Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: La Femme doit-elle voter ? Le pour et le contre - Thèse pour le doctorat ès sciences politiques et économiques
Author: Ginestou, Joseph
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La Femme doit-elle voter ? Le pour et le contre - Thèse pour le doctorat ès sciences politiques et économiques" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



produced from images generously made available by The
Internet Archive/Canadian Libraries)



  Au lecteur.

  Ce livre électronique reproduit intégralement le texte original,
  et l'orthographe d'origine a été conservée et n'a pas été harmonisée.
  Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
  corrigées. La liste de ces corrections se trouve à la fin du texte.

  Cependant, la ponctuation et les erreurs d'accent ont été
  tacitement corrigées.



LA FEMME DOIT-ELLE VOTER?

(LE POUR ET LE CONTRE)



    UNIVERSITÉ DE MONTPELLIER

    FACULTÉ DE DROIT


    La Femme doit-elle voter?

    (Le Pour et le Contre)


    THÈSE
    pour le Doctorat ès Sciences politiques et économiques


    PAR

    Joseph GINESTOU


    MONTPELLIER

    IMPRIMERIE GROLLIER, ALFRED DUPUY, SUCCESSEUR
    7, Boulevard du Peyrou

    1910



UNIVERSITÉ DE MONTPELLIER

FACULTÉ DE DROIT


   MM. VIGIÉ, Doyen, professeur de Droit civil, chargé du cours
     d'Enregistrement.

   BRÉMOND, Assesseur, professeur de Droit administratif.

   GLAIZE, professeur honoraire.

   LABORDE, professeur de Droit criminel, chargé du cours de
     Législation et Économie industrielles.

   CHARMONT, professeur de Droit civil.

   CHAUSSE, professeur de Droit romain.

   VALÉRY, professeur de Droit commercial, chargé du cours de Droit
     international privé.

   PERREAU, professeur de Procédure civile.

   MARGAT, professeur de Droit civil.

   MOYE, professeur de Droit international public.

   RIST, professeur d'Économie politique.

   BARTHÉLEMY, agrégé, chargé d'un cours de Droit constitutionnel.

   GIFFARD, agrégé, chargé d'un cours d'Histoire du Droit.

   MORIN, agrégé, chargé d'un cours de Droit civil approfondi.

   BRIDREY, agrégé, chargé d'un cours de Droit romain.

   NOGARO, agrégé, chargé d'un cours d'Economie politique.

   ROCHETTE, secrétaire.


MEMBRES DU JURY

    MM. BRÉMOND, _Président_.
        MOYE,       }
        BARTHÉLEMY, } _Assesseurs_.


La Faculté n'entend donner aucune approbation ni improbation
aux opinions émises dans les thèses; ces opinions doivent être
considérées comme propres à leurs auteurs.



    A LA MÉMOIRE DE MON PÈRE

    A MA MÈRE

    MEIS ET AMICIS



INTRODUCTION


La question du Suffrage des femmes qui, jusqu'à nos jours, n'avait
eu en France que les honneurs d'une presse inconnue du public, les
journaux féministes, ou n'avait été dans son ensemble qu'un pur
mouvement littéraire, vient de prendre, grâce aux excentricités
retentissantes des suffragettes anglaises et aux réclamations plus
calmes et plus sensées des françaises, une importance qu'il serait
peut-être téméraire de vouloir dissimuler.

De tous côtés, dans les journaux, les revues, en librairie, au
théâtre, dans les conférences, le féminisme est le sujet pour ainsi
dire obligatoire, la dernière nouveauté, l'inédit. Les hommes
féministes, sans souci de leur dédoublement, comme les Hervieu,
les Jules Bois, les Sembat, les Marguerite, ne craignent pas
d'apporter à cette cause l'appui de leur haute compétence et de nous
présenter, telle qu'ils la rêvent, la femme de demain: l'égale de
l'homme. Au Sénat, des hommes éminents se font les porte-drapeaux des
revendications du sexe faible; à la Chambre, de véritables discours
féministes sont prononcés. Le cabinet de M. Briand, président du
Conseil, s'ouvre devant Mme Schmall, une des plus sympathiques
représentantes de ce grand mouvement. M. Fallières, président de la
République, n'hésite nullement à proclamer ses sympathies pour les
Eves nouvelles. En un mot, le féminisme est à l'ordre du jour. C'est
une Révolution, comme on l'a dit, mais une Révolution sans R.

La bataille est engagée. D'un côté, quelques femmes convaincues
et sincères dont l'idéal est de devenir des hommes; de l'autre,
un public indifférent, ne connaissant la question que par les
caricatures, les calembours et les plaisanteries des journalistes,
riant de l'étrangeté paradoxale de ces prétentions et, bonhomme,
acceptant, ironique et amusé, ce tournoi du divorce des sexes.

L'attaque est alertement menée par les suffragettes, soutenues
parfois par des hommes au talent incontestable. Impassible, Monsieur
Tout-le-Monde assiste à cette lutte sinon imprévue, du moins étrange.

Parfois des mots cruels traversent le champ de bataille des journaux,
des livres, des revues ou des salles de conférence:

«Les féministes sont les laissés pour compte de l'amour»[1].

  [1] Rey.

«La femme est un moyen terme entre l'homme et l'animal»[2].

  [2] Proud'hon.

«La famille a un vote; si elle en avait deux, elle périrait»[3].

  [3] Jules Simon: _La liberté civile_.

Exaltée et vibrante d'espoir, une réponse féministe essaie de
regagner la partie souvent compromise:

«Il ne faut pas désespérer du monde si les femmes obtiennent le droit
de suffrage»[4].

  [4] Mgr Ireland: Conférence faite à Paris. _Journal des Débats_,
  20 juin 1891.

«Dénier au sexe féminin le droit de suffrage, c'est lui refuser le
droit de légitime défense»[5].

  [5] Turgeon: _Le féminisme français_.

Notre intention n'est point, certes, d'endiguer les flots tumultueux
de cette houle féministe; l'œuvre serait trop grande et l'auteur...
trop petit. De même d'apporter au camp des révolutionnaires en
dentelles, malgré tout l'attrait qu'elles nous inspirent, le secours
d'une plume si peu autorisée et inconnue.

Nous nous bornerons simplement à être les spectateurs de cette lutte
nouvelle et de ce pénible travail de désexualisation. Impartialement,
nous compterons les coups; nous enregistrerons les défaites sans
rancœur, nous soulignerons les victoires avec modestie. Dans cette
thèse, nous examinerons de prime abord l'acteur principal de la
question: «la femme». Nous donnerons ensuite les raisons qui militent
en faveur de leur plaidoyer pour l'obtention des droits politiques;
malgré toute notre galanterie, nous exposerons enfin celles qui leur
sont défavorables.

Et si, nouveau révolutionnaire, nous laissons parfois entrevoir dans
le courant de la discussion des sentiments féministes, que les hommes
nous pardonnent!

Mais si, par contre, partisan du bon vieux temps, malgré tout l'amour
et le respect que nous avons pour la femme, nous émettons des
opinions contraires à leurs revendications viriles, qu'elles nous
pardonnent aussi.

Avouerons-nous humblement, Mesdames, que ce pardon, si léger soit-il,
nous sommes sûr de ne jamais l'obtenir!



PREMIÈRE PARTIE



CHAPITRE PREMIER

LA PLACE DE LA FEMME DANS LA SOCIÉTÉ A TRAVERS LES AGES QUELQUES
APPRÉCIATIONS


Il est en ce moment-ci un être qui ne cesse de gémir et de se
lamenter sur son sort. Nous avons nommé la femme. Et parmi ses
lamentations, il en est une qui par sa persistance et son opiniâtreté
a su attirer l'attention sur le sexe féminin; c'est la complainte du
suffrage.

Ces dames veulent à tout prix avoir le droit et l'honneur de déposer
elles-mêmes dans l'urne un bulletin de vote.

Avant d'accéder à leur désir et de satisfaire leur amour-propre
chatouilleux, examinons la place occupée par la femme à travers les
âges et comment elle fut appréciée.

La femme, c'est ce grand point d'interrogation éternellement suspendu
sur nos têtes, c'est un cœur derrière lequel il se passe toujours
quelque chose, et depuis que le monde est monde, un seul jour ne
s'est levé sans que dans l'univers un homme de bon sens ne se soit
demandé quelle était cette étrange petite créature! Depuis sa
création, les hommes sont là, attendant vainement celui qui leur dira
la clef de cette énigme parfois si amusante et si douce, parfois si
cruelle et si terrible, mais néanmoins toujours troublante! Qui dira
ce qu'elle a engendré de beauté, de force et de vie, mais par contre
ce qu'elle a fait naître de tristesses, d'amertumes et de douleurs.

Dans les civilisations antiques, la femme nous apparaît comme étant
l'esclave de l'homme. Les Grecs l'enfermèrent jalousement, ne lui
donnant aucune éducation et la considérant comme un simple objet de
luxe.

Rome fit d'elle une perpétuelle déchue, et malgré la gloire qui
rejaillit sur la femme avec les noms d'Aggrypine, de Lucrèce et de
Cornélie, la conserva dans un état d'abaissement constant.

Le catholicisme, dans sa toute bonté compatissante, releva le front
de l'éternelle serve, mais ne changea guère au point de vue social et
moral la domination de l'homme sur elle. Avec le Moyen-âge, la femme
fut idéalisée; elle devint la Grande Inspiratrice, le stimulant et le
but de toute activité. «Plus que Poète, elle est la Poésie», comme
le dit Lamartine. La Renaissance commence à diminuer la femme comme
être moral. Sous la Révolution, elle relève la tête, et Victor Hugo
s'écrie plus tard: «Le XIXe siècle a proclamé les droits de l'homme,
le XXe siècle proclamera ceux de la femme».

Parmi les appréciations portées sur elle, il en est quelques-unes qui
par leur piquant, leur humour et surtout leur cruelle vérité méritent
d'être citées:

«Souveraine peste, s'écrie Jean Crysostome, c'est par toi que le
diable a triomphé de notre premier père»[6].

  [6] _Entretien_, XXIV.

«J'ai trouvé la femme plus amère que la mort, elle est semblable au
filet des chasseurs»[7].

  [7] L'_Ecclésiaste_.

Saint Thomas, très irrévérencieusement, la baptise: «Être accidentel
et manqué».

Les lois de Manou, dans leur éternelle sagesse et leur naïveté
poétique, nous la représentent comme une esclave: «Une femme ne doit
jamais se gouverner à sa guise»[8].

  [8] Manou: Livre V.

«Il faut se défier d'elle, parce que la nature du sexe féminin est de
chercher ici-bas à corrompre les hommes»[9].

  [9] Manou: Livre I.

«La femme peut en ce monde écarter du droit chemin non seulement
l'insensé mais aussi l'homme pourvu d'expérience»[10].

  [10] Manou: Livre I.

Tel compare la voix de la femme au sifflement du serpent et leur
langue au dard du scorpion!

Saint Paul nous dit: «Le mari est le chef de la femme.»

L'antiquité fut sans pitié pour elle. Tertullien ne désirait qu'une
chose, «que la femme cachât son visage, toujours et partout.» «Femme,
tu es la porte du diable; c'est toi qui as persuadé celui que le
diable n'osait attaquer en face; c'est à cause de toi que le Fils
de Dieu a dû mourir. Tu devrais t'en aller en haillons et en deuil,
offrant aux regards des yeux pleins de larmes de repentir pour faire
oublier que tu as perdu le genre humain»[11].

  [11] Tertullien: _Traité de l'Ornement des femmes_.

Saint Antoine l'appelait «le Diable en personne»; saint Bonaventure
«un scorpion toujours prêt à piquer»; saint Jean de Damas «un affreux
ténia qui a son siège dans le cœur de l'homme.»

Les expressions les plus cruelles lui étaient destinées: «Fille de
mensonge, porte de l'enfer, vase d'impureté, larve du démon.»

Le Koran, dans ses versets enthousiastes, est parfois très dur pour
elle: «Attribuera-t-on à Dieu comme enfant un être qui grandit dans
les ornements et les parures et qui est toujours prêt à se disputer
sans raison»[12].

  [12] Koran, XVIII.

Aux yeux des Chinois, «la femme n'est qu'une machine à faire des
enfants. Quand elle est détraquée, on lui en adjoint une deuxième,
une troisième, suivant la fortune du mari»[13].

  [13] Docteur Martignon: _Revue d'anthropologie_, 1897.

Montaigne plaisamment se moque d'elles: «De bonnes, il n'en est point
à la douzaine»[14].

  [14] Montaigne: _Essais_, II.

Molière immortalise leurs défauts dans les _Précieuses ridicules_ et
les _Femmes savantes_. Les philosophes du XVIIIe siècle, Rousseau,
Montesquieu, etc., la considèrent simplement comme un instrument de
plaisir.

Mme de Sévigné, cependant délicieuse dans ses Lettres, se compare à
une bête de compagnie; Schopenhauer n'hésite pas à écrire: «C'est
un animal qu'il faut battre, bien nourrir et enfermer»; tandis
qu'Alexandre Dumas, enveloppant son opinion sévère dans une phrase
poétique, nous dit: «La femme est la seule œuvre inachevée que Dieu
ait permis à l'homme de reprendre et de finir. C'est un ange de
rebus»[15]. Milton l'appelle: «Un beau défaut de la nature».

  [15] L'_Ami des femmes_.

Enfin, de nos jours, une Allemande au talent indiscutable, Mme
Boelhau, avait l'audace et la superbe franchise de répondre: «La
femme est une demi-Bête».

Voilà donc, très brièvement résumées, les opinions que l'on a
eues sur les femmes. Certes, la question n'est point résolue et
ce tableau aux larges coups de crayon, à l'emporte-pièce, ne nous
donne point la solution de cet éternel problème: qui est-elle? Il
permet cependant, malgré son pessimisme poussé à outrance, de se
faire une idée de ce petit être qui gémit et qui pleure en demandant
aujourd'hui sa part de gâteau politique et social. Que conclure?
Le mieux serait, semble-t-il, de s'abstenir. Certes, il existe
de par les livres enthousiastes et profondément féministes, des
expressions et des chapitres nous représentant la femme comme un être
supérieur et d'essence divine. Nous ne prendrons point parti dans ces
comparaisons, notre but ayant été simplement d'esquisser un léger
portrait de notre compagne. Et si maintenant, Mesdames, vous trouviez
ridicules et malsonnantes ces appréciations par trop réalistes,
mais cependant justes dans leur délicieuse concision, pour essayer
d'atténuer votre douleur et calmer votre dépit, disons avec le
grand Proudhon: «Non, toutes ces imprécations ne sont qu'un hommage
désespéré à votre éternelle beauté.»



CHAPITRE II

RAISONS POUR LESQUELLES LA FEMME DOIT VOTER


1re: La femme doit voter parce que la loi ne lui enlève point ce droit

«_Sont électeurs tous les Français âgés de 21 ans et jouissant de
leurs droits civils et politiques_».

Le suffrage universel, tel est le mode de vote de la nation
française. Mais existe-t-il vraiment dans toute la plénitude de sa
conception et malgré la merveilleuse et généreuse idée de cette
expression, n'y aurait-il pas un mirage trompeur faussant sa portée
et son fonctionnement?

Et tout d'abord, comme à toute règle, nous trouvons des exceptions.
Le Code, dans sa rigidité absolue, nous énumère les différentes
sortes d'incapables. Ce sont:

1º Les individus condamnés soit à des peines afflictives ou
infamantes, soit à des peines infamantes seulement (suit
l'énumération des diverses condamnations et peines);

2º Les interdits;

3º Les faillis non réhabilités dont la faillite a été déclarée soit
par les tribunaux français, soit par jugements rendus à l'étranger
mais exécutés en France (modifié par la loi du 31 décembre 1904). Loi
du 2 février 1852, modifiée par celle du 24 janvier 1859.

Ainsi, en dehors de cette énumération d'incapables, nous concluons,
anomalie étrange, qu'un citoyen, fût-il illettré, stupide, idiot,
parfait gredin ou malhonnête sans condamnation, demi-fou ou voleur
réhabilité, a le droit, au nom des lois de la République française,
de déposer dans l'urne son bulletin de vote.

Et la femme? Pourquoi l'assimiler à cette catégorie peu intéressante
d'individus: «Est incapable toute personne que la loi prive de
certains droits». Mais avons-nous un texte de loi autorisant à
affirmer que les femmes sont comprises parmi les incapables? Non.
Pourquoi alors établir contre elle une présomption d'incapacité?

Et ce fameux suffrage, dit légalement universel, n'est-il point alors
limité? La souveraineté, dit Turgeon, ne découle pas exclusivement
soit des hommes, soit des femmes, mais du peuple entier, de tous les
membres de la nation, de l'ensemble des hommes et des femmes. D'un
mot, elle est bisexuelle. Cela étant, la conclusion s'impose: tous
souverains, tous électeurs.

L'élégante place réservée à la femme entre un failli ou un voleur! Et
cela au nom de quelle loi? au nom de quel texte?

«Aujourd'hui, la femme est moins encore que le gredin, que l'enfant,
que l'aliéné, car le fripon redevient citoyen à l'expiration de sa
peine, le mineur est capable au jour de sa majorité, l'aliéné en
recouvrant sa raison est restitué dans ses droits, tandis que la
femme, quelles que soient son intelligence, sa sagesse, ses vertus,
demeure toujours la condamnée, la proscrite, l'éternelle mineure, la
perpétuelle déchue»[16].

  [16] Franck: _Grand catéchisme de la femme_.

Incapable! «Quand je pense, s'écrie Alexandre Dumas fils, que Jeanne
d'Arc ne pourrait pas voter pour les conseillers municipaux de
Domrémy, dans ce beau pays de France qu'elle aurait sauvé»[17].

  [17] Lettre à Maria Chéliga: _Revue Encyclopédique_, 1885.

La discussion est certainement sérieuse et mérite qu'on pèse la
valeur des arguments pour ou contre. Il est exact qu'on ne trouve
pas dans le Code un texte refusant aux femmes le droit de voter. Il
est encore exact que la femme n'est point comprise dans la liste
des incapables. Mais ceux qui, obstinément, s'appuyant sur ces deux
constatations, sans vouloir un seul instant discuter, se bouchent les
oreilles et disent: La loi n'interdit pas aux femmes de voter..., le
mot citoyen signifie: personne des deux sexes..., donc la femme a le
droit de voter, ces gens-là raisonnent mal ou plutôt ne raisonnent
pas du tout.

Il n'y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Quiconque
prend un texte au pied de la lettre, sans le comprendre ou
l'approfondir, risque fort d'en altérer le sens et la portée. Voilà
pourquoi il s'est établi à côté du Code, parfois barbare dans sa
sécheresse brève et sa rigueur immuable, un courant parallèle qu'on
appelle la jurisprudence.

Cette jurisprudence, établie non point pour corriger la Loi, mais
simplement pour la rendre plus souple, plus malléable, éclaire à la
lueur des textes et principalement de la raison et du bon sens les
articles obscurs et sujets à discussion. Elle permet ainsi d'éviter
souvent de nombreuses erreurs, car n'oublions pas que les extrêmes se
touchent. Une justice extrêmement rigoureuse et toujours énergique ne
serait souvent que de l'injustice.

Que dire alors de l'interprétation de ce texte à l'aide de la
jurisprudence: «Sont électeurs tous les Français âgés de vingt et un
ans et jouissant de leurs droits civils et politiques»!

Le législateur a-t-il voulu donner aux femmes le droit de voter?
Non, certainement non. Nous avons tout d'abord pour nous les travaux
préparatoires; en second lieu le simple bon sens qui nous dit: Si
le législateur avait eu l'intention bien arrêtée de conférer au
sexe féminin le droit d'être électeur, il aurait nettement mis dans
l'article l'expression: «Française». Qui oserait soutenir que le mot
Français vise les personnes des deux sexes? Pourquoi jouer ainsi sur
les mots et leur accorder un sens que tout être intelligent se refuse
à leur reconnaître.

Nous avons enfin un arrêt de la Cour de Cassation sur l'affaire de
Mlle Barberousse qui, en 1885, invoquait l'universalité des lois
électorales, prétendant que le mot «Français» englobait les deux
sexes.

Cet arrêt faisant jurisprudence, nous nous faisons un plaisir de le
reproduire in extenso.

La Cour de Cassation, par arrêt du 5 mars 1885, rejeta le pourvoi:

«Attendu qu'aux termes de l'article 7 du Code civil, l'exercice des
droits civils est indépendant de la qualité de citoyen, laquelle
confère seule l'exercice des droits politiques et ne s'acquiert que
conformément à la loi constitutionnelle;

»Attendu que si les femmes jouissent des droits civils dans la mesure
déterminée par la loi, suivant qu'elles sont célibataires ou mariées,
aucune disposition constitutionnelle ou légale ne leur a conféré la
jouissance et par suite l'exercice des droits politiques;

»Attendu que la jouissance de ces derniers droits est une condition
essentielle de l'inscription sur les listes électorales;

»Attendu que la Constitution du 4 novembre 1848, en substituant
le régime du suffrage universel au régime du suffrage censitaire
ou restreint dont les femmes étaient exclues, n'a point étendu à
d'autres qu'aux citoyens du sexe masculin, qui jusqu'alors en
étaient seuls investis, le droit d'élire les représentants du pays
aux diverses fonctions électives établies par les constitutions
et par les lois; que cela résulte manifestement des lois du 11
mars 1849, 2 février 1852, 7 juillet 1874 et 5 avril 1884, mais
plus encore de leur esprit attesté par les travaux et discussions
qui les ont préparées et aussi par l'application ininterrompue et
jamais contestée qui en a été faite depuis l'institution du suffrage
universel, lors de la formation première ou de la révision annuelle
des listes électorales;

»D'où il suit qu'en déclarant que la demoiselle L. Barberousse ne
devait point être inscrite sur les listes électorales le jugement
attaqué, loin de violer les dispositions de la loi invoquée par le
pourvoi, en a fait juste application; rejette le pourvoi....»

