Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Albert Durer a Venise et dans les Pays-Bas - autobiographie, lettres, journal de voyages, papiers divers
Author: Durer, Albert
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Albert Durer a Venise et dans les Pays-Bas - autobiographie, lettres, journal de voyages, papiers divers" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée et
n'a pas été harmonisée.



ALBERT DURER



[Illustration: IMPRIMERIE J. CLAYE RUE SAINT BENOIT 7 PARIS]


[Illustration: Montigneul SC AH-CABASSON D]



    ALBERT DURER

    A VENISE

    ET

    DANS LES PAYS-BAS

    AUTOBIOGRAPHIE

    LETTRES, JOURNAL DE VOYAGES

    PAPIERS DIVERS

    TRADUITS DE L'ALLEMAND

    AVEC DES NOTES ET UNE INTRODUCTION

    PAR

    CHARLES NARREY

    Ouvrage orné de 27 gravures sur papier de Chine

    [Illustration: Logo]

    PARIS

    LIBRAIRIE Ve JULES RENOUARD, ÉDITEUR

    G. ÉTHIOU-PÉROU, DIRECTEUR-GÉRANT

    6, RUE DE TOURNON, 6

    MDCCCLXVI



    A

    MONSIEUR LE BARON BEYENS

    Ministre de Belgique en France

    Hommage affectueux,

    CHARLES NARREY.



INTRODUCTION.


[Illustration]

La vie des grands hommes est le flambeau qui éclaire leur œuvre.

Les souffrances et les faiblesses, les luttes et les triomphes de ces
génies prédestinés expliquent et commentent leurs ouvrages, et chaque
étape de leur existence correspond à une évolution de leur talent. Leur
biographie est donc en quelque sorte le lien logique de leurs ouvrages;
elle donne la clef de la succession de leurs pensées et démontre comment
elles s'enchaînent.

Écrire l'histoire d'un grand artiste, si l'on se place à ce point de vue
élevé, c'est faire en même temps l'histoire de ses idées, c'est pénétrer
avec lui dans les mystères de son inspiration.

Prenez l'homme le plus profondément original, et le plus rebelle aux
influences extérieures; ses relations avec ses contemporains, son
commerce avec d'autres artistes, grands comme lui, mais comprenant leur
art de façons différentes, ne pourront manquer d'imprimer une
modification, si minime qu'elle soit, à ses propres idées.

S'il y a entre les hommes ainsi rassemblés par le caprice du hasard ou
par une loi mystérieuse de la création de larges points de contact et des
horizons communs, cette influence deviendra décisive et modifiera parfois
d'une manière profonde le _faire_ de l'artiste qui la subit. Y a-t-il au
contraire une opposition fondamentale entre leur esprit, leur principe
réciproque s'accentuera avec plus de vigueur, et leur contact servira à
caractériser davantage leur tendance primitive. Grande ou petite,
profonde ou superficielle, cette influence doit subsister, et la saisir
jusque dans ses manifestations les moins apparentes est l'objet de la
critique.

Or, c'est l'histoire de l'artiste, et son histoire de chaque jour, qui
peut en fournir les éléments d'appréciation.

Quoi d'étonnant alors que les moindres particularités de la vie privée
d'un grand homme acquièrent la plus haute valeur aux yeux de la
postérité?

Aussi, dans ces derniers temps, ce genre d'études historiques a-t-il fait
l'objet de nombreux et de consciencieux travaux. On a cherché à y
introduire la précision et la sévérité de la critique moderne, et l'on a
bravement fermé la porte à toutes les fables et à toutes les anecdotes de
contrebande, pour y substituer définitivement la vérité dans sa froide et
chaste nudité. Mais on ne croit guère que de pareils travaux présentent
énormément de difficultés, et beaucoup plus même que ceux qui concernent
la grande histoire.

Les faits que recherche le biographe sont presque toujours d'une
apparente insignifiance, et par cela même les contemporains des grands
hommes, sans prévoir la valeur que ces détails pourront acquérir un jour,
ont négligé de les consigner. Aussi quelle bonne fortune extraordinaire,
lorsque l'artiste lui-même, soit par une sage prévision, soit dans un
but désintéressé, a pris soin de rassembler minutieusement tous les
matériaux d'une autobiographie.

C'est précisément ce qui nous arrive pour l'illustre père de l'école
allemande.

Albert Dürer a laissé sur sa vie privée un grand nombre de notes et de
correspondances qui éclairent d'un jour nouveau sa vie et ses œuvres, et
mettent hors de discussion un grand nombre de points qui, pour des
artistes beaucoup plus récents même, ne sont ordinairement qu'un stérile
sujet de querelles entre les historiens.

Mais avant de donner la parole au maître lui-même et de laisser découler
de ses écrits les commentaires qui en dérivent, on nous permettra d'en
tirer quelques conclusions générales et quelques conclusions
personnelles.

Ce qui résulte d'abord de la vie de cet éminent artiste, telle qu'il l'a
simplement racontée lui-même, ce qui ressort de la lecture de sa
correspondance intime avec son ami Bilibald Pirkeimer, c'est une profonde
estime pour le caractère de l'homme, comme une grande admiration pour
l'artiste ressort de la contemplation de ses œuvres.

Albert Dürer est un aussi grand et noble caractère qu'il est un génie
original et transcendant. Cette double perfection est une chose trop rare
dans le cercle des grands esprits pour ne pas y insister.

On dirait, en vérité, que l'intelligence ne peut se développer qu'au
détriment du caractère, et trop souvent l'épanouissement de la pensée a
pour corollaire fatal l'atrophie morale du cœur. Si quelque chose, par
exemple, pouvait amoindrir notre admiration pour le panthéiste Gœthe, ne
serait-ce pas la sécheresse de son âme et l'égoïsme de son caractère.
L'esprit humain, qui tend sans cesse à l'idéal et qui prodigue d'instinct
aux élus de l'intelligence tous les dons et toutes les qualités, est
péniblement déçu en voyant tant de grandeur intellectuelle à côté de tant
de petitesse de sentiment. Nous n'aimons pas à apprendre que Virgile
était le flatteur d'Auguste et que Horace eut peur à la bataille
d'Actium.

Je ne connais que bien peu de génies qui aient été en même temps des
héros du cœur. Michel Cervantes dans les lettres et Michel-Ange dans les
arts sont pour moi les types de cette double grandeur; notre Albert Dürer
peut aussi revendiquer ces deux auréoles. Sa vie a été une lutte
continuelle, soyons plus vrai,--un long martyre causé par celle qui
aurait dû précisément arracher les ronces et les épines de sa route.

Marié de bonne heure, sans qu'on eût consulté son inclination, à une
femme froide et avare, il n'a pas eu la consolation de se reposer dans la
douce vie du foyer des tracasseries envieuses auxquelles un homme de sa
valeur devait nécessairement se trouver exposé.

Dès l'âge de 23 ans il devenait le seul soutien de sa famille. «Deux ans
après la mort de mon père, je pris aussi ma mère avec moi (il s'était
déjà chargé de son frère Hans), car elle n'avait plus rien. En 1513 elle
tomba subitement malade. Ses souffrances durèrent une année entière, et
elle fut mourante du premier au dernier jour.»

Dans ces conditions il fut obligé de se livrer à un travail assidu et
pénible; en outre sa femme l'excitait sans cesse au labeur et le
stimulait avec ses avaricieuses exigences. Et pourtant c'est à peine si,
dans ses écrits, on entend l'écho d'une plainte contre celle qui le
faisait tant souffrir; tout au plus dans sa correspondance avec Bilibald
Pirkeimer, correspondance si franche et si naïve, hasarde-t-il de temps
en temps quelque allusion prudente à ses affaires de ménage. Encore en
parle-t-il avec tant de mansuétude et de bonne humeur, qu'on ne
soupçonnerait pas la profondeur de sa blessure si ses amis n'avaient pas
pris la peine de la sonder.

«Il était fort contre l'adversité, dit Schrober, mais il est vrai qu'il
n'avait que trop le moyen de s'exercer à la patience, sa femme se
chargeait tous les jours de lui en fournir l'occasion.»

C'est assez clair, et cependant les lettres de G. Hartmann et de
Pirkeimer sont encore plus explicites.

En voici des extraits:


G. HARTMANN A M. BUCHLER.

«. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . «Elle était d'une
piété et d'une honnêteté si intolérantes, qu'il aurait mieux valu pour
Albert Dürer être le mari d'une coquine avec un caractère aimable, que
d'avoir à ses trousses une de ces dévotes qui sont d'une humeur si
féroce, qu'elles vous laissent à peine des moments suffisants pour
respirer. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .»


AUTRE LETTRE DE GEORGES HARTMANN.

«Il ne faut imputer le décès de Dürer à personne qu'à sa femme. Elle lui
avait si bien rongé le cœur, elle lui avait fait endurer de telles
souffrances, qu'il semblait en avoir perdu la raison. Elle ne lui
permettait jamais d'interrompre son travail, l'éloignait de toutes les
sociétés, et par des plaintes continuelles, répétées le jour et la nuit,
le tenait rigoureusement enchaîné à l'œuvre, afin qu'il amassât de
l'argent pour le lui laisser après sa mort. Elle avait sans cesse la
crainte de périr dans la misère, et cette crainte la torture encore
maintenant, quoique Dürer lui ait légué près de 6,000 florins. Elle est
insatiable: elle a donc été vraiment la cause de sa mort, etc.»


LETTRE DE PIRKEIMER A TZERTE,

_Architecte de l'Empereur, à Vienne_.

«J'ai positivement perdu, dans la personne d'Albert Dürer, un des
meilleurs amis que j'aie eus de ma vie. Sa mort m'a fait d'autant plus de
peine qu'elle s'est produite sous l'influence de causes bien pénibles. En
effet, je ne puis l'attribuer, après Dieu, qu'à sa femme qui lui a causé
de si vifs chagrins et l'a tourmenté d'une façon si cruelle, qu'elle l'a
poussé vers la tombe, et l'a rendu sec _comme de la paille_. Le pauvre
homme n'avait plus de courage et ne recherchait plus aucune société.
Cette mégère prenait soin de ses intérêts, et poussait son mari au
travail nuit et jour afin qu'il lui laissât le plus d'écus possible. . .
. . . . . . . . Je lui ai souvent reproché ses procédés, et je lui ai
même prédit ce qui est arrivé; mais cela ne m'a valu que de
l'ingratitude. Du reste, tous ceux qui aimaient le pauvre Albert
détestent sa femme, qui le leur rend bien. En somme, c'est elle qui a mis
le cher homme en terre.»

Dans les premiers temps de son mariage, Albert Dürer avait fait des
efforts héroïques pour se soustraire à la domination de sa femme, mais la
lutte ne convenait pas à son caractère; peu à peu il avait fini par
courber le front, et, aux derniers jours de sa vie, il obéissait comme un
enfant à cette nouvelle Xantippe.

Poussait-il la douceur jusqu'à la pusillanimité?--Nous ne le croyons
pas,--car plusieurs fois, pendant sa trop courte existence, il a prouvé
qu'avec les hommes il savait parler en homme.--Ou puisait-il cette
patience angélique dans la religion? En voyant le portrait d'Agnès Frey
qu'il a dessiné lui-même, et que l'on trouve encore aujourd'hui à Vienne,
nous croyons plutôt qu'il fut toujours amoureux de sa femme,--car elle
était fort belle.--Son front était froid, mais l'intelligence s'y jouait
comme un rayon de soleil sur une plaque d'acier poli; ses yeux étaient
durs, mais grands, veloutés et noirs; sa bouche était hautaine, mais
correcte; ses traits étaient sévères, mais remarquablement beaux; ils ne
commandaient pas la sympathie cependant: on sentait que celui qui avait
aimé cette femme l'aimerait toute sa vie, dût-il mourir de son amour.

Quelle personnalité attachante que celle d'Albert Dürer!

[Illustration:
    ALBERT-DÜRER P.
    AH.-CABASSON D.
    TAMISIER. Sc. 1850.]

Il était beau, et la noblesse de ses traits reflétait la pureté de son
âme et la lumière de son intelligence.

Qui a vu une fois un de ses portraits ne peut plus l'oublier. De beaux
cheveux blonds cendrés qui flottent sur ses épaules, un front élevé et
pur où le génie a imprimé sa sévère majesté, de grands yeux bleus,
bien enchâssés dans leur arcade et ombragés de longs cils plus foncés que
ses cheveux, une bouche rêveuse, un cou flexible qui porte une tête digne
du ciseau de Phidias, comme la tige du lis porte la fleur des rois, tels
sont les traits principaux de cette figure ravissante.

Toute sa personne était sympathique et séduisante.

«Il avait de la noblesse et de l'aisance dans les mouvements, et sa haute
raison et son rare bon sens perçaient naturellement dans ses discours.»
«_Sermonis tanta in eo suavitas et lepor erat_, dit Joachim Camerarius,
_ut nihil esset audientibus magis contrarium quam finis_.»

Et Schrober dit aussi:

«Il y avait quelque chose de si doux et de si harmonieux dans sa manière
de parler, qu'on l'écoutait avec ravissement.» Du reste son instruction
était fort étendue.

Peintre, dessinateur, graveur, orfévre, architecte, statuaire, ingénieur
et _géométrien_, comme l'écrit Loys Meygret, le traducteur de son livre
_des Proportions humaines_, il fut tout ce qu'il voulut être[1].

  [1] Albert Dürer fit une grande quantité de dessins fort
  remarquables, mais ses tableaux se comptent, on sait où les
  rencontrer tous; ils sont dans les musées publics ou chez des
  particuliers qui se font une fête de les montrer aux étrangers.

  Voici un petit catalogue rédigé, par ordre chronologique, d'après
  nos notes de voyage; il n'a pas d'autre prétention que d'être
  d'une scrupuleuse exactitude et de donner au lecteur le moyen de
  trouver, sans les chercher, les chefs-d'œuvre du maître.

  Nous ne parlerons ici que pour mémoire du portrait d'Albert Dürer
  qui est conservé précieusement à Vienne dans la collection
  Albertine;--ce portrait, d'une grâce et d'une naïveté délicieuses,
  est exécuté à la pointe d'argent sur papier teinté.--Il porte
  cette inscription, écrite par l'artiste lui-même: «J'ai dessiné
  ceci d'après moi, dans un miroir, en 1484, quand j'étais encore
  enfant.

    «ALBERT DURER.»

  Il avait donc 13 ans à peine, et il était encore apprenti orfévre;
  c'est en 1486 seulement qu'il fit son entrée dans l'atelier de
  maître Wohlgemuth.

  La première peinture d'Albert Dürer qui soit parvenue jusqu'à
  nous, est le portrait de son père. On la voit dans la pinacothèque
  de Munich, cabinet VII, sous le numéro 128, avec cette légende:
  «J'ai peint ce tableau d'après la personne de mon père, lorsqu'il
  avait 70 ans. Albert DURER l'aîné.»

  Puis viennent le célèbre monogramme et la date 1497.

  Il fit deux fois son propre portrait en 1498: l'un est à Florence,
  il a été gravé par Hollar et par Édelinck; l'autre est à Madrid,
  au _museo del Rey_. Dans ce dernier portrait, son visage est un
  peu maigre et un peu long, mais fort beau et fort distingué. Ses
  grands yeux bleus, sa barbe naissante, ses cheveux blonds qui
  s'échappent en grosses boucles d'un bonnet pointu, son costume
  blanc et noir théâtralement drapé lui donnent un aspect à la fois
  étrange et charmant. (Voir à la 1re page de ce livre.)

  En 1499, il a peint le portrait d'Oswald Krel, qui est à Munich,
  cabinet VII, sous le numéro 120.

  En 1500, il a fait le portrait d'un jeune homme, peut-être Joannes
  Dürer, son frère (Munich, cabinet VII, no 147), et aussi son
  propre portrait. Ce n'est plus le même homme que l'on a vu à
  Madrid; sa barbe est plus touffue, son visage est plus mâle, son
  front est déjà un peu soucieux, son costume surtout est changé de
  fond en comble; le bariolage blanc et noir est remplacé par une
  fourrure de prix. On reconnaît en lui le chef d'une illustre école
  de peinture, et on voit jusqu'à quel point Camerarius a raison
  lorsqu'il dit: «Non-seulement Albert Dürer était beau, mais il
  était très-fier de sa beauté, et il ne négligeait rien pour la
  faire ressortir.» Ce portrait est fort remarquable, il ne peut
  être comparé qu'à celui qu'il a fait plus tard de son vénérable
  maître Wohlgemuth, et qui est dans le même musée.

  Nous trouvons dans la galerie du Belvédère, à Vienne, avec la date
  de 1503, une _Sainte Vierge et l'Enfant Jésus_, deux têtes, deux
  chefs-d'œuvre.

  En 1504, Albert Dürer grava sans doute plus qu'il ne peignit, car
  nous ne connaissons qu'un seul tableau qui porte cette date, c'est
  un _Marius sur les ruines de Carthage_. Le grand homme est assis
  près d'une colonne brisée; il jette un long regard triste sur
  cette ville autrefois si superbe, et il se dit sans doute que les
  destinées des hommes et des empires sont souvent les mêmes: plus
  ils sont puissants, plus leur chute est imminente. Ce tableau est
  surtout remarquable par la couleur.

  C'est en 1506 qu'il fit son voyage à Venise, où il peignit, outre
  le _Saint Bartholomé_, dont il parle dans sa première lettre à
  Pirkeimer, un _Christ avec les Pharisiens_, qu'il termina en cinq
  jours, et une _Sainte Vierge couronnée par les anges_. Albert
  Dürer ébauchait ce dernier tableau, lorsque Giovanni Bellini vint
  le voir dans son atelier: «Mon cher Albert, lui dit-il,
  voudriez-vous me rendre un grand service?--Certainement, dit le
  peintre nurembergeois, si ce que vous me demandez est en mon
  pouvoir.--Parfaitement, répondit Bellini, faites-moi présent d'un
  de vos pinceaux, de celui qui vous sert à peindre les cheveux de
  vos personnages.» Dürer prit une poignée de pinceaux absolument
  semblables à ceux dont se servait Bellini, et les lui offrant:
  «Choisissez, dit-il, celui qui vous plaît, ou les prenez tous.» Le
  peintre italien, croyant à une méprise, insista pour avoir un des
  pinceaux avec lesquels il exécutait les cheveux. Pour toute
  réponse, Albert Dürer s'assit et peignit avec l'un d'eux, le
  premier qui lui tomba sous la main, la chevelure longue et bouclée
  de la _Vierge aux anges_ avec une telle sûreté de main, que son
  ami resta stupéfait de sa facilité.

  Nous trouvons dans la galerie du Belvédère, à Vienne, une toile
  datée de 1507. C'est le portrait d'un jeune homme inconnu, dont
  les traits sont d'une très-grande beauté.

  1508 nous donne un des tableaux les plus célèbres du maître, la
  _Légende des dix mille saints martyrisés sous le roi de Perse
  Sapor II_. Malgré la multiplicité des personnages et le beau fini
  des détails, Albert Dürer le peignit en un an pour le duc Frédéric
  de Saxe; plus tard il devint la propriété du prince Albert, qui
  l'offrit au cardinal de Granvelle. Je n'ai trouvé nulle part
  comment il devint la propriété de l'empereur d'Autriche. Tout ce
  que je puis dire, c'est qu'il est depuis longtemps déjà à Vienne,
  au Belvédère (salle 1re, no 18), où il excite une juste
  admiration.--Au milieu de la toile, on aperçoit Albert Dürer et
  son Pylade Bilibald Pirkeimer; tous deux sont vêtus d'habits noirs
  et suivent avec intérêt les péripéties du drame terrible qui se
  déroule devant eux: leur attitude est calme et digne; l'artiste
  tient à la main un petit drapeau sur lequel on lit l'inscription
  suivante: _Ista faciebat anno Domini, 1508, Albertus Dürer
  Alemanus_.

  Il y a, dans la galerie de Schleissheim, une répétition de cette
  toile. Un an avant d'exécuter la _Légende des dix mille martyrs_,
  l'artiste en avait fait un croquis à la plume. C'est le prince
  royal de Suède qui est l'heureux possesseur de ce petit
  chef-d'œuvre.

  Albert Dürer peignit l'_Ascension de la Vierge_ pour Jacques
  Heller, de Francfort; il se représenta au second plan, appuyé sur
  une table qui portait son nom et la date 1509. Je dis qui portait,
  car cette belle toile a été détruite dans le terrible incendie du
  château de Munich. Le fameux tableau l'_Adoration des rois mages_,
  que l'on voit à Florence, porte aussi la date de 1509. C'est une
  œuvre du plus haut style, malgré son aspect un peu étrange. En
  effet, on a peine à garder son sérieux devant ses rois d'Orient,
  vêtus comme des gentilshommes allemands du commencement du XVIe
  siècle.

  Suivant les errements de tous les peintres, ses prédécesseurs,
  Albert Dürer ne se souciait pas du costume, il habillait ses
  personnages à la mode de son époque et de son pays.

  Revenons au Belvédère, nous ne perdrons pas nos pas, car nous nous
  trouverons en face d'une des plus belles pages du maître, _la
  Trinité_. Il fit ce chef-d'œuvre pour une église de Nuremberg,
  d'où on la porta à Prague; ensuite elle passa à Vienne, où on la
  voit encore. En haut, au milieu de la toile, Dieu le père presse
  entre ses bras le Christ attaché à la croix; le Saint-Esprit plane
  sur sa tête; deux séraphins tiennent le manteau de Jéhovah, tandis
  que plusieurs anges voltigent autour d'eux, portant les
  instruments de la Passion. A gauche, on aperçoit des saintes
  conduites par la Vierge; à droite, des saints conduits par saint
  Jean-Baptiste; au-dessous, une troupe d'élus de tous les états et
  de toutes les races se tiennent debout sur des nuages et rendent
  des actions de grâces au Créateur. A la droite du spectateur, on
  aperçoit Albert Dürer lui-même, vêtu d'un riche manteau fourré; il
  tient dans la main gauche un écusson sur lequel on lit: _Albertus
  Durer Noricus faciebat anno Virginis partu 1511_.

  Un beau paysage, baigné par un lac transparent, occupe le bas de
  la toile.

  1511 nous donne un autre tableau qui ne vaut pas le précédent, il
  s'en faut; c'est une _Vierge allaitant l'enfant Jésus_, que l'on
  trouve au musée royal de Madrid. On peut reprocher à la mère du
  Sauveur de n'être qu'une bonne bourgeoise de Nuremberg, mais on
  doit reconnaître que la toile est d'un bel effet et d'un bon
  coloris.

  1512 ne nous apporte qu'un tableau que l'on voit à Vienne, au
  Belvédère, c'est une _Madone_ qui se ressent du séjour du maître
  en Italie. La robe bleue de la Vierge est d'une couleur
  très-intense, trop intense peut-être; elle écrase un peu les
  chairs qui sont un peu pâles; l'enfant nu que la Madone tient sur
  ses genoux est remarquablement beau.

  Le musée du roi, à Madrid, renferme un _Calvaire_ daté de 1513,
  qui peut rivaliser avec les meilleurs morceaux d'Albert Dürer. Ce
  n'est guère qu'un tableau de chevalet. Mais les œuvres de génie
  ne se mesurent pas au mètre.

  En 1515, il fit à la plume les dessins du célèbre livre de prières
  destiné à l'empereur Maximilien. Aucun de ces nombreux petits
  chefs-d'œuvre ne ressemble à son voisin: les uns sont sérieux,
  les autres spirituels, tous sont admirables, et c'est toujours
  celui que l'on a sous les yeux qui paraît le meilleur. Ce livre
  unique est à Munich, dans la bibliothèque de la Cour.

  De tous les portraits d'Albert Dürer, le plus beau sans contredit
  est celui qu'il a fait en 1516, d'après la _ressemblance_ de son
  vieux maître, Michel Wohlgemuth. Cette œuvre pieuse est conservée
  à la pinacothèque de Munich, cabinet VII, sous le numéro 139; elle
  est peinte sur un fond vert uni et porte cette singulière légende:
  «Albert Dürer a fait ce portrait en 1516, d'après la ressemblance
  de son maître, Michel Wohlgemuth, qui était âgé de 82 ans et qui a
  vécu jusqu'en 1519. Il est mort le jour de la Saint-André, avant
  le lever du soleil.»

  A l'âge de quatre-vingt-deux ans maître Wohlgemuth avait encore
  l'air intelligent, mais il ressemblait plutôt à un moine qu'à un
  grand artiste.

  La _Lucrèce_ que nous trouvons à la pinacothèque de Munich, dans
  la deuxième salle, sous le numéro 93, passe pour être le portrait
  de sa femme. On se trompe évidemment; Agnès Frey était belle et
  distinguée, et cette Lucrèce est laide et sans distinction. La
  même année, Albert Dürer a peint une _Vierge tenant son fils sur
  ses genoux_. L'Enfant divin porte au cou un collier d'ambre jaune,
  et sur une table verte on aperçoit un citron coupé qui fait pâmer
  d'aise tous les réalistes. La Mère du Sauveur est aussi belle que
  les plus belles Vierges de Raphaël.--Ce tableau est à Vienne, au
  Belvédère à côté d'un superbe portrait de l'empereur Maximilien
  Ier, daté de 1519.

  En 1520, Albert Dürer entreprend son voyage dans les Pays-Bas.
  Chemin faisant, il dessine sur un album qu'il emporte toujours
  avec lui les personnages et les objets qui lui semblent
  intéressants. Ce précieux album a été vendu en détail; nous en
  avons vu quelques feuillets qui appartiennent à un amateur
  distingué, M. Ambroise-Firmin Didot. Ils nous ont laissé le regret
  de ne pas connaître les autres.

  Dans la pinacothèque de Munich, cabinet VII, numéro 127, nous
  trouvons _Siméon et l'évêque Lazare_, un petit tableau charmant
  qui porte la date de 1523, et qui cependant est peint sur un fond
  d'or, dans le style de l'école de Cologne. A la même date, nous
  avons non-seulement un magnifique portrait d'homme peint à la
  détrempe sur toile, que l'on suppose être Jacques Frugger, mais
  encore trois des meilleurs tableaux du maître: 1º une _Descente de
  croix_, fort bien composée et d'une vérité qui vous fait froid au
  cœur; 2º une _Nativité dans la crèche_, où l'on voit sainte Marie
  et saint Joseph adorer l'enfant Jésus entouré d'un groupe de
  chérubins, tandis que d'autres anges vont annoncer la bonne
  nouvelle aux bergers. Cette _Nativité_ formait le centre d'un
  triptyque dont on a détaché les volets qui contenaient les
  portraits en pied des frères Baumgartner, dont Albert Dürer parle
  souvent dans ses lettres à Pirkeimer; 3º la _Sainte Trinité_, qui
  appartient à un habitant d'Augsbourg. C'est un beau tableau
  largement peint et fort bien conçu.

  Le musée Van Ertborn, d'Anvers, possède une magnifique grisaille;
  c'est le portrait de l'électeur Frédéric III, de Saxe, conforme à
  la gravure qu'Albert Dürer en a faite en 1524 et qui porte son
  monogramme si connu.

  1526 nous apporte trois pages superbes. On voit la première à
  Aix-la-Chapelle; c'est un Christ qui fait ses adieux à sa Mère.

  On voit la seconde à Vienne, dans la galerie du Belvédère; c'est
  le portrait d'un certain Johann Kleeberger, dont les grands yeux
  noirs et le teint mat sont très-poétiques. Il serait très-beau
  s'il avait un nez, mais ce détail lui manque presque absolument.
  Ce Kleeberger épousa Felicitas Pirkeimer, la fille de l'ami de
  Dürer. En 1532, deux ans après la mort de sa femme, il s'établit à
  Lyon où on ne l'appela bientôt que _le bon Allemand_, à cause du
  bien qu'il faisait aux pauvres. Lorsqu'il mourut, en 1546, ses
  compatriotes d'adoption lui élevèrent, sur le roc de Bourgneuf,
  une statue en bois, qui fut remplacée en 1849 par une statue en
  pierre, due au ciseau de M. Bonnaire.

  La troisième est le portrait d'un des ancêtres de M. le conseiller
  et docteur Rodolphe Holzschuler, chef d'une illustre famille de
  Nuremberg, qui le montre aux étrangers avec une grâce parfaite.
  Son aïeul a cinquante-sept ans environ; mais malgré ses cheveux
  blancs, il a l'air fort jeune. Ce portrait est un chef-d'œuvre.

  Il ne nous reste plus qu'à parler des tableaux qui n'ont pas de
  date certaine. Parmi ceux-là nous trouvons, à Venise, le célèbre
  _Ecce Homo_ qui doit avoir été peint en 1505 ou en 1506.--A
  Vienne, dans la galerie de Fries, la _Mort de la Vierge_. La tête
  de la mère du Christ est le portrait fidèle de Marie de Bourgogne,
  première femme de Maximilien. Au second plan, on reconnaît
  l'empereur, son fils et un grand nombre de contemporains célèbres.
  La beauté de la couleur, le fini des détails et la ressemblance
  des personnages historiques donnent un grand attrait à cette
  admirable peinture.--A Florence, dans la galerie des Offices, la
  _Madone avec l'Enfant_. Ce tableau est mal placé; cependant on
  remarque la grâce et la beauté de la Vierge: on jurerait une de
  ces belles toiles de Jules Romain ou de son illustre maître. A
  Schleissheim, _la Vierge, sainte Anne et l'Enfant Jésus endormi_,
  tableau d'une exécution irréprochable, et une _Mater dolorosa_
  debout, les mains jointes.--Citons encore un _Ecce Homo_ qui, pour
  ne pas valoir celui de Venise, n'est pas moins une fort belle
  chose dont la chapelle de Moritz, de Nuremberg, peut tirer grande
  vanité.--_Hercule tuant les Harpies_ est un tableau peint à la
  détrempe; il en reste juste assez pour faire voir qu'il a été
  superbe et combien on doit le regretter.--Les _Bustes des
  empereurs Charles et Sigismond_, du château de Nuremberg, belles
  figures puissantes et majestueuses, peintes avec une grande sûreté
  de main.--Dans la galerie de Schleissheim, le _Portrait d'un jeune
  savant_, bon ouvrage exécuté à la détrempe, infiniment mieux
  conservé que l'_Hercule_ dont nous avons déploré la fin
  prématurée.--A Anvers, au musée Van Ertborn, une _Mater dolorosa_.
  La Vierge, vêtue d'un manteau vert, est assise les mains jointes.
  Ce tableau est très-beau, très-fini, d'une couleur très-intense et
  d'une conservation parfaite; Otto Mündler l'attribue à Altdorfer.
  Il est peut-être d'Albert Dürer; les hommes distingués qui ont
  rédigé le livret du musée d'Anvers se contentent de dire qu'il
  appartient à l'école allemande. En Espagne ou en Italie on le
  donnerait sans hésiter à Albert Dürer. En Belgique, dans le doute,
  on s'abstient toujours, ce qui est à la fois plus honnête et plus
  habile.

