Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Les Bourbons bibliophiles - Rois & Princes, Reines & Princesses
Author: Asse, Eugène
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les Bourbons bibliophiles - Rois & Princes, Reines & Princesses" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées. L'orthographe d'origine a été conservée et
n'a pas été harmonisée. Les mots et phrases imprimés en gras dans le
texte d'origine sont marqués =ainsi=.



    LES
    BOURBONS BIBLIOPHILES



    Il a été tiré de cet ouvrage

    TROIS CENT SOIXANTE-QUINZE EXEMPLAIRES:


     10 exempl. sur pap. du Japon (A à J).
      5 exempl. sur pap. de Chine (K à O).
     10 exempl. sur pap. de Hollande (P à Y).
    350 exemplaires sur alfa vergé (1 à 350).


    Droits réservés pour tous pays y compris la
    Suède, la Norvège et le Danemark



    COLLECTION DU BIBLIOPHILE PARISIEN

    LES BOURBONS
    BIBLIOPHILES

    Rois & Princes
    Reines & Princesses


    PAR

    EUGÈNE ASSE

    Avant-propos

    PAR

    GEORGES VICAIRE

    [Illustration]

    _PARIS_

    HENRI DARAGON, LIBRAIRE

    10, rue Notre-Dame de Lorette, 10

    1901



[Illustration: deco]


_Eugène Asse, bibliothécaire à l'Arsenal, décédé il y a quelques mois à
peine, était un passionné du livre. Il l'aimait de toutes les manières,
sous toutes ses formes, pour ce qu'il contenait et pour sa décoration
extérieure. Sa bibliothèque, généreusement léguée par lui à la ville de
Versailles, formait, au point de vue de l'histoire comme à celui des
lettres, un ensemble des plus importants et des mieux choisis. Mais s'il
ne possédait point sur ses rayons des maroquins armoriés, de
provenance célèbre, des reliures des Eve, des Ruette, des Le Gascon, des
Derome et des Padeloup, des manuscrits précieux ou des estampes
rares._--Non licet omnibus adire Corinthum--_du moins professait-il pour
tous ces trésors un culte respectueux qui confinait à la dévotion. Il
fallait voir Asse caresser amoureusement les plats d'une ancienne
reliure, tourner les feuillets d'un volume, en examiner les armes ou
l'ex-libris, son visage s'illuminait aussitôt. Et si, par hasard, quelque
profane s'était permis, en sa présence, de manquer à un livre, vieil ou
jeune, des égards qui lui sont dus, Asse devenait terrible, inexorable et
le mécréant n'avait plus qu'à s'esquiver._

_A cet amour du livre, mon regretté confrère joignait une érudition des
plus solides et un goût fort délicat. Rien de notre littérature ou de
notre histoire ne lui était étranger; le dix-huitième siècle surtout
l'avait attiré; il le possédait à fond._

_Nul plus qu'Eugène Asse, n'était donc qualifié pour écrire l'étude
bibliophilique que M. H. Daragon vient de faire entrer dans sa
«Collection du bibliophile parisien» et qui y trouve sa place naturelle._

_Les_ Bourbons bibliophiles _parurent jadis dans une revue. Depuis,
l'auteur des_ Petits Romantiques, _qui avait projeté de réunir ces
intéressantes pages en volume, revisa, dans cette intention, son premier
travail, le corrigea, le compléta de telle sorte que le livre
d'aujourd'hui apparait, non seulement comme une première édition en
librairie mais presque comme une édition originale. La mort n'a pas
laissé le temps à Eugène Asse de réaliser lui-même son projet et c'est à
moi qu'il appartient d'accomplir le vœu de celui qui fut mon
collaborateur dévoué et mon ami fidèle._

_La mission m'est d'autant plus douce à remplir que, tout en honorant la
mémoire du consciencieux écrivain, je livre à ses confrères en
bibliophilie une étude qui, j'en suis persuadé, ne manquera pas de les
intéresser et de recueillir leurs suffrages._

    GEORGES VICAIRE.

[Illustration: deco]


ROIS ET PRINCES


[Illustration: deco]


On a compté les grands capitaines, les soldats valeureux que la maison de
Bourbon a donnés à la France, depuis Pierre Ier, arrière-petit-fils de
saint Louis, qui tomba à Poitiers, jusqu'à Jean II qui vengea son aïeul
en battant les Anglais à Formigny; depuis ces deux ducs d'Enghien dont le
jeune front fut illuminé l'un par la gloire de Rocroy, l'autre par celle
de Cérisoles, jusqu'à l'aide de camp de Dumouriez à Valmy et au vainqueur
d'Abd-el-Kader. Nous entreprenons une tâche bien différente, celle
d'énumérer les bibliophiles que la maison de Bourbon posséda parmi ses
princes. Ils sont presque aussi nombreux que les guerriers, et l'on peut
dire que chez eux l'amour des livres le disputa à l'amour des armes,
quand ces deux passions ne se partageaient pas également leur cœur.


I

Il faut remonter jusqu'au XIVe siècle, jusqu'aux anciens ducs de Bourbon,
descendants immédiats de Robert de Clermont, pour trouver la première
trace de l'amour que ces princes eurent de tout temps pour les livres.
Dans la ville de Moulins, capitale de leur duché, ils avaient réuni de
bonne heure une riche collection de livres, qui rivalisait avec celle que
les rois de France de la maison de Valois commençaient, vers la même
époque, à réunir eux-mêmes dans la grosse tour du Louvre. Nous voyons la
femme de Louis Ier, Marie de Hainaut, morte en 1354, posséder déjà de
beaux livres, et son nom se lit sur un manuscrit du roman de _Lancelot_
que possède la Bibliothèque nationale. Mais le véritable fondateur de la
bibliothèque des ducs de Bourbon à Moulins fut le petit-fils de cette
princesse, Louis II, dit le Bon, qui mourut en 1410, et dont la sœur,
Jeanne de Bourbon, épousa Charles V.

Si Raoul de Presles, un contemporain, nous représente le roi de France
«estudiant continuelement en divers livres et sciences», le chroniqueur
Jean Cabaret nous montre son beau-frère, le duc de Bourbon, se faisant
«lire à son disner continuelement les gestes des tres renommez princes
jadis roys de France et d'autres dignes d'honneur». Laurent de
Premier-fait, qui traduisit pour lui, et sur son désir, les deux traités
de Cicéron sur la Vieillesse et sur l'Amitié, l'a loué «d'aimer et
hanter les livres» autant que «les hommes raisonnables». D'autres
auraient peut-être demandé au roi de France des fiefs et des seigneuries;
lui, il lui demandait des livres; c'est ainsi, comme le constate M.
Léopold Delisle dans son histoire du _Cabinet des manuscrits de la
Bibliothèque nationale_, qu'il se fit donner par son neveu, Charles VI,
dont il fut l'un des tuteurs, deux beaux volumes de la librairie du
Louvre, un Tite-Live en 1392, et une Bible en 1397. Sous lui, la
«librairie» de Moulins devint «l'une des plus belles et considérables» de
l'époque. Elle était riche en «nombreux velins couverts de velours rouge
et tanné, garnys de fermaux de leton, de boulhons et de carrees.»

Le petit-fils de Louis II, Charles Ier, qui, bien qu'époux d'Agnès de
Bourgogne, fille de Jean sans Peur, embrassa le parti du roi de France
contre le parti bourguignon, contribua beaucoup à la paix d'Arras et
mourut en 1456, a laissé un magnifique témoignage de son amour pour les
livres. C'est le précieux armorial où sont figurés les blasons et les
châteaux du Bourbonnais, de l'Auvergne et du Forez, et qu'il fit exécuter
par son héraut Guillaume Revel.

Jean II, son fils (1426-1488) et successeur, ne fut pas seulement célèbre
par ses victoires de Formigny sur les Anglais, et de Gy sur le comte de
Roucy, capitaine de Charles le Téméraire, qui vinrent puissamment en aide
à la politique de Louis XI, dont il avait épousé la sœur, Jeanne de
France; il aima aussi et protégea les savants.

    _Diligit et doctos doctior ipse viros_,

dit un vers de Paulus Senilis. C'est pour lui que fut copié, vers 1480,
le bel exemplaire de _la Danse des aveugles_ et de _l'Abusé en court_, où
figurent vingt-trois écussons de la famille de Bourbon. N'étant encore
que comte de Clermont, c'est-à-dire très jeune, il possédait déjà un
beau manuscrit italien de _la Divine Comédie_.

Deux frères du duc Jean II, Charles, cardinal de Bourbon, mort en 1488,
et Louis, bâtard de Bourbon, amiral de France, mort en 1486, ont droit
également au titre de bibliophiles: le premier par _la Complainte de la
ville de Lyon_ et _l'Evangile grec_ qui porte sa devise: N'ESPOIR NE
PEUR; le second, par une traduction des _Stratagèmes de Frontin_, et
surtout par une _Vie de Jésus-Christ_, par Ludolfe, copiée par Gilles
Richard, où se trouve un portrait de ce prince. (Bibl. nat., mss. franç.
ancien fonds 177-179).

Au duc Jean II, mort sans postérité légitime, succéda son frère Pierre
II, sire de Beaujeu (1439-1503). L'époux un peu effacé de cette Anne de
France, fille de Louis XI, si célèbre dans l'histoire sous le nom de dame
de Beaujeu, fut un très délicat et très passionné bibliophile, s'il ne
fut pas le plus grand politique de sa maison. Il enrichit sa «librairie»
de Moulins de la collection remarquable des ducs de Nemours, qu'il avait
achetée de Jean d'Armagnac, fils du décapité, avec les comtés de Murat et
de Carlat, et, en 1467, à la mort de Philippe le Bon, duc de Bourgogne,
son oncle maternel, il sut obtenir quelques manuscrits de la fameuse
bibliothèque que ce prince avait formée à Bruges. «Les manuscrits qu'il
faisait exécuter, dit M. Le Roux de Lincy, étaient aussi remarquables par
la beauté des miniatures qui les décorent que par l'habileté des
calligraphes qu'il employait.» Parmi ceux qui sont parvenus jusqu'à nous,
il faut citer _l'Histoire universelle_, écrite en 1364 par Mathias du
Rivau, et _les Antiquités_, de Joseph, illustrées de douze belles
miniatures de Jehan Fouquet. Ce fut lui aussi qui plaça dans la
«librairie» de Moulins une cinquantaine de volumes imprimés sur vélin «en
molle», comme dit l'inventaire du temps, chefs-d'œuvre de la
typographie naissante. Sur ses livres on voit son écusson aux armes de
Bourbon, brisées d'un lionceau de sable sur la partie supérieure de la
bande. Plusieurs aussi portent la devise: ESPÉRANCE, écrite de la main de
son secrétaire François Robertet. C'est en sa personne que finit la
lignée masculine de ces premiers ducs de Bourbon, dont le titre et les
biens passèrent à la branche des Bourbons-Montpensier par le mariage de
l'héritière de la branche aînée avec Charles III, comte de Montpensier.

Le fameux connétable de Bourbon ne fut pas lui-même sans donner ses soins
à l'accroissement de la bibliothèque de ses prédécesseurs, malgré les
soucis et les mécomptes d'une politique qui devait lui être fatale.
L'éducation très lettrée que lui fit donner la veuve de Pierre II, Anne
de France, devenue plus tard sa belle-mère, par son mariage, en 1505,
avec la fille de cette princesse, Suzanne de Bourbon, avait contribué
sans doute à développer en lui ce goût délicat. Il fit exécuter pour son
usage et pour celui de sa femme plusieurs manuscrits. C'est à lui que
l'on doit probablement l'idée de ce _Recueil d'emblèmes, de proverbes,
d'adages, d'allégories et de portraits, dessins à la gouache et en
couleur, accompagnés de devises en prose et en vers_, que fit faire pour
lui ce même François Robertet, secrétaire du défunt sire de Beaujeu,
frère du fameux Florimond Robertet, ministre des rois Louis XII et
François Ier, et qui fut lui-même, sous Charles VIII, secrétaire et
bibliothécaire des rois de France.

Au folio 139 recto de ce volume (Bibl. nat., F. La Vallière 44), on voit
le portrait de Charles de Bourbon à cheval, armé de toutes pièces,
galopant l'épée haute, tel qu'il était à la bataille d'Agnadel.

Avant d'acquérir par son mariage la bibliothèque des ducs de Bourbon à
Moulins, Charles de Bourbon possédait en propre celle que les comtes de
Montpensier avaient réunie à leur château d'Aigueperse, et qui s'était
elle-même enrichie de plusieurs volumes des comtes de Clermont et de
Sancerre ornés de leurs armes: _au 1 et 4 d'or au dauphin d'azur; au 2 et
3 d'azur à la bande d'argent côtoyée de deux cotices potencées et
contre-potencées d'or, avec un lambel de gueules à trois pendant sur le
tout_.

L'on sait comment la révolte du connétable de Bourbon amena en 1523 la
confiscation de ses biens. La «librairie» de Moulins fut comprise dans
cette confiscation. Après avoir été soigneusement inventoriée par Pierre
Antoine, commissaire du roi, en présence de Mathieu Espinette, chanoine
de Moulins, garde des livres du duc de Bourbon, elle fut réunie à celle
du roi, déposée alors au château de Fontainebleau. C'est de là que nous
sont parvenus les soixante-seize manuscrits splendides que M. Léopold
Delisle signale parmi ceux de la Bibliothèque nationale comme ayant
appartenu aux anciens ducs de Bourbon.

Aux Bourbons-Montpensier, descendants de Jean Ier, duc de Bourbon, et de
Marie de Berry, éteints en la personne du connétable de Bourbon,
succédèrent, comme chefs de la maison de Bourbon, les Bourbons-Vendôme,
issus eux-mêmes de la branche des comtes de la Marche dont l'origine
remontait à Louis Ier, premier duc de Bourbon, fils de Robert de
Clermont. C'est de Charles de Bourbon, comte, puis duc de Vendôme en
1515, mort en 1537, et de François d'Alençon, que descendent, par son
fils Antoine de Bourbon, roi de Navarre, toutes les branches de Bourbon
qui subsistent aujourd'hui, et par son autre fils, Louis de Bourbon,
prince de Condé, les branches éteintes de Condé, de Soissons et de Conti.


Les Bourbons-Vendôme, eux aussi, aimèrent les livres et en formèrent de
belles collections. Telle fut celle du château de Vendôme, dont le
domaine était entré dans leur maison, dès 1364, par Catherine, comtesse
de Vendôme, femme de Jean Ier de Bourbon, comte de la Marche. Antoine de
Bourbon, devenu roi de Navarre par son mariage avec Jeanne d'Albret,
l'enrichit sans doute d'une partie des livres des anciens souverains de
Béarn. Le Père Jacob, dans son _Traité des plus belles bibliothèques_,
affirme en effet, après La Croix du Maine, que la bibliothèque des rois
de Navarre «était autrefois conservée à Vendôme». Ce qui est certain,
c'est que son frère, le célèbre cardinal de Bourbon que les ligueurs
firent roi sous le nom de Charles X, et qui mourut en 1590, fut un des
plus passionnés collectionneurs de livres du XVIe siècle. «Il a laissé,
dit le même Père Jacob, cette mémoire à la postérité d'avoir été le plus
grand amateur des gens de lettres et de livres qui fut en son temps.»

Ses livres, qui étaient «excellemment reliés en maroquin», furent légués
par lui, vers 1580, à la maison professe des Jésuites de la rue
Saint-Antoine, qu'il avait lui-même établie sur l'emplacement de l'ancien
hôtel d'Anville. Ils furent dispersés lors de la première expulsion des
Jésuites en 1595. Son neveu, Charles III de Bourbon, deuxième cardinal de
Bourbon, fils du premier prince de Condé, qui lui succéda sur le siège
archiépiscopal de Rouen, et mourut en 1594, à trente-deux ans, n'aima pas
moins passionnément les livres. Il fut le restaurateur de la belle
bibliothèque formée au château de Gaillon par le cardinal d'Amboise. Ses
livres étaient uniformément reliés en maroquin bleu ou rouge, la tranche
dorée, sur le dos ses armes: _de France, au bâton péri en bande de
gueules_, et un médaillon représentant un lis au naturel avec la devise:
CANDORE SUPERAT ET ODORE.


II

L'avènement de Henri IV, chef de la maison de Bourbon, au trône de
France, donne un caractère nouveau à l'amour des Bourbons pour les
livres: c'est au profit de la France même que cette passion s'exerce. A
la fin du règne de Charles IX, la bibliothèque formée à Fontainebleau par
François Ier avait été rapportée à Paris, où elle courut de très grands
dangers pendant les troubles de la Ligue. Dès le début de son règne,
Henri IV porta sur elle sa sollicitude et la fit déposer dans le collège
de Clermont, de la rue Saint-Jacques, abandonné par les Jésuites, puis
installer en 1604, lors du rappel de ceux-ci, dans le cloître des
Cordeliers. En 1609, il avait conçu le projet de lui consacrer une
magnifique salle dans le nouveau collège de France qu'il voulait faire
construire. Henri IV accrut beaucoup aussi la bibliothèque du collège des
Jésuites de Lyon, si nous en croyons le Père Jacob. «La plus célèbre
bibliothèque de la ville de Lyon, dit-il, est celle du collège des Pères
Jésuites, qui pour la quantité de ses livres ne cède à beaucoup de
France; car elle se peut vanter d'avoir plusieurs livres qui viennent de
la libéralité du grand roy Henry IV.» Dans sa «librairie» particulière,
Henri IV avait des livres nombreux et choisis, qu'il faisait luxueusement
relier. Ils portaient tous, sur les plats, l'écu de France accolé de
celui de Navarre, et au-dessous, soutenue de deux rinceaux, la lettre H
couronnée; le tout entouré des colliers des ordres de Saint-Michel et du
Saint-Esprit, et souvent surmonté d'une couronne royale.

Si nous en croyions M. Édouard Fournier, Louis XIII aurait relié des
livres de ses mains royales. Ce qui est certain, c'est qu'il aima les
livres. Ceux qu'il posséda furent presque tous reliés en maroquin vert
fleurdelisé par Clovis Eve, puis par Antoine Ruette. Dans l'écusson royal
dont il sont marqués, l'H de Henri IV est remplacée par un L. Louis XIII,
lorsqu'il rétablit la religion catholique en Béarn, fonda à Pau un
couvent de capucins, auquel il donna «la très magnifique bibliothèque des
roys de Navarre, ses prédécesseurs, qui sert, dit le Père Jacob, d'un
rare ornement à ce couvent».

