Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | HTML | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Les poilus canadiens - Le roman du vingt-deuxième bataillon canadien-français
Author: Holland, J. A.
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les poilus canadiens - Le roman du vingt-deuxième bataillon canadien-français" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



  Au lecteur

  Cette version numérisée reproduit dans son intégralité la version
  originale.

  La ponctuation n'a pas été modifiée hormis quelques corrections
  mineures.

  L'orthographe a été conservée. Seuls quelques mots ont été modifiés.
  La liste des modifications se trouve à la fin du texte.



  LES POILUS
  CANADIENS

  LE ROMAN DU
  VINGT-DEUXIÈME
  BATAILLON
  CANADIEN-FRANÇAIS

  PAR

  J. A. H.



[Illustration: Groupe de quelques-uns des officiers du 22ème bataillon]

AVANT-PROPOS


LE 15 septembre dernier, 1918, l'on célébrait à Québec l'anniversaire
de la victoire de Courcelette, remportée le 15 septembre 1916 par le
22e bataillon canadien-français. Sur les terrains de l'Exposition,
devant un auditoire de quatre mille personnes groupées dans le grand
amphithéâtre, plusieurs orateurs ont tour à tour rappelé et célébré
le souvenir de Courcelette. M. l'abbé Camille Roy, entre autres,
a prononcé les paroles suivantes, qui nous paraissent les plus
appropriées que nous puissions inscrire en tête de ce modeste travail,
humble monument que nous avons voulu élever à la gloire impérissable du
22e bataillon canadien-français:

  "Le 22e bataillon canadien-français a pris pour devise, au moment
  de sa formation, la devise même de notre province de Québec: "Je me
  souviens." Le 22e est donc le bataillon du souvenir. Et c'est ce qui
  a fait à ses officiers et à ses soldats cette âme de bravoure, cette
  vertu conquérante qui fit paraître là-bas, en terre de France, les
  énergies traditionnelles et tous les beaux élans de notre race.

  "Oui, messieurs, c'est parce que les soldats du 22e se sont souvenus
  qu'ils ont toujours été aussi grands que tous leurs sublimes devoirs.
  Se souvenir est vraiment une force, quand, à se souvenir au moment
  du sacrifice, on revoit en des visions lointaines, mais encore si
  douces, le pays natal, la terre sacrée qui porta nos temples et nos
  berceaux, qui offrit à nos regards la parure immense de ses paysages,
  de ses montagnes, de ses plaines, de ses forêts, de son fleuve royal,
  et cette parure plus précieuse qui est le champ paternel et le foyer
  modeste mais très cher, dont on emporte partout la bienfaisante image.

  "Mais, laissez-moi l'ajouter: se souvenir est une force encore plus
  grande, se souvenir est une force irrésistible, quand on est fils
  d'une race comme la nôtre, et que les souvenirs du sol et de la
  famille s'augmentent de toutes les gloires du passé; quand on porte
  dans ses veines un sang qui est si riche de noblesse séculaire, et
  que l'on est soi-même la minute vivante d'une si grande histoire.

  "Notre race se soude, par ses origines, à celle qui répandit sous le
  ciel de l'Europe la lumière de son verbe, la puissance de son génie
  et l'éclair de ses épées. Issus et détachés de la France, qui fut,
  entre toutes les nations, capable d'héroïsme, nous avons continué,
  sous le ciel nouveau de l'Amérique, l'apostolat de sa pensée et les
  batailles de sa chevalerie. Lutter pour la justice, lutter pour
  le droit des gens et pour le droit de Dieu, ce fut notre tâche
  historique, et c'est notre gloire, qui fut parfois douloureuse.

  "Nulle part un Canadien français ne peut donc oublier ni son auguste
  lignage, ni ce patrimoine de vertus. Mais il s'en souvient, il doit
  s'en souvenir, semble-t-il, avec une ferveur plus émue, quand un
  jour, obéissant aux inspirations de sa piété, et conduit par tous
  les instincts profonds de sa vie, il se trouve là-bas, en terre de
  France, face aux barbares qui l'on souillée, et qu'aux champs où
  bataillèrent ses aïeux, il fait lui-même les batailles de la justice
  et de l'humanité. Devenu tout à coup semblable à ces chevaliers
  errants qui s'en allaient hors frontières redresser des torts et
  occire les mécréants, il se jette dans la mêlée ardente avec cette
  fureur joyeuse qui est le redoutable sourire de l'âme française.

  "Voyez plutôt, le 15 septembre 1916, à 5 heures et demie, par
  un soir lumineux et doux, s'élancer vers Courcelette les 800 du
  22e bataillon. Ordre leur avait été donné d'aller y déloger les
  Allemands. Ils s'en vont en pleine campagne, à travers champs
  d'abord, sous les canons de l'ennemi qui les voit s'avancer et ouvre
  sur eux le feu de ses batteries. Une pluie d'obus s'abat sur les
  assaillants. Mais ces 800 auront à vaincre près de 2000 Bavarois et
  Prussiens; et ils les vaincront. Pied à pied ils reconquièrent le
  terrain perdu. Le chemin sanglant se jonche de morts et de blessés;
  de nouveaux héros surgissent là où d'autres sont tombés, et ils
  continuent de monter en une poussée irrésistible vers le village
  convoité. Ils pénètrent dans la place jugée imprenable par les
  officiers allemands; ils en chassent l'ennemi; ils en nettoient tous
  les quartiers, et ils les défendent des contre-attaques furieuses
  des vaincus. Pendant quatre jours ils se battent comme des lions,
  ou plutôt comme des Français! N'ayant plus de munitions à eux, ils
  prennent à l'ennemi ses engins de guerre, et les font servir à leur
  victoire. Et les 118 hommes et 7 officiers valides qui restent font
  1200 prisonniers. Deux cent cinquante des nôtres furent tués et
  des centaines blessés; mais tous, morts, blessés et survivants ont
  accompli l'une des plus belles actions dont fut témoin, en ce mois de
  septembre, le front de la Somme. Et le général commandant la seconde
  division canadienne pouvait écrire au lendemain de ces journées
  fameuses que "dans toute l'armée britannique, aucun bataillon ne
  surpassait le 22e canadien-français."

Après ces éloquentes paroles, qui illustrent mieux que tout ce que nous
aurions pu dire nous-mêmes de la bravoure et de la noblesse d'idéal
du 22e bataillon, il ne nous reste plus qu'à essayer de raconter,
bien imparfaitement mais avec un grand désir de lui rendre justice,
quelques-uns des épisodes les plus glorieux ou les plus intéressants
de la belle carrière qu'a parcourue le 22e bataillon canadien-français
pendant le cours de la grande guerre.

[Illustration: LE COLONEL F.-M GAUDET, C.M.G.

Qui a levé le 22e Bataillon et l'a conduit en France.]



L'APPEL A LA PROVINCE DE QUEBEC


LES Canadiens français s'étaient déjà enrôlés en bon nombre dans les
rangs de la Première Division, mais on allait maintenant leur demander
un plus grand effort encore. Au cours de l'automne de 1914 et avant le
départ de la 1ère division pour la France, le colonel Gaudet se mit à
faire du recrutement pour le 22ème bataillon, que l'on se proposait
de verser dans la 23ème division de la 5ème brigade et qui devait
se composer exclusivement de Canadiens français. L'appel aux armes
retentit par toute la province de Québec, et des milliers de jeunes
gens animés des plus chevaleresques instincts de la race accoururent
aux bureaux de recrutement, prêts à tous les sacrifices pour défendre
la patrie, la France et l'Empire.

Les cadres furent bientôt remplis et le bataillon, presque au complet,
fut envoyé au camp de Saint-Jean pour y commencer son entraînement. De
nouvelles recrues y arrivaient chaque jour, et ces jeunes gens robustes
et à l'intelligence éveillée ne furent pas lents à se transformer en
soldats alertes et disciplinés qui faisaient déjà la fierté de leurs
officiers. L'entraînement se poursuivit durant tout l'hiver, les hommes
prenant goût de plus en plus à la vie en commun, à la nourriture
substantielle et appétissante, à la régularité d'habitudes et aux
exercices militaires qui développaient les forces et la résistance de
chacun. C'était le cas de dire que déjà "le moral des troupes" était
excellent.

Vers le milieu de mars, quelques jours avant le départ pour le camp
d'Amherst, Nouvelle-Ecosse, une imposante cérémonie religieuse
rassembla le bataillon tout entier dans l'église du Saint-Sacrement,
à Saint-Jean, qui avait été richement décorée pour la circonstance.
Avant la bénédiction du Très-Saint-Sacrement, le chapelain du bataillon
prononça au nom de tous la formule solennelle de consécration qui
vouait le 22ème bataillon au Sacré-Coeur de Celui qui s'appelle aussi
le Dieu des combats, puis il confia aux jeunes soldats leur drapeau,
symbole émouvant de la patrie, du devoir et du sacrifice. Bien des yeux
se mouillèrent en cette inoubliable cérémonie, des prières ardentes
montèrent vers le ciel, et il n'était pas un de ces jeunes braves qui
ne fît le voeu devant Dieu de remplir courageusement son devoir et de
faire honneur à sa race et à son pays. On sait aujourd'hui que ces
voeux n'étaient pas formulés en vain et avec quel noble courage ils ont
été accomplis.


EN AVANT!

La première période d'entraînement se termina à Amherst, N.-E. vers le
milieu de mai 1915, et le matin du 20, le 22ème défila fièrement par
les rues de la petite ville, au milieu des manifestations sympathiques
de la population, pour monter dans le convoi de chemin de fer qui
devait l'emmener vers Halifax--et vers l'Angleterre. Le trajet
d'Amherst à Halifax n'est pas long, et il n'était pas six heures du
soir que le bataillon était déjà installé confortablement à bord du
"Saxonia", qui se mit en marche aussitôt et sortit lentement du port
d'Halifax aux accents du "O Canada" et salué par les acclamations de la
foule massée sur les quais et sur la rive. Le coeur un peu serré, les
jeunes soldats regardaient s'effacer les rives de ce Canada que tous ne
reverraient pas, et peut-on les blâmer de quelques instants de profonde
et grave émotion? Mais ce n'était qu'un nouvel aspect du sacrifice, ils
en renouvelèrent l'acceptation en une fervente prière et retrouvèrent
bientôt leur entrain, qui ne devait plus les quitter de toute la
traversée. Celle-ci fut dépourvue d'incidents sérieux et s'acheva le 30
mai, date à laquelle on atteignit la côte anglaise, à Westenhangar. Le
même soir, le bataillon se dirigeait à pied, par les routes anglaises
bordées de haies parfumées de fleurs printanières, vers le camp de East
Sandling où ils devaient terminer leur entraînement.