L'arrêt est des plus clair: la question est nettement tranchée. Ce
n'est plus un texte sec et aride qu'on applique, c'est la discussion,
c'est l'interprétation, c'est la jurisprudence qui fait loi.
Concluons donc: légalement la femme n'a pas droit de voter!

Pourquoi? direz-vous, peut-être, Mesdames! Le législateur serait-il
infaillible! A cela nous n'osons répondre. Nous aimons mieux laisser
cette douce tâche au célèbre économiste M. Giddes, devant la
compétence duquel vous vous inclinerez certainement:

«C'est dans l'intérêt de l'ordre et des bonnes mœurs que tous
les législateurs ont d'un commun accord refusé à la femme toute
participation aux droits politiques. De tous temps, l'instinct des
peuples a senti que la femme en sortant de l'ombre et de la paix du
foyer pour s'exposer au grand jour et aux agitations de la place
publique, perdrait quelque chose du charme qu'elle exerce et du
respect dont elle est l'objet».

Mesdames les féministes, méditez longuement ces admirables lignes.
Il y va de votre charme, de votre beauté, de votre cœur, de votre
douceur et de votre esprit. Abandonnez ce rêve excentrique de la
femme électeur. Croyez-nous, le geste ne serait point élégant et
vous risqueriez fort de changer en un désert l'autel où tous vos
adorateurs viennent en foule se prosterner à vos pieds!


2e: La femme doit voter parce qu'elle est l'égale de l'homme

Le sexe constitue-t-il une infériorité ou une supériorité, selon
qu'il est mâle ou femelle? Non. La femme est l'égale de l'homme,
c'est-à-dire qu'entre ces deux créatures il n'existe aucune
différence, soit au point de vue physique, soit au point de vue
intellectuel et moral. Nous n'avons qu'un être subdivisé en deux
parties: l'homme et la femme. Ces deux parties sont identiques,
égales, se valent, et par conclusion auront les mêmes devoirs et
nécessairement les mêmes droits.

Examinons en premier lieu le côté scientifique.

La maternité n'est point, comme certains savants l'ont prétendu,
une des causes primordiales de l'état d'abaissement dans lequel la
femme est restée stationnaire. La maternité est une des fonctions
les plus belles et les plus sacrées qui donne à la femme son auréole
d'éternelle tendresse et nul ne songerait à prétendre sérieusement
qu'elle constitue à son égard une cause d'infériorité. Darwin,
Lombroso, le docteur Cleisz nous démontrent qu'elle n'oblige point la
femme de jouer un rôle social inférieur à celui de l'homme.

Si nous examinons le côté anthropologique, nous nous heurtons à des
discussions plus acharnées et plus vives. Les uns, se basant sur la
grandeur de la boîte cranienne et le poids du cerveau, soutiennent
que la femme est plus intelligente que l'homme. Le docteur Buchner
affirme que sous le rapport du poids, le cerveau féminin l'emporte
sur le cerveau masculin, par sa finesse, sa texture intime et la
délicatesse de chacune de ses parties[18].

  [18] _L'homme et la science_, p. 259.

Havelock Ellis démontre que l'homme ne possède aucune supériorité
relative en ce qui concerne l'ensemble du cerveau. S'il y a
supériorité, elle est du côté de la femme[19].

  [19] Etnographie, 1895.

M. Manouvrier nous fait toucher du doigt l'erreur dans laquelle
sont tombés les anthropologistes qui ont voulu voir, dans les 100
grammes de substance cérébrale que possède la femme, la preuve de son
infériorité[20].

  [20] _Revue socialiste_, 1908, Docteur Madeleine Pelletier.

Un curieux exemple de supériorité de la femme sur l'homme est donné
par Elisa Faarham. Elle affirme que si le serpent s'est adressé à
la première femme, c'est que celle-ci était évidemment supérieure à
l'homme. De même la postcréation de la femme lui donne à penser que
l'homme en a été l'ébauche.

L'anthropologie criminelle nous montre la femme moins sujette à
la maladie, moins érotique, moins criminelle. Lombroso, après de
nombreuses observations, conclut: «Les progrès de la civilisation
tendent à l'égalité des sexes»[21].

  [21] _La femme criminelle._

Au point de vue intellectuel, qui soutiendra que la femme, depuis
l'antiquité, n'a point produit des œuvres aussi fortes, aussi
puissantes que celles des hommes; n'a-t-elle point eu des figures
aussi nobles et aussi belles que les plus grandes illustrations
masculines? N'ont-elles point dans leur galerie: Jeanne d'Arc,
Charlotte Corday, Cécile Renault, Elisabeth d'Angleterre, Isabelle
Ier, Catherine II de Russie, Berthe de Bourgogne. Voici Clémence
Isaure, Marie de Gournay, Mme de la Fayette, Mme Deshoulières, Mme de
Sévigné, Mme de Staël, George Sand, la marquise de Châtelet, etc.,
etc. (Nous ne citons pas nos contemporaines de peur de froisser leur
modestie.)

La femme n'a-t-elle point eu d'illustres représentantes dans tous les
arts, dans toutes les sciences?

Pourquoi donc vouloir à tout prix qu'elle soit inférieure à l'homme?

Malgré ce faisceau de preuves et de noms, nous nous abstiendrons
de prendre position dans cette querelle, estimant, comme nous le
démontrerons tout à l'heure, qu'il n'y a pas lieu de rechercher si la
femme est égale, inférieure ou supérieure à l'homme. Pour répondre
à ces attaques, nous nous contenterons de résumer simplement les
réponses que l'on pourrait fournir.

Peu nous importe, malgré l'assertion des savants, de savoir si le
crâne de la femme est supérieur au crâne de l'homme, ou si le cerveau
féminin pèse plus que le cerveau masculin.

Peu nous importe, malgré les études approfondies de la doctoresse
Madeleine Pelletier, que la comparaison de la glabelle des arcades
sourcilières, des mandibules et des crêtes d'insertion, la conduisent
à la conclusion que l'homme se rapproche plus du singe que la
femme![22].

  [22] _Revue socialiste_, 1908.

Cela nous rappelle la spirituelle réflexion d'une jeune fille arrêtée
devant les singes du Jardin des Plantes: «Après tout, il ne leur
manque que de l'argent». Peu flatteur, n'est-ce pas? Mais enfin,
Madame la doctoresse Pelletier, si nous sommes des dégénérés, ayez la
bonne grâce d'avouer que nous sommes des dégénérés supérieurs! Vous
ne pourriez en dire autant?

Donc transporter la discussion sur le terrain scientifique pour
savoir si la femme est l'égale ou l'inférieure de l'homme nous semble
téméraire. Les arguments sont purement théoriques, les conclusions
fantaisistes, et, de plus, il n'est nullement démontré qu'il existe
un rapport entre la capacité cranienne ou le volume du cerveau et
l'intelligence[23]. La question reste entière.

  [23] Madaillac: _Les premiers hommes_.

Il n'en est point de même de la femme au point de vue intellectuel.
En toute sincérité, Mesdames, en envisageant la question de
sang-froid et avec impartialité, croyez-vous qu'une comparaison
puisse être faite avec l'homme? Non! Nous vous accordons et
reconnaissons volontiers la présence dans votre camp de femmes d'une
rare intelligence et d'un réel talent. Nous reconnaissons l'existence
d'œuvres fortes et puissantes créées par votre génie. Dans toutes
les branches de la science humaine, des femmes ont eu l'auréole de
la célébrité, mais ne sont-ce point là des types d'exception qui
tiendraient tous dans un salon? Et si nous envisageons en général,
toutes les femmes depuis le commencement des siècles en posant cette
question que vous doit l'humanité? nous sommes forcés de répondre:
Rien ou pas grand chose. Dans vos plus brillantes manifestations,
votre esprit n'a pas atteint les hauts sommets de la pensée, il est
resté pour ainsi dire à mi-côte[24].

  [24] Madame d'Agout: _Revue Encyclopédique_, 1896.

«Les femmes n'ont fait ni l'_Illiade_, ni l'_Enéide_, ni la _Jérusalem
délivrée_, ni _Phèdre_, ni _Tartuffe_, ni _Athalie_, ni _Polyeucte_, ni
le Panthéon, ni la Vénus de Médicis, ni l'Appollon du Belvédère. Elles
font quelque chose de plus grand. C'est sur leurs genoux que se forme
ce qu'il y a de plus excellent au monde: un homme et une femme[25].»

  [25] Joseph de Maistre.

«Toute œuvre forte de la civilisation est un fruit du génie de
l'homme»[26].

  [26] Michelet.

Vous invoquez Jeanne d'Arc, Mesdames! Qu'aurait-elle été sans ses
prétendues voix? Et puis, à la fille à soldats, à l'héroïne coureuse
d'aventures, à l'immortelle française aux mœurs libres et au cœur
chevaleresque, oseriez-vous aujourd'hui, comtesses et nobles dames
tendre vos belles mains gantées, vous qui par pose et snobisme voulez
faire vôtre une femme que vous auriez dédaignée et repoussée.

Vous nous citez des noms de grandes reines! Savez-vous pourquoi
une reine gouverne mieux qu'un homme? C'est que sous une reine
c'est d'ordinaire un homme qui dirige, tandis que sous un roi c'est
généralement une femme[27].

  [27] Réponse de la duchesse de Bourgogne à Madame de Maintenon.

Non, comme nous le disions tout à l'heure, la question est mal posée.
Chercher à comparer la femme à l'homme, savoir si elle lui est égale,
inférieure ou supérieure, est un faux départ, car la femme est autre
que l'homme.

Oui il serait fou, d'une folie sans excuse, de parler de la
supériorité d'un sexe sur l'autre, parce que l'on ne peut comparer
deux êtres ayant la même origine et qui diffèrent dans tous les
détails; parce que l'homme et la femme sont deux moitiés d'un
tout, semblables mais non égales; parce que la femme n'est ni le
_sexus sequior_ dont parle Schopenhauer, pas plus qu'elle n'est
l'homme-femme de Stuart Mill.

Et c'est heureux, car cette déformation accomplie l'humanité
périrait[28].

  [28] Turgeon: _Le féminisme français_.

Et si ce n'est pas l'égalité que l'on cherche, si c'est l'identité
ou la suppression des différences, disons tout d'abord que cette
suppression est impossible. «L'esprit d'une femme et son cœur ne
sont ni l'esprit ni le cœur d'un homme»[29]. Combien on doit s'en
féliciter.

  [29] Jules et Gustave Simon: _La femme au XXe siècle._

Voilà pourquoi la femme étant autre que l'homme et par conséquent
n'étant point son égale doit avoir seulement les droits de son sexe
et non ceux des hommes! Aussi ne devons-nous point sourire à la
lecture de ces phrases: «Dès que l'égalité sexuelle sera conquise, la
femme au contact de la vie contractera cette dureté de cœur, apanage
jusqu'ici de l'autre sexe. Frappée, elle frappera; blessée, elle
blessera; spoliée, elle spoliera[30].»

  [30] Madeleine Pelletier: _Revue socialiste_, 1908.

Oh! l'étrange et disgracieux type de femme que rêve Mme Pelletier!
Quel monstre! et quelle chose plus navrante que cet être asexué!
Mais vouloir enlever à la femme la seule chose qui la rende belle et
bonne: sa tendresse; vouloir la lancer dans les combats pour qu'elle
lutte, qu'elle frappe, et qu'elle... tombe! O! l'horrible cauchemar!
Non! de l'homme et de la femme n'en faites point des âmes ennemies;
ne proclamez pas le divorce des sexes, il y aurait trop de misères et
trop de deuils!


3e: La femme doit voter pour défendre ses intérêts attaqués et sa
liberté compromise

L'on nous dit: permettez aux femmes de voter, elles commenceront
par demander une augmentation de salaire. N'est-il pas navrant de
voir encore de nos jours des patrons, des directeurs de maison de
commerce, assez peu scrupuleux pour obliger leurs ouvrières à un
travail quotidien de douze et parfois quinze heures.

Regardons les journées d'une midinette: à 8 heures elle rentre à
l'atelier jusqu'à midi. Une heure pour réparer ses forces grâce à un
frugal repas n'excédant pas le plus souvent 75 centimes. De 1 heure à
7 heures 1/2 travail. Et dans les journées «à poussées», les veilles
jusqu'à minuit achèvent d'épuiser ses forces affaiblies. Tout cela
pour un modeste salaire de 20 à 30 sous par jour!

Que dire de ces millions de braves femmes peinant tout un jour pour
gagner péniblement 1 fr. 25, 1 fr. 50? «Six millions de femmes
manient à l'heure actuelle l'aiguille, la plume, l'ébauchoir, le
livre d'enseignement, le scalpel, le Code, les leviers, les volants,
les manettes à l'usine, la machine à écrire dans les bureaux. Songez
que près de trois millions de femmes se courbent sur la terre et
qu'on compte près d'un million de domestiques femmes. Refusera-t-on
à ces laborieuses le droit de choisir des mandataires conscients ou
conscientes de leurs intérêts?»[31].

  [31] Paul Marguerite: _Le Journal_, 1909.

Pourquoi nous enlever en outre le droit de disposer librement de
nos salaires? La loi ne devrait-elle pas défendre le produit de
notre travail contre un mari peu scrupuleux, gaspillant et dissipant
au café le produit d'une semaine d'efforts. Oui les femmes ont
raison de dire: puisque vous, hommes et législateurs, vous vous
déclarez incapables de nous protéger contre des maris sans vergogne
et sans pudeur, puisque vos lois ne défendent que les intérêts de
vos semblables, donnez-nous au moins le droit de nous protéger, de
conserver ce que notre travail nous donne, accordez-nous le droit
de voter. Et puis que dire de cet asservissement, de cet esclavage,
de cette infériorité dans lequel le mari, grâce aux liens du
mariage, nous tient continuellement courbées? Notre opinion dans une
discussion n'est rien, notre volonté est sans cesse annihilée, nos
droits sont éternellement violés. Qui dit femme mariée dit esclave,
dit servante.

Vos réclamations, mesdames, sont justes, mais peut-être entourées par
instant d'une fausse sensibilité et d'un sentimentalisme excessif
nuisant à leur justesse. Il faut toujours se méfier du cœur, dans les
discussions; c'est un très mauvais conseiller, surtout chez vous,
mesdames, et examiner une question avec impartialité quand on fait
appel à ce viscère, nous paraît impossible.

Quand vous vous écriez: les salaires des femmes sont insuffisants en
comparaison de leur travail, nous sommes entièrement d'accord avec
vous. Il est, en effet, inadmissible que certains patrons exploitent
ainsi des jeunes filles sans guide et sans soutien. Et si dans vos
réclamations il est une note juste, une raison sérieuse qui milite en
faveur de votre révolte, c'est bien celle-là. Mais le remède à vos
maux n'est point dans le bulletin de vote.

Dites à ces femmes admirables, générales de votre armée, dites-leur
vos souffrances et vos misères. Que des brochures, que des
conférences dénoncent à la vindicte publique ces exploiteurs du
travail féminin, les grands couturiers, les grands tailleurs, les
grands patrons d'usines, les grands directeurs de salons de mode.
Traquez-les, nommez-les, intéressez des hommes influents, des
parlementaires actifs à vos malheurs. Soyez impitoyables dans vos
attaques et fermes dans vos résolutions; et si malgré toute votre
énergie le triomphe ne couronne pas vos efforts, n'hésitez pas:
proclamez la grève, le seul moyen légal qui vous reste. Et tous les
gens de cœur vous soutiendront.

Il ne faudrait point cependant, Mesdames, exagérer! Et quand vous
parlez dans toutes les branches de l'industrie de salaires de misère,
nous vous disons: casse-cou, le cœur commence à parler. Non, la
femme n'est point l'éternelle exploitée, comme vous vous plaisez à le
proclamer. Il n'est pas rare de trouver à Paris et dans nos grandes
villes des femmes gagnant 5 et 6 francs, sans fournir pour cela un
travail au-dessus de leurs forces. Les grandes administrations de
l'État, Postes, Ministères, les grandes Compagnies, les entreprises
privées, les exploitations agricoles, les maisons de commerce, les
écoles et les lycées paient normalement, sans affamer leurs employées.

Notons que sur cinq millions et demi de femmes exerçant une
profession, le nombre de femmes employées dans ces différentes
branches s'élève à près de trois millions et demi, leurs salaires
variant entre 5 et 8 francs, sans négliger, pour quelques-unes, le
précieux avantage d'une retraite.

Ainsi donc, le but vers lequel devraient tendre tous vos efforts
serait l'augmentation d'un salaire pour les femmes dont les travaux,
soit de jour, soit de nuit, sont rémunérés bien au-dessous de leur
valeur. Pour cela, point n'est besoin d'agiter incessamment au-dessus
de vos sœurs le drapeau des revendications de vos droits politiques.
Point n'est besoin de vous écrier tragiquement: Hors de l'urne, point
de salut!

Non, Mesdames, ce moyen est ridicule. Concentrez plutôt tous vos
efforts à vous grouper, à vous unir, à vous sentir les coudes;
commencez à ne plus vous dénigrer, à ne plus vous battre entre
illustres féministes; sachez savoir, vous les directrices du
mouvement, faire souvent abstraction de vous-mêmes et ne point
toujours ambitionner la place de généralissime ou de colonelle!
Faites-vous les champions de cette noble cause: le relèvement du
salaire de la femme; créez, par vos journaux, par vos revues, par vos
conférences, une agitation intense; faites appel aux noms illustres
et aux cœurs généreux, vous trouverez encore en France des hommes qui
sauront défendre vos droits. Mais de grâce, ne perdez pas votre temps
à de futiles discussions, descendez des brumes de vos rêves fous pour
rentrer dans le domaine des réalités. Et si, têtues et inflexibles,
vous n'aviez d'éloquence et d'énergie que pour la défense du bulletin
de vote vous permettant de faire des lois en votre faveur, nous vous
répondrions: «Mais enfin, les hommes peuvent bien en faire autant, et
si vous aviez su vous y prendre, ce serait déjà fait.»

Il en est de même de la libre disposition de vos salaires. La preuve
certaine des bons résultats obtenus par vos groupements féministes,
et de la sollicitude avec laquelle sont examinées vos justes
revendications, c'est la loi de 1907 donnant à la femme mariée le
droit de disposer comme il lui plaît de son salaire, loi obtenue
grâce au dévouement intelligent et à la persévérance sensée d'une de
vos plus illustres représentantes: Mme Jane Schmall. Alors pourquoi,
donc, encore une fois, perdre votre temps à trépigner comme des
enfants devant les urnes en disant rageusement: «Moi je veux un
bulletin de vote! na!» On rit, tout simplement, tandis que lorsque
vous parlez sérieusement, on vous écoute. La voie est ouverte! à vous
de savoir y pénétrer et ne pas dévier du droit chemin des justes
revendications.

Arrivons enfin à cette refonte du Code civil. Que proposent les
féministes le jour où elles auront le droit de voter: Obéissance au
mari, supprimée. Dorénavant, dans la famille moderne, deux têtes,
deux volontés, deux décisions; chacun agira à sa guise, la femme
de son côté, l'homme du sien. Nous n'aurons plus alors des femmes
esclaves, spoliées et enchaînées, elles seront libres, indépendantes,
marchant les cheveux au vent dans le soleil de la liberté!!!

Comme théorie ce sera superbe; comme pratique ce sera piteux.

Certes nous ne dirons point, avec M. Bonaparte, que nous aurons
la hardiesse, de contredire: «La nature a fait de nos femmes nos
esclaves; le mari a le droit de dire à sa femme: Madame, vous ne
sortirez pas, vous n'irez pas à la comédie, vous ne verrez plus telle
ou telle personne, c'est-à-dire, Madame, vous m'appartiendrez corps
et âme»[32].

  [32] Thibaudeau: _Mémoires sur le Consulat_.

Général, vous exagérez, et comprendre ainsi son rôle de maître de
maison serait trop dégradant pour la femme... et pour l'homme!

Pas plus que la femme, l'homme ne doit commander dans un ménage.
L'unité de direction que vous réclamez doit être faite de deux
volontés qui s'accordent, qui s'harmonisent, de la volonté de
l'époux et de l'épouse. Elle ne doit former qu'un tout qui
n'atteindra sa perfection qu'après de multiples froissements et
d'innombrables heurts, mais enfin qui permettra au ménage de vivre
heureux! Et ne taxez pas tout de suite de bourgeois deux époux
qui s'aiment, qui vivent l'un pour l'autre, et dont les décisions
ne sont prises qu'après un consentement mutuel. Vous êtes faites,
Mesdames, non point pour commander, mais pour conseiller; non
point pour diriger, mais pour indiquer simplement la direction.
Commander, être directrice de votre intérieur, le pourriez-vous
avec votre sensibilité poussée jusqu'à l'exaspération, avec votre
nervosité, votre exaltation et votre volonté «sautillante comme les
mouches»[33]. Non, mille fois non! Et puis, soyez franches comme nous
allons l'être. Dans presque tous les ménages, qui dirige, qui conduit
moralement, insensiblement, et sans s'en douter la barque? Mais c'est
vous, Mesdames!

  [33] Kant.

Les femmes égales de l'homme! Pourquoi? Elles nous font abdiquer
quand cela leur plaît: «Voyez-moi, ma fille! Etais-je assez
autoritaire, jadis? Eh bien, peu à peu, j'ai plié. Mais quand à
inscrire la déchéance de l'homme dans les lois de la femme! ah! non,
jamais, par exemple! Ce qui est sublime dans les femmes supérieures
qui nous dominent, c'est qu'elles dominent leurs maîtres»[34].

  [34] _Tata_, A. Dumas.

«La femme est l'inspiratrice et la reine de la société. C'est d'elle
que dépend en grande partie la manière de penser des hommes»[35].

  [35] Rousseau: _Lettre à d'Alembert_.

Oui, c'est vous qui grâce à votre tact, à votre finesse, à votre
habileté, savez petit à petit, par ce je ne sais quoi qui nous
enlace, faire de vos maîtres vos esclaves. Légalement nous vous
commandons. Pratiquement nous vous obéissons.