Son frère, Gaston, duc d'Orléans, qui mourut à Blois, en 1660, à l'âge de
cinquante-deux ans, après avoir cabalé toute sa vie, soit contre
Richelieu, soit contre la régente, fut un excellent bibliophile tout en
étant un très mauvais politique. Peut-être est-ce par repentir et amende
honorable pour ses conspirations qu'il légua à son neveu, Louis XIV, «son
cabinet plein de raretés de tout genre». Pour un bibliophile, un tel
legs partait du cœur. En conséquence de sa libéralité, cinquante-trois
de ces précieux manuscrits furent portés en 1667 à la Bibliothèque du
roi.

C'est au palais du Luxembourg, sa demeure, que Gaston avait réuni ce
cabinet qui ne comprenait pas seulement des livres et des manuscrits,
mais encore des médailles, des miniatures, des estampes, etc. Le Père
Jacob en est émerveillé. Ce prince, dit-il, «donne de l'étonnement et de
l'admiration à toute l'Europe, pour la connaissance qu'il a des médailles
anciennes; et je puis dire de ce prince, sans flatterie, que ni Alexandre
Sévère, empereur des Romains, ni Atticus, grand ami de Cicéron, ni le
très docte Varron n'ont eu une connaissance desdites médailles comme lui;
et sa curiosité ne se termine pas en icelles, mais encore dans la
recherche des bons livres, desquels il orne sa très riche et splendide
bibliothèque, qu'il a dressé depuis peu dans son hostel de Luxembourg, au
bout de cette admirable gallerie où toute la vie de la feue reine Marie
de Médicis a été dépeinte par l'excellent ouvrier Rubens. Or cette
bibliothèque n'est pas seulement remarquable pour l'ornement de ses
tablettes, qui sont toutes couvertes de velours verd, avec les bandes de
même étoffe, garnies de passemens d'or, et les crespines de même: pour
toute la menuiserie qui se void, elle est embellie d'or et de riches
peintures. Mais outre cela, les livres sont de toutes les meilleures
éditions qui se peuvent treuver; et quant à leur relieure, elle est toute
d'une même façon, avec les chiffres de Son Altesse Réale[1]. Ce prince
fait tous les jours une grande recherche des meilleurs livres qui se
peuvent treuver dans l'Europe; donnant des mémoires pour ce sujet, par la
sollicitation de M. Brunier, son médecin et bibliothécaire, qui travaille
continuellement à la perfection de ce trésor des livres et des
médailles.»

  [1] On trouve dans l'excellent _Guide du Libraire
  antiquaire et du Bibliophile_, Ed. Rouveyre, 1885, in-8, de
  remarquables imitations, par Capé, de reliures aux armes royales
  de Louis XIII. Il faut aussi signaler, du même éditeur, les
  autres publications relatives à l'histoire de la reliure: _la
  Reliure ancienne_, avec introduction par G. Brunet, _la Reliure
  moderne_, d'Octave Uzanne, rédacteur en chef du _Livre_, _la
  Reliure de luxe_, par L. Derôme, et _les Reliures d'art de la
  Bibliothèque nationale_, par Henri Bouchot.

Gaston se plaisait aussi à faire exécuter en miniatures des objets
d'histoire naturelle. Ce sont ces miniatures qui ont formé le fonds de la
collection connue sous le nom de _Vélins du Muséum_, et transférée, en
1793, de la Bibliothèque du Roi au Jardin des Plantes. La plupart de ses
livres étaient reliés en veau, marqués de G couronnés.

Le goût de Louis XIV pour les livres nous est surtout attesté par
l'impulsion qu'il donna aux acquisitions qui furent faites sous
son règne pour augmenter la Bibliothèque du roi, par les missions
qui furent confiées à Vaillant, Monceaux, Laisné, Dipy, Wansleb,
Lacroix, Cassini, Verjus, à Nointel, notre ambassadeur à
Constantinople, très bien secondé par A. Galland, pour recueillir
des livres et des manuscrits en Orient, en Grèce, en Italie, en
Portugal. Mais pour lui comme pour Louis XV, comme pour Louis XVI,
il est difficile de faire le départ entre le souverain et le
particulier, et d'apprécier le bibliophile autrement que par les
magnifiques reliures à ses armes qui figurent aujourd'hui dans nos
bibliothèques publiques. Avec Louis XIV la reliure prit un
caractère de simplicité majestueuse. Sur les livres marqués aux
armes du roi, c'est-à-dire de France, il faut remarquer la large
dentelle avec un simple filet sur les bords des plats. Son
relieur le plus accrédité fut A. Ruette. Nous possédons cependant
un témoignage de l'intérêt particulier que Louis XV prenait à
orner et à accroître sa bibliothèque particulière. Vers 1766, nous
le voyons acheter du duc de La Vallière plusieurs manuscrits qui
devaient être portés à Trianon. Parmi ces manuscrits figurait le
_Livre des tournois du roi René_ que le duc de La Vallière tenait
du prince de Conti.

Le grand Dauphin, fils de Louis XIV, posséda aussi, à Meudon, sa
résidence, et à Versailles, une belle bibliothèque, dont Saint-Simon nous
a raconté la vente à l'encan après sa mort, en 1711. Les reliures
portaient les armes du Dauphin sur les plats, avec des L entrelacées et
couronnées aux coins.

Le père de Louis XV, ce jeune et charmant duc de Bourgogne, l'élève de
Fénelon et l'espoir de la France, avait montré bien jeune encore un vrai
penchant de bibliophile. Il s'intéressait beaucoup aux livres, aux
manuscrits, aux sceaux et aux médailles. Gaignières se plaisait à lui
communiquer ses découvertes, telles que celle d'un sceau de Louis le
Gros, et son cabinet reçut, le 6 avril 1702, la visite de ce jeune
prince. «Je vous félicite, écrivait à ce sujet l'intendant Foucault à
Gaignières, de la visite que vous a rendue M. le duc de Bourgogne, et
suis bien persuadé que le temps lui aura paru court dans votre grand
appartement. Comme c'est un prince qui a du goût pour l'histoire et la
littérature, vous aurés eu plaisir à satisfaire sa curiosité.»


III

C'est surtout dans les branches collatérales de la maison de Bourbon, et
aussi parmi les princes légitimés, que nous allons trouver maintenant des
collections de de livres nombreux, bien choisis, richement reliés.

A la tête de ces princes bibliophiles se distinguent les membres de la
maison de Condé. Le premier qui a droit à ce titre fut Henri II, prince
de Condé, époux de cette belle et vertueuse Charlotte de Montmorency qui
inspira une si vive passion à Henri IV, et père du vainqueur de Rocroy
(1588-1646).

Ce prince, qui était gouverneur de la province de Berry, avait fondé, à
Bourges, une très belle bibliothèque, dont le Père Jacob nous parle
ainsi: «Cette opulente bibliothèque a été faite avec de grands soins et
somptueuse dépense par ce prince. La parfaite connaissance qu'il a de
toutes les sciences et des livres rares et curieux le fait estimer pour
un oracle des Muses. Chose admirable en cette Altesse, que nonobstant les
grandes affaires qu'il a pour l'Estat, il ne perd aucun jour sans
s'adonner à l'estude, où il treuve des divertissemens dignes d'un grand
prince; ce qui luy acquiert une gloire immortelle par toute l'Europe,
tant pour surpasser en sciences tous les autres princes, que pour le
grand zèle qu'il a à les faire fleurir.»

Son fils, le grand Condé, hérita de son goût pour les livres; sous lui
(1621-1686), la bibliothèque de Chantilly devint l'une des plus belles de
France. Un contemporain, Le Gallois, disait de cette bibliothèque, en
1680, dans son _Traité des plus belles bibliothèques_: «Il faut aussi
parler de celle de Monseigneur le prince de Condé, ce Mars de nostre
siècle; mais qui, beaucoup plus illustre que Mars, a si bien joint la
gloire des sciences avec celle des armes, puisque, sans le flatter, on
peut dire que jamais prince n'a esté ny plus belliqueux ny plus sçavant
que luy. Cette bibliothèque est nombreuse et contient grande quantité de
manuscrits rares grecs et latins. Elle fut dressée par feu Monseigneur
le Prince son père, qui était un des plus sçavans hommes de son temps; et
parce que Monseigneur le Prince a hérité d'une si noble qualité, il
continue avec la même passion et les mêmes soins l'agrandissement de
cette bibliothèque.»

Après le grand Condé, la bibliothèque de Chantilly fut augmentée par son
fils, Henri-Jules, duc de Bourbon, mort en 1709. Elle était devenue une
des plus nombreuses de son temps et contenait une grande quantité de
manuscrits grecs et latins. Tous ces livres des Condé étaient marqués à
leurs armes: _de France, au bâton péri en bande de gueules_. Vers le
milieu du XVIIIe siècle, il en fut dressé par Dupuy un catalogue, dont le
manuscrit existe aujourd'hui à la Bibliothèque nationale sous ce titre:
_Table alphabétique par nom d'auteurs des ouvrages se trouvant dans la
Bibliothèque du prince de Condé_.

A la Révolution, 1,200 volumes de manuscrits, provenant de la maison de
Condé, furent envoyés à la Bibliothèque nationale. Rendue en 1815 au
prince de Condé, cette collection appartient aujourd'hui à la
Bibliothèque de Chantilly.

Le petit-fils de cet Henri-Jules, prince de Condé, Louis de Bourbon,
comte de Clermont, né en 1709, mort en 1771, fut l'une des figures les
plus intéressantes du XVIIIe siècle. Frère du duc de Bourbon, qui fut
premier ministre de Louis XV, et de cette belle Mademoiselle de
Vermandois, qui serait devenue reine de France sans Mme de Prie, il fut
tout ensemble abbé commendataire de Saint-Germain-des-Prés, général
d'armée, membre de l'Académie française, et directeur d'une excellente
troupe de comédiens qu'il entretenait pour les plaisirs de ses amis.

Il avait réuni une très nombreuse et belle bibliothèque, qui fut vendue,
à sa mort, au palais abbatial de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, et
dont le catalogue parut sous ce titre: _Catalogue des livres de la
bibliothèque de feu S. A. S. Mgr le comte de Clermont, prince du sang_,
Paris, Prault fils, 1771, in-8º de 111 pages. Ses livres étaient timbrés
de ses armes: _de France, au bâton péri en bande de gueules, chargé à la
pointe supérieure d'un croissant d'argent_. Ce catalogue comprend 2,021
numéros, dont 229 pour la théologie, 138 pour la jurisprudence, 941 pour
les belles-lettres, et 663 pour l'histoire.

Le comte de Clermont aimait fort les lettres et les arts, et, à son
château de Berny, il se donnait souvent des comédies ou des concerts.
Nous trouvons la trace de ce goût dans le catalogue de 1771, sur lequel
figurent: «trente-six cartons remplis de musique, pour les concerts et
comédies, tels que simphonies, trios, divertissemens, etc., manuscrits»;
un «paquet de musique instrumentale pour le violon, le clavecin,
violoncelle, etc., gravée et manuscrite»; ainsi que «différents
opéras-comiques, avec leur partition gravée». Sa collection théâtrale
était très complète, et dans son inventaire on remarque encore
«différents paquets de comédies séparées et brochées», plus «plusieurs
cartons remplis de rôles pour jouer des comédies et très proprement
écrits».

Si le comte de Clermont ne fut pas un grand général, il avait de la
valeur et aimait les choses militaires. On s'en aperçoit également à sa
bibliothèque où la division de «l'art militaire» comprend 90 numéros,
parmi lesquels il faut signaler plusieurs manuscrits: _Guerres des
troupes légères_, in-8º, m. v.; _Remarques sur la cavalerie et
l'infanterie_, in-4º; _Traité des sièges, de l'attaque et défense des
places_, par le maréchal de Vauban, in-folio, «avec des plans très bien
_dessinés et lavés_, m. r., avec fermoir d'argent», vendu 59 livres;
_Traité des fortifications_, in-folio; _Différentes pièces d'artillerie
dessinées et colorées_, in-8º obl., mar. r., dent.; _Etat de la
composition des troupes d'infanterie et de cavalerie française et
étrangère_, in-4º, mar. r., fermoirs d'argent; _Etat des officiers
généraux_, etc., _employés à l'armée commandée par S. A. S. Mgr le comte
de Clermont, en 1758_, 2 vol. in-16, mar. r.; _Etat des troupes de France
sur pied, en 1755_, in-8º; _Etat de la maison du Roi, en 1751_; in-8º,
mar. r.; _Etat des gouvernements généraux, 1751_, in-8º, mar. r.

L'ami des choses légères, des poètes, des chansonniers, se manifeste, au
contraire, dans les articles suivants: trois _Recueils de chansons_,
mss., l'un en 9 vol. in-8º, l'autre en 8 vol. in-4º, le dernier en 9 vol.
in-folio et 3 vol. de tables; et un _Recueil de poésies_, ms., 8 vol.
in-8º.

Des deux fils que Louis XIV eut de Mme de Montespan et qui lui
survécurent, le duc du Maine et le comte de Toulouse, celui-ci paraît
avoir eu particulièrement le goût des beaux livres. Il en avait rassemblé
un grand nombre, soit à Paris, dans le magnifique hôtel de Toulouse, près
la place des Victoires, soit au château de Rambouillet, qu'il acheta, en
1705, de l'intendant des finances, Fleuriau d'Armenonville, et où il
mourut en 1736.

Louis-Alexandre de Bourbon, comte de Toulouse, était né le 6 juin 1678.
Lui et sa sœur, la future duchesse d'Orléans, femme du régent, furent
les suites de cette fameuse réconciliation des deux amants que Mme de
Caylus a si joliment racontée.

Par respect pour le jubilé et sur les exhortations de Bossuet, Louis et
sa maîtresse ne se voyaient plus que sur la cérémonie et en présence des
dames les plus respectables de la cour.--«Le roi, dit Mme de Caylus, vint
donc chez Mme de Montespan, comme il avait été décidé; mais,
insensiblement, il la tira dans une fenêtre; ils se parlèrent bas assez
longtemps, pleurèrent, et se dirent ce qu'on a accoutumé de dire en
pareil cas; ils firent ensuite une profonde révérence à ces vénérables
matrones, passèrent dans une autre chambre; et il en avint Madame la
duchesse d'Orléans et ensuite M. le comte de Toulouse.» Enfant, il avait
été beau comme le jour; quand il parut pour la première fois à
Versailles, sa beauté «surprit et éblouit tous ceux qui le virent». De ce
côté, il avait la supériorité sur son frère, le duc du Maine, son aîné de
huit ans, qui se rattrapait, il est vrai, du côté de l'esprit, ou du
moins d'un certain esprit. Par la droiture, par la délicatesse et la
tendresse de cœur, le comte de Toulouse l'emportait aussi beaucoup sur
son frère. Saint-Simon lui accorde toutes ses préférences. «C'était,
dit-il, l'honneur, la vertu, la droiture, la vérité, l'équité même, avec
un accueil aussi gracieux qu'un froid naturel, mais glacial, le pouvait
permettre; de la valeur et de l'envie de faire, mais par les bonnes
voies, et en qui le sens droit et juste, pour le très-ordinaire,
suppléait à l'esprit; fort appliqué d'ailleurs à servir sa marine de
guerre et de commerce, et l'entendant très bien.» Ailleurs Saint-Simon le
qualifie encore de «sage, silencieux, mesuré».

Pourvu, dès l'année 1683, de la charge de grand amiral de France, il se
montra plus tard digne de cette faveur, alors prématurée, à la fois par
son courage et sa connaissance des choses navales. Après avoir fait sa
première campagne, à l'âge de treize ans, en Flandre, où il monta à
l'assaut de Mons et fut blessé au siège de Namur, il montra toutes les
qualités d'un homme de mer à la bataille de Malaga, où, le 24 août 1704,
il battit la flotte anglaise et démâta le navire de son chef, l'amiral
Rooke. «On ne saurait, dit Saint-Simon, une valeur plus tranquille, qu'il
fit paraître pendant toute l'action, ni plus de vivacité à tout voir et
de jugement à commander à propos.» Obligé de renoncer à la mer par une
cruelle maladie de la pierre, qui le tourmenta toute sa vie, restant
éloigné de toutes les menées ambitieuses ourdies par son frère, le duc du
Maine, il se contenta de vivre en sage. Il mourut le 1er décembre 1737, à
l'âge de cinquante-neuf ans, laissant une mémoire aimée, que continua
dignement son fils, l'aimable et bienfaisant duc de Penthièvre.

Le comte de Toulouse avait formé une nombreuse bibliothèque, dont les
livres, très heureusement choisis, portent ses armes: _de France, au
bâton péri en barre de gueules_, et quelquefois une ancre, emblème de
grand amiral. Nous connaissons la composition de cette bibliothèque soit
par les deux volumes du _Catalogue des livres du roi Louis-Philippe_,
vendus en 1852, soit par des catalogues qui en furent publiés du vivant
même de ce prince pour son propre usage.

Un premier catalogue fut dressé, en 1708, sous ce titre: _Catalogue de la
bibliothèque du château de Rambouillet, appartenant à Son Altesse
Sérénissime Monseigneur le comte de Toulouse_, M DCC VIII, s. l., in-8º
de 216 pages, plus 13 pages de table des auteurs. Il comprend 1,589
numéros, répartis en cinq divisions: théologie, droit, philosophie,
belles-lettres et histoire. Parmi les manuscrits, l'on remarque:
_Exercice et détail de toutes les manœuvres qui se font à la mer_, par
le chevalier de Tourville, en 1681, sur vélin, in-4º; _Etat de la marine
de l'Empire ottoman_, par M. de La Croix, in-4º; _les Noms, armes et
qualitez des amiraux de France, avec les blasons enluminez_, in-fol.