Le camp de Sandling est situé sur un plateau élevé entouré de
jardins fleuris et de bosquets verdoyants. Dans ce décor éminemment
pacifique les hommes se mirent pourtant sans retard à apprendre
les dernières roueries du métier de la guerre: signaux, creusage
de tranchées, exercice à la baïonnette, lancement de bombes et de
grenades, simulacres d'assauts auxquels prenaient également part
d'autres détachements de la 5ème brigade, rien ne manquait pour donner
l'illusion de la "vraie guerre" et y accoutumer ceux qui devaient
prochainement y prendre une part si glorieuse. Les hommes goûtaient
pleinement cette vie d'activité et ne se tenaient plus de hâte de
traverser la France; aussi donnaient-ils toute leur attention à leurs
études et firent-ils des progrès rapides et soutenus, sous la direction
d'instructeurs compétents ayant fait du service actif à la ligne de feu.

A plusieurs reprises pendant sa période d'entraînement, la 2ème
division fut passée en revue par quelques-uns des chefs militaires et
des hommes publics les plus distingués de l'Angleterre, y compris Sa
Majesté le Roi. Ces personnages ne pouvaient manquer d'accorder une
attention spéciale au bataillon Canadien français, et leur inspection
se faisait encore plus précise en arrivant dans les rangs des nôtres;
mais ceux-ci n'avaient rien à craindre et la fierté de leur race et
les glorieux souvenirs de leurs ancêtres se faisaient sentir dans la
correction de leur tenue et la précision martiale avec laquelle ils
exécutèrent les différents mouvements de la parade. Les critiques les
plus exigeants se déclarèrent enchantés d'eux, et l'on eut de plus en
plus l'impression que l'on pouvait s'attendre à de grandes choses de la
part des fils du vieux Québec.

Au mois de septembre la 5ème brigade atteignit la fin de son
entraînement. Chacune de ses parties, régiments et bataillons,
avait reçu depuis près d'une année toute la science et acquis toute
l'endurance que l'on pouvait désirer et les hommes étaient maintenant
familiers avec les armes les plus étranges de la guerre moderne:
bombes, grenades à fusils, mitrailleuses, projecteurs de gaz, etc.,
etc., et l'on pouvait sans crainte les aligner à côté de leurs
prédécesseurs en France. C'est à ce moment qu'on leur distribua
l'équipement Webb, adopté par toute l'armée impériale. C'était un signe
de départ prochain dont les hommes furent enchantés. En effet, le soir
du 15 septembre, le 22ème et quelques autres bataillons de la 5ème
brigade s'embarquaient pour Boulogne, où ils arrivèrent sans incident;
et après un bref repos, un convoi de chemin de fer français les emmena
vers Saint-Omer.


ENFIN EN FRANCE

Ce convoi se composait de wagons à marchandises servant avant la guerre
au transport du fret et des animaux; ils avaient de plus tellement
servi depuis quelques mois que plusieurs étaient dépourvus de portes,
tandis que les autres manquaient de toiture; le voyage s'annonçait
comme devant manquer de confort, d'autant plus que l'espace manquait
aussi et qu'un grand nombre de soldats durent rester debout durant tout
le voyage entre les piles d'équipement qui recouvraient le plancher. On
commençait à goûter à la guerre pour de bon.

Il y eut cependant des intermèdes agréables, le long du trajet, surtout
pour le 22ème. Lorsque le train s'arrêtait à quelque hameau dont les
femmes et les enfants leur souhaitaient la bienvenue timidement, quelle
joie de retrouver la langue française, de comparer son nom avec ceux
des villageois, de proclamer celui de son propre village et surtout
de rappeler le souvenir des ancêtres communs! Quelle bienvenue après
s'être habitué en peu d'instants aux petites nuances différentes
du langage, et quels cadeaux de bon vin, de longues miches de pain
croustillant et de boulettes de beurre rappelant le pays canadien! Les
hommes exprimaient bruyamment leur bonheur et déclaraient que c'était
"comme aller en visite dans une autre partie de la province de Québec."

On finit par arriver à Saint-Omer, ville aux nombreux souvenirs
historiques, et après un peu de repos, la 5ème brigade se mit en marche
vers Hazebrouck, autre ville assez considérable et située non loin de
la frontière belge. On dormit à l'aise selon le système des billets de
logement, et les soldats du 22ème découvrirent avec satisfaction que
la langue française est partout comprise dans les Flandres, bien que
le flamand y soit la langue maternelle. On se remit en marche de bonne
heure le lendemain matin, et le soir la 5ème campa dans la région de
Locre-Scherpenberg, à peu de distance de la ligne de feu du mont Kemmel.

Et l'on était arrivés à la guerre! Le grondement sourd et persistant
du canon, le crépitement des mitrailleuses et de la mousqueterie,
arrivaient un peu adoucis par la distance, et quand vint l'obscurité on
vit éclater silencieusement les fusées éclairantes de l'ennemi, jetant
une lueur rapide sur la forêt ravagée et sur les contours du terrain
où se trouvaient les tranchées. C'était vraiment la guerre et la ligne
de feu, et les hommes commencèrent à sentir leur sang bouillir et à ne
plus penser qu'à se mesurer au plus tôt avec l'ennemi.


LE CLIMAT DES FLANDRES

Il régnait dans ce secteur une tranquillité relative qui permit à
nos débutants de s'accoutumer peu à peu à la vie des tranchées et au
système de relève alternée entre bataillons, qui leur assurait des
périodes régulières de repos et de détente, et lorsque la saison des
pluies s'étendit comme une couverture ruisselante sur toute la région
des Flandres, nos soldats se trouvaient déjà acclimatés et en mesure de
tirer le meilleur parti possible de la situation.

En dépit de la mauvaise température et des tranchées inondées qui les
obligeaient souvent à s'exposer sans abri aux coups des francs-tireurs
et de l'artillerie ennemis, les Canadiens français ne perdirent pas
leur entrain et ne se laissèrent même pas entraîner à une inactivité
qui eût été d'ailleurs fort excusable dans les circonstances. Comme les
sapeurs de l'ennemi creusaient secrètement des mines pour faire sauter
nos tranchées, ils les contre-sapèrent avec succès, et repoussèrent
l'Allemand lorsqu'il tenta d'occuper les cratères causés par ses
explosions. Dans les patrouilles, ils livraient fréquemment bataille
aux avant-postes ennemis et remportaient presque toujours les honneurs
de la bataille, faisant preuve d'un courage et d'une habileté rares
chez des troupes nouvelles. Il leur restait à montrer leur endurance
sous la canonnade, épreuve la plus rude de la guerre de tranchées:
rester impassible dans d'étroits fossés pendant que les obus pleuvent
et sèment la mort et la destruction tout autour. C'est là qu'on verrait
s'ils étaient vraiment dignes de combattre à côté des hommes d'Ypres,
de Festubert et de Givenchy. On va voir que ce jour ne devait pas
tarder, et que la réputation des nôtres devait en sortir encore grandie.

Les Allemands étaient serrés de près par les Anglais, à Loos, un peu
au sud, et s'attendaient à une attaque imminente, qu'ils voulurent
prévenir à tout prix. Ils tournèrent tous leurs canons disponibles
ainsi que leurs mortiers vers les tranchées canadiennes et leur firent
vomir la mort sans interruption. Les officiers prirent des mesures
d'urgence pour perdre le moins de monde possible, mais comment les
hommes allaient-ils se comporter? C'est ici que se place un incident
héroïque dont le récit a souvent été fait à l'honneur des nôtres: le
major A. Roy était à un moment donné au plus fort du danger, circulant
parmi les hommes et leur donnant l'exemple du calme et de la bravoure.
Il était à examiner tranquillement la carabine d'une sentinelle lorsque
tomba du ciel une énorme bombe lancée par un gros mortier ennemi; le
projectile meurtrier était là, dans la tranchée pleine de monde et
sur le point de faire explosion en semant la mort dans nos rangs. Le
major Roy n'hésita pas un instant; prompt comme l'éclair et sans tenir
compte de l'effroyable danger auquel il s'exposait, il se précipita
vers le monstre afin de le saisir et de le rejeter hors de la tranchée,
avant que l'explosion se produisit. Mais comme il allait atteindre
la torpille, le pied lui glissa dans la boue. . . et l'engin fit
explosion...

Le major Roy était mort de la mort des braves et en même temps il
scellait de son sang la réputation de courage des officiers et des
soldats du 22ème canadien français. Désormais personne ne s'inquiéta
plus de la façon dont ils se comporteraient sous les pires assauts de
l'ennemi.

[Illustration: LE LIEUT-COLONEL T.-L. TREMBLAY, C.M.G., D.S.O.

Officier de la Légion d'Honneur.]

Le temps passait, cependant, et la fête de Noël arriva comme par
surprise tellement l'on était occupés par les luttes et les événements
de chaque jour. Le 22ème eut la chance d'être relevé le soir du 24
décembre et de passer la journée du lendemain dans de confortables
logements de l'arrière. Officiers et soldats firent de leur mieux pour
que la fête fût joyeuse, mais comment pouvait-on éviter de songer
aux absents de là-bas, aux douceurs du foyer lointain, à la neige
étincelante et aux grands horizons clairs du pays canadien, pendant
que la brume et les pluies incessantes des Flandres se mêlaient au
bruit du canon pour faire sentir tout le poids de l'éloignement? Jamais
peut-être plus ferventes prières ne montèrent aux pieds de l'Enfant
Dieu, pour qu'il nous accordât la victoire et ramenât bientôt les
défenseurs à leurs foyers.

La 5ème brigade avait cependant travaillé sans relâche à réparer les
ravages causés par l'ennemi et par la pluie, et à rendre les tranchées
plus habitables, on peut même dire plus confortables. Il devint alors
possible de se livrer à une plus grande activité d'offensive au moyen
d'incursions et de patrouilles fréquentes, et le 22ème ne resta pas en
arrière dans cette nouvelle phase, qui allait si bien au tempérament
français. C'est au lieutenant Vanier et à ses quatre compagnons que
semble revenir la palme du plus brillant fait d'armes de ce genre pour
le commencement de l'année. Dans la nuit du deux janvier, en effet, ces
cinq braves se glissèrent dans l'obscurité au travers des défenses en
fil barbelé de l'ennemi, et firent sauter au fulmi-coton tout un nid de
mitrailleuses, après quoi ils s'en revinrent sains et saufs dans leur
tranchée. L'entreprise avait été plus que dangereuse et démontra une
fois de plus l'aptitude des Canadiens français à battre les Allemands à
leur propre jeu. On ne pouvait manquer de le remarquer en haut lieu, et
bientôt une période nouvelle s'ouvrit pour le 22ème.