Et toujours et sans cesse, malgré vos réclamations et vos cris, il en
sera ainsi de par le monde, car aucune loi ne peut changer le cœur
humain.

Les gens heureux! Ils sont foule en notre beau pays de France.
«Voulez-vous connaître le secret des bons ménages? Chacun des époux
reste à sa place, le mari commandant sans en avoir l'air, la femme
obéissant sans en avoir conscience. Ils sont si étroitement liés
qu'ils ne forment qu'un cœur et qu'une âme! Ils réalisent le mariage
parfait»[36].

  [36] Turgeon: _Le féminisme français_.

Oui, en France, la femme est la maîtresse de maison malgré vos
déclarations, Mesdames les féministes. Vienne le jour où par un fait
du hasard le plus étrange elle soit déclarée légalement l'égale de
l'homme, ce jour-là il n'y aura rien de changé sous la coupole des
cieux! Nous resterons toujours vos subordonnés, «car la femme est une
esclave qui fait porter les chaînes à son maître».

Trêve donc de vos réclamations. N'allumez point la guerre

    Où se jetant de loin un regard irrité
    Les deux sexes mourront chacun de son côté[37].

  [37] Alfred de Vigny: _La colère de Samson_.

Continuez à être l'aimable conseillère de l'homme, guidez-le avec
votre tendresse si douce, secourez-le dans les moments d'abattement;
soyez fières de votre rôle actuel dans la famille, laissez de côté
ces défis que vous lancez au bon sens et souvenez-vous que beaucoup
d'hommes disent avec Jules Simon: «Je repousse la domination des
femmes, mais j'accepte leur influence».


4e: La femme doit voter en France parce que les femmes votent dans
les autres pays

Si, à un point de vue peut-être très nouveau, le point de vue
électoral féminin, nous jetons les yeux sur la carte du monde, on
aperçoit l'hémisphère divisé en deux parties. D'un côté, les pays
où les femmes ont les mêmes droits politiques que les hommes; de
l'autre, ceux où elles se contentent d'être des épouses et des mères
de famille.

Les États accordant le droit de suffrage aux femmes sont:

La République de l'Equateur depuis 1861.

Le Wyoming depuis 1869.

L'Autriche, dans la classe de la grande propriété, depuis 1873.

L'Ile de Man depuis 1881.

La Finlande depuis 1893.

La Nouvelle-Zélande et l'État de Colorado depuis 1893.

L'Utah et l'Idaho.

En Angleterre, toutes les femmes votent pour les principaux corps
représentatifs locaux, qui sont:

    Les conseils scolaires.
          --     de gardiens.
          --     paroissiaux.
          --     municipaux.
          --     de comté.

Elles sont éligibles seulement dans les trois premiers. La seule
liste dont les femmes soient exclues est la liste pour l'élection des
membres du Parlement.

Certains auteurs affirment que les résultats ont été excellents;
les élections ont toujours revêtu un caractère de calme et de
modération qu'elles n'avaient jamais eu. Les femmes ont accompli ce
nouveau devoir avec intérêt et conviction. Pourquoi donc une chose
fonctionnant si bien dans les autres pays ne donnerait pas d'aussi
bons résultats en France? Les femmes votent au-delà des mers; tout
le monde a trouvé cette nouvelle institution admirable. Qu'attend-on
pour l'appliquer chez nous. Ne sommes-nous pas des femmes comme les
Finlandaises, les Américaines ou les Anglaises?

La solution est simple, mais elle est fausse.

Il faut essentiellement se méfier de ces compte-rendus fantaisistes
des journalistes nous annonçant que 3.000 femmes ont participé au
vote, tandis qu'un confrère estime à 300 les suffragettes ayant usé
de leur nouveau droit politique. Tel enthousiaste féministe proclame
que la nouvelle loi a été accueillie avec joie; tel autre, plus
calme, annonce que cette réforme a passé complètement inaperçue. Nous
sommes encore trop près des événements pour pouvoir les juger; les
matériaux sérieux et les documents probants manquent pour essayer
même de porter un timide jugement sur les résultats obtenus et pour
juger les effets. Le mieux est d'attendre! mais un journaliste le
peut-il? Nous en doutons!

Le raisonnement que vous faites, Mesdames, n'est guère ingénieux. Les
femmes votent en Amérique, en Finlande, etc. Pourquoi les Françaises
ne feraient-elles pas de même?

Puisque les Chinoises portent le deuil en blanc, que les négresses
se mettent des anneaux dans le nez, ou que les Japonaises, pour
arrondir leur dot, font un an de stage dans les bateaux de fleurs,
en feriez-vous autant? Et puis, vous oubliez la chose principale,
la question des mœurs, de tempérament. «Erreur en deci, vérité en
deçà». Ce qui peut être raisonnable et naturel dans un pays, peut
être grotesque et fou dans un autre. Que la femme du Nord, plus
froide, plus calme; que l'Américaine, plus flegmatique, puissent,
avec leur éternelle indifférence, exercer leur nouveau droit sans
que rien dans leur vie ne soit changé, nous l'admettons. Mais vous,
Françaises, vous les enthousiastes, si sensibles, si changeantes,
vous extrêmes en tout, qui êtes la légèreté et l'insouciance même,
capables des pires résolutions comme des actes les plus fous, comment
pourriez-vous déposer un bulletin dans l'urne? Auriez-vous seulement
le désir de voter, d'exercer ce droit si fragile et si mobile, que
l'on fait dévier par une promesse ou par une menace, vous qui êtes à
la merci d'un sourire, d'une larme, d'une parole et d'un geste!

Ah! le joli résultat, le jour où vous pourrez avec un sérieux
imperturbable inscrire sur vos cartes: électrice! Quelle décadence!

Le _Mercure de France_ publiait dans son numéro du 1er février 1904
un article de Mme Charlotte Fabrier-Rieder, sur les «Femmes et le
Féminisme en Amérique». Entre autres choses plutôt tristes, cette
courageuse dame disait:

«Il n'y a plus de vie de famille en Amérique, plus de femmes
d'intérieur. L'homme travaille pour que la femme ait beaucoup
d'argent à dépenser. L'homme est le véritable esclave de la femme.
Partout elle est prépondérante, elle collabore à la vie sociale, elle
accède aux fonctions administratives et publiques, impose ses droits
aux professions libérales, à tel point qu'un journaliste de talent,
M. Cleveland Moffett, se plaint que l'Amérique soit de tous les pays
du monde celui où la femme reçoit le plus de l'homme et lui donne le
moins en échange. La femme, dit-il, passe sa vie dans la fainéantise,
ne raccommode jamais, fait tout aussi bon marché de ses devoirs
de mère que d'épouse et de ménagère. O femmes d'Amérique, prenez
quelques leçons de la vieille Europe et en particulier de la France!

»Prendre des leçons de la France, c'est un peu tard, puisque c'est
elle qui est en train de s'américaniser et de se féminiser»[38].

  [38] _Mercure de France._

Paul Parsy, lui, est moins catégorique:

«Français et Françaises nous admirons en Norwège la femme qui
s'avance en souveraine dans la cité, mais les Norwégiens et les
Norwégiennes admirent et envient la Française, femme d'intérieur,
comme nous disons, souveraine de la maison et du foyer. Et peut-être
cette souveraineté-ci vaut-elle cette souveraineté-là. Et peut-être
aussi ces deux souverainetés sont-elles conciliables»[39].

  [39] _Annales politiques et littéraires_, 7 novembre 1909.

A notre humble avis, nous croyons à l'éternelle séparation de ces
souverainetés. Et si le rêve contraire se réalisait un jour, qu'au
moins parmi nos sœurs françaises il en reste toujours quelques-unes
qui, selon le vers délicieux de Mme Fouqueux, veulent bien accepter

    Ne vouloir être rien, être rien qu'une femme.


5e: La femme doit voter parce qu'elle ferait des lois contre
l'alcoolisme et de régénération sociale

S'il est une plaie hideuse qui ronge notre pays, c'est bien celle
de l'alcoolisme. De tous côtés, on entend répéter cette sinistre
constatation: «L'alcoolisme fait des progrès effrayants, le fléau
contamine notre sang le plus pur. La France est perdue!»

De toutes parts des cris alarmants sont poussés. Des cœurs bons,
des âmes généreuses, fondent des sociétés dites de tempérance ou
antialcooliques, pour enrayer le mal. La Chambre, devant le péril
croissant, augmente sans cesse les taxes sur les alcools et, anomalie
étrange, plus l'impôt est lourd, plus le nombre des consommateurs
augmente. Quel remède découvrir à ce chancre rongeur de notre vie la
meilleure et de notre force nationale? Comment arrêter le débordement
de ce vice effroyable qui mine, qui sape, qui brûle les énergies
indomptables, transformant un homme sain et vigoureux en une loque
pantelante, en un être condamné à perpétuer une race rabougrie et
dégénérée?

Ce remède, les femmes nous le proposent. Ce que vous n'avez pas le
courage de faire, vous autres hommes, nous, femmes, nous le ferons.
Donnez nous le droit de voter, et vous verrez si du jour au lendemain
nos représentantes ne demanderont pas la fermeture immédiate de ces
bars, de ces cafés où l'homme, sans souci de sa dignité, gaspille
et son argent et sa santé, pendant que nous, les travailleuses, les
héroïques, les courageuses, peinons pour élever nos enfants, pour les
nourrir et, malheureusement aussi, le plus souvent, pour permettre au
mari d'assouvir sa passion verte avec notre argent honnêtement gagné.

Ah! vos cabarets, messieurs les législateurs, quels admirables
soutiens d'élections, quel nid plus sûr où l'on est toujours certain
de trouver la voix qui assurera le succès, et cela moyennant une
pièce d'argent ou même un simple verre!

Un ivrogne? Mais pour une fine on a sa voix! Le bistro! quel gros et
influent électeur! En voilà un au moins connaissant ses clients et
sachant par une tournée effacer une opinion ou changer la couleur de
votre drapeau.

Voilà pourquoi, messieurs, vous permettez cette effrayante
multiplication de débits, de ces gouffres où meurent tous nos
plus beaux rêves de jeunesse, toutes nos espérances et toutes nos
illusions; de ces taudis infects où l'ouvrier vient s'empoisonner à
bon marché, oubliant dans sa griserie quotidienne femme, enfants,
famille, travail!

Et puis, c'est la misère, la faim, l'horreur et la peur des coups!
c'est pour l'homme le suicide ou le surin, pour la femme l'hôpital ou
le trottoir!

Ces enfers! messieurs, laissez-nous voter, et demain nulle trace
n'existera d'eux.

Pas plus que ces lois infâmes contre la prostituée qui, le plus
souvent, fille du peuple, bonne, commise ou trottin, a été jetée
sur le pavé des villes par un homme sans scrupule qui lâchement l'a
abandonnée. Pas plus que ces règlements de police soi-disant des
mœurs, qui traquent la fille publique comme une bête, qui l'enserrent
dans leurs filets, qui l'étouffent dans leurs mailles pour la lancer
dans la rue encore plus farouche, plus excitée, plus criminelle!

La belle apostrophe, mesdames! et quel beau rêve!

Reconnaissez tout d'abord avec nous qu'il existe de par le monde bon
nombre de ménages heureux, dans toutes les classes de la société,
ainsi que des hommes non alcooliques constituant même une imposante
majorité.

Reste donc une minorité, élevée, il est vrai, d'hommes pour lesquels
le café est tout, et qui sont par conséquent des alcooliques
invétérés.

Sans crainte de trouver un démenti, nous pouvons affirmer que la
moitié de cette minorité d'alcooliques est composée d'ivrognes de
naissance ou de tempérament, c'est-à-dire que malgré toutes les
lois, toutes les sociétés et toutes les défenses, ils continueront
à boire... parce qu'ils ont toujours bu. Un joueur invétéré cesse
le jour où il n'a plus d'argent, un fumeur quand il n'a plus de
souffle, un alcoolique quand il est mort. A ces indéracinables
auxquels vous ne pouvez rien opposer, ni le sentiment de leur
bassesse, ni le respect de la famille, ni l'amour des enfants, ni les
devoirs d'époux, le seul moyen raisonnable est de les laisser finir
lamentablement leur vie de brute éternelle.

Mais, dites-vous, nous fermerons les cafés! Croyez-vous qu'ils ne
seront point forcés d'abandonner leurs tristes habitudes?

Non! raisonnablement, Mesdames, croyez-vous qu'à l'heure actuelle il
soit moralement possible de supprimer en France «une habitude», une
nécessité, qui est dans les mœurs, et qu'on appelle le café?

Ou de deux choses l'une! ou il faut les supprimer tous sans
exception, ou il ne faut en fermer aucun.

Si vous n'en supprimez que la moitié, par exemple, vous n'éteindrez
pas le vice, vous l'aviverez, en canalisant tout simplement les
ivrognes vers les bars ouverts, et n'en resterait-il qu'un tous les
alcooliques s'y donneraient rendez-vous!

Quant à les supprimer tous, n'y comptez pas; vous auriez contre vous
la majorité formidable des gens raisonnables qui vont au café pour
leur bon plaisir, pour passer un instant, y voir des amis; l'ouvrier
pour y faire sa partie ou sa causette; en un mot tous ceux pour qui
le café est une distraction, un second chez soi, un complément de la
vie.

Quant à la deuxième catégorie, nous les appellerons les apprentis
alcooliques; ce sont tous ces ouvriers, dignes d'intérêt, se laissant
petit à petit entraîner vers les bars et se faisant à la longue une
gloire de savoir savamment «étrangler un perroquet ou étouffer un
petit verre».

Que faire pour préserver ces hommes? La question est difficile
pratiquement. Les solutions des problèmes sociaux sont trop complexes
pour pouvoir dire catégoriquement: Il faut faire telle ou telle chose.

Fermer tous les cafés! le pourriez-vous? vous n'oseriez pas le faire.

Leur montrer par des conférences, des brochures, des avertissements,
le gouffre vers lequel ils se précipitent! Ils n'y assisteront pas;
ils ne vous écouteront pas.

Les enrôler dans une société antialcoolique? Ils en riront! en auront
honte.

Un remède contre l'alcoolisme pour le supprimer? C'est chimère! il
n'existera jamais. Mais alors essayons de l'amoindrir.

Commençons par donner à nos enfants une éducation non scientifique,
mais pratique; sans trêve ni repos, montrons-leur tous les dangers
de ce mal affreux; à nos petits soldats apprenons chaque jour,
au lieu d'une stupide théorie militaire, les conséquences de ce
vice effroyable; enfin que nos législateurs, avec une indomptable
énergie, votent des lois plus sévères et plus rudes et surtout
fassent impitoyablement la guerre à ces alcools frelatés, permettant
de donner le verre à 10 centimes! Quand on songe que les droits par
hecto sont de 220 francs.

Voilà le point faible de l'alcoolisme. Supprimez les mauvais
alcools, traquez les eaux-de-vie bon marché, empêchez tous les
vulgaires bistros de servir pour deux ou trois sous un soi-disant
apéritif ou liqueur qui n'est autre chose que du poison; si l'impôt
sur l'alcool, existant actuellement, ne suffit pas à enrayer le vice,
eh! bien augmentez-le toujours[40]. Mais en même temps resserrez les
mailles du filet qui enlacera les débitants et les cafés d'ouvriers,
et si quelqu'un trouvait, par hasard, cette mesure antidémocratique,
nous répondrions que de l'antidémocratie on n'en a cure, pourvu que
le sang du peuple français soit fort et pur.

  [40] Les droits de consommation sont de 220 francs par hectolitre
  d'alcool pur, plus 50 francs de surtaxe pour absinthes, bitters
  et amers.

  A ce droit s'ajoute un droit d'entrée perçu dans les villes de
  4.000 âmes et au-dessus qui varie de 7 fr. 50 à 30 francs selon
  la population. Dans les villes sujettes à octroi, les alcools
  sont encore frappés d'un droit qui peut être le double des droits
  d'entrée.

  Paris peut arriver à 85 fr. 20, ce qui porte les droits à Paris à
  385 francs par hectolitre d'alcool.

Et, maintenant, ne répétez pas cette énorme sottise que les
législateurs conservent les cafés et les bars pour leur permettre
d'être réélus; non, ne croyez point, Mesdames, que des hommes
politiques, qui pour être politiques n'en sont pas moins cependant
des gens honnêtes et respectables, s'abaissent à ce point.

C'est peu connaître l'esprit français que de prêter un seul instant
de semblables intentions à nos représentants.

N'écoutez point en cela les voix réactionnaires vous chantant
l'éternel couplet de la pourriture, de la dégradation des mœurs
parlementaires. La République aurait-elle donc le triste apanage
d'être un régime de honte et de boue? Et ne pourrait-on pas sans
peine démontrer que les empires et les royautés n'ont été qu'une
longue théorie de sang et qu'un amas de ruines.

Mettons les choses au point et disons qu'en ce siècle de lutte pour
la vie les actes les plus simples revêtent toujours un caractère
d'égoïsme bien caractérisé. Si le candidat parcourt les cafés,
accusez les mœurs de notre siècle, voulant que ce soit là que le
député fasse sa conférence, voit ses électeurs, leur cause, leur
développe ses idées! De là à soutenir l'alcoolisme, il y a loin, très
loin!

Quant aux diatribes contre les règlements des prostituées, je vous
dis: Attention! fausse sensibilité. Qu'il y ait des hommes lâches et
sans cœur abandonnant de pauvres filles sur le trottoir, il y en a,
et la seule vengeance contre leur lâcheté, c'est de les dénoncer à la
vindicte publique. Mais quant aux autres:

«Les femmes qui vivent de la prostitution, eh bien! ce sont tout
simplement celles qui trouvent ce moyen d'existence moins pénible
que le travail. Elles bénissent, dans leur for intérieur, la nature,
cette bonne mère, qui les a fait naître d'un sexe où l'on gagne sa
vie et où même parfois l'on s'amasse des rentes sans se donner du
mal. Cela leur coûte si peu et cela leur fait tant de profit. La
preuve en est que lorsque des âmes charitables tirent ces marchandes
de sourires de la fange et cherchent à les réhabiliter par le
travail, à la première occasion, elles retombent.

»Tout ce que la Société peut faire à cet égard, c'est d'exercer une
surveillance rigoureuse sur l'infâme métier qu'on appelle la traite
des blanches»[41].

  [41] _Les Mensonges du féminisme_, par Théodore Joran.

Et nous ajoutons: d'essayer de rendre plus humains les règlements de
la police des mœurs.

Laissez donc de côté, Mesdames, ces drapeaux que vous déployez à
toutes occasions: Le drapeau de l'alcoolisme et de la régénération
sociale! Un humoriste, nous ne savons plus lequel, a dit que
c'étaient des bateaux! Nous avouons partager son opinion.

Vous avez de si beaux sujets pour réclamer, où tout votre cœur et
toute votre sensiblerie pourront se donner libre cours; mais de grâce
ne continuez plus à vous poser comme les rénovatrices des mœurs et de
la morale.

Vous n'auriez aucun succès..., car rien n'est plus fastidieux qu'une
femme savante, politique, économiste, éloquente et féministe..., même
jolie!


6e: La femme doit voter parce qu'elle vote déjà pour les Tribunaux de
commerce.

Prenons une femme directrice d'un magasin, d'un commerce, d'une
entreprise. Avec régularité et sérieux, elle dirige tout, sait faire
face à toutes les difficultés; la maison prospère et s'agrandit,
menée par une tête intelligente et une volonté ferme. Il lui manque
cependant quelque chose, c'est d'être l'égale de l'homme devant
les tribunaux de commerce dont elle relève directement. Pourquoi
n'aurait-elle pas, elle la femme honnête et travailleuse, les mêmes
droits que son voisin, commerçant, déjà failli, mais réhabilité. En
portant un procès devant des juges qu'elle n'avait pas choisis ne
pouvait-elle avoir une cause de suspicion légitime et même les juges
pourraient-ils rendre un jugement en leur âme et conscience sans être
taxés de partialité.

La loi du 23 janvier 1898 a comblé cette lacune; désormais les femmes
participent aux élections des Tribunaux de commerce, des membres de
la Chambre de commerce et des Chambres consultatives.

Une loi du 15 novembre 1908 rend les femmes éligibles aux Conseils de
prud'hommes.

Les résultats ont été excellents. La femme est dorénavant l'égale de
l'homme, et cela sans entraîner une révolution, un bouleversement
des mœurs. Le public ne s'est même point douté de ce changement qui
a donné toute satisfaction. Pourquoi donc alors ne pas accentuer le
mouvement et étendre petit à petit les droits électoraux féminins:
droit de vote pour les élections municipales, puis d'arrondissements,
conseillers généraux, etc., etc.

N'exagérons rien. Si la réforme est passée inaperçue, c'est que les
élections des tribunaux de commerce sont celles où les hommes se
dérangent le moins pour voter. Il n'est pas rare de voir plusieurs
tours de scrutin afin de réunir le nombre de suffrages exigés par la
loi. Et du jour où les femmes ont été admises à l'insigne honneur de
venir déposer un bulletin de vote dans l'urne de Mercure le résultat
n'a pas changé, l'éternelle indifférence a subsisté.

Ecoutons M. Turgeon, un féministe convaincu cependant:

«C'eût été tout profit pour la magistrature consulaire si l'admission
des femmes au scrutin avait réveillé le zèle endormi des commerçants.
Cet espoir a été déçu. L'expérience toute fraîche de la nouvelle loi
a montré que les femmes préfèrent autant que les hommes la maison
de famille à la salle de vote. D'abord les commerçantes ont mis
bien peu d'empressement à se faire inscrire sur les listes; puis,
au jour du scrutin, l'abstention a été générale. Même à Paris, il
n'est guère que les dames de la Halle qui aient pris à cœur de
déposer leurs bulletins dans l'urne; ce qui prouve qu'en dehors de
quelques personnalités bruyantes pour lesquelles le féminisme est
une profession ou une distraction, les Françaises qui sont simplement
femmes se soucient médiocrement des revendications, même légitimes,
autour desquelles on mène si grand tapage»[42].