  Faut-il parler ici des peintures dont le musée de
  Saint-Pétersbourg gratifie trop généreusement Albert Dürer? Comme
  elles n'ont pas sur elles leur extrait de naissance ou leur
  passe-port, ce qui n'est pas toujours la même chose, nous aimons
  mieux les oublier pour n'avoir pas à les débaptiser.

  La bibliothèque Ambroisienne de Milan possède la _Conversion de
  saint Eustache_, dont Albert Dürer a fait une de ses plus belles
  gravures.

  A Rome, il y a un tableau de Dürer, où il nous montre des _Avares_
  repoussants, à force d'être vrais, et une copie de l'_Adoration
  des rois_, que l'on voit à Florence. Tout le monde croit qu'elle
  est faite par un des bons élèves de Dürer. Le directeur du musée
  seul déclare avec assurance que c'est un original. Dans trois ans,
  si Dieu prête vie à ce galant homme, ce que je désire de tout mon
  cœur, il assurera avec le même aplomb que le tableau de Florence
  est une simple contrefaçon;--trois ans plus tard, il nommera
  l'élève de Dürer qui l'a fait d'après celui de Rome; il dira, si
  on l'exige, combien de temps il a employé à ce travail, où il
  était logé, ce qu'il mangeait à ses repas, et il ne croira pas
  mentir. Rien ne peut être comparé à l'imagination d'un
  propriétaire de tableaux. Et un directeur de musée n'est-il pas
  propriétaire de tous les tableaux qu'il a sous sa garde?

  Nous trouvons, à Turin, une _Déposition de croix_ d'une belle
  couleur, et un _Ermite en prière_, qui pourrait bien être de
  Heinrich Aldegrœver.

  Dans la galerie du prince de Liechtenstein, à Vienne, il y a deux
  volets de triptyque dont le panneau central est absent: ce sont
  deux portraits en pied qui ne manquent pas de majesté et une
  petite esquisse à peine ébauchée, vrai chef-d'œuvre de naïveté.

  A Dresde, on montre un portrait que l'on assure être celui de
  Lucas de Leyde, qu'Albert Dürer a fait à Anvers, en 1520, et dont
  il parle dans ses notes de voyage.--Un _Portement de croix_ en
  figurines et en grisailles, et un _Lapin_ à la gouache sur
  parchemin, d'une vérité parfaite;--il amuse beaucoup les enfants,
  les grandes personnes se contentent de l'admirer.

  Nous trouvons dans le musée de Madrid deux _allégories_
  philosophiques et chrétiennes peintes sur des panneaux longs et
  étroits. Comme dans l'un et dans l'autre la mort joue le rôle
  principal, on prétend qu'ils ont été commandés par un seigneur du
  temps qui avait le spleen.

  Et enfin les apôtres Pierre et Jean, Paul et Marc, que l'on admire
  à Munich, salle première, sous les numéros 71 et 76. Ils ne
  portent aucune date, mais le livret de la pinacothèque nous
  apprend qu'ils ont été faits en 1527, c'est-à-dire un an avant la
  mort d'Albert Dürer. Ces quatre apôtres pourraient être signés:
  Raphaël ou Fra Bartholomeo. Quelle élévation de style, quelle
  grandeur imposante et quelle noblesse! On les reconnaît, ce sont
  bien eux qui ont porté la parole du Christ par la terre entière.
  En peignant l'apôtre saint Jean, Albert Dürer lui a donné la belle
  et sympathique figure de Schiller. On dirait que le grand peintre
  a pressenti la venue du grand poëte et qu'il a voulu d'avance
  faire son portrait.

  On remarquera sans doute que nous n'avons pas cité une seule fois
  Paris dans ce rapide travail; c'est qu'en effet notre musée
  impérial, qui contient quelques beaux dessins du Raphaël de
  l'Allemagne, n'a pas une seule de ses admirables peintures. Je
  n'accuse personne, je sais combien notre surintendant est artiste;
  je sais aussi, sans qu'il me l'ait dit, avec quelle joie il
  payerait, non pas au poids de l'or, ce serait trop bon marché, au
  poids du rubis, un tableau qui porterait la signature d'Albert
  Dürer ou son célèbre monogramme. Mais ceux qui ont le bonheur de
  posséder ces inimitables chefs-d'œuvre les gardent. Il lui serait
  facile de se procurer quelques-unes des innombrables contrefaçons
  que l'on fabrique par un procédé qui est d'une déplorable
  simplicité; le voici: on colle sur une plaque de cuivre une
  gravure du maître, on la met en couleur; on a soin de respecter le
  monogramme; on la vernit, on l'envoie en Hollande, d'où elle
  revient sans toucher terre; on la conduit à l'hôtel Drouot, où on
  la sert aux banquiers enrichis en un jour qui se font une galerie
  en une heure.

  Si notre surintendant n'était pas lui-même un artiste distingué,
  il se laisserait prendre à ce piége, car il est quelquefois assez
  vraisemblablement ourdi, et nous aurions, comme quelques musées
  étrangers, une demi-douzaine d'Albert Dürer. Mais combien nous
  préférons l'absence du chef de l'école nurembergeoise à ces toiles
  douteuses qui font hausser les épaules aux vrais connaisseurs! Il
  y a encore assez de tableaux authentiques d'Albert Dürer dans les
  mains des particuliers, pour qu'un bon vent nous en amène un; s'il
  faut le payer cher, on le payera cher!

  Les musées de province ne sont guère plus riches que celui de
  Paris. Cependant Lyon a un _ex-voto_ de l'empereur Maximilien
  signé du portrait de Dürer lui-même, et Limoges un magnifique
  tableau peint sur fond d'or.

  Dans la relation de son voyage en Flandre, Albert Dürer passe en
  revue la plus grande partie de ses gravures. Nous compléterons,
  chemin faisant, les renseignements qu'il donne lui-même, et nous
  prierons le lecteur qui voudra de plus amples détails de consulter
  l'_Abecedario de Mariette_, publié et annoté par MM. de
  Chenevières et de Montaiglon, M. Charles Blanc, qui parle
  longuement et savamment de l'œuvre gravé d'Albert Dürer dans son
  admirable _Histoire des peintres_, Heller, qui a corrigé Bartsch,
  M. Passavant, qui a corrigé Heller, et M. Émile Galichon qui, lui,
  n'a voulu corriger personne, et a pourtant écrit un fort bon
  ouvrage sur les gravures d'Albert Dürer.

  Nous l'avons dit, Albert Dürer ne fut pas seulement peintre et
  graveur, il embrassa tous les arts et excella dans tous. Il fut
  orfévre, mais aucun de ses travaux n'est resté. Sandrart nous
  apprend qu'il a ciselé sept sujets de la Passion, mais il ne les a
  pas vus.

  On lira dans le _Voyage en Flandre_ qu'il fit beaucoup de dessins
  pour les orfévres. On verra, dans la même relation, qu'il s'occupa
  aussi d'architecture; entre autres travaux, il dessina au lavis le
  plan d'une maison pour le médecin de dame Marguerite, et le
  British Museum possède le plan d'une fort belle fontaine qu'il a
  dessiné à la plume; malheureusement, cette fontaine est restée à
  l'état de projet.

  Il fut aussi ingénieur comme Léonard de Vinci et Michel-Ange.
  C'est lui qui dirigea les travaux de fortifications de la ville de
  Nuremberg.

  Comme sculpteur, on lui donne: 1º un petit bas-relief en pierre,
  représentant la naissance de saint Jean-Baptiste (il est conservé
  au British Museum); 2º deux statuettes, Adam et Ève (au musée de
  Gotha); 3º deux madones, bas-reliefs sculptés en bois; deux femmes
  nues, vues l'une de face, l'autre de dos, bas-reliefs en marbre (à
  Munich); 4º un saint Jean prêchant dans le désert, bas-relief (à
  Brunswick); 5º divers ouvrages exécutés en ivoire et en bois (à
  Dresde, dans la collection des Grünes Gewölbe); 6º une arquebuse
  (à Vienne); 7º plusieurs bas-reliefs en bois et en pierre
  lithographique, avec le monogramme d'Albert Dürer (à Paris, au
  Louvre, et à Bruges, au séminaire). Mais nous n'acceptons la plus
  grande partie de ces ouvrages que sous bénéfice d'inventaire. Les
  numismates lui attribuent aussi plusieurs médailles.

  Voici un pfenning qu'il grava pour Martin Luther:

  [Illustration]

  Le premier livre d'Albert Dürer est intitulé: _Traité de
  géométrie, ou Méthode pour apprendre à mesurer avec la règle et le
  compas_. Cet ouvrage est mûrement pensé et écrit clairement. On
  voit que l'auteur est convaincu de ce qu'il avance, à savoir «que
  la géométrie est le vrai fondement de toute peinture, et que, sans
  posséder à fond cette science, personne ne peut devenir un bon
  peintre.»

  Ce traité était fort estimé au XVIe siècle.--A la demande d'Agnès
  Frey, Joachim Camerarius en fit une traduction qui fut publiée à
  Paris, _ex officina Christiani Welcheli_.

  _Sub scuto Basilensi_ M. D. XXXV.

  A la même époque, le même éditeur mit en vente une traduction
  latine du _Traité sur les fortifications des villes, châteaux et
  bourgs_, qu'Albert Dürer avait publié en 1527, et qu'il avait
  dédié au roi de Hongrie, Ferdinand, frère de Charles-Quint.

  L'ouvrage intitulé: _Les quatre livres des proportions humaines_,
  qui a été écrit en 1523, n'a été publié qu'après la mort d'Albert
  Dürer, par les soins de sa femme, qui n'a rien négligé pour en
  retirer un bon prix; il a aussi été traduit en latin par
  Camerarius, et en français par Loys Meygret, de Lyon. Nous ne
  dirons rien de cet ouvrage, puisqu'on peut le lire en français; il
  y en a un exemplaire à la Bibliothèque impériale. Outre les trois
  traités dont nous venons de parler, on conserve à la Bibliothèque
  de la Madeleine, à Breslau, un livre sur l'escrime qui doit être
  authentique. On sait combien Albert Dürer aimait tous les
  exercices du corps.

  Un ouvrage sur les proportions du cheval, qu'on lui attribue,
  n'est pas de lui, si l'on en croit Camerarius, qui est digne de
  foi.


On l'a souvent comparé à Raphaël, mais du côté de l'universalité des
connaissances, il a bien plus de points de contact avec Michel-Ange.

J'ai vu quelque part qu'on lui reconnaît aussi le talent de l'écrivain.
On prétend même qu'il a contribué à fixer la langue allemande,--mais
c'est là une assertion que je ne peux admettre. Pour ses traités
didactiques, il est certain que Pirkeimer y mettait la main, car ils
diffèrent notablement, comme style et comme orthographe, de sa
correspondance intime. Dans ses lettres à Pirkeimer, le même mot est
écrit parfois de quatre ou cinq façons différentes, et l'on ne peut
s'empêcher de rire à la vue de ses essais de versification.

Comme artiste, Albert Dürer est un des esprits les plus originaux que je
connaisse. C'est un peintre qui est avant tout de son pays et de son
époque, grande qualité, si l'on y réfléchit, et à ce titre il mérite
pleinement la qualification de père de l'école allemande.

Vasari, Lambert-Lombart, Mariette, et quelques autres auteurs anciens et
modernes ont regretté qu'Albert Dürer ne fût pas né en Italie, et ils lui
ont reproché sérieusement de n'avoir pas été à Rome étudier l'antique. Ce
sont là des idées étroites et puériles que l'on est étonné de trouver
chez des écrivains d'une valeur réelle. S'il fallait en croire certains
critiques trop exclusifs, l'art ne serait bientôt plus qu'une formule,
car pour eux le beau n'a qu'un type unique en qui réside une perfection
absolue. Ce serait un moule où les esprits les plus divers viendraient
prendre une empreinte fastidieusement uniforme. C'est une folie que ce
nouveau lit de Procruste, car le beau est dans tout, dans l'harmonie des
proportions, comme dans la profondeur du sentiment, dans l'éclat de la
couleur, comme dans la correction du dessin.

Ces dernières idées étaient aussi celles d'Albert Dürer.

«L'homme qui cherche le beau, dit-il, rencontre le multiple et le
divers, et il y a plusieurs voies pour atteindre à la beauté.»

Il a entrevu l'accord et l'agrément de la nature, jusque dans ses
difformités, et il a deviné la beauté des diverses races. «Il y a des
corps d'Éthiopiens, ajoute-t-il, où la nature a mis une telle convenance
et une telle harmonie, qu'on ne peut rien concevoir de plus parfait.» On
le voit, il n'a pas inventé, comme on l'a prétendu, la fameuse phrase: Le
beau, c'est le laid. Quand son modèle est beau, il le fait beau, témoin
le _Jeune homme_ de la galerie de Vienne, témoin le _Saint Jean_, de
Munich.

Du reste, mille circonstances viendraient empêcher cette fusion, si
quelqu'un était assez fou pour la tenter, et pour n'en citer qu'une
seule, la variété des climats maintiendra toujours une différence
fondamentale entre le peintre allemand et le peintre italien. Du temps de
Dürer, une autre cause encore venait accentuer cette différence entre les
deux écoles. Les anciens peintres allemands procédaient des Byzantins
comme les Italiens; cependant, le développement de l'art se faisait de
part et d'autre dans des conditions toutes différentes.

Les Italiens, ayant sous les yeux les trésors de la statuaire antique,
ont pu acquérir rapidement la pureté et la correction du dessin. Ils ont
appris à donner à leurs figures cette souplesse et cette élégance de
pose, et à les revêtir de draperies artistement disposées. Les Allemands,
au contraire, n'avaient qu'un modèle: la nature. Aussi, si leurs poses
ont quelque roideur, si leurs têtes sont presque toutes des portraits,
ils ont un grand charme et une délicieuse naïveté dans l'expression. Ils
sont, en quelque sorte, restés plus près de la vérité.

Albert Dürer a conservé quelques-uns des défauts de ses prédécesseurs,
mais il a recueilli le riche héritage de leurs qualités; c'est non pas un
réaliste, dans le sens moderne du mot, mais un _naturaliste_.

Du reste, en laissant de côté ces préoccupations d'école, Albert Dürer
est encore un génie de premier ordre. Ce qui le prouve, c'est que les
plus grands peintres, Andrea del Sarto, le Pontorme, le Guide, n'ont pas
dédaigné de lui faire de larges emprunts.--Le Guide a copié plusieurs
figures du char de Maximilien dans la fresque de l'_Aurore_ qu'il a faite
au palais Rospigliosi.

Raphaël l'estimait fort, il lui envoya son portrait et quelques dessins
précieux; il disait aussi avec franchise et naïveté:

«En voilà un qui nous dépasserait tous, s'il avait pu contempler, comme
nous, les chefs-d'œuvre de l'art.»

Et pour que cet éloge parût plus sincère, tout partisan qu'il était de
l'antique, il exposa plusieurs estampes du graveur allemand dans son
atelier.

Bernard Palissy connaissait et estimait les gravures d'Albert Dürer;
voici ce qu'il en dit dans son livre intitulé: _de l'Art de terre_.

«As-tu pas veu aussi combien les imprimeurs ont endommagé les peintres
pourtrayeurs sçavans? J'ay souvenance d'avoir veu les histoires de
Notre-Dame imprimées de gros traits, après l'invention d'un Alemand nommé
Albert, lesquelles histoires vindrent une fois à tel mepris, à cause de
l'abondance qui en fut faite, qu'on donnait pour deux liards chascune
desdites histoires, combien que la pourtraiture fust d'une belle
invention[2].»

  [2] OEuvres de Bernard Palissy, page 10 (_édition
  Ruault_,--1777); dans une note, on lit ceci: «En 1777, les pièces
  capitales se vendent jusqu'à 15 et 16 livres.» Que dirait donc
  l'auteur de la note, s'il savait que j'en ai vu vendre une,
  dernièrement, 1,200 francs?

Albert Dürer est né à Nuremberg, le 20 mai 1471, au moment où cette ville
était dans toute sa splendeur; mais cédons la parole au chef de l'école
allemande et laissons-le se présenter lui-même tenant toute sa famille
par la main.

Nous traduisons mot à mot les notes de famille, recueillies par Albert
Dürer et laissées dans ses papiers. Elles diront mieux qu'on ne l'a fait
jusqu'à ce jour l'origine et les commencements du célèbre artiste.

Nous sommes tellement sûrs que rien de ce qui a été écrit par un homme
comme Albert Dürer ne peut être indifférent au public, que nous donnons
ces notes sans en élaguer les passages qui pourraient peut-être paraître
un peu longs, s'ils venaient d'un personnage moins sympathique.


NOTES DE FAMILLE

RECUEILLIES PAR ALBERT DURER.


Moi, Albert Durer le jeune, j'ai appris par les papiers que j'ai trouvés
chez mon père, où il est né, comment il est venu à Nuremberg et comment
il est mort saintement.

Que Dieu lui soit miséricordieux! _Amen!_


ANNÉE 1524.

Albert Dürer le vieux est né dans le royaume de Hongrie, près de Jula, à
8 milles au-dessous de Wardein, dans un petit village appelé Eytas, où sa
famille élevait des bœufs et des chevaux.

Mon grand-père se nommait Antony Durer; jeune encore, il vint habiter
Jula et se mit en apprentissage chez un orfévre. Il épousa une jeune
personne appelée Élisabeth dont il eut une fille, Catharina, et trois
garçons. L'aîné, mon père, est aussi devenu un très-honnête et
très-habile orfévre. Ladislas, le second, se fit sellier; il est le père
de mon cousin Nicolas Durer qui demeure à Cologne et qu'on appelle
Nicolas le Hongrois; il a appris le métier d'orfévre à Nuremberg chez mon
père. Le troisième fils, Jean, eut la permission d'étudier; il fut
ordonné prêtre et desservit pendant plus de trente ans la cure de
Wardein.

Mon père, Albert Durer, est d'abord venu en Allemagne, puis il a séjourné
assez longtemps dans les Pays-Bas, où il a vécu dans l'intimité des
grands artistes, et définitivement il s'est fixé à Nuremberg, l'an 1454,
à la Saint-Louis, le jour même que Philippe Pirkeimer avait choisi pour
faire ses noces sur les remparts; on dansa longuement et allégrement sous
les grands tilleuls.

Mon cher père entra chez Jérôme Haller qui est devenu depuis mon
grand-père; il est resté à son service jusqu'en 1467. Alors il lui
demanda la main de sa fille Barbara, une jeune personne jolie et
éveillée, à peine âgée de quinze ans. Haller la lui accorda et les noces
furent faites huit jours avant _viti_.

Il est bon de savoir que ma grand'mère maternelle était fille d'Oellinger
de Weissenburg, et qu'elle s'appelait Cunégonde.

Du mariage de mon cher père et de ma chère mère sont nés les enfants dont
les noms suivent:

_Tout ce qu'on va lire maintenant, je l'ai copié mot à mot dans le livre
de mon père._

I.--L'année 1468 après la naissance de Jésus-Christ, le jour de
Sainte-Marguerite, ma femme Barbara accoucha de ma fille aînée. La
vieille Marguerite de Weissenburg fut sa marraine; elle donna à l'enfant
le nom de sa mère.

II.--_Item._ En 1470, à la Sainte-Marie du carême, vers deux heures du
matin, ma femme accoucha d'un fils. Il fut tenu sur les fonts par
Frédéric Roth de Bayreuth, qui l'appela Hans[3].

  [3] Jean.

III.--_Item._ L'année 1471, à six heures du soir, un vendredi de la croix
(la semaine avant la Pentecôte), le jour de Sainte-Prudence, un autre
fils nous arriva. Son parrain Antoine Koberger[4] le nomma Albert, pour
m'être agréable.

  [4] Célèbre imprimeur de Nuremberg.

IV.--_Item._ En 1472, vers trois heures du matin, à la Saint-Félix, ma
femme me donna un quatrième enfant. Il se nomma Sebald, comme son
parrain, Sebald Hotzle.

V.--_Item._ En 1473, le jour de Saint-Ruppert, à six heures, Barbara
accoucha d'un cinquième enfant que son parrain, Hans Schreiner de Laufer
Thor, appela Jérôme, comme mon beau-père.

VI.--_Item._ L'année 1474, à la Saint-Domitien, vers sept heures, ma
femme me donna mon sixième enfant. Son parrain Ulric Mank, l'orfévre, le
nomma Antoine.

VII.--_Item._ En 1476, à la Saint-Sébastien, vers une heure, Barbara me
fit cadeau d'une fille. Sa marraine, demoiselle Agnès Bayrin, lui donna
son nom.

VIII.--_Item._ A une heure de là ma femme accoucha, au milieu de douleurs
intolérables, d'une seconde fille que l'on crut devoir baptiser
immédiatement. On lui donna le nom de Marguerite.

IX.--_Item._ En 1477, le premier mercredi après la Saint-Louis, ma
ménagère me donna encore une fille, qui s'appela Ursule comme sa
marraine.

X.--_Item._ L'année 1478, à trois heures de la nuit, le lendemain de
Saint-Pierre et Saint-Paul, Barbara accoucha d'un fils que son parrain,
Hans Sterger, un ami de Sohmbachs, nomma Hans.

XI.--_Item._ En 1479, à trois heures du matin, à la Saint-Arnold, un
dimanche, ma femme me fit présent d'une fille à qui Agnès Fritz-Fischer,
sa marraine, donna son nom.

XII.--_Item._ L'année 1481, à une heure, le jour de Saint-Pierre, Barbara
mit au monde notre douzième enfant,--un garçon.--Nicolas, le commis de
Josse Haller, fut son parrain et l'appela Pierre.

XIII.--_Item._ En 1482, à quatre heures du matin, le mardi avant la
Saint-Bartholomé, ma femme accoucha d'un enfant du sexe féminin.--Sa
marraine, Catherine, la fille de Brintwar, lui donna son nom.

XIV.--_Item._ En 1484, le jour de la Saint-Marc, à une heure après
minuit, Barbara me donna mon quatorzième enfant; il s'appelle André,
parce que son parrain André Stromayer a voulu lui donner son nom.

XV.--_Item._ L'année 1486, la veille de la Saint-Georges, à midi, ma
femme accoucha d'un fils; Sebald de Lochheim fut son parrain et l'appela
Sebald.

C'est le second de mes enfants qui porte ce nom.

XVI.--_Item._ En 1488, le vendredi avant l'Ascension, à midi, Barbara mit
au monde une fille, à qui sa marraine, la femme de Bernard Walter, donna
le nom de Christine, qu'elle portait elle-même.

XVII.--_Item._ L'année 1490, le dimanche du Carnaval, à deux heures après
minuit, ma femme donna le jour à un enfant du sexe masculin; M. George,
le digne vicaire de Saint-Sebald, fut son parrain et l'appela Hans.

C'est le troisième de mes enfants qui porte ce nom.

XVIII.--_Item._ En 1492, le jour de la Saint-Cyriac, à deux heures avant
le soir, Barbara me donna mon dix-huitième et dernier enfant. M. Charles
d'Oehsenfurt, son parrain, l'appela Charles.

A l'heure qu'il est, presque tous ces frères et sœurs, enfants de mon
cher père, sont morts, les uns tout jeunes, les autres un peu plus tard.
Trois d'entre nous ont survécu et vivront tant qu'il plaira à
Dieu.--C'est mon frère André[5], mon frère Jean[6], et moi, Albert.

  [5] Celui-ci a survécu à Albert, et fut son héritier.

  [6] Jean fut peintre du roi de Pologne.

Albert Durer le vieux a passé sa vie au milieu des plus grandes
privations et des plus rudes labeurs. Pour nourrir sa femme et élever ses
enfants, il n'avait pas d'autres ressources que le travail de ses mains.
Aussi n'a-t-il jamais été bien riche.--Mais comme il eut le courage de
supporter honorablement et chrétiennement l'adversité, il fut loué et
estimé de tous ceux qui l'ont connu. Il fut un homme patient, pieux et
doux; plein de bienveillance pour tout le monde et très-reconnaissant
envers Dieu, malgré sa misère. Il fuyait les plaisirs, n'aimait pas la
société et parlait fort peu.

Mon cher père avait grand soin de ses enfants, qu'il élevait d'une façon
très-convenable, afin qu'ils fussent agréables à Dieu et aux hommes; il
nous recommandait sans cesse d'honorer le souverain créateur de toutes
choses et de vivre honnêtement avec notre prochain.

Il nous aimait tous, mais il avait principalement de l'affection pour
moi. Voyant que j'étais studieux, il me laissa aller à l'école; quand je
sus lire et écrire, il me fit rester à la maison et m'apprit l'état
d'orfévre. Je travaillai bientôt très-convenablement. Cependant, mon
inclination me portait vers la peinture; je m'en expliquai avec mon père,
qui me reçut d'abord fort mal; il regrettait le temps que j'avais perdu à
apprendre l'état d'orfévre; il céda néanmoins à mes instances, et l'année
1486, le jour de la Saint-André, il me plaça pour trois ans comme
apprenti chez un grand peintre, nommé Michel Wohlgemuth[7].

  [7] Né à Nuremberg en 1434, mort en 1519 dans sa ville natale. On
  l'appelle généralement le Pérugin du Raphaël de l'Allemagne.
  Lorsque Albert Dürer entra chez Michel Wohlgemuth, ce peintre
  illustrait la _Chronique de Nuremberg_, livre célèbre, qui fut
  imprimé, pour la première fois, en 1493, par le parrain d'Albert,
  Antoine Koberger.

[Illustration: ALBERT-DURER, P. AH. CABASSON, D. TAMISIER. Sc.]

Pendant ces trois ans, Dieu me donna un grand courage; aussi mes progrès
furent rapides,--mais j'eus beaucoup à souffrir de mes condisciples, qui
auraient voulu en savoir plus que moi en travaillant moins.

Quand mon apprentissage fut terminé, mon père me fit voyager; je restai
absent jusqu'au jour où il lui plut de me rappeler. En 1490, après
Pâques, je partis de nouveau, et je revins en 1494. Quand je fus à la
maison depuis quelques jours, Hans Frey proposa à mon père de me
donner sa fille Agnès, avec une dot de 200 florins;--il accepta, et les
noces furent faites le lundi avant la Sainte Marguerite de la même année.

Peu de temps après mon mariage, mon père tomba malade d'une dyssenterie,
contre laquelle personne ne put rien.--Voyant approcher son heure
dernière, il se résigna, me recommanda ma mère, et nous supplia de
continuer à vivre en honnêtes gens; il reçut les saints sacrements et
mourut en vrai chrétien, en 1502, la veille de la Saint-Matthieu, vers
minuit, comme je l'ai déjà écrit longuement dans un autre livre. Dieu
veuille avoir son âme! Je pris mon frère Hans chez moi, et nous mîmes
André en pension.

Deux ans après la mort de mon père, je pris aussi ma mère avec moi, car
elle n'avait plus rien. En 1513, elle tomba subitement malade.

Sa maladie dura une année entière, et elle fut mourante du premier au
dernier jour, le 17 mai 1514, deux heures avant la nuit; après avoir été
administrée, elle succomba.

J'ai prié Dieu de l'avoir en sa sainte garde.

En 1521, le dimanche avant la Saint-Barthélemy, dix-huitième jour du mois
d'août, ma chère belle-mère se mit au lit, et le 29 septembre, à neuf
heures de la nuit, elle mourut pieusement.

En 1523, à la fête de la Présentation, de grand matin, est mort, après
avoir reçu les saints sacrements, mon honoré beau-père Hans Frey, qui a
été malade près de six longues années, et qui a aussi eu à essuyer de
grandes adversités dans cette vie.

Dieu tout-puissant, sois-lui miséricordieux!


Rien dans les papiers de Dürer ne dit positivement où il a voyagé de 1490
à 1494; mais Roth (J.-F.), diacre de l'église Saint-Jacques à Nuremberg,
dans un livre intitulé _Leben Albrecht Dürer_, publié en 1791, nous dit:
«En 1490, Albert Dürer voyagea à travers l'Allemagne, les Pays-Bas et
poussa jusque dans la Vénétie.»

Une phrase de la deuxième lettre à Pirkeimer nous fait penser que Roth a
raison; du reste un voyage de Nuremberg à Venise était chose très-peu
extraordinaire à la fin du XVe siècle. Les relations des deux villes
étaient très-suivies; une grande quantité de marchands de Nuremberg
avaient une succursale de leur maison à Venise, et un messager partait
chaque semaine de Nuremberg et un autre de Venise.

Beaucoup de jeunes gens visitaient l'Italie pour compléter leurs études;
ajoutons que l'on voit dans une des gravures du maître, faite avant 1506,
une gondole comme celles que l'on ne rencontre que sur l'Adriatique, et
le marinier la conduit trop bien à la façon des Vénitiens, pour n'avoir
pas été dessiné d'après nature.

Sandrart assure qu'il séjourna dans les Pays-Bas; mais dans ses notes de
voyage, Albert Dürer ne fait pas une seule fois allusion à une visite
antérieure.

En 1492, il traversa Colmar, nous dit Scheurl, qui prétend le tenir
d'Albert Dürer lui-même; il fut fort bien reçu par les trois frères de
Martin Schongauer (Martin le Beau), mais il eut le regret de ne pas voir
le célèbre artiste qui, le premier, osa s'affranchir de l'imitation des
peintres hollandais et remplacer la roideur et la sécheresse par la
distinction et la grâce. Il était mort depuis quatre ans.

De 1494 à 1505, Albert Dürer ne quitta pas Nuremberg, sa ville natale; il
y vécut à l'ombre, dans l'étude, sans autre distractions que ses longs
entretiens avec son ami Pirkeimer, qu'il appelait son second père et qui
était un peu son professeur, à leur insu à tous les deux.

J'ai visité sa triste maison[8]; j'y ai rencontré à chaque pas l'ombre
exécrée de sa femme, cette abominable Agnès Frey, si belle, si honnête,
si pieuse, si acariâtre, si intolérante et si avare. J'avais le cœur
gros en pensant à ce qu'avait dû souffrir ce pauvre homme de génie
pendant les longues années qu'il a passées avec ce monstre charmant qui
le tuait à petit feu.

  [8] Cette maison ou plutôt cette cage n'est intéressante que
  parce qu'elle a été habitée par le célèbre artiste pendant la
  plus grande partie de sa vie, et qu'il y a composé presque tous
  ses chefs-d'œuvre.--Elle est située à l'extrémité de la rue
  Albert Dürer et porte le numéro 376. Les murs sont construits
  avec des soliveaux entre-croisés, dont les intervalles sont
  remplis par la maçonnerie; les fenêtres sont nombreuses et
  larges; elle est coiffée d'un énorme toit rouge percé d'une
  grande quantité de lucarnes longues et basses comme ses voisines,
  dont elle n'a pas l'air de chercher à se distinguer.