Un nouveau catalogue en fut fait dix-huit ans après: _Catalogue de la
bibliothèque du chasteau de Rambouillet, appartenant à Son Altesse
Sérénissime Monseigneur le comte de Toulouse_, à Paris, imprimé par les
soins de Gabriel Martin, libraire de S. A. S., 1726, in-8º de 620 pages,
plus 29 pages de table des auteurs. Les numéros ne se suivent pas, en
sorte qu'il est difficile de se rendre compte de l'importance relative
des divisions autrement que par la pagination. La théologie comprend 31
pages; la jurisprudence, 11; la philosophie, les mathématiques et les
arts, 33; les belles-lettres, 198; l'histoire, 322. Parmi les manuscrits,
l'on remarque: _Mémoires de J.-B. Colbert sur les ordonnances générales_,
8 vol. in-4º; _Mémoire présenté à M. le duc d'Orléans au commencement de
sa régence_, par M. de Boulainvilliers, in-4º; _Réflexions sur l'histoire
de France_, du même, 2 vol. in-4.; _Origine des parlements_, du même, 2
vol. in-4º; _Traité de la noblesse_, du même, in-4º; _Journal de la
campagne de Hongrie_, de 1717, in-fol.; _Recueil de pièces et mémoires
concernant l'affaire des princes_ (légitimés), _avec des notes et une
table_, in-fol.; _les Trophées et les disgrâces des princes de la maison
de Vendôme_, par Bonair Stuart, in-8º; _Cérémonial du couronnement des
ducs de Bretagne_, etc.

Dans l'épître dédicatoire au comte de Toulouse, placée en tête de ce
second catalogue, on lit:

«Il est heureux pour moy que ma profession me mette en état de servir V.
A. S. dans le genre qui luy est le plus agréable, et j'ose dire le plus
glorieux. Je veux parler des lettres et des beaux-arts que Vous alliez si
parfaitement, Monseigneur, avec la science de la cour et les devoirs de
la société, qu'on remarque à travers l'éclat de votre auguste Naissance,
les qualitez de l'honneste homme, et l'esprit orné de l'homme de lettres.
C'est ce goust qui Vous a porté à former un cabinet de livres choisis
dans votre château de Rambouillet, de tous temps le réduit des Muses.»


Huit années plus tard parut un _Supplément du catalogue de la
bibliothèque du château de Rambouillet_, s. l., 1734, in-8 de 140 pages,
plus 8 pages de table des auteurs. La théologie y occupe 7 pages; la
jurisprudence, 3; les sciences, 10; les belles-lettres, 45; l'histoire,
68.

Le comte de Toulouse avait une très belle bibliothèque musicale,
peut-être la plus riche de son temps, dont il avait confié la garde à un
musicien distingué, Philidor l'aîné. Nous trouvons la preuve de ce goût
du comte de Toulouse dans le _Catalogue des livres du roi
Louis-Philippe_, où figurent les recueils suivants:

_Collection de partitions et tragédies lyriques ou opéras_, 206 vol.
in-4º obl., v. f. et v. m. Cette collection était en partie manuscrite et
en partie imprimée. Chaque volume manuscrit avait un titre imprimé, au
bas duquel on lisait: _Copiez par ordre exprès de S. A. Mgr le comte de
Toulouse, par Philidor l'aîné, garde de toute sa bibliothèque de
musique_, l'an 1703. Autres collections de _Symphonies des opéras et
vieux ballets de Lully_, manuscrites et imprimées, 11 vol. in-4º; de
_Motets de Lully_, manuscrits, 5 vol. in-fol.; de _Motets à deux chœurs,
pour la chapelle du roy, mis en musique par M. de Lully_, 15 vol. in-4º
obl.; de _Motets de Colasse et de Minoret_, 9 vol. in-4º; de _Motets de
M. de Lalande_, 21 vol. in-4º; de _Motets de Campra_, 13 vol. in-4º; de
_Desmarets_, 17 vol. in-4º obl.; de _Bernier_, 12 vol. in-4º; de
_Legrenzi_, 4 vol.; de _Couperin_, 6 vol.; de _Carissimi_, 3 vol. in-4º;
des _Airs de violon de Matho_, 1733, 3 vol. in-4º.

Le fils unique que le comte de Toulouse eut de son mariage avec Sophie de
Noailles, veuve du marquis de Gondrin, marcha sur les traces de son père.

Né à Rambouillet, le 16 novembre 1725, le duc de Penthièvre eut pour
précepteur l'abbé Quénel. Comme son père, il eut la charge de grand
amiral. Il se montra plein de courage à la bataille de Dettinghen--il
avait dix-huit ans--où il se trouva dans le feu le plus vif, et à celle
de Fontenoy, où il chargea, à la tête de Fitz-James cavalerie, la
terrible colonne anglaise. Dans ses études, il avait manifesté du goût
pour les mathématiques, la géométrie, la physique, et suivi les cours
publics du célèbre abbé Nollet, qui, un jour, se félicita publiquement de
l'assiduité de son élève. Le prince, qui fut l'ami de Florian et
sollicita pour lui le titre d'académicien, devait aimer les livres. Il
les aima, en effet, comme le prouve l'achat qu'il fit, à la vente du duc
de La Vallière, d'un fort bel exemplaire du roman de _Perceforest_,
Paris, 1528, 6 vol. in-fol. sur vélin, avec cinq grandes miniatures, et
qui provenait de la collection du château d'Anet vendue en 1724, et des
_Chroniques_ de Guillaume Cretin.

Le duc de Penthièvre avait aussi une fort belle bibliothèque à
Châteauneuf-sur-Loire, ancienne propriété des Phélyppeaux de la
Vrillière, qu'il avait achetée, après la vente de Rambouillet au roi
Louis XVI. De son vivant, ce prince avait fait dresser les catalogues de
ses diverses bibliothèques: de Louveciennes--où était mort son fils, le
prince de Lamballe, en 1768,--de Châteauneuf (1786), de Sceaux (1787)
qu'il avait hérité de son cousin, le comte d'Eu, en 1775. Ces trois
catalogues manuscrits figuraient à la vente du roi Louis-Philippe, en
1852 (IIe partie, nos 2480-82).

Le duc du Maine, élève de Mme de Maintenon, et qui, enfant, passa pour un
petit prodige, témoin ces _Œuvres diverses d'un enfant de sept ans_, qui
furent publiées en 1678, ne nous apparaît cependant comme bibliophile que
par les livres à ses armes qui figurent dans les catalogues de la vente
Louis-Philippe. Il en est de même de ses deux fils: le prince de Dombes,
mort en 1755, et le comte d'Eu, mort vingt ans plus tard; le premier à
l'âge de cinquante-cinq ans, le second à l'âge de soixante et onze ans.
Dans ces catalogues, l'on trouve marqués aux armes du duc du Maine les
ouvrages suivants: _Réflexions sur les vérités de la religion_, par
d'Alès, in-4º, ms.; _Code militaire_, Paris, 1707; _Politique tirée de
l'Ecriture sainte_, par Bossuet, Paris, 1709, in-4º (édition originale);
_Polyaeni stratagematum_, 1691; _Onosandri strategeticus_, 1599;
_Observations sur l'art de la guerre_, par Vaultier, 1714; _Pratique de
la guerre_, par Malthus, 1646; les _Œuvres de Molière_, Amsterdam, 1684,
fig.

Aux armes du comte d'Eu: _Traité de la concupiscence_, de Bossuet, Paris,
1731, in-12; _Paraphrase du Miserere_, par le P. Calabre, 1748, in-24;
_Vegetii de re militari_, 1592; de Traverse, _Extrait du traité de la
guerre par Puysegur_, 1755; _l'Iliade_, par La Motte, 1714; _Antiqua
numisma S. Ducis Cenomanensium_, in-fol., mar. vert, «beau manuscrit
parfaitement exécuté».


Nous clorons cette liste des Bourbons bibliophiles de la branche aînée
par le comte d'Artois, qui fut un véritable bibliophile, auquel nous
devons la Bibliothèque de l'Arsenal, qu'il acheta du marquis de Paulmy.

Malgré la réputation de frivolité qui lui resta longtemps, le comte
d'Artois aimait les lettres et les gens de lettres. Chamfort, le
spirituel et mordant auteur des _Maximes et pensées morales_..., qui le
sont souvent si peu, fut son lecteur. Et ce n'était pas là, quoi qu'on en
ait pu dire, «une sinécure comme celle d'aumônier du régent». La preuve
en est dans la très belle bibliothèque personnelle que ce prince s'était
formée, et dont on possède l'inventaire. Ce _Catalogue des livres du
cabinet de Monseigneur le comte d'Artois_, à Paris, de l'imprimerie de
Didot l'aîné, M DCC LXXXIII, est un fort beau volume in-4º, papier vergé
de Hollande à grandes marges, remarquable spécimen de l'art de
l'imprimerie à cette époque.

Le comte d'Artois avait alors vingt-six ans, et ce n'était pas le premier
témoignage qu'il donnait de son goût pour les livres. De 1780 à 1783
avait paru, chez Fr. Ambroise Didot, une «collection de romans et de
poésies» imprimée par les ordres et aux frais de ce prince, qui s'en
était réservé les exemplaires, tirés d'ailleurs à un très petit nombre,
«pour en faire des présents». Cette collection est restée célèbre parmi
les bibliophiles.

On comprend qu'un prince qui éditait à ses frais toute une collection de
livres possédât lui-même une assez belle bibliothèque et mît quelque
coquetterie à en dresser l'inventaire. Le catalogue que nous venons de
citer comprend 1,313 numéros, formant 136 pages. La partie des
belles-lettres a 542 numéros, tandis que l'histoire n'en a que 385; les
arts, 131; la philosophie et la politique, 101; les sciences, 86; la
théologie, 39; et la jurisprudence, 14. D'ailleurs, aucun étalage de
fausse érudition: ce n'est pas une bibliothèque de parade, mais celle
d'un homme du monde qui n'a de livres que ceux qu'il peut et qu'il veut
lire. Ce catalogue donne l'idée d'une bibliothèque surtout contemporaine,
tenue au courant de ce qui se publie en matière de belles-lettres, et où
les écrivains anciens figurent plutôt dans d'élégantes éditions modernes
que dans les éditions princeps du XVIe siècle.

La disposition même de ce catalogue a cela d'insolite que la théologie en
forme l'avant-dernière division. Ce classement particulier ne saurait
étonner dans la bibliothèque d'un prince qui était alors presque aussi
voltairien que son frère, le comte de Provence. N'oublions pas que c'est
le moment où les contemporains nous représentent le comte d'Artois comme
un type accompli de cette société élégante, spirituelle et
libre-penseuse. «Le comte d'Artois, dit la baronne d'Oberkirch, est le
prince le plus aimable du monde. Il a infiniment d'esprit, non pas dans
le genre de M. le comte de Provence, c'est-à-dire sérieux et savant, mais
le véritable esprit français, l'esprit de saillie et d'à-propos.»--«Il
est vif, bouillant, décidé; dès l'âge le plus tendre, il a fait parler de
lui», dit l'_Espion anglais_.

On remarque cependant, dans ce catalogue, l'absence des _Provinciales_ de
Pascal. Le nom du grand adversaire des Jésuites n'y est inscrit que pour
les _Pensées_, édit. de la Haye, 1743, in-12, et pour le _Traité de
l'équilibre des liqueurs_, Paris, 1698, in-12. Par contre, on y trouve un
livre auquel on ne s'attendrait guère dans une bibliothèque composée
comme nous l'avons dit. C'est celui de Marat: _Découvertes sur le feu,
l'électricité et la lumière_, Paris, 1779, in-8º, qui vient immédiatement
avant celui de Pascal. O hasard des catalogues! Il est vrai que Marat
était médecin des gardes du corps du comte d'Artois. Il avait
probablement offert respectueusement son livre à ce prince, qui, pour
faire honneur à l'un de ses serviteurs, l'avait fait mettre dans sa
bibliothèque. Ce fut là un honneur, sinon un bienfait, mal placé.

Le comte d'Artois, que les mémoires du temps nous montrent comme donnant
dans l'anglomanie, n'appréciait pas les Anglais seulement pour la coupe
de leurs habits et pour leurs jockeys. Parmi ses livres figure un
Shakespeare, de la belle édition annotée de Johnson, _Londres_, 1765, 8
vol. in-8º; le poème de _Hudibras_, les _Œuvres_ d'Addison, les
_Aventures de Robinson Crusoé_, et l'_Histoire d'Angleterre_, de Hume,
dans le texte original. La langue anglaise lui était familière, comme à
son frère, Louis XVI, qui traduisit l'_Essai d'Horace Walpole sur Richard
III_. La révolution allait bientôt le forcer à s'en servir plus qu'il
n'aurait voulu.

Les encyclopédistes ne l'effrayaient pas plus que les économistes. Comme
presque tous ses contemporains, il eut même un penchant pour eux: leurs
œuvres étaient si peu pour lui des œuvres de réprouvés, qu'il
possédait, fort richement reliés, les trente-trois volumes in-folio de
l'_Encyclopédie_, les _Pensées_ de Diderot, les _Œuvres_ de La Mettrie,
le livre de _l'Esprit_, d'Helvetius, Paris, 1758, in-12, les _Œuvres
complètes_ de Voltaire, Genève, 1769, 24 vol. in-4º, avec figures, les
_Œuvres_ de J.-J. Rousseau, Paris, 16 vol. in-8º, l'_Histoire
philosophique des deux Indes_, de Raynal.

Dans sa bibliothèque, les livres galants y sont peu nombreux. Le genre
est représenté par _Félicia ou mes fredaines_, le célèbre roman de
Nerciat; le _Sopha_, de Crébillon fils; _les Bijoux indiscrets_, de
Diderot; _Honny soit qui mal y pense ou Mémoires des filles célèbres du
XVIIIe siècle_, par Desboulmiers, Paris, 1775; _Journées de l'Amour ou
Heures de Cythère_, Gnide, 1776; _les Leçons de la volupté ou la Jeunesse
du chevalier de Moronville_, Paris, 1776.


IV

Les Bourbons-Orléans n'aimèrent pas moins les livres que leurs aînés.
C'est surtout à partir du Régent que nous voyons apparaître chez eux les
goûts du bibliophile. Les livres du régent portent les armes de sa
maison: _de France au lambel à trois pendants d'argent_. C'est pour le
régent que les artistes du temps inventèrent ces ornements pleins
d'originalité et de richesse, mosaïques fleuries, grenades
entr'ouvertes, feuilles, fruits. Ce prince ne se contentait pas d'avoir
de beaux livres, il en faisait, ou du moins il en illustrait, et son
édition du roman de _Daphnis et Chloë_, traduit par Amyot, pour lequel il
composa des dessins que grava Audran, est restée célèbre. A la vente du
roi Louis-Philippe, peu de livres cependant provenaient de lui; nous
citerons un _Homère_, traduction de Dacier, 1719, in-12. Sa fille, la
spirituelle mais bien étrange duchesse de Berry, morte à vingt-quatre
ans, en 1719, eut le temps, dans sa courte existence, de se former une
nombreuse bibliothèque, dont les livres portaient pour armes sur les
plats: _de France, à la bordure engrêlée de gueules qui est de Berry
accolé d'Orléans_, et, sur le dos, M L entrelacées. On rencontre aussi
quelquefois de beaux livres timbrés des armes d'Espagne accolées à celles
d'Orléans. Ils ont appartenu à Marie-Louise d'Orléans, sœur consanguine
du régent, qui avait épousé le roi d'Espagne, le triste et malingre
Charles II, et qui mourut en 1689, à vingt-sept ans, non sans soupçon de
poison.

Deux fils naturels du régent, qu'il eut, l'un de la Florence, danseuse de
l'Opéra, en 1698, l'autre, en 1702, de Mlle de Sery, comtesse d'Argenton,
peuvent être aussi comptés parmi les bibliophiles. Charles, appelé
d'abord l'abbé de Saint-Albin, et qui fut évêque de Cambrai de 1723 à
1764, avait formé une belle bibliothèque, comme le prouve le _Catalogue_
qui en fut publié, _Cambray_, 1766, in-8º. Ses armes étaient: _de France,
au bâton péri en barre de gueules, au lambel d'argent à trois pendants_.
Son frère, qui fut grand-prieur de France de l'ordre de Malte et mourut
en 1748, posséda aussi de beaux livres, qui étaient décorés des mêmes
armes, avec cette seule modification: _au chef chargé de la croix de
Malte_.

Le troisième duc d'Orléans, Louis, que la mort de sa femme, une princesse
de Bade, enlevée en couches à vingt-deux ans, jeta dans la plus grande
dévotion, avait réuni une précieuse bibliothèque religieuse, qu'il légua
à l'abbaye de Sainte-Geneviève, où il s'était retiré depuis 1730 et où il
mourut en 1752. Elle forme une partie de la Bibliothèque Sainte-Geneviève
actuelle.

Son fils, Louis-Philippe, quatrième duc d'Orléans (1725-1785), fut un
prince débonnaire, qui, soit au Palais-Royal, soit au château de
Sainte-Assise, partageait son temps entre le commerce des lettres et un
petit cercle d'amis. L'aimable Collé fut son lecteur. Comme le comte de
Clermont, il aimait à donner chez lui le spectacle de la comédie; il y
jouait même, fort bien, dit-on, les rôles à manteau. Après la mort de la
duchesse d'Orléans, Louise-Henriette de Bourbon-Conti, en 1759, l'on sait
quelle place tint près de lui Mme de Montesson: ce fut sa marquise de
Maintenon. Il aima certainement les livres et en réunit une riche
collection qui fut vendue après lui. Ce prince, qui mourut le 18 novembre
1785, à soixante ans, laissait deux enfants: le nouveau duc d'Orléans,
Louis-Philippe-Joseph, qui mourut en 1793 sur l'échafaud révolutionnaire,
et alors âgé de quarante ans; et la duchesse de Bourbon, mère de
l'infortuné duc d'Enghien. C'est sans doute au partage qui dut se faire
entre ces deux héritiers qu'il faut attribuer la vente des livres de ce
prince, qui eut lieu à l'hôtel Bullion, seize mois après sa mort, le 3
mai 1787 et jours suivants. Le catalogue en parut sous ce titre:
_Catalogue des livres de la bibliothèque de Son Altesse Sérénissime
Monseigneur le duc d'Orléans, premier prince du sang_, à Paris, chez
Leclerc et Baudouin, et la veuve Vallat La Chapelle, 1787, in-8º de 333
pages. Ce catalogue, qui contient une table alphabétique par auteurs,
comprend 1,247 numéros. Il est malheureux qu'il n'indique l'origine
d'aucun des ouvrages décrits. En mettant à part l'histoire, qui forme 633
numéros, la division la plus considérable est celle des sciences et arts
qui a 189 numéros, tandis que les belles-lettres en ont 172 seulement. La
partie de la musique doit être remarquée comme indice des goûts de ce
prince pour les fêtes. Nous y voyons 100 volumes, in-fol. et in-4º, de
_Symphonies, concertos, trios_ de Vivaldi, Corelli et autres; 27 volumes,
in-fol. et in-4º, de _Recueils d'airs à chanter et autres_; _les Cantates
de Clerambault_, 2 vol. in-fol.; 80 volumes in-4º obl., _Anciens opéras,
tant gravés qu'imprimés, de différents auteurs, dont_ ALCIONE, _par
Marais_; 54 volumes in-fol., _Anciens opéras de Lulli, Campra et autres
auteurs, dont_ $1, _par Rebel et Francœur_.

