Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII | PDF ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: La Légende des sexes - Poëmes hystériques
Author: Haraucourt, Edmond
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La Légende des sexes - Poëmes hystériques" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



by the Bibliothèque nationale de France (BnF/Gallica) at
http://gallica.bnf.fr)



    Au lecteur.

    Ce livre électronique reproduit intégralement le texte original,
    et l’orthographe d’origine a été conservée. Seules quelques
    erreurs typographiques évidentes ont été corrigées. La liste de
    ces corrections se trouve à la fin du texte.

    La ponctuation a également fait l'objet de quelques corrections
    mineures.



    LE SIRE DE CHAMBLEY

    (EDMOND H...)

    LA LÉGENDE
    DES SEXES

    POËMES HYSTÉRIQUES

    1882

    IMPRIMÉ A BRUXELLES POUR L’AUTEUR



    _Il a été tiré de cet ouvrage deux cents exemplaires,
    en deux séries, et douze exemplaires sur Japon.

    Ces volumes, tous numérotés et paraphés par l’auteur,
    ne pourront être vendus._



    [Note manuscrite: _L’hymne des Noyés fait partie de
    "La Légende des Sexes", mais n’a été achevé qu’après la
    publication de ce livre, qui a été tiré à un très petit
    nombre d’exemplaires et dont les originaux sont fort rares.
    Ils portent tous la signature de l’auteur. De nombreuses
    contrefaçons ont été faites sans qu’il soit possible de se
    défendre._]



    L’HYMNE DES NOYÉS



L’HYMNE DES NOYÉS


    La Seine se déploie en frémissements vagues
    Où le reflet du gaz agite un rouge éclair,
    Tandis qu’un courant fuit dans la fuite des vagues,
          Plus opaque et pourtant plus clair;
          Il glisse, lourd comme une lave,
          Sur le flanc des piliers qu’il lave,
          Et voici qu’un hymne humble et grave
                    Monte dans l’air.

    «Nous sommes les noyés des grandes nuits lascives,
    Les doux inachevés, les chauds et courts destins;
    Nous sommes le flot blanc des races convulsives
          Qui jaillit des soirs aux matins:
          Nous ruisselons comme des fleuves,
          Fils de nonnes et fils de veuves,
          Fils de vierges prudemment neuves,
                    Fils de catins.

    «Pollen des lits bourgeois et des ennuis nocturnes,
    Fleurs d’amour, fleurs sans fruit des soirs sans lendemain,
    Nous chantons notre glas dans l’eau froide des urnes,
          Au clapotis rose des mains;
          Nous passons sans que nul nous voie,
          Mais avant d’être ceux qu’on noie,
          Nous noyons dans des mers de joie
                    Les cœurs humains.

    «Nous sommes les enfants ignorés de leurs mères;
    Nés d’un frisson d’amour, nous mourons de frissons,
    Et plus que les fœtus nous sommes éphémères,
          Nous, leurs frères, qui nous berçons
          Dans nos berceaux de porcelaine
          Accrochés aux duvets de l’aine,
          Comme au long des sentiers la laine
                    Pend aux buissons.

    «Et tous, assassinés par l’onde du baptême
    Dans les Saxe et les Chine ou dans les grès rugueux,
    Dans les fleurs des faïences ou les fleurs de Bohème,
          Nous fluons à l’égout fongueux:
          Puis notre flotte erre et navigue
          Dans l’écluse, contre la digue
          Et sous le pont où la fatigue
                    Endort les gueux.

    «Nous en avons tant vu grelotter sous les arches
    Que nous en avons pris en pitié les vivants;
    Tant vu qui regardaient, assis aux bords des marches,
          Courir leurs rêves décevants;
          Et mieux vaut le peu que nous sommes
          Que d’être devenus des hommes
          Essayant de pénibles sommes
                    A tous les vents!

    «Nous aurions pu peupler cent mille fois la terre,
    Être héros, rois, dieux, avoir soif, avoir faim;
    Nous étions tout, étant le nombre et le mystère,
          L’ébauche du projet divin:
          Mais nous roulons, tourbe inféconde,
          Vers l’inféconde mer qui gronde,
          Vers la mer cuvette du monde,
                    Sans fond, sans fin!»

    Le sire DE CHAMBLEY.



    IL N’A ÉTÉ TIRÉ DE CE POËME
    _que cinquante Exemplaires numérotés_

    Nº 12



    LA LÉGENDE DES SEXES



        _Noctù qui juvenis leget hæc mea carmina solus
        Ardentem librum tollat utrâque manu._



PRÉFACE


Ce livre est l’épopée du bas-ventre.

La _Légende des sexes_ n’est point une parodie, elle est un complément:
le complément d’une œuvre gigantesque et lumineuse, mais incomplète à
notre sens.

Prenant l’être, Victor Hugo le regarda sous trois faces et crut l’avoir
vu tout entier.

Après qu’il eût dressé le grand miroir triangulaire de sa légende,
il le fit tourner sur l’axe d’une idée préconçue: la constatation du
progrès.

Il l’avoue: il vit l’Homme, il vit le Mal, il vit l’Infini; le
progressif, le relatif, l’absolu; et il en fit trois chants: la
Légende des Siècles, la Fin de Satan, Dieu.

Entendez bien ceci: il vit l’Homme, le progressif...

Mais l’homme progresse-t-il tout entier? N’est-il pas en lui des
Facultés et des Sens, des parties de l’âme, si j’ose dire, qui eurent
dès la première heure toute la puissance du plein développement; des
perfections innées et instinctives; des modes de faire qui atteignirent
d’un bond les hauteurs que les races épurées n’ont pu et ne pourront
dépasser?

Certes, il en existe: tels l’Art et la Science du Rut et du Coït.

Qui le nierait? Qu’avons-nous ajouté au passé?

Rien!--Je suis comme Faust: j’ai travaillé beaucoup, beaucoup étudié,
et je ne sais rien de plus que mes aïeux.

Si reculée que puisse être l’apparition de l’Épicier sur le globe
terrestre; qu’il remonte à Vespuce qui trouva l’Amérique ou à Hérodote
qui courut l’Orient, croyez-vous que ce premier préposé aux denrées
coloniales créa le simple mode qui aujourd’hui porte modestement son
nom?

Point... Pindare en parle, les bas-reliefs en vivent. Adam, s’il
exista, en fit peut-être l’invention de la première heure, quand,
affolé de désirs inconscients par la contemplation des splendeurs
inconnues du corps féminin, il rugit, halluciné, fauve, et se jeta,
face contre face, sur cette chair vivante et vibrante qui s’étalait et
se déroulait devant lui, dans l’herbe épaisse.

Las, il connut la Paresse, invention de la deuxième heure.

Plus las, il gisait. Pour le subjuguer à sa tyrannique féminie, à sa
luxure qui s’émeut lentement et commence à s’éveiller quand la nôtre
s’endort, Éva eut l’invention de la troisième heure.--Qu’est-ce que ce
nom moderne de «Gamin»?--Une usurpation du parisianisme sur la nature,
un vol de nom, une contrefaçon de l’antique!

Avant nous les Latins disaient _equus hectoreus_; les Grecs avaient
dit: _péribasiè_.

Prétendrez-vous qu’une civilisation altérée d’inconnu nous poussa à la
dégradante imitation des bêtes? Erreur et présomption!

La Levrette, cet aristocratique animal du faubourg Saint-Germain, ne
nous a rien appris. Louis XVI connut avant nous les charmes qu’elle
goûte: et naquit le Dauphin qui ne serait pas né.--Le siècle dernier
nommait «le coup royal» ce qu’Ovide et Lucrèce scandaient _more
ferarum_.

Anacréon avait cette délicieuse image: _Aphroditès armà_, le char de
Vénus; et le bon et simple Homère appelait cela _philotès_.

Sennecourt disait peut-être vrai:

    _Sic primi. . . . . . . . . . . . . . . parentes.
          Sic tentabat amor, tunc puer, artis inops._

Donc, dans le coït, rien; à côté, rien.

Avons-nous essayé les premiers la force contractile du sphincter
anal?--Caïn et Abel voulurent ensemble imiter Père et Mère, et
attendirent ainsi qu’il leur naquît une sœur.

Avons-nous inventé le travail des langues, et le baiser adultère des
taureaux ou des cygnes?

Rien! nous n’avons rien fait, et nous ne ferons rien!

Il ne nous reste qu’un espoir, qu’un rêve irréalisé encore:
l’application de l’envahissante électricité au travail voluptueux de
nos sens.

Et même doutons-nous, misérables que nous sommes, dans notre
espérance dernière: car peut-être l’amour et le désir ne sont-ils que
des phénomènes dynamo-électriques; nos sexes, des accumulateurs ou
des piles chargés de voltes et d’ampères, et desquels jaillit, par
l’approche d’un pôle contraire, la resplendissante électricité de
l’amour.

Donc, je nie le vœu du Maître, et je pose cet axiome: à côté du
progressible, il est en nous des choses immuables, éternelles, et qui
pourtant ont leur histoire.

Elle manquait à la Légende, cette partie de la chronologie universelle.

Je l’essaie.

Et si Victor Hugo, jaloux de voir reprendre et parachever son œuvre,
insinue méchamment que je me suis taillé une plume érotique sur l’aile
de son aigle, que je titille une Muse nymphomane du frottement de ma
pensée: Victor Hugo est injuste, et il est petit.

J’insiste, et je cherche les causes.

Pourquoi le poète, faisant une œuvre grande, fit-il une œuvre
incomplète?

Pourquoi ce romantique oublia-t-il la parole de Gœthe: «N’écris rien
sans y mettre un grain de folie»? Pourquoi négligea-t-il le point le
plus puissamment humain de l’histoire humaine?

Il a dit l’Homme; il a dit la Femme. Pourquoi n’a-t-il pas dit l’Homme
sur la Femme?

L’oublia-t-il?--Non: on n’oublie pas la Volupté: demandez aux saints.
Hugo la connut.

Il eut deux raisons pour la négliger.

Il soutenait une thèse, il voulait un principe: l’Homme progressible et
progressant. La volupté, une et constante, le gênait: il supprima la
Volupté.

L’autre raison, nous la trouvons dans la vie intime du poète.--Il fut
aimé jeune: il se tut. On parle peu de ce qu’on fait beaucoup.

Et ne nous dites pas qu’il se tut par pudeur!

La pudeur est une convention sociale, un préjugé sans consistance,
une hérésie à la religion de Nature.--Virginie eut tort d’en mourir,
Bernardin de Saint-Pierre a tort devant Zola.

La pudeur est un mot; la Volupté est une force.

La Volupté est sainte et féconde: la chanter, c’est peupler.

C’est échauffer la femme au sein glacé; c’est réveiller la jeunesse
dormant dans les testicules du vieillard et du prêtre.--Œuvre
d’humanité et de patriotisme!--C’est donner des bras à l’agriculture;
des soldats à la défense du sol; des têtes à la pensée et au travail du
Progrès.

L’Allemagne se double en un siècle; il en faut deux à la France!

Je travaille à la revanche.

Et c’est une tâche auguste, et Satan la bénit.

La finirons-nous?--Le Destin le sait.

N’importe: nous commençons.

Rechercher quels furent les embrassements célèbres ou marquant une
époque dans les phases de la grande Légende. Tout voir, dire un type de
tout.

Depuis l’accouplement de ces deux corps sans nom que Leibnitz a rêvés,
et du baiser desquels naquit la molécule; jusqu’à ce qui se fera dans
le monde des âmes, par delà l’heure où le clairon fatal aura sonné,
quand l’essence de notre être moral, sans sexe, sans corps, s’abîmera,
plein de religieuse lumière, dans une jouissance d’onanisme divin...

