Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Chronique de 1831 à 1862, Tome 3 (de 4)
Author: Dino, Duchesse Dorothée de
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Chronique de 1831 à 1862, Tome 3 (de 4)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée et
n'a pas été harmonisée.

Les consonnes avec un accent aigu dans l'original (en langue slave) sont
transcrites comme ceci, x['x], le x représentant la consonne.



    CHRONIQUE
    DE
    1831 A 1862



_Il a été tiré de cet ouvrage 10 exemplaires sur papier de cuve des
papeteries d'Arches, numérotés de 1 à 10._



    DUCHESSE DE DINO
    (PUIS DUCHESSE DE TALLEYRAND ET DE SAGAN)


    CHRONIQUE
    DE
    1831 A 1862

    _Publiée avec des annotations et un Index biographique_

    PAR
    LA PRINCESSE RADZIWILL
    NÉE CASTELLANE


    III
    1841-1850


    Troisième édition

    [Logo]

    PARIS
    LIBRAIRIE PLON
    PLON-NOURRIT ET CIE, IMPRIMEURS-ÉDITEURS
    8, RUE GARANCIÈRE--6e


    1909



    Tous droits de reproduction et de traduction
    réservés.

    Published 1909.



DUCHESSE DE DINO


CHRONIQUE



1841


_Rochecotte, 1er janvier 1841._--La journée d'hier s'est passée
sans grand incident. Le matin, j'ai fait dire dans ma chapelle une
messe pour feu M. de Quélen; j'y ai pleuré de tout mon cœur. Le
soir, mon fils Alexandre, mon gendre et Pauline ont fait de la
musique, chanté des vaudevilles, représenté des charges et fait un
train dont j'étais charmée pour eux, parce que je meurs toujours de
peur qu'ils ne s'ennuient ici, mais qui, je l'avoue, contrastait
tout particulièrement avec ma disposition d'âme. Au coup de minuit,
on a servi du punch: il est tombé plus d'une larme dans mon verre
en songeant à ceux avec lesquels j'ai si longtemps passé ce moment.


_Rochecotte, 2 janvier 1841._--Voici ce que M. de Salvandy m'écrit
sur la réception académique de M. Molé: «M. Molé a parlé au milieu
d'un magnifique auditoire. Il était assis entre M. Royer-Collard et
M. de Chateaubriand, qui a fait une grande exception à ses
habitudes en se montrant en public; c'était comme un honneur
particulier fait soit à M. Molé, soit à la mémoire du défunt
Archevêque. Tout le plus beau monde du faubourg Saint-Germain s'y
trouvait; de plus, toute la société particulière de M. Molé et
tout ce qui s'appelle _le monde_ d'aujourd'hui. Un constant
applaudissement a soutenu M. Molé, et il a mérité ce suffrage, par
l'esprit, le bon goût et le courage de sa parole. Il a abordé
noblement, en face et avec respect, cette pure et sainte mémoire.
Il a parlé de M. de Quélen sans concessions, sans réticences, sans
ménagements pour sa situation personnelle. Il semblait brûler les
vaisseaux de l'ambition, tant il a célébré de haut les anciennes
mœurs et l'ancienne société, les idées et les principes d'ordre.
L'éloge vif du Roi est la seule part faite au temps présent, et
vous savez que le temps présent ne lui en saura qu'un gré médiocre.
Ce qui m'a frappée, c'est la vive adhésion de l'auditoire; c'est
cette réhabilitation publique du Prélat persécuté; c'est cette
canonisation laïque au milieu d'un public qui n'était pas tout
entier, ni de bonne compagnie, ni légitimiste; car il y a eu
approbation effervescente de quelques passages de la réponse de
Dupin, passages dirigés contre la Restauration et contre
l'_Anglais_. Cette réponse de Dupin est l'homme même; c'est vous en
dire assez! M. Guizot et M. Thiers ont semblé prévoir l'ovation de
M. Molé, car ils n'ont pas paru, ce qui a été fort remarqué. En
résumé, cette séance grandit M. Molé dans l'opinion et l'estime de
tous les gens de bien, mais la journée a surtout été excellente
pour la mémoire de l'Archevêque, pour sa famille, pour ses amis,
pour ceux qui ont senti sa bénédiction en mourant, et c'est
pourquoi je me hâte, Madame, de vous en parler; c'est une manière
de m'en rendre un compte plus vrai, et plus touchant encore que d'y
avoir simplement assisté!

«M. Guizot m'a communiqué des dépêches de Saint-Pétersbourg, de
Vienne, de Londres, excellentes partout; désir de ramener la France
au concert européen; résolution de faire les avances, recherche des
moyens et de l'occasion; la paix rétablie, et je dirais moi-même,
_plus_ que la paix.»

Je suis charmée du succès de M. Molé, que je lui avais prédit,
lorsqu'il me fit la lecture de son discours à Paris, au mois de
septembre; bien aise pour lui, mais surtout de l'effet produit en
faveur de ce saint Archevêque, si mal jugé de son vivant.


_Rochecotte, 3 janvier 1841._--J'ai reçu beaucoup de lettres de Paris
hier, répétant à peu près les mêmes choses que M. de Salvandy sur la
séance académique de M. Molé. Il paraît que Dupin a été vraiment
ineffable, qu'il a été Dupin enfin. M. Royer-Collard grommelait tout le
temps qu'il prononçait son discours, et disait: «Ce discours est un
carnage!» En effet, tout le monde est tombé sous les coups de ce Dupin.
On a remarqué le tonnerre d'applaudissements aux invectives contre la
révélation des secrets d'État, qui allaient droit à M. Molé. Mais ce qui
a été, assure-t-on, tout à fait dramatique, c'est le geste de Dupin en
rappelant qu'un Molé, échevin de Troyes, avait aidé Charles VII à
chasser les Anglais. Le geste et la pose ont enlevé les applaudissements
qui ont éclaté à plusieurs reprises. Heureusement, le Corps diplomatique
n'y était pas! C'est assez drôle de voir Dupin déblatérer contre la
Coalition, lui qui en était.

M. Molé doit être extrêmement satisfait de son triomphe, qui a été
complet, brillant, vif et inusité. Voici le texte d'une lettre de
M. Royer-Collard à ce sujet: «Plus d'une lettre aujourd'hui vous
porte la nouvelle du triomphe de M. Molé. En effet, il a triomphé
devant une nombreuse et brillante assemblée. J'ai entendu avec
plaisir ce discours, que nous connaissions, vous et moi, depuis
assez longtemps. Si ce n'est pas l'œuvre d'un artiste, c'est la
production d'un homme de beaucoup d'esprit qui connut de meilleurs
temps que le nôtre, et qui en garde de bonnes traditions. Les
défauts n'ont pas été aperçus; le courage a paru si naturel qu'il
n'a pas été remarqué; les beautés, car il y a des beautés, ont été
comprises et vivement senties. M. de Quélen a partagé l'honneur de
la journée; c'est lui, à vrai dire, qui a triomphé, tant
l'auditoire a pris part à cette réhabilitation solennelle. J'ai vu
des larmes couler des yeux les plus _endurcis_. Comme M. Affre
n'avait pas songé à son prédécesseur, personne n'a songé à M.
Affre. M. de Quélen a emporté avec lui l'Archevêque de Paris; il
n'y en a plus, il n'y en aura plus; il a cette éclatante et triste
gloire.»

Je jouis extrêmement de ce triomphe _post mortem_; j'en ai le
droit, car j'ai honoré, défendu, soigné et peut-être même consolé
le vivant.

Il y a, dans le discours de M. Molé, quelques lignes parfaites sur
Mgr le Cardinal de Périgord.

Avant les séances académiques, les discours doivent passer sous les
yeux d'un Comité d'académiciens chargés de les examiner et de
décider si rien n'en doit être rayé. M. Dupin n'a pas fait en
conscience la lecture du sien, il a été autre en séance publique
qu'en séance secrète. On s'attendait à ce que, le lendemain jeudi,
jour de la réunion particulière de l'Académie, on lui en
demanderait des explications. Mignet, présent à la séance publique,
était, dit-on, de fort mauvaise humeur; les journaux de M. Thiers
se préparent à fulminer contre Dupin.

On dit que Mgr Affre a voulu changer les maîtrises de sa Cathédrale
sans assembler le Chapitre; que le Chapitre s'est assemblé pour
s'en expliquer; que Mgr Affre, en l'apprenant, a fait une scène
affreuse et a défendu toute réunion qu'il n'aurait pas lui-même
autorisée. Mais le Jour de l'An arrive. Le Chapitre avait
l'habitude de se rassembler pour aller offrir ses vœux à
l'Archevêque: la défense étant positive, ils ne se sont pas réunis
et n'ont pas été chez l'Archevêque. Cela amènera quelque nouvel
orage, car Mgr Affre est _orageux_. On a eu beaucoup de peine, au
Sacré-Cœur, à obtenir la permission de dire une messe de bout de
l'an pour Mgr de Quélen; cependant, cela a été accordé, et on y
étouffait tant il y avait de monde.


_Rochecotte, 5 janvier 1841._--Depuis vingt heures, il tombe de la
neige sans discontinuer; nous sommes absolument enterrés sous cet
épais linceul: c'est le Nord dans toute sa froide horreur; pas
moyen de sortir. Toutes les communications vont être coupées, pour
peu que cela dure encore ainsi quelques heures. Quel hiver!


_Rochecotte, 7 janvier 1841._--J'ai reçu hier une lettre de Mme de
Lieven, dont voici l'essentiel: «Le monde me paraît mieux, mais pas
encore raffermi. Vous ai-je écrit depuis les nouvelles de
Saint-Pétersbourg? Ne croyez pas aux exagérations de certains
journaux sur ce point; mais croyez, ce qui est vrai, que le ton des
dernières communications est convenable, que la Russie désire
sincèrement voir la France rentrer dans le concert européen, et
qu'elle fait des vœux pour le maintien du Ministère actuel. Cette
démonstration, que les experts ont jugée plus amicale qu'aucune qui
soit venue de Saint-Pétersbourg, a fait plaisir ici et donné
beaucoup d'inquiétude aux Anglais. Voilà tout pour le moment. On
cherche, à Londres, les moyens de se raccrocher à la France, on les
cherche et on les désire partout. Savez-vous un moyen? Jérusalem.
Jérusalem délivrée du joug des infidèles; Jérusalem, ville
chrétienne, ouverte à tous les cultes chrétiens; ville _libre_ sous
la garantie de la chrétienté. Aimez-vous cela? Moi, j'en ai grande
envie. Osera-t-on repousser une idée si simple, d'une exécution si
facile? Car si jamais cela se peut, c'est aujourd'hui. Lord
Melbourne se moquera de cela probablement, et lord Palmerston
aussi.

«On bavarde beaucoup sur l'ouverture du Parlement; on dit que Peel
et les radicaux renverseraient aisément le Ministère, mais je n'en
vois pas de bonnes raisons dans ce moment. Nous verrons.

«L'Académie a été un événement pour vingt-quatre heures. M. Molé a
eu un grand succès; moi qui n'ai fait que lire son discours, j'ose
le trouver un peu apprêté. Il fait cet effet sur beaucoup de monde;
on ajoute même qu'il est assez insignifiant. Je n'ai rien à dire de
celui de M. Dupin: comme convenance, il est jugé; mais il m'a
divertie.--C'est que j'ai le goût très mauvais!

«Vous ne vous serez pas trompée, j'espère, sur le dénouement
d'Égypte. Méhémet-Ali, quoi qu'il arrive, conserve le Pachalik
héréditaire: mais quelle confusion entre ces marins, cet
Ambassadeur et ce Ministre des Affaires étrangères!

«On dit, ma chère Duchesse, que le Roi de Prusse est un peu vague
dans sa conduite, que cela se remarque dans son pays, que sa
popularité est fort en déclin, et que tous les jours on regrette
davantage le vieux Roi.»


_Rochecotte, 12 janvier 1841._--Voici ce que m'écrit M. de
Salvandy. «Il me paraît que les Puissances cherchent sérieusement
l'occasion et le moyen de nous faire rentrer dans le concert
européen. Les déclarations de M. de Metternich, la dépêche russe,
si nouvelle dans ses expressions sur la sagesse du Roi, les
services qu'il rend à l'Europe, et le désir de s'entendre avec son
gouvernement; les sentiments enfin de la Prusse, plus français et
moins russes que jamais, donnent à réfléchir à l'Angleterre. Lord
Palmerston se voit plus d'embarras qu'il ne pensait. Le duc de
Wellington et sir Robert Peel proposeront des amendements; on dit
qu'ils seront français et qu'ils passeront; les Tories s'en
prétendent assurés. Je ne puis le croire. Je ne saurais imaginer
que les succès réels de Palmerston sur tout le continent asiatique,
depuis Saint-Jean d'Acre jusqu'à la Chine, fussent la date et
l'occasion de sa chute. Quoiqu'il en soit, il est certain que
l'Angleterre, gouvernement et nation, se préoccupe de notre
isolement et de notre liberté d'action.

«Ici, la question des fortifications tient tout en suspens. Elle
s'est simplifiée par le parti qu'a pris M. Thiers de ne rien
proposer qui ne soit consenti par le Gouvernement. Il renonce à ses
amendements, ou les modifie selon les vœux du Cabinet; ainsi là ne
sera pas la lutte. La victoire ou l'échec seront communs à MM.
Thiers et Guizot; cependant, par une étrange disposition des
esprits, M. Guizot est, il semble, menacé dans ce début. MM. de
Lamartine, Passy et Dufaure, quarante voix de la gauche, Tracy et
Garnier-Pagès réunis, en tout cinquante voix au moins, repoussent
le projet. On se demande si le maréchal Soult n'est pas aussi de
l'opposition à cet égard. Il y a des nuages autour de lui; on se
demande si les réserves qu'il a faites pour les forts détachés en
1833, contre le système mixte et l'enceinte continue en 1840, ne
dominent pas sa pensée plus que tout autre intérêt; s'il n'espère
pas les faire prévaloir par le rejet d'une moitié de la loi, ce qui
pourrait bien la renverser tout entière, et renverserait aussi la
partie oratoire du Cabinet, liée à la défense du projet entier; on
se demande encore si ce dernier résultat n'est pas le but de la
stratégie parlementaire du Maréchal. Le Prince Royal, que j'ai vu
hier, me paraît inquiet de ce soupçon. Quelle serait alors
l'arrière-pensée? Une combinaison Passy-Dufaure, Passy aux Affaires
étrangères? Ce serait la Restauration du ministère du 2 Mai, qui
n'était pas viable la première fois, qui ne le serait pas davantage
maintenant qu'il est mort. Une combinaison Soult-Molé, c'est peu
vraisemblable. Enfin, M. Molé sortirait-il de ses ruines? Tout cela
est fort obscur. M. Molé est bien difficile. Il y a encore trop de
gens pour qui l'adhésion serait une amende honorable. Quoi qu'il
arrive, il est certain que M. Guizot est entamé, et qu'aux
Tuileries même on accepte mieux qu'on ne l'eût fait autrefois les
chances de sa mortalité. On remarque qu'il ne nomme pas Londres.
Les choses en seraient-elles au point que lui, qui n'a jamais douté
de sa fortune, en doutât cette fois et qu'il se réservât une
retraite?

«Rambuteau a, hier, pendu la crémaillère dans ses nouveaux
appartements de l'Hôtel de Ville. Ils sont magnifiques. Il y a
grandeur, luxe, bon goût; les peintures, les ornements, les meubles
sont admirables. On a plaisir à voir un monument qu'on peut louer,
et puisque nous sommes sous le régime de l'élection, je suis bien
aise de voir qu'il en peut sortir des choses marquées au coin du
bon goût et d'une certaine grandeur. Mais il est curieux de voir la
Ville de Paris traiter ainsi son Préfet. Espérons que cela fera
planche pour les Rois.

«M. Pasquier a eu un grand chagrin, celui de ne pas remplacer à
l'Académie M. Pastoret. Il y a beaucoup pensé, mais la candidature
de M. de Sainte-Aulaire était trop bien établie. Il se réserve pour
la succession de l'évêque d'Hermopolis[1]. N'admirez-vous pas,
Madame, qu'à son âge on capte des héritages, et que dans son rang
on ait encore des ambitions?»

  [1] Le duc Pasquier devait être, en effet, élu membre de
  l'Académie française le 17 février 1842, en remplacement de Mgr
  Frayssinous, évêque d'Hermopolis (1765-1841) et grand-maître de
  l'Université, qui, en janvier 1841, était déjà fort malade.


_Rochecotte, 18 janvier 1841._--Voici ce que Mme de Lieven m'écrit de
Paris, sous la date d'avant-hier: «Mme de Nesselrode est très préoccupée
des grands hommes de France; décidément, c'est eux qu'elle est venue voir
à Paris. M. Eynard, de Genève, en tient boutique ici. Il fait dîner Mme
de Nesselrode alternativement avec eux; je ne crois pas qu'il lui en
manque maintenant un seul, si ce n'est Garnier-Pagès.

«On attend le discours de la Reine d'Angleterre avec quelque curiosité.
Dira-t-elle un mot convenable pour ici? Ici, on ne se détourne pas d'une
ligne de ce qu'on a résolu. Paix armée, attente tranquille, isolement, ne
menaçant personne; ni inquiet, ni inquiétant. Les voisins, cependant,
sont agités; ils voudraient voir finir cet état de suspens; l'obstination
de lord Palmerston les désespère, car il n'est que trop vrai que c'est le
véritable Cupidon qui gouverne l'Europe. Il faut trouver un moyen de
raccrocher la France à quelque chose, et le Cupidon n'a pas encore été
trouvé. Quant à l'hérédité pour le Pacha, elle est certaine.

«La France a fait la paix avec Buenos-Ayres, et Rosas, le tyran de cette
République, s'annonce ici comme ambassadeur; il viendra au printemps.
L'Angleterre arrangera le différend entre l'Espagne et le Portugal.

«On ne parle que fortifications. On ne sait pas trop si la Chambre en
voudra. Le Roi d'un côté, M. Thiers de l'autre y prennent des peines
infinies. Le Ministère soutiendra, parlera, mais ne mourra pas de chagrin
si elles ne passent pas.

«M. de Barante a ordre de rester à Pétersbourg. Il y a là des
coquetteries très innocentes; il faudra du temps pour qu'elles deviennent
quelque chose. M. de Lamartine a eu une audience de deux heures et demie
du Roi, dont il s'est dit très frappé; il en parle beaucoup. Ce n'est
qu'après la note sur les fortifications qu'on s'occupera des mutations
diplomatiques.»

Voici maintenant les nouvelles que me donne Mme Mollien: «On désire bien
fort la loi des fortifications aux Tuileries, et très peu à la Chambre.
On sait gré, au Château, à M. Thiers, de s'être, dans son rapport,
renfermé dans la généralité. Il veut rassurer la Chambre sur son compte.
On dit qu'il commence à être très fatigué de ses partisans de la gauche,
et qu'il a eu une scène vive jusqu'à l'injure avec Odilon Barrot dans
laquelle il a appliqué l'épithète de _canaille_ aux journalistes du
parti. Le fait est que si cette loi ne passait pas, les trente millions
déjà dépensés, les travaux commencés, les propriétés particulières
achetées, détruites, bouleversées, le bois de Boulogne dévasté, tout cela
le mettrait dans une situation terrible; aussi se fait-il doux comme un
mouton; il envoie sa femme aux Tuileries. Le Ministère se consolerait de
ce qui ferait son embarras. Le Château, au contraire, fait en ceci cause
commune avec lui. C'est une position fort complexe. M. le Duc d'Orléans
est très mécontent; le rappel du maréchal Valée, prononcé en deux heures,
sans l'avoir averti, l'a fort blessé; il craint son retour, parce que
c'est un de ses ennemis personnels, et il craint pour l'Afrique entre les
mains de Bugeaud. Du reste, il s'efface de plus en plus, pour déférer à
la pensée du Roi, qui s'effarouche de son successeur comme Louis XIV le
faisait du Grand Dauphin. Tous nos Princes vivent comme des Infants
d'Espagne, dans la solitude et l'obscurité. Le Pavillon Marsan est un
cloître où on s'ennuie. Au rez-de-chaussée, pas trop d'esprit; au
premier, pas le contraire. Le Roi a toujours la même confiance impériale
dans son étoile. Il tient moins à M. Guizot qu'il y a quelque temps, ne
s'effrayant plus autant d'un changement ministériel.»


_Rochecotte, 27 janvier 1841._--Le duc de Noailles, qui nous est arrivé
hier, a lu ce matin, dans le salon, la moitié du morceau qu'il a écrit
sur le Jansénisme, et qui doit trouver place dans la publication qu'il
prépare sur Mme de Maintenon[2]. Cette partie est faite avec talent et
clarté. Je lui reproche, cependant, de se montrer trop partial pour les
Jansénistes et de ne pas tenir assez le juste milieu.

  [2] Publication qui devait paraître en 1848 sous ce titre:
  _Histoire de Madame de Maintenon et des principaux événements du
  règne de Louis XIV_.


_Rochecotte, 1er février 1841._--J'ai reçu hier ce bulletin de M. de
Salvandy: «Nous avons le ministère le plus aplati, le plus amoindri, le
plus évanoui qui se soit jamais vu. Je ne sais si je vous ai, Madame,
répété ce que je leur ai dit souvent, c'est qu'il n'y avait pour eux
qu'un danger: non pas d'avoir une opinion qui serait battue, mais de
n'avoir pas d'opinion, ou, ce qui serait pis, d'en avoir deux. Ils ont
donné en plein dans l'écueil, d'une façon sublime, par le discours de
Guizot; d'une façon niaise, par celui du maréchal Soult; d'une façon
misérable, par l'attitude et le langage de tous. La vérité est que, dans
le principe, ils ont présenté le projet de loi sur les fortifications
contre l'opinion du Maréchal, violentant leur chef en fait d'art
militaire, parce qu'ils croyaient que l'opinion publique était là.
Depuis, le rôle qu'a pris M. Thiers comme rapporteur les a empêchés de
dormir, et tout en s'accordant avec lui dans la Commission, ils lui
quêtaient, près de nous, dans la Chambre, des échecs. L'amendement
Schneider a été présenté d'accord avec eux, contre M. Thiers, et, par une
autre combinaison plus ou moins avouée, d'accord avec le Maréchal, contre
M. Guizot. Aussi M. Guizot s'est-il tout à coup ravisé, et après nous
avoir, par une phrase significative, demandé de le voter dans son grand
discours, il est venu sur tous les bancs, il y a trois jours, déclarer
solennellement qu'il le combattrait. L'immense succès de M. Dufaure a
changé de nouveau ces dispositions, car on craint que la force ne soit
là. Hier soir, Thiers les a sommés de s'expliquer. Ils ont demandé la
nuit pour y réfléchir; la réflexion ne peut rien apprendre qui rende
digne, ni politique une telle conduite. Jamais on ne gouverna si mal une
question. Ils ont réussi à se placer sous le protectorat de M. Thiers, en
l'exaspérant par des trahisons évidentes, et à se séparer de MM. Passy et
Dufaure, en blessant au même moment le parti conservateur dont la
majorité repousse la grande muraille de M. Thiers. Quoi qu'il arrive, ils
sont battus, car ils ont tour à tour conspiré contre tous. Que
sortira-t-il de tout ceci? Au moins un grand discrédit et de profondes
divisions. Je vais à la Chambre, d'où j'essayerai encore de vous dire,
par _post-scriptum_, le langage du Cabinet et le vote de l'Assemblée,
mais je m'attends à des tempêtes, et présidant la Chambre, au lieu et
place de M. Sauzet, il me faudra avoir la main sur l'outre aux ouragans.»


«_Post-scriptum de la Chambre._--Le Maréchal nous fait un discours
insensé de duplicité cousue de gros fil, qui met le feu à la Chambre. Je
n'ai que le temps de vous offrir mes hommages et d'envoyer à la poste.»


_Rochecotte, 2 février 1841._--Les lettres d'hier ne disent rien; les
journaux annoncent le rejet de l'amendement Schneider et l'adoption
_probable_ des forts et de l'enceinte continue, et cela, après le plus
inconcevable discours du maréchal Soult, rajusté par celui, vraiment
habile, de M. Guizot.


_Rochecotte, 4 février 1841._--Il faisait bien froid hier, mais il
faisait très clair, et je me suis promenée avec mon gendre dans les bois,
où, malgré l'absence de feuilles, on est toujours plus abrité; mais
aujourd'hui, il neige comme en Sibérie; cette nuit, le thermomètre est
tombé à plus de 10 degrés. Quelle jolie reprise d'hiver!

Les journaux nous disent les fortifications votées; ceux mêmes qui les
ont votées ne les voulaient pas, et on ne sait vraiment pas qui est dupe
dans tout ceci. Une des plaisanteries de Paris, c'est de ne plus dire,
quand il est question du maréchal Soult ce qu'on en a dit si longtemps,
_l'illustre Épée_, mais de dire _l'illustre Fourreau_. C'est assez drôle
et m'a fait rire.


_Rochecotte, 5 février 1841._--Voici le passage principal d'une lettre de
la comtesse Mollien: «Nous voilà donc fortifiés. Dans cette question très
compliquée, tout le monde s'est attrapé, et, en définitive, on ne voit
pas trop qui y gagne, excepté M. Thiers dont la joie, encore, est fort
troublée par le succès de M. Guizot, car on convient, généralement, que
c'est son dernier et très admirable discours qui a entraîné la Chambre
des Députés. Reste maintenant celle des Pairs, qui pourrait bien, dit-on,
se montrer assez taquine. Elle veut bien des forts extérieurs, plus ou
moins éloignés, rattachés, etc..., mais on aura de la peine à lui faire
admettre l'enceinte continue. En lisant les articles du _Journal des
Débats_, vous aurez vu sans doute qu'il était favorable à cette loi. Il
n'en est rien, cependant; c'est Auguste de Veaux, le fils de Bertin de
Veaux, qui seul était de cet avis, même avec une telle chaleur qu'il a
violenté le journal en dépit de son père et de son oncle, non moins
violents que lui dans l'opinion contraire, mais qui ont fini par céder à
la jeunesse et à la qualité de député. Au Château, on est ravi, mais on
n'y cache pas assez, ce me semble, que l'enceinte n'était que le
passeport du reste. M. Bertin de Veaux disait, avant-hier, que cette
enceinte était le tombeau de la civilisation parisienne, en attendant
qu'elle devînt celui de la Monarchie. Il est sûr qu'elle était déjà
devenue celui de la conversation. On s'y était absorbé; femmes et hommes,
jeunes et vieux, en faisaient leur unique préoccupation: c'était
parfaitement ennuyeux et ridicule!

«Il y a eu un bal monstre aux Tuileries. Il n'y en aura pas d'autres: pas
de petit bal, un seul concert, voilà tout; seulement, le lundi gras, un
petit bal déguisé, uniquement pour la famille et les maisons. Il n'y aura
de déguisé que la jeunesse; les femmes non dansantes tout en blanc pour
faire ressortir les autres.»


_Rochecotte, 7 février 1841._--Il paraît que la Chambre des Pairs prend
très mal les fortifications et qu'elle veut leur résister; je doute
qu'elle en ait l'énergie. Mlle de Cossé épouse le duc de Rivière. Elle
sera fort riche et veut être duchesse; lui, a bien peu de fortune. La
vieille Mme de la Briche est parfaitement en enfance; ce qui n'empêche
pas qu'elle veuille voir du monde, et n'y dise et n'y fasse des choses
étranges.


_Rochecotte, 9 février 1841._--On mande à mon gendre que la désunion sur
les fortifications et la manière dont tout cela a été mené, a préparé
pour tout le monde une fausse position. La division est dans le Conseil,
dans la Chambre, partout. La Chambre des Pairs est décidément agitée et
mécontente, aspirant à voter un amendement, y étant poussée par le
maréchal Soult, Villemain et Teste, mais arrêtée par Guizot et Duchâtel.

Au milieu de tous ces troubles, on laissera passer très aisément les
fonds secrets. Il n'y a donc plus d'autre question grave pour cette
session, et M. Thiers, dit-on, n'est pas en état de livrer bataille sur
celle-là.

La situation, au fond, à ce que dit M. Guizot, lui semble bonne, car la
gauche, ajoute-t-il, est hors des affaires pour longtemps. Il se montre
de plus en plus content du dehors, des _avances_ qu'on lui fait, et dont
il se vante beaucoup. Il va jusqu'à dire que le faisceau des quatre
Puissances est rompu, ce qui me paraît un peu prématuré.


_Rochecotte, 11 février 1841._--Je trouve ceci dans une lettre que
m'écrit le duc de Noailles: «J'étudie les fortifications, puisque cette
absurde loi nous arrive. Je ne puis la digérer et je ne veux pas qu'elle
passe avec mon silence. Mgr le duc d'Orléans y est acharné. Il vient tous
les jours à la Chambre des Pairs, même quand il n'y a que des pétitions à
discuter; il note, il pointe, avec notre Grand Référendaire, M. Decazes,
qui se traîne à la Chambre avec un carnet, tous les Pairs _pour_ ou
_contre_ et compte les votes à l'avance. Il a dépêché hier quelqu'un,
pendant la séance, à M. de Vérac, qui paraît rarement à la Chambre, pour
savoir son opinion. Il a dit que si on manquait d'eau pour le mortier des
constructions, il donnerait plutôt de son sang pour qu'elles ne soient
pas interrompues. Il a dit à M. de Mornay, qui a parlé _contre_ à la
Chambre des Députés, qu'il avait parlé en marquis et non en patriote.
Enfin, il chapitre tous les Pairs, les fait venir, leur donne à dîner,
emploie tous les moyens. Il est vrai que presque toute la Chambre votera
_pour_, tant les révolutions qui ont sillonné ce pays-ci l'ont aplati.
Vous qui avez de l'attachement pour M. le duc d'Orléans, vous souffririez
d'entendre tous les propos inconvenants et révolutionnaires que cette loi
lui fait tenir, et qui circulent partout. M. Molé jette feu et flamme
contre les fortifications, mais n'aura probablement pas le courage de
parler _contre_; M. Pasquier est tout aussi furieux, et sera,
probablement, tout aussi silencieux.

«Nous avons eu une charmante soirée pour les incendiés de Lyon, chez Mme
Récamier[3]. Je m'étais chargé de l'arrangement des lieux, et l'estrade
placée au fond du salon faisait à merveille pour la musique et la
déclamation. Les artistes musiciens ont exécuté admirablement. La petite
Rachel est arrivée tard, parce que le comité du Théâtre Français l'avait,
par méchanceté, forcée à jouer ce même jour _Mithridate_. Elle est venue
à onze heures, avec une bonne grâce, un empressement et une abnégation
de toute prétention qui ont charmé tout le monde; elle a fort bien dit
_le Songe d'Athalie_ et la scène avec Joas. Ce sera bien mieux encore sur
le théâtre, les effets de scène étant perdus dans un salon. On a été
également ravi de sa conversation et de ses manières. La recette a été
excellente: 5000 francs; deux cents billets ont été envoyés, à 20 francs
le billet, mais presque tout le monde a payé 40 francs, 50 francs et même
100 francs le billet. C'est une très jolie forme de quête. M. de
Chateaubriand, qui se couche à neuf heures d'habitude, est resté jusqu'à
minuit. M. de Lamartine y était aussi, et deux abbés pour caractériser le
couvent: l'abbé Genoude et l'abbé Deguerry.»

  [3] Mme Récamier était venue, au commencement de la Restauration,
  et après la ruine de son mari, s'établir à l'Abbaye-au-Bois.
  Toutes les illustrations de l'époque briguaient la faveur d'être
  reçues dans son salon, qui, abstraction faite de la politique,
  était une sorte d'Hôtel de Rambouillet du dix-neuvième siècle,
  dont la belle Mme Récamier était la Julie.

Le Duc s'est livré également à la politique et aux arts!


_Rochecotte, 12 février 1841._--Plusieurs journaux légitimistes ont
publié de soi-disant lettres, écrites pendant l'émigration par le roi
Louis-Philippe au marquis d'Entraigues, et une longue lettre écrite à feu
M. de Talleyrand par le Roi, durant l'ambassade de Londres. Le Cabinet a
trouvé qu'il fallait saisir les journaux, arrêter les gérants et porter
devant les tribunaux une plainte en faux. J'ai fait demander le journal
qui contenait la lettre prétendue écrite à M. de Talleyrand. Elle est
absolument controuvée, j'en ai la conviction. M. Delessert, préfet de
police, a fait prier mon fils, M. de Valençay, de m'écrire pour me
demander: 1º si je savais qu'on eût volé des papiers à M. de Talleyrand à
Londres; 2º si on avait pu lui en soustraire à Paris durant sa maladie
et au moment de sa mort; et 3º enfin, si je connaissais une femme mêlée à
toute cette affaire[4], qui prétend avoir habité Valençay et même le
Château; enfin, quels sont mes souvenirs et mon opinion sur toute cette
histoire. J'ai causé de tout cela avec mon gendre; nous avons trouvé
qu'il n'y avait pas moyen de refuser une réponse; je l'ai donc faite à M.
de Valençay, en lui disant de _lire_ ma lettre à M. Delessert, sans la
lui laisser entre les mains. Je dis dans cette lettre que je n'ai jamais
connu cette femme, ni n'ai entendu parler d'elle, ce qui est l'exacte
vérité; que tous les papiers importants de M. de Talleyrand ayant été
déposés par lui en pays étrangers, en lieux et mains sûrs qui rendent la
violation de dépôt impossible, on n'aurait pu en trouver aucun chez lui à
Paris, si même on avait cherché à en soustraire, ce dont je ne m'étais
nullement aperçue; et qu'enfin tous mes souvenirs et toutes mes
impressions se réunissent pour être convaincue de la fausseté de la
lettre en question. En effet, c'est une très longue lettre sur les
affaires européennes, qui n'a jamais été écrite par le Roi. D'ailleurs,
jamais le Roi, ni Madame Adélaïde, n'ont manifesté, dans leurs lettres à
M. de Talleyrand, les pensées, ni les opinions, ni les projets exposés
dans cette lettre. Il paraît que l'abbé Genoude et M. de La
Rochejaquelein, dans un voyage qu'ils ont fait en Angleterre, ont acheté
de cette femme les soi-disant lettres du Roi, et qu'ils sont venus les
publier en France, dupes de leur animosité et esprit de parti. Cependant,
le tout est une affaire très désagréable pour le Roi, et le procès fort
ennuyeux à suivre. Ces messieurs prétendaient avoir les originaux de la
main du Roi; ce sont sans doute des pièces de faussaires, mais il est
odieux d'avoir à le prouver.

  [4] Cette femme, Eselina Vanayl de Yongh, était sous le nom d'Ida
  de Saint-Elme une aventurière célèbre; ces prétendues lettres de
  Louis-Philippe avaient été de toutes pièces fabriquées par elle.

On publie aussi, dans les journaux légitimistes, des fragments de
journal, ou plutôt des _Mémoires_ de Mme de Feuchères; c'est d'une
fausseté évidente pour moi qui n'ai pas ignoré les relations qui ont
existé entre elle et la Famille Royale, et qui étaient fort différentes
de ce que ces fragments les représentent. Sa famille et ses exécuteurs
testamentaires ont fait publier une dénégation absolue de l'existence de
ces prétendus _Mémoires_. Eh bien! les journaux légitimistes vont
toujours leur train et continuent cette ridicule publication, et il y a
des imbéciles ou des méchants qui veulent encore y croire.


_Rochecotte, 15 février 1841._--On m'a demandé quelle espèce de personne
est Mme de Salvandy, qui correspond avec le ministre d'Autriche aux
États-Unis. Elle s'appelle Mlle Ferey de son nom, elle est nièce des
Oberkampf: cela tient aux toiles peintes de Jouy[5]; ce n'est pas une
personne distinguée, cependant elle n'est pas vulgaire; elle n'est pas
jolie, mais elle n'est pas laide; elle n'est pas aimable, mais elle
n'est pas mal élevée; elle n'est pas spirituelle, mais elle n'est pas
sotte; il me semble qu'après cela, on peut être bien convaincu qu'elle
n'est pas une _négation_. Il est juste d'ajouter qu'elle est bonne fille,
bonne femme et bonne mère; qu'elle ennuie son mari et qu'elle fatigue ses
enfants, le tout à force d'être _correcte_; pour achever, c'est une
protestante exacte au prêche, et qui ne se lasse pas de semer de petites
Bibles françaises, en cachette de son mari, qui, lui, est très bon
catholique.

  [5] Allusion à la manufacture de toiles peintes fondée au
  dix-huitième siècle par Oberkampf, à Jouy-en-Josas, en
  Seine-et-Oise, non loin de Versailles.

Voici le bulletin de ma correspondance, que j'ai trouvé ici hier en
arrivant de Tours, où j'avais été passer quelques heures pour une loterie
de charité:

_Mme de Lieven_: «La passion des Tuileries pour les fortifications de
Paris remonte, dit-on, à Dumouriez. On les veut, on les aura, car la
Chambre des Pairs donnera, à ce qu'on croit, la majorité, malgré la
conspiration _Pasquier-Molé-Légitimiste_. L'Angleterre va être obligée de
faire des avances à la France, car le Parlement l'y pousse, et l'Autriche
aussi. Malgré les succès extérieurs du Cabinet anglais, le Ministère
s'affaiblit; on va jusqu'à dire qu'il croulera. Lord Palmerston seul est
plein de confiance en sa fortune. Toute l'Europe montre une grande
confiance à M. Guizot, surtout M. de Metternich qui ne lui demande qu'une
chose, c'est de durer. Je le crois aussi solide qu'on peut l'être en
France. Je crois que le projet sur Jérusalem ne tombera pas dans l'eau.»

_La duchesse de Montmorency_: «Je vous ai mandé, il y a quelques jours,
que Mgr Affre avait, dans un moment de mauvaise humeur, défendu au
Chapitre de se rassembler, et qu'alors, celui-ci, pour suivre ses ordres
dans toute leur rigueur, n'avait pas été lui souhaiter la bonne année,
puisque, pour cela, il fallait se réunir. Tout cela a jeté dans le clergé
un désordre qui, aujourd'hui, est au comble. Et voilà qu'aux Tuileries
même, on commence à se repentir du triste choix qu'on a fait de M. Affre,
car il a fait une scène violente à M. Guillon, évêque de Maroc, premier
aumônier de la Reine et fort aimé au Château. Celui-ci, quoiqu'il eût été
grand ennemi de Mgr de Quélen, a été se plaindre au Roi de Mgr Affre.
Malheureusement, on ne peut le destituer. Il a fait quitter à M. de
Courtier, curé très populaire des Missions étrangères, sa paroisse;
celui-ci ne vit plus que de ses messes. Les chanoines de Notre-Dame ne
disent plus la messe au maître-autel, parce que ce serait une façon de se
rassembler; de même à matines et aux autres offices. C'est comme si la
Cathédrale était en interdit. Mgr Affre est si violent, qu'ayant dicté
d'étranges lettres à son secrétaire, jeune et innocent abbé, celui-ci
s'est permis une observation; aussitôt il a été mis à la porte avec le
bâton blanc. Comme c'est chrétien, pastoral, évangélique!

«M. Demidoff a renvoyé le secrétaire, le maître d'hôtel et les
domestiques qu'il avait ici. On ne le sait point encore arrivé en Russie,
ni si l'Empereur Nicolas permettra à sa femme d'y entrer avec lui: on en
doute.

«Le duc Decazes a ses affaires dans un affreux désordre, ses gens le
quittent; on le dit, du reste, fort malade.»

_M. Raullin_: «Nous avons eu hier, à Notre-Dame, une prédication du
Révérend Père Lacordaire, qui veut rétablir ou établir en France l'ordre
des Dominicains, avec leur bel habit blanc. Tout Paris y est venu:
l'église était comble. On a beaucoup dit, pour et contre ce sermon;
c'était une prédication à la manière de Pierre l'Ermite prêchant la
Croisade aux peuples, seulement la Croisade n'était contre personne, mais
pour le catholicisme. C'était Rome et la France, marchant ensemble depuis
Clovis à la conquête de la vraie liberté et de la civilisation. Il y
avait, dans tout cela, un mélange de papauté et de nationalité, de
monarchie spirituelle et de liberté universelle, de manière à faire
trembler les piliers et à remuer les fondements de toutes les églises
gallicanes. Je ne voudrais pas qu'on renouvelât souvent de pareils
essais, mais une fois, en passant, ce n'est pas un mal. J'ai surtout été
frappé de cet immense concours de monde et de l'attention infinie avec
laquelle on suivait toutes les paroles de ce résurrecteur des
Dominicains. Que sera-t-il de cette tentative? J'ai peur que
l'imagination seule et le pittoresque n'en fassent les frais. Je n'aime
pas qu'on débute par l'extraordinaire.»

_La duchesse d'Albuféra_: «Mme de Rambuteau, pour se tirer de la terrible
foule qui envahit les salons de l'Hôtel de Ville, a déclaré qu'elle
n'inviterait, en fait de nouvelles connaissances, que ceux qui se
feraient _présenter_ chez elle les mardis matin. C'est ce qu'elle a
répondu à un billet de Mme d'Istrie, qui lui demandait de lui présenter
sa sœur, Mme de La Ferronnays. On a trouvé ce mot de _présentation_
ridicule de la part de Mme de Rambuteau envers Mme de La Ferronnays; on
en glose, on s'en moque, et beaucoup de personnes comme il faut ne
veulent plus retourner à l'Hôtel de Ville.

«Mme de Flahaut n'est occupée qu'à attirer le faubourg Saint-Germain chez
elle; cela donne beaucoup d'humeur à M. le duc d'Orléans: mais comme les
Princes ne vont plus dans les salons, Mme de Flahaut dit qu'elle ne
continuera pas à sacrifier _ses goûts aux fantaisies de M. le duc
d'Orléans_. Émilie, sa fille, qui gouverne la maison, pousse dans ce
sens-là. Les jeudis, on danse chez Mme de Flahaut: on disait, chez la
marquise de Caraman, que c'étaient des bals de _jeunes personnes_; à
cela, la Marquise a repris: _et de jeunes femmes, car j'y suis priée_.
Là-dessus, on s'est souvenu de son extrait de baptême, qu'on n'a pas
trouvé d'accord avec cette prétention!»

Enfin, M. de Valençay m'écrit que Mme de Saint-Elme, l'auteur des
_Mémoires de la contemporaine_, est fort impliquée dans l'affaire des
soi-disant lettres du Roi. Le Préfet de police est toujours très occupé
d'arriver au fond de cette intrigue.

M. de Valençay a été entendre le Père Lacordaire qui représentait,
dit-il, un beau tableau espagnol. Son discours a été très républicain,
ses expressions très différentes de celles employées jusqu'à présent en
chaire, mais il a beaucoup de talent et de verve.

Il ajoute que M. de Chateaubriand lit ses _Mémoires_ chez Mme Récamier:
Mme Gay s'y pâme d'admiration; Mme de Boigne y fait la grimace: ces deux
sensations sont devenues évidentes à un portrait très brillant de M. le
duc de Bordeaux. Mme la duchesse de Gramont-Guiche, qui y était, a été
médiocrement contente d'un passage où il était question d'elle, et où M.
de Chateaubriand dit: _Madame de Guiche qui_ A ÉTÉ _d'une grande beauté_.

Voilà tout ce que je trouve dans mes lettres qui vaille la peine d'être
extrait, et encore y a-t-il bien du fatras.


_Rochecotte, 23 février 1841._--On m'avait conseillé, il y a quelque
temps, de lire un roman de M. de Sainte-Beuve, sans m'effrayer du titre:
_Volupté_. J'en ai lu la moitié hier: malgré un peu de divagation plus
métaphysique que religieuse, une certaine afféterie et le raboteux du
style de Sainte-Beuve, je suis touchée de cet ouvrage, dans lequel il y a
une connaissance profonde du cœur humain, un sentiment vrai du bien et
du mal, et, en général, une élévation délicate de la pensée, rare chez
nos auteurs modernes.

On mande de Paris à mon gendre que la Chambre des Députés a été émue du
rapport de M. Jouffroy sur les fonds secrets. Il paraît que la Chambre
vivait dans une quiétude profonde et que ce rapport l'a troublée: il
ranime toutes les querelles, met tous les Ministères passés sur la
sellette; il fait de la politique du Cabinet actuel des définitions
inacceptables pour beaucoup de ceux qui le soutiennent. Enfin, c'est un
incident malheureux, qui a de la portée, en donnant de la force à cette
fraction importante de la Chambre qu'on appelle Dufaure-Passy.


_Rochecotte, 24 février 1841._--J'ai trouvé dans _l'Ami de la religion_,
petit journal que je reçois pour le prêter à mon curé, un long extrait du
fameux sermon de M. Lacordaire, qui a fait dernièrement tant de bruit à
Paris, et qui, heureusement, parait y avoir été fort désapprouvé. En
effet, ce que j'y ai lu est inimaginable, quoique semé de passages pleins
de verve et de talent. Mais ils sont noyés dans des choses étranges
jusqu'au scandale et au danger. Il a pris pour texte le devoir des
enfants à l'égard des parents, et il part de là pour faire de la
démocratie avec enivrement. Il dit que Jésus-Christ était un bourgeois,
classe moyenne avant tout, et que la France est protégée de Dieu parce
qu'elle respire la démocratie. Feu Mgr de Quélen avait bien raison de ne
jamais permettre à M. Lacordaire de prêcher, à moins qu'il n'y assistât
pour le surveiller: il se défiait de ces étranges doctrines, puisées
jadis dans son commerce avec M. de Lamennais, et, quoiqu'il soit resté
catholique, il est resté aussi imbu du mauvais lait sucé dans sa
jeunesse.

Le prince Pierre d'Aremberg m'écrit que, le jour de la quête à
Notre-Dame, Mgr Affre s'est fait nommer les dames quêteuses à la
sacristie; qu'il ne leur a pas dit un mot, qu'il ne les a pas remerciées,
à quoi elles s'attendaient, y ayant toujours été habituées par Mgr de
Quélen, qui le faisait toujours avec une grâce parfaite, et qu'il les a
fait entrer dans l'église par un: _Allons, marchons_, des plus
militaires, ce qui, à la lettre, a été accueilli par des _murmures_ de la
part de ces dames!

M. de Valençay m'écrit savoir de bonne source qu'on attend toujours une
ouverture de la part du Cabinet anglais, et que, pour le coup, on croit
qu'elle va venir. Il avait rencontré Mme de Lieven qui l'avait chargé de
me le mander, et d'ajouter que M. Guizot est au mieux avec les Cours
allemandes. Il paraît que cette semaine va se décider le sort du Cabinet
anglais, qui sera fort attaqué.

Les fortifications ne seront votées ou rejetées par la Chambre des Pairs
que dans quinze jours: elles seront rudement attaquées par M. Molé, par
le Chancelier et les légitimistes. La Cour est fort en colère contre les
deux premiers. On ne sait vraiment pas encore quel pourra être le sort de
cette loi.

Mme de Nesselrode a quitté Paris, pleine d'engouement pour la vie qu'on y
mène, pour les choses et pour les personnes. Je continue à rendre justice
à son bon cœur, à son âme généreuse, mais je n'ai plus aucune
considération pour son jugement.


_Rochecotte, 26 février 1841._--On m'écrit, de Paris, qu'il y a eu chez
Mme Le Hon un bal _très bien composé_; qu'à présent, elle et Mme de
Flahaut cherchent à _épurer_ leur salon et à y attirer le faubourg
Saint-Germain; qu'on espère, à cet égard, une sorte de réaction, que l'on
veut absolument être du grand monde, qu'on dédaigne ceux qu'on
recherchait et qu'on courtise ceux qu'on dédaignait.

On m'écrit de Vienne que la fille du ministre de Prusse Maltzan, jeune et
jolie personne de vingt-quatre ans, épouse lord Beauvale, ambassadeur
d'Angleterre: il pourrait être grandement son père; il a été fort
libertin, il est rongé de goutte; cependant, elle l'a préféré à
plusieurs autres partis, parce qu'il est Pair d'Angleterre, Ambassadeur
et frère du Premier Ministre. Elle était décidée à faire un brillant
mariage.


_Rochecotte, 27 février 1841._--Ma fille a reçu hier une longue lettre de
la jeune lady Holland, qu'elle a beaucoup connue à Florence. Cette petite
Lady est maintenant à Londres. J'ai demandé à ma fille la permission
d'extraire de cette épître ce qui en est intéressant. Les fautes de
français sont dans l'original, je les y laisse pour conserver la _couleur
locale_, si respectée aujourd'hui: «Je crois qu'en cherchant bien, on ne
trouverait pas une position plus pénible que la nôtre, parce que je crois
qu'il n'existe pas, peut-être, une femme comme lady Holland, ma
belle-mère. C'est quelque chose qui surpasse tout ce qu'on pourrait
imaginer de plus extraordinaire, de plus rapace, de plus égoïste: c'est
un caractère que, dans un roman, on trouverait exagéré, impossible. Elle
a, vous l'avez su, _tout, tout au monde_, dans la succession de mon
beau-père; mais cela ne lui suffit pas; elle veut _détruire_
Holland-House où elle a passé quarante ans de sa vie; elle veut bâtir,
elle veut vendre, Dieu sait ce qu'elle ne veut pas, car elle voulait,
l'autre jour, par un arrangement avec son fils, nous enlever notre petite
rente fixée à notre mariage, de sorte que si le Ministère changeait
demain (chose fort possible) et que nous quittions, comme de raison,
notre poste, nous serions réduits à vivre sur les intérêts de ma dot.
Heureusement, elle ne peut détruire Holland-House sans le consentement
de mon mari, et il a dit qu'on lui couperait plutôt la main que de le
faire consentir à sacrifier la plus petite partie, même du parc. De même,
elle ne peut vendre l'autre propriété d'Ampthill sans son consentement:
il le donnerait volontiers, pour lever les hypothèques considérables dont
elle a chargé des biens qui étaient immenses et sans une dette à
l'avènement de son mariage avec lord Holland, si elle, de son côté,
voulait faire quelque chose. Elle a tant dans son pouvoir, tant, dont
malheureusement elle peut disposer, qu'on a conseillé à mon mari de
demander quelque chose d'_équivalent_ pour ce consentement; il ne lui
demandait que de conserver la maison telle qu'elle était du vivant de son
père, de ce père qu'il adorait, dont la mémoire lui est si chère; que la
bibliothèque, les papiers qu'il a laissés, toutes ces choses lui tiennent
plus au cœur cent fois que le _solide_, que l'_argent_ dont elle peut
disposer. Eh bien! elle ne veut pas, elle ne veut rien faire. Elle a
consulté tous ses amis, qui tous lui ont démontré la vérité, l'ont priée
de faire ce qu'elle doit faire. Non, ce sont des scènes, des injustices;
et il faut tout voir, tout entendre, et ne pas se plaindre! La position
est difficile, et quelquefois je sens mon sang bouillir dans mes veines;
mais pour mon mari, je me retiens, et je fais comme ses fils, comme sa
fille, qui sont des anges pour elle, et qui se conduisent avec une
délicatesse, une tendresse, une réserve dont elle n'est, parfois,
sûrement pas digne. Enfin, il faut espérer qu'un jour viendra où nous
pourrons vivre tranquilles et rentrer dans cette chère maison qu'il ne
nous a pas été permis d'approcher depuis notre arrivée. Pour le moment,
il faut partir sitôt que nous le pourrons et retourner à Florence en
passant par Paris.

«Fanny Cowper n'épouse pas Charles Gore; elle ne peut encore se fixer, ni
se décider; elle est toujours fort jolie[6]. La beauté par excellence,
c'est lady Douro. Le duc de Wellington est de nouveau rétabli, mais il
fait de telles imprudences qu'on ne peut jamais être en sûreté sur lui.
On siffle lord Cardigan au théâtre, ce qui est fort ennuyeux pour ceux
qui y vont. J'ai été à son jugement, qui m'a fort intéressée[7]. Il est
bel homme, et il était pâle et intéressant; aussi, avons-nous été, nous
Pairesses, contentes de sa libération. Mais c'était un peu théâtral, et
je crains que, dans ces temps de réforme et de mécontentement, cela ne
donne des griefs contre la Chambre des Pairs. Mon mari a prononcé bien
les paroles: _Pas coupable, sur mon honneur_, mais celui qui les a
prononcées mieux que personne était mon cousin, lord Essex. Du reste,
vers le soir, les robes des Pairs, les tapisseries rouges, la présence
des dames, etc., tout cela faisait un effet frappant. Les dames les plus
admirées étaient lady Douro, lady Seymour, lady Mahon, ma cousine
Caroline Essex.

  [6] Fille d'un premier mariage de lady Palmerston, et nièce de
  lord Melbourne, lady Fanny devait épouser, quelques mois plus
  tard, lord Jocelyn.

  [7] Le jeune colonel Cardigan avait eu plusieurs démêlés avec les
  officiers de son régiment, et, à la suite d'un duel avec le
  capitaine Harvey-Tuckett, qu'il blessa, il fut, en février 1841,
  traduit devant la Chambre des Lords constituée en Cour de
  justice. Un verdict d'acquittement y fut rendu en sa faveur: son
  accusation n'était qu'un hommage nécessaire rendu aux lois du
  pays contre le duel.

«Notre chère tante, miss Fox, que nous aimons tant, puisqu'elle a été une
vraie mère pour mon mari, nous a mis dans la peine; elle a été bien
malade, mais j'espère qu'elle est sauvée; elle pleure son frère qu'elle
aimait pour lui, pour lui seul; ni vanité, ni regrets d'importance ou
d'ambition n'entrent dans sa douleur, et tout ce qu'elle a vu ou entendu
depuis sa mort l'a choquée, peinée. Nous avons été aussi en alarme pour
ma pauvre cousine lady Melbourne: elle a été à la mort, d'une fausse
couche de cinq mois; elle est sauvée, je crois et j'espère, mais ce sont
des scènes qui font mal et restent empreintes sur le cœur. Elle croyait
mourir, et quittait tout ce qu'elle aimait avec tranquillité, soumission
et tendresse, n'oubliant rien de ce qui pouvait conduire au bonheur de
son mari qu'elle laissait.

«Nous passâmes une semaine, le premier de l'An, à Windsor; un tableau de
bonheur parfait; notre chère petite Reine, le beau Prince Albert et la
petite Princesse, bel enfant de bonne humeur, se laissant tout faire avec
un sourire, signe certain de bonne santé. On dit que la Reine est encore
grosse. Nous y dînâmes il y a quatre ou cinq jours, elle me parut un peu
souffrante, mais deux soirs après, elle dansa beaucoup; mais, au reste,
elle est si forte qu'on ne peut juger sur les apparences.»


_Rochecotte, 1er mars 1841._--Voici mon dernier mois de Rochecotte qui
commence. Je l'envisage à regret. Je me suis trouvée ici aussi bien que
je puis être à présent; j'y vis exemptée de fatigue, d'agitations, de
blessures et de contrainte; je retrouverai tout cela à Paris, mais comme
il y aurait une certaine affectation à n'y pas aller du tout, et qu'avant
de partir pour l'Allemagne, j'ai pas mal de petits arrangements à
prendre, de préparatifs à faire, qui ne peuvent s'accomplir qu'à Paris,
j'en prends, quoiqu'en grommelant, mon parti pour le mois d'avril.

J'ai reçu, hier, une lettre de Mme Mollien, qui me paraît assez amusante
d'un bout à l'autre: «Il faut donc vous parler de ce bal costumé, vrai
bal de carnaval et qui fera époque dans les annales des Tuileries pour
avoir, pendant quelques heures, ramené dans ses murs, d'ordinaire assez
tristes, la folle, franche et vive gaieté qui ne se voit guère que dans
de plus simples salons: c'est au Prince de Joinville qu'est dû le succès
de cette soirée. Rien ne peut résister à son entrain. Les costumes
étaient variés, en général assez riches et de bon goût, à quelques
exceptions près; il y a des exceptions partout. La Reine, les _vieilles_
Princesses et les _vieilles_ dames _non costumées_ s'étaient rendues
successivement dans la galerie Louis-Philippe; tous les costumes, hommes
et femmes, se réunissaient dans une autre partie du Château, pour faire
une entrée solennelle, qui eut lieu vers huit heures et demie, au bruit
d'une musique infernale, composée de toutes sortes d'instruments plus ou
moins barbares, que le Prince de Joinville a rapportés de ses voyages.
Lui-même, en vrai costume turc, portait devant lui un immense tambour,
oriental s'il en fut, dont il faisait un très bruyant usage. Un magicien,
en guise de héraut, précédait le cortège, qui était conduit par la
Duchesse d'Orléans: elle était superbe et avait le plus grand air. Son
costume était celui de Marie de Bourgogne, velours noir, richement brodé
d'or et garni d'hermine; le grand bonnet pointu, qui fait partie de ce
costume, était orné par devant d'une barbe de velours, bordée tout autour
par d'énormes chatons; le susdit bonnet était lui-même en drap d'or,
surmonté à son extrémité d'un voile de tulle brodé en or. Deux dames et
deux hommes, également en costume du temps de Louis XI, escortaient la
Princesse: les deux femmes, dont le costume était pareil au sien, mais
seulement moins riche, étaient Mmes de Chanaleilles et Olivia de Chabot;
les hommes étaient M. Asseline, son secrétaire des commandements, et M.
de Praslin, qui était à merveille dans un vêtement long, tout de velours
brun et en martre, et qui s'appelait Philippe de Commines. Ma pauvre
Princesse Clémentine n'était pas bien: elle portait un costume turc,
rapporté par le Prince de Joinville, lors de son voyage en Syrie; c'était
riche, mais lourd, peu gracieux, et sa mobile et charmante figure n'a
retrouvé tous ses avantages qu'après souper, lorsque, pour danser plus à
son aise, elle s'est débarrassée de son énorme coiffure qui l'écrasait.
La Duchesse de Nemours, au contraire, était ravissante: elle avait copié
un portrait de la femme du Régent, à qui on prétend qu'elle ressemble;
une robe de dessus en velours, rouge, très courte, bouffante, relevée
tout autour par des rubans et des diamants, sur une jupe de satin blanc,
garnie de deux rangs de grosses franges chenilles et perles posées en
guirlandes; un petit toquet de velours, avec une seule petite plume
droite, posé en biais et bordant le front, en le dégageant extrêmement
d'un côté; des cheveux très blonds, légèrement poudrés, frisés, mousseux,
relevés de côté, tombant de l'autre, tout cela avait un certain air
coquet, et, en même temps, négligemment abandonné qui était charmant; je
ne l'ai jamais vue si jolie: ce n'était qu'un cri. Le reste ne vaut pas
la peine d'être nommé. Cependant, il y avait de très belles toilettes.
Des dames du temps de la Ligue, de la Fronde, de Louis XIII, de Louis
XIV, quelques Espagnoles, et, entre autres, une vivandière du temps de
Louis XV, qui faisait fureur. Mme de Montalivet et Mme de Praslin
s'appelaient, à l'envi l'une de l'autre, Mlle de Hautefort. Beaucoup de
dames poudrées. Le Duc d'Orléans n'était pas revenu de Saint-Omer, comme
il l'avait fait espérer, au grand chagrin de la Princesse, pour qui, je
crois, cela a beaucoup gâté la soirée. Le Prince de Joinville s'est
promptement délivré de son costume turc. Ses deux jeunes frères étaient
d'abord apparus en costumes militaires des derniers siècles. Après la
première contredanse, tous trois s'en allèrent et revinrent bientôt, le
Prince de Joinville et le Duc d'Aumale, en _débardeurs_, et le Duc de
Montpensier en _fifi_ du temps de la Régence. Si vous avez près de vous
quelque habitué des bals masqués (je ne pense pas que ce soit M. de
Castellane), faites-vous expliquer ce que sont ces costumes. Leur
principal mérite, et qui, probablement, les avait fait choisir, est de
seconder merveilleusement les projets de gaieté, car ils en autorisent et
même en exigent l'allure. Les contredanses ne se formaient que sur deux
rangs; comme on avait beaucoup de place, on se mettait à l'aise. Comme
les couples des deux bouts auraient eu trop d'espace à parcourir, chaque
figure n'était répétée que deux fois au lieu de l'être quatre; ainsi,
toujours en mouvement, sans repos, sans relâche, chaque contredanse se
terminait par un galop général, sur l'air final joué seulement sur une
mesure beaucoup plus vive. Cela a duré ainsi jusqu'à trois heures et
demie du matin, dans une progression de mouvements et d'ardeur de danse à
laquelle je ne croyais plus. La Reine s'est fort amusée; le Roi lui-même
a paru prendre plaisir à toutes ces gaietés: il est resté jusqu'au
souper, qui a été servi dans la galerie de Diane, sur de petites tables
rondes, comme aux petits bals. Les Infants et Infantes d'Espagne étaient
tous costumés, excepté cependant père et mère: celle-ci n'a dansé que
l'anglaise qui a terminé le bal; elle avait pour cavalier un _Incroyable_
de la Révolution. C'était... incroyable! Elle s'est cependant dispensée
du dernier galop qui a mis fin à l'anglaise et qui a surpassé tous les
autres. Le Prince de Joinville avait pour page le Duc de Nemours, qui a
pris, toute la soirée, une part très joyeuse à toutes ces gaietés; il
tâchait bien un peu d'imiter son frère, mais ce Prince de Joinville, si
fou, en même temps si grave et si beau de figure, si plein de verve et
d'originalité, est, de tous points, inimitable. J'ai oublié de vous citer
M. et Mme de Chabannes; elle, en dame de la Cour de Charles IX; son
costume, dessiné, disait-elle, par Paul Delaroche, était parfaitement
exact et rigoureux, et la rendait parfaitement laide; lui, s'était
enveloppé de la tête aux pieds de ces flots de mousseline blanche dont se
revêtent les Arabes; ce n'était pas une imitation: costume, poignard,
pistolet, de plus un énorme fusil, pris par lui à Blidah, Milianah,
etc... tout cela venait d'Alger. Il était de service, et c'est dans cet
équipage qu'il a précédé le Roi et la Reine, lorsqu'ils ont passé de leur
appartement dans la salle de bal. J'ai trouvé que ce n'était pas celle de
ses campagnes où il avait montré le moins de courage.

«Le bal a eu un lendemain. Tous les costumés dansants et de bonne volonté
se sont réunis chez M. de Lasalle, officier d'ordonnance du Roi,
l'_Incroyable_ de l'Infante, dont la femme avait un très riche costume
dit _Mademoiselle de Montpensier_. Le Duc de Nemours, le Prince de
Joinville et le Duc d'Aumale ont été à cette réunion improvisée, qui
s'est prolongée jusqu'à cinq heures du matin, et qui a été, dit-on,
_prodigieusement gaie_. C'était le Mardi-Gras: tout est permis ce
jour-là. La matinée avait aussi voulu être amusante: Madame Adélaïde
avait, comme de coutume, son déjeuner d'enfants. Le Roi et la Reine y
vont toujours, ainsi que les Princesses. C'est au Palais-Royal, dans les
appartements mêmes de Madame, que cela se passe. Plusieurs tables sont
dressées dans trois pièces; la famille royale s'établit à une de ces
tables, qui sont servies de toutes sortes de choses recherchées. C'est
là, le grand divertissement. Madame y avait ajouté, cette année, un petit
spectacle pour amuser le Roi: on jouait une pièce du théâtre des
Variétés, le _Chevalier du guet_, qui a _peut-être_ amusé le Roi, mais
les enfants pas du tout; j'en suis garant: j'avais mes deux neveux, que
Madame avait invités avec une obligeance qui ne m'avait pas permis de
refuser; je suis restée là depuis trois heures jusqu'à sept, puis je suis
encore retournée passer la soirée aux Tuileries, parce que j'étais de
service, ce qui fait que, le mercredi des Cendres, j'étais morte de
fatigue.

«Pas un mot aujourd'hui des fortifications, ni des fonds secrets,
quoiqu'à vrai dire, certains hommes d'État pourraient ne pas se trouver
tout à fait déplacés au milieu des déguisements du Carnaval.»


_Rochecotte, 2 mars 1841._--M. de Valençay me mande qu'il a dîné hier
jeudi chez le maréchal Soult, un grand dîner de quarante couverts. Les
Ailesbury, les Seaford, lady Aldborough, les Brignole et Durazzo, les
Francis Baring y assistaient. Mon fils était assis à table à côté de
Francis Baring, homme d'un esprit agréable qu'il avait beaucoup vu chez
M. de Talleyrand, surtout en Angleterre et qui semble avoir conservé de
l'attachement pour sa mémoire. Ils ont beaucoup causé. Sir Francis lui a
dit qu'un grand nombre de lettres de M. de Talleyrand lui avaient
dernièrement passé par les mains, car il venait de parcourir et de mettre
en ordre toute la correspondance de son beau-père, le duc de Bassano. Il
a ajouté que son impression, après cette lecture, était de donner toute
raison à mon oncle dans les différends qu'il a eus avec le duc de Bassano
sur la politique de l'Empereur Napoléon. Dans le courant de cette
conversation, Francis Baring a dit, comme un avis qui pourrait nous être
utile, qu'un de ses amis est venu chez lui, il y a peu de temps, et lui a
dit: «Vous ne savez pas que Thiers se vante d'avoir trouvé, en fouillant
dans des papiers, des choses qui compromettent M. de Talleyrand dans
l'affaire du duc d'Enghien.» Mon fils est entré alors dans quelques
détails, pour démontrer à Baring que les renseignements prétendus trouvés
par M. Thiers ne pouvaient être qu'erronés; que son oncle avait toujours
ignoré les projets de l'Empereur, sa pensée secrète sur le duc d'Enghien,
et tous ceux qui ont connu Napoléon ne s'en sont point étonnés.

Je suis bien aise de savoir ce que M. Thiers se plaît à répandre, pour
donner crédit à l'_Histoire du Consulat et de l'Empire_ qu'il écrit en ce
moment.

Quand vous serez revenu de votre exil[8], je vous prierai de demander à
Francis Baring communication des lettres dont il a parlé à mon fils; ces
pièces figureraient bien, ce me semble, dans _notre grand ouvrage_[9].

  [8] M. de Bacourt, à qui s'adressait cette lettre, était toujours
  ministre de France à Washington. On trouve ici l'explication du
  refroidissement qui est survenu dans les relations de la duchesse
  de Talleyrand et de M. Thiers.

  [9] Ce grand ouvrage consistait en la copie et le classement des
  papiers réunis sous le titre: _Mémoires du prince de Talleyrand_.

La discussion sur les fonds secrets s'est prolongée beaucoup plus qu'on
ne s'y attendait. Le vote, du reste, n'est pas douteux.

La nouvelle d'hier était la faible majorité du Ministère anglais sur le
bill de lord Morpeth. Le chiffre de cinq est bien faible[10].
Indiquerait-il la chute prochaine du Cabinet?

  [10] Le bill de l'inscription des électeurs en Irlande avait été
  proposé par lord Morpeth à la Chambre des Communes, où il
  trouvait une très considérable opposition.

On ne peut pas dire encore quel sera le sort des fortifications de Paris
à la Chambre des Pairs. Le duc de Broglie se montre des plus violents en
faveur de cette loi.

Les journaux apprennent le mariage du vieux Roi des Pays-Bas avec la
comtesse d'Oultremont[11]. La tante du Roi de Prusse, la vieille
électrice de Hesse, vient de mourir. La pauvre femme a eu une triste
existence semée de bien d'épreuves et de traverses! Son vilain mari
épouse cette dame avec laquelle je l'ai souvent rencontré à Bade.

  [11] Le 16 février 1841, le Roi Guillaume Ier des Pays-Bas avait
  épousé, morganatiquement, la comtesse d'Oultremont-Vegimont,
  après avoir abdiqué, en 1840, en faveur de son fils, le Roi
  Guillaume II.


_Rochecotte, 3 mars 1841._--Le duc de Noailles m'écrit que M. de Flahaut
fait une cour assidue à M. Guizot, partout, et surtout chaque soir, chez
Mme de Lieven, où ses prévenances commencent dès la porte. Bref, il lui
paraît dévoué comme il l'était à M. Thiers; cependant, il n'aura Vienne
que si Sainte-Aulaire va à Londres, et pour cela, il faut que M. de
Broglie, qu'on presse d'accepter Londres, continue de s'y refuser.

Le Duc mande encore que le Roi regarde la question des fortifications
comme une question de paix et dit qu'il faut rendre les guerres plus
difficiles pour les rendre plus rares; qu'il est bon que l'Allemagne se
fortifie chez elle, et que nous nous fortifiions chez nous, parce qu'il
faut arrêter notre fougue et élever mutuellement des obstacles qui
empêchent de s'attaquer. Le duc d'Orléans, au contraire, prend la chose
du côté révolutionnaire. Il dit que l'Europe ne s'arrangera jamais de sa
dynastie, ni du principe de gouvernement qui a triomphé en 1830; qu'un
jour ou l'autre, elle l'attaquera, et qu'il faut, dès aujourd'hui,
préparer sa défense. Quant au duc de Noailles, il me paraît, lui,
préparer un discours, auquel il met beaucoup de prétention.


_Rochecotte, 5 mars 1841._--Voici un passage d'une lettre que j'ai reçue,
hier, de M. Molé: «La Coalition a rendu le bien désormais impossible; on
ne peut plus exercer le pouvoir qu'au prix de concessions, que je ne
ferai jamais; je regarde donc ma carrière politique, ou plutôt
ministérielle, comme terminée. Quand les choses en vaudront la peine, je
ferai mon devoir à la Chambre des Pairs; rien de plus, rien de moins; j'y
suis irrévocablement décidé. L'aveuglement est partout, mais là surtout
où il importait tant de trouver la clairvoyance. C'est ce qui me fait le
plus redouter l'avenir. Je me le représente sous de sombres couleurs, et
je vais jusqu'à craindre qu'il ne soit prochain.»

M. de Salvandy, dans une lettre où il me dit qu'allant ce mois-ci, pour
des affaires de famille, à Toulouse, il me demandera l'hospitalité en
passant, ajoute: «La campagne des fonds secrets a été aussi pitoyablement
menée que celle des fortifications. M. Thiers en sort battu et
impossible; M. Guizot, victorieux en paroles, affaibli par le fait, car
la majorité reste inquiète des réserves de M. Dufaure. La session semble
terminée, cependant les lois de crédit la réveilleront aux dépens de M.
Thiers, et la discussion de la loi des fortifications, si elle tournait,
à la Chambre des Pairs, selon les désirs de M. Molé, ce que je ne crois
pas, la compliquerait encore davantage.»

Les journaux annoncent la mort de M. de Bellune, qui a reçu tous les
sacrements de la main de mon cousin, l'abbé de Brézé, en présence de M.
de Chateaubriand, du marquis de Brézé et de M. Hyde de Neuville. On ne
saurait finir en plus pur carlisme. M. Alexandre de La Rochefoucauld est
mort aussi, mais moins légitimement.

M. Royer-Collard reste triste, accablé, souffrant, et indigné que M.
Ancelot ait eu la succession académique de M. de Bonald au lieu de M. de
Tocqueville.


_Rochecotte, 7 mars 1841._--Je suis charmée de votre goût pour les
lettres de Mme de Maintenon[12] et beaucoup trop honorée des analogies
que vous trouvez entre mon genre d'esprit et le sien; du reste, le duc de
Noailles m'a dit plusieurs fois la même chose. Je voudrais justifier plus
complètement cette ressemblance, car, outre la qualité de son esprit,
elle avait, avec quelques-unes des faiblesses de son temps et de sa
position, une élévation d'âme, une fermeté de caractère et une pureté de
principes et de vie, qui la mettent bien haut dans mon estime, et qui
expliquent, bien plus encore que sa beauté, ses grâces et sa hauteur de
pensée, l'étonnante fortune qui l'a couronnée.

  [12] Extrait d'une lettre.


_Rochecotte, 8 mars 1841._--Hier au soir, mon gendre nous a lu un très
joli article sur Mlle de Lespinasse, dans le numéro de la _Revue des Deux
Mondes_ du 1er mars. Cet article est bien fait et m'a rappelé plusieurs
particularités que M. de Talleyrand m'a racontées sur cette personne qui
ne lui plaisait pas. Il trouvait qu'elle manquait de simplicité, car un
des caractères supérieurs du goût de M. de Talleyrand était son respect
et son attrait pour la simplicité. Il l'admirait en toutes choses: dans
l'esprit, dans les manières, dans le langage, dans les sentiments, et il
a fallu un concours de circonstances bien étranges, une position bien
forcée, pour que ce noble instinct de simplicité ne se soit pas toujours
conservé dans son caractère et dans ses actions. L'exagération et
l'affectation lui ont toujours été antipathiques et son commerce m'en a
singulièrement corrigée. J'en avais un peu lorsque je me suis mariée, et
j'espère qu'il ne m'en reste guère; c'est bien à lui que je le dois,
ainsi que tant d'autres choses dont je ne puis assez rendre grâce à sa
mémoire. Pour en revenir à Mlle de Lespinasse, je me souviens
parfaitement d'avoir lu ses _Lettres_, qui parurent peu après celles de
Mme du Deffant. Elles ne m'attirèrent pas beaucoup. La fausse exaltation
n'est pas de la vraie sensibilité; la passion n'est pas de la tendresse.
Dans l'absence de principes qui caractérise le dix-huitième siècle, on ne
se sauvait que par le joug qu'imposait le grand monde, par ses coutumes
et par ses exigences. Pour peu que l'on n'y appartînt pas absolument,
rien n'arrêtait; l'imagination entraînait bien loin et bien bas. Mlle de
Lespinasse, sans famille et sans fortune, n'étant pas obligée de compter
avec un monde auquel elle n'appartenait qu'à moitié, a mené la vie d'un
homme d'esprit à bonnes fortunes. Mais me voilà faisant moi-même un
article de revue: celui que nous lisions hier vaut beaucoup mieux.


_Rochecotte, 9 mars 1841._--Voici l'extrait d'une lettre que j'ai reçue
de la duchesse de Montmorency: «Ici on ne pense qu'aux fortifications.
Les moins politiques en sont occupés, et ceux qui sont supposés devoir
voter _pour_, sont très mal traités dans la société. Mon mari dit qu'il
n'est pas encore _éclairé_; cela fait dire par notre famille qu'il est
gagné par le Roi; le fait est qu'il est travaillé par mon fils, qui en
est chargé par le Château; tout cela m'excède.

«M. Gobert, trésorier de l'_Œuvre des orphelins du choléra_, et qui est
resté fort dévoué à la mémoire de feu Mgr de Quélen, a eu une horrible
scène avec Mgr Affre, qui, à l'assemblée de l'Œuvre, a voulu le chasser.
M. Gobert a répondu qu'il ne bougerait pas; bref, cela a été très
scandaleux: on ne peut comprendre comment ces scènes, ces colères, ces
abus d'autorité finiront.

«Le duc de Rohan marie sa fille au marquis de Béthisy: c'est un mariage
convenable.

«Vous verrez, dans le journal, la comédie filiale du prince de la
Moskowa. On loue M. Pasquier de ne pas lui avoir accordé la parole. On
m'a raconté que c'est le duc d'Orléans qui a décidé le prince de la
Moskowa à faire son entrée aux Pairs, afin de voter pour ces sottes
fortifications. C'est aussi le duc d'Orléans qui tient le _Journal des
Débats_. Le vieux Bertin et les principaux rédacteurs sont très opposés
aux fortifications, mais le jeune Bertin, officier d'ordonnance du duc
d'Orléans, et M. Cuvillier-Fleury, secrétaire des commandements du duc
d'Aumale, font insérer dans le journal ce qu'ils veulent, ou plutôt ce
que le Château veut. Je sais que Bertin de Veaux a dit, l'autre jour, à
quelqu'un de ma connaissance: «Ne croyez pas au moins que je sois pour
une aussi fatale mesure.»


_Rochecotte, 14 mars 1841._--Il faisait si beau hier, et j'étais si en
retard d'une visite à rendre à ma sous-préfète[13], que je me suis
décidée à aller, entre le déjeuner et le dîner, à Chinon, avec mon
gendre. La route qui mène de chez moi à Chinon est jolie et facile. J'ai
été visiter, à Chinon même, les grandes et nobles ruines du Château, qui
domine la riante et riche vallée de la Vienne; la salle où Jeanne d'Arc
est venue offrir sa sainte épée à Charles VII; la tour où Jacques Molay,
le Grand Maître des Templiers, a été longtemps détenu; le passage
souterrain menant à la maison d'Agnès Sorel; tout cela s'aperçoit encore;
surtout, on y porte l'œil de la foi, ce qui est le mieux en fait
d'archéologie. Si on soignait cette ruine comme celle de Heidelberg, on
en ferait un objet tout à fait pittoresque. Je me suis arrêtée un quart
d'heure au Bureau de bienfaisance, où se trouve maintenant une Sœur
supérieure qui a passé quatorze ans dans l'établissement de Valençay, et
qui m'avait plusieurs fois exprimé le désir qu'elle aurait de me voir.
C'est une sainte personne, qui partout est chérie; elle a été pleurée à
Valençay. Quand j'ai sonné au portail, une sœur est venue me dire que la
Supérieure était à la mort, et avait reçu, peu d'heures auparavant, les
derniers Sacrements. Cependant, ayant voulu que la malade sût que j'étais
là, celle-ci a voulu absolument me voir. J'ai été bien attendrie de cette
entrevue qui a illuminé le visage défaillant de cette excellente
personne. Elle m'a dit la même chose que feu Mgr de Quélen: c'est que,
depuis le jour où elle m'avait vue pour la première fois jusqu'à celui de
sa mort, qui allait avoir lieu, il ne s'était pas passé une journée où
elle n'eût prié pour moi. C'est doux d'être aimée par des âmes
chrétiennes: elles ont une fidélité qui n'appartient qu'à elles.

  [13] Le sous-préfet de Chinon était alors M. Viel.

En revenant de Chinon, j'ai trouvé deux lettres, qui auront influence sur
l'emploi de mon été. L'une est du Roi de Prusse qui a appris mes projets
de voyage et me demande d'aller le voir à _Sans-Souci_. Ceci me décide à
être à Berlin vers le 12 mai. Voilà un premier point arrêté. La seconde
est de mes sœurs, qui me mandent qu'elles resteront à Vienne jusqu'au
1er juillet, et que je devrais bien réaliser le projet que j'avais fait
d'y aller voir Mme de Sagan, si elle avait vécu. Je tiens à ce que mes
sœurs et moi restions unies: je le trouve convenable, et puis cela m'est
doux et repose le cœur; nous sommes réduites à un si petit groupe; et
les liens du sang ont une puissance qu'on est bien étonné de voir
subsister, à travers tout ce qui, naturellement, devrait la détruire, ou
au moins l'affaiblir.


_Rochecotte, 16 mars 1841._--J'ai eu hier cette lettre de Mme de Lieven:
«Le firman d'hérédité a l'air d'un vrai _humbug._ Le Pacha l'a trouvé
aussi et Napier, l'amiral anglais, l'a trouvé encore davantage; il a
conseillé au Pacha de refuser, ce que celui-ci a fait très poliment.
Pendant que ceci se passait en Orient, ici on recevait une invitation
très polie de Londres de rentrer dans le concert européen pour régler la
question générale de l'Orient, et cette invitation était précédée d'un
protocole annonçant que la question égyptienne était vidée entièrement.
Comme les termes de l'invitation paraissaient bons, on s'est montré ici
disposé à entamer les pourparlers. Votre Gouvernement a proposé des
changements de rédaction qui ont été tout de suite acceptés, et voilà
qu'on était à peu près à la veille de conclure, lorsqu'arrivent les
nouvelles que je vous ai dites plus haut. M. Guizot a, sur-le-champ, tout
suspendu, car au lieu de l'affaire égyptienne terminée, elle recommence,
et le Sultan et le Pacha s'entendent moins que jamais. C'est lord
Ponsonby qui a dicté le firman, les trois autres représentants s'y
étaient opposés. Les Anglais qui sont à Paris sont honteux de ce
méprisable _trick_; tout le monde regarde ce fait comme un acte de
mauvaise foi, et ici on rit un peu de l'embarras que cela va causer aux
puissances du Nord, parce qu'il faut redresser cela, sous peine de voir
recommencer toute la querelle, comme s'il n'y avait pas eu de traité du
15 juillet. En attendant, les Allemands grillent de voir finir
l'isolement de la France, qui les force à des armements fort coûteux et
la France ne se prêtera à aucun rapprochement, tant que subsistera le
différend avec l'Égypte.

«Et l'Amérique!... Lady Palmerston m'écrit toutes les semaines et me dit
dans sa dernière lettre: «Nous sommes très contents des nouvelles
d'Amérique, tout cela s'arrangera»; c'est-à-dire que le pauvre Mac Leod
sera pendu, et le territoire anglais sera envahi: si cela leur convient,
à la bonne heure[14]. En Chine, les affaires anglaises vont aussi très
mal.

  [14] Pendant la rébellion du Canada, en 1837 et 1838, le vapeur
  _Caroline_ avait été brûlé sur la rivière de Niagara, et M. Amos
  Durfee (Anglais) fut tué. M. Alexandre Mac Leod, citoyen des
  États-Unis, fut accusé d'avoir été le meurtrier, mais M. Gridley,
  juge à Utica, réussit à prouver son innocence.

«Bresson retournera sûrement à Berlin. M. de Sainte-Aulaire arrive ces
jours-ci. Il ira à Londres.... mais!... quand?... Quand vous y enverrez
un ambassadeur. Je ne sais qui aura Vienne.

«Lord Beauvale a pris un accès de goutte pendant la bénédiction
nuptiale[15]. Il a dit au prêtre de se dépêcher; on l'a ramené chez lui
très malade; le lendemain, il était dans son lit, sa femme dînant sur une
petite table à côté! Ils viendront à Paris en allant en Angleterre.

  [15] Voir à la page 28 (26 février) l'annonce du mariage de lord
  Beauvale avec Mlle Maltzan.

«Adèle de Flahaut se meurt. Le père est comme un fou; la mère a le
courage d'un homme.

«Je me décide à vous envoyer la lettre même de lady Palmerston, pour que
Pauline y lise des détails qui l'intéresseront.»

Voici cette lettre de lady Palmerston à la Princesse: «Je viens vous
annoncer le mariage de ma fille Fanny avec lord Jocelyn. C'est un
charmant jeune homme de 28 ans, de belle figure, très gai, très dévoué,
spirituel et aimable, et qui a voyagé dans toutes les parties du monde.
Il revient en ce moment de la Chine, dont il donne des détails très
intéressants. Nous sommes tous fort contents de ce mariage, qui est tout
à fait un roman. Il a écrit sa proposition de Calcutta, il y a un an et
demi, mais sans pouvoir attendre la réponse, étant obligé de partir pour
Chusan; il a passé ainsi près de deux ans, ballotté entre la crainte et
l'espérance, et il est arrivé à Liverpool sans savoir s'il ne la
trouverait pas mariée à un autre, car dans les papiers anglais qu'il
voyait parfois, il trouvait souvent l'annonce du mariage de Fanny avec
d'autres. Le père de lord Jocelyn est lord Roden, grand tory, mais vous
savez que c'est là une bagatelle qui ne nous inquiète pas, car le bonheur
de Fanny est notre premier objet, et l'amour ne suit pas la politique; et
puis, il n'est pas enragé comme son père, mais très raisonnable et sage
dans ses idées.

«Les nouvelles d'Amérique sont assez bonnes au fond; tout est clabaudage
et affaire de parti; ceux qui sortent veulent rendre difficile la
position de ceux qui entrent; c'est à peu près comme en Europe.»

Je veux copier aujourd'hui une petite romance, composée par Henri IV et
que j'ai trouvée dans les _Mémoires_ de Sully. Elle me paraît pleine
d'élégance et de charme, et plus gracieuse encore que _Charmante
Gabrielle_.

          Viens, Aurore,
            Je t'implore,
    Je suis gai quand je te vois;
            La Bergère
          Qui m'est chère,
      Est vermeille comme toi.
          Elle est blonde,
            Sans seconde,
      Elle a la taille à la main;
            Sa prunelle
              Étincelle,
      Comme l'astre du matin,
            De rosée
              Arrosée.
    La rose a moins de fraîcheur;
            Une hermine
          Est moins fine;
    Le lys a moins de blancheur!

Que c'est joli! Les lettres de Henri IV sont aussi charmantes. Enfin
c'est lui, quand il est en scène, qui donne de l'intérêt à ce singulier
ouvrage, le plus lourd, le plus diffus possible, mais néanmoins attachant
pour qui y sait ramer avec patience.


_Rochecotte, 27 mars 1841._--On a écrit à mon gendre que le discours de
M. Molé contre les fortifications n'avait pas répondu à l'attente
générale; que celui de M. d'Alton-Shée, que l'on dit avoir été fait par
M. Berryer, étincelait d'esprit et de bonnes moqueries, et avait charmé
la Chambre des Pairs, tout aussi foncièrement contre la loi que l'était
la Chambre des Députés; néanmoins, elle la votera probablement tout comme
a fait l'autre.


_Rochecotte, 29 mars 1841._--Me voici dans ma dernière semaine de
campagne. Elle va être remplie par mille affaires, rangements,
comptabilité, ordres à laisser. Je regretterai beaucoup ma solitude, ma
paix, l'ordre uniforme de mes journées, la simplicité de mes habitudes,
l'activité efficace, sans fatigue et sans agitation, qui profite aux
autres, et par conséquent à moi-même. Je ne suis pas sans inquiétude de
quitter la retraite protectrice où je m'abritais pour remettre _à la
voile_. La navigation du monde est la plus difficile, la plus orageuse,
et je ne m'y sens plus du tout propre; je n'ai plus de pilote et je ne
sais pas, à moi seule, conduire ma barque; j'ai toujours peur de me
briser contre quelque écueil. Mes nombreuses expériences ne m'ont pas
rendue habile, seulement elles m'ont mise en défiance de moi-même, et
cela ne suffit pas pour faire bonne traversée!


_Rochecotte, 2 avril 1841._--J'ai vu, dans le journal, la mort de la
vicomtesse d'Agoult, dame d'atours de Mme la Dauphine. Il me semble que
la perte d'une amie si ancienne et si dévouée doit être, en exil surtout,
un coup bien sensible pour cette Princesse, à laquelle pas un chagrin,
pas une épreuve n'ont été épargnés.


_Rochecotte, 3 avril 1841._--Les journaux m'ont appris que l'amendement,
qui aurait fait retourner la loi sur les fortifications à la Chambre des
Députés, a été rejeté par les Pairs à une assez grande majorité, ce qui
indique que la loi même sera adoptée. Le Château en sera ravi!

La duchesse de Montmorency me mande que je retrouverai Paris occupé de
magnétisme. Chacun a sa somnambule. On a de petites matinées ou soirées,
pour voir les effets du somnambulisme. C'est Mme Jules de Contades, sœur
de mon voisin, M. du Ponceau, qui a mis cela en vogue. Son frère, qui est
depuis trois mois à Paris, y a fait venir une Angevine, qui est un sujet
principal de magnétisme. Elle était chez lui à Benais[16] l'automne
dernier et le Dr Orye m'en a raconté des merveilles. Il était très
incrédule, mais ce qu'il a vu de cette personne l'a fort ébranlé.

  [16] Benais, château près de Rochecotte, appartenait alors à M.
  et Mme de Messine, parents de Mme du Ponceau.


_Rochecotte, 4 avril 1841._--Décidément, voilà Paris embastillé. Le duc
de Noailles m'écrit là-dessus une lettre très politique, probablement
très judicieuse, mais qui m'a ennuyée. Il ajoute ceci: «Je vous dirai
pour nouvelle, que la princesse de Lieven donne à dîner; elle a une très
belle argenterie, de la vaisselle plate, et elle m'a engagé lundi dernier
avec M. Guizot, Montrond, M. et Mme de La Redorte, M. Peel (frère de sir
Robert Peel) et Mrs Peel. C'était le second dîner qu'elle donnait. Le
premier avait été pour son Ambassadeur et sa nièce Apponyi. Elle a donné
aussi une soirée à la Duchesse de Nassau, la veuve, fille du prince Paul
de Wurtemberg, venue passer quinze jours à Paris pour voir son père, qui
vient d'être à la mort et reste très menacé. La Duchesse de Nassau est
sourde, mais agréable et gracieuse. Elle ne voulait pas aller aux
Tuileries, son père l'y a obligée; toute la Famille Royale, excepté le
Roi, est allée chez elle le lendemain. Elle a été invitée à dîner pour
trois jours après et a refusé, disant qu'elle devait aller ce jour-là à
Versailles; elle a refusé avant d'en parler à son père, qui n'est
assurément pas Philippiste, mais qui a senti l'inconvenance de ce refus;
il a exigé qu'elle demandât l'heure de la Reine pour aller prendre congé;
la Reine a fait dire qu'elle était très fâchée, mais que les devoirs de
la Semaine sainte ne lui permettaient pas de la recevoir. La Cour avait,
dès son arrivée, mis des loges à sa disposition; elle a refusé, disant
qu'elle n'irait pas du tout au spectacle, et cependant, elle a été à
l'Opéra dans la loge de la duchesse de Bauffremont. Dans notre Faubourg,
on est charmé de cette conduite, qui me paraît pleine de sottise et de
mauvais goût.» En effet, je trouve cette équipée absurde.

Puisque vous lisez[17] le petit Fénelon, souvenez-vous que je vous
recommande surtout le troisième et le quatrième volumes. Je les mets à
l'égal, tout à la fois, de Mme de Sévigné et de la Bruyère. Le tout fondu
dans la grâce inimitable et le sérieux fin et doux de l'évêque chrétien,
grand seigneur, homme de Dieu et du monde, et qui, comme disait Bossuet,
_avait de l'esprit à faire peur_.

  [17] Extrait de lettre.

Je pars dans une heure. J'ai le cœur fort gros de m'en aller. Quand et
comment reviendrai-je? L'imprévu a une trop large part dans la vie de
chacun.


_Paris, 6 avril 1841._--M'y voici, dans ce grand Paris. La première
impression n'est pas du tout gracieuse!


_Paris, 9 avril 1841._--Mme de Lieven, qui m'avait écrit pour me voir et
que j'avais priée à dîner tête à tête avec moi, ce qu'elle a accepté, est
apparue parée, démaigrie, de bonne humeur. Elle m'a raconté que son
Empereur est toujours également farouche, que la petite Princesse de
Darmstadt se trouve fort mal du climat de Saint-Pétersbourg, que le froid
lui a rougi le nez; le jeune héritier n'en est plus du tout épris,
cependant il va épouser. La Princesse assure qu'il n'y a rien du tout de
décidé pour les mouvements diplomatiques, si ce n'est que Sainte-Aulaire
ira à Londres et Flahaut à Naples; le reste est très au hasard. On croit
que Palmerston encourage secrètement les étranges procédés Ponsonby, car
rien ne se termine dans la question d'Orient. Lord Granville est obligé
de donner sa démission à cause de sa santé. Lady Clanricarde désire
extrêmement Paris, mais la petite Reine et lady Palmerston ne l'aiment
pas: elle s'est cependant réconciliée avec lord Palmerston qu'elle
détestait jadis. On dit que la Reine a envie de nommer à Paris lord
Normanby, qui est insuffisant dans le Cabinet.

M. Decazes est déjà assez mal pour qu'on pense à son successeur; les uns
parlent de M. Monnier, les autres nomment des noms que je n'ai pas
retenus.


_Paris, 10 avril 1841._--Je voudrais avoir quelque chose d'intéressant à
conter de Paris, où tant d'intérêts s'agitent et se combattent; eh bien!
point du tout; il me semble que j'y suis plus stérile et hébétée qu'à
Rochecotte. Cependant, j'entends beaucoup de paroles bourdonner à mes
oreilles, mais elles ne laissent pas de traces, et elles empêchent
seulement le cours tranquille de mes réflexions.

Hier, après mon déjeuner, j'ai été chez Madame Adélaïde, qui, ayant
appris indirectement que j'étais à Paris, m'a fait demander. J'avais
compté ne me manifester au Château qu'après Pâques. Je l'ai trouvée
souffrante et singulièrement changée, maigrie, voûtée, fatiguée,
vieillie. Elle a été parfaitement bonne pour moi, mais vraiment ennuyeuse
par son interminable morceau sur les fortifications. Je crois que c'était
pour me l'adresser qu'elle m'avait fait venir, comme si j'avais, ou qu'il
fût important que j'eusse une opinion à ce sujet. Ce qui m'a amusée
davantage, c'est le portrait de la Reine Christine d'Espagne, qu'elle m'a
montré et qui est très agréable. Cette Reine n'a point été jusqu'à Naples
parce que son frère n'a pas voulu l'y recevoir. Elle doit être maintenant
à Lyon, et on suppose qu'elle reviendra ici, où la Cour me paraît lui
être très favorable. On s'y montre moins bien disposé pour la grosse
Infante; on lui en veut d'avoir, tout dernièrement, mis ses trois filles
aînées au couvent: cela ne s'explique pas. Depuis qu'elle était ici, elle
avait mené ses trois Princesses au bal et partout, et puis, maintenant,
cette réclusion!

M. Molé est venu me voir à la fin de la matinée, il est très sombre sur
la politique. Le fait est que, très évidemment, personne n'a gagné en
force, ni en considération. Il paraît que la Cour s'est tellement commise
pour ces malheureuses fortifications, dont personne ne veut, pas même
ceux qui ont voté pour, que l'effet a été jusqu'au ridicule. On a blessé,
à cette occasion, bien du monde, et tous ceux qui ne promettaient pas
leur vote ont été moqués et injuriés à bout portant. On dit que le Prince
Royal ne s'y est pas épargné. J'en suis bien peinée, car je le serai
toujours de tout ce qui peut lui nuire. Il est, en ce moment, à
Saint-Omer.


_Paris, 12 avril 1841._--On entre chez moi, à l'instant, me dire une
nouvelle saisissante. La jolie duchesse de Vallombrose, si jeune encore,
grosse de son second enfant, et heureusement accouchée il y a quelques
jours, a été saisie le surlendemain d'une fièvre puerpérale, et la
réponse au domestique que j'ai envoyé pour savoir de ses nouvelles, est
qu'elle est morte cette nuit. Quelle horreur! C'est la même maladie dont
la petite maîtresse d'école de Rochecotte a été guérie par des médecins
de campagne, tandis que la duchesse de Vallombrose, entourée de toute la
Faculté, meurt en dépit de cette prétendue science. Ah! que la vie tient
peu ce qu'elle promet!


_Paris, 13 avril 1841._--Partout, hier, on ne parlait que de cette mort
de la duchesse de Vallombrose. Elle ne se doutait pas de son danger, la
malheureuse, et quand on a fait chercher un prêtre, qui, heureusement,
s'est trouvé homme d'esprit habile (l'abbé Dupanloup), il a eu à la
préparer à ce terrible inattendu. Voilà de ces morts qui, du temps de
Louis XIV, auraient opéré de soudaines conversions, mais rien n'agit plus
sur les esprits blasés et les consciences éteintes de notre temps, où
tout est plat et écrasé, au dedans et au dehors.


_Paris, 14 avril 1841._--M. de Sainte-Aulaire est venu déjeuner chez moi,
hier, et me questionner sur les détails matériels et sociaux de
l'ambassade de Londres, à laquelle il se prépare. M. Royer-Collard est
arrivé avant qu'il ne fût parti; ils ont parlé de l'Académie française et
d'un nouveau travail dont s'occupe M. Nodier, _l'Histoire des mots_. On
dit que ce sera un ouvrage curieux et sérieux, fait à merveille par un
homme de beaucoup d'esprit, un vrai monument.

M. Royer-Collard m'a dit que le jour de la mort de sa fille la porte de
son cabinet s'est ouverte trois fois en un quart d'heure, pour y faire
entrer M. Molé, ce qui était tout simple, M. Thiers, ce qui l'était
moins, et M. Guizot, ce qui ne l'était pas du tout. La réunion rendait la
chose plus singulière encore. M. Guizot s'est jeté, pâle et _en larmes_,
sur M. Royer-Collard qui, dans ce jour de deuil, n'a pas eu la force de
le repousser, ce dont je l'ai fort loué. Deux des enfants de M. Guizot
ayant été depuis à la mort et ayant été tirés d'affaire par M.
Andral[18], M. Royer-Collard a été chez M. Guizot lui faire compliment
sur leur rétablissement. Depuis ce temps, quand ces messieurs se
rencontrent à la Chambre, ils se donnent la main et échangent quelques
paroles. Moi, qui suis pour les pacifications générales, et qui trouve
que plus on avance dans la vie, plus il faut y tendre, j'ai dit et répété
à M. Royer-Collard que j'étais charmée de le voir adouci.

  [18] Le docteur Andral était le gendre de M. Royer-Collard.

J'ai eu mes enfants à dîner. Après leur départ, je me suis couchée. Il ne
tiendrait qu'à moi d'aller dans le monde ou d'en recevoir chez moi; mais
j'en ai le plus invincible dégoût, et l'heure pendant laquelle je laisse
ma porte ouverte me semble la plus longue de la journée. M. de
Talleyrand, notre cher M. de Talleyrand, qui avait tant de perspicacité
et qui disait, sur chacun, bien plus vrai encore que je ne croyais,
disait sur moi, avec grande raison, que, mes enfants mariés, je ne
resterais pas dans le monde. En effet, je ne puis plus du tout m'y
supporter: mon curé, mes sœurs blanches, mon jardinier, mes pauvres et
mes ouvriers, voilà mon monde. Ce qu'on appelle les amis, dans le monde,
pâlit auprès d'eux; Mme de Maintenon disait: «Mes amis m'intéressent,
mais mes pauvres me touchent.» Je me suis bien souvent fait l'application
de cette phrase, que je comprends merveilleusement.


_Paris, 16 avril 1841._--C'était hier que le duc de Rohan-Chabot, dont
nous sommes un peu parents, mariait sa fille aînée au marquis de Béthisy.
C'était une belle noce, dans le plus pur du faubourg Saint-Germain.
J'étais priée à la messe de mariage. Saint-Thomas-d'Aquin contenait à
peine la foule. On étouffait dans la sacristie, on s'est grossièrement
coudoyé sur le péristyle; la pluie battante augmentait la confusion, au
lieu de modérer la hâte que chacun avait de rentrer chez soi. L'abbé
Dupanloup, qui, chaque jour, baptise, confesse, enterre ou marie
quelqu'un de notre quartier, a fait un discours un peu long, mais
touchant pour ceux qui l'écoutaient; presque personne ne songeait à autre
chose qu'à ce qui occupe dans un salon: la toilette et la coquetterie. Il
est bien rare qu'à Paris et dans notre monde un mariage soit grave et
recueilli, et les paroles dites par le prêtre sont les seules qui tombent
sérieusement au milieu de cette extrême frivolité, qui ne permet pas même
de les laisser écouter. C'est un spectacle qui fait faire plus d'une
triste réflexion, surtout pour ceux qui se rappelaient que la veille on
avait dit, dans cette même église, les dernières prières sur le cercueil
de cette jeune et belle duchesse de Vallombrose.


_Paris, 17 avril 1841._--J'ai profité hier de l'obligeance du comte de
Rambuteau, qui m'avait offert sa loge pour la dernière représentation de
Mlle Mars. La foule était grande, la salle remplie de tout ce qu'on
connaît; toute la Famille Royale s'y trouvait. Mlle Mars avait épuisé
tous les artifices de la toilette, et avec un succès étonnant. Elle a
épuisé aussi toutes les ressources de son talent, et avec un succès plus
complet encore. Son son de voix n'avait besoin d'aucun art, d'aucune
étude; il était toujours jeune et modulé; si elle avait voulu renoncer
aux rôles trop jeunes et modifier son emploi, elle aurait pu rester
longtemps encore au théâtre. On lui a fait de brillants adieux: elle
succombait sous les fleurs et les applaudissements. _Le Misanthrope_ a
été honteusement massacré par toute cette pauvre troupe, et Mlle Mars
seule respectait Molière. Dans _les Fausses Confidences_, il y a eu plus
d'ensemble et de mouvement, et Mlle Mars a triomphé.


_Paris, 25 avril 1841._--M. Royer-Collard m'ayant dit, à son
avant-dernière visite, qu'il avait une vingtaine de lettres de M. de
Talleyrand, et qu'il me les donnerait, si cela me faisait plaisir, j'ai
accepté, étant bien aise de réunir le plus possible d'autographes de lui.
Il me les a apportées avant-hier. Je les ai relues hier, il y en a
quelques-unes d'agréables par le cachet de simplicité gracieuse et fine
qui lui était propre. J'y ai retrouvé quelque chose que je cherchais
depuis longtemps, sans avoir pu remettre la main dessus: c'est la copie
de la lettre que M. de Talleyrand écrivit à Louis XVIII, lorsque parurent
les _Mémoires_ du duc de Rovigo au sujet du duc d'Enghien[19]. Je savais
qu'il avait écrit, mais j'avais confondu les dates; il m'était resté
l'idée que cette lettre avait été adressée à lord Castlereagh, tandis que
ce fut au Roi; M. de Talleyrand en envoya une copie à M. Royer-Collard,
et c'est celle-là que j'ai retrouvée à ma grande satisfaction.

  [19] Cette lettre de M. de Talleyrand au Roi Louis XVIII, et la
  réponse que M. de Villèle lui adressa au nom du Roi, se trouvent
  dans l'Appendice du troisième volume des _Mémoires_ du prince de
  Talleyrand.

M. de Villèle, qui n'était pas venu à Paris depuis 1830, y est en ce
moment. C'est un événement pour les légitimistes; ils désirent vivement
qu'il se réconcilie avec M. de Chateaubriand, et cependant, ces deux
messieurs ne se sont pas revus encore... Pourquoi? Parce qu'aucun des
deux ne veut faire la première visite, tout en déclarant qu'ils seraient
ravis de se revoir et d'oublier le passé.


_Paris, 26 avril 1841._--Hier, avant le salut, j'ai fait mes adieux à
toutes mes bonnes amies du Sacré-Cœur. Toutes ces dames sont très comme
il faut, et Mme de Gramont est vraiment une personne rare par l'esprit,
la bonté, la grâce et la fermeté réunis; elle est bonne pour moi, et je
me trouve mieux avec elle qu'avec toutes les personnes du monde. C'est
que je n'y suis plus propre du tout, au monde, j'en fais journellement
l'expérience: outre qu'il me dégoûte, m'irrite et me déplaît, il me
trouble, me blesse, m'agite, et j'y vais chaque jour moins; tout
l'équilibre, toute la paix, difficilement reconquis dans ma retraite, se
perdent ici; j'y suis mécontente de moi-même, et peu satisfaite de ceux
mêmes dont je n'ai pas à me plaindre.


_Paris, 29 avril 1841._--J'ai eu hier à la fin de la matinée une infinité
de visites qui venaient me faire des adieux et qui m'ont toutes paru
ennuyeuses; je n'en excepte que celle de ce bon et excellent
ambassadeur[20] de Russie, qui va aller passer une partie de l'été à
Carlsbad. Décidément, sa souveraine ne va point à Ems. Il paraît que les
Cours de Saint-Pétersbourg et de Berlin sont très mal ensemble, et que ce
n'est que pour éviter une brouillerie complète que le Roi de Prusse a
envoyé son frère Guillaume assister aux noces du Grand-Duc héritier. La
froideur des deux Cours tient à des intérêts de commerce très opposés, à
l'impopularité des Russes en Allemagne, dont les gouvernements sont
obligés de tenir compte, mais surtout à la tenue des États dans le
grand-duché de Posen et à la liberté qui y est accordée de se servir de
la langue polonaise. L'Empereur Nicolas est entré en rage et a dit
qu'autant vaudrait être voisin de la Chambre des Députés français. Ces
détails sont très officiels, je les tiens du Roi lui-même, que j'ai vu
longtemps hier, chez sa sœur à laquelle j'avais été faire mes adieux.
J'ai trouvé, lui et elle, très émus du jugement d'acquittement prononcé,
il y a quelques jours, dans la fameuse affaire des fausses lettres
attribuées au Roi[21]. Ce jugement est, en effet, bien inique et bien
injuste, car personne ne peut, mieux que moi, connaître la fausseté de
ces lettres. A cette occasion, il a été question dans notre entretien de
bien des choses qui prouvent qu'on ne saurait trop peu écrire, qu'il ne
faudrait presque rien confier au papier, et qu'il faudrait surtout tout
détruire. Je suis rentrée chez moi avec une vraie terreur à cet égard.

  [20] Le comte Pahlen.

  [21] Voir à la page 19 (12 février 1841). Une instruction
  judiciaire avait été ouverte contre M. de Montour, gérant du
  journal _la France_ qui avait publié les fausses lettres.
  L'affaire, longtemps retardée par la défense, ne vint devant le
  jury que le 24 avril. Me Berryer plaida habilement la bonne foi
  de M. de Montour, qui avait cru les lettres authentiques (sans
  s'en assurer). A la suite de cette plaidoirie, le gérant de _la
  France_ fut acquitté par 6 voix contre 6.


_Paris, 1er mai 1841._--Hier, j'ai été prendre les commissions de Mme la
Duchesse d'Orléans pour Berlin; elle m'a montré ses deux enfants. Le
Comte de Paris, l'aîné, est tout le portrait du Roi, son grand-père,
timide du reste, et délicat; le second ressemble à sa mère et paraît
avoir plus de vivacité que son frère.


_Paris, 3 mai 1841._--Le temps s'est un peu rafraîchi par un orage dans
la nuit, qui a eu le mérite de n'éclater qu'après tous les feux
d'artifice et les illuminations faits à l'occasion du baptême du jeune
Prince[22]. Tout s'est bien passé à Notre-Dame, noblement, dignement; le
petit Prince a été charmant. On a remarqué l'extrême bonne grâce de Mme
la Duchesse d'Orléans, ses belles révérences, et le soin avec lequel elle
a fait faire les signes de croix, dès l'entrée à l'église. J'avais voulu
y aller, et j'avais toutes les facilités pour le faire grâce aux bontés
de Madame Adélaïde, mais inquiète de ma fille, et ne voulant pas manquer
la visite de son médecin, je n'y ai pas été[23].

  [22] Le Comte de Paris, né le 24 août 1838, avait été ondoyé aux
  Tuileries, le jour de sa naissance. Il ne fut baptisé à
  Notre-Dame que près de trois ans plus tard, le 2 mai 1841, en
  grande pompe.

  [23] La marquise de Castellane fut alors très malade d'une
  violente esquinancie dont les suites la firent longtemps
  souffrir.


_Paris, 5 mai 1841._--M. Bresson, qui est venu me faire ses adieux hier,
me paraît destiné à retourner tout simplement à Berlin, ce qui lui plaît
médiocrement; il s'était évidemment flatté d'aller à Vienne. Le Roi veut
y envoyer Montebello, mais M. Guizot, poussé par Mme de Lieven, veut que
Vienne soit donné à M. de Flahaut. Il circule beaucoup que Mme de Lieven
fait et défait les ambassadeurs, et les cris, contre elle, dans le Corps
diplomatique français, sont violents.

Pauline est mieux, mais pas assez bien pour m'accompagner à Berlin; j'ai
le cœur gros de la quitter; ce long voyage à faire seule me pèse
lourdement. C'est du véritable isolement. Enfin je serai ravie quand je
me retrouverai en Touraine; je sens que c'est là que sont mes vraies
racines; j'y ai des intérêts, des devoirs, un bon centre d'activité.
Partout ailleurs je vivote, mais je ne m'enracine pas.


_Metz, 6 mai 1841._--Me voici donc hors de Paris, n'y regrettant rien que
ma fille, mais n'espérant pas grand'chose de mon voyage comme agrément;
je redoute les déplacements et cette vie fatigante, vide et bête, des
grandes routes et des auberges.


_Mannheim, 8 mai 1841._--Je suis repartie de Metz hier à midi, après
m'être bien reposée. De là, je suis venue ici sans m'arrêter et j'y suis
arrivée à 10 heures du matin. Je n'ai point été fouillée à la frontière,
mais dans la nuit un orage flamboyant a failli me faire perdre courage;
cependant, j'ai fait (c'est le cas de le dire) tête à l'orage, et me
voici à Mannheim. L'invariable Schreckenstein me guettait et a voulu me
mener au Château où on m'avait préparé un appartement; j'ai résisté, et
je crois que j'ai aussi bien fait pour les autres que pour moi-même.
Après m'être habillée, j'ai été chez la Grande-Duchesse Stéphanie qui
avait mis une voiture à ma disposition. Elle est mieux, d'aspect, qu'à
Umkirch, où elle couvait sa terrible maladie, mais elle a de la peine à
mouvoir son bras gauche et traîne un peu la jambe. On murmure autour
d'elle que ce qu'elle prend pour du rhumatisme est plus sérieux; les
médecins vont l'envoyer à Wildbad. Elle cause toujours de la même
manière. La Princesse Marie est un peu alourdie et un peu fanée, pas trop
encore, mais il ne faudrait plus attendre pour la marier.

J'ai été chez la baronne de Sturmfeder, grande maîtresse en titre, et
chez la vieille Walsch, égayant sa vieillesse avec _le Charivari_, _les
Guêpes_ et _les Nouvelles à la main_, libelles qui sont à la mode
maintenant; c'est là dedans qu'elle puise ses notions et ses
bienveillances. En sortant du Château, je me suis fait conduire chez la
duchesse Bernard de Saxe-Weimar, que j'ai connue en Angleterre, et dont
le mari est l'oncle chéri et _chérissant_ de Mme la Duchesse d'Orléans.
C'était une preuve d'égard, d'autant plus convenable à donner que je dois
les rencontrer tantôt à dîner au Château. Me voici rentrée, et me
reposant jusqu'à l'heure de ce dîner, qui est à 4 heures et demie.

Depuis Paris, j'ai beaucoup lu; d'abord un nouveau roman de Bulwer:
_Night and Morning_; cela a quelque intérêt, mais ne vaut pas les
premiers ouvrages du même auteur. Puis, un livre fort court, mais qui m'a
ravie: ce sont les _Lettres_ de la princesse de Condé, sœur du dernier
duc de Bourbon, morte religieuse au Temple. Ces lettres ont été écrites,
dans sa jeunesse, à quelqu'un qui vit encore et pour qui elle a eu une
affection très vive, mais très pure. C'est M. Ballanche, l'ami de Mme
Récamier, qui les a publiées, sans en être le héros. Elles sont
authentiques, simples, élevées, tendres, pleines de dévouement, de
délicatesse, de sensibilité, de raison, de courage, et écrites à une
époque et au milieu d'un monde où l'auteur, son style et ses sentiments,
tout faisait exception. C'est d'un charme extrême[24]. Enfin, j'ai lu un
petit opuscule de lord Jocelyn, mari actuel de Fanny Cowper, sur la
campagne des Anglais en Chine. Le nom de l'auteur m'a tentée, mais le
livre ne m'a pas du tout intéressée.

  [24] Ces lettres sont adressées à M. de La Gervaisais, un jeune
  gentilhomme breton, officier des carabiniers de Monsieur, que la
  princesse de Condé avait connu, en 1786, à Bourbon-l'Archambault,
  où elle avait été prendre les eaux, et pour lequel elle eut un
  sentiment aussi profond que pur.


_Mannheim, 9 mai 1841._--J'ai dîné hier chez la Grande-Duchesse, qui,
ensuite, m'a montré tout le Château, _que j'ai eu l'air de voir pour la
première fois_. Elle m'a dit tant de choses que j'ai peine à me souvenir
de quelques-unes. Ce qui m'est resté net dans la mémoire, c'est que la
Princesse Sophie de Würtemberg, mariée au Prince héréditaire des
Pays-Bas, est fort mal avec sa belle-mère, qui ne veut pas même voir les
enfants de son fils. Cette Reine a établi la plus sévère étiquette, et
des costumes de Cour à l'infini.

J'ai appris aussi que le Roi de Prusse avait établi une loi qui rendait
le divorce fort difficile dans ses États. Il était, il est vrai,
scandaleusement facile à obtenir; mais la Grande-Duchesse, qui espérait
celui du Prince Frédéric de Prusse, a bien du chagrin de ce contre-temps.
Le fait est que ce pauvre Prince Frédéric, dont la femme est folle,
devrait avoir quelque moyen de rompre un si triste nœud. Le premier
usage qu'il en ferait serait d'épouser la Princesse Marie.

La duchesse de Weimar m'a dit que sa sœur, la Reine douairière
d'Angleterre[25], avait tout un côté des poumons détruit, et l'autre très
délicat. La vue de la duchesse de Weimar m'a rappelé Londres, Windsor, le
beau temps enfin. Sa ressemblance avec sa sœur, et jusqu'à leur son de
voix semblable (quoique ce ne soit pas leur belle partie) tout m'a émue,
en me reportant à ces années déjà si loin de moi!...

  [25] La Reine Adélaïde.

_Mannheim, 10 mai 1841._--Je vais quitter Mannheim, après y avoir été
fort gracieusement reçue. La pauvre Grande-Duchesse parle beaucoup de sa
mort, ce qui ne l'empêche pas de faire beaucoup de projets. Je voudrais
que celui de marier sa fille fût réalisé. Elle m'a promenée, hier, en
calèche, dans d'assez jolies promenades aux bords du Rhin. On a fait à
Mannheim un port qui attire le commerce et donne du mouvement à cette
ville qui en manquait depuis si longtemps, et qui, à tout prendre, me
paraît préférable à Carlsruhe. J'ai eu, ici, une lettre de mon gendre,
écrite le lendemain de mon départ de Paris. Pauline n'allait pas plus
mal, quoiqu'elle fût encore nerveusement ébranlée et très faible. Voici,
en outre, ce que contient sa lettre: «Au baptême du Prince, on a signé
l'acte dans l'ordre suivant: le Roi et sa famille, puis les Cardinaux, le
Président et le Bureau de la Chambre des Pairs, puis celui de la Chambre
des Députés; arrive là M. de Salvandy (vice-président) qui refuse
publiquement de signer, sur ce que la Chambre des Députés ne peut passer
après les Cardinaux. Il veut porter ceci à la tribune; cela aurait un
effet d'autant plus fâcheux que la Chambre se montre, à l'occasion de la
loi sur l'instruction secondaire, de très mauvaise humeur contre la
réaction qui s'opère visiblement en faveur de la religion, et que cette
susceptibilité de plus peut faire éclater un mauvais orage.»


_Gelnhausen, 11 mai 1841._--J'ai été menée beaucoup plus vite que je ne
pensais; et au lieu de coucher à Francfort comme c'était mon intention,
j'ai fait dix lieues de plus, et me voici dans une petite auberge qui, du
moins, n'est pas sale; ce qui me permettra de gagner demain Gotha sans
entamer la nuit en voiture. J'ai déjeuné à Darmstadt. En traversant
Francfort, j'ai été assaillie par bien des souvenirs, car je l'ai déjà
traversée à différentes époques, et dans des circonstances bien diverses.
La première a été la plus importante, car c'est à Francfort que je me
suis mariée. Plus tard, c'est là que j'ai vu, pour la première fois, le
bon Labouchère; il me l'a souvent rappelé depuis.

La Grande-Duchesse Stéphanie m'a donné un livre qui vient de paraître à
Stuttgart, mais qui a été évidemment publié sous une direction
autrichienne, car les pièces qu'il contient me paraissent devoir originer
de Vienne et, qui plus est, du cabinet du prince de Metternich, ou peu
s'en faut. Ce petit volume contient les notes rédigées en français par
Gentz, sur plusieurs questions politiques, toutes très _anti-françaises_;
leur publication _actuelle_ et l'avant-propos de l'éditeur me paraissent
leur donner une _intention_. Ce qui y a le plus d'intérêt pour moi, c'est
le journal de Gentz, pendant son séjour au quartier général prussien,
dans la semaine qui a précédé la bataille d'Iéna. C'est finement observé,
vivement écrit; c'est curieux, très curieux. Il y a aussi des
commentaires sur une correspondance entre M. Fox et M. de Talleyrand,
lors de la rupture de la paix d'Amiens. Ce volume a vraiment plusieurs
genres de mérite.


_Gotha, 12 mai 1841._--Je voulais arriver hier soir ici, mais il y a tant
de côtes aux environs de Fulda et d'Eisenach qu'il m'a fallu coucher à
Eisenach, où, comme de raison, j'ai rêvé à sainte Élisabeth! Je m'arrête
ici quelques heures, pour voir la Duchesse douairière qui était fort
aimée de ma mère, et qui m'en a voulu, l'année dernière, d'avoir été en
Allemagne sans être venue jusqu'ici. Mon très ennuyeux voyage se passe
du reste sans accident et par un assez beau temps.


_Wittemberg, 13 mai 1841._--La Duchesse douairière de Gotha m'a reçue
avec mille bontés, m'a fait dîner chez elle, en faisant inviter en toute
hâte cinq à six personnes de la ville, qui m'avaient connue dans mon
enfance. Elle dîne à 3 heures; à 6 heures, je lui ai demandé la
permission de la quitter pour continuer ma route. Je serais restée, si la
pauvre Duchesse n'était pas devenue tellement sourde que c'était, à la
lettre, exténuant d'avoir l'honneur de lui répondre. J'ai préféré passer
la nuit en voiture, car si j'avais couché à Gotha, il m'aurait fallu
passer la soirée au Château. Je vais donc me reposer longuement ici, afin
d'arriver un peu en force à Berlin. J'ai assez bien supporté la route
jusqu'ici: ma petite station à Mannheim avait agréablement coupé la
longueur de ma vie roulante.

J'ai lu, pendant ces deux derniers jours, une vie de la Reine Blanche de
Castille par une demoiselle, dont les journaux ont dit du bien. Les faits
sont intéressants, mais le style est de la mauvaise école et l'esprit
très anti-catholique. Tout en lisant, j'argumente tout bas contre
l'écrivain; le _tout bas_ est surtout à propos ici, à Wittemberg,
l'ancien berceau de la Réforme, car c'est du couvent des Augustins, dont
les restes sont encore devant mes yeux, que Luther a jeté son premier
brandon, et c'est dans l'église, à côté de l'auberge, qu'il est enterré.


_Berlin, 15 mai 1841._--Je suis arrivée ici hier au soir; je n'y ai vu
encore que mon homme d'affaires, M. de Wolff. A midi, j'ai été chez la
comtesse de Reede, Grande-Maîtresse de la Reine, et ancienne amie de ma
mère; puis, chez la Grande-Maîtresse de la Princesse de Prusse, remettre
les nombreux paquets que m'avait confiés Mme la Duchesse d'Orléans pour
cette Princesse. Ensuite chez les Werther, la comtesse Pauline Néale et
Mme de Perponcher. Je n'ai trouvé personne.


_Berlin, 16 mai 1841._--Devinerait-on qui vient de me donner le bras pour
me conduire à la messe d'où j'arrive? Pierre d'Arenberg, qui est ici pour
demander que ses propriétés sur la rive droite du Rhin soient érigées en
fief pour un de ses fils.


_Berlin, 17 mai 1841._--Aujourd'hui est un jour qui me retombe lourdement
et douloureusement sur le cœur: ce troisième anniversaire de la mort de
notre cher M. de Talleyrand a encore une bien grande vivacité de
souvenirs et je suis sûre qu'ils exerceront aussi leur puissance sur
d'autres. Je regrette de ne pouvoir le passer dans le recueillement, ce
qui est impossible ici.

La journée d'hier a été d'un mouvement inaccoutumé pour moi et dont je
suis toute fatiguée. La messe, puis des visites indispensables aux
grandes dames du pays; un dîner chez les Wolff, le thé chez la Princesse
Guillaume, tante du Roi; une _prima sera_ chez les Radziwill; une fin de
soirée chez le vieux prince de Wittgenstein. A travers tout cela, une
longue visite de Humboldt, qui part dans peu de jours pour Paris; il n'y
avait pas moyen de respirer. Ce qui est terrible ici, c'est que tout
commence de si bonne heure et que les coupes des journées sont si
singulières, qu'elles fractionnent le temps de la manière la plus
désagréable.


_Berlin, 18 mai 1841._--J'ai dîné, hier, chez le Roi et la Reine, qui
étaient venus passer quelques heures en ville. Ils sont très bons et
aimables pour moi. J'y ai vu arriver le Prince Frédéric de Prusse, venant
de Düsseldorf, aussi une de mes anciennes connaissances d'enfance: il a
l'air étonnamment jeune encore. On attend ici sa femme, qui, de folle
qu'elle était, n'est plus à ce qu'il paraît qu'imbécile.

On disait, hier, chez le Roi, qu'une de ces malheureuses Infantes
d'Espagne que leur mère avait mises au couvent si cruellement, s'en était
échappée, avec un réfugié polonais, mais qu'elle avait été reprise à
Bruxelles: c'est une jolie équipée pour une Princesse! Aussi comment
enfermer du sang espagnol de vingt ans? Le Roi a dit encore qu'Espartero
avait été proclamé seul Régent et Dictateur en Espagne.


_Berlin, 20 mai 1841; jour de l'Ascension._--Je suis partie, hier, par le
premier convoi du chemin de fer de Berlin à Potsdam. Le Roi m'avait fait
inviter à assister à une grande parade: c'était très beau, le temps
propice, les troupes superbes, la musique excellente, mais la journée a
été un peu fatigante.

Avant-hier, j'avais dîné chez la Princesse de Prusse, et le soir j'avais
été à un raout chez la comtesse Nostitz, sœur du comte Hatzfeldt. Ici,
il n'y a qu'à marcher, à se montrer de bonne humeur, de bonne grâce et
reconnaissante de tout bon accueil; ce qui n'empêche pas que quand je
pourrai rentrer dans ma vie paresseuse, je serai ravie.