Le petit-fils de ce prince, le roi Louis-Philippe, avait, dans sa
jeunesse, connu l'exil; c'est dans le travail et le commerce des lettres
qu'il en avait adouci l'amertume. Soit en Suisse, au milieu des montagnes
sauvages des Grisons, dans le village de Reichenau, où, en 1793, sous le
nom de Chabot, il donna pendant huit mois des leçons de français, de
mathématiques et d'histoire, dans l'institution de M. Jost; soit à
Hambourg, où il fit imprimer sous ses yeux et imprima peut-être lui-même,
un volume en réponse à certaines allégations hasardées de la comtesse de
Genlis, ce prince montra des goûts de savant et de lettré qui devaient le
conduire fatalement à devenir bibliophile. Aussi le fut-il soit au
Palais-Royal, quand il n'était encore que duc d'Orléans, soit aux
Tuileries, quand il fut devenu roi. Non seulement des sommes
considérables de sa liste civile et de sa fortune particulière furent
consacrées à des acquisitions de livres, à des souscriptions aux grandes
publications de l'époque, mais encore des ouvrages très importants furent
publiés par ses ordres, à ses frais et sous sa direction. Telles furent
les _Vues des châteaux royaux_ par l'architecte Fontaine, l'_Histoire des
résidences royales_ par Vatout, et peut-être les _Galeries de Versailles_
par Gavard, pour lesquelles M. Montalivet avait pris un arrêté par lequel
l'ouvrage ne serait accordé en don que sur un ordre signé du roi. Ces
trésors bibliographiques qu'il avait rassemblés dans ses résidences
privées devaient bientôt être dispersés.

Quatre ans après la révolution de février, eut lieu, le 8 mars 1852 et
les vingt-six jours suivants, la vente des livres provenant des diverses
bibliothèques du roi Louis-Philippe, mort le 20 août 1850. Un avis placé
en tête du _Catalogue_, Paris, Potier, 1852, 2 vol. in-8º de 349 et 264
pages, signale «les dégradations et mutilations qu'ont subies un certain
nombre de livres dans des circonstances que, dit l'expert, nous ne
voulons pas rappeler, et qui ont malheureusement atteint quelques-uns des
plus importants et des plus précieux». Le premier volume contient 3,039
numéros; le second, 2,523. Ces deux volumes sont consacrés aux
«Bibliothèques du Palais-Royal et de Neuilly»; un troisième, qu'on
rencontre plus rarement et dont nous devons la communication au vénérable
et savant M. Louis Barbier, ancien administrateur de la Bibliothèque du
Louvre, est relatif à la bibliothèque du château d'Eu: _Catalogue des
livres provenant de la bibliothèque du château d'Eu_, Paris, Potier,
1853, in-8 de 29 pages. Il comprend 337 numéros seulement. La vente eut
lieu les 5, 6 et 7 avril 1853, à la salle Silvestre, rue des
Bons-Enfants, comme la précédente.

Ces catalogues ont un grand intérêt historique par l'origine qu'ils
indiquent d'un très grand nombre de volumes ayant appartenu à divers
membres de la famille de Bourbon: le régent; le duc et la duchesse du
Maine, et leur fils, le comte d'Eu; le comte de Toulouse et le duc de
Penthièvre; la duchesse d'Orléans, mère du roi. Nous avons fait le relevé
de ces livres, la crainte seule de trop allonger ce travail nous empêche
d'en donner la liste complète. Nous signalerons seulement les manuscrits
et quelques livres d'une rareté particulière. Voici les manuscrits:

_Li Romans du castelain de Couci_ (en vers), avec _Li Regret du comte de
Haynnau_, in-4º de 33 et 58 ff., m. r., aux armes du comte de Toulouse;
la _Cronique françoyse_, de Guill. Cretin, 5 vol. in-fol. sur vélin, ms.
provenant du duc de La Vallière; le _Roman d'Yvain_, ms. de la fin du
XIIIe siècle, in-fol. de 55 ff. (armes de Nicolas Foucault et du comte de
Toulouse); les _Lettres spirituelles de la sœur Marceline Pauper,
décédée à Tulle_, en 1706, in-4º; un recueil de _Lettres_ écrites de
1687 à 1692, faussement attribuées à Mme de Sablé, laquelle mourut en
1678 (aux armes de la comtesse de Toulouse); _Instructions de la vie
civile et chrétienne_, (par un père à ses enfants), datées de Tlodosso,
1722, in-4º (armes du duc du Maine); _Recueil d'ouvrages mss._, en partie
autographes du Mis de Mirabeau 6 vol. in-fol.; _Mémoire et instruction
sur les munitions des places, l'artillerie_, par Vauban, in-fol., mar. r.
(aux armes du duc du Maine); _Recueil de chansons, par Blot et autres_,
sous la Fronde, in-4º; _Recueil de poésies_, de Mlle de Caumont de La
Force, in-4º, mar. r., avec cette note:

«Manuscrit autographe. Ces poésies sont adressées au duc de Vendôme, au
duc d'Estrées, à l'abbé de Chaulieu, à la duchesse du Maine, à
Campistron, à Hamilton, avec des réponses de ce dernier.»

_Chansons et autres poésies_, de la même, in-4º, mar. r., ms. autographe
de 148 pp.; les pièces sont adressées à Mademoiselle, à la princesse de
Conti, au prince de Turenne, à Mme de Maintenon, etc.; _Adélaïs de
Bourgogne_, par la même, 2 vol. in-4º; _les Jeux ou la Promenade de la
princesse de Conty à Eu_, par la même, 1701, in-4º ms. inédit; _Portrait
de Mlle de La Force, fait par elle-même_, in-4º, mar. r., suivi de
quelques autres écrits, de la même, etc.


Parmi les imprimés, l'on remarque:

   _Gyron le Courtoys_, Paris, 1519, in-fol. goth.; _les Quatre filz
   Aymon_, Paris, 1508, pet. in-fol., fig. sur bois; _Sensuyt Ogier
   le Dannois_, Paris, Trepperel, s. d., in-4º goth.; _le Nouble roy
   Ponthus_, et _la Cronique et hystoire de Appollin, roy de Thyr_,
   Genesve, in-4º goth., fig. col.; l'_Histoire de Huon de
   Bordeaux_, Rouen, s. d., in-8º; _les Neuf preux_, Abbeville,
   1487, in-fol. goth.; _Amadis de Gaule, mis en françois_ par Nic.
   de Herberay, Lyon et Paris, 1575-1615, 23 vol. in-16 et 3 vol.
   in-8º; l'_Histoire de Palmerin d'Olive_, trad. par Maugin, 1553,
   in-fol.; _Histoire de Perceforest_, Paris, 1528, 6 vol. in-fol.,
   imprimés sur vélin, avec cinq grandes miniatures (cet ex.
   provenait de la vente d'Anet en 1724, où il avait été acheté par
   le comte d'Hoym, puis racheté à la vente La Vallière par le duc
   de Penthièvre, au prix de 1,601 livres.); l'_Historien Josèphe_,
   1534, in-fol. goth. sur vélin, provenant d'Honoré d'Urfé;
   l'_Histoire de Guy de Warvich_, Paris, s. d., in-4º goth.;
   _l'Amant resuscité_, par Th. Valentinian, Lyon, 1558, in-4º; _Du
   vray et parfaict amour, ou les Amours de Théagènes et de Charide_
   (_sic_), par Martin Fumée, Paris, 1599, in-12, vél.; _les Amours
   de Théagènes et Chariclée_, trad. d'Amyot, Paris, 1549, in-8, v.
   rac. (2e édition de ce livre); _Hypnerotomachie ou discours du
   songe de Poliphile_, Paris, 1561, in-fol., fig. sur bois; les
   _Cent excellentes nouvelles_, de Giraldy Cynthien, trad. par
   Chappuys, Paris, 1584, in-8º; le _Faust_ de Gœthe, trad. de
   Stapfer, avec les 17 dessins de Delacroix, Paris, Motte, 1828,
   in-fol. dem.-rel.

Le roi Louis-Philippe avait formé aussi une magnifique collection de
portraits historiques, qui était rassemblée au Palais-Royal. Ils
s'élevaient au nombre de 4,600 et figurent au catalogue de 1852 (IIe
partie), sous le no 777. Indépendamment de cette collection, dont un
_Catalogue_ fut publié, Paris, 1829, 4 vol. in-8º et in-fol., le roi
possédait encore de nombreux portraits de différentes époques et de
différents pays, qui furent vendus sous les nos 780-832: œuvres de
Morin, de M. Lasne, de Van Schuppen, de Nanteuil, de Simon, d'Edelinck,
de Drevet, de Masson, de Carmontelle.

Le roi Louis-Philippe ne fut pas le dernier Bourbon bibliophile; mais
nous devons nous arrêter au seuil de l'histoire contemporaine, que nous
nous sommes donnés pour limite.

[Illustration: deco]


REINES ET PRINCESSES


[Illustration: deco]


Si les princes de la maison de Bourbon aimèrent les livres et furent
souvent de véritables bibliophiles, c'est une passion que les femmes de
leur race partagèrent avec eux. Aussi serait-il injuste de ne pas parler
d'elles, et de ne pas inscrire leurs noms sur le livre d'or de la
Bibliophilie. Elles n'eurent pas seulement de précieuses collections de
livres, livres choisis, habillés avec le goût le plus délicat, rangés
dans de beaux corps de bibliothèques; elles firent aussi des livres,
imitant d'ailleurs en cela leurs parents du sexe fort. Henri IV est un
admirable épistolaire, mais Madame Elisabeth n'est pas à dédaigner, et
ses lettres ont une originalité pleine de saveur. C'est à une princesse
de Conti que l'on attribue les _Amours du grand Alcandre_, lisez de Henri
IV. Mademoiselle de Montpensier a écrit des mémoires qui comptent parmi
les meilleurs. Mademoiselle de Nantes, fille de Louis XIV et de Madame de
Montespan, plus tard Madame la duchesse, faisait des vers--souvent par
trop salés--qui réjouissaient fort la cour, tout en la scandalisant un
peu; la duchesse du Maine--une Condé--tenait une véritable cour
littéraire en son château de Sceaux, et n'était pas la dernière à payer
son écot en vers et en prose, en madrigaux et en comédies. Une autre
princesse de Condé, Louise-Adélaïde de Bourbon, tante du duc d'Enghien,
qui mourut en 1824, prieure des Dames Bénédictines établies au Temple de
Paris, a laissé un volume de lettres pleines d'élévation et de
sentiments. Quand on a tant de dispositions pour les choses de l'esprit,
comment ne serait-on pas bibliophile? Aussi beaucoup de ces princesses le
furent-elles.


I

Il est à remarquer que la femme du roi de France qui fut le véritable
fondateur de cette collection incomparable de livres qui s'appelle
aujourd'hui la Bibliothèque nationale, fut une princesse de Bourbon.
Jeanne de Bourbon, arrière-petite-fille de Robert, comte de Clermont,
tige de cette maison, et qui épousa en 1350 le dauphin Charles, qui fut
plus tard Charles V, lui apporta en dot, entre autres trésors, une
vingtaine de manuscrits précieux, richement reliés, qui contribuèrent à
former le premier fonds de la Bibliothèque que ce prince rassembla plus
tard dans la grosse tour du Louvre. Le goût pour les livres, qu'elle
avait puisé dans sa famille, ne fut certainement pas sans influence sur
son royal époux, «dont la belle librairie» devint célèbre dans toute la
chrétienté, et qui aimait à tracer son nom sur ses livres favoris. Quand
elle mourut, en 1377, trois ans avant Charles V, elle laissa la
réputation d'une reine amie des lettres et de ceux qui les cultivent.

Ce que Jeanne de Bourbon avait été pour le roi Charles V, une nièce de ce
prince le fut pour le duc Jean Ier. Par une heureuse rencontre, les ducs
de Bourbon furent presque toujours heureusement secondés de leurs femmes
dans l'accroissement de leur bibliothèque de Moulins. Ainsi en fut-il de
la duchesse Marie, fille unique et héritière du duc de Berry, frère de
Charles V, mort en 1416, qui apporta à son époux, le duc Jean Ier,
quarante et un des plus beaux manuscrits que son père avait réunis dans
son château de Mehun-sur-Yèvre. Ces livres lui furent comptés pour une
somme de 2,500 livres tournois dans la succession de celui-ci. Les autres
furent malheureusement dispersés par les créanciers de ce prince[2]. L'on
voit encore sur un manuscrit exécuté pour elle par le P. de la Croix,
cette note: «Et apertient ce dit livre à très haulte et poissant dame
Marie, fille de très redoubté prince Jehan, duc de Berry,... et le fist
escripre par grant diligence frère Symon de Coucy, cordelier, confesseur
de laditte Dame.» Cet amour des livres, la duchesse Marie le transmit à
son fils et à son petit-fils, les ducs Charles Ier et Jean II, qui tous
deux, comme nous l'avons vu, furent de grands bibliophiles.

  [2] Voir sur cette librairie de Jean, duc de Berry: Le Laboureur,
  _Histoire de Charles V_, p. 75; Barrois, _Bibliothèque
  protypographique_, 1830; comte de Bastard, _Librairie de Jean de
  France, duc de Berry_; P. Paris, _Bulletin du bibliophile_, 1837;
  Douët d'Arcq, _Revue archéologique_, t. VII; Hiver de Beauvoir,
  _Trésor de la Sainte Chapelle de Bourges_, 1855, et _la Librairie
  de Jean, duc de Berry, au château de Mehun-sur-Yèvre_, 1860;
  surtout M. Léopold Delisle, _Bibliothèque de l'Ecole des
  Chartes_, 4e série, t. II, et le _Cabinet des manuscrits_, t. I,
  p. 56.--Beaucoup des manuscrits du duc de Berry étaient ornés de
  ses armes: _de France à la bordure engrêlée de gueules_; de sa
  devise: _Le Temps venra_, et de son chiffre, formé d'un V et d'un
  E enlacés.

C'est dans la branche des Bourbons-Vendôme, détachée elle-même de celle
des comtes de la Marche éteinte au XVe siècle, et qui succéda, dans le
titre de duc de Bourbon, à la branche aînée et à celle des
Bourbons-Montpensier, que nous rencontrons maintenant la plus illustre
héritière de cet amour pour les livres qui distingua les princes de la
maison de Bourbon. Nous voulons parler d'Antoinette de Bourbon, l'un des
six enfants de François de Bourbon, comte de Vendôme, et de cette Marie
de Luxembourg, fille et héritière du fameux comte de Saint-Pol, le
décapité, qui enrichit si grandement cette branche des Vendôme. Née en
1494, morte à près de quatre-vingt-dix ans, en 1583, sœur de Charles de
Bourbon, créé duc de Vendôme par François Ier en 1515, tante d'Antoine de
Bourbon, roi de Navarre, du comte d'Enghien, le vainqueur de Cérisoles,
du cardinal de Bourbon, qui fut le roi des Ligueurs sous le nom de
Charles X, et du prince de Condé, tige de la maison de Condé, elle occupe
une grande place dans l'histoire de son temps, sous le nom de
douairière de Guise. Elle avait, en effet, épousé, en 1513, Claude
de Lorraine,--fils de René II, le vainqueur de Charles le
Téméraire,--premier duc de Guise, et, fut la mère de toute cette lignée
des Guises qui donnèrent tant de tracas aux derniers Valois. Ses
petits-fils faillirent enlever la couronne à Henri IV, l'héritier
légitime, dont elle était la grand'tante. Elle posséda une bibliothèque
nombreuse, dont les volumes, pour la plupart, avaient été reliés par
Nicolas Ève. Quelques-uns portaient sur les plats son chiffre formé d'un
V et d'un A enlacés (_Antoinette de Vendôme_), accompagné d'un autre
chiffre composé de deux LL (_Lorraine_). L'amour des livres fut
peut-être la seule chose qu'Antoinette de Bourbon, duchesse de Guise,
hérita de sa maison. A tous autres égards elle devint toute Lorraine, et
ne fut pas la moins dangereuse adversaire d'Antoine de Navarre et de son
fils Henri IV.


II

La conquête d'un trône, les soins d'un gouvernement qui s'était donné
pour mission de fermer les blessures de la France, ne laissèrent pas
beaucoup de temps à Henri IV pour être bibliophile. Sa sœur, Catherine
de Bourbon, duchesse de Bar, eut pour cela plus de loisirs, et elle en
usa largement. Elle a laissé des livres nombreux, tous magnifiquement
reliés, marqués très souvent sur les plats de cet S fermé, qui était un
signe de fidélité conjugale ou amoureuse. L'histoire intime de la sœur
du roi Henri donnerait raison à cette interprétation. Née à Paris en
1559, de six ans plus jeune que son frère, elle reçut les leçons de
Florent Chrestien et de Palma Cayet, pour le grec, le latin et l'hébreu;
de Charles Macrin, père de Salmon Macrin le poète, pour l'histoire et la
poésie; Théodore de Bèze corrigea, dit-on, ses premiers vers. Deux
ministres, Merlin de Vaulx et Espina, l'instruisirent dans les principes
de la religion réformée. Les mémoires contemporains vantent aussi son
habileté à chanter, à toucher du luth, à danser même les pavanes
d'Espagne, les pazzamenos d'Italie, les voltes et les courantes
françaises, et même les danses béarnaises, bien qu'elle fût née un peu
boîteuse, et de santé très délicate. Elle avait treize ans seulement
quand elle perdit sa mère, Jeanne d'Albret, qui, en mourant, l'avait
placée spécialement sous la protection de son frère: «J'engage et je
supplie mon fils, lit-on dans son testament, à prendre sa sœur Catherine
sous sa protection, à être son tuteur et son défenseur.» Henri IV ne
suivit peut-être pas très fidèlement cette dernière recommandation de sa
mère, et dans les divers projets de mariage qu'il forma pour Catherine de
Bourbon, il obéit plutôt aux conseils de la politique qu'il n'écouta les
sentiments d'un frère. Il fut tour à tour question de la marier à Henri
III, au frère de celui-ci, le duc d'Alençon, à Philippe II, au duc de
Savoie Charles-Emmanuel Ier, à son cousin le prince de Condé, veuf de
Marie de Clèves, au duc Charles III de Lorraine, au roi d'Ecosse, fils de
Marie-Stuart. Au milieu de ces projets de la politique, Catherine avait
écouté son cœur, et une promesse de mariage avait été échangée entre
elle et son cousin, le comte de Soissons, frère du prince de Condé. Pour
lui elle refusa positivement l'alliance du roi d'Ecosse, et résista
énergiquement plus tard à son frère qui voulait donner sa main au duc de
Montpensier. Elle resta cependant vaincue dans cette lutte, et finit par
épouser, en 1599, le duc de Bar, fils de ce duc de Lorraine qu'elle avait
autrefois refusé. Cette union tardive devait être bientôt dénouée par la
mort. Catherine mourut le 13 février 1604, laissant le souvenir d'une âme
généreuse et d'un esprit élevé. Ses plus belles années s'étaient écoulées
au château de Pau, dans les fonctions de régente qu'elle avait remplies
en Navarre. La bibliothèque, dont le catalogue existe encore en partie,
avait été notablement augmentée par elle. Poète, elle y occupait ses
loisirs à des traductions de psaumes en langue française, et à des
poésies religieuses, qui eurent alors de la popularité en Béarn.

