Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Voyages en Sibérie
Author: Nikolai-Ambrozy, Kubalski
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Voyages en Sibérie" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



  Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
  typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée
  et n'a pas été harmonisée.


[Illustration: Treize chiens tiraient le traîneau, mais un seul servait
de guide.]



    VOYAGES
    EN SIBÉRIE

    RECUEILLIS
    PAR N.-A. KUBALSKI

    NOUVELLE ÉDITION

    [Logo]

    TOURS

    AD MAME ET CIE, IMPRIMEURS-LIBRAIRES

    1856



AVERTISSEMENT DES ÉDITEURS.


Bien que découverte il y a trois siècles, la Sibérie commença fort
tard à être explorée, et aujourd'hui elle n'est encore connue que
par des notices dispersées dans divers recueils scientifiques ou
littéraires.

Pour rendre plus complète la connaissance de cette contrée, si vaste
et si intéressante sous plusieurs rapports, nous avons jugé à propos
de réunir en substance les relations publiées, dans le courant du
dernier siècle, par des hommes distingués qui y avaient séjourné
soit comme voyageurs, soit comme prisonniers politiques. Le volume
que nous offrons aux jeunes lecteurs contient les résultats de ce
travail; il présente les principaux détails sur l'état physique de ce
pays et sur ses malheureux habitants. On y trouvera donc une étude
utile et agréable, sans avoir besoin de recourir à ces documents
épars dont l'authenticité est souvent problématique.

[Déco]



VOYAGES
EN SIBÉRIE



CHAPITRE I

   VOYAGES DU PROFESSEUR GMELIN, MEMBRE DE L'ACADÉMIE DE
   SAINT-PÉTERSBOURG, DANS LES ANNÉES 1733-1737.


Originaire d'Allemagne, mais établi en Russie comme professeur de
botanique, le docteur-médecin Gmelin fut, en 1733, chargé par le
gouvernement d'explorer toute la Sibérie, y compris la presqu'île de
Kamtchatka. Accompagné de deux autres naturalistes nommés Muller et
de Lille de Coyère, ses collègues à l'Académie de Saint-Pétersbourg,
et dont le dernier appartient à la France, il consacra à ce voyage
plus de quatre ans, et en publia une relation en allemand.

Nous donnons ici les principaux détails de cette relation, d'après
une traduction française, sur les provinces de Tobolsk et d'Irkoutsk,
l'auteur ayant été empêché, ainsi qu'on le verra par son récit,
de visiter les autres parties de la Sibérie. Cependant les deux
chapitres suivants comblent en partie cette lacune.


I

PROVINCE DE TOBOLSK

   Catherinenbourg (ville).--Mines et fonderies.--Tobolsk
   (capitale).--Fêtes de carnaval.--Carême.--Noce tatare.--Courses
   de chevaux.--Pâques.--Fêtes des morts.--Gouvernement et
   habitants de la province.--Irtisch (fleuve).--Steppe.--Yanuschna
   (fort).--Un lac salé.--Mines.--Obi (fleuve).--Kusnatzk, Tomsk,
   Jeniseisk et Krasnojarsk (villes).

La première ville remarquable de la Sibérie est Catherinenbourg.
Cette ville, fondée en 1723 par Pierre Ier, fut achevée en 1726,
sous l'impératrice Catherine, dont elle porte le nom. On peut la
regarder comme le point de réunion de toutes les fonderies et
forges de Sibérie, qui appartiennent au collége suprême des Mines;
car ce collége y réside, et c'est de là qu'il dirige tous les
ouvrages de Sibérie. Toutes les maisons qui la composent ont été
bâties aux dépens de la cour; aussi sont-elles habitées par des
officiers impériaux, ou par des maîtres et des ouvriers attachés à
l'exploitation des mines. La ville est régulière, et les maisons
sont presque toutes bâties à l'allemande. Il y a des fortifications
que le voisinage des Baskirs rend très-nécessaires. L'Iser (fleuve)
passe au milieu de la ville, et ses eaux suffisent à tous les besoins
des fonderies. L'église de Catherinenbourg est en bois; mais on a
jeté les fondements d'une église en pierre. Il y a dans cette ville
un bazar bâti en bois et garni de boutiques, mais on n'y trouve
guère que des marchandises du pays; il y a aussi un bureau de péage
dépendant de la régence de Tobolsk; les marchandises des commerçants
qui y passent dans le temps de la foire d'Irbit, y sont visitées.
La durée de cette foire est le seul temps où il soit permis aux
marchands de passer par Catherinenbourg.

Pour s'instruire à fond dans la matière des mines, forges,
fonderies, etc., il suffit de voir cette ville. Les ouvrages y sont
tous en très-bon état, et les ouvriers y travaillent avec autant
d'application que d'habileté. On empêche sans violence ces ouvriers
de s'enivrer, et voici comment: il est défendu par toute la ville de
vendre de l'eau-de-vie dans d'autres temps que les dimanches après
midi, et l'on ne permet d'en vendre qu'une certaine mesure, pour ne
pas profaner ce jour.

Dans la nuit du 31 décembre (1733), nous fûmes régalés d'un spectacle
russe où nous ne trouvâmes pas le mot pour rire; notre appartement se
remplit tout à coup de masques. Un homme vêtu de blanc conduisait la
troupe; il était armé d'une faux qu'il aiguisait de temps en temps;
c'était la Mort qu'il représentait; un autre faisait le rôle du
Diable. Il y avait des musiciens et une nombreuse suite d'hommes et
de femmes. La Mort et le Diable, qui étaient les principaux acteurs
de la pièce, disaient que tous ces gens-là leur appartenaient, et ils
voulaient nous emmener aussi. Nous nous débarrassâmes d'eux en leur
donnant pour boire.

Au commencement de janvier, l'auteur, accompagné de Muller, alla
visiter les mines de cuivre de Polewai, situées à cinquante-deux
werstes (la werste russe équivaut à 1 kilomètre 77 mètres) de
Catherinenbourg. Nous entrâmes, dit-il, dans la mine de cuivre
qui est dans l'enceinte des ouvrages élevés contre les incursions
des Baskirs. Le rocher n'est pas inattaquable; cependant il faut
pour le briser de la poudre à canon. La mine ne s'y trouve pas par
couches; elle est distribuée par chambres, et donne, l'un portant
l'autre, trois livres de cuivre par quintal. La terre qui la tient
est noirâtre et un peu alumineuse. Comme la mine n'est pas profonde,
on a rarement besoin de pousser les galeries au delà de cent brasses
de profondeur; aussi n'est-on pas beaucoup incommodé des eaux, qui
d'ailleurs sont chassées par des pompes que la rivière la Polewa fait
agir.

De la mine nous allâmes aux fonderies, où l'on voit tous les
fourneaux nécessaires pour préparer la pierre crue et le cuivre; dans
le même endroit sont les forges avec les marteaux. Tous ces ouvrages
sont mis en mouvement par la Polewa, qu'un batardeau fait monter.

Il ne se passa rien de remarquable à Tobolsk avant le 17 février.
La semaine du _beurre_ (c'est ainsi qu'on appelle ici le carnaval),
qui commença ce jour-là, mit en mouvement toute la ville; les gens
les plus distingués se rendaient continuellement des visites, et le
peuple faisait mille extravagances; on ne voyait et l'on n'entendait
jour et nuit dans les rues que des courses et des cris; la foule des
passants et des traîneaux y causait à chaque instant des embarras.
Une nuit, passant devant un cabaret, je vis beaucoup de monde assis
sur un tas immense de neige, qu'on avait élevé exprès. On y chantait
et l'on y buvait sans relâche; la provision finie, on renvoyait
au cabaret. On invitait tous les passants à boire, et personne
ne songeait au froid qu'il faisait. Les femmes se divertissaient
à courir les rues, et elles étaient souvent jusqu'à huit dans un
traîneau.

A Pechler, j'entrai dans une maison de Tatares. Ceux du district de
Tobolsk ne sont nullement comparables aux Tatares du Kazan pour la
politesse et la propreté. Ces derniers ont ordinairement une chambre
dans laquelle toute la famille vit pêle-mêle avec les bœufs,
les vaches, les veaux, les moutons. Cette malpropreté provient
vraisemblablement de leur pauvreté: c'est par la même raison qu'ils
ne boivent que de l'eau.

Autant la ville avait été tumultueuse dans la semaine du beurre,
autant elle paraissait tranquille dans les fêtes qui la suivirent.
On voyait tout le monde en prière. La dévotion éclata surtout dans
une cérémonie qui se fit le 3 mars à la cathédrale, et qui fut
célébrée par l'archevêque du lieu. Elle commença par une espèce de
béatification de tous les czars morts en odeur de sainteté, de leurs
familles, des plus vertueux patriarches, et de plusieurs autres
personnages, du nombre desquels fut Jermak (Cosaque), qui avait
conquis la Sibérie; ensuite on prononça solennellement le grand
ban de l'Église contre les infidèles, hérétiques et schismatiques,
c'est-à-dire contre les mahométans, les luthériens, les calvinistes
et les catholiques romains, supposés auteurs du schisme qui sépare
les deux églises. Pendant tout le carême on n'entendit point de
musique; il n'y eut aucune sorte de divertissement, ni noces ni
fiançailles. Si nous n'eussions eu des Tatares à observer, nous
aurions été réduits à la plus grande inaction.

Le 15 mars, nous eûmes avis qu'il se faisait une noce tatare au
village de Sabanaka; nous fûmes curieux de la voir, et nous nous
rendîmes sur les lieux. On compte de Tobolsk à Sabanaka sept werstes
anciens. Nous allâmes droit à la maison des nouveaux mariés; nous
fûmes conduits, avec d'autres étrangers qui avaient eu la même
curiosité que nous, dans une chambre particulière où l'on avait rangé
des chaises pour nous recevoir. Nous y trouvâmes aussi des bancs
larges et bas que nous avions vus jusqu'à présent dans toutes les
chambres tatares, et ils étaient couverts de tapis; on y avait servi
un gâteau, de gros raisins et des noix de cèdre. Comme nous arrivions
dans la chambre, on nous présenta de l'eau-de-vie à la manière russe,
et ensuite du thé. On nous prévint qu'on avait rassemblé à Tobolsk
quelques chevaux qui viendraient en course pour disputer les prix.
C'est un ancien usage dans toutes les noces tatares de donner le
spectacle de ces courses avant de commencer la noce. Or, afin qu'il
se trouve toujours des cavaliers et des chevaux pour les courses, il
y a des prix proposés, tant de la part du marié que du côté de la
mariée, et le plus considérable est adjugé à celui qui atteint le
premier le but. Le prix donné par le marié était une pièce de kamka
(étoffe) rouge, une peau de renard, une pièce de chamvert, une pièce
de tschandar (ces deux dernières étoffes sont de coton et tirées de
la Kalmoukie), et une peau rousse de cheval. De la part de la mariée,
il y avait une pièce de kamka violet, une pièce d'étoffe de Bukharie
rayée rouge et blanc, moitié soie et moitié coton, qu'on nomme
_darei_; une peau de loutre, une pièce de kitaika rouge, et une peau
rousse de cheval; ce qui faisait en tout dix prix destinés pour les
meilleurs coureurs. Ces prix étaient attachés à de longues perches,
et étalés devant la maison des mariés.

Vers les onze heures, on vit arriver trois cavaliers. Ce furent deux
jeunes garçons russes qui remportèrent les trois premiers prix.
Quelque temps après il en arriva plusieurs autres, qui étaient
presque tous de jeunes Tatares ou de jeunes Russes. Les prix furent
donnés aux dix premiers; mais nous apprîmes qu'on les distribuait
quelquefois avec un peu de partialité, et qu'ici particulièrement
il y avait eu de la faveur. A peu de distance, il y avait deux
tables, sur chacune desquelles était un instrument de musique tatare,
consistant en un vieux pot sur lequel était un vieux cuir bien tendu,
et sur lequel on frappait comme sur un tambour. Cette musique n'était
pas merveilleuse; cependant il y avait une si grande foule de Tatares
empressés de l'entendre, qu'on avait de la peine à en approcher.

Après la distribution des prix, nous passâmes dans la chambre du
marié, qui était dans la cour de la maison où demeurait la future.
Cette chambre était remplie de gens qui se divertissaient à boire.
Deux musiciens tatares étaient de la fête: l'un avait un simple
roseau percé de trous avec lequel il rendait différents sons;
l'embouchure de cette espèce de flûte était entièrement cachée dans
sa bouche; l'autre raclait un violon ordinaire. Ils nous jouèrent
quelques morceaux qui n'étaient pas absolument mauvais; nous fûmes
surtout invités à la chanson ou romance de Jermak, qu'ils nous
assurèrent avoir été faite dans le temps que ce guerrier conquit la
Sibérie, et que leurs ancêtres furent soumis à la domination russe.

De là nous repassâmes dans la première chambre, d'où nous vîmes le
marié, conduit par ses paranymphes et par ses parents, faire trois
fois le tour de la cour. Lorsqu'il passa la première fois devant la
chambre de la mariée, on jeta des fenêtres de celle-ci des morceaux
d'étoffe que le peuple s'empressa de ramasser. Le marié avait une
longue veste rouge avec des boutonnières d'or; son bonnet était
brodé en or, et de la même couleur. De la cour il se rendit dans une
chambre où l'aguns (prêtre égal en dignité à un évêque), deux abuss
ou abiss, et deux hommes qui représentaient les pères du marié et de
la mariée, étaient assis sur un banc. Il y avait dans cet endroit
une grande foule de spectateurs accourus pour voir la cérémonie.
Les deux paranymphes entrèrent dans la chambre avant le marié, et
demandèrent à l'aguns si la cérémonie se ferait. Après sa réponse,
qui fut affirmative, le marié entra; les paranymphes lui demandèrent
si lui _N._ pourrait obtenir _N._ pour femme. Alors l'abiss envoya
chez la mariée pour avoir la réponse. Son consentement étant arrivé,
et les pères et mères des futurs conjoints ayant aussi donné le leur,
l'aguns récita au marié les lois du mariage, dont la principale
était qu'il ne prendrait jamais d'autre femme sans le consentement
de celle qu'on allait lui donner. A toutes ces formalités le marié
gardait un profond silence; mais les paranymphes promirent qu'il
ferait tout ce qu'on exigerait de lui. L'aguns, pour lors, donna
sa bénédiction, et il finit la cérémonie par un éclat de rire qui
fut imité par plusieurs des assistants. Pendant tout ce temps, les
parents et les amis des mariés apportaient des pains de sucre pour
présents de noce. Après la bénédiction nuptiale on cassa ces pains
en plusieurs morceaux; on sépara les gros des petits, et on les mit
sur des assiettes. Les plus gros furent distribués au clergé, et les
autres aux assistants; nous eûmes chacun environ deux onces de sucre.
On quitta cette chambre pour aller se mettre à table, et nous fûmes
servis dans l'endroit où l'on nous avait reçus d'abord. Le repas
était composé de riz, de pois, de bœuf et de mouton. A une heure
après midi nous nous retirâmes, et nous revînmes à Tobolsk. Nous
sûmes depuis que la noce avait duré trois jours, pendant lesquels on
n'avait cessé de boire et de manger.

Nous ne vîmes rien de remarquable à Tobolsk jusqu'au 14 avril, jour
où finit le carême. Les cérémonies de Pâques usitées chez les Russes
parmi le peuple sont ici les mêmes. Le 15, nous eûmes à peu près le
même spectacle qu'on nous avait donné à Catherinenbourg, si ce n'est
qu'il se fit en plein jour: ce fut la représentation d'une pieuse
farce toute semblable à nos anciens mystères, et distribuée en trois
actes.

Il y eut ce même jour à Tobolsk une autre solennité dont Muller
seul fut témoin: «A un werste de la ville, il était entré dans une
maison située sur une éminence et qui paraissait ne contenir qu'une
seule chambre. Il y descendit par quelques marches basses, et il y
trouva beaucoup de cercueils remplis de corps morts, et qu'on pouvait
aisément ouvrir. Ce sont des cadavres de gens qui sont morts de mort
violente ou sans sacrements, et qui ne peuvent pas être enterrés
avec ceux qui les ont reçus ou dont la mort a été naturelle. Près
de ces bières il y avait un grand concours de monde, soit parents
des morts, soit inconnus, qui venaient prendre congé des défunts;
_car_, disent-ils, _quoique nous ne soyons pas parents, les morts
peuvent dire un mot en notre faveur_. Ce n'est pas qu'ils croient
que ceux qui ne sont pas morts dans les règles ne puissent pas être
sauvés: ces morts, d'après les idées religieuses du pays, ne restent
pas au delà d'un an dans cet état, et quelques-uns même n'ont pas
aussi longtemps à attendre. Suivant cette opinion, tous ceux qui
meurent dans l'année entre les jeudis antérieurs à celui qui précède
les fêtes de la Pentecôte, restent sans être inhumés jusqu'à ce
dernier jeudi, et sont gardés dans ce dépôt de morts. S'il arrive
que quelqu'un meure le jeudi même, il faut qu'il attende une année
entière pour être enterré. Si au contraire il ne meurt qu'un seul
jour auparavant, il l'est dès le lendemain. Ce jeudi est appelé
_tulpa_ en langue russe; mais la plupart le nomment _sedmik_, parce
que depuis le jeudi saint jusqu'à celui-ci il y a sept semaines. Ce
même jour l'archevêque de Tobolsk fait une procession solennelle avec
son clergé jusqu'à cette maison; et, après avoir récité quelques
prières, il absout les morts des péchés dont ils se sont rendus
coupables par leurs négligences, ou qu'ils n'ont pu expier à cause de
leur mort subite.

La semaine de Pâques se passa gaiement en visites réciproques. La
populace la célébra par beaucoup de divertissements à sa manière;
mais ces extravagances n'approchaient pas, à beaucoup près, de celles
qui se firent dans la semaine du beurre.

Tobolsk, capitale de la Sibérie, est située sur le fleuve Irtisch.
Elle est divisée en ville haute et en ville basse. La ville haute est
sur la rive orientale de l'Irtisch; la basse occupe le terrain qui
est entre la montagne et le fleuve. Elles ont l'une et l'autre un
circuit considérable; mais toutes les maisons sont bâties en bois.
Dans la ville haute, qu'on appelle proprement la _ville_, se trouve
la forteresse, qui forme presque un carré parfait. Elle renferme un
bazar de marchandises bâti en pierres, la chancellerie de la régence
et le palais archiépiscopal. Près de la forteresse est la maison du
gouverneur général. Outre le bazar de marchandises, il y a dans la
haute ville encore un magasin pour les vivres et pour toutes sortes
de menues denrées.

La ville haute a cinq églises, dont deux construites en pierre,
enclavées dans la forteresse, et trois bâties en bois, outre un
couvent. La ville basse a sept paroisses, et un couvent bâti en
pierre.

La ville haute a l'avantage de ne point être sujette aux inondations;
mais elle a une grande incommodité, en ce qu'il y faut faire monter
toute l'eau dont elle a besoin. L'archevêque seul a un puits profond
de trente brasses, qu'il a fait creuser à grands frais, mais dont
l'eau n'est à l'usage de personne hors de son palais. La ville basse
a l'avantage d'être proche de l'eau; mais elle n'est pas à l'abri des
inondations.

On nous dit à Tobolsk que cette ville éprouvait tous les dix ans une
inondation qui la mettait sous l'eau. En effet, l'année précédente
(1733), non-seulement la ville, mais tous les lieux bas des environs
avaient été submergés.

Je n'ai pas connu d'endroit où l'on vît autant de vaches qu'on en
rencontre à Tobolsk. Elles courent les rues, même en hiver; de
quelque côté qu'on se tourne on aperçoit des vaches, mais surtout en
été et au printemps.

La ville de Tobolsk est fort peuplée, et les Tatares font près du
quart des habitants. Les autres sont presque tous des Russes, ou
exilés pour crimes, ou enfants d'exilés. Comme ici tout est à si bon
marché qu'un homme d'une condition médiocre peut y vivre avec le
modique revenu de dix roubles par an, la paresse y est excessive.
Quoiqu'il y ait des ouvriers de tous métiers, il est très-difficile
d'obtenir quelque chose de ces gens-là; on n'y parvient guère qu'en
usant de contrainte et d'autorité, ou en les faisant travailler
sous bonne garde. Quand ils ont gagné quelque chose, ils ne cessent
de boire jusqu'à ce que, n'ayant plus rien, ils soient forcés par
la faim de revenir au travail. Le bas prix du pain cause en partie
ce désordre, et fait que les ouvriers ne pensent pas à épargner;
deux heures de travail leur donnent de quoi vivre une semaine et
satisfaire leur paresse.

Du gouverneur général de Tobolsk relèvent tous les gouverneurs
particuliers (woiwodes); cependant il ne peut pas les destituer ni
les choisir lui-même; il est obligé de les recevoir tels qu'on les
lui envoie de la prikase ou chancellerie de Sibérie, qui réside à
Moscow. Il reçoit, ainsi que les sous-gouverneurs et les autres
officiers de la chancellerie, des appointements du trésor impérial.
Il y a deux secrétaires à la chancellerie de ce gouvernement qui
sont perpétuels, quoiqu'on change les gouverneurs. Ces secrétaires,
par cette raison, sont fort respectés; les grands et les petits
recherchent leur protection, et ils gouvernent presque despotiquement
toute la ville.

Le gouverneur célèbre toutes les fêtes de la cour; il fait inviter
ce jour-là tous ceux qui sont au service de la couronne, et même
tous les négociants de la ville. Tout ce qu'il y avait à Tobolsk de
personnes destinées pour le voyage du Kamtchatka, reçut de pareilles
invitations. Nous étions toujours placés à la même table avec
l'archevêque, les archimandrites, quelques autres ecclésiastiques
d'un ordre inférieur, et les officiers de la garnison. Le dîner était
servi à la manière russe; on y buvait beaucoup de vin du Rhin et
de muscat. Ordinairement après le dîner, hors le temps de carême,
on dansait jusqu'à sept à huit heures du soir; d'autres fumaient,
jouaient au trictrac ou s'amusaient à d'autres jeux.