  La tradition rapporte que, sur le pignon, à la hauteur du premier
  étage, s'avançait autrefois en saillie une loge vitrée qui servait
  d'atelier au maître; elle a été démolie, parce qu'elle menaçait
  ruine, et on a eu le tort de ne pas la reconstruire.

  La ville de Nuremberg a acquis cette maison et lui a donné une
  noble destination en la réservant aux assemblées de la _Société
  Albert Dürer_ et aux expositions permanentes d'objets d'art.--Les
  étrangers qui désirent visiter ce pieux souvenir historique sont
  fort bien accueillis par un artiste délégué, qui leur montre avec
  une grâce parfaite le rez-de-chaussée où Dürer faisait poser ses
  modèles; la grande salle du premier étage où le maître recevait
  ses élèves et ses amis, après ses longues journées de labeur,
  lorsque la belle Agnès l'autorisait à ne pas travailler le soir,
  ce qui était fort rare; et enfin le second étage où on voit la
  chambre à coucher d'Albert Dürer. C'est un réduit situé sur la
  cour, où le soleil n'a jamais daigné venir le saluer, et où un
  homme de moyenne taille peut à peine se tenir debout. Si j'offrais
  à mon domestique quelque chose de pareil, il m'aurait bientôt
  donné mon compte.

Vers la fin de 1505, il partit pour Venise où il séjourna un an environ;
c'est de là qu'il adressa à Bilibald Pirkeimer les huit lettres intimes
que l'on trouvera plus loin.

De 1506 à 1520, il ne sortit guère de son atelier.

En 1520, il fit dans les Pays-Bas le célèbre voyage dont nous publions
ici _in extenso_ la relation.

A son retour en Allemagne, Albert Dürer reprit sa vie de travail presque
en tête-à-tête avec son acariâtre épouse, car la mégère avait réussi à
faire le vide autour de lui; mais une telle existence ne pouvait être
longue. Le 6 avril 1528, le pauvre grand homme mourut d'épuisement et de
chagrin, dans toute la force de son talent, à l'âge de 57 ans, sans
enfants, laissant ses objets d'art à son frère André et sa fortune à sa
femme, que ses compatriotes auraient tant voulu voir déshériter.

La mort d'Albert Dürer affligea sérieusement ses nombreux amis.

Nous avons cité des fragments de lettres, citons aussi quelques mots
d'Érasme, qui était lié avec lui, mais qui était avant tout philosophe:

_Quid attinet Dureri mortem deplorare, quum simus mortales omnes?
Epitaphium illi paratum est in libello meo._

Traduction:

A quoi bon pleurer la mort d'Albert Dürer, puisque nous sommes tous
mortels? Je lui ai fait une épitaphe dans mon petit livre.

Avons-nous besoin de dire à ceux qui connaissent le cœur humain
qu'Albert Dürer était admiré plus par les princes[9] que par ses
égaux,--par les étrangers que par ses compatriotes, prouvant ainsi une
fois encore l'éternelle vérité du proverbe: _Nul n'est prophète en son
pays._

  [9] Un jour, l'empereur Maximilien fit pour Albert Dürer ce que
  Charles-Quint fit plus tard pour le Titien, et François Ier pour
  Benvenuto Cellini, il maintint en équilibre l'échelle sur
  laquelle le peintre était monté, et dit aux gentilshommes de sa
  suite: «Vous le voyez, messieurs, le génie d'Albert Dürer le
  place même au-dessus de l'empereur.»

  Un autre jour, Albert Dürer, dessinant sur une muraille, allait
  devoir interrompre son travail, parce qu'il ne se trouvait plus
  assez élevé, lorsque l'empereur Maximilien, qui était présent,
  ordonna à un de ses gentilshommes de se poser de façon que
  l'artiste pût se servir de lui pour s'exhausser. Le gentilhomme
  représenta humblement qu'il était prêt à obéir, bien qu'il trouvât
  cette posture fort humiliante; il ajouta qu'on ne pouvait guère
  plus avilir la noblesse, qu'en la faisant servir de marchepied à
  un peintre.

  «Ce peintre, reprit l'empereur, est plus que noble par ses
  talents; je peux d'un paysan faire un noble, mais d'un noble je ne
  ferais jamais un artiste comme Albert Dürer.» Le soir même, Albert
  Dürer fut anobli par l'empereur, qui lui donna pour armes trois
  écussons d'argent, deux en chef et un en pointe sur champ d'azur.

  Nous laissons la responsabilité de ces anecdotes à Karle de
  Mander, qui a fait des comédies charmantes et des fables fort
  spirituelles, dont il s'est un peu trop souvent souvenu quand il a
  écrit son histoire des peintres.

[Illustration: Leon Gauchenel Sct.
  LA SAINTE TRINITE
  Dessin d'ALBERT DURER
  Collection de M. F. Reiset Imp. A. Salmon
  Gazette des Beau-Arts]

Voici deux lettres qui attestent suffisamment ce que j'avance:


LETTRE DE L'EMPEREUR MAXIMILIEN

AUX MAGISTRATS DE LA VILLE DE NUREMRERG.

«Honorables et chers fidèles,

«Le soin qu'a toujours montré notre fidèle Albert Dürer dans l'exécution
des dessins et des gravures que nous lui avons demandés; l'offre qu'il a
faite de continuer de nous servir avec le même zèle, et dont nous
avons ressenti un plaisir tout particulier; sa célébrité bien connue
entre tous les peintres, nous ont fait résoudre de lui venir en aide et
de le récompenser par une faveur toute spéciale.

»Nous vous demandons donc avec instances sérieuses de vouloir bien
l'exempter de tout impôt communal de ville et de toute autre
contribution, en témoignage de notre amitié pour lui et en faveur de son
art merveilleux auquel il est juste qu'il puisse s'adonner librement.

«Nous espérons que dans aucun cas vous ne refuserez la demande que nous
vous adressons, comme du reste il est convenable que vous le fassiez,
tant pour nous être agréables, qu'en considération de l'art dont il
importe de favoriser le développement parmi vous.

«Vous reconnaîtrez ainsi la bienveillance particulière que nous vous
avons toujours témoignée à vous et à votre ville.

«Donné dans notre ville impériale de Landau, le douzième du mois de
décembre 1512, de notre règne le vingt-septième.»

_Ad mandatum Dmi imperatoris Mppria._


LETTRE D'ALBERT DURER

AUX MAGISTRATS DE LA VILLE DE NUREMBERG.

«Honorables, sages et gracieux seigneurs,

«Par mes travaux et avec l'aide de Dieu, pendant une longue suite
d'années, j'ai acquis la somme de mille florins du Rhin, que je voudrais
placer pour mon entretien.

«Comme je sais que vous n'avez pas l'habitude de donner un intérêt
très-élevé, et que vous avez souvent refusé un florin sur vingt, j'ai
hésité longtemps à vous demander ce service; je m'y suis cependant
résolu, par besoin d'abord, et aussi en songeant à la faveur toute
particulière avec laquelle vos seigneuries m'ont traité en toute
circonstance.

«Vos seigneuries savent combien j'ai été dévoué et prêt à rendre service
au conseil, dans les affaires publiques et particulières, partout où il a
eu besoin de moi.

«Dans notre ville, pour ce qui est de mon art, j'ai travaillé plus
souvent gratis que pour de l'argent, et, depuis trente ans que j'habite
ce pays, je puis le dire avec vérité, les travaux dont j'ai été chargé ne
se sont pas élevés à 500 écus; somme peu considérable et sur laquelle je
n'ai pas eu un cinquième de bénéfice.

«J'ai gagné ma fortune, je veux dire ma pauvreté, qui, Dieu le sait, m'a
été amère et m'a coûté bien des labeurs, avec les princes, les seigneurs,
et d'autres personnes du dehors. Je suis le seul de cette ville qui vive
de l'étranger.

«Vos seigneuries n'ont pas oublié que feu l'empereur Maximilien, de
glorieuse mémoire, m'avait exempté des charges de cette ville,--de son
propre mouvement, et pour reconnaître les loyaux services que je lui
avais rendus; depuis, j'ai renoncé à ce privilége, suivant les avis de
quelques-uns des membres les plus anciens du conseil; je l'ai fait en
l'honneur de mes maîtres et pour me conserver leurs bonnes grâces.

«Il y a dix-neuf ans, le doge de Venise m'écrivit de venir demeurer dans
cette ville, en m'offrant 200 ducats par an de provision.

«Plus tard, la commune d'Anvers, pendant le peu de temps que je suis
resté dans les Pays-Bas, m'a aussi offert 300 florins de Philippe par an,
et elle y ajoutait le don d'une belle maison.

«Dans l'une comme dans l'autre ville, tous mes travaux m'eussent été
payés à part.

«J'ai refusé tout cela par l'inclination et l'amour particulier que
j'ai pour vos seigneuries, pour notre ville et pour ma patrie. J'ai
préféré vivre simplement ici, que d'être riche et puissant ailleurs.

[Illustration]

«Je vous prie donc respectueusement de prendre en considération toutes
ces choses, d'accepter les mille florins, que j'aime mieux savoir entre
vos mains que partout ailleurs, et de m'en donner, comme une grâce
particulière, cinquante florins d'intérêt par an, pour moi et ma femme
qui, tous deux, devenons de jour en jour vieux, faibles et infirmes.

«Je reconnaîtrai en cela l'intérêt que votre sagesse m'a témoigné jusqu'à
ce jour et que je m'efforcerai sans cesse de mériter.

«De vos seigneuries, le très-dévoué concitoyen,

    «ALBERT DURER.»

Nous l'avons dit, nous le répétons, lorsqu'en 1528 la mort vint frapper
Albert Dürer, il était arrivé à l'apogée de son génie.--Sa manière
s'éloignait de plus en plus des peintures flamandes et allemandes, pour
se rapprocher de celles des grands maîtres de l'Italie, qu'il allait
peut-être égaler bientôt. Les lettres de Mélanchthon nous apprennent
qu'Albert Dürer disait lui-même n'avoir connu la vraie beauté de la
nature que fort tard; il comprit alors que la simplicité est le plus bel
ornement de l'art. Il soupira en songeant à ses premières œuvres si
compliquées, et il se plaignit de ne pouvoir plus atteindre son admirable
modèle[10].

  [10] Memini virum excellentem ingenio et virtute Albertum Durerum
  pictorem dicere, se juvenem floridas et maxime varias picturas
  amasse, seque admiratorem suorum operum valde lætatum esse,
  contemplando hanc varietatem in sua aliqua pictura.

  Postea se senem cœpisse intueri naturam, et illius nativam faciem
  intueri conatum esse.

  Quam cum non prorsus adsequi posset, dicebat se jam non esse
  admiratorem operum suorum ut olim, sed sæpe gemere intuentem suas
  tabulas et cogitare de infirmitate sua, etc., etc.

    (_Epistolæ Ph. Melancthonis._, Ep. XLVII, page 42.)
Albert Dürer est un grand peintre, mais c'est surtout à son œuvre
gravé qu'il doit le premier rang qu'il occupe dans l'art.

Comme graveur, personne ne peut lui être comparé, ni Marc-Antoine, ni
Lucas de Leyde, ni Martin Schongauer, qui a été son premier maître, en
dépit de l'éloignement, en dépit de la mort même qui l'enlevait le jour
où Dürer père se décidait à envoyer son fils à Colmar pour suivre ses
leçons.--C'est donc à la fin prématurée de cet homme, justement célèbre,
que Wolhgemuth doit l'honneur d'avoir conservé un élève qui l'a fait
connaître plus que ses ouvrages.

Comme Martin Schongauer, le maître de Colmar, Albert Dürer réunit autour
de lui de nombreux élèves: Hans Springinklie et Hans Schauflein, qui ont
fourni d'admirables dessins aux graveurs sur bois; Barthélemy Beham, son
cousin, Hans-Sebald Beham, Georges Penz, Henri Aldegraever, Jacob Binck,
Albert Altdorfer, Hans Wagner de Kulmback, Mathias Gruenewald et Melchior
Feselen, qui se servirent avec un égal talent du burin et du pinceau.
Mais à la mort du maître, tous, excepté Henri Aldegraever, abandonnèrent
la manière purement allemande; trois d'entre eux se firent même admettre
dans l'atelier de Marc-Antoine et contribuèrent, après leur retour en
Allemagne, à y répandre le style italien.

Albert Dürer fut enterré à Nuremberg, dans le cimetière Saint-Jean, à
quelques pas du Calvaire sculpté par Adam Kraft pour le compte du
praticien Martin Kœtzel[11].

  [11] En 1477, un patricien de Nuremberg, nommé Martin Kœtzel,
  fit un voyage en Palestine. Pendant son séjour en Terre Sainte,
  il compta le nombre de pas qui séparent la maison de Pilate du
  Golgotha. Son dessein était de mesurer une distance égale, à
  partir de sa maison de Nuremberg jusqu'au cimetière Saint-Jean,
  et de faire sculpter, par l'illustre statuaire Kraft, sept
  stations dans l'intervalle et un calvaire avec le Christ, et les
  deux larrons à l'extrémité.--Qu'arriva-t-il?--Le patricien
  perdit-il la mémoire ou ses notes? On l'ignore. Ce que l'on sait,
  c'est que, revenu chez lui, il n'avait plus ses mesures. Onze ans
  après, en 1488, il entreprit un nouveau pèlerinage pour pouvoir
  faire de nouveau son calcul sur place, et au retour il fut assez
  heureux pour trouver Adam Kraft plein de vie et dans toute la
  force de son talent. Cette fois, il ne perdit pas une seconde,
  son œuvre pie fut exécutée et fort bien, si l'on en juge par les
  morceaux que le temps n'a pas dévorés.

Pirkeimer fit inscrire ces mots sur la tombe de son ami:

              _Me. al. du.
    Quidquid Alberti Dureri mortale
    fuit, sub hoc conditur tumulo.
    Emigravit VIII. idus aprilis.
              M. D. XXVIII._

[Illustration]

Lorsque Sandrart visita le cimetière Saint-Jean à Nuremberg, il fut fort
ému en trouvant la tombe d'Albert Dürer délaissée et dans un état complet
de délabrement. Il s'en plaignit avec amertume, et ne s'en tint pas aux
plaintes comme cela arrive trop souvent; il eut la pieuse pensée de faire
réparer les dégâts et de graver sur une plaque de bronze cet éloge que
l'on peut lire encore aujourd'hui sur la pierre, qui n'a pas été changée
depuis 1681:

      _Vixit Germaniæ suæ decus
            Albertus Durerus,
      Artium lumen, sol artificum,
    Urbis patriæ nor. Ornamentum,
      Pictor, chalcographus, sculptor
        Sine exemplo, qui omniscius
          Dignus inventus exteris,
        Quem imitandum censerent,_
    _Magnes magnatum, eos ingeniorum
      Post sesquiseculi requiem,
        Quia parem non habuit,
      Solus hic cubare jubetur,
        Tu flores sparge viator.
          A. R. S. MDCLXXXI.
            Opt. mer. F. cur.
              J. DE. S._

A côté de cette légende latine s'en trouve une seconde en vers allemands:

  _Die ruhe Künsler Fürst du mehr als grosser Mann
    In Vielkunst hat es dir noch keiner gleich gethan
  Die Erd ward ausgemalt der Himmel dich jetzt hat
Du maltest (malest) Heilig pum dort an der Gottes stadt
    Die Bau-Bild-Malerkunst die neppen Dich Patron
      Und setzen dir nun auf im Tod die Lorbeerkron_

Traduction:

  Repose ici, prince des artistes, toi qui fus le plus grand des hommes.
      Dans plus d'un art, personne ne t'a encore égalé;
    Tu as peint la terre, et maintenant le ciel te possède;
      Devenu saint, tu peins là-haut dans la cité de Dieu.
Les maîtres de l'architecture, de la sculpture et de la peinture te
  nomment leur maître
     Et maintenant, dans la mort, te couronnent de lauriers.

En 1840, la Bavière reconnaissante a élevé un monument à la mémoire
d'Albert Dürer, dont le génie multiple fut l'étincelle qui illumina
l'Allemagne entière et la fit, à la fin du XVe siècle, la rivale sérieuse
de l'Italie.

Au bas de la rue de la Montagne (Berg-Strasse), entre la maison de Pilate
et la maison d'Albert Dürer, on voit une statue de onze pieds de haut,
modelée, à Berlin, par Rauch, et fondue, en 1839, à Nuremberg.

Albert Dürer est vêtu d'une longue robe fourrée de belles pelleteries; il
porte les cheveux pendants sur ses épaules, en boucles soyeuses. Quant au
caractère de la figure, le sculpteur s'est inspiré des nombreux portraits
peints par le maître lui-même.

Les personnes qui ne connaîtraient que le portrait de face, que l'on voit
aujourd'hui à la pinacothèque de Munich, admettraient peut-être
difficilement d'abord les profils de la statue de Rauch.--On en pourrait
dire autant de celles qui n'auraient vu que celui du musée de Lyon, où
Albert Dürer s'est peint de trois quarts.--Dans l'un, le premier, il a
vingt-cinq ans à peine; il est pourtant déjà rêveur; sur son visage
amaigri et mystique, on n'aperçoit aucune saillie qui annonce la force;
tout est douceur et mélancolie. On le prendrait volontiers pour un des
disciples de Jésus-Christ, ou pour Jésus-Christ lui-même.

Dans l'autre, au contraire, on trouve une figure mâle, à laquelle les
arêtes vives du nez et les lignes nettes des lèvres et du front donnent
une incontestable expression de vigueur.

Rauch a pris un moyen terme entre ces deux types si dissemblables. Sa
statue est plus idéalisée que la peinture réaliste de Lyon, et moins
extatique que celle de Munich; c'est un chef-d'œuvre parmi les
chefs-d'œuvre du maître prussien.

Un mot encore avant de terminer cette étude, qui est déjà un peu bien
longue.

La gloire d'Albert Dürer est un tout éblouissant, mais dont les rayons
sont distincts: son imagination est inépuisable, sa naïveté est pleine de
grâce, sa touche est savante, son dessin est humain et vigoureux. Son
exécution est large et puissante; sous sa couleur délicate et vive on
discerne la science anatomique aussi facilement qu'on distingue la couche
calcaire d'un coquillage sous la nacre irisée qui la recouvre. Son
bonheur est extrême dans le choix de ses sujets; il y groupe savamment
les personnages; mieux que personne de son temps et du nôtre, il sait
allier dans les plis de ses draperies l'élégance et le goût à je ne sais
quelle grandeur sauvage; ses ciels sont lumineux comme son génie. Ses
paysages sont pittoresques et accidentés; on comprend, en les regardant,
que l'artiste est allé au delà de la réalité chercher, grâce à son
imagination, le doux rêve qu'il ne trouve pas sous son toit.

Les critiques n'ont pas manqué à sa gloire; on lui a reproché ses femmes
nues, qui sont plutôt une tristesse qu'une défaillance. Puis, comme si
l'honnête homme ne devait pas avoir souci d'achever son œuvre, on lui a
reproché encore le fini précieux de ses peintures: à notre époque, on lui
reprocherait d'être grand.

Ses portraits respirent la vie: nouveau Pygmalion, il les anime de par sa
volonté. La volonté d'un grand artiste n'est-elle pas une étincelle du
feu divin? Hélas! aussi puissant qu'il soit, ce souffle de Dieu
s'amoindrit et se dissipe en arrivant vers la terre; heureux les élus qui
savent, comme Albert Dürer, en garder les reflets pour étonner le monde
et faire rêver l'humanité!

    CHARLES NARREY.

[Illustration: AH-CABASSON, D. CH-JARDIN SC.]

[Illustration: BILIBALDI PIRKEYMHERI EFFIGIES AETATIS SVAE ANNO L III
VIVITVR INGENIO CAETERA MORTIS ERVNT M D XX IV ALBERT DURER SCULP. FAC
SIMILE DE A. DURAND. BILIBALD PIRKEYMHER. Gazette des Beaux Arts Imp A.
Salmon, Paris]



    LETTRES CONFIDENTIELLES
    D'ALBERT DÜRER
    A BILIBALD PIRKEIMER


    LETTRES CONFIDENTIELLES
    D'ALBERT DÜRER
    A BILIBALD PIRKEIMER[12]


LETTRE I.


[Illustration]

Mon cher monsieur Pirkeimer, je vous offre mes services et j'espère que
votre santé est meilleure que la mienne.--Je vous souhaite une bonne et
heureuse année à vous et aux vôtres. Pour ce qui est des perles et des
pierreries que vous m'avez chargé d'acheter, je vous annonce que je n'ai
rien pu trouver, même pour bon argent. Les Allemands ont tout accaparé,
et pour leur en racheter il faudrait les payer plus qu'elles ne valent,
car ils sont très-peu accommodants. Ce sont du reste les plus vilaines
gens que la terre ait portés[13]. Il ne faut pas compter sur eux pour le
moindre service, et des amis sérieux m'ont assuré qu'il est prudent de se
garer d'eux,--ils se moquent de tout, attendu qu'ils sont maîtres de la
place.--Tout le monde est d'accord pour déclarer que l'on trouve à
Francfort de plus beaux objets à meilleur prix qu'à Venise.

  [12] Willibald ou Bilibald Pirkeimer, sénateur de Nuremberg,
  homme de lettres distingué et l'un des amis intimes d'Albert
  Dürer.--Il a fait son portrait sur cuivre en buste vu de trois
  quarts avec cette épigraphe: _Bilibaldi Pirkeymheri. effigies.
  œtatis. suæ, anno_ L. III. _Vivitur. ingenio cætera. mortis
  erunt_ M. D. XX. IV. Ce portrait admirable est celui dont nous
  donnons, dans ce livre, une copie exécutée par M. Durand, d'après
  une épreuve de la collection de M. Ambroise-Firmin Didot. Dürer a
  aussi peint les armoiries de Pirkeimer, deux écus soutenus par
  deux génies ailés au-dessus desquels on lit: _Sibi et amicis_ P.,
  et dans la marge du bas: Liber _Bilibaldi Pirkeimer_: dans celle
  du haut est une inscription en hébreu, une seconde en langue
  grecque et la suivante en latin: _Initium sapientiæ timor
  Domini_.

  [13] Il parle certainement des Allemands qui habitent la
  _Giudecca_ ou _Zuecca_ (quartier des Juifs), dans l'île de
  _Spinalonga_.

Les livres que vous m'avez demandés sont expédiés, vous les recevrez
bientôt, et si vous avez besoin d'autres choses, faites-le moi savoir, je
me ferai un plaisir de vous les envoyer. Fasse le ciel que je puisse vous
rendre un jour un vrai service, car je reconnais que je vous dois
beaucoup. Je vous en prie, ne vous impatientez pas trop, cette dette me
préoccupe plus que vous, j'en suis certain. Si Dieu me vient en aide, je
vous payerai prochainement en vous conservant une éternelle
reconnaissance. Car les Allemands[14] m'ont commandé un tableau[15]
qu'ils me payeront cent dix florins rhénans, et je n'aurai que cinq
florins de frais.

  [14] Il veut parler sans doute d'une communauté allemande qui
  existait alors à Venise.

  [15] C'était le _Martyre de saint Bartholomé_. Ce tableau fut
  acheté plus tard par le roi de Bohême Rodolphe II, qui le plaça
  dans la galerie de Prague.

Je me mettrai à l'ouvrage tout de suite, j'esquisserai mon tableau en
huit jours, et dans un mois il pourra figurer sur l'autel. En épargnant
tout cet argent, je serai en mesure de vous payer, car je ne crois pas
qu'il soit nécessaire d'envoyer rien en ce moment à ma mère et à ma
femme. J'ai laissé à ma mère dix florins, elle en a reçu neuf ou dix pour
des objets d'art, le marchand de fil d'archal lui en a payé douze. Je lui
en ai encore envoyé neuf par l'entremise de Bastien Imhoff, et elle n'a
dû payer que sept florins à Gartner pour ses gages. Quant à ma femme, je
lui ai donné douze florins, elle en a reçu treize autres, ce qui fait
vingt-cinq. Je pense donc également qu'elle n'a besoin de rien; et s'il
lui manque quelque chose, le beau-frère n'a qu'à l'aider jusqu'à mon
retour; alors je le rembourserais intégralement.

Sur ce, je me recommande instamment à votre bon souvenir.

Datée de Venise, le saint jour des Rois 1506.

Saluez de ma part Étienne Baumgartner et les autres personnes qui
s'informeront de moi.

    ALBERT DURER.



LETTRE II.


Je vous présente mes respects, mon cher monsieur Pirkeimer, j'espère que
vous jouissez d'une bonne santé, et je le souhaite aussi sincèrement que
s'il s'agissait de la mienne propre.

Je vous ai écrit dernièrement, faites-moi savoir si ma lettre vous est
parvenue. Ma mère m'a grondé parce que je ne vous envoyais pas de mes
nouvelles, et elle m'a donné à entendre que vous étiez furieux contre
moi.

Voici mon excuse: je suis paresseux quand il s'agit d'écrire, je croyais
que ma lettre ne vous trouverait pas chez vous, et enfin j'avais
recommandé à _Castel_, le messager, de vous présenter particulièrement
mes hommages. Je vous prie donc humblement de me pardonner, car je n'ai
pas d'autre ami que vous en ce monde.

Je ne crois pourtant pas que vous soyez sérieusement irrité contre moi,
car je vous considère comme un second père.

Je voudrais que vous fussiez à Venise auprès de moi, vous trouveriez une
quantité de joyeux compagnons parmi les Italiens qui s'attachent de plus
en plus à moi. Ce sont des gens de cœur, d'un commerce agréable,
instruits, honorables, et bons musiciens. Ils m'ont en grande estime et
me témoignent beaucoup d'amitié. Par contre, il y en a parmi eux qui sont
les plus fieffés coquins du monde, mais des coquins bien séduisants, et
celui qui ne verrait que superficiellement les choses serait tenté
d'avoir d'eux la meilleure opinion. Je ris souvent dans ma barbe quand
ils me parlent; ils n'ignorent pas qu'on sait de belles méchancetés
d'eux, mais ils s'en moquent.

J'ai beaucoup d'excellents amis parmi les Italiens, qui m'engagent à ne
pas vivre trop familièrement avec leurs peintres.--Il est vrai que j'ai
aussi beaucoup d'ennemis qui critiquent mes ouvrages dans les églises et
partout où ils les trouvent. Ils disent qu'ils ne valent rien parce que
je ne peins pas à la manière antique, ce qui ne les empêche pas de les
copier. Giovani Bellini[16] a fait les plus grands éloges de mon talent
devant beaucoup de gentilshommes; il désire avoir une de mes œuvres, il
est venu me voir et il a insisté pour que je lui fisse une composition,
promettant de la bien payer. Plusieurs personnes considérables m'ont
assuré que c'est un homme excellent, et qu'il m'est très-favorable. Il
est vieux, excessivement vieux même; cependant aucun des peintres de
Venise ne peut se vanter d'être aussi vert que lui. Ce qui me plaisait il
y a onze ans ne me plaît plus aujourd'hui, je l'avoue franchement, bien
que cela paraisse extraordinaire.

  [16] Le plus jeune et le plus illustre des deux frères Bellini,
  le maître de Giorgion et du Titien.

  Il est né à Venise en 1426, il y est mort en 1516 et il y est
  enterré à côté de son frère Gentile, dans l'église des apôtres
  saint Jean et saint Paul.

Il y a ici des artistes qui ont beaucoup plus de talent que maître
Jacob[17]; Antoine Kolb seul jure ses grands dieux qu'il n'y a pas de
meilleur peintre au monde que Jacob. Ici on se moque de lui, et cependant
il reste de son opinion.

  [17] Albert Dürer parle-t-il de Jacob Walch ou de Jacob Elsner,
  l'artiste universel dont Neudörffer dit: «Ce Jacob Elsner était
  un homme d'un commerce agréable que les patriciens recherchaient
  fort. Il jouait admirablement du luth et vivait dans l'intimité
  des habiles organistes Sébastien Imhoff, Guillaume Haller et
  Laurent Stauber. Il peignit leurs portraits, illumina leurs beaux
  livres, dessina les blasons que l'empereur et les rois leur
  avaient donnés et fit nombre d'autres petits travaux pour eux.
  Personne de son temps ne savait peindre l'or comme lui.» Le
  docteur Frédéric Campe croit qu'il est question d'Elsner. «Albert
  Dürer, dit-il, parlerait avec plus de respect de son honorable
  prédécesseur Jacob Walch ou le Walche.» Le respect n'a rien à
  faire ici. Albert Dürer donne son opinion sur les peintres
  italiens, et s'il attaque quelqu'un, c'est Antoine Kolb, dont le
  zèle amical est en effet un peu bien exagéré.

  M. Passavant déclare nettement qu'il s'agit ici d'un tableau de
  Jacob Walch qui venait, grâce à Kolb, d'obtenir une situation
  auprès de Philippe de Bourgogne. Il ajoute qu'Albert Dürer avait
  peut-être sollicité cette situation. Pourquoi cette supposition
  toute gratuite? L'appréciation d'Albert Dürer n'était que juste.
  «Jacob Walch, dit Jacob de Barbarj, dit le Maître au caducée,
  avait du talent, mais il était loin d'égaler les maîtres
  italiens.» (Voir le travail de M. Émile Galichon sur ce peintre.
  _Gazette des Beaux-Arts_, t. XI, p. 314, no 456.)

J'ai commencé à travailler à mon tableau, c'est-à-dire que je l'ai
esquissé, mais mes mains ont été si malades qu'il m'a été impossible de
travailler sérieusement. J'ai laissé passer cette mauvaise disposition;
ne m'en veuillez pas et devenez rangé comme moi, mais vous ne voulez
jamais suivre mes conseils.

Mon cher, il me serait agréable de savoir si aucune des personnes que
vous aimez n'est morte, celle qui habite près de l'eau, ou celle qui
ressemble à ceci [Illustration] ou celle qui ressemble à cela
[Illustration] ou la fille de [Illustration].

Écrite à Venise, à 9 heures[18] du soir, le samedi après la Chandeleur,
1506.

Présentez mes services à Étienne Baumgartner, à Harstorfer et à Falkamer.

    ALBERT DURER.

  [18] Minuit et demi de notre temps.



LETTRE III.


Mes salutations empressées à mon cher monsieur Pirkeimer.