  [42] Turgeon: _Le féminisme français_.

Quant à la marche insensible du passage d'un vote à l'autre, c'est
tout simplement un leurre. Ce dosage savamment indiqué entraînerait
de grosses perturbations dues surtout aux ambitions des différents
partis politiques. Chacun d'eux voudrait s'accaparer les voix
féminines, et cela ne se ferait pas sans un bouleversement complet
des mœurs. Nous assistons déjà à un curieux mouvement féministe dans
les partis les plus rétrogrades comme les plus avancés, mouvement à
l'heure actuelle insensible, mais qui se ferait profondément sentir
le jour où le sexe féminin pourrait voter.

Chaque opinion, royaliste, bonapartiste, radicale, socialiste,
anarchiste a son revers de médaille féministe. Ces messieurs prennent
ainsi position dans la nouvelle bataille. Chaque camp arbore le
drapeau des revendications féministes.

Et du jour où l'égalité politique sera proclamée, nous assisterons
alors à cette énorme ruée de tous les partis vers les voix féminines.
Nous verrons l'assaut des votes du sexe faible mené par les
fort-ténors de la droite, les leaders du centre et les pétroleurs
de la gauche! Adieu alors retenue, galanterie, tendresse, respect,
amour, famille!

La femme deviendra une voix qu'on accapare, qu'on achète, ou qu'on
vole! Girouette, ou article de bazar! Navrante réalité!

Et dans quelques années, lasses, fatiguées, annihilées par ces
luttes incessantes pour lesquelles vous n'êtes pas faites, vous vous
cloîtrerez dans l'immuable abstention, organisant très originalement
la grève des suffragettes, vous les tristes désenchantées!

    Le poids d'un tel fardeau sur de frêles épaules
    Pourrait bien les faire ployer,
    Mesdames, croyez-moi, ne changeons pas les rôles,
    Restez les anges du foyer[43].

  [43] Louis Fréchette: Le coin du feu (_Revue de Montréal_, 1893).


7e: La femme doit voter parce qu'elle paie l'impôt

L'objection est des plus naïves et des plus enfantines: «Si vous
acceptez notre argent, si vous nous obligez à payer l'impôt,
donnez nous au moins le droit de le voter, le droit d'élire des
représentants qui seront nos porte-paroles».

On ne voit pas très bien, nous osons l'avouer, la relation qui existe
entre le droit de voter et le paiement de l'impôt! Voyons! Est-ce
parce qu'on paie l'impôt qu'on a le droit de voter ou bien est-ce
parce qu'on vote qu'on paie l'impôt? Alors les incapables énumérés
par la loi, les abstentionnistes, les militaires, etc., ne devraient
pas être taxés par le fisc! L'impôt n'a point comme corollaire le
droit au vote.

Et puis, une raison plus sérieuse milite en notre faveur. Du
caractère légal de l'impôt découle un autre raisonnement. L'impôt, de
nos jours, est réel et non personnel[44], c'est-à-dire dû non par la
personne, non par un homme ou une femme, mais bien par la fortune. Ce
n'est plus Monsieur X. ou Madame Y. qui sont taxés, mais directement
leurs richesses!

  [44] Moye: _Traité de Législation financière_.

N'essayez donc point de vous prévaloir, Mesdames, de ce fameux
droit illusoire: «Nous payons, donc nous voterons». Si, dans votre
arsenal féministe, vous ne possédez que de semblables arguments, la
déroute sera complète avant peu dans votre camp. Et cela à cause de
cette légèreté innée, de cette sensibilité naturelle qui vous font
dévier du droit chemin, ou qui faussent en vous les raisonnements les
plus simples. Une idée surgit, elle vous semble excellente! Vous la
soutenez, vous la défendez, sans même parfois vous demander quelle
en est exactement la valeur. Vous vous grisez de mots et de phrases,
étourdies par le vide de vos conceptions.

Il est temps, Mesdames, de vous rappeler à votre rôle: «Un chat, un
oiseau, au meilleur cas une nourrice[45]».

  [45] Nietzsche: L'individualisme et l'anarchie; _Revue des
  Deux-Mondes_, 1895.



DEUXIÈME PARTIE



RAISONS POUR LESQUELLES LA FEMME NE DOIT PAS VOTER

Une erreur


Avant d'exposer les raisons pour lesquelles la femme, d'après nous,
ne doit point se mêler aux luttes politiques, nous voulons examiner
une objection à l'encontre du vote féminin, constituant, à notre
avis, une imposante erreur.

Les femmes, disent certains auteurs, ne font pas de service
militaire; elles doivent donc être dépourvues de tous droits
politiques. L'argument est détestable! Et la seule chose qui
étonne c'est de le voir si souvent répété. Comment, s'écrient ces
antiféministes aveugles, vous voudriez voter et vous ne payez pas à
la patrie l'impôt le plus lourd, le plus dur, l'impôt du sang! Qui
a fait la France belle et puissante? Nos soldats! Qui permet à la
République de se faire aimer et respecter? Notre armée! Tandis que
vous, Mesdames, vos champs de bataille sont le théâtre, le turf et
les boulevards; votre idéal une toilette splendide et vous ne savez
mourir que pour l'amour!

Nous le répétons, l'argument est complètement dépourvu de bon sens.
Comment est-il venu à l'esprit d'un homme intelligent de dire: «Vous
ne voterez pas, car vous ne serez jamais soldat!» Comme si par son
sexe et ses conséquences la femme avait été créée pour supporter
la fatigue des casernes, faire l'exercice, le pas gymnastique, les
grandes manœuvres et, au jour des sombres guerres, courir sus à
l'ennemi!

Comment peut-on faire un grief à la femme de ne pas mettre sac au
dos, de ne pas avoir des galons de caporal ou d'être un officier de
réserve. Reprocher cela à la femme, c'est comme si l'on disait à
l'homme: «A partir d'aujourd'hui, vous ne voterez plus parce que vous
ne savez pas faire la cuisine, coudre, nettoyer les casseroles, faire
le lit, torcher les bambins, parce que vous ne portez pas de chichis
ou des dentelles!!! parce qu'enfin vous n'êtes pas femme!!!»

Ce serait aussi ridicule.

En un mot, on dit aux femmes: «Vous ne voterez pas parce que vous
n'êtes pas des hommes.»

Combien l'on doit s'en réjouir!

Et croyez-vous alors que l'impôt du sang ne soit point compensé par
cette lourde charge: la maternité? Mais ces générations de héros, de
gloires illustres, de triomphateurs! Cette France belle, puissante,
éternellement jeune, qui l'a faite? sinon vous les femmes, sinon
vous les mères! Vous dont le droit serait de vous lever toutes pour
demander à ces grands mangeurs d'hommes, tels que les Napoléons, où
sont nos fils? Et ce geste, vous ne l'esquissez même pas, courbant
vos fronts voilés de deuil devant la réponse: Patrie!

Comprend-on maintenant ce mot de Michelet: «Qui paie l'impôt du sang?
La mère!»

L'impôt du sang! Nous le payons dans la personne de ceux qui nous
sont les plus chers, fils, frères, époux et amis. Si nous sommes
dispensées du service militaire, nous sommes condamnées en revanche
à toutes les douleurs de l'enfantement. Si nous ne faisons pas la
guerre, nous faisons des soldats[46].

  [46] Turgeon: _Le féminisme français_.

Créer les futurs soldats au prix de mille souffrances, au péril de
sa vie; passer un tiers de son existence à préparer des citoyens,
tout cela n'équivaut pas à deux ans de régiment? Ne dites point à
la femme des choses qui la blessent dans ses attributions les plus
douloureuses mais les plus idéalement belles: la maternité. A ces
exaltées luttant pour leurs droits et leurs intérêts soi-disant
méconnus, à ces éternelles blessées, n'opposez point des raisons
aussi vaines et aussi sottes. Car parfois leur réponse: «Nous serons
puisque vous le voulez, soldats», est aussi ridicule, aussi dépourvue
de bons sens que l'objection.

Non, Mesdames, votre place n'est point à la caserne, pas plus du
reste qu'à la mairie ou à la Chambre des députés.

«Militaires, elles ne connaîtront jamais l'odeur de la poudre et le
sifflement des balles, car elles sont femmes et comme femmes elles
doivent avoir horreur du sang versé. C'est alors qu'on les verrait
toutes ces belliqueuses dépouiller un costume qui ne leur siérait
plus et il n'y en aurait pas une qui ne préférât aux attributs dont
elles s'étaient imprudemment parées le seul insigne qui convienne
à une femme, quand le canon tonne et le sang coule: le brassard
consolateur de la Croix-Rouge. C'est aux hommes qu'il faut laisser
l'uniforme et c'est à eux seuls que demeure le droit de le porter,
parce qu'il n'est pas sur eux l'indice d'un goût mais qu'il est
l'indice d'un devoir»[47].

  [47] Henri de Régnier: _Revue française politique et littéraire_.

Ne répétons donc point avec le gros public envisageant la discussion
sous un angle étrangement étroit: Vous ne payez pas votre dette à la
patrie; nous vous refusons le droit de vote.

N'exaspérez pas les femmes! elles auraient raison de s'insurger et de
se révolter devant des raisonnements si peu chevaleresques et si peu
probants.

Car pour une fois nous serions capable de devenir féministe!


1re: La femme ne doit pas voter à cause de la famille

Jules Simon, de l'Académie Française, écrivait: «La famille a un
vote, si elle en avait deux elle périrait». Et Jules Simon était loin
d'être un sot.

Que l'on ne nous accuse point de sentiments arriérés et vieux jeu,
que l'on ne nous traite point de rétrograde ou de bourgeois! Nous
avons une trop haute idée de la famille pour que nous ne disions
le profond bouleversement qui serait occasionné par cette nouvelle
réforme: le vote des femmes!

Nous entendons déjà les mille et une réponses faites à cette
objection! La femme électrice! Et après! Croyez-vous que dans un
ménage il n'y ait pas de nos jours des sujets plus importants de
discussion et qui n'entraînent pas pour cela la faillite de la
famille?

Attribuez-vous à un simple bulletin de vote le pouvoir anormal
d'introduire sous le toit familial la discorde? Les enfants! mais
aucun changement ne sera apporté dans leur éducation ou dans les
soins à leur donner! Quant à l'amour des deux époux, il ne sera point
diminué par le nouveau régime: égalité des droits sans distinction de
sexe!

Dès le moment où les femmes voteront, elles auront conscience
de leurs devoirs. Sollicitées de donner leurs voix, elles se
demanderont pourquoi. Dès cet instant, il s'échangera entre l'homme
et la femme des inspirations qui loin de nuire à leurs rapports
réciproques ne feront au contraire que de les améliorer dans une
large mesure. La femme, moins instruite, aura recours à l'homme qui
le sera davantage. Il s'en suivra un échange d'idées, de conseils, un
état de choses enfin comme il n'en aura existé que dans les cas très
rares[48].

  [48] Bebel.

Les grands-prêtres du féminisme ont beau jeu pour idéaliser en
phrases ronflantes et illuminées le sanctuaire d'amour que sera le
ménage moderne; la femme, enfin, libérée de son rôle honteux de bonne
légale à tout faire; l'homme n'ayant plus une compagne, mais une
semblable, un homme-femme!

Nous avouons ne point partager ce vibrant enthousiasme. S'il existe
déjà dans la famille de nombreux sujets à discussion, on ne voit
guère le besoin d'en introduire de nouveaux.

Quand on aborde la question suivante, qui est en somme le nœud de
tout raisonnement: «Le vote de la femme détruira-t-il la famille?»
les uns haussent les épaules, en souriant, sans répondre; ce sont nos
grands intellectuels et intellectuelles, démolisseurs des préjugés
bourgeois et créateurs des grands systèmes sociaux! Ce sont les
fortes têtes de la société, ayant l'intime conviction d'être des
gens d'essence supérieure! _Beati pauperes spiritu!_

D'autres, plus sérieux, discutent, approfondissent, travaillent
la question, ne se contentant pas de phrases prophétiques ou
d'affirmations embrumées! Ils se disent: «Supposons du jour au
lendemain l'égalité politique proclamée. Prenons un ménage type où le
mari aura des idées avancées, la femme peut-être pas bien définies,
comme presque toutes les idées des femmes, mais enfin plutôt
rétrogrades ou conservatrices. Jusqu'ici aucune ombre n'était venue
assombrir la joie et le bonheur de cet heureux ménage; les enfants
étaient très bien élevés, les relations entre les différents membres
de la famille étaient sympathiques, on était heureux!

Mais le jour des élections approche, une fièvre intense gagne tous
les cerveaux; des amies viennent causer à Madame; on l'entraîne dans
des réunions; dans des conférences où luttent, acharnés, _onguibus
et rostro_, les deux candidats. Timidement, le mari fait observer
à sa femme qu'il serait peut-être plus convenable, il n'ose dire
nécessaire, que son vote soit conforme au sien, et cela eu égard
à sa position, à ses relations, à son avancement. La femme, par
amour-propre ou par conviction, répond catégoriquement que son
opinion est arrêtée et que le choix de son candidat est déjà fait.

Le mari émet quelques observations; le ton de la discussion s'élève;
les pointes et les répliques de la femme achèvent de mettre le feu
aux poudres; si les parents, les frères, les sœurs s'en mêlent, le
ménage devient alors un véritable enfer et cela simplement parce que
Madame veut voter pour un royaliste et Monsieur pour un républicain.»

Que dire des querelles qui éclateront dans un ménage ouvrier ou dans
une famille de paysans! La lutte sera là encore plus âpre, plus
serrée, plus cruelle!

Qui pourra se figurer les innombrables discussions et les
froissements inévitables qui existeront entre les amis, les parents
et toute la lignée d'étrangers mise en communion d'idée par le
mariage!

Ce sera charmant et le nouveau régime aura des conséquences
magnifiques!

Et cette description, nullement exagérée, pourra s'appliquer du
jour au lendemain à des milliers de ménages! Cela malgré toutes les
dénégations des féministes.

Du jour où vous permettrez à la femme de voter, elle commencera par
s'immiscer dans les réunions politiques, à parler, à discuter, et
avec son caractère enflammé et extrême, s'enthousiasmant pour un
rien, elle sacrifiera son intérieur et sa tranquillité à la défense
d'une opinion. Cela, parce que de nos jours quand la politique vous
enserre dans ses tentacules redoutables, elle vous absorbe, vous
étreint, vous broie; parce qu'en politique toute tendresse, tout
amour, toute sympathie s'évanouissent; parce qu'en politique on
oublie tout, famille, enfants, situation, vous surtout, femmes, les
exagérées éternelles, capables des résolutions les plus folles comme
des actes les plus extravagants; parce qu'en un mot, on change de
sexe, on n'est plus un homme ou une femme: on est politique.

Et nous assisterons alors à cette chose lamentable, la décrépitude de
la famille française; nous verrons des intérieurs autrefois si calmes
et si heureux changés en salles de conférence où devant des enfants
pleurant et apeurés par les cris, un homme et une femme, un père
et une mère, discuteront les mérites de leurs candidats, avec des
gestes fous et des expressions malsonnantes. Nous assisterons à cette
destruction lente mais sûre de la tendresse maternelle.

Quant aux enfants, abandonnés, livrés à eux-mêmes, élevés dans la
liberté, l'émancipation et la libre-pensée, entre une tirade radicale
et un discours royaliste, tirés d'un côté, tiraillés de l'autre, ils
seront les spectateurs impuissants de ces luttes ridicules, jusqu'au
jour où blasés et cyniques ils considéreront d'un œil froid et terne
leur mère comme une folle et leur père comme un détraqué.

Oh! les grands rêves révolutionnaires, les grands mots d'égalité
sexuelle, de liberté, d'émancipation, de rénovation sociale. Oh!
modernes entrepreneurs de changement des mœurs! quelle triste figure
serait la vôtre devant l'application réelle du programme de vos
futures constructions! Quelle inquiétante responsabilité pèserait
sur vos frêles épaules, le jour où l'on vous dirait: ouvrez vos
chantiers! combien d'ouvriers ou d'ouvrières auriez-vous? Peu,
très peu, car le bon peuple français se contenterait de regarder
par-dessus les palissades la cité future que vos folles conceptions
tentent d'élever!

Non, de grâce, ne touchez point à cette chose sacrée: la famille.
Croyez, malgré tout votre scepticisme, qui pour la plupart d'entre
vous n'est que de la pose ou du snobisme, que le vote des femmes
aurait dans la majorité des foyers des conséquences désastreuses.

On ne peut émettre une opinion d'avenir, nous l'avouons, mais
regardez simplement de nos jours dans les villes et les villages
l'action des femmes. A la campagne surtout elle est énorme, car là
on ne vote plus pour une opinion, on vote pour un tel ou tel autre.
Les élections se font pour un nom contre un nom. Et les femmes se
lancent dans la lutte, féroces, exaltées, entraînantes, poussant aux
dernières folies! Que sera-ce le jour où elles pourront manier l'arme
dont elles ne peuvent aujourd'hui que frôler le manche? Ce sera la
débâcle de la famille, le renversement de la femme de son piédestal
de gloire et de bonté.

Et maintenant, mesdames, vous les sensées, vous les normales,
opposez toute votre énergie, toute votre force, à ces démolisseurs
de tendresse et de bonheur. Rappelez à ces échevelées la phrase de
Jules Simon: «La femme doit régner dans l'intérieur de sa maison,
mais elle ne doit régner que là», et si prétentieuses et arrogantes,
certaines mercantilistes du féminisme, avec des gestes tragiques
et une face convulsée, s'écriaient: «mes sœurs, révoltons-nous; la
famille vivra plus belle et plus puissante après notre émancipation»,
faites-leur la réponse ronde et franche que l'épouse de Jérôme
Paturot lançait dans un club de femmes en 1848:

«Comment, ce n'est pas assez que les hommes aient la cervelle sens
dessus dessous, il faut encore que les femmes s'en mêlent? On vous
parle de vos droits. Vous avez celui de tenir en ordre votre maison,
de raccommoder les chausses de votre mari, d'élever vos enfants,
de commander aux bonnes et de veiller à ce que le dîner soit cuit
à point? Et qu'aurez-vous gagné en venant ici? Que la maison ira
à vau-l'eau, que tous les enfants seront mal tenus, les nippes en
mauvais état et les bonnes maîtresses chez vous!!»

Oh! diront, mesdames les féministes, quel idéal trivial et banal! et
surtout, en «quels termes grossiers ces choses-là sont dites.»

Mon Dieu! mesdames, nous avouons humblement préférer ce style sans
gêne, délicieux dans sa rondeur bonhomme, à vos phrases prétentieuses
et économico-sociales, dignes tout au plus de figurer dans le Parc
aux Huîtres de _Fantasio_.

Quant à l'idéal de l'épouse de Jérôme Paturot, pour si terre à terre
et si peu élevé qu'il soit, il a sur le vôtre, révolutionnaire et
pédant, l'avantage d'être censé.

Et cela, croyez-nous, n'est point à dédaigner.


2e: La femme ne doit point voter parce qu'elle demanderait
l'éligibilité.

Les femmes sont comme les enfants. Accordez-leur un petit bout de
liberté, elles en demandent le lendemain un gros morceau! Et dire
qu'il est inutile de leur donner le droit de vote parce qu'elles
demanderaient tout de suite celui d'être éligibles, me paraît tout
naturel! Dès qu'elles seront électrices, elles voudront être élues!

Quelques-unes même mettent la charrue avant les bœufs! Mesdames
Marguerite Durand, Hubertine Auclert, etc., etc., se présentent dans
divers arrondissements de Paris. «Leur ouvrirez-vous débonnairement
les mairies, les conseils généraux, le Parlement, toutes les
fonctions officielles du gouvernement?[49].»

  [49] Turgeon: _Le féminisme français_.

Mais certainement, répondent ces dames! A quoi nous servirait
l'usage du bulletin de vote s'il nous était impossible de faire
triompher nos candidates? Et puis, croyez-vous que certaines femmes
n'auraient pas autant de talent pour discuter une loi, faire une
interpellation, etc., que la plupart des députés? Mais pour être
conseiller municipal, maire, député, sénateur ou ministre, point
n'est nécessaire d'être un aigle ou un génie? Et pour faire le
travail que ces messieurs font, une dame en est aussi bien capable.

Nous ne discuterons point, mesdames, la comparaison et l'appréciation
que vous portez sur le travail d'un député ou d'un sénateur. Nous
dirons simplement que ce travail parfois énorme, mais toujours
sérieux et à la longue ennuyeux, n'est point fait pour vous, à cause
de votre tempérament. Il vous serait impossible de dresser des actes
de l'état-civil, de faire des discours, de discuter des rapports, de
répondre à tous les solliciteurs, de faire, en un mot, un travail de
tous les instants, continu, sans trêve ni relâche, car vous êtes des
femmes et qui dit femme, dit légèreté, étourderie, inconstance!

Que diriez-vous d'un conseil municipal composé de femmes! D'un
maire-femme! D'un député-femme! D'un sénateur-femme (ceci est plus
douteux; une femme étant en principe toujours jeune éprouverait
quelque difficulté à découvrir son âge en s'asseyant dans l'auguste
assemblée des pères conscrits!)

Mais, nous répondent les féministes, ce ne serait pas si ridicule!
Dans les conseils elles apporteraient l'appui de leur tendresse, de
leur impartialité; à la Chambre elles sauraient être indépendantes,
donneraient leurs avis compétents sur les questions d'intérêt
pratique ou d'économie!

Et puis enfin, n'avons-nous pas déjà la femme avocate, la femme
docteur, la femme-écrivain, pourquoi n'aurions-nous pas la femme-maire
ou la femme-député?

Le raisonnement est ingénieux, mais il est faux! Il ne s'ensuit pas
de ce que nous avons déjà des femmes avocates ou médecins que nous
soyons obligés de subir des femmes politiques. Ce serait une corde de
plus à leur arc pour se rendre encore plus ridicules!

Les avocates! La plaie des tribunaux! l'épouvantail des confrères et
des prévenus, la bête noire des juges!