Tout voir, sous tous les cieux, sous tous les Dieux.

La Genèse: Adam et le premier coït; les Anges amoureux de la Femme;
Sodome près de Gomorrhe, et les mâles consolés de la froideur du sexe
faible; Onan, fils de Juda, qui frustrait son épouse au profit de sa
dextre.

L’Inde et Bouddha; la Chine et Koung-Fou-Tseu, porté cent ans au ventre
de sa mère; la petite Kéops, pyramide vénérienne, lente pyramide où
l’amour venait chaque matin poser une pierre nouvelle, apportée chaque
nuit à la fille du Pharaon par un nouvel amant qui payait son bonheur
en granit; et l’Égypte morte, après des siècles et des siècles, dans la
dernière nuit de Cléopâtre.

Le Paganisme Grec, avec Pasiphaë se damnant aux bras d’un taureau;
Narcisse et ses soliloques; Danaé et ses divines erreurs; et Sapho,
l’aïeule des Paule Giraud; et Batyle, pâmé sous Anacréon; et Diogène
polluant de spermatozoaires le pallium des Corinthiens.

Le Paganisme à Rome: jours de Saturne, jeux d’Isis, fêtes du Phallus;
scènes où la couche nuptiale est sans rideaux; Messaline impératrice de
lupanar; Néron empereur amoureux d’une blessure...

Puis le Christianisme et ses premiers adeptes: Philippus le Diacre, et
Magdeleine la repentante.

Et ce sera la grande épopée du Moyen Age, les Roland et les Olivier,
ces preux sans fatigue.

Et les ans passeront, et les temps nouveaux apporteront les cours
d’amour, les congrès, les épreuves du couchier et les droits de jambage.

Rabelais nous prêtera ses moines et son roi.

Notre ère de Progrès montrera ses collèges, ses couvents et ses bouges;
Chlorose régnant sur la vertu et Syphilis présidant à l’Hymen.

Nous exciterons l’homme grave, nous effrayerons le lycéen, ayant placé
le correctif à côté de l’érectif.

Et tout cela jeté pêle-mêle, au hasard de la conception, sans ordre,
sans méthode, abandonné au tact et aux connaissances du lecteur qui
classera les camées à leur âge.

Peu de pastiches: autant que le caprice nous demandera d’en faire.

Peut-être aussi ne trouvera-t-on rien de ce que nous promettons dans
cette manière de table... Qu’importe? C’est d’un droit que nous usons.
Les préfaces sont, comme les proclamations politiques, destinées
uniquement à annoncer ce qui ne sera pas, ou à grandir une œuvre qui
n’est point grande.

D’ailleurs, nous affrontons tout: s’ils nous lisent, les poncifs et les
pontifes nous couvriront d’ignominie et nous fleurdeliseront du mot de
pornographe; les artistes seuls et les femmes comprendront que nous ne
sommes qu’un lyrique, jouant au bilboquet avec la boule de son hystérie
sur le manche de ses érections.

Et si, malgré le soin porté par nous à quelques pièces, l’œuvre paraît
ainsi trop facile et trop lâche en ses formes, nous répéterons encore
que notre but fut moral avant tout, puisque nous rentrons dans la
sainte Nature: et nous avons fait tâche, moins souvent de Littérateur,
que de Philosophe humanitaire et cynique.

    EDMOND DE CHAMBLEY.



LE COÏT DES ATOMES

_A Fernand Icres._


    Rien n’était. Le Néant s’étalait dans la nuit.
    Nul frisson n’annonçait un monde qui commence.
    Sans forme, sans couleur, sans mouvement, sans bruit,
    Les germes confondus flottaient dans l’ombre immense.

    Le froid stérilisait les espaces sans fin:
    L’essence de la vie et la source des causes
    Sommeillaient lourdement dans le chaos divin.
    L’âme de Pan nageait dans la vapeur des choses.

    L’originelle Mort, d’où l’univers est né,
    Engourdissait dans l’œuf l’innommable matière;
    Et sans force, impuissant, le Verbe consterné
    Pesait dans l’infini son œuvre tout entière.

    Soudain, sous l’œil de Dieu qui regardait, sans but,
    Frémit une lueur vague de crépuscule.
    L’atome vit l’atome: il bougea. L’amour fut;
    Et du premier Coït naquit la molécule.

    Or l’Esprit, stupéfait de ces accouplements
    Qui grouillaient dans l’abîme insondé du désordre,
    Vit, dans la profondeur des nouveaux firmaments,
    D’infimes embryons se chercher et se tordre.

    Pleins de lenteur pénible et d’efforts caressants,
    Les corps erraient, tournaient et s’accrochaient, sans nombre:
    L’amour inespéré subtilisait leurs sens;
    La lumière naissait des frottements de l’ombre.

    Et les astres germaient. O splendeur! O matins!
    Chaudes affinités des êtres et des formes!
    Les soleils s’envolaient sur les orbes lointains,
    Entraînant par troupeaux les planètes énormes.

    Des feux tourbillonnants fendaient l’immensité,
    Et les sphères en rut roulaient leurs masses rondes;
    Leurs flancs brûlés d’amour et de fécondité
    Crachaient à pleins volcans le sperme ardent des mondes.

    Puis les éléments lourds s’ordonnaient, divisés:
    Les terres s’habillaient de roches et de plantes;
    L’air tiède enveloppait les globes de baisers,
    Et les mers aux flots bleus chantaient leurs hymnes lentes.

    C’est alors, qu’au milieu du monde épais et brut,
    Debout, fier, et criant l’éternelle victoire,
    Chef-d’œuvre de l’amour, l’Être Vivant parut!
    --Et Dieu sentit l’horreur d’être seul dans sa gloire.



PHILOSOPHIE

SONNET HONTEUX

_A Émile Goudeau._


    L’anus profond de Dieu s’ouvre sur le Néant,
    Et, noir, s’épanouit sous la garde d’un ange.
    Assis au bord des cieux qui chantent sa louange,
    Dieu fait l’homme, excrément de son ventre géant.

    Pleins d’espoir, nous roulons vers le sphincter béant
    Notre bol primitif de lumière et de fange;
    Et, las de triturer l’indigeste mélange,
    Le Créateur pensif nous pousse en maugréant.

    Un être naît: salut! Et l’homme fend l’espace
    Dans la rapidité d’une chute qui passe:
    Corps déjà disparu sitôt qu’il apparaît.

    C’est la Vie: on s’y jette, éperdu, puis on tombe;
    Et l’Orgue intestinal souffle un adieu distrait
    Sur ce vase de nuit qu’on appelle la tombe.



L’ÉDEN

_A Florent Scheving._


    Dans l’éther infini, plein de profonds mirages,
    Dans l’azur insondable et vierge de nuages,
    Le grand soleil montait lentement, gravement:
    Et l’Éden, ébloui du long rayonnement,
    S’éveilla. La nature amoureuse et ravie
    Entonna le concert éclatant de la vie.
    Tout remuait: Adam, le seul et le dernier,
    Dormait les poings fermés, à l’ombre d’un pommier.
    De larges ronflements bourdonnaient sur sa lèvre:
    Il avait eu, la nuit, des douleurs et la fièvre;
    Il avait fait un rêve, il avait mal aux reins:
    Il avait cru voir Dieu, du haut des cieux sereins,
    Descendre à petits pas, et la dextre divine
    Avait pendant longtemps fouillé dans sa poitrine
    Pour y ravir un os qu’elle avait emporté...
    Adam dormait toujours. Debout à son côté,
    Ève le regardait, soucieuse, étonnée.

    Le jour venait de naître où la femme était née.
    L’homme ronflait. Une heure entière s’écoula;
    Ève, agacée enfin de le voir toujours là,
    Ève, maligne et femme, Ève prit une pomme
    Et la laissa tomber sur l’œil du premier homme.

    Adam se redressa d’un seul bond: «Mille dieux!»
    Mais il aperçut Ève en se frottant les yeux.
    Homme sans le savoir et galant de naissance,
    Il fit une profonde et grave révérence:
    --«Dieu fait bien ce qu’il fait; Éblis seul fait le mal.»

    Il s’assit:--«Quel est donc ce nouvel animal?
    Et d’où vient qu’on ne peut rien trouver à lui dire?»
    Il se tut un instant, puis, avec un sourire:
    --«Il fait bien chaud!...

                                  ÈVE
                               Oh oui.

                                 ADAM
                                       Le soleil est très-fort!

                                  ÈVE
    Oh oui.

                                 ADAM
            C’est étonnant avec ce vent du nord...
    Car c’est le vent du Nord qui vient de la montagne.

                                  ÈVE
    Ah!

                                 ADAM
        Oui... Connaissez-vous un peu notre campagne?

                                  ÈVE
    Moi? non. Je viens de naître.

                                 ADAM
                                  Ah! de naître... Aujourd’hui?

                                  ÈVE
    Oui.

                                 ADAM
         Je vous félicite... Éden vous plaît-il?

                                  ÈVE
                                                 Oui.

                                 ADAM
    Pensez-vous y rester quelque temps?

                                  ÈVE
                                        C’est probable.

                                 ADAM
    Ah, tant mieux. Vous verrez: c’est un séjour aimable.
    Je vous promènerai dans notre paradis,
    Aimez-vous à causer?

                                  ÈVE
                         Que dites-vous?

                                 ADAM
                                         Je dis:
    Aimez-vous à causer?

                                  ÈVE
                         Je ne sais pas encore;
    Je ne peux pas savoir: je suis née à l’aurore.»

    Il se fit un silence: Adam, pâle et songeur,
    Promenait brusquement ses deux mains sur son cœur.

                                  ÈVE
    «Vous cherchez quelque chose?

                                 ADAM
                                  Il me manque une côte!

                                  ÈVE
    Dieu m’a créée avec: ce n’est pas de ma faute.

                                 ADAM
    Tiens... La drôle d’idée! Et quel est votre nom?

                                  ÈVE
    Ève.

                                 ADAM
         Oh, le joli nom!

                                  ÈVE
                          Vous me flattez...

                                 ADAM
                                             Mais non.
    Moi je m’appelle Adam.

                                  ÈVE
                           Adam...»

                                    Nouveau silence:
    Tous deux s’étonnaient de tant de différence
    Dans les formes du corps et les tons de la peau.
    Adam la trouvait belle; Ève le trouvait beau.
    Ils se taisaient, mais ils raisonnaient en revanche.

    Adam reprit enfin:--«Comme vous êtes blanche!
    Pourquoi Dieu vous a-t-il mis des cheveux si longs?
    Les miens sont courts et noirs et les vôtres tout blonds.
    C’est vraiment très-joli, ces lourdes tresses blondes...

                                  ÈVE
    Vous trouvez?

                                 ADAM
                  Très-joli... Mais ces machines rondes,
    Là, sur votre poitrine: A quoi cela sert-il?

                                  ÈVE
    Je n’en sais rien. Mais vous, au-dessous du nombril,
    Qu’est-ce que vous portez dans cette touffe noire,
    Sur ce double coussin?

                                 ADAM
                           Je m’en sers... après boire.

                                  ÈVE
    Seulement?--Cela doit vous gêner pour marcher?

                                 ADAM
    Pas trop... On s’habitue.

                                  ÈVE
                              Est-ce qu’on peut toucher?

                                 ADAM
    Si vous le désirez...

                                  ÈVE
                          Je suis si curieuse.
    Alors vous permettez?...»

                              Ève, blanche et rieuse,
    Avança doucement ses petits doigts rosés,
    Puis, s’arrêtant soudain:

                              «Je n’ose pas!

                                 ADAM
                                             Osez!
    Est-ce qu’il vous fait peur?

