Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Chronique du crime et de l'innocence, t. 7 of 8
Author: Estienne, Robert
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Chronique du crime et de l'innocence, t. 7 of 8" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites par le
typographe ont été corrigées.

L'orthographe d'origine a été conservée et n'a pas été harmonisée.



    CHRONIQUE

    DU CRIME

    ET

    DE L'INNOCENCE.



    IMPRIMERIE DE MOQUET ET Cie,
    rue de la Harpe, n. 90.



  CHRONIQUE

  DU CRIME

  ET

  DE L'INNOCENCE;


  Recueil des Événemens les plus tragiques; Empoisonnemens, Assassinats,
  Massacres, Parricides, et autres Forfaits, commis en France, depuis le
  commencement de la monarchie jusqu'à nos jours, disposés dans l'ordre
  chronologique, et extraits des anciennes Chroniques, de l'Histoire
  générale de France, de l'Histoire particulière de chaque province, des
  différentes Collections des Causes célèbres, de la Gazette des
  Tribunaux, et autres feuilles judiciaires.

  PAR J.-B. J. CHAMPAGNAC.

  Tout ce qui me fait peur m'amuse au dernier point.

  C. DELAVIGNE. _École des Vieillards._

  Tome Septième.

  Paris.

  CHEZ MÉNARD, LIBRAIRE,
  PLACE SORBONNE, N. 3.

  1834



CHRONIQUE

DU CRIME

ET

DE L'INNOCENCE.



LE CURÉ ÉTIENNE PACOT,

INJUSTEMENT CONDAMNÉ A MORT.


«Serait-il vrai que nos lois, qui veillent assidûment à la punition du
crime, auraient laissé l'innocence sans défense et sans secours contre
les erreurs judiciaires? En armant les magistrats d'un pouvoir terrible,
mais nécessaire, aurait-on oublié qu'ils participent à la fragilité et
aux passions humaines, et que les plus belles institutions deviennent
menaçantes, au lieu d'être protectrices, si l'on ne fait rien pour en
prévenir les erreurs?»

Tel est le début d'un mémoire publié vers 1819; et ces paroles sont le
cri de douleur d'un vieillard presque octogénaire, d'un vénérable
ecclésiastique, d'Étienne Pacot, dont les malheurs ont fini par égarer la
raison, et qui aujourd'hui attend, dans une maison de santé, la fin de sa
longue et malheureuse carrière.

Le sieur Pacot, échappé comme par miracle aux brigandages de la
révolution, qui toutefois l'avaient contraint de quitter la paroisse
qu'il administrait, s'était retiré dans ses propriétés, situées en grande
partie à Bourberain, département de la Côte-d'Or. Un homme, nommé Prétot,
vint s'établir dans le même endroit. L'abbé Pacot le reçut sans défiance;
mais il fut bientôt cruellement puni de cet excès de sécurité. Prétot
commit chez lui un vol considérable, et attenta à sa vie à deux reprises
différentes. D'abord il lui tira un coup de fusil par sa fenêtre; ce fait
fut attesté par le nommé Nicolas Miel, qui accompagnait alors Prétot; cet
homme en fit la révélation à la justice, qui, un peu plus tard, le
condamna aux fers pour vol dans une habitation d'une autre commune. La
seconde tentative de Prétot sur la personne de l'abbé Pacot, eut lieu le
7 nivôse an VII. Il tira un coup de pistolet à ce propriétaire sur la
route de Bèze. L'intimité qui unissait cet homme au juge-de-paix du
canton lui assura l'impunité; néanmoins on n'osa l'absoudre entièrement,
et sur la déclaration du jury, portant que Prétot n'avait pas eu
l'intention de tuer le sieur Pacot, cet attentat ne fut puni que d'un
mois d'emprisonnement, et de vingt-cinq francs d'amende.

Cependant Prétot avait fait trop de mal au sieur Pacot, pour n'être pas
devenu son ennemi juré. La présence de ce dernier à Bourberain était un
reproche continuel pour lui, comme pour ses protecteurs. Il résolut de
s'affranchir, par un crime encore plus noir, de la vue importune d'une
victime que la Providence avait dérobée à ses premières tentatives de
meurtre.

Tout-à-coup le bruit se répandit dans la commune de Bourberain que Prétot
et sa femme venaient d'être empoisonnés _par le plus subtil des poisons_.
Le 7 germinal an IX, Prétot le dit lui-même aux deux fermiers du sieur
Pacot, qui étaient entrés dans son cabaret. Il leur montra une
demi-bouteille à moitié pleine, leur disant que sa femme et lui avaient
bu l'autre moitié qui manquait. Il raconta que cette demi-bouteille lui
avait été apportée, deux jours auparavant, avec une lettre dans laquelle
il était dit qu'on la lui adressait comme un échantillon de vin.

Le même jour, Prétot arrêta deux officiers de santé qui traversaient la
commune. Le premier trouva la _liqueur douce_, et déclara plus tard que
_ce ne fut qu'une heure après en avoir mis sur sa langue, qu'il sentit
une légère chaleur_. Le second, au contraire, affirma que cette liqueur
_était tellement corrosive, que l'eau-forte ne serait pas plus mordante_.

Cependant la santé de Prétot n'avait pas subi la moindre altération; son
visage coloré n'offrait aucun des symptômes de l'empoisonnement dont il
se plaignait. Aussi, dans les premiers instans, se garda-t-il bien
d'aller se montrer à l'autorité. Sa maison n'était séparée de celle du
maire de la commune que par un mur, et pourtant il ne l'instruisit pas du
crime qui, selon lui, avait failli lui coûter la vie. Il ne requit même
pas l'assistance du juge-de-paix, son ami, qui ne demeurait qu'à une
demi-lieue de Bourberain.

La calomnie ne saurait procéder par des voies aussi directes, sans
compromettre souvent le succès de ses manœuvres. Il fallait que Prétot
s'assurât d'abord des moyens d'accréditer l'odieuse fable qu'il avait
inventée. Il lui fallait quelques témoins. Il gagna une femme simple et
crédule, et lui recommanda, ainsi qu'elle le déclara elle-même plus tard,
de dire, lorsqu'elle serait interrogée à ce sujet, qu'elle avait vu
Prétot en proie à des vomissemens, et qu'elle lui avait donné du lait.

Le 10 germinal, il fit six lieues à pied pour se rendre à Dijon, mais il
ne porta pas encore sa plainte à la justice, et revint le jour même à
Bourberain. Le lendemain, il eut encore la force de recommencer ce
pénible voyage, et, cette fois, il rendit plainte devant le directeur du
jury, mais en déclarant toutefois qu'il ignorait jusqu'alors l'auteur du
crime.

Cette première démarche suffisait pour le moment à Prétot; il était
satisfait d'avoir éveillé l'attention de la justice; il se désista dans
les vingt-quatre heures. Cette marche était de la plus perfide habileté;
elle lui facilitait les moyens de porter à la victime qu'il s'était
choisie les coups qu'il lui préparait. Bientôt en effet, il fit circuler
de sourdes rumeurs qui désignaient l'abbé Pacot comme auteur de
l'empoisonnement, et lui-même déposa que, dans le premier moment, il
avait accusé ce prêtre, n'ayant pas d'autre ennemi sur la terre.

Sur cette dénonciation, on arrête le sieur Pacot; le dénonciateur
lui-même vient avec un fusil, afin, dit-il, de prêter main-forte à la
gendarmerie. Le lendemain, deux simples gendarmes font une perquisition
dans le domicile de l'abbé Pacot. Deux jours après, le juge-de-paix en
fait une nouvelle, tendant à s'assurer si l'on trouverait de l'arsenic
dans la maison: il prend pour témoin le beau-frère de l'accusateur. Ce
témoin était prévenu de la visite du juge de paix; il quitta son troupeau
qu'il gardait, pour aller à la rencontre de ce magistrat. Il n'est pas
nécessaire de faire sentir à nos lecteurs combien il était irrégulier,
même scandaleux, de choisir le beau-frère du délateur pour témoin de l'un
des actes les plus importans de la procédure. Mais ce choix n'avait été
fait ni au hasard, ni sans de fortes raisons. Le témoin lui-même en
révéla le motif dans un moment de véracité. Il convint que Prétot lui
avait donné un cornet de poudre blanche, avec mission de le glisser
furtivement dans la maison de l'abbé Pacot, lors de la visite.

Il se trouvait chez le prévenu un reste de limonade médicinale faite avec
du sel d'oseille, La décomposition qui en fut faite ne laissa pas le
moindre doute sur la nature de cette liqueur. Mais le juge de paix, ami
de Prétot, avant d'appeler un homme de l'art, comme son devoir le lui
prescrivait, s'empressa de faire avaler de cette limonade à un poussin;
puis il l'emprisonna dans une soupière qu'il ferma bien hermétiquement de
son couvercle. Privé d'air, le pauvre animal allait périr asphyxié, si la
domestique de l'abbé n'avait soulevé le couvercle. Le poussin mort,
quelle conséquence n'aurait-on pas tirée de ce fait contre l'accusé? On
n'aurait pas manqué de moyens pour travestir l'asphyxie en
empoisonnement.

Cependant le sieur Pacot fut conduit dans les prisons; l'une de ses
domestiques, Louise Poinsot, qui devait jouer un rôle nécessaire dans
l'affreuse tragédie qu'on avait imaginée, partagea le sort de son maître.
L'abbé Pacot fut tenu au secret le plus rigoureux pendant
quatre-vingt-dix jours.

Mais tous les maux qu'on faisait peser sur lui ne rendaient pas
l'accusation plus vraisemblable. On avait beau l'abreuver d'outrages, son
innocence n'en éclatait que plus visiblement. Un jour, on le fit sortir
de sa prison; on le traîna en spectacle dans les rues, et on le conduisit
chez un marchand droguiste, sous prétexte que la femme de ce marchand
avait déclaré qu'un homme de la campagne était venu lui demander à
acheter de l'arsenic.

Nous arrivons à la plus odieuse des manœuvres qui furent dirigées contre
l'abbé Pacot. Louise Poinsot, sa domestique, avait été, comme on vient de
le voir, arrêtée en même temps que lui. On l'accusa d'avoir remis la
bouteille _empoisonnée_ à un commissionnaire pour la porter à Prétot. On
avait fait entendre plusieurs enfans qui avaient dit avoir vu une fille
portant cette bouteille, et lui avoir offert de la porter. Les questions
les plus minutieuses avaient été faites à ces enfans touchant la figure
et les vêtemens de cette fille. Tout ce qu'on en avait pu tirer, c'est
qu'ils avaient reconnu quelques-uns des vêtemens de Louise Poinsot:
quant à la figure, l'un d'eux avait dit qu'il _croyait_ la reconnaître;
les autres répondaient qu'ils n'y avaient pas fait assez d'attention. On
pensa que c'en était assez pour effrayer une fille simple, et la rendre
l'instrument de la perte de son maître. Des magistrats n'eurent pas honte
d'employer auprès d'elle les plus vives instances pour la déterminer à
accuser l'abbé Pacot. Ils épuisèrent dans ses longs interrogatoires,
l'art des insinuations, des questions captieuses; art funeste, dont
l'usage devrait être interdit contre le crime même, dans la crainte que
l'on pût jamais en abuser contre l'innocence.

Un jour, elle comparaît devant le directeur du jury. «La vérité est
découverte, lui dit-il; votre maître est convaincu; vous n'avez pas voulu
vous sauver seule, vous périrez avec lui.» Au même instant, quatre hommes
entrent dans le cabinet; un d'eux lui annonce qu'on veut l'arracher à la
mort; que les portes de la prison vont s'ouvrir pour elle; mais qu'il
faut qu'elle confirme de sa bouche la vérité, bien qu'elle soit déjà
connue.

Mais cette pauvre fille, malgré son extrême simplicité, trompa les
espérances de ces juges prévaricateurs, et rendit tous leurs efforts
inutiles. On ne put parvenir à lui arracher une parole accusatrice, ni
l'engager à trahir la vérité. L'aspect de la mort qu'on lui mettait sous
les yeux ne put ébranler sa constance. Ce courage héroïque ne fut pas la
seule preuve de son dévouement; la Providence, comme on le verra bientôt,
l'avait désignée pour sauver la vie à son maître.

L'information traînait en longueur; on ne trouvait pas de charges, et on
en cherchait toujours. Les fonctions du directeur du jury expiraient; un
autre lui succède: une nouvelle information commence, et le prévenu
continue à gémir au milieu des horreurs du secret.

Il fallait cependant terminer l'instruction. L'acte d'accusation est
dressé contre l'abbé Pacot et sa servante. Le jury d'accusation, appelé à
prononcer sur le sort du maître, déclare à l'unanimité qu'il n'y avait
pas lieu à suivre. Mais la malheureuse domestique, au milieu des tortures
morales qu'elle avait subies, était tombée dans quelques contradictions;
le jury crut qu'il n'en fallait pas davantage pour décider qu'il y avait
lieu à accusation contre elle.

La rage des ennemis de l'abbé Pacot avait été impuissante dans cette
première tentative; ils n'avaient pu rassembler contre lui, non seulement
des preuves de nature à entraîner une condamnation, mais même de simples
présomptions suffisantes pour motiver la mise en accusation. Vainement sa
domestique était accusée; quelques contradictions arrachées par la
cruelle adresse des interrogateurs ne sont pas des preuves de
culpabilité. Devant le jury de jugement, son acquittement était
infaillible; alors leur proie leur échappait tout entière.

La procédure se continuant contre Louise Poinsot, la marche de
l'instruction l'amena devant le tribunal criminel. On découvrit alors
qu'un des membres du jury d'accusation, qui avait prononcé la mise en
liberté de l'abbé Pacot, n'avait pas trente ans. Le commissaire du
gouvernement requit l'annulation de tout ce qui s'était fait, non
seulement à l'égard de la domestique, mais encore au sujet du maître qui
avait été mis hors de l'accusation.

En bonne jurisprudence, la déclaration du jury d'accusation, concernant
l'abbé Pacot, rendue depuis cinq mois, et contre laquelle le commissaire
du gouvernement ne s'était pas pourvu en cassation, était devenue
irrévocable. Et cependant les trois juges du tribunal criminel de Dijon
cassèrent la déclaration qui l'avait fait mettre en liberté, aussi bien
que celle qui mettait en accusation Louise Poinsot. Par un inconcevable
oubli de toutes les formes et des règles les plus élémentaires du droit
et de la justice, l'instruction recommença contre l'abbé Pacot.

Ce jugement inique fut rendu le 1er nivose an X. Trois heures après, à
neuf heures du soir, les gendarmes arrêtèrent le sieur Pacot, et
saisirent tous ses papiers, dont il ne put jamais obtenir la restitution.
L'abbé Pacot subit de nouveau la torture du secret pendant cent trois
jours.

Une troisième instruction se poursuivit alors contre le maître et sa
fidèle domestique. On leur adjoignit une autre servante, contre laquelle
on n'avait pas informé jusque alors. Un simulacre de jury d'accusation,
composé selon le caprice des juges, déclara qu'il y avait lieu à
accusation contre les trois prévenus. On ne prétend point accuser ces
jurés de perversité; mais on peut les taxer de faiblesse: ils étaient les
aveugles instrumens de ceux qui les dirigeaient. «Je n'ai été appelé,
disait l'un d'eux depuis ce jugement, que pour remplacer un juré absent:
mais tout était fini, et je n'ai eu qu'à donner ma signature.» Un autre
juré disait sur le même sujet: «Le directeur du jury, ainsi que son
substitut, nous ont dit que nous n'avions aucune part à prendre dans
cette affaire; qu'il fallait signer, et renvoyer les trois prévenus pour
être jugés au chef-lieu du département.»

Les prévenus furent donc soumis au jury de jugement. Après trois
informations successives, pas un mot, pas une syllabe accusatrice ne
s'élevait contre eux. Cependant l'abbé Pacot fut condamné, après avoir
été privé de toutes les garanties que la loi accorde aux accusés.

Douze jurés spéciaux devaient prononcer sur son sort. Cinq se trouvaient
absens; on les remplaça, non pas en les tirant au sort, comme la loi
l'exige formellement, mais en les désignant arbitrairement à l'instant
même. Un de ces jurés s'était acquis le surnom de _Coupe-Tête_ dans les
massacres dont la ville de Dijon avait été le théâtre pendant la
tourmente révolutionnaire. Ce fut à cette violation manifeste de la loi
que l'abbé Pacot dut son salut; ainsi le crime finit par se prendre dans
ses propres piéges. On n'eut pas honte d'appeler en témoignage un
commis-greffier qui avait rédigé tous les actes de la première procédure.
Cet homme osa déclarer qu'il avait entendu Louise Poinsot dire qu'elle
avait porté la bouteille, sans savoir ce qu'elle pouvait contenir. «Eh!
malheureux! lui répondit cette fille indignée, dites donc que c'est vous
qui m'avez dit plusieurs fois qu'il ne fallait que cette déclaration pour
me faire mettre en liberté.» La force de cette réponse accabla le témoin
qui fut réduit au silence.

Mais vainement l'évidence terrassait les accusateurs de l'abbé Pacot; on
ne le jugeait que pour la forme; sa perte était résolue. Il entendit
prononcer son arrêt de mort; les deux domestiques furent acquittées.

L'abbé Pacot fut reconduit en prison, après avoir protesté contre cet
assassinat juridique. Il lui restait un refuge à la Cour de cassation,
pour prévenir ou du moins retarder l'affreux triomphe de ses ennemis.
Mais plongé dans un cachot, livré à des porte-clefs qui refusaient
d'écouter sa prière, il n'avait pas la liberté de faire entendre ses
plaintes, et le fatal délai de trois jours allait expirer. Heureusement
la Providence lui envoya un frère aîné qui revenait de l'émigration et
qui, à force de soins et de peines, parvint à pénétrer jusque dans son
cachot, et à lui procurer les moyens de recourir à la justice de la Cour
suprême.

Là, les choses devaient changer de face; la procédure était monstrueuse:
la haine avait aveuglé les ennemis du sieur Pacot au point de négliger
toutes les formes.

On tenta un dernier effort pour rendre ce recours illusoire. Quarante
jours s'étaient écoulés depuis le jugement, et les pièces du procès
n'avaient pas encore été envoyées à la Cour de cassation; on espérait
qu'à force de retards, la victime succomberait à la rigueur de son sort.
Plongé dans le cachot le plus infect, l'abbé Pacot réunissait aux plus
pénibles des souffrances morales les souffrances physiques les plus
horribles; elles devinrent telles, que, malgré la force de son
tempérament, il tomba dangereusement malade. Sa mort paraissait
inévitable. Il fallut tout le dévouement de la fidèle Louise Poinsot pour
l'arrêter au bord de la tombe prête à l'engloutir.

Cette simple villageoise, mue par un sentiment de la plus noble
générosité, vendit à son frère le peu qu'elle possédait, et sans prendre
conseil de personne, se rendit à Paris, à pied, pour sauver les jours de
son malheureux maître. Elle alla solliciter seule une audience du comte
Abrial, ministre de la justice. Cet homme respectable, digne de la haute
mission qui lui était confiée, accorda l'audience sollicitée, écouta
Louise Poinsot avec bonté, et lui promit de donner des ordres pour
accélérer l'envoi des pièces. Elle parvint à instruire son maître de la
démarche qu'elle venait de faire; et celui-ci trouva encore la force
d'écrire au commissaire du gouvernement, et de lui exprimer son
étonnement de ce que les pièces n'avaient pas été envoyées. La lettre du
sieur Pacot était du 1er thermidor an X; on la lui renvoya le jour même
avec une note portant que les pièces étaient parties depuis dix jours; et
cependant le comte Abrial ne les reçut que le 3 thermidor. Quand on
avait vu qu'il était impossible de les retenir, on avait cherché, par un
mensonge, à déguiser l'horreur d'une persécution qu'on poursuivait avec
tant de persévérance et d'animosité.

Enfin, l'heure de la justice sonna pour l'abbé Pacot. L'arrêt de mort fut
cassé, parce que les jurés n'avaient pas été tirés au sort. Le
commissaire du gouvernement attendit dix-sept jours pour notifier cet
arrêt au prévenu, et trente jours s'écoulèrent encore jusqu'à sa
translation à Lons-le-Saulnier. Là, malgré les nouveaux efforts de
l'intrigue et de la perversité, le nouveau jury déclara _à l'unanimité_,
non seulement que l'accusé n'était pas coupable, mais qu'_il n'était pas
constant qu'il y eût eu même d'empoisonnement_. Cette nouvelle procédure
avait présenté plusieurs circonstances curieuses. Comme on le sait déjà,
l'accusateur prétendait avoir bu la moitié du poison contenu dans la
bouteille qui lui avait été remise, et assurait que ce breuvage lui avait
causé des coliques et des vomissemens. Or, la bouteille qu'avait
représentée Prétot contenait de l'arsenic dont la plus petite quantité
devait donner infailliblement la mort; tandis que Prétot venait soutenir
qu'il en avait bu une forte dose presque impunément. Aussi l'avocat de
l'abbé Pacot, indigné de tant d'effronterie, fut heureusement inspiré par
cette indignation même. «Vous prétendez, dit-il à Prétot, vous prétendez
que vous avez pris, sans autre accident que de simples vomissemens, une
dose de poison égale à celle que vous reproduisez ici? L'imposture ne
saurait être ni plus impudente, ni plus grossière. Mais admettons pour un
moment que vous ayez été fidèle à la vérité. C'est ici le cas de faire
une juste application de cet adage: _Qui peut le plus, peut le moins_.
Puisque vous êtes si fort contre les poisons, qu'une quantité capable de
donner la mort à plusieurs personnes vous a causé à peine quelques
nausées, prenez seulement le quart de ce qui reste dans la bouteille, et
je passe condamnation.» Cet argument était invincible; il n'y avait pas
de milieu: il fallait ou soutenir l'accusation en avalant la dose
indiquée, ou s'avouer calomniateur en s'y refusant. Prétot, confondu,
garda le silence, et dès-lors les juges furent convaincus de l'innocence
de l'accusé et l'acquittèrent. Pourtant quelque amertume se mêla, pour
l'abbé Pacot, au souvenir de cet acte de justice. On prononça son
absolution hors de sa présence, contre le vœu de la loi, et pour le
priver du droit de conclure contre son délateur. On voulait étouffer le
souvenir de ce procès si déshonorant pour ceux qui y avaient figuré comme
accusateurs et comme juges; et l'on ne pensait pas que c'est encore une
injustice d'enlever à l'innocent persécuté le droit d'obtenir la
réparation qui lui est due.

L'abbé Pacot avait cruellement souffert dans sa personne, dans son
honneur et dans ses biens. Pendant l'intervalle du temps qui s'était
écoulé entre les deux procédures, pour acquitter les frais de la
première, la justice avait mis la main sur les propriétés de l'abbé Pacot
et en avait fait consommer la vente. Une nouvelle monstruosité se
rencontra à côté de cette expropriation irrégulière. On rapporte qu'un
des juges de l'accusé devint acquéreur d'une de ses propriétés.

On pense qu'après avoir souffert de tant de manières différentes, l'abbé
Pacot ne pouvait se contenter de l'arrêt de Lons-le-Saulnier; il était
loin de vouloir la vengeance; mais, selon lui, la vérité devait briller
dans tout son jour; son innocence devait être reconnue autrement que par
un arrêt d'acquittement. En conséquence, il éleva des réclamations à
l'effet d'obtenir une réparation plus réelle; on écouta ses raisons, on
les trouva de toute justice, on le plaignit, mais on lui objecta, comme
un obstacle insurmontable, des raisons de jurisprudence, des principes
d'ordre social.

Néanmoins, tout rempli de la bonté de sa cause, l'abbé Pacot ne se rebuta
pas. La Restauration semblait devoir lui aplanir toutes les difficultés;
point du tout: il ne fut pas plus heureux. En 1817, lorsqu'il porta ses
plaintes au pied du trône, des magistrats le condamnèrent comme
calomniateur, comme s'il n'eût pas légitimement acquis le droit de se
plaindre!

Ce dernier fait se trouve consigné dans un mémoire qu'il publia plus tard
avec la signature du célèbre avocat Dupin, et avec cette épigraphe tirée
d'un ouvrage de ce jurisconsulte: «S'il eût été trouvé coupable, il
aurait dû à la société une réparation dans sa personne et dans ses biens.
Il est innocent; la proposition est renversée: c'est à lui que
l'indemnité est due.»

