Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Marie-Louise et la cour d'Autriche entre les deux abdications (1814-1815)
Author: Méneval, Napoléon Joseph Ernest de
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Marie-Louise et la cour d'Autriche entre les deux abdications (1814-1815)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée et
n'a pas été harmonisée.



    MARIE-LOUISE
    ET LA COUR D'AUTRICHE

    ENTRE LES DEUX ABDICATIONS
    (1814-1815)



DU MÊME AUTEUR


  MÉMOIRES POUR SERVIR A L'HISTOIRE DE NAPOLÉON Ier DEPUIS 1802 JUSQU'A
  1815, par le baron Claude-François de MÉNEVAL, Secrétaire du
  portefeuille de Napoléon, publiés par les soins de son petit-fils le
  baron de Méneval (Napoléon-Joseph-Ernest).


[Illustration: Héliog. Dujardin]

MARIE-LOUISE D'AUTRICHE,

IMPÉRATRICE ET DUCHESSE DE PARME

d'après une miniature d'Isabey.



    MARIE-LOUISE
    ET LA COUR D'AUTRICHE

    ENTRE LES DEUX ABDICATIONS
    (1814-1815)

    PAR LE
    BARON DE MÉNEVAL
    MINISTRE PLÉNIPOTENTIAIRE

    Avec deux Portraits en héliogravure

    DEUXIÈME ÉDITION

    PARIS
    ÉMILE-PAUL, ÉDITEUR
    100, RUE DU FAUBOURG-SAINT-HONORÉ, 100

    1909



AVANT-PROPOS


Le but que je me suis proposé n'est pas d'entreprendre, dans cet
ouvrage, la biographie complète de l'impératrice Marie-Louise, qui
n'offrirait, d'ailleurs, à mon point de vue, qu'un intérêt de peu
d'importance. J'ai seulement pensé qu'il serait agréable aux amateurs de
récits historiques de connaître certaines particularités originales de
la vie de cette princesse. J'en entreprendrai donc la relation depuis le
moment où elle a été séparée de Napoléon, en 1814, et où elle a quitté
la France, après la première abdication, jusqu'à l'époque de la seconde
abdication en 1815.

Il m'a fallu, pour atteindre ce résultat, emprunter aux récits, publiés
par des auteurs contemporains de Marie-Louise, certains jugements et
quelques anecdotes. On pourra me le reprocher peut-être, mais j'ai tenu
à documenter ainsi mon modeste livre, préférant en général m'appuyer
plutôt sur les dires des témoins ayant vécu du temps du Premier Empire,
que sur les appréciations fantaisistes de quelques écrivains plus ou
moins en vogue actuellement.


Mon grand-père avait suivi l'impératrice Marie-Louise à Vienne, et
résida presque sans interruption auprès d'elle jusque vers le milieu du
mois de mai 1815. C'est dans ses papiers, en grande partie inédits, que
j'ai puisé les éléments de ce volume.

L'empereur Napoléon Ier a souvent répété qu'il avait coutume d'accorder
trois sortes d'estime qu'il répartissait de la manière suivante: estime
de _caractère_; estime de _confiance_; iestime de _talent_[1]. Il a
certainement accordé les deux premières à son fidèle secrétaire, car il
lui en a donné des témoignages irrécusables.

  [1] Ceci résulte d'une note manuscrite tirée des papiers laissés
  par mon grand-père.

La veuve du général Durand, dans ses intéressants et si véridiques
Mémoires, nous dit, après avoir donné la description du cabinet de
l'Empereur: «Il (M. de Méneval) a prouvé par la suite qu'il méritait
l'estime distinguée dont l'Empereur l'honorait. Placé à Blois et à
Orléans dans une position difficile, témoin des intrigues qui
entouraient l'Impératrice, il osa--sans s'écarter du respect--faire
entendre la voix de la vérité; il ne recula jamais devant ce que
l'attachement et le devoir lui imposaient[2]...»

  [2] _Napoléon et Marie-Louise_, mémoires de la générale Durand,
  page 266.

Tel est le jugement porté par la dame du palais de l'impératrice
Marie-Louise sur mon grand-père. Le jugement de Mme Durand a été
ratifié à peu près par tous les contemporains de cet homme de bien, et
par la postérité. Sa véracité bien connue semble un sûr garant de
l'authenticité de tous les incidents qu'il rapporte. Il s'était attaché
à sa jeune souveraine avec un dévouement absolu. Le chagrin qu'il dut
ressentir à la voir se dérober à ses devoirs les plus élémentaires,
vis-à-vis de Napoléon, et même de leur fils, n'a donc pu manquer d'être
profond. Il l'a dit au reste dans ses Mémoires, et--comme on le verra
tout à l'heure--dans un grand nombre de ses lettres. Ses affirmations à
cet égard n'ont été d'ailleurs que l'expression plutôt affaiblie de la
peine qu'il en éprouvait. Fidèle en effet à son maître et à son
bienfaiteur, il l'a été jusqu'au tombeau. Ce dévouement et cette
fidélité, poussés jusqu'au désintéressement et à l'abnégation, sont--aux
yeux des historiens--ce qui constitue son honneur, et ce qui lui a
mérité l'estime et le respect de tous, amis ou adversaires de la grande
mémoire de Napoléon.

C'est sous son égide que je veux placer cet ouvrage, dû, en majeure
partie, je le répète, aux souvenirs laissés par lui de sa longue
résidence auprès de l'impératrice Marie-Louise. Les lecteurs y
trouveront, entre autres détails susceptibles de les intéresser, un
certain nombre de lettres inédites de Marie-Louise et de fréquents
extraits du _Journal_, également inédit, tenu par mon grand-père pendant
tout le temps de son séjour à Schönbrunn et à Vienne, enfin une partie
de sa correspondance intime avec ma grand'mère.


Après la Révolution de 1830, le roi Louis-Philippe s'empressa de faire
appel au concours des fonctionnaires de l'Empire, mis à l'écart par le
Gouvernement de la Restauration, et fit offrir à beaucoup d'entre eux
des situations en rapport avec leurs antécédents. Mon grand-père ne fut
pas oublié par le nouveau roi des Français, mais il ne crut pas devoir
accepter ces offres obligeantes, estimant qu'après avoir servi un aussi
grand homme que Napoléon, dans des conditions aussi intimes, il ne lui
était pas possible d'entrer au service d'un autre souverain.

Les nouveaux Mémoires de Fain viennent de faire, cette année, l'objet
d'une publication dont certains journaux ont eu mission de s'occuper.
J'ai voulu les parcourir à mon tour, et j'ai cru de mon devoir de
rétablir la vérité historique dont ces Mémoires m'ont paru s'écarter sur
plusieurs points. La préoccupation dominante que l'on est à même de
constater dans cet ouvrage, c'est naturellement celle de faire du
troisième secrétaire de Napoléon l'homme le plus remarquable du cabinet
impérial. Mon grand-père, forcément rejeté au second plan, y est
traité--ou à peu près--de quantité négligeable. Il y a dans ce livre an
sujet de ce dernier, un parti-pris évident de le diminuer de toutes
manières et presque de le ridiculiser. On l'y appelle «le petit
secrétaire». Ne va-t-on même pas jusqu'à inspecter sa garde-robe, et à
critiquer sa prétendue façon de se vêtir? Le but poursuivi par cet
éreintement tendancieux est transparent, mais il me répugnerait pour ma
part, d'employer des procédés analogues, et c'est affaire d'éducation.
La mémoire de mon grand-père se défend toute seule; elle n'a
heureusement nul besoin de rabaisser autrui pour mériter l'estime et la
considération auxquelles elle a le droit de prétendre. L'histoire n'est
pas un pamphlet et, Dieu merci, Las-Cases, Thiers, les mémoires des
personnages du Premier Empire, enfin les historiens dignes de ce nom
n'ont pas porté, sur le secrétaire du Portefeuille de Napoléon, des
appréciations d'une partialité aussi peu dissimulée que celles de M.
Frédéric Masson. Les jugements passionnés et souvent injustes de cet
écrivain ne sont d'ailleurs heureusement pas sans appel.

J'en reviens à l'ouvrage nouvellement publié de Fain, qui, au bout d'un
siècle environ, vient de paraître, et a ainsi eu le temps d'être revu,
soigné, corrigé et augmenté. Ce livre, je regrette d'avoir à le dire,
est un véritable monument d'ingratitude en ce qui concerne mon
grand-père. Car c'est à celui-ci, je dirai même à lui seul, que M. Fain
a dû le précieux avantage d'être introduit dans la maison de l'empereur
Napoléon (voir page 50 du tome II des _Mémoires du baron de Méneval_,
1894, chez Dentu) car le droit de s'appeler ainsi, bien qu'il ne s'en
soit jamais préoccupé, appartenait à l'auteur des _Souvenirs de Napoléon
et de Marie-Louise_[3].

  [3] Des documents dont son fils aîné a dû faire usage au
  Ministère de la Guerre en ont fait foi.

Un pareil service rendu n'est généralement pas de ceux qui s'oublient,
car il a permis au baron Fain de parvenir à la notoriété; et il faut,
pour le passer délibérément sous silence, un étrange parti-pris, une
indépendance de cœur absolue. C'est cependant ce qui s'est produit, car
les nouveaux _Mémoires de Fain_ ne disent pas un mot de ce que mon
grand-père raconte à cet égard en détail dans les siens, et cela en des
termes formels, ajoutant: _Quant à M. Fain, je n'ai jamais vu un homme
plus heureux; il m'embrassa en pleurant de joie et de reconnaissance_.

J'ai des raisons sérieuses de croire que--depuis la chute définitive de
l'Empire surtout--mon grand-père avait cessé de professer pour son
ancien collaborateur Fain, des sentiments aussi sympathiques qu'au
début. Pendant l'interrègne de l'île d'Elbe, on ne voit pas figurer Fain
au nombre des fidèles de l'Empereur, et dans les derniers temps du
séjour de Napoléon à la Malmaison, avant son départ pour Sainte-Hélène,
le nom de Fain n'est pas cité parmi ceux des courtisans du malheur. Dans
tous les cas jamais mon grand-père--dans ses écrits--n'a parlé de Fain
autrement que dans les termes les plus honorables; ne s'ouvrant qu'à ses
intimes de ce qu'il avait pu trouver de répréhensible dans l'attitude de
ce dernier, depuis l'effondrement de l'Empire. Ceci je l'ai entendu plus
d'une fois raconter par le colonel de Méneval mon père, et par l'abbé de
Méneval, mon oncle; or, leurs souvenirs, dépourvus néanmoins de toute
animosité, étaient des plus affirmatifs sur ce point.

Dans plusieurs passages du nouveau livre de Fain, je rencontre des
inexactitudes qui--peu importantes par elles-mêmes,--décèlent cependant
la persistance de dispositions peu bienveillantes. Dans un de ces
passages il est dit, à propos d'un bienfait de l'Empereur reçu par mon
grand-père: «Méneval qui n'avait que son état pour vivre...» Or, il
résulte de ce que j'ai toujours entendu dire, dans ma famille, que mon
grand-père avait une certaine fortune, indépendante de ses dotations. De
plus, dans une note manuscrite retrouvée dans ses papiers, il dit
qu'entré au service de Napoléon relativement riche, il en est sorti
appauvri. Au moment où il avait été appelé, à vingt-quatre ans, dans le
cabinet du Premier Consul, on se souviendra peut-être de la réflexion
qui lui échappait et qui se retrouve dans ses _Mémoires_: «Que me
voulait la fortune, à moi qui ne lui demandais rien!» C'était un modeste
et décidément la modestie n'est pas l'apanage de tout le monde...

Dans un autre passage des Mémoires de Fain (édition 1908) il est
dit que Méneval avait épousé la fille de M. Mathieu, ancien notaire;
autre inexactitude. Mon grand-père avait épousé, en 1807,
Aimée-Virginie-Joséphine, _Comte de Montvernot_, dont la mère s'était
remariée avec M. Mathieu, baron de Mauvières, ancien notaire
effectivement. Il y aurait d'autres inexactitudes à relever dans
l'ouvrage précité. Fain ne laisse-t-il pas entendre, par exemple, que,
sans lui Fain, mon grand-père n'aurait été ni décoré, ni nommé maître
des requêtes! C'est en vérité renverser gratuitement leurs rôles
réciproques, et personne ne prendra, je suppose, au sérieux une aussi
invraisemblable assertion. En effet, parmi les secrétaires de son
cabinet, quel était le véritable homme de confiance de l'empereur
Napoléon, si ce n'est mon grand-père? Qui l'accompagnait partout dans
ses déplacements importants? Était-ce Fain qu'il avait désigné pour le
suivre à Tilsitt, à Erfurth, à Bayonne, etc.? Fain a succédé à Méneval,
après la campagne de Russie, d'où ce dernier était revenu dans un état
de santé lamentable, mais je ne crois pas que Fain l'ait jamais remplacé
en tant que dépositaire de la confiance _absolue_ de Napoléon.

En résumé, mon grand-père aimait véritablement l'Empereur et, jusqu'à
son dernier soupir, est resté fidèlement attaché à cette auguste
mémoire. Napoléon le savait; aussi s'est-il souvenu de lui, dans son
testament à Sainte-Hélène, pour lui léguer cent mille francs[4].

  [4] Mon père m'a souvent répété que notre famille n'avait jamais
  rien touché sur ce legs, bien qu'on ait prétendu le contraire
  dans certains livres où l'on a parlé de ce testament.

Fain, quels que soient les éloges qu'il plaît à son panégyriste de
décerner à sa fidélité, n'a pas reçu de son ancien maître un pareil
témoignage d'estime et d'attachement. C'est que le dévoûment de Fain
pour Napoléon, moins désintéressé que celui de mon grand-père,
s'adressait au souverain tout-puissant, beaucoup plus qu'à l'homme
lui-même.

Après ces explications, qui m'ont semblé nécessaires, il est grand temps
de revenir à Marie-Louise.

    Versailles, le 15 novembre 1908.



MARIE-LOUISE ET LA COUR D'AUTRICHE

ENTRE LES DEUX ABDICATIONS (1814-1815)



CHAPITRE PREMIER

  Caractère de Marie-Louise.--Sa correspondance avec Mme de
  Crenneville.--Son portrait.--Ce que pensait de sa mère le duc de
  Reichstadt.


Avant d'entreprendre la relation d'une partie des événements qui se sont
déroulés entre 1814 et 1815 dans l'Europe centrale, et de parler de la
répercussion qu'ils ont exercée sur le cœur de Marie-Louise, il nous a
paru nécessaire de donner à ceux qui liront ces pages quelques
éclaircissements préliminaires, destinés à leur faire mieux comprendre
la nature d'âme, les tendances, la valeur morale en un mot de la fille
de l'empereur François.

Dans ses _Mémoires pour servir à l'histoire de Napoléon Ier_--dans le
troisième volume surtout--mon grand-père a consacré plusieurs chapitres
à l'impératrice Marie-Louise, à son caractère, à son genre de vie et
même à ses occupations ou à ses habitudes. Le lecteur devra s'y reporter
s'il veut connaître, avec des détails plus circonstanciés, les faits et
gestes de l'Impératrice depuis son mariage en 1810 jusqu'à la première
abdication de Napoléon en 1814 et même jusqu'en 1815. Pour relier avec
les années précédentes la période spéciale qui nous occupe, il nous
faudra donc emprunter à l'ouvrage précité, et à beaucoup d'autres
encore--aussi succinctement toutefois que possible--des appréciations,
des anecdotes ou certaines particularités susceptibles de servir à
l'intelligence des fluctuations d'âme de cette princesse, et de nous
amener enfin à constater, dans cette nature faible et futile, l'abandon
regrettable et complet de ses devoirs les plus sacrés.

En revenant à Vienne, en retrouvant le berceau de son enfance et de ses
jeunes années, l'impératrice Marie-Louise était encore animée
d'intentions droites. Son attachement pour son époux, trahi par la
fortune, se trouvait sans doute affaibli; il était loin cependant de
paraître éteint. Cédant par faiblesse et un peu par égoïsme à de
perfides suggestions, son âme, visitée déjà par de légers remords, avait
conservé néanmoins des sentiments de fidélité et de loyauté vis-à-vis de
Napoléon.

Marie-Louise se souvenait des constants égards qu'il lui avait
témoignés, de ses manières affectueuses et tendres pour elle. Elle
n'avait vraisemblablement jamais aimé avec passion le mari que les
nécessités de la politique avaient obligé l'Autriche à lui donner, et
cependant, pour faire mieux connaître la nature des sentiments de la
souveraine détrônée à l'égard de son époux, dès les prémices de l'union
qui avait été imposée à l'Archiduchesse, il nous a paru tout à fait
opportun de placer sous les yeux du lecteur des extraits de plusieurs
lettres adressées par Marie-Louise à son amie la plus intime, Mlle de
Poutet, devenue comtesse de Crenneville.

Nous allons citer textuellement ces extraits puisés dans une
correspondance publiée à Vienne par Gerold.


_Avant le mariage._

A Mlle Victoire de Poutet:

    «23 janvier 1810.

»Je sais que l'on me marie déjà à Vienne avec le grand Napoléon;
j'espère que cela restera au discours et vous suis bien obligée, chère
Victoire, pour votre beau souhait à ce sujet. Je forme des vœux afin
qu'il ne s'exécute pas, et, si cela devait se faire, je crois que je
serais la seule qui ne s'en réjouirait pas.»

    »M.-L.»


_Après le mariage._

A Mlle Victoire de Poutet:

    «Compiègne, 24 avril 1810.

»Je vous suis bien sincèrement reconnaissante pour les vœux que vous me
faites dans votre lettre du 20 mars à l'occasion de mon mariage. Le Ciel
les a exaucés; puissiez-vous bientôt jouir d'un bonheur pareil à celui
que j'éprouve, et que vous méritez tant. Vous pouvez être persuadée que
personne ne le souhaite plus que votre attachée amie.»

    »M.-L.»


A Victoire de P..., future comtesse de Crenneville:

    «11 mai 1810.

»... Peut-être que dans ce moment vous êtes déjà mariée et goûtez un
bonheur aussi inaltérable que le mien...»

    »M.-L.»

1er janvier 1811.--Autre extrait de lettre à la même:

«Les moments les plus agréables sont ceux où je suis avec l'Empereur.»

A la comtesse de Crenneville:

    «6 mai 1811.

»J'ai été bien touchée des vœux que vous formez à cette occasion pour
mon fils; j'espère qu'ils se réaliseront et qu'il fera un jour, _comme
son père_, le bonheur de tous ceux qui l'approcheront et le
connaîtront.»


Marie-Louise exprime encore, dans sa correspondance de l'année 1812, ses
regrets d'être séparée de Napoléon parti pour la campagne de Russie
(lettre à Victoire de Crenneville).

Enfin l'Impératrice écrivait de Prague, le 25 juin 1812, à Mme Mère:

«L'Empereur m'écrit bien souvent; chaque jour où je reçois une lettre
est un jour de bonheur pour moi. Rien ne peut me consoler de son
absence, pas même la présence de toute ma famille.»

Rien n'obligeait Marie-Louise à écrire de semblables lettres; d'ailleurs
la fausseté n'était pas chez elle un vice de nature, et ces confidences
adressées, presque toutes, à sa meilleure amie, fille de sa grande
maîtresse la comtesse de Colloredo, ne sauraient être suspectées
d'hypocrisie par personne. Elles sont l'expression de la vérité du
moment. Plus tard les leçons et les enseignements du général Neipperg
porteront leurs fruits, et Marie-Louise finira par modifier le fond de
sa nature, par devenir trompeuse et dissimulée comme son mentor.

Voici le jugement sévère, mais qui nous semble absolument justifié,
porté sur la deuxième femme de Napoléon dans la _Revue historique_:

«Marie-Louise, archiduchesse d'Autriche, impératrice des Français, fille
aînée de François empereur d'Autriche et de Marie-Thérèse de Naples,
née à Vienne le 12 décembre 1791, mariée à Napoléon Ier le 2 avril 1810,
morte à Vienne le 18 décembre 1847. Personne insignifiante; _elle ne
pense pas_. Femme de Napoléon, elle n'en parle que dans les termes de la
plus bourgeoise tendresse. On le lui enlève, elle l'oublie.» La _Revue
historique_ trouve en outre d'une _banalité attristante_ toute la
correspondance de Marie-Louise avec les comtesses de Colloredo et
Crenneville, publiées comme nous l'avons dit, par Gerold, et juge, par
endroits, ces lettres «comme un affront à la dignité morale d'une femme
et d'une souveraine.»

Marie-Louise ne dit-elle pas en effet dans une des susdites lettres que,
si elle songeait un jour à se remarier, elle serait heureuse de
rencontrer un autre M. de Crenneville... Quelles que pussent être en
réalité les qualités personnelles de ce galant homme, cette réflexion
d'une souveraine même déchue, décèle,--suivant nous--un manque absolu de
grandeur et même de dignité.

Plus d'un contemporain, plus d'un historien qui ont connu ou étudié
Marie-Louise la traitent d'esprit léger et irréfléchi, et constatent en
elle l'absence totale de caractère et de tout sens politique.

Il faut en effet quand on étudie de près l'histoire de la deuxième femme
de Napoléon (qu'il jugeait lui-même plus tard _faible_ et _frivole_
malgré son extrême indulgence pour elle) reconnaître que cette
impératrice était faite pour une existence terre à terre et exempte
d'orages, qu'elle était douée par la nature d'un tempérament bourgeois
de petite grisette. Née sur les marches d'un des trônes les plus
illustres de l'Europe, elle ne se montra, en aucune rencontre, à la
hauteur du rôle éminent que les circonstances et l'assentiment de son
père l'avaient appelée à jouer sur la scène du monde. Nous dirons plus,
les événements dramatiques, survenus pendant la durée si courte de son
règne éphémère, ne semblèrent lui laisser plus tard,--après la chute de
l'Empire français--que des souvenirs de véritable terreur, en même temps
qu'une répugnance invincible à en affronter de nouveau les agitations et
les périls.

Nous pourrions nous borner à ces appréciations diverses, recueillies un
peu partout et puisées dans les écrits des témoins vivant à la même
époque, comme dans les récits des historiens contemporains actuels. Nous
choisirons, cependant, pour mieux confirmer la justesse des jugements
portés plus haut sur l'impératrice Marie-Louise, deux autres témoignages
décisifs, le dernier surtout puisqu'il émane de l'infortuné duc de
Reichstadt lui-même!...

Écoutons d'abord celui de Prokesch Osten, ce fidèle et unique ami du
fils de Napoléon et de Marie-Louise. S'il cherche d'abord à exonérer
cette princesse des griefs articulés contre elle dans le livre de M. de
Montbel, il est loin cependant de conclure à son innocence complète et à
son irresponsabilité absolue. Voici le langage qu'il tient à son sujet:

«Montbel fait tort à Marie-Louise en ne remarquant pas qu'elle voulait
rester (en 1814) à Paris. Elle eût été satisfaite si le peuple l'eût
empêchée de partir le 29 mars. Ceux qui lui supposent des
arrière-pensées royalistes, etc., qui disent qu'elle vit avec joie la
perte de son trône et de son époux, ne connaissent pas cette femme
faible, mais capable cependant de sentiments plus élevés. Elle aimait
son mari et son fils, et savait que ses devoirs envers eux devaient
passer avant ceux qu'elle avait vis-à-vis de son père. La cause de ses
égarements postérieurs consiste seulement dans la passivité fatale dans
laquelle les jeunes filles (et surtout les princesses) sont élevées à
Vienne.»

M. Welschinger, l'historien éminent et bien connu de l'ouvrage si
attachant, intitulé _le Roi de Rome_, a fait paraître récemment une très
intéressante brochure qui fait suite à son livre, et pourrait en être
considérée en quelque sorte comme l'appendice[5].

  [5] _Le Duc de Reichstadt d'après des notes inédites du chevalier
  de Prokesch Osten_, p. 53. De Soye et fils, éditeurs, Paris 1907.

Des notes intimes de Prokesch Osten, reproduites en partie dans cette
brochure, il résulte qu'au cours d'une de ses conversations avec le duc
de Reichstadt, ce prince aborda une seule et unique fois, avec son
intime confident, le sujet brûlant d'une appréciation sur la conduite de
sa mère, et qu'il le fit avec l'accent de la plus grande émotion. Le duc
me dit alors, rapporte Prokesch: «Si Joséphine avait été ma mère, mon
père n'aurait pas été à Sainte-Hélène, et moi je ne languirais pas à
Vienne. Certainement ma mère est bonne... mais elle est sans force...
Elle n'était pas la femme que mon père méritait!» En prononçant ces
paroles le duc versait des larmes, se cachant le visage entre ses mains,
et le loyal Prokesch, pour le consoler, reprenait: «La femme que
méritait votre père n'existait pas!»

De quel intérêt sera pour l'histoire qui le recueillera, ce jugement
porté par le fils de Marie-Louise sur sa mère, et qu'un seul témoin a
été à même de conserver dans sa mémoire puis de fixer sur le papier dans
ses notes manuscrites!

Dans ses intéressants mémoires sur Napoléon et Marie-Louise la veuve du
général Durand, dame du Palais de l'impératrice, nous trace un charmant
portrait de la seconde femme de Napoléon. Mme Durand restera dans
l'histoire de la période impériale comme le type de la fidélité, du
dévouement et de la noblesse de sentiments la plus pure. Voici en quels
termes elle décrit la personne de Marie-Louise à l'époque de l'arrivée
de celle-ci en France:

«Marie-Louise avait alors dix-huit ans et demi, une taille majestueuse,
une démarche noble, beaucoup de fraîcheur et d'éclat, des cheveux blonds
qui n'avaient rien de fade, des yeux bleus mais animés, une main, un
pied qui auraient pu servir de modèles, un peu trop d'embonpoint
peut-être, défaut qu'elle ne conserva pas longtemps en France; tels
étaient les avantages extérieurs qu'on remarqua tout d'abord en elle.
Rien n'était plus aimable, plus gracieux que sa figure quand elle se
trouvait à l'aise, soit dans son intérieur, soit au milieu des personnes
avec lesquelles elle était particulièrement liée; mais dans le grand
monde, et surtout dans les premiers moments de son arrivée en France, sa
timidité lui donnait un air d'embarras que bien des gens prenaient à
tort pour de la hauteur[6].»

  [6] _Mémoires de la générale Durand_, p. 9.

Napoléon, ravi de rencontrer dans cette jeune princesse tous ces
avantages réunis, en devint presque aussitôt réellement épris, et lui
témoigna, dans les premiers temps de la lune de miel surtout, la plus
vive tendresse. Marie-Louise possédait un ensemble de qualités
domestiques dont l'Empereur savait apprécier le charme réel.

Continuons d'emprunter aux souvenirs de Mme Durand d'autres
particularités intimes qui feront mieux comprendre au lecteur les causes
qui motivèrent, dès le début de leur union, l'attachement véritable
ressenti par Napoléon pour sa nouvelle femme.

Mme Durand ajoute en effet au séduisant portrait de Marie-Louise, que
nous venons de reproduire plus haut, les appréciations suivantes:

«L'archiduchesse Marie-Louise avait reçu une éducation très soignée; ses
goûts étaient simples, son esprit cultivé; elle s'exprimait en français
avec facilité, avec autant d'aisance que dans sa langue naturelle.
Calme, réfléchie, bonne et sensible, quoique peu démonstrative, elle
avait tous les talents agréables, aimait à s'occuper et ne connaissait
pas l'ennui. Nulle femme n'aurait pu mieux convenir à Napoléon[7].
Douce, paisible, étrangère à toute espèce d'intrigues, jamais elle ne se
mêlait des affaires publiques et elle n'en était instruite, le plus
souvent, que par la voie des journaux. Pour mettre le comble au bonheur
de l'Empereur, la Providence voulut que cette jeune princesse, qui
aurait pu ne voir en lui que le persécuteur de sa famille, l'homme qui,
deux fois, l'avait obligée de fuir de Vienne, se trouvât flattée de
captiver celui que la renommée proclamait le héros de l'Europe, et
éprouvât bientôt pour lui le plus tendre attachement.»

  [7] S'il n'avait pas été destiné à subir l'épreuve de
  l'adversité...

D'après tout ce que nous venons de rapporter jusqu'ici l'on voit combien
les sentiments de Marie-Louise, si peu bienveillants pour Napoléon avant
son mariage avec ce prince, avaient changé depuis qu'il était devenu son
mari!... Nous croyons devoir à ce propos reproduire, ci-après, une
petite anecdote dont mon grand-père s'est fait l'écho dans ses souvenirs
sur la deuxième femme de l'Empereur:

«L'archiduchesse Marie-Louise, dit-il, aux premières paroles qui lui
furent portées de son union projetée avec Napoléon, se regarda presque
comme une victime sacrifiée au Minotaure. Cette princesse m'a fait
l'honneur de me raconter qu'elle avait grandi, sinon dans la haine, au
moins dans des sentiments peu favorables à l'homme qui avait mis
plusieurs fois la maison de Habsbourg à deux doigts de sa perte, qui
avait obligé sa famille à fuir de sa capitale et à errer de ville en
ville, au milieu de la confusion et de la consternation inséparables
d'une retraite précipitée. Les jeux habituels de son frère et de ses
sœurs consistaient à ranger en ligne une troupe de statuettes en bois
ou en cire qui représentaient l'armée française, à la tête de laquelle
ils avaient soin de mettre la figure la plus noire et la plus
rébarbative. Ils la lardaient à coups d'épingle et l'accablaient
d'outrages, se vengeant ainsi, sur ce chef inoffensif, des tourments que
faisait éprouver, à leur famille, le chef redouté contre lequel les
efforts des armées autrichiennes et les foudres du cabinet de Vienne
demeuraient impuissants[8].»

  [8] Méneval. _Mémoires pour servir à l'histoire de Napoléon I_er.
  Chez Dentu, éditeur.



CHAPITRE II

  Lettre de l'empereur d'Autriche à Napoléon en date du 16 avril
  1814.--Lettre de Metternich à Marie-Louise.--Appréciation du
  caractère et de la conduite de ce ministre par un contemporain du
  chancelier autrichien.


Le récit de l'agonie de l'Empire en 1814, après l'immortelle campagne de
France, a plusieurs fois été fait, et lu dans un grand nombre de
mémoires relatifs à cette dramatique époque. Nous n'avons pas
l'intention d'en reproduire, dans cet ouvrage, une nouvelle narration.
Nous nous occuperons spécialement de Marie-Louise, la suivant dans ses
pérégrinations jusqu'à Vienne et à Schönbrunn, en nous efforçant de
tracer une peinture fidèle des impressions et des sentiments divers dont
son âme était agitée au début de sa séparation d'avec l'Empereur,
séparation qu'elle ne croyait pas alors devenue _définitive_.

Son père, l'empereur d'Autriche, partageant ou feignant de partager la
manière de voir de sa fille dans l'entrevue qu'il avait eue avec elle à
Rambouillet, ne lui avait parlé à cette occasion d'aucune résolution
semblable. Mon grand-père, en racontant les péripéties de l'entrevue de
l'empereur François et de Marie-Louise dans cette résidence impériale,
rend témoignage de l'émotion de ce souverain au moment où sa fille
désolée le reçut en versant des larmes, et en jetant entre les bras de
son grand-père le fils de Napoléon. On trouvera la preuve de
l'incertitude où se trouvait alors le monarque autrichien sur la ligne
de conduite qu'il aurait à adopter à cet égard, pour l'avenir, dans la
lettre suivante adressée par lui de Rambouillet à son gendre détrôné, le
16 avril 1814, lettre insérée dans l'ouvrage de M. de Saint-Amand
intitulé: _Marie-Louise, l'Ile d'Elbe et les Cent Jours_. Voici cette
lettre: «Monsieur mon frère et cher beau fils, la tendre sollicitude que
je porte à l'impératrice ma fille, m'a engagé à lui donner rendez-vous
ici. J'y suis arrivé il y a peu d'heures, et je ne suis que trop
convaincu que sa santé a prodigieusement souffert depuis que je l'avais
vue. Je me suis décidé à lui proposer de se rendre, _pour quelques
mois_, dans le sein de sa famille. Elle a trop besoin de calme et de
repos et Votre Majesté lui a donné trop de preuves de véritable
attachement pour que je ne sois pas convaincu qu'Elle partagera mes
vœux à cet égard, et qu'Elle approuvera ma détermination. Rendue à la
santé, ma fille ira prendre possession de son pays, ce qui la
rapprochera tout naturellement du séjour de Votre Majesté. Il serait
superflu sans doute que je donnasse à Votre Majesté l'assurance que son
fils fera partie de ma famille, et que, pendant son séjour dans mes
États, je partagerai les soins que lui voue sa mère. Recevez, Monsieur
mon frère, l'assurance de ma considération très distinguée. De Votre
Majesté impériale le bon frère et beau-père.--François.»

La franchise n'avait jamais été la qualité maîtresse du Souverain de
l'Autriche; sa conduite ultérieure et la suite des événements l'ont
surabondamment démontré. Metternich d'ailleurs, son tout-puissant
premier Ministre, ne lui aurait pas permis d'adopter, vis-à-vis de
Napoléon, une attitude plus en harmonie avec les liens de parenté que le
mariage de Marie-Louise avait créés entre le gendre et le beau-père.
Mais François, et plus encore Metternich, considéraient Napoléon comme
un danger pour l'Europe en général et en particulier pour l'Autriche. La
peur qu'il leur inspirait a provoqué la rancune impitoyable avec
laquelle ils ont poursuivi l'Empereur des Français et ont fini par
consommer sa ruine. Tous les moyens leur étaient bons pour parvenir à ce
résultat, même les plus déloyaux et les plus méprisables. L'immoralité
des moyens qu'ils ont employés pour atteindre ce but révolterait la
conscience d'un simple particulier. L'œuvre de la séduction de
Marie-Louise, entreprise par le général Neipperg, armé de tous les
pouvoirs et de tous les encouragements du Gouvernement autrichien pour
en arriver à ses fins, a quelque chose de plus cynique et de plus
odieux, suivant nous, que la chute de l'innocente Marguerite, provoquée
par le satanique docteur Faust, dans l'immortel poème de Gœthe.

Avant l'entrevue de Rambouillet Metternich, muni des pleins pouvoirs de
son maître, avait déjà sanctionné à Paris, de concert avec les
représentants des autres puissances coalisées, la ruine des espérances
que la Régente Marie-Louise avait pu conserver pour que les droits de
son fils demeurassent sauvegardés, et il écrivait à cette princesse,
dont il osait prétendre servir les véritables intérêts, la lettre
suivante:

    «Madame!

»Messieurs de Bausset et de Sainte-Aulaire m'ont remis les lettres que
Votre Majesté impériale a adressées par eux à l'Empereur Son Auguste
père. Arrivé ici dans le courant de la journée, je me suis empressé de
les expédier à leur haute destination.

»J'aurai l'honneur de fournir demain à Votre Majesté impériale de
nouvelles preuves de la sollicitude de l'Empereur pour Elle et son fils.
J'ai précédé Sa Majesté impériale ici pour ne pas rester étranger aux
arrangements que l'on négocie avec S. M. l'empereur Napoléon. Dès que
cet arrangement sera signé, j'aurai l'honneur d'envoyer quelqu'un à
Votre Majesté. Je puis toutefois Lui donner d'avance la certitude que
l'on réserve à Votre Majesté impériale une existence indépendante qui
passera à Son Auguste fils[9].

  [9] Mensonge qui sera suivi d'un grand nombre d'autres.

»Il serait superflu que j'assurasse Votre Majesté que l'Empereur lui
voue le plus vif intérêt. Avec quelle satisfaction il la recevrait chez
lui! L'arrangement le plus convenable sans doute serait celui qu'Elle se
rendît momentanément en Autriche avec Son enfant en attendant qu'Elle
ait le choix entre les lieux où se trouve l'empereur Napoléon[10] et son
propre établissement. L'Empereur aurait de cette manière le bonheur
d'aider de son mieux à sécher les larmes que vous n'avez que trop de
motifs de répandre Madame! Votre Majesté serait tranquille pour le
moment et libre de sa volonté pour l'avenir[11]. Elle amènerait avec
Elle les personnes auxquelles elle voue le plus de confiance. L'Empereur
sera ici en deux ou trois jours; ce que je Lui dis sur son voyage en
Autriche doit être regardé par Votre Majesté comme entièrement conforme
aux intentions paternelles que Lui porte Son Auguste père.

  [10] Seconde entorse à la vérité.

  [11] Même réflexion.

»Je ne puis pas assez supplier Votre Majesté d'être parfaitement
tranquille sur sa sûreté et celle de tout ce qui lui appartient. Elle a
souvent daigné me vouer de la confiance; qu'Elle ne le fasse pas moins
quand, dans l'immense crise du moment, je lui donne une assurance fondée
sur la connaissance plénière des choses.

»Agréez l'hommage du profond respect avec lequel je suis, Madame,

»De Votre Majesté impériale,

»Le très humble et très obéissant serviteur.

    »Prince DE METTERNICH.

    »Paris, le 11 avril 1814.»

Si le mot de Talleyrand qui disait que la parole a été donnée à l'homme
pour mieux déguiser sa pensée est souvent malheureusement bien exact, on
peut, sans appréhension de tomber dans l'erreur, en faire également
l'application aux discours comme aux élucubrations du fameux ministre
Metternich. En bernant pendant près d'une année l'infortunée
Marie-Louise d'espérances vaines, lui aussi excellait dans l'art de
dissimuler sa pensée intime, et de recouvrir une mauvaise foi évidente
sous le masque de l'intérêt.

Il est curieux de constater cependant d'après les aveux de Gentz,--âme
damnée du premier ministre autrichien,--qu'entre la période de temps
comprise entre le 17 février et le 18 mars 1814, Napoléon pouvait encore
sauver sa couronne et conserver le trône à sa dynastie. En donnant cette
assertion comme absolument fondée, Frédéric de Gentz attribue l'échec
des négociations de Châtillon à l'entêtement de Napoléon et à la
maladresse de ses plénipotentiaires. L'Empereur n'avait-il pas plutôt
raison de l'attribuer à la mauvaise foi de l'Autriche et des alliés? Les
mémoires de Mme Durand, que nous aurons encore plusieurs fois l'occasion
de citer, se trouvent d'accord avec les affirmations non suspectes de M.
de Gentz sur ce point historique.

«L'empereur eut encore, dit la dame du palais, l'occasion de faire une
paix sinon glorieuse au moins honorable. Il tint encore une fois, entre
les mains, un traité auquel il ne manquait que sa signature. Un succès
partiel, qu'il obtint malheureusement en cet instant critique, vint
paralyser sa main.»

On trouve également, dans les mémoires du duc de Rovigo[12], la
confirmation des appréciations qui précèdent relativement à l'issue des
conférences de Châtillon, et une accusation formelle d'impéritie et de
maladresse portée par l'ancien Ministre de la police contre le duc de
Vicence, négociateur principal du Gouvernement impérial français.

  [12] Tome VII, chapitre XII, pages 188 et suivantes. _Mémoires de
  Rovigo_.

Qui faut-il croire? L'assertion d'un adversaire déclaré tel que Gentz
nous paraît cependant d'un grand poids. Quoi qu'il en soit, la mauvaise
foi des alliés et en particulier celle de Metternich, âme de la
coalition, est, elle aussi, un facteur dont il convient de tenir le plus
grand compte. On nous permettra, puisque le nom du chancelier d'Autriche
vient d'être encore prononcé, de reproduire ci-dessous le jugement,
porté, par un témoin oculaire de ce qui s'est passé en 1814 et en 1815,
sur le premier ministre de l'empereur François:

«Jomini[13] prétend que l'oligarchie autrichienne n'a jamais dominé le
cabinet de Vienne. Ce n'est vrai que depuis le jour où Metternich est
devenu tout-puissant, mais il ne saurait être révoqué en doute que,
jusqu'en 1811, une oligarchie souveraine a dirigé les conseils et la
politique de ce cabinet. La maison d'Autriche fondée par un simple
gentilhomme, qui ne s'est élevée que par des alliances et par le
concours de la noblesse, propriétaire des deux tiers des biens
territoriaux, a toujours été tenue en tutelle par les grands seigneurs.

  [13] Archives de famille.

»L'empereur François, jusqu'à ce qu'il ait subi l'influence de
Metternich, a laissé continuer, par l'indolence et l'incapacité qui lui
sont propres, les errements qu'il a trouvés établis. Ce prince a reçu de
la nature un esprit de ruse et de finesse, partage des esprits faibles
et ignorants. Il est ennemi des lumières et de tout progrès, et cache
sous une bonhomie apparente un orgueil excessif; il a une antipathie
d'instinct contre toute idée libérale. Ce souverain, rencontrant dans
Metternich un esprit qui sympathisait avec le sien, a goûté sa manière
de faire et ses agissements, comme si le germe en eût reposé en lui, à
son insu, et eût attendu, pour éclore, un homme qui le lui révélât et
lui en apprît l'emploi; il s'y est donc fortement attaché. Intrigant
politique de premier ordre, Metternich n'eut guère de rival dans les
ruses de la diplomatie. Il brillait dans les cercles et avait le talent
de s'en rendre l'arbitre par la grâce, l'aisance et les ressources de
son esprit. Son tact était merveilleux pour pénétrer les principaux
personnages d'une Cour ou d'un Cabinet, capter leur faveur et les faire
servir à l'accomplissement de ses desseins. Il mettait une adresse
singulière dans le choix de ses instruments, et savait s'entourer d'une
troupe de gens dévoués dont il enveloppait, comme d'un filet, les
capitales de l'Europe. En Espagne, en Portugal, en Italie, en France, il
devint l'ami de l'aristocratie et du haut clergé; en Turquie l'ami du
Sultan. Mais où la ruse et l'intrigue demeuraient insuffisantes, là
s'arrêtaient sa capacité et son pouvoir. L'événement a prouvé la
faiblesse de ses vues et l'égoïsme sans profondeur de ses conceptions.
Il a perdu tous ceux auxquels il s'est attaché. Il a même fini par
regretter la chute de Napoléon! La politique qu'il a fait adopter à
l'Autriche en 1813 est sa condamnation, car le sort de l'Europe était
alors dans ses mains. Cette puissance était, à cette époque, l'arbitre
de la paix; elle pouvait la dicter également à la Russie et à la Prusse,
auxquelles le début de la campagne avait été si défavorable, comme à la
France qui lui en aurait su gré. Sous la main haineuse et vénale du
ministre autrichien est tombé celui qui avait reconstruit en Europe
l'édifice de la haute royauté, raffermi les princes sur leurs trônes, le
médiateur puissant entre les peuples et les rois. Metternich, à la
remorque de l'Angleterre et de la Russie, leur a vendu l'Europe et
l'Autriche. Soutenu par un prince entêté et aveugle, sur le présent
comme sur l'avenir, il est devenu le Richelieu de l'Allemagne à la
cruauté près. Il a façonné à la corruption la jeune noblesse des
premières maisons de la monarchie des Habsbourg, et c'est parmi elles
qu'il a choisi ses espions. Des trois cents familles environ qui
composaient l'oligarchie autrichienne, cent cinquante, domestiquées par
Metternich, rampent présentement à la Cour. Au premier rang de ceux
qu'il a dressés à la servitude sont les Liechtenstein, les
Schwarzenberg, les Esterhazy, les Lobkowitz, etc.

L'impulsion des esprits vers l'émancipation n'est pas favorable à la
résurrection d'une semblable oligarchie, et s'oppose à ce qu'elle
ressaisisse son ancienne prépondérance. On peut la considérer maintenant
comme détruite.»

Cette digression destinée à mettre en lumière le caractère de l'empereur
François, et surtout celui de son célèbre premier ministre, nous a
entraîné trop loin de notre sujet; il est temps de revenir à
l'impératrice Marie-Louise.



CHAPITRE III

  Marie-Louise laissée dans l'ignorance des événements survenus à
  Paris depuis l'abdication de Napoléon.--Mauvais conseils qui lui
  sont donnés dans son entourage, d'après les témoignages de Rovigo
  et de Mme Durand.--Bon mouvement de l'impératrice à
  Blois.--Jugement de Napoléon sur elle.


Il n'entre pas dans le plan de ce travail de décrire les douloureuses
péripéties qui précédèrent ou qui suivirent le départ précipité de
Marie-Louise le 29 mars 1814 quand il lui fallut quitter Paris, ni de
retracer le tableau du jeune et infortuné roi de Rome se refusant, avec
cris de douleur et avec larmes, à quitter le palais où il était né. La
plupart de ces faits sont trop connus pour qu'il soit nécessaire d'en
rééditer les détails. Le spectacle de la Régente errant lamentablement
de ville en ville, suivie de sa petite cour, après sa sortie de Paris,
ne présenterait en effet qu'un triste et médiocre intérêt si des
témoins autorisés n'avaient laissé, dans leurs _Mémoires_,
d'intéressantes appréciations et de curieuses anecdotes sur un certain
nombre de personnes formant l'entourage de Marie-Louise, réduite au rôle
de fugitive.

L'Impératrice était arrivée à Blois, dès le commencement d'avril, et y
séjourna pendant quelques jours pour se conformer aux instructions de
l'empereur Napoléon. Écoutons parler la fidèle madame Durand qui n'avait
pas quitté sa souveraine au cours de ce pénible voyage:

«On laissa ignorer à Marie-Louise, les premiers jours de son arrivée,
tout ce qui s'était passé à Paris. Les arrêtés du Gouvernement
provisoire, les décrets du Sénat lui étaient inconnus; on éloigna d'elle
tous les journaux; jamais on ne lui parla des Bourbons; elle ne
prévoyait donc encore d'autre malheur que la nécessité où serait
Napoléon de faire la paix à telles conditions qu'on voudrait lui
imposer.»

Elle conservait une confiance aveugle dans les sentiments d'affection de
son père pour elle et pour le jeune prince son petit-fils!... Partie de
Paris le 6 avril, Mme Durand arriva le 7 à Blois et remit à Sa Majesté
non seulement les papiers qui lui avaient été confiés, mais les arrêtés
du Gouvernement provisoire et les journaux.

«L'Impératrice, ajoute Mme Durand, avait été tenue dans une telle
ignorance de tous les événements qu'à peine en croyait-elle ce qu'elle
lisait. Les dépêches apportées l'étaient par le petit nombre de gens
restés fidèles; on la pressait, on la suppliait de rentrer à Paris avant
l'arrivée d'un prince de la maison de Bourbon; on lui assurait la
Régence pour elle et le trône pour son fils si elle prenait ce parti.»
Mme Durand, qui n'avait éprouvé, dans ce petit voyage, aucune
difficulté, aurait voulu voir l'Impératrice suivre ce conseil courageux.
Malheureusement le courage, la hardiesse n'étaient pas les qualités
dominantes de la femme de Napoléon.

«Marie-Louise promit de partir; elle paraissait décidée à le faire dès
le soir même, lorsque le docteur Corvisart et Mme de Montebello furent
d'un avis contraire.

»La lâcheté des membres du Conseil de Régence vint appuyer leur avis. On
trompa de nouveau cette malheureuse princesse, qui perdit de la sorte
l'occasion de ressaisir ce que la fuite lui avait fait perdre. Quelques
jours après elle apprit en même temps et l'abdication de Napoléon et son
départ pour l'île d'Elbe, dont on lui laissait la souveraineté.»

Telles sont les accusations formelles portées par Mme Durand, dans ses
_Mémoires_, contre certaines personnes de l'entourage de l'Impératrice.
Mon grand'père, tout en partageant pleinement cette manière de voir[14],
a gardé plus de ménagements dans les siens; trop discret et trop réservé
peut-être pour tout dire, il semble, avant tout, avoir eu la
préoccupation de ne blesser personne, même quand le blâme était
amplement mérité. Mais le duc de Rovigo a été moins circonspect, et son
appréciation corrobore de la façon la plus nette le jugement de la dame
du palais de Marie-Louise sur les défaillances--pour ne pas dire
plus--de quelques personnes de l'entourage le plus intime de la
souveraine détrônée. Laissons donc la parole à cet ancien et fidèle
serviteur de Napoléon.

  [14] La suite de ce récit et sa correspondance avec ma grand'mère
  le feront comprendre plus tard.

«Mme de Montebello, qui avait une très grande fortune, ne se souciait
pas du tout d'aller s'enterrer vivante à l'île d'Elbe. Ses affections la
rappelaient à Paris où elle pouvait vivre indépendante. Elle connaissait
assez le cœur de l'Impératrice pour être persuadée que si une seule
fois elle revoyait l'Empereur il n'y aurait pas eu de puissance assez
forte pour l'empêcher de s'unir à son sort, et qu'alors elle serait
obligée de la suivre. Aussi insista-t-elle vivement pour lui faire
adopter le parti que l'Empereur lui-même avait conseillé, savoir: de
s'adresser à l'empereur d'Autriche; parce qu'une fois cette princesse
rentrée dans sa famille, elle se trouvait dégagée. Des insinuations
perfides se joignirent aux instances de la dame d'honneur. On dit à
l'Impératrice que l'Empereur ne l'avait jamais aimée, qu'il avait eu dix
maîtresses depuis son union avec elle, qu'il ne l'avait épousée que par
politique, mais qu'après la tournure que les choses avaient prise, elle
devait s'attendre à des reproches continuels. L'Impératrice, ébranlée,
céda; elle écrivit à son père, et ce fut sans doute sur son invitation
qu'elle se rendit à Rambouillet[15].»

  [15] Rovigo, t. VII, chap. XI, p. 186$1

La duchesse de Montebello n'avait jamais eu aucune sympathie pour
l'Empereur et les _Mémoires_ de Mme Durand ne nous ont pas laissé
ignorer que Napoléon, ne dédaignant pas de plaisanter quelquefois avec
les dames du service de l'Impératrice, ne le faisait jamais avec Mme de
Montebello. Marie-Louise s'était, pour sa part, sérieusement attachée à
la dame d'honneur que l'Empereur lui avait donnée, et la comblait de
prévenances et de cadeaux.

Cette maréchale a certainement exercé, tant qu'elle a été auprès de
l'Impératrice, une très réelle influence sur la façon de penser et sur
les résolutions de Marie-Louise qui, pendant longtemps, ne pouvait se
passer d'elle. Cela n'a d'ailleurs pas empêché cette princesse d'oublier
plus tard Mme de Montebello aussi bien que Napoléon.

Pendant son séjour à Blois, dans les premiers jours d'avril,
Marie-Louise était livrée aux plus vives inquiétudes et son visage était
constamment inondé de larmes. Une lutte se livrait entre son bon et son
mauvais génie. Par moments, elle voulait à tout prix aller rejoindre son
époux à Fontainebleau; dans d'autres, elle préférait encore temporiser.
Il faut avouer que Napoléon ne l'encourageait pas extrêmement à venir le
retrouver. Il préférait sans doute voir l'Impératrice prendre
d'elle-même cette honorable initiative. Peut-être aussi son orgueil
souffrait-il à la pensée de paraître, devant Marie-Louise, dépouillé de
son prestige de monarque invincible et de dominateur de l'Europe, tandis
que sa femme restait toujours la fille d'un puissant souverain... Il y a
tout lieu de penser, malgré les tergiversations de l'Impératrice, que
Marie-Louise se serait déterminée à remplir son strict devoir et à
rejoindre Napoléon, si ce dernier lui avait adressé un appel pressant,
ce qu'il ne fit pas. Marie-Louise disait un jour au duc de Rovigo: «Ceux
qui étaient d'opinion que je restasse à Paris avaient bien raison; les
soldats de mon père ne m'en auraient peut-être pas chassée. Que dois-je
penser en voyant qu'il souffre tout cela?» Ces paroles étaient
prononcées à Blois avant l'entrevue de l'empereur François et de sa
fille à Rambouillet.

Le duc de Rovigo montre, dans ses _Mémoires_ une préoccupation constante
d'innocenter Marie-Louise et d'excuser ses faiblesses ou ses
irrésolutions. Il s'appuie sur son extrême jeunesse et sur son
inexpérience pour plaider sa cause devant la postérité. Nous sommes loin
de vouloir lui en faire un reproche, et cette générosité de sa part a
quelque chose de chevaleresque dont on ne peut que lui savoir gré. Il
est plus aisé d'accabler ceux qui ont failli que de prendre leur défense
et de chercher à les réhabiliter. Voici ce qu'il raconte à propos de la
mission du colonel Galbois, expédié de Fontainebleau à Blois le 6 avril
par Napoléon, et porteur de ses messages pour Marie-Louise.

«Le lendemain 7 avril, dit cet officier, j'arrivai de bonne heure à
Blois; l'Impératrice me reçut de suite. L'abdication de l'Empereur la
surprit beaucoup, elle ne pouvait pas croire que les souverains alliés
eussent l'intention de détrôner l'empereur Napoléon. Mon père,
disait-elle, ne le souffrirait pas; il m'a répété vingt fois, quand il
m'a mise sur le trône de France, qu'il m'y soutiendrait toujours, et mon
père est un honnête homme.

»L'Impératrice voulut rester seule pour méditer sur la lettre de
l'Empereur.

»Alors je vis le roi d'Espagne et le roi de Westphalie. Joseph était
profondément affligé; Jérôme s'emporta contre Napoléon.

»Marie-Louise me fit appeler. Sa Majesté était très animée; elle
m'annonça qu'elle voulait aller rejoindre l'Empereur. Je lui observai
que la chose n'était pas possible. Alors Sa Majesté me dit avec
vivacité: «_Pourquoi donc, Monsieur le colonel? Vous y allez bien vous!
Ma place est auprès de l'Empereur dans un moment où il doit être si
malheureux. Je veux le rejoindre, et je me trouverai bien partout pourvu
que je sois avec lui!_» Je représentai à l'Impératrice que j'avais eu
beaucoup d'embarras pour arriver jusqu'à elle, que j'en aurais bien plus
pour rejoindre l'Empereur. En effet, tout était dangereux dans cette
course. L'on eut de la peine pour dissuader l'Impératrice, enfin elle se
décida à écrire[16].»

  [16] Rovigo, t. VII, chap. X, p. 167, 178.

Il n'est que juste de tenir compte à Marie-Louise de ce mouvement
spontané, venant des meilleures inspirations de son cœur, et de lui en
savoir gré. Nous ne trouverons pas, malheureusement pour elle, beaucoup
d'occasions de lui décerner de pareils éloges. Napoléon reçut des mains
du colonel de Galbois la lettre de l'Impératrice avec un empressement
extrême, et parut vivement touché, au dire de cet officier, du tendre
intérêt que Marie-Louise lui témoignait au milieu des angoisses de la
crise terrible où il se débattait, crise au cours de laquelle il avait,
à un certain moment, tenté de mettre fin à ses jours!

Nous avons dit que ces bons mouvements de l'Impératrice étaient rares,
peut-être faut-il l'attribuer aux mauvais conseils de certains membres
de son entourage? Mieux conseillée, mieux entourée, croyons-nous, son
attitude aurait pu différer du tout au tout, et l'Empereur ne serait
probablement pas parti seul pour l'île d'Elbe... La destinée de la
France et de Napoléon eût alors pris sans doute une tournure bien
différente, et l'histoire n'aurait eu vraisemblablement à enregistrer ni
les Cent-Jours, ni Waterloo!

A son arrivée à Orléans, rapporte Mme Durand, l'Impératrice trouva
plusieurs régiments français très exaspérés par les événements et par
la chute de Napoléon. On proposa à Marie-Louise de profiter des
sentiments de dévouement de la garnison qui l'entourait pour aller
rejoindre son mari; elle objecta les dangers de la route; on l'assura
qu'il n'y en avait aucun et cela semblait vrai; «mais, ajoute la dame du
palais, M. de Méneval et Mme Durand étaient seuls de leur avis contre
les personnes que l'Impératrice affectionnait le plus. Un autre moyen
fut encore proposé par eux, il fut également rejeté; en vain
employèrent-ils les sollicitations les plus respectueuses. Marie-Louise
voulait bien rejoindre Napoléon, mais combattue par tant d'avis
différents dont elle ne pouvait reconnaître au juste la sincérité, elle
eut le malheur de suivre les conseils de ceux qui voulaient la remettre
dans les mains de son père et la séparer de Napoléon; ils y
réussirent[17].»

  [17] Dans une autre partie de ses _Mémoires_, note de la page
  196, Mme Durand raconte que seule elle osa dire à Marie-Louise
  que son honneur et son devoir exigeaient qu'elle suivît son mari
  dans l'exil. Après la visite de l'Impératrice à son père à
  Rambouillet, cette princesse dit à Mme Durand qu'elle avait un
  vif regret de ne pas avoir suivi son avis.

Dans ces moments décisifs où la conscience de Marie-Louise était en
proie à toutes ces agitations intérieures le duc de Rovigo cite encore,
dans ses _Mémoires_, les paroles qu'elle lui adressait à Orléans, avant
de se rendre à Rambouillet pour son entrevue avec l'empereur d'Autriche:
«Je suis vraiment à plaindre, disait-elle. Les uns me conseillent de
partir, les autres de rester. J'écris à l'Empereur, il ne répond pas à
ce que je lui demande. Il me dit d'écrire à mon père; ah! mon père, que
me dira-t-il après l'affront qu'il permet qu'on me fasse? Je suis
abandonnée et m'en remets à la Providence. Elle m'avait sagement
inspirée en me conseillant de me faire chanoinesse... J'aurais bien
mieux fait que de venir dans ce pays!»

Il est certain que la situation de la pauvre femme était pénible et
difficile et qu'une âme mieux trempée que la sienne, un caractère plus
résolu, aurait eu besoin de faire appel à toute sa force de volonté pour
se reconnaître au milieu de tant d'événements troublants et de tant
d'avis contradictoires!

L'Impératrice disait encore à M. de Rovigo au cours de cette même
conversation: «Aller auprès de l'Empereur! Je ne puis partir sans mon
fils dont je suis la sûreté. D'un autre côté si l'Empereur craint que
l'on attente à sa vie, comme cela est probable, et qu'il soit obligé de
fuir, les embarras que je lui causerais peuvent le faire tomber dans les
mains de ses ennemis, qui veulent sa perte, n'en doutons pas. Je ne sais
que résoudre, je ne vis que de larmes!» Et, ajoute son interlocuteur,
«son visage était véritablement baigné de pleurs en achevant de
prononcer ces paroles».

Rambouillet est l'étape fatale après laquelle Marie-Louise sera
définitivement séparée de Napoléon. A partir de son entrevue avec son
père, l'ancienne impératrice des Français va retomber à tout jamais sous
le joug autrichien. Renonçant sans une grande opposition à la nouvelle
patrie, qui l'avait accueillie cependant avec tant d'enthousiasme quatre
années auparavant, Marie-Louise va se réfugier dans sa famille comme
dans un port contre de nouveaux orages. «Pénétrée des impressions reçues
dans sa première jeunesse, a dit mon grand-père, imbue de l'idée que
l'intérêt de la maison d'Autriche ne peut-être mis en balance avec
aucun autre intérêt, quand son père lui dit à Schönbrunn à son retour:
_Comme ma fille, tout ce que j'ai est à toi, même mon sang et ma vie;
comme souveraine, je ne te connais pas_, elle ne put que baisser la tête
et confirmer par son silence la force irrésistible d'un pareil
argument.»

Dans son remarquable ouvrage sur le Roi de Rome, dont nous avons déjà eu
l'occasion précédemment d'entretenir le lecteur, M. Welschinger
cite--d'après le livre de M. Thiers--une dernière conversation de
Napoléon avec Caulaincourt où l'Empereur s'exprime, sur le compte de sa
seconde femme, de la façon suivante:

«Je connais les femmes et surtout la mienne. Au lieu de la Cour de
France telle que je l'avais faite, lui offrir une prison, c'est une bien
grande épreuve. Si elle m'apportait un visage triste et ennuyé, j'en
serais désolé. J'aime mieux la solitude que le spectacle de la tristesse
et de l'ennui. Si l'inspiration la pousse vers moi, je la recevrai à
bras ouverts. Sinon, qu'elle reste à Parme ou à Florence, là où elle
régnera enfin. Je ne lui demanderai que mon fils.» Mais Napoléon ne
reverra plus jamais ni la mère, ni le fils...