Ces repas, quelque multipliés qu'ils soient, ne sont rien moins que
ruineux; car aucun des négociants ne quitte la table sans laisser un
demi-rouble ou un rouble; et c'est à qui fera le mieux les choses.

Les Tatares établis dans cette ville descendent en partie de ceux
qui l'habitaient avant la conquête de la Sibérie, et en partie
des Bukhars, qui s'y sont introduits peu à peu avec la permission
des grands-ducs, dont ils ont obtenu certains priviléges. Ils sont
en général fort tranquilles, et vivent du commerce; mais il n'y a
point de métiers parmi eux. Ils regardent l'ivrognerie comme un vice
honteux et déshonorant; ceux d'entre eux qui boivent de l'eau-de-vie
sont fort décriés dans la nation. Je n'eus aucune occasion de voir
leurs cérémonies religieuses; mais il suffit de dire qu'ils sont tous
mahométans.

Les Tatares font leurs prières au lever et au coucher du soleil,
ainsi qu'à chacun de leurs repas. Je demandai un jour à un Tatare
pourquoi, au sortir de table et après son action de grâces, il
passait sa main sur sa bouche; il me répondit par cette autre
question: _Pourquoi joignez-vous les mains en priant?_ question à
laquelle il m'eût été facile de répondre.

Les Tatares ne changent pas souvent de religion; on en a cependant
baptisé quelques-uns; mais ces prosélytes sont fort méprisés dans
leur nation. Ceux qui s'appellent les vrais croyants leur reprochent
qu'ils ne changent de religion que par goût pour l'ivrognerie, et
pour se retirer de l'esclavage. Cette dernière raison paraît la plus
vraisemblable.

       *       *       *       *       *

Le temps de notre départ approchait; nous avions fait préparer
deux doschts-chennikes, où l'on avait réuni toutes les commodités
possibles. Un doschts-chennike est un bâtiment qu'on peut regarder
comme une grande barque couverte; lorsqu'il est destiné à remonter
les rivières, il a un gouvernail; mais ceux qui les descendent
ont, au lieu de gouvernail, une grande et longue poutre devant et
derrière, comme les bâtiments du Volga. Dans chacun de ces bâtiments
il y avait vingt-deux manouvriers, tous Tatares; chacun était muni en
outre de deux canons et d'un canonnier. Nous nous embarquâmes, et
nous remontâmes le fleuve Irtisch.

Au delà de l'embouchure du Tara, qui se jette dans l'Irtisch,
nous avions au rivage oriental le steppe ou le désert des
Tatares-Barabins, et à l'occident celui des Cosaques. Ainsi, nous
fîmes faire bonne garde. Nous n'avions rien à craindre des premiers,
qui sont soumis à l'empire russe; mais le départ des Cosaques est
très-dangereux; car des bords de l'Irtisch on peut arriver en trois
jours jusqu'à la Kasakiahorda (horde de Cosaques), ainsi nommée par
les Russes, qui court de temps en temps ce désert, et qui s'est
rendue redoutable. Ces Cosaques tuent ordinairement tous les hommes
qu'ils rencontrent, et emmènent les femmes. Ils traitent les Tatares
un peu plus doucement que les Russes; ils les font marcher avec
eux quelques pas, puis les dépouillent, les battent fort, et les
laissent aller. Autrefois ils se contentaient d'emmener les Russes en
captivité; j'en ai vu plusieurs qui en étaient sortis, et qui ne se
lassent point de parler des cruautés qu'on leur avait fait souffrir.

Jusque-là notre navigation sur l'Irtisch, à la lenteur près et malgré
les inconvénients dont je viens de parler, ne pouvait être plus
heureuse. Nous n'avions qu'à nous louer des travailleurs que nous
avions pris à Tobolsk; c'étaient tous gens tranquilles, officieux,
pleins de bonne volonté. Nous étions touchés de voir ces pauvres
gens travailler sans un moment de relâche, sans aucun repos la nuit,
et pourtant sans le moindre murmure. L'accident qui arriva à notre
bâtiment nous fit encore mieux connaître toute la bonté de ces
Tatares. Nous avions dans ce bateau une provision considérable de
cochon fumé; on sait que cette viande est en horreur aux Tatares, et
qu'ils n'osent seulement pas la toucher; cependant notre navire ayant
fait eau, comme il fallait que le bâtiment fût promptement déchargé,
nous les vîmes avec des mains tremblantes aider à porter cette
viande à terre. Une autre fois, un cochon de lait étant tombé dans
l'eau, un de nos Tatares s'y jeta sur-le-champ, nagea après l'animal
et le rapporta.

Nous avons aussi vu des marques de l'amitié qu'ils ont les uns pour
les autres. Il était souvent arrivé que trois ou quatre Tatares
étaient obligés, soit en nageant, soit en marchant dans l'eau,
de prendre les devants pour sonder la profondeur et empêcher nos
bâtiments d'échouer sur les bancs de sable. Un jour un de ces
travailleurs qui, contre l'ordinaire des Tatares, ne savait pas bien
nager, fut embarrassé dans un endroit profond, et près de se noyer.
Ses camarades le voyant en danger, trois ou quatre d'entre eux se
jetèrent à l'eau et le sauvèrent. Nous ne nous sommes jamais aperçus
qu'ils nous aient volé la moindre chose. Leur probité est connue
partout; aussi n'exige-t-on d'eux aucun serment; ils n'en connaissent
pas même l'usage; mais lorsqu'ils ont frappé dans la main en
promettant quelque chose, on peut être sûr de leur foi. Ils sont de
plus très-religieux; je ne les ai jamais vus manger sans avoir fait
leur prière à Dieu avant et après le repas. Ils ne levaient jamais la
voile sans demander à Dieu, par des invocations en leur langue, sa
bénédiction pour notre voyage.

Ces Tatares sont presque tous maigres, secs, fort bruns, et ont
les cheveux noirs; ils sont grands mangeurs, et quand ils ont des
provisions ils mangent quatre fois le jour. Leur mets ordinaire
est de l'orge qu'ils font un peu griller, et qu'ils appellent
_kurmatsch_; ils la mangent ainsi presque crue, ou, quand ils veulent
se régaler, ils la font griller encore une fois avec un peu de
beurre. De toutes les viandes, celle qu'ils aiment le mieux est la
chair de poulain. Ils furent obligés avec nous de se contenter de ce
que nous pouvions leur donner; mais ils n'étaient point délicats. Je
les ai souvent vus mettre sur le feu des morceaux de viande pourrie
qu'ils mangeaient de très-bon appétit.

Nous n'eûmes, dans tout ce voyage par eau, qu'une seule incommodité
à laquelle il ne fut pas possible de trouver le moindre remède:
c'étaient les cousins, dont il y a des quantités prodigieuses dans
tous les endroits où nous passâmes. Ils s'attachent à toutes les
parties du corps qui sont découvertes; ils plongent leur trompe
à travers la peau, sucent le sang jusqu'à ce qu'ils en soient
rassasiés, et s'envolent ensuite. Si on les laisse faire, ils
couvrent entièrement la peau, et causent des douleurs insupportables.
On m'a même assuré qu'ils tourmentent quelquefois si cruellement les
vaches, qu'elles en tombent mortes. Le cousin des bords de l'Irtisch
est d'une espèce très-délicate; on ne peut guère le toucher sans
l'écraser, et si on l'écrase sur la peau, il y laisse son aiguillon,
ce qui rend la douleur encore plus sensible. Sa piqûre fait enfler
la peau aux uns, et à d'autres ne fait que des taches rouges telles
qu'en font naître les orties. Le moyen usité dans le pays pour s'en
garantir est de porter une sorte de bonnet fait en forme de tamis,
qui couvre toute la tête et qui n'ôte pas entièrement la liberté
de la vue. On met autour des lits des rideaux d'une toile claire
de Russie. Nous employâmes ces deux moyens; mais nous trouvâmes de
l'inconvénient à l'un comme à l'autre. Le premier causait une chaleur
incommode qui se faisait sentir à la tête, et devenait bientôt
insupportable. L'autre moyen nous parut d'abord sans effet: nos lits
étaient assiégés par les cousins, et nous ne pouvions fermer l'œil
de la nuit. Lorsqu'il pleuvait un peu ou que le temps était couvert,
les cousins redoublaient de fureur; on ne se garantissait les mains
et les jambes qu'en mettant des bas et des gants de peau. Les cousins
sont en bien plus grande quantité sur les bords de l'eau que sur les
bâtiments, et quelque chose qu'on fasse, on en est toujours couvert.
Je risquai un jour d'aller sur le rivage; je ne puis exprimer tout ce
que je souffris; mes mains et mon visage furent aussitôt remplis de
petites pustules qui me causaient une démangeaison continuelle; je
regagnai vite le bâtiment, et je me soulageai en me lavant avec du
vinaigre.

Nous nous aperçûmes à la fin que les cousins qui nous tourmentaient
la nuit ne venaient pas à travers les rideaux, mais qu'ils montaient
d'en bas entre les rideaux et le lit. Il était aisé de leur fermer
ce passage: nous arrêtâmes les rideaux dans le lit, et nous n'étions
plus interrompus dans notre sommeil. Pour pouvoir tenir pendant le
jour dans nos cabanes, il fallait y faire une fumée continuelle.
Le mal était moindre quand il faisait du vent; il ne fallait alors
qu'ouvrir les fenêtres. Les cousins ne supportent pas le vent,
et comme il y en avait toujours un peu sur le pont, ils étaient
dispersés.

Quand il faisait froid, il n'y avait plus de cousins; ils restaient
dans les bâtiments attachés aux murs et comme morts; mais la moindre
chaleur les faisait revivre.

A deux journées de Iamuschewa nous cessâmes notre navigation, et nous
montâmes à cheval avec une petite suite; notre chemin traversait
directement le steppe, qui est partout fort uni. Nous eûmes beaucoup
à souffrir jusqu'à Iamuschewa; la chaleur était devenue si forte, que
nous pensâmes périr; il faisait à la vérité du vent, mais il était
aussi chaud que s'il fût sorti d'une fournaise ardente. Nous n'avions
pas dormi depuis près de trente-six heures; le sable et la poussière
nous ôtaient la vue, et nous arrivâmes très-fatigués, à une heure
après midi, à Iamuschewa. Là, nous sentîmes encore à notre arrivée la
chaleur si vivement, que nous désespérions de pouvoir la supporter
davantage. Tout ce qu'on nous servait à table, quand nous prenions
nos repas, était plein de sable que le vent y portait. La chambre
n'avait pas de fenêtres; il n'y avait que des ouvertures pratiquées
dans la muraille, et c'était par là que le vent nous charriait ce
sable incommode. Il me prit envie de me baigner, et je m'en trouvai
bien; je me sentis tout à la fois rafraîchi et délassé. En rentrant
à notre logis, j'entendis le tambour de la forteresse qui donnait le
signal du feu. Nous apprîmes qu'il était dans le steppe, et qu'il
y faisait du ravage. Le vent chassait la flamme avec violence vers
la forteresse. Nous montâmes aux ouvrages des fortifications, et
nous vîmes en plusieurs endroits du désert des feux qui répandaient
une grande lumière. L'officier qui commandait dans la forteresse
n'était pas fort à son aise; car le feu le plus proche n'était pas
éloigné de lui de plus de cinq werstes. Toutes les femmes du lieu
furent commandées pour porter chacune, en cas d'accident, une mesure
d'eau dans la maison, et quelques hommes furent occupés à creuser
des fossés pour empêcher la communication du feu de ce côté-là. Ces
précautions furent inutiles: le feu s'éteignit en quelque façon de
lui-même.

Le steppe ressemble à une terre labourée où il n'y a que du chaume;
l'herbe aride y brûle très-vite. Tout ce qui est combustible
s'enflamme tout de suite et de proche en proche; mais dans ces
steppes, outre les routes fort battues et les lacs, il y a au
printemps quantité d'endroits marécageux, et en été beaucoup
d'endroits secs, où il ne croît point du tout d'herbe. Ainsi, dans
tous ces endroits, le feu s'arrête de lui-même, sans pouvoir aller
plus loin, et s'éteint faute d'aliment. Les incendies des steppes
ne sont pas rares: nous en avons vu plusieurs, et les habitants des
environs assurent qu'on en voit presque tous les ans. On assigne
deux causes à ces incendies: la première vient des voyageurs, qui
font du feu dans les endroits où ils s'arrêtent pour faire manger
leurs chevaux, et qui, en s'en allant, n'ont pas soin de l'éteindre;
l'autre cause vient des fréquents orages, et on l'attribue au feu du
ciel; mais elle se produit bien plus rarement.

Le lendemain de notre arrivée à Iamuschewa, nous nous rendîmes, avec
peu de suite, au fameux lac salé _Iamuschewa_, dont la forteresse a
pris son nom, et qui en est éloigné de six werstes à l'est. Ce lac
est une merveille de la nature; il a neuf werstes de circonférence,
et est presque rond; ses bords sont couverts de sel, et le fond est
tout rempli de cristaux salins. L'eau est extrêmement salée; et quand
le soleil y donne, tout le lac paraît rouge comme une belle aurore.
Le sel qu'il produit est blanc comme la neige, et se forme tout en
cristaux cubiques: il y en a une quantité si prodigieuse, qu'en
très-peu de temps on pourrait en charger de nombreux vaisseaux, et
que dans les endroits où l'on en a pris une certaine quantité, on en
retrouve de nouveau cinq à six jours après. Les provinces de Tobolsk
et de Ieniseisk en sont complétement approvisionnées par ce lac, qui
suffirait encore à la fourniture de cinquante provinces semblables.
La couronne s'en est réservé le commerce, comme celui de toutes
les autres salines. A peu de distance de ce lac, sur une colline
assez élevée, est une station de dix hommes, qui sont postés là
pour veiller à ce que personne, excepté ceux qui sont autorisés par
la couronne, n'emporte du sel. Ce sel, au reste, est d'une qualité
supérieure: rien n'approche de sa blancheur, et l'on n'en trouve
nulle part qui sale aussi bien les viandes.

       *       *       *       *       *

Nos voyageurs continuèrent ensuite leur route sur les bords de
l'Irtisch, tandis que leurs bâtiments, chargés de provisions, les
suivaient sur la rivière.

       *       *       *       *       *

Le 23 août, dit l'auteur, nous allâmes à Kolywans-Kagora. C'est
au pied de cette montagne qu'on a construit, en 1728, la première
fonderie avec un ostrog (fort): on n'en voit plus que les ruines,
parce qu'elle a été abandonnée pour être transportée l'année
suivante dans un lieu plus convenable, où elle est aujourd'hui.

En 1725, quelques paysans fugitifs étant venus s'établir sur l'Obi,
apportèrent à un particulier russe, nommé Demidow, plusieurs
échantillons de mines de cuivre, qu'ils avaient trouvés dans ces
cantons en chassant. Demidow ayant obtenu du collége des mines la
permission de faire fouiller et de bâtir des fonderies, fit de
nouvelles recherches, et construisit la Sawode, ou fonderie de
Kolywans-Kagora; elle est située dans les montagnes, et a pour
défense un fortin de quatre bastions, entouré d'un rempart de terre
et d'un fossé. C'est la résidence des officiers et travailleurs des
mines. La plupart de ces travailleurs sont des paysans de différents
cantons, qui viennent ici pour gagner la capitation qu'ils sont
tenus de payer à la couronne. Après avoir gagné cet argent, ils s'en
retournent presque tous chez eux, ce qui ralentit beaucoup le travail
des mines. L'entrepreneur, pour y remédier, a établi quelques
villages; mais ils fournissent à peine quarante à cinquante hommes,
lorsqu'il en faudrait au moins huit cents. Il y a pour la sûreté du
lieu cent hommes à cheval.

       *       *       *       *       *

Le 2 septembre, nous arrivâmes sur les bords de l'Obi; nous y
embarquâmes, sur un gros bâtiment, nos bagages avec nos instruments
et nos ustensiles. L'Obi, l'un des plus grands fleuves de la
Sibérie, a sa source dans le pays des Mongols; il est formé de deux
grandes rivières nommées _Bija_ et _Katuna_; il ne prend le nom
d'Obi qu'à leur confluent, qui se fait à Bisk. C'est à partir de
cette forteresse que les bords de l'Obi sont habités. Bisk est une
forteresse de frontière contre les Kalmouks: on voyage avec tant de
sûreté dans ce pays-là, qu'on n'a pas besoin d'escorte.

       *       *       *       *       *

Le 11 du même mois, après avoir passé le Tom sur des radeaux, nous
arrivâmes le soir à Kusnetzk, où nous employâmes notre séjour à
satisfaire notre curiosité sur les Tatares du pays.

Le 16, nous allâmes à trois werstes de la ville, dans un village
habité par les Tatares-Éleuths. Leur religion n'a point de forme
certaine, et il paraît qu'ils ne savent guère eux-mêmes ce qu'ils
croient: ils rendent pourtant un culte à Dieu, mais bien simple; ils
se tournent tous les matins vers le soleil levant, et prononcent
cette courte prière: _Ne me tue pas_.

Nous avions appris que plusieurs Tatares, établis sur les rivières
de Kondoma et de Mrasa, savaient extraire le fer de la mine par
la fonte, et même on n'avait dans ce lieu d'autre fer que celui
qui venait de ces Tatares. Cela nous donna l'envie de voir leurs
fonderies, qui n'étaient pas fort éloignées. Nous choisîmes la plus
prochaine qu'on nous avait indiquée dans le village de Gadoewa, et
nous envoyâmes quelqu'un les avertir de notre arrivée, afin qu'ils
tinssent tout prêt.

Nous partîmes dès le matin, et après avoir traversé plusieurs
villages russes et tatares, et passé deux fois la Kondoma, nous
trouvâmes sur le bord de cette rivière le village de Gadoewa.
Notre premier soin fut de chercher des yeux quelques signes qui
indiquassent une fonderie de fer; mais nous ne remarquions aucun
bâtiment d'une apparence différente des autres. On nous conduisit
enfin dans une maison, et dès l'entrée nous vîmes le fourneau de
fonte. Nous comprîmes même à sa structure que, pour un pareil
fourneau, on n'avait pas eu besoin de construire un bâtiment
particulier, et qu'ils pouvaient tous également être propres à
cet usage. Les travaux de la fonte n'empêchaient pas les ouvriers
d'habiter la maison. Le four était à l'endroit où l'on fait
ordinairement la cuisine, et la terre était un peu creusée. Le creux
qui, dans toutes les maisons tatares, sert pour la cuisine, faisait
une des principales parties du fourneau. Un chapiteau d'argile ou de
terre glaise, de forme conique, d'environ un pied de diamètre, qui
allait en se rétrécissant par en haut, composait, avec un trou creusé
dans la terre, le fourneau de fonte. Deux Tatares font ici toute la
besogne: l'un apporte alternativement du charbon et du minerai pilé,
dont il remplit le fourneau; l'autre a soin du feu, et fait agir
deux soufflets. A mesure que les charbons s'affaissent, on fournit
de nouvelle matière et de nouveaux charbons; ce qui continue jusqu'à
ce qu'il y ait dans le fourneau environ trois livres de minerai; ils
n'en peuvent pas fondre davantage à la fois. Des trois livres de
minerai ils en tirent deux de fer qui paraît encore fort impur, mais
qui cependant est assez bon. En une heure et demie nous avions tout
vu.

Pendant qu'on s'occupait à fondre, nous fîmes chercher le kan (chef)
du lieu, pour nous faire voir ses sortiléges, ce qu'ils appellent
_faire le kamlat_. Il se fit apporter son tambour magique, qui
avait la forme d'un tambour de basque; il battait dessus avec une
seule baguette. Le kan, tantôt marmottait quelques mots tatares,
et tantôt grognait comme un ours; il courait de côté et d'autre,
puis s'asseyait, faisait d'épouvantables grimaces et d'horribles
contorsions de corps, tournant les yeux, les fermant et gesticulant
comme un insensé. Ce jeu ayant duré un quart d'heure, un homme lui
ôta le tambour, et le sortilége finit. Nous demandâmes ce que tout
cela signifiait; il répondit que, pour consulter le diable, il
fallait s'y prendre de cette manière; que cependant tout ce qu'il
avait fait n'était que pour satisfaire notre curiosité, et qu'il
n'avait pas encore parlé au diable. Par d'autres questions, nous
apprîmes que les Tatares ont recours au kan lorsqu'ils ont perdu
quelque chose, ou lorsqu'ils veulent avoir des nouvelles de leurs
amis absents. Alors le kan se sert d'un paquet de quarante-neuf
morceaux de bois, gros comme des allumettes; il en met cinq à
part, et joue avec les autres, les jetant à droite et à gauche avec
beaucoup de grimaces et de contorsions; puis il donne la réponse
comme il peut. Le kan leur fait accroire que par ses conjurations
il évoque le diable, qui vient toujours du côté de l'occident et en
forme d'ours, et lui révèle ce qu'il doit répondre. Il leur fait
entendre qu'il est quelquefois maltraité cruellement par le diable,
et tourmenté jusque dans le sommeil. Pour mieux convaincre ces bonnes
gens de son commerce avec le diable, il fait semblant de s'éveiller
en sursaut, en criant comme un possédé. Nous lui demandâmes pourquoi
il ne s'adressait pas plutôt à Dieu, qui est la source de tout bien.
Il répondit que ni lui ni les autres Tatares ne savaient rien de
Dieu, sinon qu'il faisait du bien à ceux mêmes qui ne l'en priaient
pas; que, par conséquent, ils n'avaient pas besoin de l'adorer;
qu'au contraire ils étaient obligés de rendre un culte au diable,
afin qu'il ne leur fît point de mal, parce qu'il ne songeait
continuellement qu'à en faire. Ces Tatares, sur ces beaux principes,
font des offrandes au diable et brassent souvent de gros tonneaux de
bière qu'ils jettent en l'air ou contre les murs, pour que le diable
s'en accommode. Quand ils sont près de mourir, toute leur inquiétude
et leur frayeur, c'est que leur âme ne soit la proie du diable. Le
kan est alors appelé pour battre le tambour, et pour faire leurs
conventions avec le diable, en le flattant beaucoup. Ils ne savent
pas ce que c'est que leur âme, ni où elle va; ils s'en embarrassent
même fort peu, pourvu qu'elle ne tombe point entre les mains du
diable. Ils enterrent leurs morts, ou les brûlent, ou les attachent à
un arbre pour servir de proie aux oiseaux.