Je vous expédie en même temps que cette lettre la bague ornée d'un saphir
que vous m'avez demandée; il m'a été impossible de vous l'envoyer plus
tôt. Pendant deux jours j'ai couru chez tous les orfévres allemands et
italiens de Venise dans la compagnie d'un habile homme que j'ai défrayé;
nous avons longtemps cherché avant de trouver ce qu'il nous fallait, et à
la fin, en marchandant beaucoup, j'en ai acheté une pour dix-huit ducats
et quatre martzels à un particulier qui ne fait pas le commerce de bijoux
et qui la portait lui-même; il me l'a vendue pour me rendre service. Je
lui ai dit que c'était une acquisition que je faisais pour mon usage. Je
l'avais à peine payée qu'un orfévre allemand m'en a offert trois ducats
de bénéfice; j'espère donc que vous la trouverez à votre gré, car tous
ceux à qui je la montre prétendent que c'est une _pierre trouvée_, et
qu'en Allemagne on la payerait cinquante florins. Mais vous verrez bien
s'ils disent vrai ou s'ils mentent; quant à moi, je n'y connais rien.

J'ai acheté une améthyste à un ami intime pour douze ducats; il m'a volé
comme dans un bois, car elle n'en vaut pas sept. Mes camarades et moi
nous avons tant fait qu'il a consenti à rompre le marché, et je lui ai
payé un dîner au poisson. J'ai repris mon argent et je suis fort
satisfait de cet arrangement. De bons amis ont estimé la bague, et s'ils
ne se sont pas trompés, la pierre ne revient pas à plus de dix-neuf
florins rhénans, car elle pèse environ cinq florins d'or. Je n'ai donc
pas dépassé vos ordres, puisque vous m'avez écrit de ne pas dépenser plus
de quinze ou vingt florins.

Quant à l'autre pierre que vous m'avez demandée, je n'ai pas encore pu me
la procurer, mais je déploierai tout mon zèle à ce travail.

On me dit qu'en Allemagne on ne pourrait pas avoir ces pierres, même à la
foire de Francfort, car les Italiens les accaparent toutes aussitôt qu'il
y en a quelque part. Les marchands se sont moqués de moi lorsque je
leur ai offert deux ducats pour des jacinthes; écrivez-moi donc le
plus tôt possible, et dites-moi ce que j'ai à faire. J'ai vu un beau
diamant, je ne sais pas encore ce que l'on en demande; je vous
l'achèterai, si votre lettre m'en donne l'ordre.

Les émeraudes sont excessivement chères, mais on peut avoir une améthyste
de moyenne grandeur pour vingt ou vingt-cinq ducats.

D'après toutes les commissions que vous m'avez données, je présume que
vous avez pris une maîtresse. Prenez garde que ce ne soit un maître! Du
reste vous êtes assez grand et assez sage pour vous conduire.

Endres Künhoffer vous présente ses respects; il vous écrira sous peu de
jours; en attendant, il vous prie de l'excuser auprès de son maître s'il
ne reste pas à Padoue; il n'y a rien à apprendre là pour lui. Ne m'en
veuillez pas, je vous en prie, si je ne vous expédie pas toutes vos
commandes à la fois; malgré mon zèle il m'a été impossible de les
rassembler pour le départ du messager.

Mes amis vous conseillent de faire remonter la pierre: ils prétendent
qu'elle est belle et que la bague est vieille et démodée. Je vous prie
d'engager ma mère à m'écrire et à continuer ses bons rapports avec vous.
Sur ce, je me recommande à votre bonne amitié.

Venise, le deuxième dimanche du Carême 1506.

Rappelez-moi au souvenir de votre servante.


[Illustration]



LETTRE IV.


Avant tout j'offre mes services à mon cher ami Pirkeimer. J'ai reçu le
jeudi avant la semaine des Rameaux une lettre de vous, et la bague avec
l'émeraude. Je me suis rendu à l'instant chez l'homme de qui je la
tenais: il consent à me rendre mon argent, bien qu'il ne le fasse pas
volontiers; il prétend qu'il a été trompé lui-même par le bijoutier.

Mes amis m'ont assuré qu'une des deux autres bagues vaut bien six ducats
et qu'elles sont bien conditionnées et d'un or pur; ils ajoutent que vous
ne vous repentirez pas de l'affaire. Je ne me suis donc trompé que de
deux ducats sur les trois bagues. Du reste Bernard Holdtzbock voulait me
les prendre pour le prix d'achat.

Depuis je vous ai envoyé un saphir par Hans Imhoff. J'espère que vous
l'avez reçu. Je crois que j'ai fait une bonne affaire. On m'a offert un
bénéfice; c'est bien un hasard, car vous savez que personnellement je ne
connais pas la valeur de ces objets et que je suis obligé de me fier à
ceux qui me conseillent.

Décidément les peintres ne me veulent pas de bien; ils m'ont déjà fait
venir trois fois devant le magistrat, et cependant j'ai donné trois beaux
florins pour leur caisse.

J'aurais pu gagner beaucoup d'argent, si je n'avais pas entrepris le
tableau pour les Allemands. Cet ouvrage demande beaucoup de soin, et je
ne pourrai pas l'achever avant la Pentecôte; on ne m'en donnera pourtant
pas plus de quatre-vingt-cinq ducats, et cela se dépense vite.

J'ai acheté une foule d'objets et j'ai envoyé beaucoup d'argent chez moi,
de sorte qu'il ne m'en reste guère. Je vois bien que je ne pourrai pas
encore m'acquitter envers vous. Sans cette commande, j'aurais pu
facilement gagner cent florins, car, excepté les peintres, tout le monde
ici est excellent pour moi.

Quant à ce qui concerne mon frère, dites à ma mère qu'elle parle à mon
vieux maître Wohlgemuth; s'il a besoin de lui, qu'il soit assez bon pour
lui donner de l'ouvrage jusqu'à mon retour, ou qu'il aille en chercher
chez les autres. J'aurais bien voulu le prendre avec moi à Venise;
voyager lui aurait été très-utile, il aurait pu y apprendre la langue du
pays. Mais ma mère eût craint que le ciel ne tombât sur nous deux. Je
vous en prie, veillez à ce qu'il ne se perde pas avec les femmes. Causez
avec le gaillard et tâchez qu'il reste sage et raisonnable au moins
jusqu'à ma rentrée. Qu'il ne tombe pas à la charge de ma mère. Je ne peux
pas tout faire pour les miens, mais je suis prêt à faire ce qui dépend de
moi.

Pour ce qui est de moi personnellement, je ne suis pas inquiet; cependant
il n'est pas absolument facile de gagner sa vie ici, car personne n'aime
à jeter son argent par les fenêtres.

Dites, je vous prie, à ma mère, qu'elle veille à la vente des œufs de
Pâques[19]. Je pense du reste que ma femme aura eu soin de lui
transmettre toutes mes instructions, car je lui ai écrit à ce sujet.

  [19] La mère de Dürer faisait cuire des œufs et Hans les
  peignait. Cette coutume existe encore aujourd'hui à Nuremberg et
  à Prague. Ces œufs, qui sont artistement peints, amusent
  toujours les petits enfants et même les grandes personnes.

Je n'achèterai pas le diamant avant que vous ne m'ayez répondu à son
sujet. Je ne compte pas retourner à Nuremberg avant l'automne, même si
mon tableau était fini à la Pentecôte.

J'espère conserver une grande partie de ce que je gagnerai.

Comme je suis indécis sur le jour de mon départ, n'en dites rien à ma
femme, je lui écrirai de temps en temps: je reviens...

Ayez la bonté de répondre quelques mots à cette lettre.

Venise, le jeudi avant la semaine des Rameaux 1506.



LETTRE V.


Mes services à mon cher ami Pirkeimer.

Si votre santé est bonne, j'en suis fort aise; moi je me porte bien
aussi, et je travaille ferme; cependant je n'espère pas être prêt avant
la Pentecôte.

J'ai vendu toutes mes esquisses, sauf une seule. J'en ai donné deux pour
vingt-quatre ducats, et les trois autres pour trois bagues qui ont été
évaluées à vingt-quatre ducats, mais je les ai fait voir à mes amis qui
disent qu'elles n'en valent que vingt-deux. Comme vous m'avez écrit de
vous acheter des pierreries, j'ai cru vous être agréable en vous les
expédiant par Frantz. Faites-les estimer chez vous par des gens qui s'y
entendent, et conservez-les pour leur prix d'estimation. Si cependant
elles ne vous conviennent pas, retournez-les-moi par le prochain
messager. Car à Venise on m'offre douze ducats pour l'émeraude et dix
pour le diamant. Seulement, comme je ne désire pas perdre deux ducats, je
ne veux pas les donner. Je voudrais bien que vous pussiez venir en
Italie, mais je sais tout le prix de vos instants.

Le temps s'envole rapidement ici; il y a beaucoup de gens fort aimables
qui viennent me distraire dans mon atelier. Je puis consacrer si peu
d'heures à la peinture, que je suis parfois obligé de me cacher. Les
gentilshommes me veulent tous du bien; je n'en dirai pas autant des
peintres depuis qu'ils savent que je sais peindre.

Endres Künhoffer vous présente ses civilités; il vous écrira par le
prochain courrier.

Je me recommande à votre bon souvenir et je vous prie de dire à ma mère
que je suis très-étonné de rester si longtemps sans recevoir de ses
nouvelles; ma femme non plus ne m'écrit pas, je crois l'avoir perdue....
Je suis aussi très-chagrin de ne pas recevoir de lettres de vous, cher
monsieur. J'ai lu le billet que vous avez écrit à Bastien Imhoff, où vous
lui parlez de moi.

Soyez assez bon pour donner les deux lettres ci-incluses à ma mère.
Oubliez un peu ma dette, et soyez sûr que j'y penserai, moi, pour vous
payer honorablement.

Saluez de ma part Étienne Baumgartner et d'autres bons amis. Faites-moi
savoir si vos amours sont toujours de ce monde, et tâchez de pouvoir lire
mon écriture, car j'ai affreusement griffonné.

Faite à Venise le samedi avant le dimanche blanc[20]. Demain il est bon
de se confesser.

  [20] Le premier dimanche après Pâques.



LETTRE VI.


Magnifique seigneur Pirkeimer, très-grand et premier homme du monde,
votre serviteur et esclave Albert Dürer vous donne le salut[21]. Il est
enchanté et honoré d'apprendre que votre santé est excellente, mais il
s'étonne qu'un homme de votre sorte ne trouve que la grâce de Dieu pour
combattre le savant _Trasibul_[22] d'après ce que me dit votre lettre de
ce _monstre étrange_. J'ai eu peur, car cela me paraît en effet une
grande affaire.

  [21] La première partie de cette lettre est écrite un peu en
  italien de cuisine, un peu en espagnol, un peu en portugais et
  beaucoup en patois indéchiffrable.--Pirkeimer, qui était un homme
  fort instruit, a dû rire beaucoup en la recevant.--Voici le texte
  original, original est le mot.

  «Grandissimo primo homo de mondo, woster servitor ell schiavo
  Alberto Dürer disi salus suo magnifico miser Willibaldo Pircamer
  my fede el aldy Wolentiri cum grando pisir woster sanita et grando
  honor el my maraweio como ell possibile star uno homo cosi wu
  contra thanto sapientissimo Tirasibuly milites non altro modo nysy
  una gracia de dio quando my leser woster littera de questi strania
  fysa de catza my habe thanto pawra et para my uno grando kosa.»

  [22] Pirkeimer avait envoyé à son ami un dessin un peu intime, en
  effet.

Vous n'êtes donc pas devenu plus raisonnable. Vous faites toujours
l'aimable, mais y songez-vous donc, mon cher, l'amabilité vous sied comme
la civette aux lansquenets. Vous vous habillez de satin et vous vous
pavoisez de rubans pour courir les ruelles comme un étourdi; décidément
vous voulez devenir irrésistible, et vous croyez que tout est dit lorsque
vous êtes parvenu à plaire à quelques femmes de mœurs faciles. Si encore
vous étiez un homme comme moi, mais vous avez beaucoup de maîtresses, et
lorsque vous leur avez embrassé le bout des doigts, vous êtes sur les
dents pour un mois et plus. C'est vraiment bien la peine d'en changer si
souvent.

[Illustration: ALBERT DURER. AH CABASSON DEL. L. DUJARDIN SC.]

Je vous remercie de la façon dont vous avez traité mes affaires avec ma
femme, et j'avoue que vous êtes plein de sagesse. Si seulement vous
étiez aussi calme que moi, vous auriez toutes les vertus. Vous méritez
aussi des remercîments pour la loyauté que vous avez montrée à propos des
bagues. Après tout, si elles ne vous conviennent pas, cassez-leur la tête
et les jetez sur le fumier, comme dit Peter Weisbeker.

Petit à petit je deviens un véritable gentilhomme de Venise, et j'ai
appris avec plaisir que vous composez de beaux vers. Vous seriez bien
ici, avec nos violons qui jouent si tendrement qu'ils en pleurent
eux-mêmes. Plût à Dieu que notre maîtresse de calcul[23] pût les
entendre, elle s'attendrirait peut-être un peu.

  [23] Il parle de sa femme.

Du reste je suivrai votre conseil, j'apaiserai ma colère et resterai
indifférent aux ennuis qu'elle me cause, comme je l'ai toujours fait
jusqu'à présent.

Comme je ne pourrai pas songer au retour avant deux mois, car rien n'est
encore prêt, je vous prie de prêter à ma mère une dizaine de florins,
jusqu'au moment où Dieu me tirera de la gêne. Je vous payerai honnêtement
le tout ensemble. Je vous envoie la glace de Venise par le courrier.
Quant aux deux tapis, Antony Kolb me prêtera son expérience pour les
acheter, et aussitôt que je les aurai je les remettrai au commis du
messager qui vous les fera parvenir. Je n'ai pas encore pu trouver les
plumes de grue que vous m'avez demandées; mais il y a ici beaucoup de
plumes de cygne avec lesquelles on écrit et que vous pouvez mettre à
votre chapeau en attendant. J'ai causé avec un imprimeur qui m'a assuré
qu'aucun nouvel ouvrage grec n'avait paru récemment; si par hasard on
édite quelque chose d'intéressant dans ce genre, il me le dira, et je
vous le ferai savoir.

Dites-moi combien de papier vous voulez. Vous avez bien fait de me donner
cette commission, car jamais je n'en ai vu de plus beau que celui que
l'on vend ici.

Pour ce qui est des travaux historiques, les Italiens n'ont rien fait de
bien remarquable et qui soit digne d'être lu par un homme comme vous. Il
y a toujours quelque chose à critiquer dans leurs ouvrages sur
l'histoire, vous le savez vous-même mieux que moi.

Je vous ai écrit brièvement par le messager Kantengysserle. Je voudrais
savoir si vous êtes toujours d'accord avec le messager Kuntz.

Je me recommande à votre bon souvenir; présentez aussi mes amitiés à
notre bon prieur[24], et dites-lui de m'accorder quelques prières; qu'il
fasse que le bon Dieu me préserve de toute maladie et surtout du mal
français; il n'y a rien sur la terre que je craigne davantage, presque
tout le monde ici en est infecté et beaucoup de gens en meurent.

  [24] Eucharis Karll, prieur des Augustins.

Saluez aussi de ma part Étienne Baumgartner, Lorentz et tous ceux qui
demandent amicalement de mes nouvelles.

Écrit à Venise 1506, le 18 août.

    ALBERTUS DURER.
     Noricorius Sivus (textuel).

_Post-scriptum._--Andreas est ici et il me prie de vous offrir ses
amitiés, il n'est pas encore bien fort; il a eu et il a des embarras
d'argent à cause de la longue maladie qu'il a faite. Je vous dirai même,
entre nous, que je lui ai prêté huit ducats; mais n'en parlez à personne,
il pourrait croire que je n'ai pas confiance en lui; du reste, il saura
se procurer de quoi me rembourser, car il se conduit très-honorablement,
et tout le monde lui veut du bien.

Si le roi vient en Italie, j'ai le projet d'aller avec lui à Rome.



LETTRE VII.


Savant, sage, instruit en beaucoup de langues, homme habile à discerner
la vérité du mensonge, honorable et honoré Bilibald Pirkeimer, votre
humble serviteur Albert Dürer vous souhaite toutes sortes de prospérités.
Cependant, avec cette belle diable de chance qui le tient, il semble
qu'il veuille renoncer à votre cœur[25], vous allez croire que lui aussi
est un orateur à cent finesses comme vous. La chambre qu'il habite
devrait avoir plus de quatre coins où il pourrait placer les dieux de la
mémoire....; mais je ne veux pas me casser la tête à m'excuser plus
longtemps, je me contenterai de me recommander à votre indulgence. Pour
me souvenir de toutes vos commandes, il faudrait que mon cerveau eût
autant de cases différentes que vous avez de pois chiches dans votre
jardin; mais en voilà assez sur ce sujet. Le margrave[26] lui-même ne
donnerait pas une si longue audience. J'ai calculé que cent articles, en
ne mettant que cent mots par article, demandent un travail de neuf jours,
sept heures, cinquante-deux minutes, et notez que je n'ai pas encore
compté les soupirs. Voilà pourquoi on ne s'improvise pas orateur, comme
dit Tettels.

  [25] Les quelques premiers mots de cette phrase sont écrits en
  italien, un peu moins indéchiffrable que celui que l'on trouve au
  commencement de la lettre précédente.

  [26] A l'époque dont parle Albert Dürer, Pirkeimer fit partie de
  l'ambassade qui fut envoyée au conseil de la Confédération souabe
  par la ville de Nuremberg. L'histoire de cette négociation est
  conservée dans les archives de Nuremberg sous ce titre:
  Conventions conclues entre le margrave Frédéric de Brandenbourg
  et l'ambassade de Nuremberg, etc., 1506, in-folio.

Je déploie tout mon zèle, et cependant je ne peux pas mettre la main sur
des tapis larges; ils sont tous étroits et longs. Je continue mes
explorations avec l'aide d'Antony Kolb. Bernard Hirsffogel vous salue et
vous offre de nouveau ses services; il est très-triste, car il a perdu
son fils, l'enfant le plus amusant que j'aie vu de la vie. Je ne peux pas
trouver les plumes de fou que vous demandez. Oh! si vous étiez ici, vous
verriez de crânes lansquenets italiens. Je pense souvent à vous et à
l'intérêt que vous prendriez à examiner leurs armes. Ils ont des
_roncani_ avec deux cent dix-huit pointes; lorsqu'ils touchent un homme
avec cette arme, il est mort, car toutes les pointes sont empoisonnées.
Les Vénitiens mettent beaucoup de soldats sous les armes, le pape et le
roi de France aussi; je ne sais pas ce qui en résultera.

On se moque beaucoup ici de notre roi.

Bonne chance à Étienne Baumgartner (je ne suis pas étonné qu'il ait pris
femme). Rappelez-moi au souvenir de Borcht, de M. Lorentz, et même de
notre maîtresse de comptes. Remerciez votre fille de chambre de m'avoir
souhaité le bonjour, mais dites-lui qu'elle est un monstre.

[Illustration]

J'ai expédié du bois de palmier de Venise à Augsbourg, où je le laisse en
dépôt; il pèse dix quintaux.

Mon tableau est enfin terminé; je gage un ducat que si vous le voyiez
vous le trouveriez bien composé et d'un bon coloris. Cet ouvrage m'a valu
beaucoup d'honneur, mais peu de profit. Pendant le temps que j'ai mis à
le peindre j'aurais bien pu gagner deux cents ducats, car j'ai refusé
beaucoup de commandes pour pouvoir m'en occuper exclusivement. Ma seule
consolation est d'avoir fermé la bouche aux peintres qui disaient: C'est
un habile graveur, mais il n'entend rien au maniement des couleurs.
Maintenant tout le monde s'accorde à dire que l'on n'a jamais vu plus
beau coloris.

Mon manteau français vous présente ses respects, et mon habit italien
vous tire sa révérence.

Vous passez toujours votre vie chez les femmes légères. Vous êtes en si
mauvaise odeur à Nuremberg, que je vous sens d'ici. On me dit que lorsque
vous courez à vos amours, on ne vous donnerait pas plus de vingt-cinq
ans. Oui-da! multipliez-les par un chiffre quelconque, et alors je vous
croirai. Il y a ici beaucoup d'italiens qui vous ressemblent sous ce
rapport; je ne sais pas comment cela se fait.

Le doge[27] et le patriarche de Venise[28] sont venus voir mon tableau.

  [27] Leonardo Loredano, doge de Venise de 1500 à 1521.

  [28] Antonio Suriano.

Maintenant je suis votre serviteur, il faut que j'aille me coucher, il
sonne sept heures de la nuit. Je vous ai écrit, j'ai écrit au prieur des
Augustins, à ma belle-sœur la marchande de couleur et à ma femme; donc
j'ai déjà barbouillé une belle quantité de papier, et je pense qu'il est
plus amusant pour vous de causer avec des princes qu'avec moi.

Venise, le jour de la sainte Vierge en septembre.

A propos, ne prêtez pas un sou à ma mère et à ma femme; elles ont assez
d'argent.

    ALBERT DURER.



LETTRE VIII.


Comme je sais que vous êtes convaincu de mon attachement pour vous, je me
dispense de vous en parler. Cependant je ne puis vous dissimuler combien
je suis heureux de la grande réputation dont vous jouissez et que vous
avez su acquérir par votre sagesse et votre instruction. C'est chose
vraiment surprenante et rare de voir tant d'esprit dans un corps si
chétif. C'est une grâce particulière que Dieu vous a faite comme à moi.

Nous sommes donc deux personnages remarquables, vous par votre esprit et
moi par mon talent. Combien de fois ne nous est-il pas arrivé pourtant,
lorsque nous y réfléchissons bien, de nous être retournés et d'avoir vu
des gens qui se moquaient de nous pendant que d'autres nous comblaient
d'éloges! Ne croyez donc pas aveuglément tous ceux qui vous
complimentent; mais peut-être êtes-vous trop peu modeste pour ne pas les
croire. Il me semble que je vous vois en présence du margrave, et que
vous mettez autant d'élégance dans vos discours que dans votre manière de
toucher vos thalers.

J'ai bien vu dans votre neuvième lettre que vous êtes encore une fois
très-occupé de femmes; vous devriez avoir honte de n'être pas plus
raisonnable à votre âge. Sachez que vous avez autant de grâce à faire
toutes ces fredaines qu'un gros bouledogue à jouer avec un petit chat. Je
voudrais apprendre que vous êtes devenu aussi rangé que moi. Si j'étais
bourgmestre, je vous ferais mettre en prison et j'enfermerais avec vous
la Rech..., la Ros..., la Gart..., la Ech..., et d'autres encore que je
ne veux pas nommer: elles sauraient bien vous mettre à la raison. Vous me
dites finement que beaucoup de femmes honnêtes ou légères demandent de
mes nouvelles: cet intérêt ne prouve rien contre ma vertu.

Si Dieu me ramène à Nuremberg, je ne sais vraiment pas comment je ferai
pour vivre avec vous qui êtes illustre maintenant. Je me réjouis
cependant de votre gloire et de votre nouvelle dignité. Vous ne battrez
plus vos chiens jusqu'à ce qu'ils en soient perclus; mais peut-être ne
voudrez-vous plus vous montrer dans les rues avec un pauvre barbouilleur
comme Albert Dürer; vous trouverez peut-être que c'est une honte pour un
seigneur de votre importance.

[Illustration]

Notre cher ami Baumgartner est aussi enchanté que moi de votre bonne
réputation.

Pendant que je suis en train de vous écrire allégrement, un incendie
dévore six maisons chez Petre Pender; j'y perds une pièce de laine que
j'avais achetée hier pour huit ducats: de cette façon j'éprouve du
dommage par suite de ce désastre.

Il est beaucoup question d'incendies ici. J'attends que vous m'écriviez
pour rentrer à Nuremberg; je partirai le plus tôt possible, car je
dépense beaucoup d'argent pour ma nourriture. J'ai donné environ cent
ducats pour des couleurs et d'autres objets. J'ai commandé pour vous deux
tapis que je payerai demain, mais je n'ai pas pu les avoir à bon marché.
Je les emballerai avec mes hardes, et aussitôt que vous m'écrirez je
reviendrai.

Vous tourmentez vraiment trop ma femme. Je vous fais savoir aussi que je
m'étais mis dans la tête d'apprendre à danser; j'ai été deux fois à
l'école, et il m'a fallu payer un ducat au maître; après cela vous me
connaissez assez pour savoir qu'il n'y a de force humaine qui pourrait
m'y faire retourner. Je dépenserais lestement tout l'argent que j'ai
gagné et je ne saurais rien par-dessus le marché.

Le messager Ferbre vous apportera la glace de Venise. Je n'ai pu
découvrir aucun ouvrage grec nouvellement paru, mais je vous rapporterai
une rame de votre papier; pour les plumes, je n'ai pas pu me procurer
celles que vous m'avez demandées, j'en ai acheté de blanches, et si j'en
trouve de vertes je les rapporterai également. Étienne Baumgartner m'a
écrit de lui envoyer cinquante grains de cornaline pour un rosaire; je
les ai achetés, mais cher, et je n'ai pas pu les avoir gros: je les lui
expédierai par le plus prochain messager.

Je vous ferai savoir au juste, d'après votre désir, le jour de mon
départ, pour que _mes maîtres_ puissent prendre des dispositions en
conséquence.

J'irai avant à Bologne pour une raison d'art: quelqu'un m'a promis de
m'apprendre le secret d'une perspective; je resterai huit ou dix jours
dans cette ville, je retournerai à Venise et je reviendrai à Nuremberg
par le prochain messager.

Hélas! j'ai mangé mon pain blanc avant mon pain noir. Que je regretterai
le soleil de Venise! Ici je suis un grand seigneur, chez moi je ne serais
plus qu'un pauvre diable!

J'aurais encore beaucoup de choses à vous écrire, mais je vous verrai
prochainement.

Écrite à Venise, je ne sais pas la date du mois, mais environ quinze
jours après la Saint-Michel, 1506.

    ALBERT DURER.

_Post-scriptum._--Faites-moi savoir si aucun de vos enfants n'est mort.
Vous m'avez écrit une fois que Joseph Rumell a épousé votre fille, et
vous ne dites rien de plus; comment voulez-vous que je sache à laquelle
vous faites allusion.

Ah! si j'avais seulement ma pièce de laine! Mais je crains maintenant que
mon manteau ne soit aussi brûlé; si cela est, j'en deviendrai fou. J'ai
vraiment du malheur, car il y a trois semaines un de mes débiteurs s'est
sauvé emportant huit ducats qu'il me devait.


Ces lettres portent l'empreinte du cachet d'Albert Dürer et la
suscription suivante:

A l'honorable et savant Bilibald Pirkeimer, bourgeois de Nuremberg, mon
gracieux seigneur.

Voici le cachet d'Albert Dürer:

[Illustration]

Ses principaux monogrammes,

[Illustrations]

Son écriture et sa signature,

[Illustration]

Traduction:

Écrite à Venise, à 9 heures du soir, le samedi après la Chandeleur.

    ALBERT DURER.

C'est la fin de la deuxième lettre à Pirkeimer.


    JOURNAL DU VOYAGE
    D'ALBERT DÜRER
    DANS LES PAYS-BAS
    ÉCRIT PAR LUI-MÊME PENDANT LES ANNÉES 1520 ET 1521.



JOURNAL DU VOYAGE

DANS LES PAYS-BAS

ÉCRIT PAR LUI-MÊME PENDANT LES ANNÉES 1520 ET 1521.


    Nuremberg, 1520.

[Illustration]

A mes frais et dépens, le jeudi après la Saint-Kilian, moi, Albert Dürer,
je quitte Nuremberg avec ma femme[29] pour me rendre dans les Pays-Bas.
Après avoir passé le même jour par Erlangen, nous logeons à Baiersdorf,
et j'y dépense trois sous moins six deniers. De là, nous partons par la
route la plus courte pour Forchheim, où nous arrivons le vendredi; là,
pour un sauf-conduit, je paye vingt-deux deniers. Je pars pour Bamberg où
j'offre à l'évêque[30] une peinture de la Vierge, la Vie de
Notre-Dame[31], une Apocalypse[32] et des gravures pour la valeur d'un
florin.

  [29] Agnès Frey, fille d'Hans Frey de Nuremberg, épousa Albert
  Dürer en 1494. Le journal de Dürer prouve qu'il n'avait pas
  laissé à Nuremberg son avare et querelleuse femme, comme l'ont
  prétendu jusqu'ici ses biographes, entre autres J. Sandrart, qui
  l'écrit en toutes lettres dans le deuxième volume de l'_Académie
  allemande_, page 225 (_imprimé à Nuremberg en 1675_). Du reste,
  Albert Dürer, dans son journal, ne dit pas un mot du caractère de
  sa femme. Il résulte aussi de ce document qu'en 1520 il se rendit
  pour la première fois dans les Pays-Bas. Il n'avait donc pas
  visité précédemment ce pays avec l'empereur Maximilien I, comme
  Quadens le prétend à tort dans les _Fastes de la nation
  allemande_, page 428. S'il est vrai qu'Albert Dürer alla dans les
  Pays-Bas pour fuir des chagrins domestiques, malheureusement trop
  réels, il faut que ce voyage nouveau ait eu lieu en 1523 ou en
  1524 seulement.

  [30] Georges III, sacré en 1505, mort en 1522, protecteur des
  arts. Albert Dürer a fait son portrait.

  [31] Suite de 20 estampes. Hauteur, 11 pouces; largeur, 7 pouces
  9 lignes. Voir Bartsch, _le Peintre-Graveur_, D. VII, no 76-95.

  [32] L'Apocalypse de saint Jean, 15 estampes. Hauteur, 14 pouces
  6 lignes; largeur, 10 pouces 3 à 6 lignes. Voir Bartsch, _le
  Peintre-Graveur_, 60-75.

  Cette œuvre gigantesque est digne de l'homme de génie qui l'a
  exécutée, et digne du livre étrange qui l'a inspirée.

Il me fait quitter mon auberge où j'avais dépensé environ un florin,
m'invite à venir chez lui, et me donne un laisser passer pour la douane
et trois lettres de recommandation. Je paye six florins d'or[33] au
voiturier qui va me mener de Bamberg à Francfort.

  [33] Le florin d'or valait 8 fr. 60 de notre monnaie d'aujourd'hui.

Maître Nicolas Laux, Benedict et Hans le peintre[34] me versent le coup
de l'étrier; je bois et je pars.

  [34] Hans Wolfgang Ratzheimer vivait à Bamberg, de 1492 à 1527.

Je donne quatre sous pour du pain et treize sous pour des pourboires. Je
vais rapidement de Bamberg à Eltman; de là, je me rends à Zeil, je
dépense vingt et un sous, et j'arrive à Hasfurth où je montre ma lettre
de douane, après quoi on me laisse partir.

Je dépense un florin dans la chancellerie de l'évêque de Bamberg. A
Theres, au couvent, j'exhibe mes papiers et continue ma route.

