Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: A travers l'Exposition - Promenades de deux enfants au Champ-de-Mars et à l'esplanade - des Invalides
Author: Lamarque, Elodie
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "A travers l'Exposition - Promenades de deux enfants au Champ-de-Mars et à l'esplanade - des Invalides" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by the
Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



  Au lecteur

  Cette version électronique reproduit dans son intégralité
  la version originale.

  La ponctuation n'a pas été modifiée hormis quelques corrections
  mineures.

  L'orthographe a été conservée. Seuls quelques mots ont été modifiés.
  La liste des modifications se trouve à la fin du texte.



  A TRAVERS
  L'EXPOSITION


  CORBEIL.--IMPRIMERIE CRÉTÉ.

  [Illustration]



  A TRAVERS
  L'EXPOSITION

  PROMENADES DE DEUX ENFANTS
  AU CHAMP-DE-MARS ET A L'ESPLANADE DES INVALIDES

  PAR

  E. LAMARQUE

  _ILLUSTRATIONS EN COULEURS D'APRÈS LES AQUARELLES_

  DE

  ADRIEN MARIE

  [Illustration]

  PARIS

  LIBRAIRIE DE THÉODORE LEFÈVRE ET Cie

  ÉMILE GUÉRIN, ÉDITEUR

  2, RUE DES POITEVINS



A TRAVERS L'EXPOSITION



LA TOUR EIFFEL


L'Exposition!... avec quelle impatience Jacques et Madeleine
l'attendaient! On disait qu'il y aurait des merveilles; aussi ils y
pensaient le jour et en rêvaient la nuit. Les parties de ballon ou de
cerceau dans les allées ombreuses du jardin, c'était bien amusant; mais
l'Exposition!...

Enfin, la voilà ouverte! Les deux enfants ne laissent plus à maman une
heure de repos. Les visites obligatoires, on les fera plus tard; les
lettres à écrire, elles peuvent attendre; les travaux urgents, la bonne
s'en chargera.

Et comme maman est, comme toutes les mamans, une maman gâteau, elle est
facilement convaincue, et... en route pour l'Exposition!

De voitures, point; d'omnibus, moins encore. Reste le chemin de fer.
Maman fait queue pendant un quart d'heure au guichet de la gare. Enfin,
on lui donne ses billets. Elle entraîne Jacques et Madeleine à travers
la salle d'attente, arrive sur le quai, cherche trois places, et ne les
trouve qu'à grand'peine.

Bientôt la locomotive siffle; le train part. Il va vite, cependant il
semble aux deux enfants qu'ils n'arriveront jamais. Dans le ciel bleu
se dessine la tour Eiffel.

«Maman, demande Jacques, nous monterons tout en haut, n'est-ce pas?

--Oh! non, objecte Madeleine; nous aurions peut-être le vertige.»

M. Jacques hausse légèrement les épaules, ce qui est plus significatif
que poli. «Nous verrons,» dit maman.

Le train s'arrête enfin au Champ-de-Mars. Il n'y a qu'à traverser une
avenue pour être à l'une des portes de l'Exposition. Maman donne trois
tickets... On entre...

Jacques et Madeleine examinent autour d'eux les pavillons, les
pelouses, les boutiques. Tout est magnifique et ils ne savent sur
quoi arrêter leurs regards. Ils sont éblouis; ils vont la bouche
ouverte. Ils regrettent de n'avoir pas une douzaine d'yeux. Et, tout en
cheminant, ils murmurent: «Oh, que c'est beau! oh, que c'est donc beau!»

Partout, une foule à n'en plus finir. Ils entendent parler des langages
auxquels ils ne comprennent pas un mot.

Devant eux, la tour Eiffel se dresse, gigantesque, presque quatre fois
haute comme le Panthéon et, cependant, gracieuse et svelte, avec ses
innombrables tiges métalliques dont l'enchevêtrement a l'aspect d'une
dentelle.

«Maman, demande Jacques, qu'est-ce que c'est que ces grandes chambres
qui montent et descendent à l'intérieur de la tour?

--Ce sont les ascenseurs. Tu as déjà vu dans plusieurs maisons des
appareils de même genre; ceux-ci sont beaucoup plus grands, voilà tout.»

Les deux enfants et leur mère pénètrent par une large porte dans l'un
des piliers de la tour. Il a été décidé que l'on monterait par les
escaliers et que l'on descendrait en ascenseur.

C'est Madeleine qui ouvre la marche.

«Allez doucement, dit maman; sinon, vous serez fatigués avant d'être
arrivés au premier étage.»

Il fait très beau temps, et, grâce à la pureté de l'atmosphère, les
enfants distinguent très nettement, au fur et à mesure qu'ils avancent,
les monuments de Paris qui apparaissent les uns après les autres.
Dans l'enceinte de l'Exposition, il y a partout des processions de
promeneurs. Pour se garer du soleil, les dames ont ouvert leurs
ombrelles, qui ressemblent, vues de haut, à un parterre de champignons
multicolores.

Voici le premier étage. Il est formé d'une vaste galerie carrée, avec
un grand trou au milieu. Madeleine, qui, le matin, a consulté un guide,
déclare que la galerie est à 57 mètres au-dessus du sol, c'est-à-dire à
quatre fois la hauteur d'une maison de cinq étages.

On se repose un moment, on jette un coup d'œil sur les boutiques et
les restaurants qui occupent la galerie, puis on commence l'ascension
de la deuxième plate-forme.

Maintenant l'escalier monte en tournant sans cesse en spirale comme
l'escalier d'une maison. On voit tout Paris et une partie de ses
environs.

Parvenu au deuxième étage, Jacques déclare qu'il est un peu fatigué.

«Déjà! dit Madeleine; nous ne sommes pourtant qu'à 115 mètres.»

Comme on le voit. Mlle Madeleine est très bien renseignée.

De nouveau on se repose, de nouveau on regarde les boutiques de la
galerie; Jacques insinue que l'on est monté assez haut.

«Tiens, tiens, tiens, répond sa sœur, je croyais que tu voulais
monter jusqu'au sommet?

--J'ai changé d'avis, voilà tout.

--C'est que tu as peut-être peur du vertige.

--Peur, moi!...»

Piqué au vif par cette remarque, Jacques abandonne le siège où il était
assis, et, résolument s'écrie:

«En route pour le troisième étage!»

Maintenant il n'y a plus d'escaliers et il faut prendre place dans
l'ascenseur. La machine grimpe, grimpe, et le panorama s'étend de plus
en plus.

Voici la troisième plate-forme. La vue est féerique; pourtant, Jacques
éprouve une désillusion: il s'était figuré que du haut de la tour on
pouvait voir la mer, et on ne la voit pas. Madeleine et lui regardent
avec étonnement les voitures, qui ne paraissent pas plus grandes
que des cartons à chapeau, et les piétons qui ressemblent à des
Lilliputiens. A quelques mètres au-dessus de la galerie est installé le
phare électrique.

«Dis donc, Madeleine, observe Jacques, si la Tour s'effondrait?...

--Eh! nous ferions un petit plongeon de 300 mètres.

--Et probablement nous n'en réchapperions pas?

--Probablement.»

