensi fuiiés, et
    nulz ne vous cace.» Mès quoi que ensi fuissent
    priiet ne requis d'arrester et de retourner, il n'en fisent
    compte, mais toutdis fuirent; et prist çascuns le
    chemin vers sa maison, au plus droit qu'il peut. Et             20
    quant messires Robers d'Artois et messires Henris de
    Flandres veirent qu'il n'en aroient aultre cose, si
    fisent tourser tout leur harnois et mettre à voiture, et
    s'en vinrent au siège devant Tournay, et recordèrent
    as signeurs l'aventure des Flamens, dont on fu durement         25
    esmervilliet. Et disent li pluiseur qu'il avoient
    estet enfantosmet.


    § 135. Chilz sièges devant le cité de Tournay dura
    assés longement, onze sepmainnes trois jours mains.
    Si poés bien croire et savoir qu'il y eut fais pluiseurs        30
    escarmuces et paletis, tant à assallir le cité, comme
    des chevaucies des compagnons bacelereus l'un sus
    l'autre. Mais dedens le cité de Tournay avoit très
    bonne et sage chevalerie (envoiée en[353]) garnison de
    par le roy de France, si com dessus est dit, qui telement
    en songnièrent et en pensèrent que nulz damages                  5
    ne s'i prist.

  [353] Ms. B3, fo 65 vo.--Ms. B1, fo 98 ro: «envoiiet».

    Or n'est riens, si com on dist, qui ne prende fin.
    On doit savoir que, ce siège pendant, ma dame
    Jehane de Valois, serour au roy de France et mère
    au conte Guillaume de Haynau, travilloit durement               10
    de l'une host en l'autre, à fin que pais ou respis fust
    entre ces parties, par quoi on se departesist sans bataille,
    car la bonne dame veoit là de deux costés
    toute le fleur et l'onneur de le chevalerie dou monde;
    se veist trop à envis, pour les grans perilz qui en             15
    pooient avenir, que nulle bataille fust adrecie entre
    yaus. Et par pluiseurs fois la bonne dame en estoit
    cheue as piés le roy de France son frère, et li priiet
    que respis ou trettiés d'acort fust pris entre lui et
    le roy englès. Et quant la ditte dame avoit travilliet          20
    entre les signeurs de France, elle s'en revenoit
    à chiaus de l'Empire, especialment au duch de Braibant,
    au duc de Jullers, son fil, qui avoit sa fille, à
    monsigneur Jehan de Haynau; et leur prioit que,
    pour Dieu et par pité, il volsissent entendre à aucun           25
    trettiet d'acort, et avoiier le roy d'Engleterre à çou
    qu'il y volsist descendre.

    Tant ala et tant procura la bonne dame entre ces
    signeurs, avoech l'ayde et le conseil d'un gentil et sage
    chevalier, qui estoit moult bien de toutes les parties,         30
    messires Loeis d'Augimont, que une journée de traittement
    fu acordée à l'endemain, là où çascune des
    parties devoit envoiier quatre personnes souffissans,
    pour trettier toutes bonnes voies pour acorder les dittes
    parties, se il plaisoit à Dieu, et souffrance de trois           5
    jours que li uns ne pooit ne devoit fourfaire sour
    l'autre. Et si se devoient assambler cil trettieur à une
    capelle, et la dessus ditte bonne dame avoecques.
    De le partie dou roy de France, y fu envoiiés Charles
    li roys de Behagne, Charles li contes d'Alençon, frères         10
    au dit roy, li evesques de Liège, li contes de
    Flandres et li contes d'Ermignach. De le partie le roy
    d'Engleterre, y furent envoiiet li dus de Braibant, li
    evesques de Lincolle, li dus de Guerles, li dus de
    Julers et messires Jehans de Haynau.                            15

    Quant il furent tout venu à la ditte capelle, il se
    saluèrent moult amiablement et festiièrent grandement,
    et apriès il entrèrent en leur trettiement. Toute
    celle première journée, cil trettieur trettièrent sour
    pluiseurs voies d'acort. Et toutdis estoit la bonne             20
    dame ma dame Jehane de Valois en mi yaus, qui
    moult humlement et de grant coer leur prioit que
    çascune partie se volsist priès prendre de l'acorder.
    Toutes voies celle journée passa sans nul certain
    acord; cescuns en rala en son lieu, sour couvent de             25
    revenir. L'endemain, il revinrent tout à le capelle
    en tel point, et commencièrent à trettier com en devant,
    et cheirent sus aucunes voies assés acordables;
    mès ce fu si tart que on ne les peut escrire de jour.
    Si se parti li parlemens adonc, et creanta cescuns de           30
    revenir là endroit à l'endemain, pour parfaire et
    acorder le remanant. Au tierch jour, cil signeur revinrent
    à plus grant conseil. Là fu acordée une
    triewe à durer une anée entierement, et devoit entrer
    tantost entre ces signeurs et ces gens qui là estoient
    d'une part et d'autre; et entre chiaus qui guerrioient
    en Escoce, en Gascogne, en Poito et en Saintonge,                5
    elle ne devoit entrer jusques à quarante jours.
    Dedens lesquelz quarante jours, cescune des parties
    le devoit faire savoir as siens, sans mal engien: s'il
    les voloient tenir, se les tenissent; et se tenir ne les
    voloient, si guerriaissent li uns l'autre. Mais France,         10
    Pikardie, Bourgongne, Bretagne et Normendie le
    tenoient sans nulle exception. Et devoient li doi
    roy dessus dit, cescuns pour lui et en bon couvenant,
    envoiier quatre ou cinq nobles personnes,
    et li papes deux cardinaulz en legation en le cité              15
    d'Arras. Et ce que ces parties ordonneroient, li doi
    roi le tenroient et confremeroient sans nul moiien.
    Et fu encores celle triewe presente acordée sus tèle
    condition que cescuns devoit tenir paisieuvlement ce
    dont il estoit saisis.                                          20

    Quant celle triewe fu acordée et saielée d'une part
    et d'aultre, cescuns s'en retourna en son host. Si le
    fisent tantost criier par tout l'ost d'une part et d'autre,
    dont li Braibençon eurent grant joie, car il eurent
    là logiet et esté un grant temps moult à envis.                 25
    Qui l'endemain, si tost que jours fu, peuist veoir
    tentes abatre, chars chargier, gens fourhaster, emblaver
    et toueillier, bien peuist dire: «Je voi un
    nouvel siècle.»


    § 136. Ensi com vous avés oy, se departirent ces                30
    deux grans hos, par le traveil et le pourcach de celle
    bonne dame, qui Diex face pardon, qui y rendi grant
    painne. Et demora la bonne cité de Tournay francement
    et entière, qui avoit esté en très grant peril,
    car toutes leurs pourveances falloient, et n'en avoient
    mies pour trois jours ou pour quatre à vivre. Li                 5
    Braibençon se prisent au raler hasteement, car grant
    desir en avoient. Li rois englès s'en departi moult à
    envis, s'il peuist et à se volenté en fust; mais il li
    couvenoit sievir partie de le volenté les aultres signeurs
    et croire leur conseil. Li jones contes de Haynau               10
    et messires Jehans de Haynau, ses oncles, se
    fuissent ossi bien à envis acordés à celle departie,
    s'il seuissent ossi bien le couvenant de chiaus qui
    estoient dedens Tournay que li rois de France faisoit,
    et se ne fust ce que li dus de Braibant leur                    15
    avoit dit en secret qu'il detenoit à grant mesaise ses
    Braibençons, et comment que fust, il ne les pooit
    tenir qu'il ne se deuissent partir le jour ou l'endemain,
    se acors ne se faisoit.

    Li rois de France et tous ses hos se departirent                20
    assés liement, car il ne pooient bonnement plus demorer
    là endroit, pour le puasine des biestes que on
    tuoit si priès de leurs logeis, et pour le chaut qu'il
    faisoit; et si pensoient en leur part à avoir l'onneur
    de celle partie, si com il disoient, pour le raison de          25
    ce que il avoient rescousse et gardée d'estre perdue le
    bonne cité de Tournay, et avoient fait departir celle
    grande assamblée qui assegiet l'avoit, et nient n'i
    avoient fait, comment qu'il y euissent grans frais mis
    et despendus. Li aultre signeur et cil de leur partie           30
    pensoient ossi bien à avoir l'onneur de celle partie,
    pour le raison de ce qu'il avoient si longement demoret
    ens ou royaume et assegié une des bonnes cités
    que li rois ewist, et ars et gasté son pays cescun
    jour, lui saçant et voiant; et point ne l'avoit secouru
    de temps ne d'eure, ensi qu'il deuist; et au daarrain
    il avoit acordé une triewe, ses ennemis seans devant             5
    se cité et ardant et gastant son pays.

    Ensi en voloit cescune des parties avoir à soy et
    attribuer l'onneur. Si en poés determiner entre vous,
    qui oy les fais avés et qui les sentés, ce qu'il vous
    en samble, car de moy je n'en pense à nullui donner             10
    l'onneur plus l'un que l'autre, ne faire ent partie,
    car je ne me cognois mie en si grans afaires
    qu'en fais et en maniemens d'armes.


    § 137. Or se departirent cil signeur dou siège de
    Tournay, et en rala cescuns en son lieu. Li rois englès         15
    s'en revint à Gand dalés ma dame sa femme, et
    assés tost apriès il rapassa le mer et toutes ses gens,
    excepté chiaus qu'il laissa pour estre au parlement à
    Arras. Li contes de Haynau s'en revint en son pays;
    et eut adonc une moult noble feste à Mons en Haynau             20
    et jouste de chevaliers, à la quèle messires Gerars
    de Wercin, seneschaus de Haynau, fu et jousta;
    et y fu telement bleciés qu'il en morut, dont ce fu
    damages. Se demora de li uns biaus filz, qui fu appellés
    Jehans, et puissedi bons chevaliers et hardis;                  25
    mais petit dura et regna en santé, dont ce fu damages.
    Li rois de France donna à toutes ses gens congiet,
    et puis s'en vint jewer et rafreschir en le ville
    de Lille. Et là le vinrent veoir cil de Tournay, les
    quelz li rois reçut liement et vei très volentiers, et          30
    leur fist grasce, pour tant que si bellement et si vallamment
    il s'estoient tenu et deffendu contre leurs
    ennemis, et que riens on n'avoit pris ne conquesté
    sus yaus. Le grasce qu'il leur fist elle fu tèle qu'il
    leur rendi leur loy que perdu avoient de grant temps,
    dont il furent moult joiant, car messires Godemars               5
    don Fay et aultre pluiseur chevalier estragne, devant
    lui, en avoient esté gouvreneur; si refisent entre
    yaus prevos et jurés, selonch leurs usages anciiens.
    Quant li rois eut ordonné à son plaisir une partie
    de ses besongnes, il se departi de Lille et se mist au          10
    chemin devers France, pour revenir à Paris.

    Or vint li saisons que li parlement ordonnet et
    insinuet en le cité d'Arras approcièrent. Si y envoia
    li papes Clemens VIe en legation deux cardinaulz,
    cesti de Naples et cesti de Clermont, qui de premiers           15
    vinrent à Paris, où il furent moult honnouré dou
    roy et des François; et puis s'avalèrent devers Artois
    et jusques en le cité d'Arras. A ce parlement, de par
    le roy de France, furent li contes d'Alençon, li dus
    de Bourbon, li contes de Flandres et li contes de               20
    Blois, et des prelas li archevesques de Sens, li evesques
    de Biauvais et li evesques d'Auçoirre; de par le
    roy d'Engleterre, li evesques de Lincolle, li evesques
    de Duremmes, li contes de Warvich, messires Robers
    d'Artois, messires Jehans de Haynau et messires                 25
    Henris de Flandres. Au quel parlement, il y eut pluiseurs
    trettiés et langages mis avant, et parlementèrent
    plus de quinze jours. Mais riens n'i fu acordé
    ne afiné, car li Englès demandoient et li François
    ne voloient riens donner, fors tant seulement rendre            30
    le conté de Pontieu, qui fu donnée à le royne Ysabiel
    en mariage avoech le roy d'Engleterre. Ceste
    cose ne veurent point li Englès accepter. Si se departirent
    cil signeur et cil parlement sans riens faire,
    fors tant seulement que la triewe fu ralongie deux
    ans; che fu tout ce que li cardinal y peurent impetrer.
    Apriès ce, cescuns s'en rala en son lieu. Et revinrent           5
    adonc li doi cardinal parmi Haynau, à le
    priière dou conte, qui grandement le(s) festia en le
    ville de Valenciènes.

    Or nous deporterons nous à parler des deux rois,
    tant que les triewes durront, qui furent assés bien             10
    tenues, excepté les marces lontainnes; et enterons
    en le grant matère et hystore de Bretagne, qui grandement
    renlumine ce livre, pour les biaus fais d'armes
    et grandes aventures qui y sont avenues, si com
    vous porés ensiewant oïr. Et pour ce que vous saciés            15
    veritablement le commencement et le racine de ceste
    guerre et dont elle se meut, je le vous declarrai de
    point en point. Si en dirés vostre entente, et quel
    cause et droit messires Charles de Blois eut au grant
    hiretage de Bretagne, et d'autre part li contes de              20
    Montfort qui en fist fait et partie contre lui, dont
    tant de rencontres, de batailles et d'autres grans fais
    d'armes sont avenu en la ditte ducé de Bretagne et
    ens ès marces voisines.


    § 138. A savoir est que, quant les triewes furent               25
    acordées et seellées devant le cité de Tournay, tout
    li signeur et toutes manières de gens se deslogièrent
    de une part et d'autre. Si s'en rala cescuns en sa
    contrée. Li dus de Bretagne, qui avoit esté à host
    droit là devant Tournay avoec le roy de France plus             30
    grossement et plus estoffeement que nulz des autres
    princes, s'en retourna vers son pays en l'entente
    d'y revenir, mais il ne peut, car une maladie le prist
    sus le chemin, dont il le couvint aliter et morir.
    Dont ce fu damages, car grans guerres et grans
    destructions de villes et de chastiaus en avinrent               5
    entre les gens nobles et non nobles de son pays.
    Et pour cescun mieulz infourmer pour quoi tout
    cil grant mal avinrent, jou en conterai aucune partie
    ensi que je le sçai et que jou en ay enquis ou
    pays meismement, où j'ay esté et conversé, pour                 10
    mieulz savoir ent le verité, et à chiaus ossi qui ont
    là esté où je n'ai mies (este[354]) et qui en ont veu et
    sceu ce que je n'ai mies tout pout veoir et concevoir.

  [354] Mss. B 4, 3, fo 66, vo.--Ms. B 1, fo 100 (lacune).

    Cilz dus de Bretagne, quant il trespassa de ce siècle,
    n'avoit nul enfant ne n'eut onques de la duçoise sa             15
    femme ne n'avoit eu nulle esperance de l'avoir. Si
    avoit un frère, de par se mère qui avoit estet remariée,
    que on appelloit le conte de Montfort, qui vivoit
    adonc, et avoit chilz à femme le sereur le conte Loeis
    de Flandres. Cilz dus de Bretagne avoit eut un aultre           20
    frère germain de père et de mère, qui trespassés estoit;
    s'en estoit demorée une jone fillète, la quèle li
    dis dus ses oncles avoit mariée à monsigneur Charle
    de Blois (mains net fil au conte Guy de Blois[355]) de le
    sereur le roy Phelippe de France qui adonc regnoit;             25
    et li avoit prommis en mariage la ducé de Bretagne
    apriès son dechiès, pour tant qu'il se doubtoit que
    li contes de Montfort n'i vosist clamer droit par
    proismeté apriès son dechiès, comment qu'il ne fust
    mies ses frères germains. Et il sambloit au dit duch            30
    que li fille de sen frère germain devoit estre par raison
    plus proçaine de avoir le ducée apriès son deciès,
    que li contes de Montfort, ses frères, qui n'estoit point
    estrais de l'estok de Bretagne. Et par tant qu'il avoit
    toutdis doubtet que ses frères li coens de Montfort              5
    n'enforçast, apriès son deciès, le droit de sa jone nièce,
    par se poissance, le maria il au dit monsigneur Carle
    de Blois, à celle entente que li rois Phelippes, qui
    estoit ses oncles, li aidast mieus et plus volentiers à
    garder son droit encontre le dit conte de Montfort,             10
    s'il le vosist entreprendre.

  [355] Mss. B 4, 3, fo 66, vo.--Ms. B 1, fo 100 vo (lacune).

    Si avint tout ce que li dis dus avoit toutdis doubtet.
    Car, sitost que li contes de Montfort peut savoir
    que li dis dus ses frères fu trespassés sus le
    chemin de Bretagne, il se traist tantost à Nantes,              15
    qui est li chiés et li souverainne cités de Bretagne;
    et fist tant as bourgois et à chiaus dou pays entour,
    qu'il fu receus à signeur comme li plus proisme del
    duch son frère qui trespassés estoit; et li fisent tout
    feaulté et hommage comme au duch de Bretagne et                 20
    au signeur. Quant il eut pris le feauté des bourgois
    de Nantes et dou pays d'entour Nantes, ils et la
    contesse sa femme, qui bien avoit coer d'omme
    et de lyon, eurent conseil ensamble qu'il tenroient
    une grant court et feste solennèle à Nantes, et manderoient     25
    tous les barons et les nobles del pays de
    Bretagne et les consaulz des bonnes villes et de
    toutes les cités, qu'il volsissent estre et venir à celle
    court, pour faire feaulté à lui comme à leur droit
    signeur. Quant cilz consaulz fu acordés, il envoiièrent
    grans messages par tous les signeurs, les cités et              30
    les bonnes villes del pays.


    § 139. Chou pendant et le feste attendant, il se
    parti de Nantes à grant fuison de gens d'armes et s'en
    ala vers la bonne cité de Limoges, car il sçavoit et
    estoit infourmés que li grans tresors, que li dus ses
    frères avoit amasset de lonch temps, estoit là enfremés.         5
    Quant il vint là, il entra en le cité à grant beubant
    et fu noblement recheus des bourgois et de
    tout le clergié et le communauté de le cité; (si ly
    firent tous feaulté, comme à leur droit seigneur. Et
    ly fu tous cils grans tresors delivrés, par le grant acord      10
    qu'il acquist as bourgois de le cité[356]), par grans dons
    et prommesses qu'il leur fist. Et quant il eut là tant
    festiiet et sejourné qu'il li pleut, il s'en parti à tout
    le grant tresor et s'en revint droit à Nantes, là où
    madame sa femme estoit, qui eut grant joie del grant            15
    tresor que ses sires avoit trouvet. Si demorèrent à
    Nantes tout quoi, grant feste demenant, jusques au
    jour que la feste devoit estre, et li grans cours tenue;
    et faisoient très grans pourveances pour celle grant
    feste parfurnir.                                                20

  [356] Mss. B 4, 3, fo 67.--Ms. B 1, fo 101 (lacune).

    Quant li jours de celle feste fu venus, et nulz
    n'i venoit pour mandement qui fais leur fust, fors
    uns seulz chevaliers que on clamoit monsigneur
    Hervi de Lyon, noble homme et poissant, li dis
    contes de Montfort et la contesse sa femme en furent            25
    durement courouciet et abaubit. Il fisent leur
    feste par trois jours des bourgois de Nantes et des
    bonnes gens de là au tour, au mieus qu'il peurent;
    si eurent grant despit des aultres qui n'avoient dagniet
    venir à leur mandement. Et eurent conseil                       30
    entre yaus de retenir saudoiiers à cheval et à piet,
    tous ceulz qui venir vorroient, et de departir ce grant
    tresor que trouvet avoient, pour mieus venir le dit
    conte à son pourpos de la ditte ducé de Bretagne, et
    pour constraindre tous rebelles de venir à merchi.               5
    A ce conseil se tinrent tout cil qui là furent, chevalier,
    clerch et bourgois. Et furent retenu saudoiier
    venans de tous costés, et larghement paiiés, tant qu'il
    en eurent grant plenté, à cheval et à piet, nobles et
    non nobles, de pluiseurs pays.                                  10


    § 140. Quant li contes de Montfort perchut qu'il
    avoit gens à plentet, il eut conseil de aler conquerre,
    par force ou par amours, tout le pays, et de destruire
    tous rebelles à son pooir. Puis, issi hors de le cité
    de Nantes à grant host; si se trest par devers un               15
    moult fort chastiel qui siet d'un costet sus mer, que
    on appelle (Brait. Et en estoit gardiiens et chastellains
    uns gentilz chevaliers qu'on appelloit[357]) monsigneur
    Garnier de Cliçon, cousins au duch qui
    mors estoit, et cousins à monsigneur Olivier de                 20
    Cliçon, un noble chevalier et un des plus haus barons
    de Bretagne. Ançois que li dis coens de Montfort
    parvenist à Brait, il avoit si constraint tous
    chiaus del commun pays, fors de forterèces, que cescuns
    le sievoit à cheval ou à piet, car nulz ne l'osoit              25
    laissier, si qu'il avoit si grant host que merveilles
    estoit. Quant il fu parvenus devant le chastiel de
    Brait à tout son host, il fist appeller le chevalier deseure
    dit monsigneur Garnier (de Clichon par monsigneur
    Hervy de Lyon qui là estoit venus avoech lui,
    et requist au dit monsigneur Garnier[358]) qu'il vosist
    obeir à lui et rendre le ville et le chastiel comme au
    duch de Bretagne et à signeur. Li chevaliers respondi
    qu'il n'estoit point consilliés de çou faire, ne riens           5
    n'en feroit, ne ne le tenroit à signeur, s'il n'en avoit
    mandement et ensengnes dou signeur à qui il devoit
    estre par droit. Adonc retray li dis coens arrière et
    deffia le chevalier et chiaus dou chastiel et de le
    ville. A l'endemain, quant il eut oy messe, il commanda         10
    que tout fuissent armet et fist le chastiel assallir,
    qui moult fors estoit et bien pourveus et appareilliés
    pour le deffendre. Et li chevaliers messires
    Garniers de Cliçon, qui preus estoit, sages et hardis,
    fist ossi toutes ses gens armer, qui bien estoient trois        15
    cens arme(u)res et combatans, et fist çascun aler à
    se deffense là où il les avoit ordonnés et establis, et
    en prist environ quarante des plus hardis: si s'en
    vint hors dou chastiel jusques as bailles pour deffendre,
    se il peuist, quant il vei les assallans venir tous             20
    batilliés.

  [357] Mss. B 4, 3, fo 67, vo.--Ms. B 1, fo 101 vo (lacune).

  [358] Mss. B4, 3 fo 67 vo.--Ms. B1 (lacune).

    A ce premierain assaut, eut grant hustin et très
    durement trait et lanciet, et fuison de mors et de
    navrés de chiaus de dehors. Et y fist li dis chevaliers
    tant de biaus fais d'armes et souffri tant de cops              25
    durs et perilleus que on le devoit bien tenir pour
    preu. Mès au daarrain il y sourvint si grant fuisson
    des assallans, et se les semonnoit li contes si asprement,
    que cescuns s'esprouvoit, efforçoit et penoit
    de l'assallir et se mettoit en aventure: si ques, au            30
    daarrain, les bailles furent gaegnies, et convint les
    daarrains retraire vers le forterèce à grant meschief,
    car li assallant se ferirent entre yaus et en tuèrent
    aucuns. Et li chevaliers, qui y faisoit merveilles d'armes,
    les rescouoit et les metoit ce qu'il pooit à sauveté             5
    dedens la mestre porte. Quant cil qui estoient
    sus le port(e) veirent le grant meschief, il eurent paour
    de perdre le chastiel; si laissièrent avaler le grant
    restiel et encloirent le chevalier dehors et aucuns de
    leurs compagnons qui se combatoient fortement à                 10
    chiaus de dehors. Là fu li bons chevaliers à grant
    meschief et durement navrés en pluiseurs lius, et si
    compagnon, qui hors estoient fourclos, priès que tout
    mort; ne onques ne se volt rendre prisons pour requeste
    que on li fesist. Quant cil del chastiel veirent                15
    le grant meschief là où li chevaliers estoit et comment
    il se deffendoit, il s'efforcièrent de traire et de
    getter grosses pières à fais, tant qu'il fisent les assallans
    traire arrière, et ressachièrent sus un petit les
    restiaus; par quoi li chevaliers entra en le porte durement     20
    bleciés et navrés en pluiseurs heus, et aucuns
    de ses compagnons, qui demoret li estoient, tout navret
    ossi. Et li assallant retraiirent arrière à leurs logeis,
    durement travilliés, et li aucun blechiés et navrés,
    et li coens de Montfort durement courouciés de çou              25
    que li chevaliers li estoit escapés. A l'endemain, il fist
    faire et apparillier instrumens et engiens pour plus
    fortement assallir le chastiel, et bien dist qu'il ne s'en
    partiroit, pour bien ne pour mal, si l'aroit à se volenté.

    Au tierc jour apriès, il entendi par une espie                  30
    que li bons chevaliers messires Garniers de Cliçon
    estoit trespassés des plaies et des bleceures qu'il
    avoit receutes en lui deffendant, si comme voirs
    estoit, dont ce fu pités et damages. Si commanda
    tantost que cescuns se alast armer pour recommencier
    l'assaut moult vighereusement. Et adonc fist li
    coens traire avant aucuns estrumens qui fais estoient,           5
    et grans mairiens pour getter oultre les fossés pour
    venir as murs dou chastiel. Chil de dedens se deffendirent
    longement, de traire et de getter pières et feu
    et pos plains de cauch, jusques environ le heure de
    miedi. Adonc les fist requerre li contes qu'il se volsissent    10
    rendre et lui tenir à signeur, et il lor pardonroit
    son mautalent. Il eurent conseil entre yaus longement,
    tant que li contes fist cesser l'assaut. Au
    daarrains, quant il se furent longuement consilliet,
    il se rendirent de plain acord au dit conte, salve              15
    leurs corps, leurs membres et leur avoir. Si entra
    adonc li dis contes ens ou chastiel de Brait à peu de
    gens, et rechut le feauté de tous les hommes de le
    chastelerie, et y establi un chevalier pour chastelain en
    qui moult se fioit, puis revint à ses tentes tous joians.       20


    § 141. Quant li contes de Montfort fu revenus
    entre ses gens, et il eut establi ses gardes ens ou chastiel
    de Brait, il eut conseil qu'il se trairoit par devers
    le cité de Rennes qui estoit assés priès de là. Si fist
    deslogier ses gens et traire le chemin devers Rennes.           25
    Et par tout là où il venoit, il faisoit toutes manières
    de gens rendre et faire feaulté à lui comme à leur
    droit signeur. Et enmenoit tous chiaus qui se pooient
    aidier, avoecques lui, pour efforcier son host; et il ne
    l'osoient refuser ne laiier, pour doubtance de leurs            30
    corps. Et en ala tant ensi qu'il vint devant le cité de
    Rennes; si fist tendre ses tentes et ses gens logier entours
    (le ville et entours[359]) les fourbours. Quant cil
    de le cité de Rennes veirent ceste host logie entours
    leur ville et entours les fourbours, il fisent grant
    samblant d'yaus deffendre. Et avoient avoecques yaus             5
    un gentil homme, chevalier preu et hardi durement,
    qui manoit assés priès de là, et l'amoient entre yaus
    trop durement pour le loyauté de lui. Si l'avoient
    esleu et pris pour leur gouvrenement et chapitainne,
    et avoit nom messires Henris de Pennefort.                      10

  [359] Mss. B4, 3, fo 68.--Ms. B1, fo 102 (lacune).

    Si avint un jour que cilz eut volenté qu'il destourberoit
    les gens de l'host, s'il avoit compagnie.
    Si pourcaça tant qu'il eut compagnie de deus cens
    hommes de bonne volenté, et issi hors de le cité
    paisievlement à l'aube dou jour, et se feri à l'un              15
    des costés de l'host à toute se compagnie. Si abati
    tentes et logeis et en tua aucuns, par quoi li cris
    et li hahais mon(ta) tantost en l'ost, et cria cescuns
    as armes, et se commencièrent à deffendre. Droit
    à ce point se repairoit uns chevaliers, qui avoit fait          20
    le gait celle nuit, par devers l'ost, à toute se compagnie.
    Si oy le cri et le hahay et se trest celle part,
    au ferir des esporons, et encontra le chevalier et toute
    se compagnie qui s'en repairoit vers le cité. Si lor
    coururent sus vighereusement, et eurent bon puigneis            25
    et fort. Apriès yaus venoient courant cil de
    l'host qui estoient armet. Quant cil de le cité veirent
    le fais qui leur croissoit, il se desconfirent et s'en
    fuirent vers le cité ce qu'il peurent, mais il en domora
    grant fuison de mors et de pris. Et si y fu pris li chevaliers  30
    que tant amoient, messires Henris de Pennefort
    (et amenés devant le conte[360]) qui volentiers le vey.

  [360] Mss. B 4, 3, fo 68.--Ms. B 1, fo 102 vo (lacune).

    Quant tout furent repairiet à leur host, li contes
    eut conseil qu'il envoieroit le chevalier prison par
    devant le cité, et feroit requerre les bourgois qu'il            5
    li volsissent rendre le cité et faire feaulté à lui comme
    à leur signeur, ou il feroit pendre le chevalier devant
    le porte, par tant qu'il avoit entendu que li
    chevaliers estoit très durement amés de toute le communauté
    de Rennes. Ensi fu fait que consilliet fu.                      10
    Quant cil de le cité oïrent celle requeste et veirent
    le chevalier qu'il amoient tant à tel meschief, il en
    eurent grant pité. Si se traisent en le cité pour yaus
    consillier sour celle requeste que on leur avoit faite.
    Si se consillièrent moult longuement, car grans dissentions     15
    estoit entre yaus, car li communs avoit
    grant pitié dou chevalier qu'il amoient durement,
    et si avoient petit de pourveances pour le siège longement
    soustenir. Si se acordèrent finablement tuit
    à le pais. Et li grant bourgois, qui estoient bien              20
    pourveu, ne s'i voloient acorder.

    Si monteplia li dissentions si durement que li
    grant bourgois, qui estoient tout d'un linage, se traisent
    d'une part et disent tout hault que tout cil qui
    estoient de leur accord se traisissent d'une part et devers     25
    yaus. Il s'en traii tant de chiaus qui estoient de
    leur linage, qu'il furent bien doi mille, tout d'un
    acord. Quant li aultre commun veirent che, il se
    commencièrent à esmouvoir et à criier durement sus
    les grans bourgois, disant sur yaus laides parolles et          30
    villainnes. Et au daarrain il les coururent sus, et en
    tuèrent grant fuison. Quant li bourgois se veirent à
    tel dangier, (il) priièrent merci, et disent qu'il s'acorderoient
    à le volenté dou commun et dou pays.
    Adonc cessa li hustins, et coururent tous li communs
    ouvrir les portes, et rendirent le ditte cité au conte           5
    de Montfort; et li fisent feaulté et hommage, grans
    et petis, et le cogneurent à signeur. Ossi fist li chevaliers,
    messires Henris de Pennefort, et fu retenus
    de son conseil.                                                 10


    § 142. Adonc entra li contes de Montfort en le
    cité de Rennes à grant feste, et fist son host tout quoi
    logier as camps. Et fist le pais et l'acord entre les
    grans bourgois et les communs; puis establi baillieu,
    prevost, eskievins, sergans et tous aultres officiiers.         15
    Et sejourna en le cité trois jours, pour li reposer et
    son host ossi, et pour avoir avis comment il feroit de
    donc en avant. Au quart jour, il fist son hoost deslogier,
    et eut conseil de traire devers uns des plus fors
    chastiaus et forte ville sans comparison de toute Bretagne,     20
    que on claime Haimbon, et siet droitement sus
    un bon port de mer, et en va li fluns tout au tour
    par grans fossés. Quant messires Henris de Pennefort,
    qui estoit rendus (au conte[361]) et avoit juret son conseil,
    vei que li contes se trairoit par devers Haimbon,               25
    dont Oliviers de Pennefort ses frères avoit estet
    gouvrenères un grant temps et encores estoit, il eut
    paour qu'il ne mescheist à son frère par aucune
    aventure; si traist le conte d'une part à conseil et li
    dist: «Sire, je sui de vostre conseil, si vous doi
    feauté. Je voi que vous volés traire par devers Haimbon.
    Sachiés que li chastiaus et la ville sont si fort
    qu'il ne font mies à gaegnier, ensi que vous poriiés
    penser. Vous y poriés seoir et perdre le temps d'un              5
    an, ançois que vous le peuissiés avoir par force. Mais
    je vous dirai, se croire me volés, comment vous le
    porés avoir. Il fait boin ouvrer par engien, quant on
    ne poet avant aler par force. Vous me deliverés, se
    il vous plaist, jusques à six cens hommes à faire me            10
    volenté, et je les menrai devant vostre host par l'espasse
    de quatre liewes de terre, et porterai le banière
    de Bretagne devant mi. Jou ay dedens Haimbon un
    frère qui est gouvrenères dou chastiel et de le ville.
    Tantost qu'il vera le banière de Bretagne et il me cognistera,  15
    il me fera ouvrir le porte, et je enterai dedens
    à toutes gens, et me saisirai de le ville et des
    portes, et prenderai mon frère, et le vous renderai
    pris et à vostre volenté, se tantost il n'obeist à moy,
    mès que vous me prommetés que dou corps nul mal                 20
    ne li ferés.»--«Par mon chief, dist li contes, nennil.
    Et vous estes bien avisés, et vous amerai mieus
    que devant à tous jours mès, se par ensi faites que je
    soie sires de Haimbon, de le ville et dou chastiel.»

  [361] Mss. B 3, 4, fo 70.--Ms. B 1, fo 103 vo (lacune).


    § 143. Adonc se parti messires Henris de Pennefort               25
    de le route dou conte, en se compagnie bien six
    cens armeures de fier, et chevauça le jour tout entier,
    et sus le soir il vint en Haimbon. Quant Oliviers de
    Pennefort ses frères sceut que messires Henris venoit
    là, si en eut grant joie et cuida tout certainnement            30
    que ce fust pour lui aidier à garder le ville; si le
    laissa ens et ses gens d'armes, et vint contre lui sus
    le rue. Si tost que messires Henris le vei, il s'approça
    de lui et le prist et li dist: «Olivier, vous estes mon
    prisonnier.»--«Comment ce, respondi Oliviers!
    Je me sui confiiés en vous et cuidoie que vous venissiés         5
    chi pour moy aidier à garder et à deffendre
    ceste ville et ce chastiel.»--«Biaus frères, dist
    messires Henris, il ne va point ensi. Je m'en mach
    en possession et saisine de par le conte de Montfort,
    qui presentement est dus de Bretagne, et à qui j'ay             10
    fait feauté et hommage, et tous li plus grant partie
    dou pays ossi. Si y obeirés ossi. Et encores vault
    mieulz que ce soit par amours que par force, et vous
    en sara messires grignour gré.» Tant fu Oliviers de
    Pennefort preeciés et amonnestés de monsigneur                  15
    Henri son frère, qu'il s'acorda à lui et au conte de
    Montfort ossi, qui entra dedens Haimbon à grant joie;
    et fu plus liés de le prise et saisine de Haimbon que
    de telz quarante castiaus (qui[362]) sont en Bretagne, car
    il y a bonne ville et grosse et bon port de mer. Si se          20
    saisi tantost dou fort chastiel et de le ville, et y mist
    dedens ses gens et ses garnisons.

  [362] Ms. B 3, fo 70.--Mss. B 1, 4, fo 104 (lacune.)

    Et puis si se traist à toute son host par devant le
    cité de Vennes; et fist tant parler et trettier as bourgois
    et à chiaus de Vennes, qu'il se rendirent à lui                 25
    et li fisent feaulté et hommage comme à leur signeur.
    Il establi en le cité toutes manières d'officiiers et y
    sejourna deus jours.

    Au tierc jour, il s'en parti et ala assegier un trop
    fort chastiel, seant sus un hault tertre qui s'estent           30
    droit sus le mer, que on claime le Roceperiot. Si en
    estoit chastellains uns vaillans chevaliers et moult
    gentils homs que on clamoit monsigneur Olivier de
    Cliçon, cousins germains au signeur de Cliçon. Et
    sejourna par devant, à siège fait, plus de dix jours que         5
    onques ne peut trouver voie par quoi il peuist le
    chastiel gaagnier, si fors estoit il. Et si ne pooit
    trouver accord au gentil chevalier, par quoi il peuist
    obeir à lui, par promesses ne par manaces qu'il li
    peuist faire.                                                   10

    Si s'en parti atant et laissa le siège jusques à tant
    que plus grans pooirs li venroit, et ala assegier un
    aultre chastiel, à dix liewes priès de là, que on clamoit
    chastiel d'Auroy. Et en estoit chastellains uns
    gentilz chevaliers que on clamoit monsigneur Joffroi            15
    de Malatrait, et avoit à compagnon monsigneur Yvon
    de Tigri. Li dis coens fist assallir deus fois à celui
    castiel, mais il vey bien qu'il y poroit plus perdre
    que gaegnier. Si s'acorda à une triewe et à jour de
    parlement, par le pourcach monsigneur Hervi de                  20
    Lyon, qui adonc estoit avoech lui. Li parlemens se
    porta si bien que au pardaarrain il furent bon ami.
    Et fisent li doi chevalier feaulté au dit conte, et demorèrent
    gardiien dou dit chastiel et de celui pays,
    de par le dit conte.                                            25

    Atant se parti li contes de là et mena son host par
    devant un aultre fort chastiel, assés priès de là, que
    on claime Goy le Foriest. Chils qui chastelains en
    estoit veoit que li contes avoit grant host et que
    tous li pays se rendoit à lui: si ques, par l'enhort et         30
    le conseil monsigneur Hervi de Lyon, avoech qui il
    avoit estet grans compains en Grenate, en Prusce et
    en aultres estragnes contrées, il s'acorda au dit conte
    et li fist feaulté, et demora gardiiens del dit chastiel
    de par le conte.

    Tantost apriès, li contes se parti de là et s'en ala
    par devers Craais, bonne ville et fort chastiel, et              5
    avoit dedens un evesque qui sires en estoit. Chilz
    evesques estoit oncles au dit monsigneur Hervi de
    Lyon: si ques, par le conseil et l'amour del dit
    monsigneur Hervi de Lyon, il s'acorda au dit conte
    et le recogneut à signeur jusques adonc que venroit             10
    avant, qui plus grant droit mousteroit pour avoir la
    ducée de Bretagne.


    § 144. Pourquoi vous feroi je lonc compte? En
    tel manière conquist li dis contes de Montfort tout
    cel pays que vous avés oy, et fist par tout obeir à lui         15
    et appeller duc de Bretagne. Puis s'en ala à un port
    de mer que on claime Gredo, et departi toutes ses
    gens. Si les envoia par ses cités et forterèces, pour
    elles aidier à garder, puis se mist en mer à tout
    vingt chevaliers et naga tant qu'il vint en Cornuaille          20
    et arriva à un port c'on dist Cepsée. Si enquist dou
    roy englès où il le trouveroit. Il li fu dit que le plus
    dou tamps il se tenoit à Windesore. Dont chevauça
    celle part et toute se route; et fist tant par ses journées
    qu'il vint à Windesore, où il fu receus à grant                 25
    joie dou roy, de ma dame le royne et de tous les
    barons qui là estoient. Et fu grandement festiiés et
    honnourés, quant on sceut pour coi il estoit là venus.
    Premierement (il[363]) remoustra ses besongnes au roy
    englès, à monsigneur Robert d'Artois et à tout le conseil
    le roy, et dist comment il s'estoit mis en saisine
    et en possession de la ducée de Bretagne, qui escheue
    li estoit par le succession dou duc son frère daarrainnement
    trespassé de ce siècle. Or faisoit il                            5
    doubte que messires Charles de Blois ne li empeeçast,
    et li rois de France ses oncles ne li volsist oster par
    poissance; pour quoi il s'estoit là trais pour relever
    la ditte ducée et tenir en foy et en hommage dou
    roy d'Engleterre à tous jours, mès qu'il l'en fesist            10
    seur contre le roy de France et contre tous aultres
    qui empeecier li vorroient.

  [363] Ms. B 4, 3, fo 69 vo.--Ms. B1, fo 104 vo (lacune).

    Quant li rois englès eut oy ces parolles, il y entendi
    volentiers, car il regarda et ymagina que se
    guerre au roy de France en seroit grandement embellie,          15
    et qu'il ne pooit avoir plus belle entrée ou
    royaume ne plus pourfitable que par Bretagne, et
    que, de tant qu'il avoit guerriiet par les Alemans et
    les Braibençons, il n'avoit riens fait, fors que frettiiet
    et despendut grandement et grossement. Et                       20
    l'avoient mené et demené li signeur de l'Empire,
    qui avoient pris son or et son argent, ensi qu'il
    avoient volu, et riens fait. Si descendi à le requeste
    dou conte de Montfort liement et legierement, et
    prist le hommage de la ditte ducé de Bretagne, par              25
    la main dou conte de Montfort, qui se tenoit et appelloit
    dus de Bretagne. Et là li eut li rois englès en
    couvent, present les barons et les chevaliers qui
    d'Engleterre estoient et qu'il avoit là amenés de Bretagne,
    qu'il l'aideroit et deffenderoit et garderoit                   30
    comme son homme contre tous hommes, fust rois de
    France ou aultres, selonch son loyal pooir. De ces parolles
    et de ces hommages furent escriptes et (leues[364])
    lettres et seelées, dont cescune des parties eut les
    copies. Avoec tout ce, li rois et ma dame la royne
    donnèrent au conte de Montfort et à ses gens grans
    dons et biaus jeuiaus, car bien le savoient faire; et            5
    tant qu'il en furent tout content et qu'il disent que
    c'estoit uns nobles rois et vaillans et une noble
    royne, et qu'il estoient bien tailliet de regner encores
    en grant prosperité.

  [364] Ms B4, fo 70.--Ms. B1, fo 105: «levées.»

    Apriès toutes ces coses faites et acomplies, li contes          10
    de Montfort prist congiet et se parti d'yaus, et
    passa Engleterre. Et rentra en mer à ce meisme port
    où il estoit arivés, et naga tant qu'il arriva à Gredo
    en le Basse Bretagne. Et puis s'en vint en le cité de
    Nantes, où il trouva la contesse sa femme, à qui il             15
    recorda comment il avoit esploitiet. De ce fu elle
    toute joians, et li dist qu'il avoit très bien ouvré et
    par bon conseil. Si me tairai un petit d'yaus et
    parlerai de monsigneur Charlon de Blois, qui devoit
    avoir la ducée de Bretagne de par sa femme, ensi                20
    que vous avés oy determiner par devant.


    § 145. Quant messires Charles de Blois, qui tenoit
    à avoir à femme le droit hoir de Bretagne, entendi
    que li contes de Montfort conqueroit ensi par force
    le pays et les forterèces, qui estre devoient siennes           25
    par droit, il s'en vint à Paris complaindre au roy
    Phelippe son oncle. Li rois Phelippes ot conseil à
    ses douze pers quel cose il en feroit. Si douze per li
    consillièrent qu'il apertenoit bien que li dis coens
    de Montfort fust mandés et ajournés par souffissans
    messages à estre à un certain jour à Paris, pour oïr
    ce qu'il en vorroit respondre. Ensi fu fait. Li dis
    contes fu mandés et ajournés souffissamment; et fu
    trouvés en le cité de Nantes, grant feste demenant. Il           5
    fist grant chière et grant feste as messages, mais il
    eut pluiseurs diverses pensées ançois qu'il otriast le
    voie de l'aler au mandement dou roy à Paris. Toutes
    voies au darrain, il leur respondi qu'il voloit estre
    obeyssans au roy et qu'il iroit volentiers à son mandement.     10
    Si s'ordonna et apparilla moult richement
    et grandement, et se departi de Nantes en grant arroi
    et bien acompagniés de chevaliers et d'escuiers, et
    fist tant par ses journées qu'il entra en Paris à plus
    de trois cens chevaus, et se trest as hostelz moult ordeneement,15
    et fu là tout le jour et le nuit ossi.

    A l'endemain, à heure de tierce, il monta à cheval,
    et chevalier et escuier grant fuison avoecques lui, et
    chevauça vers le palais et fist tant qu'il y vint. Là
    l'attendoit li rois Phelippes, et tout li douze per et          20
    grant plenté des barons de France avoecques monsigneur
    Charlon de Blois. Quant li contes de Montfort
    sceut quel part il trouveroit le roy et les barons,
    il s'est trais viers yaus en une cambre où il estoient
    tout assamblé. Si fu moult durement regardés et salués          25
    de tous les barons, puis s'en vint encliner le
    roy moult humlement et li dist: «Sire, je sui chi
    venus à vostre mandement et à vostre plaisir.» Li
    rois li respondi et li dist: «Contes de Montfort, de
    ce vous sai je bon gré. Mais je m'esmerveille durement          30
    pour quoi ne comment vous avés osé entreprendre,
    de vostre volenté, le duchée de Bretagne où
    vous n'avés nul droit, car il y a plus proisme de
    vous, cui vous volés deshireter. Et pour vous mieus
    efforcier, vous estes alés à mon adversaire le roy
    d'Engleterre, et le avés de lui relevet et à lui fait
    feaulté et hommage, ensi que on le m'a compté.» Li               5
    contes respondi et dist: «Ha! sire, ne le creés pas,
    car vraiement vous estes de chou mal infourmés, je
    le feroie moult à envis. Mais de la proismeté dont
    vous me parlés m'est avis, sire, sauve vostre grasce,
    que vous en mesprendés, car je ne sçai nul si proçain           10
    del duch de Bretagne, mon frère daarrainnement
    mort, que moy. Et se jugiet et declaret estoit
    par droit que aultres y fust plus proismes de moy,
    je ne seroie point honteus ne rebelles del deporter.»
    Quant li roys entendi chou, il respondi et dist:                15
    «Sire coens, vous en dites assés, mès je vous commande,
    sur quanques vous tenés de moy et que
    tenir en devés, que vous ne vous partés de le cité
    de Paris jusques à quinze jours que li baron et li per
    jugeront de celle proismeté. Si sarés adonc quel                20
    droit vous y avés; et se vous le faites autrement, saciés
    que vous me couroucerés.» Li coens respondi
    et dist: «Sire, à vostre volenté.»

    Si se parti atant dou roy et vint à son hostel:
    venus, il entra en sa cambre et se commença à aviser            25
    et penser que, s'il attendoit le jugement des barons
    et des pers de France, que li jugemens poroit
    bien tourner contre lui, car bien li sambloit que
    li rois feroit plus volentiers partie pour monsigneur
    Charlon de Blois son neveu que pour lui.                        30
    Et veoit bien que, se il avoit jugement contre
    lui, que li rois le feroit arrester jusques à tant
    qu'il aroit tout rendu, cités, villes et chastiaus
    dont il tenoit ores le saisine et le possession, et
    avoech chou tout le grant tresor qu'il avoit trouvet
    et despendut. Se li fu avis pour le mains
    mauvais qu'il li valoit mieulz qu'il courouchast le              5
    roy et s'en ralast paisievlement par devers Bretagne,
    que il demorast en Paris en ce dangier et en si perilleuse
    aventure. Ensi qu'il pensa, ensi fut fait. Si
    monta si paisievlement et si couvertement, et se parti
    à si peu de compagnie qu'il fu ançois en Bretagne               10
    revenus que li rois ne aultres, fors cil de son conseil,
    sceuissent riens de son departement; ains pensoit
    cescuns qu'il fust dehetiés à son hostel. Quant il fu
    revenus dalés le contesse sa femme qui estoit à
    Nantes, il li compta toute sen aventure, puis ala par           15
    le conseil de sa femme, qui avoit bien coer d'omme
    et de lyon, par toutes les cités, les chastiaus et les
    bonnes villes qui estoient à lui rendues, et establi
    par tout bons capitainnes et si grant plenté de saudoiiers
    à piet et à cheval qu'il y couvenoit, et grans                  20
    pourveances de vivres à l'avenant. Et paia si bien
    tous saudoiiers à piet et à cheval que cescuns le servoit
    volentiers. Quant il eut (tout) ordonné ensi qu'il
    appertenoit, il s'en revint à Nantes dalés ma dame sa
    femme et dalés les bourgois de le cité, qui durement            25
    l'amoient par samblant, pour les grans courtoisies
    qu'il leur faisoit. Or me tairai un petit de lui et retourneray
    au roy de France et à son neveu monsigneur
    Charlon de Blois.


    § 146. Cescuns doit sçavoir que li rois de France               30
    fu durement courouciés, ossi fu messires Charles de
    Blois, quant il sceurent que li contes de Montfort
    leur fu ensi escapés et en estoit alés, ensi que vous
    avés oy. Toutes voies, il attendirent jusques à le quinsainne
    que li per et li dit baron de France devoient
    rendre leur jugement de la ducé de Bretagne. Si le               5
    jugièrent del tout à monsigneur Charlon de Blois et
    en ostèrent le conte de Montfort, par deus raisons:
    l'une, par tant que la dame, la femme monsigneur
    Charlon de Blois, qui estoit fille dou frère germain le
    duch qui mors estoit, de par le père dont la ducée              10
    lor venoit, estoit plus proçaine que li contes de
    Montfort, qui estoit d'un aultre père qui onques n'avoit
    estet dus de Bretagne. L'autre raisons si estoit
    que, s'il fust ensi que li contes de Montfort y ewist
    aucun droit, si l'avoit il fourfait par deus raisons:           15
    l'une, par tant qu'il l'avoit relevet d'aultre signeur
    que dou roy de France, de cui on le devoit tenir en
    fief; l'autre raison, pour tant qu'il avoit fourpasset
    le commandement son signeur le roy et brisiet son
    arrest et se prison, et s'en estoit partis sans congiet.        20

    Quant cilz jugemens fu rendus par plainne sieute de
    tous les barons, li rois en appella monsigneur Charlon
    de Blois et li dist: «Biaus niés, vous avés jugement
    pour vous de bel hiretage et grant. Or vous
    hastés et vous penés del reconquerre sour celi qui le           25
    tient à tort, et priiés tous vos amis qu'il vous voellent
    aidier à cest besoing, et je ne vous y faurrai mies; ains
    vous presterai or et argent assés. Et dirai à mon fil
    le duch de Normendie qu'il (se[365]) face chief avoecques
    vous. Et vous pri et commande que vous vos hastés.              30

  [365] Ms. B3, fo 72, vo.--Mss. B1, 4, fo 105 vo (lacune).

    Car, se li rois englès nos adversaires, de cui li contes
    de Montfort a relevet le ducée, venoit en Bretagne, il
    nous poroit trop durement porter grant damage, et
    ne poroit avoir plus belle entrée pour venir par deçà,
    meismement quant il aroit le pays et les forterèces              5
    de Bretagne de son acord.» Adonc messires Charles
    de Blois enclina son oncle, en merciant durement
    de ce qu'il li disoit et prommetoit. Si pria tantost là
    endroit le duch de Normendie son cousin, le conte
    d'Alençon son oncle, le duch de Bourgongne, le                  10
    conte de Blois son frère, le duch de Bourbon, messire
    Loeis d'Espagne, monsigneur Jakeme de Bourbon,
    le conte d'Eu connestable de France et le conte
    de Ghines son fil, le visconte de Roem, et en apriès
    tous les contes, les princes et les barons qui là estoient,     15
    qui tout li eurent en couvent que il iroient
    volentiers avoech lui et avoecques leur signeur le
    duch de Normendie, cescuns à tout tant de gens et
    de compagnie qu'il poroit avoir. Puis se departirent
    tout li prince et li baron deçà et delà. Si envoiièrent         20
    leurs messages par tout pour yaus appareillier et pour
    faire pourveances, ensi qu'il leur besongnoit pour
    aler en si lontain voiage et si diverses marces et
    pays. Et bien pensoient qu'il ne poroient avenir à
    lor entente sans avoir grant contraire.                         25


    § 147. Quant tout cil signeur, li dus de Normendie,
    li contes d'Alençon, li dus de Bourgongne, li
    dus de Bourbon et li aultre signeur, baron et chevalier
    qui devoient aler avoech monsigneur Charlon
    de Blois, pour lui aidier à reconquerre la ducée de             30
    Bretagne, ensi que vous avés oy, furent prest et leurs
    gens apparilliet, il se partirent de Paris li aucun, et
    li aultre de leur lieu. Si en alèrent li uns après les
    aultres, et se assamblèrent en le cité de Angiers;
    puis s'en alèrent jusques à Ancheni, qui est li fins del
    royaume à cestui costé delà, et sejournèrent là endroit          5
    trois jours, pour mieus ordonner leur conroy et
    leur charoi. Quant il eurent chou fait, il issirent hors
    pour entrer ens ou pays de Bretagne. Quant il furent
    as camps, il considerèrent leur pooir et estimèrent
    leur host à cinq mille armeures de fer, sans les Geneuois       10
    qui estoient là trois mille, si com jou ay oy
    depuis recorder. Et les conduisoient doi chevalier
    de (Gennes[366]): si avoit nom li uns messires Othes
    Doriie, et li aultres messires Charles Grimaus. Et si
    y avoit grant plenté (de bidaus[367] et) d'arbalestriers        15
    que conduisoit messires li Galois de le Baume.

  [366] Mss. B 1, 3, 4, fo 107: «Genueves.»

  [367] Mss. B 4, 3, fo 71.--Ms. B 1 (lacune).

    Quant toutes ces gens furent issu de Ancheni, il se
    traisent par devant un très fort chastiel seant hault
    sus une montagne par dessus une rivière: si l'appelle
    on Chastouseal, et est li clés et li entrée de Bretagne.        20
    Et estoit bien garnis et bien furnis de gens d'armes où
    que il y avoit deus moult vaillans chevaliers, qui en estoient
    chapitain, dont li uns avoit nom messire Milles
    et li aultres messire Walerans, et estoient de Loeraingne.
    Quant li dus de Normendie et li aultre signeur                  25
    que vous avés oy nommer veirent le chastiel si fort,
    il eurent conseil qu'il les assegeroient. Car, s'il passoient
    avant et laissoient une tèle garnison derrière
    yaus, ce leur poroit tourner à grant damage et à anoy.
    Si le assegièrent tout au tour et y fisent pluiseurs
    assaus, meismement li Geneuois qui s'abandonnoient
    durement et follement, pour yaus mieus moustrer à
    cest commencement, si qu'il y perdirent de leurs
    compagnons par pluiseurs fois, car cil dou chastiel              5
    se deffendirent durement et sagement: si ques li signeur
    demorèrent grant pièce devant, ançois qu'il le
    peuissent (avoir[368]). Mais au daarrain il fisent si grant
    attrait de mairiens et de velourdes, et les fisent mener
    par force de gens jusques as fossés dou chastiel,               10
    et puis fisent assallir très fortement: si ques, tout en
    assallant, il fisent emplir ces fossés de ces mairiens
    et velourdes, tant que qui estoit couvers il pooit bien
    aler jusques as murs, combien que cil dou chastiel
    se deffendesissent si bien et si vassaument que on ne           15
    poroit mieus deviser, tant que de traire, de getter
    pières, cauch et feu ardant à grant fuison. Et cil de
    dehors avoient fait chas et instrumens, par quoi on
    pikoit les murs, tous couvers. Que vous feroi je lonch
    compte? Cil del chastiel veirent bien qu'il ne se poroient      20
    longuement tenir, puis que on pertruisoit les
    murs. Et si savoient bien qu'il n'aroient point de secours
    ne point de merci, se il estoient pris par force.
    Si eurent conseil entre yaus qu'il se renderoient,
    sauves leurs vies et leurs membres, si qu'il fisent. Et         25
    les prisent li signeur à merci. Ensi fu gaagniés par
    ces signeurs de France cilz premiers chastiaus que on
    claime Chastouseaulz, dont il orent moult grant joie,
    car il lor sambla que ce fust bons commencemens
    de leur emprise.                                                30

  [368] Mss. B 4, 3, fo 71.--Ms. B 1, fo 107 vo (lacune).


    § 148. Quant li dus de Normendie et li aultre signeur
    eurent conquis Chastouseaulz, si com vous
    avés oy, li dus de Normendie, qui estoit souverains
    de tous, le livra tantost à monsigneur Charlon de
    Blois comme sien, et il mist dedens bon chastelain               5
    et grant fuison de gens d'armes, pour garder l'entrée
    dou pays, et pour conduire chiaus qui venroient
    apriès yaus. Puis se deslogièrent li signeur et se traisent
    par devers Nantes, là où il tenoient que li contes
    de Montfort leurs ennemis estoit. Si lor avint que li           10
    mareschal de l'host et li coureur trouvèrent entre
    voies une bonne ville et grosse, bien fremée de fossés
    et de palis; si l'assallirent fortement. Ichil dedens
    estoient peu de gens et petitement armé; si ne se
    peurent deffendre contre les assallans, meismement              15
    contre les arbalestriers des Geneuois. Si fu la ville
    tantost gaagnie, toute robée, et bien li moitiés arse,
    et toutes gens mis à l'espée, dont ce fu pités. Et appelle
    on le ville Quarquefoure, et siet à quatre liewes
    ou à cinq priès de Nantes. Li signeur logièrent celle           20
    nuit là entour.

    L'endemain, il se deslogièrent et se traisent par
    devers le cité de Nantes; si le assegièrent tout au tour.
    Et fisent tendre tentes et pavillons si bellement et si
    ordonneement que vous savés que François scèvent                25
    bien faire. Et cil qui estoient dedens le cité pour le
    garder, dont il y avoit grant fuison de gens d'armes
    avoecques les bourgois, se alèrent tout armer et se
    maintinrent celui jour moult bellement, cescuns à sa
    deffense, ensi qu'il estoit ordonnés. Celui jour entendirent    30
    cil de l'host à yaus logier et aler fourer. Et aucun
    bidau et Geneuois alèrent priès des bailles pour
    escarmucier et paleter. Et aucun des saudoiers et des
    jones bourgois issirent hors encontre yaus: si qu'il
    y ot trait et lanciet, et des mors et des navrés d'un
    costet et d'autre, si com il a souvent en si faites besongnes.
    Ensi y eut là des escarmuces par deus ou                         5
    par trois fois, tant que li hos demora là.

    Au pardarrain, il y avint une aventure assés sauvage,
    ensi que jou oy recorder ceulz qui y furent.
    Car aucun des saudoiiers de le cité et des bourgois
    issirent hors une matinée à l'aventure, et trouvèrent           10
    jusques à quinze chars chargiés de vivres et de
    pourveances qui en aloient vers l'ost, et gens qui
    les conduisoient jusques à soissante, et cil de le
    cité estoient bien deus cens. Si les coururent sus et
    les desconfirent, et en tuèrent les aucuns, et fisent les       15
    chars chariier par devers le cité. Li cris et li hus en
    vint jusques en l'ost. Si s'ala cescuns armer au plus
    tost qu'il peut, et courut cescuns apriès les chars
    pour rescourre le proie; et les raconsievirent assés
    priès des bailles de le cité. Là monteplia très durement        20
    li hustins, car cil de l'host y vinrent à si grant
    fuison que li saudoiier en orent trop grant fais. Toutes
    voies, il fisent desteler les chevaus et les cachièrent
    dedens le porte, à fin que, s'il avenoit que cil
    de l'host obtenissent le place, que il ne peuissent             25
    remener les chars ne les pourveances si legierement.
    Quant li aultre saudoiier de le cité veirent le hustin,
    et que leur compagnon avoient trop grant fais, aucun
    issirent hors pour yaus aidier. Ossi fisent des aultres
    bourgois, pour aidier leurs parens. Ensi monteplia              30
    très durement li hustins, et y eut tout plain de mors
    et de navrés d'un costet et d'aultre, et grant fuison
    de bien deffendans et d'assallans. Et dura cils hustins
    moult longement, car toutdis croissoit li force de
    chiaus de l'host. Et sourvenoient toutdis nouvelles
    gens reposés.

    Tant avint que, au pardarrain, messires Hervis de                5
    Lyon, qui estoit li uns des mestres consillières le
    conte de Montfort et ossi de toute le cité, et qui
    moult bien s'estoit maintenus et moult vassaument
    à ce hustin, et moult avoit reconforté ses gens, quant
    il vei qu'il estoit poins de retraire et qu'il pooient          10
    plus perdre au demorer que gaegnier, il fist ses gens
    retraire au mieulz qu'il peut, et les deffendoit en retraiant
    et garandissoit au mieulz qu'il pooit. Si leur
    avint qu'il furent si priès sievi au retraire qu'il y eut
    grant fuison de mors, et pris bien deus cens et plus            15
    des bourgois de le cité, dont leur père, leur frère et
    leur ami furent durement dolent et courouciet. Ossi
    fu li contes de Montfort qui en blasma durement
    monsigneur Hervi de Lyon, par courouch de chou
    qu'il les avoit si tost fait retraire. Et li sambloit que       20
    par le retraite ses gens estoient perdu. De quoi messires
    Hervis fu durement merancolieus. Et ne volt
    onques, puissedi, venir au conseil le conte, se petit
    non. Si s'en esmervilloient durement les gens pour
    quoi il le faisoit.                                             25


    § 149. Or avint, ensi que jou ay oy recorder, que
    aucun des bourgois de le cité, qui veoient leurs biens
    destruire dedens le cité et dehors, et avoient leurs
    amis et leurs hoirs et enfans en prison et doubtoient
    encores pis à venir, se avisèrent et parlèrent ensamble         30
    tant qu'il eurent entre yaus acord de trettier à
    ces signeurs de France couvertement, par quoi il
    peuissent venir à pais et ravoir leurs enfans et amis
    quittes qui estoient en prison. Si trettièrent tant paisievlement
    et couvertement que acordé fu que il raroient
    les prisons tous quittes; et il devoient livrer                  5
    l'une des portes ouvertes pour les signeurs entrer en
    le cité et pour aler prendre le conte de Montfort
    dedens le chastiel, sans riens fourfaire ailleurs en le
    cité, ne à corps, ne à biens. Ensi que acordé (et
    traictié[369] fu) fu fait. Et entrèrent li signeur et ceulz     10
    qu'il veurent avoir avoech yaus, en une matinée, en
    le cité de Nantes, par l'acord des bourgois, et alèrent
    droit au chastiel ou au palais. Si brisièrent les huis
    et prisent le conte de Montfort et l'en menèrent hors
    de le cité, à leurs tentes, si paisievlement qu'il ne           15
    fourfisent riens ne as corps ne as biens de le cité. Et
    vorrent bien aucunes gens dire que ce fu fait assés de
    l'accord et pourcach ou consentement monsigneur
    Hervi de Lyon, pour tant que li coens l'avoit rampronnet,
    si com vous avés oy. Or ne sçai je pas, quoi                    20
    qu'il en fust d'aucunes gens soupeçonnés, se ce fu
    voirs ou non, car bien ap(pa)rut en ce que, apriès
    che fait, il fu toutdis de l'accord et conseil del dit
    monsigneur Charle. Ensi que vous avés oy, et que
    jou ay oy recorder, fu pris li contes de Montfort en            25
    le cité de Nantes, l'an de grasce mil trois cens et quarante
    un, entour le feste de le Toussains.

  [369] Mss. B 4, 3, fo 72.--Ms. B 1, fo 109 (lacune).

    Tantost apriès chou que li contes de Montfort fu
    pris et menés as tentes, li signeur de France entrèrent
    en le cité, tout desarmet, à moult grant feste.                 30
    Et fisent li bourgois et tout cil del pays au tour
    feaulté et hommage à monsigneur Charle de Blois,
    comme à leur droit signeur. Si demorèrent li signeur
    en le cité par l'espasse de trois jours, à grant feste,
    pour yaus aaisier et pour avoir conseil entre yaus               5
    qu'il poroient faire de donc en avant. Si se acordèrent
    à çou, pour le milleur, qu'il s'en retourneroient
    par devers France et par devers le roy et li liveroient
    le conte de Montfort pour prison, car il avoient
    moult grandement bien esploitiet, ce lor sambloit,              10
    et par tant ossi qu'il ne pooient bonnement plus
    avant hostoiier ne guerriier, pour l'ivier temps qui
    entrés estoit, fors par garnisons et forterèces, ce leur
    sambloit. Si consillièrent à monsigneur Charle de
    Blois qu'il se tenist en le cité de Nantes et là entour         15
    jusques au nouviel temps d'esté, et fesist ce qu'il
    peuist par ses saudoiiers et par ses forterèces qu'il
    avoit reconquises. Puis se partirent tout li signeur
    sour ce pourpos, et fisent tant par leurs journées
    qu'il revinrent à Paris là où li rois estoit; se li livrèrent   20
    le conte de Montfort pour son prison. Li rois le
    rechut à grant joie, et le fist emprisonner en le tour
    dou Louvre dalés Paris, là où il demora longement.
    Au pardarrain, y morut il, ensi que jou ay oy recorder,
    et qu'il fu verités.                                            25


    § 150. Or voel jou retourner à le contesse de
    Montfort, qui bien avoit corage d'omme et coer de
    lyon. Elle estoit en le cité de Rennes, quant elle entendi
    que ses sires estoit pris, en le manière que vous
    avés oy. Se elle en fu dolente et couroucie, ce puet            30
    cescuns et doit penser et savoir, car elle pensa mieus
    que on deuist mettre son signeur à mort qu'en prison.
    Et comment que elle ewist grant doel au coer,
    si ne fist elle mies comme femme desconfortée,
    mès comme (homs[370]) fiers et hardis, en reconfortant
    vaillamment tous ses amis et ses saudoiiers. Et leur             5
    moustroit un petit fil que elle avoit, que on appelloit
    Jehan ensi que le père, et disoit: «Ha! signeur,
    ne vous desconfortés mies ne esbahissiés pour monsigneur
    que nous avons perdu: ce n'estoit que uns
    seulz homs. Veés ci mon petit enfant qui sera, s'il             10
    plaist à Dieu, ses restoriers, et qui vous fera des
    biens assés. Et vous pourcacerai tèle chapitainne et
    tel mainbour par cui vous serés tous reconfortés.»

  [370] Mss. B 4, 3, fo 72 vo.--Ms. B 1, fo 109 vo (lacune).

    Quant la dessus ditte dame et contesse eut ensi
    reconforté ses amis et ses saudoiiers qui estoient à            15
    Rennes, elle ala par toutes ses bonnes villes et ses
    forterèces, et menoit son jone fil avoecques lui; et les
    sermonnoit et reconfortoit en tèle manière que elle
    avoit fait chiaus de Rennes, et renforçoit les garnisons
    de gens et de quanques fallir leur pooit. Et                    20
    paia largement par tout, et donna assés d'abondance
    là où elle pensoit que bien emploiiet estoit. Puis
    s'en vint en Hembon sus la mer, qui est forte ville
    et grosse et fors chastiaus. Là se tint elle et son fil
    avoecques lui, tout cel ivier. Souvent envoioit viseter         25
    ses garnisons et reconfortoit ses gens, et paioit moult
    largement leurs gages. Si me tairai atant de ceste
    matère et retournerai au roy Edouwart d'Engleterre,
    et conterai quelz coses li avinrent apriès le departement
    dou siège de Tournay.                                           30


    § 151. Vous avés bien chi dessus oy recorder
    comment, le siège durant devant Tournay, li signeur
    d'Escoce avoient repris pluiseurs villes et forterèces
    sus les Englès qu'il tenoient ou royaume d'Escoce,
    et par especial Haindebourch, qui plus les avoit                 5
    heriiés et cuvriiés que nulz des aultres, par l'avis et
    le soutilleté de monsigneur Guillaume de Douglas.
    Et encores estoient Struvelin, qui sciet à vint liewes
    d'Aindebourch, la cités de Bervich et Rosebourc,
    englès; et plus n'en y avoit demoret que tout ne                10
    fuissent reconquis. Et seoient li dit Escot à siège fait,
    et aucun signeur de France avoech yaus, que li rois
    Phelippes y avoit envoiiet pour parfaire leur guerre,
    devant le chastiel de Struvelin. Et l'avoient telement
    astraint et constraint et travilliet que li Englès, qui         15
    dedens (estoient[371]) et qui le gardoient, ne le pooient
    longuement tenir.

  [371] Mss. B 4, 3, fo 73.--Ms. B 1, fo 110 (lacune).

    Dont il avint que, quant li Englès se furent parti
    de Tournay et retourné en leur pays, li rois Edowars
    leur sires fu enfourmés des Escos comment il avoient            20
    chevauciet et reconquis les villes et les chastiaus
    d'Escoce, qui de jadis li avoient tant cousté au prendre,
    et seoient encores li dit Escot devant Struvelin. Si
    eut li rois englès conseil et (volenté[372] de) chevaucier vers
    Escoce, si com il fist, et se mist au chemin entre le           25
    Saint Mikiel et le Toussains; et fist un très grant mandement
    et très fort que toutes gens d'armes et arciers
    le sievissent et venissent à lui vers Evruich, car là
    s'en aloit il et y faisoit sen assemblée. Dont s'esmurent
    toutes manières de gens parmi Engleterre, et s'en vinrent
    celle part là où il estoient semons et mandé. Et
    meismement li rois tout devant s'en vint à Evruich et
    là s'arresta, en sourattendant ses gens qui venoient à
    grant effort li uns apriès l'autre. Li signeur d'Escoce,         5
    qui furent enfourmé de le venue dou roy englès qui
    venoit sus yaus, et qui le dit chastiel de Struvelin
    avoient assegiet, se hastèrent telement et si constraindirent
    chiaus de le ditte garnison, par assaus
    d'engiens et de kanons, que par force il les couvint            10
    rendre as Escos. Et leur delivrèrent le forterèce par
    tel manière qu'il s'en partoient, salve leurs corps et
    leurs membres, mais riens dou leur n'en portoient.
    Ensi recouvrèrent li dit Escot le chastiel de Struvelin.
                                                                    15
  [372] Mss. B4, 3, fo 73.--Ms. B1 (lacune).

    Ces nouvelles vinrent au roy englès qui encores
    se tenoit en Evruich: se ne li furent mies trop plaisans.
    Et se parti de le ditte cité et se trest par devers
    Duremme et passa oultre, et puis vint au Noef
    Chastiel sur Thin. Et se logièrent ses gens en le ditte         20
    ville ou ens ès villages d'environ. Et là sejournèrent
    plus d'un mois, en attendant leurs pourveances
    que on avoit mis sus mer et qui leur devoient venir,
    mais petit leur en vinrent. Car leurs vassiaus eurent
    si grant fortune sus mer, entre le Toussains et le              25
    Saint Andrieu, que pluiseurs de leurs nefs furent peries;
    et s'en alèrent arriver par vent contraire, volsissent
    ou non, en Hollandes et en Frise. Dont li Englès,
    qui se tenoient au Noef Chastiel et là entour,
    eurent moult de disètes et de chier temps. Et ne                30
    pooient aler avant, car se il fuissent passet, il ne
    sceuissent où fourer ne recouvrer de vivres, car li
    yviers estoit entrés, et si avoient li Escoçois tous
    leurs biens, bleds et avainnes, mis et bouté en leurs
    forterèces. Et si avoit li rois englès grant gent avoecques
    lui, bien six mille hommes à chevaus et quarante
    mille hommes de piet; si leur falloit fuison                     5
    de pourveances.

    Li signeur d'Escoce, qui s'estoient retrait devers
    le forest de Gedours apriès le prise de Struvelin,
    entendirent bien que li rois d'Engleterre sejournoit
    au Noef Chastiel sur Thin à grant gent, encoragiés              10
    durement d'ardoir et exillier leur pays,
    ensi qu'il avoit fait aultre fois. Si eurent conseil
    entre yaus et avis, par grant deliberation, quel cose
    il poroient faire et comment il s'en maintenroient,
    car il estoient peu de gens, et avoient longement               15
    guerriiet par l'espasse de sept ans et plus sans signeur,
    et jut as camps et ès foriès à grant mesaise.
    Et encores n'avoient il point (le[373]) roy leur
    signeur; si en estoient tout anoieus et naisis. Si
    se acordèrent à ce que il envoieroient devers le                20
    roy englès un evesque et un abbé, pour requerre
    aucune triewe. Li quel message se partirent des
    Escos, et chevaucièrent tant qu'il vinrent en le ville
    dou Noef Chastiel sur Thin, et trouvèrent là le roy
    englès et grant fuison de baronnie dalés lui. Cil               25
    doi prelat d'Escoce, qui là avoient esté envoiiet sus
    saufconduit, se traisent devers le roy englès et son
    conseil et remoustrèrent leur besongne si bellement
    et si sagement que une triewe fu acordée à durer
    quatre mois tant seulement, par tèle condition que              30
    cil d'Escoce devoient envoiier en France après le roy
    David messages souffissans; et li segnefieroient que,
    s'il ne venoit dedens le jour de may ensiewant si
    poissamment que pour resister as Englès et deffendre
    son pays, il se renderoient au roy englès, ne jamais             5
    ne le tenroient à signeur. Ensi furent les triewes
    acordées et affremées, et retournèrent li message deviers
    leurs gens en Escoce, et recordèrent comment
    il avoient exploitié. Che pleut moult bien as Escos; et
    ordonnèrent tantost gens pour envoiier en France,               10
    monsigneur Robert de Versi et monsigneur Symon
    Fresiel et deus aultres chevaliers, qui s'en devoient
    aler en France par devers le roy leur signeur et
    conter ces nouvelles. Et li dis rois englès, qui au
    Noef Chastiel sejournoit à grant mesaise et ossi toutes         15
    ses gens par deffaute de pourveances et de vivres,
    et pour ce s'estoit il plus priès pris d'acorder à le
    triewe, se parti de là et s'en revint arrière en Engleterre
    et donna toutes ses gens congiet; si s'en rala
    cescuns en son lieu.                                            20

  [373] Mss. B4, 3, fo 73 vo.--Ms. B1, fo 110 vo: «dou.»

    Or avint ensi que, quant ces triewes furent acordées
    et li message d'Escoce qui furent envoiiet en
    France apriès le roy David, il passèrent à Douvres
    le mer. Et li rois David, qui par le terme de sept
    ans et plus avoit demoret en France et savoit que               25
    ses pays estoit si foulés et si gastés que vous avés
    oy et savoit ses gens en grant meschief pour les
    Englès, eut conseil qu'il prenderoit congiet au roy
    Phelippe de France et s'en revenroit en son royaume,
    pour ses gens viseter et reconforter. Si le fist et se          30
    mist à voie entre lui et ma dame sa femme, anchois
    que li message d'Escoce, qui à lui avoient estet envoiiet,
    parvenissent à lui. Et s'estoit mis en mer à
    un aultre port, en le gouvrenance d'un maronnier
    que on clamoit monsigneur Richart le Flamench, si
    qu'il ariva au port de Morois en Escoce, ançois que
    cil signeur d'Escoce qui remandé l'avoient le sceuissent.        5
    Et quant il le sceurent, il en eurent grant joie.
    Si s'esmurent tuit et vinrent à grant solennité et à
    grant feste là où il estoit. Et le amenèrent très noblement
    et solennelment à un(e) cité que on claime
    Saint Jehan (en[374]) Escoce, où on prent le bon saumon         10
    et grant fuison.

  [374] Mss. B4, 3, fo 73 vo.--Ms. B1, fo 111 (lacune).

    § 152. Quant li jones rois David d'Escoce et ma
    dame la royne Ysabiel sa femme furent venu en
    le cité dessus ditte, on le sceut tantost parmi le pays.
    Si vinrent là gens de toutes pars pour lui veoir et             15
    festiier, car on ne l'avoit veu, grant temps avoit;
    cescuns doit savoir que on li fist grant feste. Quant
    toutes ces festes et ces bien venues furent passées,
    cescuns li ala remoustrer et complaindre ses damages
    et ses mescheances, au mieulz qu'il peut, et toute              20
    le destruction que li rois Edowars et li Englès avoient
    fais en son pays. Li jones rois David eut grant doel
    et grant pitié quant il vei ensi son pays destruit et
    ses gens ossi complaindre, ossi ma dame la royne sa
    femme qui en plora assés. Quant li rois eut oy toutes           25
    les complaintes des uns et des aultres, il les reconforta
    au mieuls qu'il peut, et dist qu'il s'en vengeroit, ou il
    perderoit le remanant, ou il morroit en le painne.
    Puis eut conseil tel qu'il envoia grans messages par
    tout ses amis lonc et priès, en priant et requerant
    humlement que cescuns fust appareilliés pour lui aidier
    à cest besoing. A celui mandement vint li contes
    d'Orkenay, uns grans princes et poissans, et avoit à
    femme (la seur[375]) le signeur le roy. Chilz y vint à grant     5
    poissance de gens d'armes, et pluiseur aultre grant
    baron et chevalier de Souède, de Norvèghe et de
    Danemarce, li un par amour et li autre par saudées.
    Tant en y vint d'un costé et d'aultre qu'il furent bien,
    quant tout furent venu entour le cité de Saint Jehan            10
    en Escoce, au jour que li dis rois les avoit mandés,
    soixante mille hommes à piet et sour hagenées, et
    bien trois mille armeures de fier, chevaliers et escuiers,
    parmi les signeurs et chiaus dou pays d'Escoce.
                                                                    15
  [375] Mss. B4, 3, fo 74.--Ms. B 1, fo 111 vo (lacune).

    Quant tout furent assamblet et appareilliet, il s'esmurent
    pour aler exillier chou qu'il poroient dou
    royaume, car la triewe estoit (espirée[376]) et li quatre
    mois acompli et plus où il disoient ensi qu'il se combateroient
    au roy, qui tant d'anois leur avoit fais et                     20
    de damages. Si se partirent de le ville de Saint Jehan
    en Scoce moult ordeneement et vinrent ce premier
    jour jesir à Donfremelin, et puis passèrent à l'endemain
    un brac de mer entre Donfremelin et Struvelin.
    Quant il furent tout oultre, il cheminèrent à                   25
    grant esploit et passèrent desous Haindebourch, et
    puis toute l'Escoce, et par dalés le fort chastiel de Rosebourch
    qui se tenoit englès, mais point n'i assallirent,
    car il ne voloient mies faire blecier leurs gens et
    aleuer leur artillerie, car il ne savoient quel besoing
    il en aroient, pour tant qu'il esperoient à faire un
    grant fait ains leur retour. Apriès passèrent il assés
    priès de le cité de Bervich dont messires Edouwars
    de Bailluel estoit chapitainne et souverains, et puis            5
    cheminèrent oultre sans point assallir, et entrèrent
    ou royaume de Northombrelant et vinrent sus le rivière
    de Thin, ardant et destruisant tout le pays; et
    fisent tant par leurs journées qu'il vinrent par devant
    le Noef Chastiel qui siet sus le rivière de Thin. Là se         10
    loga li rois David et toutes ses hos celle nuit, pour savoir
    et veoir se il y poroit de riens esploitier. Quant
    ce vint à le matinée ensi que droit au point dou jour,
    aucun compagnon gentil homme de là environ, qui
    estoient dedens le ville, se partirent par une porte            15
    paisievlement pour esmouvoir l'ost. Et estoient bien
    deus cens et plus, hardis et entreprendans. Puis se
    ferirent à l'un des costés de l'host droitement as logeis
    le conte de Moret, qui s'armoit d'argent à trois
    orilliers de geules. Si le trouvèrent en son lit; si le         20
    prisent, et tuèrent grant (plenté[377]) de ses gens, ançois
    que li host fust esvilliés ne estourmis, et gaegnièrent
    grant plenté d'avoir. Puis s'en retournèrent en le
    ville baudement et à grant joie, et livrèrent le conte
    de Mouret au chastelain monsigneur Jehan de Noefville           25
    qui en fist grant feste. Quant cil de l'host furent
    estourmi et armé et il sceurent l'aventure, il coururent
    comme tout foursené jusques as bailles de le
    ville, et fisent un grant assaut qui dura moult longement;
    mais petit lor valu, ains perdirent assés de                    30
    leurs gens. Car en le ville avoit grant fuison de
    bonnes gens d'armes qui bien et sagement le deffendirent;
    par quoi il couvint les assallans retraire à
    leur grant perte.

  [376] Mss. B4, 3, fo 74.--Ms. B 1, fo 111 vo: «inspirée.»

  [377] Mss. B4, 3, fo 74.--Ms. B 1, fo 112 (lacune).


    § 153. Quant li rois David et si consilleur veirent              5
    bien que li demorers là endroit ne leur pooit porter
    pourfit ne honneur, il se partirent de là et entrèrent
    ens ou pays de l'evesquiet de Durem. Si l'ardirent et
    gastèrent tout, puis se traisent par devant le cité de
    Duremmes. Et le assegièrent et y fisent pluiseurs grans         10
    assaus comme gens foursenés, pour tant qu'il avoient
    perdu le conte de Mouret. Et il savoient bien qu'il
    avoit en le cité très grant avoir assamblet, car tous
    li pays d'entours y estoit afuiois; si se penoient d'assallir
    cescun jour plus aigrement. Et faisoit li dis                   15
    rois d'Escoce faire estrumens et engiens, pour venir
    à segur jusques as murs. Quant il se furent departi
    de devant le Noef Chastiel, messires Jehans de Nuefville,
    chastelains pour le temps et souverains dou Noef
    Chastiel, se parti de nuit, montés sus fleur de coursier,       20
    et eslonga les Escos, car il savoit toutes les
    adrèces et les refuites dou pays, pour tant que il en
    estoit; et fist tant que, dedens cinq jours, il vint à
    Chartesée où li rois englès estoit adonc. Et li conta
    et remoustra comment li rois d'Escoce, à grant poissance,       25
    estoit entrés en son pays et ardoit et exilloit
    tout devant lui, et l'avoit laissiet devant le cité de
    Durem.

    De ces nouvelles fu li rois englès moult irés et
    courouciés. Si mist tantost messagiers en oevre et              30
    les envoia par tout et manda à toutes manières de
    gens, chevaliers et escuiers, et autres gens dont on
    se pooit aidier, deseure l'eage de quinze ans et desous
    soixante ans, que nulz ne s'escusast, mès venissent,
    ses lettres veues et ses mandemens oys, tantost
    devers lui sus les marces dou north, pour aidier à               5
    deffendre son royaume que li Escot destruisoient.
    Adonc s'avancièrent conte, baron, chevalier et escuier
    et communautés des bonnes villes, et se hastèrent
    durement pour obeir au mandement dou roy
    leur signeur, et se misent tout à voie et de grant volenté      10
    par devers Evruich. Et meismement li rois se
    parti tout premierement et n'attendi nullui, tant
    avoit grant haste; mais tout dis li croissoient et venoient
    gens de tous costés.

    Endementrues que cilz rois se traioit par devers le             15
    cité d'Evruich, et que cescuns le sievoit qui mieus
    pooit, li roys d'Escoce fist si fortement assallir à le
    cité de Duremme par estrumens et engiens qu'il avoit
    fais, que cil de le cité ne le peurent garandir ne deffendre
    que elle ne fust prise par force et toute robée                 20
    et arse, et toutes gens mis à mort sans merci. Femmes
    et hommes, prestres, monnes, chanonnes et petis
    enfans, qui estoient fuis à le grande eglise, furent tout
    ars et peri dedens l'eglise, car li feus y fu boutés, de
    quoi ce fu horrible pités. Car en le cité de Durem ne           25
    demora adonc homs ne femme, ne petis enfans, ne
    maison ne eglise, que tout ne fuissent mis à destruction.
    Dont ce fu grans pités et cruèle foursenerie et
    est, quant on destruit ensi sainte chrestieneté et les
    eglises où Diex est servis et honnerés.                         30


    § 154. Quant chou fu avenu, li rois David eut
    conseil qu'il se retrairoit arrière selonch le rivière
    de Thin, et se trairoit par devers le ville de Cardueil,
    qui est à l'entrée de Galles. Ensi qu'il aloit celle part,
    il se loga une nuit et toute sen host assés priès dou
    fort chastiel de Salebrin, qui estoit au conte de Salebrin,      5
    qui fu pris avoec le conte de Sufforch en le
    marce de Pikardie par devant Lille en Flandres et estoit
    encores en prison par dedens Chastelet à Paris.
    En ce fort chastiel sejournoit adonc la noble dame la
    contesse de Sallebrin, qui on tenoit pour la plus belle         10
    dame et le plus noble d'Engleterre. Et estoit cilz fors
    chastiaus bien garnis de gens d'armes. Si en estoit
    gardiiens et souverains uns gentilz bachelers preus et
    hardis, filz de le sereur le conte de Sallebrin. Et avoit
    cilz nom messires Guillaumes de Montagut apriès son             15
    oncle qui ensi eut nom, car li rois le maria et li donna
    le conté de Sallebrin pour se proèce et pour le bon
    service qu'il avoit toutdis en lui trouvet. Quant celle
    nuit fu passée, li hos le roy d'Escoce se desloga pour
    traire avant par devers Carduel, ensi que proposé               20
    estoit. Et passèrent li Escot par routes assés priès de
    ce fort chastiel, durement chargiet d'avoir qu'il avoient
    gaegniet à Duremmes et ou pays environ Durem.

    Quant li bacelers messires Guillaumes de Montagut
    vey del chastiel qu'il estoient tout passet, et qu'il ne        25
    arresteroient point pour assallir au chastiel, il issi hors,
    tous armés, à tout quarante compagnons d'armes, et
    sievi apertement après le daarrain trahin qui avoient
    chevaus si chargiés d'avoir que à grant mesaise pooient
    il aler avant. Si les raconsievirent à l'entrée d'un bois       30
    et leur coururent seure. Et en tuèrent et en blechièrent
    il et si compagnon plus de deus cens; et prisent
    bien sis vingt chevaus chargiés de jeuiaulz et d'avoir,
    et les amenèrent par devers le chastiel. Li cris et li
    hus et li fuiant s'en vinrent jusques à monsigneur
    Guillaume de Douglas qui faisoit l'arrieregarde et
    avoit jà passet le bois; et apriès en vinrent les nouvelles      5
    en l'ost. Qui donc (veist[378]) les Eskos retourner à
    cours de chevaus parmi les camps, par montagnes et
    par vallées, et monsigneur Guillaume Douglas tout devant,
    il en peuist avoir grant hide. Tant coururent
    qui mieus mieus, qu'il vinrent au piet dou chastiel             10
    et montèrent le montagne en grant haste. Mès ançois
    qu'il parvenissent as bailles, chil de dedens les avoient
    refremées, et le proie et l'avoir mis laiens à sauveté:
    de quoi li Escot eurent grant doel. Si commencièrent
    à assallir moult fortement, et cil de dedens à deffendre        15
    de lanchier et d'estechier, de traire et de jetter tant
    que on pooit, d'une part et d'aultre. Là s'efforçoient
    durement li doy Guillaume de grever li uns l'autre.

  [378] Mss. B4, 3, fo 75.--Ms. B 1, fo 113 (lacune).

    Et tant dura cilz assaulz que tous li hos des Escos y
    fu venus et li rois meismes. Quant li rois et ses consaulz      20
    eurent veu les gens mors gisans sus les camps,
    et veirent les assallans blecier et navrer à cel assaut
    sans riens conquester, il en furent durement courouciet.
    Si commanda li rois que on laissast l'assallir et
    que cescuns se alast logier, car il ne trairoit plus avant,     25
    et ne se partiroit de là si aroit veu comment il poroit
    ses gens vengier. Qui adonc veist gens fremir et appeller
    li uns l'autre et querre pièce de terre pour
    mieulz logier les assallans, retraire les navrés, raporter
    ou rapoiier, les mors ratrainer et rassambler, veoir y          30
    peuist grant triboulement. Celle nuit fu li hos des dis
    Escos logie par desous le chastel. Et la frice dame,
    contesse de Sallebrin, festia très durement et conforta
    tous les compagnons de laiens, tant que elle pot aler,
    à lie cière.                                                     5


    § 155. A l'endemain, li rois d'Escoce, qui durement
    courouciés estoit, commanda que cescuns se
    apparillast pour assallir, car il feroit ses engiens
    et estrumens traire à mont, pour savoir se il poroient
    de riens entamer le fort chastiel. Cescuns                      10
    s'apparilla; et montèrent contremont pour assallir,
    et cil de dedens pour yaus deffendre. Là eut un fort
    assaut et perilleus, et moult de bien faisans d'un lés
    et d'aultre. Là estoit la contesse de Sallebrin qui
    très durement les reconfortoit; et par le regard de             15
    une tèle dame et son douch amonnestement, uns
    homs doit bien valoir deus au besoing. Cilz assaus
    dura moult longement. Et y perdirent li Escot grant
    fuison de leurs gens, car ilz s'abandonnoient durement
    et portoient arbres et mairiens à grant fuison                  20
    pour emplir les fossés et pour amener les estrumens
    jusques as murs, se il peuissent. Mais cil del chastiel
    se deffendoient si vassaument que li assallant y perdirent
    grant fuison de leurs gens; si les couvint retraire
    arrière. Li rois commanda que li estrument                      25
    fuissent bien gardé pour renforcier l'assaut à l'endemain.
    Ensi se departi li assaus, et s'en rala cescuns
    en se loge, horsmis chiaus qui devoient ces estrumens
    garder. Li un plorèrent les mors, et li aultre
    confortèrent les navrés.                                        30

    Chil del chastiel qui durement estoient travilliet,
    et si y avoit grant fuison de bleciés, veirent bien que
    li fais leur estoit grans; et se li rois David maintenoit
    son pourpos, il aroient fort temps. Si eurent
    entre yaus conseil qu'il envoieroient certain message
    par devers le roy Edouwart qui estoit à Evruich                  5
    là venus, ce savoient il de verité par les prisonniers
    d'Escoce qu'il avoient pris. Si regardèrent entre
    yaus qui feroit ceste besongne, mais il ne (peurent[379])
    trouver qui volsist laissier le chastiel à deffendre, ne
    la belle dame ossi pour porter cel message. Si en               10
    ot entre yaus grant estrit. Quant li gentilz bacelers
    messires Guillaumes de Montagut vei le bonne volenté
    de ses compagnons et vei d'autre part le meschief
    qui leur poroit avenir, se il n'estoient secouru,
    si lor dist: «Signeur, je voy bien vostre loyauté et            15
    vostre bonne volenté: si ques, pour l'amour de ma
    dame et de vous, je metterai mon corps en aventure
    pour faire cesti message, car jou ay tel fiance en
    vous, selonch chou que j'ai veu, que vous detenrés
    bien le chastiel jusques à me revenue. Et ay d'autre            20
    part si grant esperance el noble roy nostre signeur,
    que je vous amenrai temprement si grant secours
    que vous en arés joie, et vous seront bien meri li
    bien fait que fait arés.» De ceste parolle furent ma
    dame li contesse et li compagnon tout joiant.                   25

  [379] Mss. B4, 3, fo 75 vo.--Ms. B1: «poroit.» Mauvaise leçon.

    Quant la nuis fu venue, li dis messires Guillaumes
    se apparilla dou mieulz qu'il peut, pour plus paisivlement
    issir de laiens qu'il ne fust perceus de chiaus
    de l'host. Se li avint si bien qu'il pleut toute la nuit
    si fort que nulz des Escos n'osoit issir de se loge.            30
    Si passa à mienuit tout parmi l'ost, que onques ne fu
    perceus. Quant il fu passés, il fu grans jours; si
    chevauça avant tant qu'il encontra deus hommes
    d'Escoce, à demi liewe priès de l'host, qui amenoient
    deus bues et une vache par devers l'ost. Messires                5
    Guillaumes cogneut qu'il estoient Escot; si les navra
    tous deus durement et tua leurs bestes, par quoi li
    Escot ne cil de l'host n'en euissent aise, puis dist as
    deus navrés: «Alés, dittes à vostre roy que Guillaumes
    de Montagut vous a mis en tel point en son                      10
    despit. Et li dittes que je vois querre le gentil roy
    Edowart qui li fera temprement vuidier ceste place
    maugré lui.» Cil li prommisent qu'il feroient volentiers
    ce message, mais qu'il les laissast atant à
    pais. Lors se parti li dis messires Guillaumes d'yaus,          15
    et s'en ala tant qu'il peut par devers le roy son signeur
    qui estoit à Evruich à tout grant fuison de gens
    d'armes, et en attendoit encores plus. Si fist li dis
    messires Guillaumes son salu au roy de par ma dame
    sen ante, contesse de Salebrin, et li conta le meschief         20
    où elle et ses gens estoient. Li rois respondi
    apertement et liement qu'il ne laisseroit nullement
    qu'il ne secourust la dame et ses gens; et se plus
    tost euist sceu là où li Escot estoient, et le meschief
    del chastiel et de la dame, plus tost fust alés celle           25
    part. Si commanda tantost li dis rois que cescuns
    fust appareilliés à mouvoir l'endemain, et que on
    fesist toutdis les venans traire avant apriès son host
    qu'il avoit grant.


    § 156. Li rois englès se parti à l'endemain de le               30
    cité de Evruich moult liement, pour les nouvelles
    que messires Guillaumes li avoit aportées. Et avoit
    avoech lui sis mille armeures de fier, dis mille arciers
    et bien quatre vingt mille hommes de piet, qui tout
    le sievoient, et toutdis li venoient gens. Quant li
    baron d'Escoce et li mestre del conseil le roy sceurent          5
    que li dis messires Guillaumes de Montagut
    avoit ensi passet parmi leur host, et qu'il s'en aloit
    querre secours au roy englès, et savoient bien que li
    rois Edouwars estoit à Evruich à grant gent, et le tenoient
    de si grant corage et si gentil, que il ne lairoit              10
    nullement que il ne venist tantost sus yaus pour secourre
    la dame et chiaus del chastiel, il parlèrent
    ensamble, endementrues que li rois faisoit souvent et
    ardamment assallir. Et veirent bien que li rois faisoit
    ses gens navrer et martiriier sans raison. Et veoient           15
    bien que li rois englès venroit bien ançois combatre
    à yaus que leurs rois peuist avoir conquis che chastiel,
    ensi qu'il cuidoit. Si parlèrent tout ensamble au
    roy David d'un accord, et li disent que li demorers
    là n'estoit point ses pourfis ne sen honneur, car il            20
    leur estoit moult honnourablement avenu de leur
    emprise. Et avoient fait grant despit as Englès, quant
    il avoient jeut en leur pays par douze jours, et ars et
    exilliet tout au tour. Après il avoient pris par force
    le cité de Duremmes et mis toute à grant destruction:           25
    si ques, tout consideret, c'estoit bon qu'il se
    partesist et se retraisist vers son royaume; et y menassent
    à sauveté ce que conquis avoient, et que
    une aultre fois il retourroit en Engleterre quant il li
    plairoit. Li rois, qui ne volt mies issir dou conseil de        30
    ses hommes, s'i acorda, quoi que il le fesist moult à
    envis, car volentiers ewist attendu à bataille le roy
    d'Engleterre, se on ne li ewist desconsillié. Toutes
    fois il se desloga au matin et toute se host ossi. Et
    s'en alèrent li dit Escot droit par devers le grant
    forest de Gedours, où li sauvage Escot se tiennent
    tout bellement et à leur aise, car il voloient savoir            5
    que li rois englès feroit en avant, ou se il retrairoit
    arrière ou se il iroit avant et trairoit en leur pays.


    § 157. Ce jour meismes que li rois David et li
    Escot se departirent au matin de devant le chastiel
    de Salebrin, vint li rois Edouwars à toute son host,            10
    à heure de miedi, en le place là où li rois des Escos
    avoit logiet. Si fu moult courouciés quant il ne le
    trouva, car volentiers se fust combatus à lui. Il
    estoit venus en si grant haste que ses gens et ses
    chevaus estoient durement travilliet. Si commanda               15
    que cescuns se logast là endroit, car il voloit aler
    veoir le chastiel et la gentilz dame qui laiens estoit,
    car il ne l'avoit veu puis les noces dont elle fu mariée.
    Ensi fu fait que commandé fu. Cescuns s'ala
    logier, ensi qu'il peut, et reposer qui volt. Sitos que         20
    li rois Edowars fu desarmés, il prist jusques à dix
    ou douze chevaliers, et s'en ala vers le chastiel pour
    saluer la contesse de Salebrin, et pour veoir le manière
    des assaus que li Escot avoient fais, et des deffenses
    que cil dou chastiel avoient faites à l'encontre.               25

    Sitos que la dame de Salebrin sceut le roy venant,
    elle fist ouvrir toutes les portes, et vint hors si richement
    vestie et atournée que cescuns s'en esmervilloit.
    Et ne se pooit on cesser de li regarder et de remirer
    le grant noblèce de le dame, avoech le grant biauté             30
    et le gracieus maintien que elle avoit. Quant elle fu
    venue jusques au roy, elle s'enclina jusques à terre
    encontre lui, en regratiant de le grace et del secours
    que fait li avoit, et l'en mena ens ou chastiel pour
    lui festiier et honnourer, comme celle qui très bien
    le savoit faire. Cescuns le regardoit à merveilles, et           5
    li rois meismes ne se pooit tenir de lui regarder. Et
    bien lui estoit avis que onques n'avoit veu si noble,
    si friche, ne nulle si belle de li. Se li feri tantost une
    estincelle de fine amour ens el coer qui li dura par
    lonch temps, car bien li sambloit que ou monde n'i              10
    avoit dame qui tant fesist à amer comme celle. Si
    entrèrent ens ou chastiel main à main. Et le mena
    la dame premiers en le sale, et puis en sa cambre, qui
    estoit si noblement parée qu'il affreoit à tel dame.
    Et toutdis regardoit li rois le gentilz dame si ardamment       15
    que elle en devenoit toute honteuse et abaubie.
    Quant il l'ot grant pièce assés regardé(e), il ala à une
    fenestre pour apoiier, et commença fortement à penser.
    La dame, qui à ce point ne pensoit, ala les aultres
    signeurs et chevaliers festiier et saluer moult grandement      20
    et à point, ensi que elle savoit bien faire,
    cescun selonch son estat. Et puis commanda à appareillier
    le disner, et quant temps seroit, à mettre les
    tables et le sale parer.