Au reste, que l'on ne croie pas que ce fût pour lui-même que l'abbé Pacot
réclamât une indemnité de ses souffrances, de ses malheurs et de ses
pertes. Non! ce vénérable ecclésiastique comptait au nombre de ses
vertus, le désintéressement le plus évangélique. Comme il le disait
lui-même, parvenu à plus de quatre-vingts ans, qu'avait-il besoin des
biens de ce monde? C'était uniquement dans les intérêts de sa famille
qu'il militait avec tant de persévérance contre la jurisprudence établie.

Le plus doux et le plus tolérant des hommes dans toutes ses relations
sociales, il semblait subir une soudaine métamorphose, dès qu'il était
question de ses infortunes et de l'iniquité de ses juges. Alors ses yeux
devenaient étincelans, ses cheveux se hérissaient, sa parole s'animait;
alors il ne souffrait pas la moindre contradiction, et fermait la bouche
à ceux qui lui adressaient quelque objection, en leur disant que lui seul
pouvait sentir tout ce qu'il avait souffert injustement, et qu'on ne
parviendrait jamais à lui persuader qu'il était juste de ne pas
l'indemniser. Il était facile de voir que cette catastrophe, œuvre de
la plus perverse calomnie, qui avait bouleversé une portion de son
existence, ravageait insensiblement ses facultés intellectuelles, en y
établissant une idée fixe qui dominait tout, et venait se mêler à tout,
pour tout embrouiller et tout confondre.

Nous vîmes ce bon prêtre, il y a quelques années, chez un homme d'un
grand mérite, enlevé trop prématurément à ses nombreux amis et aux
lettres, qu'il cultivait obscurément et pour elles-mêmes, mais non pas
sans utilité et sans distinction; nous voulons parler de M. L. Hubert,
auteur du _Conteur_, recueil très-remarquable, quoiqu'il fût très-peu
remarqué, n'ayant été prôné par aucun journal. Dans cet ouvrage, où sont
traitées, sous une forme piquante et dramatique, les questions les plus
importantes de la législation, le but de l'auteur était d'éclairer
l'homme sur la nature de ses devoirs et de lui faire sentir les avantages
dont la pratique du bien est la source. Une des nouvelles racontées par
M. Hubert, l'_Accusé absout_, traitait à fond le point si délicat qui
intéressait personnellement l'abbé Pacot. La question y était examinée
sous ses divers aspects; la cause de l'humanité y était plaidée avec une
chaleureuse éloquence, celle de la société avec une puissante
dialectique; tous les intérêts étaient pesés avec bonne foi; rien de
sophistique, rien de captieux: jamais controverse ne fut plus
consciencieuse.

L'abbé Pacot, alors attaché à Saint-Sulpice, s'était lié avec M. Hubert,
par suite de la publication de cette nouvelle, qui néanmoins ne le
satisfaisait pas complètement. Il venait quelquefois discuter avec lui
sur cette question qui, hors des devoirs de son ministère, l'occupait
tout entier. Le hasard nous fit assister à une de ces discussions. Placés
pour ainsi dire en présence d'une passion intéressée, toute légitime, et
digne d'excuse dans ses exigences, et de la raison parlant au nom de
l'ordre et de la société, notre rôle se bornait à écouter.

«Je n'ai pas la présomption de créer des règles légales, disait l'abbé
Pacot d'un ton animé; je me borne à soumettre les idées que me suggère
l'indifférence avec laquelle est vu l'état de l'homme qu'atteint le
soupçon. Lorsqu'un individu est poursuivi à la requête d'une partie
civile, il est à la discrétion du juge de lui allouer des dommages, si
la plainte semble mal fondée. Or, pourquoi, dans les poursuites
_d'office_, l'État ne serait-il partie que pour la portion favorable des
chances de l'accusation? Pourquoi, à titre égal de plaignant, la société
ne serait-elle passible d'aucun dédommagement, à raison des faux griefs
exposés en son nom, tandis que tout particulier a des risques à courir,
en amenant son meurtrier ou son spoliateur devant un tribunal?

«--Parce que, interrompit M. Hubert, il est sagement présumé que, de la
part de la société, aucun motif coupable n'a dirigé les poursuites. On ne
pourrait rendre la société partie, sans assimiler l'officier de la loi à
un adversaire de l'accusé; sans laisser arguer envers lui de passions
haineuses; sans donner à un ministère de protection l'odieux aspect de
l'agression. Non, la partie publique ne doit jamais être vue comme
menaçante pour l'individu paisible; comme portée, dans aucun cas, à
commettre sciemment le tort; comme pouvant nuire autrement que par de
fausses notions, autrement que par le louable dessein de débarrasser la
société de l'ennemi des lois nécessaires à son existence. De même
qu'aucune flétrissure ne doit être attachée à un arrêt cassé en appel,
l'élargissement d'un prévenu, même après une détention prolongée, ne doit
accuser que la fatalité de certaines circonstances, que l'absence de
cette vue pénétrante attribuée à Dieu seul. La foi qu'il convient d'avoir
dans l'intégrité de l'examinateur d'un soupçon de délit, n'existerait
pas, s'il était déclaré qu'un accusé est indemne, parce que ce serait
reconnaître tacitement que les poursuites n'avaient pour fondement aucune
de ces causes qui justifient aux yeux du juge les attaques d'une partie
civile.

«--Je veux m'isoler un instant pour vous répondre, reprit l'abbé tout
ému: d'après vos principes, l'esprit de la loi est d'opposer, toujours et
absolument, la société à l'individu: votre premier point de dogme est la
réunion de tous contre les écarts de chacun. Dans le zèle à punir
l'infraction, on s'occupe plutôt d'appliquer les peines que de réparer
l'atteinte faite aux intérêts particuliers; on oublie que l'objet d'une
justice substantielle est de rendre à chacun ce qui lui appartient, avant
de songer au châtiment et à ses influences. Enfin, en sévissant contre
une méchante action, on a en vue moins le tort intrinsèque, que la
manifestation du mépris pour les règles prescrites par l'autorité. Et
cela, parce que le pouvoir voit en soi l'État, toute la société; parce
que l'homme investi du pouvoir veut régner par son titre; parce qu'un
faux orgueil place la dignité dans de vains attributs. De sorte que c'est
la vanité du magistrat, de l'administrateur, qui trouve de l'avantage
dans l'esprit de la loi; c'est elle qui recueille le tribut d'abnégation
imposé au nom du principe, au nom de tout ce qu'il convient d'appeler
intérêt social.

«--Doucement, doucement, répondit M. Hubert. Vous savez combien je
déplore vos malheurs; je comprends très-bien votre indignation; je la
partage même en compatissant à vos souffrances. Mais il faut toujours
respecter la base de l'ordre: rejetez-vous sur la fragilité humaine, et
ne perdez jamais de vue que les inconvéniens de l'état de société sont
compensés par de grands avantages.

«--Vous en parlez bien à votre aise.... Vous n'avez jamais eu à gémir
sous le poids d'une condamnation capitale.... Mais, monsieur, ma position
est bien différente; elle doit peut-être être mise à part, entre toutes
les erreurs de la justice. L'arrêt qui me condamna fut plus monstrueux,
mille fois, que celui qui fit tomber la tête de l'infortuné Lesurques,
dont l'innocence ne saurait être contestée. Dans la malheureuse affaire
qui perdit cet honnête homme, il y avait un crime bien avéré; le corps de
la victime était là; une fatale ressemblance fit arrêter Lesurques comme
l'un des meurtriers: il périt!..... Mais moi, non seulement j'étais
innocent, mais encore le crime que l'on m'imputait n'était qu'une
invention de la calomnie; il n'y avait pas de corps de délit. Vous savez
aussi que plusieurs de mes ennemis siégeaient parmi mes juges. Si je ne
péris pas comme Lesurques, ce fut une faveur éclatante de la Providence;
mais je fus emprisonné, spolié, abreuvé d'amertumes de toute espèce.....

«--Oui, oui, votre position est bien cruelle, bien poignante, répliqua M.
Hubert. Je voudrais, pour tout au monde, pouvoir la soulager; vous avez
été victime de l'esprit de désordre qui s'était introduit dans l'exercice
de la justice, comme dans toutes choses. Mais songez que, pour réparer
les maux qui en sont résultés, il faudrait changer l'ordre établi,
déroger à des principes de droit généralement consacrés. C'est une arche
sainte à laquelle il ne faut porter la main qu'avec précaution et
respect.

«--J'ai donc tort de réclamer une indemnité? s'écria l'abbé Pacot avec
chaleur.

«--Non, vous n'avez pas tort. Comme simple particulier, je vous
l'accorderais de grand cœur; je la regarderais même comme l'acquittement
toujours insuffisant, quel qu'il fût d'ailleurs, d'une dette éminemment
sacrée. Mais l'instabilité des choses, dans les temps où nous vivons, me
fait comprendre que le gouvernement ne puisse travailler à faire cesser,
à réparer le mal dont vous vous plaignez si justement. Il n'en serait pas
de même dans un ordre politique permanent et bien réglé; car je me plais
à croire qu'il serait impossible que l'on eût de semblables erreurs à
réparer.»

Ces mots calmèrent un peu l'abbé Pacot; il n'était pas convaincu; il se
trouvait presque dans la même situation d'esprit que le célèbre Galilée
devant les inquisiteurs. Mais les paroles de M. Hubert l'avaient amené
peu à peu à une sorte de pente vers la résignation. Le sage, le profond
interlocuteur termina l'entretien à peu près en ces termes, qui sont
textuellement ceux de la conclusion de l'_Accusé absout_: «Oui, on doit
renoncer à découvrir un moyen d'indemniser l'accusé, reconnu innocent,
des misères qui accompagnent et suivent l'état de détention. Jamais,
assurément, le législateur ne consentira à augmenter les difficultés qui
gênent la marche du pouvoir judiciaire, même en Angleterre où il a le
moins d'entraves; et voulût-il ajouter à l'inextricable chaos où se perd
déjà notre jurisprudence, je le défierais de satisfaire les moins
exigeans par une opinion quelconque, seulement sur ces deux questions qui
deviendraient bientôt la source de mille autres: les journées de
détention auront-elles un prix commun, ou relatif aux situations? la
suspension des affaires, la perte du crédit, les affections domestiques,
l'état de santé, seront-ils pris en considération?--Il faut en convenir;
rien ne peut être imaginé pour rendre la réparation satisfaisante: la
distribution de l'indemnité ferait plus de mécontens que le refus d'en
allouer aucune. Mais pourquoi s'évertuer à chercher un remède impossible,
quand il est si facile d'en prévenir le besoin? Demandez, sollicitez
sans cesse un mode de poursuites où la liberté de l'individu ait pour
garantie l'inamovibilité des magistrats; obtenez que le ministère public
soit une magistrature à laquelle il ne puisse être enjoint d'accuser et
de retarder la mise en jugement; tâchez qu'il faille au moins un
plaignant, ou des charges substantielles pour retenir un homme sous les
verroux après vingt-quatre heures d'enquête; faites décider que le
jugement sera prononcé dans un délai déterminé, si le prévenu ne s'y
oppose..... Cela, toutefois, ne pourrait avoir lieu que s'il n'existait
pas de troubles politiques; car, dans les temps d'effervescence, on ne
peut affirmer que l'action du pouvoir doit être renfermée dans de
semblables limites. Et je conçois si bien la réserve avec laquelle doit
se traiter la question d'opportunité, qu'afin d'éviter de mettre en avant
aucune proposition intempestive, je m'abstiendrai désormais d'aborder ces
matières.»

Tous ces argumens étaient sans doute excellens, et puisés dans une raison
supérieure et dans une parfaite connaissance des difficultés qui
hérissaient la question. Mais ils ne pouvaient être à l'usage de l'abbé
Pacot. Comment lui démontrer que sa position si cruelle était cependant
une nécessité? Il n'en continua donc pas moins activement, mais toujours
sans succès, ses poursuites en indemnité. Et encore aujourd'hui, que cet
infortuné joint à tous ses autres malheurs celui de la perte de la
raison, c'est toujours cette idée qui occupe et empoisonne ses rêves du
jour et de la nuit.



COMPLICATION DE SCÉLÉRATESSES.


Voici encore une effrayante série de forfaits, où le libertinage et la
cupidité jouent tour-à-tour le principal rôle. On ne saurait trop le
répéter, tout s'enchaîne dans le mal, encore plus généralement que dans
le bien: un premier crime, s'il reste impuni, en entraîne presque
toujours plusieurs autres après lui; c'est un torrent qui, la digue une
fois rompue, dévaste et renverse tout sur son passage. Cette vérité n'est
que trop bien prouvée; et, il est douloureux de le dire, chaque jour
semble se charger d'apporter des exemples à l'appui.

Le 17 mai 1817, Etienne Rouvelle, vieillard âgé de 72 ans, demeurant dans
une maison isolée, à Bennecourt (Seine-et-Oise), fut trouvé mort, près de
sa cheminée. Cet homme passait pour avoir cinq mille francs d'économies.
Après des soupçons portés sur plusieurs individus, un des gendres du
défunt, Guillaume Normand, fut arrêté, mis en cause et déclaré coupable
par le jury, à la simple majorité de sept voix contre cinq. Les
magistrats de la cour d'assises de Versailles délibérant à leur tour,
trois opinèrent pour l'acquittement, deux pour la condamnation, et aux
termes de la loi, Guillaume Normand fut condamné au supplice des
assassins, et subit sa peine peu de temps après.

Il y avait dix-huit mois que le meurtre de Rouvelle avait été commis,
lorsque le même canton fut le theâtre de plusieurs autres événemens non
moins tragiques.

Le meunier Planche, habitant de Villez près Bennecourt, vivait fort mal
avec sa femme, qui, au rapport de la chronique scandaleuse, avait eu
plusieurs amans, et en dernier lieu, un boulanger nommé Barnabé Pernelle,
âgé de vingt-cinq ans. Celui-ci, de son côté, s'attirait le blâme et le
mépris de tous les honnêtes gens, par les mauvais traitemens qu'il
faisait subir à sa femme, qui jouissait de l'estime générale dans le
pays.

Le 23 novembre 1817, le meunier Planche fut trouvé noyé dans la petite
rivière d'Epte, qui faisait tourner son moulin. Comme cet homme était
presque habituellement ivre, sa mort fut regardée comme un accident.
Cependant plusieurs rumeurs circulaient dans le village contre Barnabé
Pernelle et contre la femme Planche elle-même. Un des habitans disait que
Planche étant mort, le tour de la femme Pernelle ne tarderait pas, et
qu'il ne lui donnait pas un an à vivre.

Cette prédiction sinistre fut bientôt réalisée. Le 14 mai 1818, pendant
l'absence de Barnabé Pernelle, sa femme, restée seule à la maison, fut
trouvée assassinée, la tête dans l'âtre de la cheminée, et ses vêtemens à
demi consumés. Il fut constaté que cette femme avait péri d'une mort
violente; mais ce meurtre ne paraissait accompagné d'aucune soustraction:
une croix d'or restait au cou de la victime. Son mari, présent aux
perquisitions de la justice, retrouva dans une armoire deux louis qu'il
disait être toute la fortune actuelle de la maison; mais ensuite il se
rétracta et prétendit qu'on lui avait volé 150 francs.

Après bien des conjectures, les soupçons s'arrêtèrent sur un vigneron,
âgé de trente-quatre ans, nommé Crespin Normand. On avait aperçu des
traces de sang sur ses vêtemens; au moment où l'on se présenta pour
l'arrêter, sa femme venait de laver sa veste, son gilet et sa chemise, et
en avait fait disparaître des traces sanglantes. A son premier
interrogatoire, vaincu par l'évidence des preuves, et peut-être aussi par
la violence de ses remords, Crespin Normand n'hésita pas à faire l'aveu
de son crime.

Suivant lui, Barnabé Pernelle lui ayant prêté 500 francs, à raison de 40
francs d'intérêt par an, et lui ayant fait souscrire une obligation de
800 francs, qu'il était hors d'état de payer, cette obligation l'avait
mis, lui Crespin, sous l'entière dépendance de son créancier. Pernelle
alors lui promit quittance totale, s'il voulait consentir à étouffer sa
femme _de manière à ne point lui faire de marques de violence_. Crespin
résista d'abord à ces propositions plusieurs fois réitérées; mais, pressé
par les exigences de son créancier, il se décida enfin dans la soirée du
13 mai. Rempli de son exécrable mission, il se rendit chez la femme
Pernelle, conversa tranquillement avec elle pendant deux heures, et
tandis qu'elle faisait les apprêts du souper de son mari, il l'étendit
morte d'un seul coup, à l'aide d'un gros maillet de bois.

Quelques jours avant sa mort, la malheureuse femme Pernelle avait fait à
un de ses voisins une confidence qui formait une présomption grave en
faveur des révélations de Crespin. Tiraillé par ses irrésolutions, ou
peut-être poussé par le désir d'inspirer plus de sécurité à sa victime,
Crespin avait confié à la femme Pernelle elle-même la commission cruelle
que son mari lui avait donnée, en lui promettant bien de ne pas
l'exécuter.

Crespin dénonça aussi Barnabé Pernelle et son cousin, Valentin Pernelle,
comme complices de l'assassinat du meunier Planche. Suivant sa
déclaration, Pernelle, qui entretenait un commerce adultère avec la femme
Planche, l'avait engagé à le débarrasser du mari. Plusieurs tentatives
échouèrent. Enfin, une nuit, pendant que la femme Planche couchait dans
le moulin, les trois assassins pénétrèrent dans le corps de logis où le
mari était couché; ils le trouvèrent pris de vin, suivant sa coutume, et
étendu sur son lit presque sans sentiment. Ils le saisirent, le
transportèrent à la rivière, et l'y plongèrent tout habillé. Planche ne
reprit ses sens qu'au moment où on allait le précipiter dans l'eau. Il
mordit un des Pernelle à la cuisse, et déchira son pantalon avec ses
dents.

Grièvement inculpée par cette déclaration de Crespin, la femme Planche
fut arrêtée; mais on la remit en liberté, faute de preuves suffisantes.
Peu de temps après, elle s'empoisonna avec de l'arsenic. Elle avait dit à
un témoin que, quinze jours après la mort de son mari, Crespin avait osé
lui révéler le secret du fatal complot, et que, depuis ce temps, sa
conscience ne lui laissait plus un seul instant de repos.

Enfin, dans des aveux postérieurs, Crespin, non content de s'accuser
lui-même, avait essayé de laver la mémoire de Guillaume Normand, au sujet
du meurtre du vieillard Rouvelle. Il voulut même décharger Barnabé et
Valentin Pernelle des crimes qu'il leur avait d'abord imputés.

L'acte d'accusation était rédigé le 14 mai 1819; il fut signifié, peu de
jours après, aux accusés. Le public attendait l'ouverture des débats. On
était curieux de voir quelle attitude y prendrait Crespin Normand. Mais
celui-ci, cédant à ses remords, et voulant sans doute prévenir la mort
ignominieuse qui lui était réservée, s'étrangla dans sa prison.

Dans cet état de choses, il ne restait plus à juger que les deux cousins
Pernelle; le premier, boulanger, accusé de complicité dans l'assassinat
de sa femme et du meunier Planche; le second, comme complice du meurtre
de ce dernier. Les débats furent longs. Enfin, les prévenus furent
déclarés coupables, à la majorité de onze voix contre une, sur les divers
chefs d'accusation portés contre eux. En conséquence, ils furent
condamnés à la peine de mort.

Peu de temps après la décision du jury, on apprit un événement des plus
étranges, qui venait servir, en quelque sorte, de corollaire à cet
horrible procès. Le sieur Lemoyne, père de la veuve Planche, que le
désespoir d'être inculpée dans l'assassinat de son mari, avait portée à
se donner la mort, était assigné en témoignage. Voyageant à pied, pour se
rendre de Mantes à Versailles, il avait été assailli par des inconnus,
qui le précipitèrent et le noyèrent dans la Seine.



JEAN HEINRICH,

PARRICIDE.


Un crime épouvantable, accompagné de circonstances non moins atroces
qu'extraordinaires, vint affliger l'Alsace, en 1818. Depuis long-temps
les discours et les menaces de Jean Heinrich annonçaient qu'il méditait
la mort de son père. Un voisin, nommé Stœr, déclarait que, sans son
secours, Heinrich père aurait été tué par son fils à coups de hache; que
ce dernier apostrophait l'auteur de ses jours en ces termes: «Vieux
coquin! tu ne mourras jamais que de ma main.» D'autres témoins
rapportaient de semblables menaces, faites par Jean Heinrich à son père,
en plusieurs circonstances. Ce malheureux vieillard s'étant vu contraint,
en 1817, de quitter sa maison, répondit au sieur Martin Ruhland, maire de
Stoswyr, qui l'engageait à retourner auprès de sa famille: «Ils ont voulu
me tuer: je suis trop sûr que mon fils Jean en veut à ma vie; ma femme,
qui s'entend avec lui, vaut encore moins que lui.»

Effectivement, la mère et le fils, créatures infernales, s'étaient ligués
ensemble contre le malheureux vieillard, et les menaces parricides de
Jean ne tardèrent pas à recevoir leur horrible accomplissement. Heinrich
père était malade depuis quelque temps. Le 28 janvier 1818, son
indisposition le força de garder le lit. Cependant sa maladie, loin de
prendre un caractère grave, laissait entrevoir une prochaine guérison.
Mais cette heureuse chance contrariait les vœux criminels de Jean
Heinrich et de sa mère. Ces deux monstres résolurent de concert de mettre
un terme à leur incertitude. Ils prennent d'abord toutes les précautions
qu'ils crurent propres à cacher le forfait qu'ils préméditaient, et dans
la nuit du 28 au 29 janvier, ils s'approchent du lit où l'infortuné
vieillard reposait. Le spectacle d'un père, d'un époux souffrant, ne peut
arrêter leur férocité. Jean Heinrich se jette sur son père, le saisit à
la gorge et l'étrangle, tandis qu'avec ses genoux, il lui meurtrit à
coups redoublés et lui enfonce la poitrine. Les cris étouffés de la
victime, ses regards mourans, au lieu d'inspirer aux assassins un
sentiment de pitié, ne font qu'augmenter leur rage, en raison de la
crainte qu'ils éprouvent d'être surpris. Tremblant que son père n'échappe
à la mort, Heinrich, le barbare Heinrich, saisit la tête du vieillard
expirant, la renverse avec effort, et rompt une vertèbre du cou!.....
C'en est fait; le forfait est consommé: les vœux des deux monstres sont
accomplis.

Mais la vengeance ne devait pas long-temps se faire attendre. Vainement
les assassins s'entourent de précautions; ces précautions elles-mêmes
doivent fournir le complément des preuves de leur attentat inouï. Un
enfant dont ils croyaient n'avoir rien à redouter, avait tout vu, tout
entendu: il fut leur premier accusateur.

Le lendemain matin, Jean Heinrich sort de bonne heure; il annonce aux
voisins que son père est mort dans la nuit; il dit avoir arrangé les
mains du défunt telles qu'elles doivent rester; il défend expressément
d'y toucher avant son retour. Il se rend à Wyr chez le nommé
Baldenberger, pour l'engager à venir ensevelir son père, et il lui
recommande aussi _de lui laisser les mains croisées sur la poitrine,
comme il les avait placées avant son départ_. Heinrich se rend ensuite
chez un charpentier pour lui commander un cercueil, et _il lui en remet
lui-même la mesure_. Il s'éloigne, et ne rentre chez lui que le soir fort
tard.

Cependant Baldenberger arrive à la ferme de Gigersbourg, domicile de Jean
Heinrich. Il trouve la veuve et ses deux filles encore couchées, dans la
seconde chambre, où gisait sur un lit de paille le corps de la victime,
entièrement couvert d'un grand drap. La veuve lui défend expressément de
remuer le corps. Baldenberger lui faisant observer qu'il faut lui mettre
une chemise blanche, elle s'empresse de lui répondre qu'elle n'en a pas,
et que d'ailleurs on ne le verra pas, lorsque le tout sera enveloppé d'un
linceul. Vers midi, elle envoie Baldenberger chez le charpentier pour
hâter la confection du cercueil qui ne fut apporté qu'à cinq heures du
soir.