Le génie inventif des Anglais s'était attaché à améliorer les armes
anciennes et à en inventer de nouvelles et de plus puissantes, et il
devint bientôt nécessaire de créer des écoles où les soldats pussent se
familiariser avec ces nouveaux engins de guerre. La 2ème armée, dont
faisait partie la 5ème brigade, avait établi un certain nombre de ces
écoles dans des villages tranquilles, situés à bonne distance de la
ligne de feu et des experts y donnaient à des groupes tirés de chaque
bataillon, des leçons sur le maniement compliqué des mitrailleuses,
l'organisation des attaques avec bombes et grenades, l'emploi des
gaz et les moyens de se défendre de ceux de l'ennemi, les tactiques
de la guerre de tranchées, etc., etc. Les hommes assistaient à ces
cours jusqu'à ce qu'ils y fussent devenus experts, et un bon nombre de
Canadiens français en purent profiter, de sorte que lorsque l'arrivée
de la 3ème division nécessita un changement de position, le 22ème avait
dans ses rangs tous les spécialistes voulus pour lui permettre de se
porter à l'offensive selon toutes les dernières inventions de la guerre
moderne.


LE COMBAT DES CRATÈRES DE SAINT-ELOI

Au commencement d'avril, mois pendant lequel la pluie ne cessa
pas de tomber, la 2ème division reçut l'ordre de relever la 3ème
division impériale qui avait réussi à pénétrer jusqu'à Saint-Eloi, en
faisant exploser sept mines sous les tranchées ennemies. Celles-ci
occupaient la crête d'un monticule dominant le pays environnant,
et faisant face au village de Saint-Eloi. De cette éminence, les
Allemands pouvaient observer à loisir les positions anglaises sur une
étendue de plusieurs milles, et il était devenu important de les en
déloger. L'avance anglaise avait presque complètement renversé la
situation; les tranchées allemandes avaient disparu et les cratères
formés par l'explosion des mines souterraines s'avançaient jusque
dans les tranchées de support de l'ennemi. Le terrain, cependant,
était complètement bouleversé, et les sept cratères se remplissaient
rapidement de l'eau environnante, tandis que la pluie incessante créait
chaque jour des lacs nouveaux, réunis entre eux par des marais gluants;
la terre pulvérisée prenait sous la pluie la consistance d'une colle
infecte, tandis qu'au milieu de ces flaques putrides apparaissait ça et
là le cadavre d'un Allemand immobilisé par la mort dans d'effrayantes
postures. Tel était l'état des choses lorsque la 2ème division
canadienne reçut dans la nuit du 4 avril, l'ordre de relever la 3ème
division impériale, épuisée de fatigue, et affaiblie par ses pertes.

Les tranchées prises d'assaut étaient encore pleines de morts et de
blessés, et l'on constata qu'il n'existait réellement plus de ligne de
front, celle-ci ayant été déchirée de toutes parts par les explosions;
il fallait se contenter de tenir comme on pourrait au moyen de
patrouilles et de postes de bombardiers placés partout où l'on pourrait
trouver ou improviser un abri quelconque.

La 6ème brigade canadienne, supportée par les mitrailleuses, y compris
celles du 22ème que commandait le lieutenant P. S. L. Browne, réussit à
faire évacuer les blessés et à établir une sorte de système de défense,
en dépit d'un vrai déluge de projectiles ennemis, les canons allemands
tirant de tous les angles possibles dans le but de détruire entièrement
cette position. Il fallait se hâter de s'y retrancher tant bien que
mal. Des escouades prises dans le 22ème et d'autres unités de la
brigade se risquèrent à travers la mitraille et pataugèrent péniblement
dans la boue épaisse jusqu'aux avant-postes où, l'obscurité aidant,
ils s'efforcèrent fiévreusement de construire des tranchées sans
lesquelles la situation n'eût pas été tenable. Il convient de dire que
ces pionniers ne dépassaient pas en bravoure leurs camarades de la 6ème
brigade, qui, couchés dans la boue, trempés par la pluie, bombardés,
canonnés et mitraillés par l'ennemi, n'en continuaient pas moins à le
contenir par une indomptable résistance.

En dépit de ces terribles désavantages, le terrain conquis fut
conservé, et ces quelques groupes de Canadiens privés de tout support
tinrent en respect les hordes allemandes jusqu'au matin du 6 avril.
A l'arrière, on était empêché, le jour, par les barrages ennemis et
le feu intense de ses mitrailleuses de leur envoyer des renforts; la
nuit, l'obscurité était si grande que les partis de secours perdaient
le sens de la direction et s'égaraient complètement dans la mer de
boue. Tour à tour les quartiers-généraux de bataillons, de la division
et de la brigade se virent couper leurs communications. Il y eut des
avant-postes anéantis et dont on n'entendit plus jamais parler. Des
courriers héroïques s'aventurèrent à tour de rôle dans les marais
gluants pour porter des messages importants aux courageux défenseurs,
mais tous succombèrent aux coups des francs-tireurs allemands. Même les
pigeons-voyageurs, notre suprême ressource en pareil cas, ne purent
être utilisés, car l'éclatement des explosifs leur donnait la mort au
moment où ils volaient en cercles avant de trouver leur direction.
Les cartes n'avaient plus d'utilité, tellement les projectiles et la
pluie avaient modifié le terrain; à la place de monticules familiers
on trouvait un cratère rempli d'eau ajoutant encore à la désolation
d'une vaste mer boueuse. On ne pouvait même plus reconnaître les quatre
grands cratères, dont le principal avait 175 verges de longueur sur
80 de largeur. Les rafales du vent, la pluie et le brouillard épais
empêchaient les aviateurs de prendre l'air et de reconnaître les
positions de l'ennemi, et il n'était même pas possible de supporter au
moyen de l'artillerie les tenaces défenseurs accrochés là-bas aux bords
de leurs cratères remplis d'eau et tenant tête héroïquement à l'ennemi.

L'aube du 6 avril éclaira faiblement le paysage dévasté sur lequel
flottait comme un suaire l'épais brouillard particulier à ces contrées.
Quelque part dans cette désolation, les Canadiens, couverts de boue,
affamés, altérés, les yeux hagards à force d'insomnie et des fatigues
indescriptibles supportées pendant trois jours consécutifs, attendaient
avec une sombre énergie l'attaque de l'ennemi.

Elle se produisit le long du chemin allant de Wytschaete à Saint-Eloi,
où l'on vit déboucher tout-à-coup des masses d'infanterie allemande.
Pour comble de malheur, la plupart des fusils des Canadiens ne
fonctionnaient plus, rendus hors d'usage par la boue, et les
mitrailleurs du 22e n'obtenaient plus qu'une détonation de temps en
temps de leurs armes détraquées. Jurant et pleurant de rage, nos hommes
voyaient échapper l'occasion de se venger de l'ennemi; les Allemands
trouvèrent une brèche près du centre gauche, s'y répandirent comme une
marée et balayèrent les quelques groupes obstinés qui s'opposaient à
leur avance.

Le reste des postes avancés, menacés de destruction ou d'encerclement
tentèrent de battre en retraite sous la protection de la 5e brigade de
mitrailleuses, mais celle-ci se trouva bientôt repoussée et enveloppée.
Se servant de leurs armes comme de massues, les mitrailleurs
s'ouvrirent un chemin dans les rangs ennemis, et c'est ainsi que le
lieutenant Brown et cinq de ses hommes purent rejoindre ce qui restait
de la 6e brigade et retraiter avec elle, sous une pression furieuse des
Allemands, jusqu'aux lignes anglaises qu'ils avaient quittées quelques
jours auparavant.


LA ROUTINE DE LA GUERRE

La bataille se continua autour des cratères de Saint-Eloi pendant
trois semaines encore, mais le 22e occupait dorénavant un secteur
tranquille à la droite du conflit et comme nous n'avons mission ici
que de le suivre dans les diverses étapes de sa carrière, il nous faut
laisser de côté les combats subséquents au 6 avril. Qu'il suffise de
dire que la 2e division canadienne qui venait ainsi de débuter par la
terrible "bataille des cratères" en sortit tout à son honneur, de hauts
personnages militaires ayant même déclaré qu'elle y avait fait preuve
d'une endurance et d'une ténacité que n'avaient dépassées aucune troupe
depuis le commencement de la guerre; nos Canadiens français pouvaient
prendre une part flatteuse de ce bel éloge.

Le mois suivant fut tranquille et la belle température récompensa les
hommes de leurs souffrances des semaines précédentes; le secteur
était calme, et les bataillons se remplaçaient à tour de rôle dans les
tranchées avec une régularité voisine de la monotonie. Les plus beaux
moments étaient ceux que le bataillon passait à l'arrière, dans les
curieux petits villages flamands tous pareils, avec leurs maisonnettes
de pierre à toits de tuile rouge, toutes serrées autour de l'église
ancienne et naïvement ornée, à l'intérieur, avec des tableaux et des
statues vieilles de plusieurs siècles. On trouvait toujours aussi
des magasins dans le village et les soldats s'y procuraient à peu de
frais tout ce dont ils pouvaient avoir besoin: du vin et des vivres,
de petits souvenirs et de belles dentelles faites à la main pour
envoyer en cadeau à la maison. Le peuple parlait en majorité la langue
française et les gens se montraient particulièrement empressés pour les
soldats du 22e, s'étonnant de ce qu'ils parlassent une langue inconnue
des autres soldats de l'armée canadienne. Il se créa ainsi des amitiés
solides entre ces familles et les jeunes soldats, on échangea des
souvenirs, des photographies, et l'on peut dire que longtemps après la
fin de la guerre on parlera encore avec affection, dans les chaumières
flamandes, des bons petits soldats Canadiens français venus de si loin
pour aider les Alliés à rendre la Belgique à son peuple ravagé et
dispersé.

Le 13 juin, la 1re division canadienne se livra à une vigoureuse
contre-attaque dirigée sur le mont Sorrel et réussit à en déloger
les Allemands, ce qui eut pour conséquence incidente de rappeler de
Saint-Eloi la 5e brigade et le 22e bataillon dont il faisait partie
comme on sait, pour occuper une partie des tranchées nouvellement
conquises. La besogne qui les y attendait n'avait rien d'éclatant ni
de glorieux, mais n'en était pas moins utile au bien général: réparer
les ouvrages de défense bouleversés, évacuer les blessés, enterrer les
morts, et cela sous le feu incessant du Boche vexé de son récent échec.
A la guerre, il est souvent aussi important de se fortifier que de
conquérir de nouvelles positions, et le commandant appréciait vivement
l'excellence du travail accompli en ce sens par le 22e et les autres
bataillons de la 5e; il faut du reste autant de courage pour creuser la
terre en s'exposant aux projectiles meurtriers de l'ennemi, que pour se
lancer à l'assaut aux moments plus excitants du choc et de la bataille.
Les nôtres surent ainsi démontrer qu'il ne leur manquait aucune des
qualités du bon soldat.

Le souvenir du pays fut encore ravivé si possible lorsqu'arriva la fête
de Saint-Jean-Baptiste, le 24 juin. Le lieutenant-colonel Tremblay, qui
commandait le bataillon depuis la permutation du lieutenant-colonel
Gaudet au Ministère des Munitions, donna congé au 22e pour cette
journée, qui fut employée au repos et à des amusements variés, qui
se terminèrent à la soirée par un concert improvisé où les chants
nationaux, voire les cantiques familiers, retentirent jusqu'à la nuit
et réchauffèrent s'il en était besoin les coeurs et les courages. La
patrie canadienne était loin, mais on ne l'oubliait pas. Comme dans
la jolie romance qui fut, du reste, chantée à mainte reprise en cette
journée, les vaillants soldats du 22e pouvaient dire au Canada:

  "Il y a longtemps que je t'aime,
  Jamais je ne t'oublierai."