    § 158. Quant la dame eut tout deviset et commandet              25
    à ses gens chou que bon li sambloit, elle
    s'en revint à chière lie par devers le roy, qui encores
    pensoit et musoit fortement, et li dist: «Chiers sires,
    pour quoi pensés vous si fort? Tant pensers n'affiert
    pas à vous, ce m'est avis, sauve vostre grace. Ains             30
    deuissiés faire feste et joie à bonne cière, quant vous
    avés encaciet vos ennemis qui ne vous ont osé attendre;
    et deuissiés les aultres laissier penser del remanant.»
    Li rois respondi et dist: «Ha! ma chière
    dame, sachiés que puis que jou entrai ceens, m'est
    une songne sourvenue, de quoi je ne me prendoie                  5
    garde: se m'i couvient penser. Et se ne sçai que
    avenir en pora, mais je n'en puis mon coer oster.»--«Ha!
    chiers sires, dist la dame, vous deuissiés
    tous jours faire bonne cière, pour vos gens mieulz
    conforter, et laissier (le)[380] penser et le muser. Diex vous  10
    a si bien aidiet jusques à ores en toutes vos besongnes
    et donnet si grant grasce, que vous estes li plus
    doubtés et honnourés princes des Chrestiens. Et se
    li rois d'Escoce vous a fait despit et damage, vous
    le porés bien amender, quant vous vorrés, ensi que              15
    aultre fois avés fait. Si laissiés le muser et venés en
    le sale, se il vous plaist, dalés vos chevaliers: tantost
    sera appareilliet pour disner.»--«Ha! ma
    chière dame, dist li rois, aultre cose me touche et
    gist en mon coer que vous ne pensés. Car certainnement          20
    li doulz maintiens, li parfais sens, la grant
    noblèce et la fine biauté que jou ay veu et trouvet
    en vous m'ont si souspris et entrepris qu'il covient
    que je soie vos amans. Si vous pri que ce soit vos
    grés, et que je soie de vous amés, car nulz escondis            25
    ne m'en poroit oster.» La gentilz dame fu adonc
    durement esbahie et dist: «Très chiers sires, ne me
    voelliés mokier, ne assaiier, ne tempter. Je ne poroie
    cuidier ne penser que ce fust acertes que vous dittes,
    ne que si nobles ne si gentils princes que vous estes           30
    deuist querre tour ne penser pour deshonnerer moy
    et mon marit, qui est si vaillans chevaliers, et qui
    tant vous a servi que vous savés, et encores gist pour
    vous emprisonnés. Certes, vous seriés del cas petit
    prisiés et amendés. Certes, onques tel pensée ne me              5
    vint en coer ne jà ne venra, se Dieu plaist, pour
    homme qui soit nés; (et se je le faisoie, vous m'en
    devriez[381]), non pas blasmer seulement, mais mon corps
    justicier et desmembrer.»

  [380] Mss. B 4, 3, fo 76 vo.--Ms. B1, fo 115 vo: «et.»

  [381] Mss. B 4, 3, fo 76 vo.--Ms. B1, fo 116 (lacune).


    § 159. Atant se parti la vaillans dame, et laissa le            10
    roy durement esbahi; et s'en revint en le sale pour
    faire haster le disner. Et puis s'en retourna au roy
    et en mena de ses chevaliers, et li dist: «Sire,
    venés en la sale. Li chevalier vous attendent pour
    laver, car il ont trop junet, ossi avés vous.» Li               15
    rois se parti de la cambre et s'en ala en la sale, à ce
    mot, et lava, et puis s'assist entre ses chevaliers au
    disner, et la dame ossi. Mais li roys y disna petit,
    car aultre cose li touçoit que boire et mengier; et
    ne fist onques à ce disner fors que penser. Et à le             20
    fois, quant il osoit la dame et son maintien regarder,
    il gettoit ses yex celle part. De quoi toutes ses
    gens avoient grant merveille, car il n'en estoient
    point acoustumés, ne onques en tel point ne l'avoient
    veu. Ains cuidoient li aucun que ce fust pour les Escos         25
    qui li estoient escapés. Mais aultre cose li touchoit,
    et li estoit si fermement entrée ou coer, que
    onques n'en peut issir en grant temps, pour escondire
    (que la dame[382]) en seuist ne peuist faire. Mais
    il en fu toutdis depuis plus liés, plus gais et plus
    jolis; et en fist pluiseurs belles festes et joustes, et
    grans assamblées de signeurs, de dames et de damoiselles,
    tout pour l'amour de la ditte contesse de
    Salbrin, si com vous orés chi après.                             5

  [382] Mss. B 4, 3, fo 77.--Ms. B1, fo 116 (lacune).


    § 160. Toutes voies, li rois englès demora tout celi
    jour ens ou chastiel, en grans pensées et à grant mesaise
    de coer, car il ne savoit que faire. Aucune fois
    il se ravisoit, car honneurs et loyautés le reprendoit
    de mettre son coer en tèle fausseté, pour deshonnerer           10
    si vaillant dame, et si loyal chevalier comme ses
    maris estoit, qui si loyaument l'avoit toutdis servi.
    D'autre part, amours le constraindoit si fort que elle
    vaincoit et sourmontoit honneur et loyauté. Ensi se
    debatoit li rois en lui, tout le jour et toute le nuit.         15
    Au matin, il se leva et fist toute son host deslogier
    et traire apriès les Eskos, et pour yaus sievir et cachier
    hors de son royaume; puis prist congiet à la
    dame, en disant: «Ma chière dame, à Dieu vous
    commant jusques au revenir. Si vous pri que vous                20
    vos voelliés aviser, et aultrement estre consillie que
    vous ne m'aiiés dit.»--«Chiers sires, respondi la
    dame, li Pères glorieus vous voelle conduire et oster
    de villainne pensée et de deshonnourable, car je sui
    et serai toutdis consillie et apparillie de vous servir         25
    à vostre honneur et à le miène.»

    Atant se parti li rois trestous confus et abaubis. Si
    s'en ala à tout son host apriès les Escos, et les sievi
    jusques oultre le bonne cité de Bervich, et se loga
    à quatre liewes priès de le forest de Gedours, là où            30
    li rois David et toutes ses gens estoient entrés, pour
    les grans forterèces qu'il y a. Là endroit demora li
    dis rois englès par l'espasse de trois jours, pour
    savoir se li Escot vorroient hors issir pour combatre
    à lui. Et saciés que tous les trois jours y avoit tant
    d'escarmuces et de paletis entre les deus hos, que               5
    cescuns estoit anoieus del regarder; et y avoit souvent
    des mors et des pris, d'une part et d'aultre. Et
    sur tous les aultres y estoit souvent veus en bon
    couvenant messires Guillaumes Douglas, qui s'arme
    d'azur à comble (d'argent[383]), et dedens le comble            10
    trois estoilles de geules. Et estoit cilz qui y faisoit
    plus de biaus fais, de belles rescousses et de hautes
    emprises; et fist en l'ost des Englès moult de destourbiers.

  [383] Mss. B 4, 3, fo 77.--Ms. B1 (lacune).


    § 161. Tous ces trois jours, parlementèrent aucun               15
    preudomme de triewes et d'acort entre ces deus
    rois. Et tant trettièrent que une triewe fu acordée à
    durer deus ans, voires se li rois Phelippes de France
    s'i assentoit, car li rois d'Escoce estoit si fort alloiiés
    à lui qu'il ne pooit donner triewes ne faire pais sans          20
    lui. Et se li rois Phelippes ne s'i voloit acorder, si
    devoient les triewes durer entre Engleterre et Escoce
    jusques au premier jour d'aoust. Et devoit estre
    quittes li contes de Mouret de se prison, se li rois
    d'Escoce pooit tant pourcacier au roy de France que             25
    li contes de Salebrin fust quittes ossi de se prison.
    La quèle cose devoit estre pourcacie au roy de
    France dedens le Saint Jehan Baptiste. Li rois d'Engleterre
    se acorda plus legierement à celle triewe,
    pour tant que cilz fait grant sens, qui a trois guerres
    ou quatre, s'il en poet atriewer ou apaisier les deus
    ou les trois qu'il le face. Et cilz rois avoit bien à
    penser sur telz coses, car il avoit guerre en France,
    en Gascongne, en Poito, en Saintonge et en Bretagne,             5
    et par tout ses gens et ses saudoiiers.

    Celle triewe as Escos fu ensi affremée et acordée
    que vous avés oy. Si departi li rois d'Escoce ses gens,
    et s'en rala cescuns en se contrée; puis envoia grans
    messages au roy Phelippe de France, pour acorder                10
    chou que trettiet estoit, se il li plaisoit. Il pleut assés
    bien au roy de France pour mieus complaire au roy
    d'Escoce; (et) ne desdist de riens au trettiet, mais
    renvoia le conte de Salbrin en Engleterre. Dont, si
    tost qu'il y fu revenus, li rois englès renvoia arrière         15
    le conte de Mouret d'Escoce, ossi devers le roy David
    qui en eut grant joie. Ensi fu fais cilz escanges de
    ces deus signeurs, si com vous avés oy. Et se departirent
    ces deus grosses chevaucies, sans plus riens
    faire, et se retrest cescuns en son lieu. Or retournerons       20
    nous à parler des aventures et des guerres de
    Bretagne.


    § 162. Vous devés savoir que, quant li dus de
    Normendie, li dus de Bourgongne, li contes d'Alençon,
    li dus de Bourbon, li contes de Blois, li connestables          25
    de France, li contes de Ghines ses filz, messires
    Jakemes de Bourbon, messires Loeis d'Espagne
    et li conte et li baron de France se furent parti de
    Bretagne, qu'il eurent conquis le fort chastiel de
    Chastouseaus, et puis apriès le cité de Nantes, et pris         30
    le conte de Montfort, et livret au roy Phelippe, et il
    l'eut fait mettre en prison ou Louvre dalés Paris,
    si com vous avés oy; et comment messires Charles
    de Blois estoit demorés tous quois en le cité de
    Nantes et ou pays d'entour qui obeissoit à lui, pour
    attendre le saison d'esté en la quèle il fait milleur            5
    hostoiier qu'il ne fait en le saison d'ivier, et celle
    douce saison fu revenue, tout cil signeur de France
    dessus nommet et grant fuison d'aultres gens avoech
    yaus s'en ralèrent devers Bretagne à grant poissance,
    pour aidier monsigneur Charle à reconquerre le remanant         10
    de le ducé de Bretagne, dont il avinrent des
    grans et mervilleus fais d'armes, ensi com vous porés
    oïr. Quant il furent venu à Nantes, là où il trouvèrent
    monsigneur Charle de Blois, il eurent conseil
    qu'il assegeroient le cité de Rennes. Si issirent de            15
    Nantes et alèrent assegier Rennes tout au tour. La
    contesse de Monfort en devant l'avoit si bien garni(e)
    et pourveue de gens d'armes et de tout ce qu'il affreoit,
    que riens n'i falloit. Et y avoit establi un
    vaillant chevalier et hardi pour chapitainne, que on            20
    clamoit monsigneur Guillaume de Quadudal, gentil
    homme durement dou pays de Bretagne.

    Aussi avoit la ditte contesse mis grans garnisons
    par toutes les aultres cités, chastiaus et bonnes villes
    qui à lui obeissoient; et par tout bonnes chapitainnes,         25
    des gentilz hommes dou pays qui à lui obeissoient
    et se tenoient, les quels elle avoit acquis par
    biau parler, par prommettre et par donner, car elle
    n'i voloit point espargnier: des quelz li evesques de
    Lyon, messires Amauris de Cliçon, messires Yewains              30
    de Tigri, li sires de Landreniaus, li chastelains de
    Ghingant, messires Henris et messires Oliviers de
    Pennefort, messires Joffrois de Malatrait, messires
    Guillaumes de Quadudal, li doi frère de Quirich y
    estoient, et pluiseur aultre noble chevalier et escuier
    que je ne sai mies nommer. Ossi en y avoit de l'accord
    monsigneur Charle de Blois grant fuison, qui à                   5
    lui se tenoient, avoecques monsigneur Hervi de Lyon,
    qui fu de premiers de l'accord le conte de Montfort
    et mestres de son conseil, jusques à tant que la cités
    de Nantes fu rendue, et li contes de Montfort fu rendus
    pris, ensi que vous avés oy. De quoi li dis messires            10
    (Hervis[384]) fu durement blasmés, car on voloit dire
    que il l'avoit pourcaciet et les bourgois enhortés.
    Chou apparoit en ce que, puis ce fait, ce fu cilz qui
    plus se penoit de grever la contesse de Montfort et
    ses aidans.                                                     15

  [384] Ms. A7, fo 84.--Mss. B 1, 3, 4, fo 117, vo; «Henris.»
  Mauvaise leçon.


    § 163. Messires Charles de Blois et li signeur dessus
    nommet sisent assés longement devant le cité de
    Rennes, et y fisent grans damages et pluiseurs grans
    assaus et fors par les Espagnolz et par les Geneuois;
    et cil de dedens se deffendirent ossi fortement et vassaument,  20
    par le conseil le signeur de Quadudal, et
    si sagement que cil de dehors y perdirent plus souvent
    qu'il n'i gaegnièrent.

    En celui temps, si tost que la dessus ditte contesse
    sceut que cil signeur de France estoient venu en Bretagne,      25
    à si grant poissance, elle envoia monsigneur
    Amauri de Cliçon en Engleterre parler au roy Edowart,
    et pour priier et requerre secours et ayde, par tèle
    condition que li jones enfes, filz au conte de Montfort
    et de la ditte contesse, prenderoit à femme l'une
    des jones filles au roy d'Engleterre, et s'appelleroit
    duçoise de Bretagne. Li rois Edowars estoit adonc à
    Londres, et festioit tant qu'il pooit le conte de Salbrin,       5
    qui tantost estoit revenus de se prison. Si fist
    moult grant feste et honneur à monsigneur Amauri
    de Cliçon, quant il fu à lui venus, car il estoit moult
    gentilz homs; et li ottria toute sa requeste assés briefment,
    car il y veoit son avantage en deus manières.                   10
    Car il li fu avis que c'estoit grant cose et noble de
    la ducé de Bretagne, se il le pooit conquerre; et si
    estoit la plus belle entrée qu'il pooit avoir pour conquerre
    le royaume de France, à quoi il tendoit. Si
    commanda à monsigneur Gautier de Mauni qu'il                    15
    amoit moult, car moult l'avoit bien servi et loyaument
    en pluiseurs besongnes perilleuses, qu'il presist
    tant de gens d'armes que li dis messires Amauris li
    deviseroit et qu'il li souffiroit, et se apparillast au
    plus tost qu'il poroit pour aler aidier la contesse de          20
    Montfort, et presist avoecques lui jusques à deus
    mille ou trois mille arciers des milleurs d'Engleterre.

    Li dis messires Gautiers fist moult volentiers le
    commandement son signeur; si se apparilla au plus
    tost qu'il peut, et se mist en mer avoecques le dit             25
    monsigneur Amauri, à tèle compagnie de gens d'armes
    et d'arciers qu'il souffi au dit monsigneur Amauri.
    Avoec lui en alèrent li doy frère de Neynendale, messires
    Loeis et messires Jehans, li Haze de Braibant,
    messires Hubiers de Frenay, messires Alains de Sirehonde,       30
    et pluiseur aultre que je ne puis ne sai tous
    nommer, et avoech yaus sis mille arciers. Mais uns
    grans tourmens les prist sour mer et vens contraires,
    par quoi il les couvint demorer sour le mer par le
    terme de soissante jours, ançois qu'il peuissent parvenir
    à Hembon, là où li contesse de Montfort les
    attendoit de jour en jour, à grant mesaise de coer,              5
    pour le grant meschief que elle sentoit que ses gens
    soustenoient, qui estoient dedens le cité de Rennes.


    § 164. Or est à savoir que messires Charles de
    Blois et cil signeur de France sisent longuement devant
    le cité de Rennes, et tant qu'il y fisent très grant            10
    damage, par quoi li bourgois en furent durement
    anoiiés; et volentiers se fuissent souvent acordé à
    rendre le cité, se il osassent, mais messires Guillaumes
    de Quadudal ne s'i voloit acorder nullement.
    Quant li bourgois et li commun de le cité eurent assés          15
    souffert, et qu'il ne veoient nul secours de nulle part
    venir, il se vorrent rendre; mais li dis messires Guillaumes
    ne s'i volt accorder. Au daarrain, il prisent le
    dit monsigneur Guillaume et le misent en prison; et
    eurent en couvent à monsigneur Charlon de Blois                 20
    qu'il se renderoient à l'endemain par tèle condition
    que tout cil de le partie le contesse de Monfort s'en
    pooient aler sauvement, quel part qu'il voloient. Li
    dis messires Charles de Blois leur acorda. Ensi fu li
    cités de Rennes rendue à monsigneur Charle de Blois,            25
    l'an de grasce mil trois cens quarante et deus, à l'entrée
    de may. Et messires Guillaumes de Quadudal
    ne volt point demorer de l'acord monsigneur Charle
    de Blois, ains s'en ala tantost par devers Hembon, là
    où la contesse de Monfort estoit, qui fu moult dolente          30
    quant elle seut que la cité de Rennes estoit rendue;
    et si n'ooit nulles nouvelles de monsigneur Amauri de
    Cliçon ne de se compagnie.


    § 165. Quant la cité de Rennes se fu rendue, ensi
    que vous avés oy, et li bourgois eurent fait feauté
    à monsigneur Charles de Blois, messires Charle eut               5
    conseil quèle part il se poroit traire à toute son host,
    pour mieulz avant esploitier de reconquerre le remanant.
    Li consaulz se tourna à çou que il se traisist
    par devers Hembon, là où la contesse de Montfort
    estoit; car, puis que li sires estoit en prison, s'il pooit     10
    prendre le ville, le chastiel et le contesse, il aroit tost
    sa guerre afinée. Ensi fu fait. Si se traisent tuit vers
    Hembon et assegièrent le ville et le chastiel tout au
    tour, tant qu'il peurent, par terre. La contesse estoit
    si bien pourveue de bons chevaliers et d'autres souffissans     15
    gens d'armes qu'il couvenait pour deffendre le
    ville et le chastiel, et tout dis estoit en grant soupeçon
    del secours d'Engleterre que elle attendoit, et se n'en
    ooit nulles nouvelles. Ains avoit doubtance que grans
    meschiés ne leur fust avenus, ou par fortune de le mer,         20
    ou par rencontre d'ennemis. Avoecques li estoit en
    Hembon li evesques de Lyon en Bretagne, dont messires
    Hervis de Lyon estoit (neveus[385]), qui estoit de le
    partie monsigneur Charles. Et si y estoient messires
    Yves de Tigri, li sires de Landreniaus, li chastelains          25
    de Ginghant, li doi frère de Quirich, messires Henris
    et messires Oliviers de Pennefort et pluiseur aultre.
    Quant la contesse et cil chevalier entendirent que cil
    signeur de France venoient pour yaus assegier, et qu'il
    estoient assés priès de là, il fisent commander que on
    sonnast le ban cloche, et que çascuns s'alast armer et
    alast à sa deffense, ensi qu'il estoit ordonnés. Ensi
    fu fait sans contredit.

  [385] Mss. B1, 3, 4: «oncles.» Mauvaise leçon.

    Quant messires Charles de Blois et li signeur françois           5
    furent approciet de le ville de Hembon et il
    le veirent forte, il fisent leurs gens logier, ensi que
    pour faire siège. Aucun jone compagnon geneuois,
    espagnol et françois alèrent jusques as bailles pour
    paleter et escarmucier; et aucun de chiaus de dedens            10
    issirent encontre yaus, ensi que on fait souvent
    en telz besongnes. Là eut pluiseurs hustins.
    Et perdirent plus li Geneuois qu'il n'i gaegnassent,
    ensi qu'il avient souvent par trop folement abandonner.
    Quant li vespres approça, cescuns se retraii                    15
    à se loge. L'endemain, li signeur eurent conseil
    qu'il feroient à l'endemain assallir les bailles
    fortement, pour veoir le contenance de chiaus
    de dedens, et pour veoir se il y poroient riens
    conquester, ensi qu'il fisent. Car au tierc jour il             20
    assallirent au matin, entours heure de prime, as
    bailles très fortement. Et chil de dedens issirent hors
    li aucun des plus souffissans, et se deffendirent si vassaument
    qu'il fisent l'assaut durer jusques à heure de
    nonne que li assallant se retraisent un petit arrière.          25
    Et y laissièrent fuison de mors, et en remenèrent
    plenté de bleciés. Quant li signeur veirent leurs gens
    retraire, il en furent durement courouciés. Si fisent
    recommencier l'assaut plus fort que devant. Et cil de
    Hembon s'efforcièrent ossi d'yaus très bien deffendre.          30
    Et la contesse, qui estoit armée de corps et estoit
    montée sus un bon coursier, chevauçoit de rue en
    rue par le ville, et semonnoit ses gens de bien deffendre.
    Et faisoit les femmes de le ville, dames et
    aultres, deffaire les caucies et porter les pières as
    crestiaus pour getter as ennemis. Et faisoit aporter
    bombardes et pos plains de cauch vive, pour getter               5
    sus les assallans.


    § 166. Encores fist ceste ditte contesse de Montfort
    une très hardie emprise qui ne fait mies (à[386]) oubliier,
    et c'on doit bien recorder à hardit et outrageus fait
    d'armes. La contesse montoit en une tour, pour                  10
    mieulz veoir comment ses gens se maintenoient. Si
    regarda et vei que tout cil de l'host, signeur et aultre,
    avoient laissiet leurs logeis, et estoient priès que tout
    alé veoir l'assaut. Elle s'avisa d'un grant fait et remonta
    sus son coursier, ensi armée comme elle estoit.                 15
    Et fist monter environ trois cens hommes à cheval
    avoecques lui, qui gardoient une aultre porte là où on
    n'assalloit point. Si issi de celle porte o toute se compagnie,
    et se feri très vassaument en ces tentes et en ces
    logeis des signeurs de France, qui tantos furent toutes         20
    arses, tentes et toutes loges, qui n'estoient gardées fors
    de garçons et de varlès qui s'en fuirent, si tos comme
    il y veirent le feu bouter et la contesse et ses gens entrer.
    Quant li signeur de France veirent leurs logeis
    ardoir et oïrent le hu et le cri qui en venoit, il furent       25
    tout esbahi et coururent tout vers lor logeis,
    criant: «Trahi! Trahi!», et ne demora adonc nulz
    à l'assaut.

  [386] Mss. B 4, 3, fo 79.--Ms. B 1, fo 119 (lacune).

    Quant la contesse vei l'ost estourmir et de toutes
    pars acourir, elle rassambla ses gens et vei bien que
    elle ne poroit rentrer en le ville sans trop grant perte;
    si s'en ala le droit chemin par devers le chastiel de
    Brait qui siet à trois liewes priès de là. Quant messires
    Loeis d'Espagne, qui estoit mareschaus de toute                  5
    l'ost, fu venus as logeis qui ardoient, et vei la contesse
    et ses gens qui s'en aloient tant qu'il pooient, il se
    mist à aler après pour raconsievir se il peuist, et grant
    fuison de gens d'armes avoecques lui. Si les encauça
    et caça tant qu'il en tua et mehagna aucuns qui estoient        10
    mal montet, et qui ne pooient sievir les bien
    montés. Toutes fois, la ditte contesse chevauça tant
    et si bien que elle et li plus grant partie de ses gens
    vinrent assés à point au bon chastiel de Brait, là où
    elle fu receute et festiie à grant joie de chiaus de le         15
    ville et dou chastiel. Quant messires Loeis d'Espagne
    sceut, par les prisons que pris avoit, que c'estoit la
    contesse qui tel fait avoit fait et qui escapée li estoit,
    il s'en retourna en l'ost et conta sen aventure as signeurs
    et as aultres qui grant merveille en eurent.                    20
    Ossi eurent cil qui estoient dedens Haimbon, et ne
    pooient apenser ne trop imaginer comment leur dame
    avoit che aviset ne oset entreprendre. Mais il furent
    toute le nuit en grant quisençon de çou que la
    dame ne nulz de ses compagnons ne revenoit; si n'en             25
    savoient que penser ne que aviser, et ce n'estoit point
    trop grant merveille.


    § 167. A l'endemain, li signeur de France, qui
    avoient perdu leurs tentes et leurs pourveances,
    orent conseil qu'il se logeroient d'arbres et de foellies       30
    plus priès de le ville, et qu'il se maintenroient plus
    sagement. Si se alèrent logier à grant painne plus
    priès de le ville, et disoient souvent ensi à chiaus de
    le ville: «Alés, signeur, alés requerre vostre contesse.
    Certes elle est perdue, vous ne le trouverés en
    pièce.» Quant cil de le ville, gens d'armes et aultres,          5
    oïrent telz parolles, il furent esbahi et eurent grant
    paour que grans meschiés ne fust avenus à leur dame.
    Si n'en savoient que croire, par tant que elle point
    ne revenoit, ne n'en ooient nulles nouvelles. Si demorèrent
    en tel paour par l'espasse de cinq jours.                       10
    Et la contesse, qui bien pensoit que ses gens estoient
    à grant mesaise pour lui et en grant doubtance, se
    pourcaça tant que elle eut bien cinq cens compagnons
    (armés[387]) et bien montés. Puis se parti de Brait
    entour le mienuit et se vint, droit au point que li solaus      15
    se liève, à chevauçant à l'un des costés de l'host, et
    fist ouvrir le porte et entra ens à grant joie et à grant
    son de trompes et de nakaires: de quoi li hos des
    François fu durement estourmie. Si se fissent tout
    armer et coururent par devers le ville pour assallir,           20
    et cil de dedens as fenestres pour le deffendre. Là
    commença grans assaus et fors, qui dura jusques à
    haute nonne. Et plus y perdirent li assallant que li
    deffendant.

  [387] Mss. B4, 3, fo 79 vo.--Ms. B1, fo 119 vo (lacune).

    Environ heure de nonne, fisent li signeur cesser                25
    d'assallir, car leurs gens se faisoient tuer et navrer
    sans raison, et retraisent à leurs logeis. Si eurent
    conseil et acord que messires Charles de Blois iroit
    assegier (le) chastiel d'Auroy que li rois Artus fist
    faire et fremer. Et iroient avoecques lui li dus de             30
    Bourbon, li contes de Blois ses frères, et li mareschaus
    de France messires Robers Bertrans, et messires
    Hervis de Lyon et partie des Geneuois. Et messires
    Loeis d'Espagne, li viscontes de Rohen et tous
    li remanans des Geneuois et Espagnolz demorroient                5
    devant Hembon. Et mandèrent douze grans engiens
    qu'il avoient laissiés à Rennes, pour getter à le ville
    et au chastiel de Hembon, car il veoient bien qu'il
    ne le pooient gaegnier ne riens pourfiter à l'assallir;
    si qu'il fisent deus hos: s'en demora li uns devant             10
    Hembon, et li aultres en ala assegier chastiel d'Auroy
    qui estoit assés priès de là; des quels nous parlerons
    et nous soufferons un petit des aultres.


    § 168. Messires Charles de Blois se trest par devant
    le chastiel d'Auroy, qui estoit assés priès de là, à tout       15
    se compagnie, et se loga et toute son host environ.
    Et y fist assallir et escarmucier, car chil del chastiel
    estoient bien pourveu et bien garni de bonnes gens
    d'armes, pour tel siège soustenir. Si ne se vorrent rendre,
    ne laissier le service de la contesse, qui grans                20
    biens leur avoit fais, pour obeir au dit monsigneur
    Charle, pour ses prommesses. Dedens le forterèce avoit
    deus cens compagnons aidables, uns et aultres, des
    quelz estoient mestres et chapitainnes doi chevalier
    dou pays, vaillant homme et hardi durement, messires            25
    Henris de Pennefort et Oliviers de Pennefort
    ses frères. A quatre liewes priès de ce chastiel siet la
    bonne cité de Vennes, qui fermement se tenoit à le
    contesse. Et en estoit messires Joffrois de Malatrait
    chapitainne, gentilz homs et vaillans durement. D'autre         30
    part sciet la bonne ville de Dignant en Bretagne,
    qui adonc n'estoit fremée, fors de fossés et de palis.
    Si en estoit chapitains de par le contesse uns durement
    vaillans homs que on clamoit le chastellain de
    Gingant, mais il estoit adonc assis dedens Hembon
    avoech la contesse. Mais il avoit laissiet à Dignant             5
    son hostel, ma dame sa femme et ses filles, et avoit
    laissiet à chapitainne, en lieu de li, monsigneur Renault
    son fil, vaillant baceler et hardi durement.

    Entre ces deus bonnes villes siet uns très fors chastiaus
    qui se tenoit adonc à monsigneur Charle de                      10
    Blois, et l'avoit fait garnir de gens d'armes et de saudoiiers,
    qui tout estoient Bourgignon. Si en estoit
    souverains et mestres uns bons escuiers assés jones
    que on clamoit Gerart de Malain; et avoit avoecques
    lui un hardi chevalier que on clamoit monsigneur                15
    Pière Portebuef. Cil doi avoecques leurs compagnons
    honnissoient et gastoient tout le pays de là entour,
    et destraindoient si ouniement le cité de Vennes et
    le bonne ville de Dinant, que nulles pourveances ne
    marchandises ne pooient entrer ne venir, fors en                20
    grant peril et sous grant aventure, car il chevauçoient
    l'un jour par devers Vennes, et l'autre jour
    par devers Dinant. Tant chevaucièrent ensi li dessus
    dit Bourgegnon et leurs routes, que li jones bacelers
    messires Renaulz de Gingant prist, par un embuscement           25
    qu'il avoit establi, le dit Gerart de Malain à
    toute se compagnie, qui estoient yaus vingt et cinq
    compagnon, et rescoui jusques à quinze marcheans à
    tout leur avoir qu'il avoient pris, et les emmenoient
    par devers leur garnison que on claime Rocheperiot.
    Mais li jones bacelers messires Renaulz de Gingant les          30
    conquist tous, par son sens et par sa proèce, et les
    en mena tous (en Dynant[388]) en prison, dont tous li
    pays d'entour eut grant joie. Et en fu durement li
    dis messires Renaulz loés et prisiés.

  [388] Mss. B4, 3, fo 80.--Ms. B1, fo 120 vo (lacune).

    Si me tairai un petit à parler de ces gens de Vennes,
    de Dinant et de Roceperiot, et revenrai à la                     5
    contesse de Montfort, qui estoit assise dedens Haimbon,
    et à monsigneur Loeis d'Espagne qui tenoit
    le siège par devant et avoit si debrisié et defroissié
    le ville et le fremeté, par les engiens, que cil de
    dedens se commencièrent à esmaiier et avoir volenté             10
    de faire acord, car il ne veoient nul secours venir,
    ne n'en entendoient nouvelles. Dont il avint que
    li evesques messires Guis de Lyon, qui estoit (oncles[389])
    monsigneur Hervi de Lyon, par qui pourcach et conseil
    li contes de Montfort avoit estet pris, si com                  15
    on disoit, dedens le cité de Nantes, parla un jour au
    dit monsigneur Hervi son (neveu,) sus assegurance, et
    par lonch temps ensamble, d'unes coses et d'aultres;
    et tant que li dis evesques devoit pourcacier acord à
    ses compagnons, par quoi li ville de Hembon seroit              20
    rendue à monsigneur Charle de Blois. Et li dis messires
    Hervis, d'autre part, devoit pourcacier que cil
    de dedens seroient apaisiés envers monsigneur Charle,
    quittes et lieges, et ne perderoient riens dou
    leur. Ensi se departi cilz parlemens. Li dis evesques           25
    rentra en le ville pour parler as aultres signeurs. La
    contesse se doubta tantost de mauvais pourcach; si
    pria à ces signeurs de Bretagne, pour l'amour de
    Dieu, qu'il ne fesissent nulle defaute, car elle avoit
    esperance en Nostre Signeur que elle aroit grant secours
    dedens trois jours. Mais li dis evesques parla
    tant et moustra tant de raisons à ces signeurs de
    Bretagne qu'i(l) les mist en grant effroi celle nuit. A
    l'endemain, il recommença et dist tant de raisons,               5
    d'unes et d'autres, qu'il estoient tout de son acord
    ou assés priès. Et jà estoit li dis messires Hervis venus
    assés priès de le ville pour (la) prendre et par
    leur acord, quant la contesse qui regardoit aval le mer,
    par une fenestre del chastiel, commença à criier et à           10
    faire grant joie; et disoit tant comme elle pooit: «Je
    voi venir le secours que j'ai tant desiré!» deus fois
    le dist. Cescuns de le ville courut tantost, qui mieulz
    pot, as fenestres et as crestiaus des murs pour veoir
    que c'estoit. Et veirent clerement grant fuison de              15
    naves, petites et grandes, bien batillies, venir par
    devers Hembon. Dont cescuns fu durement reconfortés,
    car bien tenoient que c'estoit messires Amauris
    de Cliçon qui amenoit ce secours d'Engleterre,
    dont vous avés par chà devant oy parler, qui par                20
    soixante jours avoient eu vent contraire sur le
    mer.

  [389] Mss. B4, 3, fo 80.--Ms. B1: «niés.» Mauvaise leçon.


    § 169. Quant li chastellains de Gingant messires
    Yves de Tigueri, messires Gallerans de Landreniaulz
    et li aultre chevalier veirent ce secours venir,                25
    il disent à l'evesque qu'il pooit bien contremender
    son parlement, car point consilliet n'estoient de
    faire ce qu'il leur exhortoit. Li dis evesques messires
    Guis de Lyon en fu durement courouciés et
    dist: «Signeur, dont se departira nostre compagnie,             30
    car vous demorrés deça par devers ma dame, et je
    m'en irai par delà par devers celui qui plus grant
    droit y a, ce me samble.» Lors se parti li dis evesques
    de Hembon, et deffia la dame et tous ses aidans,
    et s'en ala renoncier au dit monsigneur Hervi et dist
    la besongne ensi comme elle se portoit. Li dis messires          5
    Hervis fu durement courouciés. Si fist tantost
    drecier les plus grans engiens qu'il avoient, au plus
    priès del chastiel que on peut, et commanda que
    on ne cessast de getter par jours ne par nuis;
    puis se parti de là. Si en mena son (oncle[390]) le dit         10
    evesque à monsigneur Loeis d'Espagne qui le rechut
    à bon gré et liement. Ossi fist messires Charles de
    Blois, quant il fu à lui venus. La comtesse fist à lie
    chière apparillier salles, cambres et hostelz, pour herbergier
    aisiement ces signeurs d'Engleterre qui là venoient,            15
    et envoia encontre yaus moult noblement.
    Quant il furent venus et descendus, elle meismes
    vint contre yaus à grant reverense. Et se elle les
    festia et regratia grandement, che ne fait point à
    esmervillier, car elle avoit bien mestier de leur               20
    venue, si com vous avés oy. Si en fist adonc et de
    puis ossi tout quanque elle en peut faire. Et les en
    mena tous, chevaliers et escuiers, ens ou chastiel
    herbergier, jusques adonc qu'il seroient herbegiet en
    le ville à leur aise; et leur donna l'endemain à disner         25
    moult grandement. Toute la nuit ne cessèrent li
    engien de getter, ne l'endemain ossi.

  [390] Mss. B4, 3, fo 80 vo.--Ms. B1: «neveu.»

    Quant ce vint après disner que la dame eut festiiet
    ces signeurs, messires Gautiers de Mauni, qui estoit
    mestres et souverains des Englès venus avoec lui, appella       30
    d'une part monsigneur Yvon de Tigueri et li
    demanda de l'estat de chiaus de le ville et de leurs
    couvenans et de chiaus de l'host ossi. Puis regarda
    et dist qu'il avoit grant volenté d'aler abatre ce grant
    engien, qui si priès leur estoit assis et qui si grant anoi      5
    leur faisoit, mès que on le volsist sievir. Messires Yves
    de Tigueri dist que il ne l'en faurroit mies à ce(ste)
    première envaye. Ensi dist li sires de Landreniaus.
    Adonc s'ala tantost armer li gentilz sires de Mauni.
    Ossi fisent tout si compagnon quant il le sceurent, et          10
    ossi tout li chevalier breton et li escuier qui laiens
    estoient. Puis issirent hors paisievlement par le porte,
    et fisent aler avoech yaus trois cens archiers. Tant
    alèrent traiant li arcier qu'il fisent fuir en voies ceulz
    qui gardoient ce grant engien. Et les gens d'armes qui          15
    venoient après ces arciers en occisent aucuns, et abatirent
    ce grant engien, et le detaillièrent tout par
    pièces. Puis coururent de randon jusques as tentes
    et as logeis, et boutèrent le feu dedens. Si tuèrent et
    navrèrent pluiseurs de leurs ennemis, ançois que li             20
    host fust estourmis; et puis se retraisent bellement
    arrière. Quant li hos fu estourmis et armés, il vinrent
    acourant apriès yaus, comme gens tous foursenés.
    Et quant messires Gautiers de Mauni vey ces
    gens acourir et estourmir en demenant grans hus et              25
    grant cris, il dist tout haut: «Jamais ne soie jou
    salués de ma chière amie, se je rentre en chastiel ne
    en forterèce, jusques adonc que jou arai l'un de ces
    venans versé à terre, ou jou y serai versés!» Lors se
    retourna il, le glave ou poing, par devers les ennemis.         30
    Ossi fisent li doi frère de Leindehale, li Haze de
    Braibant, messires Yves de Tigueri, messires Galerans
    de Landreniaus et pluiseur aultre compagnon,
    et brocièrent à premiers venans. Si en fisent pluiseurs
    verser, les gambes contremont. Ossi en y eut
    des leurs versés.

    Là commença uns très fors hustins, car tout dis                  5
    venoient avant cil de l'host. Si monteplioit leurs
    effors, par quoi il convenoit les Englès et les Bretons
    retraire tout bellement par devers leur forterèce.
    Là peuist on veoir d'une part et d'autre belles
    envayes, belles rescousses, biaus fais d'armes et des           10
    belles proèces grant fuison. Sour tous les aultres
    le faisoit bien et en avoit le los et le huée li gentilz
    chevaliers, messires Gautiers de Mauni. Et ossi
    moult vassaument s'i maintinrent tout si compagnon,
    et s'i combatirent très bien. Quant il veirent                  15
    que tamps fu de retraire, si se retraisent bellement et
    sagement jusques à leurs fossés, et là rendirent il estal
    jusques à tant que leurs gens furent entret à sauveté.
    Mais saciés que li aultre arcier, qui point n'avoient
    esté à abatre les engiens, estoient issu de le ville et         20
    rengiés sus les fossés, et traioient si fortement qu'il
    fisent tous chiaus de l'host reculer, qui eurent grant
    fuison d'ommes et de chevaus mors et navrés. Quant
    cil de l'host veirent que leurs gens estoient au bersail
    et qu'il perdoient sans riens conquester, il fisent             25
    leur gens retraire à leurs logeis. Et quant il furent tout
    retrait, cil de le ville se retraisent ossi, cescuns à son
    hostel. Qui adonc veist la contesse descendre dou
    chastiel à grant chière, et baisier monsigneur Gautier
    de Mauni et ses compagnons, les uns apriès les aultres,         30
    deus fois ou trois, bien peuist dire que c'estoit
    une vaillans dame.


    § 170. A l'endemain, messires Loeis d'Espagne appella
    le visconte de Rohem, l'evesque de Lyon, monsigneur
    Hervi de Lyon et le mestre des Geneuois, pour
    avoir avis et conseil qu'il feroient et comment il se
    maintenroient, car il veoient le ville de Hembon si              5
    forte et le secours qui venus y estoit, meismement
    les arciés qui tous les desconfisoient. Par quoi, il
    perdoient le tamps pour noient, et aleuoient à
    demorer là, et ne veoient tour ne voie par quoi il
    y peuissent riens conquester. Si se accordèrent tout à          10
    çou que il se deslogeroient à l'endemain et se trairoient
    par devers le chastiel d'Auroy, là où messires
    Charles de Blois estoit à siège fait, et li aultre signeur
    de France. L'endemain, bien matin, il deffisent leurs
    logeis et se traisent celle part, si com ordonné l'avoient.     15
    Chil de le ville fisent grans hus apriès yaus,
    quant il les veirent deslogiet. Et aucun issirent après
    yaus pour aventurer, mais il furent racaciet arrière,
    et perdirent de leurs compagnons, ançois qu'il peuissent
    estre retrait à le ville.                                       20

    Quant messires Loeis d'Espagne et toute sa carge
    de gens d'armes furent venu en l'ost monsigneur
    Charles de Blois, il li conta le raison pour quoi il
    avoit laissiet le siège de devant Hembon. Adonc ordonnèrent
    il entre yaus, par grant deliberation, que                      25
    li dis messires Loeis et cil qui estoient venu avoech
    li iroient assegier le bonne ville de Dinant qui n'estoit
    fremée fors que d'yawe et de palis. Ensi demora
    la ville de Hembon en pais une grant pièce,
    et fu reforcie et rafrescie moult durement. Li dis              30
    messires Loeis s'en ala adonc à tout son host assegier
    Dinant. Ensi qu'il s'en aloit, il passa assés
    priès d'un viés chastiel que on clamoit Conquest. Et
    en estoit chastellains, de par le contesse, uns chevaliers
    de Lombardie, bons guerriières et hardis, qui
    s'appeloit messires Mansion, et avoit pluiseurs saudoiiers
    avoech li. Quant li dis messires Loeis entendi                   5
    que li chastiaus estoit de l'accord le contesse, il fist
    traire son host celle part et assallir le chastiel fortement.
    Chil dedens se deffendirent si bien que li assaus
    dura jusques à le nuit, et se loga li hos là endroit.
    L'endemain, il fist l'assaut recommencier. Li assallant         10
    approcièrent si priès des murs qu'il y fissent un
    grant trau, car li fosset n'estoient mies moult parfont.
    Si entrèrent ens par force et misent à mort tous
    chiaus dou chastiel, exceptet le chevalier qu'il prisent
    à prisonnier; et y establirent un aultre chastelain             15
    bon et seur et soixante compagnons avoec li, pour
    garder le chastiel. Puis s'en parti li dis messires Loeis
    et s'en ala assegier le bonne ville de Dinant.

    La contesse de Monfort et messires Gautiers de
    Mauni entendirent ces nouvelles que messires Loeis              20
    d'Espagne et toute son host estoit arrestés par devant
    le chastiel de Conquest. Si appella messires
    Gautiers tous les compagnons saudoiiers, et leur dist
    que ce seroit trop noble aventure pour yaus tous,
    se il pooient deslogier le dit chastiel et desconfire le        25
    dit monsigneur Loeis et toute son host, et que onques
    si grant honneur n'avint à gens d'armes qu'il
    leur avenroient. Tout li compagnon s'i acordèrent et
    se partirent l'endemain au matin de Haimbon, et s'en
    alèrent celle part de si grant volenté que petit en demora      30
    en le ville. Tant chevaucièrent qu'il vinrent environ
    nonne au chastiel de Conquest, et trouvèrent
    qu'il avoit esté conquis par force le jour devant, et
    cil de dedens tout occis, excepté le chevalier monsigneur
    Mansion qui le gardoit. Et l'avoient li François
    repourveu et rafresci de nouvelle gent. Quant messires
    Gautiers entendi çou, et que messires Loeis estoit               5
    alés assegier le ville de Dinant, il en eut grant
    doel, pour tant qu'il ne se pooit combatre à lui. Si
    dist à ses compagnons qu'il ne se partiroit de là, si
    saroit quelz gens il avoit ou chastiel, et comment il
    avoit estet perdus. Si se apparillièrent il et si compagnon,    10
    pour assallir le chastiel, et montèrent tout
    targiet contremont. Quant li Espagnol qui dedens estoient
    les veirent en tel manière venir, il se deffendirent
    tant qu'il peurent. Et cil de dehors les assallirent
    si fortement et les tinrent si priès de traire qu'il            15
    approcièrent les murs, maugré chiaus dou chastiel,
    et trouvèrent le trau del mur, par quoi il avoient le
    jour devant gaegniet le chastiel. Si entrèrent ens par
    ce trau meismes, et tuèrent tous les Espagnolz, excepté
    dix que aucun chevalier prisent à merci. Puis                   20
    se retraisent li Englès et li Breton par devers Hembon,
    car il ne l'osoient durement eslongier; et laissièrent le
    chastiel de Conquest tout seul et sans garde, car il
    veirent bien que il ne faisoit mies à tenir.


    § 171. Or revenrai à monsigneur Loeis d'Espagne                 25
    qui fist logier son host tout au tour de la ville de
    Dinant en Bretagne, et fist tantost faire petits batiaus
    et nacelles, pour assallir le ville de toutes pars, par
    terre et par yawe. Quant li bourgois de le ville veirent
    chou, et bien savoient que lor ville n'estoit fremée            30
    fors que de palis, il eurent paour, grans et petis,
    de perdre corps et avoir. Si se accordèrent communement
    qu'il se renderoient, salves leurs corps et leur
    avoir, si qu'il fisent au quart jour que li hos fu venus
    là, maugré leur chapitainne monsigneur Renault de
    Ginghant et le tuèrent (tout en my le marchiet[391]), pour       5
    tant qu'il ne s'i voloit acorder. Quant messires Loeis
    d'Espagne eut esté en le ville de Dignant par deux
    jours, et ot pris le feaulté des bourgois, il leur donna
    pour chapitainne celui Gerard de Malain, escuier, que
    il trouva laiens prisonnier, et monsigneur Pière Portebuef      10
    avoech lui. Puis s'en ala à tout son host par devers
    une grosse ville seans sus le flun de le mer, que
    on claime Garlande, et le assega par terre. Et trouva
    assés priès grant fuison de naves et de vaissiaus plainnes
    de vins que marcheant avoient là amenet de                      15
    Poito et de Le Rocelle pour vendre. Si euren tantost
    vendut li marchant leurs vins, et furent mal paiiet.
    Et puis fist li dis messires Loeis prendre toutes ces
    naves, et ens monter gens d'armes et partie des Espagnols
    et des Geneuois. Puis fist l'endemain assallir le               20
    ville par terre et par mer, qui ne se pot longement
    deffendre; ains fu assés tost gaegnie par force, et
    tantost toute robée, et tout mis à l'espée, femmes et
    hommes et enfans, et cinq eglises arses et violées:
    dont messires Loeis fu durement courouciés. Si fist             25
    tantost pour chou pendre vingt et quatre de chiaus
    qui chou avoient fait. Là eut gaegniet très grant tresor,
    si ques cescuns en eut tant qu'il en peut porter, car
    la ville estoit durement grande et rice et marceande.

  [391] Mss. B4, 3, fo 82.--Ms. B 1, fo 123 vo (lacune).

    Quant celle grosse ville, qui Garlande estoit appellée,         30
    fu ensi gaegnie et robée et essillie, il ne sceurent
    où aler plus avant pour gaegnier. Si se mist li dis
    messires Loeis en ces vaissiaus qu'il avait trouvés, sus
    mer, en le compagnie de monsigneur Othon Doriie
    et de Toudou et de aucuns Geneuois et Espagnolz,                 5
    pour aler aucune part, pour aventurer sus le marine.
    Et li viscontes de Roem, li evesques de Lyon, messires
    Hervis, ses niés, et tout li aultre s'en revinrent
    en l'ost monsigneur Charle de Blois, qui encores seoit
    devant le chastiel d'Auroy. Et trouvèrent grant fuison          10
    de signeurs et de chevaliers de France, qui nouvellement
    estoient là venus, telz que monsigneur Loeis
    de Poitiers conte de Valence, le conte d'Auçoirre,
    le conte de Portiien, le conte de Joni, le conte de
    Boulongne et pluiseurs aultres, dont li rois Phelippes          15
    les y avoit envoiiés pour reconforter son neveu; et
    aucun y estoient venu de leur volenté, pour venir
    veoir et servir monsigneur Charle de Blois. Et encores
    n'estoit li fors chastiaus d'Auroy gaegniés. Mais
    chil de dedens estoient si près menet et apresset de            20
    famine qu'il avoient mengiet par huit jours tous
    leurs chevaus; et ne les voloit on prendre à merci,
    s'il ne se rendoient simplement. Quant il veirent
    que morir les couvenoit, il issirent hors couvertement
    par nuit, et se misent en le volenté de Dieu,                   25
    et passèrent tout parmi l'ost, à l'un des costés. Aucun
    en furent perceu et tuet. Mais messires Henris de
    Pennefort et messires Oliviers ses frères et pluiseur
    aultre se sauvèrent par un bosket qui là estoit, et en
    alèrent droit à Hembon devers le contesse et les                30
    compagnons, chevaliers englès et bretons, qui les
    rechurent liement.

    Ensi reconquist messires Charles de Blois le fort
    chastiel d'Auroi, et par affamer ceulx qui le gardoient,
    là où il avoit sis par l'espasse de dix sepmainnes
    et plus. Si le fist reffaire et rappareillier
    et bien garnir de gens d'armes et de toutes pourveances;         5
    et puis s'en ala à tout son ost assegier
    le cité de Vennes, dont messires Joffrois de Malatrait
    estoit chapitains, et se loga tout au tour. A
    l'endemain, aucun compagnon breton et saudoiier,
    qui gisoient en une ville que on claime Plaremiel,              10
    issirent hors et se misent en aventure de gaegnier.
    Si vinrent estourmir l'ost monsigneur Charle, et se
    ferirent à l'un des corons secretement; mais il furent
    enclos quant li hos fu estourmis, et perdirent de
    leurs gens grossement. Li aultre s'en fuirent et furent         15
    sievi jusques assés priès de Plaremiel, qui estoit
    assés priès de Vennes. Quant cil de l'host qui estoient
    armet furent revenu de le cace, il alèrent de ce
    retour meismes assallir le ville de Vennes fortement
    et radement, et gaegnièrent par force les bailles jusques       20
    à le porte de le cité. Là eut très fort assaut, et
    pluiseurs mors et navrés d'une part et d'autre, et
    dura jusques à le nuit. Adonc fu acordé uns respis
    qui devoit durer l'endemain tout le jour, pour les
    bourgois consillier, s'il se vorroient rendre ou non.           25
    A lendemain, il furent si consilliet qu'il se rendirent,
    maugret monsigneur Joffroi de Malatret leur chapitainne.
    Et quant il vei chou, il se mist hors de le
    cité desconnuement, endementrues que on parlementoit,
    et s'en ala par devers Hembon. Et li parlemens                  30
    se fist ensi, que messires Charles de Blois et
    tout li signeur entrèrent en le cité, et prisent le
    feaulté des bourgois, et se reposèrent en le cité par
    cinq jours. Puis s'en partirent et alèrent assegier une
    aultre forterèce et bonne cité que on claime Craais.
    Or lairai à parler un petit d'yaus, et retourrai à
    monsigneur Loeis d'Espagne qui s'estoit mis en mer,              5
    ensi que vous avés oy ci dessus.


    § 172. Saciés que, quant messires Loeis d'Espagne
    fu montés, au port de Garlande, sus mer, il et se
    compagnie alèrent tant nagant par mer qu'il arrivèrent
    en le Bretagne bretonnant, au port de Camperli                  10
    et assés priès de Camper Corentin et de Saint Mahieu
    de Fine Poterne; et issirent des naves, et alèrent ardoir
    et rober tout le pays. Et trouvèrent si grant
    avoir que merveilles seroit dou raconter; si le raportoient
    tout en leurs naves, et puis aloient d'autre                    15
    part rober, et ne trouvoient qui leur deffendesist.

    Quant messires Gautiers de Mauni et messires Amauris
    de Cliçon sceurent les nouvelles de monsigneur
    Loeis d'Espagne et de ses compagnons, il eurent conseil
    qu'il iroient celle part. Puis le descouvrirent à               20
    monsigneur Yvon de Trigri, au chastelain de Gingant,
    au signeur de Landreniaus, à monsigneur Guillaume
    de Quadudal, as deus frères de Pennefort, et à tous
    les chevaliers qui là estoient dedens Hembon, qui
    tout s'i acordèrent de bonne volenté. Lors se misent            25
    tout en leurs vaissiaus, et prisent trois mille arciers
    avoecques yaus, et ne cessèrent de nagier jusques à
    tant qu'il vinrent droit au port, là où les naves monsigneur
    Loeis estoient ancrées. Si entrèrent dedans,
    et tuèrent tous chiaus qui les naves gardoient. Et              30
    trouvèrent ens si grant avoir qu'il s'en esmervillièrent
    durement, que li Geneuois et li Espagnol avoient
    là dedens aportet. Puis se misent à terre, et veirent
    en pluiseurs lieus villes et maisons ardoir. Si se partirent
    en trois batailles, par grant sens, pour plus tost
    trouver leurs ennemis, et laissièrent trois cens arciers         5
    pour garder leur navie et l'avoir qu'il avoient gaegniet;
    puis se misent à le voie par devers les fumières
    par pluiseurs chemins.

    Ces nouvelles vinrent à monsigneur Loeis d'Espagne
    que li Englès estoient arrivet efforciement et le queroient.    10
    Si rassambla toutes ses gens, et se mist au retour
    par devers ses naves, pour entrer dedens. Ensi
    qu'il s'en revenoit, tout cil dou pays le poursievoient,
    hommes et femmes qui avoient perdu lor avoir; et il
    se hastoit tant qu'il pooit. Si encontra l'une des trois        15
    batailles, et vey bien que combatre le couvenoit. Se
    se mist tantost en bon couvenant, car il estoit hardis
    chevaliers et confortés durement. Et fist là aucuns
    chevaliers nouviaus, et especialment un sien neveut
    que on appelloit Aufons. Si se ferirent li dis messires         20
    Loeis d'Espagne et ses gens en ceste première bataille
    si radement qu'il en ruèrent tamaint par terre;
    et euist esté tantost toute nettement desconfite et
    sans remède, se n'euissent esté les aultres deus batailles
    qui y sourvinrent, par le cri et le hu qu'il                    25
    avoient oy des gens dou pays. Lors commença li
    hustins à renforcer, et li arcier si fort à traire que
    Geneuois et Espagnol furent desconfit et priès que
    tout mort et tuet à grant meschief, car cil dou
    pays qui les sievoient à bourlès et à pikes y sourvinrent,      30
    qui les partuèrent tous, et rescouoient ce qu'il
    pooient de leur perte: si ques à grant meschief li
    dis messires Loeis se parti de le bataille, durement
    navrés en pluiseurs lius, et s'en afui par devers ses
    naves, tous desconfis. Et ne ramena de bien sis mille
    hommes qu'il avoit avoech lui plus hault de trois
    cens; et y laissa mort son neveu que moult amoit,                5
    monsigneur Aufons d'Espagne, dont il estoit en coer
    et fu puissedi moult destrois, mais amender ne le peut.

    Quant il fu venus à ses naves, il cuida ens entrer,
    mais il les trouva si bien gardées qu'il ne
    peut ens entrer. Si se mist en un vaissiel que on               10
    claime lique, à grant meschief et à grant haste, à tout
    ce de gens qu'il avoit d'escapés, et se mist à nagier
    fortement en voies. Quant cil chevalier d'Engleterre
    et de Bretagne dessus nommet eurent desconfis leurs
    ennemis, et il perçurent que li dis messires Loeis              15
    s'en estoit partis et alés par devers les vaissiaus, il se
    misent tout à aler après lui tant qu'il purent, et
    laissièrent les gens del pays couvenir del remanant
    et yaus vengier, et reprendre partie de chou que on
    leur avoit robet. Quant il furent venu à leurs vaissiaus,       20
    il trouvèrent que li dis messires Loeis estoit
    entrés en une lique qu'il avoit trouvet, et s'en aloit
    fuiant tant qu'il pooit. Il entrèrent tantost ens ès
    plus appareilliés vaissiaus qu'il trouvèrent là, et nagièrent
    tant qu'il purent apriès le dit monsigneur                      25
    Loeis, car il leur estoit avis qu'il n'avoient riens fait,
    se li dis messires Loeis leur escapoit. Il eurent bon
    vent si com à souhet, et le veoient toutdis nagier
    devant yaus si fortement qu'il ne le pooient raconsievir.
    Tant nagièrent à force de bras li maronnier                     30
    monsigneur Loys qu'il parvinrent à un port que on
    claime le port de Gredo. Là descendi li dis messires
    Loeis et cil qui escapet estoient avoecques lui, et entrèrent
    en le ville de Gredo. Il ne furent mies gramment
    arresté en le ditte ville, quant il oïrent dire que li
    Englès estoient arrivé, et qu'il descendoient pour yaus
    combatre. Adonc se hasta li dis messires Loeis, qui              5
    ne se vei meis à pareçon contre yaus; et monta sour
    petis chevaus qu'il emprunta en le ville, et s'en ala
    droit par devers le cité de Rennes qui estoit assés
    priès de là. Et montèrent ossi ses gens, qui peurent
    recouvrer de chevaus; et qui ne peurent, il se partirent        10
    tout à pied, sievans leurs mestres. Si en y eut
    pluiseurs des lassés et des mal montés ratains et raconsievis,
    qui eurent mal finet quant il cheirent ens
    ès mains de leurs ennemis. Toutes fois, li dis messires
    Loeis d'Espagne se sauva, et ne le peurent li                   15
    Englès raconsievir, et s'en vint à petite compagnie
    en le cité de Rennes.

    Et li Englès et li Breton s'en retournèrent et vinrent
    à Gredo, et là se reposèrent celle nuit. L'endemain,
    il se remisent en chemin par mer, pour revenir                  20
    à Hembon par devers le contesse leur dame,
    mais il eurent vent contraire. Si leur couvint prendre
    terre à trois liewes priès de le ville de Dinant;
    puis se misent au chemin par terre, ensi qu'il peurent,
    et gastèrent le pays entours Dinant. Et prendoient              25
    chevaus telz que cescuns pooit trouver, li
    uns à selle, li aultres sans selle, et alèrent tant
    qu'il vinrent une nuit assés priès de Roceperiot.
    Quant il furent là venu, messires Gautiers de Mauni
    dist certainement à ses compagnons: «Signeur, jou               30
    iroie volentiers assallir à ce fort chastiel, se jou
    avoie compagnie, com travilliés que je soie, pour
    assaiier se nous y porions riens conquester.» Li
    aultre chevalier respondirent tuit: «Sire, alés y
    hardiement, nous vous sievrons jusques à le mort.»
    Adonc se misent tout à monter contremont le montagne,
    tous apparilliés d'assallir. A ce point estoit laiens            5
    ycilz escuiers que on clamoit Gerard de Malain, com
    chastelains, qui avoit esté prisonniers à Dignant, si
    com vous avés oy, li quelz fist armer apertement toutes
    ses gens et traire as garites et as deffenses; et ne se
    mist point derrière, mais vint o toutes ses gens pour           10
    deffendre le chastiel. Là ot un fort assaut, dur et perilleus,
    et y eut pluiseurs chevaliers et escuiers navrés,
    entre les quelz messires Jehans li Boutilliers et
    messires Mahieus de Frenai furent durement bleciet;
    et tant qu'il les couvint raporter aval et mettre               15
    gesir en un pré avoecques les autres navrés.


    § 173. Cilz Gerars de Malain avoit un frère, hardi
    escuier et conforté durement, que on clamoit Renier
    de Malain, et estoit chastelains d'un aultre petit fort
    que on appelloit Fauet, qui siet à mains d'une liewe            20
    priès de Roceperiot. Quant cilz Reniers entendi que
    Breton et Englès assalloient son frère, il fist armer
    de ses compagnons jusques à quarante. Si issi hors
    et chevauça devers Roceperiot, pour aventurer et
    pour veoir se il poroit en aucune manière son frère             25
    valoir ne aidier. Se li avint si bien qu'il sourvint
    sour ces chevaliers et escuiers navrés et sour leur
    mesnie, qui gisoient desous le chastiel en un pré. Si
    leur courut seure et prist les deux chevaliers et les
    escuiers navrés, et les en fist porter et emmener par           30
    devers Fauet sa garnison en prison, ensi bleciet qu'il
    estoient. Aucun de leur mesnie s'en afuirent à monsigneur
    Gautier de Mauni, à monsigneur Amauri de
    Cliçon et as autres chevaliers qui estoient durement
    ententieu d'assallir, et leur disent l'aventure comment
    on emmenoit ces chevaliers et escuiers par devers                5
    Fauet en prison, et comment il avoient estet pris.

    Quant li chevalier entendirent ces nouvelles, il furent
    trop durement courouciet, et fisent cesser l'assaut,
    et se misent à l'aler, tant qu'il peurent, qui
    mieulz mieulz, par devers Fauet, pour raconsievir, se           10
    ilz peuissent, chiaus qui emmenoient ces prisons. Mais
    il ne se peurent tant haster que li dis Reniers de Malain
    ne fust ançois rentrés en son chastiel à tout ses
    prisons, qu'il peuissent venir là. Quant il furent là
    venu, li uns devant, li aultres après, il commencièrent         15
    à assallir, si travilliet qu'il estoient; mais petit y fisent
    adonc, car li dis Reniers et si compagnon se deffendoient
    vassaument. Et jà estoit tart, et tuit estoient
    travilliet durement. Si eurent conseil qu'il se logeroient
    et se reposeroient celle nuit, pour mieus assallir              20
    à l'endemain.


    § 174. Gerars de Malain sceut, tantost que cil signeur
    se furent parti de là, le biau fet d'armes que
    ses frères Reniers avoit fait pour lui secourre; si en
    eut grant joie. Et sceut que cil signeur estoient pour          25
    çou trais par devant Fauet et le conquerroient, s'il
    pooient. Si se apensa que il feroit ossi biel service à
    son frère, se il pooit, que ses frères li avoit fait. Si
    monta tout par nuit sour son cheval et vint, un petit
    devant le jour, à Dinant, et fist tant qu'il parla tantost      30
    à monsigneur Pière Portebuef, son bon compagnon,
    qui estoit chapitainne et souverains de Dinant avoech
    lui, si com vous avés oy, et li conta l'aventure et
    pour quoi il estoit là venus. Si eurent conseil que,
    sitos que jours seroit, il assambleroit tous les bourgois
    de le ville, et leur demoustreroit le besongne, et               5
    les feroit armer, s'il pooit, pour aler dessegier le
    chastiel de Fauet. Quant grans jours fu, et tout li
    bourgois furent assamblé en le halle de le ville, Gerars
    de Malain leur remoustra le besongne si bellement
    que li bourgois et li saudoiier furent d'acord                  10
    d'yaus armer, et de partir tantost, et d'aler là où on
    les vorroit mener; et fisent sonner la bancloke, et
    s'armèrent toutes gens. Puis issirent hors et se misent
    à le voie, tant qu'il peurent, par devers Fauet,
    et estoient bien sis mille hommes, uns et autres.               15
    Messires Gautiers de Mauni et li aultre signeur le
    sceurent tantos par une espie. Si eurent conseil ensamble
    pour regarder et aviser quel cose leur seroit
    bon à faire: si ques, tout consideret le bien et le
    mal, il se acordèrent à che que il se partiroient de            20
    là et s'en retrairoient, ensi qu'il poroient, par devers
    Hembon, car grans meschiés leur poroit avenir, s'il
    demoroient longement là. Car, se cil de Dinant leur
    venoient d'une part, et li hos monsigneur Charle et
    des signeurs de France d'autre, il seroient enclos. Si          25
    seroient tout pris ou mors, à le volenté de leurs ennemis.
    Si se acordèrent à che que leurs milleurs poins
    estoit de laissier leurs compagnons en prison, que
    tout perdre, jusques adonc qu'il le poroient amender.
    Lors se partirent de là, et se misent à le voie pour            30
    revenir à Hembon.

    Ensi qu'il revenoient vers Hembon, il vinrent passant
    par devant un chastiel que on claime Ghoy le
    Forest, qui quinze jours devant estoit rendus à monsigneur
    Charle de Blois. Et l'avoit li dis monsigneur
    Charle livret pour garder à monsigneur Hervi
    de Lyon et à monsigneur Gui de Ghoy, qui en devant               5
    le tenoit. Li quel doy chevalier n'estoient point
    laiens, quant cil signeur englès et breton vinrent
    là passant; ains estoient en l'ost monsigneur Charle,
    avoecques les signeurs de France, par devant le
    ville de Craais qu'il avoient assegiet. Quant messires          10
    Gautiers de Mauni vei le chastiel de Ghoy le
    Forest qui estoit merveilleusement fors, il dist à ces
    signeurs et chevaliers de Bretagne, qui estoient avoecques
    lui, qu'il n'iroit plus avant ne se partiroit de là,
    com travilliés qu'il fust, se aroit assallit à ce fort          15
    chastiel, et aroit veu le couvenant de chiaus qui estoient
    dedens. Si commanda tantost as arciers que
    cescuns le sievist, et à ses compagnons ossi. Puis
    prist se targe à son col et monta contremont jusques
    as bailles et as fossés dou chastiel, et tout li aultre         20
    Breton et Englès le sievirent. Lors commencièrent
    fortement à assallir, et cil de dedens fortement à
    yaus deffendre, comment qu'il n'euissent point leur
    chapitainne. Là eut très fort assaut et grant fuison
    de bien faisans dedens et dehors, et dura longement             25
    jusques à basses vespres. Et cilz bons chevaliers messires
    Gautiers de Mauni semonnoit fortement les assallans,
    et se mettoit toutdis au devant des aultres
    ou plus grant peril. Et li arcier traioient si (ouniement[392])
    que cil dou chastiel ne s'osoient moustrer se                   30
    petit non. Si fisent li dis messires Gautiers et si compagnon,
    que li fosset furent rempli, à l'un des costés,
    d'estrain et de bois, par quoi il parvinrent jusques
    as murs, et pikièrent tant de grans maulz de fer, de
    pik et de martiaus, que li murs fu trawés une toise              5
    de large. Si entrèrent li dit Englès et Breton dedens
    che chastiel par force, et tuèrent tous chiaus qu'il y
    trouvèrent, et se logièrent là endroit. L'endemain, il
    se misent au chemin, et alèrent tant en tel manière
    qu'il vinrent à Hembon. Et d'autre part Gerars de               10
    Malain, qui estoit à Dinant venus querre le secours,
    et qui l'en menoit par devers Fauet, esploita tant
    avoecques chiaus qu'il en menoit, qu'il parvinrent à
    Fauet, et trouvèrent que li Englès et li Breton s'en
    estoient parti. Si issi Reniers de Malain contre yaus           15
    et les rechut liement; et se logièrent là ens ès prés
    tant qu'il eurent disnet, et puis s'en retournèrent à
    Dinant.

  [392] Mss. B4, 3, fo 84.--Ms. B1, fo 127: «onniement.»

    § 175. Quant la contesse de Montfort sceut nouvelles
    de le revenue des dessus dis Englès et Bretons,                 20
    si en fu grandement resjoie. Si ala contre yaus et les
    festia liement, et baisa et acola cescun de grant coer.
    Et avoit fait apparillier ens ou chastiel pour yaus
    mieulz festiier, et donna à disner moult noblement à
    tous les chevaliers et escuiers de renom; et leur demanda       25
    moult ententievement de leurs aventures,
    comment que elle en seuist jà grant partie. Cescuns
    compta che qu'il en savoit, et des bienfaisans che
    que cescuns en avoit veu. Là endroit furent ramenteues
    maintes proèces, pluiseurs travaus, maint grant
    fait d'armes et perilleus, et maintes hardies emprises          30
    faites par chiaus qui là furent; (ce pèvent et doivent
    savoir ceulx qui ont[393]) esté souvent en armes, et les
    doit on tenir et reputer pour preus. Mais sus tous
    en portoit le huée et le chapelet messires Gautiers
    de Mauni.                                                        5

  [393] Ms. B3, fo 86 vo.--Mss. B1, 4, fo 127 vo: «poent et
  doient.»

    A ce point que cil signeur englès et breton furent
    revenu à Hembon y messires Charles de Blois avoit
    reconquis le bonne cité de Vennes, et avoit assegiet
    le bonne (ville[394]) que on claime Craais. Et
    l'avoit durement astrainte, par quoi elle ne se pooit           10
    longement tenir sans avoir secours. Par coi la contesse
    de Montfort et messires Gautiers de Mauni envoiièrent
    tantost au roy Edowart pour segnefiier à
    lui comment messires Charles de Blois et li aultre
    signeur de France et leurs aidans avoient reconquis             15
    les cités, Rennes, Vennes et les aultres bonnes villes
    et chastiaus de Bretagne, et qu'il conquerroient tout
    le remanant, s'il ne les venoit secourir temprement.
    Chil message se departirent de Hembon, et s'en alèrent
    en Engleterre, tant qu'il peurent. Et arivèrent en              20
    Cornuaille, et enquisent et demandèrent là dou roy
    où il le trouveroient. Il leur fu dit qu'il estoit à Windesore.
    Si chevaucièrent celle part à grant esploit.

  [394] Mss. B4, 3, fo 84 vo.--Ms. B1 (lacune).

    Or nous soufferons nous un petit à parler de ces
    messagiers, et retournerons à monsigneur Charle de              25
    Blois et à chiaus de son costé qui avoient assegiet le
    ville de Craais; et tant le constraindirent, par assaus
    et par engiens, qu'il ne se peurent plus tenir et se
    rendirent à monsigneur Charle, salve leurs biens et
    leur avoir, li quelz dis messires Charles les prist à
    merci. Et cil de Craais li jurèrent feaulté et hommage,
    et le recogneurent à signeur. Si y mist li dis
    messires Charles nouviaus officiers qui li jurèrent
    loyaulté à tenir, et leur delivra un bon chevalier à             5
    chapitainne en qui moult il se confioit. Et sejournèrent
    là li dit signeur pour yaus et leurs gens rafreschir,
    bien quinze jours. Là en dedens eurent il
    conseil et avis qu'il se trairoient par devant le ville
    de Hembon.                                                      10


    § 176. Adonc se departirent li dessus dit signeur,
    baron et chevalier de France, de Craais, et se traisent
    moult arreement devant le forte ville de Hembon,
    qui durement estoit renforcie et bien ravitaillie et
    pourveue de toute artillerie. Et si le assegièrent tout         15
    au tour, si avant comme assegier le peurent.

    Le quatrime jour apriès que cil signeur s'i furent
    mis et trait à siège, y vint messires Loeis d'Espagne qui
    s'estoit tenus en le cité de Rennes bien six sepmainnes,
    et là fait curer et medeciner de ses plaies. Si le              20
    veirent tout li signeur moult volentiers et le reçurent
    à grant joie, car il estoit moult honnerés et amés
    entre yaus, et tenus pour très bon homme d'armes
    et vaillant chevalier. Et telz estoit il vraiement. Et
    ossi il y avoit bien cause qu'il le festiaissent, car il        25
    ne l'avoient veu puis la bataille dessus ditte. La
    compagnie des signeurs de France estoit grandement
    montepliie, et acroissoit tous les jours. Car grant
    fuison de signeurs de France et de chevaliers revenoient
    de jour en jour dou roy d'Espagne, qui guerrioit                30
    adonc au roy de Grenate et as Sarrasins: si
    ques, quant il passoient par Poito et il ooient nouvelles
    des guerres qui estoient en Bretagne, il s'en
    aloient celle part.

    Li dis messires Charles avoit fait drecier quinze
    ou seize grans engiens qui gettoient grandes pières              5
    as murs de Hembon et à le ville. Mais cil de dedens
    n'i acontoient nient gramment, car il estoient fort
    paveschiet et garitet à l'encontre. Et venoient à chiés
    de fois as murs et as crestiaus, et les frotoient et
    passoient de leurs caperons par despit. Et puis                 10
    crioient, quanqu'il pooient, en disant: «Alés, alés
    requerre et raporter vos compagnons qui se reposent
    au camp de Camperli!» De quoi, pour ces
    parolles, messires Loeis d'Espagne et li Geneuois
    avoient grant ireur et grant despit.                            15


    § 177. Un jour vint li dis messires Loeis d'Espagne
    en l'entente monsigneur Charle de Blois et li
    demanda un don, present fuison de grans signeurs
    de France qui là estoient, en guerredon de tous les
    services que fais li avoit. Li dis messires Charles ne          20
    savoit mies quel don il voloit demander, car, se il
    le seuist, jamais ne li euist acordé; se li ottria legierement,
    pour tant que il se sentoit moult tenus à
    lui. Quant li dons fu ottriiés, messires Loeis dist:
    «Monsigneur, grant mercis. Je vous pri donc et requier          25
    que vous faites ci venir tantost les deus chevaliers
    qui sont en vostre prison en Fauet, monsigneur
    Jehan le Boutillier et monsigneur Mahieu de Frenai,
    et le(s) me donnés pour faire me volentet: c'est li
    dons que je vous demande. Il m'ont cachiet, desconfit           30
    et navret et ont tuet monsigneur Aufons, mon
    neveut, que je tant amoie. Si ne m'en sçai aultrement
    vengier que je leur ferai les testes coper, par devant
    leurs compagnons qui laiens sont enfremet.» Li dis
    messires Charles fu tous esbahis, quant il oy monsigneur
    Loeis ensi parler. Si li dist courtoisement:                     5
    «Certes, sire, les prisons vous deliverai je moult volentiers,
    puisque demandés les avés. Mais ce seroit
    cruautés et peu d'onneur pour vous et grans blasmes
    pour nous tous, se vous faisiés de deus si vaillans
    hommes que cil sont, che que dit avés, et nous seroit           10
    à tous jours reprouvet. Et aroient nostre ennemi
    bien cause des nostres faire ensi, quant tenir les poront,
    et nous ne savons que à venir nous est de jour
    en jour. Pour quoi, chiers sires et biaus cousins, si
    vous voelliés mieulz aviser.» Messires Loeis d'Espagne          15
    respondi et dist briefment qu'il n'en feroit
    aultrement, se tout li signeur del monde en prioient:
    «Et se vous ne me tenés couvent, saciés que je me
    partirai de ci, et ne vous servirai ne amerai tant que
    je vive.»                                                       20

    Messires Charles vei bien et perçut que c'estoit
    acertes: si n'osa couroucier plus avant le dit monsigneur
    Loeis; ains envoia tantos certains messages
    au chastellain de Fauet, pour les dessus dis
    chevaliers amener en son host. Ensi que commandé                25
    fu, ensi fu fait. Li doi chevalier furent amenet un
    jour assés matin en le tente monsigneur Charle de
    Blois. Quant messires Loeis d'Espagne les sceut
    venus, il les ala tantost ve(o)ir. Ossi fisent pluiseur des
    signeurs et des chevaliers qui les seurent venus.               30
    Quant li dis messires Loeis les vit, il leur dist:
    «Ha! signeur chevalier, vous m'avés bleciet del
    corps et ostet de vie mon chier neveu que je tant
    amoie. Si convient que vostre vie vous soit ossi
    (ostée[395]). De chou ne vous poet nuls garandir. Si
    vous poés confesser, s'il vous plest, et priier merci à
    Nostre Signeur, car vos daarrains jours est venus.» Li           5
    doi chevalier furent durement abaubit de ces parolles,
    ce fu bien raisons, et disent qu'il ne pooient
    croire que vaillans hommes ne gens d'armes deuissent
    faire ne consentir tèle cruaulté que de mettre à
    mort chevaliers (pris[396]) en fais d'armes, pour guerres       10
    de signeurs; et se fait estoit par oultrage, aultre gent
    pluiseur, chevalier et escuier, le poront bien comparer
    en semblable cas. Li aultre signeur, qui là estoient
    et ooient ces parolles, en avoient grant pité.
    Mais, pour priière ne pour pluiseurs bonnes raisons             15
    que il peuissent faire ne moustrer au dit monsigneur
    Loeis, il ne le peurent oster de son pourpos qu'il ne
    convenist que li doi dessus dit chevalier ne fuissent
    decolet apriès disner, tant estoit li dis messires Loeis
    courouciés et aïrés sur yaus.                                   20

  [395] Mss. B4, 3, fo 85 vo.--Ms. B1, fo 129 (lacune).

  [396] Mss. B4, 3, fo 85, vo.--Ms. B1 (lacune).


    § 178. Toutes les parolles, demandes et responses,
    qui premiers furent dittes entre monsigneur Charle
    et le dit monsigneur Loeis à l'ocquison de ces deus
    chevaliers, furent tantost sceues à monsigneur Gautier
    de Mauni et à monsigneur Amauri de Cliçon, par                  25
    espies qui toutdis aloient couvertement de l'une
    host en l'autre. Ossi furent toutes ces parolles daarrainnement
    dittes, quant li doi chevalier furent amenet
    en le tente monsigneur Charle. Et quant messires
    Gautiers de Mauni et messires Amauris de
    Cliçon oïrent ces nouvelles et entendirent que c'estoit
    acertes, il en eurent grant pité. Si appellèrent
    aucuns de leurs compagnons et leur remoustrèrent                 5
    le meschief des deux chevaliers leurs compagnons,
    pour avoir conseil qu'il en poroient faire. Puis commencièrent
    à penser, li uns (chà[397]) et li aultres là, et n'en
    savoient qu'aviser. Au daarrain, commença à parler li
    preus chevaliers messires Gautiers de Mauni et dist:            10
    «Signeur compagnon, ce seroit grans honneurs pour
    nous, se nous poyons ces deus chevaliers sauver.
    Et, se nous nos metons en aventure dou faire, et se
    falissiens, si nous en saroit li rois Edowars, nos sires,
    grant gré. Ossi feroient tout preudomme qui en                  15
    oroient parler, quant nous en arions fait nostre
    pooir. Si vous en dirai mon avis, se vous avés talent
    de l'entreprendre. Car il me samble que on doit
    bien le corps aventurer, pour les vies de deus vaillans
    chevaliers sauver. Jou ay visé, se il vous plaist,              20
    que nous nos irons armer, et nous partirons en deus
    pars, dont li une des pars istera maintenant, ensi
    que on disnera, par ceste porte; et si en iront li
    compagnon rengier et moustrer sus ces fossés, pour
    estourmir l'ost et pour escarmucier. Bien croi que              25
    tout cil de l'host acourront tantost celle part. Vous,
    messires Amauris, en serés chapitainne, s'il vous
    plest, et arés avoecques vous mille bons arciers,
    pour les sourvenans detriier et faire reculer. Et je
    prenderai cent de nos campagnons et cinq cens arciers,          30
    et isterons par celle posterne d'autre part couvertement,
    et venrons par derrière ferir en lors logeis
    que nous trouverons vuides. Jou ay moult bien
    avoecques mi tèle gent, qui scèvent bien le voie as
    tentes monsigneur Charle, là où li doi chevalier sont.           5
    Si me trairai celle part, et je vous creanch que jou
    et mi compagnon ferons nostre pooir dou delivrer,
    et les ramenrons à sauveté, s'il plest à Dieu.»

  [397] Mss. B4, 3 fo 85 vo.--Ms. B1 (lacune).

Cilz consaulz et avis plaisi à tous; et se alèrent armer et apparillier
incontinent. Et se parti droit sus 10 l'eure dou disner messires
Amauris de Cliçon à trois cens armeures de fier et mille arciers, (et
fist ouvrir[398]) le souverainne porte de le ville de Hembon, dont li
chemins aloit droit en l'ost. Si coururent li Englès et li Breton, qui
à cheval estoient, jusques en l'ost, 15 en demenant grans cris et grans
hus. Et commencièrent à reverser et à abatre tentes et trés, et à tuer
et decoper gens où il les trouvoient. Li hos qui fu toute effraée se
commença à estourmir. Et se armèrent toutes manières de gens au plus
tost qu'il peurent, 20 et se traisent devers les Englès et Bretons qui
les recueilloient vistement. Là eut dure escarmuce et forte, et maint
homme reversé d'un lés et d'autre. Quant messires Amauris de Cliçon vei
que li hos s'estourmissoit, et que priès estoient tout armé et 25 trait
sus les camps, il retraist ses gens tout bellement, et tout en
combatant, jusques devant les bailles de le ville. Adonc s'arrestèrent
il là tout quoi. Et li arcier estoient tout rengié sus le chemin, d'un
lés et d'autre, qui traioient saiettes à pooir; et Geneuois retraioient
30 ossi efforciement contre yaus. Là commença li hustins grans et
fors; et y acoururent cil de l'host que onques nulz n'i demora, fors li
varlet.

  [398] Mss. B4, 3, fo 86.--Ms. B1, fo 129 vo (lacune).

    Endementrues, messires Gautiers de Mauni et se
    route issirent par une posterne couvertement, et vinrent         5
    par derrière l'ost ens ès tentez et ens ès logeis des
    signeurs de France. Onques ne trouvèrent homme qui
    leur veast, car tout estoient à l'escarmuce devant les
    fossés. Et s'en vint li dis messires Gautiers de Mauni
    tout droit, car bien avoit qui le menoit en le tente            10
    monsigneur Charle de Blois. Et trouva les deus chevaliers,
    monsigneur Hubert de Frenai et monsigneur
    Jehan le Boutillier, qui n'estoient mies à leur aise;
    mais il le furent si tost qu'il veirent monsigneur
    Gautier et se route, ce fu bien raisons. Si furent              15
    tantost montés sus bons coursiers que on leur avoit
    amenés. Si se partirent et furent ensi rescous, et
    rentrèrent dedens Hembon par le posterne meismes
    par où il estoient issu. Et vint la contesse de Montfort
    contre yaus, qui les rechut à grant joie.                       20


    § 179. Encores se combatoient li Englès et li Breton
    qui estoient devant les barrières et ensonnioient,
    de fait avisé, chiaus de l'host tant que li doy chevalier
    fuissent rescous, qui jà l'estoient. Et en vinrent
    les nouvelles as signeurs de France qui se tenoient à           25
    l'escarmuce. Et leur fu dit: «Signeur, signeur, vous
    gardés mal vos prisonniers; jà les ont rescous cil de
    Hembon et remis dedens leur forterèce.» Quant
    messires Loeis d'Espagne, qui là estoit à l'assaut, entendi
    chou, si fu durement courouciés, et se tint                     30
    ensi que pour tous deceus. Et demanda quel part li
    Englès et li Breton estoient, qui rescous les avoient.
    On li respondi qu'il estoient jà ou priès retrait en
    leur garnison. Dont se retrest messires Loeis d'Espagne
    vers les logeis tous mautalentis, et laissa la
    bataille, si com par anoy. Ossi se commencièrent                 5
    à retraire toutes aultres manières de gens. En che
    retret furent pris doi chevalier breton de le partie le
    contesse, qui trop s'avancièrent: che furent li sires
    de Landreniaus et li chastellains de Ginghant, dont
    messires Charles de Blois eut grant joie. Depuis que            10
    cil de Hembon furent retrait, et cil de l'host ossi,
    menèrent li Englès grant joie et grant reviel de leurs
    deux chevaliers qu'il ravoient, et en loèrent grandement
    monseigneur Gautier de Mauni; et disent bien
    que par son sens et se hardie entrepresure il avoient           20
    été rescous. Ensi se portèrent il d'une part et d'autre.
    Celle meisme nuit, furent en le tente monsigneur
    Charle de Blois tant preeciet et si bien li chevalier
    breton dessus nommet, qu'il se tournèrent de le partie
    monsigneur Charle, et li fisent feaulté et hommage,
    et relenquirent la contesse qui maint bien lor
    avoit fait et pluiseurs dons donnés. De quoi on parla
    moult et murmura sus leur afaire dedens le ville de
    Hembon.

    Trois jours apriès ceste avenue, tout cil signeur de            25
    France, qui là estoient au siège par devant Hembon,
    se assemblèrent en le tente monsigneur Charle de
    Blois, pour avoir conseil qu'il feroient, et comment il
    se maintenroient de ce jour en avant. Et bien lor
    besongnoit d'avoir bon conseil, car il veoient bien que         30
    li ville et li chastiaus de Hembon estoient si fort
    qu'il n'estoient mies pour gaegnier, tant avoit dedens
    de bonnes gens d'armes qui moult petit les doubtoient,
    ensi qu'il estoit apparut; et leur venoient tous
    les jours pourveances et vitailles par le mer. D'autre
    part, li pays d'entour estoient si gastet qu'il ne savoient
    mies où aler fourer. Et si leur estoit li yvier                  5
    proçains, par quoi il ne pooient là longement demorer:
    si ques, tous ces poins considerés, il s'acordèrent
    tout communalment qu'il se partiroient de là.
    Et consillièrent en bonne foy à monseigneur Charle
    de Blois qu'il mesist par toutes les cités, les bonnes          10
    villes et les forterèces qu'il avoit conquises, bonnes
    garnisons et fortes, et si vaillans chapitains qu'il se
    peuist affiier en leur garde; par quoi li ennemi ne les
    peuissent reconquerre; et se ossi aucuns vaillans homs
    se voloit entremettre de prendre et de donner une               15
    triewe jusques à la Pentecouste, il s'i acordast legierement.


    § 180. A ce conseil se tinrent tout cil qui là estoient,
    car c'estoit entre le Saint Remi et le Toussains,
    l'an de grasce mil trois cens quarante deux, que li             20
    yviers approçoit. Si se partirent tout cil de l'host,
    signeur et aultre; si s'en rala cescuns en se contrée.
    Et li dis messires Charle de Blois s'en ala droit par
    devers le ville de Craais à tout ces barons et nobles
    signeurs de Bretagne, qu'il avoit là endroit de se              25
    partie; si retint avoech li pluiseurs signeurs et chevaliers
    de France pour lui aidier à consillier. Quant
    il fu venus à Craais, entrues qu'il entendoit à ordener
    de ses besongnes et de ses garnisons, il avint que
    uns riches bourgois et grans marcheans, qui estoit              30
    de le ville que on claime Jugon, fu encontrés de son
    mareschal monseigneur Robert de Biaumanoir, et fu
    pris et amenés à Craais par devant monsigneur
    Charle de Blois. Chilz bourgois faisoit toutes les
    pourveances madame la contesse de Montfort à Jugon
    et aultre part, et estoit moult amés et creus en le              5
    ville de Jugon qui est moult fortement fremée et sciet
    très noblement. Ossi fait li chastiaus, qui est biaus et
    fors, et de le partie le contesse dessus ditte. Et en
    estoit chastelains adonc, de par la dame, uns chevaliers
    moult gentilz homs que on clamoit monseigneur                   10
    Gerard de Rocefort.

    Chilz bourgois, qui ensi fut pris, eult moult grant
    paour de morir; si pria que on le laissast passer par
    raençon. Messires Charles, briefment à parler, le fist
    tant examiner et enquerre de unes causes et d'autres,           15
    qu'il encouvenença de rendre et trahir le forte ville
    de Jugon. Et se fist fors de livrer l'une des portes par
    nuit à certainne heure, car il estoit tant creus en le
    ville qu'il en gardoit les clés; et pour chou mieulz
    assegurer, il en mist son fil en hostage. Et li dis messires    20
    Charles l'en devoit et avoit prommis à donner
    cinq cens livrées de terre hiretablement. Cilz jours
    vint; les portes furent ouvertes à mienuit. Messires
    Charles et ses gens entrèrent en le ville de Jugon à
    celle heure, à grant poissance. Li gette dou chastiel           25
    s'en perchut; si commença à criier: «As armes, (as)
    armes! Trahi! Trahi!» Li bourgois, qui de ce ne se
    donnoient garde, se commencièrent à estourmir. Et
    quant il veirent leur ville perdue, il se mirent au
    fuir par devers le chastiel par tropiaus. Et li bourgois,       30
    qui trahis les avoit, se mist à fui(r), par couvreture,
    avoecques yaus. Quant li jours fu venus, messires
    Charles et ses gens entrèrent ens ès maisons des
    bourgois pour herbergier, et prisent ce qu'il trouvèrent.
    Et quant messires Charles de Blois vei le chastiel
    si fort et si emplit de bourgois, il dist qu'il ne s'en
    partiroit de là jusques adonc qu'il aroit le chastiel à          5
    se volenté. Li chastelains et li bourgois de le ville
    perçurent bien tantost que cilz bourgois les avoit
    trahis; si le prisent et le pendirent tantost as crestiaus
    et as murs dou chastiel.

    Et pour ce ne s'en partirent mies messires Charles              10
    et ses gens, mais s'ordonnèrent et appareillièrent pour
    assallir fortement et durement. Quant cil qui dedens
    le chastiel se tenoient, veirent que messires Charles
    ne se partiroit point ensi jusques adonc qu'il aroit le
    chastiel, ensi qu'il avoit dit, et sentoient qu'il n'avoient    15
    mies pourveances assés pour yaus tenir plus
    hault de dix jours, il s'acordèrent à ce qu'il se renderoient.
    Si en commencièrent à trettier; et se porta
    trettiés entre yaus et monsigneur Charle qu'il se rendirent
    quittement et purement, salve leurs corps et                    20
    leurs biens qui demoret leur estoient. Et fisent feauté
    et hommage à monsigneur Charle de Blois, et le recogneurent
    à signeur, et devinrent tout si homme.
    Ensi eut messires Charles le bonne ville et le fort
    chastiel de Jugon, et en fist une bonne garnison, et            25
    y laissa monsigneur Gerard de Rocefort à chapitainne,
    et le rafreschi d'autres gens d'armes et de
    pourveances. De ces nouvelles furent la contesse de
    Montfort et cil de sa partie tout courouciet, mais
    amender ne le porent; se leur couvint porter leur               30
    anoi.

    Endementrues que ces coses avinrent, s'ensonniièrent
    aucun preudomme de Bretagne de parlementer
    une triewe entre le dit monsigneur Charle et
    la contesse, la quèle s'i acorda legierement. Et ossi
    fisent tout si aidant, car li rois d'Engleterre leur
    avoit ensi mandet par les messages que la ditte contesse         5
    et messires Gautiers de Mauni y avoient envoiiés.
    Et tantost que ces triewes furent affremées, la
    contesse se mist en mer en instance de ce que pour
    arriver en Engleterre, ensi que elle fist, et pour parler
    au roy englès et li remoustrer toutes ses besongnes.            10
    Or me tairai atant de le contesse de Montfort,
    si parleray dou roy Edowart.


FIN DU SECOND VOLUME.



VARIANTES.



VARIANTES.


=§ 99.= P. 1, l. 1: Quant li rois.--_Ms. de Rome_: Vous devés sçavoir
que li rois Phelippes de France fu enfourmés moult dur et très
fellement et estragnement de son cousin le conte de Hainnau et des
Hainnuiers de la cavauchie que il fissent à Aubenton et en la Tierasse.
Et l'en fu repris assés plus que il n'en avoit esté, et tant que li
rois dist que il i pourveroit, et s'enfellonnia trez grandement et bien
à certes sus son cousin le conte de Hainnau.

Li contes Loeis de Flandres et la contesse Margerite sa fenme se
tenoient pour lors à Paris dalés le roi; et couvenoit de pure necessité
que li rois les aidast à soustenir lor estat, car des rentes et
revenues de Flandres il n'avoient nulles. Toutes estoient tournées à la
volenté Jaquemon d'Artevelle, poursievoites et recheues par recheveurs
qui en rendoient compte au dit d'Artevelle et as aultres honmes deputés
à ce oïr et ordonner, bourgois de Gant, de Bruges, d'Ippre et de
Courtrai. Et toutes ces revenues recheutes estoient misses et tournées
en seqestre, afin, se li pais avoit à faire, que on trouvast cel argent
apparilliet, ou que li contes lors sires vosist retourner avoecques
euls, et estre bons et loiaus Flamens sans nulle dissimulation, car ce
que Jaques d'Artevelle aleuoit et despendoit et tenoit son estat,
estoit pris par asignation sus certainnes tailles, les quelles estoient
faites et ordonnées à paiier toutes les sepmainnes. Li contes de
Flandres poursievoit le roi de France et son consel trop fort que il
vosist rendre painne à ce que li Flamenc fuissent obeisant à lui; et là
où il ne le vodroient estre, que la painne où il s'estoient obligiet
par sentense de pape, fust donnée sus euls.

Li rois de France, qui consideroit toutes ces coses, et qui veoit que
li Flamenc estoient trop fort rebelle à lui, et qui queroient aliances
estragnes as Alemans, as Braibençons, as Hainnuiers et as Englois, et
tout estoit en euls fortefiant et à l'encontre de li, les euist
volentiers ratrais par douces et amiables paroles, se ils peuist, non
par rigeur ne par manaces. Si envoia son connestable le conte Raoul
d'Eu et de Ghines, le signeur de Montmorensi et le signeur de Saint
Venant, et de prelas l'evesque de Paris et l'evesque de Chartres, en la
chité de Tournai pour tretiier as Flamens. Et fissent tant chil
signeur, conmissaire de par le roi de France, que les consauls des
bonnes villes de Flandres vinrent parler à euls à Tournai. Là ot grans
tretiés et lons et pluisseurs paroles proposées et remoustrées; mais li
Flamenc, qui à Tournai estoient, avoient lor carge tèle que d'Artevelle
lor avoit bailliet, et metoient en termes que, qant li rois Phelippes
lor renderoit Lille, Douai et Bietune et les apendances, et li pais de
Flandres en seroit remis en posession, il entenderoient à ses tretiés
et non aultrement. Chil conmissaire n'avoient pas lor carge si avant
que de respondre au ferme de ceste matère. Et pour ce fallirent li
tretié, et retournèrent li signeur en France.

Qant li rois vei que il n'en aueroit aultre cose, il envoia deviers le
pape Clement VIme, qui pour ce temps resgnoit, unes lettres moult
fortes ens ès quelles tous li pais de Flandres estoit loiiés et
obligiés et sus sentens de pape; et prioit li rois que il vosist
proceder sus. Li papes Clemens vei que li rois de France le requeroit
de raison. Si jeta sentense generale et publ(iqu)e sus les Flamens et
sus toute Flandres, et envoia ses bulles d'esqumenication as
diocesains, tels que l'evesque de Cambrai, l'evesque de Tournai et
l'evesque de Tieruane. Et n'osa uns lonch temps nuls prestres par tout
le pais de Flandres chanter messe, sus privation de benefice et estre
encourus en sentense de esqumenication. Qant Jaquemes d'Artevelle et li
pais de Flandres veirent ce, il escrisirent deviers le roi d'Engleterre
le dangier où tous li pais de Flandres estoit; et li priièrent que,
qant il retourneroit deçà la mer, que il vosist amener en sa compagnie
des prestres d'Engleterre, par quoi Diex fust servis en Flandres,
maugré le pape d'Avignon et le roi Phelippe. Li rois d'Engleterre
entendi à ceste priière trop volentiers, pour complaire as Flamens; et
ne vosist point que les coses se portaissent aultrement en Flandres; et
lor remanda, par ceuls meismes qui ces lettres avoient aporté, que il
ne fuissent en nul soussi, il lor en menroit assés. Ensi s'apaisièrent
li Flamenc; et se passèrent au mieuls que il porent d'aler au moustier,
tant que li rois d'Engleterre fu retournés en Flandres. Et estoient li
prestre moult courouchiet en Flandres de ce que point ne chantoient,
car il perdoient les offrandes. Fo 55.

P. 1, l. 5 et 6: Normendie.--_Ms. B 6_: «Jehan beau filz, prendés de
mes gens tant que vous vorés avoir, et cheminés devers Haynau et
contrevengiés sur mon nepveu les despis que il nous a fait. Et ne
deportés ville ne hamel; mettés tout en feu et en flame. Et se nulle
assamblée se fait contre vous de gens d'armes, sy m'en escripsiés: je y
envoyeray tantost tant de gens que pour combatre tous venans.» A ches
parolles obey le duc de Normendie moult vollentiers, car ossy il
desiroit grandement à venir en Haynau et visseter le pais, car point
n'amoit son cousin le conte de Haynau. Fos 135 et 136.

P. 1, l. 10: le conte.--_Ms. d'Amiens_: Or vous parlerons dou comte de
Laille qui estoit partis de Paris comme liutenant dou roy de Franche
ens ès marches de Gascoingne, et fist tant par ses journées qu'il vint
à Thoulouse où il avoit fait son mandement. Quant li gentil homme dou
pays seurent se venue, si en furent tout joyant, car au voir dire il
estoit moult vaillans chevaliers et preudoms et améz de touttes gens
d'armes. Si se hastèrent encorres plus que devant et s'en vinrent tout
deviers lui, car c'estoit sen entente que de faire une forte gherre en
Bourdelois et en le terre qui se tenoit dou roy englès. Et se parti de
Toulouse et vint à Montalban[399] à plus de trois mille lances et dix
mille[400] bidaus et Thoulousains à gavrelos et à pavais. Et avoit li
comtes de Laille adonc de se delivranche et de se carge mout de bonne
gens, telz que le comte de Villemur, le comte de Commignes, le comte de
Pierregort, le visconte de Bruniqiel, le visconte de Talar, le visconte
de Murendon, le visconte de Quarmaing et le visconte de Lautrec et
pluisseurs bons chevaliers et hardis. Et se partirent de Montalben et
entrèrent en le ducé d'Aquitainne et coummenchièrent à gueriier le pays
et à assegier fortrèches et à prendre prisonniers et à faire mout de
desrois en le terre de Labreth et de Pummier et sus le terre le
seigneur de Lespar et le seigneur de Tarse et le seigneur de Muchident,
liquel n'estoient mies adonc fort pour resister contre yaus.
Nonpourquant il fisent ossi tamainte chevauchie sur yaus. Une heure
perdoient, l'autre gaegnoient, ensi que fait de guerre se poursuioit;
mès touttes fois li comtes de Laille et ses routtes tenoient les camps.
Fo 40.