Les instruments du labour dont ils se servent, ils les fabriquent
eux-mêmes du fer dont on vient de parler. Ces instruments consistent
en un seul outil qui a la forme d'un demi-cercle fort tranchant, et
dont le manche fait avec le fer un angle droit. Ils travaillent avec
cet outil dans les champs comme on travaille dans nos jardins avec
la houe, et n'entament la terre, en labourant, qu'à la profondeur de
quelques pouces. Pour faire leur farine, ils broient le grain entre
deux pierres.

Notre compagnon Muller fit tout ce qu'il put pour obtenir d'eux le
tambour magique. Le kan en marqua beaucoup de tristesse; et comme
on répondait à toutes les défaites qu'il cherchait pour ne s'en pas
dessaisir, tout le village nous pria de ne pas insister davantage,
parce qu'étant privés de ce tambour, ils seraient tous perdus,
ainsi que leur kan. Ces belles raisons ne servirent qu'à nous faire
insister encore davantage, et le tambour nous fut remis. Le kan,
par une ruse tatare, pour fasciner les yeux de ses gens et leur
diminuer le regret de cette perte, avait ôté quelques ferrements de
l'intérieur du tambour.

Kusnetzk est dans un pays autrefois habité par les Tatares, qui, se
trouvant trop resserrés du côté de la Russie, se sont retirés peu à
peu vers la frontière des Kalmouks. Cette ville est située sur le
rivage oriental du Tom; elle se divise en trois parties: la haute,
la moyenne et la basse ville. Les deux premières sont situées sur la
plus grande élévation du rivage; la ville basse est dans une plaine
qui s'étend de l'autre côté: c'est la plus peuplée des trois.

Dans la ville haute, il y a une citadelle de bois qui a une chapelle.
La ville moyenne est décorée d'un ostrog, qui contient la maison du
gouverneur et la chancellerie. Le nombre des maisons, dans les trois
villes, se monte à environ cinq cents.

Les habitants sont paresseux et adonnés à l'oisiveté: on a de la
peine à avoir des ouvriers pour de l'argent. Le Tom est assez
poissonneux; cependant on ne trouve point de poissons dans les
marchés; on n'y connaît pas non plus les fruits: on n'y trouve
que de la viande et du pain. Chacun cultive ici le blé dont il
a besoin pour son pain, et l'on peut dire que c'est la seule
occupation qu'aient les habitants. Leurs terres à blé sont toutes
sur les montagnes, non dans les vallées; et la raison qu'ils en
donnent, c'est qu'il fait beaucoup plus froid dans les vallées que
sur les montagnes. On n'y connaît plus aucune espèce de gibier;
les habitants nous assurèrent que, quand on bâtit cette ville, le
canton fourmillait de zibelines, d'écureuils, de martres, de cerfs,
de biches, d'élans et d'autres animaux; mais qu'ils l'ont abandonné
depuis, et qu'ils se sont retirés dans un pays inhabité, comme
l'était celui-ci avant la fondation de Kusnetz. La plupart des villes
de Sibérie sont assez commerçantes; mais celle-ci n'a aucun commerce.

Le jour de notre départ fixé, un de nos compagnons, Muller, prit la
route par terre avec notre interprète et un Tatare, moi je partis
par eau sur le Tom avec le reste de la troupe et un interprète de
cette nation. Malgré les obstacles de la navigation, le froid qui
augmentait nous fit redoubler d'activité pour arriver à Tomsk le
lendemain.

Les fondements de cette ville ont été jetés sous le règne du czar
Féodor Ivanovitch, vingt ans avant la construction de celle de
Kusnetz. Ce n'était d'abord qu'une forteresse pour contenir les
peuples du voisinage; mais ayant été soumis peu à peu, ils s'y sont
rassemblés et ont formé une ville qui renferme dans son enceinte
plus de deux mille maisons; elle est, après Tobolsk, la plus
considérable de la Sibérie. Le ruisseau l'_Uschaika_ la traverse
par le milieu et se décharge au nord dans le Tom. On la divise en
haute et basse ville. On y trouve les marchandises au même prix qu'à
Saint-Pétersbourg, et tout ce qu'on peut désirer en fourrures non
préparées.

La situation de cette ville la rend plus propre au commerce qu'aucune
autre du pays. On y arrive commodément pendant l'été par l'Irtisch,
l'Obi et le Tom. Par terre, la route de Ieniseisk et de toutes les
villes de Sibérie situées plus à l'est et au nord, passe par Tomsk.
Non-seulement il arrive tous les ans une ou deux caravanes de la
Kalmoukie, mais encore toutes celles qui vont de la Chine en Russie
et de la Russie en Chine, prennent leur route par cette ville; elle
a de plus son commerce intérieur, dont les affaires sont sous la
direction d'un magistrat particulier.

Les vieux croyants ou non-conformistes, (stara-wiertsy) sont en grand
nombre dans cette ville, et l'on prétend que toute la Sibérie en est
remplie. Ils sont tellement attachés aux anciens usages, que, depuis
la publication de la défense de porter des barbes, ils aiment mieux
payer à la chancellerie cinquante roubles chaque année que de se
faire raser. Un homme de notre troupe alla un jour se baigner chez
un de ces stara-wiertsy ou roskolniks; aussitôt qu'il fut sorti, le
vieux croyant cassa tous les vases dont il s'était servi ou qu'il
avait seulement touché.

Leur indolence est telle, que les bestiaux ayant été attaqués l'année
précédente d'une maladie épidémique considérable, qui ne laissa que
dix vaches et à peine le tiers des chevaux, aucun habitant ne chercha
à y apporter du remède; tous se fondaient sur ce que leurs ancêtres
n'en avaient point employé en pareil cas.

Pendant notre séjour à Tomsk, nous fîmes connaissance avec un
Cosaque assez intelligent qui avait du goût pour les sciences. Nous
fûmes d'autant plus charmés de cette découverte, que nous avions
ordre d'établir des correspondances partout où nous le pourrions.
Ainsi nous demandâmes à la chancellerie qu'on laissât à cet
homme la liberté de faire des observations météorologiques. Nous
l'instruisîmes, et nous lui laissâmes les instruments nécessaires,
comme nous avions déjà fait à Kasan, à Tobolsk et à Jamischewa.

Lorsque l'archevêque de Tomsk arriva dans ces cantons, il fit
chercher tous les habitants qu'on pouvait trouver: quelques-uns
venaient de bonne volonté, mais le plus grand nombre fut amené par
les dragons qu'il avait avec lui.

Comme tous ces Tatares demeurent le long du Tschulum, rien n'était
plus commode pour le baptême; car ceux qui ne voulaient pas se
faire baptiser étaient poussés de force dans la rivière; lorsqu'ils
en sortaient, on leur pendait une croix au cou, et dès lors ils
étaient censés baptisés. Pour que ces gens pussent persévérer dans
la nouvelle religion, on construisit dès l'année suivante une
église à laquelle on attacha un pope russe; mais ces Tatares n'ont
pas la moindre connaissance de la religion chrétienne. Ils croient
que l'essentiel consiste à faire le signe de la croix, à aller
à l'église, à faire baptiser leurs enfants, à ne prendre qu'une
femme, à faire abstinence de ce qu'ils mangeaient autrefois, comme
du cheval, de l'écureuil, et à observer le carême des Russes. Au
reste, on ne peut exiger d'eux davantage, parce que les popes russes
qui devraient les instruire ignorent leur langue, et ne peuvent s'en
faire entendre.

La petite vérole faisait alors beaucoup de ravages dans le pays.
Cette maladie n'y est point habituelle: dix années se passent
quelquefois sans qu'on en soit incommodé; mais quand elle commence,
elle dure deux à trois ans sans interruption.

La ville de Ieniseisk est située sur le rivage gauche ou occidental
du Iénisée, qui, en cet endroit, a un werste et demi de largeur.
Ce fleuve a sa source dans le pays des Mongols, et après un cours
d'environ trois mille werstes il se décharge dans la mer Glaciale.
La ville est plus moderne que Kusnetz: on n'y bâtit d'abord qu'un
ostrog, comme dans la plupart des villes de Sibérie; mais l'avantage
de sa situation a contribué à son agrandissement: elle est beaucoup
plus longue que large, et a environ six werstes de circonférence.
Les bâtiments publics sont la cathédrale, la maison du gouverneur,
la vieille et la nouvelle chancellerie, un arsenal et quelques
petites cabanes; le tout est enfermé dans un ostrog qui reste encore
du premier établissement, mais qui est presque tombé en ruine. La
ville contient sept cents maisons de particuliers, trois paroisses,
deux couvents, dont un de moines et l'autre de religieuses, un
magasin à poudre et un autre de munitions de bouche; ces deux
magasins sont entourés d'un ostrog particulier. Dans le couvent des
moines réside l'archimandrite (provincial) du lieu. Les habitants
sont pour la plupart des marchands qui pourraient faire un bon
commerce; mais l'ivrognerie, la fainéantise et la débauche corrompent
tout.

Ce que les voyageurs avancent du froid qu'on ressent en Sibérie n'est
point exagéré; car à la mi-décembre il fut si violent, que l'air même
paraissait gelé. Le brouillard ne laissait pas monter la fumée des
cheminées. Les moineaux et autres oiseaux, et celui qu'on appelle
en latin _pica varia caudata_, tombaient de l'air comme morts,
et mouraient en effet, si on ne les portait sur-le-champ dans un
endroit chaud. Les fenêtres, en dedans de la chambre, en vingt-quatre
heures étaient couvertes de glace de trois lignes d'épaisseur. Dans
le jour, quelque court qu'il fût, il y avait continuellement des
parhélies; dans la nuit, des parasélènes et des couronnes autour de
la lune. Le mercure descendit, par la violence du froid, à cent vingt
degrés du thermomètre de Fahrenheit (plus de cinquante-cinq degrés
centigrades), et plus bas par conséquent qu'on l'eût observé jusque
alors dans la nature.

Il y a dans le territoire de Ieniseisk deux sortes d'Ostiakes: ceux
de Narim et de Iénisée; ensuite les Tunguses, qui demeurent sur le
Tanguska et sur la rivière de Tschun; et enfin les Tatares d'Assan,
qui habitent les bords de l'Ussolka et de la rivière d'Ona. Les
Ostiakes et les Tatares d'Assan vivent dans la plus grande misère;
les premiers sont tous baptisés. Il ne restait plus qu'environ une
douzaine de ces Tatares, dont à peine deux ou trois savaient leur
langue. C'était autrefois une tribu très-considérable. Jusqu'à
présent on n'a pu parvenir d'aucune façon à convertir les Tunguses à
la religion chrétienne.

Krasnojarsk est plus moderne que Ieniseisk, et c'est de Moscou
qu'on est venu la bâtir. Elle est sur la rive gauche du Iénisée; à
son extrémité est la rivière de Kastcha, dont une embouchure est
au-dessous de la ville.

Les habitants sont pour la plupart des Sluschiwies, qu'on y avait
établis par la nécessité de garantir ces cantons des incursions
des Tatares Kirgis, qui venaient ravager les environs; mais depuis
quelques années ils se sont retirés vers le pays des Kalmouks. Depuis
ce temps les Sluschiwies ont fait des courses sans aucun risque dans
les environs du pays. Ils ont trouvé à travers les steppes un chemin
assez droit depuis Krasnojarsk jusqu'à Jakusk et Tomsk, qui est
très-commode pour voyager, surtout en été, puisque les eaux et les
fourrages s'y trouvent en abondance.

Les Sluschiwies mènent ici une vie fort agréable; ils sont riches en
chevaux et en bestiaux, qui ne leur coûtent pas beaucoup à nourrir.
Ils les laissent paître sur les steppes; car en hiver même on y voit
peu de neige, et quand il y en a les bestiaux fouillent dans la
terre, et en tirent toujours assez de racines et de plantes pourries
pour ne pas mourir de faim. Il est vrai qu'en Russie un cheval tire
plus que trois des leurs, et qu'une vache y donne vingt fois plus de
lait que celles de ces cantons. On cultive ici du blé, et la terre
est si fertile qu'il suffit de la remuer légèrement pour y semer
pendant cinq à six années consécutives sans le moindre engrais. Quand
elle est épuisée, on en choisit une autre qui n'exige pas plus de
soins; ce qui convient fort à la paresse des habitants.

Les antiquités qu'on trouve ici ont été tirées des anciens tombeaux,
qui sont en grand nombre près d'Abakansk et de Sajansk. On y a
autrefois déterré beaucoup d'or, preuve de la richesse des Tatares
dans le temps de leur ancienne puissance. J'ai vu chez le gouverneur
actuel une grande soucoupe et un petit pot, l'un et l'autre
d'argent doré. Il y avait sur la soucoupe des figures ciselées qui
ressemblaient à des griffons. On trouve encore assez souvent des
couteaux en cuivre, de petits marteaux de différentes formes, des
garnitures de harnais de chevaux, du bronze ou du métal de cloches,
et de l'argent faux de la Chine.

A Kanskoï-Ostrog, nous fîmes chercher quelques Tatares du canton.
Ils sont en général assez pauvres: les hommes aussi bien que les
femmes sont tout nus sous leur robe et n'ont jamais porté de chemise.
Ceux d'entre eux qui sont baptisés se distinguent des autres à cet
égard, mais ils sont en très-petit nombre; ils ont tous l'air fort
malpropre, parce qu'ils ne se lavent jamais; et quand on leur demande
la raison de cette négligence, ils répondent que leurs pères ne se
sont jamais lavés non plus qu'eux, et qu'ils n'ont pas laissé que de
bien vivre. Ces mêmes Tatares, au lieu de pain, mangent aussi des
oignons ou d'autres espèces de plantes, et dédaignent l'agriculture.
Leur exercice continuel est la chasse des zibelines; ils la font de
différentes façons.

Quand l'animal ne sait plus de quel côté tourner, il monte sur un
arbre fort haut, et les Tatares y mettent aussitôt le feu. L'animal,
que la fumée incommode, saute en bas de l'arbre, se prend dans un
filet tendu à l'entour, et est tué.

Aux environs de l'ostrog de Balachanskoï habitent un grand nombre
de Buraetes, qui négligent la culture des terres, et ne vivent que
du commerce de leurs bestiaux. Leurs bœufs sont fort estimés.
Contre l'usage général, les Bratskis de ce canton exercent un art
dans lequel ils ne réussissent pas mal: ils savent si bien incruster
dans le fer l'argent et l'étain, qu'on prendrait ce travail pour
de l'ouvrage damasquiné. La plupart des harnais des chevaux, des
ceinturons et des autres ustensiles qui en sont susceptibles, sont
ornés de ces incrustations.


II

PROVINCE D'IRKOUTSK

   Nikolskaia-Sastawa--Baïkal (lac).--Selinginsk
   (ville).--Frontière de la Chine (bureau de péage).--Irkoutsk
   (capitale).--Ilimsk (ville).--Tunguses (habitants).--Yakoutsk
   (ville).--Monts d'aimant.--Retour.

Dès les premiers jours de notre arrivée à Irkoutsk, nous résolûmes
d'aller à Selinginsk par les chemins d'hiver, et de là de pousser
plus loin par les chemins d'été. Mais comme on nous avait représenté
ce voyage, tel que nous l'avions projeté, si pénible et si difficile,
qu'on ne pouvait le faire qu'à cheval, nous ne jugeâmes point à
propos de nous embarrasser de beaucoup de bagages, et nous en
laissâmes une partie. Nous avions en tout trente-sept voitures,
et il est d'usage en Russie de fournir autant de chevaux de poste.
Conformément à cette règle, la chancellerie d'Irkoutsk ordonna de
nous amener seulement trente-sept chevaux, sans considérer que la
première poste où nous devions en changer était à plus de deux cents
werstes. Le gouverneur ne voulut jamais écouter nos représentations.
Nous déclarâmes à la chancellerie que nous étions résolus de rester
à Irkoutsk une année entière, à ses risques et dépens, si elle ne
donnait pas ses ordres pour nous faire fournir un grand nombre de
chevaux. On parut d'abord s'en effrayer peu; mais dès le lendemain
nous apprîmes que les ordres étaient donnés pour nous satisfaire.
Ainsi, tout se trouvant prêt pour notre voyage, et nos instruments
étant chargés, nous fîmes partir toute notre suite le 23, avant midi.
Le 25, à trois heures du matin, nous arrivâmes à Nikolskaia-Sastawa.
Ce qu'on nomme en Sibérie _sastawa_ est un endroit où se lève un
droit de péage; le bureau de ce lieu reçoit le péage de toutes les
marchandises qui viennent de la frontière de la Chine, et qui ne
peuvent guère prendre une autre route. Comme ces marchandises sont
nombreuses, la place de receveur est très-lucrative, et il ne faut
guère plus d'un an pour s'enrichir. C'est le gouverneur qui dispose
de cet emploi; et ceux qui veulent l'obtenir l'achètent à force de
présents. Le pot-de-vin ordinaire est de trois cents roubles. On
nous raconta que cette place s'étant trouvée depuis peu vacante, il
s'était présenté trois compétiteurs, dont chacun comptait emporter la
place; qu'elle avait été promise en effet à chacun d'eux séparément;
qu'enfin, ayant obtenu tous trois l'agrément du gouverneur, ils
avaient payé chacun les trois cents roubles, et s'en étaient fort
bien trouvés.

Arrivés à cette station, nous nous trouvâmes sur le lac Baïkal,
dont les glaces étaient encore très-fortes et pouvaient porter nos
traîneaux sans danger. Nous le traversâmes obliquement jusqu'à son
bord méridional.

C'est comme un article de foi chez les peuples de cette contrée de
donner le nom de mer au lac Baïkal, et de ne point l'appeler un
lac. Cette mer est déshonorée, selon eux, lorsqu'on la rabaisse à
la simple dénomination de _lac_, et c'est un outrage dont elle ne
manque point de se venger. Ils croient que cette mer a quelque chose
de divin, et par cette raison ils la nomment de toute ancienneté
_Swiatoï-Mare_, c'est-à-dire _mer sacrée_.

Le lac Baïkal s'étend fort loin en longueur de l'ouest à l'est. Sur
toutes les cartes que nous avions vues jusque alors, ses limites à
l'orient n'étaient pas marquées, parce que vraisemblablement personne
n'avait été jusque-là. On estime communément que sa longueur est de
cinq cents werstes. Sa largeur, du nord au sud, en ligne droite,
n'est guère que de vingt-cinq à trente werstes, et dans quelques
endroits elle n'en excède pas quinze. Il est environné de hautes
montagnes, sur lesquelles cependant, lorsque nous y passâmes, il
y avait très-peu de neige. Une autre particularité de ce lac,
c'est qu'il ne se prend que vers Noël, et qu'il ne dégèle qu'au
commencement de mai. De là, nous marchâmes quelque temps sur un bras
de la rivière de Selenga, où nous avions pour perspective une chaîne
de montagnes, et nous vînmes le même jour au soir à Kanskoï-Ostrog,
situé sur le ruisseau de Kabana.

Ici nous commençâmes à nous apercevoir de la disette et de la cherté
des vivres, qu'on a plus de peine à se procurer que dans tout ce que
nous avions déjà parcouru de la Sibérie.

Quoiqu'il y ait des terres labourées et de bons pâturages, les gens
du pays sont dans l'habitude de ne vouloir rien vendre qu'à un prix
exorbitant. On nous demanda cinquante kopeks (deux francs cinquante
centimes) pour un poulet. Nous voulions acheter un veau, il n'y eut
pas moyen d'en avoir; on nous dit que, si l'on se défaisait du veau,
la vache ne donnerait plus de lait; c'est le langage que les paysans
tiennent dans toute la Sibérie. Si le veau vient à mourir ou à être
vendu, voici ce qu'on fait pour tromper la vache: on empaille la peau
d'un veau, et quand on veut avoir du lait de la mère, on lui montre
cette effigie; elle en donne alors, et non autrement.

Partis de là, nous vîmes deux chaînes de montagnes entre lesquelles
il fallut passer, et que le Selenga traverse. Nous fîmes encore
pendant deux à trois jours une marche assez pénible, partie à travers
des montagnes, partie sur le Selenga, partie dans des steppes arides;
la difficulté d'avoir des chevaux renaissait à chaque station, par la
mauvaise volonté des gens du pays.

Arrivés à Selinginsk, nous fîmes bientôt nos dispositions pour le
voyage que nous voulions faire à la frontière de la Chine, telle
qu'elle fut réglée en 1727 par un commissaire impérial. Cette
frontière était autrefois reculée jusqu'à la rivière de Bura, qui est
à environ huit werstes au sud: c'était au delà de cette rivière que
les Chinois recevaient les ambassadeurs de Russie. Or, il est certain
que cette frontière était beaucoup plus avantageuse aux Russes, que
la nouvelle, qui est arbitraire et tirée par le steppe à travers des
montagnes où l'on ne voit d'autres limites que des pierres élevées
appelées _majakes_, et marquées de quelque chiffre. Deux slobodes,
l'une russe, l'autre chinoise, sont établies sur cette frontière,
dans le terrain le plus aride, puisque c'est un misérable steppe qui
ne produit rien; de sorte qu'on n'y trouve point de quoi nourrir ni
abreuver les chevaux. Aussi tout y est d'une cherté extraordinaire.

Les slobodes sont bâties depuis 1727. La slobode russe est au nord,
et l'autre au midi: elles ne sont qu'à cent vingt brasses l'une
de l'autre. Entre les deux stations, mais plus près de la slobode
chinoise, on voit deux colonnes de bois élevées d'environ une brasse
et demie sur celle qui est en deçà; on lit en caractères russes:
_Slobode du commerce de la frontière russe_; sur l'autre, qui n'en
est éloignée que d'une brasse, on voit quelques caractères chinois.