                                  ÈVE
                                 Peur? Oh non: je suis brave.
    Tiens! C’est tout rouge au bout. On dirait une rave.
    C’est pour le protéger, sans doute, cette peau?
    Ce n’est pas laid du tout.

                                 ADAM
                               Oh... Ce n’est pas très-beau.

                                  ÈVE
    Mais si: c’est très-gentil.»

                                 Et les mignons doigts roses
    Allaient, couraient, venaient, faisaient de courtes poses,
    Comme des papillons voltigeant sur des fleurs.

                                  ÈVE
    «Oh mais, regardez donc. Il a pris des couleurs.
    Comme c’est drôle! Il est plus grand que tout à l’heure.
    Il se dresse: il frémit. Ciel! une larme: il pleure!»

    Ève essuya la larme à ses cheveux dorés.

                                  ÈVE
    «Il pleure! Il pleure encore! Est-ce que vous souffrez?

                                 ADAM
    Au contraire.

                                  ÈVE
                  Oh, Monsieur Adam! il est énorme,
    Maintenant! Il n’a plus du tout la même forme.
    C’est très-raide et très-dur... A quoi peut-il servir?»

    Adam lui répondit, dans un profond soupir:
    «Est-ce que vous croyez qu’il sert à quelque chose?

                                  ÈVE
    Je n’en suis pas très-sûre: au moins, je le suppose.
    Vous m’avez dit tantôt: «Dieu fait bien ce qu’il fait.»
    Toute chose a son but si ce monde est parfait.

                                 ADAM
    Oui, si Dieu m’avait dit ce qu’il veut que je fasse
    De ce... Mais vous, comment?...

                                  ÈVE
                                    Moi je n’ai que la place.
    C’est peut-être un oubli: voyez.

                                ADAM (_cherchant trop haut._)
                                     Je ne vois rien.

                                  ÈVE
    Non: pas là, maladroit! Ici... Regardez bien.

                                 ADAM
    C’est juste! on vous a même arraché la racine!
    La fosse est encor fraîche... Est-ce que la voisine
    Communique?... Pour voir, si j’y mettais le doigt?

                                  ÈVE
    Mettez ce qu’il faudra.

                                 ADAM
                            Diable! C’est bien étroit!»

    Il glissa sous la femme une main caressante...
    Ève bondit, l’œil clos, la croupe frémissante,
    Les seins tendus, les poings crispés dans ses cheveux.
    Tout son être frémit d’un long frisson nerveux,
    Et le soupir mourut entre ses dents serrées.
    «Encore!» Elle entr’ouvrit ses deux cuisses cambrées,
    Et le premier puceau vint tomber dans ses bras!

    «Encore! Cherche encore! Oui. Tant que tu voudras.»

    Comme il croisait ses mains sous deux épaules blanches,
    Adam sentit deux pieds se croiser sur ses hanches.
    Leurs membres innocents s’enlaçaient, s’emmêlaient.
    S’ils avaient pu savoir, au moins, ce qu’ils voulaient!

    O pucelage! Alors, presque sans le comprendre,
    Tous deux en même temps, d’une voix faible et tendre,
    Murmurèrent: «Je t’aime». Et le premier baiser
    Vint, en papillonnant, en riant, se poser
    Et chanter doucement sur leurs lèvres unies.

    Dieu, pour les ignorants, créa deux bons génies:
    L’Instinct et le Hasard. Or, au bout d’un instant,
    Ève avait deviné ce qui l’intriguait tant.

    Avez-vous jamais vu le serpent que l’on chasse?
    De droite à gauche, errant, affolé, tête basse,
    En avant, en arrière, il va sans savoir où.
    Il s’élance; il recule; il cherche; il veut un trou,
    Un asile où cacher sa fureur écumante.
    Il cherche: il ne voit rien, et son angoisse augmente.
    Mais, lorsqu’il aperçoit l’abri qu’il a rêvé,
    Il entre et ne sort plus.--Adam avait trouvé!

    Un cri, puis des soupirs: l’homme a compris la femme.

    Les deux corps enlacés semblaient n’avoir qu’une âme.
    Ils se serraient, ils se tordaient, ils bondissaient.
    Les chairs en feu frottaient les chairs, s’électrisaient.
    Les veines se gonflaient. Les langues acérées
    Cherchaient une morsure entre les dents serrées.
    Des nerfs tendus et fous, des muscles contractés,
    Des élans furieux, des bonds de voluptés...
    Plus fort! Plus vite! Enfin c’est la suprême étreinte,
    Le frisson convulsif...

                            Ève, alanguie, éteinte,
    Se pâme en un soupir et fléchit sur ses reins;
    Ses yeux cherchent le ciel; son cœur bat sous ses seins.
    Son beau corps souple, frêle, et blanc comme la neige,
    S’arrondit, s’abandonne au bras qui la protège.
    Adam, heureux et las, se couche à son côté.
    Puis, tous deux, lourds, le sein doucement agité
    Comme s’ils écoutaient de tendres harmonies,
    Rêvent, dans la langueur des voluptés finies.

    Mais Ève: «--Dieu, vois-tu, ne fait rien sans raisons.
    Dieu fait bien ce qu’il fait... Viens là! Recommençons...»



SOLITUDE

_A Mᵉ Etienne D..., magistrat._


    Pendant que je suis là sur mon lit, seul et nu,
          Tendant les mains à l’inconnu;
    Cherchant dans l’ombre épaisse une forme vivante
          Pour l’étreindre de mes deux bras;
    Inventant tout ce que la solitude invente
          Pour se dédoubler dans les draps;

    Pendant que le sang bout dans tes nobles artères,
          Sceptre rutilant de mes pères;
    Pendant que je te tiens, raidi, gonflé, tendu,
          Sous l’édredon que tu soulèves;
    Pendant que je m’épuise à noyer ma vertu
          Dans l’humidité de mes rêves.

    Pendant que je me tords sur mon axe viril
          Comme saint Laurent sur son gril:
    --O femmes! Qui dira la foule involontaire
          Des pucelles qu’on fait moisir?
    Qui dira les doigts blancs dont l’effort solitaire
          Gratte l’écorce du plaisir?

    A vous! Je songe à vous, chastes filles du monde
          Que nul ne titille ou ne sonde;
    Clitoris sans amour des vierges par devoir,
          Muqueuses en rut, cœurs en peine,
    C’est pour vous que j’agite et que je fais pleuvoir
          Ce qui vous manque et qui me gêne.

    Car j’ai votre idéal, si vous avez le mien!
          Venez. Prenez: C’est votre bien.
    Vous pour moi, moi pour vous; qu’on aime et qu’on se serre!
          Libre échange! Secours mutuel!
    Ah, venez! Unissons notre double misère:
          Nos deux enfers feront un ciel.

    Au festin de l’amour nous ferons table rase.
          J’ai la liqueur et vous le vase...
    Vous tendrez votre coupe à mes deux échansons.
          Moi généreux et vous avide:
    Fête longue et vins chauds! A nos santés: versons
          Mon trop plein dans votre trop vide!



BALLADE DES MALSEANS PUCELAIGES

_A Maistre François Villon, souteneur et poète._


    Oncques n’amai la preude gent pucelle.
    Servent à quoi? N’usent fors qu’en pissant.
    Craignent toujours que rumpiez leur vesselle.
    Tant l’huis d’amour que les tettes mussant,
    S’en vont, nez bas comme barbet qui sent.
    Du col aux mols, sont drapel et drapille.
    Male heur sur vous si les touchez, disant:
    «Ouvre ton caz qu’y boute une cheville!»

    Or, Dieu ne fait le beau pour qu’on le cèle;
    Fait pour monter femme et cheval de sang;
    Pucelles fait, pour qu’on les despucelle;
    Pour cent perthuis fait de bouchons un cent.
    Lors, par despit, quand une ne consent,
    Il sonne un pet sonnant comme trompille,
    Et peu se fault qu’il ne clame en tançant:
    «Ouvre ton caz qu’y boute une cheville!»

    Mieulz vault Margot que Kathe de Vausselle:
    Sade à chascun, hobe soubz tout passant.
    Tousiours à dos pour qu’on lui grimpe en selle,
    Huche au second quand le premier descend.
    Sans cryz, sans plours, et ses cottes troussant,
    Elle vous doint son oystre sans coquille
    Et doulz, très-doulz, d’un fin det caressant
    Ouvre son caz et boute la cheville.

    ENVOI

    Prince, si grant que soyez, et puissant,
    Point ne régnez, si déboute une fille,
    Quand requérez, votre Sceptre dressant:
    «Ouvre ton caz, qu’y boute une cheville!»



PASIPHAË

_A Victor d’Auriac._

        Hic crudelis amor tauri, suppostaque furto
            Pasiphaë.

            VIRGILE (ÉNÉIDE, Liv. VI.)

        L’infamia di Creta era distesa
        Che fut concetta nella falsa vacca.

            DANTE (ENFER.)


    Midi! Le ciel profond est d’un cobalt intense,
    Comme une lampe d’or pendue au zénith bleu,
    Le soleil qui montait s’arrête et se balance:
    Ses rayons verticaux vibrent dans l’air en feu.

    Les monts, les champs, baignés de clartés odorantes,
    Rêvent sans mouvement dans leur vaste sommeil.
    L’île nage, au milieu des vagues transparentes
    Dont chacune miroite et reflète un soleil.

    La mer chante: le flot, tiède et blanchi d’écume,
    Lèche le sable ardent qui fume dans le port.
    Le parfum lourd des fleurs pèse, comme une brume,
    Dans l’atmosphère épaisse où la brise s’endort.

    La sève bout; le fruit est mûr; la vie éclate:
    Les muscats jaunissants cuisent sur les coteaux;
    Le pâtre, désertant la lande aride et plate,
    Sous les blancs oliviers a conduit ses troupeaux.

    Et dans le bois sacré, sa royale retraite,
    Sous les myrtes neigeux du temple d’Astarté,
    La fille du Soleil, Pasiphaë de Crète,
    Moule dans les coussins sa brune nudité.

    Les tons mats de sa chair ont des reflets d’ivoire;
    Ses cheveux sur son sein roulent comme des flots,
    Et l’éclair brille, au fond de sa prunelle noire,
    Sous le voile lascif des cils à demi clos.

    La voilà! C’est la Reine aux fureurs hystériques:
    Pour éteindre l’ardeur de ses sens allumés,
    La voilà se cabrant, frottant ses chairs lubriques
    Sur le baiser soyeux des tissus parfumés.

    Hélios! Tu la vois, crispant ses membres lisses,
    Mordant ses propres bras et tordant ses cheveux;
    Une peau de lion serrée entre ses cuisses,
    Elle s’arque, du cou jusqu’aux jarrets nerveux!

    En vain trente guerriers, les plus beaux de la Grèce,
    Ont sous leurs reins musclés pétri son torse nu:
    Surexcités par leur impuissante caresse,
    Ses flancs inassouvis ont rêvé d’inconnu.

    En vain, pour la calmer, Bacchantes et Tribades
    De leurs touchers savants ont énervé son corps;
    Elle a pris en dégoût ces voluptés trop fades:
    La Fille du Soleil veut des muscles plus forts!

    Or, elle a vu là-bas, sur les fauves lagunes,
    Dans la chaleur du rut passer un taureau blanc:
    Il allait, bondissant sur les génisses brunes,
    Et ses rouges naseaux aspiraient l’air brûlant.

    Et la Reine le veut, le fier taureau de Crète!
    Elle veut son amour profond et vigoureux.
    Dédale l’a comprise et la statue est prête:
    La génisse de bronze entr’ouvre ses flancs creux.

                   *       *       *

    Qu’elle est superbe et vraie! On la dirait vivante:
    Les cornes de son front sont droites vers les cieux;
    Un rêve inconscient dort au fond de ses yeux;
    Son poitrail s’arrondit; sa large queue évente
            Et bat sa hanche aux poils soyeux!