CHAPITRE IV

  Marie-Louise se met en route pour Vienne.--Détails sur son
  itinéraire et les diverses phases de son voyage.--Appréciation de
  son caractère et de ses dispositions intérieures.--Accueil qu'elle
  reçoit à Vienne.


«Le 25 avril 1814[18], Marie-Louise, accompagnée par Mmes de Montebello
et Brignole, le général Caffarelli, MM. de Saint-Aignan, Bausset,
Méneval, le Dr Corvisart et le chirurgien Lacorner quittait le château
de Grosbois où elle avait été retrouver son père, qui y avait également
reçu l'hospitalité du Prince de Wagram. Le roi de Rome la suivait avec
Mme de Montesquiou, Mlle Rabusson, Mmes Soufflot et Marchand, sous la
surveillance du général Kinski escorté de plusieurs officiers
autrichiens. Marie-Louise arriva le 25 à Provins, où elle écrivit
quelques mots à Napoléon qui les reçut à Porto-Ferrajo. Le 26, elle
était à Troyes, le 28 à Dijon, le 29 à Gray, le 30 à Vesoul, le 1er mai
à Belfort. Le 2 mai elle passait le Rhin près de Huningue et se
dirigeait sur Bâle. Méneval--qui nous donne ces détails--nous apprend
qu'elle reçut, dans cette ville, une lettre de Napoléon datée de Fréjus,
et que cette lettre éveilla dans son cœur un nouveau regret de n'avoir
pas rejoint l'Empereur à Fontainebleau: _C'était_, dit-il, _une sorte de
remords qui se manifestait souvent, malgré tous les efforts qu'elle
faisait pour n'en rien laisser paraître..._»

  [18] _Le Roi de Rome_, par Welschinger, p. 83.

Marie-Louise et sa suite arrivaient à Bâle le 2 mai dans la soirée. Le
lendemain mon grand-père, par une lettre en date de ce jour 3 mai,
rendait compte à ma grand'mère de ses réflexions sur leur odyssée:

    «Bâle, 3 mai 1814.

«... L'Impératrice se porte assez bien, et soutient sa position avec
plus de calme qu'elle n'en aurait, je crois, si elle la sentait dans
toute son étendue. On la cajole beaucoup. Je la prémunis contre des
pièges. Elle promet d'être ferme et de ne pas se laisser empaumer; mais
je redoute sa malheureuse facilité, et cette habitude de passivité que
son éducation lui a fait contracter. Peut-être aussi me laissé-je égarer
par une chimère, en croyant qu'on serait bien aise de la retenir toute
sa vie en Autriche, et de s'emparer, en son nom, d'un pays qui lui
donnerait une ombre de souveraineté et plus de moyens de se rapprocher
de son mari et d'en recevoir des conseils, _ce que l'on redoute par
dessus tout_. Je verrai, à mon arrivée à Vienne, et dans les premiers
temps de mon séjour, ce qu'il y a à craindre ou à espérer à cet
égard...»

En 1848, après avoir été forcée de quitter le territoire français, la
veuve du duc d'Orléans, née princesse de Mecklembourg, comme chacun
sait, disait, en arrivant de l'autre côté du Rhin: «C'est à présent que
je suis en exil, qu'à la pensée de ne jamais sans doute revoir la
France, je sens mon cœur éclater!» Marie-Louise, de naissance
allemande, comme la princesse dont nous venons d'évoquer le souvenir, ne
connut jamais aucun sentiment d'attachement semblable pour notre
patrie...

Le 4 mai, Marie-Louise arrivée l'avant-veille à Bâle à 6 heures du soir,
repartait de cette ville à 10 heures du matin. Après avoir consacré la
journée du 3 à visiter Arlesheim et les pittoresques environs de ce
chef-lieu de canton suisse, elle se mettait en route pour Schaffhouse.
Elle arrivait dans cette petite ville à 9 heures et demie du soir et
descendait à l'auberge de la Couronne; presque au même moment Napoléon
débarquait à Porto-Ferrajo et prenait possession de l'île d'Elbe. A
l'occasion du passage de l'Impératrice à Schaffhouse un correspondant de
la _Gazette de Lausanne_ écrivait: «Le jeune prince se fait remarquer
par des grâces particulières. Il est toujours à la portière et salue de
la main les passants.» Marie-Louise fait naturellement un petit séjour à
Schaffhouse pour y visiter et y admirer, à son aise, les célèbres chutes
du Rhin. Elle écrivit de cette localité à l'empereur d'Autriche pour lui
demander de faire restituer à son époux l'argent, les effets et les
bijoux dont le sieur Dudon, émissaire du Gouvernement provisoire,
l'avait dépouillée à Orléans. Partie de Schaffhouse le 6, à 7 heures du
matin, Marie-Louise arrivait à Zurich à midi et se promenait en barque
sur le lac, prétextant son incognito pour se refuser à recevoir le
chargé d'affaires d'Autriche et les agents de Russie, de Bavière, etc.,
accrédités auprès de la Diète helvétique. Après avoir visité Constance,
l'Impératrice arriva le 9, à 8 heures du soir, à Waldsée. Elle y
descendit au château du prince de ce nom, qui la reçut à la portière de
sa voiture, et lui présenta sa femme, grosse de son dix-septième enfant!

Le cortège de la souveraine fugitive traverse Kempten, Reitti et
Marie-Louise pénètre dans le Tyrol. C'est là que l'attendait une
réception débordante d'enthousiasme: décharges de poudre, paysans
fanatisés traînant la voiture de leur princesse, chœurs d'hommes et de
femmes chantant sous ses fenêtres, rien ne manque à l'accueil triomphal
qui lui est fait par ce pays resté profondément autrichien. Sa Majesté
arrive à Innsprück le 12 mai, à 8 heures du soir; elle trouve la ville
illuminée et une foule immense, dont la partie masculine s'attelle à son
carrosse en poussant mille acclamations. Marie-Louise séjourne à
Innsprück le 13 et le 14; elle devait bien cela à ces fidèles
Tyroliens. Le 15 elle part pour Salzbourg où elle arrive le 16 et
reçoit le 17 la visite de la princesse royale de Bavière, «fort belle
personne» ajoute mon grand-père, dont je reproduis ici presque
textuellement le _journal_. Le 19, fête de l'Ascension, Sa Majesté,
après avoir entendu la messe, se met en route pour Enns où elle arrive à
7 heures du soir. Enfin le terme du voyage approche et, en arrivant à
Mœlk, le 20 mai à 8 heures du soir, Marie-Louise y est reçue par le
prince Trauttmansdorf, grand maître de la maison de l'empereur François,
qui vient prendre les ordres de la fille de son maître, pour être en
mesure de prévenir l'impératrice d'Autriche de l'heure à laquelle Sa
Majesté partira le lendemain.

C'est au cours de toutes ces pérégrinations que mon grand-père raconte
comment un jour, dans le Tyrol, au milieu des acclamations qui l'y
accueillaient, Marie-Louise lui avoua, en versant quelques larmes,
qu'elle se reprochait de n'avoir pas suivi Napoléon dans son exil, et le
remords qu'elle en éprouvait. «Louable et inutile regret, ajoute-t-il
dans ses _Mémoires_, et que le temps n'a peut-être pas entièrement
effacé!»

Partie de Mœlk le 21 mai, à 11 heures du matin, Marie-Louise fut
rencontrée, vers 3 heures, entre Saint-Pölten et Siegartskirchen, par sa
belle-mère, l'impératrice d'Autriche, venue au devant d'elle avec ses
équipages. La troisième femme de François II monta dans la voiture de sa
belle-fille, Mmes Laczanski et Montebello dans celle de la souveraine
autrichienne. Marie-Louise arrivant à Schönbrunn, le 21 mai, à 7 heures
du soir, y fut aussitôt reçue par les princes et princesses de sa
famille, frères, sœurs et oncles, puis conduite dans ses appartements
par l'impératrice d'Autriche en personne.

Mon grand-père, dans ses _Mémoires_, dit que Marie-Louise trouva dans
les membres de la famille impériale à Vienne un accueil empreint de
toutes les apparences de la cordialité: «Ses sœurs l'attendaient à la
porte de son appartement et les jeunes archiduchesses se jetèrent à son
cou, en la félicitant de son retour, comme si elle eût échappé à un
danger dont elles étaient ravies de la voir sortie saine et sauve.»
Napoléon faisait encore un peu l'effet de l'ogre de la fable aux yeux de
ces jeunes et très naïves princesses!

Tandis que Napoléon s'installait à l'île d'Elbe, Marie-Louise reprenait
à Schönbrunn les habitudes de son enfance et du commencement de sa
jeunesse. L'existence qu'elle menait dans cette retraite paisible, après
de si pénibles agitations, avait du charme pour elle. Ses matinées
étaient consacrées à son fils dont l'appartement communiquait avec le
sien par un cabinet de toilette. Dans la journée elle dessinait, faisait
de la musique, car elle avait--rapportent ses contemporains--un très
beau talent de pianiste. Elle étudiait la langue italienne dont la
connaissance lui serait nécessaire à Parme; enfin elle montait à cheval,
se promenait à pied ou en voiture dans le parc de Schönbrunn et dans ses
environs, visitait les curiosités de Vienne. La foule silencieuse et
respectueuse se montrait avide de la contempler, et la gentillesse de
son fils, qui était le plus bel enfant du monde, excitait une admiration
générale. Elle se plaisait beaucoup dans la société de ses jeunes
sœurs: Léopoldine, née en 1797 (future impératrice du Brésil);
Marie-Clémentine née en 1798 (future princesse de Salerne);
Caroline-Ferdinande née en 1801 (future princesse de Saxe); Marie-Anne
née en 1804 (future abbesse du chapitre des Dames nobles de Prague).
Elle voyait aussi très souvent ses frères: le prince impérial Ferdinand
né en 1793, et François-Charles-Joseph né en 1802. Ce prince, père de
l'empereur d'Autriche actuel, était le compagnon de jeux du roi de Rome
que l'on n'appelait plus que le prince de Parme[19].

  [19] Tous ces détails, ou du moins la plus grande partie de ceux
  qui précèdent, sont tirés de l'ouvrage du baron de Saint-Amand
  relatif aux femmes des Tuileries, et spécialement à Marie-Louise.

Pendant que Napoléon, séparé des deux femmes qu'il avait successivement
épousées, arpentait, tel qu'un lion dans sa cage, les rochers de l'île
d'Elbe, l'impératrice Joséphine succombait presque subitement, le 29 mai
1814, dans sa retraite de la Malmaison, sous les yeux de ses enfants
désolés. L'empereur Alexandre de Russie qui se trouvait encore à Paris
lui avait prodigué, jusqu'au dernier moment, les témoignages de son
intérêt et de sa sollicitude. Joséphine avait plus de cœur que
Marie-Louise, et, quand elle avait appris que les Souverains alliés
déportaient Napoléon à l'île d'Elbe, on assure qu'elle s'était écriée:
«Ah! maintenant qu'il est malheureux ce pauvre Napoléon, comme j'irais
m'enfermer avec lui dans son île, si sa seconde femme n'existait pas!»
Marie-Louise n'avait pas de ces mouvements spontanés, qui sont le
privilège des femmes bonnes et aimantes. C'était une nature tranquille,
passablement égoïste, ennemie surtout des tribulations[20].

  [20] Joséphine était remplie de grâce et de prévenances pour tout
  le monde: d'après ce que dit Rovigo, Marie-Louise ne faisait
  jamais d'avances à personne.

La Souveraine détrônée recevait des visites à Schönbrunn, en faisait à
Vienne, et voyait constamment les membres de la famille impériale et les
principaux personnages de l'aristocratie viennoise. Voici d'après le
journal de mon grand-père les noms de ceux qui fréquentaient chez elle
le plus assidûment. C'était d'abord la reine Marie-Caroline de Naples,
sa grand'mère, sœur de l'infortunée reine Marie-Antoinette; c'étaient
son père et sa belle-mère l'empereur et l'impératrice d'Autriche, le duc
Albert de Saxe-Teschen, l'archiduc Charles, le général de Grünne, le
prince Trauttmansdorf, les Metternich, les comtesses Colloredo,
Crenneville et O'Donnel, les comtes, Wrbna, Kinski, Taffe, d'Harrach,
Dietrichstein, d'Edling, Sickingen, Witzeck, les princes de Ligne,
Esterhazy, Lambesc, les archiducs Louis, Antoine, Rodolphe, etc.

Mon grand-père raconte que Marie-Louise, dès le lendemain de son arrivée
à Schönbrunn, avait établi l'ordre de service de sa maison, mais n'avait
prescrit aucune règle particulière. Elle voulut même bannir toute
étiquette et réaliser son rêve favori de la vie privée. «Elle refusa,
dit-il, de vivre en commun avec sa famille et conserva son indépendance
domestique. Elle déjeunait et dînait à ses heures ordinaires, à 11
heures du matin et à 7 heures du soir, avec la comtesse Brignole, M. de
Bausset et moi, qui restâmes seuls avec elle. Elle invitait
alternativement un petit nombre de personnes de sa famille, des
ministres et leurs femmes, des officiers et des dames de la Cour de
l'empereur d'Autriche, et quelques personnages que recommandaient leurs
dignités ou leur rang dans l'État[21].» Il s'y trouvait, entre autres
célébrités, le prince de Ligne, vieillard aimable et charmant qui avait
été jadis le familier des impératrices Marie-Thérèse et Catherine de
Russie. «Nous étions dans cette Cour, ajoute mon grand-père, accueillis
diversement, mais non pas en amis. En général nous n'eûmes, dit-il, ni à
nous plaindre ni à nous louer de la réception qui nous y fut faite.»

  [21] Méneval, _Mémoires_, t. III.

Pour compléter le tableau de l'intérieur de Marie-Louise à Schönbrunn,
nous emprunterons à M. de Bausset un passage du chapitre III du
troisième tome de ses _Mémoires anecdotiques_: «Très souvent, dit-il,
l'empereur François ou l'un des archiducs venait déjeuner avec
Marie-Louise, l'archiduc Charles et son frère Rodolphe plus fréquemment
que les autres. L'étiquette se ressentait de l'heureux caractère de
l'Impératrice et de la bienveillance facile de la maison d'Autriche: Mme
de Brignole, M. de Menneval et moi, constamment admis à ces banquets de
famille, n'étions assujettis ni le matin, ni le soir, au sérieux de
l'uniforme, quel que fût le rang des personnages qui venaient augmenter
le nombre des convives.»

Tout en avouant que Marie-Louise était toujours de l'avis de la dernière
personne qui lui parlait, M. de Bausset fait un éloge pompeux de la
princesse dont il était resté le grand maître, n'ayant pu obtenir de
Louis XVIII--malgré ses instances--un poste de maréchal de la Cour du
roi au palais des Tuileries[22]. Malgré le beau rôle que ce personnage a
cherché à se donner dans ses _Mémoires_, pour faire bonne figure devant
la postérité, il semble bien avéré qu'il fut un de ceux qui donnèrent à
Marie-Louise des conseils perfides, destinés à nuire, dans l'esprit de
cette princesse, à l'empereur Napoléon qu'il avait servi à genoux... M.
Welschinger rappelle tout cela dans une note de la page 65 de son livre
intitulé _le Roi de Rome_. Il y est dit notamment que Bausset avait
conseillé à Marie-Louise de retourner en Autriche et de mettre fin «à
une niaiserie sentimentale», en déliant «les nœuds d'une conjugalité»
qu'il regardait comme expirée. Il comparait enfin Napoléon à Mahomet,
disant que le premier avait eu un moment tout le bonheur du second, plus
son audace et son charlatanisme!... Il faut reconnaître que la petite
cour de l'impératrice Marie-Louise en Autriche comptait véritablement
peu d'amis restés inébranlablement fidèles à l'Empereur déchu, qui les
avait cependant comblés, pour la plupart, de ses bienfaits. On retrouve
dans tous les temps et dans toutes les histoires ces lâchetés et ces
défections. Ce sont les vilains côtés de l'humanité dont il est
affligeant de contempler le spectacle toujours renaissant.

  [22] Voir le _Cabinet noir_, par M. d'Hérisson.



CHAPITRE V

  Extraits de correspondances particulières se rapportant à
  Marie-Louise et rendant compte de sa situation d'esprit.--Mme de
  Montebello, MM. Corvisart et Caffarelli se séparent de
  l'Impératrice.--Projet de Marie-Louise d'aller prendre les eaux
  d'Aix en Savoie. La cour d'Autriche n'y est nullement
  favorable.--La reine Caroline de Naples, grand'mère de la femme de
  Napoléon.--Son portrait.--Bons conseils qu'elle donne à
  Marie-Louise.

La correspondance de mon grand-père avec sa femme, demeurée à Paris avec
leurs enfants, se multipliait pendant cette période d'exil. Nous allons
y puiser d'assez nombreux extraits qui jetteront quelque lumière sur la
situation d'esprit de Marie-Louise et sur son caractère. Dans trois ou
quatre lettres qui s'échelonnent du 25 au 31 mai les observations qui la
concernent sont nombreuses. Mon grand-père s'y inquiète de ce qu'il
appelle à plusieurs reprises sa _facilité_, ce qui veut dire,
probablement, un excès de générosité et de crédulité. Il trouve que
l'Impératrice se laisse trop aisément duper par des intrigants envers
lesquels elle prend des engagements qu'elle doit être, par la suite,
dans l'impossibilité de remplir et il ajoute qu'elle s'en cache de peur
qu'on ne cherche à s'opposer à ces actes de munificence, en lui
démontrant l'indignité de ceux qui en bénéficient. Il déplore
l'éloignement obstiné de Marie-Louise pour tout ce qui est _affaire_:
«Penser à ses intérêts, estime-t-elle, c'est manquer de noblesse; ne pas
accueillir les aventuriers qui s'efforcent de s'attacher à elle: c'est
manque de générosité.» Malgré le rôle ingrat qu'il croyait de son devoir
d'assumer, mon grand-père ne réussit guère, paraît-il, à prémunir sa
souveraine contre une façon de penser qu'elle considérait comme louable,
et contre des tendances généreuses qui, par leur exagération même,
n'étaient susceptibles de produire que des résultats déplorables. Une
autre fois c'est à son aveuglement sur ce qui constitue son seul et
véritable intérêt qu'il s'en prend, blâmant dans Marie-Louise une fatale
disposition à écarter, de ses préoccupations, l'avenir comme une idée
importune. Jugeant compromis l'avenir d'une princesse si peu sérieuse,
mon grand-père en demeurait profondément affecté, regrettant le
sacrifice inutile qu'il avait fait en s'attachant à ses pas. Mais
bientôt après il se ressaisit et termine sa lettre par ces mots:
«L'Impératrice est touchée de mon attachement. Elle me l'a dit les
larmes aux yeux. Je ne la quitterai qu'à la dernière extrémité.»

Une autre des lettres de cette correspondance mérite d'être citée tout
entière. Elle porte la date du _31 mai 1814_:

De Schönbrunn: «Je n'augure rien de bon de ce qui va se passer ici
pendant le mois de juin. Si ce n'était au reste le véritable attachement
que je porte à l'Impératrice, cela me serait fort indifférent. Car, pour
ce qu'on appelle intérêts, ils ne peuvent pas être plus nuls. Tu sais
d'ailleurs que ce n'est pas dans cette vue que je l'ai suivie; je n'ai
écouté que mon cœur, et n'ai jamais calculé ce qui fait le but de
toutes les ambitions. Je ne m'en repentirai jamais, quoi qu'il puisse
arriver, parce que ma conscience me suffit. On dit hautement ici que Sa
Majesté est trop jeune pour la laisser se conduire elle-même. Il est
probable qu'on m'attribue une partie de l'honneur de la conseiller;
mais ce qui lui nuit le plus c'est la légèreté qu'elle a eue de confier
ses affaires pécuniaires et les choses d'honneur à Bausset qui,
malheureusement, jouit d'une assez mauvaise réputation, qui est bien
connue ici, et qui rejaillit sur nous. Ajoute à cela la prochaine
arrivée de M. de Cussy que bien tu connais, et tu peux juger si ce n'est
pas beaucoup plus qu'il n'en faut pour nous perdre. En vérité tout cela
me touche aux larmes, et je suis malheureux d'aimer si tendrement une
princesse, digne à tant d'égards du plus profond dévouement.»

Quand Mme Durand, le respectable auteur des _Mémoires_ dont nous avons
plus d'une fois eu occasion d'invoquer le témoignage, parle des
_perfides conseillers_ de l'impératrice Marie-Louise et de son mauvais
entourage, on peut à présent constater qu'elle donne une note juste, et
qu'elle a fait preuve non seulement de perspicacité, mais surtout de
véracité.


Le 30 mai 1814, jour de la signature à Paris du traité de paix entre la
France et les Puissances alliées, le _Journal_ de mon grand-père relate
que l'impératrice Marie-Louise, après avoir été rendre visite à sa
grand-mère la reine de Naples à l'occasion de la Saint-Ferdinand, patron
du roi son mari, se rendit ensuite chez l'impératrice d'Autriche.

Marie-Louise était accompagnée paraît-il de la duchesse de Montebello,
de MM. de Bausset et de Saint-Aignan. Mais il arriva que la femme de
l'empereur François étant à table, sa belle-fille seule put être
introduite auprès de Sa Majesté, et que Mme de Montebello et ces
deux messieurs, abandonnés dans une office, furent laissés
irrévérencieusement au milieu des domestiques qui servaient le dîner!

Le lendemain, 31 mai, l'impératrice Marie-Louise vit partir avec douleur
sa très chère dame d'honneur et amie, la duchesse de Montebello,
rentrant en France avec son inséparable docteur Corvisart et M. de
Saint-Aignan. Cette séparation fut extrêmement pénible, pour
l'impératrice surtout. Le 1er juin, à 10 heures du soir, le brave et
loyal général Caffarelli prenait à son tour congé de Marie-Louise, et
partait le lendemain à 7 heures du matin. Il avait donné à
l'Impératrice, en arrivant à Schönbrunn, les meilleurs conseils sur la
ligne de conduite que ses véritables amis auraient voulu lui voir
adopter. Elle ne les suivit malheureusement pas, mais elle demeura
sincèrement affligée du départ de ce brave officier. On apprit à Vienne,
ce même jour, que l'empereur d'Autriche avait dû quitter Paris pour
revenir dans sa capitale; les souverains de Russie et de Prusse
partaient en même temps pour Londres. Le 6 et le 7 juin, le _Journal_ de
mon grand-père signale que Marie-Louise écrit et envoie des lettres en
se servant, pour leur transmission, du courrier de la reine de Naples sa
grand'mère. Elle avait eu à dîner le 6 juin le prince de Ligne et le
prince Clary.

A cette époque on remettait encore à Marie-Louise, sans les ouvrir, les
lettres de l'empereur Napoléon, car l'infatigable _Journal_ rapporte
qu'elle reçut le 14 juin une lettre de son époux, datée du 9 mai: «Cette
lettre était dans son paquet mêlée avec d'autres lettres et des
journaux.» Cette lettre, comme toutes celles que Napoléon écrivait à
Marie-Louise, devait probablement rappeler à celle-ci la convenance de
venir retrouver son mari à l'île d'Elbe ou tout au moins d'aller faire
une saison d'eaux en Toscane pour se rapprocher de lui, au lieu de se
rendre à Aix comme sa fantaisie le lui conseillait et comme Corvisart
l'avait obstinément prescrit. De son côté la cour d'Autriche voyait
déjà, d'un œil méfiant, la fugue projetée de Marie-Louise vers les
montagnes de la Savoie, et faisait toutes sortes d'objections pour la
dissuader de l'entreprendre. Le cabinet de Vienne redoutait que, placée
si loin de sa surveillance, Marie-Louise ne lui échappât et ne revînt
plus à Schönbrunn. C'est alors que Metternich songea sérieusement à
choisir un mentor pour diriger les volontés de la fille de son maître,
et lui imposer sa tutelle. L'empereur d'Autriche, de complicité avec son
premier ministre, avait d'abord jeté les yeux sur le prince Nicolas
Esterhazy, seigneur de la Cour infiniment respectable, mais Metternich
le jugea _trop âgé_ pour acquérir, sur l'esprit de Marie-Louise, le
genre d'influence qui lui paraissait désirable... et ce fut ainsi que
son choix finit par se fixer sur le général Neipperg. Il avait sondé ce
dernier, et lui avait reconnu toutes les qualités nécessaires pour
jouer, à l'entière satisfaction du gouvernement autrichien, un rôle
utile auprès de la femme de l'empereur détrôné. Le principal ministre de
l'empereur François était secondé, dans ce plan de corruption déloyal,
par l'impératrice d'Autriche dont les vues s'accordaient avec les
siennes, et qui affichait la prétention de diriger l'esprit et les
actions de sa belle-fille. La belle-mère de Marie-Louise avait toujours
été et restait effectivement l'adversaire irréductible de l'Empereur
Napoléon.

Plus compatissante et plus équitable pour le mari de sa petite-fille se
montrait la vieille reine Marie-Caroline de Naples[23], sœur comme on
le sait de la femme de Louis XVI. A travers mille dangers cette reine,
réussissant à tromper la surveillance des Anglais, avait trouvé le moyen
de s'échapper de Sicile et d'arriver à Vienne en passant par
Constantinople. Elle était venue en Autriche pour intéresser au sort de
son mari, le roi Ferdinand, son gendre l'empereur François II. Elle
voulait obtenir, à tout prix, à l'aide des armées de ce prince,
l'expulsion du roi Murat et la restitution intégrale du royaume de
Naples à ses légitimes possesseurs. Cette énergique princesse était
résolue--dit mon grand-père--à voir chaque souverain en particulier et à
ne pas lâcher prise qu'elle n'eût atteint le but qu'elle poursuivait: la
chute du roi Joachim. Son caractère entreprenant et sa ténacité
donnaient quelque inquiétude au gouvernement autrichien, dont elle
accusait de son côté l'égoïsme.

  [23] Cette princesse s'était installée, près de Schönbrunn et de
  Vienne, dans le petit château d'Hetzendorf.

«Cette reine qui dans les temps de prospérité de l'empereur
Napoléon--ajoute mon grand-père--avait été son ennemie déclarée, et dont
l'opinion ne pouvait être suspecte de partialité, professait une haute
estime pour ses grandes qualités. Apprenant que je lui avais été attaché
en qualité de secrétaire, elle me rechercha pour me parler de lui. Elle
me disait qu'elle avait eu autrefois à s'en plaindre; qu'il l'avait
persécutée et blessée dans son amour-propre (car j'avais alors quinze
ans de moins, observait-elle); mais qu'aujourd'hui qu'il était
malheureux, elle oubliait tout. Elle ne pouvait retenir son indignation
devant les manœuvres employées pour arracher sa petite-fille à des
liens qui faisaient sa gloire, et pour priver l'Empereur de la plus
douce consolation qu'il pût recevoir, après les immenses sacrifices
arrachés à son orgueil. Elle ajoutait que si l'on s'opposait à leur
réunion, il fallait que Marie-Louise attachât les draps de son lit à sa
fenêtre et s'échappât sous un déguisement: _Voilà_, répétait-elle, _ce
que je ferais à sa place; car quand on est mariée, c'est pour la vie!_
Un tel acte de hardiesse, qui souriait à l'esprit entreprenant de la
vieille reine, n'était pas dans la mesure du caractère de Marie-Louise,
ni dans ses idées de décorum.»

Continuons d'emprunter au livre de M. de Bausset quelques détails
complémentaires relatifs à Marie-Caroline de Naples:

«Cette princesse, dit-il[24], était d'une taille au-dessous de la
moyenne, avait une démarche sans dignité, mais sa physionomie était vive
et spirituelle: ses traits étaient assez réguliers, ses yeux petits, son
sourire gracieux; sa voix était dure et son teint sans couleur; la seule
chose que l'on pouvait remarquer en elle était l'extrême blancheur et la
beauté de ses bras. Elle avait alors 63 ans, et il était facile de
juger que, dans sa jeunesse, elle avait dû être jolie, moins pourtant
que ne l'était sa sœur, Marie-Antoinette de France.

  [24] Mémoires anecdotiques de Bausset, tome III, chapitre II,
  page 27.

»Les événements du mois d'avril en France venaient de ramener
Marie-Louise dans le sein de sa famille paternelle; la grand'mère et la
petite-fille s'y trouvaient dans une situation assez analogue. Cette
conformité, dont les causes seules différaient, donna peut-être plus de
charme à leur affection que les liens du sang qui les unissaient, et
qui, d'ordinaire, sont comptés pour peu de chose dans des rangs aussi
élevés. La reine Caroline venait redemander une couronne que des traités
récents conservaient à Joachim. Marie-Louise avait été obligée de
déposer la sienne. Plus vive, plus ardente, la reine de Sicile
paraissait irritée des refus qui lui étaient faits. Je ne sais s'il faut
l'attribuer à l'humeur qu'elle éprouvait contre la diplomatie
circonspecte du Cabinet de Vienne, ou bien seulement à la politesse
naturelle ou aux égards qu'elle croyait devoir à celle qui venait d'être
la victime innocente d'une convulsion politique encore plus éclatante
que celle dont elle se plaignait... Toujours est-il certain qu'elle eut
assez de grandeur d'âme pour savoir apprécier et estimer la fidélité et
le dévouement des personnes qui avaient suivi la destinée de sa
petite-fille; elle ne parlait même de Napoléon qu'avec la noble
franchise d'une ennemie à la vérité, mais d'une ennemie qui ne fermait
point les yeux sur les grandes qualités de ce prince. Assurée par tout
ce que lui disait l'Impératrice, que jamais Napoléon n'avait cessé
d'avoir pour elle les meilleurs procédés, et qu'elle avait été comblée
de soins et d'égards les plus touchants, la reine de Sicile l'engagea à
se parer du portrait de Napoléon, qu'une réserve timide avait relégué au
fond d'un écrin, et elle ne cessa de combler des plus grandes caresses
le jeune Napoléon, le fils de son ennemi. Il y avait, dans cette
conduite autant d'esprit que de délicatesse. Cette manière d'être et de
l'exprimer ne se démentit pas un instant.»

Il faut convenir que la grand'mère de Marie-Louise lui donnait des
conseils plus nobles et plus élevés que ceux que M. de Bausset, qui en
fait l'éloge, est accusé d'avoir donnés à la femme de Napoléon!...



CHAPITRE VI

  Marie-Louise, le duché de Parme et Metternich.--Lettre de l'île
  d'Elbe pour recommander les eaux de la Toscane.--Retour de
  l'empereur d'Autriche à Vienne.--Réception qui lui est
  faite.--Dîner chez Marie-Louise.--Comment se passe la journée du
  secrétaire des commandements de l'Impératrice.


Le 14 juin avait été une journée que Marie-Louise avait passée presque
tout entière, ainsi que son entourage français, dans de longues
causeries avec sa grand'mère la reine de Naples. Rappeler la femme de
Napoléon au sentiment de ses devoirs n'était certes pas une besogne
inutile. On a pu comprendre, par le compte rendu détaillé plus haut de
quelques-unes des exhortations de l'aïeule, l'impression salutaire
qu'elles auraient dû exercer sur le cœur de sa petite-fille. Mme de
Brignole expédiant à l'île d'Elbe un courrier nommé Sandrini,
Marie-Louise en profita ce jour-là pour donner une pensée à son époux et
lui envoyer une lettre. Comme un enfant gâté, l'Impératrice ne songeait
guère plus d'ailleurs qu'à accomplir le projet qu'elle avait formé
d'aller prendre les eaux d'Aix en Savoie, et de se rapprocher ainsi de
la duchesse de Montebello qu'elle n'avait pas encore eu le loisir
d'oublier. Marie-Louise dut se donner beaucoup de mouvement et de peine
pour obtenir de sa famille, et de Metternich, l'autorisation de
s'absenter aussi loin et pour une période de temps relativement longue.
On avait semé des doutes sur la possibilité de son voyage en Savoie et
on lui proposait les eaux de Carlsbad ou d'autres analogues, situées en
Allemagne, et qui pourraient mieux convenir à sa santé.

Bien que la possession du duché de Parme fût assurée à Marie-Louise dans
l'esprit du Cabinet autrichien, Metternich profitait de la candeur de
cette princesse, et, pour mieux la dominer, lui inspirait des craintes
continuelles sur la possibilité de la réalisation d'un désir qui lui
tenait tant à cœur. La souveraineté de ce petit duché d'Italie, que
l'on faisait miroiter à ses yeux comme la récompense de son obéissance
aux vues de l'Autriche, était devenue comme un nouveau supplice de
Tantale pour la fille de François II.

Les prévenances dont Marie-Louise était l'objet de la part de sa
belle-mère et des dames de la Cour masquaient le dessein de s'emparer de
son esprit, de la confiner dans sa famille et de diriger toute sa
conduite. Elle entrevoyait parfois confusément, dans certaines
tracasseries dont elle était obsédée, l'intention secrète de la séparer
définitivement de l'empereur Napoléon, auquel l'attachaient encore les
liens du devoir et de l'affection. Elle se reprochait alors d'avoir trop
cru aux impossibilités de le rejoindre, et d'avoir eu trop de confiance
dans les promesses mensongères qui lui avaient été faites pour calmer
ses scrupules. Enfin Napoléon, dans presque toutes ses lettres,
l'entretenait de projets de réunion. Le général Bertrand écrivait en
effet de Porto-Ferrajo à mon grand-père: «Si l'Impératrice a attendu à
Vienne la réponse à sa lettre, l'Empereur désire qu'elle n'aille pas à
Aix, et si elle y est déjà rendue, qu'elle n'y passe qu'une saison et
qu'elle revienne le plus tôt possible en Toscane, où il y a des eaux qui
ont les mêmes qualités que celles d'Aix. Elles sont plus près de nous,
de Parme, et elles donneront à l'Impératrice le moyen d'avoir son fils
auprès d'elle... Le voyage d'Aix plaît d'autant moins à l'Empereur qu'il
n'y a plus probablement de troupes autrichiennes, et qu'alors
l'Impératrice peut être exposée aux insultes de quelques aventuriers, et
que d'ailleurs ce voisinage ne doit pas plaire aux souverains de ce
pays. Il n'y a aucun de ces inconvénients en Toscane.» Mais Marie-Louise
ne devait pas attendre l'autorisation de son époux pour faire ses
préparatifs de voyage et pour se mettre en route.

«Le 15 juin 1814, dit mon grand-père, Sa Majesté partit à 8 heures du
matin de Schöenbrunn avec Mme de Brignole et moi pour Siegartskirchen où
elle devait attendre, à la maison de poste de cette localité, l'arrivée
de l'empereur d'Autriche, qui retournait dans ses États, et au-devant
duquel elle avait résolu de se rendre. L'impératrice d'Autriche et les
enfants de ce prince l'y avaient précédée. L'empereur François arriva à
Siegartskirchen à 1 heure et demie, et vînt trouver Marie-Louise dans
la maison de poste, accompagné de l'impératrice d'Autriche. L'ancienne
impératrice des Français reçut son père dans la même salle de la maison
de poste où l'empereur Napoléon avait reçu, en 1805, la députation qui
venait lui présenter les clefs de Vienne. Le souvenir de la scène dont
j'avais été le témoin, neuf ans auparavant, se retraça vivement à mon
esprit. Je revoyais en imagination le glorieux vainqueur devant lequel
le comte Zinzendorf, suivi de vénérables magistrats, s'inclinait en lui
présentant, sur un plat d'argent, les clefs de l'orgueilleuse capitale
de l'Autriche. Je revoyais ces députés recommandant leur ville et ses
habitants à la générosité du vainqueur. Cette hallucination m'avait
saisi au point que je fermai involontairement les yeux pour me
recueillir. Quand je les rouvris je vis une scène bien différente. Les
rôles étaient changés. A la même place où j'avais vu le soldat
victorieux, dans une attitude fière, mais tempérée par un sentiment de
générosité naturelle et par la sympathie qu'inspire aux cœurs
magnanimes l'humiliation d'un grand peuple, je voyais une princesse
presque agenouillée, les yeux humides, devant un prince qui la relevait
avec un mélange d'orgueil et de tendresse. Cette princesse était la
femme de Napoléon. Le prince était le beau-père de son époux, de celui
dont il avait naguère imploré la clémence au bivouac de Sar-Uchitz, et
qu'il proscrivait aujourd'hui. Dieu! me disais-je, quel jeu de la
fortune, quel contraste et quelle leçon![25]»

  [25] Méneval. _Mémoires_, t. III. #

  Après quelques instants de repos l'empereur François, quittant
  Siegartskirchen, monta dans la calèche de sa fille; l'impératrice
  d'Autriche dans sa berline avec le prince héréditaire Ferdinand,
  l'archiduc François et l'archiduchesse Léopoldine. Mme la comtesse
  Laczanski, Mme de Brignole et mon grand-père dans la troisième
  voiture. L'impératrice Marie-Louise, après avoir dîné à Burkendorf
  avec toute sa famille, précéda d'un quart d'heure le retour de son
  père à Schönbrunn accompagnée, dans sa calèche, de l'archiduc
  Ferdinand son frère et du grand duc de Würtzbourg[26] son oncle.
  Les habitants de Vienne et des environs se pressaient, en foule
  immense, pour voir passer le cortège, et remplissaient les avenues
  et même les appartements du palais.

  [26] L'archiduc Ferdinand-Joseph, grand duc de Toscane en 1815
  sous le nom de Ferdinand III.

Le 16 juin le souverain de l'Autriche, parti de Schönbrunn à 8 heures du
matin, fit son entrée triomphale, à cheval, dans Vienne. La veille, à la
descente de voiture de l'empereur François au château, Marie-Louise lui
avait amené son fils pour le présenter à son grand-père.


Le 20 juin l'impératrice Marie-Louise avait invité à venir s'asseoir à
sa table le comte et la comtesse d'Althann, grand maître et grande
maîtresse de la maison de l'impératrice d'Autriche, ainsi que le grand
maître des cuisines: landgrave de Fürstenberg. Le grand chambellan
remettait ce même soir, à mon grand-père, une lettre du général Bertrand
partie de l'île d'Elbe le 27 mai.

Le 21 juin, après un déjeuner chez Marie-Louise, avec son oncle le
palatin de Hongrie, Mme de Brignole, Mme de Bausset et mon grand-père
furent présentés à l'empereur d'Autriche. «Il nous accueillit avec
bienveillance, assure mon grand-père, et prolongea assez longtemps un
entretien dans lequel il ne fut question d'aucun objet politique[27].
Une circonstance de cette présentation était faite pour me frapper. La
pièce où l'empereur François nous recevait était la même qui avait servi
de cabinet à l'empereur Napoléon en 1805 et en 1809. Ce cabinet, rempli
des souvenirs d'une grande souveraine (Marie-Thérèse) était orné de sa
statue et des portraits de ses descendants.»

  [27] «L'empereur d'Autriche nous a reçus hier et nous a fort bien
  traités. J'ai eu beaucoup à m'en louer en mon particulier...» 22
  juin 1814. (Extrait d'une lettre à la baronne de Méneval à elle
  adressée par son mari.)


En prévision de son prochain départ pour Aix, Marie-Louise avait résolu
de recommander aux soins du docteur Franck, célèbre médecin de Vienne,
son fils qui devait rester en Autriche avec la comtesse de Montesquiou,
sa fidèle et noble gouvernante, pendant l'absence de l'Impératrice sa
mère. Mon grand-père dut se rendre chez le docteur Franck, pour
s'entendre avec lui à ce sujet, et il fut convenu que le médecin
viennois serait présenté à Sa Majesté le 27 juin. Le 24, après une
visite au château d'Hetzendorf, chez sa grand'mère, Marie-Louise avait
reçu à dîner l'archevêque de Vienne, qui avait béni son mariage par
procuration en 1810, le prince Trauttmansdorf, grand maître de la Cour,
le comte Trauttmansdorf son fils, grand écuyer, et le comte Chotek,
ministre d'État et des Conférences. Le dimanche 26 juin grande réception
à Schönbrunn chez l'impératrice Marie-Louise. Un grand nombre de
notabilités de la Cour et beaucoup de membres de la famille impériale
viennent prendre congé d'elle avant son départ pour les eaux. Le
_Journal_ de mon grand-père cite entre autres noms: le prince de Ligne,
le grand chambellan comte Wrbna, le grand écuyer et ses quatre enfants,
la maréchale de Bellegarde, la comtesse O'Donnell et ses sœurs, M. et
Mme de Taffe, M. de Reigersberg, le comte Chotek, M. et Mme d'Althann,
M. de Kaiserstein, le grand duc de Würtzbourg, les archiducs Reinier,
Antoine, Rodolphe et Maximilien, l'archiduchesse Béatrix, l'archiduc
François et la princesse de Sardaigne sa femme, etc.

Enfin le 29 juin, jour fixé pour son départ, Marie-Louise reçoit dans
la journée sa grand'mère la reine Marie-Caroline, plusieurs de ses
oncles, ses deux frères, leurs gouverneurs et le médecin de l'empereur
François; à 6 heures du soir elle va prendre également congé de ses
sœurs. Une indisposition assez sérieuse de Mme de Brignole fait un
moment craindre à l'Impératrice d'être obligée de différer son départ.
«Sa Majesté dîne à 7 heures et demie avec son fils et moi, ajoute mon
grand-père, et voit pendant son dîner Mmes de Colloredo et Crenneville.
A huit heures arrive sa belle-mère, l'impératrice d'Autriche, qui reste
auprès de Sa Majesté jusqu'au moment où elle monte en voiture,
c'est-à-dire jusque vers 10 heures et demie. L'impératrice d'Autriche
m'exprime, d'une manière très gracieuse, son regret de ne pas m'avoir
reçu chez elle, et le désir que je m'y présente à mon retour à Vienne.
Marie-Louise promet à sa belle-mère d'y revenir après avoir pris deux
saisons d'eaux.»

La femme de Napoléon quittait alors avec soulagement cette ville de
Vienne où sa situation était fausse malgré les prévenances et les égards
dont l'entourait sa famille. Le cœur inquiet, l'âme remplie d'amers
souvenirs, elle avait soif de mouvement et de distractions, le besoin de
s'étourdir et de chasser les pensées, souvent sombres, qui assiégeaient
son esprit. Elle était revenue en Autriche comme elle en était partie
quatre ans auparavant, déchue du haut rang que lui avait assigné pour un
moment la politique changeante du Cabinet de Vienne, et leurrée de la
jouissance d'une principauté que ce gouvernement devait lui faire
acheter par les plus pénibles sacrifices. «Quand elle avait été
destinée, dit mon grand-père, à devenir la compagne de l'empereur
Napoléon, l'Empereur son père lui avait donné, en se séparant d'elle,
les conseils d'un bon père de famille: _Soyez bonne épouse, bonne mère,
et rendez-vous agréable en tout à votre mari_. La politique autrichienne
avait sous-entendu: Tant qu'il sera puissant et heureux, et utile à
notre maison!»

Tout avait bien changé depuis cette époque, et le proverbe est bien vrai
quand il affirme que les absents ont toujours tort; le sort de Napoléon
en fournira une nouvelle preuve. Cependant, au cours des cinq semaines
que l'impératrice Marie-Louise venait de passer à Vienne, mon
grand-père rapporte qu'elle y reçut plusieurs lettres de son époux,
l'une par l'intermédiaire du général autrichien Köhler, à son retour de
l'île d'Elbe où il avait accompagné l'Empereur en qualité de commissaire
autrichien, les autres renfermées dans des lettres du général
Bertrand[28]. L'Impératrice y répondit exactement paraît-il. Ces lettres
du comte Bertrand contenaient quelques notions générales sur la
situation de Napoléon à l'île d'Elbe, et sur les espérances qu'il
paraissait conserver d'y revoir, dans un avenir rapproché, l'Impératrice
et son fils. Combien cet espoir était vain!

  [28] Nous ne publierons pas de nouveau, dans cet ouvrage, les
  lettres du général Bertrand, datées de l'île d'Elbe et adressées
  à mon grand-père; si le lecteur est désireux d'en prendre
  connaissance, il n'a qu'à se reporter au troisième volume de ses
  _Mémoires pour servir à l'histoire de Napoléon Ier_ (chez Dentu,
  1894).

Avant de continuer la relation du voyage de l'impératrice Marie-Louise,
nous ne jugeons pas inutile d'ouvrir ici une parenthèse, pour insérer
une lettre de mon grand-père à sa femme, lettre destinée à donner à
celle-ci une idée du genre de vie mené par lui à Schönbrunn:

    «Schönbrunn, _le 18 juin 1814_.

»Si tu veux savoir comment ma journée est arrangée, le voici: Je me lève
à 6 ou 7 heures du matin, mais pas plus tard. Je lis un peu ou reçois
quelqu'un. Je m'habille et descends à 9 heures chez l'Impératrice, où je
passe une heure.

»A 11 heures et demie nous déjeunons, assez habituellement seuls,
c'est-à-dire l'Impératrice, Mme Brignole, Bausset et moi. Après
déjeuner, Sa Majesté reçoit quelquefois ses oncles ou des étrangers.
Elle s'occupe chez elle ou passe quelques heures avec sa famille ou
prend une leçon d'italien jusqu'à 5 heures qu'elle va se promener, si le
temps le permet, ou à cheval, ou à pied ou en voiture; je l'accompagne
ordinairement. A 7 heures, nous dînons. Presque toujours l'Impératrice
invite deux ou trois personnes de Vienne. Après dîner nous jouons à la
poule, et à 10 heures, Sa Majesté rentre chez elle. Après avoir causé,
on continue à jouer une demi-heure ou une heure; puis nous allons nous
coucher. Voilà une vie bien régulière et j'ajouterai bien monotone pour
ce qui me regarde.»

Un peu plus tard, au cours des différentes promenades ou excursions de
Marie-Louise en Suisse pendant le mois de juillet 1814, mon
grand-père--dans sa correspondance avec ma grand'mère,--fera savoir à
celle-ci «qu'il ne peut quitter sa Majesté d'un pas, et qu'il est obligé
de l'accompagner et de lui donner le bras partout, Marie-Louise ayant la
bonté de vouloir toujours le garder à ses côtés.»



CHAPITRE VII

  Départ de Marie-Louise pour Aix.--Détails sur ce voyage, arrivée à
  Aix.--Mme de Montebello, Corvisart et Isabey arrivés de leur côté
  pour y retrouver l'Impératrice.--Première apparition de
  Neipperg.--Réflexions.--Portrait du général Neipperg.--Quel était
  son véritable père.


Passant par Lambach, Traunstein, Paiss, Marie-Louise fit son entrée à
Munich, le 2 juillet à 9 heures du soir. L'ex-vice-roi d'Italie, prince
Eugène de Beauharnais et la princesse de Bavière, sa femme, attendaient
à la maison de poste l'arrivée de l'ancienne souveraine de France,
qu'ils emmenèrent souper avec eux. «Nous les suivîmes, dit mon
grand-père, Mme de Brignole et moi, dans tout le désordre d'un costume
de voyage, et soupâmes, dans le palais du prince Eugène, avec la
princesse royale de Würtemberg, sœur et belle-sœur de nos hôtes. Cette
princesse, après sa séparation de l'époux que la politique de Napoléon
lui avait donné, était venue chercher des consolations auprès de sa
sœur. La Providence lui ménageait une éclatante réparation en la
plaçant, un an après, sur le trône impérial d'Autriche[29].»

  [29] Elle devint effectivement, à cette époque, la quatrième
  femme de l'empereur François.

L'Impératrice était si pressée d'arriver au terme de son voyage qu'elle
se résigna à passer toute une nuit dans sa voiture. Elle traversa
successivement Landsberg, Mindelheim, Landkirch, Morsburg, où
Marie-Louise et son entourage retrouvèrent M. de Bausset, parti en
éclaireur, retenu dans sa chambre par la goutte à l'auberge de _l'Ours_.
Le 5 juillet, Sa Majesté quitte Morsburg, à 6 heures et demie du matin,
pour traverser le lac de Constance, et trouve, dans la ville du même
nom, ses équipages qui l'y attendaient. Elle rencontre à Baden son
beau-frère, le roi Louis Bonaparte, arrivé depuis quatre jours pour y
prendre les bains. Après avoir passé la nuit à l'auberge du _Sauvage_ à
Aarau, Marie-Louise arrive à Berne à 7 heures du soir et descend à
l'auberge du _Faucon_, le 6 juillet, au milieu de tourbillons de
poussière et par une chaleur excessive. Le 7 juillet, l'Impératrice
séjourne à Berne où elle fait des emplettes, visite les curiosités de la
ville ainsi que la célèbre fosse où sont renfermés les ours, armes
parlantes du canton. Mon grand-père mentionne, dans son _Journal_, le
cadeau que lui fait sa souveraine d'un superbe dessin original de Lorry,
représentant une vue de Berne, et destiné à lui en rappeler le souvenir.
Partie de Berne le 8 à 10 heures du matin, Marie-Louise et son cortège
traversent Payerne pour arriver, le lendemain 9, à Lausanne. Au retour
d'une excursion dans les environs et d'une promenade à Ouchy sur le beau
lac de Genève[30], excursion au cours de laquelle la voiture de mon
grand-père verse (ce qui lui occasionne une foulure du poignet), Sa
Majesté trouve en rentrant chez elle à 8 heures et demie le roi Joseph
Bonaparte, son beau-frère, qui attendait son retour à Lausanne. Ce
prince s'était retiré depuis le renversement de l'Empire dans une
maison de campagne située à Allaman, habitation qui n'était distante de
Lausanne que de quatre lieues. Le Gouvernement autrichien n'avait
certainement ni favorisé ni prévu cette rencontre, dont il n'aurait
vraisemblablement pas manqué de prendre ombrage. Mais le garde du corps
que le prince Metternich avait annoncé et imposé à la fille de son
maître, pour être son organe et son plénipotentiaire auprès d'elle,
n'était heureusement pas encore arrivé, ce que le frère de Napoléon
n'eut pas lieu, probablement, de regretter beaucoup.

  [30] Dans sa promenade sur le lac de Genève, à Ouchy, le 9
  juillet, un témoin oculaire décrit en ces termes la toilette de
  Marie-Louise: «Elle portait une robe blanche sous une tunique de
  soie verte, un châle à grandes draperies, un chapeau de paille
  garni de dentelles et de fleurs. Son regard annonçait une douce
  mélancolie et une grande expression de bonté.»

    (BUDÉ. _Les Bonaparte en Suisse_, chap. III, p. 94.)

Marie-Louise passe la journée du 10 juillet chez le roi Joseph dans la
charmante propriété d'Allaman, et s'embarque à deux heures avec lui sur
le lac, accompagnée de M. de Sellon, propriétaire du château, de la
comtesse Brignole et de mon grand-père. Elle débarque à la bergerie du
roi et se promène, dans les bosquets de Prangins, par une chaleur
affreuse. On repart, après un léger repas, dans les chars à bancs du roi
Joseph pour arriver à l'auberge anglaise, fameuse en ce temps là, des
_Sécherons_ près Genève. Le roi Joseph, après y avoir passé la nuit, se
remit en route, à la pointe du jour, pour retourner chez lui.

Le 11 juillet, partie des Sécherons, à 7 heures du matin, accompagnée de
son fidèle entourage, Marie-Louise traversa Bonneville pour arriver à
Chamouny à 11 heures et demie du soir par un orage affreux et une pluie
battante. Ces excursions alpestres l'enchantaient et l'intéressaient
vivement, et, après avoir visité le glacier des Bossons, le Montanvert
et la Mer de Glace, l'impériale voyageuse pria instamment mon grand-père
de faire, sur leur commune expédition, une relation poétique qu'elle lui
promit d'entreprendre elle-même de son côté[31]. Il fallut bien lui
obéir, mais pour être poète il ne suffit pas d'avoir de la bonne
volonté; il est surtout nécessaire d'avoir reçu du ciel un don spécial
dont un très petit nombre de personnes sont seules favorisées. La suite
de l'Impératrice, au cours de ces pérégrinations, se composait de Mme de
Brignole, de mon grand-père, de Mlle Rabusson, du docteur Héreau, de M.
Amelin, et du guide Jacques Crotet, de Genève. Le 16 juillet, à 7 heures
du soir, Marie-Louise était de retour aux Sécherons.

  [31] L'Impératrice avait pris, dans ce voyage, le nom de duchesse
  de Colorno.

Le 17 juillet Marie-Louise quitta les Sécherons à 11 heures du matin
pour arriver à Aix-les-Bains, terme de son voyage, à 6 heures du soir.
Elle y descendit dans la maison d'un M. Chevalley qui avait été retenue
pour lui servir d'habitation. Ce fut à cette date fatale, et mémorable
dans l'histoire de la deuxième femme de Napoléon, que le général
Neipperg fit auprès d'elle sa première apparition... Le fondé de
pouvoirs de l'empereur d'Autriche et de Metternich auprès de
Marie-Louise s'était rendu au-devant d'elle, à deux postes d'Aix, et, à
partir de ce moment, ne devait plus la quitter. Du 18 juillet 1814, au 4
septembre inclus de la même année, Marie-Louise séjourna à Aix. Elle y
reçut la visite de la duchesse de Montebello, de Corvisart et d'Isabey
venus pour passer quelques jours auprès de leur ex-souveraine. Arrivée à
Aix le 4 août, Mme de Montebello en repartait le 17. Dès le 20 juillet
mon grand-père, après avoir installé l'Impératrice à Aix, avait
provisoirement pris congé d'elle, pour aller passer à Paris, près de sa
femme et de ses jeunes enfants, le temps d'une double saison d'eaux.

Dans les mémoires qu'il a laissés sur la période du Premier Empire,
mémoires auxquels nous avons dû déjà faire et ferons encore de si larges
emprunts, mon grand-père rapporte qu'en voyant arriver à cheval, à sa
rencontre, le général Neipperg à Carrouge près d'Aix, Marie-Louise
éprouva, en recevant son salut, une impression désagréable qu'elle ne
put entièrement parvenir à dissimuler. «Était-ce, ajoute-t-il,
l'instinct d'un cœur honnête, mais peu sûr de lui-même, qui lui
présentait cet homme sous les traits d'un mauvais génie, et qui
l'avertissait secrètement du danger de se livrer à ses conseils?»

Le départ du fidèle secrétaire intime de l'Empereur laissait ainsi le
champ libre à l'agent du Cabinet de Vienne auprès de l'Impératrice, au
représentant des adversaires acharnés de Napoléon, dont Neipperg
partageait la manière de voir et les sentiments plus qu'hostiles. Le
Méphistophélès de la coalition ne se doutait peut-être pas alors du
service que cet éloignement lui rendait. Jusqu'à ce moment, en effet, et
malgré les manœuvres déloyales de toute nature, mises en œuvre à la
Cour de Vienne pour perdre son époux dans l'esprit de l'Impératrice,
Marie-Louise n'avait qu'à demi subi leur pernicieuse influence. Ces
manœuvres avaient pu, dans une certaine mesure, oblitérer son jugement,
paralyser ses bonnes intentions, mais comme femme, comme épouse, sa
conduite était demeurée irréprochable. Cette jeune princesse faible,
mais non perfide, avait besoin, plus que personne, d'être maintenue dans
la ligne droite par de sages conseils et de salutaires représentations.
Nous avons vu ce que valait son entourage intime, à l'exception de
quelques nobles caractères tels que Mme Durand et la comtesse de
Montesquiou, ce qui faisait dire à mon grand-père, quelques mois plus
tard, qu'ils étaient _les derniers des Romains_. Or l'impératrice
Marie-Louise allait rester, pendant deux mois, seule avec la comtesse
Brignole et le général Neipperg! «C'était, dit avec raison M.
Welschinger, deux créatures qui semblent avoir été inventées tout exprès
pour la détourner de son époux; car, l'une stylée par M. de Talleyrand
parlait adroitement contre l'Empereur, et l'autre savait qu'en disant
du mal de Napoléon, il ne déplairait ni à Metternich, ni à François
II[32].»

  [32] _Le Roi de Rome_, par Welschinger, p. 91, chap. VI.

Le départ de mon grand-père pour la France, en juillet 1814, coïncide
donc, d'une manière assez frappante, avec la chute morale, et bientôt
matérielle, de la femme de l'empereur Napoléon. Notre intention n'est
pas d'en conclure que sa présence permanente auprès de Marie-Louise
aurait pu préserver celle-ci de cette déchéance, car tous les atouts
étaient dans le jeu de l'Autriche, un bien petit nombre au contraire
dans celui du serviteur loyal de l'empereur déchu. Il nous paraît
néanmoins incontestable que cette circonstance ne fit que hâter et
précipiter un dénoûment que celui-là même qui le provoquait n'aurait pu
croire ni espérer si rapide!...


Bien que le portrait du général comte Neipperg ait été retracé dans
divers ouvrages concernant le Premier Empire, le rôle considérable qu'il
a joué dans l'histoire de Marie-Louise est tel que nous jugeons
intéressant de mettre, sous les yeux du lecteur, ce qu'en a dit déjà
mon grand-père dans ses _Mémoires_:

«Le comte de Neipperg n'était pas doué d'avantages extérieurs
remarquables. Un bandeau noir cachait la cicatrice profonde d'une
blessure qui l'avait privé d'un œil; mais cet inconvénient
disparaissait quand on le considérait avec quelque attention. Cette
blessure allait même assez bien avec l'ensemble de sa figure qui avait
un caractère martial; il avait des cheveux d'un blond clair peu fournis
et crépus. Son regard était vif et pénétrant. Ses traits n'étaient ni
vulgaires, ni distingués; leur ensemble annonçait un homme délié et
subtil. Son teint, dont le ton général était coloré, manquait de
fraîcheur; l'altération causée par les fatigues de la guerre et de
nombreuses blessures s'y faisait sentir. Il était d'une taille moyenne
mais bien prise, et l'élégance de sa tournure était relevée par la coupe
dégagée de l'uniforme hongrois. Le général Neipperg avait alors
quarante-deux ans[33] environ. L'abord du comte Neipperg était celui
d'un homme circonspect. Son air habituel était bienveillant, mêlé
d'empressement et de gravité. Ses manières étaient polies, insinuantes
et flatteuses. Il possédait des talents agréables; il était bon
musicien[34]. Actif, adroit, peu scrupuleux, il savait cacher sa finesse
sous les dehors de la simplicité; il s'exprimait avec grâce et écrivait
de même. Il joignait à beaucoup de tact l'esprit d'observation; il avait
le talent d'écouter et prêtait une attention réfléchie aux paroles de
son interlocuteur. Tantôt sa physionomie prenait une expression
caressante, tantôt son regard cherchait à surprendre la pensée. Autant
il était habile à pénétrer les desseins des autres, autant il était
prudent dans la conduite des siens. Joignant les apparences de la
modestie à un grand fond de vanité et d'ambition, il ne parlait jamais
de lui. Il était brave à la guerre; ses nombreuses blessures prouvaient
qu'il ne s'y était pas épargné[35].»

  [33] Vingt ans de plus que Marie-Louise à peu de chose près.

  [34] Cette dernière qualité devait lui devenir fort utile auprès
  de Marie-Louise.

  [35] Méneval. _Mémoires_, t. III.

Il faut bien reconnaître qu'avec cet ensemble de qualités remarquables
le général Neipperg n'était pas le premier venu, mais qu'au contraire
le ministre Metternich avait, une fois de plus, admirablement choisi
l'instrument de ses ténébreux desseins.