Il faut redescendre. On reprend place dans l'ascenseur et l'on arrive
au pied de la tour sans accident. En souvenir de leur ascension, maman
achète à Jacques une jolie reproduction de la tour, à Madeleine un
bracelet au fermoir duquel pend une toute petite tour en argent.



LES JOUETS


«Que voulez-vous voir aujourd'hui, mes enfants?» demanda maman,
lorsque pour la deuxième fois elle conduisit Jacques et Madeleine à
l'Exposition.

Jacques répondit:

«Moi, je voudrais bien voir les jouets.»

Et Madeleine se rangea au désir de son frère.

Va donc pour les jouets!

Ils sont logés au Champ-de-Mars, dans un emplacement qui ressemble à
un palais de fées. C'est un étalage de merveilles, un royaume enfantin
où il n'y a pas d'heures de classe, mais seulement des heures de
récréation. Sûrement si l'on priait messieurs et mesdemoiselles les
bébés de désigner un bâtiment qui ne serait pas démoli à la fin de
l'Exposition, c'est celui-là qu'ils choisiraient.

On ne sait, dans cette exposition, où porter de préférence ses regards.
Des artistes et des savants se sont mis en frais d'imagination pour
produire de petits chefs-d'œuvre. Il y en a pour tous les goûts et
pour toutes les bourses.

Voici Guignol, avec maître Polichinelle, qui, armé de son bâton,
discute avec un avocat. C'est bien le Polichinelle classique, tel
que les enfants l'ont vu aux Champs-Élysées, aux Tuileries ou au
Luxembourg, le Polichinelle qui bat volontiers et joue des tours, mais
qui cependant rit plus souvent qu'il ne se fâche et est bon diable au
fond.

Devant le théâtre, des bébés Jumeau aux frais visages et aux pimpants
costumes sont disposés sur une grande table. On les croirait vivants,
on jurerait qu'ils vont marcher et parler. Du reste, ils sont
articulés; leurs paupières sont ouvertes quand ils sont debout, fermées
quand ils sont couchés. Presque tous savent dire _papa_ et _maman_.

[Illustration]

A côté, une petite fille (une poupée, bien entendu) est couchée dans
un élégant berceau mi-clos de rideaux blancs. L'enfant est endormie et
rêve. Une jeune femme, vêtue de blanc, avec des ailes comme en ont
les anges dans les tableaux, lui apparaît dans son sommeil, apportant
un polichinelle, un mouton, une fillette et un tambour.

Ailleurs, c'est un toutou monté sur des roulettes, c'est un coq
fièrement campé sur ses pattes, c'est un tonneau de porteur d'eau
traîné par un âne aux longues oreilles.

Oh! la jolie collection de masques! Les uns rient, les autres font la
grimace. Il y en a qui ont des nez longs comme la colonne Vendôme.
Quelques-uns portent des lunettes. On croirait assister à une fête de
carnaval.

Et ce mât de cocagne, qui ressemble à un grand parasol bleu et porte au
sommet quantité d'objets qu'un automate va décrocher en grimpant!

«On dirait un bonhomme de chez Robert Houdin,» observe Madeleine.

L'automate est mû par un mécanisme invisible. Quand il est parvenu à
l'extrémité du mât, il s'empare de l'objet que le hasard met à portée
de son crochet, et redescend. Or, les personnes assemblées ont parié
d'avance que le bonhomme reviendrait avec tel lot ou tel autre; c'est à
celle qui a deviné juste qu'appartient le lot décroché.

Maman, qui recherche les occasions d'instruire ses enfants, leur
apprend que les peuples de l'antiquité aimaient à fabriquer des
automates. Elle ajoute que, dans les temps modernes, le plus célèbre
constructeur d'objets de ce genre fut un ingénieur français, nommé
Vaucanson.

Les enfants ont voulu essayer de gagner un des lots suspendus à
l'extrémité du mât de cocagne et maman a donné à chacun d'eux un
franc avec lequel ils ont tenté la chance. Mais la fortune ne leur a
pas souri et ils n'ont rien gagné du tout. C'est pour eux un petit
désappointement; il y avait là-haut certain jambon en sucre que Jacques
se fût fait une fête d'emporter à la maison et qu'il regardait avec
convoitise. Rien!... Comme c'est ennuyeux! Mais maman est là pour
consoler Jacques et Madeleine; elle leur fait comprendre qu'il ne faut
jamais compter sur la chance, et que ceux qui, dans la vie, mettent
en elle leur confiance, se ménagent fatalement une foule de graves
déceptions. Pour un heureux qui gagne un gros lot, il y en a des
milliers qui ne gagnent rien du tout.

«C'est, dit-elle, sur le travail qu'il faut fonder ses espérances, non
sur le hasard qui échappe à tous nos calculs.»



UNE COLLATION


Un autre jour, après avoir couru de-ci de-là dans l'enceinte du
Champ-de-Mars, Jacques et Madeleine passèrent devant le Palais Indien.
Ils y entrèrent. Dans une partie de l'édifice, un grand nombre de
personnes étaient attablées et buvaient du thé, apporté sur des
plateaux par des hommes à la figure et aux mains presque noires, vêtus
de longues redingotes blanches serrées à la taille par une ceinture
multicolore, de pantalons de toile, et d'une espèce de turban qui leur
enserrait la tête.

«Alors, maman, ce sont des Indiens, ces hommes-là? demande Madeleine.

--Oui, mon enfant, mais on dit plutôt des Hindous.

--Eh bien, tu sais, quand je serai grande, je ne veux pas me marier
avec un Hindou.»

S'asseoir et prendre une tasse de thé, Jacques et sa sœur n'y
tiennent pas. Ils savent qu'il y a aux Invalides une pâtisserie et une
vacherie anglaises; et c'est là qu'ils voudraient faire collation.

«Eh bien! dit maman, allons-y!»

La distance est assez longue du Champ-de-Mars aux Invalides; mais il
est si amusant de la parcourir dans un des wagons du chemin de fer
Decauville que l'on regrette qu'elle ne soit pas encore plus longue.

Quand Jacques a vu la locomotive, il s'est demandé si une aussi petite
machine aura la force de remorquer un train long et bondé de monde.
Mais oui, elle le remorque, et très vite même.

Maman explique que le chemin de fer Decauville a été souvent employé
pendant les guerres dans des pays où l'on n'a pas encore construit
de voies ferrées. Les armées emportent avec elles tout le matériel
nécessaire; elles ont ainsi un moyen de transport rapide pour leurs
déplacements et pour leurs approvisionnements en vivres et en munitions.

[Illustration]

Sur tout le parcours du train, des affiches sont collées, le long de
la voie, sur les murailles et sur les palissades; ces affiches sont
imprimées dans toutes les langues de l'univers, même en volapük et en
sténographie:

  -------------------------------
  |          ATTENTION          |
  |                             |
  |   PRENEZ GARDE AUX ARBRES   |
  | NE SORTEZ NI TÊTE NI JAMBES |
  -------------------------------

«Les Invalides, tout le monde descend.»