Valère Maxime nous dit que de son époque, déjà, on comparaît les
clameurs d'une femme avocate à des aboiements! Et ajoutant qu'elle
était née en 48 avant Jésus-Christ, il dit: «Lorsqu'il s'agit d'un
pareil monstre, l'histoire doit plutôt enregistrer la mémoire de sa
destruction que la date de sa naissance»[50].

  [50] Turgeon: _Le féminisme français_.

La doctoresse! Qui nous dira l'aversion qu'elle inspire à tous les
médecins. La plus grande découverte du siècle, nous disait un docteur
célèbre de Montpellier, serait de découvrir le microbe des étudiantes
en médecine!!

L'écrivain! Elles sont trois mille en France, nous annonce
tristement le _Figaro_! Et sur ce nombre, combien d'inconnues!
combien d'ignorées. C'est la lente submersion de la littérature sous
la production énorme: «de ces vaches écrivassières aux mamelles
gonflées d'encre», comme les appelle irrévérencieusement Nietzsche.

«Lorsque dans une société, dans une littérature l'élément féminin
domine, ou seulement domine l'élément masculin, il y a arrêt dans
cette société et cette littérature est bientôt décadente. L'élément
féminin produit une rétrogradation humaine»[51].

  [51] Proud'hon: _Amour et Mariage_.

Après cela vous voulez nous donner la femme maire ou la femme député!
Non, Mesdames; sans parler des nombreux et énervants conflits de tous
ordres que vos candidatures susciteraient, il est une question plus
sérieuse qui doit vous faire renoncer à ceindre l'écharpe tricolore!
C'est votre légèreté.

Une femme, disait Lamartine, est incapable de suivre un raisonnement
plus d'un quart d'heure! Vous entendriez-vous à réviser des comptes,
à compulser des dossiers! Croyez-vous sincèrement à l'autorité morale
d'une fonction publique exercée par une femme? Ne trouveriez-vous pas
dégradant de vous voir dans les luttes politiques d'où est bannie
toute galanterie, huées, insultées, vilipendées et traînées dans la
boue?

Auriez-vous le courage le jour où l'ordre serait troublé de le
rétablir! Seriez-vous assez sérieuses et assez calmes pour prendre
aux heures du danger des décisions énergiques et sûres? Non, car
votre légèreté, votre nervosité compromettraient en vous la voix
de la raison et du bon sens! Et puis nous autres, les hommes, que
ferions-nous? La cuisine, le travail de la maison, l'éducation des
enfants, pendant que vous approfondiriez les comptes des mairies ou
que vous prépareriez un rapport sur la marine ou sur les Beaux-Arts.
Vous seriez la grande armée des femmes politiques dont nous ne
serions que les serre-files! Non, Mesdames, ayez le bon esprit de
reconnaître que les rôles de chacun ne peuvent s'intervertir.

On ne change point les décisions de la nature. Restez ces êtres
charmants et doux, tendres et bons, embellissez un foyer par votre
tendresse et souvenez-vous que malgré toute votre beauté, toute votre
grâce, vous feriez toujours à la mairie ou à la Chambre des députés
piètre figure! Vous n'y auriez aucun succès! Ecoutez du reste M.
Claude Mill, un de nos chroniqueurs les plus spirituels:

«Tout de même est-ce que vraiment les femmes ont besoin d'entrer au
Parlement pour que nous les appréciions davantage? Elles étaient
charmantes avant de représenter le peuple; elles le seront évidemment
après: mais elles ne le seront pas davantage. Tremblons donc
qu'obligées d'assister aux doubles séances, contraintes d'arriver à
neuf heures, de déjeuner à la hâte en étudiant des rapports et de
s'en revenir dès le dessert pris, pour discuter de la décadence des
haras, tremblons qu'elles ne donnent plus le même temps--oh le bon
temps--à l'étude de l'ondulation et à la science du chichi. On me
dira que les femmes sont essentiellement pratiques, qu'elles n'iront
pas comme les hommes perdre six mois à discuter un budget assommant
sous le couvert de réformes que la démocratie n'attend pas. Les
femmes savent au moins le prix du beurre et encore plus la valeur du
pain que l'on met dessous et ce n'est pas elles qui nous parleront
cinq heures d'horloge de la politique du gouvernement en Cochinchine
pour aboutir à l'ordre du jour pur et simple.

»Je veux bien croire aussi que le jour où la femme sera admise à
délibérer et à voter, la Chambre deviendra un séjour charmant. Les
complots sentiront un peu la verveine et la poudre de riz. On fera
ou on défera un ministère pour un regard ou pour un baiser. Si la
corruption continue à planer sur les assemblées politiques, elle se
prodiguera sous la forme gracieuse de l'amour. Et le pot de crême
remplacera le pot-de-vin!

»C'est entendu mais au fond tout cela est-il bien sérieux?

»Tout d'abord, impossible d'ouvrir la moindre session, malgré le
proverbe qui veut qu'une session soit ouverte ou fermée?

»Quelle est la coquette, en effet, qui consentira jamais à être
présidente d'âge? Et que de potins! La médisance ira bon train. On
dira l'Aube a ses vapeurs. La Manche fait la tête car le Doubs parle
bas à l'Eure! Et l'Isère est-elle mal fagotée. La séance sera-t-elle
houleuse? Le président rappellera-t-il ces dames à l'ordre? Quel
incident s'il se permet de déclarer qu'elles manquent de formes?

»Non, non. Mesdames! Croyez-moi, abstenez-vous. L'abstention est
toujours chose facile, trop facile. Demandez aux hommes, ils en
savent quelque chose. Et voulez-vous un bon conseil? En fait de loi,
contentez-vous de faire à vos maris celles que nos mères faisaient à
nos pères, c'est la plus douce et la meilleure».

Et personnellement nous ajoutons, c'est la seule que nous supportions
de vous avec joie et bonheur!


3e: La femme ne doit point voter parce que cette nouvelle conception
n'est point dans nos mœurs.

Depuis quelques années, des voix de femmes se sont mêlées aux justes
revendications d'une démocratie jusqu'ici ignorée, les unes graves
et pondérées, d'autres révolutionnaires et exaltées. Certaines
militantes, comme Mmes Maugeret et Chenu, ont pris la direction du
féminisme chrétien; mais, comme leur patron saint Jean-Baptiste,
elles prêchèrent dans le désert. Quelques-unes, le bonnet rouge sur
l'oreille et les deux mains sur les hanches, comme Mme Pognon ou la
doctoresse Pelletier, se firent les propagandistes d'un féminisme
rouge. Et de l'extrême-gauche à l'extrême-droite de la politique,
l'arc-en-ciel féministe a resplendi.

Les Congrès de 1889, 1891, 1903 et 1904 commencèrent à mettre mieux
en relief les revendications du sexe faible. Avec la naissance de
la 3e République coïncide la création de nombreuses associations,
l'Union universelle des femmes (Mme Cheliga-Lévy), l'Avant-Courrière
(Mme Schmall), la Ligue française pour le droit des femmes (Mme
Pognon), l'Egalité (Mme Vincent), etc., etc.

De nombreux périodiques ou revues viennent soutenir l'ardeur des
combattantes et stimuler le zèle des néophytes: _La Fronde_, _Le
Droit des Femmes_, _La Femme_, _L'Avant-Courrière_, _Le Pain_, _Le
Journal des Femmes_, _La Femme Socialiste_, _La Revue Féministe_,
_L'Harmonie Sociale_, _La Ligue_, etc., etc.

En littérature, MM. Hervieu, Turgeon, Marguerite, Brieux, Donnay,
Beaubourg, Prévost, Bourget, Jules Bois exaltent le rôle futur de la
femme libre et affranchie et idéalisent sa mission de demain.

Des hommes politiques, comme MM. Vaillant, Allemane, Viviani, Sembat,
d'Estournelles de Constant, etc., se font les porte-paroles éloquents
des revendications du sexe faible. Bref, la vague féministe monte,
monte sans cesse.

«Une évidence domine, c'est que le but se rapproche, c'est que la
voix longtemps étouffée, la voix innombrable des femmes retentit plus
distincte et qu'on peut prévoir désormais sans erreur l'époque où
elle apportera dans nos assemblées le poids de son ingéniosité, de sa
prévoyance, de sa pitié, un sûr et ardent levier pour le travail et
pour la paix»[52].

  [52] Victor Marguerite, _Le Journal_, 29 mars 1910.

Ça sonne bien, c'est joli, c'est bien écrit! Mais voilà, grattez un
peu... il n'y a rien dessous. M. Victor Marguerite est simplement un
merveilleux écrivain.

On serait tenté de croire après cette revue rapide des forces
féministes à l'existence d'un courant profond, modifiant nos mœurs
et orientant l'opinion vers cette nouvelle perspective: les femmes
électrices. A prendre au pied de la lettre les articles enthousiastes
des devins féministes, il semble que la masse du peuple français soit
prête à ce changement, et qu'il suffirait d'un simple coup de pouce
donné à l'évolution de la société pour faire des femmes nos égales.
Un petit tour de manivelle et crac, sans à-coups, sans oscillations
ni secousses, insensiblement, glissante et souple, la réforme
s'adapterait, inaperçue. Tous Français, tous électeurs.

La réalité serait plus mouvementée. Ce serait une profonde erreur
et un leurre dangereux de supposer à l'heure actuelle les mœurs
françaises suffisamment préparées à l'acceptation d'une semblable
réforme.

Non, malgré toutes les affirmations, notre esprit n'est point encore
accoutumé à considérer comme une chose sérieuse et réalisable le
suffrage des femmes: La réforme n'est pas mûre, elle est verte,
horriblement verte.

Et les années se succéderont longtemps encore avant que cette chimère
ait pu prendre consistance, avant que cette idée fausse et anormale
soit acceptée par des cerveaux équilibrés et raisonnables.

Cela parce que dans notre terre de France, où le bon sens est encore
le meilleur juge, il existe des hommes sincères et sérieux, ne
craignant point d'élever leurs voix autorisées pour proclamer folie
ce rêve de quelques exaltées.

Cela, parce que la majorité des femmes se désintéresse complètement
de cette réforme que l'on ne prend pas au sérieux; femmes du peuple
ignorant et ne soupçonnant même pas la portée des revendications;
bourgeoises effrayées dans leur simple jugeotte par ces grands mots:
égalité des sexes; aristocrates dédaignant, pour une fois avec juste
raison, ces luttes du sexe faible, bonnes tout au plus pour des
institutrices.

Enfin parce que toute l'énorme majorité des Français et des
Françaises intelligents, normaux et doués d'un solide bon sens ne
peuvent accepter cette conception nouvelle du rôle de la femme, se
mêlant aux luttes politiques et descendant dans la rue!

«Ce que nous voulons supprimer, ce n'est pas le sexe féminin, mais
la servitude féminine, servitude que perpétuent la coquetterie,
la retenue, la pudeur exagérée, les mièvreries de l'esprit et du
langage. La femme sera un individu avant que d'être un sexe»[53].

  [53] Doctoresse Pelletier: _Revue socialiste_, 1906.

Le délicieux type de femme; désormais libre, sans frein, sans
moralité, sans coquetterie, sans amabilité, sans tendresse!

Mme la doctoresse Pelletier n'est pas heureuse, constatons-le dans ce
nouveau portrait de l'Eve future! Un ours! pas même léché!

A la lecture de cet idéal, nos pères auraient dit tout simplement:
«Les monstres, elles méritent d'être fouettées». Mais si efficace
qu'il puisse être, ce vieux traitement répugnerait à la douceur de
nos âmes. Nous avons fait nôtre le joli proverbe indou: Ne frappez
pas une femme, même avec une fleur! et puis les chères créatures
n'aiment plus à être battues. Mon docteur avait raison. «Mieux vaut
de toute façon les asperger que les meurtrir. L'hydrothérapie a du
bon»[54].

  [54] Turgeon: _Le féminisme français_.

La mesure serait plus douce mais ne produirait pas de bons résultats.

Entre nous, mesdames, ne soyez pas si entêtées; convenez qu'à l'heure
actuelle nous ne sommes pas prêts pour cette réforme. Avouez-le! vous
avez contre vous tout un peuple et vos faibles forces viendront se
heurter longtemps encore contre le rempart du bon sens dont les bases
sont en France très solides.

Je n'en veux pour preuve qu'une confession d'un immortel féministe,
le provocateur des grands suicides moraux de notre époque et grand
directeur des consciences de nos demi-vierges, nous avons nommé
Marcel Prévost.

«Le suffrage des femmes est parmi les problèmes politiques et sociaux
de l'heure présente un de ceux qui agitent le moins l'opinion
française. On peut s'en étonner à une époque où les revendications
féministes ne sont nullement inactives ni négligeables. Les
conquêtes de la femme contemporaine dans le domaine de l'égalité
sociale sont tellement importantes depuis une vingtaine d'années
qu'elles dépassent les prévisions les plus optimistes. Mais dans
le sens de l'égalité politique, le changement fut quasi nul. La
raison de cette immobilité, c'est que les femmes se sont franchement
désintéressées jusqu'ici de leurs droits politiques»[55].

  [55] _Le Figaro_, 20 mars 1910.

«La majorité des femmes n'est féministe à peu près dans aucun pays
du monde, 120 ans après la Révolution française. Et parmi les
revendications féministes, celle à laquelle les femmes tiennent
peut-être le moins, c'est le droit de suffrage législatif ou même
municipal»[56].

  [56] Marcel Prévost: _Annales politiques et littéraires_, 7
  novembre 1909.

Nous avions raison de vous dire, mesdames: l'idée n'est point
encore dans nos mœurs, la réforme n'est pas mûre, elle est verte,
horriblement verte et bonne tout au plus pour des... détraquées.


4e: La femme ne doit point voter car elle n'a pas reçu l'éducation
civique et politique

Supposons que du jour au lendemain, on accorde aux femmes le droit
de voter: Qu'arriverait-il? Tout simplement que la majorité des
femmes (et nous ne parlons que de celles ayant reçu une éducation)
éprouveraient quelque difficulté à se servir de cette nouvelle
attribution, car cette intelligence, malgré toute la science (?)
inculquée pendant des années par de savantes (?) maîtresses, n'aura
pas reçu (heureusement) une éducation politique suffisante. Ah!
disent les féministes, qu'à cela ne tienne, changeons les programmes
et préparons les générations féminines à leur rôle futur.

Non, Mesdames, ne faites point cette suprême bêtise! Examinons
en effet l'éducation de la femme moderne? Nous nous poserons
certainement cette question: où sont les fous? Chez les hommes qui
élaborent de semblables programmes, ou chez les jeunes filles qui les
apprennent!

On rit en pensant à ce que doit savoir une femme pour son certificat
primaire, on tremble quand on jette un coup d'œil sur le certificat
supérieur, on frémit à la lecture d'un programme d'école normale!

Quant au reste, cela dépasse l'imagination humaine!

Non seulement l'éducation pratique et intelligente est abandonnée,
mais encore, chose plus grave, elle est condamnée. Lire tout,
apprendre tout, mais ne savoir rien, tel est le grand critérium de
l'instruction féministe moderne.

«Il n'est pas rare de voir les jeunes filles faire dans une même
journée le commentaire d'une églogue de Virgile, l'analyse du système
de Kant, l'exposé des transformations du substantif de la langue
d'oil et le tableau du régime parlementaire des Anglais au XVIIIe
siècle ou expliquer le rôle du système nerveux périphérique, la
formation des carbures d'hydrogène et reliqua»[57].

  [57] Turgeon: _Le féminisme français_.

C'est cela! l'instruction à haute tension, la concentration dans un
cerveau féminin des choses les plus abstraites et les moins utiles!
On fait de nos jeunes filles d'aujourd'hui des intellectuelles, des
doctoresses, des brevetées, des agrégées, c'est-à-dire des pédantes,
des prétentieuses, mais hélas on n'en fait pas des femmes!

Et si maintenant pour obtenir malgré tout votre fameux suffrage
vous joignez, Mesdames, à cette éducation savante, une éducation
politique; si à la théorie du système de Kant ou du tronc de cône
vous joignez les théories royalistes, impérialistes, républicaines ou
socialistes; si désormais une femme doit apprendre l'exposé radical
ou la doctrine communiste, le résultat sera admirable!

A la jeune fille pédante «qui n'a du dédain que pour les bourgeoises
préparant des conserves ou surveillant la blanchisseuse»[58], ajoutez
un troisième sexe, la femme politique, nous aurons alors un être
hideux, difforme, composé de pédantisme, de laideur, de prétention,
de science et de politique, qui ne sera même plus, selon l'expression
vulgaire, bonne à prendre avec des pincettes!

  [58] Turgeon: _Le féminisme français_.

Quelques féministes désireraient pour arriver à ce résultat un autre
système. Ce serait la promiscuité de chaque jour des femmes avec les
hommes:

«La politique, le café, le cabaret, en mettant les hommes en contact,
leur font apprendre à s'apprécier et à se maîtriser. Mais pour les
femmes, actuellement écartées de la politique, il n'y a point de
contact civilisateur et l'habitude de n'avoir en vue que soi même
fatalement restreint leur sens moral»[59].

  [59] _Le Matin_, 23 mars 1910.

Ainsi donc, pour compléter l'éducation de la femme, Mme Hubertine
Auclert nous propose comme contact civilisateur la politique, le
cabaret et le café. Pour notre part, nous croyons que si une pareille
éducation devait leur être donnée dans de semblables milieux, il
faudrait désespérer de les voir s'apprécier et se maîtriser; et il
serait à craindre de constater, le jour où elles prendront ce fameux
contact civilisateur, la ruine de la famille et une recrudescence
formidable d'aliénées.

Non, jeunes filles, restez simplement les petites intelligences
vives et alertes, ayant des aperçus rapides sur certaines branches
de la science, connaissant très bien notre littérature, écrivant un
français impeccable, sachant apprécier à sa juste valeur une œuvre
d'art; joignez à cela une éducation artistique, soyez des femmes
agréables, distinguées sans être pédantes, instruites sans être
précieuses.

Ce n'est point certes que nous soyons partisans du type classique
et ennuyeux de la femme de 1830 ou de la reproduction de cette
espèce inférieure de jeune fille appelée oie blanche! Mais de grâce,
ne brisez point brutalement cette auréole de tendresse et d'amour
qui font la femme douce et aimante. Laissez pour les hommes les
discussions théoriques, les analyses profondes et surtout cette
fameuse éducation civique ou politique dont vous espérez merveille et
qui ne fera que creuser plus profondément le fossé qui vous sépare de
la raison et du bon sens.

Ne soyez point, Mesdames les féministes, celles qui font toujours
semblant de croire à la vérité et à la beauté des doctrines que vous
préconisez car, parfois, dans la hardiesse et la nouveauté de vos
idées, vous confinez au ridicule et n'oubliez pas qu'en France le
ridicule tue toujours!


5e: La femme ne doit point voter à cause du danger confessionnel

Ce chapitre, qu'on pourrait intituler: de l'hypnotisme, est un de
ceux qui a réuni le plus grand nombre d'adversaires et de partisans.

Cette délicate question de l'influence du confesseur sur l'âme
de sa pénitente est si complexe et surtout soumise à tellement
de variations, à cause du tempérament et du milieu, qu'il est
matériellement impossible d'apporter des faits individuels permettant
de faire une preuve éclatante dans l'un ou l'autre sens.

Comment, disent certaines âmes charitables et naïves, pouvez-vous
supposer à un homme de religion le pouvoir pour ainsi dire surhumain
de guider les décisions des femmes, de diriger leurs actes, en un
mot de leur imposer sa façon de penser et d'agir. Mais de nos jours,
avec la liberté effrayante des mœurs, avec notre laisser aller, notre
indifférence et notre scepticisme, l'armée des illustres pécheresses
rachetant leurs fautes par de douces pénitences et suivant exactement
les conseils intéressés de leur confesseur n'existe plus.

La femme d'aujourd'hui est trop légère, trop insouciante, et surtout
trop avisée pour prêter une oreille attentive aux remontrances d'un
jeune abbé poudré, ou d'un vieux vicaire illuminé et bedonnant!
Par tradition, par habitude, par respect humain, elle lui débitera
l'éternel monologue de ses péchés mignons, bouclera aussi vite que
possible la douce pénitence et, plus légère qu'un oiseau, volera
vers d'autres dangers, vers d'autres chutes, ayant au cœur la douce
espérance d'être pardonnée et de re-recommencer.

Le confessionnal n'est plus aujourd'hui le point où mystérieusement
se réunissaient les fils qui guidaient les volontés des femmes;
l'indifférence et la raison ont brisé la trame de cette toile
immense, enserrant les âmes et les énergies féminines!

C'est mal comprendre la profonde influence qu'a toujours exercée sur
la volonté faible et molle de nos compagnes le caractère religieux
d'un confesseur. Depuis la juste loi de la Séparation, l'Eglise vit
en marge de la République, dissimulée mais non vaincue, rabaissée
mais non soumise. De n'avoir pas voulu se courber à l'instar des
autres dogmes sous le joug de la loi, d'avoir été forcée de se
soumettre, elle a gardé l'éternelle rancœur des vaincus et l'espoir
de relever un jour la tête.

Voilà pourquoi, malgré tout, sans chocs, sans heurts ses ministres
ont redoublé d'influence et de zèle! Sachant que la majorité des
femmes a reçu une éducation religieuse laissant en elles une trace
indélébile, ils savent réveiller au moment opportun les sentiments
qui s'endormaient dans la fièvre de notre siècle! Ils continuent à
guider les âmes et à avoir main mise sur leur volonté.

Dans les villes où la femme est absorbée par les exigences mondaines
ou la lutte pour la vie, leur tâche est peut-être plus difficile;
dans les villages où les lumières du ciel brillent encore dans l'âme
naïve et douce des paysannes, leur travail est simplifié. Et, comme
dans le passé, ils continuent à exercer une pression d'autant plus
dangereuse qu'elle est cachée, d'autant plus à craindre qu'ils font
miroiter l'éclat des palmes du martyre et la beauté d'une grande
revanche, jusqu'au jour où étant les directeurs de toutes ces âmes,
ils déclareront ouvertement la guerre à la République.