Entre les deux slobodes, dans les montagnes, il y a des gardes posées
pour empêcher de part et d'autre que personne ne viole les frontières.

Quant au commerce qui se fait ici, les marchands russes y ont du
drap, de la toile, des cuirs de Russie, de la vaisselle d'étain, et
toutes sortes de pelleteries qu'ils vendent en cachette. Les Chinois,
que les Russes appellent _naimantschins_ (marchands), y apportent
différentes soieries, telles que des damas de toute espèce, des
satins de toute qualité, du chagrin, des gazes, des crêpes, une sorte
d'étoffe de soie sur laquelle sont collés des fils d'or, à l'usage
des ecclésiastiques; des cotonnades de diverses sortes, des toiles,
des velours, du tabac de la Chine, de la porcelaine, du thé, du
sucre en poudre, du sucre candi, du gingembre confit, des écorces
d'oranges confites, de l'anis étoilé, des pipes à fumer, des fleurs
artificielles de papier et de soie, des aiguilles à trous ronds,
des poupées d'étoffe de soie et de porcelaine, des peignes de bois,
toutes sortes de bagatelles pour les Bratskis et les Tunguses; du
zunzoing, que nous nommons _gensing_, des bibles chinoises imprimées
sur étoffe de soie, et d'autres garnies d'ivoire, des ceinturons
de soie, des rasoirs, des perles, de l'eau-de-vie, de la farine,
du froment, du poivre, des couteaux et des fourchettes; des habits
chinois, des éventails, etc.

Voilà les marchandises qui forment le commerce de cette frontière; et
l'on voit que les marchandises chinoises excèdent de beaucoup celles
des Russes.

L'intelligence de ceux-ci cède encore à la sagacité des Chinois;
car les derniers, sachant que les marchands russes qui font le
voyage de la frontière ne cherchent qu'à se débarrasser de leurs
marchandises pour pouvoir s'en retourner promptement, attendent
qu'ils commencent à s'ennuyer, et les amènent par leur lenteur à se
défaire de leurs marchandises aux prix qu'ils ont résolu d'y mettre.
Je voulus obtenir des Chinois quelques-uns de leurs médicaments, et
je n'ai jamais pu m'en procurer. On ne peut pas non plus, quelques
observations qu'on leur fasse, tirer d'eux les moindres lumières sur
leur pays. Les Chinois qui viennent à Kiachta sont de la plus vile
condition; ils ne connaissent que leur commerce; et du reste, ce sont
des paysans grossiers. Ils ont à leur tête une espèce de facteur
envoyé du collége des affaires étrangères à Pékin; il est changé
tous les deux ans. Il discute non-seulement toutes les contestations
des Chinois, mais encore celles qui surviennent entre eux et les
marchands russes; et dans le dernier cas il agit de concert avec le
commissaire de Russie.

La ville de Selinginsk, bâtie en 1666, est située sur la rive
orientale du Selenga; ce ne fut d'abord qu'un simple ostrog
(bourgade), selon l'usage du pays. Environ vingt ans après, on
construisit la forteresse qui subsiste encore, et ce lieu lui
doit son accroissement. La ville s'étend le long de la rivière,
et a environ deux werstes de longueur, mais elle est étroite. La
manière de vivre des habitants diffère peu de celle des Bratskis.
Ils mangent tranquillement ce qu'ils trouvent, et prennent surtout
beaucoup de thé. Trop paresseux pour ramasser un peu de fourrage et
en nourrir leurs bestiaux, ils les laissent courir l'hiver et l'été
pour chercher à paître où ils peuvent. Il y a dans la ville quelques
boutiques, mais où l'on ne trouve presque rien; ils aiment mieux
rester couchés derrière leurs poêles pendant cinquante-une semaines,
que de se donner la moindre peine pour gagner quelque chose. Enfin,
la cinquante-deuxième, ils vont à Kiachta, et ce qu'ils y gagnent
leur suffit pour vivre pendant l'année entière.

       *       *       *       *       *

La ville d'Irkoutsk, bâtie vers l'an 1661, est, après Tobolsk et
Tomsk, une des plus grandes villes de la Sibérie. Elle est située
sur la rive orientale de l'Angara, dans une belle plaine, vis-à-vis
de l'embouchure de l'Irkoutsk, d'où elle tire son nom. Il y a plus
de neuf cents maisons assez bien construites, et dont le plus grand
nombre contient, outre la chambre du poêle et celle du bain, une
chambre sans fumée où se tient la famille; mais toutes ces maisons
sont en bois. Le comte Sawa Wladislawitz a fait entourer cette ville,
comme les autres de ce district, de palissades en carré, excepté du
côté de la rivière, qui est fortifiée par la nature.

       *       *       *       *       *

La ville d'Irkoutsk a un gouverneur général auquel toute la province
est soumise. De lui dépendent les gouverneurs de Selinginsk, de
Nertschinsk, d'Ilimsk, d'Yakoutsk, et les commandants d'Okhotsk et
de Kamtchatka. Ses revenus sont beaucoup plus considérables que
ceux du gouverneur général de Tobolsk, dont il est dépendant; et
les émoluments annuels qu'il se procure, indépendamment des gages
ordinaires de son office, ne vont guère à moins de trente mille
roubles. Il se fait craindre des gouverneurs subalternes qui lui sont
soumis; mais il ne craint pas aisément qu'on lui fasse des affaires,
attendu le grand éloignement de Tobolsk.

Irkoutsk a un évêque (schismatique) qui ne siége pas, mais dont la
résidence est dans un couvent bâti à cinq werstes de distance, au
côté occidental de l'Angara. On devait lui bâtir prochainement une
maison dans la ville. C'est de cet évêque que dépendent toutes les
fondations ecclésiastiques qui sont dans la province d'Irkoutsk, tout
le clergé séculier et régulier.

La police est assez bien faite dans cette ville. Toutes les grandes
rues ont des chevaux de frise et des gardes de nuit. Les officiers
de la police font la patrouille pendant la nuit; ils arrêtent tous
ceux qui commettent quelque désordre dans les rues, et visitent de
temps en temps les maisons suspectes. Cependant il arrive souvent
que les cabarets sont, pendant la nuit, pleins de monde, contre les
ordonnances expresses publiées par toute la Russie.

Les environs d'Irkoutsk sont agréables, quoique montagneux. Il y a
surtout de belles prairies du côté occidental de l'Angara. On ne
cultive point de blé dans le district de cette ville: tout ce qui
s'y en consomme est amené des plaines de l'Angara, des slobodes
situées sur la rivière d'Irkoutsk et sur la Komda, et du territoire
d'Ilimsk. Le gibier n'y manque pas; on y trouve des élans, des cerfs,
des sangliers et autres bêtes fauves. En volaille et volatile, il y
a des poules et des coqs, des poules de bruyère, des perdrix, des
francolins, des gelinottes, etc.

L'Angara n'est pas fort poissonneux; mais le lac Baïkal y supplée
abondamment. A l'égard des marchandises étrangères, celles de la
Chine n'y sont pas beaucoup plus chères qu'à Kiachta, et toutes
en général y sont parfois (surtout au printemps dès que les
eaux sont dégelées) à presque aussi bon compte qu'à Moscou et à
Saint-Pétersbourg. Le commerce de la Chine attire ici des marchands
de toutes les villes de Russie; ils y viennent du commencement au
milieu de l'hiver, et commercent pendant toute cette saison avec les
Chinois. Si, dans cet espace de temps, ils n'ont pu tout vendre,
comme ils sont obligés de s'en retourner aussitôt que les rivières
sont navigables, ils se défont promptement de leurs marchandises,
et les donnent quelquefois à meilleur compte qu'on ne les trouve à
Moscou et à Saint-Pétersbourg. Ce qui les presse encore de vendre,
c'est qu'à leur retour en Russie ils ont besoin d'argent pour payer
les péages et les mariniers qui conduisent leurs bateaux. Ainsi, dans
la nécessité de faire de l'argent à quelque prix que ce soit, les
marchandises qu'ils n'ont pas vendues aux Chinois, ils les laissent
ordinairement à des commissionnaires de cette ville, qui les débitent
comme ils peuvent en boutique. Quelques-uns d'entre eux cependant
vont jusqu'à Yakoutsk avec les marchandises qu'ils ont prises en
échange des Chinois, et cherchent à les y placer. De cette façon,
un marchand russe fait quelquefois un très-long voyage avant de
retourner chez lui; il part au printemps de Moscou, arrive dans l'été
à la foire de Makari, et au commencement de l'année suivante à celle
d'Yrbit. Dans la première, il cherche à troquer quelques-unes de ses
marchandises contre d'autres dont il puisse tirer un meilleur parti
à Yrbit. Là, au contraire, il porte ses vues sur le commerce de la
Chine. Quand il lui reste une espèce de marchandise qu'il ne peut
pas débiter avantageusement à Yrbit, il cherche à s'en débarrasser
pendant l'hiver à Tobolsk. Il part de cette ville dans le printemps,
parcourt toute la Sibérie, et arrive en automne à Irkoutsk; ou, si
les glaces ne lui permettent pas d'aller si loin, il ne manque pas
de s'y rendre au commencement de l'hiver. Il va alors à Kiachta,
et au printemps à Yakoutsk; de là il tâche, en s'en retournant, de
s'avancer de six à sept cents werstes pendant que les eaux sont
encore ouvertes, et il pousse un traîneau droit à Kiachta, où il
travaille à se défaire de ses marchandises de Yakoutsk; il revient
au printemps à Irkoutsk, et arrive en automne à Tobolsk. L'hiver et
l'été suivants, il visite les foires d'Yrbit et de Makari. Enfin,
après quatre ans et demi de courses, il reprend la route de Moscou:
or, pour peu qu'il entende le commerce, ou qu'il ait la chance
favorable, il doit dans cet espace de temps gagner pour le moins
trois cents pour cent.

La ville d'Ilimsk est située sur le rivage septentrional de l'Ilim,
large en cet endroit de quarante à cinquante brasses, dans une
vallée formée par de hautes montagnes qui s'étendent de l'orient à
l'occident, et si étroite, qu'en y comprenant la rivière, elle n'a
pas cent brasses de largeur: sa longueur est à peu près d'un werste.

Toutes les maisons des habitants sont très-misérables; il ne faut
pas s'en étonner, c'est le pays de la paresse: on n'y fait presque
autre chose que boire et dormir. Toute l'occupation des habitants se
borne à tendre des piéges aux petits animaux, à creuser des fosses
pour attraper les gros, et à jeter du sublimé aux renards; ils sont
trop paresseux pour aller eux-mêmes à la chasse. Quelques-uns vivent
d'un petit troupeau que leurs pères leur ont laissé, et se gardent
bien de cultiver eux-mêmes la terre: ils louent pour cela des Russes
qui sont exilés dans ce canton et quelquefois des Tunguses, qu'ils
frustrent ordinairement de leur salaire.

Les Tunguses, pendant l'hiver, ne vivent que de leur chasse, et c'est
pour cela qu'ils changent si souvent d'habitation. Les rennes leur
servent alors de bêtes de charge ou d'attelage pour tirer un léger
traîneau. Ils leur mettent sur le dos une espèce de selle formée
avec deux petites planches étroites, longues d'un pied et demi; ils
y attachent leurs ustensiles, ou font monter dessus les enfants et
les femmes malades. On ne peut pas beaucoup charger les rennes, mais
ils vont fort vite. Leur bride consiste en une sangle qui passe sur
le cou de l'animal; et quelque profonde que soit la neige, il passe
par-dessus sans jamais enfoncer: ce qui provient en partie de ce
que le renne en marchant élargit considérablement la sole de ses
pieds, en partie de ce qu'il tient cette sole élevée par-devant, et
ne touche point la neige à plat. Si les rennes ne suffisent pas
pour porter tous les ustensiles, le Tunguse s'attelle lui-même au
traîneau. Dès qu'ils sont arrivés à l'endroit où ils sont résolus
de se fixer pour quelque temps, après avoir dressé la jurte, ils
chassent aussitôt dans les environs, en courant sur leurs larges
patins. Lorsqu'ils ne trouvent plus de gibier, ils passent avec leurs
familles dans un autre canton, et ils continuent cette façon de vivre
pendant tout l'hiver. Le meilleur temps pour la chasse est depuis le
commencement de l'année jusque vers le mois de mars, parce qu'alors
il tombe peu de neige et que les traces des animaux y restent
plus longtemps. En été et en automne, ils se nourrissent presque
uniquement de poisson, et dressent, pour cet effet, leurs jurtes sur
le bord des rivières.

Les Tunguses se construisent eux-mêmes des barques fort étroites à
proportion de leur longueur, et dont les deux bouts finissent en
pointe; leurs plus grosses barques ont à peine trois brasses et demie
de longueur, et un arschine (aune) dans leur plus grande largeur,
qui est le milieu; les petites barques sont longues d'environ une
brasse et ont six werschoks (un werschok est la sixième partie d'un
arschine) de largeur. Elles sont faites d'écorce de bouleau cousue;
et pour qu'elles ne prennent point l'eau, les coutures et tous les
endroits où se trouvent des fentes et des ouvertures sont enduits
d'une sorte de goudron; elles sont de plus bordées par en haut avec
le bois dont on fait des cercles de tonneaux; d'autres cercles sont
encore appliqués dans toute la largeur de la barque, et coupés par de
semblables cercles qui la traversent en longueur, en sorte que par
leur position ils renforcent la barque. Leurs plus grands bâtiments
tiennent quatre hommes assis, et les plus petites barques n'en
tiennent qu'un. Les Tunguses remontent et descendent les rivières
dans ces barques avec une rapidité étonnante: quand une rivière
fait un grand détour, ou qu'ils ont envie de passer dans une rivière
voisine, ils mettent la barque sur leurs épaules, et la portent par
terre jusqu'à ce que la fantaisie leur prenne de se rembarquer.
Autant la barque porte d'hommes, autant elle a de rames. Ces rames
sont larges aux deux bouts; car on rame et on gouverne en même temps,
et par conséquent on est obligé de les faire aller continuellement
tantôt d'un côté, tantôt de l'autre.

Les Tunguses d'Ilimsk sont presque tous pauvres; le plus grand
nombre n'a pas plus de six rennes, et ceux qui en ont cinquante sont
regardés comme très-riches, parce que ces animaux forment toute leur
richesse. Leur habillement est simple; ils portent en tout temps
sur leur peau une pelisse de peau de renne, dont le poil est tourné
en dehors, et qui descend un peu plus bas que les genoux: cette
pelisse se ferme par-devant avec des courroies. Les femmes en ont
de semblables, mais la fourrure est tournée en dedans. Quand elles
veulent se parer, elles portent de plus une soubreveste de peau de
daim, le poil tourné en dehors, qui ne descend que jusqu'aux hanches,
et est ouverte sur la poitrine.

Leur religion permet la polygamie. Ils ont des idoles de bois, et
leur adressent soir et matin des prières pour en obtenir une chasse
ou une pêche abondante; c'est à quoi se bornent presque tous leurs
vœux. Ils sacrifient au diable le premier animal qu'ils ont tué à
la chasse, et sur le lieu même; ce qu'ils font de cette manière: ils
dévorent la viande, gardent la peau pour leur usage, et n'exposent
que les os tout secs sur un poteau, pour la part du diable: c'est du
moins n'être pas trop dupe, et traiter le démon comme il le mérite.
Si la chasse est heureuse, les chasseurs, de retour à la jurte,
en font des remerciements à l'idole, la caressent beaucoup et lui
font goûter du sang des animaux qu'ils ont tués. Si la chasse, au
contraire, n'a pas bien réussi, ils s'en prennent à l'idole et la
jettent de dépit d'un coin de la jurte à l'autre. Quelquefois on la
met en pénitence, et l'on est un certain temps sans lui rendre aucune
sorte de culte, sans lui marquer aucun respect; ou quand on est bien
piqué contre elle, on la porte à l'eau pour la noyer.

Les Tunguses ont une façon de prendre les muscs et les daims. Quand
les petits de ces animaux sont égarés, ils ont un cri particulier
pour appeler leurs mères: cette découverte faite par les Tunguses
leur donne la facilité de prendre ces animaux, ce qu'ils font
toujours dans l'été. Ils n'ont qu'à plier un morceau d'écorce de
bouleau, avec lequel ils imitent le cri des jeunes muscs et des
petits daims, et leurs mères accourant à ces cris, ils les tuent sans
peine à coups de flèches.

La manière dont se fait la chasse des zibelines a quelques
circonstances singulières. Il se forme ordinairement une société de
dix à douze chasseurs qui partagent entre eux toutes les zibelines
qu'ils prennent. Avant de partir pour la chasse, ils font vœu
d'offrir à l'église une certaine portion de leurs prises; ils
choisissent entre eux un chef à qui toute la compagnie est tenue
d'obéir; ce chef est appelé _peredowschick_, c'est-à-dire conducteur,
et ils lui portent un si grand respect qu'ils s'imposent eux-mêmes
les lois les plus sévères pour ne point s'écarter de ses ordres.
Quand quelqu'un manque à l'obéissance qu'il doit au conducteur,
celui-ci le réprimande; il est même en droit de lui donner des coups
de bâton, et ce châtiment se nomme, ainsi que la simple réprimande,
une _leçon_ (_utschenié_). Outre cette leçon, le réfractaire perd
encore toutes les zibelines qu'il a prises. Il lui est défendu d'être
assis en cercle avec les autres chasseurs pendant leurs repas; il
est obligé de se tenir debout et de faire tout ce que les autres
lui commandent. Il faut qu'il allume le poêle de la chambre noire,
qu'il la tienne propre, qu'il coupe du bois, et enfin qu'il fasse le
ménage. Cette punition dure jusqu'à ce que toute la société lui ait
accordé son pardon, qu'il demande continuellement et debout, tandis
que les autres mangent assis.

Dès qu'on a pris une zibeline, il faut la serrer sur-le-champ sans
la regarder; car ils s'imaginent que de parler bien ou mal de la
zibeline qu'on a prise, c'est la gâter. Un ancien chasseur poussait
si loin cette superstition, qu'il disait qu'une des principales
causes qui faisaient manquer la chasse des zibelines, c'était d'avoir
envoyé quelques-uns de ces animaux vivants à Moscou, parce que tout
le monde les avait admirés comme des animaux rares, ce qui n'était
point du goût des zibelines. Une autre raison de leur disette,
c'était, selon lui, que le monde était devenu beaucoup plus mauvais,
et qu'il y avait souvent dans leurs sociétés des chasseurs qui
cachaient leurs prises, ce que les zibelines ne pouvaient encore
souffrir.

Les habitants du district de Kirenga et des bords du Léna, hommes et
animaux, comme les bœufs, les vaches, sont sujets aux goîtres.
On croit ici communément que les goîtres sont héréditaires, et que
les enfants naissent avec ces sortes d'excroissances, ou du moins en
apportent le germe; mais ce sentiment n'est pas général: il n'est pas
adopté surtout par ceux qui ont des goîtres et qui cherchent à se
marier.

A l'occasion de quelques déserteurs de notre troupe, qu'avait
effrayés l'expédition au Kamtchatka, et qui nous abandonnèrent,
j'appris une superstition des Sibériens que j'ignorais. Lorsqu'on
ouvrit le sac de voyage d'un de ces déserteurs que l'on avait
arrêté, on y trouva, entre autres choses, un petit paquet rempli de
terre. Je demandai ce que c'était. On me dit que les voyageurs qui
passaient de leur pays dans un autre étaient dans l'usage d'emporter
de la terre ou du sable de leur sol natal, et que partout où ils
se trouvaient ils en mêlaient un peu dans de l'eau qu'ils buvaient
sous un ciel étranger; que cette précaution les préservait de toutes
sortes de maladies, et que son principal effet était de les garantir
de celles du pays. En même temps on m'assura que cette superstition
ne venait pas originairement de Sibérie, mais qu'elle était établie
depuis un temps immémorial parmi les Russes mêmes.

Les Yakoutes supposent deux êtres souverains, l'un cause de tout le
bien, et l'autre du mal. Chacun de ces êtres a sa famille. Plusieurs
diables, selon eux, ont femmes et enfants. Tel ordre de diables nuit
aux bestiaux, tel autre aux hommes faits, tel autre aux enfants,
etc. Certains démons habitent les nuées, et d'autres fort avant dans
la terre. Il en est de même de leurs dieux: les uns ont soin des
bestiaux, les autres procurent une bonne chasse, d'autres protégent
les hommes, etc.; mais ils résident tous fort haut dans les airs.

Un endroit du Léna fort célèbre par une suite de montagnes placées
sur la rive gauche du fleuve, qui forment comme des espèces de
colonnes élevées dans des directions différentes, attire l'attention
de tous les voyageurs. On l'appelle _Stolbi_. Je fis arrêter notre
bâtiment à deux werstes au-dessous de l'endroit où commence cette
colonnade de montagnes, tant pour les voir de près que pour examiner
la mine de fer qu'on y exploitait depuis l'année précédente pour
la compagnie de Kamtchatka. Ces montagnes colonniformes font un
spectacle aussi singulier que curieux. Depuis leur pied jusqu'à leur
sommet, de grandes pièces de rochers s'élèvent les unes en forme de
colonnes rondes, d'autres comme des cheminées carrées, d'autres comme
de grands murs de pierre, de la hauteur de dix à quinze brasses: on
s'imaginerait voir les ruines d'une grande ville. Plus on en est
éloigné, plus le coup d'œil est beau, parce que les pièces de
rochers, placées les unes derrière les autres, prennent toutes sortes
de formes, selon le point de vue d'où on les regarde. Les arbres
qui se trouvent entre leurs intervalles augmentent encore la beauté
du coup d'œil. Ces montagnes occupent une étendue de trente-cinq
werstes; elles diminuent graduellement, et se perdent enfin tout à
fait.