Pour compléter cette esquisse du futur mari de l'impératrice
Marie-Louise, mon grand-père a cru devoir encore relater une
particularité curieuse de cette singulière destinée. Il raconte que le
comte Neipperg--soi-disant père du général--étant chargé d'une mission
diplomatique en France, avant la Révolution, sa femme devint la
maîtresse du comte d'H... père de Mme C... La comtesse Neipperg mit au
monde, quelque temps après, celui qui devait devenir le général
Neipperg. Après la mort du comte d'H... la femme de celui-ci trouva,
dans ses papiers, une lettre de la comtesse Neipperg au comte d'H... qui
lui donna la preuve que le jeune Neipperg était bien le fils du comte
d'H... et de cette dame. Le pseudo-père du général s'occupait en effet,
paraît-il, fort peu de sa femme et la laissait volontiers maîtresse de
ses actions, pourvu qu'on lui permît de se livrer, en toute liberté, aux
plaisirs de la table et du jeu. Le général Neipperg se trouvait donc
être le frère de la comtesse C... et il ne l'ignorait point. Il se
trouvait en 1814 à Milan chez une dame dont il était le cavalier
servant, quand il reçut de Metternich l'avis qu'on venait de le nommer
grand maître de la maison de la future duchesse de Parme. Neipperg prit
aussitôt congé de sa maîtresse, qui tentait en vain de le retenir; son
ambition lui rendait facile l'exécution de l'ordre qu'on lui avait fait
parvenir. Sa maîtresse italienne lui demandant ce qu'il ferait auprès de
Marie-Louise et quels seraient les avantages qu'il devait retirer de
cette situation, Neipperg ne prit aucun détour pour lui répondre:
«J'espère bien, avant six mois, être au mieux avec elle, et bientôt son
mari!» Neipperg vint rendre visite à la comtesse C... pendant son séjour
en France en 1814, et devint utile au général C..., son mari, pour la
sauvegarde de ses dotations en Italie.

Immédiatement après l'arrivée de mon grand-père à Paris une
correspondance active et suivie s'établit entre sa souveraine et lui.
Pour remplir la lacune laissée, par deux mois d'absence, dans la
relation des faits et gestes de Marie-Louise, sur le genre d'existence
de laquelle le journal qui nous a si fidèlement renseigné jusqu'ici
reste forcément muet, nous allons reproduire un certain nombre de
lettres autographes de cette princesse, encore en partie inédites. Elles
étaient adressées à mon grand-père.



CHAPITRE VIII

  Correspondance de Marie-Louise avec le baron de
  Méneval.--Plusieurs lettres autographes de l'Impératrice donnent
  un récit de ses occupations pendant une partie de l'été de 1814.


«Au commencement de son séjour à Aix-en-Savoie, Marie-Louise n'avait que
des pensées tristes. Une véritable lutte se produisait dans son âme
entre ses deux patries, l'Autriche et la France, et, comme elle
comprenait à quel degré sa situation était fausse, elle souffrait en
silence, et ses perplexités n'étaient pas exemptes de remords. Son amour
pour le comte de Neipperg n'avait pas encore commencé. Elle ne lui
accordait que des audiences officielles, et certainement elle ne se
doutait pas qu'il prendrait auprès d'elle la place de l'empereur
Napoléon. M. de Méneval l'avait quittée le 19 juillet pour aller passer
quelques semaines près de sa femme; mais elle entretenait avec lui une
correspondance très suivie, et ses lettres attestent à la fois et les
agitations de son âme, et la confiance qu'elle témoignait encore à l'un
des plus fidèles serviteurs de son époux[36].»

  [36] _Marie-Louise, l'île d'Elbe et les Cent-Jours_, par M. de
  Saint-Amand, chap. IV.

On ne saurait mieux résumer ni dépeindre l'état d'âme de la femme de
Napoléon à ce tournant de sa destinée, qui pouvait encore, à cet instant
psychologique, prendre une direction diamétralement opposée à celle dans
laquelle Marie-Louise a été définitivement entraînée.

Le 21 juillet l'impératrice Marie-Louise écrivait d'Aix à mon grand-père
la lettre suivante:

«Il y a bien peu de temps que vous êtes parti et cependant je m'empresse
de vous écrire pour que vous ne puissiez pas vous plaindre de mon
inexactitude. J'espère que vous penserez quelquefois à moi et que vous
ne vous laisserez pas aller à des pensées noires; en ce cas je vous
rappelle la promesse de me l'écrire tout de suite pour que je puisse
vous en _dissuader_ (_sic_).

»Dans peu de jours vous serez content, vous serez avec votre famille,
avec vos petits-enfants que vous trouverez bien grandis, au lieu que
vous me manquez beaucoup, tant pour vos bons conseils que pour le
plaisir que j'avais à causer avec vous.

»Ma santée (_sic_) va assez bien; j'ai pris le premier bain aujourd'hui,
je ne sais si j'aurai le courage de continuer, car ils sentent bien
mauvais.

»Je ne vous écris pas une longue lettre parce qu'il est bien tard; je
vous prie de croire à tous mes sentiments d'estime et d'amitié.

»Votre très affectionnée,

    »Louise.»

Autre lettre:

    «Aix, 28 juillet 1814.

»Je ne vous ai pas écrit la semaine passée parce que je n'ai pas eu un
moment de temps à moi, j'espère que vous n'aurez pas été inquiet de mon
silence, parce que j'avais chargé la duchesse de Montebello de vous
donner de mes nouvelles.

»Je vous envoie beaucoup de lettres que j'ai reçues par des paquets de
Vienne. Il y en a une que j'ai ouverte parce qu'il y avait des projets
de règlements pour mon écurie. Je vous envoie la lettre de M. Ballouhey
qui y était jointe. J'en ai reçu, aussi, à votre adresse, de M.
Marescalchi que j'ai gardées.

»Je vous prie de répéter encore à M. Ballouhey[37] comme il me serait
nécessaire pour mes affaires; je voudrais qu'il puisse venir avant que
je parte pour l'Italie, mes affaires seront, sans cela, dans un désordre
terrible.

  [37] M. Ballouhey--serviteur fidèle et honorable--avait été placé
  par Napoléon auprès de l'Impératrice, comme intendant chargé
  d'administrer sa maison.

»J'espère que votre santée (_sic_) est bonne; la mienne se trouve fort
bien de l'usage des bains; j'en ai déjà pris cinq, et je promène (me)
toujours beaucoup dans d'aussi beaux chemins que ceux que j'ai parcourus
avec vous. Le reste du temps se passe à écrire la relation du journal de
mon voyage à Chamouny; Isabey en a déjà fait les vignettes; elles sont
charmantes. Je n'ai pas autant avancé le texte. Vous savez tous les
matériaux que vous deviez m'apporter pour rédiger la copie, je n'en ai
pas besoin. Si vous voulez les garder je vous conseille de les faire
mettre dans une caisse pour les envoyer à Parme; sans cela je vous
conseille de vous en défaire le plus tôt possible. J'aime mieux que cela
ne se fasse pas à présent, car je suis d'une telle paresse que je suis à
peine dans le moment où nous passons _le torrent de la Gria_...

»J'espère que Mme de Menneval ne m'aura pas oubliée; je la plains bien
de cette chaleur... Comme elle doit en souffrir à cause de sa grossesse;
elle est si forte ici que nous pouvons à peine sortir des maisons.

»Je n'ai pas encore reçu de vos nouvelles, cela m'inquiète; je crois
cependant que vous m'écrivez, au moins on devrait avoir la galanterie de
me faire passer les lettres après les avoir lues. Je vous prie de croire
à toute mon amitié.

»Votre très affectionnée,

    »Louise.»

«P. S.--J'ai reçu hier votre lettre du 23 et j'ai vu avec bien du
plaisir que votre santé est bonne; j'attends votre autre lettre pour
vous répondre plus en détail[38].»

  [38] Écrit probablement le 29.

La candeur des lettres qu'on vient de lire montre bien, croyons-nous,
que Marie-Louise n'était agitée dans ce moment d'aucune pensée coupable;
et il existe de sérieuses raisons de présumer que cet état d'innocence
absolue persistera, en elle, jusqu'à l'époque de son excursion dans les
glaciers de l'Oberland suisse, en compagnie du général Neipperg, dans le
courant de septembre 1814. Le rêve dominant, la pensée pour ainsi dire
unique de l'Impératrice, pendant son séjour à Aix, c'était Parme et la
crainte des obstacles qui semblaient se dresser entre elle et l'objet de
ses désirs les plus ardents. Les alternatives d'espoir ou d'appréhension
qui agitaient l'esprit de Marie-Louise, à cet égard, se manifestent dans
presque toutes les lettres de sa correspondance avec mon grand-père:

    «Aix-en-Savoie, ce 4 août 1814.

»J'ai reçu hier avec bien du plaisir votre lettre du 27, je vous prie de
continuer à me donner souvent de vos nouvelles et de tout ce qui vous
intéresse; je vous prierai aussi de me donner des nouvelles de la petite
famille de la duchesse, car elle n'est pas forte pour les détails.
J'attends toujours une réponse de mon père pour savoir le moment de mon
départ pour Parme--je vous le ferai savoir sur-le-champ. Quoique je sois
bien contente que vous puissiez bientôt revenir près de moi, je sens
trop combien vous devez désirer de rester près de Mme de M... encore un
peu de temps, et certainement c'est faire abnégation de mon égoïsme que
de vous le permettre.

»Ma santé est bonne, mais je suis cruellement fatiguée par ces grandes
chaleurs. Je viens de faire une promenade plus fatiguante (_sic_) que
celle du Montanvert--j'en suis revenue ce matin à 2 heures; je voulais
vous faire la description ce soir, mais j'ai tellement sommeil qu'il
faut que je la remette au prochain jour de poste. Je vous prie de croire
à tous les sentiments d'estime et d'amitié avec lesquels je suis

»Votre très affectionnée,

    »Louise.»

L'Impératrice écrivait la lettre précédente le matin du jour où Mme de
Montebello, son ancienne dame d'honneur, venait la rejoindre à Aix pour
y demeurer auprès d'elle pendant une période d'une quinzaine de jours
environ. Il aurait été fort intéressant de savoir quelle impression se
firent réciproquement la maréchale et le comte Neipperg; malheureusement
ce point reste obscur... et Marie-Louise n'en parle pas. Elle se
contente d'adresser à mon grand-père le billet suivant:

    «Aix-en-Savoie, 6 août 1814.

»Je viens de recevoir ce matin toutes les lettres dont vous avez chargé
la duchesse de Montebello; je n'exagère pas en vous disant qu'elles me
font bien du plaisir. Je suis fâchée de voir que vous vous inquiétez de
ne pas avoir de mes nouvelles; c'est cependant la quatrième fois que je
vous écris depuis mon départ. C'est aussi par la duchesse que je vous
répondrai au long. Je regrette bien qu'elle ne puisse pas rester plus
longtemps avec moi, que dix ou douze jours, c'est bien peu de temps
surtout quand on ne sait pas quand on se reverra. Ma santé est très
bonne en comparaison de ce qu'elle était quand je quittai Vienne; cela
tient aux bains et à la tranquillité d'esprit dont je jouis ici. Vous
savez que les tracasseries me tuent.

»Mes compliments à Mme de M... Je ne vous écris pas plus parce que je
n'ai pas le temps.

»Je vous prie de croire à toute mon estime et amitié.

»Votre très affectionnée,

    »Louise.»

Quelle influence exercèrent, cette fois, sur l'Impératrice, la présence
et les conversations de son ancienne dame d'honneur, pendant les
quelques jours de sa visite à Aix? Réduit sur ce point à de simples
conjectures il serait téméraire de les exposer ou plutôt de les
supposer... Ce qui paraît toutefois vraisemblable, c'est que la
maréchale ne dut pas donner à sa souveraine le conseil d'aller
s'enfermer à l'île d'Elbe!

Nous nous verrons dans l'obligation d'écourter autant que possible les
lettres de Marie-Louise qu'il nous reste à faire connaître au lecteur,
car leur publication, presque intégrale, a déjà été faite dans les
_Mémoires pour servir à l'histoire de Napoléon Ier_[39].

  [39] Dentu, éditeur, 1894.


    «Aix, 9 août 1814.

»Je vous remercie bien de toutes les démarches que vous avez bien voulu
faire pour mes caisses. Ce que vous m'écrivez à l'égard des remarques
que M. de Bombelles[40] vous a faites à ce sujet ne me semble rien de
bon. Je suis encore, à l'égard de mon sort futur, dans une cruelle
incertitude. J'ai envoyé par M. de Karaczaï une lettre à mon père, par
laquelle je lui demandais la permission d'aller m'établir à Parme le 10
septembre au plus tard. Me sera-t-elle accordée? Je crains que non...

  [40] Troisième futur mari de Marie-Louise. Voir sur les Bombelles
  l'ouvrage intéressant du comte Fleury. Emile Paul, éditeur.

»Si la réponse est négative je ne me déciderai jamais à retourner à
Vienne avant le départ des Souverains, et je tâcherai de ravoir mon fils
pour ce moment; je m'établirai à Genève ou à Parme en attendant le
Congrès, car il est impossible que je reste plus longtemps que la saison
des bains ici. Je ne puis vous dire comme j'attends impatiemment une
réponse; je vous prierai de m'aider de vos conseils dans ma
détermination. Ne craignez pas de me dire la vérité, si ma détermination
vous paraît inconséquente; je réclame ces conseils de vous comme d'un
ami, et j'espère que vous me direz franchement votre avis.

Je reçois en ce moment une lettre de l'Empereur, de l'île d'Elbe du 4
juillet. Il me prie de ne pas aller à Aix, et de me rendre en Toscane
pour prendre les eaux; j'en écrirai à mon père. Vous savez comme je
désire faire la volonté de l'Empereur; mais, dans ce cas, dois-je la
faire si elle ne s'accorde pas avec les intentions de mon père? Je vous
envoie une lettre de Porto-Ferraio. J'ai eu bien des tentations de
l'ouvrir: elle m'aurait donné quelques détails; s'il y en a je vous
prierai de me les faire savoir. Je vous remercie bien de ceux que vous
m'avez donnés; j'en avais besoin, il y avait longtemps que j'en étais
privée. En général je suis dans une position bien critique et bien
malheureuse. Il me faut bien de la prudence dans ma conduite. Il y a des
moments où cela me tourne tellement la tête que je crois que le meilleur
parti que j'aurais à prendre serait de mourir.


»... Ma santé est assez bonne. Je suis à mon dixième bain: ils me
feraient du bien si j'avais l'esprit assez tranquille; mais je ne puis
être contente avant d'être sortie de ce funeste état d'incertitude. Je
me réjouis de l'idée que vous viendrez bientôt me raisonner et calmer ma
pauvre tête, j'en ai bien besoin. M. de Bausset est parti depuis
quelques jours et, avec lui, tous les papiers que je voulais voir, de
sorte que je n'ai pas pu examiner tous les comptes du mois, comme je me
l'étais proposé. J'attends avec impatience les courriers qu'il m'a
envoyés de Parme.

»Nous avons toujours une chaleur épouvantable ici; cela ne s'accorde
guère avec les longues promenades que j'entreprends; la nuit nous y
surprend bien souvent et je meurs de peur en retournant chez moi à
cheval.»


»Votre très affectionnée,

    «Louise.»

«P. S.--Mon fils se porte à merveille et devient tous les jours plus
aimable, à ce qu'on me mande. Il me tarde bien de revoir ce pauvre
enfant.»

Une circonstance, dont Marie-Louise ne dit rien dans sa correspondance,
motivait sans doute le ton particulièrement triste et désolé de la
dernière lettre que nous venons de transcrire. Le colonel Hurault de
Sorbée, devenu plus tard général, et mari d'une des dames d'annonce de
l'Impératrice[41] venait d'arriver de l'île d'Elbe à Aix, chargé de
lettres de l'Empereur pour Marie-Louise, et de la mission de ramener
avec lui l'Impératrice auprès de Napoléon. Cet officier fut obligé de
repartir sans avoir pu parvenir à remplir cette mission. Marie-Louise
faible et toujours hésitante, privée à ce moment de toute personne
capable de lui donner un _conseil fort_--suivant une expression de M. de
Talleyrand,--enfin surveillée et intimidée par Neipperg, laissa échapper
cette dernière chance d'accomplir le plus impérieux de ses devoirs,
celui de retourner près de son époux et de lui tenir compagnie dans
l'exil. Sa conscience, tourmentée par le remords, l'avertissait
intérieurement de ce qu'une semblable conduite avait de lâche et de
coupable. Les nobles conseils de la reine de Naples, sa grand'mère,
auraient bien dû, à un pareil moment, se retracer dans le souvenir de
la femme de Napoléon!

  [41] Cette dame faisait toujours partie de l'entourage de M. L...
  qu'elle avait suivie en Autriche; elle l'avait accompagnée dans
  ses excursions en Savoie et en Suisse.

Reprenons la reproduction de la correspondance de Marie-Louise au point
où nous l'avons laissée:

    «Aix, le 15 août 1814.


»Je n'ai pas encore de réponse de mon père à la lettre dont je vous
parlais dans ma dernière. Ce temps d'incertitude me paraît bien cruel et
bien long. Je l'attends avec bien de l'impatience, et je vous en
instruirai sur-le-champ. De noirs pressentiments me disent que cela ne
sera rien de bon; mais je suis aujourd'hui dans une de mes journées
tristes; peut-être que je me trompe! Comment puis-je être gaie le 15,
quand je suis obligée de passer cette fête, si solennelle pour moi, loin
des deux personnes qui me sont le plus chères! Je vous demande bien
pardon de vous parler ainsi de mes réflexions tristes, mais l'amitié et
l'intérêt que vous m'avez toujours témoignés m'enhardissent, à condition
que vous me direz quand je vous ennuierai...

»Je vous prie de croire, etc.

    »Louise.»


«P. S.--Je viens de recevoir une lettre de Parme qui m'annonce que M.
Marescalchi a un successeur dans M. Magawly, qui vient de renverser tout
le Gouvernement provisoire. M. de Marescalchi n'est plus que ministre
d'Autriche près de ma cour; mon père a aussi nommé M. de San-Vitale mon
grand chambellan, et tout cela sans me consulter. Cela me peine et me
fâche. M. Magawly a dit, à Parme, que mon père avait fait venir M. de
San-Vitale à Vienne, pour y remplir ses fonctions près de moi et que je
serais priée de venir, à Vienne, pendant tout le temps du Congrès.
Quelle triste perspective! J'ai envie de lui demander de me permettre de
passer l'hiver à Florence, en lui promettant de n'écrire à l'Empereur
que par la voie du Grand-Duc; mais il paraît presque sûr qu'on me le
refusera. Ce que je suis décidée, c'est de ne pas aller à Vienne pendant
le temps de la présence des souverains. Conseillez-moi, je vous en prie;
je vous assure que je suis bien à plaindre.»



CHAPITRE IX

  Lettre de Metternich à l'impératrice
  Marie-Louise.--Réflexions.--Lettre de la comtesse Brignole à mon
  grand-père.--Nouvelles lettres de l'Impératrice au même, dont
  plusieurs inédites.--Lettre de M. de la Tour du Pin, ministre de
  France à Vienne, au ministre des Affaires étrangères à Paris.


Le 15 août de l'année 1814 est le dernier anniversaire du jour de fête
que l'empereur Napoléon avait choisi, qui avait été célébré si longtemps
par de magnifiques réjouissances, et dont Marie-Louise se souviendra--du
moins ostensiblement--avant d'ensevelir dans l'oubli cette date
fatidique...

Entre les deux lettres datées du même 15 août et que l'Impératrice
écrivit à mon grand-père, elle recevait elle-même du prince Metternich
la réponse qu'elle attendait avec tant d'impatience, réponse ambiguë,
pleine de réticences et d'une franchise plus que problématique, malgré
les protestations et les professions de foi d'entière loyauté de son
auteur.

Voici cette lettre qui a déjà été publiée, mais qu'il ne nous paraît pas
inutile de placer sous les yeux du lecteur:

    «Madame!

»Fort des sentiments, de la confiance dont Votre Majesté impériale a
daigné me donner des preuves flatteuses dans plusieurs occasions
décisives, je m'adresse à Elle directement dans une circonstance
infiniment importante pour ses intérêts et ceux du prince son fils.

»Votre Majesté a l'intention de se rendre au commencement de septembre à
Parme. L'Empereur, son auguste père, se propose de lui écrire pour la
dissuader de ce voyage dans le moment actuel. Je prends la liberté
respectueuse de lui en démontrer l'impossibilité.

»La présence de Votre Majesté à Parme, avant la fin du congrès la
mettrait dans un état de compromission perpétuelle. Il serait, d'après
mon intime conviction, même possible qu'elle préjugeât l'état de
possession même du Duché. La branche de la Maison de Bourbon,
anciennement en possession de Parme, se remue beaucoup; elle trouve un
grand appui en France, en Espagne. Le moindre trouble en Italie pourrait
même au delà de ce qu'il est possible de prévoir la favoriser, et la
présence de Votre Majesté dans le moment actuel, et dans la proximité de
provinces provisoirement administrées, peut contribuer à compliquer les
questions d'une manière extrême. Ainsi la cause royaliste et le
jacobinisme peuvent tirer un parti direct d'une démarche qui ne présente
aucune utilité. L'Empereur a donné l'ordre de soulager le Parmesan le
plus possible, en diminuant le nombre de troupes qui pèsent sur lui; il
en faut pour le maintien de l'ordre public, jusqu'à l'époque de
l'organisation définitive, et ce n'est qu'alors que Votre Majesté peut
aller prendre possession de ses domaines.

»Que Votre Majesté se repose sur ma façon de juger dans cette question.
Pénétré du plus vif intérêt pour Elle, je manquerais à un devoir, que je
regarde comme sacré, si je ne lui représentais avec toute la franchise,
qui est dans mon caractère, l'importance qu'Elle daigne revenir ici,
qu'Elle y prenne connaissance de la véritable position des choses chez
Elle, et, qu'à la fin du Congrès qui ne se prolongera pas au delà du
mois de novembre, Elle se rende chez Elle avec une pleine et entière
sécurité.

»Daignez, Madame, agréer l'hommage de mon profond respect.

    «Metternich.»

Quand le premier Ministre de l'Empire d'Autriche fait allusion, dans
cette épître, à la franchise bien connue de son caractère, on est tenté
de sourire; mais, quand il affirme à la crédule Marie-Louise qu'au mois
de novembre suivant, le Congrès s'étant dispersé, Elle n'aura plus qu'à
terminer ses préparatifs pour se rendre à Parme et s'y installer, cette
affirmation prend à nos yeux la couleur d'une imposture préméditée. Le
récit des innombrables intrigues dont le Congrès de Vienne devait être
tissé l'a, depuis lors, démontré de la façon la plus évidente, et M. de
Metternich moins que personne, pouvait s'y tromper. La vérité c'est que
les dispositions de Marie-Louise étaient encore hésitantes et douteuses,
et qu'il ne fallait pas lui donner la clé des champs, avant d'avoir
définitivement pris, comme on le dit vulgairement, barre sur elle.
L'Impératrice demeura tout d'abord consternée, mais la langue dorée de
Neipperg contribua bientôt, de tout son pouvoir, à calmer ses alarmes.
C'est ainsi qu'en lui faisant entrevoir, comme la récompense de sa
docilité et de son obéissance aux vues du Cabinet de Vienne, la terre
promise de la Souveraineté de Parme, le général diplomate sut l'amener
insensiblement à tomber dans le piège déshonorant qui lui avait été
tendu.

Sur ces entrefaites la comtesse Brignole adressait, vers la même époque,
à mon grand-père absent, une lettre que nous nous décidons à transcrire
ci-après, pour démontrer que, lorsque Marie-Louise écrivait à ce
dernier, dans les termes d'une confiance et d'un abandon si absolus,
l'Impératrice était sincère et ne jouait pas la comédie.

Lettre de la comtesse Brignole:

    «Aix le 18 août 1814 (au soir).

»M. le Baron Corvisart nous quitte et ne me laisse que quelque minutes
pour m'entretenir avec vous, mon aimable ami. Voici une lettre que je
vous prie de remettre à Mme de Montebello qui vous donnera de mes
nouvelles. Rien n'est changé depuis son départ. L'Impératrice paraît
vous désirer beaucoup, et, franchement parlant, je pense que, si vos
intérêts n'en souffrent pas trop, vous ferez bien d'arriver, car vous
pouvez lui être utile. Vous savez que tout se fait à Parme, _sans elle_,
mais en son nom. On lui a même nommé un grand chambellan, qui doit se
rendre à Vienne pour prendre son service auprès de sa nouvelle
Souveraine. Tout bien réfléchi, je suis persuadée qu'elle aura Parme,
mais je ne saurais prévoir quand elle y sera installée. Nous serons
encore à Schönbrunn le 15 octobre; d'ici là nous ferons des courses dans
la belle Suisse. J'avais proposé à Sa Majesté de me laisser attendre son
retour--en Italie--mais elle paraît désirer que je reste auprès d'Elle,
et je n'ai plus de volonté, vous le savez.

»Je n'ai rien à ajouter à ce que M. Corvisart et la Duchesse vous
diront; d'ailleurs le premier me presse et je dois finir. Vous trouverez
des papiers et une lettre qu'on m'a adressés pour vous. Ce pauvre
lapin[42] a été bien malheureux, mais je persiste à ne pas le croire
coupable. La nouvelle organisation exclut, par un article particulier,
tous les étrangers des emplois du Gouvernement de Parme. La douceur
extrême de l'Impératrice pourrait porter cette mesure dans l'intérieur
de sa maison. Dieu fasse au reste qu'une nouvelle guerre ne change la
face de tout; on prétend que le Congrès ne sera pas long.

  [42] Nous ignorons totalement quel peut être le personnage
  désigné par ce vocable!

»Mille amitiés à Mme de Menval (_sic_). Si vous avez des occasions sûres
écrivez-moi et faites-en prévenir ma bonne Douglas; la meilleure de
toutes serait _vous-même_, mais je crains que cela ne vous paraisse de
l'égoïsme et vous n'auriez pas tort. La personne à laquelle vous avez
écrit, en partant, se porte bien et se conduit sagement; j'ajoute
qu'elle fait beaucoup de cas de vous.

»Adieu bon ami, l'impromptu du docteur ne me laisse que le temps de vous
assurer de mon sincère et tendre attachement.

    »A. de B.


»Donnez-moi de vos nouvelles bien détaillées et de vos enfants. Ne
négligez pas vos intérêts à Paris, mais tâchez de nous revenir bien
vite!»

Est-ce à l'Impératrice que madame de Brignole, en terminant sa lettre,
entend délivrer ce certificat de bonne vie et mœurs? Venant de sa part
il ne nous semblerait pas décisif, car la comtesse excellait, en cas de
besoin, dans l'art de fermer les yeux et de ne rien entendre. C'était
d'ailleurs une femme douée d'une intelligence supérieure, une des rares
personnes de son sexe que l'empereur Napoléon ait consenti à employer
dans les négociations--dans celles entre autres avec le Saint-Siège. Mme
de Brignole joignait aux dons de l'esprit un tempérament naturellement
porté vers l'intrigue, tendance qui ne lui aurait pas permis de demeurer
inébranlablement fidèle aux causes que la fortune abandonnait sans
retour. Cette habitude d'intrigue--parfois même innocente, dit mon
grand-père--était devenue un besoin pour cette femme remarquable,
accoutumée à la considération qu'eurent toujours pour elle les hommes
distingués dans tous les partis; mais elle ne trouvait guère d'aliments
auprès d'une princesse qui ne prenait rien sérieusement à cœur.

Aussitôt après avoir reçu du ministre Metternich la lettre décourageante
qui lui fermait, pour un espace de temps encore plus prolongé qu'elle ne
se l'imaginait, l'accès de son duché de Parme, l'impératrice
Marie-Louise écrivait le soir du 15 août, à son fidèle correspondant, la
lettre suivante:

    «Aix, ce 15 août 1814 (soir).

»Je viens de recevoir votre lettre du 9 août; je suis vraiment désolée
de la longueur du temps; on reçoit de bien anciennes nouvelles. Je vous
envoie une copie d'une lettre du prince de Metternich qui vous apprendra
la nouvelle que M. Karaczaï m'a rapportée. Je suis bien malheureuse de
l'idée d'être obligée de retourner à Vienne, d'autant plus qu'on ne me
donne _nulle bonne raison_. Je compte donc ne pas aller à Vienne avant
la fin de septembre ou le commencement d'octobre. Je partirai d'ici le 3
ou le 4 septembre, et j'irai à Genève et de là à Berne où je resterai
quinze jours, et une huitaine dans la première ville; après quoi j'irai
à Vienne.


»Si vous venez partager mon exil, je sens tout ce que cela aura de
pénible pour vous; mais en même temps je suis trop égoïste pour ne pas
le désirer. J'ai besoin de vos conseils, de votre conversation; vous
savez toute la confiance que j'ai en vous, et une des idées les plus
douces auxquelles je puisse m'arrêter, dans ce moment, est de vous
garder près de moi.


    »Louise.»

Une lettre du 20 août 1814, entièrement de la main de l'impératrice
Marie-Louise, comme toutes celles qui précèdent et celles qui suivront,
a été déjà publiée; elle mérite cependant, croyons-nous, d'être ici
reproduite _in extenso_:

    «Aix-en-Savoie, le 20 août 1814 (soir).

»J'ai reçu hier votre lettre du 12 de ce mois, et je vois avec plaisir
que vous en recevez quelques-unes des miennes. Vous aurez déjà sûrement
reçu celle où je vous parlais de la triste réponse que mon père vient de
me faire. Je suis bien touchée de l'offre que vous me faites qu'en toute
circonstance vous êtes décidé à me suivre. J'ai bien besoin de vos bons
conseils, et ils me deviennent, à présent, plus nécessaires que jamais.
Aussi j'espère que j'aurai bientôt le plaisir de vous revoir. Je
voudrais que vous puissiez combiner cela de manière que vous soyez privé
le moins longtemps possible de la société de Mme de M... Je sens comme
cela sera triste, et je crains qu'elle finira par me prendre en grippe.

»J'ai répondu à mon père ainsi qu'au prince Metternich. J'ai fait de
belles phrases à ce dernier sur la confiance que j'avais en lui, et j'ai
surtout appuyé sur la satisfaction que j'éprouvais de la promesse que
l'on me donnait, que je pourrais me rendre à Parme. Il paraît que M.
Magawly y fait des changements sages et réforme bien des abus du
gouvernement provisoire. J'ai reçu là-dessus une longue lettre de M. de
Bausset que je vous communiquerai quand vous reviendrez. Je veux vous
ennuyer de toutes mes affaires, mais il faudra que vous souffriez cet
ennui comme une preuve de la confiance et de l'amitié que j'ai pour
vous.

»J'ai reçu des nouvelles de l'Empereur, du 6 août. Il me dit beaucoup
de bien de vous et me recommande de ne pas croire tout ce que l'on
pourrait me dire contre lui. Il se portait bien, était heureux,
tranquille, et pensait surtout beaucoup à moi et à son fils.


»Je vous prie de me rappeler au bon souvenir de Mme de M..., j'espère
que j'apprendrai bientôt son heureuse délivrance, et je vous avertis que
je veux être la marraine de son enfant.

»Écrivez-moi, je vous prie, bien exactement et croyez à toute mon
amitié.

»Votre très affectionnée,

    »Louise.»

On ne peut s'empêcher de remarquer en relisant la fin de cette lettre,
la tranquille indifférence avec laquelle la femme de Napoléon se plaît à
constater que ce dernier lui semble résigné, heureux même
suppose-t-elle, dans sa retraite forcée de l'île d'Elbe! Non contente de
s'être refusée à y rejoindre son époux, elle ne songe même pas seulement
à le plaindre... Elle s'accommode parfaitement, semble-t-il, de leur
séparation prolongée. Oubliant ses serments d'aller le rejoindre et de
lui ramener son fils, Marie-Louise--sans le dire ouvertement--trouvera
presque choquante, un jour, et déloyale, l'évasion du prisonnier de
l'île d'Elbe, et sa tentative de récupérer sa couronne! Tant
d'inconscience explique, sans les excuser, les défaillances successives
de cette princesse. Comme le prétend avec raison en parlant d'elle la
_Revue historique_: «Marie-Louise _ne pensait pas_»; on peut ajouter à
ce jugement que son cœur n'était point organisé d'une façon plus
heureuse que son cerveau, et qu'il fonctionnait tout à fait
défectueusement.

Mon grand-père a cherché, dans ses écrits, à excuser sa souveraine,
autant qu'il l'a pu, et il ne viendra certainement à personne l'idée de
lui en faire un reproche, car elle avait toujours été--comme on l'a
vu--remplie de bonté pour lui. Il aurait eu mauvaise grâce à l'accabler
d'ailleurs, quand Napoléon, même à son lit de mort, s'est montré si
indulgent pour le caractère véritablement ingrat de sa seconde femme. A
près de cent ans de distance, nous n'avons pas les mêmes ménagements à
garder. Nous ne serons point le détracteur de parti-pris de
l'impératrice Marie-Louise, mais encore moins son apologiste. Nous nous
efforcerons de juger sa conduite avec impartialité, en ne disant de
cette souveraine que ce que nous croyons être l'expression de la vérité.

La série des lettres écrites par Marie-Louise à mon grand-père, pendant
les deux mois de congé qu'il était aller passer dans le sein de sa
famille à Paris, tire à sa fin. Nous n'aurons plus que deux lettres
inédites de l'Impératrice à placer sous les yeux de ceux qui ont trouvé
quelque intérêt à les parcourir. La première est datée du 26 août et la
dernière du 30 août 1814. Le 6 septembre mon grand-père se mettait en
route pour aller retrouver Marie-Louise en Suisse. Voici les deux
dernières lettres de cette correspondance assidue:

    «Aix, le 26 août 1814.


»Voilà le moment qui s'approche où j'espère que j'aurai le plaisir de
vous revoir; je l'attends avec impatience--vous savez comme j'ai besoin
de vos conseils. Un pressentiment me dit que ce sera à Genève que je
vous reverrai. J'attends avec impatience le journal de voyage dont vous
me parlez--je ne veux cependant pas le lire avant d'avoir achevé le
mien. Je suis sûre qu'il est si bien fait que je serais tout à fait
dégoûtée dans mon entreprise si je voulais en prendre connaissance tout
de suite. Je suis sûre (aussi) que vous crierez contre ma paresse, en
apprenant que je suis toujours encore au pied du glacier des Bossons. Je
crains qu'un de ses nombreux glaçons ne m'ait gelé l'imagination, car,
quand je veux me mettre à l'ouvrage, je me sens un découragement
complet. Cependant je le terminerai avant que de partir d'ici, parce que
je me propose de faire aussi celui de ma tournée en Suisse. Ma santée
(_sic_) a été un peu altérée depuis quelques jours. J'ai eu cinq accès
de fièvre qui m'ont forcée de suspendre les bains. Je les reprendrai
demain jusqu'au 3 et je partirai le 4. Je ne fais plus de si longues
promenades--j'ai fait le serment à la duchesse de ne plus rester aussi
tard et je tiens scrupuleusement à ma parole. Je vous prierai de dire à
M. Ballouhey que j'ai reçu sa lettre du 16 août. Je vous prierai de dire
aussi à la duchesse qu'elle ne s'inquiète pas si elle ne reçoit pas de
lettre par ce courrier--le temps me manque pour lui écrire.

»Je vous prie de croire à toute mon amitié.

»Votre très affectionnée,

    »Louise.»

»P.-S.--Je vous prierai de dire aussi à la duchesse que je me suis
décidée de prendre Aly comme valet de chambre coeffeur (_sic_) et que je
crois qu'elle ferait bien de lui faire prendre des leçons et de me
l'envoyer vers le 20 octobre à Vienne; dites-lui que je lui demande bien
pardon de ne pas lui écrire aujourd'hui--ou ne lui parlez plutôt pas de
cette commission, elle pourrait se fâcher de ce que je ne lui écris pas
directement.»

On reste stupéfait de constater chez une femme placée dans la position
de l'Impératrice, au milieu de tant d'épreuves et d'événements
inquiétants, une futilité aussi complète, une application aussi soutenue
à fermer les yeux, comme l'autruche, devant l'angoissant problème de sa
future destinée!

Dernière lettre de l'Impératrice en l'année 1814:

    «Aix, le 30 août 1814.

»J'ai reçu vos lettres par M. Amelin, ce matin, et, hier soir, celle où
vous voulez bien m'adresser des vœux pour ma fête. Je suis persuadée
que ce sont de ceux que l'on a faits le plus sincèrement pour moi. Je
suis bien touchée de ce que vous voulez bien me suivre même à Vienne;
croyez que je vous en ai voué une reconnaissance à toute épreuve, car
vous savez que mon amitié vous était acquise depuis longtemps. Je ne
vous réponds pas au long par cette voie, car la poste n'est pas fort
sûre. J'espère au moins qu'on aura la galanterie d'envoyer mes lettres à
leur destination après les avoir lues. Ma santé est beaucoup meilleure;
je prends toujours des bains qui me réussissent assez bien et j'espère
que vous me trouverez engraissée. Je pars décidément le 4 et j'arriverai
le soir à Genève. Je compte y rester le 5, le 6, le 7, le 8 et peut-être
le 9, et je prendrai après la route de Fribourg pour aller à Berne, mais
j'espère vous voir avant mon arrivée dans cette ville. Je crois que je
ferai, à cause de l'acquisition de la Garenne, comme vous me conseillez.

»Je m'empresserai de lire aujourd'hui votre voyage de Chamouny; je suis
sûre qu'il sera charmant. J'ai un peu travaillé au mien hier, mais pas
encore pour l'avancer beaucoup; je crains qu'il ne soit pas encore
achevé à votre retour; d'ailleurs le vôtre me donnera du découragement.
Mes compliments à Mme de M... Je ne lui écris pas aujourd'hui parce que
je n'en ai pas le temps. Je vous prierai donc de la remercier, en mon
nom, des vœux qu'elle a bien voulu faire pour ma fête. Je vous prie de
croire à tous les sentiments d'estime et d'amitié avec lesquels je suis,

»Votre très affectionnée,

    «Louise.»

Environ huit jours après, le baron de la Tour du Pin écrivait de son
côté au Ministère des Affaires étrangères à Paris la dépêche suivante:

    «Vienne, le 7 septembre 1814.

»Je ne sais si vous êtes informé que M. le comte Neipperg, général
major, a été donné par l'empereur d'Autriche comme surveillant à
l'archiduchesse Marie-Louise, qu'il devait avertir de ne rien faire de
ce qui pourrait ou nuire ou même déplaire au Roi, mais que, surtout, il
devait soigneusement observer l'archiduchesse pour le cas où
elle voudrait aller trouver son mari, et alors--après des
représentations--passer à la défense absolue, si elle persistait...»

Voilà une mission de geôlier bien nettement caractérisée; mais celui qui
l'avait acceptée allait employer des moyens plus doux, et il ne lui
faudra pas beaucoup de temps pour apprivoiser la princesse dont le
gouvernement de l'Autriche venait de le constituer le surveillant et le
vigilant gardien.



CHAPITRE X

  Épisode du voyage de Mme Walewska à l'île d'Elbe.--Retour de mon
  grand-père en Suisse auprès de Marie-Louise.--Bon accueil qu'il en
  reçoit.--Changement dont il aperçoit les premiers
  symptômes.--Lettre qu'il écrit à sa femme à ce sujet.--Fugue de
  Marie-Louise dans l'Oberland bernois.


Peu de jours avant le retour de mon grand-père auprès de sa souveraine
il se passait, à l'île d'Elbe, un événement des plus curieux qui nous
semble emprunter, à la date où il s'effectua, une importance assez
notable. M. de Saint-Amand, qui en fait mention dans son ouvrage se
rapportant à Marie-Louise et à l'île d'Elbe ne fait, à cet égard, que
reproduire lui-même le récit d'un témoin oculaire, dont il s'abstient de
citer le nom. Voici cette curieuse anecdote: Le 1er septembre 1814,
Napoléon avait passé une partie de sa journée sur la hauteur de Pomonte
à l'île d'Elbe, cherchant, à l'aide d'une longue-vue, à découvrir et à
reconnaître les bâtiments qui paraissaient en mer. A la tombée de la
nuit, l'Empereur, de retour dans l'habitation qu'il occupait, ordonna de
faire seller trois chevaux, de se transporter avec eux vers un certain
point qu'il indiqua, puis d'y attendre les ordres que donnerait le grand
maréchal. L'officier commandé pour ce service se trouvait donc avec la
voiture et les chevaux, au point indiqué, vers 10 heures du soir. Il
faisait, paraît-il, un très beau clair de lune. A ce moment un bateau se
dirigeait, à force de rames, vers le môle. Trois dames et un enfant, qui
étaient sur le bateau, descendirent à terre. Le général Bertrand les
salua respectueusement et les fit monter en voiture. On se mit en route,
et à la traverse de Prochia, on rencontra Napoléon qui arrivait, monté
sur un cheval blanc, et suivi d'une troupe de lanciers et de mameluks.
La voiture s'arrêta. L'Empereur descendit de cheval, on ouvrit la
portière de droite et Napoléon monta seul au milieu d'un profond
silence. On se remit en marche, et l'on atteignit rapidement la plage de
Prochia. A cet endroit, la voiture ne pouvant plus avancer à cause du
mauvais chemin, l'Empereur, les dames et l'enfant descendirent et
montèrent sur les chevaux amenés par l'officier d'ordonnance. L'enfant
était dans les bras d'une des dames, et l'officier--qui avait mis pied à
terre--conduisait le cheval par la bride. Quand on approcha de son
ermitage, Napoléon piqua des deux, et arriva, quelques instants avant le
cortège, à une tente qu'il avait fait dresser sous un grand châtaignier.
La dame et l'enfant le rejoignirent au bout de quelques minutes, et
entrèrent avec lui sous la tente. L'inconnue resta là deux jours et deux
nuits sans jamais se montrer. Napoléon ne sortit que deux fois pour
donner des ordres. Pendant ce temps, l'accès de la hauteur fut interdit
à tout le monde, même à Madame mère, qui logeait dans un village voisin.

«Ce fut ainsi, ajoute M. de Saint-Amand, qu'à l'heure où Marie-Louise
commençait à subir l'influence du comte Neipperg, Napoléon, désespérant
de la voir arriver à l'île d'Elbe, s'était souvenu de la comtesse
Walewska[43].»

  [43] Saint-Amand. _Marie-Louise, l'île d'Elbe et les Cent-Jours._

On n'ignore certainement pas qu'à l'île d'Elbe, l'Empereur était
environné d'espions qui surveillaient les moindres mouvements du grand
proscrit, et en rendaient un compte minutieux à leurs gouvernements
respectifs. La police autrichienne ne pouvait être une des moins assidue
et devait consciencieusement renseigner Metternich, auprès duquel ne
cessait pas de s'inspirer et de se documenter le général Neipperg.
Quel parti n'a pas dû tirer--de cette aventure imprudente de
l'Empereur--l'astucieux représentant du Cabinet de Vienne, auprès de la
femme de Napoléon, dans l'œuvre de séduction pour laquelle on l'avait
choisi! Marie-Louise, bien que manquant totalement de fermeté de
caractère, ce qui est l'explication de toute sa conduite, n'était pas
dépourvue d'une sorte de susceptibilité fière, que blessaient assez
vivement les procédés ouvertement indélicats. Il est par conséquent tout
à fait vraisemblable de supposer que, mise au courant par les
personnages les plus intéressés à le faire de la visite de Mme Walewska
à l'île d'Elbe, l'Impératrice n'ait pu manquer d'en ressentir un réel et
très amer froissement. Cette circonstance fâcheuse apportait un atout de
plus dans le jeu de Neipperg, dont la dextérité bien connue ne laissait
sans emploi aucun de ses avantages. L'influence de l'agent officiel en
même temps qu'officieux du Cabinet de Vienne, sur l'Impératrice, allait
grandissant tous les jours. Mon grand-père n'allait pas tarder à le
constater, à son retour de Paris près de Marie-Louise, avec un bien
compréhensible découragement. Il se résolut toutefois à demeurer près de
l'ancienne Impératrice, par point d'honneur, et par dévouement pour son
maître. Le _Journal_ qu'il recommença à tenir, dès son arrivée en
Suisse, et une partie de sa correspondance avec ma grand'mère, restée à
Paris pendant leur séparation, vont encore nous servir de guides pour
l'achèvement de la tâche que nous avons entreprise.

Parti de Paris le 6 septembre 1814 à midi, mon grand-père, arrivé à
Genève dans la journée du 8, se remit en route pour se rendre aux
Sécherons où il descendait le 9 à six heures du matin, après avoir écrit
de Genève à sa femme une lettre que nous reproduirons tout à l'heure.
L'Impératrice y était arrivée de son côté depuis trois jours, après
avoir quitté Aix, pour entreprendre une excursion dans les glaciers de
l'Oberland bernois. Elle devait être accompagnée, dans ce nouveau
déplacement, par Mme de Brignole, Mme Hurault, le général Neipperg, le
capitaine Karatzaï, M. Amelin, etc. Mon grand-père rapporte qu'il trouva
Marie-Louise en très bonne santé, qu'il reçut d'elle un accueil
extrêmement amical, et qu'elle l'engagea à l'accompagner dans ses
excursions, après lui avoir donné rendez-vous à Berne.

A 10 heures du matin l'Impératrice quittait les Sécherons pour Lausanne,
Fribourg et enfin Berne, où elle arrivait avec sa suite le 11 septembre.
Elle devait visiter successivement, pendant ce voyage de huit jours:
Grindelwald, Meyringen, l'hospice du Grimsel, Lax, l'hospice du Simplon,
Brigg, Lenck, Thun, pour être de retour à Berne le 21 septembre. Mon
grand-père n'avait pu qu'entrevoir Marie-Louise, pendant un très court
espace de temps, avant son départ précipité des Sécherons pour
l'Oberland. C'est en la quittant qu'il apprit seulement la mission du
colonel Hurault de Sorbée[44] venu de l'île d'Elbe pour apporter à
l'Impératrice des nouvelles et une lettre de l'Empereur. Cet officier,
qui était chargé de conduire dans cette résidence la femme de Napoléon,
avait dû repartir, pour Paris, comme nous l'avons dit, sans avoir réussi
à remplir cette mission, la veille même du retour de mon grand-père.

  [44] Devenu général.

Nous mettons à présent sous les yeux du lecteur la lettre suivante,
datée de _Genève, 8 septembre 1814_, et que ma grand'mère recevait de
son mari:


«J'ai reçu de Sa Majesté un accueil extrêmement amical. Elle a paru très
touchée de me revoir. Je l'ai trouvée engraissée et dans un état de
santé parfait. Du reste elle paraît fort contente et heureuse. Elle m'a
dit que M. Hurault était chargé d'une lettre d'elle pour toi, par
laquelle elle te priait de recevoir des papiers qu'elle me renvoyait. Si
tu le vois, il te parlera peut-être de sa mission qui était d'emmener
l'impératrice à l'île d'Elbe, mais il a trouvé quelqu'un bien peu
disposé à le suivre.


»Quand j'envisage la grandeur du sacrifice que je fais et le peu qu'il
produira, je serais tenté de retourner sur mes pas et de ne point suivre
l'Impératrice. Ordinairement ces sacrifices ne sont appréciés qu'autant
que les circonstances y prêtent; Dieu veuille que je n'aie point à
regretter le mien... Mais je ne puis m'empêcher de faire la réflexion
que c'est une chance désagréable à courir.»


«En Suisse, dit M. de Saint-Amand dans un ouvrage que nous avons cité
déjà plusieurs fois, l'ancienne impératrice des Français est déjà
beaucoup moins attachée à Napoléon qu'à Aix-en-Savoie. L'heure approche
où, pour elle, il ne sera plus qu'un étranger.


»Marie-Louise qui, d'abord, repoussait si loin d'elle la pensée de
séjourner à Vienne en même temps que les souverains vainqueurs de son
époux, s'habitue peu à peu à cette idée. Le comte Neipperg ne la quitte
plus. Si elle entreprend avec tant de hardiesse dans les glaciers, dans
les montagnes, des excursions fatigantes, pour ne pas dire dangereuses,
c'est que le séducteur est auprès d'elle. Il lui fait de la musique.
Lorsqu'elle chante, c'est lui qui est son accompagnateur au piano. C'est
un chambellan assidu, dévoué, obséquieux, peut-être est-ce déjà...
(quelque chose de plus?) Il va devenir un factotum, un homme
indispensable. C'est lui qui se vantera de résoudre toutes les
difficultés, d'aplanir tous les obstacles, et de faire entrer
Marie-Louise dans ce duché de Parme qu'elle regarde comme une terre
promise. Agent et confident du prince Metternich, il poursuit avec
autant de ténacité que d'adresse l'œuvre qui lui est confiée...»


En attendant à Berne le retour de Marie-Louise, mon grand-père
promenait--comme il le dit--son désœuvrement dans les riantes campagnes
qui entourent la ville en compagnie de M. de Bausset et de M. de Cussy,
peu soucieux d'escalader les montagnes alpestres et de côtoyer leurs
précipices, surtout M. de Bausset dont la pesanteur corporelle et la
rotondité étaient proverbiales. M. de Cussy servit même, avec mon
grand-père, de témoin, à Berne, au mariage du docteur Héreau, médecin de
l'Impératrice, avec Mlle Rabusson, une des dames lectrices qui
l'avaient accompagnée quand Marie-Louise avait quitté la France.
L'attitude prise plus tard par cette madame Héreau, à Schönbrunn, semble
nous autoriser à supposer qu'elle y devint l'alliée, sinon la complice
du général Neipperg, et comme un trait-d'union entre Marie-Louise et ce
personnage.

Le 20 septembre, jour où l'Impératrice devait revenir de son excursion
dans les glaciers, mon grand-père--impatient de la retrouver--se rendit
à sa rencontre jusqu'à Thoun. L'Impératrice, enchantée de son voyage,
vint chercher son fidèle secrétaire chez Mme de Brignole où il était
descendu. Elle lui parla longuement des entraves qui s'opposaient à son
établissement à Parme et du vif regret qu'elle éprouvait d'être obligée
de retourner à Vienne, où sa position serait si équivoque pendant la
durée du Congrès. «Je lui parlai de l'Empereur, dit mon grand-père, elle
me répondit qu'elle n'en avait pas reçu de nouvelles depuis l'arrivée du
colonel Hurault, et qu'elle n'avait pu répondre au désir qu'il lui avait
exprimé d'aller le joindre à l'île d'Elbe, sans en avoir prévenu son
père, dont je devais connaître les intentions par la lettre de M. de
Metternich qu'elle m'avait communiquée.» C'était une défaite polie que
cette réponse évasive; elle devait avoir été suggérée à Marie-Louise par
le général Neipperg, et mon grand-père qui s'y attendait ne s'y trompa
point. Nous sommes fondé à penser que--dès cette époque--l'impératrice
Marie-Louise avait renoncé définitivement à toute idée de rapprochement
effectif avec l'empereur Napoléon.

En arrivant à Berne le 12 septembre, avant le retour de l'Impératrice de
son excursion dans l'Oberland, mon grand-père raconte, dans une lettre
adressée à sa femme datée du même jour, que Marie-Louise avait laissé
pour lui, à Berne, un mot écrit de sa main auquel elle avait joint
l'itinéraire de ce voyage. «Elle me proposait, dit-il, de venir la
retrouver _dans le cas où cela me plairait et en voulant faire ce qui
m'arrangerait le mieux_. Tu penses sans doute que je vais partir, mais
je t'avouerai que je n'y suis nullement disposé. T'en dire les raisons,
_cela serait trop long et trop difficile à expliquer dans une lettre qui
sera soumise à l'inquisition, et dont chaque mot serait interprété de
travers_. Sa Majesté n'a pas un Français à sa suite. Elle a laissé
Bausset et Cussy à Berne. Si elle eut voulu m'avoir avec elle, elle
m'aurait attendu, car elle avait le projet de se reposer un jour à
Berne. Du reste des protestations d'amitié, des louanges à tout le monde
à propos de mon retour auprès d'elle, accompagnées d'éloges qui
véritablement me confondent.»


Il est difficile, croyons-nous, après lecture de ce fragment de lettre,
de ne pas se rendre compte de la transformation déjà si frappante qui
venait de se produire, en l'espace de quelques semaines, dans le cœur
et les dispositions de l'impératrice Marie-Louise. La présence auprès
d'elle de l'homme dévoué qui ne lui avait jamais donné que de bons
conseils, et dont l'éloignement momentané lui avait semblé si difficile
à supporter, ne pouvait que gêner maintenant l'épouse oublieuse de son
rang et de ses devoirs; l'absence de mon grand-père, et de toute
contrainte, devenait à présent pour elle au contraire un soulagement.
Marie-Louise en était réduite, dorénavant, à se cacher de lui tout en le
couvrant de fleurs.

L'Impératrice redoublait d'attentions et de bons procédés pour son
fidèle serviteur, comme pour se faire pardonner la peine que la ligne de
conduite si funeste qu'elle venait d'adopter ne pouvait manquer de
causer à ce dernier. Pour en fournir un nouveau témoignage nous citerons
encore l'extrait suivant d'une lettre du 20 septembre que ma grand'mère
recevait de son mari:

«J'arrive de Thoun, ma bonne Virginie. J'y ai trouvé l'Impératrice dans
un état de santé parfait, engraissée et vermeille, heureuse de son
voyage qui a été des plus pénibles, au dire de tous ceux qui
l'accompagnaient, mais qu'elle n'a pas trouvé fatigant. M'ayant vu
arriver avec M. de Cussy, elle m'est venue chercher chez Mme de Brignole
où on lui avait dit que j'étais. Elle m'a emmené chez elle, m'a dit les
choses les plus aimables et les plus affectueuses, enfin a été charmante
pour moi. Elle m'a entretenu pendant près de deux heures de ses
affaires, m'a parlé de toi, de la part qu'elle prenait à ton chagrin, de
la reconnaissance qu'elle en conserverait, du désir qu'elle avait de te
posséder auprès d'elle, et de faire de toi une de ses meilleures
amies...»

A moitié sincères à moitié flatteusement exagérées, ces protestations
véhémentes d'attachement de la part de Marie-Louise masquaient le
dessein d'endormir la clairvoyante vigilance de son interlocuteur, en
l'amenant à fermer les yeux sur la conduite si peu digne et si blâmable
de sa souveraine. Elle se montra si affectueuse, si gracieusement
aimable qu'elle y réussit, momentanément, en partie; mais ce ne fut pas
pour longtemps ainsi que la suite de notre récit le fera comprendre au
lecteur.



CHAPITRE XI

  Séjour de l'Impératrice et de sa petite cour à Berne.--Son
  entrevue avec la princesse de Galles dans cette ville.--Dîner
  suivi de musique et de chants où la femme du prince régent
  d'Angleterre se fait remarquer par son originalité.--Ruines du
  château de Habsbourg.--Anecdote significative sur le séjour de
  Marie-Louise à l'auberge du Soleil d'Or, au Righi.--Terrain gagné
  par Neipperg.


L'Impératrice séjourna à Berne du 21 septembre au 24 du même mois, jour
de son départ pour retourner à Vienne en traversant les petits cantons
de la Suisse. Le même jour 24, M. de Cussy prenait congé de Sa Majesté
et partait pour Paris à 5 heures du matin. Le 23, Marie-Louise recevait
à dîner la fameuse princesse de Galles, épouse séparée du prince régent
d'Angleterre[45], devenue historique par le scandale que les Anglais
ont donné à l'Europe, à cause d'elle, et de ses éclatants dissentiments
avec son mari. Cette princesse se trouvait également de passage à Berne
avec une suite de plusieurs personnes. Mon grand-père désirait partir
pour Vienne, immédiatement et directement, après cette soirée; mais
Marie-Louise insistait de son côté pour qu'il ne la quittât pas, et
qu'il fît avec elle l'école buissonnière le long du chemin qui devait
les ramener dans la capitale de l'Empire d'Autriche. Mon grand-père céda
encore une fois devant ses aimables instances, et avant de se mettre en
route, écrivait à ma grand'mère la lettre suivante remplie de détails
piquants:

    «Berne, le 23 septembre 1814.

Je voulais aller tout droit à Vienne, mais l'Impératrice a exigé, avec
tant d'amabilité, que je fasse ce petit voyage avec elle que je n'ai pu
refuser. Elle n'a jamais été meilleure pour toi et pour moi, car Elle
m'a proposé de me nommer son chambellan et toi sa dame du palais. Je
cite cela comme marque d'obligeance de sa part, car Elle n'a point la
faculté de faire ces nominations; d'ailleurs elles seraient tout à fait
intempestives et le Congrès dérangera bien des choses. Je n'ai donc
certes pas à me plaindre personnellement d'Elle; mais je ne puis me
dissimuler que ce n'est plus cet ange de pureté et d'innocence que j'ai
quitté... Sa tête n'est pas occupée comme je le voudrais. Tu connais mon
tendre attachement pour Elle; il a redoublé depuis que je la vois dans
un chemin qui la mène à sa perte. Je voudrais le cacher à toute la
terre, à toi-même. Garde donc pour toi ce que je te dis là. Quoi qu'il
arrive d'Elle, Elle nous est respectable par son rang, ses rares
qualités, et la reconnaissance que je dois à ses bontés. Elle est pleine
de bons sentiments, mais elle est entourée d'écueils--et sa jeunesse et
son inexpérience ont tant besoin d'un guide et d'un protecteur!...»

  [45] Caroline de Brunswick,--épouse du prince régent d'Angleterre
  devenu roi sous le nom de Georges IV--née en 1768, morte en 1821.

On voit, par ce qui précède, que l'auteur de cette lettre ne se fait
plus guère d'illusions sur la coupable conduite de la princesse à
laquelle il était cependant toujours si tendrement attaché. Il se mêlait
à son réel chagrin une complication de sentiments et de sensations que
nous ne voulons pas chercher à approfondir. Mieux vaut continuer la
reproduction de la lettre interrompue tout à l'heure par ces réflexions:

«Nous avons eu à dîner aujourd'hui la princesse de Galles qui a tant
occupé les journaux il y a deux ans. C'est une femme de 40 à 45 ans,
petite et grosse, qui a encore une fort belle tête, mais des yeux qui
annoncent une partie de ses aventures vraies ou supposées. Elle est
accompagnée d'une demoiselle d'honneur et de quatre officiers. Elle se
rend à Rome où elle se propose de passer l'hiver. J'ai eu du plaisir à
me trouver en présence de cette princesse qui est devenue historique par
le scandale que les Anglais ont donné à l'Europe à cause d'elle et du
prince régent, son mari. La soirée a été une des plus gaies que j'aie
jamais vues. On a fait de la musique. La princesse à laquelle on a
proposé de chanter, a dit qu'elle le voulait bien. L'Impératrice a parlé
de la peur qu'elle avait à chanter devant du monde; mais la princesse a
assuré qu'elle n'avait jamais peur excepté pour ses amis. En conséquence
elle a chanté un duo avec Sa Majesté. Te dire l'effet que sa voix m'a
fait est chose impossible; j'ai cru que j'étoufferais... L'Impératrice,
derrière laquelle j'étais placé, a eu le malheur de se tourner de mon
côté au milieu de son chant; alors adieu la mesure, il a fallu cesser
sous un prétexte, car il n'était plus possible de tenir son sérieux! Du
reste la princesse de Galles,--au ridicule de sa mise et de sa tournure
près--a l'air d'une femme excellente, pleine d'aisance et de
prévenances, et mettant tout le monde à son aise. Elle a, avec elle, le
fameux enfant dont il est si souvent question dans ses mémoires, qu'elle
assure être un pamphlet; mais elle ne l'a point amené avec elle chez
l'Impératrice. Je l'ai rencontré à la promenade: il a environ douze ans
et est d'une jolie figure. La Princesse dit qu'elle ne connaît pas son
père mais qu'elle l'aime encore plus que sa fille. Sa demoiselle
d'honneur a une tournure qui ne le cède en rien à celle de sa maîtresse.
Elle ressemble à un petit poupard mal fagoté. Les officiers sont fort
bien. Le premier est fils d'une Anglaise célèbre (lady Craven), qui a
épousé le margrave d'Anspach, les deux autres sont deux jeunes officiers
de la maison du prince de Galles, et le quatrième le docteur Holland,
qui passe pour un bon médecin. Mais j'emploie tout mon papier à te
parler d'une princesse qui doit bien peu t'intéresser. Il faut pourtant
te dire encore un mot de sa parure. Elle était enveloppée dans dix aunes
de dentelle d'Angleterre, avec un magnifique collier de perles; un voile
d'Iphigénie qui la couvrait tout entière et traînait par terre, cachant
sa tête et presque sa figure, était retenu par une couronne de diamants
à dents, comme les couronnes des reines d'Opéra...»