Nous arrivons au bord du Rhin, où nous passons la nuit pour un denier; de
là, nous allons à Maynberg. A Schweinfurth, je suis invité par le docteur
Georges Rebart qui me donne du vin que nous mettons dans notre bateau. On
m'exempte des droits de douane.

J'avais dépensé dix deniers pour un poulet rôti et dix-huit deniers pour
le cuisinier et son fils. De là, nous nous rendons à Volkach, et ensuite
à Zwartzach où nous passons la nuit et dépensons vingt-deux deniers.

Le lundi, nous nous levons de grand matin pour nous rendre à Fettelbach.
A Ritzing, nous dépensons trente-sept deniers.

Par Seilzfeldt, nous arrivons à Markbreit, d'où on me laisse partir après
avoir vu mes papiers.

En passant par Frickenhaussen et Ochsenfurth nous gagnons Eivelstadt,
puis Murzburg. De là, nous arrivons à _Erla-Brunn_ où on nous donne un
lit pour vingt-deux deniers.

En passant par Relzbach et Zelling nous gagnons Karlstadt et puis Gemûnd;
nous y dînons assez bien pour vingt-deux deniers.

Nous voyons successivement Hofstetten, Lohr et Nevenstadt où j'ai dû
montrer ma lettre de transit; je dépense dix deniers pour du vin et des
écrevisses. Le mercredi matin, après avoir laissé derrière nous
Rotenfels, nous arrivons à Saint-Écarig, d'où nous nous rendons à
Heudenfeldt, Triffelstein, Homburg, Wertheim, et puis à Brodselten,
Freudenberg, Miltenberg, Klingenberg, Worth, Obernburg, Asschaffenburg,
Selgenstadt et Steinheim, où je montre mes papiers.

Nous passons la nuit près de Johansen. Le matin, on nous ouvre les portes
de la ville et l'on nous fait beaucoup d'amitiés; j'y dépense six
weispfenning.

Le vendredi, nous nous rendons à Kesselstadt pour gagner Francfort où je
montre ma lettre de douane. Je dépense six sous pour un lit, et je donne
deux sous au garçon. Jacob Heller me régale de vin à l'auberge, et je
fais accord avec un homme qui consent à me conduire de Francfort à
Mayence pour un florin, deux sous. La nuit, nous dépensons huit sous.

Le dimanche, je prends le bateau du matin qui va de Francfort à Mayence.
Arrivé à mi-chemin, c'est-à-dire à Hochst, je montre ma lettre de transit
et on me laisse passer. Je dépense huit deniers francfortois. De là, nous
allons à Mayence; je dépense un albus[35] pour faire décharger mes
effets, plus dix-huit deniers pour les courroies.

  [35] Albus, ou pfennig blanc, monnaie d'argent mise en circulation
  vers 1360. Sous l'empereur Charles IV, elle avait surtout cours
  dans l'électorat de Cologne et dans la Hesse-Cassel; elle valait
  9 pfennigs. On n'en trouve plus que dans les cabinets des numismates.

Je fais accord avec le capitaine du bateau de Cologne qui s'engage à me
transporter, avec mon bagage, pour trois florins. J'avais dépensé
dix-sept albus à Mayence.

Peeter, l'essayeur de la corporation des orfévres, me fait cadeau de deux
bouteilles de vin. Veith Farnpuhler m'invite, mais l'aubergiste refuse de
recevoir son argent et veut lui-même être mon hôte. On me rend beaucoup
d'honneurs. Je pars de Mayence, où le Mein se jette dans le Rhin, le jour
de sainte Marguerite, et je dépense dix-neuf hellers pour de la viande,
du pain et des œufs que je prends avec moi sur le bateau. Léonhard,
l'orfévre, me fait présent de vin et de gibier; il me donne aussi du
charbon, qui me servira à faire la cuisine sur le bateau. Le frère de
Joostes m'offre une bouteille de vin, et la corporation des peintres
deux. Après avoir passé devant Erfeld et Rudisheim, nous arrivons à
Erenfels. Là je montre mon passavant, mais on exige deux florins d'or
qu'on promet de me rendre si dans les deux mois je rapporte une lettre
d'exemption. Nous arrivons à Bacharach où je dois également m'engager à
acquitter les droits dans les deux mois ou à présenter une exemption.

A Caub, on ne me laisse passer que sous les mêmes conditions.

A Saint-Goar, le percepteur me demande où j'ai acquitté les droits; je me
contente de lui répondre que je n'ai pas d'argent à lui donner.

A Bopart, la douane de Trèves ne me laisse passer sur la vue de ma lettre
de transit que lorsque j'ai déclaré, écrit et signé que je n'ai avec moi
aucune espèce de marchandise. De là, nous nous rendons à Lahnstein où je
montre mon passavant; non-seulement le percepteur me laisse passer, mais
il me prie de le recommander au seigneur de Mayence et il me fait cadeau
d'une bouteille de vin; il connaît beaucoup ma femme, et il désirait me
voir depuis longtemps.

A Engers, ma lettre de transit suffit pour me donner passage. Cette place
appartient au duché de Trèves.

A Andernach, je dépense onze hellers, et je quitte cette ville le jour de
la Saint-Jacques pour me rendre à Bonn. De là, je vais à Cologne; nous
avons dépensé neuf sous dans le bateau, un sou quatre deniers pour des
fruits et du charbon, sept sous pour le déchargement, et quatorze hellers
pour les domestiques des bateliers. Je fais cadeau à mon cousin
Nicolas[36] de ma redingote doublée et bordée de velours; je donne un
florin à sa femme. Jérôme Fugger, Jean Ghrosserpeck et mon cousin me
régalent de vin. Je dîne au couvent des Chartreux, où un frère m'offre un
coupon de drap. M. Jean Ghrosserpeck me fait cadeau de douze mesures de
vin fin. Je dépense cependant à Cologne deux florins quatorze sous, plus
trois sous pour des fruits, un sou de pourboire, et un sou pour le
messager.

  [36] Le fils du sellier, l'élève du père d'Albert Dürer.

[Illustration]

Le jour de la Saint-Pantaléon, nous partons pour Postorff où nous passons
la nuit pour trois sous. Le dimanche, nous dînons à Rodingen. Le
lendemain, de bonne heure, nous quittons Freendorf pour nous rendre à la
petite ville de Sangelt, nous dînons dans un village nommé Systerkylen
pour deux sous et deux hellers. Nous passons par Sittard, jolie petite
ville, pour nous rendre à Starkem, un endroit charmant où nous descendons
dans une excellente auberge. Nous mangeons fort bien, nous nous
couchons dans un bon lit, et la dépense ne s'élève pas à plus de quatre
sous.

Le vendredi matin, nous passons la Meuse et faisons notre entrée à Marten
Lewbehrn; je donne un sou pour un jeune poulet. De là, nous partons pour
Stoffer, et, le mercredi, nous sommes à Merpeck où, pour trois sous,
j'achète du pain et du vin. En passant par Brantenmuhl et Culenberg, nous
arrivons le mardi matin à La Croix où, pour trois sous deux deniers, on
nous sert un assez bon repas.

Nous prenons le chemin d'Anvers[37]. Aussitôt arrivé, je me rends à
l'auberge de Joost Plankfeld. Le même soir, le factor Bernard Stecher me
donne un souper splendide; ma femme reste à l'auberge, et je donne trois
florins au voiturier.

  [37] On sait que du temps d'Albert Dürer, cette ville était
  appelée Antorff par les Allemands.

Le samedi après la Saint-Pierre-aux-Liens, mon hôte me mène chez le
bourgmestre d'Anvers[38]; sa maison[39] est grande et bien distribuée,
avec des chambres très-vastes et très-belles. Elle est flanquée d'une
tour précieusement travaillée et entourée d'immenses jardins; en somme,
c'est une demeure princière. Je n'ai pas vu sa pareille dans toute
l'Allemagne. Une grande rue toute neuve donne accès de deux côtés à cette
maison, qu'il a fait bâtir ainsi à sa fantaisie.

  [38] Le chevalier Arnold de Liere, qui fut successivement
  bourgmestre de l'extérieur et de l'intérieur, de 1506 à 1529,
  date de sa mort.

  [39] Cette maison, située rue des Princes, devant la cour de
  Liere, est aussi appelée la Maison Anglaise. Aujourd'hui, c'est
  un hôpital militaire. L. Guicciardyn dit, dans sa _Description
  des Pays-Bas_, Amsterdam 1612, page 69, qu'elle fut bâtie par le
  seigneur Aert, né de la branche noble de Liere, pour servir de
  résidence à Charles V.

Le dimanche, jour de la Saint-Oswald, les peintres m'invitent dans leur
cercle avec ma femme et ma servante. Nous mangeons un excellent dîner,
dans un service complet d'argent. Toutes les femmes des peintres sont là;
et, lorsque l'on me mène à ma place, l'assemblée entière, debout, fait la
haie comme si j'étais un grand seigneur. Il y a à ce banquet des
personnages très-considérables qui se courbent devant moi et me font
mille politesses, me disant qu'ils veulent tout faire pour m'être
agréable. Lorsque je suis assis, le pensionnaire du Conseil d'Anvers
vient à moi avec deux valets et me fait présent, de la part de ces
messieurs de la ville, de quatre pots de vin, en me disant qu'ils veulent
m'honorer par là et me témoigner leur estime. Je le prie de leur
transmettre mes remercîments, et lui offre mes très-humbles services.

Après lui vient maître Pierre[40], qui me présente, avec ses hommages,
deux autres pots de vin. Après avoir passé gaiement à table une grande
partie de la nuit, on me reconduit aux flambeaux, en me faisant mille et
mille démonstrations amicales. Je remercie chaudement, et vais me mettre
au lit.

  [40] Maître Pierre, charpentier de la ville.

Je suis allé voir Quentin Metsys[41] dans sa maison[42].

  [41] Quentin Metsys, peintre fameux, né à Louvain vers 1466, mort
  à Anvers en 1530.

  Nous disons en 1530. En effet, il résulte d'une communication
  faite à M. Pierre Génard par le chevalier Léon de Burbure, et
  insérée à la page 196 de la _Vlamsche School_, volume de 1857, que
  maître Quentin Metsys est décédé entre le jour de la Noël 1529 et
  la veille de cette fête 1530. C'est en cette dernière année qu'il
  est mort, puisqu'il avait assisté encore, le 8 juillet 1530, à la
  passation d'un acte.... (_Livret du musée d'Anvers_).

  Le célèbre ferronnier-peintre avait donc seulement 64 ans et non
  84 comme on le croyait avant la découverte de son acte de
  naissance faite récemment par M. Edward Van Even, l'infatigable
  archiviste de la ville de Louvain. M. Paul Mantz, qui est à
  l'affût de tout ce qui peut donner un attrait nouveau à son
  _Histoire des peintres flamands_, publiera, j'en suis sûr, ce
  précieux document dans la prochaine édition de son excellent
  livre.

  [42] Quentin Metsys habitait alors une maison appelée le Singe
  (de Simme), dans la rue des Tanneurs (Huidevetters-Straet,
  section 3, no 1037).

  Plus tard il alla habiter la rue du Jardin dans les Arbaletriers
  (Schutters-hof-Straet). C'est cette deuxième demeure qui avait
  encore, en 1658, pour enseigne, un saint Quentin forgé en fer par
  maître Quentin Metsys lui-même, si l'on en croit Van Fornenberg.

J'ai aussi visité les trois grandes places de tir[43]. Je fais un
excellent dîner chez Haber et un autre chez le consul de Portugal, dont
je dessine le portrait. Je fais aussi le portrait de mon hôte Joost
Planckfeld, qui m'offre une branche de corail. Je donne deux sous pour du
beurre, et la même somme aux charpentiers des peintres. Mon hôte me mène
dans l'atelier où les peintres pensionnés par la ville d'Anvers
travaillent aux arcs de triomphe qui seront élevés sur le passage du roi
Charles V[44]. Il n'y en aura pas moins de quatre cents, de quarante
pieds de long chacun; ils régneront des deux côtés des rues, seront bien
peints et auront deux étages, sur lesquels on donnera des
représentations allégoriques. La menuiserie et la peinture coûteront
ensemble quatre cents florins. Cette décoration sera d'un bel effet.

[Illustration: C. BOGDURT. D. ALBERT-DURER. E. SOTAIN. JC]

  [43] Les places de tir étaient alors situées, les deux premières,
  où sont aujourd'hui le marché au blé et le nouveau théâtre; la
  troisième, près des rues des Tapissiers et du Jardin-du-Tir.
  Elles furent toutes les trois rebâties en partie par Gillibert
  van Schoonbeke, en 1552.

  [44] Le 23 décembre 1520, Charles V fit son entrée triomphale à
  Anvers, où se tenait alors le conseil de toutes les provinces,
  pour offrir à Sa Majesté deux cent mille couronnes (_Chronique
  anversoise_, page 14).

Je dîne de nouveau chez le consul de Portugal et chez Alexandre[45].

  [45] Orfévre et amateur de Nuremberg, né en 1504, mort en 1546,
  reçu de la gilde de Saint-Luc en 1546.

Sebald Fischer m'achète seize petits dessins de la Passion[46] pour
quatre florins; trente-deux grands livres pour huit florins; six gravures
de la Passion[47] pour trois florins; vingt demi-feuilles, différents
sujets, l'un parmi l'autre, un florin; il m'en prend pour trois florins.
Je vends aussi des quarts de feuille pour cinq florins et demi, plus huit
grandes feuilles pour un florin.

  [46] 37 estampes. Hauteur, 4 pouces 8 à 10 lignes; largeur, 3
  pouces 7 lignes. Voir Bartsch, _le Peintre-Graveur_, 16-52.

  [47] Suite de 16 pièces gravées sur bois. Hauteur, 4 pouces 4
  lignes; largeur, 2 pouces 9 lignes. Voir Bartsch, _le
  Peintre-Graveur_, 3-18. Vasari dit qu'Albert Dürer a été à Venise
  pour porter plainte contre Marc-Antoine, qui avait fait et vendu
  des copies de la grande et petite Passion de Jésus-Christ. Cette
  assertion est fausse. Ce qui le prouve mieux que tous les
  raisonnements, c'est que les cinquante-trois pièces qui composent
  les deux séries de la Passion ont été commencées en 1507 et
  terminées en 1513, lorsque Albert était revenu depuis longtemps
  de Venise. S'il y a été une autre fois, c'est avant 1506 et non
  après.

J'avais remis à mon hôte une figure de la Vierge peinte sur toile; il l'a
vendue pour mon compte deux florins du Rhin.

Je fais le portrait de Félix, le joueur de luth[48]. Je dépense deux sous
pour de la bière et du pain, deux sous pour un bain, et quatorze sous
pour trois petits panneaux.

  [48] Félix Hungersberg, musicien célèbre et capitaine de
  l'empire.

Je dîne chez l'orfévre Alexandre, et aussi chez Félix.

Maître Joachim[49] a dîné chez moi hier, ainsi que son élève. Pour les
peintres, je fais en demi-teinte un écusson; j'accepte un florin pour les
débours. Je donne mes quatre nouvelles pièces à Pierre Wolfgang, et à
Joachim des dessins pour la valeur d'un florin, parce qu'il m'a prêté son
domestique et ses couleurs; du reste, j'avais retenu son domestique à
dîner, et je lui avais donné pour trois sous de dessins. J'envoie à
l'orfévre Alexandre quatre nouvelles pièces. Je fais au fusain les
portraits du Génois Tommaso Florianus, de Romanus, qui est de Lucques, et
des deux frères de Tommaso, Vincent et Gérard, tous trois de la famille
des Pombelli. Je dîne douze fois chez Tommaso.

  [49] Joachim Patenier ou de Patenir, né à Dinant, vers la fin du
  XVe siècle, célèbre comme peintre et comme ivrogne. Il a fait
  quelques batailles; mais c'est comme paysagiste qu'il s'est
  illustré. Il mettait dans un coin de tous ses tableaux un petit
  bonhomme accroupi et ...... C'était le coin du maître. Albert
  Dürer estimait beaucoup sa peinture; mais il voyait avec chagrin
  un homme de son mérite _vivre misérablement dans la crapule_.

Le trésorier me donne une tête d'enfant peinte sur toile, et une arme en
bois de Calcutta. Tommaso me fait cadeau d'un chapeau de paille. Je dîne
chez le consul de Portugal, et l'un des frères de Tommaso me fait
accepter des gravures pour la valeur de trois florins.

Érasme[50] m'offre un manteau espagnol, et trois dessins représentant des
portraits d'hommes. Je reçois du frère de Tommaso une paire de gants, et
je fais un deuxième portrait de Vincent. Je donne à maître Augustin
Lumbarth[51] les deux parties des _imagines cœli_[52]. Je dessine le
portrait d'Opiius au nez tordu. Ma femme et ma servante Susanne ont dîné
chez Tommaso.

  [50] Desiderius Erasme, né à Rotterdam le 28 octobre 1467, mort
  le 11 juillet 1536 à Basel.

  [51] Peut-être le frère de Lumbardus, le peintre.

  [52] _Imagines cœli septentrionalis._ Hauteur et largeur, 15
  pouces 10 lignes. _Imagines cœli meridionalis._ Hauteur et
  largeur, 15 pouces 8 lignes. Voir Bartsch, _le Peintre-Graveur_,
  no 151-152.

Notre-Dame d'Anvers est très-grande. On y dit plusieurs messes à la fois
sans produire de confusion; ses autels ont de riches fondations. Les
meilleurs musiciens y sont attachés; l'église possède plusieurs ornements
et sculptures remarquables, ainsi qu'une jolie tour.

J'ai visité la riche abbaye de Saint-Michel, dont le chœur est garni de
beaux fauteuils taillés dans la pierre.

A Anvers, quand il s'agit d'art, on ne se laisse pas arrêter par les
frais, car l'argent n'y est pas rare.

Je fais le portrait de Nicolas[53], astronome du roi d'Angleterre; c'est
un Allemand né à Munich, qui m'a été fort utile dans diverses
circonstances.

  [53] Nicolas Kratzer, chimiste et astronome fameux, florissait à
  Oxford en 1517. Holbein fit aussi son portrait en 1528.

Hans Pfaffroth me donne un florin de Philippe pour son portrait que j'ai
dessiné. Je dîne de nouveau chez Tommaso; le beau-frère de mon hôte m'a
invité avec ma femme. Je change deux mauvais florins contre vingt-quatre
sous. Je donne un sou à quelqu'un qui me montre un tableau. Le dimanche
après l'Assomption, j'ai vu la grande procession de Notre-Dame d'Anvers;
c'est un spectacle féerique; toutes les corporations et tous les
métiers habillés somptueusement étaient présents. Chaque profession et
chaque gilde avaient ses attributs particuliers, quelques personnes
portaient d'énormes cierges et de longues trompettes antiques en argent
massif. Il y avait un grand nombre de joueurs de flûte et de tambour
vêtus à l'allemande qui, avec leurs instruments, faisaient un terrible
vacarme, je les ai aperçus qui circulaient dans les rues par bandes
séparées. Voici dans quel ordre on marchait: les orfévres, les peintres,
les sculpteurs, les brodeurs sur soie, les statuaires, les menuisiers,
les charpentiers, les bateliers, les pêcheurs, les maçons, les tanneurs,
les teinturiers, les boulangers, les tailleurs, les cordonniers et divers
autres métiers. Il y avait aussi un grand nombre d'hommes de peine et de
négociants, des boutiquiers et des marchands de toute espèce avec leurs
commis. Après ceux-là venaient les tireurs avec leur carabine, leur arc
ou leur arbalète, des cavaliers et des fantassins, la garde des
fonctionnaires, et enfin une troupe très-belle qui était précédée de tous
les ordres représentés par des gens costumés d'une façon spéciale. J'ai
remarqué aussi dans cette procession une troupe de veuves qui vivent de
leur travail et suivent une règle claustrale; elles sont couvertes des
pieds à la tête de longs vêtements de toile blanche, c'est très-curieux à
voir;--parmi ces femmes il y a des personnes fort distinguées. On y
remarquait aussi le chapitre de Notre-Dame, une masse de prêtres,
d'écoliers et de boursiers qui fermaient la marche. Vingt personnes
portaient les images de la Vierge et de l'enfant Jésus splendidement
ornées. Pour cette procession on avait construit à grands frais des
objets très-remarquables, c'est-à-dire un grand nombre de chars et
quantité de bateaux mobiles sur lesquels on représente des scènes de tout
genre. J'ai remarqué les allégories suivantes: l'ordre des Prophètes, le
Nouveau Testament, la salutation de l'Ange, les trois rois Mages sur des
chameaux et d'autres animaux rares fort curieusement costumés, la fuite
en Égypte et beaucoup d'autres choses que je passe pour abréger. Enfin
venait un grand dragon conduit en laisse par sainte Marguerite et ses
vierges qui étaient extrêmement jolies, puis saint Georges, un fort beau
garçon et ses pages; un grand nombre de jeunes gens et de jeunes filles
costumés de différentes façons représentaient des saints et des saintes.

Cette procession mit deux heures pour défiler devant notre maison, et
elle présentait trop de particularités pour pouvoir être relatées toutes
ici[54].

  [54] Ces quelques lignes ont inspiré au grand peintre belge,
  Henri Leys, un tableau qui est un chef-d'œuvre.

J'ai été dans la maison que Focker s'est fait construire[55] récemment,
elle est fort belle, flanquée d'une jolie tour et entourée de jardins
immenses. J'ai surtout admiré ses magnifiques écuries.

  [55] Cette maison existe encore aujourd'hui; elle est située,
  rempart des tailleurs de pierre, W. 4, no 794; mais elle est
  entièrement défigurée. Les Focker ou Fugger étaient, en ce
  temps-là, les plus riches marchands de l'Europe. Ils étaient
  originaires d'Augsbourg et s'étaient fixés à Anvers en 1505.

Tommaso a donné à ma femme quatorze aunes de gros damas d'Arras pour s'en
faire une robe, et de plus, deux aunes et demie de demi-satin pour la
doublure. J'ai fait, à la demande des orfévres, une esquisse d'une
couronne pour la tête de Notre-Dame. Le consul de Portugal m'a offert
dans son hôtel[56] des vins de France et de Portugal. Roderigo[57] m'a
donné un petit tonneau de sucreries de toute sorte, où se trouvent une
boîte de sucre candi, deux plats de sucrerie fine, des massepains et même
quelques cannes à sucre, telles qu'elles croissent naturellement. J'ai
gratifié son domestique d'un florin et changé un mauvais florin contre
douze sous.

  [56] L'hôtel de Portugal, situé au _Kipdorp_, W. 2, no 1668,
  acheté par la ville à M. Gilles de Schermere, le 20 novembre
  1511, et donné au facteur et consuls ordinaires du Portugal, «et
  ce tant et durant que les dicts facteur ou consuls se tiendront
  en ceste ditte ville, et que le facteur tiendra sa demeure en la
  ditte maison.» En 1817, on en fit la caserne des pompiers.

  [57] Rodrigo Fernandès, très-gros commerçant, facteur de Portugal
  en 1528. Cette année, il acheta le splendide hôtel d'Immerseele,
  appelé plus tard le Vetkot, situé rue Longue-Neuve W. 2, no 1468.
  Il l'acheta au seigneur Jan d'Immerseele, bailli d'Anvers et
  marquis du pays de Ryen, et à demoiselle Marie De Lannoy, sa
  femme. La rue du Marquisat qui est près de là en a pris son nom.
  La jolie chapelle qui existe encore fut bâtie par le marquis en
  1496.

Les colonnes de l'église paroissiale du couvent de Saint-Michel sont
toutes faites d'un seul morceau de belle pierre noire.

Je donne à M. Gilgen, chambellan du roi Charles, et à maître Conrad[58],
excellent sculpteur qui est au service de Mme Marguerite, fille de
l'empereur Maximilien, les objets suivants:

Saint Jérôme en prière[59], la Mélancolie[60], trois nouvelles Marie,
saint Antoine[61] et sainte Véronique[62]; de plus, à maître Gilgen un
saint Eustache[63] et une Némésis[64].

[Illustration: ALBERT-DURER P. AH CABASSON D. CH-JARDIN SC.]

[Illustration]

  [58] Conrad Meyt, né à Malines, reçu à la gilde de Saint-Luc, en
  1536.

  [59] Cette estampe est gravée à l'eau-forte sur fer. Hauteur, 7
  pouces 9 lignes; largeur, 6 pouces 10 lignes. Voir Bartsch, _le
  Peintre-Graveur_, no 59.

  [60] Il y a tout un poëme dans cette figure, qui revient sans
  cesse, et peut-être malgré lui, dans l'œuvre du maître. Ce sont
  les traits de _la jalousie_ d'une grande quantité de ses vierges
  terrestres, et sans doute de ce monstre charmant, Agnès Frey,
  qu'il déteste et qu'il adore. Voir page XIV.

  [61] Gravure que l'on trouve assez facilement belle. Hauteur, 3
  pouces 7 lignes; largeur, 5 pouces 3 lignes. Voir Bartsch, _le
  Peintre-Graveur_, no 58.

  [62] Cette petite merveille que nous donnons ici est gravée au
  burin sec. Albert Dürer en avait fait tirer très-peu
  d'exemplaires. Aussi était-elle déjà rare de son vivant, et ne
  l'offrait-il qu'aux personnes dont il faisait grand cas.

  [63] Cette gravure, dont l'empereur Rodolphe II a fait dorer la
  planche, est une des plus fines et des plus remarquables du
  maître. On la nomme aussi _saint Hubert_, parce que l'on y voit
  dans une forêt un chasseur à genoux devant un cerf qui porte une
  croix lumineuse au-dessus de la tête. On croit, généralement que
  l'artiste a fait le portrait de Maximilien Ier. Peut-être est-ce
  celui de son ami Reiter, qui ressemblait à l'empereur. Hauteur
  mesurée du côté gauche, 13 pouces 3 lignes; du côté droit, 13
  pouces seulement; largeur, 9 pouces 7 lignes. Voir Bartsch, _le
  Peintre-Graveur_, no 57.

  [64] On ne trouve plus ce titre dans les catalogues de l'œuvre
  d'Albert Dürer; il s'agit ici de la _justice_ ou de la _grande
  fortune_.

Le dimanche qui précède la Saint-Barthélemy je devais déjà à mon hôte
sept florins vingt sous et un heller.

Mon salon, ma chambre à coucher et la literie me reviennent à onze
florins par mois.

Le 27 du mois d'août, qui est le lundi qui suit la Saint-Barthélemy, je
fais un nouveau contrat par lequel je dois payer deux sous par repas, y
compris la boisson; ma femme et ma servante feront la cuisine et
mangeront dans leur chambre. J'offre au facteur de Portugal un petit bois
représentant un enfant, Adam et Ève[65], saint Jérôme en prière, Hercule,
saint Eustache, la Mélancolie et une Némésis, puis sur demi-feuilles
trois nouvelles figures de la Vierge, Véronique, saint Antoine, la
Nativité[66] et le Crucifix[67]; mes meilleurs dessins sur quart de
feuilles (huit pièces), les trois livres de la vie de Notre-Dame,
l'Apocalypse, la grande Passion, la petite Passion et la Passion sur
cuivre.

  [65] Cette gravure, très-belle et très-rare, porte cette
  inscription: Albertus Dürer Noricus faciebat 1504. C'est la
  première fois que le maître signe en toutes lettres. Il a compris
  sans doute que l'œuvre est digne du grand nom qu'il se fera. Dès
  ce moment, en effet, son dessin et son exécution technique sont
  irréprochables. Il n'a plus ni dureté, ni sécheresse, il n'est
  plus l'élève d'aucun maître. Il est lui! Hauteur, 9 pouces 2
  lignes; largeur, 7 pouces 1 ligne. Voir Bartsch, _le
  Peintre-Graveur_, no 1.

  [66] Voir page CL.

  [67] Le Christ expirant sur la croix. On dit que cette estampe a
  été gravée sur le pommeau de l'épée de l'empereur Maximilien.
  C'est un petit chef-d'œuvre extrêmement rare.

Tout cela vaut bien cinq florins.

Je fais le même cadeau au Portugais Rodrigo qui a donné à ma femme un
petit perroquet vert. Le dimanche après la Saint-Barthélemy je pars
d'Anvers avec M. Tommassin pour aller à Malines, où nous passons la nuit.

J'invite à dîner un peintre et maître Conrad, l'excellent sculpteur de
Mme Marguerite. De Malines, en passant par Vilvorde, nous nous rendons à
Bruxelles où nous arrivons le lundi 3 septembre. Je donne trois sous au
messager. Je dîne avec ces messieurs de Bruxelles, et une autre fois avec
M. Bonisius[68], à qui j'offre une Passion en cuivre. Je remets au
margrave Hans la lettre de recommandation de l'évêque de Bamberg, plus
une Passion en cuivre. Je dîne une seule fois avec ces messieurs de
Nuremberg.

  [68] Agent d'une maison de commerce du royaume à Bruxelles.

Dans la chambre d'or du conseil de Bruxelles j'ai pu admirer quatre
tableaux du grand peintre Rudier[69]. Derrière le palais du roi, j'ai vu
les fontaines, le labyrinthe et le jardin zoologique, toutes choses si
belles que je n'en avais jamais contemplé de pareilles; je me croyais en
paradis.

  [69] Rogier de Bruges, ou plutôt Rogier van der Weyden, peintre,
  né à Bruxelles, suivant les uns, à Tournay, suivant les autres,
  vers 1400, et mort à Bruxelles le 16 juin 1464, d'une maladie
  épidémique appelée le _mal anglais_, qui ravageait alors le pays.

  Trois des tableaux dont parle Albert Dürer sont d'une grande
  naïveté, mais le quatrième est d'un effet très-saisissant: c'est
  Herkenbaldt, mourant dans son lit, qui embrasse son neveu,
  convaincu d'un viol, et qui en même temps l'égorge pour le
  soustraire à l'ignominie du supplice.--La tête du vieillard est du
  plus haut style. M. Alphonse Wauters croit que ces tableaux ont
  été détruits dans le bombardement de Bruxelles, en 1695. Quatre
  magnifiques tapisseries de 26 pieds de longueur sur 13 pieds 6
  pouces de hauteur, conservées précisément dans la sacristie de
  l'église de Berne, les reproduisent de la manière la plus
  complète, et nous font voir combien Lampsonius avait raison quand
  il s'écriait avec admiration: «O maître Rogier, quel homme vous
  étiez!

La maison du conseil à Bruxelles est magnifique et fort grande, bâtie en
belles pierres, avec une superbe tour découpée à jour. A Bruxelles, j'ai
fait à la lueur de la chandelle trois portraits, celui de maître Conrad
qui était mon hôte, celui du fils du docteur Lampaters et celui de mon
hôtesse.