La pierre dont les colonnes sont formées est en partie sablonneuse
et de toutes sortes de couleurs, en partie d'un marbre rouge
agréablement varié. Enfin, à une certaine distance, ces montagnes
pyramidales ou colonniformes rappellent exactement tout ce qui
compose la perspective des villes: tours, clochers, péristyles, et
autres édifices. Entre les rochers, ainsi figurés en colonnes, on
trouve épars un bon minerai de fer, et l'on voit, au pied de la
montagne où commence la perspective, deux cabanes construites avec
des broussailles en forme de jurte, où les ouvriers se retirent la
nuit et les jours de fête. Je me rendis à cette montagne, dont la
hauteur est d'environ trois quarts de werste, et j'y trouvai tous les
ouvriers travaillant: je n'avais encore vu nulle part exploiter si
lestement une mine.

Notre troupe académique se réunit à Yakoutsk, en septembre. L'hiver
avançait. Le 19 septembre, le Léna commença à charrier de la glace,
qui augmenta tellement de jour en jour jusqu'au 28 du même mois, que
le fleuve en fut entièrement couvert le lendemain: on le passait
partout en traîneau. La glace devint en peu de jours si épaisse,
qu'on pouvait en tirer des morceaux considérables pour l'usage des
habitants; car on fait ici de la glace unie un usage dont on n'a
point d'idée ailleurs: elle sert à calfeutrer les maisons. Pour peu
que les fenêtres d'un logis ne ferment pas avec précision, elles ne
sauraient suffisamment garantir les chambres du froid extérieur.
Les caves mêmes dans lesquelles on garde la boisson, comme bière,
hydromel, vin, etc., ne peuvent pas être à l'abri du grand froid par
les moyens ordinaires, comme de bonnes portes, du fumier de cheval,
etc. C'est la rigueur du froid même qui fournit le moyen le plus
sûr d'empêcher qu'il ne pénètre dans les habitations. On coupe de
la glace bien nette, et dans laquelle il n'y ait point d'ordure;
on en taille des morceaux de l'exacte grandeur des fenêtres et des
ouvertures, et on les y applique par dehors, comme on fait ailleurs
de doubles châssis de verre. Pour qu'ils tiennent, on ne fait qu'y
verser de l'eau, qui, en se gelant, les attache fortement aux
ouvertures. Ces vitraux de glace n'ôtent pas beaucoup de lumière:
lorsqu'il y a du soleil, on voit aussi clair qu'à travers des châssis
de verre; et quelque vent qu'il fasse au dehors, le froid n'entre
jamais dans les chambres. Les gens aisés, dont les maisons ont des
fenêtres, appliquent les vitraux de glace par dedans, et par là
ne souffrent point du tout des froides émanations de la glace.
La boisson ne se gèle pas non plus dans les caves, quand leurs
ouvertures ou soupiraux sont garnis de ces sortes de châssis. Ceux
mêmes qui n'ont point d'autres vitraux que ces fenêtres de glace,
s'en trouvent fort bien, pourvu qu'ils aient l'attention de ne pas
trop rester dans les chambres après que le poêle est fermé: cependant
les nationaux ne prennent guère cette précaution.

La ville de Yakoutsk est située dans une plaine sur la rive gauche
du Léna, qui se jette à deux cents lieues plus loin dans la mer
Glaciale. L'hiver y est ordinairement très-rude; mais les forêts qui
sont au-dessus et au-dessous de la ville fournissent assez de bois.

Quant à la végétation des grains, le climat n'y paraît pas propre.
Il est vrai que le couvent de la basse ville a ensemencé autrefois
quelques terrains d'orge qui, dans certaines années, a mûri;
mais comme elle manquait dans d'autres temps, cette culture est
abandonnée. Je n'ai point entendu dire qu'outre l'orge aucun autre
grain soit parvenu à sa pleine maturité; mais c'est la qualité du
climat, plutôt que celle du sol, qui s'oppose à la maturation des
grains; car le terrain est noir et gras; il s'y trouve même de temps
en temps des champs garnis de bouleaux clair-semés, ce qu'on regarde
en Sibérie comme la marque d'une bonne terre labourable. Après tout,
que peut produire la terre, quelque bonne qu'elle soit, lorsqu'elle
manque de chaleur? Et quelle chaleur peut-elle avoir, quand à la fin
de juin elle est encore gelée à la profondeur de trois pieds ou même
davantage?

Quoique dans les environs de Yakoutsk il y ait encore quelques
montagnes, on y trouve peu ou point de sources, et c'est
vraisemblablement parce que la terre est gelée à une certaine
profondeur.

Le séjour de toutes les personnes réunies à Yakoutsk pour le
voyage de Kamtchatka rendait cette ville fort active, et nous n'y
fûmes point désœuvrés. La brièveté des jours dans un climat
rigoureux, sous la latitude de soixante-deux degrés deux secondes,
n'encourageait pas beaucoup au travail. Il faisait à peine jour à
neuf heures du matin. Quand il s'élevait un certain vent qui chassait
une poussière de neige, on ne pouvait rester sans lumière aux plus
belles heures de la journée, et par un temps serein on voyait déjà
les étoiles avant deux heures après midi. La plupart des habitants
profitent de ce temps oiseux pour dormir: à peine sont-ils levés pour
manger qu'ils se recouchent encore, et quand le jour est tout à fait
sombre, souvent ils ne se réveillent point. Nous étions bien prévenus
du danger qu'il y avait, en s'abandonnant au sommeil, de gagner le
scorbut: nous nous arrangeâmes en conséquence, et nous partagions
notre temps entre le travail et la dissipation, sans en donner
beaucoup au sommeil.

Je m'amusais fort bien d'une sorte de marmottes très-communes dans
le pays, et que les Russes nomment _iewraschka_. Ce joli petit
animal se trouve dans les champs aux environs de Yakoutsk, et jusque
dans les caves et dans les greniers, aussi bien dans ceux qui sont
creusés sous terre que dans ceux qui sont au haut des maisons; car
il est bon de remarquer que, dans tout le district de Yakoutsk, il y
a autant de greniers à blé sous terre qu'au-dessus, parce que dans
les premiers les grains sont à l'abri de l'humidité et des insectes.
Tout ce qui est sous la surface de la terre, à la profondeur de deux
pieds, y gèle presque en toute saison; ni l'humidité ni les insectes
n'y pénètrent guère. Les marmottes des champs restent dans des
souterrains qu'elles se creusent, et dorment pendant tout l'hiver;
mais celles qui sont friandes de blé et de légumes sont en mouvement
l'hiver et l'été pour chercher partout leur nourriture. Lorsqu'on
prend cet animal et qu'on l'irrite, il mord très-fort, et pousse un
cri sonore comme celui de la marmotte ordinaire. Quand on lui donne
à manger, il se tient assis sur les pattes de derrière et mange avec
celles de devant. Les femelles de ces animaux mettent bas dans les
mois d'avril et de mai; elles ont depuis cinq jusqu'à huit petits. On
trouve en différents endroits de la Sibérie de véritables marmottes,
mais qui diffèrent, selon les lieux, de grosseur et de couleur. Les
Russes et les Tatares les nomment _suroks_.

L'hiver de cette année fut très-doux relativement au climat;
cependant on éprouva de temps en temps des froids excessifs. J'en
faillis porter de tristes marques un jour que je courus en traîneau
pendant l'espace d'une demi-lieue avec quelques personnes. Nous
sortions d'auprès d'un poêle bien chaud; nous étions bien garnis de
pelisses; nous n'avions mis que six minutes à faire le trajet: nous
trouvâmes en arrivant une chambre bien chaude, et nous avions tous le
nez gelé.

Les habitants m'assurèrent que le plus grand froid de cet hiver
n'approchait pas de celui qu'ils avaient ressenti dans certaines
années. On raconte même qu'il y eut un hiver où le froid fut si
vif, qu'un gouverneur de province, en allant de sa maison à la
chancellerie, qui n'en était pas éloignée de plus de cinquante pas,
quoiqu'il fût enveloppé dans une longue pelisse, et qu'il eût un
capuchon fourré qui lui couvrait toute la tête, eut les mains, les
pieds et le nez gelés, et qu'on eut beaucoup de peine à le guérir
de cet accident. Pendant l'hiver que nous passâmes à Yakoutsk, le
thermomètre marquait quelquefois soixante-douze degrés au-dessous de
zéro (trente-quatre degrés centigrades). On juge bien que sous un
pareil ciel les hommes sont souvent exposés à avoir des membres gelés.

Voici les indices du mal et les remèdes qu'on y apporte. Un membre
qui vient d'être gelé n'a plus aucune sensibilité; il n'y reste
aucune trace de rougeur, et il est plus blanc qu'aucun autre endroit
du corps. Pour rétablir la partie gelée, on conseille ordinairement
de la frotter bien fort avec de la neige. Lorsqu'on commence à
s'apercevoir que quelque sensibilité y revient, on continue le
frottement; mais au lieu de neige on se sert d'eau froide. Quand
la congélation n'a pas duré bien longtemps, et n'est arrivée qu'en
passant d'une maison à une autre, le remède le plus prompt est de
bien frotter le membre avec un morceau de laine. Ce moyen est en
usage à Yakoutsk, et je l'ai moi-même éprouvé avec assez de succès;
mais quand le membre a été gelé pendant un temps considérable, les
frottements avec la neige, avec l'eau froide et avec la laine ne
servent à rien. Il faut dans ce cas plonger le membre gelé dans la
neige, ensuite dans l'eau froide, et l'y tenir très-longtemps, après
quoi l'on en vient au frottement. Les Yakoutes, dont les Russes ont
adopté la méthode, couvrent les membres gelés de fiente de vache
ou de terre glaise, ou de ces deux choses mêlées ensemble en même
temps. On prétend que ce remède dissipe peu à peu l'inflammation du
membre gelé, et lui rend la vie: il est encore regardé comme un bon
préservatif. La plupart des Yakoutes, lorsqu'ils sont obligés de
faire un voyage un peu long par un grand froid, enduisent de cette
espèce d'onguent toutes les parties dont on craint la congélation;
et tous assurent que s'ils ne sont pas entièrement garantis par cet
enduit, il ralentit du moins l'effet de la gelée.

La manière de vivre des Yakoutes ne diffère pas beaucoup de celle
des autres nations de Sibérie; mais ils ont un usage dont il n'y
a peut-être point d'exemple chez aucun autre peuple du monde:
lorsqu'une femme yakoute a mis au monde un enfant, la première
personne qui entre dans la jurte donne le nom au nouveau-né.

C'est à Yakoutsk que nos voyageurs devaient trouver toutes les
facilités nécessaires pour se transporter au Kamtchatka; mais,
malgré les ordres du sénat de Saint-Pétersbourg, qui apparemment
avait peu de puissance en raison de son éloignement, la chancellerie
de Yakoutsk ne leur fournit ni bâtiments, ni équipages pour pouvoir
se rendre à Okhotsk, d'où l'on s'embarque sur la mer du Kamtchatka;
ils résolurent donc de reprendre la route de Saint-Pétersbourg.
Considérant, dit le docteur Gmelin, qu'il y avait déjà quatre années
que nous étions partis de Saint-Pétersbourg, tandis qu'on nous avait
fait espérer que notre voyage ne durerait en tout que cinq ans,
nous comprîmes que, quand tout réussirait à notre gré, quand nous
trouverions toutes les facilités possibles pour passer au Kamtchatka,
il y aurait déjà cinq ans d'écoulés, et qu'il fallait compter
encore au moins deux ans pour le retour, outre le temps de notre
séjour dans cette presqu'île. Nous n'avions, d'ailleurs, nullement
envie d'habiter éternellement les contrés sauvages de la Sibérie.
Nous prîmes donc, le professeur Muller et moi, les arrangements
nécessaires pour notre départ de Yakoutsk.

Les glaces de la mer fondent presque toujours dans le même temps que
le Iénisée dégèle à son embouchure; ce qui arrive communément vers le
12 juin. La mer est bientôt nettoyée, lorsqu'il souffle des vents de
terre qui chassent les glaces. Une circonstance remarquable, c'est
que, même après que les vents de terre n'ont pas cessé de souffler
pendant quinze jours, on retrouve encore de la glace sur le bord de
la mer, quand les vents nord et nord-ouest ont soufflé seulement
pendant vingt-quatre heures, sans même être violents: ce qui semble
indiquer que l'origine de cette glace ne peut être fort éloignée, et
que le froid doit provenir d'une grande île ou d'un continent, et de
la mer Glaciale. Cette dernière conjecture paraît confirmée par les
navigations que les Russes ont poussées à plusieurs reprises jusqu'au
78e degré de latitude septentrionale, point d'où les vaisseaux ne
pouvaient pas pénétrer plus loin à cause des glaces.

Si la mer dégèle tard, elle gèle de bonne heure. Vers la fin du mois
d'août, on n'est plus sûr de ne pas trouver la mer glacée. Il ne
faut, avec le calme, qu'un froid ordinaire pour qu'elle soit couverte
de glace en un quart d'heure; mais quand elle est gelée de si bonne
heure, il n'est pas sûr non plus qu'elle reste en cet état jusqu'à
l'hiver. Quoi qu'il en soit, il est certain que la mer ne gèle jamais
plus tard que le premier octobre, et qu'ordinairement elle gèle plus
tôt.

Il pleut rarement dans le printemps à Ieniseisk; et pendant l'été
le ciel y est presque toujours serein. Le tonnerre y est fort rare,
et l'on n'y connaît point du tout les éclairs. En automne, il y a
des brouillards continuels, et les murs suintent sans cesse dans les
maisons et dans les cabanes; en hiver, il y a de fréquentes tempêtes.

Depuis le commencement d'octobre jusque vers la fin de décembre, on
voit beaucoup d'aurores boréales, mais qui sont de deux espèces. Dans
l'une, il paraît entre le nord-ouest et l'ouest un arc lumineux d'où
s'élèvent, à une hauteur moyenne, quantité de colonnes lumineuses;
ces colonnes s'étendent vers différents points du ciel, qui est
tout noir au-dessous de l'arc, quoiqu'on aperçoive quelquefois les
étoiles au travers de cette obscurité. Dans l'autre espèce, il
paraît d'abord au nord et au nord-est quelques colonnes lumineuses
qui s'agrandissent peu à peu, et occupent un grand espace de ciel;
ces colonnes s'élancent avec beaucoup de rapidité, et couvrent enfin
tout le ciel jusqu'au zénith, où les rayons viennent se réunir.
C'est comme un vaste pavillon brillant d'or, de rubis et de saphirs,
déployé dans toute l'étendue du ciel. On ne saurait imaginer un plus
beau spectacle; mais quand on voit pour la première fois cette aurore
boréale, on ne peut la regarder sans effroi, parce qu'elle est
accompagnée d'un bruit semblable à celui d'un grand feu d'artifice.
Les animaux mêmes en sont, dit-on, effrayés. Les chasseurs qui sont
à la quête des renards blancs et bleus des cantons voisins de la mer
Glaciale, sont souvent surpris par ces aurores boréales. Leurs chiens
en sont épouvantés, refusent d'aller plus loin, et restent couchés à
terre en tremblant, jusqu'à ce que le bruit ait cessé; cependant ces
effrayants météores sont ordinairement suivis d'un temps fort serein.

On n'avait depuis longtemps aucune nouvelle du professeur De la
Croyère: les trois professeurs, depuis leur séparation, avaient
presque toujours suivi des directions opposées qui les éloignaient
de plus en plus les uns des autres. On reçut enfin de lui une lettre
qui marquait que vers la fin d'août 1737, il était parti par eau de
Yakoutsk, et qu'il avait eu le bonheur d'atteindre Simowic, située
à plus de douze cents werstes au-dessous de Yakoutsk. Il semblait,
disait-il, que le ciel et la terre fussent conjurés contre lui;
qu'ils eussent suscité tous les éléments pour traverser de toutes
les façons imaginables les entreprises qu'il avait formées dans
l'intérêt de la science, au péril de sa vie. Le ciel avait été
presque continuellement couvert de nuages, et le grand froid avait
gâté tous ses instruments météorologiques; en sorte qu'il ne lui
restait plus aucun de ses meilleurs thermomètres, parce qu'il les
avait tous emportés avec lui, pour n'en pas manquer dans les lieux
où il comptait pouvoir surprendre le froid, pour ainsi dire, à sa
source. Il ajoutait que, voulant savoir jusqu'à quelle profondeur
la terre était gelée sous ce rigoureux climat, il s'était servi de
la houe; mais que la terre, pour éluder ses recherches, avait pris
la dureté du marbre; qu'elle ne s'était laissé pénétrer en aucun
endroit, et que les plus forts instruments de fer s'étaient brisés
sous les efforts redoublés des plus robustes travailleurs; qu'il
n'avait pas trouvé l'eau plus docile qu'au commencement de février.
Ayant fait creuser la glace jusqu'à l'eau courante, pour voir si
l'eau dans ces cantons, sans perdre sa fluidité, était susceptible
d'un plus fort degré de froid que dans les pays où la congélation
est au trente-deuxième degré Fahrenheit (quinze degrés centigrades),
il avait suspendu dans ce trou le seul thermomètre qui lui restait,
et que dix à douze minutes après, tout au plus, le thermomètre était
engagé dans trois pouces dix lignes de glace, et si fortement pris,
qu'avec toutes les précautions qu'il mit en usage pour le détacher de
ce ciment glacial, il n'avait pu l'en retirer que par pièces; que le
froid alors était si vif, qu'il ne pouvait tenir sa main l'espace de
dix minutes au grand air sans risquer de l'avoir gelée; que pendant
tout le temps qu'il avait séjourné dans ce canton-là, les vents
avaient soufflé entre nord-ouest et nord-nord-est; qu'on ne voyait
ni ciel ni terre, lorsque le vent venait tout à coup à changer de
direction, et qu'il amenait souvent une si forte poussière de neige,
qu'en la voyant on aurait dit que tout l'air était converti en neige;
que le feu même, dont on pouvait espérer au moins des services, lui
avait quelquefois refusé les secours qu'il en attendait, et qu'il
avait eu souvent les doigts gelés près d'un grand feu; qu'enfin
l'air, dans ces climats glacés, avait été pendant son séjour d'une
si mauvaise qualité, qu'environ la moitié des habitants, quoique
indigènes, avaient péri par des maladies épidémiques.

Après beaucoup de recherches sur la chasse des rennes et sur celle
des renards blancs et bleus, le docteur Gmelin rapporte, sur la foi
des chasseurs, qu'ils s'éloignent souvent de leurs habitations à la
distance de quarante, de cinquante et de cent werstes, pourvu qu'ils
aient quelque espérance de réussir. Ainsi ces sortes de chasses sont
de vrais voyages. Dans l'hiver, où elles sont les plus fréquentes,
il s'élève quelquefois des tempêtes si furieuses, qu'on ne voit pas
devant soi la moindre trace de chemin, et qu'on est forcé de rester
dans l'endroit où l'on se trouve jusqu'à ce que l'ouragan soit
passé. Comme chaque chasseur est pourvu d'une petite tente qu'il
porte partout, pour lui et pour son chien, il la dresse alors et
se met à couvert des injures du temps. Aucun ne s'expose dans ces
longues courses sans avoir des vivres pour quelques jours; et quand
la tempête dure trop longtemps, ils diminuent chaque jour quelque
chose de leur portion pour en prolonger la durée. Ces chasseurs
sont aussi munis chacun d'une boussole, pour pouvoir retrouver leur
chemin quand les ouragans en ont effacé les traces. Quand les neiges
accumulées rendent les chemins impraticables, ils ont une sorte de
chaussure avec laquelle ils glissent sur la neige sans y enfoncer.
La boussole vue par le docteur Gmelin était en bois, et l'aiguille
aimantée marquait assez bien: elle indiquait huit vents principaux
qui avaient chacun leur nom. Les autres vents y étaient marqués, sans
être désignés nommément; les vents intermédiaires étaient distingués
par des lignes ou des points.

A Mangaséa, sur un bras du Iénisée, le soleil était fort chaud, et
dès le 14 juin il n'y avait plus aucune trace de neige, ni dans les
rues, ni dans les champs. L'herbe poussait à vue d'œil. Le 15,
on vit fleurir des violettes jaunes qui ne viennent guère que sur
les montagnes de la Suisse et sur quelques autres aussi élevées.
Ici, ces violettes croissaient en quantité sur un terrain bas entre
les buissons. L'herbe, à la fin du mois de juin, avait un pied, et
dans quelques endroits jusqu'à un pied et demi de hauteur. Depuis
le 11, on ne voyait pas beaucoup de différence entre le jour et
la nuit pour la clarté. On lisait à près de minuit la plus fine
écriture, presque aussi bien qu'on l'aurait lue à midi, par un temps
couvert, dans les pays plus méridionaux. Pendant toute la nuit,
le soleil était visible au-dessus de l'horizon. Vers minuit, à la
vérité, lorsqu'on était dans un endroit bas, on avait de la peine à
voir entièrement le disque du soleil; mais en montant sur la tour,
qui n'était pas même fort haute, on le voyait distinctement tout
entier. On pouvait hardiment regarder cet astre sans en être ébloui:
les rayons ne commençaient à se rendre bien sensibles qu'à plus de
minuit passé. Toute la troupe des voyageurs ne put s'empêcher de
célébrer ce magnifique spectacle, qu'aucun d'entre eux n'avait vu,
et que, selon toutes les apparences, ils ne devaient jamais revoir.
On se mit à table dans la rue, le visage tourné au nord; tout le
monde regardait le soleil, sans en détourner un instant les yeux, et
changeait de position à mesure que cet astre avançait. On jouit de ce
rare spectacle jusqu'au moment où les rayons du soleil, qui prenait
insensiblement de la force, devenus trop vifs, ne pouvaient plus
qu'incommoder.