_Berlin, 21 mai 1841._--La vie d'ici se ressemble beaucoup; les dîners
chez les Princes, etc... Hier, j'ai dîné chez la Princesse Charles;
avant, j'avais passé une heure chez la Princesse de Prusse dont la
conversation est sérieuse et élevée. Le soir, j'ai été, pendant quelque
temps, près du fauteuil de la vieille comtesse de Reede, où était sa
fille Perponcher, puis il a fallu faire acte d'apparition chez les
Werther qui reçoivent le jeudi.


_Berlin, 22 mai 1841._--Hier soir, j'ai été chez les Wolff, qui avaient
réuni quelques savants, artistes, gens de lettres. A Berlin, la société
de la haute bourgeoisie est celle qui offre le plus de ressources de
conversation.

Le Roi actuel a les plus grands projets d'embellissement pour sa
capitale, et donne une impulsion remarquable aux arts.

Ma vie est toujours assez semblable: hier, un dîner chez la Princesse
Guillaume, tante; une première soirée chez la Princesse de Prusse, et une
fin de soirée chez Mme de Perponcher, où un artiste distingué, Hensel,
nous a montré son album, plein de portraits curieux. Tout cela par une
chaleur inusitée.

La Princesse Frédéric, celle de Düsseldorf, qui a de temps en temps la
tête un peu dérangée, dînait chez la Princesse Guillaume; elle a pu être
assez belle, et n'a rien de trop étrange.

Pauline m'écrit de Paris que, pour changer d'air et essayer ses forces,
elle va aller à Genève, et, si elle y est en train, elle viendra par la
Bavière me retrouver à Vienne.

Je retourne ce matin à Potsdam où j'ai été engagée à passer la journée:
je reviendrai demain. Ah! que mon petit manoir tourangeau me paraîtra
doux à retrouver!


_Berlin, 24 mai 1841._--La soirée ayant fini à Potsdam à 10 heures, j'ai
pu revenir hier au soir par le dernier convoi du chemin de fer, après une
journée passée auprès de la Reine, qui gagne beaucoup à être vue de près,
ce qui arrive toujours aux personnes simples et un peu intérieures. La
promenade du soir a été agréable, et la conversation pendant le thé sous
les portiques de Charlottenhof très intéressante, le Roi ayant beaucoup
causé sur l'état des arts en Allemagne.


_Berlin, 25 mai 1841._--J'ai été hier aux manœuvres avec la Princesse de
Prusse, son jeune fils et la Princesse Charles. L'état-major du Roi était
très brillant, l'emplacement fort beau, le temps à souhait, le coup
d'œil des troupes, celui des spectateurs venus en foule de la ville,
les calèches des dames, enfin l'ensemble, vraiment digne du pinceau
d'Horace Vernet; cela n'a pas été long: une heure, pas davantage. La
Princesse de Prusse m'a ramenée déjeuner chez elle, et m'a gardée à
causer presque jusqu'au dîner. Mme de Perponcher est venue me prendre,
pour aller dîner près du fauteuil de sa mère, que la goutte rend toujours
un peu infirme. J'ai été ensuite, avec les Radziwill, au jubilé de
l'Académie de chant. Elle est composée de quatre cent cinquante membres,
tous amateurs de toutes classes. D'après l'institution, il ne leur est
pas permis d'avoir d'autre orchestre qu'un simple piano et on n'y exécute
que de la musique sacrée. Cela ressemble à l'_Ancient music_ de Londres,
mais ici on exécute infiniment mieux, et avec un ensemble, une justesse
et une majesté remarquables. Il n'y a que des Allemands pour chanter
ainsi les fugues les plus compliquées, sans soutien d'orchestre, et avec
une si énorme masse de voix!

A une soirée chez la comtesse Néale où j'ai été ensuite, lord William
Russell racontait que son Ministère avait eu une énorme minorité dans le
Parlement mais, en même temps, il ne semble pas croire à sa retraite. Il
m'a dit que ce pauvre Mitford que j'ai rencontré dernièrement si à
l'improviste, descendant de la diligence à Fulda pour rejoindre sa femme
à Wiesbaden, l'a trouvée partie, avec qui? avec Francis Molyneux. Elle
n'est plus très jeune, elle n'est pas très belle, elle a des enfants!...

Mon fils Valençay me mande que les courses, à Chantilly, ont été très
brillantes et élégantes; il a demeuré au Château, et m'en raconte des
merveilles. Il dit que l'Infante, reprise et ramenée, demeure chez Mme
Duchâtel, femme du Ministre de l'Intérieur, ayant refusé positivement de
rentrer sous la gouverne de sa mère, dont elle craint les coups. Elle
persiste à dire qu'elle a épousé le Polonais, mais elle s'obstine à
cacher le nom du prêtre qui les aurait mariés.


_Berlin, 26 mai 1841._--Le vieux Roi des Pays-Bas, qui est ici sous le
nom de Comte de Nassau, est en fort mauvais état de santé; on le croit
atteint de la gangrène sénile. Sa femme[26], qui est très bien traitée
par la famille royale de Prusse, soigne beaucoup le Roi, qui ne peut se
passer d'elle un moment; elle ne bouge pas d'auprès de lui. On dit qu'au
fond elle est très ennuyée et porte péniblement cet illustre mariage,
qu'on ne veut pas reconnaître en Hollande, ce qui met le vieux Roi en
fureur. On fonde le refus de reconnaître en Hollande ce mariage sur ce
que les bans n'ont pas été publiés; et on n'a pas osé les publier, parce
qu'on a craint les démonstrations les plus violentes du public.

  [26] La comtesse d'Oultremont.

J'ai été hier matin, avec les Wolff et M. d'Olfers, le Directeur des
Beaux-Arts, voir l'atelier de Wichmann, où j'ai fait une commande,
d'après un charmant modèle que j'y ai vu; c'est une nymphe qui puise de
l'eau: cela sera exécuté dans un an.

Le Prince de Prusse m'a fait une longue et intéressante visite. Il m'a
beaucoup parlé de l'état du pays et des difficultés du gouvernement.
Certes, il y en a, et plus d'une, mais aussi il y a encore ici des points
d'appui solides.


_Berlin, 28 mai 1841._--Ma matinée d'hier s'est passée en affaires avec
M. de Wolff. Notre entretien a été interrompu par le Grand Maréchal de la
Cour, qui m'a apporté, de la part du Roi, un cadeau auquel je suis fort
sensible. C'est la copie en fer d'une statue que j'ai trouvée jolie,
l'année dernière, à Charlottenhof: un jeune faune, qui, du haut d'une
colonne placée au milieu d'un bassin, jette de l'eau par une urne sur
laquelle il s'est accroupi. Le tout a six pieds. C'est fort joli. Le Roi
m'a fait dire qu'il me demanderait de le placer sur une des terrasses de
Rochecotte, ce qui sera certainement exécuté.

J'ai dîné chez la Princesse Albert. Son père va mieux; elle part ces
jours-ci avec lui pour la Silésie. Son mari m'a impatientée; quant à
elle, c'est un petit cheval échappé. Le tout n'était pas fort à mon gré.
M. et Mme de Redern, qui y dînaient aussi, m'ont menée dans leur loge à
la Comédie allemande, pour entendre Seidelmann dans le rôle du Juif[27].
C'est l'acteur à la mode; mes souvenirs d'Iffland me l'ont fait paraître
inférieur.

  [27] Dans _le Marchand de Venise_, de Shakespeare.


_Berlin, 30 mai 1841._--Les Radziwill ont très obligeamment arrangé une
matinée musicale chez eux, dans une jolie salle voûtée, ouvrant sur leur
superbe jardin. On a exécuté le _Faust_ de Gœthe, mis en musique par le
feu prince Radziwill, père de la génération actuelle. Devrient, le
premier tragique du théâtre de Berlin, déclamait certains passages,
accompagné par les instruments; puis un nombreux détachement du
Conservatoire exécutait les chœurs. C'était d'un très bel effet, et cela
m'a fait réellement plaisir[28].

  [28] Le prince Antoine Radziwill avait été envoyé à Gœttingen
  pour y terminer ses études, et pendant ce séjour en Allemagne, en
  1794, il connut Gœthe, qui travaillait déjà à la première partie
  de _Faust_. Le prince Radziwill, très enthousiasmé par la beauté
  de cette œuvre, et, lui-même, parfait mélomane, entreprit de
  mettre en musique quelques scènes de la création du grand poète
  allemand, puis il compléta petit à petit cette composition. Le
  Prince était en relations personnelles avec Gœthe, qui, à sa
  demande, modifia un peu la scène du jardin entre Faust et
  Marguerite. La première représentation de _Faust_ avec la musique
  du prince Radziwill fut donnée à Berlin, en 1819, sur le théâtre
  du palais de Monbijou, en présence de toute la Cour de Prusse.
  L'Académie de musique de Berlin, à laquelle le Prince fit don de
  son œuvre, l'exécute presque tous les ans depuis cette époque.


_Berlin, 31 mai 1841._--Je veux partir demain d'ici, pour Dresde, et de
là, pour Vienne.

Hier, j'ai été à la grand'messe de la Pentecôte, qui a été très bien
exécutée et chantée à l'église catholique, mais cette église était si
encombrée de monde, et la chaleur si étouffante, que j'ai cru m'y trouver
mal. Cependant, il a fallu, en sortant de la messe, aller aux audiences
de congé de la Princesse de Prusse et de la Princesse Charles, puis à un
dîner chez une ancienne amie. Pendant que nous étions à table, m'est
arrivée l'invitation de me rendre pour le thé à Schœnhausen, maison de
plaisance du Roi, à deux lieues de Berlin. Je suis heureusement arrivée à
temps à Schœnhausen; on y a pris le thé, et plus tard on a soupé à
l'italienne sous une vérandah éclairée par des lampes. Outre la Famille
Royale et le service, il y avait le Duc et la Duchesse de Leuchtenberg,
M. d'Arenberg, moi, Rauch, Thorwaldsen, et le directeur général du Musée,
M. d'Olfers. C'était agréable et intéressant. Thorwaldsen a une belle
tête, dans le genre de celle de Cuvier, mais avec une coiffure étrange,
de longs cheveux blancs qui tombent sur ses épaules. Je préfère le visage
de Rauch, mieux proportionné et, à mon sens, plus noble et plus simple.
La Duchesse Marie de Leuchtenberg ressemble extrêmement à son père,
l'Empereur Nicolas, avec une expression toute différente; c'est une tête
classique, mais trop longue pour le corps, qui est petit. Elle est
blanche comme un lis: des façons sautillantes et évaporées ne m'ont pas
charmée. La Reine m'a nommée à elle, et le Roi m'a amené le Duc de
Leuchtenberg qui ressemble, à frapper, à sa sœur la Duchesse de
Bragance, mais dont l'ensemble est commun, et ne justifie en aucune façon
la mésalliance. J'ai fait à Schœnhausen mes derniers adieux.


_Dresde, 2 juin 1841._--Avant-hier, je suis partie de Berlin, comblée,
gracieusée, gâtée, mais fatiguée par une chaleur effroyable. Le baron de
Werther, que j'ai vu le dernier jour à Berlin, m'a dit qu'il craignait
que M. Bresson ne s'y trouvât plus aussi bien que pendant les dernières
années; que, décidément, son discours avait fort déplu et inspiré une
grande méfiance; qu'il était mal instruit s'il croyait le contraire, et
que toutes ses bonnes voies d'information et d'action étaient fermées
depuis la mort du feu Roi. La Princesse de Prusse et Mme de Perponcher
m'ont parlé dans le même sens. J'ai su aussi que, lorsque le traité du 15
juillet avait été connu ici, M. Bresson avait eu un mouvement de violence
inconcevable, au point de se promener _sous les Tilleuls_ et d'y
vociférer la guerre, de la façon la plus étrange. Je suis vraiment peinée
pour lui qu'il reprenne ce poste qu'il s'est gâté.


_Dresde, 3 juin 1841._--J'ai été hier soir au Théâtre, pour voir la
nouvelle salle qu'on vient de construire et qui a une grande réputation
en Allemagne. Elle est, en effet, assez grande, d'une fort jolie forme,
très bien décorée. Les loges sont commodes, on est bien assis; le tout a
un air de grandeur. Les décorations sont très fraîches, les costumes
brillants; l'orchestre bon, mais les chanteurs si mauvais que je n'ai pu
y rester plus d'une demi-heure.


_Prague, 5 juin 1841._--Prague n'est pas sans intérêt pour moi: j'y ai
passé, avec ma mère et mes sœurs, l'année du deuil de mon père; j'y suis
revenue deux fois depuis, peu après le Congrès de Vienne. J'y ai passé la
journée d'aujourd'hui, y ai pris une voiture et crois avoir vu tout ce
qu'il y avait de curieux, ou à peu près. Les trois principales églises,
le tombeau de Tycho-Brahé, son observatoire; tous les ex-voto en
l'honneur de saint Jean Népomucène, ses reliques, le vieux Château, le
Calvaire d'où l'on plonge sur Prague en panorama; le cheval de bataille
empaillé de Wallenstein; toutes les diverses traces de la guerre des
Hussites, de celle de Trente ans; enfin les bombes lancées par Frédéric
II; la chapelle, qui recevait deux fois par jour les prières de Charles X
et qui a été restaurée par lui, porte les armes de France et de Navarre.
Prague, comme Nuremberg, est une des plus anciennes villes d'Allemagne:
si cette dernière est plus intéressante pour les artistes, la première
l'est davantage pour l'archéologue; je me range parmi ceux-là. Prague
renferme seize couvents; on y rencontre des moines de toute espèce; en
bien plus grand, cela rappelle Fribourg, en Suisse. Mais ce qui lui donne
un aspect tout particulier, ce sont ces grands hôtels, presque tous
inhabités par les grands seigneurs bohèmes, leurs possesseurs, qui, pour
la plupart, désertent Prague pour aller à Vienne. J'ai eu la curiosité
d'aller un moment au spectacle voir jouer une farce locale du théâtre de
la Leopoldstadt, de Vienne. La salle, assez laide, était comble et
l'hilarité du public inextinguible; je n'y suis pas restée longtemps, il
faisait trop chaud, et les lazzi viennois ne sont pas à mon goût: je ne
les comprends pas!


_Vienne, 8 juin 1841._--J'ai fait, de Prague ici, le plus maussade
voyage; le temps s'est gâté, il a fait froid, orageux, humide. J'ai passé
la première nuit en voiture, et la seconde dans une humble auberge. Je
suis enfin arrivée cette après-dînée à trois heures, et je suis descendue
dans un appartement que mes sœurs avaient retenu pour moi. J'ai déjà vu
mon ci-devant beau-frère, le comte de Schulenbourg, dont je vais faire
mon majordome; c'est essentiellement sa vocation!

Il me semble bien étrange de me retrouver à Vienne[29]. Vienne!... Toute
ma destinée est dans ce mot! C'est ici que ma vie dévouée à M. de
Talleyrand a commencé, que s'est formée cette association singulière,
unique, qui n'a pu se rompre que par la mort, et quand je dis se rompre,
j'ai tort; je devrais dire se suspendre, car je sens mille fois dans
l'année que nous nous retrouverons ailleurs. C'est à Vienne que j'ai
débuté dans cette célébrité fâcheuse, quoique enivrante, qui me persécute
bien plus qu'elle ne me flatte. Je me suis prodigieusement amusée ici,
j'y ai abondamment pleuré; ma vie s'y est compliquée, j'y suis entrée
dans les orages qui ont si longtemps grondé autour de moi. De tout ce qui
m'a tourné la tête, égarée, exaltée, il ne reste plus personne; les
jeunes, les vieux, les hommes, les femmes, tout a disparu. Eh! mon Dieu!
Le monde n'a-t-il pas changé tout à fait deux fois depuis? Et ma pauvre
sœur, chez laquelle je devais demeurer? morte aussi! Reste le prince de
Metternich. Il m'a fait dire des paroles fort aimables; je le verrai
probablement demain...

  [29] L'auteur avait accompagné le prince de Talleyrand à Vienne,
  à l'époque du Congrès de 1815, et le Prince en parla en ces
  termes dans ses _Mémoires_: «Il me parut aussi qu'il fallait
  faire revenir la haute et influente société de Vienne des
  préventions hostiles que la France impériale lui avait inspirées.
  Il était nécessaire, pour cela, de lui rendre l'ambassade
  française agréable; je demandai donc à ma nièce, Mme la comtesse
  Edmond de Périgord, de vouloir bien m'accompagner et faire les
  honneurs de ma maison. Par son esprit supérieur et par son tact,
  elle sut plaire et me fut fort utile.» (Tome II, p. 208.)

Je ne suis pas bien sûre de dormir cette nuit; je suis fort troublée de
tous ces fantômes que les lieux évoquent, et qui me parlent tous le même
langage, celui de la profonde vanité des choses de ce monde.


_Vienne, 10 juin 1841._--Le choix de M. de Flahaut comme ambassadeur de
France ici, qui semble de plus en plus probable, d'après les dernières
nouvelles de Paris, est généralement redouté. Pour désarmer cette
opinion, Mme de Flahaut a écrit à lord Beauvale, ambassadeur
d'Angleterre, qu'il ne fallait pas s'effaroucher de l'arrivée de son mari
puisqu'_elle_ ne pourrait l'y suivre de _longtemps_! Je trouve cette
façon de se faire accepter incomparable!

Je suis rentrée chez moi, hier, à deux heures après midi, pour y attendre
le prince de Metternich, qui m'avait fait dire qu'il y viendrait à cette
heure-là. En effet, il est venu. Je ne l'ai pas trouvé très changé; j'ai
eu un véritable plaisir à le revoir et à le retrouver avec toute sa
fraîcheur d'esprit, son excellent jugement, sa grande connaissance des
hommes et des choses et une bienveillance amicale et affectueuse pour
moi, dont il ne s'est jamais départi. Il est resté deux heures, qui m'ont
été fort précieuses. Il ne fait, en général, de visites à personne. Quant
à sa femme, elle m'a fait dire que, si elle n'avait pas craint de me
gêner, elle serait venue; car elle avait le plus grand désir de me
connaître. Il est impossible d'être plus gracieuse. Je dîne aujourd'hui
chez eux, dans leur villa du faubourg, où ils passent le printemps.

On m'écrit que Schlegel, l'admirateur platonique de Mme de Staël, est à
Berlin, pour aider à la publication des œuvres du grand Frédéric. On y
attendait M. Thiers, que je suis charmée d'éviter. On était décidé à l'y
traiter en académicien, historien, mais nullement en homme politique,
encore moins en homme d'État. Pendant ce temps, il paraît que M. Guizot
se promène avec la princesse de Lieven, à 9 heures du matin, sous les
ombrages des Tuileries: c'est, pour eux, réveiller la nature.

J'ai trouvé la carte du maréchal Marmont, hier au soir, en rentrant; je
l'avais vu, lui, de loin, à l'Opéra.


_Vienne, 11 juin 1841._--J'ai dîné, hier, chez M. de Metternich: c'est un
joli établissement, qui ressemble en petit à Neuilly, où il a réuni
beaucoup d'objets d'art, mêlés agréablement à de belles fleurs et à
beaucoup d'autres choses, sans que cela soit surchargé. Il n'y avait à ce
dîner, outre les maîtres de la maison, que la fille non mariée du premier
mariage, mes sœurs, les Louis de Sainte-Aulaire et les deux messieurs de
Hügel, qui sont les habitués de la maison. La princesse de Metternich a
une fort jolie tête, beaucoup de naturel, du trait, de l'originalité, et
ayant eu la bonne grâce de vouloir me plaire, il était impossible qu'elle
n'y réussît pas. Après le dîner, j'ai été chez quelques membres de la
famille Hohenzollern qui sont ici, et enfin prendre le thé chez une amie
intime de mes sœurs: il s'y trouvait une douzaine de personnes qui
m'étaient presque toutes inconnues, excepté le prince Windisch-Graetz, un
comte O'Donnel, vieux débris de l'hôtel de Ligne, et le maréchal Marmont,
qui ne m'a pas semblé changé.


_Vienne, 12 juin 1841._--J'ai été hier matin, avec mes sœurs, chez la
princesse Amélie de Suède, leur grande amie. J'ai vu, chez elle, sa
sœur, la Grande-Duchesse d'Oldenbourg; elle va avec son mari à Munich, y
voir la Reine des Grecs, qui est venue y faire un voyage. J'ai été
ensuite chez une Polonaise, que j'avais connue jadis chez la princesse
Tyszkiewicz, à Paris, dont elle était nièce à la mode de Bretagne. Elle
s'appelait Mme Soba[´n]ska, et a eu une certaine célébrité. Je l'ai
trouvée pas mal changée; elle a de l'esprit, de beaux yeux, mais elle est
méchante et commère; c'est une de ces personnes à redouter. A peine
étais-je rentrée de ces courses, que j'ai eu la visite du maréchal
Marmont. Il m'a beaucoup parlé de son désir de rentrer en France, mais il
a encore, je crois, plus de raisons pécuniaires que de motifs politiques
qui l'en empêchent. Il passe sa vie ici à l'ambassade de France.


_Vienne, 14 juin 1841._--J'ai été, hier, entendre la messe chez les
Capucins, afin de voir ensuite le P. François, celui qui a assisté ma
sœur dans ses derniers instants. Je désirais avoir de lui des détails
religieux que mes autres sœurs ne pouvaient me donner. J'ai trouvé un
homme doux et fin qui, sous sa robe de frère mendiant, m'a paru
connaître le monde et aussi s'y frayer sa route. On dit qu'il dirige ici
toutes les consciences combattues entre Dieu et le monde. C'est une rude
tâche dans laquelle les triomphes définitifs sont difficiles.


_Vienne, 15 juin 1841._--Louis de Sainte-Aulaire est venu me voir hier
matin. Il m'a conté que la maladie du maréchal Soult, dont parlent les
gazettes, tient moins au rejet de la loi de recrutement, contre laquelle
M. le Duc d'Orléans a voté publiquement, qu'à une colère paternelle. Il a
regardé la nomination de M. de Flahaut à Vienne comme un passe-droit fait
à son fils. Il menaçait de se retirer, et on ne sait pas si M. de Flahaut
aura la gloire de causer une dislocation du Cabinet, ou bien s'il lui
faudra définitivement renoncer à Vienne. M. Bresson était parti de Paris
pour Berlin de fort mauvaise humeur.


_Vienne, 16 juin 1841._--J'ai reçu, hier, de Paris, une lettre de Mme de
Lieven; en voici l'extrait: «Le maréchal Soult fait une petite crise
ministérielle. Le Duc d'Orléans a voté contre lui dans la loi de
recrutement; le Maréchal a été battu; il a été fort colère; il est
survenu des spasmes au cœur, une menace d'apoplexie, ce qui fait qu'il
menace de sa retraite. Le Duc d'Orléans est allé chez lui, il a refusé de
le voir; il est fort douteux qu'on parvienne à l'apaiser; de plus, la
Maréchale a sérieusement peur pour sa vie. Voilà donc un gros embarras,
car il faudra le remplacer pour les deux postes qu'il occupe. M. Guizot
est bien décidé à ne point se faire Président du Conseil. Enfin... on
espère cependant encore que le Maréchal restera. En Angleterre, c'est
plus gros que cela: la dissolution du Parlement va avoir lieu
probablement demain, mais les élections sont douteuses; il se pourrait
qu'il revînt une Chambre pareille à celle qu'on renvoie, et alors, il n'y
aurait plus moyen de gouverner pour personne. En attendant, le pays sera
fort agité. L'affaire d'Orient n'est point arrangée; au contraire, la
Turquie se dérange tous les jours davantage.

«Lady Jersey veut que sa fille épouse Nicolas Esterhazy; il y a grande
passion entre les jeunes gens. Paul Esterhazy tâche de s'en défaire, ce
qui est difficile.

«L'accueil fait au Prince de Joinville à La Haye a été des plus
empressés: le Roi et la Reine l'ont comblé d'amitié! Qu'en dira-t-on à
Pétersbourg?

«M. de Flahaut a été proposé pour Vienne; on l'y accepte avec peu
d'empressement. En tous cas, il ne peut encore y avoir ici ni mutations,
ni nominations, car le poste de Londres restant vacant, vu que lord
Palmerston suspend la clôture de l'affaire d'Orient, rien ne se fera
avant l'envoi de Sainte-Aulaire à Londres.»


_Vienne, 17 juin 1841._--Charles de Talleyrand est venu hier me conter
les nouvelles les plus fraîches de Paris. L'affaire du maréchal Soult est
arrangée. Il reste, et son fils ira comme ambassadeur à Rome. Le Maréchal
reçoit six cent mille francs pour liquider je ne sais quelle avance,
qu'il prétend avoir faite à l'État. L'affaire turco-égyptienne est finie:
l'acte ratifié est parti pour Alexandrie et les _cinq_ Cours se
rencontreront à Londres, si déjà elles ne s'y sont tendu la main.


_Vienne, 18 juin 1841._--Hier soir, j'ai été entendre une tragédie
allemande, puis prendre le thé chez le prince de Metternich, où le Prince
se mit à causer, à la fin de la soirée, autour d'une table ronde, et où
il est, vraiment, très aimable et intéressant. Excepté le dimanche, qui
est leur jour de réception, il y vient peu de monde, ce qui rend la chose
beaucoup plus agréable, à mon gré. Le maréchal Marmont y est tous les
jours.


_Vienne, 19 juin 1841._--J'ai été, hier, avec mes sœurs, visiter la
Galerie Impériale des tableaux. Je suis étonnée qu'on n'en parle pas
davantage; elle contient de fort belles choses. Elle est hors de la
ville, dans un palais nommé le Belvédère, qui a été bâti par le prince
Eugène de Savoie: ses proportions intérieures sont très belles.

J'ai dîné chez la princesse Paul Esterhazy avec le prince et la princesse
de Metternich et leur fille, le prince Wenzel, Lichtenstein,
Schulenbourg, lord Rokeby, le comte Haugwitz et le baron de Hügel. La
princesse Esterhazy était fort comique, avec ses terreurs d'avoir lady
Jersey pour co-belle-mère. Le mariage n'est cependant pas encore certain.


_Vienne, 21 juin 1841._--Je suis ravie que vous aimiez les _Lettres_ de
Fénelon[30]. Tout est là, et sous une forme qui explique bien le culte
fidèle et courageux dont cet aimable et saint Archevêque a été l'objet de
la part des courtisans du grand Roi. Il sait donner à la religion un
charme et une grandeur, une simplicité et une élévation entraînantes, et
si, en s'initiant dans son commerce avec ses amis, on ne se convertit pas
absolument, il est, du moins, impossible de n'y pas puiser le goût du
bien, du beau, et le désir de mieux vivre pour bien mourir.

  [30] Extrait de lettre.

L'_Histoire de Port-Royal_, de Sainte-Beuve, a certainement de l'intérêt;
le sujet est grand, mais traité avec un langage qui n'est ni assez
sérieux, ni assez simple, pour parler dignement des âpres et imposantes
figures du Jansénisme.


_Vienne, 25 juin 1841._--Je veux partir mercredi prochain et reprendre
par Prague la route qui me ramène en Saxe chez mes nièces; de là, par la
Lusace, d'abord dans la Haute-Silésie, chez ma sœur Hohenzollern, qui y
sera alors, puis enfin chez moi, à Wartenberg, où je compte être le 26
juillet.


_Vienne, 26 juin 1841._--J'ai dîné hier chez le prince de Metternich; il
n'y avait que strictement la famille. De là, je suis allée au spectacle,
puis au _Volksgarten_, espèce de Tivoli où Strauss joue ses valses, où
des Styriens chantent, où toute la bonne et la mauvaise compagnie de
Vienne se réunissent dans cette saison. Mes sœurs, qui étaient avec
moi, m'ont ensuite ramenée chez elles où nous avons pris le thé.

On est bien mécontent de lord Palmerston, qui toujours au moment de
terminer la question égyptienne suscite de nouveaux empêchements. Sa
conduite est singulièrement louche. On se perd en conjectures, et on en a
beaucoup d'humeur où je dînais hier.


_Vienne, 28 juin 1841._--Il a fait hier, ici, un temps fort singulier. Il
a soufflé, du midi, un vent violent qui a fait tourbillonner des flots de
poussière; la ville et les environs en étaient enveloppés; ce vent
brûlant était un véritable siroco qui desséchait et accablait.

J'ai été à la messe aux Capucins, pour faire mes adieux au P. François,
qui m'a donné sa bénédiction. Je suis rentrée chez moi pour attendre et
entendre le maréchal Marmont: il m'avait demandé d'écouter les quarante
pages de ses _Mémoires_ manuscrits, qu'il a consacrés à sa justification,
relativement à sa conduite dans les journées de juillet 1830. Je ne
pouvais refuser. Cela ne m'a pas appris grand'chose de nouveau, car je
connaissais tous ces faits singuliers, qui prouvent si évidemment que
l'imbécillité du gouvernement a été idéale et que le Maréchal a été très
malheureux d'être appelé à une action aussi mal imaginée que mal
préparée. Il n'avait donc pas à se justifier à mes yeux, mais enfin, j'ai
écouté, avec intérêt surtout, les détails de la scène avec Monseigneur le
Dauphin, dont je ne savais pas l'existence, et dont les paroles, les
gestes sont inimaginables[31]. Cette lecture, interrompue par plusieurs
réflexions, a duré d'autant plus longtemps que le Maréchal lit lentement,
barbouille et ânonne extrêmement; son débit est le plus embourbé qu'il
soit possible.

  [31] Cette scène lamentable, qui marqua douloureusement la
  dernière soirée que le Roi Charles X et le Dauphin passèrent à
  Saint-Cloud, est racontée tout au long dans les _Mémoires_ du duc
  de Raguse dont il est ici question (tome VIII, livre XXIV), et
  reproduite en partie dans un livre de M. IMBERT DE SAINT-AMAND,
  intitulé: _La Duchesse de Berry et la Révolution de 1830_, paru
  en 1880.

Je suis allée ensuite avec mon beau-frère Schulenbourg dîner à Hitzinger,
village près de Schœnbrunn, chez la comtesse Nandine Karolyi, qui ne me
plaît pas du tout, mais qui, m'ayant fait la politesse de me prier, a été
fort obligeante. Elle habite la moitié d'un cottage charmant, qui
appartient à Charles de Hügel le voyageur, qu'un dépit amoureux, ayant la
princesse de Metternich pour objet, a fait passer sept ans en Orient. Il
en est revenu, a bâti cette maison, l'a remplie de choses curieuses
rapportées de l'Inde. Il habite une moitié de la maison, Nandine l'autre;
le tout, entouré de fleurs et dans une jolie situation, a un aspect fort
anglais. Je ne me suis pas du tout plu à ce dîner: la maîtresse de maison
est singulière, l'exagération du type viennois et les messieurs qui
l'entourent à l'avenant. Je suis partie le plus tôt possible, et suis
allée passer une heure en tête à tête et faire mes adieux à la princesse
Louise de Schœnbourg.


_Vienne, 29 juin 1841._--Hier, à la chute du jour, j'ai été avec mes
sœurs, Schulenbourg et le comte Haugwitz, au Volksgarten, où tout
Vienne cherchait à humer un peu de rosée, à travers des nuages de tabac;
un feu d'artifice et Strauss faisaient diversion. Ce qui y était
positivement rafraîchissant, c'étaient les glaces, dont on m'a paru faire
une énorme consommation. La population de Vienne est paisible, bien
habillée, de bon aspect, et toute mêlée, dans ce genre de plaisir, à la
plus haute aristocratie. Aucune trace de police qui serait parfaitement
inutile.


_Vienne, 30 juin 1841._--Je quitte Vienne ce soir. La chaleur est
toujours excessive, et je crois qu'elle va rendre mon voyage bien
pénible. Je n'expédierai cette lettre que de Dresde; pour la
correspondance, il vaut mieux être hors des États autrichiens. Il m'est
égal qu'on trouve dans la mienne l'expression de mon affection, mais non
pas mes impressions et mes jugements; aussi, j'espère avoir été très
prudente sous ce rapport pendant mon séjour ici.


_Tabor, 1er juillet 1841._--J'ai quitté Vienne hier à sept heures du
soir. J'avais eu, dans l'après-midi, la visite du prince de Metternich:
il a été aimable, confiant, cordial; il n'est pas du tout vrai qu'il soit
baissé; il a peut-être un peu plus de lenteur et de diffusion dans le
débit, mais aucun trouble dans les idées; le jugement est net et ferme;
il conserve de la modération dans l'action et de la douceur dans
l'humeur; enfin, il est bien lui-même. Il m'a fort engagée à prendre mon
chemin de retour par le Johannisberg, où il ira, de Kœnigswart, au mois
d'août, pour y rester jusqu'en septembre. Sa femme m'y a fort engagée
aussi, et a été extrêmement gracieuse pour moi. J'aime fort sa beauté,
qu'un mauvais son de voix, des façons parfois communes, un langage assez
rude, gâtent souvent. Elle est généralement détestée à Vienne; je m'en
étonne, car je crois le fond très bon, quoique inculte. Plusieurs
personnes sont venues me dire adieu au dernier moment, très obligeamment.
Mes sœurs, Schulenbourg, le comte Maurice Esterhazy, le plus petit et le
plus spirituel de tous les Esterhazy, m'ont reconduite à deux lieues de
Vienne, où ma voiture de voyage m'attendait. Le comte Esterhazy est le
même que celui qui était à Paris; il a, depuis, été attaché à la mission
d'Autriche à Berlin, où je l'ai vu dernièrement et d'où il est arrivé, il
y a quelques jours, à Vienne, se rendant en congé en Italie, où sa mère
est assez malade en ce moment. Il est fort de la société de mes sœurs,
assez malicieux, comme tous les très petits hommes, mais fin causeur et
beaucoup plus civilisé et de bon goût qu'on ne l'est en général à Vienne,
surtout chez les hommes, qui y sont, au fond, très ignorants. En tout, je
préfère le ton de Berlin à celui de Vienne. A Vienne, on est plus riche
et plus grand seigneur, très naturel, trop naturel! A Berlin, je conviens
qu'il y a un peu de prétention et de recherche, mais bien plus de culture
et d'esprit. A Vienne, la vie est extrêmement libre et facile; on y fait
tout ce qui plaît, sans que cela paraisse singulier; mais, sans s'étonner
des autres, on n'en médit pas moins très couramment du prochain, et je
dirais volontiers qu'il y règne une _fausse bonhomie_ très dangereuse; à
Berlin, on est plus solennel, on observe beaucoup plus un certain
décorum, un peu raide, je l'avoue, mais aussi on y a plus de mesure dans
le langage, et, avec moins de motifs de médisance, une bienveillance plus
réelle. Personnellement, je ne puis assez me louer de l'hospitalité de
ces deux villes, et je reste reconnaissante envers l'une et l'autre. Ce
qui m'a fort déplu, à Vienne, c'est cette façon qu'a chacun, homme ou
femme, de s'appeler par les noms de baptême. Pour peu qu'on se connaisse
un peu, et qu'on soit de la même coterie, il n'est plus question du nom
de famille, et c'est assez mal de s'exprimer autrement. Les femmes
s'embrassent prodigieusement entre elles, et habituellement sur la
bouche, ce qui me semble horrible; les hommes prennent et baisent les
mains des femmes constamment; aussi, au premier aspect, tout le monde a
l'air, au moins, de frères et sœurs. Vingt personnes, en parlant de moi
ou à moi, disaient: _Dorothée_; les moins familiers disaient _duchesse
Dorothée_; les très formalistes _chère Duchesse_; personne ni _Madame_,
ni _madame la Duchesse_; et pour mes mains, je suis étonnée qu'il m'en
reste; mes joues, que je tâchais de substituer à mes lèvres, ont été
aussi vraiment martelées. La galanterie des femmes est évidente à Vienne;
aucune ne cherche à dissimuler, ce qui n'empêche pas les églises d'être
pleines et les confessionnaux assiégés, mais personne n'a l'air
recueilli, et la dévotion sincère et effective de la Famille Impériale
n'a aucune influence sur la société, dont toute l'indépendance est
concentrée dans une fronderie habituelle contre la Cour.


_Dresde, 3 juillet 1841._--Me voici revenue où j'étais il y a un mois.
Je suis venue de Tabor sans m'arrêter autrement que pour dîner hier à
Prague et pour déjeuner ce matin à Téplitz. Je ne me lasse pas d'admirer
le pays qui est entre Téplitz et Dresde. C'est la belle Saxe, riche et
gracieuse, se mariant agréablement à la forte et sauvage Bohême; c'est la
seule partie pittoresque de la route entre Vienne et Dresde, si j'en
excepte Prague et ses environs rapprochés.

Aux portes de Téplitz, j'ai vu descendre, du haut d'une montagne
surmontée d'une chapelle, une procession de pèlerins, des rosaires à la
main, et chantant des cantiques: c'était touchant, et m'a donné envie de
monter à mon tour faire mes vœux, mais un orage qui commençait à gronder
m'a forcée de continuer sans arrêt.

Je lis l'_Histoire de la vie, des écrits et de la doctrine de Luther_,
par M. Audin. C'est ce que j'ai lu à ce sujet de plus érudit, de plus
impartial, de plus intéressant et de plus catholique. J'ai fini, en
quittant Vienne, la _Vie de saint Dominique_, par l'abbé Lacordaire.
C'est écrit à l'effet et ne me plaît que médiocrement.

J'entends dire ici, dans l'auberge, qu'on y attend M. Thiers depuis trois
jours; j'espère qu'il n'y arrivera que demain après mon départ. Je compte
me rendre ce soir même à Kœnigsbruck chez mes nièces et y rester
quelques jours.


_Kœnigsbruck, 5 juillet 1841._--Je suis arrivée hier ici à cinq heures.
J'avais eu, à Dresde, la visite du duc Bernard de Saxe-Weimar, qui
logeait dans la même auberge que moi. Il venait de Berlin, où il avait
passé quinze jours chez sa nièce la Princesse de Prusse.

La même auberge m'a fait aussi revoir la comtesse Strogonoff,
précédemment comtesse d'Ega, que j'ai vue l'année dernière à Bade et qui,
là, m'avait prise fort à gré. Elle m'a raconté qu'aussitôt après mon
départ de Bade, jusqu'au moment où Mme de Nesselrode était elle-même
partie pour Paris, celle-ci passait toutes ses soirées à la table
publique du jeu de Benacet, et, en regard du vieux électeur de Hesse,
perdant ou gagnant dans la soirée, avec le même sang-froid imperturbable,
les vingt louis, taux qu'elle s'était fixé. Quelle étrange personne!

A la messe, à Dresde, j'ai revu la veuve du Prince Maximilien de Saxe,
revenue de Rome, où elle a épousé son chambellan, un comte Rossi, cousin
du mari de Mlle Sontag. Elle est obligée de revenir de temps en temps à
Dresde, à cause de son douaire; son mari, toujours en guise de
chambellan, l'accompagne. Elle n'est, ce me semble, ni jeune, ni jolie,
ni bien tournée, ni élégante; lui est grand, avec une barbe _jeune
France_, et les certaines allures spéciales d'un mari de Princesse.

J'ai trouvé ici le comte de Hohenthal, sa femme et Fanny, mes deux
nièces, fort affectueux dans leur accueil, tout pleins des souvenirs
rapportés de leur voyage en Italie. Il fait très beau temps; le silence,
le calme et le repos de la campagne me font plaisir. J'ai aussi trouvé
des lettres de Paris. M. Molé m'écrit quatre pages, dans lesquelles il
n'y a rien ce me semble, si ce n'est que Mme de Lieven _règne_ et
_gouverne_ à Paris, pour ne rien dire de plus.

La duchesse d'Albuféra me mande que la princesse de Lieven donne des
petites soirées musicales, pour faire entendre sa nièce, la comtesse
Annette Apponyi. La Princesse reprend tous les goûts de la jeunesse et du
bonheur. Il serait heureux que le don de M. Guizot allât jusqu'à faire
reverdir et refleurir les destinées de la France.

La duchesse de Montmorency me mande que la vicomtesse de Chateaubriand
est allée _faire son service_ près de Mme la Duchesse de Berry. Se
serait-on douté qu'elle fût _Dame_? Elle l'a demandé il y a longtemps.
Elle a emmené avec elle la nourrice de M. le Duc de Bordeaux, celle qui
n'a pu le nourrir que trois jours. Quel singulier voyage! On n'y comprend
rien.

Le duc de Noailles m'écrit qu'il se prépare, en face des événements qui
s'accomplissent en Orient par le soulèvement successif des provinces, un
mouvement à Paris, qui pourrait être analogue à celui qui a eu lieu à
l'occasion de la Grèce, il y a quelques années. On veut former un Comité
pour le soulagement (c'est-à-dire pour le soulèvement) des populations
chrétiennes de l'Orient; ce Comité est composé d'hommes de la gauche et
d'hommes du centre; on propose aux légitimistes d'en faire partie, et on
leur offre la présidence, qui serait dévolue à lui, duc de Noailles.
Cette question a été compliquée par le parti royaliste, qui voulait aussi
faire quelque chose dans ce sens, qui a même déjà commencé, mais
maladroitement, petitement.

Mon fils, M. de Dino, me mande qu'un nouvel arrêté de l'Archevêque de
Paris a ordonné qu'il n'y eût plus de portes au milieu des
confessionnaux. On dit que cela paraît fort ridicule; en effet, c'est une
précaution un peu humiliante d'une part pour le Clergé et de l'autre bien
superflue, car les côtés des confessionnaux sont tous fermés de façon à
ce qu'il y ait toujours une séparation très effective entre les
pénitentes et les confesseurs, et le milieu étant fermé, le confesseur
pouvait, du moins, sans distraction, écouter ses pénitentes. Ce Mgr Affre
ne sait qu'imaginer comme ridicule.


_Kœnigsbruck, 6 juillet 1841._--La mort de la Reine de Hanovre[32], que
je viens d'apprendre, me fait de la peine. Encore une image de Londres
effacée pour moi!

  [32] La Reine de Hanovre était la duchesse de Cumberland, née
  princesse de Mecklembourg-Strélitz, morte le 29 juin, après trois
  mois d'une maladie consomptive.

La duchesse d'Albuféra me mande que la princesse de Lieven, dans sa
petite maison de campagne, à Beauséjour, où elle passe la journée, mène
une vie toute pastorale; elle y a un petit jardin qu'elle arrose avec de
petits arrosoirs, qu'on a vu déposer à sa porte, rue Saint-Florentin, par
M. Guizot, qui va tous les jours dîner à Beauséjour. Aux obsèques de M.
Garnier-Pagès, le député radical, l'affluence du monde a été telle que la
tête du convoi était déjà à la Bastille, quand la queue était encore à la
porte Saint-Denis. Les discours prononcés sur sa tombe sont tous remplis
de maximes révolutionnaires et divines, à la façon des _Paroles d'un
croyant_, de M. de Lamennais. Le rédacteur du journal _le Peuple_ a dit:
«Nous te portons nos regrets, mais cela ne suffit pas, nous te portons
aussi nos promesses!» Voilà mes rapsodies de Paris.


_Hohlstein, 11 juillet 1841._--J'ai quitté mes nièces avant-hier après le
dîner et suis arrivée ici hier dans la matinée[33]. J'ai traversé toute
la Lusace, qui est une belle province; le temps était enfin redevenu
beau, mais aussitôt arrivée ici, la pluie a recommencé avec fureur; elle
a continué pendant toute la nuit, et en ce moment elle tombe avec rage,
ce qui gâte la belle vue que je devrais avoir des fenêtres de ma chambre
qui donnent sur les montagnes de Silésie.

  [33] Hohlstein était la propriété de la princesse de
  Hohenzollern-Hechingen, née princesse de Courlande.


_Hohlstein, 13 juillet 1841._--J'ai profité, hier, de quelques
éclaircies, pour visiter le parc, le potager, les alentours. Le tout est
joli, soigné, parfois pittoresque. J'ai reçu une lettre de Mme
d'Albuféra, dont voici quelques passages: «Mme de Flahaut part demain,
avec ses filles, pour Ems; elle est bien affectée de ce qui se passe au
sujet de son mari. Hier, elle était en larmes, à Beauséjour, chez la
princesse de Lieven. Il ne paraît que trop décidé qu'ils n'iront pas à
Vienne. On pense assez que ce sera M. Bresson et que le marquis de
Dalmatie lui succédera à Berlin; resteraient Turin et Madrid à donner:
Mme de Flahaut m'a dit que si on proposait l'un ou l'autre à son mari,
elle est d'avis de refuser, mais que c'est à lui de décider; je sais que
ses amis l'engageraient à accepter. Il reste à Paris pour attendre la fin
de tout ceci; il dissimule ses peines mieux que sa femme, mais on voit
qu'il souffre de plus d'une manière. Il n'est pas question de Naples, où
on dit que le Roi ne veut pas d'eux.

«Tout ce qui se passe en Angleterre ajoute à la tristesse de Mme de
Flahaut: le triomphe des Tories paraît sûr, et la déchéance des Whigs
inévitable. Les Granville sont à la Jonchère[34], attendant l'issue de
tout cela. Lord Granville ne peut pas remuer la main et a encore un peu
de difficulté à s'exprimer, mais son intelligence est intacte.»

  [34] _La Jonchère_ était la propriété de M. Thiers à la
  Celle-Saint-Cloud.


_Hohlstein, 21 juillet 1841._--Les journaux donnent la date officielle du
jour où les plénipotentiaires des cinq Cours ont signé enfin le protocole
collectif relatif à l'Orient[35].

  [35] Ce protocole de clôture de la question égyptienne fut signé
  le 13 juillet 1841, par l'Angleterre, l'Autriche, la Prusse, la
  Russie et la Turquie. La convention des Détroits, signée en même
  temps, joignit la signature du plénipotentiaire français aux cinq
  autres.

Je m'imagine que cela va faire décider le mouvement dans le Corps
diplomatique français.

J'ai une longue lettre de M. de Chalais, mais il ne me parle que de son
intérieur, sans nouvelles, si ce n'est que la princesse de Lieven a écrit
une longue lettre au duc de Noailles pour le prier de permettre que, dans
son testament, elle le nomme son exécuteur testamentaire, ayant,
dit-elle, l'intuition de mourir à Paris. En attendant, elle paraît s'y
porter à merveille.

M. Royer-Collard me mande ceci, en me parlant du discours académique de
M. de Sainte-Aulaire: «Il faut bien que je vous dise un mot de la
réception de Sainte-Aulaire. Les journaux le flattent; l'auditoire était
fort brillant, le discours du Récipiendaire pâle et froid; celui de M.
Roger a mieux réussi qu'il ne le méritait, tant pis pour le public.» M.
Royer-Collard me dit aussi qu'après avoir été avec sa fille visiter
Versailles, il a eu un retour de cette fièvre qui a failli l'emporter, il
y a quelques années, à Châteauvieux. Il est bien évident que toute son
organisation a reçu alors un choc dont il ne se remettra plus.


_Günthersdorf, 27 juillet 1841._--Je suis partie de Hohlstein avant-hier
matin et suis arrivée à deux heures à Sagan. Après le dîner, j'ai été au
Château indiquer quelques portraits de famille que je veux faire copier
pour Rochecotte; ensuite à l'église, pour y fixer le lieu et la forme du
petit monument qu'il est temps enfin d'élever à mon père, dont les
restes, au bout de quarante ans, sont enterrés dans cette église, sans
que l'on sache, autrement que par la tradition, le lieu où ils sont
placés. Hier, j'ai été, de bonne heure, à la petite église
pittoresquement située au bout du parc de Sagan, dans le caveau de
laquelle les restes de feu ma sœur sont déposés. J'y ai fait dire une
messe, à laquelle j'ai assisté, pour le repos de son âme. Elle était
toute remplie de belles fleurs et de plantes rares, que le jardinier du
Château y avait portées; il y était venu aussi beaucoup de monde. Je suis
ensuite partie pour _Deutsch-Wartenberg_, qui m'appartient, après quoi,
je suis venue ici, le soir, avec M. de Wolff, qui reste deux ou trois
jours, pour se rencontrer avec M. de Gersdorf que j'attends. A eux deux,
ils verront à aplanir la question litigieuse entre mes fils et ma sœur
Hohenzollern, relativement aux prétentions allodiales de celle-ci sur la
majeure partie de Sagan.

J'ai trouvé ici quelques améliorations; le jardin est bien tenu et le
tout fort propre.

J'ai reçu plusieurs lettres: une, de Mme de Lieven, en date du 15, me dit
que la Reine Victoria fait une tournée de châteaux chez les ministres
Whigs, qu'on trouve fort déplacée dans les circonstances actuelles, et
qu'on ne serait pas étonné d'un coup d'État de sa part, plutôt que de
subir les Tories; qu'il serait possible aussi que, pour éviter sir Robert
Peel, elle fît appeler lord Liverpool, ce qui n'aurait aucun succès. On
dit que le fils aîné de lady Jersey va épouser la fille de sir Robert
Peel; que lady Palmerston est la plus révolutionnaire et la plus enragée
d'avoir à quitter le Ministère. Tous ces _on-dit_ sont assez vides et
vagues.

La duchesse de Montmorency dit le mariage de Mlle Vandermarck, fille de
l'agent de change, avec le comte de Panis, propriétaire du beau château
Borelli, près de Marseille.


_Günthersdorf, 31 juillet 1841._--M. Bresson m'écrit de Berlin, qu'il y
attend, du 15 au 20 août, le général de Rumigny que le Roi de Prusse a
fait inviter aux manœuvres de Silésie et de Berlin. C'est à la même
époque, me dit-il, que M. et Mme Thiers doivent arriver à Berlin.

Le duc de Noailles m'écrit que lady Clanricarde passera l'hiver prochain
à Paris, et qu'on croit lord Cowley appelé à la succession de lord
Granville. Il ajoute que la _petite_ Rachel venait d'arriver à Paris;
qu'il n'y avait que le maréchal Soult dont le triomphe en Angleterre pût
être comparé au sien; qu'il avait reçu de ses lettres, de Londres, dans
lesquelles elle montrait tout le ravissement de ses succès, sans que
(nouveau prodige!) ils lui tournassent la tête. Je crois celle du Duc
moins ferme dans cette circonstance.


_Günthersdorf, 1er août 1841._--Mme de Perponcher me mande que le Roi de
Hanovre est au dernier degré du désespoir de la mort de sa femme qu'il
paraît avoir admirablement soignée. Il s'était longtemps fait illusion
sur son état: quand les médecins lui ont annoncé qu'elle était
désespérée, il est resté comme atterré. Cependant, aussitôt qu'il a eu
repris ses _spirits_, il est entré chez la Reine et lui a parlé de ses
devoirs religieux, comme un catholique aurait pu le faire. La Reine a
reçu cette terrible annonce avec la plus grande fermeté; elle a communié
avec le Roi, sa fille, la duchesse d'Anhalt et le pauvre prince Georges.
Le désespoir de celui-ci a été déchirant: ne pouvant _voir_ sa mère, il
ne pouvait se persuader qu'elle fût morte, et a demandé qu'on lui fit
toucher ses restes; dans le moment où le père a mis la main glacée de la
mère dans celle du fils, le pauvre aveugle a été saisi comme d'un accès
de folie; on l'a, depuis, fait partir pour les bains de mer. Ces détails
sont cruels et vraiment très attendrissants.


_Günthersdorf, 6 août 1841._--Mes sœurs sont ici depuis le 1er de ce
mois et paraissent s'y plaire assez, malgré le temps détestable que nous
avons.

J'ai reçu hier une lettre de M. Bresson qui me dit: «Rien de positif de
Paris; M. de Flahaut a refusé Turin et il évite de se prononcer sur
l'offre de Madrid; il s'en tient, dit-il, à la promesse qui lui a été
_faite_ de Vienne, ce que M. Guizot n'admet pas. Faite ou non, il se
donne tout le mouvement possible pour qu'elle s'accomplisse, et Mme de
Flahaut guette, d'Ems, l'arrivée de M. et de Mme de Metternich au
Johannisberg. Pour moi, je conserve mon attitude expectante, fort décidé
à ne quitter Berlin que pour Vienne ou Londres.

«M. de Werther a donné sa démission de ministre des Affaires étrangères.
Il sera remplacé par le comte Maltzan, mais on ne sait pas encore qui
remplacera celui-ci à Vienne. Le Roi a accordé à Werther l'Aigle noir et
a rendu héréditaire dans sa famille le titre de Baron, qui jusqu'à
présent n'avait été que personnel. Arnim, de Paris, est nommé Comte.

«Les affaires de Toulouse[36] m'inquiètent plus; aucune autre ville de
France n'a imité ce triste exemple: Les journées de Juillet ont été
célébrées avec ordre. L'emprunt ne sera pas nécessaire en totalité; les
brèches financières se réparent, et il nous restera la France retrempée
et sa force militaire réorganisée. Que tout cela ne profite qu'à la paix,
je le désire ardemment.»

  [36] La question du recensement avait agité les habitants de
  Toulouse, dans les journées des 9 et 10 juillet. Ces troubles
  paraissaient apaisés, quand tout à coup éclata le 12 une émeute
  sérieuse: de nombreux rassemblements parcoururent les rues, des
  barricades furent formées, et la journée du 13 fut très
  menaçante. La ville fut sauvée par la sagesse du maire par
  _intérim_, M. Arzac, qui sut habilement ramener le calme et la
  tranquillité.

Voilà la prose, ou si on aime mieux, la poésie de M. Bresson.


_Günthersdorf, 7 août 1841._--J'ai reçu une lettre de M. Molé, qui se
plaint de sa santé, traite les troubles de Toulouse et tout l'état de la
France avec autant de tristesse que M. Bresson en parlait avec
satisfaction dans la lettre citée hier.

La duchesse de Montmorency m'écrit que Mgr Affre, ayant défendu à M.
Genoude de prêcher, celui-ci est venu lui demander le motif de cette
interdiction. Monseigneur a répondu que c'était à cause de ses opinions
_anti-gouvernementales_. M. Genoude s'est fâché et a répliqué que, si
Monseigneur persistait dans cette défense, il ferait imprimer tout ce que
Mgr Affre a écrit, il y a quelques années, contre la Monarchie de
Juillet, et dont il a en mains les pièces originales et signées. Sur ce,
l'Archevêque s'est radouci, et M. Genoude prêchera. Voilà, ce me semble,
une attitude épiscopale bien digne! Cela me fait faire des comparaisons
avec le passé, et me confirme dans ma conviction que Mgr de Quélen a été
le dernier véritable Archevêque de Paris. Le temps actuel ne semble plus
comporter aucune grande et noble existence en aucun genre. Tout se
réduit, tout s'avilit et s'aplatit.


_Günthersdorf 16 août 1841._--En mettant cette date à ce papier, je ne
puis m'empêcher d'être saisie au cœur par un souvenir qui me sera
toujours cher et sacré: c'est aujourd'hui la Saint-Hyacinthe, la fête de
feu Mgr de Quélen! Je suis sûre qu'au Sacré-Cœur on entend la messe à
son intention. Pendant bien des années, on lui portait, ce jour-là, un
arbuste de ma part. Il y a deux ans, encore malade, à Conflans, il fit
entrer mon domestique qui lui portait un oranger, et me fit écrire, par
Mme de Gramont, que de tous les bouquets qu'il venait de recevoir le mien
lui avait fait le plus de plaisir. Je ne puis, maintenant, que lui
adresser des prières dans le Ciel. Je me figure souvent qu'il y est réuni
à Celui pour lequel il a tant prié lui-même, et que tous deux demandent
pour moi, à Dieu, la grâce d'une bonne mort, et avant tout, celle d'une
vie chrétienne, car il est rare qu'on arrive à l'une sans l'autre, et si
Dieu fait quelquefois des grâces tardives, il ne faut pas s'y reposer et
négliger de les mériter. Je me dis souvent de ces paroles vraies et
sérieuses, sans trouver qu'elles me profitent assez. L'esprit du monde,
ce vieil ennemi, est difficile à déraciner.

A Wartenberg, j'ai inspecté l'école protestante. L'an dernier, j'avais
assisté à l'examen des enfants catholiques; sans prévention, je puis
assurer que cette dernière est infiniment supérieure à l'autre.

La poste m'a apporté une lettre du Maréchal de la Cour, qui m'annonce
officiellement, de la part de Leurs Majestés, leur passage ici, le 31 de
ce mois.


_Günthersdorf 18 août 1841._--J'ai reçu une lettre de M. Bresson, qui,
m'ayant depuis longtemps annoncé sa visite, me demande de la placer le 31
de ce mois, de rester ici le 31, pour le passage du Roi, et de repartir
le 1er. Il me dit que le Roi, ayant su son projet de venir ici, venait de
lui dire à sa dernière audience qu'il espérait le rencontrer chez moi. Il
me dit aussi que les nominations diplomatiques ne se feront qu'après
l'installation du ministère Tory, auquel la Reine d'Angleterre ne pourra
pas échapper.

Il ajoute que M. et Mme Thiers sont à Berlin et y provoquent une vive
curiosité. On fait haie sur leur passage. M. Thiers paraît s'appliquer à
ôter à son voyage tout caractère politique et se montre très circonspect.
Il a demandé à voir le Roi. M. Bresson attendait, quand il m'écrivait, la
réponse de Sans-Souci à cette demande.


_Günthersdorf, 20 août 1841._--J'ai fait hier une longue course dans mes
propriétés, de l'autre côté de l'Oder. Il faisait très beau. Le temps est
aussi, ce matin, fort clair; Dieu veuille qu'il en soit ainsi le jour où
le Roi passera ici.


_Günthersdorf, 21 août 1841._--En Allemagne, on fête encore plus les
jours de naissance que les jours de fête[37]; aussi, depuis hier, les
compliments et bouquets vont leur train. Tous les curés catholiques sont
venus, hier, m'offrir des vœux et m'ont promis de dire ce matin la messe
à mon intention. Hier au soir, tous les maîtres d'écoles catholiques (il
y en a douze dans mes terres), se sont réunis, quoiqu'il y en ait qui
demeurent à huit lieues d'ici; ils sont venus me chanter, en parties,
avec les meilleurs élèves de leurs écoles, des vers simples et touchants,
réellement très bien dits et inspirés, sans accompagnement d'instruments:
c'était fort joli et aimable. Je suis très sensible aux témoignages
d'affection; j'ai donc été fort touchée.

  [37] La duchesse de Talleyrand était née le 21 août 1793.


_Günthersdorf, 22 août 1841._--J'ai eu, hier, une nombreuse compagnie à
dîner; je l'ai menée au tir arrangé dans la Faisanderie. Tous les gardes,
fermiers et employés y étaient réunis; il y avait de la musique dans les
bosquets, des fleurs partout, et du soleil à souhait. J'ai donné trois
prix: une carabine de chasse, un couteau de chasse et une gibecière. Les
deux Préfets, dans les départements desquels j'ai des terres, sont venus
après le dîner et ont pris le thé. Il faisait si beau que, malgré la
nuit, tout le monde n'est parti qu'à l'heure de mon coucher.


_Günthersdorf, 25 août 1841._--J'ai eu, hier, une lettre de la princesse
de Lieven; en voici le principal: «On dit que la société viennoise ferait
mauvais accueil à M. Bresson: M. de Metternich le fait insinuer ici. Il
n'a pas grand goût à aucun de ceux qui sont sur les rangs pour cette
place, mais encore moins pour Bresson que pour les autres; Apponyi ne se
gêne pas pour le dire. Je pense que lord Cowley remplacera lord
Granville. Lady Palmerston est désolée de perdre Downing Street[38]. Lord
Palmerston fait meilleure contenance qu'elle. Son discours aux électeurs
de Tiverton l'a tout à fait achevé dans l'opinion du public français; il
en reste ici bien de la rancune, et l'on se sépare de lui assez mal.»

  [38] C'est dans Downing Street que se trouvait la demeure du
  ministre des Affaires étrangères.

Je compte quitter la Silésie d'aujourd'hui en huit; je voudrais fort
saluer ma douce Touraine au 1er octobre. Les gazettes locales ne disent
rien, si ce n'est que le Roi a reçu M. Thiers, non pas à Sans-Souci, mais
à Berlin, en audience particulière, et que l'audience a duré vingt
minutes. M. Thiers portait l'habit d'académicien et les ordres de
Belgique et d'Espagne. Il a été, dans tout son voyage, l'objet d'une
curiosité extrême mais plus vive que bienveillante, et s'il comprenait
l'allemand, il aurait pu entendre plus d'une parole déplaisante.

J'ai fait des arrangements avec mon jardinier et un architecte, pour les
décorations du jour où le Roi s'arrêtera ici. Elles consisteront en
beaucoup de guirlandes, pyramides, festons et arceaux de dahlias de
toutes couleurs, qui, depuis l'avenue jusqu'à la maison, décoreront la
route que suivra le Roi. Ce lieu-ci n'a rien de grandiose, d'imposant; il
n'a aucune vue; il est frais, vert, les arbres sont beaux, le jardin
soigné, la maison grande, mais plate, sans architecture, et surmontée
d'un fort grand et vilain toit; il n'y a donc qu'à force de fleurs qu'on
peut donner à tout cela une certaine grâce. Le vestibule intérieur se
transforme en orangerie; enfin, le tout aura un petit air de fête, sans
prétentions, qui prouvera au moins ma bonne volonté.


_Günthersdorf, 30 août 1841._--Ma nièce Hohenthal m'est arrivée hier.
Elle m'a raconté que Mme Thiers était si malade à Dresde que de l'auberge
on l'avait transportée dans la maison du médecin. M. Thiers a dit à
quelqu'un, de qui ma nièce le tenait, que son audience chez le Roi de
Prusse avait été courte et froide et que le Roi ne lui avait parlé que
d'art, en quoi il me paraît avoir eu parfaitement raison. Le général de
Rumigny, au contraire, est traité à merveille.


_Günthersdorf, 31 août 1841._--Hier, après dîner, je suis partie avec mon
neveu Biron et nous avons été à Grünberg y attendre Leurs Majestés chez
la Grande-Maîtresse de la Reine qui l'y avait précédée. La prodigieuse
quantité d'arcs de triomphe, de députations, de harangues, de cavalcades,
a si bien retenu les Majestés qu'Elles ne sont arrivées à leur coucher
qu'à dix heures et demie du soir, ce qui, du reste, a été très favorable
aux illuminations et feux d'artifice de notre chef-lieu. Plusieurs des
principaux propriétaires de ce district y étaient venus. Le Roi, ainsi
que la Reine, m'ont reçue seule d'abord, puis le reste du monde. Leurs
Majestés voulaient me retenir à souper, mais, ayant encore beaucoup de
choses à régler ici, j'ai demandé la permission de me retirer. Je suis
rentrée à une heure et demie du matin. Heureusement, la nuit était
admirable et le clair de lune superbe.

J'ai trouvé le général de Rumigny à Grünberg. Il suit le Roi aux
manœuvres et vient ici ce matin. Le temps est charmant, éclatant, et
j'ai envie de me mettre à genoux devant le soleil, pour le remercier de
sa bonne grâce.


_Günthersdorf, 1er septembre 1841._--La journée d'hier s'est très bien
passée. Leurs Majestés étaient de très bonne humeur et très aimables, le
temps à souhait, les fleurs en abondance, le déjeuner bon, le service
convenable, la population, en habits de fête, fort nombreuse et fort
respectueuse. J'ai suivi le Roi, en calèche, avec mon neveu, jusqu'au
premier relais, qui est dans un village à moi, où Sa Majesté a trouvé
encore un arc de triomphe, mes gardes, et toutes sortes d'accueils
champêtres. Le Roi, qui ne savait pas que je suivais, car je n'en avais
pas prévenu, a été tout surpris de me voir; il est descendu de sa voiture
et m'y a fait prendre sa place, parce que la Reine a voulu encore
m'embrasser; enfin, ils ont eu l'air satisfait, et cela m'a fait un très
grand plaisir.

Le général de Rumigny est parti aussitôt après le Roi, M. Bresson après
le dîner, les Biron après le thé, ma nièce Hohenthal cette nuit; je suis
seule ici.

_Günthersdorf, 2 septembre 1841._--Je pars décidément ce soir; je trace,
avant de partir, un nouvel ajouté au jardin, qui le rendra vraiment
grandiose, et je laisse de la besogne à l'architecte pour changer le toit
lourd et pourri en un attique à toit plat.


_Berlin, 3 septembre 1841._--J'arrive ici, ayant mis dix-sept heures pour
faire cinquante-quatre lieues de France. Ici, où on ne peut pas faire
courir devant soi, c'est très bien aller.

M. Bresson m'a conté qu'il était impossible d'être plus maussade et plus
désagréable que Mme Thiers; elle a été malade, ou a fait semblant, et a
déclaré qu'elle mourrait si elle restait plus longtemps en Allemagne, qui
lui apparaissait comme la Sibérie.


_Berlin, 5 septembre 1841._--Je suis allée hier chez les Werther, qui
vont bientôt changer leur position diplomatique contre une situation de
Cour; c'est Werther qui, en bon courtisan, a demandé ce changement, en
temps utile; il s'est, par là, épargné un dégoût et procuré une bonne
situation. Mme de Werther et Joséphine regrettent ce qu'elles quittent.


_Berlin, 6 septembre 1841._--Je vais me livrer au chemin de fer jusqu'à
Potsdam. A Potsdam, je ferai ma toilette et dînerai chez la Princesse
Charles de Prusse, au _Klein Glienicke_, aux portes de la ville; je me
remettrai ensuite en route et passerai la nuit en voiture, pour arriver
demain dans la matinée à Leipzig, où je trouverai les Hohenthal qui
m'amènent ma nièce Fanny Biron que j'ai consenti à emmener avec moi en
France; on redoutait pour sa santé, qui est délicate, un hiver de Saxe.


_Leipzig, 7 septembre 1841._--J'ai quitté mon auberge de Berlin hier
matin. J'ai été prendre du chocolat chez Mme de Perponcher, où j'ai
appris la triste nouvelle de la mort subite de ma jeune et charmante
voisine, la princesse Adélaïde Carolath, mariée sous les auspices les
plus dramatiques, il y a un an, à son cousin, et qu'une rougeole rentrée
a enlevée en peu d'heures. C'était une personne vraiment _idéale_, et
j'ai été bien saisie de cette disparition si prompte.

J'ai été de Berlin à Potsdam avec le baron d'Arnim, Maître des
cérémonies, qui dînait aussi à Glienicke. La Princesse m'a fait faire, en
poney-chaise, le tour du parc; après le dîner, une promenade à pied, puis
les adieux.


_Weimar, 9 septembre 1841._--Nous nous sommes séparées hier matin, à
Leipzig, des Hohenthal. Les deux sœurs ont eu le cœur gros en se
quittant, cependant le grand air, le joli pays que nous avons traversé
ont remis Fanny.

J'ai reçu ici une lettre de la Princesse de Prusse, qui, établie à
Kreuznach sur le Rhin, me prie de l'y aller voir, du Johannisberg. J'irai
certainement, quoique cela me fasse rester un jour de plus en route.


_Francfort-sur-le-Mein, 11 septembre 1841._--Je suis arrivée ici ce
matin. Le temps est très beau. Ma nièce va aller, avec son ancienne
gouvernante, passer quelques jours à Bonn près de son frère, qui y est en
garnison et qui est malade en ce moment. Nous nous retrouverons le 15 à
Mayence. Moi, je vais demain au Johannisberg.


_Francfort, 12 septembre 1841._--Hier, à l'heure du thé, nous est arrivé
le comte Maltzan, qui de Kreuznach où il prend les bains est venu voir sa
nièce Fanny. Il est fort aise d'être Ministre des Affaires étrangères. Je
doute qu'à la longue il convienne au Roi de Prusse, car il est véhément,
irascible, emporté, et le Roi, bon comme un ange, est vif comme salpêtre;
mais cela ne me regarde pas. Le Comte est aimable et doux dans sa
conversation de salon, et quand il sera déshabitué du commérage, défaut
dont il a été infecté à Vienne, il sera très agréable, pour ceux qui
n'auront pas d'affaires à traiter avec lui.


_Johannisberg, 13 septembre 1841._--Je suis arrivée ici hier à deux
heures par une chaleur extrême. Je connaissais déjà ce lieu-ci; on y a
fait peu de changements. La vue est très étendue, très riche, mais je
trouve celle de Rochecotte, qui est analogue, plus gracieuse, tant à
cause de la forêt qui couronne ma maison, que par la végétation de la
Loire et des coteaux qui sont en face de moi, et qui rendent la vallée
plus verte et plus belle. Ici, les vignes seules envahissent tout. Le
château est très grand, et les appartements spacieux, mais assez
pauvrement meublés. J'y ai été reçue à merveille, non seulement par les
maîtres de la maison, mais par bien d'autres personnes de ma
connaissance; mon cousin Paul Medem, qui aime autant retourner à
Stuttgart comme Ministre que d'aller à Vienne comme Chargé d'affaires; M.
de Tatitscheff, à peu près complètement aveugle, et Neumann qui retourne
demain à Londres.

Je ne sais aucune nouvelle; le prince de Metternich dit qu'il n'y en a
pas. Il est fort aise de la chute des Whigs en Angleterre, et fort
gracieux pour M. Guizot; il regrette qu'on ne lui envoie pas le duc de
Montebello à Vienne; il reçoit des lettres _humbles_ de M. de Flahaut, et
commence à trouver qu'un Ambassadeur qui fait d'avance des platitudes
doit être plus facile à manier que tout autre. Du reste, rien n'est
encore officiellement connu sur le mouvement diplomatique français. On
attend aujourd'hui les Apponyi, venant de Paris, et s'arrêtant ici avant
de se rendre en congé en Hongrie; ils apporteront, croit-on, quelque
chose de positif sur la nomination de l'Ambassadeur de France à Vienne.


_Johannisberg, 14 septembre 1841._--Je suis venue à bout de ma course à
Kreuznach, qui a pris toute ma journée d'hier. Je ne suis revenue qu'à
huit heures et demie du soir; j'ai dû traverser le Rhin dans l'obscurité,
ce qui m'a fait un très médiocre plaisir, malgré la beauté du spectacle,
car les bateaux à vapeur portant des réverbères, les lumières des rivages
se reflétant dans la rivière, les masses des rochers grandis encore par
les ombres de la nuit, tout cela faisait un effet imposant, dont je n'ai
joui qu'à moitié, parce que j'avais un peu peur. A Kreuznach, j'ai passé
plusieurs heures avec la Princesse de Prusse, toujours parfaite pour moi;
j'ai eu le chagrin de la trouver fort changée, inquiète de sa santé,
fatiguée par les eaux, et, jusqu'à présent, n'en éprouvant pas d'autre
effet. J'ai dîné chez elle avec le comte Maltzan.

Le prince de Metternich a reçu, hier, la nouvelle officielle de la
nomination de M. de Flahaut à l'ambassade de Vienne: cela lui plaît
médiocrement. Le reste du mouvement diplomatique français n'était pas
connu.

M. de Bourqueney est fort à la mode ici. Le Prince, sans le connaître
personnellement, a beaucoup loué sa façon de faire à Londres, quoiqu'il
ait ajouté qu'un diplomate collaborateur du _Journal des Débats_ était
une des étrangetés de notre époque.


_Johannisberg, 15 septembre 1841._--Hier, je n'ai pas quitté le château
de toute la journée, quoiqu'il fît très beau. J'étais bien aise de me
reposer; d'ailleurs, on est ici trop occupé à recevoir toutes les
personnes qui se succèdent pour songer à la vie de campagne proprement
dite.


_Mayence, 16 septembre 1841._--J'ai quitté le Johannisberg hier, fort
touchée de toute la bienveillance des maîtres du lieu, et fort aise de
mon séjour auprès d'eux. Je suis arrivée ici de bonne heure. J'y ai
trouvé Mme de Binzer, Paul Medem et le baron de Zedlitz qui m'y
attendaient; le baron, poète connu, est maintenant le successeur de
Gentz, auprès du prince de Metternich, pour je ne sais quelle publication
politique. Pendant que je dînais avec tout ce monde, trois coups de canon
ont signalé le bateau à vapeur sur lequel la Princesse de Prusse
remontait le Rhin pour se rendre, par Mannheim, à Weimar. Le bateau
relâchant dix minutes ici, à trente pas de l'auberge, j'ai été passer ces
dix minutes à bord avec la Princesse. Elle ne s'y attendait pas, et m'a
témoigné la plus aimable satisfaction de cette petite attention.

La soirée étant chaude et belle, nous avons été nous promener en calèche
autour de la ville, dont les environs sont jolis, et voir la statue de
Gutenberg, par Thorwaldsen, qui est d'un beau style. En rentrant, nous
avons appris qu'un courrier des Rothschild, arrivant de Paris, avait
apporté la nouvelle d'une petite émeute à Paris, et d'un coup de pistolet
tiré sur le duc d'Aumale, mais qui ne l'a pas atteint[39].

  [39] Les factions révolutionnaires, toujours en effervescence,
  poursuivaient avec acharnement l'idée de l'anéantissement de la
  Famille Royale: le 4 septembre 1841, un coup de pistolet fut tiré
  sur le duc d'Aumale, au moment où il descendait la rue du
  Faubourg-Saint-Antoine, à la tête de son régiment, le 17e léger;
  le cheval du lieutenant-colonel Levaillant, qui se tenait à côté
  du Prince, fut tué par une balle.


_Metz, 18 septembre 1841._--Je suis arrivée hier soir ici, accompagnée
d'une pluie diluvienne, qui rend les voyages fort peu agréables. J'ai
trouvé à l'auberge le général d'Outremont, qui a longtemps commandé à
Tours. Il est en inspection à Metz, et a demandé à me voir; il m'a parlé
des troubles de Clermont comme plus sérieux encore que ceux de Toulouse;
en effet, le journal qu'on vient de me prêter en parle très gravement.


_Paris, 20 septembre 1841._--Me voici donc rentrée dans la grande
Babylone. Barante, le bon et excellent Barante, guettait mon arrivée; il
a passé la soirée ici, et voici ce qu'il m'a appris: les troubles de
Clermont ont eu, ont peut-être encore le caractère le plus grave; c'est
une véritable Jacquerie, et les manifestations sont plus inquiétantes que
tout ce qui s'est vu en France, depuis 1830[40]. Barante, après trois ans
et demi d'absence, est frappé et effrayé des dégradations en tous genres,
et surtout dans la morale politique, qui se manifestent ici. Il disait
spirituellement qu'il n'avait point encore vu, ici, un homme en estimant
un autre. Il va aller passer six semaines chez lui, en Auvergne, puis
restera l'hiver ici, et ne retournera qu'au printemps à
Saint-Pétersbourg. Sainte-Aulaire est parti, il y a quarante huit heures,
pour son nouveau poste à Londres. Sa femme ne le rejoindra qu'au mois de
février, et Mme de Flahaut n'ira à Vienne qu'après avoir marié sa fille
Émilie, pour laquelle il ne se présente pas encore d'épouseur.

  [40] Le recensement fut, à Clermont-Ferrand comme à Toulouse, le
  prétexte de désordres qui éclatèrent le 13 septembre 1841, et qui
  continuèrent toute la journée du lendemain: les émeutiers
  attaquèrent la force armée, de nombreux soldats lurent tués ou
  blessés; les barrières de la ville furent brûlées, et le combat
  acharné. On eut à diriger des forces militaires considérables sur
  la ville, pour faire cesser la résistance et pour rétablir
  l'ordre.

Voilà Bertin l'aîné mort, et Bertin de Veaux avec une nouvelle attaque!


_Paris, 21 septembre 1841._--Mme de Lieven m'a relancée hier de très
bonne heure. Elle venait pour questionner, et ne m'a rien raconté. Elle
pourra répéter à l'Europe ce que je lui ai dit du coin que je connais!
J'ai pris le parti de dire du bien de tout le monde, ce qui l'a
impatientée! J'ai fini par lui dire que, partout, on croyait et disait
que c'était elle qui faisait et défaisait les ambassadeurs, ce qui l'a
embarrassée! Du reste, ce que je disais là était vrai; on le croit
partout, et je crois qu'on a raison de le croire. Elle m'a invitée à
dîner jeudi à Beauséjour.

Humboldt est venu à son tour. Je lui ai conté la Silésie. Enfin, M. de
Salvandy est arrivé, ravi d'être ambassadeur à Madrid, et se réservant de
revenir pour la session de la Chambre des Députés, et d'y garder sa
vice-présidence. Mon fils Valençay est venu dîner avec moi, et m'a appris
la mort du vieux Hottinger, qui me fait de la peine; c'était un homme
très honorable, attaché à feu M. de Talleyrand, et ami de Labouchère. Il
y a là bien des souvenirs d'un passé qui s'efface _extérieurement_ avec
une effrayante rapidité.

Il y a une petite émotion permanente dans les quartiers éloignés de
Paris. On n'en comprend pas même le but; mais il me semble que ce soit
comme l'état normal de Paris. Revenir aux grands éclats de 1831! C'est se
rajeunir sans se fortifier, quand il faudrait se vieillir pour se
grandir. Heureusement que les troupes sont excellentes partout; mais
aussi, il en faut partout. On est fort décidé et même désireux à s'en
servir vigoureusement; c'est très bien, mais qu'il est heureux de le
pouvoir, et de n'avoir pas une guerre extérieure à côté des plaies du
dedans!

Mes lettres d'Auvergne ne sont pas satisfaisantes[41]. Décidément,
Pauline passera son hiver dans le midi, à Rome si je ne vais pas à Nice.
Elle désire si vivement me revoir, que je me décide pour Nice, où j'irai
au mois de décembre pour en revenir au mois de mars. J'espère que ce sera
bon aussi pour ma nièce Fanny. Pour moi, personnellement, c'est un grand
sacrifice; j'aurais besoin d'un long repos, et de me caser pour longtemps
à Rochecotte; mais Pauline est réellement malade, elle me désire
beaucoup, et me l'exprime si tendrement; son mari se joint à elle avec
tant d'insistance, qu'il n'y a pas à hésiter.

  [41] Le marquis et la marquise de Castellane y étaient établis,
  dans leur terre d'Aubijou.


_Paris, 22 septembre 1841._--J'ai été, hier soir, avec mon fils Valençay
à Saint-Cloud, où j'ai pu, tout d'une fois, voir la Famille Royale
réunie, même les Majestés belges. Tous partent pour Compiègne. La Reine
avait des nouvelles du prince de Joinville, de Terre-Neuve. Il se
dirigeait vers Halifax.


_Paris, 23 septembre 1841._--J'ai vu hier l'abbé Dupanloup, qui m'a dit
avoir en sa possession une correspondance de M. de Talleyrand avec le
cardinal Fesch, du plus grand intérêt, et aussi celle de M. de Talleyrand
avec le Chapitre d'Autun, aux époques les plus délicates et les plus
difficiles; il est d'autant plus heureux de ces découvertes, qu'elles
confirment son système sur M. de Talleyrand, et font, en général,
beaucoup d'honneur à celui-ci.

J'ai été dîner hier à Beauséjour, chez Mme de Lieven, et j'y ai mené
Barante, qui était prié. Les autres convives étaient le duc de Noailles,
M. Guizot et M. Bulwer. La conversation a été assez animée et variée, et
celle de Barante de beaucoup la plus naturelle et la plus agréable. Quant
à des nouvelles, on n'en disait pas.


_Paris, 26 septembre 1841._--J'ai été hier, à Champlâtreux avec le baron
de Humboldt. Le temps nous a été fort contraire, et a gâté cette course.
Je connaissais Champlâtreux d'ancienne date. Les années ne lui ont pas
nui, au contraire, car M. Molé l'a noblement arrangé, c'est-à-dire, que
ce qui est arrangé est bien, mais il faudrait continuer, et surtout
enlever aux grands appartements les tout petits carreaux des croisées,
qui nuisent à l'effet général. A tout prendre, c'est une noble demeure,
point du tout féodale, mais grave, parlementaire, telle qu'elle convient
au descendant de Mathieu Molé, dont, avec raison, le souvenir est
partout. Ce qui est très bien, c'est que le portrait de la grand'mère,
fille de Samuel Bernard, est dans le grand appartement. C'est avec sa dot
que le grand-père de M. Molé a bâti le château actuel. Le parc est beau
et largement dessiné. M. et Mme Molé sont de fort gracieux et aimables
maîtres de maison.

C'est de Paris à Saint-Denis que les fortifications sont le plus
avancées. Cela est, pour le moment, tout simplement affreux, et
représente le chaos!

L'événement d'hier (car, dans ce pays, chaque jour a le sien) a été
l'acquittement vraiment scandaleux du _National_[42]. Il faut convenir
que nous avons ici de bien _mauvais visages_.

  [42] Le _National_ ayant publié, au sujet des troubles de
  Clermont, une correspondance remplie de faussetés et d'invectives
  contre la Monarchie, fut accusé d'avoir porté atteinte à
  l'inviolabilité du Roi, et soumis à un jugement. Le 24 septembre
  1841, il était déclaré, par le jury de la Seine, non coupable des
  délits qui lui étaient imputés, et il fut acquitté.


_Paris, 1er octobre 1841._--J'ai vu hier, chez moi, M. Guizot, auquel je
voulais parler en faveur de Charles de Talleyrand, qui, j'espère, ira
bientôt rejoindre M. de Sainte-Aulaire à Londres. M. Guizot m'a appris
que c'était décidément lord Cowley qui serait ambassadeur à Paris.
C'était le choix désiré ici. Sir Robert Peel a refusé à lord Wilton et au
duc de Beaufort des charges de Cour, disant qu'il fallait, auprès d'une
jeune Reine, des personnes plus sérieuses, et d'une moralité moins
douteuse. Le duc de Beaufort a refusé l'ambassade de Saint-Pétersbourg,
et le marquis de Londonderry celle de Vienne. Tous deux voulaient Paris;
ils ont beaucoup d'humeur de ne pas l'obtenir, et forment déjà un petit
centre d'opposition.

M. Guizot explique comme ceci les deux nominations, assez singulières, de
M. de Flahaut, comme ambassadeur à Vienne, et de M. de Salvandy à Madrid.
C'est qu'il a trouvé de bonne politique d'enlever l'un à M. Thiers et
l'autre à M. Molé. C'est une admirable explication, et très utile aux
intérêts du pays!


_Courtalin, 3 octobre 1841._--Je suis arrivée hier soir ici, après avoir
dîné et couché à Jeurs, chez Mme Mollien. Me voici au milieu de toute la
famille Montmorency, dont une grande partie se trouve ici en ce moment.


_Rochecotte, 7 octobre 1841._--Me voici enfin rentrée dans mon petit
_Palazzo_ où je suis arrivée hier dans la matinée, enchantée de m'y
retrouver, et de voir tous les arrangements et embellissements qui y ont
été faits pendant mon absence.


_Rochecotte, 12 octobre 1841._--J'ai employé tous les derniers jours à
l'arrangement de ma nouvelle bibliothèque et au placement des livres.
Cela m'a un peu fatiguée, mais fort amusée. Mon fils et ma belle-fille
Dino sont arrivés, ainsi que ma nièce Fanny et sa gouvernante qui ont
passé quelques jours à Paris, après mon départ.

J'ai eu hier la visite de la Supérieure des Filles de la Croix, de
Chinon, cette sainte fille qui, au printemps dernier, venait d'être
administrée quand je fus la voir; cette bonne sœur prétend que c'est
depuis ma visite qu'elle a commencé à aller mieux. Elle m'a apporté des
chapelets, et a désiré prier dans ma chapelle; elle a enlevé ma
lithographie d'une chambre où elle l'a trouvée, et n'a pas eu beaucoup de
peine à me décider à fonder une place d'orpheline dans l'établissement
qu'elle dirige. J'ai donc acquis le droit d'envoyer une orpheline du
village de Saint-Patrice, dont Rochecotte fait partie, recevoir une
éducation chrétienne chez ces excellentes dames, et je vais procéder
aujourd'hui au choix.


_Rochecotte, 14 octobre 1841._--On est fort occupé à Paris de la nouvelle
face des affaires d'Espagne. La guerre civile y est vraiment rallumée;
tout cela fait horreur, et tournera, en définitive, au massacre de
l'innocente Isabelle[43]. La Reine Christine n'a aucune envie de quitter
Paris, où elle s'amuse. Elle a la terreur de rentrer en Espagne, dont
elle parle avec dégoût et mépris. Elle passe, auprès de tous ceux qui la
connaissent, pour spirituelle, aimable et au besoin courageuse; mais
naturellement paresseuse, aimant son plaisir, s'y livrant tant qu'elle
peut, et au désespoir de jouer, forcément, un rôle politique; aimant
beaucoup les enfants qu'elle a de Munoz, et se souciant très peu de ses
filles Royales.

  [43] Le 7 octobre 1841, à 8 heures du soir, les généraux Léon et
  Concho, profitant de l'arrivée à Madrid d'un régiment que ce
  dernier avait commandé, et qui lui était dévoué, voulurent tenter
  un coup de main pour enlever la Reine et l'Infante: ils se
  rendirent au Palais à la tête d'un escadron de la garde royale
  et, tandis qu'un régiment entourait le Palais, ils montèrent aux
  appartements de la Reine, heureusement bien gardés par les
  hallebardiers, qui opposèrent une vive résistance, les reçurent à
  coups de fusil et les repoussèrent à plusieurs
  reprises.--Espartero déjoua ce complot militaire et fit fusiller,
  le 15 octobre, le général Diégo Léon.


_Rochecotte, 24 octobre 1841._--J'ai eu hier, quelques lettres à
nouvelles. Voici ce que dit Mme de Lieven: «L'Angleterre est dans un
trouble visible des nouvelles d'Amérique, et les spéculateurs de tous les
pays sont fort alarmés; il est bien difficile que la guerre ne sorte pas
de toute cette complication de Grogau[44], ajoutée à celle de Mac Leod.
Quant à l'Espagne, on voit tout dans les journaux. Les tentatives
d'insurrection échouent partout; Espartero fait son devoir en punissant,
mais quelle pitié de voir tomber ce qu'il y a de plus élevé et de plus
brillant en Espagne! La mort de ce Diego Leon, l'idole de l'armée et de
Madrid, fait verser des torrents de larmes à la Reine Christine. Je ne
sais comment elle se tirera des publications d'Olozaga: elle les
désavoue, mais personne ne croit à ses désaveux. On a demandé le renvoi
de France de Christine. Naturellement, le gouvernement refuse et
continuera son hospitalité à la nièce de la Reine des Français. Je ne
crois pas que Salvandy parte tout de suite pour son poste de Madrid.
Sainte-Aulaire plaît à Aberdeen; Flahaut part seul ces jours-ci pour
Vienne.»

  [44] Le 20 septembre 1841, le colonel James W. Grogau, citoyen
  des États-Unis, fut surpris pendant la nuit dans la maison d'un
  certain M. Brown et sur le territoire de son pays, par des
  brigands en uniforme anglais, qui l'emmenèrent captifs à
  Montréal, au Canada. M. Richard Jackson, gouverneur du Canada, le
  mit aussitôt en liberté, et fit punir un officier anglais, M.
  Johnson, du corps du colonel Dyer, qui avait pris part à ce coup
  de main.

La duchesse d'Albufera me mande que Mme la duchesse de Nemours est
grosse, à la grande joie de la Reine, et qu'à Compiègne, ce ménage, si
longtemps troublé, avait l'air en bon accord.


_Rochecotte, 25 octobre 1841._--J'ai eu hier une lettre de M. de Salvandy
dont voici l'extrait: «Il n'est pas impossible que, dans une douzaine de
jours je reçoive l'ordre du départ. Vous avez vu, Madame la Duchesse, ce
qui s'est passé à Madrid, cette insurrection, ses premières apparences,
son brusque dénouement. Nous avons eu ici toutes les illusions
imaginables; nous les avons affichées, criées, mises dans nos actes
publics et particuliers, dans nos rapports avec le gouvernement espagnol,
avec son Ministre, avec tout le monde. Le Ministre a demandé le renvoi de
la Reine Christine, qu'on lui a justement et durement refusé, mais si
durement qu'on ne sait ce que feront et diront ceux de Madrid. Jusque-là,
les relations sont à peu près interrompues. On ne peut rien savoir avant
une dizaine de jours. Maintenant, nous sommes fort déconcertés de toutes
nos sottises; nous cherchons à sortir de là tout doucement; au premier
bon vent on pressera mon départ. Dans cette position sans dignité, je me
trouve, seul, en situation tolérable, parce que je n'ai partagé aucune de
ces folies. Je les ai notoirement contredites; l'Espagne m'en sait gré.
Elle me demande de partir; j'indique deux ou trois points, sur lesquels
je désire avoir satisfaction. Ils me seront accordés; par là, nous aurons
un peu meilleur air, mais je suis confondu de cette manière de conduire
les affaires de ce monde.»

M. de Salvandy m'annonce sa visite ici, en se rendant en Espagne.


_Rochecotte, 6 novembre 1841._--On me mande que l'ambassadeur de Russie
à Paris vient de recevoir un courrier de son souverain, avec l'ordre de
partir dans huit jours pour Saint-Pétersbourg. On se perd en
conjectures...


_Rochecotte, 11 novembre 1841._--La duchesse d'Albuféra me mande que la
véritable raison du voyage d'hiver que l'Empereur Nicolas fait faire à
son Ambassadeur, le comte Pahlen, est pour éviter qu'il ne fasse le
compliment du Jour de l'An au Roi, comme doyen du Corps diplomatique. On
dit même que, pour avoir le moins ancien des Ambassadeurs à Paris, il va
remplacer Pahlen par M. de Bouténieff, mais ce n'est qu'un _on dit_.


_Rochecotte, 16 novembre 1841._--Hier, au moment de nous mettre à table,
j'ai vu arriver M. de Salvandy; je pensais qu'il allait à Madrid. Point
du tout. Ennuyé d'être sans cesse questionné, à Paris, sur les motifs de
ses délais, sur l'époque de son départ, il a résolu de faire une tournée
de châteaux, pour ne pas avoir à répondre aux curieux! Il venait de
Pontchartrain, et doit, d'ici, aller chez Mme de Maillé, et chez d'autres
de ses amis. Il dit que la session des Chambres sera orageuse à Paris, et
que les embarras viendront des concurrences ministérielles de MM. Dufaure
et Passy.


_Rochecotte, 18 novembre 1841._--M. de Salvandy est parti hier, après le
déjeuner; il avait reçu, la veille, d'atroces nouvelles d'Espagne, où les
massacres anarchiques continuaient, et où il paraît que la présence d'un
Ambassadeur de France est enfin désirée par Espartero. M. de Salvandy
suppose donc qu'il traversera bientôt les Pyrénées. Avant de partir, il
nous a conté une anecdote assez drôle. Il a rencontré, il y a quelques
jours, M. et Mme Demidoff, chez la duchesse Decazes; il n'y avait que
trois ou quatre personnes dans le salon, la conversation y était presque
générale: on y parle de l'histoire qui circule à Paris en ce moment, que
Mlle Rachel se serait vendue à M. Véron pour 200000 francs. Sur cela, M.
Demidoff, avec un air et une façon inimitables, s'est écrié: «Voyez la
puissance de l'argent!» Les personnes qui étaient là, après un coup
d'œil involontaire à Mme Demidoff, se sont tues. Une visite, annoncée
peu après, a fort heureusement rompu ce silence.

J'ai eu, hier, une lettre de Mme de Lieven. Elle dit que la Reine
d'Angleterre a été désappointée de ne pas accoucher de deux jumeaux; elle
comptait que le prince de Galles serait accompagné d'un duc d'York[45].
L'Angleterre a fait passer une note pour demander l'explication de la
concentration des troupes françaises vers les Pyrénées, et pour annoncer
qu'elle ne souffrirait pas que nous portassions la guerre en Espagne.
Elle a arrêté des velléités très vives d'y soutenir, par du canon, les
amis de la Reine Christine. Cette Reine est au désespoir qu'on veuille se
servir d'elle comme prétexte; elle dit, en parlant d'elle-même, que ses
chances sont finies, qu'il ne faut pas s'en occuper; elle ne veut pas
rentrer en Espagne, disant qu'elle ne manquerait pas d'y trouver le sort
de Marie-Antoinette.

  [45] Édouard VII était né le 9 novembre.

Nous avons lu, hier au soir, dans le salon, un éloge de Mme de Rumford,
fait par M. Guizot, et qu'il m'a envoyé; je le trouve un peu _âpre_, avec
des phrases très longues; bref, il manque de grâce, mais non pas
d'esprit.


_Rochecotte, 27 novembre 1841._--J'ai eu des lettres de mon gendre, de
Carrare, du 17. Ils devaient être dès le lendemain à Florence, mais ils
ont éprouvé une tempête de dix-huit heures dans le golfe de la Spezzia,
des dangers, des avaries; enfin, ils se trouvaient heureux d'être à
terre, dans un voiturin, car il n'y avait pas eu moyen de débarquer leur
voiture. Les détails qu'il me donne sont cruels. Ma pauvre Pauline était
fatiguée, épuisée, anéantie. Elle avait eu le pressentiment que sa
traversée tournerait mal, car elle me mandait, de Gênes, qu'elle prenait
cette route avec une extrême répugnance.


_Rochecotte, 28 novembre 1841._--J'ai eu une lettre de Pauline, de
Lucques, qui ajoute des détails graves à ceux que son mari m'avait
donnés. Ils ont failli sombrer, et ils ont gagné, de leur personne, un
rocher de la côte dans une nacelle. Mon gendre a manqué être englouti;
enfin, c'est un vrai sinistre! Il me tarde bien de savoir ma chère
Pauline se reposant enfin pendant quelques semaines à Florence. Pendant
les terribles heures qu'ils ont passées en mer, deux navires ont péri,
corps et biens, devant Livourne.


_Rochecotte, 2 décembre 1841._--J'ai terminé, hier, mes visites d'adieux,
par un temps qui a donné vraiment quelque mérite à ma politesse. A la fin
du dîner, nous avons vu arriver M. de Salvandy, allant cette fois-ci pour
de bon à Madrid. Il repart ce matin.

J'ai eu hier des lettres du 22, de Florence, de Pauline; elle y vivait
d'emprunt, n'ayant encore retrouvé ni malles, ni voiture; elle y est
arrivée en vraie héroïne de roman, avec sa cassette à bijoux sous le
bras, et pas une chemise!


_Rochecotte, 3 décembre 1841._--Hier matin un coup de tonnerre, un large
éclair, suivi d'une _trombe d'eau_ qui a éclaté sur Rochecotte, nous a
tous fait précipiter hors de nos chambres. Il y a eu deux pouces d'eau
dans la salle à manger et quatre dans la cuisine. Mme de Podenas est
arrivée peu après avec son fils, de chez sa mère, la duchesse des Cars,
qui habite un château de l'autre côté de Tours. J'ai beaucoup connu jadis
Mme de Podenas, je la retrouve toujours avec plaisir; j'avais même
l'intention, la croyant en Italie, d'aller de Nice à Gênes la voir, car
elle est établie depuis quelques années dans une villa près de cette
ville, qu'elle a achetée, qui s'appelle _Il Paradiso_, bâtie par
Michel-Ange. Elle est fort changée, mais toujours spirituelle et aimable.
Elle est repartie courageusement dans la soirée. M. de Salvandy était
reparti hier matin pour Madrid; Alava, qui était ici, pour Tours;
Vestier, pour Chinon; mon fils, pour Valençay; nous sommes seules, Fanny
et moi, jusqu'à notre prochain départ pour Nice.


_Rochecotte, 5 décembre 1841._--J'ai été livrée hier, uniquement, aux
préparatifs qui précèdent un départ; ma nièce est toujours souffrante,
moi pas trop bien, et le temps affreux.

J'ai reçu, hier, une lettre fort aimable et obligeante de M. le duc
d'Orléans. Il m'écrit pour me dire adieu avant mon départ, et me
témoigner la part qu'il a prise aux dangers courus en mer par les
Castellane, dont il avait entendu parler par la duchesse d'Albuféra. Il
se montre fort inquiet de l'état général des esprits et très peu
satisfait de la direction supérieure.


_Saint-Aignan, 7 décembre 1841._--J'ai quitté hier matin mon bon petit
Rochecotte, pour reprendre cette sotte vie des grandes routes, rendue
plus pénible encore par la très hideuse saison. Nous avons déjeuné à
Tours avec le Préfet, Alava et Vestier. En passant devant Chenonceaux,
j'y ai fait une visite d'une demi-heure, que je devais depuis des années,
à Mme de Villeneuve. Une pluie furieuse nous a ensuite conduites ici. La
route, en quittant le département d'Indre-et-Loire, pour entrer dans
celui de Loir-et-Cher, cesse d'être bonne; d'ailleurs, la pluie et les
débordements du Cher l'ont gâtée et on passait dans une espèce de lac; je
ne puis point cacher que j'ai poussé quelques cris perçants. Nous avons
été très bien reçues par M. de Chalais, son frère, le baron et la baronne
de Montmorency. Ce sont tous les habitants du château, avec l'architecte
qui y travaille. On y fait d'assez grands travaux, solides et même riches
comme construction, mais, malheureusement, d'un style qui ne me paraît
pas assez analogue à celui des constructions primitives. C'est, par
exemple, une grosse tour saxonne à côté des tourelles pointues de Louis
XI. Ce château est très froid; les calorifères, les doubles croisées, les
tapis, les portières, les draperies de Rochecotte, me gâtent toute autre
demeure; je gèle partout ailleurs.

Hier, à Chenonceaux, j'ai vu un très joli portrait de la Reine Louise de
Vaudémont, et un grand vitrail de couleur (peinture moderne) que le Roi
venait d'envoyer aux Villeneuve. Le duc de Montpensier qui, cet été,
d'Amboise, avait visité Chenonceaux, leur a valu cette attention, qui
prouve que le jeune Prince n'est pas, comme moi, entré dans la chambre à
coucher de Mme de Villeneuve, où le portrait de Mgr le duc de Bordeaux,
donné par Berryer, est suspendu à côté de son lit et de façon à frapper
soir et matin les regards de la châtelaine.


_Valençay, 8 décembre 1841._--Je suis arrivée ici hier soir. Je vais
entendre la messe chez les Sœurs, près du tombeau de notre cher M. de
Talleyrand. Demain matin nous nous remettons en route, pour aller dîner
et coucher chez Mme d'Arenberg, à Menetou-Salon.


_Menetou-Salon, 10 décembre 1841._--Le prince et la princesse d'Arenberg
ont mis tant de bonne grâce à nous garder un jour de plus, le temps était
si exécrable, Fanny et mon fils Valençay, qui est venu nous rejoindre
hier, ont été si fort de l'avis de ce délai, que je me suis décidée à
rester encore ici toute la journée d'aujourd'hui. Hier, il n'y a pas eu
moyen de sortir de la maison; c'est à peine si nous avons eu le courage
de parcourir le château, que M. d'Arenberg a tiré de ses ruines pour en
faire une vaste et noble demeure. Elle a un caractère de château de
chasse que j'aime; c'est grave, simple, commode, et situé au milieu de
fort beaux bois. Je préfère beaucoup Menetou à leur château de
Franche-Comté, Arlay. Les trois enfants de ma cousine sont bien élevés,
gais et gentils; tout l'intérieur est fort heureux, fort uni,
raisonnable, bien et largement établi.

A l'extrémité de la maison, ce n'est qu'ébauche encore, mais avec de
beaux bois, de l'espace et de la fortune, tout s'arrange assez
facilement, et ces trois conditions sont toutes à la disposition des
d'Arenberg. Je ne blâme qu'une seule chose à Menetou, c'est l'horrible
barbouillage de rouge, blanc et orange dont on a enduit les murs
extérieurs. M. d'Arenberg dit que c'est flamand, cela me semble hideux.
Le chenil est un véritable petit bijou; en tout, la vénerie domine, et
tout s'y fait au son des fanfares et au bruit des chiens. Les enfants
savent par cœur toutes les chansons de chasse, et distinguent à
l'instant la _vue_ du _débouché_ et le sanglier du marcassin; c'en est
curieux.


_Lyon, 14 décembre 1841._--Avant-hier, dimanche, après la messe, nous
sommes parties, escortées par mon fils Valençay et par M. d'Arenberg,
pour Bourges, où j'ai visité la maison, assez curieuse, de Cujas, et
celle, bien intéressante, de Jacques Cœur; puis l'École normale,
autrefois la maison du frère de Jacques Cœur; de là, l'ancien palais de
Charles VII devenu maintenant un couvent de Sœurs bleues; et enfin la
Cathédrale. On y lisait l'oraison funèbre de M. de Villèle, dernier
Archevêque de Bourges. Don Carlos[46], sa femme et ses enfants
assistaient avec raison à cet hommage rendu au Prélat qui, par ses
aumônes et ses respects, adoucissait leur triste captivité. Don Carlos
est moins laid, surtout moins chétif que je ne pensais; sa femme était
tellement cachée par son chapeau que je n'ai pu la distinguer. Ce chapeau
et ce châle étaient ceux d'une pauvresse; cela fait pitié. Je suis passée
devant la petite et triste maison qui leur est assignée, et qui est
entourée de corps de garde et de gens de la police.

  [46] Après de longues luttes entre les Carlistes et les
  Christinos, qui inondèrent la péninsule de sang jusqu'en 1839,
  Don Carlos dut, à cette époque, chercher un refuge en France. Il
  reçut pour résidence la ville de Bourges, y fut étroitement
  surveillé, et obtint seulement en 1847 la faveur de passer en
  Autriche.

Pour changer de chevaux, à Bourges, il faut des formalités infinies, des
autorisations du Préfet, des visas, enfin, c'est insupportable. Après
avoir passé par toutes ces vexations et avoir déjeuné, nous nous sommes
séparées de M. de Valençay et de M. d'Arenberg. Nous espérions gagner
Moulins le même jour, mais le temps était devenu si effroyable, que nous
avons pris gîte dans un horrible cabaret où il fumait à aveugler. Au
petit point du jour, nous nous sommes remises en route hier, et sommes
arrivées ici aujourd'hui à midi. Lyon m'a frappée comme par le passé
(c'est la cinquième fois que j'y viens) par sa position originale et
pittoresque, mais j'y ai trouvé un changement fâcheux, depuis quinze ans
que j'y étais venue pour la dernière fois: c'est que l'énorme quantité
des machines à vapeur qui s'y sont accumulées et l'usage du charbon de
terre ont noirci tous les édifices; le brouillard de la saison est teint
en noir, précisément comme à Londres, de sorte qu'à la couleur générale
et à l'odeur j'ai eu peine à comprendre que je n'étais pas en Angleterre.
Lyon a beaucoup perdu par là, et même la jolie place Bellecour me semble,
depuis qu'elle est d'un brun gris, ne plus justifier sa réputation.


_Aix-en-Provence, 17 décembre 1841._--Je n'ai heureusement aucun accident
à conter, et, malheureusement, aucune belle description à faire. Le ciel
même de la Provence est fort peu beau en ce moment; son sol, toujours
aride et dépouillé; les oliviers sont de vilains petits arbres, et la
région des orangers ne commence pas encore ici. La première fois que je
visitai le Midi, j'eus beaucoup de déceptions sous le rapport du paysage,
et chaque fois que j'y reviens, je me confirme dans la conviction,
qu'excepté la vue sur la Méditerranée, quand on y est parvenu, et la
couleur du ciel quand, par exception, il n'est pas voilé comme
maintenant, il ne faut rien demander de beau à ce pays-ci. Nous avons
visité Avignon assez en détail: c'était une ancienne connaissance pour
moi, mais Fanny en était curieuse, et nous y avons déjeuné ce matin. Nous
avons exploré l'ancien château des Papes, qui actuellement est une
caserne, et l'église de la Miséricorde.


_Nice, 20 décembre 1841._--Me voici donc au terme de ce voyage, qui a
duré quinze mortels jours! Nous avons quitté Aix avant-hier, après que ma
nièce eut satisfait à ses curiosités archéologiques; nous sommes parties
avec un soleil qui aurait été réjouissant, sans l'accompagnement du
mistral. Arrivées à neuf heures du soir à Brignoles, mais effrayées de
l'horrible saleté de l'auberge, nous nous sommes décidées à passer outre.
Une fois engagées dans les montagnes de l'Esterel, qu'il faut quatre
heures pour monter et trois pour redescendre, le froid est devenu cruel.
A l'aube du jour, les cimes des montagnes nous sont apparues couvertes de
neige. Au point culminant de la montagne, où se trouve le relais de
poste, vingt montagnards à allures assez sauvages, ayant tous des fusils
à la main, se disposaient à partir pour chasser les sangliers et les
loups qui habitent ces rudes contrées. Cette halte de chasseurs
montagnards, auxquels s'étaient joints des gendarmes et des douaniers,
tirant déjà à l'essai des coups de fusil dont les échos des rochers
répétaient le son, faisait un tableau qui aurait été curieux à dessiner,
mais personne de nous ne pensait au pittoresque, tant notre nuit nous
avait semblé glaciale. Arrivées dans la vallée, la température a
brusquement changé; le soleil était chaud, la mer bleue, les oliviers
grands et couverts de fruits, les orangers chargés de leurs pommes
dorées, les haies de rosiers en fleurs. La ville de Cannes, dominée par
son vieux château, se détachait à ravir, comme fond de paysage, sur les
âpres montagnes que nous quittions; l'île Sainte-Marguerite avec tous ses
souvenirs, nageant paisiblement sur cette mer d'azur, complétait fort
bien le paysage, dont nous avions besoin pour nous dégeler et nous
remettre en goût du Midi, contre lequel nous étions fort en train de
médire. Avant d'entrer à Cannes, nous avons vu à droite la _villa Taylor_
et à gauche la _villa Brougham_, qui ont l'air de maisons de campagne
d'agents de change retirés. Celle de lord Brougham est séparée de la
route par une grande grille en fer, dont chaque pointe est surmontée
d'une grande fleur de lis dorée.

De Cannes, il ne nous restait plus que neuf lieues à faire pour arriver à
Nice; il était neuf heures du matin, nous pensions donc pouvoir dîner
hier ici, mais voici nos malheurs! Arrivées à Antibes, dernier relais
avant Nice, à midi, point de chevaux, et déclaration formelle de ne
pouvoir en obtenir avant quatre heures, moment auquel on ne conduit plus
à Nice, à cause de la rupture du pont du Var, qu'on ne passe plus, une
fois la nuit venue. Nous voilà donc obligées de rester toute la journée à
Antibes, et d'y coucher; mais coucher où? Rien ne peut donner l'idée des
auberges de cette ville où jamais les voyageurs ne s'arrêtent: ce sont
des cabarets de muletiers, du plus dégoûtant aspect. On nous a servi un
repas qui nous a si bien révoltées que nous nous en sommes tenues au pain
sec, et au lieu de coucher dans des lits, qui cependant, après la nuit
précédente, auraient été très à propos, nous avons repris position dans
nos voitures. Enfermées dans ces boîtes, et remisées dans une écurie à
moitié grange, nous avons attendu le jour, qui a paru fort tard. Les
chats ont miaulé autour de nous[47], puis un gros orage a éclaté comme si
nous étions au cœur de l'été: le tonnerre, les éclairs, le déluge, tout
menaçait notre chétif abri. Enfin, à sept heures du matin, nous avons été
délivrées de notre prison, et nous nous sommes dirigées vers
Saint-Laurent du Var. Là, il a fallu quitter nos voitures et nous
embarquer dans une petite nacelle, qui, après nous avoir bien ballottées,
nous a fait arriver aux douanes sardes, où deux carabiniers nous ont
permis de nous chauffer à leur bivouac; nos voitures sont remontées à
trois quarts de lieue plus haut, où elles ont passé la rivière à un gué
presque impraticable, et à grand péril. Pendant ce temps, nous trempions
un peu de pain sec dans du vin du pays, fort aigre, et nous recevions,
sous des parapluies, des coups de vent et de pluie. Enfin, nous sommes
cependant arrivées à une heure à Nice, par une pluie battante, longeant
une mer furieuse; la bourrasque dure encore et soulève avec un bruit
affreux les vagues, jusqu'à leur faire presque toucher le sommet de la
terrasse sur laquelle est bâtie la maison dont j'occupe, avec Fanny, le
second étage. Nos fenêtres plongent sur la mer, rien en face, rien à
droite, rien à gauche que la mer. Par le soleil, la réverbération sera
affreuse; par la pluie, c'est une grande nappe grise qui se confond avec
le ciel et forme le plus triste rideau possible. Le bruissement des
vagues est aussi des plus lugubres. Notre salon est immense et malgré une
cheminée, très froid; ma chambre pourrait être chaude, car elle est très
petite, mais la cheminée fume; le tout est sale, comme le sont toutes les
anciennes maisons de Nice; je ne puis dire l'impression générale de
tristesse et de désolation que nous éprouvons. Le bon côté, et qui
console de tout le reste, c'est d'avoir revu Pauline, ni mieux, ni moins
bien que lorsque je l'ai quittée il y a sept mois, souffrant toujours de
la gorge, maigre et échauffée de teint, mais enfin sans aucune
aggravation. Les Castellane demeurent à un bout du quartier, qu'ici on
nomme _la Terrasse_, et moi à l'autre.

  [47] La duchesse de Talleyrand avait une peur innée et
  instinctive des chats, et ne put jamais la vaincre.


_Nice, 22 décembre 1841._--J'ai été, hier, entre le déjeuner et le dîner,
chez la Grande-Duchesse Stéphanie, qui passe l'hiver ici avec sa fille.
Elle m'a fait monter en voiture avec elle, pour nous promener sur la
jetée, par un ciel qui m'a rappelé le _Chain-Pier_ de Brighton. La
Grande-Duchesse est très bien logée, assez loin de la mer, au milieu d'un
charmant jardin, d'où il y a une belle vue sur la montagne. La maison est
bien meublée, gaie et propre; tout le contraire de la mienne et guère
plus cher. La Grande-Duchesse est infiniment mieux depuis qu'elle a pris
les eaux de Wildbad; mais son mouvement, son agitation, les soubresauts
de sa conversation, que la maladie avait amortis, ont repris avec un
redoublement vraiment inquiétant.

Je n'ai rien reçu de Paris hier; une nouvelle crue a emporté les barques
et a rendu le gué impraticable, de sorte que le Var ne pouvait plus se
passer, deux heures après le moment où nous l'avons traversé.


_Nice, 24 décembre 1841._--J'ai fait, hier, une grande quantité de
connaissances chez la Grande-Duchesse; peu valent la peine d'être
nommées, sauf les de Maistre. Elle met sur ses cartes: _la comtesse
Azelia de Maistre, née de Sieyès_. Ces deux noms vont singulièrement
ensemble. Du reste, elle paraît fort bonne personne, et lui, me semble
avoir tout l'esprit et l'espèce d'esprit qu'impose son nom.


_Nice, 25 décembre 1841._--Hier, après le déjeuner, j'ai mené ma nièce et
les Castellane à Saint-Charles, par le plus beau temps du monde; un
soleil trop beau, car on était en nage pour faire deux pas; le ciel était
magnifique, la vue belle et le parfum des roses, des violettes et des
fleurs d'oranger enivrant; en redescendant en ville, j'ai mis quelques
cartes et suis rentrée me reposer, car l'action de ce soleil ardent et
l'air vif de la mer éprouvent prodigieusement.

Il y a ici un singulier usage: la veille, et le jour de Noël, et toute la
nuit intermédiaire, on tire toutes les demi-heures des pétards; des
bandes de mariniers et de gens du pays traversent les rues en chantant et
en criant, à faire horreur, tant c'est bruyant. Depuis vingt-quatre
heures, ce sabbat ne cesse pas un instant, et a troublé, je pense, tous
les sommeils.


_Nice, 27 décembre 1841._--Je me souviens du temps où on allait à
Mannheim faire sa cour à la Grande-Duchesse Stéphanie, le jour de la
Saint-Étienne. Eh bien, hier, on a fêté ici ce même jour. A dix heures,
elle a été entendre la messe au collège des Jésuites; le Père Recteur,
qui est poli et aimable, avait invité une douzaine de personnes de la
société particulière de la Grande-Duchesse; ma fille et moi en étions. La
messe en musique a été très bien exécutée, puis, à la suite de la
Grande-Duchesse, on a visité, par exception, tout l'établissement, et les
dames ont tout vu, même les cellules des Pères. Dans chaque classe, un
des élèves a fait un petit discours simple, convenable et à propos. Nous
avons ensuite trouvé du café, du chocolat et des sorbets, avec beaucoup
de gâteaux et de bonbons, servis dans le parloir du Recteur, qui là, a
offert à la Grande-Duchesse un reliquaire, avec une relique de saint
Étienne. Comme elle professe une grande admiration pour Silvio Pellico,
il a ajouté un exemplaire, bien relié, des poésies de celui-ci, et une
lettre autographe de Pellico. Le Père Recteur a été le soutien et le
consolateur de la mère de Pellico, pendant que celui-ci était en prison,
et il a beaucoup contribué depuis à sa vie chrétienne. On dit que Silvio
Pellico vit maintenant dans une sainteté tout à fait rare. Ce petit
hommage, de fort bon goût, a eu le plus grand succès. Avant de quitter le
collège, on est entré dans le cabinet de physique, où on a fait plusieurs
expériences d'électricité; on est parti enfin; à la sortie, tous les
Pères et tous les élèves étaient en ligne, et le plus jeune des enfants a
offert à la Grande-Duchesse un bouquet comme on n'en fait que dans ce
pays-ci, où les fleurs abondent et où leurs couleurs et leurs parfums
sont incomparables. Toute cette matinée a été arrangée à merveille; rien
de pédant, rien de trop long; l'esprit et l'usage du monde, si
particuliers aux Jésuites, s'y étaient sensiblement montrés; les élèves
avaient un air de santé, de politesse avec de jolies façons.

Après dîner, nous avons été, avec Fanny et les Castellane, chez la
Grande-Duchesse, où la princesse Marie avait invité une cinquantaine de
personnes, pour assister à des proverbes accompagnés de couplets, que
plusieurs personnes de la société russe et italienne avaient arrangés
pour la circonstance, et qu'ils ont fort bien tournés.


_Nice, 29 décembre 1841._--J'ai fait plusieurs visites hier, entre autres
à la comtesse Louis de Narbonne, veuve de l'ami de M. de Talleyrand et
mère de Mme de Rambuteau. Elle est assez aimable et spirituelle, mais on
s'aperçoit aisément qu'elle a beaucoup vécu en province, et fort peu avec
son mari. Elle est Mlle de Montholon de naissance, et cousine du premier
mari de Mme de Sémonville.


_Nice, 30 décembre 1841._--C'était hier le jour où Pauline accomplissait
ses vingt et un ans! Double anniversaire de naissance et de majorité!
Elle est venue déjeuner chez moi avec son mari et sa petite fille. Elle y
a trouvé quelques petits souvenirs et un gâteau allemand, avec autant de
bougies que d'années. Cette petite surprise lui a fait plaisir. Dans la
matinée, j'avais été avec Fanny et son ancienne gouvernante, visiter un
jardin réputé ici, placé à mi-côte, garanti du vent par des collines
boisées, avec des doubles vues, des montagnes et de la mer, extrêmement
jolies. La villa qui est au milieu était fermée; mais le jardin, très
riche en fleurs rares et beaucoup plus soigné qu'ils ne le sont
généralement ici, était ouvert; nous avons rencontré le propriétaire,
négociant de Nice, au bout d'une allée où il dirigeait ses ouvriers. Il a
été très poli, nous a comblées de fleurs, et m'a promis des graines pour
Rochecotte. Sa villa s'appelle «Sainte-Hélène». Nous sommes revenues fort
contentes de notre promenade, quoique le temps fût un peu rèche.


_Nice, 31 décembre 1841._--La Grande-Duchesse est arrivée chez moi, hier,
à l'issue de mon déjeuner, et m'a enlevée pour me mener dans une maison
de campagne des environs, fort bien située, et remarquable par des fonds
boisés et couverts de pins, de chênes-verts et d'arbousiers. L'ombre est
une chose rare ici, où les jardins sont en général en terrasses, en plein
midi, et conduisant tous plus ou moins près de la mer; une variété, dans
ce genre, ne laisse pas que d'avoir son mérite. D'ailleurs, la promenade
d'hier m'a fait songer à celle que je me suis arrangée dans le bois de
Rochecotte, et sous ce rapport, déjà, elle m'a plu. Le propriétaire est
un négociant retiré, vieux célibataire. Il est très poli, et, selon
l'usage du pays, il nous a comblées de bouquets, et fait prendre de
l'orangeade. J'ai trouvé cette boisson un peu fraîche pour la
circonstance, car il ne faisait pas chaud du tout, surtout dans la
calèche qui nous a amenées; aussi suis-je revenue de chez la
Grande-Duchesse chez moi à pied pour me réchauffer; c'est une distance à
peu près comme celle du Louvre à l'Arc de Triomphe des Champs-Élysées.

C'est aujourd'hui le dernier jour d'une année que je vois finir sans
regret. Elle a compté double dans ma vie par sa longueur; elle ne m'a pas
été, cependant, hostile. Les mois passés à Rochecotte ont été paisibles,
et ceux où j'ai habité l'Allemagne n'ont manqué ni d'intérêt ni de
satisfaction.

Nous voici au second anniversaire de la mort de Mgr de Quélen. Il ne
saurait passer inaperçu pour moi, car j'ai perdu beaucoup en lui, et sa
bonté égale, constamment protectrice, a laissé un de ces vides qui ne se
remplissent pas, car rien ne remplace la consécration du temps.



1842


_Nice, 1er janvier 1842._--Hier, j'ai été, avec mon gendre, faire une
très belle promenade. Nous avons été en voiture jusqu'au pied d'un rocher
sur lequel est bâti un couvent d'hommes. L'église en est jolie, surtout
par un portique avancé, sous lequel on a une très belle vue de la mer,
d'où l'on découvre Nice, le fort Saint-Elme et tous les points principaux
de la contrée, gracieusement encadrés. On monte à pied au couvent, qui
s'appelle Saint-Pons; l'ordre religieux qui s'y trouve est assez nouveau,
et se nomme _gli oblati della santissima Virgine_. Les jeunes prêtres
ordonnés, entre le moment où il leur est permis de dire la messe et celui
où ils peuvent exercer le saint ministère de la confession, c'est-à-dire
où ils ont charge d'âmes, viennent ici passer un an pour s'y préparer.
C'est un établissement que je crois particulier à Nice et qui me paraît
fort sage.


_Nice, 2 janvier 1842._--J'ai été, hier soir, avec les Castellane, à la
réception officielle du gouverneur de Nice[48]. Il est d'usage, ici,
qu'au premier jour de l'An, toutes les personnes du pays qui sont
présentées à la Cour et tous les étrangers aillent, les hommes en
uniforme et les femmes en grande parure, à cette réception. On est censé
aller féliciter le Roi et la Reine de Sardaigne. Cela ressemble un peu à
un _drawing-room_ de Londres, et pas mal à un des grands raouts
diplomatiques de Paris. Il y avait quelques figures étranges, mais, à
tout prendre, du beau monde; on y étouffait. Quelques parties se sont
formées dans le dernier salon, où il faisait moins chaud; les glaces et
les rafraîchissements circulaient, et les fleurs qui, ici, ne manquent
nulle part, s'y trouvaient en profusion, ainsi que beaucoup de lumière.
Le tout ensemble avait bel air. J'ai fait deux fois le tour des salons,
une fois au bras de mon gendre, et l'autre, au bras du duc de Devonshire
qui me soigne beaucoup. La Grande-Duchesse y était couverte de diamants,
mais pas en beauté, car elle n'avait rien autour du visage, ce qui la
vieillissait. La Princesse Marie est mieux aussi quand elle est moins
parée.

  [48] Comte de Maistre.


_Nice, 3 janvier 1842._--Je ne puis dire combien les églises, ici, me
déplaisent; on a beaucoup de peine à s'asseoir; on est entouré d'une
population sale, dégoûtante, qui crache et vous infecte de vermine. Puis,
l'architecture est toute gâtée par de vilains lambeaux d'étoffe d'or et
de soie, tous passés, tous déchirés, du plus vilain effet. Le chant des
pénitents, qui forment ici des confréries, n'est pas mélodieux. Excepté
ce que j'ai vu au collège des Jésuites, rien de ce qui est religieux ne
m'a édifiée ici. Dans les rues, vous êtes assaillis par les plus hideux
mendiants; tous les escaliers sont encombrés par eux, et d'une saleté
telle, qu'on rentre avec des jupons bons à jeter.


_Nice, 4 janvier 1842._--Il fait gris et humide; c'est à se croire à
Brighton. C'est le troisième jour de cet agréable temps, qui fait ici
l'effet d'une trahison. Quand il fait clair, on est constamment sous la
menace d'une maladie inflammatoire, parce que le vent aigre combat
victorieusement l'action ardente du soleil, qui ne rend le vent que plus
dangereux; et quand le soleil se cache, le vent, à la vérité, cesse, mais
alors, on a devant soi ce grand drap gris de la mer, qui a l'air d'un
linceul prêt à vous envelopper; autant être à Paris ou à Londres!

On me mande, de Paris, que la condamnation de Dupoty sera probablement
attaquée, comme illégale, à la Chambre des Députés[49]. Cependant, la
nomination de M. Sauzet à la Présidence, et cela à une grande majorité,
est un bon début pour le Ministère. On ne sait comment se passera le
retour de Madrid de Salvandy, qui n'a pas voulu remettre ses lettres de
créance à Espartero. Les Ambassadeurs à Paris trouvent qu'il a eu raison,
et qu'il y a un exemple de pareille chose sous Louis XIV.