  [399] _Ms. de Valenciennes_: au mont Saint Albain, Fo 91 vo.

  [400] _Ms. de Valenciennes_: trois mille sergans à lances et à
  pavais. Fo 91 vo.

P. 1, l. 10: de (Lille).--_Mss. A 8 à 10, 15 à 17_: de Lille. Fo
49.--_Mss. A 7, 23 à 33_: de Laille. Fo 49.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14, 18
à 22, 34 à 36_: de Laigle. Fo 53 vo[401].

  [401] A partir du présent volume, toutes les fois qu'une variante
  est fournie par les mss. _A 1 à 6_, le fo indiqué à la fin de la
  variante sera toujours le fo du ms. _A 2_ (2649 de notre
  Bibliothèque impériale).

P. 2, l. 10: Kieret.--_Ms. d'Amiens_: A monsigneur Pière Bahucet. Fo
39.

P. 2, l. 10: Barbevaires.--_Mss. A 1 à 6, 8 à 17, 20 à 22_: Barbenoire.
Fo 54.--_Mss. A 7, 18, 19, 34 à 37_: Barbenaire. Fo 49.

P. 3, l. 14: Clement VI.--_Ms. d'Amiens_: qui nouvellement estoit
creés. Fo 39 vo.

P. 3, l. 16: en Flandres.--_Ms. d'Amiens_: car il estoit pappes en son
pays et en touttes les terres qui de lui se tiennent, et de ce est il
bien previlegiiés. Fo 39 vo.


=§ 100.= P. 4, l. 2: de Douay.--_Les mss. A 11 à 14 ajoutent_: de
Bethume. Fo 52 vo.

P. 4, l. 8: dou Fay.--_Le ms. de Rome ajoute_: li sires de Chastellon,
mesires Lois de Chalon. Fo 55.

P. 4, l. 9 et 10: trois cens.--_Ms. d'Amiens_: deux cens. Fo 39
vo.--_Mss. A 1 à 6_: quatre cens. Fo 54.--_Ms. de Rome_: et furent bien
cinq cens lances, parmi le signeur de Wauvrin, capitaine de Douai, et
le chapitainne de Lille, et quatre cens arbalestriers et bien siis
mille honmes de piet. Fo 55 vo.

P. 4, l. 14: devant soleil levant.--_Ms. d'Amiens_: environ heure de
prime. Fo 39 vo.--_Ms. de Rome_: et se quatirent tant que les bonnes
gens de la ville orent mis hors lor bestail, vaces, pors, buefs et
brebis. Fo 55 vo.

P. 4, l. 15: as portes.--_Ms. d'Amiens_: Mès jà avoient il estet de
venue jusquez as portes de Courtrai et ochis hommes et femmes, et ars
tous les fourbours au lez deviers Tournay, et pluisseurs maisons et
cours environ Courtray. Fo 39 vo.--_Ms. de Rome_: et fuissent bien
entré dedens la porte qui sciet ou cemin de Tournai, se il vosissent.
Fo 55 vo.

P. 4, l. 19: le Warneston.--_Ms. d'Amiens_: aqueillans et menans tout
devant yaux jusquez au Warneston. Fo 39 vo.--_Ms. de Rome_: et prissent
honmes, fenmes et enfans, et cachièrent tout devant euls, et fissent
par lors varlès bouter le feu ens ès fourbours; et furent tout ars et
la proie aquellie. Et se missent li François tout souef au retour, et
tout caçoient devant euls, et vinrent à Dotegnies, et fu la ville toute
arse. Fo 55 vo.

P. 4, l. 21 et 22: ce jour.--_Ms. de Rome_: au soir. Fo 55 vo.

P. 4, l. 22: dix mille.--_Mss. A 11 à 14_: douze mille. Fo 52 vo.

P. 4, l. 23: que pors.--_Ms. d'Amiens_: trois mille pors et deus mille
grosses bestes. Fo 39 vo.--_Ms. de Rome_: et bien cinq cens honmes, que
fenmes, que enfans, qui depuis furent rançonné; et auquns on laissa
aler pour l'amour de Dieu. Fo 55 vo.

P. 4, l. 27: Ces nouvelles.--_Ms. d'Amiens_: ces nouvelles et les
complaintes de chiaux de Tournay et dou pays environ. Fo 39 vo.

P. 4, l. 30: d'Artevelle.--_Ms. B 6_: En che temps s'en vint Jaques de
Hartevelle et se party de Gand à tout grant foyson de Flamens, et avoit
intension de venir mettre le siège devant Tournay. Sy senefia son
emprise au conte de Sallebrin, qui pour le tamps se tenoit en garnison
en la ville d'Ypre, et que il i vaulsist estre. Fos 142 et 143.

P. 4, l. 31: à Gand.--_Ms. d'Amiens_: et li fu remonstré quel dammaige
et quel despit chil de Tournay et (li) chevalier franchois avoient fet
ou pays de Flandres. Fo 39 vo.

P. 5, l. 1: de Tournesis.--_Ms. d'Amiens_: et que briefment il venroit
asiegier Tournay et tout le communalté de Flandres, et que jà n'y
atenderoit ne roy d'Engleterre ne autre, et fist se semonsce et son
mandement très grant et très especial, et mist adonc enssamble plus de
soissante[402] mille Flamens. Fo 39 vo.

  [402] _Ms. de Valenciennes_: cinquante mille. Fo 91.


=§ 101.= P. 5, l. 15: Quant li doi conte--_Ms. B 6_: Le conte de
Sallebrin ne volt mie desobeyr, mais s'apresta du plus tost que il
peult; et cueilla tout ses compaignons où il povoit avoir soixante
lanches et se mist au chemin et en mena les arbalestriés de la ville
d'Ypre avec luy; et chevauchèrent devers Warneston. Or les convenoit il
passer asés près de la ville de Lille qui estoit françoise. Se(u) fu
leur aller par espies en la ville de Lille. Adonc se mirent en esbuque
cheux de Lille et firent trois agais; et en cescune (route) avoit cinq
cens compaignons. De che ne se doubtoient les Flamens et chevauchoient
sur la conduite de monsseigneur Vafflart de le Crois, qui moult
longement avoit guerriiet ceulx de Lille et porté pluiseurs domaiges.
Et sy savoit toutes les torses et les chemins de antour de Lille: sy
avoit empris de mener les Englès et Flamens sauvement et sans peril au
dehors de Lille; mais il faly à son pourpost. Car quant il vint à che
pas où il cuidoit passer, il retourna, car il y trouva tel empechement
et tel tranquis que c'estoit chose impousible de y passer. Sy fu tous
esbahis et dist ensy au conte de Sallebrin: «Monseigneur, on nous a
deffendu le voie par chy depuis que je n'y passay, et se n'y a pas
quinze jours. Je vous consaille, puisque par chy passer ne povons, que
nous retournons arière et prendons ung autre chemin où je vous menray:
(il) sera plus loing de chestuy environ trois lieues, mais nous y
serons sauvement et sans dangier de cheulx de Lille.» Adonc s'avisa et
aresta le conte de Salbrin et dist: «Il nous fault au vespre estre au
Pont de Fier, où Jacques de Hartevelle nous atent, car ensy je luy ay
mandé. Allons au bout de che fos(s)et, nous trouverons voie: cheus de
Lille ne nous quer(r)oient jamais chy.»

Quelle chose que messire Wafflars desist ne quelle cose que il leur
remonstrast, oncques le conte de Sallebrin ne le volt croire que il ne
alast au debout du fosset; et puis les entra en ung vert chemin qui
tout droit les mena là où cheulx de Lille avoient fait leur embusque.
Et ne s'en donnèrent garde; sy furent droit sur eulx et ne peurent
reculler. Messire Wafflart de le Croix, qui toudis se doutoit, alla
derière: sy que osy trestost que il perchut cheux de Lille, il retourna
son coursier et se fery parmi ung grans marès et se bouta en ung vivier
et entre rossiauls et glaivons; là fu tout le jour jusques au vespre
qu'il ysy hors à la nuit au mieulx qu'il pot et se sauva bien. Et le
virent cheux de Lille partir, mais point ne le poursieuwirent, car il
ne savoient pas que che fust messires Wafflars. Et entendirent à envayr
et assalir le conte de Sallebrin et sa route, qui furent tantost
avyronnet de plus de mille; lors virent bien que deffense ne leur
valloit riens: sy se rendirent sauves leur vies.

Ensy les perirent cheux de Lille et les menèrent dedens la ville à
grant joie. Et là avoit ung jone escuiier, nepveu au pape Benedit qui
lors regnoit pour le temps, qui s'apelloit Raimmons, qui là estoit
venus pour son corps avanchier. Sy estoit chis très richement armés. Sy
s'esmeut entre les commun(s) qui pris l'avoient dissencion pour sa
prise: sy que, par envie et mauvaiseté il fut ochis, coyque le conte de
Sallebrin et les riches hommez de la ville en furent durement
courouchiés, mais amender ne le peurent.

Ensy de cheulx de Lille fu pris messires Gillame de Montagut conte de
Sallebrin, et depuis fu menés en prison à Paris devers le roy Phelippe,
qui le veult avoir et veoir, et qui de surprise sceult trop grant gret
à cheulx de Lille. Ches nouvelles seut Jaques de Hartevelle, quy se
tenoit au Pont de Fier entre Audenarde et Tournay; sy en fu sy
courouchiés, quant il le sceut, qu'il en rompy son voiage et son
emprise et se retrait à Gand et donna congiet à tous les Flammens pour
celle fois. Fos 143 à 146.

P. 5, l. 20: cinquante.--_Mss. A 1 à 6, 15 à 17, 20 à 22_: quarante. Fo
54 vo.

P. 5, l. 21: arbalestriers.--_Ms. d'Amiens_: et s'en venoient deviers
le Pont de Fier qui siet en Tournesis, où Jaqueme d'Artevelle estoit jà
venus à plus de soissante mille Flammens, et atendoit les deux comtes
dessus dis pour venir devant Tournay. Fo 39 vo--_Ms. de Rome_: car il
avoient envoiiet de lors gens à Popringhe, à Miessines, à Berghes, à
Cassiel, à Bourbourc, à Vorne, au Noef Port, à Dunqerque et à
Gravelines, pour faire frontière contre les François qui se tenoient à
Saint Omer, à Tieruane, à Aire, à Saint Venant. Et tout faisoient
frontière et euissent fait des grands damages et contraires au dit pais
de Flandres, se il ne sentesissent les Englois ens ès garnisons desus
nonmées. Fo 56.

P. 5, l. 22: pour venir.--_Ms. de Rome_: viers Audenarde. Fo 56.

P. 5, l. 24: de Lille.--_Ms. de Rome_: en laquelle il i avoit de par le
roi de France bien deus cens lances, Savoiiens et Bourgignons. Et là
estoient mesire Amé de Genève, mesire Huge de Chalon, li Galois de la
Baume, li sires de Villars et li sires de Groulé. Fo 56.

P. 5, l. 25: s'armèrent.--_Ms. de Rome_: et montèrent à chevaus et
fissent armer tous les arbalestriers de Lille et bien mille honmes
avoecques euls. Et qant il furent tout issu, chil chevalier françois
demandèrent se li Englois pooient faire plus d'un cemin. Chil qui
congnissoient le pais, respondirent: «Oil, il i a deus voies: li une
trait à la bonne main, et li autre à la senestre.» Qant il oïrent ces
paroles, il partirent lors gens en deus, et fissent deus enbusques. Fo
56.

P. 5, l. 26: quinze cens.--_Mss. A 8, 9, 15 à 17_: cinq cens.--Fo
50.--_Mss. A 11 à 14_: quatorze cens. Fo 53.--_Mss. A 20 à 22_: seize
cens. Fo 83 vo.

P. 6, l. 2: de le Crois.--_Ms. de Rome_: uns chevaliers françois et
hainnuiers. Fo 56.

P. 6, l. 11: jusques à là.--_Ms. d'Amiens_: et nous convient passer si
aupriès de leur ville que à le tretie de deux ars. Fo 39 vo.--_Ms. de
Rome_: si priès de euls (de Lille) que à une lieue ou là environ. Fo
56.

P. 6, l. 20: avant.--_Ms. de Rome_: Retournés à Ippre, se vous vos
doubtés. Fo 56.

P. 7, l. 1: se j'estoie pris.--_Ms. d'Amiens_: tous li avoirs de Bruges
ne me respiteroit point que je ne fuisse mors à honte. Et je le vous
remonstre, pour tant que hui que demain on ne me puist reprochier de
men honneur. Fo 40.--_Ms. de Rome_: ma raençon est paiie: c'est sus la
vie que je chevauce; mais vous, vous seriés mis à courtoise finance,
vous n'aueriés nul mal de vostre corps. Fo 56.

P. 7, l. 3: compagnie.--_Les mss. A 11 à 14 ajoutent_: car qui n'a
point de teste, il ne lui fault point de bacinet ne de chaperon. Fo 53.

P. 7, l. 4 et 5: et disent.--_Ms. d'Amiens_: Alons, alons, Waflart;
nous n'avons garde, che ne sont que villain en Lille. Il n'oseront
jammès yssir hors de leurs portes. Fo 40.

P. 7, l. 7: se boutèrent.--_Ms. de Rome_: au tournant de une longe
haie. Fo 56.

P. 7, l. 7 et 8: l'embusce.--_Ms. d'Amiens_: de cinq cens compaignons
qui se tenoient entre hayes et buissons au traviers dou chemin, et
arbalestriers avoecq yaux qui leurs ars avoient tout tendus. Si
coummenchièrent à escriier d'une vois: «Tous morés entre vous, Englès!»
Fo 40.

P. 7, l. 11: commencièrent il.--_Ms. de Rome_: li Savoiien et li
Bourgignon. Fo 56.

P. 7, l. 14: plus avant.--_Ms. de Rome_: et fist son cheval sallir
oultre un fossé de douze piés de large. Fo 56.

P. 7, l. 30: neveus.--_Ms. d'Amiens_: cousins. Fo 40.

P. 7, l. 32: pour.--_Ms. de Rome_: envie ou pour ses belles armeures.
Fo 56.

P. 8, l. 2: courouciet.--_Ms. de Rome_: et euist paiiet quarante mille
florins de raençon, se on le peuist avoir tenu en vie. Fo 56.

P. 8, l. 3: pris et retenu.--_Ms. d'Amiens_: car on en volloit faire
ung present au roy de Franche, enssi qu'il fissent dedens troix jours
apriès. Et lez amenèrent à Paris douze bourgois de Lille et cent
armures de fier à grant joie. Quant li rois de Franche seut ces
nouvelles et comment li bourgois de Lille avoient esploité, si en fu
mout joyans et les conjoi de grant coer et dist que c'estoient bonne
gent et de hardie emprise, et que ce qu'il avoient fait leur seroit
remuneret. Enssi se porta ceste besoingne. Li doi comte furent
emprisonnet en Castelet, où il furent depuis ung grant temps, ensi que
vous orez. Fo 40.

_Ms. de Rome_: Si furent li contes de Sasleberi et li contes de Sufforc
pris et amenés en la ville de Lille et bien gardé, tant que la
connissance en vint au roi Phelippe. Qant il le sceut, il fu grandement
resjois de lor prise, et les desira à veoir et les manda. On li envoia.
Si furent amené à Paris et recreu sus lors fois: il n'orent nulle
vilainne prison. Fo 56 vo.

P. 8, l. 10 et 11: Pont de Fier.--_Ms. d'Amiens_: à bien soixante mille
Flammens, pour venir assegier le chité de Tournay et ardoir tout le
Tournesis. Fo 40.--_Ms. de Rome_: sus la rivière dou Lis. Fo 56 vo.


=§ 102.= P. 8, l. 16: contrevengance.--_Ms. de Rome_: Li François ne
pooient oubliier la cevauchie que li contes de Hainnau et mesires
Jehans de Hainnau son oncle avoient fait en la Tierasse, pris et ars la
ville d'Aubenton, Maubert Fontainnes, Vimi et bien quarante villes là
ens ou pais. Et disoient li François que ce ne faisoit point à souffrir
ne à consentir que il ne fust amendé. Tant fu parlé et remoustré au roi
et à son consel que ordonné fu que li dus de Normendie, li ainnés fils
dou roi Phelippe, à une qantité de gens d'armes, s'avaleroit et venroit
en la conté de Hainnau, pour ardoir et bruir tout le pais et
contrevengier les arsins que li contes de Hainnau et ses oncles et li
Hainnuier avoient fait en la Tierasse et en Cambresis. Si tretos que li
dus de Normendie fu esleus à estre chiés de ceste cevaucie, tout
chevalier et esquier de Vermendois, d'Artois et de Piqardie en furent
resjoi, car euls se desiroient à armer, et à porter contraire et damage
les Hainnuiers. Fo 56 vo.

P. 8, l. 21: environ Paskes.--_Ms. d'Amiens_: à le close Pasques. Fo
40.

P. 8, l. 22 et 23: Là estoient.--_Le ms. d'Amiens ajoute_: Si doi
cousin de Blois, Loeys et Carles, car li comtes de Blois avoit renvoiet
son hoummage au comte de Haynnau de tout ce qu'il tenoit de par lui,...
li ducs de Bourbon,... messires Loeis de Savoie, messires Loeys de
Chalon,... li sires de Grantsi, li sires de Montmorensi, li sires de
Saint Venant, li sires de Saint Digier, li sires de Roye, messires
Ustasses de Ribeumont, messires Jehans de Landas, li sires de Cran, li
sires de Montsault, li sires de Cramelles, li sires de Fiennes, li
sires d'Estourmelles, li sires de Bleville, messires Bouchiguaus. Fo 40
vo.

_Le ms. de Rome ajoute_: le duch Pière de Bourbon, mesire Jaqueme de
Bourbon, son frère,... le conte de Videmont et de Genville,... le conte
de Dreus,... le signeur de Castellon, le signeur de Conflans, marescal
de Campagne, le conte de Harcourt, le conte d'Aumale, le signeur
d'Estouteville, le signeur de Graville. Fo 56 vo.

P. 8, l. 26: de Porsiien.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14, 18, 19, 20 à 22, 34
à 36_: de Pontieu. Fo 55 vo.

P. 8, l. 27: de Couci.--_Les mss. A et B 3, 4 ajoutent_: le sire de
Craon. Fo 53 vo.

P. 9, l. 4: six mille.--_Mss. A 11 à 14_: dix mille. Fo 53 vo.--_Mss. A
15 à 17_: huit mille. Fo 55 vo.--_Ms. d'Amiens_: Et estoient bien six
mille hommes d'armes et six mille bidaus et Geneuois sans l'autre
ribaudaille. Et avoit empris li dis ducs de Normendie que de venir
assegier Vallenchiennes. Fo 40 vo.--_Ms. de Rome_: et tant que il
estoient bien quatre mille esporons dorés et douse mille armeures de
fier, sans les Geneuois arbalestriers. Et ne fissent pas celle asamblée
si grande pour la cause des Hainnuiers que pour ce qu'il savoient bien
que li Alemant, li Braibençon et li Hollandois, Zellandois et li
Flamenc estoient tout aloiiet avoecques les Hainnuiers, et de rechief
que li contes de Hainnau estoit alés en Engleterre au secours. Se
voloient li François moustrer poissance à l'encontre de tous ceuls qui
poroient venir. Fo 56 vo.

P. 9, l. 9: se partirent.--_Ms. B 6_: Il partirent de Saint Quentin; il
s'en vièrent devers Boucain pour venir vers le Chastel en Cambresy,
car par ce costé voloient il entrer en Haynau. Et estoient bien dix
mille combatans; sy vinrent si avant qu'il passèrent le Chastel en
Cambresis et se logèrent à Montais, à l'entrée de Haynau. Fo 136.

P. 9, l. 10: Saint Quentin.--_Ms. de Rome_: Et cevauchièrent devant li
connestables et li marescal de France, et puis li dus de Normendie et
sa route, et derrière li avant garde; et s'en vinrent logier sus la
rivière de Selles autour dou Chastiel en Cambresis. Fo 56 vo.

P. 9, l. 14: toute son host.--_Ms. de Rome_: et son hostel. Fo 56 vo.

P. 9, l. 14: Montais.--_Ms. d'Amiens_: dallez le Castiel en Cambresis,
à l'entrée de Haynnau. Fo 40 vo.--_Ms. de Rome_: dehors le chastiel. Fo
56 vo.

P. 9, l. 15: d'armes.--_Ms. d'Amiens_: de quoy il (li François) furent
resvilliet celle première nuit. Fo 40 vo.


=§ 103.= P. 9, l. 24: Montais.--_Mss. A 11 à 14_: Mortais. Fo 54.

P. 9, l. 30: se parti.--_Ms. de Rome_: et s'en vint au Kesnoi et quella
sus heure ce que il pot avoir de chevaliers et esquiers.... Sus le
tart, il se departi dou Kesnoi.... Dou Kesnoi à Montais a quatre
petites lieues; si furent tantos là. Fos 56 et 57 vo.

P. 9, l. 30: de Wercin.--_Ms. B 6_: du Quennoy, à tout cent hommes
d'armes. Fo 137.

P. 9, l. 31: soixante.--_Ms. d'Amiens_: cinquante. Fo 40 vo.--_Ms. de
Rome_: siis vins. Fo 57.

P. 10, l. 4: jour falli.--_Ms. B 6_: Et pour che que en ce temps il
faisoit brun et qu'il peuissent mieulx congnoistre l'un l'autre,
vestirent chacun sur leur harnast ung blanc vestement. Fo 137.

P. 10, l. 7: leurs chevaus.--_Ms. d'Amiens_: et eurent ordonnance, pour
ce qu'il faisoit mout brun, que chacun ewist une chemise dessus ses
armures; et qui n'avoit chemises, si y mesist quoy que fuist de blancq
pour recongnoistre l'un l'autre. Fo 40 vo.

P. 10, l. 7: leur dist.--_Ms. de Rome_: Li dus de Normendie est logiés
en celle ville des Montais, et je vous ai amené jusques à chi pour
faire auqune emprise d'armes. Si soiies tous avisés. Et quant nous
enterons en la ville, criiés: Hainnau au senescal et Werchin à la
retraite! Et ne vous faindés pas de euls porter contraire et damage, se
vous poés, car qant il enteront en nostre pais, il ne nous espargneront
point. Fo 57.

P. 10, l. 12: des chevaliers.--_Le ms. d'Amiens ajoute_: le signeur de
Gommegnies,... le seigneur de Boussi, le seigneur d'Espinoit, Jehan de
Gommegnies, Ostelart de Soumaing. Fo 40 vo.--_Le ms. de Rome ajoute_:
Gerars de Vendegies, li sires de Montchiaus. Fo 57.

P. 10, l. 13: messires Henris.--_Ms. de Rome_: mestres Henris. Fo 57.

P. 10, l. 14: dou Chastelet.--_Mss. A 8 à 10_: de Chasteler. Fo
51.--_Mss. A 15 à 17_: du Chastelier. Fo 55 vo.

P. 10, l. 14 et 15: li sires de Vertain.--_Ms. d'Amiens_: messires
Ustasse de Vertaing. Fo 40 vo.--_Mss. A 23 à 29_: de Werchain. Fo 64.

P. 10, l. 15: de Fontenoit.--_Ce chevalier n'est mentionné que dans le
ms. B 1._

P. 10, l. 16: des escuiers.--_Ms. de Rome_: Là fu li pennons au
senescal desvolepés, et le porta uns esquiers qui se nonmoit Robers de
Wargni. Fo 57.

P. 10, l. 21: se boutèrent.--_Ms. d'Amiens_: et estoit environ mie
nuit. Fo 40 vo.

P. 10, l. 26: avant.--_Ms. de Rome_: dont bien l'en chei. En cel ostel
estoit logiés li sires de Brimeu, et des compagnons françois biau cop
avoecques lui. Fo 57.

P. 10, l. 28: (Briauté).--_Mss. A 1 à 7, 9 à 17, 20 à 22_: Briauté. Fo
56.--_Mss. A 30 à 36_: Breauté, Breaulté. Fo 129.--_Mss. A 18, 19, 23 à
29_: Brience, Briance. Fo 56 vo.--_Ms. A 8_: Briancon. Fo 51.

P. 10, l. 29 et 30: Quant li doi chevalier.--_Ms. de Rome_: Celle nuit
faisoit le gait uns chevaliers de Normendie qui se nonmoit Guillaumes,
sires de Gauville, et avoecques li mesires Pières de Praiaus. Et
estoient establi en lor ordenance environ cent armeures de fier. Et
trop bien chei à point au duch de Normendie et as signeurs qui là
estoient logiés; car, se li gais ne fust tantos trait avant, li
Hainnuier euissent porté grant damage as François. Mais li chevalier
dou gait se traissent tantos avant, et vinrent devant l'ostel le duch
de Normendie, et se missent en bonne ordenance. Fo 57.

P. 11, l. 8: tortis--_Ms. B 6_: torses. Fo 137.

P. 11, l. 14: estourmis.--_Ms. de Rome_: voires chil qui estoient
logiés à Montais, car partout tant que avoecques le duch n'avoit que
huit banerès et lors gens, vint et siis chevaliers en tout. Donc se
requellièrent li Hainnuier moult sagement et criièrent: «Werchin à le
retraite!» Chil qui entrèrent dedens l'ostel le signeur de Brimeu, en
furent mestre et l'esforchièrent; et fu pris et fianciés prisons li
sires de Brimeu et auquns de ses honmes. Fo 57.

P. 11, l. 17 et 18: dix ou douze.--_Ms. B 6_: jusques à huit. Fo 138.

P. 11, l. 21: au Kesnoi.--_Ms. d'Amiens_: Et li senescaux de Haynnau
s'en vint au point du jour au Kesnoy. Si trouva monseigneur Thiery,
seigneur de Fauquemont, à qui il recorda sen aventure, liquelx fu trop
fort courouchiés de ce qu'il n'y avoit estet. De là en droit vint li
senescaux à Vallenchiennes et enfourma chiaux de le ville de le venue
des Franchoix; et leur dist que il avoit entendu, par prisonniers
franchoix qu'il avoit pris, que c'estoit li entente dou duch que de
assegier Vallenchiennes. Adonc chil de Vallenchiennes fissent
songneusement prendre garde à toutte leur artillerie, as enghiens, as
espringalles, as ars à tour et à touttes autres coses appertenans as
deffensces. Et fissent le rivière d'Escault floer entour le ville, et
renforchièrent leurs gais as portes, as tours et as garittes, tant de
jour comme de nuit. Fo 40 vo.

P. 11, l. 24: courouchiés.--_Ms. de Rome_: Li dus de Normendie ne sceut
riens de ceste avenue jusques au matin. Si fu moult courouchiés qant on
li ot dit, et que li sires de Brimeu et li sires de Bailluel en
Normendie et li sires de Briauté estoient pris. Donc dist li dus: «On
ne le puet amender. Li Hainnuier ont volé et pris, et puis se sont
retrait quant il ont fait lor emprise. Aussi nous fault il voler et
prendre: si sera prise contre prise.» Fo 57.

P. 11, l. 28 et 29: deux cens.--_Ms. d'Amiens_: trois cens. Fo 40
vo.--_Mss. A 15 à 17_: trois cens. Fo 56.

P. 11, l. 30 et 31: li sires de Mirepois.--_Ms. d'Amiens_: li marescaus
de Mirepois. Fo 41.--_Les mss. A 11 à 14 ne nomment que les trois
premiers chevaliers et ajoutent_: le sire de Hambuye. Fo 54 vo.--_Le
ms. de Rome ajoute_: li sires de Noiiers,... messires Anthones de
Qodun, li sires de Loques, messires Tristrans de Magnelers. Fo 57 vo.

P. 11, l. 32: li sires d'Astices.--_Ce chevalier n'est mentionné que
dans le ms. B 1._

P. 12, l. 1: li sires de Cramelles.--_Mss. A 15 à 17_: Raoul de
Cramelles. Fo 56.

P. 12, l, 1 et 2: chevauçoient.--_Ms. de Rome_: Et cevauchoient chil
tout devant, et avoient lors honmes qui les sievoient et qui boutoient
le feu. Fo 57 vo.

P. 12, l. 2: mareschal.--_Ms. de Rome_: Apriès cevauçoit li avant
garde, où li connestables de France et li marescal estoient. Fo 57 vo.

P. 12, l. 4: cinq cens lances.--_Ms. de Rome_: deus mille armeures de
fier. Fo 57 vo.

P. 12, l. 5: de Normendie.--_Ms. de Rome_: li dus d'Athènes et la grose
route des gens d'armes. Apriès venoit li arrière garde, que li sires de
Couchi, li sires de Castellon, li sires de Montmorensi, li sires
d'Estouteville et pluisseur aultre menoient, où bien avoit deus mille
armeures de fier. Au voir dire, il estoient gens assés pour combatre
tous cheuls de Hainnau, grans et petis. Et ensi que chil coureur
chevauçoient devant, il ardoient le pais, sans ce que les batailles dou
duch s'en ensonniassent ne desroiassent en riens. Fo 57 vo.

P. 12, l. 11: d'Uintiel.--_Ms. B 6_: Che fu environ l'Ascension l'an
mil trois cens quarante. Fo 140.

P. 12, l. 11: oultre.--_Ms. d'Amiens_: Et ardirent che premier jour li
Franchois Bavay, une bonne ville qui adonc estoit sans fremure; puis se
retrairent et ne veurent adonc chevauchier plus avant pour lez bos et
l'aventure des encontres. Si ardirent à leur retour Louvegni,
Anfroipret, Saint Vast en Bavesis, Goummegnies, Preus, Fresnoit, Wargni
le Grant et Wargni le Petit, Obies, Orsinneval; et abatirent les
moullins de Quellinpont, et rompirent lez escluzes dou vivier, et
donnèrent le pisson congiet d'aller jeuuer où il peult; et passèrent à
Orsinneval et desoubz le Kesnoy, et ardirent Villers monsigneur Polle
et Calames. Fo 41.

_Ms. de Rome_: Et vinrent ardoir Bavai, Mieqegnies, Obies, Goumegries,
Frasnoit, Wargni, Villers, et vinrent courir devant le Quesnoi, mais
point n'i arestèrent. Et fust volentiers li seneschaus de Hainnau issus
hors, se il euist eu gens assés. Et s'en vinrent ces coureurs à
Bermerain et l'ardirent, et Vertain et Vertegnuel et tous les villages
de là environ. Et en avoloient les flamesches jusques dedens la ville
de Valenchiennes. Fo 57 vo.

P. 12, l. 12: Oursineval.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14, 18 à 22_: Esmenal.
Fo 56 vo.

P. 12, l. 19: de Normendie.--_Ms. d'Amiens_: ceste première nuit et
toutte sen host sus le rivierre de Selles, entre Sollemmes et Haussi.
Tout li plas pays fuioit devant yaux à sauveté; et se boutoient ens ès
forterèches et amenoient, aportoient et acharioient le leur au Kesnoy,
à Landrechies, à Bouchain et à Valenchiennes et as autres fors environ
qui estoient tenable. Li senescaux de Haynau se doubta de son castel de
Werchin. Si se parti de Valenchiennes tout de nuit, avoecq lui environ
trente lanches, et fist tant que sans peril il s'i bouta. Et dist au
seigneur d'Anthoing, qui estoit en Vallenchiennes, qu'il fuist songneus
de le ville et dez hommes, affin que il n'y ewissent dammaige, ne il
point de blasme. Fo 41.

_Ms. de Rome_: ce second jour logier à Haussi, à Sausoit, à Solèmes et
tout au lonc de la rivière de Selles jusques à Haspre; et menoient
moult grant charoi. Honmes et fenmes et enfans avoient esté de lonc
temps avisé de la venue des François; si ques il s'estoient tout
pourveu à l'encontre de ce; et avoient amenet et achariiet lors
millours meubles à Valenchiennes, à Maubuege, au Quesnoi et à Bouchain.
Li François trouvoient fourages assés pour lors cevaus et nulles
aultres pourveances. Fo 57 vo.


=§ 104.= P. 12, l. 23: Fauquemont.--_Ms. d'Amiens_: qui estoit en
garnison au Kesnoy. Fo 41.

P. 12, l. 29 et 30: et recommanda.--_Ms. d'Amiens_: Adonc fist il
commander estroitement que nuls ne wuidaist hors des portes du Kesnoy,
homs ne femme, et sus le teste. Fo 41.

P. 12, l. 30: Maubuege.--_Ms. de Rome_: et issi de Maubuege et vint à
Pons sus Sambre. Et trouva les hommes moult esfraés, car li François
avoient esté à Miequegnies et là priès, et avoient ars tout le pais de
là environ. Encores en veoit on les fumières. Fo 57 vo.

P. 12, l. 30: Biaurieu.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14, 18 à 22, 34 à 36_:
Beaugeu. Fo 56 vo.

P. 12, l. 31: de Montegni.--_Ms. d'Amiens_: et establi à demourer, pour
garder le ville, le seigneur de Roysin, le seigneur de Wargny. Fo 41.

P. 13, l. 1 et 2: chevauça.--_Ms. de Rome_: et passa à Robertsart, et
n'atendoit aultre cose que le logeis des François dou vespre. Fo 57 vo.

P. 13, l. 3: Mourmail.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14, 18 à 22, 34 à 36_:
Moruel, Morueil. Fo 56 vo. _Mauvaise leçon._

P. 13, l. 5 et 6: de Haussi.--_Ms. d'Amiens_: à Sollemmes, vers Haussi
et Sausoit, en ces biaux prés. Fo 41.--_Ms. de Rome_: à Haussi et à
Sausoit, et tout jusqu'à Haspre. Fo 57 vo.

P. 13, l. 18: meschief.--_Ms. B 6_: Che soir faisoit le gait le sire de
Craon à cinq cens hommes. Fo 138.

P. 13, l. 23: Pikegni.--_Ms. d'Amiens_: et doi de ses escuiers, et
navrez li sires de Cramelles mout durement et li sires de Sains. Fo
41.--_Ms. de Rome_: Celle nuit faisoient le gait li contes d'Auçoirre,
li sires de Noiiers et li sires d'Auchi, artissiens, et avoient bien
trois cens combatans sus lor gait. Li Hainnuier et li Alemant
n'entrèrent point de ce lés où li gais estoit, mais bien en sus, et
cheirent sus le logeis le signeur de Piquegni, liquels salli tantos sus
que il oy la friente, et s'arma et se mist à desfense moult
vaillanment; mais il ot si grante qoite de li armer que point il
n'estoit armés de plate fors de une cote de fier, laquelle fu perchie
tout oultre de une roide espée et li corps dou chevalier, et morut de
celle plaie.... Li sires de Piquegni, liquels estoit navrés tout parmi
le corps, fu mis en une litière et portés à Cambrai pour saner et
mediciner; mès onques de la navreure ils ne pot avoir garison et morut.
Si retourna la terre de Piquegni à un sien fil, jone enfant, que on
nonmoit Jehan, et qui depuis fist moult de mauls en France, voires à
Amiens et là environ, ensi que vous orés recorder avant en l'istore.
Fos 57 vo et 58.

P. 13, l. 30: poursievi.--_Ms. de Rome_: Et là fist li sires de
Fauquemont bonne compagnie as deus chevaliers françois, lesquels il
enmenoit prisonniers, le visconte de Qesnes et le Borgne de Rouveroi,
car il les recrut sus lors fois à venir à Mons en Hainnau tenir lors
corps prisons, qant il en seroient requis, quinse jours apriès la
semonse. Si retournèrent li chevalier en l'ost et comptèrent lor
aventure. Fo 58.

P. 13, l. 31: au Kesnoi.--_Ms. de Rome_: Si entrèrent dedens la ville
et s'i rafresqirent, euls et lors cevaus, et puis retournèrent sus le
soir à Maubuege. Fo 58.

P. 14, l. 3: Et li dus.--_Ms. de Rome_: Ensi fu, la seconde nuit que li
dus de Normendie se loga en Hainnau, li hoos des François resvillie
des Hainnuiers, liquel avoient tout ce fait, sans porter point de
damage à euls et à lor compagnie. De quoi li dus de Normendie en dist
au matin, qant il en fu enfourmés: «Ces Hainnuiers sont de grant corage
et de bonne emprise. Nous n'avons que deux nuis dormi en Hainnau; mès
tout dis nous ont il resvillié: chi apriès, il seront resvilliet
aussi.» Fo 58.

P. 14, l. 15: quatre cens.--_Mss. A 15 à 17_: trois cens. Fo 57.

P. 14, l. 16: bidaus.--_Mss. A 15 à 17_: sanz les bidaus, tuffes et
petaux. Fo 57.

P. 14, l. 16: s'en vinrent.--_Ms. d'Amiens_: à Verchin, où li senescaux
estoit dedens le castel. Et regardèrent li Franchois le mannière dou
fort et de le deffensce. Si moustrèrent de premiers que de trop grant
couraige il le assaudroient, et fissent traire et lanchier leurs bidaus
et Geneuois; mès riens n'y fisent, car li castiaux estoit bien pourveu
d'artillerie, de kanons et d'ars à tour et de tous instrumens pour le
deffendre. Si y pooient plus perdre que gaegnier, et il ne volloient
pas trop travillier leurs gens, car il ne savoient quel besoing il en
aroient. Si se partirent d'illuecques, mès il ardirent toutte le ville
et abatirent une partie des murs dou gart de Werchin. Et passa toute li
os là et environ. Et montèrent au lés deviers Fanmars, pour mieux veoir
et adviser Vallenchiennes dou tierne. Et toudis aloient li coureur
devant à destre et à senestre, ardans et exillans che biau plain pays
de Haynnau. Si ardirent Presel, Marech, Biauvoir, Curgies, Sautain,
Rombies et tout le plain pays jusquez à le rivierre de Honniel. Et se
loga li dus ce jour sus le rivière d'Uintiel au lés deviers Kierenaing,
et toute sen ost ossi, et se fist le nuit gettier bien et grossement à
plus de cinq cens lanches et de deux mille bidaus et Geneuois, car il
ne volloit mies que li Haynuier le resvillaissent ainssi qu'il avoient
fait. Bien est voir que de Condet et dou castiel de Moustroel sus
Haynne et dou castiel de Kievraing et de Kievrechin estoient assamblet
et acompaigniet environ quarante lanches, et s'estoient boutet ès bois
de Roisin; et volentiers ewissent fait quelque fait d'armes, se il
ewissent veu leur plus bel. Li sires de Gommignies et li sires de
Wargni ossi lez costiièrent tout le jour, mès point ne virent de jeu
parti pour yaux aventurer, car li coureur franchois se tenoient tout
enssamble, et estoient bien monté et plus de quatre cens lanches: se
n'y faisoit nul pour les Haynuiers.

Ce jour au matin qu'il fist moult bel et moult joli, car c'estoit ou
mois de may, se deslogièrent li Franchois et se misent en arroy, et
ordonnèrent le charoy et le fissent passer tout devant. Et puis
chevauchièrent bannierres et seigneurs et vinrent, environ heure de
primme, deseure Fanmars, sus ung terne que on appelle le mont de
Castres; et là s'ordonnèrent il bien et faitichement en troix bonnes
batailles. Le première avoit li dus de Bourbon, la seconde li comtes de
Flandres, et la tierce li dus de Normendie. Là veoit on bannierres et
pignons et armoirie en très grant parement. Là estoient muses,
calemelles, naquaires, trompes et trompettes, qui menoient grant bruit
et grant tintin. Et bien les veoient et ooient chil de Valenchiennes
des tours et des clochiers, car il estoient à demy lieuwe d'iaux. Là
sonnoit on les cloches ou biefroy de Vallenchiennes à volée, et
estoient armet touttes mannierres de gens, et li rue Cambrisienne
toutte plainne. Et volloient à force yssir et yaux aventurer; mès
messires Henris d'Antoing, qui gardoit les clefs de celle porte, leur
deveoit et leur disoit qu'il se voloient aller tout perdre. Nientmains
il volloient yssir, coumment qu'il fuist, et y eut là pluiseurs grosses
parolles entre le chevalier et yaux. Finablement il leur dist que
messires de Biaumont, qui baux estoit dou pays et à qui on avoit juret
et proummis de obeir, li avoit deffendu et coummandet sus sen onneur
que nullement il ne les lessast wuidier. Et coummanda au prouvost qui
là estoit, Jehan de Baisi, de par monseigneur Jehan de Haynnau, que il
lez fesist retourner et aler à leur gès, as tours et as garittes, pour
deffendre et garder le ville, s'il besongnoit. Et li prouvos vot obeir;
si leur commanda à retraire, et il le fissent.

A che donc estoient dedens Vallenchiennes aucun chevalier d'Engleterre,
et par especial li comtes de Warvich, que li roys d'Engleterre avoit
laissiet en Flandres. Et avoit estet chilz en le chevauchie de
Aubenton, et demorés en Vallenchiennes, à le priière dou comte. Et
estoient avoecques lui messires Hues de Hastinges, messires Rogiers de
Biaucamp, messires Jehans Cambdos, messires Jehans de Graail, messires
Oliviers de Baucestre, messires Rogiers de Cliffort. Si requisent chil
chevalier à monseigneur Henry d'Antoing que on lez lessaist wuidier le
ville sus leur peril et chevaucier deviers le rivierre d'Escault, pour
veoir se il poroient nient trouver à faire aucune bacelerie, ne biau
fait d'armes sus lez Franchois. Tant priièrent et parlèrent que il en
eurent congiet, et estoient environ trente lanches et quarante
archiers, et tout à ceval. Si wuidièrent par le porte d'Anzain, et
cevaucièrent deseure Saint Vast. A ce donc couroit environ le Tourielle
sus l'Escault ungs bons chevaliers franchois poitevins, messires
Bouchichaus, et estoit avallés des batailles qui se tenoient au mont de
Castres. Et estoient environ douze lanches; si avoient passet l'Escaut
au pont de le Tourielle et estoient montet hault deviers Saint Vast
pour descouvrir à cesti lés; mès il furent trouvet et rencontret des
Englès dessus noummés. Et ne daigna oncques messires Bouchichaus fuir,
et jousta franchement à messire Hue de Hastinges, et le porta par
terre. Depuis fu il jus portéz par terre par deux chevaliers et tenus
si cours qu'il le couvint rendre. Et fu fianchiés prisons et amenés à
Vallenchiennes, et doy escuier de son pays avoecq lui. Et li autre se
sauvèrent au mieux qu'il porent et retournèrent à leurs batailles, et
recordèrent le prise de monseigneur Bouchicaus, dont li dus de
Normendie fu mout courouchiéz. Fo 41 vo.

_Ms. de Rome_: Qant ce vint au matin, on se desloga, et sonnèrent les
tronpètes parmi l'oost. Tout s'armèrent et montèrent à chevaus, et se
traissent sus les camps. Ce jour fist il moult biel, moult cler et
moult joli, ensi que il fait ou mois de mai, et fu la nuit de une
Asention. Li dus de Normendie ordonna à traire viers Valenchiennes.
Donc cevauchièrent les batailles moult ordonneement, et n'aloient que
le pas et costiièrent Werchin, mais point n'asallirent au chastiel,
mais la vile fu arse. Et s'en vinrent tout li François arester et faire
lor moustre sus le mont de Castres; et veoient Valenchiennes tout au
plain devant euls, et là ordonnèrent trois batailles, tout armé au
cler. Ce estoit une grande biauté que de euls veoir, les armes, hiaumes
de quoi on s'armoit adonc, banières et pennons resplendir au solel. Et
se tenoient li signeur tout quoi, atendans que on les venist combatre.

Li jone chevalier de France et li esqier, qui desiroient les armes, ne
se pooient tenir que il ne cevauçassent. Et s'en vinrent li marescaus
de Mirepois, li sires de Noiiers, li Galois de la Baume, messires
Tiebaus de Moruel, li viscontes d'Aunai, li sires d'Englure, li sires
de Trainiel, messires Tristrans de Magnelers, li sires d'Aubegni, li
sires de Fransures, li chastelains de Biauvais et pluisseur aultre,
tout de grant volenté. Et estoient quatre cens d'emprise et de fait et
bien montés, et vinrent courir devant le Kesnoi; et s'arestèrent sus
les camps, et moustroient que on les venist combatre. Li marescaus de
Hainnau et bien cinquante lances de bons Hainnuiers estoient là dedens.
Pour ces jours li Qesnois n'estoit point si bien fremée conme elle
estoit soisante ans apriès, et tous les jours elle amendoit en fremeté.

Li compagnon consideroient trop bien l'ordenance des François conment
il freteloient sus lors cevaus et faisoient courner lors menestrels, et
moustroient que on les alast veoir et escarmuchier, mais il n'estoient
pas gens assés. Si se tinrent tout quoi et pourveu de euls deffendre,
se on les euist assallis. Qant il veirent ce que nuls ne saudroit, il
s'en departirent et cevauchièrent viers Villers. Et menoient ces gens
d'armes, boutefeus, avoecques euls, qui couroient de ville en ville, et
boutoient le feu dedens et ne s'en departoient; si estoit la ville
toute embrasée. Si ardirent de celle empainte Genlain, Curgies,
Sautain, Presiel, Marec, Aunoit, Biauvoir, Fielainnes, Escaillon et
Faumars. Et voloient les flamesques et les fascons en la ville de
Valenchiennes, et li rai dou soleil en estoient tout encombré. Et
s'avalèrent auqun François dou mont de Castres et vinrent ardoir les
Marlis, et boutèrent le feu ens ès fourbours de la porte Cambrisienne.

Pour ces jours estoit chapitainne et gardiiens de la ville de
Valenchiennes institués et ordonnés de par mesire Jehan de Hainnau,
mesires Henris d'Antoing, quoi que li senescaus de Hainnau et aultres
chevaliers fuissent en la ville; mais il en avoit la souverainne
aministration et se tenoit à la porte Cambrisienne, et là estoit trop
fort heriiés et pressés d'auquns fos, outrageus et outrequidiés, qui
voloient issir et euls aler perdre. Et bien leur disoit et remoustroit
li chevaliers que point n'estoit heure de issir: «Souffrés vous, bonnes
gens: la poissance des François est trop grande maintenant. Atendés que
vous aiiés vostre signeur dalés vous; si en serés plus fort et mieuls
consilliés. Il m'est deffendu que nuls ne isse, car se vous receviés
blame ne damage, je n'en poroie estre escusés.» Ensi à grant mescief
les amoderoit et refroidoit de lors folies li sires d'Antoing.

Encores, en ce meisme jour, par le consentement dou connestable de
France et des marescaus, se departirent dou mont de Castres auqun jone
chevalier et esquier françois et cevauchièrent as aventures. Et tout
estoit fait pour atraire les Valenchiennois hors de lor ville, et
furent de une sorte environ deux cens lances. Et les menoient li sires
de Craan, li sires de Maulevrier, li sires de Partenai, li sires de
Tors et li sires de Matefelon, et s'avalèrent dou mont de Castres à
Fontenelles, et vinrent à Main. Et là avoit une tour belle et bonne et
encores a, laquelle pour ce temps estoit à un bourgois de Valenchiennes
qui s'apelloit Jehan Bernier, et puis fu elle transmuée à autres hoirs.
Chil chevalier de France et lor route vinrent là et l'environnèrent et
le fissent asallir. La tour estoit forte assés, environnée de fossés et
pourveue d'artellerie; car on i avoit envoiiet des arbalestriers de
Valenchiennes, pour le deffendre et garder. Là ot grant asaut, mais li
François n'i peurent riens faire. Avant en i ot des blechiés dou tret.
Si passèrent oultre et vinrent à Trit. Li honme de la ville avoient le
pont deffait. Si ne peurent (passer) oultre par ce pas là, mais il
trouvèrent (un) des hommes dou pais meismes qui les mena autour as
plances à Povri. Si passèrent là l'Eschaut et retournèrent à Trit. Et
fu la ville toute arse et li moulin abatu, et ensi à Povri et à
Rouvegni. Et refissent li François le pont à Trit, et ardirent
Wercinniel, Bourlain et Infier, et tant que les fascons en avoloient à
grant volées à Valenchiennes. Et retournèrent chil François et s'en
ralèrent en lor hoost, c'est à entendre sus le mont de Castres,
avoecques les aultres.

Ce jour s'estoient aussi parti de lors arrois, troi jone chevalier de
Poito: li uns fu nonmés messires Bouchicaus, li autres messires Jaques
de Surgières, et li tiers messires Guis Poteron; et avoient passet
l'Escaut au pont à Trit, car il estoit refais des plances meismes que
chil de Trit en avoient osté. Et les avoient les François rasisses,
pour passer et rapaser à lor volenté. Chil troi chevalier et lor route
pooient estre jusques à vint cinq lances, et passèrent le pont à Trit,
et vinrent courir viers Hurtebisse; et fissent bouter le feu dedens,
tant que on le veoit tout clerement de Valenchiennes, car il n'i a que
une petite lieue. Li seneschaus de Hainnau, qui se tenoit adonc à
Valenchiennes, entendi que auquns François estoient avalé et passé
oultre l'Eschaut au pont à Trit, et couroient sus ces biaus plains
desus un moustier que on nonme Saint Vast, et ne lor aloit nuls au
devant. Si parla au signeur de Berlainmont, à messire Henri d'Uffalise,
à messire Oulefart de Ghistelle, au signeur de Biellain et à auquns
chevaliers qui en Valenchiennes estoient enclos avoecques lui: «Je vous
pri que nous montons sus nos chevaus et alons veoir viers Saint Vast
quel sont chil qui i chevaucent. Espoir, poront estre tel que il
paieront nostre escot.» Tout s'acordèrent à la volenté dou senescal, et
montèrent environ cent compagnons tout bien armés, et prist casquns son
glave; et fissent ouvrir les deus portes d'Anzain, la grande et la
petite. Et se missent sur les camps et si à point que, droit au desus
d'un moustier que on dist de Saint Vast, il vont trouver ces chevaliers
poitevins qui avoient pris lor tour viers Bellain et Ierin et avoient
fait bouter le feu dedens, et s'en retournoient pour passer à Trit, et
avoient gides propement dou pais qui les menoient. Qant li seneschaus
de Hainnau les vei et sa route aussi, qui estoient monté sus bons
coursiers et bien alans, si lor vinrent au devant et escriièrent:
«Hainnau!» et abaissièrent les glaves. Li seneschaus de Hainnau fu li
premiers qui asambla à messire Bouchicau, qui estoit pour lor jones
chevaliers, et fu depuis un moult vaillans homs. Il le feri à plainne
targe un si grant cop, avoecques ce que il estoit fors chevaliers et
bien montés, que il le bouta jus et passa oultre. Li sires de
Berlainmont consievi parellement mesire Gui Poteron et le reversa jus à
terre. Chil Hainnuier se frapèrent en ces François et en abatirent
jusques à sept. Entrues que il entendirent à euls fianchier et faire
rendre, mesires Jaquemes de Surgières et bien douse des leurs
retournèrent sus frain, et prissent le cemin viers un village que on
appelle Ierin; mais avant que il i parvenissent, pour euls sauver, il
se boutèrent ens ès bois d'Aubri, et ne savoient où il aloient, car
point ne connisoient le pais. Qant li seneschaus de Hainnau vei que
chil François prendoient le cemin dou bois, si fist doubte que li
François n'euissent là jetté une enbusqe, et que chil qui pris estoient
et qui fuioient, n'euissent esté là envoiiet tout de fait pour
descouvrir et pour faire sallir hors de Valenchiennes auquns gentils
honmes qui s'i tenoient. Si fist cesser ses gens de non aler plus avant
et non cachier. Et se retraissent tout le pas viers Valenchiennes, et
enmenèrent les deus chevaliers prisonniers, messire Bouchicau et mesire
Gui Poteron, poitevins, et jusques à diis de lors compagnons. Dont li
senescaus acquist grant grasce des Valenchiennois. Et messires Jaquemes
de Surgières et li autre, qui se boutèrent ens ès bos d'Aubri, se
tinrent là et quatirent tout bellement jusques à tant que li viespres
fu venus, et puis issirent hors et vinrent tout droit à Hurtebise, et
de là au pont à Trit, et rapassèrent l'Escaut. Et qant ilz furent venu
en l'oost, il comptèrent lor aventure, et conment messire Bouchicau et
mesire Gui Poteron estoient demoré et pris dou senescal de Hainnau. Fos
58 et 59.

P. 14, l. 28: Villers.--_Les mss. A et B 3, 4, omettent_: Villers _et
mentionnent deux fois_: Fanmars.

P. 14, l. 32 et p. 15, l. 1: pries de Valenchiènes.--_Ms. B 6_: à demy
lieue de Valenchiènes. Fo 140.

P. 15, l. 28: d'Anzaing.--_Mss. A 1 à 6, 20 à 22_: du Rain. Fo 57.
_Mauvaise leçon._

P. 15, l. 32: Poito.--_Mss. A 1 à 6, 20 à 22_: Pontieu. _Mauvaise
leçon._

P. 17, l. 3: dou jour.--_Ms. B 6_: car on luy dit que cheulx de
Vallenchiènes le venroient combatre, car tant orguilleus et
presumptueux estoient. Fo 140.


=§ 105.= P. 17, l. 15: un grant temps.--_Ms. de Rome_: tout ce jour de
l'Asention. Fo 59.--_Ms. B 6_: l'espace de cinq heures. Fo 141.

P. 17, l. 16: de Castres.--_Ms. de Rome_: à demi lieue de
Valenchiennes. F. 59.

P. 17, l. 18: li dus d'Athènes.--_Ms. d'Amiens_: et li doy marescal de
France, li contes d'Auchoire. Fo 41 vo.

P. 17, l. 19: trois cens.--_Mss. A 11 à 17_: quatre cens. Fo 56.--_Ms.
B 6_: cinq cens. Fo 141.

P. 17, l. 22: le tourielle à Goguel.--_Ms. d'Amiens_: le Tourielle et
Goirel. Fo 41 vo.

P. 17, l. 23: de le ville.--_Ms. B 6_: A che jour estoient en la ville
de Vallenchiène le conte de Warvich et le conte de Kenfort que le roy
d'Engleterre avoit laissiet à Gand delés madamme sa femme. Si estoient
venu à Vallenchiènes pour la cause de ce que on avoit entendu que le
duc de Normendie se venoit tenir celle part. Ches deux chevaliers
avecque la communaleté de la ville euyssent trop vollentiers veu que
(on) fust vidiet contre eulx et que on euist recueilliet cheux qui
estoient venut jusques a(s) bailles. Mais messire Henri d'Anthoing, qui
pour le temps estoit gardiens de Valenchiène de par monseigneur Jehan
de Haynau, ne le veult oncques consentir, et dist et jura que jà
personne n'en ysceroit; et fist faire le ban, de par le prouvost de la
ville, que sur la teste nulz ne vidast hors de la ville sans
commandement. Sy gardèrent le porte Cambrisiène, où celle estourmye
estoit, le sire de Mastaing et le sire de Floyon. Fo 141.

P. 17, l. 29: les ardirent.--_Ms. B 6_: et puis la ville d'Asnoy. Fo
142.

P. 17, l. 30: de Wintiel.--_Ms. d'Amiens_: et puis chevauchièrent
toutte le rivierre contre mont vers Aunoit pour revenir à leur grosse
bataille; mès en leur chemin il ardirent Aunoit, Felainne, Artre,
Astriel, Kierenaing, Biaudegnies, et Pois et pluisseurs autres villes.
Fo 41 vo.

P. 17, l. 31: par derrière les Chartrois.--_Mss. A 1 à 6_: par devers
les charroys. Fo 58.--_Mss. A 20 à 22_: par derrière les chariots. Fo
88.--_Mss. A 11 à 14, 18, 19_: par devers les chartois. Fo 56.

P. 18, l. 10 et 11: bien la moitiet.--_Ms. d'Amiens_: que il en tuèrent
dix et fissent saillir en le rivière, et en y eut ossi des noiiéz, et
furent chil euwireux qui escapper peurent. Fo 42.

P. 18, l. 21: ce soir.--_Ms. de Rome_: Qant ce vint sus la remontière,
et que li signeur estoient tout hodé et lassé de tant estre sus lors
cevaus, car ce jour il avoient bien petit beu et mengié fors sus lors
cevaus. Fo 59.

P. 18, l. 21: à Maing et à Fontenielles.--_Le ms. d'Amiens ajoute_: et
à Trit. Fo 42.--_Ms. de Rome_: à Fontenelles et à Main, en ces biaus
prés. Fo 59.

P. 18, l. 23: Maing.--_Ms. B 6_: A son departement de la ville de Maing
où il estoit logiés, ardirent les Franchois Denaing et l'abeie de
Fontenelles où madamme sa tante estoit logie, mais elle se tenoit à
Valenchiènes. Fo 142.

P. 18, l. 25: de Valois.--_Ms. d'Amiens_: où medamme Jehanne de
Vallois, ante dou dit duc, se tenoit par devotion; mès elle n'y estoit
mies adonc, ainchois se tenoit en Vallenchiennes. Fo 42.--_Ms. de
Rome_: Madame de Valois, ante dou duch de Normendie, n'estoit point
pour ces jours à Fontenelles, mais se tenoit à l'ostel de Hollandes à
Valenchiennes, et toutes les dames dou dit monastère; et là avoient
amené toutes lors coses, car en gerre et en hainne n'a nulle segurté.
Fo 59.

P. 18, l. 28: A ce departement.--_Ms. d'Amiens_: Le jour que li dus de
Normendie se parti de Fontenelles et de Maing, i eut une grant
escarmuche au pont à Trith sus l'Escaut; car là estoient requeilliet li
Haynuyer, hommes des villages de là entours, et deffendirent le pont
mout vassaument contre lez Franchois che qu'il peurent; et l'ewissent
bien tenu et deffendu, mès li aucun Franchois allèrent autour passer
l'Escault as planches à Prouvi, et vinrent à Trit, et trouvèrent chiaux
qui se combatoient as Franchois. Lors y eut grant fouleis, et couvint
les Haynuier partir et leissier le pont et le deffensce. Et passèrent
touttes mannières de gens qui passer veurent, et abatirent ung petit
castelet qui là estoit et les moullins, et ardirent toutte le ville et
Wercinnel ossi; mès depuis furent il reboutet et reculet dou comte de
Warwich et de se routte, et en y eut bien mors que noiiés soissante. Fo
42.

--_Ms. de Rome_: A lor departement, la ville de Maing fu toute arse, et
la mention de l'abeie de Fontenielles aussi. Chil qui cevauçoient
devant et sus les costés, ardoient villes et hamiaus, et ardirent en
lor venant Monchiaus, Thians, Douci. Et partout il abatirent les
moulins, car ces villes sont seans sus rivière. Et cevauchièrent tant
ce jour li François que il aprochièrent Nave et Iwis. Et vint li dus de
Normendie mettre son siège devant le chastiel d'Escauduevre, seant sus
la rivière d'Escaut. Fo 59.

P. 18, l. 30: Thians.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14, 18 à 22, 34 à 36_:
Thiois. Fo 58.

P. 18, l. 32 et p. 19, l. 1 à 18: Ce jour .... sans pité.--_Cet alinéa
manque dans tous les mss. A sans exception._

P. 19, l. 20: Escauduevre.--_Ms. de Rome_: Chil de la garnison
d'Escauduevre avoient, tout l'ivier et le temps, cuvriiet et herriiet
ceuls de Cambrai. Fo 59.

P. 19, l. 20: et fort.--_Ms. d'Amiens_: à une lieuwe de Cambray. Fo 42.

P. 19, l. 25: de Sassegnies.--_Ms. de Rome_: uns chevaliers de Hainnau.
Fo 59.

--_Ms. B 6_: En che temps estoit cappitaine du chastel d'Escauduevre
sur l'Escault, à une bonne lieue de Cambray, messire Gerart de
Saingnies par l'ordonnance de monseigneur Jehan de Haynau qui avoit le
gouvernement de la conté de Haynau, entreulx que sen nepvreu le conte
estoit en Engleterre, sy comme chy dessus est dit. Je ne say comment il
avint ne par quelle procuration che fu fait, mais il vendy le dit
chastel et le livra as Franchois. Et fu pris le dit chevalier de ceux
de Thun, à l'issir hors de Cambray, où il avoit l'argent avoecq luy. Se
fu amenés à Mons en Haynau et là fut justichiés, et ung sien escuier
avoecq luy, qui avoit consenti le mal à faire. De le prise du chastel
d'Escauduevre furent les Haynuierz moult courouchiés, car cheulx de
Cambray l'abatirent rés à rés de terre, et en menèrent le pière à leur
ville, et en firent faire deux de leur portes, le porte Robert et une
aultre. Fos 146 et 147.

P. 19, l. 27: mès li dus.--_Ms. d'Amiens_: en traita et parla à yaux
tant et si bellement messires Godemars (dou[403] Fay), qui jadis les
connissoit, que.... Fo 42.

  [403] Le nom est laissé en blanc dans le ms. d'Amiens.

P. 19, l. 28: six jours.--_Ms. de Rome_: sept jours, Fo 59 vo.

P. 19, l. 32: Mariniaus.--_Ms. de Rome_: Et qant il furent venu en
Hainnau, li saudoiier meismes, qui en Escauduevre s'estoient tenu
avoecques euls, les prisent au conmandement messire Jehan de Hainnau
qui se tenoit en la ville de Mons, et furent amené devant lui et acusé
de traison. Onques il ne s'en porent escuser de la mise ne delivrer. Fo
59 vo.

P. 19, l. 32: pris.--_Ms. d'Amiens_: Vous avés bien chy dessus oy
recorder le prise d'Escaudoeuvre et coumment messires Gerars de
Sassegnies et Robers Mariniaux le rendirent. Si n'en furent il mies
mescreus de premiers, fors tant que li saudoiier de dedens furent trop
esmervilliet de ceste aventure. Et vinrent au jour qu'il fu rendus ou
castiel de Thun l'Evesque, qui siet assés priès, et recordèrent as deux
frères de Mauni, Jehan et Thieri, ceste mesavenue, et coumment Gerars
de Sassegnies lez avoit preechiéz que il ne se pooient tenir longement
contre si grant ost que li dus de Normendie. Nient moins et sus cez
parolles li Franchois y estoient l'endemain entret. Lors demandèrent li
enfant de Mauni qu'il pooit y estre devenus, et il disent qu'il ne
savoient, mès bien cuidoient qu'il fuist en Cambray. Sus ceste parolle
chil doy frère de Mauny envoièrent espies à Cambray, qui raportèrent
que messires Gerars et chilz Robiers y estoient. Si furent si bien
poursieuwi des deux enfans de Mauny qui misent enbuces et agaix sus
yaux, que ung jour qu'il estoient parti de Cambray, il furent pris de
Jehan et de Thieri de Mauni et amenet à Bouchain et là mis en prison.
Tantost apriès, Jehan de Ma(u)ni s'en vint à Mons en Haynnau parler à
monseigneur de Biaumont, et li recorda tout le fait et coumment il lez
avoit pris. Si lez renvoya querre messires Jehans de Haynnau et ramener
en Mons en Haynnau. Depuis n'en fist il nient trop longe garde, car il
lez fist morir honteusement et trayner comme trayteurs contre leur
seigneur. Che paiement eurent il de leur fourfaiture. Et encorres
estoit li comtes Guillaummes de Haynnau hors de ses pays, dont trop
desplaisoit à monseigneur de Biaumont son oncle. Fo 42 vo.

P. 20, l. 2: de Cambrai.--_Ms. d'Amiens_: machon et carpentier. Fo 42.

P. 20, l. 4: leur ville.--_Ms. d'Amiens_: et en fu faite li porte
Robert, qui siet sus Haynnau. Fo 42.


=§ 106.= P. 20, l. 9 et 10: voisines.--_Ms. d'Amiens_: .... de
Mortaigne et de Tournay. Fo 42.

P. 20, l. 13: trois cens.--_Mss. A 11 à 14_: quatre cens. Fo 56 vo.

P. 20, l. 15: Villars.--_Mss. A 1 à 7, 23 à 33_: Villars. Fo 58
vo.--_Mss. A 8 à 10, 18, 19_: Villers. Fo 53 vo.--_Mss. A 11 à 17, 20 à
22, 34 à 36_: Villiers. Fo 56 vo.

P. 20, l. 16: avoecques.--_Ms. d'Amiens_: messires Gerars de Monfaucon,
messire Thiebaux de Maruel. Fo 42.

P. 20, l. 17: Wavrain.--_Mss. A 11 à 14_: Wertain. Fo 56 vo.

P. 20, l. 19: riens dehors.--_Ms. de Rome_: reservé le chastiel de
Bouchain, qui ne fust tout ars et mis à seqution, ne nuls ne lor ala au
devant. Les bonnes gens du pais d'Ostrevant estoient retrait en
Valenchiennes, et là avoient amené une partie de lors biens, et les
bestes cachies ens ès bois, ou fait venir ens ès praieries de
Valenchiennes et de Condet, et là les tenoient pour eslongier lors
ennemis. Fo 59 vo.

P. 20, l. 20: Bouçain.--_Mss. A 8 à 17, 34 à 36_: Bouhaing. Fo 53 vo.

P. 20, l. 24: cinq cens ou six cens.--_Ms. d'Amiens_: trois cens ou
quatre cens. Fo 42.

P. 21, l. 2: Here.--_Mss. A 8 à 10, 15 à 17_: Hette. Fo 58 vo.

P. 21, l. 2: Fenain.--_Mss. A 1 à 7, 11 à 14, 18 à 36_: Sonnain,
Sonnent, Senaing, Senain. Fo 58 vo.--_Mss. A 8 à 10, 15 à 17_: Fenain,
Fenaing. Fo 53 vo.

P. 21, l. 3: Mauni.--_Mss. A_: Wargni.

P. 21, l. 3: Aubrecicourt.--_Ms. d'Amiens_: .... Buignicourt,
Maucicourt,... Rouvegny,... Noefville. Fo 42.

P. 21, l. 7: Bouçain.--_Mss. A 8 à 17, 34 à 36_: Bouhaing. Fo 53 vo.

P. 21, l. 20: plus priès.--_Ms. de Rome_: une lieue en sus de là. Fo 59
vo.

P. 21, l. 23: sires.--_Ms. de Rome_: quoique la ville (de Landrecies)
et Avesnes fuissent au conte de Blois. Fo 59 vo.

P. 22, l. 14: Coulongne.--_Ms. de Rome_: et en estoit capitainne uns
esquiers qui se nonmoit Albrest Qose, de Coulongne. Fo 59 vo.

P. 22, l. 25 et 26: li sires de Bousies, Gerars de Mastain et Jehans de
Mastain.--_Ces Chevaliers ne sont dénommés que dans les mss. B et A 7 à
10, 15 à 17._

P. 22, l. 32: si dur.--_Ms. de Rome_: que la proie fu rescouse, et
Albrest pris et auquns des aultres, et chil qui se sauvèrent furent
cachiet jusques ens ès portes de la Malemaison. Si raportèrent li
compagnon le signeur de Potelles tout mort à Landrechies. Depuis fu il
envoiiés à Valenchiennes sus un char et en un linsiel, et ensepvelis en
l'eglise des Cordeliers de Valenchiennes. Ensi se portent les aventures
d'armes. Tels se lieuve au matin, qui ne scet qu'i(l) li avenra. Fo 59
vo.


=§ 107.= P. 23, l. 8: Bohain.--_Mss. A 23 à 29_: Bouchain. Fo 68.

P. 23, l. 8 et 9: Chastiel en Cambresis.--_Ms. d'Amiens_: de Biauvoir
et de Sierain, et tint bien et francement le fortrèche contre lez
Franchois. Or parlerons dou duc de Normendie coument il vint asegier
Thun l'Evesque seant sus Escaut. Fo 42 vo.

P. 23, l. 10: li Haynuier.--_Ms. de Rome_: Et cevauçoient moult souvent
li Hainnuier sus ceuls de Bohain et de la Malemaison; une fois
gaegnoient et l'aultre perdoient: ensi estoit tous li pais entouelliés.
Fo 59 vo.


=§ 108.= P. 24, l. 10: remoustroient.--_Ms. B 6_: que le conte de
Haynau et ses gens avoient fait plus de damaige au pais de Cambresis et
à le cité de Cambray que ne fist le roy d'Engleterre. Fo 147 et 148.

P. 24, l. 13 et 14: au ravoir.--_Ms. d'Amiens_: et il aroit fait ung
biau voiaige, car il avoit villainnement ars et escaudet le contet de
Haynnau. Fo 42 vo.

P. 24, l. 18: Vermendois.--_Ms. de Rome_: en Amiennois, en Bar et en
Lorrainne. Fo 60.

P. 25, l. 3: des quelz.--_Ms. d'Amiens_: Jehans de Mastaing, Bridouls
de Thians, Thieris et Hostelars de Soumaing, Gilles Moriaux de
Lestinnes, Hues d'Aunoit, Sandrais d'Esquarmaing. Fo 43.

P. 25, l. 6: et Thieris.--_Ms. de Rome_: Jehans de Mauni et Tieris son
frère, qui chapitainne en estoient, se reconfortoient en ce que il
estoient bien pourveu, et aussi que lors sires li contes de Hainnau
queroit aide et aliances partout, et que de poissance li sièges seroit
levés. Si ne se esbahirent point li Hainnuiers, quoi que li enghien
jetaissent continuelment, qui lor rompirent tous les tois dou dit
manage.

Ce siège estant devant Thun l'Evesque, chil de la garnison de Bouchain
issirent une fois hors, et vinrent au matin cevauchier jusques à
Esqerchin, et trouvèrent les honmes en lors lis, et prissent desquels
que il vodrent. Et puis se missent au retour et boutèrent le feu en
Esqerchin et ardirent Lambres et les fourbours de Douai et tout ce qui
de France se tenoit, et rentrèrent dedens la garnison de Bouchain, sans
prendre nul damage. Ensi couroient les garnisons, l'un sus l'autre, et
faisoient les armes.

Chil de la conté de Hainnau s'esmervilloient trop fort que lors sires
estoit devenus, car il n'en ooient nulles nouvelles. Et en parloient li
chevalier et li esquier et li consaus des bonnes villes à messire Jehan
de Hainnau, et li disoient: «Sire, c'est trop mal fait que vous
n'envoiiés plus especiaulment deviers nostre signeur le conte, par quoi
il soit bien acertes segnefiiés de l'estat de son pais. Il i a jà plus
de siis sepmainnes qu'il se parti, et si n'en ot on nulles nouvelles.
Se vous les avés, si n'en avons nous nulle congnissance.» Mesires
Jehans de Hainnau respondoit à ces paroles et disoit: «Il n'a pas tenu
en ma negligense que je ne m'en soie bien acquités. Monsigneur de
Hainnau a esté en Engleterre, et li a li rois d'Engleterre fait très
bonne chière et li a proumis, selonch che que il m'a escript et
segnefiiet par ses lettres, que il sera dedens le jour Saint Jehan, à
poissance de gens d'armes et d'archiers, en la ville de l'Escluse. Et
sur ce monsigneur mon cousin est departis d'Engleterre, et monta en mer
à Orvelle là où il ariva qant il vint ou pais, et a pris terre à
Dourdresc en Hollandes. Et tous enfourmés de l'estat de son pais, et
pour resister à l'encontre de la poissance dou duch de Normendie et des
François, il est alés deviers le roi d'Alemagne au seqours, et semonre
tous les aloiiés. Et temprement vous le verés revenu en ce pais, et
gens d'armes à pooir avoecques li.» Fo 60.

P. 25, l. 30: ne l'estoient.--_Ms. d'Amiens_: il devoient rendre le
fortrèche et yaux partir simplement sans riens porter dou leur. Et de
ce livrèrent il deus escuiers gentil hommes hostages, pour mieux le
duch acouvenenchier. Fo 43.

P. 26, l. 1: acorda.--_Ms. de Rome_: Li auqun, qui consideroient le
dangier où li Hainnuier estoient, opposoient au tretié et disoient:
«Pourquoi lor donroit on jour? Il ne se pueent plus tenir. Le chastiel
est nostre, se monsigneur le voelt avoir et nous aussi.» Nequedent
toutes ces paroles remoustrées, li dus de Normendie s'inclina à
douçour, non à rigeur, et entendi à lor trettié. Et i furent recheu, et
livrèrent plèges Gillion de Soumain et Tieri de Soumain son frère,
Robert de Villers et Hueon d'Aunoit. Et cessèrent li enghien, et se
rafresqirent li compagnon, pour lors deniers, de vivres et de vins, et
vinrent en l'oost veoir le duch qui les vei volentiers, et lor fist
donner de son vin bien et largement. Et là avoit dedens la forterèce
une damoiselle gentil fenme, qui enclose s'i estoit pour l'amour de son
ami Jehan de Mauni, et se nonmoit Kateline de Wargni, et estoit des
damoiselles de l'abeie de Denain. Et estoit si enchainte que sus ses
jours, et moult avoit esté destourbée et travillie dou ject des pières
des enghiens, tant que tout li compagnon en avoient eu grant pité. Si
fu menée à sauveté à Bouchain, et en fu grant nouvelle en l'oost des
François, car par lor dangier et congiet, le couvint passer et aler en
la garnison de Bouçain. Fo 60.

P. 26, l. 7: par le trettiet devisant.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14, 18 à
22_: pour le traittiet devisier. Fo 59 vo.

P. 26, l. 9: son neveu.--_Ms. d'Amiens_: qui moult s'esmervilla dou
conte son nepveult qui tant demouroit. Et l'avoit jà remandet par
pluiseurs messaiges, et li avoit escript et contenut veritablement
l'arsin et le doummaige que ses pays avoit recheus, dont li comtes
n'estoit mies plus liéz, et metoit paynne à son retour à revenir
hasteement, et aqueroit amis de tous costéz. Fo 43.


=§ 109.= P. 26, l. 22: de Byaumont.--_Ms. de Rome_: et de Chimai. Fo 60
vo.

P. 26, l. 27 et 28: amendet.--_Ms. de Rome_: et avoit esploitié et
avanchié ses besongnes que toutes gens d'armes d'Alemagne, liqel
estoient aloiiet et ahers en la gerre avoecques le roi d'Engleterre, le
sievoient et par l'ordenance et conmandement de Lois le Baivier, roi
d'Alemagne et empereour de Ronme. Fo 60 vo.

P. 27, l. 11: arroy.--_Ms. d'Amiens_: à touttes ses os de Haynnau, de
Hollande, de Zellande. Fo 43.--_Ms. B 6_: Sy avoit en l'ost du dit
conte plus de cent milles testes armées. Fo 149.

P. 27, l. 13: à Nave.--_Ms. de Rome_: et s'en vint passer à Haspre, et
vint à Nave et à Iwis. Fo 60 vo.

P. 27, l. 19: Ligne.--_Mss. A 15 à 17_: Ligny. Fo 60.

P. 27, l. 19: Barbençon.--_Mss. A 15 à 17_: Barbentoing. Fo 60.

P. 27, l. 20: Lens.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14, 18 à 22_: Leul, Lueul,
Lueil. Fo 60.

P. 27, l. 20: Bailleul.--_Ms. et Amiens_: li sires de Moriaumés. Fo 43.

P. 27, l. 21: de Mons.--_Ms. d'Amiens_: li sires de Faignuelles,... li
sires de Jeumont, li sires de Solre, li sires de Boussut,... li sires
de Vendegies,... li sires d'Aubrecicourt, li sires de Berlaimont,... li
sires de Pottes,... li sires de Ranpemont, li sires de Buillemont, li
sires de Ville. Fo 43.

P. 27, l. 21 et 22: li sires de Montegni.--_Ms. d'Amiens_: li sires de
Montegni en Ostrevant,... li sires de Montegny Saint Chrestofle. Fo 43.

P. 27, l. 22: Marbais.--_Mss. A 1 à 7, 11 à 14, 18 à 33_: Barbais. Fo
60.

P. 27, l. 27: Biauriu.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14_: Beaugeu. Fo 60.

P. 27, l. 29 et 30: Guillaumes de Namur.--_Ms. de Rome_: Jehans de
Namur. Fo 60 vo.

P. 27, l. 32: de Braibant.--_Ms. de Rome_: Li dus de Braibant fu li
darrain venans et amena bien siis cens lances. Fo 60 vo.

P. 27, l. 32: six cens.--_Mss. A 11 à 14_: sept cens. Fo 58.

P. 28, l. 1: Guerles.--_Ms. d'Amiens_: à quatre cens lanches. Fo
43.--_Ms. de Rome_: à bien trois cens lances de Guerlois. Fo 60 vo.

P. 28, l. 1: de Jullers.--_Ms. d'Amiens_: à trois cens lanches. Fo
43.--_Ms. de Rome_: et li contes des Mons à bien cinq cens lances. Fo
60 vo.--_Les marquis de Julliers, de Meissen et de Brandebourg ne sont
dénommés que dans les mss. B._

P. 28, l. 2: et d'Eurient.--_Ms. de Rome_: à deus cens lances. Fo 60
vo.

P. 28, l. 2: de Blankebourch.--_Ms. d'Amiens_: à deus cens lanches. Fo
43.

P. 28, l. 3: des Mons.--_Ms. d'Amiens_: li comtes des Mons et li comtes
de Clèves à cent lanches. Fo 43.--_Ms. de Rome_: li contes de Jullers
et li contes des Mons à bien cinq cens lances. Fo 60 vo.

P. 28, l. 3: de Faukemont.--_Ms. d'Amiens_: à cinquante lanches. Fo
43.--_Ms. de Rome_: à bien cent lances. Fo 60 vo.

P. 28, l. 4: de Bakehen.--_Ms. de Rome_: à bien cent lances. Fo 60 vo.

P. 28, l. 6 et 7: d'Escaut.--_Ms. de Rome_: entre Cambrai et Nave. Fo
60 vo.


=§ 110.= P. 28, l. 13: Nave et Yvuis.--_Ms. de Rome_: deus villages les
plus proçains de Thun l'Evesque. Fo 61.

P. 28, l. 20: douze.--_Ms. d'Amiens_: trois mille. Fo 43.

P. 28, l. 29: si poissamment.--_Ms. de Rome_: En l'oost le conte de
Hainnau avoit vingt chinq cens hiaumes. Et vinrent les communautés de
Brousselles, de Louvain et de Malignes. Et vint Jaquemes d'Artevelle et
amena de Flandres bien soissante mille honmes, et passèrent par
Audenarde et par Renais et par Leuse et par Condet et par
Valenchiennes. Et tout se logièrent devant l'oost le duc de Normendie.
Et estoient en l'oost le conte de Hainnau plus de cent mille honmes. Fo
61.

P. 29, l. 2 et 3: delivret.--_Ms. d'Amiens_: Et encorres duroient lez
trieuwes entre yaux et chiaux de l'ost de Franche. Si envoiièrent un
hirault deviers le duc de Normendie, en lui priant que leurs hostaiges
il pewissent ravoir, Jehan de Nordvich, un englès et Gillion de
Biaurieu. Li dus, qui fu bien consilliéz, les renvoya, car il n'avoit
nul cause dou tenir. Fo 43.

--_Ms. de Rome_: Or i ot manière à ravoir les quatre esquiers ostagiers
que chil de Thun l'Evesque avoient delivré au duch de Normendie. Li
contes de Hainnau, qui chiés estoit de toute cel hoost, qant il fu bien
consilliés, envoia un hiraut deviers le duc de Normendie, qui li
remoustra conment chil dou chastiel de Thun avoient bien tenu leur
couvenance, et que dedens les quinse jours que mis i avoient, secours
lor estoit venus, pour quoi ils voloient ravoir lors ostages. Et en
oultre mandoit li contes de Hainnau, se li dus de Normendie et li
François voloient avoir la bataille, il estoient tout apparilliet que
pour le livrer et le faire. Li consauls dou duch de Normendie respondi
à ce et dist que, des ostages renvoiier, il estoient consilliet que il
les renvoieroient volentiers, car voirement il n'avoient nulle cause
dou retenir; mais tant que d'acorder la bataille, il n'avoit pas mis
encore son consel ensamble, et que il en aueroit avis de respondre. Li
hiraus retourna sus ce et fist sa response. Li ostage furent renvoiiet,
et demora li chastiaus de Thun l'Evesque ensi tous deschirés. Li
Hainnuier n'en fissent compte, mais il tinrent à grant vaillance ce que
Richars de Limosin et li enfant de Mauni l'avoient si bien tenu contre
les François. Fo 61.

P. 29, l. 3: le quatrime jour.--_Mss. A 11 à 14_: le sixième jour. Fo
58 vo.

P. 29, l. 15: dou chastiel.--_Ms. d'Amiens_: et au partir il boutèrent
le feu en le tour dou castiel de Thun où si longhement il s'estoient
tenut. Si vinrent messires Richiers de Limozin et li enfant de Mauny et
li autre compaignon en le tente dou comte de Haynnau. Fo 43.


=§ 111.= P. 30, l. 20: combatre.--_Ms. de Rome_: Et le faisoient li
François tout volentiers pour faire le conte de Hainnau aleuer son
argent, et li bouter en une grande debte encontre les Alemans qui ne
sont pas trop legier à rapaisier. Fo 61.

P. 30, l. 21: hastieux.--_Ms. d'Amiens_: mès s'il passoit l'Escault, il
fust tous seurs qu'il seroit combatus. Fo 43 vo.

P. 30, l. 31: sages.--_Ms. d'Amiens_: et si avoit li comtes sa fille.
Fo 43 vo.

P. 31, l. 32: faisoient.--_Ms. d'Amiens_: Et tout enssi comme en l'ost
haynuier, on se demenoit par conssaux sus l'entente de combattre ou de
non, ossi en l'ost de France on se consilloit et avisoit coumment et
par honneur on se maintenroit. Bien disoient li pluiseur grant signeur
de Franche que li dus gisoit là à se honneur, car il avoit chevauchiet
en Haynnau, ars et essilliet le pays et courut devant lez fortrèches,
et demouret ung jour tout entier devant le milleur ville de Haynnau et
courut et ars jusquez as bailles, et puis assegiéz deux castiaux
propisses à Haynnau et trop ennemis au royaume et à Cambresis, et ces
deux castiaux pris et abatus. «Et encorres sont il devant leurs
ennemis, qui pas ne leur veeroient à faire ung pont, se faire le
volloient, fors tant que li Haynuier et li aloiiet sont maintenant trop
plus fort et plus grant nombre de gens que li Franchoix. Si lez fet bon
tenir en cel estat, car li comtes de Haynnau gist là à grant fret, et
tellement s'endebtera deviers ces Allemans que jammès ne s'en vera
quittes ne delivrés, à quoy qu'il mande ne qu'il se demainne. Se ne li
acordéz nulle journée.» Enssi ou auques priès estoient li parlement de
France, si comme j'oy recorder depuis deux grans barons de Franche qui
y furent, monseigneur de Montmorensi et monseigneur de Saint Venant. Fo
43 vo.


=§ 112.= P. 32, l. 1: Haynau.--_Ms. d'Amiens_: liquelx li looit bien à
combattre et venir passer l'Escault à Bouchain et une autre petitte
rivierre qui descent d'amont, que on ne poet passer à gué, qui vient de
Oizi en Cambresis et de Alues en Pailluel. Là falloit leur pourpos, car
se il avoient passet l'Escaut à Bouchain, se leur couvenroit faire un
pont sus ceste autre rivière. Fo 43 vo.

P. 32, l. 10: trois jours.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14_: jour de respit. Fo
61.

P. 32, l. 15: troisime.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 17_: quatrième. Fo 61 vo.

P. 32, l. 16: chevaliers.--_Ms. d'Amiens_: et fist armer deux
chevaliers avoecq lui et trois escuiers. Et montèrent li chevalier sus
courssiers, et li escuier sus bons ronchins. Fo 44.

P. 32, l. 17 et 18: devant.--_Mss. A 11 à 14_: et un aultre chevalier
qui portoit son pennon devant lui, montez sur bons coursiers. Fo 59.

P. 32, l. 25: Haynau.--_Ms. d'Amiens_: par son tourniquiel et ung
pignon qu'il faisoit porter de ses armes devant lui. Fo 44.


=§ 113.= P. 34, l. 7: Edouwart.--_Ms. de Rome_: Li rois Edouwars
d'Engleterre avoit, tout l'ivier et le temps, entendu à ses besongnes
et priiet chevaliers et esquiers en son pais et quelliet, par priière
et par ordenance de don que son peuple li avoit fait bon une aide moult
grose, grant argent, car il esperoit que sus l'esté il feroit un grant
fait; et sus cel estat, il estoit departis des Alemans. Et avoit li dis
rois d'Engleterre fait ses pourveances moult grandes et moult groses
sus la rivière de la Tamise en la chité de Londres; et là avoit fait
son mandement et assamblé grant fuisson de nobles, chevaliers et
esquiers et archiers.

Qant tout fu prest, et la navie cargie, li rois d'Engleterre entra en
son vassiel. Toutes ses gens entrèrent et montèrent, ensi que ordonné
estoit, et se desancrèrent dou qai de Londres, et singlèrent aval la
Tamise et vinrent de celle marée devant Gravesaindes; de la seconde
marée, devant Mergate, et puis entrèrent en mer; et pooient estre
environ siis vingt vassiaus, nefs, balengiers et passagiers, quatre
mille honmes d'armes, chevaliers et esquiers et douse mille archiers.
Et avoient li rois et ses gens la mer et le vent pour euls, et
nagièrent à pooir viers la ville de l'Escluse en Flandres. Et ne
savoient riens les Englois des Normans qui se tenoient devant l'Escluse
bien quarante mille, et atendoient le retour et venue dou roi
d'Engleterre. Bien sçavoient les Englois que les Normans esqumeurs
estoient sus la mer, mès il ne les quidoient pas trouver à l'Escluse.
Et tout che lor faisoit faire li rois de France qui lor voloit brisier
lor voiage.

Et estoient li Normant, parmi les Geneuois et Piqars, bien quarante
mille honmes, desquels mesires Hues Qierès d'Amiennois, Barbevaire et
Bahucès estoient chiés. Et avoient bien deux cens vassiaus parmi ceuls
des pourveances, et avoient ensi que assis la ville de l'Escluse; et
n'i pooit nuls entrer ne issir, fors par lor congiet. Or avint que, la
vegille de la Saint Jehan Baptiste que on compta pour lors en l'an de
grasce Nostre Signeur mille trois cens et quarante, li rois
d'Engleterre et sa navie vinrent devant l'Escluse, c'est à entendre
pour prendre port et terre priès de Blanqueberghe, à deus lieues de
l'Escluse, et trouvèrent la navie des Normans. Des mas qui drecoient
contre mont, ce sambloit uns grans bois. Qant li rois d'Engleterre et
les Englois orent congnissance que li Normant estoient devant
l'Escluse, et ne pooient prendre terre fors par lor dangier, si
jettèrent lors ancres, et se tinrent tout quoi pour entendre à lors
besongnes et ordonner lors batailles. Lors fist li rois d'Engleterre
pluisseurs chevaliers nouviaus, car bien veirent generaument que
combatre les couvenoit. Qant la mer fu revenue, il desancrèrent et
ordonnèrent tous lors vassiaus; et missent les plus fors devant, et les
armèrent et pourveirent d'archiers. Entre deus nefs d'archiers avoit
une nef de gens d'armes. Fo 61.

P. 34, l. 12: par mer.--_Ms. d'Amiens_: à bien quatre mille hommes
d'armes et douze mille archiers. Fo 44.

P. 34, l. 13: vaissiaus.--_Ms. B 6_: à tout quatre mille hommes d'armes
et huit mille archiés. Fo 151.

P. 34, l. 16: se tenoient.--_Ms. B 6_: devant l'Escluse, entre
Blancqueberge et Quaisant. Fo 151.

P. 34, l. 18: sept vingt.--_Ms. d'Amiens_: cent. Fo 44.--_Mss. A 1 à
6_: six vingt. Fo 59.

P. 34, l. 20: quarante mille.--_Ms. B 6_: Et estoient plus de quarante
mille hommes, Gheneuois, Normans et Picars, tout escumeurs de mer. Fo
151.

P. 35, l. 5: vassiel.--_Ms. d'Amiens_: qui tant li avoit coustet au
faire. Fo 44.

P. 35, l. 20: temps.--_Ms. d'Amiens_: jà par le tierme de deus ans et
plus. Fo 44.

P. 35, l. 21: trois cens.--_Mss. A 11 à 14_: à quatre cens hommes
d'armes et à huit cens archiers. Fo 60.


=§ 114.= P. 35, l. 25: Quant.--_Ms. de Rome_: Qant tout furent ordonné,
li vassiel le roi d'Engleterre aprochièrent. Che estoit biautés et
grant plaisance au veoir ces banières et ces estramières armoiies des
armes des signeurs. Et à ce que li Normant moustrèrent, il desiroient
avoir la bataille as Englois. Car, si tretos que il les veirent
aprochier, il avoient croisiet tous lors vassiaus, il traisent les
ancres à mont, et laissièrent les voilles aler, et s'en vinrent tout de
grant volenté sus la navie des Englois. Et ordonnèrent à aler tout
devant _Cristofle_, le grant vassiel, lequel en celle meisme anée il
avoient conquis sus les Englois. Qant Englois et Normans
s'encontrèrent, il i ot grant hustin; et à l'entrer l'un dedens
l'autre, il abaisièrent tous lors voilles.

Ou grant vassiel de _Cristofle_ qui se remoustroit desus tous les
aultres, avoit bien quatre cens geneuois arbalestriers, liquel
conmenchièrent à traire moult roit et moult dur à l'aprocier. Li
Englois recongneurent bien que c'estoit _Cristofle_, le vassiel qui
avoit esté conquis sus euls. Si furent plus desirant dou reconquerre,
et l'environnèrent de tous lés. Et conmenchièrent archier à traire de
grant randon, et à aprochier ce vassiel _Cristofle_ et les Geneuois qui
dedens estoient. Vous savés que archier de l'arc à main sont trop plus
isniel que ne soient arbalestrier. Chil archier d'Engleterre, par
ouniement traire fort et roit, ensonniièrent tellement ces Geneuois que
il furent mestre et signeur de euls, et entrèrent dedens _Cristofle_ et
le conquissent, et missent à mort et à bort tous les Geneuois que il i
trouvèrent. En ce vassiel pooient bien mille honmes. Tantos il fu
pourveus d'archiers et de gens d'armes, liquel portèrent grant
contraire as aultres.

Li rois d'Engleterre, li contes de Pennebruq, li contes de Houstidonne
et leur bataille bien ordonnée et acompagnie de gens d'armes et
d'archiers, avoient asamblé là où mesires Hues Quierès et Bahucès
estoient, bien acompagniés aussi de Normans et de Geneuois. Et là fu la
bataille très grande et très perilleuse; car chil Normant et chil
Geneuois estoient tout esqumeur et coustumier de la mer, et trop bien
en pooient la painne, car en tout lor vivant il n'avoient fait aultre
cose que poursievir les aventures d'armes sus la mer. Aussi au voir
dire, Englois sont bonnes gens de mer, car il en sont fait et nourri,
et trop bien en pueent la painne. C'est trop dure bataille sus mer, et
trop perilleuse, car il fault atendre l'aventure, ne on ne poet fuir.

Ceste bataille dont je vous parole, fu durement bien combatue et
longement dura; et conmença la nuit de la Saint Jehan Baptiste au
matin, ensi que à huit heures; mais elle dura jusques à cinq heures
apriès nonne, et que la mer fu ralée et revenue. Considerés se là, en
ce terme et espasce, il n'i peurent pas avenir des grans fais d'armes:
oil, car il estoient tout resvillié et ordonné à ce faire, tant li
Englois conme li Normant. Fo 61 vo.

P. 36, l. 12: devant.--_Ms. d'Amiens_: bien pourveu d'artillerie et
d'arbalestriers. Fo 44 vo.

P. 36, l. 13: dedens.--_Ms. d'Amiens_: ou plus parfont pour mieux
combattre. Fo 44 vo.

P. 36, l. 16: ennemis.--_Ms. d'Amiens_: mout fierement et moult
asprement là traioient li arbalestrier normant et jeneuois très roit et
très vigereusement, et li archier d'Engleterre ossi mout songneusement.
Fo 44 vo.

P. 36, l. 21: hardiement.--_Ms. d'Amiens_: et bien le couvenoit, car li
Normant avoecques leurs ayewes estoient bien cinq contre ung, et tout
dur et gent de mer. Fo 44 vo.

P. 36, l. 26: combatre.--_Ms. d'Amiens_: Et entroient d'un vaissiel en
aultre li plus legier et vigereux, et li plus batillèrent là. Se
combatoient li aucun, main à main, as espies et as haches, as espois et
as daghes, et luttoient et fesoient merveilles de belles appertises
d'armes. Là crioient li Englès: «Saint Jorge! Giane!» et trop bien
assalloient et deffendoient. Et li Normant crioient: «Franche!» et ossi
trop bien se combatoient. Fo 44 vo.


=§ 115.= P. 37, l. 5: horrible.--_Ms. de Rome_: Et ce qui donna très
grant avantage as Englois, ce fu que ens ou conmencement de la
bataille, il conquisent _Cristofle_ le grant vassiel; et qant il
l'orent conquis, il le pourveirent d'archiers, et i en i entra plus de
mille. Et chil archier avoient très grant avantage de traire au lonc
et de ensonniier Normans, liquel n'estoient pas de si grant valleur as
armes, ne de deffense conme estoient les gens d'armes d'Engleterre.

Pour lors li rois d'Engleterre estoit en la flour de sa jonèce, et
point ne s'espargnoit, mais s'aventuroit en la bataile aussi
aventureusement conme nuls de ses chevaliers, et moustroit bien en
faisant armes que la besongne estoit sienne. Li rois estoit en un
vassiel moult fort et moult biel qui avoit esté fais, ouvrés et
carpentés à Zandvich, et estoit armés et parés de banières et
d'estramières très rices, ouvrées et armoiies des armes de France et
d'Engleterre esquartelées; et sus le mast amont avoit une grande
couronne d'argent dorée d'or, qui resplendisoit et flambioit contre le
solel. D'encoste le roi estoient li contes Henri Derbi, son cousin
germain, li contes de Norhantonne et li contes de Herfort, et avoit
quatre chevaliers ses cambrelens, mesires Jehans Candos, mesire Richars
La Vace, messire Richars de Pennebruge et mesire Richars Sturi, tout
quatre honmes de grant vaillance. Les nefs estoient acroqies et
atachies les unes as aultres, et ne se pooient departir. Et là avoit
dure bataille, et dedens les nefs fait tamainte apertise d'armes.
Finablement li Englois obtinrent la mer et la place. Et furent chil
esqumeur normant, piqart, geneuois, bidau et prouvenciel desconfi; et
trop petit s'en sauvèrent, car à la desconfiture il ne porent. Cause
pourquoi, je le vous dirai.

Les Englois en venant les avoient enclos entre euls et l'Escluse. Se ne
pooient requler, fors sus lors ennemis, ne aler avant, ne rompre la
navie d'Engleterre qui avoient propris tout le pasage de la mer. Chil
et auqun, qui se quidièrent sauver pour venir à l'Escluse, furent mort
davantage; car li Flamenc, qui avoient grant haine à euls, pour tant
que toute la saison il avoient cuvriiet et heriiet le pasage à
l'Escluse, et robé et pilliet sus la mer, et n'avoient eu cure à qui,
les tuoient otant bien sus la terre que en la mer, et n'en avoient
nulle pité. Et vinrent là, que de Bruges, que de Ardenbourc, que de
Otebourch, de Blanqueberghe et dou Dam, à l'Escluse, plus de huit mille
honmes qui rafresqirent grandement les Englois et parfissent la
desconfiture des Normans. Barbevaire fu mors et jetés de son vassiel en
la mer. Aussi mesires Hues Qirès ot la teste copée sus le bort de une
nef et (fu) reversés en la mer. Bahucès fu pris en vie; et pour tant
que il avoit esté tous jours fors lerres et robères sus la mer, li
amirauls de la mer d'Engleterre le fist sachier amont à une polie et
pendre à un mas et estrangler.

P. 37, l. 15: nonne.--_Ms. d'Amiens_: Et dura la bataille de l'heure de
primme jusquez à relevée. Et adonc vinrent grant gent de Flandres, car
très le matin li bailliux de l'Escluze l'avoit fet segnefiier à Bruges
et ès villes voisinnes. Si estoient les villes touttes esmutes et
acourutes à piet et à cheval et par le Roe, cheminans qui mieux mieux
pour aidier les Englès. Et s'asamblèrent à l'Escluse grant cantité de
Flammens, et entrèrent en nefs et en barges et en grans vaissiaux
espagnols, et s'en vinrent jusquez à le bataille tout fresk et tout
nouviel, et grandement reconfortèrent les Englès. Fo 44 vo.

P. 37, l. 24: Derbi.--_Ms. d'Amiens_: .... li evesques de Lincolle,...
li comtes de Norhantonne,... li sires de le Ware, messires Loeys de
Biaucamp, messires Guillaume Filz Warine, li sires de Basset,... li
sires de Luzi, messires Guillaume de Windesore, messires Thummas de
Hollandes, messires Richars de Pennebruge,... li sires de Ponchardon,
messires Niel Lornich, messires Olivier de Clifort, messires Henris de
Biaumont, messires Francques de le Halle, li sires de Ferières, li
sires Despenssier.... Fo 44 vo.