Voici la pâtisserie. Madeleine et Jacques hésitent un moment avant de
choisir les gâteaux qu'ils mangeront. Tout a l'air si bon qu'ils ne
savent pour quoi se décider. Enfin Mlle Madeleine prend délicatement,
du bout de ses petits doigts gantés, un éclair au chocolat, et M.
Jacques s'empare d'un chou à la crème dans lequel il mord à belles
dents.

Or, il est très difficile de manger, sans se salir, des éclairs et
des choux à la crème, si l'on ne se sert pas d'une assiette et d'une
cuiller; et les enfants ont négligé de demander l'une et l'autre.
Aussi Madeleine fait-elle des taches à ses gants, tandis que Jacques
se barbouille la figure de crème; il faut que maman répare le double
accident avec son mouchoir.

On dit que l'appétit vient en mangeant,--non point peut-être en
mangeant du bœuf bouilli, mais sans doute en mangeant de bonnes
choses. C'est, en tout cas, ce qui arrive pour Jacques et sa sœur;
monsieur ne se déclare satisfait qu'après le quatrième gâteau et
mademoiselle qu'après le troisième.

Maintenant, les enfants meurent de soif, ce qui n'a rien
d'extraordinaire. Maman les conduit à la vacherie, et commande une
petite tasse de lait pour elle, deux grands verres pour Madeleine et
pour son frère.

Jacques, qui est, je crois, un tantinet gourmand, s'assied à une table
et se met à boire avec avidité. Madeleine, moins pressée, va regarder
les vaches qui avancent leur bonne tête douce et placide, le petit veau
qui a l'air de se demander ce que font là-bas Jacques et sa maman.

Pour une collation sérieuse, les deux enfants peuvent dire qu'ils ont
eu une collation sérieuse. Il est même à craindre qu'ils ne fassent
guère honneur au dîner. Enfin, pourvu qu'ils n'aient pas mal à
l'estomac...



LA RUE DU CAIRE


La rue du Caire se trouve entre le Palais Indien et la Galerie des
Machines. On pourrait s'y croire transporté en Égypte. Les maisons sont
très curieuses, avec leurs terrasses dont les balustrades ressemblent
à des dentelles, leurs auvents de toile bariolée, leur moucharabis,
leurs habitants au visage basané et aux costumes exotiques. Jacques et
Madeleine s'arrêtent devant les boutiques où l'on vend des produits
africains, broderies, harnachements, parfumerie, bijouterie, nougats,
confitures... Que sais-je encore?

Il y a des établissements où l'on prend du café préparé à la façon
arabe, c'est-à-dire servi avec le marc, qui se dépose au fond de
la tasse en une poudre excessivement fine; des musiciens égyptiens
jouent, pour amuser les consommateurs, des airs de leur pays sur des
instruments inconnus dans nos orchestres parisiens.

«Maman, dit Jacques, tu sais que tu nous as promis de nous faire monter
sur les ânes du Caire?

--Oh! oui, maman, ajoute Madeleine; les ânes... allons voir les ânes!»

Un moment après, les deux enfants sont à dos d'Aliboron. Madeleine
est tout à fait à son aise, mais Jacques a l'air d'éprouver beaucoup
moins de plaisir qu'il ne s'en était promis. Il ne se sent pas du tout
solide sur sa monture. Heureusement, l'ânier égyptien marche à côté de
l'animal, tenant l'écuyer novice par la ceinture. Maman suit un peu en
arrière.

Il n'y a pas eu d'accident. Même, après les premiers pas des ânes,
Jacques a éprouvé moins d'appréhension; et avant la fin de la
promenade, il se serait volontiers comparé à un second Alexandre
domptant un second Bucéphale. S'il n'a pas fait cette comparaison, ce
n'est point parce qu'il l'aurait crue un peu forcée; c'est uniquement
parce qu'il ignore la célèbre aventure du conquérant macédonien.

[Illustration]

«Maman, maman, regarde ce monsieur qui fait sa correspondance en
plein air. Est-ce que c'est l'habitude, en Égypte, d'écrire ses
lettres dans la rue?

--Non, mon enfant; ce monsieur est un écrivain public.»

Jacques s'approche du personnage; Madeleine le suit.

«Oh! maman, s'écrie Jacques, comme c'est drôle; ce monsieur écrit à
l'envers!»

Maman explique que dans l'écriture arabe, qui est celle des Égyptiens,
la ligne commence à droite et finit à gauche.

«De sorte, dit-elle, que pour les Arabes, c'est nous qui écrivons à
l'envers.

--Mademoiselle, propose l'Égyptien à Madeleine, voulez-vous que je vous
fasse un cent de cartes de visite?

--Merci, monsieur, je n'ai pas l'intention d'aller en Égypte. Mais vous
seriez bien aimable d'écrire le nom de mon frère et le mien.»

L'écrivain défère volontiers au désir de la fillette et remet sa carte
à chacun des deux enfants.

La promenade continue. Ah! voici un théâtre. Les deux enfants demandent
à maman de les faire assister à une représentation.

Ce théâtre ne ressemble pas du tout à un théâtre parisien. L'orchestre
comprend quatre musiciens, qui sont assis au fond de la scène et jouent
toujours la même chose: un air monotone composé seulement de quelques
notes.

Des Africains font des assauts de sabre; des sauvages noirs se
livrent à toutes sortes de contorsions qui constituent, paraît-il,
la chorégraphie de leur pays. De jeunes femmes, vêtues de costumes
aux couleurs chatoyantes, dansent en imprimant à leur corps de
gracieux mouvements; ce sont des almées. Elles s'accompagnent avec des
castagnettes de métal.

«Mes enfants, dit maman, il se fait tard, et il va falloir songer au
départ.

--Déjà!...» répondent Jacques et sa sœur.

Ce _déjà_ prouve qu'ils ne se sont pas ennuyés et que le temps a passé
vite pour eux. Avant de quitter la rue du Caire, ils assistent aux
évolutions d'un singe savant qui, au son du tam-tam, fait l'exercice,
danse et exécute des tours de gymnastique.

Que de choses ils vont avoir à raconter à leur papa, quand ils seront
de retour à la maison!



LA GALERIE DES MACHINES


Un palais, bien plutôt qu'une galerie. C'est immense et c'est
magnifique. Il y a là des machines de toutes sortes, qui résument les
plus admirables productions de l'industrie humaine.

Avant de parcourir la galerie à pied, maman conduit Jacques et
Madeleine à un ascenseur qui dessert l'une des deux grandes
plates-formes roulantes. Ces plates-formes, mues par l'électricité,
vont, sur des rails très élevés, d'un bout à l'autre du palais. Elles
avancent lentement, de manière que l'on ait le temps de regarder toutes
les machines au-dessus desquelles on voyage.

Quand les enfants ont ainsi joui d'un coup d'œil d'ensemble, ils
examinent la galerie dans ses détails. Jacques regrette beaucoup
de n'avoir pas encore étudié la mécanique; il se promet d'être
bachelier ès sciences le plus tôt possible, et, quand il y aura une
autre Exposition universelle, il pourra expliquer à sa sœur le
fonctionnement de toutes les machines qu'ils verront. Pour cette fois,
il faut se contenter de regarder sans comprendre.