  [49] Dupoty, républicain ardent, avait combattu vivement le
  gouvernement de Juillet, dans quelques journaux qu'il dirigeait.
  Lors de l'attentat de Quesnel sur le duc d'Aumale, en 1841,
  Dupoty fut poursuivi, traduit devant la Chambre des Pairs, sous
  l'inculpation de complicité morale, et condamné à une détention
  de cinq ans. Il ne devait recouvrer la liberté qu'à l'amnistie de
  1844.



_Nice, 5 janvier 1842._--On m'écrit, de Paris, que le second procès de la
Chambre des Pairs ne sera ni long ni difficile. Les révélations faites
par les accusés, condamnés à mort et qui ne seront pas exécutés,
permettront d'arrêter et de mettre en accusation une soixantaine
d'individus, mais toujours de la même classe; on se bornera à n'en mettre
en jugement que quatre ou cinq, qui sont un peu au-dessus de la classe
des ouvriers, et sont les plus compromis. On dit que ce qui résultera de
plus important de cette seconde affaire, c'est la manifestation des liens
existant entre les communistes, les égalitaires et la société réformiste
dont sont MM. Arago, etc., etc., et dont M. Dupoty était le secrétaire.

On est fort occupé de la question d'étiquette qui, en Espagne, arrête
Salvandy. M. Guizot dit qu'il a envoyé des instructions très précises à
Salvandy de revenir, si Espartero persiste à ne pas vouloir lui permettre
de présenter ses lettres à la petite Reine. On s'attendait à son retour.
C'est faire bien peu de cas de la France que de laisser partir son
Ambassadeur, parce qu'il réclame une chose toute naturelle. Quand
Cellamare et je ne sais plus quel autre ambassadeur sont venus à Paris,
ils ont remis leurs lettres de créance à Louis XV, âgé de six ans, et non
pas à M. le duc d'Orléans, Régent. Cela se dit et se répète beaucoup,
mais ne fait pas d'effet à Madrid.


_Nice, 6 janvier 1842._--_Il a neigé hier, plusieurs heures de suite, à
Nice!_ et cela par un vent qui nous glaçait, tout accroupies que nous
étions auprès de la cheminée, dans laquelle je fais une énorme
consommation de pommes de pin et de petites branches d'olivier, qui se
vendent _à la livre_, ici; je m'y ruine sans parvenir à me réchauffer.


_Nice, 7 janvier 1842._--Il a neigé, hier, à peu près tout le jour; la
neige a si bien tenu que, sur la terrasse qui sépare ma demeure de la
mer, et qui est une promenade publique, tous les gamins de Nice se sont
rassemblés et ont fait, en poussant des cris sauvages, de grosses boules
de neige, qu'ils lançaient ensuite, insolemment, en hurlant de la façon
la plus animale, à la face des passants. J'ai regardé ce singulier
spectacle de mes fenêtres, car je ne suis pas sortie de la journée.

Mon grand salon me désole pour deux motifs: le premier, parce qu'il n'y a
pas moyen de le chauffer; le second, parce qu'il m'a valu, de la part de
la Grande-Duchesse, une demande de soirée. Les Castellane ayant appuyé la
motion, j'y ai consenti, quoique à regret, parce que c'est toujours plus
ou moins un embarras, et que je suis profondément paresseuse. J'ai donc
livré mon salon à la Princesse Marie, à Fanny et à Pauline; j'ai chargé
mon gendre de tous les arrangements matériels, et j'ai déclaré que je ne
me mêlerais de rien, que de payer et de faire des révérences aux invités.
Cela convient à la jeunesse! La Grande-Duchesse veut un quadrille et elle
met tout Nice en mouvement pour cela. Cela doit avoir lieu lundi
prochain, le 10; il y a cent cinquante personnes sur ma liste. Cela
s'appellera un _thé dansant_. Le quadrille sera de douze dames
représentant les mois, et de quatre enfants, représentant les saisons; je
sais mal les détails, ne m'en mêlant pas. C'est, au fait, la
Grande-Duchesse et Pauline, qui est plus en train, ici, que je ne l'ai
vue depuis longtemps, avec le comte Eugène de Césole, qui arrangent tout
chez la Grande-Duchesse. Je ne livre mon salon que le matin même du jour.


_Nice, 11 janvier 1842._--Ma soirée a eu lieu hier; ce n'était pas
précisément un bal, mais un thé, avec un peu de musique, après lequel on
a dansé trois contredanses, une mazurka et deux valses; tout était fini à
une heure.

A l'occasion du départ du comte Pahlen de Paris, notre Mission, à
Saint-Pétersbourg, a eu ordre de ne pas aller à la Cour le jour de la
Saint-Nicolas, et tout le monde s'est dit malade. Ordre alors à M. de
Kisseleff et à tous les Russes de ne pas paraître aux Tuileries le Jour
de l'An. A ce sujet, Barante me mande ceci: «Je m'attendais depuis
longtemps à ce que la bizarre idée de manifester ses sentiments
personnels, en dehors de la politique de son Cabinet, conduirait
l'Empereur à la nécessité d'une détermination tranchée; je crois,
pourtant, qu'encore à présent, il tâchera qu'elle ne le soit que le moins
possible. Il est très probable qu'il y aura un retard indéfini au retour
du comte Pahlen.»

Du reste, notre Ministère a la majorité, et paraît très satisfait.


_Nice, 13 janvier 1842._--On m'écrit, de Paris, que M. de Salvandy a,
décidément, ordre de revenir avec tous ses attachés. Son ambassade aura
été de courte durée. Nous voici aussi mal avec l'extrême Midi qu'avec
l'extrême Nord de l'Europe! Tout le monde s'accorde à dire que la
prétention d'Espartero était inadmissible et que c'est l'Angleterre qui a
soufflé le feu!


_Nice, 16 janvier 1842._--A Saint-Pétersbourg, on a _déprié_ Casimir
Perier[50] de plusieurs soirées où il était invité, et, par ordre
supérieur, les loges, à droite et à gauche de la sienne, au théâtre,
restent vides. Où tout cela conduira-t-il?

  [50] Alors Chargé d'affaires de France à Saint-Pétersbourg.


_Nice, 17 janvier 1842._--J'ai fini hier ma matinée chez la femme du
gouverneur, la comtesse de Maistre, qui était en famille: sa
belle-sœur[51], non mariée, a l'esprit fin; M. de Maistre cause avec
distinction, et Mme de Maistre a l'air de la meilleure femme du monde.
J'ai passé là les moments les plus agréables, comme conversation, que
Nice puisse offrir.

  [51] Plus tard, Mme de Terray. Elle était née en 1787.


_Nice, 19 janvier 1842._--Il a fait hier, une journée charmante; aussi me
suis-je promenée à pied avec mon gendre pendant deux heures, flânant le
long de la mer; regardant les pauvres galériens travailler au port;
examinant les effets du soleil sur la mer et ses brillants reflets sur
les montagnes, dont le dernier plan était couvert de neige; suivant des
yeux les navires avec leurs voiles latines, et échangeant, de temps en
temps, quelques mots de politesse avec des connaissances qui, attirées
par ce jour d'exception, faisaient comme nous.

Mme de la Redorte mande, de Paris, que rien n'égale les ovations que le
parti carliste fait au Chargé d'affaires de Russie, M. de Kisseleff,
depuis _l'éclat_ des susceptibilités: il a été reçu triomphalement à leur
club, sans même avoir demandé à l'être. Du reste, il est invité au grand
bal des Tuileries, et on suppose qu'il s'y rendra. Elle dit aussi que les
rapports de M. Guizot et de Mme de Lieven ont pris un caractère tel que
l'opinion s'en émeut, et qu'il est possible qu'on en parle à la Chambre
des Députés. Les journaux, à ce qu'il paraît, ne s'en gênent pas.


_Nice, 20 janvier 1842._--J'ai passé ma matinée d'hier à préparer les
atours d'un quadrille, qui était confié à ma direction. Après le dîner,
j'ai coiffé mes quatre dames. Elles ont fait, avec beaucoup de succès,
leur entrée au bal avec leurs quatre cavaliers; Pauline et Fanny en bleu
et noir, Mme de Césoles et une dame italienne en rose et noir, toutes
quatre couvertes de diamants, portant de très bonne grâce la mantille
espagnole. M. de Césoles et Frédéric Leveson, fils de lord Granville,
étaient les cavaliers bleus, le comte d'Aston et un jeune Russe, les
cavaliers roses. Le bal était joli, parfaitement éclairé, avec un grand
nombre de costumes soignés et élégants, mais il me semble que notre
quadrille était le plus joli; Mme de Césoles et Pauline ont été les
reines de la fête. Mme de Césoles a une figure toute espagnole, et
quoique fatiguée par six enfants coup sur coup, elle est encore, à l'aide
d'un peu de parure, fort jolie; elle est très douce, et gentille
personne. Pauline est ici en beauté; elle y est, de plus, très à la mode,
très fêtée, un peu la première partout; cela plaît à tout le monde, même
aux plus sages, et cela lui donne un entrain qui l'embellit.


_Nice, 21 janvier 1842._--J'ai reçu une lettre du duc de Noailles, qui me
dit le mariage de sa fille avec leur cousin Maurice. Il consacre ensuite
quatre pages à me faire l'éloge du talent de Mlle Rachel; à me dire qu'il
lui donne des conseils pour jouer Célimène, et que le conseil principal
consiste _à aimer beaucoup_, tout le secret du rôle étant là.

Hier, il a fait très beau, et j'en ai profité, pour faire à pied, avec
mon gendre, l'ascension d'une montagne imposante, qui sépare le vieux
Nice du nouveau. On a fait une route tournante, par laquelle on gravit
assez commodément cette montée; en haut, on a devant soi une vue de mer
qui, à certaines heures, permet de distinguer non seulement les îles
Sainte-Marguerite, mais encore la Corse; à droite et à gauche, on plonge,
comme dans un panorama, sur la nouvelle et la vieille ville; et enfin, en
se retournant, on est en face de toute l'enceinte des collines qui
enferment Nice du côté du nord; ces collines sont plantées, semées de
villas, d'églises, de couvents, et ont en arrière-plan d'assez beaux
rochers qui eux-mêmes s'appuient sur des pics couverts de neige. La
variété et l'étendue des points de vue rendaient cette promenade
intéressante. Au haut de la montagne, sur une plate-forme assez vaste, se
trouvent les vestiges d'un ancien fort ruiné.


_Nice, 24 janvier 1842._--J'ai été, hier, après le dîner, chez la
Grande-Duchesse Stéphanie, écouter la lecture d'une pièce nouvelle de
Scribe, qui fait beaucoup de bruit en ce moment à Paris, et qui s'appelle
_la Chaîne_; c'est M. de Maistre, qui lit très bien, qui nous l'a lue:
elle est en cinq actes, le dialogue est spirituel, l'intrigue bien nouée
et l'entente de la scène parfaite, enfin, elle a beaucoup d'intérêt;
seulement, j'y ai retrouvé cette trivialité du style qui est le propre de
l'auteur, puis un peu trop de complication dans les événements, ce qui
ôte de la rapidité à l'action et fatigue, par moment, le spectateur. A la
représentation, elle doit faire beaucoup d'effet.

Barante me mande ceci: «Notre petite querelle avec la Russie semble
apaisée; on s'est rendu coup d'épingle pour coup d'épingle. Il convient à
l'Empereur d'en rester là, et peut-être soignera-t-il désormais un peu
ses procédés? On dit que le comte Pahlen pourrait être de retour dans six
semaines. Tous les Russes d'ici avaient une amusante peur d'être rappelés
de leur cher Paris!

«M. de Salvandy va arriver aujourd'hui, après une belle ambassade; le
fond de l'affaire eût été le même avec tout autre, mais on assure que le
langage, l'attitude, les rédactions ont été quelque chose d'inouï dans
les annales de la diplomatie. J'en suis fâché, car il est homme
honorable, excellent; il a de l'esprit et un bon jugement.» Voilà
Barante. Voici maintenant Salvandy lui-même, qui m'écrit en date du 16
janvier, de Tours, retournant à Paris: «J'ai vécu, pendant six semaines,
dans tous les ennuis et toutes les appréhensions: un travail continu
(plus de dépêches que jamais ambassade effective et prolongée n'en a
écrit) remplissait mes jours et mes nuits. J'ai rencontré des difficultés
que j'avais signalées, et contre lesquelles on m'avait hardiment rassuré;
d'odieuses intrigues les ont rendues insolubles. Pendant seize jours,
rien ne m'a été écrit,--des courriers ordinaires même m'ont été
supprimés. J'ai prolongé l'incident tant qu'il a été supportable; je l'ai
clos, quand il fallait fuir ou être chassé. Maintenant que ferons-nous?
Je garantis une seule chose, c'est qu'en Espagne, la France peut tout ce
qu'elle veut. L'Espagne m'a amplement dédommagé des insolences suggérées
à ses gouvernants. J'ai trouvé, à Bayonne, une excellente note de lord
Aberdeen, qui espère qu'il n'y a pas eu en ceci de _menées anglaises_, et
se prononce pour le principe soutenu par la France. Je vais savoir, à
Paris, ce que deviendra toute cette affaire.»


_Nice, 26 janvier 1842._--La duchesse d'Albuféra m'écrit le retour à
Paris de M. de Salvandy et dit qu'on lui prête mille ridicules, comme,
par exemple, d'avoir écrit, de Tolosa: _L'ambassade de France touche aux
Pyrénées, demain elle passera la Bidassoa._ Il a envoyé, de distance en
distance, ses attachés, l'un après l'autre, à franc étrier sur Paris,
pour annoncer sa marche; il avait laissé le jeune fils de M. Decazes à
Madrid, comme Chargé d'affaires. L'assentiment unanime des Cortès aux
exigences d'Espartero embrouille encore la question.

Le nouveau _Stabat_ de Rossini fait fureur à Paris: on dit que c'est
superbe, mais nullement religieux, et que des paroles profanes iraient
tout aussi bien à cette composition. Du reste, elle a le mérite de
prouver que ce beau génie musical n'est pas éteint, comme on pourrait le
craindre après un si long silence. On dit que la Grisi est admirable dans
les solos de ce _Stabat_. Elle a la tête tournée pour le chanteur Mario;
son mari veut se séparer d'elle; elle s'y refuse, on ne sait pas
pourquoi, et se voit au moment, par ce refus, obligée de donner, je ne
sais par suite de quelle condition, 800000 francs à ce mari, ce qui ne
plaît pas à la dame; elle en montrait de la tristesse à Lablache qui,
avec son inimitable accent italien, l'engageant à se séparer plutôt que
de payer, lui a dit: _Mâ, qu est-ce que ça te fait? Tout le monde il sait
bien qué tou es oune coquine._ Après une citation de si bon goût, je me
tais.


_Nice, 28 janvier 1842._--J'ai fait hier une visite à la Princesse Marie
qui est retenue chez elle par une indisposition. Elle m'a appris
plusieurs mariages princiers: celui de la Princesse Marie de Prusse,
cousine du Roi, avec le Prince Royal de Bavière (c'est un mariage mixte,
mais tous les enfants seront catholiques); celui d'une des jeunes
Princesses de Bavière avec l'Archiduc héritier de Modène; celui du Prince
Royal de Sardaigne avec une des filles de l'Archiduc vice-roi de Milan;
et, enfin, celui de la Princesse de Nassau, demi-sœur du Duc régnant,
avec le Prince de Neuvied. Je voudrais bien qu'il s'offrit aussi un parti
pour la pauvre Princesse Marie elle-même: je crois que ce serait le vrai
remède aux terribles agitations nerveuses de sa mère.

Mme de Lieven me mande ce qui suit: «Salvandy a manqué de savoir-faire,
Aston de bonne volonté, le Gouvernement espagnol d'intelligence, car,
évidemment, tout ceci est contre son intérêt; on travaillait à le faire
reconnaître par les autres puissances; ce qui vient de se passer, à
Madrid, au sujet du point d'étiquette, éloigne ce moment de toute la
durée de la régence d'Espartero. Le Cabinet anglais a pris fait et cause
pour la France, mais cela est venu un peu tard, car Salvandy était parti,
et, jusque-là, Aston avait soutenu les prétentions d'Espartero. Cependant
on prend acte de l'opinion de l'Angleterre; elle aura tout son poids.

«Je ne vous dis rien des indispositions de Périer et de Kisseleff: elles
sont finies. Mon frère m'annonce le retour prochain de notre ambassadeur
ici.

«Voilà donc le Roi de Prusse en Angleterre[52]. Figurez-vous qu'à son
arrivée à Ostende, les vaisseaux anglais n'y étaient pas encore. Au fond,
tout le monde trouve que le Roi de Prusse fait trop; assurément, jamais
grand souverain n'a fait autant. Lord Melbourne sera du baptême; les
Palmerston sont conviés pour un autre jour, lady Jersey, je crois,
jamais: imaginez qu'elle n'a pas vu la Reine, depuis que son mari est
Grand-Écuyer! Je ne sais pourquoi, le Roi Léopold n'est pas du baptême;
c'est étrange.»

  [52] Le Roi Frédéric-Guillaume était allé en Angleterre à
  l'occasion du baptême du Prince de Galles, dont il fut le
  parrain.


_Nice, 2 février 1842._--C'est aujourd'hui un jour qui autrefois se
fêtait toujours dans notre intérieur: M. de Talleyrand était né le 2
février 1754, il y a quatre-vingt-huit ans, et il y en a bientôt quatre
qu'il est mort. Pour qui avance dans la vie, elle se remplit
d'anniversaires douloureux, qui la marquent amèrement...

Hier, j'ai été, avec la Grande-Duchesse et une assez nombreuse société,
en France, c'est-à-dire de l'autre côté du Var, au château de Villeneuve,
qui appartient à M. de Panis, gentilhomme riche et considérable de
Provence, que j'ai connu, autrefois, chez une de ses cousines. Il passe
ses hivers dans ce château auprès du Var; il l'a restauré, et sans le
badigeonnage jaune dont il a coloré les anciens murs et les grosses
tours, il serait remarquable de construction, comme il l'est de vue et de
situation.


_Nice, 7 février 1842._--Une migraine m'a fait manquer, hier, un des
grands amusements de l'Italie, le jour du Dimanche gras, c'est la
bataille des _confetti_: tout le monde était sur le cours, se jetant des
dragées; les personnes que j'ai vues le soir ne pouvaient plus remuer
leurs bras, tant elles avaient lancé de bonbons. Cela se passe aux joies
et aux cris de tous les gamins, qui hurlent d'une telle sorte que je les
entendais de mon lit. Un petit navire de guerre français est en rade ici.
L'équipage a débarqué et s'est promené sur le Cours, les matelots, en
habits de fête, dansant une danse qui leur est particulière. On dit que
cela a été fort joli. Mon gendre a invité les officiers de ce brick à
venir ce soir au spectacle qu'il donne chez lui.

Il y a ici un singulier usage pendant le Carnaval: le matin, toutes les
rues sont pleines de masques et l'entrain va jusqu'à la folie, mais à la
chute du jour, les masques tombent, et tous ceux qui appartiennent à des
Confréries se revêtent de leurs habits de pénitents; hommes et femmes,
cierges en mains, ils suivent les processions qui, au même instant,
sortent de chaque église au son des cloches; le curé, sous le dais,
portant le Saint-Sacrement, clôt la marche. Partout où passent ces
processions, qui ont un aspect fort singulier, car il y a des pénitents
gris, blancs, noirs et rouges, tout ce qui se trouve de monde dans les
rues se jette à genoux; les pénitents chantent et agitent leurs cierges;
cela a quelque chose de plutôt sinistre que d'édifiant. Les processions
finies, les bals masqués commencent. Ces processions sont destinées à
expier ou à contre-balancer les folies du Carnaval!


_Nice, 8 février 1842_ (_Mardi gras_).--Ma matinée d'hier s'est passée à
fabriquer les costumes de Pauline. La Grande-Duchesse lui avait prêté des
diamants qui, avec ceux qu'elle a et les miens, ont produit le plus bel
effet. Elle était fort en beauté, et s'est très bien tirée du rôle
difficile de la duchesse de Chevreuse dans _Un duel sous Richelieu_, qui
est un mélodrame à grands effets; un duo-bouffe, chanté par deux
Italiens, a séparé le drame de la petite pièce, _les Héritiers_, dans
laquelle mon gendre, jouant le rôle d'Alain, a été supérieur. Toute la
troupe a bien joué; la salle était très jolie, et tous les accessoires
très bien. Les acteurs sont venus souper chez moi, où la Grande-Duchesse
m'a fait l'heureuse surprise d'arriver. Elle a voulu qu'on bût à ma
santé, ce spectacle ayant été donné pour ma fête, qui était le 6 février,
mais qu'on avait dû remettre à cause du dimanche. Tout n'a fini qu'à deux
heures du matin: c'était un peu fatigant, mais on y a mis une telle
obligeance pour moi, que je n'ai pu qu'en être fort reconnaissante et en
conserver un agréable souvenir.


_Nice, 9 février 1842_ (_Mercredi des Cendres_).--Hier, j'ai pu prendre
part à tout ce qui a marqué ici les folichonneries carnavalesques.
D'abord, un déjeuner dansant chez une grande dame russe, dont la maison
est au milieu d'un des plus beaux jardins de Nice; de là, on s'est rendu
au _Corso_ où la bataille des _confetti_ avait déjà commencé. J'étais
avec la Grande-Duchesse, la Princesse Marie et Fanny; après avoir fait un
tour en calèche, nous avons été nous placer sur une terrasse réservée,
d'où nous avons grêlé, sur les passants, des dragées; on nous en jetait,
de bas en haut, et les plus élégants, au lieu de dragées, jetaient de
petits bouquets de violettes et de roses. Pour jeter les dragées, on a
des espèces de cuillères, avec lesquelles on lance très loin; les femmes
tiennent, devant leurs yeux, des masques en fil de fer, car ces dragées,
lancées avec force, ne laissent pas de faire très mal, quand elles
atteignent la peau. Ce qui vraiment est singulier, mais réel, c'est
l'espèce de rage qui gagne les plus calmes: on finit par en perdre la
tête. Pauline était la plus animée de tout le _Corso_. On me racontait
que feu l'Empereur d'Autriche François II, qui, assurément, n'était rien
moins que vif et animé, se trouvant à Rome lors du Carnaval, était devenu
comme enragé à cette bataille. Le beau monde est le plus acharné: le
peuple ne songe guère qu'à ramasser les dragées. La musique militaire
jouait au bout du Cours; le temps était superbe, aussi est-on resté
jusqu'à la nuit close à l'air, sans avoir froid. A huit heures et demie,
bal chez d'autres étrangers, incomparablement le plus joli, le mieux
arrangé et le plus gai de tous ceux qui ont été donnés ici.

La Grande-Duchesse m'a conté une nouvelle qui lui fait de la peine. C'est
le mariage de la Princesse Alexandrine de Bade avec le Prince héréditaire
de Cobourg. Il lui est amer de voir tous les partis possibles échapper
pour sa fille tandis que, vraiment, la Princesse Marie est beaucoup plus
agréable, plus distinguée et plus riche que sa cousine. La
Grande-Duchesse s'inquiète du sort de sa fille après elle, surtout depuis
la mort de la Reine douairière de Bavière. Elle a aussi des inquiétudes
pour les Wasa, qui sont horriblement dérangés dans leur fortune.


_Nice, 10 février 1842._--Le temps était incomparable hier, le mois de
mai n'est pas plus beau à Paris: aussi, après l'office des Cendres et le
déjeuner, avons-nous voulu en profiter. Les Castellane, dans leur petite
voiture traînée par deux poneys corses, Fanny, le comte Schulenbourg,
mon beau-frère, venu de Milan, me faire une petite visite, et moi, à
ânes, avons été à Villefranche, petit port de mer situé pittoresquement.
On y arrive par un chemin assez difficile, mais où les points de vue sont
admirables. Un vaisseau de guerre sarde sortait du port, et nous l'avons
vu, du haut du fort qui sert en même temps de prison d'État, appareiller
et faire la manœuvre nécessaire pour prendre le vent, afin de sortir de
la rade, et gagner la pleine mer. Ces mouvements, lents et précis, d'un
beau bâtiment, glissant sur une mer de lapis et de diamants, dont les
voiles blanches sont éclairées par un soleil du midi, forment un des plus
beaux spectacles qui se puissent rêver, et un de ceux qui saisissent le
plus la pensée aussi bien que les yeux!


_Nice, 17 février 1842._--J'ai reçu hier cette lettre du pauvre Salvandy:
«Depuis mon retour, j'ai été saisi d'un sentiment uniforme et profond de
découragement, de dégoût et d'ennui. La goutte s'y est mêlée, plutôt
comme un secours que comme un surcroît, car elle m'a dispensé de sortir,
de voir du monde. Ce n'est que depuis quelques jours que je suis entré en
communication avec les salons. Il me faudrait des volumes pour vous dire
toutes les choses qui, à mon retour, m'ont émerveillé et attristé. Ainsi,
j'ai reçu une approbation entière sur tous les points, sauf sur les longs
délais que j'avais mis à quitter Madrid, tandis que, dans le monde,
j'étais accusé d'avoir agi trop précipitamment. J'ai trouvé, dans la
société assez restreinte où je devais me croire des amis, une
malveillance qui m'a blessé. J'ai trouvé que ce temps de mes délais, que
j'avais accordé à préparer la politique qu'on voudrait adopter (si on
pouvait en adopter une), avait été employé à préparer l'opinion contre
moi. Les belles dames savaient une foule de mots de mes dépêches, la
plupart controuvés, bien entendu, ou étrangement dénaturés, et c'étaient
précisément celles des belles dames de Paris, dont je croyais pouvoir
attendre le plus de défense, parce que ce sont elles qui ont, avec le
chef et les hauts employés du département, le plus de relations.
Cependant, comme il m'a fallu envoyer toutes mes notes aux grandes Cours,
il m'en revient une approbation flatteuse; Sainte-Aulaire m'écrit que ce
sont des monuments de droit public qui resteront; Bresson me fait dire
les mêmes choses de la part de la Cour de Prusse.

«La position ministérielle, ici, me paraît très précaire. Vous verrez le
chiffre de notre majorité d'hier: huit voix seulement, sur la question
des incompatibilités; je ne suis pas éloigné de croire qu'elle sera plus
forte sur les adjonctions électorales, mais MM. de Lamartine, Passy,
Dupin, Dufaure, parleront contre le Ministère; en supposant que, malgré
cet effort, on l'emporte, il restera un ébranlement auquel je ne crois
pas qu'on résiste. Qu'arrivera-t-il alors? Un Cabinet sans Thiers ou
Guizot est bien difficile à former, plus difficile à soutenir, et si l'un
n'était plus possible, l'autre ne le serait pas encore. Je suis fort en
dehors de ce mouvement. Le jour de mon arrivée, pris de la goutte, je me
hâtai de me présenter chez le Roi, le Prince Royal, la Reine Christine,
et chez M. Guizot, convaincu que je ne le pourrais plus le lendemain; en
effet, j'ai été cloué sur mon fauteuil pendant plusieurs jours.»

Mme de Lieven m'écrit aujourd'hui ceci: «Le succès du Roi de Prusse à
Londres a été complet. Il a plu à la Cour, à la ville, aux saints, aux
littérateurs, au peuple; même ce qui, à distance, nous a paru un peu trop
sentimental, a réussi là-bas. Je veux dire tous ces actes de dévotion
avec Mrs Frey[53], etc... On dit qu'il s'est occupé sérieusement de
quelque union des Églises anglicanes et luthériennes, et que sous ce
rapport, il résultera quelque chose de son voyage en Angleterre. Je doute
que cela plaise à ses sujets; ceux qui sont à Paris frondent beaucoup.

  [53] Mrs Frey était une quakeresse fort connue à Londres pour ses
  bonnes œuvres: le Roi de Prusse avait tenu à aller la voir, et
  elle lui demanda, pendant cette visite, de donner plus de liberté
  de conscience à ses sujets.

«La fête que le duc de Sutherland a donnée au Roi a été une féerie. On
dit qu'il en a été extrêmement frappé. On croit avoir remarqué en lui
quelques signes d'ennui de la vie de Cour. Les soirées de la Reine ne
l'ont pas diverti, ni sa conversation, c'est qu'aussi... Ah! mon Dieu!...
et ce beau mari jouant aux échecs, précisément comme un automate!

«Sainte-Aulaire continue de plaire aux Anglais, et sa femme vient de
partir pour aller le rejoindre. Barante attend le retour de Pahlen; il y
a des personnes qui doutent de ce retour: nous verrons.

«Le Carnaval a été superbe; le bal du duc d'Orléans plus magnifique
qu'aucun bal de l'Empire ou de la Restauration. Maintenant, on s'enfonce
dans les questions intérieures; le Ministère combat toutes les réformes
et les réformistes sont assez forts.

«Lehon ne reviendra plus ambassadeur ici. Les Cowley ouvrent leur maison
la semaine prochaine.»

Il est vrai que le voyage du Roi de Prusse à Londres a souverainement
déplu à Berlin. On a trouvé que c'était trop de déplacement, trop
d'argent, trop de courtoisie pour un si grand souverain à l'égard d'une
Reine si peu parente. L'amour-propre et l'avarice nationaux en ont
souffert. Les cadeaux que le Roi a emportés ont été magnifiques, et ce
voyage de quinze jours, où en Angleterre il a été l'hôte de la Reine, lui
aura coûté _un million d'écus_, ce qui pour la pauvre Prusse est énorme.
De plus la combinaison religieuse dont parle Mme de Lieven est
précisément ce dont on ne veut pas en Prusse. Le feu Roi, qu'on honorait
tant, a failli troubler son pays, en se mêlant trop de liturgie et de
dogme: il en est resté des germes d'humeur dans le pays, incommodes pour
le gouvernement; si on va encore remanier tout cela, on agitera les
esprits, ce qui pis est, les consciences, et on jettera un mauvais
ferment de plus dans un pays dont la corde religieuse est très sensible.


_Nice, 21 février 1842._--J'ai été hier au couvent de Saint-Barthélemy.
Il est ici d'usage d'aller chaque dimanche de Carême entendre Vêpres,
tantôt dans un des couvents, tantôt dans l'autre, dont Nice est entouré.
Toute la population s'y transporte, mange et boit devant les églises; on
y vend des jouets et des fleurs. La musique, la danse sont défendues
pendant le Carême, ce qui fait que les plaisirs populaires sont réduits à
la mangeaille. Les grandes masses de monde, les calèches, les ânes et les
chevaux de selle des étrangers qui s'y mêlent, rendent le coup d'œil
animé et joli.


_Nice, 23 février 1842._--On vient de m'apprendre la mort de ce pauvre
Pozzo di Borgo. Pour lui-même, comme pour les siens, il valait mieux que
cette triste vie végétative se terminât. Il laisse 400 000 francs de
rente, la moitié à son neveu Charles, mari de Mlle de Crillon, avec son
hôtel de Paris et sa villa de Saint-Cloud; le reste à des parents en
Corse.


_Nice, 25 février 1842._--Nous avons eu, hier, de ma fenêtre, un
spectacle plein d'angoisse. Il faisait une tempête terrible, qui même
n'est pas encore calmée aujourd'hui; de pauvres navires ont lutté tout ce
temps contre la fureur des flots, et nous sommes restées longtemps à
guetter leur sort; heureusement aucun n'a péri.

Je suis sortie, malgré cet horrible temps, pour aller porter mon offrande
à une quête qui se faisait pour les sœurs de Saint-Vincent de Paul, à
l'hospice même qu'elles dirigent. J'y ai vu Mlle de Maistre, la fille
aînée du Gouverneur, âgée de vingt et un ans, qui y fait son noviciat de
sœur de la Charité. Elle a une vocation prononcée et paraît heureuse; on
la dit spirituelle et très instruite; c'est le cas de toute sa famille;
sa figure est très agréable, intelligente et sereine.

M. Pasquier, à ce que l'on m'écrit, reçoit les compliments sur sa
nomination à l'Académie française. C'est M. Molé qui recevra M. de
Tocqueville, et M. de Barante recevra M. Ballanche. J'ignore qui recevra
M. Pasquier. M. de Tocqueville succède à M. de Cessac, ancien Directeur
au Ministère de la Guerre sous l'Empire; ce n'est pas un éloge saillant à
faire; il est même difficile d'en tirer parti, pour qui que ce soit, mais
surtout pour M. de Tocqueville, qui n'est, ni par son âge, ni par les
habitudes de son esprit, de ce temps-là. Il a parlé de son embarras à M.
Thiers, qui lui a dit qu'il pourrait peut-être lui être utile et lui
fournira quelques données intéressantes, possédant des lettres de
l'Empereur à M. de Cessac, qu'il allait lui envoyer. En effet M. de
Tocqueville reçoit le lendemain, sous enveloppe, une lettre de Napoléon à
M. de Cessac, mais dont la première ligne contient ceci: _Mon cher
Cessac, vous êtes une bête_. C'est M. de Tocqueville lui-même qui écrit
cette drôlerie à son cousin, le marquis d'Espeuil qui est ici. M.
d'Espeuil a épousé Mlle de Chateaubriand, proche parente de M. de
Tocqueville.


_Nice, 27 février 1842._--J'ai une lettre de M. de Barante, qui paraît
moins sûr du retour du comte Pahlen à Paris. La vraisemblance est un
retard indéfini, jusqu'à ce que quelque incident le termine, d'une façon
ou d'une autre. En attendant, Périer est à Saint-Pétersbourg dans une
situation officielle convenable, mais la société continue à le tenir au
ban de proscription; elle veut se montrer offensée dans ses sentiments de
respect et de patriotisme.

Barante me dit de meilleures paroles sur la situation intérieure. Les
quarante et une voix de majorité paraissent avoir une grande importance,
les opposants, de toutes nuances, ayant mis tout leur espoir sur cette
discussion. Le Ministère lui-même n'espérait guère un chiffre si élevé.
Le discours de M. Dufaure et celui de M. de Lamartine ont été accueillis
par les Centres avec une sévérité sans égards; toute parole qui semblait
conforme aux doctrines de la gauche excitait des murmures. Enfin, il y a
une certaine réaction en faveur de l'ordre et de la conservation; il
s'agit de voir si elle aura quelque influence sur les élections; la
France se trouverait alors en meilleur état que depuis dix ans. Voilà, du
moins, les expressions de Barante qui, à la vérité, est assez optimiste.

Il me dit aussi que M. de Chateaubriand, qu'il rencontra à
l'Abbaye-au-Bois, chez Mme Récamier, est devenu grognon, taciturne,
mécontent de tout et de tous. La tâche de Mme Récamier est difficile, car
il s'agit de calmer l'irritation d'un orgueil malade et de suppléer aux
émotions du succès, qui ont été la seule affaire et la seule affection de
la vie de M. de Chateaubriand. Je n'ai jamais éprouvé la moindre
sympathie pour cette nature sèche et vaniteuse.


_Nice, 3 mars 1842._--C'est ce soir que nous fêtons la Mi-Carême par un
spectacle, dont je serais charmée d'être débarrassée, non pas que j'en
augure mal, mais parce que je trouve que ce genre de plaisir, pour ne pas
faire fiasco, exige des soins et des peines, au delà de ce qu'il vaut.
D'ailleurs, les Castellane m'ont remis le soin de faire les invitations
et j'ai les doigts usés à force d'écrire des adresses. De plus, c'est moi
qui, à la lettre, fabrique les quatre costumes de Pauline et ceux de
Charles de Talleyrand; puis ils ont voulu que je leur fasse étudier leur
rôle. C'est moi qui recevrai toute la compagnie; j'ai à jouer une
mauvaise petite scène de rien, à la vérité, dans la seconde pièce, mais
encore faut-il la savoir et la dire; et enfin c'est moi qui donne le
souper des acteurs. C'est vraiment un peu rude! En fait, n'ai-je pas
passé ma vie à être tyrannisée par l'un ou par l'autre? Me soumettre est
encore, ce me semble, ce que j'ai le moins oublié de ma vie passée; et
j'ai quelquefois obéi plus de travers que maintenant.


_Nice, 4 mars 1842._--Je suis un peu engourdie ce matin. Le spectacle
d'hier a été long et suivi d'un souper d'acteurs qui a encore prolongé la
veillée. Il m'a semblé qu'on s'était amusé. Le plus joli du spectacle a
été le prologue, composé par mon gendre; c'était une critique assez bien
faite du précédent spectacle, où un très gentil garçon a singé les
différents acteurs et où il a proposé, pour remplacer la _prima donna_,
censée indisposée subitement, une jeune débutante. Alors, deux enfants
vêtus en petits laquais du siècle dernier, ont apporté une petite chaise
à porteurs, dorée et surmontée d'une couronne de bougies allumées, et
dans cette chaise à porteurs, ma petite fille Marie, en costume complet
du temps de Louis XV, perruque poudrée, grande robe, force diamants. Vous
n'avez rien vu de si joli, de si digne, de si posé, de si gracieux. Elle
est entrée et sortie de sa chaise, et a fait le tour de la scène, tout à
fait en grande dame. Ce prologue a été charmant et a eu un succès fou.
Pour moi, comme une sotte, je me suis mise à pleurer d'attendrissement,
en voyant les grâces de cette chère enfant. Le mélodrame a été fort bien
joué; le _Malade imaginaire_ pas assez su, ni battu assez chaud:
d'ailleurs, le tout a rendu le spectacle démesurément long. Les costumes
du mélodrame étaient _magnifiques_ et dans le _Malade imaginaire_,
exactement ceux du temps de Molière. Enfin, les trois couplets de la fin,
pour Madame la Grande-Duchesse, étaient charmants et du meilleur goût.


_Nice, 14 mars 1842._--Le prince Wasa est arrivé hier de Florence, où il
a laissé sa femme, pour faire une visite de quelques jours à sa
belle-mère, la Grande-Duchesse Stéphanie, qui, je crois, s'en serait bien
passée. Elle l'a promené tout aussitôt dès son arrivée, et nous les avons
rencontrés sur la goélette française, commandée par M. de Clérambault que
nous avions été visiter, les Castellane, Fanny, Charles de Talleyrand et
moi, ainsi que le yacht de lord Ranelagh, qui sont tous deux à l'ancre
dans le port de Nice. M. de Clérambault a été le camarade de mon fils, M.
de Dino, lorsque celui-ci servait dans la marine; j'ai été bien touchée
de voir dans sa cabine, autour du portrait de sa mère, un chapelet et un
petit crucifix que le Pape lui a donnés, sous la condition qu'il les
suspendrait dans sa cabine, ce qu'il observe religieusement. Ce jeune
officier s'est fort distingué à la prise de Saint-Juan d'Ulloa[54]; il y
a été décoré à vingt-huit ans. Quelle folie de mon fils de n'avoir pas
suivi la même marche!

  [54] De nombreuses exactions commises, au Mexique, au préjudice
  de nos nationaux, contraignirent, en 1837, le gouvernement
  français à élever des réclamations qui n'aboutirent à aucun
  résultat. Une flotte française fit alors le blocus du fort de
  Saint-Juan d'Ulloa, qui commande l'entrée de la Vera-Cruz, sous
  les ordres du contre-amiral Baudin; elle le prit, le 27 novembre
  1838, après plusieurs mois de résistance, et contraignit ainsi le
  Gouvernement mexicain à signer un traité à Vera-Cruz, le 9 mars
  1839.


_Nice, 15 mars 1842._--La matinée d'hier a été tout entière consacrée à
la belle nature. La Grande-Duchesse avait arrangé un pique-nique de vingt
personnes, dont nous étions. Nous avons été en voiture, chacun de notre
côté, jusqu'à un cabaret, situé au haut d'une montagne, qui s'élève entre
la baie de Nice et celle de Villefranche; puis, en coupant, par une autre
montagne, on a été à Beaulieu, où on a déjeuné sous de grands oliviers;
après quoi, on est monté à ânes, et le long d'une corniche assez étroite,
qui côtoie la baie de Saint-Soupir, on s'est rendu à Saint-Hospice, où se
trouvait le yacht de lord Ranelagh. Le temps était si beau et la mer si
calme, la distance si courte, que même moi je me suis risquée; cependant,
non seulement le vent n'était pas contraire, mais il y en avait si peu
que nous n'avancions guère, et que nous avons mis une heure et demie pour
rentrer à Nice, ce que l'on fait, le plus souvent, en une demi-heure.


_Nice, 18 mars 1842._--Mme de Lieven mande qu'on est fort content à
Londres et à Paris de la conduite de Sainte-Aulaire à Londres, mais qu'il
n'en est pas moins vrai qu'il y a, et qu'il restera de l'aigreur entre
les deux Cabinets. Le Roi de Prusse ira à Pétersbourg à la fin de Juin.

M. Bresson m'écrit qu'il faut renoncer à voir le comte Maltzan reprendre
le portefeuille des Affaires étrangères. On ignore encore si le Roi se
décidera pour le remplacer en faveur de Kanitz ou de Bülow. Ce seraient
deux directions différentes: Kanitz est piétiste et légitimiste, Bülow
n'est ni l'un ni l'autre.


_Nice, 21 mars 1842._--Depuis quelques jours, je me sentais de grands
malaises; avant-hier, la fièvre s'est déclarée si vive que j'ai été
obligée de me mettre au lit, et j'ai été, bientôt après, couverte d'une
éruption sur tout le corps. C'est l'épidémie régnante ici depuis quinze
jours; on l'appelle, en italien, la _rosalia_; cela tient le milieu entre
la scarlatine et la rougeole, et n'est aussi maligne, ni que l'une, ni
que l'autre; ce qui n'empêche que cela ne rende fort malade.


_Nice, 24 mars 1842._--On est ici très bien pour moi, et tout le monde me
témoigne, en vérité, plus d'intérêt que je ne mérite, à l'occasion de ma
maladie. La Grande-Duchesse, dès que sa fille a été atteinte du même mal
que moi et qu'elle n'a plus craint de lui porter la contagion, est venue
me voir, et la comtesse Adèle de Maistre, sœur du Gouverneur, une
espèce de sainte fort spirituelle et aimable qui m'a prise en amitié, me
soigne comme si elle était ma sœur; j'en suis bien touchée. Le bon
Prieur des Récollets de Cimier, ayant su par le Frère quêteur, qui
m'apporte des fleurs en échange de ce que je mets dans sa besace, que
j'étais malade, est venu me voir. Je l'ai reçu avec plaisir. Le médecin
assure que ma convalescence est franche, et que dans peu de jours il me
laissera prendre l'air. Dans ces climats, les maladies éruptives n'ont
pas la gravité qu'elles ont dans d'autres régions.


_Nice, 27 mars 1842._--Toute la société est ici au moment de se
disperser. Il reste cependant, même l'été, quelques familles étrangères à
Nice; le climat et le bon marché y fixent assez de monde, si ce n'est
définitivement, du moins pour quelques années consécutives.

Ce matin, j'ai été réveillée en sursaut par des coups de canon qui
annoncent la Résurrection de Notre-Seigneur, ce qui, joint aux crécelles
des gamins et aux tambours de la garnison, fait un sabbat effroyable; car
c'est aujourd'hui Pâques. Hier, toutes les maisons, et chaque chambre de
chaque maison, ont été bénites par un des prêtres des paroisses qui,
suivi d'un enfant de chœur, asperge ainsi toutes les demeures.

Une lettre d'Allemagne qui m'arrive à l'instant m'apporte une nouvelle
très importante dans mes intérêts. C'est que, mon neveu ayant
définitivement refusé d'entrer dans les arrangements proposés par sa
mère, ma sœur m'a vendu toute la partie allodiale de Sagan, ou ce
qu'elle réclamait comme telle. Ceci va produire un grand mouvement dans
mes affaires, et m'obligera absolument à un voyage en Prusse l'année
prochaine.


_Nice, 29 mars 1842._--J'ai été hier me promener en voiture et mettre des
cartes chez toutes les personnes qui, pendant ma maladie, m'ont témoigné
de l'intérêt. Je me suis très bien trouvée d'avoir pris l'air.

M. de Barante me mande que M. de Rémusat fait des lectures d'une œuvre
appelée _Abélard_[55]; il dit que c'est une singulière production, sous
forme dramatique. Cette lecture tient trois séances, chacune de trois
heures; c'est long.

  [55] Cet ouvrage de M. de Rémusat parut ensuite en 1845; on y
  trouve un exposé magistral des doctrines d'Abélard et de sa
  philosophie scolastique.


_Nice, 30 mars 1842._--Je compte partir bientôt d'ici, et j'écrirai plus
librement, une fois que je serai sur terre française, car dans les États
sardes, avec surabondance de cabinets noirs, avant qu'une lettre arrive
ou qu'elle parte, elle a déjà été ouverte plusieurs fois: les traces en
sont visibles. Cette prévision a bien souvent paralysé ma plume.


_Nice, 1er avril 1842._--J'ai été, hier soir, à un grand bal qu'a donné
le duc de Devonshire, pour clore la _saison_ de Nice; c'était magnifique,
comme tout ce qu'il fait; l'éclairage de la salle était surtout très
nouveau et joli: point de lustres, mais trois grands arceaux formés de
branches de palmiers et couronnés d'un rang de bougies; chacun des
arceaux posé sur des pilastres de chaque côté de la salle: c'était on ne
saurait plus élégant, nouveau et de bon goût. J'ai fait là mes adieux à
toute la société réunie. Je quitte Nice assez satisfaite du séjour que
j'y ai fait; il y a bien eu quelques inconvénients, mais le bon l'a
emporté sur le mauvais; et le souvenir général restera agréable.


_Aix-en-Provence, 3 avril 1842._--J'ai quitté Nice hier, fort triste de
me séparer du trio Castellane; ils me regrettent aussi. Le temps était
superbe, la mer gros bleu, la floraison abondante, la route jusqu'à
Cannes admirable, la montagne de l'Esterel encore assez rude. J'ai été
sans m'arrêter jusqu'ici, espérant y trouver l'abbé Dupanloup et causer
avec lui. Je ne l'ai manqué que d'une heure. Il a été forcé de continuer
sans arrêt à cause des exigences rigoureuses de la malle-poste; il m'a
laissé un petit billet de regret. Je vais partir pour Nîmes, en prenant
par Arles, route que je ne connais pas. Quant à Nîmes, j'y ai été, lors
de mon premier voyage dans le Midi, en 1817; il y a terriblement
longtemps.


_Nîmes, 5 avril 1842._--Je suis arrivée ici hier au soir. Il pleuvait
lorsque nous avons passé à Arles, ce qui ne nous a pas permis d'en
visiter les curiosités. Ce qui m'a frappée, c'est cette route nouvelle,
magnifique, pleine de travaux d'art, traversant le plus affreux pays du
monde, et conduisant d'Aix ici; elle traverse d'abord une contrée qui
s'appelle _la Crau_; c'est d'une aridité affreuse: des cailloux, puis des
cailloux et toujours des cailloux. On a fait des saignées à la Durance,
pour couper cette terre maudite d'une infinité de petits canaux; il faut
espérer que cela finira par y appeler un peu de végétation. D'Arles ici,
c'est un peu moins laid, quoique la Camargue ne soit pas belle, et
qu'excepté des bœufs sauvages, je n'y ai rien vu de curieux. Quant aux
Arlésiennes, qui ont une si grande réputation pour leur beauté et leurs
jolis costumes, j'ai joué de malheur, car je n'ai vu que de très vilains
visages et des vêtements sans grâce et fort malpropres.

Mes compagnons de voyage, Fanny, sa gouvernante, et Charles de
Talleyrand, viennent de partir pour aller voir le pont du Gard, que j'ai
vu jadis. A leur retour, nous visiterons les curiosités de la ville et
nous irons ensuite à Montpellier.


_Montpellier, 6 avril 1842._--Nous avons visité hier les antiquités de
Nîmes, que j'ai été bien aise de revoir. Elles sont fort bien conservées,
et je me suis rappelé qu'elles m'ont, il y a quelques années, fait
comprendre le charme des proportions. Malheureusement, nous avons un très
vilain temps: c'est bien du guignon, de trouver la pluie dans une contrée
dont la calamité habituelle est la sécheresse.


_Toulouse, 8 avril 1842._--Nous avons quitté Montpellier avant-hier, à la
fin de la matinée. J'y ai donné à déjeuner au Recteur de l'Académie[56]
et à sa fille aînée, qui est ma filleule, car sa mère, enlevée par le
choléra, avait été élevée avec moi et je suis toujours restée en
relations avec cette respectable famille. Puis, nous avons été voir le
musée Fabre, qui est assez médiocre[57], et celui, mieux choisi et plus
élégamment arrangé, du marquis de Montcalm. Enfin, sous des parapluies,
nous avons fait le tour de la fameuse promenade du Peyrou. Quand le temps
le permet, ce qui n'était pas le cas hier, on découvre d'un point la mer,
les Pyrénées, les Cévennes et les Alpes. Il a fallu renoncer à rien voir,
si ce n'est le château d'eau, les aqueducs et la statue équestre de Louis
XIV.

  [56] Alors M. Gergonne, officier de la Légion d'honneur.

  [57] Le Musée de Montpellier occupe maintenant un des premiers
  rangs parmi les Musées de province. Il fut fondé en 1825 par
  Fabre, qui, après un séjour de quarante ans en Italie, revint
  dans sa ville natale, apportant avec lui une belle collection de
  tableaux, dont un certain nombre lui venaient d'Alfieri, diverses
  œuvres d'art et une précieuse bibliothèque qu'il légua, en
  mourant, à la ville de Montpellier.


_Bordeaux, 10 avril 1842._--Nous sommes venus de Toulouse ici sans nous
arrêter; le temps était moins laid, mais un vent aigre a succédé à la
pluie, et je m'en gare en restant au coin du feu, pendant que les autres
explorent la ville. J'ai beaucoup, et à diverses reprises, visité le Midi
de la France, ce qui fait que j'en prends à mon aise des obligations du
voyageur. Aujourd'hui, nous repartons, et après-demain, s'il plaît à
Dieu, nous coucherons à Rochecotte. Il me tarde bien d'être en repos dans
mon cher _home_.

Les lettres de Berlin disent que c'est vraiment Bülow qui succède à
Maltzan. C'est le principe opposé à Kanitz qui triomphe dans Bülow.
Maltzan est dans une maison de santé à Charlottenburg.

Mme de Lieven a été malade de la grippe. M. Guizot ne bougeait pas de son
chevet. Tous deux sont mélomanes à l'excès. M. Guizot ne parle que
musique et prétend ne pas dormir les nuits qui suivent ses jours de loge
aux Italiens. On se moque fort de tout cela.

Il y aura, cet été, un camp qui voyagera d'Alsace en Champagne. On
attaquera des villes telles que Châlons, Vitry, etc. C'est le duc
d'Orléans qui sera à la tête.


_Rochecotte, 13 avril 1842._--Me voici donc rentrée chez moi!

A Bordeaux, pendant que nous déjeunions, ma porte s'est ouverte, et j'ai
eu la visite de l'abbé Genoude. Je l'ai, à la vérité, très souvent
rencontré dans ma vie, mais je ne l'avais jamais vu chez moi; il était
dans la même auberge, venait de prêcher; bref, il m'a fait cette
politesse inattendue. Il a beaucoup d'esprit, même de l'agrément; il a
voulu être des plus gracieux et des plus insinuants. J'ai été très polie,
parce que ce n'est pas quelqu'un qu'il faille heurter, mais je n'ai point
été au delà. En sortant, il a pris à part Charles de Talleyrand, dont il
voyait autrefois souvent la mère, et lui a dit que son journal était
absolument à mes ordres[58], chaque fois que je voudrais y faire insérer
quelque chose. Tout cela est bien étrange, et bien parfaitement de
l'époque.

  [58] L'abbé Genoude était le directeur de la _Gazette de France_.


_Rochecotte, 16 avril 1842._--J'ai eu une lettre de Toulon des
Castellane; ils y attendaient que la mer leur permît de traverser
jusqu'en Corse; cependant, si elle restait mauvaise encore deux jours,
ils comptaient aller droit, par terre, à Perpignan. J'espère que c'est ce
dernier projet qui aura été suivi.


_Rochecotte, 17 avril 1842._--Les Castellane se sont décidés pour la
Corse[59].

  [59] La vue des côtes de Corse et la lecture du roman de Mérimée,
  _Colomba_, qui venait de paraître dans la _Revue des Deux
  Mondes_, firent naître dans la nature originale du marquis de
  Castellane le désir de faire ce voyage, qu'il entreprit
  effectivement avec sa famille. Cette excursion, un peu
  aventureuse à cette époque, dura à peu près deux semaines. En
  revenant en France, il se rendit à Perpignan, où commandait alors
  son père, le comte de Castellane, promu lieutenant général depuis
  son retour du siège d'Anvers.

Voici ce que m'écrit Sainte-Aulaire, de Londres: «Je n'ai pas mangé ici
mon pain blanc le premier. Le traité non ratifié, les controverses de
tribune pour Alger et, plus que tout, _l'anglophobie_ que notre presse
entretient et proclame, tout cela m'a fait une position politique peu
agréable. Au fond de toutes les aigreurs, il y a cependant volonté et
nécessité réciproques de ne pas se brouiller; c'est ce fonds que je
travaille à exploiter, et qui finira par être mis en valeur. La société
est bonne et aimable pour nous. La Cour plutôt froide, mais polie.»

M. de Salvandy m'écrit de Paris: «La politique est froide et morose. M.
Guizot règne sur la corde. Les questions de droit de visite l'agitent et
ébranlent bien des choses avec lui. Le Roi est fort occupé de l'Espagne,
du mariage; la mission de M. Pageot porte ses fruits; les vetos que j'ai
conseillés et obtenus ont rendu impossibles les résolutions qui auraient
été une honte et un péril. Nul autre qu'un Bourbon ne régnera sur
l'Espagne. En attendant, M. Molé fait de la littérature. Jeudi, il
recevra M. de Tocqueville à l'Académie française; si la journée lui est
bonne, ce sera un événement, car il gagne du terrain, il se fortifie par
l'absence et l'effacement; des trois rivaux, Thiers perd par l'action et
par le repos; M. Guizot est près de perdre par l'action ce qu'il gagne
par la parole; M. Molé s'affermit dans l'inaction et le silence, après
avoir beaucoup grandi dans la lutte.»


_Rochecotte, 21 avril 1842._--Il doit y avoir aujourd'hui un spectacle
aux Tuileries. On y jouera _Polyeucte_ et _Richard Cœur-de-Lion_.

La Reine doit aller ce matin dans une tribune, à l'Académie, pour la
réception de M. de Tocqueville par M. Molé. Ces solennités deviennent
très à la mode.

On s'anime fort, à Paris, contre l'Angleterre; l'opinion se prononce avec
irritation contre le droit de visite, et on assure que les électeurs
demanderont dans la profession de foi des députés l'engagement de ne pas
céder sur ce point. Mme de Lieven qui, en général, est optimiste, est,
dit-on, triste, et répète assez que les affaires se gâtent beaucoup. Il
n'est question, à Londres, que d'un bal costumé pour le 12 de mai. Les
dames sont, à cet égard, dans une grande agitation; elles demandent à
Paris des gravures et des modèles.

Pauline m'écrit d'Ajaccio qu'elle est très satisfaite de son entreprise,
ayant déjà oublié trente-six heures de mal de mer et allant avec son mari
en Sardaigne. Tout cela m'ébouriffe singulièrement; mais enfin, cela
prouve de la force, et cela la retient loin de la froide Auvergne. Et
puis, elle s'amuse, elle est heureuse, que souhaiter de mieux?


_Rochecotte, 22 avril 1842._--Barante m'écrit, la veille de la séance
académique dont j'ai parlé: «La séance sera belle. Les discours sont tous
deux très remarquables: ce sera une joute grave et courtoise sur la
Révolution, l'Empire et la Démocratie. M. Royer-Collard est ravi
d'avance, le public très affriandé, l'Académie toute contente de se
trouver ainsi à la mode. Je crains, en recevant M. Ballanche dans huit
jours, de ne pas rencontrer aussi bien, car je me suis trouvé conduit par
les ouvrages de mon récipiendaire à faire un discours philosophique, un
peu trop sérieux pour l'occasion et l'auditoire.

«La politique s'est transformée en une démence de chemins de fer, dont
les députés se débrouilleront je ne sais comment.»


_Rochecotte, 24 avril 1842._--Les lettres et les journaux de Paris sont
pleins des discours de M. Molé et de M. de Tocqueville. Ils s'accordent à
dire que le premier a eu beaucoup de succès, que le second a été
prodigieusement ennuyeux; ce que j'en ai lu moi-même dans le _Journal des
Débats_ me laisse la même impression.

Les gazettes disent la mort des maréchaux Moncey et Clausel.


_Rochecotte, 25 avril 1842._--Il paraît, d'après ce que j'en entends
dire, que rien n'est comparable aux façons de s'amuser des jeunes femmes
actuelles; celles qu'on appelle les _lionnes_ surtout imaginent des
divertissements dignes de la Régence. A ce sujet, je me souviens de cette
réponse de M. de Talleyrand à une jeune femme qui répliquait, assez
impertinemment, que dans sa jeunesse à lui, on ne faisait pas mieux:
«Cela se peut,» lui dit M. de Talleyrand, «mais si l'on ne faisait pas
mieux, on faisait autrement.»

Mme Mollien me rend compte du spectacle aux Tuileries. Elle dit que la
salle, une fois _rangée_, offrait un beau coup d'œil, mais que, pour en
arriver là, il y avait eu chaos. On avait décidé, par autorité suprême,
que tout le monde se rendrait dans les salons et suivrait la famille
Royale, ce qui fait que, derrière le dos de la dernière Princesse, toutes
les femmes se précipitaient les unes sur les autres, sans égard ni
distinction aucune, et que la foule se grossissant à mesure qu'on
avançait, la mêlée a dégénéré en bataille; Mme de Toreno y a perdu sa
mantille; rien dans ce genre n'a encore été plus complet. La
représentation a été froide: quoique le Roi donnât l'exemple des
applaudissements, il n'était pas imité; on sentait qu'il y avait très
peu d'harmonie entre l'auditoire et le sujet représenté. M. Thiers
dormait de tout son cœur.

Tout le monde raffole à Paris d'un portrait qu'Ingres vient de faire de
Mgr le duc d'Orléans et qu'on dit admirable.


_Rochecotte, 27 avril 1842._--Le château de Coblentz est en construction
pour devenir un château royal; huit cents ouvriers sont employés à le
rendre habitable pour l'automne prochain, le Roi de Prusse comptant y
passer septembre et octobre.

Voici textuellement le jugement de M. Royer-Collard sur la séance de
l'Académie: «M. Molé a eu les honneurs. Il a effacé M. de Tocqueville,
injustement, à mon avis. J'avais lu les discours, je prenais un vif
intérêt à celui de Tocqueville, quoique je pusse bien prévoir qu'il
n'obtiendrait pas les sympathies de l'auditoire. L'élévation des pensées,
des traits admirables, de beaux sentiments ne rachetaient pas l'équité
des jugements. J'ai appris là, mieux que je ne savais, à quel point
l'Empereur et l'Empire règnent dans les esprits. M. Molé le savait mieux
que moi, et il s'en est heureusement prévalu. A beaucoup d'esprit, et un
art infini de dissimulation, il a joint une coquetterie de débit qui ne
sera pas surpassée. L'Empire fardé, la Démocratie traversée et dénigrée,
sont des vengeances tirées du discours supérieur de M. de Tocqueville.»
M. Royer-Collard a annoncé qu'il ne se représenterait plus aux élections.
Il est probable qu'un de ses neveux le remplacera à la Chambre
prochaine.

Voici encore un extrait de Mme de Lieven; comme toujours je n'y change
pas un mot: «On a peu de chance de revoir Pahlen à Paris. On dit qu'il
serait possible que Gourieff y fût envoyé; il a beaucoup d'esprit, une
immense fortune, une femme encore belle, assez galante; tout cela ferait
assez bien à Paris. Vous serez fâchée du malheur arrivé ce matin à M.
Humann. Il vient d'être frappé d'apoplexie et reste dans un état qui ne
laisse aucun espoir. Vous le voyiez souvent à Bade, moi un peu; il nous
plaisait à toutes les deux. Il avait de l'importance dans les affaires et
son successeur à trouver va devenir un embarras. La reine Victoria ne
pense qu'à son bal costumé. Elle-même sera en reine Philippa; elle exige
que toute sa Cour prenne les costumes du temps. Lord Jersey est obligé
d'y passer, ce dont il est consterné. Sa fille mariée est arrivée à
Vienne[60]. Le prince Paul Esterhazy veut aller à Londres pour empêcher
lady Jersey de suivre sa fille; on dit même qu'il veut conserver son
poste, mais Metternich prétend que l'Ambassadeur ne réside pas à Vienne.
Paul Medem est un grand favori des Metternich. Arnim part d'ici, en
congé, c'est Bernstorff qui fera l'intérim. Je m'étonne que Bülow envoie
cela ici. J'ai idée que Bülow sera un ministre très faiseur et fort
content de l'être. Le mariage de la Reine Isabelle occupe tous les
Cabinets, celui de Vienne compris, mais par quoi cela finira-t-il?»

  [60] Le 8 février 1842, le prince Nicolas Esterhazy avait épousé
  lady Sarah Villiers, fille de lord et de lady Jersey.

La perte de M. Humann me fait de la peine. Il s'était montré
bienveillant, obligeant; il avait un esprit très fin et distingué. Il n'y
a pas huit jours qu'il a parlé de moi en termes excellents à la duchesse
d'Albuféra. La bienveillance est toujours regrettable. Le _Journal des
Débats_ nous dit aussi la mort de Bertin de Veaux; j'y suis très
sensible, quoiqu'il ne fût plus de ce monde déjà depuis quelque temps: il
avait un esprit remarquable et un fort bon cœur, qu'il avait conservé
très affectueux pour moi et pour la mémoire de M. de Talleyrand. Pendant
vingt ans, il avait été dans notre intimité, nos habitudes journalières,
notre confiance. Et puis des vides!... toujours des vides!... Quelle
solitude progressive!


_Rochecotte, 28 avril 1842._--Le Cabinet a bien fait de se compléter
sur-le-champ[61] et de forcer M. Lacave-Laplagne à accepter, sur le refus
de M. Passy. Mais la perte reste réelle et les embarras du Ministère vont
augmenter par cette mort.

  [61] Pour remplacer M. Humann.

Le journal d'hier rapporte un mot assez drôle du maréchal Soult qui, en
apprenant les morts successives de la semaine dernière, a dit: «Ah cela!
il paraît que le rappel bat là-haut!»


_Rochecotte, 2 mai 1842._--J'ai des nouvelles des Castellane, de
Bonifacio, au moment où ils allaient passer en Sardaigne: le singulier
voyage réussissait, Dieu merci, très bien. Ils doivent maintenant être
en route, de Toulon à Perpignan. Je serai charmée quand je les saurai
revenus sur le Continent, ne fût-ce que pour avoir plus souvent et plus
régulièrement de leurs nouvelles.

Les heureuses couches de Mme la duchesse de Nemours, et la naissance d'un
comte d'Eu, sont des joies bien naturelles pour la Famille Royale.


_Rochecotte, 5 mai 1842._--J'ai des nouvelles de Pauline, de Toulon, sans
détails; elle débarquait; mais enfin je la sais sur la terre ferme et
j'en suis bien soulagée.

Mgr le duc d'Orléans a voulu entendre l'_Abélard_ de M. de Rémusat et a
été, pour cela, passer trois soirées chez Mme de Rémusat, où il n'y avait
qu'une douzaine de personnes de l'opposition, telles que M. et Mme
Thiers.


_Rochecotte, 6 mai 1842._--Les Castellane sont enfin à Perpignan, ravis
de leur course en Corse et en Sardaigne. Pauline a chevauché, un stylet à
la ceinture; elle a couché chez les bandits, soupé à côté d'Orso della
Robbia, le héros de _Colomba_[62]; elle s'est abritée sous le rocher du
_Coup double_, et a accepté, en signe d'admiration, un poignard rouillé
par le sang de la _vendetta_. Ce qui est mieux que tout, c'est qu'elle a
eu la force de tout supporter, qu'elle est parfaitement heureuse et
amusée, que son mari est charmé d'avoir accompli une entreprise
originale, et que leur petite Marie est brillante de santé et de
gentillesse.

  [62] _Colomba_ est une saisissante peinture des vendettas corses,
  qui est restée célèbre et populaire. Mérimée fit d'abord paraître
  ce roman dans la _Revue des Deux Mondes_, qui l'offrit au public,
  précisément pendant l'hiver de 1842.

Le parti carliste se scinde de plus en plus. Le duc de Noailles est à la
tête de la portion modérée qui augmente fort; Berryer reste à la tête de
l'autre, qui n'est plus guère qu'un groupe, mais un groupe dérivant de
plus en plus vers la gauche.


_Rochecotte, 10 mai 1842._--J'ai eu de bonnes nouvelles des Castellane.
Ils me manquent bien; l'aimable humeur de Pauline, les ressources
infinies de la conversation d'Henri, les grâces de Marie, me sont d'un
secours extrême; je me repose en confiance avec eux, sans jamais
m'ennuyer; je me détends dans leur atmosphère; ils me sont devenus tout à
fait nécessaires, je les place dans tous mes projets et prévisions
d'avenir, et je n'imagine plus ma vieillesse séparée d'eux. Je me flatte
qu'ils me comptent aussi pour quelque chose dans leur vie. Hier, j'ai
reçu d'Henri une lettre charmante, toute pleine de confiance et de
paroles tendres, sur ce que j'étais pour eux, et pour lui en particulier.
Quand une fois on s'est fait à ses originalités, on s'attache à lui par
ses meilleurs côtés; il est plein de droiture, de loyauté, de sincérité;
il a de la dignité d'âme et une parfaite noblesse de cœur. Louis, mon
fils, est aussi bien doux à vivre, et a une parfaite sûreté de commerce.
Alexandre a des qualités, mais sa position aigrit son caractère et rend
son humeur très inégale. Il me fait parfois grand'pitié, car ses finances
ne lui permettent pas de prendre le grand parti dont il serait tenté. Il
aime ses enfants, et je lui en sais gré. J'aime aussi sa petite-fille,
qui est jolie, douce, et qui me touche par les prévisions assez tristes
de son avenir. D'ailleurs, moi qui me passais à merveille des petits
enfants, je suis toute métamorphosée à cet égard, au point que j'éprouve
un vrai manque, quand je n'ai plus l'une ou l'autre de ces petites
créatures auprès de moi. Je m'en occupe et m'en amuse beaucoup; j'ai des
attendrissements profonds pour ces petits êtres si débiles, et auxquels
la Providence peut avoir réservé tant et de si étranges destinées. C'est
singulier comme l'âge modifie toutes les dispositions: grand bienfait de
la Providence, qui, par là, évite bien des épines.


_Rochecotte, 11 mai 1842._--Les journaux nous ont appris hier l'affreux
malheur arrivé sur le chemin de fer de la rive gauche de Versailles à
Paris: les détails en sont hideux; le _Galignany_ les donne au complet,
sans cependant pouvoir préciser le nombre exact, ni les noms des
victimes; les cadavres, surtout ceux des brûlés, ne laissant aucun signe
humain d'après lequel on puisse distinguer un corps d'un autre. Depuis
l'établissement des chemins de fer, c'est le malheur le plus
considérable, le plus compliqué et le plus affreux qui les ait marqués.
Il me semble que les amendes devraient être énormes, afin qu'on fût plus
soigneux, car les accidents n'arrivent que par manque de précautions et
d'attention suffisante.


_Rochecotte, 15 mai 1842_ (_jour de la Pentecôte_).--M. de Barante est
arrivé hier, à la fin de la matinée, toujours aimable, bon et affectueux.
Les personnes qu'il a trouvées ici gênent un peu la conversation: il ne
m'a appris aucune nouvelle proprement dite; son propre avenir reste
toujours fort incertain; si la santé de M. de La Tour-Maubourg reste
aussi déplorable qu'elle l'est, il lui faudra quitter les affaires, et
alors Barante aurait Rome. La question de Pétersbourg pourra rester très
longtemps encore où elle en est.

Il n'est question, à Paris, que de la prodigieuse magnificence de la
maison Hope, et des fêtes qu'on y donne. Les salons de Versailles, du
Versailles de Louis XIV, pas moins que cela[63]!

  [63] William Hope, financier hollandais, d'origine anglaise,
  gendre du général Rapp et possesseur d'une immense fortune,
  s'était d'abord établi à Paris, dans une maison de la rue Neuve
  des Mathurins, où il recevait la meilleure compagnie. Cette
  habitation étant devenue trop étroite pour suffire à ses
  nombreuses relations, M. Hope fit bâtir le grand hôtel du 57, rue
  Saint-Dominique, dont le baron Seillière fit l'acquisition après
  sa mort, et qu'il devait lui-même léguer à sa fille devenue
  princesse de Sagan par son mariage avec Boson de Talleyrand-Périgord,
  prince de Sagan, petit-fils de la duchesse de Talleyrand.


_Rochecotte, 16 mai 1842._--En allant, hier, en voiture, à la messe de la
paroisse, le cocher a voulu obstinément, malgré mes observations, prendre
une fausse route du bois; il nous y a versés; lui-même a la jambe droite
brisée; Mme de Sainte-Aldegonde et moi étions dans le fond de la calèche,
Mme de Dino et M. de Barante sur le devant, Jacques sur le siège de
derrière; il s'en est élancé à temps et n'a rien eu; Barante et ma
belle-fille rien non plus; moi, j'étais du côté où la voiture a versé, et
Mme de Sainte-Aldegonde est tombée sur moi; je me suis ainsi trouvée
serrée entre ma voisine et la capote de la voiture. Nous avons été
secourus par les gens qui allaient à la messe: Mme de Sainte-Aldegonde
s'est donné un effort dans les muscles du cou, en voulant se raidir et se
retenir; mais enfin, il n'y a de vraiment à plaindre que le cocher. Toute
la journée s'est passée dans l'émotion de cet événement, et dans les
différents petits soins qu'il a exigés.


_Rochecotte, 17 mai 1842._--Je suis encore ébranlée de ma chute
d'avant-hier, et endolorie par les contusions qui en ont été la suite: il
me faudra plusieurs jours avant que les traces de cet accident soient
entièrement effacées. Le cocher va aussi bien que le permet son état.

J'ai été, hier, presque toute la matinée assise à l'air, par un temps
charmant. Du reste, aucune nouvelle, ni grande, ni petite, ni rien de ce
qui pourrait donner le moindre intérêt à la journée. Barante, par sa
charmante conversation si pleine et si douce, jette pour moi un grand
agrément sur le peu de jours qu'il passe ici: il y a longtemps qu'une
aussi bonne aubaine n'avait été mon partage; j'en jouis infiniment, et
avec d'autant plus de satisfaction que la sincérité est aussi complète
que le plaisir est réel. Il a tant de droiture, de sûreté, de
bienveillance, que rien en lui n'est à redouter; son âme est fort pieuse,
et son esprit n'en est ni éteint, ni comprimé.


_Rochecotte, 30 mai 1842._--Nous avons été, hier, à la paroisse, pour la
Fête-Dieu. Nous avons suivi la procession, par un soleil ardent, jusqu'au
reposoir où on avait porté la petite Clémentine de Dino. M. le Curé lui a
mis le Saint-Sacrement sur la tête. On dit que cela porte bonheur aux
enfants. La petite, qui est fort jolie et fort douce, s'est comportée à
ravir; dans les bras de sa nourrice, jolie femme agenouillée, au milieu
de toute la population, de l'encens, des fleurs et de cette belle nature,
le spectacle était ravissant; pour moi, il m'a fait pleurer, et j'ai
demandé à Dieu, du fond de mon cœur de grand'mère, que ce gentil petit
être devînt une bonne et honnête chrétienne.


_Rochecotte, 1er juin 1842._--Mgr le duc d'Orléans va faire une grande
tournée militaire, préliminaire des manœuvres et des camps. On dit qu'il
doit avoir une entrevue avec le Roi des Pays-Bas à Luxembourg. Le duc
Bernard de Saxe-Weimar arrive à Paris, et le duc Gustave de Mecklembourg,
autre oncle de Madame la Duchesse d'Orléans, y est déjà. L'Empereur du
Brésil épouse la dernière sœur du Roi de Naples.

Le Ministère a éprouvé quelques échecs dans la discussion du budget: on
commence à répandre qu'il pourrait bien avoir le dessous dans les
élections.

Lord Cowley a été inviter les Princes à assister au bal qu'il donnait le
24, pour le jour de naissance de la Reine Victoria: ils l'ont refusé.
D'après cela, l'Angleterre n'est pas à la mode; aussi suis-je étonnée que
le Prince de Joinville et le duc d'Aumale choisissent ce moment pour y
aller voyager.

Le _Charivari_ contient deux articles qu'on dit remarquablement méchants
contre Mme de Lieven et M. Guizot; l'un est intitulé: _les Deux Pigeons_;
l'autre: _Course en tilbury au clair de la lune_.

La Reine Christine a ostensiblement loué la Malmaison pour y passer
l'été; mais il paraît qu'elle l'a achetée à l'aide d'un prête-nom.

Le prince de Polignac est à Paris, pour le mariage de son fils avec Mlle
de Crillon: il se promène dans les rues sans exciter la moindre
curiosité. Les légitimistes, qui lui en veulent beaucoup, ne le voient
pas.

On me mande, de Nice, que la Grande-Duchesse Stéphanie, au moment où sa
fille était guérie de la _rosalia_, ayant négligé, avec son imprudence
accoutumée, les indices précurseurs, et étant allée se promener sur mer,
malgré l'avis des médecins, est rentrée fort malade d'une course tardive:
elle était, le 25, très gravement atteinte, et le médecin de Nice avait
fait chercher à Marseille d'autres médecins en consultation. Cela
m'attriste, car j'ai un fond de reconnaissant attachement pour la
Grande-Duchesse.

J'ai de bonnes nouvelles de Pauline. Mon gendre avait été, sans elle,
faire une visite à Madame Adélaïde, à Randan; il y a été très bien reçu,
mais une chute de cheval l'a fait revenir tout éclopé chez lui[64].

  [64] Le marquis de Castellane ne se remit jamais de cet accident.
  Il traîna, en souffrant constamment, avec le plus grand courage,
  pendant cinq ans, et finit par mourir en 1847, des suites de
  cette chute de cheval que la chirurgie d'alors ne sut pas bien
  traiter.


_Rochecotte, 4 juin 1842._--Nos jeunes Princes, qui devaient aller en
Angleterre, ont remis leur départ pour une époque indéterminée: les
circonstances du moment n'auraient pas donné d'à-propos à ce voyage.


_Rochecotte, 7 juin 1842._--J'ai reçu une lettre de Pauline, qui est bien
triste. Son mari lui est revenu malade de Randan, soit des suites de la
chute de cheval, soit d'un rhumatisme inflammatoire; n'importe la cause,
l'effet a été sérieux: fièvre, délire, attaques de nerfs, douleurs
atroces, évanouissements, tout cela au milieu des montagnes, obligé
d'être rapporté sur un brancard, sa femme à cheval à ses côtés! Cela
compose une existence bien agreste, bien périlleuse. Point de médecin à
proximité. Je suis troublée de cette façon de vivre, qui ne va guère à la
délicate organisation de Pauline. L'amour et le devoir embellissent tout
à ses yeux, mais au moment de l'épreuve, elle sent bien qu'elle est fort
seule, au milieu d'une contrée toute sauvage. Son mari était mieux au
moment du départ de sa lettre. Je suis bien impatiente de recevoir des
nouvelles plus fraîches.


_Rochecotte, 11 juin 1842._--On m'écrit, de Paris, que Barante ne
retournera décidément pas à Saint-Pétersbourg, parce qu'on n'y enverra
plus d'Ambassadeur; on se bornera à un simple Ministre: on ne me dit pas
sur qui tombera le choix. Il y aura, aussitôt après les élections, une
petite session des Chambres, de quinze jours, qui aura lieu au mois
d'août.


_Rochecotte, 14 juin 1842._--Les journaux parlent du succès prodigieux du
cours de M. Dupanloup sur l'éloquence sacrée, à la Sorbonne. Nous allons
aussi y voir la brusque clôture de ce cours. Cela occupe beaucoup à
Paris. M. Royer-Collard me mande qu'il trouve que l'abbé Dupanloup a eu
tort de citer Voltaire (on pense bien de quelle façon!) dans son cours.
Il me rappelle que, sous la Restauration, le clergé, par ses attaques
contre Voltaire, l'a fait réimprimer dix-huit fois; à présent, on ne le
lit presque plus, il faudrait donc n'en plus parler. C'est l'Abbé
lui-même qui a écrit au Doyen de la Faculté que, pour éviter de nouveaux
désordres, il suspendait son cours. Le Doyen a communiqué la lettre au
Ministre de l'Instruction publique, celui-ci a pris l'Abbé au mot, sans
proposer aucune mesure préventive pour éviter le scandale qui, comme
toujours, provenait d'une très petite, mais très bruyante et turbulente
minorité.

Mme de Lieven me mande, sans détails, la mort de Matusiewicz. Cette
pauvre Conférence de Londres s'éclipse rapidement; M. de Talleyrand, le
prince de Lieven, Matusiewicz... La Princesse me dit aussi que la misère
est extrême en Angleterre: l'Association douanière d'Allemagne a porté un
rude coup au commerce anglais. Sir Robert Peel est excessivement puissant
et paraît devoir le rester: tout disparaît à côté de lui. La Reine
Victoria, dans la dernière circonstance, s'est conduite avec courage et
convenance. Son assassin échappera, car la balle ne s'est pas
retrouvée[65].

  [65] Vers le commencement de juin 1842, la Reine d'Angleterre fut
  victime d'un attentat, au même endroit et dans les mêmes
  conditions presque qu'en 1840.

M. Guizot est, comme toujours, enchanté de la session qui vient de finir,
et des espérances des élections prochaines. Barante s'amuse fort à
Londres d'où il écrit de très jolies lettres: il a été très bien reçu à
Windsor. Il me dit qu'il n'a pas trouvé lady Holland fort changée, depuis
les quinze années qu'il ne l'avait vue. Elle a toujours, à ce qu'il
paraît, sa contenance droite et impérieuse. Au nom et au souvenir de son
mari, ses yeux se remplissent de larmes, qui ne vont pas au reste de sa
physionomie: elle est environnée de si peu de bienveillance, que cette
douleur est presque un sujet de plaisanterie pour la société. Lady
Clanricarde est intarissable contre la Russie. Lord Stuart en est revenu
apoplectique, et même, dit-on, un peu atteint dans son intelligence: on
pense qu'il ne retournera pas à Saint-Pétersbourg.

Voici ce que me dit Barante sur la disposition générale de l'Angleterre
envers la France: «Politiquement parlant, je crois qu'il y a un désir
sincère de bien vivre avec nous; par conséquent, regret et inquiétude des
manifestations de nos Chambres et de nos journaux; on sait bien que c'est
de la mauvaise humeur, et non point une volonté de guerre; mais comment
prévoir ce qui peut advenir si ce mouvement d'opinions continue et
s'augmente?»


_Rochecotte, 16 juin 1842._--M. et Mme de La Rochejaquelein, mes voisins
d'Ussé[66], sont venus passer, hier, une partie de la journée ici: elle,
a été bien jolie et bien aimable, et il lui reste de l'un et de l'autre;
son mari est une espèce de chasseur sauvage de la Vendée qui n'a pour lui
que la plus belle blessure du monde: elle lui traverse tout le visage
sans le défigurer.

  [66] Ussé, situé sur la colline en face de Rochecotte, auquel il
  fait point de vue, était habité, en 1842, par la comtesse de La
  Rochejaquelein, qui, déjà veuve du prince de Talmont, s'était
  remariée avec le plus jeune frère du héros de la Vendée. Le
  château d'Ussé fut bâti à plusieurs reprises, ainsi que le prouve
  l'originalité pittoresque des bâtiments: ce fut Jacques d'Épinay
  (chambellan des rois Louis XI et Charles VIII) qui, en 1485, en
  fit commencer les travaux, afin d'être plus près de la Cour. Ussé
  ayant passé plus tard à la famille Bennin de Valentinay, dont un
  membre épousa la fille aînée du maréchal de Vauban, celui-ci y
  vint souvent, et c'est à lui qu'on attribue la disposition des
  terrasses et l'établissement du bastion qui porte son nom.


_Rochecotte, 17 juin 1842._--En rentrant d'avoir rendu à Mme de La
Rochejaquelein sa visite, j'ai trouvé une lettre de Pauline; après
l'avoir lue, je me suis tout de suite décidée à me mettre en route pour
aller assister cette pauvre enfant. Comme c'est une route pénible,
difficile et presque dangereuse dans les montagnes, et que je serai
probablement obligée de faire la dernière journée à cheval, qu'ensuite la
présence d'un homme pourra être utile à Pauline, je me suis décidée à
accepter l'offre de ce bon Vestier, qui connaît le pays et est dévoué aux
Castellane, qui l'aiment; il m'accompagnera donc; il s'établira sur le
siège, à côté de Jacques; sa présence me sera une grande sécurité. Je
vais aller sans m'arrêter. Je laisse ici tout mon monde, et ma maison
marchera comme si j'y étais. Voilà encore une rude épreuve. _Dieu est
grand!_ Baissons la tête, adorons, et disons que le bonheur n'est pas
ici-bas.


_Aubijou, 22 juin 1842._--Je suis partie le 18 au matin de Rochecotte. Ma
voiture sans paquets, quatre chevaux en plaine, six dans les montagnes,
un courrier en avant, aucun arrêt, et je suis arrivée ici en
quarante-huit heures, ce qui est merveilleusement bien cheminer. J'ai
trouvé mon gendre dans un changement affligeant: l'état de la cuisse,
première cause de la maladie, est amélioré et ne donne plus d'inquiétude,
mais la secousse nerveuse qui s'est produite ne laisse pas que de
m'alarmer. Il y a du mieux, mais ce n'est pas encore de la convalescence;
je ne retournerai chez moi que quand je la verrai établie; dès qu'il sera
transportable, il ira aux eaux de Néris. Pauline n'est pas malade, mais
elle commence à se fatiguer, d'autant plus qu'elle est dans une agitation
et une inquiétude extrêmes; elle est bien dévouée. La présence de
Vestier, qui m'a été très secourable dans ces contrées fort sauvages,
fait un grand plaisir à mon gendre. Je bénis le Ciel qu'il ait eu la
charitable pensée de venir avec moi, car il est, de beaucoup, la personne
dont le malade s'arrange le mieux.

Les chemins, pour aborder ici, sont affreux. Le pays, depuis trois
lieues, cesse d'être pittoresque, pour devenir nu, âpre, sauvage; le
climat est désagréable, et l'établissement provisoire dans lequel nous
sommes tous campés pêle-mêle, abominable, surtout pour un malade: c'est
une maison en bois; on y est dévoré de puces et de souris; rien ne ferme,
les courants d'air y règnent librement, et le bruit est odieux. On est à
six lieues d'une pharmacie, on manque de tout; c'est inimaginable! Je
suis désolée qu'on bâtisse dans un pareil pays. Il y a tout à créer, même
le terrain plat sur lequel on pourra bâtir la maison. Elle ne sera finie
que dans des années; les Castellane espèrent pouvoir en habiter le quart,
l'année prochaine!


_Aubijou, 23 juin 1842._--Mon gendre est beaucoup plus calme. Il fait un
temps hideux: hier, il a tonné et plu à verse pendant toute la journée.
C'est un chien de pays, je n'en rabats rien, et je suis tout à fait
désespérée de voir qu'on y bâtisse. On peut bien y vivre pour rien, quand
on veut exister comme les naturels du pays, mais dès qu'on veut y
introduire la moindre civilisation, cela devient très cher, et je crains
qu'en définitive, sous le rapport de la santé et de la bourse, mon gendre
n'ait à se repentir de s'y être enraciné. Il est impossible d'être plus
raisonnable, plus douce, plus résignée, plus dévouée, plus méritante à
tous égards que ne l'est Pauline, dans toute cette maladie, et dans les
mille et une peines, tribulations, contrariétés qu'elle entraîne, elle se
conduit avec autant de cœur que de bon sens; aussi est-elle l'objet de
l'estime générale. Tous leurs domestiques les servent avec un véritable
dévouement. On est à moitié enveloppé dans les nuages ici. Les habitants
sont très sauvages: ils cuisent du pain au mois de septembre pour six
mois. Au mois d'octobre, ils s'enferment avec leurs bestiaux et ne
communiquent plus entre eux: ils restent, ainsi, ensevelis dans des
neiges qui ne sont pas toujours fondues au mois de mai. Il y a des
parties très pittoresques en Auvergne, mais ce n'est pas de ce côté-ci;
les montagnes sont trop rondes, leurs cimes trop plates et trop nues;
aucune belle masse d'eau; bref, c'est monotone à l'excès. Les ruines du
vieux château d'Aubijou sont le seul accident qui donne un peu de
caractère au paysage: on les couvre de plantes grimpantes, et on fait
bien; puis, mon gendre fait énormément planter, pour garnir et meubler le
pourtour de la maison et la vue des fenêtres, mais il faudra bien du
temps avant que tout cela pousse; en attendant, c'est bien triste, et je
crois ce climat très éprouvant.


_Aubijou, 24 juin 1842._--Mon gendre, qui repoussait toute idée de
déplacement, vient, après une nuit très agitée, de déclarer tout à coup
qu'il ne voulait plus rester ici; nous avons bien vite saisi ce désir au
vol: les chevaux sont commandés, nous faisons nos paquets, mais on ne
peut partir que demain. Henri partira couché, et ira à très petites
journées. Les médecins déclarent que ce qu'il y aurait de pire, pour lui,
serait de rester ici; j'en suis intimement convaincue: c'est le lieu le
plus fatal pour être malade. Il se reposera quelques jours à Clermont,
après quoi, il ira aux eaux de Néris qui lui sont ordonnées et que je
crois les premières du monde pour les rhumatismes nerveux. J'irai un peu
avec eux voir comment il supportera la route, après quoi, je prendrai
les devants; je ferai le détour de Néris pour leur trouver un bon
logement, puis je continuerai vers Rochecotte, où je serai fort aise de
me retrouver, car je suis horriblement fatiguée; je sens que si je vivais
plus longtemps ici, j'y tomberais malade. Ma pauvre fille n'y tient plus.
Au moins, soit à Clermont, soit à Néris, elle sera en pays civilisé, près
des secours, et tirée du terrible isolement dans lequel elle se trouve
ici.

Pour complaire à mon gendre, j'ai fait une promenade assez longue et
curieuse, hier, dans le vallon dominé par ses nouvelles constructions.
J'y ai trouvé de belles eaux et des arbres superbes, mais c'est encore
inabordable, il faut se frayer des passages, la hache à la main.


_Longueplaine, près Tours, 29 juin 1842. Chez M. de la
Besnardière._--Nous sommes partis d'Aubijou le 25 au matin: ce n'était
pas chose aisée; on a couché mon gendre sur un matelas, qu'on a établi
dans leur grande voiture de voyage qui, heureusement, est fort commode;
puis, il a fallu sortir des montagnes. Outre la voiture des Castellane,
qui les contenait avec le médecin, la femme de chambre, l'enfant et deux
laquais sur le siège, il y avait la mienne, où j'étais avec une femme de
chambre, M. Vestier, et Jacques sur le siège, puis un petit tilbury
traîné par des chevaux corses, dans lequel se trouvaient le cuisinier et
un jockey auvergnat; à cheval, l'homme d'affaires, un garde et un nègre
que mon gendre a ramené du Midi, qui se nomme Zéphir, et qui sonnait du
cor: le tout était fort singulier, et ressemblait à une scène du _Roman
comique_. Ce qui n'était cependant rien moins que gai, c'était la route,
avec ses rochers, ses précipices et ses dangers: en allant fort
doucement, en soutenant les voitures, on s'en est tiré sans malheur.
J'avoue, à ma honte, que j'ai assez cédé à la terreur pour avoir quitté
ma grande voiture et avoir pris la place du cuisinier dans le tilbury,
qui, plus léger et plus étroit, passait plus aisément. La nuit nous a
surpris avant la fin des précipices, et je ne puis assez dire à quel
point ma poltronnerie a alors honteusement éclaté: le fait est que j'ai
_pleuré_. Les Castellane ont couché à Massiac; je les y ai laissés assez
satisfaits de l'effet du grand air sur les nerfs d'Henri. J'ai passé
outre; je suis arrivée le 26 au matin à Clermont: j'y ai vu le médecin
qui, déjà, avait été appelé auprès d'Henri; je lui ai raconté la suite de
sa maladie, et après lui avoir annoncé son arrivée pour le soir même,
j'ai été à quelques lieues de cette ville visiter Randan. C'était une de
mes grandes curiosités, puis, je savais faire, par là, quelque chose
d'agréable à Madame Adélaïde. J'avoue que j'y ai trouvé une forte
déception. Il n'y a que trois choses qui y justifient leur réputation: la
vue, qui est admirable; les arbres, qui sont vieux et beaux, enfin les
cuisines et les offices, qui sont beaux, trop beaux même, et tout à fait
hors de proportion avec le reste de l'établissement, qui manque de
grandeur; une avenue très mesquine de peupliers, traversant un vilain
village, conduit à une palissade en bois peint, qu'il faut ouvrir pour
entrer dans une sorte de quinconce, au bout duquel on tourne encore pour
pénétrer dans la cour du château, qui est étroite. L'entrée manque de
noblesse, absolument, et il aurait été aisé, cependant, en perçant dans
les bois une grande avenue, d'aboutir droit au château. Celui-ci est
moitié en briques, avec des toits pointus, moitié avec des ajoutes en
pierre de taille blanche plaquées sur l'ancienne construction, et d'un
tout autre style, ce qui est choquant. Les appartements sont bas; les
ornements en sont à la fois lourds et mesquins; le mobilier sans
ensemble, sans style; ce n'est ni simple, ni magnifique, c'est une
rapsodie de mauvais goût; le vestibule et l'antichambre sont extrêmement
étriqués et de travers. Il n'y a aucun objet d'art; les sculptures sont
en plâtre, et les peintures, qui consistent, pour la plupart, en quelques
portraits de famille, sont de mauvaises copies. Dans le salon, qu'on
appelle _salon de famille_ parce que toute la génération actuelle s'y
trouve réunie, j'ai remarqué, avec plaisir, le portrait de Mme de Genlis.
L'appartement de Madame Adélaïde est très exigu et fort laid, à mon avis.
Les corridors du premier étage sont étroits, sombres, et de travers. La
bibliothèque est dans le salon principal, où on a aussi placé un billard.
Je ne crois pas qu'il y ait, là, plus d'un millier de volumes. Une grande
terrasse, qui couvre les cuisines, conduit du château à la chapelle:
cette terrasse, très ornée de fleurs, offre une fort belle vue, mais une
treille en fil de fer, qui en couvre la moitié, est si étroite et si
basse, que c'est trop joujou. La chapelle est grande, mais sans style, et
les décorations intérieures sans grâce; des vitraux modernes fort
médiocres, un confessionnal peint et bariolé comme un écran, des
bénitiers _en carton doré_, tout cela, je le répète, manque de grandeur,
de grâce et de goût. La salle à manger est ce qu'il y a de plus soigné:
elle est voûtée, peinte à fresques, extrêmement bariolée, sans hauteur
suffisante; il y a des personnes qui la vantent beaucoup; elle n'est pas
de mon goût.

Je suis revenue à Clermont, au moment où les Castellane y arrivaient de
leur côté. Mon gendre avait bien supporté la route. Le médecin nous dit
qu'il serait en état, au bout de vingt-quatre heures, de partir pour
Néris. Je les ai quittés le 27, satisfaite de l'assurance positive que
m'a donnée le médecin qu'il n'y avait aucun danger, quoique la
convalescence dût être longue et pénible. J'ai été à Néris préparer leur
établissement, ce qui était nécessaire, car il y avait déjà bien du
monde, et on avait beaucoup de peine à se caser. Ils y trouveront tous
les Mortemart, M. Teste et bien d'autres. Le médecin de Néris, que je
connais d'ancienne date, est un excellent homme, très soigneux, et que
j'ai bien prévenu de ce qu'il trouvera. Je ne suis restée à Néris que le
temps de dîner, d'y choisir l'appartement des Castellane, et, après avoir
passé la nuit en voiture, je suis arrivée hier au soir ici, chez M. de la
Besnardière, ce qui n'a été, pour moi, qu'un détour de deux lieues et m'a
permis d'acquitter une ancienne dette: il m'en voulait beaucoup de ne
l'avoir pas payée plus tôt. La maison est jolie, commode, propre, presque
élégante, et pleine de petits _conforts_ qu'on est étonné de trouver chez
lui. C'est Rochecotte qui lui a donné l'envie de tirer celle-ci de sa
vétusté: il y a employé Vestier, qui a très bien réussi. Je déjeunerai
ici, puis j'irai faire une visite à la Préfecture de Tours, et je serai
chez moi pour dîner. J'ai grand besoin de repos.


_Rochecotte, 30 juin 1842._--Je me suis arrêtée, hier, une heure à Tours
chez les d'Entraigues: on y était dans le coup de feu électoral. J'ai
trouvé, ici, tout le monde en bonne santé, excepté le général Alava, qui
y est revenu en mon absence, et qui est tellement changé, dans ce peu de
semaines, que je crois sa fin prochaine.


_Rochecotte, 3 juillet 1842._--Le journal nous dit la mort de M. de
Sismondi; malgré sa pédanterie, il est regrettable; c'était un homme de
bien, fort érudit.

La jeunesse, ici, est occupée à étudier des motets qu'on doit chanter,
aujourd'hui, dans ma chapelle, à l'occasion d'un salut solennel que M. le
Curé viendra nous y donner, ce soir à cinq heures. On vient d'établir,
dans cette paroisse, ce qui existait depuis longtemps dans les provinces
voisines, une association de jeunes filles qui s'intituleront _Filles de
la Vierge_: elles sont du monde et ne renoncent nullement au mariage;
seulement, elles s'engagent à éviter les mauvaises compagnies, à vivre
honnêtement, à réciter le petit Office de la Vierge, à fréquenter les
sacrements et à donner le bon exemple; à l'église et aux processions,
elles sont vêtues de blanc, avec des ceintures bleues. On m'a priée de
leur donner une bannière et les ceintures bleues, ce que j'ai fait. Elles
seront installées aujourd'hui, au nombre de quinze; ma chapelle étant
sous l'invocation de la Sainte Vierge, et pour me remercier de mes dons,
elles veulent venir en procession, bannière déployée, y faire station. A
cette occasion, Messieurs les Grands Vicaires ont permis qu'il y fût dit
un salut en musique. Cela fait une grande solennité dans la paroisse.
Heureusement, le temps est fort beau. Pauline aurait été charmée d'y
assister, et je regrette doublement son absence.


_Rochecotte, 4 juillet 1842._--La cérémonie d'hier a été très édifiante,
élégante et pittoresque. Fanny, Alexandre et leur maître de musique ont
extrêmement bien chanté, les jeunes filles étaient en blanc et bleu, la
chapelle ornée de fleurs; il y avait au moins cinq cents personnes sur la
terrasse à recevoir la bénédiction, donnée de l'autel, qui fait face à la
porte de la chapelle ouvrant sur cette terrasse.


_Rochecotte, 7 juillet 1842._--J'ai une lettre de la princesse de Lieven.
Elle me dit que l'évêque d'Orléans[67] est nommé archevêque de Tours, et
elle ajoute, de la part de M. Guizot, que je serai contente de ce Prélat.
Une lettre de Pauline me dit que son mari se rétablit rapidement.

  [67] Mgr Morlot, né à Langres, en 1795, évêque d'Orléans depuis
  1839.


_Rochecotte, 10 juillet 1842._--M. de la Besnardière est venu, hier,
passer quelques heures ici, entre la formation des bureaux et le vote du
collège électoral de Tours; jamais ce département, habituellement si
pacifique, n'a été plus en fermentation.


_Rochecotte, 11 juillet 1842._--La grande nouvelle du pays, c'est que M.
Crémieux, un avocat juif, a été élu. Il l'a emporté de trente-cinq voix.
M. Crémieux est un étranger à cette contrée, il n'y a aucune racine;
c'est vraiment inexplicable, si ce n'est par la faculté parlante de M.
Crémieux, qui, en véritable avocat, a parlé, et parlé tant d'heures de
suite qu'il en a rempli les gens de la campagne d'admiration. Si à Loches
cela se passe de même, notre département tout entier sera à la gauche; le
Ministère, qui ne voudra pas convenir qu'il n'a rien fait de ce que le
Préfet lui avait demandé dans ces circonstances, s'en prendra à M.
d'Entraigues, et peut-être le perdrons-nous, ce qui me ferait beaucoup de
peine. Puis, si ces élections, qu'on regardait comme la consolidation de
la réaction conservatrice, allaient tourner autrement qu'on ne s'y
attendait, il serait permis d'avoir de fort sinistres prévisions.


_Rochecotte, 12 juillet 1842._--J'ai eu la visite du docteur Orye et
celle de M. de Quinemont. Tous deux m'ont raconté les dégoûtantes scènes
électorales de Chinon, où M. Crémieux était épaulé par la lie de la
population, à laquelle se sont malheureusement joints les légitimistes de
la rive gauche de la Loire, où ils sont en grand nombre. Ce qui a aussi
agi sur les électeurs paysans, c'est d'avoir entendu M. Crémieux parler
trois heures de suite sans se moucher, sans cracher et sans tousser, ce
qui leur a paru superbe. Il me tarde bien de savoir quel est le résultat
général de ce renouvellement, qui peut avoir de si grands et sérieux
résultats.


_Rochecotte, 14 juillet 1842._--Alava est revenu ici hier, tout plein des
récits électoraux de Tours; il s'y est passé bien des vilenies. Il
paraît, cependant, d'après les journaux, que sur la totalité des
élections le Ministère aurait gagné quelque peu de voix; c'est beaucoup
qu'il n'en ait pas perdu. Je suis, je l'avoue, bien désireuse de
connaître le chiffre comparatif du total.


_Rochecotte, 15 juillet 1842._--M. de Chalais venait d'arriver hier ici,
et j'y attendais le Préfet, quand, au lieu de celui-ci, j'ai vu arriver
de sa part un courrier, qu'il m'a envoyé pour m'annoncer la terrible
nouvelle dont je reste atterrée: _Mgr le duc d'Orléans mort!_ mort d'une
chute de voiture! Je ne sais point d'autres détails, si ce n'est que
c'est à Neuilly qu'il a expiré, avant-hier 13 juillet, à quatre heures et
demie de l'après-midi, ayant fait cette chute le même jour à midi à
Sablonville. Je ne puis penser qu'à ce douloureux événement, et comme
malheur privé, et comme calamité publique. Que sera une longue Régence
dans un pays volcanisé comme l'est la France? J'ai, personnellement, à
regretter l'amitié dont ce jeune Prince m'avait donné d'honorables et
flatteurs témoignages. C'est une perte pour mon fils Valençay. Je ne
sais, en vérité, si sa femme et sa mère survivront à ce terrible
coup!...


_Rochecotte, 16 juillet 1842._--M. de Chalais est reparti hier, à la fin
de la matinée; je l'ai reconduit jusqu'à Langeais. En revenant, j'ai
trouvé la maison remplie de voisins, qui venaient chez moi savoir des
nouvelles détaillées de cette mort fatale, qui me paraît à chaque instant
plus triste et plus grave dans toutes ses conséquences. Les détails que
contient le _Journal des Débats_ sont les seuls complets et officiels. En
outre, on me mande que des passants ont vu le Prince se lever droit dans
sa voiture, regarder devant lui, probablement pour voir si les chevaux
emportés rencontreraient quelque embarras sur la route; elle était libre
de tout encombrement; ces mêmes passants ont vu le Prince se rasseoir
tranquillement, puis se pencher hors de la voiture et regarder derrière
lui, comme pour parler au domestique qui était sur le siège de derrière:
celui-ci avait déjà sauté à bas de son siège qui était vide. Probablement
que le Prince a cru que le domestique était tombé, et que, dans un
courageux et bienveillant désir de lui être utile, il se sera élancé
alors pour lui porter secours, car ce n'est qu'après avoir vu que le
domestique n'était plus à sa place qu'il a pris son élan.


_Paris, 18 juillet 1842._--Personne ne m'écrit de Paris, où j'ai peu de
correspondants en ce moment, et où, d'ailleurs, tout le monde est dans la
stupeur et dans la consternation; mais les journaux sont intéressants,
et j'y cherche, avec une douloureuse avidité, tout ce qui a rapport à
notre pauvre Prince et à sa malheureuse famille.

Je vois, avec peine, dans ces gazettes, que chacune, selon sa couleur,
donne un chiffre différent, dans le classement des nouveaux députés élus.
Les _Débats_ annoncent une majorité de soixante-treize voix pour le
Ministère; les autres la réduisent à trois voix; quelques-uns vont même
jusqu'à dire que le Ministère est en minorité.

Je vois aussi que déjà on se met à discuter dans la presse les
différentes formes de la Régence, sans savoir quelle est la loi que le
gouvernement prépare à ce sujet. Quand la première stupeur aura cessé, on
verra de bien tristes résultats se produire.


_Rochecotte, 19 juillet 1842._--J'ai reçu, hier, une déchirante lettre de
Madame Adélaïde. En vérité, elle est bien bonne de m'avoir écrit dès ces
premiers jours; je lui avais écrit, mais sans compter sur une réponse. M.
de Boismilon, le secrétaire de Mgr le duc d'Orléans, m'a écrit aussi de
nombreux détails. On en est encore à ne pas penser, à ne pas parler
d'autre chose que de la mort de ce malheureux jeune Prince.

M. d'Entraigues est arrivé aujourd'hui ici; il me quittera demain, car,
dans le moment actuel, chacun désire être à son poste. Il est bien sombre
sur toutes choses. Déjà, les radicaux de Tours ont donné un banquet, où
ils n'ont pas craint de se réjouir de la mort de Mgr le duc d'Orléans.


_Rochecotte, 21 juillet 1842._--Tout le monde s'accorde pour prédire la
chute prochaine du Ministère, et le nom de M. Molé est dans toutes les
bouches.

Le Conseil voulait que Mgr le duc d'Orléans fût enterré à Saint-Denis, la
Reine a insisté pour Dreux. Je trouve qu'elle a eu tort.


_Rochecotte, 22 juillet 1842._--Je ne puis détourner ma pensée de ce
triste palais de Neuilly. La Reine est sublime. Jour et nuit à genoux
dans la chapelle, penchée sur ce cercueil! Le Roi se partage entre les
affaires et les sanglots. Mme la Duchesse d'Orléans trouve de la force
dans son méthodisme intrépide. Le testament du pauvre Prince est, dit-on,
admirable. La question de la Régence y est traitée fort au long; la
solution est en faveur de Mgr le Duc de Nemours. Il n'avait cependant pas
une très haute opinion de ce frère; ainsi, c'est une pure préférence
accordée au sexe masculin et au droit d'aînesse. Il faut pourtant rendre
justice au Duc de Nemours. Quand Chomel, le médecin, l'a rencontré, et
lui a raconté les détails d'un événement dont il ne savait que le
terrible sommaire télégraphique, il a perdu connaissance, et il a fallu
un long temps pour le faire revenir; ces regrets lui font honneur et sont
bien justifiés par cette affreuse perte, car le Duc d'Orléans, que j'ai
bien connu, malgré quelques défauts de l'esprit et du caractère, était
cependant, toutes choses pesées, un Prince et un homme fort distingué;
ses beaux et bons côtés étaient nombreux: ainsi, par exemple, il avait un
respect profond pour la tâche qui lui était échue; il avait aussi appris
de la dignité tout ce qu'une spirituelle perspicacité peut en faire
découvrir, et ce qu'il en avait acquis, il ne l'eût sacrifié à aucun
prix; sa sagacité, quoiqu'un peu inquiète, était prompte, étendue et
féconde; quelque chose de triste planait sur sa pensée, sans qu'il se
permît le découragement; sans cesse préoccupé de l'avenir, il s'y
préparait toujours, et y croyait cependant fort peu; il était généreux,
et se piquait de l'être; tenait à honneur d'être ami sûr et fidèle; tout
cela sans grande émotion, mais avec une bonne grâce qui faisait moins
regretter la sensibilité: celle-ci n'était pas dominante chez lui, et ne
se révélait que dans de très rares occasions. Sa politesse était grande
pour ceux auxquels il reconnaissait une supériorité quelconque. Il
recherchait partout cette supériorité et lui accordait une déférence de
bon goût. Son règne aurait eu beaucoup de ce qui manque trop à celui-ci:
le ressort, l'aiguillon, l'enthousiasme; une fois engagé, il n'aurait
jamais reculé: c'était le péril; mais la prudence lui serait venue, à la
suite de la circonspection, qui déjà se manifestait en lui, et il y avait
tout lieu de croire que, malgré son élan, il aurait appris, sur le trône,
à résister aux entraînements téméraires. Dans ce moment-ci, chacun semble
comprendre qu'avec la perte de cette anneau de la chaîne Royale, nous
avons tous perdu de notre sécurité, que nos biens et nos têtes valent
moins qu'avant! L'impression est si profonde, que le Ministère espère y
trouver de la longévité: ce n'est pas mon opinion. Les premiers jours de
stupeur passés, la politique se réinfiltrera dans la Chambre des Députés
et fera passer dans ses votes le courant d'opinions qui s'est produit
dans les élections. On s'accorde à croire aux chances de M. Molé; M.
Guizot et M. Thiers sont hors de la pensée du moment.

Ma nièce Fanny et sa gouvernante sont parties, hier, pour Paris; je les y
suivrai dans peu de jours.


_Rochecotte, 23 juillet 1842._--J'ai passé la journée d'hier à faire
quelques préparatifs d'absence.

Le Roi est, dit-on, fort jaune, le visage contracté, le teint terreux.
Mme la Duchesse d'Orléans a fait mettre sur le catafalque qui est dans la
chapelle de Neuilly l'uniforme, l'épée et l'écharpe du défunt. La
première fois que le Roi a aperçu ces insignes, c'est-à-dire le cinquième
jour après l'événement, ses sanglots ont éclaté avec une telle violence
qu'ils ont couvert ceux de la mère et des sœurs. On dit que les larmes
de la Reine vont jusqu'à la faire tomber en pâmoison. La douleur de Mme
la Duchesse d'Orléans est plus douce, ou, comme disent quelques
personnes, plus calme. Quant au Duc de Nemours, il est tellement
bouleversé qu'il en est, dit-on, méconnaissable. Le peintre Scheffer fait
un tableau, qui représentera la chambre du cabaret où s'est consommée la
terrible catastrophe du 13. La Reine dit continuellement aux personnes
qu'elle voit: «Priez pour lui...; priez pour lui!» Son désespoir
s'aggrave de beaucoup, par la pensée que son fils est mort sans avoir pu
remplir les devoirs de la religion. Pas une voiture n'entre dans la cour
de Neuilly. Il semble que tout y soit muré comme dans un tombeau.


_Rochecotte, 24 juillet 1842._--Mes lettres disent que rien n'a été plus
lugubre que les réceptions de condoléances. Le Roi sanglotait, comme un
homme qui ne peut pas du tout se retenir. Les nuages politiques
grossissent déjà... Je pars décidément demain matin pour Paris.


_Paris, 27 juillet 1842._--J'ai déjà vu bien du monde. Valençay et Fanny
d'abord, revenant de la séance Royale, où les sanglots du Roi avaient ému
tous les assistants. On ne tarit pas sur les douleurs immenses de la
Famille Royale et sur l'impopularité de M. Guizot. Cependant, M. Molé
lui-même ne croit pas qu'il tombe dans la petite session actuelle des
Chambres.


_Paris, 28 juillet 1842._--Ma matinée d'hier a été fort douloureuse. Je
l'ai passée en grande partie à Neuilly; je suis restée plus d'une heure
avec Madame Adélaïde, qui m'a pénétrée par ses bontés. Elle m'a traitée
comme la personne qui, après les siens, regrettait le plus profondément
le pauvre Prince. Elle m'a fait entrer, prier et jeter de l'eau bénite
dans cette petite chapelle presque entièrement remplie par le catafalque,
et où peu de personnes pénètrent. Ce qui m'a, en grande partie, valu
cette bonté, c'est que, dans le testament du défunt, se trouve, à ce que
m'a dit sa tante, une phrase très honorable pour moi, ainsi que la
mention d'un souvenir qu'il me lègue. Madame ne m'a pas donné d'autres
détails, parce que, a-t-elle ajouté, Mme la Duchesse d'Orléans se
réservait de me les dire elle-même. Je dois la voir après les
funérailles, ainsi que le Roi et la Reine. Rien ne peut donner l'idée du
lugubre de Neuilly. C'est un vaste tombeau, et on s'y croit renfermé dans
un mausolée. D'après le désir de la Reine, les psalmodies des prêtres ne
cessent ni jour ni nuit; on les entend de tous les coins du château,
c'est d'un triste cruel; pas une figure qui ne soit désolée, pas un
visage qui ne soit altéré par les larmes.

En rentrant chez moi, j'y ai trouvé M. de Barante, le duc de Noailles et
M. de Salvandy, qui m'attendaient. Je n'ai rien recueilli de nouveau, si
ce n'est que M. Thiers, qui veut se rendre possible et se faire agréer
par le Roi, prêche la douceur et la modération au parti de la gauche. Il
y a une dépêche officielle de M. de Flahaut, qui dit qu'à la suite de sa
chute de l'année dernière, Mgr le Duc de Bordeaux non seulement boite
toujours, mais qu'il s'est formé un abcès dans la cuisse qui ne lui
permet pas de prendre les bains de mer à Trieste, où il a fait
décommander la maison qui, déjà, était retenue pour lui. A Berlin et à
Vienne, le mouvement, à la nouvelle de la mort de Mgr le Duc d'Orléans, a
été très bon.

J'ai vu ensuite longtemps ce pauvre Boismilon, qui est écrasé par la mort
de son Prince. La veille de l'accident, Mgr le Duc d'Orléans, faisant ses
préparatifs pour le camp, disait à son vieux valet de chambre allemand
qui ne l'avait jamais quitté: «Mon vieux Holder, tu te fatigues; viens
encore avec moi cette fois-ci, puis je sais une place pour toi, où tu te
reposeras sans me quitter; je demanderai au Roi de te nommer _gardien du
caveau de Dreux_.» Ceci est textuellement exact, car Boismilon y était
et l'a entendu.

Sainte-Aulaire est venu causer avec moi aujourd'hui. Il admire beaucoup
l'Angleterre, mais déplore les mauvaises relations des deux
gouvernements, en donnant absolument tort au nôtre. Il prévoit que, si
les choses duraient sur le pied actuel, il n'y aurait bientôt plus que
des Chargés d'affaires à Paris et à Londres.

Le duc de Noailles porte le deuil et s'est fait écrire à Neuilly, à titre
de cousin. Il croit savoir que le duc de Poix a écrit au Roi à l'occasion
de cette mort de Mgr le Duc d'Orléans. Le parti légitimiste est
extrêmement morcelé, désuni, et, sans la mort du Duc d'Orléans, qui a
ébranlé toutes les confiances de durée et de stabilité, la plupart des
légitimistes se ralliaient. Maintenant, à moins que l'état du Duc de
Bordeaux ne tourne mal, ce que l'on semble croire, je ne vois guère de
chances de rapprochement, et, cependant les légitimistes ne suivent ni
système, ni direction fixe. C'est une anarchie de plus, et voilà tout.


_Paris, 30 juillet 1842._--M. Royer-Collard est venu me voir hier. Je
l'ai trouvé, moralement, tel qu'il était dans les dernières années;
physiquement, fort changé. Il le sent, et ne songe plus guère qu'à
l'au-delà.

On a transféré solennellement, aujourd'hui, les restes du Prince Royal à
Paris. C'était grave, digne, calme; le clergé y tenait une place énorme;
c'était la première fois, depuis douze ans, qu'il se montrait en public;
l'essai n'a pas mal tourné. Toutes les boutiques étaient et sont restées
fermées.

J'ai entendu dire, hier, que M. de Zea a perdu tout crédit et faveur près
de la Reine Christine. L'Infante Carlotta a su plaire à sa nièce
Isabelle, de façon à inquiéter Espartero. Il veut renvoyer de Madrid
cette formidable Infante, et, déjà, les dames complices de cette intimité
ont été écartées de la jeune Reine.

Mme la Duchesse d'Orléans ne témoigne pas le plus petit regret de perdre
la Régence qui lui échappe, mais elle s'occupe et se préoccupe
extrêmement de sa position de tutrice, de ses droits de mère, veut avoir
toute liberté d'action, à ce double titre, et aplanir d'avance toute
difficulté ou controverse à cet égard, tant pour le présent que pour
l'avenir, pour cet avenir que la mort du Roi compliquera et rendra plus
important.


_Paris, 1er août 1842._--J'ai fait, hier, une visite à la marquise de
Jaucourt, que j'ai trouvée en pauvre état. Elle avait su, la veille, par
le Préfet de la Seine, qu'à la translation des restes du Prince Royal,
les Princes, ses frères, avaient couru un grand danger. Des barils de
poudre avaient été placés, pour les faire sauter; cela a été découvert à
temps; on ne veut pas en faire de bruit. La pauvre Reine reçoit, chaque
jour, des lettres anonymes, dans lesquelles on lui dit que, plus que
jamais, les assassins poursuivent le Roi. Quels horribles monstres!


_Paris, 2 août 1842._--Le Roi a eu une explication assez vive avec M.
Molé et lui a reproché de jeter le trouble et la désunion dans le parti
conservateur. A cela, M. Molé a répondu qu'il regrettait de déplaire au
Roi, mais qu'il ne pouvait lui obéir, vu qu'il croyait le salut de la
France intéressé à la chute immédiate de M. Guizot. Mme de Lieven est
ulcérée de cette réponse, et se possède beaucoup moins que par le passé.

Mme la Duchesse d'Orléans étonne un peu par ses préoccupations de
position, non pas qu'elle témoigne vouloir être la Régente de la
minorité, mais il semble qu'elle songe déjà à l'être pour la majorité,
qui sera fixée, ou proposée du moins, pour dix-huit ans. Il y a bien des
intrigues en jeu, bien du mouvement dans tous les esprits.

Mme la Dauphine devait se rendre à Vienne, pour la fête de l'Impératrice,
comme elle en a l'habitude; mais, en apprenant la mort du Duc d'Orléans,
elle a écrit pour s'excuser, et pour dire que, dans une pareille
circonstance, elle ne voulait se montrer à aucune fête, et elle reste à
la campagne. Je trouve que c'est d'un bon goût, d'une dignité admirables.


_Paris, 4 août 1842._--La cérémonie de Notre-Dame a été grande, noble,
belle, simple, imposante; rien n'y a été choquant, si ce n'est le
bavardage bruyant des Députés, et M. Laffitte, qui, en jetant de l'eau
bénite sur le catafalque, comme Doyen d'âge de la Chambre, n'a salué ni
l'Archevêque, de qui il prenait le goupillon, ni le cercueil! Mgr le Duc
de Nemours avait très bel air et très bonne grâce en faisant ses
révérences; le Prince de Joinville aussi; les deux autres Princes, non.
Visconti avait merveilleusement bien décoré et arrangé Notre-Dame, dont
les draperies noires relevaient encore la noble architecture, au lieu de
la cacher. Le plain-chant, sans nuire à l'ensemble, faisait mieux que ne
l'eût fait tout autre, tant il était bien exécuté. Il n'y avait vraiment
pas moyen de rien critiquer, et l'émotion, si elle n'a pas été au même
degré chez tout le monde, a cependant été visible chez tous.

Ma nièce Hohenthal m'écrit, de Téplitz, que M. le Duc de Bordeaux se
trouve fort bien des eaux minérales, des bains et des douches. On a été
péniblement surpris de le voir au spectacle, le soir même où on a appris
la mort de Mgr le Duc d'Orléans.


_Paris, 5 août 1842._--J'ai été hier au Sacré-Cœur faire mes adieux à
Mme de Gramont. Elle venait de recevoir des lettres de Kirchberg[68], qui
disaient que le lendemain du jour où on y avait appris la mort du Duc
d'Orléans, on y avait fait dire une messe en noir, à laquelle le Dauphin,
la Dauphine et Mademoiselle avaient, non seulement assisté, mais communié
à l'intention et pour le repos de l'âme du défunt. Je ne connais rien de
plus touchant et de plus chrétien.

  [68] Kirchberg-an-Wald, château habité par Charles X, après 1830.

De la rue de Varennes, j'ai été dire adieu à la princesse de Lieven à
Beauséjour. Je l'ai trouvée très agitée de la crise ministérielle qui
gronde dans l'air, très irritée contre M. Molé, très enchantée des
colères du Roi contre lui, et annonçant que M. Guizot ne se retirera
qu'après avoir provoqué à la Chambre une expression nettement formulée de
ce qu'on appelle son impopularité; qu'il ne se retirera pas sur la
nomination d'un Président opposant; qu'il traversera l'Adresse et la loi
de Régence; qu'il demandera ensuite des explications à la Chambre, et que
ce n'est que devant sa répulsion directe et nettement exprimée, que le
Cabinet se dissoudra. C'est ainsi que le Roi désire que les choses se
passent.

M. Royer-Collard est venu ce matin chez moi. Il était fatigué, parlait de
sa fin prochaine, et me faisait l'effet de quelqu'un qui y touche. Cela
m'a attristée, et je n'ai pas été égayée à Maffliers, où j'ai été dîner,
avec M. de Valençay, chez ces pauvres Périgord, dont l'intérieur est bien
assombri par le dépérissement de Mme d'Arenberg.


_Paris, 7 août 1842._--Hier, à deux heures, j'étais à Neuilly, d'après
les ordres de Madame Adélaïde. J'ai pris congé d'elle, et le Roi, ayant
eu la bouté de vouloir me voir, est venu chez sa sœur. Je l'ai trouvé
fort jaune, et d'autant plus touchant qu'il est très naturel dans sa
douleur; quelquefois, il parle d'autre chose, puis un mot le fait
retomber dans son chagrin et il pleure abondamment. On dit la douleur de
la Reine plus véhémente. Elle a eu la bonté, ainsi que Mme la Duchesse
d'Orléans, de me faire dire des paroles très aimables et des regrets de
ne pas me voir, mais elles craignent avec raison, que beaucoup d'autres
dames ne demandent à pénétrer chez Elles, si Elles faisaient la moindre
exception. La Reine n'a vu, depuis son malheur, que sa famille, sa Maison
et les Ministres.

En sortant de chez Madame, je suis allée voir Mmes de Dolomieu et de
Montjoye. La première était sortie, la seconde était chez elle; celle-ci
m'a montré la copie d'une lettre écrite à la Reine par un des Évêques
consultés, qui est admirable, consolante, et qui m'a bien touchée. Enfin,
la Reine se calme sur cette terrible question, et d'autant plus que, peu
de semaines avant sa mort, le Duc d'Orléans étant un jour seul avec sa
mère, lui dit qu'Elle se trompait si elle le croyait indifférent à la
religion, et qu'il pouvait lui assurer que ses idées étaient fort
modifiées à cet égard.

Le Roi venait de recevoir des nouvelles de Saint-Pétersbourg de M. Périer
qui mande, dans sa dépêche, que l'Empereur Nicolas a pris le deuil, sans
attendre de notification, et qu'il avait envoyé le comte de Nesselrode
chez M. Périer, lui porter ses compliments de condoléances, en lui
annonçant qu'il avait ordre d'écrire une dépêche à M. de Kisseleff, que
celui-ci porterait à la connaissance de M. Guizot et qui contiendrait les
mêmes compliments. C'est la même forme observée lors de la mort de la
Duchesse de Würtemberg. Du reste, il n'y a aucun échange de notification
particulière entre les deux Cours. Cette lacune dans l'étiquette a été
établie par la Russie, lors de la mort du grand-duc Constantin, premier
événement de ce genre depuis 1830, et que la Cour de Russie n'a point
fait connaître à la nôtre, selon les anciens usages adoptés en pareilles
circonstances.


_Jeurs, 9 août 1842._--Je suis partie hier de Paris, après mon déjeuner.
La chaleur y était grande; ici, il fait plus frais. M. et Mme Mollien
sont toujours excellents pour moi. Je le trouve, lui, bien cassé.


_Maintenon, 11 août 1842._--Je suis arrivée ici, hier, pour l'heure du
dîner, ayant quitté, le matin, les bons Mollien, qui m'avaient reçue avec
leur cordialité habituelle. Il était arrivé à Jeurs, avant mon départ,
des lettres de Neuilly, qui disaient que la Famille Royale irait passer
le mois de septembre à la ville d'Eu.

Il y a ici une ancienne célébrité, Mme Récamier, qui, grâce à une
névralgie au visage, ne parle pas; elle a un sourire permanent qui me
fatigue un peu. M. Ampère, professeur distingué et fort protégé par Mme
Récamier, qui le mène à sa suite, a de l'esprit et du mouvement, sans
grande distinction de manières. M. Brifaut, pâle académicien, également
satellite de Mme Récamier, lit ici d'anciennes tragédies de sa façon. Il
y a encore M. de Vérac, qui devient fort sourd, et Mme de Janson,
belle-sœur de l'évêque de Nancy et sœur de la duchesse de Noailles,
spirituelle et fine, mais timide et réservée.