Le cadavre, enveloppé du linceul qu'on avait cousu dans toute sa
longueur, sur l'ordre de la femme Heinrich, et contrairement à l'usage du
pays, fut déposé dans le cercueil, à l'entrée de la nuit. Mais le
charpentier s'aperçut, en soulevant le corps, que la tête tombait en
arrière d'une manière remarquable. Il faut observer aussi que l'on évita
avec grand soin qu'aucun voisin, qu'aucun parent ne vît la dépouille
mortelle du défunt, et qu'aucun d'eux n'avait été appelé pour aider à
l'ensevelir.

Depuis ce moment jusqu'au jour de l'arrestation des coupables, Jean
Heinrich passa plusieurs nuits hors de la ferme. Le 2 février, ayant
couché à Breitenbach, dans un cabaret, et étant informé par la fille de
la maison que deux gendarmes venaient d'arriver pour se rafraîchir, il la
pria, dans le cas où on le demanderait, de l'avertir en frappant au
plafond. Sa crainte était telle alors, qu'il fit un mouvement pour sauter
par la fenêtre.

Peu après, le parricide fut arrêté. On connaissait déjà toute l'horreur
de son forfait; la justice avait mis aussi la main sur son infâme
complice. Les révélations de l'enfant, qui avait tout vu et tout entendu,
l'exhumation et l'examen du cadavre, les dépositions d'une foule de
témoins relativement aux menaces atroces que Jean Heinrich avait souvent
adressées à son père, levèrent entièrement le voile qui avait
momentanément caché ce mystère de scélératesse.

Le parricide et sa mère furent amenés devant la cour d'assises de Colmar.
Tous les faits furent attestés aux débats par des témoignages
authentiques. Un témoin déclara aussi avoir entendu dire à Jean Heinrich,
parlant de son père: «Le voilà mort! c'est une grande peine de moins:
nous ne pouvions pas vivre ensemble.» Un autre déposa que la mère avait
dit: «C'est un grand bien qu'il soit parti: Jean et lui ne pouvaient pas
s'accorder. Nous avons le projet de commencer une distillerie, et le
vieux buveur n'aurait fait que boire notre eau-de-vie.»

Le 11 mai, sur la déclaration du jury, la cour condamna à la peine
capitale Jean Heinrich, âgé de vingt-six ans, et Salomé Schwarts, sa
mère, âgée de quarante-neuf ans.

Aux termes de la sentence, ils furent conduits à l'échafaud, pieds nus,
revêtus d'un voile noir; ils demeurèrent exposés sur l'échafaud pendant
que lecture fut faite au peuple de l'arrêt de condamnation, puis le
bourreau leur coupa le poing droit, avant de leur donner la mort.



L'ÉPICIER DUTEIL

ET

DELPHINE CARNET.


Le nommé Duteil, épicier et cultivateur à Orvilliers (Seine-et-Oise),
après de longues importunités, avait séduit Delphine Carnet, sa servante,
âgée de dix-huit ans. Le commerce adultère qu'elle entretenait avec son
maître, l'empire qu'elle avait acquis sur son esprit, inspirèrent bientôt
à cette jeune fille l'idée d'un crime. Jalouse d'être seule maîtresse
dans la maison, elle forma le projet de se débarrasser de la femme
Duteil. Soit qu'elle eût déjà le cœur assez pervers pour avoir conçu
seule cette pensée criminelle, soit qu'elle y eût été poussée par le
mari, elle ne tarda pas à tenter de mettre son dessein à exécution.

Le 1er septembre 1819 fut le jour choisi par sa jalouse cupidité. Duteil
s'était rendu au marché de Houdan; sa femme était seule à la maison.
Delphine avait eu le soin d'en écarter les enfans. Bientôt elle appelle
sa maîtresse, pour lui montrer une petite _bête jaune_ qu'elle prétend
apercevoir au fond du puits du jardin. La femme Duteil, trop crédule,
s'approche, se penche et ne voit rien; Delphine l'invite à baisser la
tête davantage, et en même temps la précipite au fond du puits.

Heureusement il n'y avait que deux pieds d'eau dans ce puits qui, en tout
n'avait que douze pieds de profondeur. Le forfait ne put être consommé.
La femme Duteil jeta de grands cris et appela à son secours sa fille Zoé.
Au même instant, un seau rempli d'eau tomba sur elle avec sa chaîne de
fer, et lui fit une blessure grave. Il est permis de croire que cette
chute ne fut pas accidentelle; du moins, la manière dont la servante
porta les premiers secours à sa maîtresse, permettent d'en douter. En lui
présentant une échelle, elle s'y prenait avec tant de maladresse, que la
femme Duteil en fut toute froissée et ne put s'empêcher de croire que
l'échelle était dirigée contre elle dans des intentions hostiles. Dans
son interrogatoire, cette femme se servit, pour peindre ce qui s'était
passé, d'une expression aussi naturelle qu'énergique: saisissant
fortement le bas de l'échelle que Delphine paraissait vouloir retirer,
elles faisaient, dans cette lutte singulière, tous les mouvemens de deux
scieurs de long.

Soit que Delphine reconnût l'impossibilité d'achever son attentat, soit
qu'elle fût frappée de repentir, elle fixa enfin l'échelle, aida sa
maîtresse à sortir du puits, l'emporta dans ses bras, la mit au lit, lui
prodigua les soins les plus tendres, et implora son pardon en la
conjurant de ne rien dire à personne de l'action coupable qu'elle venait
de faire. Touchée par ses prières et par sa protestation, la malheureuse
femme Duteil poussa la bonté jusqu'à lui faire cette promesse avec
l'intention de la lui tenir. Mais la nature des plaies et des contusions
dont son corps était couvert, l'ayant forcée d'appeler un médecin, la
vérité fut reconnue, et Delphine arrêtée. D'abord Delphine, non seulement
avoua tout, mais encore elle compromit fortement Duteil, en le signalant
comme instigateur de son crime. Plus tard, elle chercha à se rétracter,
en annonçant qu'elle seule était coupable du forfait auquel l'avaient
portée sa cupidité et sa jalousie à l'égard de la femme Duteil. Cependant
le mari coupable avait été arrêté. Mis en accusation avec Delphine
Carnet, il repoussa avec beaucoup de présence d'esprit toutes les charges
qu'on lui opposait. Il fit valoir une circonstance qui fut constatée dans
l'instruction; c'est que le matin de l'événement, il ne voulait pas aller
au marché, et s'était décidé à y envoyer sa femme; qu'il n'y était allé
que parce que celle-ci avait préféré rester à la maison. Il prétendait
prouver, par cette allégation, qu'il ignorait, qu'il ne soupçonnait même
pas les projets de sa servante.

Les deux accusés furent traduits devant la cour d'assises de Versailles.
A l'audience, Delphine Carnet changea encore une fois de langage, et
soutint que Duteil était l'instigateur du meurtre. Toutefois ces aveux
d'une fille de dix-huit ans qu'une première erreur avait poussée si loin
dans la carrière du crime, ne furent pas aussi foudroyans pour Duteil que
la modération exemplaire qui dicta la déposition de sa femme, entendue
comme témoin, en vertu du pouvoir discrétionnaire du président de la
cour. Cette malheureuse femme déclara, les larmes aux yeux, qu'elle ne
pouvait croire son mari coupable: «Le père de mes enfans, ajouta-t-elle,
n'a pu vouloir tuer leur mère.»

Après une très-courte délibération, le jury déclara les deux accusés
coupables d'une tentative d'homicide, laquelle n'avait été interrompue
que par des circonstances fortuites et indépendantes de leur volonté. En
conséquence, Duteil et Delphine Carnet furent condamnés à la peine de
mort, par arrêt du 16 novembre 1819.



LOUVEL,

ASSASSIN DU DUC DE BERRY.


L'attentat de Louvel, attentat qui couvrit la France entière de deuil et
de consternation, est, par les conséquences qu'il entraîna à sa suite,
l'un des événemens les plus considérables de notre époque. Louvel, _l'un
de ces envoyés secrets de la mort qui mettent la main sur les rois_,
avait choisi pour victime le duc de Berry, parce qu'il voyait en lui seul
l'espoir de la famille des Bourbons. Le résultat de son crime ne fut pas
tel que sa rage l'avait espéré: le prince assassiné avait pourvu à la
continuation de sa race; sous ce rapport, furent donc déçus les criminels
calculs de Louvel. Mais par une de ces combinaisons qu'il n'est pas donné
à l'homme d'expliquer, le poignard de Louvel devint l'instrument de
l'ambition d'un parti antipathique à la nation; dès ce moment, ce parti,
ennemi déclaré du progrès des lumières, fit invasion dans toutes les
branches du gouvernement, s'appliqua à faire prospérer partout ses plans
rétrogrades, mutila peu à peu toutes les libertés publiques, attisa de
nouveau, et sans s'en douter, le feu du volcan des révolutions, et vit
disparaître dans une éruption soudaine cette vieille dynastie des
Bourbons, qui, malgré les avis réitérés de ses amis sincères, lui avait
imprudemment confié sa couronne et ses destinées.

Ce parti ambitieux, avide et rancunier, dès que la première nouvelle de
l'assassinat du duc de Berry était venu attrister la capitale, n'avait
pas manqué d'ameuter ses journaux contre les hommes à idées libérales,
désignant Louvel comme un Séide à leurs gages. La procédure prouva le
contraire, mais la tactique n'avait que trop bien réussi: le parti
anti-national tenait le pouvoir, objet de ses vœux les plus ardens, et
l'on sait quels furent les résultats de son administration.

Louvel, enfonçant le fer assassin dans le cœur du prince, n'avait
d'autre instigateur que sa haine sombre et fanatique pour la race royale.
Depuis long-temps, il méditait son exécrable dessein, mais sans
confident, sans auxiliaire; sa trame ne se rattachait qu'à lui seul; seul
il voulait la mettre à fin. C'était un de ces êtres à part qui semblent
voués par leur destinée à trancher le fil des jours des princes, et mille
fois plus à craindre pour eux que les plus hardis conspirateurs. «Ces
hommes, dit M. de Châteaubriand, surgissent soudainement et s'abîment
aussitôt dans les supplices: rien ne les précède, rien ne les suit.
Isolés de tout, ils ne sont suspendus dans ce monde que par leur
poignard; ils ont l'existence même et la propriété d'un glaive; on ne les
entrevoit qu'un moment, à la lueur du coup qu'ils frappent. Ravaillac
était bien près de Jacques Clément. C'est un fait unique dans l'histoire,
que le dernier roi d'une race et le premier roi d'une autre aient été
assassinés de la même façon, chacun d'eux par un seul homme, au milieu de
leurs gardes et de leur cour, dans l'espace de moins de vingt-un ans. Le
même fanatisme anima les deux assassins; mais l'un immola un prince
catholique, l'autre un prince qu'il croyait protestant. Clément fut
l'instrument d'une ambition personnelle; Ravaillac, comme Louvel,
l'aveugle mandataire d'une opinion.»

Les détails de cet événement et de la procédure extraordinaire à laquelle
il donna lieu viendront parfaitement à l'appui de ces réflexions.

Le 13 février 1820, le duc et la duchesse de Berry s'étaient rendus à
l'Opéra; la princesse manifesta le désir de ne pas rester au théâtre
jusqu'à la fin du spectacle; le prince, vers onze heures du soir, la
reconduisit à sa voiture qui stationnait rue Rameau, et, ayant pris congé
d'elle en l'assurant qu'il la rejoindrait dans quelques instans, il se
retourna pour rentrer à l'Opéra.

A l'instant même, un homme s'élance, passe près du duc de Berry comme un
éclair, et quelques personnes le voient heurter le prince violemment.

La première idée qui vint au duc et à toute sa suite fut que cet homme
était tout simplement un curieux indiscret. L'aide-de-camp du prince, M.
le comte de Choiseul, fut tellement dominé par cette idée, qu'il prit
l'importun par l'habit, et le repoussa en lui disant: _Prenez donc
garde!_... L'homme prit la fuite; mais il n'avait pas fait quelques pas,
que le prince s'écria: _Je suis assassiné!_ et en même temps il tenait la
main sur un poignard abandonné dans la plaie par l'assassin. A l'instant
même, MM. de Choiseul et de Clermont volèrent sur les traces du
meurtrier, qu'eux et tous les assistans voyaient courir vers la rue de
Richelieu. Le garde-royal Desbiez, qui était de faction auprès de la
voiture à l'instant où le crime venait d'être commis, un adjudant de
ville, d'autres gardes-royaux et des gendarmes se mirent également à sa
poursuite.

L'assassin fut arrêté non loin de là, à l'arcade Colbert, par un garçon
limonadier appelé Paulmier, qui le remit aussitôt à l'adjudant de ville
et à tous les militaires par lesquels il était poursuivi.

Conduit au corps-de-garde, l'homme arrêté fut fouillé en présence de tous
les témoins qui avaient présidé à son arrestation. On trouva sur lui,
dans une des poches de son pantalon, une gaîne vide; c'était celle du
poignard avec lequel il avait frappé le prince. Dans l'autre poche se
trouva une alêne de sellier, affilée aussi en poignard et munie
également de sa gaîne. Ces instrumens homicides et une clef qu'il avait
sur lui, furent saisis et livrés sur-le-champ, ainsi que sa personne, à
la justice.

Cependant on avait conduit le prince, d'abord dans un corridor du
théâtre, puis dans le salon de la loge du roi. Le duc de Berry avait
lui-même tiré d'une plaie profonde le fer qu'y avait laissé l'assassin.
L'arme était grossièrement façonnée en poignard tranchant et aigu, et
avait un demi-pied de longueur.

Le prince eut encore assez de force pour le remettre à M. le comte de
Ménars, son premier écuyer. Bientôt des médecins furent appelés; mais
vainement les secours les plus dévoués, les plus empressés, furent
prodigués au malheureux prince: la blessure était mortelle. Le duc ne put
même être transporté dans le palais de ses pères, et le 14 février, à six
heures et demie du matin, il expira, après avoir demandé à plusieurs
reprises la _grâce de l'homme_ qui l'avait assassiné.

Dès le matin, cette funèbre nouvelle répandit avec elle la stupeur et
l'alarme dans tous les esprits. Outre l'horreur profonde qu'inspirait
généralement le forfait qui venait d'être commis, chacun semblait
pressentir les calamités politiques auxquelles cette mort fatale allait
donner naissance.

Immédiatement après son arrestation, le coupable avait été conduit devant
le commissaire de police, Ferré, qui, ce jour-là, était de service au
théâtre. Ce magistrat avait déjà commencé à procéder à son
interrogatoire, lorsque M. le comte Anglès, alors préfet de police, le
procureur du roi et le procureur-général arrivèrent successivement,
s'emparèrent du criminel, et lui firent subir un interrogatoire.

Cet homme déclara s'appeler Louis-Pierre Louvel, être natif de
Versailles, âgé de trente-six ans, garçon sellier, employé pour le compte
du sieur Labouzelle, sellier du roi, et demeurer aux Écuries, place du
Carrousel. Il reconnut que c'était lui qui avait commis le meurtre du
prince, et se vanta même de mûrir cet horrible projet depuis 1814. On lui
présenta le poignard trouvé dans la plaie de la victime; il le reconnut
sans hésiter, ainsi que le petit poignard, la clef et les deux gaînes
saisis sur lui. Confronté avec les sieurs Paulmier, Desbiez et les
autres témoins de son arrestation, tous le reconnurent, les uns pour
l'assassin du prince, les autres pour l'homme qui fuyait au moment du
crime. Mais un bien plus triste devoir restait à remplir: il fallait
constater, contradictoirement avec l'assassin, le corps du délit. Le
bourreau fut mis en présence de la victime qui avait expiré sous ses
coups. Il la regarda d'un œil fixe et féroce, ne témoigna ni
sensibilité, ni remords, et confessa de nouveau que c'était là son
ouvrage.

Du reste, le rapport unanime des médecins qui avaient vu et soigné le
prince, attestait que le coup, porté par Louvel, était la seule cause de
la mort du duc de Berry.

Alors on s'occupa de rechercher les motifs qui avaient pu le porter à
commettre cet assassinat. Aucun indice du dehors ne pouvant le faire
soupçonner, Louvel fut soigneusement interrogé, et, sans varier jamais,
il déclara hautement qu'il n'avait eu à se plaindre en aucun temps du duc
de Berry ni d'aucune autre personne de sa famille; qu'il n'avait ni motif
ni prétexte de leur porter aucun sentiment de haine personnelle; qu'il
n'avait été poussé au crime qu'il avait commis que par la considération
de l'intérêt public; qu'il regardait tous les Bourbons comme les ennemis
de la France; qu'aussitôt qu'à leur retour, il avait vu flotter le
drapeau blanc, il avait conçu le projet de les assassiner tous; que ce
projet ne l'avait pas quitté un seul instant depuis 1814; que depuis
lors, il avait cherché toutes les occasions de l'exécuter, suivi les
princes dans leurs chasses, rôdé autour des spectacles qu'ils
fréquentaient, pénétré dans les lieux saints où ils allaient remplir
leurs devoirs religieux; et qu'il les aurait égorgés, si son courage ne
lui avait pas manqué, et si quelquefois, il ne s'était pas demandé:
_Ai-je tort? ai-je raison?_

Louvel ajoutait qu'à Metz, en 1814, il avait eu un moment l'intention de
tuer le maréchal-duc de Valmy, parce qu'il servait les Bourbons; mais que
bientôt il avait pensé que c'était un simple particulier; qu'il fallait
porter ses coups plus haut; qu'il aurait tué Monsieur à Lyon, s'il l'y
eût encore trouvé, lorsque lui, Louvel, se rendit dans cette ville au
débarquement de Bonaparte; que, depuis, il s'était attaché à la personne
du duc de Berry comme celui sur lequel était fondé le principal espoir
de la race; qu'après le duc de Berry, il aurait tué le duc d'Angoulême;
après lui, MONSIEUR; après MONSIEUR, le roi; qu'il se serait peut-être
arrêté là, car il paraît qu'à cet égard son infâme résolution n'était pas
prise, et qu'il n'avait pas bien arrêté s'il continuerait dans les autres
branches de la famille royale le cours de ses assassinats; qu'il n'avait
ressenti de son arrestation qu'un seul chagrin, celui de ne pouvoir
ajouter d'autres victimes à celle qui venait de tomber sous ses coups;
qu'il était loin de se repentir de son action, qu'il regardait comme
belle et vertueuse; et qu'enfin il persisterait toujours dans ses
théories, dans ses opinions et dans ses projets, sans s'embarrasser des
jugemens des hommes, et moins encore des jugemens de la religion à
laquelle il ne croyait pas et qu'il n'avait jamais pratiquée.

Quels avaient été les antécédens de Louvel? ceux d'un homme obscur qui,
d'abord ouvrier sellier, avait figuré plus tard dans les rangs de l'armée
française, mais sans aucune espèce de distinction. Depuis long-temps, le
gouvernement monarchique contrariait ses vœux. Dès l'année 1814, il
avait entrepris, à ses frais, le voyage de l'île d'Elbe, moins sans doute
pour grossir les rangs des fidèles compagnons de l'ex-empereur, que dans
l'intention d'y entretenir les funestes desseins qui fermentaient dans
son cœur. Pendant les Cent-Jours, il resta en dehors des mouvemens
militaires dont le retour de Napoléon avait donné le terrible signal; ou
s'il suivit l'armée, ce ne fut que pour y exercer sa profession; car, au
retour de Napoléon, il était parvenu, par le crédit d'un de ses parens,
chef de la sellerie de l'ex-empereur, à y être employé comme ouvrier.
Qu'était-il donc allé faire à l'île d'Elbe, si ce n'est aiguiser son
poignard? Mais lorsque l'anéantissement du trône impérial fut consommé,
la haine fanatique de Louvel prit un caractère plus prononcé. Il ne rêva
plus que l'extermination de la race royale. Afin peut-être de mieux
arriver à ce résultat, il sollicita un emploi aux Écuries du roi, comme
pour se rapprocher le plus possible des victimes que sa fureur avait déjà
marquées, et s'attacha principalement à la personne du duc de Berry.

Le jugement d'un semblable criminel devait avoir une solennité toute
nationale. Dès le 14 février, une ordonnance du roi, communiquée par M.
Decazes, ministre de l'intérieur, à la chambre des pairs, institua ce
grand corps politique en haute cour de justice, conformément à l'article
33 de la charte; et l'on commença immédiatement l'instruction de ce
procès, d'où nous avons tiré les détails que l'on vient de lire.

Indépendamment des recherches que l'autorité avait faites chez toutes les
personnes avec lesquelles Louvel avait eu les relations les plus
indifférentes, elle avait également ordonné des perquisitions chez tous
ses proches parens; mais elles ne produisirent rien à leur charge. L'acte
d'accusation déclara donc que nul complice n'avait été découvert, et que
Louvel était le seul qui dût être mis en jugement devant la cour des
pairs.

L'ouverture des débats eut lieu le 5 juin 1820. MM. Archambault et
Bonnet, anciens bâtonniers de l'ordre des avocats, avaient été nommés
d'office pour la défense de l'accusé. L'apparition de Louvel devant le
public excita un mouvement d'effroi qu'il serait difficile de dépeindre.
Son front était chauve et sa figure dépourvue d'expression; ses yeux
étaient ternes et enfoncés.

L'interrogatoire du prévenu fournit de nouvelles preuves à l'appui de ce
qui a été dit précédemment sur les projets régicides de Louvel. «Par quel
motif, lui dit le président, avez-vous poignardé S. A. R. monseigneur le
duc de Berry?--Je lui ai ôté la vie, répondit Louvel, dans l'intention de
détruire la race des Bourbons qui, suivant moi, faisait le malheur de la
nation.--Aviez-vous quelques motifs d'inimitié personnelle?--Aucun, mais
j'ai choisi de préférence ce prince, parce que c'était la _souche_ de la
famille royale.»

Interrogé sur sa funeste résolution, il répondit froidement: «Mon parti
était pris; aucun sentiment d'honneur ni de religion ne pouvait me faire
changer de dessein. D'ailleurs je suis catholique, je le crois toujours,
mais j'ai changé suivant les événemens, tantôt théophilanthrope, tantôt
catholique.--Mais si vous avez le malheur de ne pas croire à la justice
divine, vous deviez croire à la justice des hommes. Vous ne saviez donc
pas que vous exposiez votre vie?--Au contraire, il faut voir en moi un
Français qui s'_est sacrifié_... Si j'ai tenté de me sauver, je ne le
faisais pas pour long-temps; j'en voulais à tous les hommes français qui
ont pris les armes contre ma patrie, et cette haine m'aurait fait
persister dans mes projets.»

Cependant Louvel avoua qu'il avait été attendri par le spectacle des
derniers momens du prince, et que c'était alors seulement que ses yeux
s'étaient ouverts sur l'énormité de son forfait: «Mais, dit-il en
terminant, la religion ne peut remédier au crime que j'ai commis.»

Il résulte aussi des réponses de Louvel aux questions de plusieurs
membres de la haute cour, que ses lectures habituelles pendant sa
jeunesse étaient les _Droits de l'homme_ et la _Constitution_, mais qu'il
ne lisait aucuns journaux.

Plusieurs fois, à la demande de M. de Lally-Tollendal, le président
adjura l'accusé, devant Dieu, de déclarer s'il avait eu des complices.
Louvel, tout en convenant que son crime était horrible, affirma n'avoir
communiqué son projet à qui que ce fût. «Était-ce pour vous défendre, lui
dit le président, que vous aviez sur vous un second poignard?--Non,
Monsieur.--Pourquoi en aviez-vous deux?--C'était pour mieux réussir.»

Dans l'instruction, l'accusé avait dit qu'il savait toutes les démarches
du prince par ses gens mêmes, à qui il le demandait. Louvel confirma
ainsi cette déclaration: «Le jour de l'événement, je n'avais pas besoin
de prendre des renseignemens, puisque c'était dans Paris; mais quand les
princes étaient à la chasse, je savais par le premier venu l'heure à
laquelle ils devaient rentrer.»

Lors de sa confrontation avec la victime, quelqu'un lui ayant dit: _Ne
craignez-vous pas la justice divine?_ il avait répondu: _Dieu n'est qu'un
mot_. Ce propos était attesté par plusieurs témoins; Louvel, interpellé
par le président, crut se rappeler l'avoir tenu.