Du reste, même sans savoir le «parce que» du «pourquoi», on ne saurait
se promener dans la galerie sans être intéressé.

Voici, par exemple, une machine à coudre et à broder devant laquelle
Jacques et Madeleine se sont arrêtés. Sans doute le frère et la sœur
ignorent de quelle façon cet instrument est construit; personne ne
leur a probablement dit qu'il a été inventé par un Français, nommé
Thimonnier, perfectionné plus tard par l'Américain Elias Howe, et
appliqué à une foule de besognes qu'il simplifie et abrège. Mais ils
voient combien, grâce à lui, on coud, on pique et l'on brode vite. Une
demoiselle fait fonctionner, sans aucune fatigue, l'appareil qui marque
des mouchoirs en quelques secondes.

[Illustration]

Un peu plus loin, il est vrai, Jacques se fâche au lieu d'admirer.
Il marchait tranquillement, lorsque soudain, comme il passait devant
un tuyau en forme d'ophicléide, son chapeau s'envole. Il est fort
heureux que l'enfant ne porte pas perruque: les faux cheveux se
seraient envolés comme le chapeau.

«Oh! la sotte machine! s'écrie-t-il. A quoi bon souffler ainsi sur les
gens qui se promènent?

--Mon ami, répond maman, cette machine est un ventilateur, et son rôle
est précisément de produire du vent.

--De produire du vent, je le veux bien, mais non pas de me décoiffer.

--L'accident n'est pas grave, avoue-le; et je t'engage à pardonner à
l'appareil de l'avoir causé, en faveur des services qu'il rend. Songe
que c'est au moyen des ventilateurs que l'on renouvelle l'air dans les
endroits où il est vicié. De son souffle puissant l'instrument chasse
et remplace l'atmosphère insalubre, et empêche ainsi les maladies et
les épidémies.»

Après cette explication de sa maman, Jacques n'est plus du tout fâché
contre le ventilateur.

«Mesdames et messieurs, dit un jeune homme assis derrière une petite
table surmontée d'une caisse singulière, venez écouter un concert donné
il y a dix mois, à New-York.»

Madeleine et son frère se regardent, tout étonnés. Comment est-il
possible que, de Paris, on entende de la musique exécutée à New-York,
dix mois auparavant? Sans doute ce jeune homme veut plaisanter.

Eh bien, non, il ne plaisante pas du tout. L'appareil qui est sur la
table est un _phonographe_, c'est-à-dire un instrument qui recueille
les sons et les reproduit quand on le désire.

«Le phonographe, dit maman, a été inventé par le célèbre Américain
Edison. Plus tard, quand vous étudierez la physique, vous apprendrez
que c'est à l'électricité et au magnétisme qu'il doit ses propriétés.»

Les enfants et leur mère s'approchent de la table et prennent à la main
des fils terminés par une espèce de fourche dont ils appuient les deux
extrémités contre leurs oreilles. Aussitôt ils entendent, avec une
netteté absolue, un orchestre complet jouer une marche entraînante.

«Comme c'est drôle!» dit Madeleine.

Quant à Jacques, il est de plus en plus décidé à travailler dur pour
être bientôt bachelier ès sciences.



LE VILLAGE ANNAMITE


Dans les allées de l'Esplanade des Invalides, de petits tilburys
légers, propres, coquets, circulent, traînés par des Annamites. Ces
chevaux humains ne connaissent pas le luxe des chaussettes et des
bottines; ils se contentent de sandales, c'est-à-dire de semelles
fixées au pied par des lanières. Ils portent un large pantalon qui
ne leur descend pas jusqu'à la cheville, une ample blouse ornée sur
le devant de dessins auxquels il est impossible de rien comprendre,
et, sur la tête, un chapeau en forme de cloche conique, fixé par des
attaches sous le menton.

Jacques veut, naturellement, faire une promenade dans un tilbury; il ne
regrette qu'une chose, c'est qu'il n'y ait pas de guides pour conduire
le cheval, pas de fouet pour accélérer sa marche. A son avis, ce
qu'il y a de plus amusant quand on est en voiture, c'est de gouverner
son attelage, de le faire tourner à gauche ou à droite au gré de sa
fantaisie, de ralentir ou d'accélérer son allure.

Ah! si, pourtant, il y a encore quelque chose qui le taquine; c'est
un problème qu'il se pose et dont il ne peut trouver la solution: ces
tilburys s'appellent des _pousse-pousse_; pourquoi pas _tire-tire_,
puisque le Chinois ne _pousse_ pas, mais _tire_?

Maman, consultée, ne sait comment expliquer cette anomalie de langage;
c'est que probablement il n'y a pas d'explication raisonnable.

Quoi qu'il en soit, Jacques et sa sœur montent dans un pousse-pousse
et se font voiturer. C'est très amusant, mais ils trouvent que le
Chinois ne va pas assez vite. Ils voudraient qu'il courût, quitte à
écraser sur son passage quelques piétons. Tout à l'heure, quand ils
seront piétons à leur tour, il est probable qu'ils reviendront à des
sentiments plus charitables.

[Illustration]

Lorsqu'ils se sont bien fait «carrioler», ils descendent devant le
village annamite que, suivant le programme de la journée, ils doivent
visiter. Avant de partir de la maison, maman leur a appris que
l'Annam, pays des Annamites, est situé dans l'Indo-Chine, au sud-est de
l'Asie, entre le Tonkin, le Cambodge et la Cochinchine française, et
qu'il est placé sous notre protectorat depuis 1874.

Ce village annamite est loin de ressembler à un village français; les
maisons sont rudimentaires et Madeleine déclare qu'on doit y être
beaucoup moins agréablement que dans les maisons de Paris.

Elle a peut-être raison, Mlle Madeleine. En tout cas, Jacques est de
son avis et maman ne paraît pas éloignée de le partager.

Voici des brodeuses qui travaillent, assises par terre devant leur
métier à la manière des tailleurs. Jacques ne les trouve ni belles
ni élégantes. Affaire de goût. Peut-être leurs compatriotes les
trouvent-ils très jolies et fort bien habillées. Ah! voici, plus loin,
un indigène qui incruste des meubles avec de la nacre. Comme les
femmes, il est assis par terre. Décidément les chaises ne sont pas
connues dans le royaume d'Annam.

«Maman, maman, s'écrie soudain Madeleine, regarde ces animaux en
baudruche qui servent de lanternes!»

Ils sont de toutes sortes et de toutes couleurs, ces animaux: dragons
verts, poissons roses, papillons, oiseaux, etc. Maman explique à
Madeleine que ce ne sont pas des lanternes, mais des ex-voto que les
fidèles annamites suspendent dans leurs temples.

Les Annamites ont un théâtre à l'Exposition, et la journée de Jacques
et de Madeleine ne serait pas complète s'ils n'assistaient pas à une
représentation Maman les y conduit.

Ce théâtre a un défaut capital, pensent les deux enfants: c'est que les
acteurs parlent un langage incompréhensible. On ne sait s'ils jouent
une tragédie, un drame ou une comédie, s'ils s'expriment en vers ou
en prose. Pourquoi n'ont-ils pas appris le français avant de venir à
Paris? Au moins, de cette façon, on saurait ce qu'ils disent et l'on
s'intéresserait davantage à la représentation. Du reste, ils portent
des costumes grotesques, gesticulent comme des polichinelles dont on
tirerait violemment les ficelles et crient comme si on les écorchait.