_Rochecotte, 16 août 1842._--J'ai quitté Bonnétable avant-hier, après les
offices du dimanche, et Tours hier, après la messe de l'Assomption, et un
déjeuner chez le Préfet. J'ai cru arriver charbonnée: je ne me souviens
pas d'avoir eu aussi chaud de ma vie.

On me mande de Vienne que M. de Metternich est allé à Kœnigwarth; qu'il
doit, ensuite, se trouver en même temps que le Roi de Prusse aux bords du
Rhin, mais qu'il se porte assez mal, qu'il a mauvaise mine, et que
surtout, il devient très maigre. Barante m'écrit ceci: «J'ai eu quelques
détails de plus sur l'impression que la mort de Mgr le Duc d'Orléans a
produite sur l'Empereur. Elle a été vive. Horace Vernet, qui est arrivé
l'autre jour de Pétersbourg, et qu'il a comme autrefois admis dans sa
familiarité, m'a raconté des paroles remarquables, même par le sens
politique. Je suis peu surpris de ses récits; à d'autres époques, dans
d'autres occasions, l'Empereur s'est exprimé à peu près de même; mais il
a adopté une position, il l'a constatée par certaines formes, il n'en
résulte nul inconvénient pour lui, il n'y changera rien; seulement, il ne
veut rien aggraver, et le retour réciproque des Ambassadeurs pourra
s'arranger.»


_Rochecotte, 23 août 1842._--Voilà donc la loi de Régence votée, à une
imposante majorité. Les Pairs vont la confirmer, et, du moins sous ce
rapport, on pourra être tranquille.


_Rochecotte, 25 août 1842._--J'ai reçu, hier, une lettre qui résume, ce
me semble, assez bien la situation actuelle de Paris. «La discussion sur
la Régence a été belle, surtout curieuse: M. de Lamartine, passant à
gauche, par rancune contre les conservateurs, qui ne l'ont pas fait
Président; M. Thiers, secouant ses liens avec la gauche, parce qu'il veut
se rendre possible; M. Odilon Barrot, engagé dans cette manœuvre,
manquant de parole au dernier moment, par crainte de se dépopulariser
dans son parti; les légitimistes prenant hors de propos le verbe haut et
se faisant fouler aux pieds. Tel a été le drame. Il a été représenté au
bénéfice du Ministère, qui, si on avait suivi les conseils de M. Thiers,
n'aurait retiré aucun avantage de cette petite session, qui se serait
passée sans combat: au lieu de cela, on lui a fait gagner les batailles
de la Présidence et de la loi de Régence. C'est un acompte sur la vraie
session. Elle commencera avec une extrême vivacité, mais le Cabinet a
toujours les mêmes chances de succès, chances incertaines, sans doute,
qui consistent dans les difficultés de former une autre combinaison et
dans le penchant des conservateurs à se tenir unis contre la gauche. Les
attaques seront passionnées et rigoureuses; donc il y aura danger, mais
aussi espoir.»


_Rochecotte, 29 août 1842._--J'ai reçu hier la nouvelle de votre
débarquement à Liverpool[69]. Soyez le bienvenu dans notre vieille
Europe, qui, malgré ses inconvénients, vaut encore mieux que le
Nouveau-Monde.

  [69] Extrait d'une lettre de M. de Bacourt.

On me mande ceci, de Paris: «La Reine est pâle, maigre, abattue, mais
calmée; elle ne se débat plus contre la douleur, elle semble l'avoir
acceptée maintenant, comme un accompagnement nécessaire, mais mitigé, de
toute sa vie; on peut lui parler d'autre chose: ainsi, je lui ai parlé de
vos larmes et de vos regrets, à quoi elle s'est écriée: «Ah! oui, je le
sais, j'en étais sûre; le Roi et ma sœur ont été bien touchés de tout ce
qu'elle leur a dit, et de tout ce qu'elle a montré de véritable peine.
Mon pauvre enfant avait grande confiance en elle; il était vraiment de
ses amis.» Tout cela s'est dit avec un accent qui vous aurait convenu. La
Duchesse d'Orléans est revenue de Dreux. Elle avait insisté pour y aller
avant de faire le voyage à Eu. On a pu croire qu'elle avait quelque
velléité de s'établir à l'Élysée avec ses enfants, mais cette velléité
eût été si nettement repoussée, qu'elle ne s'est pas reproduite. Le
million affecté par les Chambres au Prince Royal reste au comte de Paris;
sa mère comme tutrice en a la jouissance, de plus elle a son douaire de
100 000 écus; elle est donc riche pendant la minorité. Elle a fait de
nombreuses réformes subalternes, mais elle conserve sa Maison d'honneur,
et à son fils toute la maison militaire du feu Prince. On craint qu'elle
ne sache pas bien gouverner ses revenus. C'était son mari qui réglait
toute la dépense; elle n'en a, dit-on, ni l'habitude, ni l'intelligence.
Les premiers élans de la douleur passés, bien des petites combinaisons,
préoccupations, surgissent de tous côtés. Intrigues politiques, jalousies
de famille, rivalités de Cour, tout trouve sa place, et, si le Roi n'y
met ordre, il y aura un parti Orléans et un parti Nemours.»


_Rochecotte, 31 août 1842._--Voici ce qu'on me mande de Paris, sur la vie
qu'y menait la Famille Royale, avant son départ pour la ville d'Eu:
«Leurs services n'entrent pas dans le salon et ne mangent pas avec eux.
Le Roi reçoit dans le billard les hommes qui viennent lui parler ou lui
faire leur Cour; et la Reine, Madame Adélaïde, la Princesse Clémentine et
Mme la Duchesse de Nemours passent ensemble la soirée à travailler autour
de la table ronde. Enfin, les voilà partis pour Eu, et il faut espérer
que le changement de résidence leur fera quelque bien. Le petit Duc de
Chartres a donné, un moment, de sérieuses inquiétudes. Mme la Duchesse
d'Orléans vit assez à part, avec Mme la Grande-Duchesse de Mecklembourg.»

Mme de Lieven, après avoir passé huit jours à Dieppe, s'y est tellement
ennuyée, qu'elle est revenue en hâte à son petit Beauséjour, d'où elle
m'écrit: «Thiers s'est décidément séparé de la gauche, et il se pose en
successeur immédiat de M. Guizot, ce qui ne doit pas être du goût de M.
Molé. Les Chambres seront convoquées pour le 9 janvier. Rien de nouveau
sur Pahlen, ni sur Barante. Tout septembre se passera à Eu, puis viendra
Saint-Cloud. La Reine d'Angleterre mène son mari en Écosse, pour le
consoler, par la chasse aux _grouses_, de ce qu'elle ne lui a pas permis
d'aller aux manœuvres sur le Rhin. Elle fera ce voyage sans éclat, assez
petitement, trop petitement. Lord Aberdeen l'accompagne.»


_Rochecotte, 8 septembre 1842._--Un de nos amis, en Angleterre en ce
moment, m'écrit de Londres ce qui suit, «J'ai revu ici un de nos amis,
l'excellent Dedel, Ministre des Pays-Bas, qui nous est sincèrement
attaché. Nous avons bien reparlé ensemble des temps passés, et il m'a
raconté de curieux détails, qui vous paraîtront peut-être un peu
rétrospectifs, par les faits auxquels ils se rapportent, mais qui me
semblent n'être pas sans intérêt. Lors de l'avènement de la Reine
Victoria, avant même que les membres du Corps diplomatique aient eu le
temps de recevoir leurs nouvelles lettres de créance, la Reine a voulu
les voir au Palais de Kensington. Ils furent tous présentés
individuellement, par lord Melbourne et lord Palmerston. Quand les trois
premiers, c'est-à-dire le prince Esterhazy, le général Sébastiani et le
baron de Bülow, eurent été présentés, lord Melbourne, les prenant à part,
leur dit: «Eh bien! Comment trouvez-vous _ma petite_ Reine? N'est-ce pas
qu'Elle est très bien? Elle a les meilleures dispositions pour tous les
souverains étrangers, et je puis vous garantir qu'Elle vivra en paix avec
tous. Il y en a un, cependant, contre lequel Elle a une haine étonnante.
C'est de l'enfantillage, c'est _foolish_, et j'espère que nous
parviendrons à détruire cela; imaginez qu'elle a une haine violente
contre le Roi des Pays-Bas.» Ce qu'on imagine encore moins, disait Dedel,
c'est un pareil langage dans la bouche d'un premier Ministre
d'Angleterre. En continuant il m'a dit: Depuis que sir Robert Peel est à
la tête du gouvernement, la Reine ne se mêle plus de rien. Elle le laisse
faire entièrement. Elle avait pris un vif intérêt dans le Ministère de
lord Melbourne, parce qu'elle était dans un _excitement_ continuel, par
suite de la situation toujours chancelante de son Cabinet; maintenant
qu'Elle sait que, de longtemps, rien ne peut ébranler sir Robert Peel,
elle ne se soucie plus des affaires d'État. Ce changement a eu de
fâcheux résultats pour le prince Albert. Elle ne s'occupe plus que de
lui. Elle le tient en laisse, ne lui accorde pas un moment de relâche et
exerce réellement sur lui une tyrannie, dont le jeune Prince dissimule
mal, parfois, la fatigue et l'ennui qu'il en ressent. Au reste, la Reine
a gardé de l'affection pour lord Melbourne, qui l'amusait, et qui a eu
l'avantage d'être le premier à l'initier aux affaires d'État. Sa haine
contre le Roi des Pays-Bas s'explique par l'influence que le Roi des
Belges a longtemps exercée sur Elle, mais qui paraît s'être fort
affaiblie dans ces derniers temps. Dedel dit que le Corps diplomatique à
Londres fait maintenant la plus triste figure, qu'il n'a aucune
considération dans la société, où on le compte fort peu. Le Ministre de
Russie, le baron de Brunnow, est un homme de beaucoup de talent, et qui
a, au suprême degré, l'esprit des affaires. Il est faux jusqu'à la
fourberie; un véritable Gréco-Russe, très dangereux dans les relations
qu'on a avec lui. Dedel reconnaît que Brunnow a eu de grands succès
diplomatiques à Londres. On témoigne en général, de la bienveillance à M.
et Mme de Sainte-Aulaire. On trouve Madame polie, et Monsieur assez
amusant. M. de Barante a plu aux personnes qui ont causé avec lui. A tout
prendre, disait Dedel, le général Sébastiani est encore celui des trois
Ambassadeurs de France ayant succédé à M. de Talleyrand, qui a le mieux
réussi à Londres. Il avait le coup d'œil très juste. Sa première
impression, dans toutes les affaires, était bonne; son désavantage était
de ne savoir pas développer clairement ses idées. Il avait très bien
compris la question d'Orient et l'aurait convenablement arrangée, si on
l'avait laissé à son poste. Quant à M. Guizot, il a fait faute sur faute
à Londres, et a bien montré qu'il ne savait absolument rien de ce que
c'est que la diplomatie. Il s'est cru à Paris, où tout se mène par des
intrigues parlementaires, et il a voulu séparer lord Holland, lord
Clarendon, lord John Russell de lord Palmerston, oubliant que celui-ci
était le beau-frère de lord Melbourne, qui en définitive était le maître;
il a évidemment cherché à renverser le Cabinet, jeu fort imprudent et
fort dangereux de la part d'un Ministre étranger. Il a aussi essayé
d'ameuter quelques membres radicaux de la Chambre des Communes contre
lord Palmerston, et a même poussé l'imprudence jusqu'à dîner avec eux en
petit comité au _Star and Garter_, à Richmond. Lord Palmerston a dit une
fois à Bülow: «M. Guizot doit me savoir gré de ne pas faire usage des
pièces que j'ai entre les mains, et qui constatent de la manière la plus
précise ses menées et ses intrigues pour renverser le Cabinet. Elles sont
d'une nature telle qu'elles autoriseraient le gouvernement de la Reine à
lui envoyer ses passeports.» Le voyage de Mme Lieven en Angleterre a fait
aussi le plus grand tort à M. Guizot. Lord Palmerston, qui connaissait la
haine de Mme Lieven contre lui, a vu, dans son arrivée, un nouveau coup
qu'on voulait lui porter et sa vengeance n'a plus connu de mesure. En
tout, la France, les Français et leur gouvernement sont très mal vus en
Angleterre depuis deux ans, et on trouve que l'Ambassade de France
actuelle n'est pas de force à changer ces dispositions. Le Cabinet
anglais actuel, qui blâme la conduite de lord Palmerston, croit toutefois
avoir fait, depuis qu'il est au pouvoir, tout ce qu'il lui était
convenablement possible de faire pour ramener l'esprit public de la
France. Il reconnaît avec peine qu'il n'a pas réussi; mais il est bien
décidé à ne rien faire de plus, et à attendre les événements en se tenant
prêt à toutes les éventualités.

«Les choses marchent assez mal en Hollande, où la maison d'Orange devient
de plus en plus impopulaire. On ne pardonne pas au vieux Roi sa rapacité,
la manière dont il a exploité le pays pendant vingt-cinq ans, et encore
moins son mariage avec une catholique belge, après avoir, durant deux
années, condamné le pays à supporter un état aussi onéreux que la guerre,
sans sa gloire et ses profits, tout cela pour l'agrandissement de sa
famille. Le nouveau Roi est léger, inconsidéré, imprudent. On le blâme de
se jeter dans les bras de la France, ce qui est une politique toute
nouvelle et aventureuse pour la Hollande; on blâme surtout son entêtement
à maintenir l'armée sur un pied ruineux pour le pays; le budget reste
énorme: quatre-vingts millions de florins pour une population de moins de
trois millions d'âmes. La nomination du baron Heskern, comme Ministre des
Pays-Bas à Vienne, a causé un grand scandale en Hollande et y a renouvelé
des bruits fâcheux.


_Rochecotte, 11 septembre 1842._--J'ai reçu hier une lettre de M. de
Salvandy, dont voici l'extrait: «Le plongeon de Thiers est fabuleux.
L'amende honorable au Gouvernement a été complète; il lui a baisé la
main. Je l'aurais trouvé plus habile d'être plus digne. Cela arrive bien
souvent. Je ne crois pas qu'il se soit, par là, rendu possible
immédiatement, mais par cela seul, qu'il a l'air de l'être, le pouvoir
est plus difficile à tout le monde. L'un des résultats de cette immense
flatterie, c'est de rendre le Roi ingouvernable. M. de Lamartine n'a
jamais été qu'un météore. Il écrit à M. Villemain qu'il va faire _de la
grande opposition_; il n'y aura de grand que son impuissance et sa
chute.»

Je compte partir, dans quelques heures, pour Valençay et y passer un mois
chez mon fils, auquel je l'avais promis depuis longtemps.


_Valençay, 24 septembre 1842._--J'ai été fort affligée de la mort de ma
pauvre et excellente cousine, la princesse Pierre d'Arenberg. Elle avait,
pour moi, beaucoup de bienveillance, comme son mari, et tout ce côté de
ma famille. Je leur suis, à tous, bien sincèrement attachée. La sœur de
charité, qui a soigné Mme d'Arenberg, lui a entendu dire, tout de suite
après l'Extrême-Onction: «Mon Dieu! que votre volonté soit faite!» Je
reste convaincue qu'elle a été éclairée sur son danger, dans les
dernières quarante-huit heures de sa vie, et que c'est par force d'âme,
et pour ne pas ôter à ses entours la consolation de la croire dans
l'illusion, qu'elle n'a pas plus clairement parlé de sa fin. C'était une
âme d'élite!


_Valençay, 27 septembre 1842._--J'ignorais qu'il fût question du mariage
du Prince de Joinville avec une Princesse du Brésil; je croyais même que
ces Princesses ne pouvaient quitter le Brésil, à moins que leur frère,
l'Empereur, qui n'est pas encore marié, n'eût des enfants. Je m'étonne
aussi que la Reine des Français ne redoute pas un peu le sang de ces
Princesses de Bragance et leur éducation. Puis, pourquoi marier si tôt un
jeune homme, marin de profession, qui a trois frères et déjà trois
neveux? Cela prépare des quantités de branches collatérales, qui, grâce
au partage des fortunes et à la lésinerie toujours croissante des
Chambres, deviendront nécessiteuses, appauvries et bientôt une gêne pour
le chef de la famille.


_Valençay, 5 octobre 1842._--J'ai des raisons de croire au mariage de la
Princesse Marie de Bade avec le marquis de Douglas: cependant, c'est
moins fait que ne le disent les journaux.

Je partirai d'ici le 15; j'irai dîner à Tours, chez ces malheureux
d'Entraigues, qui viennent de perdre une fille dans les circonstances les
plus douloureuses, et j'arriverai pour coucher à Rochecotte. J'aime mieux
une forte journée que la fatigue, le froid et les rhumes des auberges
dans cette saison. M. Royer-Collard, qu'il m'aurait été impossible
d'aller voir à Châteauvieux, à cause des chemins trop raboteux qui y
mènent, a bien voulu venir ici hier. Cet effort, à son âge, et avec une
santé affaiblie, m'a vivement touchée. Il m'a parlé de son intérieur, de
ses intérêts les plus proches et m'a paru fort détaché de tout le reste.


_Rochecotte, 16 octobre 1842._--Je suis arrivée hier soir pour me
coucher. Le _home_ a toujours un mérite particulier, qu'on ne trouve
nulle part ailleurs. J'ai cependant quitté Valençay avec regret: j'y ai
été fort soignée; tout le pays est resté bienveillant pour moi; j'aime
beaucoup mon fils, dont le commerce me plaît; puis, nulle part les
souvenirs ne sont aussi nombreux et aussi puissants sur moi qu'à
Valençay...

Il vient de se passer, à Nice, un fait écrasant de merveilleux, et dont
je connais tous les acteurs: leur véracité, leur droiture, leur foi et
leurs lumières sont incontestables. La fille aînée du comte de
Maistre[70], depuis bien des mois percluse d'une jambe qui s'était
tordue, souffrait des douleurs désespérantes, poussant les hauts cris
jour et nuit, abandonnée par tous les médecins, qui parlaient de gangrène
et d'amputation. En dix minutes d'une fervente invocation, elle vient
d'être radicalement guérie, devant douze personnes qui étaient dans sa
chambre (et toute la ville de Nice pour y prendre part), par les ardentes
prières de Mlle Nathalie de Komar, qui, depuis quelques années, est dans
la plus grande mysticité. La guérison est complète, et le mal était
désespéré. La jeune malade est elle-même une sainte, se destinant à être
sœur de charité: tout cela confond, anéantit; expliquer ne se peut pas,
contester, dans la circonstance actuelle, pas davantage. Il n'y a qu'à se
taire, s'humilier et adorer.

  [70] Francesca de Maistre.


_Rochecotte, 17 octobre 1842._--Je suis un peu fatiguée de ma journée
d'hier. Le Curé était venu me prévenir qu'il avait attendu mon retour
pour placer dans son église le _Chemin de la Croix_; un des
Grands-Vicaires de Tours venait d'arriver, pour faire cette cérémonie: il
a donc fallu y assister. Elle était belle et touchante, mais fatigante,
surtout à cause de la procession. Puis, il fallait gagner l'église qui
est éloignée; le chemin, mauvais, dur en voiture, trop long à pied; bref,
le tout m'a surmenée.

J'ai des nouvelles de Pauline, du 8, de la villa Melzi, et du 10, de
Milan: elle est dans un ravissement complet de tout ce qu'elle voit,
émerveillée de la magnificence élégante des Melzi, et bien touchée de
leur accueil, qui a été plein de grâce et de recherche. Je suis charmée
que ma fille trouve de l'agrément à ce voyage, qui lui a bien coûté à
entreprendre.


_Rochecotte, 19 octobre 1842._--J'ai reçu hier une lettre de Berlin, qui
me dit qu'il y est fort question du retour à la Haye de l'ex-Roi des
Pays-Bas, le comte de Nassau. On dit qu'il y conduirait sa fille[71],
comme moyen de la tirer, sans éclat, de la fausse position dans laquelle
elle s'est mise, vis-à-vis de son mari et de toute la Cour. Elle avait eu
la permission de paraître aux fêtes du mariage de la Princesse Marie de
Prusse avec le Prince Royal de Bavière, mais son mari, le Prince Albert,
s'est dit malade, n'a pas paru et ne revoit plus sa femme. Je sais bien
que la Princesse Marianne passait pour légère, mais, à mon dernier
voyage à Berlin, elle paraissait, ostensiblement, dans les meilleurs
rapports avec son très peu agréable époux; il faut donc qu'il se soit
passé quelque chose de particulier dans ces derniers temps.

  [71] La Princesse Albert de Prusse, née princesse Marianne des
  Pays-Bas.

_Rochecotte, 27 octobre 1842._--J'avais déjà entendu parler, à Berlin,
non pas d'un chasseur du Prince Albert, mais d'un _Stallmeister_ ou
piqueur, qui suivait, seul, la Princesse dans ses cavalcades de Silésie,
mais je ne pouvais pas croire à cette histoire, qui paraît, cependant,
avoir pris plus de consistance.


_Rochecotte, 3 novembre 1842._--L'aristocratie anglaise est dans un grand
émoi, de l'histoire du Prince Georges de Cambridge avec lady Blanche
Somerset. Que va-t-elle devenir? La fille d'un particulier, quoique grand
seigneur, ne peut épouser un Prince qui peut être appelé à la
Couronne[72].

  [72] Ce mariage, que tous les journaux anglais annonçaient comme
  devant avoir lieu, ne se fit pas, la Reine ayant absolument
  refusé son consentement, ainsi que le Conseil privé. Le prince
  Georges de Cambridge, par une lettre de son avocat au journal
  l'_Observer_, donna un démenti formel aux bruits calomnieux qui
  circulaient, et lady Blanche Somerset, fille du second mariage du
  duc de Beaufort, épousa plus tard, en 1848, lord Kinnoul.

On dit que lady Harriet d'Orsay a eu un tel chagrin de la mort de M. le
Duc d'Orléans, qu'elle a tourné à la dévotion, et qu'elle veut se faire
catholique. La princesse Belgiojoso est aussi dans une grande exaltation
religieuse, et comme il faut toujours qu'elle imagine des choses
étranges, elle porte un costume de nonne.

Le prince indien qui est à Paris[73], en ce moment, a été à l'Opéra: il a
voulu aller dans les coulisses, où on lui avait dit qu'il trouverait des
danseuses de bonne volonté; il arrive, et se met aussitôt à embrasser,
avec une telle rage, qu'il fallut vite le faire sortir de force, au rire
général des assistants.

  [73] Ce prince indien était un riche banquier,
  Duwarkanout-Tayore, qui faisait alors un voyage en Angleterre et
  en France.


_Rochecotte, 4 novembre 1842._--M. Bresson m'écrit, de Berlin, que la
réunion des États et les chemins de fer qui aboutissent maintenant dans
cette capitale lui donnent un grand mouvement, et qu'elle est devenue
très animée. Il dit aussi que le comte Maltzan est devenu bien malade,
que sa vie est en danger, et que M. de Bülow est le plus agréable
Ministre des Affaires étrangères avec lequel il ait eu à traiter.


_Rochecotte, 12 novembre 1842._--Mme de Lieven me mande que lord
Melbourne a eu une attaque, qui le laisse faible, et le met hors des
chances de la politique, ce qui est un _draw-back_ pour les Whigs[74]. Le
mariage de la Princesse Marie de Bade est officiellement annoncé: sa
situation ne sera pas agréable à la Cour d'Angleterre, où on est décidé à
ne la traiter que comme marquise de Douglas: ma pauvre Grande-Duchesse a
conduit tout cela avec sa légèreté habituelle.

  [74] D'après l'anglais: un revers de médaille ou le mauvais côté
  des choses.

On m'écrit de Vienne que M. de Metternich est assez souffrant, qu'il ne
reçoit plus le Corps diplomatique le soir, afin de ne s'occuper
d'affaires que le matin et d'éviter tout ce qui peut l'exciter avant de
se coucher.


_Rochecotte, 24 novembre 1842._--Il me semble que les Anglais sont en
bien bonne veine: ils terminent leurs affaires glorieusement en Chine et
aux États-Unis[75]; gouvernent en Espagne et en Portugal; étouffent les
émeutes intérieures et ont partout une prépondérance qui doit nous faire
grande honte: nous ne pouvons pas même faire un pauvre petit traité avec
la Belgique, qui va passer à la Prusse.

  [75] Après une expédition en Chine, les Anglais venaient de
  conclure le traité de Nankin, qui ouvrait de nouveaux ports au
  commerce européen et permettait aux étrangers de séjourner à
  Canton. Le traité avec les États-Unis était déjà signé depuis le
  9 septembre et avait enfin réglé la question, si longtemps
  débattue, de la frontière entre le Canada et l'État du Maine.



1843


_Rochecotte, 21 février 1843._--Le courrier vient de m'apporter une
lettre de M. de Salvandy, rompant un long silence, qu'il motive sur ses
perplexités politiques. Il dit qu'après avoir été indignement traité par
M. Guizot, celui-ci, à la veille d'une bataille sérieuse, court après
lui; que, d'un autre côté, M. Molé se souvient qu'il peut lui être
nécessaire et passe d'une indifférence dédaigneuse à des soins extrêmes;
que lui, Salvandy, ne se soucie, ni de blesser le Roi, en votant et en
parlant contre M. Guizot, ni de soutenir un Ministère impopulaire,
incapable. Il croit que les vingt voix sur lesquelles il agit seront
décisives, pour ou contre. Il me semble croire le Ministère fort
compromis, et, lors même qu'il gagnerait la bataille des fonds secrets,
il ne pense pas qu'il puisse voir la fin de la session. En attendant, M.
Guizot donne, demain, un raout monstre, suivi d'un souper des _Mille et
une nuits_, selon l'expression romanesque de Mme de Meulan[76]. C'est la
semaine prochaine qu'aura lieu, à la Chambre, l'action, qui s'annonce
pour très vive. M. Molé est plein d'ardeur, plein de confiance. Dans sa
combinaison entreraient le maréchal Valée, MM. Passy et Dufaure, Dupin,
Bignon (de Nantes), de Carné, Laplagne, Salvandy et l'amiral Mackau. M.
Thiers se déclare hors de cause, _pour l'instant_. Voilà l'extrait de la
lettre de M. de Salvandy qui est longue et très littéraire. Je l'ai
rendue en prose vulgaire.

  [76] Belle-mère de M. Guizot.

On m'écrit, de Vienne, que Mme de Reichenbach, épouse du vieux Électeur
de Hesse-Cassel, vient de mourir et laisse un gros héritage à ses filles,
dont l'une est belle-sœur de la princesse de Metternich. Les Flahaut ont
donné deux fort beaux bals, à l'un desquels, _lui_, ayant voulu valser
avec la princesse Paul Esterhazy, l'élasticité leur ayant manqué à tous
deux, ils sont tombés tout de leur long. Cela a semblé assez ridicule.


_Rochecotte, 23 février 1843._--Les _leading articles_ du _Journal des
Débats_ deviennent très piquants. Je trouve cette façon de s'en prendre à
_l'intrigue_ comme à une personne, et de dire: _l'intrigue_ fait,
_l'intrigue_ parle, _l'intrigue_ veut, _l'intrigue_ refuse, très drôle;
j'ai bien deviné que cela signifie: M. Molé veut, M. Molé refuse, M. Molé
demande! Tout cela fait pitié, au fond, tout en inspirant de véritables
inquiétudes, car rien ne nuit autant à l'effet d'une représentation que
les trop fréquentes entrées et sorties des coulisses.

M. d'Arenberg écrit un mot assez amusant de M. Thiers. A un concert, chez
la duchesse de Galliera, la princesse de Lieven reprochait à M. Thiers
qu'il la soignait peu; il lui a répondu qu'il la soignerait mieux,
_quand elle aurait quitté le Ministère_. On cite de lui aussi un autre
propos. Il aurait dit que sa rentrée aux Affaires ne pouvait être
prochaine, et qu'avant cela, il désirait la Présidence de la Chambre.


_Rochecotte, 25 février 1843._--J'ai pris hier dans la bibliothèque des
Mémoires intitulés: _Mémoires de Gaston d'Orléans_, attribués à un des
officiers de sa maison, Aglay de Martignac. J'y ai trouvé ce mot drôle et
spirituel de Gaston: «Pendant le petit voyage que le Roi vint faire à
Paris, _Monsieur_ ayant rencontré la Reine, une fois qu'elle venait de
faire une neuvaine pour avoir des enfants, il lui dit en raillant:
«Madame, vous venez de solliciter vos juges contre moi; je consens que
vous gagniez votre procès, si le Roi a assez de crédit pour cela.»

Barante m'écrit que l'Ambassadeur Pahlen, devant aller, cet été, en
Allemagne, a envie d'en faire autant, pour tirer, dans cette rencontre,
ses chances au clair. Il dit aussi que les chances de M. Guizot sont
assez aventurées; que les prodigieuses agitations de M. Molé l'ont
déconsidéré et compromis; que Thiers manœuvre avec plus d'habileté; que,
du reste, les habitudes de mensonge sont telles, chez tout le monde, que
le spectacle général est dégoûtant, et que tout fait pitié.

_Rochecotte, 1er mars 1843._--Le prince Pierre d'Arenberg, qui est ici
depuis deux jours, a apporté le livre de Mme de Ludre[77], dont il a lu,
hier au soir, quelques chapitres au salon. La pauvre femme, perdue dans
une métaphysique quintessenciée, a fait là le plus singulier et le plus
incompréhensible fatras possible. La coupe même du livre, ses divisions,
tout est d'une bizarrerie effrayante. Il n'y a pas même le mérite du
style: ce n'est pas écrit. Il est impossible de comprendre le but de ce
livre. Pour nous reposer de cette lecture, nous avons deviné des vers. Ce
jeu, tout enfantin qu'il est, est infiniment plus raisonnable et plus
spirituel que la théologie sublunaire de Mme de Ludre.

  [77] _Études sur les idées et sur leur union au sein du
  catholicisme_, 2 volumes in-8º, chez Debécourt, 1842.


_Rochecotte, 2 mars 1843._--Je rentre d'une longue promenade, par un
temps incomparable; un de ces temps qui aident à vivre, et dont on jouit
si bien à la campagne, dont on ne se doute presque pas à Paris. On
n'imagine pas le progrès de la végétation; tous les arbustes montrent
leurs feuilles écloses, de ce joli vert vif et tendre du début; puis les
jonquilles, les narcisses en fleurs; quant aux violettes, nous en faisons
litière. Pourquoi faut-il changer tout cela pour la boue et la lourde
atmosphère de Paris?


_Paris, 12 mars 1843._--Me voici plongée dans Paris. On m'a déjà conté
bien des choses depuis mon arrivée. En voici quelques-unes, qui ont, du
moins, le mérite d'être assez amusantes. Une dame, rencontrant le duc de
Noailles, le lendemain de son discours sur le droit de visite, lui en
fit compliment, ajoutant: «Malheureusement, Monsieur le Duc, vous êtes
comme la poule qui ne pond qu'un seul œuf d'or dans l'année!» La
marquise de Caraman, arrivant mardi chez la duchesse de Poix, où il y
avait du monde, a été appelée par la duchesse de Gramont, qui lui a
demandé de s'asseoir près d'elle, et lui a dit à haute voix: «Est-il
vrai, Madame, que vous épousiez le maréchal Sébastiani?» Mme de Caraman a
immédiatement répondu, sans se déconcerter, et aussi à haute voix: «Je
sais que beaucoup de gens le disent, mais, jusqu'à présent, je n'avais
encore rencontré personne d'assez déplacé pour m'en faire la question.»


_Paris, 14 mars 1843._--On dit le monument qui doit être placé dans la
chapelle commémorative, pour feu Mgr le Duc d'Orléans, admirable. Il
représente le pauvre jeune Prince, au moment où il vient de finir, dans
le même costume que celui qu'il portait; l'expression est belle et
touchante. On a placé au-dessus de sa tête l'ange, dernier ouvrage de la
Princesse Marie, sœur du Prince. Cet ange a l'air de recevoir l'âme du
Prince pour la porter au ciel; c'est une belle idée, qui saisit et touche
profondément. Un bas-relief représente le Génie de la France, qui pleure,
appuyée sur une urne; le drapeau national est placé à ses pieds. C'est
Triqueti qui est chargé de ce bel ouvrage. Toute la Famille Royale est
allée voir le monument. La Reine a éclaté en sanglots; le Roi a failli se
trouver mal, il a fallu l'emmener; Mme la Duchesse d'Orléans a beaucoup
pleuré, mais elle a longuement parlé à l'artiste de cet admirable
ouvrage.

Le duc de Doudeauville (plus célèbre sous le nom de vicomte Sosthène de
la Rochefoucauld) a fait un portrait de Mlle Rachel, qui n'en paraît pas
satisfaite[78]. Il a demandé à Mme Récamier de le lui lire; elle a
répondu: «Je vais le demander à M. de Chateaubriand.» Celui-ci a répondu
que cela l'ennuierait, sur quoi Sosthène a repris: «Puisque vous désirez
entendre cette lecture, je commence»; et, aussitôt, il a lu son œuvre
sans s'arrêter.

  [78] Ce portrait se trouve aux pièces justificatives de ce
  volume.


_Paris, 16 mars 1843._--M. de Montrond prétend que le Roi lui a dit qu'il
ne voulait pas de M. Molé pour ministre; ce qu'il désirait, c'était que
M. Thiers se rapprochât de M. Guizot, et qu'ils s'entendissent pour
marcher ensemble. «Molé est tout cousu de perfidie», aurait dit le Roi,
«il ne pourra jamais aller avec personne, tandis que Thiers et Guizot
sont faits pour aller ensemble; ils n'ont rien à se reprocher, rien à
s'envier, ils sont tous deux hommes de lettres, historiens distingués,
académiciens, etc.; enfin, complètement faits pour s'accorder.»


_Paris, 17 mars 1843._--M. Thiers a dîné l'autre jour chez M. Chaix
d'Est-Ange, bâtonnier de l'Ordre des avocats, avec MM. Odilon-Barrot,
Sauzet, d'Argout, Berryer, Dupin, Martin du Nord, le garde des
sceaux[79], et enfin M. de Peyronnet, l'ancien ministre de Charles X. M.
Walewski, auquel on donnait à deviner dans quelle maison avait pu se
tenir une réunion si étrange de noms, dont les principaux figuraient dans
_l'Intrigue_, a dit: «Cela ne peut être que chez M. Molé»; ce qui a
amené, dans le salon de Mme Thiers, où cette scène se passait, force
quolibets sur M. Molé, et sur la triste figure qu'il devait faire après
sa défaite[80].

  [79] Le duc Pasquier.

  [80] En 1843, l'existence du ministère Guizot était mise en
  question, au sujet des fonds secrets. M. Molé, dont le Ministère
  avait succombé, en 1839, sous les coups de la coalition
  Guizot-Thiers, crut le moment opportun pour organiser une ligue
  contre ses deux adversaires. Mais il opéra sourdement, par des
  conversations de salons et de couloirs, et se mit en relation
  avec MM. Dufaure et Passy, qui l'abandonnèrent au moment
  critique. Le débat sur les fonds secrets s'ouvrit le 1er mars à
  la Chambre: il tourna à l'avantage du Cabinet, et M. Guizot
  remporta, à cette occasion, un de ses plus beaux triomphes.


_Paris, 18 mars 1843._--Le Roi s'est montré excessivement touché de
l'éloge que M. Guizot a fait de lui, à son dernier discours à la Chambre
des Députés, dans la discussion sur les fonds secrets; le soir même, il a
écrit à M. Guizot qu'il aurait été le remercier lui-même, s'il n'était
enchaîné au rivage. Le lendemain, M. Guizot ayant été de bonne heure chez
le Roi, la Reine y est venue avec toute la Famille Royale, et des
remerciements pleins d'émotion ont été adressés au Ministre vainqueur.


_Paris, 20 mars 1843._--M. Molé se déclare, à jamais, hors de la
politique, brouillé avec elle, ministre incompatible avec le Roi; il
parle de se créer une existence purement privée, et embellie par
l'amitié et les goûts de l'esprit. Deux mois plus tôt, ce propos aurait
eu de la dignité; aujourd'hui, il ressemble à du dépit et ne persuade
personne.

On remarque beaucoup le calme extrême de Mme la Duchesse d'Orléans; on
s'étonne de l'amélioration de sa santé à travers sa douleur. Elle se
dévoue avec ardeur à l'éducation de ses enfants, en fait le but principal
de sa vie et ne le laisse pas ignorer. La Reine, après l'explosion d'une
douleur déchirante et passionnée, a repris tout son calme, et le mariage
prochain de la Princesse Clémentine[81] lui est une distraction utile et
puissante. La Princesse Clémentine est tout simplement enchantée, moins,
peut-être, du mari, qu'on dit médiocre et sans éclat de situation, que
d'acquérir de l'indépendance, d'avoir la clef des champs, et de fuir la
table ronde du salon des Tuileries, qui, de tout temps, a fait le
désespoir des enfants du Roi. La Princesse Clémentine doit se marier tout
de suite après Pâques, à Saint-Cloud; partir ensuite pour Lisbonne,
l'Angleterre, Bruxelles et Gotha, et revenir à Paris, où elle habitera
les Tuileries. On ne lui donne que 60 000 francs de rente; le Prince, son
mari, n'en aura que 108. Cela fait un assez médiocre revenu. Mme la
Duchesse de Nemours, belle, douce, bonne enfant, en toutes choses soumise
à la Reine, est chérie par elle. Le Duc de Nemours retombe, dit-on, dans
ses silences.

  [81] Avec le prince Auguste de Saxe-Cobourg-Gotha (1818-1881),
  frère de la duchesse de Nemours. De ce mariage devait naître
  entre autres le Roi actuel de Bulgarie, Ferdinand Ier.


_Paris, 23 mars 1843._--On parlait, à la Chambre des Députés, de
l'attaque qui rendait M. Dupin, l'aîné, malade, et qui, disait-on, avait
surtout porté au visage; à cela, M. Thiers a dit tout haut, avec son
imprudence habituelle: «Il a cependant un visage bien plus à soufflets
qu'à attaques!»

Il apparaît à tout ce qui approche des Tuileries qu'il s'élève déjà
quelques nuages entre le pavillon Marsan et le reste du Palais[82]. La
Reine, que j'ai vue, m'a dit, avec plus de surprise que de satisfaction,
que Mme la Duchesse d'Orléans se portait mieux qu'avant son malheur,
auquel on n'aurait pas supposé qu'elle pût survivre, en ajoutant: «Sans
doute, la tendresse pour ses enfants lui a inspiré autant de courage». La
Reine est contente de ses petits-fils; elle regrette, cependant, qu'ils
ressemblent plus au côté Weimar qu'à celui d'Orléans. Elle est satisfaite
du mariage de la Princesse Clémentine, surtout comme repos d'esprit, et
dit, avec raison, que la Princesse Clémentine a vingt-cinq ans; qu'elle
peut juger elle-même de ce qui lui convient; et que la similitude de
religion et le désir d'avoir un protecteur dans l'avenir lui font
accepter, avec plaisir, un mariage que feu Monseigneur le Duc d'Orléans
avait arrangé, avant de mourir, avec le Roi des Belges. La Reine a ajouté
que l'établissement principal de la Princesse serait à Cobourg, mais
qu'elle voyagerait beaucoup et viendrait souvent à Paris.

  [82] Le pavillon Marsan était habité par la Duchesse d'Orléans.


_Paris, 27 mars 1843._--On dit beaucoup que Mme la Duchesse d'Orléans
montre la plus grande préférence pour la duchesse d'Elchingen, femme d'un
des aides de camp de feu son mari. C'est l'amie de cœur. Quelqu'un ayant
osé représenter à Mme la Duchesse d'Orléans qu'une préférence de ce
genre, trop marquée, pourrait effaroucher et blesser ses alentours et les
personnes de sa Maison, plus naturellement appelées à son intimité, elle
a répondu avec mécontentement, et par un morceau sentimental qu'on a
qualifié d'_allemanderie_, sur la liberté acquise à chacun de se livrer
sans réserve aux sentiments purs d'une amitié fondée sur la sympathie.

Quoique légalement tutrice et ayant la garde-noble de ses enfants, on ne
laisse pas jouir Mme la Duchesse d'Orléans de ses droits; le Roi s'est,
pour ainsi dire, emparé de ceux de tuteur; il ne laisse, à sa
belle-fille, que la jouissance des 100 000 écus de son douaire qui lui
sont assurés par une loi; mais tout ce qui revient au Comte de Paris
passe par les mains du Roi, qui paye toutes les dépenses, et se fait
rendre compte de tout, ainsi que pour le Duc de Chartres, le second fils.

On dit aussi que Mme la Duchesse d'Orléans a eu de la peine à comprendre
qu'elle devait se renfermer presque absolument, pendant la durée de son
grand deuil. Elle donnait beaucoup d'audiences; le Roi ayant fait, assez
sèchement, l'observation qu'elle voyait trop de monde pour sa position,
sa porte ne s'est plus ouverte que pour les personnes de son intérieur.
On trouve, encore, qu'elle a un peu trop étendu l'envoi des portraits de
son mari, des billets écrits de sa main. Il n'y a pas jusqu à M. Gentz
de Bussy, l'Intendant militaire, qui n'en ait été gratifié. Les personnes
de sa grande intimité disent beaucoup, quand on la plaint, qu'elle a la
plus haute position du pays, la plus importante; qu'elle est appelée à
jouer le rôle le plus élevé. Elle-même se berce et s'exalte dans cette
idée.


_Paris, 30 mars 1843._--Le comte d'Argout disait hier chez Mme de Boigne
que l'abbé de Montesquiou, Ministre de l'Intérieur en 1814, ayant fait
reprendre l'habit et le petit manteau au Conseil d'État, tous ces
Messieurs, lorsqu'ils furent reçus par Louis XVIII avec les autres Corps,
excitèrent par ce costume inusité une grande curiosité, et les militaires
qui se trouvaient présents, particulièrement surpris, se disaient entre
eux: «Voilà le nouveau clergé.»


_Paris, 2 avril 1843._--On a beaucoup parlé des États-Unis d'Amérique,
l'autre jour, à dîner, chez la princesse de Lieven; on en disait,
naturellement, assez de mal. A ce sujet, M. de Barante a rappelé un mot
de feu M. de Talleyrand, que voici: «Ne me parlez pas d'un pays où je
n'ai trouvé personne qui ne fût prêt à me vendre son chien!» On a
beaucoup et fort bien causé de toutes choses à ce dîner, qui était
agréablement composé. Le désastre de la Guadeloupe[83] et la comète n'ont
pas été absorbants comme partout ailleurs: cependant, ils ont eu leur
tour, et on a parlé d'une jolie caricature, où M. Arago, le chef de
l'Observatoire, est représenté, non pas _observant_, mais _observé_ par
la Comète[84]! On a passé du joli morceau de M. de Noailles sur
Saint-Cyr[85] aux souvenirs de Louis XIV, à la Grande Mademoiselle et à
la collection de portraits curieux réunis au château d'Eu. M. Guizot
s'est complu à nous dire qu'il avait couché au rez-de-chaussée dans la
chambre de M. de Lauzun, et qu'il montait, pour aller chez le Roi, par le
même escalier qui avait conduit cet insolent mari chez la Princesse, dont
le Roi habite maintenant l'appartement. Quel rapprochement!

  [83] Le 8 février 1843, à dix heures et demie du matin, un
  tremblement de terre, qui dura soixante-dix secondes, vint
  cruellement frapper la Guadeloupe, et, en détruisant la ville de
  la Pointe-à-Pitre, bouleversa cette colonie française presque
  entièrement, engloutissant des milliers de morts et de blessés.
  Ce désastre exerça aussi ses ravages dans les Antilles anglaises.

  [84] En 1843, un Français, M. Faye, découvrit une comète
  périodique, dont il calcula les événements, et qui porte son nom.
  Cette découverte fit un certain bruit: M. Faye reçut, de
  l'Académie des sciences, le prix Lalande et fut nommé chevalier
  de la Légion d'honneur.

  [85] Ce remarquable morceau sur Saint-Cyr fut imprimé et publié,
  en 1843, à un petit nombre d'exemplaires. Il peut être considéré
  comme l'origine de l'ouvrage du duc DE NOAILLES sur _Madame de
  Maintenon et les principaux événements du règne de Louis XIV_,
  dont il commence le troisième volume, et qui devait ouvrir au duc
  de Noailles les portes de l'Académie française.


_Paris, 3 avril 1843._--J'ai été, hier, à l'Hôtel de Ville, chez Mme de
Rambuteau, qui rentrait du sermon: elle venait d'entendre, à Notre-Dame,
l'abbé de Ravignan prêcher contre le luxe des femmes et le peu de décence
de leur toilette; il s'est servi du mot _décolleté_, et, en parlant du
_décolletage_ des robes, il a été jusqu'à dire: «_Où cela
s'arrêtera-t-il?_» Il a indiqué que cet excès n'était même pas _joli_! Le
P. de Ravignan est si naturellement grave, simple, austère, qu'on a
trouvé ces expressions encore plus particulièrement risquées dans sa
bouche. Sa critique était cependant bien juste. Les femmes dépensent
beaucoup trop; nos toilettes se compliquent de mille ajustements
accessoires, qui en doublent la dépense, sans les rendre plus
convenables: les jeunes femmes, ou celles qui veulent être à la mode,
sont à peine vêtues. Feu mon oncle, M. de Talleyrand, quand je commençai
à mener Pauline dans le monde, me recommanda, très sérieusement, de
soigner la décence de sa toilette, et, à ce sujet, il me dit, à peu près
dans la même pensée que M. de Ravignan: «Quand ce que l'on montre est
joli, c'est indécent; et quand ce que l'on montre est laid, c'est très
laid.» Il disait aussi d'une femme fort maigre et qui dédaignait la plus
légère gaze: «Il est impossible de plus découvrir et de moins montrer.»


_Paris, 5 avril 1843._--Quelqu'un, qui peut le savoir, me racontait hier
qu'à l'époque de la _coalition_ qui a fait tant de tort à M. Guizot, sa
présence constante chez la princesse de Lieven déplut au Corps
diplomatique et l'embarrassa, au point que le comte Pahlen, Ambassadeur
de Russie, vint en parler amicalement à la Princesse et lui dit que lui
et ses collègues s'abstiendraient de venir le soir chez elle, s'ils
étaient forcés d'y rencontrer, chaque fois, M. Guizot. La Princesse
répondit qu'elle tenait trop à conserver ses relations avec son
Ambassadeur pour ne pas espacer les visites de M. Guizot. En effet, elle
raconta simplement à celui-ci sa conversation avec le comte de Pahlen,
et, tout en l'assurant du prix qu'elle attachait à son amitié, elle le
pria de venir moins assidûment le soir chez elle. M. Guizot lui répondit,
avec quelque amertume: «Comme vous voudrez, Madame, il est bien entendu
que je ne vous verrai plus le soir, jusqu'au jour où je serai Ministre
des Affaires étrangères, et où, alors, le Corps diplomatique demandera à
venir chez vous pour m'y rencontrer.» On ne saurait avoir été meilleur
prophète.


_Paris, 14 avril 1843._--Le jour où le général Baudrand, nommé gouverneur
du Comte de Paris, vint en faire ses remerciements au Roi, en lui faisant
une phrase de modestie sur le poids de sa responsabilité, le Roi
l'interrompit et lui dit: «Rassurez-vous, mon cher Général, car il reste
bien entendu que _le Gouverneur de Paris, c'est moi._» Je crois que ce
qui a fait agréer ce choix par Mme la Duchesse d'Orléans, c'est qu'un
jour, elle aussi, compte bien dire à ce pauvre général Baudrand: «_Le
Gouverneur, c'est moi._»

Hier au soir, chez Mme de Boigne, où j'ai été avec M. et Mme de
Castellane qui reviennent de Rome, la conversation a mené, naturellement,
à parler du Cardinal Consalvi, que j'ai beaucoup connu: il était aimable,
fin, spirituel, agréable, comme un homme du monde; il n'avait rien
d'ecclésiastique que son habit. M. le Chancelier[86], qui était aussi
chez Mme de Boigne, racontait qu'à Rome, le Cardinal, au moment où tout
le poids du gouvernement pesait sur lui, se plaisait encore à distribuer
des billets de spectacle et à se réserver toutes les politesses et les
obligeances de la société. Au Congrès de Vienne, où il était chargé de
défendre les intérêts du Saint-Siège et d'obtenir, s'il était possible,
la restitution des légations, je l'ai entendu, un jour, en réclamer
vivement et habilement la propriété pour le Saint-Père. M. de Talleyrand
discutait cette question avec lui: après plusieurs arguments pour et
contre, le Cardinal s'écria tout à coup, avec un accent et des gestes
italiens inimitables: «Mais, qu'est-ce que cela vous fait de nous rendre,
ici-bas, un peu de terre? Nous vous en donnerons, là-haut, tant que vous
voudrez.» Et, en disant cela, il levait les yeux et les mains au ciel,
avec un élan merveilleux!

  [86] Le duc Pasquier.

Mme de Boigne, habituellement si réservée qu'elle en est comprimée, s'est
échappée jusqu'à me citer un propos que Pozzo lui avait tenu, à l'époque
du mariage de la Reine d'Angleterre, et qui est un peu léger: Mme de
Boigne demandant à Pozzo qui la Reine d'Angleterre allait épouser, il
répondit: «Encore un des étalons de la Royauté.» C'est ainsi qu'il
désignait les Cobourg.


_Paris, 15 avril 1843._--L'abbé Dupanloup a prêché, hier, l'agonie, à
Saint-Roch, avec talent et émotion, mais avec un peu trop d'harmonie
imitative dans la voix, des longueurs, des redites, et un morceau
redoublé sur les douleurs maternelles de la Sainte Vierge, qui, réduit de
moitié, aurait été d'un meilleur effet. Presque adressé à la Reine, qui
était avec les Princesses dans la stalle en face de la chaire, il aurait
dû moins analyser et fouiller dans ces affreuses angoisses maternelles,
qui renouvelaient les tortures de la pauvre Reine. Elle fondait en
larmes, et, parmi les assistants, il y en a eu qui ont eu le mauvais goût
de se lever pour la regarder pleurer.

On était fort embarrassé de savoir dans quel costume le Prince Auguste de
Saxe-Cobourg paraîtrait, au jour de son mariage[87], mais le Roi de Saxe,
son cousin, a tranché la difficulté en le nommant d'emblée Général.

  [87] Avec la Princesse Clémentine.


_Paris, 16 avril 1843._--Le docteur Cogny me rappelait, hier, que
quelqu'un ayant dit devant M. de Talleyrand que le sage devait tenir sa
vie cachée, il reprit: «Selon moi, il ne faut ni la cacher, ni la
montrer; il faut être ce que l'on est, simplement, sans précautions ni
affectation.» M. de Talleyrand était, en effet, si naturel en toutes
choses, et faisait si grand cas de la vérité dans la vie, que je lui ai
entendu dire, écrire et répéter souvent, même par exclamation, et comme
répondant à sa propre pensée: «Que la simplicité est une belle chose!»

M. de Barante, pendant son ambassade à Turin, s'est assuré que Matthioli
(que quelques historiens ont voulu supposer avoir été le fameux Masque de
fer) était mort en Piémont et ne pouvait avoir rien de commun avec ce
célèbre personnage. Louis XVIII était si curieux de ce mystère, dont
Louis XVI avait été le dernier dépositaire, que _le jour même_ où il
revit à Mittau sa malheureuse nièce, Mme la duchesse d'Angoulême, il la
questionna pour savoir si Louis XVI, avant de mourir, ne lui avait pas
confié son secret. La Princesse répondit que non. C'est Louis XVIII,
lui-même, qui l'a raconté au duc Decazes, ce qui fait plus d'honneur à sa
curiosité qu'à son cœur. A ce sujet, il me revient à l'esprit une autre
chose, que j'ai souvent entendu raconter à feu mon oncle, M. de
Talleyrand, qui ne la citait jamais sans le plus profond étonnement.
Ministre des Affaires étrangères, il reçut un soir un courrier, porteur
d'une nouvelle qui pouvait être désagréable à Louis XVIII. Il remit à
l'annoncer au Roi au lendemain matin; en arrivant de bonne heure chez
Louis XVIII, il lui dit: «Sire, craignant de faire passer une mauvaise
nuit à Votre Majesté, j'ai remis à ce matin de lui apporter les papiers
que voici.» Le Roi, surpris, lui dit: «Rien n'empêche mon sommeil, et en
voici la preuve: certes, le coup le plus affreux de ma vie a été la mort
de mon frère; le courrier qui m'apporta cette cruelle nouvelle arriva à
huit heures du soir. Je restai plusieurs heures bouleversé, mais à minuit
je me couchai, et je dormis mes huit petites heures, comme de coutume.»


_Paris, 20 avril 1843._--Les différentes personnes attachées au service
de Mme la Duchesse d'Orléans ont reçu hier, de cette Princesse, chacune
une lettre dans laquelle elle leur dit que le deuil de Mgr le Duc
d'Orléans est trop sérieux pour pouvoir être quitté pour n'importe quelle
circonstance, et qu'en conséquence, aucune des personnes qui lui sont
attachées ne pourra le quitter au mariage de la Princesse Clémentine.
Cette injonction finit par ces mots: «C'est ainsi que je l'entends.» Il y
a des personnes qui veulent voir, dans cette circulaire, un blâme tacite
de ce que le mariage de la Princesse Clémentine a lieu avant l'expiration
de l'anniversaire mortuaire du feu Prince. Ce n'est pas la première
circonstance où une certaine séparation se marque entre Mme la Duchesse
d'Orléans et la Famille Royale.


_Paris, 22 avril 1843._--La Grande-Duchesse douairière de Mecklembourg,
belle-mère de la Duchesse d'Orléans, a dit à une dame avec laquelle elle
est en confiance, et qui me l'a répété, combien elle était peinée de la
situation comprimée dans laquelle, _à tous égards_, le Roi tient la
Duchesse d'Orléans. On dit que cette Princesse a l'intention de porter le
deuil pendant tout le reste de sa vie.


_Paris, 29 avril 1843_.--Il y a quelques mois que la princesse Belgiojoso
a fait paraître un livre plus pédant que sérieux, ayant pour titre: _De
la formation du Dogme catholique_. Cet ouvrage n'est, à vrai dire, qu'un
catalogue des diverses hérésies dans les premiers siècles de l'Église. Il
suppose des recherches si longues et si ardues, qu'il est difficile de
croire qu'une femme, jeune encore, et dont la vie appartient fort au
monde, ait pu, seule, en être l'auteur. Le style en est simple, ferme,
et, de beaucoup, ce qui vaut mieux dans le livre, fort peu orthodoxe, du
reste, déjà mis à l'index à Rome. On a beaucoup cherché quels pouvaient
être les collaborateurs de la Princesse. On a nommé, et M. Mignet et
l'abbé Cœur, tous deux de sa société intime. A cette occasion, quelqu'un
devant qui on parlait de ce livre disait: «C'est bien le cas de dire: le
style, c'est l'homme!»

Le duc de Coigny, chevalier d'honneur de Mme la Duchesse d'Orléans, est
d'un caractère assez brusque et d'une franchise rude; il a fait une
espèce de scène à la Princesse, au sujet du général Baudrand comme
gouverneur du Comte de Paris, disant que ce n'était pas la peine de
s'être tant pressé pour faire un choix si pauvre et si rapetissant; qu'on
s'était attendu au duc de Broglie, à quelque Maréchal, enfin, à une
notabilité quelconque. A quoi Mme la Duchesse d'Orléans a répondu: «Si le
choix est mauvais, j'en suis seule responsable, car je l'ai instamment
sollicité du Roi.» Là-dessus, vraie colère du duc de Coigny, demandant
l'explication de cette préférence: «Que voulez-vous?» a été la réponse,
«vous savez que nous n'aimons pas avoir, auprès de nous, _des gens qui
nous gênent_.» M. de Coigny a répliqué: «Votre Altesse Royale ne voulait
donc qu'un homme de paille; c'est pitoyable!» et l'entretien a fini là.

Le prince de la Moskowa, fils aîné du maréchal Ney, grand musicien, a
conçu le projet de faire naître, à Paris, le goût de la musique sacrée,
qui y est étrangement inconnue, et peu appréciée. Il a péniblement
enrôlé quelques amateurs et a cherché à inspirer de l'intérêt pour cette
association à quelques dames qu'il a priées d'être patronnesses: je suis
de ce nombre. Avant-hier, le premier essai a eu lieu dans le salon de
Hertz. Les efforts ont été louables; le résultat médiocre, malgré le
grand talent de Mme de Sparre et une autre belle voix de femme; mais,
ici, on ne sait pas chanter simplement, gravement, sans dramatique, les
accents austères et sacrés de la musique religieuse: c'est un art tout
nouveau dans ce pays-ci, et qu'il faudra du temps pour naturaliser. La
tentative est cependant intéressante. J'ai dit au prince de la Moskowa
qu'il devrait associer à ses efforts les curés de Paris; j'en ai aperçu
deux dans la salle.

Un événement cruel vient de frapper une famille que je connais: un jeune
homme de dix-huit ans, Henri Lombard, la joie et l'orgueil de ses
parents, l'honneur de son collège, l'amour de ses camarades, est mort le
24 de ce mois-ci, après trois jours de maladie. Cette maladie, c'était
_la rage_! Au mois de novembre dernier, il trouva son chien de chasse
triste et morose; un jour même, il eut la main éraillée par les dents de
cet animal, qui, peu après, mourut enragé. Son maître, qui l'aimait
beaucoup, eut le courage (le chien étant attaché) de lui nettoyer, avec
son éponge de toilette, l'écume qui sortait de sa gueule. Il lava ensuite
cette éponge et s'en servit comme par le passé. Cependant, il resta
préoccupé de cette égratignure de la main, dont il n'avait pas parlé
d'abord, et ce ne fut que trois mois après la mort du chien qu'il dit à
son ancienne bonne que pendant plusieurs semaines, il avait été soucieux
et inquiet, mais que le temps qui s'était écoulé le rassurant
entièrement, il reprenait toute sa liberté d'esprit. Doux et studieux, il
n'était ni gai, ni communicatif. Il parlait peu des dispositions intimes
de son âme. C'est ainsi qu'on ignorait, dans sa famille, avec quelle
assiduité il assistait, depuis près d'un an, aux instructions religieuses
données à Saint-Louis-d'Antin par M. Petetot, le respectable et habile
curé de cette paroisse. Les parents d'Henri Lombard n'ayant aucune
habitude analogue à ces instructions pastorales, il avait, probablement,
craint de leur déplaire, en se montrant dans une route opposée à la leur.
Les choses en étaient là, quand, le vendredi 21 avril, il se sentit un
grand malaise, aussitôt après une horreur marquée pour les liquides. Il
reconnut, à l'instant, l'irrémédiable coup dont il était frappé. Il fit
prier M. Petetot de venir lui parler et remplit tous ses devoirs
religieux, non seulement avec une régularité exemplaire, mais avec une
foi tellement fervente et une résignation si remarquable que le curé et
les assistants en restèrent étonnés et profondément édifiés. Dans les
horribles crises de ce mal hideux, dans l'affreuse contrainte de la
camisole de force, couvert de cette dégoûtante écume de la rage, dévoré
par ce mal ardent contre lequel on n'essaye même plus de remède, Henri
Lombard n'a eu de pensées que pour le Ciel. La solennelle séparation de
l'âme et du corps semblait s'être opérée dès avant la mort. Cette âme,
longtemps ensevelie dans une silencieuse méditation, s'est alors révélée
et comme dégagée des liens terrestres: elle a trouvé un langage et des
expressions d'un ordre surnaturel. Dans les moments où il pouvait parler,
il a exhorté chacun, avec un à-propos et une autorité singulière,
notamment sa mère; lui connaissant des torts vis-à-vis d'une personne
respectable de sa famille, il lui a dit, avec une voix inspirée: «Ma
mère, de mon lit de mort, je vous envoie demander pardon et réparer vos
torts.» Au retour de Mme Lombard près de lui, il lui dit: «Je vous
connais, vous irez pleurer sur ma fosse et vous croirez vous rapprocher
de moi, en cherchant mon tombeau; et vous ne saurez pas et vous ne
sentirez pas que je ne suis plus là; vous ne lèverez pas vos yeux vers le
lieu où je serai, plus haut; je serai mieux, je serai là où je pourrai
intercéder pour vous.» Les jeunes élèves internes de l'hospice de la
Charité, que M. Andral, oncle d'Henri Lombard, avait placés près de lui,
et qui ne l'ont quitté qu'après que tout a été fini, ont été tellement
saisis d'admiration par cette scène que leurs tendances incrédules sont
entièrement changées. M. Andral, lui-même, si aguerri à tous les
spectacles les plus déchirants, est resté abattu et consolé à la fois.
Les obsèques du jeune Lombard ont été remarquables par le concours de
tout le collège auquel appartenait le défunt, et par le tribut d'éloges
et de regrets que chacun exprimait.


_Paris, 30 avril 1843._--La vente de charité au profit des victimes du
désastre de la Guadeloupe, a produit plus de cent mille francs net. La
fatigue, pour nous qui vendions, a été grande, mais non sans intérêt.
Chacune des Dames patronnesses a eu sa petite aventure à raconter. Voici
la mienne. Un homme d'un certain âge est venu me demander le prix d'un
petit gobelet en porcelaine: «Il est de vingt francs.--Est-il en
porcelaine de France?--Non, Monsieur; en porcelaine de Saxe, de la
manufacture de Dresde.--De Dresde!» reprit le Monsieur. «J'ai un mauvais
souvenir de Dresde, car, Madame, je suis officier d'artillerie, et c'est
moi qui, dans les guerres de l'Empire, par ordre supérieur, ai fait
sauter le pont de Dresde.--Eh! Monsieur! Vous ne savez donc pas que vous
parlez à une Allemande?--Vous serez généreuse, Madame, et vous
pardonnerez un tort de la guerre.--Oui, Monsieur, si vous êtes généreux
pour nos pauvres.--Ordonnez, Madame; j'achèterai tout ce que vous
voudrez, ou, du moins, tout ce que je pourrai, car je ne suis pas riche.»
Et, en disant cela, il vida sa bourse sur le comptoir: elle contenait
trente francs. Je me préparais à ajouter un porte-cigares au gobelet,
quand il me demanda de lui accorder quelque chose de mon propre ouvrage;
je mis des pantoufles en tapisserie à la place du porte-cigares.
L'officier, en les prenant, me dit, de fort bonne grâce: «Madame, la paix
est-elle faite?--Assurément, Monsieur, signée et ratifiée.»

Une dame de la province, qui est venue pendant les trois jours de la
vente à notre boutique, nous dit, le dernier jour, qu'elle avait été si
touchée, si pénétrée de notre zèle et de notre activité polie et
obligeante, qu'elle nous priait de recevoir un petit souvenir d'elle. En
disant cela, elle nous offrit, à chacune, à la comtesse Mollien et à
moi, qui tenions la même boutique, une paire de manchettes en dentelle.
Nous la remerciâmes, au nom des pauvres, croyant qu'elle destinait ces
dentelles à notre boutique, mais elle nous dit clairement, alors, que
c'était pour nous-mêmes. Elle ne voulut pas nous dire son nom, et nous
eûmes grand'peine à lui faire accepter à notre tour, en souvenir de notre
boutique, une tasse dont nous lui fîmes hommage.


_Paris, 5 mai 1843._--J'ai été, hier, chez la Reine Christine: elle a des
yeux intelligents, la peau belle, le sourire gai, des fossettes
gracieuses, le langage facile, un petit accent qui anime encore ce
qu'elle dit. Elle parle de tout sans embarras, et il semblerait qu'elle
est sans secrets. Le sans-gêne est ce qu'elle préfère, et je la crois
fort soulagée d'être loin du trône et des affaires: la vie libre et assez
obscure qu'elle mène à Paris lui convient parfaitement; elle n'a pas une
seule Dame auprès d'elle; cet entourage de chambellans a quelque chose
d'étrange; il n'y a que dans les grandes occasions indispensables que Mme
de Toreno est appelée pour accompagner la Reine. Munoz est ici. Il vit à
l'ombre, dans la maison de la Reine; on le dit son mari; elle a, de lui,
cinq enfants, qui sont élevés à Grenoble. On assure qu'il est homme de
sens, et absolument le maître de l'esprit de la Reine. Sans être aussi
prodigieusement grasse que l'infante Carlotta, la Reine, cependant, est
beaucoup trop lourde de taille; l'absence de corset ajoute à la disgrâce
de cet embonpoint excessif; d'ailleurs, elle est petite. Elle m'a parlé
de ses filles d'Espagne: elle m'a dit que la Reine Isabelle avait une
grande dignité dans toutes ses habitudes de corps; qu'elle était
spirituelle et décidée; tout à fait créée pour le rôle difficile qu'elle
est appelée à jouer; que sa santé était remise, et que, même, elle était
forte et robuste. Elle a ajouté que, malheureusement, les personnes qui
l'entouraient, pour s'en faire aimer, ne l'obligeaient à aucune
application, et qu'elle resterait très ignorante. La Reine m'a dit,
aussi, que les nouvelles qu'elle recevait de ses filles étaient sûres,
parce qu'elle avait d'autres moyens que les voies officielles pour en
être informée. Elle a beaucoup parlé de feu M. le Duc d'Orléans, et avec
d'extrêmes regrets, disant que sa mort était une perte, non seulement
pour la France, mais même pour l'Espagne. «Non pas,» a-t-elle dit, «que
le Roi ne soit très bien pour l'Espagne, mais il y avait, dans le Prince
Royal, le feu de la jeunesse et un goût d'entreprise qui aurait été bien
utile à ma fille.»

Le jour de l'inauguration du chemin de fer de Rouen, Mgr le Duc de
Nemours se trouvant dans le pavillon de l'embarcadère, un monsieur et
une dame, également voyageurs du chemin de fer, voulurent y entrer; le
factionnaire laissa passer la dame, pendant que le monsieur était
arrêté à causer avec quelqu'un, mais quand il voulut suivre la
dame, le factionnaire lui dit: «On ne passe pas.--Mais je suis
député.--N'importe.--Mais c'est ma femme que vous avez laissé
passer.--C'est possible.--Mais vous voyez bien qu'elle est là, qui cause
avec le Prince.--_Raison de plus!_ Vous ne passerez pas.» Cette réponse,
entendue par plusieurs personnes, a fait la joie de tout le convoi.

M. le Duc de Nemours se donne de la peine pour remplir avec exactitude
les devoirs de sa nouvelle position[88]. Mais cette peine est visible et
lui ôte la grâce facile qui distinguait son frère aîné. Il va assez
régulièrement à la Chambre des Pairs: il y exprime souvent, à ses
voisins, des opinions très justes et très raisonnables sur les questions
qui occupent la Chambre, mais il le fait avec embarras et froideur, dans
le moins de paroles possible, puis, on le voit quitter la Chambre, à
pied, seul, le cigare à la bouche, et retourner ensuite aux Tuileries.

  [88] Après la mort du Duc d'Orléans, en 1842, la Chambre des
  Députés avait voté une loi qui nommait, en cas de mort du vieux
  Roi, le Duc de Nemours Régent du Royaume, pendant la minorité du
  Comte de Paris. A partir de cette époque, le Prince assista aux
  travaux de la Chambre des Pairs et fit les voyages officiels dans
  les départements.


_Paris, 10 mai 1843._--Décidément, le Comte de Paris, à peine âgé de cinq
ans, passe effectivement entre les mains des hommes. Son précepteur
couchera dans sa chambre. Cependant sa bonne lui donnera encore quelques
soins physiques. Il paraît que le Roi a voulu qu'il en fût ainsi. La
Duchesse d'Orléans en est peinée. Depuis son veuvage, elle n'était pas
rentrée dans sa chambre à coucher et avait pris, dans la chambre du Comte
de Paris, le lit de la bonne du petit Prince.


_Paris, 12 mai 1843._--J'ai longtemps vu le Roi hier. En me parlant de la
Prusse, où je vais, il m'a montré son mécontentement de ce que le Roi de
Prusse, en se rendant, l'année dernière, en Angleterre, et en venant plus
tard à Neuchâtel[89], ait longé toutes les frontières de France, depuis
Ostende jusqu'à Bâle, sans vouloir toucher le sol français. Cependant le
Roi Louis-Philippe avait fait inviter le Roi de Prusse à passer par
Compiègne, où ils se seraient vus. Le Roi de Prusse a décliné
l'invitation, en répondant que le plus court chemin était de traverser la
Belgique et que ses moments étaient comptés. Il paraît que Sa Majesté
Prussienne voulait même éviter de voir le Roi des Belges, mais celui-ci
ayant été à Ostende tout exprès, il n'y a pas eu moyen. Le plus blessant
a été le mot du Roi de Prusse, en réponse à quelqu'un qui s'étonnait du
refus que Sa Majesté avait fait de passer par la France: «Que
voulez-vous? Nous nous sommes promis de ne faire aucune politesse isolée
au Roi Louis-Philippe!» Le Roi des Français, piqué au vif, a, depuis,
donné l'ordre à ses agents diplomatiques de refuser tout passeport à des
Princes étrangers qui voudraient venir incognito à Paris, pour se
dispenser de le voir, comme les Princes de Würtemberg l'ont fait, et
comme le Grand-Duc Michel de Russie était tenté de le faire; la consigne,
aux frontières, est d'exercer, à cet égard, la plus grande surveillance.

  [89] Le pays de Neuchâtel avait été cédé à Frédéric Ier, roi de
  Prusse, en 1707, et était devenu français de 1806 à 1814; les
  traités de Vienne l'avaient rendu à Frédéric-Guillaume III, tout
  en le maintenant dans la Confédération suisse, et cet état de
  choses devait durer jusqu'à la révolution de 1848 où les
  montagnards chassèrent le Gouvernement prussien,
  Frédéric-Guillaume IV n'abandonna définitivement ses droits qu'en
  1850, et une convention, signée le 24 mai 1852, assura
  l'indépendance de Neuchâtel, tout en réservant les droits de la
  Prusse.

Madame Adélaïde m'a paru désolée du mariage de la Princesse Clémentine,
si terne comme position, et plus terne encore par l'extrême nullité du
Prince. Madame me disait qu'il en était embarrassant, et _bien pire que
le Duc Alexandre de Würtemberg_. Madame et le Roi expliquent leur
consentement à ce mariage, par l'impossibilité de refuser à une fille de
vingt-six ans un mariage qui n'est pas précisément inconvenant, quand on
n'en a point d'autre à lui offrir. Madame et le Roi s'étonnent du plaisir
que montre la Princesse d'aller après ses premiers voyages à Cobourg, où
elle trouvera si peu de ressources sociales, et où la position d'une
Princesse d'Orléans et d'une Princesse catholique pourra avoir ses ennuis
et ses embarras, au milieu de toutes ces petites cours d'Allemagne. Mais
le mouvement, le déplacement, le nouveau, ravissent cette jeune et
aimable Princesse.


_Paris, 15 mai 1843._--J'ai eu l'honneur de prendre, hier, les ordres de
Mme la Duchesse d'Orléans pour la Prusse. Elle est particulièrement liée
avec sa cousine, la Princesse de Prusse, dont l'esprit distingué et le
caractère élevé plaisent à ceux qui la connaissent intimement et les
attachent à elle. Mme la Duchesse d'Orléans m'a paru plus abattue hier
que la première fois que je l'avais vue depuis son veuvage. Il m'a semblé
qu'elle en sentait de plus en plus le vide cruel. Beaucoup de
circonstances ont contribué, depuis quelque temps, à aigrir sa douleur;
l'expression en reste douce et mesurée, mais cependant moins contenue.
Le départ de la Grande-Duchesse douairière de Mecklembourg l'isole
extrêmement, et je l'ai trouvée dans un de ces moments où l'âme ne se
suffit pas à elle-même, où la force fléchit et où l'épanchement devient
un besoin impérieux. Sûre de mes regrets et de ma fidélité à la mémoire
qui lui est chère, cette Princesse a eu un abandon et une ouverture de
cœur à mon égard qui m'ont touchée profondément. Elle m'a parlé, avec
une amertume qu'elle était la première à se reprocher, de l'effet que
produisent sur elle toutes les circonstances où le Duc de Nemours est
obligé de prendre, en public, la place que le feu Prince remplissait si
bien: l'ouverture des chemins de fer, les courses de chevaux, toutes ces
représentations publiques lui sont autant de blessures. Elle m'en a parlé
naturellement et avec une parfaite et douce convenance dans l'expression.
Tout son langage, d'ailleurs, est empreint d'un grand sentiment
religieux. Elle m'a dit aussi quelques mots du mariage de la Princesse
Clémentine, dont elle me semble frappée dans le même sens que l'est
Madame Adélaïde. Enfin, je suis restée deux heures chez Mme la Duchesse
d'Orléans, qui semblait trouver quelque douceur à _causer_, plaisir qui
est rare pour elle, dont la vie est contenue et resserrée dans d'assez
étroites limites. Elle parle remarquablement bien, avec grâce, finesse
d'observation, et un constant désir de plaire. Peut-être tout cela est-il
_trop bien_! Aussi ai-je été soulagée, en la voyant perdre, pour la
première fois, de son _self-command_. J'attendais, pour l'admirer comme
elle le mérite, que l'émotion devînt la plus forte, et c'est ce que j'ai
éprouvé hier.


_Paris, 18 mai 1843._--J'ai rencontré, avant-hier, le P. de Ravignan chez
l'abbé Dupanloup. J'ai été charmée de sa noble figure, de la douce
gravité de sa parole. L'autorité qu'il possède en chaire disparaît dans
la conversation. Il y est mesuré, doux; il parle assez bas, avec lenteur;
la profondeur de son regard mélancolique s'allie assez bien avec un
sourire bienveillant, mais sans gaieté. Il parle de Dieu avec amour, des
hommes avec indulgence, des intérêts du clergé avec modération, du
triomphe de la religion avec ardeur, de lui-même avec modestie, de la
situation des choses avec sagesse; enfin, il inspire confiance et estime.
Il ne quitte plus guère Paris; il s'agit, pour lui, d'y maintenir, par
des relations fréquentes, les jeunes âmes qu'il a ramenées et attirées
par ses brillantes conférences. Il ne confesse guère que des hommes, mais
aussi les voit-il en foule arriver à lui, et, au dernier jour de Pâques,
le nombre des jeunes gens qui se sont approchés des Sacrements a été
prodigieux. On y a remarqué douze élèves de l'École polytechnique en
uniforme! Il y a deux ans qu'un chapelet fut trouvé dans un des corridors
de l'École, où il était tombé. Les jeunes gens s'en emparèrent,
l'attachèrent au haut d'une perche qu'ils plantèrent dans la cour, et, au
milieu de beaucoup de risées et de moqueries, ils s'écrièrent: «Voyons si
celui de nous qui a perdu ce chapelet osera le réclamer.» Aussitôt, un
des élèves s'avance et dit fermement: «Ce chapelet est à moi, je le
redemande.» Il dit cela si simplement et avec tant de fermeté, que
personne ne lui répondit une parole déplacée. Depuis ce jour, plusieurs
suivirent son exemple, et maintenant ils sont douze catholiques
pratiquants, dans l'École, très ouvertement.

On m'a assuré que le Roi se prononçait assez vivement contre les
protestants et qu'il les redoutait. Mme la Duchesse d'Orléans, par
prudence, habileté ou conviction, a dit plusieurs fois au Roi, depuis son
veuvage: «Je ne serai jamais la _Papesse_ des protestants, Sire, vous
pouvez en être assuré.»

M. Guizot, qui est venu ce matin me dire adieu, m'a dit que le Roi ne se
contenterait plus du retour de l'Ambassadeur de Russie à Paris; qu'il ne
voulait plus rentrer avec l'Empereur Nicolas dans ces relations
équivoques qui ont subsisté depuis 1830, et qu'il n'arriverait à
l'échange des Ambassadeurs que si, en même temps, l'Empereur lui
écrivait: «Monsieur mon frère.» M. Guizot s'attribue l'honneur de la
nouvelle marche adoptée par le Roi, à l'égard des Cours de l'Europe. Il
m'a longuement parlé de Mme la Duchesse d'Orléans, et voici ce qu'il m'en
a dit, et que je crois vrai. Il lui trouve beaucoup d'esprit, de mesure,
de tenue, de grâce et de combinaison; mais aussi l'imagination inquiète,
un besoin d'action et de produire de l'effet, un jugement qui manque
parfois de justesse. Elle a, d'ailleurs, un peu d'afféterie allemande, de
la recherche dans le langage et des tendances libérales qui tiennent au
protestantisme et au goût de la popularité. Se sentant plus d'esprit que
le Duc de Nemours, et le sachant sans ambition, elle ne le redoute
aucunement, mais elle craint le Roi, qui, de son côté, se défie de son
mouvement d'esprit. Ses relations avec la Reine sont sans intimité, et
chaque jour les refroidit. Elle s'entend mieux avec Madame Adélaïde. Elle
a un ami dans la famille, c'est le Prince de Joinville, vraie nature de
héros, brillant, indompté, original, ardent, et qui a goût à sa
belle-sœur. Le Duc d'Aumale, capable, courageux, très soldat, se conduit
à merveille en Afrique, et s'arrange fort bien de la position qu'on lui
prépare d'être vice-roi d'Algérie. Le Duc de Montpensier, peut-être le
plus spirituel des fils du Roi, est bien jeune encore, et on ne le compte
guère jusqu'à présent.


_Clermont-en-Argonne, 21 mai 1843._--Je chemine sans accident, mais le
temps est humide et disgracieux, le pays assez maussade; cependant, près
d'ici il est coupé et boisé, et m'explique ces campagnes de l'Argonne
dont je faisais la lecture, à Bade, il y a quelques années. En vérité, si
des voyages dans un joli pays, avec quelqu'un qu'on aime, par un joli
temps et avec des curiosités excitées et satisfaites, sont une charmante
chose, se faire transporter dans une boîte roulante sans intérêt, ni
consolations, est une des plus sottes choses qui se puissent imaginer.


_Metz, 22 mai 1843._--On restaure l'église de Meaux. On la dégage des
maisons qui l'entouraient. Sans l'humidité et le malaise que j'éprouvais,
j'y serais entrée; il y a si longtemps que j'ai envie de voir la chaire
où prêchait Bossuet. J'ai fini le second volume de Walckenaer sur Mme de
Sévigné; je le préfère au premier. L'esprit en est excellent, l'intérêt
soutenu; il y a du nouveau, sur un sujet qui n'en comporte plus guère,
des recherches infinies et habilement mises en lumière. J'y ai mieux
compris le grand procès de Fouquet que nulle autre part.


_Sarrebrück, 23 mai 1843._--Je vais terriblement vite. Me voici par delà
la barrière de France; bientôt le Rhin sera une nouvelle frontière
franchie. Chaque limite de plus que je dépasse m'attriste, et je trouve
qu'un poteau peint en noir et blanc, et un filet d'eau sont de trop.

J'ai lu la première moitié du premier volume de l'ouvrage de M. de
Custine sur la Russie[90]. La préface est trop métaphysique; cependant,
il y a un morceau sur le protestantisme et sur les soi-disant Églises
nationales et politiques, qui est spirituel et frappant; plus loin, un
portrait fidèle du Grand-Duc héréditaire de Russie. J'ai été
particulièrement touchée de deux chapitres ou lettres consacrées à feu
Mme de Custine, mère de l'auteur; on y trouve, en abrégé, la vie
_héroïque_ de cette aimable femme, qui m'aimait, et que j'ai beaucoup
regrettée. Elle aurait pu être ma mère et n'avait plus que des regains de
beauté quand je l'ai connue, mais il lui restait un grand charme, et tout
ce qui attire et retient. On m'a beaucoup dit qu'elle avait été fort
galante. Je crois qu'on disait vrai; elle était restée veuve si jeune,
si belle, si isolée, que cela s'explique et s'excuse. On disait d'elle
qu'elle l'était encore quand je l'ai connue. Cela se peut aussi; mais ses
manières étaient réservées, son langage doux, sa parole modeste, et son
ensemble de la plus parfaite décence. Je l'ai vue mourir sans une
plainte. C'est ce qui m'a laissée indulgente, presque bienveillante pour
M. de Custine, et qui me dispose favorablement pour ses livres, dans
lesquels il y a toujours de l'esprit, quelquefois du talent, et, quand il
s'agit de la Russie, beaucoup de vérité. Je condamne, cependant, cette
vérité livrée au public, quand, par reconnaissance, il aurait dû la
taire; mais voilà où est l'homme de lettres... C'est une race dont je ne
fais pas de cas.

  [90] M. de Custine avait réuni les souvenirs de son voyage en
  Russie dans un ouvrage en quatre volumes, intitulé: _La Russie en
  1839_.


_Mannheim, 24 mai 1843._--J'ai un fonds de malaise qui me fait prendre en
déplaisance tout ce que je fais. Il n'y a que le livre de M. de Custine
qui me convienne. Malgré la recherche affectée du style, de l'esprit mis
partout, même là où il nuit plutôt qu'il ne sert, et un besoin outré de
faire de l'effet par une rédaction brillante, cette lecture amuse et
intéresse. Je ne connais pas assez les lieux et les faits pour contrôler
l'exactitude du récit et des descriptions; cependant, j'en sais assez,
soit par tradition, soit par mes relations avec les Russes, pour trouver
partout de la vraisemblance. Ainsi, tout ce qu'il dit sur les milliers
d'ouvriers sacrifiés au prompt rétablissement du Palais Impérial d'hiver
de Saint-Pétersbourg m'a été raconté à Berlin. L'innombrable vermine,
plaie de Saint-Pétersbourg, notamment celle des punaises, ne m'était pas
non plus inconnue, et, par exemple, voici ce que j'ai entendu dire par le
Prince de Prusse, qui était au mariage de sa nièce[91]: c'est que le
Palais nouvellement rebâti, séché par une chaleur factice excessive,
était tellement infesté de punaises, que la nouvelle mariée en avait été
dévorée dans la première nuit de ses noces, et s'était vue forcée de se
montrer aux fêtes toute couverte de taches rouges. Elle délogea dès le
lendemain; mais on m'a assuré que la plaie des punaises était fort
générale, et que les maisons les mieux tenues n'en étaient pas exemptes.
Cela s'explique par la quantité de feu et le calfeutrage complet des
maisons pendant neuf mois de l'année.

  [91] On veut ici parler du mariage du Grand-Duc héritier de
  Russie (depuis Alexandre II) avec la fille du Grand-Duc de
  Hesse-Darmstadt, mariage célébré à Pétersbourg, le 16 avril 1841.

Voici un message qui m'arrive de la Grande-Duchesse Stéphanie et où on la
reconnaît bien. C'est un billet aimable, et même tendre, mais dans lequel
elle me dit qu'elle sera ici, à dix heures, pour me mener déjeuner chez
elle à onze, après m'avoir fait faire une course en calèche pour profiter
du beau temps. Et elle sait que depuis Metz j'ai respiré le grand air
sans interruption! Enfin, il faut prendre les gens comme ils sont, et,
pour un jour que je suis ici, ne pas me montrer maussade; d'ailleurs, il
fait réellement très beau.


_Mannheim, 25 mai 1843._--La Grande-Duchesse est, en effet, venue me
prendre à dix heures, hier matin. Je l'ai trouvée vieillie et attristée.
Elle a toujours le même entourage: la vieille Walsch, spirituelle et
intempestive, qui paraît le soir; la baronne de Sturmfeder, qui donne bon
air à la maison, la bonne petite Kageneck, le modeste Schreckenstein et
le vieil aumônier. Il y avait aussi à dîner, le prince Charles de Solms,
fils de feu la Reine de Hanovre, et un comte de Herding dont je n'ai rien
à dire. J'ai été assaillie de questions, mais aussi je me suis permis
d'en faire à mon tour. La Princesse Marie, ou plutôt la marquise de
Douglas, voyage en Italie, très éprise de son beau mari, dont elle paraît
fort satisfaite. J'ai eu les détails de la noce, de tous les cadeaux, des
magnificences, du douaire, etc., tout cela a été splendide. Les Douglas
doivent bientôt passer par ici et se rendre en Angleterre et en Écosse.
On croit la Princesse Marie grosse. Lord Douglas l'a menée de Venise à
Goritz, où elle a été très bien reçue par les illustres exilés. Elle a
écrit de là, à sa mère, que le Duc de Bordeaux, beau de visage, aimable
de langage, avait une taille affreuse de lourdeur et qu'il boitait
_beaucoup_; que Mademoiselle, avec un agrément infini, était trop petite
et manquait de distinction. La Grande-Duchesse va bientôt se rendre près
de sa fille, la princesse de Wasa, qui habite le château de Eichorn, à
deux lieues de Brünn, en Moravie. Le Prince Wasa insiste sur le divorce;
la Princesse ne veut pas y consentir; la Grande-Duchesse, qui redoute
avec raison un procès, veut aller décider sa fille à ne pas s'y exposer,
et à venir ici à Mannheim, ce dont, au reste, elle ne se réjouit pas
beaucoup personnellement, redoutant le caractère peu égal et peu facile
de sa fille Louise. Le Prince Wasa se conduit fort grossièrement
vis-à-vis de sa belle-mère; de plus, il est à peu près ruiné. Tout cela
est un grand souci pour la Grande-Duchesse. Elle a rendu le château de
Bade au Grand-Duc, et acheté la maison que celui-ci avait dans la ville.
Elle a le projet de l'agrandir, de l'orner, et d'en faire une jolie
chose.


_Cologne, 26 mai 1843._--Je me suis embarquée ce matin à Mayence (où
j'étais arrivée hier au soir) par un grand soleil, mais aussi par un vent
à tout rompre; bientôt, la grêle et la pluie ont alterné avec la
bourrasque; les vagues du Rhin s'élevaient, avec des airs maritimes tout
à fait déplaisants. La Grande-Duchesse Stéphanie m'avait dit qu'elle
trouvait la réputation des bords du Rhin usurpée, et je suis assez de son
avis. Le fleuve est beau et noblement encaissé; les villages, les
églises, les ruines l'escortent de souvenirs, tout cela est vrai; mais il
y a un défaut de végétation qui imprime une aridité déplaisante au
paysage; cependant, il y a de l'intérêt dans cette navigation, et elle a
assez de poésie, quand on est en disposition de s'y livrer. Le château de
Stolzenfels, vu du bateau, a quelque chose d'élégant, mais sans grandeur;
c'est ce château que le Roi de Prusse vient de faire restaurer et
agrandir, de sorte qu'à son dernier voyage, il y était avec soixante
personnes. On dit que l'intérieur est charmant, et qu'on y jouit d'une
très belle vue. Quant au Rheinstein, que le Prince Frédéric a fait
arranger, c'est une vraie coquille de noix, on n'y monte qu'à cheval, au
lieu qu'à Stolzenfels on arrive en voiture. Les différentes communes
propriétaires des vieux castels ruinés, sur le Rhin, en ont fait don aux
différents Princes de la maison de Prusse. Ainsi, outre Stolzenfels qui
est au Roi, le Rheinstein qui est au Prince Frédéric, on en a donné un au
Prince de Prusse, un autre au prince Charles, la Reine même a eu le sien;
ils sont tous sur la rive _gauche_, et le Roi a ordonné aux nouveaux
propriétaires de les faire restaurer et de les rendre habitables. Le
château de Hornbach (où la _Jeune Allemagne_ a tenu ses assemblées
révolutionnaires, avant l'établissement de la commission de Mayence) qui
est sur la rive _droite_ et dans les États bavarois, vient d'être donné
par le Roi de Bavière au Prince Royal son fils, mais en changeant le nom;
cela se nomme, maintenant, _die Maxburg_.

J'ai avancé, aujourd'hui, dans le second volume de M. de Custine. Il y
raconte les conversations de l'Empereur et de l'Impératrice avec lui,
paroles pleines de grâce et de coquetterie, dictées par le pressentiment
qu'elles seront imprimées. Je me suis demandé, en lisant tout cela, si un
voyageur qui doit l'hospitalité recherchée qu'il reçoit à la crainte de
son jugement d'auteur, à la volonté d'être bien traité dans son ouvrage,
à l'inquiétude d'être représenté partialement, peut-être sévèrement dans
le public, si un tel voyageur, dis-je, est tenu à la même reconnaissance
et à la même discrétion que le voyageur qui serait bien traité, sans
arrière-pensée, et seulement parce qu'il plairait par son individualité.
J'avoue que j'hésite un peu dans mon jugement à cet égard, et que, si
j'estime une délicate discrétion préférable en tout état de cause, je ne
puis, cependant, ne pas trouver quelque excuse pour celui qui se croit
moins étroitement lié par des politesses _intéressées_ qu'il ne le serait
par une bienveillance spontanée. Du reste, les conversations impériales
sont mises en lumière avec un ton suffisamment _laudatif_; l'esprit le
plus libre et le plus critique subit toujours, plus ou moins, l'influence
des gracieusetés couronnées. Néanmoins, cet ouvrage déplaira profondément
en Russie; il y rendra l'accueil fait aux voyageurs assurément plus froid
et plus réservé.


_Iserlohn, 27 mai 1843._--Je suis partie de Cologne ce matin, sans
regretter l'auberge du Rheinsberg. Toutes ces auberges, au bord du Rhin,
sont bien situées; on y trouve des meubles en bois incrustés, et des
canapés recouverts de jolies étoffes, mais le voisinage de l'eau et leur
exposition les rendent très froides; l'absence de cheminée est pénible,
quand le vent et l'humidité pénètrent d'autant plus que ni volets, ni
persiennes, n'en garantissent; au mois de mai, les doubles croisées sont
déjà enlevées, et, en vérité, je les ai regrettées. Le jour qui arrive
sans défense avant quatre heures et qui vient mal à propos vous réveiller
est aussi un inconvénient contre lequel j'ai d'autant plus grogné, que le
bruit des quarante-cinq bateaux à vapeur, les coups de cloche qui les
annoncent, le train des chauffeurs, font un vacarme qui s'étend à peu
près sur les vingt-quatre heures; combinés avec le bruit intérieur que
font, dans les auberges, les allants et venants; c'est à en devenir
malade.

Sans la pluie, je serais allée ce matin à la Cathédrale voir jusqu'à quel
point nos souscriptions (car je suis aussi un souscripteur) ont fait,
depuis trois ans, avancer ce beau monument; mais il faisait si laid et je
me suis sentie si rompue de par le plus exécrable petit lit allemand dans
sa pureté tudesque que je n'ai pas eu le courage de me mouiller par
curiosité, et je suis remontée, d'assez mauvaise humeur, dans ma voiture.


_Cassel, 28 mai 1843._--Il a plu cruellement toute la nuit, il pleut
encore; c'est fort triste et déplaisant. Je vais aujourd'hui jusqu'à
Gœttingen, demain à Brunswick, après-demain à Harbke; je ne serai pas
fâchée de voir Brunswick que je ne connais pas, et Gœttingen, dont les
turbulents étudiants et les professeurs libéraux ont fait si souvent
enrager le Roi de Hanovre.

Je suis toujours plongée dans M. de Custine. Il y a dans le troisième
volume une lettre sur la princesse Troubetzkoï, celle qui a suivi son
mari dans les mines, qui est très belle[92]. Les faits sont assez
frappants, pour n'avoir pas besoin de phrases à effet pour en produire
beaucoup; l'auteur l'a senti, et, en simplifiant son style, il a encore
mieux fait ressortir la dernière phase de ce terrible drame. La scène qui
clôt et consomme cette rare infortune m'a fortement remuée. Je suppose
que c'est pour avoir, dans mon enfance, tant entendu raconter la Sibérie
à mon père, que j'ai une si vive sympathie pour les malheureux qu'on y
enterre vivants.

  [92] Le prince Serge Troubetzkoï, alors fort jeune, avait pris
  une part active dans la conspiration qui éclata à
  Saint-Pétersbourg, en 1825, sur la légitimité de l'Empereur
  Nicolas à monter sur le trône de Russie; il était accusé
  d'usurper la couronne de son frère Constantin. Condamné à mort
  par la Haute Cour de justice, le prince Troubetzkoï vit sa peine
  commuée en un exil perpétuel en Sibérie où il fut envoyé, et,
  comme forçat, obligé de travailler dans les mines. L'Empereur
  Nicolas resta toute sa vie inflexible et ne voulut jamais
  pardonner à celui qui avait conspiré contre lui; ce ne fut qu'en
  1855 qu'il fut gracié par Alexandre II, à son avènement au trône.
  La princesse Troubetzkoï, poussée par un dévouement passionné,
  suivit son mari dans cet exil, et son effort parut, à tous les
  yeux, d'autant plus héroïque, que les deux époux avaient vécu,
  jusque-là, assez froidement ensemble.


_Brunswick, 29 mai 1843._--Toujours de la pluie, avec des alternatives de
grêle, et, par dérision, un pauvre petit rayon de soleil, pâle et
honteux, qui annonce un nouveau grain. Brunswick est une vieille ville,
assez laide, avec de grandes maisons tristes, mais nobles, une vieille
église fort gothique, un hôtel de ville plus gothique encore. C'est un
vrai soulagement après toutes ces petites capitales refaites à neuf, sans
caractère, sans souvenirs, et si mesquines dans leur ornementation
moderne, de retrouver enfin du vieux. J'ai remarqué la magnifique race
des chevaux de poste, des chevaux de paysans, des chevaux de troupes; ce
sont des bêtes superbes, grandes, fortes, vigoureuses; je ne sais si
c'est le pays même qui les produit, ou bien si on les tire du
Mecklembourg.

Quand on a, comme moi, la mémoire toute fraîche de vos récits des
États-Unis d'Amérique[93], et qu'on lit ceux de M. de Custine sur la
Russie, on ne sait lequel des deux pays prendre le plus en grippe,
précisément par leurs inconvénients opposés. Mais, à propos des Russes,
je crois avoir oublié de vous conter un mot qui figurerait très bien dans
les citations de M. de Custine. La dernière fois que je fus,
dernièrement, à Paris, chez ma nièce Mme de Lazareff pour lui faire mes
adieux, elle me dit: «Vous avez, ma tante, un visage impérial, ce matin.»
Je ne comprenais pas, et je le lui dis. «Oh!» reprit-elle, «quand
quelqu'un, à Saint-Pétersbourg, a particulièrement bon visage, nous
disons ainsi.» N'est-ce pas très joli?

  [93] Extrait d'une lettre.


_Harbke, 31 mai 1843._--J'ai quitté Brunswick hier matin, mais j'ai mis
beaucoup de temps et fait une grande dépense de cris de terreur pour
arriver jusqu'ici. D'abord, les grandes routes, elles-mêmes, ne sont pas
merveilleuses dans le duché de Brunswick, puis Harbke est au bout d'un
abominable chemin de traverse; les terribles pluies des derniers jours
ont achevé de gâter toutes ces routes, et j'ai vraiment cru que nous y
resterions. En arrivant, j'ai trouvé le pauvre vieux maître de céans[94]
malade, et sa femme fort agitée et soucieuse. Je voulais repartir tout de
suite, pour ne pas être importune dans un semblable moment, mais ni Mme
de Veltheim, ni le malade lui-même n'y ont consenti; je ne partirai donc
que demain, de très grand matin, pour être le soir, s'il plaît à Dieu, à
Berlin.

  [94] Le comte de Veltheim (1781-1848).


Ce lieu-ci est fort bien arrangé pour un château allemand; il est assez
vaste et aurait du style, si on n'avait pas modernisé un vieux bâtiment
qu'on aurait dû laisser dans sa première figure. Le jardin est soigné, et
il se lie à des bois d'une grande beauté. La maîtresse de la maison, qui
n'a pas d'enfants, aime les fleurs, les oiseaux, même de bruyants
perroquets. Elle est d'une propreté scrupuleuse, a soixante-deux ans;
grande, mince et pâle, elle est toujours vêtue de mousseline blanche, ses
bonnets de dentelle, ses fichus, tout est noué avec un ruban blanc; elle
a quelque chose d'une apparition! Rien n'est plus noble et plus ancien
que la famille des Veltheim; ils le savent, et n'y sont pas insensibles;
elle est une Bülow. La première femme du comte Veltheim, dont il est
divorcé, est maintenant la comtesse Putbus, mère de la comtesse Lottum et
du jeune Putbus, mort à Carlsruhe. Les Veltheim sont très riches, et il
règne une sorte d'opulence dans cet établissement-ci, où l'utile est,
cependant, très rapproché de l'agréable. La vue manque, car le château
est bâti dans un fond et dominé par des collines boisées. Quand on monte
sur une de ces collines, on aperçoit à l'horizon, fort distinctement, la
chaîne du Harz, et, très nettement, le Brocker où Gœthe a placé les
scènes démoniaques de son _Faust_.


_Magdebourg, 1er juin 1843._--Conçoit-on rien de plus contrariant que ce
qui vient de m'arriver? J'ai manqué le départ du chemin de fer pour
Berlin, où je comptais arriver ce soir; et encore faut-il me trouver très
satisfaite d'être parvenue jusqu'ici, saine et sauve; pour faire treize
lieues (il n'y a que cela de Harbke ici), il m'a fallu rester dix heures
en route! La continuité du déluge de ces derniers jours, des espèces de
trombes d'eau qui ont éclaté sur la contrée, ont tout dévasté et défoncé
au point de grossir les torrents, d'emporter les digues, de bouleverser
le terrain, etc.; rien ne peut donner une idée de mes angoisses!


_Berlin, 2 juin 1843._--Me voici donc, enfin, à ce premier but de mon
long et pénible voyage. J'y arrive, à la lettre, à bout de toutes façons,
avec une robe trouée, un dernier écu dans ma poche, et une fatigue qui
ressemble à une forte courbature. Le chemin de fer de Magdebourg ici est
fort bien organisé, il met huit heures pour parcourir une route d'autant
plus longue qu'elle passe par Dessau et Wittenberg. J'ai fait comme sur
les bateaux à vapeur, et je suis restée dans ma propre voiture, ce qui
m'a paru le plus convenable, n'ayant pas de compagnon mâle, et la
compagnie étant fort mêlée.


_Berlin, 3 juin 1843._--La duchesse d'Albuféra m'écrit que la Princesse
Clémentine, se rendant à Brest afin de s'embarquer pour Lisbonne, a été
admirablement reçue en Bretagne, qu'on a de bonnes nouvelles du Prince de
Joinville, et que le Duc d'Aumale se distingue en Algérie. La duchesse de
Montmorency me mande une étrangeté inouïe. Mme de Dolamieu a vendu, pour
35 000 francs, des lettres autographes _contemporaines_, dans lesquelles
il y en avait de fort désagréables à laisser circuler. Le Roi des
Français avait racheté les siennes 25 000 francs. Vraiment, le temps
actuel a un cachet tout particulier d'effronterie! Le général Fagel a
obligé Mme de Dolamieu à racheter pour 800 francs une lettre du Roi des
Pays-Bas, qu'il lui avait donnée et qu'elle avait vendue avec la
collection.

L'auteur de la tragédie de _Lucrèce_, M. Ponsard, et l'auteur de la
tragédie de _Judith_, Mme Émile de Girardin, dont les succès ont été si
différents, se sont rencontrés chez la duchesse de Gramont. Mme de
Girardin y a étouffé de rage, à un degré, dit-on, qui a été grotesque.


_Berlin, 4 juin 1843._--J'ai vu, hier, la comtesse de Reede. Cette
vieille et très aimable dame, qui me traite toujours comme sa fille, m'a
reçue à bras ouverts, et m'a mise tout de suite au courant du terrain.
Elle est à la tête de la fraction hostile et sévère pour la Princesse
Albert; celle-ci est partie pour la Silésie; sa position ici est
détestable, et quoique le Roi l'ait soutenue, en ce sens qu'il n'a pas
permis à son frère de divorcer, la Princesse ne se trouve pas moins
cruellement déplacée dans le monde et à la Cour.

J'ai été prendre le thé chez la Princesse de Prusse où se trouvait aussi
son mari. Lui est engraissé, mais elle, est d'un changement qui m'a fait
peine, et qui est bien préjudiciable à sa beauté que j'aimais tant. Comme
elle est jeune et forte, j'espère que l'éclat et la fraîcheur lui
reviendront.


_Berlin, 5 juin 1843._--J'ai eu, hier, une laborieuse journée. D'abord,
la messe du dimanche; puis, je suis rentrée pour causer longuement
d'affaires avec M. de Wurmb et M. de Wolff; je suis alors allée chez Mme
de Perponcher, puis chez les Werther, qui vont aujourd'hui même retrouver
leur fils, Ministre de Prusse à Berne; ensuite, chez lady Westmorland,
qui venait de recevoir la nouvelle de la maladie grave d'un de ses fils,
laissé en Angleterre; enfin, chez les Radziwill.

J'ai dîné chez la Princesse de Prusse, où il y avait le Prince et la
Princesse Guillaume, oncle et tante, leur fils, qui revient du Brésil,
les Werther, la comtesse Neale, les Radziwill, le prince Pückler-Muskau,
et Max de Hatzfeldt. Grand et beau dîner, dans le plus joli palais du
monde, mais il faisait un temps orageux qui rendait tout le monde malade.
Je ne connaissais pas le prince Pückler, qui a trouvé moyen de rentrer en
grâce à la Cour[95], jusqu'à un certain point du moins, et voici comment:
le Prince de Prusse, désirant embellir son parc de Babelsberg, près de
Potsdam, a fait écrire, par son jardinier, à celui de Muskau, pour
l'engager à demander un congé de quelques semaines à son maître, et à
venir tracer le jardin de Babelsberg. Sur cela, le Prince de Prusse
reçoit une lettre du prince de Pückler, qui lui dit que le véritable
jardinier de Muskau étant lui-même, il partait à l'instant pour
Babelsberg s'entendre avec le jardinier du Prince. En effet, il arrive à
Babelsberg, se met à faire exactement le métier de jardinier, à tracer
des allées, à dessiner des massifs, etc.; au bout de quelques jours, le
Prince de Prusse le rencontre dans cette occupation, naturellement le
remercie, l'engage à dîner, et le voici, tout simplement, fort en vogue
ici. Il m'a dit qu'il partait aujourd'hui pour Muskau, m'a demandé, quand
je serai à Sagan, de vouloir bien visiter son parc, et m'a offert ses
services pour arranger celui de Sagan.

  [95] Le prince Pückler avait, dans ses ouvrages, fait preuve
  d'indépendance, d'une grande hardiesse de jugement, qui, alliées
  à des idées libérales, paraissaient alors fort excessives à une
  Cour aussi rétrograde que celle de Prusse, et l'avaient fait
  tenir à l'écart en haut lieu.

M. et Mme Bresson sont venus plus tard me prendre, et m'ont menée à
l'Opéra, où on donnait _Robert le Diable_, dirigé par Meyerbeer lui-même;
c'était bien exécuté, mais la chaleur était affreuse. Beaucoup de
personnes sont venues dans notre loge, et entre autres, Maurice
Esterhazy, qui me paraît un peu battu de l'oiseau.


_Berlin, 6 juin 1843._--J'ai eu la visite de Humboldt, qui dit que, d'ici
à deux ans, il y aura une représentation nationale siégeant à Berlin,
d'abord consultative, et peu après délibérative.

Je suis frappée du mouvement de Berlin, depuis que les chemins de fer y
aboutissent dans toutes les directions. La population s'est augmentée de
cinquante mille âmes. Le développement de l'industrie et du luxe est
sensible.

Voici une petite anecdote qui est curieuse. A la mort de Mgr le Duc
d'Orléans, l'Impératrice de Russie et le Prince de Prusse qui se
trouvaient à Pétersbourg, cherchèrent à décider l'Empereur de saisir
cette occasion pour écrire directement au Roi Louis-Philippe. Il s'y
refusa, mais il dit à l'Impératrice qu'il l'autorisait à écrire à la
Duchesse d'Orléans. Les deux Princesses s'étant connues autrefois en
Allemagne, et en étant au tutoiement, l'Impératrice écrivit en allemand,
et employa le tutoiement; elle reçut une réponse en français, assez
froide, et sans tutoiement. L'Impératrice en a été très blessée, et s'en
est plainte, ici, à sa tante, la Princesse Guillaume de Prusse, sœur de
la Grande-Duchesse douairière de Mecklembourg. L'Impératrice prétend
qu'il est très malhonnête de répondre dans une autre langue que celle
dans laquelle on vous écrit, et que si la Duchesse d'Orléans croit ne
devoir se servir que de la langue du pays de ses enfants, elle,
l'Impératrice, en ferait autant, et, à l'occasion, ne lui écrirait qu'en
russe.

J'ai vu M. Bresson, qui m'a dit que dernièrement, à un cercle, à
Saint-Pétersbourg, l'Empereur s'était adressé au Chargé d'affaires de
France, en lui demandant: «Quand donc M. de Barante revient-il?»

J'ai dîné chez les Wolff, avec le comte Alvensleben, Ministre des
finances, M. d'Olfers, directeur du Musée, le Conseiller d'État Huden et
M. Barry, qui, après Schœnlein, est le premier médecin de Berlin. Je
suis allée ensuite chez lady Westmorland, que j'ai trouvée extrêmement
vieillie et changée, mais toujours spirituelle et aimable. Elle m'a dit
que lord Jersey était inconsolable du mariage de Sarah avec Nicolas
Esterhazy, qui, cependant, est heureux jusqu'à présent. Le vieux lord
Westmorland a fait le testament le plus dur possible pour son fils, et
lady Georgiana Fane, bien loin, comme on l'avait dit, de se montrer
bienveillante pour son frère, a exigé l'exécution prompte et tellement
rigoureuse du testament, que les Westmorland seraient fort embarrassés,
sans leur poste de Berlin. En quittant lady Westmorland, j'ai été chez la
comtesse Pauline Neale, une de mes plus anciennes connaissances en ce
monde; je l'ai trouvée seule, et nous sommes restées longtemps à causer
de notre jeunesse.


_Berlin, 9 juin 1843._--J'ai dîné, hier, chez la Princesse de Prusse.
Vraiment, c'est une personne bien intéressante; la suite qu'elle met dans
sa bonté pour moi et sa confiance toujours croissante m'attachent de plus
en plus à sa personne et à sa destinée. Sa santé m'inquiète, et je crains
qu'elle n'ait raison de la juger sérieusement compromise. Il y avait
beaucoup de monde à son dîner. La Princesse Charles, sa sœur, mes deux
neveux Biron, le Prince de Würtemberg, le plus jeune des frères de la
Grande-Duchesse Hélène; ce dernier m'a dit que le Grand-Duc Michel allait
arriver à Marienbad, et que de là il irait en Angleterre. Le Roi de
Hanovre, tombé malade en route pour se rendre en Angleterre, n'a pu
arriver à Londres pour le baptême. On le dit en très mauvais état, et
frappé de l'idée, très probable du reste, qu'il va mourir, ce qui le
préoccupe surtout parce qu'il lui a été prédit qu'il mourrait l'année où
son fils se marierait.


_Berlin, 11 juin 1843._--J'ai été hier à Charlottenbourg, visiter le
mausolée du feu Roi, à côté de celui de la feue Reine. On a agrandi la
chapelle, mais le tout a perdu de son effet, et je n'ai pas été
satisfaite, quoique l'autel, en marbre noir et blanc, soit une des plus
jolies choses que j'aie jamais vues. Tous les murs sont couverts de
passages de la Bible que le Roi actuel a choisis lui-même, et qui sont
écrits en lettres d'or sur des bandes bleu de ciel; c'est un peu
mauresque. En tout, l'ensemble n'a rien de chrétien. Décidément, le
protestantisme est sec dans son architecture, dans ses formes
extérieures, dans l'ensemble de son culte, comme dans le fond de ses
changeantes doctrines.


_Berlin, 14 juin 1843._--Hier, après avoir dîné auprès du fauteuil de la
comtesse de Reede, sa fille, Mme de Perponcher, m'a fait faire le tour
des grands appartements du Château, pour me montrer le _Rittersaal_, que
le Roi vient de faire restaurer. Quelques portraits curieux, et quelques
meubles du temps du Grand-Électeur, donnent un certain intérêt à ces
appartements, qui, à tout prendre, sont médiocres. Nous avons quitté la
Comtesse pour aller à la Comédie Allemande, où on a très bien représenté
_Mademoiselle de Belle-Isle_[96], car les traductions de la scène
française encombrent tous les théâtres.

  [96] Cette pièce d'Alexandre Dumas père était alors jouée au
  Théâtre Royal de Berlin (Schauspielhaus), d'après la traduction
  allemande de L. Osten.

Il vient de paraître un roman historique, qui fait fureur ici, _Der Mohr_
(_le Nègre_)[97] et s'étend sur le règne de Gustave III. L'auteur, qui a
passé beaucoup d'années en Suède, a eu connaissance des archives du
Royaume, et les pièces qu'il cite sont authentiques. On dit ici qu'il a
vraiment existé un nègre à la Cour de la Reine Ulrique, et que la plupart
des caractères et des faits de ce roman sont vrais. Je le lis avec
intérêt. Ayant connu dans mon enfance le baron d'Arnfelt (c'est lui qui
m'a appris à lire), je m'intéresse tout particulièrement à ce qui se
rapporte à lui. M. de Talleyrand m'a aussi beaucoup parlé de Gustave III,
qu'il a beaucoup vu, lors de son second voyage à Paris, lorsqu'il
revenait de Rome. Le Roi de Suède s'était alors si bien mis dans l'esprit
du Pape qu'il se croyait sûr de pouvoir obtenir facilement un chapeau de
cardinal pour un de ses amis. Il proposa à M. de Talleyrand de le
demander pour lui, mais celui-ci déclina une faveur que la réputation
équivoque de Gustave III aurait entachée d'un mauvais vernis[98]. A la
même époque, la Princesse de Carignan[99], grand'mère du Roi de Sardaigne
actuel, fort éprise de M. de Talleyrand (alors abbé de Périgord et pas
encore évêque d'Autun), se croyait, elle aussi, assez de crédit à Rome
pour y obtenir les dispenses nécessaires pour que mon oncle, rendu à
l'état laïque, pût l'épouser. Il m'a souvent raconté, comme une des
particularités singulières de sa vie, avoir été ainsi, et à la même
époque, l'objet de deux projets contradictoires, dépendant tous les deux,
dans leur exécution, de la Cour de Rome. Il m'a dit aussi que Gustave III
était fort spirituel et fort aimable.

  [97] Ce roman _Der Mohr oder das Haus Holstein-Gattorp in
  Schweden_, paru sans nom d'auteur, met en scène un nègre du nom
  de Badin, qui aurait été réellement amené d'Afrique en Suède,
  pendant son enfance en 1751.

  [98] Guillaume III, qui avait été à Rome en 1771, comme Prince
  Royal, y retourna après son avènement au trône en 1783. Pie VI
  occupait alors la chaire de saint Pierre et reçut le Roi avec la
  plus grande bonté. Au mois de juin 1784, Gustave III arrivait à
  Paris pour y revoir la Reine Marie-Antoinette à laquelle il était
  très attaché.

  [99] La Princesse de Carignan, grand'mère du Roi Charles-Albert,
  était une Princesse Joséphine de Lorraine, sœur de cette
  charmante Princesse Charlotte, abbesse de Remiremont, pour
  laquelle M. de Talleyrand éprouva une affection toute dévouée.


_Berlin, 15 juin 1843._--M. de Valençay est arrivé ici avant-hier. Nous
avons dîné hier chez les Radziwill avec M. Bresson, qui m'a appris le
mariage du Prince de Joinville: il épouse une Princesse du Brésil, qui
est jolie, aimable, et qui a quatre millions de francs en dot.

Nous avons fini la soirée chez la Princesse de Prusse, qui était seule
avec son mari. J'ai le regret de penser que cette aimable Princesse ne
sera plus ici à mon retour, le 23; elle part pour Weimar le 20, et doit
passer l'été près de sa mère. Je suis tourmentée de sa santé, de l'état
de son moral qui est fort abattu.


_Berlin, 16 juin 1843._--Hier, je suis allée avec la comtesse Neale, par
le chemin de fer de Potsdam, dîner à Glienicke, chez la Princesse Charles
de Prusse; le temps était assez froid, mais sec et clair. Le Prince
Adalbert de Prusse, celui qui revient du Brésil, était de ce dîner. Il
m'a parlé de la Princesse de Joinville, qu'il a vue à Rio-de-Janeiro,
comme étant très jolie, très aimable; j'en suis charmée pour notre jeune
Prince.

J'ai vu, le soir, Mme de Chreptowitz, née Nesselrode, qui vient de
Saint-Pétersbourg et se rend à Naples, où son mari est nommé Chargé
d'affaires. Elle dit qu'on lit M. de Custine avec fureur à
Saint-Pétersbourg, et _fureur_ est le mot, car ce livre excite, chez les
Russes, une colère affreuse. Ils prétendent qu'il est rempli de
faussetés. L'Empereur le lit avec attention, en parle avec dédain, et en
est outré au fond. Qui est fort amusante à ce sujet, c'est Mme de
Meyendorff, femme du Ministre de Russie à Berlin, qui dit tout haut que
ce livre est aussi vrai qu'amusant et qu'elle espère qu'il corrigera les
Russes de leur présomption.

M. de Liebermann, Ministre de Prusse à Pétersbourg, qui est aussi ici, se
rendant à Carlsbad, me disait hier qu'il succombait moralement et
physiquement à Pétersbourg, et qu'il serait mort, s'il n'avait pas obtenu
un congé. Le fait est qu'il a très mauvais visage, à travers sa
bouffissure, et qu'il me semble excédé de la Russie.

Le Roi de Danemark a annoncé sa visite au Roi de Prusse, dans l'île de
Rügen.


_Sagan, 17 juin 1843._--Je suis arrivée ici ce matin. J'y demeure dans
une jolie maison, en face du château, où l'intendant général de mon père
demeurait autrefois. J'y ai trouvé une estafette venue de Muskau, pour me
demander de m'y rencontrer avec le Prince de Prusse; je retournerai donc
à Berlin par Muskau, et j'y passerai un jour.

J'ai visité en voiture, avec M. de Wolff, une partie de mes nouvelles
acquisitions, entre autres une forêt, où des cerfs et des chevreuils ont
entouré ma voiture, ce qui m'a charmée.


_Sagan, 19 juin 1843._--Hier, dimanche, j'ai été à la grand'messe dans la
très jolie église de la ville, messe en musique, et qui n'a vraiment pas
été trop mal exécutée. J'ai été ensuite au château, pour examiner des
livres et différents objets de peu de valeur, du reste, que j'ai achetés
avec le reste de l'alleu. Tout cela compose des rapports fort singuliers
avec mon neveu, le prince de Hohenzollern, et un mélange de _tien_ et de
_mien_ fort désagréable, que j'ai hâte de voir finir.

Ce matin, j'ai été à la petite église où ma sœur est enterrée; j'y ai
fait dire une messe pour elle. J'ai expliqué, à un architecte, les
restaurations que je désirais faire à cette église. En sortant de là,
j'ai été visiter des écoles, des salles d'asile, des fabriques. J'ai
ensuite donné à dîner aux officiers du parc d'artillerie en garnison ici,
au Préfet et à différentes autres personnes de la ville.


_Muskau, 20 juin 1843._--J'aurais beaucoup à conter de céans. Je vois
tout d'abord que ce n'est pas un lieu comme un autre. Je suis partie de
Sagan ce matin vers neuf heures, et arrivée ici à une heure. Le chemin
n'est pas mauvais, mais, aux environs de Muskau, on tombe dans une mer de
sable, qui ralentit le pas jusqu'à l'engourdissement. Aussi est-on
doublement surpris de traverser ensuite le parc le plus frais, le plus
vert, le plus fleuri, le plus soigné qu'on puisse imaginer. C'est
l'Angleterre avec toutes ses recherches de soins et d'élégances à
l'extérieur et au dedans du château. Une rampe très noble, bordée de
beaux orangers, conduit à la cour du château, qui serait moderne sans des
tours terminées par des clochers, qui lui donnent l'imposant dont
manquent les habitations modernes. J'ai trouvé, au bas du perron, le
prince Pückler, entouré de chasseurs, de laquais, d'Arabes, de nègres, de
toute une troupe bariolée fort étrange. Il m'a tout de suite menée dans
mon appartement, qui est d'une recherche extrême, un salon comblé de
fleurs, une chambre à coucher toute drapée en mousseline blanche, un
cabinet de toilette dans une tour; il n'y a pas jusqu'à mes gens qui ne
disent n'avoir jamais été si bien logés. Le Prince de Prusse, retenu à
Berlin par des affaires, n'arrivera que demain ici. La princesse
Carolath, belle-fille du prince Pückler, est venue me faire les excuses
de sa mère, la princesse Pückler, qui, un peu souffrante, n'était point
encore habillée, mais qui est arrivée peu après; elle est extrêmement
aimable, extrêmement grande dame, et cause de tout on ne saurait mieux.

Dans le nombre des habitants singuliers de ce château, il y a un petit
nain[100], petit, petit, petit, tout au plus grand comme un enfant de
quatre ans, proportionné parfaitement, vêtu en Polonais, âgé de dix-neuf
ans, arrangé, bichonné, attifé. Il a l'air heureux, et me fait cependant
la plus triste impression.

  [100] Le fameux Billy, comme les amis du Prince l'appelaient.


_Muskau, 21 juin 1843._--La fin de la journée d'hier a été fort gâtée par
un temps froid, aigre, venteux, qui tout à coup, après trois jours de
chaleur, est venu attrister le paysage et glacer les pauvres corps
humains. Après le dîner, j'ai vu le reste de la maison. Tout y est
élégant, sans que les proportions intérieures soient très vastes; les
fleurs, fort artistement employées à l'ornementation intérieure, donnent
une grâce particulière à l'appartement. Le cabinet de travail de la
Princesse ressemble, tout à la fois, à une serre et à une volière. Ce qui
m'a le plus frappée, c'est un portrait du Prince fixé au bureau de la
Princesse, autour duquel des branches de laurier se penchent avec art;
elles appartiennent à deux lauriers en pots, placés des deux côtés du
bureau; un petit vase de _ne m'oubliez pas_ est posé entre ce portrait et
l'écritoire. Ceci n'est qu'un des mille et un détails de cette union
brisée, reprise, singulière, qui ne ressemble à rien, car, si on
rencontre souvent, dans le monde, des gens séparés sans être divorcés, il
est bien plus rare de rencontrer des gens divorcés qui ne sont pas
séparés[101].

  [101] La princesse Pückler, divorcée en 1817 du comte Charles de
  Pappenheim, se remaria la même année avec le prince Hermann
  Pückler. Ils divorcèrent en 1826, parce que le prince Pückler, à
  peu près ruiné par son luxe insensé, voulait épouser une riche
  Anglaise, miss Harriet Hamlet. Ce projet échoua, et le Prince et
  sa femme, quoique divorcés par la loi, habitèrent de nouveau,
  très heureux, sous le même toit, sans qu'un second acte de
  mariage ait eu lieu.

Malgré le froid désagréable et le vent aigre qui aurait exigé du feu,
nous sommes montés en voiture découverte pour faire le tour du parc. Le
prince Pückler m'a menée en phaéton, désirant être le cicerone de cette
création extraordinaire. En Angleterre, ce serait bien; ici, c'est
merveilleux. Il a créé non seulement un parc, mais encore un pays. Des
plaines sablonneuses, des monticules blanchâtres et poudreux se sont
changés en collines verdoyantes, en pelouses vertes et fraîches; des
arbres superbes surgissent de toutes parts, des massifs de fleurs
encadrent le château; une jolie rivière vivifie le tout; la ville de
Muskau donne de l'intérêt au paysage, qui est varié, riche et plein de
grâce. Eh bien! pendant tout le temps de cette promenade, qui a duré deux
heures, le prince Pückler ne m'a parlé que de son intention de vendre
cette belle création. Il voudrait que le Prince de Prusse en devînt
l'acquéreur. Il prétend qu'ayant achevé son œuvre, il ne s'y intéresse
plus; que, né peintre et ayant achevé son tableau, il veut en commencer
un autre dans un meilleur climat; il tourne ses yeux, dit-il, vers le
midi de l'Allemagne, vers la Forêt Noire et les confins de la Suisse. La
Princesse est désolée de ce projet, elle ne s'en cache pas; je le
conçois: elle vit ici depuis vingt-cinq ans et y a créé tout l'intérieur.
De plus, elle a découvert, ici même, une source minérale qui lui a donné
l'idée d'un établissement complet de bains, ce qu'elle a fait exécuter,
et qui fait, dans le parc, une charmante fabrique.

Pour en revenir au prince Pückler, je le trouve différent de ce que je
croyais: il parle peu, d'un son de voix assez bas, et, soit qu'il me
sente peu disposée à la malice et à la malveillance, soit qu'il réserve
la sienne pour ses écrits, sa conversation n'en a pas été empreinte. Il
me donne plutôt l'idée d'un homme blasé, fatigué, ennuyé, que d'un homme
méchant.


_Muskau, 22 juin 1843._--Je voulais partir ce matin, mais le Prince de
Prusse m'a dit de si bonne grâce qu'il ne me permettait pas de quitter
Muskau avant lui, qu'il y aurait eu manque de savoir-vivre à ne pas
obéir, d'autant plus que la princesse Pückler semblait attacher beaucoup
de prix à ce que je restasse.