Le docteur Gmelin visita la grande montagne d'aimant dans le pays
des Baskirs. C'est, à proprement parler, une chaîne de montagnes qui
s'étend du nord au sud, à la longueur d'environ trois werstes, et
qui, du côté occidental, est divisée par huit vallons de différentes
profondeurs, qui la coupent en autant de parties séparées. Du côté
oriental est un steppe assez ouvert, dont la partie occidentale est
éloignée d'environ cinq à six werstes du Jaïk; du même côté, et au
pied de la montagne, passe encore un ruisseau sans nom qui, à deux
werstes au-dessous, va se jeter dans le Jaïk. La septième partie ou
section de la montagne, à compter de l'extrémité septentrionale, est
la plus haute de toutes, et sa hauteur perpendiculaire peut être de
quatre-vingts à quatre-vingt-dix brasses. Celle-ci produit aussi
le meilleur aimant, non pas au sommet, qui est formé d'une pierre
blanche tirant sur le jaune, et participe d'une espèce de jaspe,
mais à environ huit brasses au-dessous. On voit là des pierres du
poids de deux mille cinq cents à trois mille livres, qu'on prendrait
de loin pour des pierres de grès, et qui ont toute la propriété de
l'aimant. Quoiqu'elles soient couvertes de mousses, elles ne laissent
pas d'attirer le fer ou l'acier à la distance de plus d'un pouce.
Les faces exposées à l'air ont la plus forte action magnétique; ceux
qui sont enfoncés en terre en ont beaucoup moins. D'un autre côté,
les parties les plus exposées à l'air et aux vicissitudes du temps
sont moins dures, et par conséquent moins propres à être armées. Une
pierre d'aimant de la grandeur qu'on vient de décrire est composée de
quantité de petits aimants, qui opèrent en différentes directions.
Pour les bien travailler, il faudrait les séparer à la scie, afin que
le bloc qui renferme la vertu de chaque aimant particulier demeurât
tout entier; on obtiendrait vraisemblablement de cette façon des
aimants d'une grande puissance. On taille ici des morceaux au hasard,
et il s'en trouve plusieurs qui ne valent rien du tout, soit parce
qu'on abat un morceau de pierre qui n'a point de vertu magnétique ou
qui n'en renferme qu'une petite parcelle, soit parce que dans un seul
morceau il se trouve deux ou trois aimants réunis. A la vérité, ces
morceaux ont une vertu magnétique; mais comme elle ne converge pas
vers un même point, il n'est pas étonnant que l'effet d'un pareil
aimant soit sujet à bien des variations.

L'aimant de cette montagne, à l'exception de celui qui est exposé
à l'air, est d'une grande dureté, tacheté de noir, et rempli de
tubérosités qui ont de petites parties anguleuses, comme on en voit
souvent à la surface de la pierre sanguine, dont il ne diffère que
par la couleur; mais souvent, au lieu de ces parties anguleuses, on
ne voit qu'une espèce de terre d'ocre. En général les aimants qui
ont ces petites parties anguleuses ont moins de vertu que les autres.
La portion de la montagne où sont les aimants est presque entièrement
composée d'une bonne mine d'acier, qu'on tire par petits morceaux
entre les pierres d'aimant. Toute la section de la montagne la plus
élevée renferme une pareille mine; mais plus elle s'abaisse, moins
elle contient de métal. Plus bas, au-dessous de la montagne d'aimant,
il y a d'autres pierres ferrugineuses, mais qui rendraient fort peu
de fer si l'on voulait les faire fondre. Les morceaux qu'on en tire
ont la couleur du métal, et sont très-lourds. Ils sont inégaux en
dedans, et ont presque l'air de scories, si ce n'est qu'on y trouve
beaucoup de ces parties anguleuses. Ces morceaux ressemblent assez,
à l'extérieur, aux pierres d'aimant; mais ceux qu'on tire à huit
brasses au-dessous du roc n'ont plus aucune vertu. Entre ces pierres,
on trouve d'autres morceaux de roc qui paraissent composés de
très-petites parcelles de fer, dont ils montrent en effet la couleur.
La pierre par elle-même est pesante à la vérité, mais fort molle;
les parcelles, intérieurement, sont comme si elles étaient brûlées,
et elles n'ont que peu ou point de vertu magnétique. On trouve aussi
de loin à loin un minerai brun de fer dans des couches épaisses d'un
pouce, mais il rend peu de métal. La section la plus méridionale, ou
la huitième partie de la montagne, ressemble en tout à la septième,
si ce n'est qu'elle est plus basse. Les aimants de cette dernière
section n'ont pas été trouvés d'une aussi bonne qualité. Toute la
montagne est couverte de plantes et d'herbes, qui sont presque
partout assez hautes. On voit aussi par intervalles, à mi-côte et
dans les vallées, de petits bosquets de bouleaux. Cette montagne, au
reste, outre cet aimant, n'offre qu'un roc ordinaire; seulement en
certains endroits on y rencontre de la pierre à chaux.

(Suivent d'autres détails du voyage, qui n'offrent pas assez
d'intérêt pour être relatés.)



CHAPITRE II

PÉNINSULE DU KAMTCHATKA,
EXPLORÉE DANS LES ANNÉES 1770-1771, PAR LE COMTE BENIOWSKI.


Voici une description abrégée de cette péninsule d'après les Mémoires
du comte Maurice-Auguste Beniowski, dont nous avons publié séparément
la vie et les aventures.


CONSTITUTION PHYSIQUE DU PAYS

La péninsule de Kamtchatka forme l'extrémité du nord-est de l'Asie;
sa côte occidentale est très-sinueuse, forme différents ports et est
coupée par plusieurs rivières, dont la plus considérable est celle de
Bolsha. Les vaisseaux d'Okhotsk entrent dans cette rivière, ce qu'ils
ne peuvent faire cependant avec sûreté que dans le temps des marées
du printemps, qui montent alors jusqu'à dix pieds. Il est difficile
de remonter cette rivière, à cause de la rapidité du courant et du
grand nombre d'îles qu'elle contient.

Le Kamtchatka, en ouvrant asile à nos navigateurs pendant l'hiver,
les engage à tenter de nouvelles découvertes. A présent ce n'est
qu'un rendez-vous et un entrepôt pour l'échange des riches fourrures
que les chasseurs apportent des îles Kouriles et Aléoutiennes; mais
si l'on jugeait à propos d'établir des colonies dans ces îles, et
d'entretenir un commerce avec la Chine, le Japon, la Corée, etc., le
Kamtchatka deviendrait une source de richesse et de prospérité pour
la Russie.

Cette presqu'île peut servir aussi à établir une communication
entre les deux continents de l'Asie et de l'Amérique. Le seul port
commode sur la côte orientale est la baie d'Avatcha, nommée Racova.
Le gouverneur du Kamtchatka a bâti un fort régulier capable d'en
défendre l'entrée.

Les habitants de la zone torride voient dans le soleil la source du
feu; mais les nations septentrionales la trouvent dans les volcans.
Il y en a plus de vingt dans la presqu'île du Kamtchatka; les
plus célèbres sont à Avatcha, Tolbachz, et près de la rivière de
Kamerolteira. Les mêmes principes qui ont dont donné naissance aux
volcans, ont produit un grand nombre de sources chaudes qui ont la
vertu des eaux minérales. L'eau qui coule de ces sources est couverte
d'une écume noire.

Toutes les tentatives faites pour la production du grain ont été sans
succès, excepté dans des terrains préparés par des engrais. Quoiqu'il
y croisse naturellement assez de bois pour la construction des
huttes, il n'y en a point de propre à la construction des vaisseaux.
On trouva dans toute l'étendue de la province cinq vaches, deux
taureaux, qui étaient nourris avec de l'écorce de bouleau neuf mois
de l'année, car il n'y a de verdure que du mois de juillet au mois de
septembre.

Le climat et la température du Kamtchatka ne sont pas non plus aussi
doux que plusieurs écrivains l'ont prétendu. Un brouillard continuel,
qui couvre tout le pays, produit des affections scorbutiques et
d'autres maladies qui nuisent à la population. La rigueur du
froid est telle, que durant le dernier hiver (1769), on a trouvé
plusieurs soldats gelés dans leurs postes. Le long séjour de la neige
occasionne la cécité, de sorte que les naturels ne passent guère
quarante ans sans devenir aveugles.


PRODUCTIONS

Le Kamtchatka produit des métaux. Près d'Avatcha il y a des
mines d'or, et près de Girova des mines de cuivre. Les montagnes
fournissent du cristal de roche, dont quelques échantillons sont
verts et rouges; les naturels s'en servent pour faire des pointes
à leurs javelines. Les seules espèces d'arbres qui croissent au
Kamtchatka sont une sorte de sapin bâtard, des cèdres, des saules
et des bouleaux; le cèdre porte une graine que les habitants aiment
beaucoup; l'écorce des saules et des bouleaux leur tient lieu de
pain. La seule plante utile est le _sarana_, qui fleurit et donne du
fruit au mois d'août. Les Kamtchadales en font de grandes provisions,
et en forment avec leur caviar une certaine pâte qu'ils trouvent
délicieuse, mais qui, pour d'autres, n'empêcherait pas de mourir de
faim. Outre le sarana, le gouvernement a fait ramasser une plante
nommée vinoroya, d'où l'on extrait une sorte d'eau-de-vie qui produit
un faible revenu; mais l'usage en est dangereux, car cette plante est
un poison des plus actifs.


ANIMAUX

Le Kamtchatka ne brille pas beaucoup du côté du règne animal. Le
premier rang est dû aux chiens, qui tiennent lieu de chevaux de
trait, et dont la peau, après leur mort, sert de vêtements. Les
chiens du Kamtchatka sont grands, forts, laborieux; on les nourrit
avec de l'opana, composition faite de vieux poisson et d'écorce de
bouleau; mais plus communément ils sont obligés de chercher eux-mêmes
leur nourriture, c'est-à-dire quelques poissons, qu'ils trouvent
dans les rivières produites par les sources chaudes.

Le renard vient après le chien. Sa peau est du plus beau lustre, et
dans la Sibérie il n'y a point de fourrure qui puisse soutenir la
comparaison avec la peau de renard du Kamtchatka.

Le bélier de ce pays est un excellent manger; sa peau est d'un
très-grand prix, et ses cornes sont aussi un objet de commerce; mais
dans ces dernières années le nombre en a beaucoup diminué.

La martre zibeline est très-commune au Kamtchatka; les naturels sont
constamment à la chasse de cet animal, ainsi que les étrangers. Le
nombre des martres apportées l'année dernière (1770) du Kamtchatka au
marché se montait à six mille huit cents. La fourrure de la marmotte
est très-chaude et très-légère.

Les ours sont très-nombreux; leur humeur est assez pacifique,
et jamais ils ne font de mal que pour leur propre défense. Les
chasseurs sont obligés de chasser l'ours pour leur subsistance;
souvent ils reviennent déchirés; mais l'ours tue rarement: il semble
que cet animal épargne la vie de son ennemi, quand celui-ci n'est
plus à craindre. Il n'y a point d'exemple qu'il ait blessé une femme.
Ces animaux sont gras en été, et maigres en hiver.

Le _manate_ ressemble à la vache par la tête. Les femelles ont deux
mamelles, et tiennent leurs petits contre leur sein. Les Français ont
appelé cet animal _lamentin_, à cause de son cri. Sa peau est noire
et rude, épaisse comme l'écorce d'un chêne, et capable de résister
au tranchant de la hache. Ses dents sont préférées à l'ivoire. Le
Kamtchatka en produit annuellement de deux cent cinquante à trois
cents livres. La chair ressemble à celle du bœuf parvenu à son
entière croissance, et, quand le lamentin est jeune, à celle du veau.

On trouve ici des castors. La peau de cet animal est aussi douce que
le duvet; ses dents sont petites et bien affilées; sa queue, courte,
plate et large, se termine en pointe. On le prend à la ligne, et
quelquefois on le tire sous la glace.

Le lion de mer est de la taille d'un bœuf; son cri est
épouvantable; mais, heureusement pour les navigateurs, c'est un
des signes qui annoncent le voisinage de la terre, pendant les
brouillards si communs en ce pays. Cet animal est timide; on le
harponne, ou bien on le tire à coups de fusils ou de flèches.

Le veau marin se trouve en grande quantité près de toutes les îles et
de tous les promontoires; il ne s'éloigne jamais de la côte, mais il
remonte l'embouchure des rivières pour dévorer le poisson. On se sert
de sa peau pour faire des bottines. Les habitants le prennent à la
ligne.

Le Kamtchatka produit quantité de différentes sortes de poissons,
depuis la baleine jusqu'aux plus petites espèces; mais les oiseaux
sont en très-petit nombre.


HABITANTS INDIGÈNES

Les Kamtchadales d'origine se désignent entre eux par le nom
d'_Itelmen_, mot qui signifie habitants du pays. Si nous voulions
discuter leur origine d'après les formes de leur langage, nous les
croirions descendants des Tatares Mongols: leur figure ressemble
assez à celle de ce peuple; ils ont les cheveux noirs, la barbe peu
fournie, la face large et aplatie. Cette nation n'a aucune tradition
sur son origine; elle était nombreuse à l'arrivée des premiers
Cosaques, mais ce nombre a depuis lors prodigieusement diminué.

Les naturels du Kamtchatka n'ont d'autre subsistance que du poisson,
des racines, de la chair d'ours, de l'écorce d'arbre; leur boisson
est de l'eau, et quelquefois de l'eau-de-vie, qu'ils paient très-cher
aux marchands.

Ils ont à présent des habits, avantage dont ils sont redevables aux
Européens; mais cet avantage leur a coûté bien cher, si on le met
dans la balance avec le traitement barbare et tyrannique qu'ils ont
éprouvé de leurs nouveaux maîtres.

Leurs femmes ont un penchant extraordinaire pour le luxe, à tel
point qu'elles ne font jamais la cuisine sans avoir leurs gants,
et qu'aucun motif ne pourrait les décider à se laisser voir par un
étranger sans gants et sans rouge, dont elles portent une couche
épaisse sur leur hideuse figure.

Les Kamtchadales ont deux sortes d'habitations: celle d'hiver
s'appelle _jurte_, et celle d'été _balagan_.

Toute la religion des naturels consiste à croire que leur Dieu,
après avoir d'abord demeuré dans le Kamtchatka, fixa son séjour
pendant plusieurs années sur les bords de chaque rivière, et peupla
ces lieux avec ses enfants, auxquels il donna pour héritage tout le
pays d'alentour, avant de disparaître lui-même pour aller s'établir
ailleurs. C'est pour cette raison qu'ils ne veulent jamais quitter un
domaine si ancien et d'ailleurs si peu aliénable.

Le peuple n'a que des sensations purement animales. Pour lui, le
bonheur consiste dans l'inaction et la satisfaction des sens. Il est
impossible de persuader à ces hommes grossiers qu'il puisse y avoir
aucun genre de vie plus agréable que le leur: celle qu'on mène en
Russie ne leur paraît digne que de mépris et de dédain.

Il est difficile d'imaginer quel motif peut allumer la guerre entre
des hommes si misérables, qui n'ont rien à perdre ni à gagner;
mais il est certain qu'ils sont très-vindicatifs. Leurs guerres ne
peuvent avoir d'autre objet que celui de faire des prisonniers, pour
condamner les hommes à les servir. On ne peut douter cependant que
les Cosaques, à leur arrivée, n'aient excité des troubles et des
différends parmi eux, dans l'intention de profiter de leurs guerres
intestines. La conquête de cette nation a été pour eux une tâche
difficile, et, quoique faible et dénuée, elle s'est montrée terrible
dans sa défense. Elle a employé le stratagème et la trahison quand la
force était sans succès; et s'il est vrai qu'elle soit lâche, il ne
l'est pas moins qu'elle est assez peu attachée à la vie pour que le
suicide soit très-commun chez elle. On cite des exemples de naturels
assiégés par les Cosaques dans leur dernier asile, et qui, n'ayant
plus aucun espoir d'échapper, ont commencé par couper la gorge à
leurs femmes et à leurs enfants; ils se sont ensuite tués eux-mêmes.
L'usage du machomor devient une ressource pour eux en pareil cas;
une certaine dose les plonge dans un profond sommeil, qui les prive
de toutes sensations et termine leurs jours. C'est une espèce de
champignon fort commun dans le pays, dont l'infusion cause l'ivresse
et la gaieté, mais dont l'excès produit de fortes convulsions suivies
de la mort.



CHAPITRE III

CAPTIVITÉ ET SÉJOUR DU GÉNÉRAL KOPEC (JOSEPH), EN 1795-1799.


Né en Lithuanie vers 1762, Kopec embrassa fort jeune la carrière
militaire, et servit dans la cavalerie polonaise, d'abord comme
simple soldat. Étant parvenu au grade d'officier supérieur, il fit la
campagne de 1792 contre les Russo-Moscovites qui avaient envahi la
Pologne, et fut un de ceux qu'on força de s'enrôler dans l'armée de
la tzarine Catherine II. Deux ans plus tard, une occasion favorable
pour se soustraire à cette violence lui étant présentée, Kopec
s'empressa d'en profiter, et, malgré le soin avec lequel on le
surveillait aux environs de Kiow, il parvint le premier à se joindre,
avec son corps, aux insurgés de la Pologne commandés par le célèbre
Kosciuszko. Ayant pris alors le commandement d'une brigade, il servit
pendant le reste de cette campagne, et se fit surtout distinguer
au premier siége de Varsovie, que les Prussiens furent forcés
d'abandonner; mais, blessé à la bataille de Maciciowice, il tomba,
avec les autres généraux polonais, entre les mains des Moscovites et
fut condamné à être exilé en Sibérie.

Rentré sous le règne de Paul Ier dans son pays, le général Kopec
mourut en 1830, laissant un manuscrit qui contenait ses mémoires.
La principale partie de ces mémoires, traduite du polonais par M.
L. Chodzko, ayant paru il y a quelque temps, nous donnons ici les
détails qui se rattachent à la captivité et au séjour de l'auteur
dans la presqu'île de Kamtchatka.


I

   Kiow, Smolensk, Moscou, Kazan (villes).

Voici d'abord comment l'auteur raconte son arrivée à Kiow, ville
autrefois polonaise, où il fut transporté quelques jours après la
malheureuse bataille de Maciciowice, livrée le 10 octobre 1794.

On me sépara sur-le-champ de mes compatriotes, et on m'enferma dans
un bâtiment vieux et humide. Le factionnaire ne devait me parler
sous aucun prétexte. L'officier à qui était confiée ma surveillance
m'amena sa femme en me disant qu'elle me vendrait un bonnet fourré
pour me garantir du froid; je me privai du dernier argent qui me
restait pour faire cet achat.

Le sixième jour de ma captivité, on m'éveilla à minuit pour me jeter
dans une _kibitka_ (voiture) grande comme un coffre, garnie au dehors
avec des peaux de bœuf, et au dedans avec du fer. Cette kibitka
avait une petite ouverture qui servait à faire passer la nourriture
qu'on me donnait. On me traitait avec une cruauté toute spéciale,
on me regardait comme un grand criminel, et les horreurs du secret
n'étaient pas suffisantes pour moi; je n'eus plus de nom, et on me
désigna seulement par un numéro!

Je voyageai sept jours et sept nuits dans cette kibitka; mes
blessures étaient encore saignantes, et je n'avais qu'un peu de
paille pour reposer ma tête. A Smolensk, le peuple se pressait en
foule pour voir ce qu'on avait pu renfermer dans ce coffre au-dessus
duquel étaient assis deux soldats armés jusqu'aux dents; je fus
déposé dans une grande chambre d'où j'entendais des gémissements
et le bruit des armes. Après avoir franchi un long corridor, je
fus poussé dans une espèce de niche, faiblement éclairée par une
lampe, et gardée par plusieurs soldats. Le jour n'arrivait jamais
jusqu'à moi, et les soldats ne proféraient pas une parole. Le
sommeil m'abandonna complétement, et je vécus ainsi quatre semaines.
Le quinzième jour, le commandant de la prison vint me visiter; ce
commandant était un tigre à face humaine, et on l'avait chargé du
martyre des Polonais; il me fit sortir de ma niche et me força à
parcourir avec lui plusieurs rues de la ville; j'avais des vertiges,
je marchais au hasard, je ne voyais rien, je pensais qu'on me
conduisait à la mort. Enfin nous arrivâmes devant un grand bâtiment,
et le commandant me dit que c'était le palais de la tzarine et que
j'allais m'y divertir. On m'introduisit dans une salle où se tenaient
des juges autour d'une table. On me fit asseoir, et on commença à
m'interroger sur ma naissance, ma religion et les circonstances de
ma vie. Voici les questions qu'on me fit, ainsi que mes réponses.

«Avez-vous prêté serment?

--Pendant vingt ans que j'ai été au service j'ai prêté serment
plusieurs fois.

--Mais quel a été le dernier serment que vous avez prêté?

--Le dernier, le plus important, c'est celui où j'ai promis de donner
à ma patrie jusqu'à la dernière goutte de mon sang, et où j'ai promis
de supporter avec courage tous les tourments.

--Mais il ne s'agit point de cela. Dites-nous si vous avez prêté
serment de fidélité à l'impératrice notre auguste souveraine?

--Le serment a été arraché par la force et la violence.

--Et vous n'attachez aucune importance à ce serment?

--L'amour de ma patrie me commande de l'oublier.»

A ces mots les juges se levèrent de leurs siéges et me firent ramener
dans ma prison. Trois jours après je reparus devant les juges, qui
m'adressèrent les questions suivantes:

«Qui vous a annoncé le mouvement révolutionnaire de Cracovie? Quels
hommes étaient de connivence avec vous? et de qui avez-vous reçu des
secours?

--Je ne puis répondre à ces questions; mais ce que je puis dire,
c'est qu'aucun citoyen n'était de connivence avec moi, et que
personne ne m'a donné de secours, car j'étais peu connu. En
rejoignant mes compatriotes j'ai été guidé par l'amour de ma patrie;
je suis militaire, j'ai fait mon devoir; je suis blessé, j'ai été
fait prisonnier, et on me traite comme un criminel!»

On me fit écrire tout ce que j'avais dit, et on me transporta dans
une vaste salle éclairée par quarante croisées et munie de quatre
poêles. Le froid me saisit, et je tombai dangereusement malade; je
demandai un confesseur, on me le refusa: je pensais que j'allais
mourir sans me réconcilier avec Dieu, mais je n'étais qu'au
commencement de mes épreuves!