    Sur les voluptueux tapis du gouffre vide,
    Pasiphaë, l’œil fixe et le sein haletant,
    S’agenouille et s’écarte. Elle a peur un instant;
    Puis, la croupe levée, impatiente, avide,
            La voici prête: elle l’attend!

    Il a mugi! C’est lui! C’est son pas! Il s’élance.
    Il embrasse l’airain sous son ventre puissant:
    La voûte en retentit. Plein des fureurs du sang,
    Il cherche: son désir oscille et se balance.
            Enfin, il trouve. Elle le sent!

    Sa main prompte a saisi le trait qui la caresse;
    Sa main douce le guide. Ici, monstre indompté!
    Un cri!... Mort ou bonheur? Torture ou volupté?
    Les chairs bâillent: il glisse, il pénètre, il se dresse
            Dans sa mâle rigidité!

    Aux fonds inexplorés de la gorge féconde!
    Au fond de l’être! Au fond des canaux convulsés!
    Comme un fer rouge! Encore! Oh pitié! C’est assez.
    Le glaive secoué la déchire, la sonde,
            Et met en sang ses reins brisés!

    Pas de grâce, non! Grâce! Il avance; il se pousse!
    Où donc s’arrêtera son intraitable effort?
    Il se roidit. Toujours plus loin, toujours plus fort!
    Pasiphaë bondit, et pour chaque secousse
            Elle râle, hurle et se tord!

    Ses dents grincent; sa lèvre écume de salive;
    Ses doigts ensanglantés meurtrissent ses seins blancs.
    Elle ondule et frémit sur ses genoux tremblants;
    Ses muscles contractés serrent la force active
            Qui fouille la nuit dans ses flancs!

    O volupté! Douleurs! Spasmes! Rage inouïe!
    Oh! quelque chose à mordre, une lèvre, un baiser!
    Le sang bout dans la veine et bout à la briser!
    Il court en jets de feu, comme un torrent de pluie,
            Dans les chairs qu’il vient arroser!

    Soudain, le nerf gonflé se tend et la soulève:
    Palpitante, pendue à ce levier vainqueur,
    Elle a senti jaillir une épaisse liqueur
    Qui coule, lave ardente, intarissable sève,
            Et regorge jusqu’à son cœur.

    Elle s’ouvre et déborde! Elle étrangle, elle presse
    Le dard chaud qui s’agite avec des élans fous!
    C’est le dernier frisson, le plus fort, le plus doux.
    Enfin lasse, inondée, et ruisselant d’ivresse,
            Elle fléchit sur les genoux.

    Son beau corps assouvi roule comme une masse
    Sur les coussins froissés de sa prison d’airain.
    --Mais déjà le Taureau hume le vent marin,
    Et rêve, en regardant l’horizon qui s’efface
            Dans la vague du ciel serein.



LA FLUTE

TRIOLETS

_A Léopold Allard._


    Quand les vers m’auront désossé,
    Tout nu, tout sec, dans mes six planches;
    Fait de trous comme un bas percé,
    Quand les vers m’auront désossé;
    Quand le Temps grave aura lissé
    Mon vieux squelette aux maigreurs blanches;
    Quand les vers m’auront désossé,
    Tout nu, tout sec, dans mes six planches:

    Alors, gaiement, venez me voir,
    Chœur lascif des vierges à naître
    Qui vivrez trop tard pour m’avoir...
    Alors, gaiement, venez me voir!
    Vous lèverez le marbre noir,
    Et me creusant une fenêtre,
    Alors, gaiement, venez me voir,
    Chœur lascif des vierges à naître.

    Vous chercherez parmi mes os
    Cet os viril qui fut mon membre:
    Près des fémurs, au bas du dos,
    Vous chercherez parmi mes os.
    Roide encore dans son repos
    Comme un athlète qui se cambre,
    Vous chercherez parmi mes os
    Cet os viril qui fut mon membre.

    Vous le verrez très-long, très-fort,
    Dur aux contours, et creux au centre;
    Veuf de son double contrefort,
    Vous le verrez très-long, très-fort,
    L’os vaillant qui sous son effort
    Fora tant d’isthmes au bas ventre:
    Vous le verrez très-long, très-fort,
    Dur aux contours, et creux au centre.

    Hélas, j’en aurai fait mon deuil:
    Emportez-le, je vous le donne.
    Il fut ma force et mon orgueil,
    Hélas, j’en aurai fait mon deuil!
    Dans le célibat du cercueil,
    On dort seul, et la mort chaponne...
    Hélas, j’en aurai fait mon deuil:
    Emportez-le, je vous le donne!

    Vous percerez sept trous, sept trous,
    Et le canal deviendra flûte:
    Dans l’os sonore aux reflets roux,
    Vous percerez sept trous, sept trous,
    Pour accompagner les froufrous
    Des jupons que froisse la lutte:
    Vous percerez sept trous, sept trous,
    Et le canal deviendra flûte.

    Sur la gamme des baisers nus
    L’Amour va chanter sa romance:
    Souffle dans ma flûte, ô Vénus!
    Sur la gamme des baisers nus
    Souffle tes airs les plus connus:
    Voici le bal qui recommence;
    Sur la gamme des baisers nus
    L’Amour va chanter sa romance.

    Do, ré, mi, fa, sol, la, si, do:
    La valse horizontale danse,
    Tourne, ondule sous le rideau;
    Do, ré, mi, fa, sol, la, si, do...
    La flûte suit le crescendo
    Et rhythme l’amour en cadence.
    Do, ré, mi, fa, sol, la, si, do:
    La valse horizontale danse!

    Et l’os vibre sous le baiser,
    Au souffle de la lèvre rose:
    L’air chaud le gonfle à le briser!
    Et l’os vibre sous le baiser
    Du doigt blanc qui court se poser,
    Va, revient, remonte, et se pose...
    Et l’os vibre sous le baiser
    Au souffle de la lèvre rose!

    Ainsi j’attendrai doucement,
    Sur la bouche des belles filles,
    L’heure auguste du Jugement.
    Ainsi j’attendrai doucement,
    Joyeux de pouvoir en dormant
    Conduire encor les chauds quadrilles:
    Ainsi j’attendrai doucement,
    Sur la bouche des belles filles.



SONNET POINTU


    Reviens sur moi! Je sens ton amour qui se dresse;
    Viens. J’ouvre mon désir au tien, mon jeune amant.
      Là... Tiens... Doucement... Va plus doucement...
      Je sens tout au fond ta chair qui me presse.

            Rhythme ton ardente caresse
            Au gré de mon balancement.
                O mon âme... Lentement,
                Prolongeons l’instant d’ivresse

                  Là... Vite! Plus longtemps!
                    Je fonds! Attends
                    Oui... Je t’adore...

                      Va! Va! Va!
                        Encore!
                          Ha!



A UNE VIERGE


    Je veux cueillir la fleur de ta virginité,
    Savourer à longs traits les sucs de son calice:
    Comme le frelon ivre et lourd d’avoir fêté
    Les corolles, je veux que ma lèvre pâlisse
    A boire tes mortels parfums de volupté.

    Fais chanter ton baiser: c’est le roi des poèmes.
    J’apporte l’Infini que ton rêve a cherché:
    C’est moi qui t’ouvrirai le Ciel, puisque tu m’aimes,
    Et tu la connaîtras, l’extase du péché
    Qui fait les cœurs pâmés et qui fait les fronts blêmes!

    C’est la fin, c’est le but sacré de tous nos vœux;
    C’est le levier du monde et le ressort de l’âme;
    C’est la Force qui crée et fait dire: «Je veux!»
    C’est le sceptre que Dieu mit aux mains de la femme,
    Et la couronne d’or qui luit dans ses cheveux.

    C’est elle qui me fait ta chose et ton esclave,
    Courbe à tes pieds mon col et mes genoux brisés,
    Et fait bouillir mon sang comme un torrent de lave.
    Mère des Univers et fille des Baisers,
    Elle ne souille pas, la divine: elle lave!

    Car c’est l’amour qui rend meilleur. Et rien n’est vrai
    Hormis la volupté qui te créa si belle,
    Qui me versa le vin dont je t’enivrerai,
    Qui fit ta lèvre rose et noire ta prunelle,
    Qui fit que je t’adore et que j’en ai pleuré.

    Viens au ciel, Ange, viens au ciel! Tu veux; j’implore:
    Silence à ton orgueil! Viens, et quand tu sauras
    Quel est ce paradis que ta jeunesse ignore,
    Tes désirs suppliants me prendront dans leurs bras
    Pour me baiser la bouche et murmurer: «Encore!»



        _AUX INTERNES DE LOURCINE,
        PRÊTRES DU TEMPLE DE DÉESSE VÉROLE,
        JE DÉDIE CES HIDEUX TERCETS, ÉCRITS EN LEUR HONNEUR._


PORTES D’ENFER

                  ... O horror, horror, horror! Tongue nor heart
        Cannot conceive nor name thee!

            (SHAKESPEARE, _Macbeth_, Acte II, Scène I.)


    Or, j’étais descendu par les routes de Dante,
    Et j’entendais au loin le cri sourd des démons
    Qui tournent les damnés dans la fournaise ardente.

    Et j’allais..... Et j’allais, escaladant les monts,
    Traversant les forêts, et longeant sur les plages
    Les lacs lourds, qui dormaient dans l’algue et les limons.

    Seul, j’allais, sous le ciel tout saignant des nuages,
    Dans la lumière fauve et louche du couchant.
    Et j’allais... Je marchai bien longtemps, bien des âges.

    Ainsi je vins, au seuil qu’habite le Méchant,
    Vers les replis squameux des cols Syphilitiques:
    Là, mon être en frayeur s’arrêta, trébuchant.

    Deux chaînons colossaux de montagnes antiques
    S’étalaient, convergeant en un point de la nuit,
    Comme un écartement de cuisses fantastiques.

    Effroyablement nus et froids, sans fleur, sans fruit,
    Ces monts cyclopéens étaient de marbre rose,
    Et leurs formes avaient la rondeur qui séduit.

    Leur angle obtus s’ouvrait, lascif, dans une pose
    D’attente féminine; et loin dans le lointain,
    Le méat infernal bâillait, fente mal close...

    --Jour de Dieu! J’en ai vu, le soir ou le matin,
    J’en ai touché du doigt, des cons et des matrices
    Éprouvés et meurtris par les coups du destin;

    J’ai vu des périnés marqués de cicatrices,
    Et j’ai vu, distendu par les efforts du temps,
    Le sourire plissé des lèvres de nourrices,

    J’ai vu culs bourgeonneux comme vigne au printemps;
    J’ai vu, laids et railleurs dans leur barbe de Faune,
    Sur de vieux clitoris des capuchons flottants;

    Et des canaux ocreux coulant comme le Rhône;
    Et des lèvres de femme usée au braquemart,
    Dont chaque pli pendait, rouge, bleu, noir ou jaune.

    Cons pourris de Lourcine, et cons morts de Clamart,
    Je vous ai vus, baignés d’un jus multicolore,
    Nager, flasques, dans une odeur de vieux homard.

    Mais j’en jure Duval, Inès et veuve Laure,
    Je n’avais jamais vu si terrible hideur,
    Et rien qu’au souvenir mes mains tremblent encore!...

    --Un vaste Hymalaïa, fendu par l’impudeur,
    Entr’ouvrait sur la nuit deux lèvres titanesques
    Dont des rides sans fond sillonnaient la raideur.

    L’usnée avait plaqué ses vertes arabesques;
    Et l’eau, lourde de soufre et de fer, suintait,
    Peignant sur les rocs bruns de grands chancres en fresques.