J'ai vu parmi les curiosités qu'on a apportées au roi du nouveau pays de
l'or[70], un soleil d'or de la grandeur d'une brasse et une lune d'argent
de la même dimension. J'ai admiré deux chambres pleines de toutes espèces
de curiosités venant du même endroit, des armes, des harnais, des engins
de guerre, des habillements fort bizarres, des literies et bien d'autres
choses encore à l'usage des gens de ce pays-là. Il est à remarquer que
tous ces objets sont infiniment plus beaux et plus riches que ce que nous
trouvons chez nous. Ils sont tellement précieux qu'on les évalue à cent
mille florins. J'avoue que jamais rien n'a excité autant ma curiosité que
ces produits extraordinaires qui prouvent combien les habitants de ces
contrées lointaines ont l'esprit ingénieux et inventif.

  [70] Le Mexique.

A Bruxelles, j'ai vu bien d'autres belles choses, et spécialement une
gigantesque arête de poisson, qui paraît construite en pierres de taille.
Cette arête a une brasse de largeur et pèse environ quinze quintaux. Sa
forme est à peu près celle-ci:

(Le dessin n'est pas dans le manuscrit.)

Cette arête se trouve derrière la tête du poisson.

J'ai visité l'hôtel de Nassau; c'est un splendide bâtiment, luxueusement
décoré.

J'ai dîné encore deux fois avec ces messieurs de Bruxelles. Mme
Marguerite de Flandre m'a envoyé chercher et m'a promis de me recommander
au roi Charles. Elle a été avec moi d'une grâce charmante. Je lui ai
offert ma Passion sur cuivre. J'ai fait le même cadeau à son trésorier
Jean Marini, et, de plus, j'ai dessiné son portrait. J'ai donné deux sous
pour un anneau de buffle, et deux sous pour faire ouvrir le tableau de
l'autel de Saint-Luc.

Lors de ma visite à l'hôtel de Nassau, j'ai vu dans la chapelle la belle
peinture de maître Hugo[71]. J'ai remarqué aussi deux belles salles et
tous les objets précieux qui sont dispersés dans l'hôtel; enfin l'immense
lit qui peut contenir cinquante personnes. J'ai examiné avec attention le
quartier de roc que l'orage a jeté aux pieds du seigneur de Nassau. Cet
hôtel est situé sur une hauteur et jouit d'une vue admirable qui, je
crois, n'a pas sa pareille dans l'Allemagne entière. Maître Bernard[72],
le peintre, m'a invité à sa table et m'a fait servir un dîner si
recherché, qu'à mon avis il ne doit pas en avoir été quitte pour dix
florins. Pour me tenir compagnie, le trésorier de dame Marguerite,
l'intendant de la cour Meteni, et le trésorier de la ville Pufladis,
s'étaient fait inviter à ce dîner. J'ai donné à Pufladis une Passion sur
cuivre, et il m'a remis en échange une bourse espagnole noire de la
valeur de trois florins. J'ai envoyé une Passion sur cuivre à Érasme de
Rotterdam. J'ai fait le même cadeau à Érasme, le secrétaire de Bonisius.
L'Anversois qui m'a donné une tête d'enfant s'appelle Laurent Sterk[73].
J'ai dessiné le portrait de maître Bernard, le peintre de dame
Marguerite, et j'ai recommencé celui d'Érasme de Rotterdam[74]. J'ai
offert à Laurent Sterk un saint Jérôme assis et la Mélancolie.

  [71] Hugues Vandergoes, peintre distingué, que Vasari nomme Hugo
  d'Anversa. Pourquoi? Ce n'est sans doute pas parce qu'il est né à
  Gand vers 1430.--En 1476 il se fit ordonner prêtre, devint
  chanoine régulier au monastère de la Croix-Rouge, dans la forêt
  de Soignes, aux portes de Bruxelles, et mourut en 1482.

  Ses compagnons de retraite gravèrent cette inscription sur sa
  tombe:

    Pictor Hugo van der Goes humatus hic quiescit.
       Dolet ars, cum similem sibi modo nescit.

  [72] Bernard van Orley, ou Barend van Brussel, né à Bruxelles en
  1471, mort dans sa ville natale en 1541, peintre de Marguerite
  d'Autriche, gouvernante des Pays-Bas. Il eut la gloire d'être un
  des rares peintres flamands qui accueillirent Albert Dürer sans
  jalousie.

  [73] Receveur du Brabant pour le quartier de la ville d'Anvers.

  [74] Il est représenté à mi-corps dans son cabinet. Il écrit.
  Érasme ne fut pas content de ce portrait comme il l'avait été de
  celui fait par Holbein, qu'il avait gardé dix jours chez lui
  avant de le rendre, pour qu'il pût paraître dans la célèbre
  édition de l'_Éloge de la folie_, dite édition d'Holbein, parce
  que ce grand peintre l'avait illustrée de quatre-vingt-trois
  dessins, gravés sur cuivre, sans compter son portrait, celui de
  Morus et celui d'Érasme sur une seule planche. Oh! oh! s'était
  écrié le philosophe de Rotterdam en voyant ce portrait, si je
  ressemblais encore à cet Érasme-là, en vérité, je voudrais me
  marier. Albert Dürer a gravé ce portrait sur cuivre, avec cette
  inscription: «Imago Erasmi Roterodami ab Alberto Durero ad vivam
  effigiem delineata, MDXXVI.» Hauteur, 9 pouces 3 lignes; largeur,
  7 pouces 2 lignes.

[Illustration]

Six personnes de Bruxelles, dont j'ai fait le portrait, ne m'ont rien
donné.

J'ai acheté deux cornes de bœuf pour trois sous, et deux
uilenspiegels[75] pour un sou.

  [75] Albert Dürer parle-t-il de l'estampe de Lucas de Leyde, ou
  du petit livre populaire intitulé _Aventures de Thyl
  Uylenspiegel_, qui fut traduit en 1483 du néerlandais en
  allemand, selon les Flamands, ou de l'allemand en néerlandais,
  selon les Allemands? En 1613, Van der Hoeven, de Rotterdam, fit
  une nouvelle édition de cette bonne bouffonnerie avec ce titre:
  «Histoire de Thyl Uylenspiegel, relation des farces ingénieuses
  qu'il a faites; très-amusante à lire, avec de belles gravures.»
  Depuis on en a publié bon nombre corrigées et considérablement
  augmentées. Pour ma part j'en connais bien dix, en comptant celle
  qui est spirituellement illustrée par Paul Lauters. Je crois
  qu'Albert Dürer parle du livre, car de son temps la gravure
  devait déjà être très-rare. A peine gravée, la planche avait été
  perdue; peut-être Lucas l'avait-il détruite lui-même, car cette
  estampe n'était pas à la hauteur de ses autres ouvrages.

  Le graveur Henri Hondius en a fait une copie en 1644, avec cette
  inscription:

    Dees eerste vorm is wech, men vinter geen voor ons,
    Want een papiere Druck gelt vyftich Ducatons.
  «Cette forme première est perdue, on ne peut la retrouver; et un
  exemplaire sur papier se paye cinquante ducatons.»

Le dimanche après la Saint-Gilgen, je prends congé de Hans Ebner[76]. Il
ne veut rien recevoir de Hans Gender pour les sept jours que j'ai passés
chez lui. Je donne un sou à son domestique, et nous partons, M. Tommaso
et moi, pour Malines. Le soir, je dîne avec Mme de Nieuwkerk, et le lundi
de bonne heure je retourne à Anvers.

  [76] Ambassadeur nurembergeois; fut conseiller et bourgmestre de
  sa ville, et mourut en 1553.

Je déjeune le matin avec le facteur de Portugal, qui me donne trois
Porzolana[77], et Roderigo me prie d'accepter quelques objets en plumes
venant de Calcutta. J'achète pour Susanne une cape de deux florins dix
sous. Pendant mon absence, ma femme a dépensé quatre florins rhénans pour
un lessivage, un soufflet, une terrine, des pantoufles, du bois, des bas,
une cage de perroquet, deux gobelets et des pourboires; ses repas, sa
boisson, et d'autres choses de première nécessité, ont en outre coûté
vingt et un sous.

  [77] Tasses de Majolica. Poterie italienne.

Le lundi après la Saint-Égide, je rentre chez mon hôte Joost Plankfeld et
j'y dîne seize fois. Je donne au domestique de Nicolas Tommaso un sou
pour lui et six sous pour un cadre. Mon hôte me fait cadeau d'une poule
indienne et d'un fouet turc. Je dîne treize fois chez Tommaso. Les
seigneurs de Rogendorf m'invitent à dîner. J'accepte leur invitation et
je peins en grand leur écusson sur bois, pour qu'on pût le graver. Je
dépense un sou, et ma femme change un florin contre vingt-quatre sous. Je
dîne un jour avec Jacob Rechlinger dans la maison de Ficker, et, une
autre fois, avec toute la famille.

Je donne à Guillaume Havenhüth, le valet de pied du duc comte palatin
Frédéric, un saint Jérôme sur cuivre et les deux demi-feuilles
représentant Marie et saint Antoine; à Jacques Bonisius, une bonne figure
de sainte Véronique, un saint Eustache, la Mélancolie, saint Jérôme
assis, saint Antoine, les deux nouvelles Vierges et le Nouveau paysan; à
son secrétaire Érasme, qui a remis ma pétition, un saint Jérôme assis, la
Mélancolie, saint Antoine et les deux nouvelles Vierges, le tout d'une
valeur de sept florins. J'offre à l'orfévre Merx une Passion sur cuivre,
et je lui vends des gravures pour trois florins; je vends, d'un autre
côté, pour trois florins vingt sous d'objets d'art. Je donne au peintre
sur verre Honig quatre petites pièces sur cuivre. Je dîne trois fois chez
Bonisius. J'achète du fusain et du crayon noir pour quatre sous, du bois
pour un florin huit sous, et trois sous disparaissent sans que je puisse
dire où ils sont passés. Je dîne dix fois chez ces messieurs de
Nuremberg.

Maître Diderik, peintre sur verre, m'envoie de la couleur rouge que l'on
trouve à Anvers dans les briques nouvellement cuites. Je dessine le
portrait de maître Jacques de Lubeck. Il donne un florin de Philippe à ma
femme. Je le change pour avoir de la monnaie. J'offre à dame Marguerite
un saint Jérôme assis sur cuivre, je vends une Passion sur bois pour
douze sous, et un Adam et Ève pour quatre sous. Félix, le joueur de luth,
achète tout mon œuvre sur cuivre, ma Passion sur bois, ma Passion sur
cuivre, deux demi-feuilles, deux quarts de feuilles, pour huit florins
d'or. Je fais le portrait de Bonisius. Rodrigo m'envoie de nouveau un
perroquet; je donne deux sous de pourboire à son domestique. Je fais
présent au joueur de trompette Jean Van den Winkel d'une petite Passion
sur bois, d'un saint Jérôme en prière et d'une Mélancolie.

[Illustration:
    ALBERT DURER. P.
    PERUGINI. D.
    TAMISIER. SC.]

J'achète une paire de souliers pour six sous et une verge de mer pour
cinq sous; Georges Schlautersbach m'en avait donné une qui valait six
sous. Je dîne une fois avec l'agent des Focker, Wolf-Haller[78], à
l'occasion d'une invitation qu'il avait faite à messeigneurs de
Nuremberg. Je dîne avec ma femme, et je donne un sou au garçon de Hans
Deners. Je vends pour cent sous d'objets d'art. Je fais le portrait de
maître Jacques[79], le peintre des Van Rogendorf. Comme j'ai dessiné sur
bois l'écusson des Van Rogendorf[80], on me donne pour ma peine sept
aunes de velours. Je dessine au fusain le portrait de Jararott Pruk pour
un florin. Je dîne chez le facteur de Portugal. A Hans Schwarz[81], je
paye deux florins d'or pour mon portrait; je les lui envoie à Augsbourg
par l'entremise des Focker dans une lettre. J'achète une chemise de laine
rouge pour trente et un sous, de la couleur rouge que l'on trouve dans
les briques nouvellement cuites pour deux sous, et une corne de bœuf
pour neuf sous. Je dessine le portrait d'un Espagnol; je dîne avec ma
femme; je donne deux sous pour mille pierres à feu, et trois sous pour
deux tasses pareilles à celles que Félix et maître Jacques de Lubeck ont
données à ma femme. Je dîne chez Rogendorf et donne un sou pour une
brochure relatant l'entrée triomphale du roi à Anvers[82].

  [78] L'écusson de cette famille fut peint par Dürer, et peut-être
  même gravé sur bois.

  [79] Jacques Cornelisz, né au village de Oostzanen, et maître de
  Jean Schorel. En 1512, il jouissait déjà d'une grande réputation.
  Charles van Mandre a vu à Harlem, chez Corneille Suyver, une
  Circoncision peinte par lui en 1517, dont il dit le plus grand
  bien. Ce peintre avait un frère, nommé Buys, et un fils nommé
  Dirck Jacob; l'un a fait de beaux paysages, l'autre de beaux
  portraits. Jacques Cornelisz est mort à Amsterdam dans un âge
  avancé. Dürer l'appelle Jacques de Lubeck, parce qu'il avait été
  pensionné par les magistrats de cette ville.

  [80] Ce sont ces quelques mots qui ont fait dire qu'Albert Dürer
  ne grava pas sur bois. Comment supposer cependant qu'étant en
  apprentissage chez Wolhgemuth, au moment où ce peintre était déjà
  occupé des dessins de _la Chronique de Nuremberg_, il n'ait pas
  appris toutes les pratiques de l'atelier de son maître, et qu'il
  n'ait pas plus tard mis la main à quelques-uns des bois à sa
  marque. On convient généralement que les dessins de Dürer sont
  mieux gravés que ceux des autres artistes de son temps. N'en
  pourrait-on pas conclure qu'il donnait le dernier coup de ciseau,
  ou qu'il dirigeait le travail comme un homme qui sait le métier
  et qui ne grave pas habituellement, parce qu'il n'a pas le loisir
  de s'occuper de cet ouvrage long et minutieux?

  [81] Jean Swart ou Jean Lenoir, originaire de Groningue, fit des
  tableaux d'histoire et des paysages avec un égal succès. Ses
  toiles sont fort rares; mais j'ai vu beaucoup de charmantes
  gravures sur bois, gravées par lui ou d'après ses dessins. Il
  avait une grande prédilection pour les cavaliers turcs, armés de
  flèches et de carquois, car il en a mis partout. Il courut
  beaucoup le monde et finit par se fixer à Gouda en 1522.

  [82] Cornelii Graphæi gratulatio Caroli V imperatoris, 1520.
  Antverpiæ, apud Joan. Croccium. 8º.

Les portes étaient garnies de représentations allégoriques et de jeunes
filles presque nues; j'en ai vu rarement d'aussi belles[83]. J'ai changé
un florin pour avoir de la monnaie. A Anvers, on m'a montré plusieurs
ossements du géant[84]. L'os de la cuisse a quatre pieds et demi de long,
et est extrêmement lourd. Son omoplate est plus grande que le dos entier
d'une grande personne. Ce géant a eu dix-huit pieds de hauteur; il a
gouverné Anvers, et y a fait plusieurs choses surprenantes. Ces messieurs
de la ville ont beaucoup écrit sur lui dans un gros livre[85].

  [83] Dürer s'exprima plus longuement à ce sujet en causant avec
  Melanchthon qui, lors de son séjour à Nuremberg, vint souvent
  visiter le peintre. Il lui disait entre autres choses: «J'ai
  regardé ces jeunes filles fort attentivement et même brutalement
  (puisque je suis peintre).» Manlii Collectanea Locor. communium,
  page 345. Ces jeunes vierges étaient les plus belles personnes
  d'Anvers; elles étaient presque nues et habillées seulement d'une
  gaze légère. Lorsque Charles V fit son entrée triomphale, il ne
  se montra pas aussi admirateur que Dürer de leur beauté; car en
  passant devant elles il baissa les yeux, ce qui les indisposa
  fort contre lui.

  A cette époque, on voyait des vierges à peu près nues dans toutes
  les solennités de ce genre. Les jeunes filles se disputaient
  l'honneur d'être désignées par les juges institués _ad hoc_, car
  la mission de ces nouveaux Pâris était de choisir les plus belles
  et les mieux faites. Elles recevaient donc un diplôme de beauté,
  et plus tard leur mari pouvait dire avec un noble orgueil: Ma
  femme figurait à l'entrée de tel ou tel souverain.

  [84] Brabon.

  [85] Ce livre est un manuscrit du XVe siècle, que l'on trouve
  encore aujourd'hui dans les archives d'Anvers. C'est un in-folio,
  relié en corne blanche. Il porte ce titre: «Le vieux registre de
  divers mandements». Page 33, on lit l'histoire fabuleuse du géant
  Brabon et autres de son espèce.

L'école de Raphaël d'Urbin s'est considérablement amoindrie après la mort
de ce grand homme. Un de ses élèves, Thomas Polonius[86], bon peintre, a
désiré me voir; il est venu chez moi et m'a fait cadeau d'une bague en or
antique, ornée d'un beau camée d'une valeur de cinq florins, et dont on
m'a déjà offert le double. En retour, je lui ai donné pour six florins de
mes meilleures gravures. Je dépense trois sous pour un _calacut_, un sou
pour un messager, et trois sous avec des camarades.

  [86] Cet élève de Raphaël se nommait Thomaso Vincidore, de
  Bologne; il paraît avoir été envoyé en Flandre pour surveiller
  l'exécution de certaines tapisseries, faites d'après des dessins
  de Raphaël.

[Illustration:
    MARTIN. D.
    SOTAIMS]

J'ai offert à dame Marguerite, sœur du roi Charles, un exemplaire de mon
œuvre gravé; j'ai fait aussi pour elle, avec un grand soin, deux dessins
sur parchemin, que j'évalue à trente florins; et, pour son médecin, le
plan d'une maison qu'il veut bâtir. Je ne voudrais pas refaire ce
dessin à moins de dix florins. Je donne à Nicolas Ziegler un Christ mort
qui vaut trois florins, et au facteur de Portugal une tête d'enfant
peinte, que je vendrais bien un florin.

J'achète une corne de buffle pour dix sous, une patte d'élan pour un
florin d'or.

J'ai fait le portrait de maître Adrien au crayon, et celui de Wolf
Rogendorf au poinçon. J'ai dépensé deux sous pour des condamnations et
des dialogues, et j'ai donné à maître Adrien des œuvres d'art pour une
valeur de deux florins. On m'a vendu un seul crayon rouge un sou. J'ai
peint le portrait d'une dame noble dans la maison de Tommaso. J'ai offert
à Nicolas un saint Jérôme en prière et les deux nouvelles Vierges.

Le lundi après la Saint-Michel, je donne à Thomas Polonius tout mon
œuvre gravé. Par l'entremise d'un peintre, il doit être envoyé à Rome,
et l'on me promet en échange des dessins de Raphaël.

Je dîne avec ma femme, et je dépense trois sous pour la régaler.

Polonius a fait mon portrait[87] pour l'emporter à Rome. Je change une
couronne et garde onze florins pour mes besoins. Je donne neuf sous pour
du bois, et vingt sous pour porter ma malle à la barque de Bruges.

  [87] Ce portrait fut gravé au burin par André Stock. On lit cette
  inscription au bas de la planche: Effigies Alberti Dureri Norici,
  pictoris et sculptoris hactenus excellentissimi delineata ad
  imaginem ejus quam Thomas Vincidor de Bolognia ad vivum depinxit
  Antuerpiæ 1520. And. Stock, sculp. H. Hondius excudit 1639.

A Bruges, je dessine le portrait d'une femme qui me le paye un florin. Je
fais de grandes dépenses: un sou pour du vernis, un sou pour de la
couleur, treize sous pour des fourrures, un sou pour du cuir, et deux
sous pour deux écailles de moule. Dans la maison de Jean Gabriel, je
peins le portrait d'un Italien pour deux florins d'or. J'achète un sac de
voyage deux florins et quatre sous.

Le jeudi après la Saint-Michel, je pars pour Aix-la-Chapelle. Je prends
avec moi un florin et un noble, et j'arrive le dimanche à Aix-la-Chapelle
après avoir passé par Maëstricht et par Gulpen. Jusqu'à présent mon
voyage, tout compris, m'a coûté trois florins.

A Aix-la-Chapelle, je vois les colonnes que Charles a fait venir de Rome,
et qui sont ornées de chapiteaux de porphyre rouge et vert. Elles sont
faites très-artistement d'après Vitruve. Je peins deux fois le portrait
de Hans Ebner[88], et je dessine au fusain ceux de Georges
Schlaudersbach, du jeune Christophe Groland et de mon hôte Pierre Van
Enden. Je donne deux sous pour une pierre à aiguiser, cinq sous pour un
bain et deux deniers au domestique de la ville qui m'a conduit à la salle
du Conseil; je paye pour cinq deniers de boisson à des camarades, et je
perds sept sous au jeu avec Hans Ebner. Je dessine dans mon album les
portraits de Paulus Topler et de Martin Pfinzing.

  [88] C'est à la famille d'Ebner que nous devons le journal
  d'Albert Dürer. M. C. G. de Murr, qui a publié le texte allemand,
  dit qu'il l'a tiré _ex bibliotheca Ebneriana_. M. Frédéric
  Verachter, le savant archiviste de la ville d'Anvers, a traduit
  en flamand ce document précieux. Je me suis beaucoup aidé de son
  travail qui est fait avec une grande intelligence; pour être tout
  à fait juste, je dois dire que sans lui je ne serais jamais
  parvenu à rendre clairs une certaine quantité de passages qui
  étaient restés inexpliqués jusqu'à ce jour.

Je vois à Aix-la-Chapelle le bras de l'empereur Henri, la chemise de la
vierge Marie et d'autres reliques. Je dessine l'église de Notre-Dame, et
je fais le portrait de Sturm[89]. Je dessine le portrait des sœurs de
Kopffinger, une fois au charbon et une fois au crayon noir. Je donne dix
sous pour une grande corne de bœuf, et je perds trois sous au jeu.
J'offre à la fille de Tomasius une peinture de la Trinité d'une valeur de
quatre florins, et je dépense un sou pour du cirage, trois sous pour un
bain, huit sous pour une corne de buffle, et deux sous pour une ceinture.

  [89] Gaspard Sturm, dit Teutschland (Allemagne), le héraut
  d'armes qui assista à la prise du château de Sickingen, et qui
  fut chargé de conduire Luther à la diète de Worms. (Voir la _Vie
  de Luther_, par Audin, t. VI, p. 207.)

[Illustration]

Le 23 octobre, j'assiste au couronnement du roi Charles à
Aix-la-Chapelle; c'est si beau et si riche, que de la vie je n'ai vu
pareil spectacle, et que je renonce à le décrire. Je donne à Mathias pour
onze florins de mes gravures et trois pièces à Stéphan, chambellan de
dame Marguerite. J'achète un chapelet de bois de cèdre pour dix sous, et
je perds trois demi-sous au jeu. Je donne deux sous au barbier et quatre
sous pour deux verres de lunettes; je perds encore une pièce blanche au
jeu.

Le vendredi qui précède la fête de Simon et Judas, je me rends à Louvain,
laissant sept sous de pourboire dans la maison de mon hôte; je visite
l'église où est la tête de sainte Anne.

Le dimanche, nous arrivons à Cologne.

A Bruxelles, j'ai été hébergé complétement par ces messieurs de
Nuremberg, qui n'ont rien voulu accepter. A Aix-la-Chapelle, ils
m'avaient déjà rendu le même service pendant trois semaines; ils me
conduisent à Cologne, où ils me renouvellent le refus d'accepter la plus
légère rétribution.

Je dépense cinq sous pour un traité de Luther, un sou pour la
condamnation de cet homme courageux, un sou pour un chapelet et deux
sous pour une ceinture. J'offre à Léonard Groland ma grande corne de
bœuf, et mon chapelet en bois de cèdre à Hans Ebner. J'achète une paire
de souliers pour six sous et une petite tête de mort pour deux sous. Je
donne un sou pour de la bière et du pain, deux sous au barbier, à Ziegler
Linhart des gravures pour deux florins, et deux sous à celui qui m'a
laissé voir le tableau de maître Stephanus[90]. Je dépense deux sous avec
des camarades et un sou pour un petit traité. Je fais le portrait de la
sœur de Gott-Schalken. Le dimanche soir après la Toussaint, je suis
encore à Cologne et j'assiste au bal[91] et au festin donnés par
l'empereur Charles; c'est fort beau. Je dessine l'écusson de Staber, et
j'offre à un jeune comte de Cologne une Mélancolie et au duc Frédéric ma
nouvelle Vierge. Je fais au charbon le portrait de Nicolas Haller et je
donne deux sous au portier, trois sous pour deux petits traités et dix
sous pour une corne de vache.

  [90] Stephen Lochner (de Constance), et non Lothner comme on l'a
  cru longtemps, né....? mort en 1451. Le tableau en question est
  un triptyque dont le panneau central représente l'Adoration des
  Mages. Les volets sont peints des deux côtés, celui de droite
  nous montre sainte Ursule et ses compagnes à l'intérieur, et à
  l'extérieur l'Annonciation; sur celui de gauche, on voit à
  l'intérieur saint Géréon, le glorieux patron de la ville de
  Cologne, et un ange à genoux à l'extérieur. Avant la visite
  d'Albert Dürer il était attribué tantôt à Philippe Kaff, tantôt à
  Willem; depuis, il n'y a plus eu d'incertitude. Ce chef-d'œuvre
  est aujourd'hui dans la cathédrale de Cologne (chapelle
  Sainte-Agnès), où on l'admirerait sans restriction s'il n'avait
  pas subi quelques regrettables retouches. Une inscription que
  l'on peut lire sous le tableau dit qu'il a été peint à l'huile en
  1410.

  [91] Il en fit un dessin gravé sur bois. Voir Bartsch, _le
  Peintre-Graveur_, 38.

A Cologne, je visite l'église de Sainte-Ursule ainsi que son tombeau; je
vois les statues des vierges et aussi celles des saints. Je dessine au
fusain le portrait de Forherwerger, et je donne à la femme de Nicolas
huit sous parce qu'elle m'a offert l'hospitalité.

J'ai séjourné huit jours à Bruxelles, trois semaines à Aix, quatorze
jours à Cologne, et ces trois messieurs de l'ambassade de Nuremberg,
Léonard Groland, Hans Ebner et Nicolas Haller, m'ont constamment hébergé.
J'ai fait des portraits chez les nonnes pour sept sous et leur ai offert
trois demi-feuilles de gravures sur cuivre.

Le lundi après la Saint-Martin, ces messieurs de l'ambassade de Nuremberg
m'apprennent qu'ils viennent d'obtenir pour moi le titre de peintre de la
cour de l'empereur Charles[92].

  [92] Cet acte de Charles V est du 4 novembre 1520, daté de
  Cologne. Par cet acte, les magistrats furent chargés de payer à
  Dürer la pension viagère de cent florins, qui lui avait été
  accordée par l'empereur Maximilien. La pièce originale de cet
  acte est encore aux archives de Nuremberg.

Dorfer m'invite une fois chez Staber et une autre fois chez le vieux
Wolfgang. Je dîne aussi chez mon cousin Nicolas; j'offre un florin à sa
femme, deux liards à sa petite fille, sept sous à la servante et un saint
Eustache à son domestique, car je leur ai donné beaucoup de mal à tous.

Le mercredi de la Saint-Martin, après avoir acheté une petite tête de
mort en ivoire pour un florin, et une paire de souliers pour sept sous,
je remonte de bonne heure le Rhin avec le bateau de Cologne; nous
arrivons à Zons, de là à Neus et puis à Stain, où nous passons la nuit
pour deux sous. Le lendemain, nous voyons Keizerswerth, Duisburg, Orson
et nous couchons à Rheinberg pour six sous. De là nous allons à Wezel, à
Rees, à Entmerich, à Thomas et enfin à Nimègue, où on nous donne un
mauvais lit pour quatre sous. Le lendemain, nous partons pour Thiel, Pust
et Entmerich, où je m'arrête un moment. J'y fais un bon dîner pour trois
sous. Je profite d'un grand coup de vent qui nous empêche de continuer
notre route pour dessiner le portrait d'un compagnon orfévre d'Anvers,
nommé Pierre Federmacher, une tête de femme et un croquis d'après
l'aubergiste.

C'est seulement le dimanche que nous arrivons à Nimègue. Je donne vingt
sous au batelier.

Nimègue est une jolie ville qui possède une belle église et un château
fort bien situé.

A Thiel, sur le Waal, nous quittons le Rhin pour remonter la Meuse; nous
arrivons à Terveer, où il y a deux tours, nous y passons la nuit et je
dépense sept sous.

Le vendredi matin, nous partons pour Bommel; là survient une furieuse
tempête qui nous oblige à louer pour un florin des chevaux de paysan qui
nous portent tant bien que mal à Bois-le-Duc. Bois-le-Duc est une jolie
ville qui renferme de belles et riches églises et qui est solidement
fortifiée. J'y dépense dix sous que maître Arnold[93] veut absolument
payer. Les orfévres de l'endroit viennent me voir et me font beaucoup de
politesses.

  [93] Arnold de Beer, élève de Lambert Suterman, peintre d'Anvers.
  Il s'est fait une réputation comme dessinateur plutôt que comme
  coloriste.

Le jour de Notre-Dame, nous arrivons de bonne heure au magnifique village
d'Osterwyck, de là à Tilborg, où nous faisons un repas assez convenable,
et nous restons coucher à Baerle; mais comme mes compagnons tombent en
désaccord avec l'aubergiste, nous partons pour Hoogstraeten après deux
heures de repos. Arrivés à Harfth, nous déjeunons en face de l'église
Saint-Léonard pour quatre sous.

Le jeudi après l'Assomption, je revois Anvers; je donne quinze sous au
voiturier et je vais me loger de nouveau chez Joost Planckfeld. Je dîne
trois fois avec lui et deux fois avec ma femme. Le premier portrait que
je fais est celui de Nicolas Sombalis.

Pendant sept semaines qu'a duré mon voyage, ma femme et ma servante ont
dépensé sept couronnes pour le ménage et quatre florins pour les menus
objets. Je dépense quatre sous avec des camarades. Je dîne six fois chez
Tommaso.

Le jour de la Saint-Martin, dans l'église de Notre-Dame, on coupe la
bourse de ma femme; elle valait un florin et contenait deux florins et
quelques clefs.

Le soir de la Sainte-Catherine, je paye à Joost Planckfeld dix couronnes
d'or en à-compte de ce que je lui dois.

Je dîne deux fois chez les Portugais. Rodrigue me fait cadeau de six noix
indiennes; je donne deux sous à son domestique, et dix-neuf sous pour du
parchemin. Je prends la monnaie de deux couronnes.