[Illustration: LE MAJOR A.-E. DUBUC, D.S.O.

Chevalier de la Légion d'Honneur.]


PÉRIODE TRANQUILLE. LES PATROUILLES

Vers la fin de ce mois le 22e fut ramené dans les vieilles tranchées
de Saint-Eloi. La main magique du printemps avait jeté sur les lacs
boueux de naguère un tapis de verdure et de fleurs ondoyant à la brise,
et les contours déchirés des cratères étaient maintenant adoucis par
l'abondante végétation de la mi-été; seuls quelques sacs de sable
éventrés et un reste de fil de fer barbelé et rouillé rappelaient le
souvenir de la tragédie qu'avait été le combat, le carnage plutôt,
des Cratères. Les occupants des tranchées allemandes étaient devenus
curieusement apathiques, comme il arrive à la suite d'un échec et que
la faculté d'offensive est momentanément amortie. Seule l'artillerie
et les mortiers boches continuaient les hostilités, et nos patrouilles
ne réussissaient que rarement à engager la bataille avec les partis
ennemis, qui se dérobaient aux provocations des nôtres. Plusieurs
engagements se produisirent cependant, généralement de nuit, et les
Canadiens français s'en tirèrent chaque fois avec les honneurs du
combat, faisant preuve de qualités guerrières qu'on s'est toujours plu
à reconnaître au sang français: l'élan et la bravoure, alliées à la
ténacité proverbiale des Anglo-saxons dont ils avaient l'exemple sous
les yeux. Le sergent Pouliot et quelques-uns de ses hommes allèrent
jusqu'à faire prisonniers les deux chefs d'une forte patrouille
allemande, à la suite d'un vif engagement corps-à-corps, et reçurent
pour ce fait d'armes les vives félicitations de leurs chefs et de leurs
camarades.

Au milieu d'août, la 4e division canadienne arriva à son tour dans
la zone des batailles, et le 22e fut chargé d'initier l'un de ces
nouveaux bataillons aux mystères de la guerre de tranchées. Leur
arrivée coïncidait du reste avec des rumeurs persistantes de prochain
changement de secteur pour la 2e: on parlait constamment de la
Somme, où s'étaient déroulées pendant tout le mois de juillet et la
première partie d'août des batailles formidables dans lesquelles les
troupes impériales, australiennes, sud-africaines et terreneuviennes
s'étaient couvertes de gloire, mettant fin à jamais à la réputation
d'invincibilité des troupes allemandes. Les soldats de la 2e division
ne parlaient plus d'autre chose et frémissaient d'envie d'aller prendre
leur part de ces grands événements. Ils en eurent bientôt l'assurance,
lorsqu'on se mit à les remettre à l'entraînement intense qu'il faut
donner aux hommes un peu engourdis par la vie tranquille de certains
secteurs, lorsque vient le moment de retourner au contact avec un
ennemi actif et entreprenant.


VERS LA SOMME

L'aube du 26 août vit les premières colonnes de la 2e division se
mettre en marche vers la Somme. Toutes les routes furent bientôt
bourdonnantes du bruit des transports et des chansons de marche, et
partout les habitants de la région se pressaient sur le passage des
braves qui les avaient si bien défendus jusque là, et leur souhaitaient
en passant bonne chance et bon succès. Le voyage n'avait cependant rien
d'une promenade: chargés au maximum d'armes et de munitions et des
nombreux objets nécessaires au soldat en campagne, les hommes avaient
encore à marcher par longues étapes quotidiennes sous un soleil ardent
et sur des routes tour à tour formées de rudes cailloux, de boue, de
sable ou de macadam. Ceux du 22e en avait cependant vu bien d'autres,
et firent preuve de toute l'endurance à laquelle on s'attendait de leur
part, et le fait est qu'ils accomplirent la dernière demi-journée de
marche, en arrivant au camp d'entraînement final d'Eperlecques, avec un
entrain et une vigueur plus grandes encore si possible qu'au moment du
départ de Saint-Eloi.

Un monde nouveau se déroula ici devant les yeux émerveillés des
Canadiens. Au lieu de campagnes plates et un peu monotones des Flandres
ils se trouvaient maintenant entourés de coteaux et de bosquets
verdoyants, et des champs couverts de moissons mûrissantes, fruit de
l'industrie courageuse des vieillards, des jeunes garçons et des femmes
de la noble France, qui avaient fait les semailles, quelques semaines
auparavant, les yeux mouillés de larmes mais le bras ferme, tandis que
leurs fils, leurs frères, leurs fiancés, défendaient héroïquement le
sol sacré de la patrie dans les tranchées immortelles de Verdun, de
l'Artois et de la Champagne. Ces vaillants de l'arrière reçurent les
soldats Canadiens français comme des enfants de la famille pour ainsi
dire, saluant en eux une preuve éclatante de la vitalité de la race
et un souvenir des gloires d'autrefois. Leur fierté de Français et
leur inébranlable confiance dans la victoire finale en furent encore
fortifiés, en même temps que l'exemple de tant de sacrifices et de tant
de courage enflammait d'une nouvelle ardeur le coeur des défenseurs
venus des bords lointains du Canada. Aussi, la semaine d'entraînement
intense que subirent les nôtres dans ce milieu sympathique suffit-elle
à les rendre prêts à tout et pressés de se jeter entre la menace du
Boche et les braves gens auxquels le 22e se sentait si attaché déjà,
par les liens étroits de la communauté de langue, de religion, de
sentiments et de traditions familiales. Le moral du 22e était à ce
moment belliqueux jusqu'à l'enthousiasme, et l'ennemi n'avait qu'à se
bien tenir; on sait du reste qu'à ce moment, celui-ci avait besoin de
tous ses efforts pour résister tant bien que mal à l'avance anglaise,
très active à ce moment-là.

Au commencement de septembre, le 22e fut envoyé aux Briqueteries, non
loin de la ville d'Albert, dont la "Vierge penchée" fit si longtemps
le sujet de la curiosité universelle; on se souvient que le clocher
d'une église de cette ville était surmonté d'une statue de la sainte
Vierge tenant dans ses bras l'Enfant divin, et qu'un obus allemand
atteignit la base de la statue, qui pencha en avant jusqu'à la position
horizontale, et resta ainsi suspendue pendant plus de deux ans, jusqu'à
ce qu'un autre projectile vint la jeter sur le pavé. C'est dans la
campagne située auprès de cette ville que l'armée britannique avait
établi un grand camp de concentration où l'on pouvait voir réunis des
régiments venus de presque toutes les parties du monde pour défendre
l'Empire et la liberté. La ville servait de centre à une incroyable
activité guerrière, et les hommes du 22e prirent là une idée encore
agrandie de la puissance de l'Empire, qui multipliait à ce moment les
attaques et les succès contre le puissant ennemi des Alliés, en dépit
des fortes défenses naturelles et artificielles que celui-ci opposait,
en attendant de prendre lui-même l'offensive.

La 2e division devait prendre part à l'action sans plus de retards, et
le 22e ne se tenait plus de joie à la pensée qu'il allait prendre une
part de premier rang à la prochaine attaque, qui devait se déclencher
contre la crête allant depuis l'arrière de Courcelette jusqu'à Fiers et
à Martinpuich.


LE FLÉAU DE LA GUERRE

Par les champs de bataille dévastés et ravagés de Mametz, de La
Boisselle, de Contalmaison et de Pozières, noms désormais illustres
dans l'histoire des armes britanniques en France, les Canadiens
français se rendirent à l'endroit marqué pour le ralliement avant
d'entreprendre l'attaque de Courcelette. La route à suivre les
conduisit à travers les ruines lamentables de coquets villages
aujourd'hui disparus, sur l'emplacement de forêts imposantes dont
on ne voyait plus que quelques troncs d'arbres tordus et desséchés
ici et là; et ils traversaient parfois des terrains occupés par
d'anciennes tranchées allemandes enlevées à l'ennemi et gardant encore
l'aspect de destruction laissé par les explosifs. Au-dessus d'eux,
retentissait sans cesse le bourdonnement des escadrons aériens qui
allaient et venaient sans cesse et dans toutes les directions, tandis
que dans chaque vallée et derrière chaque accident de terrain, canons
et howitzers dialoguaient, chacun avec la voix, éclatante ou sourde,
que lui donne son calibre particulier, et renvoyaient à l'ennemi au
moins autant de projectiles destructeurs qu'il n'en éclatait de sa
part dans les tranchées et quelquefois au milieu des hommes. Les
champs de bataille de la Somme offraient aux nouveaux arrivés un
spectacle de désolation et de vastes espaces ravagés comme ils n'en
avaient pas rencontré encore. On eût dit que ces plaines n'avaient
jamais été habitées, et que le sol, jadis fertilisé et cultivé avec
amour par les paisibles paysans français, ne pourrait plus jamais
donner la vie et se couvrir de beauté. Au lieu des fermes fécondes
et des bosquets verdoyants des temps passés, plus rien que la morne
tristesse des ruines, des amas de pierraille et des cratères à demi
remplis d'une eau saumâtre. La nature entière semblait crier vengeance
contre l'envahisseur teuton. L'ennemi se ressentirait le lendemain de
la signification de la devise du 22e bataillon, les trois mots "Je me
souviens" empruntés comme l'on sait aux armes de la vieille cité de
Champlain et de la province de Québec.

La voix rauque d'un millier de canons salua l'aube du 15 septembre;
c'était le commencement du bombardement préliminaire à l'attaque de
Courcelette, et le moment solennel de l'entrée des Canadiens dans les
gigantesques batailles de la Somme, moment prometteur de la victoire.
Mais jetons un coup d'oeil sur les positions dont ils allaient faire
l'assaut.