M. le duc de Maillé ayant fait observer que, dans l'instruction, l'accusé
avait dit qu'il s'était rendu à Calais, en 1824, pour assassiner le roi,
et qu'il avait ensuite déclaré que telle ne pouvait être son intention,
puisqu'il savait que le roi était à Paris, interpella Louvel sur cette
circonstance. «Il est probable, répondit le prévenu, que j'étais parti de
Metz avec cette intention; mais je savais bien, en partant de Metz, que
le roi était à Paris. Je voyageais pour tâcher de réfléchir avec maintes
et maintes personnes que j'aurais entendu parler; voilà pourquoi j'ai
_rallongé_ ma route. J'ai passé par Calais pour savoir ce qu'on disait du
roi dans les endroits où il avait passé, et ensuite voir si je devais
exécuter ma _commission_.»

Louvel, adjuré de nouveau de déclarer s'il avait des complices, répondit
avec impatience: «Non, je n'en ai jamais eu.» M. Lecoulteux de Canteleu
releva le mot de _commission_ qu'avait prononcé Louvel. «Serait-ce,
dit-il, une commission qui lui aurait été donnée par quelqu'un?--C'était
une commission intérieure que je m'étais imposée à moi-même.»

Obligé de s'expliquer sur la qualification que méritait son crime, il
répondit: «C'est une action horrible, c'est vrai! Quand on tue un autre
homme, cela ne peut pas passer pour vertu; c'est un crime: Je n'y aurais
jamais été entraîné sans l'intérêt que je prenais à ma nation, suivant
moi; je croyais bien faire, suivant mon idée.»

Après l'audition de tous les témoins et le réquisitoire du
procureur-général Bellart, la parole fut donnée à maître Bonnet, l'un
des conseils de l'accusé. Ce célèbre avocat, pénétré de la mission
difficile qu'il avait à remplir, sut concilier les devoirs que lui
imposait sa noble profession avec le respect qu'il devait à l'auguste
tribunal devant lequel il allait parler, et avec la position d'un accusé
qui s'était fait gloire de son crime pendant la durée des débats. Il
invoqua en faveur de son client la _monomanie_ ou _fixité d'idées_. «Oui,
messieurs, dit-il, l'individu qui a pu se dire: Ai-je tort, ai-je raison
d'assassiner un prince dont je n'ai point à me plaindre? est un insensé,
et ne peut pas être autre.»

Nous allons transcrire la péroraison du plaidoyer de l'éloquent avocat,
parce qu'on y retrouve quelques particularités touchantes relativement
aux derniers momens du prince: «Déjà peut-être nous accuserait-on d'avoir
omis, ou même de ne nous être pas borné à faire valoir pour l'accusé la
plus sublime, la plus puissante de toutes les recommandations. Vous allez
au-devant de nos paroles, messieurs, et vous croyez entendre ce dernier
cri du prince-martyr... «_C'est un insensé!..._ Grâce! grâce pour
l'_homme_!» Le monarque, le père adoptif de la victime, le père de tous
ses sujets, n'arrive pas assez tôt, et le prince ne pense qu'à assurer la
vie de son meurtrier. Une chrétienne impatience s'empare de lui, et au
milieu de ses affreuses douleurs, le sort de celui qui les cause l'occupe
presque tout entier. C'est ici que, sans aggraver le sort de l'accusé, et
même pour le servir, pour le couvrir d'une égide tutélaire, nous pouvons
proclamer toute notre admiration pour la victime. Douloureusement soulagé
par les pleurs de sa courageuse épouse qui commande à son désespoir, par
la présence de sa jeune et innocente fille, il partage en quelque sorte
sa sollicitude entre ces illustres objets de sa tendresse et le
malheureux _insensé_ qui l'a frappé. Alliance inouïe de pensées si
diversement admirables! contraste que peut seule engendrer ou expliquer
une grande âme! Les derniers momens que peut donner ce prince chéri aux
plus tendres sentimens de la nature, il en dérobe une partie pour devenir
le protecteur, l'auguste avocat de celui qui lui arrache la vie! Grâce
pour l'homme! Quel choix bienfaisant d'expressions dans ce mot d'un usage
si vulgaire: Grâce pour l'_homme_! Eh bien! messieurs, l'homme est devant
vous! Les dernières paroles de sa victime ne seront-elles pour lui qu'un
héroïsme stérile? Et si ce cri de grâce sorti de la bouche d'un illustre
mourant est impuissant sur des juges, joignez-y ce jugement porté par la
victime: _C'est un insensé!_ Que ces deux mots réunis, plus forts que mes
vains raisonnemens, se fortifient l'un par l'autre en faveur de
l'_homme_; (pourquoi serions-nous plus sévères que celui que nous
pleurons?) en faveur de l'homme que vous allez juger; qu'ils soient son
unique défense: c'est là principalement que nous voulons placer son
refuge. Oui, c'est un insensé celui qui conçut, qui nourrit, pendant six
ans, l'infernal projet de détruire la plus illustre, la plus clémente, la
plus paternelle race de souverains, la plus digne de gouverner une nation
dévouée, libre et généreuse.»

Le président demanda à Louvel s'il avait quelque chose à ajouter au
plaidoyer de son défenseur. L'accusé, sans répondre à cette
interpellation, se leva, tira de sa poche des feuilles de papier
détachées, écrites de sa main; et du ton de la plus froide insensibilité,
lut les phrases suivantes:

«J'ai rougi aujourd'hui d'un crime que j'ai commis seul. J'ai la
consolation de croire, en mourant, que je n'ai point déshonoré la nation
ni ma famille. Il ne faut voir en moi qu'un Français dévoué à se
sacrifier pour détruire, suivant mon système, une partie des hommes qui
ont pris les armes contre ma patrie. Je suis accusé d'avoir ôté la vie à
un prince. Je suis seul coupable; mais parmi les hommes qui occupent le
gouvernement, il y en a d'aussi coupables que moi. Ils ont, suivant moi,
reconnu des crimes pour des vertus. Les plus mauvais gouvernemens que la
France a eus ont toujours puni les hommes qui l'ont trahie, ou qui ont
porté les armes contre la nation.

«Suivant mon système, lorsque des armées étrangères menacent, les partis
doivent cesser et se rallier pour combattre, pour faire cause commune
contre les ennemis de tous les Français. Les Français qui ne se rallient
pas sont coupables. Suivant moi, le Français qui est obligé de sortir de
France par l'injustice du gouvernement, si ce même Français se met à
porter les armes pour les armées étrangères contre la France, alors il
est coupable. Il ne peut rentrer dans la qualité de citoyen français.

«Selon moi, je ne peux pas m'empêcher de croire que si la bataille de
Waterloo a été si fatale à la France, c'est qu'il y avait à Gand et à
Bruxelles des Français qui ont porté dans les armées la trahison, et qui
ont donné des secours aux ennemis.

«Suivant moi et selon mon système, la mort de Louis XVI était nécessaire,
parce que la nation y a consenti.... Si c'était une poignée d'intrigans
qui se fût portée aux Tuileries, et qui lui eût ôté la vie sur le moment,
oui, je le croirais; mais comme Louis XVI est resté long-temps en
arrestation, on ne peut pas croire que ce ne soit pas de l'aveu de la
nation. De sorte que s'il n'y avait eu que quelques hommes, il n'aurait
pas péri; la nation entière s'y serait opposée. Aujourd'hui, ils
prétendent être les maîtres de la nation; mais suivant moi, les Bourbons
sont coupables, et la nation serait déshonorée si elle se laissait
gouverner par eux.»

Telle fut la défense de Louvel prononcée par lui-même. Vainement on avait
tenté de le détourner de lire cette défense étrange, ce tissu
d'absurdités, qui, du reste, semblait venir à l'appui du système adopté
par le défenseur. Ces paroles délirantes avaient répandu sur tous les
visages l'indignation et l'horreur; Louvel seul conservait son
immobilité. Le procureur-général repoussa la question de monomanie et
réclama, avec une noble fermeté, la juste punition du coupable.

Le 6 juin, la cour des pairs rendit son arrêt qui condamnait Louvel à la
peine de mort. Cet arrêt, étant sans appel, il ne restait plus au
coupable qu'à songer à mourir. Mais avant de le conduire au pied de
l'échafaud, racontons quelques faits particuliers aux derniers jours de
sa vie.

Le premier jour qu'il comparut devant ses juges, il témoigna le désir de
faire un peu de toilette. Arrivé dans la salle qui précède la chambre des
pairs, il fut frappé de la mollesse du tapis. «Quel bon tapis! dit-il, si
j'en avais eu un semblable dans ma prison, je n'aurais pas été éveillé si
souvent par le bruit des gendarmes.»

«J'ai été fort content de la chambre des pairs, dit-il encore: je ne suis
fâché que d'une seule chose, c'est qu'elle ait fait durer le procès
pendant deux jours.--Mais c'est un jour de gagné, lui reprit-on.--Dites
donc plutôt un jour de perdu! répondit le fanatique.»

Logé dans une chambre voisine de l'appartement de M. de Sémonville, il
eut un petit mouvement de sensualité, et dit au grand-référendaire:
«Depuis que je suis en prison, j'ai toujours couché dans de gros draps;
je voudrais bien, pour la dernière nuit, en avoir de fins.» On obtempéra
à sa demande. Il s'endormit paisiblement, et ne se réveilla qu'à six
heures. Il demanda alors un verre de vin, qui lui fut donné. Il était à
dîner quand M. Cauchy fils, greffier, arriva à la Conciergerie. Louvel
fut amené au greffe. Il entendit lecture de l'arrêt qui le condamnait à
avoir la tête tranchée. Ce misérable ne donna pas le moindre signe
d'émotion ni de trouble. Après cette lecture, le jeune greffier,
magistrat plein de piété, lui fit une courte exhortation: «Vous n'avez
plus, lui dit-il, rien à espérer des hommes; votre seule ressource est
dans la miséricorde de Dieu. Il pardonne, ce Dieu miséricordieux, au plus
grand coupable, quand il témoigne du repentir et des regrets sincères
sur son crime.--Des regrets! interrompit Louvel, je n'en ai pas.....--La
porte de l'éternité va s'ouvrir devant vous, malheureux! occupez-vous de
votre salut.--Bah! un prêtre, je n'en ai pas besoin; et puisque je dois
mourir, pourquoi demain? pourquoi pas aujourd'hui? je suis tout prêt.»
Après cet entretien, on le reconduisit à sa prison, où il acheva de dîner
tranquillement. Son repas terminé, il s'occupa d'écrire à ses parens pour
leur faire ses adieux, et leur témoigner ses regrets de leur avoir causé
tant de chagrins.

Le mercredi, 7 juin, dès le matin, M. le procureur-général Bellart se
rendit en personne à la Conciergerie, afin de tenter, pour la dernière
fois, d'arracher des aveux au condamné. On persistait à croire que ce
n'était point un crime isolé, et que Louvel, emportant le secret de ses
complices, allait, par sa mort, leur rendre la liberté. Les efforts de M.
Bellart demeurèrent sans résultat. Le condamné paraissait en outre décidé
à repousser les secours de la religion; il avait refusé d'entendre un
ecclésiastique de Notre-Dame. Cependant, à force de persévérance, il
avait été vaincu, et s'était confessé à M. l'abbé Montès, aumônier de la
Conciergerie.

L'exécution avait été fixée à six heures. Un quart-d'heure avant, Louvel
monta dans la charrette; il était accompagné de l'abbé Montès qui lui
prodigua constamment, et d'abord inutilement, les secours de la religion.
Sa figure était extrêmement pâle. Pendant le trajet, il regardait à
droite et à gauche, et paraissait abattu. Arrivé au pied de l'échafaud,
Louvel s'entretint avec son confesseur l'espace de quatre minutes.
L'altération de ses traits et son accablement étaient visibles. Deux
aides de l'exécuteur furent obligés de le soutenir pour lui aider à
monter à l'échafaud. Pendant qu'on l'attachait à la fatale planche, il
promenait de tous côtés un œil hagard. Enfin, à six heures, il avait
subi sa peine.



ASSASSINAT DE NEYRET.


Ce procès criminel qui, pendant près de deux années, fixa l'attention des
habitans de la Drôme, rappelle, par sa bizarrerie et l'atrocité des
circonstances dont le crime fut accompagné, le trop fameux procès de
Rhodez.

Un ancien militaire, nommé Neyret, retiré à Valence, y avait épousé la
fille de la veuve Dupont. Dans une fête établie à Valence, à l'instar de
celle de la rosière de Salency, la fille Dupont, proclamée la plus sage
de toutes ses compagnes, avait reçu, pour prix de sa sagesse, avec la
couronne de roses, une dot de six cents francs et la main de Neyret. A
l'aide de cette dot, les deux époux levèrent un petit fonds de commerce;
mais des chances malheureuses trahirent leur espoir; Neyret manqua à ses
engagemens. Ses malheurs lui aliénèrent l'affection d'une femme qui ne
lui était unie que par l'intérêt. Elle abandonna Neyret, après s'être,
dit-on, emparée de tous les débris de son commerce. Son inconduite devint
notoire: elle recevait publiquement des hommes mariés, et fréquentait des
mauvais lieux.

Dans les premiers jours du mois d'août 1818, Neyret disparut. Vers le
milieu du même mois, à quatre heures du matin, une veste et un chapeau,
découverts dans une barque, près du pont de Valence, furent reconnus pour
lui avoir appartenus. On crut d'abord que le malheureux Neyret s'était
donné la mort. Cependant, dès le lendemain de sa disparition, le bruit
avait circulé dans la ville que Neyret était mort victime d'un
assassinat, et que son cadavre, percé de neuf coups de couteau, avait été
jeté dans le Rhône.

Ce bruit ayant pris de la consistance, les soupçons se portèrent sur la
femme de Neyret, ainsi que sur sa belle-mère. L'une et l'autre furent
arrêtées; et bientôt après un jeune homme, nommé Chaléat, qui, à l'époque
du crime, avait eu des liaisons avec la Neyret, fut prévenu de complicité
avec elle et partagea sa détention.

Trois autres individus, Mélanie Durand, le nommé Vigne et sa femme, qui
semblaient avoir parlé de l'assassinat de Neyret avec connaissance de
cause, appelés d'abord comme témoins dans l'instruction dirigée contre
les trois premiers accusés, et compromis par des dénégations contraires à
l'évidence, par des réticences plus que suspectes, furent mis en
jugement, et les débats publics, relatifs à ces six prévenus,
commencèrent le 20 mars 1819.

Une circonstance où les accusés trouvèrent moyen d'alléguer un _alibi_,
embrouilla tellement la cause, que le jury ayant déclaré, après quatre
heures de délibération, les accusés non coupables, ils furent tous mis en
liberté.

Mais de nouvelles révélations étant parvenues à la justice sur d'autres
individus compromis dans cette horrible affaire, on instruisit une
seconde procédure où les premiers accusés ne pouvaient figurer que comme
témoins, puisqu'ils avaient été acquittés.

La veuve Neyret qui, depuis deux ans, n'opposait à la justice qu'un
silence obstiné, avait enfin cédé au cri de sa conscience. Ses aveux
accusaient sa propre mère, son oncle Blanc qui s'était pendu en prison,
Chaléat, Sabot, Palandre, Lamotte, Vigne et sa femme. _Une étrangère_
avait tout vu, et son témoignage pouvait confirmer le sien. Mais quelle
était cette étrangère? Sur les signalemens donnés par la veuve Neyret,
une fille publique, nommée Adélaïde Houdard, fut arrêtée à Paris, dans un
lieu de débauche; elle fut forcée d'avouer qu'elle se trouvait à Valence
à l'époque du crime; elle fut renvoyée dans cette ville, et après de
longues hésitations, elle donna les détails suivans:

«J'étais à Valence depuis quelque temps, lorsque la femme Neyret, que je
connaissais fort peu, m'invita à un souper qu'elle donnait le soir à
d'autres filles et à quatre ou cinq hommes. Il était trois heures
après-midi. Je passai le reste de la journée chez elle. A l'entrée de la
nuit, je vis arriver sa mère, puis la Vigne, qui fut suivie à un long
intervalle du malheureux Neyret. Celui-ci jugeant, par les préparatifs
qui s'offraient à ses regards, des projets libertins de sa femme,
s'emporta contre elle en violens reproches, et lui lança même un
soufflet. Aux cris de la Neyret, un grand et beau jeune homme, qui entra
dans ce moment, se précipita sur le mari, et l'accula contre la muraille.
Alors entrèrent ensemble trois ou quatre individus qui, après avoir
renversé Neyret d'un coup de bouteille dont il eut la tête fracassée, le
traînèrent dans une chambre contiguë, où je les suivis machinalement, une
chandelle à la main. Là, un de ces monstres enfonça lentement un couteau
dans la partie supérieure du cou de la victime que les autres
comprimaient de toutes leurs forces. A ce spectacle, éperdue, hors de
moi-même, tremblante pour mes propres jours, je me réfugiai dans la pièce
où était restée la Neyret, que je trouvai sur un lit évanouie. Les forces
m'abandonnèrent aussitôt; je tombai sur une chaise, privée de sentiment;
et quand je revins à moi, les meurtriers me firent prêter le serment de
garder un silence éternel sur les événemens de cette nuit fatale.»

D'après ces renseignemens, quatre individus furent traduits, le 30 août
1820, devant la cour d'assises de la Drôme, comme prévenus de meurtre
avec complicité sur la personne de Neyret; savoir, les nommés Sabot,
Jean-Baptiste François dit Lamotte, Palandre et Adélaïde Houdard, dite
_la Parisienne_.

L'affaire occupa cinq séances, du 30 août au 3 septembre; sur les
soixante-quatorze témoins entendus, la déposition la plus forte fut
celle d'un nommé Ferrier; il déclara qu'ayant accompagné Chaléat, son
maître, à la maison de la Neyret, il s'approcha, en se retirant, du
contrevent d'un appartement où il y avait de la lumière, et qu'il vit
quatre hommes qui portaient un corps inanimé qui fut placé sur un
matelas; qu'il vit une vieille femme s'en approcher et plonger un couteau
dans le corps de cet homme; qu'il s'enfuit épouvanté. Il déclara qu'il ne
reconnut aucun des assassins, mais que Chaléat était sur le seuil de la
porte, et que deux femmes avaient un flambeau à la main.

La déposition de la femme Neyret qui semblait avoir tout le secret de
l'assassinat, était encore plus vivement attendue. «Chaléat, dit-elle,
m'avait fait prévenir, par la femme Vigne, de préparer un souper pour le
10 août. Il devait y avoir cinq personnes. Chaléat désirait que Mélanie
Durand se trouvât parmi les convives; mais la Vigne qui fut chargée de
l'inviter oublia la commission. Il ne se trouvait chez moi que la femme
Vigne, Adélaïde Houdard et ma mère, lorsque mon mari entra et me donna un
soufflet. Chaléat qui arriva dans ce moment s'élança sur mon mari.
Palandre, Lamotte, Sabot et Vigne qui suivirent de près Chaléat,
lancèrent une bouteille à la tête de Neyret, et on l'entraîna dans le
troisième appartement où on l'égorgea.» Étant demeurée dans la seconde
pièce, elle déclara ignorer les détails de l'assassinat. Blanc arriva le
dernier. Ce fut lui qui porta le cadavre au Rhône, accompagné de Lamotte.
On fit prêter aux quatre femmes le serment de ne jamais rien révéler.

La fille Houdard, interrogée comme accusée, changea quelque chose à ses
déclarations. Enfin, après cinq jours de vifs débats entre les témoins et
les accusés, après des plaidoyers où les avocats firent surtout valoir en
faveur des prévenus les contradictions entre les divers témoignages et
les précédens relatifs aux principaux témoins, la fille Houdard qui
siégeait sur le banc des accusés, fut acquittée à l'unanimité par le
jury; Palandre, à la majorité de sept voix contre cinq, fut déclaré
coupable, et la cour s'étant réunie à la minorité qui lui était
favorable, il fut acquitté. A l'égard de Sabot et Lamotte, déclarés
également coupables à la majorité de sept voix contre cinq, la cour
adopta l'avis de la majorité des jurés; en conséquence, ces deux
individus, convaincus de complicité dans le meurtre de Neyret, mais sans
préméditation, circonstance qui, résolue affirmativement, aurait appelé
sur eux la peine capitale, furent l'un et l'autre condamnés aux travaux
forcés à perpétuité, à l'exposition et à la marque.

Ce jugement, comparé à celui qui avait acquitté la veuve Neyret, Chaléat,
etc., offre une sérieuse matière à réflexions. Sabot et Lamotte
persistèrent à soutenir leur innocence, traitant de calomniateurs tous
les témoins qui avaient déposé contre eux.



CATHERINE CAMAN

ET SES COMPLICES.


Le lecteur a pu facilement se convaincre, par l'épouvantable série
d'exemples que nous avons déjà fait passer sous ses yeux, que la débauche
et l'adultère sont une des causes les plus ordinaires des crimes qui
désolent la société. Cette vérité n'est malheureusement que trop prouvée;
des forfaits nombreux sont là pour l'attester. Aussi, bravant, dans
l'intérêt des mœurs, le reproche de monotonie qui pourrait nous être
adressé, nous ne nous lasserons pas d'insister sur ce point, toutes les
fois que de tristes occasions s'en présenteront. Une leçon fréquemment
répétée, et accompagnée d'exemples frappans et toujours nouveaux, doit à
la longue s'introduire et fructifier dans les cœurs qui sont encore
quelque peu sensibles à la vertu.

Catherine Caman, femme Latreyle, habitait avec son mari une commune
située dans les environs de Pau en Béarn. Depuis long-temps, des liaisons
criminelles existaient entre cette femme et le nommé Quidel dit Barros.
Catherine Caman avait fait inutilement bien des démarches pour obtenir sa
séparation. La plus grande mésintelligence régnait dans ce ménage, et
Catherine Caman ne dissimulait ni sa passion pour Barros, ni sa haine
pour son mari.

Le 2 juillet 1820, Latreyle disparut tout-à-coup; et sa femme, pour
détourner les soupçons qui s'élevaient contre elle, fit faire des
recherches très-actives et très-empressées dans les communes voisines.
Cependant cette ruse ne put endormir ni tromper la vigilance de la
justice. Barros fut arrêté au moment où il cherchait à vendre des
vêtemens qui avaient appartenu à Latreyle. Pressé par le juge
d'instruction, il se troubla, laissa échapper une partie de la vérité, et
nomma ses complices.

Par suite de ses révélations, les nommés Manauté, Chelles, et la femme
Latreyle furent arrêtés. Saisis d'effroi, croyant que tout était connu,
ils n'hésitèrent point à révéler tous les secrets de l'horrible mystère
qui avait présidé à la mort de Latreyle.

Ce malheureux époux avait été assassiné dans son lit; sa femme, Barros,
Manauté et Chelles, avaient tous trempé leurs mains dans son sang, et ils
avaient préludé à ce meurtre par une sorte d'orgie. On avait transporté
son cadavre, sur une jument, dans un champ de Barros, où d'avance on
avait creusé une fosse pour le recevoir, et les funérailles de la victime
avaient été célébrées par une nouvelle orgie.

Les accusés Barros, Manauté, Chelles et la femme Latreyle, furent
déclarés coupables du meurtre avec les circonstances atroces que l'on
vient de lire, et la Cour d'assises des Basses-Pyrénées les condamna à
mort.



LES DEUX FILS PARRICIDES.


Pierre Godefroy, jardinier aux Mesnils, près de Montfort-l'Amaury,
arrondissement de Rambouillet, était parvenu à l'âge de soixante-huit
ans, et pourtant, sous le rapport des mœurs, sa conduite était fort
irrégulière. Il fréquentait des femmes de mauvaise vie et découchait
souvent. Il s'élevait à ce sujet entre lui, sa femme et ses enfans, des
querelles très-vives, et l'instruction rapporte des propos qui font
frémir.

Le samedi 24 septembre 1814, dans la soirée, par un beau clair de lune,
Pierre Godefroy fut rencontré sur le chemin du bois de l'Épine; le
lendemain, son cadavre fut trouvé dans le même bois. Une trace de sang,
qui commençait sur la route et se prolongeait dans le bois, prouvait
qu'il y avait été traîné après l'assassinat. Le malheureux vieillard
avait été tué d'un coup de fusil, chargé de deux balles, qui lui avaient
fracturé la poitrine; les meurtriers, craignant que leur victime
n'échappât, avaient eu l'horrible précaution de l'achever en lui faisant
au cou, au-dessous du menton, une très-large plaie. En déposant le
cadavre sous les arbres, on avait cherché à couvrir la plaie avec le
bâton de chêne qui servait, quelques instans auparavant, à assurer la
marche chancelante du vieillard.