P. 38, l. 2: Brasseton.--_Mss. A 8 à 10_: Buisseton. Fo 58.--_Mss. A 23
à 29_: Barsseton. Fo 72 vo.

P. 38, l. 9: vassaument.--_Ms. d'Amiens_: avoecq l'ayde de leurs
archiers. Fo 44 vo.

P. 38, l. 9: secours.--_Ms. B 6_: A ceste desconfiture parfaire vinrent
les Flamens du Francq de Bruges, de Noefport et du pays environ, qui
grandement aydèrent le roy d'Engleterre et le rafresqirent en sa
bataille: laquelle bataille fu l'an de grace Nostre Seigneur mil trois
cens et quarante, le nuit Saint Jehan Baptiste. Fo 149.

P. 38, l. 11: Et furent.--_Ms. B 6_: Et furent tout ces Normans et leur
sexte desconfis, mors ou noiiés, et messires Hues Kierès et Bahucès
leur patron mors et mis à bort. Sy se sauva Barbenaire, Marans et
Mestriel; et entrèrent en une barge quant il virent le desconfiture.
Che fu une moult belle journée pour le roy d'Engleterre, car il mist là
à fin plus de quarante mille hommes qui tant avoient fait de mal sur la
mer que sans nombre; ne il n'estoit nul marchans qui devant ceste
bataille osast aler sur mer. Fo 149.

P. 38, l. 13: noiiet.--_Ms. d'Amiens_: excepté Barbevaire et Maraut qui
se sauvèrent. Car, quant il virent le desconfiture, il entrèrent en une
barge et fissent tant par rivier qu'il yssirent de le bataille et
eslongièrent les perilx qui moult grant y estoient entre leurs gens,
car on n'en prendoit nul à merchit, mès les mettoit on tous à bort. Là
furent mort messires Hues Kierès et messires Pierres Bahucès et bien
quarante mille saudoiiers, normans, pikars, geneuois, bretons, bidaus
et gens de touttes queilloites. Ceste bataille fu en l'an de grace
Nostre Seigneur mil trois cens quarante, le jour devant le vegille
Saint Jehan Baptiste. Fo 44 vo.

P. 38, l. 14: mis à (mort).--_Mss. A 7 à 10, 15 à 17, 23 à 33_: mis à
bort. Fo 58.--_Mss. A 1 à 6, 18 à 22_: perilz et noyés. Fo 63.--_Mss. A
11 à 14_: mors et noyez et mis au bort. Fo 60 vo.

P. 38, l. 19: resjoy.--_Ms. d'Amiens_: Adonc dist li dus de Braibant
que ses pourpos estoit averis et que une autre foix il fuist mieux
creux et que ses cousins li rois englès, puisqu'il estoit dechà le mer,
lez ensonnieroit temprement, et que bon seroit de l'aller vers lui,
ensi que on li avoit juret et proummis. Là eurent li seigneur qui
avoecq le comte de Haynnau estoient, conseil et advis que d'iaux
deslogier le matin et de donner touttes mannierres de gens congiet
jusques adonc qu'il seroient semons et mandet de par yaux ou nom dou
roy englès, et que tout li cief des grans seigneurs qui là estoient, se
retraissent deviers le roy d'Engleterre qui s'en venoit à Gand. Donc fu
criiet et nonchiet en l'ost que chacuns devant soleil levant se
deslogast. Ossi fu il enssi en l'ost le roy de France, car environ
mienuit li roys oy lez nouvelles que sen armée sour mer estoit toutte
perdue et desconfite, et que nuls de vaille n'en estoit escappés, et
estoit li roys englès à grant effort venus par dechà le mer. De ces
nouvelles fu li roys de Franche moult courouchiés, car il avoit eu
grant fianche en ces Geneuois et Normans que par yaus fuist li rois
englès desconfis sus mer et ses voiaiges rompus. De quoy pour le
mautalent il ordonna le matin à deslogier et à retraire vers Arras et
illoecq environ. Enssi furent departies ces deux os que vous m'oés
recorder, de devant Thun, et requeillèrent tentes et pavillons et
misent à charoy. Et revint li comtes de Haynnau à Vallenchiennes et là
amena le duc de Braibant, le duc de Gerlles, le comte de Jullers, son
serourge, le comte de Namur, le marquis de Blancquebourch, monseigneur
Jehan de Haynnau son oncle, le marquis de Misse, le seigneur de
Fauquemont, Jaquemon d'Artevelle, et lez festia et honnoura au mieux
qu'il peult. Et cil dessus dit fissent leurs gens tout bellement
retraire et raller en leurs lieux. Et ossi li roys de Franche se
desloga ceste meysme matinée et s'en vint à Arras, et ducs et comtes
avoecq lui, et ne donna nullui congiet, car il penssoit bien qu'il en
aroit temprement affaire. Or revenrons au roy d'Engleterre et coumment
il se ordonna apriès le bataille qu'il eult entre Blancqueberghe et
l'Escluze. Fos 44 vo et 45.


=§ 116.= P. 38, l. 26: nakaires.--_Mss. A 11 à 14_: tabours, cornez et
de toutes manières d'instrumens, telement que on n'i ouist pas Dieu
tonnant. Fo 61.

P. 38, l. 27: menestrandies.--_Ms. de Rome_: Et amenoit li rois
d'Engleterre en sa compagnie bien trois cens prestres, les quels il
avoit mis hors d'Engleterre, pour celebrer et faire l'office de Dieu en
Flandres. Car papes Clemens V[I], resgnans pour ce temps, à la requeste
et ordenance dou roi de France, avoit jetté une sentense
d'esqumenication par toutes les parties de Flandres. Et n'estoit nuls
prestres flamens, sus estre encourus en sentense esqumenicative, qui
osast canter ne faire le divin office, ou estre privés de son
benefisce, se il le tenoit. Et pour che, à la requeste et priière dou
pais, avoit li rois d'Engleterre amené tant de prestres, et pour faire
canter en Flandres. Fo 62.

P. 39, l. 5: à l'endemain.--_Ms. B 6_: Au tierch jour. Fo 150.

P. 39, l. 10: sus le soir.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14, 18 à 22_: la nuit.
Fo 63.

P. 39, l. 13: part.--_Ms. d'Amiens_: et lez dammes ossi qui estoient
venues veoir et apassées le mer pour l'amour de le roynne d'Engleterre
qui estoit moult enchainte, et assés tost apriès ajut d'un biau fil,
qui eut à nom Jehans contre le duc Jehan de Braibant qui le tint as
fons. Et fu puis duc de Lancastre de par sa femme ma damme Blanche,
fille au duch Henri de Lancastre. Fo 45.

P. 40, l. 4: li signeur.--_Ms. d'Amiens_: li dus de Braibant, li comtes
de Haynnau, li dus de Guerlles, li comtes de Jullers, Jaquemes
d'Artevelle, qui estoit tous sires et souverains des Flammens. Fo 45.

P. 40, l. 7: le sizime jour.--_Mss. A 1 à 7_: le huitième jour. Fo 63.

P. 40, l. 18: lieu.--_Ms. d'Amiens_: Et li comtes de Haynnau et
messires de Biaumont, ses oncles, demeurèrent dalés le roy et le roynne
à Gand. Fo 45.


=§ 117.= P. 40, l. 24: Quant.--_Ms. de Rome_: Le jour Saint Jehan au
matin, furent ces nouvelles sceues et publiies devant Thun l'Evesque,
tant en l'oost dou conte de Hainnau conme dou duch de Normendie. Par
aparant li François ne fissent point trop grant compte de ces Normans,
et dissent li auqun: «On n'a riens perdu, se chil esqumeur de mer sont
mort et peri. Il n'estoient que larron: il ne laisoient point de
poisson venir par de deçà, nous n'en poions point avoir pour euls. Li
rois de France a à lor mort gaegniet deux cens mille florins. On lor
devoit lors gages de quatre mois, et si en est la mer delivrée.» Ensi,
ne aultrement ne les plaindoient moult d'onmes en l'oost le roi de
France et le duch de Normendie. Et li auqun disoient: «Puisque li rois
d'Engleterre a eu celle première aventure de desconfire les Normans et
les Geneuois, et que les victores le conmencent à agratiier, il en
auera encores des aultres.» Et bien le dist li rois Robers de Cecille,
de Naples et de Jherusalem, que li senglers de Windesore ficeroit
encores ses dens moult parfont ens ès portes de Paris; et chils
Edouwars est li senglers de Windesore, ensi que dient les prophesies de
Merlin selonch le livre de Bructus.

Le jour Saint Jehan Baptiste, en l'an de grasce desus dit, et sus le
point de neuf heures, issi li rois d'Engleterre de la navie qui estoit
à l'ancre devant l'Escluse, et li signeur d'Engleterre aussi; et
vinrent en la ville de l'Escluse, et là furent recheu à grant joie. Et
but et manga li rois un petit, et puis tout de piet il vint à
Ardenbourc veoir le ymage de Nostre Dame, en cause de devotion, et là
fu tout le jour. Et là le vinrent veoir li bourgois de Bruges qui lui
recordèrent des besongnes de Flandres, et conment Jaquemes d'Artevelle,
ses grans amis, estoit avoecques le conte de Hainnau et le duch de
Braibant et les Alemans, à bien soisante mille Flamens, à l'encontre
dou duch de Normendie logiés, et couroit renonmée que il i aueroit
bataille. Ces paroles entendi li rois d'Engleterre volentiers, pour
tant que d'Artevelle estoit si bien en la grasce des Flamens que il les
menoit où il voloit. Si mist tantos li dis rois clers en oeuvre et
messagiers, et escripsi au conte de Hainnau et à ces signeurs le duch
de Braibant, le duch de Guerles, le conte de Jullers et tous les
aultres, son estat et la manière de l'estat et victore que il avoit eu
sus mer à l'encontre des Normans. Et qant il ot fait ce pour quoi il
estoit venus à Nostre Dame d'Ardenbourch, ils et auquns signeurs
montèrent sus chevaus que on lor amena de Bruges, et cevauchièrent et
vinrent à Gant, et trouvèrent madame la roine Phelippe, qui
nouvellement estoit relevée d'un biau fil, liquels avait à non Jehans,
contre le duch Jehan de Braibant, et puis fu dus de Lancastre.

Li rois et la roine qui estoit logie l'abeie de Saint Pière se
conjoirent, ce fu raisons, ensi que gens qui s'entramoient grandement.
Si se tint là li rois et s'i rafresqi. Et aussi fissent li signeur
d'Engleterre et lors gens, et s'espardirent petit à petit parmi le pais
de Flandres, ens ès bonnes villes et aillours, et estoient par tout
conjoi et requelliet liement, car il paioient bien tout ce que il
prendoient.

Qant li signeur d'Alemagne, qui gisoient devant Thun l'Evesque, furent
segnefiiet dou roi d'Engleterre que il estoit à Gant, et que là les
atendoit, si en furent grandement resjoy, et orent là consel l'un par
l'autre que il se deslogeroient et iroient veoir le roi à Gant. Si se
deslogièrent et se departirent premierement tantos les communautés de
Flandres, de Hainnau et de Braibant, et retournèrent en lors villes.
Ensi se desrompi ceste grande assamblée. Et li dus de Normendie se
retraist en Cambrai, et donna grant fuisson de ses gens d'armes
congiet, et les envoia par garnisons, et par especial en Lille, en
Douai et en Tournai, sus les frontières de Flandres. Et pour ce que
renonmée couroit que li rois d'Engleterre et li aloiiet venroient
mettre le siège devant la chité de Tournai, on i envoia le conte de
Fois et le conte de Conminges, le visconte de Bruninqiel, le visconte
de Talar, le visconte de Villemur et le visconte de Nerbonne, à bien
cinq cens armeures de fier, de Bidaus et de Foisois. Et encores furent
envoiiet en Mortagne, seans sus l'Escaut, li sires de Biaujeu à tout
grant fuisson de Bourgignons et de Biaujolois. En la ville de Saint
Amant en Peule furent envoiiet biaucop de Bidaus à dardes et à pavais,
des quels mesires Pières de Carchasonne, uns moult jentils cevaliers,
estoit capitaine. Toutes les garnisons françoises de là environ furent
pourveues de ce que il lor besongnoit, pour atendre l'aventure et
passer la saison. Et se tint li dus de Normandie à Cambrai un lonch
temps, et li rois de France se tenoit à Pieronne en Vermendois, et
donnoient saudées à tous geneuois et prouvenchiaus arbalestriers; et
qant il estoient paiiet pour trois mois, on les envoioit oultre sus les
pas(s)ages et frontières, là où on supposoit que il besongnoient.

Qant li contes de Hainnau et li baron d'Alemagne et li dus de Braibant
se departirent de l'oost de devant Thun l'Evesque, il se traissent à ce
retour à Valenchiennes, et tout dis Jaquemart d'Artevelle en lor
compagnie, ne on ne faisoit riens sans lui, pour tant que toute
Flandres estoit en son obeissance, et tenoit un estat aussi estofé
conme li dus de Gerles, et plus grant. Et par especial li contes de
Hainnau et li dus de Braibant le tenoient grandement à amour, pour tant
que lor pais marcissent à Flandres: si en pooient estre aidié dou jour
à l'endemain. Li contes de Hainnau et la contesse sa fenme requelli ces
signeurs en Valenchiennes moult grandement, et lor fist des biaus
disners et soupers, cinq jours que il i furent. Et là preeca li dis
d'Artevelle enmi le marchiet, et estoit montés en la hale des signeurs,
là où ou anonce les bans, et fu volentiers oïs, car il avoit grant sens
et bielle parleure. Et remoustra quel droit li rois d'Engleterre avoit
au calenge de la couronne de France, et ausi quèle poissance li troi
pais avoient, Flandres, Hainnaus et Braibant, qant il estoient conjoint
ensamble et d'un acord et aliance. Chils Jaquemes d'Artevelle parla si
proprement à la plaisance dou peuple, qui là estoit asamblés pour oïr
ce que il voloit dire, que, qant il conclut son sermon, une vois
generaus et murmurations se eslevèrent en disant: «d'Artevelle a bien
parlé et par grande experiense, et est dignes de gouvrener et excerser
le pais de Flandres.»

Apriès toutes ces coses faites et dittes, li signeur, liquel estoient à
Valenchiennes, prissent congiet l'un à l'aultre, et eurent ordenance de
estre dedens siis jours apriès à Gant deviers le roi d'Engleterre, et i
furent. Et les rechut li rois d'Engleterre et la roine liement et
doucement, et là parlementèrent ensamble. Et fu là acordé que li rois
d'Engleterre venroit à Villevort, où autrefois avoit esté, et là
seroient li signeur tout chil qui presentement estoient à Gant, et
pluisseur aultre qui point n'estoient là. Donc se departirent dou roi
d'Engleterre et s'en retournèrent li dus de Braibant en son pais, et li
contes de Hainnau à Valenchiennes où la contesse sa fenme se tenoit.
Mais li signeur d'Alemagne demorèrent à Brouselles et à Malignes et à
Louvaing, pour estre plus apparilliet au jour de ce parlement; et li
dis Renauls de Gerles, serouges au roi d'Engleterre, demora à Gant, et
vint à Villevort avoecques le dit roi. Fos 62 vo et 63.

P. 41, l. 3: car.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14, 20 à 22_: il s'en doubtoit
plus que d'autres (_Mss. A 11 à 14_: d'autre ville qu'il eust) pour
cause des Flamens. Fo 63 vo.

P. 41, l. 5: Biaugeu.--_Mss. A 11 à 14_: le sires de la Baume. Fo 61
vo.--_Mss. A 2 à 6_: le sire de Wauvrins. Fo 63 vo.--_Mss. A 1, 18 à
23_: Beaurieu.

P. 41, l. 17: guerre.--_Mss. A 11 à 14_: pour obvier à l'effusion de
sang et à la grant destruction du peuple et de l'Eglise qui s'en
povoient ensuir. Fo 61 vo.


=§ 118.= P. 42, l. 5: oncles.--_Ms. d'Amiens_: et leurs conssaux, li
ducs.... Fo 45.

P. 42, l. 7: des Mons.--_Mss. A 11 à 14_: de Vaudemont. Fo 62.

P. 42, l. 8: Faukemont.--_Ms. d Amiens_: .... li comtes de Los. Fo 45.

P. 42, l. 9: d'Artevelle.--_Ms. de Rome_: conme souverains de Flandres.
Fo 63 vo.

P. 42, l. 12: deus ou quatre.--_Mss. A 8 à 10_: trois ou quatre. Fo 58
vo.--_Mss. A 11 à 14_: deus ou trois vaillans bourgois. Fo 62.

P. 42, l. 27: seelet.--_Ms. de Rome_: sus painne de encourir en
contredit de Ronme et sentense d'Empereur. Fo 63 vo.

P. 42, l. 30: monnoie.--_Ms. d'Amiens_: une monnoie sannable d'un
quind, d'un poix et d'une forge. Fo 45.

P. 43, l. 5: Tournay.--_Ms. d'Amiens_: car s'il avoient Tournai à leur
volloir, il iroient par toutte Franche jusquez à Compiègne et jusques à
Coisi à leur vollenté. Et li Flammencq assiegeroient legierement Lille
et Douay et prenderoient toudis leurs pourveanches à Tournay, que nulz
ne leur poroit destourner. Fo 45.

P. 43, l. 13: estat.--_Ms. de Rome_: Et li rois d'Engleterre et
Jaquemes d'Artevelle retournèrent à Gant. Trois jours apriès la revenue
dou roi d'Engleterre à Gant, s'acouça la fenme de ce d'Artevelle d'un
fil, et ot nom Phelippes contre la (roine) d'Engleterre, et le tinrent
à fons li rois d'Engleterre et la roine. Chils enfes, nonmés
Phelippes, fu depuis moult sages et bacelereus, et obtint tout le pais
de Flandres à l'encontre dou conte et des signeurs et dou roi de
France, ensi que vous orés recorder avant en l'istore. Fo 63 vo.


=§ 119.= P. 43, l. 14: Phelippes.--_Ms. de Rome_: qui se tenoit à
Pieronne en Vermendois et estoit tenus ou là environ, depuis que son
fil le duc de Normendie avoit fait sa cevauchie ens ou pais de Hainnau.
Fo 63 vo.

P. 43, l. 25: de Poitiers.--_Mss. A 11 à 14_: Aimemon de Pommiers. Fo
62 vo.

P. 43, l. 28: de Kaieus.--_Ms. d'Amiens_: .... monseigneur Godemar dou
Fay, le seigneur de Rainneval,... le seigneur de Merlo, monseigneur
d'Aufemont, monseigneur de Saint Venant, tout grant baron. Fo 45
vo.--_Le ms. B 6 ajoute_: le seigneur de Bresekes. Fo 154.

P. 43, l. 28: senescal.--_Mss. A 11 à 14_: mareschal. Fo 62 vo.

P. 43, l. 28: Poito.--_Ms. A 1_: Pontieu. Fo 61 vo.

P. 44, l. 9: regardèrent.--_Ms. B 6_: .... as portes, as murs, as
barbakennes, as bailles et à tout che que necessité leur estoit en la
ville. Fo 154.

P. 44, l. 10: artillerie.--_Ms. d'Amiens_: et as enghiens, as kanons et
as espringalles, et les missent bien à point. Et regardèrent as
pourveanches de le ville, comment elle estoit avitaillie. Si fissent
wuidier grant fuisson de menues gens qui n'estoient mies bien pourveu,
et y fissent venir vins, bléz, avoines et grant fuisson de char, tant
que la chité fu en point et en estat pour li tenir ung grant temps. Fo
45 vo.

P. 44, l. 11: besongnoit.--_Ms. B 6_: Et cheux qui bien n'estoient
pourveu pour atendre le siège, il les firent partir. Fo 155.


=§ 120.= P. 44, l. 18: li termes.--_Ms. B 6_: Quant le jour de la
Madelaine fut venus et que les blés estoient par les camps assés bons
pour les chevaulx et les avainnes. Fo 155.

P. 44, l. 21: meurir.--_Ms. de Rome_: Li bleds et les avainnes as camps
commençoient à meurer, et li fain estoient fené et les auquns à fener,
et c'est li temps que les gens d'armes demandent pour euls et pour lors
cevaus. Fo 63 vo.

P. 44, l. 21: englès.--_Ms. de Rome_: volt moustrer meute pour
esmouvoir tous les aultres, et avoit requelliet tous les Englois qui
espars estoient en Flandres, en Hainnau et en Braibant, et se departi
de Gant. Fo 63 vo.

P. 44, l. 22: sept.--_Ms. de Rome_: huit. Fo 63 vo.

P. 44, l. 23: deus.--_Édit. de Verard et de D. Sauvage_: huit. _Edit.
de Lyon_, 1559, p. 69.

P. 44, l. 23: deus cens.--_Ms. de Rome_: quatre cens. Fo 63 vo.

P. 44, l. 24: chevaliers.--_Ms. de Rome_: En ces quatre cens chevaliers
estoient vint et wit banerès, tous grans signeurs, et les contes
doubles banerès, et menoient casquns de ces signeurs grant arroi. Et
estoit mesires Robers d'Artois ou nombre de ces contes, car on le
nonmoit le conte de Ricemont; et pooit celle terre de Ricemont valoir
en revenue par an environ siis mille florins. Et li avoit li rois
donnée pour tenir son estat, car conment que messires Robers d'Artois
fust banis et escachiés de France, ensi que ichi desus est dit, il
estoit li uns des plus nobles de sanc et des gentils honmes des
Crestiiens, et issus de la droite generation dou roi saint Lois. Fo 63
vo.

P. 44, l. 24: quatre mille.--_Ms. B 6_: six mille. Fo 155.

P. 44, l. 25: neuf mille.--_Ms. de Rome_: douse mille. Fo 63 vo.--_Ms.
B 6_: dix mille archiés et otant de Galois. Fo 155.

P. 44, l. 25: pietaille.--_Mss. A 11 à 14_: sanz les petaulx, tuffes et
guieliers. Fo 62 vo.

P. 45, l. 2: vingt mille.--_Ms. A 3_: dix mille.--_Ms. de Rome_: sans
chevaliers et esquiers, dont il ot plus de quatre cens. Fo 63 vo--_Ms.
B 6_: à tout quatre mille hommes, que chevaliers, que escuiiers, et
trente mille communiers. Fo 156.

P. 45, l. 5: terre.--_Ms. d'Amiens_: car là estoient de son pays tout
li gentils hommes et chil dez bonnes villes de Brouxelles, de Louvaing,
de Malines, d'Anwiers et de touttes les aultres. Fo 45 vo.

P. 45, l. 6: pont à Ries.--_Mss. A 11 à 14_: pont de mer. Fo 62 vo.

P. 45, l. 7: le Pire.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14_: les prés de la porte
Valenciennoise. Fos 64 vo et 65.--_Mss. A 7, 18 à 33_: les prés et la
porte Valenciennoise. Fo 59 vo.--_Mss. A 8 à 10, 15 à 17, B 3_:
l'Empire et la porte Valenciennoise. Fo 59.

P. 45, l. 9: Haynau.--_Ms. B 6_: En après vint le conte de Haynau, le
conte de Namur en sa compaignie, monseigneur Jehan de Haynau son
oncle, le seigneur d'Engien, le seigneur de Havrech, le seigneur de
Lingne, de Lens, le seigneur de Brabenchon, le senescal de Haynau, le
seigneur d'Antoing. Et avoit bien le dit conte deux mil lanches, tant
de Haynau comme de Hollande, et vingt mil Hollandois. Sy se loga le dit
conte au lés devers Explechin. Fo 155.

P. 45, l. 11 et 12: signeur.--_Ms. d'Amiens_: Et li roys d'Engleterre
et toutte sa gent estoient deviers le porte Saint Martin, sus le chemin
de Lille. Fo 45 vo.

P. 45, l. 14: soissante mille.--_Edit. de D. Sauvage_: quarante mille.
Lyon, 1559, p. 69.

P. 45, l. 21: aise.--_Ms. de Rome_: et chariier sans peril; et aussi li
Braibençon, liquel estoient logiet sus le Piré, ensi que li Escaus
entre en la chité de Tournai, avoient parellement fait un tel pont. Fo
64.

P. 45, l. 23: des Mons.--_Mss. A 11 à 14_: de Vaudemont. Fo 63.

P. 45, l. 24: Bakehen.--_Mss. d'Amiens et de Rome_: ... messires
Guillaumes de Duvort. Fo 45 vo.

P. 45, l. 25: devers.--_Ms. de Rome_: les Marvis, au lés deviers
Hainnau; et comprendoient lors logeis jusques à la porte de Sainte
Fontainne. Fo 64.

P. 45, l. 28: Tournay.--_Ms. de Rome_: qui est de grant cirquité. Fo
64.

P. 45, l. 30: fust.--_Ms. de Rome_: Li contes de Namur s'estoit esqusés
deviers le conte de Hainnau, de qui il relieuve sa terre et l'en doit
service, pour tant que il n'estoit pas chiés de la besongne, mais li
rois d'Engleterre; et ne se voloit pas armer li dis contes contre le
roiaulme de France. Fo 64.

P. 45, l. 32: fust.--_Ms. B 6_: Et les nombra on, et estoient bien deux
cens milles hommes. Et estoient logiet par telle manière que nul n'en
povoit entrer ne yssir en la ville qu'il ne fust veus. Et avoient ceulx
de Tournay, pour eulx mieulx forteffier, enterret sept de leur portes.
Fo 156.


=§ 121.= P. 46, l. 5: yawe.--_Ms. d'Amiens_: par le rivierre d'Escault.
Fo 45 vo.--_Ms. de Rome_: car il lor venoient de Flandres, de Hainnau
et de Braibant. Fo 64.

P. 46, l. 8: mention.--_Ms. de Rome_: Et plus en fissent li Hainnuiier
que nuls des aultres. Fo 64.

P. 46, l. 9: Haynau.--_Ms. B 6_: Le conte de Haynau.... ardy en poudre
la ville d'Orchies et plus de quarante villaiges ens ou pais. Et assaly
Saint Amant et de forche le prist; et furent tous mors cheulx qui
dedens estoient, et le senescal de Carcasone ossy qui cappitaine en
estoit, et ly abeie ars(e) et destruite. Et depuis revint le dit conte
devant le castiel de Mortaigne et le fist assaillir de deux costés par
trois jours. Mais le sire de Beaugeu, qui dedens estoit avoecques
foison de bonne gens d'armes, le garda et deffendy sy bien que point de
damaige il n'y eult ne cheulx de le fortrèche. Fo 157.

P. 46, l. 9 et 10: entreprendans.--_Ms. de Rome_: et messires Jehans de
Hainnau, son oncle, avoient si fort encargiet ceste guerre, et pris en
si grant desplaisance et despit la cevauchie que li dus de Normendie
avoit fait en Hainnau, que il ne le pooient ne voloient oubliier. Fo
64.

P. 46, l. 13: se parti.--_Ms. de Rome_: li dis contes et ses oncles. Fo
64.

P. 46, l. 15: Lille.--_Ms. de Rome_: et vinrent ardoir Habourdins et
Seclin, Ronchins et tous les villages de là environ, et la ville et
abbeie de Chisoing et Baissi et tous le pais jusques au pont à Raisse à
une lieue de Douai, et puis s'en retournèrent viers Landas et viers
Orchies et les ardirent. Fo 64.

P. 46, l. 24 et 25: contour.--_Ms. d'Amiens_: en le Peule, et le ville
de Marchiennes ossi et tout le pays costiant le rivière de Scarp
jusquez au castiau de Rieulay qui se tient de Haynnau. Et coururent si
coureur bien priès de Douay. Fo 45 vo.

P. 46, l. 27: Flamench.--_Ms. de Rome_: qui estoient logiet à la porte
Sainte Fontainne. Fo 64.

P. 47, l. 7: chevalier.--_Ms. d'Amiens_: Et vous di que li bon
chevalier que li roys de Franche y avoit envoiiéz, leur fisent grant
confort, et tint Tournay en honneur. Et fissent li Flammencq, entre les
autres assaux, un assaut très fort et très mervilleus et par especial
sour le rivierre d'Escault, et avoient nefs armées et grant fuisson de
bonnes gens dedens. Et aprochièrent ces nefs jusques à le barbakanne de
le porte couleiche de l'arche sus l'Escault, et volloient par là entrer
en le ville et hantoient Flamencq de haces, de pils et d'autres
instrummens ordonnés et aprestés pour rompre. Là estoient as gharittes
d'amont li comtes de Foix et si frère, messires Robiers Bertrans,
marescaux de France, messires Joffroys de Carni, li sires de Kaieus, et
servoient chiaux d'aval tellement qu'il n'y avoit si hardit qui ne
resongnaist. Encorres estoient dez barons de Franche en nefs sur
l'Eskault par dedens le ville, li senescaux de Poitau, messires Gerars
de Montfaucon, messires Mahieux de Trie, messires Godemars dou Fay, et
estoient à l'encontre des assallans et se deffendoient vaillamment. Fo
46.

P. 47, l. 9: appareilliés.--_Ms. de Rome_: et avoient en ces nefs
arbalestriers qui traioient à ceuls de dedens, les quels il convenoit
estre bien pavesciés, ou il euissent trop grandement perdu. Fo 64.

P. 47, l. 13: six vingt.--_Mss. A 11 à 14_: huit vingt. Fo 63 vo.


=§ 122.= P. 47, l. 15: Le siège.--_Ms. de Rome_: Le siège estant devant
Tournai, issirent hors de Saint Amant li saudoiier qui là estoient, et
vinrent à Hanon à une petite lieue de là, et passèrent les bos. Si
ardirent la ville et violèrent l'abeie, et le destruisirent et le
moustier aussi, et enportèrent et menèrent tout ce que de bon il i
trouvèrent; mais en devant ce, li abbes de Hanon et li monne avoient
amené lor fiètre et lors jeuiauls et les reliques à sauveté en la ville
de Valenchiennes.

Qant li saudoiier de Saint Amant orent ce fait, il s'avalèrent parmi
les bois que on dist de Rainmes, et vinrent à l'abeie de Vicongue, et
ardirent l'ostel dou Pourcelet, et abatirent le conduit de une
fontainne qui là estoit, et vinrent à la porte de l'abeie de Vicongne,
et le conmenchièrent à asallir. Pour ces jours, il i avoit un abbet,
mout vaillant honme, qui se nonmoit Godefroi. Qant il considera le
peril de ces bidaus, il fist monter un varlet à ceval, et se parti de
l'abeie par derrière, et vint au ferir des esporons à Valenchiennes et
au sequours.

Pour ces jours, estoit prevos de Valenchiennes uns moult vaillans homs
qui se nonmoit Jehans de Baisci, qui entendi as requestes que dans
abbes de Vicongne faisoit, car moult l'amoit et l'abeie aussi. Si
ordonna tantos arbalestriers et honmes bien cinq cens à partir et à
aler à Vicongne, pour aidier à l'abeie. Chil qui furent esleu se
departirent tantos, et prissent le cemin de Rainmes. Et bien lor
besongna que il se delivrassent dou venir au seqours pour l'abeie, car
li saudoiier de Saint Amant avoient fait un gran feu devant la porte de
l'abeie, pour le ardoir et entrer dedens; mais li abbes desus nonmés,
qui bien se doubtoit de tout ce, avoit fait armer et vestir la porte
de quirs de vaces à tout le poil, par quoi li feus ne se peuist
legierement prendre, ne atachier à la porte.

De ces bidaus qui là estoient venu, en i avoit auquns qui en estoient
alé et parti de lor compagnons pour pillier à Rainmes. Chil de la ville
de Rainmes avoient relevé les fossés à deus costés deviers le bois, et
fait à deffense unes grandes bailles; et là ot grande escarmuce, et
tant que li arbalestrier de Valenchiennes aprocièrent. Chil bidau les
veirent venir sus la caucie et lor banière tout devant; et avoec ce il
oïrent dire ces gens de Rainmes qui là se deffendoient et
escarmuçoient: «Veci seqours qui nous vient; vechi les Valenciennois.»
Ces paroles oïes et les arbalestriers veus, chil bidau se missent
tantos au retour, et entrèrent ens ès bos de Saint Amant, et se
sauvèrent, et retournèrent en la ville.

Et li Valenchiennois vinrent jusques à Vicongne, et estindirent le feu
qui estoit devant la porte. Li abbes Godefrois les remercia grandement
de ce seqours, et fist tourner un tonniel de vin sus le fons et lor
fist boire, et puis retournèrent à Vallenchiennes. Et li abbes de
Vicongne fist tantos coper les bos tout autour de son abbeie et devant
aussi, par quoi on ne peuist chevauchier ne venir aisiement jusques à
là. Fo 64.

P. 48, l. 5: lui.--_Ms. d'Amiens_: environ quarante arbalestriers et
otant d'archiers à main. Fo 46.

P. 48, l. 5: Raimes.--_Ms. d'Amiens_: en ce petit bos qui regarde sus
le voie de le cauchie dou Pourcelet, liquelle chauchée estoit adonc
toutte semée de Franchois qui Vicongne volloient destruire. Fo 46.

P. 48, l. 10: bos.--_Ms. d'Amiens_: et à chiaux qui les traioient ne
pooient avenir, car il y avoit grandes rouillies et fort bos entr'iaux.
Fo 46.

P. 48, l. 11: retour.--_Ms. d'Amiens_: car il se doubtèrent qu'il n'y
ewist plus de gens qu'il n'y avoit. Fo 46.

P. 48, l. 12: mieulz.--_Ms. d'Amiens_: Et li arbalestriers de
Vallenchiennes, tout costiant lez bos, les reboutèrent si avant qu'il
en delivrèrent le chauchie. Et fu li abbeie deffendue, et li feulx
estains, qui devant le porte estoit. Et fist chils abbes copper grant
fuisson de bos par derierre, affin que on ne les pewist approchier; et
par devant, où point de bos n'avoit, il fist faire grans fossés et
parfons et larges. Fo 46.

P. 48, l. 13 et 14: Gascongne.--_Ms. d'Amiens_: Si comme je vous
recorde, che siège durant devant Tournay, avinrent pluisseurs avenues
et grans fès d'armes, tant en France comme en Gascoingne et en Escoche,
qui ne font mies à oubliier, car ainssi l'ai je proummis à messires et
mestres ou coummenchement de mon livre, que tous les biaux fès d'armes
dont j'ay le memore et le juste infourmation, je les remeteray avant,
jà soit ce que messires Jehans li Biaux en ses cronikes n'en fait mies
de tous mention. Mès ungs homs ne puet mies tout savoir, car ces
guerres estoient si grandes et si dures et si enrachinées de tous
costés que on y a tantost oubliiet quelque cose, qui n'y prent
songneusement garde.

Et pour ce voeil revenir ung petit au comte de Laille qui, comme roys
de Franche, se tenoit en Gascoingne, et faisoit de celle saison grant
guerre contre les Gascons qui pour le roy d'Engleterre se tenoient. Et
estoit avoecq lui li comtes de Comminges, li comtes de Pieregorth, li
viscomtes de Villemur, le viscontes de Talar, li comtes de Bruniqiel,
li viscontes de Carmaing, li viscontes de Murendon, et pluisseur autre
baron et chevalier. Et estoient bien six mille à cheval et dix mil à
piet, et avoient jà reconcquis pluisseurs bonnes villes et castiaux,
tant que Bregerach, Condon, Sainte Basille, Penne, Lango, Prudaire,
Zebillach. Et avoient partout mis gens et garnisons pour deffendre et
tenir ces castiaux, et seoient devant le Riole, une bonne ville et fort
castiel. Si en estoit adonc capitaine ungs chevaliers englès qui
s'appielloit messires Jehans li Boutilliers, qui longement et
vassaument le tint contre les François. Mès finablement il fu si menés
et si appressés par assaulx d'enghiens et d'autres besoingnes, et si
veoit ossi que nuls comfors ne li appairoit, car il n'avoit homme en
Gascoingne adonc, seigneur de Labreth ne autre, qui se meuist ne
resistast as Franchois de riens, mès gardoient chacuns leurs fortrèches
au mieux qu'il pooient. Si traita li cappittainne de le Riole, par le
consseil et acord de chiaux de le ville, à le rendre au comte de Laille
parmy tant qu'il s'en devoit partir, et chil qui partir s'en volloient,
sans dammaige; mès il, ne chil qui avoecq lui se partiroient, ne se
pooient armer toutte l'année contre yaus ens ès marches et frontierres
de Gascoingne. Chilz marchiés fu tenus, et li ville et li castiaux de
le Riolle rendus. Et y entrèrent li Franchois baudement, et prisent le
feaulté et le serment de chiaux de le ville, et y misent ung chevalier
gascon que on appelloit messire Raimmon Segni.

Apriès le prise de le Riole et le chevalier dessus noummet ens
laissiet, et le ville pourvue et rafreschie de touttes coses qui
appertenans y estoient, li comtes de Laille eut consseil qu'il yroit
devant Auberoche et l'asegeroit et ne s'en partiroit jusques à tant
qu'il l'aroit. Si se parti appertement de le Riolle et fist arouter
tout son charoy et ses pourveances, et esploita tant qu'il vint devant
le bonne ville de Auberoche et le assiega de tous poins environneement,
et y fist faire et livrer pluisseurs assaux grans et mervilleux, mès
chil de dedens se deffendoient bien et vaillamment. Et en estoit adonc
souverains et gardiiens de par le roy d'Engleterre messires Helies de
Pummiers, frères au seigneur de Pummiers, liquelx avoit avoecq lui
bonne bachelerie et apperte, qui moult songneux estoient de garder le
ville et de enhorter les bourgois de le ville qu'il fuissent loyal et
preudomme enviers leur seigneur le roy Edouwart d'Engleterre. Enssi se
portoit li affaire; on gerrioit de tous lés. Li roys englès seoit
devant Tournai et ardoit et exilloit le pays d'environ. Et li comtes de
Laille et li autre comte et baron li ardoient et assegoient son pays en
Gascoingne. Ossi li Escot li faisoient une très forte gerre par de delà
au costet deviers Escoche, si comme vous orés chy apriès. Fo 46 vo.

P. 48, l. 16: six mille.--_Mss. A 11 à 14_: huit mille. Fo 63 vo.

P. 48, l. 22: la Barde.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14, 18 à 22_: la Bourde,
la Borde. Fo 65 vo.


=§ 123.= P. 49, l. 1: Vous devés.--_Ms. d'Amiens_: Endementroes que li
sièges estoit devant Tournay, qui y fu grans et lons, et bien dura par
l'espasse de onze sepmainnes, li ennemic au roy d'Engleterre se
pourveoient de tous lés à lui porter contraire et damage au
coummandement et à l'ordonnanche dou roy de Franche, et par especial li
baron et chevalier du royaumme d'Escoce. Vous avés bien oy chy devant
recorder coumment li rois englès chevaucha en Escoche et conquist
Bervic, Rossebourch, Haindebourch, Struvelin, Dalquest et pluisseurs
fortrèces, et ardi et essilla toutte le plainne Escoche jusques en
Abredane et jusquez à le ville Saint Jehan. Et tout ce fist ainschoix
qu'il entrepresist le gherre au roy Phelippe de Franche, par tant que
li roys David d'Escoce ne volloit point relever le royaume d'Escoce dou
roy englès, car ses gens ne li souffroient. Et dient et maintiennent
que li Englèz n'ont nul droit à ce demander, et li Englèz moustrent le
contraire. Par enssi y est la gherre et a estet longement et sera
encorres ainchois que la cose soit declairie, car li Escot aimment
otant le gherre que le pès as Englès, especialement li bachelerie
d'Escoce; ne de feus, ne de arssins que li Englès fachent en leur pays,
il ne font nul compte, car il ne edefient pas maisson de grant
coustaige: il en ont une faite et parfaite, pour demourer à leur usaige
assés aisiement, en mains de cinq jours. Et quant il sentent que li
Englès doient venir en leur pays, il requeillent leurs bestes et le
leur, dont il ne sont gaires ensonniiet, car il ne font compte de grant
meuble, et se mètent ens ès foriès, boutent le feu en leurs maisons,
affin que li Englès n'en aient point d'aise. Et quant li Englès sont
retret en leurs pays, il se requeillent et cevauchent hardiement sour
yaux, et entrent en le contrée de Northonbrelant, qui fu jadis
royaummes dou tamps le roy Artus, et en l'evesquet de Durem, et se
contrevengent bien de leur dammaige. Ensi courent une fois li Escot sus
lez Englès et puis li Englès sus les Escos, et maintiennent toudis le
gherre que leur predicesseur ont maintenu.

Or seurent li seigneur d'Escoce, qui le pays adonc gouvernoient de par
le roy David leur seigneur, qui estoit en Franche, ensi com vous avés
oy, que li roys englès seoit devant Tournay et en avoit menet toutte le
fleur de se chevalerie, et que li royaummes d'Engleterre estoit ensi
que tous wis, et que li comtes de Sallebrin, messires Guillaumes de
Montagut, qui tant de dammaiges leur avoit fès et portés, estoit pris
dez Franchoix et emprisonnés en Castelet en Paris, et li comtes de
Sufforch avoecq lui, ossi messires Gautier de Mauni estoit avoecq le
roy devant Tournay. Si s'avisèrent li ung par l'autre, c'est assavoir
messires Guillaumes de Douglas, neveus à monseigneur Guillaumme de
Douglas qui demoura en Espaigne, ensi comme vous avés oy, li comtes de
Moret, filz au comte de Moret qui demoura avoecq le dessus dit,
messires Robers de Versi, messires Simons Fresiel, Alixandres de
Ramesay, qui en Dubretan se tenoient, que il metteroient une chevauchie
sus et enteroient en Engleterre, ardant et exillant le pays et par
especial le comté de Sallebrin, pour ce que li comtes leur avoit fès
pluisseurs dammaiges. Si se queillièrent secretement et rassamblèrent
de plusieurs lieux, et misent et ordonnèrent ung certain jour qu'il
seroient en le forest de Gedours au jour qu'il noummèrent et
devisèrent. Chil qui mandet y furent, vinrent sans defallir.

Quant chil seigneur d'Escoce se virent tout enssamble, si eurent
consseil et consideration là où il se trairoient premierement pour
porter plus grant dammaige as Englès: si i eut là pluiseurs parolles
retournées et devisées entre yaux. Li aucun volloient que leur
chevaucie fuist emploiiée en Engleterre, et li autre disoient qu'il
vauroit trop mieux, et plus honnerable et pourfitable leur seroit que
il mesissent painne et dilligence à raquerre les castiaux et les
fortrèces que pardus avoient, que de cevauchier plus avant; car espoir
chil qui les castiaux tenoient en Escoce, leur poroient parardoir et
destruire tout le remannant de leur pays, quant parti s'en seroient.
Chilz conssaux et advis fu tenus. Et s'avisa messires Guillaummes de
Douglas d'une grande et haulte emprise et le dist au comte de Moret,
sen cousin, à messire Simon Fresel et à Alixandre de Ramesai, tant
seullement, liquel s'accordèrent moult bien à lui et disent qu'il li
aideroient à parfurnir, à quel coron que venir en deuissent. Or vous
diray de l'emprise dou dessus dist chevalier, quelle elle fu, car elle
ne fet mies à oubliier, tant fu perilleuse et hautainne. Fos 46 vo et
47.

P. 51, l. 10: deus cens.--_Ms. d'Amiens_: trois cens. Fo 47.

P. 51, l. 20 et 21: dis ou douze.--_Ms. d'Amiens_: jusques à douze. Fo
47.

P. 51, l. 23: capiaus.--_Ms. d'Amiens_: de rude fautre. Fo 47.

P. 52, l. 10: paour.--_Ms. d'Amiens_: de le cité de Bervic. Fo 47.

P. 53, l. 1: si treize.--_Ms. d'Amiens_: si douze. Fo 47.

P. 54, l. 5: jour.--_Ms. d'Amiens_: et segnefiièrent leur aventure à
chiaux de leur pays qui à Dubretan les atendoient, qui de cez nouvelles
furent moult joyant. Fo 47 vo.

P. 54, l. 8 et 9: d'Escoce.--_Mss. A 11 à 14_: tous hommes de fief du
roy d'Escoce. Fo 65.

P. 54, l. 9: Ensi.--_Ms. d'Amiens_: Quant messires Robers de Versi et
li autre chevalier d'Escoce sceurent que Haindebourch estoit repris par
le subtilité et hardement de monseigneur Guillaumme de Douglas, si se
partirent de Dubretan: à ce de gens estoient bien deux mille hommes
d'armes et quatre mille à piet; et esploitièrent tant qu'il vinrent à
Haindebourch. Et là s'asamblèrent et dissent entr'iaux, puis qu'il
avoient ung si bon commencement que repris le plus fort castiel que li
Englès leur avoient tollut, il se metteroient en paine de reconcquerre
tous lez autres, et puis après chevaucheroient sus Engleterre. Si se
partirent de Haindebourch, quant il l'eurent bien pourveu de tout ce
qui y besongnoit et mis dedens cappittainne et compaignons pour le
garder, et s'en vinrent devant Dalquest à cinq lieuwes de Haindebourch,
ung très bel fort de l'hiretaige le comte de Douglas, et l'avoient li
Englès concquis. Quant messires Guillaummes de Douglas et tout sen ost
fu là venus, il fist environner le castiel et drechier enghiens par
devant le mestre tour qui est grosse et quarrie, et le fist assaillir
mout fierement. Chil dedens se deffendirent comme bonne gent, et
estoient assés bien pourveus d'artillerie. Si traioient à chiaux dehors
et se fuissent bien tenut ung grant temps, se il esperaissent confort
ne secours de nul costet; mès il sentoient le roy englès oultre le mer,
le comte de Sallebrin en prison, le castiel de Haindebourch repris. Si
en estoient en plus grant esmay, car messires Guillaumme de Douglas
leur avoit bien baptisiet que, se par forche il estoient pris, de leurs
vies ne seroit riens; et se partir bellement s'en volloient, il les
lairoit aller sans peril jusques à Bervich. Dont finablement, tout
consideret, li Englèz qui en Dalquest estoient, rendirent le chastiel,
sauve leur vies et leurs armures, et s'en partirent sans dammaige. Par
enssi reut messires Guillaume de Douglas son castiel, dont il eut grant
joie, et lequel oncques depuis il ne perdi.

Apriès le reconcquès dou castiel de Dalquest, et que li Escot l'eurent
bien pourveu et messire Guillaume de Douglas mis ens cappitainne et
compaignons à son plaisir, il chevauchièrent et vinrent à Dombare seant
sur le mer, et là avoit une grosse tour et saudoiiers englès qui
durement herioient le pays. Li Escot l'environnèrent et le fissent
assaillir d'enghiens et le prissent de forche le cinquième jour qu'il y
furent venut, et ochirent tous chiaux qui dedens estoient, et
abandonnèrent le tour à abattre as villains dou pays, laquelle fu
tantost abatue rés à réz de terre. Et quant il eurent ce fait, il
eurent avis qu'il s'en yroient devant Dondieu. Donc se deslogièrent il
de Dombare et esploitièrent tant qu'il vinrent à Dondieu et
l'asegièrent de tous costés. Dedens estoit ungs chevaliers englès,
cousins au comte de Sallebrin, et l'apielloit on messires Thummas
Brike, bon bacheler et sceur as armes, et dist que le castiel il ne
renderoit pour morir. Chil de le ville tinrent un grant temps sen
opinion, maugret yaulx, car il estoient Escos: si se fuissent
vollentiers retourné plus tempre qu'il ne fesissent. Touttes fois
messires Guillaumme de Douglas et li Escot sirent tant devant que cil
de le ville se rendirent, et prissent de force messire Thumas et le
livrèrent as barons d'Escoce qui le retinrent pour prisonnier et
l'envoiièrent en Haindebourch prisonnier, puis se partirent de Dondieu
et s'en vinrent à Donfremelin, une bonne ville et bien fremée: si
l'asegièrent et n'y furent que trois jours quant il se rendirent.

Que vous feroie je loncq compte? En ceste meysme saison, entroes que li
roys englès estoit par dechà le mer, messires Guillaume de Douglas, li
comtes de Mouret, li contes Patris, messires Robers de Versi, messires
Simons Fresel, Alixandres de Ramesay et pluiseurs autres chevaliers
d'Escoce avoecq les bachelers et les escuyers reconquisent moult dou
pays d'Escoce perdu, et s'en vinrent finalment devant Struvelin, ung
très fort castel et très bel, seant sus ung bras de mer à l'un dez léz
et d'autre part sus une roche, et l'asegièrent communaument de grant
vollenté. Et leur sanbloit que, se il ravoient ce castiel, il seroient
ensi que tout au dessus de leur pays où li Englèz avoient jà demouret
plus de troix ans; pour ce y mettoient il grant painne et grant cure à
le ravoir. Or lairons à parler des Escos. Quant tamps et lieux sera,
nous y retourons. Si parlerons dou siège de Tournay et coumment il fu
perseverés. Fo 47 vo.


=§ 124=, P. 54, l. 16: six vingt mille.--_Ms. d'Amiens_: plus de cent
mille. Fo 48.

P. 55, l. 10: royaume.--_Ms. d'Amiens_: que tout fuissent assamblet à
Arras, à Lille et à Douay, au jour qui ordonnés y estoit. Fo 48.

P. 55, l. 12: Bar.--_Ms. d'Amiens_: ... l'evesque de Liège, l'evesque
de Miès.... Fo 48.

P. 55, l. 17: gens.--_Ms. d'Amiens_: qui le vinrent servir à bien
quinze cens lanches. Fo 48.

P. 55, l. 18: revinrent.--_Ms. d'Amiens_: li dus de Normendie, aisnés
fils au roy de Franche. Fo 48.

P. 55, l. 18: Bretagne.--_Ms. d'Amiens_: à plus de mil lanches,
chevaliers et escuiers, de son pays. Fo 48.

P. 55, l. 19: Bourgongne.--_Ms. d'Amiens_: ses filz. Fo 48.

P. 55, l. 19: d'Alençon.--_Ms. d'Amiens_: frères au roy de Franche. Fo
48.

P. 55, 21: Blois.--_Ms. d'Amiens_: messires Charles de Blois,... li
comtes d'Auçoire, li comtes de Ventadour, li comtes de Bouloingne, li
comtes de Sansoire, li comtes de Tancarville, li comtes de Saint Pol,
li comtes d'Aumale,... li sires de Sulli, li sires de Pons, messires
Goffrois de Harcourt, li viscomtes de Rohan, li sires de Partenay, li
sires de Montmorensi. Fo 48.

P. 55, l. 25: detriemens.--_Ms. d'Amiens_: Et s'asamblèrent à Arras et
là environ, à Lille, à Douay, à Bietunne, à Lens et là environ. Fo 48.


=§ 125.= P. 56, l. 2: venus.--_Ms. d'Amiens_: li aucun par priière, li
aultre par feaulté et par hommage. Fo 48.

P. 56, l. 7: Tournay.--_Ms. d'Amiens_: et s'en vinrent logier au Pont à
Bouvines et jusques au Pont à Tresin, et point ne passèrent non par
mannierre de logeis. Fo 48.

P. 56, l. 10: estroit.--_Ms. d'Amiens_: car trois hommes de front à
grant mesaise le pewissent cevauchier. Fo 48.

P. 56, l. 12: combiner.--_Ms. d'Amiens_: Et se logièrent li roys de
Behaingne et li evesques Aoulz de Liège et touttes leurs gens assés
priès de ce pont. Quant toutte li os fu amanagie et logie, il fu
ordonnet de par le roy de Franche que li comtes de Flandre, li dus
d'Athènes, li viscoens de Touars, li comtes de Sallesebruges, li sires
de Cram regardaissent et advisaissent sus celle rivière. Fo 48.

P. 56, l. 26: au pont à Tressin.--_Mss. A 1 à 6_: au pont à Crecy et
entre le pont et Bovines. Fo 68.--_Mss. A 7 à 10, 15 à 17_: au pont à
Tressin et entre le pont de Bouvines. Fo 62.--_Mss. A 11 à 14_: à
Crecy, entre le pont et Bovines. Fo 66.--_Mss. A 18, 19, 30 à 33_: au
pont de Tressin et entre le pont de Bouvines. Fo 68.--_Mss. A 20 à 22_:
entre le pont à Tressin et le pont à Bouvines. Fo 102.--_Mss. A 23 à
29_: au pont de Tressin et emprès le pont de Bouvines. Fo 78.

P. 56, l. 27: ennemis.--_Ms. d'Amiens_: pour comforter chiaux de
Tournay qui vaillamment et bellement se tiennent contre les Englès,
car, pour escarmuche ne pour assaut que on y face, en riens ne
s'effréent ne se desroient ossi. Il y a dedens bonne chevalerie, sage
et avisée, qui sèvent de guerre assés pour yaux tenir et deffendre. Fo
48.

P. 56, l. 31: alemant.--_Ms. d'Amiens_: preux et hardis et qui tout
troi avoient à nom Conrart, par lesquelx ens ou pays de Ostrevant
avoient estet fait pluiseurs biaux fès d'armes sus les frontières de
Douay, de Marchiennes, de Alues en Pailloel, de Cambresis et d'Artois.
Fo 48 vo.

P. 56, l. 32: Bouchain.--_Mss. A 1 à 7, 18 à 33_: Bouchain.--_Mss. A 8
à 17_: Bohaing, Bouhaing.

P. 57, l. 8: Leusennich.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14, 23 à 33_: Lansemich,
Lensemiich.--_Mss. A 18, 19_: Lansennich.

P. 57, l. 11: l'Escaut.--_Ms. d'Amiens_: et le Haynne. Fo 48 vo.

P. 57, l. 11: Condet.--_Ms. de Rome_: Ensi que il cevauçoient, euls
vintime tant seulement, et estoient entre Frane et Escaupons, deus
villages qui sont entre Valenchiennes et Condet, il regardèrent sur les
camps et veirent gens fuians, et moustroient que il estoient en grant
effroi. Si cevauchièrent au devant et leur demandèrent pourquoi il
fuioient. Il respondirent: «Nous fuions à sauveté, car chi en ce
village sont entré auqun compagnon françois, et creons bien que il sont
issu de Mortagne, et requellent la proie et l'asamblent, et avoecques
tout ce il ont jà pris honmes et fenmes que il en voellent mener.» Qant
chil chevalier entendirent ces paroles: «Retournés, bonnes gens, nous
irons veoir que c'est. Et sont il grant fuisson?»--«En non Dieu,
signeur, respondirent il, i(l) sont plus de cent.» Donc demandèrent li
chevalier: «Et conment appelle on celle ville à ce grant clochier?» Il
respondirent: «Frane.»--«Or alés celle part, dissent li chevalier, et
esmouvés les honmes de Frane, et faites recoper les cloces, par quoi
tout s'esmuevent fenmes et honmes de la ville, et les faites tous issir
hors, car nous les poursieverons et meterons en enbusque au lonc de
celle haie, et verons quels gens ils sont, et lors calengerons lor
proie.» Il le fissent tout ensi et vinrent à Frane, et trouvèrent les
honmes de la ville qui gardoient lor moustier. Se lor dissent ces
nouvelles.

En celle prope heure vint là li sires de Frane qui venoit de
Valenchiennes, et estoit là establis pour aidier à garder la ville, et
jà savoit que il i avoit pillars venus à Bruel et à Escaupons, et
avoient aquelliet la proie des praieries. Si voloit, selonc sa
poissance, deffendre et garder ses gens et sa ville, et estoient diis
lances et vint arbalestriers. Qant il oï ces nouvelles de ceuls de la
garnison de Bouçain, si en fu tous resjois, car il les sentoit moult
vaillans honmes, et requella tous les honmes aidables de sa ville, et
fist ensi que li premier li avoient dit. Ces saudoiiers de Mortagne,
qant il orent fait lor quelloite, il missent ensamble bien deus cens
bestes, et prissent lor retour, et les fissent cachier devant euls. Et
tout ce veirent chil qui estoient en enbusque, et les laisièrent passer
et aler tout oultre, et jà estoient ou bois, qant chil de Frane
vinrent. Qant il furent tout ensamble, il se missent au cemin le bon
pas, et poursievirent ceuls qui enmenoient la proie et biaucop de
prisonniers, et ne pooient tos aler pour la cause dou bestail.

Ensi que assés priès de Nostre Dame ou Bos il raconsievirent ces
pillars, voires li honme de ceval premierement, et conmenchièrent à
escriier «Hainnau!» et abaisièrent les glaves, et se boutèrent entre
euls, et en ruèrent jus de lors cevaus de premières venues sept. Li
aultre se missent à deffense, car il i avoit des gentilshonmes qui là
estoient venu pour gaegnier, ensi que auqun baceler s'avancent. Là ot
bon hustin et dur, et moustrèrent li François deffense; mais chil
Alemant estoient droite gens d'armes, et bien usé et coustumé de tels
besongnes. Et avint que avoecques le confort des gens de piet,
arbalestriers et aultres qui les sievoient, la proie fu rescouse, et
tout chil et celles qui pris estoient, delivret; et en i ot des
François mors jusques à quinze et pris plus de vint cinq, et li autre
se boutèrent en bos et se sauvèrent.

Ce service fissent li doi chevalier alemant qui issu estoient de
Bouçain, à ceuls de Bruel et d'Escaupons; et furent li prisonnier menet
à Valenchiennes, à Condet et à Mons en Hainnau. Si furent li varlet
pendu et noiiet, et li gentilhonme rançonnet. Et li doi chevalier
alemant et li sires de Frane en lor compagnie vinrent au siège devant
Tournai, et trouvèrent le conte de Hainnau qui lor fist bonne chière.
Fos 65 vo et 66.


=§ 126.= P. 58, l. 24 et 25: au pont à Tressin.--_Ms. d'Amiens_: au
pont à Bouvines. Fo 48 vo.--_Ms. de Rome_: viers le pont à Tresin, ou
cemin de Lille et de Tournai, et moult i a biaus pais et plain. Et
passèrent Froiane et Basieu, et cevauçoient as aventures, ensi que
compagnon font qui se desirent à avanchier et avoir bonne renonmée. Fo
66.

P. 59, l. 2: l'evesque.--_Ms. de Rome_: Aoul de Liège, qui là estoit
avoecques le roi de France. Fo 66.

P. 59, l. 2: de Liège.--_Ms. B 6_: qui estoit ses sires. Fo 159.

P. 59, l. 2: Liegois.--_Ms. de Rome_: et li Hasbegnon, qui s'estoient
levet bien matin. Fo 66.

P. 59, l. 4: plains.--_Ms. de Rome_: en ce plain pais de Tournesis. Fo
66.

P. 59, l. 10: pont.--_Ms. de Rome_: pour aler viers Lille. Fo 66.

P. 59, l. 12 et 13: ordonnèrent.--_Ms. de Rome_: messire Wauflars de le
Crois ordonna. Fo 66.

P. 59, l. 16: Sorres.--_Mss. A 8 à 10_: Sorce. Fo 62 vo.--_Mss. A 15 à
17_: Sorée. Fo 68 vo.--_Le nom de ce chevalier manque dans les autres
mss. A._

P. 59, l. 19: avant.--_Ms. de Rome_: car il estoient bien monté et
furent decheu par la bruine, car il ne veoient point lonch ne autour de
euls, et ne se donnèrent de garde. Fo 66.

P. 59, l. 22: li sires.--_Ms. B 6_: de Montmorensy. Fo 160.

P. 59, l. 22: Rodemach.--_Ms. d'Amiens_: de le ducé de Luxembourcq. Fo
48 vo.

P. 59, l. 28: esprouvèrent.--_Ms. de Rome_: mais la force des
Lucembrins et des Liegois les sourmonta. Fo 66 vo.

P. 60, l. 11: bouter.--_Ms. B 6_: en ung vert chemin entre sauchois et
marès, et se bouta entre rosiauls et fontaines et autres petis
buissons, et dist que là il se tenroit jusques à la nuit. Fo 160.

P. 60, l. 12: temps.--_Ms. d'Amiens_: Et s'avisa qu'il s'i tenroit bien
jusques à le nuit que il cevauceroit plus avant, ou il rapasseroit le
pont. Mès il n'en vint pas à sen entente, car il y fu ce meysme jour
trouvés et pris et rendus au roy de Franche, dont il eult grant joie,
car il li avoit fait pluisseurs contraires. Fos 48 vo et 49.--_Ms. de
Rome_: et jà avoit il laissiet aler son ceval. Il ne voloit sauver que
son corps, car trop resongnoit à estre pris pour les haines que chil de
Lille avoient sur lui. Fo 66 vo.

P. 60, l. 15: banière.--_Ms. de Rome_: Et fu la banière à mesire
Guillaume de Bailluel conquise. Donc fu consilliés li dis messires
Guillaumes que il rapas(s)ast le pont: si ques, tout en combatant et
faisant armes, il le rapas(s)a et ses gens aussi, et avoient biau cop
de painne. Qant il fu oultre le pont, il fu qui li dist: «Sire, sauvés
vous, car la journée est contre nous.» Il tint ce consel et se ala et
pas(s)a tant de l'un à l'autre que il s'embla et feri ceval des
esporons, et deus de ses honmes tant seullement: chil se sauvèrent. Fo
66 vo.

P. 60, l. 16: A ces cops.--_Ms. de Rome_: tantos apriès ce que messires
Guillaumes de Bailluel fu departis. Fo 66 vo.

P. 60, l. 17: Bailluel.--_Ms. d'Amiens_: frères mainnéz à monseigneur
Guillaumme de Bailloel. Fo 49.

P. 60, l. 26: armes.--_Ms. de Rome_: car la brisure des deus frères
estoit moult petite, et crioient tout doi: «Moriaumés!» Fo 66 vo.

P. 60, l. 26 et 27: vairiet contre vairiet.--_Mss. A 8 à 10, 20 à 22_:
barrées contre barrées, à deux chevrons de gueules. Fo 63.

P. 61, l. 2: Gontiers.--_Mss. A 11 à 14, 20 à 33_: Gaultier, Gautier.
Fo 69.

P. 61, l. 2 et 3: Pontelarce.--_Mss. A 15 à 33_: Pont de l'Arche. Fo 68
vo.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14_: Poncharche, Pontarche, Poucharche. Fo 69.

P. 61, l. 6: Daniaus.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14_: Damas. Fo 69.

P. 61, l. 7: aultre.--_Ms. de Rome_: Des siis vint qui parti au matin
estoient de l'oost le conte de Hainnau, il n'en retournèrent que douse,
que tout ne fuissent mort ou pris. Fo 66 vo.

P. 61, l. 8: Bailluel.--_Ms. d'Amiens_: Et messires Robers ses frères
obtint le place, et eurent li Liegois le journée pour yaux, de quoy li
roys de Franche leur sceut grant gret. Fo 49.

P. 61, l. 12: nuit.--_Ms. de Rome_: mais il ne peut, car li sires de
Saint Venant et ses gens le trouvèrent en la rosière où il reclamoient
un faucon que il avoient perdu. Fo 66 vo.

P. 61, l. 15: Saint Venant.--_Mss. A 11 à 14_: Montmorency. Fo 67.

P. 62, l. 4: ennemis.--_Ms. de Rome_: il l'enmenèrent en lor ville, et
le tinrent en prison tant que il vesqi. Fo 67.

P. 62, l. 4: morir.--_Ms. B 6_: de moult cruelle mort et à grant
martire. Fo 162.

P. 62, l. 5: raençon.--_Mss. A 15 à 17_: Ainsi fina honteusement
monseigneur Wafflart de la Croix. Fo 69.


=§ 127.= P. 62, l. 10: Haynau.--_Ms. de Rome_: Nouvelles vinrent en
l'oost devant Tournai au conte de Hainnau, que li saudoiier de Saint
Amant estoient issu et avoient ars la ville de Hanon et l'abeie. Et
encores avoecques tout ce il estoient retourné par Vicongne et avoient
ars la maison dou Pourcelet et abatu le moulin et la fontainne, et
s'estoient mis en grant painne de destruire et ardoir la belle abbeie
de Vicongne; mais li Valenchiennois l'en avoient sauvé et respité par
le secours de cinq cens compagnons que il i avoient envoiet. Donc crola
li contes de Hainnau la teste et dist: «Chil de Saint Amant sont trop
reveleus: il les nous fault aler veoir, et ceuls de Mortagne aussi,
mais ce sera plus proçainnement que il ne quident.» Fo 64 vo.

P. 62, l. 15: sis cens.--_Ms. de Rome_: sept cens. Fo 64 vo.

P. 62, l. 23: Biaugeu.--_Ms. de Rome_: liquels se nonmoit Edouwars,...
et avoit avoecques lui des Bourgignons et des Savoiiens biaucop et
toute flour de gens d'armes. Fo 64 vo.

P. 62, l. 29: douse cens.--_Mss. A 11 à 14_: quatorze cens. Fo 67.

P. 62, l. 30: pilos.--_Ms. d'Amiens_: Et duroit chilz pilotis tout au
loncq de le rivierre. Fo 49.

P. 62, l. 31: costés.--_Ms. de Rome_: avoecques ses Hainnuiers et
Hollandois. Fo 65.

P. 63, l. 1: l'autre.--_Ms. de Rome_: Et se departirent de
Valenchiennes bien douse mille honmes. Et les conduisoient li doi
prevost de la ville, Jehans de Baisi et mesire Gilles li Ramonniers. Et
vinrent passer à Condet les deus rivières de Hainne et l'Eschaut, et
ceminèrent à piet et à ceval tant que il furent devant Mortagne. Fo 64
vo.

P. 63, l. 6: le Scarp.--_Mss. A 1 à 7, 11 à 14, 23 à 29_: l'Escaut. Fo
69 vo.

P. 63, l. 9: Mande.--_Mss. A 1 à 6, 18 à 33_: Mante. Fo 69 vo.--_Mss. A
7 à 10_: Mande. Fo 64 vo.--_Mss. A 11 à 14_: Manre. Fo 67 vo.--_Mss. A
15 à 17_: Saint Mande. Fo 69 vo.--_Ms. d'Amiens_: et Saint Amand. Fo
49.

P. 63, l. 12: quatre cens.--_Ms. d'Amiens_: trois cens. Fo 49.

P. 63, l. 18: part.--_Ms. de Rome_: au lés deviers Mande, à la porte
qui oeuvre sus le Scarp; et ses cousins li sires de Saint Gorge estoit
à la porte d'Escaut, par où on va à Antoing et en Hainnau. Fo 65.

P. 63, l. 25: en l'aigue.--_Ms. d'Amiens_: à terre et en le rivière de
Scarpe qui noiiet fuissent, se il n'ewissent evut bon secours. Fo 49.

P. 64, l. 3: engien.--_Ms. de Rome_: et deus espringalles: li enghiens
jettoit pières de fais dedens la ville; et les espringalles, groses
plonmées. Là estoient li arbalestrier de Valenchiennes arouté, et
traioient à pooir sus les deffendans, dou quel trait il en blechièrent
pluisseurs. Fo 65.


=§ 128.= P. 64, l. 23: l'Escaut.--_Ms. d'Amiens_: plus de douze cens.
Fo 49.

P. 64, l. 27: fait.--_Ms. d'Amiens_: que tout au mieux venir, on n'en
aroit meut hors de l'aighe une douzaine le jour. Fo 49.

P. 65, l. 9: esbahi.--_Ms. d'Amiens_: dou sens de l'enghigneour de
Mortaigne, et dissent bien que uns telx mestres estoit dignes de vivre.
Fo 49 vo.


=§ 129.= P. 65, l. 12: deus nuis et trois jours.--_Mss. A 11 à 14 et A
1_: deux jours et trois nuiz. Fo 67 vo.

P. 65, l. 12: conquisent.--_Ms. de Rome_: Avant i ot plus de lors gens
navrés et bleciés que des François, car, à parler par raison et à
considerer toutes coses, Mortagne dalés Tournai est trop forte place;
et pour ces jours elle estoit pourveue de bonnes gens d'armes, sage et
conforté, et ne fust à garder plus perilleuse forterèce assés de
deffense que ceste ne soit. Fo 65.

P. 65, l. 16: ville.--_Ms. d'Amiens_: et dedens trois jours apriès
fuissent devant Saint Amand, car il y seroit ossi. Ces nouvelles oïes
en l'ost de Vallenchiennes, il se partirent et deslogièrent et
tourssèrent tout et missent à voie; mès au partir il violèrent et
desrompirent trop diviersement l'abbeie de Castiaux, dont ce fu pitéz.
Fo 49 vo.

P. 65, l. 27 et 28: trois mille.--_Mss. A 15 à 17_: quatre mille. Fo
70.

P. 66, l. 1: veoir.--_Ms. d'Amiens_: car moult les hayoit pour le cause
de l'abbeie de Hanon qu'il avoient ars. Fo 49 vo.

P. 66, l. 4: d'och.--_Ms. d'Amiens_: cousins à l'evesque de Cambrai,
Guillaumme d'Ausoire. Et estoit chils de chiaux de Mirepois et
senescaus de Carkasonne, et là envoiiéz en garnison de par le roy de
France. Fo 49 vo.--_Ms. de Rome_: mesire Pière de Charcasonne. Fo 65.

P. 66, l. 16: l'abbeye.--_Ms. d'Amiens_: reliques et aournemens de
moustier, Fo 49 vo.

P. 67, l. 2: bidau.--_Ms. d'Amiens_: bidau et Geneuois ne s'en
faisoient que truffer, et torquoient de leurs capperons lez murs de le
ville, quant li arbalestrier avoient trait. Fo 49 vo.--_Ms. de Rome_:
et ne faisoient compte des Hainnuiers et par especial des
Valenchiennois. Fo 65.

P. 67, l. 13: d'armes.--_Ms. d'Amiens_: à plus de douze cens lances. Fo
50.

P. 67, l. 14: au lés.--_Ms. d'Amiens_: derière l'abbeie. Fo 50.

P. 68, l. 23: fuison.--_Ms. de Rome_: car chil qui entré estoient,
entrues que li premier se conbatoient, alèrent ouvrir les portes de la
ville. Si entrèrent ens li Valenchiennois, et tout chil qui entrer i
vodrent, par le pont de Scarp, et li aultre par la porte de Tournai. Fo
95 vo.


=§ 130.= P. 69, l. 13: occis.--_Ms. de Rome_: dont il en desplaisi
grandement au conte de Hainnau, et euist volentiers veu que on l'euist
pris sus et retenu en vie. Fo 65 vo.

P. 69, l. 16: destruite.--_Ms. de Rome_: et se s'en sauvèrent
pluisseurs qui se boutèrent par derrière en le Scarp en nefs et en
batiaus, et lors fenmes et lors enfans, et s'en vinrent à sauveté à
Mortagne. Fo 65 vo.

P. 69, l. 19 et 20: parardirent.--_Ms. de Rome_: fustèrent toute la
ville et le parardirent, et abatirent et destruisirent biaucop des
offecines et mancions de l'abeie, et descouvrirent le moustier qui tout
estoit couvers de plonc, et rompirent le clochier et abatirent et
brisièrent les cloces qui estoient excellentement bonnes, et tout
cargièrent sus chars et sus charètes. Fo 65 vo.

P. 69, l. 28: sis cens.--_Ms. de Rome_: cinq cens. Fo 67.

P. 69, l. 31: Scarp au dessous de Hanon.--_Mss. A 7 à 10, 23 à 33_:
Scarp au dessus de Hannon. Fo 66.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14, 18 à 22_:
l'Escaut au dessus de Hanon. Fo 71 vo.

P. 70, l. 7: parfons.--_Ms. de Rome_: liquel estoient impossible à
passer sans batiaus. Fo 67.

P. 70, l. 11: l'aigue.--_Ms. de Rome_: Si entrèrent dedens et avoient
amené des arbalestriers et des hollandois piquenaires, liquel sont et
vaillent moult à un assaut. Chil qui estoient ens ès batiaus sus l'aige
qui venoit de la rivière de Scarp, qui vient de Douai et qui là qourt,
se missent sus la cauchie qui va de la porte à l'abeie; et petit à
petit tant passèrent que il furent plus de cent parmi les
arbalestriers. Fo 67.

P. 70, l. 14: Bacho de le Wière.--_Mss. A 11 à 14_: Bachon de la
Bruière. Fo 69.

P. 70, l. 21: pris.--_Ms. de Rome_: Et se rendi messires Amés de
Warwaus prisonniers au dit conte, et auqun gentilhomme qui là estoient,
et li monne aussi; mais le demorant il furent ochis ou jetté en la
rivière. Fo 67.

P. 70, l. 22: ossi.--_Ms. de Rome_: Dont ce fu damages; mais en gerre
il n'i a nulle pité ne merchi; et li varlet qui poursievent les gens
d'armes, font plus à la fois, qant il se voient au desus de lor
emprise, que on ne lor conmande. Fo 67.


=§ 131.= P. 71, l. 6: famine.--_Mss. A 11 à 14_: pour quoy il les
pensoit plus tost avoir par affamer que par assaulx. Fo 69.

P. 71, l. 11: Avoech.--_Ms. d Amiens_: .... il y avoit un grant
parlement entre le duc de Braibant, le duc de Guerlles, le comte de
Jullers, le marquis de Blancquebourch et aucuns seigneurs d'Engleterre,
sus l'estat que je vous diray. Li communauté des bonnes villes de
Braibant, especialement Brouxelles, Louvain, Malinnes, Anwers, Nivelle,
Jourdongne et Liere, se volloient partir comment qu'il fust, et
estoient enssi que tout tannet. Et s'estoient complaint au duc leur
seigneur en disant que ce n'estoit mies vie d'estre si longement à ost
devant une ville sans autre cose faire, et que là il sejournoient à
trop grant fret, et que briefment il s'en partiroient par congiet ou
sans congiet. De quoy li dus, qui fu moult sages homs, leur avoit
respondu que vollentiers il en parleroit as autres seigneurs et au
consseil le roy d'Engleterre, pour qui il estoient là assamblet. Si
leur avoit remoustré, ensi que dessus est dit, li dus, quant li comtes
de Haynnau entra ou parlement. Si sambla as seigneurs, especialement au
consseil le roy englèz, que li Braibenchon ne se volloient mies
acquitter trop souffissamment, qui jà parloient dou retour. Et fu chilx
conssaux jettéz sus le comte de Haynnau et priiés que il en volsist
dire sen entente. Et il en respondi tout pourveeuement «que on leur
donne ce congiet de partir, se partir voellent, mès on leur face
commandement que nuls n'enporte ses armures, mès les mettent jus et les
raportent deviers lez marescaus.» Chils parlers fu tenus, et leur fist
li dus de Braibant ceste responsce de par le roy d'Engleterre et tous
les plus grans seigneurs de l'ost. Et quant il oïrent che, si se turent
et furent tous virgongneus, et leur sambla que on se truffoit d'iaux.
Si n'en parlèrent oncques puisedi si descouvertement. Fo 49 vo.

P. 71, l. 26: Hodebourch.--_Mss. A 1 à 7, 18 à 29_: Rodebourch,
Radebourch, Rodebourg. Fo 72.--_Mss. A 8 à 10_: Rendebourch. Fo 65
vo.--_Mss. A 11 à 14_: Rodembourch. Fo 69 vo.--_Mss. A 15 à 17, 30 à
33_: Randebourch. Fo 71 vo.

P. 71, l. 28: Ernoul.--_Mss. A 23 à 29_: Noel. Fo 83.

P. 71, l. 28: Bakehen.--_Mss. A 11 à 17_: Kakehan. Fo 69 vo.--_Ms. de
Rome_: et Jehans ses frères. Fo 67.

P. 71, l. 29: Renauls.--_Ms. B 3_: Arnault. Fo 63 vo.

P. 71, l. 29: Conrars.--_Ms. B 3_: Colas.

P. 71, l. 30: d'Asko.--_Ms. de Rome_: Ce furent li doi chevalier qui
estoient parti de Bouçain, ensi que chi desus est dit, et qui ruèrent
jus entre Frane et Nostre Dame ou Bos, les saudoiiers de Mortagne. Fo
67.

P. 71, l. 30: Bastiens.--_Mss. A 11 à 14_: Jahan. Fo 69 vo.

P. 71, l. 31: Barsies.--_Mss. A 1 à 6, 18 à 22_: Warsie. Fo 72.--_Mss.
A 11 à 14_: Warwasie.--_Mss. A 23 à 33_: Bastres. Fo 83.

P. 71, l. 31 et 32: Stramen de Venoue.--_Ms. B 3_: Stranjen de
Veemone.--_Mss. A 23 à 29_: Stranjen de Beurne. Fo 83.

P. 72, l. 7: de Haynau.--_Ms. de Rome_: Et là furent li sires de
Goumegnies, li sires de Mastain, li sires de Vertain, messires Henris
de Huffalise, et Gilles et Tieris et Ostelars de Soumain. Fo 67.--_Ms.
B 6_: Des Haynuiers y estoient messires Florens de Biaurieu, messires
Olyfars de Ghistelle, le sire de Gommegnies, le sire de Semeries, le
sire de Floyon, le sire de Sars et pluisseurs aultres. Fo 160.

P. 72, l. 9: Biaurieu.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14, 18 à 22_: Beaugeu. Fo
72.

P. 72, l. 9: Baras.--_Mss. A 11 à 14_: Bertran. Fo 69 vo.

P. 72, l. 16: trois cens.--_Mss. A 11 à 14_: Si estoient environ quatre
cens hommes d'armes, tous bien montez et armez. Fo 69 vo.

P. 72, l. 24 et 25: Keukeren.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14_: Kakeren,
Kakeranth.--_Mss. A 20 à 22_: Baquehem. Fo 108.--_Ms. B 3_: Kerqueren.
Fo 64.

P. 72, l. 24 et 25: Thielemans.--_Ms. de Rome_:... messire Henri
d'Uffalise. Fo 67.

P. 72, l. 25: Sansi.--_Mss. A 1 à 10, 15 à 33_: Saussi. Saussy, Sausy,
Saucy.--_Mss. A 11 à 14_: Thiebault du Saussoy.

P. 73, l. 1: se partirent.--_Ms. B 6_: sans che que le conte de Haynau
ne messire Jehan de Haynau ses oncles en sceust riens. Fo 160.

P. 73, l. 10: Montmorensi.--_Ms. de Rome_: mesires Carles. Fo 67
vo.--_Mss. A 11 à 14_: monseigneur Mahieu de Montmorancy et monseigneur
Jehan de Saint Saulieu; mais en ces entrefaittes qu'ilz se departoient
de leur guait, un pou devant soleil levant, vindrent ces Allemans en
leurs gardes. Fo 69 vo.

P. 73, l. 24: car.--_Ms. de Rome_: ses chevaus li falli. Fo 67 vo.

P. 73, l. 27 et 28: Jakelot de Thians.--_Mss. A 1 à 6_: Jaquelés de
Chans. Fo 72 vo.--_Mss. A 11 à 14_: Jaquemes des Champs. Fo 70.--_Mss.
A 20 à 22_: Jacques de Thibaux. Fo 108 vo.


=§ 132.= P. 74, l. 29: ossi.--_Ms. de Rome_: dont il fu depuis moult
blamés, quant il laissa son compagnon, messire Carle de Montmorensi. Fo
67 vo.

P. 75, l. 4: coureur.--_Ms. d'Amiens_: li sires de Randerodene et
messires Ernoulz ses filz et messires Henris de Kenkeren ung
missenairez et messires Thielemant de Sanssi, messires Oliffars de
Gistelles et messires li Allemans, bastars de Haynnau et messires
Robers Glummes adonc escuier. Fo 50.

P. 76, l. 6: prisons.--_Ms. de Rome_: De celle aventure furent li
François si esbahi que il perdirent lor arroi, et n'avoient pas gens
parellement as Alemans et Hainnuiers, car la grignour partie sievirent
la banière le signeur de Saint Sauflieu. Et furent les gens le signeur
de Montmorensi tout espars; petit en i ot de mors. Fo 67 vo.

P. 76, l. 9: Kenkeren.--_Ms. d'Amiens_: Henris de Kenkeren. Fo 50.

P. 76, l. 10: Sausi.--_Ms. d'Amiens_: ... messires Ernaux de
Bakehen,... messires Florens de Biaurieu, messires Baras de le Haye. Fo
50.

P. 76, l. 12: homme d'armes.--_Ms. d'Amiens_: escuier. Fo 50 vo.

P. 76, l. 15: prisonniers.--_Ms. de Rome_: Et furent rescous messires
Oulfars de Ghistelle et li doi esquier qui pris estoient; et
retournèrent en l'oost devant la chité de Tournai. Fo 67 vo.


=§ 133.= P. 76, l. 26 et 27: Or vous.--_Ms. de Rome_: Ensi se portoient
les cevauchies et les enbusqes et rencontres entre ces deus hoos, le
siège estant devant Tournai. Et pour ce que Jaques d'Artevelle, à
poissance de Flamens, se tenoit devant Tournai avoecques les aultres
signeurs, nouvelles vinrent en l'ost, qant li rois de Franche fu venus
à Bouvines, que les gens d'armes qui estoient establi ens ès garnisons
de Saint Orner, d'Aire, de Tieruane et des forterèces françoises
marcissans sus les frontières de Flandres, enteroient en la vallée de
Cassiel, et destruiroient le pais, Berghes, Bourbourc, Miessines,
Werevi, Popringhe et tout le plat pais de là environ, se il n'estoit
que on lor fust au devant. Pour ce furent ordonné messires Robers
d'Artois et mesires Henris de Flandres à partir de l'oost, et à prendre
vint mille Flamens, et aler ou val de Cassiel, et requellier encores
tous honmes portans armes dou tieroit dou Franc et de Flandres, car
tout n'estoient pas au siège de Tournai. Si en seroit li pais plus fors
et plus doubtés.

Sus cel estat, li dis mesires Robers d'Artois et mesires Henris de
Flandres s'en vinrent en la valée de Cassiel, et là se logièrent; et
fissent un arrière mandement qui s'estendi par tout le pais de
Flandres, et pour garder les entrées de Flandres. Si vinrent de tous
lés là Flamens et se logièrent, et se trouvèrent bien quarante mille et
plus. Avint ensi que compagnon, en une hoost qui sejourne, sont de
grant volenté; il se quellièrent et missent ensamble bien trois mille
Flamens, et sus l'entente que pour gaegnier et aler fuster le pais
environ Aire, Tieruane et Saint Omer; et se departirent de l'oost et
des aultres une vesprée, sans point parler à lors chapitainnes, et
vinrent sus un ajournement ens ès fourbours de Saint Omer et les
ardirent, et abatirent les moulins qui estoient au dehors. Chil qui
estoient dedens Saint Omer s'estourmirent, et là se tenoient bonne
chevalerie d'Auvergne et de Limosin, premierement li conte Beraut
daufin d'Auvergne, et (li) conte de Clermont son frère, le signeur de
Merquel, le signeur de la Tour, le signeur de Montgascon, le signeur
d'Achier, le signeur d'Açon, le signeur d'Alaigre, le signeur de Saint
Aupisse, le signeur de Pière Bufière, et se trouvoient bien trois cens
lances, chevaliers et esquiers. Si s'avisèrent que il se meteroient sus
les camps et poursieveroient ces Flamens, et manderoient ceuls qui
estoient en garnison en Tieruane que il leur venissent au devant, entre
Aire et Arques, et ausi à ceuls de la garnison d'Aire et de Saint
Venant que il isissent et se mesissent sus le camps, et qant il
seroient tout ensamble, il courroient sus à lor avantage ces Flamens.

Tout ensi conme il le proposèrent, il le fissent, et s'asanblèrent
dedens Saint Omer, et s'armèrent et montèrent as cevaus, et enmenèrent
les arbalestriers et bien mille aultres honmes avoecques euls, et
issirent hors de Saint Omer, et prissent à la couverte le cemin dou
mont de Herfaut. Qant li chevalier et li esquier qui en Tieruane se
tenoient furent segnefiiet de ceuls de Saint Omer, li sires de Brimeu,
li sires de Boubert, li sires de Saint Pi, li sires de Reli, li sires
de Sanci et pluisseur aultre qui là se tenoient, il s'armèrent et
montèrent as chevaus, et issirent de Tieruane, et se missent sus les
camps. Li Flamenc, qui ne voloient aultre cose que pillier le pais, et
puis retourner et estre au soir en l'oost de lors gens, vinrent à
Arques, une grose ville à demi lieue de Saint Omer, et le pillièrent et
robèrent toute, et se cargièrent de ce que il i trouvèrent de dras et
de jeuiaus; et puis à lor departement, il boutèrent le feu dedens, et
en ardirent plus de la moitié, et abatirent les moulins. Et tout ce
veoient li François qui estoient sus les camps, et avoient jà trouvé
l'un l'autre chil de Saint Omer et chil de Tieruane, et se trouvoient
quatre cens lances et douse cens honmes de piet. Chil Flamenc, qui
avoient ceminet toute la nuit et à l'endemain jusques à haute tierce,
estoient tout lasset, et vinrent sus un village que on appelle la
Cauchie et là s'arestèrent; et dissent que il mengeroient et se
reposeroient, et puis il se retrairoient viers Cassiel, car il ne se
sentoient de nului poursievi. Qant il furent là venu ou dit village, li
pluisseur se desarmèrent et se traissent par ostels, et se boutèrent en
gragnes, en maisons et en jardins, et n'estoient en doubte de nului.
Evous venus ces François en deus batailles, et avoient vint banières,
et ordonnèrent lors arbalestriers tout devant, et s'en vinrent en cel
vilage que on dist la Cauchie à frapant à l'esporon, et trouvèrent ces
Flamens, les auquns sus la rue, les aultres tous desarmés, et les
pluisseurs qui buvoient et mengoient.

Qant chil chevalier et esquier furent là venu, et casquns escria son
cri, chil Flamenc furent si esbahi que onques il ne tinrent conroi ne
ordenance, mais tournèrent tous les dos, et se sauvèrent qui sauver se
peurent; et en i ot bien ocis ou village que en cace sus les camps dix
huit cens, et li demorans retournèrent à grant mescief tout desbareté.
Fo 68.

P. 77, l. 3: Cassiel.--_Ms. d'Amiens_: de le castelerie de Cassiel. Fo
51.

P. 77, l. 6: à Saint Omer.--_Ms. d'Amiens_: de Saint Omer. Fo 51.

P. 77, l. 10: Montagut.--_Ms. d'Amiens_: d'Auviergne. Fo 51.

P. 77, l. 10: Rocefort.--_Ms. d'Amiens_: .... li sires d'Achier et tout
grant baron d'Auvergne. Fo 51.

P. 77, l. 12: Aire.--_Ms. d'Amiens_: se tenoient Artisien, li sires
d'Aubegny, li sires de Sanci, li sires d'Avelui, li sires de Creki, li
sires de Kikenpoi, li sires d'Avesquierke, li sires d'Ennekins, li
sires de Reli et li sires de Bassentin. Fo 51.

P. 77, l. 14: Flamens.--_Ms. d'Amiens_: et li Flammencq ossi sus yaux.
Fo 51.

P. 77, l. 17: trois mille.--_Mss. A 1 à 10, 18 à 33_: quatre mille. Fo
73 vo.

P. 77, l. 27: six.--_Mss. A 11 à 14_: sept. Fo 71.

P. 77, l. 27: deus cens.--_Mss. A 11 à 14_: trois cens. Fo 71.

P. 77, l. 27 et 28: bacinés.--_Ms. d'Amiens_: lanches. Fo 51.

P. 77, l. 28: cinq cens.--_Ms. d'Amiens_: sis cens. Fo 51.--_Mss. A 11
à 14_: et environ huit cens bidaux, taffes et petaulx. Fo 71.

P. 78, l. 1: Arkes.--_Mss. A 1 à 6, 20 à 22_: Ardres. Fo 73 vo.

P. 78, l. 14: dis huit cens.--_Ms. d'Amiens_: de trois mille à dis huit
cens. Fo 51.


=§ 134.= P. 79, l. 19: compte.--_Ms. d'Amiens_: Et ne furent à nul
seur, ne pour parolle ne pour priière que messires Robers d'Artois ne
messires Henry de Flandres leur pewissent dire ne faire, jusquez à tant
qu'il se trouvèrent à Ippre, à Popringe et ens leur pays bien avant. Fo
51.--_Ms. de Rome_: Nient mains, tous jours il tenoient leur rieule sus
la fourme que dit vous ai; et n'i demora, avant que il fust jours,
ville ne hamiel à deslogier. Et se trouvèrent li doi chevalier, un
petit apriès solel levant, ensi que tout seuls, sus les camps. Fo 68
vo.

P. 79, l. 24: recordèrent.--_Ms. de Rome_: au roi d'Engleterre, au duch
de Braibant, au duch de Gerlles, au conte de Hainnau et as signeurs. Fo
68 vo.

P. 79, l. 26: esmervilliet.--_Ms. d'Amiens_: Et quant chil de Saint
Omer, d'Aire et de Saint Venant entendirent le deslogement des
Flammens, et coumment en grant haste il s'en aloient, si se partirent
des villes voisinnes et vinrent en ceste meisme plache, et trouvèrent
encorres grans remannans de tentes, de très, de pavillons, de harnois
et de carois. Si prisent et toursèrent tout et en menèrent en leurs
villes, et y eurent grant prouffit. Fo 51 vo.


=§ 135.= P. 79, l. 28: Chils sièges.--_Ms. de Rome_: Li sièges devant
la chité de Tournai dura assés longement onse sepmainnes, trois jours
mains, et tous les jours i avoit fais d'armes ou escarmuce, auquel lés
que ce fust. Par dedens avoit avoecques messire Godemar dou Fai, qui un
lonch temps en avoit eu le gouvrenement, bonne chevalerie et sage, tels
que le conte de Fois, le conte de Conmingnes, le conte d'Ermignach, le
seigneur de Labret, le conte de Qarmain, le signeur de Copane, le
signeur de Qorasse, le signeur de Qoo, le signeur de Barrage, le
signeur de Taride, le signeur de Pincornet et maint aultre, Gascons,
Foisois, Bernès et Labrisiens. Et chil signeur avoient la souverainne
ordenance de la chité; et n'en songnoient les prevos et les jurés et
les honmes de la ville ensi que noient, car la amministration de toutes
coses estoit reservée à ceuls desus dis.

Li rois d'Engleterre, à grant poissance et grant coustage, tenoit là
son siège, car li Alemant n'en faisoient riens, fors que pour l'argent,
et voloient estre paiiet de quinzainne en quinzainne; et estoient là
contournées et enbutes toutes les rentes et revenues d'Engleterre, tant
en l'estat dou roi tenir, que en paiant les Alemans. Li contes de
Hainnau, li dus de Braibant et li dus de Gerles servoient le roi
d'Engleterre à leurs coustages, et messires Jehans de Hainnau aussi;
mais tout li aultre, reservé les Flamens, voloient bien sçavoir
pourquoi et conment il estoient là venu. Et couvint le roi
d'Engleterre, ensi que je fui enfourmés, enprunter à Jaquemon
d'Artevelle, son compère, et à tout le pais de Flandres chienqante
mille mars, monnoie d'Engleterre, avaluée au paiement de Flandres et
d'Engleterre: ce furent deus cens mille florins; et tout fu contourné
en son estat et au paiier ses saudoyers. Et de l'enprunt que li rois
d'Engleterre fist et dou prest aussi, il bailla lettres autentiques,
seelées dou seel le roi et de pluisseurs barons d'Engleterre qui là
estoient, en tesmongnant et en aprouvant les lettres à veritables; mais
Jaquemes d'Artevelle, qui avoit toute la poissance de Flandres en sa
main, i estoit tous pour le roi d'Engleterre; et ne li prioit en secré
et en especialité d'aultre cose que il se vosist tenir tous quois, sans
partir, en Flandres, et vivre des rentes et revenues dou pais et des
aides que on li feroit, et espargnier les revenues d'Engleterre pour
poursievir sa gerre. Et qant li rois d'Engleterre remoustroit ces
proumesses à son consel que Jaques d'Artevelle et li pais de Flandres
de bonne volenté li offroient, li plus de son consel s'enclinoient à ce
que il le presist, et que sa gerre en seroit plus forte et plus belle.
Et qant, sus cel estat, li rois d'Engleterre en parloit au duch de
Gerlles, son serourge, au duch de Braibant, son cousin germain, et au
conte de Hainnau, son frère, il li consilloient tout le contraire et li
remoustroient par pluisseurs raisons que il se meteroit en grant
aventure et peril; car qant il quideroit estre le mieuls d'euls, uns
rumours et uns debas s'esmouveroit à Bruges ou à Gant ou à Ippre de ses
gens as Flamens, selonc ce que Flamenc sont chaut et merancolieus: «il
ociroient tout soudainnement et vous aussi, et puis remanderoient lor
signeur. Il vous soufisse à avoir ce que vous en avés. Tenés les à
amour et ce Jaque d'Artevelle, entrues que il est en sa poissance. Vous
les auerés millours à estre en sus de vous que si proçains, et si serés
hors dou peril, car nuls sires ne se doit trop comfiier en commun
estragne. De trop petit on piert lor grasce et lor amour. Encores vit
lors sires et a un fil. Par ce fil, mais que li rois de France lor
voelle renvoiier, se poront il un de ces jours retourner et ocire ce
d'Artevelle, et trop de soutilleté il a en France. Mais qui poroit
faire une cose, vous avés une fille, Isabiel: se li Flamenc pooient
tant faire par sens et par pratique que il reuissent lor fil; et puis
uns mariages se fist de vostre fille à ce fil, les aliances dou mariage
poroient estre bonnes et moult vous deveroient valoir ou temps à
venir.» Li rois d'Engleterre s'inclina à ce consel et ne prist nul
autre.

Or vous voel je nonmer les contes et les barons qui furent au siège de
Tournai avoecques le roi d'Engleterre, et liquel passèrent la mer
avoecques li: premierement les prelas, l'evesque de Lincole et
l'evesque de Durem; le conte Derbi, le conte d'Arondiel, le conte de
Norhantonne, le conte de Herfort, le conte de Warvich, le conte de
Douvesière, le conte d'Ormont et le conte de Wincestre; barons: le
signeur de Persi, le signeur de Lusi, le signeur de Noefville, le
signeur de Helinton, le signeur de Felleton, le signeur de Braseton, le
signeur Espensier, mesire Renault de Gobehen, mesire Richart de
Stanfort, mesire Thomas de Hollandes, le signeur de Basset, le signeur
de Bercler, le signeur Fil Warin, le signeur Fil Watier, le signeur de
Biaucamp, mesire Jehan de Biaucamp, mesire Rogier de Biaucamp, le
signeur de Hastinges, le signeur de Ferrières, le signeur de Moutbrai,
le signeur de Multon, le signeur de Ware, le signeur de Lanton, le
signeur de Graa, messire Richart la Vace, le signeur de Courtenai, le
signeur de Illecombe, cornillois, le signeur de Talebot, et tant que il
estoient vint et huit barons et diis contes. Je n'ai pas nonmé le conte
de Pennebruq et le conte de Heustidonne qui ausi i estoient. Encores
avoecques tout ce, se la bataille euist esté devant Tournai des deus
rois et de lors aliiés, ensi que on esperoit que elle deuist estre, il
estoient issu hors d'Engleterre avoecques le roi pluissours chevaliers
et signours qui euissent bouté lors banières hors, et avoient lor estat
tout pourveu grant et estofé, et ne desiroient aultre cose. Aussi tout
li signeur, qui là au dit roi d'Engleterre compagnie faisoient, au plus
estofeement conme il pooient, il i estoient, tant de banières, de
pennons, de monteures, de trefs, de tentes, de carroi et de toutes
coses qui à une hoost apertient et est necessaire as gens d'armes.

Encores sans comparison estoit trop plus grans li estas dou roi
Phelippe de France, car là estoient quatre rois qui tout li faisoient
compagnie et service: li rois de Boesme, li rois de Navare, li rois
d'Escoce et li rois de Maiogres; et comprendoient les logeis des
François trois lieues tout à l'environ. Et fu raporté par les
hiraus(que) avoecques le duc de Normendie, le duch de Bretagne, le duc
de Bourgogne et le duch de Lorrainne, il i avoit en son hoost dix sept
contes, deus cens et soisante neuf banerès, et estoient bien tout honme
de deffense cent et chienqante mille. Considerés le peuple qui là
estoit assamblés, tant pour l'un roi que pour l'autre, car li rois
d'Engleterre, parmi les Flamens, avoit plus de cent mille honmes. Grant
ocision et grande mortalité de peuple i euist esté, se par bataille il
fuissent venu ensamble. On en fu sus le point, mais li dus de Braibant,
qui cousins germains estoit dou roi d'Engleterre, et qui là estoit
moult poissanment venus, acompagniés de barons et de chevaliers de son
pais et des conmunautés, des honmes de Brousselles, de Malignes et de
Louvaing, brisoit et brisa tout dis couvertement la bataille, avoecques
un grant moiien qui là estoit pour tretiier paix, trieuwes ou respit,
madame Jehane de Valois qui contesse avoit esté de Hainnau, et qui
serour germainne estoit dou roi Phelippe et dou conte Carle d'Alençon,
et qui avoit là son fil le conte de Hainnau. Avoecques la bonne dame
s'ensonnioit de traitiier et d'aler de l'un à l'autre uns moult sages
chevaliers qui se nonmoit mesires Lois d'Augimont; et avoit si belle
parleure et si aournée et de si grande prudense que il estoit très
volentiers oïs entre toutes les parties, tant de France conme de
l'Empire. Et quoi que pour le roi d'Engleterre tout chil signeur de son
lés fuissent là asamblé, il n'en estoit pas en li dou dire et dou
faire, mais couvenoit que le plus il s'ordonnast et gouvrenast par
ceuls de l'Empire et especiaulment par le duc Jehan de Braibant, son
cousin germain, car desus tous il avoit la grignour vois et audiense.
Et moustra par couvreture que à la priière madame Jehane de Valois il
s'inclinoit à ce que bon seroit que on entendesist à auquns trettiés de
paix et de trieuves, car on devoit là moult faire pour faire pour la
bonne dame qui là avoit ses frères et ses enfans. Et fu donné à
entendre au roi d'Engleterre que li iviers aproçoit, et les longes nuis
et froides, que toutes gens resongnent de jesir as camps, et que pour
celle saison on en avoit assés fait.