En retournant à Vienne par les petits cantons Marie-Louise était
accompagnée de l'inévitable et indispensable Neipperg et de son adjudant
Harabowsky, de la comtesse Brignole, de Mme Héreau et du docteur son
mari, enfin de mon grand-père. M. de Bausset et Mme Hurault de Sorbée
avaient été l'attendre à Lindau, sur le lac de Constance, avec les
équipages. Le 24 septembre, au soir, Sa Majesté arrivait à Lucerne et le
25 s'embarquait avec sa suite sur le lac des Quatre-Cantons. Elle
faisait arrêter son bateau devant les ruines du château des Habsbourg,
berceau de la famille impériale d'Autriche, puis déjeunait dans le
bateau stationné au pied de ces ruines. C'est là que le général Neipperg
voulut prendre acte de la trouvaille qu'il avait faite d'un morceau de
fer, dans les pierres des murs éboulés, pour prétendre y reconnaître un
fragment de la lance de Rodolphe, fondateur de la dynastie. Marie-Louise
se prêta naturellement, de très bonne grâce, à ce produit de
l'imagination pleine d'à propos du galant général. L'Impératrice fit
même plus tard confectionner, à Vienne, plusieurs bagues où furent
incrustés de petits morceaux de ce fer, bagues qu'elle distribua à
madame de Brignole, au comte Neipperg, à M. de Bausset et à mon
grand-père, comme insignes d'un nouvel ordre de chevalerie. Après avoir
débarqué à Kussnacht, fait en se promenant à pied le chemin de Kussnacht
à Immensée, enfin visité la chapelle de Guillaume Tell, la caravane de
l'Impératrice atteignit un des premiers plateaux du mont Righi, alors
peu fréquenté par les touristes. Au lieu des superbes et confortables
hôtels que, de nos jours, l'on rencontre en Suisse à chaque pas,
Marie-Louise et son petit cortège durent se contenter de l'hospitalité
qui leur fut offerte à l'auberge du _Soleil d'or_, l'une des cinq ou
six modestes habitations de cet endroit alors presque désert. Nos
voyageurs y passèrent la nuit du 25 au 26 et firent l'ascension du
Righi-Culm où ils eurent la bonne fortune, tant la journée du 26 fut
belle, de jouir du magnifique panorama qu'on y découvre et de la vue des
quatorze lacs de Suisse que l'on aperçoit de ce sommet, par un temps
clair.

Ce fut dans ce site pittoresque, et dans cette pauvre petite auberge du
_Soleil d'or_, que mon grand-père se trouva soudainement et très
péniblement éclairé sur ce qu'il n'avait jusqu'alors fait qu'entrevoir,
et fortement soupçonné. Nous allons tirer parti, pour le raconter, d'une
note manuscrite et inédite, découverte dernièrement dans ses papiers.

Lorsque le soir de ce même 26 septembre, après leur arrivée à Schwitz,
le secrétaire des commandements de l'Impératrice vint exprimer à sa
Souveraine son désir de ne pas prolonger sa villégiature en Suisse et de
se séparer d'elle pour rentrer à Vienne, son véritable motif était bien
différent de celui qu'il lui fallut alléguer. Obligé de donner à
Marie-Louise, comme prétexte de son départ précipité, la hâte qu'il
avait de retrouver dans cette ville, des lettres pressantes, mon
grand-père confesse que ce prétexte cachait la répugnance qu'il venait
d'éprouver, tout à coup, à l'escorter plus longtemps. Voici comment il
rend compte de ce qui s'était passé. Il dit qu'il avait été témoin,
depuis quelques jours, de choses qui l'affligeaient, mais qu'il ne
pouvait empêcher. Il constatait, autour de l'Impératrice, depuis que
Neipperg était là, un oubli significatif des formes toujours
cérémonieuses qui sont d'obligation envers une souveraine. Il voyait se
produire, vis-à-vis de Marie-Louise, une familiarité qui sans sortir des
bornes de la bienséance mondaine, contrastait cependant avec les
habitudes de respect et les hommages dont la fille de François II était
environnée à la cour de l'Empereur. Il reconnaît toutefois que cet
ensemble de petits faits pouvait, à la rigueur, être attribué à la
liberté du voyage. Il n'en était pas de même, assure-t-il, _d'une
certaine facilité de manières, souffertes d'une seule personne_... A
l'auberge du Righi une infraction à un usage, jusqu'alors
scrupuleusement observé, avait été commise: Le valet de pied de service
devait toujours coucher en travers de la porte de l'Impératrice; or il
était arrivé que les logements de la maison de sapin, composant
l'auberge, consistaient en cellules sans communication entre elles,
séparées de deux côtés par un corridor. Cette disposition des lieux
pouvait rendre, à la vérité, incommode à l'Impératrice la présence d'un
homme qui aurait dû coucher dans le corridor, et devant sa porte, seule
issue pour entrer ou sortir de sa chambre. Quoi qu'il en soit le valet
de pied reçut l'ordre, paraît-il, de coucher au rez-de-chaussée, et
cette dérogation à l'usage établi fut remarquée, ajoute mon grand-père,
par les personnes du service de l'Impératrice.

«En causant de cela dans ce sens chez Mme de Brignole,--nous lui
laissons à présent la parole,--je déployai machinalement, dit-il, une
carte de Suisse qui était sur la table, lorsqu'il en tomba un billet
fermé que je m'empressai de ramasser. En le rendant à Mme de Brignole,
je reconnus l'écriture de l'Impératrice, sur le billet qui était adressé
au général Neipperg...» Mme de Brignole, un peu émue paraît-il,
prétendit que chargée de remettre la carte au général, elle ignorait
qu'elle renfermât un billet. Était-elle sincère?... Surpris et surtout
mécontent de ce mystère, _mais n'ayant même pas le droit de
remontrance_, mon grand-père s'empressa, comme on l'a vu tout à l'heure,
de demander à l'Impératrice l'autorisation de rentrer à Vienne, sans
retard, et par la voie la plus directe. Marie-Louise ne manqua pas
d'opposer plusieurs objections obligeantes à ce départ subit dont le
prétexte ne l'avait pas convaincue, mais elle finit cependant par y
consentir. En la quittant mon grand-père la pria de le charger de ses
lettres pour l'empereur François, dont le jour de fête tombait le 4
octobre, et lui promit de remettre ces plis à destination dès qu'il
serait lui-même de retour à Schönbrunn. Ce brusque départ devint, de la
part de l'entourage de l'Impératrice, l'objet de nombreux commentaires.

Le 27 septembre, partie de Schwitz à 11 heures du matin, quelques heures
après mon grand-père, Marie-Louise arrivait le 29 à Saint-Gall. Le 30
elle traversait le lac de Constance, et le 2 octobre, après avoir passé
la nuit à Munich, elle atteignait Braunau[46] le lendemain. Dans quelle
situation et dans quelles dispositions différentes l'archiduchesse ne
s'était-elle pas trouvée, un peu plus de quatre ans auparavant, quand
l'empereur son père la faisait remettre, dans cette même ville de
Braunau, aux mains de la mission extraordinaire française?... Elle
allait alors à Paris, s'asseoir sur le trône de France, aux côtés de
l'empereur Napoléon, au milieu de l'allégresse et des acclamations des
foules enthousiastes des pays qu'elle traversait. Maintenant tout ce
passé oublié n'aurait pu lui rappeler que des souvenirs importuns, et
Marie-Louise, étouffant ses remords, ne voulait plus penser qu'au
général Neipperg!

  [46] Lors de la remise de Marie-Louise à la mission française à
  _Braunau en 1810_, cette princesse portait une robe de brocard
  d'or, brochée de grandes fleurs de couleurs naturelles.
  (_Mémoires de Bausset_, t. II, p. 9.)

Mon grand-père ayant pris, comme il a été dit, les devants, arriva à
Schönbrunn le 4 octobre, à midi. Il avoue qu'à sa grande surprise il y
vit bientôt revenir l'Impératrice, dont il n'aurait pas supposé le
retour si rapide. Partie de Möelk le 6 octobre, à 9 heures du soir, elle
rentrait à Schönbrunn le 7, à 6 heures du matin, après avoir passé
toute la nuit en voiture. Marie-Louise retrouva son fils qui était resté
confié aux soins vigilants de Mme de Montesquiou, et qui se montra
tendre et caressant pour sa mère. Il était dans un état de santé
florissant. L'empereur François vint seul voir sa fille, dès qu'il eut
appris son retour.

Le général Neipperg s'était acquitté de sa mission, on le sait, avec un
tel succès, que la reconnaissance et l'approbation de la cour d'Autriche
ne pouvaient manquer de lui être acquises. Aussi l'Empereur
s'empressa-t-il de le nommer chambellan, auprès de la duchesse de Parme,
pendant la durée du Congrès.



CHAPITRE XII

  Retour de Marie-Louise à Vienne.--Elle y trouve les souverains de
  l'Europe réunis.--Magnificence de la réception qui leur y est
  préparée.--Détails sur différents princes et
  princesses.--Asservissement de Marie-Louise aux injonctions du
  Cabinet de Vienne.--Jugement de lord Holland sur l'empereur
  François.


La femme de l'empereur Napoléon trouvait tous les souverains réunis à
Vienne. Les rois de Danemark, de Bavière, de Würtemberg et autres
princes, moins haut placés, y avaient précédé l'empereur de Russie et le
roi de Prusse. Ces souverains avaient fait une entrée solennelle dans
Vienne, le 25 septembre 1814, accompagnés par l'empereur d'Autriche, qui
était allé au-devant d'eux suivi de toute sa Cour. La famille impériale
d'Autriche avait accueilli tous ces princes souverains avec
magnificence. Les empereurs et les rois logeaient au palais impérial,
où ils recevaient la plus somptueuse hospitalité. Les dépenses que la
réunion de ces différents princes occasionnaient à cette Cour étaient
énormes.

Quinze cents domestiques et douze cents chevaux furent ajoutés à l'état
de la maison impériale. Des voitures constamment attelées et des chevaux
de selle étaient affectés à l'usage de chaque souverain et des officiers
de leur maison. Chacun d'eux avait une table particulière,
somptueusement servie aux frais de l'Empereur. Le dîner avait lieu à 2
heures de l'après-midi et le souper à 10 heures du soir. Des fêtes
splendides délassaient ces nobles hôtes de leurs travaux politiques, car
le Congrès n'était pas encore ouvert. Il ne devait durer que pendant
quelques semaines pour régler les intérêts des États secondaires de
l'Allemagne, le traité de Paris ayant investi et mis en possession les
grandes puissances des territoires qu'elles s'étaient adjugés
elles-mêmes[47].

  [47] Tous ces détails sont tirés des _Mémoires pour servir à
  l'histoire de Napoléon Ier_, par le baron de Méneval, t. III, p.
  366 et 367.

On voit que la cour d'Autriche faisait bien les choses, mais c'est
qu'elle espérait, comme on dit, en avoir pour son argent, c'est-à-dire
une part très importante des dépouilles du colosse, enfin renversé par
les efforts répétés de la coalition.

A partir de cette époque, Marie-Louise n'est plus «Majesté» et surtout
«Impératrice» que pour mon grand-père et un très petit nombre de
personnes de son entourage français. On ne la désigne plus à Vienne que
sous le nom de duchesse de Parme, et encore cette souveraineté très
discutée et qu'elle n'obtiendra en réalité qu'à force de démarches, de
temps et de patience, est l'objet des plus vives attaques de la part de
ses adversaires déclarés: le gouvernement de Louis XVIII et celui de
Ferdinand VII. Talleyrand surtout, qui naguère ne savait comment
témoigner assez d'hommages et d'adulation à l'Impératrice des Français,
changeant, comme on dirait de nos jours, son fusil d'épaule, se montrait
son ennemi le plus implacable. Neipperg seul, soutenu secrètement par
l'empereur François et Metternich, ostensiblement par l'empereur
Alexandre, défendait les intérêts de Marie-Louise et plaidait sa cause
auprès des autres souverains et de leurs ministres. Le général
autrichien, dont elle ne pouvait d'ailleurs plus se passer, remplissait
consciencieusement le rôle qui lui avait été confié. «Ayant accepté de
l'observer, de la surveiller à toute heure, dit M. Welschinger, il
s'acquittait de cette triste mission avec un zèle particulier et une
sorte de conscience. Ce qu'il empêchait, surtout, c'était toute
correspondance venue de l'île d'Elbe ou partie de Schönbrunn pour cette
île[48].»

  [48] _Roi de Rome_, par Welschinger, p. 95. (Mon grand-père y
  suppléa et ne laissa jamais Napoléon manquer de nouvelles de sa
  femme et de son fils.)


Nous extrayons de la correspondance de mon grand-père avec sa femme les
lignes suivantes datées du 7 octobre 1814:

«Vienne est méconnaissable, c'est un brouhaha étourdissant dans les
rues. Il y a aujourd'hui une fête à Laxembourg. Je compte y aller
incognito pour voir cette réunion de souverains que je connais tous,
excepté le roi de Danemark[49] et que j'ai vus dans d'autres
circonstances... C'est aussi un objet de distraction, car je m'ennuie
fort dans mon appartement doré de Schönbrunn où j'ai, par parenthèse,
une cheminée, avantage rarissime même dans les plus somptueux palais en
Allemagne. Les avis sont divisés sur le plus ou moins de durée du séjour
des souverains ici. Les uns pensent qu'ils partiront dans moins de
quinze jours, les autres qu'ils resteront jusqu'à la mi-novembre. Je
fais des vœux pour leur plus prochain départ.»

  [49] Frédéric VI de la maison d'Oldenbourg, roi de Danemark
  depuis 1808, mort en 1839.

Une autre lettre à ma grand'mère, _datée du 9 octobre_, complète la
précédente, et donne sur les hôtes royaux ou princiers de l'empereur
d'Autriche des détails curieux. Voici les principaux passages qu'elle
renferme:

«J'ai été à Laxembourg comme je te l'ai mandé. Je n'avais pour but dans
cette promenade que de voir, à mon aise, les souverains et les
princesses réunis. J'ai eu cette satisfaction. Les princesses de Russie
sont charmantes. La grande-duchesse Catherine d'Oldenbourg, surtout, est
une des plus piquantes physionomies que j'aie vues. A détailler ses
traits elle ne serait peut-être pas jolie; mais l'ensemble de sa figure,
de sa personne, de sa tournure est charmant, elle annonce une personne
pétillante d'esprit. La grande duchesse de Weymar sa sœur, a un autre
genre de beauté; ses traits sont plus réguliers, plus sévères. Ce sont
en tout deux princesses très marquantes ici. Elles sont venues faire une
visite à l'Impératrice, et ont été extrêmement aimables avec Elle et
avec le petit prince.

»Le roi de Danemark est le seul prince que je ne connusse pas: Aux yeux
rouges et bleus, c'est un véritable albinos. Il a des cheveux et des
sourcils d'argent avec une figure rose et blafarde. Il passe pour avoir
beaucoup de bonté et de douceur.


»Les affaires de l'Impératrice ne vont pas trop bien. Elle attend avec
assez de tranquillité la décision de son sort... Malheureusement il ne
lui arrivera jamais tout le bien que je lui désire. Sa Majesté a fait
choix de son fils pour parrain[50].»

  [50] Marie-Louise, duchesse de Parme, et le prince son fils
  furent parrain et marraine de mon père et de son frère. Voir aux
  actes baptismaux de la paroisse Saint-Philippe du Roule, à Paris.

Pendant ce temps Marie-Louise, de plus en plus asservie aux
prescriptions du cabinet de Vienne, n'ayant plus d'autre volonté que
celle de Neipperg, ne donnait pour ainsi dire presque plus signe de vie
à son époux. Napoléon s'impatientait d'un tel silence. Il en était
réduit, le 10 octobre, à recourir an grand-duc de Toscane, pour lui
demander «s'il voulait bien permettre» qu'il lui adressât, chaque
semaine, une lettre destinée à l'Impératrice, espérant qu'il recevrait
en retour des lettres d'elle et quelques mots de son fils. «Je me
flatte, disait-il, que, malgré les événements qui ont changé tant de
choses, Votre Altesse royale me conserve quelque amitié.» Telle était la
situation pénible à laquelle on avait osé réduire l'empereur
Napoléon[51].

  [51] _Roi de Rome_, par Welschinger, p. 95.

Le dominateur de l'Europe, celui qui avait distribué tant de couronnes
et vu tant de souverains à ses pieds, se voyait alors contraint de se
faire solliciteur auprès de l'un d'eux, pour qu'on voulût bien laisser
passer ses lettres à Marie-Louise, et pour obtenir qu'on lui accordât
l'autorisation d'en recevoir les réponses! Les stipulations du traité de
Fontainebleau n'étaient pas observées, et lorsque les alliés--sauf les
représentants de l'Autriche--avaient signé cet accord avec Napoléon le
11 avril 1814, ne croyaient-ils pas que l'Impératrice et son fils
iraient séjourner auprès de lui à l'île d'Elbe, ou pourraient tout au
moins correspondre avec le nouveau souverain de ce petit État? «Encore
une fois, comme le dit fort bien M. Welschinger, à quoi servait ce
raffinement de cruauté?»

Les deux vrais coupables, nous ne saurions assez le répéter, c'était
l'empereur François et son ministre Metternich, dont Neipperg n'était,
après tout, que le docile et ambitieux intermédiaire. Il est intéressant
de connaître, nous semble-t-il, l'opinion qu'un Anglais de marque, lord
Holland, émettait sur le caractère de l'empereur François; voici ce que
rapporte, à cet égard, une note insérée, à la page 114, dans l'ouvrage
de M. Welschinger intitulé: _le Roi de Rome_.

Parlant du père de Marie-Louise, lord Holland a dit: «C'était un homme
de quelque intelligence, de peu de cœur et sans aucune justice.» Il
conteste absolument qu'il fût, comme on l'a affirmé, doux et
bienveillant. Dans toutes les circonstances il avait agi comme un homme
d'un caractère bien opposé. «Quant au mariage de sa fille, ajoute lord
Holland, il faut admettre cette alternative: ou qu'il ait consenti à
sacrifier son enfant à une politique couarde, ou bien qu'il ait
lâchement abandonné et détrôné un prince qu'il avait pris pour son
gendre. Il sépara sa fille du mari qu'il lui avait donné et aida à
déshériter son petit-fils, issu d'un mariage qu'il avait approuvé et, à
ce que je crois, sérieusement recherché. Pour éloigner de l'esprit de
cette même fille le souvenir de son époux détrôné et exilé, mais dont la
conduite envers elle était irréprochable, on prétend qu'il encouragea et
même qu'il combina les moyens de la rendre infidèle...»

Telle est la grave accusation portée par lord Holland, dans ses
souvenirs diplomatiques, contre François II. En faisant la part d'une
très légère exagération on peut, dans son ensemble, considérer cette
accusation comme fondée. La peur de Napoléon tout puissant avait porté
l'empereur d'Autriche, et surtout son premier ministre, à se précipiter
au pied du monarque français pour lui offrir leur archiduchesse; la peur
de laisser à l'empereur détrôné la moindre branche de salut les amena
plus tard, comme on a pu le voir au cours de ce récit, à mettre en
œuvre les moyens les plus répréhensibles et les plus vils pour le
séparer à tout jamais de sa femme.

Le 12 octobre le _Journal_ de mon grand-père mentionne une visite du
prince Metternich à l'impératrice Marie-Louise, et un entretien d'une
durée de cinq quarts d'heure entre ce ministre et la princesse; mais il
ne fournit aucun renseignement sur le sujet traité dans cette entrevue.
Les visites des souverains étrangers ainsi que celles de plusieurs
souveraines deviennent fréquentes à Schönbrunn pendant le mois
d'octobre. L'impératrice de Russie étant venue rendre visite à
Marie-Louise le 13, celle-ci présente à la Czarine le général Neipperg,
récemment nommé par l'empereur d'Autriche, chambellan de sa fille.
L'empereur Alexandre de Russie était, le premier, venu faire sa visite à
l'ancienne impératrice des Français; le reste des têtes couronnées
suivit aussitôt cet exemple, ce qui obligea Marie-Louise à sortir de la
retraite que, par pur décorum, elle avait cru devoir s'imposer.

Le 17 octobre, dit le _Journal_, Sa Majesté a pour convives à sa table,
le prince Eugène de Beauharnais, son cousin Tascher, les personnes
habituelles formant sa petite cour, et bien entendu le général Neipperg,
qui--à partir de ce moment--fait avec Marie-Louise de la musique
presque tous les soirs sans exception. Il paraît d'après les notes du
_Journal_, que le prince Eugène, très musicien lui aussi, faisait
souvent sa partie de chant dans ces soirées. La veille, un magnifique
oratorio de Hændel avait été exécuté dans la perfection au Grand Manège
de Vienne par onze cents musiciens. Nous avons omis de dire que le 13
octobre il y avait eu un grand bal à la Cour et que Marie-Louise,
curieuse d'en contempler le spectacle sans y figurer, trouva moyen de
jouir du coup d'œil de cette fête en la regardant par une petite
fenêtre percée dans l'attique surmontant la salle de bal du Palais.

D'ailleurs les fêtes, les bals et les distractions brillantes de toute
nature continueront à se succéder à Vienne, jusqu'au moment où la
nouvelle du départ de Napoléon de l'île d'Elbe viendra calmer cette
folie de plaisirs. Aussi les lettres de mon grand-père à sa femme
font-elles souvent mention des divertissements de toute espèce auxquels
se livrent les souverains, grands et petits, réunis à Vienne sous
prétexte de congrès, et le 19 octobre 1814 il lui écrit:

«... Les souverains se trouvent si bien à Vienne qu'ils ne songent pas
encore à en partir. Ils ont eu hier une fête militaire au Prater qui
est, comme tu le sais, le bois de Boulogne de Vienne, mais plus à la
portée des habitants et tout à fait d'un autre genre. C'est un immense
jardin anglais, entretenu avec beaucoup de soin, et où tous les
amusements populaires sont rassemblés. Le Danube forme l'enceinte de ce
beau jardin qui, je dois le dire, n'a pas son pareil dans aucune
capitale. Le prince Metternich a donné une superbe fête dans sa maison
du faubourg... Lundi, l'empereur d'Autriche, l'empereur de Russie, le
roi de Prusse, le roi de Danemark et la grande duchesse Catherine
partent pour la Hongrie où sont préparées de grandes revues et de
grandes chasses. Je suppose qu'à leur retour, qui aura lieu dans huit ou
dix jours, les princes songeront à reprendre le chemin de leurs États,
que le congrès s'ouvrira, et que notre agonie finira... Pourvu qu'elle
finisse je serai content, car l'incertitude cruelle où je vois le sort
de l'Impératrice m'affecte plus que personne...»

Ainsi, malgré tout ce que l'attitude de Marie-Louise avait d'ingrat et
de choquant, mon grand-père l'aimait toujours et ne pouvait se détacher
d'elle, bien qu'il ne se fît plus d'illusion sur la profondeur de sa
chute. Nous sommes, tout en le plaignant, obligé de convenir que c'était
de sa part un bien malheureux attachement!



CHAPITRE XIII

  Vicissitudes dont la souveraineté du duché de Parme est
  l'objet.--La petite cour française de l'Impératrice divisée en
  deux camps.--Lenteur de la marche du Congrès.--Mot du prince de
  Ligne.--Charme du fils de Napoléon.--Nouvelle dépêche de la
  légation française concernant Marie-Louise et son fils.--Lettre
  rendant compte de l'inimitié existant entre deux dames du service
  de l'Impératrice.


Le sort de l'impératrice Marie-Louise, en tant que souveraine d'une
petite principauté italienne, demeurait toujours incertain. Chaque jour
amenait une version nouvelle: aujourd'hui Parme lui était assurée,
demain Parme était attribuée à un autre. La fille de François II jouait
à Vienne le rôle d'une plaideuse qui n'a point accès auprès de ses juges
et dont la famille, quoique suffisamment armée pour la défendre, garde
ou feint de garder la plus désespérante neutralité. Telle était la
situation que pouvaient constater, à propos de la femme de Napoléon,
les personnes qui composaient alors son entourage à Schönbrunn. A part
quelques honorables exceptions, cet entourage, on le verra bientôt,
était assurément loin de se distinguer par la fidélité au malheur, et
par la réunion de caractères ornés de toutes les vertus antiques. Le
contraire eût du reste présenté un spectacle évidemment moins triste,
mais bien plus surprenant; tant que leur intérêt particulier ne cessera
point d'être le moteur exclusif des actions de la plupart des humains,
il ne saurait en être autrement.

Le _31 octobre_ mon grand-père, qui se morfond dans l'inquiétude et les
tristes pensées, écrit à sa femme:

«Le temps est triste et humide. A moins qu'il ne pleuve cependant je
vais me promener tous les jours ou à pied ou à cheval[52]. Les heures
des repas sont si incommodes que je ne puis m'absenter de Schönbrunn que
pour aller faire une ou deux visites à Vienne entre midi et six heures.
Mais à trois heures tout le monde dîne. D'ailleurs le cercle de mes
connaissances à Vienne est diablement étroit. Les fêtes ont cessé
depuis le départ des empereurs et du roi de Prusse pour la Hongrie. Ils
sont revenus avant-hier, l'empereur de Russie enchanté de son voyage. Le
fameux congrès est indiqué pour demain, quoiqu'il ne paraisse pas devoir
s'ouvrir avant huit jours. C'est pourtant demain qu'il est censé
commencer. Je fais des vœux pour qu'il marche vite, et que
l'incertitude finisse avec ses opérations; malheureusement ces dernières
seront longues et notre incertitude aussi...»

  [52] L'Impératrice avait mis deux chevaux de selle à la
  disposition de mon grand-père.

Les vœux formulés dans cette lettre pour que le congrès _marche vite_
ne seront pas exaucés, et le vieux et spirituel prince de Ligne pourra
dire de lui le mot historique resté fameux: _Le congrès danse mais ne
marche pas!_ Voici en quels termes M. de Vaulabelle[53], dans son
_Histoire des Deux Restaurations_, s'exprime au sujet de ce fameux
congrès de Vienne qui allait s'ouvrir:

«Il était difficile de soupçonner la gravité des intérêts politiques qui
se débattaient au sein du congrès, à l'aspect des fêtes qui réunissaient
tous les soirs les membres de cette assemblée, les empereurs et les
rois dont ils représentaient les intérêts opposés, ainsi que la foule
des diplomates à la suite, et cette cohue de princes plus ou moins
souverains qui venaient implorer la pitié de ces distributeurs d'États
et de couronnes. Chaque jour c'était un divertissement nouveau: une
course en traîneaux succédait à une chasse, une soirée dansante à un bal
costumé ou travesti. Les mêmes personnages qui, adversaires intraitables
le matin, venaient peut-être d'expédier des courriers pour assembler des
troupes, organiser l'invasion et la guerre, se rencontraient le soir
pour causer d'intrigues galantes et arrêter le plan de fêtes nouvelles.
Le lendemain leurs peuples, leurs armées pouvaient s'entr'égorger: que
leur importait? Les coups ne devaient pas les atteindre; ils dansaient
en attendant. Jamais le sort des nations ne fut plus joyeusement
discuté.»

  [53] Vaulabelle: _Histoire des Deux Restaurations_, tome II, page
  186.

Pour se distraire du rôle plus qu'effacé auquel il était réduit, depuis
la transformation qu'avaient subi les idées et les sentiments de
Marie-Louise, mon grand-père allait passer une partie de son temps
auprès du jeune prince, fils de Napoléon. Il rend compte à ma
grand'mère de ses impressions, dans le fragment suivant d'une de ses
lettres en date du 2 novembre:

«... Ma plus grande distraction est d'aller passer quelques moments
auprès du petit prince qui devient un enfant charmant. Quand je le
regarde jouer avec de petits camarades et que j'écoute ses saillies, ses
petits raisonnements, il me semble que j'entends Paulette[54] et son
frère. Mme de Montesquiou est une femme parfaite qui élève cet enfant à
merveille. J'ai un grand plaisir à causer avec elle. Elle me parle
souvent de toi, et sa conversation m'en plaît davantage. J'oserais dire
qu'elle est à peu près la seule qui me parle avec intérêt de toi... de
mes sacrifices...»

  [54] Ma tante, devenue comtesse Murat.

Dans ces conversations où mon grand-père et Mme de Montesquiou
déploraient de concert les faiblesses de leur Souveraine, le premier
stigmatisait la bassesse des flatteurs qui, si souvent, par leurs
mensonges et leurs adulations intéressées, réussissent à égarer les
meilleurs des princes.

Ma grand'mère se plaignant, dans une de ses lettres, d'être depuis
longtemps sans nouvelles de Schönbrunn, son mari lui répond pour lui en
expliquer le motif, très plausible assurément, car le cabinet noir
fonctionnait à Paris aussi bien qu'à Vienne:

«... Je t'ai écrit sûrement à la même occasion; mais j'ai le malheur de
porter un nom qui excite tant la curiosité, qu'on ne voit point une
lettre qui en soit décorée qu'on ne soit tenté de la lire, et même de la
relire, à en juger par le temps qu'on les retient.»


Entre temps, et à mesure que l'ascendant du comte Neipperg sur
Marie-Louise s'affirmait, celle-ci avait fini par bannir toute
contrainte, ne plus prendre de détours, enfin par afficher ouvertement
son penchant pour le général. Le _Journal_ de mon grand-père raconte que
les soirées musicales quotidiennes, en tête à tête avec le favori, se
prolongeaient parfois jusqu'à 11 heures et même jusqu'à minuit. Une
autre fois, après le dîner de l'Impératrice avec sa petite cour, Bausset
et mon grand-père, comprenant qu'ils étaient de trop, prennent le parti
de se retirer à 8 heures et demie, à la grande satisfaction
probablement de Sa Majesté et de son cher général. Enfin, dans les
premiers jours de novembre, on peut lire dans ce même _Journal_, qu'au
cours d'une promenade sentimentale, dans le parc de Schönbrunn, Mme de
Brignole, qui escortait l'Impératrice et son inséparable compagnon, se
voyait obligée de les suivre en restant _à dix pas derrière eux_...

Le soir du 5 novembre, jour où Marie-Louise n'était pas sortie, Sa
Majesté tint chez elle un cercle où se trouvaient réunis, outre sa
petite cour habituelle: le prince et la princesse Metternich, le
landgrave de Fürstenberg, le grand chambellan comte Wrbna, que cette
mauvaise langue de Gentz qualifie quelque part de _vieil abruti_, Mmes
de Colloredo, d'Edling, les Brignole, enfin le général Neipperg, les
comtes Choteck et Aldini. Le _Journal_, qui nous renseigne à cet égard,
signale le fait qu'il n'y eut ce soir là, chez l'impératrice
Marie-Louise, ni jeu de billard, ni musique comme à l'ordinaire, à cause
d'un entretien entre Sa Majesté et le premier ministre autrichien,
entretien qui se prolongea pendant l'espace d'une heure et demie.

Dans l'intervalle des réceptions qu'elle donnait elle-même,
Marie-Louise, comme le rapporte M. de Saint-Amand, «regardait pour ainsi
dire, par le trou de la serrure, les fêtes auxquelles il lui était
interdit d'assister. Au Burg, ou palais impérial de Vienne, il y avait,
dans les salons de l'Empereur son père, une petite loge ou tribune,
ménagée avec art, au coin de la galerie supérieure qui décorait le
pourtour de la grande salle, et d'où l'on pouvait voir sans être
vu[55].»

  [55] Saint-Amand. _Marie-Louise, l'île d'Elbe et les Cent Jours._

La légation de France, à la tête de laquelle était alors placé le baron
de la Tour du Pin, surveillait attentivement les faits et gestes de
l'ex-impératrice, et en rendait exactement compte au ministre des
Affaires étrangères à Paris. Le 9 novembre 1814, M. de la Tour du Pin
adressait au comte de Jaucourt, ministre par intérim en l'absence du
prince de Talleyrand, la dépêche suivante:

«L'archiduchesse Marie-Louise ne se présente à aucune des fêtes et des
réunions journalières qu'amènent les circonstances; mais elle vient tous
les jours voir son père, et souvent les souverains et les
grandes-duchesses qui sont logés au palais; on va également la voir à
Schönbrunn, sans qu'il y ait cependant à cet égard rien de trop marqué.
La toilette paraît tenir une grande place dans sa vie, et il n'y a pas
de semaine qu'elle ne reçoive de Paris des robes et des bonnets. En même
temps il lui échappe des mots mélancoliques; elle fait de la musique
triste, et dit que la tristesse est faite pour elle. On s'attache à
répandre que le petit Bonaparte a une intelligence remarquable. On le
dirige surtout à être agréable aux Français, et particulièrement aux
soldats, à qui il paraît qu'on lui apprend à dire des choses aimables,
quand il s'en présente un à lui, et quand il parle d'eux. Les fêtes, au
lieu de s'épuiser, semblent se multiplier. Hier, il y en a eu une chez
M. de Metternich; après demain il y aura une grande redoute parée, et le
16 un carrousel composé de vingt-quatre dames et de vingt-quatre
chevaliers[56].»

  [56] Tiré de l'ouvrage de M. de Saint-Amand: _Marie-Louise, l'île
  d'Elbe et les Cent Jours_ (p. 64 et 65).

Il est plus que probable que la tristesse de Marie-Louise, signalée
dans la dépêche qu'on vient de lire, était par moments bien réelle, et
qu'elle lui était procurée, d'abord par ses propres remords, en second
lieu par l'attitude attristée de ceux qui, comme Mme de Montesquiou et
mon grand-père, lui portaient un réel intérêt. Quoi qu'il en soit le mal
accompli n'était plus guère réparable, et quand des lueurs de raison
revenaient à Marie-Louise, elle le comprenait... Cette princesse était
en somme aussi à plaindre qu'à blâmer.


Depuis quelque temps des assurances plus positives étaient données à
Marie-Louise relativement à la prise de possession de son duché de Parme
qu'on lui faisait espérer assez prochaine. En cas de réalisation de cet
objet de tous ses désirs, il paraissait certain qu'on ne lui accorderait
l'autorisation d'y amener aucun fonctionnaire ni aucune dame de
nationalité étrangère, et surtout française. La souveraine de Parme
devrait préalablement accepter un gouverneur autrichien et un ministre
autrichien, qui seuls seraient les dépositaires de sa confiance et de
son autorité.

En s'entretenant de ces détails avec sa femme dans une lettre datée du
_10 novembre 1814_, mon grand-père ajoute:

«... Je t'ai déjà parlé précédemment du changement qui s'est opéré,
pendant mon absence, dans la tête et dans le cœur de l'Impératrice.
Cela n'a point dégénéré depuis que je suis ici, bien au contraire. _Mais
on tolère tout pourvu qu'elle oublie son mari et même son fils._ Tu
conçois comme, avec de pareilles dispositions, les Français et surtout
ceux dont l'attachement à l'empereur Napoléon est connu sont vus de
mauvais œil. Mme de Montesquiou et moi sommes les derniers des Romains;
les autres ont acheté, par une lâche condescendance, une espèce de
tolérance à travers laquelle percent le dédain et le mépris. La duchesse
et C..., sont perdus et ruinés dans l'esprit de leur auguste amie, et je
dois avouer qu'ils méritent cette disgrâce--si c'en est une... Ne parle
de cela à qui que ce soit; n'en dis rien à la duchesse, surtout de ce
qui a trait à Mme de Montesquiou: c'est sa mortelle ennemie...»

On trouvera l'explication de ce qui précède dans un passage des
_Mémoires_ de la veuve du général Durand, dont on nous permettra de
rappeler la véracité et le noble caractère. Ce passage de ses mémoires
donne la clé ou plutôt l'explication de l'inimitié qui avait toujours
existé entre la comtesse de Montesquiou et Mme de Montebello. Voici
comment s'exprime Mme Durand:

«La duchesse de Montebello et la comtesse de Montesquiou étant (à la
cour) à la tête de deux partis, non seulement différents mais opposés,
il est facile de croire qu'il ne devait pas régner entre elles une
liaison bien intime. La comtesse, toujours prudente et réservée,
n'affichait pas l'éloignement qu'elle avait pour la duchesse, et ne
cherchait pas à lui rendre de mauvais services. Elle se contentait de ne
point parler d'elle, et d'apporter une grande froideur dans les
relations nécessaires qu'elles avaient ensemble; mais il n'en était pas
de même de Mme de Montebello. Elle n'allait voir le jeune prince que le
moins possible, pour ne pas être obligée de voir, en même temps, sa
gouvernante. Elle cherchait à persuader à l'Impératrice que les soins
que Mme de Montesquiou prenait de son fils, l'attachement qu'elle lui
montrait, n'avaient d'autre motif que l'ambition et l'intérêt;
accusation dont les événements postérieurs démontrèrent bien la
fausseté. Informée de ces efforts continuels pour lui nuire, Mme de
Montesquiou s'en plaignit une ou deux fois à l'Impératrice même, en
essayant de lui dessiller les yeux sur sa favorite; mais le bandeau qui
les couvrait était trop épais; la première impression avait été
produite, et l'on connaît tout le pouvoir d'une première impression,
surtout quand elle est reçue dans la jeunesse et produite par une
personne à qui l'on a donné toute sa confiance. Marie-Louise ne rendit
donc pas alors à Mme de Montesquiou la justice qui lui était due, comme
elle eut occasion de s'en convaincre plus tard[57].»

  [57] _Mémoires de la générale Durand_, pages 74 et 75.

Les rancunes de femme sont terribles et l'on conçoit, à présent, ce qui
motivait la dernière phrase de l'extrait de la lettre du 10 novembre,
que nous venons de citer plus haut. Loin de nous la pensée de vouloir
pousser au noir le caractère de la duchesse de Montebello; mais il
semblera peut-être au lecteur, aussi bien qu'à nous, qu'au milieu de
leurs dissensions intestines, le beau rôle appartient à Mme la comtesse
de Montesquiou.



CHAPITRE XIV

  Zèle de Talleyrand contre tout ce qui porte le nom de
  Bonaparte.--Projet de déporter Napoléon aux Açores.--Lettre de la
  légation française à Vienne, adressée à Paris.--Lettre de mon
  grand-père à sa femme, blâmant avec force la conduite de
  quelques-unes des personnes de la suite de Marie-Louise.--M. de
  Carcassonne.--Constatation de l'influence dominatrice prise par
  Neipperg sur Marie-Louise.--Folle passion de cette dernière pour
  le général.


Docile aux instructions de Louis XVIII, Talleyrand que _le zèle de la
légitimité dévorait_ (depuis la Restauration), jugeait--comme son
nouveau maître--que la présence de Napoléon à l'île d'Elbe constituait
un danger pour la sécurité du trône des Bourbons. L'événement s'est
chargé, par la suite, de montrer que ces craintes n'étaient pas des
appréhensions chimériques. En attendant il s'efforçait, par peur de
l'Empereur déchu et pour plaire au parti royaliste, d'obtenir qu'on
éloignât Napoléon de son île, qu'on déchirât le traité qui lui en
assurait la propriété, et qu'on le déportât soit aux Açores, soit à
Sainte-Hélène. Ainsi le traité de Fontainebleau, moins d'un an après sa
signature, était déjà lettre morte aux yeux non seulement du
Gouvernement royal français, mais encore à ceux des souverains et
ministres des puissances alliées cosignataires du même traité[58].
L'article par lequel la souveraineté de Parme était formellement assurée
à Marie-Louise et à son fils n'était pas respecté davantage, puisqu'il
faisait--comme on l'a vu--l'objet des mêmes controverses et des mêmes
tergiversations. Même à la date du 12 novembre on trouve une dépêche des
plénipotentiaires du roi de France à Vienne, par laquelle ils se
déclarent fondés à espérer que Parme sera rendu à la famille d'Espagne,
c'est-à-dire à l'ancienne reine d'Étrurie, tandis que Marie-Louise
recevra une compensation. Metternich paraissait être de cet avis, car il
avait laissé entendre à Talleyrand qu'il désirait «qu'une ou deux
légations fussent données à l'archiduchesse Marie-Louise et à son
fils». Dans le cas où cet échange aurait pu s'effectuer, on devait en
proposer le retour au Saint-Siège, si le fils de Napoléon mourait sans
enfants.

  [58] Seul l'empereur Alexandre de Russie en voulait et en
  préconisait l'observation.

Le 23 novembre l'ambassade française en Autriche mandait au Ministère
des Affaires étrangères à Paris:

«Si les paroles de M. de Metternich, pouvaient inspirer la moindre
confiance, on serait fondé à croire qu'il trouverait l'archiduchesse
Marie-Louise suffisamment établie en obtenant l'état de Lucques, qui
rapporte cinq à six cent mille francs et que, pour lors, les Légations
pourraient être rendues au Pape et Parme à la reine d'Etrurie[59].»

  [59] _Roi de Rome_, par Welschinger, chap. VI.

Ce n'est guère qu'à la fin de décembre que tous ces obstacles seront
aplanis, et qu'en dépit des embûches et des bâtons dans les roues mis
par Talleyrand sur sa route pour arriver à Parme, Marie-Louise finira
par être à peu près certaine d'obtenir gain de cause, mais en sacrifiant
celle de son fils.

Cependant la petite cour française de l'Impératrice continuait à rester
divisée en deux camps: celui des serviteurs demeurés fidèles à
l'empereur Napoléon, c'est-à-dire Mme de Montesquiou et mon grand-père;
et l'autre, dont Mme de Brignole et M. de Bausset paraissaient faire
désormais partie.

La lettre suivante, adressée à ma grand'mère par son mari, donne à ce
sujet des détails que nous continuons à placer sous les yeux du lecteur:

    «Schönbrunn, 14 novembre 1814.

»... Je t'avais dit, je crois, que la princesse Tyskievich t'enverrait
demander tes lettres. Mme de Brignole a reçu une réponse de cette dame à
la lettre par laquelle elle la priait d'envoyer chez toi. Je te dirai,
au reste, pour toi, que je ne me livre nullement aux avances de Mme de
B... et que je m'en tiens un peu éloigné. Je n'ai point à me plaindre
d'elle, mais de sa manière d'être qui n'est pas estimable, et qui ne
peut être justifiée par rien. Du reste je garde la bienséance avec elle,
mais j'évite de la voir en particulier. Je t'avoue que l'idée ne m'était
pas venue d'un changement si subit que celui qui s'est opéré, depuis
trois mois, dans cette petite cour. Je devrais regretter mon voyage de
Paris, si je n'obtenais tous les jours la conviction que je n'aurais pas
pu empêcher ce qui s'est passé. Quand les princes ont du penchant à la
faiblesse, les complaisances et les lâches conseils leur deviennent bien
funestes; le mal qu'ils font est irrésistible. Ne m'envoie ici ni
caricatures, ni brochures faites dans un esprit qui n'est plus celui de
notre cour. J'ai le renom d'être l'homme de l'Empereur Napoléon, mais ma
profession de foi, à cet égard, est qu'il y aurait de l'extravagance à
se faire le champion d'une cause qu'on n'est pas en état de défendre. Je
regarde le doigt de Dieu comme marqué dans tous les événements qui se
sont passés; je ne puis rien faire pour anticiper sur ses décrets, mais
cela ne m'empêche pas de conserver, dans mon cœur, une reconnaissance
et un sentiment que personne n'a le droit de blâmer. Je sais que cette
façon de penser est appréciée, _et qu'elle me vaut au moins de
l'estime_. Ce que je trouve le plus laid, c'est que ceux qui se
conduisent le plus mal, à cet égard et sous d'autres rapports dont je ne
dirai pas la turpitude, proteste, devant moi, tous les jours du
contraire, tant ils se sentent honteux; mais j'ai trop de raisons de ne
pas les croire... Il est dur d'être obligé de revenir sur le compte de
personnes qu'on était accoutumé à aimer et à estimer...»

Autre lettre:

    «Du 15 novembre, à Schönbrunn.

»Tu me demandes, chère amie, des nouvelles de ce qui se passe ici
relativement à nos affaires; Il paraît que Parme restera à
l'Impératrice. Les concessions importantes que les souverains viennent
de se faire, réciproquement, laissent l'espoir qu'on passera légèrement
sur les plus petites, et surtout sur celles de l'Italie, depuis que
Gênes est cédé au Piémont, et Alexandrie par moitié à l'Autriche. Reste
à savoir si l'Impératrice aura la faculté de résider dans ses nouveaux
Etats... Pour dégoûter les Français, le Ministère veut qu'on ne paie
point les grandes places. B... et Mme de B.., C... surtout sont mal vus,
et ils le méritent. On a la bonté de penser plus favorablement de moi,
sans doute à cause de mon désintéressement. Mais tu penses bien que je
rougirais (si j'accompagnais, à Parme, Sa Majesté dont je désapprouve
tout à fait la conduite) de recevoir de ses fonds particuliers, un
traitement que j'aurais l'air publiquement de refuser; et puis en quelle
qualité? On ne veut que des ministres et employés autrichiens, que des
chambellans et des dames de Parme ou d'Autriche...

»Au milieu des fêtes qui se succèdent à Vienne, les plus grandes
iniquités se consomment. La Saxe est décidément enlevée à son roi, le
plus vertueux et le plus loyal des souverains, pour être donnée à la
Prusse. Ce bon et malheureux roi de Saxe ne veut accepter aucun
dédommagement. Il veut mendier son pain, suivi de sa femme et de sa
fille...»

A l'égard de l'inique spoliation du roi de Saxe, les sentiments généreux
se trouvèrent, cette fois, d'accord avec la politique au sein du Cabinet
français. M. de Talleyrand reçut l'ordre de plaider, à Vienne, avec la
plus grande insistance, la cause de l'infortuné souverain de la
Saxe.[60] Louis XVIII et son frère s'étaient souvenus, sans doute, des
liens étroits de parenté qui les unissaient à la maison royale saxonne.
Tous les efforts tentés dans ce sens n'aboutirent, néanmoins, qu'à
tempérer bien faiblement la grandeur de l'injuste sacrifice imposé au
monarque saxon.

  [60] Frédéric-Auguste demeuré jusqu'à la chute de l'Empire
  français le plus fidèle allié de Napoléon.

Mme de Brignole, intime amie de M. de Talleyrand, s'était formée à son
école et avait--comme lui--le goût de l'intrigue au plus haut degré. Ce
besoin d'inquisition de leur part, cette curiosité intéressée que rien
ne pouvait satisfaire de façon suffisante, inspiraient des soupçons et
des inquiétudes assez justifiées à tous ceux qui étaient au courant de
leurs procédés. C'est ainsi qu'à propos de la visite annoncée à ma
grand'mère d'un certain M. de Carcassonne, son mari croit utile de la
prémunir contre toute imprudence de langage qui serait susceptible de
lui échapper en présence de ce personnage, considéré par mon grand-père
comme un émissaire de Mme de Brignole. Aussi adresse-t-il à sa femme, le
_17 novembre_, la lettre qu'on va lire:

«Tu me demandes ce que c'est que M. de Carcassonne... Comme je ne veux
pas t'en parler par la poste, je te dirai que je ne le connais pas du
tout, que je ne l'ai vu que pendant deux jours, qu'il m'a paru fort
attaché à Mme de B..., qu'il ne faut pas, je crois, que tu penses tout
haut devant lui, parce que Mme de B... peut l'avoir mis en avant pour
servir son goût d'intrigues de toute espèce. Il a fait un peu tous les
métiers. Il a été, entre autres choses, employé auprès du général Menou
en Piémont et à Venise. Voilà ce que je désire que tu saches pour te
mettre en garde, contre toute insinuation qu'il pourrait te faire, pour
savoir ma manière de penser vis-à-vis de sa patronne ou de
l'Impératrice...

»Tu crois que je suis fort triste, chère amie. Je ne m'amuse pas
excessivement il est vrai, car ce qui se passe sous mes yeux m'afflige
quelquefois. Mais, quand tu auras lu mes précédentes lettres, tu pourras
interpréter ce que Mme de B... appelle être _fort triste_ de ma part,
c'est-à-dire très réservé avec elle, parce que sa conduite, vis-à-vis de
l'Impératrice, me donne de justes sujets de l'être. Je me suis déjà
assez étendu sur ce chapitre, dans mes autres lettres, pour le remettre
encore sur le tapis.

»Je suis étonné que Mme de Montebello ne reçoive pas de lettres de
l'Impératrice. J'entends dire tous les jours à Sa Majesté qu'elle lui a
écrit par telle occasion. Je n'ose presque pas dire que, pour moi,
c'est presque une raison de croire le contraire. Ce malheureux défaut de
dissimulation et de mensonge s'est développé chez l'Impératrice à un
point extrême. J'ai été deux mois sans vouloir m'en apercevoir. Voilà au
reste où mène la nécessité de cacher ses actions. Je ne puis t'exprimer
combien il m'en coûte de te faire voir, sous un jour si défavorable, une
personne que nous regardions comme un ange!»

Il est certain que, depuis les temps heureux auxquels le passage de la
lettre qu'on vient de lire fait mélancoliquement allusion, l'ange--dont
elle rappelle les vertus--s'était singulièrement dépravé... S'il était
nécessaire d'en fournir une preuve plus manifeste, nous la trouverions
inscrite dans quelques lignes concises du _Journal_ auquel il a déjà été
fait tant d'emprunts, au cours de nos récits: A la date du 18 novembre
de l'année 1814, une brève inscription de quelques lignes mentionne,
sans réflexion, à quel point le succès du général Neipperg devait être
éclatant et complet. Ce jour-là Marie-Louise, de plus en plus folle de
son nouveau seigneur et maître, après avoir mené le favori faire une
promenade sentimentale dans le parc de Laxembourg, l'entraînait dans
les appartements du Palais pour lui montrer celui qu'elle y occupait
avant son mariage, et probablement peut-être aussi la cage devenue vide
des oiseaux qu'elle y nourrissait!... Ce qui nous amène à formuler cette
adjonction aux courtes phrases du journal, c'est que nous savons que,
beaucoup plus tard, Marie-Louise eut, par la suite, une perruche du nom
de _Margaritina_ à laquelle elle devait tendrement s'attacher, et dont
le babillage contribua, semble-t-il, à lui apporter d'utiles
consolations à l'époque de la mort du comte Neipperg...

Cette pauvre impératrice avait par trop vraiment les allures d'une
petite pensionnaire écervelée!

Nous terminerons ce chapitre par un extrait de lettre de la
correspondance de mon grand-père, lettre datée du 19 novembre 1814:

«Bien que dans la maison d'une souveraine et au milieu du tumulte
qu'occasionnent la présence de tant de monarques, et les plaisirs dont
on entoure les maîtres du monde, réunis ici comme dans un conseil des
dieux, mon isolement est absolu... Entouré de gens qui se roulent dans
la fange et qui abusent de l'inexpérience et de la facilité de la plus
faible des princesses, je ne puis que gémir des malheurs qui en seront
la conséquence inévitable. _Elle avoue qu'elle est trompée et trahie_,
et elle n'a pas le courage de dire un mot qui servirait de frein aux
plus audacieux. J'ai fini par cesser des observations inutiles et qui
deviendraient importunes, et je vis, comme un solitaire, au milieu de
scènes auxquelles je voudrais être étranger. J'attends avec impatience
la fin de tout ceci. Il paraît probable qu'avant la fin de décembre,
toutes les affaires du Congrès seront terminées d'une manière ou d'une
autre.

«Je t'ai donné des nouvelles du prince de Parme dans mes dernières
lettres. Cet aimable et cher enfant est une de mes consolations
principales ici. Je l'aime comme mon fils, et je passe mes heures les
plus agréables avec lui...»

Bientôt le pauvre enfant, grâce en partie à l'insouciante faiblesse de
sa mère, ne portera même plus le nom de prince de Parme. On ne saura
bientôt plus comment qualifier le fils de Napoléon le Grand, jusqu'au
moment où son grand-père, l'empereur d'Autriche, lui conférera le titre
allemand de duc de Reichstadt!



CHAPITRE XV

  Zèle déployé par Neipperg pour bien remplir sa mission.--Il fait
  étalage de son dévouement pour Marie-Louise.--M. de Gentz;
  influence qu'il exerce à Vienne, notamment sur
  Metternich.--Musique quotidienne le soir chez Marie-Louise.--Le
  prince Eugène Beauharnais et le prince de Ligne.--Portrait de ce
  dernier.--Grand dîner chez Marie-Louise.--Mort du prince de Ligne.


Le général Neipperg, tout en surveillant les moindres mouvements de
l'impératrice Marie-Louise, n'avait garde de manquer d'en faire des
rapports détaillés à qui de droit. D'autre part nous sommes obligé de
convenir qu'il s'occupait de la sauvegarde de ses intérêts avec le plus
grand zèle, qu'il faisait profession, vis-à-vis d'elle, du dévouement le
plus chevaleresque; enfin qu'il l'entourait d'hommages et d'attentions
de toute espèce. Nous savons maintenant à quel point Marie-Louise s'y
montrait sensible.

Elle avait écrit, sur le conseil de son favori, à l'empereur de Russie
et au roi de Prusse pour leur recommander sa candidature au trône ducal
de Parme, et le général s'était naturellement empressé d'aller porter
lui-même les lettres de la princesse à ces deux potentats. Ceux-ci
n'avaient pas jugé utile, paraît-il, de recevoir le mandataire de
Marie-Louise, mais leurs réponses avaient été favorables, surtout la
plus importante, celle de l'empereur Alexandre, qui s'était montré
particulièrement bien disposé vis-à-vis de l'ex-impératrice des
Français. Le général Neipperg, à l'affût de tout ce qui pouvait
intéresser celle-ci, se remuait beaucoup et allait fréquemment chercher
des informations chez le chevalier de Gentz, égérie du prince
Metternich, et secrétaire des conférences du Congrès. Ce Gentz, homme
bien informé s'il en fût, était à cette époque une véritable puissance à
Vienne. Neipperg lui rendait de fréquentes visites et allait souvent lui
demander conseil; car Gentz avait l'oreille de Metternich et savait,
mieux que personne, le langage qu'il convenait de tenir à ce ministre
quand il s'agissait d'en obtenir quelque chose. On a, quelquefois
appliqué, en France, le qualificatif de _pouvoir occulte_ à certains
personnages politiques; Gentz, par sa valeur intellectuelle et par la
haute situation politique qu'il avait su se créer, aurait pu mériter
cette qualification mieux que qui que ce soit.

La musique continuait cependant de servir de dérivatif aux secrets et
fugitifs remords de l'Impératrice. Le général Neipperg exploitait
habilement le penchant qui l'y portait. A chaque instant le _Journal_
porte la mention: _musique particulière ce soir avec le général_. Le
prétexte du tête-à-tête de Marie-Louise avec le général était la
musique, ou bien la musique était celui de leur tête-à-tête, bref ce
soir-là, la femme oublieuse de Napoléon fermait sa porte et ne recevait
personne. Dans une de ses lettres, celle du 26 novembre, mon grand-père
raconte «que l'Impératrice se porte à merveille; que la musique
l'absorbe tout entière, et qu'elle y devient très forte...» Il ajoute
«qu'elle chante aussi beaucoup et avec une grande assurance», mais il
l'avoue, «sans beaucoup de justesse. Enfin que c'est son passe-temps le
plus agréable... qui lui fait oublier bien des souvenirs importuns.» Il
est parlé, dans un autre passage de sa lettre, du manque absolu de
confortable au palais de Schönbrunn, où le froid vous pénètre, où les
portes et les fenêtres ferment si mal qu'auprès du feu les bougies sont
soufflées par le vent, comme elles pourraient l'être dans le parc. Le
narrateur en arrive à souhaiter la neige dont le blanc tapis ferait
diversion à la désolation des grandes allées dépouillées et noires, des
gazons jaunis, encadrés de chemins couverts d'eau, ce qui lui inspire la
réflexion suivante: «Cette neige, notre pauvre petit prince l'attend
avec impatience. Quand il se lève, il va voir à la fenêtre s'il a neigé.
Il se promet de grands plaisirs à faire des boules et des hommes de
neige. C'est un enfant vraiment charmant. Qu'une mère devrait être fière
d'avoir un pareil fils! Toutes les fois que je le regarde, je fais des
vœux pour que Napoléon et Eugène[61] lui ressemblent...» Parlant
ensuite de la prolongation indéfinie du séjour à Vienne, de tous les
souverains étrangers, l'auteur de la lettre exprime l'opinion que le
respect que l'on a coutume de porter à la majesté royale doit finir par
s'affaiblir devant ces assemblées de rois, confondus, dépouillés du
prestige de l'étiquette et de tout apparat.

  [61] Le premier, mon père, devenu préfet du palais et officier
  d'ordonnance de Napoléon III, mort en 1899. Le deuxième, Eugène,
  devenu ministre de l'empereur Napoléon III en Bavière; puis,
  après la mort de sa femme, prêtre et prélat romain, mort en 1882.


Parmi les personnages qui, à Schönbrunn, avaient l'habitude de
fréquenter chez l'impératrice Marie-Louise, il en était deux dont mon
grand-père avait particulièrement à se louer, et qui lui témoignaient,
de leur côté, une grande sympathie. On en trouve le témoignage dans
presque toutes les lettres de la correspondance dont nous publions ici
de si nombreux fragments. C'était d'abord le beau-fils de Napoléon,
l'ancien vice-roi d'Italie, le fils de l'impératrice Joséphine, le mari
de la princesse Auguste de Bavière, en un mot le prince Eugène de
Beauharnais. Ce prince a, dans toutes les circonstances et dans toutes
les actions de sa courte existence, montré le plus beau et le plus noble
caractère. L'autre était le prince de Ligne, type accompli des grands
seigneurs d'autrefois, courtois, bienveillant, aimable, causeur
spirituel et charmant, malgré les quatre-vingts hivers qui avaient neigé
sur sa tête. Une des grandes consolations de mon grand-père pendant
cette période d'exil, était d'aller s'asseoir à la table de son «cher
prince Eugène» où il avait son couvert mis tous les jours; l'autre était
de causer avec le prince de Ligne, ou plutôt d'écouter ses intéressantes
anecdotes ou les saillies spirituelles de son esprit primesautier. Ce
bon et charmant vieillard était aussi très apprécié du jeune prince fils
de Napoléon, dont il avait su capter les bonnes grâces par ses
bienveillantes gâteries. Le prince de Ligne était grand et se tenait
droit. Il avait une démarche noble, une belle figure, mais des yeux
ternes qui n'annonçaient pas l'esprit piquant ni la vivacité d'à propos
qui l'avaient rendu célèbre. La simplicité de son uniforme de
feld-maréchal et l'aisance avec laquelle il se servait d'une canne, dont
l'appui ne paraissait pas lui être nécessaire, donnaient à sa personne
un grand air de distinction. Les fêtes et les plaisirs mondains si
multipliés, à Vienne, pendant l'hiver de 1814 à 1815, à cause du Congrès
et de la présence de tant de têtes couronnées, devaient malheureusement
hâter prochainement et rapidement la fin de cet excellent prince si
aimable.