Ma maladie fit en quelques jours des progrès si rapides qu'on eut
enfin pitié de moi, et qu'on me transporta dans une chambre plus
petite et plus chaude. Ma croisée, qui donnait sur le cimetière,
était grillée, et de mon lit de douleur je voyais des enterrements et
j'entendais le chant des popes (prêtres schismatiques).

Quoique mes jours fussent en péril, on me traitait avec la même
rigueur. Pendant ma maladie, on amena plus de trois mille prisonniers
polonais; la cruauté, les mauvais traitements qu'on exerça sur eux en
firent périr la moitié. Le commandant, croyant que ma fin approchait,
me dit que Szmigielski, mon ancien valet de chambre, se trouvait à
Smolensk depuis trois mois.

Ce bon serviteur, après la bataille de Maciciowice, obtint un
passeport de Souvaroff, général russe, réunit quatre cents ducats
(ayant chacun onze francs de valeur), et se mit à parcourir le pays
pour me chercher. Arrivé à Smolensk, il fut instruit de mon sort; il
s'adressa au commandant, qui, après s'être fait payer son obligeance,
lui permit de me voir. Notre joie fut au comble. Szmigielski n'avait
dépensé que cent ducats dans ses voyages, et le reste servit à
rendre ma position plus supportable. Après quatre mois de séjour à
Smolensk, un ordre de Catherine II vint disperser les Polonais sur
différents points. On me réservait, à moi, le plus rude châtiment,
et l'on m'envoya au fond du Kamtchatka. Il fallut me séparer de mon
brave valet de chambre, on m'y contraignit, et depuis lors je n'ai pu
savoir ce qu'il était devenu.

Je partis la nuit dans une kibitka; un officier, quatre
sous-officiers et quelques soldats m'escortaient. Nous voyageâmes
cinq jours et cinq nuits sans nous arrêter.

On me fit traverser Moscou sans voir la ville, puis on me conduisit à
Kasan, et de là à Irkoutsk (Sibérie). Dans le trajet de Smolensk à
Irkoutsk, trois soldats de l'escorte moururent, et en voici la cause:
comme ils étaient presque toujours dans un état complet d'ivresse,
ils tombaient du haut de la kibitka où ils étaient assis; ces chutes
donnaient des secousses affreuses à ma triste voiture, et sans mon
sac de paille j'aurais eu la tête brisée.

Pendant mon séjour à Kasan, on me mit dans une chambre dont
la croisée donnait sur la rue; je vis passer plusieurs de mes
compatriotes, qui m'instruisirent des événements que ma captivité
me laissait ignorer. Malheureusement on surprit bientôt mes
intelligences avec le dehors, et l'on cloua des planches devant ma
croisée. A travers la petite ouverture qui était pratiquée dans ma
kibitka, je vis, sur la route de Kasan à Tobolsk, une grande quantité
d'hommes marqués au front et à qui on avait coupé le nez.

Un jour, je me sentis tellement malade que je demandai à l'officier
de nous arrêter pendant quelques heures; il me répondit que si
je mourais il porterait mon cadavre à sa destination, et que si
l'escorte était arrêtée par des brigands pour me délivrer, il avait
ordre de me tuer avant qu'on s'emparât de moi.


II

   Nijni-Oudinsk (ville).--Irkoutsk (ville).--Kiringa
   (colonie).--Yakoutsk et Okhotsk (villes).--Générosité d'un
   marchand.--Embarquement.--Naufrages.--Iles Kouriles.

J'arrivai à Nijni-Oudinsk dans un état de souffrance impossible à
décrire. Après avoir pris un peu de repos, nous nous remîmes en
route, et nous arrivâmes à une colonie distante de 300 werstes (60
lieues) de Irkoutsk. Là on joignit à notre convoi cinq Polonais, dont
l'un était le dominicain de Minsk (religieux), et les quatre autres,
de pauvres gentilshommes des environs d'Oszmiana, ville de Lithuanie.
Ces derniers étaient innocents de tous délits politiques; mais comme
ils portaient le nom de riches magnats, qui avaient été arrêtés et
qui s'étaient rachetés, on avait pris les pauvres en compensation.

La nuit suivante, au moment où tout était prêt pour le départ,
l'officier fit semblant d'avoir des attaques de nerfs; il avait
été volé, disait-il; on lui avait pris son portefeuille avec tout
l'argent destiné pour notre voyage; ces sommes lui étaient confiées
par le gouvernement, et il pleurait, il se roulait et s'agitait comme
un possédé. L'officier, avant la nuit, avait enfoui le portefeuille
sous terre, et pour qu'on n'eût aucun soupçon, il joua la comédie
que je viens de rapporter. Mais, non content des attaques de nerfs,
il alla faire sa déposition aux autorités; il exigea qu'on visitât
ses effets et les nôtres; on ne trouva rien, bien entendu; seulement
l'un des juges-instructeurs vola une montre au pauvre dominicain.
L'officier se fit donner des certificats par les marchands de la
ville, qui constataient que ce genre d'accident était très-fréquent.
Le gouvernement renvoya de l'argent, et nous voyageâmes plus vite
pour regagner le temps perdu.

Après cinq mois de voyage, nous arrivâmes à Irkoutsk; cette ville
est baignée par le fleuve d'Angora, qui prend sa source dans les
montagnes de la Chine. Le commandant de la ville vint au-devant de
nous, et à l'instant tous les prisonniers furent séparés. On me logea
chez un marchand, et je me serais cru en paradis si je n'avais été
prisonnier.

Le commandant était plein de compassion; chaque jour il m'envoyait
des mets de sa table. Un médecin vint me voir; il me saigna et me
donna quelques médicaments en me recommandant de les ménager, car
plus loin, disait-il, je ne trouverais ni médecin ni médicaments.
Il me demanda ce que je prenais le matin. Je lui dis qu'autrefois
je prenais du café, mais que j'en avais oublié le goût, tant il y
avait longtemps que je n'en avais pris. Au moment de mon départ,
il m'envoya un grand sac de cuir, bien attaché, en disant que je
pourrais me servir des plantes médicinales qu'il contenait. Quelle
fut ma surprise lorsque, plus tard, en ouvrant le sac, j'y trouvai du
café moulu et un pain de sucre! Ces deux denrées coûtent très-cher à
Irkoutsk.

De son côté, le commandant vint me souhaiter un bon voyage, et
m'offrit une belle fourrure de cerf, qui fut mise dans ma kibitka; je
lui témoignais mon étonnement, car la saison était chaude et le froid
semblait éloigné; mais il me dit que dans les contrées que j'allais
parcourir, l'atmosphère était toute différente, et qu'après quelques
jours de route je sentirais le froid. En effet, cette fourrure me fut
de la plus grande utilité.

Après avoir traversé des déserts, nous arrivâmes à une colonie
appelée Kiringa. On me donna une chambre assez commode, dont les
fenêtres, au lieu de vitres, avaient du mica aussi transparent que du
verre. En examinant cette fenêtre, je vis des vers écrits en russe,
et tracés par la main de la princesse Menzikoff, qui avait accompagné
son mari dans son exil, et qui mourut de désespoir, vers le milieu du
XVIIIe siècle.

Plus tard, on me conduisit à Yakoutsk; je passai l'hiver et le
printemps dans cette ville, où je trouvai le colonel S..., connu par
ses atrocités. Après avoir commis bien des crimes en Pologne, il
obtint de se faire nommer commandant de Yakoutsk.

Je rencontrai un jour à dîner, chez le commandant, plusieurs de mes
compatriotes; mais dès que la saison le permit, on nous sépara pour
nous envoyer dans différentes directions.

Notre convoi se composait de quatre mille chevaux; on m'en donna
quatre pour mon usage. Le trajet que nous devions parcourir de
Yakoutsk à Okhotsk était de 3,000 werstes (650 lieues de France),
et cependant là n'était pas le terme de notre voyage. Il n'y avait
aucune route tracée; tout l'espace était coupé par des vallées,
par des côtes escarpées ou par quelques ruisseaux bien rares. Des
ossements de chevaux qui avaient été dévorés par les ours, servaient
de signes de parcours. Le prince Mischinskoï, qui venait d'être nommé
commandant d'Okhotsk, faisait partie de notre convoi, ainsi que
plusieurs marchands; nous avions aussi des militaires. Le prince, qui
était dur et impertinent avec tout le monde et qui manqua à plusieurs
des nôtres, se vit tout à coup abandonné de tous; force lui fut de
faire des excuses; car en voyageant seul il aurait pu être dévoré par
les ours.

Sur les bords de l'Aldon se trouvait un cimetière où nous remarquâmes
plusieurs tombes dont les inscriptions portaient le nom d'un voyageur
ou d'un exilé. En côtoyant la mer, nous nous approchâmes d'Okhotsk.

Le commandant prit à l'instant possession de sa nouvelle autorité, et
les habitants se prosternèrent devant lui comme devant une divinité.
J'espérais, d'après ce qu'il m'avait dit, être traité avec quelque
douceur; mais on me mit dans une cabane de matelots, et sous leur
surveillance.

Okhotsk est bâti sur un banc de sable, entre la rivière d'Okhota
et la mer. Cette ville se compose, en tout, d'une soixantaine de
maisons habitées par des courtiers, des marchands, des employés du
gouvernement, et quelques matelots qui construisent les bâtiments. Il
y a une église schismatique et un pope. Quand la mer refoule les eaux
de l'Okhota, les maisons sont submergées.

Le commandant me permit de me promener souvent au bord de la mer,
pour que je m'habituasse à l'air humide.

Un jour, dans une de mes promenades solitaires, je m'assis sur un
tronc d'arbre renversé, et je me mis à contempler cette majestueuse
nature. Tout à coup j'aperçus un jeune homme, beau, élégamment vêtu,
qui venait dans ma direction. Sa vue produisit sur moi une si étrange
impression, que je crus un moment qu'il sortait du fond des eaux. Cet
homme, en m'approchant, me demanda à quelle nation j'appartenais.
«A la plus malheureuse, répondis-je.--Vous êtes donc Polonais,» me
dit-il. Puis il ajouta: «Je connais la Pologne; je m'intéresse à
sa cause... Je suis marchand et envoyé par la chambre de commerce
d'Irkoutsk pour expédier des marchandises par l'Océan; ensuite
je reviendrai en Russie. Si vous avez une famille et des amis,
écrivez-leur, et je vous promets que vos lettres leur parviendront.
En vous faisant cette offre, je ne me dissimule pas les dangers
auxquels je m'expose; mais le profond intérêt que vous m'inspirez
l'emporte sur tout. En rentrant chez vous, vous trouverez tout ce
qu'il faut pour écrire; vos gardiens seront payés par moi, ainsi
ils ne vous trahiront pas.» Il me fit plusieurs questions, puis il
me dit: «Ne faisiez-vous pas partie d'un complot contre la vie de
Catherine II? jamais on n'a envoyé de prisonniers dans ce pays.» Je
répondis que non, et que tout mon crime était d'avoir été plus zélé
et plus dévoué que beaucoup d'autres. A mon tour, je lui demandai
s'il connaissait le sort qu'on me réservait. «Non, me dit-il, car
la terre finit ici; cependant comme il existe une presqu'île qu'on
appelle le Kamtchatka, il serait possible que vous fussiez envoyé
jusque-là. Peut-être la Providence vous délivrera-t-elle un jour;
mais que d'incertitudes!»

Ce brave marchand me donna un sac de tabac à fumer, ce qui est
très-précieux dans ces contrées; puis un sac de biscuits et quelques
bijoux de peu de valeur. Il me conseilla d'acheter des bijoux le plus
que je pourrais, me disant que l'argent ici n'était rien, et que les
objets fabriqués étaient tout. Il prit mes lettres, qui parvinrent
en Pologne. J'avais adressé, par cette précieuse occasion, une
pétition à Catherine II; ce fut Paul Ier qui la reçut, car Catherine
n'était plus. Cette pétition me rendit à la liberté; mais je n'en
reçus la nouvelle qu'un an après.

Avant de partir pour le Kamtchatka, car c'était là le lieu de ma
destination, j'achetai une quantité de petits bijoux; mes deux années
de solde de prisonnier, que je venais de toucher, m'avaient mis à
même de faire ces achats. Hélas! tout fut perdu dans un naufrage.

Le moment de partir était venu: deux vaisseaux quittèrent d'abord
la rade, l'un pour la Nouvelle-Hollande, et l'autre pour l'île
Saint-Élie.

La matinée était belle et sereine; le soleil éclairait l'horizon; le
vent soufflait de terre, tout semblait favoriser la sortie du port.
Mais à peine les embarcations avaient-elles fait deux milles, qu'un
orage s'éleva; deux chaloupes furent submergées, quinze hommes
périrent et quinze autres se sauvèrent à l'aide des cordes qu'on leur
avait jetées d'un bâtiment. Le lendemain, les flots rapportèrent les
cadavres.

Quel triste augure pour moi, qui regardais ce spectacle, et qui
allais m'embarquer dans quelques heures!

Le bâtiment qui devait m'emmener mit à la voile, et je partis. Ce
bâtiment, qui appartenait à la compagnie d'Irkoutsk, allait à la
découverte de nouveaux pays, et devait faire un grand achat de
fourrures. Notre équipage se composait de quatre-vingts hommes. Un
matelot était commis à ma garde. Cet homme avait été capitaine;
mais on l'avait dégradé parce qu'il avait perdu une chaloupe dans
la guerre de Suède. Je lui abandonnais, chaque jour, ma portion de
viande et de poisson, car je dînais avec les marchands; mes procédés
l'attachèrent à moi, et c'est à lui que je dus mon salut.

Au moment où les voiles déployées poussaient au large, le vaisseau
rencontra un fragment de rocher; le choc fut si violent, que
plusieurs passagers furent renversés, et d'autres seraient tombés
à la mer, s'ils ne s'étaient cramponnés aux cordes. Nous passâmes
un jour et une nuit, tantôt avançant, tantôt reculant; enfin, après
huit jours d'incertitude, nous perdîmes de vue le port. Il m'était
impossible de dormir, et je souffrais cruellement de cette insomnie,
quand mon matelot eut l'idée de me faire donner un hamac; je me mis
dedans, et je parvins à trouver le sommeil.

Deux Kamtchadales moururent le même jour, et on leur fit les
cérémonies en usage sur mer. Le pope lut les prières; puis les morts
furent placés dans des sacs de cuir remplis de pierres, et on les
jeta dans la mer l'un après l'autre. Le temps était redevenu si
calme à ce moment, que le vaisseau était presque immobile. Nos yeux
plongeaient dans l'abîme, et nous pûmes voir les animaux marins qui
se disputaient les deux sacs et les deux cadavres. Pendant trois
heures le vaisseau resta dans la même position. Quelques passagers
nous dirent que ce calme plat annonçait que Dieu jugeait les morts.

Après le coucher du soleil, une brise légère enfla les voiles. Nous
vîmes aussitôt la mer couverte de poissons: c'est un signe d'orage,
dirent les matelots. A peine avaient-ils prononcé ces mots, qu'une
vague nous frappa avec violence et renversa plusieurs des nôtres;
puis les matelots virent un oiseau de terre qui s'était perché sur
le mât. Nous commençâmes à nous alarmer sérieusement, parce que nous
nous étions crus loin de terre. Un matelot grimpa au mât, s'empara
adroitement de l'oiseau et lui cassa une aile; comme l'oiseau criait
de toutes ses forces, les autres matelots prirent des cordes et en
appliquèrent vingt coups à leur camarade, en disant que les divinités
maritimes se vengeraient d'une cruauté inutile.

Les vagues enflaient d'une minute à l'autre; on hissa les voiles. Le
capitaine ne pouvait prendre aucune direction; les vagues couvrirent
bientôt le pont du vaisseau. On ne pouvait plus faire de feu, et
nous étions mouillés, transis de froid et exténués de fatigue. Le
capitaine pensa que nous étions près des îles Kouriles.

Nous restions depuis quarante-huit heures dans la même position,
quand, au lever du jour, nous aperçûmes des rochers et des animaux de
différentes espèces. Les vagues étaient moins furieuses; les matelots
grimpèrent aux mâts sans savoir quel était le pays dont nous nous
approchions.

Ce que nous craignions, c'était d'aborder dans une des îles du
Japon, où tant de vaisseaux avaient péri. Le capitaine ordonna le
sondage; le sondeur cria qu'il y avait quatre-vingts toises; un quart
d'heure après, il n'y en avait que quarante. Le bâtiment allait
donc inévitablement échouer; mais par bonheur les bords étaient
sablonneux, et nous échouâmes sans trop d'avaries.

Le capitaine ordonna de jeter l'ancre; mais il était trop tard: le
vaisseau échoua; les cordes se rompirent et les mâts se brisèrent.
L'eau entra dans le bâtiment; bientôt nous allions être submergés!
Plusieurs des nôtres se jetèrent à la mer pour essayer de se sauver,
les femmes et les enfants périrent. Mon matelot, qui était fort et
vigoureux, se saisit de deux pieux en fer, longs de six pieds; il
m'en donna un, garda l'autre en me disant que nous leur devrions
notre salut; puis il m'entraîna dans le magasin où l'on mettait les
cordes et le goudron. Il se goudronna depuis les pieds jusqu'à la
tête; il me fit la même opération, et je me laissai faire, confiant
en son expérience. «Maintenant, me dit mon matelot, sortons d'ici
et suivez-moi, et surtout obéissez-moi.» Il s'approcha d'un mât
renversé, se mit à cheval dessus, me dit d'en faire autant et de ne
pas lâcher le pieu qu'il m'avait donné. «A présent, ajouta-t-il,
tenez-vous bien ferme: nous allons nous jeter à la mer.» Il n'y
avait que trois pieds d'eau; mais nous aurions eu la plus grande
peine à nous en tirer, parce que nos jambes entraient dans le sable;
cependant il nous restait plus de mille pas à faire pour gagner la
terre que nous voyions devant nous. Nos forces étaient tellement
épuisées, que nous fûmes forcés de nous arrêter un instant. Nous
regardâmes derrière nous, et nous vîmes que les vagues furieuses
ébranlaient le vaisseau et arrivaient sur nous. Mon matelot, aussi
expérimenté que courageux, enfonça mon pieu dans le sable, en fit
autant avec le sien, et me dit de me cramponner à lui et de mettre un
genou par terre. La vague passa par-dessus nos têtes, alla se briser
sur le bord, et revint encore aussi impétueuse au-dessus de nos
têtes. Je fus tellement étourdi, que je faillis abandonner mon pieu.
«Le plus grand danger est passé, me dit mon matelot; il viendra bien
encore une vague, mais celle-ci ne sera rien.» Tout se passa comme il
l'avait prédit, et nous fûmes sauvés.

Je sentis enfin la terre sous mes pieds, et je m'assis, ou plutôt
je me couchai, exténué de fatigue. La tête me tournait; j'étais
dans un état de stupeur incroyable. Quand j'eus repris mes sens,
mes yeux purent contempler le triste spectacle de notre naufrage!
Notre bâtiment avait échoué sur le sable, et le capitaine, dans une
attitude désespérée, était encore sur le pont avec son monde. Sur
ces entrefaites, nous vîmes des habitants de l'île qui venaient dans
notre direction. Notre premier sentiment fut de l'effroi; car nous
ne savions à qui appartenait cette race d'hommes. Le capitaine fit
chercher tout ce qui restait d'armes, et l'on se mit en garde, après
avoir envoyé quelques matelots bien armés au-devant des habitants. On
ne tarda pas à s'entendre, et nous apprîmes que nous étions dans les
îles Kouriles, qui avaient déjà quelques relations avec la Russie.

Plus tard, le capitaine, trente hommes armés et moi, nous allâmes
plus avant dans les terres; nous traversâmes de petites rivières
sur des barques de cuir, et nous arrivâmes dans une colonie dont
plusieurs maisons sont recouvertes en peaux de cerf, et bariolées de
différentes couleurs. Les habitants préparent leurs repas dans des
vases en fer, que les Russes leur avaient procurés. Leurs mets se
composaient de graisse de chien marin, de cheval et de grenouilles.
La vue de ces mets nous rebutait; mais, pour ne point irriter ces
sauvages, nous mangions en leur présence des limaçons rôtis, chose
assez friande, et qui nous dispensait de goûter à leur affreux
mélange. Nous les invitâmes à venir sur le bâtiment, et nous leur
fîmes manger des produits européens, car nous n'avions pas tout perdu
dans le naufrage.

Ce procédé les rendit très-reconnaissants, et ils nous aidèrent
puissamment à réparer les avaries du vaisseau.

Bientôt nous pûmes nous remettre en mer, et, après quelques jours de
navigation, nous abordâmes les côtes du Kamtchatka.


III

   Kamtchatka (presqu'île)--Bolscheretzkoï (ville).--Délivrance de
   l'auteur et ses suites.--Départ.--Ygiguinsk (colonie).--Okhotsk
   et autres villes de la Sibérie.--Moscou.--Minsk.--Vilna.

Au moment du débarquement, nous vîmes une foule de Kamtchadales qui
accouraient pour nous voir. On distinguait au milieu de tous le
commandant, vêtu à l'orientale. On me présenta à lui: je lui dis que
j'espérais que mes malheurs m'attireraient sa pitié et son intérêt.
Il me répondit: «Je suis homme, cela suffit; je ferai tout ce qui
dépendra de moi.» Il me mena dans sa demeure, et m'offrit d'excellent
thé avec du lait de biche. Sa femme entra brusquement; mais le
commandant la fit aussitôt sortir: la pauvre créature était folle.
Cette femme appartenait à une ancienne famille polonaise établie dans
la Petite-Russie.

Le commandant me mena ensuite dans une chaumière où je devais loger.
«Ne soyez pas étonné, me dit-il, nous n'avons point ici d'autres
habitations.»

Ma chambre contenait une petite table en pierre, des bancs tout
autour et une cheminée au milieu. Les croisées étaient en mica, et
dans le haut il y avait un morceau de glace très-transparente, ce
qui remplace le verre, toujours dangereux à cause des éruptions
volcaniques.