Non, décidément, les théâtres de Paris valent mieux.



UN COIN DE L'EXPOSITION DE LA RUSSIE


Aujourd'hui, c'est au Champ-de-Mars que Jacques et Madeleine ont
passé l'après-midi. Ce qui les a le plus intéressés, c'est un coin de
l'exposition de la Russie.

La Russie... Voilà un pays que Jacques voudrait bien voir. Il a entendu
dire que les Russes aiment beaucoup les Français et les reçoivent de la
façon la plus charmante. Il sait, de plus, que dans la bonne société
tous les Russes parlent très bien notre langue, ce qui fait qu'il
n'éprouverait aucune difficulté à se faire comprendre. Et enfin, il
paraît que la vie est, à Saint-Pétersbourg et à Moscou, tout à fait
différente de la vie de Paris. Aussi Jacques se promet-il d'aller en
Russie quand il sera grand; il emportera beaucoup de papier blanc, des
crayons, des plumes et de l'encre, et il écrira un gros livre sur ce
qu'il aura vu et appris.

Dans une salle du palais attenant à celui des Arts-Libéraux, des
fourrures de toutes sortes sont étalées; les unes, confectionnées, sont
sur des piquets de bois; les autres, encore non façonnées, sont fixées
contre les murailles.

En France, où les hivers ne sont généralement pas rigoureux, ces
fourrures seraient beaucoup trop chaudes; mais en Russie, où il y a
souvent quarante degrés de froid, on ne peut se dispenser de porter des
pelisses faites avec les peaux les plus épaisses. Ce qui est dans nos
pays un objet de luxe est là-bas un objet de première nécessité.

Maman explique que les meilleures fourrures sont celles d'animaux tués
en hiver; le poil est alors plus fin et plus serré. Elle ajoute que les
plus belles pelisses sont faites avec du chinchilla, de la loutre ou de
la martre zibeline.

[Illustration]

Il y a aussi des ours empaillés qui sont énormes et ont l'air fort
rébarbatif. M. Jacques, que l'on fâcherait très sérieusement si on
lui disait qu'il manque de bravoure, n'ose pas trop s'approcher des
féroces animaux. Il a beau savoir qu'ils ne sont pas vivants, leur
voisinage ne lui convient que très médiocrement. Madeleine, qui s'est
aperçue des impressions de son frère, s'amuse à l'attirer près de
l'un d'eux, tout noir, assis sur son train de derrière; mais l'enfant
résiste énergiquement. Il n'aime pas les bêtes féroces, c'est encore
une affaire de goût.

Les jouets l'intéressent bien davantage; et puis ils n'éveillent
dans son esprit aucun sentiment de crainte. Voici, par exemple, une
poupée revêtue du costume national russe, qui lui paraît tout à fait
charmante. Voici encore un bonhomme assis dans un traîneau rouge auquel
est attelé un très joli cheval blanc. Il est dommage, pense Jacques,
qu'il n'y ait pas, en hiver, assez de neige au bois de Boulogne pour
qu'on puisse aller s'y promener tous les jours en traîneau. Ce serait
très amusant.

Un autre jouet représente deux ouvriers armés chacun d'un marteau avec
lequel ils frappent sur une enclume. L'un de ces ouvriers est un homme,
l'autre est un ours.

Ici, derrière un comptoir, un jeune Moscovite vend des cuillers, des
sébiles, des tasses et des vases en bois.

Là-bas, on a exposé une collection de berceaux.

«Crois-tu, maman, que les bébés puissent dormir là-dedans? demande
Madeleine.

--Pourquoi pas?

--Oh! ils doivent être couchés comme sur des pierres.»

Madeleine exagère. Les berceaux ne sont sûrement pas d'une élasticité
exagérée; mais ils valent bien les hamacs, auxquels ils ressemblent
d'ailleurs, et dont on se contente volontiers.

La plus curieuse de ces couchettes est fixée horizontalement, par des
courroies, au dos d'une paysanne sibérienne.

«C'est sans doute très commode pour cette paysanne, tant qu'elle est
debout, observe Madeleine; mais si elle voulait s'asseoir contre une
muraille?...

--Si elle voulait s'asseoir?... dit Jacques; eh bien, elle mettrait le
berceau par terre, voilà tout.»

Rien n'est plus juste.



HISTOIRE DE L'HABITATION


L'histoire de l'habitation... Un savant architecte français, doublé
d'un grand artiste, Viollet-le-Duc, a raconté cette histoire dans un
ouvrage plutôt écrit pour les papas et les mamans que pour les petits
garçons et les petites filles. Sûrement Jacques ne comprendrait pas
grand'chose aux descriptions qu'il contient, tandis qu'à l'Exposition,
il n'a qu'à regarder les petits édifices construits par M. Ch. Garnier,
pour se faire une idée exacte des progrès accomplis par l'architecture,
depuis l'antiquité la plus reculée jusqu'à nos jours.

D'abord, cette architecture fut des plus simples; même ce n'était pas,
à proprement parler, de l'architecture. Des morceaux de bois assemblés
de manière à former une hutte, c'était tout ce qu'il fallait; quant aux
meubles, ils étaient plus rudimentaires encore que les maisons. Jacques
plaint les Étrusques, qui, mille ans avant l'ère chrétienne, logeaient
dans de pauvres cabanes où le vent devait jouer aux quatre coins; les
Pélasges étaient plus mal encore.

Presque tous les peuples anciens sont représentés à l'Exposition par un
type de leurs habitations; les Phéniciens, les Hébreux, les Assyriens,
les Égyptiens, les Grecs du temps du Périclès, les Romains du temps
d'Auguste, les Aztèques d'avant Fernand Cortez.

Voici une maison gauloise; à la rudesse de ses formes, on reconnaît
le caractère de nos ancêtres. Point d'ornements inutiles, point de
luxe. Les Gaulois, grands guerriers et grands chasseurs, préféraient
la gloire à la commodité, n'avaient pas besoin d'un lit douillet et se
passaient volontiers d'une ample batterie de cuisine et d'une table
bien servie.

[Illustration]

Que penseraient les anciens si, ressuscitant tout à coup, ils étaient
transportés dans une de nos demeures modernes? Il est probable que tout
d'abord ils ne comprendraient pas l'usage d'un grand nombre des objets
dont elles sont garnies, et qu'il faudrait le leur expliquer. Les
ménages les plus pauvres ont, en effet, aujourd'hui des meubles que
ne connaissaient pas les peuples primitifs.