Le 30 novembre l'impératrice Marie-Louise recevait à 5 heures la visite
de l'empereur Alexandre qui s'était fait annoncer par son aide de camp
Czernitchef; et le même jour, dans une lettre à sa femme, mon grand-père
nous rend compte des réceptions mondaines auxquelles il se trouve mêlé:

«... Je vais souvent voir le prince Eugène. Quand je le puis même j'y
dîne, car j'y ai mon couvert mis tous les jours. Mais il dîne à 3 heures
après-midi, et nous à 8 heures du soir, de sorte que cela n'arrive pas
aussi souvent qu'il m'en presse. Je n'ai été non plus que deux fois au
théâtre où le prince Eugène a mis sa loge à ma disposition, à cause de
l'impossibilité de revenir le soir à Schönbrunn. Aussi à 5 heures je
suis toujours rentré dans ce triste et beau palais. Sa Majesté dîne
presque toujours avec nous seuls: Mme de Brignole, Bausset, le général
Neipperg et moi.


»Les mardis et les samedis nous avons deux ou trois personnes à dîner et
du monde le soir. C'est d'abord le prince de Ligne, vieillard charmant,
d'un esprit et d'une amabilité à laquelle rien ne peut se comparer, le
prince et la princesse Clary, son gendre et sa fille, le prince et la
princesse de Metternich, mais rarement, un ou deux parmesans qui sont à
Vienne, la comtesse Colloredo, ancienne grande maîtresse de
l'Impératrice, le comte d'Edling son ancien grand maître, sa femme et
ses deux enfants, quelques ministres et grands officiers autrichiens
avec leurs femmes, le prince Eugène, le comte Aldini, le fils de Mme de
Brignole et sa belle-fille, les aides de camp du général Neipperg, le
prince Lambesc, etc. Il se trouve parmi ces personnes quelques-unes qui
sont fort aimables, mais, en général, ces soirées sont un peu sérieuses,
pour ne pas dire ennuyeuses. Voilà pourtant tout le plaisir et les
agréments de ce séjour. Mais si je ne vais pas souvent admirer les
grâces de Bigottini la danseuse, je l'ai rencontrée hier chez Isabey qui
fait son portrait. La pauvre fille est loin d'être une beauté. Elle m'a
prouvé que, même en fait de beauté et de grâce, tout est de convention!»


Le 2 décembre 1814, Marie-Louise étant allée rendre visite, à Vienne, à
sa belle-mère l'impératrice d'Autriche, apprit qu'un rassemblement de
badauds, qui stationnaient devant sa voiture, avait critiqué à haute
voix le maintien des armoiries impériales françaises peintes sur les
panneaux, et celui de la livrée verte que portaient encore ses gens.
Aussi l'ex-impératrice, qui n'attendait peut-être que ce prétexte,
s'empressa-t-elle, sans plus tarder, de donner l'ordre à M. de Bausset
de faire disparaître de ses équipages des emblèmes si gênants, et de
substituer une livrée bleue à la livrée verte. Une autre fois la femme
de Napoléon, pendant une de ses promenades à Vienne, avait entendu
quelques individus prononcer, sur son compte, certains propos
malsonnants. L'un d'entre eux se serait écrié, paraît-il: «Cette dame
ferait bien mieux de retourner avec son fils auprès de son mari, plutôt
que de rester ici et de pratiquer l'espionnage à son profit!» La
première partie du conseil était, on le reconnaîtra, fort logique; quand
à la seconde accusation, celle d'espionnage en faveur de l'Empereur
détrôné, combien était-elle injuste et peu justifiée!... Aussi ne
sera-t-on pas surpris de savoir que Marie-Louise s'en montra courroucée
autant qu'indignée.

Le 10 décembre, deux jours avant son anniversaire de naissance,
l'impératrice Marie-Louise eut à Schönbrunn une journée bien remplie.
Dans la matinée notre _Journal_ rapporte qu'elle avait reçu à déjeuner
le prince Eugène lorsqu'au milieu du repas l'empereur d'Autriche
survint, sans se faire annoncer, suivi du seul général Kutschera.
L'impératrice, se levant aussitôt de table, accompagna son père au salon
où ils demeurèrent à causer une bonne demi-heure. Nous sommes fondé à
penser que cette visite inattendue de l'empereur François à sa fille
avait pour but de lui procurer une surprise agréable, à la veille de son
jour de naissance. Le monarque autrichien vint, croyons-nous, ce
jour-là, annoncer à Marie-Louise l'aplanissement définitif des
difficultés qu'avaient soulevées la France et l'Espagne pour s'opposer à
son avènement à la souveraineté du duché de Parme. Après le départ de
l'empereur son père, l'Impératrice reçut successivement les visites de
l'archiduchesse Béatrix, de l'archiduc Charles, de l'archiduc Palatin,
de l'archiduc Antoine et de l'archiduc Albert.

Le soir de ce même jour Marie-Louise réunissait à sa table, dans un
grand dîner, sa belle-mère l'impératrice d'Autriche, le prince
héréditaire, le petit prince François, les archiduchesses Léopoldine,
Clémentine et Caroline, le prince Antoine de Saxe et la princesse
Thérèse. L'empereur François devait aussi venir dîner, mais il s'était
dégagé le matin. A la suite de tous ces détails le _Journal_ ajoute
qu'après le dîner Marie-Louise chanta, le général Neipperg tenant le
piano. Dans la matinée de ce même _10 décembre_ partait de _Schönbrunn_,
à l'adresse de ma grand'mère une lettre dont nous détachons ce fragment:
«C'est après-demain le jour de naissance de l'Impératrice. L'usage ici
est qu'on s'envoie complimenter à cette occasion. Sa Majesté, pour se
dérober à ces compliments, part demain pour aller passer le lundi 12 à
Baden. Je ne pourrai donc pas t'écrire avant mardi prochain. L'empereur
et l'impératrice d'Autriche doivent venir dîner ce soir ici, avec les
princes et les princesses leurs enfants, pour célébrer l'anniversaire de
la naissance de leur fille. L'Impératrice est extrêmement sensible à
cette marque de bonté de l'Empereur pour elle.»

Le 12 décembre, date de l'anniversaire de naissance de Marie-Louise, il
avait été question, à ce qu'il paraît, de faire apprendre par cœur au
fils de Napoléon un compliment destiné à être récité par le jeune prince
à sa mère. Ce compliment consistait en un quatrain composé des vers qui
vont suivre:

    Autant que moi, personne, ô ma chère maman
    Ne doit bénir ce jour prospère,
    _Vrai_, ne lui dois-je point le bonheur si touchant
    Et si doux à mon cœur de vous nommer ma mère!

On lui faisait observer en même temps que le mot _vrai_ avait été
employé parce qu'il s'en servait, ajoutait-on, à tout propos pour
affirmer. Alors l'enfant devint subitement sérieux et--au moment où il
aurait dû s'exécuter--aucune instance ne fût capable de lui faire
réciter le quatrain reproduit plus haut, tant la crainte du ridicule
avait déjà prise sur cette jeune intelligence!

Pendant la courte fugue de Marie-Louise à Baden, non loin de Vienne, le
journal de Gentz mentionnait la maladie dont le pauvre prince de Ligne
venait d'être atteint, maladie qui en peu de jours allait le coucher
dans la tombe. Elle avait commencé, dit M. de Gentz, le 8 décembre et
quelques jours après le prince avait succombé. En relatant la mort de
cette personnalité si célèbre, l'homme d'état autrichien rend hommage
aux éminentes qualités et à l'excellent jugement dont le feld-maréchal,
prince de Ligne, était doué. Il proteste contre l'impertinente
appréciation de plusieurs gros bonnets de la Cour d'Autriche, qui se
permettaient de le traiter de «vieux radoteur».

Nous allons faire connaître au lecteur ce que pensait mon grand-père de
ce personnage historique qu'on enterrait à Vienne, en grande pompe, le
jour même où la lettre adressée à ma grand'mère en partait:

    «Schönbrunn, 15 décembre 1814.

«... A défaut de bals qui sont suspendus depuis l'Avent, on reprend à la
Cour des tableaux vivants ou l'on y joue la comédie. La première comédie
qu'on ait encore représentée est _le Pacha de Suresnes_. Cette pièce est
jouée par les dames et les principaux seigneurs de la Cour. Quand on
dansait, ce pauvre prince de Ligne disait: _Le Congrès danse, mais ne
marche pas!_ Je ne sais pas ce qu'il dirait aujourd'hui. Ce bon et
excellent vieillard est mort avant-hier. Sa mort a fait une grande
sensation à Vienne. C'est un homme tout à fait historique. Il a vécu
dans l'intimité de Marie-Thérèse, de Joseph II, de l'impératrice
Catherine de Russie, du grand Frédéric, de Louis XV, de Voltaire.

»Je dis dans l'intimité, parce qu'il voyageait, par exemple, dans la
même voiture, assis entre l'impératrice Catherine et l'empereur Joseph,
reposant sa tête sur les épaules de tous les deux, pendant le fameux
voyage de Crimée. Il est impossible que personne ait eu un esprit plus
brillant, une amabilité plus douce et une familiarité plus noble que le
prince de Ligne. Il est universellement regretté. Tout le monde à Vienne
porte son deuil, parce qu'il était allié à toutes les familles de la
Cour. Il est aussi beaucoup regretté à Schönbrunn où il venait souvent
nous voir. Il avait quatre-vingts ans et en paraissait au plus soixante.
Ses cheveux étaient à peine gris. Il avait une superbe figure, une
taille droite et au-dessus de l'ordinaire, un embonpoint proportionné.
C'était en tout un homme qui se serait fait remarquer dans toutes les
classes et dans tous les états. Je me suis étendu un peu sur lui, parce
qu'il était extrêmement bon pour moi, et qu'il pensait très bien et très
noblement.»

M. de Talleyrand dut aussi regretter sa perte, car il avait avec lui des
relations fréquentes, et, comme en toutes choses, il savait en tirer
profit.



CHAPITRE XVI

  Marie-Louise atteint ses 23 ans.--Cadeaux que lui envoie sa
  belle-mère l'impératrice d'Autriche.--Arrivée de lettres de
  l'empereur Napoléon.--Marie-Louise les remet à son père l'empereur
  d'Autriche.--Parme et le Congrès.--Traité du 3 janvier
  1815.--Propos de l'empereur de Russie.


Le 12 décembre 1814, anniversaire de la naissance de l'impératrice
Marie-Louise, qui atteignait ses vingt-trois ans, sa belle-mère,
l'impératrice d'Autriche, lui avait envoyé une lettre de félicitations,
accompagnée de plusieurs cadeaux. Notre _Journal_ donne la nomenclature
de ces cadeaux: c'était d'abord un bracelet orné du portrait de cette
princesse, puis un porte-plume en bronze, enfin une petite statuette
d'albâtre, assise sur un socle de pavé de Vienne, et supportant une
tablette avec une inscription en langue allemande exprimant des vœux de
bonheur.

Le 23 décembre Marie-Louise, après avoir été entendre, à Vienne, le
concert de la Cour, par sa fenêtre accoutumée du corridor, en rapporta
une lettre de l'empereur Napoléon, datée du 20 novembre, que lui avait
remise l'empereur François, et qu'un courrier du grand-duc de Toscane
avait apportée quatre jours auparavant. Dans cette lettre, Napoléon se
plaignait du silence de l'Impératrice qu'il priait de lui écrire, en lui
donnant de ses nouvelles et de celles de son fils. On avait dû
certainement communiquer ladite lettre aux autres souverains, comme le
prouvaient d'ailleurs les quatre jours de retard de sa transmission.
C'était, en effet, dans l'intention de montrer aux alliés son entière
bonne foi, que le souverain de l'Autriche avait exigé de sa fille la
remise des lettres que lui adresserait son époux. Marie-Louise ne fit
aucune réponse, attendu que la permission ne lui en était pas accordée.
Marie-Louise, sur les instances du ministre Metternich, avait fini par
promettre de n'entretenir aucune correspondance avec son mari, sans le
consentement de son père. Elle lui remettait en conséquence toutes les
lettres qui lui parvenaient de l'île d'Elbe! Napoléon, informé de la
violation du secret de sa correspondance et de la défense d'y répondre
intimée à l'Impératrice, cessa lui-même d'écrire.

Les jours suivants l'archiduc Charles, le prince Eugène, viennent
successivement déjeuner avec l'Impératrice, que, l'avant-dernier jour de
l'année, l'empereur Alexandre vint visiter à son tour.

Cependant les affaires de Parme dont la solution, en faveur de
l'impératrice Marie-Louise avait paru irrévocablement décidée,
devenaient l'objet de nouvelles discussions et de nouvelles
controverses. Le congrès ne terminait rien et tout y languissait; aussi
mon grand-père faisait de ces lenteurs désespérantes l'objet d'une de
ses lettres à sa femme, dont nous reproduisons ci-après des extraits:

«... Darnay[62] dont tu me parles, est ici avec le prince Eugène. Il
attend la décision du sort de ce prince qui est encore moins avancé que
nous, car le pays où il aura son indemnité n'est pas encore connu. C'est
une petite affaire que les grandes font tout à fait négliger. Il a
cependant reçu les plus magnifiques assurances des deux empereurs, et
sa conduite ici lui concilie à peu près tous les partis. C'est un homme
vraiment supérieur et qui réunit l'estime générale.

  [62] M. Darnay était le secrétaire du prince Eugène de
  Beauharnais.

»Pour ce qui regarde l'Impératrice, on n'a cessé de lui répéter qu'elle
est maîtresse d'aller à Parme quand elle voudra, et qu'elle pourra s'y
rendre vers le milieu de décembre. Nous sommes au 19 et la question de
possession des Duchés n'est pas même légalement reconnue ni fixée, quand
la véritable question était de n'admettre, à cet égard, aucune
discussion, aucun doute; un traité signé par toutes les grandes
puissances assurant Parme à l'Impératrice, et ces États étant de plus
occupés par les troupes autrichiennes et administrés depuis six mois en
son nom! Il y a sans doute là-dessous quelque arrière-pensée que le
temps dévoilera. Ce qu'il y a de plus triste et de plus désolant, c'est
que rien ne finit.


Ce congrès prend la route de ceux de Riswick et de Munster; il paraît
devoir durer dix années comme eux.»

Entre temps le baptême de mon père et de son frère avait eu lieu, à
Paris, dans l'église Saint-Philippe-du-Roule. Si nous revenons sur ce
chapitre, pour la dernière fois, c'est parce que l'Impératrice avait
tenu à être, avec son jeune fils, marraine et parrain de ces deux
enfants. Mon grand-père donna donc lecture à Marie-Louise des lettres
qu'il avait reçues de ma grand'mère pour lui communiquer les détails de
la cérémonie, et voici comment il rend compte à sa femme de la façon
dont l'Impératrice a bien voulu accueillir leurs remerciements:

    «Schönbrunn, 26 décembre 1814.

»J'ai lu avec bien de l'intérêt, dans tes lettres du 9 et du 12, le
détail de la cérémonie du baptême de nos deux petits anges.

»Je suis enchanté que tout se soit si bien passé. J'ai donné à
l'Impératrice communication de tes lettres et je lui ai fait tous nos
remerciements. Elle a été fort gracieuse, m'a chargé de te faire toutes
sortes de compliments et de te témoigner toute la part qu'elle prenait
au plaisir que nous éprouvions. Elle m'a parlé de l'amitié qu'elle
avait pour ses deux petits filleuls et du désir de les voir bientôt, à
Parme, avec leur mère. J'ai reçu cela comme un compliment affectueux;
mais je n'ai pas répondu de cœur à son désir, _le temps des illusions
est passé_. D'ailleurs, attendre les événements est tout ce qu'il y a à
faire. Je ne suis ni engagé ni dégagé; ainsi nous avons toute liberté
d'agir...»

«Le premier jour de l'année 1815 ranima dans le cœur de l'impératrice
Marie-Louise les souvenirs de la France si violemment battus en brèche.
En France, c'est un jour de solennité; à Vienne, c'est presque un jour
ordinaire; c'est pendant la semaine qui précède qu'on se met en frais
d'étrennes et de compliments. Les rues de Vienne sont alors encombrées
d'équipages et de piétons endimanchés. On semble plutôt enterrer avec
honneur l'année qui finit que fêter l'année qui commence.

»Ce retour à des usages de notre patrie nous fit croire un moment
qu'elle n'était pas tout à fait oubliée à Schönbrunn. L'Impératrice
reçut, après la messe, dans la galerie du palais, toutes les personnes
de sa maison. Elle eut la bonté de me donner de charmantes étrennes,
des produits de l'industrie viennoise, en y joignant une de ces petites
cartes à figures qu'on est d'usage de se donner en Allemagne à certaines
époques de l'année et qui exprimaient des vœux pour un avenir meilleur
que le _présent_ et qui pût ressembler en quelque chose au _passé_. Le
général Neipperg, lui-même, se montra empressé et affectueux[63].»

  [63] _Mémoires du baron de Méneval_, t. III, chap. VI, p. 388.


Il se préparait, à Vienne, pendant cette période de fêtes somptueuses et
de congratulations intéressées, dès le début de l'année 1815, un
événement diplomatique dont l'importance était assez considérable. Cet
événement, s'il eût été connu à temps de l'empereur Alexandre, et avant
la conclusion du traité du 25 mars 1815, aurait été susceptible
peut-être, en effet, de modifier sensiblement les conséquences du retour
de l'île d'Elbe et de la rentrée en scène de l'empereur Napoléon. Cet
événement--tenu soigneusement secret par les intéressés,--fut le traité
du 3 janvier qui constituait en face de la Russie et de ses alliés du
nord, la triple alliance de l'Autriche, de l'Angleterre et de la France.
L'hégémonie de Napoléon avait enfin été détruite, mais au prix de
combien de luttes et d'efforts! Il ne s'agissait pas de la voir
renaître, comme le phénix de ses cendres, au profit du puissant
autocrate russe, devenu, à son tour, pour l'Europe, un objet de crainte
et d'envie. Ce traité du 3 janvier 1815, négocié entre les trois parties
contractantes à l'instigation de Metternich et de Talleyrand, et dirigé
surtout, comme on le sait, contre l'empereur de Russie, stipulait: que
les trois puissances s'engageaient à agir de concert et _avec
désintéressement_, pour assurer l'exécution des arrangements pris dans
le traité de Paris, et à se considérer toutes trois comme étant
attaquées dans le cas où les possessions de l'une d'elles viendraient à
l'être. Tel était le dispositif de l'article premier. Les autres
articles avaient surtout pour but de réglementer la façon dont chacune
des trois puissances contractantes exercerait son action.

Napoléon, aussitôt qu'il eut réussi à ressaisir le pouvoir, s'empressa
de faire connaître à Alexandre le tour que lui avaient joué ses
excellents alliés; mais il était déjà trop tard, la Russie venait
d'apposer sa signature sur le traité du 25 mars 1815, avant que celui du
3 janvier de la même année lui eût été dévoilé... La moindre
indiscrétion de la part d'un des membres du Ministère autrichien se
fût-elle produite, et l'animosité de l'empereur de Russie contre
Napoléon se retournait immédiatement contre Metternich, Talleyrand et le
Gouvernement royal français; on n'ignore pas le peu de sympathie que
portait en effet l'empereur Alexandre à la branche aînée des Bourbons.
Au moment où--dans les premiers jours de mai 1814,--le roi Louis XVIII
prenait, aux Tuileries, possession de la couronne de France, le Czar
laissait échapper devant quelques personnes un propos qui a été
recueilli: «Voilà les Bourbons replacés sur le trône... Qu'ils tâchent
de s'y maintenir! car s'ils se laissent choir, ce n'est pas moi qui
viendrai les y rétablir!». Lorsque moins d'un an après, au mois de mars
1815, Louis XVIII devra reprendre le chemin de l'exil, le même empereur
Alexandre dira, quelques jours plus tard, à lord Clancraty, au sujet de
l'éventualité d'une Régence impériale en France, une phrase
significative. Ce propos que nous avons relevé dans l'ouvrage souvent
cité de M. de Saint-Amand aggrave en même temps beaucoup la
responsabilité de Marie-Louise, dans la chute de la dynastie
napoléonienne: «L'année dernière, on aurait pu établir la régence; _mais
l'archiduchesse Marie-Louise à qui j'en ai parlé, ne veut pas, à quelque
prix que ce soit, retourner en France_. Son fils doit avoir en Autriche
un établissement, et elle ne désire rien de plus pour lui. Je me suis
assuré que l'Autriche, de son côté, ne songe plus à la Régence et ne la
veut plus. L'année dernière, elle m'avait paru devoir concilier les
différents intérêts; mais la situation n'est plus la même. C'est donc
une chose à laquelle il ne faut plus penser. Je ne vois de propre à tout
concilier que M. le duc d'Orléans. Il est Français, il est Bourbon, il
est mari d'une Bourbon. Il a des fils; il a servi, étant jeune, la cause
constitutionnelle; il a porté la cocarde tricolore que,--je l'ai souvent
dit à Paris--l'on n'aurait jamais dû quitter[64].»

  [64] Saint-Amand. _Marie-Louise, l'île d'Elbe et les Cent Jours_,
  p. 148.



CHAPITRE XVII

  Cadeaux du jour de l'an.--Distraction d'hiver à Schönbrunn.--Les
  affaires dans le Congrès traînent de plus en plus en
  longueur.--Célébration en grande pompe, à Vienne, de
  l'anniversaire de la mort de Louis XVI, à l'instigation du zélé
  Talleyrand.--Mon grand-père tient à y assister.--Visites
  fréquentes du czar à Marie-Louise.--Réception chez l'impératrice
  Marie-Louise.--La famille d'Edling.


Cette digression sur le terrain de la politique générale nous a éloigné
de Schönbrunn et de ses habitants, dont l'existence tournait d'ailleurs
toujours sensiblement dans le même cercle. Les petits faits quotidiens,
signalés par notre _Journal_, ne présentent eux-mêmes qu'un intérêt bien
restreint pendant la plus grande partie du mois de janvier 1815. Seules
certaines lettres de la correspondance de mon grand-père avec sa femme
seront susceptibles de fournir aux lecteurs quelques détails curieux sur
la petite cour de l'impératrice Marie-Louise. Nous continuerons en
conséquence à en insérer des extraits, à leur date, lorsque nous
estimerons qu'ils sont capables d'offrir quelque intérêt à ceux qui
voudront prendre la peine de les lire.

Le 2 janvier ma grand'mère recevait de son mari la lettre suivante, ou
plutôt ne la recevait que bien plus tard puisqu'elle porte la date de ce
jour:

«... L'Impératrice m'a envoyé hier un petit portefeuille charmant en
maroquin orange, garni d'acier et de petites mosaïques avec un de ces
petits billets à figures qu'on est dans l'usage de se donner, ici, au
jour de l'an et aux jours de fêtes; il représente une tulipe dans
laquelle se trouve une petite fille qui fait la révérence et porte
_1.000 glücke_ dans sa hotte, ce qui veut dire mille bonheurs. Mon
pauvre petit prince m'a donné aussi ses étrennes, en venant se jeter
dans mes bras et en m'embrassant de tout son cœur. Je suis chargé de la
part de l'Impératrice, de Mmes de Brignole et de Montesquiou de te faire
tous les compliments et tous les souhaits possibles...

»La neige tombe par flocons depuis hier. Ce mauvais temps, qui devait
retenir tout le monde chez soi, ne fait que donner un nouvel aliment à
cette passion de fêtes et de plaisirs dont nos bons princes sont
affamés. Elle s'exerce à présent sur les courses de traîneaux. Nous
sommes menacés, mercredi prochain, d'une descente à Schönbrunn. On dit
que l'empereur Alexandre a fait emplette d'un traîneau qui lui a coûté
quarante mille florins. On dirait vraiment que les souverains épuisent,
dans la recherche des amusements, toutes les facultés de leur esprit; et
qu'il ne leur en reste plus pour s'occuper des affaires, ou qu'ils se
jettent dans ce tourbillon pour s'empêcher de penser au but du congrès.»


Il y avait le 6 janvier à la Cour un grand dîner de souverains pour
fêter le jour des Rois. A Schönbrunn l'Impératrice donna, le même jour,
un goûter à ses sœurs et à son jeune frère l'archiduc François. La
royauté éphémère échut au fils de Napoléon; elle était malheureusement
l'emblème de celle qu'il avait reçue en naissant[65]. Au sein de la
famille impériale à Vienne, cet intéressant jeune prince ne rencontrait
de démonstrations affectueuses que de la part de l'empereur d'Autriche,
son grand-père, ou des sœurs de Marie-Louise. D'autres princes de cette
même famille parlaient de faire plus tard de lui un membre du clergé; et
l'empereur François dut quelquefois, paraît-il, s'interposer et leur
imposer silence.

  [65] Refrain d'une complainte populaire souvent chantée dans ce
  temps-là par les vieux soldats de Napoléon:

    Va mon p'tit roi de Rome
    Jamais tu ne seras
    Assis sur notre trône
    Comme était ton papa.

En dépit de toutes les bonnes assurances et de toutes les promesses
données à Marie-Louise, au sujet du duché de Parme, par l'Empereur son
père et par le premier ministre de ce prince, la solution de cette
question demeurait toujours stationnaire. La femme de Napoléon s'était
cependant montrée bien soumise, bien docile à toutes les concessions
qu'on lui avait imposées. Il était impossible de donner, mieux qu'elle
ne le faisait, l'exemple d'une obéissance plus parfaite aux volontés qui
la dirigeaient. Mon grand-père, plus découragé que sa souveraine,
écrivait à ce sujet le _16 janvier_:

«... Depuis quelques jours on nous flatte de l'issue prochaine des
affaires du congrès. J'attends ce résultat, quel qu'il puisse être, avec
une impatience que rien n'égale. Les affaires de l'impératrice n'ont
jamais été plus mauvaises; les alternatives sont journalières. La même
version ne se soutient pas deux jours de suite. Aujourd'hui c'est oui,
demain c'est non, et tous les jours on tourne dans ces deux cercles.
Cela me décourage et me jette dans une apathie complète...

»Je trouve le temps plus long que jamais et mes yeux se tournent vers
Paris, qui recèle toute ma joie et tout mon bonheur. Je ne suis ici
véritablement que par respect humain, et quand je pourrai décemment m'en
aller, je t'assure que je n'hésiterai pas une seconde!...»


Talleyrand, pendant ce temps, pour mieux faire sa cour à Louis XVIII,
avait eu l'idée d'organiser, pour célébrer le triste anniversaire de la
mort de Louis XVI, le 21 janvier, un service funèbre solennel dans la
cathédrale de Saint-Étienne, où l'archevêque de Vienne officia en grande
pompe. Cette cérémonie fut, pour mon grand-père, l'occasion d'adresser à
ma grand'mère deux lettres datées l'une du 20 et l'autre du 22 janvier.
Il disait dans la première:

«... Il y a demain, à Vienne, un service que le prince de Talleyrand
fait célébrer pour le roi Louis XVI; je viens de lui écrire pour lui
demander un billet d'entrée. Ce sera la seule cérémonie à laquelle je
désire assister ici. La mort de ce prince est un crime auquel aucun de
nous n'a participé, et j'ai cru qu'il était du devoir d'un Français de
se réunir à ses compatriotes dans cette triste mais obligatoire
circonstance.»

Voici la seconde:

«... La mort de cette pauvre Mme Daru est une bien triste nouvelle...
elle m'est douloureuse. Quelle perte pour son mari et ses enfants! Mon
Dieu, la mort fait-elle assez de ravages depuis quelque temps parmi nos
connaissances: M. Palissot, Mme La Rochefoucauld, Mme Daru et je ne sais
qui encore. Comment se porte le général Legrand? Que de tristes
réflexions tout cela fait faire...

»Pour continuer à t'entretenir d'idées tristes, il faut que je te parle
du service célébré hier, dans la cathédrale de Vienne, à la mémoire de
Louis XVI. C'est le prince de Talleyrand qui l'a fait exécuter au nom de
la France. L'église était tendue de noir. Un immense catafalque, couvert
d'un velours écarlate, parsemé de fleurs de lys d'or, et surmonté d'un
crucifix d'argent, d'une couronne et d'un sceptre d'or, était dressé au
milieu de l'église. Quatre statues de grandeur naturelle étaient placées
aux quatre coins du monument. L'effet en était superbe. L'archevêque de
Vienne a officié. Tous les souverains en habit noir ou en uniforme avec
des crêpes, et les princesses en robes noires et enveloppées dans des
manteaux de crêpe, assistaient à la cérémonie dans une tribune du
chœur.»

Pour faire diversion à ces souvenirs lugubres, la même lettre rapporte
qu'on a eu à Schönbrunn, le 22 janvier, le spectacle d'une course de
traîneaux. Le défilé se composait de trente-six traîneaux très riches et
très élégants, conduits par les souverains eux-mêmes, qui avaient choisi
les princesses ou dames qu'ils voulaient conduire. Le prince Eugène
était invité à cette partie, ce qui constituait, pour lui, une dépense
assez considérable; il n'avait pas toutefois cru devoir refuser cette
invitation, que son goût pour tous les genres d'exercice l'avait
entraîné à accepter, et où il tenait d'ailleurs fort bien sa place. Le
soir à 5 heures un dîner allait réunir, à Schönbrunn, les personnages
qui avaient pris part à ce divertissement hivernal; on devait donner
ensuite, au théâtre du château, une représentation de _Cendrillon_ en
langue allemande, suivie de ballets. Mmes de Montesquiou et Brignole se
virent dans l'obligation de déloger pour permettre aux souverains et à
leur cortège de traverser leurs appartements pour se rendre à la salle
de spectacle, et mon grand-père ajoute:

«Voilà les nouvelles de Vienne les plus importantes. Celles du Congrès
sont nulles. Depuis huit jours on dit pourtant tous les jours qu'il tire
à sa fin, mais en attendant rien ne finit. Je crois que de toutes les
affaires qui s'y traitent, celles de Parme vont le moins bien. La reine
d'Étrurie sollicite avec instance le recouvrement des États qui sont
l'héritage de son fils, et l'on ne peut nier que ses prétentions ne
soient fondées, si le traité du 11 avril est annulé...»

Cette appréciation de la situation des affaires de Parme, telle qu'elle
paraissait envisagée à ce moment par les principaux membres du Congrès,
se trouve confirmée par la lettre que Talleyrand adressait au roi Louis
XVIII le 19 janvier 1815. L'ancien courtisan de Napoléon y laissait
entendre qu'il avait quelque motif d'espérer que l'archiduchesse
Marie-Louise serait réduite à une pension considérable, et sa lettre
renfermait à cet égard le passage suivant:

«Je dois dire à Votre Majesté que je mets à cela un grand intérêt, parce
que décidément le nom de Buonaparte serait par ce moyen, et pour le
présent et l'avenir, rayé de la liste des Souverains; l'île d'Elbe
n'étant à celui qui la possède que pour sa vie, et le fils de
l'archiduchesse ne devant pas posséder d'état indépendant.»

Les intérêts de Marie-Louise, faiblement défendus par son père et par le
Cabinet de Vienne, trouvaient chez l'empereur Alexandre un point d'appui
efficace. Plus le Czar s'éloignait de l'Autriche dont les vues
s'accordaient si peu avec les siennes, comme on a pu s'en convaincre par
la lecture du précédent chapitre, plus il témoignait de bonne volonté et
de zèle pour la cause de l'impératrice Marie-Louise. Il allait souvent à
Schönbrunn, sans même faire annoncer à l'avance sa visite, prodiguer à
Sa Majesté comme à son entourage, les témoignages de la plus grande
affabilité et de la plus exquise courtoisie. L'extrait d'une lettre de
mon grand'père à sa femme, qu'on va lire plus bas, montre quel empire
exerçaient les manières séduisantes de cet aimable prince:

    «Schönbrunn, 26 janvier 1815.

»... Ici notre maison n'est qu'un hôpital de goutteux. Mme de Brignole
et Bausset sont, depuis plusieurs jours, dans leurs lits, où ils font
des grimaces de réprouvés. Bausset est coutumier du fait, il y a plus de
vingt ans qu'il a fait son noviciat de goutteux pour la première fois...
Mais Mme de Brignole, commencer à son âge, et avec sa maigre
constitution, cela me passe! Cela réduit notre société au général et à
moi, et, dans les grandes circonstances, nous nous adjoignons Mme de
Montesquiou. Ce matin, par exemple, l'envie a pris à l'empereur de
Russie de venir surprendre l'Impératrice, avec le prince Eugène, et de
lui demander à déjeuner. Nous avons donc déjeuné en petit comité,
l'Empereur, l'Impératrice, le prince Eugène, Mme de Montesquiou et moi.
L'Empereur a été extrêmement aimable. Il m'a traité à merveille et m'a
témoigné beaucoup d'intérêt[66]. On commence à espérer que les affaires
vont s'arranger. La reine de Bavière part mardi; l'impératrice de
Russie, sa sœur, la suivra bientôt, à ce que l'on croit, à Munich.
L'empereur de Russie ne tarderait pas, dans ce cas, à la rejoindre, et
l'empereur de Russie ne quittera pas Vienne avant que tout soit fini ou
à peu près.»

  [66] Le Czar se souvenait fort bien de mon grand-père qu'il avait
  connu à Tilsitt et à Erfurt. A l'issue de cette dernière
  conférence il avait donné à celui-ci une superbe tabatière en
  diamants.

Autre lettre du _28 janvier_ qui donne des détails sur les hôtes
habituels de l'impératrice Marie-Louise à Schönbrunn:

«... J'entendais avant-hier l'empereur de Russie regretter ses beaux
quais de la Néva construits en granit, et qui sont balayés tous les
jours comme le parquet d'un salon. L'empereur est un grand promeneur.
Tous les jours, quelque temps qu'il fasse, pluie, neige, vent, il fait
une promenade de deux heures. On ne t'a pas dit vrai quand on t'a assuré
que l'Impératrice s'amusait beaucoup hors de chez elle. Elle va très
souvent, il est vrai, à Vienne et presque tous les jours, mais c'est
pour voir l'empereur et l'impératrice d'Autriche. Elle revient
immédiatement après à Schönbrunn et passe toutes ses journées avec ses
sœurs à dessiner ou à faire de la musique. C'est la musique qui
l'occupe le plus; depuis plus d'un mois elle a un maître de guitare.
Elle s'accompagne déjà très bien, et nous fait juges tous les soirs,
après dîner, de ses progrès. Depuis que Mme de Brignole et Bausset ont
la goutte, nous passons nos soirées seuls, le général et moi avec elle.
Nos cercles du mardi et du samedi sont toujours interrompus. Nous avons
par hasard deux ou trois parmesans, qui sentent leur fromage à travers
les flots d'eau de Portugal dont ils ont soin de se parfumer. Puis
l'excellent comte d'Edling, ancien grand maître de l'Impératrice, petit
vieillard de quatre-vingts ans, dont la tête me vient à l'épaule, très
vert et très vif encore, avec sa bonne vieille femme à peu près de son
âge, couverte de rouge et de diamants. Viennent après leur petite-fille,
chanoinesse d'un chapitre de Vienne, ayant les traits et toute sa
personne coupés en angle, et porteuse d'un nez qui me donne toujours la
frayeur de la voir se couper quand elle y porte la main, tant il est
effilé; enfin leur petit-fils, haut de six pieds et d'un diamètre de six
pouces. Voilà à peu près toute notre société, quand le Ciel veut bien
nous en favoriser.»


[Illustration:
Héliog. Dujardin.]

AIMÉE-VIRGINIE-JOSÉPHINE DE MONTVERNOT,

BARONNE DE MÉNEVAL

1812

d'après une miniature d'Isabey.



CHAPITRE XVIII

  Mme de Brignole et Bausset malades.--Les intrigues continuent à la
  petite cour de Schönbrunn.--Nouvelles difficultés à propos du
  duché de Parme.--Gentz donne ses conseils à Marie-Louise et à
  Neipperg.--L'abbé Werner, anecdote.--L'empereur Alexandre vient
  déjeuner à Schönbrunn.--Amabilité de ce prince.


Les malades de la maison française de l'Impératrice à Schönbrunn ne se
remettaient pas sensiblement, ni surtout rapidement, de leurs maux. Mon
grand-père, dans une de ses lettres comparait M. de Bausset à un martyr
profane, et ajoutait en parlant de lui: «Voilà quinze jours qu'il est
tenaillé par des douleurs affreuses, qui lui ôtent le sommeil et
l'appétit, et le font hurler comme un taureau. Mais tel est son
embonpoint que cet horrible régime n'a pu le diminuer! Quand il
s'efforce de se remuer dans son lit, on dirait un éléphant caché sous
ses couvertures. Il commence pourtant à mieux aller, et j'espère
qu'avant huit jours nous verrons Mme de Brignole et lui, dressés sur
leurs pattes de derrière...

    »1er février 1815.»

La goutte, au palais de Schönbrunn, d'après les notes quotidiennes
relevées sur notre _Journal_, n'empêchait guère à ce qu'il paraît les
intrigues d'aller leur train. Tout en en constatant une recrudescence
assez marquée dans le courant de février 1815, la concision exagérée des
termes, employés pour en signaler la persévérance, ne permet pas
malheureusement d'en préciser le caractère, ni la nature spéciale. On ne
prenait pas semble-t-il assez de soin, à la petite cour de
l'Impératrice, de la garde des papiers compromettants,--ainsi, du reste,
que tend à le démontrer l'incident, dont on se souviendra peut-être,
survenu à la fin de septembre au Righi, à l'auberge du _Soleil d'Or_.
Malheureusement aussi pour ceux que concernaient ces papiers
accusateurs, ils tombaient toujours, par un hasard malencontreux,
précisément entre les mains des personnes auxquelles on aurait eu le
plus d'intérêt à les dissimuler! Le général Neipperg, mis au courant de
cet incident, qui reste pour nous d'ailleurs mystérieux, en prévint
l'impératrice Marie-Louise; et le _Journal_ ajoute ces quelques mots
d'une brièveté désespérante: _explication au sujet de la pièce en
question;--complication de faussetés_.» Le soir les entrées furent
contremandées chez l'Impératrice, laquelle fit seulement appeler dans
son salon le fils de la comtesse Brignole qui était venu voir sa mère,
toujours souffrante, et dont l'entourage constate l'air abattu et
découragé.

Le comte Neipperg, plus zélé que Marie-Louise elle-même, pour les
intérêts de cette princesse à Parme, intérêts qui devaient au reste se
confondre avec les siens propres, se démenait activement en sa faveur et
allait, dans ce but, conférer avec M. de Gentz presque tous les jours.
Il s'agissait de lever les derniers obstacles aux éternels atermoiements
du ministre Metternich, et les conseils d'un homme tel que Gentz
étaient, pour atteindre ce résultat, infiniment précieux. Nous en
trouvons la preuve dans le journal tenu par le secrétaire des
conférences du Congrès de Vienne qui, à la date du 24 février, inscrit:
«Reçu de Neipperg une lettre de remerciements de sa part et de celle de
l'impératrice Marie-Louise, _pour un bon conseil que je leur ai donné_.»

Quel pouvait être ce conseil? Probablement celui de donner au premier
ministre de l'empereur François l'assurance formelle de ne pas emmener à
Parme le fils de Napoléon, et de renoncer--dès ce moment--à réclamer en
sa faveur tout droit à recueillir un jour, en Italie, la succession de
sa mère... Marie-Louise, qui n'avait aucune idée d'ambition pour son
fils, se résigna sans beaucoup de peine à consentir à ce sacrifice,
comme la suite des événements ne tarda guère à le démontrer.

_Le 3 février_ mon grand-père écrivait à sa femme:

«On se flatte beaucoup à Paris quand on croit que les affaires du
congrès y sont terminées. Elles ne sont rien moins que cela. Il y a
trois jours qu'on les croyait fort avancées; aujourd'hui les voilà de
nouveau entravées. C'est une machine dont les ressorts et les rouages
ont bien peu de liant. J'ai lu, dans les journaux de Paris,
qu'effectivement l'Impératrice était attendue à Parme dans les premiers
jours de ce mois, mais je ne l'ai appris que là. Il n'en est nullement
question ici. L'affaire de Parme n'est pas même encore entamée. On s'est
beaucoup écrit et répondu jusqu'ici, mais sans résultat. Tout est
accroché par les grandes questions de la Saxe et de la Pologne. Ces deux
articles réglés, le reste je crois irait vite. Un incident nouveau va
peut-être retarder ou accélérer ces négociations: c'est l'arrivée de
lord Wellington, comme ministre au Congrès, pour y remplacer lord
Castlereagh, ministre des Affaires étrangères, qui retourne à Londres.
Quelque expéditif qu'on le suppose, encore faut-il lui donner le temps
de prendre connaissance des choses et des hommes.

»En attendant les bals et les redoutes étourdissent les oisifs de Vienne
sur la stagnation des affaires, mais non le pauvre peuple de cette ville
qui se désole de la baisse du papier qui est effrayante. Pour 20 francs
on a 25 florins, et originairement le florin vaut 45 sols; ainsi il perd
presque les deux tiers de sa valeur. Les dépenses auxquelles l'Autriche
est obligée par le séjour des souverains sont aussi ruineuses que
pourraient être celles d'une guerre. Je crois qu'elle sera bien fondée à
demander une indemnité à la fin de tout ceci...»


A Vienne se trouvait, à cette époque, un certain abbé Werner, ancien
luthérien converti, qui ne se bornait pas à composer des sermons, mais
s'occupait encore d'écrire des tragédies. Cet abbé, fort en renom dans
la société viennoise, fut admis à venir faire à Schönbrunn, devant
Marie-Louise et ses invités, la lecture de sa tragédie de _Cunégonde_,
en langue allemande. L'abbé Werner, très répandu dans le monde,
fréquentait les réunions où se rencontraient les souverains et les
différents princes étrangers. Présenté au roi de Prusse[67] fervent
luthérien, notre abbé, que ce monarque ne voyait pas de bon œil,
s'était vu interpeller par ce prince en ces termes: «Je n'aime guère,
Monsieur, les personnes qui changent de religion!» «Sire je le conçois,
aurait répondu l'abbé Werner, et c'est une des raisons pour lesquelles
je ne puis aimer Luther.»

  [67] Frédéric-Guillaume III, mort en 1840.

Le 7 février le général Neipperg donna lecture à l'impératrice
Marie-Louise, en présence des personnes composant sa petite cour, d'un
long mémoire dont il était l'auteur, et qui relatait les vicissitudes
subies par les duchés de Parme, Plaisance et Guastalla. Ce mémoire
établissait également les droits de l'Autriche à la possession de ces
différents petits états. Un peu plus tard le même influent conseiller de
Marie-Louise jugeait nécessaire de prendre à part mon grand-père, et de
lui parler pour la première fois, _avec une apparente émotion_, de la
tournure inquiétante que prenaient, assurait-il, les affaires de cette
princesse à propos de Parme. Le général Neipperg, témoin de la surprise
de son interlocuteur, prétendit qu'il venait d'avoir à ce sujet une
conversation d'une heure avec le premier Ministre d'Autriche. Il déclara
que le prince de Metternich lui avait fait comprendre, entre autres
raisons qui retardaient la reconnaissance des droits de l'Impératrice,
l'impossibilité où le congrès se trouvait d'admettre que son fils
l'accompagnât en ce moment en Italie. Inquiet du faible reste
d'influence que pouvait encore exercer mon grand-père sur l'esprit de
Marie-Louise, surtout quand il s'agissait du prince son fils, le prudent
conseiller de la princesse ne voulait négliger aucune précaution utile.
Neipperg prit donc à témoin mon grand-père du devoir qu'avaient, d'après
lui, les vrais amis de l'Impératrice, de la supplier de laisser son fils
à Vienne, si la présence de cet enfant en Italie formait le principal
obstacle à l'avènement de sa mère au trône de Parme. Il ajoutait que
Marie-Louise pourrait venir tous les ans rendre visite à son fils à
Vienne. Le lendemain, croyant apparemment devoir convertir mon
grand-père à son opinion, le général lui en reparla devant M. de
Bausset, toujours souffrant de sa goutte.

Cette condition draconienne, imposée à Marie-Louise, et à laquelle
celle-ci eut la faiblesse de donner son adhésion, montrait tout ce que
le nom de Bonaparte soulevait de crainte et d'aversion parmi les membres
du Congrès réunis dans la capitale de l'Autriche. Au prix seulement de
ce cruel sacrifice, la femme de Napoléon se verrait investie de la
souveraineté de Parme, si longtemps disputée par sa rivale l'ex-reine
d'Étrurie. Le Conseil, probablement donné par Gentz, avait été, comme
on le voit, efficace; mais il nous semble véritablement qu'une mère
avait bien mauvaise grâce à lui faire écrire pour l'en remercier.

Le 14 février, l'Impératrice avait eu, chez l'empereur son père, un long
entretien, en sa présence, avec M. de Metternich. Elle avait dû très
vraisemblablement, au cours de cette entrevue, acquiescer en principe au
sacrifice qu'on exigeait d'elle--car elle avait remporté cette fois une
assurance ferme que ses droits à la souveraineté de Parme seraient
vigoureusement défendus. Les représentants de l'Angleterre Wellington et
Castlereagh, pressentis par Neipperg, et que cette question secondaire
intéressait peu, avaient manifesté de leur côté des dispositions
favorables aux desiderata de Marie-Louise. L'ingrat duc Dalberg, comblé
de bienfaits naguère par Napoléon, soutenait au contraire, chez sa
belle-mère, Mme de Brignole, que l'Impératrice n'aurait pas son duché de
Parme, et que les alliés ne souffriraient pas que la race de Bonaparte
obtînt une souveraineté indépendante!

Quelques jours auparavant mon grand-père, s'adressant à sa femme, lui
avait écrit que les malades de la petite cour de Schönbrunn se portaient
un peu mieux, mais souffraient encore beaucoup. Mme de Brignole et
Bausset paraissaient avoir payé tribut à la souffrance et à la maladie
pour la préservation des santés de toutes les autres personnes de la
petite cour de l'Impératrice. A l'exception en effet de ces deux
malades, tout le monde se portait bien au château. Pressé sans doute par
ma grand'mère de hâter son retour en France, son fidèle correspondant
lui répondait:

«... Après avoir fait l'école de croire à l'amitié et à la constance
d'une souveraine qui a toutes les qualités attachantes, sauf la fermeté
et le discernement, je ne puis pas la quitter dans la crise qu'elle
traverse, quoique je ne lui sois utile à rien, et faire dire à tout le
monde que je suis au moins le plus léger et le plus inconséquent des
hommes. D'ailleurs la poursuite de mes affaires de dotation[68] me
retient aussi. Je n'ai aucun droit à la conservation de ces biens; si
j'en tire quelque chose, ce sera pure faveur. Si je m'en vais au moment
où l'on s'occupera de cela et que je n'obtienne rien, je me reprocherai
d'avoir moi-même ruiné mes affaires en n'en attendant pas la conclusion.
D'un autre côté je ne serai peut-être pas plus avancé en restant...»

  [68] Mon grand-père avait reçu en dotation majorataire, un
  domaine dans la province de Gand à Hulst, dont le revenu était de
  20.000 francs et que la séparation de la Belgique de la France
  lui fit perdre.


La comtesse Brignole ne se remettait pas, elle avait le pressentiment de
sa fin prochaine, et mon grand-père, ému de compassion à la vue de ses
souffrances, avait fini par lui pardonner les défaillances morales dont
il s'était plaint, plus d'une fois, dans les lettres de sa
correspondance intime.

«J'ai passé, écrivait-il, une partie de la journée du mardi-gras au
chevet de cette pauvre Brignole que j'ai tenue pendant dix minutes sans
connaissance. Elle est vraiment dans un triste état de santé... Je lui
ai prêché de retourner en Italie, mais comment se décider à renoncer à
une ombre d'influence, et puis je ne sais quelle existence elle
retrouverait dans son pays; je crois sa fortune dans un grand
délabrement. De chez Mme de Brignole j'ai été chez Bausset que j'ai
trouvé en pâmoison sur un fauteuil, affublé d'un vieux châle de
cachemire et d'une couverture piquée à grands ramages, suant dans ce
harnais, et jetant au plafond des yeux de reproche, tantôt suppliants,
tantôt furieux...»

Heureusement la petite colonie française de Schönbrunn, si éprouvée et
si réduite en nombre par la maladie, allait faire une recrue dont mon
grand-père se félicitait sincèrement pour sa part. Effectivement, et
comme il l'a dit quelque part, dans ses _Mémoires_, les amis de
l'empereur Napoléon se faisaient bien rares dans ce château des
souverains de l'Autriche. Aussi écrit-il, le 17 février, avec
satisfaction à ma grand'mère:

«... Nos affaires de Parme reprennent couleur et j'espère qu'elles iront
mieux pour l'Impératrice qu'elles n'avaient été jusqu'à présent. Il nous
est arrivé un nouvel hôte hier matin: c'est Anatole de Montesquiou. J'ai
eu du plaisir à voir quelqu'un qui arrive fraîchement de Paris...»

L'empereur Alexandre avait fait annoncer la veille du 18 février, par
une lettre des plus gracieuses à l'impératrice Marie-Louise, qu'il
viendrait ce jour-là lui demander à déjeuner. Ne le voyant pas arriver
Sa Majesté avait fini par se mettre à table; or, deux minutes après, le
czar faisait son apparition. Après une courte conversation, ajoute notre
_Journal_, auquel nous empruntons tous ces détails, Leurs Majestés
passent dans la salle à manger, où le général Neipperg et mon grand-père
les suivent et prennent part au repas. Pendant ce déjeuner Alexandre se
montra, comme toujours, plein de grâce et d'amabilité, témoignant à
Marie-Louise les meilleures dispositions et le plus grand désir de lui
être utile. Avant de partir le souverain russe, prenant mon grand-père
par le bras, l'assura de son intérêt, et de sa résolution de lui venir
en aide pour le succès de ses affaires particulières; ajoutant qu'il
avait l'intention de prendre à cet effet une mesure générale, dans
laquelle serait comprise la question de sa dotation dans les provinces
belges[69]. Aussi ma grand'mère recevait-elle, quelque temps après, une
lettre de son mari datée de ce même 18 février, où il lui parle de cette
visite et lui donne quelques détails sur les habitants de Schönbrunn:

«... Nous avons eu ce matin l'empereur de Russie à déjeuner. Je ne puis
assez me louer de son affabilité et du véritable intérêt qu'il me
témoigne. L'Impératrice et son fils se portent à merveille, Mme de
Montesquiou aussi et moi de même. Mme de Brignole va beaucoup mieux,
mais garde encore le lit. Il n'y a que ce pauvre diable de Bausset qui
ne peut pas parvenir à se dresser sur ses malheureuses jambes. Sa goutte
est opiniâtre au dernier point. Il y a bientôt un mois qu'il est cloué
sur son lit, mais il n'a jamais été en danger, au lieu que Mme de
Brignole l'a été tout à fait.»

  [69] Cet aimable intérêt devait rester stérile, mais ce ne fut
  pas la faute de l'empereur Alexandre.



CHAPITRE XIX

  Plaintes de Napoléon de ne recevoir aucune lettre de
  Marie-Louise.--Mon grand-père s'en fait l'écho auprès
  d'elle.--Réponse qu'il en obtient.--Promenades à cheval avec
  Neipperg.--Le roi de Danemark, anecdote.--Wellington à
  Vienne.--Faux départ de Neipperg.--Mme de Brignole très
  malade.--Nouvelles du Congrès.--L'avis du départ de Napoléon de
  l'île d'Elbe parvient à Vienne.


Le 19 février mon grand-père annonçait à l'Impératrice, après déjeuner,
qu'il venait de recevoir une lettre de l'île d'Elbe et une autre en même
temps du cardinal Fesch. Dans la première, signée du général Bertrand,
en date du 28 janvier, l'empereur Napoléon se plaignait de n'avoir reçu,
depuis plus d'un mois, aucune nouvelle de sa femme, ni de son fils; il
en témoignait son inquiétude. Ces lettres furent communiquées à
l'Impératrice. Celle-ci, l'air gêné, et embarrassée de cette
communication, prévint le lendemain mon grand-père, à déjeuner, de ne
pas répondre aux lettres dont il lui avait parlé la veille. Marie-Louise
ajouta qu'elle lui en ferait connaître plus tard le motif, qui le
concernait lui-même bien plutôt qu'elle. Malgré sa déférence pour les
recommandations de l'Impératrice, qui lui étaient dictées, dans cette
circonstance, par sa bienveillance naturelle, l'auteur des _Mémoires
pour servir à l'histoire de Napoléon Ier_ déclare que, loin de s'y
conformer, il ne crut pas pouvoir se dispenser de répondre à ces
lettres. Il ne doute pas, assure-t-il, à ce propos, que c'est à
l'intervention de Marie-Louise qu'il dut de n'être pas inquiété dans sa
correspondance avec l'île d'Elbe: «Spectateur impuissant, dit-il, mais
non indifférent de ce qui se passait autour de moi, je ne pouvais
qu'être péniblement affecté de voir l'Impératrice, placée entre son
devoir, comme épouse et comme mère, et son désir d'aller régner à Parme
(ce qu'elle ne pouvait obtenir que par un double sacrifice) prendre si
facilement son parti dans cette fâcheuse alternative, qui lui avait
causé, jusque-là, tant de sollicitude. Les orages passagers n'avaient
jamais altéré ni sa douceur, ni sa bienveillance, mais, à ses anxiétés,
avait tout à coup succédé une sécurité difficile à troubler. Peut-être
devais-je dès ce moment chercher le motif de cette sérénité dans la
confiance que lui inspirait la puissante protection de son père, qui
_l'absolvait de tout_, et dans le sacrifice de ses sentiments français
auquel elle était résolue[70].» Celui qui avait le plus contribué à
apaiser, dans le cœur de Marie-Louise, les anxiétés dont il vient
d'être parlé, celui qui était parvenu à les faire à peu près
disparaître, c'était aussi, il ne faudrait pas l'oublier, le général
Neipperg, son conseiller très aimé, et un peu plus tard son second mari.

  [70] Méneval. _Mémoires pour servir à l'histoire de Napoléon
  Ier_, t. III, p. 404.

Quand le temps le permettait l'impératrice Marie-Louise allait, presque
toujours, faire de longues promenades à cheval, avec son cher général et
Mme Héreau. Elle en rapportait souvent de gros bouquets de violettes
qu'elle était descendue ramasser dans les bois; ces promenades lui
offraient en même temps toute liberté de s'entretenir, à cœur ouvert,
avec le favori, loin des regards curieux et des oreilles des indiscrets.
C'était une véritable idylle... de la part de la princesse tout au
moins; mais une idylle qu'il est difficile de considérer avec des yeux
indulgents.

Après les affaires de la Saxe et de la Pologne que le Congrès avait mis
un si long espace de temps à régler, au détriment du vertueux roi de
Saxe, la question de l'indemnisation de la Bavière, à qui l'Autriche
reprenait le Tyrol, revenait sur le tapis. Les solutions étaient lentes
à se produire dans le sein de ce Congrès, au milieu de tant de
convoitises et d'appétits déchaînés, et les discussions s'y
éternisaient. Le roi de Danemark, cet excellent prince albinos, dont il
a été tracé un portrait au chapitre XII, allait se voir enlever la
Norvège convoitée par Bernadotte, et recevoir de la sorte la punition de
sa fidélité à l'alliance française. Ce bon roi, d'un naturel fort gai,
recevant à son départ de Vienne un compliment de l'empereur Alexandre
qui lui disait: «Vous emportez tous les cœurs!» répondit paraît-il:
«C'est possible, mais un fait plus certain, c'est que je n'emporte pas
une âme!»[71]

  [71] Vaulabelle. _Histoire des deux Restaurations._

A propos du Congrès et de ses plénipotentiaires mon grand-père écrivait
à sa femme le 22 février 1815:

«... Lord Wellington est toujours la plus grande curiosité de Vienne. On
a passé hier une revue pour lui. L'Impératrice ayant dîné chez son père,
j'ai passé à Vienne une partie de la journée et visité l'arsenal
bourgeois qui renferme une collection d'armures et d'objets bizarres...

»J'ai été me baigner dans les beaux bains de Diane. En y allant j'ai
rencontré l'empereur Alexandre qui se promenait seul avec le prince
Eugène, et qui m'a dit un bonjour très affectueux en me serrant le bras.
Comme il est sourd il crie fort haut, de sorte qu'il a attiré
l'attention des badauds qui sont, à Vienne, encore plus nombreux qu'à
Paris...

»Aujourd'hui il y a à la Cour une espèce de ballet-pantomime, exécuté
par les personnes de la Cour, représentant l'Olympe. On n'a pu trouver
jusqu'ici une Vénus, ou du moins aucune dame n'a eu la prétention d'en
jouer le rôle. Enfin une princesse Bagration a eu plus de témérité, mais
encore hier elle a retiré ses offres; de sorte qu'Isabey, pour tout
accorder, a imaginé de représenter Vénus par derrière, non la Vénus
Callypige, mais drapée avec le plus de grâce et d'élégance possibles. On
jouera aussi des scènes de comédie détachées...»


Le 22 février Neipperg, étant au spectacle de la Cour où il avait été
invité, recevait de M. de Metternich, l'avis de se préparer à partir en
mission pour Turin. Mon grand-père, dînant seul avec l'Impératrice,
faisait avec elle en sortant de table une partie de billard, quand
survint le général, à 9 heures, pour prévenir Marie-Louise de l'ordre
qu'il venait de recevoir et de son prochain départ. L'Impératrice, bien
éloignée de s'attendre à une aussi fâcheuse nouvelle, en témoigna
aussitôt, paraît-il, le plus vif chagrin. Comment pourrait-elle se
passer de son factotum?... Loin de s'y résigner Marie-Louise se rendit
le lendemain, tout de suite après son déjeuner, à Vienne chez l'empereur
François, auquel elle adressa les plus pressantes sollicitations pour
qu'il lui fût permis de conserver le comte Neipperg auprès d'elle,
jusqu'à la conclusion définitive de ses affaires de Parme. L'empereur
son père n'ayant pas répondu de façon assez catégorique, la princesse
dut, sur le conseil de son favori, solliciter une entrevue avec le
tout-puissant premier ministre autrichien, qu'elle alla attendre, le 24
février, une heure et demie, chez sa sœur l'archiduchesse Léopoldine.
Tant de trouble et d'alarmes ne laissèrent pas le Ministre insensible,
et Metternich qui, en fin de compte, trouvait autant d'avantages à
permettre à Neipperg de rester à Schönbrunn qu'à le laisser partir,
consentit en dernière analyse à contremander son départ. L'Impératrice
rentra chez elle dans le ravissement, et la soirée, agrémentée de chant
et de musique, dut être, ce jour-là, particulièrement animée et joyeuse.

Cependant mon grand-père continuait, consciencieusement, à tenir ma
grand'mère au courant des événements, grands et petits, auxquels il
assistait plutôt en qualité de spectateur qu'en qualité d'acteur. Le _24
février_ il lui adressait la lettre suivante:

«... On nous a assuré que dans la première quinzaine de mars, les
affaires de Parme seraient finies; Dieu le veuille! car mon courage est
à bout. Je meurs mille fois par jour d'impatience et d'ennui. J'ai
renoncé à toute fête, à tout plaisir tant que je serai loin de toi.
Pour ne point perdre mon temps tout à fait inutilement, il m'est venu
dans l'idée, hier, d'étudier la botanique. Tu sais que c'est un de mes
projets favoris; je vais m'en occuper sérieusement. Je serais bien
agréablement désappointé--comme disent les Anglais--si j'étais surpris
par la fin du Congrès au fort de ma passion. Tu sauras qu'il y a à
Schönbrunn les plus belles serres de l'Europe. J'aurai donc beau jeu à y
faire mes nouvelles études. Je ne sais pas comment l'idée m'en est venue
si tard. Il a fallu qu'Anatole de Montesquiou me soufflât ce désir. Nous
avons acheté un ouvrage élémentaire assez médiocre, mais enfin c'est le
seul ouvrage que nous ayons trouvé à Vienne. J'espère qu'il suffira pour
nous inoculer les premiers éléments de cette science si douce et si
attrayante...