    En bas, un lac gluant de flueurs clapotait,
    Et noirâtre, il luisait dans ses grèves d’écume,
    Miroir géant, que la pourriture argentait.

    Un vent soufflait, chargé de naphte et de bitume:
    Sa puanteur avait de telles densités
    Qu’on la voyait passer dans l’air, comme une brume.

    Et tout en haut, perdu dans les obscurités,
    Sur le mont de Vénus, un bois d’arbres farouches
    Tordait ses troncs noueux sous les cieux empestés.

    Par centaines, velus et roulant leurs yeux louches,
    Des poux rôdeurs, plus hauts que de vieux éléphants,
    Rampaient, collant au sol les suçoirs de leurs bouches.

    --Or, Satan, père et dieu des Chancres triomphants,
    A gravé sur le seuil le grand vers de Florence
    Qui fait devant la Vulve hésiter les enfants:

    Vous qui pénétrez là laissez toute espérance.



OUVRE


    Ouvre les yeux, réveille-toi;
    Ouvre l’oreille; ouvre ta porte:
    C’est l’Amour qui sonne, et c’est moi
        Qui te l’apporte.

    Ouvre la fenêtre à tes seins;
    Ouvre ton corsage de soie;
    Ouvre ta robe sur tes reins:
        Ouvre qu’on voie!

    Ouvre à mon cœur ton cœur trop plein:
    J’irai le boire sur ta bouche.
    Ouvre ta chemise de lin:
        Ouvre qu’on touche!

    Ouvre les plis de tes rideaux;
    Ouvre ton lit que je t’y traîne:
    Il va s’échauffer sous ton dos.
        Ouvre l’arène.

    Ouvre tes bras pour m’enlacer.
    Ouvre tes seins que je m’y pose.
    Ouvre aux fureurs de mon baiser
        Ta lèvre rose!

    Ouvre tes jambes; prends mes flancs
    Dans ces rondeurs blanches et lisses;
    Ouvre tes deux genoux tremblants...
        Ouvre tes cuisses!

    Ouvre tout ce qu’on peut ouvrir
    Dans les chauds trésors de ton ventre:
    J’inonderai sans me tarir
        L’abîme où j’entre!



SONNET A MA MIE


    Je regrète le tems où, tout bardé de fer,
    Hampe au poing, dague au flanc, on errait par le monde;
    Le temps où l’on vêtait le heaume à grille ronde,
    Le gorgerin de cuir, la gambe et le hauber.

    Coups de masse et d’estoc! On était fort et fier:
    On se navrait gaiement pour le los de sa blonde;
    Le cœur était loyal et la valeur féconde:
    Les gentils preux n’avaient souci que de l’Enfer.

    On ne se cachait point pour rêver à sa mie:
    On s’aimait sans remors, et nul n’en gaussait mie:
    Seul, le parjure aux vœux d’amour était félon.

    Beau tems! J’eusse porté tes couleurs, ta devise,
    Et ton nom brodé d’or sur mon blanc gonfalon.
    --Une nuit m’eût faict roi, qui t’eût faicte marquise.



DANAÉ

_A Paul et Gustave Philippart._


    Le soleil meurt: Hesper flambe.
                                    La tour d’Argos
    Est de bronze massif et ses murs sont bien clos.
    Trente Achaïens, héros de haute et forte taille,
    Casqués et cuirassés comme pour la bataille,
    Le javelot au poing et le glaive au côté,
    Veillent, gardiens jurés d’une virginité.
    Donc, Acrise a bâti dans la voûte sonore
    Un cachot que Phoïbos Hékébolos ignore:
    Quinze verrous d’airain que l’on ferme à secret
    En défendent l’entrée à l’Eros indiscret.

    C’est là que Danaé, l’Argienne aux nattes blondes,
    La fille aux languissants regards, aux fesses rondes,
    Sans amour, à vingt ans, se déflore et languit.

    «--Oh, vivre ainsi loin d’eux, loin du ciel, loin du bruit!
    Vénus, je veux aimer!» Et débordant de sève,
    Elle tord sur le lit, complice de son rêve,
    Les longs et chauds ennuis de sa lourde vertu.

    Elle a senti le soir, et son cœur a battu.
    «--Seule une nuit encor, hélas!» Elle soupire.

    Car c’est l’heure d’aimer! C’est l’heure où le Satyre
    Poursuit par les bois sourds et les sentiers ombreux
    La Dryade qui rit et fuit vers l’antre creux.
    C’est l’heure où le soleil se penche sur la terre;
    L’heure où les myrtes blancs de Gnide et de Cythère
    Aux chansons des baisers mêlent des chants d’oiseaux;
    L’heure où le vent lascif caresse les roseaux,
    Tout plein de voluptés et de senteurs de roses.
    C’est l’heure de l’amour! C’est le réveil des Causes!

    --«Seule encor!» Danaé se pleure dans la nuit.
    Mais, là haut, l’œil d’un dieu la guette et la poursuit.
    Elle a mis dans ses mains son beau front qui s’incline:
    Elle songe aux raideurs de la chair masculine;
    Aux grands boucs qu’elle a vus courir parmi les prés,
    Serrant la chèvre en rut contre leurs dards pourprés,
    Aux taureaux traversant le flanc des vaches rousses,
    Et par élans fougueux, par bonds et par secousses,
    Devenant tout d’un coup semblables à des dieux!
    Elle songe aux assauts de l’amant radieux,
    Aux muscles étreignant le baiser qui s’y plonge,
    Au frottement qui brûle et qui noie! Elle songe...

    Silence! Elle s’endort les deux bras grands ouverts....

    Il pleut de l’or, il pleut!

                               Des plafonds découverts,
    Le scintillant métal miroite et tombe en pluie.
    Et la vierge, les yeux fermés, mais éblouie,
    Voit passer dans le bleu des gouttes de soleil.
    C’est bien de l’or: il pleut! A travers son sommeil
    Elle rit à la blonde averse. Goutte à goutte!
    Or, azur! Que c’est beau! Comme il pleut! Elle écoute:
    Chaque perle en passant siffle gaîment dans l’air,
    Et dans le cœur qui bat son crépitement clair
    Fait chanter un écho qui vibre avec sa chute.

    L’orage étincelant grossit. Chaque minute
    Verse par milliers les belles larmes d’or.
    Le flot torrentiel se presse. Encor! Encor!
    Le sol a disparu. L’or coule, l’or ruisselle.
    Rien que de l’or; de l’or partout. L’or s’amoncelle:
    Ici, là. Sur le sol, la couche et les coussins;
    Sur elle: sur le front, les bras, le cou, les seins;
    Sur les flancs arrondis, sur le ventre qu’il baise;
    La poitrine se gonfle et palpite. L’or pèse,
    Lourd, massif, étouffant, sur ce corps endormi.
    Il s’échauffe,--il s’anime...

                                  O Pan! Il a frémi.
    Les molécules d’or se cherchent et s’unissent.
    C’est comme un cœur qui bat. Les formes s’arrondissent.
    Il prend un corps! Il prend une âme...

                                            Un homme? Un Dieu?
    Qu’importe, puisqu’il vit, que sa lèvre est en feu,
    Et que son bras musclé sait étreindre une femme.
    Il vit, il sait! Il a la vigueur et la flamme!
    C’est un être viril: la Vierge l’a compris!
    C’est le mâle rêvé qui l’assiège... Oh, ces cris!
    Elle ouvre ses genoux, ses baisers, tout son être.
    L’or brûlant se raidit, se tend... L’or la pénètre...
    Zeus! Au fond! Zeus, plus loin! Le Dieu peut ce qu’il veut.

    Il pleut! Mais ce n’est plus de l’or! Il pleut! Il pleut!



L’ÉTERNITÉ

_A un compositeur de musique religieuse._


    L’Éternité!--Dieu m’en préserve;
    C’est assez de vivre une fois.
    Moisir à l’état de conserve
    Comme un bocal de petits pois.
          Dieu m’en préserve!

    L’Éternité!--Point ne m’en faut.
    C’est tentant comme un jour de pluie:
    Un Enfer où l’on a trop chaud,
    Un Paradis où l’on s’ennuie.
          Point ne m’en faut!

    L’Éternité!--C’est dérisoire:
    Pas de corps, des âmes partout:
    Rien à peloter, rien à boire;
    Pas moyen de tirer son coup.
          C’est dérisoire!

    L’Éternité! L’Éternité!
    Sans amour que faire d’une âme?
    Mahomet m’eût bien mieux tenté.
    Ah! si l’on passait sur la femme
          L’Éternité!



RONDEL MÉLANCHOLIQUE

_A Jules Lévy._


    Véez mes plours, oyez mes cryz:
    J’ai d’amour mon aame férue,
    Et comme un bœuf tirant charrue,
    Je trayne mon cueur mal espris.

    Ma belle m’a gaussé de ryz
    Et s’en est ma tendresse accrue:
    Véez mes plours, oyez mes cryz.

    Las! Pour endormir ses mespris,
    Je l’ai de mes plaintes recrue;
    Mais pour que ma peine soit crue,
    L’or me fault, à payer son prix:
    Véez mes plours, oyez mes cryz!



LA VIEILLE

_A Maurice Rollinat._


    Belle à faire damner les anges et les saints,
    Elle trôna vingt ans, sans amour et sans joie,
    Étouffant la splendeur mouvante de ses seins
    Dans des murs de velours et des prisons de soie.

    Fermant son cœur d’ascète aux hommes méprisés,
    Elle régnait, d’en haut, froide comme une Hécate;
    Et jamais, jour ou nuit, un frisson de baisers
    N’effleura les duvets de sa chair délicate.

    Quand elle agenouillait son orgueil aux autels,
    Elle remerciait la vierge d’Idumée
    D’avoir lavé sa peau de nos désirs mortels,
    Et mis dans son corps pur le dégoût d’être aimée.

    Une auréole d’or sur l’or de ses cheveux,
    Elle allait par la vie, implacable et sereine,
    Et riait d’écouter le sanglot de nos vœux
    Qui râlaient dans les plis de sa robe de reine.

    Vingt ans, et puis trente ans encore elle attendit.
    Sa vertu, comme un tigre indompté qu’on affame,
    Aiguisa cinquante ans son vorace appétit,
    Puis, soudaine, hurla: la statue était femme!

    --Le serpent du désir déroule ses anneaux,
    Et le remord tardif siffle au cœur qui s’éveille.
    L’impassible se tord sur ses draps virginaux:
    La Vénus qui se venge écorche sa chair vieille.

    Oh, les chassés d’hier, s’ils venaient à présent!
    En foule, s’ils passaient! Tour à tour, tous ensemble,
    S’ils daignaient la pétrir et sucer jusqu’au sang
    Sa mamelle qui glisse et son ventre qui tremble!

    Dieu! Comme on vautrerait ses lèvres sous leurs crins!
    Dans quelle immense extase on boirait leurs caresses,
    Et comme à deux genoux on lécherait leurs reins
    Pour y puiser sans fin l’ivresse des ivresses!

    Mais les jours sont passés de triomphe et d’orgueil!
    Dans l’âpre isolement de sa couche dernière,
    Crispant ses membres secs sous ses rideaux en deuil,
    Elle bave d’amour en attendant sa bière.

    Trop tard! Trop tard! Ses doigts se fouillent en chemin:
    Elle tord ses yeux blancs où luit l’éclair d’un rêve;
    Et sa virginité d’antique parchemin
    Craque, comme la peau d’un vieux tambour qu’on crève.



LA JEUNE

SONNET

_A Charles Buet_


    J’ai rêvé d’une vierge impeccable, aux yeux froids,
    Qui, d’un bond, émergeant des moiteurs de sa couche,
    Vient accrocher le poids de son corps à ma bouche
    Et pointe sur mon cœur le roc de ses seins droits.