La voix publique ne tarda pas à désigner les deux fils Godefroy, comme
auteurs du crime. Un des indices auxquels on attacha le plus d'importance
fut la découverte, au domicile de la veuve Godefroy, d'un fusil de chasse
non chargé, nouvellement tiré, pouvant recevoir des balles de calibre. La
veuve déclara que son fils Julien s'en était servi, le vendredi, pour
tuer un oiseau; elle montra en effet un oiseau mort qui était dans sa
huche.

Ces charges et plusieurs autres ne parurent pas suffisantes à la chambre
d'accusation de la Cour d'assises; par arrêt du mois de février 1815,
elle ordonna la mise en liberté des deux fils Godefroy qui avaient été
arrêtés. Cinq années s'écoulèrent sans qu'aucune lumière nouvelles vint
dissiper les ténèbres qui couvraient cet exécrable attentat; mais en
février 1820, diverses indiscrétions des personnes de la famille ou de
quelques témoins, excitèrent la vigilance de la justice, et les fils de
Godefroy furent remis en prison et en cause.

Cinquante-neuf témoins furent assignés, et confirmèrent toutes les
charges. Les deux accusés, l'un Pierre-Martin, âgé de trente-trois ans,
ancien militaire et père de six enfans; l'autre Julien, âgé de trente
ans, se renfermèrent dans une dénégation complète. Leur défenseur
repoussa surtout l'invraisemblance d'une accusation où il faudrait
supposer que d'autres femmes de la famille, la mère, une sœur et une
belle-sœur des accusés, auraient été, sinon complices, au moins
confidentes. «On ne peut croire, ajoutait-t-il, que le crime de parricide
ait été en quelque sorte traité en conseil de famille.»

Néanmoins, après une délibération d'une demi-heure, les jurés déclarèrent
coupables de parricide les deux frères Godefroy, qui furent condamnés à
avoir le poing coupé et la tête tranchée.



LELIÈVRE,

DIT CHEVALLIER.


Si dans l'ordre moral, il est à peu près possible de déterminer les
limites du bien, parce qu'il existe des règles fixes qui peuvent guider
dans cette délimitation, il n'en est malheureusement pas de même du mal;
tout ce qui en dépend n'étant que monstruosité, et par conséquent
en-dehors de toutes les lois connues, comment pourrait-on lui assigner
des bornes?

Une action héroïque, un dévouement sublime, un grand acte de vertu, tout
en captant notre admiration, tout en nous électrisant d'enthousiasme, ne
nous sembleront jamais au-dessus des forces humaines, parce que tout
homme dont la poitrine s'élève aux battemens d'un cœur noble et
généreux, doit naturellement se croire capable des choses belles, grandes
et sublimes. Qu'on nous présente au contraire l'épouvantable tableau des
forfaits de la Brinvilliers et de Desrues, il n'est pas d'individu qui,
terrifié par cette horrible peinture, ne la considère comme le _nec plus
ultra_ de la perversité humaine, et ne soit même tenté de croire que le
narrateur ou le peintre s'est plu à forcer les couleurs. Il n'en est
pourtant rien; les crimes de ces deux grands coupables sont attestés de
manière à ne pas causer le moindre doute; ils sont affreux, certainement;
on les croirait le résultat des suggestions diaboliques d'un autre
Méphistophélès. Pourtant ils ont été surpassés par les attentats de
Lelièvre, que nous allons mettre sous les yeux du lecteur.

Depuis neuf ans environ, un jeune homme prenant le nom de Chevallier, et
se disant natif de Lyon, occupait un emploi dans les bureaux de la
préfecture du Rhône. Il était doué de quelques talens, montrait des
manières aisées; sa figure était distinguée, sa politesse exquise. Ces
diverses qualités lui avaient mérité la bienveillance de ses chefs et
celle des habitans de Lyon. Du reste, son exactitude à remplir ses
devoirs, sa conduite en apparence régulière, lui avaient fait obtenir la
place de sous-chef au bureau des finances de la préfecture.

Cependant, poursuivi par une sorte de fatalité, cet homme avait éprouvé
les plus cruelles infortunes. La mort lui avait ravi trois femmes qu'il
avait successivement épousées, et avec chacune desquelles il avait vécu
dans l'union la plus pure. Il venait de convoler en quatrièmes noces, et
ce nouveau mariage lui promettait enfin le sort dont il paraissait digne,
quand tout-à-coup une circonstance inexplicable attira sur lui les yeux
de la justice, et procura les plus étranges découvertes.

Le 17 juin 1820, vers cinq heures du soir, le sieur Berthier, chapelier à
Saint-Rambert, village situé sur les bords de la Saône près de Lyon, fut
averti qu'un _monsieur_ bien vêtu venait d'emporter son enfant, et que
déjà sa femme était à la poursuite de cet individu. Berthier, sans veste
et sans souliers, part aussitôt. Bientôt il rejoint sa femme; plusieurs
ouvriers de manufactures voisines apprennent aux deux époux que le
ravisseur suivait la rive droite de la Saône. Ils arrivent au port de la
_Glaire_ au moment où l'inconnu venait de s'embarquer; ils traversent la
rivière, accompagnés de trois ouvriers qui leur avaient donné ce
renseignement. Arrivés au port de la _Feuillée_, ils aperçoivent le
bateau qui avait traversé l'homme à la douane. Ils traversent tous à leur
tour; mais le ravisseur fuyait rapidement devant eux; ils courent
jusqu'au pont de bois. Là, Berthier tout haletant, épuisé par la fatigue,
perd subitement ce qui lui reste de force; il ne peut aller plus loin.
Mais bientôt s'entendant appeler vivement du côté du pont Tilsitt, ces
cris raniment son courage, il court, il arrive à la porte d'un café; on
lui dit: Il est là! Berthier, hors de lui, entre furieux, et balance son
bâton sur la tête de l'inconnu, prêt à lui en asséner un coup, lorsque
plusieurs personnes lui retiennent le bras. Le voleur profite du moment
d'agitation et prend la fuite; on le poursuit, et on l'arrête enfin dans
l'allée d'une maison. Conduit devant le commissaire de police, et
interrogé sur le motif qui lui avait fait enlever cet enfant, il répond
qu'_on lui en avait volé un, et qu'il en avait pris un autre_.

Au moment de l'arrestation, l'enfant de Berthier avait aux jambes des bas
bleus que son ravisseur lui avait mis; plusieurs autres effets
d'habillement, trouvés dans la poche de cet homme, prouvèrent que son
intention était de changer le costume de l'enfant. On apprit presque
aussitôt qu'à Saint-Rambert, quelques heures avant l'enlèvement,
l'inconnu n'avait cessé de se promener dans l'avenue principale, attirant
à lui les enfans, soit en leur faisant des caresses, soit en leur donnant
des bonbons. Le petit Berthier, s'étant plusieurs fois laissé prendre par
la main, était resté bientôt au pouvoir du ravisseur qui l'avait chargé
sur ses épaules et emporté en courant. On remarqua avec étonnement que,
loin de résister, de se débattre et de crier entre les mains de
l'étranger, l'enfant s'était endormi presque aussitôt; que, dans le
trajet de Saint-Rambert à Lyon, il fut vu dans le même état de sommeil,
ce qui donnait lieu de croire que pour empêcher ses cris ou sa
résistance, l'étranger lui avait donné quelque substance soporifique,
mêlée peut-être aux bonbons qui avaient servi à l'attirer.

La nouvelle de cet événement, répandue bientôt dans toute la ville de
Lyon, fut un sujet de conjectures et de perplexité, surtout quand on
apprit que l'individu arrêté se nommait Pierre-Claude Chevallier, et
était le même qui occupait une place de sous-chef à la préfecture du
Rhône.

La rumeur publique ne tarda pas à s'exercer sur cette tentative
d'enlèvement et sur son auteur; on fouilla toute la vie de Chevallier
depuis le moment de son arrivée à Lyon; mille bruits défavorables
circulèrent sur son compte; des faits furent rappelés, des témoins se
présentèrent, des demi-plaintes furent portées à l'oreille de l'autorité.
On ne parlait plus seulement du vol d'un enfant; on murmurait les mots
d'_empoisonnement_, d'_infanticide_. Suivant les premiers bruits qui
furent recueillis, Chevallier n'avait cessé de commettre des crimes
depuis qu'il était à Lyon. On disait qu'une de ses maîtresses était morte
dans la fleur de l'âge, empoisonnée par lui; que sa première, sa seconde
et sa troisième femme, avaient éprouvé le même sort; et que, pour comble
d'atrocité, l'enfant de Chevallier qui avait disparu tout-à-coup, n'était
mort que de la main de son père.

De nouvelles informations viennent confirmer à la justice les faits déjà
parvenus à sa connaissance; chaque instant révèle une circonstance
importante. Enfin, suivant les paroles de l'acte d'accusation, «si les
morts ne sortent pas de leurs tombeaux, une multitude de documens épars
se réunissent pour prouver qu'une main homicide les y a fait descendre.
L'enfant volé n'est plus que l'instrument dont la Providence semble
s'être servi pour mettre les hommes sur la voie de découvrir un grand
coupable.»

Cependant Chevallier, rassuré par la bienveillance que ses chefs lui
avait témoignée, et par les anciennes apparences de bonne conduite qu'il
pouvait invoquer en sa faveur, entreprit de se justifier de l'enlèvement
du jeune Berthier, et fit parvenir, à cet effet, du fond de sa prison, au
lieutenant-général de police, un long mémoire qui, loin de répondre à son
attente, ne fit au contraire que fournir des armes plus sûres à
l'accusation dirigée contre lui.

Voici le récit, plein de contradictions et d'invraisemblances, qu'il
faisait de la disparition de son enfant. Suivant son mémoire
justificatif, cet enfant qu'il avait eu de son mariage avec Marguerite
Pizard, avait deux ans quand il fut placé en nourrice à Villeurbanne.
Lui, Chevallier, ayant appris qu'il manquait de soins, alla le retirer,
et, le 2 août 1819, à sept heures du soir, il traversa le pont de la
Guillotière, en revenant de Villeurbanne, dans l'intention de le placer
chez une nouvelle nourrice dont il lui a été impossible d'indiquer le
nom. Au lieu de coucher à Lyon, il préféra, le soir même, aller coucher à
la demi-lune, sur la route de Tassin, d'où il partit le lendemain jeudi 3
août, se dirigeant sur Pollionnay, qui n'en est éloigné que de deux
lieues. La chaleur et la fatigue de la route lui ôtèrent presque toutes
ses forces; les vapeurs du vin qu'il avait bu lui montèrent au cerveau.

Il était dans cet état, continuait-il dans son mémoire, lorsqu'il s'égara
dans un chemin de traverse, près d'une colline, au milieu d'épaisses
broussailles. Alors une branche qu'il n'avait pu éviter vint frapper son
enfant, le réveilla et le fit chanceler; il voulut retenir le mouvement
de sa tête, qui entraînait le reste du corps, mais il ne vit pas une
cavité remplie d'herbes glissantes qui était sous ses pieds. Il tomba
brusquement; l'enfant lui échappa, roula beaucoup plus bas que lui, et
ne fit entendre aucun cri, parce que, selon toute apparence, _sa tête
avait frappé contre un rocher_. Étourdi de sa chute, égaré par le
désespoir, Chevallier perdit la tête et la raison. Dans cet état, la nuit
vint le surprendre. Il appela à son secours, et sa voix ne fut pas
entendue; il fit des recherches, au milieu de l'obscurité, pour trouver
son fils, mais elles furent vaines. Navré de douleur, il revint à Lyon,
dissimula son chagrin, fit la faute de ne pas faire la déclaration de son
malheur, et enfin, le dimanche suivant, essaya de nouvelles recherches
qui furent sans résultat. Il terminait en disant qu'il avait sans doute
fait une _faute répréhensible_, en enlevant l'enfant des époux Berthier,
mais qu'il y avait été poussé par l'idée de réparer la perte douloureuse
qu'il avait faite du sien.

Tel fut le tissu de circonstances mensongères et invraisemblables que
Chevallier produisit pour sa justification. Les renseignemens recueillis
par la police vinrent détruire tout cet échafaudage de mensonges, et
prouver jusqu'à l'évidence que Chevallier n'avait commis un nouveau crime
que pour en cacher un précédent. Il fut facile de confondre l'accusé par
des faits et par des argumens sans réplique.

Mais les investigations de la justice ne devaient pas s'arrêter là: on
disait que l'accusé avait usurpé le nom qu'il portait; ce point était
important à éclaircir, et ce fut dans ce but qu'on lui fit subir un
interrogatoire, le 21 juin. Chevallier soutint qu'il était de Lyon, et né
dans la paroisse de Saint-Pierre. D'après lui, son père et sa mère
n'existaient plus; l'un était mort en 1792, l'autre en 1793. Son père,
ouvrier en soie, demeurait rue de l'Arbre-Sec. Il n'avait plus de parens
à Lyon et n'en avait conservé que dans le département de l'Isère, lieu de
naissance de son père. Ayant quitté Lyon à l'âge de huit ans, avec un de
ses oncles qui le conduisit à Saint-Domingue, ses frères et ses sœurs
moururent pendant son absence qui se prolongea jusqu'en l'année 1801,
époque à laquelle il s'embarqua pour revenir en France. Dans la
traversée, son oncle et lui eurent le malheur d'être pris par les
Anglais. Alors son oncle vint à périr, il ne sait comment; pour lui, il
resta à Portsmouth et obtint ensuite la liberté, par le moyen d'un
échange. De retour en France, où il débarqua à Morlaix, il prit du
service comme tambour dans la quatre-vingt-cinquième demi-brigade, et fit
la guerre en _Hollande_, en _Espagne_, à _Saint-Domingue_. Enfin, en
1811, et pour cause de douleurs rhumatismales, il obtint son congé à
Napoléon-Ville.

On verra par la suite jusqu'à quel point cette sorte de biographie de
Chevallier, tracée par lui-même, coïncidait avec la vérité. Cet accusé
persista dans son système; il fournit même des preuves à l'appui, et la
justice, privée des moyens nécessaires pour reconnaître la fausseté de
son roman, tourna son attention d'un autre côté. Il lui importait de
recueillir avec exactitude les documens, les circonstances, les moindres
indices relatifs aux empoisonnemens imputés à Chevallier. L'information,
conduite avec une sage lenteur, ne tarda pas à produire des résultats
satisfaisans.

Chevallier, dont la vie, avant son arrivée à Lyon, demeura encore
long-temps un mystère, y avait été rejoint au mois de mai 1812, avant son
premier mariage, par une jeune hollandaise restée veuve, à vingt-deux
ans, d'un officier nommé Debira. Chevallier l'avait connue à Anvers.
C'était une fort jolie femme, d'une santé superbe; on l'avait surnommée
_la belle Hollandaise_, à cause de ses grâces et de sa beauté. Chevallier
et la veuve Debira vécurent ensemble. Le premier semblait partager
sincèrement l'amour qu'il avait inspiré à sa maîtresse, quand tout-à-coup
celle-ci fut atteinte d'une violente inflammation de bas-ventre,
accompagnée des douleurs les plus aiguës.

Le docteur Dittmar ayant été appelé, ordonna des remèdes qui devaient
infailliblement calmer cette inflammation; mais, après quelques visites,
s'apercevant au contraire que le mal empirait, il ne put s'empêcher d'en
témoigner son étonnement à Chevallier. «Il faut, lui dit-il, que cette
femme boive ou mange quelque chose qui irrite son mal?--Elle boit en
effet de l'eau-de-vie, répondit Chevallier sans se déconcerter.--Eh!
comment! vous ne pouvez donc pas l'en empêcher?--Non, monsieur, elle en
envoie chercher quand je suis dehors.» Le docteur ajouta que si la malade
continuait l'usage de cette boisson, elle finirait par succomber; puis
s'approchant en particulier de la veuve Debira, il lui adressa des
reproches sur son imprudence; et la jeune Hollandaise lui protesta que,
_depuis long-temps, elle n'avait point bu d'eau-de-vie_.

Cette réponse était de nature à éveiller les plus graves soupçons; de
plus, la dame Jouvenne, hôtesse de Chevallier et de sa maîtresse, avait
remarqué que, lorsqu'elle montait dans leur chambre, il évitait toujours
de se montrer, et se cachait derrière un placard. Néanmoins ces
circonstances étaient insuffisantes pour motiver une accusation capitale.

Le docteur Dittmar cessa ses visites, et peu de jours après, la malade
avait cessé de vivre. Il est essentiel de remarquer qu'à cette époque,
Chevallier ne prévoyant pas l'avenir, ne parla point du système qu'il mit
en œuvre après son arrestation, lorsqu'on lui reprocha ce premier
empoisonnement. Il ne parla pas d'un bain froid pris par sa maîtresse au
moment de ses évacuations menstruelles; il n'en dit pas un seul mot au
médecin à qui pourtant il aurait importé d'indiquer la première cause des
souffrances; et cependant depuis, Chevallier parla de ce bain comme de la
cause de la mort de la veuve Debira.

On ne pouvait trouver le motif de ce premier attentat que dans une nature
perverse. L'intérêt que Chevallier pouvait avoir eu à le commettre, est
demeuré absolument problématique.

Après la mort violente de la belle Hollandaise et dans l'espace de deux
années, Chevallier contracta quatre mariages successifs. Il épousa
d'abord Etiennette-Marie Desgranges, fille d'un propriétaire de
Saint-Didier-sous-Riverie. La seconde femme fut Marguerite Pizard. La
troisième se nommait Marie Riquet. Enfin il avait épousé en quatrièmes
noces Benoîte Besson.

Plusieurs des contrats de mariage étaient dans la même forme: ils
portaient une _donation mutuelle au dernier vivant des deux époux_. La
justice en tira bientôt la conséquence que Chevallier n'avait d'autre
but, en hâtant la mort de ses femmes, que de se mettre en possession des
avantages matrimoniaux qu'il s'était assurés.

Etiennette Desgranges, la première femme de Chevallier, était à l'époque
de son mariage, d'une constitution forte et d'une santé brillante.
Quelques mois s'étaient à peine écoulés au sein de l'union la plus
paisible, lorsque cette jeune femme éprouva des coliques toujours
renaissantes; à cet état de souffrance succéda un affaiblissement
général. Une petite fille, née de ce mariage, tomba dans une débilité
semblable à celle de sa mère. Peu alarmée des symptômes d'un mal qu'elle
ne croyait pas dangereux, elle n'eut aucun soupçon sur son mari; la mort
de son enfant, qui survint peu après, n'éveilla pas des craintes qui
n'auraient été pourtant que trop fondées; et victime de sa confiance,
elle ne tarda pas à suivre sa fille au tombeau; elle mourut en 1814. Une
circonstance, qui ne fut relevée qu'après l'arrestation de Chevallier,
marqua le dernier jour d'Etiennette Desgranges. Les cousines de cette
infortunée avaient appris, par la portière de la maison qu'elle habitait,
que, la veille à onze heures du soir, elle avait eu une crise qui avait
failli la faire périr. Elles furent aussitôt la voir, et la trouvèrent
levée et moins souffrante. Pendant leur visite, en l'absence de son mari,
elle prit quelques alimens et demanda à boire en désignant une bouteille:
_Donnez-moi de ce vin_, dit-elle en montrant le vase du doigt; _l'autre
est celui_ _de mon mari_. La malade but, et cinq minutes après elle
éprouva une crise subite: tous ses membres se contractèrent et se
raidirent. Chevallier arriva; les tortures de sa femme ne l'effrayèrent
point; il suivit sans émotion les terribles effets du breuvage.
Etiennette attacha sur lui ses yeux mourans; vaincue par la douleur, elle
tomba sur le plancher, faisant des efforts convulsifs pour rejeter la
liqueur empoisonnée: bientôt après, elle expira au milieu de tourmens
inexprimables. Chevallier, d'autant plus calme qu'il était préparé dès
long-temps à la mort de sa femme, n'attendit pas que le cadavre fût
refroidi, pour faire disparaître les traces accusatrices de ses
machinations. Il saisit vivement le verre dans lequel sa femme avait bu
et contenant encore la moitié du liquide qui y avait été versé, et alla
le vider sous la pierre de l'évier; puis, avec le plus grand sang-froid,
il ôta l'alliance et les boucles d'oreilles de la défunte. Il se hâtait
aussi de la dépouiller du jupon qui la couvrait, lorsqu'on lui fit
remarquer qu'il était inconvenant à lui de s'occuper de ces détails.
Chevallier se retira, et à l'instar de Desrues, feignit de chercher des
consolations à sa douleur dans la lecture de l'_Imitation de
Jésus-Christ_.

Chevallier, après son arrestation, crut pouvoir se justifier de ce
forfait. Mais il fut prouvé qu'Etiennette Desgranges n'avait point eu de
maladie, dans l'acception médicale de ce mot; que ses souffrances, son
agonie et sa mort avaient eu lieu presqu'à la même heure. La veille du
décès, le docteur Para avait été appelé pour voir madame Chevallier; il
lui avait trouvé les nerfs un peu agités, et s'était borné à prescrire
une potion calmante. Le lendemain, ce médecin y étant retourné, avait
appris avec surprise qu'elle n'existait plus. On ne peut se dissimuler
que les présomptions, soulevées par une mort aussi imprévue, devaient se
convertir en preuves, en les rapprochant des événemens postérieurs.

Facile à se consoler, Chevallier épousa en secondes noces Marguerite
Pizard. Toutefois lorsqu'il fit la demande de la main de cette
demoiselle, celle-ci témoigna d'abord quelque répugnance. Le bruit
circulait déjà sourdement que Chevallier avait tué sa maîtresse et sa
première femme. Enfin Marguerite Pizard s'étant persuadée que l'on
calomniait Chevallier, elle consentit à unir son sort au sien; leur
mariage fut célébré le 28 août 1816. Rien ne semblait devoir faire
repentir Marguerite Pizard de l'union qu'elle venait de contracter. Elle
recevait chaque jour de son mari de nouvelles marques d'attachement: il
lui prodiguait les soins les plus affectueux. Marguerite Pizard devint
enceinte, et cet événement accrut la tendresse de Chevallier,
c'est-à-dire le rendit encore plus prodigue de ses fallacieuses
démonstrations. Cependant ce fut alors qu'il commença à administrera sa
malheureuse épouse les premières doses du poison qui devait la conduire
au tombeau.

Ce n'est qu'en frémissant que nous allons signaler la marche constamment
suivie par ce scélérat dans le cours de ses crimes. Il résulte de
l'instruction du procès, que c'était précisément à l'époque, où l'espoir
d'être père devait ouvrir son cœur aux plus douces impressions, que
Chevallier, souriant aux tortures prochaines de ses victimes, apprêtait
la coupe empoisonnée. Un funeste calcul lui avait appris que le moment où
la fragile existence d'une femme est le plus exposée aux influences
morbides, est celui où elle souffre les douleurs et éprouve les joies de
la maternité. Il savait qu'il faut peu de chose alors pour porter le
trouble dans les sources de la vie. Ce n'était point une mort prompte,
instantanée qu'il voulait donner à deux êtres à la fois; le soin de sa
propre conservation lui faisait pressentir tout ce qu'il y aurait eu de
périlleux pour lui dans un crime aussi précipité. Il préférait, par un
raffinement de cruauté, verser le poison goutte à goutte, et se repaître,
pour ainsi dire, des souffrances graduelles qu'il faisait éprouver.

La grossesse de Marguerite Pizard avait été pénible; des vomissemens
continuels et plus abondans que ne le sont habituellement ceux des femmes
enceintes, des douleurs aiguës dans le bas-ventre en avaient signalé la
durée. Enfin, le 18 mai 1817, madame Chevallier donna le jour à un enfant
mâle qui reçut le nom d'Eugène. Cet enfant, placé en nourrice, fut
momentanément soustrait aux fureurs de son père. C'est le même qui,
vingt-sept mois plus tard, fut l'objet d'un nouveau crime. Cependant
Marguerite Pizard se remit difficilement de ses couches; le poison avait
étendu ses ravages. Trop lent au gré de Chevallier, celui-ci fit prendre
à sa femme les dernières doses. Alors de nouvelles douleurs se
manifestèrent; à chaque instant, survenaient des coliques, des attaques
de nerfs, de violentes convulsions. La malade se plaignit de n'être pas
soignée; elle accusa son médecin de ne point lui faire prendre de
remèdes, sous le faux prétexte qu'elle était de nouveau enceinte. Les
parens, alarmés, s'étonnèrent qu'on n'eût point placé de garde auprès de
Marguerite Pizard; ils offrirent de passer les nuits auprès d'elle. Mais
Chevallier, selon lui, suffisait à tout; il voulait _seul_ donner les
soins que l'état de sa femme réclamait; chaque nuit, il restait _seul_ à
son chevet. Le mal augmenta, les convulsions se succédèrent rapidement;
la mort arriva le 13 septembre 1817: tel fut le résultat de l'assistance
de Chevallier.