LES DÉFENSES DE COURCELETTE

En dépit de l'avance historique du mois de juillet, dans laquelle les
troupes britanniques avaient pénétré sur un front de vingt milles
dans les ouvrages avancés de l'ennemi, les positions n'étaient pas
suffisamment avantageuses pour qu'on s'en contentât, surtout aux
approches de l'hiver. Les Allemands avaient retraité, mais non sans
s'établir sur des positions nouvelles fort avantageuses pour eux, sur
les hauteurs allant de Courcelette à Flers. Ils avaient converti les
villages en autant de petites forteresses munies de tous les moyens de
défense modernes: lacets de fil barbelé exposés aux feux d'enfilade
des mitrailleuses et des fusils automatiques, caves recelant des nids
de mitrailleuses presque inexpugnables, rien n'avait été négligé
pour rendre la position imprenable. L'ennemi comptait moins sur ses
soldats vêtus de gris que sur des engins et des pièges destinés à
rendre l'assaut excessivement meurtrier même pour les assaillants
ayant échappé aux barrages de l'artillerie boche, car ayant franchi
cette première zone, les nôtres devaient être exposés ensuite aux
coups des mitrailleuses et des francs-tireurs cachés dans tous les
trous du voisinage. Mais le Hun ne pense pas à tout et oubliait que
le soldat anglais ou colonial ne s'avoue jamais vaincu et possède des
qualités d'initiative personnelle que les traités d'art militaire
boches n'avaient pas prévues. Il devait lui être donné une fois de
plus de constater l'insuffisance des défenses les plus perfides. Quant
aux Canadiens français, songeant sans doute à leur fière devise "Je
me souviens," ils attendaient résolument le moment de l'attaque en
suivant de l'oeil les ravages accomplis sur le terrain ennemi par le
bombardement préliminaire. Les obus éclataient sur toute la crête
où se terrait l'ennemi, et celui-ci ripostait de son mieux, mais
plus faiblement, et l'on sentait que notre artillerie, aidée par les
aéroplanes, avait facilement le dessus.

Les premières ombres du soir s'allongeaient sur les champs de bataille,
et le colonel venait de faire en aéroplane une revue hardie des
positions ennemies; tout était maintenant prêt pour l'attaque. Les
hommes reçurent les dernières explications du plan de l'attaque, et
attendirent le signal qui devait les lancer à ciel ouvert au-devant
de l'ennemi. Le 22e et le 25e avaient mission d'enlever Courcelette
et les défenses situées à l'arrière de ce village, tandis que le 26e
les appuierait au besoin et se chargerait surtout du balayage des
mitrailleuses ennemies restées en action derrière ou à côté de leur
marche, et de consolider les gains accomplis.

Le 24e constituait la réserve et avait mission de ravitailler les
troupes avancées. Il était rumeur que les chars d'assaut, ces "tanks"
mystérieux et lourds d'aspect que venait d'adopter l'armée britannique,
allaient faire leurs débuts et appuyer les premières vagues d'attaque.
Les hommes éprouvaient plus de curiosité que de confiance à l'endroit
de cette invention nouvelle, et ceux qui en avaient vu déclaraient
qu'elles ne pourraient jamais traverser un terrain ravagé, plein
de trous et de cratères comme celui qui allait être le théâtre de
l'attaque; et l'on prédisait les plus complètes culbutes à ces grosses
bêtes de métal, dont les canons, disait-on, resteraient pointés en
l'air pour le reste de l'éternité.

C'était se montrer trop sceptiques, et calomnier les bonnes bêtes
de combat qui devaient s'illustrer dans cette bataille, et jeter la
terreur dans les rangs de l'ennemi lorsqu'ils les virent déboucher,
gauchement mais irrésistiblement, et semant la mort par toutes les
bouches de leurs mitrailleuses ambulantes.

[Illustration: Courcelette: le village et le champ de bataille]


LA BATAILLE

La canonnade devenait maintenant assourdissante; le barrage final
commençait et devait durer pendant dix minutes d'une distribution
généreuse de hauts explosifs et de shrapnels dont l'ennemi a dû
garder le souvenir: l'artillerie britannique de ce secteur mettait
toutes ses forces en action. A l'heure zéro, 6 heures quinze du soir,
un dernier ouragan de fer et de flamme s'abattit sur les défenses
ennemies, qui sautaient par morceaux, tandis que les shrapnels
lançaient en explosant des milliers de balles meurtrières dans les
rangs des Boches, à cent verges en avant du barrage proprement dit.
Derrière celui-ci s'avançaient maintenant le 22e, le 25e et le 26e, en
vagues d'attaque successives qui traversaient avec une calme bravoure
le terrain plein de fondrières et de cratères profonds. En vain le
contre-barrage allemand creusait-il des brèches dans leurs rangs et
jetait à terre à mesure de l'avance de nombreux jeunes "khakis" qui
y restaient étendus dans une terrible immobilité; en vain les balles
des mitrailleuses fouillaient-elles la fumée et mordaient-elles
comme des vipères enflammées dans nos rangs héroïques: les Canadiens
avançaient toujours. Une des compagnies du 22e s'égara un instant dans
la confusion causée par les divers barrages, la fumée opaque et la
disparition des accidents de terrain dûe aux explosions d'obus, et ces
hommes coururent un moment le risque de s'écarter de l'objectif qui
leur avait été assigné; mais le lieut-colonel Tremblay qui surveillait
attentivement les opérations, s'en aperçut et rectifia la direction
en prenant lui-même le commandement de cette compagnie. De ce moment
l'avance procéda comme sur un terrain de parade, bien que le colonel
fût renversé à plusieurs reprises par des explosions d'obus, et que les
officiers commandant les compagnies et les pelotons fussent en grand
nombre tués ou blessés; d'autres les remplaçaient à mesure et grâce à
l'esprit d'initiative et à la compétence déployée par les officiers et
les sous-officiers, rien ne put entraver la marche des opérations telle
que voulue par le plan d'attaque.

Les Canadiens français furent les premiers à apercevoir les chars
d'assaut, les "tanks" qui faisaient leur début; on apercevait vaguement
ces formes monstrueuses avançant par soubresauts, tantôt rampant,
tantôt à demi-dressées pour franchir un obstacle ou remonter d'un
cratère, mais toujours allant et vomissant des flammes par la bouche
de toutes leurs mitrailleuses. Des acclamations joyeuses et hilares
s'échappèrent des poitrines québécoises et de nombreux enthousiastes
se rapprochèrent des monstres pour les mieux voir à l'oeuvre; c'est
en cette occasion que les deux variétés de Tanks furent baptisées
d'un commun accord et par un badinage de soldat, "Crème de menthe" et
"Cordon rouge," sobriquets qui leur sont restés dans le langage imagé
de la tranchée.

Pendant ce temps, le barrage anglais continuait son oeuvre de
protection, mais il retardait de quelques instants l'avance des
nôtres, obligés comme on sait de le suivre à mesure qu'il démolissait
les ouvrages ennemis et facilitait ainsi l'assaut de l'infanterie;
ces quelques minutes de répit impatientaient nos hommes, qui les
employèrent à s'amuser avec les Tanks, qui avaient maintenant toute
leur confiance et leur amitié; sans s'occuper de la pluie de balles qui
tombait au milieu d'eux, ils échangeaient des plaisanteries sur la
marche peu élégante des bêtes d'acier, et l'esprit canadien-français
faisait des siennes en toute liberté: bon sang ne peut mentir.

On atteignit les abords du village, lequel n'était plus qu'un amas de
pierraille parsemé de trous et de caves dans lesquels se dissimulait
le Boche aux abois, traîtreusement armé de mitrailleuses cachées qu'il
démasquait au bon moment. Tels de bons chiens ratiers faisant la chasse
aux rongeurs, les Canadiens parcoururent, baïonnette et grenades
en mains, les rues de ce qui avait été le village, et dénichèrent
les ennemis en quelque lieu qu'ils fussent terrés. Les mitrailleurs
tombaient sous nos baïonnettes ou sous les explosions de grenades,
dans les caves pleines de Bavarois de la Garde, qui se rendirent
par centaines aux mains des terribles Canadiens qui leur criaient
en français de se rendre ou de mourir. On expédia promptement ces
prisonniers à l'arrière, aux soins du 26e, qui balayait soigneusement
ce qui était resté sur les flancs de nids de mitrailleuses, et rien
ne put arrêter les conquérants Canadiens français dans leur élan à
travers Courcelette, quoi que fissent les mitrailleurs de l'ennemi,
débordés et atterrés d'une pareille furie, la vraie _furia francese_
des soldats de la vieille France. Le passage de la trombe du 22e resta
marqué par des amas d'ennemis abattus par groupes, et des flaques
de sang témoignaient de leur habileté à se servir de la terrible
baïonnette. Parmi les prisonniers du 22e se trouvèrent un baron et deux
colonels allemands, ce qui témoigne bien à quel point leur victoire fut
complète et soudaine. Le baron, sorte de géant grossier et arrogant,
voulut le prendre de haut lorsqu'il comparut devant le commandant du
bataillon, mais le colonel Tremblay ne s'en laissa pas imposer, et
rendant arrogance pour arrogance, il chargea sèchement quatre de ses
plus vigoureux Canadiens de conduire l'orgueilleux prisonnier dans la
cage ordinaire avec les 250 autres, au lieu des égards exceptionnels
que celui-ci réclamait avec hauteur. Son premier contact avec le Canada
allait lui donner une petite leçon d'humilité.

On n'en avait cependant pas tout-à-fait fini avec cet oiseau boche,
comme on va le voir par l'incident suivant. Pour protéger la colonne
de prisonniers contre le barrage allemand, on donna un drapeau de la
Croix-rouge à l'un de nos sous-officiers chargés de les conduire à
l'arrière, et l'on se mit en marche en agitant ce drapeau; mais les
Allemands n'en tinrent aucun compte, selon leur habitude, et plusieurs
prisonniers furent atteints par des obus venus de leurs propres canons;
au milieu du désordre momentané que produisit l'une de ces explosions
dans les rangs de la petite colonne, le baron crut pouvoir s'échapper,
et donnant un ordre guttural à ses hommes, il s'élança à leur tête
vers les tranchées ennemies; mais il comptait sans ses hôtes, et les
Canadiens français ne mirent pas de temps à rattraper les fuyards comme
une bande de moutons indociles. Satisfait de son triomphe, le colonel
Tremblay se contenta d'un avertissement sévère donné à son homme, et
le renvoya à sa cage, fort vexé et ne ressemblant plus que de loin à
l'arrogant personnage qu'il était au moment de son arrivée involontaire
dans nos lignes.

A sept heures trente le 22e bataillon était solidement établi dans les
carrières situées en arrière du village, et le travail de consolidation
du terrain conquis avançait assez rapidement pour qu'on pût faire
face avec succès aux contre-attaques désespérées que l'ennemi ne
manquerait pas de livrer aussitôt qu'il aurait réorganisé ses forces
ébranlées. Ces contre-attaques s'annoncèrent bientôt par une grande
concentration d'artillerie, et bientôt l'on vit paraître à travers la
fumée les "grisons" comme on appelait parfois les Allemands à cause
de la couleur terreuse de leurs uniformes; ils suivaient de près leur
barrage et s'apprêtaient à nous rendre la politesse s'ils le pouvaient;
mais nos fusils Lewis et nos carabines partaient comme tous seuls dans
les mains expérimentées des Canadiens français, aussi fermes dans la
défense que pleins d'élan à l'attaque; et les groupes assaillants
hésitèrent, reculèrent et retraitèrent dans la demi-obscurité, laissant
derrière eux des amas de morts et de blessés comme preuve de leur
déconfiture. Cinq fois pendant cette nuit ils tentèrent de déloger les
Canadiens français, au moyen de masses épaisses flanquées de partis
de bombardiers et de mitrailleuses. Ils s'en venaient comme une vague
envahissante, sous la blafarde clarté de la lune, mais carabines
et fusils Lewis recommençaient leur dialogue meurtrier jusqu'à
en brûler les mains des soldats qui les maniaient avec une telle
dextérité, que le carnage accompli dans les rangs ennemis n'était rien
moins qu'effrayant. Les morts retardaient les pas des vivants. Les
assaillants perdaient contenance, obliquaient leur marche, cependant
que de nouvelles rafales de balles décimaient leurs rangs; ils
s'arrêtèrent un instant, hésitèrent puis rompirent les rangs et prirent
leur course chacun pour soi vers leurs tranchées, laissant le terrain
et les cratères encombrés de leurs morts. Il leur en coûtait plus d'une
centaine d'hommes pour avoir appris que les Canadiens français étaient
là pour tout de bon, et que la victoire canadienne était complète et
définitive.