L'on remarquait surtout dans sa bibliothèque une belle collection de
classiques grecs et latins, de rares manuscrits, et une grande quantité
de lettres autographes des principaux personnages de son temps. «La
plupart de ses livres, dit M. Guigard, étaient reliés à la manière de
Clovis Eve qui, bien certainement, a dû travailler pour elle. Beaucoup
d'entre eux portaient sur les plats six doubles C entrelacés formant
croix, avec une flamme au centre, le tout dans un ovale feuillé.»


III

L'époque des Précieuses devait avoir plus que toute autre des
bibliophiles parmi ces femmes que passionnaient les choses de l'esprit. A
leur tête il faut placer la fille de Gaston d'Orléans, frère de Louis
XIII, et de Marie de Bourbon, duchesse de Montpensier, dernière
représentante de la seconde branche des Bourbons-Montpensier, princes de
La Roche-sur-Yon, détachée à la fin du XVe siècle de celle des comtes de
Bourbon-Vendôme. Elle a droit, comme son frère, au titre de bibliophile.
Née en 1627, morte en 1693, après cette fâcheuse aventure d'un mariage
avec Lauzun, qui fit scandale sans faire son bonheur, Mademoiselle de
Montpensier est l'auteur de ces _Mémoires_ qu'on lit toujours avec un si
vif plaisir, d'une _Histoire de la princesse de Paphlagonie_ (1659),
roman qui peut encore piquer aujourd'hui la curiosité, par les allusions
qui s'y trouvent aux personnages du temps, et de _Portraits_, nés de
cette mode qui occupa vers 1660 toute la société polie en France. Au
milieu des Précieuses, elle fut comme une vierge Pallas, à laquelle
poètes et courtisans s'empressaient d'apporter le tribut de leurs vers ou
de leurs hommages. Retirée, un peu forcément, après la Fronde, soit dans
ses châteaux, à Eu par exemple, soit au palais du Luxembourg, c'est
surtout alors qu'elle prit goût aux lettres et au bel esprit. Le poète
Segrais était l'un des gentilshommes de sa maison. C'est par lui qu'elle
connut Huet, qui, jeune alors, lui servait parfois de lecteur pendant sa
toilette. Ses livres timbrés au armes d'Orléans sont excessivement rares.

A côté de la grande Mademoiselle, comme on appelait de son temps cette
princesse, nous placerons Anne-Geneviève de Bourbon-Condé, duchesse de
Longueville, la sœur du grand Condé, la galante héroïne de la Fronde.
Ses livres portaient ordinairement sur les plats un semis de fleurs de
lis, et, entouré de deux palmes, l'écusson _de France, au bâton péri en
bande de gueules, au lambel d'argent à trois pendants_ (armes des
Longueville). Ce n'est pas que la duchesse de Longueville ait été une
savante. Loin de là; son éducation avait été assez négligée: mais elle
avait l'esprit de sa race, et un goût inné. Retz insiste
particulièrement sur ce que cet esprit devait tout à la nature, et
presque rien à l'étude. «Mme de Longueville, dit-il, a naturellement bien
du fonds d'esprit, mais elle en a encore plus le fin et le tour.» Plus
tard elle tiendra, dans ce bel hôtel de Longueville qu'elle fit bâtir rue
Saint-Thomas du Louvre, près de celui de Rambouillet, une cour d'esprit,
donnera le ton à ses contemporains, et rendra, avec son frère le grand
Condé, des jugements sur la littérature qui seront sans appel.


IV

Des deux filles que Louis XIV eut de la marquise de Montespan, la plus
remarquable par son esprit--cet esprit des Mortemart, célèbre au
XVIe siècle, esprit caustique, plein de saillies, souvent à
l'emporte-pièce--fut Mademoiselle de Nantes. Née en 1673, mariée en
1685, à Louis III, duc de Bourbon, petit-fils du grand Condé, sœur de la
duchesse d'Orléans, femme du régent, elle ne mourut qu'en 1743. Survivant
de trente-trois ans à son mari, elle passa son long veuvage dans les
douceurs de l'amitié, peut-être d'un sentiment plus tendre, que lui
inspira le marquis de Lassay, et dans la société des hommes d'esprit et
des gens de lettres. «Dans une taille contrefaite, dit Saint-Simon, mais
qui s'apercevait peu, sa figure était formée par les plus tendres amours,
et son esprit était fait pour se jouer d'eux à son gré sans en être
dominée... Rien en elle qui n'allât naturellement à plaire, avec une
grâce non pareille jusque dans ses moindres actions, avec un esprit tout
aussi naturel qui avait mille charmes... Avec ces qualités, beaucoup
d'esprit, de sens pour la cabale et les affaires... féconde en chansons
les plus cruelles dont elle affublait gaîment les personnes qu'elle
semblait aimer et qui passaient leur vie avec elle. C'était la sirène
des poètes, qui en avait tous les charmes et les périls.» Ailleurs,
Saint-Simon, revenant sur ce talent pour la chanson et l'épigramme, dit:
«Mme la duchesse qui avait bien de la grâce et de l'esprit à l'art des
chansons salées, en fit d'étranges.» Cette verve satirique de la jeune
princesse s'attaquait même à Louis XIV, et aux mœurs sévères que Mme de
Maintenon avait introduites à la cour, comme le prouvent ces vers d'elle
qui coururent en 1691, après le voyage du roi en Flandre:

    Enfin, après un mois je vous vois de retour,
    Courtisans surannés, vrais remèdes d'amour,
    Je vous revois, vieux fous si chéris de nos mères,
          Lorsque restés sur nos frontières,
    Nos amans loin de nous sont dans le champ de Mars
    Pour livrer leurs beaux jours aux plus cruels hasards.
    Ah! qu'une vieille cour à nos yeux est hideuse!!
    On n'y parle jamais ni d'amour ni d'amans;
          Qu'une princesse est malheureuse
          D'y passer ses plus jeunes ans!
          Que c'est une chose ennuyeuse
          De ne voir que de vieux pédans!

La bibliothèque qu'elle avait rassemblée dans ce magnifique palais
Bourbon qu'elle avait fait construire, et dont la plus grande partie a
disparu pour être remplacée par le Palais Législatif, était riche et bien
choisie. Ses livres se distinguaient par la magnificence des reliures, la
plupart exécutées par Derôme et Padeloup. Ils étaient timbrés à ses
armes: deux écus accolés, le premier, _de France, au bâton péri en bande
de gueules_; le second, aussi _de France, au bâton péri en barre de
gueules, qui est de Condé_.


V

C'est à une princesse de Bourbon-Condé, sinon par sa naissance, du moins
par son mariage, à Anne de Bavière, femme de Henri-Jules, prince de
Condé, fils du vainqueur de Rocroy, que se rattache le souvenir d'une des
plus belles ventes de livres qui ait eu lieu sous l'ancienne monarchie.
Nous voulons parler de la vente de la bibliothèque du château d'Anet, en
1724, peu après la mort de cette princesse, veuve depuis le 1er avril
1709. Il n'est pas sans intérêt, pour l'histoire de cette admirable
collection de livres, de voir comment la célèbre demeure de Diane de
Poitiers était passée avec toutes ses richesses mobilières aux mains de
la belle-fille du grand Condé.

Donnée d'abord par Philippe le Long, en 1318, à Louis, comte d'Evreux,
son oncle, la seigneurie d'Anet avait été confisquée par Charles V, sur
Charles le Mauvais, roi de Navarre, puis inféodée, par Charles VIII en
1444, à Pierre de Brezé, en récompense des services de ce seigneur contre
les Anglais qu'il avait chassés de Normandie. C'est par son mari, Louis
de Brezé, dont elle devint veuve en 1531, que Diane de Poitiers se trouva
en possession de la seigneurie d'Anet, dont l'ancien château, reconstruit
sur les plans de Philibert Delorme, orné par Jean Cousin et Jean Goujon,
fut une des merveilles de l'art français au XVIe siècle (1552). A la mort
de Diane, en 1566, Anet devint la propriété de Claude de Lorraine, duc
d'Aumale, qui avait épousé, en 1547, sa seconde fille, Louise de Brezé à
laquelle ce domaine était échu dans un partage fait du vivant même de
Diane, en 1561, entre elle et sa sœur Françoise, duchesse de Bouillon.
Son fils Charles de Lorraine, qui épousa en 1576 sa cousine germaine,
Marie de Lorraine, fille du duc d'Elbeuf, hérita d'Anet, mais il dut le
laisser vendre par ses créanciers, dont le principal était Marie de
Luxembourg, duchesse douairière de Mercœur qui, en 1615, acheta Anet
moyennant 400,000 livres. C'est par cette nouvelle propriétaire d'Anet
que ce domaine passa aux Vendôme: César de Vendôme, fils de Henri IV et
de Gabrielle d'Estrées, ayant épousé en 1609 Françoise de Lorraine, fille
de la duchesse, et héritière de Philippe-Emmanuel de Lorraine, dernier
duc de Mercœur.

Le dernier rejeton des Vendôme, le célèbre général dont les victoires
affermirent la couronne d'Espagne sur la tête du petit-fils de Louis XIV,
le légua à sa femme, Marie-Anne de Bourbon-Condé, petite-fille du grand
Condé (1712). Cette dernière duchesse de Vendôme, que son mari n'avait
épousée que pour faire sa cour à Louis XIV, et être relevé d'une disgrâce
que ses mœurs trop relâchées lui avaient fait encourir, étant morte sans
enfant, le 11 avril 1718, laissa Anet et son magnifique héritage à sa
mère, Anne de Bavière, princesse douairière de Condé, Madame la
princesse, comme on disait alors, qui mourut elle-même peu après, le 23
février 1723. L'avocat Barbier, dans son journal, dit à propos de cette
mort: «Mardi 23, Madame la princesse de Condé, palatine en son nom et
cousine de Madame, est morte dans son hôtel au petit Luxembourg, âgée de
soixante-seize ans. Madame la princesse de Conti, sa fille aînée, à qui
on avait refusé la porte la veille, a fait apposer le scellé le même jour
par deux commissaires du Parlement.» Cette mort avait suivi de quelques
semaines seulement celle de la duchesse d'Orléans, mère du régent,
arrivée le 8 décembre 1722. Ces deux princesses, appartenaient toutes
deux à la maison de Bavière, Madame à la branche électorale, la princesse
à la branche palatine du Rhin.

Le goût que les propriétaires d'Anet, ducs de Vendôme, ou ducs d'Aumale,
avaient pour les livres et pour les lettres, nous est attesté par un
document infiniment précieux. C'est le _Catalogue des manuscrits trouvez
après le décès de Madame la Princesse, dans son Château Royal d'Anet_,
Paris, Gandouin, 1724. Il est impossible d'imaginer une plus rare
collection de livres, et la note suivante, placée en tête de ce
catalogue, reste fort au-dessous de la vérité:

   Ces manuscrits sont sur vélin ornez de très-curieuses miniatures
   & autres ornemens, le tout très-bien conservé; et se vendront en
   gros ou en détail au commencement du mois de novembre prochain
   1724, chez le sieur Pierre Gandouin, libraire, quay des
   Augustins, à la Belle Image.

Il y avait dix-huit mois qu'Anne de Bavière, princesse douairière de
Condé, était morte, lorsque fut mis en vente ce trésor incomparable du
château d'Anet, par suite du partage des biens des ducs de Vendôme, entre
ses deux petites-filles, la duchesse du Maine et la princesse de Conti,
toutes deux sœurs de la duchesse de Vendôme. Comme la bibliothèque
d'Anet n'avait pu être formée par la princesse de Condé, pas plus que par
sa fille la duchesse de Vendôme, entre les mains desquelles Anet n'avait
existé à titre de propriété que pendant onze ans, de 1712 à 1723, c'est
certainement aux Bourbons-Vendôme, et avant eux aux princes lorrains et à
Diane de Poitiers, que revient l'honneur d'avoir réuni ces richesses
littéraires, pour lesquelles le monument de Philibert Delorme était un si
digne écrin.

Le catalogue de ces manuscrits forme une petite plaquette in-12 de 37
pages. L'exemplaire que nous avons eu sous les yeux appartient à la
Bibliothèque Mazarine--no 42884--où il a été désigné à tort, comme le
«Catalogue de la princesse de Conti.» L'on sait que le titre de Madame la
princesse, tout court, ne fut jamais porté sous l'ancienne monarchie que
par la branche aînée de la maison de Condé, dont les Conti étaient la
branche cadette. Il ne saurait y avoir de doute à cet égard, Anet n'ayant
d'ailleurs jamais appartenu aux Conti. Ce catalogue, dont les articles ne
sont pas numérotés, forme trois divisions: des manuscrits sur vélin, au
nombre de cent soixante et onze; des manuscrits sur papier in-folio, au
nombre de quatre-vingt-un; et des livres, la plupart in-folio (149
articles).

Des manuscrits sur vélin, il faudrait tout citer; nous nous contenterons
cependant de noter ceux-ci:

   _La Bible Ystoriaux_, translatée du latin en François par
   Pierre... doyen du Chapitre de Saint-Pierre d'Aire, remplie de
   belles miniatures bien conservées; _la même_, avec des miniatures
   très curieuses; _la même_, dont les miniatures surpassent celles
   des autres; une _Partie de la Bible en Provençal_, avec
   miniatures; _Chronique depuis la création du monde, jusqu'à J.
   César_, avec des miniatures très singulières; _les Histoires de
   la Terre sainte_, ornées de miniatures; _la Légende dorée_, avec
   un grand nombre de miniatures; _Recueil des Miracles de
   Notre-Dame_, en vers, deux gros vol. in-fol. remplis de beaucoup
   de miniatures; _la Guerre des Juifs de Joseph_, ornée de
   miniatures des plus curieuses, d'une grandeur énorme, bien
   conservée; _le Bestiaire_, par Richard de Furneval, avec de
   belles miniatures; _le Jardin de Paradis_; _l'Horloge de
   Sapience_: tous deux avec miniatures; _l'Arbre de Sapience_, avec
   quatre-vingt miniatures d'une excellente beauté, in-fol. en 1469;
   _Chroniques de France_, par J. Froissart, deux vol. sur vélin,
   reliez en velours vert avec des fermoirs dorez d'or moulu; ce ms.
   est orné de miniatures très belles qui représentent les modes et
   les usages de ce temps; _les Décades de Tite Live_, 3 vol.
   in-fol. avec miniatures, couverts de velours rouge;
   _Quinte-Curce_, avec de très belles miniatures; _Histoire de
   Jules César_, avec de très belles miniatures; _les Métamorphoses
   d'Ovide, en vers François_, rempli de beaucoup de miniatures;
   _Histoire de la destruction de Troyes_, par Benoist de
   Saint-More, en vers françois, avec une grande quantité de
   miniatures; _Compilation de l'Histoire Grecque et Romaine_, par
   Jehan de Courcy, trois exemplaires, tous avec très belles et
   grandes miniatures; _les Histoires d'Orose_, avec des miniatures
   singulières; _les Chroniques de Saint-Denis_, deux très gros vol.
   in-fol., ornés de miniatures; _les Triomphes de Pétrarque_,
   trad. par G. de la Forge, in-fol. dans lequel se trouve une
   miniature de la grandeur du volume, qui est d'une très grande
   beauté; Petrarcha, _de Remediis_, trad. par N. Oresme, avec de
   très belles miniatures; Jean Boccace, _Des faits des nobles
   hommes_, ms. de 1409, rempli de plus de 400 miniatures, le volume
   est d'une grandeur énorme; _Idem_, avec de très belles
   miniatures; _Poésies de G. de Loris_, in-fol. avec des
   miniatures; _le Jouvencel_, avec des miniatures d'une beauté
   parfaite; _Le Roman de la Rose_, deux exemplaires, chacun avec
   d'excellentes miniatures; _le Roman d'Alexandre_; _le Songe du
   vieil pélerin_, rempli de grandes et belles miniatures; _Histoire
   de Saint-Graal_, trad. par Luces du Chastel, ms. très ancien et
   rempli de beaucoup de miniatures; _les Nobles faits du chevalier
   Tristan, Ugalaad, Lancelot_, trad. par le même, in-fol. sur vélin
   d'une grandeur énorme, orné d'un nombre infini de belles
   miniatures très bien conservées; _le Roman de Tristan Le Bret_,
   trad. par Robert Boron, orné d'un nombre infini de petites
   miniatures très finies pour le temps, in-fol.; _Le Séjour du
   deuil pour le trépas de Messire Philippe de Comines, seigneur
   d'Argenton_, en vers, avec 17 miniatures en or d'une beauté
   achevée; _le Pèlerinage de vie humaine_, en vers, avec
   miniatures; _Fables d'Esope_, avec miniatures; _Explication des
   Actes des Apôtres, par un Frère prescheur, dédié à Jean de Laval,
   sieur de Châteaubriant_, orné de grandes et belles miniatures,
   etc.

Le château d'Anet échut en partage à la duchesse du Maine, et après la
mort du comte d'Eu, son fils, passa à son cousin, le duc de Penthièvre,
mais sa précieuse bibliothèque, formée par Diane de Poitiers, conservée
avec soin et même accrue par la maison de Vendôme, eut une triste
destinée. On ne trouva pas d'acquéreur pour cette admirable collection;
elle fut dispersée. Beaucoup de volumes, dit M. Léopold Delisle, furent
achetés par Denis Guyon de Sardière, dont la bibliothèque fut acquise,
vers 1759, par le duc de La Vallière; plusieurs manuscrits furent
adjugés à Cangé, à Lancelot et à d'autres amateurs, dont les cabinets
contribuèrent dans la suite à l'accroissement de la bibliothèque du roi;
un certain nombre passèrent à l'étranger.