On peut, ici, rester paresseusement dans sa chambre jusqu'à midi, ce qui
rentre fort dans mes habitudes. Quand je suis descendue, hier, au salon,
le Prince de Prusse, arrivé dès neuf heures du matin, rentrait déjà d'une
promenade. On a déjeuné, puis la Princesse a montré beaucoup de
curiosités rapportées par son mari, des coffres, des cadres, des modèles
du Saint-Sépulcre, des chapelets, des croix en nacre de perle,
parfaitement travaillées en Palestine, des peintures arabes, des armes,
des instruments de tous genres; dans la bibliothèque, on nous a montré un
manuscrit sur vélin, avec des vignettes peintes, de la _Chronique_ de
Froissard. Il y a de tout dans cette curieuse demeure où les contrastes
abondent. Dans l'après-midi, les hommes ont repris leurs grandes courses,
et les dames se sont promenées dans les jardins qui méritent bien la
peine d'être vus en détail, tant le soin y est merveilleux, sans que la
recherche des détails nuise à l'effet grandiose de l'ensemble. Plus tard,
on est monté en calèche, et, arrivé à une grande pelouse couverte de
monde, on s'est arrêté à voir parader, caracoler, galoper les chevaux
arabes et égyptiens du prince Pückler, montés par ses gens vêtus en
costume oriental. C'était animé, gracieux et joli. Le thé était servi
dans un des pavillons de l'établissement de bains.


_Berlin, 24 juin 1843._--J'ai trouvé, en arrivant, des lettres qui
changent encore mon itinéraire. Ma sœur Acerenza est malade; son médecin
insiste tellement pour Carlsbad qu'elle s'y rend avec mon autre sœur le
1er juillet. Ceci me décide à aller à Carlsbad, en partant d'ici; j'y
mènerai mon fils auquel les eaux sont ordonnées.

Un mot encore sur la fin de mon séjour dans le féerique Muskau. Le jeudi
22, après le déjeuner, tout le monde est monté voir l'appartement du
prince Pückler. Il se compose de quatre à cinq pièces, toutes remplies de
tableaux, de sculptures, de gravures, de livres, de manuscrits, de
curiosités païennes, chrétiennes, asiatiques, barbaresques, égyptiennes;
le joli pied moulé de feu son Abyssinienne[102] est sur son bureau à côté
du portrait de sa femme; un modèle du Saint-Sépulcre fait pendant à un
crocodile empaillé; le portrait de Frédéric le Grand fait pendant à celui
de Napoléon; la gravure de M. de Talleyrand est à côté de celle de Pie
VII. Il y a des inscriptions, sur toutes les portes, dans le style de
Jean-Paul. Au milieu de tout ce salmigondis, il y a, évidemment, de
certaines intentions, avec le cachet du maître de l'appartement. Enfin,
cela a de l'intérêt de plus d'un genre. Après cette inspection, on a été
goûter dans un château de chasse, situé au milieu des plus belles forêts.
Le Prince de Prusse a tiré et tué un cerf. On est rentré à la nuit. On a
soupé, puis, aux flambeaux, le Prince de Prusse a assisté à une parade de
la landwehr, suivie d'une promenade à pied dans le parc tout éclairé par
des feux de Bengale, si habilement placés derrière les arbres et les
massifs de fleurs, que les feux ne se jugeaient que par l'effet de
repoussoir qu'ils produisaient. C'était vraiment magique; je n'avais
jamais rien vu de semblable. Le Prince de Prusse a quitté Muskau cette
nuit-là même à deux heures, et moi j'en suis partie hier matin.

  [102] Cette Abyssinienne se nommait Machbouba, le prince Pückler
  l'avait ramenée de ses voyages. Elle ne put supporter le climat
  du Nord, et mourut à Muskau, après avoir, à Vienne, embrassé la
  religion catholique, sous l'influence de la princesse Metternich,
  qui avait pour Machbouba un vif intérêt.


_Berlin, 25 juin 1843._--Hier, je suis allée à une soirée chez les
Radziwill, où j'ai rencontré Humboldt, arrivant de l'île de Rügen, dont
il dit des merveilles, ainsi que de l'établissement du prince Putbus, qui
a pu y recevoir les deux Rois, de Prusse et de Danemark, sans que ni lui,
ni sa femme, aient été obligés de se déranger de leurs habitudes[103]. Il
paraît que le roi de Danemark est fort occupé de ce qui adviendra de son
royaume après sa mort. Son fils est si fou et si méchant qu'il est
presque impossible qu'il puisse régner; d'ailleurs, il maltraite sa femme
horriblement, au lieu de lui faire des enfants. On dit donc que le
Danemark se divisera; que les îles et le Jutland reviendront à un Prince
de Hesse-Cassel, mais que des prétentions fort diverses s'élèveront sur
le Holstein et le Schleswig, que la Russie élèvera les siennes, et, comme
ce que l'on redoute le plus en Allemagne, c'est de voir la Russie y
prendre pied, il paraîtrait que les deux Rois ont cherché à éviter cette
invasion, et que l'on va travailler à fondre toutes les prétentions par
le mariage d'un Prince de Holstein-Glücksbourg avec une des
Grandes-Duchesses de Russie.

  [103] Le 17 juin 1843, le Roi de Danemark, Christian VIII, avait
  débarqué à Putbus où l'attendait le Roi de Prusse.


_Berlin, 26 juin 1843._--J'ai dîné, hier, avec M. de Valençay, chez le
Ministre de Russie, où j'ai vu, en grand détail, mon ancienne
maison[104], qui est beaucoup embellie, mais le fond en était bien beau,
et si je l'avais encore maintenant, rien ne me la ferait vendre.

  [104] La maison Courlande, située à Berlin _Unter den Linden_,
  numéro 7, faisait partie de la part de fortune que la duchesse de
  Talleyrand avait reçue à la mort de son père. La Duchesse vendit
  cette maison par l'entremise de son architecte en 1839, pour le
  prix de 95 000 thalers. L'Empereur Nicolas en fut l'acquéreur
  direct et sa qualité de propriétaire de cet immeuble lui valut le
  titre de _Bourgeois honoraire de Berlin_. On y réserva des
  appartements pour l'Empereur et sa famille, et on y installa la
  légation de Russie qui y est encore.


_Berlin, 29 juin 1843._--Le chemin de fer nous a conduits, hier, M. de
Valençay et moi, à Potsdam, où l'équipage du Roi nous a menés à
Sans-Souci. Le Roi est arrivé pour dîner, après un Conseil qui avait duré
cinq heures, et qui avait eu pour objet les difficultés qui se
développent de plus en plus dans les États des provinces rhénanes. Il
paraît que le Roi n'avait pas été d'accord avec les Ministres sur la
marche à adopter; en tout cas, il fallait qu'il fût préoccupé, car il
n'était pas du tout dans son état naturel. Le dîner, où il y avait, outre
M. de Valençay et moi, les Ministres, le service, un vieux Pourtalès de
Neuchâtel, M. de Humboldt et M. Rœnne, s'est passé très languissamment.
Le Roi est engraissé, ce qui était inutile; il est vieilli, trop haut en
couleur; je ne lui trouve pas l'air de santé que je lui voudrais. Après
le dîner, tous les convives sont retournés à Berlin, excepté mon fils,
Humboldt et moi, qui avons été gardés pour la promenade. On m'a menée me
reposer dans un appartement que le Roi vient de faire arranger, et qui a
un air _roman_ comme s'il datait de Frédéric II. Cet appartement a ceci
de singulier, qu'en 1807, le Roi étant enfant, à Memel, a rêvé une nuit
une chambre ainsi faite, et s'en souvenant encore, il l'a fait exécuter.
La boiserie est peinte en vert très clair; toutes les moulures, qui sont
dans le goût de Louis XV, sont argentées, ainsi que les cadres des glaces
et des tableaux aussi; le bureau, les rideaux sont rouges; la commode et
le chiffonnier sont en bois de rose incrusté et couverts, ainsi que la
cheminée en marbre noir, de très belles porcelaines de Saxe. A sept
heures, j'ai accompagné la Reine en calèche, tandis que le Roi montait en
phaéton, avec son Ministre favori, le comte Stolberg, qui est un homme
fort agréable. Mon fils était dans une troisième voiture, avec Humboldt.
Le Roi ouvrait la marche, et nous a fait suivre de fort belles routes
percées dans une forêt qu'il a ajoutée au grand parc de Potsdam. Il a
bien voulu ensuite nous ramener au chemin de fer. Le dernier convoi nous
a ramenés à Berlin, où je tenais à faire acte de présence chez Mme de
Savigny, qui avait arrangé une soirée musicale pour nous. C'était fort
joli: ses nièces, son fils, deux autres messieurs ont parfaitement
chanté, et un M. Passini a joué du violon, mieux, cent fois mieux que je
n'avais jamais entendu jouer de cet instrument. Je le mets bien au-dessus
de Paganini et de Bériot.


_Berlin, 1er juillet 1843._--Il faudrait bien que ce nouveau mois qui
commence nous donnât enfin l'été, mais il ne semble pas s'y préparer; il
fait froid, humide, abominable. Malgré cela, j'ai été hier avec les
Radziwill, mon fils et M. d'Olfers, voir les fresques qu'on exécute au
Musée, sous la direction de Cornelius. C'est très beau de composition, de
dessin, de pensée. J'ai été aussi au _Kunstverein_, voir le portrait de
Tieck par Styler, qui est le peintre de portraits en renom en Allemagne,
en ce moment et à juste titre, ce me semble.


_Berlin, 3 juillet._--Hier, nous avons été à Potsdam à une fête
militaire, pour laquelle l'Empereur de Russie avait envoyé une
députation, ce qui y avait fait inviter tous les Russes qui se trouvent
ici. Toute la famille Royale et plusieurs grands seigneurs du pays y
étaient. La Princesse Albert, revenue de Silésie, s'y trouvait, vieillie,
changée, et, à mon gré, tout simplement très laide; elle n'avait point
l'air embarrassée. Le dîner a eu lieu dans la grande galerie, après qu'on
avait été voir dîner en plein air les troupes, qui ont été constamment
arrosées par une petite pluie très désagréable, qui gâtait
singulièrement le coup d'œil. Après le dîner, le spectacle, puis le
souper, puis le chemin de fer.


_Kœnigsbrück, 6 juillet 1843._--Je suis arrivée hier ici chez mes
nièces; le château est à peu près plein, mais seulement de parenté: le
comte et la comtesse de Hohenthal, Mme de Lazareff et ses trois enfants,
Fanny Biron, ses deux jeunes frères Pierre et Calixte, les deux filles et
le petit garçon du pauvre comte Maltzan, cousins germains de mes nièces,
puis toutes sortes de gouvernantes, etc.; tout le monde paraît de bonne
humeur et on m'a fort bien reçue.


_Carlsbad, 11 juillet 1843._--Dans la journée du 7, nous avons eu à
Kœnigsbrück un terrible orage; grêle, trombe d'eau, inondation; un
enfant du village a été noyé; tout le monde est accablé. Mon pauvre neveu
Hohenthal y a perdu foins et récoltes. Je suis partie le 8 de bonne heure
pour aller dîner à Pillnitz, où Leurs Majestés m'ont reçue avec bonté et
grâce. Le 9, de grand matin, j'ai entendu la messe à Dresde, j'ai déjeuné
et suis partie pour Téplitz. Hier, j'en suis sortie par un temps orageux;
les chevaux se sont effrayés, emportés, et si, en se jetant sur un des
côtés de la route, ils ne s'étaient pas embourbés dans une terre grasse
et fraîchement remuée, nous étions perdus. Le moment n'a pas été
agréable, car le danger était réel. Enfin, comme il est passé, il faut en
rendre grâces à Dieu et n'y plus songer.

J'ai trouvé ici mes sœurs fort bonnes et fort tendres pour moi, mais la
seconde est jaune, changée, infiltrée.


_Carlsbad, 13 juillet 1843._--J'ai reçu, hier, quelques visites, d'abord
celle du prince Paul Esterhazy, avec lequel j'ai repassé bien des
souvenirs; puis l'Ambassadeur Pahlen, qui est tout aussi ignorant de son
avenir que Barante l'est du sien. Plus tard, j'ai été dîner avec mon fils
chez le prince Paul Esterhazy, où se trouvaient la princesse Gabrielle
Auersberg, dame des pensées de l'Empereur Alexandre pendant le congrès de
Vienne, la princesse Vériand de Windisch-Graetz, une des jolies femmes de
la même époque, et sa fille, puis l'Ambassadeur Pahlen, M. de Liebermann
et le comte Woronzoff-Daschkoff. Après le dîner, j'ai fait quelques
visites et pris le thé chez mes sœurs, où plusieurs personnes sont
venues, entre autres, le comte de Brandebourg, fils du gros Guillaume et
de la comtesse Doenhoff. Nous nous étions connus jadis à Berlin, et nous
avons été bien aises de nous revoir.


_Carlsbad, 15 juillet 1843._--Je passe presque toutes mes journées avec
mes sœurs; puis ici on vit dans la rue, on y flâne, on y dépense son
argent dans les boutiques qu'on longe sans cesse. J'avais été invitée
hier à un thé chez cette comtesse Strogonoff, avec laquelle j'ai dîné à
Londres chez Mme de Lieven; j'y ai été pour une demi-heure; c'était un
salon de Saint-Pétersbourg, dans lequel je me suis trouvée perdue. J'y ai
vu le maréchal Paskewitch, qu'on nomme, je crois, prince de Varsovie; il
a l'air assez peu aimable et nullement distingué.


_Breslau, 24 juillet 1843._--J'arrive et je repars, je voudrais arriver
pour dîner chez mon neveu Biron à Polnisch-Wartenberg, et je n'ai pas de
temps à perdre. La route de Dresde ici n'a rien de remarquable, et
Breslau est une vieille ville plus sérieuse que frappante.


_Polnisch-Wartenberg, 26 juillet._--J'ai trouvé ici, avant-hier, un vrai
congrès de famille, et une invitation pressante à aller dîner le
lendemain chez les Radziwill. J'ai donc été hier matin, avec mon neveu, à
Antonin, château de chasse des Radziwill dans le grand-duché de Posen. Le
temps était hideux, et les rondins des routes polonaises fort rudes. Six
chevaux, attelés à une voiture légère, nous ont menés à travers de
sombres forêts, dans des sables profonds, rendus inégaux par les racines
apparentes et secouantes des arbres. Le grand-duché de Posen, qui
commence à deux lieues d'ici, a, en tout, un triste aspect; la
population, les habitations, la culture, tout y est appauvri. J'ai été
reçue avec beaucoup d'amitié chez les bons Radziwill qui habitent un
singulier castel, plus original que confortable. C'est près de ce château
que leurs parents sont enterrés. On m'a menée au caveau de famille, prier
près du tombeau de feu leur mère, la Princesse Louise de Prusse, ma
marraine, et plus que cela vraiment, une amie maternelle.


_Polnisch-Wartenberg, 27 juillet 1843._--Mon neveu m'a menée hier matin
en calèche voir une partie de ses propriétés. Le reste du temps, nous
l'avons passé à examiner d'anciens papiers de famille et des souvenirs de
nos grands-parents qui s'y trouvent. Le prince Radziwill, en passant pour
aller à ses inspections, a dîné ici.


_Günthersdorf, 29 juillet 1843._--Je suis venue de Polnisch-Wartenberg,
en m'arrêtant quelques heures à Breslau, pour visiter les églises, le
vieil Hôtel de Ville, quelques boutiques mieux garnies et de meilleur
goût que celles de Berlin, aussi pour faire ma cour et demander la
bénédiction pastorale du Prince-Évêque[105] qui m'a reçue d'une façon
touchante. Mon neveu, qui m'avait accompagnée partout, m'avait laissée
dans la Cathédrale, et avait été demander à l'Évêque s'il pouvait me
recevoir. Il est aussitôt venu me chercher, malgré ses quatre-vingt-deux
ans, m'a menée chez lui et m'a montré son palais qui est beau. Il a fallu
accepter une collation. Breslau est une ville de traditions et de
caractère qui m'a fort convenu.

  [105] Le Prince-Évêque de Breslau était alors le vicomte Melchior
  de Diepenbrock (1798-1853), cardinal.


_Günthersdorf, 31 juillet 1843._--Je ne connais pas assez la princesse
Belgiojoso pour savoir si je dois être flattée ou non de la comparaison
que M. Cousin vous a faite[106] de mon esprit et du sien; mais ce que je
sais, c'est qu'il est impossible à M. Cousin de juger le mien, vu que je
n'ai jamais parlé avec lui, ni causé devant lui. Ainsi donc, ce qu'il en
dit, n'est que par ouï-dire, c'est-à-dire sans connaissance de cause. En
tout cas, mon érudition, qui est toute réservée dans le dix-septième
siècle, baisse humblement pavillon devant une _Mère de l'Église_; je ne
fais pas de livres; je suis, et je deviens, chaque jour plus ignorante,
tout occupée que je suis d'intérêts matériels, et, s'il me fallait
absolument faire de la pédanterie sur quelque chose, ce serait sur la
législation des fiefs[107]. A propos, j'ai été effrayée ce matin par la
trompette d'un postillon, qui m'a donné l'alerte d'une estafette, qu'on
envoie en Allemagne pour oui ou pour non; au lieu de cela, c'était M. de
Wolff arrivant avec un nouveau projet d'arrangement pour l'affaire de
Sagan. Dans quinze jours, l'affaire sera, ou absolument terminée, ou
absolument rompue. Voilà donc encore quinze jours d'incertitude à ajouter
à tant de mois passés en suspens. Feu M. de Talleyrand, qui avait
toujours raison, disait qu'il y avait encore un bien large fossé entre
une affaire faite et une affaire terminée.

  [106] Extrait d'une lettre.

  [107] Allusion à son affaire du fief de Sagan, qui se négociait
  alors.


_Günthersdorf, 3 août 1843._--La mort du général Alava m'a émue, quoique
cependant son individu ne fût pas placé bien haut dans mon opinion. C'est
encore un débris du passé qui disparaît; puis enfin, je l'ai bien soigné
à Rochecotte, et j'avais l'habitude d'entendre le bruit de sa canne sur
mes parquets. La mort a quelque chose de si grave! et quand elle se met
à diminuer les rangs, comme elle l'a fait autour de moi depuis quelques
années, il n'y a pas moyen de ne pas beaucoup y songer, ni d'y rester
insensible. Je m'en préoccupe de plus en plus, et, parfois, il me semble
que je n'ai pas de temps à perdre pour ordonner ce qu'il faut pour ce
grand et dernier voyage.


_Günthersdorf, 10 août 1843._--J'ai passé presque toute la journée d'hier
à Wartenberg. Je veux y créer un petit hôpital, dont les préparatifs et
arrangements m'intéressent beaucoup; c'est un genre de choses selon mon
cœur. La soirée était superbe; je l'ai passée assise sur mon balcon,
entourée de fleurs, lisant et rêvant; mais, pour que la disposition
rêveuse soit douce, il faudrait n'avoir aucune préoccupation triste et
pénible, sans quoi, on s'enfonce dans l'amertume.


_Günthersdorf, 16 août 1843._--Mes sœurs sont arrivées hier matin, et
Louis, mon fils, hier soir. Mes nièces et leurs enfants sont ici depuis
quelques jours, ainsi que le comte Schulenbourg, de sorte que ma petite
maison est à peu près pleine.


_Günthersdorf, 21 août 1843._--J'ai été hier à Wartenberg, à la messe; en
rentrant, j'ai trouvé M. de Wolff qui nous a conté le terrible incendie
de la salle de l'Opéra à Berlin, et le danger et l'effroi qui ont régné
dans le charmant palais de ma chère Princesse de Prusse[108]. Elle y
était déjà souffrante, la frayeur paraît l'avoir rendue tout à fait
malade. On dit que le jeune Archiduc d'Autriche, qui se trouve en ce
moment à Berlin, s'est conduit à merveille dans cette circonstance[109].
Hier au soir, à l'heure du thé, la comtesse de La Roche-Aymond s'est
arrêtée ici, en allant chez sa nièce Mme de Bruges, qui habite la
Haute-Silésie; elle s'est même décidée à passer quelques jours avec nous.
Elle est Allemande, elle a longtemps habité la France, puis elle est
revenue se fixer dans sa patrie. Malgré ses soixante-treize ans, elle est
gaie et vive. Elle nous a dit qu'il n'y avait rien de si scandaleux que
le testament du Prince Auguste de Prusse, qui vient de mourir, à cause de
l'énumération de ses maîtresses et de ses enfants naturels. Le nombre de
ceux-ci a été de cent vingt, mais tous n'ont pas survécu à leur
père[110].

  [108] Les deux bâtiments étaient l'un vis-à-vis de l'autre, et le
  vent poussait les flammes du côté du palais du Prince et de la
  Princesse de Prusse.

  [109] Il s'agit ici de l'Archiduc Étienne, fils de l'Archiduc
  Joseph, palatin de Hongrie, qui s'était alors arrêté à Berlin, en
  se rendant à Hanovre.

  [110] Le Prince Auguste de Prusse, frère cadet du Prince
  Louis-Ferdinand tué en 1806 à Saalfeld, et fils du Prince
  Ferdinand, dernier frère de Frédéric le Grand, ne s'était jamais
  marié. Possesseur d'une fortune considérable qu'il avait su
  augmenter d'une façon peu scrupuleuse vis-à-vis des siens, il fit
  un testament par lequel il retournait à la Couronne de Prusse la
  partie des biens dont il ne pouvait pas disposer, et dotait du
  reste ses nombreux enfants naturels, enlevant ainsi à sa sœur,
  la princesse Radziwill, tout l'héritage qui devait lui revenir.
  Ce scandale amena un retentissant procès, qui fut perdu par les
  Radziwill et occupa beaucoup l'opinion publique à Berlin.


_Hohlstein, 6 septembre 1843._--Je suis arrivée à Hohlstein avant-hier.
Malheureusement, le temps est toujours fort maussade et éprouvant. Ici,
il n'y a, outre mes sœurs, que Fanny et moi. La vie y est très calme,
c'est ce qui me plaît.

Hier, mes sœurs ont voulu me mener à trois lieues d'ici, à Neuland.
C'est une grande propriété, avec un petit château, que l'ex-Roi des
Pays-Bas a achetée, il y a dix-huit mois, du comte de Nostitz. On dit
qu'il la destine à sa femme comme douaire. On y bâtit, on y dessine un
jardin, on meuble, mais dans des mesures rétrécies et d'un goût mesquin.
La position est médiocre, il n'y a de beau que les prairies, dont, avec
du goût, on pourrait tirer parti. L'ensemble ne m'a pas plu.


_Berlin, 11 octobre 1843._--La ville de Berlin ne plaît pas à chacun; je
le comprends: quoique belle, elle est monotone et trop moderne. Prague
est bien plus imposant, Dresde plus animé. La vraie importance de Berlin
est toute politique et militaire; aussi y a-t-on toujours l'impression
d'être à l'État-Major.

M. de Humboldt est extrêmement obligeant, mais ses politesses cachent
toujours un petit ingrédient malicieux, qui se mêle à tous ses
empressements, et dont il est bon de se défier. C'est ainsi qu'il amuse
le Roi par mille récits dans lesquels la charité n'est pas saillante.

On dit beaucoup que le coup de pistolet tiré, à Posen, sur la voiture de
l'Empereur Nicolas, est une petite comédie moscovite, arrangée pour
justifier de nouvelles rigueurs en Pologne, et pour avoir le droit de
les provoquer, d'ici, contre le grand-duché de Posen[111].

  [111] L'Empereur de Russie, après un séjour à Potsdam, faillit,
  en revenant dans ses États, devenir la victime d'un attentat. A
  son passage par Posen, le 19 septembre, le peuple était encore
  douloureusement ému de la mort du général de Grolman, survenue le
  15 septembre à la suite d'une maladie de cœur. Très apprécié et
  très aimé de toutes les classes de la population, le général
  avait été enterré ce jour même du 19 septembre avec un grand
  concours de monde. On en profita, un peu plus tard, pour faire
  feu sur la voiture des aides de camp de l'Empereur, que l'on
  avait prise pour celle du Czar. On trouva plusieurs balles dans
  sa voiture et dans les manteaux des officiers, mais on ne put
  jamais réussir à éclaircir cet événement.


_Berlin, 16 octobre 1843._--J'ai, enfin, reçu hier la conclusion du
traité avec mon neveu, le prince de Hohenzollern, pour la possession de
Sagan, le tout signé, parafé et ratifié. Ce résultat, que je dois en
grande partie à l'habileté de M. de Wolff, me fait attacher un double
prix à la solution définitive de la question.

La prise de possession officielle est fixée au 1er avril, mais avec
permission de surveiller les employés dès aujourd'hui. Il faut maintenant
la régulariser par un pacte de famille auquel concourront tous les
agnats; puis abandonner l'alleu au fief pour satisfaire la Couronne, et
refaire un tout de ce qui est fractionné aujourd'hui. Cela fait, le Roi
doit, en me conférant une nouvelle investiture, recevoir mon serment de
vasselage.

Nous possédons ici l'agréable Balzac qui revient de Russie, dont il parle
aussi mal que M. de Custine, mais il n'écrira pas un voyage _ad hoc_; il
prépare seulement des _Scènes de la vie militaire_, dont plusieurs actes
se passeront, je crois, en Russie. Il est lourd et commun. Je l'avais
déjà vu en France; il m'avait laissé une impression désagréable qui s'est
fortifiée.

Avant-hier, il y a eu dîner, spectacle et souper au Nouveau Palais. On a
donné _le Rêve d'une nuit d'été_, de Shakespeare, traduit par Schlegel.
Les décorations étaient fort belles. J'ai soupé à côté de l'Archiduc
Albert, qui est naturel, poli, bien élevé, et qui m'a plu. Il doit
épouser la Princesse Hildegarde de Bavière qu'on dit très jolie.

Je vais aller dîner à Babelsberg chez la Princesse de Prusse. Elle doit
avoir la bonté de me mener le soir à Sans-Souci, où le Roi m'a dit de
venir, en petit comité, entendre Mme Viardot-Garcia.


_Berlin, 18 octobre 1843._--Le petit concert à Sans-Souci a été fort
agréable. Mme Viardot a très bien chanté, et, malgré sa laideur, elle a
été entraînante. Elle vient de partir pour Saint-Pétersbourg.

J'ai appris au Roi la conclusion du traité entre mon neveu et moi. A
cette occasion, il a été parfait pour moi; il m'a paru revenu de toutes
ses préventions en faveur de la branche aînée de ma famille[112] et j'ai
été vraiment touchée de sa bonté. J'ai eu, hier, une longue conférence
avec le prince de Wittgenstein qui, en sa qualité de chef du Ministère de
la maison du Roi, a sous sa direction toutes les questions des fiefs de
la Couronne.

  [112] Les Hohenzollern-Hechingen.


_Sagan, 28 octobre 1843._--La duchesse Mathieu de Montmorency se plaint,
dans les lettres qu'elle m'écrit, d'un catarrhe obstiné; je serais très
peinée si elle venait à mourir, je perdrais en elle une amie chrétienne;
elle et Mgr de Quélen m'ont appris que c'étaient les seules amitiés
toujours égales, toujours indulgentes, et dans lesquelles l'amour-propre
n'a aucun enjeu, car elles aiment, non seulement pour le temps, mais
aussi pour l'éternité. J'ai aussi reçu aujourd'hui une lettre de M.
Royer-Collard, dont l'écriture est bien changée. Je me sens menacée dans
mes vrais amis. Je suis, depuis la mort de M. de Talleyrand, terriblement
éprouvée dans ce genre.

Sagan, que j'étudie à fond, est une ville de sept mille âmes, avec six
églises, dont cinq catholiques, toutes intéressantes. Il y a aussi, dans
la ville, plusieurs fondations de charité qui datent des différents Ducs;
il y en a qui remontent à six cents ans, et qui ont été dotées par les
Ducs de la maison des Piast[113]. Il est touchant de voir ces œuvres
subsister encore, quand tous les monuments dus à l'esprit purement humain
se détruisent si rapidement. On me reçoit ici avec un grand empressement;
depuis quatre ans, tout y était dans un état d'abandon cruel, et même
depuis plus longtemps, car ma sœur avait tout quitté pour l'Italie et ne
s'intéressait en rien à ses propriétés.

  [113] Dynastie polonaise, issue de Piast, et qui régna de 842 à
  1370. Une branche des Piast conserva le duché de Silésie jusqu'en
  1675.


_Vienne, 14 novembre 1843._--Je suis depuis quelques jours ici. J'ai eu
avant-hier l'honneur de faire ma cour à l'Archiduchesse Sophie, que
j'avais connue avant son mariage. Elle m'a reçue à merveille. Il est
impossible d'être plus gracieuse, plus aimable, plus animée, facile et
spirituelle de toutes manières. Elle m'a beaucoup questionnée sur notre
Famille Royale, et en a parlé dans des termes très convenables, avec
beaucoup de mesure et de bienveillance. J'ai été charmée de cet
entretien.


_Vienne, 24 novembre 1843._--On mène ici une vie bien autrement calme
qu'à Berlin. La Cour ne s'aperçoit pas; l'élégance est encore à chasser
dans les châteaux; les réunions ne commencent pas avant le Jour de l'An.
J'ai été quatre fois au spectacle, qui finit à neuf heures et demie, et
trois fois faire la partie du prince de Metternich, qui dure, à la
vérité, jusque vers minuit, mais où il n'y a que cinq ou six habitués, et
aussi chez Louise Schœnburg, dont quelques personnes entourent également
la chaise longue de neuf heures à onze heures. Medem, M. de Flahaut, Paul
et Maurice Esterhazy, le maréchal Marmont viennent souvent chez moi à la
fin de la matinée.



1844


_Vienne, 4 janvier 1844._--J'entre dans les paquets, les adieux, les
mille petits arrangements qui précèdent un départ. Je quitterai Vienne
fort satisfaite du séjour que j'y ai fait, et très reconnaissante de
l'extrême bienveillance et obligeance que chacun m'y a témoignée.


_Sagan, 24 janvier 1844._--Avant-hier, j'ai été à la chasse, en traîneau;
on a tué deux cent quatre-vingts pièces de gibier. Hier, j'ai visité une
très belle maison de détention centrale pour cette partie de la Silésie.
Elle est dans Sagan même et occupe la maison qui était autrefois un
couvent de Jésuites. C'est un bel établissement, chrétiennement dirigé
par le baron de Stanger, veuf, qui dans sa douleur d'avoir perdu sa femme
qu'il adorait, s'est voué, par sentiment religieux, à cette œuvre de
régénération. L'ecclésiastique qui le seconde est un Juif baptisé, une
espèce d'abbé de Ratisbonne, très zélé, tout en Dieu, une nature de
missionnaire. Les résultats obtenus jusqu'à présent sont très consolants.

Ma vie ici est simple, tranquille, et je l'espère utile. Avec cela, de
bonnes nouvelles de ceux auxquels je suis sincèrement attachée, et pas
plus de misères physiques que ce que je puis supporter. Se sentir
inutile, n'avoir aucun but sérieux, ou bien être paralysé par des
souffrances physiques trop intenses, voilà les seules conditions dont il
est permis, je crois, de se plaindre à Dieu. Je ne parle pas de la
douleur de survivre à ceux qu'on aime tout à fait, car c'est là, avant
tout, _le sensible_: expression admirable de Mme de Maintenon.
D'ailleurs, dans l'emploi soutenu de l'activité appliquée au soulagement
des autres, ou à l'avantage de sa famille, on trouve de puissantes
consolations.


_Berlin, 23 février 1844._--La secte des Piétistes, vrai fléau de la
Prusse, fait ici plus de mal que n'en feraient des impies. Il est
incontestable que la Prusse, comme tout le reste de l'Europe, est
travaillée par des éléments révolutionnaires, et que la Silésie l'est, en
particulier, par des agitations religieuses, résultant d'une population
mixte; hostilité, rivalité que les Piétistes fomentent d'une façon bien
peu chrétienne.

J'ai revu la Princesse Albert de Prusse, qui a meilleur visage depuis son
voyage d'Italie. J'ai été surprise de son air aisé et gaillard dans une
position d'autant plus difficile que la mort de son père lui a enlevé son
plus ferme appui.

On me mande de Vienne que Mme de Flahaut se met à protéger les jeunes
Hongrois qui font du train à la diète de Presbourg, qu'elle loue leurs
discours d'opposition, qu'elle les encourage à venir la voir. A Vienne,
on n'en est encore qu'à la surprise, mais cela n'en restera pas là.
Vraiment, cette femme n'a pas une fibre diplomatique dans toute sa sèche
organisation.


_Berlin, 19 mars 1844._--Nous avons eu ici pour tous les Mecklembourg,
Nassau et le Grand-Duc héréditaire de Russie, une petite recrudescence
carnavalesque qui m'a fait veiller, étouffer, et dont je me sens un peu
fatiguée. Le Duc de Nassau a la plus triste mine du monde, et je le
crois, à tous égards, désagréable; il a l'air d'un chirurgien de
régiment. La jeune Duchesse a une taille, des bras, un teint admirables,
mais elle est rousse et a le gros visage bouffi d'un maillot. Elle est
simple et très bonne personne. Le Grand-Duc héréditaire de Russie s'est
fortifié sans s'embellir. La Princesse Auguste de Cambridge, qui a épousé
le Prince héréditaire de Mecklembourg-Strelitz, est une parfaite
représentation de ce que devait être, à son âge, sa tante, la Landgravine
de Hesse-Hombourg. On prendra ici, dans quelques jours, le deuil du Roi
de Suède, qui est décidément mort.


_Berlin, 24 mars 1844._--Je savais ce que vous me mandez[114] sur la
justice que Charles X a toujours rendue à M. de Talleyrand, à l'occasion
de la scène qui s'est passée entre eux dans la nuit du 16 au 17 juillet
1789. Le Roi s'en était exprimé à la vieille duchesse de Luynes, et
j'étais chez mon oncle lorsqu'elle est venue lui rapporter les paroles
de Charles X. J'ai tellement cessé mes relations avec M. de Vitrolles,
depuis 1830, que je ne saurais comment m'y prendre pour lui demander
d'attester les faits relatifs à cette scène, et qu'il raconte comme les
tenant de la bouche même de Charles X[115].

  [114] Extrait d'une lettre.

  [115] Les _Mémoires_ du prince de Talleyrand contiennent le récit
  de cette scène à laquelle la _Chronique_ fait allusion. Le
  lecteur trouvera, aux Pièces justificatives de ce volume, cette
  relation, dont la véracité est attestée par M. de Vitrolles
  lui-même, telle qu'elle se trouve dans l'_Appendice_ du deuxième
  volume des _Mémoires_ de M. de Talleyrand.


_Berlin, 30 mars 1844._--Je suis dans les audiences de congé, les
préparatifs et les ennuis de mon départ. Je passerai la plus grande
partie du mois d'avril à Sagan, j'en repartirai vers le 20 pour Paris, où
je veux assister aux couches de ma fille. J'irai faire ensuite une course
de quelques jours à Rochecotte, puis je reviendrai en Allemagne à la fin
du mois de juin.

Passablement occupée ces derniers temps, j'ai dû laisser sans réponse
plusieurs lettres. Les grandes distances permettent de ces grands partis
que plus de voisinage rendrait difficiles. Feu M. de Talleyrand faisait,
avec raison, le plus grand cas de ce système. Il me reprochait, comme un
manque d'habileté, de tout relever, de répondre à tout, d'argumenter, de
discuter sur tout, de ne pas assez glisser sur les difficultés, de trop
m'apercevoir des indiscrétions et des exigences. Je lui répliquais que,
dans sa position et à son âge, de certains silences, qui devenaient des
avertissements ou des leçons, étaient acceptés, mais que j'étais encore
trop jeune et pas assez indépendante pour me donner de telles habitudes.
J'avais raison alors, mais comme la jeunesse est un défaut dont on se
corrige chaque jour, malgré soi, je trouve, depuis quelque temps, le
moment tout arrivé pour traiter comme non avenu ce qui me blesse ou
m'impatiente.

  Ici se trouve une interruption de trois années consécutives dans
  la _Chronique_. La duchesse de Talleyrand partit pour la France au
  mois d'avril 1844, afin d'y soigner la marquise de Castellane au
  moment de la naissance de son fils; elle ne fut pas contente de ce
  voyage, ayant trouvé des difficultés auprès des agnats français
  pour obtenir leur consentement à l'érection du fief de Sagan en
  faveur de son fils aîné. M. de Bacourt n'ayant pas approuvé non
  plus ce projet d'établissement en Allemagne, il en résulta un
  refroidissement dans la correspondance qui alimente cette
  _Chronique_. Celle-ci ne reprit vraiment qu'à la fin de 1847,
  après le don de Rochecotte à la marquise de Castellane, ainsi qu'à
  la mort de son gendre le marquis de Castellane, qui fit de nouveau
  accourir en France la duchesse de Talleyrand.



1847


_Sagan, 12 décembre 1847._--Je suis charmée de savoir que votre
nomination à l'ambassade de Turin est chose décidée, puisque cela vous
convient[116]. On me mande, de Berlin, que l'Empereur Nicolas en veut à
Paul Medem d'avoir quitté son poste sans congé, et qu'en conséquence il
n'est pas traité comme il a le droit et l'habitude de l'être. Le comte de
Nesselrode et ses nombreux amis ne s'épargnent pas pour dissiper ce nuage
et on ne doute pas qu'ils n'y réussissent. A Berlin, on ne songe qu'à la
Suisse, dont le passé fait honte, dont le présent inquiète, dont l'avenir
menace, et notamment le midi de l'Allemagne[117]. M. Guizot, cependant,
paraît aller courageusement de l'avant, avec ou sans l'Angleterre, et, à
Berlin, on se montre très satisfait de sa franchise et de sa décision.
Cette phrase me vient de haut lieu.

  [116] Extrait d'une lettre à M. de Bacourt.

  [117] Après la chute de l'Empire, le comté de Neuchâtel, qui
  avait appartenu à la Prusse depuis Frédéric II, entra dans la
  Confédération suisse, dont il forma le vingt et unième canton,
  tout en restant sous la suzeraineté de la Prusse. Cette double
  position amena une série de conflits et de troubles. En 1847,
  Neuchâtel ayant refusé de prendre part à la guerre contre le
  _Sonderbund_, fut condamné à payer à la Confédération une
  indemnité de près d'un demi-million.


_Sagan, 18 décembre 1847._--J'entends dire, de bonne source, que la
fermentation des petits États, en Suisse, est extrême, surtout parmi les
paysans, et que le poids des contributions dont on frappe les
malheureuses victimes du _Sonderbund_ les poussera probablement à un
soulèvement en masse. Colloredo et Radowitz devaient quitter Vienne
aujourd'hui, pour se rendre au Congrès qui doit traiter les affaires de
la Suisse[118].

  [118] Des tentatives anti-libérales s'étaient succédé en
  1839-1840, dans les cantons suisses du Tessin, de l'Argovie, du
  Valais et de Vaud. Le Grand-Conseil décréta la suppression des
  couvents. Les cantons catholiques protestèrent et formèrent entre
  eux une ligue, appelée _Sonderbund_, pour la défense de leurs
  droits. Le parti radical vit là une violation de la Constitution
  et déclara la guerre au _Sonderbund_, qui fut vaincu dans une
  bataille acharnée, livrée sur les frontières du canton de
  Lucerne.

J'ai eu, hier, la visite du prince et de la princesse Carolath. Je les
avais vus à Londres, en 1830, où le prince Carolath avait été envoyé par
le Roi de Prusse pour complimenter Guillaume IV à son avènement. Le
prince Carolath est, par sa mère, cousin germain de la Reine douairière
d'Angleterre[119]. La Princesse est née comtesse Pappenheim, elle est
petite-fille du chancelier Hardenberg; sa mère, divorcée du comte
Pappenheim, a épousé le prince Pückler-Muskau. Elle est très bonne, et
très charitable pour les pauvres; elle fait des vers charmants, lit
beaucoup, parle plusieurs langues.

  [119] La mère du prince Henri Carolath-Beuthen était née duchesse
  Amélie de Saxe-Meiningen, et était la tante de la Reine Adélaïde
  d'Angleterre.


_Sagan, 24 décembre 1847._--Voilà l'Impératrice Marie-Louise morte, et
cet événement qui, il y a un an, aurait été à peine remarqué, jette
aujourd'hui une complication de plus dans le Nord de l'Italie, dont
assurément ce terrain, miné de toutes parts, n'a pas besoin. On dit que
les Parmesans tremblent de tomber sous le gouvernement de ce misérable
Duc de Lucques, et que les esprits sont prêts à la révolte[120]. Le
Grand-Duc de Toscane, débordé par le mouvement libéral, inquiète et
mécontente la Cour de Vienne. On dit que le Saint-Siège est au même point
que la Toscane. Il me paraît impossible que le Piémont ne participe pas à
toute cette fermentation, et c'est là, de toute _la botte_, ce qui me
préoccupe le plus. Il paraît qu'il y a beaucoup d'assassinats en Italie;
je sais bien que les membres du Corps diplomatique sont moins exposés,
mais les crimes près de soi, lors même qu'on n'en est pas l'objet,
rendent la vie difficile et triste. A Vienne, on dit la société agitée,
hargneuse, querelleuse, duelliste. Plusieurs motifs l'ont faite ainsi;
d'abord et avant tout, la Diète singulièrement tumultueuse de la Hongrie,
où la jeune noblesse libéralement sauvage s'exerce pendant la semaine
pour revenir le samedi, de Presbourg, passer le dimanche à Vienne, et y
vociférer dans le Casino-noble, en attendant qu'on établisse des clubs.
Le parti anti-Metternich (je parle des conservateurs, dont une partie
considérable lui est fort opposée) trouve la conduite de l'Autriche dans
les affaires de Suisse déplorable[121]. On dit tout haut que le prince de
Metternich s'est laissé jouer par lord Palmerston, et qu'il aurait dû
faire, non pas des notes habiles, mais des démonstrations armées, que si
l'esprit lui reste pour les premières, l'énergie lui manque pour les
secondes. On m'assure donc que l'hiver sera difficile à Vienne, et que
déjà il y a eu des scènes vives et désagréables. Il n'y a que Mme de
Colloredo qui soit de bonne humeur, resplendissante des pierreries
magnifiques que lui a données le nouvel époux, coiffée et ajustée avec
jeunesse et coquetterie, en rose, avec des roses dans les cheveux, enfin
quinze ans, fort indifférente aux moqueries dont elle sait être l'objet,
et aidée à les bien supporter par les empressements du comte de Colloredo
qui paraît amoureux et satisfait. Je répète les commérages viennois que
mon beau-frère m'a apportés hier...

  [120] A la mort de l'Impératrice Marie-Louise, en vertu de
  l'arrangement pris à Paris en 1817, Charles-Louis de Bourbon, duc
  de Lucques, prit possession des duchés de Parme et de Plaisance;
  celui de Guastalla passa au duc de Modène, et il céda le duché de
  Lucques au grand-duc de Toscane. En 1848 d'ailleurs, le nouveau
  duc de Parme abdiqua en faveur de son fils Charles III, qui avait
  épousé Mademoiselle, fille du duc de Berry.

  [121] Pendant tout le temps que dura la lutte en Suisse, les
  Puissances n'avaient cessé d'envoyer des sommations au parti
  radical. La France, surtout, menaçait d'intervenir par les armes,
  mais les événements de 1848 écartèrent toute intervention.


_Sagan, 28 décembre 1847._--Je crains que l'Italie ne soit hérissée de
difficultés intérieures et diplomatiques. On assure que le Duc de Lucques
n'usera pas de ses droits sur Parme, et qu'il les abandonnera à son fils.
Celui-ci a fait de telles sottises et de telles bévues en Angleterre, que
la Reine Victoria a fait dire à l'Ambassadeur d'Autriche qu'Elle le
priait d'engager le Prince de Lucques à quitter promptement
l'Angleterre, sans quoi elle se verrait obligée à l'y engager
directement. C'est bien triste pour Mlle de Rosny, sa femme[122], qu'on
dit charmante et distinguée.

  [122] Mademoiselle, fille du Duc de Berry.

M. de Radowitz est un homme d'esprit et d'instruction, fort infatué de
lui-même et grand parleur, à la tête du parti catholique _mystique_ en
Prusse, et comme tel, fort avant dans les bonnes grâces et la confiance
du Roi.

Barante m'écrit, de Paris, de façon à me confirmer que les relations
entre la Russie et la France ne sont pas aussi près de se renouer qu'on
le disait. Lui-même me paraît plutôt viser à la succession du duc de
Broglie comme ambassadeur à Londres, qu'à celle de Bresson à Naples.



1848


_Sagan, 4 janvier 1848._--Je suis tout à fait bouleversée de la mort de
Madame Adélaïde[123]. C'est un malheur pour les pauvres, pour le Roi,
pour mes enfants. C'est, pour moi, perdre la personne qui regrettait
chaque jour M. de Talleyrand, que j'ai tant de motifs de pleurer
constamment. Cette triste année 1847 a fini, ainsi, par un coup de
foudre, et je comprends parfaitement que les amis particuliers du Roi
commencent l'année 1848 sous de tristes augures. L'horizon politique me
semble fort sombre. Je ne prétends pas que le tour du Nord ne viendra
pas, mais, pour l'instant, c'est le Midi qui bien décidément est en
fièvre chaude.

  [123] Madame Adélaïde était morte presque subitement le 31
  décembre 1847.


_Sagan, 6 janvier 1848._--Il y a du vrai dans ce que Mme de Lieven dit de
Humboldt. Je ne prétends pas qu'il soit absolument _radical_, mais il est
fort _avant_ dans le libéralisme, et à Berlin il passe pour pousser Mme
la Princesse de Prusse dans la route qu'elle ne suit pas toujours avec
assez de prudence. Du reste, Humboldt a trop d'esprit pour se
compromettre et il reste dans une certaine mesure ostensible, mais au
fond il est un dernier reste de ce que le dix-huitième siècle a renfermé
d'éléments dissolvants.

Je connais assez le Roi Louis-Philippe pour être convaincue de son
courage et de sa présence d'esprit; aussi, en voyant dans la gazette la
soumission d'Abd-el-Kader, je me suis dit tout de suite que le Roi y
trouverait un spécifique certain contre sa douleur[124]. Cependant son
lien avec sa sœur était de telle sorte que ce n'est peut-être pas dans
le premier moment qu'il sentira le plus cette perte, mais à mesure que la
vie reprendra son cours accoutumé, et qu'aux heures qu'il passait chez
elle, qu'aux occasions, sans cesse renaissantes, où il avait quelque
chose à lui confier, elle ne sera plus là pour tout écouter, tout
recevoir, tout partager; c'est alors que l'isolement se fera sentir et
que la tristesse arrivera. La Reine est, sans doute, tout aussi fidèle,
tout aussi dévouée, mais elle est en partie envahie par la maternité;
puis, son esprit n'est pas dans les mêmes directions; elle n'est pas
toujours dans ce Cabinet, à attendre chaque minute du plaisir royal; ses
directions religieuses vont au delà de celles du Roi; bref, c'est
beaucoup, mais ce n'est pas tout. Du reste, il vaut bien mieux que le Roi
survive à sa sœur, que si cela avait été le contraire, car, j'en suis
persuadée, Mademoiselle aurait été tuée du coup.

  [124] Malgré la victoire du général Bugeaud à Isly, Abd-el-Kader
  avait trouvé dans l'énergie de son caractère la force de lutter
  encore en Algérie; mais après avoir vu périr dans une dernière
  affaire ses plus dévoués partisans, il dut se rendre en 1847 au
  général de Lamoricière. Abd-el-Kader fut détenu prisonnier en
  France jusqu'à la proclamation de l'Empire. Après que Napoléon
  III lui eut rendu la liberté, il vécut en Syrie, en ami fidèle et
  dévoué de la France.


_Sagan, 10 janvier 1848._--Si je n'ai plus de sécurité quand je me porte
bien, il ne faut pas croire que j'aie une grande terreur de cette mort
subite, dont à la vérité je ne prévois pas le moment, mais sur le fait de
laquelle je n'ai aucun doute. Je n'ai pas envie de mourir, mais je n'ai
pas plaisir à vivre. N'ai-je pas démesurément rempli ma vie? et toutes
mes tâches ne sont-elles pas accomplies? Le reste ne me touche plus
guère; ce n'est plus que du remplissage, cela ne vaut pas la peine des
petits efforts journaliers que cela coûte. Pourtant, je ne me laisse pas
aller à des idées noires; mon compte est fait, mon parti pris, je ne m'en
attriste pas, et tant que je vivrai mon activité vivra en moi. Ce à quoi
je ne pourrai jamais me résigner, c'est à me sentir inutile, et j'espère
que Dieu me fera la grâce de me laisser, jusqu'au dernier moment,
intelligente des besoins de ceux qui m'entourent. Si je n'aimais pas les
pauvres, je me croirais bien plus misérable qu'eux; heureusement que je
me sens chaque jour plus tendre pour eux et qu'ils me tiennent lieu de
beaucoup.


_Sagan, 12 janvier 1848._--On me mande qu'à la cérémonie de l'enterrement
de Madame Adélaïde à Dreux, le Roi a été accablé et désolé. Je crains
bien pour lui cette année 1848.

Il paraît que c'est le Duc de Montpensier qui est chargé du dépouillement
des papiers particuliers de sa tante.


_Sagan, 18 janvier 1848._--Je lis avec soin les débats des Chambres
françaises; j'ai été enchantée des réponses nobles du Chancelier[125], et
fines de M. de Barante, à ce M. d'Alton-Shée qui pousse l'inconvenance
par trop loin[126]. L'aspect général me paraît sombre, et je ne sache pas
un point de l'horizon sur lequel jeter les yeux avec satisfaction.

  [125] Le duc Pasquier.

  [126] Dans la séance du 10 janvier à la Chambre des Pairs, M. de
  Barante, rapporteur de la Commission, avait donné lecture du
  projet d'Adresse en réponse au discours du Trône. Ce projet fut
  vivement attaqué par le comte d'Alton-Shée, qui, des rangs du
  parti dynastique, s'était jeté tout à coup dans l'opposition, dès
  le début de l'agitation réformiste précédant la Révolution de
  février 1848. N'hésitant pas à manifester à la tribune même de la
  Chambre haute des opinions nettement révolutionnaires, le comte
  d'Alton-Shée lança, dans cette séance, toutes les foudres de son
  éloquence contre la politique extérieure de M. Guizot, entassant
  les unes sur les autres, sans aucun ménagement, les questions
  portugaise, suisse et italienne.


_Sagan, 20 janvier 1848._--J'ai lu attentivement les discours de
l'Adresse à la Chambre des Pairs, et j'ai été ravie du discours clair,
noble, du duc de Broglie; je l'ai été _aux larmes_ par l'éclatant
discours de M. de Montalembert sur les affaires de Suisse, si plein d'une
sincère émotion, si habile, si riche, si abondant, et enfin mettant bel
et bon cet abominable lord Palmerston en jeu[127]. Je ne sais pourquoi on
est, partout encore, si plein de ménagements pour cet intermédiaire, qui
est la véritable malédiction du siècle. Il me semble bien évident que M.
Guizot, dans l'affaire de Suisse, s'est laissé duper par lui; à sa place,
j'aurais été mieux inspirée, et je ne conçois pas qu'après de si
nombreuses expériences, on puisse encore cesser de se méfier de lui[128].

  [127] Dans la séance du 14 janvier, la Chambre des Pairs ayant
  repris la suite de la délibération sur le septième paragraphe de
  l'Adresse relatif à la Suisse, M. de Montalembert y obtint un de
  ses plus beaux triomphes oratoires en flétrissant, dans les
  termes les plus nobles, les nombreuses iniquités et les abus
  barbares de la tyrannie révolutionnaire dont la Suisse donnait le
  douloureux et amer spectacle.

  [128] La politique de lord Palmerston, qui, depuis 1846, avait
  repris la direction des Affaires étrangères, avait de nouveau un
  caractère révolutionnaire. On le vit, notamment, dans l'affaire
  du _Sonderbund_, soutenir Ochsenbein et Dufour contre les
  Puissances catholiques. Il joua M. Guizot, qui négociait encore
  afin de susciter une intervention armée avec la Prusse et
  l'Autriche, et de contrarier la politique anglaise, alors que la
  soumission des sept Cantons était déjà un fait accompli.


_Sagan, 26 janvier._--C'est donc aujourd'hui que vous quittez Paris pour
vous lancer dans une nouvelle phase de votre destinée[129]. Je voudrais
que les dernières nouvelles que vous recevrez de Turin fussent
satisfaisantes, mais c'est difficile à croire. L'important, c'est que la
santé du Roi de Sardaigne se rétablisse et s'affermisse. Il paraît que
c'est un Prince éclairé, habile, qui mesure bien les nécessités de
l'époque, sans leur faire des concessions exagérées. Je lui souhaite,
pour vous en particulier et l'Italie en général, une longue et glorieuse
existence.

  [129] Extrait d'une lettre adressée à M. de Bacourt qui venait
  d'être nommé Ministre de France à Turin.

J'ai une longue lettre de ma fille Pauline, toute pleine de regrets sur
votre prochain départ, elle le compte comme une rude épreuve de plus.

Il arrive la nouvelle de la mort du Roi de Danemark. Cela va jeter le
Nord dans de nouvelles complications[130]. Il est dit que l'Europe
n'échappera à aucune. Le Roi de Danemark était un Prince instruit,
éclairé, et qui avait bon renom. J'ai eu l'honneur de le voir, et de
connaître assez particulièrement la Reine, qui est une sainte[131]. Sa
mère et la mienne étaient amies intimes, et j'ai retrouvé, dans les
papiers de ma mère, des lettres de la Duchesse d'Augustenburg.

  [130] Le Roi Christian VIII de Danemark, qui s'était trouvé
  subitement malade le 6 janvier 1848, mourut le 20 du même mois.
  Son fils, issu d'un premier mariage, Frédéric VII, lui succéda.

  [131] Née princesse de Schleswig-Holstein.


_Sagan, 29 janvier 1848._--Nous avons eu ici un météore remarquable.
Pendant vingt minutes, une colonne de feu a relié, pour ainsi dire, le
ciel à la terre. Le soleil était pour l'œil au tiers du ciel, et de la
partie inférieure de son disque partait cette colonne lumineuse qui
semblait, à l'horizon, peser sur la terre[132]. C'était un beau et
imposant spectacle. Il y a quelques siècles, les astrologues en auraient
tiré force horoscopes. Je tire les miens des journaux, et, par
conséquent, je n'ose espérer que cette colonne de feu nous annonce rien
de bon.

  [132] Le même météore avait été vu en France, quelques jours
  auparavant, au-dessus de Doullens. Une gerbe de rayons lumineux
  s'était étendue horizontalement du Nord au Sud, avec une légère
  détonation, semblable à celle que produirait une fusée
  artificielle.


_Sagan, 10 février 1848._--Le 5 de ce mois, j'ai été bien agréablement
surprise par l'arrivée du Prince-Évêque de Breslau[133]. Malgré la
mauvaise saison et sa mauvaise santé, il a voulu me souhaiter ma fête,
et, au jour de Sainte-Dorothée, dire lui-même la messe ici. Il était
accompagné de plusieurs ecclésiastiques et des principaux seigneurs
catholiques de la province. Le Prince-Évêque a porté ma santé, à dîner,
en la faisant précéder d'un discours charmant, rappelant la signification
du nom de Dorothée et des armes de Sagan[134] qu'il a bien voulu nommer
des _armes parlantes_; il tremblait d'émotion, et quelques gouttes du vin
contenu dans le verre qu'il tenait se sont échappées, il a alors fini en
me disant: «Quand le cœur parle, la main tremble.»

  [133] Le Cardinal Diepenbrock.

  [134] Les armes de Sagan forment ange sur fond d'or.

Le typhus qui ravage la Haute-Silésie menace de se montrer ici, où
cependant nous espérons qu'il sera moins meurtrier que de l'autre côté de
Breslau; l'excès de la misère et de la faim ayant été plus efficacement
combattu ici que dans les autres parties de la province. En Haute-Silésie
les ravages sont hideux; les médecins y ont succombé, et sans les Frères
de la Charité que le Prince-Évêque y a expédiés, les secours seraient
nuls. Il y a quatre mille orphelins qui errent à l'aventure. Mgr
Diepenbrock, à l'exemple de Mgr de Quélen après les ravages du choléra en
1833, va leur ouvrir un lieu de refuge, auquel les catholiques de la
province vont porter leur attention et leur zèle. Ce plan s'est élaboré
ici.


_Weimar, 18 février 1848._--Il y a ici fête sur fête, pour le jour de
naissance de Mme la Grande-Duchesse régnante. Avant-hier, on a très bien
exécuté un opéra qui fait grand bruit en Allemagne, _Martha_, par le
compositeur Flotow. Le libretto et la musique sont fort agréables. Liszt
dirigeait l'orchestre admirablement. Il est maître de chapelle de la cour
de Weimar, avec un congé fixe de neuf mois de l'année. Il en a profité
dernièrement pour aller à Constantinople et à Odessa, où il a fait
beaucoup d'argent. Ce soir, il doit jouer en petit comité chez Mme la
Grande-Duchesse, à la suite d'une lecture que doit faire le prince
Pückler-Muskau sur son séjour chez Méhémed-Ali. Il y aura avant un petit
dîner à la jeune Cour du Prince héréditaire. On tâche de maintenir ici le
feu sacré des arts et de la littérature, qui, depuis soixante ans et
plus, a fait surnommer Weimar _l'Athènes de l'Allemagne_. Mme la
Grande-Duchesse, pour perpétuer la tradition, a consacré un certain
nombre de salles du château au souvenir des poètes, philosophes et
artistes qui ont illustré le pays; des peintures à fresques y rappellent
les sujets divers de leurs œuvres; des bustes, portraits, vues de scènes
historiques, de sites curieux, des meubles de différentes époques
garnissent ces pièces. La fortune particulière de Mme la Grande-Duchesse
est considérable; elle l'emploie très noblement à des établissements de
charité et à l'ornement de ses résidences. La Cour de Weimar a été,
depuis cent ans, remarquablement bien partagée en Princesses. La
grand'mère du Grand-Duc actuel était la protectrice de Schiller, de
Gœthe, de Wieland; c'est elle qui a fait fleurir, sous son aile
protectrice, la littérature classique de l'Allemagne. Sa belle-fille,
mère du présent Grand-Duc, a été la seule princesse d'Allemagne qui en
ait imposé à Napoléon; elle a sauvé au Duc son époux sa souveraineté par
son courage et sa fermeté. M. de Talleyrand racontait souvent, avec
plaisir, les scènes où cette Princesse s'est trouvée en regard du
conquérant. La belle-fille de la Grande-Duchesse actuelle, la princesse
des Pays-Bas, a aussi de l'esprit, de l'instruction, un son de voix
ravissant, un grand savoir-vivre et une simplicité qui ajoute un grand
prix à ses mérites. Elle sera digne, tout l'annonce, de continuer la
tradition des Princesses remarquables de la Cour de Weimar. On peut
presque mettre Mme la Duchesse d'Orléans du nombre des Princesses de
Weimar, puisque sa mère était sœur du Grand-Duc régnant.


_Berlin, 28 février 1848._--Avant-hier, j'étais loin de penser tout ce
que cet intervalle de quarante-huit heures amènerait de changements dans
la face des choses. Le télégraphe a successivement, mais sans détails,
apporté une série de faits dont aucun cependant n'avait préparé au coup
de foudre de l'abdication de Louis-Philippe et de la Régence de Mme la
Duchesse d'Orléans[135]. Nous ne connaissons ni les motifs, ni les
nécessités; nous ne savons ce qu'il faut rapporter à la prudence ou à la
faiblesse; mais sans s'arrêter à l'historique de la chose, que nous
apprendrons plus tard, le gros fait est assez écrasant pour jeter dans
une consternation qui, ici, est générale, et qui, du premier au dernier,
est égale chez tous. Les réflexions se pressent dans la pensée, elles
sont les mêmes pour chacun; il n'y a pas deux manières d'envisager la
question et ses résultats probables. Ils refléteront, non seulement sur
tous les gouvernements, mais encore sur toutes les existences privées.
Mme la Princesse de Prusse en est atterrée, par suite de la sympathie
vive qui l'unit à sa cousine. Elle croit que ma présence peut l'aider à
porter le poids de son anxiété, il s'ensuit que je passe bien des heures
auprès d'elle à supputer tous ces horribles événements, et à nous désoler
de l'obscurité qui règne encore sur la majeure partie de ce drame ou
plutôt de cette tragédie. Ces tristes échos retentiront plus promptement
et plus activement en Italie que partout ailleurs; le reste de l'Europe
viendra après, car le répit qui lui est accordé pour le moment ne saurait
être long. Le fait est qu'il est impossible de mesurer le coin d'Europe
où on peut solidement compter sur un repos durable. L'Amérique même ne me
paraît point à l'abri des dissolvants. C'est la condition générale du
siècle, et il faut savoir la subir là où la Providence nous a
naturellement placés. Je la bénis, cependant, d'avoir porté Pauline à
quitter Paris le 23 février pour se rendre à la _Délivrande_[136]. Je
blâmais cette course dans une saison si froide; je suis tentée
maintenant d'y voir un fait providentiel. Les nerfs déjà si ébranlés de
cette pauvre enfant auraient trop été éprouvés par l'aspect et le bruit
de cette ville en tumulte.

  [135] Le Roi Louis-Philippe, qui s'était décidé trop tard à la
  réforme électorale et à la retraite de ses Ministres, fut surpris
  par le massacre du boulevard des Capucines, le 23 février. Le 24,
  tout Paris était debout, la révolution était triomphante, le Roi
  se résigna à abdiquer. Il quitta les Tuileries et se réfugia
  d'abord au château d'Eu, emportant avec lui l'illusion que son
  petit-fils, le Comte de Paris, pourrait lui succéder; mais, le
  25, il apprit la proclamation de la République et fut forcé de
  s'expatrier en Angleterre.

  [136] La marquise de Castellane s'était rendue, avec ses enfants,
  à la Délivrande, village près de Caen, qui doit son origine à un
  célèbre pèlerinage de la Sainte Vierge. Mgr de Quélen y avait
  adressé d'ardentes prières pour obtenir à M. de Talleyrand de
  finir chrétiennement.

La pauvre Madame Adélaïde est morte à temps et Dieu a récompensé sa
tendresse fraternelle en lui évitant cette amère douleur! Et M. de
Talleyrand! Je ne dis pas la même chose pour Mgr le Duc d'Orléans, qui,
vivant, aurait donné une tout autre direction à ces terribles journées.

La Russie commence à se remuer beaucoup, mais il est vrai de dire que la
santé de l'Empereur Nicolas est très mauvaise; il a une éruption à
l'articulation des genoux qui lui rend difficile de marcher; de là,
manque d'exercice, ce qui augmente l'état hépatique dont il est atteint,
bref, on n'est pas sans anxiété.


_Berlin, 2 mars 1848._--Depuis le 28 février, les plus effrayantes
nouvelles se sont succédé d'heure en heure, avec une fâcheuse rapidité.
Il en circule, aujourd'hui, qui semblent indiquer un mouvement
contre-révolutionnaire à Paris; j'avoue que je n'y crois pas. Mes
dernières nouvelles directes sont du 24, écrites pendant le quart d'heure
qu'a duré la Régence de Mme la Duchesse d'Orléans. Il est arrivé quelques
lettres de même date à Berlin, et le _Moniteur_ du 25, rien de plus; le
tout sans délais; aussi faut-il s'abstenir de juger les choses et les
personnes qui ont figuré dans cette tragédie, jusqu'à ce que l'on
connaisse l'enchaînement des faits qui a fait céder le Roi, et qui a
comme paralysé son action et celle de sa famille. Le blâme et la critique
se déversent déjà sur ces infortunés; je trouve qu'il serait mieux de
suspendre tout jugement absolu. A la vérité, les apparences sont
étranges, et l'on serait disposé à croire que M. Guizot et Mme la
Duchesse d'Orléans ont seuls, chacun dans leur sphère d'action, été
intrépides et fermes. Le courrier d'Angleterre, arrivé hier au soir,
n'apportait aucune nouvelle sur Louis-Philippe et sa famille; on les
disait tous à Londres, mais le fait est, qu'à cet égard, rien n'est
officiel, rien n'est certain et qu'un vague extrême plane sur les
individus. Le marquis de Dalmatie[137] joue ici un rôle singulier. Il y a
déjà trente-six heures qu'il renvoie ses gens, qu'il vend mobilier et
diamants, qu'il crie misère, et qu'il va de porte en porte dire qu'il est
un pauvre émigré, pestant contre le souverain qu'il représentait il y a
six jours encore. Cela ne le place pas bien dans le monde. On trouve
qu'aussi longtemps que Mme la Duchesse d'Orléans et le Comte de Paris
sont sur le territoire français, il devrait conserver sa position
extérieure et le langage qui s'y rattache; d'ailleurs, on sait fort bien
que son père est très riche; de plus, on ne suppose pas qu'il y ait
confiscation à moins d'émigrer réellement. Aussi, je ne donnerai pas à
mes enfants le conseil d'émigrer, me souvenant de tout ce que M. de
Talleyrand disait contre.

  [137] Le marquis de Dalmatie était alors Ministre de France à
  Berlin.

On peut penser facilement dans quelles agitations on est ici sur les
conséquences _européennes_ des journées de février. Le Ministre de
Belgique, M. de Nothomb, me disait hier qu'un mouvement prononcé
anti-français se manifestait en Belgique. M. de Radowitz est parti cette
nuit pour Vienne, le Prince Guillaume, oncle du Roi, pour
Mayence[138].....

  [138] M. de Radowitz fut alors envoyé à Vienne, pour tâcher
  d'amener une entente d'attitude entre les deux Cours, afin de
  faire front à l'orage révolutionnaire qui semblait déjà gronder.
  Le Prince Guillaume, gouverneur de Mayence depuis 1844, vu les
  événements, regagnait son poste.

Une dépêche télégraphique qui arrive à l'instant annonce officiellement
l'arrivée de Mme la Duchesse d'Orléans et de ses deux enfants à Deutz,
faubourg de Cologne[139]. Le pays de Bade commence à remuer, on est
inquiet de ce qui peut se passer. On dit aussi qu'il y a des troubles à
Cassel[140]. Que Dieu ait pitié de ce pauvre vieux monde, et en
particulier de ceux qui me sont chers!

  [139] Dans la confusion de la malheureuse journée du 24 février à
  Paris, où chacun avait fui comme il pouvait, la Duchesse
  d'Orléans et ses deux fils, échappés au péril qu'ils avaient
  couru à la Chambre des députés, étaient allés se réfugier, avec
  M. Jules de Lasteyrie, à l'Hôtel des Invalides, qu'ils quittèrent
  secrètement pendant la nuit. De Paris à Aix-la-Chapelle, la
  Princesse voyagea dans une voiture publique, accompagnée par le
  marquis de Montesquiou et M. de Mornay. Elle prit ensuite le
  chemin de fer jusqu'à Cologne, et, après avoir passé la nuit à
  Deutz, elle se rendit à Ems et demanda asile au Grand-Duc de
  Weimar, qui mit le château de Eisnach à sa disposition. Ce ne fut
  qu'en juin 1849 qu'elle alla en Angleterre visiter la Famille
  Royale, à Saint-Léonard, près d'Hastings, où le Roi et la Reine
  étaient venus pour tâcher de rétablir leur santé.

  [140] L'ancienne Franconie, c'est-à-dire une partie de Bade, du
  Würtemberg et de la Hesse, était alors le théâtre d'une espèce de
  Jacquerie. De déplorables excès étaient commis par les paysans
  soulevés en masse; des châteaux furent brûlés et saccagés,
  plusieurs propriétaires périrent ou furent maltraités d'une
  manière barbare. Le 10 mars, sous le prétexte du mécontentement
  éprouvé par la nomination de nouveaux Ministres, des troubles
  sérieux éclatèrent à Cassel; l'Arsenal fut pris d'assaut, les
  armes enlevées; on se battit contre la troupe; les Gardes du
  corps firent retraite, mais la populace maintint les barricades
  jusqu'à ce que le régiment fût licencié et les officiers mis en
  accusation.


_Berlin, 14 mars 1848._--Tout, entre le Rhin et l'Elbe, est en commotion;
aujourd'hui même, ici, les troupes sont consignées, et l'on s'attend à
quelques émotions populaires. Si le Roi avait voulu convoquer la Diète il
y a quelques jours, il y aurait eu bien des difficultés de moins. La
meilleure chance, pour ici, est d'entrer _franchement_ et _promptement_
dans la forme constitutionnelle; si on tarde, si on hésite, si on
finasse, on aura des crises incalculables. Tant il y a qu'on est ici dans
une semaine bien critique. Les bourgmestres des grandes villes sont
arrivés avec des pétitions qui effraient; la révolution est plus ou moins
avérée partout; dire ce qu'on fera, ce qu'on pourra faire est impossible.
En attendant, la misère et le typhus augmentent.

Mme la Duchesse d'Orléans est à Ems avec ses enfants, sous le nom de
marquise de Mornay. Elle veut garder un incognito complet, ce qui fait
que ses affidés nient le fait de sa présence à Ems; il est cependant
certain, j'ai vu des personnes qui lui ont parlé.


_Sagan, 24 mars 1848._--De graves événements se sont passés à Berlin. On
a perdu un temps précieux, on a hésité, pris de mauvaise grâce des
demi-mesures; tout ensuite est arrivé par peur, après deux journées (18
et 19 mars) dont je n'oublierai jamais l'horreur. Des symptômes de grande
effervescence, provenant de Breslau, ont gagné la Silésie. Ici, on s'est
rué contre l'Hôtel de ville et la garnison; jusqu'à présent, le Château a
été épargné, mes employés ont cru que ma présence pourrait être un
calmant utile et je suis accourue. Je n'ai pas jusqu'ici à le regretter;
cependant, comme le voisinage toujours plus rapproché des Russes jette
une aigreur extrême dans les esprits, mon beau-frère ne croit pas que je
puisse me prolonger ici; il me renvoie à Berlin, où tout cependant n'est
pas encore en équilibre. Il veut rester à Sagan, tenir tête à l'orage et
sauver ce que l'on pourra. En attendant, la crise financière est à son
comble; on n'a plus le sou, personne ne paye, les banqueroutes éclatent
de toutes parts; agitation, terreur, tout est là. C'est la boîte à
Pandore qui s'est ouverte sur l'Europe. J'apprends à l'instant que le
Grand-Duché de Posen est en feu, et comme mes terres y touchent, j'en
reçois des nouvelles alarmantes. A la grâce de Dieu! Je suis parfaitement
calme, parfaitement résignée, parfaitement résolue à baisser la tête sans
murmurer, devant les décrets de la Providence. Je ne demande au Ciel que
la vie et la santé de ceux que j'aime. Les secousses de Vienne m'ont
abasourdie. On marche d'abîme en abîme[141].

  [141] Le 13 mars, une insurrection formidable avait éclaté à
  Vienne, la population s'était soulevée en masse. Les chemins de
  fer furent brisés et l'air retentissait des cris: «La
  Constitution et la liberté de la presse!»


_Berlin, 30 mars 1848._--Me voici revenue ici, où l'agitation est loin
d'être calmée. Le prince Adam Czartoryski y est arrivé hier de Paris; je
n'ai pas besoin de signaler ce que c'est que cette nouvelle
complication[142]. Les complications, au reste, se succèdent, se pressent
avec une effrayante rapidité. La situation des particuliers qui ont
quelque chose à perdre n'est guère meilleure que celle des Rois
chancelants qui ne tient plus qu'à un fil. Nous sommes tous, pour le
moment du moins, sans le sou, et ce n'est pas la guerre à l'Est et le
communisme à l'Ouest qui nous ouvriront de meilleures chances d'avenir, à
nous qui sommes pressés entre ces deux colosses!

  [142] Le Prince Adam Czartoryski, conservant toujours ses
  illusions, avait vu ses espérances se relever par les troubles
  qui régnaient partout et dont les Polonais tâchaient de profiter
  pour leur cause. Le Prince arriva à Berlin, où régnait le plus
  complet désarroi, et il crut imposer en déclarant, avec une
  certaine hardiesse, que lord Palmerston et M. de Lamartine
  avaient promis de l'appuyer sur terre et sur mer, dans le cas où
  la Prusse se prononcerait pour le rétablissement de la Pologne.
  La présence à Berlin du Prince Czartoryski fut si mal vue par
  l'Empereur de Russie, qu'il fit signifier à son Ministre, M. le
  baron de Meyendorff, qu'il devait quitter Berlin si le Prince y
  prolongeait son séjour.

On dit que la Diète prussienne s'ouvrira le 2 avril; c'est dans deux
jours, et _on n'en est point encore certain_!... En tout cas, elle sera
fort courte, car elle ne s'occupera que de la loi électorale.


_Berlin, 1er avril 1848._--La Diète qui s'ouvre demain sera un nouvel
acte du drame[143]. Il est impossible d'en apprécier les effets, et je
suis d'ailleurs fort dégoûtée des prévisions, ainsi que je le suis,
depuis assez longtemps, des projets. Paul Medem, qui est encore ici,
reste fort incertain au sujet de son avenir; les nouvelles de Vienne ne
lui paraissent pas plus rassurantes qu'il ne faut. En tout, il n'est
guère possible de reposer ses yeux sur un point tranquille du globe: il
faut les porter sur les affections sûres et éprouvées qui bravent les
révolutions, l'absence, et tout ce qui se promène ostensiblement dans
cette vallée de larmes.

  [143] Le 2 avril 1840, à midi, eut lieu à Berlin l'ouverture de
  la deuxième Diète générale, Diète réunie en une seule Chambre, et
  sans distinction d'ordres ni de curies. Le commissaire de cette
  Diète, Président du Conseil, M. de Camphausen, accompagné de tous
  les Ministres, fit, au nom du Roi, cette ouverture. Il prononça
  un discours, à la suite duquel il présenta un projet de loi sur
  les élections, afin de réaliser, sur une large base, la
  Constitution que le Roi avait donnée à son peuple, à la suite des
  événements du 18 mars.


_Berlin, 8 avril 1848._--On a subi ici le contre-coup de Paris; il a été
violent, profond, irrémédiable; on en est encore tout palpitant; le char
n'est point encore arrêté, il roule, ce n'est point dans une direction
ascendante. La Jacquerie des provinces est une condition lamentable; elle
me retient en ville, où cependant il y a en permanence une émotion
populaire qui fait désagréablement diversion au morne profond de cette
capitale. Les Metternich sont en Hollande, se préparant à passer en
Angleterre[144].

  [144] A la suite d'une collision entre la troupe et le peuple à
  Vienne, le 13 mars 1848, et débordé par l'insurrection de la
  Vénétie, M. de Metternich, qui s'était trop imaginé représenter à
  lui seul le génie de la résistance, fut contraint, par une foule
  en fureur, de donner sa démission et de fuir l'Autriche, avec sa
  femme. Ils gagnèrent d'abord Dresde, mais l'impopularité du
  Prince était telle, qu'ils durent gagner la Hollande et
  l'Angleterre. En 1849, ils vinrent s'établir à Bruxelles.


_Berlin, 12 avril 1848._--La vie est fort triste, et tout à la fois très
agitée. Les membres de la Diète ont tous quitté Berlin hier, pour
s'occuper de leur réélection. Le sort du pays dépend de la façon dont
l'assemblée constituante sera composée; c'est donc un devoir pour les
honnêtes gens de chercher à y entrer, et chacun le tient pour tel; mais
il peut se passer bien des choses encore, entre aujourd'hui et le 22 mai;
et quand on songe au réseau de clubs qui, chaque jour, couvre plus
étroitement la capitale et les provinces, quand on songe au désordre qui
se manifeste partout, à l'esprit douteux de la landwehr, à l'audace des
émissaires, aux complications extérieures, aux exemples contagieux qui
viennent de l'occident et du midi et des points véreux au nord et au
levant, on se sent pris d'un vertige, que les hésitations du gouvernement
et l'absence complète de mesures répressives sont loin de dissiper. Les
cinquante petits tyrans établis à Francfort ne laissent pas que de peser
lourdement dans la balance. Personne ne leur a donné de mandat, et
cependant chacun leur obéit[145]. Que tout est inexplicable dans le
monde, tel qu'il se déploie à nos yeux! Il n'y a plus de prophétie
possible, il faut vivre au jour la journée, et se tenir satisfait quand
on a atteint le bout des vingt-quatre heures sans de trop grandes
secousses. Nous voyons force bande de Polonais traverser la ville, soit
pour Posen, soit pour Cracovie. Les gentilshommes polonais donnent toute
liberté à leurs paysans, afin de ne pas être massacrés par eux. L'élément
polonais est en bataille contre l'élément allemand. Lequel des deux
triomphera si on ne parvient pas à les concilier? Nul ne le sait[146].

  [145] L'assemblée qui s'était convoquée spontanément à Francfort
  pour donner à la patrie un centre d'action dans le cas où les
  Princes n'auraient pas voulu s'associer au mouvement de fusion
  qui s'opérait alors entre les races germaniques, s'était dissoute
  le 2 avril, après avoir obtenu des Princes, à la Diète, la
  réunion d'un Parlement allemand. Toutefois, pour veiller à
  l'exécution de cette promesse, elle avait nommé une commission de
  cinquante membres, chargée de convoquer, dans le délai d'un mois,
  un Parlement national dans le cas où il ne serait pas déjà élu
  par les divers États.

  [146] La nouvelle de la révolution de Paris avait produit une
  immense sensation dans le Grand-Duché de Posen. Une émeute éclata
  à Posen même où Mieroslawski, sorti de prison le 19 mars, forma
  une armée et organisa la guerre.--A Cracovie, à la nouvelle des
  troubles de Vienne, soixante-dix mille Polonais se rendirent chez
  le comte Deyne, commissaire civil, demandant la liberté de quatre
  cents de leurs compatriotes.


_Sagan, 20 avril 1848._--L'état des esprits est toujours inquiétant. Si
les émeutiers n'en voulaient qu'à l'argent, en vérité, ce qu'il y aurait
de mieux à faire serait de le leur laisser prendre; il y en a si peu dans
les caisses qu'ils ne feraient pas une grosse récolte; mais, dans leur
frénésie, ils en veulent aussi aux archives, aux titres, aux contrats,
enfin à tout ce qui détermine et fixe la propriété; puis, ils sont fort
disposés à maltraiter les individus et à mettre le feu aux greniers et
aux bâtiments, pour peu qu'on leur résiste. Ici, on est un peu plus
calme, quoique des émissaires du club jacobin de Breslau se montrent
depuis deux jours, et cherchent à s'affilier les mauvais petits avocats
sans cause et ce qu'on nomme, en allemand, _die obskure Litteratur_. Nous
avons su que ces émissaires, sous le prétexte d'une réunion électorale
préparatoire, veulent provoquer une assemblée du bas peuple et chercher
à leur enseigner la manière la plus prompte et la plus habile de désarmer
la garde civique. Heureusement, celle-ci est prévenue, et je ne doute pas
que si la démonstration s'effectue, elle sera dissipée sans coup férir.

Les meneurs des clubs s'agitent à Berlin contre l'élection à deux degrés
et provoquent aussi une grande démonstration populaire, pour aller porter
au Château et au Ministère une pétition en faveur de l'élection directe.
Je ne sais s'ils parviendront à réunir beaucoup d'ouvriers sur cette
question politique; on peut le craindre, parce qu'ils sont déjà fort
agités par la question du salaire; on ne voit, à ce qui m'est mandé, que
leurs promenades dans les rues. Il y a eu, l'autre jour, de graves
désordres, chez les boulangers, qui fraudaient sur le poids du pain et
qui, pour cela, méritaient bien une leçon, mais était-ce au peuple à la
leur donner?... En attendant, on donne à celui-ci cette habitude de ne
pas travailler et d'être sur la place publique; les ateliers, où les
ouvriers veulent travailler, sont fermés par les meneurs; ainsi, les
tailleurs, par exemple, sont en chômage forcé. Je ne crois pas encore à
des dangers imminents de violence, mais on est en mauvaise direction, et
en marche pour en venir là. Les Polonais ont envoyé leur _ultimatum_ à
Berlin[147]. Ils ne veulent ni déposer les armes, ni se séparer, avant
que leurs demandes soient accordées. On s'occupe à en délibérer, et on
doit être fort embarrassé entre les deux populations, car les Polonais ne
veulent pas tenir compte des demandes des Allemands, qui insistent pour
rester Allemands et pour qu'on tire une ligne de démarcation qui
donnerait Posen comme capitale aux Allemands et Gnesen aux Polonais.

  [147] Il n'y eut pas d'ultimatum proprement dit; ce n'était qu'un
  bruit de journaux. Le Comité national polonais publia seulement
  un manifeste proclamant qu'aussi longtemps que toute la Pologne
  ne serait pas rétablie, les Polonais considéreraient toute
  séparation arbitraire _des parties de leur pays_ comme un nouveau
  partage de la Pologne, et menaçaient de protester devant les
  peuples de l'Europe de cette violation. Cette protestation devait
  se faire le 26 avril par deux lettres du Prince A. Czartoryski
  adressées, l'une à M. de Lamartine, alors ministre des Affaires
  étrangères à Paris, l'autre au baron d'Arnim, qui occupait les
  mêmes fonctions à Berlin.

On ne sait que croire de l'Italie, dont les nouvelles sont si
contradictoires. Les lettres de Vienne sont tristes et décourageantes.
L'Angleterre offre un autre spectacle, bien différent et bien glorieux
pour elle; mais j'avoue que je m'indigne de voir lord Palmerston, qui a
eu sa large part dans l'ébranlement de l'Europe, se pavaner dans le
confort, la gloire et la richesse des Anglais, qui augmente en raison de
la misère du Continent.


_Sagan, 24 avril 1848._--Voici une lettre de Vienne, à moi adressée par
le Ministre de Russie, mon cousin Medem: «Vienne est tout à fait morne;
les grandes réunions n'existent plus; le Prater est désert, l'Opéra est
fermé, le public n'ayant pas permis aux Italiens de jouer. Wallmoden nous
est arrivé d'Italie. On dit que c'est pour s'entendre avec le
gouvernement, sur les moyens de reprendre, sinon l'offensive en
Italie[148] sur une grande échelle, du moins, possession de Venise et de
la partie insurgée du Frioul. Les communications avec l'armée active sont
toujours réduites aux passages par le Tyrol. On est justement indigné de
la conduite de F. Zichy, du comte Palfy à Venise et du comte Ludolf à
Trévise, qui ont honteusement capitulé sans raisons valables[149]. En
somme, il y a mécontentement et incertitude sur l'avenir. On reconnaît
tous les jours davantage l'impardonnable inertie de l'ancienne
administration, tant civile que militaire. C'est à ne pas y croire
lorsqu'on n'en connaît que quelques détails seulement. La tranquillité de
Vienne n'a pas été sérieusement troublée dans ces derniers temps, mais
des manifestations inquiétantes ont eu lieu. Elles sont provoquées par
des gens sans aveu, la plupart venus de l'étranger, lesquels adressent
des harangues au public rassemblé dans des salles comme celle de l'Odéon
et autres. Des publications, des placards incendiaires paraissent
partout et entretiennent l'inquiétude dans la partie sage de la nation,
surtout dans les classes supérieures. Il serait temps que cela finît, car
si cela devait se prolonger, la situation se compliquerait. Pour le
moment, cependant, l'état des choses est bien meilleur ici que dans la
capitale et la Monarchie prussienne, mais comment répondre de l'avenir?»

  [148] Le noble et chevaleresque Charles-Albert, qui avait, pour
  soustraire son pays à l'influence de l'Autriche, formé une armée
  fortement organisée et promulgué une Constitution, était devenu
  l'espoir de l'indépendance italienne. Profitant de l'insurrection
  qui avait éclaté le 18 mars à Milan, suivie de la défaite de
  l'armée autrichienne et de la fuite de l'Archiduc Reynier, le Roi
  avait déclaré la guerre à l'Autriche le 20 mars. Il enleva
  d'abord rapidement les positions de l'ennemi jusqu'à l'Adige,
  mais attaqué par des forces supérieures, il devait plus tard (en
  août) perdre la sanglante bataille de Custozza et être obligé
  d'évacuer Milan.

  [149] Après Milan, Venise s'ébranla à son tour. Le 20 mars,
  l'Arsenal fut pris par les insurgés. Le gouverneur civil comte
  Palfy remit tous ses pouvoirs au comte Zichy, gouverneur
  militaire, qui, hésitant devant une effusion de sang, abdiqua
  lui-même entre les mains de la Municipalité en capitulant le 22
  mars avec le Gouvernement provisoire. Venise fut ainsi délivrée
  des Autrichiens. Le 21 mars, Trévise avait également dû capituler
  et la garnison autrichienne avait quitté la ville.


_Sagan, 30 avril 1848._--Nous finissons aujourd'hui le second mois d'un
tremblement de terre, dont les frémissements sont loin encore, je le
crains, d'être terminés. Pour le quart d'heure, l'Europe est partagée
entre les fièvres électorales et les flammes de la guerre civile. Les
passions humaines se dévoilent dans toute leur laideur au milieu de la
concurrence des élections; les fureurs aveugles dans les combats de
citoyens, armés les uns contre les autres, l'anarchie, le désordre,
l'impunité, la misère, le découragement, le désespoir, voilà le tableau
qui, à quelques nuances près, se retrouve partout. Trop heureux ceux qui
ne reçoivent qu'un contre-coup amorti, et qui traversent les vingt-quatre
heures, si ce n'est sans anxiété, du moins sans danger matériel. Nous
verrons ici ce que les élections, qui commencent demain, produiront comme
résultat, et quelle sera la figure du pays pendant les votes et les
scrutins. En attendant, la presse et les clubs s'exercent à l'envi;
chaque petite ville a son journal, chaque hameau son orateur; la plupart
des auditeurs ne comprennent pas ce qu'on leur prêche, mais ils
obéissent, comme des moutons de Panurge. Les ouvriers industriels
veulent faire la loi aux chefs d'ateliers, qui, ne vendant plus rien, ne
peuvent ni augmenter, ni même maintenir leur fabrication, ni améliorer la
condition des ouvriers. Quant aux pauvres gens qui travaillent à la
terre, et à la classe plus gâtée qui a travaillé aux chemins de fer et
qui les a terminés, on n'en sait réellement que faire; on partage avec
eux le dernier sou et le blé des granges, car on les plaint, et on les
_craint_.


_Sagan, 5 mai 1848._--Le Grand-Duché de Posen est en ce moment le théâtre
des plus grandes atrocités; c'est la guerre civile avec des raffinements
de cruauté inouïs. Les journaux français les ignorent ou veulent les
ignorer, mais les détails que je reçois de première main font dresser les
cheveux sur la tête. Le 1er mai, les Prussiens ont été terriblement
battus par les insurgés, qui, armés de faux, éventrent les chevaux[150].
Plusieurs seigneurs polonais ont été massacrés par leurs paysans. Ils ne
peuvent se garantir personnellement qu'en les excitant contre l'armée
prussienne.

  [150] Les troupes prussiennes, commandées par le général Blum,
  s'étaient dirigées sur Miloslaw, qu'elles prirent après un combat
  opiniâtre; mais une avant-garde, qui poursuivait les Polonais,
  fut reçue, en approchant d'un bois, par un feu bien nourri qui la
  repoussa si vigoureusement que les Prussiens tournèrent le dos,
  se jetèrent, dans leur fuite précipitée, sur leur propre
  infanterie qui les suivait, rompirent ses rangs et l'entraînèrent
  dans la déroute. Les Polonais, poursuivant à leur tour les
  Prussiens, les chassèrent de Miloslaw et leur prirent deux
  canons.


_Sagan, 8 mai 1848._--C'est aujourd'hui que les électeurs élus, il y a
huit jours, doivent nommer les électeurs prussiens. Je crois qu'on fonde
trop d'espoir sur les assemblées constitutionnelles; je crains qu'elles
ne nous préparent de grandes déceptions. A Vienne, la déchéance du comte
de Ficquelmont est une scène des plus déplaisantes du drame
universel[151]. Des étudiants sont entrés chez lui, lui déclarant qu'ils
ne voulaient plus de lui pour Ministre. Il a obéi, et il aurait couru de
grands dangers si, en se rendant à pied chez son gendre, le prince Clary
et deux étudiants ne lui avaient servi de défenseurs.

  [151] Le 4 mai, le comte de Ficquelmont, Ministre des Affaires
  étrangères à Vienne, dut donner sa démission, à la suite d'un
  charivari des étudiants, qui le considéraient comme un disciple
  de Metternich.


_Sagan, 21 mai 1848._--Les scènes du 15, à Paris, ont été hideuses[152].
Dieu fasse que le parti modéré sache user énergiquement de son triomphe,
et que surtout il ne soit pas trop souvent appelé à fêter de pareilles
victoires.

  [152] Depuis plusieurs jours, les manifestations en faveur de la
  Pologne se multipliaient à Paris. Le 15 mai, une bande d'insurgés
  se porta sur l'Assemblée nationale et l'envahit, mais l'ordre fut
  assez vite rétabli.

C'est demain que s'ouvre l'Assemblée constituante à Berlin. Elle est si
étrangement composée que ce sera miracle si elle fait de la bonne
besogne.

  [153] Le 1er mai, un mouvement révolutionnaire avait éclaté à
  Rome, par suite du refus du Pape de déclarer la guerre à
  l'Autriche. Le Ministère donna sa démission. Le Pape, menacé d'un
  gouvernement provisoire, affirma, dans une allocution, ne pouvoir
  déclarer la guerre comme Souverain Pontife, mais laissant le
  pouvoir de le faire, comme Prince temporel, à son Ministère. Pie
  IX dut accepter, le 5 mai, un Ministère exclusivement laïque, qui
  fut en opposition constante avec lui.


_Sagan, 25 mai 1848._--Je suis préoccupée de Rome et du Pape[153]. J'y
pense sans cesse. Je crois que si j'avais été le Saint-Père, j'aurais
été avec quelques Cardinaux fidèles, avec ces pauvres religieux et
religieuses persécutés, et le plus d'argent et de vases sacrés possible,
m'embarquer pour l'Amérique. J'y aurais fait un établissement à l'instar
de celui du Paraguay, et, de là, j'aurais en pleine indépendance gouverné
la catholicité européenne, comme, de Rome, il gouverne depuis si
longtemps les catholiques d'Amérique. Je crois que les Romains n'auraient
pas tardé à le rappeler à grands cris, et en cas contraire, il aurait été
du moins à l'abri des indignités actuelles et ne serait pas obligé de
sacrifier les innocents et les biens de l'Église. Ce que je dis là n'a
peut-être pas le sens commun, mais du moins, cela n'aurait pas été sans
une certaine grandeur, au lieu que je ne vois partout qu'humiliation et
abrutissement.

J'ai lu avec intérêt et horreur les récits des scènes de Paris le 15 mai,
et mon opinion est que la besogne des assemblées délibérantes est
mauvaise. Je crains fort que celle de Berlin ne fasse rien qui vaille, et
à Francfort, c'est la tour de Babel. Les gazettes prussiennes contiennent
déjà des cris jacobins contre la nouvelle Constitution, et je doute que
le Roi puisse faire prévaloir le système de deux Chambres, surtout avec
le petit bout d'hérédité qu'il cherche à sauver. Breslau est un
abominable foyer de communisme.

On me mande d'Angleterre qu'à Claremont les amertumes intérieures
ajoutent aux douleurs de la situation. Les fils, qui s'ennuient de leur
inaction forcée, reprochent au père la perte de la partie; celui-ci
s'inquiète du jugement de la postérité; tout cela est fort amer pour
cette pauvre Reine Amélie, dont l'orgueil et la joie ont été si longtemps
puisés dans l'union touchante de toute sa famille. Elle est, en outre, en
mauvais état de santé. Leur état financier approche de la misère[154].

  [154] La petite Cour exilée vivait très retirée au château de
  Claremont, en Angleterre, que le Roi Léopold, à qui il
  appartenait alors, avait obligeamment mis à sa disposition.


_Sagan, 28 mai 1848._--Mme la Duchesse d'Orléans est établie au château
d'Eisenach même. Elle y vit fort simplement, avec sa belle-mère et le
précepteur[155] de ses enfants pour tout entourage. Sa position
pécuniaire est des plus gênées. Le château d'Eisenach appartient à
l'oncle de la Duchesse d'Orléans, le Duc de Saxe-Weimar; il l'a mis à la
disposition de sa nièce.

  [155] M. de Boismilon.

On m'écrit, de Vienne, que tous les Hongrois y rompent leurs
établissements, pour se retirer soit à la campagne, soit à Bude, soit à
Presbourg. Les Bohêmes vont à Prague. Bref, ce joli Vienne, si gai, si
animé, si aristocratique, devient un désert, et triste comme un grand
village. La princesse Sapieha et Mme de Colloredo sont fort compromises
dans les derniers troubles; elles ont été obligées de s'enfuir et de se
cacher. L'Archiduc François-Charles a écrit d'Insprück à lord Ponsonby,
doyen du Corps diplomatique à Vienne, pour l'engager, au nom de
l'Empereur, à venir avec tous ses collègues rejoindre la Cour en Tyrol.

Voilà M. Bulwer renvoyé d'Espagne. Il avait fomenté à Séville une révolte
contre les Montpensier qui ont dû fuir à Cadix. Il faut convenir qu'on
peut dire de Palmerston et de Bulwer: _Tel maître, tel valet._

Il y a toujours beaucoup d'émotion dans les rues de Berlin, et le
prochain retour du Prince de Prusse, qui est attendu ces jours-ci à
Potsdam, amènera probablement une explosion[156]. En attendant, Berlin
est à peu près cerné par un corps de seize mille hommes qu'on compte
employer à l'occasion.

  [156] On avait cru que le libéralisme de M. de Camphausen avait
  assez apaisé les esprits pour permettre au Prince de Prusse, que
  la colère du peuple avait, dès le commencement des troubles,
  forcé à se réfugier en Angleterre, de revenir à Berlin.
  Cependant, le Prince y était à peine arrivé que le ministère
  Camphausen fut renversé le 20 juin, après la prise et le pillage
  de l'arsenal, et remplacé par le ministère Auerswald.

On m'écrit de Paris que Mme Dosne se meurt de colère qu'une révolution
ait pu avoir lieu, sans qu'elle eût son gendre pour objet, et ceci peut
se prendre à la lettre, puisqu'elle en était à son troisième accès de
fièvre pernicieuse; que M. Molé et M. Thiers se présentent tous deux pour
la députation et que M. de Lamartine paraît beaucoup redouter le succès
de ce dernier.

Les atroces scènes de Naples[157] ont eu un mauvais retentissement à
Berlin, où l'émotion des rues a repris, dit-on, un mauvais caractère. Les
bourgeois s'y sont emparés du poste de l'Arsenal.

  [157] Une insurrection avait éclaté à Naples. Après six heures
  d'un combat acharné, les troupes royales étaient restées
  maîtresses de la ville, tout en perdant trois ou quatre cents
  hommes tués. La Chambre et la Garde nationale furent dissoutes et
  un nouveau Ministère fut formé sous la présidence de M. Cariati.


_Sagan, 7 juin 1848._--L'équilibre moral dépend de mille petites
circonstances accessoires pour chacun, car il faut être bien jeune et
d'une grande ignorance des peines de l'esprit, pour ne pas subir les
mille et une influences des choses, des lieux, du temps, et même de
détails encore plus puérils en apparence. C'est Saint-Évremond, je crois,
qui dit que moins on reste vif pour ce qui plaît, et plus on est sensible
à ce qui dérange.

Il paraît que Paris est tranquille, mais à quel prix? Il s'y est commis
des atrocités raffinées, terribles.


_Sagan, 12 juin 1848._--L'état de Berlin et de Breslau empire toujours;
celui des provinces s'en ressent, et je m'attends à voir la guerre civile
éclater au premier jour; car les campagnes, tout en subissant l'action
révolutionnaire contre leurs seigneurs et leurs curés, détestent les
villes; les paysans n'aiment pas les bourgeois et sont royalistes et
militaires, tout en étant anti-nobles et anti-prêtres. Cela fait une
étrange confusion que Dieu seul pourra éclaircir. L'Assemblée
constituante réunie, à Berlin, n'a jusqu'à présent aucun cachet marqué,
que celui de l'ignorance et de la confusion.


_Sagan, 18 juin 1848._--Les journaux et mes lettres me disent que
l'Allemagne reprend ses velléités républicaines. Voilà Hecker élu pour
Francfort. Tout cela est d'une confusion inimaginable, surtout quand on
voit le dégoût, de plus en plus marqué, que la France témoigne pour le
déplorable gouvernement qu'elle s'est donné il y a quatre mois. Il faut
bien qu'elle soit aux abois pour se tourner vers le drapeau bonapartiste,
si piteusement représenté par Louis-Napoléon que chacun connaît être un
bien triste sire. Que dire des affreuses scènes de Prague et de
l'assassinat de la pauvre princesse Windisch-Graetz[158]? J'ai été aussi
fort agitée pour Berlin, où le pillage de l'Arsenal et les échecs du
Ministère à la Chambre ont fait encore diminuer les bonnes chances. Trois
ministres, Arnim, Schwerin et Kanitz, ont donné leur démission.

  [158] Après un bombardement et des combats de rues qui avaient
  duré du 12 au 17 juin, le prince Windisch-Graetz était parvenu à
  terrasser l'insurrection de Prague. Pendant ces combats, la
  Princesse sa femme fut tuée traitreusement près de la fenêtre de
  son salon, entre ses deux sœurs, par un coup de feu tiré de
  l'autre côté de la rue.


_Potsdam, 23 juin 1848._--Je suis arrivée ici hier, après m'être arrêtée
une demi-journée à Berlin. Medem écrit de Vienne à son collègue, M. de
Meyendorff, des doléances sur les directions faibles et incertaines qui
se manifestent à Insprück depuis que le baron de Wessenberg y gouverne.
Je ne m'en étonne pas: Wessenberg est aimable, bon, spirituel, instruit,
laborieux, mais dès Londres, je l'ai jugé _brouillon_, et pour conduire
les affaires, c'est un inconvénient immense.

J'ai des nouvelles de M. de Metternich. Il met ses fils dans un collège
catholique, en Angleterre, ne trouvant personne qui veuille s'associer à
son sort comme précepteur. Il est aussi tourmenté par le manque d'argent.

Le Grand-Duc régnant de Mecklembourg-Schwerin a augmenté le douaire de sa
belle-mère, afin que Mme la Duchesse d'Orléans et ses enfants puissent
ainsi avoir, indirectement, un peu plus de confort; c'est noble et
délicat.

La crise ministérielle dure encore ici; elle fait succéder, au tumulte
des rues, celui, plus politique et non moins dangereux, d'une Chambre
aussi mal composée que celle de Berlin. On disait, hier au soir, qu'une
dépêche télégraphique avait apporté de Francfort la nouvelle que
l'Assemblée, réunie dans cette ville, avait élu un Dictateur pour
l'Allemagne dans la personne de l'Archiduc Jean[159]. Ici, on voulait un
_Triumvirat_. On disait, en conséquence, qu'on avait répondu à cette
nouvelle par une protestation de la Prusse.

  [159] A l'Assemblée nationale de Francfort, le Comité des
  Cinquante avait plusieurs fois tenté de créer un _triumvirat_ ou
  pouvoir central. Dans ce but, une Commission de onze députés fut
  élue au mois de juin. Elle désigna l'Archiduc Jean pour
  l'Autriche, le vieux Prince Guillaume pour la Prusse, le Prince
  Charles pour la Bavière. On les appelait, ironiquement, _le
  Directoire des trois oncles_, ces Princes étant les oncles des
  monarques de ces pays. Ce projet fut vivement combattu, et on
  finit, dans la séance du 23 juin, par élire un seul Dictateur,
  l'Archiduc Jean. Une députation porta l'offre de cette dignité à
  l'Archiduc, qui l'accepta, et le 12 juillet suivant, se présenta
  à l'Assemblée nationale.


_Sagan, 28 juin 1848._--Je suis rentrée dans mes foyers. Quoique je
n'aie pas trop, jusqu'ici, à me plaindre de mon coin de céans, je sens,
cependant, le terrain miné et mouvant sous mes pieds. Celui que je viens
de quitter l'est, à mon sens, d'une manière effrayante. A Paris, le sang
coule[160]; depuis quelques jours, on ne sait que fort mal ce qui s'y
passe par des dépêches télégraphiques venant de Bruxelles; j'ai seulement
la certitude que mes enfants ne s'y trouvent pas.

  [160] A la suite du licenciement de cent sept mille ouvriers des
  ateliers nationaux, une émeute avait de nouveau ensanglanté Paris
  pendant quatre jours. C'est alors que fut tué l'Archevêque, Mgr
  Affre, sur les barricades où il était allé porter au peuple des
  paroles de paix.


_Sagan, 6 juillet 1848._--Les combats de Paris m'ont tenue dans une
grande alarme; heureusement que personne me touchant un peu
particulièrement n'a été atteint autrement que par la terreur et le
saisissement. A présent, ce sont les campagnes qui deviennent
dangereuses; aussi ma fille Pauline est-elle rentrée en ville avec son
fils.

Nous ne sommes guère moins malades ici qu'en France, et quand je regarde
tous les foyers de communisme dont cette partie de l'Europe abonde, je ne
puis fermer les yeux aux dangers qui nous menacent, d'autant plus que je
suis fort loin de croire qu'on saurait les combattre, comme le prince
Windisch-Graetz à Prague et le général Cavaignac à Paris.

Je pense me rendre dans quelques jours à Téplitz; j'attends d'abord
d'être assurée que cette partie de la Bohême est pacifiée.


_Téplitz, 16 juillet 1848._--Mon voyage, de Sagan ici, s'est passé sans
accident; mais partout on trouve misère et inquiétude. Le petit royaume
de Saxe est cependant moins malade que la Prusse et que les duchés saxons
de la Thuringe, où l'esprit républicain domine. A Dresde, le Ministère
est tellement radical qu'il ne laisse presque rien à désirer aux
révolutionnaires. Aussi a-t-on l'air de croire que les duchés saxons
pourraient être réunis sous le sceptre unique, et peu monarchique, du bon
Roi de Saxe, qui n'est guère qu'une ombre royale. Ce qui l'a sauvé
jusqu'à présent, c'est que son Ministre de l'Intérieur actuel[161] n'use
ni de chapeau, ni de gants. C'est tout simplement un manant, mais on le
dit assez honnête homme pour ne pas trahir son maître. Téplitz est à peu
près vide, personne ne songe à voyager. Excepté les Clary et les
Ficquelmont, il n'y a que quelques paralytiques inconnus. M. de
Ficquelmont voit très en noir les destinées de l'Empire autrichien, et ne
paraît pas croire que l'Archiduc Jean soit destiné à le sauver, pas plus
qu'à éclaircir les destinées de l'Allemagne. Ses coquetteries pour les
étudiants de Vienne sont, ou une fausseté, ou une spéculation ambitieuse
sans dignité. A Francfort, il aura bientôt à lutter contre les tendances
séparatistes qui se font jour, de plus en plus, en Prusse, non seulement
en haut lieu où elles pourraient bien avorter, mais encore dans les
masses, blessées dans leurs intérêts et dans leur vanité.

  [161] M. de Pfœrdten.


_Téplitz, 22 juillet 1848._--Il nous revient qu'il y a toujours un peu de
fermentation à Prague, contenue par la main de fer du prince de
Windisch-Graetz; l'anarchie à Vienne est toujours complète. M. de
Ficquelmont me disait hier que la population berlinoise était plus
démoralisée et plus méchante que celle de Vienne, mais que les rouages du
gouvernement et de l'administration valaient infiniment mieux à Berlin
qu'à Vienne. A tout prendre, ce sont deux mauvais centres.


_Eisenach, 8 août 1848._--Mme la Duchesse d'Orléans, que je suis venue
voir, est changée et se plaint d'un affaiblissement progressif. Du reste,
elle est calme, raisonnable, et moins éloignée qu'elle ne l'était au
premier moment de se rapprocher de la branche aînée; seulement, les
moyens d'exécution paraissent difficiles; on sent qu'il faut abriter la
dignité, autant qu'il faut ne rien laisser échapper de ce qui peut
faciliter les chances d'avenir. Elle est sans préventions, sans préjugés;
son regard est lucide, et son jugement me paraît simplifié, assuré par
les grandes leçons des derniers temps. Elle est parfaitement confiante et
aimable pour moi. Le reflet de Mgr le Duc d'Orléans nous donne,
réciproquement, un intérêt réel l'une pour l'autre. Elle me l'a exprimé
gracieusement, en me disant que j'étais pour elle _hors ligne_. Elle a
appelé ses fils et leur a dit: «Embrassez la plus fidèle amie de votre
père.»


_Berlin, 13 août 1848._--Il y a ici, chaque soir, un peu d'émotion dans
les rues, entretenue par la déplorable marche de l'Assemblée. De plus, le
Ministre des Finances, M. Hanseman, propose des lois destinées à achever
notre ruine. Aussi s'élève-t-il des anciennes provinces des réclamations
qui pourraient dégénérer en révoltes et conduire à la guerre civile. Déjà
les _Unitaires allemands_ et les _Prussiens séparatistes_, qui se
partagent le pays, sont partout en présence et dans un état d'hostilité
qui rend les conflits imminents. L'avenir est incalculable...


_Sagan, 9 septembre 1848._--La crise ministérielle de Berlin semble
rendre une catastrophe imminente[162]. On peut s'attendre à la guerre
civile, à la guerre étrangère, à la rupture entre les deux Assemblées
constituantes de Francfort et de Berlin; bref, les éventualités se
pressent en foule, et, en attendant, les existences privées se détruisent
de plus en plus.

  [162] Les discussions sur la proposition d'un député, M. Stein,
  concernant l'armée et relative au contrôle que le Ministère
  devrait exercer sur les opinions politiques des officiers,
  s'étant terminées dans la Chambre au désavantage du Cabinet, le
  Ministère Auerswald démissionna le 11 septembre. Le 22 du même
  mois, le Roi nommait un nouveau Cabinet dont le général de Pfuel
  était le Président.


_Sagan, 16 septembre 1848._--Point de Ministres à Francfort[163], point
de Ministres à Berlin; un manque complet d'énergie à Sans-Souci, et,
malheureusement, des symptômes graves d'insurrection parmi les troupes.
On n'a pas su s'en servir à temps, et on a laissé aux méchants le loisir
de les ébranler. L'absence de toute autorité légale, l'impatience qui
résulte, pour les populations rurales, de ce que les Chambres ne fixent
pas les rapports avec les Seigneurs réveillent leurs avidités
arbitraires; aussi, voilà qu'en Haute-Silésie ils se remettent à brûler
et à piller. Rothschild, de Vienne, qui y avait un bel établissement,
vient de le voir détruit de fond en comble. Le fait est que nous sommes
en mauvaise recrudescence et que je suis plus inquiète encore que je ne
l'ai été, depuis que je vois la fidélité des troupes devenue douteuse.

  [163] On sait que les populations du Schleswig et du Holstein,
  qui désiraient leur union avec l'Allemagne, s'étaient soulevées
  contre le Danemark, et que les Prussiens étaient venus à leur
  secours. Après plusieurs combats sanglants, un armistice entre le
  Danemark et la Prusse avait été conclu à Malmœ, le 26 août. Or,
  l'Assemblée nationale de Francfort, ayant refusé de donner son
  assentiment à cet armistice, sous le prétexte que la Prusse
  n'avait pas demandé son autorisation, le Conseil des Ministres et
  tous les ministres de l'Empire avaient donné leur démission.


_Sagan, 1er octobre 1848._--Les choses se gâtent, ici, de plus en plus.
On a fait, l'autre nuit, sauter méchamment des pétards près du château.
Nos précautions sont prises, ma défense armée organisée, et, s'il faut
périr, ce ne sera pas sans lutte. Je ne m'enfuirai pas, je n'ai aucune
peur personnelle, parce que j'ai une grande indifférence pour moi-même;
et puis, le courage et la détermination en imposent toujours.


_Sagan, 5 octobre 1848._--Le château du prince de Hatzfeldt a été attaqué
par des paysans[164]; quatre de ses fermes ont été brûlées, lui-même
obligé de fuir. Ici, tout est _comparativement_ encore assez tranquille,
mais le lendemain n'appartient à personne.

  [164] Le château de Trachenberg, non loin de Breslau.


_Sagan, 9 octobre 1848._--Depuis avant-hier la poste et les journaux de
Vienne manquent. La tradition orale donne à cette absence de nouvelles
directes des causes sanglantes qui, dans le temps actuel, ne sont que
trop probables. Chaque jour amène une nouvelle horreur[165]. Le massacre
du comte Lamberg, à Bude[166]; la pendaison de ce pauvre Eugène
Zichy[167], si gai, si fêté à Paris il y a dix ans, pendu par des
barbares dans l'île où les voleurs subissent leurs supplices, voilà ce
que la semaine dernière nous a apporté. Hier, on nous dit le comte de la
Tour, Ministre de la Guerre à Vienne, massacré, et le général Brédy
assommé[168]; les _noirs et jaunes_ se battent dans les rues de Vienne
contre le parti hongrois. Si le parti anarchique triomphe à Vienne[169],
c'en est fait de Berlin et de Breslau, où tout est sur de la poudre
fulminante.

  [165] Dans la matinée du 6 octobre, une partie du peuple de
  Vienne s'étant opposée au départ des troupes dirigées sur la
  Hongrie pour renforcer le baron Jellachich, une lutte sanglante
  éclata. L'hôtel du Ministère de la guerre fut pris d'assaut, le
  Ministre, comte de la Tour, fut égorgé, pendu à une lanterne et
  percé de balles. La troupe recula, et, repoussée sur tous les
  points, dut évacuer la ville. L'Empereur et la Famille Impériale,
  de retour à Vienne depuis le mois d'août, furent contraints de
  s'en éloigner de nouveau, et se dirigèrent vers Olmütz où
  l'Empereur devait abdiquer, le 2 décembre, en faveur de son neveu
  François-Joseph Ier.

  [166] Le général comte Lamberg avait été nommé le 25 septembre
  commandant en chef des troupes hongroises. L'Assemblée nationale
  de Pest refusa de reconnaître cette nomination, déclara coupables
  de haute trahison tous ceux qui lui obéiraient, et, à son arrivée
  à Pest, le peuple irrité le mit à mort sur le pont qui réunit
  Bude et Pest.

  [167] La Hongrie étant en pleine insurrection, les insurgés se
  saisirent du comte Eugène Zichy, l'accusant de communiquer avec
  l'armée autrichienne et d'avoir distribué une proclamation de
  l'Empereur; ils le firent passer devant un tribunal présidé par
  Georgei. Il fut condamné à mort, passé par les armes dans l'île
  de Csepel, et non pas pendu comme le premier bruit s'en était
  répandu.

  [168] Le général Brédy avait trouvé la mort à Vienne le 6 octobre
  1848 dans les combats que se livrèrent la populace et la garde
  nationale dans le faubourg de Leopoldstadt, peu d'heures avant
  que les insurgés ne se soient emparés de l'hôtel du Ministère de
  la Guerre.

  [169] Par _noirs et jaunes_, on désignait le parti des Impériaux,
  dont les membres portaient les couleurs.


_Sagan, 25 octobre 1848._--Tout est en suspens ici; c'est à Vienne que
tout se résout; jusqu'à présent, il semble que l'armée fidèle y dictera
des lois, mais on n'ose pas trop se fier à ces lueurs d'espérance. En
Autriche, du moins, on lutte avec honneur, et si on succombe, ce ne sera
pas sans dignité; on ne peut, hélas! en dire autant de Berlin. Et puis,
si le bon droit triomphe à Vienne, sera-ce une victoire définitive? J'en
doute, et je crois que nous resterons longtemps encore sur un volcan.


_Sagan, 4 novembre 1848._--Il vient d'y avoir une explosion
révolutionnaire à Liegnitz, assez près de chez moi; il a fallu des forces
militaires pour la comprimer. A Berlin, il y a à peu près chaque jour une
émeute; l'audace croît journellement, la faiblesse aussi. Hier, on a
enfin changé le Ministère; cela semblerait indiquer qu'on veut se
réveiller; je crains que ce ne soit bien tard, car, après que l'Assemblée
a été assiégée, les députés enfermés, menacés d'être pendus, le Corps
diplomatique prisonnier aussi, la garde nationale trahie par son chef,
et, en regard de tout cela, paralysie complète à Sans-Souci, on se
demande s'il y a encore quelque chose à espérer[170]. Les heureux
résultats de Vienne ne parviennent même pas à inspirer de la vigueur à
Potsdam, et ils ont fort exaspéré les anarchistes, qui veulent frapper un
coup d'éclat pour se relever, et former à Berlin un centre d'où ils
rayonneraient sur toute l'Allemagne. Le rôle de M. Arago, le Ministre de
la République française, a été, dans ces derniers jours, à Berlin, des
plus douteux[171], au point qu'un véritable gouvernement lui aurait
envoyé ses passeports, en se plaignant officiellement de lui à Paris. Mes
vœux pour Vienne se sont enfin réalisés. Windisch-Graetz y a mis,
longtemps, une patience, une douceur infinies et ce n'est que lorsque la
capitulation du 30 a été traîtreusement violée, qu'il a sévi comme il
devait le faire, et comme le méritait l'infamie des autorités locales de
Vienne. Nous manquons encore de détails, mais le fait principal est
officiel, et nous devons le regarder comme un bienfait de la Providence.
Dieu veuille que ce soit le point de départ d'une ère nouvelle. En
attendant, l'anarchie, les désordres, le manque de répression, la misère
déchirent les provinces, les orateurs des rassemblements populaires
prêchent impunément le meurtre et le pillage, et les résultats de leurs
prédications incendiaires ne se feront pas longtemps attendre. C'est un
état réellement affreux.

  [170] Le 16 octobre, une nouvelle collision sanglante avait eu
  lieu à Berlin, entre la garde bourgeoise et les ouvriers, et elle
  ranima l'agitation dont cette ville était, avec de courtes
  intermittences, le foyer depuis le mois de mars.

  [171] M. Arago, ministre de France, s'était montré à la foule
  qui, devant son hôtel, poussait des vivats en son honneur. Il
  prononça quelques paroles en français, et tendit la main aux
  personnes les plus proches de lui.


_Sagan, 19 novembre 1848._--Je suis d'avis qu'il y aurait nécessité pour
l'Autriche de joindre aux hommes de guerre déterminés tels que
Jellachich, Radetzky, Windisch-Graetz, un homme politique plus jeune,
plus ferme que Wessenberg. On dit que cet homme va se rencontrer dans le
prince Félix de Schwarzenberg. Il a de bons amis, il a eu plus d'une
grande admiration dans sa vie. Je l'ai vu assez souvent à Naples, il y a
deux ans; il a été obligeant pour moi. Je l'ai trouvé grand seigneur,
homme d'esprit, de tenue, de sang-froid, et de mesure dans ses jugements
et ses discours, mais je ne le connais pas assez pour savoir s'il sera à
la hauteur de la lourde tâche qui paraît lui être dévolue. Stadion, qui
doit la partager avec lui, est son ami d'enfance; ce bon accord peut
produire d'heureux résultats. Je n'en prévois pas encore pour la Prusse,
où les hommes d'épée et de plume, d'éloquence et d'action me semblent,
dans la crise actuelle, manquer absolument. Il y a une certaine
maladresse, dans tout ce qui se tente maintenant, qui est loin de
m'inspirer de la confiance[172]. On se place derrière Francfort, on y
cherche refuge, soutien, protection; cela n'est guère digne, cela
n'impose pas aux ennemis, et, en définitive, je crois que ce rempart sera
de coton. L'armée est, il faut l'espérer, fidèle, mais, il faut le
savoir, sans enthousiasme; on la laisse se refroidir et s'entamer; les
soldats qui bivouaquent dans les rues de Berlin souffrent de la mauvaise
saison, et leur apparence est triste, à ce que m'écrivent des personnes
qui s'épuisent en distributions de soupe et de bière pour les soutenir et
les encourager.

  [172] Un nouveau Ministère, dont le comte Brandebourg était
  Président, et M. de Manteuffel ministre de l'Intérieur, avait été
  nommé à Berlin le 8 novembre. Dès le premier acte de son
  administration, il subit un échec. Une ordonnance du Roi,
  contresignée par le comte de Brandebourg, transférait l'Assemblée
  nationale dans la ville de Brandebourg; l'Assemblée se prononça à
  une immense majorité contre cette translation, et le
  gouvernement, ne pouvant plus marcher au milieu de cette anarchie
  toujours croissante, se décida à agir avec vigueur. Le 10
  novembre, il fit entrer dans la capitale un nombre considérable
  de troupes qui occupèrent les abords de la salle de l'Assemblée,
  laquelle se sépara en protestant contre cette violence. Une
  ordonnance du Roi déclara alors la garde civique dissoute, puis,
  le 12, une autre ordonnance déclara Berlin en état de siège. Le
  général Wrangel eut le commandement des forces militaires, et
  toutes les mesures furent prises pour éviter une collision.


_Sagan, 26 novembre 1848._--La dernière semaine a été très difficile à
passer; depuis l'état de siège proclamé à Berlin tout ce qui était
mauvais a été refoulé vers la Silésie. On a tiré sur mes employés, on
s'est promené ici avec le drapeau rouge, tout cela était fort laid; mais
maintenant que trente mille hommes de troupes parcourent la province pour
la balayer, nous commençons à respirer, et, si j'en crois mes dernières
lettres de Berlin, nous allons entrer dans une ère nouvelle. J'avoue mon
incrédulité, et je crains d'y persévérer encore longtemps. Ce qui est
certain, c'est qu'il y a relâche momentanée aux désordres; c'est déjà un
bien dont il faut se montrer reconnaissant, car la tension fiévreuse
devient insoutenable.

La mort de Mme de Montjoye est le complément de l'infortune pour la
sainte Reine Marie-Amélie, dont elle était la seule et la plus intime
confidente. A la suite de l'eau empoisonnée bue à Claremont[173], le tour
des dents du Roi est devenu tout noir, à ce qu'on m'a écrit. Tout n'est
pas toujours facile entre le Roi et ses enfants, et même pour les enfants
entre eux. La Providence épuise ses rigueurs de tout genre sur ces
émigrés; serait-ce une grande expiation morale pour le vote du père et
pour l'usurpation du fils?

  [173] Au mois de novembre 1848, toute la Famille Royale était
  tombée malade d'un empoisonnement, causé par les conduites de
  plomb des eaux.


_Sagan, 1er décembre 1848._--Les journaux nous apportent aujourd'hui le
programme du nouveau Cabinet autrichien[174], qui a été très bien reçu à
Kremsier et a fait monter les fonds autrichiens. Dieu veuille qu'il y
ait, là au moins, un Cabinet ferme et habile. Celui qui devait gouverner
en Prusse, et qui semblait vouloir prendre un gantelet de fer, me semble,
sous un gantelet rouillé, ne montrer que faiblesse. Le monde catholique
ne saurait être trop ému du sort de Pie IX. Il a beau avoir, avec un zèle
plus ardent que prudent, fait du libéralisme impétueux, il reste le chef
de notre Église, un saint prêtre, un aimable homme et ses dangers
doivent nous attendrir et nous alarmer[175]. On m'écrit, de Berlin, que
M. de Gagern a manqué le but qu'il s'était promis, et que le Roi a été
plus ferme qu'on le supposait, en écartant la _fantasmagorie impériale_
qui lui était offerte par celui-ci, dans le cas où, pour cette fois-ci du
moins, il se soumettrait aux lois du gouvernement de Francfort[176].

  [174] La Diète autrichienne se tenait depuis le 15 novembre à
  Kremsier, en Moravie, dans le beau château des Archevêques
  d'Olmütz. Le nouveau Ministère était ainsi composé: Prince Félix
  de Schwarzenberg, Président du Conseil et ministre des Affaires
  étrangères; Stadion, à l'Intérieur; Krauss, aux Finances; Bach, à
  la Justice; Gordon, à la Guerre; Bruck, au Commerce; Thinnfeld, à
  l'Agriculture; Kulmer, sans portefeuille.

  [175] Le Pape, qui avait, dès le 14 mars, donné une Constitution
  à ses sujets, et, depuis, changé plusieurs lois de Ministère,
  s'était enfin décidé à nommer, le 15 septembre, comme son premier
  Ministre, Pellegrino Rossi, ancien Ambassadeur de France auprès
  de Sa Sainteté, et ami personnel de M. Guizot. Rossi entreprit
  d'établir un régime parlementaire régulier dans les États
  pontificaux, s'appuyant sur la bourgeoisie et se plaçant entre
  les partis en lutte. Il n'eut pas le temps de réaliser ses
  projets: le 15 novembre, au moment où il se rendait au Conseil
  des Ministres, il fut frappé d'un coup de poignard à la gorge par
  un soldat de la milice et tomba mort. Ce fut le signal du
  soulèvement des républicains; le Pape s'étant borné à nommer un
  nouveau Ministère, qui n'avait pas leur sympathie, la foule et
  les troupes se rendirent au Quirinal, demandant au Pape de
  changer ses Ministres. Pie IX, entouré du Corps diplomatique, se
  montra intraitable; cette attitude mit le comble à l'irritation
  populaire. Une lutte sanglante s'engagea entre le peuple et les
  Suisses, et les balles pénétrèrent jusque dans l'intérieur du
  Palais. Tout en protestant, le Pape finit par céder et consentit
  à prendre pour Ministres Sterbini, Galletti, Mamiani et l'abbé
  Rosmini; mais, le 25 novembre, sous les habits d'un simple abbé,
  il quittait Rome et se rendait à Gaëte, sous la protection du Roi
  de Naples, d'où il adressa aux Romains une protestation contre ce
  qui venait de se passer.