Et si, au lieu de remonter le cours des siècles, nous le descendons,
il est à supposer que, dans quelques centaines d'années, les maisons
et les ameublements auront réalisé des progrès tels que nous en
serions étonnés, s'il était possible que nous les vissions. Il est,
par exemple, deux inventions récentes dont tout le monde profitera
certainement dans un avenir peu éloigné; ce sont l'éclairage électrique
et le téléphone. Quand toutes les maisons--et cela viendra--auront
leur téléphone et leurs lampes électriques, on parlera peut-être avec
quelque pitié, sinon avec quelque mépris, du temps où l'on n'avait pour
correspondre que la poste et le télégraphe, et pour s'éclairer que les
bougies, les lampes et le gaz. Mais c'est là une conséquence naturelle
des perfectionnements qu'amène sans cesse la civilisation en toutes
choses: chaque âge l'emporte en commodités sur le précédent, et il en
sera ainsi aussi longtemps que le monde existera.

Oh! le joli chalet russe, léger et gracieux, avec des colonnettes, des
dômes, des tourelles et des balcons! Qui croirait que des constructions
aussi sveltes et aussi élégantes puissent offrir un abri suffisant
contre les neiges et le froid qui règnent, pendant l'hiver, dans
l'empire des tzars?

Et cette petite cité lacustre!... Est-elle assez curieuse? Isolée au
milieu de l'eau, elle contient tout ce qui est nécessaire aux besoins
de l'homme. Et l'on y est assuré contre les voleurs, sinon contre les
rhumatismes.

«Quand vous irez en Suisse, dit maman, vous verrez des restes de
maisons lacustres. Elles étaient construites sur pilotis au-dessus
des lacs, complètement isolées de la terre ferme où leurs habitants
n'allaient qu'en bateau.»

Jacques et Madeleine ont encore le temps de visiter une tente de
Peaux-Rouges. Cette tente est supportée par des troncs d'arbres.
C'est primitif, mais solide; et messieurs les sauvages s'y trouvent
parfaitement bien. Dans quelques siècles, quand la civilisation
aura pénétré parmi eux, ils seront sans doute plus difficiles; mais
actuellement ils se contentent de leur pauvre aménagement.

Avant de se retirer, Jacques achète un bateau à une femme peau-rouge;
Madeleine fait l'acquisition d'une petite tente.



L'EXPOSITION DE L'ALGÉRIE


«Boum-boum! boum-boum!»

Oh! le singulier bonhomme, qui débite des bonbons,--des _boum-boum_,
comme il dit. Il a la figure et les mains aussi noires que le fond
de la cheminée, des lèvres épaisses et des dents blanches. C'est un
Algérien, vêtu du costume de son pays; les habitués de l'Exposition ne
l'appellent que Boum-Boum.

Le brave Africain sera désormais plus connu en France que dans son
pays. Il constitue une des curiosités de l'Exposition, et quiconque
a visité l'Esplanade des Invalides est allé le voir. Les enfants
l'aiment beaucoup, parce qu'il est très poli avec eux, les traite comme
de grandes personnes et leur vend d'excellentes choses. En ce qui le
concerne, Jacques voudrait être poète comme Corneille ou Racine pour
célébrer dans de beaux vers Boum-Boum et ses bonbons.

Du reste, l'Algérie est très bien représentée à l'Esplanade des
Invalides. Des enfants kabyles reçoivent avec la plus exquise politesse
les personnes qui entrent dans le village algérien et leur baisent la
main. Les habitants de notre belle colonie veulent sans doute partager
le renom d'urbanité universellement dévolu aux Français.

Voici des masques bien curieux. Ils sont taillés dans des noix de
coco et affectent les formes les plus originales. Les filaments qui
entourent la noix constituent la barbe, la moustache et les cheveux.

«Maman, demande Jacques, est-ce que c'est de ce fruit que vient le coco
que l'on vend dans les jardins de Paris pour deux sous le verre?

[Illustration]

--Non, mon enfant. Le coco que tu bois aux Tuileries et au Luxembourg
est fait avec du jus de réglisse, tandis que les cocos que tu vois
ici sont les fruits d'un arbre qui croît dans les pays tropicaux et
qu'on appelle cocotier. A l'intérieur du coco est une amande creuse,
blanche, très bonne à manger, et qui donne une liqueur laiteuse très
agréable. Le cocotier rend les plus grands services aux peuples des
pays chauds; il leur fournit du sucre, du lait, de la crème, du vin, du
vinaigre, de l'huile, des cordages, de la toile, des vases et du bois
de construction.»

Ce qui, parmi les curiosités algériennes, a le plus amusé Jacques et
Madeleine, c'est peut-être la fantasia.

Une fantasia est une cavalcade furieuse, un jeu national, comme en
Espagne une corrida de taureaux et en Angleterre une partie de cricket.
Montés sur leurs chevaux rapides, qu'ils dirigent en écuyers consommés,
les Arabes se lancent dans une course folle, armés de fusils qu'ils
brandissent, lancent en l'air et rattrapent sans jamais les laisser
tomber. Les bêtes hennissent; les cavaliers crient et font feu.

Malheureusement, l'espace est restreint aux Invalides, et les chevaux
n'ont pas assez de place pour prendre et suivre leur élan. C'est
en Algérie, principalement dans la province d'Oran, qu'il faudrait
voir une fantasia. C'est un spectacle unique, dont la fantasia de
l'Exposition ne peut donner qu'une idée bien réduite.

«Et, dis-moi, maman, demande Jacques, c'est grand, l'Algérie?

--Oui, mon enfant; l'Algérie a une superficie plus grande que celle de
la France.

--Et tout ce pays-là nous appartient?

--Depuis 1830. C'est notre plus belle et notre plus riche colonie. Le
climat y est excellent et le sol très fertile. Tu sais que les vignes
françaises ont été partiellement détruites par le phylloxera?

--Oui.

--Eh bien, pour compenser les pertes qu'ont occasionnées ce malheur, on
a planté en Algérie un très grand nombre de vignes qui produisent un
très bon vin.

--Et les Arabes ne nous en veulent pas de leur avoir pris leur sol?

--Ils nous en ont d'abord voulu et quelques-uns nous en veulent encore.
Mais la majorité commence à s'apercevoir qu'au lieu de leur faire
du mal, les Français leur ont fait du bien, et que leur intérêt est
d'accepter une domination qui, sans supprimer aucune de leurs libertés,
leur procure des avantages considérables.



LE VILLAGE JAPONAIS


Au moment d'entrer dans le village japonais, Jacques et Madeleine ne
sont pas sans éprouver quelque appréhension.

«Au moins, maman, a dit Jacques, tu es bien sûre qu'on ne nous fera
aucun mal?

--Et pourquoi vous ferait-on du mal?

--Dame, parce que les Japonais sont des sauvages.

--Non, mes enfants, les Japonais ne sont pas des sauvages, bien loin
de là. Il est vrai que leur civilisation est différente de la nôtre,
mais ils nous sont supérieurs en un grand nombre de matières; leur
porcelaine, par exemple, est beaucoup plus belle que la nôtre, et nous
ne savons pas fabriquer le papier aussi bien qu'eux. Les vases, garnis
de plantes ou transformés en lampes qui font l'ornement de tant de
nos salons, sont pour la plupart japonais; et les amateurs de livres
apprécient surtout ceux qui sont imprimés sur du papier du Japon.

--Et ces gens-là ne sont pas méchants?

--Pas le moins du monde.»