La nuit suivante, celle du 15 septembre, la 5e brigade élargit son
front afin de relever la 4e qui avait beaucoup souffert pendant les
récentes opérations. Ce nouveau front était assez précaire et difficile
à défendre. Des redoutes allemandes de mitrailleuses le dominaient
et il était exposé à un feu d'artillerie considérable. Il importait
donc de se rendre maîtres des tranchées d'en face, établies par
les Allemands sur une crête dominant toute la position canadienne.
L'attaque commença à 5 heures du soir, le 17 septembre et fut confié
au 22e, au 24e et au 25e bataillons; le 22e fut le seul à atteindre
l'objectif qu'on lui avait assigné, ne rencontrant de la part de
l'ennemi qu'une résistance légère. Le même soir, la 5e brigade recevait
l'autorisation de se reposer, et bien que les hommes fussent presque
complètement épuisés de fatigue, ils marchèrent jusqu'à Hérissart,
village distant de 5 milles et demie, pour s'y reposer et s'y reformer.
Ainsi se terminait glorieusement la célèbre bataille de Courcelette.

Celle-ci avait pleinement démontré, qu'on pouvait avoir toute confiance
dans la 2e division et que ses soldats possédaient à un haut degré les
plus belles qualités militaires. L'histoire dira que ce fut une attaque
savamment préparée, exécutée avec tout l'élan et l'assurance qu'on
pouvait désirer, et dont le succès assura d'importants et décisifs
résultats. On dira aussi avec raison qu'une bonne partie du succès de
ces journées fut dû à l'élan impétueux des Canadiens français, qui
balayèrent tout devant eux et brisèrent comme un fétu la résistance
d'un ennemi numériquement supérieur et retranché derrière de fortes
positions défensives. Le colonel des Bavarois de la Garde que l'on
fit prisonnier poussa des jurons véritablement volcaniques lorsqu'il
se rendit compte du petit nombre des soldats qui avaient mis ses
kaiserlicks en déroute, mais pas plus que le baron son ami il ne put
longtemps affecter l'arrogance et la grossièreté; il y avait de la
poigne au commandement canadien-français, et un Bavarois ne fait pas
peur à un soldat du Canada, encore moins à ses chefs.

On ne saurait trop dire que les brillants succès de tactique obtenus
ainsi par le 22e bataillon furent dûs dans une large mesure à
l'infatigable énergie et au calme jugement du lieutenant-colonel T.
L. Tremblay, D.S.O. (Ordre des Services distingués) qui ne se laissa
jamais troubler dans les moments difficiles et sut toujours prendre
les décisions les plus sages en même temps que les plus promptes; les
braves du 22e étaient bien commandés, et l'on se plaît à proclamer
que leur conduite pendant la bataille, et lorsqu'ils eurent ensuite
à repousser de terribles contre-attaques, fut vraiment admirable
et digne des plus grands éloges. On n'en finirait pas de citer les
faits individuels de bravoure qui s'y produisirent en grand nombre;
malheureusement l'espace nous manque dans cette brochure, qui n'a pour
mission que de rappeler les grandes lignes de l'histoire glorieuse du
22e bataillon.


LA 5e BRIGADE ESSUIE DES REVERS

Il y avait dans le système de défense de Courcelette deux groupes de
tranchées que l'on désignait sous les noms de Regina et de Kenora,
et les combats les plus violents se livrèrent pendant plus d'un mois
pour la possession finale de ces tranchées; au plus fort de la lutte,
dans la nuit du 27 novembre, la 5e brigade fut appelée à entrer dans
la danse et elle devait y éprouver des revers sérieux et répétés,
dont nous ne donnons pas le détail pour continuer de nous confiner
à l'historique des faits d'armes auxquels le 22e prit part; deux de
ses compagnies furent appelées le 1er octobre à renforcer le 24e et
le 25e bataillons, qui avaient reçu ordre d'occuper si possible les
deux systèmes Kenora et Regina. Ces deux bataillons devaient souffrir
beaucoup de cette attaque contre des positions qui se révélèrent
plus fortes encore qu'on ne l'avait cru. Les patrouilles avaient
découvert que l'ennemi y était en nombre et qu'il y avait accumulé les
mitrailleuses et les défenses en fil barbelé. Aussi était-il nécessaire
que la préparation d'artillerie fût intense, afin de détruire tous les
pièges ainsi tendus à nos hommes lorsqu'ils se lanceraient à l'assaut.
Malheureusement, il appert que notre bombardement fut insuffisant, car
lorsque les nôtres eurent atteint et dépassé les tranchées Kenora,
ils se trouvèrent en face d'une véritable forêt de fil barbelé dans
lequel ils s'empêtrèrent tandis que l'ennemi dirigeait sur eux le feu
concentré d'innombrables mitrailleuses. De ce moment le coup était
manqué; les Canadiens tombaient comme des mouches, et le combat se
transforma en une série de luttes entre groupes et individus, l'ennemi
ayant toutes les chances de son côté. Cependant, un petit nombre de
Canadiens purent s'établir au commencement des tranchées Regina, mais
ne purent en repousser les Boches et se firent tuer jusqu'au dernier.
Les survivants, en petit nombre, se retirèrent dans les tranchées
Kenora, où ils se défendirent désespérément contre de nombreuses
contre-attaques et un arrosage meurtrier de l'artillerie, jusqu'à ce
qu'on pût leur envoyer des relèves, le soir du 2 octobre. Il ne leur
restait plus qu'à retourner à l'arrière se reposer et reformer leurs
rangs tristement éclaircis.

[Illustration: LE MAJOR HENRI CHASSÉ, M.C.]

Ceux qui virent passer les restes de la 5e brigade s'en allant
à Bouzincourt n'oublieront jamais le spectacle qu'offraient ses
bataillons épuisés et décimés, et ses hommes boueux, hagards, barbus,
mais le coeur ferme et jurant bien de prendre leur revanche à la
première occasion favorable; la devise "Je me souviens" prenait de ce
moment une signification plus précise encore et comme plus personnelle,
chaque soldat se promettant de faire payer cher aux Boches les mauvais
jours qui venaient de s'écouler.


LE SECTEUR DE SOUCHEZ

Après une semaine de repos pendant laquelle la brigade reçut les
renforts dont elle avait besoin, les hommes se retrouvèrent prêts à
recommencer, et furent dirigés vers le secteur de Vimy, en s'arrêtant à
Souchez.

Le 22e bataillon, pour sa part, se mit en marche le 9 octobre au matin.
La saison des pluies était arrivée, la verdure avait disparu des champs
et la campagne avait revêtu l'aspect dénudé de l'hiver en ces régions.
Les routes que suivait le bataillon passaient le plus souvent sur des
crêtes et des élévations dépouillés de toute végétation forestière par
les explosions et les incendies, mais lorsqu'ils descendaient vers
la plaine, où s'échelonnaient les curieux petits villages entourés
de vergers assez bien conservés, ils trouvaient chez les paysans bon
gîte pour la nuit et le meilleur accueil, car leurs hôtes rustiques,
enchantés de les entendre parler français, ne savaient comment leur
rendre le séjour agréable. Quel plaisir de se sentir reçus comme les
enfants de la maison, par ces bonnes gens de la vieille France, mère de
tout ce que la civilisation offre de plus élevé et de plus délicat! Les
jeunes Canadiens admiraient le courage avec lequel le peuple français
subissait les épreuves de la guerre, les yeux toujours tournés du côté
de la frontière et ne doutant jamais de la victoire finale, pourtant si
lente à venir. Ils s'étonnaient aussi de ce que les jeunes Canadiens
français fussent venus de si loin pour les défendre en combattant sous
les couleurs de l'Angleterre. Leur joie se mélangeait de tristesse à
la pensée des épreuves que traversait la France, mais l'exemple des
Canadiens français toujours courageux et optimistes les remontait
aussi, et l'on échangeait de part et d'autre des souhaits chaleureux et
des témoignages d'amitié: la vieille France et la Nouvelle des bords du
Saint-Laurent se retrouvaient avec une joyeuse émotion.

Arrivé au secteur de Souchez après cinq journées de marche, le 22e
passa à la réserve et fut chargé du second tour de relève dans les
tranchées d'Angres, de concert avec le 25e. Il s'y rendit le 21
octobre, et nos braves employèrent quelque temps à se mettre au fait du
tempérament du Boche d'en face et de sa plus ou moins grande activité.
Ils virent bientôt qu'ils avaient affaire à un ennemi apathique et
paresseux, qui se contentait de faire jouer sans cesse ses mortiers
de tranchées, dont les projectiles arrivaient en succession presque
continue et non sans nous causer souvent des désagréments sérieux. Les
canonniers canadiens ne l'entendirent pas longtemps de cette oreille,
et mirent dans leurs réponses une telle éloquence que les batteries
ennemies furent bientôt forcées de se taire. La nuit, des patrouilles
de langue française exploraient hardiment la zone neutre, et l'on
provoquait tous les partis de l'ennemi qui se pouvaient apercevoir à
distance. Mais ceux-ci se refusèrent toujours au combat, restant à
l'abri de leurs épaisses clôtures de fil de fer. La seule chose qui
put faire sortir les Allemands de cette attitude placide fut lorsque
nos francs-tireurs abattirent sans se gêner quelques-uns des officiers
supérieurs de l'ennemi qui s'étaient permis d'inspecter nos positions
trop ouvertement et en plein jour. Ceux-là n'inspecteront plus rien
en ce monde, mais l'artillerie ennemie montra de la colère pendant
plusieurs jours après leur mésaventure.