  [176] M. de Gagern, qui s'était chargé d'achever à Francfort une
  Constitution de l'Empire et l'installation du pouvoir central
  définitif, était venu à Berlin pour tâter le terrain et savoir
  si, en cas de rupture de l'Autriche avec l'Allemagne, le Roi de
  Prusse serait disposé à se mettre à la tête de l'Empire allemand.
  Le Roi déclina très catégoriquement cette offre, qui devait lui
  être proposée de nouveau, plus officiellement, en mars 1849.


_Sagan, 6 décembre 1848._--On dit beaucoup, ici, que le gros de l'orage
est passé. Je n'en suis pas persuadée; on va rentrer dans la fièvre
électorale, dans l'essai d'une Constitution octroyée; tout cela est bien
chanceux. A la vérité, tout vaut mieux que l'état de pourriture et de
confusion dans lequel on périt ici, mais les dangers, pour changer de
forme, ne se dissipent pas si vite. Le pays commence, il est vrai, à
s'éclaircir quelque peu, à se fatiguer d'un état de choses qui réduit
chacun à une misère profonde; il se réveille quelques bons instincts; à
l'occasion du vingt-cinquième anniversaire du mariage du Roi, l'élan a
été bon, mais trop de mauvais éléments fermentent encore; le gouvernement
n'impose guère. Dans le Midi de l'Allemagne, en Bavière surtout, on
paraît tenir encore au projet d'un pouvoir trinitaire, particulièrement
depuis que l'Autriche se concentre grandement en elle-même pour former
une grande monarchie. Quant au vieux Prince Guillaume de Prusse, désigné
pour faire partie du _Triumvirat_, il est tombé dans un état de faiblesse
morale qui le rendrait bien peu capable de cette besogne. D'ailleurs, son
fils, le Prince Waldemar, se meurt à Münster d'une maladie de l'épine
dorsale, c'est dommage, car c'est un Prince distingué; sa mort sera le
dernier coup qui achèvera son pauvre père. Je ne donne pas longue vie au
pouvoir central, le Roi de Prusse persistant, Dieu merci, à n'en pas
accepter le fardeau. On dit que Mme la Princesse de Prusse aurait voulu
que M. de Gagern fût à la tête d'un nouveau Cabinet prussien. Je doute
que ce hautain personnage eût voulu se placer dans une position aussi
incertaine, vis-à-vis d'une Chambre aussi peu sensible à l'éloquence
parlementaire. Tant il y a que le Roi a repoussé toutes les insinuations
directes ou indirectes. En effet, il y aurait eu stupidité et noire
ingratitude à renvoyer le seul Ministère qui a eu le courage et la
capacité de relever quelque peu la Couronne, et de donner un certain élan
conservateur au pays.

L'état de l'Italie fait pitié! M. de Broglie sera, sans doute, fort
affligé de la mort de M. Rossi, lui qui l'avait attiré en France, l'y
avait fait entrer dans les affaires, à la Pairie, et poussé ensuite à
l'Ambassade de Rome. Je l'avais vu beaucoup dans le salon de Mme de
Broglie, plus tard à Rome. Il me paraissait astucieux et prétentieux,
moins noble de caractère, mais plus spirituel que Capo d'Istria[177].
Leur assassinat a eu les mêmes causes; ils ont voulu, tous deux, faire à
l'improviste du Richelieu.

  [177] Comme Pellegrino Rossi, Capo d'Istria avait eu une mort
  violente. Accusé par les Grecs de n'être chez eux que
  l'instrument de la Russie et de s'appuyer, pour gouverner, sur
  des moyens arbitraires, il avait été assassiné, en 1831, par les
  frères Georges et Constantin Mavromichali, qui voulaient venger
  sur lui leur père et leur frère, injustement emprisonnés.


_Sagan, 30 décembre 1848._--La manière calme dont Napoléon a pris
possession de la Présidence en France tendrait à prouver que les idées
d'ordre et de tranquillité vont renaître dans ce pays. On parle de
l'abdication du Roi de Sardaigne et d'un nouveau Ministère sarde tout
guerroyant[178]; j'espère que Radetzky mettra le reste de l'Italie à la
raison, comme il y a mis la Lombardie. Windisch-Graetz est devant Raab,
où on espère qu'il entrera sans de trop grandes difficultés. Les grands
froids retardent sa marche, et la nécessité de réorganiser civilement les
contrées qu'il occupe ralentit aussi ses progrès[179]. Jellachich,
emporté par son ardeur, a été un instant prisonnier des Hongrois[180];
ses soldats l'ont délivré. Windisch-Graetz lui a fait les plus vifs
reproches sur son aveugle témérité, qui pouvait compromettre le sort de
l'armée, et la question vitale du gouvernement. L'Archiduchesse Sophie a
donné à son fils, le jeune Empereur, pour ses étrennes un cadre contenant
les trois miniatures de Radetzky, Windisch-Graetz et Jellachich. Il n'y a
pas de mal à rappeler aux souverains, par des signes visibles, la
reconnaissance, qui leur est, en général, assez lourde. Voilà donc cette
désastreuse année 1848 qui finit! Dieu fasse que 1849 nous apporte de
meilleures conditions d'existence!

  [178] Le Roi Charles-Albert ne devait abdiquer qu'après la
  bataille de Novare, le 23 mars 1849.

  [179] Vers le 15 décembre, le prince Windisch-Graetz, à la tête
  des troupes autrichiennes, délogea, de position en position, les
  Hongrois, qui, sous le commandement de Georgei, se retirèrent
  derrière les bastions de Raab. Les grands froids n'ayant pas
  permis à leurs renforts de les joindre, les Hongrois durent
  abandonner cette position, où les Autrichiens entrèrent, sans
  combat, le 27 décembre.

  [180] Ce fut le 29 septembre 1848, auprès de Veneleze, à trois
  heures d'Ofen, que Jellachich fut défait totalement par le
  général Moga. Son armée se mit à fuir, Jellachich, un instant
  prisonnier, parvint à s'échapper et, à travers les forêts, gagna
  Mor, puis Risber et enfin Raab.



1849


_Sagan, 11 janvier 1849._--M. Arago quitte enfin Berlin où il est
détesté. Il paraît qu'on y doute encore de l'arrivée du prince de la
Moskowa comme Ministre de France; on ne croit pas, en tout cas, qu'il y
fasse un long séjour. En allant à Paris, la Grande-Duchesse Stéphanie se
bornera, probablement, à faire une visite agitée et fiévreuse à son
cousin le Président de la République, et à se parfumer, auprès de lui,
d'un peu d'encens impérial; mais la Princesse Mathilde ne lui laissera
certainement pas le plaisir de faire les honneurs de la Présidence,
qu'elle paraît s'être réservée. Tout cela a bien de la peine à avoir
l'air sérieux[181].

  [181] Le Prince Louis Bonaparte avait été élevé à la Présidence
  le 10 décembre 1848. M. Molé racontait lui-même que le matin de
  ce jour le général Changarnier, commandant les troupes qui, après
  la séance du serment, devaient escorter le Président à l'Élysée,
  se rendit chez lui pour conférer, et au moment de partir s'écria:
  «Eh bien! si au lieu de le conduire à l'Élysée, je le conduisais
  aux Tuileries?» Et M. Molé de lui répondre: «Gardez-vous-en
  bien!... Il s'y rendra assez tôt à lui seul!»


_Sagan, 18 janvier 1849._--Les réunions préparatoires pour les élections
en Prusse ne donnent pas grand espoir pour le résultat définitif. Le
ministère Brandebourg, de peur d'être accusé de réaction, fait du
libéralisme inutile. La Grande-Duchesse Stéphanie, qui se réveille à mon
égard d'un long sommeil, m'écrit tristement et en grande anxiété sur le
sort de l'Allemagne rhénane. Il paraît que le Grand-Duc de Bade l'a
menacée de lui supprimer son douaire, si elle allait le dépenser en
France. J'ai aussi une lettre, pleine de dignité et d'affectueuse
confiance, de Mme la Duchesse d'Orléans. Je compte aller la semaine
prochaine à Dresde, pour y passer quelques jours près de ma sœur.


_Dresde, 28 janvier 1849._--Depuis qu'à Francfort on a refusé au chef
futur de l'Allemagne l'hérédité et même le pouvoir à vie, il paraît
impossible que le Roi de Prusse s'arrange d'une pareille dignité[182].
C'était la meilleure intrigue autrichienne pour mettre le Roi hors de
cause et pour faire tomber en poussière toute cette invention ridicule et
infernale, qui n'a produit que ruines et désordres. Les élections
prussiennes sont fort médiocres, moins mauvaises que celles de l'année
dernière, mais bien loin d'être assez bonnes pour faire concevoir de
solides espérances. Aussi quelle loi électorale que celle qui a été
octroyée! Ici, on a des Chambres folles qu'on ne sait comment diriger et
qu'on n'ose point encore dissoudre. J'ai trouvé la Cour de Saxe fort
triste. Dresde est plein comme un œuf, mais on ne se voit guère.

  [182] La plus grande confusion régnait à Francfort depuis qu'il
  s'agissait de donner un chef définitif à l'Empire allemand, et de
  réaliser les belles promesses unitaires par une conclusion
  pratique. L'Autriche faisait semblant de se placer dans une
  expectative qui la laissait étrangère à tous les détails, et
  comme ne devant songer à se rapprocher de l'Allemagne que lorsque
  l'Allemagne existerait comme État constitué; son intention était,
  en somme, de ne prendre de résolution, à l'égard de son union
  avec l'Allemagne, que lorsque le choix du chef de l'Empire et la
  prééminence se seraient décidés en sa faveur ou contre elle.


_Sagan, 12 février 1849._--Berlin, que j'ai traversé en revenant,
fourmillait de petits Princes allemands qui demandaient, comme seul moyen
de salut, leur médiatisation. Ils s'offrent à la Prusse, qui, par
scrupules de tous genres, les refuse. Elle trouve dangereux de donner cet
exemple, puis viennent les souvenirs et les respects historiques et
traditionnels du Roi. Bref, tous ces pauvres Princes s'en iront comme ils
sont venus, et, probablement, malgré les promesses assez vagues de
protection qu'ils ont reçues comme fiche de consolation, ils seront
chassés de chez eux, un jour ou l'autre, comme des va-nu-pieds. Le comte
de Bülow, Ministre de Prusse à Francfort, penche pour l'Assemblée de
Francfort; à Charlottenburg, on est le contraire; cela jette une saccade
malhabile dans la marche qu'on suit, et a produit, au grand déplaisir du
Roi, une froideur marquée entre Kremsier et Berlin. Je ne sais qui est ce
M. de Lurde, qui remplace M. Arago comme ministre de France à Berlin,
mais il n'aura pas de peine à paraître à son avantage en comparaison de
son prédécesseur, qui ne parlait que du grand cœur et de l'âme noble de
Barbès!


_Sagan, 1er mars 1849._--Si j'en crois les lettres de Paris, tout y
refleurit, tout y est en réaction vive vers l'ordre et le bien-être. Ce
sont de tous côtés des éloges du Président. M. Thiers dit de lui: «Ce
n'est pas César, mais c'est Auguste.» Les légitimistes remplissent ses
salons, et, au sortir du bal, on n'entendait que des domestiques crier:
«Les gens de Mme la Duchesse, de M. le Prince, etc...» On dit
_Monseigneur_ au Président; rien n'est moins républicain; et on assure
qu'il en est ainsi dans les provinces. J'avoue que je me défie un peu de
ces trop brusques transitions, mais enfin le quart d'heure semble bon.


_Sagan, 31 mars 1849._--Je suis fort préoccupée de l'horizon politique,
qui, au lieu de s'éclaircir, semble se couvrir de nouveaux nuages. Cette
malheureuse Couronne impériale, sans tenter le Roi, plaît à ses entours,
aux jeunes officiers, aux employés bureaucrates, dont la petite vanité y
trouve pâture. La gauche y pousse avec perfidie, sentant bien que la
soi-disant dignité impériale mettrait le Roi aux ordres des professeurs
démagogues de Francfort. La mauvaise saison et l'état abominable des
routes retardent la soumission de la Hongrie[183]. Il n'y a que les
succès de Radetzky qui donnent quelque consolation, et encore à quel
prix? Nous ne connaissons point encore de détails de ses deux dernières
victoires, nous savons seulement l'abdication de Charles-Albert, mais les
noms propres des victimes sont inconnus[184].

  [183] Cette guerre, commencée à l'avènement de François-Joseph
  sur le trône d'Autriche, dura trois années; la Hongrie ne céda
  que devant les forces écrasantes de l'Autriche et de la Russie
  alliées.

  [184] La France et l'Angleterre ayant offert leur médiation entre
  l'Autriche et la Sardaigne, l'armistice, signé le 9 août 1848,
  entre ces deux puissances, fut tacitement prorogé jusqu'à la fin
  des négociations; mais celles-ci n'ayant pu aboutir, la Sardaigne
  dénonça enfin cet armistice le 12 mars 1849. Le 20 du même mois,
  les hostilités recommencèrent. Le 23 mars, la bataille décisive
  de Novare vit l'armée sarde accomplir des prodiges de valeur,
  mais son chef, le général polonais Chrzanowski, commit des fautes
  déplorables, et la fortune de l'Autriche l'emporta encore une
  fois. Le roi Charles-Albert demanda au maréchal Radetzky un
  nouvel armistice dont les conditions étaient si dures, que le Roi
  déclara qu'il ne les souscrirait point; alors Charles-Albert
  abdiqua en faveur de Victor-Emmanuel et prit lui-même la route de
  l'exil. Le 27, le nouveau Roi se rendit au quartier général du
  maréchal Radetzky, et après un long entretien il signa un
  armistice qui devait se prolonger jusqu'à la conclusion
  définitive de la paix.


_Sagan, 13 avril 1849._--L'aimable lady Westmorland m'a fait la gracieuse
surprise d'une visite de quarante-huit heures. Elle est arrivée hier, à
ma grande joie. Elle est spirituelle, animée, affectueuse, vraiment
charmante pour moi, conservant le plus tendre souvenir à feu M. de
Talleyrand, causant du passé et du présent avec intérêt et la plus fine
intelligence. Nous nous sommes rejetées vers les beaux temps de
l'Angleterre. Éprouvés, comme nous le sommes tous, par les tristesses du
présent, on préfère, au lieu de s'appesantir sur un sujet si lamentable,
rejeter ses regards en arrière, pour y retrouver de ces précieux
souvenirs que, pour ma part, je serais tentée de nommer les économies de
mon cœur, et je me réfugie dans le passé, faute d'oser interroger
l'avenir.


_Sagan, 21 avril 1849._--J'ai eu, hier, des lettres de Paris qui disent
que, malgré les efforts de l'Union de la rue de Poitiers[185], le
communisme fait en France de grands progrès.

  [185] L'Union électorale ou le fameux Comité de la rue de
  Poitiers fut formé au commencement de 1849, par la droite
  conservatrice, pour diriger les élections et lutter contre le
  Comité démocratique socialiste.

On croit, à Berlin, que le Parlement de Francfort va se jeter entièrement
dans les voies révolutionnaires, se former en Commission exécutive, en
Comité de sûreté publique; il s'entourerait des troupes de Bade et de
Nassau, sachant bien qu'on ne voudra pas faire marcher la garnison de
Mayence contre Francfort, et profitant ainsi des éternelles irrésolutions
de la Prusse[186]. La prétendue adhésion des vingt-huit petits
gouvernements allemands n'est qu'une impertinence, puisqu'elle est
conditionnelle; on ne veut se ranger sous la bannière prussienne que si,
à l'imitation de ces petits gouvernements, la Prusse se soumet à la
Constitution inventée à Francfort. Les quatre Rois de Saxe, de Bavière,
de Hanovre et de Würtemberg restent dissidents.

  [186] Le Roi de Prusse avait été élu le 28 mars, à l'assemblée de
  Francfort, _Empereur des Allemands_, et une députation était
  allée aussitôt lui porter ce titre. Cette députation avait été
  reçue le 3 avril par Frédéric-Guillaume IV, qui répondit qu'il
  n'accepterait cette dignité que lorsque les Rois, les Princes et
  les Villes libres de l'Allemagne lui auraient donné leur
  assentiment volontaire. Après de nombreux pourparlers, cette
  mission des Députés de Francfort devait échouer.

Sans les affaires de Danemark, la Prusse pourrait se fortifier chez elle
(ce qu'elle ne fait pas trop) et se mettre en panne pendant l'orage de
Francfort, mais le général de Pritwitz est soumis au prétendu
gouvernement de Francfort[187]. Il faudrait un gouvernement plus régulier
que celui-là pour traiter avec le Danemark. Comment sortir de cette
impasse? Le Roi, au fond affectueusement disposé pour le Roi de Danemark,
et craignant la Russie[188], s'oppose encore à l'occupation du Jutland.

  [187] Le général de Pritwitz avait pris le commandement de
  l'armée fédérale en Schleswig-Holstein, après que le général
  Wrangel eut été nommé au commandement des troupes de Berlin.

  [188] Nicolas Ier avait menacé de déclarer la guerre à la
  Confédération germanique si les troupes allemandes n'évacuaient
  pas les Duchés et ne repassaient pas l'Elbe.


_Sagan, 30 avril 1849._--L'état de l'Allemagne ne s'améliore pas. Voilà
le Roi de Würtemberg qui a cédé, parce que ses troupes ont déclaré ne pas
vouloir tirer contre le peuple[189]. Voilà le Parlement de Francfort qui
recourt aux moyens les plus révolutionnaires pour forcer les souverains à
se soumettre à ses lois[190]. Il exige que les gouvernements ne
dissolvent pas leurs Chambres sans la permission du prétendu gouvernement
central. Ce bel arrêté est arrivé à Hanovre et à Berlin six heures après
les dissolutions officiellement annoncées. Le général de Pritwitz demande
à quitter son commandement contre les Danois, parce qu'il ne veut pas
obéir à Francfort, et ne peut pas commander à tous les petits Princes
allemands, qui veulent chacun trancher du maître. Le Danemark a déjà
enlevé un grand nombre de bâtiments marchands prussiens; cependant, à
Copenhague, on est décidé à la paix; on la désire en Russie, en
Angleterre et _en Prusse_, sans avoir, à Berlin, le courage de rappeler
les vingt mille hommes qui se trouvent en Holstein et Schleswig.
Francfort s'oppose, par tous les moyens, à la paix, afin de dégarnir les
Princes allemands de leurs troupes, et de les laisser ainsi, sans
défense, livrés aux hordes révolutionnaires. Bref, la confusion est à son
comble, et je trouve l'Allemagne plus malade de beaucoup qu'il y a quatre
mois. Cependant, la dissolution de la Chambre prussienne, qui était
devenue urgente depuis que, du haut de la tribune, on proclamait la
République rouge, fera peut-être quelque bien[191]. Il est surtout très
nécessaire que l'Autriche termine en Hongrie. C'est là que notre sort se
décidera. La Russie est entrée en Transylvanie avec cent vingt mille
hommes. A Olmütz, on trouve ce chiffre un peu élevé, mais l'Empereur
Nicolas a déclaré qu'il ne voulait plus d'un second échec comme celui
d'Hermannstadt[192], et qu'il s'abstiendrait tout à fait, ou bien qu'il
fallait trouver bon qu'il parût avec des forces imposantes. Il sent,
d'ailleurs, qu'il combat ses ennemis personnels, les Polonais, sur le
terrain hongrois. On dit qu'il y a vingt mille Polonais sous les drapeaux
de Bem et de Kossuth.

  [189] Sous la force de l'opinion, et pour éviter une catastrophe,
  le Roi de Würtemberg finit par adopter la Constitution votée par
  l'Assemblée de Francfort, y compris le chapitre relatif au Chef
  de l'Empire, qu'il avait, jusque-là, obstinément rejeté.

  [190] Dans sa séance du 26 avril, l'Assemblée de Francfort avait
  déclaré que l'acceptation de la dignité de Chef de l'Empire
  conférée au Roi de Prusse ne saurait être séparée de
  l'acceptation de la Constitution.

  [191] Le 26 avril, une vive agitation s'était produite à la
  Chambre prussienne, dans les rangs de la gauche, à la suite d'une
  lettre, trouvée sur les sièges des Députés, où un grand nombre de
  signataires de la fraction rouge proclamaient la souveraineté du
  peuple et annonçaient que tous leurs efforts tendaient à la
  formation d'une grande République polonaise. Le soir même
  paraissait l'Ordonnance du Roi qui dissolvait la Chambre.

  [192] Le général Bem, Polonais d'origine, qui s'était illustré
  dans la défense de Varsovie en 1831, s'était joint, en 1848, aux
  Hongrois soulevés contre l'Autriche, et avait remporté de grands
  succès en Transylvanie, notamment à Hermannstadt.


_Sagan, 10 mai 1849._--Les orages éclatent de toutes parts. L'Allemagne
est en feu sur tous les points. On s'est battu à Dresde; on s'est battu à
Breslau[193]. Les Russes se sont servis des chemins de fer prussiens pour
envahir la Moravie. On les reçoit bien, car tout ce qui tendra à étouffer
et à terminer la lutte hongroise sera un bienfait, non seulement pour
l'Autriche, mais pour l'Europe entière, car les échos hongrois
encouragent les méchants et fomentent l'insurrection partout.

  [193] Le 3 mai, le Roi de Saxe ayant refusé positivement de
  reconnaître la Constitution de l'Empire, son Palais fut
  immédiatement entouré par la foule, un Comité de défense fut
  formé et l'Arsenal assailli. Le peuple s'empara de l'Hôtel de
  ville et fit flotter sur le balcon le drapeau tricolore allemand.
  La Famille Royale et les Ministres s'enfuirent à Kœnigstein.
  Sans l'intervention de la Prusse et l'arrivée du général Wrangel,
  la République était proclamée.--Le contre-coup de cette émeute se
  fit sentir à Breslau, où, le 7 mai, des bandes insurgées
  parcoururent les rues, précédées du drapeau rouge, qu'elles
  portèrent devant l'Hôtel de ville, en proclamant la République.
  Les autorités militaires enlevèrent les barricades à la
  baïonnette après une vive fusillade.


_Sagan, 17 mai 1849._--C'est aujourd'hui une date solennelle, que je
célèbre chaque fois avec une douloureuse émotion au fond de mon
cœur[194]. Plus les années me rapprochent de la réunion suprême, et plus
je sens tout ce que cette journée, il y a onze ans, a eu de grave et de
décisif. Puisse Dieu bénir chacun de ceux qui y ont pris une part
chrétienne; je le lui demande, du fond de mes misères, avec une ferveur
qui atténuera, je l'espère, leur peu de valeur!

  [194] Jour anniversaire de la mort de M. de Talleyrand.


_Sagan, 25 mai 1849._--Un des vrais malheurs du gouvernement prussien,
c'est d'avoir à Londres Bunsen, qui y joue un rôle inconcevable;
Radowitz, avec des intentions plus pures, mais des idées fausses,
complique aussi, à Berlin même, la situation, et empêche qu'on ne tranche
aussi nettement qu'il le faudrait certaines questions. Le Roi de Prusse a
envoyé le général de Rauch à Varsovie, près de l'Empereur Nicolas, pour
tâcher de calmer ce souverain, qui est outré que les Prussiens soient
entrés en Jutland, malgré la parole donnée[195].

  [195] Les troupes allemandes étaient entrées en Jutland après un
  combat entre Wisdrup et Gudsor; mais les Danois se retirèrent
  derrière les remparts de Frédéricia, que vinrent bombarder les
  troupes prussiennes, en même temps que des négociations de paix
  entre le Danemark et la Prusse se poursuivaient à Londres sous
  les auspices de lord Palmerston. Quelques jours plus tard, une
  flotte russe quitta Cronstadt pour porter son appui au Danemark
  contre la Prusse, qui, selon l'Empereur Nicolas, maintenait chez
  ses voisins un esprit de révolte contre leur souverain légitime,
  et faisait tout ce qui dépendait d'elle pour se rendre maîtresse
  des mouvements de l'Allemagne.--La note dont était porteur le
  général de Rauch faisait observer au Czar que la Prusse ne
  faisait la guerre au Danemark que par ordre du pouvoir central,
  et que personne, plus que le Cabinet prussien, ne désirait la fin
  des complications.


_Sagan, 31 mai 1849._--Des négociations ouvertes à Berlin[196], je puis
dire, de bonne source, ce qui suit. Il y a quatre jours qu'un protocole a
été signé à Berlin, entre la Prusse, la Saxe et le Hanovre. Il relate:
1º tout ce qui s'est fait pour accorder à l'Allemagne une Constitution
raisonnable et efficace; 2º que le Hanovre et la Saxe, dans leur désir de
maintenir l'ordre dans leurs États, reconnaissent et acceptent la
direction _militaire_ de la Prusse pour les mesures qui pourraient
devenir nécessaires, dans le but de maintenir la tranquillité de leurs
États. M. de Beust a néanmoins fait les réserves suivantes, au nom du
Gouvernement saxon: 1º que la Saxe ne prétend pas par cet arrangement
porter atteinte aux droits de l'Autriche, comme membre de la
Confédération germanique; 2º que si les grands États du Sud de
l'Allemagne ne veulent pas adhérer à la Constitution, jointe au
protocole, la Saxe aura le droit de s'en détacher; 3º que cette
Constitution recevra la sanction des Chambres saxonnes. Le Hanovre a
remis une note contenant identiquement les mêmes réserves. La nouvelle
Constitution va paraître incessamment dans une note circulaire adressée
par la Prusse à tous les gouvernements de l'Allemagne, et les invitant à
s'y rattacher. Le Ministre de Bavière, M. de Lerchenfeld, a aussi signé
le protocole, mais uniquement comme un des témoins des Conférences et
dans l'espérance que son Gouvernement adhérera _d'une façon ou d'une
autre_ à cet arrangement. M. de Prokesch n'a assisté qu'à la première
Conférence, Radowitz y ayant déclaré, dès l'abord, qu'il n'avait pas à
traiter avec les Gouvernements qui ne reconnaîtraient pas, comme base des
négociations, la direction générale accordée à la Prusse. La conduite
hautaine de Radowitz est incontestablement la cause de cette déplorable
désunion parmi les têtes couronnées, à une époque où il serait si
nécessaire de les voir indissolublement unies. Avec un peu d'adresse, et
en ne mettant pas en avant, pour début, la question de _suprématie_, il
aurait rendu à son Roi, à sa Patrie, un grand service, car alors les
autres États auraient unanimement demandé à la Prusse de prendre cette
direction en mains, au lieu que maintenant, ils veulent voir dans les
prétentions dictatoriales des vues plus ambitieuses qu'elles ne sont en
réalité, et de là naissent des jalousies inquiètes, qui étouffent la voix
de la raison et des vraies nécessités. Malgré la présence d'un nouvel
envoyé danois à Berlin, on est fort éloigné encore, même d'un armistice.
Les dernières concessions danoises, appuyées par lord Palmerston, ont été
repoussées avec hauteur par la Prusse, qui en réclame d'inadmissibles,
disant que celles-ci seules peuvent satisfaire l'honneur engagé.

  [196] Le Cabinet prussien avait invité les autres Cabinets
  allemands à prendre part à un Congrès à Berlin, qui aurait pour
  but d'aplanir les difficultés soulevées par le refus de
  l'Assemblée de Francfort de rien changer à la Constitution
  qu'elle avait votée.


_Sagan, 12 juin 1849._--Le choléra a repris partout dans cette partie de
l'Allemagne; à Breslau, à Berlin, à Halle, il décime les populations;
bref, c'est une horreur que l'état du genre humain. On m'écrit que lord
Palmerston a déclaré à Bunsen que, las des exigences prussiennes, qui
augmentent en raison des concessions danoises, il allait changer son rôle
de médiateur en celui d'allié actif, conjointement avec la Russie, pour
protéger le Danemark. Bunsen, en rendant compte de cette conversation à
sa Cour, ajoute que cette menace n'a rien de sérieux, en quoi il se
trompe, et trompe sa Cour.


_Sagan, 9 juillet 1849._--J'ai eu la visite du baron de Meyendorff,
Ministre de Russie à Berlin, se rendant par Varsovie à Gastein, ce qui
n'est pas le plus court. Il était assez sombre dans ses prévisions, et
encore plus sur le Nord que sur le Midi de l'Allemagne; je m'explique:
plus soucieux des destinées prussiennes que de celles de l'Autriche.


_Sagan, 3 septembre 1849._--Le général comte Haugwitz s'est arrêté ici
quelques jours. Il venait de Vienne où on attendait Radetzky. Le jeune
Empereur, pour recevoir le vieil Ajax, avait retardé son départ pour
Varsovie, où il se rend pour remercier son puissant allié. Celui-ci se
conduit de la manière la plus noble et la plus loyale envers son jeune
ami et pupille; c'est ainsi qu'il considère l'Empereur François-Joseph.
Paskéwitch a demandé la grâce de Georgei, qui lui a été accordée
immédiatement[197]. L'Autriche désire que pour le moment quelques
régiments russes se prolongent encore en Galicie.

  [197] Georgei avait capitulé avec vingt-deux mille combattants, à
  Vilagos, où il rendit son épée aux Russes. Il fut livré aux
  Autrichiens, mais relâché, en effet, après une courte détention,
  sur la demande de Paskéwitch.


_Hanovre, 5 novembre 1849._--Ma matinée d'hier s'est passée à faire des
visites à plusieurs dames de la ville que je connais, et à faire ma cour
à la Princesse Royale, qui est douce, bienveillante, et chez laquelle
j'ai vu ses deux enfants; le troisième est en train de se produire, on
attend ce mois-ci son entrée dans le monde. La Princesse Royale m'a
montré plusieurs portraits de famille fort intéressants; les deux qui
m'ont frappée davantage sont celui de l'Électrice Sophie, protectrice de
Leibnitz et souche de la maison Royale d'Angleterre; elle devait être
bien jolie, avec ce beau type un peu allongé, mais si noble, des Stuarts;
le second est un charmant portrait de la sœur de la Princesse Royale, la
Grande-Duchesse de Russie, femme du Grand-Duc Constantin: c'est une
figure spirituelle, animée, piquante. On dit qu'elle justifie cette
expression, ce qui la rend bien plus propre à la Cour de Pétersbourg
qu'elle ne l'eût été ici, où sa sœur aînée semble créée et faite exprès
pour sa touchante mission[198]. Il y avait grand dîner chez le Roi;
j'étais assise entre lui et le Prince Royal. Je n'ai jamais vu un aveugle
manger plus adroitement, et sans autre secours que celui de son instinct
et de l'habitude. A neuf heures, je suis retournée au thé du Roi, pris
dans l'intimité, entre lui et ce qu'on appelle ici la Comtesse Royale
(Mme de Grote), puis mon beau-frère, et le général Walmoden. Le Roi vit
d'huîtres et de glaces, singulier régime qui réussit merveilleusement à
ses quatre-vingts ans. Pendant que nous étions chez lui, est arrivée une
dépêche de Vienne, qu'il a fait lire tout haut par la Comtesse[199]. Il y
était dit que l'Autriche avait fait passer une note des plus graves à la
Prusse contre la convocation de la Diète dite de l'Empire, et qu'en même
temps, le mouvement de l'armée vers la frontière de Bohême et de Silésie
augmentait. On dit que les corps d'armée qui s'y sont concentrés
s'élèvent à soixante mille hommes. Le prince Schwarzenberg a répondu aux
questions du comte Bernstorff, ministre de Prusse à Vienne, à ce sujet,
que la convocation d'une Diète à Erfurt remuant et réveillant l'agitation
démocratique, et menaçant par conséquent le royaume et les duchés de
Saxe, ces troupes étaient destinées à leur protection et défense
éventuelles.

  [198] Allusion à la cécité du Prince Royal de Hanovre.

  [199] Le Cabinet de Vienne, toujours jaloux de la situation de la
  Prusse en Allemagne, tâchait par tous les moyens de détruire son
  ascendant. Influençant le Hanovre, pour le détacher de l'alliance
  avec le Roi de Prusse, il lui avait représenté l'état fédératif
  restreint comme devant fournir un nouvel élément à la démocratie,
  et avait fait valoir qu'en contribuant à transformer le pouvoir
  central provisoire en un pouvoir définitif, la Prusse acquerrait
  la suprématie en Allemagne.

L'Archiduc Jean croyait à un rendez-vous intime et sans pompe avec le Roi
Léopold[200]; au lieu de cela, celui-ci l'a reçu avec une grande
solennité. Mme de Brandhofen et le petit comte de Méran n'entrant pas
dans le cérémonial, on leur a, tout à coup, fait faire incognito une
tournée de chemin de fer en Belgique. Arrivés à Bruxelles, ils ont fait
une entrée inattendue dans le salon Metternich, ce qui était d'autant
plus étrange que les relations entre le prince Metternich et l'Archiduc
Jean avaient été, de tout temps, froides et malveillantes. La politesse
de Metternich a tout simplifié.

  [200] L'Archiduc Jean, qui possédait en Styrie de grands
  établissements qu'il voulait développer, était venu en Belgique
  pour y examiner l'industrie métallurgique. Le 24 octobre, le Roi
  des Belges vint à sa rencontre à Liège, visita avec lui Seraing
  et les établissements de la Vieille-Montagne, à
  Angleux.--L'Archiduc avait épousé morganatiquement Mlle Plochel,
  créée baronne de Brandhofen, et leur fils unique avait reçu le
  titre de comte de Méran.


_Eisnach, 7 novembre 1849._--J'ai quitté Hanovre hier matin et suis
arrivée ici l'après-midi. J'ai tout de suite fait savoir mon arrivée à
Mme Alfred de Chabannes, qui est venue aussitôt à mon auberge. Nous
sommes restées longtemps à causer sur la petite Cour _émigrée_ dont elle
fait momentanément partie; je dis émigrée, quoique Mme la Duchesse
d'Orléans permette le moins possible l'inconvénient, qui s'attache à
cette position, de se développer. Il est cependant impossible de les
écarter tous; ils naissent, pour ainsi dire, de la force des choses.
C'est ainsi que les divers partis se représentent et se personnifient
dans son entourage. Il y a des _fusionnistes_, il y a des _séparatistes_;
elle-même n'est ni l'une ni l'autre absolument; elle n'aime pas que l'on
dise que c'est elle qui s'oppose à la fusion, mais elle ne veut pas faire
les premières ouvertures, et elle n'a même pas permis jusqu'à présent
qu'on dise, hautement, qu'elle n'y serait pas opposée. Elle craint aussi,
par la fusion, de dégoûter ses adhérents en France, qu'elle croit, ce me
semble, plus nombreux qu'ils ne sont, quoiqu'elle s'aperçoive que des
personnes sur lesquelles elle comptait lui manquent chaque jour; les noms
qui semblent peser, en ce sens, le plus péniblement sur son cœur, sont
ceux de Molé et de Thiers. J'ai vu Mme la Duchesse d'Orléans seule,
pendant une demi-heure, avant le dîner; le Duc et la Duchesse de Nemours
nous ont interrompues. J'ai trouvé la Duchesse d'Orléans, extérieurement,
telle que je l'avais laissée, peut-être les traits un peu grossis; la
disposition d'âme plus abattue, toujours la même douceur, même dignité,
un peu moins d'énergie, assez prête à se sentir ployer sous les
mécomptes provenant moins des choses que des personnes, humiliée de
l'état de dégradation dans lequel est tombée la France, fort sage sur
l'état de l'Allemagne, mettant le soi-disant pouvoir central et les
parodies impériales à leur place. Les Nemours, fort Autrichiens dans leur
politique, s'exprimaient aigrement sur lord Palmerston, _fusionnistes au
fond_, revenant de Vienne, retournant à Claremont. Elle est fraîche et
belle, et se risque à avoir son opinion, qui est positive. Lui,
engraissé, prenant beaucoup de la ressemblance du Roi, surtout dans la
façon de parler, ayant trouvé enfin le courage de s'exprimer; le faisant
avec bon sens, mais manquant de grâce, comme par le passé. Les lettres
publiées de ses frères n'ont eu, en aucune façon, son approbation; il
redoute beaucoup qu'on adopte la loi qui rappellerait sa famille en
France, de peur de voir ses frères y courir[201]. Tout cela est fort bon,
mais, je le répète, un certain élan manque; il ne comptera jamais, et
n'agira guère; c'est une honorable négation. Le Comte de Paris est fort
grandi, élancé, assez joli, ayant perdu de sa timidité, mais avec un son
de voix souvent glapissant et désagréable; le Duc de Chartres
singulièrement fortifié et turbulent; les trois enfants Nemours sont
assez gentils. Après le dîner, commencé vers sept heures, on est resté en
conversation jusque vers onze heures. Boismilon est fort séparatiste; il
y avait là aussi Ary Scheffer, qui me paraît être dans les _zélés_. M. de
Talleyrand redoutait cette disposition.

  [201] Le 24 octobre, M. Creton avait proposé à l'Assemblée
  nationale l'abrogation des lois qui avaient proscrit les
  Bourbons. Cette question donna lieu à un vif débat. Le Prince
  Jérôme-Napoléon cita à la tribune des lettres écrites en 1848 par
  les fils de Louis-Philippe, protestant contre leur bannissement
  et demandant à rentrer dans la patrie commune en reconnaissant la
  Souveraineté nationale.--La proposition de M. Creton fut
  repoussée par cinq cent quatre-vingt-sept voix.

La Princesse de Joinville est accouchée d'un enfant mort et elle a été
dans un grand danger. Le pauvre petit corps d'enfant a été, sans
avertissement préalable, porté à Dreux par mon cousin Alfred de
Chabannes. On l'a déposé dans le caveau de famille; la messe s'y est
dite, et ce n'est que le tout achevé que M. de Chabannes a été prévenir
le Maire de sa mission accomplie. Celui-ci s'est conduit décemment. Mme
de Chabannes m'a aussi raconté que lorsque son mari a été retrouver
Louis-Philippe à Claremont pour la première fois après Février, celui-ci
lui avait dit, presque en le voyant entrer: «Que voulez-vous! Je me suis
cru infaillible!» Ce mot m'a paru frappant de vérité, et remarquable
comme aveu.

Mme la Duchesse d'Orléans compte retourner au printemps à Londres, pour y
faire faire au Comte de Paris sa première Communion, à laquelle l'abbé
Guelle le prépare par d'assez fréquentes courses à Eisenach.


_Berlin, 8 novembre 1849._--En rentrant ici, j'y trouve mon beau-frère,
revenant de Dresde, où l'esprit public est, dit-on, de plus en plus
mauvais. Les Ministres n'ont pu obtenir du Roi de Saxe aucun arrêt de
mort, même contre les plus coupables, ce qui a indigné les bien pensants
et irrité les troupes qui s'étaient si bien battues au mois de mai
dernier; cela donne aussi la plus grande arrogance aux émeutiers. Le Roi
est tellement tombé dans la déconsidération que, dans les rues, on ne lui
rend pas son salut.

Hier, anniversaire de l'installation du Ministère Brandebourg, il y a eu
aussi une grande fête dans les salles de Kroll au Tiergarten. Les
Ministres y étaient tous présents, et le tout s'est passé fort
_loyalement_, dit-on. Cependant, dans un autre coin de la ville, on
célébrait, soi-disant religieusement, un autre anniversaire, celui de la
fusillade du fameux Robert Blum[202]. Il y en avait pour tous les goûts
et je crains que celui pour le _désordre rouge_ ne soit encore assez
vivace.

  [202] Robert Blum s'était mis à la tête de la démocratie saxonne
  en 1848; envoyé à l'Assemblée de Francfort, il y avait fait
  preuve d'un certain talent oratoire, mais, ayant pris part aux
  révoltes de Vienne, il avait été pris et fusillé par les
  Autrichiens.

Une lettre de Paris que je trouve ici me dit que tout le nœud de la
situation en France est dans l'armée, celle-ci mi-partie à Cavaignac,
mi-partie à Changarnier; le premier, tout républicain, le second ne
voulant pas se laisser pénétrer. Depuis la lettre écrite par
Louis-Napoléon à Edgar Ney[203] à Rome, Changarnier s'est, dit-on, un peu
retiré de l'Élysée; aussi le Président voudrait-il donner le
commandement des troupes de Paris au général Magnan.

  [203] Voici cette fameuse lettre à Edgard Ney dans laquelle la
  France vit tout un programme:

   «Paris, 18 août 1849.

   «MON CHER NEY,

  «La République française n'a pas envoyé une armée à Rome pour y
  étouffer la liberté italienne, mais, au contraire, pour la régler
  en la préservant de ses propres excès et pour lui donner une base
  solide en remettant sur le trône pontifical le Prince, qui le
  premier s'était placé hardiment à la tête de toutes les réformes
  utiles.

  «J'apprends avec peine que l'intention bienveillante du
  Saint-Père, comme notre propre action, reste stérile en présence
  de passions et d'influences hostiles qui voudraient donner pour
  base à la rentrée du Pape la proscription et la tyrannie. Dites
  bien de ma part au Général que dans aucun cas il ne doit permettre
  qu'à l'ombre du drapeau tricolore il se commette aucun acte qui
  puisse dénaturer le caractère de notre intervention. Je résume
  ainsi le pouvoir temporel du Pape: amnistie générale,
  sécularisation de l'administration, code Napoléon et gouvernement
  libéral.

  «J'ai été personnellement blessé en lisant la proclamation des
  trois Cardinaux où il n'était pas fait mention du nom de la France
  et des souffrances de ses braves soldats. Toute insulte à notre
  drapeau ou à notre uniforme me va droit au cœur. Recommandez au
  Général de bien faire savoir que si la France ne vend pas ses
  services, elle exige au moins qu'on lui sache gré de ses
  sacrifices et de son intervention.

  «Lorsque nos armées firent le tour de l'Europe, elles laissèrent
  partout, comme trace de leur passage, la destruction des abus de
  la féodalité et les germes de la liberté. Il ne sera pas dit qu'en
  1849 une armée française ait pu agir dans un autre sens et amener
  d'autres résultats.

  «Priez le Général de remercier, en mon nom, l'armée de sa noble
  conduite. J'ai appris avec peine que, physiquement même, elle
  n'était pas traitée comme elle méritait de l'être. J'espère qu'il
  fera sur-le-champ cesser cet état de choses. Rien ne doit être
  ménagé pour établir convenablement nos troupes.

  «Recevez, mon cher Ney, l'assurance de ma sincère amitié.

    «LOUIS-NAPOLÉON BONAPARTE.»

  Nous avons reproduit cette lettre d'après le texte donné par le
  _Journal des Débats_ du 7 septembre 1849. M. Edgard Ney était
  officier d'ordonnance du Prince-Président, qui l'avait chargé d'une
  mission auprès du Gouvernement papal. Le maréchal Bugeaud
  commandait alors les troupes françaises à Rome, mais enlevé tout à
  coup par le choléra, il fut remplacé par le général Oudinot qui
  mena toutes les opérations militaires.

A Paris, Mme de Lieven est ravie d'y être revenue; elle y dit du mal tant
qu'elle peut de l'Angleterre. Elle est coiffée d'un bonnet à la du
Deffand; elle loue le Président de la République; elle cherche, comme
autrefois, à attirer chez elle du monde de toute couleur; il paraît
qu'elle y réussit assez pour s'étonner naïvement que personne ne lui
nomme M. Guizot, qu'elle attend en décembre.


_Berlin, 12 novembre 1849._--J'ai passé hier presque toute la journée à
Sans-Souci, entre le Roi et la Reine, toujours très obligeants pour moi.
Le Prince Frédéric des Pays-Bas, qui arrivait de la Haye, disait bien du
mal de l'état des choses de ce pays-là. On y prononce assez hautement les
mots de déchéance, d'abdication, de Régence. Le jeune Roi est méprisé, la
jeune Reine n'est pas aimée; la Douairière pas davantage; bref, on y est
fort mal assis. Le Roi de Prusse s'attendait à ce qu'on proclamât
l'Empire à l'Élysée; tous les regards sont tendus vers la France.

Une lettre de Vienne, reçue hier, me dit qu'à travers tout l'éclat
militaire, il s'y manifeste quelques nouvelles inquiétudes. Les paysans
sont très mécontents du nouveau système d'impôts fonciers, de
l'obligation de racheter leurs dîmes et de compenser, par des indemnités,
ce qu'ils espéraient ravir à leurs Seigneurs; la noblesse trouve que
l'égalité de l'impôt à laquelle on la soumet est une dureté et une
nouveauté odieuses; les _hodweds_[204], qu'on a casés dans les régiments,
y sèment de fort mauvaises doctrines; le jeune Empereur est un peu
cassant et volontaire avec les vieux généraux; bref, il y a, chez nos
voisins, si ce n'est les mêmes difficultés qu'ici, du moins, pas plus de
quiétude fondée.

  [204] Soldats de réserve. Landwehr hongroise.


_Sagan, 21 novembre 1849._--On m'écrit, de Paris, à la date du 14: «Nous
avons l'amnistie, donnée par le Président à sept cent cinquante messieurs
fort incommodes; cet acte de popularité pourra coûter cher à celui qui
l'a donné, car ces gens-là reviennent exaspérés, ce qui contraindra à
leur envoyer, un de ces jours, des coups de fusil[205]. Il y a, à travers
toutes les velléités impériales que nous voyons surgir, une question qui
n'est nullement résolue, pour moi du moins: c'est celle de savoir ce que
fera le général Changarnier[206], et quoiqu'il soit tout à fait bien avec
le Président, à l'heure qu'il est, je ne pense pas qu'il lui reste
attaché au moment d'un changement, qui, par là, deviendrait une crise
inévitable.»

  [205] Le 12 novembre, M. Barrot, ministre de l'intérieur, annonça
  à l'Assemblée nationale de Paris que le Président, usant du droit
  que lui conférait le décret du 18 juin 1848, avait ordonné la
  mise en liberté du plus grand nombre des insurgés détenus à
  Belle-Isle.

  [206] Le général Changarnier commandait alors les troupes de
  Paris.


_Sagan, 2 décembre 1849._--La longue Thérèse Elssler, maîtresse en titre
depuis plusieurs années du Prince Adalbert de Prusse, va devenir sa
femme, sous le titre de Mme de Fischbach, nom pris de la terre que
possède le vieux Prince Guillaume dans les montagnes de Silésie. C'est là
que feu la Princesse Guillaume est restée en odeur de sainteté; il est un
peu choquant que ce soit précisément ce nom qui passe à une
ex-danseuse[207]. On est de fort mauvaise humeur à Sans-Souci de ce
mariage, mais on y consent, avec la faiblesse habituelle qui y règne.

  [207] Le Roi de Prusse ne consentit pas à donner à Th. Elssler ce
  nom de Fischbach, et lui accorda le titre de baronne de Barnim.

Il se prépare à Berlin un autre scandale, d'une portée plus sérieuse.
C'est l'acquittement probable de Waldeck, dont le procès tient tous les
esprits en suspens depuis si longtemps[208]. On a eu l'incomparable
niaiserie de choisir, pour présider les assises, un magistrat d'un
caractère très faible, père d'un _héros des barricades_, et qui préside
avec la plus impudente et grossière partialité en faveur de Waldeck. Les
menaces anonymes ne manquent pas aux jurés, qui prononceront sous le coup
de l'intimidation. C'est déplorable, car le résultat peut avoir des
conséquences fort graves.

  [208] Waldeck, arrêté et emprisonné depuis le mois de mai comme
  complice d'une grande conspiration révolutionnaire, fut acquitté,
  après un long procès, le 5 décembre, par des juges qu'on ne
  regardait pas à Berlin comme assez impartiaux.


_Sagan, 6 décembre 1849._--L'ovation de ce vilain Waldeck après son
acquittement paraît avoir été assez scandaleuse pour motiver une
intervention militaire. J'ignore encore les détails, que la poste
m'apportera sans doute aujourd'hui. J'ai dans l'idée que nous allons
rentrer dans une phase d'émeutes; je le pense d'autant plus que les
Polonais recommencent leurs promenades, et, chaque fois qu'ils
apparaissent, il y a anguille sous roche, comme on dit vulgairement.

Je viens d'achever la lecture de la vie de Mme de Krüdner; il s'agit
d'une personne tout à part; mais à la longue, c'est une lecture cependant
fatigante, et qui, au total, me laisse la pensée que Mme de Krüdner,
toujours dupe de sa vanité, a été, dans sa jeunesse, galante par vanité;
plus tard, littéraire par vanité; enfin, qu'elle est devenue
missionnaire, toujours par vanité. Mais la vanité a aussi sa bonne foi,
comme elle a, et précisément parce qu'elle a, de prodigieuses crédulités.
Comme mystique, Mme de Krüdner n'a ni l'élévation de sainte Thérèse, ni
la grâce contenue de Mme Guyon; ses lettres spirituelles sont _lourdes_,
et, quand elle veut se perdre dans les nues, on sent que les ailes sont
de plomb. Il faut bien que, dans ses discours et allocutions, elle ait eu
de l'entraînement, car on ne produit pas, sans des dons particuliers, des
résultats qui ont eu leur charlatanisme, mais aussi, en bien des
occasions, leur réalité.


_Sagan, 10 décembre 1849._--La mort de la Reine Adélaïde d'Angleterre,
dont j'ai lu la nouvelle avant-hier dans les gazettes, m'a tristement
émue, en me reportant au bon temps où j'avais l'honneur de la voir et
d'être traitée par elle avec une bonté que je n'oublierai jamais. C'était
une noble femme, qui a porté des positions difficiles à plusieurs égards,
avec une grande et simple dignité.

Il y a un peu d'émotion à Sans-Souci de la concentration des forces
autrichiennes touchant aux frontières saxonnes. Il paraîtrait que le
général Gerlach, favori influent du moment près du Roi de Prusse, a été
expédié à Dresde pour tirer la chose au clair. Si ces troupes ne sont
destinées qu'à purger au besoin la Saxe des _rouges_ qui y sont plus
audacieux encore qu'ailleurs, on regarderait cette intervention comme un
pendant de celle de la Prusse dans le Grand-Duché de Bade, et on ne
dirait rien; mais il y a des habiles qui veulent y voir une menace peu
voilée contre la Diète d'Erfurt[209]. Dans ce cas, il paraîtrait qu'on ne
laisserait pas faire.

  [209] Chassés de Francfort, les débris de l'Assemblée nationale
  s'étaient rassemblés à Stuttgart, et le parti révolutionnaire,
  donnant le signal d'une insurrection ouverte en Allemagne, prit
  les armes en Saxe, dans le Palatinat rhénan et dans le
  Grand-Duché de Bade, renversant les Gouvernements et restant
  partout victorieux, jusqu'au moment où les troupes prussiennes
  rétablirent l'ordre. Ce fut alors que la Saxe et le Hanovre
  convinrent avec la Prusse d'une nouvelle Constitution et
  conclurent l'alliance dite _des trois Rois_, mais l'Autriche,
  jalouse de la prépondérance en Allemagne, s'opposa aux vues
  prussiennes, et décida la Saxe et le Hanovre à se retirer.
  Frédéric-Guillaume IV constitua alors l'_Union_ avec le reste de
  ses alliés, et, ouvrit la Diète d'Erfurt où la nouvelle
  Constitution fut acceptée. Ce fut alors que l'Autriche, pour
  empêcher à tout jamais un semblable projet, engagea les États
  allemands à rétablir l'ancienne Confédération germanique, et,
  malgré l'opposition de la Prusse, ce plan devait être exécuté.


_Sagan, 12 décembre 1849._--J'ai lu le discours de réception du duc de
Noailles à l'Académie française[210]. Il est écrit en très beau langage,
avec une véritable élévation de style et de pensée, une correction, une
pureté qui reportent aux meilleures époques du goût et de la littérature;
il est noblement senti, aussi prudent que digne; il s'y trouve des
passages particulièrement de mon goût, notamment sur Pascal et sur
Voltaire, avec une habile transition qui le fait revenir vers M. de
Chateaubriand. Cependant, _à mes yeux_, ce discours a un défaut; c'est
de placer son objet beaucoup plus haut qu'il ne le mérite, et lors même
que le talent ne serait pas exagéré, la valeur du caractère l'est
extrêmement. Le duc de Noailles a eu raison de ne pas trop s'arrêter sur
les _Mémoires d'outre-tombe_, car c'est dans ce triste legs que l'aridité
du cœur, l'excès de la vanité, l'âcreté du caractère se révèlent, et que
le talent lui-même est bien souvent perdu dans l'exagération du mauvais
goût, reproché justement aux imitateurs maladroits de cette école. Mais
tous les éloges académiques pèchent par l'excès de la louange. Condamnés
à faire un portrait sans ombre, la vérité du coloris en souffre, et la
véritable physionomie est trop souvent effacée. C'est le tort du genre,
plus que celui du récipiendaire, et on ne peut le lui reprocher. J'ai
commencé hier le sixième volume des _Mémoires d'outre-tombe_. Il contient
l'esquisse de l'histoire de Napoléon, dont, à propos de lui-même, M. de
Chateaubriand grossit ses propres _Mémoires_; le tout écrit à l'effet,
sans grand souci de la vérité. J'ai été singulièrement frappée d'y
trouver un éloge jeté en passant à M. de Caulaincourt (malgré le duc
d'Enghien). Du reste, même malveillance pour le genre humain, même haine
pour M. de Talleyrand.

  [210] Le duc de Noailles avait été élu à l'Académie en
  remplacement de Chateaubriand. Il allait former dans cette
  Assemblée, avec MM. de Broglie et Pasquier, le petit groupe
  appelé _le parti des Ducs_.


_Sagan, 14 décembre 1849._--On me mande de Paris que Mme de Lieven se
débarrasse parfois de ses coiffes à la du Deffant pour y substituer des
toques de velours noir avec plumes blanches, qui sont du dernier coquet.
Elle va dans le monde, ne touche pas terre. Elle s'est fait présenter
chez Mme de Circourt, où se réunit la société ultra-catholique. Elle
tâche d'y faire des recrues pour son salon, et essaye avant tout d'y
attirer M. de Montalembert.

A en juger par un article de _l'Ami de la Religion_, notre cher seigneur
d'Orléans[211] a célébré plus d'un triomphe à Notre-Dame; celui de la foi
dont il est animé, celui aussi de l'amitié et du respect dont il est
l'objet. Je m'attends à recevoir une hymne chrétienne de ma bonne Pauline
à ce sujet.

  [211] L'abbé Dupanloup venait d'être appelé à l'évêché d'Orléans,
  sous le ministère de M. de Falloux, alors Ministre des Cultes et
  de l'Instruction publique.


_Sagan, 16 décembre 1849._--On m'écrit de Berlin, en date d'hier: «La
question allemande est plus confuse que jamais; personne n'y voit clair.
Tout ce qui paraît décidé, c'est qu'on fera les élections pour Erfurt,
malgré l'Autriche, dont le langage modéré indique cependant une volonté
assez déterminée de ne pas s'en accommoder. Tirez de tout ceci les
conséquences probables, je ne voudrais en affirmer aucune.»

Je ne cesse de passer dans des soubresauts nerveux tout le temps que je
mets à lire le sixième volume des _Mémoires d'outre-tombe_. M. de
Talleyrand y revient à chaque instant, avec un redoublement de rage, qui,
à la vérité, devient par elle-même un contrepoids à la méchanceté, mais
qui en laisse néanmoins subsister une bonne partie. Là où l'action de M.
de Talleyrand a été réelle, il la passe sous silence; là où elle a été
moindre, il l'invective avec fureur, et tout cela, parce qu'il cherche à
établir que sa brochure de _Buonaparte et les Bourbons_ a fait la
Restauration de 1814. Aussi, quand il est au pied du mur, il lui échappe
un cri de douleur, il dit alors: «Ma pauvre brochure fut écrasée entre
les sales intrigues de la rue Saint-Florentin», et dans ce cri est le
nœud de l'explication de cette furibonde colère. O vanité de la vanité!
J'espère, pour ce _héros de la vanité_, qu'il en a demandé sérieusement
pardon à Dieu, avant de se faire porter sur le rocher de Saint-Malo que
sa vanité encore avait choisi pour dernière demeure; car, à défaut de
pouvoir choisir son berceau, qu'il eût, sans doute, placé dans un nid
d'aigle, il a eu soin de faire de sa tombe un pèlerinage pittoresque!
Mais qui nous dit qu'attaché sur ce rocher, il n'y est pas rongé par le
vautour de la conscience? Je ne veux pas nier que mon pauvre oncle ait
été un grand pécheur, mais j'aimerais mieux sa faible conscience devant
le Jugement éternel, que cette autre conscience pleine d'orgueil, de
malice, de fiel et d'envie, dont la révélation nous permet à tous de
juger et de réprouver.

Salvandy a fait une pointe à Claremont; il en a rapporté de sages
paroles. Il paraît qu'on y est mûri par l'expérience, qu'on y reconnaît
la valeur du droit. _Jeunes_ et _vieux_ se disent prêts à baisser
pavillon devant ce principe et à le servir. Je crains qu'on ne soit pas
encore aussi avancé à Eisenach, car j'ai eu une lettre de Mme de
Chabannes, qui, à son retour d'Eisenach, venait de traverser Bruxelles,
d'y passer deux jours pour y voir la Reine, et qui, revenue enfin à
Versailles, avait retrouvé son mari arrivant de Claremont. Voici ce
qu'elle me mande: «J'ai trouvé, à mon grand regret, dans la Reine des
Belges, un éloignement extrême pour la _fusion_. L'Angleterre désire le
_statu quo_ en France, pour que ce pauvre pays s'enfonce et se noie
complètement dans le bourbier dans lequel il est tombé. De là, toutes les
intrigues possibles de la part de lord Palmerston, pour empêcher le seul
moyen de salut et de régénération. Le Roi Léopold, non pas pour les
questions allemandes, mais pour la question française, est l'écho de
Downing street[212], et la Reine Louise est celui de son mari. On offre à
Mme la Duchesse d'Orléans un leurre, en dirigeant ses idées vers une
toute nouvelle combinaison, celle de porter le Duc de Bordeaux à
abdiquer! ce à quoi, certes, il ne consentira jamais. Vous reconnaîtrez
là la foi punique de la Carthage moderne. Quant à mon mari, il a été
chargé de donner, de la part de Claremont, le mot d'ordre à nos chefs de
file ici, et je sais que les légitimistes ont été informés des
dispositions conciliantes du Roi Louis-Philippe. Mais les partis sont
fractionnés à l'infini; les légitimistes ont perdu leur ancienne
discipline; il y en a qui préféreraient le Comte de Montemolin au Comte
de Paris. Je songe souvent à ce que vous disiez prophétiquement à
Eisenach: c'est que cette fusion si désirable, qui aurait, il y a six
mois, pu avoir de si immenses résultats, a déjà perdu, à l'heure qu'il
est, de sa portée, et que chaque jour de retard en diminue l'importance
et l'utilité; mais comment détruire des préjugés si invétérés, dans
lesquels l'amour-propre est si intéressé et _les petites ambitions
subalternes si actives_.»

  [212] Lord Palmerston demeurait en 1849, Downing Street, à
  Londres.

Voici un extrait de la lettre que j'écris au duc de Noailles, pour le
remercier de son discours académique: «Vous avez, mon cher Duc, obtenu un
brillant succès sur le grand et fiévreux théâtre; il en est un moins
brillant et plus singulier, que je vous offre de ma solitude glacée.
J'étais en pleine lecture d'_Outre-tombe_, quand le _Journal des Débats_
m'a apporté vos magnifiques paroles. Eh bien! Je les ai admirées,
quoiqu'elles continssent l'éloge constant d'un homme contre lequel mes
instincts s'étaient toujours révoltés, et que l'acharnement jaloux de ses
venimeuses confessions a rendu l'objet de ma profonde aversion. Mais en
_vous_ lisant, je n'ai eu que _vous_ en regard; j'ai compris qu'il ne
vous était plus permis d'être juge, que vous étiez condamné à être
panégyriste. Je le répète, mon applaudissement était le triomphe le plus
éclatant de votre parole et peut-être aussi celui de mon amitié. J'ai
d'ailleurs la conviction qu'il vous en aura coûté, _précisément en
songeant à moi_, de peindre _sans ombres_, et d'avoir ainsi ôté à la
vérité du portrait ce que vous y ajoutiez en éclat. En sachant me
détacher de la ressemblance, j'ai joui vivement de ce langage si pur, si
simple, si élégant, si rare, hélas! et qui m'a replongée dans _l'exquis_.
L'élévation de la pensée égale la délicatesse des sentiments, la prudence
politique ne l'emporte nulle part sur la dignité de l'écrivain, et
cependant elle l'accompagne avec une convenance aussi habile
qu'heureuse.»


_Sagan, 21 décembre 1849._--J'ai reçu hier une lettre de Paris, qui
contient le passage suivant: «Notre état politique est calme pour le
moment, mais des divisions de plus d'un genre existent dans la majorité
de l'Assemblée, où il semble qu'on ne puisse être uni que contre les
dangers de la rue. Cela n'offre pas une grande sécurité, et donne une
empreinte d'aigreur et de tristesse à toutes les conversations. Les
meilleurs amis sont d'avis opposés et se disputent avec irritation, cela
rend les relations sociales difficiles et désagréables. Il n'y a que Mme
de Lieven qui paraît n'avoir rien à désirer, et qui est en complète
jouissance de son séjour à Paris. Elle continue à faire le plus de
nouvelles connaissances qu'elle peut; elle recherche particulièrement les
gens au pouvoir et regrette de ne pouvoir aller à l'Élysée.»


_Sagan, 26 décembre 1849._--Il y a une chose qui m'a frappée et que je
regarde comme très fâcheuse; c'est le débat qui s'élève dans la presse
périodique sur les avantages, les inconvénients, la forme, les conditions
de la fusion désirée depuis longtemps par tous les vrais amis de la
France. Il n'y a rien, ce me semble, de plus fatal au bon résultat, que
d'en jeter ainsi la discussion dans le domaine d'un public passionné,
prévenu, mal renseigné, et, le plus souvent, aussi méchant que stupide.
J'avais, je le crains, bien raison de dire à Eisenach que ma seule
crainte était que déjà il ne fût bien tard pour une décision qui aurait
dû fondre sur le public à l'improviste et comme un fait accompli. Alors,
elle aurait eu tout son effet, elle aurait décidé les faibles, rallié les
gens sensés, réuni les récalcitrants, et on aurait vu se grouper, outre
le petit nombre des courageux, l'immense légion des peureux, autour de
cet unique drapeau. Maintenant, il n'apparaîtra, si vraiment il se
déploie, que tout troué et déchiré par les balles des journalistes et les
invectives des mauvais petits intrigants subalternes dont je remarquais
avec effroi la présence autour de Mme la Duchesse d'Orléans.

Il paraît que Vienne, pour plaire au jeune Empereur, reprendra quelque
essor social. L'Empereur était, l'année dernière, à Olmütz, extrêmement
épris de sa cousine, l'Archiduchesse Élisabeth, qui vient de perdre son
mari. Quoiqu'il se soit consolé, on dit qu'il lui reste quelque étincelle
de sa première flamme, et qu'il se pourrait bien que la jeune et fort
consolable Archiduchesse devînt Impératrice au bout de son deuil. Elle
est jolie, elle a dix-neuf ans, et a un enfant[213].

  [213] L'Archiduchesse Élisabeth avait perdu son mari l'Archiduc
  Ferdinand-Charles-Victor d'Este, le 15 décembre 1849; elle se
  remaria, en 1854, avec l'Archiduc Charles-Ferdinand. Elle est la
  mère de la Reine Marie-Christine d'Espagne et des Archiducs
  Frédéric, Charles-Étienne et Eugène.


_Sagan, 30 décembre 1849._--En France, la confusion des esprits est
évidente. Ceux-ci sont sûrs de l'Empire, ils l'auront dans un mois;
ceux-là assurent que le principe de la légitimité est immuable et reconnu
par tout le monde et que son triomphe est assuré; les marchands disent
qu'ils préféreraient la maison d'Orléans; et les socialistes se moquent
de tous ces rêves en tenant leur avènement pour certain. Comme on ne
s'unit que le jour où il faut combattre ces derniers, ils pourraient bien
finir par trouver le moment favorable pour eux.

Nous allons donc, dans deux jours, commencer une nouvelle année, qui
commencera aussi la seconde moitié du dix-neuvième siècle. Quelle moitié
de siècle va se terminer! Et par combien de catastrophes la fin de cette
époque de désordres et de folies n'a-t-elle pas été marquée! Les
premières années de ce demi-siècle nous sortaient du chaos, les dernières
nous y replongent; et Dieu sait maintenant jusqu'à quelle profondeur nous
tomberons dans le gouffre. Puisse-t-on mourir en paix dans son lit! Les
désirs et les espérances ne sauraient aller au delà, et cela même
pourrait passer pour une excessive exigence.



1850


_Sagan, 3 janvier 1850._--On ne saurait croire quelle est la faiblesse du
Ministère prussien, et le désarroi complet que les nouvelles lois,
proposées ou concédées, jettent dans toute l'administration. C'est bien
le cas de dire:

    Les lois étaient sans force et les droits confondus;
    Ou plutôt, en effet, Valois ne régnait plus[214].

  [214] _La Henriade_, chant premier.

Il y a une ancienne prédiction en Prusse, qui date du règne du père de
Frédéric II, et qui indique que son quatrième successeur sera le dernier
Hohenzollern qui régnera sur la Prusse. En vérité, on est tenté d'y
ajouter foi. On veut donner des lois uniformes, des bords du Rhin
jusqu'aux Carpathes; c'est folie: les mœurs, la civilisation, les
intérêts, tout est différent. La landwehr, bonne encore aujourd'hui,
rentre l'année prochaine dans ses foyers, pour être remplacée par une
nouvelle levée fort gangrenée; bref, partout où se portent les regards,
on n'aperçoit que décomposition, et l'inquiétude gagne de plus en plus
tous les esprits. Cependant les négociations danoises ont repris toute
leur vivacité à Berlin; on les dit bien placées entre les mains de M.
Usedom.

On me mande de Paris un fait assez curieux. Toutes les fabriques y sont
en pleine activité, mais les affaires ne se font qu'au comptant; du
papier à trois mois ne trouve absolument pas à s'escompter. La Banque a
exactement autant d'écus et de lingots dans ses caves que de billets en
circulation. Ce fait, inouï peut-être jusqu'à présent, est une
démonstration mathématique qu'il n'existe pas la moindre confiance dans
le plus prochain avenir, et qu'on vit au jour le jour.


_Sagan, 9 janvier 1850._--On m'écrit de Paris que M. de Persigny arrive à
Berlin[215] tout plein de projets, et avec l'idée fixe d'y former une
triple alliance entre la France, l'Angleterre et la Prusse. Cette idée,
au reste, n'origine pas de lui, mais de l'infernal Palmerston. On a été
tout d'abord prévenu à Vienne de ce projet, et c'est le prince Félix
Schwarzenberg qui lui a donné de la publicité par la voie des journaux.
On dit que, malgré cette publicité, le projet n'est pas abandonné. A la
Prusse on offrirait la Saxe et la Thuringe, on lui montrerait en
perspective le Hanovre, après la mort, probablement peu éloignée, du Roi
Ernest-Auguste; en échange, on demanderait à la Prusse les provinces
rhénanes. La Prusse dit que la France devrait se contenter des parties
bavaroises rhénanes, ce qui est suffisant, au gré de l'Élysée. Voilà où
en est cette intrigue, qu'on ne peut élever au rang d'une négociation.
M. de Persigny se dit que, s'il réussit, il s'ouvrira les deux battants
de la porte du Ministère des Affaires étrangères, objet de son ambition,
et, à son maître, celle de l'Empire, à laquelle il aspire. Une autre
lettre de Paris me dit: «Les amnistiés, que le Président a remis au sein
de leur famille, font plus de mal à eux seuls, dans une seule journée,
que tous les mauvais sujets de Paris réunis. Ils sont tellement pleins de
gratitude qu'ils menacent de tuer le Président. Beaucoup de ces hommes
sont convaincus que ce sont leurs femmes qui les ont fait arrêter; aussi
sont-ils à la recherche des preuves afin de se défaire de leurs moitiés.»

  [215] M. de Persigny, aide de camp du Prince-Président, et élu
  représentant à l'Assemblée législative en 1849, remplit à Berlin,
  pendant la durée de son mandat, une mission temporaire dont le
  succès fut médiocre.


_Berlin, 12 janvier 1850._--On est ici en pleine crise parlementaire. Le
Roi n'a pas voulu prêter, sans réserves, un serment qu'il veut tenir et
qui répugne à sa conscience politique[216]. Le Ministère, qui, pour
gouverner, avait absolument besoin d'obtenir des Chambres une loi sur la
presse et une sur les clubs, pressait le Roi de prêter le serment à la
Constitution, sans lequel il ne pouvait rien espérer des Chambres. Tel
était le dilemme. Il y a eu les scènes les plus vives entre le Roi et son
Cabinet; celui-ci, déterminé à donner sa démission et à forcer le Roi à
céder. Les choses placées ainsi, deux personnages très influents, le
général de Rauch et le baron de Meyendorff[217], se sont jetés à la
traverse. On a fait sentir au Ministère qu'il n'avait pas fait d'assez
glorieuses campagnes pour oser se mettre à si haut prix, et que c'était
une indignité de vouloir ainsi violenter le Roi, pour gratifier le pays
d'une détestable Constitution. On a dit net aux Ministres qu'ils avaient
choqué par leur faiblesse, qu'ils n'avaient nullement compris leur
mission, et, que le jour passé du danger des rues, ils n'avaient plus
marqué que par leur incapacité. Ils ont été obligés d'entendre de fort
dures vérités. D'un autre côté, on a cherché à calmer le Roi, tout en lui
donnant une fermeté que l'on attribue à l'influence de la Reine. C'est de
toutes ces allées et venues qu'est sorti le Message Royal, qui, sans
réformer tout ce qui est mauvais, jette cependant dans le pays quelques
bons jalons auxquels on pourrait se raccrocher. Le Ministère s'est
rattaché franchement au Roi, m'assure-t-on, et celui-ci sort enfin de son
effacement. Maintenant, les Chambres accepteront-elles? C'est là la
question. On le croit, parce que le Cabinet dit qu'il se retirera s'il y
a refus, et les Chambres savent qu'aussitôt après, paraîtrait un
Ministère réactionnaire pur. La seconde Chambre, qui ne veut pas être
dissoute, est effrayée de cette combinaison, et on espère que devant ce
fantôme qui pourrait prendre corps, elle cédera.

  [216] Un Message Royal, attendu depuis plusieurs jours, avait été
  présenté aux Chambres prussiennes dans la séance du 9 janvier. On
  y annonçait la formation d'une Pairie héréditaire, l'initiative
  des lois de finances laissée à la seconde Chambre, et la
  prestation du serment à la Constitution par le Roi. Les
  modifications y étaient nombreuses, et conçues dans un sens
  restrictif, mais le Roi n'en faisait pas une condition _sine qua
  non_ de son serment, il croyait remplir un devoir de conscience
  en soumettant ainsi ses scrupules aux Chambres.

  [217] Ministre de Russie à Berlin.


_Berlin, 17 janvier 1850._--Votre jugement[218] sur les femmes qui se
mêlent de politique et sur les dangers qui peuvent en résulter pour elles
est parfaitement juste. Je crois qu'on peut me rendre cette justice qu'à
aucune époque je ne me suis fait de fête à cet égard, que ce n'est que
forcément que j'y ai pris part; que, bien loin d'y chercher des
satisfactions d'amour-propre, j'ai toujours eu effroi de ma
responsabilité, et que si, par ma position exceptionnelle, j'ai dû être
bien informée, si j'ai même été appelée à donner mon avis et à avoir
quelque influence sur des décisions sérieuses, je n'ai, du moins, prêté
ni mon nom, ni mon action à une _intrigue_; je n'ai, non plus, jamais
ambitionné le rôle de femme politique, et, sous ce rapport, j'ai toujours
cédé sans contestation le premier pas à d'autres plus avides, si ce n'est
plus propres à ce genre de renommée.

  [218] Extrait de lettre.

On est toujours absorbé ici par la crise parlementaire, qui n'est point
encore dénoncée, et sur l'issue et les conséquences desquelles on est en
doute et en grande divergence. On a tellement traqué et tourmenté le Roi
qu'après une lutte de plusieurs heures, il était si épuisé, avant-hier, à
neuf heures du soir, qu'il a demandé sa pelisse et s'est promené dans le
parc de Charlottenburg, seul et à pied, par la neige, pour se rafraîchir
et se remonter par le grand air. Il voulait renvoyer le Cabinet,
dissoudre les Chambres, et appeler à lui ce que l'on nomme ici les
réactionnaires. Le général Rauch l'en a empêché, et, sans doute, il a eu
raison parce que les mesures énergiques ne réussissent qu'entre les mains
de ceux qui ne reculent devant aucune des conséquences d'un parti résolu.

J'ai passé une heure hier chez la comtesse de Brandebourg, où M. de
Meyendorff nous a montré une lettre qu'il venait de recevoir de Mme de
Lieven. Elle est toujours bonne à écouter dans ses lettres, qui sont
écrites avec verve, naturel, et qu'elle sait remplir de faits. Elle y dit
que lord Normanby règne sans partage à l'Élysée, où il pousse à l'Empire;
que le Président a rompu avec tous les gros bonnets pour se livrer
uniquement à son mauvais entourage; que l'Assemblée est plus divisée que
jamais; que les sommités se défient les unes des autres et ne s'épargnent
pas les injures, Molé appelant Broglie un _respectable nigaud_, Thiers
appelant Molé une _vieille femme_, celui-ci ripostant par _gamin_; le
gâchis complet en France. Hélas! ne l'est-il pas partout? On a bien de la
peine, dans une confusion aussi générale, à conserver quelque clarté,
quelque fixité dans le jugement. L'esprit s'amoindrit en s'obscurcissant,
et il n'y a que le cœur qui puisse rester un guide assuré, à une époque
où tous les calculs sont trompeurs et où les instincts seuls peuvent
fournir le fil du labyrinthe.


_Berlin, 19 janvier 1850._--Le moment, ici, est curieux car il est
critique, et si j'avais encore le même intérêt que jadis aux choses
d'ici-bas, je serais tout oreilles à ce qui se passe. Hier, tout à coup,
les bruits de concession ont cessé; une grande partie des députés
conservateurs et plusieurs personnes graves de la ville, étrangères aux
Chambres, ont signé une pétition au Roi pour le supplier de ne pas céder.
Bethmann-Holweg, qui n'est pas député, a porté hier au soir cette
pétition à Charlottenburg.


_Berlin, 24 janvier 1850._--Il paraît que Radowitz est arrivé ici,
prêchant moins au Roi les concessions qu'on pouvait le craindre, et qu'il
a apporté beaucoup de lettres de Gagern aux membres influents des
Chambres pour les engager à obéir au Roi, vu que leur refus mettrait
probablement en question tout l'édifice constitutionnel de l'Allemagne.
La semaine prochaine nous apportera la solution définitive.


_Berlin, 25 janvier 1850._--J'ai été hier soir à un concert à
Charlottenburg, où la musique n'était guère écoutée, chacun étant
préoccupé de ce qui doit se passer aujourd'hui. La bataille parlementaire
s'engage ce matin.

Il m'est revenu, de bonne source, que M. de Persigny voit, en secret, un
assez mauvais monde politique, et que, ne pénétrant dans l'intimité
d'aucun salon, il se livre, soit par humeur, soit par ennui, soit par
instinct, à un entourage qui n'est pas convenable pour sa position
officielle. Il intrigaille aussi, dans le sens que j'indiquais il y a
quelque temps. On l'écoute, on le berce de l'espoir de réussir, mais on
n'engage rien de sérieux avec un agent et un gouvernement qu'on ne
regarde, ni l'un ni l'autre, comme sérieux.


_Berlin, 26 janvier 1850._--Hier au soir, à un bal chez le comte
d'Arnim-Boitzenburg, les Meyendorff m'ont raconté que M. de Persigny leur
avait fait la veille une longue visite, pendant laquelle il leur avait
développé sa thèse bonapartiste, impérialiste, soutenant que c'était la
seule corde populaire en France, et, pour preuve, il a fini par dire que
_dans les hameaux de France, on trouvait des familles entières
agenouillées devant les images de l'Empereur Napoléon, demandant le
retour de l'Empire_! Quel conte effronté! Il s'est, à ce bal, approché de
moi et m'a demandé des nouvelles de ma fille, en me disant qu'il avait eu
l'honneur de faire sa connaissance chez M. de Falloux, dont il prétend
être depuis dix-huit ans _l'ami intime_[219].

  [219] C'était vrai.

_Berlin, 27 janvier 1850._--Hier, à onze heures du soir, les débats sur
le Message Royal n'étaient point encore terminés; il y avait grande
chance pour qu'on adoptât l'amendement Arnim, qui propose d'ajourner à
deux ans la loi d'organisation de la Chambre des Pairs, et, qu'en tout
cas, cette Chambre fût tout entière à vie, et non héréditaire; double
concession qui rendrait la mesure illusoire, et ne ferait que confirmer
_l'incertain_ dans _le provisoire_. C'est triste, c'est grave, c'est
fatal!

Le Ministre d'Autriche, Prokesch, après être resté enterré pendant six
jours dans les neiges, et le Prince de Leiningen, frère de la Reine
Victoria, sont arrivés de Vienne, le premier restant à Berlin, le second
se rendant à Francfort-sur-le-Mein. Tous deux sont enchantés du jeune
Empereur. Ils disent que, si la Prusse n'est pas aimée à Vienne,
l'Angleterre y est tout particulièrement haïe, et la France nullement
comptée.

L'armée autrichienne a pour chef _réel_ le jeune Empereur, dont le chef
d'État-major, général de Hess, est sous ce rapport l'habile instructeur.
Tous les ordres aux troupes, toutes les mesures militaires émanent
directement de l'Empereur, sans intervention, ni contre-seing
ministériel. Ceci n'est pas sans importance. Leiningen a aussi été très
frappé de la tenue du prince Félix Schwarzenberg; il dit que c'est le
ministre le plus décidé et même le plus audacieux qu'on puisse
rencontrer.


_Berlin, 28 janvier 1850._--L'amendement Arnim a passé à une petite
majorité, qui n'aurait pas même existé si quinze Polonais ne s'étaient
abstenus de voter. Le paragraphe du Message Royal, relatif aux
fidéi-commis, a été rejeté, parce que plusieurs députés de la droite,
ayant faim et sommeil, s'étaient retirés! On voit, par là, où on en est
ici, en fait de mœurs parlementaires. Le Ministère, qui ne voulait qu'un
replâtrage, a été satisfait sans l'être. Le Roi se dit mécontent, et
cependant, j'ai la crainte qu'il ne finisse par jurer cette déplorable
Constitution, aussitôt que la Première Chambre aura sanctionné l'œuvre
de la Seconde.

Quelqu'un me mande de Paris avoir vu M. Guizot, et ne l'avoir trouvé ni
abattu, ni irrité, mais calme et ferme. Il dit, en parlant de l'état des
esprits dans l'Assemblée et dans ce qu'on appelle encore la société,
_qu'on n'est pas assez inquiet, mais qu'on est trop découragé_.


_Berlin, 29 janvier 1850._--Une personne qui arrive de Vienne m'a dit que
le prince Schwarzenberg poursuivait sans relâche un projet de traité
commercial avec les États italiens, à la grande fureur de lord
Palmerston; le Cabinet de Vienne déclare qu'aussi longtemps que
l'Angleterre confiera sa diplomatie à ce Ministre, il la tiendra pour non
avenue dans les questions continentales et ne s'en inquiétera en aucune
façon. Ce dont on est mécontent à Vienne, c'est du Pape, de sa faiblesse,
de ses tergiversations; aussi Rome est-elle devenue le point le plus
malade de l'Italie. Ici, on est triste, inquiet, préoccupé des intrigues
multipliées de ces derniers jours, qui ont amené le vote d'avant-hier.
Une chose curieuse, c'est que le comte d'Arnim-Boitzenburg dit maintenant
à qui veut l'entendre que le fameux amendement n'est pas de lui, mais de
Radowitz; qu'il n'a fait que lui prêter son nom. Les quinze députés
polonais disent que, s'ils se sont abstenus de voter, c'est que le
Gouvernement leur a fait promettre des concessions inespérées pour le
Grand-Duché de Posen, s'ils s'abstenaient de voter sur ce même amendement
que le Cabinet déclarait la veille ne pouvoir jamais admettre. Vis-à-vis
d'autres députés, on a fait agir la séduisante volonté, les prières du
Roi. Celui-ci déclare qu'on l'a fait parler contre sa pensée. Bref, c'est
un gâchis abominable, honteux. La gauche bat des mains. Cette déplorable
comédie est, à mes yeux, le dernier coup qui sape le chancelant édifice,
car, lorsque personne n'a confiance en son voisin, que personne ne sait
sur quelle pensée s'appuyer, ni où en trouver une sincère et ferme, on
perd bientôt le courage de son opinion, on reste comme paralysé, on perd
jusqu'à l'instinct de la défense personnelle, et on se laisse tout
doucement glisser vers l'abîme qui est tout prêt à recevoir sa proie.


_Berlin, 31 janvier 1850._--On disait hier que le Roi viendrait dimanche
prochain en ville, prêter serment à la Constitution de 1850, dans la
grande Salle Blanche du Château, où a siégé la Diète de 1847. Il y aura
des tribunes pour les spectateurs. Je n'augmenterai assurément pas le
nombre des curieux!


_Berlin, 2 février 1850._--Si mon oncle vivait, il atteindrait
aujourd'hui sa quatre-vingt-seizième année. Dieu lui a fait une grande
grâce en le retirant avant la phase nouvelle, profonde, destructive,
définitive, de cette Révolution, qui, à sa mort, durait d'après lui,
_depuis cinquante années_. Il me semble que nous pourrons en voir la fin,
tant nous touchons de près à l'abîme, mais je doute que nous ayons le
temps de remonter à l'orifice du cratère. Hier, la gazette indiquait le 6
février comme le jour fixé pour la prestation de serment du Roi.


_Berlin, 4 février 1850._--Une personne sûre qui arrive de Frohsdorf
mande ce qui suit: «Il existe à Frohsdorf un désir sincère de
réconciliation et de rapprochement, mais en France! Les anciens
conservateurs, M. Guizot en tête, travaillent à l'accord et y
arriveraient, sans l'entêtement des orléanistes purs, représentés par les
membres de l'ancienne opposition. Ils comptent dans leurs rangs des
hommes fort influents, entre autres le duc de Broglie. Dernièrement, dans
une réunion de journalistes, M. de Rémusat s'est exprimé très fortement
contre la fusion, non pas dans le sens des répugnances dynastiques, mais
en se fondant sur l'impopularité des _nobles_ et des _prêtres_, qui
rendaient, disait-il, la légitimité odieuse et funeste. Quelle fatale
direction de l'esprit! Les divisions qui en surgissent ôtent toute force
au parti orléaniste, et chacun semble jouer la partie de Louis Bonaparte,
ou, ce qui pis est, celle des socialistes rouges.» Une autre lettre, de
fort bonne source aussi, reçue hier, de Paris, en date du 31 janvier, me
dit ce qui suit: «Le Gouvernement français est dans des dispositions plus
sages que je ne pensais au sujet de la communication qui lui a été faite
dernièrement sur l'affaire suisse[220]. Il va prendre cette affaire _ad
referendum_. Probablement, on évitera de prendre une allure décisive dans
cette question, mais on ne soutiendra en aucune façon la Suisse, du sein
de laquelle le vent du socialisme souffle sur la France, aussi bien que
sur l'Allemagne et l'Italie. Enfin, on ne prendra plus d'engagement avec
l'Angleterre, c'est le point capital. Dans l'Assemblée, le côté de la
Montagne va faire explosion. Peut-être à Lyon y aura-t-il une
démonstration armée, tentée par les socialistes qui sont nombreux. On
n'en est pas effrayé ici; peut-être même n'en serait-on pas fâché. A
Londres, on sera furieux. Ellice, en partant hier d'ici, a dit que lord
Palmerston allait faire _the most mischief he can_[221]. Ellice, tout
whig qu'il est, se montrait fort inquiet de la mauvaise humeur de son ami
de Downing Street.»

  [220] Lors de la violente réaction qui, à partir de 1849, suivit
  dans plusieurs États de l'Europe le mouvement révolutionnaire
  comprimé, des milliers de proscrits allemands, italiens et
  français allèrent chercher un refuge sur le territoire suisse.
  Leur présence fournit à quelques-uns des gouvernements un
  prétexte pour élever auprès du gouvernement fédéral de vives
  réclamations, qui amenèrent des difficultés diplomatiques.

  [221] Le plus de sottises qu'il pourrait.

Puisque je suis en train de faire du commérage politique, je dirai encore
qu'on s'attend à une prompte reprise des hostilités dans l'affaire
danoise. Comme d'ici on laisse les Schleswiçois s'armer et se préparer,
ils vont faire au premier jour une levée de boucliers dont les
conséquences peuvent être graves. Les négociations n'avancent pas d'une
ligne. Le langage hautain de Radowitz, dans les questions allemandes,
jette chaque jour une goutte d'huile de plus dans le feu et aigrit à un
tel point les relations des Cours de Vienne et de Berlin, qu'il est
beaucoup plus raisonnable de croire à une guerre prochaine qu'à la
continuation de la paix, tout insensé que soit, aux yeux des plus
prévenus, un conflit entre les deux grandes puissances allemandes.
L'Empereur Nicolas a dit dernièrement qu'il prévoyait inévitablement une
guerre à peu près générale en Europe au printemps prochain. On dit que
l'Autriche vient de promulguer une nouvelle loi douanière, sur des bases
si larges, qu'il en ressortirait pour elle de grands avantages
politiques, un coup de massue pour Erfurt, et des attaques d'épilepsie
pour Palmerston.


_Berlin, 7 février 1850._--C'était hier une journée remarquable dans les
fastes de la Prusse. Le Roi a prêté serment à la nouvelle Constitution.
Il n'y avait ni tribunes, ni spectateurs, ni grandes charges de Cour,
point de Princes, point de Princesses. On dit que le Roi était ému, qu'il
a prononcé un discours fort touchant qu'il n'avait pas communiqué à ses
Ministres. Il ne s'est cru Roi constitutionnel qu'après le serment; le
discours a été le dernier écho de l'ancien régime. Le Roi et quelques-uns
des Princes ont dîné avec les Messieurs de la Chambre; il y a eu des
toasts assez ternes. Tous les députés polonais ont donné leur démission
pour ne pas prêter le serment; le comte Hochberg-Fürstentein-Pless, grand
et riche seigneur silésien, en a fait autant; vingt-six autres députés se
sont abstenus sous prétexte de maladie; et voilà la journée et l'acte qui
devaient poser la pierre angulaire du nouvel édifice!


_Berlin, 12 février 1850._--M. de Meyendorff a reçu hier une lettre de
Mme de Lieven, qui lui mande que la scène du 4, à Paris, pour
l'enlèvement des arbres de la liberté[222], a été un acte de provocation
malhabile de la police, pour amener une émeute, une intervention armée,
puis cet Empire, rêve de tous les moments à l'Élysée, contre lequel
Changarnier paraît se prononcer.

  [222] Le 4 février, des rassemblements nombreux s'étaient formés,
  pour empêcher d'abattre l'arbre de la liberté planté rue du
  Carré-Saint-Martin, à Paris. Il fallut y envoyer des troupes pour
  accomplir l'ordre donné par le Préfet de police; il y eut des
  morts et des blessés. Le général de Lamoricière, que le hasard
  avait amené sur les lieux, courut les plus grands dangers et ne
  fut sauvé que grâce à une lucarne donnant sur les toits d'une
  maison où quelques citoyens l'avaient entraîné pour le soustraire
  à la fureur populaire.

J'ai appris que M. de Bernstorff, fort gonflé d'outrecuidance prussienne,
il y a deux mois encore, a changé de ton; que les dépêches qu'il a
écrites de Vienne sont toutes inspirées par une grande terreur de la
guerre, et demandant ici qu'on l'évite à tout prix. M. de Schleinitz est
dégoûté, il attend avec impatience le moment de pouvoir demander la
mission de Vienne, en échange du Ministère auquel il paraît que
Bernstorff serait appelé. Radowitz, après avoir promis à Schœnhals et à
Kübeck, les plénipotentiaires autrichiens à Francfort, de signer avec eux
les arrêtés relatifs au Mecklembourg, a quitté Francfort sans le faire et
cherchant sous différents prétextes à s'en dispenser; sur quoi Schœnhals
a fini par lui mander que s'il ne signait pas, dans le délai de trois
jours, lui et Kübeck quitteraient Francfort, et que le dernier lien
serait rompu. Là-dessus, Radowitz a quitté Erfurt à tire-d'aile, pour
apposer, dit-on, la signature demandée. Du moins, voilà ce qu'on m'a
assuré hier.


_Berlin, 13 février 1850._--Hier, le gouvernement a présenté à la seconde
Chambre une loi qui l'autorise à emprunter dix-huit millions de thalers
pour _préparatifs de_ _guerre_. La Chambre a pris la chose en
considération et a nommé une Commission. On ne doute pas que cette
autorisation ne soit obtenue. La première Chambre a fait, hier aussi, ses
nominations pour Erfurt; les choix ont porté sur les démocrates. M. de
Meyendorff ne doute pas que son Souverain ne regarde comme une nouvelle
impertinence de lord Palmerston, d'avoir accepté, dans l'affaire
grecque[223], la médiation de la France, en passant celle de la Russie
sous silence. L'Angleterre travaille à un nouvel armistice entre le
Danemark et la Prusse; mais comme celui qui dure encore en ce moment a
été si peu tenu du côté de la Prusse (d'où on a tacitement encouragé et
soutenu l'insurrection), les Danois ne sont pas d'humeur à donner dans un
nouveau piège. Non seulement la Prusse n'a pas rappelé le général de
Bonin, mais elle l'a prêté au gouvernement insurrectionnel de
Holstein-Schleswig, où il y porte publiquement l'uniforme prussien. Ici,
les envoyés danois ne reçoivent pas de réponses du Gouvernement. M. de
Usedom les évite, ne voit et ne négocie qu'avec leurs adversaires.

  [223] L'incident Pacifico était alors arrivé à son moment le plus
  critique. Ce juif portugais, placé sous le protectorat
  britannique, réclamait au gouvernement hellénique une somme
  considérable, pour prix d'une maison pillée, le 4 avril 1847,
  lors d'une manifestation dans les rues d'Athènes à propos d'une
  procession, et comme compensation des injures dont il avait été
  victime. Lord Palmerston, pour obtenir cette indemnité, fit
  bloquer, en 1850, les ports et les côtes de la Grèce, que
  l'intervention française et le paiement de la somme en question
  purent dégager. L'Ambassadeur de France à Londres, M. Drouyn de
  Lhuys, quitta l'Angleterre, et une guerre générale faillit être
  le résultat de ce minime incident.


_Berlin, 14 février 1850._--Je conviens que chaque gouvernement a ses
difficultés; que la quantité, que la diversité des complications,
devraient être des garanties contre les moyens violents de les résoudre,
en un mot, que si la guerre éclate, elle sera le symptôme le plus
irrécusable de la folie des uns, de la faiblesse des autres, du vertige
du temps. Mais, hélas! ce vertige est si contagieux, il fait sous mes
yeux de tels progrès, que si on assiste, comme moi, à tout ce que la
mauvaise foi, l'outrecuidance inventent, on est bientôt soucieux de
l'avenir. Si nous traversons avril et mai sans coup de canon, je croirai
que la paix sera conservée entre les grandes Puissances, du moins,
pendant une année ou deux, ce qui permettrait à chacun de respirer, de se
retourner, et de mettre ordre à ses affaires. Mais j'ai une terrible peur
que d'ici au 15 mai au plus tard nous ne soyons en plein incendie. Mon
opinion personnelle est que ce sera le mois d'avril qui vers la fin
fixera définitivement les probabilités de guerre ou de paix; à l'heure
qu'il est, elles sont toutes pour une conflagration générale et
prochaine. Lord Palmerston y pousse le mieux qu'il peut, et M. de
Persigny, qui a toujours les yeux fixés sur la rive droite du Rhin, ne
s'y épargne pas. Ici, on donne, avec une merveilleuse niaiserie, dans
tous ces pièges; on s'aliène à plaisir les alliés naturels.


_Berlin, 23 février 1850._--J'ai passé la soirée chez les Meyendorff.
C'est la maison où l'on sait le plus et le mieux les nouvelles. Celles
d'hier étaient plus pacifiques. Deux circonstances servent à calmer
quelque peu les allures guerroyantes qu'on prenait ici. Le retour d'un
individu qu'on avait envoyé s'assurer des préparatifs militaires faits en
Bohême, auxquels on ne voulait pas croire, et qui se sont pleinement
confirmés; puis, une inconcevable incartade de M. de Persigny. Celui-ci,
blessé qu'on ait fait faire, sur l'affaire suisse, des ouvertures
directes à Paris, par l'entremise de Hatzfeldt, a pris la mouche, et est
venu, il y a quelques jours, faire une scène au comte de Brandebourg; il
a dit que la France ne souffrirait pas qu'on exerçât des mesures
coercitives contre la Suisse, et que, du reste, une occasion de faire
passer le Rhin à deux cent mille Français et de guerroyer en Allemagne,
serait tout gain et profit pour le Président; bref, il a si bien montré
les dents que les réflexions subséquentes, et que l'on aurait pu faire
avant, n'ont pas manqué. Auront-elles une force suffisante pour faire
prendre une allure plus sage? Je n'en voudrais pas répondre. Persigny
s'est complètement coulé; il est arrivé ici avec des propositions
d'alliance, il s'en ira probablement sur la menace dont je viens de
parler; il n'y a là ni suite, ni entente, ni plan. Les journaux
représentent l'état intérieur de la France comme empirant de jour en
jour, ce qui rend l'attitude de son représentant ici encore plus
inexplicable.


_Berlin, 24 février 1850._--C'est une date bien sérieuse, bien tragique
que celle d'aujourd'hui. Elle marque l'écroulement de ce qu'on appelait
_la société moderne_, et, très faussement, comme l'expérience l'a prouvé,
_la société civilisée_.

Une lettre de Mme de Lieven, reçue hier ici, prédit de nouvelles et
prochaines catastrophes en France, qui, dans son opinion, tourneront au
profit d'une dictature militaire momentanée dans les mains de
Changarnier.

Le Roi de Hanovre a écrit une lettre que j'ai vue; il y dit qu'il a passé
quelques jours fort désagréables, ayant eu maille à partir avec ses
Ministres, et grand'peine à les convertir à son opinion; qu'enfin, il y
est parvenu, et qu'en conséquence, il rompait le dernier fil avec Berlin
pour nouer plus serré avec Vienne.


_Sagan, 26 février 1850._--Je suis arrivée ici hier après-midi. J'ai
rencontré en chemin de fer M. de Benningsen, le Ministre des Affaires
étrangères hanovrien, se rendant à Vienne pour y prendre langue pendant
quarante-huit heures, puis revenir à tire-d'aile auprès de son
Souverain[224]. Cette mission déplaira sans doute beaucoup à Berlin.

  [224] Benningsen était envoyé à Vienne avec la mission de
  concilier les intérêts fédéraux avec les intérêts respectifs par
  un projet de Constitution que les quatre Royaumes de Bavière, de
  Saxe, de Würtemberg et de Hanovre étaient censés avoir concerté
  avec l'Autriche. Il échoua dans cette démarche.


_Sagan, 28 février 1850._--Le comte Stirum, qui venait de Berlin, a passé
hier par ici, et a dit que la Hesse électorale s'était décidément et
officiellement détachée de la Prusse. On m'écrit que le Roi de Hanovre a
annoncé officiellement au gouvernement prussien sa séparation du _bund_
prussien, mais qu'il a dû céder à ses Ministres, qui ne veulent
absolument pas de l'alliance avec l'Autriche, parce que l'Autriche ne
voudrait qu'une seule Chambre, et que les Ministres hanovriens en
voudraient deux. Je suppose que c'est pour donner toutes ces explications
à Vienne que M. de Benningsen s'y est rendu. Voilà donc le pauvre Roi de
Hanovre complètement isolé.


_Sagan, 1er mars 1850._--Nous entrons dans un mois fameux et funeste dans
les Annales de l'histoire ancienne et moderne. Dieu sait quelles _Ides_
il nous prépare à cette date du demi-siècle. Les dates, les
anniversaires, tout inspire terreur, on sent que les pieds posent sur un
terrain miné.


_Sagan, 6 mars 1850._--J'ai eu hier des lettres de Paris. On y était, à
la date du 2 de ce mois, dans une grande perplexité sur les élections
prochaines, les nouvelles des provinces donnaient de l'inquiétude; les
rouges relèvent la tête. Cela n'empêchait pas les plaisirs et les folies
de toilette; celles-ci sont poussées à un degré effrayant. La
Grande-Duchesse Stéphanie a été reçue avec les plus grands honneurs par
le Président; il lui a monté une maison à part de la sienne pour qu'elle
fût plus libre; il a fait mander le Corps diplomatique en uniforme pour
lui être présenté. C'est assise sur un fauteuil d'apparat qu'elle a reçu
les présentations, ce qui a paru étrange chez le Président de la
République, et lui a valu quelques lardons. Elle doit passer un mois à
l'Élysée, puis elle demeurera chez sa fille lady Douglas qui arrive à
Paris dans quelques semaines. La Grande-Duchesse ayant été fort
accueillante à Bade pour des gens de toutes les opinions, plusieurs
personnes, qui ne vont pas chez le Président, ont demandé à lui offrir
leurs hommages.


_Sagan, 7 mars 1850._--Il m'est arrivé des lettres de Paris vraiment
alarmantes. Ceux qui voient encore en couleur de rose se flattent d'un
changement dans le Cabinet anglais, qui retentirait tout d'abord à
l'Élysée, où lord Normanby est plus puissant que jamais, non seulement
sur la politique extérieure, mais même sur celle du dedans. Ses conseils
ne sont pas des meilleurs; il les donne le soir chez la maîtresse du
Président, au milieu des petits jeux qui y amusent les loisirs
présidentiels. Dans la question suisse, c'est encore lord Palmerston qui
tracera la route du Président; ses instincts sont guerroyants; ceux de
ses Ministres sont pacifiques, mais les Ministres n'ont autorité ni
auprès du prince Louis, ni auprès de l'Assemblée, qui est en défiance
d'eux et encore plus du Président, dont les tendances dans la question
grecque sont aussi palmerstoniennes que dans celle de Suisse; en un mot,
dans toutes celles qui surgissent en Europe, où les conflits, les
rivalités, le décousu et le gâchis ne manquent assurément pas. La France
n'est pas la moins déchirée. Le Président, m'écrit-on, est parfaitement
décidé à saisir à bras-le-corps la première occasion de rompre avec
l'Assemblée, de la briser; bref, son 18 brumaire et son manteau impérial
sont prêts. Il attend, en rongeant son frein, cette occasion; elle lui
viendra probablement d'une bataille contre les rouges; le danger général
lui donnerait, à ce qu'il croit, l'acclamation publique. C'est toujours
vers Changarnier que se tournent tous les yeux; il est la grande énigme
du moment: rien ne perce de ses intentions; il se maintient dans une
réserve telle qu'on pourrait croire qu'il se tient pour le maître assuré
de la position. En effet, on ne doute pas qu'il n'arrête le coup d'État,
mais dans l'émotion d'une guerre civile, ne se développerait-il pas un
mouvement populaire qui emporterait jusqu'à Changarnier lui-même! Tout
dépendrait donc de la proportion de cette bataille, de cette
effervescence des masses. Les rouges livreront-ils combat? Il me semble
qu'on est disposé à le croire, qu'on s'y attend même pour ce mois-ci, et
que les renseignements qui arrivent des provinces sont des plus graves.
Elles menacent de détrôner Paris et de lui enlever sa longue initiative
politique et révolutionnaire. Il est certain que, pour cette crise
décisive, le Président est bien insuffisant; il s'est fait, depuis six
mois, bien du tort parmi les gens raisonnables; il est détestablement
entouré, dans un ordre d'idées absurdes et dangereuses; mais, après avoir
dit tout cela et plus encore, on n'en revient pas moins à la conclusion
qu'il n'y en a pas d'autre pour le moment, et qu'il faudra bien le
prendre tel qu'il est. Pour sauver la France, il faudrait évidemment un
Dictateur militaire, qui fît main basse sur le suffrage universel, la
presse, le jury, la garde nationale, enfin sur tout ce qui empoisonne la
France, et qui, par miasmes contagieux, gangrène l'Europe entière. Si le
Comte de Chambord, si le Comte de Paris revenaient demain en France,
pourraient-ils faire ce qui est nécessaire? C'est douteux. Il semble que
ce ne puisse être que l'œuvre d'un pouvoir exceptionnel et non régulier.
De là, le souhait d'une Dictature militaire toute-puissante, qui
remettrait, cette phase passée, le pouvoir régulier aux mains d'un
principe sanctionné par la tradition. Mais Dieu, dans ses desseins, en
a-t-il jugé ainsi? Ou bien le vieux monde tombera-t-il en décomposition
sanglante? Des hordes féroces se partageront-elles nos lambeaux? Qui le
sait?


_Sagan, 11 mars 1850._--On me mande de Berlin que M. de Persigny a cru
faire merveille en allant déblatérer contre la Prusse chez le ministre
d'Autriche, et y dire que deux cent mille Français sauraient bien faire
justice des velléités neuchâteloises. Sur ce, Prokesch, qui est assez
hargneux et violent, est devenu blanc de colère et, avec des lèvres
tremblantes de rage, a dit au petit favori qu'il ne souffrirait pas de
semblable propos chez lui, et que, malgré la froideur qui régnait entre
les Cours de Vienne et de Berlin, il pouvait assurer M. de Persigny qu'au
premier soldat français qui passerait le Rhin hostilement contre la
Prusse, toutes les forces autrichiennes viendraient au secours d'un
ancien allié contre les inondations révolutionnaires. Sur cette vive
sortie, le petit homme a plié bagage. On dit qu'il se met à intriguer
avec le parti démagogique prussien, sentant qu'il ne peut pas diriger
comme il voudrait le Cabinet Brandebourg. Celui-ci, hélas! tourne à tous
vents; il noue et dénoue, commence et recule, avance et se retire; c'est
ce que l'on peut imaginer de plus déplorable.


_Sagan, 12 mars 1850._--Les Schleswiçois disent que si on ne leur envoie
pas un million et demi d'écus, ils attaqueront seuls les Danois au 1er
avril. Les Danois disent que, s'ils sont attaqués, ils captureront tous
les vaisseaux allemands sur-le-champ, et que cette fois ce ne sera pas
pour les restituer. C'est sur cela que Rauch a été envoyé en Schleswig
avec les instructions les plus énergiques pour destituer Bonin, et
rappeler tous les officiers prussiens; mais trois heures plus tard, on
s'est effrayé de cette énergie inaccoutumée, et on lui a envoyé par
exprès des instructions nouvelles, et si fort mitigées qu'on n'en attend
rien d'effectif.


_Sagan, 14 mars 1850._--Le général de Rauch a envoyé son fils en courrier
à Berlin pour demander des instructions plus énergiques; on ne veut pas
obéir à celles dont il était porteur; cependant le Ministre de la
Guerre[225] craint d'envoyer l'ordre de rappel aux officiers prussiens
qui servent en Holstein-Schleswig, vu qu'un ramassis de Polonais sont sur
les lieux tout prêts à les remplacer; ce qui fait craindre un pendant aux
scènes badoises de l'année dernière[226], contre lesquelles il faudrait
que les Prussiens marchassent.

  [225] M. de Stockhausen.

  [226] De graves désordres avaient éclaté dans le Grand-Duché de
  Bade, où le gouvernement du Grand-Duc Léopold Ier était fortement
  combattu par les libéraux et luttait depuis des années contre
  l'impopularité. A la tête de cette insurrection de mai 1849 se
  trouvait Mieroslawski. Léopold dut quitter Carlsruhe et ses
  États, où il ne reparut qu'un mois après, grâce à une
  intervention des Prussiens qui occupèrent le pays jusqu'en 1850.


_Sagan, 21 mars 1850._--Le général de Rauch est revenu de Holstein sans
avoir rien obtenu. Les Holsteinois n'ont plus le sou, mais ils comptent
autoriser le pillage et faire vivre ainsi leur armée, qui est composée de
bandits. La jolie perspective!

La Duchesse d'Orléans est chez son neveu Schwerin, à Ludwigslust[227];
visite d'adieu. On commence à croire que ce seront des adieux longs, si
ce n'est définitifs, car la Princesse a fait venir de Paris une cargaison
de bijoux, boîtes, épingles, bagues, bracelets, etc., qu'elle doit
répandre dans sa tournée de famille avant de passer en Angleterre.

  [227] En Mecklembourg.

Il semble que M. de Persigny se croit moins près de la jolie petite
bataille dont il se flattait à Paris, car on remarque que depuis quelques
jours, il est moins glorieux et moins goguenard.


_Sagan, 9 avril 1850._--M. de Meyendorff m'écrit de Berlin: «La politique
Radowitz-Bodelschwing, repoussée par la majorité dans le Conseil des
Ministres, est entrée dans une nouvelle incarnation. Il s'agit maintenant
de mettre à la taille d'un nain l'habit qui, le 29 mai 1849, avait été
taillé pour un géant[228]. On renonce à une _Constitution de l'Empire_,
il n'y aura plus qu'un _lien d'États_, réduit à sa plus simple
expression, c'est-à-dire maintenu dans les limites de l'influence
naturelle de la Prusse et de la communauté des intérêts matériels. Le Roi
a été le premier à donner cette nouvelle impulsion. Le général
Stockhausen l'a surtout bien secondé. Prokesch trouve qu'il y a
amélioration dans la marche du gouvernement; il faut donc qu'elle soit
bien évidente; mais Bernstorff, toujours raide et borné, ne sait pas
faire marcher l'entente si nécessaire. Et comme, à Vienne, on n'est pas
très prévenu pour la Prusse, Dieu sait combien de temps on perdra
encore.»

  [228] Allusion à la réunion de la Prusse, du Hanovre et de la
  Saxe, qui, en mai 1849, avaient voulu signer une Constitution;
  mais cette tentative ne put aboutir, le Hanovre ayant refusé son
  adhésion au dernier moment, sous l'influence de l'Autriche.


_Sagan, 23 avril 1850._--Lady Westmorland m'est arrivée hier avec sa
fille. Elle ne m'a rien apporté de bien serein sur la politique. Elle
s'attend à une intervention armée et prochaine de la Russie dans la
question danoise. Une flotte russe, avec des troupes de débarquement, se
prépare à faire la police dans les Duchés. Lord Palmerston en
laissera-t-il la gloire ou l'embarras à la Russie, ou se décidera-t-il à
y prendre part? C'est ce que l'on saura dans peu de jours.

Lady Westmorland a reçu de la Reine des Belges une lettre qui lui dit que
son père, après une grippe violente, est resté fatigué, changé, vieilli;
elle voulait aller en Angleterre pour le voir.


_Sagan, 1er mai 1850._--La réponse attendue de Londres, dans la question
danoise, est arrivée samedi soir à Berlin. On y approuve entièrement les
propositions simultanées et identiques de Meyendorff et de Westmorland,
et on autorise ce dernier à les exprimer fortement; c'est ce qu'il a
fait; mais il paraît que les paroles les plus fermes restent sans effet
et qu'il faudra des _actes_ pour faire changer les allures du Cabinet de
Berlin. Reedtz et Pechlin, les deux plénipotentiaires danois, sont à bout
de patience et se plaignent des pièges qu'on leur tend; tout s'aigrit,
s'envenime, et je vois les plus sages croire à quelque embrasement
violent.


_Sagan, 3 mai 1850._--Le Congrès des Princes[229], qui devait s'assembler
à Gotha, doit maintenant se réunir à Berlin le 8 de ce mois. Par ce
motif, le mariage de la Princesse Charlotte de Prusse avec le Prince de
Meiningen est remis au 18, ce qui ne lui plaira guère; quoique jeune,
elle est éprise et pressée[230]. C'est une charmante personne que j'aime
particulièrement, et qui a pour moi un goût très marqué, mais je crains
que Meiningen ne soit un trop petit théâtre pour son extrême activité, et
son futur, un peu trop carafe d'orgeat pour une vivacité électrique,
héritée de sa mère, contenue cependant par une excellente éducation.

  [229] Ce Congrès avait été convoqué par la Prusse à la suite de
  la dissolution de l'alliance des trois Rois, dont le Hanovre,
  puis la Saxe s'étaient retirés. Le Roi de Prusse, déclarant
  vouloir travailler de tout son pouvoir à l'unité de la nation
  allemande, convoquait ce Congrès pour s'opposer aux menées
  ambitieuses de l'Autriche. Les Princes se rendirent à cet appel,
  et le Congrès s'ouvrit à Berlin le 12 mai.

  [230] Ce mariage fut, en effet, célébré à Berlin le 18 mai 1850.


_Sagan, 7 mai 1850._--Humboldt me mande que l'Angleterre ayant délégué
tous ses pouvoirs à la Russie dans la question danoise, et le langage de
Meyendorff étant menaçant et des plus fermes, on se décide à Berlin à des
mesures pacifiques. Dieu le veuille! Il dit aussi qu'il ne croit pas que
le Congrès princier de Berlin soit au complet, qu'en tout cas, il n'en
sortira pas grand'chose, et que la convocation, par l'Autriche, d'une
réunion de l'ancienne Diète à Francfort, devient de jour en jour un
danger plus formidable.

Mme de Chabannes m'écrit qu'elle est très mécontente du parti orléaniste,
plus encore que de celui qui lui est opposé. Elle dit qu'on fait, de la
part du Comte de Chambord, les propositions les plus acceptables; que les
jeunes Princes d'Orléans sont tous pour un pacte de famille; que
Louis-Philippe, fort affaibli, vacille; que la Reine des Belges, se
trouvant sous l'influence anglaise, est hostile; que Mme la Duchesse
d'Orléans, mal renseignée de Paris, reste dans des réponses dilatoires.


_Sagan, 8 mai 1850._--Lady Westmorland m'écrit de Berlin, d'hier: «On
prépare le château de Berlin pour la demeure des Princes invités au
Congrès. On a pu y arranger dix-sept appartements séparés; si cela ne
suffit pas, on logera les Princes de surplus dans des maisons
particulières, toujours aux frais du Roi, mais on doute que le nombre de
dix-sept soit atteint. Il n'y a, jusqu'ici, de certain que le Duc de
Cobourg, le Duc de Brunswick, le Grand-Duc de Saxe-Weimar, le Grand-Duc
de Bade, les deux Grands-Ducs de Mecklembourg. Quant à l'Électeur de
Hesse-Cassel, il a fait dire qu'il viendrait pour expliquer lui-même au
Roi pourquoi il ne pouvait entrer dans l'union restreinte. Le général de
Bülow part aujourd'hui pour Copenhague, chargé de traiter une paix
_séparée_ entre la Prusse et le Danemark, sans s'occuper ni des Duchés,
ni de l'Allemagne, et sans médiation. Quand je dis _traiter_, je veux
dire _proposer de traiter_, car les négociations devront avoir lieu ici.
On a décidé d'envoyer un plénipotentiaire à Francfort, et on suppose que
ce sera M. de Manteuffel, le Ministre de l'Intérieur. La grande question
est de savoir s'il se présentera comme plénipotentiaire de la Prusse, ou
bien comme représentant à lui seul l'Union restreinte. Au premier cas,
grande reculade prussienne, au second, non-admission de la part de
l'Autriche.»


_Sagan, 12 mai 1850._--J'ai reçu hier une lettre de Berlin dont voici
l'extrait: «Vous verrez la liste des Princes arrivés, elle est dans la
gazette. Ils y sont tous, excepté Nassau et Hesse-Darmstadt, mais il ne
faut pas croire qu'ils sont d'accord. Le Duc de Cobourg a voulu avoir une
conférence préalable chez lui, entre eux, avant la séance d'aujourd'hui
au Château, où le Roi les a réunis pour leur faire un discours, puis leur
donner à dîner. Le Duc de Cobourg a été étonné et fâché de trouver que
chacun a sa façon particulière de juger la question, et qu'ils ne
veulent pas se laisser diriger par lui. Mecklembourg-Strelitz, Hesse,
Oldenburg, se sont déclarés tout à fait opposés à la tactique prussienne,
et le Duc de Brunswick, quoique favorable au _Bund_[231], l'est à sa
manière, qui n'est pas celle des Cobourg. Manteuffel ne va pas à
Francfort, cette question reste en suspens.

  [231] On appelait _Bund_ l'alliance de tous les Souverains
  allemands contre l'ennemi extérieur. Il a existé jusqu'après la
  guerre de 1866.

«M. de Persigny, qui est revenu de Paris, déclare que tous les partis se
sont réunis au Président; que l'on va prendre les mesures les plus
énergiques, que tout danger est passé. Prokesch est nommé à
Constantinople; on dit que c'est le général Thun qui le remplace ici.»


_Berlin, 13 mai 1850._--Voici deux lettres que j'ai reçues de Berlin,
l'une en allemand, dont voici la traduction: «Le Congrès des Princes est
dans le meilleur train du monde. On s'occupe peu des affaires, mais en
revanche on fait de grands exercices; il n'y a pas de fin aux spectacles
militaires; après cela, des dîners monstres, et, le soir, l'opéra du
_Prophète_, des soirées ou des bals. Aujourd'hui c'est chez Meyendorff,
demain chez Redern, lundi chez le Prince et la Princesse de Prusse, mardi
chez les Westmorland, mercredi chez Leurs Majestés, et puis, plaise à
Dieu, la clôture! La Régente de Waldeck est arrivée ici depuis jeudi pour
le grand dîner dans la salle Blanche. Nouvelle jubilation pour les
spectateurs. On lui a donné, comme Régente, le premier rang, avant tous
les Princes.

Le Roi exagère la politesse envers ses hôtes: au lieu de donner le bras
à la Reine et de se faire suivre par les autres Princes, il a offert son
bras à la Princesse de Waldeck, et la Reine au Grand-Duc de Bade. La
Princesse a très bonne mine, s'habille bien, tout en noir, à cause de son
veuvage, mais elle a le malheur de ne le céder en rien pour la taille
élevée au général de Neumann; elle lui a même emprunté son impertinente
affabilité. Je crains que ce soir elle ne s'amuse pas trop chez Mme de
Meyendorff, où le soutien de la Cour lui manquera; les dames oublieront
certainement la Régente, et ne verront en elle que la Princesse de
Waldeck. Le Duc de Brunswick n'a pas assisté au dîner du Château, à cause
d'une prétention de préséance sur le Duc de Cobourg. Hier, il y a eu des
dîners chez les Princes Charles et Albert de Prusse, afin que le Roi et
la Reine puissent reprendre haleine. Le soir, la salle de l'Opéra était
magnifique, et le grand salon qui touche la loge Royale féeriquement
décoré et illuminé. On avait joint les loges des étrangers à la grande
loge, et cependant, les Princes, avec leur suite, y ont à peine trouvé
place. Le public était tellement absorbé par leur aspect qu'il ne
montrait guère que son dos au _Prophète_, et portait toute son attention
sur l'_Union allemande_, attention qui s'accrut, naturellement, à
l'apparition du Roi dans la grande loge, où il prit la troisième place à
côté de la Régente de Waldeck. La Reine resta seule dans sa petite loge,
où elle n'était pas même en toilette. Après le premier acte, le Roi
conduisit pour quelques moments la Régente chez la Reine.

«Le discours adressé par le Roi aux Princes a été, dit-on, plein de
dignité. Il les a invités à examiner s'ils voulaient loyalement et
fidèlement suivre le même chemin que lui, ajoutant que, s'il leur était
venu un autre avis, ils n'avaient qu'à suivre une autre route, en se
séparant de lui, dont le cœur resterait sans rancune, mais qu'en le
suivant, il fallait marcher fidèlement partout où il porterait la
bannière. Hier soir, dans la séance des Ministres, des différends, des
disputes, des querelles, se sont déjà hautement manifestés. Le _Conseil
administratif_ s'y était présenté comme auditeur; Hassenpflug a tout de
suite protesté contre sa présence, et, finalement, on a été obligé de
clore cette séance à peine commencée. Il s'en est suivi aujourd'hui un
échange de lettres, rien moins que polies, entre Brandebourg et
Hassenpflug, mais _point de séance_; bref, l'_Union_ a déjà disparu, dès
l'essai de cette première séance.»

L'autre lettre est de lady Westmorland: «Les Princes ont eu d'abord une
réunion entre eux chez le Duc de Cobourg, qui se donne beaucoup de
mouvement, et qui voudrait être le chef des autres, ce qui offense déjà,
et surtout, le Duc de Brunswick. Le Grand-Duc de Mecklembourg-Strelitz,
représenté par son fils aîné, et l'Électeur de Hesse-Cassel, parlant pour
lui-même et pour le Grand-Duc de Hesse-Darmstadt, ont déclaré ne pouvoir
consentir à aucun acte tendant à former l'_Union prussienne_, avant que
l'Assemblée réunie à Francfort n'eût décidé sur la grande question qui
doit se traiter là. Tous les autres Princes se sont déclarés voués à
l'_Union_ et à la politique prussienne, mais, même parmi ceux-ci, il n'y
a rien moins qu'unité, chacun, en faisant la même profession de foi,
voulant l'interpréter d'une façon différente. Les uns voulaient d'abord
aborder la question politique dans la réponse qu'on devait faire au
discours du Roi le lendemain matin, mais il a été décidé qu'on n'y
répondrait que par des phrases de politesse. Hier, les Ministres des
Princes ont eu leur première réunion pour discuter la marche à suivre. A
leur grand étonnement, ils virent arriver M. de Radowitz et tous les
membres du _Verwaltungsrat_[232]. Là-dessus, le Ministre de Hesse, qui
est, comme vous savez, violemment opposé à toute tactique prussienne,
s'est levé et a déclaré que ces Messieurs n'avaient aucun droit de se
mêler aux discussions des Ministres des Princes, et qu'il serait
impossible pour eux de discuter franchement en présence de ceux dont ils
auraient probablement à blâmer les actes, et surtout de M. de Radowitz.
Celui-ci doit alors avoir déclaré que c'était pour soutenir les amis de
l'_Union_ qu'il se trouvait là, et que, sans lui, il serait très possible
que le Gouvernement prussien fléchit sous les attaques des Princes
hostiles (beau compliment, comme vous voyez, pour M. de Brandebourg et
son Cabinet). Là-dessus, grande confusion et interruption de la séance
sans rien décider. Voilà le commencement du Congrès. Il y a quelques
épisodes piquants. Le Duc d'Oldenbourg, et surtout son fils, sont d'une
violence si exagérée dans le sens Radowitz, Gagern, etc., que le père a
fait une sortie à la réunion des Princes, que tous les autres ont
trouvée par trop forte, et, le lendemain, le fils, se trouvant chez M. de
Meyendorff, a débordé contre l'Autriche d'une manière si inconvenante que
Meyendorff a dû lui faire une scène. Le Roi a été seul chez chacun des
Princes à leur arrivée; il a écouté très patiemment tout ce que le
Grand-Duc de Mecklembourg-Strelitz lui a dit, et, au grand étonnement de
ce dernier, a répondu qu'il partageait complètement sa manière de voir,
surtout en ce qu'on ne devait rien faire ici avant de connaître le
résultat de l'Assemblée de Francfort. J'ai bien peur qu'il n'ait dit à
chacun des autres Princes qu'il partageait leurs opinions. Au fond, ce
n'est pas son opinion, quelle qu'elle puisse être, qui décidera de rien.»

  [232] Conseil d'administration de l'État fédératif.


_Sagan, 15 mai 1850._--Des détails qu'on m'écrit sur Claremont coïncident
identiquement avec ce que je savais déjà. Il n'y a rien de bon, ni
d'_à-propos_ à attendre d'une famille qui ne pardonnera jamais à la
branche aînée d'avoir été sa victime, lorsque la cadette a usurpé les
droits de l'orphelin légitime. La branche aînée, n'ayant rien à se
reprocher à l'égard des d'Orléans, est bien plus conciliante, et plutôt
prête à lui tendre la main que l'autre à lui présenter le petit doigt. Il
n'y a que les grandes âmes ou les esprits d'une trempe vraiment
supérieure, qui savent pardonner à ceux qu'ils ont offensés.

La fête de l'Opéra, à Berlin, paraît avoir été magnifique, mais, par un
oubli inconcevable, au souper, on ne s'était pas souvenu de M. de
Persigny. Il a quitté, en fureur, la salle de spectacle où les
invitations avaient circulé. Le lendemain, on lui a envoyé un aide de
camp avec des excuses.

Le Prince de Prusse sera, avec le duc de Wellington, parrain du dernier
fils de la Reine Victoria[233], il s'appellera Arthur-William-Patrick; ce
dernier nom est une coquetterie irlandaise.

  [233] Le duc de Connaught, né à Windsor le 1er mai 1850.

Il paraît que les deux Mecklembourg, les deux Hesse, le Grand-Duché de
Bade et les trois Villes libres se retirent de l'Union. Il n'y avait rien
de positivement déclaré, puisque la Conférence durait encore, mais ce
bruit avait grande vraisemblance. Le Duc de Cobourg est, à ce sujet, dans
une telle rage, qu'il disait tout haut qu'il voudrait _étrangler_ de ses
propres mains les récalcitrants. La question de la présence de Radowitz
aux réunions a été terminée par le désir formel exprimé par le Roi de le
voir assister aux Conférences, _afin qu'il pût prêter à tous les Princes
réunis l'avantage de ses talents_.