Rassurés par les paroles de leur maman, les deux enfants pénètrent sans
crainte dans le village, où ils sont accueillis par deux charmantes
demoiselles occupées à confectionner des objets de bimbeloterie.
Ces jeunes filles portent le costume de leur pays qui, pour ne pas
ressembler aux costumes parisiens, n'en est pas moins très coquet.

Madeleine a remarqué que ces demoiselles ont un tout petit pied et elle
en fait l'observation à sa mère.

[Illustration]

«Mon enfant, la petitesse du pied des femmes est, au Japon et en Chine,
un signe de distinction. Aussi, dans la bonne société de ces pays,
condamne-t-on les jeunes filles à ne pas marcher et les oblige-t-on à
porter un appareil qui empêche leurs pieds de grandir.

--Mais, maman, cet appareil doit gêner beaucoup?

--Oui, même il fait mal et il serait désirable que l'usage en fût
aboli; malheureusement, il en est des Asiatiques comme des Européens:
ils aiment mieux suivre la mode, même quand elle est nuisible à leur
santé, que rompre avec elle.»

Oh! les jolies maisons, bordées de balcons abrités par le prolongement
de la toiture, surmontées de belvédères légers et gracieux! Sûrement
on doit être très bien dans ces habitations, et l'on s'accommoderait
volontiers en France de l'une d'elles, pendant l'été, à la campagne
ou aux bains de mer. On y ajouterait quelques chaises et quelques
fauteuils, un lit à sommier, une armoire à glace, les quelques bibelots
dont l'habitude nous a fait une nécessité, et ce serait parfait.

Il paraît qu'au Japon les enfants vont à l'école tout comme à Paris.
Voici une salle de classe, où élèves et professeur sont représentés
par des mannequins. Peut-être l'installation n'est-elle pas des plus
confortables; mais les jeunes Japonais n'en ont que plus de mérite à
bien travailler. Ils sont assis et écrivent sur le parquet; c'est une
affaire d'habitude. Du reste, si le matériel scolaire est au Japon des
plus rudimentaires, on y connaît du moins les pupitres; la preuve,
c'est que le maître d'école en a un devant lui.

Voici, non loin de la classe, une salle affectée à l'Exposition des
jouets. C'est l'agréable à côté de l'utile, l'amusement à côté de
l'étude.

Ils sont très simples, ces jouets; mais, pour manquer de complication,
ils n'en valent pas moins. Jacques et Madeleine se sont arrêtés devant
un monsieur qui fait voler en l'air un petit instrument composé d'une
baguette de bois terminée à sa partie supérieure par un morceau de
roseau fixé à angle droit. Il suffit de placer la baguette entre
les deux mains et de lui imprimer un mouvement de rotation rapide
en faisant glisser les deux mains l'une contre l'autre pour que
l'instrument s'envole en tournant et plane longtemps dans l'air avant
de retomber à terre.

Ce volant ne coûte que la modique somme de deux sous; ce n'est pas
cher, aussi Jacques s'empresse-t-il d'en acheter un. Quant à Madeleine,
elle a fait l'acquisition d'un _kata-kata_, dont elle s'amuse à
dérouler les morceaux de bois peint.



LE SÉNÉGAL.--LA NOUVELLE-CALÉDONIE


Les Sénégalais ont, eux aussi, leur village à l'Exposition,--un village
qui, certes, vaut la peine d'être vu. D'abord ce village est, malgré
ses apparences, presque français. Au milieu de ces hommes noircis par
un soleil de feu, on est, sinon positivement avec des compatriotes,
du moins avec des amis. Du reste, ils sont tout à fait gentils avec
leurs visiteurs, les braves gens. A leur entrée, Jacques et Madeleine
ont rencontré un petit bonhomme aux cheveux crépus, vêtu sommairement
d'un morceau d'étoffe rouge jeté autour de son corps, qui leur a souri
et tendu les bras. Jacques s'est approché gravement; il a mis les
mains derrière son dos et a regardé l'enfant du haut de sa grandeur.
Il a peut-être eu tort. Madeleine, moins fière et plus avenante, s'est
baissée, et, tirant un gâteau de sa poche, l'a offert au bambin qui
l'a pris avec joie et mangé à belles dents. Puis elle s'éloigne, toute
contente d'avoir fait un heureux à si peu de frais. Jacques regrette
maintenant d'avoir été si hautain avec le petit être.

«Le Sénégal est en Afrique, n'est-ce pas, maman? dit Madeleine.

--Oui, sur la côte occidentale.

--Et c'est une colonie française?

--Pas en totalité; nous ne possédons que le territoire qui s'étend
depuis l'embouchure du fleuve qui a donné son nom au pays jusqu'à
l'embouchure du Gabon. Le Sénégal ne nous a définitivement appartenu
qu'en 1814; mais il est certain que les premiers Européens qui
fréquentèrent la contrée furent des Français, et sans doute les hardis
marins de Dieppe. Dès le commencement du quatorzième siècle, il y eut
plusieurs comptoirs français sur la côte.»

[Illustration]

Les Sénégalais ont avec eux des singes qui font aux passants toutes
sortes de grimaces; ce n'est pas que ces animaux soient mal élevés,
mais dans leur pays et dans leur société il est très bien porté de
faire des grimaces. Il me semble, du reste, qu'il y a, même à Paris,
pas mal d'enfants qui en font aussi de temps en temps.

Ces singes ne viennent pas du Sénégal, mais du Congo. Le Congo,
Madeleine ne sait pas au juste où ce pays se trouve; quant à Jacques,
il ne se rappelle pas en avoir jamais entendu parler.

«Le Congo, mes enfants, est à l'ouest de l'Afrique équatoriale,
explique maman. Il n'y a pas bien longtemps, il était encore désigné
sur les cartes géographiques par les mots _Régions inexplorées_. Ce fut
le célèbre voyageur anglais Livingstone qui le parcourut le premier; il
y passa plusieurs années et y mourut en 1873, victime du climat. Après
lui, l'Américain Stanley étudia la topographie du pays et dressa des
cartes. Puis ce fut le tour d'un Français, M. Savorgnan de Brazza, qui
poursuivit avec succès l'œuvre entreprise par ses deux prédécesseurs.

«Depuis 1884, le Congo est divisé en trois parties: un État libre,
placé sous le protectorat du roi des Belges, qui en est le souverain
nominal; le Congo français, que M. de Brazza administre au nom de notre
gouvernement; et le Congo portugais.»

Après l'exposition du Sénégal, c'est celle de la Nouvelle-Calédonie
que Jacques et Madeleine vont visiter. Les Néo-Calédoniens ont pour
maisons des cases de deux à trois mètres de hauteur, n'ayant pour toute
ouverture que la porte; elles sont rondes ou carrées et ont un toit
recouvert de paille. Le mobilier ne consiste qu'en nattes, calebasses,
tasses en coco et vases de terre cuite.

«C'est bien à la Nouvelle-Calédonie, n'est-ce pas, maman, que l'on
envoie les méchants hommes qui ont commis des crimes? demande Madeleine.

--Oui, c'est là qu'est le bagne, depuis 1872.

--Et avant cette époque, où mettait-on les forçats?