Jusqu'ici notre récit n'est fondé que sur des présomptions graves qui ne
font que concourir à éclairer la culpabilité de Chevallier. Nous allons
parler d'un nouveau crime, constaté par les témoignages les moins
irrécusables et par une foule de faits qui sont prouvés.

Au mois de juin 1818, Chevallier épousa Marie Riquet; cette troisième
épouse, comme ses deux devancières, vécut avec son mari dans une
sécurité parfaite. Toujours plus audacieux au crime, non moins habile à
se couvrir du masque des vertus qu'il n'avait pas, Chevallier avait gagné
l'amour de Marie Riquet. Elle devint grosse; c'était, pour ainsi dire, le
commencement de son agonie. Sa santé, jusque-là florissante, commença à
s'altérer. Les phénomènes qui avaient eu lieu, pendant la grossesse des
premières femmes de Chevallier, se reproduisirent chez Marie Riquet. Les
couches furent précédées de violentes douleurs et de convulsions
singulières. Il tint alors à peu de chose que Chevallier ne fût enfin
démasqué.

La femme Pontannier, garde-malade, connue depuis long-temps de Marie
Riquet, s'était proposée pour la soigner durant ses couches; mais
Chevallier n'avait eu garde d'accepter ses offres. Cette femme en conçut
des soupçons. Chevallier l'ayant rencontrée peu de jours après, lui
annonça l'accouchement de sa femme: il convint qu'elle avait eu des
convulsions terribles, et qu'on avait été obligé d'avoir recours au
_forceps_. Tout dans ce récit dénonçait à la femme Pontannier des trames
criminelles. Elle crut reconnaître des symptômes de poison; et ne
pouvant contenir son indignation, elle se répandit en reproches contre
Chevallier. Celui-ci, confondu, se déconcerta, balbutia quelques mots
entrecoupés, et se hâta de quitter la femme Pontannier. Quelques jours se
passèrent, et Marie Riquet n'existait plus. Chevallier essaya de profiter
de cet événement pour dérouter les soupçons de la femme Pontannier; il
composa son visage, et vint lui annoncer la mort presque subite de son
épouse. Mais la femme Pontannier, loin d'être la dupe de son hypocrisie,
s'emporta, dit à Chevallier que la famille Riquet allait faire ouvrir le
cadavre de la défunte, et que, si elle ne le faisait pas, elle s'en
chargerait elle-même. Chevallier, attérré par cette menace, pâlit; il ne
chercha point à repousser l'accusation qui l'accablait.

Mais le moment n'était pas encore arrivé où ce misérable devait être
convaincu de ses crimes. La famille Riquet hésita sur ce qu'elle devait
faire. Elle recula devant les conséquences de l'accusation qu'elle
pouvait porter; elle songea avec horreur qu'une pareille démarche pouvait
conduire Chevallier à l'échafaud, et déshonorer les enfans, sans rendre
la vie à leur mère; elle se détermina en conséquence à se taire.

La garde qui avait pris soin de Marie Riquet avait remarqué que
Chevallier donnait à sa femme des breuvages qui n'étaient pas prescrits
par le médecin; que c'était une _liqueur forte_ dont elle n'avait pu
reconnaître la nature; et sur la représentation qu'elle fit à ce sujet à
Chevallier, elle en reçut pour réponse ces paroles atroces: _Soyez
tranquille: ce que je lui donne est pour lui débarrasser l'estomac; cela
lui donnera une crise qui la sauvera ou l'emmènera._ Les effets du
breuvage étaient bien connus à ce monstre; sa sombre prédiction ne tarda
pas à s'accomplir. Peu de minutes après, la crise annoncée se déclara
d'une manière si effrayante, que deux personnes s'enfuirent épouvantées.
Les bras et les jambes de la victime se tordirent, et les convulsions qui
l'agitèrent furent tellement horribles, que la moribonde tomba du lit.
Pendant cette scène déchirante, Chevallier suivait de l'œil les progrès
de son remède. Il se baissa sans émotion, ramassa l'infortunée gisante
sur le plancher, la replaça sur le lit, et, peu d'instans après, la vit
expirer, sans qu'une larme eût mouillé sa paupière.

C'est avec une terreur que le lecteur partagera sans doute que nous
mettons sous ses yeux ces détails douloureux; la nudité du crime est
effrayante, cependant il est de notre devoir de ne pas la voiler; plus
elle blesse les regards, plus elle fait aimer la vertu.

D'après tous les renseignemens recueillis par la justice, il n'était plus
permis de mettre en doute la profonde scélératesse du prévenu. Cependant
il avait été jusque-là impossible de soulever le voile qui couvrait les
premières années de la vie de Chevallier. Tout-à-coup un événement
imprévu vint aider à trouver le mot de l'énigme et répandre un nouvel
intérêt sur toute cette affaire.

Déjà on savait que l'accusé avait usurpé le nom de Chevallier qu'il
portait. Il était de notoriété publique qu'un jeune homme de Lyon, nommé
Chevallier, de la même taille, du même âge que l'accusé, avait été au
service; mais on était encore incertain si ce n'était pas le prévenu.
Soudain on apprend que le véritable Chevallier vit encore; qu'il est
officier dans nos armées; il a perdu, il y a quelques années, son
portefeuille et ses papiers. Il se trouve en ce moment en garnison à deux
cents lieues de Lyon: on lui écrit, il arrive, on le confronte aussitôt
avec l'accusé; ils ne se connaissent ni l'un ni l'autre. L'imposteur est
confondu.

Cependant il se rassure, et soutient qu'il se nomme Pierre-Claude
Chevallier; qu'il n'a jamais connu d'autre nom, et que si ce n'est pas le
sien, il a été induit en erreur par ceux qui l'ont élevé.

Cette obstination annonçait que le faux Chevallier avait de graves motifs
pour ne pas faire connaître son véritable nom. On l'accable de questions,
on emploie tous les moyens pour lui arracher la vérité. Enfin le faux
Chevallier se décide à parler. Il demande qu'il lui soit permis de voir
sa femme. C'était Benoîte Besson, qu'il avait épousée en quatrièmes
noces.

Plongée dans la douleur, cette femme arrive à la prison et s'assied près
de son mari: celui-ci lui tient ce discours: «Je vous ai trompée, j'ai
voulu vous voir pour vous l'apprendre. Je ne suis point Pierre-Claude
Chevallier; je viens de voir celui dont j'ai pris le nom. Je ne sais
jusqu'à quel point notre union est valable; vous prendrez des mesures
pour la faire rompre. J'appartiens à une famille respectable: elle avait
de la fortune, et tenait un rang dans la société: j'ai mon père et ma
mère; mes frères et sœurs existent encore. Je ne me nommerai pas, parce
que je ne veux pas les déshonorer. Ce sont eux qui m'ont forcé à prendre
du service. Par suite d'une erreur de jeunesse, j'étais sur le point
d'être condamné à une peine infamante: de puissantes protections me
sauvèrent; je n'ai subi aucune condamnation. Depuis mon entrée au
service, je n'ai pas revu mes respectables parens. Je sais que je suis
perdu; je n'ai d'autre ressource que la mort, que je désire. Je crois
qu'il est de mon devoir de ne pas faire rejaillir sur ma famille la honte
qui m'attend.»

Après ces premiers aveux, le prévenu pressé de plus en plus par
l'aiguillon de sa conscience, déclara se nommer Pierre-Étienne-Gabriel
Lelièvre; dit qu'il était né à Madrid, d'origine française; que son père,
propriétaire et rentier, habitait à Paris, rue de la Muette, no 6. Il
borna là ses révélations, ajoutant qu'il allait se recueillir, et
consigner dans un mémoire tous les événemens de sa vie.

On fit prendre, en attendant, des renseignemens à la police de Paris, et
l'on sut que Lelièvre appartenant à une famille distinguée, s'était
adonné de bonne heure aux vices les plus déshonorans.

Lelièvre, montrant de la netteté dans les idées, des dispositions pour le
calcul, tous les germes d'un esprit froid et réfléchi, ayant d'ailleurs
reçu une éducation soignée, son père l'avait fait entrer à la Banque de
France avec un emploi de cent louis de traitement et l'espoir de places
plus lucratives et plus importantes. Cependant ses émolumens et les
libéralités de son père ne pouvaient suffire aux dépenses du jeune
Lelièvre. A peine sorti de l'adolescence, il toucha à la Banque de
France, sur de faux bons, une somme de soixante mille francs. Le vol
ayant été découvert, il fut arrêté le 7 janvier 1809. Dès ce moment, il
avait mérité d'être voué à une infamie perpétuelle; son père paya la
somme entière et obtint du ministre, à force de larmes et de prières,
qu'on ne fît aucune poursuite. Mais il fallait infliger une punition au
jeune Lelièvre; il fut enrôlé dans un bataillon colonial. Lelièvre
déserta, arriva à Flessingue et y trouva les papiers d'un nommé
Pierre-Claude Chevallier, qui appartenait, ou qui avait appartenu au même
bataillon. Il conçut alors l'idée de s'emparer du nom de ce militaire, et
joignant de nouveaux crimes aux premiers, de voleur et de déserteur, il
devint faussaire et fabriqua un faux congé et une fausse feuille de
route. Muni de tous ces papiers, Lelièvre vint à Lyon, ville natale du
véritable Chevallier; il se présenta hardiment comme Lyonnais au préfet
du département, et ce fut à ce titre qu'il obtint dans les bureaux une
place d'où, comme on la vu, sa conduite extérieure n'avait pas tardé à le
faire arriver à celle de sous-chef.

Après des renseignemens aussi positifs, il ne restait plus à la justice
qu'à sévir contre l'auteur de tant de crimes accumulés. Une ordonnance de
la chambre des mises en accusation le renvoya devant la Cour d'assises du
Rhône, et toute la ville de Lyon, indignée d'avoir si long-temps recelé
dans son sein un scélérat aussi infâme, attendit avec une véritable
sollicitude, l'époque de son jugement fixé au 11 décembre 1820.

Lelièvre comparut devant la Cour, en présence d'une affluence
considérable de spectacle de tous les rangs de la société. Tous les
regards étaient fixés sur l'accusé. Sa taille était au-dessus de la
moyenne; ses yeux bleus respiraient la douceur; sa figure pâle n'offrait
que des traits réguliers; sa chevelure blonde et bouclée était
magnifique; seulement on remarquait dans ses lèvres un mouvement de
contraction, qui donnait parfois à sa physionomie un air effrayant et
sinistre.

Les débats du procès n'ajoutèrent rien aux faits déjà connus. Lelièvre,
fidèle à son caractère, combattit l'accusation avec une tranquillité,
avec un calme apparent, qui sembleraient ne devoir appartenir qu'à
l'innocence, avec des formes que l'on croirait incompatibles avec le
crime. La fourbe et l'hypocrisie présidèrent à tous ses gestes, dictèrent
toutes ses réponses.

Le ministère public soutint l'accusation avec une énergie mêlée
d'indignation. Après avoir présenté d'une manière pathétique le tableau
des crimes reprochés à Lelièvre, il termina en s'écriant: «Je le demande,
existe-t-il dans les annales du crime, je ne dis pas rien de semblable,
mais rien qui puisse, même de loin, approcher de tant d'horreurs? Et
n'avais-je pas le droit de m'écrier tout-à-l'heure, qu'il eût bien mieux
valu pour l'accusé et pour sa famille, pour ses amis et pour ses
protecteurs, pour nous-mêmes, qu'il eût porté sur l'échafaud la peine de
son premier crime?»

Il était impossible de définir les sentimens qui se retracèrent sur la
figure de Lelièvre pendant toute la durée de ce discours. Quelquefois il
semblait déconcerté; il baissait les yeux, changeait de couleur: il
paraissait surpris et accablé quelquefois; et alors que l'on écoutait
avec émotion le détail des souffrances des victimes de Lelièvre, un
sourire infernal errait sur les lèvres de l'accusé, et semblait venir à
l'appui de la conjecture faite par l'avocat-général, relativement aux
causes qui avaient poussé le prévenu au crime; causes qu'il attribuait à
des penchans secrets ou à des goûts dépravés.

Quatre séries de questions furent proposées au jury; la première se
composant de dix-neuf accusations de faux en écritures publiques; la
seconde concernant l'empoisonnement des trois femmes de Lelièvre; la
troisième relative à l'infanticide commis sur la personne de Denis-Eugène
Chevallier, son fils; et la quatrième se rapportant à l'enlèvement de
l'enfant Berthier. Le jury répondit affirmativement et à l'unanimité sur
toutes les questions, excepté sur celles qui portaient sur
l'empoisonnement des deux premières femmes, ces deux forfaits n'étant pas
suffisamment prouvés.

Sur ces réponses, le ministère public requit l'application des peines
portées par la loi, et le président de la Cour prononça l'arrêt qui
condamnait Pierre-Étienne-Gabriel Lelièvre à la peine de mort, et
ordonnait qu'il aurait la tête tranchée sur l'une des places publiques de
la ville de Lyon. Cet arrêt ne parut faire aucune impression sur le
coupable. Reconduit à sa prison, il s'empressa d'adresser son pourvoi à
la Cour suprême. Son hypocrisie systématique ne l'abandonna pas après sa
condamnation. «Tout mon espoir, disait-il, est dans l'Être suprême dont
les volontés sont invisibles sur la terre; s'il éclaire mes juges, et que
mon arrêt soit cassé, mon innocence triomphera devant d'autres juges.
J'ai la ferme croyance que mon arrêt sera cassé; cette confiance est
fondée sur mon innocence. Mais d'ailleurs je suis résigné à mon sort;
l'échafaud n'a jamais fait pâlir un innocent.» Puis il montrait aux
personnes qui allaient le visiter un Évangile qu'il tenait à la main, et
s'écriait: «Voilà pour moi une source de consolations! J'en ai fait toute
ma vie la règle de ma conduite.»

Il souffrait, disait-il, sans être coupable, _de même que Jésus-Christ
qui avait été sacrifié_; il était victime des préventions qu'on avait
élevées contre lui. Il disait qu'il dormait _comme un ange_, et qu'il y
avait des gens plus malheureux que lui. Enfin, quelques personnes,
presque convaincues de son innocence, le pressant de publier un mémoire
justificatif: _C'est un soin dont je m'occuperai_, répondit-il, _lorsque
je serai sorti de ma prison_.--Mais s'il arrivait que votre captivité
n'eût d'autre terme que la mort?--_Alors_, répliquait-il, en souriant:
_les anges se chargeront de ce soin_.

Et cependant au moment où Lelièvre protestait de son innocence, on venait
d'apprendre le genre de mort qu'il avait fait souffrir à son enfant.

On apprit que cet enfant avait été trouvé noyé sur les bords du Rhône, en
face de Thernay, petite commune située à trois lieues de Lyon. Les
habillemens trouvés sur le cadavre furent remis à l'autorité, qui
constata qu'ils étaient bien les mêmes que ceux que portait l'enfant
Chevallier. Lorsqu'on apprit à Lelièvre l'importante découverte que
venait de faire la justice, sa contenance fut un instant ébranlée: «_Ah!
si j'avais su cela!_» s'écria-t-il d'abord; puis il garda le silence.
Mais sa pensée perçait tout entière dans ces seuls mots.

La Cour de cassation rejeta le pourvoi de Lelièvre, le 11 janvier 1821.
Quand on lui annonça cette nouvelle, le condamné entra dans une fureur
extrême, accusant et maudissant ses juges, et persistant toujours dans
ses protestations d'innocence. Le 29 janvier, jour fixé pour l'exécution,
il écrivit encore au procureur-général pour détailler de prétendues
nullités qu'il voyait dans son arrêt; la veille, il s'était adressé au
préfet pour obtenir un sursis.

Mais l'heure de la vindicte publique allait sonner; il n'y avait que trop
long-temps que ce misérable, chargé de crimes, pesait sur la terre.
Lelièvre, sans force et sans audace, fut conduit au lieu du supplice, au
milieu d'une foule immense à laquelle il s'efforçait de cacher ses
traits. Parvenu auprès de l'échafaud, l'exécuteur fut obligé de soutenir
sa marche chancelante. Un instant après, il avait subi son arrêt.



PEYRACHE,

FAUX TÉMOIN;

RISPAL ET GALLAND,

SES VICTIMES.


«En élevant la main au ciel, dit un écrivain moderne, le témoin invoque
sur sa tête la vengeance du Tout-Puissant; il porte contre soi
l'imprécation la plus terrible; s'il conserve dans son cœur
l'arrière-pensée de trahir la vérité promise, il engage son honneur, sa
réputation, la paix de son âme, pour l'assurance de sa parole.

«Le faux témoignage est le plus grand des attentats; ses conséquences
sont effrayantes. Il annonce une démoralisation absolue; il tend à
détruire toute confiance parmi les hommes; il sape les fondemens de la
sûreté publique; il anéantit la tranquillité des familles; il introduit
le désordre le plus affreux, la confusion la plus universelle; il conduit
à la dissolution de la société, et peut causer la perte et la ruine de
tous ses membres.

«Le plus sage des rois de l'antiquité comparait le faux témoin et le
parjure aux instrumens les plus meurtriers, aux animaux les plus perfides
et les plus dangereux, aux fléaux les plus épouvantables dont le ciel,
dans sa colère, puisse accabler les hommes. Le faux témoin et le parjure,
disait-il, sont une massue, une épée, une flèche aiguë, un poignard
caché, un poison plus dangereux que celui de l'aspic et des serpens les
plus redoutés, contre lesquels il n'est point de remède.»

Le fait que nous allons rapporter va fournir les preuves de cette
définition, et nous dispensera de toute autre réflexion.

Le sieur Jean Courbon, de Mazet près Yssengeaux (Haute-Loire), jouissait
d'une honnête aisance et de la considération de tous ses voisins; on ne
lui connaissait pas d'ennemis. Ses bonnes qualités n'étaient un peu
tachées que par le défaut qu'il avait de s'adonner au au vin et d'en
faire un fréquent abus.

Le 9 septembre 1817, il passa la journée et une partie de la soirée à
boire dans divers cabarets du bourg de Dunière, canton de Montfaucon,
avec les nommés Galland, Rispal et Tavernier, tous trois beaux-frères. Le
lendemain, à cinq heures du matin, le cadavre de ce malheureux fut trouvé
dans une fosse de deux pieds de profondeur, derrière une auberge un peu
éloignée de celle où il avait laissé ses trois compagnons. La position du
cadavre ressemblait assez à celle d'un homme qui ferait une culbute sur
la tête; le poids du corps portait sur la nuque, la tête étant repliée
sur la poitrine, ce que la nature du terrain semblait expliquer. Il
offrait dans toutes ses parties une raideur extraordinaire, et conservait
encore quelque chaleur. L'état de ses habits, de sa cravatte, l'absence
de toute contusion, éloignaient l'idée d'une lutte ou d'un crime. Son
argent, ses effets et les morceaux d'un billet qu'il avait payé la veille
à Tavernier, furent trouvés dans ses poches.

Le sieur Thomas, médecin, qui fut appelé sur-le-champ, n'hésita pas à
attribuer la mort de Courbon à une attaque d'apoplexie, résultat des
excès de boisson auxquels il s'était livré la veille. La constitution
physique de Courbon venait encore corroborer cette opinion: il avait les
épaules larges, le cou court et la tête grosse; son embonpoint était
extraordinaire; il pesait au moins deux cents livres; aussi, à chaque
instant, pouvait-on craindre qu'une mort subite ne vînt l'enlever à sa
famille et à ses nombreux amis. L'ouverture du cadavre ne fit également
que confirmer l'idée qu'avait fait naître sa forte constitution, et
fournir les preuves de son intempérance.

Cependant, malgré les procès-verbaux et rapports qui repoussaient tout
soupçon de crime, vingt-quatre heures s'étaient à peine écoulées depuis
l'inhumation de Courbon, qu'une clameur, d'abord sourde et timide, puis
pleine d'assurance, articula hautement le mot d'assassinat, et désigna
comme meurtriers Galland, Rispal et Tavernier. A défaut de faits
positifs, de preuves _de visu_, on eut recours, suivant l'usage, aux
conjectures, aux présomptions. Quoique le cadavre, d'après le
procès-verbal du juge-de-paix, n'eût présenté aucune lésion, pas la
moindre égratignure, quelques individus prétendirent qu'il y avait
rupture des vertèbres cervicales, et qu'il existait des ecchymoses au cou
et à la poitrine. Sans pouvoir en alléguer le motif, on répandit que les
trois beaux-frères ci-dessus désignés avaient de la haine, de l'animosité
contre Courbon. Galland était connu pour avoir une humeur querelleuse,
emportée; mais il était constant aussi que Rispal était doux, honnête et
de mœurs paisibles. Mais l'esprit de prévention ne tint aucun compte de
toutes ces considérations, et bientôt la clameur publique éclata si
violente, si exaspérée, que le juge-de-paix, qui d'abord avait rédigé son
procès-verbal dans le même sens que le rapport du médecin, finit par
ajouter quelque foi à la possibilité d'un assassinat.

Le procureur d'Yssengeaux fut prévenu des faits d'une manière officielle.
Tavernier et Rispal furent arrêtés, le 3 octobre 1817; et Galland, leur
beau-frère, ayant appris leur arrestation, et sachant que la gendarmerie
s'était présentée chez lui, vint se constituer lui-même prisonnier, le
lendemain 4 octobre. Cette démarche pouvait, ce semble, être considérée
comme une présomption d'innocence. Bientôt après, les trois beaux-frères
furent élargis par ordonnance du tribunal, sur le rapport du juge
d'instruction. Mais leur mise en liberté, qui eut lieu le 8 octobre, loin
de calmer les rumeurs, ne fit qu'aigrir certains esprits et envenimer les
soupçons.

Alors le juge-de-paix redoubla d'activité et de vigilance pour parvenir à
la découverte de la vérité. C'était à l'époque où l'horrible meurtre de
Fualdès était le sujet de toutes les conversations dans les villes comme
dans les campagnes. On crut trouver dans la mort de Courbon quelque
ressemblance avec l'épouvantable catastrophe de Rodez. On cherchait à
accumuler les conjectures pour en former un corps de preuves. Le bruit
courut qu'une femme, nommée Anne Colombette, demeurant à Guignebaude,
situé à environ une heure de chemin de Dunière, avait dit que Galland, en
passant près de chez elle, lui avait annoncé la mort de Courbon, le 8
septembre 1817, au moment où l'on découvrait le cadavre derrière
l'auberge. Deux tailleurs d'habits, Aulanier et Celsette dirent aussi
qu'un nommé Lardon avait entendu cette conversation; et ce Lardon finit
par en déposer. Mais ce qui semblait positif et entraînant était une
autre conversation que le nommé Claude Peyrache prétendait avoir entendu
tenir par les trois beaux-frères, le 8 octobre, jour de leur mise en
liberté. Ce témoin rapportait avoir couché dans une auberge d'Yssengeaux,
où il n'était séparé d'eux que par une simple cloison qui lui avait
permis, disait-il, de les entendre causer confidentiellement. Voici cet
entretien qui fut le fondement du procès et de la condamnation.

Suivant lui, l'un d'eux disait: «Nous avons tort,» et il le répétait
souvent. Galland répliquait: «Tais-toi, baveux; tu nous feras mettre en
prison.» Alors, parlant plus bas, un autre avait ajouté: «Si vous m'aviez
cru, nous ne serions pas dans l'embarras où nous sommes; vous ne l'auriez
pas tué: j'en suis fâché.--Point de regret, dit Galland, qui est mort est
mort.--Nous avons été trop vite, observait un troisième: nous avons trop
enfoncé le mouchoir; ce qui a fait enfler le cou, et ce qui a éveillé les
soupçons.»