La duchesse du Maine, qui hérita seulement du château d'Anet, aurait
cependant été digne d'en posséder aussi la précieuse bibliothèque. Elle
aimait, en effet, beaucoup les livres et tint à Sceaux une véritable cour
littéraire. Fontenelle, Malézieux, La Fare, Sainte-Aulaire, Chaulieu et,
plus tard, Voltaire y firent avec elle assaut d'esprit.

            La divinité qui s'amuse
            A me demander mon secret,
    Si j'étais Apollon ne serait point ma muse
    Elle serait Thétis, et le jour finirait,

répondait un jour Sainte-Aulaire à la duchesse, qui l'appelait Apollon.

«La contrainte qu'il fallait avoir à la cour l'ennuya, raconte Mme de
Caylus; elle alla à Sceaux jouer la comédie et faire tout ce qu'on a
entendu dire des nuits blanches, et tout le reste. M. le duc, son frère,
pendant un temps prit un très grand goût pour elle: les vers et les
pièces d'éloquence volèrent entre eux; les chansons contre eux volèrent
aussi. L'abbé de Chaulieu et M. de La Fare, Malézieux et l'abbé Genest
secondaient le goût que M. le duc avait pour la poésie.» Ces goûts
littéraires ne l'empêchèrent pas de s'occuper de politique, comme le
prouve cette conspiration de Cellamare dont elle fut l'inspiratrice.
Souvent la littérature fut pour elle le masque de la politique; et
l'emblème dont elle timbrait ses livres était aussi le signe de
ralliement de ses alliés, les chevaliers de la Mouche à miel. Sur ses
livres, en effet, étaient frappées des abeilles d'or, avec cette devise
autour de leur ruche: _Piccola Si Ma Fa Pur Gravi La Ferite_. (Je suis
petite, mais je fais cependant de graves blessures). Allusion à la petite
taille de la princesse et à l'ordre galant de la Mouche à miel, qu'elle
avait fondé en 1703.

De cette princesse bibliophile, nous rapprocherons deux filles du régent:
cette galante duchesse de Berry d'abord, morte si prématurément en 1719,
à vingt-quatre ans, veuve d'un petit-fils de Louis XIV, (Ses livres
étaient nombreux et portaient pour armes sur les plats: _de France, à la
bordure engrêlée de gueules, qui est de Berry, accolé d'Orléans_, et, sur
le dos, le chiffre ML entrelacées): et Mademoiselle de Beaujolais
(Philippe-Élisabeth d'Orléans), née en 1714, morte en 1734, sans avoir vu
s'accomplir son union avec l'infant don Carlos, auquel elle avait été
promise. Ses livres étaient timbrés d'un écu en losange, aux armes _de
France, au lambel d'argent à trois pendants_, surmonté de la couronne
ducale.


VI

Une autre princesse de la maison de Bourbon, petite-fille de cette
princesse de Condé dont nous avons parlé à propos de la vente d'Anet,
mérite de prendre place parmi les Bourbons bibliophiles. C'est
Louise-Elisabeth de Bourbon, princesse de Conti, née à Versailles le 22
novembre 1693. Elle était petite-fille du grand Condé, et le troisième
des neuf enfants de Louis III, duc de Bourbon, dit Monsieur le duc, mort
en 1710, et de Mademoiselle de Nantes, la caustique chansonnière. Elle
avait pour frères le duc de Bourbon, premier ministre sous Louis XV, le
comte de Charolais, d'étrange mémoire, et le comte de Clermont, qui fut à
la fois abbé de Saint-Germain des Prés et général d'armée; pour sœurs
cadettes, Mademoiselle de Charolais, Mademoiselle de Clermont, la
touchante héroïne du roman de Mme de Genlis, Mademoiselle de Vermandois,
qui faillit épouser Louis XV, et Mademoiselle de Sens, toutes mortes
avant elle, ainsi que ses trois frères. A l'âge de vingt ans, elle avait
épousé, le 9 juillet 1713, son cousin germain, Louis-Armand de Bourbon,
prince de Conti, fils de ce prince de Conti si bien doué pour la guerre,
élu roi de Pologne en 1697, et de Marie-Thérèse de Bourbon-Condé, sœur
de la duchesse du Maine et de cette dernière duchesse de Vendôme dont
nous avons vu hériter sa grand'mère, la princesse douairière de Condé.

Restée veuve, en 1727, d'un mari spirituel comme toute sa race, mais
contrefait et peu fidèle, elle avait montré une âme forte, un esprit
élevé et libre, dont avait hérité son fils, ce prince de Conti si cher
aux parlementaires. Lors de sa mort, arrivée le 27 mai 1775, un an avant
celle de son fils, un contemporain la dépeignait ainsi: «J'ai vu avec
vénération la douairière de la maison, la princesse de Conti, plus
qu'octogénaire et le seul reste de la vieille cour. Un air de majesté
imprimé sur sa figure n'a pas besoin d'être relevé par le luxe des
vêtements, par la pompe du cortège. Elle est remarquable dans toutes les
fêtes par sa simplicité; elle a toujours été au-dessus de cet accessoire
frivole: elle a l'âme forte, dégagée de préjugés.»

D'un autre côté, Mme du Deffand disait, en annonçant sa mort dans une
lettre du 28 mai 1775, à Horace Walpole: «Mme la princesse de Conti
mourut hier, à huit heures du matin; on en prend le deuil demain pour
onze jours... Elle laisse tout son bien à partager selon les coutumes; on
dit que M. le prince de Conti aura cent mille livres de rente; M. le duc
de Chartres aura cinq cent mille francs, et Mme la duchesse de Bourbon,
sa sœur, en aura autant. La maison de Paris était assurée de son vivant
à M. le comte de La Marche, son petits-fils; elle ne fait aucun présent à
personne.»

Cette princesse possédait une belle bibliothèque. Elle fut vendue, en
1775, à l'hôtel et au petit hôtel de Conti qui s'étendaient entre les
rues Saint-Dominique, de Bourgogne et de l'Université: les mêmes
qu'occupe aujourd'hui le ministère de la guerre. Le catalogue, qui en fut
publié chez Prault fils, «libraire, quai des Augustins, près la rue
Pavée, à l'Immortalité», contenait 1711 numéros, dont 138 pour la
théologie, 27 pour la jurisprudence, 55 pour la philosophie, 35 pour la
politique, 81 pour les sciences, 12 pour l'architecture, la peinture et
les arts du dessin; 740 pour les belles-lettres, parmi lesquels la poésie
française figure pour 54, le théâtre français pour 62; et 622 pour
l'histoire, l'histoire de France en comprenant 223 à elle seule.

On retrouve la trace du quiétisme dont les doctrines avaient été un
moment fort répandues à la cour et parmi les membres de la famille de
Conti, dans deux ouvrages célèbres: _la Sainte Bible, traduite en
françois, avec des explications et des réflexions qui regardent la vie
intérieure_, Cologne, 1713 et 1714, 20 vol. in-8, et dont Mme Guyon est
l'auteur, et dans le fameux livre du P. Quesnel, _Nouveau Testament en
françois, avec des réflexions morales sur chaque verset, et le texte
latin en marge_, Paris, 1696, 4 tomes en 5 vol. in-12. Dans cette section
de la théologie, il faut encore mentionner: _les Cent cinquante Psalmes
du prophète royal David, traduits en rythme françoise_, par Clément
Marot, Paris, 1555; et les _Heures nouvelles dédiées à Madame la
Princesse_, Paris, 1765, in-12.

Le premier prince de Conti, frère du grand Condé, après une jeunesse plus
que mondaine, pendant laquelle il avait été très épris de théâtre comme
le prouve la protection qu'il accorda à la troupe de Molière qui porta un
instant son nom, s'était jeté dans la dévotion la plus rigoureuse, avait
embrassé les doctrines de Port-Royal, et écrit, sous l'inspiration de
ces Messieurs, des _Lettres sur la Grâce_, et un _Traité sur la comédie_,
dans lequel il condamnait ce divertissement. Sa femme, Anne Martinozzi,
une nièce de Mazarin, d'une remarquable beauté, avait aussi partagé ce
zèle pour le jansénisme. De là un assez grand nombre de livres
jansénistes dans cette bibliothèque. Ce sont:

   _Le Parallèle de la doctrine des Payens avec celles des Jésuites,
   les Principes des Jésuites sur la probabilité, réfutés par les
   Payens_, 1726 et 1727, in-8, mar. r.; _de la fréquente
   Communion_, par Antoine Arnauld, Paris, 1656; _les Provinciales_,
   de Pascal, Francfort, 1716, pet. in-12; les _Pensées_, de Pascal,
   Paris, 1683, mar. doub. de mar. r., et enfin un ouvrage du
   premier prince de Conti: _Les Devoirs des grands_, par
   Monseigneur Armand de Bourbon, prince de Conti, avec son
   testament, Paris 1666, in-8, mar. rouge.

La princesse douairière de Conti ne semble pas d'ailleurs avoir hérité
de ces sentiments jansénistes. Sa dévotion était fort mince, et elle
passait plutôt pour un esprit fort, nous dirions aujourd'hui une
libre-penseuse, auprès de ses contemporains. La façon dont les mémoires
de Bachaumont annoncent sa mort laisse peu de doute sur ce point. «Mme la
princesse de Conti, y lisons-nous, a fini hier. Elle voyait depuis
longtemps approcher la mort avec une fermeté digne de son âme fière,
courageuse et au-dessus des préjugés. Elle chantait peu d'heures
auparavant la chanson faite sur le maréchal de Biron [à l'occasion de
l'émeute sur les grains.]» Sa fille, la jeune duchesse d'Orléans, morte
en 1759, et qui fut mère de Philippe-Egalité, avait fini dans les mêmes
sentiments, qu'elle tenait, disait-on, de sa mère. «C'est sans doute à
son école, dit _l'Observateur anglais_, que sa fille, la feue duchesse
d'Orléans, avait puisé cette philosophie libre et ferme qui la fait
descendre si gaiement au tombeau.»

Nous ne serons donc pas étonnés de rencontrer sur les rayons de la
bibliothèque de la princesse de Conti: _la Morale d'Epicure_, Paris,
1685, par le baron des Coutures, dont elle a aussi la traduction de
_Lucrèce_, Paris, 1708; l'_Ebauche de la religion naturelle_, traduction
de _Wolaston_, dont Voltaire fit un si grand éloge dans ses _Lettres sur
les Anglais_, en 1734; l'_Essai de philosophie morale_, Paris, 1749, par
Maupertuis; l'_Essai sur les erreurs populaires ou Examen de plusieurs
opinions reçues comme vraies qui sont fausses ou douteuses, traduit de
l'anglois de Th. Brown_, Paris, 1713; _la Philosophie du bon sens_, La
Haye, 1747, par le marquis d'Argens; _Histoire des diables de Loudun_,
Amsterdam, 1694.

Ce serait pousser trop loin les conjectures que de voir dans chaque livre
d'une bibliothèque une preuve des sentiments ou des opinions personnels
de son possesseur. Cependant, d'après ce que nous connaissons de la
tournure d'esprit, du caractère de la princesse de Conti, il est permis
de croire que ce n'était pas seulement à titre de nouveautés et pour
tenir au courant sa collection de livres qu'elle y avait placé, de
Montesquieu: les _Lettres persanes_, Amsterdam, 1721, 2 vol. in-12; les
_Considérations sur les causes de la grandeur des Romains et de leur
décadence_, Amsterdam, 1734, in-12; _De l'esprit des lois_, Genève, 2
vol. in-4; et les _Lettres familières_, Paris, 1762, in-12, dans leurs
éditions originales; Voltaire n'y est représenté que par: _la Ligue ou
Henry le Grand_, par Fr. Arouet de Voltaire, Genève, 1723, in-8;
l'_Histoire de Charles XII_, Basle, 1731, 2 vol. in-12; _le Siècle de
Louis XIV_, par de Francheville, Berlin, 1752, 2 vol. in-12;
_Micromegas_, in-12, v. m., tr. dor.; _Zadig, ou la destinée, histoire
orientale_, 1748, in-12; _les Scythes_, Paris, 1767, in-8; _Tancrède_,
_Charlot_, _l'Orphelin de la Chine_ qui font partie de deux volumes de
recueil factice; _Œdipe_, _Marianne_, _Brutus_, _l'Indiscret_, _Zaïre_,
_Alzire_ et la _Mort de César_, dans le second volume des _Œuvres_,
Amsterdam, 1739, 2 vol. in-8. De Diderot, nous ne trouvons que son drame:
_le Fils naturel_, 1757, in-8; de J.-J. Rousseau: le _Discours sur
l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes_, Amsterdam,
1755, in-8; _J.-J. Rousseau à M. d'Alembert sur l'article_ GENÈVE _dans
l'Encyclopédie_, Amst., 1758, in-8, autrement dit: _la Lettre sur les
spectacles_; _Julie, ou la Nouvelle Héloïse_, Amsterdam, 1761, 6 vol.
in-12; les _Pensées de J.-J. Rousseau_, Paris, 1766, 2 vol. in-12.

Pour terminer avec les écrivains plus ou moins célèbres du XVIIIe siècle,
il faut citer encore, de Buffon: l'_Histoire naturelle_, Paris,
Imprimerie royale, 1749 et suiv., 17 vol. in-4, v. marb., filets; les
_Œuvres diverses_ de Fontenelle avec figures, Londres, 1710, 2 vol.
in-12; les _Œuvres mêlées_ de Moncrif, Paris, 1751, 3 vol. in-12, mar.
r.; les _Contes moraux_ de Marmontel, La Haye, 1761, 2 vol. in-12; les
_Œuvres diverses_ de Chaulieu et de La Fare, Amsterdam, 1733, 2 vol.
in-8; les _Fables nouvelles_ de La Motte, avec les figures de Gillot,
Paris, 1719, in-4, gr. pap.; les _Œuvres_ de Gresset, Genève, 1743,
in-12, et 1751, 2 vol. in-12.

Mais c'est surtout en romans, et en histoires et mémoires qu'était riche
la bibliothèque de la princesse de Conti.

La partie du catalogue relative aux romans comprend 336 numéros. Voici le
dénombrement des plus remarquables par l'édition, par la reliure, ou par
le mérite littéraire:

   _Les Amours de Théagènes et de Chariclée ou l'Histoire
   d'Héliodore_, trad. en français par J. de Montlyard, avec les
   figures de Michel Lasne, Paris, 1623, in-8, couv. en parch.; _les
   Amours pastorales de Daphnis et Chloé_, trad. du grec de Longus
   en français par J. Amyot, avec des fig. gravées par Audran sur
   les dessins du régent, Amsterdam, mar. citr. doublé de tabis; _la
   Métamorphose ou l'âne d'or_, trad. d'Apulée par J. de Montlyard,
   Paris, 1623, in-8, fig.; _les Travaux de Persile et de
   Sigismonde_, trad. de Michel de Cervantès, par d'Audiguier,
   Paris, 1618, in-12; _la Constante Amarillis_, trad. de l'espagnol
   de Figueroa par N. Lancelot, Lyon, 1614, in-8, mar. bleu; _la
   Célestine_, trad. de Rojas, Rouen, 1634, in-8; _le Colloandre
   fidèle_, trad. de Marini, par G. de Scudéry, Paris, 1668, 3 vol.
   in-8, mar. bleu; _l'Aventurier Buscon_, trad. de Quevedo, Paris,
   1639; _la Vie de Gusman d'Alfarache_, avec fig., Paris, 1696, 3
   vol. in-12, mar. citr.; _Histoire facétieuse du fameux Lazarille
   de Tormes_, Lyon, 1697, in-12; _la Dianée_, trad. de l'italien de
   Loredano, Paris, 1642, 2 vol. in-12, parch.; _l'Almorinde_, de L.
   Assurino, Paris, 1646, in-8, mar. bleu.

Beaucoup de ces romans de la première moitié du XVIIe siècle sont reliés
en maroquin bleu ou rouge, et pourraient bien avoir formé la
bibliothèque de la première princesse de Conti, nièce de Mazarin. Ce
sont:

   _La Haine et l'amour d'Arnoult et de Clairemonde_, Paris, 1709,
   in-12; _l'Astrée_, d'H. d'Urfé, Paris, 1618, 6 vol. in-8, v. f.;
   _les Amans jaloux_, de du Verdier, Paris, 1631, in-8; _Les
   Triomphes de la guerre et de l'amour_, par Humbert, Paris, 1631,
   in-8; _le Roman véritable_, Paris, 1648, in-8; _Clorinde_, Paris,
   1667, 2 vol. in-8; _L'Amour dans son trône_, trad. de Loredano
   par du Breton, Paris, 1646, in-8; _Cassandre_, par La Calprenède,
   Paris, 1651, 10 vol. in-8, v. n., fil.; _Mithridate_, Paris,
   1649, 4 vol.; _le Toledan_, Rouen, 1653; _Sapor_, par du Perret,
   Paris, 1668, 5 vol. in-12; _le Comte de Dunois_, Paris, 1671, v.
   éc., fil.; _La Princesse de Montpensier_, par Mme de la Fayette,
   Paris, in-8, mar. cit. doub. de mar. bleu; _La Relation de l'île
   imaginaire ou l'Histoire de la princesse de Paphlagonie_, par
   Mlle de Montpensier, 1659, in-8, mar. r. doubl. de mar.; _le
   Prince de Condé_, par Boursault, Paris, 1675, in-12; _Oracié_,
   (par Mlle de Senectaire), Paris, 1646; _les Amours historiques
   des princes_, par Grenaille, Paris, 1642; _La Promenade de
   Versailles ou l'Histoire de Celamire_, (par Mlle de Scudéry),
   Paris, 1669, in-8; _Don Pelage_ (par de Juvenel), Paris, 1646, 2
   vol. in-8; _le prince de Sicile_, (par Mlle Bernard), Paris,
   1690, 3 vol.; _Elise_, par l'Evêque de Belley, Paris, 1621;
   _l'Iphigénie_, Lyon, 1625; _Palombe_, Paris, 1625, et les
   _Occurrences remarquables_, Paris, 1626, par le même, ainsi que
   tous ses autres romans; _la Maison des jeux_, par Ch. Sorel,
   Paris 1657, 2 vol. in-8.