Li rois d'Engleterre, pour ce temps, estoit jones, et pas ne
congnissoit encores le malisce et pratique dou monde et des grans
signeurs de l'Empire qui despendoient son argent et vosissent que la
gerre durast tout dis, car il estoient bien paiiet. Li contes de
Hainnau et messires Jehans de Hainnau, ses oncles, avoient cler enghien
assés pour considerer toutes ces coses, et veoient bien les
dissimulations qui estoient entre ces signeurs de l'Empire et le plus
deviers le duch de Braibant, mais il n'en osoient parler et se
souffroient, et ne se vodrent onques ensonniier de nul trettié, mais en
laissièrent couvenir le duch de Braibant, le duch de Gerles et le conte
de Jullers, de la partie le roi d'Engleterre. Madame Jehane de Valois
et messires Lois d'Augimont procurèrent tant deviers le roi de France
que li rois de Boesme, li contes d'Alençon et li contes de Flandres
furent esleu pour estre à ces parlemens et tretiés à l'encontre de ces
signeurs desus nonmés. Et fu ordonné que chil signeur, qant on ot pris
asegurances que il pooient aler et venir et lors gens sans nul peril
et retourner casqun en son hoost, tenroient lors parlemens et lors
trettiés en une chapelle que on dist à Esplecin, et est asisse enmi les
camps, ensi que en un chemin. Et venoient là chil signeur tantos apriès
messe et boire, et se metoient dedens la chapelle, et la desus ditte
dame, madame Jehane de Valois, avoecques euls; et i furent trois ou
quatre fois que riens n'i faisoient. Donc i revinrent dou costé le roi
d'Engleterre li evesques de Lincolle et messires Jehans de Hainnau; et
de la partie le roi de France, li evesques de Liège et li contes
d'Ermignach. Par le moiien de ceuls qui adrechièrent as besongnes,
avoecques les paroles et priières de celle bonne dame, madame Jehane de
Valois, se ouvrirent et avancièrent li trettié. Et regardèrent li
signeur, qui moult honnouroient l'un l'autre, qant il entroient dedens
la capelle, que unes trieuwes seroient bonnes prises à durer tant
seullement un an entre toutes les parties par mer et par terre, et
dedens cel an li rois d'Engleterre envoieroit nobles honmes et prelas
de par lui en la chité d'Arras en Piqardie, qui aueroient plainne
poissance de faire paix et acord à l'entente des deus rois; et aussi li
rois de France parellement renvoieroit de par li nobles honmes et
prelas qui aueroient plainne poissance d'acorder tout ce que dit et
parlementé seroit pour le millour. Avoecques tout che, li doi roi
supplieroient benignement à nostre Saint Père le pape que il i vosist
envoiier deus cardinauls en legation, pour aidier à adrecier à ces
besongnes. Sus cel estat et ordenance se conclut li parlemens, et donna
on à entendre au roi d'Engleterre que par ce parlement qui seroit
asignés à Arras, il aueroit en pareçon grant part dou roiaulme de
France; dou mains toute la ducée de Normendie, qui jadis avoit esté as
rois d'Engleterre, li seroit rendue, et la conté de Pontieu et celle de
Monstruel, et tous coustages et frès que fais avoit, li et ses gens,
depuis que il passa la mer en la cause dou calenge. Ces proumesses ou
là environ et encores plus grandes que li dus de Braibant remoustroit à
son cousin le roi d'Engleterre, l'apaisoient grandement et li brisoient
ses abusions, et aussi à ceuls d'Engleterre, et s'acorda assés
doucement à la trieuve. Si furent lettres escriptes, seelées et
données, et en prist cascuns des rois ou de lors honmes à ce conmis dou
recevoir, les copies. Et estoient données les trieuwes, et ensi furent
elles causées et conditionnées et publiies ens ès deus hoos et dedens
la chité de Tournai, pour resjoïr la conmunauté de la ville, à durer
jusques au premier jour dou mois de marc, lequel on atendoit, que on
compteroit l'an mil trois cens quarante et un, jusques au marc
ensievant l'an mil trois cens quarante et deux. Et avoient li pluisseur
là en dedens esperance de paix. A toutes ces coses rendi especiaulment
grant painne madame de Valois. Fos 68 vo à 70.

P. 79, l. 29: trois jours mains.--_Mss. A 11 à 14_: et quatre jours. Fo
71 vo.

P. 80, l. 4: France.--_Ms. d'Amiens_: premierement le comte de Foix et
sen frère le comte Raoul d'Eu, connestable de Franche, le comte de
Ghines son fil, le conte Aimery de Nerbonne, messire Aymars de
Poitiers, messire Joffroy de Cargny, messire Gerart de Montfaucon,
messire Godemar dou Fay et le seigneur de Kayeux, et ossi le marescal
de Franche, monseigneur Robert Bertran. Chil seigneur estoient vaillant
homme, et de grant affaire et de bon sens. Si penssèrent si bellement
et si sagement de le ditte ville que leur honneur y fu bien et
grandement gardée et la chité ossi. Car oncques pour assault ne pour
hustin, ne pour escarmuce qui y fuist, chil seigneur ne s'en partirent;
mès songneusement de nuit et de jour le pourveirent de deffense et de
consseil. Fo 51 vo.

P. 80, l. 24: Haynau.--_Ms. d'Amiens_: car son fil le comte Haynnau
trouvoit elle si dur et si rebelle à sen entention, que elle ne l'en
volloit plus parler. Fo 51 vo.

P. 81, l. 8: capelle.--_Ms. B. 6_: vers Esplechin. Fo 165.

P. 81, l. 9: De le partie.--_Ms. B 6_: De la partie de Franche fu pris
pour faire le traitiet le roy de Behaigne, l'evesque de Liège, le duc
de Bourbon et le comte d'Alenchon; et de la partie du roy d'Engleterre,
le duc de Brabant, le conte Derbi, le conte de Norhantonne et
l'evesques de Londres. Fo 165.

P. 81, l. 12: d'Ermignach.--_Ms. d'Amiens_: et li comtes de Blois. Fo
51 vo.

P. 81, l. 14 et 15: li dus de Julers.--_Ms. d'Amiens_: li comtes de
Jullers. Fo 51 vo.

P. 81, l. 15: Haynau.--_Ms. d'Amiens_: et li comtes de Warvich. Fo 51
vo.

P. 81, l. 16: capelle.--_Ms. d'Amiens_: Ceste journée au matin que li
seigneur durent venir enssamble, il oïrent au point dou jour messe. Et
assés tost apriès le messe, il burent ung cop, et puis cevauchièrent
chacuns li ungs deviers l'autre, li Franchois enssamble et li Englèz
enssi, et entrèrent environ à l'eure de tierche en le ditte capèle. Fo
51 vo.

P. 82, l. 2: entrer.--_Ms. d'Amiens_: avoecques le somme de l'année. Fo
51 vo.

P. 82, l. 8: engien.--_Ms. d'Amiens_: Et avoient cilz des lontainnes
marches, les quarante jours, advis de tenir le trieuwe, s'il volloient,
ou de renonchier et guerriier, s'il leur plaisoit. Fo 52.

P. 82, l. 25: à envis.--_Ms. d'Amiens_: especialment chil de
Brouxelles. Fo 52.


=§ 136.= P. 82, l. 30: Ensi.--_Ms. d'Amiens_: Enssi se departirent ces
deus grans os, et donna ly rois d'Engleterre congiet à touttes
mannierres de gens et de seigneurs, et les remerchia grandement et
chacun par lui, dou service que fait li avoient. Si s'en revint li roys
à Gand, dallés le roynne se femme, et ne demoura mies puis loingtans
qu'il s'en partirent et retournèrent en Engleterre. Fo 52.

P. 83, l. 9 et 10: signeurs.--_Ms. de Rome_: De rechief, il se
offrirent à lui et se representèrent pour aler partout où il les
manderoit, car il les avoit bien paiiés. Fo 70.


=§ 137.= P. 84, l. 14: Or se.--_Ms. de Rome_: Ensi se departirent tout
chil signeur d'Allemagne et tournèrent casquns en lors lieus. Li dus de
Braibant retourna dedens son pais, li contes de Hainnau et messires
Jehans de Hainnau fissent compagnie au roi d'Engleterre jusques en la
ville de Gant, et là prissent il congiet à lui et à la roine, et puis
retournèrent en Hainnau par Brousselles, car là ot une grande feste de
joustes que li dus de Braibant et li chevalier de Braibant fissent à
lor retour. Et là joustèrent li contes de Hainnau et ses oncles, et en
ot le pris de ceuls de dehors li contes de Hainnau, et de ceuls de
dedens li sires de Destre; et des esquiers de dehors, Willaumes de
Mastain, et de ceuls de dedens Pières de Pietresen. Et là furent à ces
joustes de Brousselles noncies et criies unes joustes de trente
chevaliers et de trente esquiers à estre à Mons en Hainnau. Et se tint
la feste grande et belle, et enporta le pris des chevaliers de dehors
li contes de Namur, et de ceuls de dedens mesires Gerars de Werchin,
senescal de Hainnau, mais il i fu si travilliés que depuis il ne vesqi
point longement, et morut jones, dont ce fu damages, et des esquiers
de dehors, Thieris de Brederode, et de ceuls de dedens Ansiaus de Sars.
Et se continuèrent ces festes en bien, en joie et en reviel.

Et les povres gens dou pais de Hainnau, liquel avoient perdu le lor à
ce conmencement par la gerre et ars lors hostels et lors maisons,
s'aherdirent au labourer et au gaegnier dou nouviel. Aussi fissent chil
de France des marces et frontières de Tournesis, de Lille et de Douai.

Et li rois d'Engleterre et la roine sa fenme ordonnèrent lors
besongnes, et prissent congiet à lor compère Jaquemon d'Artevelle, mais
il les amena et aconvoia jusques à Bruges et de là à Dunquerque. Et là
estoient lor vassiel tout prest, et entrèrent dedens, et traversèrent
la mer et vinrent à Zandvich; et jà estoient departi grant fuisson de
lors gens par l'Escluse et par Anwiers et retourné en Engleterre.

Et li rois Phelippes aussi avoit donné congiet à toutes gens d'armes et
remerciiet les lontains, et estoit venus jeuer et esbatre en la ville
de Lille, et là le vinrent veoir les bonnes gens de Tournai; il les vei
volentiers. Et les representèrent mesires Godemars dou Fai et li
signeur qui dedens avoient esté le siège durant, et se loèrent
grandement de euls. Li rois oy volentiers ces loenges, et rendi à ceuls
de Tournai lor loi, laquelle il avoient perdu un grant temps; et
estoient menet, jugiet et ordonné par un gouvreneur.

Apriès toutes ces coses faites et acomplies, li rois s'en retourna en
France, et ot une très grande feste à Compiengne; et fu uns tournois,
liquels fu criiés et publiiés en moult de pais, et en fu chiés li bons
rois de Boesme, et ot à ce tournoi plus de sept cens hiaumes. Fo 70.

P. 84, l. 21: jouste.--_Ms. B 6_: de quarante chevaliers et escuiers
contre tous venans. Et y eut moult belle jouste. Et y fu le roy
d'Engleterre, le duc de Brabant, Jaques de Hartevelle et grant foison
d'autres seigneurs. Et furent les joustes moult belles; et après la
feste faite, chacun se party et alla là où il leur plaisoit. Fo 166.

P. 84, l. 29: Lille.--_Ms. d'Amiens_: et s'i tint environ quinze jours.
Fo 52.

P. 84, l. 29: cil de Tournay.--_Ms. d'Amiens_: li plus grant bourgois
de Tournay. Fo 52.

P. 85, l. 8: anciiens.--_Ms. d'Amiens_: Ossi li bourgeois de Lille
requisent au roy que il leur volsist donner messire Wafflart de le
Croix, qu'il tenoit en prison, liquelx les avoit gueriiés ung moult
loing tamps et fès plusieurs despis. Li rois leur donna, car bien y
estoit tenus pour le cause d'un biau service que cil de Lille li
avoient fet, que pris le comte de Sallebrin et le comte de Sufforch et
rendus à lui pour ses prisonniers. Et quant chil de Lille eurent le dit
monseigneur Wafflart en leur vollenté, il ne le gardèrent pas trop
longement, mès le fisent morir à honte. Apriès touttes ces coses, li
roys de Franche se parti de Lille et s'en revint à petites journées en
grans esbas à Paris, et là ou au bos de Vincènes se tint ung grant
temps. Fo 52.

P. 85, l. 18: A ce parlement.--_Ms. B 6_: Et s'en revint le roy
d'Engleterre à Gand où madame sa femme estoit. Sy ordonna toutes ses
besoignes et s'en rala en son pais, et laissa par dechà le conte Derbi
son cousin et le conte de Norhantonne et l'evesque de Linchelle pour
estre à che parlement et traitiet qui se devoit faire en la ville de
Aras, mais riens de pais ne s'y pot trouver ne esploitier. Sy y furent
deus cardinaulx, le cardinal de Naples et le cardinal de Panestres,
envoiiet en legation de par le pappe Benedick. Et osy de par le roy de
France y fut le conte de Flandres, le conte de Bar, le sire de Saint
Venant, l'evesque de Ausoire. Ches traitteurs et ces cardinaulx se
tinrent là emsamble plus de trois mois, maiz il n'y peurent trouver
nulle fin de pais. Fos 166 et 167.

P. 85, l. 20: Bourbon.--_Ms. d'Amiens_: .... li comtes de Salebruges,
li comtes de Saint Pol et li sires de Couchy. Fo 52.

P. 85, l. 25: d'Artois.--_Ms. de Rome_: contes de Ricemont. Fo 70 vo.

P. 85, l. 26: Flandres.--_Ms. de Rome_: Et en furent priiet li contes
de Hainnau et messires Jehans de Hainnau et messires Henris de
Flandres. Li contes de Hainnau s'escusa, mais son oncle et messire
Henris i furent. Fo 70 vo.

P. 86, l. 3 et 4: deux ans.--_Ms. de Rome_: par mer et par terre. Fo 70
vo.

P. 86, l. 5 et 6: revinrent.--_Ms. d'Amiens_: li cardinal en Avignon,
li Franchois en Franche et li Englès en Engleterre. Et se pourveirent
li doy roy sus ceste entente pour gueriier, le trieuwe acomplie, plus
fort et plus radement qu'en devant n'avoient fait. Fo 52.--_Ms. de
Rome_: Mais li contes de Hainnau avoit fait priier par son oncle le
cardinal de Naples, son cousin, que il vosist venir et descendre en son
pais en Hainnau. Li cardinauls, à la priière dou conte et de son oncle,
obei et descendi et vint en Hainnau, et entra en Valenchiennes par la
porte d'Anzain. Et ala li contes sus les camps à l'encontre de li à
plus de cinq cens chevaus, et l'amena moult honnourablement en
Valenchiennes, et de là en son hostel que on nonme la Salle, et fu
trois jours à Valenchiennes et deus jours au Kesnoi. Et puis retourna
li dis cardinaus à Cambrai, et de là à Amiens, où il trouva le cardinal
de Clermont qui là l'atendoit; et puis s'en alèrent tout doi ensamble à
Paris deviers le roi et les signeurs. Fo 70 vo.

P. 86, l. 11: lontainnes.--_Ms. d'Amiens_: de Saintongle, de Gascoingne
et de Thoulousain, car toudis gueriièrent il et heriièrent l'un l'autre
les garnisons englesses et franchoises. Et tenoient li Gascon franchois
à ce donc les camps en le lange d'ok, et concquisent pluiseurs villes
et fortrèches sus les Englèz. Ossi li Escot dis(o)ient bien que jà,
tant que il pewissent gueriier, il ne tenroient trieuwes ne respit as
Englès, car pas n'y estoient tenu, mès de porter tous les dammaiges
qu'il poroient, ensi qu'il fissent et si comme vous orés chy
enssiewant. Fo 52.

P. 86, l. 14: avenues.--_Ms. d'Amiens_: plus qu'en nul autre pays. Fo
52.


=§ 138.= P. 86, l. 25: A savoir.--_Ms. d'Amiens_: Pluiseur gongleour et
enchanteour en place ont chanté et rimet lez guerres de Bretagne et
corromput, par leurs chançons et rimes controuvées, le juste et vraie
histoire, dont trop en desplaist à monseigneur Jehan le Biel, qui le
coummencha à mettre en prose et en cronique, et à moy, sire Jehan
Froissart, qui loyaument et justement l'ay poursuiwi à mon pooir; car
leurs rimmez et leurs canchons controuvées n'ataindent en riens le
vraie matère, mès velle ci si comme nous l'avons faite et achievée par
le grande dilligensce que nous y avons rendut, car on n'a riens sans
fret et sans penne. Jou, sire Jehans Froissars, darrains venus depuis
monseigneur Jehan le Bel en cel ouvraige, ai ge allé et cherchiet le
plus grant partie de Bretaigne, et enquis et demandé as seigneurs et as
hiraux les gerrez, les prises, les assaux, les envaïes, les bataillez,
les rescousses et tous les biaux fès d'armes qui y sont avenut mouvant
sus l'an de grasce mil trois cens quarante, poursieuwans jusquez à le
darrainne datte de ce livre, tant à le requeste de mes diz seigneurs et
à ses fraix que pour me plaisance acomplir et moy fonder sus title de
verité, et dont j'ay estet grandement recompenssé. Et pour chou que
vous sachiés le coumencement et le rachinne de ceste guerre et dont
elle se moet, je le vous declarray de point en point. Si en diréz
vostre entente, et quel cause et droit messires Carles de Blois eut à
l'hiretaige de Bretaingne, et d'autre part, li comtez de Monfort, qui
en fist fet et partie contre lui. Pluisseurs gens en ont parlet ou
parolent, qui ne sèvent mies ou n'ont sceu par quel affaire li
oppinions de le challenge des seigneurs dessus diz est venus, ne
premierement esmeus; mès chy s'enssuilt. Si l'oréz, s'il vous plest, et
je le vous declarray.

Apriès le departement dou siège dou Tournai, si comme vous avés chy
dessus oy, et que li roys de Franche donna congiet à tous sez os et
remerchia lez ducs, lez comtez et lez barons de ce que si bien et si
honnerablement cescun seloncq son pooir l'avoient servi, ly seigneur
prisent congiet dou roy li ung après l'autre, et se retrairent chacun
vers sen lieu. En ce departement, li dus de Bretaingne, qui servi avoit
le roy à bien dix mil lanches devant Tournai, tous de chevaliers et
d'escuiers de son pays, donna à toutez ses gens congiet de raller
chacun sus son lieu, et ne retint fors chiaux de son hostel, et chemina
à petittez journées et à grans frais. Bien le pooit faire, car il
tenoit grant estat et noble, car il estoit sires d'un grant pays et
rendable. En son chemin, chilx dus s'acouça au lit d'une maladie, de
laquelle il morut. Chils dus n'avoit eu nul enfant de la ducoise sa
femme. Si avoit il une sienne nièce, fille de son frère germain de père
et de mère, laquelle jone fille il avoit mariée à monseigneur Charle de
Blois, frère maisnet à monseigneur Loeys, comte de Blois. Chils dus de
Bretagne si avoit ung frère de par se mère qui avoit estet remariée, et
appelloit on cesti le comte de Montfort. Et estoit chilx comtez de
Monfort mariés à le sereur le comte Loeys de Flandrez, et avoit de
ceste damme fil et fille. Chils dus de Bretaigne, qui de son vivant
avoit mariée se nièche, fille de son frère germain, mort devant lui, se
doubtoit bien que li comtes de Montfort, ses frères de remariaige, ne
volsist de forche, apriès sa mort, entrer en la possession de
Bretaingne et deshireter sa nièche, qui drois hoirs en estoit. Et pour
mieux tenir et garder ses drois et deffendre sen hiretaige, il l'avoit
dounnet, enssi que j'ay jà dit, à monseigneur Charlon de Blois,
nepveut au roy de Franche, et qui le mieux et le plus grandement estoit
enlinagiéz en Franche, et qui le plus y avoit de prochains de tous
costéz et de bons amis. Et à celle entente avoit li dus fet le mariaige
de sa nièche et de monseigneur Charlon de Blois, que li roys Phelipez,
qui estoit ses oncles, li aidast mieux et plus volentiers à garder son
droit encontre le dit comte de Monfort, s'il le volsist entreprendre,
liquelx ne venoit mies dou droit estock de Bretaingne. Fo 52 vo.

_Ms. de Rome_: Vous sçavés, si com ichi desus est dit, que li rois
Phelippes de France, qant il vint au Pont à Bouvines à l'encontre dou
roi d'Engleterre, liquels avoit assis et environné la chité de Tournai,
et i fist son mandement parmi le roiaulme de France, il n'oublia pas à
mander le duch de Bretagne, liquels le vint servir plus poissanment que
nuls des aultres prinches de France; car il ot en sa compagnie et
delivrance trente trois banerès dou pais de Bretagne, et bien sept cens
chevaliers et esquiers, tous gentilshonmes.

Qant tout li signeur se departirent dou roi et l'un de l'aultre, et que
casquns s'en retourna viers son pais, et il orent donné tous lors
honmes congiet, car en grant temps ils n'en pensoient à avoir à faire
pour tel cas, chils dus de Bretagne, qui pooit estre de l'eage de
soissante ans ou environ, s'en retournoit viers son pais à tout son
estat tant seullement. Maladie le prist et aherdi sus son cemin, de
laquelle il s'acouça au lit en la chité de Chartres, et en morut. Ce
duch mort, de li ne demora fils ne fille, car nul enfant il n'ot onques
eu de sa fenme. Chils dus avoit eu un frère germain de père et de mère,
lequel on avoit nonmé mesire Jehan de Bretagne. De ce frère au duc
estoit demorée une belle jone fille, nonmée Jehane, et contesse de
Pentèvre de par sa dame de mère. Chil doi duc, c'est à entendre le duc
qui fu devant Tournai, et mesires Jehans de Bretagne, son frère et
conte de Pentèvre, avoient un frère de par lor dame de mère, non de par
lor père, car lor mère estoit remariée au conte de Montfort. Chils
contes avoit eu ce fil, qui se nonmoit contes de Montfort, de la dame
qui duçoise avoit esté de Bretagne, vivant le duch de Bretagne son mari
tant seullement. Li dus de Bretagne qui fu devant Tournai et ses frères
avoient tenu ce conte de Montfort à frère, pour tant que il estoit fils
de lor mère et non de lor père, ensi que vous le devés entendre. Chils
contes de Montfort avoit à fenme la soer au conte Lois de Flandres. Li
dus de Bretagne qui fu devant Tournai, avoit la fille de son frère
germain mariet à messire Carle de Blois, fil au conte Gui de Blois et
frère au conte Lois de Blois et neveut dou roi Phelippe de France, fil
de sa serour; car vous savés, ensi que il est dit et escript ichi
desus, que li contes de Hainnau, li contes Guis de Blois et mesires
Robers d'Artois eurent les trois serours dou roi Phelippe. Chils dus de
Bretagne qui fu devant Tournai, avoit tous jours fait doubte que li
contes de Montfort, son frère de remariage, ne vosist, apriès son
dechiès, efforchier sa cousine la droite hiretière de Bretagne, et
bouter hors de son hiretage; et pour ce l'avoit il mariet et donnet à
mesire Carle de Blois, (affin) que li rois Phelippes de France et li
contes d'Alençon, si oncle, et li dus de Normendie, ses cousins
germains, li aidaissent à soustenir et deffendre son hiretage de
Bretagne, se li contes de Montfort, qui riens n'estoit issus de
Bretagne, le voloit efforchier et oster son droit, par queconques
cautelle(s) que ce fust.

Et ce en avint que li dus de Bretagne pensa et imagina en son temps.
Car sitos que li contes de Montfort peut sçavoir que li dus de
Bretagne, ses frères, fu mors, il s'en vint à Nantes, qui est la
souverainne chité de Bretagne. Et fist tant as bourgois et à ceuls dou
pais entours que il le rechurent à signeur et li fissent feaulté et
honmage, et toutes les solempnités autèles conme elles apertiennent à
faire as dus de Bretagne, sans nulles excepsions ne reservations; et
tantos ala à Rennes, qui est la grignour chité apriès. Chil de Rennes
le rechurent parellement. Aussi fissent chil de Vennes, de Camperlé, de
Camper Correntin, de Dol, de Saint Bru de Vaus, de Hainbon, de Lanbale
et de toutes les chités et villes de Bretagne, reservé Braist et auquns
fors chastiaus et les signeurs qui ne vodrent pas sitos obeir; car il
sentoient que mesires Carles de Blois avoit à fenme la droite hiretière
de Bretagne, et s'enmervilloient conment les bonnes villes et les
chités de Bretagne estoient sitos rendues à lui; mais mesires Hervis de
Lion, un grant baron de Bretagne, i avoit fort aidié. Et là par tout où
li contes de Montfort aloit et cevauçoit, et à toutes ces receptions il
menoit la contesse sa fenme, laquelle avoit coer d'onme et le lion. Et
s'avisèrent li contes et sa fenme, qant il orent chevauciet par toutes
les chités et bonnes villes de Bretagne, que il ordonneroient une feste
à tenir très grande en la chité de Nantes. Si fu la feste prononchie
et publiie par tout, et li jours asignés que la feste se tenroit. Si
furent les pourveances faites très grandes et groses de toutes coses
que à la feste pooit ou devoit apartenir. Fo 71.

P. 86, l. 29: à host.--_Ms. B 6_: à plus de quinze cens lanches. Fo
167.

P. 87, l. 3: morir.--_Ms. B 6_: à Roen. Fo 167.

P. 87, l. 17: se mère.--_Mss. A 1 à 7, 11 à 22, 30 à 33_: son
père.--_Mss. A 8, 9, 23 à 29_: sa mère. Fo 69 vo.

P. 88, l. 23: sa femme.--_Ms. B 6_: que seur germaine estoit du conte
Loys de Flandres. Fo 169.


=§ 139.= P. 89, l. 1: Chou pendant.--_Ms. de Rome_: Li contes de
Montfort, qui soubtieus et imaginatis estoit, se departi de Nantes et
laissa là la contesse sa fenme, pour ordonner de celle feste, et
cevauça à poissance de gens d'armes viers la chité de Limoges, dont li
dus, son frère, avoit esté sires et contes; et bien savoit que son
grant tresor estoit là, et de lonch temps l'avoit assamblé. Qant il fu
venus jusques à Limoges, on ne mist nul contredit à lui recevoir, car
renonmée couroit jà, et bien le remoustroit, que chil de Nantes, de
Rennes et de Vennes et des chités et bonnes villes de Bretagne
l'avoient receu à duch et à signeur, et ce coulouroit grandement son
fait. Et li fissent toutes les solempnités les eglises et les bourgois
de Limoges que on doit faire à son signeur; et prist et saisi le grant
tresor: en or et argent avoit grans sonme que li dus son frère avoit
assamblé, car ce fu uns sires de bon gouvrenement et de grant espargne.
Chils contes de Montfort prist tout ce tresor et le carga et toursa et
en ordonna ensi conme sien, et s'apensa que il li venroit bien à point
pour renforcier son estat, acquerre des bons amis et destruire ses
ennemis.

Qant il ot pris la possession de Limoges et de Limosin de ce que à son
hiretage apertenoit, il ordonna partout gens et officiiers de par lui
et se mist au retour, et vint à Nantes. Et trouva que les pourveances
pour la feste que il voloit tenir, estoient toutes prestes, dont il fu
moult resjois, car il atendoit les nobles et les prelas de son pais,
c'est à entendre selonch le droit que il se disoit à avoir. A cele
feste qui fu tenue à Nantes, vinrent des chités et des bonnes villes de
Bretagne les consauls et les honmes que il avoit creés et pourveus en
office; mais des barons nuls n'i vinrent, fors mesires Hervis de Lion,
dont il fu moult pensieus et esmervilliés. Bien est verité que auquns
chevaliers et esquiers, le plus Bretons bretonnans, i vinrent, liquel
n'estoient pas encores bien enfourmé de la matère. Et à tous ceuls qui
furent à sa feste, il donna et departi de ses biens si largement que
tout s'en contentèrent, et acquist la grasce et l'amour d'euls, car il
n'est riens que dons ne qassent.

Qant li contes de Montfort vei que pluisseur baron et chevalier de
Bretagne refusoient à ses mandemens, et que point n'estoient venu à sa
feste, si en fu tous merancolieus. Et pour ce ne laissa il pas à fester
et à faire bonne chière à tous ceuls qui venu estoient. Et avant que la
feste fust esparse, il demanda comment il se ceviroit de ceuls qui le
voloient adoser. Il fu consilliés que il semonsist tous ses hommes, et
priast ses amis et presist saudoiiers de toutes pars, car il avoit bien
de quoi faire, et cevauçast à poissance de gens d'armes en Bretagne, et
conquesist de fait les rebelles et fesist venir à obeissance, et tout
premierement il alast devant Brait et fesist tant que il en fust sires,
car pas n'est dus de Bretagne qui n'est sires de Brait. Li contes de
Montfort crei ce consel et semonst tous ceuls qui feaulté li avoient
fait, et desquels il pensoit à estre aidiés, et retint saudoiiers à
tous lés, et les paia bien et largement, tant que casquns le vint
volentiers servir. Fo 71 vo.

P. 89, l. 9: seigneur.--_Ms. d'Amiens_: car il n'avoient encorrez oy
parler de nului qui li debatesist ne mesist callenge. Fo 52 vo.

P. 89, l. 20: parfurnir.--_Ms. d'Amiens_: Si avoit li dus escript
especialement et envoiiés certains messaiges deviers le visconte de
Rohem, monseigneur Charle de Dignant, monseigneur Hervy de Lion,
monseigneur l'evesque, son frère, ossi à l'evesque de Rennes et à
l'evesque de Vanes, au seigneur de Cliçon, au seigneur de Biaumanoir,
au seigneur de Kintin, au seigneur de d'Avaugore, au seigneur de
Lohiach, au castelain de Ghinghant, au seigneur de Rais, au seigneur de
Rieus, au seigneur de Malatrait, au seigneur de Garghoule, au seigneur
de Tournemine, au seigneur d'Ansenis, et generaulement à tous lez
barons, chevaliers et prelas de Bretaingne, et engoint en especialité
que tout venissent à se feste en le cité de Nantez. Fo 53.

P. 89, l. 24: Hervi.--_Mss. A 8, 9, 11 à 17, 20 à 22_: Henri. Fo 70.
_Mauvaise leçon._

P. 90, l. 1: entre yaus.--_Ms. d'Amiens_: par le enort de monseigneur
Hervy de Lion et de aucuns bourgois de Nantez. Fo 53.


=§ 140.= P. 90, l. 17: Brait.--_Mss. A 8, 9, B 3_: Braist. Fo
70.--_Mss. A 1 à 7, 11 à 33_: Brest. Fo 76 vo.

P. 90, l. 20: et cousins.--_Ms. B 6_: à le femme monseigneur Charle de
Blois. Fo 170.

P. 91, l. 4: à signeur.--_Ms. d'Amiens_: .... car il y avoit plus
prochain à l'hiretaige qu'il ne fust. De ceste responsce eult li comtes
de Monfort grant matalant et se retrai arrierre; et deffia le chevalier
et dist qu'il li remousteroit, ainschois que de là se departesist,
quèle proimeté il avoit à le duché de Bretaingne. Si coumanda à logier
touttez mannierrez de gens et à environner le ville de Brait, au costet
deviers le terre. Fo 53.

P. 91, l. 6: à signeur.--_Ms. B 6_: .... mais garderoit la ville et le
chastel pour l'iretière, le femme de monseigneur Charle de Blois. Fo
170.

P. 91, l. 7: à qui.--_Mss. A 11 à 14_: auquel la duchié appartenoit par
droit. Fo 74.

P. 91, l. 9: deffia.--_Ms. B 6_: Sy furent là ly barons et les
sauldoiers du conte huit jours que riens n'i firent. Fos 170 et 171.

P. 91, l. 11 et 12: assallir.--_Ms. B 6_: à toute son host où bien
avoit douze mille hommes, que uns que aultres. Fo 170.

P. 91, l. 21: assaut.--_Ms. d Amiens_: A cel assault eult grant hustin
et très durement fort combatut, car messires Garniers de Clichon estoit
très bon chevalier et plains de grant emprise, si se combatoit de grant
couraige, car il li sambloit que il le faissoit sus son droit: s'en
estoit de tant plus vigereux et tenoit ung glaive en ses mains à ung
fer bien aceret, et en faisoit merveillez d'armez. Et ne pooit nulx
venir jusqu'à lui, que il ne ruast par terre. Ossi li sien le faisoient
bien et bel, si comme bonnes gens d'armes le doient faire. Si dura
chilx assaulx du matin jusques à nonne ou environ, toudis assallant et
deffendant, et tant que chil de d'ens furent durement lasset. Ce
n'estoit mies de merveillez, car d'estre armés et de combattre ung tel
terme, je ne say coumment on le poelt souffrir ne endurer; mais il le
faisoient tout de grant vollenté et pour ce que il veoient si bien
combattre leur cappittainne. Et ossi il le besongnoit, car leurs
ennemis croissoient toudis, et venoient là à grant force, fresk et
nouviel, et se contourna tous li plus durs et grans assaux à cel
endroit. Finablement messires Garniers de Clichon et li sien furent si
efforciet et si apresset, que les gens le comte de Monfort gaignièrent,
par fort continuer leur assault, les bailles, et se boutèrent en le
ville entre les gens monseigneur Garnier et le fortrèce. Là en y eut
pluiseurs des mors et des navrés, et fète tamaintez bellez appertisez
d'armez et mainte belle rescousse. Et tout combatant et deffendant,
chil de dedens se retrayrent vers le fort, mès il n'y peurent tout
parvenir, que il n'en y ewist grant plentet de mors et de pris. Et là
estoit li dis messires Garniers, l'espée ou poing, derière ses gens,
devant sez ennemis, qui merveillez y faisoit d'armez, et qui tamaint
compaignon dez siens rescouvi de mort et de prison, et fist voie pour
entrer en le fortrèce. Fo 53 vo.

P. 92, l. 8 et 9: le grant restiel.--_Ms. B 6_: le traille. Fo 171.

P. 92, l. 21: navrés.--_Ms. B 6_: et eult plus de quatorze plaies.

P. 92, l. 30: au tierc jour.--_Ms. B 6_: au septième jour. Fo 172.

P. 93, l. 20: joians.--_Ms. de Rome_: Qant li contes de Montfort vei
que il avoit gens assés pour cevauchier avant en Bretagne, et pour
aprendre à congnoistre liquel et lesquels vodroient faire partie à
l'encontre de li, et dire que il ne fust de son droit dus et hiretiers
de Bretagne, li intension de li et de son consel estoit telle que il
les radreceroit, vosissent ou non, à raison. Si se departi de Nantes en
grant arroi, et se mist au chemin pour venir et aler devant Brest. Vous
devés sçavoir, avant que il venist à Brest, il avoit jà le plat pais de
Bretagne et moult de grosses villes si constrains à lui et mis en son
obeisance que toutes gens le sievoient à cheval et à piet, les uns par
renonmée que on disoit: «Vechi nostre signeur le duch,» les aultres par
cremeur, que il n'en osoient faire le contraire. Et tant esploitièrent
li contes de Montfort et toutes ses routes, que il vinrent devant
Brest. Dou chastiel de Brest, pour ces jours, estoit gardiiens et
chapitainne uns vaillans et sages chevaliers, qui se nonmoit messires
Garniers de Cliçon, cousins germains au signeur de Cliçon. Li contes de
Montfort le manda que il venist parler à lui sus asegurances; il vint.
Qant il fu venus, il li demanda pourquoi il clooit les forterèces de
Bretagne à l'encontre de li, qant bien il savoit que il en estoit dus
et sires, et que les chités et bonnes villes de Bretagne l'avoient
recheu à signeur. Il respondi à ce et dist: «Sire, je tieng clos et
tenrai le chastiel de Brest, tant que il me sera aparant que il i auera
un duch en Bretagne, qui recheus i sera de tous les barons et les
fievés, ensi conme il apertient à estre recheus, et que chils dus auera
fait son devoir deviers son naturel et souverain signeur, le roi de
France, et que li rois l'auera recheu à honme liege, de foi et de
bouce. Et qant ce me sera apparant clerement, je obeirai: ce sera
raisons.» Donc dist li contes de Montfort: «Garnier, vous veés mesire
Hervi de Lion qui est uns des grans barons de Bretagne, qui est venus à
obeisance à moi, et aussi sont pluisseur noble prelat et gentilhonme,
et toutes les chités et bonnes villes de Bretagne. Si ne me devés pas
estre rebelles, ne aleghier dou contraire, que je ne soie dus de
Bretagne, car la succesion m'en vient de par monsigneur mon frère, le
daarain mort.»--«Sire, respondi li chevaliers, je ai esté moult de
jours et de nuis dalés monsigneur vostre frère, de qui vous parlés, et
se li ai oy dire et affremer que à la ducée de Bretagne vous n'avés nul
droit, mais l'a mesires Carles de Blois en l'oqison de madame sa fenme
qui fille fu à mesire Jehan de Bretagne, conte de Pentèvre, et frère
germain au bon duc darrainnement mort. Et qant les raisons seront
esclarcies et determinées, là ou lieu où elles le doient estre, c'est à
Paris devant le roi de France et les douse pers, puis que vous en volés
faire question, je ouverai le chastiel de Brest, et jusques adonc,
non.»--«Garnier, Garnier, respondi li contes de Montfort, nous ne
volons pas tant atendre. Or vous en retournés, vous avés assés parlé,
et sachiés que nous i enterons qant nous porons.» Atant rentra mesires
Garniers de Cliçon ens ou chastiel, et li contes de Montfort fist
ordonner et apparillier enghiens et bricoles pour assallir, et dist:
«Brest est la clef de Bretagne, mais par celle clef je voel entrer en
Bretagne.»

Li contes de Montfort prist en grant desplaisance ce que messires
Garniers de Cliçon li avoit dit et respondu, et dist que jamès il
n'entenderoit à aultre cose, si aueroit pris le chastiel de Brest. Le
second jour apriès, il fu consilliés de faire ce que je vous dirai, de
mettre une enbusqe sus au plus priès dou chastiel conme il poroit par
raison et puis deslogier de là mal ordonneement, ensi que gens font qui
ne sèvent que c'est de gerre, pour traire hors dou chastiel messire
Garnier et les siens; et qant il seroient hors, li enbusqe saudroit
avant et les encloroit entre le chastiel et l'oost. Aultrement ne les
pooit on avoir. Ensi conme il fu consilliet, il fu fait, et li enbusqe
asisse et mise couvertement desous le chastiel. Qant ce vint au matin,
chil de l'oost se conmencièrent à deslogier, et à euls departir par
fouqiaus, et à tourser tentes et trefs et à metre sus chars et à
voiture. Messires Garniers de Cliçon et li compagnon qui ens ou
chastiel de Brest estoient, perchurent ce convenant; si dissent:
«Sallons hors et nous frapons en la qeue de ces alans. Nous lor
porterons damage et ramenrons des prisonniers.» Il le fissent, et
issirent hors et n'eslongièrent point de trop lonch le castiel, car les
gens de Montfort estoient logiet moult priès ens ès courtils, devant
les fossés. Qant il furent issu, les lances ens ès poins, et tous
apparilliés pour faire armes et ferir en la qeue des Montfortois, et jà
il escarmuçoient, evous l'enbusque venant tout le pas autour dou
chastiel, et trouvèrent ceuls qui gardoient la porte. Qant il
perchurent lors ennemis, il furent tout esbahi, et toutes fois il se
missent à la deffense moult vaillanment. Mesires Garniers et li sien
oïrent le hustin. Si laissièrent lor emprise et retournèrent viers le
chastiel, et envaïrent moult vaillanment lors ennemis. A grant mescief
porent il rompre la presse des assalans, car li pons estoit avalés, et
la porte ouverte; si se efforçoient de entrer dedens. Là ot fort hustin
et dur, et moult d'armes et d'apertises i fissent chil dou chastiel, et
par especial messires Garniers de Cliçon, car il se tenoit derrière
tous les siens et les remetoit par apertisses d'armes dedens la porte.
Chil qui estoient amont traoient et jettoient as assallans et les
faisoient requler. Et toutes fois li pons et la porte euissent esté
efforchié, con grande vaillance que il i euist ou chevalier et en ses
gens, se chil qui estoient amont ne se fuissent delivré de lever le
pont et d'abatre la porte couleice.

Qant il orent ce fait, il laissièrent une petite plance aler, sus
laquelle lors gens montoient un à un et rentroient ens ou chastiel. Là
estoit mesires Garniers de Cliçon tout devant, et faisoit voie à ses
gens et les remetoit dedens à son pooir, et fist ce jour d'armes ce que
uns vaillans homs doit faire; mais il fu navrés moult durement, et à
grant painne fu il remis dedens la garnison. Et là ot ce jour à celle
escarmuce grant fuisson de bleciés des uns et des aultres. Li contes de
Montfort et ses gens se retournèrent tous en lors logeis conme en
devant. Et qant chil dou chastiel de Brest veirent ceste ordenance, il
perchurent bien que il estoient decheu, et encores furent il plus
courouchié, car mesires Garniers de Cliçon ne pot avoir dedens la
forterèce ce que il li besongnoit, pour entendre as plaies que il avoit
ou chief et ou corps, et morut dedens trois jours, dont furent tout li
compagnon desbareté et esbahi, qant il veirent mort lor chapitainne. De
la mort mesire Garnier fu enfourmés li contes de Montfort. Si en fu
tous resjois, car bien veoit que point n'aueroit la forterèce, tant que
messires Garniers fust en vie. Il fist trettiier par mesire Hervi de
Lion as compagnons de Brest, et leur fist dire que il lor pardonroit
tous mautalens, se il li voloient rendre la forterèce. Chil qui dedens
estoient, qui veoient mort lor chapitainne, et ne lor apparoit seqours
de nul costé, se doubtèrent de lors corps et de lors biens à perdre; si
rendirent Brest au conte de Montfort, salve lors corps et lors biens.
Ensi eut li contes de Montfort le chastiel de Brest, et le rafresci de
nouvelles gens et de pourveances, et le bailla en garde et sus son
honnour à un gentilhonme des siens, auquel il avoit bonne fiance. Fos
72 et 73.


=§ 141.= P. 93, l. 24: Rennes.--_Mss. A 1 à 6, 20 à 22_: Vennes. Fo 77
vo.

P. 93, l. 30: doubtance.--_Ms. d'Amiens_: Si y aloient li pluiseur plus
par force que par amours, car qui en fuist rebellez, li comtez le
fesist decoller sans merchy. Fo 53 vo.

P. 94, l. 2: fourbours.--_Ms. d'Amiens_: qui adonc estoient moult
grans. Fo 53 vo.

P. 94, l. 3: Et avoient.--_Ms. d'Amiens_: Et avoient avoecq yaux à
cappittaine de par le duc dairain mort, ung gentil homme, chevalier
preu et hardi à merveillez, et avoit son mannoir et son hiretaige assés
priès de là; et le amoient communement trèz durement. Et avoit chilx à
nom messires Henris de Penefort, et disoit bien que jà ne relenquiroit
sa droite damme la femme à monseigneur Charlon de Blois, et le tenoit
et avoit tenu toudis à hiretierre de Bretaingne. Ossi tout chil de la
chité de Rennez estoient de son accord.

Enssi fu assigie la chité et la ville de Rennes dou comte de Monfort et
de tous ses comfortans. Peu y fist traire ne lanchier, car il ne
volloit mies grever ne blechier ses gens. Or avint que il prist
vollenté à monseigneur Henry de Pennefort de faire une yssue sour ses
ennemis et de resvillier ciaux de l'ost. Si s'en descouvri à aucuns
jouennes bourgois et compaignons de le ville de Rennes, liquel s'i
accordèrent et priièrent tout l'un l'autre. Et se queillirent et
armèrent une ajournée, et yssirent de le chité; et pooient y estre
environ cinq cens, tous arméz et bien montéz. Et s'en vinrent
couvertement par voies non sceuez, et se boutèrent en l'ost le comte de
Monfort à l'un des corons; et abatirent tentez et tréz et pauvillons,
et coummenchièrent à gens navrer et ocire et mehaignier, et à faire un
mout grant desroy. Li hos s'estourmy, et coururent vistement as armez;
et messires Henris de Pennefort, quant il vit que point fu, il se
retraist tout bellement vers le cité de Rennes.

En celle propre nuit avoit fet le get li sirez de Gadugal et bien sept
cens armurez de fer, sans les brigans à targes et à pavais. Si
entendirent coumment chil de le chité estoient yssus hors et avoient
porté moult grant dammaige à leur ost. Adonc s'en vint li sirez de
Gadugal, à qoite d'esperons, entre le chité et messire Henry de
Pennefort, et lez encloi avoecq se routte, parmy tant que chil de
l'ost, qui estourmit estoient, leur revinrent par derière. La eut grant
bataile et fort combatue d'une part et d'autre. Et y fissent chil de
Rennes grant plentet d'armez, et fortement se combatirent; mès gens
croissoient toudis à chiaux de l'ost. Se ne les peurent à le longhe
souffrir ne porter, et fu(i)rent comme desconfit chil de Rennez deviers
leur ville. Et en i demoura grant fuisson des leurs, car li enchauce et
li poursuioite dura jusquez as barrières. Et remest messires Henris de
Pennefort en bon convenant sus le place, et trop bien se combati
desoubz son pignon, mès finablement il ne peut durer. Rendre le
couvint, et fu prisonnier à ung escuier de l'hostel le comte de
Montfort, que on apelle Joffroy dou Bruel, liquelx le rendi au dit
comte qui en eut grant joie, pour tant qu'il li estoit contraire et
avoit estet moult grans ennemis.

Quant chil de Rennez se virent ensi desconfit et pris leur bonne
cappittainne, si furent tout ce jour durement esbahy; et durement leur
anoya, et ce fu bien raisons. Nonpourquant il se recomfortèrent entre
yaus; et disent li plus saige que, se il avoient perdu celle fois, un
autre fois il se recouvreroient. Si passèrent ensi leur anoy et
entendirent as deffenscez de leurs chitéz. Or vous diray de quoy li
comtez de Montfort s'avisa affin que pour mieux constraindre et atraire
lez bourgois de Rennes à sa volenté, car bien savoit que toute la
coumunalté de le ville amoient durement monseigneur Henry de
Pennefort, et que jammais il ne li lairoient prendre quel meschief dou
cors, là où bonnement il le pewissent amender. Pour ce, fist il amener
le chevalier et li dist: «Messires Henris, messires Henris, vous m'avés
estet grandement contraires et rebelles en touttes mes besoingnes, et
advés enhortet et amenés les bourgois et le communauté de Rennes à che
qu'il se sont clos contre moy, qui sui leurs drois sirez naturelz; et
estez venus avoecq eulx à main armée sour my, et m'avés porté grant
dammaige de mes hommes: pour quoy il faut que vous morés, car briefment
je vous feray pendre, voiant tous chiaux de le chité, par quoy il y
prenderont exemple.» Et quant li chevaliers entendi le comte de
Montfort ensi parler, s'il fu esbahis, ce ne fu pas merveillez.
Nonpourquant il respondi et dist: «Chiers sirez, vous povés faire de
moy vostre bon plaisir, car vous me tenés en votre prison. Mès, s'il
plest à Dieu, vous arés bon advis, car ce seroit grant cruaulté, se
moy, qui sui pris en fès d'armes, moroie villainnement et sans deserte,
et à trop grant blamme vous seroit reprochiet. Et se j'ay tenu ceste
opinion contre vous, je ne sui pas seus, car il y a encorres mil
chevaliers et escuiers en le ducé de Bretaingne, ou si grans ou plus
grans que je ne sui, qui le tiennent et tenront, che dient. Car ensi
l'avons nous juret fealment à monseigneur le duc vostre frère, dairain
trespasset; et proummis à tenir sa nièce, femme à monsigneur Charlon de
Blois, à damme et hiretière. Si me poés tenir en prison, s'il vous
plest, et quant la declaration sera faitte de vous et d'elle, faittes
de moy vostre bonne vollenté et che que vos conssaux et bonne
conscienche aporteront qu'il en appertenra adonc à faire.»

Quoyque messires Henris de Pennefort parlast assés raisonnablement au
comte de Monfort, seloncq l'avis de pluiseurs, li comtez ne se refroida
mies de tenir sen oppinion, et dist: «Messire Henri, vostre arguement
ne vallent noient, ne de vostre dame, femme à messire Charle de Blois,
car il est tout cler que je sui dus de Bretaingne, et demoray dus à
tousjours; et, comme dus, je vous juge et condamne à mort par le cause
de vostre rebellion. Si vous povés confesser, se vous voulléz, car
jammais ne buveray ne mengeray, si vous aray fet pendre, ou vous me
feréz rendre le chité de Rennes en foy et en hoummaige, et vous ossi me
juréz feaulté, ensi qu'à vo droit seigneur.» Et quant li chevaliers
entendi le comte ensi parler et si acertez, si fu touz esbahis; car de
relenquir sa droite damme, che li estoit moult dur. Si dist tous
confortéz: «Sire, vous povés faire de moy vostre bon plaisir, mès pour
morir, je ne le relenquiray jà mon droit seigneur, ne le serment que
j'ay fet, et Dieux ait l'ame de moy! S'il li plest que je muire, je le
receveray en gré, car il n'est nulle mort honteuse, puis que on le
prent pour bien faire et sus title de loyaulté maintenir.»

Adonc fu coummandé de par le comte de Monfort que li chevaliers fust
amenés vers Rennes, et que on levast unes fourques mout tost près de le
cité. Tout chou fu fait qu'il coummanda, les fourques levées, et
messires Henris de Penefort par le marescal de l'ost amenés jusques à
Rennes, et bien gardés de plus de deux mille bachinès, affin que chil
de le ville ne le rescouvissent. Et quant li coummunaulté de le chité
de Rennes entendi que li gibet que on carpentoit et levoit si priès
d'iaux, estoit ordonnés pour faire morir monseigneur Henry, leur bonne
cappitainne, si eut en le ville grant cririe et grant plorie. Et en
avoient touttez mannierres de gens grant pitet, et fissent assavoir au
comte de Montfort se pour raenchon on le poroit ravoir; et il leur
respondi que nenil, fors pour avoir le chité de Rennes en se
obbeyssance. Dont respondirent il qu'il aroient consseil et advis de
chela faire, et que on le volsist detriier tant que on fust
conssilliet; et li comtes leur acorda vollentiers.

Endementires que chil de le chité de Rennes se conssilloient entre yaux
dou rendre ou dou laiier, il y avoit là aucuns chevaliers de l'amisté
monseigneur Henry de Pennefort, qui li enhortoient et conssilloient que
il se volsissent retraire au comte de Monfort, et que il faisoit trop
grant follie de tenir l'oppinion que il tenoit: «car pour quoy?
disoient il. Monseigneur Henry, otant bien avions nous nostre loyauté
et honneur que vous faittez la vostre; mès nous ne veonz nul apparant
de monseigneur Charlon de Blois, ne de sa femme, qu'il se retraient
avant à l'hiretaige. Et prendés enssi que messires Carlez reviegne à le
ducé de Bretaingne et que ce soit ses drois, se couvenra il que li
comtez de Montfort en ait aucune parchon. Dont espoir vous escherés en
ceste, ou autrement vous avés orez belle escusation, car par
constrainte vous serés devenus homs au comte de Monfort. Jà pour ce,
messires Carlez de Blois ne vous en vaura pis.»

Ensi et de pluiseurs parollez fu tant menés et enforméz li chevaliers
que il se laissa à dire, car au destroit chacuns fuit le mort
vollentiers; mès encorres disoit il que, se il quidast estre venus à
tel coron, il ne se fust jà rendus prisonniers, mès fès occire sus lez
camps, et que messire Garniers de Clichon avoit estet loyaux et
vaillans chevaliers, quant en se loyaulté il estoit mors. Ensi se
debatoient de parollez li chevalier et li escuier de Bretaingne, qui
adonc avoec le comte de Montfort estoient, à monseigneur Henry de
Pennefort; car trop envis le ewissent veut pendre, ne recepvoir nul
dammaige dou corps. Et chil de Rennes parlementoient, li petis contre
les grans, et estoient en grant estri ens le place où il estoient tout
assamblet. Car la coumunauté volloit que la cité fust rendue et
messires Henris de Pennefort delivréz; et li rice homme et grant
bourgois y estoient tout contraire, et disoient que jà n'avenroit que
il fesissent fraude, ne se desloyautaissent enviers leur droite damme
naturelle, pour ung chevalier, et que à trop grant meschief leur poroit
retourner. Nient mains touttez raisons remoustréez des grans as petis,
il n'y vorent point entendre, mès sonnèrent la cloche et se coururent
armer. Et s'esleva grans tumultes et dissentions entre les coummuns et
lez plus gros de le ville qui contraire estoient à leur vollenté; et
les coururent sus, et il se deffendirent. Là en y eult pluiseurs mors
et blechiéz, mès finablement li communauté obtinrent le place et furent
mestre et souverain à ce donc des grans. Et envoiièrent deviers le
comte de Montfort, en disant que il venist sceurement en le cité de
Rennes, on li recepveroit à signeur, mès que il reuissent monseigneur
Henry de Pennefort. Li comtez dist: «oil,» et fu de ces nouvelles mout
joiant, et vint en le cité de Rennes, et y entra en grant reverense de
trompez et de trompettez et de touttez mannierres de menestrandie. Et
vinrent li clergiet à grant pourcession contre lui et le amenèrent à
cel solempnité à le cathredal eglise; et là li jurèrent tout feaulté et
li fisent hoummaige comme à leur droit seigneur. Et ossi fist messires
Henris de Pennefort, qui devint ses homs et ses chevaliers: dont li
comtez eut grant joie, car il le sentoit preudomme et vaillant; et
puisqu'il en avoit le foy, il ne le frauderoit à nul jour. Se le retint
li comtez de son consseil, et li donna tantost cinq cens livrez de
revenue, et li assigna bien où il lez devoit prendre.

Ensi comme je vous recorde eut li comtez de Montfort la bonne cité de
Rennes, le foy et le feaulté des bourgois de la ville; et s'i tint par
cinq jours, pour lui rafreschir et reposer, et pour mieux entendre à
le fortrèce de le ville et atraire touttez mannierrez de gens à sen
amour. Et de tant comme il y fu, il y tint toudis court ouverte et
donna grans dons as bourgois et à touttez mannierres de gens dont il
entendoit le mieux à valloir; et tant fist qu'il y acquist grant grace.
Quant il s'en dubt partir, il y laissa ung chevalier de par lui à
cappitainne, breton bretonnant, en qui il avoit grant fianche; et
appielloit on cesti monseigneur Guillaumme de Quadudal, gentil homme et
preudomme durement. Au sixime jour, il s'en parti et coummanda à
deslogier touttez mannierres de gens et prendre le chemin deviers le
castiel et le forte ville de Hainbon; et emmena avoec lui monseigneur
Henry de Pennefort, car il en penssoit bien à avoir mestier en son
voiaige. Fo 54 vo.

P. 94, l. 13: deus cens.--_Ms. B 6_: trois cens. Fo 172.

P. 94, l. 21: le gait.--_Ms. B 6_: Sy fu au retour entre l'ost et le
chité enclos de mesire Hervi de Lion qui avoit fait le gait. Fo 172.

P. 95, l. 8: le porte.--_Ms. B 6_: et fist lever unes fourques droit
devant les fossés. Fo 173.


=§ 142.= P. 96, l. 11: Adonc.--_Ms. d'Amiens_: Li comtez Jehans de
Montfort se departi de Rennez et fist arouter ses os et son charoy pour
venir à Hainbon, ung très fort chastiel seans sus mer. Bien avoit oy
recorder que messires Oliviers de Pennefort, frèrez au dit monsseigneur
Henry, l'avoit en garde et en estoit castellains, et ossi que li
castiaux avoecq la ville estoient si fort que il ne faisoit mie à
prendre ne à gaagnier, sans trop loing siège. Et pour ce, en cheminant
celle part, il moustroit tous les signes d'amours qu'il pooit, à
monseigneur Henry de Pennefort, et li disoit: «Henri, Henri, vous estez
devenus mes homs et mes chevaliers. Si me devés toutte obeissanche et
tout service, et m'avés juret feaulté et à aidier à concquerre mon
hiretaige de Bretaingne et à destruire tous rebellez.»--«Sire, che li
dist messires Henris, il est verités. Et pourquoy le dittes vous? S'il
plest à Dieu, vous n'y veurés jà le contraire, puisque à ce me sui
adounnés et assentis.»--«Je le vous diray, ce dist li contes, nous
chevauchons deviers Hainbon, dont Oliviers, vos frères, est gardiiens
et cappittainne. Si ne voroie pas, pour l'amour de vous, qu'il ewist
nul dammaige dou corps; et se vous volliéz bien, adcertez nous
l'arions à nostre acord, et plus l'a(r)oie à avoir bellement que
fellement.»--«Sire, che respont messires Henris, or me monstréz voie,
s'il vous plest, comment ce se pourroit faire.»--«En nom Dieu, dist li
comtez, je le vous diray. Quant nous deverons demain aprocier le ville
de Hainbon à quatre ou à cinq lieuwes, vous prenderés quatre cens ou
cinq cens armures de fer des nostrez, et chevaucerés devant à tout les
bannières de Bretaingne, et li feréz assavoir que vous venés vers lui.
Je croy assés bien que il vous ouvera les portes, et quant vous seréz
ens et enssi que saisis de la ville, vous li mousterés sus quel estat
vous serés là entrés, et que c'est bon qu'il me reçoive comme son droit
seigneur.»--«Sire, che respont messires Henris, puisque à ce vous
m'esmouvés, et que de vostre ordonnanche vient, je le feray, mès je
deceveray mon frère.»--«Henri, Henri, ce dist li comtez, en fès d'armes
convient ung seigneur qui voet venir à ses ententes, soutillier
pluiseurs voies d'avantaige pour lui. Autrement il n'a que faire de
gueriier, et ceste est la plus proçainne que g'y puis ymaginer pour mon
prouffit, car Hainbon n'est mies ungs castiaux à concquerre par siège
ne par assault, sans grant coustage.» Fo 55.

P. 96, l. 11: li contes.--_Mss. A 11 à 14_: et la contesse. Fo 75.

P. 97, l. 10: six cens.--_Mss. A 11 à 14_: cinq cens. Fo 75 vo.


=§ 143.= P. 97, l. 25: Adonc.--_Ms. d'Amiens_: Sus les parolles dou
comte de Montfort s'ordonna messires Henris de Pennefort. L'endemain,
chevaucha li hos deviers Hanbon. Et si comme il pooient y estre à cinq
lieuwez priès, li dis messires Henris se parti dou comte et enmena
avoecq lui jusquez à cinq cens armures de fer, et chemina tous les
grans ghalos deviers le ditte fortrèche. Et quant il fu ensi que à une
petitte lieuwe priès, il envoya ung hiraut devant mander à son frère
qu'il venoit, et que il li vosist ouvrir les portes. Li hiraux fist
tout ce dont il fu chargiés. De la veuue monseigneur Henry de Pennefort
eut messires Oliviers, sez frèrez, si grant joie, qu'il ne demanda
oncquez s'il estoit amis ou ennemis, mès dist au hiraut: «Aléz contre
lui, et li dittez qu'il est li bien venus.» Ensi le raporta li hiraux à
monseigneur Henry, liquelz entra en le ville à touttes ses gens, et se
saisi de son frère et dou castiel. Et recorda à son frère comment li
affairez alloit en Bretaingne, et que li comtes de Monfort avoit jà à
lui et en son accord le plus grant partie dou pays, et bien estoit
tailliéz d'avoir le remanant, car nuls ne li alloit au devant. Et li
avoient grant plentet des seigneurs fet feaulté, et especialment cil de
Nantez et de Rennes, qui sont les souveraines chitéz dou pays et sour
qui tous li demorans se doit aviser.

Quant messires Oliviers de Pennefort eut oy son frère, et il se vit
pris et au desoubz de sa fortrèce, si fu durement courouchiéz, mès
amender ne le pot. Et dist bien que se il ewist senti ne seu que ses
frèrez dewist là venir en tel mannière, il n'y fuist mies entréz, car
vilainement l'avoit dechupt: «Certes, biau frère, ce respont messires
Henris, il est veritéz. Mès li comtez de Montfort, qui s'apelle et
escript dus de Bretaingne, en est cause, et li ai fet feaulté et
hoummaige, et vous li feréz ossi et devenrés ses homs: je le vous
consseille.» Respont messires Oliviers: «Voeille ou non, il convient
que je le soie, mès jou ewisse plus cher autrement, s'il pewist y
estre.» Que vous feroie je loing compte? Tant parla et precha messires
Henris de Pennefort que amiablement il le fist monter à privée mesnie
et sans armure, et chevauchier contre le comte de Montfort, qui le
rechupt liement et à grant joie, et li dist que de ce jour en avant il
seroit de son hostel et de son plus privet consseil; et li donna
tantost cinq cens livrez de revenues et li assigna bien où il les
prenderoit. Si entra li dis comtes en le forte ville de Hainbon, qui
est ungs grans et bons pors sus mer, et prist le foiauté et hoummaige
de tous lez hommez de le ville et dou chevalier ossi monseigneur
Olivier de Penefort, et y demoura trois jours et toutte se ost ossi; se
s'i rafreschirent. Et y ordonna li comtez castelain et gouvreneur pour
le garder et deffendre contre tous venans, s'il besongnoit, ung très
bon chevalier et de grant affaire, que on clamoit monseigneur Yvon de
Tigri, en qui li dis comtez se confioit moult, et trois cens
saudoiiers, touttes bonnes armurez de fer, et paiiés de leurs gaiges
pour ung an.

Quant li comtez de Montfort se fu mis en saisinne et en possession de
le forte ville et dou biau castiel de Hainbon, et ordonné garnison
telle qu'il li pleut, il eult consseil et advis qu'il se trairoit
deviers le cité de Vennes. Si fist arouter son ost, cargier son caroy
et cheminer celle part. Ainchois qu'il y parvenist, il fist traitier à
chiaux de Vennes que il le volsissent recepvoir à signeur, et il leur
seroit très bons sirez; et lez tenroit as us et as coustummes que li
dus de Bretaigne, ses frèrez, dairains trespasséz, les avoit tenus, ou
à milleurs. Quant cez nouvellez vinrent en le chité de Vennes, il
sonnèrent leur cloche et s'asamblèrent. Et quant il furent tout
assamblet, les offres, les ordonnanchez, les proummesses et lez
requestez, que li comtes de Montfort leur faisoit, furent là
remoustrées et recordées. Li aucun s'acordoient à lui recepvoir à
seigneur, et li aucun, non. Toutteffois, une souffranche fu prise à
durer troix jours, et là en dedens estre devoient tout conssilliet dou
faire ou dou laiier. Ceste souffranche durant, li comtez ne laissa miez
pour ce que il ne se logast bien et puissamment devant Vennes et ne le
asegast de tous poins, mès nul contraire ne fist à le chité; ainsçois
leur offroit toutte amour et grans bienfès, là où il le volroient
recepvoir à seigneur. Cil de Vennes se consseillièrent li ung par
l'autre, et regardèrent que il estoient sus l'un des corons de
Bretaingne, et que Nantes, Rennes, Hainbon et pluiseur autre castiel
estoient tournet à l'acord le comte de Montfort, et que nulz ne li
contrestoit. Si se doubtèrent que grans maux ne leur en venist, car
leur cité n'estoit mies forte pour yaux tenir contre ung host, ne le
pais; et si n'ooient nullez nouvellez de monseigneur Charlon de Blois:
si ques, tout consideret, le bien contre le mal, et le fort contre le
foible, il s'acordèrent au comte de Montfort et le rechuprent à
seigneur, et li fissent hoummaige et li jurèrent feaulté et l'amenèrent
à grant procession au castiel. Et là tint il sa feste, par deux jours,
dez chevaliers qui avoecq lui estoient et des bourgois de le ville; et
deffist tous offisciers et remist nouviaux offisciiers en le ville et
en le baillie de Vennes.

Au tierch jour, il (li contes) s'en parti (de Vennes) et alla assegier
ung très fort castiel seant sus ung hault terne sus la mer, que on
claimme Rocheperiot. Si en estoit castelains uns vaillans chevaliers et
mout gentils homs, que on clammoit monseigneur Olivier de Clichon,
cousins germains à celui monseigneur Olivier de Clichon qui fu depuis
decolléz à Paris, ensi comme vous orés recorder chy apriès. Et sejourna
li dis comtez devant Rocheperiot bien, à siège fet, huit jours entirs.
Oncquez ne peult trouver voie par quoy il pewist le castiel gaegnier,
si fors estoit il et en lieu si inhabitable; et si ne peut trouver
accord au gentil cevallier, par quoy il volsist obeir à lui par
proumesses, ne par manachez, qu'il li pewist faire. Si s'en parti atant
et laissa le siège et le castiel ester jusques à tant que plus grant
prouffit li venroit d'aucuns aultrez tretiéz, et puissance li
croisseroit. Si s'en vint devant ung autre castiel que on appelle au
Suseniot, où par usaige li duc de Bretaigne se tiennent pour le cause
des biaux esbas qui sont là environ, tant des bois comme dez rivièrez.
Li castelains le rendi à lui; et li laissa li contes, quant il en eut
pris le possession. Depuis chevauça et s'en vint devant castiel
d'Auroy, qui est une belle fortrèche et de grant nom; et le fist li
roys Artus jadis faire et fonder, quant il concquist Bretaigne. Si en
estoit castelains ungs moult gentilz chevaliers, que on clammoit
monseigneur Joffroy de Malatrait, qui moustra bonne chière et grant
couraige de lui deffendre. Adonc fist li comtez de Monfort logier ses
gens environ le castiel, et dist qu'il ne s'en partiroit si l'aroit à
sa vollenté.

Quant messires Joffroy de Malatrait se vit assegiet dou comte de
Montfort et oy lez manachez qu'il li faisoit, si demanda une trieuwe de
deus jours tant seullement, et là en dedens il se conssillieroit. Li
comtez li accorda liement et envoya parler à lui monseigneur Yvon de
Tigri, grandement compaignon et amic au dit monseigneur Joffroy,
liquelz esploita si bien deviers lui, et tant li dist d'une cose et
d'autre, que messires Joffroy de Malatrait rechupt le comte de Monfort
à seigneur, et le mist en le possession dou castiel et de le castelerie
d'Auroy, qui est moult belle et moult grande. Et li comtez li rendi et
li laissa par le consseil qu'il eult, et avoecq lui monseigneur Ivon de
Tigri; et les fist gardiiens de tous le pays là environ, et prist de
tous les gentils hommes le foy et hoummaige.

Puis s'en parti li dis comtez et mena son ost par devant ung autre fort
castiel asséz priès de là, que on claime Gou le Forest. Chils qui
castelains en estoit, veoit que li coens de Monfort avoit grant ost, et
que tous li pays se rendoit à lui, si que par le enort et consseil
monseigneur Hervy de Lion, que mout amoit et congnissoit, car il
avoient estet grant amy et compaignon enssemble en Grenate et ailleurs
en estraingez contrées, il s'acorda au dit comte et li fist feauté, et
demoura gardien dou dit castiel de par le comte.

Tantost apriès, li dis coens de Montfort se parti de là, et s'en alla
deviers Craais, bonne ville et bon castiel et fort durement. Dedens
Craais avoit ung evesque qui sirez en estoit, onclez à monseigneur
Hervi de Lion, si ques, par le consseil et tretiet monseigneur Hervi,
chilx evesquez s'acorda au dit comte et le recongnut à seigneur jusques
adonc que venroit avant qui plus grant droit mousteroit pour avoir la
duché de Bretaingne. Et sus cel estat en prist li comtes de Montfort le
feaulté.

Apriès ce que la ville et li castiaux de Craais se furent rendut au
comte de Monfort par le pourcach de monseigneur Hervi de Lion, cui
oncles estoit (li[404] dis) evesque, li comtez fist ses gens deslogier
et arouter vers Ju(g)on, qui est très bonne ville et forte, et y apent
ungs biaux castiaux. Dedens le ville de Ju(g)on se tenoit messires
Amauris de Clichon, frèrez mainnéz au droit seigneur de Clichon. Et
l'avoient cil de le ville pris à cappittainne pour yaux conssillier et
conforter en tous cas; et ainssi leur avoit il juret, car grandement il
estoit amés et creus, et tenoit son hiretaige assés priès de là. Se se
cloy li dis messires Ama(u)ris au devant dou comte, et dist que, se il
plaisoit à Dieu, il n'aroit jà le ville de Ju(g)on si legierement qu'il
cuidoit. Li comtez de Monfort vint par devant, et fist toutte son ost
là traire et logier; et avoit bien à ce donc parmy le communauté dou
pays quarante mille hommes, tous aidablez. Si fist ses arbalestriers
aller traire et escamucier à le ville, et d'autre part Espagnos et
Bidaus, dont il avoit grant fuison à saudées, traire, paleter et
assaillir as murés; mès peu y gaegnièrent, ainchois en y eult des
blechiéz grant foison. Quant li comtez de Monfort vit que par assault
il ne poroit avoir le ville de Jugon, il envoya querir en le chité de
Rennes quatre moult biaux enghiens qui là estoient, pour faire drechier
devant le fortrèche et chiaux de d'ens assaillir par cel estat. Che
pendant que on les estoit alés querre, messires Amauris de Clichon
parla as jones compaignons de le ville et as aucuns escuiers dou pays
de là environ, qui s'i estoient retret, tant pour l'amour de
monseigneur Amauri que pour yaux garder; et les amena à ce que, une
ajournée, il wuidièrent et se ferirent en l'ost, et y fisent mout grant
damage. Et esceirent sus le logeis monseigneur Ivon de Tigri, qui ce
meysme soir estoit là venus dou castiel d'Auroi, où li comtez de
Montfort l'avoit laissiet, et avoit amenet en l'ost bien cent lanches
de bonne gent. Si estoit logiés à l'un dez corons assés priès de le
ville de Jugon, et fu durement resvilliés, car il fu pris et navrés, et
moult en y eut des siens mehaigniés. Celle nuit avoient fet le get li
doy frère de Pennefort, messires Henris et messires Oliviers, et
entendirent le huée et le cri, et que chil de le ville estoient yssus.
Adonc ferirent il chevaux des esperons et ne prisent mies le voie pour
venir droit sur yaux, mès le chemin de le ville, et se boutèrent entre
le ville de Jugon et l'ost. Dont, ensi que messires Amauris de Clichon
et li sien s'en retournèrent vers leur ville et en menoient monseigneur
Yvon de Tigri et pluiseurs autrez prisonniers, et moult se hastoient,
car li os estoit jà durement estourmie, li doy frère de Pennefort,
messires Henris et monseigneur Olivier, bien montés et bien ordonnés et
adonc acompaigniés bien à deus cens lanches frèz et nouviaus, leur
vinrent d'encontre; et là eut grant pugneis, et de chiaux de Jugon
moult rués par terre. Quant il se virent enssi enclos entre le ville et
l'ost, et que nulle remède n'y avoit pour yaux sauver, si furent mout
esbahy et ne tinrent point de conroy, mès entendirent chacun à yaux
sauver; et laissa chacun aller son prisonnier, qui prisonnier avoit, ou
il se rendoit prison à lui pour sauver sa vie. Par celle mannière fu
delivrés messires Ives, et pris messires Amauris de Clichon, et tout
chil qui avoecq lui estoient, mort ou pris, que oncques homs ne rentra
en le ville de Jugon, dont li bourgois de le ville furent moult
desconforté.

  [404] On lit dans le ms. d'Amiens: «au dit,» qui doit être une
  mauvaise leçon.

Quant li comtez de Montfort seut comment messires Amauris de Clichon
estoit pris et plus de six vingt jones bourgois de la ville avoecq lui,
et messires Yves de Tigri rescous et tout li aultre, si en fu durement
liéz, et ce ne fu pas merveille. Et en loa et recoummanda grandement
les deux frèrez de Pennefort; et dist que il avoient fet une belle
bachelerie et à lui ung grant service, et que encor lor seroit il
remuneret. Si fist li dis comtez tous lez prisonniers mettre d'un léz,
et lez navrés appareillier et songneusement garder, et puis monta sus
ung cheval, acompaigniés d'aucuns des siens, et s'en vint devant Jugon,
et fist signe que il volloit parler à chiaux de dedens. Li bourgois
vinrent à lui à le barrière et l'enclinèrent, car il leur fu dit que
c'estoit li comtez de Montfort, et li fissent reverence, tant qu'en
contenanche, comme chil qui doubtoient perdre leurs amis, leurs frèrez
et leurs enffans. Là parla li comtez de Montfort et leur dist: «Entre
vous, homme de le ville, vous estez grandement fourfait enviers moy,
quant vous savés que je sui vos drois sirez naturelz par le sucession
de monseigneur le duc, mon frère, dairain trespasset. Et jà m'ont
rechut à seigneur et fet hoummaige chil de Nantez, de Rennes, de
Vennes, de Hainbon, de Craais, d'Auroi, de Gou la Forest, dou Suseniot
et des autrez forterèchez; et vous, vous estez clos contre mi et mis en
paynne de moy porter dammaige. Or est enssi avenu que chilz dammaigez
est retournéz sus vous et sus vos proismez, car je tieng vostre
cappitainne en prison et bien sis vingt dez vostrez et de le nation de
ceste ville. Si devéz savoir que je lez feray tous pendre, voyant vos
yeux, sans nul prendre à merchy, se vous ne me rendéz le ville et le
castiel de Jugon et ne me jurés feauté et hommaige. Si me respondéz
moult tost lequel vous voulléz faire des deux, ou veoir vos proismez
morir honteusement, ou moy recevoir à seigneur.» Et quant li bourgois
et li communalté de Jugon entendirent cez nouvelles, si furent tout
esbahit, ce ne fu pas merveillez. Si requisent à avoir souffrance et
consseil tout ce jour, et l'endemain, à heure de prime, il venist ou il
envoiast vers yaux, et il en responderoient ce qu'il en volroient fère.
Li comtez leur acorda, par samblant aszéz à envis, et retourna en ses
tentez. Jà estoient venut li enghiens que on avoit akariiet de Rennez,
dont li comtez eut grant joie, car il lez fist mener devant le ville et
drechier tous quatre, affin que chil de le ville de Jugon les veissent
et que il en fuissent plus effraet.

Sitost comme li comtez de Montfort se fu partis des bourgois de la
ville de Jugon, ensi que vous avés oy, il sonnèrent leur cloce et
s'asamblèrent en le place, et là parlementèrent enssamble ung grant
temps. Et remoustrèrent li plus sages et li mieux enlangagiés et chil à
qui il en touchoit le plus, le peril et l'aventure où il estoient. Ad
ce donc il ne furent nient bien d'accord; si s'ajournèrent à relevée et
alèrent chacuns disner en leurs maisons. Dedens nonne furent li quatre
enghien levet environ la ville, si que touttez mannierrez de gens
dedens et dehors les pooient veoir, qui veoir les volloient, et che
esmaya durement chiaux de la ville. Quant ce vint à relevée, il
sonnèrent de requief leur cloche et se assamblèrent, enssi que il
devoient faire. Là y eult pluiseurs parollez retournées, mès
finablement il s'acordèrent à che que, se messires Amauris de Clichons,
qui prisonniers estoit, volloit faire feauté au comte de Montfort, il
li feroient, ne jà sans lui riens n'en ordonneroient, car ensi li
avoient il juret solempnement et sus quarante mille escus de painne; si
n'en pooient riens fère sans son accord, se il ne se volloient
desloiauter et escheir en le mise. Ensi, sus cel estat, de leur
consseil il se partirent. L'endemain à l'eure qui ordonnée y estoit, li
comtez de Montfort y envoya deviers yaux le signeur de L(an)dreniaus,
son marescal de l'host. Si parlementa à yaux et il à lui, et li
cargièrent tout che que vous avés oy. Chil retourna arrière deviers le
dit comte, et li recorda le responsce et l'entention de chiaux de
Jugon. Li comtez assés s'en contenta et fist venir devant lui
monseigneur Amaury de Clichon et li dist: «Amauri, Amauri, vous avés
tort, quant contre vostre seigneur que je sui, et de ce n'est il nulle
question, volléz estriver: très grans maux vous en poroit bien prendre,
et jà estes pris, car je vous tieng en ma prison, et puis faire de vous
ma vollenté.»--«Sire, che respont li chevaliers, il est verités. Si
arés, se il vous plest, si bon avis que vous ferés de moy tout et à
point.» Che li dist li dis contes: «J'en sui tous avisés, et vous le
soiiés ossi. Ou vous me renderéz le ville de Jugon, car à vous en
tient, si comme j'en sui enformés, ou je vous feray morir à honte
avoecq tous lez autres prisonniers.» Dont se trairent avant aucun
chevalier, qui là estoient et de son linage, et li disent: «Monseigneur
Amauri, otant bien nous vorions acquitter de nostre loyaulté que vous
feriés, mès nous veons tout le pays qui se retrait deviers monseigneur
qui chy est; et sus celle entente li avons nous fait hommage, car nous
ne veons ne n'avons veut dou contraire jusqu'à orez, ne que messires
Carle de Blois y ait mis point de contredit. Si vous prions que vous
voeilliés estre des nostrez et obeir à monseigneur qui chy est; et là
où vous le ferés enssi, messires vous en sera gret, et vous pardonra
tous sez mautalens et à tous les prisonniers ossi qu'il tient, pour
l'amour de vous.» Adonc eult messires Amauris de Clichons pluiseurs
ymaginations, car il se tournoit à envis, et se li couvenoit faire ou
pis finer, ensi que li comtez li proummetoit. Tant fu enhortéz et
priiéz que il devint homs au comte de Montfort, et li fist hoummaige et
feauté. Depuis monta il à cheval, et en mena le marescal de l'host à le
ville de Jugon, et parla as bourgois, et les fist rendre et delivrer le
ville et le castiel au dit marescal, qui en prist le possession et le
saisinne ou nom dou comte. Et parmy tant, tout li prisonnier furent
quitte et delivre.

Ensi eut li comtes de Montfort le bonne ville de Jugon et le feauté de
monsigneur Amaurit de Clichon, qui depuis le servi toudis loyaument. Et
le retint li comtes de son conseil et li donna cinq cens livres de
terre bien assignées.

Apriès ce que li comtes de Monfort eult estet en le ville de Jugon
trois jours et y eult mis ung castelain en qui il avoit grant fianche,
ung bon escuier que on apelloit Garnier de Tigri, cousins au seigneur
de Tigri, il se parti et toute se host, et chevaucièrent viers le bonne
ville de Dinant, liquel se rendirent à mout petit parlement, car leur
vile n'estoit adonc fremée que de palis. Se ne s'osèrent clore ne tenir
contre le dit comte, que plus grans meschief ne leur en venist. Quant
li comtes en eut pris le possession et le feaulté des hommes de le
ville et dou seigneur de Dinant meysmez, ung très grant baron, il s'en
parti et chevaucha deviers Castiau Josselin, mès il estoit si fors
qu'il ne le peult prendre, et s'en passa oultre et vint à Plaremiel. Si
se rendi li castiaux, et le renouvella li comtez de garnison. Apriès il
vint devant Mauron et y sist douze jours. Au tresime il y entra par
tretiet que, se ungs autrez appairoit en Bretaingne qui y moustrast
plus grant droit de lui, il estoient quite de leur hoummaige. Fos 55 et
56.

_Ms. de Rome_: Et puis (le comte de Montfort) se desloga de là (de
Brest) et s'en ala devant Auroi, lequel chastiel Julles Cesars fist
fonder. Li contes esploita si bien que li chastiaus li fu rendus, car
c'est dou demainne des dus de Bretagne. Et puis cemina oultre et vint
devant Goy le Forest; il i fu requelliés, et puis au Suseniot, à trois
lieues de Vennes, qui est uns biaus chastiaus et cambre des dus de
Bretagne. On le rechut dedens tout debonnairement, et fu là ne sçai
qans jours, et puis ala à Vennes et là se tint, et tousjours mesires
Hervis de Lion dalés lui et grant fuisson d'aultres chevaliers et
esquiers de Bretagne. Et les tenoit, par les dons que il lor donnoit,
en amour, et les bonnes villes aussi, et tenoit grant estat et estofet.
Et faisoit partout paiier bien et largement sans riens acroire, tant
que toutes gens se contentoient de li et des siens et disoient: «Nous
avons bon signeur à ce que il moustre: il ne voelt que tout bien, mais
que Dieus consente que il nous demeure pasieuvlement.» Fo 73.

P. 97, l. 26 et 27: six cens.--_Ms. B 6_: à trois cens lanches. Fo 174.

P. 98, l. 3: le prist.--_Ms. B 6_: par le main, tout en riant. Fo 174.

P. 98, l. 12: ossi.--_Ms. B 6_: car c'est ung gentil chevalier; et, sy
se rent tout le pais à lui, nous ne povons mie seul faire partie pour
monseigneur Charle qui point n'apert en che pais. Fo 175.

P. 99, l. 1: le Roceperiot.--_Mss. A 8 à 10, 15 à 17_: la Roche Periot.
Fo 72.--_Mss. A 1 à 6, 20 à 22_: la Roche Perion, la Roche Pierron. Fo
78 vo.--_Mss. A 7, 18, 19, 23 à 33_: la Roche Periou. Fo 74.

P. 99, l. 5: dix.--_Mss. A 15 à 17, 23 à 29_ et _B 6_: quinze. Fo 79.

P. 99, l. 14: d'Auroy.--_Ms. B 6_: que le roy Artus fist jadis fonder
et faire. Fo 175.

P. 99, l. 16: Malatrait.--_Mss. A 11 à 17, 23 à 29_: Maletroit,
Malestroit. Fo 76.--_Mss. A 1 à 10, 18 à 22, 30 à 33_: Malastrait,
Malatrait, Malestret. Fo 78 vo.

P. 99, l. 17: Tigri.--_Ms. B 3_: Trangrilidis. Fo 70 vo.--_Mss. A 1 à
10, 23 à 33_: Triviguidi, Treviguidi. Fo 78 vo.--_Mss. A 11 à 14, 18,
19_: Treseguidi, Trezeguindi. Fo 76.--_Mss. A 20 à 22_: Tornigidy. Fo
118 vo.--_Mss. A 15 à 17_: Tigri. Fo 79.

P. 99, l. 17: deus fois.--_Ms. B 6_: de cinq ou six assaulx. Fo 176.

P. 99, l. 20: Hervi.--_Mss. A 8 à 29_: Henry. Fo 72.

P. 100, l. 5: Craais.--_Mss. A 8, 9_: Craais. Fo 72.--_Mss. A 11 à 17_:
Carahais. Fo 76.--_Mss. A 1 à 7, 18, 19, 23 à 33_: Carahès. Fo
79.--_Mss. A 20 à 22_: Charlès. Fo 119.

P. 100, l. 12: Bretagne.--_Mss. A 11 à 14_: car tousjours le dit
evesque faisoit protestacion que toute la manière du traittié et de
l'accort fait entre lui et monseigneur Henrri de Lion son nepveu
seroient nulz ou cas qu'il venrroit aulcun hoir plus prouchain du conte
de Montfort et qui pourroit monstrer avoir meilleur droit en la duchié
de Bretaingne, et que à cestui ci il feroit feaulté et hommaige et se
rendroit à lui avecques toutes ses forteresces et tout son pais. Et
toutes ces choses fist il envix; ne jamais ne s'i feust acordé
bonnement, se n'eust esté par l'admonnestement et sermon du dit
monseigneur Henrri de Lion son nepveu, qui sur ce lui monstra tant de
belles raisons que au derrenier il s'accorda au dit monseigneur le
conte de Montfort et lui fist feaulté et hommaige, ainsi que vous avez
ci devant oui recorder.

Après ces choses ainsi acordées et faictes, le dit evesque de Carahais
fist tantost ouvrir les portes de la bonne ville et du chastel de
Carahais avecques qui siet sur la mer. Et puis entra dedens le conte de
Montfort, monseigneur Henrri de Leon, monseigneur Henrri de Pennefort
et plusieurs aultres bons chevaliers et escuiers. Et tout l'ost demoura
entour la ville, et se logea chascun au mieulx qu'il pot. Et
fourragièrent sur le plat pais; ne riens ne demouroit devant eulx, se
il n'estoit trop chault ou trop pesant. Le conte et ses plus privez,
monseigneur Henrri de Leon et les aultres seigneurs estoient en la
ville où ilz furent moult grandement festoiez du dit evesque, car bien
y avoit de quoi. Et l'endemain s'en partit le dit conte et tout son
host. Fo 76.


=§ 144.= P. 100, l. 13: Pourquoi.--_Ms. d'Amiens_: Que vous feroi je
plus loing compte? En telle mannière concquist et acquist li comtez de
Montfort tout ce pays que vous avés oy, et se fist partout obeir et
appieller dus de Bretaingne, et encarga les p(l)ainnez armes de
Bretaingne. Si y avoit il aucuns barons qui pas ne voloient obeir à
lui, et se faindoient de son hommage, telz que le droit seigneur de
Clichon, le seigneur de Tournemine, le seigneur de Kintin, le signeur
de Biaumanoir, le seigneur de Laval, le seigneur de Gargoule, le
seigneur de Loriach, le seigneur d'Ansenis, le seigneur de Rais, le
seigneur de Rieus, le seigneur d'Avaugor et pluiseurs autres. Et se
partirent li plus de ces seigneurs adonc de Bretaingne, et fissent bien
garnir leurs castiaux. Et s'en allèrent li aucun en Grenate, li autre
oultre mer ou en Prusse, et prisent excusance de partir de Bretaingne,
tant que les coses seroient en autre estat.

Quant li comtes de Montfort se vit ensi que au dessus de la ducé de
Bretaingne, et par especial touttes les bonnes villez li avoient fait
feaulté et hoummaige, il demanda consseil à ses plus especials amis
coumment il poroit perseverer et tenir le pays contre tous; car bien
penssoit que messires Carles de Blois, qui avoit sa nièche, y volroit
contredire, et que li roys de Franche, oncles au dit monseigneur
Carlon, l'en aideroit. Se li fu dit et conssilliet que il s'en allast
en Engleterre deviers le roy englès, et relevast la duchié de
Bretaingne de lui et l'en fesist hommaige, parmy tant que li rois
englès li jurast et proummesist à tousjours mès resort et comfort de
lui et des siens contre tous hommes qui gueriier ou empeschier li
vorroient. Li comtes de Montfort crut ce consseil, et s'appareilla
moult tost et s'en vint à Garlande. Et monta là en mer, et enmena
avoecq lui jusqu'à vingt chevaliers, tous de Bretaigne; et naga tant
par mer qu'il ariva en Cornuaille, et enquist dou roy englès où il
estoit, et on li dist qu'il se tenoit à Windesore. Lors envoya li
comtes de Montfort ses messaiges devant comme dus de Bretaingne, car
ensi s'apelloit il, segnefiier au dit roy qu'il venoit.

Li roys englès de le venue au dit conte fu mout resjoys, et envoiia
tantost contre lui de ses chevaliers jusqu'à siis, dont messires
Gautiers de Mauni fu li uns, messires Guillaume Filz Warine, li sirez
de Biaucamp, li sires de Ferièrez, messires Francq de Halle et li sirez
de Baudresen, de Braibant, qui adonc estoit dalléz lui. Chil chevalier
amenèrent le comte de Montfort deviers le roy d'Engleterre ou castiel
de Windesore, qui le rechupt liement comme duc de Bretaigne. Et ossi
fisent tout li seigneur qui adonc estoient dallés le roy, messires
Robiers d'Artois et li autre. Et seurent, assés tost apriès,
l'intention du dit comte de Montfort, et sus quel estat il estoit venus
en Engleterre. Si furent tout joiant, et li roys especialment, quant il
congnurent qu'il volloit relever et tenir le duchet de Bretaingne en
foy et hoummaige dou dit roy englèz.

Environ quinze jours fu li comtez de Montfort en Engleterre avoecq le
roy Edouwart, qui li fist toutte le feste, l'amour et compaignie que
faire li pot, et ossi à ses chevaliers qui avoecq lui estoient allet en
ce voiaige. Car li rois englès regardoit et consideroit que ceste
aliance et la terre de Bretaingne en son accord li pooit plus valloir
de comfort, de resort et de toutte pourveance pour gheriier le royaumme
de Franche que nulle aultre terre; car sus trois jours ou quatre il
pooit y estre en Bretaingne ou envoiier de par lui gens d'armes pour
gheriier ses ennemis. Pour ce rechupt il liement le ducé de Bretaigne
en foy et en hoummaige dou comte de Monfort. Et eut là adonc entre lui
et le dit comte pluiseurs devises, ordonnanches et aliances escriptes,
grossées et saiellées, dont chascuns eult les parties deviers soy. Et
ne devoit li comtes de Montfort, qui s'apelloit dus de Bretaingne,
relever, tenir, ne recongnoistre jamais la ducé de Bretaingne d'autre
seigneur que dou roy englès, sans son congiet ou consseil. Ossi li dis
roys englès le devoit garder, aydier, deffendre et maintenir contre
tous hommes qui contredire ou gueriier le voroient. Et ensi le
proumissent et jurèrent solempnelment enssemble.

Apriès touttes ces coses faittez et acomplies, li comtes de Montfort et
si chevalier se partirent dou roy, qui leur donna grans dons et biaux
jeuuiaux à grant plentet, et ossi fist la roine. Si revint li comtes de
Montfort en Bretaigne demourer le plus à Nantes, et sa femme avoecq
lui, par quel consseil il usoit le plus, car elle estoit damme de grant
emprise et de grant coraige, et avoit droit coer d'omme et de lion,
enssi comme vous orés recorder avant en l'istoire. Si se faisoit li
comtes escripre et appeller dus de Bretaingne, et elle duçoise, et
guerioient toudis les rebellez à yaux; et estoient à che coummenchement
si fort ou pais, que qui ne volloit y estre de leur accord, il n'y
avoit que faire de demorer. Et estoient pluiseur grant seigneur parti
et venut en France, ou pris autres voiaiges de Prusse, de Jherusalem ou
de Grenate, tant qu'il ewissent veut comment ceste besoingne
s'achieveroit; car bien savoient li pluiseur que li roys Phelippes ne
lairoit point son nepveult, monseigneur Carlon de Blois, enssi que
planer, ne bouter hors de son hiretaige; mès moult s'esmervilloient li
aucun pourquoy il ne se traioit, ne estoit trais plus tost avant. Fo
57.

_Ms. de Rome_: On se puet esmervillier, selonch le intitulure et le
introduction de ceste matère qui represente les fais de Bretagne, à
quoi mesires Carles de Blois pensoit, qui tenoit à avoir à fenme et à
espouse la droite hiretière de Bretagne, et qui estoit si grans de
linage en France que neveus au roi Phelippe et au conte d'Alençon et
frères au conte de Blois, que il ne se traioit avant, mais laisoit
couvenir le conte de Montfort et prendre les chités et bonnes villes et
les chastiaus de Bretagne, et point ils n'aloit au devant, ne n'i
envoioit. Et (li contes de Montfort) prendoit partout la sasine et
posession, et i ordonnoit et establissoit honmes favourables et
agreables à lui, et acqueroit l'amour des cevaliers et esquiers de
Bretagne, car bien avoit de quoi faire grans largèces, car il avoit
saisi deviers li le grant tresor qui avoit esté à son frère et lequel
il avoit trouvé en le chité de Limoges, ensi que chi desus est dit.
Aussi s'en esmervelloient moult pluisseurs chevaliers et esquiers de
Bretagne qui savoient bien que c'estoit son droit à estre dus de
Bretagne en l'oqison de sa fenme; mais puis que il le souffroit et
voloit, ensi que il disoient l'un à l'aultre qant il s'en devisoient,
il ne pooient pas, de lor poissance singulère, faire fait ne partie
pour lui. Et tant demora à venir en Bretagne et à demander son droit
que trop, car li contes de Montfort se fortefia tant en toutes manières
et acquist tant d'amis que trop forte cose euist esté à bouter hors de
sa posession, car trop vault la condition dou premier posessant.

Il ne puet estre que messires Carles de Blois, qui se tenoit à Paris,
ne fust enfourmés de toutes ces accedenses, et que ils n'en parlast à
ses oncles le roi de France et le conte d'Alençon et à son cousin
germain le duch de Normendie qui moult l'amoit; mais il estoit servis
et respondus de douces paroles et de belles, en disant: «Biaus cousins,
ne vous sousiiés de riens: laissiés ce conte de Montfort aler et venir
et espardre cel argent que il a trouvé dou duch son frère. Il couvient,
quoi qu'il face ne ait fait jusques à chi, que il viengne deviers nous
pour relever la ducée de Bretagne; et les barons et chevaliers et
fievés de Bretagne ne sont pas si fol ne si ignorant que il le doient
recevoir à signeur, sans nostre sceu. Il seroient très mal consilliet
et le compareroient chierement; pour quoi, biaus cousins, ne vous
sousiiés de riens. Il fault que tout retourne par deviers nous. Vous
estes dus de Bretagne, et jà l'avés vous relevé de nous, et vous en
tenons à duch et à hirestier, et qui vodra dire dou contraire, nous le
verons, et le vous aiderons à deffendre et à garder contre tout honme;
car nous i sonmes tenu, et le mousterons de fait.»

Ensi estoit mesires Carles de Blois rapaisiés de paroles, et se
confioit sur ce que on li disoit et proumetoit; et entendoit à
augmenter son estat, et avoit mis jus l'armoierie de Chastellon et pris
et encargié celle de Bretagne. Et estoient ouvrier trop grandement
ensonniiet parmi Paris de faire banières, pennons, cambres, courdines
et toutes coses qui apertiennent d'armoierie, en l'ordenance d'un
signeur et de une dame, et jà se escripsoit: «Carles de Chastellon, dus
de Bretagne et sires de Guise.» Et li contes de Montfort entendoit
d'aultre part à acquerre amis de toutes pars, tant que en Bretagne et
ens ès marces voisines, dont il pensoit le mieuls à valoir, et avoit
encargiet plainnement le nom et les armes de Bretagne et s'escripsoit:
«Jehans, dus de Bretagne, contes de Montfort et de Limoges.» Ensi et
par tèle incidense se conmencièrent à entouellier li different en
Bretagne, qui i furent si grant et si orible que les gerres et les
malefisces qui s'en eslevèrent et engendrèrent, i furent si grant que à
painnes i peut on onques trouver moiien ne conclusion pour les
apaisier.

Li contes de Montfort, qui se veoit en posession dou tout ou en partie
de la ducée de Bretagne et n'i sentoit nuls rebelles ne contraires dont
il fesist trop grant compte, car petit à petit tout venoient à
obeisance, entendi et senti de costé, par ses amis les quels il avoit
en France, et par especial le conte de Flandres, son serouge, que
mesires Carles de Blois se nonmoit et escripsoit dus de Bretagne, et
en avoit avoecques le title encargiet l'armoierie, et l'avoit relevé en
foi et en honmage dou roi de France auquel li reliés en doit apertenir,
et s'ordonnoit li dis mesires Carles pour venir en Bretagne et
calengier l'iretage conme sien et de son droit, et li rois de France
conme son signeur naturel souverain l'en devoit aidier, et que sus ce
il euist bon avis et bon consel, (il) pensa et imagina sus, et vei et
congneut bien que point n'en joiroit pasieuvlement; si se consilla à
ceuls où il avoit la grigneur fiance. Consilliet et dit li fu: «Sire,
de vostre singulère poissance, vous ne poés contrester contre la
poissance dou roi de France, car elle est trop grande. Et si auera
vostres adversaires Carles de Blois trop d'amis et de confort, car li
rois de France et li contes d'Alençon sont si oncle. Mais vous ferés
une cose: vous vos ordonnerés à l'encontre de ce et conforterés
grandement, se vous alés en Engleterre et relevés la ducée de Bretagne
en foi et en honmage dou roi d'Engleterre et en devenés son honme, par
condition telle que contre tout honme, soit roi de France ou aultre, il
le vous aidera à deffendre et à tenir. Et ce marchiet il fera trop
volentiers, car d'Engleterre, il auera trop belle entrée de venir en
Bretagne et de Bretagne en France, et pora laisier ses honmes en
garnison en Bretagne et rafresqir; et tous jours, conment que la
querelle se porte, i auerés vous des bons amis. Et se vostre cousine la
fenme à Carle de Blois moroit, ensi que les aventures aviennent, vous
demorriés pasieuvlement dus de Bretagne, ne nuls ne nulle ne le vous
debateroit jamais.»