Je faisais des promenades au bord de la mer, où je voyais, quand
le temps était à l'orage, toutes sortes d'animaux extraordinaires:
c'étaient des baleines, puis des lions, des chevaux, des vaches, des
chiens marins. Quand je m'avançais pour ramasser des coquillages,
j'étais souvent inquiété par de grosses pierres qu'on me lançait
je ne sais d'où. Je cherchai d'où venaient ces pierres, je vis que
c'étaient des ours qui me les jetaient pour me tuer et me dévorer
ensuite; je cessai mes promenades de ce côté.

En automne, la mer est très-houleuse dans ces contrées. La terre
tremble lorsque les flots se brisent contre ses bords. Les journées
sont sombres, et les nuits tout à fait noires. Pendant le flux et le
reflux, les chiens, qui se nourrissent de poisson, poussent des cris
plaintifs, et les ours leur répondent. Les volcans, pendant cette
crise de la nature, vomissent du feu et des cendres.

L'exil dans ce pays était un supplice au-dessus de mes forces; mais
comment fuir? Mon hôte et gardien était aussi un exilé; je lui
confiai mes projets, je lui demandai ses conseils; non-seulement il
consentit à m'aider, mais il me dit qu'il s'enfuirait avec moi.
Nous devions partir dans deux traîneaux attelés de sept chiens;
les chiens, dans ce pays, marchent intrépidement aux bords de la
mer; nous arriverions ainsi dans le pays de Tchouktschi, voisin de
l'Amérique septentrionale; mais avant l'exécution de notre projet, je
reçus l'ordre de ma délivrance.

J'étais donc libre, j'allais revoir la Pologne! hélas! j'en étais
bien loin, mais l'espoir me soutenait. Je m'embarquai par la première
occasion; ma traversée ne fut pas plus heureuse que l'autre. L'eau
douce nous manqua, et nous fûmes obligés de relâcher dans le port de
Bolscheretzkoï, où nous restâmes quelques jours.

Je trouvai là des Sibériens, des Moscovites et quelques exilés. Dès
qu'on sut que j'étais Polonais, on me dit que c'était dans ce pays
que Beniowski avait été exilé; on me raconta son séjour, sa fuite;
on me parla des Kamtchadales qui l'avaient accompagné et qui étaient
arrivés avec lui jusqu'à Paris, et il se trouva que ces mêmes
Kamtchadales avaient été mes gardiens pendant mon exil.

[Ici l'auteur raconte en peu de mots l'histoire du même prisonnier,
dont on trouvera les détails dans notre publication intitulée: _Vie
et Aventures du comte Maurice-Auguste Beniowski_.]

Les Kamtchadales, poursuit-il, qui avaient suivi Beniowski, finirent
par rentrer dans leur patrie, et c'étaient précisément ceux qui
avaient été mes gardiens, comme je l'ai dit tout à l'heure.

Je reviens à ma propre histoire.

Avant que je reçusse l'ordre qui devait me délivrer, j'étais plongé
dans une affreuse tristesse; je croyais ne jamais revoir ma patrie,
je me voyais déjà victime d'un lâche assassinat. Un jour mon
hôte entra chez moi, pâle d'émotion, en me disant qu'un vaisseau
approchait du port. «Doit-on se réjouir? lui dis-je.--Mais on ne sait
si c'est la joie ou la douleur qu'il apporte,» reprit-il.

Deux heures après, le commandant et le capitaine du vaisseau vinrent
chez moi; je pensai qu'ils m'apportaient mon arrêt de mort; ils
m'annonçaient que Paul Ier me rendait la liberté. Je ne pouvais
croire à leurs paroles; il me semblait voir de ma fenêtre un bûcher
allumé; j'allais mourir, je le croyais, et la foule qui accourait
dans la direction de ma maison augmentait ma certitude; on accourait
pour voir mon supplice! Le commandant et le capitaine ne savaient
comment me persuader. «Tant mieux, m'écriais-je toujours, je ne
souffrirai plus!» Enfin, le capitaine tira de sa poche un papier et
me le fit lire; c'était l'ordre qui rendait à la liberté Kosciuszko,
Waswrzecki, Niemcewiz, Potocki, etc., chefs des Polonais insurgés.
Je ne doutai plus, et je m'abandonnai à la joie. Je voulus quitter
ma chaise pour prendre les mains du capitaine et lui témoigner ma
reconnaissance, mais je tombai à terre sans mouvement. Le commandant
fit apporter une liqueur forte qui ressemble à l'esprit-de-vin et
qu'on fait avec les herbes du pays; on ouvrit ma bouche, que je
tenais convulsivement serrée, et on me fit avaler quelques gouttes de
cette liqueur, qui me ranimèrent un peu; mais j'étais comme un homme
ivre. Ensuite on me saigna avec une espèce de lancette en pierre
très-fine et très-aiguë; il ne sortit que fort peu de sang.

Quelques moments après, je repris mes sens, et je demandai au
commandant la permission d'aller me promener au bord de la mer.
«Vous êtes libre maintenant, me dit-il, et il dépend de vous de vous
promener seul ou de vous faire accompagner.» Ces paroles, plus que
tout, me donnèrent la conscience de ma liberté. Je me rendis au bord
de la mer avec mes deux gardiens. Ma pauvre tête était dans un grand
désordre. Les vagues, les oiseaux qui volaient au-dessus de la mer
me semblaient des processions qui venaient au-devant de moi; je
voyais des prêtres qui portaient la croix; j'entendais des chants
polonais.... Je courus pour saisir cette vision, et je me serais jeté
dans la mer si mes gardiens ne m'avaient retenu.

En revenant de ma promenade, j'eus peine à traverser la foule qui
se pressait devant ma maison; tout ce monde voulait me voir pour
me féliciter. Les femmes m'offrirent des fruits et des poissons.
Je trouvai sur ma table de pierre un petit pain de sucre, une
bouteille de rhum et un paquet de bougies. Le cadeau m'avait été
fait par un marchand qui se trouvait à bord. Mon hôte m'annonça que
le ministre de la religion allait venir chez moi avec les chantres
de l'église. Le prêtre, âgé de quatre-vingts ans, arriva dans ses
habits sacerdotaux et suivi de six chantres. Pour le recevoir plus
dignement, j'allumai des bougies et je sortis de mon portefeuille une
petite image de saint Jean-Baptiste que j'avais achetée en Russie. Le
prêtre commença par chanter les quatre évangiles, et les chantres
lui répondirent. Tous les assistants pleuraient d'attendrissement,
et moi, qui ne me souviens guère d'avoir pleuré, je me mis à
sangloter en poussant de grands cris. Ces larmes me soulagèrent,
j'eus moins d'oppression, et ma tête si bouleversée revint à la
raison. Ne sachant comment témoigner ma reconnaissance pour toutes
les bontés qu'on avait pour moi, je proposai de faire du punch;
cette proposition fut bien accueillie, et pendant qu'on savourait
cette excellente boisson, le prêtre et le commandant disaient qu'ils
n'avaient plus l'espoir de revoir leur patrie. «Et vous, ajouta le
commandant en se tournant vers moi, vous serez forcé de rester ici
encore trois ans.--Je suis donc trahi! m'écriai-je avec effroi.--Non,
répliqua-t-il, mais le vaisseau qui vous apportait la liberté repart
demain et ne reviendra que dans trois ans; c'est alors qu'il vous
emmènera.»

Les sibylles et les devineresses jouent un grand rôle dans ce pays,
et on les consulte même à défaut de médecin. Le commandant en fit
venir deux pour qu'elles me dissent mon avenir. Elles arrivèrent le
soir, vêtues d'une façon singulière, toutes couvertes de coquillages
et de souris empaillées. Leurs visages étaient tatoués. L'une d'elles
brûla un os au-dessus d'une lampe, et l'autre sautait, regardant le
ciel en pirouettant, puis rentrant pour dire à sa compagne ce qu'elle
avait vu.

Le commandant, à l'aide d'un interprète, leur demanda ce qu'elles
pensaient de mon avenir? «Je pense, répondit celle qui brûlait un os
au-dessus de la lampe, qu'il arrivera sous peu un vaisseau portant
des hommes de différentes couleurs et qu'on n'avait pas vus depuis
bien longtemps. Nous nous réjouissons peu de la présence de cet
étranger, car nous le voyons debout sur le seuil, vêtu de blanc et
emportant ses effets.» La société se sépara, et je restai plongé dans
mes pensées.

Je perdis le sommeil, j'avais des oppressions, et mes forces
m'abandonnaient. Quelques jours après, le commandant vint m'annoncer
qu'un bâtiment anglais, sans mât et séparé de sa flotte, entrait
dans le port, portant des dépêches qui devaient être expédiées à
l'ambassadeur anglais qui résidait à Saint-Pétersbourg.

Le commandant était dans un grand embarras; il n'avait point de
bâtiment disponible, et il fallait exécuter les ordres sur-le-champ,
car l'Angleterre était en paix avec la Russie en ce moment.

Pour obvier à ces difficultés, on répara le bâtiment en toute hâte,
et il put se rendre à sa destination.

Dans les premiers jours de novembre, les bords de la mer furent pris
par les glaces; toutefois le commandant conçut le projet de faire
une expédition aventureuse à Okhotsk. On avait tenté sans succès
plusieurs expéditions de ce genre; mais les unes avaient péri par le
froid, et les autres avaient été attaquées par les Tschouktschi.

Le commandant prit, pour cette expédition, trois cents chiens et
cerfs, plusieurs interprètes bien armés, puis du poisson salé et
des provisions de tous genres. Le voyage qu'il allait entreprendre
par terre était deux fois plus long que par mer et bien autrement
dangereux. Je le priai néanmoins de m'emmener avec lui; mais il s'y
refusa, en me disant que je ne pourrais pas supporter la fatigue et
la rigueur du froid; cependant j'insistai tellement qu'il finit par y
consentir.

Il fit faire des traîneaux dont l'intérieur était garni de peaux
d'ours et de cerfs, et dont la forme ressemblait à celle d'un
carrosse. Nous partîmes dans le milieu du mois de novembre 1798.
J'avais dans mon traîneau deux grands chiens à longs poils; sans
eux j'aurais gelé de froid. Treize chiens tiraient chaque traîneau,
mais un seul servait de guide. Un Kamtchadale s'assied devant; comme
il est muni de patins, il préfère souvent marcher, et court aussi
vite que le traîneau; il tient dans sa main un long bâton ferré,
garni de clochettes en haut; le fer du bâton sert pour arrêter
les traîneaux, et les clochettes remplacent le fouet; les chiens
redoutent ce bruit plus que tout autre. Le chien qui est en tête se
retourne à chaque instant pour recevoir les ordres du conducteur.
Rien de plus difficile que de s'orienter, car il n'y a aucune route
tracée: tantôt il faut côtoyer la mer, et tantôt il faut gravir les
montagnes. Avant notre départ, le prêtre nous bénit, et il me donna
une médaille d'argent avec une croix autour de laquelle était gravée
cette inscription: «Nous te disons adieu, en attendant notre deuxième
résurrection.»

Nous étions trente hommes et cent chiens. Quand nous eûmes gagné la
mer Glaciale, toute la suite cria à tue-tête et agita les clochettes;
les chiens effrayés partirent comme l'éclair. Quand ils sont trop
fatigués, ils vont moins vite, et le soir on leur donne pour toute
nourriture un petit poisson sec.

Le sixième jour nous approchâmes d'une colonie. Les habitants nous
parfumèrent dès notre arrivée, dans la crainte que nous ne leur
apportassions la petite vérole. Le prêtre nous avait accompagnés dans
ce périlleux voyage avec l'intention de revenir après la première
halte.

Après trois jours de repos, le prêtre nous quitta, et nous nous
remîmes en route. Pendant quinze jours nous ne vîmes aucune
habitation: tout à coup nous rencontrâmes une bande de Tschouktschi,
et nos interprètes nous dirent que c'étaient ceux qui haïssaient les
Sibériens et les Moscovites, mais que nous pourrions les adoucir
en leur donnant du tabac et quelques petits bijoux. Par ce moyen
nous échappâmes à la cruauté de ces sauvages. Mais, tout en faisant
les cadeaux, nos interprètes, qui connaissaient parfaitement les
Tschouktschi, leur dirent qu'ils escortaient un illustre prisonnier,
victime du tzar; que ce prisonnier avait été puni parce qu'il aimait
sa patrie et qu'il avait combattu pour elle. Cela fit sur eux la plus
grande impression, et nous pûmes continuer notre route sans danger.

Nous arrivâmes à une colonie appelée Ygiguinsk. Là, je tombai malade
et faillis mourir: un soldat me saigna et me tira deux bouteilles de
sang. J'étais d'une extrême faiblesse, et il fallait se remettre en
route au milieu d'une neige qui rendait les chemins impraticables;
puis, nos provisions finissaient, et nos chiens se dévoraient entre
eux pour ne pas mourir de faim. Enfin, à travers mille dangers, en
proie à toutes les privations, nous arrivâmes à Okhotsk.

Je trouvai à Okhotsk le même commandant qui, jouissant de l'impunité,
s'empara d'une grande partie des curiosités que j'avais ramassées
dans mes voyages. Ce que j'ai pu lui soustraire, je l'ai remis au
temple de la Sibylle, à Pulawy et à Poryck (villes polonaises). Je
fus obligé de rester deux mois à Okhotsk, tant j'étais faible et
souffrant.

Il me vint à la poitrine une tumeur qui avait l'épaisseur et la
largeur d'une orange; elle me causait des étouffements et des nausées
insupportables. Néanmoins je pus poursuivre ma route, et j'arrivai à
Irkoutsk, après avoir passé par Yakoutsk.

A Irkoutsk, on prit mon passeport pour l'examiner, et les habitants
arrivèrent de tous les côtés pour me voir; mon costume kamtchadale
excitait partout la curiosité. Le commandant vint au-devant de moi
et m'indiqua un logement, puis il me dit que le gouverneur général
m'invitait à passer chez lui; mais je demandai le temps de pouvoir me
présenter dans un costume plus convenable. Trois jours me suffirent
pour me faire faire des habits à l'européenne, et je suivis le
commandant chez le gouverneur général. L'hôtel de ce dernier était
gardé par deux cents soldats. Dans la première salle, je vis quelques
généraux décorés; ils se tenaient là humblement, attendant les
ordres, car le gouverneur a entre ses mains le droit de vie et de
mort.

Aussitôt qu'on lui eut annoncé mon arrivée, il vint au-devant de moi,
me prit par la main, m'introduisit dans son cabinet et me présenta
au général Soummoff, qui venait de Saint-Pétersbourg pour passer en
revue les garnisons de ces contrées. Tous deux me dirent les choses
les plus flatteuses sur mon caractère et mon patriotisme.

Soummoff me dit: «Je ne vous ai vu qu'à travers le bruit des
armes et la fumée de la poudre, et j'avais un grand désir de vous
connaître.--Moi, reprit le gouverneur général, j'ai beaucoup entendu
parler de vous; je sais que vous êtes haut placé dans l'esprit de
Kosciuszko, et c'est ce qui m'a engagé à me rapprocher de vous;
j'estime les hommes qui aiment leur patrie. Je connais la Pologne;
j'ai passé plusieurs années dans ses garnisons, et j'ai beaucoup de
sympathie pour le caractère polonais.» Il parlait bien notre langue,
et j'eus un grand plaisir à l'entendre. Ce gouverneur général était
natif du Hanovre; il s'appelait Christophe Andreïewitsch Treïden.
Malgré la sévérité de Paul Ier, il savait adoucir le sort des exilés.
Il pensait que le plus souvent le caprice détermine les ordres du
tzar.

Le général Soummoff m'invita un jour à dîner: je trouvai sa table
somptueusement servie; la plupart des convives étaient des femmes de
haut rang qui venaient rejoindre leurs maris dans l'exil.

Après ces honneurs, vinrent les affaires d'argent. Le trésorier de
la couronne me fit dire que j'eusse à rembourser au gouvernement ma
pension annuelle de prisonnier, qu'on m'avait payée pendant deux
ans. Je me trouvais dans l'impossibilité de répondre à la demande,
ou plutôt à l'ordre qu'on me donnait; mais une main amie vint à mon
secours. Thadée Widzki, ancien colonel polonais, m'avança la somme
nécessaire, et je lui en serai éternellement reconnaissant.

En partant d'Irkoutsk pour me rendre à Tobolsk, je pris un domestique
qui buvait outre mesure, et qui, quand il était ivre, engageait mes
postillons à me tuer. Un postillon vint me le dénoncer, et voici ce
que je fis pour m'en débarrasser. J'achetai de l'eau-de-vie, et je
lui en fis boire à tous moments de grandes rasades; il ne se faisait
pas prier, comme on le pense, et il en but tant qu'il finit par
s'endormir. Je le laissai à un relais dans cet état, et je n'entendis
plus parler de lui.

Il y a trois mille werstes (sept cent cinquante lieues) de Yakoutsk
à Tobolsk. Le pays est boisé, marécageux et désert; les routes sont
remplies de troncs d'arbres, ce qui rend le voyage difficile et
souvent périlleux, car on est heurté à chaque pas. Mais, à partir
d'une plaine qu'on appelle Barabinskaïa, le terrain devient fertile,
couvert d'une herbe rougeâtre, ou d'un sel qui sort de dessous terre.
Les lacs et les rivières sont poissonneux et ombragés par des
peupliers. Nous aperçûmes dans plusieurs endroits des tertres assez
élevés et entourés d'arbres; ce sont des _tumulus_ (tombeaux) qui
remontent à l'antiquité la plus reculée.

En arrivant à Tobolsk, je me procurai un logement bien chaud, et je
fus pris à l'instant d'affreuses convulsions: j'eus le délire, et je
crus que j'allais expirer.

Je rencontrai à Tobolsk plusieurs Polonais exilés par l'ordre de
Paul. Kouscheloff était alors gouverneur général: c'était un homme
probe, délicat et juste. Il m'invita à dîner plusieurs fois, et
m'offrit généreusement trois cents roubles; cette offre me fut d'un
grand secours, car je n'avais plus d'argent. Dès que je fus dans ma
patrie, je m'acquittai de cette dette.

En quittant Tobolsk, je pris la route de Moscou: je me rapprochais
de ma patrie. Au dernier relais, je demandai à mon postillon quels
étaient les meilleurs hôtels; il me répondit que c'étaient ceux de
_Constantinople_ et de _France_: je me fis conduire à l'hôtel de
France.

L'hôtesse parut surprise de mon étrange costume, car le froid du
pays m'avait forcé à reprendre mes habits kamtchadales; mais elle
fut, malgré cela, d'une politesse extrême. Ensuite elle me demanda
mon passeport, et me fit quelques questions sur ma personne; je lui
racontai rapidement mon histoire, qui parut vivement l'intéresser:
«Soyez prudent, me dit-elle, soyez-le avec tout le monde sans
exception.»

Il me restait, pour toute fortune, quinze roubles, et mon hôtesse
m'avait annoncé que je paierais cinq roubles par jour pour la table
et le logement; j'aurais pu m'inquiéter, mais je me fiais à la
Providence.

Le soir, je crus devoir dire à mon hôtesse que je manquais d'argent.
«Ne vous inquiétez pas, me dit-elle, vous n'aurez rien à payer,
et, en outre, voilà cent roubles qu'on vous prie d'accepter.» Je
lui témoignai ma reconnaissance, et la suppliai de me dire à qui
j'étais redevable, pour que je pusse m'acquitter un jour; mais elle
me répondit que c'était un secret qu'il ne lui était pas permis de
révéler.

Trois jours après mon arrivée, le général Kavergine, chef de la
police, me fit appeler chez lui pour me conduire chez le gouverneur
général prince Soltikoff. Le prince commandait en Ukraine en 1794,
au moment où je quittais cette province pour rejoindre Kosciuszko.
Il me parla en polonais, et me raconta les persécutions qu'il avait
souffertes, sous Catherine, pour m'avoir laissé partir.

Je quittai enfin Moscou, je traversai la Russie-Blanche, Minsk, et
j'arrivai à Vilna (1799). Je respirais l'air natal; je revoyais ma
chère patrie, après avoir enduré un supplice de cinq ans!...


FIN



TABLE


    AVERTISSEMENT DES ÉDITEURS.                                      1

    CHAPITRE I

    Voyages du professeur Gmelin, membre de l'Académie
    de Saint-Pétersbourg, dans les années
    1733-1737.                                                       3

    I

    Catherinenbourg (ville).--Mines et fonderies.--Tobolsk
    (capitale).--Fêtes de carnaval.--Carême.--Noce
    tatare.--Courses de chevaux.--Pâques.--Fêtes
    des morts.--Gouvernement et habitants de la
    province.--Irtisch (fleuve).--Steppe.--Yanuschna
    (fort).--Un lac salé.--Mines.--Obi (fleuve).--Kusnatzk,
    Tomsk, Jeniseisk et Krasnojarsk (villes).                        5

    II

    Nikolskaia-Sastawa--Baïkal (lac).--Selinginsk
    (ville).--Frontière de la Chine (bureau de
    péage).--Irkoutsk (capitale).--Ilimsk (ville).--Tunguses
    (habitants).--Yakoutsk (ville).--Monts
    d'aimant.--Retour.                                              62


    CHAPITRE II

    Péninsule du Kamtchatka, explorée dans les années
    1770-1771, par le comte Beniowski.                             119


    CHAPITRE III

    Captivité et séjour du général Kopec (Joseph),
    en 1795-1799.                                                  133

    I

    Kiew, Smolensk, Moscou, Kazan (villes).                        135

    II

    Nijni-Oudinsk et Irkoutsk (villes).--Kiringa
    (colonie).--Yakoutsk et Okhotsk (villes).--Générosité
    d'un marchand.--Embarquement.--Naufrages.--Iles
    Kouriles.                                                      144

    III

    Kamtchatka (presqu'île).--Bolscheretzkoï (ville).--Délivrance
    de l'auteur et ses suites.--Départ.--Ygiguinsk
    (colonie).--Okhotsk et autres
    villes de la Sibérie.--Moscou.--Minsk.--Vilna.                 163

[Déco]

    Tours.--Imp. Mame.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Voyages en Sibérie" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home