    Longtemps, pieuse et chaste, elle a porté la croix
    De l’orgueil vertueux que nul désir ne touche;
    Mais voilà que le rut s’est éveillé, farouche,
    Et la chair en révolte a réclamé ses droits...

    Elle plaque à ma peau la peau d’un ventre ferme,
    Et furieusement crispée, elle m’enferme
    Dans l’effort ingénu de sa lubricité.

    Ses canines d’enfant mordent ma chair de mâle...
    A moi, toute! Et la fleur de sa nubilité,
    Pourpre, s’épanouit sous l’onde baptismale.



L’OBSESSION

_A Charles Morice._


    O vase de volupté,
    Je t’aime, Femme, Beauté!
    Je suis un Faune hanté
        Par la luxure:
    Brute vouée au plaisir,
    Chair condamnée à gésir
    Sous la meule du désir
        Qui me pressure.

    Un rut fou tient mon destin:
    Mais j’adore le festin
    Que du soir jusqu’au matin
        Mon sang arrose;
    Je suis le joyeux martyr
    Qui se grise de sentir
    Sa chair vive s’engloutir
        Sous la dent rose.

    Chaque femme, je la veux!
    Des talons jusqu’aux cheveux
    J’emprisonne dans mes vœux
        Les inconnues:
    Sous leurs jupons empesés
    Mes rêves inapaisés
    Glissent de sournois baisers
        Vers leurs peaux nues.

    Je déshabille leurs seins:
    Mes caresses, par essaims,
    S’abattent sur les coussins
        De leurs poitrines;
    Je me vautre sur leurs flancs,
    Ivre des parfums troublants
    Qui montent des ventres blancs
        A mes narines.

    Vous aussi, Nymphes, splendeurs
    Que pour mes fauves ardeurs
    L’art du pinceau sans pudeurs
        A dévêtues:
    Vos formes, obstinément,
    Me tirent comme un aimant;
    J’ai de longs regards d’amant
        Pour les statues.

    Doux, je promène ma main
    Aux rondeurs du marbre humain,
    Et j’y cherche le chemin
        Où vont mes lèvres.
    Ma langue en fouille les plis;
    Et sur les torses polis,
    Buvant les divins oublis,
        J’endors mes fièvres.

    --Ainsi, toujours tourmenté
    Par des soifs de volupté,
    J’emplis de lubricité
        Mes vers eux-mêmes;
    Et quand mes nerfs sont lassés,
    Quand ma bête crie: assez,
    J’onanise mes pensers
        Dans des poèmes!



EUROPE

_A Eugène d’Argence._


    La fille d’Agénor et de Telephasa
    Est si belle que nul, jusqu’à ce jour, n’osa
    Toucher à la splendeur de sa chair surhumaine.
    Elle attend qu’un époux la supplie et l’emmène;
    Mais la beauté céleste est faite pour les cieux,
    Et les mortels ont peur d’être rivaux des dieux.
    Ainsi, les jours divins se traînent, monotones;
    Les Hivers, les Printemps, les Étés, les Automnes
    Suivent cruellement leur immuable cours;
    Vingt fois ils sont passés.--Europe attend toujours.

    Triste comme le flot qui chante sur la berge,
    Elle pleure. La vierge est lasse d’être vierge.
    Seule, et tordant ses bras lassés d’un long repos,
    Elle roule son corps sur le poil blond des peaux.
    Elle presse ses poings fermés contre ses tempes.
    La voilà, haute et nue, à la lueur des lampes,
    Devant le grand miroir qui vit tant de secrets:
    Sa grâce qu’elle admire excite ses regrets.
    Sous le chatouillement lubrique des mains blanches,
    Un frisson vient de naître et court le long des hanches.
    Elle a pris ses deux seins dans ses mains:

                                    --«O Vénus!
    «Regarde ces beaux fruits d’amour, ces fruits charnus,
    «Fermes et veloutés comme une pêche mûre.
    «Le teint en est si frais et la forme si pure
    «Qu’à moins d’être un profane on craindrait d’y poser
    «Un autre attouchement que celui du baiser.
    «Lorsque sur eux, le soir, je croise et je ramène
    «Mes bras, plus blancs que ceux de l’Héra Leucolène,
    «On croit voir, s’enroulant comme les flots du Styx,
    «Deux torrents de lait clair sur deux roches d’onyx.
    «Ma hanche s’arrondit comme une amphore pleine,
    «Et mon ventre, pareil à l’urne de Silène,
    «Est dur et lisse, avec le reflet chatoyant
    «Des tissus satinés qu’on trame en Orient.
    «Ma jambe qui s’évase est une urne d’ivoire;
    «Bien douce est au toucher l’épaisse touffe noire
    «Que le ciseau sacré coupe au front des brebis,
    «Mais plus doux est le poil qui frise à mon pubis
    «Là, tout près... N’est-ce pas, déesse de Cythère,
    «Je suis belle parmi les filles de la terre?
    «La fleur de ma jeunesse est éclose: mon sang
    «Bouillonne à flots pressés dans mon cœur bondissant;
    «Mon torse d’indomptée est mûr pour tes caresses,
    «N’est-ce pas? Et pourtant, ô Mère des Ivresses,
    «Personne, entre les fiers et bruns Phéniciens,
    «N’a serré mes flancs nus sur la chaleur des siens!
    «Oh! prends pitié de moi, Reine! Grâce... Je souffre!
    «Comme un enfant qui, seul, se penche au bord d’un gouffre
    «J’ai le vertige. Grâce... Un baiser! Un amant...
    «Des hommes! Oh, je brûle!»

                                Elle dit.

                                          Lourdement
    La vierge se laissa retomber sur sa couche.
    Les seins dressés, collant son bras chaud sur sa bouche,
    Elle se tord, comme un bois vert sur les tisons;
    Ses os craquent. Son doigt, sous les folles toisons,
    S’égare, chatouilleux, dans l’ombre qu’il pénètre:
    Un spasme d’infini court et crispe son être.
    --«Des hommes, Astarté, des hommes!...»

                                            Elle a pris
    Et serre avec fureur contre ses seins meurtris
    Les coussins qu’elle étouffe et mord.--Menteuse ivresse!
    La soie et le velours, sous le corps qui les presse,
    Restent froids comme un marbre et mous comme un vieillard.
    Rien sur soi! Rien en soi! Blond Phoïbos, prête un dard!

    Trois fois la volupté la trompe!--Enfin, brisée,
    Râlante, le corps moite, elle s’est affaissée.

    Elle s’endort...
                     Kronos pousse l’instant qui fuit.
    Mais Zeus, dont l’œil sait voir au travers de la nuit,
    A penché vers le lit son front chargé de nues;
    Et, léchant du regard la blancheur des chairs nues,
    Il rêve aux lents efforts du baiser virginal,
    Aux soupirs étonnés du bonheur qui fait mal,
    Aux cris, à la fraîcheur des caresses timides...
    Il songe: le désir ferme ses yeux humides
    Et dans son cœur divin monte comme les flots.

    Il s’enivre, écoutant encor les courts sanglots
    Dont le charme lascif envahit l’Empyrée.
    La chair gonfle les plis de sa robe sacrée.
    Zeus veut; Eros sourit; et les dieux immortels,
    Oublieux des parfums brûlés sur leurs autels,
    S’écartent, croyant voir un signe de colère
    Dans la flamme qui luit sous les grands cils du Père.



LE CRANE

_Envoi d’une teste de mort à une jeune artiste._


    Cy, dure boëte à cervelle.
    L’ame, par perthuis des yeux ronds,
    Dévallant vers sphère nouvelle,
    Yssit du monde où nous entrons.

    Se fut maulvaise ou se fut bonne,
    Point ne le sçais et rien n’en dis:
    Maulvaise, que Dieu lui pardonne;
    Bonne, la boute ès paradis.

    Mais seur, chez vous, aura martyre
    Et chauldes tortures d’Enfer,
    Ce dit chief viril de Satyre
    Qu’esmorcha l’appetit du ver.

    Crasne de masle! Vuide teste!
    Las! Mains souëfes t’arresseront;
    Ongles rondis se feront feste
    De s’esbaudir emmi ton front.

    Ardera ta cervelle absente
    Au tact errant des detz rosés,
    De ne pouvoir, sans qu’elle y sente,
    Lui vestir les bras de baisers.

    Et la nuyct, la véant ès plumes,
    Sise en chair et blanche de pel.
    Tes vielz os, prins de ruyts posthumes,
    Pourbondiront dans leur tumbel!



LA SOURCE

SONNET

_A Gaston Béthune._


    Source vénérienne où vont boire les mâles!
    Fissure de porphyre où frise un brun gazon,
    Qui, fin comme un duvet, chaud comme une toison,
    Moutonne dans un bain de senteurs animales...

    Quand un homme a trempé dans tes eaux baptismales
    Les désirs turgescents qui troublaient sa raison,
    Il en garde à jamais la soif du cher poison
    Dont s’imprégna sa peau dans tes lèvres thermales.

    O Jouvence des cœurs! Fontaine des plaisirs!
    Abreuvoir où descend le troupeau des désirs
    Pour s’y gorger d’amour, de parfums et d’extases!

    Il coule de tes flancs, le nectar enchanté,
    Elixir de langueur, crème de volupté...
    Et pour le recueillir nos baisers sont des vases!



SYMPHONIE


    Ton corps est une symphonie
    De parfums qui chantent en chœur.
    Et dont la troublante harmonie
    M’emplit d’extase et de langueur:

    Ils s’envolent comme des trilles,
    Perlant la gamme des plaisirs,
    Et rhythmant du front aux chevilles
    Une sonate de désirs.

    Quand ta bouche s’ouvre et se mouille,
    On dirait que tu bois du ciel;
    Et pour mes lèvres qu’elle fouille,
    Ta langue a le goût blond du miel.

    Ta salive sent les dragées,
    Lorsque dans nos baisers mordants
    J’aspire par longues gorgées
    Ton âme qui vient sur tes dents.

    Ta nuque a des senteurs fragrantes,
    Et tes lourds cheveux, sous ma main,
    Ont les souplesses odorantes
    Du chèvrefeuille et du jasmin.

    Ta peau fleure l’iris et l’ambre
    Dont elle imprègne les coussins,
    Et le mystère de ta chambre
    S’embaume aux chaleurs de tes seins.

    Sous tes bras de Junon antique
    Tu couves des ferments salins
    Dont la tiédeur aromatique
    Flotte autour des duvets câlins.

    Et ta corolle, demi-close
    Sous ton ventre de satin clair,
    Exhale un relent moite et rose
    Dont l’âcreté nage dans l’air.



MÉLANCOLIE BLENNORHAGIQUE


    Petit anneau de chair; petite fente laide;
                Petit sphincter païen;
    Petit coin toujours moite empoisonné d’air tiède;
                Petit trou; petit rien!

    Es-tu laid quand tu ris de ta lèvre lippue,
                Es-tu laid quand tu dors!
    Laid, toi que Dieu cacha dans cet angle qui pue,
                Près des égouts du corps!

    Ah, tu peux pourlécher ta babine rosée,
                Vilain monstre d’orgueil!
    Tu peux, ouvrant ta gueule à crinière frisée,
                Bâiller comme un cercueil!

    Ventouse venimeuse, insatiable gouffre
                Si funeste et si cher:
    Je veux te mépriser, toi par qui pleure et souffre
                Le meilleur de ma chair.

    Je veux te détester à toujours, chose infâme,
                Toi qui rends mal pour bien:
    Petit néant creusé dans le bas de la femme,
                Petit trou, petit rien!