Li contes de Montfort ouvri ses orelles à ce consel et s'en resjoi
grandement, car il li sambla bons et pourfitables. Et ordonna ses
besongnes à ce que pour aler en Engleterre, et monta en mer à Vennes,
assés bien acompagniés de chevaliers et d'esquiers. Et enporta
avoecques lui grant fuisson de biaus jeuiauls qui tous venoient dou
tresor de Limoges (de) son frère le duc de Bretagne, pour donner et
departir là où il les veroit bien à emploiier et pour acquerre amis; et
prist terre en Engleterre à Plumude, et avoient cargiet des chevaus.
Qant il furent trait hors des nefs, il montèrent sus li contes et ses
gens et chevauchièrent viers Londres, et tant fissent que il parvinrent
et demandèrent dou roi. On lor dist que il estoit à Windesore, et que
là conmunement il s'i tenoit plus que ailleurs, et la roine ausi. Qant
li contes de Montfort, qui se nonmoit dus de Bretagne, se fu rafresqis
un jour à Londres, ils et ses gens montèrent et chevauchièrent viers
Windesore, et vinrent disner à Bramforde, et puis vinrent à Windesore
et trouvèrent le roi et la roine qui jà estoient enfourmé de lor venue.
Si furent requelliet des chevaliers dou roi moult grandement, et puis
mené deviers le roi. Tant que des aquintances dou roi et dou conte, je
n'ai que faire de plenté parler, fors que de venir au fait pour quoi li
contes de Montfort estoit là venus. Il remoustra ses besongnes bien et
sagement, et li rois les oy et i entendi volentiers, et li respondi par
le consel que il ot de monsigneur Robert d'Artois, qui tous jours se
tenoit avoecques le roi, et li dist: «Biaus cousins, vous vos retrairés
deviers Londres; et dedens quatre jours, je serai là et auerai de mon
consel, tant que vous serés respondus de tout ce que de vostres
requestes je vodrai faire.» Li contes de Montfort se contenta de ceste
response. Et qant il ot là esté le jour et la nuit à Windesore, et
soupé avoecques le roi et la roine, à l'endemain il s'en departi et
vint à Londres; et se tint là avoecques ses gens tant que il fu mandés,
de par le roi et son consel, ens ou palais de Wesmoutier et là dedens
la cambre dou consel. Qant li prelat et li baron qui là estoient,
l'orent honnouré et fait seoir jus, il fu moult sagement examinés pour
quoi il estoit là venus, et requis que il le vosist dire, quoi que tout
en savoient jà assés, car li rois et messires Robers d'Artois qui
enfourmé estoient de la matère, avoient prononciet le fait. Il parla et
dist que, conme drois hoirs et dus de Bretagne par la mort et
succession de la mort dou duch de Bretagne darrainnement mort, il
s'estoit trais à l'iretaige de Bretagne et mis en posession, et nuls ne
li avoit encores debatu; mais il faisoit doubte que on ne li deuist
debatre, car Carles de Blois avoit à fenme et à espouse une sienne
nièce, fille dou conte de Pentèvre, qui disoit à avoir droit de par sa
fenme à l'iretage de Bretagne, et jà l'avoit il relevé de Phelippe de
Valois qui se disoit rois de France: «Et pour ce que le roi mon
signeur, qui chi est, calenge la couronne de France et s'en escript et
nonme rois, et pour ce aussi que j'en soie soustenus, portés et
deffendus en toutes actions, je m'adrèce à lui et voel devenir son
honme de foi et de bouce, et relever et tenir la ducée de Bretagne de
li; et qant ce je auerois fait et il m'auera recheu à honme, je
parlerai encores avant.»

Sus ceste parole, li signeur, prelas et barons qui là estoient,
regardèrent tout l'un l'autre, sans riens respondre. Adonc parla
mesires Robers d'Artois et dist: «Biaus cousins, vous iscerés un petit
hors de la cambre, et tantos serés rapellés.» Il le fist. Li contes de
Montfort issi hors, et li signeur demorèrent avoecques le roi qui lor
requist que, sus ces paroles dites et offertes, il le vosissent
consillier. Li consauls ne fu pas lons, la matère estoit toute clère à
savoir que li rois en feroit; ce n'estoit pas cose ne requeste à
refuser. Car ensi que jà il avoient imaginé et consideré l'estat et
l'afaire dou roi et l'ordenance de sa guerre, et conment li dus de
Braibant, ses cousins germains, li dus de Gerlles, son serourge, et les
Alemans l'avoient mené et pourmené jà par deus saisons, et fait
despendre son argent si grandement que encores il s'en trouvoit
derrière et veroit un lonch temps; et si n'avoit riens fait fors que
travilliet son corps et ses gens, et courut une petite estrée dou
roiaume de France, et tenu sièges devant Cambrai et Tournai; et que par
ensi faire et croire les Alemans, qui sont convoiteus, il ne venroit à
son entente, mais par le pais de Bretagne qui li estoit une belle
entrée et requelloite pour cevauchier en France, i pooit il bien venir,
et si en seroit gerre plus forte et plus belle avoecques aultres
accedens qui legierement poroient avenir.

Adonc fu li contes de Montfort appellés; il vint. Li venu en la cambre,
il li fu dit que li rois estoit consilliés à ce que il le receveroit
conme son honme liege as mains et à la bouce, et il li jurroit à estre
son honme liege à tous jours mais, et à tenir la ducée de Bretagne dou
roi presens et des rois d'Engleterre qui apriès li descenderoient. Li
contes de Montfort mist ses mains entre les mains le roi d'Engleterre,
et puis fu introduis de l'evesque de Londres à parler, et parla mot à
mot tout ce que li evesques li faisoit dire, et fist honmage de foi, de
mains et de bouce. Et furent toutes les paroles, que il dist là et
rechita, mis (es) en l'entente des prelas et signours d'Engleterre, qui
là estoient; et en furent lettres levées et instrumens publiques
escrips et grossés. Et aussi li contes de Montfort, qui se nonmoit dus
de Bretagne, qant il ot fait honmage au roi, et il fu recheus à toutes
les solempnités qui i apertenoient à estre et à faire, et il se fu en
ce loiiés et obligiés, il requist au roi conme à son signeur liege que,
se li rois Phelippes qui se disoit rois de France ou aultres voloient
entrer à poissance en Bretagne et calengier l'iretage ou nom de mesire
Carle de Blois et sa fenme, qui s'en disoit hiretière, et que il i
venissent si fort que de poissance singulère il ne peuist resister à
l'encontre, que il fust aidiés et secourus en la fourme et manière que
uns sires doit aidier son honme. Li rois li ot en couvenant; et de tout
ce fissent les lettres et instrument mention. Et furent les lettres
apertenans au conte de Montfort, les quelles il enporta avoecques li,
seelées dou seel dou roi d'Engleterre et des seauls des barons
d'Engleterre qui à toutes ces paroles, devises et ordenances furent
presens.

Tout ce fait et accompli et dou plus hasteement c'om pot, car li contes
voloit sus brief terme retourner en Bretagne dont il se nonmoit dus, il
prist congiet au roi et as signeurs et fist partout compter et paiier.
Et se departi de Londres et chevauça viers Plumude où sa navie estoit
qui l'atendoit, et le trouva toute preste et vent bon assés pour
retourner en Bretagne. Si entrèrent li contes et ses gens en lors
vassiaus, et singlèrent tant que il retournèrent à Vennes dont il
estoient parti et là ancrèrent; et si se rafresqirent en la chité, car
elle et tous li plas pais estoit pour li. Et puis au second jour
montèrent as chevaus et vinrent à Nantes, et là trouvèrent la contesse
qui se nonmoit duçoise, qui requelli son mari et toute la compagnie
moult liement, et li demanda des nouvelles. Et li contes l'en dist
assés et toute l'ordenance des trettiés conment il se portoient, et se
looit dou roi d'Engleterre et des prelas et barons d'Engleterre, les
quels il avoit veus. Fos 73 à 75.

P. 100, l. 20: vingt chevaliers.--_Les mss. A 11 à 14 ajoutent_: et
soixante escuiers. Fo 76 vo.

P. 100, l. 21: Cepsée.--_Mss. A 18, 19_: Capsée. Fo 79.


=§ 145.= P. 102, l. 22: Quant.--_Ms. d'Amiens_: Or avint que li
viscomtez de Rohem, li sirez de Clichon, li sirez d'Avaugor et li sirez
de Biaumanoir s'en vinrent en France deviers monseigneur Carlon de
Blois, qui adonc se tenoit dallés le roy, son oncle; et bien avoit oy
recorder et ooit encorres tous les jours comment li comtez de Montfort
s'estoit mis et enclos en le saisinne et possession de Bretaingne; mès
chil seigneur l'en enfourmèrent plus plainnement et li disent:
«Monseigneur, vous avés bien mestier d'avoir grant ayeuwe à venir en
Bretaigne, car il n'y a bonne ville en toutte la duché, qui n'obeisse à
lui, et ossi grant fuison dez signeurs, chevaliers et escuiers, et
tient grant plentet de gens d'armes as saus et as gaiges. Car il a eult
deviers lui tout le grant tresor qui estoit à Limoges, que nos sires
li ducs, dairains trespassés, et messirez ses frères, pèrez à madamme
vostre femme, avoient là assamblet de loing tamps, dont il fait tous
les jours et a fait ses dons et sez larguèces si grandes, que il samble
que ors ne argens ne li couste riens; et retient touttes mannières de
saudoiiers qui viennent deviers lui. Avoecq tout chou, il a estet en
Engleterre et a relevet la duché de Bretaingne en foy et en hoummaige
dou roy englèz et ont certainnez convenenchez enssamble, lesquelles
nous ne savons mies tout clerement, car nous n'y avons mies estet, fors
tant que on dist, et bien fait à croire pour le cause de ceste
hoummaige, que li roys englès le doit aidier contre tous hommes qui de
forche le voroient bouter hors de Bretaingne.»

Quant messires Carles de Blois eut oy les dessus dis seigneurs enssi
parler et recorder l'affaire et l'estat dou comte de Montfort et de la
duché de Bretaingne, dont il se tenoit hoirs de par sa femme, si fu
tous penssieux; et quant il eut une espasse pensset, si regarda les
chevaliers et dist: «Biau seigneur, grant mercis de ce que vous estes
venus devers moy et m'avés comptet de ceste besoingne, dont je desiroie
à savoir le verité. Nous yrons deviers le roy mon seigneur; si l'en
enfourmerons plainnement, et sour ce il en aura bon avis.» Lors les
mena messires Charles de Blois tous quatre deviers le roy sen oncle, et
parlèrent à lui à grant loisir. Et quant li roys seut comment la
besoingne se portoit, si dist que il y meroit remède telle et si bonne,
que ses biaus niés, que il tenoit hiretier de Bretaingne, s'en
parceveroit. Adonc eut li roys advis de mander les douze pers de
Franche, pour avoir consseil de plus grant deliberation. Si vinrent à
Paris dedens le jour qui mis y fu. Là fu proposé et parlementé li
affairez de Bretaigne, et aviset comment pour le mieux on s'en poroit
chevir. Se disent li douze pers de France qu'il appertenoit bien que li
comtez de Montfort fust mandés par souffissans mesages, afin que il
venist à Paris, par quoy on veist et sewist comment il voroit aleghier
contre cez oppinions. Chilz conssaux fu tenus, et message priiet et
regardet qui yroient. Che furent li sirez de Matefelon, li sirez de
Gousant et messires Grimoutons de Cambli. Et se partirent chil messaige
et chevaucièrent tant par leurs petittez journées qu'il vinrent en le
cité de Nantez. Là trouvèrent le comte de Montfort et la comtesse, sa
femme, grant joie demenant. Si fissent li seigneur dessus dit leur
messaige, ensi que chargiet leur estoit; et quant li contes les eut
oys, quoiqu'il leur feist bonne chière et lie, il eut pluisseurs
ymaginations de l'acorder che voiaige. Touttesfois finablement il
respondi as dis messaiges que il volloit y estre obeissans au roy et
yroit vollentiers à son mandement. Ceste responsce pleut bien as
messaiges, et le raportèrent ainssi au roy Phelippe, que li comtez de
Montfort seroit à Paris au jour qui mis y estoit. Dont fist li roys
demourer daléz lui tous les douze pers, et manda encorrez pluiseurs
grans barons et saiges de son royaumme, pour avoir milleur consseil
quant li dis comtes de Montfort seroit venus.

Li comtez de Montfort se parti de Nantez en grant arroy, et estoient
bien de se compaignie trente chevaliers, tous noblez et gentilz hommez,
et estoient bien de se routte et à se delivranche en ce voiaige trois
cens chevaux sans lez sommiers, et chevaucièrent tant par leurs
journées qu'il vinrent en le chité de Paris. Adonc se tenoit li rois au
palais. Quant li per, li comte et li baron de Franche sceurent la venue
au dit comte de Montfort, si se trayrent au palais deviers le roy, car
bien savoient que li comtez de Montfort y venroit, enssi qu'il fist.
L'endemain dou jour qu'il fu venus et descendus à sen hostel, il vint à
heure de tierche mout noblement et bien acompaigniés de sez chevaliers
au palais. Si fu moult durement regardés de tous lez barons, et des
aucuns salués, et puis amenés deviers le roy. Le roy, qui estoit tous
pourveus et adviséz de savoir coumment il le devoit recepvoir, se
tenoit en sez cambres de parement. Et estoient adonc dalléz lui li
comtez d'Alençon, ses frèrez, li dus de Normendie, ses filz, li dus
Oedes de Bourgoingne et messires Phelippez de Bourgoingne, ses filz, li
dus de Bourbon, messires Jaquemes de Bourbon, adonc comtez de Pontieu,
li comtez Loeis de Blois, li comtez de Foriès, li comtes de Vendomme et
li comtez de Ghinez, et pluiseurs aultrez barons telx que le seigneur
de Couchi, le seigneur de Sulli, le seigneur de Craon, le seigneur de
Roie, le seigneur de Saint Venant, le seigneur de Rainneval et le
seigneur de Fiènes. Quant li comtez de Montfort fu parvenus jusqu'au
roy, si l'enclina mout humblement et li dist: «Monseigneur, je sui chy
venus à vostre mandement et à vostre plaisir.» Li dis rois respondi:
«Comtez de Montfort, de ce vous sai jou bon gret, mès je me esmerveille
durement pourquoi ne comment vous avés oset emprendre de vostre
vollenté la duché de Bretaingne, où vous n'avés nul droit; car il y a
plus prochain de vous, cui vous voulléz deshireter. Et pour vous mieux
efforchier, vous estez alléz à mon adversaire le roy d'Engleterre, et
advés la duché de Bretaingne de lui relevet et à lui fet feauté et
hoummaige, ensi que on le m'a comptet.» Li comtez respondi et dist:
«Ha! sire, ne le creés pas, car vraiement vous estes de chou mal
enfourmés. Je le feroie moult à envis. Mès de le proimetet dont vous me
parlastez, m'est advis, sire, sauve vostre grace, que vous en
mesprendés, car je ne say nul si prochain del duc de Bretaigne, qui
dairainement morut, que moy, qui sui ses frèrez. Et se jugiet et
declaret estoit par droit que aultre en fuist plus proisme de moy, je
ne seroie point hontous ne rebellez del deporter.»

Quant li roys entendi le comte ensi parler, si respondi et dist:
«Comtez, comtez de Montfort, vous (en dittez[405]) ores asséz. Mès je
vous coummande, sur tout quanque vous tenés de moy et que tenir en
devés, que vous ne vous partéz de le chité de Paris jusques à quinze
jours, que li baron et li per jugeront et ordonneront de celle
proismetet, et si sarés adonc quel droit vous y aréz ou avés. Et se
vous le faittez autrement, sachiéz que vous me couroucherés.» Li comtes
respondi et dist: «Monseigneur, à vostre vollenté.» Adonc se departi li
dis comtes dou roy, et s'en revint à son hostel pour disner. Quant il
fu à son hostel venus, il entra en sa canbre et le fist clore et
refremmer apriès lui, et coummanda à ses cambriés que, se nuls le
demandoit, que on desist qu'il fuist dehetiés. Lors se coummença à
aviser et pensser que, se il atendoit le jugement dez barons et dez
pers de Franche, que li jugement poroit bien tourner contre lui; car
bien li sambloit que li roys feroit plus vollentiers partie pour
monseigneur Carlon de Blois sen nepveut que pour lui; et veoit bien que
se il avoit jugement contre lui, que li roys le feroit arester jusques
à tant qu'il aroit tout rendut, cités, villez et castiaus, dont à
present il tenoit le saisinne et le possession, que il avoit concquis,
et avoecq ce, tout le grant tresor qu'il avoit trouvet à Limogez et
ossi ailleurs, et tout aleuet et despendut. Se li fu advis que le
mieudre pour lui et le mains mauvais estoit qu'il se partesist sans
congiet, que il atendesist l'aventure et s'en ralast secretement et
paisivlement en Bretaingne, et se renforchast encorrez contre tous
venans, qui contraire li volroient porter.

  [405] On lit dans le ms. d'Amiens: «entendittez.»

Si tint li dis comtez ceste ymagination, et fist apeler deux de ses
chevaliers où le plus se confioit, et leur descouvri sen entente, et
chil furent bien de son acord. Quant ce vint sus le soir, lui troisime,
tous desconneus, il parti de son hostel et wuida Paris, qui adonc
n'estoit point fremmée. Et chevaucha tant de jour et de nuit qu'il fu
en Bretaingne revenus, ainschois que li roys en sewist riens; mès
penssoit chacuns qu'il fuist dehetiéz à son hostel. Et tous lez jours
le sieuwoient ses gens petit à petit. Quant il fu revenus daléz le
comtesse sa femme, qui estoit à Nantez, il li compta toute sen
aventure, puis alla, par le consseil de la comtesse qui bien avoit coer
d'omme et de lion, par touttez les cités, les castiaux et les fortrèces
qui estoient à lui rendues, et establi partout bonnes cappittainnez et
si grant plentet de saudoiiers à piet et à cheval qu'il y couvenoit,
grans pourveances de vivres à l'avenant, et paiia si bien tous
saudoiiers, que chacuns le servoit vollentiers. Quant il ot tout
ordonné ensi qu'il appertenoit, il s'en revint à Nantez dallés la
comtesse sa femme, et dalléz lez bourgois de le chité, qui durement
l'amoient par samblant pour les grans courtoisies qu'il leur faisoit.
Or me teray ung petit de lui, et me retrairay au roy de Franche et à
monseigneur Carlon de Blois et as barons et douze pers dou royaumme
dessus dit. Fos 57 vo et 58.

_Ms. de Rome_: A painnes est riens fait qui ne soit sceu: nouvelles
vinrent à Paris deviers messire Carle de Blois et les signeurs que li
conte de Montfort avoit priès conquis, tant par force que par tretiés,
toute la ducée de Bretagne, et avoit esté en Engleterre et relevé la
ducée de Bretagne dou roi d'Engleterre, et en estoit devenus son honme.
Tantos ces nouvelles vinrent au roi. Qant li rois les oï, se ne li
furent pas plaisans, et manda les douse pers de France, ceuls que pour
lors il pot avoir. Qant il les vei en sa presence, si lor demanda quel
cose estoit bonne à faire de tel cose. On li dist et consilla que chils
contes de Montfort fust mandés, et que trop on avoit atendu. Si furent
ordonné pour le aler querre li sires de Montmorensi et li sires de
Saint Venant. Chil doi baron se departirent de Paris à plus de
soissante chevaus, et chevaucièrent tant que il vinrent à Nantes, et
trouvèrent le conte de Montfort et la contesse qui faisoient une grande
feste des chevaliers et esquiers, des dames et damoiselles dou pais de
Bretagne. Il requella grandement et liement ces signeurs, car il se
tenoit de lor linage. Chil doi baron, qui sage et pourveu estoient, se
couvrirent moult bien deviers li de dire. Pluisseurs paroles disoit on
de li en France et à Paris, mais s'en dissimulèrent, et li priièrent
que il vosist descendre celle première fois à la plaisance dou roi, et
venir à Paris. Il dist que il s'en conselleroit. Il s'en consella à
auquns de son consel et à la contesse, sa fenme, laquelle li
desconsilloit que point n'i vosist aler, et que il n'i avoit que faire;
et li aultre li consilloient et disoient que si avoit, et que nullement
il ne se pooit esquser, ne passer que il n'alast en Franche, et que il
ne relevast la ducée de Bretagne dou roi. Lors respondi il à ces
paroles et dist: «Je l'ai relevé dou roi d'Engleterre: il doit
souffire. Je ne doi ne puis faire que un seul honmage.» Lors li fu dit:
«Et se vous trouvés le roi de France si amiable que il reçoive vostre
honmage, vous venrés legierement jus deviers le roi d'Engleterre. Il a
assés à faire à entendre aillours. Il ne vous boutera pas hors de
Bretagne, et espoir es(t) çou pour aultre cose que li rois vous mande.»
Finablement li contes de Montfort fu à ce consilliés et enortés que il
ordonna ses besongnes, et se departi de Nantes en la compagnie des deus
barons desus nonmés, et ossi des chevaliers de Bretagne; et fist tant
que il vint à Paris et se loga, et toutes ses gens ossi. Qant on sceut
que il fu venus et mis à hostel, on fu tous resjois de sa venue. Li
contes de Flandres, son serourge, le vint veoir, et li fist bonne
chière, et li contes de Montfort li, liquels se tint le jour que il
vint et la nuit ensievant tous quois à son hostel. Et à l'endemain, à
heure de tierce, il se departi de son hostel à plus de cent chevaus en
sa compagnie, et chevaucièrent viers le palais et descendirent là, car
li rois de France i estoit, et à painnes tout li noble prelas et barons
du roiaulme de France. Li contes de Montfort monta les degrés dou
palais et ala tant devant li que il trouva le roi et les signeurs en
une grande cambre, toute parée et couverte de tapiserie moult belle et
moult rice, et là estoit atendus li contes de Montfort.

Qant il entra en la cambre, il fu moult fort regardés de ceuls qui
onques ne l'avoient veu, et par especial li rois de France jetta trop
fort ses ieuls sur li. Li contes de Montfort se mist en genouls devant
le roi et dist moult humlement: «Monsigneur, vous m'avés mandé, et je
suis venus à vostre mandement.» Li rois respondi et dist: «Contes de
Montfort, de che vous sai je bon gré, mais je m'esmervelle grandement
pourquoi ne conment vous avés osé entreprendre de vostre volenté la
ducée de Bretagne, où vous n'avés nul droit, car il i a plus proisme de
vous que vous volés deshireter; et pour vous mieuls efforchier, vous
estes alés à nostre adversaire le roi d'Engleterre et l'avés de lui
relevet, et fait feaulté et honmage, ensi que on nous a dit.» Li contes
respondi à che et dist: «Ha! monsigneur, ne le creés pas, car vraiement
vous estes de ce mal enfourmés, je le feroie moult à envis; mais de la
proismeté dont vous me parlés, m'est avis, monsigneur, salve soit
vostre grace, que vous mesprendés, car je ne sçai nul si prochain dou
duch de Bretagne, mon frère darrainnement mort, que moi; et se jugiet
et declaret estoit par droit que aultres i fust plus proismes de moi,
je ne seroie pas honteus ne virgongneus de moi en deporter.» A ceste
parole respondi li rois et dist: «Contes, vous en dittes assés, mais je
vous conmande sur qanq que vous tenés de nous, ne que tenir en poés ne
devés, que vous ne vos departés de la chité de Paris jusques à quinse
jours, que li baron et li per jugeront de celle proismeté. Si sauerés
adonc quel droit vous i avés; et se vous le faites aultrement, vous
nous couroucerés.» Li contes respondi et dist: «Monsigneur, à vostre
volenté.» Donc se leva il et prist congiet au roi et as prelas et hauls
barons qui là estoient, et les enclina tous autour, et euls li. Et issi
hors de la cambre, et conmença moult fort à busiier et merancoliier, et
à imaginer son afaire et son estat. A painnes pot il disner, tant fu
pensieus, et ne volt que nuls entrast en sa cambre, fors si varlet.

A ce que li contes de Montfort pensoit, je le vous dirai: il se
repentoit trop fort de ce que il estoit venus à Paris et mis ens ès
dangiers dou roi et de ses contraires, et disoit ensi en soi meismes:
«Se je atens le jugement des douse pers, il n'est riens si certain, on
me retenra, et serai mis en prison. Et tout au mieuls venir, se je voel
avoir ma delivrance, il faudra que je remette arrière tout ce dont je
sui en saisine, et que je rende compte dou tresor le duch mon frère que
je pris et levai à Limoges, douquel je me sui aidiés. Avoecques tout
ce, on trouvera en verité que j'ai esté en Engleterre, et que je ai
relevé la ducée de Bretagne dou roi d'Engleterre, dont je me sui trop
forfais, et ne sai que li douse per de France de la correction en
vodront dire. Briefment, tout consideré, je ne puis veoir que li
demorer chi et atendre la quinsainne me soit pourfitable.» Tout
consideré et bien examiné ses besongnes, il dist que il se departiroit
de Paris et retourneroit en Bretagne; et se on le voloit là venir
querre, on le venist, car on le trouveroit pourveu, et le pais tout
clos à l'encontre des venans; et se manderoit le roi d'Engleterre, qui
li avoit juré toute loiauté, et li aidier fust contre le roi de France
ou autrui.

Ce pourpos et ceste imagination conclut li contes de Montfort en soi
meismes, et se ordonna à partir. Je vous dirai conment: il prist l'abit
à l'un de ses menestrels, et dou soir il monta à ceval, et le varlet
dou menestrel avoecques lui, et isi de Paris. Et quidoient ses gens
voires, fors chil qui le devoient sçavoir, que il fust encores en ses
cambres, car si cambrelent disoient que il estoit malades et gissans au
lit, qant il estoit en Bretagne. Et vint à Nantes de nuit et ala
deviers sa fenme la contesse qui point de premiers ne le recongnissoit
en cel estat; et qant elle l'ot ravisé, si pensa tantos que la besongne
aloit mal. Li contes li compta tout l'estat et l'ordenance de son
voiage, et pourquoi il estoit ensi revenus. «Monsigneur, dist la
contesse, je n'en pensoie point mains, vous n'i aviés que faire. Selonc
ce que vous avés conmenchié et entrepris, vous auerés la gerre: il
n'est riens si vray. Si vous pourvées et ordonnés selonc che, et tenés
en amour les bonnes villes de Bretagne et les signeurs qui sont de
vostre partie.» Li contes respondi et dist que aussi feroit il. Fos 74
vo et 75.

P. 102, l. 22: qui tenoit.--_Mss. A 1 à 6, 18 à 33_: qui se tenoit à
cause de sa femme estre droit hoir de Bretaigne. Fo 79 vo.

P. 102, l. 28: feroit.--_Ms. B 6_: Or advint autres nouvelles au roy et
à monseigneur Charle de Blois qui plus luy donnèrent à penser, car il
leur fut dit que le conte de Monfort avoit esté en Engleterre devers le
roy et relever la ducé de Bretaigne et les appertenances du roy
d'Engleterre: que faire ne povoit ne devoit, dont trop grandement
s'estoit meffais. Fo 178.

P. 103, l. 12: de Nantes.--_Ms. B 6_: mais sachiés que che fut tout
outre le consail de madamme sa femme. Fo 179.

P. 103, l. 15: as hostelz.--_Mss. A 1 à 6, 18 à 22_: en son hostel. Fo
79 vo.

P. 103, l. 20: li douze per.--_Ms. B 6_: le duc de Bourgogne, le duc de
Normendie et grant plenté de seigneurs. Fo 179.

P. 104, l. 24: à son hostel.--_Ms. B 6_: durement pensis. Fo 180.

P. 104, l. 25 et 26: à aviser.--_Ms. B 6_: à buchier. Fo 180.

P. 105, l. 8 et 9: Si monta.--_Ms. B 6_: Sy fist le malade toute celle
journée; et quant che vint à la nuit, il monta à cheval et se party de
Paris lui troisième, que point les portes n'estoient adonc frumées. Fo
181.


=§ 146.= P. 106, l. 2: alés.--_Ms. de Rome_: Et en fu li contes de
Flandres soupeçonnés que il ne li euist consilliet à faire, pour tant
que il avoit sa serour à fenme; mais li contes se osta de la soupeçon
et s'en escusa grandement et tant que on le tint bien pour escusé. Fo
75 vo.

P. 106, l. 7: deus.--_Mss. A 1 à 7, 18 à 22_: trois. Fo 80 vo.

P. 106, l. 22: barons.--_Ms. d'Amiens_: et douze pers. Fo 58.

P. 107, l. 10: d'Alençon.--_Ms. d'Amiens_: monseigneur Carle comte
d'Alenchon son oncle, le ducq de Bourgoingne son cousin, le comte de
Blois son frère, le duc de Bourbon, monseigneur Jakemon de Bourbon
comte de Pontieu, monseigneur le connestable de Franche, le comte de
Ghines son fil, le comte de Foriès, le seigneur de Couchy, le seigneur
de Craan, le seigneur de Biaugeu, le seigneur de Suilli, et en apriès
tous les barons et chevaliers à qui il avoit amour et linage qui là
estoient. Et chacuns li acorda liement que il yroit avoecques lui en
Bretaingne pour aidier à reconcquerre, à tant de gent et de compaignons
qu'il poroient avoir. Si fissent leurs mandemens chacuns endroit de
lui, li uns en Biausse, li autre en Berri, puis en Ango et ou Mainne.
Et tous se devoient rassambler en le cité d'Angiers et là environ. Fo
58 vo.

_Ms. de Rome_: Mesires Carles de Blois et li contes de Blois son frère,
liquel estoient en genouls devant le roi, le remerciièrent humlement de
toutes ces paroles. Lors se levèrent ils en piés et alèrent autour
priier lors amis, premierement lor oncle le conte d'Alençon, et puis
lor cousin germain le duch de Normendie, le duch Oede de Bourgongne et
mesire Phelippe de Bourgongne son fil, le duch Pière de Bourbon et
messire Jaqueme de Bourbon conte de Pontieu son frère, le conte d'Eu et
de Ghines connestable de France, le conte de Vendome, le conte de
Danmartin, le signeur de Chastellon et grant fuisson de barons de lor
linage. Et tout de bonne volenté se offrirent à faire service et
plaisance à mesire Carle de Blois, et aler à lors coustages avoecques
li en Bretagne. Si se ordonnèrent et apparillièrent dou plus briefment
que il peurent; et fissent lor mandement à estre à Chartres, et
atendre l'un l'autre en la chité del Mans ou d'Angiers. Fos 75 vo et
76.

P. 107, l. 14: le visconte de Roem.--_Mss. A 11 à 14_: le viconte de
Rohan breton. Fo 78.


=§ 147.= P. 107, l. 26: Quant tout.--_Ms. d'Amiens_: Quant tout chil
seigneur qui priiet estoient, eurent ordonnet leur besoingnes et
chacuns fait son mandement au plus especialment qu'il peult, il se
partirent, de Paris li aucun, et li aucuns de leurs lieux. Si s'en
allèrent li uns apriès les autres et se assamblèrent en le cité
d'Angiers, puis ordonnèrent leur charoy et leurs pourveanches. Et se
misent au chemin et passèrent Ango, et vinrent logier ung soir à une
très belle fortrèce que on appelle Chantosé, qui se tient dou seigneur
de Craan. Et mist li dus de Normendie gens pour aidier à conduire leurs
pourveanchez et chiaux ossi qui lez sieuwoient. Puis cheminèrent
deviers Ansenis, qui est li fins dou royaumme et li entrée de
Bretaingne à che lés là. Li sirez est ungs grans banerès bretons, et se
tenoit de le partie monseigneur Charlon de Blois, et li fist là
hoummaige et feaulté comme au duc de Bretaingne, presens tous lez
signeurs, et li mist se fortrèche en son coummandement. Si sejournèrent
li seigneur là endroit trois jours, pour mieux ordonner leur conroy et
leur charoy. Quant il eurent ce fait, il yssirent hors pour entrer ou
pays de Bretaingne.

Quant il furent as camps, il considerèrent leur pooir et estimèrent
leur host à cinq mille armurez de fier, sans les Geneuois qui estoient
bien troi mille, si comme jou ay oy recorder. Et lez conduisoient doi
chevalier de Genneues; si avoient nom, li uns messires Othes Doriie, et
li autres messires Carles Grimaus. Et si i avoit grant plantet de
bidaus et d'arbalestriers que conduisoit messires Galois de le Baume.
Quant touttes ces gens se furent aroutet, moult y avoit bel host; et
chevauçoient en troix bataillez: de quoy messires Loeys d'Espaingne,
ungs très bons chevaliers, et li viscontez de Rohem, li sires
d'Avaugor, li sirez de Clichon et li sirez de Biaumanoir, banièrez
desploiies, menoient les premiers; et estoient bien cinq cens lanches.
Puis chevauchoient en le grosse routte li dus de Normendie, li comtez
d'Allenchon, ses onclez, li comtez de Blois, messires Charles de Blois,
qui s'appelloit et escripsoit dus de Bretaingne et en avoit fait
feaulté et hoummage au roy de Franche, et en portoit lez plainnes
armez sans differensce. En celle routte estoient tout li plus grant
seigneur de l'ost. En le tierche bataile estoit li connestablez de
Franche, li comtes Raous d'Eu et li comtez de Ghines, ses fils, li
sires de Couci, li sires de Montmorensi, li sires de Quitin, breton, et
li sirez de Tournemine; et faisoient l'arrieregarde bien à cinq cens
lanchez, sans les Geneuois et les arbalestriers, dont li Gallois de le
Baume estoit conduisièrez.

Environ heure de primme, li premier cevauceour vinrent devant ung très
fort castiel, seans à l'entrée de Bretaingne sus une montaigne et ou
piet desous une grosse rivière. Si appelle on le dit castiel
Chastonseal, et est li clef et li entrée de Bretaingne. Si l'avoit
garny et pourveu très bien li contes de Montfort de bonnes gens
d'armes, de pourveanches et de artillerie. Et en estoient cappittainne
de par le dit comte doi bon chevalier de Bretaingne, dont li ungs avoit
à nom messires Milles, et li autrez messires Waleranz. Fo 58 vo.

_Ms. de Rome_: Qant tout chil signeur, liquel s'en devoient aler
avocques monsigneur Carle de Blois ens ou pais de Bretagne pour li
aidier à recouvrer son hiretage, furent prest et lors gens venus, il se
departirent de Paris li auqun, et li aultres de lors lieus. Et en
alèrent les uns apriès les aultres, et si se asamblèrent la grignour
partie en la chité du Mans et là environ; puis s'avalèrent jusques en
Anghiers, et là trouvèrent le duch de Normendie qui chiés se faisoit de
ceste cevauchie. Et vinrent toutes ces gens d'armes en Ancheni sus la
frontière et entrée de Bretagne, et là sejournèrent trois jours, en
attendant encores l'un l'autre, et pour ordonner lor charoi et lors
conrois. Qant il orent ensi fait, il se missent par ordenanche au cemin
et chevaucièrent pour entrer en Bretagne, et considerèrent lor pooir et
estimèrent lor hoost à cinq mille armeures de fier, sans les Geneuois
qui estoient environ troi mille. Et les conduisoient doi chevalier de
Genneues; si avoit nom li uns mesire Othe Doriie, et li aultres mesires
Carles Grimauls. Et se i avoit grant fuisson de bidaus et
d'arbalestriers que li Galois de la Baume conduisoit, uns chevaliers
savoiiens.

Qant toutes ces gens d'armes et aultres arbalestriers et bidaus as
lances et à pavais se trouvèrent sus les camps, ils se departirent
d'Ancheni, et prissent le cemin par deviers un très fort chastiel,
seant sus une montagne, et desous court une rivière. Et le chastiel on
l'apelle Chastonseal, et est la clef et li entrée de Bretagne à ce lés
là, et estoit pourveus et garnis de bonnes gens d'armes. Et en
estoient chapitainne et gardiien doi chevalier de Lorrainne, dont li
uns avoit nom mesires Milles et li aultres messires Wallerans. Qant li
dus de Normendie, qui estoit chiés de ceste cevauchie, et li aultre
signeur de France veirent le chastiel si fort, il orent consel que il
le assegeroient, car se il passoient oultre et il le laisoient
derrière, il le poroit porter damage à euls ou à lors gens et as lors
pourveances. Si le assegièrent dou plus priès que il porent, et i
fissent pluisseurs assaus. Meismement li Geneuois, qui sont bons
arbalestriers, s'i abandonoient à le fois assés follement et tant que i
perdirent de lors compagnons à lors assaus, car chil dou chastiel se
deffendoient vaillanment. Adonc imaginèrent chil signeur de France que
il couvenoit emplir les fossés pour aprochier de plus priès. Si furent
envoiiet querre et amené tout li honme paisant dou plat pais, et lor
fist on coper baus et mairiens, à porter, à trainer et à chariier et
jeter en ces fossés. Et tant fissent, par la grant diligense que il i
rendirent, que il furent raempli là en cel endroit où il avoient mieuls
l'avantage de l'asallir. Et entrues que on entendi à raemplir ces
fossés, li signeur de France fissent faire et carpenter un chastiel de
bois sus douse roes et tout couvert et garité, ouquel pooient bien deus
cens hommes d'armes et cent arbalestriers. Si fu à force d'onmes chils
chastiaus, pourveus de gens d'armes et d'arbalestriers, amenés assés
priès dou mur; et avoit ou dit chastiel trois estages: ou premier hault
estoient les gens d'armes, ou second les arbalestriers, et ou tierc
estage tout bas, piqetour pour piqueter au mur et tout destruire et
abatre.

Le jour que li enghiens et li chastiaus fu boutés avant, ot à
Chasto(n)seal trop orible asaut, et moult de honmes mors et bleciés de
ceuls dedens et de ceuls de dehors. Et aleuèrent chil dedens toute lor
artelerie au traire; et par trois fois furent rafresqi chil qui ou
chastiel estoient. Qant messires Milles et messires Walerans veirent
que si continuelment on les assalloit, et que moult de lors honmes
estoient blechiet, et se ne lor apparoit confors de nul costé, il se
doubtèrent que de force il ne fuissent pris; si entrèrent en trettiés
deviers le duch de Normendie à qui on parloit de toutes coses. Trettiés
se porta que il rendirent le chastiel, salve lors vies et lors biens.
Ensi orent li François le chastiel de Chastonseals; si le remparèrent
et rafresquirent de toutes coses. Et fu rendus li dis chastiaus dou
duch de Normendie à mesire Carle de Blois conme hiretiers et dus de
Bretagne. Et puis passèrent oultre et ceminèrent viers Nantes, où li
contes de Montfort se tenoit, qui bien estoit enfourmés de la venue de
ces signeurs de France. Si se pourveoit selonch ce, et avoit envoiiet
sa fenme et un sien jone fil à Vennes, et moustroit bonne ordenance de
li deffendre et garder. Fo 76.

P. 108, l. 3: Angiers.--_Ms. B 6_: Et depuis ne demoura gaires de temps
que mesire Charles se party de Paris et prist le chemin d'Angiers. Et
vint là après le conte d'Allenchon, le duc de Normendie, le duc de
Bourgogne, le duc de Bourbon, le conte de Tancarville, le connestable
de France, le sire de Coucy, le sire de Carhain, le sire de Suilly et
grant foison de barons de France. Et estoient bien, quant tous furent
venus et asamblé, six mille hommes d'armes et vingt mille d'autres gens
parmy les Geneuois qui estoient desoubz messire Charle Grimaulx et
messire Oste Deoire. Et fut marescaulx de tout l'ost ung très bon et
hardy chevalier qui s'appelloit messire Loys d'Espaigne. Fo 183.

P. 108, l. 6: trois.--_Mss. A 11 à 14_: quatre. Fo 78.

P. 108, l. 10: cinq mille.--_Mss. A 15 à 17_: six mille. Fo 81 vo.

P. 108, l. 11: trois mille.--_Mss. A 1 à 6_: quatre mille. Fo 81.

P. 108, l. 20: Chastouseal.--_Mss. B 3_: Castouseul. Fo 71 vo.--_Mss. A
1 à 10, 20 à 33_: Chastonseaulx, Chastonseal, Chastonseaul,
Chastonseau. Fo 81.--_Mss. A 11 à 17_: Chantouceaulx, Chantoceaux. Fo
78 vo.--_Mss. A 18, 19_: Chastouseaulx. Fo 81.


=§ 148.= P. 110, l. 1: Quant li dus.--_Ms. d'Amiens_: Quant li dus de
Normendie, messires Carlez de Blois et li autre seigneur eurent conquis
le castiel de Castonseaux, si comme vous avés oy, li dus de Normendie,
qui estoit li souverains droit là de tous, le livra tantost à
monseigneur Carlon de Blois, son cousin, comme sien et son hiretaige.
Et y mist li dis messire Carles dedens bon castellain, en qui mout
s'afioit, ung chevalier que on appelloit monseigneur Rasse de
Quinnecamp, et avoecq lui grant fuison de bons compaignons; et là
rafresci de tous poins, de touttez necessités pour mieux garder
l'entrée dou pays, et pour conduire chiaux qui venroient apriès yaux.
Puis se deslogièrent li seigneur et se traissent par deviers Nantes, là
où il tenoient que li comtes de Montfort, lors ennemis, estoit. Si leur
avint que li marescaus de l'ost et leur coureur trouvèrent enmy voie
une bonne ville et grosse, bien fremée de fossés et de palis; et
appell' on ceste ville Quarquafoure, et siet à quatre lieuwes priès de
Nantes. Li marescaux et se routte l'asalirent fierement et durement de
tous costés; et chil de le ville se deffendirent, mès il n'y avoit que
villains. Si furent assés tost desconfi, la ville prise et robée, et
moult de gens dedens mors et ochis, dont che fu pités; et boutèrent le
feu ens, et en fu bien la moitiet arse. Et se logièrent li signeur
ceste nuit là environ, et l'endemain il se deslogièrent et aprochièrent
Nantez; et envoiièrent leurs coureurs devant pour aqueillir le proie,
mès point n'en trouvèrent. Dont vinrent li seigneur li uns apriès
l'autre, par ordonnanches et par connestabliez, devant le chité de
Nantes; et le assiegièrent tout autour, et y tendirent tentez, très et
pavillons et touttes autres mannières de logeis qui en telz oeuvres
appertiennent.

Or sont logiet à ost, par devant la bonne chité de Nantez, li seigneur
de Franche. Et dedens se tient li comtez de Montfort, messires Hervieus
de Lion, messires Henris de Pennefort, messires Oliviers de Pennefort
et pluiseur chevalier et escuier de Bretaingne qui ont fait feauté ou
dit comte; et la contesse sa femme est à Rennes. Quant li comtes de
Montfort se vit assegiés, il n'en fist mies trop grant compte, car il
se sentoit en bonne chité, forte, bien fremmée et bien pourveuwe de
touttez pourveanches et d'artillerie, et bien amés des bourgois de le
ville. Si ordounna et pria à tous que chacuns se volsist bellement
deduire et acquitter enviers lui, garder le chité et leur honneur,
aller à leur deffenscez as garrittez, enssi que ordonnet estoient, et
point yssir sur chiaux de l'host, car il pooient bien perdre et point
gaegnier. Et disoit ensi li comtes, pour chiaux de Nantes reconforter,
que cilx sièges ne se pooit longement tenir, car il estoit coummenchiéz
trop sus l'ivier.

Or avint que chils de le ville ne tinrent mies trop bien ses
coummandemens, si comme vous oréz; car il prist vollenté à aucuns
bourgois de Nantez, jones compaignons et armerèz, que de yssir et faire
aucune envaie sur chiaux de l'ost. Et en parlèrent enssamble et se
queillièrent, et furent bien quatre cens d'eslite, et priièrent à
monseigneur Hervi de Lion que il volsist y estre leur cappittainne et
yaux mener; et se Dieux plaisoit, il feroient emprise où il aroient
toutte honneur et prouffit. Messires Hervis, comme bons chevaliers et
qui amoit et queroit lez armes, s'i accorda assés legierement. Et
prissent ariest à issir une ajournée, enssi qu'il fissent, et s'en
vinrent par voies couvertes, car bien connissoient le pays autour de
l'ost. Dont d'aventure il trouvèrent environ trente sommiers, mulés et
ronchins, cargiés de pourveances, qui s'en venoient en l'ost. Si se
ferirent en chiaux qui les menoient, et en tuèrent et navrèrent les
aucuns, et li demorans s'enfui. Si misent ces sommiers à voie pour
amener à sauveté dedens le ville, et leur sambla que trop bien avoient
esploitiet. Li noise et li cris s'esleva en l'ost, et criièrent: «As
armes!» Les trompettez sonnèrent, touttes mannières de gens s'armèrent
et montèrent as cevaux.

Ceste meysme nuit, avoit fet le gait messires Loeys d'Espaingne à plus
de cinq cens compaignons, et n'estoit point encorres retrait ne partis
de se garde. Quant il entendi le huée, il s'en vint celle part à quoite
d'esperons, bannière desploiiée; et tout li sien le suirent, et
raconssuirent chiaux de Nantez assés priès de le ville. Là y eut bon
puigneis. Quant messires Hervis de Lions et chilz de Nantes veirent
qu'il estoient si poursui, il se misent entre les sommiers et leurs
ennemis, et les fissent de forche cachier ens ès portes pour sauver, et
aucuns cars ossi, qu'il en menoient cargiés de vins et de farinez,
desteller; et les cevaux cachier en le ville, et tout adiès se
combatoient. Là ot ung dur rencontre et très forte meslée, car chil de
l'ost mouteplioient toudis, qui estoient fresch et nouviel. Là couvint
monseigneur Hervi de Lion faire maintez appertises d'armez, car
vollentiers il ewist sauvés tous les siens, s'il pewist; mès si grant
force leur sourvint que à grant meschief rentra il en le ville et se
sauva; et pour le doubte que cil de l'ost ne efforçaissent le porte et
entraissent en le cité, il fist le restiel avaller. Si en y eut bien le
moitiet et plus de leurs gens enclos par dehors, qui y souffrirent
grant meschief, car il furent tout pris ou tout mort, et menés as
logeis comme prisonniers devers le duch de Normendie et monsigneur
Carlon de Blois, qui en eurent grant joie. Et chil dedens se retrairent
au mieux qu'il peurent, qui trop plus avoient perdut que gaegniet, et
regretoient leurs frèrez et leurs amis mors et pris.

Li comtez de Montfort, qui estoit ens ou castiel de Nantes, s'arma et
fist armer sez gens seloncq ce que on li avoit recordé que dehors le
porte il y avoit grant hustin. Si y venoit en ceste entente que pour
yaulx aidier, s'il pewist; mès quant il parvint là, la besoingne
estoit jà toutte passée. Et encontra monseigneur Hervi de Lion, si ques
tous courouciés et voiant le peuple, il l'aqueilli au tenchier et li
dist: «Messire Hervy, messire Hervy, vous estes trop bons chevaliers de
le moitiet. Je me fuisse bien maintenant passés à mains de vo proèce;
et encorrez sus vo folle emprisse, se vous ne vous fuissiés si tost
retrès, chil qui sont demouret là hors, ewissent estet bien venus à
sauveté.» De ces parolles fu messires Hervis tous honteux et
virgongneus, et passa oultre et parla mout peu, et ce qu'il respondi,
il dist: «Sire, plus sages et plus preux chevalierz que je ne soie, a
bien mespris en plus grant affaire. Dieux nous gard de plus grant
dammaige!» Ensi se retrai chacun en son hostel, car li comtez vit bien
que li issir ne li pooit porter nul prouffit, mès damage. Depuis ceste
avenue, priès que tous les jours, chil de l'ost, Geneuois et
saudoiiers, venoient escarmuchier as portez et as barrièrez, et
faisoient sur chiaux de d'ens mainte appertise d'armes. Et lanchoient
et traioient li ung à l'autre; et en y avoit souvent des navrés de
chiaux de d'ens et de chiaux de hors. Fo 59.

_Ms. de Rome_: Sus le cemin de Nantes trouvèrent li François une bonne
ville et grose fremée de fossés et de palis tant seullement, et est
nonmée Quarquefoure. Li marescal de l'oost et chil de l'avant garde,
qant il furent venu devant, l'asallirent fortement. Ichil de dedens
estoient gens de petite deffense et foiblement armés; si ne porent
durer contre ces arbalestriers geneuois et ces gens d'armes. Si fu la
ville conquise et toute robée, et plus de la moitié arse, et toutes
gens que on pot ataindre, mis à l'espée, dont ce fu pités.

Li signeur logièrent celle nuit là environ; et à l'endemain il
s'ordonnèrent pour venir devant la chité de Nantes, car il n'i a de
Quarquefoure que quatre lieues. Et envoiièrent premierement l'avant
garde courir devant Nantes et ordonner où li signeur se logeroient. Si
se logièrent chil de l'avant garde. Et puis vinrent li dus de Normendie
et tout li signeur et le charoi. Et se logièrent tout en bonne
ordenance, et fissent tendre tentes, trefs et pavillons.

La chité de Nantes est grande, et la rivière de Loire qui court parmi,
moult large. Se ne le porent pas li signeur de France toute environner,
car trop i faudroit de peuple qui vodroit ce faire. Et se chil de
dedens se fuissent tenu tous jours enclos en lor ville sans point
issir, et entendu as escarmuces tant seullement, et à deffendre lors
barrières, il ne lor couvenoit aultre cose; et euissent là tenu les
signeurs de France tout le temps. Car il avoient la rivière pour euls,
laquelle on ne lor pooit oster, et si estoient bien pourveu de toutes
coses que il lor besongnoit; mais orgoels et outrequidance les dechut,
ensi que je vous dirai.

Messires Hervis de Lion, qui fu assés chevalereus et estoit tous li
consauls dou conte, chevauça une matinée et issi hors de Nantes à tout
deus cens armeures de fier, car dou soir il avoient en lor ville
requelliet une espie qui lor avoit dit que quinse sonmiers cargiés de
pourveances venoient en l'oost, et lor avoit ensengniet le cemin que il
tenoient, et n'estoient conduit que de euls soissante lances. Pour quoi
messires Hervis de Lion, pour porter à ceuls de l'oost contraire et
damage, esmeut les compagnons saudoiiers et auquns jones honmes
bourgois de Nantes. Et sallirent hors à une ajournée par la posterne de
Ricebourc et se missent sus les camps, et cevauchièrent à la couverte,
ensi que li varlès les avoit ensengniet. Et trouvèrent sus un viés
chemin et encontrèrent ce charoi et ces sonmiers et ceuls qui les
conduisoient, qui estoient tout pesant et sonmilleus, car il avoient la
nuit moult petit dormit. Chil deus cens de la route et compagnie
messire Hervi de Lion furent tantos au desus de ce charoi et de ces
sonmiers et de ceuls qui les conduisoient. Et en i ot que mors que
bleciés plus de la moitié; et li demorrans fui en voies deviers l'ost
en faisant grant noise. Encores estoient chil dou gait de la nuit sur
les camps; si s'adrechièrent celle part où la noise estoit et li debas,
et aussi li hoos se conmença fort à estourmir.

Qant mesires Hervis de Lion et ses gens veirent venir l'effort, si se
retraissent fort viers la chité et deviers la porte, et cachièrent lor
proie dedens. Et fuissent bien rentré dedens et à petit de damage, se
il vosissent; mais orgoels et outrequidance les amonesta de demorer et
faire armes. Et tant se moutepliièrent li hustin que chil de l'oost les
sourmontèrent, et en abatirent et mehagnièrent biaucop et prissent au
voloir rentrer en la ville. Et fu la porte sus le point de estre
gaegnie des François, et couvint priès estre armé tous ceuls de la
ville pour euls bouter hors. Et là fu très bons chevaliers messire
Hervi de Lion, et moult i fist de grandes et de belles apertises
d'armes. Toutes fois, par bien combatre et par l'effort qui i sourvint
de la chité, li François furent requlé, et la porte reclose, et li pons
levés, et la grignour partie de la proie conquise. Mès trop lor cousta
et par especial des bourgois de la ville, car il en i ot grant fuisson
de mors et de pris et de bleciés: dont li père et li frère et li
linages de ceuls en furent durement courouchiet. Et disoient li auqun
en derrière que ce avoit esté une issue sans raison et hors de
ordenance, car il n'avoient en Nantes aultre cose à faire que de garder
lor vile.

Li contes de Montfort, qui estoit en son hostel, ne sçavoit au matin,
qant il fu levés, encores riens de ceste avenue. Et qant il en fu
enfourmés, et il oy les complaintes de ses honmes et des bourgois de la
ville, conment il avoient perdu lors fils, lors frères et lors amis et
par celle escarmuce, laquelle à la vois de ceuls de Nantes avoit esté
faite sans raison, si en fu durement courouchiés. Et qant messires
Hervis de Lion vint en sa presence, il l'en blama et reprist aigrement
de crueuses paroles, et tant que messires Hervis s'en merancolia et
prist les paroles en grant virgongne et desplaisance. Et pour ce que li
contes li dist si generaulement devant tous ceuls qui le porent oïr, se
retraist li dis mesire Hervi de Lion en son hostel en la ville, et
laissa le conte en son chastiel, sans plus aler viers lui. Fos 76 vo et
77.

P. 110, l. 19: Quarquefoure.--_Mss. B 3, A 7 à 10, 15 à 17, 23 à 29_:
Quarquefore, Quarquefoure, Carquefoure. Fo 72.--_Mss. A 1 à 6, 18 à
22_: Quanquefore, Quaquefore. Fo 81 vo.--_Mss. A 11 à 14_: Carrefours.
Fo 79.--_Mss. A 23 à 29_: Carquefo. Fo 147.

P. 111, l. 9: aucun des saudoiiers.--_Ms. B 6_: Or advint que mesire
(Hervy[406] de Lion), qui moult desiroit les armes, yssy hors une
matinée à tout deux cens compaignons des plus soufisans. Fo 184.

  [406] On lit dans le ms. B 6 «Henry.» Mauvaise leçon.

P. 111, l. 11: quinze.--_Mss. A 11 à 14_: dix huit. Fo 79.

P. 112, l. 15: deux cens.--_Ms. B 6_: six vingt par une autre embusque
que messire Loys d'Espaingne leur fist. Fo 185.

P. 112, l. 18: blasma.--_Ms. B 6_: et luy dist que il s'en peuist bien
estre passés d'avoir fait celle yssue, et qu'il estoit trop bon
chevalier de par le diable. Fo 185.


=§ 149.= P. 112, l. 26: Or avint.--_Ms. d'Amiens_: Che siège durant
devant Nantez, qui grans et plentiveus estoit pour ciaux de hors et
cremeteus pour ciaux de d'ens, car il n'estoient tout mies bien
d'acord, mès à grant soussi et anoy, aucuns bourgois de le cité veoient
leurs biens destruire et amenrir dedens et dehors, et avoient lors
enfans et lors amis emprisonnés et doubtoient encorrez que pis ne leur
avenist: si s'avisèrent et parlèrent enssamble tout quoiement et
secretement. Et eurent d'accord entr'iaux ly plus sainne partie de
traitier à ces signeurs de Franche couvertement, par quoy il peuissent
avoir pès et ravoir leur enfans et amis quittes, qui estoient
emprisonnés. Touttes fois il achievèrent leurs tretiés et acordèrent et
proummisent que, sus ung jour qui ordonnéz estoit, il lairoient une
porte ouverte qui nommée y fu; et poroient chil de l'ost paisivlement
entrer en le cité et aller au castiel et prendre le comte de Montfort,
affin que nulx ne nulle de le dite cité n'y devoient mettre corps, ne
vie, ne membre, ne riens dou leur, et devoient sains et sauf et tous
quittez ravoir leurs amis.

Enssi fu il acordé et confremmé de chiaux de l'host, et à le droite
heure ordonnée, li porte ouverte. Et entrèrent li signeur et chil qui
veurent avoec yaux, dedens Nantes, et allèrent droit au castiel là où
li comtez de Montfort se tenoit et dormoit encorrez, car il estoit bien
matin; et brisièrent lez huis, et le prissent et aucuns de ses
chevaliers. Et fu messires Hervis de Lion pris ossi; mès messires
Henris de Pennefort et messires Oliviers, ses frèrez, et messires Ives
de Tigri se sauvèrent, car il dormoient dedens le chité: si leur fu
nonchiet, et montèrent tantost à cheval et se sauvèrent. Et li comtez
de Montfort fu pris, si comme vous avés oy; et l'amenèrent li signeur
hors de la chité en leur tentez, et en eurent grant joie. De se prisse
fu adonc durement retés messires Hervis de Lion, et dou tretiet des
bourgois de le ville, car il prist les parollez que li comtez li avoit
dittes, en si grant despit que oncquez puis il ne veult y estre à nul
consseil que li contes ewist affaire. Si ne sai je pas se ce fu à cause
ou sans raison. Je n'en voroie mies parler trop avant, mès touttesvoies
li famme fu adonc telx entre pluisseurs gens, si comme je vous ay
recordet chy devant. Et che y parfist le souppechon, car toudis depuis
il fu de l'accord monseigneur Carlon de Blois, et li fist feaulté et
hoummaige si comme à son signeur, et le recongnut à ducq et à droit
hiretier de Bretaingne de par madamme sa femme.

Quant li dus de Normendie vit le comte de Montfort devant lui, si en ot
grant joie; et ossi eut messires Carlez de Bloix, car vis leur fu que
la guerre en estoit pour yaux plus belle. Si se conseillièrent
entr'iaux comment il s'en maintenroient, et eurent advis que il
l'envoieroient à Paris deviers le roy de France, qui vollentiers le
verroit. Si en cargièrent monseigneur Loeis d'Espaingne et monseigneur
de Montmorensi, le seigneur d'Estouteville, messire Grimouton de
Camb(l)i. Et le prisent chil seigneur en leur conduit à bien deux cens
lanches pour amener plus sceurement, et cevaucièrent tant par leurs
journées qu'il vinrent à Paris. Si trouvèrent le roy Phelippe qui jà
estoit enfourméz de toutte ceste aventure et de la prise dou dit comte.
Si l'amenèrent li dessus dit chevalier au roy et li representèrent de
par le duc de Normendie, son fil, et monseigneur Carlon de Blois, son
nepveult. Li rois rechupt che present à joie, et dist en regardant sus
le comte qui mout estoit honteux et abaubis: «Comtez, comtez de
Montfort, viéz pechiéz fait nouvelle virgoingne. Et pour ce que à tort
et à pechié vous estez entréz en le saisinne de Bretaingne, où point de
droit vous n'avés, estez vous de droit encombréz; car, se nul droit
vous y euissiéz, vous ewissiéz atendu le jugement des pers de Franche.
Vous vos emblastez de my et sans congiet, et sus me deffensce vous
partesistes, et par orgoeil contre my vous vos estez tenus et portés.
Si en vauront vos besongnes le mains, car jammais de mes mains ne
partirés, se pis ne recevés. Si ne vous ferai je nul tort, mès vous
deduirai par le jugement et avis de mes hommes.» Adonc coummanda li
roys que on le mesist au castiel du Louvre. Là fu li comtez de Montfort
menés et emprisonnés, et très fort et songneusement gardés. Et sachiés
que ly roys eut depuis sur lui mainte penssée pour lui faire morir; et
l'ewist fait, si comme on dist, se n'ewist estet li comtez Loeys de
Flandrez ses serourges, qui pluiseurs fois en pria le roy mout
humblement, à laquelle priière li roys s'en souffri, et le tint
emprisonné tant qu'il vesqui.

Or revenrons as seigneurs de Franche qui ont bien coummenchiet à
esploitier leur voiaige, car il ont pris le chief de leurs ennemis et
le souverainne chité de Bretaingne, dont il se sont mis en possession.
Et ont tout li bourgois de Nantes juret et fait feaulté et hoummaige à
monseigneur Carlon de Blois, et l'ont recongnut à duc et à signeur; et
entra de premiers dedens Nantez à grant pourcession, adestrés et
acostéz de monseigneur d'Alençon, son oncle, et dou duc de Normendie,
son cousin.

Apriès ce que li dus de Normendie et li seigneur de Franche eurent
pris le saisinne et la possession de Nantes et reconquis sus le comte
de Montfort, en l'an de grace Nostre Seigneur mil trois cens quarante
et un, le vingtième jour de octembre, il se tinrent en le ditte cité
depuis une espace; et eurent avis et consseil comment il se
parmaintenroient. Finablement il se consseillièrent li ung par l'autre,
pour che que li yviers aprochoit et que il faisoit dur et crut et froit
hostoiier, il se partiroient et donroient leurs gens congiet; et se
retrairoient en France jusques à l'estet qu'il revenroient aidier à
monseigneur Charlon de Blois à reconcquerre le remanant; et le
lairoient cest yvier guerriier par ses fortrèches. Dont tantost apriès
le feste de le Toussaint, il se partirent de le cité de Nantes et de
monseigneur Carlon de Blois, sus l'estat que je vous ai dit; et s'en
retournèrent en Franche et en leurs nations, et chacuns en son lieu. Et
messires Carlez de Blois se tint en Nantes en grant reviel, o lui
madamme sa femme. Si fist pourveir ses garnisons et appareillier
enghiens et espringallez et touttes mannièrez d'estrumens, pour
assaillir à l'estet villes et fortrèces rebellez à lui. Or me tairay de
monseigneur Carlon de Blois et parleray de le comtesse de Montfort et
de ses ordonnances, qui fu damme de grant emprise, et bien eut coer
d'omme et de lion. Fos 59 vo et 60.

_Ms. de Rome_: Or avint que, trois jours apriès ce que ceste avenue de
la porte des bourgois et des saudoiiers de Nantes fust avenue, uns
grans meschiés sourvint au conte de Montfort; et orent les honmes de la
ville trettiés secrès et couvers au duch de Normendie et as signeurs de
France, tels que je vous dirai. Il laissièrent une matinée la posterne
que on dist de Sauve tout ouverte, et par là entrèrent grant fuisson de
gens d'armes dedens la chité sans contredit; et ne fissent onques mal à
honme ne à fenme de la ville, ne à mesire Hervi de Lion ne à sa
famille. Et alèrent ces gens d'armes au chastiel dou conte, et
rompirent les portes et entrèrent dedens; et trouvèrent le conte de
Montfort en sa cambre qui se armoit. Il le prissent en cel estat. Et
l'enmenèrent quatre chevalier de France en la tente dou duch de
Normendie, liquels fu moult resjois (de) celle prise et li dist:
«Contes de Montfort, vous nous avés fait painne. Il vous faudra,
voelliés ou non, retourner à Paris, et oïr la sentense qui a esté
rendue et donnée sur vous.»--«Monsigneur, respondi li contes, ce poise
moi. Je me confioie en ma gent, et il m'ont trahi.» Là fu li contes
pris et menés d'autre part, et livrés en bonnes gardes de vaillans
honmes, chevaliers et esquiers, et moult proçains de linage à mesire
Carle de Blois.

Tout ce fait, li dus de Normendie et tout li signeur de France
entrèrent dedens Nantes à grant solempnité et à grant fuisson de
tronpes, de tronpètes et de claronchiaus et descendirent ensi au
palais, et là tinrent li signeur lor estat. Et fu messires Hervis de
Lion delivrés de prison et devint homs à mesire Carle de Blois, et li
jura foi et loiauté à tenir de ce jour en avant; et on n'i vei onques
depuis le contraire. Et furent delivré tout chil qui prisonnier
estoient. Et par ces apparans doit on bien supposer que la chité de
Nantes et li di(s) messires Hervi furent en trettié deviers le duch de
Normendie et les signeurs de France. Ce fu la nuit de une Tousains que
on compta l'an de grasce mille trois cens quarante et un. Et le jour de
la Tousains tint li dus de Normendie court plenière de tous les
signeurs ens ou chastiel de Nantes, et là rendi li dis dus à mesire
Carle de Blois la chité de Nantes. Et le rechurent à duch et à signeur
tout li bourgois de la ville et li fissent feaulté et honmage, et tout
li baron et chevalier de là environ, mesires de Cliçon, li sires
d'Ansenis, li sires de Biaumanoir, li sires de Malatrait et bien
quarante cevaliers de Bretagne, qui tout furent à la feste ce jour de
la Toussains. Et durèrent les festes en Nantes quatre jours. Et encores
venoient tout dis chevaliers et esquiers fievés, dames et damoiselles
fievées, qui relevoient lors hiretages à mesire Carle de Blois, et le
tenoient à signeur et le nonmoient duch. Mais encores demoroient grant
fuisson de chités, de villes et de chastiaus et de signouries qui
tenoient le fait contraire, et le tinrent tout dis à l'encontre de
messire Carle de Blois; car li dus de Normendie et la poissance de
France se departirent trop tos de Nantes et dou pais. Car se il se
fuissent là ivernet, et euissent laissiet lors gens couvenir, et
cevauchiet sur le pais, il euissent petit à petit raquis le pais, et
osté le coers et les opinions de ceuls et de celles qui tenoient à
bonne la querelle au comte de Montfort. Et pour ce que riens n'en fu
fait, s'eslevèrent les gerres en Bretagne par le confort et aide que li
rois d'Engleterre fist à ceuls et à celles qui tenoient la partie dou
conte de Montfort, et qui s'estoient aloiiet et acouvenenchiet à li, et
se tenoient pour tout enfourmé et certefiiet que sa querelle estoit
bonne, pour tant que li dis contes avoit esté frères dou duch de
Bretagne.

Qant li dus de Normendie et li signeur se furent tenu à Nantes jusques
as octaves de la Saint Martin que li iviers venoit, si eurent consel
que il retourneroient en France, car il n'estoit nul apparant que chil
de Bretagne se vosissent mettre ensamble, ne faire gerre, mais se
tenoient en lors garnisons. En ce sejour que li signeur fissent en
Nantes, escripsi mesires Carles de Blois, conme dus de Bretagne, à
ceuls de la chité de Rennes, de Vennes, de Camperlé, de Camper
Correntin, de Hainbon, de Lambale, de Ghinghant, de Dignant, de Dol, de
Saint Mahieu, de Saint Malo et de toutes les marces et limitations de
Bretagne, que il se vosissent traire viers Nantes et venir à obeisance
et faire ce que tenu estoient. Li auqun i venoient, et li aultre non,
et disoient et rescripsoient à mesire Carle de Blois que point
n'estoient consilliet de ce faire, car la comtesse de Montfort, qui
bien avoit coer d'onme et de lion, aloit trop fort au devant et avoit
un petit fil de l'eage de sept ans, que on nonmoit Jehan, moult biel
enfant; et au jour que son mari fu pris par la condicion et manière que
dit vous ai, elle estoit à Vennes et ou chastiel que on dist la Mote.
Ceste contesse prist le frain à dens et ne fu noient esbahie, et manda
tantos chevaliers et esquiers et ceuls dont elle pensoit à estre amée,
aidie et servie. Et quant il furent venu, elle lor remoustra en plorant
la fraude, la traison et mauvesté, ensi conme elle disoit, que on avoit
fait à son mari, et puis reprendoit ses paroles sus tel fourme en
disant: «Biau signeur et bonnes gens, je compte monsigneur pour mort,
mais vechi son fil, son hiretier et vostre signeur, qui vous est
demorés et qui vous fera encores biaucop de biens. Se li voelliés estre
bon et loial, ensi que toutes bonnes gens doient estre à lor signeur,
et je vous serai bonne dame et courtoise, et querrai à mon fil, vostre
signeur, bon manbourc, pour aidier à soustenir, à deffendre et à garder
nostre droit et son hiretage. Si vous pri cierement, conme une dame
vève et orfène de mari, que vous aiiés pité de moi et de l'enfant, et
li tenés foi et loiauté et à moi aussi, ensi que vous avés fait jusques
à chi à son père et mon mari.»

Là avoient toutes gens, barons, chevaliers et esquiers qui tenoient sa
partie, grant pité de la dame et de l'enfant, et le reconfortoient et
disoient: «Dame, ne vous esbahissiés en riens: nous demorrons dalés
vous, puis que obligiet et acouvenenchiet i sonmes, tant que nous
auerons les vies ou corps.» Et elle leur disoit: «Grans merchis.» Et
ensi la contesse de Montfort, à plus de cinq cens lanches, chevauça de
forterèce (en forterèce) sitos que les nouvelles li vinrent de la
prise à son mari, et rafresqui chités, villes et chastiaus, et fist
toutes ses besongnes bonnes.

Qant chil signeur de France se deubrent departir de mesire Carle de
Blois, il li consillièrent que il se tenist en la chité de Nantes, et
fesist l'ivier tout bellement ses provisions, et laisast couvenir ses
gens et guerriier des garnisons; et qant le temps d'esté retourneroit,
se il li besongnoit, il retourneroient aussi. Et disoient que il estoit
au desus de ses besongnes, puis que il estoit sires de Nantes et de la
plus sainne partie de Bretagne, et que li contes de Montfort ne li
porteroit jamès contraire. Messires Carles de Blois s'enclinoit assés à
tout ce que il li disoient. Et demorèrent dalés lui auquns vaillans
honmes de son linage pour li aidier à consillier. Et puis retournèrent
li dus de Normendie et tout li signeur en France, et s'en ala casquns
en son lieu. Mais qant li rois Phelippes vei le present que li dus de
Normendie li fist dou conte de Montfort, il en fu trop grandement
resjois. Et fu li contes moult fort ranprouvés de ce que il estoit
partis de Paris sans congiet. Li contes qui se veoit pris, ne savoit
que dire, mais s'umelioit dou plus que il pooit, et n'esperoit pas à
jamais estre delivrés de ce dangier. Et son esperance fu veritable, car
on l'envoia en prison ens ou chastiel dou Louvre. Et furent misses sus
li bonnes gardes, liquel avoient gages et pension toutes les
sepmainnes, pour lui garder de jour et de nuit, et en estoient bien
paiiet. Ensi demora li contes de Montfort en ce dangier et en la prison
dou Louvre, et tant i fu que il i morut. Fos 77 et 78.

P. 113, l. 14: prisent.--_Ms. B 6_: en l'ostel où le conte de Montfort
dormoit. Fo 185.

P. 114, l. 20 et 21: livrèrent,--_Ms. B 6_: l'envoièrent (le comte de
Montfort) à Paris à deux cens lances. Fo 186.

P. 114, l. 22: emprisonner.--_Ms. B 6_: et n'en volsist pas avoir cent
mille florins. Fo 186.


=§ 150.= P. 114, l. 26: Or voel.--_Ms. B 6_: Quant messires Charles de
Blois et les signeurs qui là estoient virent que le conte de Montfort
estoit prins et qu'il estoit seigneur de Nantes, sy eurent consail de
retourner en France, car il estoient là à grant frait. Sy dirent ensy
le conte d'Alenchon et le duc de Normendie à mesire Charles de Blois:
«Bieau cousin, vous demor(r)és en che pais, et vous lairons mesire
Louis d'Espaigne et une autre partie de ches gens d'armes. Et nous
retournerons en France, car nous creons assés, puisque nous tenons le
conte de Montfort, que vostre guerre est finée. Il n'est nulz de par
luy que il doient gherrier; et se guerre vous sourvient, fust
d'Angleterre ou d'ailleurs, nous vous ve(n)rons secourir, car nous ne
sommes pas loing.»

De ches parolles se tint grandement content le dit mesire Charles et
les en remerchia. Adonc prirent congié à lui et à madamme sa femme, qui
s'apelloit ducesse de Bretaigne, et retournèrent tous en France en son
pais. Ensy demoura le conte de Monfort en dangier. Et mesire Charles de
Blois et sa femme se tinrent toute celle saison en la cité de Nantes.
Sy vinrent pluiseurs chevaliers et barons de Bretaigne faire hommage au
dit mesire Charles et le tingrent à seigneur de par madame sa femme,
telz que le visconte de Rohem, le sire de Clichon, le sire de
Biaumanoir, le sire d'Ansenis, le sire d'Avaugor, le sire de Malatrait,
le sire de Gargolle, le sire de Cintin, le sire de Lion, mesire Charle
(de) Dignant, le sire de Crais, le sire de Rieus et pluiseurs autres
barons et chevaliers.

Et aussi en demoura aulcuns du costé de la contesse de Monfort qui se
tenoient à Hainbon: de laquelle damme je vous voel ung petit parler
pour le grant confort dont elle fut plainne, car elle avoit cuer d'omme
et de lion. Quant elle vey que ses sires estoit prins et en mains de
ses ennemis, dont elle pensoit mieulx que on le feroit morir que autre
chose, elle prinst ung jone valleton que elle avoit à fil, que on
appelloit Jehan ensy que son père. Et chevauça de forteresse en
forteresse en toutes celles qui se tenoient pour luy, en remoustrant as
chevaliers et escuiers et as bourgois des chités et bonnes villes son
jone fil. Et leur dist par très bieau langaige: «Mes amis, mes bonnes
gens, veschy vostre droit hiretier et seigneur qui vous fera les grans
dons. Se je ay perdu monseigneur par traison, veschy son restor, mon
fil et le sien. Ne vous desconfortés ne esbahyssiés point pour ce, car
encores ferons nous bonne gherre, car j'ay or et argent assés pour vous
en tant donner que bien vous devera souffir. Et sy cueuray à mon fil
ung tel mainbour pour vous aydier à garder contre tous vos anemis.»
Ensy ala la dite contesse de plache en plache, et en renouvelant
hommaige et priant à ses gens que ilz se volsissent bien acquiter en
tous estas et tenir le serment que juret avoient, et elle leur seroit
bonne damme. Et tous ly eurent en convent.

Quant elle ot ensy fait, elle se party de Hainbon et monta en mer à
privée maisnie et laissa son fil en la garde de monseigneur Henry de
Pennefort et de Olivier son frère. Et fist tant que elle vint en
Engleterre devers le roy, qui le rechut liement et qui le reconforta de
toutes ses besoignes et qui luy dist et promist seurement que elle
aroit temprement tel confort que pour resister à ses ennemis. Sur che
retourna la contesse et vint en Hainbon et en fist sa souveraine
garnison, car c'est une des forte(s) villes de Bretaigne.

En che temps courut aultres nouvelles au roy d'Engleterre dont il ne se
donnoit garde. Et pour quoy le confort de la dame fu grandement
arrierés, et ne l'eut mie sy tost qu'elle cuida avoir: le cause pour
coy, je le vous diray. Fos 186 vo à 189.

P. 115, l. 1 et 2: prison.--_Ms. d'Amiens_: tant sentoit le roy de
France hastieu. Fo 60.

P. 115, l. 12: assés.--_Ms. d'Amiens_: Et jou ay, Dieu merchy, de
l'avoir en partie: si vous en donray fuison et vollentiers, car, pour
vous donner et departir l'avons nous, monseigneur et moy, dou tamps
passet, mis arière. Fo 60.

P. 115, l. 27: atant.--_Ms. d'Amiens_: Or me tairai atant de lui et des
guerres de Bretaingne. Quant tamps et lieus venra, je m'y retrairai.
Non pourquant il besongneroit bien que j'en parlaisse toudis, car les
guerres y furent si fortes et si caudes que point de sejour ne
prissent, enssi comme vous orés avant en l'istoire. Mès ossi il
appertient bien que je fache mention dou roy englès et des Escos, dont
je me sui ung grant temps teus, et comment il gueriièrent l'un l'autre
en ceste meysme saison, dont j'ay chy dessus parlet et que li comtes de
Montfort chevauça à main armée parmy Bretaingne et prist villes,
chitéz, castiaux et autres fortrèches, si comme vous avés oy. Fo 60 vo.

P. 115, l. 30: Tournay.--_Ms. de Rome_: Or vous voel je parler et
recorder de la contesse de Montfort conment elle se ordonna et
persevera. Elle qui ot tousjours corage de honme et de lion, ne
s'esbahi noient, mais ordonna et entendi à ses besongnes mettre en bon
point. Et pour ce que elle sentoit bien que le premier siège que ses
adversaires messires Carles de Blois et li François feroient, il seroit
devant Rennes, si fist entendre à pourveir la ditte chité de tous poins
et à rafresqir, et i establi à chapitainne un vaillant chevalier et de
bon consel et segur honme, et qui moult avoit amé son mari et li, que
on nommoit messire Guillaume de Quadudal, breton bretonnant; et ensi
pourvei toutes les aultres forterèces de gens d'armes et
d'arbalestriers, et se consilla à mesire Amauri de Cliçon, que elle
tenoit tousjours dalés lui, se elle envoieroit en Engleterre au
seqours. Li chevaliers respondi à celle parole et dist que il n'estoit
encores nulle besongne, et que elle n'avoit que faire de travillier le
roi d'Engleterre ne les Englois, jusques à tant que elle seroit plus
constrainte que elle n'estoit, et que tous les jours sus heure, on
pooit aler de Bretagne en Engleterre, car encores avoit elle cel
avantage que li pors et les havenes de Bretagne estoient pour lui. Si
demora la cose en cel estat; et n'avinrent tout cel ivier nuls fais
d'armes en Bretagne, qui à recorder facent. Fo 78.


=§ 151.= P. 116, l. 1: Vous avés.--_Ms. d'Amiens_: Il vous est bien
recordé chy devant comment li Escot, qui gardiien estoient dou roiame
d'Escoche de par le roy David, leur seigneur, qui se tenoit en Franche
dalléz le roy Phelipe, telz que messires Guillaumme de Douglas, neveuz
au bon monseigneur Guillaumme de Douglas qui mourut en Espaigne, li
jones comtez de Moret, messires Robers de Versi, messires Simons
Fresel, Alixandres de Ramesay, le siège durant devant Tournay, fissent
une queilloite de gens d'armes et reprissent le fort castiel de
Haindebourch, le ville de Saint Jehan que li Englès tenoient,
Donfremelin, Dalquest, Dondieu, le ville de Saint Andrieu, Dombare,
Scotewest et touttes les fortrèches que li Englès avoient concquis en
Escoce, excepté le bonne et forte chité de Bervich, le bon castel de
Rosebourch et le fort castiel de Strumelin. Et encorrez avoient il
chevauchiet bien avant en Norhombrelande et ars en Engleterre bien deux
journées de pays; et à leur retour, il avoient assiegiet le fort
castiel de Rosebourch et mout entendoient au concquester. Or avint que
li roys englèz, apriès le siège de Tournay et les trieuwes acordées, si
comme vous avés oy, rapassa le mer. Se li fu recordet comment li Escot
avoient revelet en Escoche et reconcquis auques priès tout le pays sour
yaux conquis, et se tenoient à siège devant Rosebourch et moult le
constraindoient, et avoient ars en Norhombrelande bien deux journées de
pays. Quant li roys englès oy ces nouvelles, se ne li pleurent mies
trop, et eult consseil que sans tourner aultre chemin il se trairoit
sus Escoche et yroit lever le siège de devant Rosebourch, et
combateroit les Escos s'il l'atendoient, si ques, si trestos comme il
fu arivés à Douvrez, il fist coummandement que touttes mannièrez de
gens se trayssent deviers Yorch c'on dist Ewruich. Là fu ses especials
mandemens: dont s'aroutèrent et ordonnèrent li Englès, et prisent le
chemin qui commandé leur fu.

Tant esploitièrent li Englès, comtez, barons et chevaliers et touttez
mannierres d'autres gens, et li roys englès avoecq yaux, qu'il vinrent
en le cité de Ewruich, et là se reposèrent et rafrescirent par trois
jours. Au quatrime jour, li roys se parti, et tout le sieuwirent. Si
ceminèrent deviers le Noef Castiel sour Tin et esploitièrent tant qu'il
y parvinrent. Li roys englès se loga en le ville, et touttes ses gens
environ, car il ne se pewissent tout dedens logier. Si ne fist li roys
là point loing sejour, mès parti et prist le chemin deviers Escoche et
le voie droit vers Urcol. Si est bonne ville et biaus castiaux de
l'hiretiage le signeur de Perssi, seans à une journée priès de
Rosebourch. Quant li seigneur d'Escoce, qui devant le castel de
Rosebourch seoient, entendirent de verité que li roys englès venoit
celle part et bien si fort que pour yaux lever dou siège, et que
nullement il ne poroient resister contre li, si se conssillièrent et
advisèrent li ung par l'autre que le milleur et le plus honnerable pour
yaux estoit que de point attendre, tant qu'à ceste fois, la venue dou
roy englès, et que il se retrairoient tout bellement deviers le forest
de Gedours: se il estoient parvenut jusques à là, il seroient assés
fortefiiet contre les Englès. Dont se deslogièrent il une matinée et
toursèrent tout ce que mener en peurent; et puis boutèrent le feu en
leurs logeis, afin que li Englès n'en ewissent aise. Si prisent le
chemin deviers les forests, ensi que de jadis acoustummet avoient.

Les nouvellez vinrent moult tost au roy englèz que li Escot estoient
parti et avoient laissiet Rosebourch. Dont coummanda li roys as
marescaux que on fesist chevauchier et haster les mieux montés, car il
volloit sieuwir et rataindre ses ennemis. Si chevaucièrent tout devant
en grant qoite, de gens d'eslite environ cinq cens lanches, et deux
mille archiers, ables et appers compaignons. Toutte li grans os lez
sieuwoit dou plus priès qu'il pooient. Tant cevaucièrent cil coureur,
et si s'esploitièrent par esclos et par froyais qu'ilx vinrent sus une
montagne en Escoche, que on appelle les mons de Getteles. Et li Escot
estoient desoubs ou plain et logiet sus une belle rivierre qui nest des
forests de Gedours et passe au piet de ceste montagne; et appelle on la
ditte rivierre Orbe, et va ferir desoubz Dondieu en le mer. Quant li
Englès virent les Escochois logiés ens ou plain, si n'eurent mies
vollenté de partir de leur fort, mès se logièrent là sus le montaingne,
et envoiièrent nonchier au roy englès toutte leur aventure. Et de ce
eut li roys grant joie et manda à ses marescaux qu'il se tenissent là
tant qu'il y seroit venus, ou qu'il aroient certainnes nouvelles de
lui. Bien veirent li Escot les Englès là sus en le montaingne, mès il
n'en fissent mies trop grant compte. Si escargaitièrent il celle nuit
leur host, et l'endemain il montèrent tout à cheval et se partirent.
Bien virent li Englès leur departement, mès il ne s'osoient bougier
pour deux raisons: li une estoit pour ce que li rois leur avoit mandet
que il l'atendesissent, et li autre estoit que il se doubtoient que li
Escot ne se fuissent parti de leur place pour yaux jus atraire.

Enssi demourèrent li Englès sus le ditte montaingne jusques à heure de
tierce, que li roys vint et toutte li os; et montèrent au miex qu'il
peurent, car il ne pooient bonnement passer par ailleurs, non se il se
volloient trop fourvoiier. Et quant li roys fu tantost montés, il fist
ses marescaux descendre et chiaux qui avoient pris en cache les Escos;
et il disna là et toutte sen ost, horsmis lez premiers, et puis
descendi apriès nonne et sieuwi ses gens, qui ce propre soir se
logièrent assés priés des Escos. L'endemain li Escot chevaucièrent, et
environ heure de nonne il vinrent sus les foriès de Gedours. Là
s'arestèrent il seurement, car bien savoient que li Englèz ne se
bouteroient jammais dedens pour les perilleuses aventures et encontrez
qu'il y poroient recepvoir. Si chachièrent li Escot leurs chevaux et
misent tout leur harnais dedens le forest; et puis s'aroutèrent et
ordonnèrent bien et faiticement le bois au dos, et moustrèrent visaige
à leurs ennemis. En cel estat les trouva li roys englès; si coummanda à
logier touttez mannières de gens au devant d'iaux.

Or devés savoir que entre le forest de Gedours, que li Escot avoient
mis au dos et dont il s'estoient fortefiiet, et l'ost le roy
d'Engleterre, n'y avoit pas deux lieuwes englèces, et estoient tout
belle lande. Si furent li ung devant l'autre par l'espasce de cinq
jours. Endementrues i eut mainte jouste et mainte apertise d'armes
fait, mainte prise, mainte rescousse des uns as autres. Mès de le
partie as Englès, sur tous emportoit le huée messires Gautiers de
Mauni, messires Jehans Camdos, messires Guillaumme Filz Warine et
messires Renaus de Gobehen; et de le partie as Escos, messires
Guillaumme de Douglas, li comtez de Moret, messires Robers de Verssi,
messires Simons Fresiel.

Or avint que entre ces deux hos s'ensonniièrent aucunes bonnes
personnes pour prendre unez trieuwes. Et les traitoient et
pourparloient doy evesque: de par les Escos, li evesques de Albredane,
et de par les Englès, li evesques de Licestre, quoyque li roy englès y
descendesist envis, car c'estoit sen entention que toutte parardoir
Escoce. Mais on li dist que pour cèle voie il en avoit assés fait que
levet le siège de Rossebourch et rebouté ses ennemis jusquez enmy leur
pays; et ossi il estoit sus l'entrée de l'ivier, que il faisoit mauvais
hostoiier. Tant fu dit et pourparlet que unes trieuwez furent acordées,
à tenir dou jour de le Toussains qui venoit, dont on estoit à neuf
jours priès, jusquez à l'autre Toussains enssuivant, qui seroit l'an
mil trois cens quarante et un. Et le devoient li Escot segnefiier au
roy d'Escoce, leur seigneur, à savoir se il le tenroit ou non; et se il
ne le volloit tenir, si estoit li trieuwe tenue entre les deux pays
jusquez au premier jour de may, que on comteroit l'an mil trois cens
quarante et un. Et si demoroit tousjours li castiaux de Strumelin hors
de le trieuwe. Par enssi se departirent ces deux hos, et s'en rala
chacun en son lieu. Li roys englès retourna en Engleterre et dounna
touttes mannières de gens congiet; et li Escot se tinrent à pès tout
cel ivier.

Quant ce vint à l'entrée dou mois de march, que li estéz coummenchoit à
aprochier, et que li Escot devoient souffissaument sommer les Englès de
l'entente dou roy David, leur seigneur, assavoir se il volroit tenir le
trieuwe ou non, si eurent consseil que il envoieroient deviers lui
especialx messagez pour lui remoustrer l'ordennanche ensi que elle
alloit. Si en priièrent monseigneur Robert de Verssi que il volsist
venir en Franche, car mieux li compteroit il la besoingne que nulz
autres. Si emprist li dis messires Robiers le voiaige; et pour ce
qu'adonc il estoit maladieus et fievreus et qu'il resongnoit le mer, il
se mist au chemin parmy Engleterre sus le respit qu'il avoient. Bien le
pooit faire, car il ne trouva oncques homme qui mal li fesist ne
desist; et chevaucha tant parmy Engleterre jusquez à Douvres, et là
monta il en mer et vint ariver à Wisant. Depuis qu'il fu yssus hors dou
vassiel, si homme, leur chevaux et tout leur harnas, il se partirent à
l'endemain et vinrent à Bouloingne.

Or avint enssi que, en ce meysme tamps que messires Robiers de Versi
estoit sur son voiaige, li roys David d'Escoce, qui par le tierme de
cinq ans et plus avoit demouret en Franche avoecq le roy Phelippe, eut
vollenté que de retourner en son pays et de veoir son royaumme et ses
gens, que en grant temps n'avoit veut. Li roys de France s'i acorda
très bien et li dounna, au partir, grans dons et biaux jeuuiaux, et à
la roynne d'Escoce, sa femme, jà fust elle serour au roy englèz, son
ennemie; et li renouvella les couvenenches qu'il avoient entr'iaux
deux. Ellez estoient tellez que li roys d'Escoce ne pooit faire nul(le)
pès, ne nul acord au roy englès, sans le consentement dou roy de
France; et li roys d'Escoce li respondi que il tenroit ceste aloyance
et ordonnance à vraie et à bonne, et que ossi ne feroit il. Sur cel
estat se parti li roys d'Escoce dou roy de Franche, qui li delivra gens
d'armes et fist partout sez delivranches. Et chevauchièrent il et le
roynne, sa femme, et leur routtez parmy France, et s'en vinrent à
l'Escluse; et ordonnèrent vaissiaux pour yaux, et puis entrèrent ens,
quant touttez leurs pourveances y furent mises; et nagièrent par mer au
lés deviers Escoce en l'ordounnance de Dieu et dou vent et d'un
chevalier maronnier mestre de sa navie, que on appelloit monseigneur
Robert le Flammenc. Endementroes, vint messires Robiers de Verssi à
Paris, qui y estoit envoiiés de par les seigneurs d'Escoce; et quant il
ne trouva point le roy, si fu tous courouciéz: ce ne fu point de
merveille. Nonpourquant il parla au roy de Franche, qui le rechupt
assés liement; et puis assés tost apriès il se parti pour revenir
arrière en Escoce. Et li roys David et se navie esploitièrent tant
qu'il arrivèrent au port de Morois en Escoce. Fos 60 vo et 61.

_Ms. de Rome_: En ce temps dont je parole que les trieuves duroient
entre les deux rois, remandèrent li baron d'Escoce, le roi David lor
signeur, qui un lonch termine s'estoit tenus en France; et li
segnefiièrent ensi, par lettres et par deus chevaliers que il
envoiièrent à Paris, que les besongnes d'Escoce estoient assés en bon
point, et que tous li pais le desiroit à ravoir, et que la ville de
Haindebourc et li chastiaus et aussi li chastiaus de Struvelin et
pluisseur aultre estoient repris, et les Englois, qui les tenoient,
bouté hors. Li rois d'Escoce entendi à ces nouvelles volentiers et
prist congiet au roi de France, auquel il remoustra ses besongnes; et
le regracia de ce que si doucement et si courtoisement il l'avoit
recheu. Si ordonna li dis rois d'Escoce ses besongnes et vint à
Boulongne, et la roine sa fenme en sa compagnie, et là trouva sa navie
toute preste qui l'atendoit; si entrèrent dedens. Et avoecques le roi
d'Escoce en alèrent en sa compagnie dou roiaulme de France li sires de
Rambures, messire Guis Qierès, li viscontes des Qesnes, li sires de
Chipoi, li sires de Saint Pi, li sires de Briauté et pluisseur aultre,
plus de soissante chevaliers et esquiers. Si orent vent à volenté, et
ne furent que trois jours sus mer, que il arivèrent ens ou havene de
Haindebourc. Puis issirent hors, et vinrent en la ville, et de là ou
chastiel à grant joie; et trouvèrent messire Guillaume Douglas, mesire
Robert de Versi, messire Simon Fresiel, messire Alixandre de Ramesai et
les barons et les chevaliers d'Escoce, qui tout les requellièrent à
grant joie. Si viseta li rois d'Escoce son pais, et mena ces chevaliers
et ces esquiers de France partout avoecques lui, pour euls moustrer le
roiaulme d'Escoce. Si veoient un povre pais raempli de bois et de
bruières; si s'en truffoient et rioient li un à l'autre, et disoient:
«Il ne puet estre riches homs, qui est sires d'un tel pais.» Fo 88 vo.

P. 116, 1. 9: Bervich.--_Mss. A 11 à 14_: Warvich. Fo 80. _Mauvaise
leçon._

P. 116, l. 26: le Saint Mikiel.--_Mss. A 1 à 6, 20 à 22_: la Saint
Remy. Fo 83.

P. 119, l. 24 et 23: sept ans.--_Ms. B 6_: plus de six ans. Fo 190.

P. 120, l. 1: mis en mer.--_Ms. B 6_: Et monta en mer à Harfleur en
Normendie; et nagèrent tant qu'ilz arivèrent à Saint Jehan en Escoche
sur le rivière de Taye. Fo 191.


=§ 152.= P. 120, l. 12: Quant li.--_Ms. d'Amiens_: Quant li baron et li
seigneur d'Escoce seurent que li roys, leurs sirez, estoit venus et
arivés de nouviel en leur pays, si en furent touttez mannierrez de gens
mout joiant. Et allèrent contre lui, et le rechurent à grant
pourcession, et la roynne leur damme ossi; et lez amenèrent en le ville
de Saint Jehan, qui siet sour une belle rivière qui porte bons saumons
et grosse navie. Là le vinrent veoir et viseter prelat, baron,
chevalier et touttez mannières de gens, (qui li remonstrèrent ce) qu'il
avoient perdut, et qui desolé estoient par le guerre as Englèz.

Mout ot li roys d'Escoche grant compation de le desolation de ses gens
et de le destruction de son pays, et leur dist bien que, se il plaisoit
à Dieu, il i pourveroit temprement de remède. Assés tost apriès sa
revenue, ungs grans parlemens se fist des prelas, evesques et abbés
d'Escoce, de comtez, de barons et de chevaliers et des conssaux de sez
bonnes villes, et dura par cinq jours. Si se porta ensi li parlemens
que li roys d'Escoce renoncheroit à le trieuwe que ses gens avoient
pris as Englèz, et que, depuis le jour de may venut, il n'en tenroit
nulle. Si fu là ordonné qui yroit en Engleterre pour renunchier. Avoecq
tout ce, li roys pria et coummanda à touttes gens à lui obeissans que
chacuns se pourveist bien et souffisamment à ceval et à piet et de
touttes armurez, et fuissent le huitime jour de may là en le ville de
Saint Jehan et illoecq environ; car c'estoit sen intension que d'entrer
en Engleterre et que de faire y une très grande chevauchie, et on ly
eut enssi en couvent. Enssi se departi li parlemens sus cel estat, et
en ralla chacun en son lieu, et se pourveirent seloncq leur puissance
pour venir servir le roy, leur seigneur, au jour qui mis y estoit. Et
li messaigez s'en vint en Engleterre deviers le roy englès et renoncha
souffissamment as trieuwez qui devoient y estre prises des Escos et des
Englès, et tant que li roys Edouwars s'en tint à bien contens, et se
pourvey et advisa ossi seloncq che.

Chependant que li saisons de may aprochoit, li roys d'Escoche viseta
son pays, ses villes, ses citéz et ses fortrècez. Si eut grant doeil et
grant pité quant il vit ensi son pays destruit et ses gens oyt
complaindre. Ossi eut la roynne, sa femme, qui en ploura assés. Quant
li roys eut partout estet et oyes les complaintez des ungs et des
autrez il lez recomforta au mieux qu'il pot, et dist qu'il s'en
vengeroit, ou il perderoit le remannant, ou il moroit en le painne.
Quant ce vint sus l'entrée de may, seloncq l'ordonnance qui mise y
estoit, li Escot s'avalèrent et assamblèrent de tous costéz à Saint
Jehans Tonne et là environ. Encorrez envoya li roys grans messaigez en
Norvège, en Sude et en Danemarche, pour priier ses amis et avoir grant
fuisson de saudoiiers. A celui mandement vint li comtez d'Orkenay, ungs
grans princes et puissans, et avoit à femme le sereur le roy. Chilx y
vint à grant puissanche de gens d'armes, et pluiseur autre grant baron
et chevalier de Sude, de Danemarche et de Norvège et des autrez pays
marchissans, li ungs par amour et par priière, et li autre par saudées.
Tant en vint d'un costet et d'autre qu'il furent bien, quant tout
furent venut entours le chité de Saint Jehan en Escoce, au jour que li
dis roys les avoit mandés, soixante mille hommes à piet et sus
haghenées, et bien troi mille armures de fer, chevalier et escuier,
parmy les seigneurs et chiaux de son pays d'Escoche. Quant tout furent
assamblet et appareilliet, il s'esmurent pour aller destruire et
essillier chou qu'il poroient dou royaumme d'Engleterre, ou il se
combateroient au roy Edouwart, qui tant de maux et d'anoy leur avoit
fais. Si passèrent premiers par devant le fort castiel de Rossebourcq,
que li Englès avoient concquis, et le tenoient encorres et leur
faissoient souvent grans assaux et grans destourbiers. Si fissent là li
Escot ung grant assault; mès point n'y gaegnièrent, car li castels est
trop fors. Et n'eut point li roys adonc consseil de l'assegier, mès de
chevauchier avant et d'entrer ou droit royaumme d'Engleterre. Si fist
son host passer oultre. Apriès il passèrent devant le cité de Bervich,
mès point n'y arrestèrent et entrèrent ou royaumme de Norhombrelande.
Si ardirent toutte le ville de Persi et livrèrent ung grant assault à
le fortrèce, mès il ne le peurent avoir. Si passèrent oultre et vinrent
à Urcol, et ardirent et pillièrent toutte le ville et le pays de là
environ, et entrèrent si avant ens ou royaumme de Norhombrelande, qu'il
vinrent sour le rivière de Tin, ardant et destruisant tout le pays, et
fissent tant qu'il parvinrent devant le bonne ville de Noef Castiel sur
Tin, et là se logièrent et l'environnèrent pour l'assaillir.