Que l'on ne nous dise point que ce sont là paroles légères ou
pronostics pessimistes. Ce que nous voulons montrer, c'est
la timidité, la faiblesse, la molle énergie d'une femme.
C'est la facilité avec laquelle on capte sa volonté. C'est
l'attrait mystérieux qu'exerce sur toute âme religieuse, même
superficiellement, la parole douce et chrétienne, psalmodiée dans un
confessionnal ombré avec des gestes bénisseurs et caressants.

C'est la facilité avec laquelle, sous prétexte de religion, le
confesseur peut dévier d'un sujet à l'autre, peut inspirer et imposer
sa façon de voir, peut en un mot se substituer à la volonté de sa
pénitente.

Et voilà pourquoi le jour où dans sa bonté magnanime la République
accordera aux femmes le droit de vote, ce jour-là des millions de
bulletins tomberont en avalanche sur elle; ce jour-là elle sera
submergée par les flots des opinions réactionnaires des femmes, qui
ne seront autres que les opinions de l'Eglise!

Raisonnement faux, dit-on, puisque la plupart des féministes
sont révolutionnaires et libre-penseuses! Mais quelle différence
faites-vous donc d'abord entre un révolutionnaire et un réactionnaire
ou un anti-républicain?

Il n'y en a pas! tous deux veulent renverser le régime existant, les
uns par le raisonnement et le coup d'Etat, les autres par la torche
et le pétrole! Tous deux rêvent à l'aube du grand soir, pour les
premiers elle est blanche; rouge pour les seconds!

Et puis croyez-vous que les féministes socialistes iraient
maladroitement se séparer du concours des catholiques? Leurs forces
sont déjà bien petites; qu'adviendrait-il si elles les divisaient?
Oui, nous avons l'intime conviction que le vote des femmes serait
défavorable à la République et cela parce que de nos jours encore la
volonté de la femme n'est point libre, elle est soumise à celle de
son confesseur. Ceci n'est point une opinion; c'est la constatation
de chaque jour, c'est un fait habituel! et nous croyons toujours à
l'éloquence des faits plus qu'à celle des discussions.

De là, cependant, à faire retentir la trompette anticléricale et
sonner à tous les échos le ralliement de la libre-pensée, nous
paraîtrait un moyen essentiellement faux et maladroit. N'essayons
point de jouer le rôle insipide de la mouche du coche, comme par
exemple Mme Nelly-Roussel:

«Tant que nos soi-disant libres-penseurs, dit-elle, se montreront
aussi misogynes que l'Eglise, tant qu'ils n'ouvriront à la femme
qu'une petite porte dérobée en lui recommandant d'être bien sage
et de s'asseoir humblement à l'écart, qu'ils ne lui feront pas
partout sa large place, nous pourrons craindre que nos tentatives
de laïcisation complète demeurent vaines et infructueuses! Mais
qu'espérez vous, ô anticléricaux! Chasser vos compagnes des églises
sans leur donner d'autres asiles! Les enlever à ce qui les console
sans faire en sorte qu'elles n'aient plus besoin de chercher les
consolations! Et dans leur âme où la résignation chrétienne endort la
dignité humaine, tuer cette résignation sans réveiller la dignité qui
défend de courber la tête sous aucun joug moral ou social? Sachez-le
bien, vous rêvez l'impossible!»[60].

  [60] _Quelques lances rompues en faveur de nos libertés_,
  Nelly-Roussel.

Sauf votre respect, Madame Nelly-Roussel, empruntant pour un instant
un vocabulaire populaire: C'est du battage! Voyez-vous, les phrases,
les grandes idées, les systèmes modernes sociaux, la refonte de la
morale, «l'Eglise remplacée par la dignité qui défend de courber
la tête», tout cela c'est un brillant galimatias, un merveilleux
assemblage de mots qui ne veulent pas dire grand chose et qui, une
fois réunis, veulent dire encore moins.

Laissez de côté, Madame, ces grandiloquentes théories de la porte
dérobée et du joug moral ou social! Vos sœurs, pas plus que vos
frères, du reste, ne pourraient vous comprendre! Pour combattre et
ruiner à jamais dans l'âme de nos femmes l'influence d'un confesseur,
point n'est besoin de ce bréviaire insensé de libre-penseuse ou de ce
manuel nébuleux de parfaite laïque!

Non! que le mari soit désormais le confident de son épouse, qu'il
l'entoure d'une affection franche et sincère, qu'il soit pour elle
un guide, un soutien; qu'à tous les instants il se penche vers son
cœur pour connaître ses souffrances et ses désirs, que son rôle ne
se borne point à celui du mari légal, qu'il soit aussi le confesseur
paternel et aimant, et désormais disparaîtra cette influence néfaste
du prêtre qui fausse les volontés et qui pourrait détourner à son
profit le suffrage des femmes!

Mais plus de ces harangues philosophiquement ennuyeuses, Madame
Nelly-Roussel! Ralliez-vous à notre système! C'est le meilleur, parce
que le plus simple et le plus naturel!


6e: La femme ne doit point voter parce qu'elle est femme

Cela semble un paradoxe, une vérité de la Palisse; et cependant
nulle raison, à notre humble avis, n'est meilleure. De l'arsenal des
raisons, restreintes à volonté, militant en faveur de notre opinion,
aucune ne nous semble posséder plus de force, plus de bon sens, plus
de naturel et plus de vigueur.

La femme ne doit point voter parce qu'elle est femme.

Certes, il est assez téméraire de vouloir donner une explication de
la femme. Nous comptons, du reste, sur l'indulgence des critiques,
pour la seule et bonne raison que pas plus que nous ils n'arriveront
à donner la résolution de ce problème.

Impressionnable, est un de ses graves défauts. Son organisme délicat
la prédispose, en effet, plus que l'homme aux émotions. Un rien la
trouble, l'ébranle jusqu'aux larmes. La moindre impression laisse en
elle une trace profonde; une parole qui l'aura choquée, froissée,
restera gravée dans son esprit pour toujours. Il faut peu de chose
pour la rendre heureuse et une robe qui lui va mal la rend inquiète,
agitée, irascible. Le moindre petit détail qui cloche dans sa
silhouette la met dans des états de nervosité étranges; un malheur
profond la laisse calme, froide et résignée.

A côté de ces mièvreries qui constituent cependant une ambiance
nerveuse plus grande qu'elle ne paraît, il faut placer encore toutes
les secousses plus fortes auxquelles elle est en butte: maladies,
désillusions, misères, auxquelles son cœur généreux compatit
toujours; chagrins intimes qu'elle garde jalousement par fierté et
font d'elle l'éternelle blessée. Elle est en vibration continuelle
et son âme et son esprit sont sans cesse agités par le souffle de la
douleur et de la joie.

Et c'est à ce petit être ballotté, à la merci d'un sourire ou d'une
larme, que vous voulez donner un droit--celui de voter--droit
exigeant peut-être plus que tout autre le calme et la réflexion!
Oh! direz-vous, êtes-vous sûr que les hommes réfléchissent avant de
donner leurs voix à un candidat? Soit! faisons des concessions et
reconnaissons que bon nombre d'électeurs votent sans se douter du
droit sacré dont ils font usage; mais enfin, qu'on le veuille ou non,
il existe encore bon nombre de Français qui en leur âme et conscience
déposent, sans être impressionnés par les discours tapageurs ou
circonvenus par les promesses, leur bulletin dans l'urne.

Prenons, au contraire, la femme avec son extrême impressionnabilité,
mêlons-la aux luttes politiques, jetons-la dans des réunions, des
manifestations; pendant des semaines bourrons-la de professions
de foi, de proclamations, de déclarations, enflammons-la par de
violentes polémiques, et nous aurons le jour du vote devant nous une
malheureuse désemparée, brisée par les émotions, ne sachant plus à
quel candidat se vouer, ne comprenant plus ce qu'on exige d'elle;
nous n'aurons qu'une petite barque roulant, tanguant sur la mer
immense de la politique.

Oh! combien triste et pitoyable ce sera!

On comprend qu'avec un tel goût pour les émotions fortes, elle soit
inévitablement sentimentale. Cœur et nerfs, ainsi pourrait-on la
symboliser.

Elle subit continuellement cette double impulsion. Son cœur est
toujours plein de tendresse et de dévouement qu'elle répand sans
compter. Aimer, être aimée, se dévouer toute, se donner corps et âme,
voilà la véritable aspiration de la femme.

Certains féministes jugent parfois ce but dégradant, humiliant, parce
qu'il fait d'elle une esclave, et leurs théories sont vaines, car
aucun raisonnement n'empêchera la femme d'aimer et d'être une esclave
à laquelle nous obéissions.

Sa seule tâche ici-bas se nomme amour. Et qu'on le baptise comme
l'on voudra, sentimentalisme, romantisme, passion, tendresse, tout
cela n'est qu'une forme de l'amour qui remplit la vie de la femme.
Irez-vous rabaisser cet idéal, en faisant d'elle notre égale, du
moins en théorie.

Mais la femme, créature d'amour, n'est point faite pour ces grandes
théories modernes de l'émancipation sociale. Son cœur tout rempli de
tendresse ne peut comprendre ces aspirations illégitimes de liberté,
ces aspirations mal fondées d'égalité dans la question politique.
Éloignez d'elle toutes ces complications, ne la sortez point de son
cadre de beauté et d'amour, car le jour où elle viendra se mêler à
nos luttes, le jour où elle sera élue maire ou député, ce jour-là
sera pour elle l'ouverture d'une ère de rabaissement et de déchéance.
Elle ne sera qu'une pâle imitation de l'homme! Trahie par son cœur,
et voulant mettre la tendresse là où la raison, le droit et l'énergie
doivent seuls régner, elle sera renversée, piétinée, elle deviendra
la victime de l'amour!

Sentimentales, que deviendront leurs décisions! A quel parti
s'arrêteront-elles! Comment pourront-elles porter un jugement droit
et définitif? La passion, le sentiment fausseront toujours leurs
idées:

«Le sentiment peut tout faire rentrer dans l'esprit d'une femme»[61].

  [61] Paul Bourget.

«L'homme est poussé par la passion, la femme par les passions;
celui-là par un grand courant, celle-ci par des vents changeants»[62].

  [62] Jean-Paul Richter.

Voilà pourquoi jamais leur tempérament de grandes amoureuses ne
pourra s'adapter à celui de politique et de tous ses corollaires, y
compris surtout celui de voter.

La femme est de plus trop légère et trop inconstante. Aucune suite
ne se trouve dans ces décisions. Incapable de prendre par elle-même
une résolution, elle dispense son énergie entre de nombreuses idées
auxquelles, du reste, elle ne s'arrête particulièrement jamais. Et si
par hasard elle parvient à prendre une résolution ferme et énergique,
elle est absolument incapable d'en attendre le résultat?

«Vous causez avec une femme de sujets graves, tout de suite vous vous
apercevez que vous n'êtes ni compris, ni suivi. Sans cesse votre
interlocutrice vous échappe, se jette à côté, s'arrête à des détails,
se noie dans des lieux communs et sautille d'une idée à l'autre.
C'est que la femme n'est pas un cerveau, elle n'est qu'un sexe»[63].

  [63] _Les Mensonges du féminisme_, par Théodore Joran.

Ah! qui nous dira l'insouciance de cette petite âme d'oiseau, la
légèreté de cet esprit «sautillant comme les mouches»[64], qui
touche à tout, goûte à tout, veut tout voir, tout entendre, tout
connaître, tout savoir sans rien approfondir. C'est que la femme ne
peut matériellement réfléchir plus de cinq minutes; sa devise est
frivolité. «La femme ébauche tout, n'achève rien»[65].

  [64] Kant.

  [65] Turgeon.

«Ma femme est charmante, provocante, seulement elle ne laisse rien
dans la main. Elle ressemble à ces verres de champagne, où tout est
en mousse. Quand on a fini par trouver le fond, c'est bon tout de
même, mais il y en a trop peu!»[66].

  [66] Guy de Maupassant.

Rapprochons cette délicieuse réflexion de Guy de Maupassant d'une
déclaration fine et jolie qu'Henri Lavedan met dans la bouche d'une
de ses héroïnes:

«Des joujous animés, des êtres indécis et bizarres à caprices, à
vapeurs, à nerfs, voilà ce que nous sommes. Il y a des moments où
nous ne comprenons rien à nous-mêmes. Nous avons des cervelles de
petit lait, nous ne réfléchissons pas plus qu'une bête à Bon Dieu.
Moi, je me fais l'effet de ne peser rien, d'être un duvet; moins
qu'une chandelle... tu sais, cette fleur des champs sur laquelle on
souffle et puis qui s'est envolée»[67].

  [67] Henri Lavedan: _Leurs sœurs_.

Et maintenant pourrez-vous, Mesdames et Messieurs les féministes,
être convaincus que la femme aura assez de bon sens et de raison pour
user du bulletin de vote que, malgré elle, vous voulez lui offrir.

Vous voulez faire de ce petit être mignon qui ne songe qu'à
s'habiller comme un champignon ou comme un parapluie, l'égale de
l'homme; vous voulez accorder des droits nouveaux à cette Eve si
mobile d'âme et d'esprit, qui ne s'arrête à rien de profond et de
sérieux, qui glisse sur les sujets pour ne peser que la bagatelle!
Allons, permettons aux enfants de s'amuser avec des armes à feu! Le
droit de vote est une arme que la femme ne saurait et ne pourrait
manier, elle la tuerait!

Et puis n'oubliez pas «que les femmes sautent toujours à pieds joints
par-dessus les longues chaînes des raisons froides»[68].

  [68] Henri Marion: _Psychologie des femmes_.

Cela évite toute discussion en leur faveur!

En outre, que dire de leur exaltation. «Nerveuse, sensible, la femme
est extrême en tout, capable des pires folies comme des actes les
plus sublimes! La femme rêve toujours quelque chose de mieux que le
bien et de pire que le mal»[69].

  [69] Octave Feuillet.

Accordez-leur le suffrage et vous comprendrez alors pourquoi des
hommes de bon sens vous crient: Casse-cou! Mais dans les villes, et
surtout dans les villes ouvrières et les villages, nous assisterons
pendant les élections à des résultats navrants: les femmes exaltées,
ayant au cœur la prétention de faire triompher leur candidat, se
livrant à toutes sortes d'actes que nous ne pourrons que réprouver.

Considérez-les, de notre époque, dans les grèves. Ce sont elles qui
mènent les ouvriers, qui se couchent sous les pieds des chevaux des
gendarmes ou sur les rails des chemins de fer! Le jour où elles
auront le droit de voter, les élections sombreront dans le ridicule
ou dans le sang. Pour notre part, nous trouvons les deux solutions
aussi grotesques l'une que l'autre! Et nous sommes sûr d'avoir de
notre côté tous les gens de bon sens.

N'êtes-vous point encore coquettes, et ce défaut qui parfois est
une qualité ne deviendra-t-il pas, quand vous serez électrices, une
sérieuse pierre d'achoppement?

Vaniteuses! accessibles aux compliments. Comme vous deviendrez bien
vite amorales! Que ne ferait-on pas d'une femme en lui vantant ses
jolis cheveux ou ses grands yeux noirs. Des compromissions! mais il
y en aura plus que jamais! Le premier joli candidat venu, au bagout
étincelant, à la fine moustache ou à l'allure crâne, vous fera
tourner comme des girouettes! Seriez-vous capables de résister à
l'offre alléchante d'un pot-de-vin qui pour la circonstance revêtira
les formes élégantes d'une robe de chez Paquin ou d'un superbe
chapeau!

Mais en faisant vibrer en vous la corde désespérément sensible de la
vanité, en vous montrant une rivale adulée, comblée d'honneurs, que
vous pourrez égaler et même surpasser, que n'obtiendra-t-on pas de
vous!

Les ennemis de la République rabâchent depuis déjà longtemps
l'éternelle complainte de la pourriture de nos mœurs politiques.
Ils savent bien malgré tout qu'en République aucune suspicion ne
peut-être jetée sur notre corps représentatif.

Le jour où vous aurez le droit de voter, mesdames, la pourriture
politique gagnera du terrain sûrement, lentement, car aucune de vous
n'aura ni le courage ni la force de résister aux tentations!

Et ce jour-là, les adversaires du régime auront beau jeu!

Nous le répétons, vous ne devez point voter, car vous êtes des
femmes! car la femme est ce qu'il y a de plus beau sur la terre et
peut-être dans le ciel, car les anges lui ressemblent idéalement.
«Elle mérite ici-bas des autels, des litanies, une adoration
spéciale. C'est la fleur humaine par excellence; et c'est aussi la
perle, l'étoile et le papillon et toutes les pierres précieuses,
le plus rare bijou de la couronne. Et c'est aussi tous les arts
réunis, fondus, le plus exquis tableau, la plus svelte statue, le
plus velouté pastel! Et c'est encore la musique animée, réalisée,
personnifiée, la mélodie et l'harmonie, l'éternelle et divine
romance!»[70].

  [70] Henri Lavedan: _Leurs sœurs_.

Après cela, mesdames, aimeriez-vous devenir des hommes c'est-à-dire
des singes?

Et pour terminer, méditez cette pensée de Victor Hugo: «Si vous êtes
pierre, soyez aimant; si vous êtes plante, soyez sensitive; si vous
êtes femme, soyez amour!»[71]. C'est la seule chose que vous puissiez
être ici-bas.

  [71] _Les Misérables_, Victor Hugo.



TROISIÈME PARTIE



QUELQUES RÉFLEXIONS SUR LES SUFFRAGETTES


Ce ne sont point dans les pages suivantes des critiques ou des
conseils que nous voulons donner aux féministes de notre époque.
Notre faible voix risquerait fort d'être peu écoutée. Pourrait-il en
être autrement! Ce que nous avons voulu, c'est simplement condenser
en quelques lignes certaines réflexions suggérées par ces messieurs
et dames féministes.

Qu'ils ne voient point là les récriminations amères d'un adversaire
résolu des revendications du sexe faible, mais simplement les idées
d'un jeune homme qui s'amuse à rire de leurs travers et de leurs
défauts, ce qui, du reste, a été une partie des plus agréables et des
plus intéressantes de ce travail.


1º Les Suffragettes et la Réclame

Nous ne citerons point de noms; nous pourrons ainsi concilier la
pénible obligation de dire aux femmes de cruelles vérités tout en
n'abandonnant point le champ agréable de la galanterie. Et personne
n'étant visé, ces dames pourront se donner l'illusion de voir ces
lignes écrites pour leurs voisines.

Il existe à l'heure actuelle une question palpitante d'intérêt: c'est
le suffrage des femmes. Comme de toutes les nouveautés, des personnes
s'en sont emparées, l'ont exploitée, pensant s'en faire un tremplin
de gloire et de célébrité. Il est si difficile de percer de nos jours.

Les hommes féministes ont sauté à pieds joints sur ce nouveau thème
qui leur permet, journalistes d'exposer un sujet inédit, romanciers
d'intéresser leur clientèle par des idées modernes, auteurs
dramatiques d'éviter le four sensationnel par la hardiesse de la
thèse!

Pour quelques-uns, un succès de curiosité a répondu à cette nouvelle
«exploitation littéraire»; pour beaucoup le désintéressement et le
bon sens de la majorité des Français ont fait justice de cette levée
de boucliers féministes. Ces Messieurs avaient en effet oublié une
chose essentielle, principale: d'éclairer la lanterne, c'est-à-dire
d'étudier la question. Ils croyaient pouvoir traiter le sujet du
suffrage des femmes dans quelques articles de journaux ou aux feux
de la rampe. Et quand on s'aperçut que leurs raisons n'étaient que
des raisons sentimentales, que leurs phrases claironnantes étaient de
magnifiques ciselures vides de sens, on haussa les épaules et l'on se
mit à rire!

C'était la seule conclusion qui s'imposait!

Quant aux femmes, elles ont été superbes d'audace et de désinvolture.
Elles ont tout d'abord donné l'impression de grandes héroïnes, témoin
Olympe de Gouges! La femme, disait-elle, a le droit de monter sur
l'échafaud; elle doit avoir également celui de monter à la tribune!
Son désir fut sinistrement exaucé et nous ne pouvons que saluer très
bas une victime innocente de la Révolution!

A cette héroïne succéda une floraison de féministes convaincues et
exaltées, ne rêvant que plaies et bosses, luttes, barricades, avec le
désir public de devenir à leur tour des martyres, mais avec aussi le
secret espoir de demeurer tout simplement des femmes.

L'idée de ces revendications, comme du reste toute idée neuve et
hardie, faisant en France son petit bonhomme de chemin, ces dames se
crurent tout d'un coup les Messies d'une nouvelle société; à l'instar
des Saint-Simoniens elles tâchèrent de fonder un nouveau dogme
de régénération sociale! Et du jour au lendemain, les féministes
furent célèbres, on leur prit des interviews, elles écrivirent
leurs impressions, quelques-unes même leurs mémoires. Les grands
quotidiens publièrent des articles sensationnels sur leur compte;
et à part quelques esprits calmes et pondérés, l'escouade de ces
militantes fut grisée, fut éblouie! Songez donc! on publiait en
première page leurs articles, leurs noms; on donnait même leurs
photographies!

«Ah! l'on ne connaît pas l'influence de la photographie retouchée sur
la femme! Elles se font photographier dans toutes les positions, face
à l'Océan; celle-là, partant à la conquête de la littérature, sur
un dos de chameau; telle se costume en impératrice, telle autre en
bédouine!»[72].

  [72] Louise Faure Favier: _Figaro_, 21 février 1910.

Et toutes ces dames, prises tout à coup d'un furieux accès de
production, écrivirent, chaque jour, dans tous les journaux, dans
toutes les revues, dans tous les quotidiens!

Oh! cette littérature féministe! De l'opium! de la guimauve ou de la
pâte... épilatoire!