_Sagan, 16 mai 1850._--Voici ce qu'on m'écrit de Berlin à la date d'hier:
«A une longue conférence, hier, les Princes ont _plâtré_ une espèce de
réconciliation, et les récalcitrants ont consenti à retirer leur sortie
de l'_Union_, vu que tous ont résolu d'envoyer leurs Plénipotentiaires à
Francfort sous certaines conditions. Ils ont aussi décidé de former un
Gouvernement provisoire pour deux mois. Le parti de la majorité paraît
très content d'avoir, de cette manière, évité une rupture qui lui aurait
enlevé tant de membres de l'Union. De l'autre côté, Prokesch est dans un
état violent et déclare que l'Autriche ne consentira jamais aux
conditions des Princes. Des esprits plus calmes croient, au contraire,
que l'Autriche ferait bien de les laisser tous venir à Francfort, et de
ne pas forcer une dissolution que la nature des choses doit amener
d'elle-même. Les Princes, ayant donc à peu près terminé leur mission,
partiront demain et après-demain, excepté le Duc de Meiningen qui reste
pour les noces de son fils. Sir Henry Wym, le Ministre d'Angleterre à
Copenhague, est arrivé ici pour se consulter avec lord Westmorland et
Meyendorff sur les affaires de Danemark. Je ne doute pas qu'elles vont se
terminer.»


_Sagan, 23 mai 1850._--M. de Meyendorff m'écrit de Berlin, à la date
d'avant-hier: «J'apprends à l'instant l'attentat commis sur le Roi, hier,
et dont vous verrez les détails dans tous les journaux[234], mais voici
un fait curieux, qui, comme de raison, ne sera dans aucun: le Roi a dit à
quelqu'un de présent qui me le mande textuellement: «J'ai été prévenu de
cette tentative; c'est une trame qui menace encore d'autres Souverains.»

  [234] Le 22 mai 1850, Sefeloge, ancien sergent d'artillerie, tira
  sur le Roi au moment où celui-ci se disposait à se rendre à
  Potsdam pour y passer l'été. Le Roi, s'étant embarrassé dans un
  de ses éperons, fit un faux pas qui empêcha la balle de
  l'atteindre à la tête; elle ne fit que labourer la chair du bras
  droit entre le poignet et le coude.


_Sagan, 25 mai 1850._--D'après les lettres que je reçois en masse de
Berlin, je n'ai aucun doute (malgré le soin inexplicable que met le
Gouvernement, jusqu'ici, à représenter l'assassin comme un fou isolé),
qu'il n'est, ni plus ni moins, qu'un émissaire de cette affreuse
association de régicides, qui a son siège à Londres, et qui cherche des
cerveaux brûlés qu'on arme en aveugles, et qu'on appelle _the
Blinds_[235]. Le Gouvernement était prévenu. On dit qu'il y avait cinq de
ces émissaires à Berlin. Meyendorff et Prokesch se sont précipités chez
M. de Brandebourg et chez Manteuffel, les suppliant de profiter du
miracle opéré par la Providence et de l'avertissement donné par elle,
pour faire fermer les clubs, prendre des mesures d'urgence et jeter
l'effroi dans les conciliabules; mais la faiblesse, la lâcheté sont à
leur comble, et on ne songe qu'à sauver le criminel. On est justement
alarmé pour Vienne et Varsovie[236].

  [235] Les aveugles.

  [236] Le Tsar venait de s'y rendre.


_Sagan, 29 mai 1850._--Le Roi va mieux, quoique son bras le fasse
souffrir, mais on dit qu'il faut cela pour la guérison. La Reine est pâle
comme une morte, douce comme un ange, et courageuse comme un lion. Il
paraît que les indices sur les affiliations de l'assassin avec les
sociétés démocratiques sont si nombreux et si évidents qu'on renonce, peu
à peu, à le déclarer fou, et qu'on cherche à pénétrer plus sérieusement
dans ces sanglantes ténèbres. La trame se manifeste de plus en plus. On
croit en tenir plus d'un fil, mais nous ne sommes pas énergiques, et
nous n'avons pas le bonheur de l'à-propos. C'est bien Dieu, à lui seul,
qui nous sauve, car assurément, nous ne l'aidons pas.

  Les deux correspondants s'étant rencontrés ensuite à Baden-Baden,
  leurs lettres se trouvèrent interrompues jusqu'au mois d'août, où
  ils se séparèrent de nouveau. La Duchesse avait auprès d'elle, en
  revenant de ce voyage, sa dame de compagnie, Mlle de Bodelschwing,
  une Courlandaise qui lui était très dévouée et resta auprès d'elle
  jusqu'à sa mort.


_Stuttgart, 4 août 1850._--Après avoir quitté le débarcadère de Carlsruhe
ce matin, j'ai dormi dans ma voiture jusqu'à Pforzheim, entr'ouvrant
quelquefois le coin de l'œil pour admirer ce gracieux pays, mais les
refermant aussitôt. Je suis arrivée ici, à cinq heures, par de fraîches
et riantes vallées. Je suis allée, en voiture découverte, visiter le
monument de Schiller, qui m'a plu, et, par le superbe parc attenant au
Château, nous sommes montées au petit palais de Rosenstein dont la
situation, la vue sont charmantes, mais le Palais est bien peu de chose,
les tableaux, les statues sont médiocres, les proportions mesquines. Nous
sommes revenues par Canstadt, où nous avons été à la fontaine minérale
goûter une eau qui m'a semblé détestable. Tous ces environs sont très
jolis, et bien au-dessus, ce me semble, du modeste Carlsruhe. On ne nous
a pas permis de voir la _Wilhelma_, jardin et palais mauresque, créés par
le Roi actuel. En longeant le mur de clôture, j'ai pu saisir des
_glimpses_[237] qui m'ont consolée de n'en point franchir le seuil.

  [237] Des petits aperçus.


_Ulm, 5 août 1850._--Ce matin, avant de quitter la capitale de
Würtemberg, j'ai visité l'église chapitrale, intéressante par les
tombeaux des premiers comtes de Würtemberg, puis le château, dont on ne
montre que la partie destinée aux réceptions. Nous avons visité les
écuries, le manège royal, où on dressait des chevaux arabes charmants,
arrivés dernièrement de leur brûlante patrie; ils pouvaient s'y croire
encore, tant il fait chaud. Je suis arrivée toute rôtie à la villa du
Prince Royal; c'est inachevé, mais cela sera charmant, dans le plus beau
style de la Renaissance, situé à merveille, des vues admirables, mais
aucun ombrage, un jardin mal planté, et, tout autour, une aridité
désolante. Nous avons vu arriver un piqueur du Roi nous apportant une
permission écrite, non sollicitée, pour voir la _Wilhelma_. Nous nous y
sommes rendues. Il y a un bain mauresque et des serres pour les plantes
des Tropiques qui m'ont plu. Le jardin laisse à désirer. En tout, les
jardiniers de Stuttgart ne me paraissent pas très habiles. Le chemin de
fer nous a ensuite conduites ici par un pays fécond, accidenté, arrosé,
boisé, charmant, plein de ruines, d'églises et de villages. Nous sommes
tombées ici dans le _Sänger-Verein_[238], composé de treize cents
chanteurs qui encombraient le chemin de fer, ainsi que les petites rues
tortueuses de la vieille cité d'Ulm. Nous avons visité ici la Cathédrale,
qui est très imposante, l'Hôtel de ville et une fontaine gothique, qui
ont de l'intérêt.

  [238] Les _Sänger-Vereine_ sont deux associations de chant
  fondées depuis bien des siècles en Allemagne.


_Augsbourg, 7 août 1850._--En arrivant ici, hier, je n'ai vu de la ville
que ce qu'on en traverse; elle m'a semblé assez curieuse, par son ancien
cachet de vieille ville impériale: des fontaines en bronze fort belles,
des vestiges romains, la prison, la chapelle, le lieu du supplice de
saint Affre. Dans l'auberge où je suis, _les trois Maures_, la plus
ancienne de toute l'Allemagne, on est sur terrain historique. La chapelle
dans laquelle Charles-Quint a entendu la messe, la cheminée dans laquelle
le riche tisserand Fugger a brûlé les quittances impériales, enfin, tout
ce que ma tête, abîmée par la chaleur, a pu saisir, je l'ai vu.


_Münich, 8 août 1850._--Je suis arrivée hier après-midi. J'ai visité
l'église Saint-Louis, qui m'a rappelé une des chapelles latérales de
Saint-Pierre de Rome. La place avec les statues de Tilly et de Wrède, la
rue Saint-Louis avec tous ses édifices, le jardin du Château entouré
d'arcades peintes à fresques, ont employé le reste de la journée.
Aujourd'hui, dès neuf heures du matin, nous nous sommes mises en
campagne, et pour début, nous avons été à la _Frauenkirche_ où nous avons
entendu la messe, dont le son était venu dans ma chambre, et que l'orgue,
avec ses beaux accords, rendait irrésistible. De là, vite à la galerie
Leuchtenberg, qui ne s'ouvre qu'à de certaines heures et à de certains
jours. Je n'y ai été séduite que par un portrait plein d'expression de la
Laure de Pétrarque peint par le Bronzino. Elle est représentée sur le
retour, en costume austère de veuve, avec les traits nobles, un peu
pointus, des yeux intelligents, ouverts, limpides. Puis, m'est apparu un
admirable tableau de Murillo, représentant un moine à genoux devant un
ange, qui lui ordonne de recevoir la mitre d'Evêque. C'est d'une
composition, d'une couleur, d'un dessin merveilleux, et pour moi, qui ai
toujours eu une grande préférence pour Murillo, j'ai joui de cette
nouvelle confirmation de mon goût. Du palais Leuchtenberg, j'ai été
ensuite à la Basilique; j'ai été frappée de la beauté des fresques, de la
richesse des marbres, de la perfection des matériaux et du travail. Cette
Basilique n'est point encore consacrée; le couvent destiné aux
Bénédictins, que le Roi Louis a fait construire, et qui se joint par la
crypte à la Basilique, est tout prêt à recevoir les religieux, mais n'est
point encore habité. Les fonds ont tous été emportés par l'indigne Lola
Montès. En revenant, j'ai voulu revoir l'église de Saint-Louis, le
charmant Chemin de la Croix avec ses quatorze stations, marquées chacune
par une fresque pleine de sentiments religieux. Ce Chemin de la Croix en
plein air me plaît; je le préfère beaucoup à ceux qu'on applique dans
l'intérieur des églises, et par lesquels on rompt désagréablement
pilastres et colonnes. J'ai été charmée de retrouver ici des églises (les
nouvelles du moins) sans chaises comme en France, sans bancs comme en
Prusse. Les églises d'Italie voient les fidèles prosternés sur les dalles
nues, ce qui est plus humble, plus pittoresque, et infiniment plus
favorable à l'effet architectural. Avant de rentrer, j'ai vu l'Église des
Théatins, paroisse de la Cour, dont le rococo est si riche qu'il atteint
une certaine beauté; puis l'église de Saint-Michel, très laide et ornée,
on déshonorée par d'horribles friperies, mais où le monument funèbre du
Prince Eugène de Leuchtenberg[239] par Thorwaldsen m'a intéressée. Voilà
ce qui s'appelle avoir bien rempli sa journée.

  [239] Ce monument fut élevé à Eugène de Beauharnais, créé duc de
  Leuchtenberg, par le Roi Louis de Bavière, son beau-père.


_Münich, 10 août 1850._--J'ai continué hier à explorer les curiosités de
Münich. J'ai été visiter le Trésor, les grands appartements du Château,
la _Salle des Beautés_ qui ne sont guère belles et qui ont surtout l'air
d'être tirées du _Journal des Modes_. Les belles statues de Schwanthaler
dans la _Salle du Trône_ m'ont fait grand plaisir. J'ai été, du Château,
visiter la _Taverne des Artistes_; ils s'y réunissent tous les soirs,
pour y trinquer et y deviser ensemble sur l'art et les inspirations de
leur génie; cette taverne, ils se la sont arrangée dans un style à part,
qui rappelle les corporations du quinzième siècle; chaque artiste a
contribué, par son talent, à la décoration de ce local, qui est dans de
petites proportions, mais dont l'aspect est fort original; les gobelets,
avec les noms et les signes de chacun, y sont rangés en bon ordre avec
des ornements moulés et modelés sur leurs dessins; les noms de Cornélius,
Kaulbach, Schwanthaler, etc., se lisent sur plus d'un objet. C'est
vraiment fort intéressant. J'ai été aussi visiter le potier et le
ferblantier qui fabriquent les cruches et gobelets à bière fameux en
Bavière; les formes les plus originales s'y rencontrent, il y en a de
gracieuses, il y en a de burlesques. La Chapelle dédiée à tous les
Saints, attenante au Château, n'a pas passé inaperçue; elle est belle,
riche, noble, un peu orientale, et semble avoir été construite et ornée
sous l'inspiration de Saint-Marc de Venise. Nous nous sommes ensuite fait
conduire en calèche hors la ville, sur la _October-Wiese_, au milieu de
laquelle s'élève le grand monument de la _Bavaria_, statue colossale en
bronze par Schwanthaler, entourée de trois côtés par une magnifique
colonnade en marbre, que la statue domine de trente pieds. Les
échafaudages ne sont pas encore enlevés, mais ce qu'on en voit est
gigantesque. Le temps étant beau, nous avons poussé deux lieues plus
loin, du côté où l'Isar s'échappe des montagnes pour arroser la plaine de
Münich. Un joli bois nous a conduites au pied d'un castel gothique, que
Schwanthaler venait d'achever quand la mort est venue l'abriter mieux
encore.

Aujourd'hui la Glyptothèque, la Bibliothèque et le charmant palais des
Wittelsbach[240] (résidence d'hiver du Roi Louis et de la Reine Thérèse,
qui n'a été étrennée que l'hiver dernier) ont eu notre visite. Nous
voulons encore aller à la Pynacothèque, à l'atelier de Schwanthaler que
son cousin conserve avec scrupule, et qu'on dit intéressant. Ce soir,
j'irai entendre un bout de _la Norma_, puis Münich sera clos pour moi.
Mon attente a été surpassée, ma curiosité satisfaite, et ma personne
fatiguée.

  [240] Nom de la Famille Royale de Bavière.


_Salzburg, 16 août 1850._--Je suis arrivée avant-hier ici, en traversant
le plus beau pays, le plus fertile, le plus pittoresque, par un temps
charmant. Je vais m'enfoncer davantage dans les montagnes qui renferment
Ischl. J'ai vu la Cathédrale, le Nonnenberg, avec sa vieille église et
son noble couvent, la forteresse sur son inaccessible rocher, les salles
qu'on y restaure. J'ai été visiter Aigen, où le cardinal Schwarzenberg
aimait à se reposer, et dont il ne s'est séparé qu'il y a dix jours, non
sans d'amers regrets. J'ai vu le château de Mirabelle, celui de
Heilbrunn, l'élégant et curieux Anif, et enfin le cimetière de
Saint-Pierre, qui a un caractère si original.


_Ischl, 17 août 1850._--La station que je fais ici ne me plaît pas trop.
Ce n'est pas que le lieu ne m'ait paru joli en arrivant, que l'air de ses
montagnes élevées et abritées si bien du nord ne doit être excellent,
mais Ischl est plein de monde, et malheureusement du monde de
connaissance, de ce genre de monde _qui oblige_.

On me mande de Paris qu'il y a un flot de légitimistes qui se rendent à
Wiesbaden pour y voir le Comte de Chambord, et entre autres M. de La
Ferté, gendre de M. Molé, qui y aurait été spécialement mandé par le
Prince.

J'ai vu Louise Schœnbourg, beaucoup plus calme sur la politique, plus
équitable pour son frère Félix Schwarzenberg, mais craignant que le
Ministre Bach ne soit un traître qui creuse un précipice sous les pieds
de son frère. Ce Ministre Bach est du reste l'objet de l'exécration,
d'abord des grands seigneurs autrichiens, mais aussi de tous les
propriétaires, à quelque catégorie qu'ils appartiennent. La comtesse
Schœnbourg, grande-maîtresse de l'Archiduchesse Sophie, est venue
m'apporter l'invitation de dîner demain chez Son Altesse Impériale. Comme
c'est le jour de naissance de l'Empereur, il y aura dîner de famille, et
je les verrai tous, ou à peu près tous réunis.


_Ischl, 19 août 1850._--On m'écrit de Berlin qu'on a eu à Potsdam les
attentions les plus flatteuses, les égards les plus marqués pour M. le
Duc de Bordeaux, dont chacun aussi est resté très enchanté[241]. Le
général Haynau a partagé avec Mlle Rachel la curiosité du public[242]; le
général enviait les applaudissements de l'actrice; on dit que cette
concurrence a offert des scènes assez comiques. On s'est, du reste, lassé
bien plus vite de la vanité militaire que de celle des coulisses.

  [241] En se rendant à Wiesbaden, où la question de la fusion
  entre les deux branches de la maison de Bourbon devait se
  traiter, M. le Duc de Bordeaux passa par Berlin, où sa présence
  fit grande sensation. Le Roi de Prusse, alors à Potsdam, le reçut
  avec beaucoup d'honneurs. Le Prince y arriva le 6 août et y
  habita le Nouveau Palais. Monseigneur était accompagné du duc de
  Levis, du marquis de La Ferté, de M. Berryer, et de plusieurs
  autres Français de distinction. Pendant ce séjour, on donna la
  représentation de _Polyeucte_, jouée par Mlle Rachel alors à
  Berlin.

  [242] Le général autrichien Haynau s'était rendu célèbre par ses
  répressions sévères en Italie pendant le bombardement de
  Peschiera, comme par ses représailles exercées sur les habitants
  de Bergame et de Ferrare, le sac de Brescia, le massacre des
  insurgés. Plus tard, pendant la guerre de Hongrie, il avait
  montré les mêmes rigueurs aux exécutions dont Pesth et Arad
  furent le théâtre en octobre 1849. On disait même qu'il y avait
  fait fouetter des femmes. Le général était alors de passage à
  Berlin.

Au dîner, hier, chez l'Archiduchesse, excepté la Famille Impériale et le
service obligé, il n'y avait que moi. Le jeune Empereur a une tournure
très élégante; son frère Max, mon voisin à table, est très causant,
spirituel et agréable; tous les vieux Archiducs très polis;
l'Archiduchesse Sophie, comme toujours, extrêmement attrayante et
agréable. On a bu à la santé de l'Empereur, on a tiré le canon, la
musique militaire a joué l'air national, qui a été aussitôt entonné par
la population assemblée sous le balcon. A la nuit, la cime des montagnes
et la ville se sont illuminées des feux de réjouissance; c'était d'un
effet charmant.


_Ischl, 21 août 1850._--Je reviens d'Aussée où l'établissement de la
famille de Binzer et de Zedlitz est une véritable idylle; beau site,
fraîches prairies, lac pittoresque, ombrages touffus, maison élégante,
simple, commode sous forme rustique. La mère, les filles conduisent un
petit domaine rural que le père cultive lui-même, tandis que Zedlitz fait
des vers, que l'armée d'Italie et celle de Hongrie lui envoient des
adresses et des vases d'or. Un fils dessine à ravir, deux de ses amis
sculptent et peignent, le tout pour embellir cette agreste demeure, sur
les murs de laquelle des fresques fort gracieuses rappellent les scènes
principales des poèmes de Zedlitz. Le soir, jeunes et vieux naviguent sur
le lac en chantant des tyroliennes, des ballades allemandes, des romances
françaises, des boléros espagnols. Tout cela est enfermé dans une vallée
d'un accès difficile où les échos du monde arrivent fort affaiblis. C'est
un rêve, ou pour mieux dire, une fiction dans le domaine de la réalité.


_Vienne, 23 août 1850._--Je suis arrivée il y a deux heures ici, à la
lettre rôtie et accablée par douze heures de bateau à vapeur, par une
chaleur africaine. Il y avait foule sur le petit navire; c'était à ne pas
y tenir, et quoique par moments les bords du Danube soient pittoresques
et bien meublés, je ne leur trouve pas l'intérêt des bords du Rhin entre
Mayence et Cologne.


_Vienne, 25 août 1850._--Le chapitre des folies humaines est
interminable. Voici le Roi de Danemark qui y ajoute un drôle d'alinéa par
son ignoble mariage morganatique; hier, le télégraphe a apporté ici la
nouvelle de son abdication[243].

  [243] Frédéric VII, Roi de Danemark, avait épousé, le 7 août, une
  marchande de modes, Lola Bosmussen, surnommée _la Lola danoise_,
  qui fut créée Comtesse à cette occasion. Une correspondance de
  Hambourg avait alors répandu le bruit de l'abdication du Roi en
  faveur de son héritier naturel, le Duc d'Oldenbourg, afin de
  simplifier la question de succession, mais cette nouvelle était
  dénuée de fondement.

J'ai reçu force lettres aujourd'hui de tous les côtés: de Mme de La
Redorte, des Pyrénées, où elle me semble prendre l'ennui pour de la
tristesse; c'est cependant bien différent. Mme Mollien m'écrit de
Claremont qu'elle va bientôt retourner en France; elle me paraît croire à
une assez prompte fin de Louis-Philippe; il est à bout de lui-même. On
voulait le faire aller à Richmond; la Duchesse d'Aumale a fait une fausse
couche, ce qui a retardé le déplacement. Il paraît que déjà chaque membre
de la famille se demande ce qu'il aura à faire; quelle route on aura à
suivre, quel parti à prendre lors de la disparition de ce vieux chef,
devenu, dit-on, d'une irritabilité que sa faiblesse physique seule égale.
Triste fin d'une carrière pleine de contrastes, sur l'ensemble de
laquelle l'histoire prononcera probablement un arrêt sévère. Quand on
prend la place d'un orphelin, encore faut-il savoir s'y maintenir, ou
périr en la défendant. La Reine Marie-Amélie est, dit-on, plus sainte,
plus forte, plus résignée, plus admirable que jamais.

Ici, on parle peu politique. La révolution même n'y a pas tué un certain
commérage frivole, qui ne manque pas d'une certaine grâce quand on n'en
use pas trop longtemps. Cependant, on est assez satisfait de la vigueur
inusitée que le Cabinet de Dresde déploie depuis quelques semaines, et
qu'on reporte au Ministre comte de Beust, qui procède fort énergiquement,
et qui vient d'un coup d'expulser vingt professeurs gangrenés de
l'université de Leipzig[244].

  [244] M. de Beust avait repris en 1849, dans le Cabinet de
  Dresde, le portefeuille des Affaires étrangères qu'il avait déjà
  eu en 1841, et y ajouta celui des Cultes. Il avait pris une part
  active à l'alliance des trois Rois, puis, avec le concours de
  l'Autriche, il rechercha l'alliance des quatre Souverains.

J'ai visité hier le palais Lichtenstein, si fabuleux pour sa
magnificence. Je trouve cependant que, quels que soient les revenus,
mettre 80 000 florins à un seul lustre est impardonnable. Il y a
cependant bien plus à admirer qu'à blâmer dans cette belle création du
luxe moderne.


_Vienne, 31 août 1850._--Il se répand ici que le Roi Louis-Philippe est
mort. Je n'ai point appris encore si cette nouvelle est fondée ou
non[245]. Vienne, malgré les catastrophes des dernières années, est
singulièrement peu entrée dans la vie politique, et le _Prater_, et le
spectacle et le commérage y dominent, à peu près comme par le passé. J'ai
été revoir Saint-Étienne, qui me fait toujours une grande impression;
j'ai été aussi faire une petite station à la gracieuse et singulière
église de Maria-Steig, attenante au couvent des Ligoriens, dont la
Révolution de 1848 les a chassés.

  [245] Louis-Philippe était mort le 26 août.


_Sagan, 5 septembre 1850._--J'ai fait une tournée par Dornbach, qui
appartient à la princesse Lory Schwarzenberg, Felsberg et Eisgrub aux
Lichtenstein. La princesse Lory Schwarzenberg fait fort agréablement les
honneurs de son élégante villa, dont la situation et la vue sont
charmantes. Felsberg est un établissement d'hiver, clos, chaud, abrité,
un peu triste; il y a beaucoup de place, mais les proportions des pièces
ne sont pas bonnes, le jardin insignifiant; il y a une belle chapelle,
une jolie salle de spectacle, beaucoup de portraits de famille, quelques
vieux meubles de formes et de dates curieuses. L'appartement surtout du
Prince Eugène de Savoie, qu'il habitait lorsqu'il venait chasser chez son
ami, le prince Lichtenstein, voilà ce qui m'a le plus frappée. Eisgrub
est élégant, soigné, gai, avec un grand parc qui se perd dans les bois,
dans une contrée couverte d'étangs, peuplée de gibier de toute espèce.
Les haras, les écuries, le manège, tout est soigné à l'anglaise.

Il a failli nous arriver un gros accident sur le chemin de fer. Il
faisait obscur; un cheval de paysan s'était échappé, et couché en travers
des rails; le train lancé a passé par-dessus, écrasé l'animal; il en est
résulté un tel choc que dans notre wagon, nous avons été jetés d'un côté
à l'autre de notre cage. Il a fallu s'arrêter, chercher des secours, mais
enfin nous nous en sommes tirés sans autre catastrophe, sauf la peur qui
a été grande.


_Sagan, 12 septembre 1850._--Je suis bien aise pour Mme la Duchesse
d'Orléans que les gazettes aient menti une fois de plus, en disant
qu'elle avait mandé Thiers auprès d'elle.

Les journaux racontent une scène hideuse, qui serait arrivée à Londres
contre le général Haynau, et qui ne cadre guère avec l'hospitalité tant
vantée de la grande Albion[246].

  [246] Le sentiment populaire était très excité contre le général
  Haynau et les moyens de répression dont il avait usé dans les
  guerres d'Italie et de Hongrie, en 1848 et 1849. Dans un voyage
  qu'il fit à Londres, en septembre 1850, comme il voulait visiter
  la brasserie de Barclay et Perkins, les ouvriers le huèrent, le
  maltraitèrent, lui arrachèrent les moustaches et menacèrent de le
  jeter dans leurs cuves.


_Sagan, 16 septembre 1850._--Je viens de recevoir une lettre de M. de
Salvandy, du 10, datée de la Haye. Il m'annonce qu'il se rend en mission
de Londres à Frohsdorff. D'après sa lettre, je dois croire qu'il est
assez avancé dans la négociation, dont il paraît s'être officieusement ou
officiellement chargé, je ne puis trop, dans une rédaction entortillée,
déchiffrer lequel des deux.

La Reine des Belges se meurt[247]. Pauvre Reine Marie-Amélie, vraie mère
de douleur!

  [247] La Reine Louise mourut à Ostende le 11 octobre, et fut
  inhumée le 16 dans l'église de Læken.


_Berlin, 15 octobre 1850._--Politiquement, l'horizon berlinois n'est pas
éclairci, seulement les choses en sont venues à un point si critique que,
nécessairement, il faut que d'ici à bien peu de semaines les nuages se
dissipent, soit par un rayon de soleil partant de Varsovie[248], soit par
la détonation des bouches à feu. Tout se décidera au pied de l'Autocrate.
M. de Brandebourg s'y rend demain; il y conduit sa femme, amie d'enfance
de l'Impératrice, avec laquelle elle est restée liée. On compte ici
beaucoup sur les effusions et émotions féminines, auxquelles le cœur
marital de l'Empereur n'est pas insensible. Le prince Schwarzenberg
arrive le 20 à Varsovie, l'Empereur d'Autriche y sera deux jours après.
Ici, le Corps diplomatique est satisfait de voir Radowitz au Ministère,
parce que son rôle derrière les coulisses lui paraissait plus fatal
encore. On croit qu'il reculera devant la responsabilité officielle de
ses actes; on espère qu'il sera effrayé du compte rendu qu'il devra aux
Chambres. En tout cas, on saura plus tôt et plus nettement à quoi s'en
tenir, et tout semble valoir mieux que l'état de suspension dans lequel
l'Allemagne s'use en tous sens.

  [248] Les démêlés de l'Autriche et de la Prusse, étant arrivés à
  un point aigu, fournirent à l'Empereur Nicolas, sous le prétexte
  d'empêcher la guerre, l'occasion de devenir l'arbitre entre ces
  deux Puissances. Il s'était rendu à Varsovie et y convoqua des
  conférences auxquelles assistèrent le jeune Empereur d'Autriche,
  le prince Schwarzenberg, président du Conseil autrichien, et le
  comte de Brandebourg, représentant de la Prusse. Tous les regards
  se portèrent de ce côté, où on assurait que toutes les questions
  qui agitaient alors l'Allemagne, question hessoise, question du
  Schleswig, question de la suprématie de l'Autriche et de la
  Prusse, devaient se décider. Le chagrin que devait ressentir le
  comte de Brandebourg des concessions que fit alors la Prusse fut,
  croyait-on, la cause de sa mort, qui survint au commencement de
  novembre.


_Sagan, 22 octobre 1850._--Mme Mollien me mande que la sainte Reine
Marie-Amélie, après la mort de sa fille, a dit: «Je ne suis plus en ce
monde que pour envoyer des âmes à Dieu.» Elle ne s'occupe plus du tout
d'elle-même, le plus ou moins de malheurs ne lui fait rien; elle ne songe
uniquement qu'à consoler, à encourager et à fortifier ceux qui
l'entourent. C'est vraiment une sainte.

Humboldt me mande qu'il a vu Salvandy un moment, ravi de Frohsdorff et
irrité contre Claremont.


_Sagan, 26 octobre 1850._--Tant que durera la réunion de Varsovie, on ne
pourra pas se faire une idée bien nette de ce qui s'y résoudra. On y a
extrêmement fêté Brandebourg et Paskéwitch.

Le général Changarnier est, je crois, depuis longtemps tout voué à Mme la
Duchesse d'Orléans. Elle a mis, dès les premiers jours de son exil, un
soin particulier à le gagner par une correspondance adressée à une tierce
personne, mais dédiée au général, qui la lisait régulièrement. La
Princesse a réussi ainsi à le captiver, et on peut tenir pour certain
qu'il est orléaniste pur. Les succès de Salvandy à Claremont et à
Frohsdorff ne signifient rien, tant que Mme la Duchesse d'Orléans ne se
soumet pas sincèrement à la fusion; tant qu'elle pourra s'appuyer sur
Thiers et qu'elle croira pouvoir compter sur Changarnier, elle se tiendra
à part, malgré la mort de la Reine des Belges qui lui enlève son
principal appui dans sa famille. J'ai eu l'honneur de lui adresser par
écrit mon compliment de condoléance sur cette perte. Elle l'affecte bien
plus que celle de son beau-père, qui, au fait, ne lui a rien fait du
tout. Dans le fond, je suis presque tentée de croire que la Reine
Marie-Amélie elle-même est bien plus navrée encore de la perte de sa
fille que de celle de son époux, dont elle devait être bien souvent
embarrassée depuis le 24 février 1848.


_Sagan, 4 novembre 1850._--Les gazettes d'hier nous donnent une nouvelle
importante: la démission, offerte et acceptée, de Radowitz, après un long
Conseil tenu à la suite des échos de Varsovie. Cette retraite met le vent
à la paix; Dieu veuille qu'il y reste! Si Radowitz, Bunsen et Arnim le
boiteux, étaient restés hors du Conseil du Roi, on aurait évité bien des
fautes et des calamités. Je crains toujours Bunsen, qui, réuni à lord
Palmerston, ne peut être que _mischievous_[249].

  [249] De l'anglais: malfaisant.


_Sagan, 6 novembre 1850._--Nous sommes ici battus par une tempête qui,
depuis plusieurs jours, menace de nous jeter à bas. A Berlin, ce sont
d'autres orages qui mettent chacun en émoi: la retraite de Radowitz, que
je ne regarde point encore, hélas! comme positive; la maladie grave,
peut-être mortelle de Brandebourg, la retraite de Ladenberg, l'appel de
Bernstorff, l'humeur du Prince de Prusse, l'agitation du Roi, le manque
d'équilibre dans toutes les directions, les Chambres s'assemblant le 21,
tout cela, avec les armements qui continuent, ici et en Autriche, en
voilà beaucoup à la fois; tous les esprits en sont atterrés ou en fièvre.


_Sagan, 8 novembre 1850._--On passe ici de fort mauvais jours. Au moment
où le comte de Brandebourg faisait prévaloir les voies pacifiques, il
tombe malade et meurt. Radowitz va, à la vérité, à Erfurt, mais Ladenberg
rentre au Conseil, et l'ordre de mettre tout sur le pied de guerre se
publie. Le chemin de fer prussien de Kosel a ordre de ne plus servir à
conduire les troupes autrichiennes de Cracovie à Troppau. Bernstorff,
qu'on avait appelé à Berlin pour y remplacer Radowitz, reçoit l'ordre de
ne pas venir, et Erfurt est bien près de Sans-Souci! A Dresde, il y a
joie de la probabilité de guerre, car on y espère reconquérir les parties
saxonnes démembrées en 1814 au profit de la Prusse. La Silésie sera la
première province envahie par les Autrichiens ou occupée par les
Cosaques. Le comte de Brandebourg est mort des suites des agitations des
deux dernières années, des _scènes très vives_ qu'il a eu à subir à
Varsovie, de la _discussion très orageuse_ qui s'est passée au Conseil
lors de son retour, et enfin d'un refroidissement qui a suivi cette
bourrasque, vu, qu'ayant été réveillé la nuit par une dépêche importante,
il s'est levé pour y répondre; le frisson l'a pris aussitôt; une fièvre
gastrique, nerveuse, mêlée de goutte, l'a emporté; l'émétique a été donné
et une saignée a été faite mal à propos, dit-on; c'est possible, mais les
médecins ne me paraissent être que les agents de la Providence; ils
guérissent ou ils tuent, selon que la tâche du malade est plus ou moins
remplie. Cette mort enlève au Roi un de ses serviteurs les plus honnêtes,
les plus désintéressés. Il y a une fatalité visible dans tout ce qui se
passe ici, qui jette l'effroi et la consternation dans tous les esprits.


_Sagan, 11 novembre 1850._--Chaque heure nous rapproche d'une solution
sanglante. On croyait toucher à la paix, et voilà que, tout à coup,
l'armée est mise sur pied de guerre; toute la landwehr est appelée sous
les drapeaux, ce qui jette la plus grande perturbation dans
l'administration civile, dans l'agriculture, dans l'industrie, et frappe
chacun dans sa vie privée. Plusieurs de mes employés, de mes domestiques,
de mes gardes forestiers sont obligés de marcher. Les chevaux sont
requis, mon écurie est, à cette heure même, décimée. On écrit de Berlin
que la guerre n'est pas encore inévitable, mais chaque heure la rend plus
probable. Et pourquoi, grand Dieu? Parce qu'à force de bravades, de
gasconnades et de mauvaises ruses, on s'est enfin pris dans ses propres
filets. La semaine ne se terminera pas sans une solution définitive. Dieu
veuille faire souffler un vent pacifique sur ces parages!


_Sagan, 13 novembre 1850._--Voilà que le premier choc entre les Prussiens
et les Austro-Bavarois a eu lieu, auprès de Fulda[250]. La gazette
officielle ou ministérielle, _Die Deutsche Reform_, qui paraît deux fois
par jour à Berlin, m'a apporté hier cette nouvelle, ajoutant que ce sont
les Prussiens qui avaient tiré les premiers, que les Autrichiens
n'avaient pas même leurs armes chargées, aussi que plusieurs avaient été
blessés sans se défendre; que le tout reposait sur un _malentendu_,
qu'après cette escarmouche, le général prussien de Grœben s'était replié
en deçà de Fulda. Le tout est précédé d'un _leading article_ plutôt
pacifique. En attendant, il paraît que Bernstorff s'est, à la vérité,
rendu à Berlin, mais uniquement pour refuser la tâche ministérielle qu'on
lui destinait. Le tohu-bohu est complet. Depuis que les fanfares
guerrières sonnent, chacun est absorbé par les pensées, les prévisions,
les arrangements qu'une pareille préoccupation fait naître. Je suis
cependant décidée à ne point bouger d'ici; je crois qu'abandonner ses
foyers au jour du danger est une mauvaise mesure, dont on a presque
toujours motif de se repentir.

  [250] Une collision avait, en effet, eu lieu entre les troupes
  prussiennes et austro-bavaroises, sur la route de Fulda, près du
  village de Brounzell, et cinq soldats autrichiens avaient été
  blessés dans cet engagement d'avant-poste.


_Sagan, 15 novembre 1850._--Mon beau-frère est revenu hier de Berlin, où
il avait laissé tout le monde à la paix. Le Roi avait fait chercher le
Ministre d'Autriche. L'explication a été longue, vive d'abord, douce
ensuite; on s'est quitté réciproquement satisfait. Dieu veuille que de
cet éclaircissement il ne résulte que du bien, et que de nouveaux nuages
ne viennent pas troubler l'horizon. Radowitz a tellement monté le Prince
de Prusse que celui-ci, dans le Conseil tenu au retour du comte de
Brandebourg, de Varsovie, dans lequel il avait prêché la paix, l'a
accusé, en termes violents, de perfidie envers sa patrie. Le pauvre Comte
a été tellement sensible à ce reproche qu'on croit généralement qu'il en
est mort. Tant il y a que, dans son délire, cette scène lui revenait sans
cesse et lui causait la plus grande agitation. Cela fait souvenir de la
scène que le Dauphin fit au maréchal Marmont à Saint-Cloud au mois de
juillet 1830.

L'Autriche consent à ne regarder l'échauffourée près de Fulda que comme
un simple hasard, à n'y attacher aucune idée de préméditation. De part et
d'autre, il semble qu'on veuille entrer dans une voie pacifique et que
l'Autriche a le bon sens de se prêter à tout ce qui mettra l'amour-propre
prussien à l'abri, dans cette reculade obligée. Les Autrichiens sont
décidés à envoyer vingt-cinq mille hommes en Holstein-Schleswig pour en
finir. Le point le plus ardu entre Vienne et Berlin, c'est le Hanovre,
c'est-à-dire que l'Autriche veut que le Hanovre donne passage à ses
troupes, et qu'à Berlin on ne veut pas que le Hanovre l'accorde. Je crois
qu'il ne reste plus que ce point-là qui pourrait rejeter dans les
angoisses de la guerre.

Je suis bien curieuse de l'impression que vous aura faite Mme
Swetchine[251]. Elle est vieille, laide, spirituelle, instruite, aimable,
insinuante, fort propre au métier qu'elle fait depuis trente ans. Je suis
toujours étonnée que les vrais dévots, qui devraient, ce me semble, n'en
avoir jamais fini avec leur propre conscience, trouvent tant de loisirs
pour s'évertuer sur celle des autres.

  [251] Extrait de lettre.


_Sagan, 18 novembre 1850._--Les chances sont pour la paix depuis
plusieurs jours; il paraît que les Conférences qui doivent régler le sort
de l'Allemagne s'ouvriront au 1er décembre à Dresde, et que c'est la
Russie qui se charge de la garantie que réclament simultanément
l'Autriche et la Prusse, que le désarmement effectué par l'une de ces
puissances se fera en même temps que celui de l'autre[252]. Néanmoins, il
ne faut pas renier absolument toute possibilité de guerre. Ainsi,
l'élément démocratique, assez vivace dans les Chambres qui s'ouvrent le
21, les ambitions personnelles de gens qui n'appartiennent pas à ce
parti, mais qui ont la niaiserie de croire qu'en hurlant la guerre avec
lui, ils sauront après le museler; les haines personnelles, les vanités
ridicules, les patriotes niaisement amoureux de la gloire et de ce qu'on
appelle, fort mal à propos, l'honneur national, tout cela est en jeu, et
Manteuffel est _tout seul_ pour soutenir la lutte. On l'accuse déjà
d'être vendu à la Russie, à l'Autriche! Peut-être les forces militaires
que la France, _d'après les gazettes_, envoie sur les bords du Rhin
donneront à réfléchir.

  [252] Les Conférences eurent lieu, en effet, à Dresde; elles y
  furent tenues dans le plus grand secret et traînèrent en longueur
  tout l'hiver, pour aboutir enfin au second Olmütz, au mois de mai
  1851.


_Sagan, 29 novembre 1850._--Le Ministre Manteuffel a quitté Berlin hier,
pour avoir à la frontière (à Oderberg) un rendez-vous avec le prince
Schwarzenberg[253]. Il est à supposer que cette entrevue aura une issue
pacifique. On disait aussi que les Chambres seraient prorogées. Quelque
solution qui puisse arriver, il faut que chacun s'y prépare.

  [253] Cette entrevue eut lieu à Olmütz, non loin d'Oderberg.


_Sagan, 1er décembre 1850._--Tous les chemins de fer sont envahis par des
transports de troupes; et cependant, malgré ce bousculis militaire qui va
en augmentant, on parie encore pour la paix. Le baron de Manteuffel a
passé, il y a peu d'heures près d'ici, par un train extraordinaire,
retournant à Berlin. C'est dans ce wagon que roulent nos destinées[254].
M. de Meyendorff était présent à l'entrevue; sa présence aura sans doute
été d'un grand poids, et d'un poids utile dans la balance. On vient aussi
de me dire que l'Électeur de Hesse aide à la simplification, en déclarant
ne vouloir plus de secours autrichiens, ni prussiens, se croyant capable
de soumettre, avec ses propres forces, ses sujets.

  [254] Chargé par intérim du Ministère des Affaires étrangères,
  laissé vacant par la mort du comte de Brandebourg, M. de
  Manteuffel opéra à Olmütz un rapprochement entre la Prusse et
  l'Autriche, en consentant au rétablissement de la Diète
  germanique, en prêtant son aide à l'anéantissement des droits
  constitutionnels de la Hesse électorale et en livrant le
  Holstein-Schleswig au Danemark, par une politique de paix à tout
  prix, qui découragea d'ailleurs profondément les Prussiens.

La cour du château est toute pleine de caissons, de chariots, de chevaux;
le château est rempli d'officiers supérieurs, les communs de soldats;
c'est un tohu-bohu incessant; les tambours battent, les trompettes
sonnent, et cependant, tout cela n'est peut-être qu'une parade militaire,
en définitive ridicule et onéreuse!


_Sagan, 3 décembre 1850._--Les lettres et les journaux de France nous
manquent depuis plusieurs jours, ce qui est dû, sans doute, aux
mouvements des troupes, qui envahissent, retardent, désorganisent toute
régularité et sûreté dans les chemins de fer. Ce dérangement dans les
communications écrites est une des disgrâces les plus sensibles pour moi,
dans ce moment, qui, à tous égards, est bien sérieux, car ma maison vient
d'être le théâtre d'une tragédie. Un des officiers supérieurs, homme de
mérite, estimé dans l'armée, riche, considéré, après un dégoût dans le
service, s'est brûlé la cervelle. Quelques heures avant, il avait dîné
chez moi et rien n'annonçait une aussi fatale résolution. Il a laissé un
écrit dans lequel il explique les motifs de cette action, et prend les
différents arrangements qu'il désire. Il m'y offre l'hommage de sa
reconnaissance pour mon bienveillant accueil et demande pardon de l'acte
qu'il va commettre sous mon toit hospitalier. Cet événement nous a tous
saisis. On vient d'enterrer ce pauvre homme. Toute la troupe le regrette.
Les obsèques, quoique sans honneurs militaires à cause du suicide, ont
été honorées par les larmes de tous ceux qui avaient servi avec et sous
le défunt.

Nous saurons aujourd'hui comment les Chambres auront accueilli
l'arrangement combiné entre Manteuffel et Schwarzenberg; elles ont dû
s'en occuper hier. Les dispositions étaient orageuses, hostiles, et, en
tout cas, le combat aura été vif. M. de Ladenberg avait offert sa
démission, ne voulant de la paix à aucun prix. Si les Chambres se
montrent trop ingouvernables, aura-t-on le courage de les dissoudre et
d'user librement du droit de paix et de guerre que la Constitution assure
au Roi? Ou bien fléchira-t-on devant les hurlements de la démocratie et
de ses dupes, qui remplissent les Chambres prussiennes? _That is the
question._ On peut parier avec autant de vraisemblance _pour_ ou
_contre_, tant il y a peu à compter sur une marche suivie, franche,
conséquente, là où les résolutions définitives se prennent.

J'ai reçu une lettre de Potsdam, en date du 30 novembre, dont voici
l'extrait: «Notre excellent Souverain a porté l'empreinte de la
tristesse, pendant les jours de la maladie et de la mort du comte de
Brandebourg, pendant la chute de Radowitz, pendant les vives discussions
avec le Prince de Prusse, pendant la résolution de mobiliser l'armée. Il
a montré un éloignement violent contre le parti Gerlach[255] et contre M.
de Manteuffel, et une irritation des menaces insultantes de la Russie
d'occuper les provinces de l'Est, comme on occupe la Hesse. Puis, après
de fort cruels débats intérieurs, la sérénité du Roi est revenue en
regard des idées d'arrangements pacifiques, retour presque affectueux
vers M. de Manteuffel; résolution prise de l'envoyer s'aboucher avec le
prince de Schwarzenberg. Le Roi _espère_ conserver la paix.»

  [255] M. de Gerlach était un des rédacteurs de la _Nouvelle
  Gazette de Prusse_, et le chef avoué du parti dit _de la Croix_,
  souvent appelé parti Gerlach.

Je reçois, en outre, une autre lettre qui me dit ceci: «La Cour de Russie
a notifié officiellement aux autres Cours sa stricte neutralité dans les
affaires purement allemandes, ce qui ne s'applique pas à l'affaire du
Holstein. A ce sujet, elle a fait cette réserve que, si une Puissance
prétendait empêcher le passage des troupes fédérales, elle s'opposerait,
à main armée, à une telle prétention. Les Cabinets de Londres et de Paris
ont reconnu les mêmes droits au Danemark, et se sont engagés à laisser
faire la Russie. Le Roi de Danemark a demandé à l'Empereur Nicolas douze
mille hommes; l'Empereur a répondu qu'il lui en enverrait cent vingt
mille.»


_Sagan, 5 décembre 1850._--Voici quelques détails qui me sont mandés de
bonne source: le baron de Manteuffel est arrivé le jeudi 28 novembre, à
cinq heures du soir, à Olmütz. La conférence entre lui et le prince
Schwarzenberg commença aussitôt; elle dura jusqu'à minuit et demi. Cette
première conversation n'avait conduit à aucun résultat et Manteuffel
avait déclaré son intention de partir une heure après, par le train de
nuit. Le prince Schwarzenberg ne fit pas le plus léger essai pour le
retenir; au contraire, il sonna et donna ordre qu'on préparât les
voitures pour reconduire le Baron au débarcadère. Ce fut alors que M. de
Meyendorff s'interposa, en sollicitant des deux champions diplomatiques
la tentative d'une nouvelle entrevue pour le lendemain. Schwarzenberg et
Manteuffel y consentirent, et le lendemain la conférence s'ouvrit à 9
heures du matin et se prolongea jusqu'à 5 heures du soir. Le premier,
qui, la veille au soir, avait parlé sans ménagement aucun de la politique
équivoque de la Prusse, à tel point que M. de Manteuffel se vit obligé de
lui déclarer qu'il ne pouvait continuer à entendre un tel langage, se
montra infiniment plus mesuré et plus accessible le lendemain matin, et
enfin la conférence conduisit au résultat suivant: la Prusse occupera en
Hesse sa route d'étapes militaires, tout en permettant aux troupes
autrichiennes de l'employer pour la pacification du pays; Cassel aura une
garnison mi-partie autrichienne, mi-partie prussienne; les affaires
intérieures de la Hesse seront réglées par deux commissaires, l'un nommé
par la Prusse, l'autre par l'Autriche. La question du Schleswig sera
également traitée par deux commissaires de chacune des grandes
Puissances; le Danemark et le Holstein seront requis de diminuer leurs
forces militaires des deux tiers. Si, pour obtenir ce résultat, il était
nécessaire de mettre en mouvement une force armée, l'Autriche déclare se
désintéresser de la question de savoir quelle sera la Puissance chargée
de cette opération; elle laisserait la Prusse s'en occuper seule, ou en
charger une des autres Puissances de la Confédération germanique. Quant
aux intérêts généraux de l'Allemagne, ils devront se traiter dans des
conférences libres tenues à Dresde. Le prince Schwarzenberg ne s'est pas
expliqué clairement sur les bases d'après lesquelles il entendrait que
ces intérêts fussent fixés, mais il a consenti à ce que, pendant les
conférences de Dresde, l'activité de la Diète de Francfort restât
suspendue. De plus, il a été stipulé que la Prusse donnerait l'exemple du
désarmement, mais que le moment où ce désarmement commencerait dépendrait
de la volonté du Roi de Prusse. Ce dernier article est, je crois, tenu
particulièrement secret. Le Roi s'est montré très satisfait de ces
résultats. Cependant, il n'a pas pu s'empêcher de dire tout haut, à sa
table, que Manteuffel n'avait obtenu que ce que Radowitz, le plus
allemand de ses Ministres, avait demandé.

L'ardeur, la violence des discussions ont été grandes dans les Chambres
prussiennes. Elles ont eu pour résultat _l'ajournement_ jusqu'au 3
janvier. L'embarras parlementaire sera sur la question d'argent. Les
Chambres voudront-elles voter l'argent qu'on a dépensé en préparatifs
devenus inutiles? On est disposé à croire que non. On parle d'un appel
direct du Roi à la bourse et à la bonne volonté de ses sujets. Nous
allons voir ce que la rentrée des Députés dans leurs provinces produira
dans le pays pendant ce mois d'ajournement. Il se passera probablement à
intriguer en tout sens, à exciter les esprits, à les monter, ce qui, se
compliquant de sacrifices d'argent qu'on représentera comme faits _en
pure perte_, pourra provoquer de fort mauvaises scènes. C'est donc une
nouvelle phase dans laquelle on entre.


_Sagan, 9 décembre 1850._--Les regards se tournent pour l'instant vers
Dresde. Dans cinq jours, les Conférences doivent s'y ouvrir, et il est
bien urgent pour ces pauvres provinces, rongées par la concentration des
troupes, que le désarmement s'opère vite; on ne peut soutenir plus
longtemps le pied de guerre, qui, en ne se déversant pas sur le pays
ennemi, les ruine littéralement.


_Sagan, 11 décembre 1850._--Le comte Stolberg, fils de l'ancien Ministre,
stationné dans un hameau du voisinage et arrivant de Berlin, est venu
hier dîner et passer la soirée ici. Il est fort au courant de ce qui se
passe à Sans-Souci. Il m'a assuré qu'on y était décidé à pousser les
choses à bout avec les Chambres, si elles ne se montraient pas sages à
leur rentrée. Il y aurait alors dissolution, et comme, avec la détestable
loi électorale qui nous régit, une meilleure Chambre ne serait pas
probable, on pense à modifier cette loi par un coup d'État ou à se passer
entièrement des Chambres, par une dictature momentanée, ou bien un appel
au peuple. J'avoue que je doute fort que l'on possède l'énergie
suffisante pour mener les choses d'un tel train, et cependant, je
conviens qu'elles sont arrivées au point où il faut passer sous le joug
impitoyable de la démocratie ou l'attaquer par les cornes.


_Sagan, 18 décembre 1850._--Les Conférences de Dresde ont été ajournées
au 23 et on ne songe au désarmement sérieux que selon leur résultat. Le
pied de guerre continue, ce qui est une ruine dévorante. On dit aux gens
qui se plaignent que pour négocier efficacement il faut le faire _en
armes._ Cependant, pour _assoupir_ l'Autriche, on fait dire dans les
gazettes que le désarmement s'effectue, ce qui n'est vrai que dans une
extrême petite proportion.


_Sagan, 22 décembre 1850._--De Berlin, j'apprends que le Cabinet s'est
complété et fortifié d'éléments conservateurs, ce qui est un bon signe;
mais il m'en faudra douze, comme ceux du zodiaque, pour me donner
confiance dans ce _consistency_[256].

  [256] De l'anglais: dans cette continuité.


_Berlin, 28 décembre 1850._--Les nouvelles de Berlin sont tout à la paix.
Schwarzenberg y est reçu avec beaucoup de distinction, et cependant les
troupes restent sur le pied de guerre. Les officiers disent maintenant
que c'est pour réduire, d'accord avec la Russie et l'Autriche, les petits
États récalcitrants qui voudraient s'appuyer sur la France. Nous
verrons.



PIÈCES JUSTIFICATIVES



I

_Mademoiselle Rachel_

  Tiré des _Esquisses et Portraits_, par M. de La Rochefoucauld, duc
  de Doudeauville, tome II, p. 307 et suivantes, édition de 1844.


Vous m'avez demandé votre portrait, Rachel; voulez-vous franchement vous
connaître, ou n'avez-vous cédé qu'au désir de Mme Récamier? C'est un défi
toutefois, et je suis trop Français pour ne pas l'accepter, mais n'allez
pas m'accuser d'une sotte présomption ou d'une franchise sauvage. Il y a
tristesse et mélancolie au fond de votre âme, mais vous aimez à vous
étourdir sur ses besoins. Vous pouvez être la personne la plus accomplie
comme la plus remarquable de notre époque, ou laisser à vos véritables
amis de profonds regrets; c'est à vous de choisir. La plus exquise
politesse est aussi bien votre essence que le talent. Le talent et vous,
c'est tout un; mais en retour de ce talent supérieur, avez-vous assez de
pensées, assez d'élan et de gratitude pour l'Éternel qui vous en a fait
don? Il était impossible à moi, pauvre observateur, de vous rencontrer
sans vous étudier avec un intérêt extrême; j'aurais retenu ma plume; vous
commandez, elle obéit, mais elle dira le bien comme le mal, le sublime
comme l'incomplet. On vous désirerait parfaite en tous points, Rachel, et
foulant de vos jolis pieds tout ce qui serait une tache à votre nature si
élevée. Vous êtes votre œuvre, et nul ne peut se glorifier de vos
succès; le vrai et le beau ont été vos seuls maîtres. Personne ne vous
connaît bien, enfant jeté dans la vie sans expérience, et qui éprouvez
tout avec une violence difficile à vaincre. Nature d'élite qui redescend
quelquefois sur la terre par une transition subite; être instinctif qui
sait tout sans avoir rien appris et qui comprend tout sans étude. Vous
étudiez peu, Rachel, mais vous réfléchissez beaucoup et sentez encore
davantage. Il y a en vous une énergie extrême et parfois un entraînement
qui vous effraie; à une grande élévation de l'âme vous joignez un abandon
plein de charme, mais que vous ne songez pas assez à réprimer. Vous
pouvez vous dominer, vous ne savez pas encore vous vaincre. Vous n'avez
rien à apprendre, Rachel, car vous avez deviné le monde comme le théâtre,
et vous êtes aussi parfaite sur l'une que sur l'autre scène; mais
fatiguée de vous contraindre, vous oubliez quelquefois les spectateurs
qui vous observent, et ce n'est pas sans anxiété que ceux qui vous
admirent voient votre cœur et votre âme se répandre trop au dehors. La
carrière dramatique est pour vous une passion, et la gloire votre but
unique. Il y a dans votre esprit une excessive finesse, une grande
distinction dans votre caractère, et dans votre être un goût exquis. On
n'a pas plus de noblesse et de dignité que vous au théâtre; vous êtes
plus qu'un admirable acteur, vous devenez le personnage lui-même, tel
qu'on le sent et qu'on se le représente; vous grandissez alors de toute
la hauteur de votre beau talent, et vos gestes simples et expressifs ne
sont jamais exagérés. Ceux qui vous critiquent injustement devraient
s'étonner du degré de perfection et de vérité que vous avez su atteindre
dès votre début, et laisser à votre admirable instinct le soin de
corriger les légères imperfections qui échappent à votre inexpérience des
passions. Votre âme est un abîme où vous craignez de descendre; votre
tête un volcan; votre cœur une pierre de touche qui interroge tous les
sentiments; vous redoutez le danger, Rachel, sans songer assez à
l'éviter; l'agitation vous use, mais elle vous plaît. Vous croyez à peu
de choses, et ne prenez les hommes que pour ce qu'ils valent; vous êtes
confiante sans être aveugle, et vous pourriez être entraînée sans être
convaincue. Vous savez plaire, savez-vous aimer? A force de sentir pour
les autres, il est à craindre qu'on ne gagne la passion qu'on exprime si
parfaitement, et qui, dans le monde comme au théâtre, a bien peu de
durée. Femme privilégiée, vous pouvez être sublime! Ne vous contentez
pas, Rachel, de rester l'acteur le plus parfait que la scène et le monde
aient jamais produit. La contrariété vous émeut, l'obstacle vous révolte,
et toute contrainte vous fatigue, mais l'habitude de vous contrefaire est
devenue si naturelle chez vous qu'on devine vos impressions bien plus
qu'on ne les voit. Il y a, dans votre physionomie, comme dans tout votre
être, une finesse d'expression et une délicatesse pleines de charme. On
n'a pas plus d'élégance dans la tournure, plus de distinction dans les
manières, plus de tact dans la conversation, plus de justesse dans
l'esprit. Vous joignez à une persévérance invincible une volonté de fer,
et c'est avec autant de naturel que d'originalité que vous savez aborder
les grandes difficultés. Chaque rôle nouveau est pour vous la source d'un
triomphe, dont vous êtes heureuse sans en être fière, et votre modestie
justifie vos succès. Lorsque vous ne pouvez trancher les questions, vous
les tournez avec une incroyable adresse; vous êtes tout improvisation,
Rachel; et sans jamais savoir ce que vous direz, vous dites toujours ce
qu'il faut dire. Si, dans le monde, on vous jugeait au premier aspect, on
pourrait vous citer pour modèle à toutes les femmes. O Rachel! Ne vous
contentez pas d'être une admirable actrice, devenez en tout, et dans
tout, un modèle accompli. Réhabiliter le théâtre, en prouvant qu'on peut
exprimer les passions sans les sentir, serait une gloire véritable, et
vous êtes digne d'y prétendre. Insensible à un sentiment banal, vous
savez apprécier un éloge mérité; vous jugez parfaitement ceux qui vous
parlent, et savez suivre un bon conseil. Vous lisez dans l'âme des autres
avec un tact exquis; la flatterie vous laisserait insensible, mais la
passion vous émeut. Les louanges sincères font naître en vous l'ambition
de les mériter; la critique injuste vous choque, et vous préférez
l'ignorer. Vive, impressionnable, et même impérieuse, vous êtes nerveuse,
mobile, irascible, avec une apparence calme, et plus passionnée que
profondément sensible. Vous avez autant de génie que d'instinct, et savez
rester toujours _vous_, sans chercher à imiter personne. Sublime est un
grand mot, Rachel, car pour le mériter, il faut atteindre la perfection.
On a pu vous l'appliquer avec justice, lorsque vous jouez certains rôles
où vous êtes inimitable; aimez-le dans votre vie, et si quelque obstacle
vous arrêtait sur cette route du sublime, reprenez haleine, Rachel, puis
remettez-vous en chemin pour atteindre au pinacle de la gloire. Ne
négligez aucun fleuron de votre couronne de femme, et si vous vous
plaisez à recueillir des lauriers, ne dédaignez pas la branche de lis qui
leur prête un si doux éclat. Je ne suis pas un prophète, encore moins un
flatteur; mais de tous ceux qui vous ont rencontrée, je suis, peut-être,
celui qui ai le mieux compris votre position, et ma franchise est la
preuve irrécusable de mon estime. Vous serez étonnée de ce langage, et
piquée peut-être, sans m'en vouloir, car vous avez l'âme trop grande pour
ne pas aimer la vérité; mais vous penserez que je ne suis pas tout le
monde, et c'est quelque chose vis-à-vis de celle qui ne ressemble à
personne. Votre génie se peint sur votre physionomie expressive, et vous
voir c'est vous connaître, pour qui sait vous étudier. Une franchise
entière est difficile à qui doit toujours s'observer. Votre regard est
scrutateur, il cherche à lire et veut connaître le fond des cœurs. Mais
si vos paroles sont douces, vos pensées sont souvent amères. Que ne
seriez-vous point, Rachel, si vous aviez le courage de renoncer à toutes
ces illusions pour chercher des réalités. Toujours mise à la scène avec
un goût exquis, vous êtes également bien dans le monde; on n'y paraît pas
avec plus de grâce, de charme, de distinction et de simplicité. Chacun
vous accueille et vous remarque; tous vous recherchent; mais vous avez
trop de fierté, trop de vraie dignité, pour courir après des succès
éphémères. Vous savez attendre, et chacun vient vers vous avec
empressement. Il y a parfois dans votre regard folie, passion,
extravagance et délire; vous le sentez, aussi vos paupières abaissées
avec grâce rendent-elles promptement à votre physionomie l'expression la
plus suave et la plus tranquille. Vous êtes, Rachel, une personne tout
exceptionnelle, difficile à connaître, et plus encore à expliquer. Trop
de sévérité à votre égard serait une injustice; on peut être effrayé des
dangers qui vous entourent, mais c'est votre destinée seule qu'il faut
accuser. Quelle autre à votre place eût été ce que vous êtes? et que
d'obstacles n'avez-vous pas eu à vaincre pour atteindre un si beau
résultat. Partout autour de vous des flatteurs, des admirateurs, des
courtisans, des adorateurs; et pas un appui, pas un véritable ami.
Comment résister à tant d'écueils sans se heurter contre un seul?
Toutefois, si vous comprenez, Rachel, la haute et noble mission à
laquelle vous appellent le monde et vos prodigieux succès, vous ne
resterez pas au-dessous de votre tâche, quelque difficile qu'elle
paraisse. On ne demande ordinairement à un artiste que du talent; on
attend plus de vous, Rachel; on vous veut digne de votre renommée, digne
de vous-même, et telle enfin que vous devez être pour justifier l'estime
que vous inspirez. Une pareille exigence n'a rien que d'honorable, car
elle prouve que vous êtes appréciée. Songez que si vous faites beaucoup
pour le monde, il a fait beaucoup pour vous soutenir contre l'envie au
début de votre carrière. Ne restez pas au-dessous de ses espérances, et
votre destinée sera vraiment grande, votre existence digne d'envie, et
votre place belle entre toutes dans l'histoire dramatique, car on pourra
dire: Rachel a prouvé que la pureté de l'âme et du cœur alimentent le
génie, et sont la meilleure source du vrai talent. Oui, Rachel, j'aime à
le croire, vous offrirez à ce monde qui vous a adoptée une noble et
généreuse conduite, en retour des avances qu'il vous a faites. Douée de
tant d'énergie, en manquerez-vous pour le bien? Non, vous exprimez trop
éloquemment la vertu pour ne pas l'aimer. A vingt ans, on commence la vie
et la vôtre peut être sans pareille. Agissez toujours de manière à
pouvoir affronter les yeux les plus sévères, et ne ressemblez pas à ces
débiteurs qui ne paient point leurs dettes! Continuez enfin à être une
des brillantes illustrations dont notre pays est fier, mais qu'il a droit
d'interroger.



II

_Note de M. de Bacourt sur les entretiens du comte d'Artois et du prince
de Talleyrand._

  (_Mémoires_ du prince de Talleyrand, vol. Ier. Appendice de la
  première partie.)


Nous voulons ajouter à ce passage[257] quelques détails que M. de
Talleyrand avait négligés ou peut-être oubliés. Il est positif qu'à
l'époque à laquelle ce passage se rapporte[258], M. de Talleyrand eut
avec M. le comte d'Artois plusieurs entrevues, dans lesquelles il chercha
à convaincre le Prince de la nécessité de prendre des mesures de force,
et, tout en maintenant les concessions que le Roi avait déjà faites, de
réprimer avec vigueur les agitations populaires qui se manifestaient
chaque jour, et qui avaient déjà ensanglanté les rues de la capitale. La
plus importante et la dernière de ces entrevues eut lieu à Marly, dans la
nuit du 16 au 17 juillet 1789, c'est-à-dire quelques heures avant que le
Prince quittât la France. Lorsque M. de Talleyrand se présenta chez M. le
comte d'Artois, le Prince, qui était déjà couché, le fit néanmoins
entrer, et, là dans un entretien de plus de deux heures, M. de Talleyrand
exposa de nouveau tous les dangers de la situation, et supplia le Prince
de les faire connaître au Roi. M. le comte d'Artois, ému, se leva, se
rendit chez le Roi, et après une absence assez prolongée, revint déclarer
à M. de Talleyrand qu'il n'y avait rien à faire avec le Roi, qui était
résolu à céder plutôt que de faire verser une goutte de sang en résistant
aux mouvements populaires. «Quant à moi, ajouta M. le comte d'Artois, mon
parti est pris, je pars demain matin et je quitte la France.» M. de
Talleyrand conjura vainement le Prince de renoncer à cette résolution, en
lui représentant les embarras et les périls qu'elle pourrait avoir pour
lui dans le présent, et pour ses droits et ceux de ses enfants dans
l'avenir. M. le comte d'Artois persista, et M. de Talleyrand finit par
lui dire: «Alors, Monseigneur, il ne reste donc plus à chacun de nous
qu'à songer à ses propres intérêts, puisque le Roi et les Princes
désertent les leurs, et ceux de la Monarchie.--En effet, répliqua le
Prince, c'est ce que je vous conseille de faire. Quoi qu'il arrive, je ne
pourrai vous blâmer, et comptez toujours sur mon amitié.» M. le comte
d'Artois émigra le lendemain.

  [257] Allusions aux pages 123 et 124 de ce premier volume des
  _Mémoires_ du prince DE TALLEYRAND, dans lequel il touchait, sans
  s'y arrêter, à ses entrevues avec M. le comte d'Artois.

  [258] Juin 1789, après la fameuse séance du 17, où le Tiers-État
  s'était proclamé Assemblée nationale. M. de Talleyrand était
  alors membre de la députation de l'ordre du clergé.

Au mois d'avril 1814, M. de Talleyrand, devenu Président du gouvernement
provisoire, se trouva dans le cas d'annoncer à M. le comte d'Artois, qui
était alors à Nancy, attendant les événements, que Louis XVIII était
appelé au trône, et que le Prince était invité à se rendre à Paris, pour
y prendre le gouvernement en qualité de Lieutenant général du royaume. Il
chargea M. le baron de Vitrolles de cette mission, et au moment du départ
de celui-ci, pendant qu'on cachetait la dépêche pour le Prince, il lui
fit, en se promenant dans l'entresol de son hôtel de la rue
Saint-Florentin, le récit de l'entrevue du 16 juillet 1789, puis il lui
dit: «Faites-moi le plaisir de demander à M. le comte d'Artois s'il se
rappelle ce petit incident.»

M. de Vitrolles, après s'être acquitté de son important message, ne
manqua pas de poser au Prince la question de M. de Talleyrand, à quoi le
comte d'Artois répondit: «Je me rappelle parfaitement cette circonstance,
et le récit de M. de Talleyrand est de tout point exact.»

Averti que M. de Vitrolles avait raconté cette anecdote à plusieurs
personnes, nous crûmes devoir faire appel à sa mémoire et à sa loyauté.
Pour justifier cette expression de loyauté il faut dire que M. de
Vitrolles, à la suite de la révolution de juillet 1830, avait cessé toute
relation avec M. de Talleyrand, et s'exprimait très sévèrement sur son
compte. C'est ce qui explique le ton d'hostilité et d'aigreur qui perce
au travers de la lettre de M. de Vitrolles que nous allons insérer ici.
Nous pensons que, pour le lecteur comme pour nous, cette hostilité ne
fera que confirmer davantage la sincérité de M. de Vitrolles dans sa
déclaration, et l'authenticité du passage des _Mémoires_ de M. de
Talleyrand. Les légères divergences qu'on remarquera entre le récit qui
nous a été fait par M. de Talleyrand et celui de la lettre de M. de
Vitrolles, s'expliquent naturellement par l'effet du temps qui s'était
écoulé, et qui a pu modifier les souvenirs des deux narrateurs. Le fait
qui reste acquis, c'est que M. de Talleyrand, au mois de juillet 1789,
croyait qu'on pourrait arrêter la marche révolutionnaire des événements,
qu'il a eu le mérite de le dire, et le courage de proposer de s'en
charger. Il n'est peut-être pas le seul qui s'en soit vanté plus tard;
nous pensons avoir constaté que lui, au moins, ne s'en vantait pas à
tort.

Voici la lettre de M. de Vitrolles:

   «_Monsieur le baron de Vitrolles à M. de Bacourt._

   «Paris, 6 avril 1852.

  «Monsieur, vous avez attaché quelque prix au témoignage que je
  pourrais rendre sur une circonstance particulière de la vie de M.
  le prince de Talleyrand, je ne crois pas pouvoir mieux satisfaire
  à vos désirs qu'en transcrivant ici ce que j'en ai écrit, il y a
  bien des années, dans une relation des événements de 1814.

  «Lorsque S. M. l'empereur de Russie et M. le prince de Talleyrand
  eurent compris que la présence du frère du Roi revêtu des pouvoirs
  de Lieutenant général du Royaume, devenait nécessaire, et que je
  partais pour décider Monsieur à se rendre à Paris, j'avais eu
  plusieurs conférences à ce sujet avec le Président du gouvernement
  provisoire[259]. Dans un dernier entretien, au moment du départ,
  nous avions traité les conditions et les formes de la réception de
  Monseigneur. Après un moment de silence, le prince de Talleyrand
  reprit avec son sourire caressant et d'un ton qui voulait être
  léger et presque indifférent:

  «Je vous prie de demander à M. le comte d'Artois s'il se rappelle
  la dernière occasion que j'ai eue de le voir. C'était au mois de
  juillet 1789. La Cour était à Marly. Avec trois ou quatre de mes
  amis, frappés comme moi de la rapidité et de la violence du
  mouvement qui entraînait les esprits, nous résolûmes de faire
  connaître au Roi Louis XVI la véritable situation des choses, que
  la Cour et les ministres semblaient ignorer. Nous fîmes demander à
  Sa Majesté de vouloir bien nous recevoir. Nous désirions, pour le
  bien de son service comme pour nous, que cette audience fût tenue
  secrète. La réponse fut que le Roi avait chargé son frère, M. le
  comte d'Artois, de nous recevoir; le rendez-vous fut donné à Marly
  dans le pavillon que M. le comte d'Artois occupait seul. Nous y
  arrivâmes à minuit.»

  [259] Prince de Talleyrand.

  «M. de Talleyrand me rapporta la date précise du jour, et le nom
  des amis qui l'accompagnaient. C'était des membres de l'Assemblée
  nationale, et de cette minorité de la noblesse qui s'était réunie
  au tiers état; la date et les noms me sont également échappés.

«Lorsque nous fûmes en présence de M. le comte d'Artois, continua M. de
Talleyrand, nous lui exposâmes en toute franchise la situation des
affaires et de l'État, telle que nous l'envisagions. Nous lui dîmes que
l'on se trompait, si l'on croyait que le mouvement imprimé aux esprits
pût facilement se calmer. Ce n'est point avec des atermoiements, des
ménagements et quelques condescendances, qu'on peut conjurer les dangers
qui menacent la France, le Trône et le Roi. C'est par un puissant
développement de l'autorité royale, sage et habilement ménagé. Nous en
connaissons les voies et les moyens, la position qui nous permet de
l'entreprendre et donne les gages d'y réussir, si la confiance du Roi
nous y appelait. M. le comte d'Artois nous écoutait très bien, et nous
comprenait à merveille, peut-être avec la pensée que nous exagérions le
danger de la situation, et notre importance pour y remédier. Mais, comme
il nous le dit, il n'avait été chargé par le Roi que de nous entendre, et
de lui rapporter ce que nous voulions lui faire connaître; il n'avait
aucune réponse à nous donner, et aucun pouvoir d'engager la volonté ou la
parole du Roi. Lorsque nous en fûmes là, nous demandâmes à M. le comte
d'Artois la permission de lui dire, que si la démarche que nous faisions
de conscience et de bonne foi n'était pas appréciée, si elle n'avait
aucune suite et n'amenait aucun résultat, Monseigneur ne devait pas
s'étonner que, ne pouvant résister au torrent qui menaçait de tout
entraîner, nous nous jetions dans le courant des choses nouvelles...
Demandez, je vous prie, à _Monsieur_, répéta M. de Talleyrand, si cet
entretien nocturne est resté dans sa mémoire. C'était bien près du moment
où il quittait la France.»

«J'admirai la subtilité de cet esprit, qui trouvait dans un de ses
souvenirs une explication, une excuse et presque une justification de
toute sa vie révolutionnaire; il en aurait trouvé bien d'autres pour des
circonstances différentes et même contraires. En écoutant ce récit, qui
tombait avec une sorte d'indifférence et de naïve simplicité, je me
permettais de douter que ce qui pouvait rester dans la mémoire de
Monsieur fût entièrement conforme aux paroles que je venais d'entendre.
Cependant, lorsqu'à Nancy je vins à me rappeler la recommandation de M.
de Talleyrand, Monseigneur me dit, sans entrer dans aucun détail, qu'il
n'avait point oublié cette circonstance, et que tout ce que je lui
rappelais était entièrement conforme à la vérité.

«Je désire, Monsieur, que ce témoignage suffise à ce que vous attendiez
de moi. Je vous remercie de m'avoir donné cette occasion de vous offrir
l'assurance de ma considération la plus distinguée.

    «Le baron DE VITROLLES.»



INDEX BIOGRAPHIQUE

DES NOMS DES PERSONNAGES MENTIONNÉS DANS CETTE CHRONIQUE

  (Les noms suivis d'un astérisque sont ceux qui ont été déjà
  donnés, avec plus de détails, dans l'Index biographique du tome I;
  ceux qui sont suivis de deux astérisques ont été donnés dans le
  tome II.)

A

  ABERDEEN (lord) *, 1784-1860. Diplomate et homme d'État anglais,
    premier ministre de 1852 à 1855.

  ACERENZA (la duchesse D') **, 1783-1876. Troisième fille du
    dernier duc de Courlande et sœur de la duchesse de Talleyrand.

  AFFRE (Denis-Auguste), 1793-1848. Archevêque de Paris depuis 1840,
    successeur de M. de Quélen. Le 25 juin 1848, voulant arrêter le
    sang qui coulait depuis quatre jours dans Paris, Mgr Affre se
    rendit aux barricades du faubourg Saint-Antoine. Il y fut
    atteint d'une balle et mourut des suites de ses blessures.

  AFFRE (Sainte). Elle vivait au temps de Dioclétien; après avoir
    mené à Augsbourg une vie fort scandaleuse, elle fut touchée par
    les instructions de saint Narcisse et reçut le baptême. Elle
    subit le martyre et la mort l'an 304 après J.-C.

  AGOULD (la vicomtesse D') *, morte en 1841, à Goritz, en exil, où
    elle avait suivi Madame la Dauphine, dont elle était Dame
    d'atour.

  ALAVA (Don Ricardo DE) *, 1780-1843. Lieutenant général de l'armée
    espagnole.

  ALBUFÉRA (la duchesse D') **, 1791-1884, née de Saint-Joseph.

  AILESBURY (lord), 1773-1856. Charles Bruce, créé en 1821 marquis
    d'Ailesbury.

  AILESBURY (lady). Morte en 1893. Maria, fille de l'honorable
    Charles Tallemache, seconde femme de lord Ailesbury, qu'elle
    avait épousé en 1833. Elle était très aimée dans la société de
    Londres pour son amabilité.

  ALDBOROUGH (lady) *. Elle avait épousé en 1804 lord Aldborough.

  ALTON-SHÉE DE LIGNÈRES (le comte) **, 1810-1874. Pair de France en
    1836.

  ALVENSLEBEN (le comte Albert D'), né en 1794; il fut ministre
    d'État en Prusse pendant de longues années.

  AMPÈRE (Jean-Jacques) **, 1800-1864. Littérateur distingué.

  ANCELOT (M.), 1794-1856. Auteur de tragédies et de comédies,
    membre de l'Académie française.

  ANDRAL (docteur Gabriel), 1797-1876. Savant médecin français et
    gendre de M. Royer-Collard.

  ANGOULÊME (le duc D') **, 1775-1844. Fils aîné du Roi Charles X.

  ANGLETERRE (la Reine Adélaïde D') *, 1792-1849, née princesse de
    Saxe-Meiningen.

  ANHALT-DESSAU (la duchesse D'), 1796-1850. Frédérique de Prusse,
    fille du prince Louis de Prusse et de la princesse de
    Mecklembourg-Strélitz (sœur de la Reine Louise), épousa, en
    1818, le duc d'Anhalt-Dessau.

  APPONYI (le comte Antoine) **, 1782-1852. Diplomate autrichien,
    ambassadeur à Paris de 1826 à 1848. Il avait épousé une fille du
    comte Nogarola.

  APPONYI (la comtesse), née Benckendorff, nièce de la princesse
    Lieven.

  ARAGO (François-Dominique), 1786-1853. Célèbre astronome, et un
    des plus grands savants du dix-neuvième siècle, ancien élève de
    l'École polytechnique et membre de l'Académie des sciences. En
    1830, il entra dans la carrière politique; député des Pyrénées,
    il siégea à l'extrême gauche et fut l'orateur de l'opposition. A
    la révolution de 1848, il fit partie du Gouvernement provisoire
    et dirigea les ministères de la Guerre et de la Marine.

  ARENBERG (le prince Pierre D') *, 1790-1877.

  ARENBERG (la princesse Pierre D') *, 1808-1842, fille du duc et de
    la duchesse de Périgord.

  ARGOUT (le comte D') **, 1782-1858. Homme politique et financier
    français.

  ARNFELD (le baron Gustave-Maurice D'), 1757-1824. Suédois, né en
    Finlande, il suivit la carrière militaire et eut d'abord un
    avancement rapide, sous Gustave III qui l'aimait beaucoup, mais
    tomba en disgrâce auprès du Prince-Régent pendant la minorité de
    Gustave IV; il dut s'exiler et vécut plusieurs années en Russie.
    Réintégré ensuite dans son ancienne position, il fut nommé
    ministre de Suède à Vienne en 1802. Après la cession de la
    Finlande à la Russie, il entra au service russe et fut fait
    gouverneur de la Finlande en 1813.

  ARNIM-BOITZENBURG (le comte Adolphe D'), 1803-1868. Chambellan et
    ministre l'État en Prusse. En 1830, il avait épousé la comtesse
    Caroline de Schulenburg-Wolfsburg.

  ARNIM-HEINRICHSDORF (le baron Henri D') **, 1789-1861. Diplomate
    prussien, ministre à Paris de 1840 à 1848, puis ministre des
    Affaires étrangères à Berlin en 1848, pour peu de temps.

  ASSELINE (Adolphe), 1806-1892. Secrétaire des commandements de Mme
    la duchesse d'Orléans, il vécut dans la retraite après 1848.

  ASTON (sir Arthur-Ingram), né en 1798. Diplomate anglais, il fut
    nommé secrétaire d'ambassade à Paris en 1833, et ministre à
    Madrid en 1840.

  AUDIN (J.-M.-W.), 1793-1851. Historien et fondateur de la fameuse
    collection des _Guides Richard_, qui fut pour lui une source de
    prospérité.

  AUERSPERG (la princesse Gabrielle D'), 1793-1863. Née princesse
    Lobkowitz, elle devint veuve, en 1812, du prince Vincent
    d'Auersperg.

  AUGUSTENBURG (la duchesse D'), 1795-1867. Louise, comtesse de
    Daneskiold, épousa, en 1820, le duc d'Augustenburg. Elle fut la
    mère de la Reine Caroline de Danemark, épouse de Christian VIII.

  AUMALE (Henri d'Orléans, duc D') **, 1822-1897, quatrième fils de
    Louis-Philippe; il se distingua par ses talents militaires.

  AUMALE (duchesse D'). Caroline, fille du prince de Salerne, épousa
    le duc d'Aumale en 1844 et mourut en 1869.

  AUTRICHE (l'archiduc Jean D'), 1782-1859. Fils de l'Empereur
    Léopold II et de la princesse Louise de Bourbon (fille de
    Charles III, roi d'Espagne), il fut élu en 1848 _vicaire de
    l'Empire_ par l'Assemblée de Francfort, où il joua un rôle assez
    insignifiant.

  AUTRICHE (l'archiduchesse Sophie D') *, 1805-1872. Fille de
    Maximilien Ier, roi de Bavière, et mère de l'Empereur
    François-Joseph Ier.

  AUTRICHE (l'Empereur François-Joseph Ier D'). Né en 1830. Fils de
    l'archiduc François-Charles (1802-1878) et de l'archiduchesse
    Sophie, et neveu de l'Empereur Ferdinand Ier qui abdiqua en 1848
    à Olmütz. François-Joseph Ier monta sur le trône après la
    renonciation de son père, qui eut lieu immédiatement après. Il
    épousa en 1854 sa cousine la princesse Élisabeth de Bavière, qui
    mourut en 1898.

  AUTRICHE (l'archiduc Max D'), 1832-1867. Second frère de
    l'Empereur François-Joseph, gouverneur de la Lombardie jusqu'en
    1859, il accepta en 1864 la couronne impériale du Mexique où,
    après les plus funestes désillusions, il fut fusillé par ses
    sujets qui l'avaient appelé pour les gouverner. Ce malheureux
    Prince avait épousé, en 1857, la princesse Charlotte, fille du
    roi des Belges Léopold Ier.

  AUTRICHE (l'archiduc Albert D'), 1817-1895. Une des figures
    militaires les plus en renom sous le règne de l'Empereur
    François-Joseph Ier. Il épousa en 1844 la princesse Hildegarde
    de Bavière.

  AUTRICHE (l'archiduchesse Élisabeth D'), 1831-1903. Fille du
    palatin de Hongrie, elle épousa en 1847
    Ferdinand-Charles-Victor, archiduc de Modène-Este, dont elle
    devint veuve en 1849. Elle se remaria en 1854 avec l'archiduc
    Charles-Ferdinand.

B

  BACH (Alexandre, baron), 1813-1870. Homme d'État autrichien,
    ministre de la Justice en 1848, ministre de l'Intérieur en
    1849; nommé plus tard ambassadeur près du Saint-Siège, où il
    resta jusqu'en 1867.

  BADE (la grande-duchesse Stéphanie DE), 1789-1860. Née de
    Beauharnais*, veuve en 1818 du grand-duc Charles de Bade.

  BADE (le grand-duc Léopold DE) **, 1790-1858, succéda en 1830 à
    son frère Louis.

  BADE (la grande-duchesse Sophie DE), 1801-1865. Fille du Roi de
    Suède Gustave-Adolphe IV, elle épousa en 1819 le prince Léopold
    de Bade, dont elle devint veuve en 1852.

  BADE (la princesse Alexandrine DE), née en 1820; épousa, en 1842,
    le prince héréditaire de Saxe-Cobourg-Gotha.

  BALLANCHE (Pierre-Simon), 1776-1847. Penseur mystique qui, après
    avoir dirigé un vaste établissement de librairie à Lyon, vint
    s'établir à Paris où il fut accueilli par des amitiés illustres.
    Ballanche publia, avec la science d'un érudit, plusieurs œuvres
    qui l'appelèrent à l'Académie française en 1844.

  BALZAC (Honoré DE) **, 1799-1850. Homme de lettres français.

  BARANTE (le baron Prosper DE) *. Diplomate et historien français,
    longtemps ambassadeur à Pétersbourg.

  BARBÈS (Armand), 1809-1870. Homme politique français, représentant
    du peuple en 1848, surnommé _le Bayard de la démocratie_.
    Emprisonné en 1849, il fut remis en liberté en 1854, mais
    s'expatria volontairement et mourut en Hollande.

  BARING (sir Francis), 1796-1866. Créé, peu de temps avant sa mort,
    baron Northbrook, il avait été membre du Parlement pour
    Portsmouth de 1826 à 1865, chancelier de l'Échiquier de 1839 à
    1841, et premier lord de l'Amirauté de 1849 à 1852.

  BARING (lady Arabella), 1809-1884. Fille du comte d'Effingham,
    elle avait épousé, en 1841, sir Francis Baring, dont elle était
    la seconde femme.

  BARROT (Odilon) *, 1791-1873. Homme politique français.

  BARRY (le docteur Martin), 1802-1855. D'origine écossaise, il
    avait fait ses études en Angleterre, en France et en Allemagne,
    et fut reçu docteur en 1831. Il était un grand ami d'Alexandre
    de Humboldt.

  BASSANO (Hugues Maret, duc DE) *, 1763-1839. Occupa de hautes
    fonctions militaires et politiques sous l'Empire et la Monarchie
    de Juillet.

  BATTHYÁNY (la comtesse), 1798-1840. Née baronne d'Ahrenfeldt, elle
    épousa en secondes noces, en 1828, le comte Gustave
    Bathyány-Strathmann.

  BAUDRAND (général comte) *, 1774-1848, servit avec distinction
    sous la République, l'Empire, la Restauration et la Monarchie de
    Juillet.

  BAUFFREMONT (la duchesse DE) *, née en 1771. Née de la Vauguyon,
    elle épousa en 1787 le duc Alexandre de Bauffremont. Elle fut
    une amie du prince de Talleyrand.

  BAUFFREMONT (la princesse DE) **, 1802-1860. Laurence, fille du
    duc de Montmorency, avait épousé, en 1819, le prince Théodore de
    Bauffremont.

  BAUSSET (le cardinal DE) **, 1748-1821. Évêque d'Alais et membre
    de l'Académie française.

  BAUTAIN (l'abbé) **, 1796-1867. Ancien élève de l'École normale;
    il fut nommé vicaire général du diocèse de Paris en 1849.

  BAVIÈRE (le Roi Louis Ier DE) **, 1786-1868. Monté sur le trône en
    1825, il abdiqua en 1848.

  BAVIÈRE (la Reine Thérèse DE) **, 1792-1854. Fille du duc Frédéric
    de Saxe-Altenburg, elle avait épousé, en 1810, Louis Ier de
    Bavière.

  BAVIÈRE (le Prince Royal DE) **, 1811-1864. Fils de Louis Ier, il
    lui succéda en 1848, sous le nom de Maximilien II. Il avait
    épousé, en 1842, la princesse Marie de Prusse.

  BAVIÈRE (la princesse Hildegarde DE), 1825-1864. Elle épousa, en
    1844, l'archiduc Albert, dont elle eut une fille mariée plus
    tard avec un duc de Würtemberg.

  BEAUFORT (le duc Henry DE), 1792-1848, épousa en premières noces,
    en 1814, une fille de l'honorable Henry Fitzroy, et, en 1822,
    Émily-Frances Smith, de la famille des lords Wellesley, par sa
    mère. Il avait hérité du titre de son père en 1835.

  BEAUVALE (lord), 1782-1852. Frédéric Lamb *. Diplomate anglais,
    frère de lord Melbourne, au titre duquel il succéda en 1848.

  BELGES (le Roi des) *, 1790-1863. Léopold Ier, prince de
    Cobourg-Gotha.

  BELGES (la Reine des) **, 1812-1850. Louise, princesse d'Orléans,
    fille du Roi Louis-Philippe.

  BELGIOJOSO (la princesse Christine) **, 1808-1868. Remarquable par
    sa beauté, son esprit et son étrangeté, elle était connue pour
    ses idées libérales. Elle publia en 1846 un _Essai sur la
    formation du dogme catholique_, qui fut très discuté.

  BELLUNE (Victor, duc DE), 1766-1841. Maréchal de France.

  BELOW (le général DE), 1783-1864. Général prussien qui commandait
    les forteresses fédérales de 1843 à 1847.

  BEM (le général Joseph), 1795-1850. Polonais, il fit ses premières
    armes dans l'artillerie polonaise en 1812, se couvrit de gloire
    dans l'insurrection de 1830, lors de la défense de Varsovie en
    1831. Défait, il se réfugia en France, pour reparaître en 1848
    dans Vienne insurgée et se joindre aux Hongrois révoltés contre
    l'Autriche. Il embrassa ensuite l'islamisme et prit du service
    en Turquie.

  BENACET (M.), 1773-1848. Fermier général des jeux de Bade,
    successeur de M. Chabert. Il payait 6 000 florins de fermage par
    an; son fils, qui lui succéda, en payait 45 000; à la mort de
    celui-ci, en 1868, ce fut son neveu, M. Dupressoir, qui
    recueillit cet héritage. Bade leur doit son théâtre, son hôpital
    et une partie de sa prospérité.

  BENNINGSEN (le comte Alexandre DE), né en 1809. Homme d'État
    allemand, fils du célèbre général russe. Il avait fait ses
    études en Allemagne, entra à la Chambre des comptes, et devint
    Directeur général des contributions en Hanovre. En 1848, il
    était président du Conseil et ministre des Affaires étrangères,
    mais il démissionna en 1850.

  BÉRIOT (Charles-Auguste DE), 1802-1870. Célèbre violoniste belge,
    et un des plus remarquables virtuoses de son temps. Il avait
    épousé Mme Malibran.

  BERNARD (Samuel), 1651-1739. Riche financier et célèbre traitant.
    Il fit un noble usage de son immense fortune, et vint au secours
    des Rois Louis XIV et Louis XV, auprès desquels il jouissait
    d'une grande faveur. Chamaillard et Desmaret lui empruntèrent
    pour l'État des sommes considérables.

  BERNSTORFF (le comte Albert DE), 1809-1873. Diplomate prussien,
    successivement ministre plénipotentiaire à Munich, à Vienne, à
    Naples, à Londres; ministre des Affaires étrangères de Prusse,
    et ambassadeur à Londres.

  BERRYER (Antoine) *, 1790-1868. Célèbre avocat, et orateur
    légitimiste, membre de l'Académie française et plusieurs fois
    député.

  BERTIN DE VEAUX (M.) *, 1771-1842. Fondateur du _Journal des
    Débats_, conseiller l'État et député.

  BERTIN DE VEAUX (Auguste), 1799-1879. Officier de cavalerie et
    attaché comme officier d'ordonnance au duc d'Orléans, il fut
    député de 1837 à 1842 et ensuite pair de France. Il fut nommé
    général de brigade en 1852 et grand-officier de la Légion
    d'honneur en 1867.

  BETHMANN-HOLWEG (Maurice-Auguste DE), 1795-1877. Jurisconsulte
    allemand, ami du légiste Savigny, il fut chargé en 1848 du
    ministère des Cultes en Prusse, et s'y occupa de l'Instruction
    publique avec une rare compétence, mais il démissionna en 1852.

  BÉTHISY (le marquis DE), 1815-1881. Pair de France jusqu'en 1848;
    il avait épousé une fille du duc de Rohan-Chabot.

  BEUST (le comte Frédéric-Ferdinand DE), 1809-1886. Homme l'État
    saxon, ministre des Affaires étrangères en Saxe en 1849. Appelé
    par l'Autriche après la guerre de 1866, il fut élevé à la
    présidence du Conseil autrichien avec le titre de chancelier de
    l'Empire. Il réconcilia adroitement l'Autriche avec la Hongrie,
    et fit couronner l'Empereur François-Joseph, Roi de Hongrie, à
    Pesth, le 8 juin 1867. En 1871, il fut nommé ambassadeur
    d'Autriche à Paris, puis à Londres où il mourut.

  BIGNON (François), 1789-1868. Négociant nantais, chevalier de la
    Légion d'honneur, élu député en 1834. Sa capacité en affaires
    commerciales lui donnait un certain rôle à la Chambre.

  BINZER (Mme DE) **, 1801-1891. Épouse d'un littérateur allemand.

  BIRON-COURLANDE (le prince Charles DE) **, né en 1811.

  BIRON-COURLANDE (la princesse Charles DE), née, en 1810, princesse
    de Lippe-Biesterfeld; elle avait épousé, en 1833, le prince
    Biron.

  BIRON-COURLANDE (la princesse Fanny DE) **, 1815-1883; sœur de la
    comtesse de Hohenthal et de Mme de Lazareff. Épousa le général
    de Boyen.

  BIRON-COURLANDE (le prince Calixte DE), 1817-1882. Héritier, en
    1848, du majorat et des terres de son frère Charles. Après avoir
    été pendant quelques années au service militaire prussien, il
    occupa plus tard une grande charge à la Cour de Prusse. Il
    épousa, en 1845, la princesse Hélène Mertschersky.

  BIRON-COURLANDE (le prince Pierre DE), 1818-1852. Officier de
    cuirassiers en Prusse.

  BLUM (Robert), 1807-1848. Célèbre révolutionnaire allemand. Il se
    fit d'abord connaître comme rédacteur de différents journaux; en
    1848, il fut nommé député au Parlement de Francfort. Un des
    promoteurs les plus ardents du soulèvement de Vienne, il fut
    fait prisonnier et fusillé par les troupes gouvernementales
    victorieuses.

  BODELSCHWING (Charles DE), 1800-1873. Ministre d'État prussien qui
    dirigea à deux reprises le ministère des Finances, de 1851 à
    1858, puis de 1862 à 1866.

  BOIGNE (la comtesse DE) *, 1780-1866. Née Adèle d'Osmond. Son
    salon fut un des plus importants de Paris de 1814 à 1859.

  BOISMILON (M. DE). D'abord secrétaire particulier du duc
    d'Orléans, puis précepteur du comte de Paris.

  BONALD (le vicomte DE), 1753-1840. Le plus célèbre représentant
    des doctrines monarchiques et religieuses de la Restauration.
    Émigré en 1791, Bonald ne revint en France qu'à la proclamation
    de l'Empire. Député de 1815 à 1822, il fut fait pair de France
    en 1823, puis membre de l'Académie. Il dévoua sa plume et sa
    parole au maintien du trône et de l'autel, contribuant ainsi au
    retour des idées religieuses en France.

  BONAPARTE (Lucien) *, 1773-1840. Troisième frère de Napoléon Ier,
    fait prince de Canino par le pape Pie VII.

  BONAPARTE (le prince Louis) **, 1808-1873. Fils de Louis Bonaparte
    et d'Hortense de Beauharnais. Après une jeunesse aventureuse, il
    profita des événements de 1848 pour se faire nommer Président de
    la République et rétablit l'Empire à son profit en 1852, prenant
    le nom de Napoléon III.

  BONIN (le général Édouard DE), 1793-1863. A la tête d'un corps de
    troupes prussiennes en 1848, il fut chargé d'occuper les duchés
    de Schleswig et de Holstein, et, plus tard, y organisa une armée
    nationale. En 1852, il remplaça au ministère de la Guerre de
    Berlin le général de Stockhausen.

  BORDEAUX (le duc DE) *, 1820-1883. Fils du duc de Berry et
    petit-fils de Charles X. Il porta aussi le titre de comte de
    Chambord.

  BOURQUENAY (le comte DE) *, 1800-1869. Diplomate français, nommé
    ambassadeur à Constantinople en 1844 et à Vienne en 1859.

  BRAGANCE (la duchesse Amélie DE) *, 1812-1873. Fille du duc
    Eugène de Leuchtenberg, et deuxième femme de Pedro Ier,
    Empereur du Brésil.

  BRANDEBOURG (le comte Frédéric-Guillaume DE), 1792-1850. Né de
    l'union morganatique du Roi Frédéric-Guillaume II avec la
    comtesse Dœnhoff, il entra de bonne heure dans l'armée. En
    1848, il remplaça M. de Pfuel comme chef du Cabinet prussien, et
    en novembre 1849 fut envoyé à Varsovie pour négocier avec la
    Russie, au sujet du conflit survenu entre l'Autriche et la
    Prusse.

  BRANDEBOURG (la comtesse DE). Née Massenbach, elle avait épousé le
    comte de Brandebourg en 1818. Elle fut pendant quelques années
    grande maîtresse de la Reine Élisabeth de Prusse.

  BRANDHOFEN (Mme DE), née en 1802. Anne Plochel, épouse
    morganatique en 1827 de l'archiduc Jean d'Autriche. Elle reçut
    alors le titre de baronne de Brandhofen, changé en 1845 en celui
    de comtesse de Méran.

  BRÉDY (Hugo DE), 1792-1848. Officier d'artillerie autrichien,
    général-major en 1846, tué, le 6 octobre 1848, dans
    l'insurrection de Vienne.

  BRÉSIL (l'Empereur dom Pedro II du), 1825-1891. Succéda à son père
    sous la régence, en 1831, et gouverna en personne depuis 1840.
    Il épousa, en 1843, la princesse Thérèse de Bourbon, fille de
    François Ier, Roi des Deux-Siciles. Une révolution les chassa du
    Brésil en 1890.

  BRESSON (le comte) *, 1788-1847. Diplomate français.

  BRESSON (la comtesse). Née de Comminge-Guitaut, d'une noble
    famille de Bourgogne.

  BRIFAUT (Charles), 1787-1867; poète et littérateur français,
    membre de l'Académie française, qui chanta avec le même
    enthousiasme la naissance du Roi de Rome et le retour de Louis
    XVIII.

  BRIGNOLE-SALE (le marquis Antoine DE), 1786-1863. D'une ancienne
    et illustre famille de Gênes, il fut d'abord auditeur au Conseil
    d'État impérial, puis préfet de Savone, et, en 1814,
    plénipotentiaire de la ville de Gênes au Congrès de Vienne.
    Rallié à la monarchie de Savoie, il devint chef de l'Université
    royale en 1816, ambassadeur à Rome en 1839, puis à Paris où il
    resta de longues années.

  BRIGNOLE-SALE (la marquise DE), née Durazzo. Elle fut la mère de
    la duchesse Melzi et de la duchesse de Galliera.

  BROGLIE (le duc Victor DE) *, 1785-1870. Chef du parti
    doctrinaire, plusieurs fois ministre sous Louis-Philippe. Il
    avait épousé Albertine de Staël, qui mourut en 1840.

  BRONZINO (Agnolo), 1502-1572. Peintre italien, né à Florence.

  BROUGHAM (lord Henry) *, 1778-1868. Homme politique anglais.

  BRUGES (Mme DE), morte en 1897. Née Émilie de Zeuner. Elle avait
    épousé en premières noces le comte de Bruges, émigré français en
    Prusse, et, en secondes noces, épousa le général de Berger, au
    service prussien.

  BRUNNOW (le baron), 1796-1875. Diplomate russe, ministre à
    Darmstadt en 1839, il fut nommé ambassadeur à Londres en 1840
    après avoir négocié le mariage du grand-duc héritier (depuis
    Alexandre II). Il prit une grande part aux négociations qui
    amenèrent la conclusion du traité de la quadruple alliance du 15
    juillet 1840, où la politique de la France trouva un si grave
    échec. Accrédité auprès de la Confédération germanique en 1855,
    il fut désigné pour représenter, avec le comte Orloff, le
    gouvernement russe au Congrès de Paris en 1856.

  BRUNSWICK (le duc Guillaume DE), 1806-1884. Ce Prince prit les
    rênes du gouvernement en 1825, après la fuite de son frère
    Charles, et régit définitivement le duché à partir de 1837.

  BUGEAUD DE LA PICONNERIE (le maréchal), 1784-1849. Entré au
    service militaire en 1804, il avait fait avec distinction les
    campagnes de l'Empire, puis se retira dans sa terre d'Excideuil
    en Dordogne, après la chute de Napoléon. Rappelé à l'activité en
    1830, il se dévoua à la nouvelle monarchie, réprima
    énergiquement plusieurs insurrections à Paris et fut envoyé, en
    1836, en Algérie, où il battit Abd-el-Kader et lui imposa le
    traité de la Tafna. Nommé, en 1840, gouverneur de l'Algérie, il
    s'y montra bon administrateur, gagna la bataille de l'Isly sur
    les Marocains et consolida les possessions françaises dans
    l'Afrique du Nord.

  BÜLOW (le baron Henri DE) *, 1790-1846. Diplomate prussien. Il fut
    ministre en Angleterre, puis ministre des Affaires étrangères de
    Prusse.

  BÜLOW (le comte Hans-Adolphe-Charles DE), 1807-1869. Homme d'État
    prussien, chargé de plusieurs missions en Hanovre, en Oldenburg,
    en Brunswick. De 1850 à 1858, il dirigea les affaires de
    Mecklembourg.

  BULWER (sir Henry Lytton) **, 1804-1872. Diplomate anglais,
    ministre plénipotentiaire en Espagne de 1843 à 1848, ambassadeur
    à Constantinople en 1858.

  BUNSEN (le chevalier Chrétien-Charles-Josias DE), 1791-1860.
    Diplomate allemand. Il passa vingt ans à Rome comme secrétaire
    de la légation prussienne et y traita l'affaire des mariages
    mixtes. Très lié avec le Prince Royal de Prusse, qui, devenu Roi
    Frédéric-Guillaume IV en 1840, le nomma ambassadeur à Londres où
    il resta jusqu'à la guerre de Crimée en 1854.

  BUTENIEFF (Apollinaire DE). Diplomate russe, ministre à
    Constantinople, puis à Rome. Il avait épousé en secondes noces
    Marie de Chreptowicz.

C

  CAMBRIDGE (le prince Georges DE), né en 1819. Fils du duc Adolphe
    de Cambridge et de la princesse Auguste de Hesse-Cassel, il
    devint duc de Cambridge à la mort de son père en 1850, et
    occupa un haut poste à la tête de l'armée anglaise. Il avait
    épousé morganatiquement miss Louisa-Fitz-George, fille de M.
    Farebrother, qui mourut en 1890.

  CAMBRIDGE (la princesse Auguste DE), née en 1822. Sœur du prince
    Georges, cette Princesse épousa, en 1843, le grand-duc de
    Mecklembourg-Strélitz, à cette époque Prince héréditaire.

  CAMPHAUSEN (Ludolf), 1802-1896. Président du ministère prussien en
    1848, puis ministre plénipotentiaire près du pouvoir central
    germanique où il mit en avant une Confédération dont la Prusse
    devait avoir l'hégémonie.

  CAPO D'ISTRIA (le comte) *, 1776-1831. Natif de Corfou.

  CARAMAN (la marquise DE) **. Née Gallard de Béarn; veuve depuis
    1836 du marquis de Caraman.

  CARDIGAN (James-Thomas-Brudenell-Bruce), 1797-1864. Général et
    pair d'Angleterre, d'une vieille famille qui fut la tige des
    marquis d'Ailesbury. Après plusieurs démêlés avec les officiers
    de son régiment, il eut un duel avec un capitaine et, ayant
    blessé son adversaire, fut traduit devant la Chambre des Lords
    constituée en Cour de justice en 1841; il fut acquitté.

  CARIGNAN (la princesse Joséphine DE), 1753-1797. Grand'mère du Roi
    Charles-Albert de Sardaigne, fille de Louis-Charles de Lorraine,
    duc d'Elbeuf, prince de Lambesc, comte de Brionne, elle avait
    épousé, en 1768, le prince Victor-Amédée II de Carignan, qui
    était établi à Paris.

  CARLOTTA (l'infante) *, 1804-1844. Fille du Roi des Deux-Siciles,
    et sœur de la Reine Marie-Christine d'Espagne.

  CARNÉ (le comte Joseph DE), 1804-1876. Entré en 1825 dans les
    bureaux du ministère des Affaires étrangères, il se rallia au
    gouvernement de Juillet, fut élu député, et prit une part active
    aux travaux parlementaires. Il entra à l'Académie française en
    1863.

  CAROLATH-BEUTHEN (le prince Henri DE) **, 1783-1864. Général de
    cavalerie prussienne et grand-veneur royal.

  CAROLATH-BEUTHEN (la princesse Adélaïde DE), 1797-1849. Fille du
    comte de Pappenheim, elle avait épousé le prince Henri Carolath
    en 1817.

  CARS (la duchesse DES), morte en 1870. Augustine du Bouchet de
    Sourches de Tourzel, mariée en 1817 au duc Amédée-François des
    Cars.

  CASTELLANE (la comtesse DE) *, 1796-1847. Née Cordélia Greffulhe,
    mère du marquis Henri de Castellane.

  CASTELLANE (le marquis Henri DE) **, 1814-1847. Fils aîné du
    maréchal de Castellane et député du Cantal.

  CASTELLANE (la marquise Henri DE), 1820-1890. Née Pauline de
    Périgord *, petite-nièce du prince de Talleyrand et fille de
    l'auteur de la _Chronique_.

  CASTELLANE (Marie DE). Née en 1840. Fille du marquis et de la
    marquise Henri de Castellane et filleule de l'auteur de la
    _Chronique_; elle épousa à Sagan, en 1857, le prince Antoine
    Radziwill, dont elle devint veuve en 1904.

  CASTLEREAGH (le vicomte DE) *, 1769-1822. Homme d'État anglais,
    ennemi acharné de la Révolution française et de Napoléon Ier.

  CAULAINCOURT (Armand-Augustin-Louis, marquis DE), duc de Vicence,
    1772-1827. Général français, négociateur de Napoléon Ier au
    congrès de Châtillon et un de ses plus fidèles serviteurs.

  CAVAIGNAC (le général Louis-Eugène), 1802-1857. Après avoir fait
    presque toute sa carrière militaire en Algérie, il fut nommé
    gouverneur de cette province après la Révolution de 1848. Au
    coup d'État du 2 décembre 1851, il fut arrêté et transporté à
    Ham; relâché, il demanda sa retraite et rentra dans la vie
    privée.

  CELLAMARE (le prince DE), 1657-1733. Nommé ambassadeur d'Espagne à
    la Cour de France en 1715, il y devint, avec la duchesse du
    Maine, l'instrument des projets d'Alberoni contre le Régent; sa
    correspondance fut interceptée vers la fin de 1718, lui-même
    arrêté et conduit aux frontières d'Espagne.

  CÉSOLE (le comte Eugène DE). Établi à Nice et fort recherché en
    société pour son joli talent sur le violon et son amabilité.

  CÉSOLE (la comtesse DE), 1812-1892. Née de Castellane. Elle habita
    Nice jusqu'à la fin de sa vie.

  CESSAC (le comte DE), 1752-1841. Jean-Gérard Lacué de Cessac était
    au service quand la Révolution éclata. Membre du Conseil des
    anciens en 1775. Partisan du 18 Brumaire, Cessac fut appelé au
    Conseil d'État, devint ministre de la Guerre en 1807, et resta
    fidèle à l'Empereur jusqu'à la fin. En 1831, Cessac entra à la
    Chambre des Pairs.

  CHABANNES LA PALICE (le comte Alfred DE) *, 1799-1868. Général de
    brigade et aide de camp de Louis-Philippe qu'il suivit en exil.

  CHABANNES LA PALICE (la comtesse Alfred DE), 1802-1891. D'origine
    anglaise, née miss Antoinette Ellice.

  CHABOT (Philippe DE), comte de Jarnac **, 1815-1875. Diplomate
    français, très attaché à la famille d'Orléans.

  CHABOT (Mlle Olivia DE), épousa en 1844 le marquis de Lasteyrie,
    dont elle devint veuve en 1883.

  CHAIX-D'EST-ANGE (Gustave), 1800-1876. Célèbre jurisconsulte,
    magistrat et homme politique français, grand-officier de la
    Légion d'honneur en 1861 et sénateur en 1864.

  CHALAIS (le prince Élie DE) **, 1809-1883. Fils aîné du duc de
    Périgord.

  CHANALEILLES (la marquise Stéphanie DE). Seconde fille du duc de
    Crillon; avait épousé Sosthène de Chanaleilles en 1832. Elle
    était une sœur de la comtesse Pozzo.

  CHANGARNIER (le général), 1793-1877. Après avoir pris part, en
    1823, à la guerre d'Espagne, il se distingua dans les campagnes
    d'Algérie. Exilé après le coup d'État de 1851, il rentra en
    France en 1859, et servit à l'armée de Metz.

  CHARTRES (Robert d'Orléans, duc DE), né en 1840. Second fils du
    duc d'Orléans et de la princesse Hélène de
    Mecklembourg-Schwerin. Il épousa, en 1863, sa cousine germaine,
    Françoise, fille du prince de Joinville.

  CHATEAUBRIAND (le vicomte DE) *, 1768-1848. Un des plus célèbres
    écrivains français de son époque.

  CHATEAUBRIAND (la vicomtesse DE), 1775-1845. Née Céleste de la
    Vigne-Buisson, elle avait épousé, en 1792, le vicomte de
    Chateaubriand, avec les sœurs duquel elle avait été liée dès
    son enfance.

  CHEVREUSE (la duchesse Marie DE), 1600-1679. Veuve du duc Albert
    de Luynes, elle épousa Claude de Lorraine, duc de Chevreuse,
    joua un rôle dans la Fronde et dans les complots contre Mazarin.

  CHOMEL (le docteur), 1788-1859. Médecin du Roi Louis-Philippe et
    de la duchesse d'Orléans. Il fut le premier à établir une
    véritable clinique à l'hôpital de la Charité. Chomel était
    l'élève de Corvisart.

  CHREPTOWICZ (la comtesse Hélène) **, morte en 1878. Fille du comte
    de Nesselrode, chancelier de Russie, elle avait épousé le comte
    Michel Chreptowicz, diplomate russe.

  CIRCOURT (la comtesse DE), 1808-1863. Née Anastasie de Klustine,
    elle épousa, en 1830, le comte Adolphe de Circourt, et eut à
    Paris un salon très remarquable. Amie intime du comte de Cavour,
    ils entretinrent une correspondance fort intéressante, plusieurs
    des lettres du comte de Cavour à Mme de Circourt ont été
    publiées par le comte Nigra.

  CLANRICARDE (lady) *, morte en 1876. Elle était l'unique enfant du
    célèbre George Canning.

  CLARENDON (lord) *, 1800-1870. Diplomate et homme politique
    anglais.

  CLARY-ALDRINGEN (la princesse), 1777-1864. Née comtesse Louise
    Chotek, elle avait épousé, en 1802, le prince Charles
    Clary-Aldringen, son cousin germain.

  CLARY-ALDRINGEN (le prince Edmond), 1813-1894. Fils du prince
    Charles Clary. Chambellan à la Cour d'Autriche, il épousa, en
    1841, une comtesse de Ficquelmont, dont il devint veuf en 1878.

  CLAUSEL (le général comte) **, 1772-1842. Gouverneur de l'Algérie
    en 1830, il fut fait maréchal de France en 1831.

  CLÉREMBAULT (le vicomte Jean-Nicolas-Adolphe DE), né en 1810. Fils
    du comte de Clérembault, consul général de France en Prusse en
    1809, il servit dans la marine et devint lieutenant de vaisseau.
    Il épousa en Belgique Mlle Valérie Desœr. Il était chevalier de
    la Légion d'honneur.

  COBOURG (le duc Ernest II DE SAXE-), 1818-1893; succéda à son père
    Ernest Ier, en 1844. Il avait épousé, en 1842, la princesse
    Alexandrine de Bade.

  COBOURG (le prince Albert DE SAXE-), 1819-1861, frère du duc
    Ernest II; il épousa, en 1840, la Reine Victoria d'Angleterre.

  CŒUR (l'abbé), 1805-1860. Prédicateur de talent, appelé en 1848 à
    l'évêché de Troyes.

  COGNY (le docteur) **, médecin à Valençay.

  COIGNY (le duc Gustave DE) **, 1788-1865. Pair et maréchal de
    France.

  COLLOREDO (le comte François DE), né en 1799. Diplomate
    autrichien, ambassadeur à Londres, puis à Rome.

  COLLOREDO (la comtesse DE). Née Séverine Potocka, elle avait
    épousé en premières noces M. Soba['n]ski, et se remaria, en
    1847, avec le comte de Colloredo.

  COMMINES (Philippe DE), 1445-1509. Chroniqueur et auteur de
    _Mémoires_ sur les règnes de Louis XI et de Charles VIII, où il
    se montre historien de premier ordre.

  CONDÉ (la princesse Louise-Adélaïde DE), 1757-1824. Fille du duc
    de Bourbon-Condé et de Charlotte de Rohan-Soubise, fut nommée
    par Louis XVI, en 1784, abbesse de Remiremont, mais ne fut point
    religieuse. Un sentiment profond pour un simple gentilhomme la
    décida à quitter le monde. Elle vécut dans l'ordre des
    Bénédictins à Turin, à Varsovie, et même à Nie[']swie['z], dans
    un couvent fondé par les princes Radziwill. C'est là qu'elle
    apprit la mort de son frère, le duc d'Enghien. Rentrée en
    France, la princesse de Condé y fonda le monastère du Temple.

  CONSALVI (le cardinal Hercule), 1757-1824. Protégé par Mesdames de
    France, tantes de Louis XVI, et par le cardinal d'York, dernier
    des Stuarts, H. Consalvi occupa des fonctions importantes à la
    Cour pontificale de Pie VI et fut l'instrument principal de
    l'élection de Pie VII, qui le nomma cardinal et secrétaire
    d'État. Consalvi vint en France en 1801 et y signa le fameux
    Concordat, mais Napoléon, pour l'éloigner des affaires, le
    retint en France, en un véritable exil, et ce ne fut qu'en 1814
    qu'il put retourner en Italie. Au Congrès de Vienne, en 1815, le
    cardinal y obtint non seulement la restitution au Saint-Siège
    des Marches, ainsi que Bénévent et Ponte-Corvo, mais encore il
    fit proclamer la suprématie des Nonces dans le monde
    diplomatique.

  CONTADES (la vicomtesse Jules DE), 1793-1861. Adèle-Alexandrine,
    fille de Gabriel Amys du Poureau, épousa d'abord le vicomte
    Jules de Contades. Veuve en 1844, elle se remaria avec le duc de
    Luynes dont elle fut la seconde femme.

  CORNÉLIUS (Pierre DE) **, 1783-1867. Célèbre peintre allemand.

  COSSÉ-BRISSAC (Mlle Stéphanie-Marie DE), fille du comte Arthur de
    Cossé-Brissac, épousa en 1841 Louis-Marie de Riffardeau, duc de
    Rivière.

  COURTIER Ecclésiastique jouissant d'une grande popularité.

  COWLEY (lord), 1804-1884. Fils du comte de Mornington et neveu du
    duc de Wellington, il entra de bonne heure dans la carrière
    diplomatique et fut accrédité en 1841 auprès de la Confédération
    germanique. En 1852, il fut nommé ambassadeur à Paris, en
    remplacement de lord Normanby, et prit part, avec lord
    Clarendon, au Congrès de Paris en 1856. Il conserva son poste en
    France jusqu'en 1867. Il avait épousé, en 1833, Olivia
    Fitz-Gerald de Ros.

  COWPER (lady Fanny), morte en 1880. Fille du premier mariage de
    lady Palmerston et nièce de lord Melbourne, elle épousa, en
    1841, lord Robert Jocelyn (1816-1854), membre du Parlement et
    fils aîné de lord Roden.

  CRÉMIEUX (Adolphe), 1796-1880. Avocat et homme politique élu
    député à Chinon en 1842, fit partie du gouvernement de la
    Défense nationale avec Gambetta en 1870. Il fut nommé sénateur
    inamovible en 1875.

  CRILLON (Mlle Marie-Louise-Amélie DE). Fille du marquis de
    Crillon, pair de France, elle épousa, en 1842, le prince Armand
    de Polignac, fils du dernier président du Conseil du Roi Charles
    X.

  CRILLON (Mlle Valentine DE), sœur de la précédente, épousa le
    comte Charles Pozzo di Borgo.

  CUJAS (Jacques), 1520-1590. Célèbre jurisconsulte de Toulouse,
    surnommé _le Papinien de son siècle_.

  CUSTINE (la marquise DE), 1770-1826. Delphine de Sabran, fille du
    premier mariage de Mme de Boufflers, épousa, en 1787, M. de
    Custine, qui périt sur l'échafaud avec son frère, le général de
    Custine, en 1793. Mme de Custine fut une amie de Chateaubriand.

  CUSTINE (le marquis Adolphe DE), 1793-1857. Fils de la précédente.
    Voyageur et littérateur français.

  CUVILLIER-FLEURY (Alfred) **, 1802-1887. Littérateur français,
    précepteur du duc d'Aumale, puis son secrétaire. Il fut élu
    membre de l'Académie française en 1866.

  CZARTORYSKI (le prince Adam) *, 1770-1861. Ami et ministre de
    l'Empereur Alexandre Ier de Russie, établi à Paris depuis 1830.

D

  DALMATIE (le marquis DE), 1807-1857. Hector Soult, fils du
    maréchal, d'abord officier d'état-major, entra, en 1830, dans
    la diplomatie et fut ministre plénipotentiaire à la Haye, à
    Turin, à Berlin. Longtemps député du Tarn, il appuya toujours
    la politique conservatrice. Il devint duc en 1850, à la mort de
    son père.

  DANEMARK (Christian VIII, Roi de), 1786-1848. Anciennement prince
    (Christian) de Danemark **. Fils du prince héréditaire Frédéric
    et de la princesse Sophie-Frédérique de Mecklembourg-Schwerin,
    il succéda, le 3 décembre 1839, à Frédéric VI. Il avait épousé
    en premières noces, en 1806, Charlotte-Frédérique de
    Mecklembourg-Schwerin, dont il eut un fils, plus tard le Roi
    Frédéric VII.

  DANEMARK (la Reine de), 1796-1881 **. Caroline-Amélie, fille du
    duc et de la duchesse de
    Schleswig-Holstein-Sondersburg-Augustenburg, deuxième femme du
    Roi Christian VIII, auquel elle ne donna jamais d'enfant.

  DECAZES (le duc Élie) *, 1780-1846. Pair de France et ministre
    sous Louis XVIII.

  DECAZES (la duchesse) *. Née de Sainte-Aulaire.

  DEDEL (Salomon) *, 1775-1846. Diplomate danois.

  DEGUERRY (l'abbé), 1797-1871. Prédicateur distingué et aumônier du
    6e régiment de la Garde, sous Charles X, il fut successivement
    chanoine de Notre-Dame, curé de Saint-Eustache, puis de la
    Madeleine à Paris. Arrêté durant la Commune en 1871, il fut
    fusillé avec Mgr Darbois et le président Bonjean. L'abbé
    Deguerry avait dirigé l'instruction religieuse du Prince
    Impérial.

  DELAROCHE (Paul), 1797-1856. Célèbre peintre français, élève de
    Gros. Il avait épousé à Rome, en 1835, Mlle Louise Vernet, fille
    unique d'Horace Vernet, qui mourut en 1845.

  DELESSERT (Gabriel), 1786-1858. D'abord officier, il s'était
    distingué dans la défense de Paris en 1814, et devint général de
    brigade en 1831. Il fut ensuite préfet de l'Aude, puis
    d'Eure-et-Loir, de 1834 à 1836, enfin, préfet de police de 1836
    à 1848, époque à laquelle il rentra dans la vie privée.

  DEVRIENT (Daniel-Louis), 1784-1832. Célèbre acteur allemand,
    d'origine française.

  DEMIDOFF (le comte Anatole), 1812-1872. Anatole Demidoff, prince
    de San-Donato, épousa, en 1841, la princesse Mathilde, fille du
    roi Jérôme de Westphalie. Son père avait fait une grosse fortune
    dans les mines de Sibérie, et fut le premier à acclimater en
    Crimée les vignes de France.

  DEVONSHIRE (le duc DE), mort en 1858. Wilhelm Cavendish.

  DIEGO-LÉON, mort en 1841. Général espagnol très renommé par sa
    bravoure. Il appartenait au parti conservateur modéré qui
    soutenait la Reine Marie-Christine alors Régente. Espartero
    voulant la détrôner, Diego-Léon se mit à la tête d'une
    conspiration, en 1841, pour séquestrer la jeune reine Isabelle
    et l'emmener dans une ville de province afin de la soustraire à
    Espartero. Un combat eut lieu dans le palais même de Madrid;
    Diego-Léon fut pris et fusillé en 1841.

  DINO (le duc DE) **, 1813-1894. Connu, jusqu'en 1838, sous le nom
    de comte Alexandre de Périgord *, second fils de la duchesse de
    Talleyrand.

  DINO (la duchesse DE), 1820-1891. Née Marie-Joséphine de
    Sainte-Aldegonde, elle avait épousé, en 1839, le duc Alexandre
    de Dino.

  DINO (Clémentine DE), née en 1841. Fille du duc et de la duchesse
    Alexandre de Dino, elle épousa, en 1860, à Sagan, le comte
    Alexandre Orlowski.

  DŒNHOFF (le comte Auguste-Hermann), né en 1788. Après avoir
    rempli diverses missions diplomatiques, il fut ministre de
    Prusse à la Diète de Francfort, en 1842, puis, en 1848, ministre
    des Affaires étrangères dans le Cabinet Pfuel, mais il
    démissionna bientôt. Le comte Dœnhoff était membre de la
    Chambre des Seigneurs.

  DŒNHOFF (Sophie-Julienne-Frédérique, comtesse), morte en 1824.
    Favorite du Roi Frédéric-Guillaume II, dont elle eut deux
    enfants qui prirent le titre de comtes de Brandebourg.

  DON CARLOS DE BOURBON *, 1788-1855.

  DOLOMIEU (la marquise DE) *, 1779-1849. Dame d'honneur de la Reine
    Marie-Amélie.

  DOUGLAS (le marquis DE) *, 1811-1863. Succéda à son père comme duc
    de Hamilton, en 1852. Il avait épousé, en 1843, la princesse
    Marie de Bade.

  DOURO (lady Élisabeth), fille du marquis de Tweeddale, épousa, en
    1839, Arthur Richard-Wellesley, marquis de Douro, qui, à la mort
    de son père, en 1852, devint duc de Wellington.

  DREUX-BRÉZÉ (l'abbé DE), 1811-1893. Troisième fils du marquis de
    Dreux-Brézé, grand maître des cérémonies sous Louis XVI, il
    devint, en 1835, vicaire général de Mgr de Quélen, à Paris,
    puis, en 1849, fut nommé évêque de Moulins. Il ne dissimula
    jamais ses opinions ultramontaines et légitimistes.