Les derniers mois de l'année 1916 furent employés à une tactique
de coups de main et de surprises dans lesquelles l'ennemi perdait
toujours quelques hommes et beaucoup de sa bonne humeur. Que ce fût la
nuit ou le jour, et au moyen d'attaques d'infanterie, ou d'arrosage
d'artillerie, de mortiers ou de mitrailleuses, on faisait tout le
temps quelque chose à l'ennemi, qui ruait en tous sens mais ne faisait
guère de mal. Il en devint un jour si excédé que plusieurs soldats
d'un régiment bavarois de réserve décidèrent d'en finir et de se
constituer prisonniers entre les mains des Canadiens français. Ils
sortirent de leur tranchée et s'en vinrent carrément vers les nôtres,
où malheureusement pour les têtes carrées leurs intentions furent mal
comprises de prime abord, et le malentendu s'exprima par une volée
de balles qui les couchèrent tous, sauf un seul, pour leur dernier
sommeil. Le survivant ne cachait pas qu'il en avait assez de risquer
sa peau tous les jours pour le Kaiser, et qu'il était content de
s'éloigner de la ligne de feu pour travailler à l'arrière. Il n'était
probablement pas le seul de cette opinion dans l'armée allemande.


LES RIGUEURS DE L'HIVER

Le 22e se trouva dans les tranchées le jour de Noël 1916 et fut par
conséquent moins chanceux que l'année précédente à la même date;
cependant l'artillerie anglaise réussit ce jour-là à réduire au silence
les batteries ennemies, et c'est avec une joie qu'on pourrait appeler
professionnelle que les hommes écoutèrent les tonnerres triomphants
des canons qui les protégeaient. Le temps était beau, et l'on put
goûter dans une paix relative le contenu des colis postaux remplis
de petites douceurs que la poste avait apportés du Canada pour cette
grande journée. Est-il besoin de dire que la tranchée retentit toute
la journée de chansons et de cantiques de circonstance, auxquels se
mêlait de temps en temps l'éclatement d'un obus ennemi, mais on ne s'en
occupait pas, les corps étaient ici au devoir, mais la pensée ailleurs.

Le mois de janvier, toujours rude dans le nord de la France, ne devait
pas se démentir cette année-là. Il commença par un déluge de pluie
qui obligea la brigade à des réparations constantes aux tranchées qui
s'éboulaient. Puis le temps changea du tout au tout et n'en devint que
pire. Du jour au lendemain le froid s'établit, avec accompagnement
de tempêtes de neige, et la vie dans les tranchées devint presque
intenable. Le vent glacé sifflait le long des tranchées et ne laissait
pas un coin sans y jeter son frisson et la neige qu'il charriait avec
lui. Elle éteignait à moitié les brasiers improvisés et pour lesquels
on n'avait pas une provision suffisante de combustible; et les hommes
grelottaient sans aucun moyen de se réchauffer. On se souviendra
longtemps de ce secteur et de cette saison. Le moral des troupes, comme
on dit, n'en fut cependant pas affecté, et la 5e brigade resta digne
de sa réputation de courage agressif; les gars du 22e prouvèrent plus
d'une fois à l'ennemi qu'ils n'étaient pas pour se laisser engourdir
par un peu de poudrerie.

Le froid dura jusqu'au milieu de février, et c'est alors que le 22e
et quelques autres unités de la 2e division furent transférés dans la
région de Vimy, au Bois des Arleux, où ils relevèrent des troupes de la
3e division dans le secteur La Folie-Thélus.

Pendant quelque temps, les opérations prirent ici la forme de duels
fréquents entre les francs-tireurs du 22e et de l'ennemi, qui se
connaissaient mutuellement de longue date. Le tempérament agressif des
Canadiens français sembla stimuler encore le Boche, qui s'efforçait de
rendre coup pour coup et d'imiter de son mieux les ruses de guerre de
nos hommes. Mais ceux-ci finirent toujours par avoir le dessus à la
longue, ce qui finit par dégoûter l'Allemand au point qu'il n'y avait
plus moyen de le faire sortir. C'est vers cette époque qu'eut lieu
l'acte de bravoure remarquable du soldat DeBlois du 22e bataillon. Les
soldats de la 4e division ayant lancé une attaque assez considérable
contre une partie du front ennemi, ils laissèrent en retraitant un bon
nombre de leurs blessés dans les trous d'obus du champ de bataille.
DeBlois s'offrit volontairement pour aller les chercher et réussit à
en ramener treize en dépit d'une pluie de balles que lui lançaient les
mitrailleuses ennemies. La mort l'effleura de près, car une balle perça
son casque de part en part, mais l'héroïque Canadien français persista
dans son sauvetage jusqu'à ce qu'il fût sérieusement blessé au bras.


VIMY. LE PLAN DE BATAILLE

La crête de Vimy défiait depuis longtemps les efforts de l'armée
britannique et ses occupants nous incommodaient tellement du feu de
leur artillerie que cette situation ne pouvait toujours durer; le
haut commandement décida de s'en emparer coûte que coûte. A cette fin
on prépara un plan de bataille soigné et en vertu duquel l'élan de
chaque bataillon serait concerté en vue du succès de l'ensemble. On
se mit tout d'abord à harceler l'ennemi de patrouilles et d'attaques
successives, afin de vérifier sa force de résistance et d'énerver
ses troupes en créant une atmosphère de tension et d'expectative
inquiète; puis notre artillerie se mit à bombarder sans relâche
l'arrière des positions ennemies, logements, lignes de ravitaillement
et de communications etc., tandis que nos howitzers et nos mortiers
faisaient sauter ses premières tranchées morceau par morceau. En même
temps nos aéroplanes survolaient nuit et jour le territoire occupé par
l'Allemand, prenant des photographies, observant tous les mouvements
et les préparatifs et se procurant de précieux renseignements pour le
moment de l'attaque, sans oublier de laisser tomber des bombes aux bons
endroits: sur les villages où logeaient les soldats, sur les dépôts de
munitions, les quartiers-généraux et les batteries de gros canons.

Pendant ce temps, la 5e brigade effectuait des reconnaissances hardies
dans les travaux d'approche et chassait ses patrouilles du terrain
neutre. Après quoi, ayant débarrassé la place, ils prirent une semaine
pour s'entraîner soigneusement par des "répétitions," comme au théâtre,
de la grande attaque qui s'approchait.

Le plateau de Vimy domine le terrain comparativement plat de la région
de l'Artois comprise entre Thélus et Avion, soit une distance d'environ
huit mille verges. C'est une position défensive excellente, que les
Allemands n'avaient pas manqué de fortifier encore par tous les moyens,
et dont ils avaient fait l'un des bastions les plus imprenables de tout
leur système défensif depuis la frontière suisse jusqu'à la mer. Ses
pentes étaient hérissées de labyrinthes de fil barbelé sur lesquels
étaient dirigées d'innombrables mitrailleuses solidement établies
elles-mêmes dans des réduits de ciment armé à l'épreuve des balles. Par
de profonds tunnels, les défenseurs communiquaient avec leurs dépôts de
réserves, situés à l'arrière dans la campagne, et dont ils pouvaient
aussi se servir pour se répandre dans un village souterrain qu'ils
avaient préparé pour s'y mettre à l'abri à chaque fois que l'artillerie
britannique devenait par trop incommodante. Les Allemands pouvaient
aussi surveiller de cette élévation jusqu'aux moindres mouvements
des Alliés dans ce secteur, et il paraissait impossible de préparer
une attaque sans qu'ils en eussent connaissance; leur artillerie
était de force à repousser tout essai de coup de main qui ne les prît
pas par surprise. On ne le savait que trop bien par l'insuccès des
tentatives précédemment faites par les Français et par les Anglais, et
dont chacune n'avait servi qu'à ajouter aux piles d'os blanchis qui
séchaient sur les pentes sinistres de ce champ de bataille. Cependant,
la guerre est une école de persévérance et nos soldats devaient prouver
que la leçon n'avait pas été perdue pour eux et qu'avec l'aide de
chefs au courant des dernières subtilités de l'art militaire, ils
démontreraient qu'il n'existe pas de défenses boches qui puissent
résister à la valeur canadienne.

Chaque bataillon reçut donc des instructions précises sur la part qu'il
aurait à jouer dans le grand drame ainsi que sur le terrain qu'il avait
charge de conquérir, et les moindres détails furent prévus et expliqués
d'avance afin que nul ne pût s'y tromper. Les barrages de l'artillerie
devaient précéder chaque avance avec une exactitude mathématique,
tandis que les mortiers devaient faire pleuvoir sur les premières
tranchées boches un déluge d'explosifs de toutes les catégories. Ainsi
le succès semblait-il enfin assuré après tant d'échecs successifs, dont
le souvenir allait enfin être vengé, avec l'aide du Dieu des armées.

Comme nous devons nous confiner ici au récit de la part prise à cette
bataille par le 22e bataillon, il nous faut laisser de côté tout ce qui
se rapporte aux mouvements des autres bataillons; mais les aventures
glorieuses du 22e en cette journée mémorable valent bien qu'on s'en
occupe exclusivement pendant quelques instants.

[Illustration: LE MAJOR J.-P.-U. ARCHAMBAULT, D.S.O.]

Voici quel était le programme général tracé à la 5e brigade, qui
occupait déjà un front de 800 verges vis-à-vis Neuville Saint-Vaast;
elle devait pénétrer sur une étendue de 1800 verges dans les
défenses ennemies bien au-delà de la Crête, jusqu'à une ligne allant
approximativement de Farbus au village de Vimy. Cette avance devait
être effectuée en ligne droite et par cinq vagues successives se
déroulant en deux heures et quinze minutes; chacune de ces avances
serait précédée d'un barrage d'artillerie avançant à l'heure et à
l'endroit fixés à l'avance.

Il était entendu que le 24e et le 26e bataillons prendraient la tête
de l'attaque, tandis que le 25e resterait en réserve et que le 22e
s'occuperait du "balayage" des mitrailleuses ennemies restées sur les
flancs ou en arrière, besogne nécessaire à chacune de ces opérations
et non moins dangereuse que les autres; le 22e était aussi chargé de
faire suivre les provisions et les munitions. Tel était le plan, et il
fut exécuté à la lettre, en dépit du temps désagréable qu'il fit durant
cette journée historique du 9 avril 1917.

En effet, lorsque les premières lueurs de l'aube percèrent péniblement
les nuages bas qui couraient sur la plaine le moment ne paraissait
certainement pas propice pour déclencher une attaque. Un vent glacé
hurlait dans les arbres déchiquetés, et l'on sentait que la neige
n'était pas loin. Le silence momentané des canons laissait entendre la
voix plaintive de la bise, et sous les pieds des soldats frissonnants,
le sol trempé par des pluies récentes devenait de plus en plus boueux
et malsain. Les nuages devenaient plus lourds et plus menaçants à
mesure que le jour se levait, et l'on eut dit que le ciel s'opposait
au carnage qui se préparait. Seuls les éclatements d'obus lancés par
l'ennemi jetaient une lueur passagère et fugitive dans l'obscurité
jaunâtre qui recouvrait la terre. Les hommes devenaient nerveux et
impatients; puisqu'il fallait foncer dans cet enfer, autant y aller
tout de suite et en finir. Le Boche s'apercevrait que ce jour-là, les
Canadiens n'étaient pas de bonne humeur.