                   *       *       *

    Et dire que c’est là que Satan met son trône
                Et l’homme son honneur!
    Là que la poésie a placé ta couronne,
                Eros, Dieu du bonheur!

    Et dire que c’est là que l’idéal du rêve
                Vient toujours aboutir:
    Là que meurt,--agonie ineffable et trop brève,--
                L’amour vierge et martyr!

    Que c’est, quand nous naissons, par cette plaie immonde
                Que le jour nous sourit;
    Et par elle, quand Dieu voulut sauver le monde,
                Qu’entra le Saint-Esprit!

    Dire que c’est par là que Junon perdit Troie,
                Que Ninive croula;
    Dire que tout, espoir, force, courage et joie
                Nous vient de ce trou-là!

    Et qu’il est le chemin du Ciel, la grande porte
                Qu’Ève ouvrit d’un recul:
    Et dire qu’une femme, et vieille et laide, porte
                L’Infini sous son cul!



VŒU

SONNET

_A Edouard d’Otémar._


    Non, non! L’accouplement que je voudrais connaître,
    Ce n’est plus aujourd’hui ce coït impuissant
    Qui fouille un peu de chair et verse un peu de sang
    Au bord d’une blessure où sa langueur pénètre.

    Je veux, ô femme, entrer tout entier dans ton être:
    Il hurlera d’amour, ton ventre bondissant,
    Comme hurle, trop pleine, une mère qui sent
    L’effort intérieur d’un géant qui va naître.

    C’est mon rêve: Je veux, dans ton torse en débris,
    Sentir mes os broyés et mes muscles meurtris
    Sous les spasmes vengeurs de ta chair envahie.

    Et dans ce rut suprême et ses derniers élans,
    Je veux, pour féconder ta vie avec ma vie,
    T’éjaculer mon âme et mourir dans tes flancs!



LES GANTS

_A très-haulte Princesse Russiane, qui m’avoit convié à venir en son
logis._


    Ce fut escript, o livre fatidicque
    Où male chance et meschiefs sont escripts,
    Qu’onc ne pourrai, si grand désir m’en picque,
    Vous joindre un soir en ce mauvais Paris.

    Berçais ce veuil, tant doulz à ma pensée,
    De heurter l’huis à vos armes et scel:
    Las! L’espérance en fut tost trespassée,
    Comme ces fils qui meurent au bercel.

    Pire viage encor que cil d’Ulysse
    Qu’Homère eust dict en devis élégans:
    Cy l’essaierai, pour qu’un chascun paslisse
    Au mal dangier qu’est d’oblier ses gants.

    Tout rez de frez, pigné, camise nette,
    Dextre en mon col et cravaté de blanc,
    Jà je tangeais des detz à la sonnette,
    Quand vis main nüe, et fut mon cueur dolent.

    Lors, de courir dévallant par les rues,
    Cherchant gantiers, et gantières aussi.
    Rode, cochier, emmi neiges accrues:
    Paouvre cheval s’en va soufflant merci...

    Pied cy, pied là: ne gantier, ne gantière;
    Tous mercerots sont clos o boulevard!
    Rode, cochier, de par la ville entière,
    Tant et si long que vécy qu’il est tard.

    Doncques, piteux et l’ame desconfite,
    Reprins ma route ainsi qu’estais venu;
    Le bon cheval, s’enhortant d’aller vite,
    Comme pehon, partit, trottant menu.

    Me conduisit lors en ces lieux infâmes,
    Où tous nos maulx se résolvent en ruyt.
    Car l’obli gist dans les grèves des femmes;
    N’est tel chagrin qu’un souëf caz ne destruyt.

    Sur culs vénals et nombrils de louaige,
    La pleine nuyct musai, fesses en l’air,
    Hobant des reins et besongnant d’oultraige,
    Et de mon sang esmorchant le plus cler.

    Quand j’eus parfaict mainctes et mainctes courses,
    L’heure sonnant d’yssir des bas mestiers,
    Sec, ars, meurdri, vuide en toutes mes bourses,
    Vers mon logis revins, très-lent des piéz...

    Et tout au cours pendaient par grand malice
    Ces rouges gants d’enseignes, me narguans;
    Et cy l’escris, pour qu’un chascun paslisse
    Au mal dangier qu’est d’oblier ses gants.



LE BOUCLIER

_A Émile Goubert._


    Le ventre de la femme est comme un bouclier
    Taillé dans un métal lumineux et sans tache,
    Dont la blancheur se bombe et descend se plier
          Vers sa pointe où frise un panache.

    Depuis l’angle d’or brun jusqu’au pied des seins nus,
    Il s’étale, voûtant sa courbe grasse et pleine,
    Et l’arc majestueux de ses rebords charnus
          Glisse dans les sillons de l’aine.

    Tandis que, ciselé sur l’écusson mouvant
    Où s’abritent la source et les germes du monde,
    Le nombril resplendit comme un soleil vivant,
          Un vivant soleil de chair blonde!

    --Magique Bouclier dont j’ai couvert mes reins!
    Égide de Vénus, ô Gorgone d’ivoire
    Dont la splendeur joyeuse éblouit mes chagrins
          Et rayonne dans ma nuit noire!

    Méduse qui fais fuir de mon cœur attristé
    Le dragon de l’Ennui dont rien ne me délivre;
    Arme de patience avec qui j’ai lutté
          Contre tous les dégoûts de vivre!

    Je t’aime d’un amour fanatique et navrant:
    Car mes seuls vrais oublis sont nés dans tes luxures,
    Et j’ai dormi sur toi comme un soldat mourant
          Qui ne compte plus ses blessures.

    C’est pourquoi ma douleur t’a dressé des autels
    Dans les temples obscurs de mon âme embrunie,
    Et j’y viens adorer les charmes immortels
          De ta consolante harmonie!



PARISIENNE

SONNET

_A Achille Mélandri._


    Redressant les rondeurs de son buste replet,
    Droite, le nez railleur et la lèvre mutine,
    Elle va... Son regard qui voltige et butine
    Se pose au bord de tout, prend à tout un reflet.

    Elle va. Sous les plis susurrants de l’ourlet
    Son pied vif, provocant et plein d’esprit, trottine,
    Rase l’asphalte et rit au fond de la bottine
    De se voir si petit et si près du mollet.

    La main gantée, au bord de la manchette blanche,
    Berce l’en-cas qui pend et caresse la hanche,
    Rhythmant au bruit des pas son doux balancement.

    Un sillage odorant la suit: senteurs de femme,
    Parfums de fleurs; et souple, elle marche, semant
    Le germe des désirs chauds et virils dans l’âme.



LA CHANSON DU VIEUX MOINE

(_Cette pièce, étant inconvenante, a été supprimée par l’auteur._)



BRUNE

_A toi, Louise._


    Ton corps nu, plus doré qu’un blond matin d’avril,
    Dormait dans les parfums lascifs que tu distilles.
    Battant l’aile et vibrant, tout mon désir viril
    Frôlait, comme un essaim tournoyant de myrtilles,
    Ton corps nu, plus doré qu’un blond matin d’avril.

    Et tes pores brûlaient, vivantes cassolettes,
    L’encens vénérien qui fleurit sur ta chair:
    Dans l’air tiède, imprégné d’ambre et de violette,
    Je humais le vertige énervant qui m’est cher,
    Et tes pores brûlaient, vivantes cassolettes.

    Brune, sur la blancheur provocante des draps,
    Parmi les serpents lourds de ta crinière noire,
    Tu dormais, et l’extase avait ouvert tes bras
    Comme un vieux Christ en croix ciselé dans l’ivoire:
    Brune, sur la blancheur provocante des draps!

    Tes seins fiers, dressant haut leur couronne cuivrée,
    Se soulevaient au rhythme égal de ton sommeil.
    Une ondulation, calme et lourde marée,
    Descendait lentement vers ton ventre vermeil,
    Des seins fiers, dressant haut leur couronne cuivrée!

    Et ta tête roulait des coussins écrasés;
    Tes cils mal clos luisaient des larmes d’Aphrodite;
    Ta lèvre souriante et lasse de baisers
    Sur l’émail de tes dents saignait, rouge et maudite:
    Et ta tête roulait des coussins écrasés.

    Oh, depuis ce soir-là, la vision me hante
    De ton corps nu, plus pur qu’un rêve de Paros!
    Et quand l’obsession d’être un dieu me tourmente,
    Quand tu crispes ma chair, Eros, Hymen Eros,
    Oh, depuis ce soir-là la vision me hante!



ADULTÈRE

SONNET


    Je t’apprendrai l’amour stérile, et le secret
    Des bonheurs trop savants qu’ignore l’hyménée.
    Je veux t’ouvrir un monde où nul ne t’a menée,
    Si beau qu’on n’en revient qu’en pleurant de regret.

    Oh, l’art du long baiser qui court, profond, discret,
    Sur le ravissement de la chair étonnée!
    L’art que ne savaient point ceux qui t’ont profanée
    Sur la couche brutale où ton cœur s’enivrait!

    Viens! Ce que tu rêvas sans le pouvoir connaître,
    Je te le donnerai: tu te sentiras naître;
    Tes grands yeux dessillés verront dans l’infini;

    Et tous deux, emportés sur un rêve sublime,
    Nous aurons, pour bénir encor l’amour béni,
    L’immense volupté qu’on appelle le crime!



LE COCU

RONDEL

_A Léon Bloy, célibataire._


    Le Cocu s’en va par le monde,
    L’œil béat et le front serein.
    Il vient d’être père et parrain;
    L’Ami veille la moribonde.

    Raillant les maris qu’on seconde
    Et dont on bêche le terrain,
    Le Cocu s’en va par le monde,
    L’œil béat et le front serein.

    La femme est fausse comme l’onde:
    Son nombril est un champ forain.
    Mais la sienne, vertu d’airain,
    Est fidèle, austère,--et féconde.
    Le Cocu s’en va par le monde...



LE BAPTÊME

(FRAGMENTS)


    En ce temps-là, Jésus Christus, fils de Marie,
    Était mort au Calvaire entre les deux larrons:
    Philippus s’en allait de par la Samarie,
    Confessant tous les cœurs et lavant tous les fronts.

    Or, une vierge vint du pays de Candace,
    Corps sans tache, âme blanche et sans soupçon du mal:
    Le front auréolé de candeur et d’audace,
    Elle entra toute nue au fleuve baptismal.

    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

    Le baptême ruisselle et suit les pentes douces:
    Une goutte a tremblé, rose, au bord des seins blancs;
    Une autre: elle a tremblé; d’autres... Et par secousses,
    L’eau qui tremblait descend vers la chaleur des flancs.

    Le torrent tiédi court dans les formes marbrées
    Son méandre lascif se tord au pli des reins,
    Roule, coule, et perdu dans les sentes ambrées,
    Glisse, tombe, lent de regrets, lent de chagrins.

    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

    Amour, rage des sens! Amour, baume de l’âme!
    C’est toi qui nous fais dieux, fils terrestre du ciel.
    Amour! C’est toi qui fais que la vierge se pâme,
    Qu’elle comprend la vie et bénit l’Éternel!

    C’est toi le vrai Sauveur et toi le vrai Messie.
    Arbre de la science, Amour et voluptés,
    C’est vous que promettait l’antique prophétie,
    Seul don de Jéhovah à ses déshérités!

    . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .



BALLADE DES PUCELAIGES MORTS

_A Louis Jullien._


    Souvent ce vueil s’esveigle en ma pensée
    De cognoistre où dévalent et comment,
    Après le heurt de la prime poussée,
    Les beaux hymens morts par esclatement.
    Sont-ils eslus ou damnés malement?
    Quel aultre monde assemble leurs colléges?
    Le Ciel o luz ou l’Enfer o torment?
    Mais qui Dieu sçait où sont les pucelaiges?