Les hommes-féministes! Des convaincus! des champions de
l'émancipation! Allons donc! dites plutôt des esprits brillants
et distingués! soit, mais aussi des vendeurs de littérature, des
lanceurs d'affaires, des hommes subtils et adroits, ayant compris
tout le profit qu'ils pourraient retirer de ces idées modernes et
toute la gloires qui rejaillirait sur eux de les avoir fait connaître
et exalter!

Les femmes féministes! Des convaincues! Allons donc; des assoiffées
de réclame, des ambitieuses, dont le suprême bonheur est de présider
un congrès ou de lire leur nom dans un journal.

«Ce qui perce à travers la propagande qu'elles mènent c'est, avec le
mauvais goût de la déclamation, une avidité impatiente de réclame, un
goût effréné de notoriété bruyante. La poule meurt d'envie de chanter
comme le coq, et c'est à qui s'époumonera pour mettre sa petite
personne en évidence sur le plus haut perchoir du poulailler»[73].

  [73] Turgeon: _Le féminisme français_.

Oui, Mesdames les féministes, voilà ce que vous êtes, des petits
esprits étroits et bornés, ayant au cœur un seul désir, celui de
paraître sur la scène de la vie, de taper à coups redoublés sur la
grosse caisse de vos revendications afin que l'on parle et que l'on
cause de vous, que l'on vous interviewe ou que l'on mette votre
photographie dans un illustré, devant une réclame de rasoir ou de
corricide!

Idéal combien ridicule et banal! Cela classe tout de suite le
féminisme!


2º Les suffragettes et la beauté!

Il existe chez les féministes femmes un point faible, très faible; un
point tout petit et qui, cependant, malgré les haussements d'épaules
de ces dames, a une grande importance! C'est la question de la beauté!

Jusqu'ici, les féministes n'ont recueilli que des suffrages
restreints, et cela tient beaucoup au manque d'élégance et
d'esthétique des candidates. Cette raison qui, à première vue, peut
paraître puérile est cependant, après discussion, sérieuse et fondée!

Vous nous direz: Mais toute femme jolie est bête! et pour être
intelligente nul besoin n'est d'avoir une figure fine et gracieuse!
C'est vrai, mais enfin c'est un grand défaut d'être laide, Madame!
«La femme n'a qu'un droit, avons-nous lu quelque part, celui d'être
jolie!» L'auteur exagérait, évidemment, mais il ne mentait pas!

«Qui décrira les nez en pied de marmite, chevauchés par de calamiteux
lorgnons, et les mentons crochus, les bouches édentées, où
n'apparaissent plus, au coin d'un redoutable sourire, que quelques
vieux chicots crénelés; et les visages couperosés ou jaunâtres, les
physionomies en coin de rue et les petits yeux vérons ou pers,
laissant filtrer un regard réfrigérant comme un courant d'air!»[74].

  [74] _Journal_, 6 juin. Ludovic Naudeau.

Mme Nelly-Roussel, en rapportant et commentant ce passage
photographié et pris sur le vif, devient triste et amère! Touchée
au vif, elle n'a pour le correspondant du _Journal_ que des paroles
mordantes!

Et parce que M. Ludovic Naudeau a montré, dans toute sa vérité et
toute son horreur un type presque universel de féministe, parce qu'il
souligne d'une plume minutieuse et humouristique le grave et éternel
défaut de ces dames, Mme Nelly-Roussel, avec un esprit mélancolique,
nous répond: «Ah! quel amusant jeu de massacre nous fournirait le
Parlement de n'importe quel pays! mais nous sommes meilleures que
vous, nous nous reconnaissons le droit à la laideur... bien que de
celui-là, comme des autres, vous abusiez volontiers»[75].

  [75] _Quelques lances rompues en faveur de nos libertés_, Nelly
  Roussel.

Eh! bien, à vous! mesdames, nous ne vous reconnaissons pas ce droit!
Un homme peut être laid, cela n'influe en rien sur son caractère ou
son énergie, mais vous! femmes, si vous voulez réussir, triompher!
vous devez être belles, car le jour où vous niez cette qualité, vous
supprimez la moitié de vous-mêmes!

Oui, n'oubliez pas, Mesdames, «dont les héroïques campagnes en faveur
du féminisme et de l'amour libre sont inscrites dans la lassitude
de vos bajoues et le découragement de vos seins»[76], que la femme
qui veut avoir un nom, être connue, faire parler d'elle, quand sa
cause est mauvaise ou que la vive intelligence lui fait défaut, doit
racheter tout cela par sa beauté. Pour vous, c'est une arme devant
laquelle peu d'hommes résistent, une force qui plie tout à sa volonté!

  [76] Jean Lorrain.

La laideur, Mesdames les féministes, voilà votre ennemi mortel! Nous
contemplions vos traits dans le numéro de _Fémina_ du 15 avril 1910.
Quelle impression doit produire sur les électeurs la silhouette
hommasse ou le facies exsangue de certaines candidates! Quel piètre
succès malgré toute votre éloquence (_?_) et que de sourires
ironiques doivent souligner vos périodes échevelées!

Peut être allons-nous faire mourir de jalousie certaines
concurrentes! A quoi attribuer le succès de Mme Marguerite Durand?
à ses idées féministes? Non! loin de là, mais simplement à son
élégance, à sa joliesse, à sa beauté distinguée!

Vous voyez, Mesdames, nous avions raison de vous dire: Soyez jolies!
Soyez jolies!

Admirons profondément, sincèrement, ce journaliste, féministe
convaincu, John-Antoine Nau qui, dans le _Petit Niçois_ du 18 janvier
1909, parlant de la laideur des suffragettes anglaises écrit: «La
prochaine fois que je rencontre une féministe anglaise ou non,
élégante ou malpropre, même bottée comme un égoutier, même laide
comme un pou, même un peu émêchée, sentant le schnik, le tord-boyaux,
voire le tabac à chiquer, je l'embrasse fût-ce en pleine rue!»

Je ne croyais pas qu'il existât de par le monde des hommes capables
d'un tel courage!

Quant à nous, le jour où nous rencontrerons une féministe de tous
points semblable à l'idéal de M. Nau, qui voudra se venger de nos
attaques, nous lui dirons simplement: Embrassez-moi. Et vous pouvez
croire, Mesdames, que nous serons cruellement puni!


3º: Les suffragettes et la critique

Il est encore un point qui vous porte considérablement tort,
Mesdames, c'est votre tactique de combat. Aux attaques et aux coups
de vos adversaires vous ne savez répondre la plupart du temps que par
des insultes ou des procédés méchants.

Irritables et nerveuses à l'excès, vous ne savez pas mesurer vos
paroles, guider vos réponses, empreintes toujours de fiel et
d'amertume; à la discussion vous préférez la phrase emportée; à la
polémique, le ton rancunier et coléreux. Nous le répétons, vous avez
gravement tort!

Ayez au contraire le bon sourire franc des duellistes de journaux;
encaissez les coups sans mauvaise humeur; ayez la répartie fine,
vive, spirituelle, mordante; sachez retourner les arguments adverses
d'une plume alerte et émoustillante, mais de grâce ne prenez point
tout de suite cet air boudeur et cette mine rageuse; que vos
discussions et vos réponses ne disparaissent plus sous les flots
tumultueux et pressés des épithètes malsonnantes; vos arguments n'en
auront que plus de valeur (ils en ont du reste besoin), et désormais
vous n'aurez plus l'ennui de lire des articles si véridiques à votre
adresse, à l'instar du suivant:

«Chaque fois que je me suis permis de ne pas admirer les femmes qui
font de la politicaille, j'ai reçu toutes sortes de lettres et de
cartes injurieuses.

»Des mains sans doute charmantes ont écrit à mon adresse de
cette écriture fine et allongée et pointue,--marque d'une bonne
éducation--les mots de crétin, d'idiot, d'abruti (j'en passe et des
pires).

»Ma foi! j'ai tort de croire que les dames n'ont pas de dispositions
pour entrer dans l'arène électorale»[77].

  [77] Clément Vautel, _Matin_, 11 février 1910.

En homme spirituel et aimable, Clément Vautel ne fait que vous
supposer des dispositions; il vaudrait bien mieux pour vous,
Mesdames, pour votre beauté, votre intelligence et votre élégance,
être obligées de reconnaître que vous n'êtes point faites pour les
luttes politiques!

Vous n'arriverez à ce résultat que le jour où vous reviendrez à ce
que vous avez toujours été, c'est-à-dire des femmes, par analogie des
êtres doux, affectueux et polis!

Et ce jour-là arrivera bientôt. Car vous reconnaîtrez votre erreur,
vous ne fausserez désormais plus vos caractères, vous ne serez plus
les politiciennes aux mots grossiers et injurieux, car cela n'est
point ni dans votre nature, ni dans votre caractère, ni dans votre
cœur! Vous redeviendrez des femmes.

Chassez le naturel, il revient au galop!



QUATRIÈME PARTIE



OPINIONS DE PERSONNALITÉS POLITIQUES ET LITTÉRAIRES SUR LE SUFFRAGE
DES FEMMES


Nous avons essayé de grouper très impartialement les opinions de
quelques personnalités politiques et littéraires sur le suffrage des
femmes.

Nous nous plaisons cependant à constater l'absence presque complète
de partisans résolus et convaincus. La plupart n'ont pas osé
répondre; certains, et ils sont nombreux, ne disent ni oui ni non,
enveloppent leur pensée dans un tour de phrase mystérieux, reprenant
d'une main ce qu'ils accordent de l'autre: bref pour ne point se
donner l'air de vieux rétrogrades, biaisent, essayent de gagner du
terrain avec tellement de restrictions et de doutes qu'ils précisent
mieux encore leurs opinions.

Et c'est pour nous une des constatations des plus agréables à la
fin de ce travail, après avoir parcouru les principaux ouvrages des
grands féministes hommes, d'avoir l'impression très nette et très
franche du sentiment de gêne éprouvé par ces écrivains à se déclarer
partisans convaincus des revendications du sexe faible.

Nous n'en voulons pour preuve (au milieu de nombreuses) que
l'assertion de deux féministes acharnés, MM. Prévost et Jadin.

M. Marcel Prévost, après avoir exalté dans tous ses ouvrages la
nouvelle femme, l'Eve libre, fait dire à une de ces vierges fortes
(_Léa_, p. 154):

«Une voix intérieure m'a toujours dit: «Rien n'est meilleur que
d'avoir une famille, un mari qui travaille avec vous, beaucoup
d'enfants qu'on soigne et qu'on élève».

Plus loin:

«Cet attachement fétichiste de l'épouse à l'époux sera longtemps la
loi des meilleures entre les femmes.»

Enfin, étrange constatation, dans les lettres à Françoise:--«Vous,
Françoise, je crois vous définir assez justement en disant que vous
êtes antiféministe pour vous-même et volontiers féministe pour les
autres.»

On ne peut être plus franchement ironique.

Quant à M. Jadin, professeur à l'École de Pharmacie de Montpellier,
homme aimable et distingué, unissant à ses dons d'agréable
conférencier une érudition complète sur la question du féminisme,
après avoir louangé dans un discours d'ouverture des Facultés la
femme savante et doctoresse, ne put s'empêcher de nous dire:

«Loin de moi d'exalter la femme intellectuelle aux dépens de la
femme d'intérieur. Plus que tout autre, peut-être, je considère que
les rôles sacrés d'épouse et de mère auxquels sa nature la destine
suffisent à remplir glorieusement une carrière, que les qualités
mêmes de nos compagnes, leur grâce, leur joliesse, leur délicatesse,
leur sensibilité, les consacrent gardiennes d'ornements du foyer
domestique!»[78].

  [78] La _Vie Montpelliéraine_.

Nous excusons volontiers M. Jadin, féministe convaincu, de son hymne
en l'honneur de la femme sensée et raisonnable. Cela ne nous surprend
pas outre mesure. Les hommes d'esprit savent toujours reconnaître
leur erreur, et M. Jadin est un de ceux-là!

Quant à nous, si ces Dames trouvaient ridicule notre aversion contre
leurs réclamations et leurs revendications, nous répondrions tout
simplement: Il faut toujours avoir le courage de ses opinions... et
de ses ridicules!

                                    *
                                   * *

Voici maintenant l'opinion de quelques personnalités sur le suffrage
des femmes:


De la _Revue Socialiste_, 1906:

Je suis convaincu qu'il en résulterait non seulement pour la femme
une libération rapide des lois et des usages qui économiquement
et civilement l'infériorisent à l'homme, mais aussi pour tout le
prolétariat une prompte croissance de force et de liberté morale
et sociale. Ce serait un pas de plus dans la voie du progrès
démocratique et humain!

    Edouard VAILLANT, député.


C'est incontestablement le seul moyen pour que le suffrage mérite
d'être appelé universel! C'est aussi celui d'être d'accord avec la
justice et le bon sens, car il est aussi injuste de refuser à la
femme, parce que femme, tout ce qu'on accorde à l'homme. De là des
mésintelligences fort explicables!

    Jean ALLEMANE, député.


Par le fait même de son affranchissement politique, la femme
sortirait de l'ombre des églises pour venir en plein soleil de la
place publique.

    Emile VANDERVELDE, député à la Chambre belge.


Notre parti s'est prononcé avec enthousiasme pour l'affranchissement
politique des femmes. Il est difficile pour moi de comprendre que
cette revendication ne soit pas acceptée par tous les socialistes.

    Keir HARDIE, membre du Parlement britannique.


Je pense que le droit de vote pour la femme est indéniable au point
de vue moral, social et politique.

    Enrico FERRI, de la Chambre italienne.


A mon avis, la question du suffrage des femmes n'est pas de première
importance pour le socialisme et la classe ouvrière. C'est une
question de justice plutôt que d'intérêt pratique pour le mouvement
d'émancipation, la plupart des femmes se montrant très indifférentes
à ce sujet, même celles de la classe ouvrière.

    Edouard BERNSTEIN, membre du Parlement allemand.

                                    *
                                   * *

A quoi sert-il de révolutionner le Code civil au profit des femmes
et de leur donner des droits si, pour conserver ces droits, elles ne
sont pas armées du bulletin de vote, si le suffrage politique ne leur
est pas donné. En parlant de la sorte, je vais peut-être froisser,
dans le féminisme même, les sentiments de quelques êtres timorés qui
nous accusent de compromettre notre thèse en demandant le suffrage
politique pour les femmes. Eh bien! que les femmes me permettent
de leur dire que toutes les lois que nous pourrons proposer seront
vaines si pour accroître et défendre ces lois elles ne sont pas
armées du bulletin de vote. Vous obtiendrez de la générosité des
hommes, de leur esprit de justice ou quelquefois de leur amour du
paradoxe, quelques réformes partielles, quelques menues modifications
du Code civil ou de Commerce, mais jamais vous ne recevrez le
bienfait total de l'émancipation. Au nom d'une expérience politique
et parlementaire assez longue, laissez-moi vous dire que les
législateurs font les lois pour ceux qui font les législateurs.
Tant qu'un suffrage féminin ne viendra pas se joindre au suffrage
masculin, tant que se complétant l'un l'autre ils n'auront pas
restitué à la société l'harmonie et l'équilibre, la société ira de
tourments en tourments et d'abîmes en abîmes.

    M. VIVIANI, Ministre du Travail.

                                    *
                                   * *

Des _Annales politiques et littéraires_:

Je crois que le suffrage universel serait moins mauvais pendant
quelque temps si les femmes votaient, mais d'autre part le suffrage
universel me paraît idiot! Alors!

    Jules LEMAITRE, de l'Académie Française.


J'ai dit bien des fois que je suis partisan du suffrage politique
des femmes et de leur éligibilité, voulant l'absolue égalité des
droits des deux sexes. Je suis même partisan du vote des enfants (le
père votant pour les garçons et la mère pour les filles!) ce qui
donnerait aux pères et mères la prépondérance sociale qu'ils doivent
avoir. Je crois que pour tout pays, le vote serait moralisateur
et conservateur, les femmes étant à les considérer d'ensemble un
peu moins sensuelles, beaucoup moins cruelles et infiniment moins
alcooliques que les hommes.

    Emile FAGUET, de l'Académie Française.


En vérité, pourquoi ne voterait-elle pas puisque si elle ne
vote point elle fait voter ceux qui votent? Vous verrez que les
suffragettes, ces midinettes du vote, auront raison tôt ou tard du
préjugé. Elles sont l'avant-garde du féminisme et leurs promenades
boulevardières, d'abord raillées, finiront quelque jour par le vote
de leur droit au vote. Ce n'est pas demain! Et qui sait? Demain vient
vite et la France nouvelle, celle qui date de 20 ans seulement, est
déjà assez différente de l'ancienne pour qu'on s'attende à bien des
transformations encore.

    Jules CLARETIE, de l'Académie Française.


Je ne saurais vous cacher que je suis résolument opposé au vote
des femmes. Je craindrais qu'elles ne se jetassent dans les luttes
politiques avec une ardeur qui augmenterait encore les divisions de
la France, et nous sommes assez divisés comme cela.

    Comte d'HAUSSONVILLE, de l'Académie Française.


Je veux bien que les femmes votent et je crois qu'elles voteront dès
qu'elles s'aviseront de le désirer; mais je n'y vois pas d'utilité
générale, puisqu'elles n'ont indiqué jusqu'ici aucune vue politique
propre. Faut-il être franc? Dans la minute présente, les femmes
qui veulent voter me semblent des agitées. Leur véritable activité
se satisfait de cent autres manières. Cependant si elles tiennent à
voter, si elles se croient humiliées de n'être pas électrices, il
n'y a pas d'objection sérieuse à leur opposer et quand elles auront
conquis leur bulletin de vote, elles l'auront mérité tout aussi bien
que les hommes.

    Maurice BARRÈS, de l'Académie Française.


Ce sont de bien grosses questions et c'est seulement par des points
d'interrogation que je me permettrai d'y répondre!

Est-il logique, est-il juste qu'une femme devenue chef de famille
par le fait de son veuvage ne soit jamais appelée à dire un mot
quelconque dans les grands débats qui intéressent la destinée de sa
propre famille, aussi bien que la destinée des familles voisines,
politiquement représentées par le vote du père?

Est-il logique, est-il juste que les travailleuses organisées en
syndicat n'aient aucun moyen direct d'assurer la répercussion de
leur volonté dans les assemblées politiques et que l'émancipation
économique ainsi assurée à la femme n'ait aucune sanction dans le
domaine politique?

LUCIE-FÉLIX-FAURE-GOYAN.

                                    *
                                   * *

Du _Gil-Blas_:

Tant que notre pays sera régi par le suffrage universel, je serai
résolument pour le vote et l'éligibilité des femmes. Et pourquoi?
parce que je les mets au défi de gouverner plus mal et de choisir des
représentants qui fassent plus mal les affaires de la France.

    Louis d'HURCOURT.

                                    *
                                   * *

De _l'Eclair_, de Paris:

J'en suis partisan, parce qu'elles sont, elles et leurs enfants,
entraînées par les destinées de leur pays et qu'elles doivent, par
conséquent, avoir le droit d'y participer et d'y veiller; parce que
l'unité sociale, la famille, a pour directeurs naturels le père et
la mère et que cette dernière y assume autant de responsabilité que
son mari; parce que la femme a un sens pratique et une universelle
bonté qui doivent avoir les moyens de se faire entendre et au besoin
accepter.

    Docteur Armand GAUTIER,
    De l'Institut, membre de l'Académie de Médecine.


A voir l'usage que les hommes font du bulletin de vote, il n'y a pas
de risque de tomber dans le pire en courant l'aventure d'une réforme
équitable.

    ANDRIEUX, ancien député, ancien préfet de police.


Il m'est très difficile de me prononcer au pied levé et sans étude
spéciale de la question sur un aussi grave et délicat problème.
Tout ce que je puis vous dire, je ne suis pas opposé à la nouvelle
réforme, pourvu qu'il s'agisse du droit de vote seulement et non
pas de l'éligibilité. Encore une fois, il ne s'agit ici que d'une
impression hâtive et non pas d'un parti sérieusement étudié.

    Marquis de SÉGUR.


Je suis avec vous, du moins partiellement. Seulement je suis d'avis
de procéder par étapes. Je voudrais d'abord accorder aux femmes le
vote, l'électorat puis l'éligibilité municipale. Si l'expérience,
comme je crois, réussissait, je serais disposé à permettre aux
femmes de prendre part aux élections cantonales. Mais je m'arrêterais
là. L'électorat politique me paraît inséparable des charges
militaires, jusqu'ici du moins.

    Jacques BARDOUX, Professeur à l'Ecole des Sciences politiques.


Je voudrais conférer à la mère de famille (comme au père de famille)
la pluralité du vote comme une récompense et un honneur dans ce pays
que mine une natalité volontairement décroissante, mais aussi comme
un attribut justifié par plus d'expérience acquise et d'intérêts dans
la vie.

    Eugène ROSTAND.


Je suis en principe partisan du suffrage des femmes à condition
qu'elles soient veuves ou célibataires âgées de 25 ans.

Par contre, je ne suis pas d'avis qu'elle soit éligible, si ce n'est
aux fonctions d'assistance, municipales ou éducatives.

    C. BONNET-MAURY,
    Professeur à la Faculté libre de Théologie protestante.


Je suis partisan du suffrage des femmes. Nous pourrions commencer par
l'introduire à certaines conditions dans les élections municipales.

    Paul DESCHANEL.


Je désire obtenir pour la femme l'égalité des droits politiques.
Néanmoins je considère qu'une pareille réforme ne peut s'accomplir
que par étapes.

    GOIRAND.


Je crois que, dans un avenir plus ou moins rapproché, les femmes
deviendront électeurs et éligibles et je suis même convaincu qu'elles
élimineront les hommes de la politique. Elles y apporteront plus de
finesse mais elles la compliqueront. En Finlande et en Australie,
leur intervention n'a pas été heureuse.

    Yves GUYOT.


Le bulletin de vote pour les femmes, ça sera comme pour les hommes,
l'acceptation de l'oppression politique et de l'exploitation
économique par la grande masse, pour le plus grand profit de ceux qui
exercent le pouvoir et qui détiennent la richesse sociale.