Il est à remarquer que ce Claude Peyrache, appelé devant le juge
d'instruction le 26 août 1818, n'avait point parlé de ce fait, et que ce
ne fut que le lendemain 27, qu'il alla le révéler au juge-de-paix de
Montfaucon. Il fut depuis appelé, par délégation du président des
assises, devant le juge d'instruction d'Yssengeaux, auquel il répéta la
même déclaration qu'il avait faite au juge-de-paix. La chambre
d'accusation, sur de tels élémens, mit en état de prévention Galland,
Rispal et Tavernier, qui bientôt furent traduits aux assises de la
Haute-Loire.

Peyrache rapporta cette conversation avec de nouveaux détails devant la
cour, quoique les personnes de l'auberge assurassent ne l'avoir pas vu le
jour indiqué, et qu'un témoin prétendît avoir couché dans le lit que
Peyrache désignait comme celui d'où il avait entendu la conversation des
trois beaux-frères. Pour prouver qu'il était venu ce jour-là à
Yssengeaux, il produisit une quittance portant la date du 8 octobre,
signée par un avoué d'Yssengeaux et reconnue par ce dernier. Nous prions
nos lecteurs de ne pas perdre de vue cette circonstance qui deviendra
très-importante dans la suite de ce récit.

Dans le cours des débats qui eurent lieu devant la cour d'assises, les
défenseurs des accusés demandèrent l'arrestation de Peyrache et de
Lardon, comme faux témoins, et qu'il fût procédé à la vérification des
lieux. Mais la cour passa outre, refusant de statuer sur ces demandes. A
la suite d'une discussion qui dura six jours, Galland et Rispal furent
condamnés, le 9 mars 1819, aux travaux forcés à perpétuité, comme
coupables de meurtre, et Tavernier à un an de prison, comme complice
involontaire de l'homicide. L'arrêt fut exécuté; Galland et Rispal,
flétris, furent transférés au bagne de Toulon.

Cependant les femmes de ces deux condamnés n'avaient pas renoncé à la
plainte en faux témoignage; et sur la décision du garde-des-sceaux (M. de
Serre), le tribunal d'Yssengeaux ordonna, le 20 décembre 1819, qu'il
serait fait des expériences pour constater si la conversation d'Anne
Colombette avec Galland avait pu être entendue par Lardon, et si Peyrache
avait également bien pu entendre celle qu'il rapportait.

Ces vérifications furent faites avec beaucoup de soin et d'exactitude. De
nouveaux témoins furent appelés; et le résultat fut la mise en prévention
d'abord de Peyrache pour le fait qui le concernait seul, et ensuite de
Lardon, avec Anne Colombette, Aulanier et Cellette, comme complices de
l'autre fait de faux témoignage. Ces cinq témoins avaient été entendus
aux assises du Puy-en-Velay.

La chambre d'accusation ne trouva pas de preuves suffisantes contre
Lardon et ses adhérens; en conséquence ils furent renvoyés.

Mais il n'en fut pas de même de Peyrache. Comme les expériences
établissaient qu'au lieu d'une légère cloison, ainsi que ce misérable
l'avait avancé, il existait au contraire entre les deux chambres de
l'auberge, une muraille de l'épaisseur de deux pieds; comme dès-lors il
n'avait pu, de celle qu'il disait avoir occupée, entendre ce qui aurait
été dit dans la chambre voisine; qu'en outre, il n'avait point reconnu ou
avait mal désigné les lieux qu'il disait avoir parcourus pour sortir, la
nuit, de sa chambre et de la cuisine de l'auberge; que d'ailleurs, et ce
qui devenait le plus important pour justifier ou détruire les assertions
de Peyrache, il paraissait certain qu'il n'était pas venu à Yssengeaux,
le jour que les trois beaux-frères avaient couché à l'auberge, où il
prétendait avoir aussi passé la nuit: la chambre de la cour royale
prononça la mise en accusation de Claude Peyrache.

Sur la requête du procureur général en règlement de juges, la cour de
cassation attribua la connaissance de cette affaire à la cour d'assises
de Riom, et le prévenu comparut devant ce tribunal le 23 mai 1821.

Peyrache, qui deux ans auparavant, s'était trouvé sur le banc des
témoins, attirait actuellement tous les regards sur le banc des accusés.
Non loin de lui, mais sous le poids terrible d'une condamnation
flétrissante, se trouvaient Galland et Rispal que l'on avait extraits du
bagne pour assister à cette procédure qui les intéressait si vivement. A
côté de ces deux condamnés étaient placées leurs épouses, modèles de
patience et de sollicitude conjugale.

Auprès de MM. Tailhand père et Bayle aîné, avocats des plaignantes
devenues parties civiles, on voyait Me Montellier, avoué au Puy, qui,
lors de la mise en jugement de Galland et de Rispal, défenseur intrépide
autant que généreux, fut leur soutien et leur consolation dans leur
infortune, et qui, par sa persévérance dévouée et désintéressée, parvint
à assurer le triomphe de l'innocence.

L'accusation de faux témoignage fut soutenue par M. Voysin de Gartempe,
avocat-général, avec un talent très-remarquable. «S'il arrive, plus tard,
dit ce magistrat, que l'innocence de ces deux infortunés soit reconnue,
il sera temps alors que la voix du ministère public éclate et retentisse
pour leur offrir des réparations tardives, mais nécessaires. Il faudra,
comme le disait un grand magistrat (Servan), que la justice ait le
courage qui convient le mieux à l'homme sujet à tant d'erreurs, celui de
les reconnaître et de les réparer.»

Après l'exposé du ministère public, on procéda à l'audition des témoins;
ceux dont les dépositions paraissaient devoir être d'une grande
importance, étaient sans doute les personnes qui se trouvaient dans
l'auberge où Peyrache disait avoir couché, la nuit du 8 octobre 1817 et
où il prétendait avoir entendu la conversation par lui atribuée aux trois
beaux-frères. Le sieur Perrot, propriétaire de l'auberge, et Rose Vidal,
domestique de la même auberge, déclarèrent ne pas avoir vu l'accusé.
Plusieurs faits avancés par Peyrache furent niés formellement par les
témoins.

Peyrache, lors de l'instruction, avait désigné le lit dans lequel il
disait avait couché; cependant le nommé Deschomet, témoin, déclara avoir
occupé, dans la nuit indiquée, le lit désigné par l'accusé.

Celui-ci avait rapporté devant le juge d'instruction que la chambre dans
laquelle il avait couché n'était séparée de celle où étaient les trois
beaux-frères que par une cloison en planches; et il fut constaté et
répété à l'audience qu'un mur de deux pieds les divisait et que ce mur
était crépi des deux côtés. Dans son premier récit, Peyrache avait dit
que c'était de son lit qu'il avait entendu la conversation des trois
beaux-frères. Plus tard, il avait rétracté cette assertion et, avait dit
s'être blotti à la porte de la chambre de Galland, Rispal et Tavernier,
et que de là il avait entendu les propos révélés par lui. Cependant les
deux experts, chargés de faire la vérification des lieux, rapportèrent à
l'audience que, du lit désigné par Peyrache, il y avait impossibilité
d'entendre ce qui se disait dans la chambre voisine; que de sa porte l'on
pouvait bien entendre quelques mots détachés, mais qu'il était impossible
de saisir une phrase entière.

Nous passons sur quelques particularités peu importantes, pour arriver à
des faits décisifs. Peyrache, sommé de rapporter quelques circonstances
de son séjour à Yssengeaux, le 8 octobre 1817, prétendit qu'il avait fait
ce voyage pour traiter d'affaires avec M. Labatie, avoué au tribunal de
cette ville; qu'il était arrivé à Yssengeaux, à l'approche de la nuit;
qu'il s'était rendu chez M. Labatie, et était sorti avec cet avoué pour
aller ailleurs; qu'après avoir terminé ses affaires, il s'était retiré,
accompagné de M. Labatie, à l'auberge de Perrot. M. Labatie ne se rappela
pas précisément plusieurs des particularités alléguées par Peyrache; mais
il assura bien positivement qu'il avait vu cet accusé le jour même auquel
il lui avait fourni une quittance par suite d'un compte qu'ils venaient
de faire.

Cette quittance, produite jusqu'alors comme une preuve irréfragable de la
présence de Peyrache à Yssengeaux, le 8 octobre 1817, fut reconnue par M.
Labatie pour être la même qui avait été mise sous les yeux de la Cour
d'assises du Puy, au mois de mars 1819.

Au même instant, Me Tailhand père, en parcourant le contexte de
cette quittance, s'aperçut qu'elle était datée du 8 octobre
mil-huit-cent-_dix-huit_, et non du 8 octobre mil-huit-cent-_dix-sept_.
Cette circonstance, relative au millésime, et qui jusque-là avait échappé
à tous les regards, fit une si vive sensation sur l'auditoire, que
personne ne fut maître de l'émotion qu'elle devait nécessairement
produire. Quelle preuve plus forte pouvait-on acquérir du faux témoignage
de Peyrache et de l'innocence de Galland et de Rispal?

Cette impression profonde fut encore entretenue par les éloquentes
plaidoieries des défenseurs et du ministère public, en faveur de
l'innocence calomniée et opprimée. La vérité venait d'éclairer tous les
esprits; la réponse du jury n'était plus incertaine. Après quelques
minutes de délibération, les jurés déclarèrent à l'unanimité Peyrache
coupable de faux témoignage, avec toutes les circonstances comprises dans
l'acte d'accusation. En conséquence, le prévenu, sur les conclusions du
ministère public, fut condamné aux travaux forcés à perpétuité.

Ce procès, dont les débats durèrent quatre jours, excita dans la ville de
Riom le plus vif intérêt en faveur de Galland et de Rispal. Tous les
assistans auraient voulu pouvoir sur-le-champ briser leurs fers.

Peyrache se pourvut en cassation contre l'arrêt qui le condamnait; mais
la Cour suprême rejeta son pourvoi par arrêt du 18 juin. Cette décision
donna lieu à la Cour de cassation de faire usage, pour la première fois
peut-être, du pouvoir que lui attribue l'article 445 du Code
d'instruction criminelle. En conséquence, et par nouvel arrêt du 9 août
suivant, elle annula le premier arrêt rendu au Puy contre Rispal et
Galland, et ordonna qu'il serait procédé contre ces derniers sur l'acte
d'accusation subsistant, devant la Cour d'assises du département de la
Loire, séant à Montbrison.

Le jugement qui devait résulter de cette nouvelle procédure fut prononcé
le 5 décembre 1821. Sur la déclaration du jury de jugement de la Loire,
portant que Rispal et Galland n'étaient pas coupables de l'homicide qui
leur était imputé, M. Reyre, conseiller à la Cour royale de Lyon,
président des assises, prononça, après huit jours de débats, la mise en
liberté de ces deux intéressantes victimes d'un faux témoignage. Ce
magistrat leur adressa les paroles suivantes:

«Vous fûtes victimes d'une erreur judiciaire dont la justice a à gémir
profondément, et c'est par la justice elle-même qu'elle vient d'être
réparée, autant qu'elle pouvait l'être.

«La société à qui vous fûtes si cruellement arrachés, va vous recueillir
avec tout l'intérêt que peut être digne d'inspirer l'innocence trop
long-temps méconnue. En rentrant dans son sein, abjurez, étouffez s'il se
peut, par intérêt pour votre repos, les ressentimens que d'amers
souvenirs pourraient nourrir ou éveiller dans votre cœur. Ne songez qu'à
bénir le ciel de ce qu'il a appelé à votre secours des défenseurs si
nobles, si généreux, et de ce qu'il a éclairé la justice des hommes.
Bénissez-le aussi sans cesse de ce que votre sort rigoureux s'est trouvé
uni à celui de deux femmes, vrais modèles de leur sexe, qui par leur
tendresse pour vous, par leur courage, leur constance tout-à-fait
héroïque, vous ont aidé si puissamment à sortir purs et sans tache du
tombeau où vous étiez comme ensevelis..... Dans ce jour, va commencer
pour vous, en quelque sorte, une nouvelle vie, et l'horrible épreuve que
vous avez subie s'est trop prolongée pour que votre ruine n'en ait pas
été la suite inévitable. Mais il vous est permis d'élever vos vœux, vos
espérances vers d'augustes mains, qui ne laissent presque pas passer un
seul jour sans sécher quelques larmes, sans répandre quelques bienfaits
sur le malheur.

«Après tant de maux que vous avez soufferts, vous ne pouvez que mériter
d'une manière toute spéciale, la protection du gouvernement, et ce ne
sera pas en vain qu'il attirera sur vous, sur vos enfans, les regards
paternels du meilleur des rois».

On ne pourrait qu'exprimer faiblement la vive sympathie, l'intérêt
universel que l'infortune de Galland et de Rispal avait excités. Les
juges, les jurés, le public s'empressèrent de le témoigner, en envoyant
leur offrande au notaire qui avait ouvert une souscription à Montbrison
pour ces malheureux. La femme de Galland était morte le 14 décembre à
Montbrison, après dix-sept jours de maladie. Elle n'avait pu assister aux
débats que le premier jour.

Le roi (Louis XVIII) voulant réparer, autant que possible, le tort que
Rispal avait éprouvé par suite de cette erreur judiciaire, accorda à
madame Rispal une pension de trois cents francs.

Nous nous faisons un vrai plaisir de signaler ici le zèle et le
désintéressement des avocats qui embrassèrent la défense des deux
infortunés beaux-frères. Me Montellier, leur infatigable défenseur,
mérite surtout le tribut de nos éloges et la reconnaissance de
l'humanité. Il ne négligea rien pour faire éclater l'innocence de ses
cliens; démarches actives, conseils éclairés, consultations de médecins
et avocats célèbres, tout fut mis en usage par lui pour parvenir à son
noble but, et rien ne put rebuter sa persévérance généreuse. Aussi
reçut-il la récompense de sa belle conduite; la libération de Rispal et
de Galland était en grande partie son œuvre: il en a partagé l'honneur,
et il y a joint cette intime et douce satisfaction, qui est le prix le
plus précieux de toute bonne action.



TRAIT DE FÉROCITÉ D'UN FORÇAT.


En octobre 1822, un forçat à vie fut condamné à la peine de mort, pour
avoir porté un coup de couteau à un agent de surveillance du bagne. Ce
misérable subit son jugement avec une sorte de plaisir, s'il est permis
de s'exprimer ainsi; et loin de manifester aucun repentir de son crime,
il exprima le regret de n'avoir pu atteindre le sous-commissaire,
directeur du bagne.

Il avoua cependant que son compagnon de chaîne, surnommé _Casquette_,
aussi condamné à vie, avait, comme lui, conçu le dessein de se venger de
prétendues vexations qu'il disait avoir essuyées de la part de son
gardien.

Sur cet avis, on fit passer Casquette dans une autre salle où il devint
l'objet d'une surveillance plus active; malgré toutes ces précautions, le
nommé Ricoux, sous-adjudant de surveillance, et père de famille, eut le
malheur de tomber sous les coups de ce scélérat. Ce Ricoux assistait le
soir à la distribution; au moment où il entrait, une chaîne de forçats
revenait des travaux. Casquette profita de la confusion pour se couler
auprès de lui, et feignant de s'incliner pour marchander un quart de vin,
il sortit de sa poche, en se relevant, un couteau à deux tranchans qu'il
lui plongea dans le ventre. Alors Ricoux, dont une partie des entrailles
sortait avec des flots de sang, tomba à la renverse, privé de sentiment.

Un chaloupier (c'est ainsi qu'on désigne ceux qui rament dans les
embarcations), également condamné, pour épargner à Ricoux de nouvelles
blessures, vint s'interposer entre lui et le meurtrier; mais sept à huit
coups de couteau furent le prix de son dévouement. M. le sous-commissaire
Rignoux étant arrivé au moment où on se saisissait de ce furieux,
celui-ci n'exprima qu'un regret atroce, celui de le voir arriver deux
minutes trop tard: «Mais n'importe, lui dit-il, vous ne perdrez rien pour
attendre; car j'en connais vingt autres qui ont formé le même dessein que
moi.»

Ce monstre, condamné à mort par le tribunal maritime, témoigna
constamment le regret qu'il avait exprimé, jusqu'au moment où il reçut la
peine due à ses crimes.



JEUNE FILLE

ASSASSINÉE PAR SON CORRUPTEUR.


Le crime dont nous allons rapporter les principales circonstances fut
surtout inspiré par une vaniteuse ambition qui ne se trouve que trop
communément dans toutes les classes de la société.

Le jeune Maurice Salgue éprouvait depuis trois ans une passion violente
pour Catherine Fondegoire, qui demeurait dans la même paroisse que lui;
en vain il avait cherché souvent à assouvir sa passion, et fait plusieurs
fois des tentatives que la résistance de la jeune fille avait rendues
inutiles. Mais enfin, et pour son malheur, elle céda aux poursuites de
Maurice Salgue, et devint enceinte. Jean-Baptiste Salgue père était
riche, et n'aurait jamais consenti au mariage de son fils avec Catherine,
qui était pauvre; sa famille même se sentait humiliée d'une pareille
liaison. Maurice avait promis de lui donner des secours pour ses
couches.

Catherine avait fait confidence de sa grossesse et des dispositions de
Maurice au curé de sa paroisse, chez qui les deux amans devaient se
rendre conjointement pour prendre des arrangemens.

Au jour indiqué, Catherine fut aperçue, le soir, près de la maison des
Salgue; depuis cette époque, elle disparut. On soupçonna qu'elle avait
été la victime d'un horrible attentat. Des perquisitions furent faites
dans la maison des Salgue et dans leur jardin. On trouva dans la maison
un couteau en forme de stylet, encore tout ensanglanté, et dans le
jardin, qu'on fit bêcher en totalité, on découvrit le cadavre de la
malheureuse Catherine.

L'examen que l'on fit de ce cadavre fit reconnaître que des coups de
couteau lui avaient été portés à la gorge; que, pour étouffer les cris de
la victime, on lui avait mis un bâillon de paille, enfoncé si fortement
dans la bouche, sans doute avec un bâton, qu'on eut peine à le retirer;
qu'on l'avait de plus étranglée à plusieurs reprises, d'abord avec les
mains, puis avec un mouchoir noué et serré avec force.

Un grand nombre de témoins furent entendus dans cette affaire, dont les
débats durèrent quatre jours. Le père Salgue mourut dans sa prison, trois
jours avant le jugement; ses deux fils, Pierre et Antoine furent
acquittés. Quant à Maurice, une foule de circonstances donnaient la
conviction la plus intime de sa culpabilité. Il fut condamné à la peine
de mort, par la cour d'assises de Riom, le 4 janvier 1822.



LE CURÉ MINGRAT.


Lors de la publication de nos deux premiers volumes, un journal, se
fondant sur ce que plusieurs articles ont traité de crimes commis par des
princes, des seigneurs ou des prêtres, montra la plus grande répugnance à
insérer l'annonce relative à cet ouvrage, et ne le fit qu'avec une
insigne mauvaise volonté. Nous respectons les scrupules des rédacteurs de
cette feuille; mais qu'il nous soit permis de ne pas les partager. Nous
sommes loin d'aimer le scandale. A nos yeux, le scandale n'est, le plus
souvent, qu'une œuvre de méchanceté qui se recommande aux
applaudissemens des passions ou de la sottise. Tout-à-fait en dehors de
la politique des partis, ne caressant aucune opinion aux dépens d'une
opinion contraire, n'ayant qu'un poids et qu'une mesure, nous n'avons
qu'une seule ambition, celle de faire tourner notre travail au profit de
la raison et de la morale.

Nous ne concevons pas qu'il puisse y avoir scandale à parler d'un crime,
quand le coupable se trouve placé haut dans la hiérarchie sociale, ou
bien quand il fait partie de quelque corps puissant. Le crime ne doit-il
pas être réprimé et puni partout où il se trouve? Et si quelque classe
pouvait réclamer le privilége de l'indulgence, ne serait-ce pas plutôt
celle qui se trouve privée des lumières de l'éducation? Vainement
l'esprit de parti, si exclusif dans ses jugemens, vainement l'esprit de
corporation, qui ne se montre pas moins injuste dans son égoïsme, jettent
les hauts cris quand la justice met sa main de fer sur quelqu'un de leurs
affiliés dont le crime est flagrant. Cet homme est un prêtre, un ministre
de la religion. Faudra-t-il donc pour cela qu'il puisse être assassin
impunément? Ou plutôt le vrai scandale ne viendra-t-il pas de la part de
ceux qui, par un esprit de corps mal entendu, chercheront à soustraire le
criminel à la vindicte des lois? Comment expliquer cette susceptibilité
maladroite, manifestée par le clergé dans plusieurs circonstances
déplorables? Les fautes, les crimes même de quelques-uns de ses membres,
peuvent-ils altérer en rien la réputation de vertu et de sainteté dont
jouit à juste titre l'auguste ministère du sacerdoce? N'est-ce pas au
contraire assumer sur soi la honteuse solidarité d'actes répréhensibles
ou criminels, que protéger ceux qui s'en sont rendus coupables? Une armée
ne se croit pas déshonorée par la désertion de quelques lâches; elle les
voue au mépris et les repousse à jamais de son sein. La justice déplore
toute espèce de prévarication commise par l'un de ses agens; mais loin de
chercher à étouffer son crime, elle lui inflige une punition exemplaire
et le bannit à toujours de son sanctuaire.

Il serait bien temps, ce semble, que le bon sens public fît enfin justice
de ce préjugé barbare qui fait encore peser sur toute une famille, sur
tout un corps, la faute d'un seul individu. Les fautes sont personnelles,
et il ne doit rien en rejaillir sur ceux qui en sont innocens. Pour que
cette importante vérité pût s'infiltrer dans les masses, il faudrait
nécessairement, il serait à désirer qu'elle descendît de plus haut, et
surtout qu'elle fût professée publiquement par les prêtres, eux que leurs
fonctions rapprochent à toute heure des classes pauvres et ignorantes. Ce
serait un moyen d'inspirer de la confiance à tous, de raffermir la foi
dans les cœurs chancelans, et de l'entretenir dans les âmes pieuses et
candides des vrais croyans.

Quel tort pouvait éprouver la religion de l'attentat commis par Mingrat?
Que pouvait-on, à cette occasion, reprocher au clergé, sinon sa trop
grande facilité à admettre, presque sans examen, parmi les lévites du
Seigneur, une foule de jeunes gens sans vocation, et qui n'embrassent cet
état que _pour faire leur chemin_? Certes, les crimes isolés des Mingrat
et des Contrafatto ne peuvent porter atteinte à cette glorieuse religion
qui a produit un Las-Casas, un Vincent de Paul, un François de Sales, un
Belzunce, un Cheverrus, et tant d'autres hommes de sagesse et de vertu; à
cette religion bienfaisante dont tous les pas sont marqués par une rosée
inépuisable de dons et de bénédictions; à cette religion prévoyante, qui
fait qu'il se trouve «un homme dans chaque paroisse qui n'a point de
famille, mais qui est de la famille de tout le monde, qu'on appelle comme
témoin, comme conseil ou comme agent, dans tous les actes solennels de la
vie civile; sans lequel on ne peut naître ni mourir, qui prend l'homme au
sein de sa mère, et ne le quitte qu'à la tombe; qui bénit ou consacre le
berceau, la couche conjugale, le lit de mort et le cercueil; un homme que
les petits enfans s'accoutument à aimer, à vénérer et à craindre; que les
inconnus mêmes appellent mon père; aux pieds duquel les chrétiens vont
répandre leurs aveux les plus intimes, leurs larmes les plus secrètes; un
homme qui est le consolateur, par état, de toutes les misères de l'âme et
du corps, l'intermédiaire obligé de la richesse et de l'indigence, qui
voit le pauvre et le riche frapper tour-à-tour à sa porte: le riche, pour
y verser l'aumône secrète, le pauvre pour la recevoir sans rougir; qui,
n'étant d'aucun rang social, tient également à toutes les classes; aux
classes inférieures, par la vie pauvre, et souvent par l'humilité de la
naissance; aux classes élevées, par l'éducation, la science et
l'élévation de sentimens qu'une religion philanthropique inspire et
commande; un homme enfin qui sait tout, qui a le droit de tout dire, et
dont la parole tombe de haut sur les intelligences et sur les cœurs,
avec l'autorité d'une mission divine et l'empire d'une foi toute faite.»