La princesse de Conti lut-elle beaucoup ces œuvres, qui faisaient les
délices de la société des Précieuses? On en peut douter. Elle se plut, en
tout cas, certainement davantage aux romans du XVIIIe siècle, que nous
trouvons presque tous dans sa bibliothèque, ceux de Le Sage: _le Diable
boiteux_, _Gil Blas_, _le Bachelier de Salamanque_, _Estevanille_; de
l'abbé Prévost: les _Mémoires d'un homme de qualité, avec l'Histoire de
Manon Lescaut_, Paris, 1729; _Cleveland_, _Clarisse_, _Grandisson_; de
Marivaux: _Marianne_, Amsterdam, 1745, _le Paysan parvenu_, Paris, 1734;
comme les _Confessions du comte de ***_, Paris, 1741, et _Acajou et
Zirphile_, 1744, avec les figures de Boucher, par Duclos; _Tanzai et
Néadarné_, Pékin, 1734, par Crébillon fils; comme ceux de La Place, du
chevalier de Mouhy, de Mlle Lambert, de Mme Riccoboni.

Les manuscrits, sans être nombreux dans la bibliothèque de la princesse
de Conti, n'y faisaient pas cependant défaut et quelques-uns sont
intéressants à signaler.

   C'est d'abord _le Roman de la Rose_, in-fol. ms. du XIIIe siècle,
   avec miniatures; puis les _Mémoires de Mlle de Montpensier_, 6
   vol. in-fol. mar. r., dont manque le tome Ier; les _Mémoires de
   H.-A. de Lomenie, comte de Brienne_, in-fol.; _le Procès criminel
   fait à Louis de Bourbon, prince de Condé_, en 1654, in-fol.; _les
   Alliances de la maison de Bourbon_, in-fol.; une relation de
   l'ambassadeur vénitien Nic. Tiepolo: _Relatione del Signor
   Nic. Tiepolo Ristornato, Ambasciadere di Carolo V et Ferdinande
   Re de Romani per la Republica di Venetia l'anno 1532_, in-4. La
   partie des sciences occultes contenait aussi trois manuscrits
   assez curieux: un _Recueil de nativités, thèmes célestes, ou de
   figures d'astrologie qui contiennent l'horoscope de plusieurs
   personnes illustres de différentes nations et de différents
   tems_, in-4, couv. en parch.; un second _Recueil de quelques
   nativités violentes, avec des règles ou aphorismes pour juger de
   la mort violente_, in-4, couv. en parch.; et les _Prédictions du
   grand et sublime Docteur Théophraste Paracelse, trad. en François
   avec des remarques par M. Christallin, commis de la Bibliothèque
   de M. le Duc en 1712_, in-4.

Ce «Monsieur le duc», dont le nom figure sur ce dernier manuscrit, était
Louis-Henri de Bourbon-Condé, arrière-petit-fils du grand Condé, né en
1692, mort en 1740, et qui fut premier ministre après la mort du régent.
Il était le frère aîné de la princesse de Conti dont nous nous occupons.


Il ne nous reste plus à signaler que trois traductions manuscrites
d'auteurs anciens: _les Nuées d'Aristophane_, in-4; _les Comédies de
Térence_, 3 vol. in-fol., et _les Géorgiques de Virgile_, trad. en
français par de Martignac, in-4. L'auteur de cette dernière traduction
était Etienne Algay de Martignac, né en 1620, mort en 1698, qui fut
attaché à la personne de Gaston d'Orléans, sur lequel il a écrit des
_Mémoires_. Comme il publia, en 1681, une traduction complète des œuvres
de Virgile en trois volumes, il est probable que nous en avons là une
partie manuscrite. Peut-être aussi faut-il lui attribuer cette traduction
de Térence qui précède, car il en publia plusieurs pièces sous ce titre:
_l'Eunuque_, _l'Hecyre_ et _le Fâcheux à soi-même, de Térence, rendus
très honnêtes en y changeant fort peu de chose_, Paris, 1670, 1700,
in-12.

Un assez grand nombre d'incunables, quelques belles éditions du XVIe
siècle, et surtout une belle collection de pièces de théâtre dans leurs
éditions originales, doivent être encore mentionnés pour achever la
description de la bibliothèque de la princesse de Conti. Cette dernière
collection, qui serait aujourd'hui si précieuse, formait cinquante
volumes in-4, reliés en maroquin bleu, comme les romans du XVIIe siècle
dont nous avons parlé plus haut. Chacun de ces volumes était composé de
six pièces, sauf quelques-uns qui n'en contenaient que quatre ou cinq. Là
se trouvaient réunies presque toutes les pièces de théâtre de Levert,
Provais, Chapoton, du Cros, Gillet, Meret, Sallebray, des Cinq Auteurs,
de Desmarets, Mareschal, Cadet, Chevreau, Claveret, Cyrano de Bergerac,
Boyer, Puget de la Serre, Gilbert, Baro, Beys, Jodelle (avec les _Œuvres
et mélanges_ poétiques), Rosières de Beaulieu, La Fontaine, La
Calprenède, Magnon, Jobert, Guérin de Bouscal, Grenaille, La Caze,
Benserade, Metel d'Ouville, Le Vayer de Boutigny, Desfontaines, La
Mesnardière, d'Ancour, P. Corneille (18 pièces), Scudéry, Rotrou (29
pièces), du Ryer (12 pièces), Bois Robert (10 pièces), Tristan, Scarron,
de Prade, Regnault, Dalibray, de l'Etoile, Mlle Cosnard, Colletet,
Monléon, Saint-Germain, Nouvelon, Le Clerc, Marcassus, Raissiguier,
Bigrède, Brosse, Vozelle, Montfleury père, Quinault, Fremiele, J. Michel
(_la Résurrection de Notre-Seigneur par personnages_, goth.).

Parmi les éditions du XVIe siècle l'on remarque les suivantes: _l'Horloge
des princes_, trad. de Guevara par B. de la Grise et Herberay des Essars,
Lyon, 1592, in-18, mar. bleu; les _Eléments et principes d'astronomie_,
par R. Roussat, Paris, 1552, in-8; _le Roland furieux_, trad. par
Chappuys, Lyon, 1582-1583, 2 vol., fig.; _le Décameron_ de J. Boccace,
trad. par Le Maçon, Paris, 1545, in-fol.; _Histoires tragiques extraites
de l'italien de Bandello_, par Boistuau et Belle-Forest, Lyon, 1582, 8
vol. in-16; _le Trésor des histoires tragiques_, de F. de Belle-Forest,
Paris, 1581, in-16; _Histoires prodigieuses_, par Boistuau et
Belle-Forest, Paris, 1598, 2 vol. in-16, fig.; _l'Heptaméron_ de
Marguerite de Valois, remis en son vrai ordre par C. Gruget, Paris, 1560,
in-4, mar. r., doub. de mar.; _Histoire du noble Tristan, prince de
Léonois_, trad. par Langevin, Paris, 1586, in-4; _Amadis de Gaule_, trad.
de l'espagnol par Herberay des Essars, avec fig., Paris, 1548, 4 vol.
in-fol., mar. r.; _le Premier livre de la chronique de Dom Floris de
Grèce_, trad. par le même, Paris, 1552, in-fol., fig.; _Histoire de
Palmerin d'Olive_, trad. du Castellan par Maugin, Paris, 1549, in-fol.,
fig.; _Histoire palladienne_, mise en françois par C. Colet, Paris, 1555;
_le Premier livre de l'histoire de Gérard d'Euphrate_, Paris, 1549, fig.;
_les grandes Annales de France_, par Belle-Forest, Paris, 1579, 2 vol.
in-fol.; les _Mémoires_ d'Olivier de la Marche, Gand, 1566, in-4.

Un certain nombre de livres étaient particulièrement remarquables par
leur reliure ou par leur tirage, tels que: _les Statuts de l'ordre du
Saint-Esprit_, Paris, Imprimerie royale, 1703, in-4 grand papier, mar.
bleu doubl. de tabis; _les Triomphes de Louis XIII_, représentés en
figures par J. Valdor, avec les vers de Ch. Beys et de P. Corneille,
Paris, 1649, in-fol., gr. pap., v. br., tr. dor.; _Recueil de lettres
galantes_, Amsterdam, 1706, in-12, mar. bleu, doublé de mar. rouge;
_Fables de La Fontaine_, ornées des figures d'Oudry, Dupuis et Cochin
fils, Paris, 1755 et suiv., 4 vol. in-fol., gr. pap., mar. rouge, dent.,
avec cette note de l'expert: «On croit devoir assurer que cet exemplaire
est des premiers de ce livre donné par souscription, en ce que les
volumes ont été reliés au fur et à mesure de leur livraison»; la
magnifique édition des _Œuvres de Boileau_, avec les figures de B.
Picart, Amsterdam, 1718, 2 vol. in-fol., mar. rouge, dent.

Signalons, en terminant, un _Ronsard_, Paris, 1623, 2 vol. in-fol., v.
f., filets; un _Du Bartas_, Paris, 1611, in-fol.; _la Satyre Ménippée_,
1595, parch.; les _Essais de Montaigne_, Paris, 1640, in-fol.; les
_Œuvres de Molière_, avec figures, Paris, 1697, 8 vol. in-12.


VII

La reine Marie Leczinska ne fut peut-être pas une bibliophile, bien que
cette honnête passion eût pu adoucir les amertumes que lui causèrent les
amours de Louis XV et la faveur de Mesdemoiselles de Nesle et de Mme de
Pompadour; mais elle aimait la lecture, et les lettres n'étaient pas
chose étrangère dans le cercle intime d'amis qu'elle s'était formé, et
où l'on distinguait la duchesse de Luynes, née Marie Brulart, l'aimable
président Hénault, Fontenelle, Moncrif. «Le respect qu'elle inspire, a
dit d'elle Mme du Deffand, tient plus à ses vertus qu'à sa dignité; elle
n'interdit ni ne refroidit point l'âme et les sens. On a toute la liberté
de son esprit avec elle: on le doit à la pénétration et à la délicatesse
du sien; elle entend si promptement et si finement, qu'il est facile de
lui communiquer toutes les idées qu'on veut sans s'écarter de la
circonspection que son rang exige.» La bibliothèque de cette princesse
était peu nombreuse, mais d'un choix sévère. Les livres avaient été
reliés par Padeloup; la plupart sont conservés à la Bibliothèque
nationale.

Avec Mesdames de France, filles de Louis XV et de Marie Leczinska, nous
sommes au contraire en pleine bibliophilie. Mesdames, et sous ce nom nous
désignons seulement Madame Adélaïde, née le 23 mars 1732, Madame
Victoire, née le 11 mai 1733, Madame Sophie, née le 27 juillet 1734,
laissant de côté Madame Elisabeth, l'aînée, qui devint duchesse de Parme,
Madame Henriette, sa sœur jumelle, morte de bonne heure, en 1752, et
Madame Louise, la dernière des filles de Louis XV, entrée en religion du
vivant même de son père. Mesdames, disons-nous, étaient toutes, comme
leurs autres sœurs, instruites, intelligentes, pieuses, et portées à
aimer le bien. Elles avaient eu pour gouvernante la vieille duchesse de
Ventadour, qui avait rempli les mêmes fonctions près de Louis XV, ou
plutôt la duchesse de Talard, qui eut cette charge en survivance, et Mmes
de La Lande, de Villefort et du Muy pour sous-gouvernantes. L'éducation
de Mesdames Elisabeth, Henriette et Adélaïde seules se fit à la cour; les
autres filles de Louis XV furent élevées à l'abbaye de Fontevrault, où,
en 1738, elles furent envoyées et placées sous la direction de l'abbesse,
Louise de Rochechouart-Mortemart, femme de haute vertu et de grand
mérite.

Madame Victoire n'en revint qu'en 1748, Mesdames Sophie et Louise en
1750. L'on peut dire que ce fut alors seulement que se fit leur véritable
éducation. Le roi leur donna un excellent précepteur, M. Hardion, de
l'Académie française. «Cet aimable et savant homme passait une heure avec
chacune des trois sœurs, dit M. Ed. de Barthélemy, leur faisant des
cours d'histoire et même de philosophie, d'après lesquels elles
rédigeaient des extraits.» Il leur apprit également plusieurs langues,
même le grec, et les avança assez dans l'étude des belles-lettres.
Grandes liseuses, «elles faisaient, dit le duc de Luynes, des entreprises
de grandes lectures dont elles venaient à bout.» Sur l'invitation de
Madame Adélaïde, M. Hardion composa même pour cette princesse une
_Histoire universelle sacrée et profane_, en 20 vol. in-12. L'on sait que
c'est par elles que Beaumarchais, qui leur fut comme un maître de
musique, se poussa d'abord dans le monde.

Mme Campan, qui avait été leur lectrice, nous a laissé d'elles, dans ses
_Mémoires_, un portrait qui doit-être vrai, car on n'y remarque aucune
flatterie: «Quand Mesdames encore fort jeunes, dit-elle, furent revenues
à la cour....., elles se livrèrent avec ardeur à l'étude, et y
consacrèrent presque tout leur temps; elles parvinrent à écrire
correctement le français et à savoir très bien l'histoire. Madame
Adélaïde, surtout, eut un désir immodéré d'apprendre; elle apprit à jouer
de tous les instrumens de musique, depuis le cor, (me croira-t-on?),
jusqu'à la guimbarde. L'italien, l'anglais, les hautes mathématiques, le
tour, l'horlogerie, occupèrent successivement les loisirs de ces
princesses. Madame Adélaïde avait eu un moment une figure charmante;
mais jamais beauté n'a disparu si promptement que la sienne. Madame
Victoire était belle et très gracieuse; son accueil, son regard, son
sourire étaient parfaitement d'accord avec la bonté de son âme. Madame
Sophie était d'une rare laideur... On assurait qu'elle montrait de
l'esprit, et même de l'amabilité dans la société de quelques dames
préférées; elle s'instruisait beaucoup, mais elle lisait seule; la
présence d'une lectrice l'eût infiniment gênée.» Madame Louise, celle qui
se fit religieuse à Saint-Denis, était plus passionnée encore que ses
autres sœurs pour la lecture. Mme Campan la lui faisait cinq heures par
jour; et comme ce n'était pas sans fatigue, la princesse lui préparait
elle-même de l'eau sucrée, et s'excusait «de la faire lire si longtemps
sur la nécessité d'achever un cours de lecture qu'elle s'était prescrit.»


Chacune d'elles avait les livres de sa bibliothèque, aux mêmes armes,
c'est-à-dire _de France_, dans un écu en losange surmonté d'une couronne
ducale. Seulement leurs livres différaient ordinairement par la couleur
de la reliure: ceux de Mme Adélaïde étaient en maroquin rouge; ceux de
Mme Sophie, en maroquin citron; ceux de Mme Victoire, en maroquin vert.
Nous possédons les catalogues manuscrits de ces bibliothèques. En tête du
_Catalogue des livres qui forment la bibliothèque de Madame Victoire_,
1789, (Bibliothèque de l'Arsenal, manuscrit no 6274), on lit cet avis:

   Les livres de Madame Victoire occupent deux pièces dans le fond
   de son appartement, savoir: une au rez-de-chaussée contient deux
   corps d'armoires, dont six à droite, en regardant sur la
   terrasse, et seulement cinq à gauche, la sixième étant coupée à
   moitié par la porte d'entrée et formant une petite armoire
   séparée. Entre les deux corps, au fond de la dite pièce, est une
   armoire vitrée en glace au tain, laquelle renferme les livres
   Italiens et Espagnols. Les livres sont distribués sur huit rangs
   de tablettes, et, autant qu'on l'a pu, suivant l'ordre
   alphabétique. Les grands formats, considérés comme base, occupent
   les premières tablettes en bas, et les autres en montant de bas
   en haut. L'entresolle contient aussi deux corps de tablettes de
   huit chacun, et les livres y sont distribués suivant le même
   ordre et les lettres correspondantes.

Ce catalogue forme 274 feuillets in-folio. Un second, rédigé en 1777,
(Bibliothèque de l'Arsenal, manuscrit no 6275), comprend 121 pages. Le
«_Catalogue des livres de la bibliothèque de Madame Adélaïde, 1786_»,
forme un volume in-folio, relié en maroquin rouge, dentelle, timbré de
ses armes, de 425 pages, dont 37 pour la philosophie et la jurisprudence,
30 pour les arts et sciences, 36 pour la poésie, et 63 pour l'histoire
(Bibliothèque de l'Arsenal, manuscrit no 6277). En tête se voit un
portrait à l'aquarelle de la princesse représentée en Minerve, assise
devant un bureau. Un quatrième catalogue porte ce titre: _Catalogue de la
bibliothèque de Mesdames à Bellevue_, 1789 (Bibl. de l'Arsenal, ms. no
6276).


VIII

La reine Marie-Antoinette eut plusieurs bibliothèques: une à Trianon,
dont le catalogue a été publié, par Louis Lacour, sous le titre: _Livre
du boudoir de la reine Marie-Antoinette_, Paris, Gay, 1862, in-16. Un
inventaire de cette même bibliothèque, dressé par ordre de la Convention,
a été publié, d'après le manuscrit de la Bibliothèque de l'Arsenal, par
Paul Lacroix sous ce titre: _Bibliothèque de la reine Marie-Antoinette au
petit Trianon_. Les livres en furent déposés, en 1800, à la Bibliothèque
publique de Versailles, et les doubles vendus, en vertu d'une
délibération du Conseil Municipal de cette ville. Un autre catalogue
manuscrit en existe à la Bibliothèque nationale.

L'autre bibliothèque de Marie-Antoinette était aux Tuileries. Les livres
en portaient, presque tous, soit au dos, soit sur les plats, au bas des
armes, les initiales couronnées C. T. Ils furent transportés, en 1793, à
la Bibliothèque nationale, où ils sont aujourd'hui.

Le catalogue en avait été dressé. Il forme un volume manuscrit, conservé
à la Bibliothèque nationale, sous le no 13001, du fonds français. Il
comprend 146 pages in-4º, relié en veau brun marbré, fil. Les armes, aux
deux écussons accolés de France et d'Autriche surmontés de la couronne
royale, ont été grattées. Sur le titre intérieur: _Catalogue des livres
de la Reine_, les mots _la Reine_ ont été grattés. Dans une espèce
d'avertissement placé au commencement de ce catalogue, on lit:

   Le catalogue suivant n'a d'autre objet que de procurer [à la
   Reine] la facilité de mettre le doigt sur chaque livre sans être
   obligé de les chercher. J'en écarterai donc toutes les divisions
   et subdivisions qui pourraient l'embarrasser. Il s'agit
   simplement de guider ses yeux.