Dedens la ville dou Noef Castiel sur Tin estoient doy grant baron de
Norhombrelande, li sires de Luzi et li sires de Ros, et grant fuison de
gens d'armes et d'archiers qui trop bellement et trop sagement le
gardèrent et deffendirent à l'assaut qui fès y fu et qui dura ung jour
tout jour sans cès, et y perdirent li Escochois de leur gens. Si se
retrairent à leurs logeis qui grant estoient et estendut, car il y
avoit bien soixante et dix mille hommes sans le ribaudaille. Si
s'alèrent li Escot coucher et reposer, car moult estoient travilliet
pour l'assault. Quant ce vint environ le mienuit, li sires de Luzi,
ungs très bons chevaliers et qui cappitainne pour le temps estoit de le
ville, et qui à ce donc mies ne dormoit, mès songneuzement entendoit as
deffenscez et as gharittez de le ville, si entendi à celle heure par
ses espiez que li Escot estoient tout endormy et ne faisoient de get:
si quella tantost environ deux cens compaignons ablez et legiers, bien
armés et bien montéz, et se parti sus l'ajournée dou Noef Castiel par
une posterne, et s'en vint autour secretement et couvertement ferir en
l'ost des Escos, et d'aventure eschei ens ès logeis le comte de Moret,
ung grant seigneur d'Escoce. Si escriièrent li Englèz leur cri, et se
boutèrent ens de plains eslais, et navrèrent et tuèrent pluiseurs
Escos. Et fu li dis comtes de Mouret trouvés en son lit, et pris et
montés sour ung ceval et amenés comme prisonniers dedens le ville, et
encorrez se combatoient li autre, li sirez de Luzi et ses gens. Li hus
et li cris monta; Escochois s'esvillièrent et s'armèrent et alumèrent
grans feux, et vinrent ceste part, chacuns qui mieux mieux, où la noise
estoit. Quant li Englès virent que poins fu, si se retrairent sagement
et bellement deviers leur ville, et y rentrèrent sans dammaige.

Moult fu li roys David d'Escoce courouciéz, et ossi furent tout li
Escot, quant il seurent le comte de Mouret pris. Si se armèrent tout
communaument au matin et sonnèrent leurs trompettez, et s'en vinrent
comme gens forsenés devant le Noef Castiel et l'assaillirent très
durement. Et dura chilz assaux tout le jour, et en y eut pluiseur
navrés dedens et dehors. Touttes voiez, li assallant ne peurent riens
concquerre sus les deffendans, mès des lors y eut pluiseurs blechiéz.
Fos 61 vo et 62.

P. 121, l. 2: que cescuns.--_Ms. B 6_: que tous fievés et arrières
fievés fus(s)ent à ung certain jour en la ville de Hainbourcq. Fo 192.

P. 121, l. 4: d'Orkenay.--_Mss. A 8, 9_: d'Okenay. Fo 77. _Mss. A 11 à
14_: de Kesnay. Fo 81.

P. 421, l. 4: uns grans princes.--_Ms. B 6_: ung sien serouge du
royaume de Suède qui s'apelloit Robert, conte d'Orkenay. Là vint le
conte de Mouret, le conte de Surllant, le conte de Mare, le conte de
Bosquem, le conte de Saint Andrieu, l'evesque d'Abredane, le sire de
Brasy et tous les barons et fievés d'Escoche. Et furent bien tous
ensamble six mille hommes d'armes et quarante mille d'autres gens parmy
ceulx de le Sauvaige Escoche que Jehan des Adtulles amena. Fo 192.

P. 121, l. 16: appareilliet.--_Ms. B 6_: Et estoient toutes gens à
cheval, et portoient par derière eulx de la ferinne tant seullement
pour faire du pain, pour vivre à necessité pour dix huit ou vingt
jours. Fo 192.

P. 122, l. 10: le Noef Chastiel.--_Ms. B 6_: Et quant il eurent ainsy
fait, il toursèrent tout l'avoir et se misrent au chemin et prirent
leur retour devers Noef Chastel: et estoient sy fort chergiés que à
paine povoient aller avant. Sy se logèrent devant le Noef Chastiel, et
dirent que i(l) l'assairoient, se par assault il le pourroient
conquerre. Sy l'asallirent ung jour tout entir par trois ou quatre
fois, mais riens n'y firent, car il y avoit dedens bien trois cens
armés de fer qui le ville aydèrent à garder, et ossy elle estoit forte.

Quant che vint par nuit que les Escochois tous lassés et travilliet
furent retrais à leur logis, le cappitaine de Noef Chastiel s'avisa que
il resvilleroit les Escochois. Sy fist armer tous les compaignons de là
dedens et monter à cheval; et estoient environ deus cens et otant quy
gardèrent le porte. Sy chevauchèrent ces Englès coiement jusques à tant
que il vinrent en l'ost, et trouvèrent les Escochois tous endormis sans
faire gait. Sy se ferirent en l'ost et en criant leur cry, en abatant
et ochiant les Escochois à forche. Et allèrent adonc sy avant que il
vinrent au logis du conte de Mouret: là ot grant hustin. Et fut le dit
conte prins, en sa tente, et pluseurs de ses gens mors. Et s'en
retournèrent devers le Noef Chastel et rent(r)èrent dedens sans nulz
dangiers, anchois que les Escochois furent estourmis.

Quant les Escochois seurent le prise du conte de Mouret, sy furent
comme tous foursenez, et passèrent celle nuit à grant malaise. Et quant
che vint au matin, il s'armèrent et se mirent en ordonnanche pour
assaillir, et assallirent le Noef Chastiel par pluiseurs assaulx. Et
dura le dit assault par quatre jour(s), mais riens n'y firent. Fos 194
et 195.

P. 122, l. 17: deus cens.--_Mss. A 11 à 14_: quatre cens. Fo 81 vo.


=§ 153.= P. 123, l. 5: Quant li rois David.--_Ms. d'Amiens_: Quant li
roys d'Escosse et ses conssaulx virent que il se lassoient et
travilloient en vain, il s'ordonnèrent au deslogier et se missent au
chemin contremont ceste belle rivière de Thin, et passèrent à Bransepès
ung très fort castiel au seigneur de Noefville. Si l'assaillirent et
ardirent toutte le ville, mès le fortrèce ne peurent il avoir, et assés
priès de là il passèrent le rivière de Thin et entrèrent en l'evesquiet
de Durem. Si le ardirent moult et gastèrent de tous costéz, puis se
traisent devant le chité de Durem et le assegièrent, et disent
entr'iaux que elle estoit bien prendable et que de là ne se
partiroient, si l'aroient. Or vous diray dou seigneur de Ros et dou
seigneur de Luzi, qui se tenoient au Noef Castiel. Quant il eurent
consideret le puissanche as Escos, ossi leur emprise et comment il
ardoient et essilloient le pays et chevauchoient toudis avant, il
eurent consseil qu'il le segnefieroient au roy englèz, leur seigneur,
enssi qu'il fissent. Et se parti uns escuiers d'iaux, et cevauça tant
par nuit et par jour que dedens quatre jours il vint à Windesore, où li
roys englèz se tenoit. Adonc li bailla il lez lettrez de creanche des
chevaliers dessus dis. Quant li roys les tint, si les fist lire et
entendi par celles son dammaige et le confusion de ses gens et de son
pays, dont il fu mout courouciéz; mès la prise dou conte de Mouret ung
petit le resjoi. Si fist tantost li roys englès escripre lettres, et
mist messagiers en oevre et envoya par tout son royaumme, que chacuns
sour toutte amistéz et feaultéz se traissent deviers le chité de
Ewruic, sans nul delay, à tout ce que de gens pooit avoir, et que
chacuns s'efforçast, car li Escot estoient grant cantitet. Si rescripsi
par le dit escuier qui les nouvelles avoit apportées, as deux banerèz
dessus diz, qu'il fuissent songneus seloncq leur pooir de garder lez
frontières, car il seroit temprement ou royaumme de Norhombrelande. Li
escuiers parti et retourna arrière. Li roys se hasta pour plus tost
mettre ses gens à voie, et prist le chemin pour venir à Iorch, où ses
mandemens estoient assis et ordonnés.

En che pendant que li roys venoit vers Ewruich et que il mandoit gens
efforceement de touttes pars pour resister as Escos, li roys David
d'Escoce, qui trop durement estoit courouchiés de la prise son cousin
le comte de Moret, seoit à siège devant le chité de Durem, et durement
le constraindoit d'assaut et d'escarmuches, et mout se pennoit de le
prendre, car bien savoit que la cité estoit garnie et pourveuwe de
grant avoir pour le pays d'environ, qui tous afuis y estoit.
Finablement tant y furent li Escot et si continuellement l'asaillirent
que de force il le prissent par force d'enghiens et d'estrumens qu'il
eurent fès, dont il brisièrent et destruisirent tous les murs, et
entrèrent ens à effort. Là eult grant ocision et grant pité, car il
misent tout à l'espée et sans merchi, hommez et femmez, enffans, clers
et prebtrez, et robèrent et pillièrent lez maisons où il trouvèrent
avoir sans nombre. Depuis le chité prise, il s'en vinrent deviers
l'eglise catedral qui siet haut sus ung terne; et l'avoient li chanonne
fortefiiet, et estoient dedens retret à garant; mès li Escos, dont che
fu grant pité et grant cruauté, boutèrent le feu ens et le ardirent et
tous chiaux qui dedens estoient, sans nullui prendre à merchy. Ensi fu
menée la bonne chité de Durem, des Escos, dont che fu dammaigez. Fo 62.

P. 123, l. 10: Duremmes.--_Ms. B 6_: Sy entrèrent les Escochois en le
conté de Northombrelant, et ardirent moult villainement la terre au
signeur de Persy et du seigneur de Noefville. Fo 193.

P. 123, l. 24: Chartesée.--_Mss. A 1 à 6, 20 à 29_: Carthesée,
Cartezée. Fo 85.--_Mss. A 18, 19_: Tarcheste. Fo 85.

P. 124, l. 5: dou north.--_Mss. A 1 à 6_: de Northonbrelande. Fo
85.--_Mss. A 7 à 33_: du north. Fo 78.

P. 124, l. 30: honnerés.--_Mss. A 1, 3 à 6, 18 à 22_: nuit et
jour.--_Ms. A 2_: chacun jour. Fo 85.


=§ 154.= P. 124, l. 31 et p. 125, l. 1 à 3: Quant... Galles.--_Mss. A
11 à 14_: Le roy anglois s'en partit le lendemain de la bonne cité de
Ewruich moult liement pour les nouvelles que monseigneur Guillaume du
Bailleul lui avoit apportées. Et avoit aveques lui environ sept mille
armeures de fer, quatorze mille archiers et bien quatre vingt mille
hommes de pié. Mais quand les Escos sceurent sa venue, ilz
conseillièrent au roy David leur seigneur qu'il se retrairoit arrière
selon la rivière de Thin et se trairoit par devers la bonne cité de
Cardueil qui est à l'entrée de Galles. Fo 82.

P. 125, l. 3: Galles.--_Ms. d'Amiens_: à cel lés là. Fo 62 vo.

P. 125, l. 10: Sallebrin.--_Ms. d'Amiens_: en ce tamps li plus belle et
li plus frisce damme d'Engleterre. Fo 62 vo.

P. 125, l. 27: quarante.--_Ms. d'Amiens_: soixante. Fo 62 vo.


=§ 155.= P. 127, l. 15: reconfortoit.--_Ms. d'Amiens_:... pour qui on
se devoit enssi travillier, tant estoit belle et douche. Et dura chilx
assaulx tout le jour. Et au soir il se retrayrent à leurs logeis; et à
l'endemain recommenchièrent l'assault fort et fier, tant estoient
courouchiet sour chiaux du castiel de Sallebrin. Ensi continuoient li
Escochois de jour en jour, et appareilloient leurs enghiens pour
drechier et pour plus adammagier chiaux dou fort; car bien veoient que
autrement il ne les pooient avoir. En ces meysmes jours vint li roys
d'Engleterre en le cité d'Ewruich, et y souratendoit ses gens qui
venoient de tous costéz à grant effort. Car bien estoit li renoummée en
Engleterre que li roys d'Escoce ne fu oncques de trop si fort sus les
camps qu'il estoit adonc; et pour ce venoient deviers le roy au plus
efforchiement qu'il pooient, et pour combattre les Escos, se il les
trouvoient ou attendoient.

Entroex que li roys englèz estoit à Ewruich, eurent chil dou castiel de
Sallebrin pluisseurs assaux et furent moult apressé de leurs ennemis;
et se li roys englès le sewist, il se fuist plus hastéz qu'il ne fist
pour secourre le gentil contesse de Sallebrin. Or n'est qui l'en die
lez nouvellez, mès il les sara temprement, si comme vous poréz oïr
recorder, se il vous plaist.

Chil dou castiel de Sallebrin estoient durement travilliet et appresset
des Escochois. Et si en y avoit entr'iaux grant fuison de blechiés, et
veirent bien que li fais leur estoit grans; et se li rois David
maintenoit son pourpos, il aroient fort tamps. Si eurent consseil que
il envoieroient certain message deviers le roy englèz, que il
esperoient à Ewruich, car bien avoient oy parler dou mandement si
especial qu'il avoit fait et dou jour qu'il y devoit estre, liquelx
termes estoit venus et cinq jours oultre. Si regardèrent et ymaginèrent
entr'iaux qui seroit tailliéz de faire ce messaige. Pluiseurz en y
avoient, mès tout s'escusoient l'un par l'autre que jà pour leur
honneur ne lairoient la damme ne le castiel, et en y eult entre yaux
grant estrif. Quant messires Guillaume de Montagut vit le bonne
vollenté de ses compaignons, et v(e)oit d'autre part le meschief et le
peril où il pooient escheir se il n'estoient secourut, si leur dist:
«Seigneur, je vois bien vostre loyaulté et vostre bonne vollenté: si
ques, pour l'amour de madamme et de vous, je metteray mon corps en
aventure pour faire cesti messaige, car jou ay tel fianche en vous,
seloncq chou que j'ay veu, que vous detenrés bien le castiel jusquez à
ma revenue. Et ay d'autre part si grant esperance el roy nostre
seigneur, que je vous amenray temprement si grant secours, que vous en
arés joie; et vous seront bien meri li bienfait que fait arés.»

Quant la nuis fu venue, li dis messire Guillaumme se appareilla dou
mieux qu'il pot, pour plus paisivlement yssir de layens qu'il ne fust
percheus de chiaux de l'ost. Se li avint si bien qu'il pleut toute le
nuit si fort que nulx des Escos n'osoit yssir hors de sa loge. Si passa
environ mienuit tout parmy l'ost, que oncques ne fu apercheus. Quant il
fu passés et eslongiés environ deux lieuwes l'ost, il fu grans jours:
si chevaucha avant et encontra, ung peu après soleil levant, deux
hommes d'Escoce entours à trois lieuwes priès de l'ost, qui amenoient
deus buefs et une vache par deviers l'ost. Messires Guillaummes congnut
qu'il estoient Escos: si les navra tous deux durement et tua leur
bestez, pour tant qu'il ne volloit mies que chil de l'ost en ewissent
nulle aise. Puis dist as deux navrés: «Alléz, si dittes à vostre roy
que Guillaummes de Montagut vous a mis en ce point en son despit; et li
dittes que je voi querre le gentil roy d'Engleterre, qui li fera
temprement wuidier ceste place maugré lui.» Chil li proummisent qu'il
feroient vollentiers cest messaige, mès qu'il lez laissast atant à pès.
Lors se parti li dis messires Guillaummes des Escos, et chevaucha sus
fleur de coursier et fist tant que il vint à Ewruich, où il trouva le
roy englès et grant fuison de comtez, de barons et chevaliers dallés
lui. Si li compta son messaige de par le damme de Sallebrin, au mieux
et au plus biau qu'il peult. Li roys y entendi vollentiers et respondi
que il ne laisseroit nullement que il ne souscourist la damme et ses
gens; et se plus tost ewist sceut là où li Escot estoient et le mescief
et peril dou castiel et de la damme, plus tost fust allés celle part.
Si ordonna et coummanda tantost li roys par son connestable et ses
marescaux, que chacuns fust apareilliés à mouvoir l'endemain, et que on
fesist toudis les venant traire avant, et chevauchier apriès son host
qu'il avait moult grant. Fos 62 vo et 63.

P. 128, l. 11: bacelers.--_Mss. A 1 à 6, 20 à 22_: chevalier. Fo 86.

P. 129, l. 4: à demi liewe.--_Mss. A 11 à 14_: à deux lieues. Fo 83.

P. 129, l. 17: Evruich.--_Mss. A 8 à 10_: Bervich. Fo 77.--_Mss. A 1 à
7, 11 à 19, 30 à 33_: Evruich. Fo 86.--_Mss. B 3 et A 20 à 22_:
Vervich, Warvich. Fo 77.--_Mss. A 23 à 29_: Enervich, Everuich. Fo 100.

P. 129, l. 19: au roy.--_Ms. B 6_: et trouva le roy d'Engleterre et
plus de quarante mille hommes qui estoient tout esmervilliés que les
Escochois estoient devenus. Fo 197.

P. 129, l. 20: sen ante.--_Mss. A 1 à 7, 18 à 22_: sa tante. Fo 86.


=§ 156.= P. 129, l. 30: Li rois.--_Ms. d'Amiens_: Li roys Edouwars se
parti l'endemain de le cité d'Ewruich mout liement pour lez nouvelles
que li dis messires Guillaummes de Montagut li avoit aportées. Et avoit
bien avoecq lui cinq mille armurez de fier, dix mille archiers et
soixante mille hommes de piet, qui tout le sieuwoient. Et toudis li
venoient gens.

Quant li baron d'Escoce et li maistre consillière le roy David seurent
que li dis messires Guillaummes de Montagut avoit ensi passet parmy
leur ost et que il s'en alloit querre secours au roy englès, et
savoient bien que li roys Edouwars estoit à Ewruich à grant gent, et le
tenoient de si grant couraige et si gentil qu'il ne lairoit nullement
qu'il ne venist tantost sour yaux pour souscourre la damme et chiaux
dou castiel, il parlèrent enssamble, endementroes que li roys David
faisoit souvent et ardamment assaillir. Et veoient bien que li roys
David faisoit ses gens navrer et martiriier sans raison. Et veoient
bien que li rois englès venroit bien ainchois combattre à yaux que leur
roys pewist avoir concquis ce castiel, ensi qu'il cuidoit. Si parlèrent
ensamble au roy David d'un accord, et li dissent qui li demorer là
n'estoit point ses pourfis, ne sen honneur; car il leur estoit moult
honnerablement advenu de leur emprise. Et avoient fait grant despit as
Englès, qui avoient jeut en leur pays vingt deux jours et ars et
essilliet tout autour, et pris par force la cité de Durem et mise toute
à grant destruction. Et li conssillièrent que il s'en volsist raller
deviers son royaumme, par deviers le forest de Gedours; car il savoient
de certain que li roys englès venoit viers yaus à si grant puissanche,
qu'il n'aroient pooir de combattre à lui, ne de contrestrer à se
puissance. Si leur en poroit grant meschief avenir. Li roys David fuist
vollentiers demourés pour atendre lez Englès et le bataille et le
aventure de Dieu, se par son consseil en allast. Mais ses gens li
moustrèrent tant de raisons que trop loingues seroient à recorder, que
tous li os des Escos se desloga au matin, et en rallèrent droit par
deviers le grant forest de Gedours, le chemin que autres fois il
avoient tenut pour estre au dessus de leur affaire, et pour veoir et
attendre que li roys englès volroit faire de donc en avant, ou se il se
retrairoit arrière, ou se il yroit avant et trairoit en leur pays. Fo
63.

P. 129, l. 31: Evruich.--_Mss. A 1 à 7, 11 à 19, 30 à 33_: Evruich. Fo
86 vo.--_Mss. A 8 à 10_: Bervich. Fo 79.--_Mss. B 3 et A 20 à 22_:
Vervich, Warvich. Fo 77.--_Mss. 23 à 29_: Enervich. Fo 100.

P. 130, l. 10: quatre vingt mille.--_Mss. A 1 à 6, 8 à 10, 20 à 22_:
quatre mille. Fo 86 vo.


=§ 157.= P. 131, l. 21 et 22: dix ou douze.--_Ms. d'Amiens_: vingt ou
vingt deux. Fo 63 vo.

P. 131, l. 30: le grant noblèce.--_Ms. d'Amiens_: le frisce et gentil
arroi. Fo 63 vo.

P. 132, l. 7: n'avoit veu.--_Ms. d'Amiens_: si bien adrechie en touttes
mannierres de biautés, de frisce et gai maintien, de noble arroy et de
parfaitte et atrempée contenanche. Fo 63 vo.

P. 132, l. 9: fine amour.--_Les mss. A 11 à 14 ajoutent_: que ma dame
Venus lui envoya par Cupido, le Dieu d'amours. Fo 83 vo.

P. 132, l. 10: lonch temps.--_Ms. d'Amiens_: car c'est uns feus qui
fuissonne, qui est legiers à esprendre et malaisivlez à estaindre, et
plus en ung coer qu'en l'autre. Et sembloit au roy, par l'estincelle
qui jà s'esprendoit et alumoit, que ens ou monde n'avoit damme qui
fesist à amer fors celle. Fo 63 vo.

P. 132, l. 15 et 16: si ardamment.--_Ms. d'Amiens_: et ne s'en pooient
li oeil soller, et de si ardent regart. Fo 63 vo.

P. 132, l. 19: ne pensoit.--_Ms. d'Amiens_: qui au penssement dou roy
ne penssoit noient. Fo 63 vo.

P. 132, l. 23: quant temps seroit.--_Mss. A 1 à 6_: quant temps fut à
mettre les tables, elle fist la salle parer et ordonner. Fo 87.--_Mss.
A 11 à 14_: mettre les tables en la salle moult bien parée et ordonnée
comme pour le roy. Fo 83 vo.--_Mss. A 15 à 17_: mettre les tables en la
sale qui jà estoit moult noblement parée aussi comme pour un roy
recepvoir. Fo 88.--_Mss. A 20 à 22_: quant temps fu de drescier les
tables, elle fist la salle parer et ordonner bien richement. Fo 131.

P. 132, l. 24: parer.--_Ms. d'Amiens_: Ensi comme il appertenoit pour
le roy d'Engleterre. Fo 63 vo.


=§ 158.= P. 133, l. 12: vous estes.--_Ms. d'Amiens_: li ungs dez
princes del monde li plus doubtéz. Fo 63 vo.

P. 133, l. 24: vos amans.--_Ms. d'Amiens_: vos vraiz amans.

P. 134, l. 4: emprisonnés.--_Mss. A 11 à 14_: à Paris. Fo 84.

P. 134, l. 9: desmembrer.--_Ms. d'Amiens_: qui mes drois, souverains,
naturelz sirez estez. Fo 64.--_Mss. A 11 à 14_: pour donner exemple aux
aultres d'estre loiales à leurs maris. Fo 84.


=§ 159.= P. 134, l. 15: avés vous.--_Ms. d'Amiens_: A ces mos et à la
parolle de la damme, li rois se parti de la fenestre où ung grant tens
il s'estoit apoiiés, et s'en vint en la salle et lava. Et puis se asist
entre ses chevaliers et la damme au disner; mès petit i sist, car autre
cose li touchoit que boire ne que mengier. Et trop durement seant à
table penssoit, dont li chevalier meismement s'esmervilloient, car il
avoit eult en devant usaige de rire et jeuuer, et de vollentiers oïr
aucunnez trufferiez pour le temps oubliier, mais là il n'en avoit cure
ne talent. Ainchois, quant il pooit ung seul regart embler et envoiier
sus la damme, il li faissoit trop grant bien. Et furent adonc regart et
pensser le plus grant partie dou disner le roy. Fo 64.


=§ 160.= P. 135, l. 6: Toutes voies.--_Ms. d'Amiens_: Apriès disner on
leva lez tablez. Si envoya li roys monseigneur Renaut de Gobehen et
monseigneur Richart de Stanfort à l'ost et as compaignons qui desoubz
le castiel estoient logiet, savoir comment il le faisoient, et qu'il
fuissent appareilliet, car il volloit cevaucier encorrez oultre et
sieuwir les Escos, et que on fesist tout le charoy et tout le harnas
esploitier devant, et que dou soir il seroit avoecq yaus. Et ordonna le
comte de Pennebruch à faire l'arrierre garde à tout cinq cens lanches,
et que chil l'atendesissent sus les camps tant qu'il venroit, et tout
li demourant chevauçaissent avant. Li doy baron fissent tout ce qu'il
coummanda.

Et il demoura encorres ens ou castiel de Sallebrin dalléz la damme, et
esperoit bien ainschois son departement que il aroit de la damme
responsce plus agreable qu'il n'avoit eue. Si demanda les eschès, et la
damme li fist aporter. Adonc pria li roys à la damme que elle volsist
jeuer à lui; et la damme li acorda liement, qui li faisoit toutte le
bonne chière que elle pooit. Et bien estoit tenue dou faire, car li
roys li avoit fait ung biau serviche de lever le siège des Escos de
devant son castel, dont elle estoit en grant peril; et se li devoit le
damme faire, pour tant que li roys estoit ses drois naturés sires de
foi et hoummaige. A l'entrée dou jeu des escès, li roys, qui volloit
que aucunne cose demourast dou sien à la damme, l'asailli en riant:
«Damme, que vous plaist il à mettre au jeu?» Et la damme li respondi:
«Sire, et vous ossi?» Adonc mist li roys avant ung très bel aniel qu'il
portoit en son doi, à ung gros rubi sus le tablier. Lors dist la damme:
«Sire, sire, je n'ay nul aniel si riche comme li vostre est.»--«Damme,
dist li rois, telz que vous l'avés, metés le avant. Je n'y preng pas de
si priès garde.»

Adonc la comtesse, pour acomplir la vollenté du roy, traist hors d'un
doy ung anelet d'or, qui n'estoit pas de grant vaille. Si jewèrent as
escèz enssamble, la damme à son avis au mieux que elle pooit, affin que
li roys ne le tenist pour trop simple et ygnorans; et li roys se
faindoit, car pas ne jewoit dou mieux qu'il savoit. Et à painnes y
avoit nulle espasse dez très, que il ne regardast si fort la damme que
elle en estoit toutte honteuse, et s'en fourfaisoit bien en traiant. Et
quant li roys veoit que elle s'estoit fourfaite d'un rock, d'un
chevalier ou de quoy que fuist, il se fourfaisoit ossi pour remettre la
damme en son jeu.

Tant jeuèrent que li roys le perdi, et fu mas d'un aufin. Adonc se leva
la damme et demanda le vin et lez espisses, car li roys par samblant
volloit partir. Et prist la damme son aniel et le mist en son doy, et
volsist trop bien que li roys ewist repris le sien, et li ossi offri et
dist: «Sire, il n'appertient pas qu'en mon hostel jou aie riens del
vostre, ainchois en deveriés porter dou mien.»--«Dame, dist li roys, si
fait, car li jeus l'a porté ensi; et se je l'ewisse gaegniet, tenés
veritablement que j'en ewisse porté le vostre.» La damme ne vot adonc
plus presser le roy; mès s'en vint à une sienne dammoiselle, et li
bailla l'aniel, et li dist: «Quant vous verrez jà que li roys sera
partis de ceens et qu'il ara pris congiet de moy et qu'il devera monter
à cheval, si vous avanchiés et li rendéz tout bellement son aniel, et
li dittes que nullement je ne le voeil detenir, car point n'apertient.»
Et la dammoiselle li respondi que elle le feroit vollentiers. A ces mos
vinrent espisses et vins. Et n'en vot oncques prendre li roys devant la
damme, ne la damme ossi devant lui; et y eut là grant estrit tout en
reviel. Finablement, il fu acordé que il prisent tout doy enssamble,
ossi tost li ungs comme l'autre, par cause de briefté. Apriès ce fait
et que li chevalier le roy eurent tout beu, li roys prist congiet à la
damme et li dist tout haut, affin que nulx n'y penssast: «Damme, vous
demourés en vostre hostel, et je m'en irai sieuwir mes ennemis.» La
damme, à cez mos, s'enclina bien bas devant le roy. Et li roys mout
apertement le prist par le main droite, et li estraindi ung petit, et
ce li fist trop grant bien, en signe d'amour. Et regarda li roys que
chevaliers et dammoiselles s'ensonnioient de prendre congiet l'un à
l'autre; si s'avança encorrez de dire deux mos tant seullement: «Ma
cière damme, que Dieu vous coummand jusques au revenir! Si vous pri que
vous vos voeilliéz aviser et autrement y estre consseillie que vous ne
me aiiés dit.»--«Chiers sires, respondi la damme, li Pèrez glorieux
vous voeille conduire et oster de villainne penssée et deshonnerable,
car je sui et seray toudis conssillie et appareillie de vous servir à
vostre honneur et à le mienne.»

Atant se parti li roys de le cambre, et la damme ossi, qui l'aconvoya
jusqu'en la salle où sen pallefroi estoit. Se dist li roys que il ne
monteroit point à cheval tant que la damme fust là: si que pour cause
de briefté la comtesse prist congiet de tous poins pour ceste fois au
roy et à ses chevaliers, et rentra en ses cambrez avoecq ses
dammoiselles. Ensi que li roys devoit monter, la dammoiselle qui estoit
enfourmée de sa damme, s'en vint au roy et s'engenouilla; et quant li
roys le vit, il le leva moult tost et quida que elle volsist parler
d'autre matère que elle ne fist. Se li dist: «Monseigneur, vechy vostre
aniel que madamme vous renvoie et vous prie humblement que vous ne le
voeilliés tenir à villonnie, que point ne voet qu'il demeurèce par
deviers elle. Vous li avés fait tant en autres mannierrez que elle est
tenue, ce dist, à tousjours d'estre vostre serve.» Li roys qui oy la
dammoiselle et v(e)oit son aniel qu'elle tenoit, et ooit la vollenté et
l'escuzanche de la comtesse, fu tous estonnés. Nonpourquant, comme tost
conssilliet à son gré, et affin que li aniaux demorast laiens, ossi que
en soy meysmes ordonné avoit, respondi briefment, car pas n'y affreoit
longe parolle, et dist: «Dammoiselle, puisqu'il ne plaist à vostre
damme li gaains petis que elle a fait à moy, il vous demeure.» Apriès
che parlet, il monta tantost et se parti et yssi hors dou castiel, et
se mist sour les camps avoecq ses chevaliers, et trouva le comte de
Pennebrucq qui l'atendoit à bien cinq cens lanches. Adonc se partirent
il tout enssamble et sieuwirent l'ost. Et la damoiselle dont vous avés
oy, revint à sa damme et ly recorda la responsce dou roy, et li vot
rendre l'anniel d'or que li roys avoit perdu as escèz. Mais la damme ne
le volt prendre; ains dist que elle n'y clammoit riens et que li roys
li avoit donnet: si en fesist son pourffit. Enssi demoura li aniaux dou
roy à a damoiselle.

Or lairons nous à parler de madamme Aelis la comtesse de Sallebrin; si
revenrons au roy englès et as Escos. Depuis que il se fu partis dou
castiel dessus dit, il chevaucha ceste remontière jusquez au soir, que
il trouva son grant ost logiet sour ungs plains dou loncq d'une
rivière. Si se remist entre les contes et les barons et fist asséz
bonne chierre, et se couvri au mieux qu'il peult de moustrer comment il
li estoit dedentrainnement; ne à nullui, tant fust ses especials amis,
ne s'en fust descouvers. Pour ce ne sentoit il mies mains les maulx
d'ainmer, car si fort en estoit espris, que en son requoy il n'y
faisoit que pensser. Et li avint sour ce voiaige pluisseurs fois que,
quant il estoit assis à table, il mengoit mout petit et n'y faisoit que
pensser: de quoy ses gens s'esmervilloient dont tel penssement li
pooient venir. Et quidoient que ce fuist pour les Escos qui jà, en
ceste année, par deux fois l'avoient travilliet de chevauchier apriès
yaux; et point n'en avoit eue se raison, car toudis s'en refuioient il
vers le forest de Gedours, et encorres tenoient il che chemin; si l'en
ostoient li baron dou plus qu'il pooient. Et bien souffroit li roys,
pour lui couvrir, que de son pensser li Escot fuissent encouppé, et il
escuzéz en aultre mannierre.

Tant chevaucha li roys poursieuwans les Escos, que il les trouva logiés
et retrès oultre le chité de Bervich, bien trois journées à l'entrée
des bois de Gedours que il avoient mis au dos. Et estoient li dit Escot
là arestet sour les camps moult faiticement, mès tous les soirs il
rentroient dedens les bois où li Englès ne se fuissent jamès enbatu: de
ce estoient il tout aseur. Li rois coummanda à logier touttes
mannierres de gens devant les Escos, et missent tout leur charoy entre
les Escos et eux; et furent là cinq jours, li uns devant l'autre, que
tout les jours li Escot yssoient hors des bois et moustroient par
samblanche que il se volsissent combattre. Et ordonnoient li Englès
touttes leurs batailles et esperoient à avoir de jour en jour
besoingne; mès point ne partoient de leur arroy, fors aucuns baceler
aventureux qui, pour aquerre pris d'armes, chevauçoient avant et
requeroient jouste as Escos. Si sachiés qu'il estoient recheu, ne
oncques nulx ne se parti escondi, et li Escot enssi sour yaux. Ossi de
archers et de compaignons de piet de l'un lés et de l'autre il i eut
pluiseurs escarmurches et paletis, des mors et des navrés de l'un lés
et de l'autre; mès point ne se desroutoient les batailles pour jouste,
ne pour escarmuche qui y fuist. Et emportoient dou tout le huée, des
Escos messires Guillaume Douglas et messires Simons Fresel, et ungs
chevaliers de France qui autrefoix avoit estet en Escoce et qui
presentement avoit rappasset le mer avoecq le roy d'Escoche pour querre
les armes, que on clammoit messire Ernoul d'Audrehen. Chils y fist
maintes belles appertises d'armes. Des Englès y avoit pluiseurs bons
chevaliers, plus que il n'y ewist des Escos, car il estoient plus grant
fuison. Et par especial messires Gautiers de Mauni, messires Loeys de
Biaucamp, messires Jehans Cambdos et messires Guillaummes Filz Warine y
fissent ossi tamainte belle proèche. Fo 64.

P. 135, l. 28: apriès les Escos.--_Ms. B 6_: Et (li Escochois) se
partirent de Sallebrin, et fut environ heure de tierche, et le roy
d'Engleterre vint là à nonne. Sy fut durement courouchiés quant il
sceut que les Escochois estoient partis. Nienmains il les sievy à route
et se loga ce soir à trois lieues près d'eulx. Et l'endemain il fut
nonne ains que ly ung vinrent. Mais les Escochois estoient à l'entrée
de leur pais et avoient les grandes forests au dos où au besoing il se
povoient retraire, ne jamais les Englès ne les euissent là cachiés.
Ensy furent les Englès et les Escochois trois jours devant l'un l'autre
en une marche entre Gallez et Escoche que on dist Cambray et les bos de
Saint Amant. Fo 199.

P. 135, l. 29: Bervich.--_Mss. A 7 à 10, 18 à 22, 30 à 33_: Bervich. Fo
81.--_Mss. B 3, A 1 à 6, 23 à 29_: Vervich. Fo 78 vo.--_Mss. A 11 à
17_: Wruich.--Fo 84 vo.

P. 135, l. 30: forest de Gedours.--_Mss. A 11 à 14_: grant fourest de
Gedours. Fo 84 vo.--_Mss. A 15 à 17_: grant et haulte fourest de
Gedours. Fo 89.--_Mss. A 18, 19_: cité de Gedours. Fo 88.


=§ 161.= P. 136, l. 15: Tous ces trois jours.--_Ms. d'Amiens_: Che
terme durant, preudomme et saige chevalier de l'un ost et de l'autre,
avoecquez deuz evesques, cesti de Wincestre, englès, et cesti de Saint
Andrieu, escot, traitièrent ung respit entre ces deux roys à une
delivranche dou comte de Moret, qui estoit pris deviers les Englès, et
ossi dou comte de Sallebrin et dou comte de Sufforc, qui estoient
prisonnier à Paris deviers le roy de Franche. Et enclinoient chil troy
prison les coers de ces deux roys et des plus grans de leur ost à
tretier un respit et yaux ravoir chacun le sien, car il avoient là des
grans amis et dou linage qui vollentiers les veissent delivréz. Ossi il
estoient pris en armes en servant loyaumment leur seigneur, pour quoy
chil roy et chil qui dou tretiet s'ensonnioient, y entendirent plus
volentiers. Finablement tant fu tretiet et parlementet, que unes
trieuwes furent acordées à durer deux ans, se li roys Phelippes de
Franche s'y assentoit, car li roys d'Escoce estoit si fort aloiiés à
lui, que il ne pooit donner trieuwe ne respit, ne faire pais sans lui.
Et se li roys Phelippes ne s'i volloit acorder, si devoient les
trieuwes durer jusquez à le Saint Christophle, par telle condition que
li rois englès ne devoit faire nul comfort ne aydde à ces Englès qui
avoient pris et saisi ces deux fors castiaux, Rossebourch et Strumelin.
Et devoit y estre quittez li comtes de Moret de se prison, se li roys
d'Escoce pooit tant pourcachier au roy de Franche que li comtes de
Sallebrin fust quittez ossi de se prison, et li comtes de Sufforc
receut et mis à finnanche raisonnable, enssi que on doit mettre ung
gentil homme sans lui trop presser. Et devoit tout ce y estre
pourcachiet dedens le feste Saint Jaque et Saint Christofle, que
proçainement on atendoit. Celle trieuwe fu enssi acordée et affremmée
que vous avés oy. Si departi li roys d'Escoce ses gens et dounna à
chacun congiet de raller en son lieu jusques à tant qu'il les
manderoit; et envoya tantost souffissans messaigez en Franche deviers
le roy Phelippe, telz que l'evesque de Saint Andrieu et Alixandre de
Ramesay. Et li roys englès retourna arière à Bervich et donna touttes
ses gens congiet; et s'en ralla chacun en son lieu.

Environ huit jours se tint li roys englès en le chité de Bervich et
departi touttez ses gens, si comme vous avés oy. Et demoura là à privée
maisnée, chiaux de son hostel tant seullement, et regarda au castiel et
à le forterèce de le ville. Et pria et enjoindi à monseigneur Edouwart
de Bailloeil, qui gardiiens de par lui en estoit, que il en volsist y
estre si songneus que nuls blammes ne dammaigez ne l'en presist; car il
seroit trop courouchiéz se li Escot li embloient ne tolloient par
ygnoranche ne deffaulte de bonne garde. Et li dis messires Edouwars li
respondi: «Monseigneur, nenil, se Dieux plaist. J'en songnerai dou
tamps à venir, si comme j'ay fait jusqu'à orez.» Et li rois li dist
qu'il s'en atendoit bien à lui.

Endementroes que li roys englès sejourna à Bervich, eult il tamainte
imagination sus le comtesse de Sallebrin, car tant fort en estoit
enamourés, que nullement il n'en pooit partir, ne li oster. Une heure
disoit en soy meysmes que il s'en riroit par là en Engleterre, et puis
tantost le contredisoit, et puis afremoit que si feroit, et que au
congiet prendre, il ne trouva pas la damme si humble enviers lui qu'il
volsist. Pour quoy il li couvenoit remettre ses parolles en milleur
estat, et espoir à son retour elle seroit advisée: si le trouveroit
plus debonnaire qu'il n'avoit fait. Ensi se debatoit li roys à par
lui. Une heure estoit merancolieux, et l'autre joieux. Une heure,
honneurs et loiauté le reprendoient de mettre et d'arester son coer en
tel fausseté que volloir deshonnerer si bon chevalier que le comte de
Sallebrin, qui si loyaumment l'avoit tousjours servi. Et puis amour le
raherdoient et li enortoient, par grant ardeur dont il estoit plains,
que d'estre enamouré de l'amour d'une si noble, si frice, si douce et
si belle damme, pour ung roy et encorrez en son royaumme, il n'y avoit
point de fraude ne de desloyauté; car telz que li chevaliers estoit, il
l'avoit fait: si s'en pooit mieux fiier que d'un autre hors de son
royaumme. Et ossi se il estoit amoureux, c'estoit tout bon pour lui,
pour son pays et pour tous chevaliers et escuiers, car il en seroit
plus liés, plus gais et plus armerès; et en ordonneroit plus de
joustez, plus de behours, de festez et de reviaux qu'il n'avoit fait en
devant; et s'en seroit plus ablez et plus vighereux en ses guerrez,
plus amis et plus privés à ses gens et plus durs à ses ennemis. Ensi li
rois se devise et avise. Une heure, dist qu'il fait follie, quant il y
pense, et que la damme pour qui il a ces assaux, est moult lonch de se
penssée, et que elle se lairoit ainçois ocire que elle fesist cose dont
elle recevist blamme ne deshonneur. Puis dist li rois: «Or, soit que
elle ne me voeille ne daingne amer, si i voeil je pensser et li
parfaitement amer, car li penssée me fait grant bien.» Ensi est li roys
entrés en celle luite qui pas ne le laira ung grant tems, enssi comme
vous orés recorder en avant en l'istoire. Touttesvoiez, adonc avis le
mestria, si que, pour doubte de meffaire et de parperdre che où il
n'avoit encorres riens, il n'osa revenir par la damme de Sallebrin; mès
se recoummanda à lui par monseigneur Guillaumme de Montagut, sen
nepveut. Et li dist li roys: «Guillaumme, dittes à la contesse, vostre
ante, que elle se resjoysse, car temprement rara son marit par deviers
li.» Et li chevalier ly respondy: «Sire, vollentiers.»

Or lairons à parler dou roy englèz, qui par le Noef Castiel sour Tin,
par Ardenton et par Dancastre, non mies par le comté de Sallebrin,
retourna arrière vers Londres. Si parlerons des messaigiers le roy
David d'Escoce, qui s'en vont en France, et fissent tant par leurs
journées qu'il vinrent à Paris, où il trouvèrent le roy Phelippe et
pluiseurs de ses barons dalléz lui; si le saluèrent bellement. Et li
roys les rechupt en cel mannierre pour le raison de chou qu'il estoient
estraingnier et au roy David, son bon amie. Li dit message
remoustrèrent au roy pourquoy il estoient là venus, et des armées et
chevauchies que li Escos et li Englèz avoient fait, li uns sour
l'autre, et comment li Escot avoient bien ars trois journées de pays en
Engleterre, et par especial la cité de Durem qui estoit rice et grande,
et comment li Englèz avoient à grant effort chevauchiet contre yaux et
nient porté de dammaige, et comment il furent cinq jours tous entiers
logiéz li ung devant l'autre, et tous les jours y avoit joustez,
paletis et escarmuches: «Finablement, chiers sires, unes trieuwez sont
prises à durer deux ans, se vous l'acordéz. Endementroes croistra nos
rois en force et en puissanche, et se repeuplera nos pays, et aquerons
amis de tous costéz, et puis ferons une bonne gherre, forte et desperte
as Englès, car jammais n'y aura ferme pais qui s'i tiengne: trop les
hayons à che costé.» Li roys entendi vollentiers à leurs parolles, et
s'acorda, pour l'amour dou roy d'Escoce et dez barons d'Escoce, à tout
chou que ordonné avoient, ne de riens il n'y contredist. Et delivra
quitte et delivre le comte de Sallebrin, que tenut avoit en prison plus
de deux ans; et mist à raençon convignable le comte de Sufforch et le
recrut sur se foy à avoir paiiet dedens l'année vingt mille escus ou
revenir en prison. Il lez paya, si fu quittez, et li comtez de Moret
delivréz parmy le comte de Sallebrin. Ainssi se fissent chil doy
escange, et se tinrent lez trieuwez entre Escoce et Engleterre. Je n'ai
nient oy parler dou contraire que elle fust de riens enfrainte. Et
toudis guerièrent li Escot le garnison de Strumelin, qui trop leur
cousta ainschois que il le pewissent ravoir. Si siet Strumelin droit ou
coer de leur pays. Fo 65.

P. 136, l. 18: deus ans.--_Ms. B 6_: trois ans. Fo 199.


=§ 162.= P. 137, l. 23: Vous devés.--_Ms. d'Amiens_: Or voeil je
retourner à l'istore de Bretaingne et parler de monseigneur Carlon de
Blois et de la comtesse de Montfort. Vous savés bien en quel point je
laissai le matère, le comte de Montfort pris et emprisonnet ou castiel
de Louvre à Paris, monseigneur Carle de Blois à Nantes, et les
seigneurs de Franche qui aidiet à coummenchier sa guerre li avoient,
repairiet pour le cause de l'yvier, et devoient tout retourner à
l'estet, enssi qu'il fissent. Si me seroit il bien mestier à parler des
gherrez de Gascoingne qui trop fortez y estoient, car li comtes de
Laille, de par le roy de France, y tenoit les camps et avoit enssi que
tout reconcquis la grant duchié d'Acquitaine et constraindoit mout
chiaux de Bourdiaux; car il avoit assis la forte ville de Blaves par
terre et par aige, et n'aloit nus au devant, tant fust de grant affaire
en Gascoingne, ne amis au roy d'Engleterre. Et n'y avoit nulle ville en
Gascoingne, qui se tenissent pour englècez, excepté Bourdiaux, Blaves,
Aux en Gascoingne et la forte et bonne ville de Baione. Mais telle
estoit li intention dou comte de Laille et des seigneurs qui avoecq lui
estoient, que l'une apriès l'autre il les concquerroit. Or revenrons à
le gerre de Bretaingne et lairons à parler de ceste de Gascoingne:
quant temps et lieux sera, bien y retourons.

Si parlerons coumment messires Carlez de Blois estoit tous quois
demourés en le cité de Nantes, et ens ou pays d'entours qui obeissoit à
lui, demoura tout l'ivier, si comme vous avés oy par devant, sus
l'estat que li dus de Normendie, ses cousins et li comtes d'Alenchon,
ses onclez, li avoient ordonnet, et atendoit le saison d'esté, en
laquelle fait milleur hostoiier qu'il ne face en le saison de yvier. Et
quant celle douce saison (d'esté) fu revenue, tout chil signeur de
France deseure noummet et grant fuison de autres gens avoecq yaux, s'en
rallèrent par deviers Bretaingne à grant puissance, pour aidier
monseigneur Charlon de Blois à reconquère le remannant de le duchet de
Bretaingne: dont il advinrent moult de grant merveilles et de biaus
fais d'armes, ensi comme vous porés oïr.

Quant tout li seigneur furent venu à Nantes, là où il trouvèrent
monseigneur Charlon de Blois, il orent consseil qu'il assiegeroient le
cité de Rennes. Si yssirent de Nantes en grant arroy, et s'en allèrent
par deviers Rennes et le assegièrent tout environ. La contesse de
Montfort, qui se tenoit à Hainbon, l'avoit, au partir et tout l'ivier,
si bien pourveue et garnie de bonne artillerie, de touttez pourveanchez
et de bonne gent d'armes, que elle en estoit plus forte à concquerre;
et y avoit mis et establi ung vaillant chevalier et hardi pour
cappittainne, que on clammoit monsigneur Guillaumme de Quadudal, gentil
homme durement del pays de Bretaingne.

Encorres avoit la dite comtesse de Montfort mis grans garnisons par
tout lez autres cités, castiauls et bonnes villes qui à lui
obeissoient, et partout bonnez cappitainnez des gentilz hommes dou pays
qui à lui se tenoient, desquelx le plus elle avoit acquis par biau
parler, par proumettre et par donner; car elle n'y volloit point
espargnier or ne argent, dons ne promesses: desquelx estoient li
evesquez de Lion, messires Amauris de Clichon, messires Yeuwains de
Thigueri, li sires de Landreniaus, le castelain de Ghingant, messires
Henris et messires Oliviers de Pennefort, messire Joffroi de Malatrait,
messires Guillaummes de Quadudal, li doy frère de Quarich et pluiseurs
aultrez bons chevaliers et escuier, tout de Bretaingne.

Ossi messires Carles de Blois (en avoit) grant fuison qui à lui se
tenoient, et plus que n'ewist li comtesse, desquelx estoient li drois
sires de Clichon, messires Hervis de Lion qui estoit retournés, li
viscontez de Rohem, li sires d'Avaugor, li sires de Quitin, li sires de
Tournemine, li sires d'Ansenis, li sires de Biaumanoir, li sires de
Rais, li sires de Rieus, li sires de Laval, li sires de Gargoule, li
sires de Loriach et tout banerech, et pluisseur aultre chevalier et bon
escuier, qui nullement ne volloient estre de le partie de Montfort. Et
li autre tenoient le opinion si bonne et si juste, que, pour amorir, il
ne fuissent tournés Bloisois. Ensi estoit la grande terre de Bretaingne
entoueillie en guerre, li oncles contre le nepveult, li frèrez au
frère, li pèrez au fil tels fois fu, li germains au cousin germain, li
voisin à sen voisin. Et dura ceste guerre trop grant tamps, ensi comme
vous orés recorder avant en l'istoire. Or parlerons nous dou siège de
Rennez. Fos 65 vo et 66.

P. 137, l. 25: de Bourbon.--_Le ms. B 6 ajoute_: le conte de Forès, le
conte de Boulongne. Fo 199.

P. 139, l. 2: doi frère.--_Mss. A 11 à 14_: les deux frères de Quintin,
monseigneur Geffroy de Maallechat, monseigneur Robert de Guiche,
monseigneur Jehan de Quoyquem et pluseurs aultres. Fo 85 vo.

P. 139, l. 2: Quirich.--_Mss. A 1 à 6_: Chirich. Fo 88 vo.--_Mss. A 20
à 22_: Tirich. Fo 133 vo.

P. 139, l. 11: dire.--_Mss. A 11 à 14_: qu'il avoit adonc pourchacié sa
prinse et fait trahir par les bourgois. Fo 85 vo.


=§ 163.= P. 139, l. 16: Messires Charles.--_Ms. d'Amiens_: Messires
Carles de Blois et li seigneur de Franche tinrent le siège assés
longement devant le cité de Rennes, et y fissent grans dammaigez et
mains fors assaux par les Espagnos et par les Geneuois, dont il avoient
grant fuison en leur ost. Et chil de d'ens se deffendirent bien et
vassaument, par le consseil dou bon chevalier monseigneur de Quadudal,
si sagement que cil de dehors y perdirent plus souvent qu'il n'y
gaegnoient. Si avoient fait li signeur de France drechier grans
enghiens devant la cité, qui y gettoient grosses pierres et qui trop
durement le travilloient.

Endementrues que chils sièges estoit si grans et si fors devant Rennes,
la comtesse de Montfort, qui se tenoit en Hainbon o grant fuison de
chiaux de son acord, eult consseil que elle envoieroit au secours
deviers le roy d'Engleterre, de qui ses sires li comtez de Montfort
avoit relevet la duché de Bretaingne: si l'en devoit aidier à deffendre
et à gharandir contre tous hommez. La damme de Montfort eut ce consseil
et le vollenté de là envoiier; mès à trop grant dur trouva elle qui y
volsist aller, car nulz ne le volloit laissier ou parti où elle estoit,
pour sen onneur. Toutesvoies, tant pria elle les ungs et les autres et
leur remoustra tant de bellez et doucez parolles, que messires Amauris
de Clichon s'acorda ad ce que il feroit le messaige. Si entra en ung
vaissiel et prist bon maronnier, et se mist en mer en le vollenté de
Dieu et dou vent, en singlant devers Engleterre, et arriva dedens cinq
jours ou havene de Hantonne. Si demanda où li roys estoit; on li dist:
à Londres. Adonc monta il à ceval et toutte se routte; et
chevauchièrent tant qu'il vinrent à Londres.

Quant li roys seut la venue monsigneur Amauri de Clichon, si en eut
grant joie, car il penssoit bien avoir nouvellez de Bretaingne. Se le
fist tantost venir avant et le rechupt liement, et li demanda que sa
cousinne la contesse de Montfort faisoit: «En nom Dieu, monseigneur, si
se recoummande à vous comme celle qui a grant mestier de vostre
comffort, car messires Carlez de Blois et grant fuison de bonne
chevalerie de Franche li font très forte guerre; et seoient devant le
cité de Rennes, quant je me parti. Si vous prie madamme que vous le
voeilliés secourir et envoiier par delà ung de vos petis marescaux qui
li aye son hiretaige et de son fil à deffendre.»--«Par me foy, dist li
roys, je le feray vollentiers.» Adonc regarda li rois sus monseigneur
Gautier de Mauni et li dist: «Gautier, vous m'avés servi en pluiseurs
bellez besongnes. Encorres vous prie jou que vous me servés en ceste,
et je vous deliveray gens, or et argent assés pour furnir vostre
voiaige.»--«Sire, respondi messires Ghautiers, Dieu me gart que jà je
refusse cose que vous coummandés à faire. Or ordonnés dou sourplus, car
je sui tous prês dou mouvoir quant il vous plaira.» Che dist li rois:
«Grant merchy, messire Gautier.»

Assés tost apriès, messires Gautiers de Mauny s'appareilla et ordonna;
et fu ses mendemens fais et assis, et se carge, en le ville de
Hantonne. Si se parti dou roy qui le fist souverain et cappittainne de
ceste armée, et vint à Hantonne, et messires Amauris de Clichon o lui;
et là sejournèrent il douze jours, en attendant leurs gens et en
faisant leurs pourveanches, et ossi le vent qui leur estoit contraire.
Au tresimme jour entrèrent il en mer. Si estoient trois cens hommez
d'armes et douze cens archiers d'eslite. Avoecq monseigneur Gautier de
Mauny estoient des chevaliers messires Frankes de Halle, messires
Gerars de Baudresen, li doy frère de Loynendale, messires Loeys et
messires Jehans, li Haze de Braibant, messires Hubers de Frenay,
messires Alains de Sirehonde, li sires Despenssiers, li sires de
Ferièrez, messires Thomas Kok, messires Hues de Hastinges, messires
Alixandres Anssel, messires Jehans li Boutilliers et pluiseur aultre.
Si nagièrent par mer et tournèrent leurs singlez par deviers
Bretaingne. Che premier jour eurent il assés bon vent, le second les
prist une fortune si grande que il quidièrent y estre tout peri; et les
rebouta li vens bien parfont en Cornuaille. Si furent sur mer plus de
soixante jours par les vens contrairez et par les fortunnez qui leur
avinrent. Et toudis les atendoit de jour en jour la contesse de
Montfort en grant mescief de coer; car bien savoit que chil de Rennes
avoient moult à souffrir, et moult vollentiers les ewist conforté,
s'elle pewist. Fo 66.

_Ms. de Rome_: Qant ce vint sus le printemps, et que la douce saison fu
retournée, messires Carles de Blois envoia ses messages en France, et
par especial le seigneur de Biaumanoir deviers le roi son oncle, pour
priier que il li vosist envoiier gens qui li aidassent à reconquerir le
demorant dou pais de Bretagne. Li rois s'enclina à celle priière et
manda au conte Raoul d'Eu, son connestable, et au conte de Ghines, son
fil, que il fesist son mandement de gens d'armes et d'arbalestriers, et
s'en alast en Bretagne. Li dus de Bourbon, messires Jaquemes de
Bourbon, li contes de Blois, li contes de Vendome, mesires Loeis
d'Espagne, li sires de Chastellon, li sires de Couchi, li sires de
Montmorensi, li sires de Saint Venant et grant fuisson de la baronie et
chevalerie de France se ordonnèrent et se missent au cemin. Et
esploitièrent tant que il vinrent en la chité de Nantes, et se
trouvèrent, sus quinse jours, bien six mille honmes d'armes et douse
mille honmes à lances et as pavais, parmi les arbalestriers geneuois,
des quels mesire Oste Dorie estoit chapitainne, et avoecques li
messires Carles Grimaus. Et se departirent un jour de Nantes en grant
arroi et poissance, et prissent le cemin de Rennes, et fissent tant que
il i parvinrent, et bastirent là lor siège tout à l'environ. Pour ces
jours avoit grans fourbours à Rennes, mais li chapitainne de Rennes et
li saudoiier qui dedens estoient, qant il sentirent que on les venoit
assegier, les ardirent, et avoient fortefiiet grandement lor ville de
toutes pars. Par devant Rennes ot grant siège et lonch, et qui moult
avant dura en l'esté, et fait tamainte escarmuce et maint assaut. Et
moult bien s'i portèrent chil de dedens, voires li gentilhonme,
messires Guillaume de Quadudal et li aultre; et avoient tous jours
regart sus les bourgois de Rennes que il ne fesissent auqun vilain
tretié à ceuls de l'oost.

La contesse de Montfort, qui se tenoit à Vennes, n'estoit pas forte
assés pour lever le siège, et dist à son consel: «Il me fault envoiier
au secours en Engleterre. Je poroie bien trop atendre.» Son consel fu
d'acort à tout ce faire, et priiés de par li messires Amauris de Cliçon
que il i vosist aler. Li chevaliers ne l'euist jamais escondit et
s'ordonna à partir. Et qant il ot ses lettres adreçans au roi
d'Engleterre et à mesire Robert d'Artois et à auquns barons et
chevaliers d'Engleterre, il entra en un vassiel ou havene de Vennes
meismes, et se departi et singla tant par mer, à l'aide de Dieu et dou
vent, que il vint à Pleumude. Et là s'arestèrent et ancrèrent li
maronnier, puis issi li dis messires Amauris de son vassiel et sa
famille; et se rafresqirent dedens la ville et pourveirent des chevaus.
Et qant il furent tout apparilliet, il montèrent et chevaucèrent viers
Londres, et tant fissent que il i parvinrent. Pour ces jours, li rois
et la roine et mesires Robers d'Artois estoient en la marce de Bristo:
si lor fu painne. Toutes fois il ceminèrent celle part, et trouvèrent
le roi et la roine qui festioient le conte de Saslebrin et le conte de
Sufforch, qui nouvellement estoient issu hors de la prison de France,
et s'estoient rançonné li doi conte à vint mille nobles.

Qant mesires Amauris de Cliçon fu venus deviers le roi, on li fist
voie. Il se mist en genouls; il bailla ses lettres. Li rois les prist
et les lissi; et portoient creance. Adonc fu trais à part dou roi
mesires Amauris de Cliçon, et encores en ce consel li rois apella
mesire Robert d'Artois. Et là parla li dis chevaliers et compta tout
l'estat de Bretagne, et conment on s'i portoit, et de la chité de
Rennes conment elle estoit assegie. Et prioit li chevaliers au roi, de
par la contesse, que il i vosist entendre, pour aidier à deffendre et
garder le pais, car sans son aide la poissance de la dame estoit moult
petite, car si ennemi tenoient les camps. Li rois respondi et dist:
«Mesire Amauri, vous nous estes li bien venus; et dedens quinse jours,
nous serons en la marce de Londres, et auerons une partie de nostre
consel, et là serés vous expediiés de toutes coses; mais nous sonmes
pour le present sus nostres deduis. Si ne poons pas entendre à tels
coses, ne faire response telle que li chas demande; car nous avons
trieuves, ensi que vous savés, à nostre adversaire Phelippe de Valois.
Si nous couvient bien avoir consel conment nous nos ordenerons de la
gerre de Bretagne.» Messires Amauris de Cliçon se contenta assés de
ceste response, et se departi (du roi) et de mesire Robert d'Artois, et
s'en retourna à Londres.

Qant ce vint au jour que li rois deubt estre à Londres, il i fu et jà
avoit il escript et mandé son consel, celi que il voloit avoir. Et tout
furent à Wesmoutier, et là vint messires Amauris de Cliçon. Si fu
appellés en la cambre dou consel, et là, en la presence dou roi et dou
consel, il remoustra ce pour quoi il estoit venus, et prioit que il
fust briefment respondus, et la contesse de Montfort, sa dame,
secourue. On fist issir le chevalier de la cambre, tant que li consauls
dou roi euist parlé ensamble.

Là ot en ce consel pluisseurs coses et paroles retournées, car li rois
d'Engleterre ne voloit nullement enfraindre ne brisier les trieuves qui
données estoient, jurées et seelées à tenir deus ans entre li et
Phelippe de Valois. Et ossi il couvenoit que la contesse de Montfort
fust aidie et confortée dou roi et des Englois, puis que on avoit la
ducée de Bretagne relevé de li, et que on le tenoit et voloit tenir en
foi et en honmage de la couronne d'Engleterre. Or fu avisé que on
feroit une cose raisonnable, sans ce que li rois s'en ensonniast en
riens. Puis que la contesse de Montfort mandoit secours, on l'en
envoieroit pour ses deniers, tant conme elle en vodroit avoir et poroit
paiier, ce point ne li pooit on oster; et qant les trieuves seroient
fallies entre France et Engleterre, li rois aueroit aultre consel. Donc
fu apellés messires Amauris de Cliçon, et li fu dit conment pour celle
fois il couvenoit que il ouvrast. Qant il vei ce, il considera raison
et se delivra dou plus tos que il pot, et quist gens d'armes et
archiers; et li signeur d'Engleterre li aministrèrent lesquels il
prenderoit pour bien faire sa besongne.

Tout nouvellement estoit retournés dou roiaulme d'Escoce messire
Gautiers de Mauni, un jones chevaliers de Hainnau, qui trop
vaillanment s'i estoit portés en tous les fais d'armes où on l'avoit
veu et trouvé, et tant que il en avoit souverainnement la grace et la
renonmée. Si fu retenus de mesire Amauri de Cliçon, et pour estre
saudoiiers à la contesse de Montfort et chapitainne de tous les
aultres, et ot de sa carge trois cens lances et deus mille archiers. Et
fu tout de fait aviset si grande la carge d'archiers pour raemplir les
garnisons. Si ordonnèrent lors pourveances et lors navies à Pleumude,
et qant tout fu prest, et chil venu qui devoient passer oultre en
Bretagne, il entrèrent en lor vassiaus. Si se desancrèrent dou port de
Plemude et entrèrent en mer. Avoecques messire Gautier de Mauni, qui
souverains fu de ceste armée, estoient doi chevalier frère, Lois et
Jehans de Leinendale, mesires Hubiers de Frenai, le Hazle de Braibant,
mesire Gerart de Baudresen, mesires Alains de Sirehomde, mesires Lois
Clambo, mesires Edouwars de Lanton, messire Guillaumes Touchet, mesires
Hues de Ferrières, Guillaume Penniel, Thomas Paule, Jehan et Guillaume
Clinqueton et pluisseur aultre; et singlèrent par mer et tournèrent
viers Bretagne. Mais qant il furent en mi cemin de la mer, il orent
fortune moult grande et vent si contraire que il furent sus le point de
estre tout perdu; et les boutèrent chil vens et celle fortune en la mer
d'Irlande. Et furent plus de quinse jours avant que il peuissent
retourner sus lor cemin, et vinrent prendre terre à lor retour de la
mer d'Irlande en l'ille de Breha, c'est des tenures de Bretagne; et là
se rafresqirent quatre jours. Et puis rentrèrent en lors vassiaus, et
prissent la mer pour venir à Hainbon là où la contesse de Montfort les
atendoit, à laquelle nous retournerons un petit, et parlerons dou siège
de Rennes. Fos 78 et 79.

P. 140, l. 21 et 22: deus mille ou trois mille.--_Mss. B 3, A 11 à 14,
18, 19, 23 à 33_: deux ou trois mille. Fo 79 vo.--_Mss. A 1 à 10, 15 à
17, 20 à 22_: trois ou quatre mille. Fo 89.

P. 140, l. 28: Neynendale.--_Mss. B 3, A 7 à 10, 15 à 17, 23 à 33_:
Leynendale, Leynondale, Lynnodale, Leynoudale. Fo 79 vo.--_Mss. A 1 à
6, 18 à 22_: Leynodelle. Fo 89.--_Mss. A 11 à 14_: Leindechalle. Fo 86.

P. 141, l. 7: Rennes.--_Mss. A 15 à 17_: où vaillaument ilz se
tenoient. Fo 90 vo.


=§ 164.= P. 141, l. 8: Or est.--_Ms. d'Amiens_: En che terme que la
damme de Montfort avoit envoiiet au secours en Engleterre, et les lons
jours qu'il missent au venir, eut devant la chité de Rennes tamaint
grant assault et mainte forte escarmuche. Et tant y sirent li Franchois
que cil de dedens en estoient tout anoieus. Et vollentiers se fuissent
rendut à monseigneur Carlon de Blois, se messires Guillaummes de
Quadudal l'ewist conssenti; mès nullement il ne s'i volloit accorder.
Et leur brisoit et tolloit toudis leur proupos; et leur disoit que, se
il plaisoit à Dieu, il ne feroient jà lasqueté à leur bonne damme.

Li bourgois de Rennes, qui durement estoient apresset de ce siège, et
qui veoient leurs biens gaster de tous costéz, et sentoient le comte de
Montfort pris, et ne perchevoient nul secours de nul costet, eurent
entr'iaux advis et accord qu'il se renderoient; et se messires
Guillaummes de Quadudal ne s'i volloit assentir, il le prenderoient et
le meteroient en prison. Ensi qu'il proposèrent, il le fissent; et
remoustrèrent leur entente et le povreté où il estoient et pooient
encorrez esceir plus grande, et de legier: pour quoy il se volloient
rendre et yssir de ce peril. Li chevaliers, pour amorir, ne s'i fust
jammais acordé. Et quant li bourgois virent che, il le prissent de
force et l'emprisonnèrent. Et puis envoiièrent tretier deviers
monseigneur Carlon de Blois que il li renderoient la cité de Rennes,
par condition que il li volsissent pardonner son mautalent et sauver
les biens de le ville, et quitter le chevalier qu'il tenoient en
prison, et laissier aller, quel part qu'il volsist, Monfortois ou
autre, et tous chiaux ossi qui ceste oppinion volloient tenir.

Messires Carles de Blois, par le consseil qu'il eut des seigneurs de
France qui là estoient, s'i accorda et leur pardonna son mautalent; et
entra en le chité de Rennes à grant pourcession et à grant joie, et
prist l'ommaige et le feauté des bourgois de le cité et leur tint tout
leur convens. Si fu mis messires Guillaummes de Quadudal hors de
prison. Et li fu demandet de quel costet il se volloit traire: il
respondi que il avoit son sierment à sa damme et que celle part iroit
il, se on le laissoit aller; et on li dist: «oil.» Enssi s'en vint li
chevaliers à Hainbon deviers la comtesse de Montfort, qui le rechupt à
joie, mais elle fu mout couroucie quant elle seut que la cité de Rennes
estoit rendue; et si n'ooit nulle nouvelle de monseigneur Amauri de
Clichon, ne de sa compaignie. Fo 66.

_Ms. de Rome_: Messires Carles de Blois et li signeur de France desus
nonmet tinrent le siège assés longement devant la chité de Rennes, et i
livrèrent pluisseurs assaus, tant que li bourgois de Rennes se tenoient
à moult cargiet dou dit siège, et euissent volentiers entendu à auquns
trettiés deviers messire Carle, se il euissent osé; mais il doubtoient
lor chapitainne et les saudoiiers, et disoient entre euls: «Nous sonmes
plus que fol, qui nous faisons guerriier et destruire pour la contesse
de Montfort, et tenons son opinion à bonne. Si en perdons nos biens as
camps et nos hiretages, et en sonmes tous les jours en aventure d'estre
mort par les assaus et escarmuces que chil de l'ost nous font. Et ne
nous est apparans nuls confors de nul costé, car celle contesse à la
longe ne puet durer contre la poissance de France.»

Tant parlèrent et murmurèrent secretement entre euls chil de Rennes que
de un conmun acord une nuit il prissent lor chapitainne messire
Guillaume de Quadudal et l'emprisonnèrent en une tour, et des
saudoiiers auquns, liquel estoient à lor avis li plus poissant, par
quoi il fuissent mieuls au desus de lor emprise. Et puis il tretiièrent
deviers mesire Carle de Blois et les François. Et se rendirent par
condition telle que ceuls que il avoient pris, il les deliveroient
quites et delivrés, et les lairoient aler euls et le leur deviers la
contesse de Montfort, se aler i voloient; et euls aussi et le lour
demoroient en segur estat, et il devenoient bons François, et
recongnissoient messire Carle de Blois à lor signeur et à duc de
Bretagne.

On entendi volentiers à lors trettiés, et lor furent acordé, juré et
tenu, tout ensi conme il le vodrent avoir. Et se partirent mesires
Guillaumes de Qadudal et tout li compagnon que la contesse i avoit
envoiiet, car jamais ne se fuissent tourné François, de la chité de
Rennes, et cargièrent toutes lors coses, sans riens laissier derrière,
et s'en alèrent à Hainbon deviers la contesse, qui moult fu courouchie
de ces nouvelles et ot pluisseurs imaginations, pour tant que elle
n'ooit nulles nouvelles de mesire Amauri de Cliçon, et faisoit doubte
que il ne pooit esploitier, pour tant que son mari estoit tenus des
François, et ne savoit se il estoit mors ou vifs. Fo 79 vo.


=§ 165.= P. 142, l. 3: Quant la.--_Ms. d'Amiens_: Quant la cité de
Rennes se fu rendue, ensi comme vous avés oy, et li bourgois eurent
fait le feaulté à monseigneur Carlon de Blois, et il eut pris le
saisinne et le possession de tout et regardé as ordounnanches de le
cité, et fait reparer che qui desparet estoit par son assault, si ot
consseil à ses amis de Franche quelle part il poroit traire à tout son
host, pour mieux avant esploitier de reconquère le remannant. Li
conssaux se tourna à çou qu'il se traisist par devant le fort castiel
de Hainbon, là où li comtesse et ses filz estoient; car puisque leurs
sirez li comte de Montfort estoit emprissonnés, se il pooit prendre le
ville, le castiel et le comtesse et son fil ossi, il aroit tost sa
guerre affinnée. Enssi fu fait. Si se traisent tuit vers Hainbon, et
assegièrent le ville et le chastiel tout autour tant qu'il porent par
terre. La comtesse estoit si bien pourveue de bons chevaliers et
d'autres souffissans gens d'armes qu'il couvenoit pour deffendre le
ville et le castiel; mès toudis estoit en grant souppechon dou secours
d'Engleterre que elle atendoit, et si n'en ooit nullez nouvelles. Ains
avoit doubtance que grans meschiés ne leur fust avenus, ou par fortune
de mer, ou par encontre d'ennemis. Avoecques lui estoit en Hainbon li
evesques de Lion en Bretaingne, dont messires Hervis de Lion estoit
onclez, qui estoit de l'autre partie. Et si y estoit messires Yewez de
Tiegueri, li sires de Landreniaus, li doy frère de Pennefort, li
castelains de Guigant et pluiseur autre bon chevalier et escuier de
Bretaingne. Quant la comtesse et cil chevalier qui en Hainbon se
tenoient, entendirent que chil seigneur de Franche venoient pour yaux
assegier et que il estoient assés priès de là, il fissent coummander
que il sonnaissent le blancloque, et que chacuns s'allast armer et
allast à sa deffensce, enssi que il estoit ordonnet. Et chacuns obei
sans contredit.

Quant messires Carlez de Blois et li seigneur franchois furent
aprochiet de le ville de Hainbon et il le virent forte et bien
breteskie, il fissent leur gens logier et amanagier, enssi qu'il
appartient, quant on voelt faire siège. Aucun jouene et legiers
compaignons geneuois, espaignol et franchois allèrent jusques as
baillez pour paleter et escarmuchier; et aucuns de chiaux de dedens
yssirent contre yaux, enssi que on fait souvent en telx besoingnes. Là
eult pluiseurs hustins, et pardirent plus li Geneuois et Espagnol qu'il
n'y gaignièrent, enssi qu'il avient souvent par lui follement
abandounner. Quant li soirs aprocha, chacun se retrai à se loge.
L'endemain, li seigneur eurent consseil qu'il feroient au matin
assaillir lez baillez fortement, pour veoir le contenanche de chiaux de
dedens, et pour veoir se il y poroient riens concquester. Au tierc jour
dou siège durant, il s'armèrent en l'ost et vinrent devant les murs,
environ heure de prime. Si coummenchièrent ung assault très fort et
très fier de traire et de lanchier et de faire touttes appertises
d'armes, et chil de d'ens à yaux deffendre de grant couraige. Et dura
chilz assaux continuelment jusques à heure de nonne, que Geneuois et
Espagnols, qui moult s'abandonnoient, furent durement lasset et
travilliet, et pluiseur mort et navret. Si se retraissent pour le
foule, et pour remettre à point lez blechiés. Quant li seigneur de
Franche virent leurs gens retraire et enssi que refroidiéz, si en
furent durement coreciet. Si fissent touttez mannierrez de gens retrère
avant et yaux encoragier et enhardir, et plus fort assaillir que
devant; et chil de dedens si s'efforchièrent ossi dou bien deffendre.
Là estoit la comtesse de Montfort toutte armée, montée sus un
courssier, et chevauchoit de rue en rue par le ville et semonnoit ses
gens de bien deffendre. Et faisoit les femmes de le ville, dammes et
autrez, deffaire les chauchies et porter les pières as cretiaux pour
jetter as ennemis; et faisoit aporter bombardes et pos plains de vive
cauch, pour plus ensonniier chiaux de l'ost. Fos 66 vo et 67.

_Ms. de Rome_: Ensi eurent messires Carles de Blois et li François la
chité de Rennes, et entrèrent dedens à grant joie. Et rechurent li
bourgois le dit mesire Carle à duch et à signeur et le menèrent à
l'eglise, et là jura solempnelment sus Saintes Ewangilles que il les
tenroit as us et as coustumes brettes; et tout devinrent si honme. Si
se rafresqirent quatre jours en la chité des biens qui lor vinrent de
sus le pais, et que il i trouvèrent. Et orent là li signeur consel
ensamble où il se trairoient, ou devant Vennes, ou devant Hainbon là où
la contesse de Montfort estoit. Consilliet fu que il iroient devant
Hainbon, et encloroient la contesse là dedens; et, se il le pooient
conquerir, lor guerre seroit finée. Si se departirent un jour de Rennes
en grant conroi, et s'en vinrent à Hainbon; et l'asegièrent par terre
et environnèrent si avant que il porent, car au lés deviers la mer il
ne pooient bastir nul siège.

La contesse estoit bien pourveue de ses amis, de chevaliers et
d'esquiers et de bonnes gens d'armes, les quels elle tenoit à ses gages
à Hainbon, à ville et chastiel. La contesse se tenoit ou chastiel, et
ses gens en la ville. Avoecques la contesse de Montfort, qant li
François vinrent là, estoient mesires Ives de Tigeri, li sires de
Landreniaus, li chastellains de Ghingant, li doi frère de Quirich,
messires Henris de Pennefort et messires Oliviers, son frère, et li
evesques de Lion en Bretagne, dou quel messires Hervis de Lion, qui se
tenoit avoecques messire Carle de Blois, estoit oncles. Entrues que li
François se logoient, li Geneuois et li Espagnols, des quels mesires
Loys d'Espagne, marescal de l'oost mesire Carle, estoit chapitainne,
voires avoecques lui mesires Othes Dorie, alèrent escarmuchier as
barrières. Et là vinrent chil de la garnison, qui vaillanment s'i
portèrent; et dura li escarmuce jusques au soir que tout se retraissent
as lors logeis. A l'endemain, de rechief on vint as bailles lancier et
escarmuchier; et en i ot biaucop de bleciés de une part et d'aultre. Et
entrues que li escarmuce estoit, on assalloit as murs priès que de
toutes pars, et chil de la ville se deffendoient vaillanment. La
contesse de Montfort, qui avoit coer d'onme et de lion, estoit armée et
montée sus un coursier, et amonestoit ses honmes de bien faire. Et
cevauçoit de rue en rue, et faisoit par les fenmes et les enfans
deffaire les cauchies, et porter la pière et les calliaus sus les murs,
et servir ceuls qui se deffendoient. Fo 79 vo.

P. 142, l. 22: li evesques de Lyon.--_Mss. A 20 à 22_: oncle à messire
(Hervi) de Lyon. Fo 135.--_Tous les autres mss. A et tous les mss. B
donnent la mauvaise leçon_: dont messires Hervis de Lyon estoit neveus.

P. 142, l. 26: Quirich.--_Mss. A 11 à 14_: Quintin. Fo 86 vo.


=§ 166.= P. 144, l. 7: Encores.--_Ms. d'Amiens_: Or pourés oïr une très
grant emprise et ung mervilleux et outrageux fait d'armes que ceste
comtesse fist. Elle qui oncques ne cessoit d'aller de l'un à l'autre
pour rencoragier sez gens, et ossi à le fois elle montoit en une haute
tour dou castiel pour mieux aviser le contenance de chiaux de l'ost, si
regarda une fois que elle estoit là montée, que tout li seigneur de
France et touttez mannierrez d'autrez gens estoient à l'assault et
entendoient si fort et si ententivement à l'assaillir, que tout li
logeis estoient ensi que wuit et sans garde. Que fist elle pour
adamager chiaux de l'ost? Elle requeilli environ trois cens compaignons
et les fist monter à cheval, et se parti de Hainbon par une fausse
postierne qui ouvroit sus le mer, auquel endroit il n'y avoit adonc
point d'assault; et prist son tour tout autour de le ville par voies
couvertez. Bien avoit qui mener le savoit, et s'en vint ens ès tentez
et ens ès logeis de France, et se feri dedens vassaument, et fist ses
gens espardre en pluisseurs lieux; car nulz n'y estoit, qui leur pewist
contredire, fors aucuns garchons et vallès chetilz. Là tuèrent il, et
boutèrent le feu à mout vent ens ès tentes et ens ès logeis lez
seigneurs de Franche. Tantost li feux s'esprist grans et villains, car
li une tente ardoit l'autre, tant que li punaisie et li fumière en
descendoit sour chiaux qui à l'assaut estoient. Quant li seigneur de
France virent leurs loges ardoir, et oïrent le hu et le cri qui de
celle part venoit, il furent tout esbahy et coururent vers leurs
logeis, en criant: «Trahi! Trahi!» Et ne demoura nuls à l'assault.

Quant la dessus dite comtesse vit l'ost estourmir et de touttes pars
gens acourir, elle requeilla et rassambla ses gens bellement et
sagement, et perchut bien que elle ne poroit rentrer en le ville sans
trop grant perte. Si s'en alla ung autre chemin droit par deviers le
castiel de Braait, qui siet à quatre lieuwes priès de là. Quant
messires Loeys d'Espaingne, qui estoit connestablez adonc de toutte
l'ost et qui ceste aventure avoit pris en grant despit, quant il parfu
venus as loges et il lez vit ardoir et flammer, et la comtesse et sa
gent qui s'en alloient quanqu'il pooient, il se mist en cace apriès
yaux pour yaux raconssuiwir en criant son cor, et chacuns sieuwi sa
bannierre. Si furent durement enchauchiés la comtesse et li sien; et en
tuèrent aucuns qui estoient mal montés. Et dura li cace jusquez à
Braait, où la comtesse et li sien se sauvèrent et boutèrent; et lez
requeillirent chil de laiens à grant feste.

Quant messires Loeys d'Espaingne seult par les prisonniers que pris en
cette cache avoit, que c'estoit la comtesse qui che destourbier li
avoit portet et à toutte l'ost, si fu durement courouchiéz de ce que
elle li estoit escappée ensi. Si s'en retourna deviers leur ost et
compta as seigneurs que ce avoit estet la comtesse de Montfort qui
ceste envayée leur avoit fait: si en furent durement esmervilliet li
ung par l'autre coumment elle avoit oset entreprendre tel fait, et li
mettre en si grant aventure et en tel parti d'armes. Se li tinrent li
aucun à outraige et à folie, et li autre à proèce et à vaillanche. Se
chil de dehors en estoient esmervilliet, chil de dedens, ses gens
meymmez, l'estoient plus; et ne pooient apenser coumment la comtesse
avoit tout ce adviset, ne oset entreprendre. Mais il furent, le parfait
dou jour et toutte la nuit enssuiwant, en grant frichon et esmay de ce
que la damme ne nulx de ses compaignons ne retournoit: si n'en savoient
que pensser, ne quoy adviser; et se doubtoient que elle ne fuist prise,
et toutte la compaignie qui avoecq lui yssi, ossi morte ou prise au
mieux venir. Fo 67.

_Ms. de Rome_: Encores s'avisa celle contesse de une très grande
emprise que on li doit bien tourner à vaillance, car elle fist environ
deus cens honmes des siens monter as cevaus, et puis fist ouvrir une
porte où nuls n'asalloit. Et se partirent, elle et ses gens, et s'en
vinrent par derrière bouter et fraper ens ès logeis des François, qui
n'estoient pour l'eure gardé que de varlès et garçons, car tout honme
d'armes entendoient à l'asaut ou il le regardoient. Qant la contesse fu
là venue, elle fist bouter le feu en plus de trente lieus. Li feus et
la fumière s'eslevèrent; la noise et li cris conmenchièrent à lever.
Chil qui asalloient, laissièrent tout quoi ester les assaus, et
s'esmervilloient que ce pooit estre. Et perdirent li signeur, par celle
emprise et ce feu, grant fuisson de lors chevaus et de lors
pourveances.

Messires Lois d'Espagne, marescaus de l'oost, fu auques li uns des
premiers qui retournèrent sus les logeis, et entendi que la contesse de
Montfort avoit fait celle emprise. Il ne fu pas si courouciés dou
damage que il fu resjois de ce que la contesse estoit hors de la
garnison, et cria en hault: «Or, tos as chevaus! Celle fenme et sa
route soient poursievoit! Jamais ne renteront en Hainbon, ne en
forterèce qui soit en Bretagne: il sont nostre. Aultrement ne poons
nous avoir fin de gerre.» Lors veissiés toutes gens haster et monter
sus chevaus, et euls asambler dalés le marescal qui faisoit sonner ses
tronpètes à grant effort pour requellier ses gens; et prendoient le pas
de la ville pour enclore la contesse au dehors, ensi que il fissent. La
contesse perchut bien que point ne poroient rentrer en Hainbon. Si
prist les camps et dist à ces gens: «Chevauçons viers Brest. La
garnison est pour nous. Là serons nous receu.» Il fissent ensi que elle
ordonna, et prisent le cemin de Brest, et estoient jà moult eslongiet
avant que on s'en perçuist en l'oost; car messires Lois d'Espagne et li
François avoient clos les pas et les rentrées en Hainbon, à la fin que
il fuissent au desus de la contesse et de ses gens. On vint dire et
nonchier à mesire Lois: «Sire, vous arestés ichi pour noient; la
contesse et ses gens s'en vont viers Brest.»

Qant messires Lois d'Espagne oï ces nouvelles, si dist: «Apriès!
apriès!» Lors veissiés toutes gens desrouter et ferir à l'esporon
apriès la contesse. Ce jour furent li François bien ensonniiet, car li
auqun entendoient au cachier, et li aultre à estaindre le feu qui se
mouteplioit ens ès logeis, qui lor fist grant damage de lors chevaus,
de lors harnas et de lors pourveances. Meismement li auqun François
disoient l'un à l'autre: «Veés la vaillant contesse, et qui bien scet
guerriier et a fait aujourd'ui une grande emprise, issu de la ville de
Hainbon, ars nostres logeis, fait cesser l'asaut de devant Hainbon; et
encores s'en va elle à Brest, et tout acomplira ces emprises sans son
damage.» Il disoient verité, car onques mesires Lois d'Espagne ne sa
route ne le peurent rataindre; mais s'en vint bouter ou chastiel de
Brest. Il i eut bien auquns de ses honmes mal montés qui furent
raconsievi sus le cemin, et chil là demorèrent prisonnier et en la
volenté de lors ennemis.

Trop fu mesires Lois d'Espagne courouchiés qant il vei que la contesse
de Montfort li estoit escapée et entrée ou chastiel de Brest. Si s'en
retourna tout le pas. Tant estoient lor ceval essouflé que jusques à la
grose alainne. Et vinrent li François as logeis et trouvèrent que on
estoit moult ensonniiet de remetre à point tentes et trefs, et de faire
nouviaus logeis de fuellies, et de envoiier as pourveances à Rennes et
sur le plat pais, car les lors estoient moult adamagies. Messires Lois
d'Espagne, qant il fu descendus et desarmés, il se traist devant la
tente de mesire Carle de Blois. Et là estoient li contes de Blois, li
dus de Bourbon, li contes de Pontieu, li contes d'Eu, connestables de
France, et li sires de Chastellon; et ne se pooient taire à parler de
ceste contesse de Montfort, de la hardie et outrageuse emprise que elle
avoit fait. Et qant messires Lois d'Espagne fu venus, encores li
demandèrent il de la cace et conment elle li estoit escapée. Il
respondi bien: «Elle s'est sauvée, et ses gens aussi, et bouté dedens
le chastiel de Brest.»--«Or bien, respondirent il, puisque elle est là,
elle s'i tenra; et de tant est la garnison de Hainbon afoiblie de force
et de consel, car elle en a mené avoecques li biaucop de bonnes gens.»
Ensi se apaisièrent il en l'oost et passèrent la nuit. Et avoient esté
le jour lassé et travilliet, tant pour le assaut qui fu grans, que de
la cace que il avoient fait apriès la contesse, que de ce que il
avoient esté trop destourbé des logeis auquns que on lor avoit ars; et
ne se doubtoient de nului, car il sentoient la contesse à Brest, si
ques sus la fiance de ce il dormirent la nuit et la matinée plus
longement. Fo 80.

P. 144, l. 12: tout cil de l'ost.--_Ms. B 6_: excepté les garçons qui
gardoient les chevaus. Fo 201.

P. 144, l. 16: trois cens.--_Ms. B 6_: cent. Fo 144.

P. 144, l. 21: arses.--_Ms. B 6_: car bien le tiers de leur trés et
pavillons fust tout ars. Fo 201.

P. 145, l. 4: à trois liewes priès de là.--_Mss. A 11 à 14_: à quatre
lieues près de là. Fo 87.--_Mss. A 1 à 7, 18 à 33_: qui siet assez près
de là. Fo 90.

P. 145, l. 24: quisençon.--_Mss. A 1 à 6, 15 à 19_: cuisanson,
cuisançon. Fo 90 vo.--_Mss. A 11 à 14, 20 à 33_: mesaise, malaise. Fo
87.


=§ 167.= P. 145, l. 28: A l'endemain.--_Ms. d'Amiens_: Quant ce vint à
l'endemain, li seigneur de France, qui avoient perdut lors tentez et
lors pourveanchez, eurent consseil que il se logeroient de arbres et de
foeillies plus priès de le ville, et qu'il se maintenroient plus
sagement. Si se allèrent logier à grant painne plus priès de le ville,
et disoient en gabois à chiaux de le fortrèche: «Alés, seigneurs, allés
requerre vostre comtesse. Certez, elle est perdue, vous ne le trouverés
en pièche.» Quant chil de Hainbon, gens d'armes et autrez, oïrent tels
parollez, il furent esbahit et eurent grant paour que grans encombriers
ne fust avenus à la damme. Si ne savoient que croire, pour tant que
elle point ne revenoit, ne n'en ooient nulles nouvelles. Si demourèrent
en tel paour et en tel esmay de leur damme par l'espasse de cinq jours.

Or vous diray de la comtesse de Montfort quelle cose elle fist. Se elle
avoit fait une felle emprise, encorres, ce me samble, fist elle ossi
perilleuse. Et sachiéz que là où elle estoit ens ou castiel de Braait,
elle n'estoit point à se aise, pour tant que elle penssoit bien que ses
gens de Hainbon ne savoient point que elle estoit devenue. Si s'avisa
que elle metteroit tout pour tout et que, se elle estoit yssue d'un
peril, encorres ysteroit elle dou second. Si se pourcacha tant que elle
ot bien cinq cens compaignons armés et bien montés; puis se parti de
Braait entour le mienuit, et s'en vint droit au point que li sollaux se
liève, à chevauchant, à l'un de(s) costé(s) de l'ost. Et envoya devant
à Hainbon et fist ouvrir le porte, et entra ens à grant joie et à grant
son de trompes et de naquairez et de cornemuses: de quoy li hos des
Franchois fu durement estourmis. Si se fissent tout armer et coururent
par deviers le ville pour assaillir, et chil de dedens as fenestres
pour le deffendre. Là commencha grans assaux et fors, qui dura jusques
à haulte nonne; mès toudis y mettoient plus chil de dehors que cil de
dedens.

Environ l'eure de nonne, li seigneur fissent cesser d'assaillir, car
leurs gens se faisoient tuer et navrer sans raison; si se retraisent à
lors logez. Et eurent, quant tout furent retret, li seigneur consseil
que messires Carlez de Blois, li dus de Bourbon, messires Jaquemes de
Bourbon, li comtez Loeis de Blois, li comtez d'Auçoire, li comtes
Raoulz d'Eu, li comtes de Ghines, sez filz, li marescaus de France,
messires Robers Bertrans, messires Carlez de Montmorensi, messires
Ghuis de Cantemarle, li sires d'Avaugor et grant fuison d'autres
seigneurs et leurs gens yroient devant (le) chastiel d'Auroy, que li
roys Artus fist fonder. Et messires Loeis d'Espaingne, li viscomtez de
Rohem, li sires d'Ansenis, li sires de Tournemine, li comtes de Joni,
li sires de Rais, li sires de Rieus, li sires de Gargoule, messires li
Ghalois de le Baume, messires Othes Doriie, messires Carlez Grimaus et
tous li remannans dez Geneuois et d'Espagnols demorroient devant
Hainbon; et manderoient douze grans enghiens qu'il avoient laissiet à
Rennez, pour jetter à le ville et au castiel de Hainbon; car il veoient
bien qu'il ne le poroient gaegnier, ne pourfiter à l'assaillir. Si ques
il fissent deux hos: s'en en demora li une devant Hainbon, et li autre
en alla assegier le castiel d'Auroy qui est moult fors; et bien
pourveus estoit adonc de gens d'armes et de touttez pourveanchez. Et
l'avoit la sepmainne (devant) la comtesse de Montfort rafreschi de gens
d'armez et envoiiet deux vaillans chevaliers, en qui mout se fioit,
pour gardiien et cappittainne dou dit fort: c'estoit messires Henris de
Pennefort et messires Oliviers, ses frèrez. Fo 67.

_Ms. de Rome_: Se la contesse de Montfort avoit fait, ce jour que elle
issi hors de Hainbon, une hardie emprise, et que elle vint en Brest,
encores fist elle parellement une aultre moult aventureuse. Et li
signeur de France ne furent pas bien consellié qant il sentoient que
elle estoit hors, et il ne missent enbusques sur li, dont depuis il
s'en repentirent. Je vous dirai cause pourquoi. Qant la contesse fu
venue en Brest, elle et ses gens mengièrent et burent moult
legierement, et dormirent environ trois heures. Et qant il se furent
rafresqi euls et lors chevaus, la contesse les fist resvillier et
apparillier et armer, et prist encores jusques à cent compagnons de
ceuls de Brest, et fist là laissier tous les foibles cevaus et
renouveller d'aultres. Et partirent de Brest, la contesse tout devant,
sus le point de mienuit; et chevauchièrent les bons galos le cemin de
Hainbon. Et disoit ensi la contesse en cevauchant: «Ma bonne gent de
Hainbon sont, je le sçai bien, à grant malaise de moi. Il fault que je
les reconforte et que nous rentrons en la ville, et je vous aprenderai
conment. Quant nous deverons aprochier la ville et l'oost, li une part
des nostres iront estourmir et resvillier l'oost, et li aultre
s'adrecera droit à Hainbon et fera ouvrir les bailles, avaler le pont
et ouvrir la porte. Et sitos que li hoos se conmencera à estourmir, il
se retrairont tout bellement, et nous les atenderons devant les
barrières; et ensi petit à petit il renteront, et nous aussi, dedens
Hainbon.»

Ensi que la contesse de Montfort ordonna, il fu fait. Qant il orent
cevauchiet depuis que il se furent departi de Brest, il vinrent droit
sus le point dou jour assés priès de l'oost et de Hainbon. Il
ordonnèrent messire Guillaume de Qadudal et mesire Ivon de Tigri, à
deus cens honmes, aler escarmuchier et resvillier l'oost; et la
contesse et le demorant venroient, entrues que on ensonnieroit les
François, as bailles, et les feroient ouvrir. Lors s'en vinrent li doi
chevalier et lor route sus l'oost; et entrues la contesse et li aultre
prissent un viés chemin herbu, qui s'adreçoit droit sus les fossés. Ces
deus coses furent faites tout à une fois. Li hoos resvillie à l'un des
corons, et entrues que li estourmie se conmença à eslever, chil de
d'ens orent congnisance que lor dame estoit à la porte, car celle nuit
tout chil de Hainbon velloient et estoient trop esbahi et desconforté
de lor dame la contesse. Qant il entendirent que elle estoit si priès
de euls, si furent resjoi grandement, et avalèrent le pont et ouvrirent
la porte et puis les barrières. Tout descendirent et missent lors
chevaus dedens la ville, et puis s'ordonnèrent en atendant lors gens
qui revenoient et qui avoient estourmi l'oost; et ne furent adonc de
nului poursievi, et rentrèrent tout dedens la ville et le chastiel de
Hainbon. Qant ce vint au matin, li François orent bien congnissance que
la contesse de Montfort estoit retournée; si tinrent son fait et son
emprise à très grant vaillance. Et dissent li signeur entre euls que li
diables portoient celle contesse. Fo 80 vo.

P. 146, l. 14: se parti.--_Ms. B 6_: au tierch jour. Fo 202.

P. 146, l. 17: entra.--_Ms. B 6_: à plainne nonne. Fo 202.

P. 147, l. 11: ala.--_Ms. B 6_: Sy se departirent à tout deux mille
homes à cheval et quatre mille à piet, geneuois et autres; et s'en
vinrent devant le chastiel d'Auroy et le assegèrent. Fo 202.


=§ 168.= P. 147, l. 15: le chastiel d'Auroy.--_Ms. d'Amiens_: Quant
messires Carlez de Blois parfu venus à toutte se host, il le assiega
(le chastiel d'Auroy) tout environ, et fist envoiier dire à chiaux de
dedens que il se voisissent rendre, et il leur pardonroit son
mautalent; et feroit à chiaux de Pennefort otel pourfit, tous les ans,
qu'il avoient de par la comtesse, ou plus grant, et lez retenroit de
son consseil. Il n'eurent mies accord ne volenté dou faire; et
respondirent qu'il estoient trop fort loiiet et acouvenenchiet à leur
seigneur que on tenoit en prison, ossi à leur damme, et que il se
travilloient en vain, qui de nul traitiet leur parloi(en)t. Dont dist
messires Carlez de Blois que jammais de là ne partiroit si lez aroit à
sa vollenté, et fist le castiel fortement assaillir par pluiseurs fois.
Mès peu y gaegnièrent li assallant, car cil dou castiel estoient bien
trois cens compaignons tous armés, et si avoient bonne cappittainne
dont il valloient le mieux; et quoyque cil d'Auroy se deffendesissent
si bien, si estoient il souvent assaillit et escarmuchiet.

A quattre lieuwes priès d'Auroy, siet la bonne cité de Vennez qui se
tenoit fortement à le comtesse; et en estoit messires Joffroy de
Malatrait cappittainne, gentil homme et vaillant durement. D'autre part
siet la bonne ville de Dinant en Bretaingne, qui n'estoit fremée fors
de fossés et de palis. Si en estoit cappitainne de par le comtesse de
Montfort uns durement vaillant homs, que on clammoit le castelain de
Ghinghant; mès il estoit assis adonc dedens Hainbon avoecq la dessus
ditte comtesse. Si avoit laissiet à Dinant, son hostel, medamme sa
femme et ses fillez, et avoit laissiet cappittainne en lieu de lui
monseigneur Renault, son fil, vaillant baceler et hardi homme durement.

Entre ces deux bonnes villez de Vennes et (de) Dinant, seoit uns très
fors castiaux qui se tenoit à monseigneur Carle de Blois. Et nomme hom
le dit castiau le Rocheperiot, très fort lieu durement; ne oncques li
comtez de Montfort ne le peut prendre par assault, ne par traitiet. Et
l'avoit li dis messires Carlez (de Blois) fait bien garnir de gens
d'armes et de saudoiiers, qui tout estoient bourghignon. Si en estoit
souverains d'iaux ungs vaillans escuiers et assés jonez, que on
clammoit Gerart de Malain; et avoit avoecq lui ung hardi et bon
chevalier, que on clammoit messire Pière Portebuef. Chil doi
cappittainne de Rocheperiot avoecq leurs compaignons honnissoient et
gastoient tout le pays de là entours; et destraindoient si ouniement la
chité de Vennes et la bonne ville de Dynant, que nulle pourveance ne
marchandise ne pooit entrer ne venir, fors que en grant peril sus grant
aventure. Car il chevauchoient ung jour par deviers Vennes, l'autre
jour par deviers Dinant; et estoient si cremut et si redoubtet ou pays,
que là environ on ne parloit d'autre garnison fors que de Rocheperiot.
Tant allèrent et tant chevaucièrent de l'un à l'autre, que li jones
bachelers messire Renaux de Ghinghant fist ung soir embusche sur yaux.
Et par une matinée, enssi que il avoient chevauchiet deviers Dinant, et
avoient rués jus bien vingt quatre marcheans et les enmenoient
prisonniers en leur fortrèce, messires Renaulz leur vint sus elle à
toutte sen enbusche et se feri en yaux vassaument; et se porta si bien
et chil qui avoecq lui estoient à ce donc, que il desconfissent messire
Pière Portebuef et Gerart de Malain et tous les Bourghignons qui avoecq
lui estoient, et rescouissent lez marcheans et enmenèrent les deus
cappittainnes prisonniers et bien vingt cinq des leurs en le ville de
Dinant en Bretaingne, où il furent recheu à grant feste. Ceste nouvelle
resjoy moult chiaux de Vennez et dou pais environ, et en fu li
dammoisiaux messires Renaus durement prisiéz. Or lairay à parler de
ciaus de Dinant, de Vennez et de Rocheperiot. Si parleray dou siège de
Hainbon et de monseigneur Loeis d'Espaingne, ossi de la comtesse de
Montfort.