»Le temps est aussi beau qu'au printemps depuis trois ou quatre jours.
Le soleil est chaud plus qu'il ne l'est ordinairement dans cette saison.
La pauvre Mme de Brignole est bien dangereusement malade. Le médecin a
cru devoir la faire confesser. Elle est elle-même tellement frappée de
l'idée de sa fin prochaine qu'elle en parle sans cesse,--ce qui rend
pénibles et douloureuses les visites que nous lui faisons. Bausset ne
souffre pas de sa goutte d'une manière intolérable, mais il est immobile
dans son lit et, quand il veut remuer les jambes, il est subitement
assailli de douleurs lancinantes qui l'épuisent et lui ôtent toute
faculté de se mouvoir. Au total le séjour de Schönbrunn n'a porté
bonheur à personne. Les uns y souffrent au physique, les autres au
moral. A Paris c'est encore pis. On peut y dire comme ce curé qui se
félicitait des profits que son église retirait des enterrements: «La
mort rend beaucoup depuis deux mois.» Ce pauvre Nansouty y a donc passé
lui aussi... un M. de Mortfontaine également. Ce dernier avait épousé
Mlle Lepelletier de Saint-Fargeau, fille du député de la Convention, qui
a été assassiné chez un restaurateur du Palais-Royal pour avoir voté la
mort de Louis XVI. Sa fille avait été adoptée dans ce temps-là par la
Convention et déclarée fille de la Nation... On aurait une liste longue
à faire si l'on voulait tenir note de toutes les personnes marquantes
que nous avons perdues dans un si court espace de temps.»

A la date des 2 et 5 mars 1815, nous relevons, dans la même
correspondance, quelques détails qui peuvent encore présenter au lecteur
un certain intérêt. Ils ont trait aux affaires du Congrès et aux
divertissements des hôtes princiers de l'empereur d'Autriche:

    «2 mars 1815.

»... Les affaires du Congrès tirent à leur fin. Je commence ma lettre
par cet article parce qu'il est le plus intéressant. Les affaires de la
Bavière sont terminées, et la question de Parme, déjà décidée par
l'opinion, ne souffrira plus de retard, je l'espère. Les souverains se
disposent à partir la semaine prochaine...»

    «5 mars 1815.

»... Les affaires sont toujours dans le même état. J'espère toujours
qu'avant huit ou dix jours il y aura quelque chose de décidé. J'ai fait
hier une débauche. J'ai été badauder avec Anatole de Montesquiou pour
voir une promenade de souverains en calèche. Comme Isabey demeure sur le
passage du Prater où les calèches se sont rendues, je les ai vues des
fenêtres de sa maison. Une vue qui m'a plus intéressé que celle des
calèches, c'est celle de lord Wellington que j'ai trouvé chez Isabey, où
il se faisait peindre pour le tableau d'une conférence du Congrès
qu'Isabey a entrepris. Je ne te ferai pas la description du personnage.
Le prince Eugène était de la partie et se faisait remarquer--comme
partout--par l'élégance de son carrick et sa bonne mine. J'ai bien
plaint les pauvres princesses qui étaient étouffées, dans des robes de
velours fourrées, par un soleil ardent qui les rendait pourpres. Je ne
pouvais pas m'empêcher de faire des réflexions sur la condition des
souverains qui ne peuvent prendre aucun plaisir sans monter sur les
planches, comme des acteurs, et traîner à leur suite une foule immense
de peuple qui les applaudit ou bien les siffle, selon qu'ils jouent leur
rôle bien ou mal. Il y a eu dans un jardin public, que l'on appelle
l'_Augarten_, un bal et un souper qui ont occupé les souverains jusqu'à
neuf ou dix heures du soir. L'empereur d'Autriche menait l'impératrice
de Russie, et l'empereur de Russie menait l'impératrice d'Autriche. Le
prince héréditaire menait sa sœur l'archiduchesse Léopoldine. Il est
d'usage que les princes conduisent eux-mêmes; il n'y a point de
cochers.»


Le 6 mars 1815 arrivait à Vienne un courrier que lord Burgersh avait
expédié de Florence à lord Stewart, l'un des plénipotentiaires du
cabinet de Londres au Congrès de Vienne. Ce courrier apportait une
nouvelle qui éclatait, comme un coup de foudre, au milieu de la réunion
des souverains et de leurs ministres: Napoléon venait de quitter l'île
d'Elbe!...

Imitant l'exemple que nous a donné l'auteur estimé de l'_Histoire des
deux Restaurations_[72], nous emprunterons, à notre tour, aux mémoires
d'un auditeur au Conseil d'État sous le Premier Empire M. Fleury de
Chaboulon, l'émouvant récit de son voyage à l'île d'Elbe à la fin de
février 1815. Nous nous bornerons à transcrire quelques-unes des phrases
de sa conversation avec Napoléon. Cet entretien dramatique,
admirablement reproduit dans le livre de M. de Chaboulon, triompha des
dernières hésitations de l'Empereur, et décida son retour immédiat en
France. N'ayant pas à tenir compte des motifs de prudence qui avaient
porté M. Fleury de Chaboulon à masquer le duc de Bassano sous la
dénomination de X... par crainte des persécutions du Gouvernement de la
Restauration, nous mettrons le nom du fidèle Ministre de Napoléon Ier à
la place de X.., autant de fois qu'il sera nécessaire, dans le but de
faciliter au lecteur l'intelligence du récit.

  [72] _Histoire des deux Restaurations_, par Achille de
  Vaulabelle, t. II, p. 210 et suivantes. 1845, chez Perrotin,
  éditeur.



CHAPITRE XX

  Ce qui se passait à la fin de février à l'île
  d'Elbe.--Conversation de Napoléon avec Fleury de
  Chaboulon.--Extraits empruntés aux _Mémoires_ de ce dernier.


Voici quel fut l'entretien de Fleury de Chaboulon avec Napoléon:

... Le général Bertrand me fit avertir de me rendre à la porte du jardin
de l'Empereur, ajoutant que l'Empereur viendrait et que, sans avoir
l'air de me connaître, il me ferait appeler. Je m'y rendis. L'Empereur,
accompagné de ses officiers, se promenait, suivant sa coutume, les mains
derrière le dos: il passa plusieurs fois devant moi sans lever les yeux;
à la fin il me fixa, et s'arrêtant, il me demanda en italien de quel
pays j'étais; je lui répondis en français que j'étais Parisien. «Eh
bien, monsieur, parlez-moi de Paris et de la France.» En achevant ces
mots, il se remit à marcher. Je l'accompagnai, et, après plusieurs
questions insignifiantes faites à haute voix, il me fit entrer dans ses
appartements, fit signe aux généraux Bertrand et Drouot de se retirer,
et me força de m'asseoir à côté de lui. «Le grand maréchal, me dit-il,
d'un air froid et distrait, m'a annoncé que vous arriviez de
France.--Oui Sire.--Que venez-vous faire ici!... Il paraît que vous
connaissez le duc de Bassano...--Oui Sire.--Vous a-t-il remis une lettre
pour moi?--Non Sire.» L'Empereur m'interrompit: «Je vois bien qu'il m'a
oublié comme tous les autres. Depuis que je suis ici, je n'ai entendu
parler ni de lui ni de personne.--Sire, dis-je en l'interrompant à mon
tour, il n'a point cessé d'avoir pour Votre Majesté l'attachement et le
dévouement que lui ont conservés tous les Français.» L'Empereur avec
dédain: «Quoi! on pense donc encore à moi en France?--On ne vous y
oubliera jamais.--Jamais! c'est beaucoup. Les Français ont un autre
Souverain; leur devoir et leur tranquillité leur commandent de ne plus
songer qu'à lui.»

Cette réponse me déplut. L'Empereur, me dis-je est mécontent de ce que
je ne lui ai point apporté de lettres; il se défie de moi, ce n'est
point la peine de venir de si loin, pour être si mal reçu. «Que
pense-t-on de moi en France? me dit-il ensuite.--On y plaint et on y
regrette Votre Majesté.--L'on y fait aussi sur moi beaucoup de fables et
de mensonges... Comment s'y trouve-t-on des Bourbons?--Sire, ils n'ont
point réalisé l'attente des Français, et, chaque jour, le nombre des
mécontents augmente.--Tant pis, tant pis. (_vivement_): Comment! Bassano
ne vous a pas donné de lettres pour moi?--Non, Sire, il a craint
qu'elles ne me fussent enlevées; et comme il a pensé que Votre Majesté,
obligée de se tenir sur ses gardes et de se défier de tout le monde, se
défierait peut-être aussi de moi, il m'a révélé plusieurs circonstances
qui, n'étant connues que de Votre Majesté, peuvent vous prouver que je
suis digne de votre confiance.--Voyons ces circonstances.»

Je lui en détaillai quelques-unes; il ne me laissa pas achever. «Cela
suffit, me dit-il, pourquoi n'avoir pas commencé par me dire tout cela?
Voilà une demi-heure que vous me faites perdre.»

Cette bourrasque me déconcerta. Il s'en aperçut et me dit avec douceur:
«Allons, mettez-vous à votre aise et racontez-moi, dans le plus grand
détail, tout ce qui s'est dit et passé entre Bassano et vous.» Je lui
rapportai, mot à mot, l'entretien que j'avais eu avec M. de Bassano; je
lui fis une énumération complète des fautes et des excès du Gouvernement
royal, et j'allais en déduire les conséquences que nous en avions tirées
M. de Bassano et moi, lorsque l'Empereur, incapable, lorsqu'il est ému,
d'écouter un récit sans l'interrompre et le commenter à chaque instant,
m'ôta la parole et me dit: «Je croyais aussi, lorsque j'abdiquai, que
les Bourbons, instruits et corrigés par le malheur, ne retomberaient pas
dans les fautes qui les avaient perdus en 1789. J'espérais que le roi
vous gouvernerait en bon homme. C'était le seul moyen de se faire
pardonner de vous avoir été donné par des étrangers. Mais, depuis que
les Bourbons ont mis le pied en France, leurs ministres n'ont fait que
des sottises. Leur traité du 23 avril, continua-t-il en élevant la voix,
m'a profondément indigné; d'un trait de plume ils ont dépouillé la
France de la Belgique et des possessions qu'elle avait acquises depuis
la Révolution; ils lui ont fait perdre les flottes, les arsenaux, les
chantiers, l'artillerie et le matériel immense que j'avais entassés dans
les forteresses et dans les ports qu'ils leur ont livrés. C'est
Talleyrand qui leur a fait faire cette infamie; on lui aura donné de
l'argent. La paix est facile à de telles conditions. Si j'avais voulu,
comme eux, signer la ruine de la France, ils ne seraient point sur mon
trône. (_Avec force_): J'aurais mieux aimé me trancher la main! J'ai
préféré renoncer au trône, plutôt que de le conserver aux dépens de ma
gloire et de l'honneur français... Une couronne déshonorée est un
horrible fardeau... Mes ennemis ont publié partout que je m'étais refusé
opiniâtrement à faire la paix; ils m'ont représenté comme un misérable
fou avide de sang et de carnage... Si j'avais été possédé de la rage de
la guerre, j'aurais pu me retirer avec mon armée au delà de la Loire, et
savourer à mon aise la guerre de montagnes. Je ne l'ai pas voulu... Mon
nom et les braves qui m'étaient restés fidèles faisaient encore trembler
les alliés, même dans ma capitale. Ils m'ont offert l'Italie pour prix
de mon abdication; je l'ai refusée. Quand on a régné sur la France, on
ne doit pas régner ailleurs. J'ai choisi l'île d'Elbe. Cette position
me convenait. Je pouvais veiller sur la France et sur les Bourbons. Tout
ce que j'ai fait a toujours été pour la France. C'est pour elle et non
pour moi que j'aurais voulu la rendre la première nation du monde. Si je
n'avais songé qu'à ma personne j'aurais voulu, en descendant du trône,
rentrer dans la classe ordinaire de la vie; mais je devais garder le
trône pour ma famille et pour mon fils.»

»Je suis bien aise d'apprendre que l'armée a conservé le sentiment de sa
supériorité et qu'elle rejette, sur leurs véritables auteurs, nos
grandes infortunes. Je vois avec satisfaction, d'après ce que vous venez
de m'apprendre, que l'opinion que je m'étais formée de la situation de
la France est exacte...

»L'armée me sera toujours dévouée. Nos victoires et nos malheurs ont
établi entre elle et moi un lien indestructible; avec moi seul elle peut
retrouver la vengeance, la puissance et la gloire; avec le Gouvernement
actuel, elle ne peut gagner que des injures et des coups.»

L'Empereur, en prononçant ces paroles, gesticulait et marchait avec
précipitation; il avait plutôt l'air de parler seul que de parler à
quelqu'un. Tout à coup, il s'arrête et, me jetant un regard de côté, il
me dit: «Bassano croit-il que ces gens-là tiendront longtemps?--Son
opinion, sur ce point, est entièrement conforme à l'opinion générale,
c'est-à-dire qu'on pense en France et qu'on est convaincu que le
Gouvernement royal marche à sa perte.--Mais comment tout cela
finira-t-il? Croit-on qu'il y aura une nouvelle révolution?--Sire, les
esprits sont tellement mécontents et exaspérés que le moindre mouvement
partiel entraînerait nécessairement une insurrection générale et que
personne ne serait surpris qu'elle éclatât au premier jour.--Mais que
feriez-vous si vous chassiez les Bourbons? Établiriez-vous une
république?--La république, Sire, on n'y songe point. Peut-être
établirait-on une régence.--Une régence, s'écria-t-il, surpris et avec
une grande véhémence, et pourquoi faire? Suis-je mort?--Mais, Sire,
votre absence.--Mon absence n'y fait rien. En deux jours je serais en
France si la nation me rappelait... Croyez-vous que je ferais bien de
revenir? ajouta l'Empereur en détournant les yeux.» Mais il me fut
facile de remarquer qu'il attachait à cette question plus d'importance
qu'il ne voulait le faire paraître et qu'il attendait ma réponse avec
anxiété. «--Sire, lui dis-je, je n'ose résoudre personnellement une
semblable question, mais...--Ce n'est point cela que je vous demande, me
dit-il en m'interrompant brusquement, répondez oui ou non.--Eh bien!
oui, Sire.--Vous le pensez?--Oui, Sire; je suis convaincu, ainsi que M.
de Bassano, que le peuple et l'armée vous recevraient en libérateur et
embrasseraient votre cause avec enthousiasme.--Bassano est donc d'avis
que je revienne? dit l'Empereur avec un accent inquiet et ému.--Nous
avons prévu que Votre Majesté m'interrogerait sur ce point et voici
textuellement sa réponse: «Vous direz à l'Empereur que je n'ose prendre
sur moi une question aussi importante, mais qu'il peut regarder comme un
fait positif et incontestable que le Gouvernement actuel s'est perdu
dans l'esprit du peuple et de l'armée; que le mécontentement est au
comble et qu'on ne croit pas qu'il puisse lutter longtemps contre
l'animadversion générale. Vous ajouterez que l'Empereur est devenu
l'objet des regrets et des vœux de l'armée et de la nation. L'Empereur
décidera ensuite, dans sa sagesse, ce qui lui reste à faire.»

Napoléon devint pensif, se tut, et, après une longue méditation, me dit:
«J'y réfléchirai; venez demain à 11 heures.»

Le lendemain à 11 heures, je me présentai chez l'Empereur. On me fit
attendre dans son salon, au rez-de-chaussée; la tenture en soie bariolée
était à moitié usée et décolorée; le tapis de pied montrait la corde et
était rapiécé en plusieurs endroits; quelques fauteuils mal couverts
complétaient l'ameublement. Je me rappelai le luxe des palais impériaux,
et la comparaison m'arracha un profond soupir. L'Empereur arriva: son
maintien attestait un calme que démentaient ses yeux; il était aisé de
s'apercevoir qu'il avait éprouvé une violente agitation. «J'avais prévu
l'état de crise où la France va se trouver, me dit-il, mais je ne
croyais pas que les choses fussent aussi avancées. Mon intention était
de ne plus me mêler des affaires politiques; ce que vous m'avez dit a
changé mes résolutions; c'est moi qui suis cause des malheurs de la
France, c'est moi qui dois les réparer. Mais, avant de prendre un
parti, j'ai besoin de connaître à fond la situation de nos affaires:
asseyez-vous et répétez-moi tout ce que vous m'avez dit hier; j'aime à
vous entendre.»

Rassuré par ces paroles et par un regard plein de douceur et de bonté,
je m'abandonnai sans réserve et sans crainte à toutes les inspirations
de mon esprit et de mon âme... «Brave jeune homme, me dit l'Empereur,
après m'avoir attentivement écouté, vous avez l'âme française, mais
votre imagination ne vous égare-t-elle pas?--Non Sire, le récit que j'ai
fait à Votre Majesté est fidèle; tout est exact, tout est vrai...--Vous
croyez donc que la France attend de moi sa délivrance, et qu'elle me
recevra comme un libérateur? Puissiez-vous ne pas vous tromper!
D'ailleurs j'arriverai si vite à Paris, qu'ils n'auront pas le temps de
savoir où donner de la tête. J'y serai aussitôt que la nouvelle de mon
débarquement... Oui, ajouta Napoléon, après avoir fait quelque pas, j'y
suis résolu... c'est moi qui ai donné les Bourbons à la France, c'est
moi qui dois l'en délivrer... Je partirai... L'entreprise est grande,
difficile, périlleuse; mais elle n'est pas au-dessus de moi. La fortune
ne m'a jamais abandonné dans les grandes occasions... Je partirai, non
point seul, je ne veux pas me laisser mettre la main sur le collet par
des gendarmes; je partirai avec mon épée, mes Polonais, mes
grenadiers... La France est tout pour moi, je lui appartiens; je lui
sacrifierai avec joie, mon repos, mon sang, ma vie!...»

L'Empereur, après avoir prononcé ces mots, s'arrêta. Ses yeux
étincelaient d'espoir et de génie; son attitude respirait la confiance
et la force; elle anonçait la victoire: il était grand! Il reprit la
parole et me dit: «Croyez-vous que les Bourbons oseront m'attendre à
Paris?--Non Sire, je ne le crois pas non plus.--Et les maréchaux que
feront-ils?--Les maréchaux, comblés de titres, d'honneurs et de
richesses, n'ont plus rien à désirer que le repos. Ils craindront, en
embrassant un parti douteux, de compromettre leur existence, et
peut-être resteront-ils spectateurs de la crise. Peut-être même la
crainte que Votre Majesté ne les punisse de l'avoir abandonnée ou trahie
en 1814, les portera-t-elle à embrasser le parti du roi.--Je ne punirai
personne, entendez-vous! s'écria l'Empereur. Dites-le bien à Bassano, je
veux tout oublier; nous avons tous des reproches à nous faire... Quelle
est la force de l'armée?--Je l'ignore, Sire; je sais seulement qu'elle a
été considérablement affaiblie par les désertions, par les congés, et
que la plupart des régiments ont à peine 300 hommes.--Tant mieux; les
mauvais soldats seront partis, les bons seront restés. Connaissez-vous
le nom des officiers qui commandent sur les côtes et dans la 8e
division?--Non Sire.--Comment Bassano, dit-il avec humeur, ne m'a-t-il
pas fait savoir tout cela?--M. de Bassano était, ainsi que moi, bien
loin de prévoir que Votre Majesté prendrait, sur-le-champ, la généreuse
résolution de reparaître en France. Il pouvait croire d'ailleurs,
d'après les bruits publics, que vos agents ne vous laisseraient rien
ignorer de tout ce qui pouvait vous intéresser.--J'ai su effectivement
que les journaux prétendaient que j'avais des agents... C'est une
histoire. J'ai envoyé en France, il est vrai, quelques hommes à moi pour
savoir ce qui s'y passait; ils m'ont volé mon argent et ne m'ont
entretenu que de propos de cabarets ou de cafés... Vous êtes la première
personne qui m'ait fait connaître, sous ses grands rapports, la
situation de la France et des Bourbons. J'ai bien reçu, sans trop savoir
de quelle part, le signalement d'assassins soudoyés contre moi et une ou
deux lettres anonymes de la même main, où l'on me disait d'être
tranquille, que les broderies reprenaient faveur et autres bêtises
semblables; mais voilà tout. Ce n'est pas sur de pareilles données qu'on
tente un bouleversement. Mais comment pensez-vous que les étrangers
prendront mon retour? Voilà le grand point, ajouta l'Empereur d'un air
préoccupé. Cependant je regarde comme certain que les rois, qui m'ont
fait la guerre, n'ont plus la même union, les mêmes vues, les mêmes
intérêts... Tout considéré, les nations étrangères ont de grands motifs
pour me faire la guerre, comme elles en ont pour me laisser en paix. Je
ne suis pas encore fixé sur le jour de mon départ. En le différant,
j'aurais l'avantage de laisser le Congrès se dissoudre; mais aussi je
courrais le risque, si les étrangers venaient à se brouiller, comme tout
l'annonce, que les Bourbons et l'Angleterre ne me fissent garder à vue
par leurs vaisseaux. Au reste, ne nous inquiétons pas de tout cela, il
faut laisser quelque chose à la fortune.

»Nous avons approfondi, je crois, tous les points sur lesquels il
m'importait de me fixer et de nous entendre. La France redemande son
ancien souverain; l'armée et le peuple seront pour nous; les étrangers
se tairont; s'ils parlent, nous serons bons pour leur répondre; voilà,
en résumé, notre présent et notre avenir. Partez: vous direz à Bassano
que vous m'avez vu, et que je suis décidé à tout braver pour répondre
aux vœux de la France; que je partirai d'ici au 1er avril, avec ma
garde, ou peut-être plus tôt; que j'oublierai tout, que je pardonne
tout, que je donnerai à la France et à l'Europe les garanties qu'elles
peuvent attendre et exiger de moi; que j'ai renoncé à tout projet
d'agrandissement, et que je veux réparer, par une paix stable, le mal
que nous a fait la guerre. Vous direz aussi à Bassano et à vos amis
d'entretenir et de fortifier, par tous les moyens possibles, le bon
esprit du peuple et de l'armée. Si les excès des Bourbons accéléraient
leur chute et que la France les chassât avant mon débarquement, vous
déclarerez à Bassano que je ne veux point de régence, ni rien qui lui
ressemble. Allez, Monsieur, vos instants sont précieux; je ne veux plus
vous retenir, j'ai fait tout préparer pour votre départ. Ce soir, à 9
heures, vous trouverez un guide et des chevaux, au sortir de la porte de
la ville. On vous conduira à Porto-Longone. Le commandant a reçu l'ordre
de vous faire délivrer les papiers de santé nécessaires. Il ignore tout;
ne lui dites rien. A minuit il partira une felouque qui vous conduira à
Naples. Adieu, monsieur, embrassez-moi et partez. Mes pensées et mes
vœux vous suivront.»

Deux heures après j'étais en mer.

Cette conversation avait eu lieu le 25 février; le lendemain Napoléon
quittait l'île d'Elbe.



CHAPITRE XXI

  La nouvelle du départ de l'île d'Elbe cause une profonde sensation
  à Vienne.--Zèle intempestif de Bausset.--Paroles de l'empereur
  Alexandre.--Trouble dissimulé de Marie-Louise.--Propos de
  l'archiduc Jean.--Mme de Brignole gravement malade est
  administrée.--Marie-Louise se met sous la protection des
  alliés.--Déclaration du 13 mars.--Tracasseries policières.


Revenons à Schönbrunn où la nouvelle sensationnelle du départ de
Napoléon de l'île d'Elbe a fini, comme nous l'avons vu, par arriver et
par se répandre. A une époque où il n'existait ni chemin de fer, ni
télégraphe électrique, les nouvelles étaient lentes à se propager,
malgré la célérité que pouvaient déployer les courriers. Aussi à Vienne
Gentz, qui se trouvait pourtant au nombre des mieux informés,
n'apprit-il que le 7 mars, par un des plénipotentiaires de Prusse au
Congrès, M. de Humboldt, l'événement qui allait mettre l'Europe entière
en ébullition. A la date du _9 mars_, mon grand-père, écrivant à sa
femme, se faisait l'écho de cette nouvelle en ces termes:

«... Une nouvelle extraordinaire, arrivée hier, fait ici une sensation
incroyable. C'est le départ de l'empereur Napoléon avec sa garde. On
paraît ignorer ce qui a pu le porter à une entreprise si audacieuse, et
de quel côté il s'est dirigé. L'agitation est poussée à l'extrême parmi
les souverains, comme parmi les particuliers. Sans doute la même
nouvelle sera parvenue en même temps à Paris. On est dans la plus grande
impatience d'apprendre la suite de ce grand événement. Des troupes se
dirigent sur l'Italie, et les armées de la coalition sont préparées à se
remettre en campagne. Dieu nous préserve de malheurs! Le roi de Saxe est
arrivé à Presbourg. Il se refuse a consentir à l'arrangement qui lui
enlève la moitié de ses États. Lord Wellington et les princes de
Talleyrand et Metternich sont allés le trouver pour le presser de céder
à la nécessité. Cette circonstance, beaucoup moins cependant que la
première, va contribuer à prolonger le Congrès. L'impératrice de
Russie, néanmoins, est partie ce matin pour Munich. L'Empereur la
suivra, dit-on, dans huit ou dix jours, si rien ne vient changer ses
dispositions. L'impératrice d'Autriche est allée la reconduire jusqu'à
trente lieues d'ici.


»Mme de Brignole va bien doucement, et il n'est donné à personne,
jusqu'à présent, de prévoir l'issue de sa maladie. Elle résiste par sa
force morale, car son corps est épuisé... C'est cette intégrité de ses
facultés intellectuelles qui donne des espérances. Bausset est toujours
cloué sur son lit; depuis quelques jours cependant, il éprouve plus de
raideur et de nullité, dans ses jambes, que de douleur. Pour moi, chère
amie, après l'Impératrice, je me porte le mieux; je n'ai que l'esprit
malade...»

Le 7 mars au soir, pendant le spectacle de la Cour, la grande nouvelle
du départ de Napoléon de son île avait fait l'objet des entretiens les
plus animés. Le prince Talleyrand prétendait que l'Empereur avait dû se
diriger sur Naples; d'autres le contestaient. Le roi de Bavière, créé
roi par Napoléon et naguère si fidèle courtisan de ce prince, avait si
complètement changé d'attitude qu'il fendit la foule dont était
environné Talleyrand, pour lui déclarer avec feu qu'il serait de la
partie, et qu'il ferait marcher ses troupes contre son ancien
bienfaiteur. Son fils, le prince royal[73], renchérissant sur les
déclarations paternelles, ajouta qu'on prendrait Napoléon et le roi
Joachim ensemble, et qu'on ferait leur procès à l'un et à l'autre.
Marie-Louise apprit la nouvelle, ce même soir, de la bouche du général
Neipperg, auquel le fils de Mme de Brignole l'avait annoncée quelques
heures plus tôt; mais elle n'en laissa rien paraître.

  [73] Plus tard le roi Louis Ier, protecteur de la fameuse Lola
  Montès.

Le lendemain Bausset, tout goutteux qu'il était, mais ne croyant pas de
succès possible à la tentative de Napoléon, voulut faire du zèle et
s'acquérir des titres à la bienveillance de la Cour et du Gouvernement
autrichien[74]. Il proposa donc, dans ce but, à l'impératrice
Marie-Louise de signer un ordre du jour pour défendre, à tous les gens
de sa maison, aucune espèce de réflexion sur cet événement. Cet ordre du
jour était conçu dans des termes si peu modérés que l'Impératrice se vit
obligée de prier Bausset de les adoucir par une apostille de sa main,
mise en marge dudit ordre.

  [74] 10 mars, Bausset achète un buste en bronze de l'empereur
  d'Autriche. (Note du _Journal_.)

Quant à l'empereur d'Autriche, il témoigna à sa fille, à ce qu'il
paraît, son vif déplaisir de l'entreprise téméraire de l'empereur
Napoléon, et lui annonça la résolution qu'il avait prise d'envoyer, en
Italie, des forces redoutables pour s'opposer à tout ce qu'il pourrait y
tenter. La veille, l'empereur Alexandre, mis au courant de la nouvelle
qui occupait tous les esprits, avait dit à Talleyrand: «Je vous avais
bien annoncé que cela ne durerait pas!--Eh bien, vous voyez, Sire, lui
avait répliqué l'empereur d'Autriche, ce que c'est que d'avoir protégé
vos _jacobins_ de Paris!--C'est vrai, répondit le czar, mais pour
réparer mes torts, je mets ma personne et mes armées au service de Votre
Majesté[75].»

  [75] Vaulabelle. _Histoire des deux Restaurations_, chap. IV, p.
  187 p. 187-188.

Marie-Louise, saisie par la soudaineté de cet événement si imprévu pour
elle, gardait le silence; mais elle n'en était pas moins, dans son for
intérieur, vivement agitée. Son oncle l'archiduc Jean n'avait pas craint
de souhaiter franchement devant elle que, dans cette nouvelle aventure,
Napoléon se cassât le cou. Les personnes de l'entourage français de
l'Impératrice, surtout mon grand-père et Mme de Montesquiou, ayant été
choqués de ce langage, Marie-Louise convint qu'il était blâmable en
effet. Elle excusait toutefois la vivacité de ceux qui tenaient de
semblables propos, en faisant remarquer que le retour de l'empereur
Napoléon était, pour tous les princes réunis à Vienne, une véritable
calamité. La réelle émotion ressentie par l'épouse oublieuse de Napoléon
était faite surtout d'égoïsme, de remords et de crainte. Elle tremblait
pour son beau duché de Parme, pour l'existence tissée de plaisirs et
d'agréments qu'elle avait rêvé d'y passer avec son cher et indispensable
général. Marie-Louise n'envisageait qu'avec terreur l'éventualité de son
propre retour à Paris. «Il faudrait à la suite de ce terrible coureur
d'aventures (son époux) reprendre une vie d'angoisses et de périls!...
Non, car cette fois elle était bien résolue à ne pas revoir l'homme dont
le génie tumultueux l'épouvantait[76].»

  [76] Welschinger. _Le Roi de Rome_, chap. VII.

Cependant les bruits les plus fantaisistes circulaient chaque jour, à
Vienne, sur les incidents qui auraient précédé ou suivi le débarquement
de Napoléon en France, comme sur les prétendues résistances que sa
tentative, pour reprendre la couronne, y rencontrait. Notre _Journal_, à
partir de cette époque, est rempli de ces nouvelles quelquefois vraies,
souvent fausses, dont se repaissait la crédulité des habitants de la
capitale de l'Autriche. Nous ferons grâce au lecteur de ces détails qui
n'offrirent d'intérêt réel qu'aux contemporains de ce prodigieux
événement. Mais nous parlerons d'un propos qu'aurait tenu l'empereur
François à sa fille, et dont mon grand-père a fait mention dans ses
_Mémoires_. Le monarque autrichien aurait dit à l'impératrice
Marie-Louise, que si, contre toute probabilité, l'empereur Napoléon
réussissait à se maintenir sur le trône, il ne permettrait à sa fille de
retourner en France, que lorsque l'expérience de deux ou trois ans
aurait prouvé qu'il était possible de se fier à ses dispositions
pacifiques. Nous pensons à cet égard--comme M. Welschinger--que si ce
propos a été tenu, il a eu pour but de masquer les véritables intentions
de l'Autriche, et de calmer, par de l'eau bénite de cour, les sentiments
de réprobation muette, qu'inspirait l'attitude de la femme de Napoléon
au petit nombre de personnes françaises de l'entourage de l'Impératrice,
restées fidèles à celui-ci. En laissant subsister, dans l'esprit de
quelques-uns des membres de sa petite cour cette faible lueur
d'espérance, Marie-Louise trouvait effectivement un double avantage.
Elle y gagnait du repos, tout d'abord, et laissait moins de prise à ceux
qui étaient tentés de juger sévèrement sa conduite. C'est ainsi qu'un
jour elle affirmait ne pouvoir retourner en France, parce qu'elle
n'entrevoyait pas d'espoir de tranquillité pour ce pays. Une autre fois
la femme de Napoléon avait soin de déclarer, devant les serviteurs
attachés à ce dernier, que, si son mari renonçait à ses projets
belliqueux, elle estimait que son retour auprès de lui ne rencontrerait
pas d'obstacles. Marie-Louise ne manquait pas alors d'ajouter qu'elle
n'éprouverait aucune répugnance à revenir en France, dans cette
éventualité, parce qu'elle avait toujours eu du goût pour les Français.

Nous avons vu que la fille de l'empereur François était devenue fort
dissimulée, à l'école du comte Neipperg, ce qui nous donne le droit de
suspecter sa sincérité quand elle tenait les propos que nous venons de
rappeler. En attendant, les lettres et journaux venant de France furent
interceptés, et Marie-Louise, conseillée par Neipperg et Metternich, se
préparait à écrire, au premier ministre de son père, une lettre qui
allait creuser un infranchissable fossé à tout retour en arrière de sa
part.


L'infortunée Mme de Brignole, dont l'état de santé restait toujours
alarmant, et qui ignorait encore le grand événement du jour, avait eu
toutefois à ce sujet un rêve prophétique, signalé par notre _Journal_.
Le _11 mars_ mon grand-père écrivait à propos d'elle:

«... La pauvre Mme de Brignole est au plus mal aujourd'hui. Il est
question de l'administrer ce soir. Je commence à désespérer d'elle.
Elle a eu successivement plusieurs faiblesses aujourd'hui qui paraissent
aux médecins du plus mauvais augure...» Mme de Montesquiou parvint en
effet à déterminer Mme de Brignole à se faire administrer le soir même.
La malade reçut les derniers sacrements avec une édifiante piété et
demanda publiquement pardon du scandale qu'elle pouvait avoir donné.
D'après le cérémonial usité dans les palais impériaux d'Autriche,
l'impératrice Marie-Louise et toute sa maison, cierges allumés en main,
s'étaient réunis dans la chambre de la comtesse en y accompagnant
processionnellement le Saint-Sacrement.

A la date du même jour l'impératrice d'Autriche, qui était venue dîner
la veille à Schönbrunn avec sa belle-fille, envoyait, dès le lendemain
matin, à celle-ci un billet renfermant des nouvelles désastreuses
naturellement pour Napoléon, et arrivées soi-disant par une source sûre.
L'acharnement de la troisième femme de l'empereur François contre le
gendre de ce prince, loin de s'atténuer, ne désarmait pas. Elle
saisissait, pour lui nuire dans l'esprit de son mari et de sa
belle-fille, toutes les occasions qui se présentaient.

Le 12 mars, après une longue promenade à cheval avec le général
Neipperg, et sans doute à la suite d'une conversation avec son mentor un
peu plus sérieuse que de coutume, l'Impératrice était allée passer
quelques instants, dans la soirée, au chevet de Mme de Brignole, lorsque
notre _Journal_ nous apprend qu'elle se leva brusquement pour proposer
au général d'aller achever sa lettre. Ce que le _Journal_ ignorait à ce
moment-là, c'est que cette lettre était la fameuse déclaration de
Marie-Louise au chancelier de l'Empire d'Autriche, déclaration qui avait
pour objet de se placer elle et son fils sous la protection de son père
et des monarques ses alliés, en affirmant sa résolution de demeurer
étrangère à tous les projets de Napoléon.

Cette démarche attristante, et de la gravité de laquelle la femme de
Napoléon restait peut-être incomplètement responsable, remplissait, à
leur pleine et entière satisfaction, les vues de ceux entre les mains
desquels cette faible princesse était devenue un instrument docile et à
peu près inconscient. Cette malheureuse déclaration coupait en effet
toute retraite à l'impératrice des Français, en même temps qu'elle était
de nature à indisposer sérieusement, contre Marie-Louise, en premier
lieu l'empereur Napoléon, et en second lieu le sentiment public de toute
la France.

Le lendemain 13 mars était publiée, à Vienne, la déclaration remplie de
violence et de haine des souverains des puissances coalisées contre
Napoléon. Il y était dit «qu'en rompant la Convention qui l'avait établi
à l'île d'Elbe, Bonaparte, avait détruit le seul titre légal auquel son
existence se trouvait attachée; qu'en reparaissant en France avec des
projets de trouble et de bouleversement, il s'était privé lui-même de la
protection des lois, et avait manifesté, à la face de l'univers, qu'il
ne saurait y avoir ni paix ni trève avec lui. Les puissances déclaraient
en conséquence que Napoléon Bonaparte s'était placé hors des relations
civiles et sociales, et que, comme ennemi et perturbateur du repos du
monde, il s'était livré à la vindicte publique.» Ce factum
antidiplomatique, et d'une virulence inconnue jusqu'à ce jour, n'avait
été adopté, au sein du Congrès, qu'à la suite d'une longue et orageuse
conférence, ainsi que le journal de Gentz, qui avait collaboré à sa
rédaction, nous l'apprend. Ses véritables inspirateurs étaient les
représentants du Gouvernement de Louis XVIII au Congrès, et spécialement
M. de Talleyrand, qui écrivait avec satisfaction à son ami Jaucourt:
«J'envoie au roi, mon cher ami, la déclaration dont je vous ai parlé
hier; elle est très forte; jamais il n'y a eu une pièce de cette force
et de cette importance, signée par tous les souverains de l'Europe.»

Quant aux étrangers ils devaient regretter eux-mêmes, quelques jours
plus tard, la violence de langage déployée dans ce manifeste sauvage.
Marie-Louise de son côté le blâma mollement, au lieu de s'en indigner
comme toute autre l'eût probablement fait à sa place.


La correspondance de mon grand-père avec sa femme va devenir beaucoup
plus courte et plus insignifiante à mesure que le triomphe éphémère de
l'empereur Napoléon en France s'accentuera. On ne pourra ni n'osera plus
confier à la poste de Vienne, à destination de Paris, la moindre lettre
tant soit peu compromettante, par les faits qu'elle est en mesure de
raconter ou par les réflexions qu'elle suggère à celui qui tient la
plume. Un cabinet noir impitoyable, un espionnage policier intolérable
envelopperont désormais les Français suspects, résidant à Schönbrunn,
comme d'un réseau. Ce n'est qu'au moyen de quelques occasions, rares
mais sûres, que les deux époux auront la faculté de se parler, dans
leurs lettres, sans contrainte et à cœur ouvert.

_Le 13 mars_ partait à l'adresse de ma grand'mère le billet suivant que
lui envoyait son mari:

«... Nous sommes ici dans une grande anxiété, et bien impatients de
savoir l'issue du grand événement qui nous occupe depuis cinq jours.
L'Impératrice est fort tourmentée, et qui doit l'être plus qu'elle...?
Cette pauvre Mme de Brignole se meurt. L'espoir de la sauver s'affaiblit
tous les jours. Nous ne sommes entourés que de sujets de tristesse. Que
Dieu nous protège dans le présent et dans l'avenir!...»

Autre lettre du même à la même en date du _16 mars_:

«... Je vois, ma pauvre amie, que tu t'occupes beaucoup de politique
dans tes lettres, surtout quand elle regarde notre bonne princesse.
Mais c'est un sujet sur lequel il est difficile d'avoir une opinion,
parce que la politique se compose d'une telle complication de
circonstances et d'intérêts à concilier, que les résultats n'en peuvent
être appréciés par personne. Rassure-toi au reste sur le compte de
l'Impératrice. Ses idées de bonheur ne sont pas attachées aux soins ni à
l'éclat d'une souveraineté. Une vie douce et indépendante, affranchie
d'étiquette et de représentation, la flatte davantage...

»Les événements m'occupent au point que je ne suis en état de rien
faire, à peine de t'écrire...»



CHAPITRE XXII

  Une lettre de Napoléon à Marie-Louise, datée de Grenoble, lui est
  transmise par l'intermédiaire du général Bubna.--Marie-Louise se
  renferme dans un mutisme complet vis-à-vis de mon grand-père.--Le
  fils de Napoléon transféré de Schönbrunn au Palais impérial à
  Vienne.--Conversation sérieuse avec Marie-Louise.--Mme de
  Montesquiou retenue à Vienne.--Fauche-Borel.--Nouvelles qu'il
  répand dans la capitale autrichienne.


A la date du 8 mars Napoléon, arrivé à Grenoble, s'était empressé
d'écrire à Marie-Louise pour lui annoncer son heureuse arrivée dans
cette ville et la prier de venir le rejoindre, avec son fils à Paris, où
il était certain de faire son entrée très prochainement. Cette lettre
avait été expédiée au général Bubna (dont Napoléon faisait cas),
commandant à cette époque les troupes autrichiennes à Turin, et qui
était prié de la faire parvenir à l'Impératrice. Il est à supposer que
cet officier général s'acquitta de cette mission, et que la lettre de
son époux éveilla de nouveaux remords dans le cœur de Marie-Louise,
car, huit jours plus tard, délai à peu près suffisant pour l'arrivée de
cette lettre à Vienne, notre _Journal_ porte cette mention: «17
mars.--Le prince Eugène vient déjeuner avec l'Impératrice qui s'était
promenée, avant le repas, dans les jardins. Sa Majesté a paru triste et
affligée. Une fluctuation de sentiments et de réflexions de toute nature
semble l'agiter intérieurement.»

Mon grand-père en était réduit, dans ces pénibles conjonctures, à
deviner ce qui se passait dans la tête de sa Souveraine, dont les
habitudes de confiance envers lui s'étaient singulièrement modifiées.
Elle le traitait toujours avec une grande bonté, mais évitait avec soin
de le mettre, comme autrefois, au courant de ses affaires. Elle devenait
à son endroit d'une extrême réserve, et, pour obéir aux recommandations
de ceux qui dirigeaient sa conduite, elle esquivait autant que possible,
avec lui, toute conversation sérieuse. Elle sentait que ce fidèle
serviteur de Napoléon la désapprouvait, et, comme elle comprenait qu'il
lui était également profondément attaché à elle-même, Marie-Louise
souffrait de cette désapprobation silencieuse.

_Le 18 mars_ mon grand-père, écrivant à ma grand'mère lui disait:

«... Les affaires du congrès sont en stagnation. Je ne puis m'en aller,
quoique je sente combien je serais nécessaire auprès de toi. Tu me
demandes si l'Impératrice consent à me laisser partir. Elle n'a jamais
mis obstacle à mon retour, mais je n'ai pas voulu ni pu la quitter avant
de la voir établie et tranquille quelque part. Je n'aurais pu le faire
sans abandonner mes propres intérêts, qui ne peuvent être réglés
qu'après l'arrangement des affaires générales. D'autres considérations
me retiennent encore. Je ne pourrais pas décemment me séparer d'elle au
moment où son avenir se trouve compromis, et me faire taxer
d'ingratitude aux yeux du monde--_qui ne connaît pas l'intérieur où nous
vivons_--en paraissant la laisser dans l'embarras. Ces motifs sont bien
faibles et si ma raison s'en contente, mon cœur les désavoue. C'est une
situation qui use ma vie de me trouver ainsi, depuis tant de mois, entre
des sentiments si opposés...»

Le vendredi 17 mars le journal de M. de Gentz nous apprend qu'il y
avait, chez lui, un grand dîner auquel assistaient, entre autres
notabilités, MM. de Talleyrand et Metternich; mais que le festin avait
été un peu gâté par des nouvelles arrivées de France, signalant le
progrès étonnant et les succès décisifs de l'empereur Napoléon dans sa
marche rapide sur Paris. Au dire du même journal, à une grande soirée
qui avait lieu le 17 mars également, chez la duchesse de Sagan, la
consternation, pour le même motif, était générale.

Le 18 mars Marie-Louise avait été rendre visite à l'empereur François
auquel elle avait amené, comme il arrivait souvent, son jeune fils. A
son retour à Schönbrunn elle vint prévenir elle-même Mme de Montesquiou
de se préparer à mener le jeune prince le lendemain, à Vienne, pour y
occuper l'appartement du prince héréditaire et y résider jusqu'à nouvel
ordre. Pour toute explication d'une mesure, aussi extraordinaire
qu'inattendue, l'Impératrice s'était bornée à dire: _Les Souverains
l'ont désiré_. Il est permis de supposer que Talleyrand s'était servi de
ce terme, passablement élastique, pour obtenir de Metternich un nouveau
gage de sa fidélité à soutenir les intérêts de Louis XVIII.

Marie-Louise n'avait plus dans Mme de Montesquiou ni dans mon grand-père
une confiance suffisante pour leur laisser voir le fond de ses pensées
sans restriction. Il lui était même échappé, paraît-il, un propos dont
ce dernier se montra justement froissé. Elle aurait dit un jour, en
effet, devant témoin: «Si j'étais sûre qu'on ne m'ait pas imputé le tort
de n'être pas allée à l'île d'Elbe...» Puis, sans achever sa phrase:
«Mais je suis entourée de gens qui n'auront pas manqué de m'accuser!»

«Je ne pouvais me méprendre sur l'application de ces paroles, dit mon
grand-père dans ses _Mémoires_[77]. Je saisis donc l'occasion de me
plaindre à elle de la mauvaise opinion qu'elle avait de moi, si elle me
jugeait capable d'abuser de l'hospitalité honorable qu'elle m'accordait
pour jouer le rôle de délateur. Je lui dis que personne, mieux que moi,
ne connaissait le désir qu'elle avait toujours eu de se réunir à
l'Empereur, et que les événements seuls, la garde sévère qui se faisait
autour de sa personne et les précautions dont on avait eu soin de
l'entourer, ne l'avaient pas laissée maîtresse d'obéir à ce qu'elle
avait regardé comme un devoir. Quel motif, ajoutai-je, aurait donc pu me
porter à manquer au respect que je lui devais? Quand elle avait parlé de
l'Empereur, n'était-ce pas avec le souvenir des égards et de l'affection
qu'elle reconnaissait avoir toujours trouvés en lui? Je profitai de
cette occasion pour lui exprimer mes regrets de la déclaration qu'elle
avait faite il y avait peu de jours, et dont le Congrès avait abusé. Je
l'exhortai, de la manière la plus pressante, à ne rien signer qui pût
l'engager ni envers les alliés, ni contre l'Empereur, et à conserver une
stricte neutralité; il me semblait que c'était malheureusement la seule
attitude qu'elle pût prendre dans la situation fâcheuse à laquelle elle
était réduite[78].»

  [77] Méneval. T. III, chap. VI.

  [78] Méneval. T. III.

Ce discours d'une logique irréfutable ne pouvait qu'embarrasser
Marie-Louise, qui déjà n'était plus maîtresse de ses actions. Elle ne
sut que se retrancher derrière l'obéissance absolue qu'elle avait jurée
à son père, désormais son seul appui et son seul protecteur. Elle opposa
à son interlocuteur les principes de soumission entière au chef de leur
maison dans lesquels étaient élevées les archiduchesses d'Autriche.
Enfin Marie-Louise ajouta que, n'étant plus souveraine indépendante,
elle se trouvait hors d'état de résister et de se mettre ainsi en
révolte ouverte contre les volontés de l'empereur François et de toute
sa famille. Son avenir, prétendait-elle, celui même de son fils
dépendaient de l'obéissance dont elle ferait preuve, et c'était cette
perte de toute indépendance qui faisait, disait-elle, le malheur de sa
destinée.

On est obligé de reconnaître que la situation que les circonstances
avaient créée à cette malheureuse jeune femme était terriblement
compliquée. Une nature plus généreuse, une tête plus solide auraient eu
plus que du mérite à sortir, avec honneur, de cet inextricable réseau de
difficultés. Cependant comme l'a fait très justement observer M. de
Saint-Amand, dans un ouvrage auquel nous avons fait nous-même de larges
emprunts: «Si cette princesse avait plaidé, _avec l'éloquence du
cœur_, la cause de son époux et de son fils, si elle avait fait un
chaleureux appel aux sentiments chevaleresques du Czar, les Bourbons ne
seraient peut-être jamais remontés sur le trône[79].»

  [79] Saint-Amand. _Marie-Louise, l'île d'Elbe et les Cent Jours._

Cette réflexion est d'autant plus vraie que, comme l'a reconnu M. de
Gentz lui-même, le véritable intérêt de l'Autriche en 1814, et même en
1815, était de favoriser en France l'établissement d'une régence qui
aurait doublé l'influence et la puissance matérielle de la monarchie des
Habsbourg en Europe. M. de Gentz, dans ses écrits, déplore que le
souverain de l'Autriche, et surtout Metternich, n'aient jamais voulu le
comprendre.


Le 19 mars, dimanche des Rameaux, l'impératrice Marie-Louise s'étant
fait une loi, disait-elle de ne pas écrire en France de quelques
semaines, chargea mon grand-père de donner de ses nouvelles à Mme de
Montebello. Elle avait admis à déjeuner, à sa table, Mme de Montesquiou
et son fils Anatole. Le petit prince ne devait quitter Schönbrunn pour
sa nouvelle résidence, à Vienne, que le lendemain 20 mars, jour
anniversaire de sa naissance,--lorsque sa mère, à son retour du Burg,
annonça qu'elle devait y conduire son fils ce soir même à 8 heures. Il
fallut donc tout disposer en grande hâte pour activer ce départ
précipité. L'Impératrice avait écrit la veille à son père pour se mettre
elle et son fils sous la sauvegarde du souverain de l'Autriche. Enfin,
conformément à une décision prise par le cabinet de Vienne, les troupes
autrichiennes se mettaient en mesure d'occuper Parme, et les
fonctionnaires autrichiens d'administrer les duchés, pour leur compte,
mais au nom de la fille de leur maître. C'était, disait-on, pour
empêcher l'empereur Napoléon d'y envoyer un gouverneur et d'en prendre
possession au nom de sa femme.

A 7 heures et demie, le même jour, Sa Majesté se trouvant encore à
table, arrivait à Schönbrunn le grand chambellan comte Wrbna, qui
demandait à parler à l'Impératrice. Il eut d'abord un long entretien
avec le général Neipperg, puis après le dîner avec Marie-Louise; enfin à
8 heures cette princesse, accompagnée de son fils et de Mme de
Montesquiou, partait pour Vienne, d'où elle revenait chez elle à 10
heures du soir.

La peur que les ennemis de Napoléon avaient de voir enlever de Vienne le
jeune prince, son fils, avait été le vrai motif de la translation de ce
pauvre enfant au Palais de l'Empereur son grand-père. Sur nous ne savons
quels indices les soupçons du Gouvernement autrichien s'étaient portés,
à cet égard, d'un côté inattendu. C'est contre M. Anatole de Montesquiou
que cette accusation avait été formulée, sans l'ombre d'une preuve; quoi
qu'il en soit elle servit à fournir au cabinet de Vienne un excellent
prétexte pour séparer le pauvre petit prince de sa fidèle gouvernante.
Voici comment, dans ses _Mémoires_, mon grand-père raconte cette
séparation:

«Le 20 mars, jour où l'Empereur reprenait possession du Palais des
Tuileries, que le roi Louis XVIII avait abandonné pendant la nuit, le
grand chambellan, comte Wrbna, se rendit chez Mme de Montesquiou. Il lui
dit qu'il était allé la veille à Schönbrunn, chargé d'une mission
désagréable qu'il n'avait pas eu le courage de remplir et lui notifia,
avec tous les ménagements possibles, l'ordre de l'empereur de se séparer
du prince son petit-fils et de partir pour la France. Les sentiments
connus de la respectable comtesse et le tendre attachement qu'elle
croyait de son devoir de nourrir dans le cœur de son auguste élève,
pour l'empereur son père, l'avaient rendue suspecte à la Cour de Vienne.
Malgré ses prières, ses instances et ses protestations, elle se vit
forcée d'obtempérer à un ordre aussi cruel. Il lui fallut abandonner un
enfant qu'elle avait reçu dans ses bras, qu'elle n'avait pas quitté un
instant depuis sa naissance, et qui avait été l'objet de sa constante
sollicitude. Toutefois elle ne voulut se dessaisir de ce précieux dépôt
que sur un ordre écrit de l'empereur d'Autriche, protestant de la
violence qui l'arrachait à des fonctions dont elle ne pouvait se
démettre que dans les mains de celui qui les lui avait confiées. Elle
exigea--indépendamment d'un ordre écrit de l'Empereur--un certificat du
médecin qui prouvât qu'elle laissait le jeune prince dans un état
parfait de santé. En réponse elle reçut de l'empereur d'Autriche une
lettre qui lui faisait connaître que, des circonstances nouvelles
rendant un changement nécessaire dans la maison de son petit-fils, il ne
pouvait laisser partir Mme de Montesquiou sans l'assurer de sa
reconnaissance pour les soins qu'elle avait donnés au jeune prince,
depuis sa naissance. L'empereur François joignit à ce témoignage
d'estime, qu'il ne pouvait refuser à une aussi noble conduite, le don
d'une parure en saphir[80].»

  [80] Méneval. _Mémoires_, t. III.

Bientôt après, la permission primitivement accordée à Mme de Montesquiou
de rentrer en France fut révoquée, et la comtesse retenue comme en
otage, à Vienne, ainsi que son fils, dut se résigner à accepter un
appartement vacant chez un chambellan de l'archiduc Louis: M.
d'Enzenberg. Anatole de Montesquiou, en butte aux plus odieuses
tracasseries policières, ne parvint à obtenir de passeports pour
retourner en France qu'au mois de juin 1815, et grâce seulement aux
instances de M. de Talleyrand en sa faveur. Croyant au départ imminent
de la si digne gouvernante de son fils pour Paris, Marie-Louise lui
avait adressé une lettre très affectueuse, accompagnée d'une boucle de
ses cheveux. Le pauvre petit prince, livré à des mains étrangères,
pleurait sa chère maman «Quiou», et la redemandait sans cesse.

Quelques jours après la translation du jeune prince à Vienne, mon
grand-père adressait à sa femme les lignes suivantes:

«... Je me porte bien. L'Impératrice et son fils jouissent aussi d'une
bonne santé. Il n'y a que la pauvre Mme de Brignole qui lutte en vain,
depuis six semaines, contre une maladie qui ne veut faire aucun pas vers
sa fin. Je t'envoie un mot qu'elle m'a chargé d'écrire à Mme Douglas.
Anatole de Montesquiou devait le porter, mais il reste auprès de sa
mère, qui est retenue à Vienne. Elle et son fils se portent bien.

»Les affaires sont ici dans la stagnation. Tous les yeux sont tournés de
votre côté, et c'est vous qui réglerez ce qui se passera ici.»

Fauche-Borel, publiciste célèbre par son dévoûment fanatique à la cause
des Bourbons, venait d'arriver à Vienne dans la seconde quinzaine de
mars. Il s'était aussitôt abouché avec M. de Gentz, chez lequel le
général Neipperg allait de son côté aux informations. Il en résultait
des conciliabules interminables entre ces différents personnages, et
Fauche-Borel inondait la Cour et la ville de toutes sortes de nouvelles
destinées à nuire à la cause de Napoléon. Mon grand-père, par contre,
admirablement renseigné grâce au roi Joseph, qui lui envoyait, de sa
résidence en Suisse, de fréquents messages, tentait de rétablir la
vérité dans l'esprit de Marie-Louise. Il avait fort à faire pour y
parvenir, car les membres de la famille impériale, et surtout
l'impératrice d'Autriche, favorisaient, cela va sans dire, la
propagation des informations, désastreuses pour Napoléon, répandues par
Fauche-Borel. Marie-Louise, en conséquence, se montrait généralement
plus disposée à ajouter foi à ces dernières, qui lui semblaient moins
contraires à ses espérances secrètes.



CHAPITRE XXIII

  Marie-Louise assidue aux offices religieux de la semaine
  sainte.--Cérémonies à Saint-Étienne.--Lettre de Napoléon à
  l'empereur François; il n'y est fait aucune réponse.--Billets de
  Napoléon à Marie-Louise.--Lettres de Caulaincourt.--A propos des
  traités du 3 janvier et du 25 mars 1815.--Talleyrand ferme sa
  maison.--Départ de Wellington.--Mort de la comtesse de
  Brignole.--Lettre de ma grand'mère à son mari.


Pendant les jours de la semaine sainte l'impératrice Marie-Louise se
montra très assidue aux offices. Elle partait de Schönbrunn à 9 heures
du matin pour assister aux cérémonies religieuses. Le jeudi saint
l'empereur et l'impératrice d'Autriche lavèrent les pieds à 24
vieillards des deux sexes, dont les âges additionnés auraient atteint le
chiffre de près de deux mille ans. Marie-Louise continua ses exercices
de dévotion à Vienne jusqu'au jour de Pâques, qui tombait cette année
là le 26 mars. Elle entendit la messe, ce jour-là, dans la chapelle du
château de Schönbrunn, et assista au salut dans l'église cathédrale de
Vienne. Elle cherchait alors, dans les exercices de piété auxquels elle
se livrait, une diversion aux préoccupations et aux idées affligeantes
qui l'assiégeaient, en même temps que des consolations dont la religion
seule pouvait la réconforter.

Le lundi de Pâques l'Impératrice assista à un banquet de famille donné à
Vienne à l'occasion de la cérémonie du renouvellement, entre les mains
de l'archevêque de Vienne, du serment de protéger et de maintenir la
religion catholique. L'empereur et l'impératrice d'Autriche se rendirent
à cet effet à l'église Saint-Étienne en grand gala, avec une suite de
voitures de forme gothique couvertes de dorures, toutes les gardes sous
les armes, les pages et les valets de pied en grand habit escortant le
carrosse impérial[81].

  [81] Méneval. _Mémoires_, t. III.

Le 25 mars le général Neipperg avait discuté avec Marie-Louise les
termes d'une lettre qu'il lui avait ensuite dictée; cette lettre,
destinée à être remise à M. de Metternich, était, au dire de
l'Impératrice, relative à ses affaires de Parme. En attendant, les
souverains alliés, décidés à n'accorder ni paix ni trève à Napoléon,
faisaient traquer également, dans tous les coins de l'Europe, les
membres dispersés de sa famille. Le roi Joseph avait à peine eu le temps
d'échapper aux émissaires de Schwarzenberg, chargés de l'arrêter à
Prangins.

Le jour même où Mme de Montesquiou recevait l'ordre d'avoir à se séparer
du fils de Napoléon, et où le pauvre enfant était enfermé au château
impérial de Vienne, sous la surveillance directe de son grand-père,
l'empereur Napoléon rentrait aux Tuileries. C'était le 20 mars 1815,
anniversaire de la naissance du petit prince qui atteignait ses quatre
ans. Dans son ouvrage sur le _roi de Rome_, M. Welschinger nous apprend
que Napoléon confiait quelques jours après à un chambellan autrichien,
M. de Stassart, de passage alors à Paris, une lettre touchante pour
l'empereur François. Napoléon y disait à son beau-père que le plus
ardent de ses vœux était de revoir bientôt les objets de ses plus
douces affections. Il désirait que l'Impératrice et son fils vinssent
en France par Strasbourg, les ordres étant donnés, sur ce parcours, pour
leur réception dans l'intérieur de ses États. Le gendre de François II
ne doutait pas, aux termes de sa lettre, que l'empereur d'Autriche ne se
hâtât de presser l'instant de la réunion d'une femme avec son mari, d'un
fils avec son père. Il n'avait d'ailleurs qu'un but, affirmait-il:
consolider le trône que l'amour de ses peuples venait de lui rendre,
pour le léguer un jour, affermi sur d'inébranlables fondements, à
l'enfant que François II avait entouré de ses bontés paternelles.

Interceptée à Linz, cette lettre fut communiquée au Congrès et put ainsi
satisfaire la froide et malveillante curiosité des souverains alliés ou
de leurs ministres. Le beau-père en tout cas n'en accusa même pas
réception à son gendre.

Presque à la même date Marie-Louise avait reçu directement de son époux,
ce petit billet.

«Ma bonne Louise, je suis maître de toute la France. Tout le peuple et
toute l'armée sont dans le plus grand enthousiasme. Le soi-disant roi
est passé en Angleterre. Je t'attends pour le mois d'avril ici avec mon
fils. Adieu mon amie.--Napoléon[82].»

  [82] Collection Antonin Lefèvre-Pontalis. _Le roi de Rome_, par
  Welschinger.