Je vends les gravures suivantes: deux Adam et Ève, très-belles épreuves,
un saint Jérôme, un cavalier, une Némésis, un saint Eustache, dix-sept
pièces gravées à l'eau-forte, huit quarts de feuilles, dix-neuf pièces
sur bois, sept mauvaises gravures sur bois et dix livres de la petite
Passion, le tout pour huit florins; pour une once de couleur de plomb je
donne trois gros livres. Je prends la monnaie d'un florin de Philippe et
ma femme celle d'un florin simple.

A Ziericzée (en Zélande), une forte marée chassée par l'ouragan fait
échouer une baleine; elle a plus de cent toises de long et personne ne se
souvient d'en avoir vu une pareille en Zélande.

Ce poisson ne peut être mis à flot; les habitants voudraient s'en
débarrasser parce qu'il infecte la contrée. Il est si monstrueux qu'ils
n'espèrent pas avant six mois d'ici pouvoir le mettre en pièces et le
réduire en huile.

Stéphan Capello me donne un chapelet en cèdre, à condition que je ferai
son portrait. J'achète pour quatre sous de tripoli et du papier pour
trois sous.

Je fais le portrait de Félix à genoux, à la plume, dans son album; il me
donne cent huîtres. Je fais présent au seigneur Lazare, surnommé le
Grand Homme, d'un saint Jérôme sur cuivre et de trois grands livres.
Rodrigue m'envoie du vin fort et des huîtres. J'invite à dîner Tomasin
Gerhard, sa fille et son mari, Honing, le peintre sur verre, Félix, Joost
et sa femme; cela me coûte deux florins. Thomassin me fait cadeau de
trois aunes de gros damas.

Le soir de la Sainte-Barbe, je me rends à Bergen[94], je dépense un
florin six sous et douze sous pour le cheval. J'achète dans cette ville
une faille pour ma femme; je la paye un florin sept sous; je donne six
sous pour trois paires de souliers, un sou pour un microscope et six sous
pour une pomme d'ivoire.

  [94] C'est à Berg-op-Zoom que Dürer veut dire.

Je dessine les portraits de Jean de Haes[95], de sa femme et de ses deux
filles au charbon noir, et je fais des croquis de sa servante et d'une
vieille femme au poinçon sur son album. Je visite la maison de ville de
Bergen, elle est très-belle. Bergen est une ville fort agréable en été:
elle a deux foires considérables par an.

  [95] Sculpteur, né à Metz.

La veille de la fête de la Vierge, je pars avec mes compagnons pour la
Zélande. Sébastien Imhoff me prête cinq florins.--Nous passons la
première nuit sur le navire à l'ancre; il fait très-froid et nous n'avons
rien à boire ni à manger. Le samedi, nous arrivons à Ter-Goes, où je
dessine une jeune fille avec son costume national. Nous partons pour Erma
et arrivons devant l'île de Walcheren; nous passons la nuit à Ernig; de
là nous allons à Middelbourg. Dans l'église de l'abbaye[96], je remarque
le grand tableau de Jean de Mabuse[97], qui est mieux peint que
dessiné[98]. De là je pars pour la jolie ville de Terveer, où relâchent
des vaisseaux de tous les pays.

  [96] L'abbaye de l'ordre de Prémontré, dédiée N.-D. et à saint
  Nicolas.

  [97] Jean Gossaert, dit _Jean de Maubeuge,_ né à Maubeuge vers
  1470, mort le 1er octobre 1532, mort à Anvers, où il fut enterré
  à Notre-Dame.

  [98] Une Descente de Croix qui avait été commandée par l'abbé
  Maximilien de Bourgogne. Ce tableau, un des meilleurs du maître,
  fut détruit par la foudre le 24 janvier 1568.

A Aremuidem, il nous arrive un grand malheur. Au moment où nous voulons
prendre terre, après avoir lancé notre câble sur le rivage et qu'une
grande partie de l'équipage est déjà descendue, un vaisseau vient se
heurter avec force contre le nôtre. Comme à cause de la presse j'avais
laissé passer devant moi la foule, j'étais encore dans le navire avec
Georges Kotzler, deux vieilles femmes, le capitaine du navire et un
mousse. Le vaisseau qui nous avait abordés nous entraîne, et malgré nos
efforts nous ne parvenons pas à nous dégager. Alors le câble se rompt et
un violent coup de vent nous rejette en pleine mer.--C'est en vain que
nous crions au secours, personne n'ose se hasarder, le capitaine se
lamente parce que ses matelots sont descendus et que son navire n'est
plus assez chargé. La position est désespérée, le vent souffle avec
violence et nous ne sommes pas plus de six personnes à bord. Je dis au
capitaine de prendre courage et de mettre son espoir en Dieu.

--Et après? me répondit-il.

--Et après, lui dis-je, carguez la petite voile.

Nous exécutons tant bien que mal cette manœuvre en réunissant tous nos
efforts.

Ceux qui sont sur la côte, nous voyant lutter énergiquement contre la
mort, se décident à venir à notre aide et nous réussissons à reprendre
terre.

Middelbourg est une bonne cité qui a une jolie maison de ville et une
superbe tour; tout cela est fait avec art. Dans l'abbaye, il y a un jubé
remarquable et un imposant portique en pierre. L'église paroissiale est
très-belle; si j'y retourne jamais, je prendrai un croquis de cette
charmante ville.

La Zélande est du reste un pays bien curieux, le niveau de la mer y
dépasse la plaine.

A Ernig, je fais le portrait d'un aubergiste.

Maître Hugo, Alexandre Imhoff et Frédéric, le serviteur des Hierchvogel,
me donnent chacune une poule indienne qu'ils ont gagnée au jeu, et
l'aubergiste me fait cadeau d'un bel oignon.

Le matin, nous repartons avec le bateau, nous arrivons bientôt à Terveer
et ensuite à Ziericzée, où j'aurais voulu admirer la baleine, mais la
marée l'avait emportée. Je donne deux florins pour des plumes, deux
florins pour un manteau, quatre sous pour une cage et trois sous à celui
qui me l'a apportée; je perds six sous au jeu et je repars pour Bergen.
Je peins l'aubergiste Arden et Schnabhann. Je donne dix sous pour un
peigne en ivoire, deux florins moins cinq sous pour une plaque d'étain
ordinaire. Je fais les portraits du jeune Bernhard de Bresles, de Georges
Kotzler et de François de Cambrai. Chacun me paye un florin. J'oubliais
Jean de Has-Eiden, à qui je rends le même service et qui me donne aussi
un florin. J'achète encore deux plaques d'étain pour quatre florins moins
dix sous et peins Nicolas Soilir.

Voilà neuf fois depuis mon départ de Zélande que je dîne à Bergen,
chaque fois à raison de quatre sous. Je donne trois sous au voiturier,
et le vendredi après la Sainte-Lucie j'arrive à Anvers, chez Joost
Planckfeld. Je dîne avec ma femme chez mon hôte et je paye la dépense.

[Illustration:
    FAC-SIMILE D'APRÈS ALBERT DURER.  BAUDRAN SCULP.
    BOURGEOIS D'ANVERS. (Cabinet de M. Didot.)
    Gazette des Beaux Arts.  Imprimerie A. Salmon]

Le seigneur Lazare de Ravensberg me donne en retour des trois livres dont
je lui ai fait présent autrefois quelques curiosités d'histoire
naturelle. Je change une couronne. Le facteur de Portugal m'envoie un sac
de velours brun et une boîte treillagée.

J'achète plusieurs petites guenons (Mehrkätzlein) pour quatre florins
d'or, cinq poissons pour quatorze sous et un petit traité de deux sous.
Je donne à Lazare de Ravensberg un portrait peint sur panneau qui m'a
coûté six sous, huit pièces de grandes gravures sur cuivre et une Passion
sur bois, le tout valant plus de quatre florins. Je fais changer un
florin de Philippe; j'achète pour six sous un panneau, j'esquisse le
portrait du domestique de l'agent de Portugal et je le lui donne comme
cadeau de nouvel an avec deux sous de pourboire. J'offre à Bernard
Stecher tout mon œuvre gravé sur cuivre. J'achète pour trente et un sous
de bois. Je fais le portrait de Gerhard Pombelli et celui de la fille du
procureur Sébastien. Je donne à Wolff de Rogendorff une Passion sur
cuivre et une autre sur bois. Gerhard Pombelli m'envoie un mouchoir turc
à dessins, et Wolff de Rogendorff, sept aunes brabançonnes de velours. Je
donne un florin de Philippe à son domestique. Je dîne huit fois chez les
Portugais, une fois chez le Trésorier, dix fois chez Tommaso, une fois
chez Lazare de Ravensberg, une fois chez Wolff de Rogendorff, une fois
chez Bernard Stecher, une fois chez Arnold Meyting, une fois chez Gaspard
Lewenter, et chaque dîner me coûte un pourboire de quatre sous.

Je donne trois sous à un homme d'après qui j'ai fait une étude et deux
sous à son domestique. J'achète pour quatre sous de lin et je vends pour
quatre florins de mes gravures. Je change une couronne et je donne six
sous au pelletier. Je perds six sous au jeu et je dépense six sous. Je
change un noble à la rose; pour dix-huit sous j'achète des raisins et
trois paires de couteaux. En divers payements, je donne deux florins à
Joost; j'offre à maître Jacques deux saint Jérôme sur cuivre, et à
chacune des trois filles de Tommaso une paire de couteaux de cinq sous.
J'ai joué plusieurs fois et fini par perdre sept sous. Rodrigues me fait
présent d'une pomme de senteur que l'on cueille sur l'arbre du musc, de
quelques autres raretés encore et d'une boîte de sucre. Je donne cinq
sous à son domestique. Je dessine au charbon le portrait de la femme de
Joost. J'achète trois coupons de drap pour quatre florins cinq sous. Ma
femme a été marraine d'un enfant, et ce plaisir lui a coûté un florin,
sans compter quatre sous pour la garde. Je change une couronne, je
perds deux sous au jeu et je dépense deux sous.

[Illustration:
    ALBERT-DURER. P.
    AH CABASSON.D.
    E. SOTAIN. S]

Je donne à maître Thiéry, peintre sur verre, une Apocalypse, au jeune
facteur de Portugal, le seigneur Francisco, ma pièce avec le petit enfant
qui vaut lix florins, et au docteur Loffen, d'Anvers, les quatre livres
et un saint Jérôme sur cuivre. J'exécute pour Joost Planckfeld l'écusson
de Staber et un autre encore. Je fais les portraits du fils et de la
fille de Tommaso au poinçon et une figure d'archiduc à l'huile sur
panneau.

Rodrigues Scrivan, de Portugal, me fait présent de deux filets de
Calcutta en soie, d'un bonnet rempli d'ornements, d'un petit vase avec du
_mirabolon_ et d'une branche de cèdre. Tout cela vaut au moins dix
florins. Je donne cinq sous à son domestique. J'achète un pinceau pour
deux sous. J'ai fait sur la commande de Focker un dessin pour masque; je
reçois pour ce travail un angelot[99]. Je change un florin et donne huit
sous pour deux petites cornes à herbes. Je perds trois sous au jeu et
change mon angelot. Pour Tommaso, j'exécute deux feuilles de jolis
masques.

  [99] L'angelot valait deux florins et deux sous. L'archange
  Michel y était figuré, tenant de la main droite une épée, et de
  la gauche un écu chargé de trois fleurs de lis. Sous ses pieds,
  il avait un serpent.

J'ai peint à l'huile une bonne figure de Véronique, ce tableau vaut douze
florins. Je l'ai donné à Francisco, facteur de Portugal. J'ai fait de sa
femme un portrait à l'huile qui vaut mieux que le précédent, et je l'ai
donné au facteur Brandon, de Portugal. Pour le premier objet, ma servante
a reçu en pourboire un florin de Philippe, un florin pour la Véronique et
un florin de Brandon.

La veille du carême, les orfévres m'invitent à dîner avec ma femme. Je
vois là beaucoup de gens distingués. Le banquet est superbe et l'on me
rend beaucoup d'honneurs. Vers le soir, le vieux fonctionnaire de la
ville[100] m'invite et me reçoit très-bien, je vois chez lui de
très-drôles de masques. Je fais le portrait de Florez, organiste de dame
Marguerite. Le lundi soir, j'ai été invité à un grand dîner chez H.
Lupez[101]. La fête a été fort belle et a duré jusqu'à deux heures;
Laurent Stark m'a donné une pelisse espagnole; à ce festin, il y avait
des masques très-richement mis, on remarquait surtout Tomasso et
Branbell. J'ai gagné deux florins au jeu et donné quatorze sous pour un
petit panier de raisins. J'ai fait au crayon noir le portrait de Bernard
de Castell que j'avais battu au jeu.

  [100] Le chevalier Gérard van de Werve.

  [101] Thomas Lopez (le chevalier), ambassadeur du roi de
  Portugal.

Le frère de Gérard Tommaso m'envoie quatre aunes brabançonnes du meilleur
satin et trois grandes boîtes incrustées, je donne trois sous à sa
servante. J'achète pour treize sous de bois et pour deux sous de vernis.
J'ai fait au poinçon un joli portrait de la fille du procureur. Je change
un angelot. Maître Jean[102], bon statuaire, né à Metz, qui a étudié en
Italie et ressemble beaucoup à Christophe Holer, m'a prié de dessiner son
portrait au crayon. Je l'ai fait avec plaisir. Je donne à Jean Turcken
trois florins pour des objets d'art italien et pour une once de bon
outremer.

  [102] De Haes.

Pour la petite Passion en bois, je reçois trois florins; et, pour quatre
livres de gravures de Schaufelein[103], aussi trois florins. J'achète
deux salières en ivoire de Calcutta, je les paye deux florins. Rudinger
de Gelern me donne une petite corne pleine de monnaie d'or et d'argent,
un quart de florin environ, pour trois grands livres, et un cavalier sur
cuivre. Je dépense onze sous pour des objets d'art, deux florins de
Philippe pour un saint Pierre et saint Paul, que je veux donner à Mme
Koler, et six sous pour du bois. Je dîne chez le Français, deux fois chez
Hirschvogel, et une fois chez maître Pierre[104] l'écrivain, avec Érasme,
de Rotterdam. Je donne un sou à l'homme qui me montre la tour d'Anvers;
cette tour[105] sera plus haute que celle de Strasbourg. De là, je vois
la ville dans tous les sens; cette vue est très-belle. Je change un
angelot. Le facteur Brandon me fait cadeau de deux grandes cannes à sucre
blanc, d'un bol, de deux pots verts remplis de sucreries, et de quatre
aunes de fort satin. Je donne dix sous à son domestique. Je fais au
poinçon le portrait de la jolie fille de Gerhard. Je change un angelot.
J'ai dîné chez le receveur Laurent Serk, qui m'a donné une petite flûte
en ivoire et de la jolie porcelaine; je lui ai remis, en échange de sa
politesse, un exemplaire de mon œuvre, ainsi qu'à Adrien[106], l'orateur
de la ville d'Anvers. J'ai offert à la chambre des riches commerçants
d'Anvers (les merciers) un saint Nicolas assis; on m'a prié d'accepter
trois florins de Philippe de gratification. J'ai donné à Pierre (le
menuisier de la ville) les vieux cadres de saint Jérôme, et quatre
florins pour le cadre du portrait du receveur. J'ai acheté pour onze sous
de bois, et payé quatre sous à un paysan.

  [103] Hans Schaufelein, un des bons élèves d'Albert Dürer.

  [104] Pierre Ægidius, plus tard greffier de la ville d'Anvers.
  C'était un ami intime d'Érasme et du chancelier Thomas Morus.
  Ægidius se trouvant un jour avec Érasme chez Quentin Metsys, ce
  peintre fit leur portrait sur deux panneaux ovales, attachés l'un
  à l'autre avec cette inscription latine:

    Quanti olim fuerant Pollux et Castor amici,
      Erasmus tantos Ægidiumque fere.
    Morus ab is dolet esse loco, conjunctus amore,
      Tam prope quam quisquam vix queat esse sibi.
    Sic desiderio est consultum absentis ut horum
      Reddat amans animum littera, corpus ego.

  Pierre Ægidius, autrement dit Gillis, naquit à Anvers en 1486, et
  laissa plusieurs écrits remarquables. Il mourut dans sa ville
  natale en juin 1533. Son père, Nicolas Ægidius, avait été bailli
  d'Anvers.

  [105] Cette tour fut commencée en 1422, par un architecte nommé
  Jean Amelius de Bologne, selon les uns; selon les autres, par
  Pierre Smit, dit Appelmans, qui bâtit l'église de Saint-Georges
  et beaucoup de maisons des environs. Quoi qu'il en soit, il
  paraît, d'après le témoignage de Dürer, qu'en 1520 cette tour
  n'était pas encore achevée. Elle a cent vingt-deux mètres neuf
  cent vingt-cinq millimètres de haut. Albert Dürer n'est donc pas
  de beaucoup au-dessous de la vérité, puisque la flèche de
  Strasbourg n'en a que cent quarante-deux.

  [106] Adrien Herbouts, né et mort à Anvers, devint pensionnaire
  de cette ville en 1506. On voyait autrefois son épitaphe dans
  l'église des Pauvres-Claires:

    D. O. M.
    D. Adriano Herbouts,
    Præclaræ hujus urbis per XLI ann.
    Pensionario
    Utriusque juris doctori
    Decessit X Januarii CI[C]. I[C]. XLVI
    Elisabethæ nilis illius conjugi
    Obiit IX Augusti, anno CI[C]. I[C]. XXXIII.
    Levinæ legitimæ utriusque illorum F.
    Nicolai van der Heyden uxori;
    Periit dolore partus,
    XXIV Martii A. CI[C]. I[C]. XXVII.

J'ai confié ma malle à Jacques et André Heszler, qui doivent la
transporter à Nuremberg pour deux florins par quintal; ils la remettront
au vieil Hans Imhoff. Je leur ai déjà donné deux florins.

Le dimanche _Judica_, 1521, Rodrigues m'envoie six noix de coco, une
jolie branche de corail, et deux florins d'or de Portugal pesant chacun
onze ducats. Je donne quinze sous à son domestique.

Je paye six sous pour un aimant. J'envoie à maître Hugo, à Bruxelles, un
petit morceau de porphyre, une Passion sur cuivre, et quelques autres
pièces. Je fais pour Tomasso un dessin d'après lequel on va peindre sa
maison. J'ai fait avec empressement un saint Jérôme à l'huile pour
Rodrigues, qui a donné à ma servante Suzanne un ducat de pourboire. J'ai
donné dix sous à mon confesseur, et quatre sous pour une petite tortue.

J'ai dîné chez Gilbert, qui m'a offert un petit bouclier de Calcutta,
fait avec une écaille de poisson, et de petits gantelets. J'ai fait au
crayon rouge le portrait de Cornelis[107], secrétaire de la ville
d'Anvers; il est parfaitement réussi. J'ai acheté six brosses pour vingt
sous, et six ceintures de soie pour trois florins seize sous. Je les ai
offertes aux femmes de Gaspard Nutzel, Hans Imhoff, Spingler et
Loffelhotz, et je leur ai donné par-dessus le marché une bonne paire de
gants. Gaspar Nutzel, Hans Imhoff, Spengler et Jérôme Holzschuher ont
reçu de moi de très-jolies choses. J'ai fait cadeau à Pirkeimer d'un beau
bonnet et d'un riche encrier.

  [107] Graphæus ou Schryver, ou encore Scribonius, né à Alost en
  1482. Savant très-versé dans les langues étrangères. Il mourut à
  Anvers le 19 décembre 1558 et fut enterré dans l'église
  Notre-Dame. Son tombeau, élevé par son fils Alexandre, porte
  l'inscription suivante:

    Cornelius Scribonius
    Præclaræ hujus urbis a secretis,
    Sibi suisque
    Et Adrianæ Philippæ
    Dulciss. uxori vivens pos.
    Ipsa quidem vixit ann. LXXI.
    Uno et XL. ann. marita:
    Matrona et prudentiss.
    Et pietatis cultrix eximia.
    Ille vero caram secutus conjugem,
    Migravit XIX Decembris M. D. LVIII
    Cum vixisset annos LXXVI

Je dîne chez maître Adrien, qui me fait présent d'un petit tableau
représentant Loth et ses deux filles, peint par Joachim Patenier. Je
vends à Hans Grun pour un florin d'objets d'art. Rudiger de Gelern
m'envoie un morceau de bois de santal. Je donne un sou à son domestique.
Je fais le portrait à l'huile de Bernard de Reszen; il me le paye huit
florins, et donne de plus une couronne à ma femme et un florin de
vingt-quatre sous à Suzanne, ma servante.

Je donne quatre sous à mon confesseur. Je vends pour quatre florins dix
sous de gravures; j'achète du baume pour cinq sous, du bois pour douze
demi-sous, et quatorze pièces de bois français pour un florin. Je donne à
Ambroise Hochstetter[108] une Vie de la Vierge, en échange de quoi je
reçois un dessin de son navire. Rodrigues offre une petite bague, qui
vaut plus de cinq florins, à ma femme.

  [108] Ambroise et Jean, deux frères, riches marchands,
  originaires d'Augsbourg, arrivés à Anvers vers 1485.

J'ai fait au fusain le portrait du secrétaire du facteur Brandon, et
celui de sa négresse au poinçon. J'ai peint le portrait de Rodrigues sur
une grande feuille de papier, avec de la couleur noire et blanche.

J'ai acheté une pièce de camelot de vingt-quatre aunes qui me coûte seize
florins et un sou pour l'emporter avec moi; j'ai aussi acheté des gants
pour deux sous. Lucas de Dantzig, dont j'ai dessiné le portrait au
charbon, m'a donné un florin et un morceau de bois de santal.

Le samedi après Pâques, je pars d'Anvers pour Bruges avec Hans Luber et
maître Jean Plos, bon peintre, né à Bruges. Nous passons par Beveren, un
gros village; de là, nous allons à Vracène, un autre gros village. De
bourg en bourg, de village en village, nous arrivons enfin à Saint-Paul,
qui est célèbre par la richesse de ses habitants et de son abbaye. Après
avoir passé par Kalve, nous allons loger à Erdvelde.

Le dimanche matin, nous nous rendons à Eecloo, très-gros bourg qui a une
chaussée et un marché. Nous y déjeunons; nous traversons Maldeghem et
quelques autres villages d'un fort joli aspect, et nous arrivons à
Bruges, qui est une belle ville.

Jusqu'ici mon voyage me coûte vingt et un sous.

Arrivé à Bruges, Jean Plos me donne l'hospitalité chez lui et fait
préparer le soir même un banquet; il invite beaucoup de monde. Le
lendemain, l'orfévre Marx en fait autant.

On me mène au palais de l'empereur, riche et beau bâtiment.

Dans la chapelle de ce palais, il m'est permis d'admirer le tableau de
Rudiger[109] et d'autres productions remarquables d'un ancien grand
maître. Je donne un sou à l'homme qui me les fait voir. J'achète trois
peignes d'ivoire peur trente sous. On me conduit ensuite à Saint-Jacques
devant les belles peintures de Rudiger et d'Hugo[110], deux grands
artistes. Je vois aussi la statue de la Vierge en albâtre faite par
Michel-Ange[111] de Rome; elle est dans l'église Notre-Dame. Je visite
successivement plusieurs églises où se trouvent tous les tableaux de
Jean[112] et d'autres artistes remarquables.

  [109] Rogier van der Weyden.

  [110] Hugo van der Goes. Le tableau dont il est question ici est
  une sainte Vierge avec l'enfant Jésus.

  [111] Cette admirable statue est encore aujourd'hui dans la même
  église.

  [112] Albert Dürer parle-t-il de Jean van Eyck? C'est probable.
  Cependant il pourrait être question de _Jean Hemmlinck_ ou de
  _Jean Spital_.

La chapelle des peintres renferme aussi des choses très-curieuses.

Après m'avoir offert un riche banquet, les peintres me mènent à leur
chambre de gilde, où se trouvent plusieurs personnes distinguées telles
qu'orfévres, peintres et marchands. Ils me forcent courtoisement à souper
avec eux; on me régale, on me choie, bref, on me fait beaucoup
d'honneurs. Les conseillers Jacques et Pierre Mostaert m'offrent douze
mesures de vin, après quoi toute la société, composée de soixante
personnes, me ramène chez moi avec des lanternes.

J'ai également visité la société du tir. J'y ai admiré le grand plat à
poisson qu'on sert sur la table des tireurs et qui a dix-neuf pieds de
long, sept de haut et trois de large.

Avant mon départ, je fais au poinçon les portraits de Jean Plos et de sa
femme, et je donne dix sous à ses gens pour mes adieux.

Nous partons pour Orchhel où nous faisons un repas. Après avoir passé par
six villages, nous arrivons à Gand. J'avais dépensé en tout quatre sous
pour mon transport, et quatre sous pour des objets divers.

A mon débarquement à Gand, je suis reçu par le doyen des peintres et les
autres dignitaires; ils me rendent de grands honneurs en m'offrant leurs
services.

Le soir, nous dînons ensemble.

Le mercredi matin, on me fait monter à la haute tour de Saint-Jean; de
là, j'admire cette grande ville qui, elle aussi, m'appelle grand.

Je vois le tableau de Jean[113]; il est superbe et admirablement conçu.

J'admire surtout les figures d'Ève, de Marie et de Dieu le père.

  [113] Il est question ici de l'_Adoration de l'Agneau_, que les
  frères Jean et Hubert van Eyck peignirent pour Philippe le Bon,
  duc de Bourgogne, comte de Flandre. Après avoir admiré le génie
  des artistes, on admire leur patience. Rien, en effet, ne peut
  être comparé au fini précieux de ce tableau. On y compte trois
  cent trente têtes, sans en retrouver deux qui se ressemblent. De
  ce poëme, qui était composé de douze panneaux, il ne reste plus,
  dans la onzième chapelle de la cathédrale de Saint-Bavon à Gand,
  que quatre compartiments; mais si on en croit les chroniques, ce
  sont les plus beaux, et leur conservation est parfaite. Les
  couleurs principales, le rouge, le bleu et le pourpre, n'ont rien
  perdu de leur fraîcheur et de leur éclat; on croirait que cette
  belle œuvre, qui a aujourd'hui quatre cent trente-deux ans, sort
  de l'atelier des peintres. Il est vrai que les Gantois en ont un
  soin tout particulier; elle ne voit la lumière que rarement, à
  certains grands jours de fête, et à la demande des gens
  considérables. On m'a assuré à Gand que l'homme préposé à sa
  garde se livre à une petite supercherie, que nous sommes assez
  tentés de lui pardonner, puisqu'elle contribue à prolonger
  l'existence de ce chef-d'œuvre inimitable. Il a un flair
  excellent parmi les touristes dont il reçoit la visite, il
  distingue du premier coup d'œil ceux qui sont dignes d'adorer
  l'_Agneau_; s'il a affaire à des connaisseurs, il montre le vrai
  tableau; s'il a affaire à des profanes, il exhibe une toile au
  hasard; ce qui n'empêche pas ces braves gens de trouver la
  réputation du tableau surfaite. _Se non è vero è ben trovato._ Le
  roi d'Espagne, Philippe II, ne pouvait se lasser d'admirer cette
  peinture, il en offrit à plusieurs reprises des sommes
  considérables, mais vainement; enfin, il se décida à la faire
  copier par Michel Coxie, qui employa à ce travail pour
  trente-deux ducats de bleu, que le Titien lui avait envoyé
  d'Italie. Cette copie est fort belle; on lui reproche seulement
  de n'être pas la reproduction tout à fait exacte du modèle. On se
  demande, par exemple, pourquoi la sainte Cécile regarde derrière
  elle; si c'est, comme on le suppose, un caprice royal, nous
  excusons Coxie. Philippe II payait assez cher (quatre mille
  florins) pour avoir le droit de donner des ordres, même mauvais.
  Après bien des pérégrinations en Espagne, en Angleterre et en
  Hollande, elle est aujourd'hui dans la même chapelle que son
  admirable modèle; voici par quel concours de circonstances: le
  gouvernement belge l'avant achetée (1800 francs) à la vente du
  roi Guillaume II, proposa à l'évêque de Gand, Monseigneur
  Delebecque, et au chapitre de Saint-Bavon de l'échanger contre
  deux tableaux d'Hubert van Eyck, représentant Adam et Ève de
  grandeur naturelle, qui étaient relegués dans les combles de
  l'église à cause de la légèreté de leur costume. Le marché fut
  accepté moyennant un appoint de 12,000 fr. que le gouvernement
  belge paya; cet argent servit à faire exécuter les vitraux que
  l'on voit derrière le maître-autel. Des douze panneaux de la
  composition originale, six appartiennent au roi de Prusse, qui
  les a achetés à un Anglais, M. Solly, avec quelques toiles d'un
  ordre inférieur, pour la somme de 410,900 fr. Cet Anglais les
  avait payés 100,000 fr. à M. Nieuwenhuys de Bruxelles, à qui ils
  avaient coûté 6,000 francs.

[Illustration]

Je vais visiter les lions vivants, et je dessinerai l'un d'eux au
poinçon[114]. Sur le pont où se font les exécutions, je vois deux statues
qui rappellent l'histoire d'un fils qui décapita son père[115].

  [114] Wenceslas Hollar l'a gravé sur cuivre, d'après le dessin de
  Dürer, qui est dans le cabinet du comte Arundel. L'empereur
  Charles V, étant à Tunis, envoya un lion et quatre lionnes à un
  certain Dominique van Houcke, dit Van Vaernewyck, de Gand.
  _Histoire de Belgique_, page 119, Gand 1574.

  [115] On voyait autrefois ces statues sur un des ponts jetés sur
  la Lys, appelé le pont de la décapitation, avec cette
  inscription:

    Ae Gandt le en fant Fraepe sae père Tacte desuu
    Maies se Heppe rompe, si Grâce de Dieu.

    MCCCLXXI.

  Voici la légende: Deux hommes, le père et le fils, étaient
  condamnés à mort. Le roi avait fait grâce de la vie à celui des
  deux qui consentirait à décapiter l'autre. Le père refusa
  énergiquement, le fils eut la lâcheté d'accepter. Il brandit sa
  hache, mais elle se brisa et vint lui trancher la tête, au lieu de
  trancher celle de son père.

  Ces deux statues n'ont disparu que vers 1793.

Gand est une ville très-remarquable, qui a quatre grands cours d'eau, et
qui renferme en outre beaucoup de choses curieuses; les peintres et leur
doyen ne me quittent pas, ils dînent avec moi, soupent avec moi, et
veulent absolument tout payer. Ils me témoignent beaucoup d'amitié; je
donne trois sous au sacristain et au gardien des lions, et cinq sous pour
mes adieux dans la maison de l'épicier.