Vous devés savoir que messires Loeys d'Espaingne, qui souverains estoit
de l'host qui se tenoit devant le ville et le castiel de Hainbon,
mettoit grant advis et parfaite entente à conquère la garnison dessus
ditte; et de soy meysmes il estoit bons chevaliers, hardis, seurs et
entreprendans; et pour ce l'avoit monseigneur Carle de Blois fait
connestable de toutte sen host, et y ajoustoit grant foy, et y tenoit
bon linage. Si avoit li dis messires Loeys d'Espaigne fait amener et
acariier douze grans enghiens de le cité de Rennez et fais drechier
devant Hainbon, liquel jettoient si ouniement as murs de le ville que
tous lez debrisoient et deffroissoient et moult empiroient la fremmeté:
si que cil de dedens s'en coummenchoient à esbahir et à doubter le
peril où il sejournoient. Si avoient vollenté de faire acord, car il ne
veoient nul secours venir, ne de monseigneur Amauri de Clichon
n'entendoient nullez nouvellez. Dont il avint que li evesquez messires
Guis de Lion, qui estoit onclez à monseigneur Hervi de Lion, parla ung
jour au dit monseigneur Hervy, son nepveult, par asseuration; et moult
longement parlementèrent enssamble d'une raison et d'autrez. Et se
porta leurs parlemens que li dis evesquez devoit pourcachier à ses
compaignons que le ville de Hainbon seroit rendue par accord à
monseigneur Loeis d'Espaingne el nom de monseigneur Carlon de Blois; et
li dis messires Hervis devoit pourcachier, d'autre part, que tout chil
de dedens seroient appaisiés quittez et lieges au dit monseigneur
Carlon, et ne perderoient riens de leur avoir. Enssi se parti chilz
parlemens. Depuis, li evesques Guis de Lion rentra en le ville de
Hainbon pour parler as autres chevaliers et compaignons.

La comtesse se doubta tantost de mauvais pourcach; si pria à ces
seigneurs de Bretaingne que pour Dieu il ne fesissent nulle deffaulte,
car elle avoit esperance en Nostre Seigneur que elle aroit grans
secours dedens troix jours. Li chevalier, qui là estoient, avoient pité
de la damme. A envis le falloient, et dur ossi leur estoit de perdre
cors et avoir. Nonpourquant il disent adonc ensi à la comtesse pour
elle reconforter, que elle ne se doubtast de riens, car jà ne feroient
nul tretiet que elle ne sewist bien; et se au fort il se rendoient, se
le metteroient il hors et son fil, en quelle fortrèche de Bretaigne que
elle vorroit, qui pour lui se tenoit, ou il l'acorderoient de tous
poins à monseigneur Carlon de Blois. Enssi se rappaisa ung peu la
comtesse. Mès depuis li evesques, en le absence de lui, parla as
compaignons et as seigneurs, et leur moustra tant de raisons que il lez
mist en grant effroy celle nuit. A l'endemain encorrez recoummencha il
son sermon as chevaliers de Bretaingne; et les avoit jà telz menés que
il estoient auques prièz de son accord. Et regardoient coumment entre
yaux et par honneur il se pooient acquitter de la comtesse, à qui il
avoient juret feaulté; car se elle n'ewist là estet adonc avoecq yaus,
sans faulte il ewissent rendut le ville.

Entroex, comme il estoient en ce traitiet et en ce pourcach, et jà
estoit messires Hervis de Lion, sus asseuranche que il avoient li ung à
l'autre, venus assés priès de le ville pour parlementer à yaux, la
comtesse, qui estoit en grant soussi de coer, estoit montée ou plus
hault d'une tour dou castiel et regardoit en le mer par une petite
fenestre. Si commença à criier et à faire grant joie, et disoit tant
qu'elle pooit: «Je voy venir secours, biaux Dieux! que j'ay tant
desiret.» Par deus fois le dist elle enssi. La vois de la damme fu
entendue: si courut chacuns dou castiel as fenestres, qui mieux pot,
savoir que c'estoit, et chil de le ville as creniaux des murs, pour
veoir de quel part ces nouvellez venoient; et virent tout clerement
grant fuison de naves, petitez et grandez, bien batilliez, venir par
deviers Hainbon, dont chacuns fu durement reconfortéz. Car bien
tenoient que c'estoit messires Amauris de Clichon qui amenoit che
secours d'Engleterre, dont vous avés chy dessus oy parler, qui par
soixante jours avoit eu vent contraire et fortune très perilleuse. Fos
67 vo et 68.

_Ms. de Rome_: Qant messires Carles de Blois vei que riens il ne
conqueroient à asallir Hainbon, si en fu tous merancolieus. Et furent
li signeur ensamble en consel conment il se maintenroient. Consilliet
fu que il departiroient lor hoost en deus parties: li une des pars
demor(r)oit devant Hainbon; et li aultre, en la compagnie de mesire
Carle, iroient metre le siège devant Auroi. Si se departirent en la
route et compagnie de mesire Carle tout chil qui nonmet i furent, et
vinrent devant Auroi et l'asegièrent. Mais li chastiaus est fors, et ne
fait pas à prendre par assaut; et pour lors il estoit bien pourveus de
chapitainne et de bons compagnons que la contesse i avoit envoiiés,
liquel n'avoient nulle volenté de rendre par trettié ne aultrement.

A quatre lieues de là sciet la chité de Vennes, qui est forte assés, et
toute en l'obeissance de la contesse. Et en estoit pour lors
chapitainne, messires Jeffrois de Malatrait; et li sires de Malatrait,
ses cousins, estoit en la route de mesire Carle de Blois.

D'autre part sciet la vile de Dignant en Bretagne, qui pour lors
n'estoit fremée que de fossés et de palis; et en estoit chapitainne li
chastelains de Ghinghant, mais pour lors il n'i estoit point. Avant se
tenoit en la garnison de Hainbon avoecques la contesse de Montfort,
mais il avoit sa fenme et ses filles en son hostel laissiet en la ville
de Dignant; et avoit un fil à chevalier que on nonmoit mesire Renault,
et estoit de sa jonèce moult vaillans homs. Entre ces deus villes de
Vennes et de Dignant a un fort chastiel, lequel on nonme Roceperiot; et
se tenoit pour lors à mesire Carles de Blois, liquels l'avoit pourveu
de bons compagnons bourgignons. Et en estoit chapitains uns esquiers de
Bourgongne que on clamoit Gerart de Malain, et avoit avoecques lui un
chevalier que on nonmoit messire Pière Portebuef. Chils Gerars de
Malain et li chevaliers avoecques lors compagnons honnisoient tous le
pais, et chevauçoient priesque tous les jours une heure à destre,
l'autre à senestre. Et ne pooient pour euls pourveances nulles entrer
ne venir à Vennes ne à Dignant, que chil qui les menoient ne fuissent
rués jus, et les pourveances conquises. Dont moult en anoioit au jone
chevalier mesire Renault de Ghingant; et li tournoit, ce li estoit vis,
à grant blame, pour tant que il avoit la carge de la garde de la ville
de Dignant. Et tant pensa sus que il i pourvei et prist un jour, par
une enbusque que il pourjeta sus les camps, le dit Gerart de Malain et
vingt cincq Bourghignons, et les enmena prisonniers en la ville de
Dignant, et rescoui quinze marceans que li Bourgignon enmenoient
prisonniers en la Roceperiot. Et de ce fait fu li dis messire Renauls
moult loés et moult prisiés.

Je me tairai un petit de ces Bourgignons et de mesire Carle de Blois
qui avoit assegiet le chastiel d'Auroi, et parlerai de mesire Lois
d'Espagne et de ses gens, liquel avoient assis, ensi que vous savés, la
contesse de Montfort dedens Hainbon. Et avoient li François fait
carpenter et ouvrer grans enghiens, et fait venir aultres enghiens de
Rennes et de Nantes et drechiet devant la ville de Hainbon, liquel
continuelment jettoient contre les murs, les tours et les portes,
pières de faix, et travilloient durement ceuls de Hainbon. De quoi chil
qui dedens estoient, li auqun se conmenchièrent à esmaiier, car seqours
ne lor aparoit de nul costé. Dont la contesse de Montfort estoit en
grande angousse de coer, et menoit ses gens de douces paroles, et lor
prioit pour Dieu que il ne fesissent nul trettié senestre, car disoit
la contesse: «Bonnes gens et mi bon ami, li corages me dist que nous
auerons proçainnement bonnes nouvelles d'Engleterre; et retourne
messires Amauris de Cliçon, qui amainne le secours que nous desirons
tant à avoir et à veoir.»

Nonobstant toutes ces douces paroles et amiables que la contesse lor
disoit et remoustroit, li evesques de Lion en Bretagne, qui se nonmoit
messires Guis, et qui estoit oncles à mesire Hervi de Lion liquels
estoit au siège là devant Hainbon, parla un jour sus asegurances à son
neveu. Et se portèrent lors tretiés que ils et auquns chevaliers et
esquiers qui là dedens estoient enclos, se departiroient de la
contesse, et se venroient rendre à mesire Lois d'Espagne qui
representoit pour lors le corps à mesire Carle de Blois.

La contesse, qui vivoit en grant angousse de coer et double anoi, qant
elle senti que ses gens qui loiaument l'avoient servi jusques à chi,
voloient faire auquns mauvais trettiés à ses ennemis[407].... et issi
hors de son chastiel, et vint en la ville parler à euls, et lor pria en
plorant que il ne vosissent avoir nul pactis as François. Li auqun en
orent pité et dissent: «Dame, ce que nous l'avons, c'est pour ce que
nous faisons doubte que vous n'aiiés nul seqours d'Engleterre, ou que
il ne soit mesceu à mesire Amauri de Cliçon, par quoi il n'a point fait
vostre mesage, car il sourviennent sus la mer trop de perils et de
fortunes. Et quel traittié que nous faisons ne ferons, nous vous jurons
que vous serés gardée de vostre corps, et demorrés chi en ce chastiel
ou ailleurs en plus forte place, là où il vous plaira, et au sourplus
nous vous donnons pourveance chienq jours. Là en dedens pueent avenir
moult de coses.»--«Vous dites verité, respondi la contesse, et grant
merchis.» Donc retourna elle amont ens ou chastiel, moult angousouse de
coer, et bien i avoit raison.

  [407] Lacune.

Avint que, au tierch jour apriès que ces paroles orent esté, la
contesse estoit levée moult matin. Si regarda en la mer un petit apriès
solel levant, et vei flamboiier grant fuisson de voilles en nefs, et
c'estoit la navie d'Engleterre qui venoit. Et plus atendoit la contese,
et plus aproçoient ces nefs et ces balenghiers; et qant elle vei ce et
ces banières et ces estramières flamboiier et venteler, de joie elle se
laissa ceoir. Ses gens qui estoient dalés li, le relevèrent. Et qant
elle parla, elle dist: «Or tos descendés en la ville; nonchiés ces
nouvelles à ces chevaliers. Vechi le secours d'Engleterre qui nous
vient.» Tantos on fist le conmandement de la contesse. Fos 79 vo à 81.

P. 147, l. 30 et 31: D'autre part.--_Mss. A 30 à 33_: D'autre part siet
la bonne ville de Guignant en Bretaigne, dont le chastelain de Dignant
estoit gardien. Fo 153 vo.--_Mss. A 23 à 29_: D'aultre part siet la
bonne ville de Dignant en Bretaigne, dont le sire de Dignant estoit
chastelain et gardien. Fo 106.

P. 148, l. 9 et 10: chastiaus.--_Ms. B 6_: que on apelle la
Rochepierot. Fo 203.

P. 148, l. 14: de Malain.--_Ms. B 6_: et avoit en sa compaignie
soixante compaignons. Fo 203.

P. 148, l. 15: chevalier.--_Ms. B. 6_: de Prouvenche. Fo 203.

P. 148, l. 18: Vennes.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14, 20 à 22_: Rennes. Fo
91.

P. 148, l. 25: Renaulz de Gingant.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14, 18 à 22_:
les prist à un embuschement et les conquist tous par son sens et par sa
prouesse, lui vingt cinquième de coureurs compaignons, et rescouy
quinze marchans à tout leur avoir qu'ilz avoient pris et les emmenoient
tous à Dignant et par devers leurs garnisons qui se tenoient à
Rocheperion. Fo 91.

P. 149, l. 2: grant joie.--_Ms. B. 6_: Sy demoura messire Pierre
Portebuef castelain de Rocheperoit. Fo 204.

P. 150, l. 12: secours.--_Ms. B 6_: Le roy (d'Engleterre) qui ne veult
pas oublier la contesse (de Montfort), y envoia mesire Gautier à tout
trois cens lanches et six cens archiés. Mais il eurent sur mer trop
grant fortune, par quoy il y furent plus de quarante jours. Cils
secours vint trop grandement à point à la contesse, car ses gens
estoient en vollenté de eulx rendre aux Franchois, et en avoit porté le
traitiet messire Hervy de Lion, et se fussent rendus dedens trois
jours. Ensy estoit yl acordés quant mesire Gautie(r) de Maury vint et
en sa compaignie mille combatans, entrer à plaine voille ou havre de
Hainbon. Fo 204.


=§ 169.= P. 150, l. 23: Quant li chastellains.--_Ms. d'Amiens_: Quant
li castelains de Ghinghant, messire Yves de Tigueri, messires Gallerans
de Landreniaux, li doy frère de Quirich et li autre chevalier et
compaignon perchurent che secours venir, il disent à l'evesque qu'il
pooit bien contremander son parlement; car point n'estoient conssilliet
de faire chou qu'il leur enhortoit. Li evesques de ceste responsce fu
durement courouchiés et dist: «Seigneur, dont se partira nostre
compaignie, car vous demourés dechà par deviers madamme; et je m'en
yrai par delà deviers celui qui plus grant droit i a, ce me samble,
qu'elle n'ait.» Adonc se parti li evesques Guis, de Hainbon, et deffia
le damme et tous ses aidans; et s'en alla renonchier au dit monseigneur
Hervi et dist la besoingne, enssi comme elle alloit. Li dis messires
Hervis fu durement courouchiéz de ce qu'il avoit fallit à son propos.
Si fist tantost drechier le plus grant enghien qu'il avoit, au plus
priès dou castiel qu'il pot; et coummanda que on ne cessast de getter
par jour, ne par nuit, puis se parti de là. Si enmena son oncle le dit
evesque de Lion par deviers monseigneur Loeis d'Espaigne, qui le
rechupt à bon gret et liement. Ossi fist messires Carlez de Blois,
quant il fu là venus.

La comtesse de Montfort fist à lie chière appareillier salles, cambres
et hostelz pour herbregier aisiement ces seigneurs d'Engleterre qui là
venoient, et envoya contre yaux moult noblement. Quant il furent venut
et descendut, elle meysmez vint contre yaux à grant reverence. Et se
elle lez festia et requeilla liement et grandement, ce ne fait point à
demander, car leur venue li estoit moult belle, pour tant que li
chevalier de Bretaingne, qui avoecq lui se tenoient, se fuissent
tournet d'autre part. Et ossi ewist fait la ville: il estoit jà tout
ordonnet, si ques je di que ce fu pour elle une belle aventure, et qui
li vint bien à point. La comtesse de Montfort, pour mieux festiier et
plus aisiement les chevaliers d'Engleterre qui là estoient venut,
monseigneur Ghautier de Mauni et les aultrez, les enmena ou castiel et
leur delivra cambres et officines, tant que leur hostel en le ville
furent tout bien ordounnet, et leur donna à disner grandement et
bellement.

Or avint que moult tost apriès disner, messires Gautier de Mauny dist
que il avoit grant vollenté d'aller veoir ce grant enghien, qui si
priès estoit assis dou castiel; et demanda as chevaliers bretons qui là
estoient aucuns couvenans de chiaux de l'ost, et il en respondirent ce
qu'il en savoient. Adonc leur demanda messires Gautiers de Mauni se il
le sieuroient, car il le volloit aller abattre; et il li dissent: «Oil,
vollentiers,» et que on ne le devoit mies fallir à ceste premierre
envaie. Si s'armèrent li chevalier et li escuier sans point d'arrest,
messires Gautiers de Mauni, messire Franck de Halle, messires Gerars de
Baudresen, li doy frère de Lindehalle, li Haze de Braibant, li sires
Despensiers, messires Jehans li Boutilliers, messires Hues de
Hastinghes, messires Jehans de Lille, li sirez de Ferrièrez, messires
Olivier de Cliffort, messire Thummas Kok, messires Pièrez de Baucestre,
messires Alains de Sirehonde et li chevalier et li escuier
d'Engleterre. Et ossi fissent li chevalier de Bretaingne, messires
Amauris de Clichon, messires Yeves de Tigueri, li castellains de
Ginghant, li sirez de Landreniaus et tout li autre. Nuls ne demoura
derière, fors que pour le ville garder et yaux attendre. Et fissent
tant seullement aller avoecq yaux trois cens archers, puis yssirent
hors ordonneement par le porte, et fissent passer devant les archers
tout en trayant. Tant trayèrent li archer qu'i(l) missent en voiez
chiaux qui l'enghien gardoient. Et les gens d'armes qui venoient apriès
ces archers en ocissent aucuns, et vinrent jusquez à che grant enghien,
et coppèrent la flèce et l'abatirent par terre, et puis le
detaillièrent tout par pièches; puis coururent de randon jusquez as
tentes et loges, et boutèrent le feu dedens. Si y fissent ung grant
escart, et tuèrent pluiseurs de leurs ennemis, ainschois que li hos
fuist estourmis; et puis se retraissent bellement arrière. Et leur
sambla qu'il en avoient assés fait pour ce jour: si s'en revinrent
deviers le ville.

Quant li hos fu estourmis et chacuns arméz et montéz à cheval, messires
Loeys d'Espaigne, li viscomtez de Rohem, messires Hervis de Lion, li
sirez de Biaumanoir, li sirez de Tournemine, li sirez d'Ansenis, li
sirez de Rays, li sires de Rieus, li Gallois de le Baume (vinrent
accourant) et chacuns qui mieux mieux apprès et en criant: «Enssi n'en
irés vous mie.» Quant messires Gautiers de Mauni se vit si fort
poursuiwis et encachiés de ses ennemis, si en ot grant virgoingne et
dist tout en hault: «Jammais ne soie jou salluéz de ma chière amie, se
jammais rentre en forterèche jusqu'à donc que j'aray l'un de ces venans
versset à terre, ou j'y seray versséz.» Adonc se retourna li
chevaliers, le glaive ou poing, par deviers les ennemis. Ossi fissent
li doy frère de Linedale, messires Francq de Halle, li Haze de
Braibant, messires Yves de Tigueri, li sires de Landreniaus et
pluiseurs autres, qui ne vorent mies fallir leur cappitainne. Là eult
ung très dur encontre, car chacun de ces chevaliers franchois et englèz
de leurs glaivez assisent li ungs sur l'autre. Si en y eut des
pluisseurs reverset par terre, de l'un costet et de l'autre. Apriès les
glaives falliez, il sachièrent les espées et se combatirent vaillamment
et radement, et en y eut pluisseurs mors et navréz. Touttez foix, chil
de l'host estoient plus grant fuisson que chil de d'ens ne fuissent. Si
retournèrent li Englèz sagement deviers le fortrèche. Devant lez
baillez y eut bonne escarmuche, mainte belle appertise d'armes faite,
mainte prise et mainte rescousse. Si rentrèrent chil de d'ens en leur
fort à petit de dammaige. Et li Franchois retournèrent à leurs logeis,
tout courouchiet de leur enghien qui estoit abatus, et si ne le pooient
amender. Ensi se porta ceste premierre besoingne. Fo 68.

_Ms. de Rome_: Qant li chevalier furent enfourmé de ces nouvelles, il
montèrent amont et veirent tout clerement que c'estoit verité, et que
bien avoit siis vint voilles en la compagnie. La gette dou chastiel
d'amont conmença de la trompète à mener noise et grant solas, et tant
que chil de l'oost s'en perchurent. Li chevalier et li esquier, qui en
tretié estoient deviers les François, dissent à l'evesque Gui de Lion:
«Sire, vous avés mené les trettiés et les paroles à ceuls qui nous ont
asegiés. Confors nous vient d'Engleterre, et nous avons nos fois et nos
sieremens enviers madame; se li tenrons. Regardés quel cose vous volés
faire, car il est heure que vous i renonchiés, ou que vous i faites
renoncier.» Li evesques s'estoit si fort loiiés par les paroles de son
cousin, mesire Hervi de Lion, enviers les François que il ne pooit
requler, ne ne voloit aussi; si dist: «Signeur, je ne irai point parler
à euls sans vous, car ce que j'en ai fait, vous estes tous participant;
et de vous viennent otant bien li trettié que il font de moi.»--«Mesire
Gui, respondirent li chevalier, vous dites verité. Mais quoi que fait
en a esté, encores i poons nous bien renonchier. Et de chi endroit nous
i renonçons, et nous volons tenir dalés madame qui tant de biens nous a
fais et fera encores. Et sa querelle est grandement embellie, puis que
li seqours d'Engleterre li sera venus.»

Qant li evesques de Lion les vei en celle volenté, il ne dist pas tout
ce que il pensoit, quoi que ce fust li plus grans de euls tous et li
mieuls enlinagiés; car il se doubtoit, puis que li secours d'Engleterre
venoit à la dame, que de fait elle ne le fesist detenir et metre en
prison. Si parla au plus courtoisement conme il pot, tant que il fu
hors de la ville. Et qant il fu venus as logeis des François et il ot
parlé à mesire Lois d'Espagne et à son cousin, et il se fu rendus, et
il ot dit que il voloit estre de lor opinion, et que trop longement
avoit esté rebelles et maconsilliés, et que plus ne le voloit estre, il
prist un hiraut et l'endica et enfourma; et l'envoia dedens Hainbon
parler à la contesse de Montfort, et li renvoia son honmage, et le
deffia de ce jour en avant. A l'eure que li hiraus vint, la contesse
estoit avallée jus dou chastiel en la ville, pour ordonner les logeis
de ces signeurs chevaliers d'Engleterre, qui jà estoient entré ou
havene de Hainbon. Si estoit si resjoie que elle ne fist compte des
deffiances messire Gui, et dist que elle avoit gens assés sans li. Or
retourna li hiraus en l'oost, qant il ot fait son mesage. Et la
contesse et si chevalier demorèrent, et furent tant sus le havene que
les nefs prisent terre. Et issi hors tout premierement messires Amauris
de Cliçon. La dame qui le connisoit, le ala enbrachier et baisier moult
doucement, et li dist: «Ha! Amauri, que vous avés tout demoret, et que
je vous ai tout desiré!»--«Madame, respondi li chevaliers, je ne l'ai
peut amender. Ç'a esté en partie par les fortunes de la mer, car nous
deuissions chi avoir esté, passet sont trois sepmainnes. Li rois
d'Engleterre vous salue et vous envoie à ce premier trois cens honmes
d'armes et deus mille archiers.»--«Donc, dist la dame, il soient li
bien venu, et nous en avons grant joie.» Donc issirent li chevalier,
messires Gautiers de Mauni tous premiers, qui pooit estre en l'eage de
trente sis ans, biaus chevaliers et vremauls et douls et plaisans à
regarder, de tous menbres bien façonnés. Messire Amauris de Cliçon li
dist: «Dame, vechi le capitainne, et est nonmés ensi, et uns chevaliers
où li rois d'Engleterre et li signeur de son consel ont grant fiance.»
Adonc se traist la dame à mesire Gautier et l'enbraça moult doucement
et le baisa, et puis apriès tous les aultres. Et qant elle ot alé tout
autour et fait celle requelloite, elle les enmena amont ou chastiel,
pour euls aisier et rafresqir, tant que lors gens fuissent tout issu et
apparilliet lors besongnes; et fist casqun chevalier logier assés
aisiement et restraindre ses honmes. Et dignèrent tout li chevalier
avoecques la dame.

Messires Lois d'Espagne et li viscontes de Rohem et messires Hervis de
Lion sceurent tantos que secours d'Engleterre estoit venus à la
contesse, car li evesques de Lion lor dist; et aussi fissent aultres
honmes bretons, qui estoient alé sus le havene et veu la navie entrer.
Si en furent tout pensieu; nequedent il ne vorent pas brisier lor siège
pour cela, mais fissent les enghiens cargier qui avoient sejourné trois
jours, et jetter pières de faix en la ville, tant que li Englois, qui
point n'avoient encores apris tels coses, en furent ensi que tout
effreé. Messires Gautiers de Mauni, qant ce vint apriès disner, et ils
et si compagnon furent rafresqi, il traist à part mesire Ivon de Tigri
et mesire Guillaume de Qadudal et le chastellain de Ghinghant; et lor
demanda de l'estat de la ville et de la poissance de ceuls de l'oost,
et se mesires Carles de Blois estoit en personne au siège. A toutes ces
coses respondirent li chevalier, et dissent que messires Carles de
Blois n'estoit point presens, mais tenoit son siège devant Auroi. Tant
que de l'estat de la ville, estans là le siège qui moult les avoit
constrains, elle estoit bien pourveue, car li vivre qui lor venoient
par mer les confortoi(en)t grandement; et estoient là dedens bien cinq
cens combatans. «Donc, dist messires Gautiers de Mauni, je voel, jà sus
l'eure dou souper, aler veoir ce grant enghien. Faites apparillier vos
gens, et je auerai tous prês les nostres, et nous meterons en painne de
l'abatre et dou decoper, car il ne nous laisseroit dormir. Il demainne
trop grant hustin, et se nous est trop proçains.» Li chevalier breton
respondirent et dissent: «Sire, à vostre ordenance il sera fait.» Sus
cel estat, il s'ordonnèrent et reposèrent; et se rafresqirent les
Englois un petit, car il avoient esté travilliet de la mer.

Qant ce vint sus l'eure de vespres, Breton et Englois s'armèrent et
furent environ cinq cens, et otant ou plus d'archiers. Et fissent
ouvrir la porte qui estoit la plus proçainne de cel grant enghien et
avaler le pont; et puis issirent tout souef desous le pennon à messire
Gautier de Mauni, et fissent passer tous lors archiers devant. Et s'en
vinrent tous le pas jusques à l'enghien; et là avoit environ cent
armeures de fier et cent arbalestriers geneuois qui le gardoient.

Qant il veirent ces gens d'armes et ces archiers venir, tous ordonnés
et apparilliés pour combatre, il furent tout esbahi, et tournèrent en
fuies deviers l'oost. Droit à la flèce de ce grant enghien s'arestèrent
les Englois et les Bretons; et avoient amené ouvriers et carpentiers,
qui tantos entendirent à decoper cel enghien, et le missent tout par
pièces à terre. Les nouvelles vinrent en l'oost par les fuians qui
n'avoient osé demorer dalés lor enghien, car il n'estoient pas fort
assés pour resister as gens la contesse, que li grans enghiens estoit
conquis, abatus et deffaçonnés. Donc fissent li signeur sonner les
tronpètes, et armer toutes gens et traire sus les camps, et casqun
desous la banière de son signeur. Se ne fu pas sitos fait, mais fu
tantos tart. Et entrues que il s'ordonnoient en l'oost et mettoient
ensamble, messires Gautiers de Mauni et ses gens passèrent encores plus
avant autour de la ville, et abatirent deus enghiens, et missent tous
en pièces li carpentier qui là estoient. La contesse de Montfort estoit
en son chastiel et veoit tout cel esbatement; si en avoit grant joie.
Adonc se missent au retour les Englois et les Bretons et les archiers
sus costière. Et les François, qui estoient ordonné en une belle
bataille où plus avoit de deus mille honmes sans les Geneuois, les
poursievirent jusques as barrières; mais point n'i eut d'escarmuce, car
la vesprée vint. Si rentrèrent en Hainbon li Englois et li Breton, sans
nul damage. La contesse de Montfort lor vint au devant et les remerchia
grandement de lor emprise, et de ce que il l'avoient apaisie de ces
enghiens. Fos 81 vo et 82.

P. 151, l. 24: herbergier.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 33_: et en la ville à
leur aise. Fo 92.

P. 152, l. 10: compagnon.--_Ms. B 6_: et estoient bien cinq cens à
cheval. Fo 206.

P. 152, l. 13: trois cens.--_Ms. B 6_: cinq cens. Fo 206.

P. 152, l. 14 et 15: ceulz qui gardoient.--_Ms. B 6_: soixante
compaignons qui le gardoient. Fo 206.

P. 153, l. 17: estal.--_Mss. A 20 à 22_: Et là rendirent estal les
chevaliers à tous venans jusques à tant, etc. Fo 138 vo.


=§ 170.= P. 154, l. 1: A l'endemain.--_Ms. d'Amiens_: A l'endemain,
messires Loeys d'Espaigne apella le viscomte de Rohem, l'evesque de
Lion, monseigneur Hervi de Lion, le seigneur de Tournemine, le seigneur
de Biaumanoir, le seigneur de Loriach, le seigneur de Rais, monseigneur
le Gallois de le Baume, le mestre dez Geneuois et tous lez seigneurs de
son host pour avoir consseil qu'il feroient, car il veoient la ville de
Hainbon si forte et maintenant pourveue et rafrescie de bon secours qui
venus leur estoit, et que il perdoient là leur tamps; car il ne veoient
tour, mannierre, ne enghien par quoy il y pewissent pourfiter, ne le
ville prendre. Si orent consseil et accord tout li ung par l'autre
qu'il se deslogeroient à l'endemain, et se retrairoient par deviers lez
autrez qui seoient devant castiel d'Auroy. Tout enssi qu'il
ordonnèrent, il fissent et se deslogièrent à l'endemain au point dou
jour, et tourssèrent tentez et trèz et touttez mannièrez de harnois; et
s'en revinrent deviers castiel d'Auroy, là où messires Charlez de
Blois, li dus de Bourbon et moult grant fuison des seigneurs de Franche
se tenoient. Si leur compta messires Loeis pourquoy il estoit partis et
quelz confors estoit creus à la comtesse, et coumment Hainbon n'estoit
mies une forterèche à prendre si de legier encorres, quant elle estoit
pourveue et garnie de telx gens d'armes. Li seigneur de Franche li
dissent bien qu'il disoit voir: «Mès pour le temps emploiier, messires
Loeys, nous vous disons que vous voeilliéz aller devant Dinant, qui
n'est pas si forte que Hainbon, et y menés toutte vostre host, et nous
nos tenronz droit chy à nostre siège.» Che respondi messire Loeys:
«Vollentiers.» Enssi demoura li fors de Hainbon en pais une grant
pièce, et messires Loeys d'Espaigne fist aroutter son host au lés
deviers le ville de Dinant en Bretaingne.

Entre castiel d'Auroy et le ville de Dinant, siet ungs petits castiaux
que on appelle Concquest; et se tenoit adonc de par la comtesse de
Montfort. Et en estoit cappittainne uns très bons chevaliers de
Lombardie, que on clammoit messire Garsion; et avoit avoecq lui grant
fuison de Lombars et de Geneuois. Quant messires Loeys eut veu et
conssideret le forterèce, si dist que il se volloit assaiier au
prendre. Si fist touttez ses gens arouter par devant et approchier et
fortement assaillir, et chil de dedens à yaux deffendre. Et dura chilz
assaux jusques à le nuit. Si se loga li os là endroit; et dist bien
messires Loeis qu'il ne s'en partiroit mies ensi. Quant ce vint à
l'endemain, il le fist de rechief assaillir durement et asprement, et
avoecq lui Geneuois et Espagnolx qui trop bien s'i esprouvoient. Si
approchièrent li assallant si priès dou mur, que, par force d'assault
et par ouniement traire et lanchier à chiaux d'amont, il y fissent ung
grant trau, car li fossés n'estoient mies moult parfont. Si entrèrent
ens par force et ocirent tous chiaux dou castiel, excepté monsigneur
Garsion qu'i(l) prist à merchis, et cinq ou six gentils hommez. Apriès
che, messires Loeys fist restouper le trau dou mur, et y mist ung bon
castelain et soixante hommes d'armes pour garder le castiel, et le fist
remparer de tous poins, puis s'en parti, et toutte sen host, et
s'arouta vers Dinant.

Les nouvellez estoient jà venues en Hainbon à le comtesse de Montfort
et à monseigneur Ghautier de Mauny, que messires Loeys d'Espaigne
estoit arestéz devant Concquest et l'avoit assegiet. Si dist la
comtesse as chevaliers et as compaignons que ce seroit grans honneurs
de lever che siège et de là combattre lez Franchois, et leur seroit
recordé à grant proèce. Messires Gautiers de Mauny, qui moult envis
sejournoit tant que il se sewist où emploiier, fist armer tous
chevaliers et escuiers et archers ossi, et se parti de Hainbon et se
mist au chemin deviers Concquest; et vinrent là environ heure de nonne,
et trouvèrent qu'il avoit estet concquis par force le jour devant, et
chiaux de dedens tous mis à mort. Si furent durement courouchiet de
ceste aventure, pour tant qu'il n'avoient trouvet monsigneur Loeys et
se routte. Se dist messires Gautiers qu'il ne se partiroit de là, si
aroit le castiel reconcquis. Si se appareillièrent li compaignon pour
assaillir le castiel; et entrèrent ens ès fossés où il n'avoit point
d'aighe, et montèrent tout targiet contremont. Quant li Espagnol qui
dedens estoient, lez virent venir en tel mannierre, il se misent de
grant volenté au deffendre; mès li archer englès traioient si
ouniement, que nus n'osoit aprochier as murs pour jetter pières. Et
trouvèrent chil de dehors le trau par où li dis castiaux avoit estet
pris, qui assés foiblement avoit estet remparés. Si boutèrent oultre
pières et terre qui là estoit, et entrèrent en le fortrèche par ce lieu
meysmes. Et furent tout li saudoiier qui dedens estoient, ochis,
horsmis le cappitainne, et ne say dix ou douze, que li chevalier
prissent à merchy; puis s'en partirent et laissièrent le castiel tout
vuit, car il n'estoit mies tenables, et retournèrent arrière en Hainbon
et n'eurent mies consseil adonc de chevauchier plus avant. Fos 68 vo et
69.

_Ms. de Rome_: Qant ce vint à l'endemain, messires Lois d'Espagne
appella le visconte de Rohan, l'evesque de Lion, mesire Hervi de Lion
et le mestre des Geneuois, pour avoir consel et avis conment il se
deduiroient, car il veoient la ville de Hainbon très forte et
rafresquie de bonnes gens d'armes et d'archiers, par lesquels de nuit
il pooient estre fort travilliet, et recevoir plus de blame et de
damage que de pourfit. Tout consideret, consilliet fu que il se
deslogeroient et se retrairoient deviers mesire Carle de Blois et les
aultres barons de France, et metteroient les deux hoos en une. Si se
deslogièrent et requellièrent tentes et trefs, et misent tout à
voiture, et boutèrent le feu en lors fuellies.

Qant chil de la garnison de Hainbon veirent ce couvenant, si dissent
entre euls: «Nostre ennemi s'en vont; il se deslogent.» Là i ot auquns
compagnons aventureus qui sallirent dehors pour gaegnier, mais il
furent rebouté et remis en la forterèce à lor damage. Et en i ot des
mors et des pris, car au deslogement il s'ordonnèrent tout et missent
en une belle bataille, et onques ne se desroutèrent; et atendirent tout
l'un l'autre et lor charroi et lors pourveances, et vinrent ensi,
bannières desploiies, devant Auroi.

Qant messires Carles de Blois et les signeurs les veirent venus, si
s'esmervillièrent pourquoi il avoient brisié lor siège. Messire Lois
d'Espagne lor recorda conment grans secours estoit venus à la contesse
d'Engleterre: «et ont à chapitainne un chevalier de Hainnau moult
vaillant honme, à ce que il moustre, et a jà conmenchié, car le jour
meismes que il ariva à Hainbon, ils et une partie des siens issirent
hors de la forterèce, entrues que nous estions au souper, et vinrent
abatre et decoper nos enghiens. Je tieng ce fait à grant apertise
d'armes, et est li chevalier nonmés messires Gautiers de Mauni.»--«En
non Dieu, respondi messires Carles de Blois, c'est uns vaillans homs;
j'en ai bien oï parler. Ensi se renforce nostre gerre.» Adonc
laissièrent ils à parler de ce et parlèrent de l'evesque Gui de Lion,
liquels avoit laissiet la contesse de Montfort, et estoit venus servir
mesire Carle et soi rendre à lui. Messires Carles de Blois fu tous
resjois de sa venue et rechut l'evesque à honme, et demora depuis tous
jours dalés messire Carle de Blois.

Or fu ordonné, en ce jour meismes que mesires Lois d'Espagne fu là
venus, que ils et tous ceuls que amené il avoit, en iroient met(t)re le
siège devant la ville de Dignant, et se meteroient en painne de le
prendre. Si ne reposèrent en l'oost que une nuit. A l'endemain, il se
missent tout sus les camps, reservé l'evesque Gui de Lion, qui demora
avoecques messire Carle de Blois. Et estoient bien deus mill cinq cens
armeures de fier et trois cens arbalestriers geneuois. Ensi que li dis
messire Lois d'Espagne et ses gens ceminoient deviers Dignant, il
trouvèrent sus lor cemin un chastiel qui se tenoit de la contesse, que
on nonmoit Conquest. Et en estoit gardiiens et chastellains uns
chevaliers de Lombardie que on nonmoit messire Mansion, et avoit
pluisseurs saudoiiers avoecques lui. Si se traissent messires Lois et
toutes ces gens devant ledit chastiel, et le assallirent fortement, et
i livrèrent li arbalestrier geneuois très grant assaut. Li compagnon
qui dedens estoient se deffendirent moult bien, et tant que ce premier
jour li François i conquestèrent moult petit, et se logièrent là pour
celle nuit.

A l'endemain, il retournèrent tout à l'asaut et quissent voie et
enghien par quoi il l'adamagièrent; car à l'endroit où li arbalestrier
traioient et ensonnioient ceuls dou fort, il rompirent le mur et i
fissent un grant petruis, et entrèrent dedens à force, car il estoient
grant gent. Qant li compagnon se veirent en ce parti, il se vodrent
rendre, salve lors vies, mais nuls n'i volt entendre. Avant furent il
pris par force et tout mort sans merchi, reservé le chevalier. A cesti
on sauva la vie, et demora prisonniers. Qant il orent ensi conquis le
chastiel de Conquest, il s'avisèrent que il le tenroient, et i
establirent un autre chastellain bon et segur, et soissante compagnons
avoecques lui, liquel prissent le chastiel en garde sus lor peril et le
remparèrent, pour ce que il avoit esté desemparés à l'asallir. Et puis
passèrent oultre, et s'en vinrent mettre le siège devant la ville de
Dignant, de laquelle messires Renauls, fils au chastellain de
Ghinghant, estoit chapitainne. Nouvelles vinrent ens ou chastiel de
Hainbon que messires Lois d'Espagne estoit arestés devant le chastiel
de Conquest. Si ot (messire Gautiers de Mauni) très grant desir de
traire celle part, et le dist à messire Ivon de Tigri et as aultres:
«Il nous fault cevauchier deviers Conquest, et conforter ceuls qui sont
dedens. Se nous poions ruer jus messire Lois d'Espagne, nous ferions un
bon esploit.» A ceste parole s'acordèrent tout li compagnon, et furent
tantos apparilliet, et lors chevaus refierés à ceuls as quels il
besongnoit. Chils jours passa. Qant ce vint à l'endemain, les tronpètes
des chevaliers sonnèrent. Lors s'armèrent li compagnon et montèrent as
chevaus. Et se departirent de Hainbon environ cinq cens armeures de
fier et cinq cens archiers, et chevauchièrent viers le chastiel de
Conquest, et ne savoient pas que il fust ens ou parti où il estoit;
mais furent moult courouchié qant il trouvèrent que li François
l'avoient conquis et rafresqi de nouvelles gens. Toutes fois, il
l'avisèrent et dissent entre euls que il estoit bien prendables. Si
s'arestèrent là tout autour et envoiièrent à Hainbon apriès lors
pourveances. Si furent misses à voiture pour amener devant Conquest.
Trois jours furent li Englès et li Breton devant le castiel de
Conquest, et tous les jours i livrèrent il assaut grant et fier et
mervilleus. Il i avoit dedens Espagnols qui trop vassaument se
deffendoient et faisoient grans apertisses d'armes, et tant que il en
blechièrent pluisseurs des assallans. Au daarain assaut qui fais i fu,
il se pourveirent de cloies renforchies que li archier faisoient porter
devant euls pour get des pières qui venoient d'amont. Et qant il furent
cargiet, il aprochièrent dou plus priès les murs qu'il peurent, et puis
s'efforchièrent au traire de celle ordenance contre mont que nuls ne
s'osoit à moustrer as deffenses, se il ne voloit estre enfillés de une
flèce tout parmi la teste ou le brac ou le corps. Et entrues que les
archiers ensonniièrent ensi ceuls d'amont, il i avoit Bretons qui
entendoient à petruissier le mur, et trouvèrent le petruis refait par
où les François avoient entré dedens. Si le repetruissièrent et le
desemparèrent à force de pils et de hauiauls, et par là meismes
entrèrent il ou chastiel. Et fu ensi pris et conquis, et tout li
Espagnols qui dedens estoient, mort, reservet le chapitainne, liquels
se nonmoit Pières Ferrans de Tudesque, et auquns gentils honmes de son
pais et de sa delivrance, pour lesquels il demora, se raençon les
couvenoit paiier. Et desemparèrent les Englès le chastiel de Conquest,
et dissent que point il ne faisoit à tenir ne à garder, et s'en
retournèrent arrière à Hainbon, et enmenèrent lors prisonniers. Fos 82
vo et 83.

P. 154, l. 26: messires Loeis.--_Ms. B 6_: messire Gui de Lion, messire
Hervy de Lion, le viés conte de Rohem, le sire de Clichon, le sire de
Malatrait et pluiseurs barons de l'ost. Fo 208.

P. 155, l. 3: Lombardie.--_Mss. A 22 à 33_: Normandie. Fo 108 vo.


=§ 171.= P. 156, l. 25: Or revenrai.--_Ms. d'Amiens_: Or vous parlerons
de monseigneur Loeys d'Espaigne qui fist logier son host tout autour de
le ville de Dinant, et fist tantost faire petis batiaux et nacellez
pour assaillir le ville de touttes pars, par yauwe et par terre. Si
estoit dedens comme souverains et cappitainne messires Renaux de
Ghinghant, filz au castellain de Ginghant, très bon chevalier de son
eage, qui reconfortoit et consilloit chiaux de dedens le ville, qui
durement estoient effraet de chou qu'il veoient faire à chiaux de l'ost
si grant appareil; car leur ville n'estoit mies forte, ne fremmée fors
que de palis. Et eurent consseil entr'iaux que il se renderoient
ainschois que plus grant meschief leur avenist; mès, à ceste fois,
messires Renaulx brisa leur vollenté, et ne se rendirent mies si très
tost. Messires Loeis d'Espaigne ymagina bien le fortrèce de le ville,
et vit bien que elle estoit prendable. Si se loga environ bien et
souffisamment, et dist qu'il ne s'en partiroit si l'aroit à sa
vollenté; et fist appertement appareillier instrummens pour assaillir,
et fu assaillie durement et fierement. Et chil de dedens se
deffendirent vassaumment, car messire Renaux de Gingant y rendoit grant
painne. En tel estat se tinrent quatre jours à point de dammaige. Au
quatrime jour, messires Loeys et li sien assaillirent le ville si
vighereusement par nacelles et par batiaux qu'il avoient fait armer et
breteskier, qu'il aprochoient les palis; et jà en avoient romput ung
grant pan, dont chil de le ville estoient moult effraet, et se
doutèrent de tout perdre, corps et chevanche. Si traitièrent à
monseigneur Loeis ung respit tant seullement que il pewissent avoir
parlet enssamble. A che respit donner, s'acorda li dessus dis moult à
envis; car il veoit chiaux de Dinant en ung dur et perilleus parti.
Touttesfois il leur acorda parmy tant que, le parlement estant, il ne
se devoient noient fortefiier, et il li eurent en couvent. Dont se
retraissent touttes mannières de gens sus le marchiet, et sonnèrent
leur cloce et parlementèrent là longement enssamble. Et estoit li
communs acors que de yaux rendre à messire Loeis d'Espaigne, salve lors
corps et lors biens, ou nom de monseigneur Charlon de Blois; mès à
cest accord ne s'asentoit nullement messires Renaux, leur cappittainne,
et disoit que il garderoit et deffenderoit bien ce pas perilleus contre
tous venans jusques au soir, et de nuit il le fortefieroit tellement
que depuis il ne feroit point à prendre. Ses parolles ne peurent y
estre oyes ne creuwes, et ne voloient nullement atendre ce peril et sa
deffensce. Et tant parlèrent enssamble que aïrs sourmonta chiaux de le
ville, et dissent que il valloit miés que li chevaliers fust ocis, qui
contraires estoit à yaux, que tant de bonnes gens fuissent mort ne
peri. Si fu là en le place, par le fait de le communauté, ocis li bons
chevaliers messires Renaus de Ghinghant, filz au castellain de
Ghingant; et fu rendue la ville de Dinant par le tretiet dessus
noummet, sauve lors corps et lors biens. Ensi y entra messires Loeys
d'Espaigne, et prist la feaulté des bourgois et le sierement, et s'i
tint par deux jours pour remparer le ville de tout ce qu'il besongnoit.
Et quant il s'en parti, il y laissa à chappitainne monseigneur Pière
Portebuef et Gerart de Malain, escuier, lesque(l)s il avoit trouvés
layens prisonnierz, car il avoient estet pris dou dit messire Renaut de
Ghinghant par embusce faite, enssi comme vous avés oy chi dessus.

Quant messires Loeis d'Espaingne se fu partis de le ville de Dinant, il
se traist avoecq se routte par deviers une mout grosse ville seans sour
le flun de le mer, que on claimme Garlande; et l'assega par terre et
trouva assés priès grant fuison de vaissiaus et naves plainnes de vins,
que marchans avoient là amenés de Poitau pour vendre. Si eurent tant li
marchans vendu lors vins, et furent mal paiiet, che puet on bien
croire. Et fist li dis messires Loeis prendre toutes ces naves et ces
vaissiaux, et fist ens monter gens d'armes et partie des Espaignols et
des Geneuois. Puis fist l'endemain assaillir le ville par terre et par
mer, qui ne se pot longement deffendre; ains fu assés tost gaegnie par
force et tantost toutte robée, et tout mis à l'espée sans point de
merchy, hommez et femmes et enfans, et cinq eglises arsez et viollées,
dont messires Loeys fu durement courouchiés. Si fist tantost pendre
vingt quatre de chiaux qui ce avoient fait. Là eut gaegniet très grant
tresor, si que chacuns en eult tant qu'il en vot ou pot porter, car la
ville estoit durement grande, riche et marchande.

Quant ceste grosse ville qui Garlande estoit appellée, fu enssi
gaegnie, robée et essillie, il ne seurent où aller plus avant pour
gaegnier. Si se mist li dis messires Loeys en ces vaissiaux qu'il
avoit trouvés en mer, en le compaignie de monseigneur Othon Doriie et
de Toudous, et de aucuns des Geneuois et Espagnolz, pour aller aucune
part et pour aventurer seloncq le marine. Et li viscoens de Rohem, li
evesques de Lion, messires Hervis, ses niés, et pluiseurs autres
chevaliers et escuiers retournèrent en l'ost monseigneur Carlon de
Blois, qui encorres seoit devant castiel d'Auroy. Et trouvèrent grant
fuison de signeurs et de chevaliers de Franche qui nouvellement
estoient là venus, telz que messires Loeys de Poitiers, comtez de
Vallenche, li comtez d'Auchoire, li comtez de Joni, li comtez de
Porsiien, li sires de Biaugeu, li sirez de Castelvillain, li sirez de
Noiiers, li sirez d'Englure, li sirez de Castellon, li sirez
d'Aufemont, messires Moriaux de Fiennes, li sirez de Roye, li sirez
d'Aubegni, et pluisseurs autres que li roys de Franche y avoit envoiiéz
pour remforchier l'ost et l'armée de monsigneur Charlon de Blois, sen
nepveult, car bien avoit oy dire que messires Gautiers de Mauni à tout
grant carge de gens d'armes estoit arivet en Bretaingne. Et encorrez
n'estoit point li dis castiaux gaegniés, mès chil de dedens estoient si
priès menet et si constraint, qu'il avoient mengiet par huit jours tous
leurs cevaus; et ne lez voloit on prendre à merchy, s'il ne se
rendoient simplement. Quant il veirent que morir lez couvenoit, il
yssirent hors couvertement par nuit; et se missent en le vollenté de
Dieu, et passèrent tout parmy l'ost à l'un des costéz. Aucun en furent
perchus et tués. Et messires Henris de Pennefort et Oliviers, ses
frèrez, et aucun autre se sauvèrent et escappèrent par un bosket qui là
estoit, et s'en allèrent droit à Hainbon où il furent bien recheuv.

Enssi reconquist messires Carlez de Blois le fort castiel que on
claimme chastiel d'Auroy, où il avoit sis le tierme de dix sepmainnes.
Si le fist refaire et rapareillier et bien garnir de gens d'armes et de
touttez pourveances; et puis se parti et s'en alla à tout son host
asigier la chité de Vennes, dont messire Joffroy de Malatrait estoit
cappittainne, et se loga tout autour en bon aroy et grant couvenant. Le
second jour apriès che que messires Carles de Blois eult assegiet le
ville et le cité de Vennes, partirent aucun Braiton et aultre
compaignon saudoiier qui gisoient ou fort de Plaremiel de par le
comtesse de Montfort, et vinrent sus ung ajournement resvillier l'ost.
Ceste nuit avoient fait le gait doi chevalier de Pikardie, li sirez de
Castellon et li sirez d'Aubegny, et estoient encorrez à leur garde; si
saillirent moult tost avant, qu'il sentirent l'ost estourmir. Et furent
chil de Plaremiel enclos et villainnement reboutet et mis à cache. Et
s'estourmy tellement li hos que tout s'armèrent communaument; et apriès
ce qu'il eurent cachié les compaignons de Plaremiel et lez pluisseurs
ochis et remis en leur fort, il revinrent de grant couraige, pour
paremploiier le jour et leurs armeurez, assaillir Vennes; et là eut
assaut grant et fier et mervilleux. Et y souffrirent chil de Montfort
grant paine et grant traveil, car chil de le partie monseigneur Carle
de Blois estoient grant fuisson et toutte bonne gent. Si se portèrent
si bien que il conquisent le bourcq desous le cité et le fort jusques
as baillez; et y eut pluisseurs bourjois et riches hommes de le ville
pris, mors et navrés au rentrer dedens. Et là fu messire Joffrois de
Malatrait très bons chevaliers et y fist maintes belles appertises
d'armes; mès finaublement li Franchois assailloient de si grant
vollenté et de si bon couvenant, que chil de Vennes se doubtèrent dou
tout perdre. Si requissent à monseigneur Carlon de Blois un respit ce
jour seullement, là en dedens (aroient) avis et consseil pour yaux
rendre. Messires Carlez leur accorda assés à envis, mès li aucun baron
de France li fissent faire par ensi que il valloit mieux que il ewist
la cité sienne par amours que par haynne. Ensi parlementèrent tout le
jour chil de Vennes li ung à l'autre et puis à chiaux de hors pour yaux
rendre, salve leurs corps et leurs biens. Et quant messire Joffroi de
Malatrait vit que il ne leur porroit brisier ne oster le oppinion, il
se parti desconneus de Vennes, et s'embla et demucha, et s'en revint
vers Hainbon. Et recorda à la contesse et à chiaux qui là estoient,
coumment la besoingne alloit, liquel furent moult liet de la venue au
chevalier et moult courouchiet de la prise de Vennez; mès amender ne le
peurent tant c'à present. Or lairons ung petit à parler de cheux et de
monseigneur Carlon de Blois qui estoit jà partis de Vennez, car la cité
s'estoit rendue à lui, et l'en avoient fait li bourgois feaulté et
sierement. Et y avoit laiiet à cappittainnez monsigneur Hervi de Lion
et monsigneur Olivier de Clichon, et s'estoit trais à toutte sen host
devant la cité de Craais, et l'avoit assigie de tous costéz. Si
parlerons de monseigneur Loeis d'Espaigne et de se compagnie. Fos 69 vo
et 70.

_Ms. de Rome_: Or voel je parler de messire Lois d'Espagne, qui fist
logier son hoost tout autour de la ville de Dignant en Bretagne, et
fist tantos pourveir petis batiaus et nacelles, pour assallir la ville
de toutes pars par terre et par iaue. Qant li bourgois de la ville
veirent ce, si se doubtèrent; et jà amoient il plus assés les François
et la partie mesire Carle de Blois que la contesse de Montfort. Si
tretiièrent deviers messire Lois d'Espagne à euls rendre, salve lors
biens et lors corps. Messires Lois entendi volentiers à ces tretiés.
Messires Renauls de Ghinghant, lor chapitainne, entendi que il
tretioient pour euls rendre. Si en fu durement courouchiés et maneça
les plus grans mestres de la ville à faire coper les testes, et les
appella fauls, mauvais et traittes, dont il furent moult courouchiet,
et se doubtèrent de lui que de fait il ne vosist essequter, ensi que il
le disoit. Paroles se moutepliièrent entre messire Renault et euls, et
tant que de fait et en meslée il l'ocirent; et puis mandèrent à mesire
Lois d'Espagne que il venist, on li ouveroit les portes. Messires Lois
fu moult resjois de ces nouvelles, et entra dedens Dignant à grant
compagnie. Et à ce jour i estoient la fenme et les enfans, deus filles
et deus jones fils, au chastellain de Ghinghant. Auqun Breton et
François li disoient que il les retenist à prisonniers, mais il n'en
volt riens faire. Avant lor fist grasce, et les delivra euls et le
leur, et les fist mettre hors de la ville et convoiier jusques à
Hainbon, dont on tint che fait à grant courtoisie. Messires Lois
d'Espagne prist la posession de Dignant de par mesire Carle de Blois,
et i ordonna chapitainne et gens d'armes pour le deffendre et garder,
et s'i tint quatre jours. Et fu delivrés Gerars de Malain et tout li
compagnon, les quels messires Renauls de Ghinghant avoit pris, ensi
comme il est ichi desus dit; et fist meismes chapitainne de Dignant
Gerart de Malain et mesire Pière Portebuef avoecques lui.

Puis s'en ala li dis messires Lois d'Espagne à toute son hoost deviers
une grose ville seant sus la mer, que on clainme Garlande, et le assega
par terre; et n'estoit pas adonc trop fort fremée, et est uns havenes
de mer, uns des bien hantés de toute Bretagne, et ville durement. Si
trouvèrent li François ou havene de Garlande auquns vassiaus, ens ès
quels il i avoit des vins de Poito et de Saintongle et de la Rocelle,
et gisoient là à l'ancre pour estre vendu; mais il furent pris et levé,
et en traist on hors des vassiaus biaucop. Et furent cargiet sus chars
et envoiiet en l'oost devant Auroi, et en retinrent une partie pour
euls pour lors pourveances.

La ville de la Garlande fu assallie et conquise par force, car il n'i
avoit que les honmes de la ville, et si est une ville de grant garde;
si fu violée et courue et toute robée, et i trouvèrent grant avoir. Et
i ot cinq eglises arses, dont Lois d'Espagne, qui estoit conduisières
de l'oost, fu durement courouchiés, et fist pendre ceuls qui le feu i
avoient bouté. Là orent li François grant conquest, car la ville estoit
durement riches, et pris des bons marceans pour euls rançonner.

Là ordonna mesires Lois d'Espagne à retourner en l'oost le visconte de
Rohem et grant fuisson des aultres, et ne retint non plus que de deus
cens compagnons geneuois et espagnols; et dist que il se meteroit sus
la marine, ensi que ses corages li aporta: dont il fist une grant
folie, et l'en deubt estre priès malvenu, ensi que je vous racorderai
assés briefment.

Qant li viscontes de Rohem et li autre chevalier de France et de
Bretagne furent retourné devant Auroi, il recordèrent à messire Carle
de Blois tout le voiage que il avoient fait, la prise de Dignant et de
la ville de Garlande où il avoient bien trouvet à pillier, et conment
messires Lois d'Espagne en estoit allés sus la marine en la compagnie
de Othon Doriie et de Toudal, grans esqumeurs de mer, et n'enmenoient
fors que Geneuois et Espagnols. De toutes ces coses se contenta
grandement messires Carles de Blois. A l'eure que li viscontes de Rohen
fu là venus devant Auroi, vinrent aussi grans gens de France que li
rois Phelippes i envoioit, car il estoit enfourmés que grans confors de
gens d'armes et d'archiers estoit venus à la contesse desus dite et
issu hors d'Engleterre. Se ne voloit pas que ses cousins fust si
despourveus que il ne peuist tenir les camps à l'encontre de ses
ennemis, puis que il li avoit couvenancé de aidier.

Qant messires Lois d'Espagne fu montés en la navie à Garlande, en la
compagnie de Toudou et de mesire Othe Doriie, mestre des Geneuois, et
pooient estre quatre cens hommes en tout, il sievirent la bende de la
mer, et prissent terre assés priès de Camperlé. Si fissent par lors
sievans ardoir tout le plat pais; et tout ce que il trouvoient de bon,
il estoit porté en la navie. Si conquissent moult grant avoir sus ce
voiage, voires se il lor fu demoré, mais nennil. Car nouvelles vinrent
à mesire Gautier de Mauni et as chevaliers, qui dedens Hainbon se
tenoient, que messires Lois d'Espagne estoit alés en Garlande, et
l'avoit ars et tout le pais de là environ, et avoit renvoiiet une
partie de ses gens, et ne pooient estre en sa compagnie non plus de
quatre cens honmes. Evous ces chevaliers et gens d'armes de Hainbon
resvilliés; si s'armèrent et apparillièrent tantos, et entrèrent
dedens nefs et barges et balengiers environ quatre cens honmes d'armes
et mille archiers. Et se departirent dou havene et singlèrent en mer,
costians les terres pour venir à Garlande, et avoient le vent et la
marée pour euls, et vinrent à Garlande. Si trouvèrent encores que les
maisons et les eglises fumoient dou feu que li François i avoient fait,
et les povres gens dou pais qui lor vinrent au devant en criant et en
braiant et en disant: «Ha! chier signeur, li larron nous ont ars et
pris et desrobé le nostre, et s'en vont selonch la marine.»

Qant messires Gautiers de Mauni et ses gens entendirent ces nouvelles,
sans point issir de lors vassiaus, il se missent au chemin et en la
route pour euls trouver; et veoient, de lors nefs et balengiers où il
ceminoient sus la marine, les fumières que il faisoient sus le plat
pais. Et tant alèrent que il arivèrent assés priès de Camperlé, ou
havene meismes où la navie estoit toute cargie de ce que li François
avoient trouvé sus le pais, et par especial en Garlande où il orent
trop grant avoir. Sitos que il furent venu ou havene de Camperlé, ces
nefs furent conquises, et tout mort ou jeté à bort cheuls qui les
gardoient; et entendirent par les gens dou pais qui estoient tout
effraé, que li François couroient, et avoient li pluisseur trouvé des
chevaus et roboient le pais.

Adonc messires Gautiers de Mauni et tout chil qui en sa route estoient,
gens d'armes et archiers, se missent tout à terre et se ordonnèrent en
trois batailles, et fissent les deus reponre et muchier en un bosqet
qui là estoit, afin que mesires Lois d'Espagne et ses gens, à leur
retour, ne se tenissent à trop cargiet, car bien savoient que par là il
les couvenoit retourner. Tout ce fait et ordonné, casquns burent et
mengièrent un petit, et puis s'asissent sus l'erbe et sus le sabelon,
attendans le retour des François qui faisoient bien lor besongnes sus
le pais, car nuls ne lor aloit au devant. Qant les gens à mesire Lois
d'Espagne orent cargiet chars et charètes de tous meubles et pourfis
que il ramenoient à lor navie, et tenoient à avoir fait lor voiage,
pour euls mettre au retour viers lor navie, ainsi que il venoient et
aproçoient la mer, il voient une bataille d'archiers sus une elle, et
un petit en sus gens d'armes et les pennonchiaus venteler.

Donc s'arestèrent li François tout quoi, et s'esmervillièrent, quels
gens ce pooient estre, qui là se tenoient; et quidièrent de
conmencement que ce fuissent chil de Camperlé qui les venissent
combatre, et qui se fuissent là requelliet. Si fissent monter deus
honmes d'armes, tout doi de Piqardie. Li uns avoit nom Tassart de
Ghines, et li aultres Hues de Villers, et tout doi estoient esquier
d'onnour à mesire Carle de Blois; mais pour lor avancement il estoient
accompagniet avoecques mesire Lois d'Espagne. Et chil doi esquier
avoient tant fait que il estoient assés bien monté. Si lor dist:
«Mesires Lois Tassart et vous, Hues, chevauchiés avant et aprochiés ces
gens de plus priès, par quoi nous aions la connissance, assavoir quels
gens ce sont.» Il respondirent: «Volentiers.» Il cevauchièrent devant,
car il avoient deus bons ronchins, et vinrent si priès des Englois et
des Bretons que li archier euissent bien tret jusques à euls, se il
vosissent.

Chil doi esquier desus nonmé congneurent plainnement que c'estoient lor
ennemi. Si retournèrent et dissent: «Sire, ce sont Englois et Breton,
car nous avons veu et congneu le pennon à mesire Gautier de Mauni: il
est de gueulles à trois noirs qievirons, et ce sont archier d'Englerre
que vous veés là. Regardés que vous volés dire et faire.» Respondi
messires Lois: «Il nous fault combatre. Nous ne poons fuir: il sont
signeur de nostre navie. Nous avons trop demoré sus terre. Alons avant
ou nom de Dieu et de saint Gorge: il nous fault prendre l'aventure.»
Adonc fit il sa banière passer avant, et le portoit uns esquiers qui se
nonmoit Robers de Santi. Là fist li dis mesire Lois un sien neveu
chevalier, qui se nonmoit Aufons d'Espagne. Il ordonnèrent les Geneuois
et les Espagnols, et les missent tout devant, et conmenchièrent la
bataille dou tret, et puis aprochièrent les gens d'armes et se
boutèrent l'un dedens l'autre. Et se portèrent li François à ce
conmencement si bien que, se il n'euissent eu aultre faix, il se
fuissent bien delivré de ces premiers, et les requlèrent sus la marine.

Adonc vinrent les aultres deus batailles, qui estoient en enbusqe, et
encloirent les François. Là ot dur hustin, et vaillanment s'i portèrent
les gens à mesire Lois, mais les Englois et les Bretons estoient trop
grant fuisson. Et (fu) abatue la banière à mesire Lois, et chils mors,
qui le portoit, et mesire Aufons d'Espagne, mort. A grant painne, se
sauvèrent mesire Lois d'Espagne et Toudou et mesire Othon Doriie. Mais
qant il veirent que li faix estoit trop pesans pour euls, il
entendirent à recouvrer lors cevaus que lors varlès tenoient sus les
èles de la bataille; car se ils n'euissent eu lors cevaus tous près,
jamès ne s'en fuissent parti, sans estre mort ou pris. Il prissent, sus
la desconfiture, le cemin de la mer, et pooient estre environ
soissante. Nuls ne les poursievi, car Englois et Breton n'avoient nuls
cevaus, et aussi il entendirent au garder ce que il avoient conquis.

Messires Lois d'Espagne et chil qui escapèrent de le bataille
trouvèrent en un regot de mer une grose barge de Camperlé, que li
maronnier avoient là bouté et repus, et n'estoient osé aler avant pour
la doubtance des François. Qant il le veirent là arester à l'ancre, il
se traissent de celle part et trouvèrent trois Bretons qui le
gardoient. Il furent mestre de euls et de la barge et entrèrent dedens
non tous, car il ne peuissent, pour tant que il enmenoient en la barge
lors cevaus avoecques euls, Tassars de Ghines et Hues de Villers et
auquns Bretons qui connissoient le pais, cevauchièrent tant de jour et
de nuit que il vinrent à Rennes; et là s'arestèrent pour oïr nouvelles
de mesire Lois d'Espagne et de lors compagnons qui nagièrent toute la
nuit et vinrent ariver à Grède, au plus proçain port de Vennes et de
Rennes.

Et li Englois et li Breton cargièrent lors vassiaus des meubles et
pourfis que li François amenoient, et puis rentrèrent en lor navie à
tout ce conquest; et retournèrent à Hainbon, et recordèrent à la
contesse et à lors compagnons conment il avoient esploitié. Si en
furent tout resjoi, ce fu raison, car il en estoient departi à lor
honnour et pourfit. Ensi vont les aventures d'armes et les fortunes: à
le fois on quide avoir tout gaegnié, et on a tout perdu. Fos 83 et 84.

P. 157, l. 12: sus le flun de le mer.--_Mss. B 3 et A 7 à 10_: sur la
mer. Fo 83 vo.--_Mss. A 1 à 6, 15 à 33_: sur le fleuve de la mer. Fo 93
vo.--_Mss. A 11 à 14_: sur la rive de la mer. Fo 90.

P. 157, l. 13: Garlande.--_Mss. A 15 à 17_: Gairande. Fo 95.--_Mss. A
23 à 33_: Guerrande, Gerrande. Fo 109.--_Mss. B 3 et A 1 à 14, 18 à
22_: Garlande. Fo 83 vo.

P. 158, l. 5: Toudou.--_Ms. B 3_: Toudouz. Fo 84.--_Mss. A 23 à 29_:
Tondons. Fo 109 vo.--_Mss. A 1 à 22_: Condons. F. 93 vo.

P. 158, l. 14: Joni.--_Mss. B 3, A 1 à 6, 11 à 33_: Joingny, Joigny. Fo
84.--_Mss. A 7 à 10_: Jony. Fo 86.

P. 159, l. 10: Plaremiel.--_Ms. B 3_: Plerenmiel. Fo 84.--_Mss. A 1 à
6, 11 à 14, 18 à 22_: Plearmel. Fo 94.--_Mss. A 15 à 17, 23 à 29_:
Pleremel, Plermel. Fo 95 vo.--_Mss. A 30 à 33_: Ployeremel. Fo 156.

P. 159, l. 30: Hembon.--_Ms. B 6_: devers la contesse et monseigneur
Gautier de Mauny à qui on conta ces nouvelles. Messire Gautier s'arma
et fist armer tous les compaignons de Hambon, englès et bretons, et
estoient bien six cens lanches et neuf cens archiés. Et se partirent en
istance que pour venir à Vennes brisier ces trièves et traitiés et
rafreschir la chité. Mais quant il furent à une lieue près, il
entendirent que la cité estoit rendue, et messire Charles de Blois
estoit dedens. Sy en furent moult courouchiés. Nonpourquant messire
Gautier dist que, puisqu'il estoient sur les camps, que point ne
retourneroient se aroient trouvé aventure. Et entendy que mesire Lois
d'Espaigne chevauchoit et avoit prins la ville de Garlande et estoit
sur mer pour aller en l'isle de Camparlé envers la cité de Grède, et
prist tantost le chemin. Et mesire Charles de Blois prist le serment et
homaige de ceulx de Vennes et y laissa dedens capitaines mesire Hervy
de Lion et le sire de Clichon. Fos 210 et 211.


=§ 172.= P. 160, l. 7: Saciés que.--_Ms. d'Amiens_: Sachiés que, quant
messires Loeys d'Espaigne fu montés, au port de Garlande, sour mer, il
et se compaignie allèrent tant nagant par mer, qu'il arivèrent en le
Bretaingne bretonnant par mer au port de Camperli et assés priès de
Camper Correntin et de Saint Mahieu de Fine Posterne; et yssirent des
naves, et allèrent ardoir et rober tout le pays. Et trouvèrent si grant
avoir que grant merveillez seroit de le raconter; si le raportèrent
tout en leur naves, et puis allèrent autre part rober et courir tout le
pays sus le marine, qui se tenoit ne rendoit de le comtesse de
Montfort. Et y conquissent si grant avoir, que il en estoient si
cargiet que il n'en savoient que faire.

Ces nouvelles parvinrent à Hainbon à le comtesse de Monfort et as
chevaliers qui là estoient, tant d'Engleterre que de Bretaingne,
coumment messires Loeys d'Espaigne couroit tout le pais. Si s'avisa
messires Gautiers de Mauny d'une grant proèce, et en parla as
compaignons et leur dist que il perdoient leurs tamps à là sejourner,
ou kas que il sentoient leurs ennemis si priès d'iaux. Dont
respondirent tuit communaument que il estoient appareilliet à faire
tout ce que il vorroit. Et li sirez de Mauni leur dist: «Grant
merchis.» Lors appareillièrent il tout leur harnas et cargièrent les
vaissiaux sus le havene, et y missent leurs cevaux et puis entrèrent
ens. Bien estoient cinq cens hommes d'armez et deus mille archers, et
telz chevaliers que messires Amauris de Clichon, messires Yves de
Tigueri, li castellains de Ghingant, li sires de Landreniaux, messires
Guillaummes de Quadudal, messires Joffroy de Malatrait, messires Henris
de Penefort, li doy frère de Leynendale, messires Guis de Nulli, li
sirez Despenssiers, messires Jehans le Boutillier, messires Hubert de
Frenay, messires Alains de Sirehonde, mestre des archiers, et
pluisseurs autrez chevaliers et escuyers. Si eurent bons maronniers et
saiges, et ne cessèrent de nagier si furent venut droit au port de
Camperli, là où les naves et les vaissiaux monseigneur Loeys
d'Espaingne estoient et gisoient, et tous li granz avoirs que il
avoient concquis ou pays d'environ. Si entrèrent ens Englès et Breton,
et ochissent tous ceux qui les gardoient, et y trouvèrent tant de
ricoisse que tout en furent esmervilliet. Et entendirent par les
prisonniers que messires Loeis chevauçoit. Lors eurent consseil et
advis que il se partiroient en trois bataillez et sieuroient lez
fummierrez, et ne cesseroient si aroient trouvet le dit monseigneur
Loeys et se routte, et yaux combatu. Si se missent as camps ainssi
comme ordonné fu, et pourveirent et garnirent leur navie et le navie
que trouvet avoient sus le port de Camperli, de trois cens archers et
de cent hommez d'armes; et puis chevauchièrent à l'endroit des
fummierrez et dez chemins là où il esperoient monseigneur Loeys
d'Espaigne à trouver le plus tost et toutte se routte pour le
combattre.

Ces nouvellez vinrent au dessus dit monseigneur Loeys que li Englès
chevauchoient et le queroient, et estoient sans comparison plus fors
qu'il ne fust. Si se doubta de leur encontre, et requella tout
bellement ses gens et remist enssamble; puis chevaucha vers l'ille de
Camperli pour revenir à sa navie. Mais enssi qu'il cevauchoit sus le
marine, il encontra messire Guillaume de Quadudal, messire Henry de
Pennefort et monseigneur Joffroy de Malatrait et leur routte; et quant
il lez perchupt, si congnut assés que combattre lez couvenoit. Si mist
sez gens enssamble et lez recomforta et escria son cri, et fist
chevauchier se bannierre et appella ung sien nepveult que on claimmoit
Aufour; et le fist là chevalier et pour l'amour de lui six autrez, et
leur pria que il penssaissent dou bien faire, et chacuns li eut en
couvent. Adonc s'asamblèrent il li Franchois et li Breton, et y eult,
de premières venues, fortez joustez et radez, et pluisseurs
compaignons porté à terre de l'un léz et de l'autre; et apriès les
lanches fallies, il sachièrent lez espées et les espois et lez hachez
qui as archons des siellez leur pendoient, et s'en donnèrent grans
horions et durs, et là en y eult moult de navrés et de blechiés. Et
vous ay en couvent que messire Loeys d'Espaigne et messires li
Auffours, sez niéz, y fissent tamainte belle appertise d'armes. Et s'i
portèrent si bien des premiers chil de son costet, que finaublement il
ewissent desconfit lez Bretons et mis en cache, quant messire Gautiers
de Mauni et une grant routte d'Englèz, gens d'armes et archiers, y
sourvinrent frèz et nouviaux. Adonc se recoummencha la bataille dure et
felenesse; et couvint là souffrir et endurer monseigneur Loeys
d'Espaigne et monseigneur l'Aufour son nepveult et le chevalerie de
leur costet, grant painne.

Vous devés savoir que ceste bataille, qui fu en l'ille de Camperli
assés prièz de Camper Correntin, fu moult fellenesse et bien combatue.
Et trop bien s'i porta messires Loeis d'Espaigne, et ossi fissent tout
chil de son costet; mès trop leur fu li fais durs et pesans, quant
messires Gautiers de Mauni y sourvint, car il amena toutte fresce gent
et bien combatant qui trouvèrent lez Franchois jà lassés davantaige.
Nonpourquant encorrez se deffendirent il et combattirent vassaument,
mès enfin il ne peurent tenir place. Et furent desconfit et mors et
messires li Aufors d'Espaigne, et li bannière de monseigneur Loeis, son
oncle, portée par terre, et uns bons escuier qui le portoit, mors et
abatus, que on claimmoit Huez de Lontin. Et se retraissent messires
Loeys et ses gens deviers leur navie, et Englès et Bretons apriès yaulx
en cache, et touttez mannières de gens paisans dou pays qui poursieuwi
les avoient as bastons, as bourlés et as pikez, pour rescour ce que dou
leur avoient perdu. Enssi à grant meschief li dis messires Loeis se
parti de le bataille, durement navrés en pluiseurs lieux, et ne ramena
de bien trois mille hommez qu'il avoit avoecq lui, non plus trois cens
et y laissa son nepveult mort, dont trop durement fu courouchiéz.

Avoecq tout ce, quant li dis messires Loeys fu venus à sa navie, il le
trouva prise et garnie de sez ennemis. Si fu durement esbahis, et tant
couri sus le sabelon que il vint jusquez à ung ligne, ung vaissiel qui
siens estoit. Si entra dedens en grant qoite et aucuns des siens
especiaulx qui mettre s'i peurent. Puis sachièrent li maronnier le
single amont et eurent bon vent, et furent tantost esloingiet, car
chils lings si est uns vaissiaux plus appers que nulx autrez, et va de
tous vens et contre touttes marées. Quant chil chevalier d'Engleterre
et de Bretaingne eurent desconfis leurs ennemis et il perchurent que li
dis messires Loeys s'en estoit partis et alléz par deviers les
vaissiaux, il se missent tout à aller apriès lui tant qu'il peurent, et
lessièrent les gens dou pays couvenir del remannant et yaux vengier et
reprendre partie de ce que on leur avoit robet. Quant il furent venus
as vaissiaux, il trouvèrent que li dis messires (Loeys[408]) estoit
entrés en ung ligne et s'en alloit nagant quanqu'il pooit. Si entrèrent
tantost ens ès plus appareilliéz vaissiaux qu'il trouvèrent là sus le
marinne, et drechièrent lors voillez et nagièrent tant qu'il peurent
apriès le dit monsigneur Loeis (d'Espaigne); car il leur estoit avis
que il n'avoient riens fait, se il leur escappoit. Il eurent bon vent
si comme à souhet, et le veoient toudis nagier devant yaux si fortement
qu'il ne le peurent raconssuiwir. Et tant naga li dis messires Loeys
(d'Espaigne) à l'esploit dou vent et des maronniers, qu'il ariva à ung
port que on claimme le port de Gredo. Là descendi li dis messires Loeys
d'Espaigne, et chil qui escappet estoient avoecq lui, et entrèrent en
le ville de Gredo. Il n'eurent miez plenté sejourné en le ditte ville,
quant il oïrent dire que li Englès estoient arivet et qu'il
descendoient pour yaux combattre. Et quant messires Loeys et se routte
oyrent ces nouvellez, si n'eurent pas vollenté de là plus sejourner,
mais quisent, prissent et empruntèrent cevaus en le ville et montèrent
sus à esploit. Là en y eut de mal montéz, et se missent as camps
deviers le chité de Rennes, messires Loeys tout devant, enssi comme
homs desconfis, et ses gens apriès, cescuns qui mieux mieux; et qui
cheval ne pot avoir, si se repust et mucha au mieux qu'il peult.

  [408] On lit dans le ms.: «Robers.» Mauvaise leçon.

Quant li Englès et li Breton furent arivet à Gredo, et il sceurent que
messires Loeis et li sien estoient parti et s'en aloient deviers
Rennez, si fissent tantost traire lors cevaux hors de leurs vaissiaux,
chilz qui ceval avoient, et se missent en cache encorrez apriès yaulx;
mès il estoient jà si eslongiet que nulx n'en trouvèrent. Si
retournèrent à Gredo, et s'i logièrent et reposèrent le nuit.

L'endemain, il rentrèrent en leurs vaissiaux et singlèrent pour revenir
vers Hainbon, mès il eurent vent contraire et waucrèrent par deus
jours; et les couvint de force ariver à trois liewez de le ville de
Dinant. Puis se missent au cemin par terre enssi qu'il peurent, et
gastèrent le pays entour Dinant et prendoient cevaux telx que chacuns
pooit trouver, li uns à selle, et li autre sans selle; et allèrent tant
qu'il vinrent ung soir assés priès de le Roceperiot. Quant il furent là
venu, messires Gautiers de Mauni dist: «Certainnement jou iroie
vollentiers au matin assaillir che fort castiel de le Roceperiot, se
jou avoie compaignie, com travilliéz que je soie.» Et tout li chevalier
et li compaignon liement li accordèrent. Ceste nuit se reposèrent et
aisièrent de ce qu'il eurent. A l'endemain au matin, il vinrent devant
le dessus dit castiel; si le advisèrent et ymaginèrent coumment il
estoit hault assis et sus une roche. Et dist messires Gautiers de
Mauni, quant il y parfurent venu: «Il le nous couvient assaillir et
savoir se nous y porions riens concquerre.» Or devés savoir que dedens
le castel estoit venus, environ six jours devant, chilz bons escuiers
Gerars de Malain, par l'ordounnanche de monseigneur Charlon de Blois,
car autrefois en avoit il estet cappittainne. Dont, quant il vit Englès
et Bretons devant lui et yaux appareillier pour assaillir, il se mist
ossi en arroy pour bien deffendre. Lors commença ungs assaulx grans,
fiers et mervilleux, car Englès et Breton montoient le roche et le
montaigne amont, et trayoient et assalloient de grant vollenté. Et chil
dou fort leur envoiioient d'amont pièrez et baux et autres coses pour
yaux grever, et avoient kanons et ars à tour, dont trop bien se
deffendoient. Chil qui assalloient montoient perilleusement; et bien
apparut, car il y eut dez leurs pluisseurs blechiés et navrés: entre
lesquelx messires Jehans li Boutilliers et messires Hubert de Frenay
furent si durement blechiés, qu'il les couvint raporter aval de la Roce
et mettre jesir en ung pret avoecquez les autrez navrés. Fos 70 et 71.

_Ms. de Rome_: Assés tos apriès avint que messires Gautiers de Mauni et
auqun Englois qui desiroient les armes se departirent de Hainbon et
cevauchièrent as aventures viers Roceperiot. Qant il furent venu
jusques à là, messires Gautiers de Mauni dist: «Avant que nous
chevauçons plus avant, je voel que nous alons assallir ce chastiel, et
veoir se nous i porions riens conquester.» Tout respondirent: «A la
bonne heure!» Il missent tantos piet à terre et aprochièrent le
chastiel, et conmenchièrent à monter la roce et à livrer grant asaut.
Pour ces jours i estoit Gerars de Malain, li esquiers de Bourgongne,
qui avoit esté pris et rescous à Dignant, et avoit avoecques lui des
bons compagnons qui tout se missent à deffense. Li dis Gerars de Malain
n'espargnoit point, mais se deffendoit de grant volenté et par bonne
ordenance. Englois sont chaut et boullant, et est vis as auquns que
tantos il doient avoir conquesté, soit bataille ou asaut, qant il i
sont venu, et là ot des lours qui s'avancièrent follement. Auquns
(furent) bleciés, et par especial deus bons chevaliers, dont li uns fu
nonmés messires Jehans li Boutelliers et li aultres messires Hubiers de
Frenai. Et furent tellement tapés sus lors bachinés dou jet de deus
pierres que il rendoient sanch par la bouce et par les orelles; et les
couvint porter hors et en sus de l'asaut en une prée et desarmer, et
furent si estonnet que on quidoit bien que il deuissent morir. Fo 84
vo.

P. 160, l. 18: de Cliçon.--_Le ms. B 6 ajoute_: messire Joffroy de
Malatrait. Fo 211.

P. 161, l. 16: batailles.--_Ms. B 6_: et estoit mesire Gautier de
Mauny. Fo 212.

P. 161, l. 20: Aufons.--_Mss. B 3, et A 1 à 22_: Aufour, Auffour. Fo
84 vo.--_Mss. A 23 à 33_: Alphons. Fo 110 vo.

P. 162, l. 3: sis mille.--_Mss. A 1 à 22_: sept mille. Fo 95.--_Mss. A
23 à 33_: six mille. Fo 105 vo.

P. 162, l. 23: qu'il pooit.--_Ms. B 6_: et fist tant qu'il vint en
Garlande et monta là à cheval et se sauva au mieulx qu'il pot, mais de
toute(s) ses (gens) il n'en demoura que douze. Et vinrent en l'ost
devant Crais, où messire Charles de Blois estoit. Fo 213.

P. 162, l. 33: Gredo.--_Mss. A 1 à 22_: Gredo. Fo 95.--_Mss. A 23 à
33_: Redon. Fo 106.

P. 163, l. 8: Rennes.--_Mss. A 1 à 6, 11 à 14, 18 à 22_: Vennes. Fo
95.--_Mss. A 7 à 10, 15 à 17, 23 à 33_: Rennes. Fo 87 vo.

P. 164, l. 14: Mahieus de Frenai.--_Ms. B 6_: Jehan de Frenay. Fo 214.


=§ 173.=--P. 164, l. 17: Cilz Gerars.--_Ms. de Rome_: Chils Gerars de
Malain avoit un frère, hardit honme et conforté durement, que on
nommoit Renier de Malain; et estoit chapitainne et chastellains de un
aultre petit fort, seans assés priès de la Roceperiot, et le fort on
clainme Fauet. Qant cils Reniers entendi que Englois et Breton
livroient assaut à la Roceperiot, de laquelle garnison ses frères
Gerars estoit chastellains et gardiiens, il fist armer de ses
compagnons jusques à quarante, et issi hors de Fauet, et cevauça viers
la Roceperiot, en instance de ce que pour conforter son frère, en
auqune manière se il pooit; et sourvint à l'aventure sus ces deus
chevaliers englois bleciés, liquel estoient en une prée en sus dou
hustin, car la noise lor faisoit mal, et ne trouvèrent dalés euls que
varlès qui les gardoient. Il veirent tantos que il estoient de lors
ennemis, et que on les avoit là amenés pour euls rafresqir. Il
environnèrent ces varlès et ces prisonniers et les prissent tous, et
fissent les chevaliers monter sus lors chevaus et les varlès venir et
sievir à piet, tant que il furent eslongiet une grose demi lieue en sus
de la Roceperiot, et puis lor donnèrent congiet. Chil varlet de piet se
tinrent pour tous resjois qant il se sentirent delivret, et vinrent à
fuiant devant la Roceperiot, et se traissent deviers messire Gautier de
Mauni et les aultres, et lor dissent: «Signeur, rescoués mesire Jehan
le Boutellier et messire Hubert de Frenai, que chil de la garnison de
Fauet enmainnent.»

Sus ces paroles, tout laissièrent l'assaut, et montèrent as cevaus et
ferirent à l'esporon, çasquns que mieuls mieuls, pour raconsievir ceuls
de la garnison de Fauet; mais il estoient jà entré dedens, et tout mis
à sauveté, prisonniers et euls, et relevet le pont et trait les
barrières avant, et avoient encores eu loisir de boire un cop et de
euls rafresqir. Evous venu messire Gautier de Mauni et les Englois et
les Bretons à l'esporon, et missent tantos piet à terre, et
approchièrent le chastiel et conmencièrent à asallir, con lassé que il
fuissent, et continuèrent l'asaut jusques à la nuit; car tantos fu
tart. Il regardèrent quel cose il feroient; car il n'avoient tentes ne
trefs, ne nulles pourveances, fors bien petit. Mesires Gautiers de
Mauni dist: «Nennil, il nous fault ravoir nos compagnons: aultrement
nous receverions trop grant blame, et se sera tantos jours. Une nuit
est tantos passée; il fait biel et chaut. Nostres chevaus se passeront
bien meshui de ce que nostres varlès trouveront.» Chils consauls fu
creus. Et se logièrent ces Englois et ces Bretons à l'environ de Fauet;
et lor varlet alèrent fouragier, et se passèrent la nuit de ce que il
trouvèrent. Fos 84 vo et 85.


=§ 174.=--P. 164, l. 23: quarante.--_Ms. d'Amiens_: jusquez à quarante.
Fo 71.--_Ms. B 6_: quarante lances. Fo 214.

P. 165, l. 8 et 9: l'assaut.--_Ms. B 6_: Dont cheulx de Rochepierot
furent bien eureus, car on dist que, se l'aventure ne fust venue, les
Englès les eussent conquis. Fo 214.

P. 165, l. 22: Gerars de Malain.--_Ms. d'Amiens_: Gerars de Malain
sceut, tantost que cil signeur se furent parti de Rocheperiot, le biel
fet d'armez que Reniers ses frèrez avoit fait pour lui secourir, si en
eut grant joie, et sceut que chil seigneur englès et breton estoient
pour chou tret par deviers Fauet et le concquerroient se il pooient. Si
se appenssa que il feroit ossi biel service à son frère qu'il li avoit
fet. Si monta en l'eure et tout de nuit sus son cheval et chevaucha
tant que ung petit devant le jour il vint à Dinant. On li ouvri le
porte, car bien y estoit conneus. Si parla à monseigneur Pière
Portebuef, son compaignon et cappittainne de Dinant, et li remoustra
quel besoing l'amenoit là. Messires Pière (Portebuef) fist tantost
sommer la cloce dou consseil de la ville. Et s'asamblèrent tout li
bourgois ou marchiet; et quant il furent tuit venu, li dessus dit les
priièrent et enortèrent si bellement que tout s'acordèrent ad ce qu'il
s'armeroient et yroient deviers Fauet pour secourir Renier de Malain,
leur bon voisin. Dont s'armèrent ysnielment touttez mannières de gens
en le ville de Dinant, et se rassamblèrent en le plache, et furent bien
six mille, qu'à piet qu'à ceval, et se partirent à grant effort et
prissent le chemin de Fauet, messires Pières Porteboef et Gerars de
Mallain devant, qui les conduisoient. Ces nouvelles vinrent à messire
Ghautier de Mauni et as chevaliers englès et bretons coumment chil de
Dinant et dou pays d'environ venoient pour yaux combattre. Si eurent
consseil entr'iaux que bon leur en seroit affaire, si ques, tout
consideret, le bien et le mal, il s'acordèrent à ce qu'il se
partiroient de là et s'en retourneroient tout bellement par deviers
Hainbon, car grans meschiefz leur poroit avenir, se il demoroient
longement là; car, se cil de Dinant leur venoient d'une part et li hos
messire Carle de Blois et li signeur de Franche d'autre part, il
seroient enclos, si seroient tous (pris[409]) et mors à le vollenté de
leurs ennemis. Si se acordèrent à ce que li milleurs poins estoit de
laissier leurs compaignons en prisson que de tout perdre, jusquez adonc
que il le poroient amender. Lors se partirent de Fauet et s'en
retournèrent vers Hainbon. Or lairons ung petit à parler d'iaux et
parlerons de monseigneur Loeys d'Espaigne....

  [409] On lit dans le ms.: «perilz.» Mauvaise leçon.

Quant messires Gautiers de Mauni se fu partis de Fauet et il eurent
pris le chemin de Hainbon, il vinrent passant par devant le fort
castiel que on claimme Gohy le Forest, qui, quinze jours devant, estoit
rendus à monseigneur Carlon de Blois. Et l'avoit li dis messires Carlez
livret pour garder à monseigneur Gui de Ghoy, qui en devant le tenoit,
liquelx n'estoit point adonc là, mès estoit en l'ost avoecq les
seigneurs de France par devant la ville de Craais. Quant messires
Gautiers de Mauni vi le castiel de Ghoy le Foriest, qui durement estoit
fors, il dist à ces chevaliers de Bretaingne qui estoient avoecq lui,
que il n'yroit plus avant, ne de là ne se partiroit, com travilliés
qu'il fuist, si aroit assailli che fort castiel et aroit veu le
couvenant de ciaux qui estoient dedens. Si coummanda tantost as
archiers que chacuns le sieuwist, et à ses compaignons ossi, puis prist
sa targe à son col et monta amont jusques as baillez et as fossés dou
castiel, et tout li autre Breton et Englès le sieuvirent. Lors
coummenchièrent fortement à assaillir, et chil de dedens fortement à
yaux deffendre, coumment qu'il n'ewissent point de leur cappitaine. Là
eult trop fort assault et grant fuison de bien faisans dedens et
dehors, et dura longement jusques à basses viespres. Là estoit messire
Gautier de Mauny tout devant, qui mies ne s'espargnoit, mès se mettoit
ou plus grant peril pour rencoragier les siens. Et li archier traioient
si ouniement que chil de dedens ne s'osoient apparoir as cretiaus, se
petit non. Si fissent tant li assallant que li fossés furent rempli à
l'un des lés d'estrain et de bois et de terre gettée par dessus, par
quoy il pooient bien parvenir jusques as murs. Adonc assaillirent il
plus fort que devant. Et avoient pik dont il petruisièrent le mur, et y
fissent ung si grant trau que par ce il reversèrent ung pan dou mur; et
entrèrent ens de force et ochirent tous ceux qui dedens estoient,
excepté quatre qu'il enmenèrent prisonnier. Et laissièrent le castiel
en cel estat et s'en partirent à l'endemain; et s'en revinrent à
Hainbon, où il furent recheuv à grant joie de le comtesse de Montfort
et de tous lors compaignons.

Or avons nous entroubliiet à parler dou secours de Dinant qui venoit
devant Fauet. Voirs est qu'il y vinrent; et quant il trouvèrent les
Englèz partis, messire Pière Porteboef ramena chiaux de Dinant. Fo 71.


_Ms. de Rome_: Gerars de Malain, qui se tenoit en Roceperiot entendi
que li Englois et li Breton estoient devant Fauet. Si s'apensa que il
conforteroit son frère et li remunerroit le service que fait li avoit;
si se departi de Roceperiot et vint à Dignant. D'aventure estoient là
venu li sires de Chastellon, li viscontes de Rohem, li sires d'Amboise
et autres chevaliers de France, les quels mesires Carles de Blois i
avoit envoiiés pour conforter la ville, pour tant que il avoit entendu
que li Englois cevauçoient; et estoient bien trois cens lances et deus
cens Geneuois. Li esquiers bourgignons lor recorda le fait pour quoi il
estoit là venus, et de son frère qui estoit assegiet ou chastiel de
Fauet, et couvenoit que il fust secourus, ou il seroit pris, et li doi
chevalier que il tenoit prisonniers, rescous. Ces gens d'armes ne
furent onques si resjoi, à ce que il moustrèrent, qu'il furent; et
s'ordonnèrent toute la nuit au partir au point dou jour, et s'armèrent
et fissent armer tous les honmes aidables de Dignant. Et furent ou
gouvrenement de messire Pierre Portebuef; et puis, à l'aube dou jour,
il se departirent de Dignant, et ne pooient tos aler pour la cause de
ceuls de piet qui les sievoient. Messires Gautiers de Mauni et chil qui
estoient devant Fauet, furent segnefiiet que François venoient
efforciement. Si n'orent pas consel de l'atendre, et s'en departirent
et retournèrent viers Hainbon; si ques, qant li François furent jusques
à là venu, il ne trouvèrent à qui parler. Ensi demora pour ces jours
Fauet en paix. Et confortèrent li doi frère l'un l'autre et li doi
chevalier prisonnier: dont moult en anoia à mesire Gautier de Mauni,
mais amender ne le pot pour l'eure.

Qant mesires Gautiers de Mauni et sa route se furent departi de Fauet,
ensi que vous avés oï, il n'alèrent pas le droit cemin pour retourner à
Hainbon, mais s'adrechièrent viers Goi le Forest, un chastiel assés
fort, qui se tenoit à mesire Carle de Blois. Messires Gautiers de
Mauni, qui estoit encores tous merancolieus des deus chevaliers,
messire Hubert de Frenai et messire Jehan le Boutillier, qui estoient
demoret derrière et prisonnier ou chastiel de Fauet, qant il fu venus
devant le chastiel de Goy la Forest, il dist à ses compagnons: «Il nous
fault assaiier à ce chastiel, se jamais nous le porions prendre.» Tout
furent de son acord et missent tantos piet à terre, et alèrent asallir
de si grant volenté, que li chastiaus fu pris, et tout chil mort, qui
dedens estoient. Et puis passèrent oultre, et vinrent ce jour à Hainbon
où la contesse estoit, qui lor fist bonne chière, mais messires
Gautiers ne pooit oubliier la prise des deus chevaliers et doutoit
messire Lois d'Espagne que il ne les fesist morir, en contrevengant la
mort de son neveu, messire Aufons d'Espagne, liquels avoit esté ocis en
l'ille de Camperlé. Fo 85.

P. 166, l. 15: sis mille.--_Ms. B 6_: quatre mille. Fo 215.


=§ 175.= P. 168, l. 19: Quant.--_Ms. d'Amiens_: Et Gerars de Malain
retourna en le Roceperiot: si entendi que li Englès avoient pris Ghoi
le Forest et ochis ceux de dedens et l'avoient laissiet. Si vint ung
jour celle part et y amena grant fuison de bonhommes dou pays, et le
fist remparer et fortefiier de rechief et pourveir d'artillerie, de
pourveanches et de bons compaignons pour le garder; car mies ne volloit
que li Englès y amasesissent pour gueriier chiaux d'environ.

Et toudis se tenoit li sièges devant Craais. Tant fist messires Carlez
de Blois o son effort et les seigneurs de France que li roys Phelippes,
ses biaux oncles, li avoit envoiiés, devant la bonne et forte ville de
Craais, et tant le fist assaillir par pluisseurs fois, que chil de
dedens furent durement constraint en pluisseurs mannières. Et se
tinrent et deffendirent comme bonne gent et senefiièrent leur necessité
par deux ou par troix foix à leur damme la comtesse de Montfort, qui
moult estoit couroucie que elle n'estoit forte assés pour lever le
siège; mès messires Carles de Blois avoit adonc grant host et belle
gent, et tous les jours li fuisonnoient. Si ne se trouvoit mies en
point pour yaux combattre.

Or eut la comtesse consseil par l'avis de monseigneur Ghautier de Mauny
que elle escriproit une grande part de ses besoingnes au roy
d'Engleterre, et li renouvelleroit les couvenenches qu'il avoient
enssamble et li prieroit d'avoir secours: autrement, ce que elle tenoit
de pays en Bretaingne estoit en grant aventure. Si escripsi la comtesse
au roy englès lettrez moult affectueuses, ensi que bien le seult faire,
et messires Gautiers de Mauny ossi pour mieux aprouver et encoulourer
les besoingnes de le damme. Les lettres escriptez et saellées, li
messagiers parti et entra ens une nef ou havene de Hainbon, et singla
vers Engleterre. Endementroes qu'il ala et vint et fist son messaige,
pluiseurs coses avinrent en Bretaingne, desquelles je vous feray des
aucunnes mention, mès premiers je vous compteray dou siège de Craais
coumment il fu perseveréz.

Ensi comme dessus est dit, tant fist messires Carles de Blois devant la
ville de Craais, que durement l'appressa et constraindi de famine. Et
quant cil de Craais veirent que il ne seroient autrement comforté ne
secourut de par la comtesse, il se doubtèrent de plus à perdre; car il
veoient monseigneur Carlon de Blois fort durement. Si traitiièrent
deviers lui par amiable composition que il leur volsist pardonner son
mautallent, et il le receveroient à signeur et li feroient feaulté et
hoummaige pour tous jours. Mès chilz tretiés fu si sagement demenéz que
li dessus dis messires Carles les rechupt par l'ordounnanche dessus
ditte et entra dedens la ville, et y fu rechus à grant joie et y reposa
et toutte sen host, voirs chil qui reposer y veurent, par six jours, et
leur fist on là dedens moult de courtoisiez. Fos 71 vo et 72.

_Ms. de Rome_: Si ordonna li dis messires Carles (de Blois) chapitainne
à Vennes et bonnes gens d'armes pour le garder. Et puis se traissent
(li François) devant la ville de Craais, qui aussi sus quatre jours
entra en trettiet et se rendi. Et de là il vinrent devant Hainbon, et
se requellierent toutes les gens d'armes et les capitains françois de
tout le pais, qui pour lors se tenoient à mesire Carle de Blois, et
vinrent tout au siège de Hainbon. Fo 85 vo.


=§ 176.= P. 170, l. 11: Adonc.--_Ms. d'Amiens_: Endementroes eurent li
seigneur consseil quel part il se trairoient, ou devant Jugon, ou
devant Hainbon. Finaublement consseil se porta qu'il se retrairoient
devant Hainbon et l'assiegeroient de tous costéz, car leur ennemic se
tenoient par dedens, et n'en partiroient, c'estoit leur entente, si
l'aroient à leur vollenté. Dont se partirent au septime jour et
aroutèrent tout leur charoy et missent les pourveanches à voiture, et
s'en vinrent li seigneur et touttes mannières de gens devant Hainbon et
le assiegièrent.

Or ont de rechief li Franchois assegiet le ville e