  DREUX-BRÉZÉ (le marquis DE), 1793-1843. Scipion de Dreux-Brézé
    commença par la carrière militaire, dont il se retira en 1827.
    En 1829, il devint pair de France par la mort de son père. Il
    fut un des chefs de l'opposition contre le gouvernement de
    Louis-Philippe.

  DUCHATEL (le comte Charles Tauneguy) *. Homme politique français.

  DUCHATEL (la comtesse Églé), fille de M. Paulée, qui, comme
    fournisseur de l'armée française pendant la guerre de 1823, en
    Espagne, avait fait une fortune considérable.

  DU DEFFANT (la marquise), 1697-1780. Née Marie de Vichy-Chambord.
    Mariée de bonne heure à un homme qu'elle aimait peu, elle s'en
    sépara, puis, devenue veuve, ouvrit son salon aux grands
    seigneurs et aux philosophes de son temps. Aveugle dès l'âge de
    cinquante-quatre ans, elle remplaçait la galanterie par
    l'amitié, la beauté par l'esprit, et conserva toujours un
    impérieux désir de distractions. Sa correspondance avec
    Voltaire, Horace Walpole, a été publiée et montre une
    remarquable sûreté de jugement.

  DUFAURE (Jules-Armand-Stanislas) **, 1798-1881. Avocat et homme
    politique français.

  DUMOURIEZ (Charles-François), 1739-1824. Déjà maréchal de camp
    quand éclata la Révolution, il en adopta les principes, et fut
    ministre des Affaires étrangères en 1792; il déclara la guerre à
    l'Autriche, mais ayant encouru la disgrâce du parti girondin qui
    l'avait élevé au ministère, il se retira et reprit du service.
    Chargé du commandement de l'armée du Nord, il remporta les
    victoires de Valmy et de Jemapes et conquit la Belgique; mais
    après un revers à Nerwinden, il fut en butte aux attaques de la
    Convention et engagea des pourparlers auprès de l'ennemi, chez
    qui il s'enfuit bientôt. Il mena, dès lors, une vie errante, et
    finit par se fixer en Angleterre, où le gouvernement lui fit une
    pension.

  DUPANLOUP (l'abbé) **, 1802-1878. Nommé évêque d'Orléans, en 1849,
    il entra à l'Académie française en 1854.

  DUPIN (André-Marie) *, 1783-1865. Jurisconsulte et magistrat
    français, député durant de longues années.

  DUPOTY (Michel-Auguste), 1797-1864. Publiciste, républicain
    ardent, qui combattit la monarchie de Juillet comme celle des
    Bourbons.

  DUPREZ (Gilbert-Louis) **, 1806-1879. Célèbre ténor français.

  DURHAM (John Lambton, comte DE) *, 1792-1840. Homme politique
    anglais.

E

  ELCHINGEN (la duchesse D'), née en 1801. Marie-Joséphine, fille
    du comte de Souham, avait épousé, en premières noces, le baron
    de Vatry. Devenue veuve, elle se remaria, en 1834, avec le duc
    d'Elchingen, aide de camp du duc d'Orléans et fils aîné du
    maréchal Ney, qui mourut en 1854.

  ELLICE (l'honorable Édouard) *, 1787-1863. Homme politique
    anglais.

  ELSSLER (Thérèse) **, 1806-1878. Célèbre danseuse, épouse
    morganatique du prince Adalbert de Prusse. Elle portait le titre
    de baronne de Barnim.

  ENGHIEN (Louis-Antoine-Henri de Bourbon, duc D'), 1772-1802, fils
    du prince de Condé et de Louise-Thérèse-Mathilde d'Orléans,
    suivit ses parents en émigration, et montra un brillant courage
    dans _l'armée de Condé_. Fixé à Ettenheim, dans le grand-duché
    de Bade, auprès de la jeune et belle Charlotte de
    Rohan-Rochefort, à laquelle on le disait secrètement marié, il
    fut arrêté au mépris du droit des gens par les ordres du Premier
    Consul, qui le soupçonnait de conspirer contre lui. Il fut jugé
    par une Commission militaire et fusillé dans les fossés du
    château de Vincennes.

  ENTRAIGUES (le marquis Emmanuel-Louis D'), 1755-1812. D'abord
    officier, il émigra en 1790 et devint conseiller de la légation
    russe à Londres, où il fut assassiné avec sa femme.

  ENTRAIGUES (Amédée Goveau D') *. Né en 1785. Préfet à Tours de
    1830 à 1847.

  ESPARTERO (Joachim-Boldomero), 1792-1879. Espagnol. Militaire
    brillant, Espartero engagea vivement les hostilités lorsque
    éclata la guerre civile à l'occasion de la succession au trône
    d'Isabelle II. En 1840, la Régente Marie-Christine ayant
    abdiqué, les Cortès transférèrent les pouvoirs de la Régence à
    Espartero. Renversé en 1842, il se retira en Angleterre, rentra
    en Espagne en 1847, reprit sa place au Sénat où il continua à
    jouer un rôle prépondérant.

  ESPEUIL (Antoine-Théodore de Viel-Lunas, marquis D'), né en 1802,
    fait sénateur en 1853. Il avait épousé Mlle
    Jeanne-Françoise-Louise de Chateaubriand, nièce du vicomte de
    Chateaubriand.

  ESSEX (Arthur-Algernon Capell, lord), 1803-1892. Il avait succédé
    à son oncle, comme comte d'Essex, en 1839. Il se maria trois
    fois: 1º en 1825, avec Caroline-Janetta, fille du duc de
    Saint-Albans, qui mourut en 1862; 2º en 1863, avec
    Louise-Caroline-Élisabeth, fille du vicomte Dungarvan, qui
    mourut en 1876; et 3º en 1881, avec Louise, fille de Charles
    Heneage, et veuve du général lord Paget.

  ESTERHAZY (le prince Paul) *, 1786-1866. Diplomate autrichien.

  ESTERHAZY (le prince Nicolas), 1817-1894. Fils du prince Paul; il
    épousa, en 1842, lady Sarah Villiers, fille de lord et de lady
    Jersey, dont il devint veuf en 1853.

  ESTERHAZY (le comte Maurice), 1805-1891. Diplomate autrichien,
    ambassadeur à Rome en 1855, et ministre sans portefeuille de
    1865 à 1866; il eut une large part aux événements qui
    précédèrent la guerre de 1866, en refusant toutes les
    concessions qui auraient pu amener une entente entre Vienne et
    Berlin. Il appartenait au vieux parti conservateur hongrois.

  EU (Gaston d'Orléans, comte D'), né en 1842. Fils aîné du duc de
    Nemours et de la princesse de Saxe-Cobourg-Gotha; épousa, en
    1864, à Rio-de-Janeiro, la princesse Isabelle de Bragance, fille
    aînée de l'Empereur du Brésil.

  EYNARD (Jean-Gabriel), 1775-1863. Riche commerçant que la
    Révolution avait fait émigrer à Gênes où il s'était établi.
    Vivement attaché à la cause grecque, il travailla activement à
    l'affranchissement de ce pays.

F

  FABRE (François-Xavier) *, 1766-1837. Peintre français; élève de
    David.

  FAGEL (le général Robert) *. Ambassadeur du Roi des Pays-Bas en
    France sous la Restauration.

  FALLOUX (le comte Alfred DE), 1811-1885. Homme politique français
    et membre de l'Académie. Ministre de l'Instruction publique sous
    la présidence du prince Louis-Napoléon, il laissa son nom à la
    loi sur l'organisation de l'enseignement.

  FANE (lady G.-J. Georgiana), 1811-1874. Fille de lord John
    Westmorland, qui fut lord-lieutenant d'Irlande de 1790 à 1795,
    et de son second mariage avec miss Jane Saunders. Elle ne fut
    jamais mariée.

  FESCH (le cardinal) **, 1763-1839. Oncle maternel de Napoléon Ier.

  FEUCHÈRES (la baronne Sophie DE), 1795-1841. Connue par sa liaison
    avec le dernier duc de Bourbon, par qui elle se fit donner les
    riches domaines de Saint-Leu et de Boissy et une somme d'un
    million. C'est elle qui décida le Prince à laisser tout le reste
    de sa fortune au jeune duc d'Aumale, son filleul, pour échapper
    aux dangers auxquels elle se serait exposée en se la faisant
    donner. Méprisée de tous, elle vécut en Angleterre après la mort
    du prince de Condé, qui fut trouvé un jour pendu à
    l'espagnolette d'une croisée de son château de Chantilly, en
    1830.

  FICQUELMONT (le comte Charles-Louis DE) **, 1777-1857. Officier,
    puis diplomate au service de l'Autriche, ministre l'État à
    Vienne en 1840, et un moment ministre des Affaires étrangères en
    1848.

  FLAHAUT (le général comte Auguste-Charles-Joseph DE) *, 1785-1870.
    Pair de France et ambassadeur.

  FLAHAUT (la comtesse DE) *, 1788-1867. Margaret, baroness Nairne
    and Keith avait épousé, en 1817, le comte de Flahaut.

  FLAHAUT (Emily-Jane-Mercer-Ephinstone DE), fille aînée du comte de
    Flahaut et de la baronne Nairne et Keith, épousa, en 1843, le
    marquis Henry de Lansdowne (1816-1866), membre du Parlement.

  FLAHAUT (Adélaïde-Élizabeth-Joséphine DE), morte en 1841.
    Quatrième fille du comte et de la comtesse de Flahaut.

  FLOTOW (le comte Frédéric-Adolphe DE), 1812-1883. Compositeur de
    musique allemand, auteur d'un grand nombre d'opéras.

  FORBIN-JANSON (la marquise DE). Née Rochechouart-Mortemart.

  FOUQUET (Nicolas), 1615-1680. Surintendant des finances sous Louis
    XIV, condamné comme dilapidateur, après un procès célèbre, et
    enfermé à Pignerol où il mourut après dix-neuf ans de captivité.

  FOX (Miss), morte en 1840. Caroline Fox, fille d'Étienne Fox,
    second Lord Holland.

  FRANÇOIS Ier, Empereur d'Autriche, 1708-1765. Fils aîné du duc
    Léopold de Lorraine; hérita du duché de Lorraine en 1729, mais
    l'échangea en 1738 contre celui de Toscane, où la maison de
    Médicis venait de s'éteindre. Il épousa Marie-Thérèse, fille de
    Charles VI, et, à la mort de celui-ci en 1740, fut nommé Régent.

  FRÉDÉRIC Ier, premier Roi de Prusse, 1657-1713. Fils de
    Frédéric-Guillaume, grand-électeur de Brandebourg.

  FRÉDÉRIC II LE GRAND *. Roi de Prusse, 1712-1786. Illustre
    guerrier et ami des philosophes de son temps; monta sur le trône
    en 1740.

  FRÉDÉRIC-GUILLAUME II, dit _le Gros Guillaume_, Roi de Prusse,
    1744-1797. Neveu du grand Frédéric et son successeur; monta sur
    le trône en 1786.

  FRÉDÉRIC-GUILLAUME III **. Roi de Prusse, 1770-1840. Fils de
    Frédéric-Guillaume II et son successeur. Époux de la Reine
    Louise.

  FRÉDÉRIC-GUILLAUME IV **, Roi de Prusse, 1795-1861. Fils de
    Frédéric-Guillaume III et son successeur; monta sur le trône en
    1840.

  FREY (Mrs Elizabeth), 1780-1865. Née d'une famille distinguée, par
    ses richesses et son éducation, elle épousa à vingt ans M.
    Joseph Frey, qui appartenait à la société des Quakers; elle
    consacra dès lors sa vie aux œuvres de piété, surtout à celle
    des prisons, où elle apporta de grandes améliorations.

  FROISSART (Jean), 1337-1410. Célèbre chroniqueur français.

  FUGGER (Ulrich), 1441-1510. Célèbre marchand allemand, qui prêta
    des sommes considérables à l'Empereur Maximilien.

G

  GAGERN (le baron Henri DE), 1799-1880. Homme d'État allemand, et
    l'un des plus ardents partisans de l'unité allemande. Il fut
    Président de l'Assemblée nationale de Francfort en 1848.

  GALLIÉRA (la duchesse Marie DE), 1812-1888. Fille aînée du marquis
    de Brignole-Sale, elle avait épousé un Génois, le duc de
    Galliéra, qui lui laissa une immense fortune, dont elle dépensa
    presque la totalité en bonnes œuvres.

  GARNIER-PAGÈS, 1801-1841. Homme politique, chef du parti
    républicain sous Louis-Philippe.

  GAY (Mme Sophie), 1776-1852. Fille du financier La Valette, elle
    épousa très jeune un agent de change, dont elle divorça en 1799,
    pour épouser M. Gay, receveur général du département de la Roër,
    sous l'Empire. Le salon de Mme Gay fut bientôt le rendez-vous de
    la plus brillante société, et elle débuta, en 1802, dans la
    carrière des lettres: poète et bonne musicienne, elle composa,
    outre ses romans et ses œuvres dramatiques, les paroles et la
    musique de romances qui eurent de la vogue. Elle fut la mère de
    Delphine Gay (Mme de Girardin).

  GENLIS (Mme DE), 1746-1830. Institutrice des enfants du duc
    d'Orléans (Philippe-Égalité), auteur de plusieurs ouvrages sur
    l'éducation.

  GENOUDE (l'abbé Eugène), 1792-1849. Publiciste français, qui prit
    en 1823 la direction de la _Gazette de France_, dans laquelle il
    soutint constamment la cause monarchique. Marié, devenu veuf, il
    entra dans les ordres en 1835.

  GENTY DE BUSSY (M. Pierre DE), 1793-1867. Commissaire des guerres,
    Bussy devint gouverneur des Invalides, fit la guerre d'Espagne,
    et, en 1828, eut une mission en Grèce. En 1844, il fut élu
    député, prit place parmi les conservateurs et soutint la
    politique extérieure et intérieure de M. Guizot.

  GENTZ (Frédéric DE), 1764-1832. Publiciste prussien, ardent ennemi
    de la Révolution française. En 1814 et 1815, il fut secrétaire
    au Congrès de Vienne, et l'un des rédacteurs du pacte de la
    Sainte-Alliance.

  GERLACH (le général Léopold DE), 1790-1861. Entré de bonne heure
    au service militaire prussien, il devint aide de camp du prince
    de Prusse et général d'infanterie. Ses idées étaient fort
    réactionnaires. Il fut un ami intime de Frédéric-Guillaume IV.

  GERSDORFF (le baron Ernest DE) **, 1781-1852. Diplomate saxon.

  GERSDORFF (le baron) **, 1800-1855. Administrateur des terres de
    la princesse de Courlande.

  GIRARDIN (Mme DE), 1805-1855. Delphine Gay; épousa, en 1831, M.
    Émile de Girardin. Elle écrivit des poésies, des romans d'un
    grand talent.

  GOBERT (M.), trésorier de l'œuvre des orphelins du choléra.

  GOERGEI (Arthur), né en 1818. Célèbre général hongrois, qui prit
    une part active à la guerre de Hongrie, en 1848, y déployant
    d'abord les plus grands talents militaires, puis capitulant à
    Vilagos, livrant l'armée hongroise au général russe Rudiger.

  GORE (Charles-Alexandre). Né en 1817, fils de sir William Gore. Il
    était commissaire des forêts.

  GOURIEFF (M. DE). Diplomate russe, il fut ministre à la Haye, puis
    ministre des Finances dans son pays. Il était le beau-père de M.
    de Nesselrode.

  GRAMONT-GUICHE (la duchesse DE), 1802-1882. Née Anna de Grimaud
    d'Orsay, comtesse du Saint-Empire, elle épousa le duc de Guiche,
    depuis duc de Gramont, lieutenant général, grand'-croix de la
    Légion d'honneur, dont elle devint veuve en 1855.

  GRAMONT (Mme DE). Antoinette-Cornélie de Gramont, tante du duc de
    Gramont de la branche d'Aster, religieuse du Sacré-Cœur et
    supérieure de la maison de Paris.

  GRANVILLE (lord) *, 1773-1846. Diplomate anglais, longtemps
    ambassadeur à Paris.

  GRANVILLE (lady) *, morte en 1862. Elle était une fille du duc de
    Devonshire.

  GRÈCE (la Reine Amélie DE), 1818-1867. Fille du grand-duc
    d'Oldenbourg, mariée, en 1836, à Othon Ier, Roi de Grèce.

  GREY (lord) *, 1764-1845. Homme politique anglais.

  GRISI (Giulia) *, 1812-1869. Célèbre cantatrice italienne.

  GROEBEN (le général comte Charles DE), 1788-1876. Aide de camp du
    Roi Frédéric-Guillaume IV, chevalier de l'ordre de l'Aigle noir,
    et membre de la Chambre des Seigneurs.

  GROTE (la comtesse DE), 1799-1885. La baronne Caroline de
    Schachten épousa, en 1825, le comte Adolphe de Grote,
    ambassadeur de Hanovre à Paris, et en 1841, après la mort de son
    mari, revint en Allemagne et accepta, avec la comtesse de
    Wedell, les fonctions de première dame de la Cour du Roi
    Ernest-Auguste de Hanovre, qu'elle conserva jusqu'à la mort du
    Roi (en 1851); elle ne l'avait pas épousé morganatiquement,
    comme on le supposait.

  GUELLE (l'abbé Nicolas-Auguste), 1799-1881. Entré dans les ordres
    en 1825, il fut vicaire à la Madeleine, à Paris. Il fit faire la
    première communion au duc d'Aumale, et, en 1849, à Londres, au
    comte de Paris; il resta ensuite auprès du Roi Louis-Philippe,
    qu'il assista à sa mort. Devenu aumônier de la Reine
    Marie-Amélie, il reçut aussi son dernier soupir en 1866; puis il
    se retira à Paris.

  GUILLON (Mgr), 1760-1847. Prédicateur et théologien, il avait été
    aumônier de la princesse de Lamballe, et refusa de prêter le
    serment civique à l'époque de la Révolution. Protégé par Lucien
    Bonaparte, il accompagna à Rome le cardinal Fesch, puis obtint
    à son retour en France la chaire d'éloquence sacrée à la
    Faculté de théologie. Depuis 1818, il fut aumônier de la
    duchesse Marie-Amélie d'Orléans, depuis Reine des Français.
    Louis-Philippe obtint pour lui, en 1833, le titre d'évêque du
    Maroc _in partibus_. Mgr Guillon soutint toujours les principes
    de l'Église gallicane.

  GUIZOT (François-Pierre-Guillaume) *, 1767-1874. Homme d'État et
    historien français.

  GUSTAVE III, Roi de Suède, 1746-1792. Grand ami de la France où il
    fit plusieurs voyages. Pendant tout son règne il fut en butte à
    l'opposition de la noblesse suédoise, malgré plusieurs guerres
    heureuses contre la Russie. Une conspiration éclata au moment où
    il se disposait à marcher au secours de Louis XVI, arrêté à
    Varennes; il fut assassiné à coups de pistolet par Ankarstrœm,
    dans un bal masqué.

H

  HANOVRE (l'Électrice Sophie-Dorothée DE), 1667-1726. Fille de
    Georges-Guillaume de Celle (second fils du duc de Brunswick et
    d'Éléonore d'Olbreuse), elle devint la femme du Roi George Ier
    d'Angleterre, qui la traita cruellement et la laissa pour ainsi
    dire en captivité durant plusieurs années.

  HANOVRE (le Roi Ernest-Auguste DE), 1771-1851. D'abord duc de
    Cumberland *, il monta en 1837 sur le trône de Hanovre.

  HANOVRE (la Reine Frédérique DE), duchesse de Cumberland *,
    jusqu'en 1837.

  HANOVRE (le Prince Royal DE), plus tard le Roi Georges V.

  HANOVRE (la Princesse Royale DE), née en 1818. Marie-Wilhelmine,
    fille du duc Joseph de Saxe-Altenburg, épousa, en 1848, le
    prince Georges de Hanovre, Roi en 1851.

  HANSEMANN (David-Juste-Louis), 1770-1864. Gros commerçant
    d'Aix-la-Chapelle, il se fit connaître par ses opinions
    constitutionnelles et reçut, en 1848, le portefeuille des
    Finances dans le ministère Camphausen; il fut ensuite directeur
    de la Banque prussienne, puis fonda une florissante Société
    d'escompte.

  HARDENBERG (le prince Charles-Auguste DE), 1750-1822. Ministre du
    Roi de Prusse en 1791, il signa la paix à Bâle avec la France;
    adversaire courageux de Napoléon Ier après Iéna, et la campagne
    de Russie, il poussa activement à la revanche. Il fut un des
    signataires du traité de Paris et assista au Congrès de Vienne
    en 1815.

  HASSENPFLUG (Hans-Frédéric DE), 1793-1862. Ministre de l'Électeur
    de Hesse-Cassel, il passa ensuite au service de Prusse pendant
    quelques années. Ses opinions étaient fort réactionnaires.

  HATZFELDT (le comte Max DE), 1813-1859. Frère cadet du prince
    Hermann de Hatzfeldt, il épousa, en 1844, Mlle Pauline de
    Castellane, qui, devenue veuve, se remaria avec le duc de
    Valençay. Le comte Max de Hatzfeldt fut secrétaire à la
    légation de Prusse à Paris, puis ministre accrédité auprès de
    l'Empereur Napoléon III.

  HAUGWITZ (le général comte Eugène DE), 1777-1867. Feld-maréchal,
    chambellan et conseiller privé à la Cour d'Autriche, qui fit
    presque toutes les guerres de la première moitié du dix-neuvième
    siècle.

  HAUTEFORT (Marie D'), 1616-1691. Fille d'honneur de Marie de
    Médicis et Dame d'atour d'Anne d'Autriche, elle épousa, en 1646,
    le duc de Schomberg, gouverneur de Metz.

  HAUTEFORT (la comtesse D'), Née en 1787, Adélaïde de Maillé
    épousa, en 1805, le comte d'Hautefort.

  HAYNAU (le baron Jules-Jacques DE), 1786-1853. Fils de l'Électeur
    de Hesse, Guillaume Ier, et de son mariage morganatique avec
    Mlle de Lindenthal; il entra au service militaire de l'Autriche,
    et prit part en 1847 à la répression des mouvements
    révolutionnaires de l'Italie, où il se fit tristement connaître
    par d'horribles représailles; il agit de même en 1849, en
    Hongrie.

  HECKER (Frédéric-Charles-François), 1811-1881. Jurisconsulte et
    homme politique allemand, qui se déclara hautement
    démocrate-socialiste en 1848, et devint un des chefs de la
    Montagne à la Diète de Francfort; il excita à l'insurrection
    générale tous les petits États du midi de l'Allemagne, et dut
    s'enfuir en Suisse, puis en Amérique où il mourut.

  HENSEL (Guillaume), 1794-1861. D'abord auteur de comédies, puis
    peintre et dessinateur, il fréquentait beaucoup la société
    berlinoise. Il avait épousé Fanny Mendelssohn-Bartholdy, qui
    mourut en 1847.

  HERDING (M. DE). Habitant de Mannheim, où sa société était très
    goûtée à la Cour de la grande-duchesse Stéphanie de Bade. Sa
    sœur, la princesse d'Isenbourg, habitait aussi Mannheim depuis
    son veuvage; elle était la mère de la comtesse de
    Buol-Schonenstein.

  HERZ (Henri), 1806-1887. Célèbre pianiste et facteur de pianos.

  HESKERN (le baron DE), diplomate hollandais.

  HESS (le général baron Henri DE), 1788-1863. Chef d'état-major
    autrichien du corps de Lombardie, dès 1824, il se distingua sous
    le maréchal Radetzky, lorsque éclata en 1848 le mouvement
    national italien. Il entra à la Chambre des Seigneurs en 1861.

  HESSE-CASSEL (l'Électeur Guillaume DE), 1777-1847. Se maria trois
    fois: 1º avec la princesse Auguste de Prusse, fille de
    Frédéric-Guillaume II; 2º avec la comtesse Émilie de
    Reichenbach; 3º avec Mlle Caroline de Berlepsch, qui reçut le
    titre de comtesse de Bergen.

  HESSE-CASSEL (l'Électrice DE), 1780-1840. Née princesse de Prusse,
    et mariée, en 1797, à l'Électeur de Hesse.

  HESSE-HOMBOURG (la landgravine DE), 1770-1840. Élisabeth, fille du
    Roi George III d'Angleterre, épousa, en 1818, le margrave
    Frédéric VI de Hesse-Hombourg.

  HOCHBERG-FÜRSTENTEIN (le comte DE), 1806-1855. Plus tard prince
    de Pless.

  HOHENTHAL (le comte Alfred DE) **, né en 1806. Chambellan du Roi
    de Saxe.

  HOHENTHAL (la comtesse DE) *, 1808-1845. Née princesse Louise de
    Biron-Courlande.

  HOHENZOLLERN-HECHINGEN (la princesse Pauline DE) **, 1782-1845.
    Née princesse de Courlande et sœur de la duchesse de
    Talleyrand.

  HOHENZOLLERN-HECHINGEN (le prince Constantin DE) **, 1801-1869.
    Fils de la princesse Pauline de Courlande, il abdiqua en 1849 le
    gouvernement de la principauté de Hohenzollern en faveur du Roi
    de Prusse, et reçut en 1850 le titre d'Altesse Royale.

  HOLLAND (lady douairière) *, morte en 1840. En premières noces
    lady Webster. Elle eut à Londres un salon célèbre.

  HOLLAND (lady Maria-Augusta), 1812-1890. Fille du comte de
    Coventry, elle avait épousé, en 1833, Henry, fils aîné et
    successeur (en 1840) du troisième lord Holland, neveu de Fox. Le
    baron Henry Holland (1802-1859) fut quelque temps ministre
    plénipotentiaire à la Cour de Toscane; il mourut à Naples sans
    laisser d'enfants, et le titre est aujourd'hui éteint.

  HOTTINGER (le baron Jean Courd), 1764-1841. Suisse d'origine,
    fondateur d'importantes maisons de commerce, créé baron en 1810.
    Élu député en 1815, il devint régent de la Banque de France.

  HUDEN (Henri), né en 1810. Conseiller d'État à la justice,
    professeur à Iéna.

  HÜGEL (le baron Ernest-Eugène DE) **, 1774-1849, général
    würtembergeois.

  HÜGEL (le baron Charles DE), né en 1796. Célèbre voyageur et
    naturaliste allemand, ministre plénipotentiaire d'Autriche
    auprès du grand-duc de Toscane, de 1850 à 1859.

  HÜGEL (le baron Charles-Eugène DE), 1805-1870. Diplomate
    würtembergeois, un moment ministre des Affaires étrangères de
    son pays.

  HUMANN (Jean-Georges) *, 1780-1842. Financier et homme d'État
    français.

  HUMBOLDT (Alexandre DE) **, 1769-1858. Savant naturaliste
    allemand.

  HYDE DE NEUVILLE (le baron) **, 1776-1857. Homme politique
    français, d'opinion très légitimiste.

I

  IFFLAND (Auguste-Guillaume), 1759-1814. Acteur allemand, qui,
    après avoir débuté à Gotha et à Weimar, fut nommé directeur des
    spectacles de la Cour de Berlin. Il composa lui-même un grand
    nombre de drames.

  INGRES (Jean-Auguste-Dominique), 1780-1867. Peintre français qui
    se distingua surtout par la perfection du dessin.

  ISABELLE II, Reine d'Espagne *, 1830-1904.

  ISTRIE (la duchesse Mathilde D'), fille du comte Joseph de la
    Grange, général dans l'armée française et pair de France; elle
    avait épousé Napoléon Bessières, duc d'Istrie et pair de France,
    dont elle devint veuve en 1856.

J

  JACQUES CŒUR, 1400-1456. Argentier de Charles VII à qui il
    fournit des ressources pour la guerre contre les Anglais.

  JAUCOURT (la marquise Charlotte DE) *, 1762-1848. Née de Bontemps.

  JELLACHICH DE BUZIN (le général). _Ban_ de Croatie, quand éclata
    la révolution de Hongrie en 1848, il enleva Vienne aux
    insurrectionnels, mais, en 1849, fut battu par Bem à Hegyes.

  JERSEY (lord George), 1773-1859. Deux fois chambellan du Roi
    Guillaume IV et deux fois Grand maître de la maison de la Reine
    Victoria, il avait épousé, en 1804, la fille aînée du comte de
    Westmorland.

  JERSEY (lady Sarah) *, 1787-1867. Fille du comte de Westmorland.

  JOCELYN (lord Robert), 1816-1854. Fils aîné de lord Roden, le
    vicomte Jocelyn entra d'abord dans la carrière des armes,
    accompagna lord Saltoun en Chine comme secrétaire militaire en
    1841 et entra au Parlement en 1842. Il fut secrétaire à la
    Guerre dans le ministère Derby, et mourut d'une attaque de
    choléra.

  JOINVILLE (François d'Orléans, prince DE) **, 1818-1900. Troisième
    fils du Roi Louis-Philippe.

  JOINVILLE (la princesse Françoise DE), 1824-1898, née princesse de
    Bragance, fille de l'Empereur du Brésil, elle épousa, en 1844,
    le prince de Joinville.

  JOUFFROY (M.). Officier de la Légion d'honneur, membre de
    l'Institut et du Conseil royal de l'Instruction publique, député
    du Doubs.

K

  KAGENECK (la comtesse Fanny DE), 1799-1861. Demoiselle d'honneur
    de la grande-duchesse Stéphanie de Bade.

  KANITZ-DALWITZ (le général baron DE), 1787-1850. Après avoir fait
    toutes les guerres de la Prusse contre la France, il fut nommé
    professeur à l'École militaire de Berlin, puis, en 1827,
    ministre plénipotentiaire à Constantinople, et envoyé ensuite
    dans différentes missions à Hanovre et à Vienne.

  KANITZ (le général comte Auguste DE), 1773-1852. Ministre de la
    Guerre en Prusse en 1848; il avait épousé la comtesse Louise
    Schulenburg, dont il était veuf depuis 1830.

  KAROLYI (la comtesse), 1805-1844. Fille du prince Louis de Kaunitz
    Reutberg, elle épousa en 1823 le comte Louis Karolyi. La
    Comtesse était connue à Vienne sous le sobriquet de _Nandine_.

  KAULBACH (Guillaume DE), 1805-1874. Un des plus célèbres peintres
    allemands du dix-neuvième siècle.

  KISSELEFF (le comte Nicolas), mort en 1869. Représenta la Russie à
    Paris sous le règne de Louis-Philippe. Il fut ensuite ministre
    auprès du Saint-Siège, puis à Florence; il était frère du
    général de Kisseleff, longtemps ambassadeur à Paris sous le
    second Empire.

  KOMAR (Nathalie DE), 1818-1860. Sixième enfant de Stanislas de
    Komar et de sa femme, née Orlowska; elle épousa, en 1850, un
    Italien, le comte de Medici-Spada, qui avait eu une vie fort
    aventureuse. Mlle de Komar était sœur de la comtesse Delphine
    Potocka et de la princesse Charles de Beauvau.

  KOSSUTH (Louis), 1802-1894. Chef de la Révolution hongroise en
    1848; Kossuth était issu d'une noble famille croate, peu
    fortunée, dont dix-sept membres avaient été poursuivis pour
    haute trahison par le gouvernement autrichien. Après les
    événements de 1848, il dut fuir et se réfugia d'abord à Londres,
    où, avec Mazzini et Ledru-Rollin, il forma une sorte de
    triumvirat démocratique, puis à Turin où il mourut.

  KRÜDENER (la baronne DE) **, 1760-1825. Russe d'origine, connue
    par sa mysticité.

  KÜBECK DE KUBAU (Charles-Frédéric), 1780-1855. Homme d'Etat
    autrichien. Membre du Conseil d'État depuis 1814, il s'occupa
    surtout de l'organisation du royaume lombard-vénitien et du
    Tyrol. En 1839, il fut nommé président du Directoire général des
    comptes. A la suite des événements de 1848, il prit sa retraite.

L

  LA BESNARDIÈRE (J.-B. Goney DE) *, 1765-1843. Ancien homme
    politique français, retiré en Touraine depuis 1819, et ami de
    la famille de Talleyrand.

  LABLACHE (Louis), 1794-1858. Célèbre chanteur napolitain d'origine
    française.

  LABOUCHÈRE (Henri), 1798-1861 *. Membre du Parlement anglais, plus
    tard lord Taunton.

  LA BOULAYE (le vicomte J.-B. DE), 1781-1836. Littérateur et
    publiciste français, il resta toute sa vie fidèle à la Monarchie
    et à Charles X, dont il avait été le secrétaire.

  LACAVE-LAPLAGNE (Jean-Pierre) **, 1795-1849. D'abord officier,
    puis magistrat, plusieurs fois ministre sous Louis-Philippe.

  LACORDAIRE (Henri) **, 1802-1861. Grand prédicateur de l'Ordre des
    Dominicains, qu'il rétablit en France; membre de l'Académie
    française.

  LADENBERG (Adalbert DE), 1798-1855. Homme d'État prussien, deux
    fois ministre de l'Instruction publique et des Cultes. En 1850,
    il fut fait conseiller intime et président de la Chambre des
    comptes.

  LA FERTÉ (le comte Hubert DE), 1806-1872. Légitimiste ardent, un
    des plus dévoués serviteurs du comte de Chambord; il avait
    épousé la fille du comte Molé.

  LA FERRONNAYS (la comtesse DE). Elle était fille du comte Joseph
    de La Grange, général et pair de France.

  LAFFITTE (Jacques) **, 1767-1844. Financier français. Il joua un
    rôle actif dans la révolution de 1830.

  LAMBERG (le général comte François-Philippe DE), 1791-1848. Nommé
    en 1848, par l'Empereur d'Autriche, commissaire du royaume de
    Hongrie et commandant en chef des troupes hongroises,
    l'Assemblée nationale de Pesth refusa de reconnaître cette
    nomination et il fut mis à mort par le peuple.

  LAMENNAIS (l'abbé DE) *, 1782-1854. Écrivain catholique, mais
    révolutionnaire, dont les opinions furent condamnées en Cour de
    Rome qui l'excommunia.

  LANSDOWNE (le marquis DE) *, 1780-1863. Homme politique anglais.

  LA REDORTE (le comte DE) *. Officier, puis diplomate français.

  LA REDORTE (la comtesse DE), morte en 1885. Née Louise Suchet,
    fille du maréchal d'Albuféra, elle avait épousé M. de la
    Redorte, ambassadeur, pair de France en 1841.

  LA ROCHE-AYMON (la comtesse DE), 1787-1858. Veuve du général
    marquis de La Roche-Aymon, aide de camp du Prince Henri de
    Prusse, frère cadet de Frédéric le Grand.

  LA ROCHEFOUCAULD-DOUDEAUVILLE (le duc Sosthène DE) **, 1785-1864.
    Littérateur français, il fut toute sa vie fidèle légitimiste. Il
    avait épousé en premières noces, en 1807, Élisabeth de
    Montmorency-Laval (1790-1834).

  LA ROCHEFOUCAULD (le comte Alexandre DE), 1767-1841. Émigré sous
    la Révolution, il rentra en France sous le Consulat, se rallia à
    Bonaparte, et, plus tard, sa femme, née de Chastulé et parente
    de Joséphine, devint Dame d'honneur de l'Impératrice. M. de La
    Rochefoucauld entra dans la diplomatie et fut ambassadeur à
    Vienne et en Hollande. Il fut élu député en 1822, et, en 1831,
    entra à la Chambre des pairs.

  LA ROCHEFOUCAULD (le comte Wilfrid DE), né en 1798. Fils du
    précédent; il lui succéda comme duc d'Estissac en 1841.

  LA ROCHEJAQUELEIN (Auguste du Vergier, comte DE), 1784-1868.
    Officier sous l'Empire, il fit aussi la campagne d'Espagne en
    1823. Louis XVIII lui avait conféré, en 1818, le grade de
    maréchal de camp.

  LA ROCHEJAQUELEIN (la comtesse Félicie DE). Fille d'Amédée de
    Durfort, dernier duc de Duras, elle avait épousé en premières
    noces Léopold de la Trémouille, prince de Talmont, puis, en
    1819, le comte A. de La Rochejaquelein.

  LA ROCHEJAQUELEIN (Georges du Vergier, marquis DE), 1805-1867.
    Créé pair de France par Louis XVIII, mais ayant refusé de prêter
    serment au gouvernement de Juillet, il ne siégea point à la
    Chambre Haute. Il se montra favorable à la Révolution de 1848,
    s'aliénant ainsi les légitimistes, et devint sénateur sous
    l'Empire.

  LASALLE (Louis-Théodore DE), 1789-1846. Chef d'escadron et
    officier d'ordonnance du Roi Louis-Philippe, élu député en 1839.

  LA TOUR (Théodore Baillet, général comte DE), 1780-1848.
    Feld-maréchal autrichien, ministre de la Guerre après 1848, il
    exaspéra le peuple de Vienne par sa rigueur et fut massacré.

  LA TOUR-MAUBOURG (le marquis DE), 1781-1847. Diplomate français,
    chargé d'affaires à Constantinople et ministre plénipotentiaire
    en Würtemberg sous l'Empire, il fut, sous la Restauration,
    ministre en Hanovre, en Saxe, ambassadeur à Constantinople, puis
    à Naples; en 1831 il reçut l'ambassade de Rome et entra à la
    Chambre des pairs.

  LAUZUN (le duc DE), 1633-1723. Un des favoris de la cour de Louis
    XIV. Il épousa la Grande Mademoiselle.

  LAZAREFF (Mme DE), 1813-1881. La princesse Antoinette de
    Biron-Courlande épousa le général de Lazareff qui était au
    service russe.

  LE COURTIER (François-Joseph), 1799-1885. Prédicateur distingué,
    prêtre des Missions étrangères, archiprêtre et chanoine de
    Notre-Dame, il fut nommé évêque de Montpellier, mais démissionna
    en 1873. Il fut alors créé archevêque de Sébaste _in partibus_,
    et chanoine de Saint-Denis en 1875.

  LE HON (le comte) *, 1792-1868. Ministre de Belgique à Paris
    pendant de longues années.

  LE HON (la comtesse), morte en 1880. Née Mathilde de Mosselmann,
    elle avait épousé le comte Le Hon en 1827.

  LEIBNIZ (Guillaume), 1646-1716. Illustre philosophe et savant
    allemand, né à Leipzig, et chef de l'École optimiste.

  LEININGEN (le prince Charles DE), 1804-1805, ou prince de Linange
    **, fils d'un premier mariage de la duchesse de Kent, mère de la
    Reine Victoria.

  LERCHENFELD (le comte Gustave-Antoine DE). 1806-1866. Homme d'État
    bavarois, qui s'était acquis une grande réputation dans les
    questions financières, et qui fit partie du ministère en 1848.

  LESPINASSE (Mlle DE), 1732-1776. Elle avait un salon dans lequel
    se réunissaient les plus célèbres encyclopédistes, qui
    admiraient l'esprit de Mlle de Lespinasse.

  LEUCHTENBERG (la duchesse Auguste DE), 1788-1851. Fille du Roi
    Maximilien Ier de Bavière, elle épousa, en 1808, le prince
    Eugène de Beauharnais, fils du premier mariage de l'Impératrice
    Joséphine, qui fut vice-Roi d'Italie et duc de Leuchtenberg.

  LEUCHTENBERG (le prince Max DE) *, 1817-1852. Fils d'Eugène de
    Beauharnais.

  LEVESON (George.....). 1815-1891. Diplomate anglais, d'abord
    membre de la Chambre des Communes, prit le titre de lord
    Granville à la mort de son père. En 1856 il fut envoyé comme
    ambassadeur extraordinaire à Moscou pour assister au
    couronnement d'Alexandre II. Il ne se retira des affaires, où il
    se distingua toujours par son esprit de conciliation, qu'en
    1886, avec M. Gladstone.

  LICHTENSTEIN (Joseph-Wenzel, prince DE), 1696-1773. Général et
    homme d'État autrichien, grand ami du prince Eugène de Savoie
    avec lequel il fit les guerres de 1716 et de 1718 contre les
    Turcs.

  LICHTENSTEIN (le prince Wenzel DE), né en 1767. Major-général au
    service de l'Autriche.

  LICHTENSTEIN (le prince Louis DE), 1796-1858. Chef de la famille
    Lichtenstein.

  LICHTENSTEIN (la princesse Louis DE), 1810-1881. La comtesse
    Françoise Kinsky avait épousé, en 1831, le prince Louis de
    Lichtenstein.

  LIEBERMANN (le baron A. DE) **. Diplomate prussien.

  LIEVEN (la princesse DE) *, 1784-1857. Née de Benkendorff.

  LISZT (François), 1811-1886. Célèbre pianiste et compositeur
    hongrois.

  LIVERPOOL (sir Cecil Jenkinson, comte DE), 1784-1851; avait épousé
    Julia-Evelyn Medley, qui mourut en 1814, ne lui laissant que des
    filles; aussi la ligne des comtes de Liverpool s'éteignit-elle
    en 1851, la baronnie seule passa à son cousin, sir Charles
    Jenkinson (1879-1855), membre du Parlement.

  LOLA MONTÈS (Maria-Dolorès Porris y Montès, dite), 1818-1861.
    Célèbre aventurière; elle tourna complètement la tête au Roi
    Louis Ier de Bavière, qui lui accorda successivement le titre de
    baronne de Rosenthal et de comtesse de Lansfeld. Le scandale fut
    tel que le ministère démissionna et que le Roi dut abdiquer en
    1848.

  LOMBARD (Henri), 1825-1843. Neveu du docteur Andral.

  LONDONDERRY (lord), 1778-1854. Officier et diplomate anglais.

  LOTTUM (la comtesse Clotilde), 1809-1894. Fille aînée du prince
    Guillaume de Putbus, épousa, en 1828, le comte Frédéric-Hermann
    de Wylich et Lottum, chambellan à la Cour de Prusse et ministre
    à Naples durant plusieurs années.

  LOUISE DE LORRAINE, Reine de France, 1554-1601. Fille de Nicolas
    de Lorraine, comte de Vaudémont. Elle épousa en 1575 le Roi
    Henri III.

  LUCQUES (Charles-Louis de Bourbon, duc DE), né en 1799. Fils de
    l'Infante Marie-Louise d'Espagne, ex-Reine d'Étrurie, il avait
    épousé, en 1820, la princesse Marie-Thérèse, fille du Roi de
    Sardaigne, Victor-Emmanuel Ier, et était déjà duc de Parme quand
    il hérita du duché de Lucques en 1848. Chassé de ses États, il
    abdiqua en 1849, en faveur de son fils Charles III, né en 1825,
    qui avait épousé, en 1845, Louise de Bourbon, fille du duc de
    Berry. Il mourut assassiné en 1854.

  LUDOLF (François, comte DE), 1784-1863. Feld-maréchal autrichien.

  LUDRE (la comtesse DE), 1800-1886. Née Girardin; femme très
    distinguée, dans le salon de laquelle se rencontraient M. de
    Falloux, Mgr Dupanloup, MM. de Coriolis, de Montmorency, etc.

  LURDE (Alexis-Louis DE). Né en 1800; parti pour l'Espagne comme
    volontaire en 1823, il y devint capitaine des chasseurs de la
    Garde du Roi d'Espagne, puis rentra en 1827 dans la diplomatie
    française. En 1833, il fut nommé secrétaire à Lisbonne, et, en
    1838, à Rome, puis il devint ministre plénipotentiaire à
    Buenos-Ayres, jusqu'à la Révolution de 1848. En 1849, il fut
    accrédité pendant quelques mois à Berlin.

  LUYNES (la duchesse Élisabeth DE), 1753-1830. Née de
    Montmorency-Laval, elle avait épousé, en 1768, le duc de Luynes,
    et fut Dame du palais de la Reine Marie-Antoinette. Très
    libérale d'opinions, très intelligente et originale, la duchesse
    était souvent habillée en homme; elle fut une intime amie du
    prince de Talleyrand et mourut subitement en son château
    d'Esclimont.

M

  MACAULAY (Thomas Barrington, lord), 1800-1859. Historien anglais,
    membre du Parlement et du Conseil privé, ministre de la Guerre
    de 1839 à 1841.

  MAC-LEOD (Alexandre). Sujet anglais. Mac-Leod fut mis en jugement
    en 1841 à New-York pour la part qu'on supposait qu'il avait
    prise à l'incendie du bateau à vapeur _Caroline_, sur le
    Niagara, en 1837. Il fut acquitté après avoir manqué d'être
    pendu.

  MACKAU (l'amiral baron Armand DE), 1788-1855. Pair de France en
    1841, il fut ministre de la Marine et des Colonies en 1843, en
    remplacement de l'amiral Roussin, mais démissionna en 1847. Il
    entra au Sénat en 1852.

  MADEMOISELLE, Louise, fille du duc et de la duchesse de Berry,
    1819-1864; souvent aussi appelée Mademoiselle de Rosny depuis
    l'exil. Elle épousa, en 1845, le duc de Parme, assassiné en
    1854, et fut Régente pendant la minorité de son fils le duc
    Robert.

  MAGNAN (Bernard-Pierre), 1791-1865. Fait maréchal de France par
    Napoléon III.

  MAHON (lady Emily), morte en 1873. Fille du général sir Edward
    Kerrison, épousa, en 1838, Philippe-Henry Stanhope, vicomte
    Mahon (1805-1875), qui, à la mort de son père en 1855, devint
    lord Stanhope; il fut un historien et un diplomate distingué.

  MAILLÉ (la marquise DE). Née Mlle Baudon, elle avait épousé, en
    1831, le marquis de Maillé de la Tour-Landry.

  MAISTRE (le comte Rodolphe DE), 1789-1865; fils du comte Joseph de
    Maistre, il fut gouverneur de Gênes, puis de Nice.

  MAISTRE (Adèle DE). Née en 1787; sœur du comte R. de Maistre,
    elle se maria, très tard, avec le baron de Terray.

  MAISTRE (la comtesse Azélia DE), 1799-1881. Fille aînée du marquis
    de Plan de Sieyès, ancien officier de la marine royale, elle
    épousa, à Valence, en 1819, le comte R. de Maistre.

  MAISTRE (Francesca DE). Née en 1821. Fille du comte Rodolphe de
    Maistre, elle entra en 1842 dans l'Ordre des Filles de
    Saint-Vincent de Paul.

  MALTZAN (le comte DE) **, 1793-1843. Diplomate prussien.

  MALTZAN (la comtesse Alexandrine DE), 1818-1894. Fille du
    précédent, épousa, en 1841, lord Beauvale, alors ambassadeur
    d'Angleterre à Vienne. Devenue veuve en 1853, elle se remaria
    en 1856 avec George-Wild Forrester, baron de Williy.

  MANTEUFFEL (le baron Othon DE), 1805-1879, ministre de l'Intérieur
    en 1848 dans le Cabinet Brandebourg; chef de Cabinet et ministre
    des Affaires étrangères en 1851; plénipotentiaire prussien au
    Congrès de Paris de 1856.

  MARIE-CHRISTINE (la Reine), 1806-1878. Fille du Roi François Ier
    de Naples, fut la troisième femme de Ferdinand VII, Roi
    d'Espagne.

  MARIE-LOUISE (l'Impératrice), 1791-1847. Fille de l'Empereur
    d'Autriche François II, elle épousa Napoléon Ier en 1810.

  MARIO (Joseph), marquis de Candia, 1808-1883. Chanteur italien. Né
    à Turin, il entra d'abord comme officier dans les chasseurs
    sardes, puis déserta et vint à Paris en 1836. Il débuta au
    théâtre en 1838, et y eut les plus grands succès.

  MARMONT (le maréchal Auguste-Frédéric-Louis), duc de Raguse,
    1774-1852. Fit toutes les guerres de la République et de
    l'Empire, et fut traité avec faveur par la Restauration qui le
    fit pair de France, mais Louis-Philippe le raya des contrôles de
    l'armée pour avoir accompagné Charles X en Angleterre, et depuis
    lors le maréchal vécut à l'étranger.

  MARS (Mlle), 1778-1847. Célèbre actrice française, comprise parmi
    les comédiens de premier ordre qui reconstituèrent le Théâtre
    Français, dont elle fut une des gloires.

  MARTIN DU NORD (Nicolas-Ferdinand) *, 1781-1862. Homme politique
    français.

  MASSA (la duchesse DE) *, née en 1792. Fille du duc de Tarente, et
    veuve de Régnier, duc de Massa.

  MATTHIOLI (le comte Girolamo), né en 1640. Ministre du duc de
    Mantoue Charles III, il fut chargé de négocier un traité secret
    avec la France, mais il vendit ce secret. L'ambassadeur de
    France eut connaissance de cette trahison, l'attira en
    territoire français, le fit arrêter et enfermer à Pignerol; on
    le prit longtemps pour le _Masque de fer_. En 1681, il fut
    conduit à Exiles, avec le _Masque de fer_, et en 1687, l'un des
    deux mourut, on croit que ce fut Matthioli.

  MATUSIEWICZ (le comte) *, 1790-1842. Diplomate au service de la
    Russie.

  MECKLEMBOURG-SCHWERIN (la grande-duchesse douairière DE) **,
    1771-1881. Née princesse de Hesse-Hombourg et belle-mère de la
    duchesse d'Orléans.

  MECKLEMBOURG-SCHWERIN (le duc Gustave DE), 1781-1861. Un des fils
    du grand-duc François de Mecklembourg-Schwerin.

  MECKLEMBOURG-SCHWERIN (le duc Albert DE), 1812-1842. Fils du
    grand-duc Frédéric-François et de la princesse Caroline de
    Saxe-Weimar, et frère de la duchesse d'Orléans.

  MECKLEMBOURG-SCHWERIN (le grand-duc Frédéric DE), 1823-1883. Sa
    mère était une princesse de Prusse. Bon militaire, il fit avec
    distinction la guerre. Il s'est marié trois fois.

  MECKLEMBOURG-STRELITZ (le grand-duc Georges DE) **, 1779-1860.
    Avait épousé, en 1817, une princesse de Hesse-Cassel.

  MECKLEMBOURG-STRELITZ (le grand-duc héréditaire Frédéric-Guillaume
    DE), 1819-1904. Succéda en 1860 à son père. Il était devenu
    aveugle très jeune, et avait épousé la fille aînée du duc
    Adolphe de Cambridge.

  MECKLEMBOURG-STRELITZ (le duc Georges DE), 1824-1876. Frère cadet
    du précédent, il entra au service russe et épousa la
    grande-duchesse Catherine, fille du grand-duc Michel de Russie.

  MEDEM (le comte Paul) *, 1800-1854. Diplomate russe, cousin de la
    duchesse de Talleyrand.

  MÉHÉMET-ALI, 1769-1849. Vice-Roi d'Égypte. Dans deux guerres
    contre la Porte (1832 et 1839), il eut pour lieutenant son fils
    Ibrahim. Méhémet-Ali réforma tout en Égypte et fut reconnu comme
    pacha héréditaire par le Sultan.

  MELBOURNE (William-Lamb, lord) *, 1779-1848. Homme politique
    anglais.

  MELBOURNE (lady). Morte en 1828. Née lady Caroline Ponsonby et
    fille de lord Bessborough, elle avait épousé, en 1805, le
    vicomte Melbourne. Elle s'est acquis une certaine réputation
    littéraire. Connue par sa liaison avec lord Byron, elle se
    divorça de bonne heure avec son mari.

  MELZI (le duc Ludovico), 1820-1886. Riche seigneur milanais, il
    avait épousé, en premières noces, la fille du marquis de
    Brignole-Sale; devenu veuf en 1869, il se remaria en 1876 avec
    sa cousine, la comtesse Joséphine Melzi, née Barbo, veuve
    elle-même depuis un an du comte Jacques Melzi.

  MELZI (la duchesse). Morte en 1869 à Genève. Louise de
    Brignole-Sale avait épousé, en 1842, le duc Melzi.

  MÉRAN (le comte DE), 1839-1892. Fils issu du mariage morganatique
    de l'archiduc Jean avec la comtesse de Méran.

  METTERNICH (le prince Clément) *, 1773-1859. Homme d'État
    autrichien.

  METTERNICH (la princesse Mélanie DE), 1805-1854. Troisième femme
    du prince Metternich et fille du comte François Zichy-Ferraris.

  MEULAN (Mme DE). Femme d'un Receveur de la Généralité de Paris et
    mère de la première Mme Guizot.

  MEYENDORFF (le baron Pierre DE), 1792-1863. Diplomate russe,
    longtemps ministre plénipotentiaire à Berlin, puis à Vienne,
    plus tard ministre des Domaines et des Apanages impériaux à
    Saint-Pétersbourg, et membre du Conseil de l'Empire.

  MEYENDORFF (la baronne DE), né en 1800. Wilhelmine-Sophie de
    Buol-Schœnstein, mariée, en 1830, au baron de Meyendorff, était
    une femme d'infiniment d'esprit et d'opinions fort
    indépendantes.

  MIGNET (François-Auguste-Marie) *, 1796-1884. Historien et
    académicien français.

  MITFORD (John), 1781-1859. Littérateur et érudit anglais, qui
    publia plusieurs ouvrages savants et des poésies.

  MODÈNE (le duc François V DE), 1819-1875. Archiduc
    d'Autriche-Este, il épousa, en 1842, la duchesse Aldegonde de
    Bavière, et succéda à son père en 1846. Son duché fut réuni aux
    États du Roi de Sardaigne en 1860.

  MOLAY (Jacques DE). Dernier grand-maître de l'Ordre des Templiers,
    il était entré dans cet ordre en 1265; arrêté, jugé et condamné
    dans un procès inique que Philippe IV le Bel intenta à son
    ordre, dont il convoitait les richesses, il fut brûlé vif en
    1314.

  MOLÉ (Guillaume), mort en 1459. Échevin qui, de concert avec son
    beau-frère Jean l'Esguisé, chassa les Anglais de Troyes sous
    Charles VII.

  MOLÉ (Mathieu), 1584-1656. Conseiller au Parlement de Paris, puis
    procureur général et premier président. Pendant les troubles de
    la Fronde, il essaya de concilier les partis et montra toujours
    beaucoup de fermeté et de dignité. Il fut nommé Garde des Sceaux
    en 1650.

  MOLÉ (le comte Mathieu) *, 1781-1855. Pair de France et
    académicien, homme politique sous l'Empire et la Monarchie de
    Juillet.

  MOLLIEN (le comte François) *, 1758-1850. Financier et pair de
    France.

  MOLLIEN (la comtesse) *, 1785-1878. Dame du palais de la Reine
    Marie-Amélie.

  MOLYNEUX (l'Honorable Francis-Georges), 1805-1886. Troisième fils
    de lord William-Philipp Sefton, fut secrétaire de la légation
    d'Angleterre à la Confédération germanique; il épousa, en 1842,
    lady Georgia Ashburnham, dont le mariage avec H.-R. Mitfort
    avait été cassé, et qui mourut en 1882.

  MONCEY (le maréchal Adrien), duc de Conegliano, 1754-1842. Fils
    d'un avocat au Parlement de la Franche-Comté, il s'engagea à
    quinze ans, fit presque toutes les campagnes de la République et
    de l'Empire; en 1814, il défendit héroïquement Paris. Il fut
    nommé, en 1834, gouverneur des Invalides.

  MONNIER (le baron) **, 1784-1843. Financier et pair de France.

  MONTALEMBERT (le comte Charles DE) **, 1810-1870. Publiciste et
    politicien français, un des plus brillants défenseurs du
    catholicisme libéral.

  MONTCALM (Paul de Saint-Veran, marquis DE), 1756-1812. Prit part
    comme marin à la guerre de l'indépendance en Amérique et devint,
    en 1789, membre des États généraux; il émigra en 1790 en
    Espagne, puis en Piémont où il mourut.

  MONTEBELLO (Napoléon-Auguste Lannes, duc DE), 1801-1874. Fils du
    maréchal Lannes. Pair de France, il servit dans la diplomatie.

  MONTEMOLIN (Carlos-Luis-Maria-Fernando de Bourbon, comte DE),
    1818-1861. Infant d'Espagne, fils de don Carlos, qui abdiqua en
    1844, en sa faveur, ses droits à la royauté. Il fit plusieurs
    tentatives pour recouvrer ses droits, mais sans succès.

  MONTESQUIOU-FEZENSAC (l'abbé François-Xavier DE), 1767-1832. Agent
    général du clergé en 1785, député des États généraux en 1789 et
    président de l'Assemblée constituante en 1790, il fut, après le
    9 Thermidor, un des agents nommés par Louis XVIII, pour défendre
    sa cause en France; aussi le Premier Consul le fit-il exiler à
    Mantoue. En 1814, l'abbé de Montesquiou fit partie du
    gouvernement provisoire, et, le 13 mai, nommé ministre de
    l'Intérieur. Sous la seconde Restauration, il resta ministre
    d'État et fut créé pair de France.

  MONTJOYE (la comtesse DE), morte en 1848. Sœur de la marquise de
    Dolomieu. Attachée comme Dame d'honneur à Madame Adélaïde, sœur
    de Louis-Philippe, dès la jeunesse de cette Princesse, elle ne
    la quitta jamais. Elle mourut en Angleterre, où elle avait
    accompagné la Famille Royale en exil.

  MONTMORENCY (la duchesse DE) *, 1774-1846. Mère de Raoul de
    Montmorency, de la princesse de Bauffremont et de la duchesse de
    Valençay.

  MONTMORENCY (le baron Raoul DE) *, 1790-1862. Duc à la mort de son
    père.

  MONTMORENCY (la baronne DE), 1787-1858. Née Euphémie de Harchies,
    elle avait épousé en premières noces le comte Thibaut de
    Montmorency, et en secondes noces le baron Raoul de Montmorency.

  MONTMORENCY (la duchesse Mathieu DE), 1774-1858. Née Hortense de
    Chevreuse-Luynes.

  MONTPENSIER (Antoine d'Orléans, duc DE), 1824-1890. Le plus jeune
    fils du Roi Louis-Philippe, épousa, en 1846, l'Infante Louise
    d'Espagne, sœur de la Reine Isabelle II.

  MONTROND (le comte DE) *, 1757-1843. Ami de M. de Talleyrand.

  MORNAY (le comte DE) *, 1803-1878. Pair de France et ambassadeur.

  MORPETH (George-William-Frederick, comte Carlisle, lord) *,
    1802-1864. Secrétaire d'État en Irlande de 1835 à 1841;
    commissaire des bois et forêts de 1846 à 1850, chancelier du
    duché de Lancastre de 1850 à 1852, lord-lieutenant d'Irlande de
    1855 à 1858 et de 1859 à 1864, il fut un des Vice-Rois les plus
    populaires que l'Irlande ait jamais eus, mais fut forcé par sa
    mauvaise santé d'abandonner son gouvernement, et mourut peu de
    temps après. Il ne s'était jamais marié; son titre passa à son
    frère, William-George, qui devint le huitième comte de Carlisle.

  MOSKOWA (le prince DE LA) *, 1803-1857. Fils aîné du maréchal Ney.

  MUÑOZ (Fernando), 1810-1873. Issu d'une famille obscure, il fut
    distingué par la Reine Marie-Christine, qui l'épousa
    morganatiquement trois mois après la mort de Ferdinand VII.
    Muñoz ne montra personnellement aucune ambition, se borna à être
    le mari de la Reine et accepta seulement le titre de duc de
    Rianzarès.

N

  NAPIER (sir Charles), 1786-1860, L'amiral Napier se fit
    remarquer en 1810 par différents glorieux faits d'armes. En
    1833, il rendit de signalés services à la cause de doña Maria,
    Reine de Portugal, en battant dom Miguel. Dans l'expédition de
    Syrie, il seconda les forces navales turques et signa le traité
    imposé par l'Angleterre à Méhémet-Ali.

  NARBONNE (la comtesse Louis DE). Née Marie-Adélaïde Montholon,
    elle avait épousé le lieutenant-général comte de Narbonne, fils
    cadet du comte Jean-François de Narbonne-Lara.

  NASSAU (la duchesse Pauline DE), 1810-1856. Fille du prince Paul
    de Würtemberg, épousa le duc Guillaume de Nassau, dont elle
    devint veuve en 1839.

  NASSAU (le duc Adolphe DE), né en 1817. Épousa en premières noces,
    en 1844, la grande-duchesse Élisabeth de Russie, et, en 1851, la
    princesse Adélaïde d'Anhalt-Dessau.

  NEALE (la comtesse Pauline) **, 1779-1869. Dame d'honneur de la
    princesse Louise de Prusse, épouse du prince Antoine Radziwill.

  NEIPPERG (la comtesse Marie DE), 1816-1890. Fille du Roi Guillaume
    Ier de Würtemberg, elle avait épousé, en 1840, le comte Alfred
    de Neipperg, veuf d'une comtesse de Grisoni. Il était le fils
    aîné (né en 1807) du comte Albert de Neipperg, chambellan de
    l'archiduchesse Marie-Louise, duchesse de Parme, et de son
    premier mariage avec une comtesse Thérèse Pola, dont il avait eu
    cinq enfants, et qui, pour l'épouser, avait dû divorcer d'avec
    le comte Trento.

  NEMOURS (Louis-Charles d'Orléans, duc DE) *, 1814-1896. Second
    fils de Louis-Philippe.

  NEMOURS (la duchesse DE), 1822-1852. Victoire, fille du prince
    Ferdinand de Saxe-Cobourg-Gotha, épousa, en 1840, le duc de
    Nemours.

  NESSELRODE (le comte DE) *, 1780-1862. Diplomate, puis chancelier
    de l'empire de Russie.

  NESSELRODE (la comtesse DE) *, morte en 1849. Née Gourieff.

  NEUMANN (le baron). Diplomate autrichien, occupa plusieurs fois le
    poste d'ambassadeur. En Angleterre, il épousa une fille du duc
    de Beaufort qui se nommait Charlotte.

  NEU-WIED (le prince Guillaume DE), 1814-1864. Général-major au
    service de Prusse.

  NEU-WIED (la princesse DE), née en 1825. La princesse Marie de
    Nassau épousa, en 1842, le prince G. de Neu-Wied.

  NEY (le maréchal) *, 1769-1815. Surnommé par Napoléon _le brave
    des braves_.

  NEY (la maréchale), duchesse d'Elchingen, princesse de la Moskowa,
    née Aglaé Auguié, dont la mère, Mme Auguié, avait été femme de
    chambre de la Reine Marie-Antoinette. Elle avait épousé, en
    1802, le général Ney.

  NEY (Edgard), 1812-1882. Prince de la Moskowa, officier
    d'ordonnance de Napoléon III qui le chargea d'une mission auprès
    du gouvernement papal. Edgard Ney prit part à la guerre de 1859
    en Italie.

  NOAILLES (la vicomtesse Alfred DE) *, 1792-1851. Fille du mariage
    de Charles de Noailles, duc de Mouchy, avec Mlle Nathalie de
    Laborde, elle avait épousé son cousin, le vicomte de Noailles,
    qui mourut à vingt-six ans, en 1814, à la Bérésina.

  NOAILLES (le duc Paul DE) *, 1802-1885. Pair de France et
    académicien.

  NOAILLES (la duchesse DE), 1800-1887. Née Alicia de Mortemart.

  NODIER (Charles), 1780-1844. Littérateur et bibliophile, membre de
    l'Académie depuis 1834.

  NORMANBY (Constantin-Henry, marquis DE), 1797-1863. Politicien
    anglais, qui appartenait au parti whig et fut pendant plusieurs
    années lord-lieutenant d'Irlande. En 1846, il devint ambassadeur
    à Paris jusqu'en 1854, où il passa à Florence, mais il s'y
    rendit très impopulaire par ses opinions autrichiennes et fut
    rappelé en 1858. Membre de la Chambre des Lords en 1831 à la
    mort de son père le comte Mulgrave, dont il porta alors le titre
    jusqu'en 1838, époque ou la Reine Victoria le créa marquis. Il
    avait épousé, en 1818, l'Honorable Maria Lidell, fille de lord
    Ravensworth, qui mourut en 1882, et dont il avait eu un fils
    unique qui lui succéda dans ses titres.

  NOSTITZ (le comte Auguste DE), 1777-1866. Général d'infanterie en
    Prusse.

  NOSTITZ (la comtesse Clara DE), morte en 1858. Fille du prince de
    Hatzfeldt-Trachenberg, elle épousa, en 1809, le comte Auguste de
    Nostitz.

  NOTHOMB (le baron J.-B. DE), 1805-1881. D'abord avocat, M. de
    Nothomb travailla, par des publications en faveur de
    l'indépendance de la Belgique, à amener la révolution de 1830,
    et fut élu député au Congrès national. Sous Léopold Ier, il fut
    plusieurs fois ministre, puis diplomate auprès de la Cour de
    Berlin durant de longues années.

O

  OBERKAMPF (Christophe-Philippe), 1738-1815. Célèbre
    manufacturier, qui introduisit le premier en France la
    fabrication des toiles peintes. Louis XVI lui accorda des
    titres de noblesse et Napoléon la croix de la Légion d'honneur.
    Oberkampf fonda la manufacture de Jouy-en-Josas et éleva à
    Essonnes la première filature française de coton.

  O'DONNELL (le général comte Maurice), 1780-1843. Feld-maréchal
    autrichien; il avait épousé Mlle de Ligne.

  OLDENBURG (le grand-duc Auguste D'), 1783-1853. Succéda à son père
    en 1829.

  OLFERS (Franz-Werner), 1793-1871. Né en Westphalie, il fit ses
    études de médecine à Gœttingen, puis entra dans la diplomatie.
    En 1839, le Roi de Prusse l'appela à la direction générale des
    musées de Berlin, mais il démissionna en 1869.

  OLOZAGA (don Salluste), 1803-1873. Homme d'État espagnol; d'abord
    avocat, et affilié à une société secrète, il fut impliqué dans
    une conspiration contre le Roi Ferdinand VII et emprisonné; mais
    il s'évada, et, après la mort du Roi, fut nommé député aux
    Cortès. En rivalité avec Espartero, celui-ci s'empressa, à son
    arrivée au pouvoir, de l'envoyer comme ambassadeur à Paris en
    1840. En 1843, la Reine Isabelle, devenue majeure, chargea
    Olozaga de former un Cabinet, mais des intrigues de Cour le
    renversèrent et le forcèrent à fuir en Portugal, puis en
    Angleterre. Il ne revint en Espagne qu'en 1848. En 1854, il fut
    de nouveau nommé ambassadeur à Paris. Il mourut à Enghien.

  ORÏE (le docteur) **, mort en 1846. Médecin à Bourgueil en
    Touraine.

  ORLÉANS (Gaston D'), 1608-1660. Frère de Louis XIII, ce Prince,
    appelé communément _Monsieur_, passa sa vie dans les intrigues
    et les révoltes contre Richelieu et Mazarin. Marié d'abord à la
    duchesse de Montpensier qui mourut en 1627, il épousa ensuite
    secrètement Marguerite de Lorraine en 1632, et n'obtint qu'à
    force d'humiliations la reconnaissance de ce mariage. A la mort
    de Louis XIII, il lut nommé lieutenant-général du royaume.

  ORLÉANS (le duc D') *, 1814-1858, fils aîné du Roi Louis-Philippe.

  ORLÉANS (la duchesse D'), 1814-1858. Née princesse Hélène de
    Mecklembourg-Schwerin, épousa, en 1837, le duc d'Orléans, fils
    aîné du Roi Louis-Philippe, dont elle devint veuve en 1842. Elle
    fut la mère du comte de Paris et du duc de Chartres.

  ORSAY (lady Harriet D'), 1812-1869; fille unique et héritière de
    Charles-John Gardiner, comte de Blessington, elle épousa, en
    1827, le comte Alfred d'Orsay *. Devenue veuve en 1852, elle se
    remaria, la même année, avec l'Honorable Carles-Spencer Cowper
    (1816-1879), troisième fils du mariage de lord Cowper avec
    Amélia, fille du premier lord Melbourne (qui épousa plus tard
    lord Palmerston).

  OULTREMONT et DE VERGIMOND (la comtesse Flore D'). Née en 1792.
    Épouse morganatique du Roi Guillaume Ier des Pays-Bas.

  OUTREMONT DE MINIÈRES (le général D'), mort à Tours en 1858. Il
    avait épousé, en 1819, Marie-Albertine de la Ribellerie, veuve
    du baron Marchand.

P

  PAGANINI (Nicolo), 1784-1840. Célèbre violoniste italien.

  PAGEOT (Alphonse). Diplomate français, il commença sa carrière en
    1819, devint en 1831 premier secrétaire aux États-Unis, puis fut
    envoyé à Madrid en 1840 et à Washington en 1842. Il démissionna
    en 1848.

  PAHLEN (le comte Pierre) *. Né en 1775. Général et diplomate
    russe.

  PALFFY D'ERDOED (le comte Aloys), 1801-1876. Chambellan et
    conseiller privé au service d'Autriche, et gouverneur de Venise
    jusqu'en 1848. Il avait épousé, en 1831, la princesse Sophie
    Jablonocka.

  PALMERSTON (lord Henry-John) *, 1784-1865. Homme d'État anglais, à
    plusieurs reprises ministre des Affaires étrangères.

  PALMERSTON (lady) *, 1787-1869. Amélia, fille de Peniston, premier
    vicomte Melbourne, avait épousé, en 1805, le comte Cowper
    (1778-1837), dont elle eut cinq enfants, puis se remaria en 1839
    avec lord Palmerston.

  PANIS (le comte DE). Propriétaire de Borelli, près de Marseille,
    il épousa, en 1841, Mlle de Vandermarcq, fille de l'agent de
    change.

  PARIS (le comte DE) **, 1838-1894. Fils aîné du duc d'Orléans, et
    représentant de la maison de France, depuis la mort du comte de
    Chambord.

  PASKEWITCH (Ivan-Fedorovitch), 1782-1856. Général russe, qui,
    après avoir vaincu la Perse (1826-1827), fit en 1828 la campagne
    contre la Turquie et contraignit la Porte à signer le traité
    d'Andrinople en 1829, en récompense de quoi il reçut le bâton de
    feld-maréchal. Il réprima l'insurrection de Pologne en 1831, fut
    nommé prince de Varsovie et gouverneur général de Pologne. Il
    prit part encore à la répression de la Hongrie en 1849 et à une
    nouvelle guerre contre la Turquie en 1853.

  PASQUIER (le duc) *. Pair de France et grand chancelier.

  PASSY (Hippolyte) *. Homme politique français, successeur du
    prince de Talleyrand à l'Académie des sciences morales et
    politiques.

  PASTORET (le marquis DE), 1756-1840. Émigré pendant la Révolution,
    il ne rentra en France qu'en 1795; député au Conseil des
    Cinq-Cents, il fut proscrit comme royaliste et se réfugia en
    Suisse. La Restauration l'éleva à la pairie, et il entra à
    l'Académie en 1820. Louis XVIII lui donna la tutelle des enfants
    du duc de Berry en 1821, et Charles X le rang de ministre d'État
    en 1826, la vice-chancellerie en 1828, et la chancellerie en
    1829. Après 1830, M. de Pastoret rentra dans la vie privée.

  PAYS-BAS (le Roi Guillaume Ier DES), 1772-1843. Fils du stathouder
    Guillaume V de Nassau, il épousa d'abord la princesse Frédérique
    de Prusse, puis, morganatiquement, la comtesse d'Oultremont, et
    abdiqua en 1840.

  PAYS-BAS (le Roi Guillaume II DES) **, 1792-1849. Il avait épousé
    Anna Paulowna, fille de l'Empereur Paul de Russie.

  PAYS-BAS (le Prince héréditaire DES), 1817-1891. Il épousa, en
    1839, la princesse Sophie de Würtemberg et devint, lorsqu'il
    monta sur le trône, en 1849, Guillaume III.

  PEEL (sir Robert) *, 1788-1850. Un des orateurs et des hommes
    d'État les plus distingués de l'Angleterre. Il avait épousé, en
    1820, Julia, la plus jeune fille du général sir John Floyd, qui
    lui donna sept enfants.

  PEEL (the Right Hon. William Yates), 1789-1858. Frère de sir
    Robert Peel, membre du Parlement et du Conseil privé. Il avait
    épousé, en 1819, Jane-Elisabeth, seconde fille de lord Stephen
    Mountcasthell, qui mourut en 1847, lui laissant onze enfants,
    dont quatre fils.

  PELLICO (Silvio), 1788-1854. Poète et littérateur italien,
    fondateur, avec Manzoni, Sismondi, Romagnosi, Gioja, d'un
    journal libéral, _Il Conciliatore_, suspect à l'Autriche, qui le
    supprima en 1820; il fut condamné à mort en 1822. Sa peine fut
    commuée en quinze années d'emprisonnement au Spilberg. Gracié
    dans le courant de la neuvième année, il rentra en Piémont et
    vécut, depuis, dans la retraite. Le récit de sa captivité, _Mes
    Prisons_, qu'il publia en 1833, est devenu populaire en Europe.

  PERIER (Auguste-Casimir), 1811-1877. Fils aîné du célèbre ministre
    de Louis-Philippe, il se consacra d'abord à la carrière
    diplomatique, qu'il quitta pour entrer en 1846 à la Chambre des
    députés. Il se retira au Coup d'État de 1852 qu'il
    désapprouvait. Nommé, en 1871, à l'Assemblée nationale, il se
    fit remarquer pour sa compétence dans les questions financières,
    et devint ministre de l'Intérieur sous la présidence de M.
    Thiers.

  PÉRIGORD (le duc Charles DE), 1788-1879. Grand d'Espagne de 1re
    classe, épousa, en 1807, Marie-Nicolette, fille du comte César
    de Choiseul-Praslin, qui mourut en 1866 à l'âge de
    soixante-dix-sept ans.

  PÉRIGORD (Boson DE) **. Né en 1832, plus tard prince de Sagan.
    Fils aîné du duc de Valençay.

  PERPONCHER (la comtesse Adélaïde DE) **. Née comtesse de Reede, et
    femme du ministre des Pays-Bas, à Berlin.

  PERSIGNY (Fialin DE), 1808-1872. Grand ami du prince Louis
    Bonaparte, il prit part à l'échauffourée de Strasbourg et
    soutint ardemment la cause napoléonienne à l'Assemblée après la
    révolution de 1848. Napoléon III le fit comte, puis duc et
    sénateur, deux fois ambassadeur à Londres et deux fois ministre
    de l'Intérieur.

  PETETOT (l'abbé Louis-Pierre) **, 1801-1887. Supérieur général de
    l'Oratoire, après avoir été, à Paris, curé de
    Saint-Louis-d'Antin et ensuite de Saint-Roch.

  PEYRONNET (Pierre-Charles, comte DE) **, 1778-1854. Ministre de
    Charles X, signa _les Ordonnances_.

  PIE VII (le Pape) **, 1774-1823, signa le Concordat avec la
    France.

  PIE IX (le comte Mastaï Feretti, pape), 1792-1878. Occupa le siège
    de saint Pierre pendant trente-six ans et vit se consommer, pour
    le Saint-Siège, la perte du pouvoir temporel, après un
    pontificat fort troublé par les événements politiques.

  PODENAS (la marquise Adélaïde DE). Née en 1785. Fille du marquis
    de Nadaillac, elle épousa, en 1813, le marquis de Podenas,
    prince romain. Sa mère avait épousé en secondes noces, en 1816,
    le baron, plus tard duc des Cars.

  POECHLIN (le baron Frédéric-Christian DE), 1789-1863. D'abord
    secrétaire à la légation de Danemark à Francfort, puis ministre
    à la Diète germanique, il fut nommé gouverneur du duché de
    Lauenbourg de 1852 à 1856. Il était conseiller intime et avait
    épousé, en 1826, la comtesse Adélaïde d'Eyben.

  POIX (le duc DE). Juste de Noailles, né en 1777, avait été
    chambellan de Napoléon Ier. Il avait épousé Mlle Mélanie de
    Périgord.

  POIX (la duchesse DE) *, 1785-1862. Née Mélanie de Périgord, elle
    épousa, en 1809, le comte Just de Noailles, duc de Poix, qui fut
    chambellan de l'Empereur Napoléon Ier.

  POLIGNAC (le prince Jules) **, 1780-1847. Ministre de Charles X.

  PONCEAU (le vicomte Adolphe DU), 1803-1878. Originaire de l'Anjou,
    il vendit la propriété qu'il y possédait à Viniève, pour venir
    s'établir à Benais en Touraine, chez M. de Messine, son
    beau-père. La sœur de M. du Ponceau avait épousé en premières
    noces le comte de Contades, puis le duc de Luynes.

  PONCEAU (la vicomtesse DU), 1821. Elle était née Marie-Agathe
    Collet de Messine. Morte en 1886.

  PONSARD (Francis), 1814-1867. Poète dramatique. En 1855, Ponsard
    fut élu membre de l'Académie française.

  PONSONBY (lord) *, 1771-1855. Diplomate anglais.

  POURTALÈS (le comte Louis DE), 1773-1848. Président du Conseil
    d'État à Neuchâtel, il protesta en 1823 contre l'adjonction de
    la principauté à la Confédération suisse, et, en 1832, fit
    signer au Conseil une adresse qui demandait au Roi de Prusse de
    rompre les liens qui unissaient la principauté à la Suisse.
    N'obtenant aucun succès dans ses projets, il rentra alors dans
    la vie privée.

  POZZO DI BORGO (le comte) *, 1764-1842. Diplomate au service
    russe.

  POZZO DI BORGO (le comte Charles). Neveu du précédent; il servit
    dans l'armée française jusqu'en 1830, et donna alors sa
    démission, avec le grade de colonel. Il épousa Mlle Valentine de
    Crillon, fille du duc de Crillon.

  PRASLIN (le marquis Charles de Choiseul, duc DE) **, 1805-1847.
    Gendre du maréchal Sébastiani.

  PRASLIN (la duchesse DE), morte en 1847. Fille du maréchal
    Sébastiani.

  PRITWITZ (le général Charles-Ernest DE), 1790-1871. Aide de camp
    du Roi Frédéric-Guillaume III et lieutenant-général en 1844,
    commandant des troupes à Berlin en 1848, et chef de l'armée
    fédérale en Schleswig en 1849.

  PROKESCH-OSTEN (le baron Antoine DE), 1795-1876. Diplomate
    autrichien. Il représenta l'Autriche à Berlin de 1849 à 1852,
    puis à Francfort jusqu'en 1857, et ensuite à Constantinople.

  PRUSSE (le prince Auguste DE), 1779-1843. Fils cadet du prince
    Ferdinand de Prusse (le plus jeune frère de Frédéric le Grand)
    et de sa femme, la margrave de Brandebourg-Schwedt.

  PRUSSE (le prince Guillaume DE), 1783-1851. Frère du Roi
    Frédéric-Guillaume III, avait épousé, en 1814, une princesse de
    Hesse-Hombourg. Il fut général de cavalerie et gouverneur de
    Mayence.

  PRUSSE (le prince Adalbert DE), 1811-1873. Fils du prince
    Guillaume et d'une princesse de Hesse-Hombourg.

  PRUSSE (le prince Waldemar DE), 1817-1849. Second fils du prince
    Guillaume, frère de Frédéric-Guillaume III.

  PRUSSE (la princesse Marie DE) **, 1825-1889. Sœur des précédents
    et épouse du Roi Maximilien II de Bavière.

  PRUSSE (le prince Frédéric DE), 1794-1863. Fils du prince Louis de
    Prusse *, frère cadet de Frédéric-Guillaume III et de la
    princesse Frédérique de Mecklembourg-Strélitz, sœur de la Reine
    Louise. Il épousa une princesse d'Anhalt-Bernbourg, et fut le
    père des princes Alexandre et Georges de Prusse.

  PRUSSE (la Reine Élisabeth DE) **, 1801-1873. Fille du Roi Max de
    Bavière et épouse de Frédéric-Guillaume IV.

  PRUSSE (le prince DE), Guillaume **, 1797-1888. Second fils de
    Frédéric-Guillaume III, il devint Roi en 1861 et Empereur
    d'Allemagne en 1871.

  PRUSSE (la princesse DE) **, 1811-1891. Épouse du précédent, plus
    tard l'Impératrice Augusta.

  PRUSSE (le prince Charles DE) **, 1801-1883. Troisième fils du Roi
    Frédéric-Guillaume III.

  PRUSSE (la princesse Charles DE) **, 1808-1877. Fille du grand-duc
    de Saxe-Weimar.

  PRUSSE (le prince Albert DE) **, 1809-1872. Quatrième fils du Roi
    Frédéric-Guillaume III.

  PRUSSE (la princesse Albert DE) **, 1810-1883. Née princesse des
    Pays-Bas.

  PRUSSE (la princesse Charlotte DE), 1831-1855, fille du prince et
    de la princesse Albert, elle épousa, en 1850, le Prince
    héréditaire de Saxe-Meiningen.

  PÜCKLER (le prince Hermann) **, 1795-1871. Voyageur et littérateur
    allemand, membre de la Chambre des Seigneurs à partir de 1863.

  PÜCKLER (la princesse Anna) **, 1776-1854. Née princesse
    Hardenberg, et mariée en premières noces au comte Pappenheim.

  PUTBUS (le prince Guillaume DE), 1783-1854. Gouverneur général de
    la Poméranie prussienne et de l'île de Rügen, membre du Conseil
    d'État et chambellan.

  PUTBUS (la princesse Louise DE), 1784-1860. Née baronne de
    Lauterbach, elle épousa d'abord, en 1803, le comte Rœttger de
    Veltheim, dont elle divorça, en 1806, pour épouser le prince G.
    de Putbus.

  PUTBUS (le comte Malte) **, 1807-1837. Fils des précédents.
    Attaché à la légation de Prusse à Naples.

Q

  QUÉLEN (Mgr DE) *, 1778-1839. Archevêque de Paris depuis 1821 et
    membre de l'Académie française.

  QUINEMONT (le marquis DE). Né en 1808. Ancien élève de Saint-Cyr
    et officier de cavalerie, il démissionna en 1830 et entra dans
    la diplomatie, fut attaché à la légation de France en Toscane,
    puis en Danemark. Ensuite élu député en 1863, puis nommé
    sénateur.

R

  RACHEL (Mlle Elisa-Félix) **, 1820-1858. Célèbre tragédienne
    française. Par son talent, elle contribua à faire revivre, sur
    le théâtre, la tragédie dans une admirable perfection.

  RADETZ-RADETZKY (le comte), 1766-1858. Feld-maréchal autrichien
    qui prit part à toutes les guerres de son temps. Lorsque la
    guerre éclata avec le Piémont en 1848, il fut d'abord vaincu,
    mais prit sa revanche glorieusement en 1849 avec la victoire de
    Novare.

  RADOWITZ (le général Joseph DE), 1797-1853. Grand ami de
    Frédéric-Guillaume IV, il influa beaucoup sur la politique de ce
    Roi.

  RADZIWILL (le prince Antoine), 1775-1833. Second fils du palatin
    de Vilna, il fit ses études en Allemagne, et, à dix-huit ans,
    épousa la princesse Louise de Prusse, fille du plus jeune frère
    de Frédéric le Grand, ce qui l'obligea à s'établir à Berlin.
    Après le congrès de Vienne, il fut nommé, par le Roi de Prusse,
    son représentant pour le grand-duché de Posen; il y résida dix
    ans et y laissa de grands et bons souvenirs.

  RADZIWILL (le prince Guillaume) **, 1797-1870. Fils aîné du
    précédent, général au service de Prusse.

  RADZIWILL (la princesse Guillaume) **, 1806-1896. Née comtesse
    Mathilde Clary-Aldringen.

  RAMBUTEAU (le comte DE) *, 1781-1869. Préfet de la Seine de 1833 à
    1848.

  RAMBUTEAU (la comtesse DE), fille du comte Louis de Narbonne, elle
    avait épousé, en 1809, le comte de Rambuteau.

  RANELAGH (le vicomte Thomas), 1812-1886. Septième et dernier
    vicomte de Ranelagh. Sa sœur, Barbara, épousa le comte de
    Rechberg, officier autrichien.

  RAUCH (Christian-Daniel) **, 1777-1857. Célèbre sculpteur
    prussien.

  RAUCH (Frédéric DE), 1790-1850. Lieutenant-général dans l'armée
    prussienne et aide de camp du Roi Frédéric-Guillaume IV. Il fut
    attaché militaire à la Cour de Pétersbourg de 1832 à 1848.

  RAUZAN (la duchesse DE). Née en 1820, Claire, fille du dernier duc
    de Duras, épousa, en 1819, le marquis Louis de Chastellux, fait
    duc de Rauzan le jour même de son mariage par Louis XVIII et
    plus tard héritier du titre de son beau-père.

  RAVIGNAN (l'abbé DE) **, 1775-1858. Membre de la Compagnie de
    Jésus.

  RÉCAMIER (Mme) *, 1777-1849. Célèbre par sa beauté.

  REDERN (le comte Guillaume DE) **, 1802-1880. Membre de la Chambre
    des Seigneurs en Prusse.

  REDERN (la comtesse Guillaume DE) **, 1811-1875. Née Bertha
    Jenisz, fille d'un sénateur de Hambourg.

  REEDE (la comtesse DE) **, 1769-1847. Née Krusemackt.

  REEDTZ (Holger-Christian DE), 1800-1857. Historien et homme d'État
    danois; il fut chargé, en 1848, de négocier le traité de Malmœ
    avec le Roi de Suède, pour établir un nouveau gouvernement en
    Schleswig-Holstein. Il fut ministre des Affaires étrangères de
    1850 à 1851, dans le Cabinet présidé par le comte de Moltke,
    puis vécut dans la retraite.

  REICHENBACH (la comtesse Émilie DE), 1791-1843. Née OErtlœpp,
    épousa morganatiquement l'Électeur de Hesse Guillaume II, en
    1841, et prit le titre de comtesse Reichenbach-Lessowitz.

  RÉMUSAT (le comte Ch. DE) *, 1797-1875. Historien et homme
    politique français, fils de M. de Rémusat, chambellan de
    Napoléon Ier, et de Mlle de Vergennes, si célèbre par sa grâce
    et son esprit.

  RÉMUSAT (la comtesse Pauline DE). Née de Lasteyrie, petite-fille
    du général de La Fayette, épouse du comte Ch. de Rémusat.

  RIVIÈRE (le duc DE), 1817-1890. Fils de Charles-François
    Riffardeau qui fut condamné à mort avec Georges Cadoudal en 1804
    et ne fut sauvé que par l'intervention de Joséphine. Il épousa
    Mlle de Cossé-Brissac et s'établit dans ses propriétés du
    département du Cher. En 1876 il fut élu sénateur.

  RODEN (le comte Robert), 1788-1870. Membre du Conseil privé à la
    Cour d'Angleterre. Il avait épousé, en 1813,
    Maria-Frances-Catherine, fille de lord Thomas Le Despencer, qui
    mourut en 1861, lui laissant six enfants, dont l'aîné fut lord
    Robert, vicomte Jocelyn. En 1862, lord Roden se remaria avec la
    veuve d'un officier, née Clémentine Andrews.

  ROENNE (Louis-Maurice-Pierre DE), 1804-1875. Jurisconsulte et
    publiciste allemand, conseiller à la Cour de justice de Berlin
    en 1843.

  ROGER (Jean-François), 1776-1842. Auteur dramatique et homme
    politique français, membre de l'Académie française en 1817.

  ROHAN-CHABOT (Fernand, duc DE), 1789-1869. Aide de camp de
    Napoléon Ier, qu'il accompagna pendant la campagne de Russie. Il
    servit encore sous la Restauration et vécut depuis dans la
    retraite.

  ROKEBY (le baron Edward), 1787-1847. Fils aîné de lord Matthew
    Montagu, quatrième lord Rokeby, il succéda à son père en 1831,
    mais mourut non marié, laissant le titre à son frère Henry, qui
    fut le sixième baron de Rokeby (1798-1883); avec lui le titre
    s'éteignit, car il ne laissa que des filles.

  ROSAS (Manuel), 1793-1874. Homme d'État argentin, gouverneur de la
    République argentine de 1828 à 1861. Une insurrection appuyée
    par le Brésil le fit tomber et il dut se réfugier en Angleterre.

  ROSSI (le comte), d'origine italienne, il épousa la veuve du
    prince Maximilien de Saxe, dont il était chambellan. Il était
    cousin du comte Rossi qui avait épousé Mlle Sontag.

  ROSSI (Pellegrino), 1787-1848. Économiste et diplomate français,
    d'origine italienne. Né à Carrare, il avait étudié à Bologne et
    dut s'exiler en 1815; il se fit naturaliser Français et devint,
    en 1840, membre du Conseil de l'Instruction publique, et en 1844
    pair de France. Envoyé à Rome en 1845 comme ambassadeur, il
    gagna la confiance du pape Pie IX et accepta de diriger son
    ministère, mais il fut assassiné par un républicain fanatique.

  ROTHSCHILD (Anselme DE), 1772-1855. Fils aîné du fondateur de
    cette célèbre maison; il resta établi à Francfort-sur-le-Mein;
    l'Empereur d'Autriche lui conféra le titre de baron en 1825.

  ROTHSCHILD (le baron Anselme DE), mort en 1874, fils de Salomon de
    Rothschild, fondateur de la maison de Vienne, qui était allé
    rejoindre son frère James à Paris, en 1835, laissant la banque
    de Vienne à son fils. Celui-ci était un grand amateur d'art. Il
    possédait de vastes propriétés en Silésie.

  ROVIGO (la duchesse DE). Née Mlle de Faudoas.

  ROYER-COLLARD (Pierre-Paul) *, 1763-1845. Philosophe et homme
    d'État français.

  RUMFORD (Mme DE) **, 1766-1836. Née Mlle de Paulze.

  RUMIGNY (le général comte DE) **, 1789-1860. Aide de camp du duc
    d'Orléans et fidèle serviteur de Louis-Philippe, qu'il
    accompagna en exil.

  RUSSELL (lord William) *, 1799-1846. Ambassadeur d'Angleterre à
    Berlin; précéda lord Westmorland.

  RUSSELL (lord John) *, 1792-1878. Homme d'État anglais. Il avait
    épousé en premières noces, en 1835, la veuve de lord
    Ribblesdale, née Adélaïde Lister, qui mourut en 1838, lui
    laissant deux filles. Il se remaria en 1841 avec lady Frances
    Elliot, fille de lord Minto, dont il eut trois fils et une
    fille.

  RUSSIE (l'Empereur Nicolas Ier DE) *, 1775-1855. Monté sur le
    trône en 1825.

  RUSSIE (l'Impératrice DE) **, 1798-1860. Charlotte, fille du Roi
    Frédéric-Guillaume III de Prusse, épouse de l'Empereur Nicolas
    Ier.

  RUSSIE (le grand-duc héritier DE) **, 1818-1881. Succéda à son
    père Nicolas Ier, en 1855, sous le nom d'Alexandre II.

  RUSSIE (le grand-duc Constantin DE), 1779-1831. Second fils de
    l'Empereur Paul.

  RUSSIE (le grand-duc Constantin DE), 1827-1892. Second fils de
    l'Empereur Nicolas Ier. Grand-amiral de la marine russe.

  RUSSIE (la grande-duchesse Constantin DE), née en 1830. Alexandra,
    fille du duc Joseph de Saxe-Altenbourg, épousa, en 1844, le
    grand-duc Constantin.

  RUSSIE (le grand-duc Michel DE), 1798-1849. Le plus jeune fils de
    l'Empereur Paul Ier et frère de Nicolas Ier. Il épousa, en 1824,
    la princesse Charlotte de Würtemberg, qui prit le nom de
    grande-duchesse Hélène **.

  RUSSIE (la grande-duchesse Olga DE), 1795-1865. Fille de
    l'Empereur Paul Ier; elle épousa, en 1816, Guillaume II, roi des
    Pays-Bas.

S

  SAINTE-ALDEGONDE (la comtesse Camille DE) *, 1793-1869. Née de
    Chavagnes.

  SAINTE-AULAIRE (le comte DE) **, 1778-1854. Pair de France et
    ambassadeur.

  SAINTE-BEUVE (Charles-Augustin), 1804-1869. Célèbre critique
    français, auteur des _Causeries du Lundi_.

  SAINT-ELME (Ida), 1778-1845. _La Contemporaine_, aventurière,
    auteur de mémoires scandaleux sur la Révolution et l'Empire.

  SALVANDY (le comte DE) *, 1795-1856. Homme politique français.

  SALVANDY (la comtesse DE) **. Née Julie Ferey.

  SAPIEHA (la princesse Hedwige), 1806-1890. Née comtesse Zamoyska,
    elle avait épousé, en 1825, le prince Léon Sapieha.

  SAUZET (Paul) *, 1800-1877. Député et homme politique.

  SAVIGNY (Mme DE), 1780-1863. Marie Brentano de Laroche, épousa, en
    1809, M. de Savigny, jurisconsulte prussien. Elle était la sœur
    de Brentano le poète.

  SAVOIE (le prince Eugène DE), 1663-1736. Connu sous le nom de
    _prince Eugène_, il était fils de Maurice-Eugène, duc de
    Savoie-Carignan, comte de Soissons, et d'Olympe Mancini. Après
    avoir vainement sollicité un emploi en France sous Louis XIV, le
    prince Eugène passa au service de l'Autriche et s'y signala
    comme un des plus grands généraux de son temps.

  SAXE (le Roi Frédéric-Auguste II DE) **, 1797-1854. Succéda à son
    oncle le Roi Antoine, en 1836.

  SAXE (la Reine Marie DE) **, 1805-1877. Née princesse de Bavière.

  SAXE-COBOURG-ALTENBOURG (la duchesse douairière DE), 1771-1848.
    Caroline, fille de Guillaume Ier, Électeur de Hesse, veuve
    depuis 1822 du duc Auguste de Saxe-Cobourg-Altenbourg.

  SAXE-COBOURG-GOTHA (le prince Auguste DE), 1818-1881. Cousin du
    Roi de Saxe; il épousa, en 1843, la princesse Clémentine
    d'Orléans, dont il eut plusieurs enfants, entre autres le Roi
    Ferdinand Ier de Bulgarie.

  SAXE-MEININGEN (le duc Bernard DE) *, 1800-1882. Il abdiqua en
    1866 en faveur de son fils le prince Georges, devenu le duc
    Georges II.

  SAXE-MEININGEN (le prince Georges DE), né en 1826. Régna à partir
    de 1866. Il se maria trois fois: 1º en 1850, avec la princesse
    Charlotte de Prusse, qui mourut en 1855; 2º avec la princesse
    Féodore de Hohenlohe, qui mourut en 1872; 3º en 1873,
    morganatiquement, avec la baronne Hélène de Heldburg.

  SAXE-WEIMAR (la duchesse Amélie DE), 1739-1807. Fille du duc
    Charles de Brunswick, elle épousa en 1756 le duc régnant de
    Weimar, et sous son règne Weimar devint le centre de l'Allemagne
    littéraire.

  SAXE-WEIMAR (la grande-duchesse Louise DE), 1757-1830. Fille du
    landgrave de Hesse-Darmstadt, elle avait épousé en 1775 le duc
    Charles-Auguste de Saxe-Weimar.

  SAXE-WEIMAR (le duc Ch.-B. DE) *, 1792-1862. Général d'infanterie
    au service des Pays-Bas.

  SAXE-WEIMAR (la princesse Ch.-B. DE) *, 1794-1852. Née princesse
    Ida de Saxe-Meiningen.

  SAXE-WEIMAR (le grand-duc Charles-Frédéric DE), 1783-1853, avait
    épousé, en 1804, la grande-duchesse Maria Paulowna, fille de
    l'Empereur Paul Ier de Russie.

  SAXE-WEIMAR (le prince héréditaire DE), 1818-1901. Le prince
    Charles devint grand-duc à la mort de son père, en 1853.

  SAXE-WEIMAR (la princesse héréditaire DE), 1824-1897. Sophie,
    princesse d'Orange, fille du Roi Guillaume II de Hollande,
    épousa, en 1842, son cousin germain, le futur grand-duc Charles
    de Saxe-Weimar.

  SCHEFFER (Ary) *, 1785-1858, peintre français, très protégé par la
    famille d'Orléans.

  SCHLEGEL (Auguste-Guillaume), 1767-1845. Savant critique et poète
    allemand, fut lié d'amitié vers 1804 avec Mme de Staël, qu'il
    suivit à Paris comme précepteur de ses enfants.

  SCHLEINITZ (le comte Alexandre DE), 1807-1885. D'abord diplomate,
    puis, en 1841, conseiller-rapporteur à la division politique des
    Affaires étrangères à Berlin, et, en 1858, ministre des Affaires
    étrangères. Il abandonna ce poste en 1861, pour celui de
    ministre de la maison du Roi, qu'il conserva jusqu'à sa mort.

  SCHNEIDER (le chevalier Antoine), 1779-1847. D'abord officier,
    puis député en 1834, il devint ministre de la Guerre en 1839.

  SCHOENBORN (la comtesse Ernestine DE), née en 1800. Comtesse de
    Küenburg, elle épousa, en 1824, le comte Charles de Schœnborn.
    Devenue veuve en 1841, elle devint grande-maîtresse à la cour de
    l'archiduchesse Sophie d'Autriche.

  SCHOENBOURG (la princesse Louise) **, 1803-1884. Née princesse de
    Schwarzenberg.

  SCHOENHALS (le général DE), 1788-1857. Lieutenant-général dans
    l'armée autrichienne, aide de camp et ami du maréchal Radetzky.

  SCHOENLEIN (le docteur Jean-Louis) **, 1793-1864. Savant médecin
    de Zurich, établi à Berlin.

  SCHRECKENSTEIN (le baron Maximilien DE) **. Grand-maître de la
    Cour de la grande-duchesse Stéphanie de Bade.

  SCHULENBURG (le comte Charles DE) **, 1788-1856.
    Lieutenant-colonel autrichien, troisième mari de la duchesse
    Wilhelmine de Sagan.

  SCHULENBURG-KLOSTERODE (le comte DE) **, 1772-1853. Diplomate
    autrichien.

  SCHWANTHALER (Louis-Michel), 1802-1848. Célèbre sculpteur
    bavarois.

  SCHWARZENBERG (le prince Félix), 1800-1852. Diplomate autrichien
    et premier ministre après 1848; il rétablit à force d'énergie
    l'autorité de l'Empereur, mais poussa à l'excès la politique de
    compression.

  SCHWARZENBERG (le cardinal-prince Frédéric), 1807-1885.
    Prince-archevêque de Salzbourg en 1836, il reçut le chapeau de
    cardinal dès 1842, et fut nommé prince-archevêque de Prague en
    1849. Le cardinal était membre de la Chambre des Seigneurs en
    Autriche.

  SCHWARZENBERG (la princesse Lory), 1812-1873. Fille du prince
    Maurice Lichtenstein, elle avait épousé le prince Adolphe
    Schwarzenberg en 1830.

  SCHWERIN (le comte Maximilien), 1804-1872. Homme d'État prussien,
    d'opinions très libérales, ministre des Cultes en 1848 dans le
    ministère Arnim; après avoir démissionné, il devint président de
    la seconde Chambre. Il fut aussi ministre de l'Intérieur en
    1858.

  SCRIBE (Eugène), 1791-1861. Auteur dramatique français.

  SEAFORD (Charles-Rose-Ellis, lord), originaire de la Jamaïque. Il
    avait épousé Élizabeth-Caroline-Catherine Hervey, petite-fille
    du quatrième comte de Bristol. Elle mourut en 1803, lui laissant
    un fils, Charles-Auguste, qui devait être lord Howard de Walden
    **.

  SÉBASTIANI DE LA PORTA (le maréchal) *, 1775-1851. Général et
    diplomate français.

  SÉMONVILLE (le marquis DE) *, 1754-1839. Grand référendaire de la
    Cour des Pairs.

  SEYDELMANN (Charles), 1793-1843. Célèbre acteur allemand.

  SEYMOUR (lady), morte en 1884. Jane-Georgiana, la plus jeune fille
    de Thomas Sheridan, Esq., fils du Right Honorable
    Richard-Brinsley Sheridan, membre du Parlement, épousa en 1830
    Édouard-Adolphe Saint-Maur (1804-1885), qui succéda en 1855 à
    son père, comme douzième duc de Seymour, et fut premier lord de
    l'Amirauté de 1859 à 1866. Lady Seymour, était sœur de lady
    Dufferin et de Mrs Norton, et toutes trois furent célèbres par
    leur beauté. Lady Seymour était connue familièrement sous le nom
    de _Reine de beauté_, qui lui avait été décerné dans un tournoi
    fameux, chez lord Archibald-William Eglinton, à Eglinton-Castle
    en Écosse, où parmi les chevaliers se trouvait le prince Louis
    Napoléon, plus tard Napoléon III.

  SISMONDI (Jean-Charles-Sismonde DE), 1773-1843. Né à Genève d'une
    riche famille originaire de Pise, il devint membre du Conseil
    représentatif de Genève. Il s'est fait un nom comme historien et
    économiste.

  SOLMS-BRAUNFELS (le prince Charles DE), 1812-1873. Fils du prince
    Frédéric-Guillaume de Solms-Braunfels, et de sa femme, une
    princesse de Mecklembourg-Strélitz, veuve du prince Louis de
    Prusse. Il était officier dans l'armée prussienne.

  SOMMERSET (lady Blanche). Fille du septième duc de Beaufort; elle
    épousa en 1848 lord Kinnoul.

  SOULT (le maréchal) *, 1769-1852. Général et homme politique
    français.

  SPARRE (la comtesse DE). Fille du chanteur italien Naldi, et élève
    de son père, elle débuta en 1819 au théâtre Italien de Paris et
    partagea la vogue de Judith Pasta. Célèbre par sa beauté, elle
    quitta la scène en 1823, pour épouser le général comte de
    Sparre.

  STADION (le comte François), 1806-1853. Administrateur autrichien,
    devint conseiller aulique en 1834, gouverneur de Trieste de 1841
    à 1847, gouverneur de Galicie de 1847 à 1848. Il devint alors
    ministre de l'Intérieur dans le Cabinet du prince F.
    Schwarzenberg, mais il tomba malade en 1849 et mourut en 1853.

  STAËL (Mme DE) *, 1766-1817. Née Necker.

  STANGER (le baron Albert DE). Né en 1796, officier au service
    prussien jusqu'en 1829, il entra en 1837 dans l'administration
    d'une maison de détention à Lichtenberg; en 1841 il prit la
    direction de celle de Sagan; en 1845, celle de Jauer, puis il se
    retira, en 1871, à Hirschberg.

  STOCKHAUSEN (le général DE), 1791-1861. Ministre de la Guerre en
    Prusse en 1850.

  STOLBERG-WERNIGERODE (le comte Henri DE), 1772-1854. Ministre
    d'État en Prusse.

  STRAUSS (Johann), 1825-1899. Compositeur autrichien.

  STROGONOFF (la comtesse Julie), en premières noces comtesse d'Éga.

  STUART (Sir Charles), 1779-1845. Diplomate anglais. En 1860, il
    fut envoyé à la cour de Portugal comme envoyé extraordinaire,
    devint ensuite ambassadeur à Paris de 1815 à 1830. En 1828, sir
    Charles Stuart devint pair d'Angleterre avec le titre de lord
    Stuart de Rothesay.

  STURMFEDER (Mme DE) **, 1819-1891. Née de Münchingen.

  STYLER Peintre allemand.

  SUÈDE (la princesse Amélie DE), 1805-1853. Fille de Gustave IV,
    Roi de Suède, sœur du prince Gustave de Vasa, père de la Reine
    Carola de Saxe.

  SULLY (le duc DE), 1560-1641, ministre et ami du roi Henri IV.

  SUTHERLAND (la duchesse DE) *, morte en 1868, _mistress of the
    robes_ de la Reine Victoria.

  SUTHERLAND (George Granville, duc DE), 1786-1891. Il était entré
    au Parlement du temps de son père (qui mourut en 1833) comme
    baron Gower. Il fut lord lieutenant du comté de Sutherland.

  SWETCHINE (Mme) d'origine russe, 1782-1857. Anne-Sophie Soymonoff,
    épousa le général Swetchine. Elle s'établit à Paris où elle eut
    un salon très fréquenté.

T

  TALLEYRAND (Charles-Maurice, prince DE) *, 1754-1838. Prince de
    Bénévent, vice-grand Électeur de l'Empire, ancien ministre des
    Affaires étrangères, ancien ambassadeur en Angleterre, pair de
    France et membre de l'Académie des sciences morales et
    politiques.

  TALLEYRAND (le baron, puis comte Charles DE), 1821-1896.
    Diplomate français, successivement secrétaire de légation à
    Lisbonne, Madrid, Saint-Pétersbourg et Londres, devint ministre
    plénipotentiaire à Weimar en 1852 et à Bade en 1854, ministre à
    Turin en 1859 et à Bruxelles en 1861, ambassadeur à Berlin en
    1862 et, enfin, à Pétersbourg en 1864. En 1868, il fut nommé
    sénateur.

  TATICHTCHHEF (Démétrius-Pawlowitch) **, 1769-1845. Diplomate
    russe.

  TESTE (J.-B.) *, 1780-1852. Jurisconsulte et homme politique
    français.

  THORWALDSEN (Barthélmy) *, 1769-1844. Célèbre sculpteur danois.

  THUN et HOHESTEIN (le comte Léon DE), 1811-1888. Employé dans les
    bureaux de la Chancellerie aulique à Vienne jusqu'en 1848, il
    fut ministre de l'Instruction publique et des Cultes en 1849,
    membre à vie de la Chambre des Seigneurs en 1861, et envoyé à la
    Diète de Bohême. Après la victoire des constitutionnels, il
    quitta le Landtag de Bohême en 1871 et n'y fut réélu qu'en 1883.

  TIECK (Louis DE), 1773-1853. Célèbre poète et littérateur
    allemand, traducteur de Shakespeare, et ami de Schlegel.

  TILLY (le comte DE), 1559-1632. Un des plus célèbres généraux
    impérialistes de la guerre de Trente ans.

  TOCQUEVILLE (le comte Alexis Clérel DE) **, 1805-1859. Député
    français et historien distingué.

  TORENO (la comtesse DE), épouse de José-Maria Gueipo y Slano,
    comte de Toreno *, homme d'État espagnol, retiré des affaires à
    partir de 1835 et fixé depuis lors à Paris.

  TOSCANE (Léopold II, archiduc d'Autriche, grand-duc DE) **,
    1797-1870. Successeur de son père le grand-duc Ferdinand III, en
    1824.

  TRACY (le marquis DE), 1781-1864. D'abord officier, il démissionna
    en 1818, pour s'occuper d'études scientifiques. Élu député en
    1822, il s'assit à l'extrême gauche à côté de La Fayette. En
    1848, il se signala contre les insurgés et prit, sous le prince
    Louis Napoléon, le portefeuille de la Marine et des Colonies,
    mais il protesta contre le coup d'État et se retira dans ses
    terres.

  TRIQUETI (le baron Henri DE), 1802-1874. Peintre et sculpteur
    français, élève d'Hersent, piémontais d'origine.

  TROUBETZKOÏ (le prince Serge), mort en 1861. Un des chefs de la
    conspiration de 1825, condamné à mort par la Haute-Cour de
    justice, il vit sa peine commuée par l'Empereur Nicolas en un
    exil perpétuel en Sibérie, mais fut gracié à l'avènement
    d'Alexandre II en 1855.

  TYCHO-BRAHÉ, 1546-1601. Célèbre astronome suédois, auteur d'un
    système astronomique différent de ceux de Ptolémée et de
    Copernic.

  TYSZKIEWICZ (la princesse) *, 1765-1834. Nièce de
    Stanislas-Auguste Poniatowski, dernier Roi de Pologne.

U

  UGGLAS (la comtesse), 1793-1836. Fille aînée du feld-maréchal
    comte de Stedingk, ambassadeur de Suède en Russie de 1790 à
    1811, elle épousa, en 1812, le lieutenant-colonel comte Ugglas,
    qui fut plus tard membre du Conseil des ministres en Suède.

  ULRIQUE (la Reine), 1720-1782. Épouse du Roi Adolphe-Frédéric de
    Suède, à partir de 1744, et mère du Roi Gustave III. Elle était
    fille de Frédéric Ier, Roi de Prusse, et sœur de Frédéric le
    Grand.

  USEDOM (le comte Charles-Louis-Guido D'), 1805-1884. Diplomate
    prussien, secrétaire de légation à Rome en 1835, plus tard
    envoyé extraordinaire dans la même ville. En 1850, il fut chargé
    de conclure la paix avec le Danemark, en 1858 nommé
    plénipotentiaire de Prusse près la Confédération germanique, et
    en 1863, ambassadeur en Italie. En 1872, il fut nommé directeur
    général des musées de Berlin.

V

  VALÉE (le maréchal) **, 1773-1846. Devint gouverneur général de
    l'Algérie vers la fin de sa carrière.

  VALENÇAY (Louis de Talleyrand-Périgord, duc de Talleyrand et DE)
    *, 1811-1898. Duc de Sagan après la mort de sa mère, née
    princesse Dorothée de Courlande, auteur de cette _Chronique_.

  VALENÇAY (la duchesse DE) *, 1810-1858. Première femme du duc de
    Valençay. Née Alix de Montmorency.

  VALLOMBROSE (la duchesse DE). Morte en 1841. Née Claire de Gallard
    de Brassac de Béarn, elle avait épousé le duc Vincent de
    Vallombrose.

  VELTHEIM (la comtesse DE), née en 1781, Charlotte de Bülow, fut la
    troisième femme du comte Roëttger de Veltheim.

  VÉRAC (le marquis Armand DE) **, 1768-1858. Pair de France et
    gouverneur du château de Versailles.

  VERNET (Horace) *, 1789-1863. Illustre peintre français.

  VÉRON (le docteur Louis-Désiré), 1798-1867. A la suite de déboires
    professionnels (il était médecin depuis 1823), il se livra à la
    littérature et s'occupa d'entreprises commerciales; il fut
    quelques années directeur de l'Opéra, puis entreprit, sur les
    instances de M. Thiers, de relever _le Constitutionnel_, dont il
    devint l'administrateur-gérant. Il appuya de tout son pouvoir la
    candidature présidentielle du Prince Louis-Napoléon, fut élu
    député en 1852, vendit la même année _le Constitutionnel_ à M.
    Mirès, et se retira dès lors de la vie publique.

  VESTIER (Phidias) **, 1796-1874. Architecte à Tours.

  VIARDOT (Mme), née en 1821. Pauline Garcia, sœur de la Malibran,
    elle avait épousé Louis Viardot. Elle fut une célèbre
    cantatrice.

  VICTOR-EMMANUEL II, 1820-1878. Roi de Sardaigne en 1849, Roi
    d'Italie en 1861. Il était le fils aîné du Roi Charles-Albert,
    qui avait abdiqué en sa faveur après la bataille de Novare. Il
    surmonta les difficultés par le choix de ministres habiles et
    énergiques. En intervenant dans la guerre de Crimée où il envoya
    dix-sept mille hommes, il acquit le droit de parler devant
    l'Europe, au Congrès de Paris, des griefs et des droits de
    l'Italie. L'alliance de sa fille Clotilde avec le Prince
    Napoléon lui donna le secours tout-puissant de la France dans la
    guerre contre l'Autriche en 1859, qui fut le commencement de la
    formation de l'unité italienne. Victor-Emmanuel avait épousé, en
    1842, Adélaïde, fille de l'archiduc Régnier, qui mourut en 1855.

  VILLÈLE (Mgr DE) **, 1770-1840. Il fut nommé archevêque de Bourges
    en 1824.

  VILLENEUVE (Mme DE). Mlle Guibert avait épousé sous l'Empire M.
    René de Villeneuve, qui fit quelques-unes des campagnes de la
    Grande-Armée, fut créé comte, et ensuite attaché comme
    chambellan à la Reine Hortense.

  VISCONTI (Louis-Joachim), 1791-1853. Célèbre architecte d'origine
    italienne, qui quitta sa patrie dès 1798 et fut naturalisé
    Français en 1799. Il entra en 1808 à l'École des Beaux-Arts et
    devint en 1825 architecte de la Bibliothèque royale. Il exécuta
    le tombeau de l'Empereur Napoléon aux Invalides. On lui doit les
    fontaines de Molière, de Louvois et de Saint-Sulpice, et
    l'achèvement du Louvre dont il a donné le plan général.

  VITROLLES (le baron DE) *, 1774-1854. Diplomate français.

W

  WALCKENAER (le baron Charles-Athanase DE), 1771-1852. Savant
    géographe, entomologiste et biographe français, membre de
    l'Institut. Il fut préfet de la Nièvre en 1826, trésorier de la
    Bibliothèque royale en 1839.

  WALDECK (Bénédict-François-Léon), 1802-1870. Jurisconsulte et
    grand agitateur politique prussien. Dans les Chambres de 1848,
    Waldeck joua un rôle d'opposition et de conspiration qui le fit
    arrêter et emprisonner.

  WALDECK (la Princesse régente DE), 1802-1858. Emma, fille du
    prince d'Anhalt-Bernburg-Schaunburg, épousa, en 1823, le prince
    Georges de Waldeck. Devenue veuve en 1845, cette Princesse fut
    régente de la principauté de Waldeck, pendant la minorité de son
    fils.

  WALDSTEIN-DUX-LEUTOMISCHL (le comte DE), 1793-1848. Chambellan et
    major autrichien, il avait épousé, en 1817, une comtesse
    Fünfkirchen.

  WALLENSTEIN, 1583-1634. Célèbre capitaine, l'un des plus fameux
    généraux de la guerre de Trente ans.

  WALSCH (la comtesse Agathe). Grande maîtresse de cour de Mme la
    Grande-Duchesse Stéphanie de Bade.

  WALEWSKI (le comte), 1810-1868. Homme politique français, il
    s'attacha à la fortune de Napoléon III et fut ministre des
    Affaires étrangères.

  WALMODEN-GIMBORN (le comte Louis DE), 1769-1862. Officier
    autrichien, d'une rare intelligence et d'une grande fermeté de
    caractère. Depuis 1823, il commanda le corps d'armée autrichien
    de l'Italie supérieure, et y resta jusqu'en 1848, époque où il
    prit sa retraite.

  WASA (le prince Gustave), 1799-1877, épousa, en 1830, la princesse
    Louise de Bade, fille de la grande-duchesse Stéphanie. Leur
    fille unique épousa le Roi Albert de Saxe.

  WELLESLEY (Richard, marquis DE) *, 1760-1842. Frère aîné du duc de
    Wellington, il rendit à l'Angleterre d'éminents services comme
    gouverneur général des Indes, où il triompha du Sultan Tippoo et
    détruisit l'empire de Mysore. Il fut deux fois lord-lieutenant
    d'Irlande. Il avait épousé, en 1794, Mlle Gabrielle Roland, qui
    mourut en 1816; il se remaria en 1825 avec la veuve de Robert
    Paterson (frère de la première femme de Jérôme Bonaparte).

  WELLINGTON (Arthur Wellesley, duc DE) *, 1769-1852. D'abord
    officier de l'armée des Indes et membre du Parlement irlandais,
    il s'illustra par ses grands talents militaires, assista aux
    Congrès de Vienne en 1814, d'Aix-la-Chapelle en 1818, et joua
    ensuite un rôle important dans la politique anglaise. Il avait
    épousé, en 1806, l'honorable Catherine Pakenham, fille de lord
    Longford, qui mourut en 1831.

  WERTHER (le baron DE) *, 1772-1859. Diplomate prussien.

  WERTHER (la baronne DE) *, 1778-1853. Née comtesse Sophie
    Sandizell.

  WESSENBERG-AMPRIGEN (le baron) *, 1773-1858. Diplomate autrichien.

  WESTMORLAND (le comte John), 1759-1841. Lord-lieutenant d'Irlande
    de 1790 à 1795, sous le ministère Pitt. Il épousa, en 1782, miss
    Sarah Child, qui mourut en 1795, et se remaria en 1800 avec miss
    Saunders, qui lui survécut.

  WESTMORLAND (John-Burghersch *, onzième comte DE), 1784-1859, fils
    unique et successeur du précédent. Général anglais de grand
    talent, éminent diplomate, ministre plénipotentiaire à Berlin en
    1841, à Vienne en 1851, un des principaux membres des
    conférences de Vienne en 1855. Il rentra dans la vie civile peu
    après.

  WESTMORLAND (lady Anne), 1793-1879. Épouse du précédent. Elle
    s'était mariée en 1811 et avait eu six enfants. Son fils aîné,
    lord Burghersch, mourut en 1848, à l'âge de dix-neuf ans. Lady
    Westmorland était une fille de William, baron Maryborough, frère
    du marquis de Wellesley et du duc de Wellington, plus haut
    cités; elle était pleine d'esprit et avait de nombreux amis.

  WESTPHALEN (le comte DE), né en 1805. Ministre de l'Intérieur en
    Prusse de 1850 à 1858 et membre de la Chambre des Seigneurs à
    partir de 1854.

  WEYER (Sylvan van DE) *, 1803-1874. Homme d'État et littérateur
    belge, ambassadeur à Londres de 1846 à 1867.

  WICHMANN (Louis-Guillaume), 1784-1859. Sculpteur prussien, frère
    de Charles-Frédéric Wichmann, également sculpteur.

  WIELAND, 1732-1813. Célèbre poète et littérateur allemand.

  WILTON (Thomas-Egerton, comte), 1799-1882. Second fils du marquis
    de Westminster. Il fut officier de marine, puis en 1835 eut une
    charge de cour. Il épousa, en 1821, lady Margaret Stanley, fille
    du comte Edward de Derby, qui mourut en 1858, lui laissant cinq
    enfants; il se remaria en 1863 avec miss Isabelle Smith, fille
    d'un officier de l'armée des Indes.

  WINDISCH-GRAETZ (le prince Alfred DE), 1787-1862. Général
    autrichien, chargé, en 1848, après une brillante carrière, de
    réprimer le soulèvement de Vienne, ce qui lui valut la
    nomination de feld-maréchal. Il fit ensuite, avec moins de
    succès, la campagne de Hongrie.

  WINDISCH-GRAETZ (la princesse Éléonore), 1796-1848. Née princesse
    Schwarzenberg, épousa, en 1817, le prince Alfred de
    Windisch-Graetz. Elle fut tuée à Prague pendant l'insurrection.

  WINDISCH-GRAETZ (la princesse Vériand DE), 1795-1876. Née
    princesse Éléonore de Lobkowitz, elle avait épousé, en 1812, le
    prince Vériand de Windisch-Graetz.

  WINTER (M. DE). Ministre de l'Intérieur en Prusse de 1859 à 1860,
    puis président de la police de 1860 à 1861.

  WITTGENSTEIN (le prince Guillaume de Sayn-) **, 1770-1851.
    Ministre de la maison du Roi Frédéric-Guillaume III.

  WOLFF (M. DE) **, conseiller au ministère de l'Intérieur en
    Prusse.

  WOLFF (Mme DE) **. Née Hennenberg.

  WORONZOFF-DASCHKOFF (le comte Ivan) **, 1791-1854. Diplomate
    russe.

  WRÈDE (le prince DE), 1767-1838. Général bavarois qui prit une
    part active aux guerres de l'Empire.

  WURMB (Frédéric-Charles DE) **, 1766-1843. Administrateur des
    terres de la duchesse de Talleyrand et de Sagan en Silésie.

  WURTEMBERG (le Roi Guillaume Ier DE) *, 1781-1864. Monté sur le
    trône en 1816.

  WURTEMBERG (le Prince Royal DE), né en 1823. Monta en 1864 sur le
    trône de Würtemberg, sous le nom de Charles Ier. Il était fils
    du Roi Guillaume Ier et de son second mariage avec sa cousine
    Pauline de Würtemberg; il avait épousé, en 1846, la
    grande-duchesse Olga-Nicolaievna (née en 1822), fille de
    l'Empereur de Russie.

  WURTEMBERG (le prince Paul DE) **, 1785-1852. Frère du Roi
    Guillaume Ier.

  WURTEMBERG (le prince Auguste DE) **, 1813-1885. Officier
    distingué au service de Prusse où il exerça des commandements
    importants.

  WÜRTEMBERG (princesse Sophie), 1818-1877. Fille du roi de
    Würtemberg, épousa en 1839 le prince Guillaume d'Orange, plus
    tard roi des Pays-Bas.

  WYM (sir Henry Walthin), 1783-1856. Diplomate anglais qui fut
    pendant plusieurs années ministre plénipotentiaire à Copenhague.

Z

  ZEA (Mme DE) *. Dame espagnole, épouse de M. Zea Bermedez,
    diplomate.

  ZEDLITZ (le baron Joseph-Chrétien DE), 1790-1862. Célèbre poète
    allemand, qui fut officier au service d'Autriche et employé au
    ministère des Affaires étrangères à Vienne.

  ZICHY (le comte Ferdinand), 1783-1862. Feld-maréchal autrichien,
    commandant la forteresse de Venise en 1848, il capitula devant
    l'insurrection. Traduit devant un Conseil de guerre, il fut
    condamné à la dégradation et à dix ans de forteresse, puis
    gracié en 1851.

  ZICHY DE VASONYKOE (le comte Eugène), 1803-1848. Il fut accusé
    d'espionnage par les Hongrois insurgés, qui le mirent à mort.



    PARIS

    TYPOGRAPHIE PLON-NOURRIT ET Cie

    RUE GARANCIÈRE, 8





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Chronique de 1831 à 1862, Tome 3 (de 4)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home