Le mardi matin, après avoir déjeuné à l'auberge du Cygne, nous partons
pour Anvers. Je paye huit sous pour le transport. Je fais au charbon le
portrait d'Hans Luber, d'Ulm; il veut me le payer un florin, mais je
refuse toute récompense.

La troisième semaine après Pâques, je suis pris d'une fièvre froide qui
m'affaiblit et me tourmente beaucoup. J'ai de violents maux de tête.
Déjà, lors de mon séjour en Zélande, j'avais gagné une infirmité telle
que personne n'en a jamais vu, et je l'ai toujours.

Je paye en plusieurs fois au médecin trois florins et vingt sous à
l'apothicaire. Pendant ma maladie, Rodrigues m'envoie beaucoup de
sucreries. Je donne quatre sous à son domestique. Je fais le portrait de
maître Joachim[116] au poinçon et une autre figure. J'envoie à Nuremberg
un sac rempli d'effets à l'adresse de Hans Imhoff. Je paye treize sous
pour l'emballage à Hans Rabner, et un florin au voiturier. Je fais accord
pour le transport d'Anvers à Nuremberg de ce paquet qui pesait un
quintal, à raison d'un florin et un liard. Je donne quatorze sous au
docteur, à l'apothicaire et au barbier; de plus, à maître Jacques le
médecin, quatre florins de gravure. Je dessine au fusain le portrait de
Thomas Polonius de Rome.

  [116] Joachim Patenier. Le peintre de Dinant paraît avoir
  quarante-cinq ans environ. Il est en buste, vu de trois quarts,
  et coiffé d'un bonnet bizarre à deux étages, dont le premier est
  en fourrure. Les épaules sont couvertes d'un manteau bien drapé,
  qui laisse entrevoir un vêtement de chambre, d'une forme
  excentrique. Son cou est nu. Au haut de la planche à gauche,
  l'année 1521 et le chiffre d'Albert Dürer sont gravés sur un fond
  gris. Hauteur, 7 pouces 8 lignes, en comptant la petite marge du
  bas qui a 4 lignes.

  Il est prouvé aujourd'hui que ce portrait a été dessiné par Albert
  Dürer et gravé par Cornelius Cort.

Mon tabart de camelot a absorbé vingt et une aunes brabançonnes: ces
aunes ont trois grands doigts de plus que celles de Nuremberg. J'ai
acheté à cet effet trente-quatre aunes d'étoffe espagnole noire pour
faille à trois sous. Total dix florins deux sous.

Je paye un florin au pelletier pour la confection.

Pour deux aunes de garniture de velours, je donne cinq florins; pour de
la soie, du cordonnet et du fil trente-quatre sous, pour le coupeur
trente sous, pour le camelot quatorze florins un sou, et cinq sous au
domestique.

Je vends des gravures pour cinquante-trois sous, que je prends sur moi
pour mes dépenses.

Le dimanche qui précède les Rogations, maître Joachim Patenier, bon
paysagiste, m'invite à son mariage. J'y vois deux pièces de théâtre,
dont la première surtout est fort drôle. Je donne six sous au docteur.

Le dimanche après l'Ascension, le peintre sur verre Thiéry (d'Anvers)
m'invite fort amicalement à dîner avec plusieurs autres personnes parmi
lesquelles se trouve Alexandre, un orfévre très-riche.

Le dîner est fort bon, et l'on me fait de grands honneurs. Je dessine
deux portraits au charbon, celui de maître Marx, orfévre à Bruges, et
d'Ambroise Hochstetter, chez qui j'ai dîné. Je prends six repas chez Mme
Tommaso. Je donne au médecin étranger une Vie de la Vierge, une autre au
valet de chambre de Marx, huit sous au docteur, et quatre sous à celui
qui m'a lavé à neuf un vieux bonnet. Je perds quatre sous au jeu.

J'achète un nouveau bonnet de deux florins, et je change mon vieux bonnet
qui est en étoffe trop grossière. Je remets six sous pour cet échange.

Je fais à l'huile le portrait d'un duc, celui de Joost mon hôte, et celui
du receveur Sterk, très-bien soigné et d'une valeur de vingt-cinq
florins. Il me donne vingt florins et un florin à Suzanne.

Je dessine de nouveau le portrait de la femme de Joost.

Le vendredi avant la Pentecôte de l'année 1521, le bruit court à Anvers
que Martin Luther[117] a été fait traîtreusement prisonnier.

  [117] Albert Dürer ajouta facilement foi à cette fausse nouvelle
  de l'emprisonnement et de la mort de Martin Luther, et il en fut
  fort attristé. Cet enlèvement n'avait pourtant pas été fait par
  ses ennemis, mais par ses amis. Lorsque Luther fut mis au ban de
  l'empire par Charles V, l'électeur, Frédéric III de Saxe,
  craignit qu'il ne lui arrivât malheur. Il résolut donc de le
  mettre en lieu sûr, et donna l'ordre à quelques hommes de
  confiance de l'enlever. Cet ordre fut exécuté par Jean de
  Berlepsch et Burkard de Kund, accompagnés de trois valets, le 4
  mai 1521, pendant que Luther traversait la forêt de Thuringe,
  entre le château d'Altenstein et la petite ville de Walterhausen;
  on l'emmena sous un déguisement au château de Wartburg, près
  d'Eisenach. Là, il écrivit plusieurs ouvrages et y resta jusqu'au
  1er mars de l'année suivante, époque à laquelle il retourna à
  Wittenberg.

On lui avait donné un sauf-conduit, et il était accompagné d'un héraut
d'armes de l'empereur Charles, qui devait le protéger; mais lorsqu'ils
furent arrivés près d'Eisenach, dans un endroit isolé, le héraut lui
déclara qu'il cessait d'être son guide et le quitta. Alors survinrent dix
cavaliers qui emmenèrent, trahi et vendu, l'homme pieux, éclairé par le
Saint-Esprit, qui était parmi nous le représentant de la véritable foi
chrétienne. Vit-il encore, ou l'ont-ils assassiné? Je ne le sais pas.

Mais ce que je sais, c'est qu'il aura souffert pour la vérité, parce
qu'il a essayé de punir le papisme autrichien qui conspire de tout son
pouvoir contre l'affranchissement promis par le Christ, nous ravit notre
sueur et notre sang, dont il se nourrit honteusement, peuple fainéant et
infâme qu'il est, tandis que les hommes malades et altérés meurent de
faim. Mais ce qui m'attriste surtout, c'est de voir que notre Dieu veut
peut-être nous laisser longtemps encore dans cette doctrine fausse et
aveugle inventée par des hommes qu'ils appellent _les pères_, qui sont
cause que la parole divine nous a été faussement interprétée en beaucoup
d'endroits, ou qu'on n'en a pas tenu compte. O Dieu, qui es dans le ciel,
prends-nous en pitié! O Seigneur Jésus, X P E, prie pour ton peuple,
délivre-nous au temps prédit, conserve en nous la véritable foi
chrétienne; rassemble par ta parole, appelée dans la Bible la parole de
Dieu, tes troupeaux dispersés! Aide-nous à reconnaître la vraie voie,
afin que nous ne suivions pas les erreurs nées du délire des hommes, et
que nous ne te quittions pas, Seigneur Jésus, X P E!

Appelle, réunis dans tes pâturages tes brebis dispersées, dont une partie
se trouve encore égarée dans l'Église romaine, et l'autre parmi les
Indiens, les Moscovites et les Grecs, qui ont été séparés de nous par
l'avarice des papes et leur faux semblant de sainteté. O Dieu, délivre
ton peuple infortuné, qui est contraint, sous des peines rigoureuses,
d'observer des commandements qui répugnent à sa nature et l'obligent à
pécher sans cesse contre sa conscience! O Dieu, jamais hommes n'ont été
aussi cruellement opprimés sous des lois humaines que nous sous le siége
de Rome, nous qui, chaque jour, sommes rachetés par le sacrifice de ton
précieux sang, et qui devons vivre chrétiens et libres! O père suprême et
céleste, que ton fils verse dans nos cœurs une lumière telle que nous
puissions reconnaître quel est ton envoyé véritable; qu'il nous soit
permis de nous dégager en pleine sûreté de conscience des entraves
étrangères, et de te servir dans toute la joie de notre cœur!

Puisque nous avons perdu cet homme à qui tu avais donné un esprit si
évangélique, et dont la parole était plus claire que celle de tout autre
qu'on ait entendue depuis 140 ans, nous te prions, ô père céleste, de
donner de nouveau ton Saint-Esprit à un apôtre qui rassemble encore une
fois ton Église!

Fais que nous puissions vivre unis et chrétiens, et que, grâce à nos
salutaires efforts, tous les infidèles, tels que les Turcs, les païens et
les Calcuttes, viennent d'eux-mêmes à nous pour embrasser la vraie foi!

Mais, Seigneur, toi dont le fils I H C X P E a été mis à mort par les
prêtres, puisque tu as voulu qu'avant le jugement il en arrivât autant à
son successeur Martin Luther, que le pape a fait tuer traîtreusement et
par des meurtriers à gages; de même que tes décrets avaient ordonné la
ruine de Jérusalem, détruis également cette puissance usurpée du siége
romain. O Seigneur, donne-nous alors la Jérusalem nouvellement parée, qui
doit descendre du ciel, ainsi qu'il est écrit dans l'Apocalypse!
Donne-nous l'Évangile saint et clair qui n'ait pas été altéré par les
fausses doctrines! Quiconque lira les livres de Martin Luther verra
combien sa doctrine est claire et transparente, et combien elle est
conforme au saint Évangile. Il faut donc les conserver en grand honneur
et non les brûler, à moins qu'on ne jette au feu tout le parti qui lui
est opposé, avec ses contrevérités et ses prétentions de changer des
hommes en dieux. O Seigneur, si Luther est mort, qui nous expliquera le
saint Évangile avec la même clarté? O Dieu, que de choses il aurait pu
écrire encore dans l'espace de dix ou vingt années! O vous tous,
chrétiens pieux, déplorez avec moi la perte de cet homme doué de l'esprit
divin, et priez le Seigneur qu'il nous envoie un autre guide aussi
éclairé! O Érasme de Rotterdam, où veux tu aller?--Vois ce que fait
l'injuste et aveugle tyrannie des puissants du monde! Écoute, chevalier
du Christ, montre-toi à cheval à côté du Seigneur X P E; malgré ta
vieillesse et la faiblesse de ton corps, va conquérir la couronne du
martyre. Je t'ai entendu dire que tu t'étais donné encore deux ans pour
faire quelque chose. Emploie-les bien pour l'amour de l'Évangile et de la
véritable foi chrétienne. Fais entendre ta voix: le siége romain, les
portes de l'enfer, comme l'a dit Jésus, ne prévaudront pas contre toi: et
s'il arrivait que ton sort fût le même que celui de ton maître le Christ,
que les menteurs t'accablassent, comme lui, d'ignominies, et que tu
mourusses un peu avant le temps, tu ressusciterais et tu serais glorifié
en Jésus-Christ; car en buvant dans la coupe où il a trempé ses lèvres,
tu régnerais avec lui et tu jugerais ceux dont les actions n'ont pas été
justes.--O Érasme, fais que Dieu, ton juge, se glorifie en toi! Comme il
est écrit dans David, tu peux, comme lui, abattre Goliath, car le
Seigneur est debout près de la sainte Église. Que sa volonté divine nous
conduise à la béatitude éternelle. Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit, un
Dieu éternel. Amen.

O vous, chrétiens, priez Dieu et demandez-lui grâce, car son jugement
approche et sa justice va se manifester! C'est alors que le pape, les
prêtres, les moines, et tous ceux qui ont versé le sang innocent, seront
jugés et condamnés. Voilà les victimes innocentes abattues sous l'autel
de Dieu, et qui crient vengeance. A quoi la voix céleste répond:
Travaillez jusqu'à ce que le nombre des martyrs soit complet; alors je
jugerai!

Je change un florin, et donne encore huit sous au docteur.

Je dîne deux fois chez Rodrigues, et une fois chez le riche chanoine.

Pendant les fêtes de la Pentecôte, je reçois à ma table maître Conrad,
statuaire de Malines. Je fais pour maître Joachim, sur papier gris,
quatre Christophe.

Je donne dix-huit sous pour des objets d'art italien, et six sous au
docteur.

Le dernier jour de la Pentecôte vient la grande foire aux chevaux
d'Anvers. J'y vais essayer plusieurs beaux étalons; on en achète deux
devant moi pour sept cents florins.

Je vends pour un florin trois liards de gravures, et je mets cet argent
dans ma poche pour mes dépenses; je donne encore quatre sous au docteur.

Je dîne trois fois chez Tommaso. Comme je lui ai dessiné trois fourreaux
d'épée, il me donne un petit vase en albâtre.

Je fais au charbon le portrait d'un lord anglais; je reçois un florin,
que je prends sur moi pour mes menus plaisirs.

Maître Gerhard[118] l'enlumineur a une petite fille de huit ans qui se
nomme Suzanne[119]; elle a enluminé un Sauveur que j'ai payé un florin.
Il est vraiment remarquable qu'une enfant de cet âge puisse faire
pareille chose. Je perds six sous au jeu.

  [118] Maître Gérard Horebout ou Hurembout, né à Gand, peintre
  d'Henri VIII, roi d'Angleterre.

  [119] Cette Suzanne devint une grande et belle personne, fort
  recherchée à la cour du roi Henri VIII. Elle fit un art de
  l'enluminure et mourut en Angleterre, considérablement riche et
  comblée d'honneurs. Son frère, Lucas Hurembout, alléché par les
  succès de sa sœur, quitta la peinture pour se faire enlumineur,
  mais il ne réussit pas comme elle.

Le jour de la Sainte-Trinité, il y a à Anvers une grande et belle
procession.

Maître Conrad m'envoie de jolis rasoirs; je donne à son vieux serviteur
une Vie de Notre-Dame.

Je fais au charbon le portrait de Jean l'orfévre, de Bruxelles, et celui
de sa femme. Je reçois pour ces deux portraits, et pour le dessin de son
sceau, trois philippes.

[Illustration]

Je lui fais présent de la Véronique que j'ai peinte à l'huile, et d'un
Adam et Ève fait par Frans; il me donne à son tour une hyacinthe et une
agate, sur laquelle est gravée une Lucrèce, que tout le monde évaluera à
quatorze florins.

Pour une bague et six petites pierres, je lui donne tout mon œuvre sur
cuivre, qui vaut sept florins.

J'achète deux paires de souliers pour quatorze sous, et deux petites
boîtes à un sou pièce. Je donne sur du papier gris, avec du blanc et du
noir, trois figures et deux costumes flamands, et je mets en couleur pour
un florin l'écusson d'un Anglais.

Je fais çà et là beaucoup de dessins, et d'autres choses à la convenance
des personnes que je vois, mais la plupart du temps mon travail ne m'est
pas payé.

Entrès (de Curaçao) me donne un philippe pour un écusson et une tête
d'enfant.

Je paye deux sous pour des brosses. Je dîne cinq fois chez Tommaso, et
donne six sous au docteur. Ma femme tombe malade. Le médecin reçoit
dix-huit sous en divers payements. Je paye deux florins onze sous pour
recettes et médecines à l'apothicaire, et huit sous au moine qui est venu
voir ma femme, de nouveau vingt-quatre sous à l'apothicaire pour un
clystère. J'achète toute une pièce de satin pour huit florins, et je
donne encore autant pour quatorze aunes de satin fin. Je paye quatre sous
au tailleur et dix sous pour des bandes.

En 1521, le mercredi après la fête Corpus-Christi, je fais transporter
d'Anvers à Nuremberg, par le voiturier Antoine Mez de Schlaudendorff, mes
grands ballots. Je le paye un peu moins d'un demi-florin par quintal,
c'est-à-dire en tout un florin.

Je dessine au fusain le portrait du jeune Rehlinger d'Anvers.

Le huitième jour après Corpus-Christi, je vais à Malines avec ma famille
pour voir Mme Marguerite; je descends à l'auberge de la Tête-d'Or, chez
maître Henri[120], le peintre. Les peintres et les statuaires m'invitent
à dîner dans mon propre logement, et me rendent beaucoup d'honneurs.

  [120] Sans doute Henri de Bles ou Met de Bles, Henri à la Houppe,
  né à Bovines, près de Dinant. Les Italiens l'appelaient le Maître
  au hibou ou _Civetta_, parce qu'il avait la manie de peindre un
  hibou dans le feuillage de ses arbres; il l'y cachait si bien que
  souvent on avait beaucoup de mal à le trouver.

Je visite la maison de Popenruter, le fondeur d'artillerie, et j'y trouve
des choses vraiment dignes d'admiration. Je vais rendre visite à Mme
Marguerite, qui refuse d'accepter le portrait de l'empereur que je lui
offre.

Le vendredi, elle me montre ses superbes collections; j'admire
principalement quarante miniatures à l'huile, les plus belles qui
soient. Je vois aussi de beaux tableaux de Jean[121] et de Jacob
Walch[122]. Je prie Mme Marguerite de me donner le livre de dessins de
maître Jacob; mais elle me répond qu'elle l'a promis à son peintre[123].
Je remarque une belle bibliothèque.

  [121] Van Eyck.

  [122] Jacopo de Barbary, dit le maître au caducée.

  [123] Bernard van Orley.

Maître Hans Popenruter m'invite à dîner, j'accepte; et, de mon côté,
j'invite deux fois maître Conrad et une fois sa femme. Je dépense pour
cela vingt-neuf sous.

Je fais le portrait d'Étienne Kimmerling et celui de maître Conrad le
sculpteur.

Le samedi, je quitte Malines pour retourner à Anvers.

Je dessine au charbon le portrait de maître Jacob. Je fais faire un cadre
qui me coûte six sous, et je lui offre le tout sans lui rien faire payer.

Je dîne deux fois chez les Augustins[124]. Je redessine une fois le
portrait de Bernard Stecher, et deux fois celui de sa femme; je lui donne
tout mon œuvre gravé, il me le paye dix florins.

  [124] C'étaient les Augustins de Saxe, arrivés à Anvers en 1513
  et chassés en 1523. Ils habitaient le quartier Saint-André, où il
  y a encore la rue des Augustins.

J'ai été invité par maître Lucas[125] qui grave sur cuivre. C'est un
petit homme de Leyde, en Hollande, qui est venu voir Anvers.

  [125] Lucas de Leyde, le célèbre graveur.

Je dîne chez maître Bernard Stecher, et donne à son domestique un
demi-sou. Je vends pour quatre florins et un liard de gravures.

J'ai fait le portrait de maître Lucas de Leyde au poinçon, et perdu un
florin au jeu. J'ai donné de nouveau douze sous au médecin.

L'abbé du cloître des Augustins d'Anvers veut bien accepter une Vie de la
Vierge que je lui offre. Je donne deux philippes pour quatorze peaux de
poissons. J'ai dessiné le portrait du grand Antoine Haunolt et celui de
maître Aest Braun[126] avec sa femme sur deux feuilles royales. Je l'ai
fait autrefois au poinçon. J'ai reçu un angelot pour ces différents
travaux. J'ai donné à l'orfévre qui a estimé mes bagues des gravures pour
la valeur d'un florin. Ces trois bagues, que j'ai échangées contre des
gravures, sont évaluées ainsi qu'il suit:

Les deux moins belles quinze couronnes, et le saphir vingt-cinq
couronnes; total cinquante-quatre florins huit sous, et parmi les choses
échangées, le Français a reçu trente-six grands livres à neuf florins.
L'homme aux trois bagues m'a payé trop peu de moitié.

  [126] Peintre sur verre.

Décidément, je n'ai pas d'esprit.

J'achète un couteau pour deux sous, et je donne dix-huit sous à mon
filleul pour un bonnet rouge. Je perds douze sous au jeu, et je dépense
deux sous à boire. J'achète trois jolis rubis pour onze florins d'or et
douze sous.

Je dîne une fois chez les Augustins et deux fois chez Tommaso.

Je donne six sous pour des brosses de soies de sanglier, trois sous pour
six autres brosses, un florin pour une paire de burins, six sous pour un
encrier, vingt et un sous pour une douzaine de gants de femmes et six
sous pour un sac.

Antoine Haunolt me donne trois philippes pour son portrait, et Bernard
Stecher un petit livre en écaille de tortue. Je fais le portrait de la
fille de sa belle-sœur et je dîne une fois avec son mari. Il me paye
deux philippes, et je donne un sou de pourboire à son valet. Antoine
Haunolt accepte deux livres que je lui offre.

J'ai donné quelque chose de maître Grun Hansen[127] à maître Joachim. Je
donne à la femme de Joost quatre gravures sur bois et deux livres des
plus grands à son domestique Frédéric, deux aussi au fils d'Honing, le
peintre sur verre. Je dîne deux fois chez Bernard et deux fois chez Mme
Tommaso.

  [127] Hans Baldung Grun, célèbre peintre et graveur de médailles.

Rodrigues me fait cadeau d'un perroquet venu de Malaga. Je donne cinq
sous à son domestique; pour trois sous, j'achète une paire de souliers et
des bas.

Je donne à Pierre deux grandes feuilles de gravures sur cuivre et
beaucoup de gravures sur bois. Je dîne deux fois chez Mme Tommaso.

J'offre à maître Aert, le peintre sur verre, une Vie de la Vierge et tout
mon œuvre gravé à maître Jean, le sculpteur français; ce dernier avait
donné à ma femme six fioles précieusement travaillées remplies d'eau de
rose.

Cornelis, le secrétaire, me fait présent de la Captivité de Babylone par
Luther; je lui envoie en revanche mes trois grands livres. Je donne à
Honing le peintre sur verre deux grands livres, et au moine Pierre Puz
des gravures pour la valeur d'un florin environ.

Lucas de Leyde me fait cadeau de son œuvre entier; il reçoit en échange
une collection de mes gravures que j'évalue à huit florins. J'achète un
sac pour neuf sous, je paye sept sous pour une demi-douzaine de cartes
des Pays-Bas, trois sous pour un petit cornet de poste jaune,
vingt-quatre sous pour de la viande, et dix-sept sous pour du gros drap.

Rodrigues m'envoie six aunes de drap noir pour me faire un manteau;
l'aune vaut une couronne; je donne deux sous au domestique du tailleur.

Le jour de saint Pierre et Paul, j'ai fait mon compte avec Joost. Je lui
devais trente et un florins que je lui ai payés. Déduction faite des deux
peintures à l'huile, il m'a donné en supplément cinq livres de borax,
poids des Pays-Bas.

En Flandre, dans toutes mes transactions, dans toutes mes ventes et
autres affaires, dans tous mes rapports avec les personnes de haute ou de
basse condition, j'ai été lésé, spécialement par Mme Marguerite, qui ne
m'a rien donné pour les présents que je lui ai faits et pour les travaux
que j'ai exécutés pour elle.

Je donne sept sous de pourboire au domestique de Rodrigues; à maître
Henri, qui m'a envoyé de savoureuses cerises, ma Passion sur cuivre; et
au tailleur, pour la confection de mon manteau, quarante-cinq sous.

Je fais accord avec un voiturier qui s'engage à me transporter d'Anvers à
Cologne pour treize mauvais florins, dont un vaut vingt-quatre mauvais
sous.

Jacob Relinger me paye son portrait au charbon un ducat, et maître
Gerhard me fait présent de deux tonneaux de câpres et d'olives; je donne
quatre sous de pourboire à son domestique et un sou à celui de Rodrigues.
Je fais un échange avec le beau-fils de Jacob Tomasso; il m'envoie une
pièce d'étoffe blanche pour mon portrait de l'empereur.

Alexandre Imhoff me prête cent florins d'or la veille de la fête de la
Vierge. Je lui donne mon sceau et ma signature avec promesse de les lui
rendre lorsqu'il me présentera cette pièce à Nuremberg. J'achète une
paire de souliers pour six sous, je paye onze sous au pharmacien et trois
sous pour des cordes. Je fais cadeau au cuisinier de Tomasso d'un
philippe; à la jeune demoiselle, sa fille, d'un florin d'or. Je donne à
la femme de Joost un florin, un florin à ses cuisiniers, et, en dernier
lieu, encore deux sous.

Tomasso m'offre une boîte du _meilleur thériaque_. Je donne dix sous à
son valet de chambre, un sou à Pierre, trois sous au domestique de maître
Jacob, et trois sous au messager.

Le jour de la Visitation, comme je suis sur le point de quitter Anvers,
le roi de Danemark[128] m'envoie chercher en toute hâte. Je fais son
portrait au charbon, ainsi qu'il le désirait, et aussi celui de son
chambellan Antoni. Le roi me retient à dîner. Il se montre fort affable.

  [128] Christian II, roi des royaumes unis de Danemark, de Suède
  et de Norvége, surnommé le Néron du Nord.

Je recommande mon bagage à Léonard Sucher, et lui donne ma pièce d'étoffe
blanche. Ce n'est pas ce voiturier qui m'a transporté; au moment du
départ, je suis tombé en désaccord avec lui.

Gerhard me donne des objets d'art italiens très-remarquables. J'ai chargé
le _Vicarius_ du transport de mes curiosités.

Le lendemain de la Visitation, je pars pour Bruxelles par la même voie
que le roi de Danemark, à qui j'offre les meilleures pièces de mon œuvre
gravé. Je me suis amusé de la mine étonnée des Anversois devant la mâle
beauté du roi de Danemark qui ne craint pas de traverser le pays de ses
ennemis. J'ai vu l'empereur de Bruxelles venir à sa rencontre et le
recevoir cordialement et en grande pompe. J'ai vu aussi le splendide
banquet que l'empereur et Mme Marguerite lui ont offert le lendemain.

Je paye deux sous pour une paire de gants.

Monsieur Antoni me donne douze florins de Horn. J'en remets deux au
peintre qui a acheté le panneau pour le portrait et qui a fait broyer mes
couleurs. Je prends les huit autres florins pour ma dépense.

Le dimanche qui précède la Sainte-Marguerite, le roi de Danemark offre un
grand banquet à l'empereur, à dame Marguerite et à la reine d'Espagne. Il
m'invite, je dîne au palais et je donne douze sous au cuisinier du roi.

Je fais le portrait du roi à l'huile, il me le paye trente florins. Je
donne deux sous au jeune Bartholomé qui a broyé mes couleurs, quatre
demi-feuilles au domestique de maître Jean, et une Apocalypse à son
rapin.

Polonius me fait cadeau d'une belle œuvre d'art italienne.

Le tailleur de maître Joost m'ayant invité, je mange avec lui le soir.

Je passe huit jours à Bruxelles et je dépense vingt-deux sous pour mon
logement. Je donne une Passion à la femme de l'orfévre Jean. J'avais dîné
trois fois chez lui. Je fais cadeau à Bartholomé, le domestique du
peintre, d'une Vie de la Vierge.

Je dîne avec Nicolas Zigler et je donne quinze sous à Jean le domestique.

Je me suis retenu deux jours à Bruxelles par la faute de ma voiture.

Enfin, le vendredi matin, je quitte Bruxelles, je dois donner dix florins
au voiturier. Je paye à mon hôtesse, pour cette seule nuit, cinq sous.

Nous traversons deux villages et arrivons à Louvain, où nous dépensons
treize sous pour notre repas. De là nous allons à Tirlemont, petite ville
où nous passons la nuit; ma dépense s'élève à huit sous.

Le jour de sainte Marguerite, de bon matin, nous partons et après avoir
traversé deux villages nous nous arrêtons dans la ville de Saint-Trond,
où l'on bâtit une très-belle tour; nous traversons ensuite des endroits
assez misérables et nous nous trouvons à Tongres, où nous déjeunons pour
six sous. De là, en passant par des villages plus pauvres encore, nous
arrivons à Maëstricht, où nous couchons. Nous dépensons douze sous et
deux blancs pour droits de garde.

Le dimanche matin, nous nous rendons à Aix, où nous mangeons assez bien
pour quatorze sous. De là nous mettons six heures pour arriver à
Altenburg, où nous sommes obligés de passer la nuit, car le voiturier
s'est perdu plusieurs fois.

Le lundi, nous traversons Juliers, nous dînons à Berchem pour trois sous,
et nous partons pour Cologne.


Ici s'arrête le journal d'Albert Dürer. Il n'a pas pris de notes en route
depuis Cologne, peut-être parce qu'il a précipité son retour, peut-être
aussi parce que son voyage n'a été marqué par aucun incident digne d'être
raconté.

[Illustration: deco]



TABLE.
                                                                    Pages

  INTRODUCTION                                                         IX
  Lettres d'Albert Dürer à Bilibald Pirkeimer                          IL
  Journal du voyage d'Albert Dürer dans les Pays-Bas                LXXXI



GRAVURES.                                                           Pages


  Portrait d'Albert Dürer                                               I
  Fac-simile d'une médaille attribuée à Albert Dürer, de la
    collection de M. Niel                                              IX
  Le grand Cheval                                                      XV
  Pfenning gravé par Albert Dürer pour Martin Luther                 XXVI
  Les Armoiries de la tête de mort                                  XXXII
  La Sainte Trinité, dessin d'Albert Dürer, collection de
    M. Reiset. (Gravure hors texte.)                                XXXIX
  Les Cavaliers hongrois,                                             XLI
  Tombeau d'Albert Dürer à Nuremberg                                  XLV
  Les trois Génies                                                 XLVIII
  Portrait de Bilibald Pirkeimer. (Gravure hors texte.)                LI
  Le petit Crucifix                                                    LI
  Rébus                                                                LV
  Fac-simile d'un dessin d'ornement par Albert Dürer, de la
    collection de M. Gatteaux                                        LVII
  La Vierge au singe                                                 LXIV
  Caricature par Albert Dürer                                         LXX
  La Dame à cheval                                                  LXXII
  Cachet, principaux monogrammes, écriture et signature
    d'Albert Dürer                                                 LXXVII
  Lettre. A                                                         LXXXI
  Système pour pourtraire trouvé par Albert Dürer                   LXXXV
  La Sépulture                                                    LXXXIII
  La Mélancolie                                                     XCIII
  Sainte Véronique                                                  XCVII
   La Nativité                                                         CI
  Le Christ faisant ses adieux à sa Mère                             CVII
  Samson tuant le lion                                                CIX
  Portrait de Gaspard Sturm; dessin de la collection de
    M. F. Reiset                                                    CXIII
  Un Bourgeois d'Anvers, collection de M. Ambroise-Firmin
    Didot. (Gravure hors texte)                                      CXIX
  Le Mariage de la Vierge                                            CXXI
  Décollation de saint Jean-Baptiste                                CXXIX
  Le Seigneur et la Dame                                          CXXXVII


PARIS.--J. CLAYE, IMPRIMEUR, RUE SAINT-BENOIT, 7.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Albert Durer a Venise et dans les Pays-Bas - autobiographie, lettres, journal de voyages, papiers divers" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home