LA BATAILLE

A cinq heures trente du matin, l'artillerie anglaise fit feu de ses
mille canons contre les tranchées ennemies, et de ce moment la terre
ne cessa plus de trembler sous les décharges incessantes des monstres
d'acier vomissant la mort et la destruction matérielle contre les
positions ennemies, qui disparaissaient sous une avalanche de fer
et de feu. Le 24e et le 25e s'élancèrent promptement à l'assaut et
atteignirent le premier stage de leur programme en moins de quatre
minutes. Douze minutes après, ils avaient rejoint leur deuxième
objectif, pris quarante prisonniers et échappé au contre-barrage
allemand, qui arriva trop tard. Grâce à la maîtrise de l'air que
détenaient facilement nos avions, l'artillerie allemande était comme
privée de ses yeux, et ses salves lancées au hasard n'atteignirent pas
les lignes khaki en marche vers la victoire; seules les mitrailleuses
nous causaient quelque gêne.

A six heures et trois minutes, à l'instant précis marqué au programme,
le 24e et le 26e surgirent à leur troisième objectif, appelé par les
Allemands le _Zwischen Stellung_; ils en passèrent la forte garnison
au fil de la baïonnette et s'y établirent solidement, pendant que le
22e et le 25e se rassemblaient pour l'étape finale, vers laquelle
ils se lancèrent à 6 heures 45. La résistance de l'ennemi devenait
plus grande, et comme ses réserves arrivaient d'instant en instant,
le volume de son feu de mousqueterie et de mitrailleuses prenait
des proportions de plus en plus incommodantes, pour ne pas dire
dangereuses; de plus, le terrain allait en s'élevant, sans parler des
explosions qui l'avaient rendu bouleversé et glissant; l'avance en
fut inévitablement ralentie. En même temps, un nid de mitrailleuses
ennemies solidement établies et servies par un nombreux personnel, nous
faisait beaucoup de mal et fut sur le point d'arrêter complètement
notre marche en avant; la situation devenait précaire, lorsque le 22e,
prenant la position ennemie par le flanc sous un déluge de balles,
se lança à l'assaut à l'arme blanche et après un combat sanglant et
longtemps incertain réussit à se rendre maître de la place, capturant
plusieurs mitrailleuses et 125 prisonniers. L'avance des nôtres put
ainsi continuer, jusqu'au prochain obstacle sérieux, ce qui ne devait
pas tarder. En effet, juste comme on allait atteindre le dernier
objectif, on se heurta à une position fortifiée connue depuis sous le
nom du Talus (Dump); c'était un enchevêtrement de tranchées brisées et
de cratères d'obus reliés ensemble et puissamment fortifiés, où les
Allemands avaient entassé pour ainsi dire des masses de mitrailleuses
et plus de 300 hommes de leurs meilleures troupes. Ce nid de guêpes
avait échappé comme par miracle au barrage préliminaire, et sa garnison
était fraîche et combative à l'excès. On essaya une ou deux attaques
de front, qui ne servirent qu'à laisser le sol couvert de nos morts
et de nos blessés, et il fallut abandonner ce système, en dépit de
la rage des Canadiens français, qui furent en ce moment difficiles
à contenir. On les libéra bientôt, de concert avec le 25e, en une
attaque concertée sur les deux flancs de la position et dont le succès
ne se fit pas longtemps attendre. Se jetant sur chaque côté sans
s'occuper des balles qui pleuvaient, et fonçant sur l'obstacle avec
une furie indescriptible, les deux bataillons envahirent les défenses
ennemies comme une nuée de sauterelles dans un champ de blé, et mirent
en peu de temps la garnison hors de combat. Trois mitrailleuses et
271 prisonniers récompensèrent cet effort, et l'avance put être
reprise vers le dernier objectif, où l'on s'établit solidement à 7
heures quatorze minutes, soit une minute en avance du temps prévu au
programme. Le 22e s'était approprié en passant un butin additionnel
de trois mitrailleuses, deux mortiers et plusieurs groupes assez
considérables de prisonniers. Décidément, l'Allemand n'était pas
chanceux avec les Canadiens parlant français, bien qu'il n'eût pas à se
féliciter non plus de ses relations avec ceux de l'autre langue.

On se mit à l'oeuvre avec énergie pour consolider les nouvelles
positions si brillamment conquises, dans lesquelles on trouva de
grandes quantités d'armement, de munitions, de provisions et plusieurs
documents secrets, ce qui n'était pas de nature à diminuer la
satisfaction et l'enthousiasme des hommes, en dépit du chagrin que
leur causait la perte de plusieurs de leurs camarades tombés dans la
bataille mais dont un petit nombre seulement ne devaient pas se relever.

[Illustration: LE MAJOR GEO.-P. VANIER M.C.

Chevalier de la Légion d'Honneur.]

Une tempête de neige qui s'éleva dans la journée couvrit la terre
de son blanc manteau, et le froid devint intense, ce qui n'ajoutait
rien au confort des hommes déjà fatigués et obligés de se livrer à
des travaux de terrassement et de fortification. Ils ne furent pas
moins braves, cependant, devant cette épreuve que devant l'ennemi,
et la pensée du grand succès qu'ils venaient d'obtenir aux dépens de
celui-ci, ajoutée à la sécurité relative dans laquelle les laissait
l'absence de toute contre-attaque et la faiblesse du bombardement de
l'ennemi déconcerté, leur aida à tout supporter avec leur bonne humeur
naturelle, et les vainqueurs ne pensèrent plus qu'à se mettre tout
à fait chez eux dans les nouveaux quartiers qu'ils avaient si bien
gagnés. Le 22e en particulier devait y rester jusqu'au 16 avril, date à
laquelle il fut relevé et envoyé se remettre de ses fatigues au village
de Rietz.

Il nous faut les quitter ici, se reposant et se préparant à leurs
futurs combats glorieux et triomphants des Arleux, de la cote 70 et de
Passchendaele, dont les exigences militaires ne nous permettent pas
de parler maintenant. Nous ne saurions cependant prendre congé de la
5e brigade sans rendre un hommage final à la bravoure et aux autres
qualités militaires du 22e Canadien français, qui pendant ces vingt
mois de guerre a agi de façon à justifier toutes les espérances que le
Canada français reposait en lui. Ses braves ont contribué largement au
renom glorieux de la 2e division, qui a ajouté un joyau de plus à la
couronne des sacrifices du Canada dans la grande épreuve, couronne non
moins brillante que celle conquise aussi par notre première glorieuse
légion (la 1ère division).

Les fils du Vieux Québec ont légué à leurs compatriotes un magnifique
héritage à ajouter au patrimoine des gloires ancestrales et ils ont
ajouté un nouveau lustre à la devise régimentale "Je me souviens," qui
évoque le souvenir de la vieille France et de tout ce qu'il y a de bon,
de noble et de courageux dans l'âme canadienne française.

La France saigne encore pour la cause de l'humanité. Elle a besoin de
secours, et il ne faut pas qu'il soit dit qu'elle a fait appel en vain
aux descendants de ceux qui apportèrent il y a trois cents ans son nom,
sa langue et sa religion sur les rives de la Nouvelle France.

[Illustration: LE MAJOR GUSTAVE-A. ROUTIER, M.C.]



HONNEURS ET RÉCOMPENSES

Accordés au 22e bataillon canadien-français jusqu'au 31 mars 1918


OFFICIERS

Chevaliers de Saint-Michel et de Saint-Georges (C.M.G.)

  Colonel F. M. Gaudet
  Lieut-colonel T. L. Tremblay.

Distinguished Service Order.--Ordre des Services distingués (D.S.O.)

  Lieut-Colonel T. L. Tremblay
  "        "    L. J. O. Daly-Gingras
  Major A. E. Dubuc
  Major L. R. Laflèche
  Major J. P. U. Archambault.

Croix militaire avec barre

  Major pro tem J. H. Roy.

Croix militaire (M.C.)

  Capitaine H. Chassé, major pro tem
  Capitaine G. P. Vanier, major pro tem
  Capitaine A. G. Routier, major pro tem
  Capitaine quartier-maître--hon. L. Patenaude
  Lieutenant P. E. Côté, capitaine pro tem
       "     P. L. S. Brown
       "     L. W. Baillargé
       "     E. J. Bourgeault
       "     L. A. Coulin
       "     G. A. Cloutier
       "     Jean Brillant
       "     G. E. A. Dupuis
       "     G. Fontaine
       "     C. Greffard
       "     P. E. Guay
       "     G. E. LaMothe
       "     L. G. Morissette
       "     W. E. Morgan
       "     H. E. Légaré
       "     H. J. Chaballe


DÉCORATIONS ÉTRANGÈRES

  Légion d'honneur

  Croix d'officier

  Lieut-colonel T. L. Tremblay

  Croix de chevalier

  Major A. E. Dubuc
  Major L. R. Laflèche
  Capitaine G. P. Vanier, major pro tem


  AUTRES RÉCOMPENSES

  Médaille de Conduite distinguée.      14
  Médaille militaire.                   76
  Médaille militaire avec barre.         1
  Décorations étrangères.                7
  Mention à l'ordre du jour.            27


  OFFICIERS MORTS AU CHAMP D'HONNEUR

  Le major Renaud
  Le major A. Roy
  Le capitaine L. A. Beaubien
  Le rév. capitaine Crochetière, ptre. aumônier
  Le capitaine J. D. La violette, M.C.
  Le capitaine Joseph Sylvestre
  Le capitaine P. Côté, M.C.
  Les lieutenants Maurice Bauset
         "        Jacques Brosseau
         "        Belzil
         "        Binet
         "        H. de Varennes
         "        Gatien
         "        Deschênes
         "        René Lefebvre
         "        Pierre-Eugène Guay, M.C.
         "        Hudon
         "        Moreau
         "        Abel Beaudry


                   *       *       *       *       *


  Liste des modifications:

  Page  6:  «faut» remplacé par «fait» (il fait lui-même les batailles)
         :  ajouté «de» (nous aurions pu dire nous-mêmes de la bravoure
              et de la noblesse d'idéal)
  Page  7: «Battaillon» par «Bataillon» (le 22e Bataillon)
  Page 10: «en» remplacé par «la» (de traverser la France)
         : «résussissaient» par «réussissaient» (nos patrouilles ne
             réussissaient)
  Page 21: «avaient» par «avait» (Le voyage n'avait cependant)
  Page 27: «cannonade» par «canonnade» (La canonnade devenait maintenant
             assourdissante)
  Page 28: «baïonette» par «baïonnette» (baïonnette et grenades)
  Page 29: «n'étaient» par « n'était» ( carnage accompli dans les rangs
             ennemis n'était rien)
  Page 31: «favoable» par «favorable» (la première occasion favorable)
  Page 35: «britanique» par «britannique» (armée britannique)
  Page 36: «débarassé» par «débarrassé» (ayant débarrassé la place)





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Les poilus canadiens - Le roman du vingt-deuxième bataillon canadien-français" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home