--D'abord, on les logea sur des galères; puis on institua quatre
bagnes: un à Toulon, un autre à Brest, un troisième à Rochefort et le
quatrième à Lorient. Les condamnés y étaient employés à des travaux
pénibles, sous la surveillance de gardes-chiourme. Ils étaient
enchaînés deux à deux et traînaient un lourd boulet.»



LE MINISTÈRE DE LA GUERRE


L'emplacement occupé par l'exposition du ministère de la guerre est
assurément un des plus curieux de l'Exposition. C'est aussi un des plus
fréquentés: les Français n'oublient pas leur vieille gloire militaire,
et tout ce qui touche à l'armée les intéresse d'autant plus que sur
cette gloire une ombre a passé, à laquelle ils pensent sans cesse pour
l'effacer plus vite.

Jacques et Madeleine ont bien souvent entendu parler de la malheureuse
guerre de 1870-71. Grand-papa, qui a été soldat à cette époque, leur en
a raconté plusieurs épisodes; et, quoiqu'ils soient bien jeunes tous
les deux, ils ont compris combien la France a souffert. Ils savent
combien furent terribles les sièges de Paris, de Strasbourg et de
Belfort, combien furent pénibles la campagne de la Loire, la campagne
du Nord et celle de l'Est; ils savent enfin qu'il y a, dans l'Est,
deux belles provinces que l'on nous a prises, et qui depuis attendent
impatiemment le jour de la délivrance.

Car, pour avoir été conquises par les Allemands et pour être sous leur
domination depuis près de vingt ans, ces deux provinces n'en sont pas
moins restées françaises de cœur: on a beau faire, elles n'oublient
pas la mère patrie et conservent religieusement son culte.

Aussi c'est avec une sorte de recueillement que les deux enfants
pénètrent dans cette partie de l'Exposition, où tout parle à notre
patriotisme, où le rire s'envole pour faire place aux plus graves
méditations.

Cette forteresse n'aura jamais à se défendre contre l'ennemi; mais elle
fait songer que là-bas, sur la frontière, d'autres forteresses sont
prêtes à repousser l'envahisseur. Ces canons ne lanceront peut-être
jamais de boulets ni d'obus; mais combien d'autres s'aligneront un jour
pour vaincre l'étranger!

[Illustration]

Le bâtiment principal est précédé d'un château fort du moyen âge,
flanqué de tourelles, avec pont-levis, mâchicoulis et chemin de ronde.
Tout autour sont disposés des objets de campement, des ambulances de
campagne, des modèles de trains sanitaires.

A côté de l'édifice se trouve un pavillon qui renferme divers objets
d'aérostation militaire, notamment une reproduction du ballon
dirigeable du parc de Meudon.

«Mais, maman, demande Jacques, à quoi peut bien servir un ballon en
temps de guerre?

--D'abord à se rendre compte des positions et de la force des ennemis;
puis c'est pour des assiégés investis le plus sûr moyen d'envoyer des
nouvelles. Lors du siège de Paris, plusieurs ballons emportèrent des
dépêches destinées à ceux des membres du gouvernement qui dirigeaient
les opérations militaires en province.»

A l'intérieur de l'édifice principal, tout est souvenir ou espérance.
Voici le sabre d'honneur du général Hoche, qui, en 1793, commandant en
chef les armées de la Moselle et du Rhin, à l'âge de vingt-cinq ans,
chassa les Allemands de l'Alsace; voici le sabre de Marceau, qui mourut
à vingt-sept ans laissant un nom immortalisé par la victoire; voici
encore le chapeau que Napoléon Ier portait le jour de la bataille de
Waterloo et le sabre dont il se servit pendant la campagne d'Égypte.
Voici enfin le képi du maréchal Bugeaud, duc d'Isly, qui battit
Abd-el-Kader et prit une si grande part à la conquête de l'Algérie; ce
képi est célèbre; les soldats du maréchal l'appelaient la _casquette_.
Qui ne connaît le célèbre refrain:

  As-tu vu la casquette, la casquette?
  As-tu vu la casquette au père Bugeaud?

Des mannequins sont revêtus de tous les costumes de l'armée française.
Officiers et soldats, fantassins, cavaliers, artilleurs, tous sont là
avec leurs uniformes.

Jacques les examine avec attention.

«Maman, dit-il, lequel de ces uniformes porterai-je, quand je serai
soldat?

--Je ne sais pas, mon enfant, cela dépendra.

--Eh bien, écoute, quel qu'il soit, je te jure d'en être digne.»

Jacques est bien jeune pour faire un serment; mais celui-ci, du moins,
il le tiendra, j'en suis sûr.



CONCLUSION


L'Exposition de 1889 est fermée, mais quiconque l'a visitée en
conservera toujours le souvenir. Madeleine et Jacques ne l'oublieront
certainement pas. Ils n'ont pas pu en apprécier toutes les merveilles,
et ils se sont, en la parcourant, plus amusés qu'instruits; n'importe,
ils ont compris que cette immense agglomération de richesses a valu un
triomphe à la France, ils savent que de tous les pays de l'univers on
est venu pour la voir et qu'il n'y a eu qu'une voix pour louer et pour
admirer.

Notre patrie a voulu montrer au monde qu'elle était toujours
travailleuse; elle a voulu faire bénéficier les étrangers du génie
de nos artistes et de nos savants. Pour que l'Exposition fût digne
d'elle, elle a dépensé sans compter. Le résultat a dépassé toutes
les espérances; pendant six mois, le Champ-de-Mars et l'Esplanade
des Invalides ont offert un spectacle unique dans l'histoire de la
civilisation. Jamais, jusqu'alors, on n'avait vu tant de richesses
accumulées, jamais on n'avait résumé aussi complètement dans une même
enceinte tout ce qui intéresse l'humanité, tous les progrès que les
arts et les sciences ont réalisés.

La plus noble gloire à laquelle une nature puisse prétendre en temps de
paix, la France vient de la réaliser. Elle inscrira avec un légitime
orgueil, la date de 1889 dans son livre d'or.


FIN.



   TABLE


   LA TOUR EIFFEL.                              5

   LES JOUETS.                                  8

   UNE COLLATION.                              10

   LA RUE DU CAIRE.                            12

   LA GALERIE DES MACHINES.                    14

   LE VILLAGE ANNAMITE.                        16

   UN COIN DE L'EXPOSITION DE LA RUSSIE.       18

   HISTOIRE DE L'HABITATION.                   20

   L'EXPOSITION DE L'ALGÉRIE.                  22

   LE VILLAGE JAPONAIS.                        24

   LE SÉNÉGAL.--LA NOUVELLE-CALÉDONIE.         26

   LE MINISTÈRE DE LA GUERRE.                  28

   CONCLUSION.                                 30


FIN DE LA TABLE.


4753-89.--CORBEIL. Imprimerie CRÉTÉ.


                   *       *       *       *       *


  Liste des modifications:

  Page 12: «orchestes» remplacé par «orchestres» (nos orchestres
             parisiens)
  Page 16: «vont» par «font» (et se font voiturer)
  Page 27: «calebassses» par «calebasses» (calebasses, tasses en coco)





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "A travers l'Exposition - Promenades de deux enfants au Champ-de-Mars et à l'esplanade - des Invalides" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home