La docilité absolue de Marie-Louise envers son père et ses conseillers
l'avait depuis longtemps condamnée, comme nous l'avons vu, à garder un
mutisme complet vis-à-vis de son mari. Elle ne se départit donc pas
davantage, en cette circonstance, de son silence obstiné. L'ardent désir
exprimé dans toutes les lettres de Napoléon de voir revenir, auprès de
lui, sa femme et son fils, a vraisemblablement hâté la résolution prise
par le cabinet de Vienne de placer le jeune prince sous la surveillance
de son grand-père, et d'empêcher même le retour en France de Mme de
Montesquiou.

De son côté Caulaincourt écrivait à mon grand-père le 26 mars:
«Ramenez-nous l'Impératrice. Nous ne pouvons pas mettre son retour en
doute... Tant de vœux et de si bons sentiments l'appellent ici qu'elle
ne saurait trop se hâter.» Le duc de Vicence mandait en même temps à Mme
de Montesquiou: «Isabey vient de rendre l'Empereur bien heureux, en lui
remettant le joli portrait du prince impérial qu'il vient de finir.
Revenez vite; ramenez-nous, avec l'Impératrice, ce cher enfant que nous
aimons à devoir à ses soins et aux vôtres. L'Empereur ne s'est jamais
mieux porté. Il parle avec attendrissement de tout ce qu'il aime, et
nous ne pouvons pas mettre en doute que son auguste beau-père ne rende
tout de suite, une femme à son mari et un fils à son père[83].»

  [83] Welschinger. _Le roi de Rome_, chap. VII.

Enfin le 27 mars Caulaincourt adressait à Metternich une lettre
importante où il affirmait que la première pensée de Napoléon était de
maintenir la paix. Il tenait à en donner à l'Autriche l'assurance
formelle, attendant, des principes et des sentiments de l'empereur
François, le retour de l'Impératrice Marie-Louise et de son fils. Une
circulaire, empreinte des mêmes déclarations pacifiques, était adressée
en même temps à tous les agents diplomatiques de la France à
l'étranger[84].

  [84] _Ibid._

Tout ce qui vient d'être rapporté relativement aux espérances que l'on
paraissait conserver, à Paris, de voir des dispositions plus
conciliantes prédominer dans le cabinet autrichien, témoigne des
illusions complètes qu'on y nourrissait à cet égard. Si Napoléon et son
entourage avaient mieux compris ce qui se passait en réalité à Vienne,
depuis six mois, ils auraient deviné sans doute que l'Autriche et ses
alliés ne lâcheraient jamais leur proie!


Le traité du 25 mars avait été signé à Vienne au moment même où l'on
venait de remettre à l'empereur Napoléon le double du traité secret du 3
janvier, laissé par M. de Jaucourt dans les cartons du Ministère des
Affaires étrangères à Paris. Le duc de Vicence mit ce traité sous les
yeux du chargé d'affaires russe, M. Boutiakin, ainsi que la
correspondance adressée de Vienne à Louis XVIII par M. de Talleyrand, et
dans laquelle ce dernier, exagérant le ridicule de certaines habitudes
privées d'Alexandre, s'exprimait fort cavalièrement sur le compte de ce
Souverain. La lecture de ces pièces indigna M. Boutiakin; elles
devaient, à plus juste titre, irriter son maître. La révélation de la
convention du 3 janvier suffisait, à elle seule, pour détacher
violemment Alexandre de la coalition. Tous ces documents lui furent
immédiatement transmis, mais les signataires du traité secret avaient
prévenu le danger en précipitant la conclusion du traité du 25 mars; il
y eut à peine un jour d'intervalle entre l'annonce de l'entrée de
l'Empereur à Paris et la signature de cette convention. Alexandre avait
déjà ratifié cet acte, et il venait de transmettre à ses troupes l'ordre
de se mettre en marche, lorsque lui parvinrent les documents remis à son
ambassade à Paris. Le moment d'une rupture était passé; le courrier de
M. Boutiakin arriva trop tard[85].

  [85] Vaulabelle. _Histoire des deux Restaurations_, t. II, p.
  348.

Le 27 mars des nouvelles arrivées de Paris à Vienne y confirmaient le
succès complet de Napoléon. M. de Talleyrand n'allait pas tarder, en
conséquence, à déclarer que sa mission officielle avait cessé, et à
fermer sa maison. Il devait se féliciter vivement de la conclusion
rapide du traité du 25 mars qu'il avait précipitée; mais la révélation
faite par Napoléon à Alexandre, de l'existence du précédent traité du 3
janvier, dirigé contre la Russie, ne pouvait manquer, d'autre part, de
suggérer à son principal négociateur des préoccupations fort
désagréables. Le 28 mars Wellington quittait Vienne pour s'occuper de
réunir des troupes, et de la formation d'une armée dans les Pays-Bas.
Toutes les forces de l'Europe, coalisées contre la France et contre son
chef, se préparaient à se mettre en marche sur Paris.

Le _2 avril_ mon grand-père écrivait de Schönbrunn à sa femme:

«... La terre que j'habite devient tout à fait inhospitalière, et j'ai
besoin de la quitter pour me retrouver, loin de toutes les sollicitudes
et des soucis dont j'ai été dévoré ici depuis des mois, au milieu de ma
famille, et de m'abandonner tout entier à cette existence douce et
tellement préférable à la vie agitée et désordonnée que je mène ici.»

J'ai une triste nouvelle à t'apprendre, c'est celle de la mort de Mme
Brignole. Elle est morte ce matin à 4 heures avec toute sa tête, mais
sans s'en douter. Son fils était à Vienne auprès de sa petite-fille qui
était à l'agonie. Il quitte sa fille pour voler auprès de sa mère qu'il
trouve expirée, et retourne sur-le-champ auprès de sa fille qui était
morte pendant sa courte absence. Figure-toi l'état de ce malheureux
jeune homme! Cette catastrophe m'a jeté, dans l'âme, un noir que je ne
puis dissiper.

»Je n'ai aucune nouvelle de ce qui se passe à Paris. On ne laisse passer
ici ni lettres, ni journaux, excepté ce que le Gouvernement croit
pouvoir laisser connaître sans danger pour l'impulsion qu'il veut donner
à l'esprit public. Il n'est pas favorable aux événements de France, mais
il est moins mauvais qu'il ne l'a été. Les finances sont dans un état
déplorable et qui menace d'une banqueroute. Les finances des autres
puissances ne sont pas dans une meilleure situation. L'épuisement est
extrême chez tous les alliés. Cela fait faire de sérieuses réflexions.»

Mon grand-père, ainsi qu'il l'a raconté dans ses _Mémoires_, ne put
assister aux derniers moments de Mme de Brignole, se trouvant lui-même
malade et incapable de quitter la chambre. Il n'avait pas osé
communiquer à cette pauvre femme la nouvelle des événements
considérables qui venaient de se produire en France, dans la crainte de
lui occasionner une émotion nuisible à sa santé déjà si compromise. Il
apprit toutefois, plus tard, par Mme de Montesquiou, que celle-ci lui en
avait fait la révélation, la veille de sa mort. «Ainsi la comtesse de
Brignole emporta du moins, au tombeau, une espérance que, pour les
survivants, deux mois devaient suffire à détruire[86].»

  [86] Méneval. _Mémoires_, chap. VI.


Le 1er avril le général Neipperg quittait Schönbrunn et la souveraine
nominale de Parme pour se rendre à l'armée d'Italie où il devait exercer
un commandement. Quelques jours auparavant Marie-Louise lui parlant,
pendant le dîner, de son prochain départ, lui avait recommandé de
veiller à ce que ses États de Parme fussent ménagés. Le jour de son
départ à 6 heures du matin, l'impératrice Marie-Louise, levée et
habillée dès l'aurore, avait reçu de lui une très longue lettre, qui
contenait des recommandations et des conseils dont elle ne pouvait plus
se passer.

«Quand le général Neipperg quitta Vienne, le 1er avril 1815, pour aller
faire la guerre à Murat, allié de Napoléon, dit M. de Saint-Amand,
Marie-Louise qui n'avait plus rien de français, fit certainement des
vœux pour l'Autriche, surtout pour le général autrichien. Il écrivait
des lettres, longues comme des volumes, à celle qui avait cessé toute
correspondance avec son époux. Le machiavélisme de la coalition avait
porté ses fruits. Neipperg était le conseiller, le confident, le futur
ministre, le futur mari morganatique de l'ancienne Impératrice des
Français. Elle devait être, en admettant qu'elle ne le fût pas déjà,
inféodée corps et âme à cet homme qui, partout et toujours, depuis la
Suède jusqu'à Naples, avait figuré parmi les plus patients et les plus
acharnés des ennemis de Napoléon[87].»

  [87] Saint-Amand. _Marie-Louise, l'île d'Elbe et les Cent Jours._

C'est à peu près vers cette même époque, celle du départ du comte
Neipperg pour l'armée d'Italie, qu'une intéressante lettre de ma
grand'mère à son mari parvenait à Schönbrunn, par une occasion sûre.
Nous croyons que le lecteur nous saura gré de la placer sous ses yeux,
car le tableau qu'elle reflète paraît d'une vérité saisissante; il
semble la reproduction fidèle et sans retouche d'une impression
fortement ressentie. Cette lettre ne put manquer de produire, sur l'âme
découragée du pauvre exilé, l'effet d'un baume consolateur. Elle fournit
de plus, dans notre opinion, une note originale sur le caractère de
Napoléon qui, jusqu'ici, n'avait guère été considéré comme _dameret_ par
la plupart de ses historiens! Voici cette lettre:

    «Paris, 23 mars 1815.

«J'ai vu notre Empereur, cher Francy, et je l'ai embrassé avec un
plaisir dont tu peux facilement te faire une idée. Hier matin Mme de
Luçay vint me dire de la part de Sa Majesté, qu'Elle désirait me voir à
l'heure de son dîner. Tu penses bien que je me rendis avec empressement
à cette invitation mais ce ne fut pas, je l'avoue, sans une bien vive
émotion. En mettant les pieds dans ce beau palais des Tuileries, je ne
pus dissimuler ma joie. La reine Hortense, Mme Duchâtel, Mme de Lobau,
Mme Mollien, et deux ou trois autres dames étaient là. L'Empereur a dîné
à 7 heures, et, après son dîner, nous a toutes fait entrer dans
son salon. Il y est resté jusqu'à 10 heures 1/2, nous disant
continuellement, à toutes, les choses du monde les plus aimables et les
plus flatteuses, nous racontant comment il a quitté l'île d'Elbe, et
comment il a été accueilli par ses braves soldats. Plusieurs fois il m'a
demandé de tes nouvelles, bien cher ami; jamais enfin je ne l'ai vu si
gai ni si gracieux. Vers la fin de la soirée sont arrivés le duc de
Rovigo, l'archichancelier, le général Drouot, le duc d'Otrante, le
général Sébastiani, le duc de Gaëte et le général Flahaut. Presque tous
ces Messieurs m'ont chargé de les rappeler à ton souvenir et de te dire
qu'ils t'attendaient avec impatience. Le duc de Bassano est aussi venu
causer avec moi. Il m'a dit que--de sa retraite--il avait eu de mes
nouvelles, et qu'il avait bien du plaisir à me retrouver dans un des
salons des Tuileries. Au total nous avions tous l'air heureux.
L'Empereur était vraiment, au milieu de nous, comme un bon père au
milieu de ses enfants.»



CHAPITRE XXIV

  Autres billets de Napoléon à Marie-Louise.--Silence conservé par
  elle.--Mme Mitrowsky dame d'honneur.--L'archiduc
  Rainier.--Marie-Louise annonce à mon grand-père la résolution de
  ne jamais se réunir à l'empereur Napoléon.--Conversation à ce
  sujet.--Le fils de Napoléon privé de la succession de sa mère à
  Parme.--Départ du prince Eugène pour Munich.--Mission
  Montrond.--Détails sur ce personnage; son rôle à Vienne.--Le roi
  Murat, anecdote.


Napoléon avait adressé, en date du 4 avril, aux principaux Souverains,
une lettre où il disait que sa reprise de possession du trône était
l'ouvrage d'une irrésistible puissance--la volonté d'une grande nation
qui connaissait ses devoirs et ses droits--et où il réitérait ses vœux
pour le maintien d'une honorable tranquillité. Mais les souverains
firent semblant de ne pas l'avoir reçue, car ils dédaignèrent d'en
accuser réception et ne voulurent en tenir aucun compte. Napoléon,
d'autre part, s'était adressé à Marie-Louise: «Ma bonne Louise, je t'ai
écrit bien des fois... Je t'envoie un homme pour te dire que tout va
très bien. Je suis très adoré et maître de tout. Il ne me manque que
toi, ma bonne Louise, et mon fils.--Napoléon.» Marie-Louise, qui reçut
ce mot, ne répondit pas. Un autre billet daté de Lyon le 11 mars, et
tout entier de la main de Napoléon, avait été précédemment apporté un
jour, à Schönbrunn, par un cavalier qui l'avait caché dans une de ses
bottes. Il contenait à la fin cette pressante invitation: «Viens me
rejoindre avec mon fils. J'espère t'embrasser avant la fin de mars.»
Marie-Louise parut n'avoir reçu aucun de ces billets[88].

  [88] Welschinger. _Le Roi de Rome_, p. 124.

Ainsi le retour triomphal de Napoléon à travers la France jusqu'à Paris
semble n'exercer sur les volontés de Marie-Louise aucune réaction.
Flottant entre mille impressions diverses, peut-être avait-elle hésité
un instant?... Elle n'avait, toutefois, pas longtemps tardé à retomber
pour toujours, oublieuse et passive, dans les mailles du filet qu'on
s'était appliqué à tendre et à resserrer chaque jour autour d'elle.
Tant de précautions n'étaient-elles pas superflues d'ailleurs... puisque
cette princesse, otage de la coalition, n'a même jamais su tenter de se
débattre contre les embûches qui avaient pour but de la séparer de son
époux d'une manière radicale et définitive? Nous verrons bientôt
Marie-Louise aller plus loin encore dans cette voie, et annoncer sa
ferme intention de ne jamais se réunir à Napoléon. C'était la dernière
goutte d'amertume qui devait faire déborder le vase de l'indignation
chez mon grand-père, resté si fidèle à son maître. Malade à la fin de
corps et d'esprit, il avait hâte, comme il allait le mander dans sa
lettre au duc de Vicence, de revoir l'Empereur, de retrouver sa famille,
ses anciens amis, de respirer un autre air. Bien des semaines devaient
encore s'écouler avant qu'il lui fût donné de revoir le sol de sa
patrie, et c'est le récit des événements petits et grands de cette
période de temps, relativement courte, qu'il nous reste à reprendre et
terminer.


Mme de Mitrowsky, veuve d'un général autrichien, avait été nommée dame
d'honneur de l'impératrice Marie-Louise, ou plutôt de la duchesse de
Parme, à laquelle elle avait été présentée dans les derniers jours de
mars. On disposa pour elle, par les soins de l'impératrice d'Autriche,
dont elle était la protégée, l'appartement laissé vacant par Mme de
Montesquiou. Notre _Journal_, faisant un portrait de cette nouvelle dame
d'honneur, dit qu'elle était âgée d'environ trente-deux ans, peu jolie,
de petite taille et même un peu contrefaite, mais qu'elle ne manquait ni
de finesse ni d'agrément. Le départ de Neipperg pour l'armée laissant
sans titulaire auprès de Marie-Louise l'emploi de mentor et de
conseiller, la Cour fit choix de l'archiduc Renier pour demeurer auprès
de la femme de Napoléon et pour la surveiller; presque tous les autres
oncles de la duchesse de Parme devant partir incessamment pour l'armée.
Après le départ imminent de l'empereur d'Autriche, qu'on disait fort
exaspéré du renouvellement des hostilités, l'impératrice d'Autriche, les
archiduchesses, l'archiduc François et le jeune fils de Napoléon
devaient revenir habiter Schönbrunn avec l'impératrice Marie-Louise. Les
bruits du jour semblaient faire supposer que les dispositions du cabinet
de Vienne envers la France avaient subi une légère détente, et l'on
disait qu'après avoir refusé de recevoir deux courriers de l'empereur
Napoléon, M. de Metternich s'était décidé à accueillir le troisième.

Le 2 avril, après une visite au prince Eugène, auquel on hésitait à
Vienne à accorder des passeports pour lui permettre d'accompagner le roi
de Bavière, son beau-père, qui se disposait à repartir pour Munich, mon
grand-père se trouva seul à dîner à la table de l'Impératrice. Il voulut
naturellement profiter de cette occasion pour lui parler, sans témoin,
de la France et de l'Empereur. Mais ses _Mémoires_ nous font connaître
qu'à son vif déplaisir il se heurta, chez Marie-Louise, à des
dispositions tout à fait défavorables. Elle ne craignit pas d'apprendre
à son interlocuteur sa résolution formelle de ne jamais se réunir à
l'empereur Napoléon. Elle avoua que, ne l'ayant pas suivi dans
l'adversité, elle ne pouvait pas partager sa prospérité. Mon grand-père
ne manqua pas de retracer à Marie-Louise le souvenir de l'attachement
dont Napoléon lui avait donné si souvent le témoignage et de la peine
qu'il avait ressentie des obstacles opposés à leur réunion, obstacles
dont il était bien éloigné de lui attribuer la responsabilité. Il parla
aussi du chagrin que causerait à l'Empereur une séparation dont tout le
tort retomberait sur l'Impératrice. «Je lui dis, ajouta-t-il, qu'elle
serait accueillie en France comme l'ange de la paix, et que le bienfait
de son retour lui concilierait à jamais la gratitude de la nation
française; que je nourrissais l'espoir qu'elle reviendrait sur une
résolution si violente, où son cœur, pas plus que ses véritables
intérêts, n'avaient été consultés. J'affirmai que, si elle notifiait
avec force une détermination contraire à celle qu'elle venait
d'exprimer, cette manifestation de sa volonté serait certainement d'un
grand poids. Mais tout ce que je pus dire, à cet égard, ne fit, sur
l'esprit de Marie-Louise, que bien peu d'impression. Elle me répéta
qu'elle n'avait pas dû consulter ses propres sentiments, ni se fier à
son jugement, dans une question où de si graves intérêts se trouvaient
engagés; que les avis de son oncle Charles et d'un jurisconsulte avaient
fixé ses incertitudes, qu'au reste elle n'avait rien signé et ne
signerait rien, avant de s'être entendue avec l'empereur Napoléon; que
sa résolution bien arrêtée était de ne consentir à aucun divorce; mais
qu'elle traiterait de sa séparation à l'amiable, personnellement avec
lui, quand elle aurait toute liberté pour lui écrire[89].»

  [89] Méneval. _Mémoires_, t. III, chap. IV.

Le reste de la conversation, qui se prolongea pendant plus d'une heure,
eut également pour objet Parme et les droits reconnus de l'Impératrice à
cette souveraineté; Marie-Louise dut convenir que son fils ne lui
succéderait pas. Elle irait en conséquence s'y établir sans lui, mais
elle devait--assurait-elle--accepter ce sacrifice, si douloureux qu'il
fût, parce qu'il fallait l'accomplir dans l'intérêt même de son enfant.
Elle ajoutait que si elle n'obtenait pas la souveraineté d'un État de
quelque importance, elle ne pourrait rien faire pour lui; au lieu qu'une
fois établie à Parme, il lui deviendrait possible d'économiser
annuellement cinq cent mille francs, qui joints aux revenus des fiefs de
Bohême assureraient, après elle, à son fils, une existence indépendante.

«Je me permis de répondre à l'Impératrice, dit encore mon grand-père,
que les intérêts pécuniaires étaient une bien faible considération dans
la situation où son fils se trouvait placé; que si son nom et sa qualité
de fils de Napoléon ne le faisaient pas assez grand et n'étaient pas des
titres suffisants à la sympathie de l'univers, un million de rentes ne
compenserait guère la perte du rang d'où on l'avait fait tomber; qu'elle
ne pouvait se résigner ainsi à l'exhérédation de son fils, qui--déjà
privé de l'héritage paternel--l'était encore de l'héritage maternel par
une injuste décision du Congrès et qui vivrait, par conséquent,
désormais en dehors des lois, sans patrie, sans titre, et pour ainsi
dire sans nom, car on ne saurait plus comment l'appeler[90].»

  [90] Méneval. T. III, chap. VI.

Cet entretien qui dut être pénible pour les deux interlocuteurs, mais
surtout pour mon grand-père, acheva de convaincre ce dernier de
l'inutilité de la prolongation de son séjour en Autriche. Sur ces
entrefaites le baron de Vincent, représentant de l'empereur François
auprès du roi Louis XVIII à Paris, était rentré à Vienne accompagné du
personnel de sa légation. Caulaincourt avait eu beaucoup de peine à
obtenir de ce personnage, avant qu'il quittât le territoire français,
qu'il voulût bien se charger, lui ou son secrétaire Lefèbvre de
Rechtenberg, de quelques lettres à l'adresse de la petite colonie
française de Schönbrunn. Mon grand-père était tombé malade à ce moment
là, et les espions de la police autrichienne, qui exerçaient autour de
Marie-Louise et de son entourage la surveillance la plus étroite,
s'étaient inquiétés de ne plus l'apercevoir, dans l'ignorance où ils se
trouvaient du motif de sa disparition momentanée. Ils avaient en
conséquence terrorisé par leurs menaces les concierges du château, en
les forçant à rendre compte au contrôle de la police des dires, des
faits et gestes de mon grand-père, que ces pauvres gens se voyaient
souvent dans l'obligation d'inventer.

Le 6 avril, le prince Eugène obtenait enfin l'autorisation de quitter
Vienne pour Munich, à la suite de son beau-père, le roi Maximilien[91].
Ce départ était pour mon grand-père un événement très pénible, car le
beau-fils de Napoléon lui était cher à plus d'un titre, et nous n'avons
pas laissé ignorer au lecteur les liens d'estime réciproque et
d'attachement qui existaient entre eux. Dans la dernière semaine qui
précéda le départ du prince Eugène, l'empereur Alexandre avait presque
complètement cessé de le voir et de se promener avec lui; tandis qu'il
l'accablait auparavant de ses preuves d'amitié comme de ses témoignages
d'intérêt. Ce refroidissement marqué du Czar, vis-à-vis du fils de
Joséphine, avait vraisemblablement pour cause le soupçon conçu par le
monarque russe de la participation du prince Eugène aux derniers
événements survenus en France. Le souverain de la Russie était persuadé
que le gendre du roi de Bavière avait coopéré, dans la mesure de ses
moyens, au retour de l'empereur Napoléon de l'île d'Elbe en France;
supposition que nous avons lieu, pour notre part, de croire dénuée de
tout fondement.

  [91] Maximilien-Joseph, électeur puis roi de Bavière, mort en
  1825.


Quelques jours après le départ du général Neipperg à l'armée d'Italie,
arrivait à Vienne un M. de Montrond, chargé par l'entourage de Napoléon
(ostensiblement par le duc de Vicence, secrètement par Fouché) de
messages et de commissions pour Marie-Louise, pour Mme de Montesquiou et
pour mon grand-père, enfin surtout pour Talleyrand. Qu'était donc cet
étrange émissaire, auquel tant de documents confidentiels avaient été de
la sorte confiés, sans que le personnage offrît par lui-même aucune
sérieuse garantie? A en croire Vaulabelle dont nous allons encore cette
fois emprunter le jugement: «Montrond était un de ces effrontés
entremetteurs d'intrigues politiques qui, prenant de toutes mains,
vendant toutes choses et tout le monde, ont l'art de louer très cher, à
tous les gouvernements, leur audace et leur immoralité. Il était fort
lié avec M. de Talleyrand; l'Empereur, dans le courant d'avril, le
chargea d'une mission pour Vienne. Napoléon dit à ce sujet dans ses
_Mémoires_: «La mission de Montrond avait plusieurs buts: gagner
Talleyrand, porter des lettres à l'Impératrice et rapporter des
réponses; fournir à Talleyrand l'occasion d'écrire en France, et de
pouvoir saisir les fils des trames qu'il y avait ourdies. Tous ces buts
furent remplis. Au retour du sieur Montrond, on délibéra de l'arrêter à
la frontière; mais on sentit qu'il aurait caché ses dépêches. On se
contenta d'observer ses démarches à son arrivée, et l'on eut le premier
fil des intrigues de Fouché[92].» Fouché avait effectivement, à cette
époque, un grand intérêt à faire sonder les véritables dispositions de
Talleyrand, pour savoir de quel côté diriger ses propres intrigues. Au
dire de M. de Saint-Amand, Montrond ne croyait pas son ami Talleyrand si
fortement engagé dans la cause des Bourbons. M. de Montrond se rendit à
Schönbrunn, auprès de mon grand-père auquel il avait des lettres à
remettre, entre autres une de l'empereur Napoléon pour Marie-Louise, et
d'autres de Caulaincourt à son adresse et à celle de Mme de Montesquiou.
M. de Montrond prenait avec lui des rendez-vous, «tantôt à Vienne et
tantôt à Schönbrunn, où l'envoyé de Fouché, se promenant dans les
jardins et dans les serres, se faisait passer pour un amateur de
botanique, afin de déjouer les nombreux espions dont la résidence de
Marie-Louise était environnée[93]». Au cours de ces conversations
Montrond fit comprendre à son interlocuteur qu'il ne fallait pas
compter sur un revirement, de la part de Talleyrand, en faveur de la
cause napoléonienne, parce qu'à la suite de ses entretiens avec le
diplomate en question, il s'était convaincu que Talleyrand était trop
surveillé par ses collègues étrangers, et trop engagé d'ailleurs dans la
voie opposée, pour revenir en arrière. Quant à l'impératrice
Marie-Louise, mon grand-père nous a appris dans ses _Mémoires_ de quelle
façon M. de Montrond s'exprimait en plaisantant à son sujet:

«Il me dit en riant, racontent les _Mémoires_ précités, qu'il avait
carte blanche pour enlever l'Impératrice, en la faisant déguiser, s'il
le fallait, sous des habits d'homme, sans s'inquiéter de ses mièvreries.
Il ajouta plusieurs assertions sur le ton de raillerie spirituelle qui
lui est familier, et qui me prouvèrent ce que j'étais déjà disposé à
croire, que ce projet d'enlèvement était plutôt une idée plaisante de sa
part, que le but d'une mission qui lui aurait été donnée. Il s'étonnait
de la confiance subite qu'on avait semblé lui montrer à Paris, à lui
qui, jusque-là, avait été exilé et poursuivi. Je m'en étonnais bien
davantage, pensant qu'il venait beaucoup plutôt, à Vienne, pour faire
les affaires de M. de Talleyrand que pour y servir les intérêts de
Napoléon. M. de Montrond était en effet chargé d'une mission
particulière de Fouché pour l'ancien plénipotentiaire du roi Louis XVIII
au Congrès. Il était descendu à l'hôtel de l'ambassade française[94].»

  [92] Vaulabelle, _Histoire des deux Restaurations_, t. II, note
  des pages 389 et 390.

  [93] Saint-Amand. _Marie-Louise, l'île d'Elbe et les Cent-Jours._

  [94] Méneval. T. III, chap. VI.

La lettre de Napoléon à Marie-Louise, apportée par Montrond, et dont il
vient d'être question plus haut, ne resta probablement pas secrète bien
longtemps. Deux jours après, rapporte notre _Journal_, le marquis
Antoine Brignole étant venu voir mon grand-père, pour prendre congé,
avant de retourner à Gênes, apprit à celui-ci que le duc Dalberg, son
beau-frère, avait pu prendre connaissance d'une lettre écrite par
Napoléon à Marie-Louise, lettre rapportée de Paris par M. de Vincent ou
par un de ses secrétaires. C'était en vérité pour le gendre de
l'empereur François un moyen bien commode et bien sûr de faire savoir à
son beau-père ce qu'il n'aurait pas voulu lui écrire personnellement:
Napoléon n'avait, on le voit, qu'à le mander confidentiellement à sa
très chère et fidèle épouse! Aussitôt l'empereur d'Autriche et les
souverains ses alliés en auraient été informés sans retard...

Dans la matinée du 7 avril, la veille du jour où il allait apprendre de
la bouche de M. de Brignole l'incident que nous venons de relater, mon
grand-père avait fait rouler, à déjeuner, à la table de Marie-Louise, la
conversation sur l'arrivée à Vienne du baron de Vincent. L'Impératrice
répondit qu'elle n'avait pas vu M. de Vincent, qui n'avait pas apporté
de lettres de l'empereur Napoléon, n'ayant point voulu s'en charger.
Elle ajouta que son secrétaire, rentré à Vienne un jour après lui, en
avait, paraît-il, apporté; qu'elle en a entendu exposer le contenu, mais
que l'empereur son père ne voulait ni communiquer lui-même, ni laisser
sa fille communiquer avec le maître actuel de la France.

Mon grand-père écrivit, dans la journée du 7 une longue lettre au duc de
Vicence, pour dissiper les illusions qu'on persistait à conserver à
Paris, et pour mettre le Gouvernement de l'Empereur au courant de ce
qui se passait en réalité à Vienne. Cette lettre, fort longue, répondait
aux questions que renfermait celle de Caulaincourt et lui fut fidèlement
rapportée, à Paris, par M. de Montrond, aussitôt après son retour dans
cette ville. Les archives du département des Affaires étrangères ont
conservé l'original de cette lettre qui a été reproduite dans plusieurs
publications. Nous nous bornerons à en placer, dans le chapitre suivant,
quelques extraits sous les yeux du lecteur. Mais auparavant nous
terminerons celui-ci par une anecdote racontée dans notre _Journal_, le
8 avril, jour où mon grand-père atteignait ses 37 ans. Ce soir-là,
pendant le dîner chez l'Impératrice, comme on parlait des affaires de
Naples, et de la mission que le général Neipperg venait d'être chargé de
remplir auprès du roi Joachim, quelqu'un fit allusion à la situation
fausse de ce souverain, en ajoutant qu'on ne gagnait jamais rien à
s'écarter de la ligne droite. Presque aussitôt Marie-Louise, se faisant
intérieurement l'application de cette maxime, parut troublée et ne
parvint pas à dissimuler un embarras très visible.



CHAPITRE XXV

  Lettre du baron de Méneval au duc de Vicence pour documenter le
  Gouvernement impérial français sur ce qui se passe en réalité à
  Vienne.--Lettre de Talleyrand à Louis XVIII rendant compte à sa
  manière de la mission Montrond à Vienne.


Lettre au duc de Vicence:

    «Schönbrunn-Vienne, le 7 avril 1815.

»Monsieur le Duc, votre billet du 26 mars m'a été remis ce matin. Les
journaux français sont soigneusement celés par le ministère autrichien,
et par ceux des princes alliés qui les reçoivent. Ce sont les journaux
allemands qui nous donnent les nouvelles de France. Toutes les
négociations du Congrès sont suspendues; chacun reste _in statu quo_ en
attendant les chances heureuses. Les troupes sont en mouvement sur tous
les points. L'empereur d'Autriche doit suivre à la fin du mois
l'empereur de Russie à Prague, pour voir les troupes russes. L'empereur
Alexandre est dans une fièvre d'emportement contre notre Empereur; il
soutient et excite tous les alliés.

»Il a dit-on juré sur l'Évangile de ne pas poser les armes tant que
l'Empereur serait maître de la France. Un traité, dans le même sens, a
été signé (le 25 mars) par les ministres des alliés; on en attend la
publication. L'empereur Alexandre passe la revue des régiments
autrichiens qui partent de Vienne ou y passent; il se fait seulement
accompagner par le prince héréditaire. Tant qu'il tiendra les princes
réunis, soit à Francfort où il doit se rendre, soit dans tout autre
endroit, il les animera et les soutiendra; mais peut-être sa violence
finira-t-elle par les fatiguer, jointe à l'épuisement de leurs finances,
et au séjour prolongé de leurs masses en Allemagne; car il y a lieu de
croire, par ce qui transpire des sentiments de ces princes et de divers
discours, qu'ils n'entreront pas les premiers en France.

»Le cours du papier est aujourd'hui à 450 (c'est-à-dire que 450 florins
en papier ne valent que 100 florins en argent). Cette dépréciation, dont
on ne peut prévoir le terme, fait déjà murmurer les Viennois.

»Le gouvernement vient de faire un emprunt de 50 millions de florins en
papier, dont il promet de payer l'intérêt à deux et demi en argent. Cet
emprunt a accéléré la chute du papier.


»M. de Talleyrand est en défiance aujourd'hui auprès des Alliés et de
tout le monde. Tout gouvernement en France est bon pour l'empereur
Alexandre, démocratique, aristocratique, monarchique, excepté celui de
l'Empereur. Si quelqu'un peut obtenir quelque chose de ce prince, c'est
sans contredit vous.

»Je ne sais quand l'Impératrice ira en France, il ne m'est pas donné de
le prévoir; le cabinet est loin d'y être disposé à l'heure qu'il est;
l'esprit, de l'Impératrice est tellement travaillé qu'elle n'envisage
son retour en France qu'avec terreur; tous les moyens possibles ont été
employés depuis six mois pour l'éloigner de l'Empereur. Pour que la
confiance qu'elle aurait pu accorder à l'_homme_ _de l'Empereur_ ne la
compromît pas vis-à-vis des arbitres du Congrès, on ne m'a pas permis,
depuis six mois, de recevoir aucun ordre d'elle. Quand, par hasard, j'ai
pu lui dire un mot, je l'ai conjurée de rester neutre et de ne rien
signer. Mais on lui a fait faire plusieurs démarches pour se déclarer
étrangère aux projets de l'Empereur, pour se mettre sous la sauvegarde
de son père et de ses alliés, et pour demander la couronne de Parme. Le
général Neipperg, qui est accrédité auprès d'elle par le ministère
autrichien, et qui a pris un grand ascendant sur son esprit, est parti
pour l'Italie. Il a fait placer auprès d'elle une dame Mitrowski,
destinée à être gouvernante du jeune prince, mais remplaçant, pour le
moment, Mme de Brignole dont vous aurez appris la mort.

»Dimanche dernier m'étant trouvé seul à dîner avec l'Impératrice, Sa
Majesté me dit, après dîner, qu'un acte du congrès venait d'être signé
qui lui assurait Parme en laissant, quant à présent, l'administration de
ce duché à l'Autriche qui lui ferait payer cent mille francs par mois;
qu'elle n'a pu obtenir que les duchés passassent à son fils; que ce sera
le fils de la reine d'Etrurie qui sera son héritier, mais qu'elle
obtiendra, pour son fils, les fiefs de l'archiduc Ferdinand de Toscane
en Bohême, montant à environ six cent mille francs de revenus; qu'elle
avait pris une détermination irrévocable, celle de ne jamais se réunir à
l'Empereur. Pressée sur le motif d'une si étrange résolution, après
plusieurs raisons que j'entrepris de détruire, elle avoua que, n'ayant
pas partagé sa disgrâce, elle ne peut point partager une prospérité pour
laquelle elle n'a rien fait. Elle ajouta qu'elle n'avait rien écrit à ce
sujet; qu'elle se réservait d'en traiter seule à seul avec l'Empereur
quand elle pourra lui écrire; qu'elle sent bien qu'elle ne pourra pas
établir son fils à Parme; que, quelque affreux que soit ce sacrifice,
elle le fera; qu'elle n'a consulté que deux personnes, l'archiduc
Charles et un jurisconsulte, qui trouvent que rien ne peut s'opposer à
cet arrangement. Vous reconnaîtrez là l'influence des oncles de
l'Impératrice. Quoi qu'il en soit, voilà sa chimère d'aujourd'hui. Je
vous supplie de faire de ces renseignements l'usage que la prudence vous
suggérera. Je crains l'effet qu'ils produiront sur l'Empereur.

»Le jour de Pâques, m'arriva à 6 heures du matin un Suisse, porteur du
billet ci-joint du roi Joseph:»


Ce billet du roi Joseph informait mon grand-père du succès inespéré de
la marche de l'Empereur en France et de sa très prochaine arrivée à
Paris; de son désir de rétablir avec l'Autriche et les autres Puissances
des relations pacifiques, et de l'espérance où il était que sa femme et
son fils lui seraient rendus. Le roi Joseph priait le destinataire du
billet d'en communiquer confidentiellement le contenu à l'Impératrice.

«Je pus remplir, dans la même journée, cette commission auprès de cette
princesse, sans donner le billet, sans nommer personne, et sans
compromettre le nom de l'Empereur, parce qu'elle m'avait dit qu'elle
avait fait serment à son père de lui livrer tout ce qui viendrait de
l'Empereur. Elle m'a donc nommé comme ayant été chargé de donner cette
assurance à son père. L'empereur d'Autriche m'a fait remercier par elle,
m'a-t-elle dit, sans doute pour m'encourager à lui nommer mes
correspondants, et à lui dire tout ce que je saurais à l'avenir. Cette
neutralité partiale de l'Impératrice m'empêche de m'ouvrir à elle. Je
lui ai parlé indirectement aujourd'hui de M. de Vincent. Elle m'a assuré
ne l'avoir pas vu et n'en avoir rien reçu. Elle a ajouté qu'elle avait
entendu dire qu'il n'avait pas vu l'Empereur, mais qu'il vous avait vu
ainsi que M. de Flahaut; que vous aviez voulu lui donner des lettres
qu'il avait refusées; que cependant elle croit se souvenir que son père
lui a parlé du contenu d'une lettre à son adresse, apportée par le
secrétaire de M. de Vincent, parti de Paris le lendemain du départ de
l'ambassadeur, mais que son père ne la lui a pas remise, ne voulant pas
la laisser communiquer avec l'Empereur, ni communiquer lui-même avec
lui. En attendant que ce chaos se débrouille, et que l'Impératrice
revienne à de meilleurs sentiments, je l'entretiens du bonheur qu'a
apporté en France le retour de l'Empereur, de l'impatience avec laquelle
elle y est attendue, du désir qu'a l'Empereur de la revoir, etc., mais
je le fais sobrement, parce que ce sujet de conversation la gêne. Il
faut tout attendre du temps et de la modération de l'Empereur. Quelle
que soit ma circonspection, je suis l'objet du plus bas espionnage; une
nuée d'ignobles espions rôde autour de moi et commente mes gestes, mes
pas et ma physionomie. Je crains qu'on ne me retienne longtemps ici;
j'ai besoin de respirer un autre air, de vous revoir tous; ma santé est
délabrée. Il n'y a que l'Impératrice et son fils qui jouissent d'une
brillante santé. L'Impératrice est beaucoup engraissée; le prince
impérial est un ange de beauté, de force et de douceur; Mme de
Montesquiou le pleure tous les jours.


«Le prince Eugène est parti ce matin à 3 heures à la suite du roi de
Bavière; il était venu à Vienne pour suivre les démarches à faire pour
obtenir l'établissement qui lui est promis par le traité du 11
avril(1814). Il y a été accueilli par la défiance et le soupçon. Enfin
depuis trois mois il paraissait avoir gagné l'affection de l'empereur
Alexandre, qui se promenait tous les jours à pied avec lui pendant deux
heures. Depuis la saisie du courrier qui lui a été expédié de Paris le
22 mars dernier, l'empereur Alexandre a cessé de le voir. Pour que le
Congrès ne se séparât pas sans avoir fait quelque chose pour lui, on
lui a proposé, il y a quelques jours, la principauté de Ponte-Corvo. On
y mettait la condition qu'il n'y résiderait pas jusqu'à de nouvelles
circonstances, mais qu'il irait habiter Bayreuth avec sa famille. Sur
son refus, le Congrès a reconnu qu'il lui était dû un établissement, et
qu'en attendant qu'on pût le lui donner il serait mis en jouissance de
ses biens d'Italie et de sa dotation d'un million.»


    «Ce 8 avril.

»Je vous ai écrit hier précipitamment et sans ordre. Il y a mille autres
choses que j'aurais à vous dire et qui seraient interminables à écrire.
Ce que j'ose recommander à votre circonspection, c'est ce qui regarde la
personne de l'Impératrice; cette princesse est vraiment bonne, mais
dominée en ce moment par des influences étrangères.»

Comme l'a fait lui-même observer--dans ses _Mémoires_--son propre
auteur, deux points saillants se trouvaient contenus dans cette lettre:
l'obligation imposée à l'impératrice Marie-Louise de consentir à ce que
son fils fût privé du droit de succession aux États de Parme, et la
résolution prise par elle de ne jamais se réunir à l'Empereur. En
considérant ce qui se passait autour de lui, à Vienne, depuis six mois,
le serviteur dévoué de Napoléon avait compris qu'il ne fallait plus
s'attendre qu'à un dénouement fâcheux de la situation critique où tant
d'événements avaient jeté la Souveraine déchue. Marie-Louise était
devenue--on ne l'a que trop bien constaté--l'instrument aveugle et
servile d'une politique sans scrupules. Malgré la faiblesse de cette
nature enfantine et puérile, mon grand-père demeurait péniblement
impressionné de voir que l'Impératrice abandonnait la seule ligne de
conduite dont le souci de son bon renom aurait dû suffire à l'empêcher
de jamais s'écarter.

M. de Montrond s'était, comme nous avons eu déjà l'occasion de le dire,
fidèlement acquitté des commissions qui lui avaient été confiées, à
Vienne, pour Paris et notamment pour le duc de Vicence. Malheureusement
ce ministre porta, paraît-il, immédiatement à l'Empereur la lettre que
nous venons de reproduire. Celui-ci dans son avidité de prendre
connaissance des nouvelles de Vienne, voulut les lire sans retard, dans
l'original. Et ce fut ainsi que la recommandation, faite à Caulaincourt,
d'user de prudence et de ménagement dans cette circonstance, devint une
inutile précaution et ne put atteindre son but.

Puisque le nom de Montrond se retrouve en ce moment sous notre plume,
nous anticiperons sur les incidents dont il nous reste à faire le récit,
dans l'ordre chronologique adopté jusqu'à présent. Une lettre de
Talleyrand, datée du 13 avril, rendant compte à Louis XVIII de la
mission Montrond, offrira peut-être quelque intérêt au lecteur, et doit
trouver ici tout naturellement sa place. Que les appréciations de
Talleyrand sur la mission, à Vienne, du personnage en question soient
avant tout calculées pour être agréables au roi momentanément détrôné,
et pour le rassurer au besoin sur le compte de son ondoyant
correspondant, c'est ce qui ne saurait laisser dans l'esprit de personne
aucun doute. Voici cette lettre:

«Tout ce qui me revient de la France prouve que Buonaparte y est dans de
grands embarras. J'en juge encore par les émissaires qu'il a envoyés
ici. L'un d'eux, M. de Montrond, à l'aide de l'abbé Altieri, attaché à
la Légation autrichienne, est parvenu jusqu'à Vienne. Il n'avait ni
dépêche, ni mission ostensible, et peut-être a-t-il été plutôt envoyé
par le parti qui sert actuellement Buonaparte, que par Buonaparte
lui-même. C'est là ce que je suis porté à croire. Il était chargé de
paroles pour M. de Metternich et pour moi. Il devait s'assurer si les
puissances étrangères étaient sérieusement décidées à ne point
reconnaître Buonaparte et à lui faire la guerre. Il avait aussi une
lettre pour le prince Eugène. Ce qu'il était chargé de me demander était
si je pouvais bien me résoudre à exciter une guerre contre la France.
«--Lisez la déclaration lui ai-je répondu. Elle ne contient pas un mot
qui ne soit dans mon opinion. Ce n'est pas, d'ailleurs, d'une guerre
contre la France qu'il s'agit; elle est contre l'homme de l'île d'Elbe.»
A M. de Metternich il a demandé si le gouvernement autrichien avait
totalement perdu de vue les idées qu'il avait au mois de mars 1814.
«--La régence? Nous n'en voulons point», a dit M. de Metternich. Enfin,
il a cherché à connaître, par M. de Nesselrode, quelles étaient les
dispositions de l'empereur Alexandre. «--La destruction de Buonaparte
et des siens», a-t-il dit. Et les choses en sont restées là. On s'est
attaché à faire connaître à M. de Montrond l'état des forces qui vont
être immédiatement employées, ainsi que le traité du 25 mars dernier. Il
est reparti pour Paris avec ces renseignements et ces réponses, qui
pourront donner beaucoup à penser à ceux qui se sont aujourd'hui
attachés à la fortune de Buonaparte[95].»

  [95] Saint-Amand. _Marie-Louise, l'île d'Elbe et les Cent-Jours._

Le rusé compère se gardait bien de dire un mot à Louis XVIII de Fouché,
et des intrigues qu'il nouait en même temps avec cet autre adorateur de
toute espèce de soleil levant. Tous les deux attendaient que la fortune
se décidât pour se prononcer eux-mêmes. Nous sommes disposé à croire,
toutefois, que le frère de Louis XVI, plus sceptique que Napoléon, ne se
laissait pas aussi facilement duper que son rival par les flagorneries
de ces deux tristes personnages.



CHAPITRE XXVI

  Mon grand-père demande à Marie-Louise de lui faire délivrer des
  passeports pour la France.--Réputation de Talleyrand; on ne le
  juge pas favorablement, même à Vienne.--Variations de Metternich
  rapportées par Talleyrand.--Le cabinet de Vienne disposé à
  s'entendre en sous-main avec Napoléon.--Causes de l'avortement de
  ces dispositions plus conciliantes.--Joachim déclare la guerre à
  l'Autriche.--Des lettres de Napoléon, du roi Joseph et de sa femme
  sont remises par mon grand-père à l'Impératrice.--Correspondance
  active de Marie-Louise avec Neipperg.


Le 9 avril, après déjeuner, mon grand-père eut, avec l'impératrice
Marie-Louise, quelques instants d'entretien. Il lui témoigna son désir
de retourner en France, où sa famille après un éloignement si prolongé,
avait besoin de sa présence[96]; il la pria de vouloir bien, en
conséquence, lui faire obtenir les passeports indispensables pour
quitter le territoire autrichien. Marie-Louise ne dut pas être surprise
outre mesure de la requête qui lui était adressée; elle pouvait depuis
longtemps s'y attendre. Sincère ou non, l'Impératrice fit, auprès de son
interlocuteur, les instances les plus affectueuses pour le retenir. Elle
finit cependant par lui promettre d'en parler à son père.

  [96] C'était le prétexte poli qu'il mettait en avant.

Dans la journée Sa Majesté se rendit--comme elle le faisait presque
journellement--à Vienne, pour s'y concerter avec l'archiduc Charles,
auquel elle paraissait avoir accordé la plus grande confiance. Elle
avait également, là, de très fréquentes entrevues avec un des ministres
autrichiens, M. de Wessenberg, qu'elle allait consulter à propos de ses
intérêts, et qui semblait avoir pris, provisoirement auprès d'elle, la
place de Neipperg, en tant que conseiller seulement.

Parmi les mille et un propos tenus par les oisifs de Vienne, on citait,
depuis quelques jours, celui-ci: Quelqu'un a assuré à l'empereur
d'Autriche que M. de Talleyrand avait été en correspondance avec l'île
d'Elbe par l'intermédiaire d'Augereau. On ajoutait que le monarque
autrichien--sans essayer de contester l'assertion--s'était borné à
manifester son étonnement d'une pareille fourberie de la part de ce
personnage. Si l'on pouvait à la rigueur concevoir pour les talents de
ce ministre une certaine estime, on n'en accordait dans tous les cas,
même à Vienne, aucune à son caractère. L'ancien évêque, devenu ministre,
était l'objet de la suspicion de tout le monde dans la capitale de
l'Autriche. Aussi lorsqu'il voulut plus tard, à son tour, s'éloigner de
Vienne pour retourner sur la frontière française auprès du roi Louis
XVIII, le prince Schwarzenberg représenta-t-il à M. de Metternich le
danger de laisser partir un tel homme. L'esprit d'intrigue si versatile
de Talleyrand était toujours à redouter, ainsi que le mauvais usage que
son intérêt personnel pourrait le porter à faire de la connaissance des
actes secrets du Congrès, auxquels il avait pris une part si
prépondérante. Tels étaient les arguments du prince Schwarzenberg, dont
le ministre Metternich fut obligé de tenir compte, et qui provoquèrent
l'ajournement de la délivrance des passeports sollicités par M. de
Talleyrand.

Les personnes de l'entourage de Talleyrand rapportaient, dans le courant
de ce mois d'avril, un propos qu'il aurait, à en croire ces _on dit_,
tenu récemment. Travaillant fréquemment avec le prince Metternich,
Talleyrand aurait prétendu que le ministre autrichien _variait souvent_.
Il est à présumer en effet que le chancelier de l'empereur François,
suivant l'exemple même dudit Talleyrand, et pour des motifs
vraisemblablement analogues, hésitait quelquefois sur le choix de la
ligne de conduite à adopter dans les graves circonstances du moment.
L'empereur Napoléon était toujours redoutable, et il ne faut pas se
dissimuler qu'il inspirait toujours aux alliés une impression de
véritable frayeur en même temps qu'une vive rancune. Avec un semblable
adversaire tout était possible. Les prodiges accomplis par lui dans le
passé faisaient redouter l'avenir. S'il allait encore remporter des
victoires?... Cette terrible éventualité donnait la chair de poule aux
coalisés, et spécialement à l'Autriche. Ne serait-il pas sage, avant de
tenter de nouveau le sort des batailles, d'entamer des négociations avec
cet ennemi formidable; au besoin même de s'arranger en particulier avec
lui, pour peu qu'il se montrât de son côté raisonnable et conciliant?
Telle était peut-être la pensée de derrière la tête du Cabinet de
Vienne à cet instant critique, bien qu'il n'eût voulu convenir à aucun
prix, devant ses alliés, de ces réelles tergiversations.

Certains indices, dont nous parlerons tout à l'heure, autorisent,
suivant nous, ces suppositions, et permettent de leur accorder quelque
crédit. Le surlendemain du jour où Marie-Louise avait promis à mon
grand-père de solliciter pour lui l'obtention de passeports auprès de
l'empereur d'Autriche, cette princesse lui fit savoir le soir, en allant
dîner, que l'empereur François désirait que le Secrétaire des
commandements de sa fille vît d'abord M. de Metternich. Le 12 avril, à
déjeuner, l'Impératrice prévint mon grand-père qu'elle avait eu beaucoup
de peine à obtenir de l'Empereur une autorisation de départ, et lui
réitéra en tout cas, de la part du monarque autrichien, l'invitation de
se tenir prêt à se présenter chez le ministre Metternich.

Le chancelier de l'empire d'Autriche avait persisté, jusqu'alors, à
demeurer neutre dans la question de Naples. Il avait fait plus, il avait
défendu la couronne du roi Murat, et surtout celle de la reine Caroline
Bonaparte sa femme, contre les rancunes et l'animosité croissante de
Louis XVIII et de Talleyrand. Il avait enfin dépêché tout récemment,
auprès du roi Joachim, un de ses agents les plus habiles, le général
Neipperg, pour engager ce brouillon couronné, qui était surtout un brave
soldat, à se tenir en repos. On lui faisait dire de rester neutre, quoi
qu'il arrivât, et de ne pas abandonner le parti de l'Autriche. On lui
donnait l'assurance, s'il se conformait à ces injonctions, que le trône
de Naples lui serait conservé. D'autre part le cabinet de Vienne, à
l'époque même de la mission de Montrond, entamait des négociations avec
le Gouvernement français[97], par l'intermédiaire plus que sujet à
caution du sympathique duc d'Otrante, et se déclarait déjà disposé à
reconnaître l'établissement d'une régence. On voit que la déclaration du
13 mars, d'une violence si ridiculement exagérée, ne pesait déjà plus
d'un grand poids sur les dispositions de l'Autriche. Napoléon, auquel il
fut rendu compte en grand détail de ces pourparlers, qui avaient eu
lieu à Bâle, repoussa cette proposition de la régence de Marie-Louise,
qui l'excluait lui-même du trône. A ceux qui le pressaient d'y donner
son adhésion, pour éviter une nouvelle et terrible guerre, il répondait:
«Quoi! vous accepteriez une Autrichienne pour régente,--vous voudriez
réduire la France à cet état d'abaissement? Je n'y consentirai jamais,
ni comme père, ni comme époux, ni comme citoyen. Ma femme serait le
jouet de tous les partis, mon fils malheureux, et la France humiliée
sous le joug de l'étranger!»--Lui opposait-on les propositions que
lui-même avait faites sur cette base, en 1814, il coupait court aux
observations par ces mots: «Il y a des raisons de famille que je ne peux
pas dire[98].»

  [97] Négociations de Bâle où un agent de l'Autriche, le baron
  d'Ottenfels, sous le nom de Werner, est envoyé pour s'aboucher
  avec un agent français.

  [98] Vaulabelle. _Histoire des deux Restaurations_, chap. VII, p.
  405.

Ce que l'Empereur ne voulait pas dire, c'est qu'il soupçonnait fortement
ce que la conduite de l'impératrice Marie-Louise avait de répréhensible.
Peut-être ce qui n'était d'abord chez lui que soupçon s'était-il
transformé par la suite en certitude...

Quoi qu'il en soit les dispositions, déjà moins intransigeantes de nos
ennemis, étaient susceptibles de s'améliorer encore. Nous citerons, à
l'appui de ce que nous venons d'avancer, l'extrait suivant d'un ouvrage
du général Gourgaud, écrit à Sainte-Hélène sous le titre de _Campagne de
1815_:

«Il existait des chances de paix positives. La révélation du traité
secret du 3 janvier, arrivée à temps à Alexandre, pouvait le séparer de
ses alliés. En second lieu, des négociations furent entamées avec
l'Autriche. Malheureusement, dans les premiers jours d'avril, Murat, ce
fatal produit du vertige dynastique de Napoléon, attaqua l'Autriche.
Cette puissance, convaincue que la folle agression du roi de Naples
était concertée avec l'Empereur, rompit toute négociation en disant:
_Comment pouvons-nous traiter avec Napoléon, quand il nous fait attaquer
par Murat?_[99]»

  [99] Dans Vaulabelle, note de la page 351, t. II.

Murat avait, en 1814, précipité la chute de Napoléon par sa défection;
en voulant faire parade de son zèle en 1815, il retira au contraire à
l'Empereur tout espoir comme toute possibilité de négocier avec ses
adversaires. On peut dire que son rôle a été fatal à la France, dans ces
deux circonstances décisives.

On apprit seulement le 14 ou le 15 avril, à Vienne, la déclaration de
guerre du roi Joachim à l'Empire d'Autriche, mais on eut la précaution
de ne pas la rendre publique. Dès lors mon grand-père ne reçut plus
aucune invitation nouvelle d'avoir à se présenter chez M. de Metternich.
Les chances d'un rapprochement entre l'Autriche et la France s'étaient
définitivement évanouies, et nous en connaissons maintenant la cause
principale.

Le 17 avril parvenait, à Vienne, la nouvelle que l'armée napolitaine,
sous les ordres du roi Joachim, avait franchi le Pô, et commencé les
hostilités contre l'Autriche. La mission diplomatique du comte Neipperg
auprès de Murat avait échoué; celle du même personnage, en tant que
général autrichien, allait donner, à bref délai, des résultats plus
appréciables. Le 18, en effet, un courrier apportait à lord Stewart,
l'un des plénipotentiaires anglais au Congrès, l'avis d'une défaite des
troupes napolitaines. Aussitôt l'archiduc Renier s'empressa de se
rendre chez Marie-Louise, pour lui confirmer l'authenticité de cette
nouvelle, et pour lui annoncer la part glorieuse prise par le général
Neipperg aux exploits des troupes autrichiennes. Combien Marie-Louise ne
dût-elle pas remercier le ciel des succès obtenus, par son cher général,
sur son infortuné beau-frère le roi Murat! Ce paladin, rempli de
vaillance, était celui des membres de la famille de son mari pour lequel
la fille de l'empereur François montrait le moins de penchant. Elle
répétait souvent que--lorsqu'elle régnerait à Parme--elle serait
heureuse de visiter les principales villes d'Italie, de voir Naples
surtout «où le roi Joachim, elle l'espérait bien, ne régnerait plus». Il
est vrai de dire que la mère de Marie-Louise était née princesse de
Naples.


Le 16 avril avaient commencé, dans la capitale de l'Autriche, des
prières publiques et des processions pour le succès de la guerre contre
la France et contre Napoléon. Ces processions, composées des écoles de
jeunes filles et de garçons, et auxquelles se joignaient des gens du
peuple, se déroulèrent pendant quatre jours à travers la ville. Des
drapeaux, des bannières de toutes couleurs précédaient ce cortège, qui
parcourait les rues de Vienne et les faubourgs, puis allait ensuite
faire des prières à la cathédrale de Saint-Étienne, et dans les
principales églises. La cour ne manquait naturellement pas de donner le
bon exemple, et d'assister à ces cérémonies religieuses. L'impératrice
d'Autriche, qui semble avoir décidément possédé toutes les qualités de
tact dont sont généralement douées les personnalités de race germanique,
insista vivement, auprès de Marie-Louise, pour que celle-ci s'unît
publiquement à ces prières, _ordonnées pour obtenir le succès de la
guerre contre Napoléon_. Marie-Louise, sans volonté, sans idée de
résister, aurait fini, peut-être, par céder à ces obsessions, si
l'empereur d'Autriche et ses frères n'avaient pas eu la pudeur de le lui
déconseiller. L'épouse de Napoléon, d'ailleurs, en observant les
convenances élémentaires, ne paraissait faire de concession que pour
avoir le droit de persévérer dans sa détermination de ne pas revenir en
France.

Dans la soirée du 18 avril mon grand-père avait demandé à l'impératrice
Marie-Louise quelques instants d'entretien que celle-ci accepta de lui
accorder aussitôt qu'elle serait de retour de son souper avec ses
sœurs. Il avait reçu la veille, par un courrier spécial, une lettre de
l'Empereur, une du roi Joseph et une de la reine sa femme adressées à
l'Impératrice. Dès que Marie-Louise fut rentrée, mon grand-père lui
remit ces lettres en lui disant qu'il s'acquittait d'une commission dont
il était chargé. Alors Marie-Louise lui rappela qu'elle ne saurait
accepter de recevoir cette correspondance autrement que pour la remettre
à son père, conformément au serment qu'elle lui avait prêté. Il était
encore temps de retenir ces lettres, ajoutait-elle, qui seraient, dans
ce cas, considérées comme non avenues. «Comme ces lettres lui étaient
destinées, dit dans ses _Mémoires_[100] mon grand-père, et qu'il y avait
plus d'avantages que d'inconvénients à ce qu'elles fussent lues, je la
priai de les recevoir et d'en faire l'usage qui lui conviendrait.
Quelques paroles furent ensuite échangées, entre nous, sur le sujet si
pénible de son refus de se réunir à l'Empereur. Elle répondit avec un
peu de vivacité, mais pourtant avec sa douceur ordinaire, que sa
résolution à cet égard était irrévocable. Quand je lui objectai qu'il
n'y avait pas d'engagement irrévocable, et que telle circonstance
pourrait se présenter qui rendît son retour en France obligatoire, elle
se hâta de me répondre que le droit de son père lui-même n'allait pas
jusque-là. Il m'échappa de lui dire, à mon tour, que les sentiments
qu'elle montrait étaient injustes et peu conformes à son caractère; que
si la nation française était instruite de sa répugnance, elle en serait
blessée, car rien ne serait plus pénible aux Français que de voir leur
attachement dédaigné, et qu'ils la repousseraient alors, après l'avoir
ardemment désirée comme un gage de paix. Cet entretien a été le dernier
que j'ai eu, avec elle, sur ce sujet. Son parti me sembla si obstinément
pris que je jugeai désormais inutile d'y revenir. Le temps et les
événements étaient d'ailleurs nos seuls maîtres[101].»

  [100] Méneval. T. III, chap. VIII.

  [101] Méneval. T. III, chap. VIII.