On y trouve de précieux renseignements sur la manière dont la
bibliothèque de la reine était disposée.

   Son cabinet de livres, y lit-on, est composé de dix armoires
   séparées chacune par une cloison, et chaque armoire contient huit
   tablettes ou rayons. Chaque armoire est marquée par une lettre de
   l'alphabet à commencer par celle que Sa Majesté a à sa main
   gauche en passant la porte par laquelle elle va de sa chambre
   dans sa bibliothèque. Cette armoire est désignée par la lettre A.
   Celle qui se trouve à droite de la même porte est l'armoire B, et
   ainsi de suite en faisant le tour jusqu'à la lettre K.

Ce catalogue est divisé en deux parties, la première où les livres sont
inscrits par ordre de matière, la seconde par ordre alphabétique. Nous
voyons que les divisions de l'ordre par matière avaient été faites par
le roi lui-même. «Pour ces divisions, lisons-nous, on a suivi celles que
le roi a indiquées lui-même, en faisant le premier arrangement des livres
qui a épargné au bibliothécaire plus de la moitié de son travail.»

Les divisions sont au nombre de quatre: Religion, Histoire, Arts,
Belles-Lettres.

La division de la Religion comprenait d'abord 53 articles, qui, plus
tard, ont été portés à 69; l'Histoire, 140; les Sciences et Arts, 60; les
Belles-Lettres, 93. Dans cette dernière division nous remarquons:

   _Les Femmes illustres_, de Scudéry, ms. in-fol.; _les Principales
   aventures de don Quichotte_, représentées en 31 figures par
   Coypel, Picart, in-fol.; _la Princesse de Clèves, Zaïde_, par Mme
   de La Fayette; _les Aventures de Télémaque_; _les Mémoires du
   chevalier de Grammont_, par Hamilton; _Gil Blas_, de Le Sage;
   _les Contes Moraux_, de Marmontel; de l'abbé Prévost, ses
   _Mémoires pour servir à l'histoire de la vertu_; presque tous les
   romans de Mme Riccoboni: _Fanny Butler_, _Miss Jenny_, _Juliette
   Catesby_, _la comtesse de Sancerre_, _Histoire du marquis de
   Cressy_; de Richardson, _Clarisse_, _Grandisson_; de Fielding,
   _Tomes Jones_, _Amélie_; _Gulliver_, de Swift; _Robinson Crusoé_;
   _les Contes de fées_ de Mme d'Aulnoy; tous nos écrivains de
   théâtre, et la traduction de Shakespeare par Letourneur.

Il faut rapprocher de Marie-Antoinette, sa belle sœur, Madame Elisabeth,
unie avec la reine de France dans la même tragique destinée. De dix ans
plus jeune que Louis XVI, dernière des cinq enfants du Dauphin et de la
princesse Josèphe de Saxe, Madame Elisabeth avait reçu une éducation
sévère, sous la surveillance de la comtesse de Marsan, gouvernante des
Enfants de France, et surtout de la baronne de Mackau, sous-gouvernante.
C'est à leurs soins patients que fut due la transformation qui eut lieu
dans le caractère de la jeune princesse, née emportée et violente: ce
fut une répétition de ce qu'autrefois Fénelon avait fait pour le duc de
Bourgogne. Et l'on ne peut s'empêcher de penser qu'en réformant ainsi la
nature, l'éducation n'ait contribué à affaiblir dans les derniers
Bourbons une énergie que les circonstances politiques allaient rendre si
nécessaire. Moins vertueux, Louis XVI eut sans doute été un meilleur roi.
Toutefois il est juste de dire, en ce qui concerne Madame Elisabeth, que
si l'éducation en fit la plus vertueuse des princesses, elle laissa
subsister en elle une énergie qu'on aurait souhaitée à son frère. Elle
reçut de Guillaume Le Blond des leçons d'histoire et de géographie,
suivit même assidûment les cours de physique de l'abbé Nollet. Le Dr Le
Monnier, médecin des Enfants de France, et le Dr Dassy lui apprirent la
botanique, dans les longues excursions qu'ils faisaient avec elle dans la
forêt de Fontainebleau pendant les séjours de la cour dans cette
résidence royale. La fille de la célèbre Mme Geoffrin, la marquise de la
Ferté-Imbault, lui avait donné un goût très vif pour Plutarque, en
composant pour elle une analyse des _Vies des hommes illustres_.

Devenue, à quatorze ans (1778), maîtresse de ses actions, elle s'était
arrangé dans sa maison de Montreuil, près de Versailles, une vie toute
d'étude et de charité pratique. Elle a pour «secrétaire ordinaire et de
cabinet, Chamfort l'académicien; pour page, ce jeune Adalbert de Chamisso
de Boncourt, que l'émigration jettera en Allemagne, et qui écrira plus
tard le roman de _Pierre Schlemihl_ (1814). Madame Elisabeth aima les
livres; ceux de sa bibliothèque étaient élégamment reliés, timbrés d'un
écusson en losange aux armes de France, surmonté d'une couronne ducale.
La Bibliothèque de l'Arsenal en possède un, _l'Office de
Saint-Symphorien_, qui rappelle les habitudes pieuses de la jeune
princesse, et qui a dû l'accompagner bien souvent dans ses visites à sa
paroisse. Cette église de Saint-Symphorien était celle de Montreuil:
église très simple, assez laide, au style de temple grec, surmontée d'une
sorte de pigeonnier carré, où sonnait une unique cloche, dont Madame
Elisabeth avait été la marraine. Comme la maison de Montreuil n'avait pas
de chapelle, la princesse s'y rendait à pied par les ruelles, souvent
«par une crotte indigne», car l'accès en était difficile aux carrosses.
C'est à propos de cette église qu'elle écrivait à Mme de Raigecourt, le
lundi de Pâques: «J'ai l'air d'une vraie campagnarde: c'est que je suis à
Montreuil depuis midi. J'ai été à vêpres à la paroisse. Elles sont aussi
longues que l'année dernière, et ton cher vicaire chante _O Filii_ d'une
manière aussi agréable. Des Essarts a pensé éclater, et moi de même.»

Les seules fêtes de la résidence de Montreuil, nous ne voulons pas dire
le château, étaient celles de l'étude et de l'amitié. Entre Mme de Mackau
et son vieux maître Le Monnier, qui tous deux avaient une habitation
voisine, la princesse passait des heures délicieuses. Le Monnier, raconte
Mme d'Armaillé, associait Madame Elisabeth à ses recherches de botanique
dans son jardin, à ses expériences de physique dans son cabinet. Le jeune
Chamisso y assistait souvent à la suite de la princesse, et il en acquit
des connaissances qui, plus tard, ne furent pas inutiles à sa carrière et
à sa réputation. Chez elle nous voyons souvent Madame Elisabeth occupée à
de vrais plaisirs de bibliophile. Plus d'une de ses matinées sont
occupées à ranger ses livres. «Ma bibliothèque est presque finie,
écrit-elle à Mme de Raigecourt, les tablettes se placent; tu n'imagines
pas quel joli effet font les livres.»


IX

Caroline de Bourbon, fille du roi François Ier, roi de Naples, qui, en
1816, à dix-huit ans épousa le duc de Berry, clôt dignement cette liste
des princesses de Bourbon bibliophiles. D'un esprit très vif, très
naturel, aimant les lettres et les arts, la duchesse de Berry, même après
l'assassinat de son mari, en 1820, resta la protectrice des artistes et
des gens de lettres. Sa collection de tableaux, et la collection de
livres qu'elle s'était formée au château de Rosny, furent également
célèbres. Les événements de 1830 les dispersèrent l'une et l'autre.

La bibliothèque du château de Rosny fut une des mieux choisies, des plus
élégantes, par ses exemplaires et par ses reliures, que l'on ait comptées
dans la première moitié de ce siècle. Les livres en étaient presque tous
timbrés sur le plat recto aux armes de la duchesse: _de France à la
bordure engrêlée de gueules qui est de Berry, accolé des Deux-Sicile_;
sur le plat verso, de son chiffre C couronné. La vente en eut lieu du 20
février au 23 mars 1837, dans la salle de la galerie de Bossange père,
rue de Richelieu 60. Le _Catalogue_[3], où figurent, sur la feuille de
titre, les armes de la Duchesse, très finement gravées en taille douce,
entourées de la cordelière des veuves et de deux branches de lis,
comprend 2,578 numéros pour les livres, et 74 pour les estampes. La
théologie y forme 141 articles, la jurisprudence 36, les sciences et arts
445, les belles-lettres 565, l'histoire 1,163, les manuscrits 86, les
lettres autographes 54.

  [3] Catalogue de la riche bibliothèque de Rosny, dans laquelle se
  trouvent les grands et beaux ouvrages à figures, tant anciens que
  modernes, publiés en France, en Angleterre, et en Italie, dont
  plusieurs sur peau de vélin, avec les dessins originaux
  (exemplaires uniques), une collection de quatre-vingt-dix
  manuscrits très précieux et de la plus haute antiquité, dont la
  vente aura lieu... par le ministère de Me Bataillard. _Paris,
  Bossange père, Techener et Bataillard_, in-8º de 264 pages. \#

L'auteur de la préface considère comme «superflu» l'éloge de cette
bibliothèque, où «chaque article annonce presque toujours le plus bel
exemplaire, enrichi de gravures, de portraits, ou d'une riche et élégante
reliure. Les manuscrits doivent exciter la curiosité à un très haut
degré. Depuis plus de 30 ans, ajoute-il, il ne s'était pas présenté de
collection aussi précieuse, sous le rapport de l'antiquité historique;
une grande partie de ces richesses ont été recueillies par le célèbre
Pithou.»

   Parmi les livres, on remarquait un _Rituel de l'Abbaye royale de
   Saint-Germain des Prés_, ms. sur vélin, pet. in-fol., offert à
   Anne d'Autriche dont il porte les armes; les _Roses_ représentées
   en 170 dessins originaux de Redouté, peintes sur peau vélin,
   renfermées en six portefeuilles gr. in-fol., qui avaient coûté
   trente mille francs; l'_Herbier de l'amateur_, par Mordant de
   Launoy et Loiseleur Des Longchamps, avec 526 dessins originaux
   de Bessa, sur beau vélin, en six étuis; la collection d'estampes,
   connue sous le nom de _Cabinet du roi_, 24 vol. in-fol., épreuves
   de choix et de la plus parfaite conservation; _Peintures Persanes
   et Mongoles_, représentant des costumes, rel. orientale; les
   _Poésies de Malherbe_, Didot, 1777, in-4º, exemplaire unique, sur
   vélin; une curieuse collection de romans du commencement du XIXe
   siècle, en éditions originales (330 numéros).

   Des manuscrits, nous mentionnerons seulement le _Code
   Théodosien_, ms. du VIe siècle, qu'une note de F. Pithou dit
   avoir servi à Cujas pour sa publication des Codes; le _Roman de
   la Rose_, ms. sur vélin, du XIIIe siècle; le _Roman de Gaides_,
   en vers, ms. de la fin du XIIIe siècle.

Dans un tome des _Œconomies Royales_ de Sully, édition originale
imprimée à Sully, se trouvait cette note de la main de la duchesse de
Berry:

   Le procédé de la Cour a certainement quelque chose de bien
   singulier. Ce serait un mystère absolument incompréhensible si
   l'on ne sçavait dans quelles variations est capable de se jetter
   un prince livré à l'irrésolution, à la timidité et à la paresse.
   En matière d'Etat rien n'est pire que cet esprit d'indécision. Il
   ne faut, dans les conjonctures difficiles, tout abandonner ni
   tout refuser au hasard, mais après avoir choisi un but par les
   réflexions sages et froides, il faut que toutes les démarches
   qu'on fait décident à y parvenir.

   Le défaut de tous les esprits qui n'ont jamais embrassé que de
   petites et frivoles intrigues et, en général, de tous ceux qui
   ont plus de vivacité que de jugement, est de se représenter ce
   qui est proche de manière à s'en laisser éblouir, et de ne voir
   ce qui est loin qu'au travers d'un nuage.

Quelques livres, ayant appartenu à sa fille, Louise-Marie-Thérèse
d'Artois, née en 1819, appelée jusqu'en 1830 Mademoiselle, et mariée, en
1845, à Charles III, duc de Parme, étaient timbrés de l'écusson en
losange: _de France, à la bordure crénelée de gueules_.

Quelques années avant la mort de la duchesse en 1870, eut lieu une
seconde vente de manuscrits lui ayant appartenu.[4] Cette collection
avait été distraite de la première, et ne comprenait que 35 articles. La
vente produisit 98,075. Un seul _Livre d'heures_ fut adjugé au prix de
60,000 francs pour le Musée des Souverains.

  [4] _Catalogue des manuscrits très précieux des XIIIe et XVIIe
  siècles composant la collection de Mme la duchesse de B***_ (par
  M. Paul Meyer), _dont la vente aura lieu le mardi 22 mars 1864_;
  Paris, in-8, de 36 pp.


X

Le temps et plus encore les révolutions, ont détruit ou dispersé ces
richesses. Ce qui en reste dans nos grands dépôts littéraires est, sauf
un petit nombre, comme noyé et perdu dans la foule des livres vulgaires.
Il est cependant un lieu privilégié, où l'on peut encore se faire une
idée de ces belles collections royales, dont les débris sont aussi
précieux par les souvenirs historiques qui s'y rattachent que pour
l'histoire de cet art de la reliure qui atteignit en France une si
admirable perfection. Nous voulons parler de Versailles. C'est à la
bibliothèque de la ville de Versailles, si heureusement installée dans
l'ancien Hôtel du Dépôt des papiers de la guerre, de la marine et des
affaires étrangères, bâti de 1761 à 1762 par le père du maréchal
Berthier, qu'il faut aller pour avoir une idée de ce que pouvaient être
les collections littéraires des princes de la maison de France. Cette
Bibliothèque, en effet, est en grande partie composée des bibliothèques
privées du Roi, des princes et princesses de la famille royale, qui se
trouvaient dans les appartements du château à l'époque de la Révolution.


  [Illustration: deco]


  [Illustration: deco]


    AVANT-PROPOS               I
    ROIS ET PRINCES            1
    REINES ET PRINCESSES      63

  [Illustration: deco]


  [Illustration: deco]

    _Achevé d'imprimer_
    Le huit juillet mil neuf-cent-un
    PAR
    FRÉDÉRIC EMPAYTAZ
    _A VENDOME_

  [Illustration: deco]


  Collection du Bibliophile Parisien
  OUVRAGES PARUS:
  Les Mystifications de Caillot-Duval
  par =LOREDAN-LARCHEY=
  _Choix de ses lettres les plus amusantes avec les réponses de ses
  victimes_

  1 vol. in-18 tiré à 375 exemplaires numérotés et signés

     10 ex. Japon imp. de Tokio       (A à J)     =10= fr.
      5 ex. Chine                     (K à O)      =8= fr.
     10 ex. Hol. de Van Gelder Zonen  (P à Y)      =6= fr.
    350 ex. sur bel alfa vergé        (1 à 350)    =4= fr.


  LA SEINE ET LES QUAIS
  _Promenades d'un Bibliophile_
  Par =Gabriel HANOTAUX= de l'Académie Française
  1 vol. in-18 avec une eau-forte de =A. Robida=
  Tiré à 375 exemplaires--_Tous les exemplaires de luxe sont
  souscrits.

  Il ne reste que quelques exemplaires sur alfa vergé à =5= fr._


  Petit Essai de =Bibliothérapeutique=
  _ou l'Art de soigner et restaurer les livres vieux ou malades_
  par =R. YVE-PLESSIS=
  1 vol. in-18, tiré à 250 exemplaires numérotés et signés
  _L'édition est entièrement épuisée_


  Bibliographe raisonnée de l'Argot et de la langue Verte
  en France du XVe au XXe siècle
  par =R. YVE-PLESSIS=
  Préface de =Gaston Esnault=
  Illustré de 8 planches hors texte.
  1 vol. in-8º, tiré à 275 exemplaires numérotés et signés

     10 ex. Jap. imp. de Tokio     (A à J)    =20= fr.
      5 ex. Chine                  (K à O)    _épuisés_
     10 ex. Hol. Van Gelder Zonen  (P à Y)    _épuisés_
    250 ex. sur alfa vergé         (1 à 250)  _épuisés_


  EN PRÉPARATION dans la même COLLECTION:
  Clavel d'Haurimonts
  _Un ancêtre des poètes montmartrois_
  par =Virgile JOSZ=
  1 volume in-18, tiré à 375 exemplaires, numérotés et signés =4= fr.


  Bibliographie de la Presse Parisienne
  _A LA FIN DU SECOND EMPIRE_
  par =Maurice TOURNEUX=
  _Illustré de 8 planches hors texte_
  1 vol. in-8°, tiré à 375 exemplaires numérotés et signés

     10 ex.  Jap. imp. de Tokio    (A à I)    =20= 00 fr.
      5 ex. Chine                 (K à O)     =15= 00 fr.
     10 ex. Hol. Van Gelder Zonen (P à Y)     =12= 00 fr.
    350 ex. sur alfa vergé        (1 à 350)    =7= 50 fr.


  MONTMARTRE et ses CHANSONS
  Poètes et Chansonniers - Cabarets et Théâtricules
  par =Léon de BERCY=
  _illustré de 4 planches hors texte_
  1 vol. in-18, tiré à 375 exemplaires numérotés et signés

     10 ex. Japon impérial        (A à S)    =10= fr.
      5 ex. Chine                 (K à O)     =8= fr.
     10 ex. Hol. Van Gelder Zonen (P à Y)     =6= fr.
    350 ex. sur bel alfa vergé    (1 à 350)   =4= fr.


  LE RESPECT DES LIVRES
  _MEMENTO DU BIBLIOPHILE_
  par =R. YVE-PLESSIS=
  _Avec un frontispice en couleur_
  1 vol. in-18, tiré à exemplaires numérotés et signés =4= fr.


  _Pour paraître incessamment, le 1er volume de la_
  Bibliothèque du Vieux Paris
  _On peut souscrire à tous les volumes à paraître en ces
  collections_

    Imp. A. Gautherin Paris





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les Bourbons bibliophiles - Rois & Princes, Reines & Princesses" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home