    Jean GRAVE.


Il y a déjà tant d'incompétences qui s'occupent de politique que je
ne verrais pas sans inquiétude les femmes se jeter dans la mêlée des
partis. Dans les pays catholiques, le vote de la plupart des femmes
serait celui de leurs confesseurs, qui recevraient eux-mêmes le mot
d'ordre de Rome. Au lieu de contribuer au progrès, il amènerait je
crois un recul. Attendons, la question me semble prématurée.

    Alfred FOUILLÉE, membre de l'Institut.


La presque unanimité des électeurs de Roquefixade m'a fait maire de
cette commune, quoique me sachant aussi matérialiste que patriote et
républicain.

Or, si les femmes votaient, non seulement je n'aurais pas le suffrage
de la plupart d'entre elles, mais elles détourneraient de moi un
assez grand nombre de mes électeurs actuels.

    E. DARNAUD, maire de Roquefixade (Ariège).

                                    *
                                   * *

Du _Nouveau Siècle_:

Si la femme était directement intéressée dans nos luttes, elle y
perdrait l'influence bienfaisante qu'elle tient de ses rôles d'épouse
et de mère, sur les destinées de la Patrie qui n'est plus que le
prolongement naturel de la famille.

Au moment où sous les attaques incessantes contre l'idée de
la «Patrie» on sent poindre de tous côtés des sentiments de
découragement et comme des symptômes de résignation à une sorte de
dégénérescence nationale, la femme, dans ses deux grands rôles, avec
son sens plus affiné de nos traditions, m'apparaît comme la seule
capable de réveiller en ce pays la vision rédemptrice de son idéal et
de ses destinées momentanément obscurcies par nos luttes politiques.

Elle n'y arrivera que si elle s'en tient soigneusement à l'écart.

    Amiral BIENAIMÉ, député de Paris.


J'aurais été satisfait de voir dans la Chambre des femmes députés...
Tout cela parce que la femme a autant--si ce n'est plus--de droits à
défendre que l'homme. Comme celui-ci, du reste, elle a à combattre
l'exploitation capitaliste et elle a tout à attendre de la venue
d'une société socialiste. En plus, comme mère, la femme devrait
pouvoir influer sur les destinées sociales et matérielles.

    COMPÈRE-MOREL, député du Gard.


Le suffrage universel n'est qu'une fiction tant que les femmes en
seront exclues; le mot de féminisme me paraît impropre. C'est la
question de l'égalité et de l'équité dans le civisme qui est posée.
La femme est citoyen devant la loi commerciale, devant la loi pénale;
elle ne l'est pas devant l'urne électorale, c'est la contradiction
constitutionnelle, l'injustice sociale.

    MILLEVOYE, député de Paris.


Puisque les femmes sont admises avec nos pères et nos fils dans les
grandes écoles de l'Etat, puisqu'elles peuvent être commerçantes,
médecins, avocats, puisqu'elles partagent les travaux de certains
fonctionnaires, puisque les voilà maintenant reconnues aptes à
être des juges-prud'hommes; je ne vois pas ce qui les empêcherait
d'occuper des sièges à la Chambre des députés, au Sénat, dans
les Conseils généraux et dans les Conseils municipaux où elles
apporteraient un charme et une séduction qui manquent à la plupart
des hommes politiques.

    Georges BERRY, député de Paris.

                                    *
                                   * *

Voici enfin quelques opinions inédites dont nous remercions
sincèrement les auteurs:

Si les femmes doivent voter, monsieur? Certainement.

    Max et Alex FISCHER.

_P. S._--Nous ne parlons bien entendu que de celles qui ont de la
moustache.


Les femmes doivent voter: Parce qu'elles ont voix au chapitre. Parce
qu'elles feront prévaloir des lois de préservation de l'espèce. Parce
qu'elles feront passer le sentiment en ce qu'il a de plus noble avant
les considérations de cuisine politique.

    Paul MARGUERITE.


Je n'ai point d'idées neuves sur ce sujet.

    Charles GIDE.


    Mon cher ami,

Les femmes sont faites pour surveiller le ménage et faire des enfants.

    LASIES, député.


Je vous paraîtrai peut-être un vil réactionnaire, mais je partage
entièrement son opinion.

    Emmanuel BROUSSE, député.


    MONSIEUR,

Je ne suis pas du tout partisan du vote des femmes. Ce serait une
raison de plus pour elles de sortir de leur rôle, ce qui leur arrive
déjà trop souvent, depuis quelque temps. Et puis, elles ont déjà bien
trop de moyens d'action sur nous et bien trop de façons de se mêler
de nos affaires sans y ajouter ce nouveau prétexte.

Je ne prétends pas qu'elles voteraient plus mal que nous. Ce serait
difficile, d'ailleurs. Mais elles y mettraient encore plus de passion.

Et puis, comme on dit de notre côté en cas d'aventure: Cherchez la
femme; on dirait de leur côté: Cherchez l'homme. Car finalement il
n'y a que ça au fond de la plupart des actions humaines.

Y mêler encore la politique me paraît superflu.

    Mes sentiments les plus distingués.

    Michel PROVINS.



CONCLUSION


    _Aux Femmes_

Vous qui nous lirez, convaincues, sceptiques, ou indifférentes,
n'ayez pour moi aucune parole de haine, aucun sentiment de mauvaise
humeur, aucun accès d'indignation. A nos attaques raisonnées et
sincères, répondez par un sourire, à nos objections par un geste
élégant de vaincues: Vous aurez là l'occasion d'être pour une fois
des femmes d'esprit.

De nous ne vous faites pas l'idée d'un rétrograde, d'un bourgeois ou
d'un retardé du siècle! Non! plus que vous, nous aimons tout ce qui
est jeune, nouveau; plus que vous nous adorons l'idée riche d'espoir,
de jeunesse et d'avenir; mais cependant nous ne prendrons dans ces
projets d'évolution future que ce qui nous semble juste, équitable
et sensé, vous laissant, Mesdames les féministes, le rôle ingrat de
ne voir dans nos théories sociales que le ridicule, le grotesque et
l'invraisemblable.

Mais ce n'est point encore à vous les intellectuelles (?), les
révolutionnaires, les exaltées que j'en veux, vous qui défendez
parfois avec conviction et rarement avec raison une mauvaise cause.
C'est à vous, Messieurs les féministes, qui doucement, avec une douce
et fausse pitié, vous penchez vers l'âme de cette femme éprise de
liberté, grisée d'émancipation et par votre prestigieux talent et
votre plume éblouissante matérialisez et faites passer du domaine
irréel au domaine réel une idée fausse et anormale. Oui c'est à vous
que je cherche querelle, vous les hommes puissamment assis dans la
vie politique qui par pose, par snobisme, par genre, vous collez
l'étiquette de féministe, vous qui trônez fiers et impassibles dans
les hauteurs de la littérature et du journalisme et prenez plaisir
à soutenir la cause de l'Eve future pour vous singulariser ou vous
créer un nom, c'est vous que j'accuse de cet énervement social, de
cette crise qui secoue ridiculement quelques Françaises! Un coup de
bistouri eût été mieux approprié qu'une tendre consultation!

Et si le jour où écoutant les plaintes affolées et injustifiées de
ces enfants, vous leur aviez dit ce que tout homme de bon sens pense,
au lieu de leur faire inélégamment l'aumône d'une fausse pitié, de
nos jours on n'entendrait plus ce flot de grotesques réclamations,
qui n'ont pas seulement le mérite d'être idéalisées par des larmes et
qui sont couvertes par des éclats de rire.

Si à ces énervées, à ces détraquées vous leur aviez fait entrevoir la
faiblesse de leurs raisonnements et le contre-sens de leur idéal au
lieu de leur prêter une oreille attentive, si vous aviez d'un seul
coup plongé dans la vie normale ces anormales, au moment de stupeur
et d'étouffement aurait peut-être succédé une crise plus violente,
mais vite dissipée, et petit à petit, le temps aidant, lasses et
fatiguées, elles seraient rentrées dans l'oubli et dans le passé!

Voilà ce que vous n'avez pas voulu faire, Messieurs les féministes,
vous la cause première de cette théorie moderne et combien
insoutenable: l'émancipation de la femme! Vous avez considéré cette
idée nouvelle comme un «tremplin, comme un capital, comme une bonne
affaire!»

Puissiez-vous faire faillite et crouler ridiculement sous les
applaudissements vengeurs de tous les Français raisonnables et sensés!

Quant à nous, ce qui nous console, c'est que nombreux sont encore en
France, «les Philistins des deux sexes qui n'osent pas s'arracher
au cercle étroit des préjugés et appellent le féminisme la folie du
siècle»[79].

  [79] Aussip Laune; _Revue Socialiste_.

Oui, la folie du siècle qui détraque le cerveau de quelques femmes
pauvres d'esprit et riches d'espérances; folie remplissant notre pays
de cris étranges et inquiétants, tels que «Egalité des deux sexes,
Emancipation de la femme», etc., etc., à tel point qu'une de vos
sœurs, Mesdames, intelligente et fine, Mme Séverine, dans le _Matin_
du 2 avril 1910, essayait dans un style humouristique de faire taire
ces brailleries par une expression peut-être pas très académique mais
tout au moins de circonstance: «La ferme!»

Nous n'aurons point, Mesdames, la coquette impertinence d'une de vos
plus illustres représentantes, croyez cependant que ce mot résume
bien pour nous l'attitude à prendre devant tous vos discours et vos
réclamations.

Que dire maintenant de cette question en elle-même, le suffrage des
femmes?

La question du vote arrive à sa période heureuse, c'est-à-dire qu'on
ne la prend encore ni au sérieux, ni au tragique. Touche-t-on à une
solution? Si l'on songe que le problème fut posé par Aristophane,
qui n'était probablement pas le premier, il y a environ 2.300 ans,
on se sent un peu sceptique malgré l'initiative de quelques pays
d'avant-garde. Au fond, chacun se demande si les femmes sont aptes
à voter. «Cela n'a aucune importance, puisque les idiots votent»,
déclare Mme Durand, avec une humilité bien peu féministe et encore
moins féminine.

Mais on se demande surtout, pour qui voteront-elles? et comme
personne n'est sûr d'avoir les femmes pour soi (perfides comme
l'onde, la douceur mobile, toutes les langues ont là-dessus des
dictons malhonnêtes), chacun se méfie, excepté Don Juan..., mais Don
Juan ne fait pas de politique.

Au fond, citoyennes, vous vous préparez un maigre profit et beaucoup
de désillusions. Il y a de mauvaises lois à abroger, à modifier; il
y en a de bonnes, de très bonnes à faire vous concernant. Laissez
ce soin au temps, aux mœurs pas meilleures mais qui deviennent
plus humaines. On y travaille depuis longtemps, Mesdames, depuis
Justinien. Ne désespérez donc pas! On a rendu l'amour obligatoire
tout comme l'instruction! Pouvait-on vraiment aller plus loin.

Quant à vos champions, vos leaders, charmantes parfois, éminentes
rarement, à tous égards, en politique les croyez-vous capables de
poursuivre l'intérêt véritable des femmes. L'on en voit trop prendre
de l'incohérence pour du génie, le manque de goût pour du courage et
l'incongruité pour de la hardiesse d'esprit.

De grâce, Mesdames, ne compliquez pas la vie, elle n'est pas déjà si
simple! et puis, sans doute, les hommes eux aussi font beaucoup de
sottises, mais croyez-vous qu'une sottise féminine soit l'antidote
d'une sottise masculine? Nous croyons plutôt qu'elles font deux.

Ne prenez point ces airs batailleurs. Le costume de petite lutteuse
vous va si mal.

L'homme politique devient devant les foules une bête orgueilleuse
et déchaînée. Il ne regardera pas si vous avez des jupes ou des
pantalons. Et une fois meurtries et blessées, vous pleurerez et vous
n'aspirerez qu'à redevenir ce que vous n'auriez dû jamais cesser
d'être, des femmes.

Certes, quelques-unes des grandes féministes trouveront peut-être
ce rôle bien banal, bien effacé, bien indigne de leurs hautes
aspirations.

Il semble que vous oubliez que c'est vous qui, dans la vie, êtes le
plus souvent la souveraine! Pauvres pantins que les hommes, lorsque
vous mettez en marche toutes les ficelles de votre séduction et de
votre coquetterie.

Etouffez en vous ces bouffées d'orgueil et de domination politiques,
souvenez-vous que vous avez des moyens plus sûrs de régner et
d'avoir une incontestable influence! Songez à l'Assemblée des
femmes d'Aristophane et à Lysistrata matérialisant de la façon la
plus choquante et la moins attique une incontestable vérité. Par
votre charme, votre grâce, et les mille et un détails de votre
caractère, par la poésie de votre sexe et la simplicité du pot au
feu, vous menez le monde (on a déjà dit cela en vers de tous pieds,
en madrigaux de toutes façons, nous ne le redirons pas en prose!)
Vouloir un autre moyen de domination, mesdames, c'est déchoir,
abdiquer. Gardez-vous des utopies de notre siècle, donnez-nous de
beaux enfants, restez simplement «petites fées».

«Relevez le Français du XXe siècle qui se donne à lui-même le
spectacle de sa décomposition»[80]; ne soyez pas des vierges fortes,
êtres incomplets, inquiétants, enfiévrés, tourmentés et n'ayez point
comme idéal celui fou et grotesque d'être un individu avant que
d'être un sexe.

  [80] René Doumic.

Femmes, êtres exquis, faits de grâce et de délicatesse, restez ce
que vous êtes; écoutez avec ironie et pitié les théories de ces
hommes-femmes, de ces ratées, de ces soldes de l'amour, théories
mauvaises, car elles sont anti-naturelles.

Dites-vous que l'homme ne veut point vous lancer dans la lutte
politique parce que vous êtes meilleures que lui et que le jour où
vous serez son égal vous ne serez plus rien!

L'esprit, le cœur et le charme réunis, voilà un idéal bien plus
agréable, bien plus séduisant que celui d'un siège de député ou un
fauteuil de maire. Il vous donnera, mesdames et non citoyennes, soyez
en sûres, une satisfaction intérieure plus douce; et puis n'oubliez
pas les vers éternels de Molière que mon bon sens me murmure à
l'oreille.

    Et comme un animal est toujours animal
    Et ne sera jamais qu'animal dans sa vie
    Durerait cent mille ans, ainsi sans répartie
    La femme est toujours femme et jamais ne sera
    Que femme tant qu'entier le monde durera.

Et si malheureusement cette prophétie du grand Poquelin ne se
réalisait pas, nous nous estimerions profondément heureux, si notre
modeste travail pouvait retarder seulement d'une demi-seconde l'heure
où, comme un glas, sonnera l'émancipation de l'Eve nouvelle et la
mort de la femme!



BIBLIOGRAPHIE


OUVRAGES

    AUCLERT (Hubertine).--Le Suffrage des femmes.

    BEBEL (Auguste).--La femme.

    BOIS (Jules).--L'éternelle poupée.
          --       L'Eve nouvelle.

    DESCHANEL (Emile).--Le bien et le mal qu'on a dit des femmes.

    DUMAS fils (Alexandre).--Les femmes qui tuent et les femmes qui
    votent.

    GASPARIN.--Les réclamations des femmes.

    GIDE (Paul).--Etude sur la condition privée de la femme dans le
    droit ancien et nouveau.

    JORAN (Théodore).--Les mensonges du féminisme.

    LAMBERT (Maurice).--Le féminisme et ses revendications.

    LAMY (Etienne).--La femme de demain.

    LAMPÉRIÈRE (Mme Anna).--Le rôle social de la femme.

    MARGUERITE (Paul et Victor).--Femmes nouvelles.

    MICHELET.--La Femme.

    NELLY-ROUSSEL.--Quelques lances rompues en faveur de nos libertés.

    OSTROGORSKI.--La femme au point de vue du droit public.

    POINSINET.--Le rôle social de la femme.

    PREVOST (Marcel).--Les Vierges fortes.

    SECRÉTAN (Charles).--Le droit de la femme.

    SIMON (Jules).--La femme du XXe siècle.

    TURGEON.--Le féminisme français (2 volumes).


REVUES

    Académie des Sciences politiques et morales.

    Revue des Revues.

    Quinzaine.

    Revue politique et parlementaire.

    Revue politique et littéraire.

    Revue Encyclopédique.

    Revue Bleue.

    Revue Socialiste.

    Revue Economique politique.

    Revue de Morale Sociale.

    Réforme Sociale.

    Bulletin de la Ligue des Droits de l'Homme.


JOURNAUX

    L'Opinion.

    Annales politiques et littéraires.

    Le Figaro.

    L'Eclair de Paris.

    Le Gil Blas.

    Le Temps.

    Le Petit Niçois.

    Le Journal.

    Le Matin.

    Fémina.

    Le Journal des femmes.

    La Femme.

    La Vie Montpelliéraine.


THÈSES

    APPLETON.--De la situation sociale et politique des femmes dans le
    droit moderne.

    DAMEZ (Albert).--Le mouvement féministe et le libre salaire de la
    femme.

    DESSENS.--Des revendications des droits de la femme pendant la
    Révolution.

    DESSIGNOLES.--Le féminisme d'après la doctrine de Fourier.

    DURAND (Camille).--Questions féministes.

    KRUG (Charles).--Le féminisme et le droit civil français.

    POIRIER.--Le féminisme et l'infériorité de la femme.

    RENAUDOT.--Le féminisme et les droits publics de la femme.

    SURONNEAU.--Du suffrage universel.


    Vu le Président de la thèse:
    J. BRÉMOND.

    Vu, le Doyen de la Faculté de Droit:
    VIGIÉ.

    Vu et permis d'imprimer:
    Montpellier, le 3 mai 1910.
    Pour le Recteur, le Vice-Président du Conseil de l'Université,
    Léon PÉLISSIER.



TABLE DES MATIÈRES


    INTRODUCTION                                                       7

    PREMIÈRE PARTIE: CHAPITRE PREMIER: La place de
      la femme dans la société à travers les âges. Quelques
      appréciations.                                                  11

    CHAPITRE II: Raisons pour lesquelles la femme doit
      voter.                                                          17

      1re: La femme doit voter parce que la loi ne lui enlève
      pas ce droit.                                                   17

      2me: La femme doit voter parce qu'elle est l'égale
      de l'homme.                                                     24

      3me: La femme doit voter pour défendre ses intérêts
      attaqués et sa liberté compromise.                              32

      4me: La femme doit voter en France parce que les
      femmes votent dans les autres pays.                             41

      5me: La femme doit voter parce qu'elle ferait des
      lois contre l'alcoolisme et de régénération sociale.            46

      6me: La femme doit voter parce qu'elle vote déjà
      pour les Tribunaux de commerce.                                 54

      7me: La femme doit voter parce qu'elle paie l'impôt.            58

    DEUXIÈME PARTIE: Raisons pour lesquelles la
      femme ne doit pas voter. Une erreur.                            61

      1re: La femme ne doit pas voter à cause de la famille.          65

      2me: La femme ne doit pas voter parce qu'elle
      demanderait l'éligibilité.                                      73

      3me: La femme ne doit point voter parce que cette
      nouvelle conception n'est point dans nos mœurs.                 80

      4me: La femme ne doit point voter car elle n'a pas
      reçu l'éducation civique et politique.                          86

      5me: La femme ne doit point voter à cause du danger
      confessionnel.                                                  90

      6me: La femme ne doit point voter parce qu'elle est
      femme.                                                          96

    TROISIÈME PARTIE: Quelques réflexions sur les
      suffragettes.                                                  105

      1º Les Suffragettes et la Réclame.                             106

      2º Les Suffragettes et la Beauté.                              110

      3º Les Suffragettes et la Critique.                            114

    QUATRIÈME PARTIE: Opinions de personnalités politiques
      et littéraires sur le suffrage des femmes.                     117

    CONCLUSIONS                                                      131

    BIBLIOGRAPHIE                                                    139


                   *       *       *       *       *


  Liste des corrections effectuées.

  Page  15: «nourir» remplacé par «nourrir» (qu'il faut battre, bien
              nourrir)
  Page  27: «docteressse» par «doctoresse» (Madame la doctoresse
              Pelletier)
            «globelle» par «glabelle» (glabelle des arcades sourcilières)
  Page  44: «racommode» par «raccommode» (La femme ... ne raccommode
              jamais)
  Page  51: «absintes» par «absinthes» (surtaxe pour absinthes)
  Page  54: «réhahilité» par «réhabilité» (déjà failli, mais
              réhabilité)
  Page  56: «arbhorre» par «arbore» (Chaque camp arbore le drapeau)
  Page  68: «conséqences» par «conséquences» (des conséquences
              magnifiques)
  Pages 73, 88: «Aubertine» par «Hubertine» (Hubertine Auclert)
  Page  74: «n'aurions-pas» par «n'aurions-nous pas» (pourquoi
              n'aurions-nous pas la femme-maire)
  Page  80: «annnées» par «années» (Depuis quelques années)
  Page  83: «féminime» par «féminine» (la servitude féminine)
  Page  86: «simplemement» par «simplement» (Tout simplement)
  Page  93: «qu'elle» par «quelle» (Mais quelle différence
              faites-vous)
  Page  95: «Laisez» par «Laissez» (Laissez de côté)
  Page  96: «irrascible» par «irascible» (inquiète, agitée, irascible)
  Page  99: «corrolaires» par «corollaires» (tous ses corollaires)
  Page 100: «elle-mêne» par «elle-même» (Incapable de prendre par
              elle-même)
  Page 103: «les les» par «les» (les formes élégantes)
  Page 106: «hardisse» par «hardiesse» (la hardiesse de la thèse)
  Page 112: «homasse» par «hommasse» (la silhouette hommasse)
  Page 119: «suffrages» par «suffrage» (Voici maintenant l’opinion de
              quelques personnalités sur le suffrages des femmes)
  Page 121: «les les» par «les» (ceux qui font les législateurs)





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La Femme doit-elle voter ? Le pour et le contre - Thèse pour le doctorat ès sciences politiques et économiques" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home