    Desfait ès-draps ou sus herbe froissée,
    Soubs lambrys d’or ou chaulme de caymant;
    De royne, nonne, ou ruste mal facée;
    Estroit ou lé, Lorrain, Bret ou Flamand:
    Trestous, occis par l’espoux ou l’amant,
    De mesme mort meurent sans privileges,
    Un soir de ruyt escachés follement...
    Mais qui Dieu sçait où sont les pucelaiges?

    Las! Chaque dame, ains que d’estre percée,
    Avoyt le sien et l’amoyt tendrement.
    Qu’en remaint-il quand la feste est passée?
    Regret sans fin pour soulas d’un moment!
    Car l’aage vient, qu’en vain le cueur dément.
    D’un peu d’amour seuls ses detz lui sont pleiges:
    Masle n’y voult planter son ornement.
    Mais qui Dieu sçait où sont les pucelaiges?

    ENVOI

    Prince des caz, Cupidon, Dieu charmant,
    Quantz en foras par traicts ou sortilèges?
    Onc n’en prins un, dont je geins lubrement
    Mais qui Dieu sçait où sont les pucelaiges?



MADRIGAL

SONNET


    Madame, vous avez une tête de mort.
    Votre front vaste et jaune et votre face glabre,
    Vos pommettes que l’âge ossifie et délabre
    Vont me hanter la nuit, comme hante un remord.

    Quand votre bouche rit, soupire, chante ou mord,
    Le triangle effrayé de votre nez se cabre,
    Et le reflet vitreux d’une danse macabre
    Tremble en vos yeux falots où sommeille la Mort.

    Sur un ventre fumeux que ravinent les rides,
    Vos seins pendants et longs comme deux gourdes vides
    Ballottent flasquement au moindre de vos pas;

    Et Satan aurait peur de s’écorcher la langue,
    Si Vénus lui prêtait, pour y planter son cas,
    Le sourire tanné de votre vulve exsangue.



IMPUISSANCE


    Non, tu ne m’auras pas, malgré mon désir fou!
    Tes baisers affamés peuvent pomper mes lèvres,
    Et, courant par troupeaux de mes reins à mon cou,
    Sur mon torse fiévreux brouter comme des chèvres,

    En vain tes doigts de fée en rut, tes doigts nerveux
    Dansent sur le sommeil de mes chairs résignées,
    Et pour me rajeunir glissent sur mes cheveux,
    Peuple souple et taquin de roses araignées.

    A l’apparition de ton corps éclatant,
    Un calme maladif s’est assis sur ma bête;
    Et pour avoir touché ce dont je rêvais tant,
    Tout le sang de mon cœur est monté dans ma tête.

    Oh rage! T’avoir là, béante, devant moi,
    Sans frotter à tes nerfs mes nerfs que je renie,
    Moi qui voudrais t’emplir jusqu’à mourir de toi,
    Et râler sur tes dents mon sanglot d’agonie!

    Sentir ton ventre chaud houler comme une mer
    Qui dans un golfe blond meurt sous sa mousse blonde,
    Sans rouler ma fureur dans le varech amer
    Qui s’imprégna des sels et des vapeurs de l’onde!

    Voir ta lascivité qui m’ouvre le chemin,
    Et, voyageur perdu sous les bois qu’il traverse,
    Ne pas pousser ma route, un bâton à la main,
    Dans les ravins glissants détrempés par l’averse!

    Ah, que je vais t’aimer, quand je ne t’aurai plus!
    Seul, raidissant ma force impérieuse et dure,
    Je noierai mon lit veuf de regrets superflus,
    Pour me punir encor des douleurs que j’endure.

    Ton souvenir vengeur harcèlera mes sens;
    Mes bras t’appelleront sous ma luxure avide!
    --Telle une cassolette où, trop tard, les encens
    Dans un temple désert brûlent sur l’autel vide.



L’HOMME D’ÉTAT

SONNET

_A Antonio Gandara._


    Là-bas, dans la tiédeur et la lumière brune
    De l’alcôve où l’air âcre aigrit les odorats,
    Un cul parlementaire enfle l’ampleur des draps,
    Et, large, s’arrondit comme une pleine lune.

    Dans les fesses qu’il fit, Rubens n’en fit aucune
    De majesté plus noble et de contours plus gras;
    Obéron ne saurait les tenir dans ses bras,
    Et Vénus Callipyge en garderait rancune.

    Si vertueux qu’on soit et malgré la pudeur,
    Rien qu’à voir cette ferme et virile rondeur,
    On sent lever en soi des désirs monastiques.

    On contemple: on voudrait. Et le rêve mutin
    Flotte à l’entour, avec des langueurs extatiques,
    Cependant que le cul chante un hymne au matin.



RÊVE

_A Léon Cladel._


    Je me rappelle un soir de rage et d’hystérie
    Où, soûl de notre amour et bleui de baisers,
    J’étais tombé d’un bloc, pâmé, l’âme tarie,
        Le cœur vide et les reins brisés.

    Je dormais. Et noyé dans l’extase des rêves,
    J’évoquais l’idéal d’un paradis charnel
    Où de blondes houris, belles comme des Èves,
        Donnaient le coït éternel.

    Lascivement, sous la transparence des voiles,
    Les nombrils caressants me baisaient au nombril,
    Et passaient plus nombreux que le troupeau d’étoiles
        Qui passe au ciel des nuits d’avril.

    Sans cesse! Mes désirs chantaient l’épithalame;
    Ma virilité fière ardait comme un grand feu,
    Et sous le vent du rut pourléchait de sa flamme
        L’autel où l’homme devient dieu.

    Superbe, elle vibrait sur les chairs qu’on titille,
    Et fouillait, sous le poil qui frise à l’Occident,
    L’ombre chaude, où l’orgueil de ma force érectile
        Plantait son baiser fécondant.

    Elle allait, jamais lasse et jamais assouvie,
    Et sous l’étranglement mouillé des spasmes nus,
    Elle crachait à flots les germes de la vie
        Au creuset rose de Vénus!

    Les bras blancs m’étouffaient sur les poitrines blanches;
    Les bustes, sous mon corps, se tordaient, pantelants;
    De longs frissons crispaient la ronde ampleur des hanches:
        Les genoux craquaient sur mes flancs!

    Puis, c’était la douceur des doigts errants sur l’aine,
    L’effleurement lascif et rôdeur des seins lourds,
    Et la langue, au milieu des parfums de l’haleine,
        Posant ses touchers de velours.

    Et c’était cette soif lubrique de vampire
    Qui colle ses suçoirs sur l’homme turgescent;
    Qui, s’enivrant des sucs masculins qu’elle aspire,
        Va puiser l’âme au fond du sang!

    C’était plus qu’on ne rêve et plus qu’on ne devine,
    Ce que nul être humain n’a conçu ni chanté:
    C’était tout ce que peut l’érection divine
        Travaillant dans l’éternité.

    Oh, ce que j’ai connu dans cette heure sublime:
    L’immensité d’un rut peuplant les Univers,
    Et ma sève, coulant à remplir un abîme
        Plus insondable que les mers!

    Tout ce que j’ai goûté d’indicibles ivresses!
    Les siècles de coït passaient comme des jours,
    Et j’aimais en un jour des milliers de maîtresses,
        Et toujours... Toujours... Et toujours!

    Rêve, hélas! Et depuis qu’il leurra ma pensée,
    Je traîne dans mon cœur l’impuissance d’un vœu
    Et l’âpre souvenir de ma force passée,
        Moi qui suis homme,--et qui fus dieu!



REINE DU MONDE

RONDEL

_A Georges Lorin._


    O Luxure, reine du monde,
    Baume qui guéris nos rancœurs!
    Tu mets l’infini dans nos cœurs,
    Tu fais deux dieux d’un couple immonde.

    C’est toi la déesse féconde,
    Hébé des célestes liqueurs,
    O Luxure, reine du monde,
    Baume qui guéris nos rancœurs!

    Aux maudits que l’angoisse inonde
    Tu permets les oublis moqueurs,
    Quand tes baisers chantent en chœurs
    Dans les taudis où le vent gronde.
    O Luxure, reine du monde!



ENVOI

_A Gaston Béthune_


    Frère, le plus aimé de mes plus chers amis,
    Esprit vibrant et souple où la nature a mis
    Des grandeurs de poëte et des douceurs de femme;

    Toi qui me consolais dans mes jours de rancœur;
    Qui réchauffais mon âme aux chaleurs de ton âme
    Quand le dégoût d’être homme humiliait mon cœur;

    Toi qui lis dans ma vie, et qui sauras peut-être
    Le lourd secret que nul ne doit jamais connaître
    Et qui me fait pleurer, le soir, comme un enfant:

    En souvenir de moi, je te donne ce livre
    Où mon rut exalté se dresse, triomphant;
    Ceux qui passeront là pourront m’entendre vivre.

    J’ai tiré les rideaux de mon lit, grands ouverts;
    Je n’ai honte de rien, et je crie à pleins vers
    Quand l’amour bienfaisant descend sur ma torture.

    Plus corrompu que nous, le siècle n’aime pas
    Qu’on se souvienne d’être un fils de la nature,
    Et qu’on dise tout haut ce qu’il pense tout bas;

    Il veut qu’on soit poncif et qu’on chante les roses,
    Les bois, les vingt printemps et les hivers moroses;
    Il faut rougir d’être homme et renier sa chair.

    Ah, qui nous rendra l’âge où la grâce était nue?
    L’âpre splendeur du vrai rendait le beau plus cher,
    Et la pudeur dormait, hérésie inconnue;

    Tous les bonheurs humains s’appelaient par leur nom,
    Et nul n’aurait osé trouver leur culte immonde...
    --«Tu vas châtrer ton art, et mentir»--Eh bien, non!

    Le monde en rugira: nous méprisons le monde!



TABLE


                                       Pages

    Préface.                               7
    Le Coït des Atomes.                   21
    Philosophie.                          25
    L’Éden.                               27
    Solitude.                             41
    Ballade des Malséans pucelaiges.      45
    Pasiphaë.                             47
    La Flûte.                             53
    Sonnet pointu.                        59
    A une Vierge.                         61
    Portes d’Enfer.                       63
    Ouvre.                                67
    Sonnet à ma mie.                      69
    Danaé.                                71
    L’Éternité.                           77
    Rondel mélancholique.                 79
    La Vieille.                           81
    La Jeune.                             85
    L’Obsession.                          87
    Europe.                               91
    Le Crâne.                             97
    La Source.                            99
    Symphonie.                           101
    Mélancolie blennorhagique.           103
    Vœu.                                 107
    Les Gants.                           109
    Le Bouclier.                         113
    Parisienne.                          115
    La Chanson du vieux Moine.           117
    Brune.                               119
    Adultère.                            121
    Le Cocu.                             123
    Le Baptême.                          125
    Ballade des pucelaiges morts.        127
    Madrigal.                            129
    Impuissance.                         131
    L’Homme d’État.                      133
    Rêve.                                135
    Reine du monde.                      139
    Envoi.                               141



    ACHEVÉ D’IMPRIMER
    _Le quinze avril mil huit cent quatre-vingt-trois._

       *       *       *       *       *

    Corrections.

    Page  22: «innomable» remplacé par «innommable» (l’innommable
              matière).
    Page  47: «conectta» remplacé par «concetta» (Che fut concetta).
    Page  73: inséré «Il» (Il pleut de l’or).
    Page 105: «Qui» remplacé par «Que» (Que Ninive croula).
    Page 136: «fllancs» remplacé par «flancs» (sur mes flancs).





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "La Légende des sexes - Poëmes hystériques" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home