Ce même jour, après toutes sortes de difficultés et d'innombrables
formalités, M. Ballouhey, intendant de la maison de l'Impératrice,
ayant enfin obtenu des passeports pour retourner à Paris, était venu
prendre congé de l'Impératrice. Marie-Louise, qui tenait beaucoup à ses
utiles et dévoués services, lui fit promettre de revenir à Vienne,
ajoutant qu'il était le seul Français que l'empereur d'Autriche verrait
avec plaisir conserver ses fonctions auprès d'elle. En se séparant de M.
Ballouhey, Marie-Louise le chargea, pour le cas où il s'approcherait de
l'Empereur, de lui dire qu'_Elle et son fils se portaient bien, et
qu'elle faisait des vœux pour son bonheur_. Elle ne lui confiait du
reste aucune lettre, ce qui lui aurait été cependant bien facile,
prétextant la visite rigoureuse dont M. Ballouhey ne manquerait pas
d'être l'objet, de la part des autorités policières des différentes
régions qu'il allait traverser...

En revanche, et comme on le croira sans peine, la correspondance de la
fille de l'empereur François avec le général Neipperg--toujours de plus
en plus active--confirmait la vérité du vieil adage: «Loin des yeux,
près du cœur». Le ministre autrichien baron de Wessenberg était leur
intermédiaire, et, le 23 avril, il remettait à Marie-Louise une lettre
volumineuse de l'inoubliable général datée de Trévise; une autre lettre
partie de Modène, provenant de la même source, lui était parvenue
l'avant-veille. La femme de l'empereur Napoléon qui ne voulait même plus
lire les lettres que lui adressait son époux, le père de son fils, ni
seulement y faire la plus courte réponse, attendait avec impatience les
lettres de Neipperg et les lisait avec avidité.



CHAPITRE XXVII

  Le Gouvernement autrichien, estimant n'avoir plus de ménagements à
  garder vis-à-vis de Napoléon, lève le masque et prend
  définitivement parti contre lui.--L'empereur Alexandre et le
  prince Schwarzenberg, anecdote.--Mouvement que se donne Bausset
  pour se remettre d'aplomb sur ses jambes.--Propos de l'archiduc
  Jean relatif à la famille royale d'Espagne.--Silence de
  l'Impératrice sur les affaires vis-à-vis de mon grand-père.--Mort
  de la comtesse Neipperg.--Bavardage intarissable de Marie-Louise
  pendant cette période de son existence.--Le 4 mai (Ascension),
  Marie-Louise fait ses dévotions.--Adieux de mon grand-père au fils
  de Napoléon et à Marie-Louise.--Son départ de Vienne.--Lettres de
  Metternich à Marie-Louise.--Lettre de Gourgaud (1818) à la même.


Les lettres que le général Neipperg envoyait à Marie-Louise étaient
venues confirmer la nouvelle des succès importants remportés par les
armées de l'Autriche, et celle des défaites successives essuyées par les
troupes napolitaines. Débarrassé désormais de toute appréhension
sérieuse du côté de l'Italie, le Gouvernement autrichien, pleinement
rassuré et prenant confiance dans le résultat final des hostilités,
cessa dès lors toute espèce de communication avec Napoléon. Bientôt
après le départ pour Gand du baron de Vincent, désigné pour reprendre
ses fonctions diplomatiques auprès du roi Louis XVIII, fut
irrévocablement décidé. Les journaux de Vienne se virent en même temps
autorisés à publier, dans leurs colonnes, les clauses du traité du 25
mars 1815, ce qui ne leur avait pas été permis jusqu'à ce moment. Ce
traité, conclu, comme on le sait, entre l'Angleterre, l'Autriche, la
Prusse et la Russie était la consécration du traité de Chaumont, qui
excluait l'empereur Napoléon du gouvernement de la France. Il stipulait
également la réunion des forces militaires des quatre Puissances
contractantes, qu'il s'agissait de diriger, contre lui, pour l'empêcher
de reprendre la couronne et de se maintenir sur le trône. Le roi de
France était invité à prêter son concours, dans la mesure de ses moyens,
aux armées de cette formidable coalition.

Quant à l'empereur de Russie dont le départ était annoncé comme
prochain, Mme de Mitrowsky racontait à son sujet une petite anecdote
assez plaisante. L'empereur Alexandre, souvent désœuvré depuis la
rupture de ses relations d'intimité avec le prince Eugène et le départ
de l'ancien vice-roi d'Italie, allait passer presque toutes ses journées
chez le prince Schwarzenberg. Le feld-maréchal autrichien se montrait,
paraît-il, obsédé de cette assiduité par trop flatteuse. A peine
avait-il projeté, par exemple, une réunion de parents ou d'amis à sa
terre de Dornbach, et se faisait-il une fête d'y passer tranquillement
sa journée, dans une intimité sans contrainte, que le czar, l'ayant
appris, s'empressait de lui annoncer qu'il serait de la partie!...
Schwarzenberg, ennemi de l'étiquette et peu cérémonieux de sa nature,
exhalait à ce sujet, disait-on, les plaintes et les récriminations les
plus amères, et ne dissimulait pas la hâte qu'il éprouvait de se dérober
à la tâche, passablement ingrate, de jouer le rôle de pourvoyeur des
plaisirs et des distractions de l'autocrate russe.

Rien ne transpirait, en attendant, des travaux du Congrès dont les
séances avaient recommencé. Elles étaient devenues quotidiennes, se
prolongeant toute la journée et souvent fort tard. On attendait à
Vienne l'arrivée de lord Gordon, chargé par le Cabinet de Londres
d'apporter, au Congrès, des communications importantes.

Cependant Bausset, à la nouvelle du départ prochain de mon grand-père,
se donnait un mal infini pour arriver à se remettre d'aplomb sur ses
jambes. Marie-Louise se rendait quelquefois chez lui, certaine d'y
rencontrer un auditeur bénévole, qui jamais ne la contrariait. Elle y
répétait, avec force détails, les principes et les sentiments qui lui
avaient dicté la résolution de ne jamais retourner en France; vantait
les succès des armes autrichiennes en Italie, et surtout les exploits de
son cher général, qui lui écrivait assez fréquemment des lettres de plus
de dix pages.

Le 24 avril l'empereur François interrogea lui-même sa fille sur
l'époque à laquelle mon grand-père avait l'intention de partir pour la
France. Puis, sans lui reparler davantage de la visite à rendre au
préalable à M. de Metternich, il lui demanda si les passeports
nécessaires avaient été délivrés. Sur la réponse négative de
l'Impératrice Marie-Louise, le monarque autrichien déclara qu'il allait
donner des ordres à cet égard à son premier ministre. Dans la journée
l'Impératrice reçut la visite de son oncle, l'archiduc Jean, dont le
départ pour l'armée d'Italie était fixé au surlendemain. Ce prince,
parlant de son futur voyage, lui dit en plaisantant qu'en passant par
Vérone il aurait sans doute l'occasion d'y contempler «une ménagerie
célèbre». En tenant ces irrévérencieux propos l'archiduc Jean faisait
allusion à la famille royale d'Espagne: Charles IV, la reine sa femme et
Godoï, réfugiés à la même époque dans cette ville!

Marie-Louise était devenue de plus en plus réservée sur les affaires
vis-à-vis de mon grand-père. Elle ne lui parlait plus que de la pluie et
du beau temps, et évitait soigneusement de le tenir au courant même des
plus insignifiantes nouvelles politiques. Ce dernier s'en apercevait
fort bien, mais ne pouvait s'en étonner, bien que son _Journal_
mentionne sans commentaires, à plusieurs reprises: «Silence, sur les
affaires, de l'Impératrice avec moi.»

Ledit _Journal_ signale également à la date du 27 avril l'incident
suivant: «A. (sans doute M. Amelin chargé de remplacer M. Ballouhey
absent) m'annonce qu'il a mission de me remettre 12.000 francs. Je
refuse de les accepter autrement qu'à titre de prêt.» Un point et c'est
tout. Le laconisme regrettable de cette note nous empêche de deviner le
motif de ce mystérieux cadeau. Seul celui auquel cet envoi était
destiné, aurait pu nous éclairer sur son but ou sa raison d'être; mais
il n'en a laissé nulle explication dans ses écrits.

Le 30 avril une nouvelle parvint à Schönbrunn où elle excita un vif
intérêt, c'était celle de la mort de la comtesse Neipperg. Cette dame
qui était restée dans le Würtemberg, dont le général était
originaire--pendant qu'il venait chercher à Vienne l'emploi de ses
talents--mourut dans le courant d'avril, après deux jours de maladie,
laissant quatre garçons. Elle avait été disait-on, très jolie, mais
d'une intelligence médiocre. Le comte Neipperg l'avait enlevée à son
mari, qui vivait encore quelques mois avant la mort de sa femme. La
manière dont Marie-Louise annonça la nouvelle de cette mort, à table, ne
parvenait pas à dissimuler, paraît-il, la satisfaction intérieure
qu'elle ne pouvait manquer d'en éprouver. Encore un obstacle de
supprimé entre elle et le cher général, obstacle qui n'aurait pas été
l'un des moins embarrassants... La mort successive de leurs deux
conjoints devait permettre en effet à Neipperg et à Marie-Louise de
s'unir un jour, six ans plus tard, par un mariage morganatique.


La narration des menus faits, survenus pendant la dernière semaine que
mon grand-père a passée, auprès de Marie-Louise, à Schönbrunn,
n'offrirait plus qu'un intérêt si secondaire et si restreint qu'il nous
a paru superflu de l'entreprendre. Le moment du départ approchait; les
innombrables et insupportables formalités nécessaires à l'obtention des
passeports avaient fini par être remplies. Mon grand-père se trouvait
donc sur le point de quitter, pour toujours, la terre de l'exil auquel
il s'était volontairement condamné; il allait revoir la France, sa
famille, ses amis, le souverain qu'il n'avait pour ainsi dire jamais
quitté depuis près de quatorze ans, et auquel il demeurait si
profondément attaché. Que d'émotions diverses devaient alors l'agiter!
Les séparations sont toujours pénibles, même quand les personnes
auxquelles il faut dire adieu ont perdu de leur prestige et sont
descendues de leur piédestal... Le retour en France, auprès de Napoléon,
se préparant à lutter contre toutes les forces de l'Europe unies contre
un seul homme avait, d'autre part, dans ces circonstances tragiques,
quelque chose de particulièrement angoissant! Il fallait partir
cependant; depuis longtemps déjà l'existence qu'il menait à Schönbrunn
et à Vienne était un calvaire pour l'âme loyale du fidèle serviteur de
Napoléon. Il ne pouvait s'épancher en toute confiance, ni parler sans
contrainte que devant la seule Mme de Montesquiou, chez laquelle il
allait parfois déjeuner ou bien dîner, pendant les derniers jours qui
précédèrent son départ.

Une des dernières observations que mon grand-père ait eu l'occasion de
faire, avant de quitter Schönbrunn, et dont il a été question dans ses
_Mémoires_, est à retenir. Elle est relative aux interminables
bavardages de l'impératrice Marie-Louise, à table ou après les repas,
pendant cette première semaine du mois de mai 1815. C'était un flux de
paroles qui sortait de sa bouche, et se déversait sans interruption. Ces
propos ininterrompus roulaient généralement sur la façon dont
Marie-Louise entendait régler sa future existence à Parme, où elle
habiterait le palais du Jardin l'hiver, le château de Colorno le
printemps, sur sa résolution de passer ses étés à Vienne, etc., enfin
sur toutes sortes de projets de voyage entre temps.

On eût dit que la femme de Napoléon cherchait à s'étourdir, à ne pas
réfléchir surtout, dans cet instant critique où le sort des batailles,
toujours incertain, allait prononcer son arrêt. Si le triomphe des
alliés s'affirmait, c'était la fortune de Napoléon s'écroulant dans
l'abîme; mais si la victoire au contraire venait raffermir sa couronne,
quelle serait la misérable destinée de Marie-Louise, séparée par sa
propre faute d'un époux auréolé d'une gloire nouvelle, séparée de son
fils qu'on n'oserait plus refuser de restituer au vainqueur?...

Malgré sa nature frivole et sa tête futile, il nous semble impossible
que ces pensées et bien d'autres encore n'aient pas alors fréquemment
traversé le cerveau de l'impératrice Marie-Louise. Quel trouble profond
ne pouvait manquer d'envahir son âme, livrée ainsi à d'importuns remords
et à la plus pénible anxiété... L'idée seule de ce que mon grand-père
serait en mesure de raconter à Napoléon sur Schönbrunn, Vienne et ce qui
s'y était passé sous ses yeux, suffisait à rendre nerveuse et agitée
l'épouse et la mère coupable. Dieu sait cependant avec quel tact et
quelle dignité l'empereur Napoléon allait apprécier la conduite de
Marie-Louise, s'abstenant de proférer à son sujet la moindre parole de
reproche, allant même au-devant de ce que mon grand-père aurait voulu
dire pour excuser l'Impératrice[102].

  [102] Méneval. _Mémoires_, t. III, chap. VIII, p. 519 et 520.

Le 4 mai 1815, jour de la fête de l'Ascension, Marie-Louise s'acquitta
de ses dévotions dans la chapelle du château de Schönbrunn à 7 heures du
matin, en présence de l'Empereur son père. Ce jour-là le comte San
Vitale, nommé depuis le mois de novembre précédent, grand chambellan de
la duchesse de Parme, remplit les fonctions de sa charge pour la
première fois. Le fils de M. de San Vitale devait par la suite devenir,
beaucoup plus tard, le gendre de Marie-Louise et du général Neipperg. La
mission du confesseur de l'épouse de Napoléon ne pouvait manquer d'être
particulièrement délicate. Sut-il lui donner les utiles conseils dont
sa conscience troublée aurait eu un si réel besoin, ou bien, esclave de
la politique autrichienne, se borna-t-il, au moyen de recommandations
vagues, à lui laisser suivre ses propres inspirations? C'est un secret
que Marie-Louise a emporté dans le tombeau. Elle fut loin, dans tous les
cas, de se conformer, comme on a pu s'en convaincre, aux prescriptions
pourtant si formelles de la loi divine.

Avant de quitter définitivement la capitale de l'Autriche, mon
grand-père tenait surtout à prendre congé de son cher petit prince. Ce
fut au palais impérial de Vienne qu'il trouva le fils de Napoléon au
milieu de son nouvel entourage: «Je remarquai avec peine, dit-il dans
ses _Mémoires_[103], son air sérieux et même mélancolique. Il avait
perdu son enjouement et cette loquacité enfantine qui avait tant de
charme en lui. Il ne vint pas à ma rencontre, comme à son ordinaire, et
me vit entrer sans aucun signe qui annonçât qu'il me connût. On eût dit
que le malheur commençait son œuvre sur cette jeune tête, qu'une
grande leçon de la Providence semblait avoir parée d'une couronne, à son
entrée dans la vie, pour donner un nouvel exemple de la vanité des
grandeurs humaines. C'était comme une de ces victimes ornées de fleurs
qui étaient destinées aux sacrifices. Quoiqu'il fût déjà, depuis plus de
six semaines, confié aux personnes avec lesquelles je le trouvai, il ne
s'était pas encore familiarisé avec elles, et il semblait regarder, avec
méfiance, ces figures qui étaient toujours nouvelles pour lui. Je lui
demandai, en leur présence, s'il me chargerait de quelques commissions
pour son père que j'allais revoir. Il me regarda d'un air triste et
significatif, sans me répondre; puis, dégageant doucement sa main de la
mienne, il se retira silencieusement dans l'embrasure d'une croisée
éloignée. Après avoir échangé quelques paroles avec les personnes qui
étaient dans le salon, je me rapprochai de l'endroit où il était resté à
l'écart, debout et dans une attitude d'observation; et comme je me
penchais vers lui pour lui faire mes adieux, frappé de mon émotion, il
m'attira vers la fenêtre et me dit tout bas, en me regardant avec une
expression touchante: _Monsieur Méva, vous lui direz que je l'aime
toujours bien_. Le pauvre orphelin sentait déjà qu'il n'était plus
libre, et qu'il n'était pas avec des amis de son père[104].»

  [103] Méneval. T. III chap. VIII, p. 512.

  [104] Méneval. _Mémoires_, t. III, chap. VIII.

Combien la destinée de ce pauvre enfant semblait cruelle à ceux qui
l'affectionnaient véritablement, à mon grand-père qui, dans une de ses
lettres--on s'en souviendra peut-être--assurait à ma grand'mère qu'il
l'aimait autant que ses chers petits enfants! La conduite de
Marie-Louise, quelque répréhensible qu'elle puisse paraître aux regards
de la postérité, aurait été jugée sans doute avec moins de sévérité, si
cette princesse n'eut pas été mère en même temps qu'épouse! Mais ce rôle
de mère dont elle a semblé s'acquitter avec un si indifférent égoïsme,
ne lui permettra guère, croyons-nous, de rencontrer, parmi les
historiens, d'apologiste convaincu.

Vers la fin de la première semaine de mai 1815 (le samedi 6 mai), mon
grand-père prenait congé à neuf heures du soir, de l'Impératrice pour
laquelle il avait conservé, en dépit de lui-même, un attachement que
n'obtiennent pas toujours les princes qui en sont le plus dignes. Il est
vrai que, dans l'espèce, ce prince était une princesse, bien jeune
encore, et demeurée très enfant. Tant que la chose avait été possible,
il l'avait mise en garde contre les embûches tendues à son innocence, et
il avait assez longtemps réussi à exercer une sorte de tutelle
protectrice sur son inexpérience et sur sa candeur du début. De part et
d'autre la séparation devait être pénible; vive et sincère allait être
l'émotion, ressentie par Marie-Louise et par mon grand-père, au moment
de l'adieu définitif. Nous allons laisser la parole à ce dernier, qui
saura l'exprimer mieux que nous:

«Ce fut le 6 mai, vers 10 heures du soir, que je fis mes derniers adieux
à l'Impératrice; elle parut très émue en les recevant. Elle eut la bonté
de me témoigner ses regrets de mon départ, en me disant qu'elle sentait
que tout rapport allait cesser désormais entre elle et la France, mais
qu'elle conserverait toujours le souvenir de cette terre d'adoption.
Elle me chargea d'assurer l'Empereur de tout le bien qu'elle lui
souhaitait, et me dit qu'elle espérait qu'il comprendrait le malheur de
sa position. Elle me répéta qu'elle ne prêterait jamais la main à un
divorce; qu'elle se flattait qu'il consentirait à une séparation amiable
et qu'il n'en concevrait aucun ressentiment; que cette séparation était
devenue indispensable, mais qu'elle n'altérerait pas les sentiments
d'estime et de reconnaissance qu'elle conservait. Elle me fit présent
d'une tabatière ornée de son chiffre en diamants, comme souvenir, et me
quitta pour me cacher l'émotion qui la gagnait. Je me séparai moi-même
d'elle, le cœur oppressé, et dans un état de véritable
affliction[105].»

  [105] Méneval, _Mémoires_, chap. VIII, T. III.

Le 9 juin 1815, la souveraineté du duché de Parme était définitivement
attribuée à Marie-Louise par l'article 99 de l'acte final du congrès de
Vienne.


Nos récits sont à peu près terminés; que pourrions-nous y ajouter
encore? Notre but n'est pas de reproduire, dans cet ouvrage, les
différents épisodes du voyage de mon grand-père de Vienne jusqu'à Paris
où il arriva, le 15 mai 1815, quelques semaines avant Waterloo. Il n'y
a pas lieu de raconter davantage sa première entrevue après son retour
et sa longue conversation, le même jour, avec Napoléon au palais de
l'Élysée. Les _Mémoires_ qu'il a laissés donnent, à cet égard, des
explications détaillées, qui ne concernent que très indirectement
l'impératrice Marie-Louise. Nous avons seulement pensé qu'il serait
intéressant pour le lecteur de replacer, sous ses yeux, deux lettres
adressées après le désastre de Waterloo, par M. de Metternich, à
Marie-Louise. Ces lettres avaient pour objet d'annoncer à la femme de
Napoléon, le sort de son époux trahi par la fortune, et tombé au pouvoir
des Anglais. La première de ces lettres, datée de Paris, où le ministre
de l'empereur François avait été obligé de se rendre, est du 18 juillet
1815. Nous la transcrivons ci-après:

«Madame. J'ai promis, avant mon départ de Vienne, d'informer directement
Votre Majesté impériale de ce qui serait relatif au sort de Napoléon.
Elle verra par l'article ci-joint, extrait du _Moniteur_, qu'il vient de
se rendre à bord du vaisseau anglais le _Bellérophon_, après avoir
vainement tenté d'échapper à la surveillance des croiseurs qui avaient
été établis devant Rochefort. D'après un arrangement fait entre les
puissances, il sera constitué prisonnier au fort Saint-Georges, dans le
nord de l'Écosse, et placé sous la surveillance de commissaires russe,
autrichien, français et prussien. Il y jouira d'un très bon traitement
et de toute la liberté compatible avec la plus entière sûreté qu'il ne
puisse échapper.»

La seconde lettre adressée par le même personnage à Marie-Louise, est
datée du 13 août de la même année, la voici:

«Madame. Napoléon est à bord du _Northumberland_, et en route pour
Sainte-Hélène. Nous n'avons pas de nouvelles de son départ de Torbay
autres que par le télégraphe; mais nous savons que c'est en pleine mer
qu'il a quitté un vaisseau pour l'autre. On l'a fait partir sur le
_Bellérophon_ parce que la foule des curieux augmentait tellement autour
de ce vaisseau, que l'on n'eut pas été entièrement sûr qu'il n'y aurait
point d'esclandre.»

«Quelle sécheresse dans ces lettres!», ajoute M. de Saint-Amand, à
l'ouvrage duquel nous les avons empruntées: «Pas un mot de pitié pour
une si mémorable infortune!»[106] La générosité vis-à-vis d'un ennemi
par terre n'était pas dans les habitudes de M. de Metternich. En ce qui
concerne l'impératrice Marie-Louise ou plutôt la duchesse de Parme, elle
n'osa manifester, dans cette circonstance, ni une plainte, ni un regret,
quels qu'aient pu être, en réalité, ses sentiments les plus intimes.
Elle était d'ailleurs trop occupée de ses nouvelles affections pour
s'apitoyer longtemps sur le sort du père de son fils, de l'époux dont
elle avait partagé, pendant cinq ans, le trône et la gloire. Nous ne
nous sentons pas le courage de continuer la biographie de cette
princesse, ni de poursuivre le récit de l'existence banale et terre à
terre qu'elle a menée, à Parme et à Vienne, jusqu'à sa mort survenue en
1847. Nous terminerons donc ce volume, presque sans autres commentaires,
par la transcription d'une lettre bien connue déjà, adressée à
Marie-Louise en 1818, et signée du général Gourgaud. Le compagnon de
captivité de l'Empereur, aussitôt après son retour de Sainte-Hélène en
Europe, s'était empressé de la faire parvenir à Parme. Cette lettre
pathétique demeura, elle aussi, sans écho; voici en quels termes
émouvants elle était conçue:

    «Madame,

»Si Votre Majesté daigne se rappeler l'entretien que j'ai eu avec elle
en 1814, à Grosbois, lorsque la voyant malheureuse, pour la dernière
fois, je lui fis le récit de tout ce que l'Empereur avait éprouvé à
Fontainebleau, j'ose espérer qu'elle me pardonnera le triste devoir que
je remplis en ce moment, en lui faisant connaître que l'empereur
Napoléon se meurt dans les tourments de la plus affreuse et de la plus
longue agonie. Oui, Madame, celui que les lois divines et humaines
unissent à vous par les liens les plus sacrés, celui que vous avez vu
recevoir les hommages de presque tous les souverains de l'Europe, celui
sur le sort duquel je vous ai vue répandre tant de larmes lorsqu'il
s'éloignait de vous, périt de la mort la plus cruelle, captif sur un
rocher au milieu des mers, à deux mille lieues de ses plus chères
affections, seul, sans amis, sans parents, sans nouvelles de sa femme et
de son fils, sans aucune consolation. Depuis mon départ de ce roc
fatal, j'espérais pouvoir aller vous faire le récit de ses souffrances,
bien certain de tout ce que votre âme généreuse était capable
d'entreprendre; mon espoir a été déçu: j'ai appris qu'aucun individu
pouvant rappeler votre époux, vous peindre sa situation, vous dire la
vérité, ne pouvait vous approcher; en un mot, que vous étiez, au milieu
de votre Cour, comme au milieu d'une prison. Napoléon en avait jugé
ainsi. Dans ses moments d'angoisse lorsque, pour lui donner quelques
consolations, nous lui parlions de vous, souvent il nous a répondu:
«Soyez bien persuadés que si mon épouse ne fait aucun grand effort pour
alléger mes maux, c'est qu'on la tient environnée d'espions qui
l'empêchent de rien savoir de tout ce qu'on me fait souffrir, car
Marie-Louise est la vertu même!»

  [106] Saint-Amand. _Marie-Louise, l'île d'Elbe et les
  Cent-Jours._


Des circonstances extraordinaires avaient uni la destinée d'une
princesse, très jeune et sans aucune fermeté de caractère, à celle du
plus grand génie des temps modernes. La politique égoïste et froide, qui
avait formé cette union, n'a pas hésité à la briser, le jour où Napoléon
a vu s'écrouler l'édifice majestueux qu'il avait fondé à coups de
victoires. Le mot du prince Schwarzenberg, à l'époque des premiers
revers subis par l'Empereur, était déjà un avertissement quand il
laissait échapper ces paroles significatives: «La politique a fait le
mariage, la politique peut le défaire!» Si coupable qu'ait été
Marie-Louise, elle n'est en réalité qu'à moitié responsable des
défaillances morales, des fautes graves auxquelles elle a fini par se
laisser entraîner, et mon grand-père, dans le jugement qu'il porte sur
la seconde femme de l'empereur Napoléon, a pu dire avec raison:
«Réservons notre indignation pour ceux qui ont provoqué et précipité sa
chute.»

Ceux qui ont provoqué ce triste résultat, par tous les moyens dont ils
disposaient, ne sont autres que l'empereur d'Autriche et sa troisième
femme, Marie-Louise-Béatrix d'Este, enfin le ministre Metternich et son
principal instrument, Neipperg.

La peur, la haine et la vengeance ont marqué chacun de leurs procédés;
aussi l'impartiale histoire infligera-t-elle indubitablement à l'œuvre
qu'ils ont accomplie la flétrissure que cette œuvre a méritée à si
juste titre.



ÉPILOGUE


Au cours des dernières années qui précédèrent la chute de la Monarchie
de juillet 1830, le frère de mon père, mon oncle Eugène de Méneval, se
trouvait à Vienne en qualité de premier secrétaire de l'ambassade
française en Autriche. Il eut la curiosité de chercher à voir sa
marraine, l'ex-impératrice Marie-Louise qui faisait, dans cette ville,
de fréquents séjours; il parvint enfin à en obtenir une audience. Il a
souvent raconté, depuis, l'impression pénible sous tous les rapports
qu'il remporta de sa visite à la veuve du général Neipperg, remariée à
cette époque avec M. de Bombelles.

Le filleul de Marie-Louise se vit effectivement en présence, paraît-il,
d'une vieille femme édentée, décharnée, offrant aux regards de ceux
qu'elle admettait à venir la visiter tous les symptômes de la
décrépitude, et l'aspect d'une véritable ruine. Dans les courts instants
d'entretien que la princesse autrichienne lui accorda, mon oncle put
observer avec surprise que l'oublieuse souveraine s'abstint même de
prononcer le nom de mon grand-père, encore vivant à cette date, et que
Marie-Louise devait précéder dans la tombe.

«La duchesse de Parme se borna, dit-il, à rappeler dans quelques
paroles, qu'elle voulut rendre obligeantes, le souvenir agréable qu'elle
avait conservé de ma mère.»

Marie-Louise évitait avec un soin tout particulier toute allusion au
temps où elle avait été impératrice et femme de Napoléon. Ces importuns
souvenirs, on le conçoit, la gênaient, ce qui tendrait à faire supposer
que le remords de son ingrate conduite l'a poursuivie secrètement
jusqu'à la fin de ses jours. Peu de mois après la visite que nous venons
de raconter, cette souveraine, à l'âme si peu royale, mourait à Vienne à
l'âge de cinquante-six ans, le 18 décembre 1847.


FIN



APPENDICE


_Extrait des souvenirs historiques de mon grand-père. Caractère de
Marie-Louise._


Marie-Louise avait apporté en France ses défauts et ses qualités, une
extrême défiance d'elle-même, une absence complète de volonté. Aucune
pensée d'ambition ne s'est révélée en elle. Si elle n'avait montré
jusqu'à quel point l'idée de la célébrité lui répugnait, on aurait pu
penser que ses prétentions se bornaient à jouir du reflet des rayons que
lui renvoyait la couronne de son illustre époux, et qu'elle considérait
toute espèce de gloire comme devant disparaître devant l'éclat d'une si
grande renommée.

Impératrice, elle pouvait montrer de l'éloignement pour les affaires,
puisqu'elle n'y était point initiée; mais régente, elle a conservé la
même indifférence. Avec le pouvoir de décider les questions, avec la
sagacité et les connaissances nécessaires pour les bien comprendre, elle
ne prenait rien sur elle: elle s'empressait de se rendre à l'avis qui
lui était soumis, comme pour en finir plus vite et pour décliner toute
responsabilité. Résignée au présent, l'avenir ne la préoccupait pas;
elle se délassait de l'ennui qui la gagnait en cultivant les arts, le
dessin, la musique. Sa timidité naturelle, entretenue par la vie
claustrale qu'elle avait menée jusqu'au jour de son mariage, était
encore augmentée par les préventions qui lui avaient été inspirées
contre l'esprit français dont elle redoutait les sarcasmes; elle était
au reste d'autant moins contrariée dans son goût pour la retraite que
l'Empereur s'en accommodait tout à fait.

La catastrophe qui a frappé l'Empereur l'a jetée dans une douleur
voisine du désespoir. Pendant les premiers mois d'une séparation qui
devait être éternelle, elle s'est plus d'une fois reproché de n'avoir
pas tenté l'impossible pour se réunir à lui, quoiqu'elle fût quelquefois
préoccupée de la crainte que l'adversité et l'inaction n'aigrissent le
caractère de l'Empereur, et qu'elle n'eût plus les mêmes chances d'être
heureuse dans sa nouvelle situation. Ce regret, quoiqu'il ne fût pas
tout à fait pur, lui était suggéré par le souvenir des tendres égards
qu'elle avouait avoir trouvés en lui; elle craignait aussi que le tort
de cette séparation ne lui fût imputé et ne lui nuisît dans l'opinion;
car le public lui demanderait un compte personnel de ses actions, depuis
que, livrée à elle même, elle avait perdu l'égide de l'irresponsabilité
dont l'Empereur l'avait jusque-là couverte. A mesure que Napoléon
l'avait plus connue, il s'était applaudi de son choix. Le caractère de
cette princesse lui paraissait avoir été formé pour lui; elle lui avait
donné du bonheur et des consolations au milieu des soucis de sa vie
orageuse. Dans les relations habituelles elle était facile et
bienveillante, sans perdre de sa dignité. Jamais une plainte ni un
reproche ne sont sortis de sa bouche. Douée d'un caractère doux mais
réservé et circonspect, ses sentiments n'avaient pas, dans leur
expression, une grande vivacité. Elle était bienfaisante et aimait à
donner; elle avait de la simplicité et de la finesse à la fois, une
gaîté douce et de l'esprit sans causticité. Instruite, elle ne faisait
point parade de ses connaissances, elle craignait d'être accusée de
pédantisme. Compagne de l'Empereur, ses qualités attachantes avaient
gagné l'affection de son époux, comme sa douceur inaltérable avait
séduit toutes les personnes qui vivaient dans son intimité.

On se tromperait en supposant que le devoir luttait péniblement en elle
contre les inclinations; elle était naturelle et ne savait pas cacher
ses impressions; mais l'événement a prouvé que, si elle était portée à
la vertu en ce qu'elle a de facile, elle a manqué de la force nécessaire
pour la pratiquer en ce qu'elle a de rigoureux. L'absence sans espoir de
retour, des confidences mensongères, d'adroites flatteries, des
promesses séduisantes et des oppositions menaçantes qu'elle n'a pas eu
le courage de braver, ont rencontré en elle une malheureuse disposition
à s'accommoder aux événements imprévus et à les accepter comme
irrémédiables.


_Lettre du comte Marescalchi au baron de Méneval._


    Parme, le 9 juillet 1814.

Mon cher Méneval, vous pouvez être sûr de mon empressement pour les
affaires et pour le service de Sa Majesté; vous me connaissez et c'est
assez; mais je ne vous cache pas qu'ici je me trouve dans une bien
cruelle position. Je suis arrivé que--comme j'ai eu l'honneur de vous
l'écrire--on avait déjà tout organisé, et avec un système et des mesures
qui sont absolument au-dessus des forces de ce pays. C'est le désordre
immédiat dans lequel est l'administration qui m'épouvante. La station
des troupes et les devoir entretenir à nos frais absorbent tout l'argent
qui se verse dans la caisse, et la dépense en est si considérable, que,
ne pouvant pas y faire face avec tout ce qu'on perçoit, la dette
publique augmente de jour en jour, et ceux qui fournissent en nature ou
qui sont obligés de prêter des vivres et des logements, réclament des
secours, sans quoi ils sont à la veille de quitter.

Dépourvus ainsi de moyens, les contribuants se trouvent dans
l'impossibilité de payer les impôts, la roue ne tourne que très
lentement, et le pays ne présente pas la moindre ressource et d'aucune
espèce.

L'objet donc qui m'intéresse en ce moment davantage est la réduction des
troupes ou du moins qu'elles soient mises sur le pied de paix, comme on
l'a déjà fait au commencement du mois dans la Lombardie. J'en ai montré
la nécessité à Sa Majesté l'empereur et à Son Altesse le prince de
Metternich. Si l'impératrice est encore à Vienne, engagez-la à en parler
aussi, autrement elle viendra ici, mon cher Méneval, qu'elle n'aura pas
de quoi vivre.

Je profite du départ du général Nugent pour vous faire arriver cette
lettre plus promptement et voilà encore un autre malheur. Les postes
retardent, de manière que pour recevoir ici une réponse de Vienne, il y
faut au moins un mois.

Je vous ai rendu compte que nous manquons tout à fait de linge et
d'argenterie; mais il y a un autre objet sur lequel il me faut connaître
les volontés de Sa Majesté. Hors deux anciennes voitures de gala, nous
n'avons de quoi servir ici l'impératrice, ni voitures, ni harnais; et si
l'on doit lui faire trouver des voitures de service, ce sera un autre
embarras, et il faut me l'écrire tout de suite. Ni à Parme, ni à Milan
même, on ne fait plus usage que de petites diligences, ou de certaines
voitures de campagne sans siège. Donc ce sera difficile d'en acheter et
de s'en procurer; il faudra peut-être même les ordonner.

Adieu, je vais travailler, et j'ai l'antichambre remplie de créanciers,
d'ecclésiastiques auxquels on n'a pas payé leurs pensions depuis une
année, de magistrats qui ne sont pas payés depuis trois mois, de
fournisseurs qui sont épuisés... Enfin c'est un abîme, et ne croyez pas
que je vous en impose. Si j'arrive à dresser cette machine vous me ferez
une statue.

Je suis toujours et de tout mon cœur avec toute l'estime et la
reconnaissance,

    Votre ami et serviteur:

    N. MARESCALCHI.


_Lettre de M. de Bausset au baron de Méneval._


    Parme, ce 12 août 1814.

Malgré tous mes beaux projets, mon cher Méneval, je suis à Parme depuis
quelques jours. L'espoir d'y être utile m'a fait braver la crainte d'y
être encore plus mal reçu que le sieur Cappei[107]. Vous aurez appris
qu'il s'est opéré de grands changements dans le gouvernement. Le tout
s'est fait sans qu'il en ait été donné préalablement communication à
notre féal Marescalchi. La visite de son successeur lui a appris le
changement de son attitude, et je l'ai encore trouvé tout chaud de son
désappointement. Personne n'avait de meilleures intentions; mais il ne
pouvait se décider à porter les grands coups. Tout le provisoire est à
bas, mais aussi les mécontents en sont augmentés... Marescalchi m'a fait
connaître une partie des nouvelles instructions qui lui ont été
adressées en sa qualité nouvelle de ministre d'Autriche près le
gouvernement de Parme. On y déploie une sévérité extrême sur tout ce qui
peut avoir rapport à la France, et il lui est enjoint de ne souffrir la
présence d'aucun Français dans les États de Parme, si ce n'est pourtant
ceux qui accompagneront l'impératrice, et on lui renouvelle de plus fort
d'apporter une grande surveillance sur tout ce qui peut regarder l'île
d'Elbe... Ordre aussi de faire partir les cinquante-cinq Polonais pour
leur pays s'ils ne veulent pas s'enrôler dans les armées autrichiennes.
Comme il leur est dû trois mois de solde, leur réclamation exige une
nouvelle réponse de Vienne. Peut-être Sa Majesté l'impératrice
parviendra-t-elle à obtenir de son père de les garder à son service,
chose qu'ils désirent vivement.

  [107] Nom d'un agent envoyé à Parme par Marie-Louise.

L'article du règlement constitutionnel, qui dit qu'il n'y aura point
d'étrangers employés dans le gouvernement, ne regarde pas les Français
attachés à l'impératrice, et chose assez remarquable, le ministre
nouveau est un compatriote de ma femme et né en Irlande, première
infraction; de plus le sieur abbé Commensard, nouveau conseiller d'État
est également né irlandais. Comme vous voyez il y a des accommodements
avec le ciel. Il ne faut pas se dissimuler les avantages réels d'un
changement subit dans le gouvernement de Parme. Il en résulte
nécessairement une grande économie dans les ressorts politiques, et
déversement de faveur qui tourne au profit de Sa Majesté qui est devenue
pour les uns un refuge, et un espoir pour tout ce qui, étant supprimé,
se flatte d'être employé de nouveau.

J'ai été très bien accueilli dans ce pays. On me sait gré de ne fermer
ma porte à personne, pas même aux très nombreux marmitons des anciens
ducs. Je m'occupe à préparer tout ce qui est nécessaire à
l'établissement de la maison. Le désordre est grand, les ressources
nulles, puisque la régence, non contente des dettes énormes qui vous
sont connues, a eu l'extrême _attention_ d'hypothéquer le domaine
particulier de la couronne jusqu'à la fin de novembre.

Sa Majesté se flatte de venir ici bientôt; mon cher Méneval, j'ai peine
à croire que son père y consente. A en juger par les nuages politiques
qui environnent l'ouverture du Congrès de Vienne, il est probable que
l'Italie pourrait bien n'être pas tranquille. Le roi de Naples s'agite
beaucoup. Il a une armée superbe, un trésor au grand complet, et ses
forces se sont singulièrement accrues par les désertions de presque
toute la vieille armée d'Italie qui a pris du service auprès de lui. On
murmure tout bas, et je vous le dis de même tout bas, qu'il a des
prétentions sur les états de Bologne, et qu'il est occupé en ce moment à
passer les revues de ses troupes sur les frontières des trois légations.


... Ce pays est triste, les femmes y sont peu jolies. L'atmosphère est
brûlante, l'Opéra médiocre, le palais très vieux; mais je m'occupe
d'établir le logement de Sa Majesté au palais du _Jardin_. Avec quelques
milliers de francs, elle aura un beau palais, tout à fait indépendant.

Avez-vous entendu dire dans votre ville que l'on devait proposer au
Congrès un échange des duchés de Parme avec les trois légations
Bologne, Ferrare et Ravenne? L'empereur d'Autriche en a parlé sur ce ton
à Marescalchi, supposé toutefois que les prétentions de Sa Majesté
napolitaine soient réduites à leur juste valeur. De tout cela il faut
conclure que le sort de Sa Majesté est incertain; que son voyage, malgré
ses désirs, est encore éloigné, et que vraisemblablement nous sommes
encore destinés à aller goûter les douceurs ineffables du séjour de
Schœnbrunn. La volonté de Dieu soit faite! Je suis dévoué pour jamais
au service de Sa Majesté et je lui resterai fidèle partout et en tout.
L'empereur d'Autriche a nommé le comte de San Vitale grand chambellan de
Sa Majesté. C'est une nouvelle qu'Elle n'a sue que par moi.

J'oubliais de vous dire que le palais de Colorno est beau, bien conservé
et à peu près meublé. Il n'en est pas de même des autres vieux palais; à
peine y a-t-il des murailles!

Veuillez agréer, etc.,

    _Signé_: BAUSSET.


_Lettre de Marie-Louise à la comtesse de Montesquiou._


Mme la comtesse de Montesquiou, voulant prévoir le cas, qui j'espère,
avec l'aide de Dieu, n'arrivera pas, où mon fils viendrait à être
atteint d'une maladie qui exigerait les secours du médecin, je désire
que vous fassiez appeler alors M. le docteur Franck dans lequel j'ai
confiance. Si une consultation devenait nécessaire vous voudriez bien
prier le premier médecin de l'Empereur, mon auguste père, de joindre ses
conseils à ceux de M. Franck et de mon médecin.

Cette lettre n'étant à autre fin, je prie Dieu qu'il vous ait, madame la
comtesse de Montesquiou, en sa sainte garde. Écrit au château de
Schöenbrunn, le 19 juin 1814.

    _Signé_: MARIE-LOUISE.


_Lettre du grand chambellan, comte Wrbna au baron de Méneval._


    Monsieur le Baron!

Je n'ai pas manqué de remettre au courier qui partira ce soir pour
Vienne la lettre que vous avez bien voulu m'envoyer pour Sa Majesté
l'impératrice Marie-Louise, duchesse de Parme, et je saisis cette
occasion pour vous renouveler, Monsieur le Baron, les assurances de la
considération distinguée avec laquelle j'ai l'honneur d'être,

    Monsieur le Baron,
    Votre très humble et très obéissant serviteur,
    Le Comte R. DE WRBNA.

    Paris, ce 19 août 1815.


_Anecdote concernant Marie-Louise duchesse de Parme._


M. Darlincourt arriva à Ischel par Salzbourg, lorsqu'on apprit la
nouvelle de la chute de cheval que venait de faire le duc de Bordeaux.

Il y trouva Marie-Louise avec sa cour qui se composait: 1º du comte de
Bombelles, grand maître de sa maison; 2º de la comtesse de San Vitale,
sa fille, jeune et jolie dame d'honneur; 3º des baronnes Palaviccini et
Sobel, dames du palais; 4º du comte de San Vitale (gendre), chambellan;
5º du colonel de Richer, trésorier; 6º de son chapelain; 7º du jeune
comte de Montenuovo (fils), un des beaux officiers de l'Allemagne.

Marie-Louise parla de la France. Elle dit qu'Elle aurait pu la
connaître; mais que son temps s'était passé en représentations et à
écouter des harangues, de sorte que tout ce qu'elle a pu en contempler
à son aise, ce sont les physionomies des maires et des adjoints. (Dans
ce souvenir éclate la répugnance qu'elle a toujours eue pour la
représentation.)

Elle parla d'une superstition commune à Vienne comme au reste de
l'Allemagne: la Dame blanche! Elle apparaît à Vienne quand un membre de
la famille impériale doit mourir. La mère de Marie-Louise était
mourante. Sa jeune sœur Léopoldine l'aperçoit derrière le fauteuil de
sa mère et l'en avertit. L'Impératrice lui répond que c'est la Dame
blanche qui vient la chercher. En effet, le lendemain l'Impératrice
était morte.

Un employé du château aperçoit le fantôme dans sa tournée. Le lendemain,
on apprend la mort de l'archiduc Rodolphe qu'on ne savait pas en danger
de mort.

L'archiduc Antoine voit une femme à genoux près de son lit pendant qu'il
recevait les sacrements. C'était la Dame blanche. Il meurt le lendemain.

Il y a aussi une Dame blanche à Berlin. Elle se montra à la mort du
Grand Frédéric.

Il y a à Munich une Dame noire, qui avait été l'Électrice de Bavière en
1785. Elle annonce aussi la mort des personnages de la famille royale.

Il y a à Bareuth une Dame mortuaire qui a aussi sa célébrité.

Etc., etc., etc.


_Copie de la lettre de Mme la comtesse de Montesquiou à M. Ballouhey en
date du 12 août 1832._


Veuillez, Monsieur, me rendre le service de faire passer, par une
occasion sûre, la lettre que je renferme dans celle-ci, je dis sûre à
cause du désir que j'ai qu'elle parvienne à celle qui en est l'objet. Il
m'a paru impossible, malgré la loi que je m'étais faite, de garder le
silence dans le moment d'une aussi grande douleur et qui est si
légitimement partagée par mon cœur. Moins je voulais croire aux
nouvelles si tristes que vous m'aviez données à votre dernière visite,
plus j'ai été accablée de ce triste événement, et qui était pour moi
inattendu.

Les jugements de Dieu sont impénétrables! adorer et se taire est ma
devise depuis longtemps; mais j'aime à reconnaître dans cette mort
prématurée la preuve que la Providence, dans sa miséricorde, lui
réservait une couronne immortelle, que les puissances de la terre ne
pourront plus lui enlever. Cette manière d'envisager les choses
n'empêche pas les larmes de couler, mais elle les rend moins amères.

Agréez, Monsieur, la nouvelle assurance de ma considération distinguée.

    _Signé_: M., Comtesse DE MONTESQUIOU.


_Lettre de mon grand-père à sa femme à propos de la mort du duc de
Reichstadt._


    Le 9 août 1832.

    Des bains du mont Dore.

J'étais bien préparé, ma chère amie, à la perte douloureuse dont j'ai
appris ici la nouvelle. J'avais vu, avant de quitter Paris, une lettre
du Dr Malfatti à Antomarchi, qui lui donnait de longs détails sur la
nature de la maladie de l'infortuné prince. Il était attaqué d'une
phtisie tuberculeuse, arrivée à son dernier période et malheureusement
incurable. Depuis longtemps les médecins sollicitaient son éloignement
de Vienne. Mais la Sainte-Alliance s'y est constamment opposée.
Metternich n'a pas osé lui désobéir, et l'Empereur s'est séparé de son
petit-fils en pleurant pour ne pas le voir mourir. Dieu nous préserve
d'avoir des cœurs de souverain! C'est un nouvel attentat dont la
coalition s'est chargée et qui ajoute à l'exécration que lui vouera la
postérité. Je crois au désespoir de sa mère, mais je ne la crois pas
inconsolable. Dieu lui pardonne! Que de maux sa faiblesse nous a causés!
Une profonde obscurité couvre l'adolescence et la mort du jeune
infortuné. Les crimes qu'a vu commettre le Moyen âge étaient empreints
d'une énergie sauvage qui avait quelque grandeur, mais quel dégoût, mêlé
d'horreur, inspire cette lâcheté de cœur qui n'ose pas assassiner, mais
qui fait mourir d'une lente agonie un jeune homme dont l'âme ardente et
généreuse se consume dans d'impuissants efforts, sans trouver une âme
dont les sentiments et les pensées répondent aux siens. Je ne sais quel
sentiment domine en moi, de l'indignation ou de la douleur. Mon repos en
est troublé pour toute ma vie, et je tâche en vain d'écarter ces fâcheux
souvenirs. J'ai trouvé dans la maréchale Ney et dans madame Tascher une
sympathie qui a eu quelque douceur pour moi, mais elles ne peuvent
sentir tout ce que j'éprouve.



TABLE DES MATIÈRES


                                                                    Pages

  AVANT-PROPOS                                                          I


  CHAPITRE PREMIER

  Caractère de Marie-Louise.--Sa correspondance avec Mme de
  Crenneville.--Son portrait.--Ce que pensait de sa
  mère le duc de Reichstadt                                             1

  CHAPITRE II

  Lettre de l'empereur d'Autriche à Napoléon en date du
  16 avril 1814.--Lettre de Metternich à Marie-Louise.--Appréciation
  du caractère et de la conduite de ce  ministre par un
  contemporain du chancelier autrichien                                17

  CHAPITRE III

  Marie-Louise laissée dans l'ignorance des événements survenus
  à Paris depuis l'abdication de Napoléon.--Mauvais conseils
  qui lui sont donnés dans son entourage, d'après les
  témoignages de Rovigo et de Mme Durand.--Bon mouvement
  de l'Impératrice à Blois.--Jugement de Napoléon
  sur elle                                                             31

  CHAPITRE IV

  Marie-Louise se met en route pour Vienne.--Détails sur son
  itinéraire et les diverses phases de son voyage.--Appréciation
  de son caractère et de ses dispositions intérieures.--Accueil
  qu'elle reçoit à Vienne                                              45

  CHAPITRE V

  Extraits de correspondances particulières se rapportant à
  Marie-Louise et rendant compte de sa situation d'esprit.--Mme
  de Montebello, MM. Corvisart et Caffarelli se séparent
  de l'Impératrice.--Projet de Marie-Louise d'aller prendre
  les eaux d'Aix en Savoie. La cour d'Autriche n'y est
  nullement favorable.--La reine Caroline de Naples, grand'mère
  de la femme de Napoléon.--Son portrait.--Bons conseils
  qu'elle donne à Marie-Louise                                         59

  CHAPITRE VI

  Marie-Louise, le duché de Parme et Metternich.--Lettre de
  l'île d'Elbe pour recommander les eaux de la Toscane.--Retour
  de l'Empereur d'Autriche à Vienne.--Réception qui lui
  est faite.--Dîner chez Marie-Louise.--Comment se passe
  la journée du secrétaire des commandements de l'Impératrice          71

  CHAPITRE VII

  Départ de Marie-Louise pour Aix.--Détails sur ce voyage,
  arrivée à Aix.--Mme de Montebello, Corvisart et Isabey,
  arrivés de leur côté pour y retrouver l'Impératrice.--Première
  apparition de Neipperg.--Réflexions.--Portrait du général
  Neipperg.--Quel était son véritable père                             85

  CHAPITRE VIII

  Correspondance de Marie-Louise avec le baron de Méneval.--Plusieurs
  lettres autographes de l'Impératrice donnent un récit de ses
  occupations pendant une partie de l'été de 1814                      99

  CHAPITRE IX

  Lettre de Metternich à l'Impératrice Marie-Louise.--Réflexions.
  --Lettre de la comtesse Brignole à mon grand-père.--Nouvelles
  lettres de l'Impératrice au même, dont plusieurs inédites.--Lettre
  de M. de la Tour du Pin, ministre de France à Vienne, au
  ministre des Affaires étrangères à Paris                            115

  CHAPITRE X

  Épisode du voyage de Mme Walewska à l'île d'Elbe.--Retour
  de mon grand-père en Suisse auprès de Marie-Louise.--Bon
  accueil qu'il en reçoit.--Changement dont il aperçoit
  les premiers symptômes.--Lettre qu'il écrit à sa femme à ce
  sujet.--Fugue de Marie-Louise dans l'Oberland bernois               135

  CHAPITRE XI

  Séjour de l'Impératrice et de sa petite cour à Berne.--Son
  entrevue avec la princesse de Galles dans cette ville.--Dîner
  suivi de musique et de chants où la femme du prince régent
  d'Angleterre se fait remarquer par son originalité.--Ruines
  du château de Habsbourg.--Anecdote significative sur le séjour
  de Marie-Louise à l'auberge du Soleil d'Or, au Righi.--Terrain
  gagné par Neipperg                                                  149

  CHAPITRE XII

  Retour de Marie-Louise à Vienne.--Elle y trouve les souverains
  de l'Europe réunis.--Magnificence de la réception,
  qui leur y est préparée.--Détails sur différents
  princes et princesses.--Asservissement de Marie-Louise
  aux injonctions du Cabinet de Vienne.--Jugement de
  lord Holland sur l'empereur François                                163

  CHAPITRE XIII

  Vicissitudes dont la souveraineté du duché de Parme est l'objet.--La
  petite cour française de l'Impératrice divisée en
  deux camps.--Lenteur de la marche du Congrès.--Mot
  du prince de Ligne.--Charme du fils de Napoléon.--Nouvelle
  dépêche de la légation française concernant
  Marie-Louise et son fils.--Lettre rendant compte de
  l'inimitié existant entre deux dames du service de l'Impératrice    177

  CHAPITRE XIV

  Zèle de Talleyrand contre tout ce qui porte le nom de
  Bonaparte.--Projet de déporter Napoléon aux Açores.--Lettre
  de la légation française à Vienne, adressée à Paris.--Lettre
  de mon grand-père à sa femme, blâmant avec force la conduite de
  quelques-unes des personnes de la suite de Marie-Louise.--M.
  de Carcassonne.--Constatation de l'influence dominatrice prise
  par Neipperg sur Marie-Louise.--Folle passion de cette dernière
  pour le général                                                     191

  CHAPITRE XV

  Zèle déployé par Neipperg pour bien remplir sa mission.--Il
  fait étalage de son dévouement pour Marie-Louise.--M. de Gentz;
  influence qu'il exerce à Vienne, notamment sur Metternich.--Musique
  quotidienne le soir chez Marie-Louise.--Le prince Eugène
  Beauharnais et le prince de Ligne.--Portrait de ce dernier.--Grand
  dîner chez Marie-Louise.--Mort du prince de Ligne                   203

  CHAPITRE XVI

  Marie-Louise atteint ses 23 ans.--Cadeaux que lui envoie sa
  belle-mère l'impératrice d'Autriche.--Arrivée de lettres
  de l'empereur Napoléon.--Marie-Louise les remet à son
  père l'empereur d'Autriche.--Parme et le Congrès.--Traité
  du 3 janvier 1815.--Propos de l'empereur de
  Russie                                                              219

  CHAPITRE XVII

  Cadeaux du jour de l'an.--Distraction d'hiver à Schönbrunn.--Les
  affaires dans le Congrès traînent de plus
  en plus en longueur.--Célébration en grande pompe, à
  Vienne, de l'anniversaire de la mort de Louis XVI, à
  l'instigation du zélé Talleyrand.--Mon grand-père tient
  à y assister.--Visites fréquentes du czar à Marie-Louise.
  Réception chez l'impératrice Marie-Louise.--La famille
  d'Edling                                                            299

  CHAPITRE XVIII

  Mme de Brignole et Bausset malades.--Les intrigues continuent
  à la petite cour de Schönbrunn.--Nouvelles difficultés
  à propos du duché de Parme.--Gentz donne ses conseils à
  Marie-Louise et à Neipperg.--L'abbé Werner, anecdote.--L'empereur
  Alexandre vient déjeuner à Schönbrunn.--Amabilité de ce prince      241

  CHAPITRE XIX

  Plaintes de Napoléon de ne recevoir aucune lettre de
  Marie-Louise.--Mon grand-père s'en fait l'écho auprès
  d'elle.--Réponse qu'il en obtient.--Promenades à cheval avec
  Neipperg.--Le roi de Danemark, anecdote.--Wellington
  à Vienne.--Faux départ de Neipperg.--Mme de Brignole très
  malade.--Nouvelles du Congrès.--L'avis du départ de Napoléon
  de l'île d'Elbe parvient à Vienne                                   255

  CHAPITRE XX

  Ce qui se passait à la fin de février à l'île d'Elbe.--Conversation
  de Napoléon avec Fleury de Chaboulon.--Extraits
  empruntés aux _Mémoires_ de ce dernier                              269

  CHAPITRE XXI

  La nouvelle du départ de l'île d'Elbe cause une profonde sensation
  à Vienne.--Zèle intempestif de Bausset.--Paroles de l'empereur
  Alexandre.--Trouble dissimulé de Marie-Louise.--Propos de
  l'archiduc Jean.--Mme de Brignole gravement malade est
  administrée.--Marie-Louise se met sous la protection des
  alliés.--Déclaration du 13 mars.--Tracasseries policières           285

  CHAPITRE XXII

  Une lettre de Napoléon à Marie-Louise, datée de Grenoble,
  lui est transmise par l'intermédiaire du général Bubna.--Marie-Louise
  se renferme dans un mutisme complet
  vis-à-vis de mon grand-père.--Le fils de Napoléon
  transféré de Schönbrunn au Palais impérial à Vienne.--Conversation
  sérieuse avec Marie-Louise.--Mme de
  Montesquiou retenue à Vienne.--Fauche-Borel.--Nouvelles
  qu'il répand dans la capitale autrichienne                          301

  CHAPITRE XXIII

  Marie-Louise assidue aux offices religieux de la semaine
  sainte.--Cérémonies à Saint-Étienne.--Lettre de Napoléon
  à l'empereur François; il n'y est fait aucune réponse.--Billets
  de Napoléon à Marie-Louise.--Lettres de Caulaincourt.--A
  propos des traités du 3 janvier et du 25 mars 1815.--Talleyrand
  ferme sa maison.--Départ de Wellington.--Mort de la comtesse
  de Brignole.--Lettre de ma grand'mère à son mari                    315

  CHAPITRE XXIV

  Autres billets de Napoléon à Marie-Louise.--Silence conservé
  par elle.--Mme Mitrowsky dame d'honneur.--L'archiduc
  Rainier.--Marie-Louise annonce à mon grand-père la résolution
  de ne jamais se réunir à l'empereur Napoléon.--Conversation à ce
  sujet.--Le fils de Napoléon privé de la succession de sa mère à
  Parme.--Départ du prince Eugène pour Munich.--Mission
  Montrond.--Détails sur ce personnage; son rôle à Vienne.--Le
  roi Murat, anecdote                                                 329

  CHAPITRE XXV

  Lettre du baron de Méneval au duc de Vicence pour documenter
  le Gouvernement impérial français sur ce qui se passe en réalité
  à Vienne.--Lettre de Talleyrand à Louis XVIII rendant compte à
  sa manière de la mission Montrond à Vienne                          345

  CHAPITRE XXVI

  Mon grand-père demande à Marie-Louise de lui faire délivrer
  des passeports pour la France.--Réputation de Talleyrand; on ne
  le juge pas favorablement, même à Vienne.--Variations de Metternich
  rapportées par Talleyrand.--Le cabinet de Vienne disposé à s'entendre
  en sous-main avec Napoléon.--Causes de l'avortement de ces
  dispositions plus conciliantes.--Joachim déclare la guerre à
  l'Autriche.--Des lettres de Napoléon, du roi Joseph et de sa femme
  sont remises par mon grand-père à l'Impératrice.--Correspondance
  active de Marie-Louise avec Neipperg                                359

  CHAPITRE XXVII

  Le Gouvernement autrichien, estimant n'avoir plus de ménagements
  à garder vis-à-vis de Napoléon, lève le masque et prend
  définitivement parti contre lui.--L'empereur Alexandre et le
  prince Schwarzenberg, anecdote.--Mouvement que se donne Bausset
  pour se remettre d'aplomb sur ses jambes.--Propos de l'archiduc
  Jean relatif à la famille royale d'Espagne.--Silence de
  l'Impératrice sur les affaires vis-à-vis de mon grand-père.--Mort
  de la comtesse Neipperg.--Bavardage intarissable de Marie-Louise
  pendant cette période de son existence.--Le 4 mai (Ascension),
  Marie-Louise fait ses dévotions.--Adieux de mon grand-père au
  fils de Napoléon et à Marie-Louise.--Son départ de Vienne.--Lettres
  de Metternich à Marie-Louise.--Lettre de Gourgaud (1818) à la
  même                                                                375


  Épilogue                                                            397


  APPENDICE

  Extrait des souvenirs historiques de mon grand-père. Caractère
  de Marie-Louise                                                     399

  Lettre du comte Marescalchi au baron de Méneval                     402

  Lettre de M. de Bausset au baron de Méneval                         404

  Lettre de Marie-Louise à la comtesse de Montesquiou                 408

  Lettre du grand chambellan, comte Wrbna au baron de Méneval         408

  Anecdote concernant Marie-Louise duchesse de Parme                  409

  Copie de la lettre de Mme la comtesse de Montesquiou à
    M. Ballouhey en date du 12 août 1832                              411

  Lettre de mon grand-père à sa femme à propos de la mort du
    duc de Reichstadt                                                 412


 IMPRIMERIE CHAIX, RUE BERGÈRE, 20, PARIS.--15462 11-08.--(Encre
 Lorilleux).





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Marie-Louise et la cour d'Autriche entre les deux abdications (1814-1815)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home