Cette belle et touchante définition du bon curé, dans laquelle M. de
Lamartine n'a fait que peindre d'après nature un grand nombre de pasteurs
de nos villes et de nos campagnes, contrastera sans doute horriblement
avec les faits que nous allons rapporter. Mais du moins cette citation,
ainsi que les réflexions qui la précèdent feront voir que nous ne
confondons nullement la religion et ses ministres fidèles avec quelques
misérables, qui, sous le masque d'une pieuse hypocrisie, se rendent
coupables des plus noirs forfaits.

Antoine Mingrat était né à Grand-Lamps, petit village du Dauphiné, à
quelques lieues de Saint-Quentin. Sa mère, dont le caractère était un
mélange d'ambition et de fanatisme religieux, lui inspira de bonne heure
le goût des choses matérielles du culte. Comme Mingrat aimait à primer
sur tous ceux qui l'entouraient, et qu'il avait entendu sa mère parler
avec déférence des gens d'église, il résolut de se vouer à l'état
ecclésiastique; et son imagination, d'ailleurs active, ne s'occupa plus
que du soin de s'en assurer les moyens.

Voici ce qu'on raconte à ce sujet. Un jour que son enthousiasme était
porté au comble, il fit part de son projet à de jeunes filles, chez la
mère desquelles madame Mingrat prenait des leçons d'accouchement, à
Grenoble. Celles-ci s'offrirent de le tonsurer; il courba son front, et
bientôt ses cheveux tombèrent sous les ciseaux. L'opération terminée, il
vole chez sa mère; elle était absente. Il emploie cet instant à se
composer un maintien doctoral, prend un livre et s'étudie à déclamer
comme les prédicateurs qu'il entendait chaque jour. Il était dans cette
attitude grotesque, lorsque sa mère rentra; il courut au-devant d'elle,
et d'un air triomphant, lui montra sa tonsure. Madame Mingrat, étonnée,
demanda la cause de ce qu'elle attribuait à un accident. «Ah! ma mère,
répondit Antoine avec émotion, on m'a fait prêtre! Telle est la volonté
du ciel.» A ces mots, sa mère, enflammée d'un saint courroux, vola chez
les joyeuses tonsurières, qui s'étaient fait un jeu du désir du jeune
Mingrat, les accabla d'invectives, cria au sacrilége, et sortit en disant
que son fils n'était pas digne de recevoir les ordres. Revenue chez elle,
vainement voulut-elle faire entendre à son fils que l'on n'avait fait
qu'abuser de sa crédulité; Antoine s'obstina et lui jura que sa
résolution était prise irrévocablement, que le ciel l'appelait à la
prêtrise, et qu'il suivrait sa vocation en dépit de tous.

Néanmoins, Mingrat fut mis en apprentissage chez un peigneur de chanvre,
d'où il fut bientôt honteusement chassé pour son indocilité et sa
paresse. Une de ses tantes qui l'aimait tendrement, le fit venir auprès
d'elle. On intéressa en sa faveur une dame influente et riche. La
protectrice voulut voir Antoine; il lui fut présenté. Elle l'interrogea
sur ses goûts, son éducation, ses habitudes: on parla de religion.
Mingrat venait d'atteindre sa seizième année: il brûlait d'entrer dans
l'état ecclésiastique; il répondit à toutes les questions avec assez de
justesse; et telle était sa prévoyante adulation, qu'il ne parla devant
cette dame que de Dieu, de son divin Rédempteur; et pour mieux encore
édifier ses auditeurs, il accompagnait chacune de ses paroles d'un signe
de croix.

Dupe de ses pieuses grimaces, cette dame le fit entrer au séminaire de
Grenoble, croyant ce jeune homme appelé à donner un nouveau lustre à la
carrière qu'il voulait embrasser.

Toutefois, malgré sa prétendue vocation, Mingrat, une fois installé, ne
se distingua ni par son application ni par sa conduite; mais il possédait
un art qui lui tenait lieu de tout le reste, celui de s'emparer par de
basses adulations de la confiance de ses supérieurs. Il était même devenu
l'agent secret des délations auxquelles ont recours presque
indistinctement tous ceux qui ont à gouverner ou à diriger un grand
nombre d'individus. Par ce moyen honteux, il obtenait des priviléges
exclusifs, dont il profitait pour se soustraire aux rigueurs de la vie
claustrale, et passer dans des lieux de débauche des momens qu'il eût pu
donner à d'honnêtes amusemens.

Enfin Mingrat fut ordonné prêtre; c'était le but de son ambition.
_Oserait-on_, disait-il souvent, _attaquer la réputation d'un prêtre_? Le
caractère sacré dont il venait d'être revêtu semblait être à ses yeux une
autorisation de tout faire avec impunité. Nommé à la cure de Saint-Aupe,
il ne tarda pas à commencer sa vie scandaleuse, et ne contraignit plus
ses inclinations ni son caractère. Son presbytère devint un lieu de
scandale; et quoiqu'il ne négligeât rien pour cacher sa conduite, on
connut bientôt ses intrigues clandestines. La désunion de plusieurs
ménages, le déshonneur de plusieurs filles, attestèrent son séjour dans
cette paroisse.

Plus d'une fois, abusant de la force extraordinaire dont la nature
l'avait doué, il l'employait contre les femmes qu'il ne pouvait gagner
par ses discours; plus d'une fois aussi, il dut à sa brutalité ce qui
n'était réservé qu'à l'amour. Les habitans de Saint-Aupe lui témoignèrent
souvent leur indignation, et le menacèrent d'avoir recours aux autorités
pour l'éloigner d'une paroisse dont il était le fléau, au lieu d'en être
le père. Mais Mingrat se riait de leurs impuissantes menaces. Cependant,
et malgré son inconcevable audace, l'indigne curé commençait à
s'apercevoir que ses désordres étaient connus de ses supérieurs. Une
nouvelle liaison avec la fille d'un de ses paroissiens ameutant contre
lui tous les habitans, ceux-ci allèrent en foule se plaindre aux
autorités, et peu après, Mingrat reçut l'ordre d'abandonner son
presbytère. Le curé de Mirebel lui écrivit à cette occasion une lettre de
reproches dans laquelle il lui disait textuellement: «Mettez une montagne
entre vous et les hommes.» Mingrat ne pouvait suivre un semblable
conseil. Chassé de Saint-Aupe, il fut envoyé à Saint-Quentin, pour le
malheur de cette commune.

A son arrivée dans sa nouvelle paroisse, Mingrat, pour détruire
l'impression des bruits qui l'y avaient précédé, et pour faire croire
qu'il avait été victime de la calomnie, afficha une grande austérité de
principes. Son caractère dominateur se faisait surtout remarquer dans ses
sermons. Il exerçait le despotisme le plus révoltant, au nom d'un Dieu de
paix et de miséricorde. Dès son apparition à Saint-Quentin, les danses,
les jeux, les plus innocens plaisirs furent défendus. Le jour de la fête
patronale, la jeunesse s'étant réunie, animée par la gaîté, crut pouvoir
se permettre d'enfreindre un moment les ordres du curé; on dansa. Mingrat
les épiait. Il monta dans le haut du clocher, et regardant par un trou,
il fut le spectateur des plaisirs qu'il avait anathématisés dans ses
sermons. Les jeunes gens s'apercevant des menées du pasteur, ne firent
qu'en rire. Mingrat se promit bien de prendre sa revanche. Le dimanche
suivant, réunissant tous les foudres de son éloquence, il laissa tomber
de la chaire sainte ces mots foudroyans: «Vous avez foulé aux pieds les
cendres de vos ancêtres, qui sont là-bas au diable!...» La place où l'on
avait dansé avait été un cimetière; c'est ce qui expliquait l'étrange
mouvement oratoire du pasteur irrité; et l'on peut juger de l'effet que
dut produire un sermon de ce genre.

A cette époque, Mingrat avait à peine atteint sa vingt-huitième année.
Par ce rigorisme extérieur, par cette autorité despotique, il semblait
préluder en silence et dans l'ombre au forfait qui bientôt devait frapper
d'épouvante et de douleur les paisibles habitans de Saint-Quentin. Du
reste, son hypocrisie ne pouvait en imposer qu'à des âmes crédules et
timorées, car son extérieur était un indice assez fidèle de ce qui se
passait au-dedans de lui. Des cheveux noirs et plats, un front
très-étroit, des sourcils très-épais ombrageant un œil brun, sombre et
faux; un regard farouche, des lèvres épaisses, n'exprimant que la colère
ou le dédain; une taille élevée, massive, et presque gigantesque: tel
était au physique l'homme que l'on avait envoyé à Saint-Quentin comme
l'apôtre et le vicaire d'un Dieu de miséricorde, de consolation, de
mansuétude et de paix, d'un Dieu qui sur la croix bénissait ses
bourreaux, d'un Dieu que l'on représente sous la forme symbolique du plus
doux, du plus inoffensif des animaux.

Mais, malgré l'imposture la plus habilement calculée, un cœur corrompu
par les passions les plus honteuses et par les goûts les plus dépravés,
ne peut, quelque gêne qu'il veuille s'imposer, tenir long-temps cachée la
plaie honteuse qui le ronge. Il ne faut qu'une occasion pour lui arracher
son masque frauduleux, et mettre à nu toute sa laideur. Cette
circonstance se présenta bientôt pour Mingrat.

Maintenant que nous avons tracé le portrait de l'assassin, nous allons
essayer de faire connaître sa victime.

A un quart de lieue de Saint-Quentin, au hameau du Gît, paroisse
desservie par Mingrat, vivait en paix un couple heureux, Étienne
Charnalet et Marie Gérin. Retiré du service en 1817, Étienne avait
rapporté dans ses foyers des marques distinctives de sa bravoure et une
médiocre aisance. Il avait épousé Marie, en qui la beauté ne semblait
qu'être le complément des plus rares qualités.

Les deux époux vivaient dans la plus parfaite union depuis six ans,
lorsque la mère de Marie mourut. Religieuse par besoin, pieuse par
sentiment, Marie redoubla encore de ferveur, par suite de cet événement.
Cette piété la portait, en toute occasion, à concourir avec zèle à tous
les soins qu'exigeaient l'entretien et l'arrangement de l'église. Ce
louable empressement, qui lui conciliait tous les éloges, la fit surtout
remarquer par le nouveau pasteur. Celui-ci conçut pour elle une passion
coupable, et ne songea plus qu'aux moyens de la faire partager, ou du
moins de la satisfaire, à quelque prix que ce fût. Plusieurs fois il se
rendit chez Marie pour l'entretenir de l'amour criminel qu'elle lui avait
inspiré; mais celle-ci lui faisait accepter les épargnes qu'elle
destinait aux pauvres, et Mingrat, réduit au silence, trouvait dans la
vertu de celle qu'il convoitait un obstacle à ses desseins libidineux.
Déjà trois mois s'étaient écoulés depuis qu'il desservait la cure de
Saint-Quentin, et il n'était point encore parvenu à faire comprendre à
Marie le véritable but de ses fréquentes visites, lorsqu'il apprit par
elle, le 7 mai 1822, que l'on devait célébrer le 9, à Veurey, village
situé à deux lieues de Saint-Quentin, une première communion. Aussitôt
son imagination s'enflamme; il entrevoit la possibilité de réaliser ses
coupables projets. Le lendemain, il se rend chez un sieur Bourdes, l'un
des voisins de Marie, afin de donner le change sur ses intentions; il dit
à cet homme, qu'ayant appris que madame Charnalet se rendait le lendemain
à Veurey, il vient la charger d'une lettre pour le curé de cette
paroisse. Le fils de Bourdes s'offre d'accompagner Mingrat jusque chez
Marie; et celui-ci, n'osant pas refuser, ils sortent ensemble. Marie
était seule; elle les reçut avec sa franchise accoutumée. Mingrat, que la
présence du jeune Bourdes contrariait, attendit, pour parler du véritable
objet de sa visite, que l'importun témoin eût pris congé. Bourdes partit
en effet quelques instans après, et le curé s'applaudissait déjà du
tête-à-tête qu'il avait su se ménager, quand une nouvelle visite vint le
troubler; néanmoins il demeura intrépidement jusqu'à ce que ce dernier
venu se fût aussi retiré. Resté seul, pour la seconde fois, avec celle
dont il méditait le déshonneur ou la perte, il aurait bien voulu hasarder
un aveu non équivoque, mais le lieu ne lui parut pas favorable à
l'exécution de ses vues criminelles; aussi n'entretient-il Marie que du
voyage de Veurey et de la lettre dont il voulait la charger. Mais pour
attirer plus sûrement sa faible proie dans le piége que lui avait tendu
sa scélératesse, il dit qu'il n'avait pas cette lettre sur lui, et qu'il
ne pourrait la lui remettre que dans la soirée, lorsqu'elle viendrait se
confesser à Saint-Quentin. La chose étant ainsi arrangée, Mingrat était
au comble de ses vœux. Cependant, avant de se retirer, il aurait désiré
informer Marie de son amour. Il lui fit lecture d'un livre qui traitait
de l'amour du créateur; l'infâme n'y voyait que celui de la créature. Il
espérait faire naître dans le cœur de Marie la pensée adultère qui
préoccupait vivement son imagination en délire. Mais la candide Marie,
édifiée et non séduite, ne voyait dans les expressions du curé qu'une
ferveur évangélique qu'elle interprétait dans le sens de ses sentimens
religieux. Il en était de même des gestes significatifs dont le curé
accompagnait sa lecture.

Après cette lecture, Mingrat recommande à sa pénitente de ne pas manquer
de venir le trouver le soir même. Celle-ci n'eut garde d'y manquer; mais
avant de se rendre à l'église, elle prévint ses voisines qu'elle allait à
confesse. L'infortunée était loin de soupçonner qu'elle allait à la mort.

Marie arriva, à cinq heures, à la porte de l'église; lorsqu'elle y fut
entrée, elle n'aperçut qu'une seule personne, une dame de Saint-Michel,
ancienne religieuse qui terminait sa prière. Marie, en attendant le
prêtre, alla se prosterner aux pieds de la statue de la Vierge. Madame de
Saint-Michel allait quitter l'église, lorsqu'elle vit à la porte du
clocher voisin de l'autel, un grand fantôme noir, ne présentant ni bras
ni jambes, et paraissant surmonté d'un chapeau de forme triangulaire; le
fantôme approche ou plutôt il s'élance vers Marie, mais s'arrêtant
tout-à-coup, il recula et disparut par la porte du clocher. Madame de
Saint-Michel, tremblante, se hâte de quitter son banc, mais en passant
devant Marie, elle s'arrête un instant afin de pouvoir l'avertir par un
signe de fuir ce lieu redoutable. Marie, occupée de sa prière, ne tint
aucun compte de ce salutaire avertissement. Le fantôme n'était autre que
Mingrat, qui, caché dans un large manteau, était venu épier Marie, et
s'était retiré précipitamment aussitôt qu'il avait aperçu madame de
Saint-Michel.

Sûr alors d'être seul, Mingrat dépouille son lugubre accoutrement et
s'approche de Marie. Il lui dit qu'il ne la trouve pas mise assez
décemment pour être confessée dans l'église; il l'invite à l'accompagner
au presbytère, où il l'entendra, dit-il, plus paisiblement, et pourra lui
remettre la lettre en question. Marie, soumise et confiante, ne fait
aucune difficulté d'accompagner le prêtre. Arrivée avec lui dans un
arrière-cabinet dont la porte est aussitôt fermée avec soin, la
malheureuse commence à connaître l'homme qu'elle considérait comme un
respectable protecteur. Mingrat ne perd pas le temps, il saisit d'un bras
vigoureux la tremblante Marie; il la bâillonne pour s'assurer de son
silence; il l'entraîne sur un lit qui devait être le lit de mort de sa
victime.

Il n'y eut aucun témoin de cette scène horrible; mais, comme tout fut
éclairé par les débats, et que des faits racontés par la servante de
Mingrat, et des inductions tirées de l'état du cadavre, il résulta des
preuves irrésistibles, nous allons essayer de retracer les principales
particularités de cette lutte abominable.

Le monstre, fatigué par ses vains efforts, effrayé des cris prolongés et
sourds de la victime, ne voit plus que l'impérieuse nécessité d'accélérer
son dernier moment. D'un bras vigoureux, il lui serre la gorge, et son
genou, appuyé sur sa poitrine, il appelle et attend son dernier soupir
qu'il surprend inhumainement sur les lèvres de la mourante Marie, dont la
vertu et le courage semblent survivre à ses forces éteintes. La servante
du curé, attirée par le bruit extraordinaire qu'elle vient d'entendre,
était montée jusqu'à la porte, et avait, par ses cris, contraint Mingrat
d'abandonner sa victime. «Ah! monsieur! dit-elle en apercevant son maître
l'œil hagard et en désordre, que vous m'avez fait peur! J'ai cru que
vous alliez mourir. «Taisez-vous, taisez-vous! répond le curé en délire,
vous êtes une imbécille.» Puis il retourne vers le lit où Marie expire,
mêler les frissons de son atroce passion au râle effrayant de la
mort.... A sept heures et demie le crime était consommé, l'infortunée
avait cessé de vivre.

Cependant le besoin de veiller à sa sûreté, rappelle bientôt Mingrat à
lui-même; il se résout à éloigner sa domestique indiscrète, et à cet
effet, il lui ordonne de porter un journal à un sieur Heuraud, qui
demeurait environ à quinze minutes du bourg. Cette fille, n'osant
insister, prit le journal, feignit d'obéir, et comme tout ce qu'elle
venait de voir lui semblait extraordinaire, elle se borna à rôder autour
du presbytère. Suivant les dépositions de cette fille, le curé ne l'eut
pas plus tôt éloignée, qu'il courut au fatal cabinet; celle-ci, étonnée
de l'y voir paraître, grimpa sur un portail qui le dominait, et fut
surprise par son maître; de sorte que son indiscrétion faillit lui être
funeste.

Mingrat lui commanda de nouveau, d'un ton menaçant, de faire sa
commission; et profitant de la courte absence de la servante, pour
préparer les moyens de faire disparaître le cadavre, il se munit d'un
couteau, de plusieurs ficelles et dépouilla entièrement Marie de ses
vêtemens.

Il cache ensuite soigneusement les hardes de cette infortunée, à
l'exception de son mouchoir de cou; il attache les deux pieds ensemble
avec la plus longue des cordes; les deux bras sont également attachés,
croisant sur la poitrine. Sur ces entrefaites, revient la servante; le
curé est encore forcé d'interrompre son affreux travail. Il interroge
cette fille sur ce qu'elle a vu. Celle-ci déclare tout ignorer; il lui
recommande le silence sur tout ce qu'elle avait pu entendre. Contre son
ordinaire, le curé n'avait pas encore soupé. La domestique, n'osant
toucher à la table, prend un livre de prières. Des cris redoublés se font
entendre à la porte du presbytère; Mingrat se présente, en s'écriant
brusquement: Qui est là?..... C'était Charnalet, l'époux de Marie, qui,
accompagné de plusieurs parens, venait demander au curé s'il n'avait pas
vu sa femme. Mingrat répond que non. Charnalet insiste; on lui avait
affirmé que Marie était entrée dans l'église à six heures du soir; le
curé embarrassé répond en balbutiant: «En effet, je l'ai vue dans
l'église, où elle priait dévotement. Elle m'a demandé à être confessée;
ce que j'ai refusé, à cause qu'elle n'était pas mise avec assez de
décence, et depuis ce moment je ne l'ai pas revue.» Puis il quitta
brusquement Charnalet, dans la crainte qu'une plus longue conversation ne
le trahît, ou que le malheureux époux ne fût tenté d'entrer au
presbytère. Charnalet retourne chez lui, espérant encore y retrouver sa
femme. Vaine espérance! elle n'avait pas encore reparu. Il revient à
l'église, en parcourt tous les détours, appelle Marie.... Les échos seuls
répondent à ces touchans appels.

Cependant Mingrat, après avoir congédié Charnalet, se débarrassa de sa
servante qui ne couchait pas au presbytère, et immédiatement après son
départ, il courut auprès du cadavre de Marie et le soulevant avec force,
il le descendit par une fenêtre, au moyen de cordes, au pied du mur de la
maison. Puis, cachant la lumière, il vint aussitôt dans la basse-cour,
s'empara de la corde, et se mit en devoir de traîner le corps inanimé de
la malheureuse Marie sur les ronces et sur les cailloux, jusque vers
l'Isère, à un quart de lieue de Saint-Quentin. Le temps était orageux;
la nuit, sombre, semblait protéger le scélérat de son obscurité. Il
arrive sur le lieu que l'on appelait la Roche, où deux marches pratiquées
dans le roc présentent un obstacle à surmonter; il s'élance au-delà des
escaliers, tirant après lui le corps meurtri, qui, en rebondissant,
laisse sur les marches rocailleuses des lambeaux de chair et des cheveux,
vestiges délateurs qui devaient bientôt servir à convaincre Mingrat de
son crime.

De la Roche aux bords de l'Isère, il y avait un assez long espace à
parcourir. Mingrat, épuisé par les efforts qu'il avait déjà été obligé de
faire, cherche un moyen d'alléger sa charge; il tire un couteau de sa
poche; il porte un premier coup obliquement depuis l'épaule droite
jusqu'au-dessous du côté gauche, et partage tout le sein droit; mais les
membres du cadavre offrant de la résistance à ses barbares efforts, il
attache le corps sanglant par une jambe à l'arbre le plus prochain, se
saisit de l'autre jambe, et par de nombreuses et violentes secousses,
s'efforce inutilement de séparer les jambes du tronc. Dans sa rage, il
imagine un autre moyen; il court au presbytère, y prend un couteau à
hacher, à l'usage de la cuisine, qui, d'après la déclaration de la
servante, était tout couvert de rouille, et revient à la Roche achever
son ouvrage de cannibale. Cette fois, il réussit au gré de ses désirs;
les jambes sont séparées du tronc; il les lance dans un ruisseau voisin
qui se jetait dans l'Isère. Il revient de nouveau sur le théâtre de son
affreux charnier, se charge du tronc et le précipite bientôt dans le
fleuve, en laissant, par un calcul horrible, sur la rive, le mouchoir de
cou de Marie, afin de faire naître le soupçon que cette malheureuse
s'était noyée.

Après cette effroyable boucherie, Mingrat, retourné dans son repaire,
songe à faire disparaître tous les indices qui pourraient déposer contre
lui; il dépouille sa soutane, et la joignant aux vêtemens de Marie, il y
met le feu et en jette les cendres dans une fosse d'aisances qu'il
recouvre de terre fraîche; puis, il nettoie soigneusement le couteau à
hacher, se rhabille proprement et attend le jour, en s'efforçant de
rendre à son visage le calme de l'innocence.

Mais, malgré toutes ses minutieuses précautions, son crime allait
bientôt être découvert. Quelques instans avant le jour, Joseph Michon,
laboureur à Saint-Quentin, passant sous la Roche, à l'endroit même où
Mingrat avait dépecé le cadavre, aperçut une place à terre de la largeur
de deux pieds, couverte de sang fraîchement répandu, et près de là, une
corde ensanglantée. Effrayé, il approche, regarde autour de lui, et
trouve, à quelques pas plus loin, au pied d'un noyer, une place semblable
à la première; il regarde avec plus d'attention, et rencontre bientôt un
couteau à manche, souillé de sang, enfoncé dans la terre. Un mouvement
d'horreur lui fait d'abord jeter ce couteau dans un buisson; mais
réfléchissant que cet indice pouvait mettre sur la trace des auteurs d'un
crime, il le ramasse, le lave avec soin, et retourne chez lui pour le
renfermer.

Le féroce Mingrat, vivement préoccupé de toutes les précautions à prendre
pour cacher ses horreurs, se rappelle qu'il s'est d'abord servi d'un
couteau; il le cherche avec anxiété, et s'aperçoit qu'il l'a oublié sur
le théâtre de son forfait. Saisi d'effroi, il court en toute hâte à la
Roche où il l'avait laissé. Mais, inutiles recherches! l'instrument
accusateur avait disparu. Deux bouchers du pays, qui passaient en ce
moment près de la Roche, furent étonnés de rencontrer le curé, à cette
heure, en un semblable endroit; ils remarquèrent son air inquiet et son
agitation; et leur étonnement fut à son comble quand, après son départ,
ils virent des flots de sang répandu dans les lieux qu'il venait de
quitter.

De retour chez lui, Mingrat appelle sa servante et d'une voix menaçante,
il l'interpelle ainsi: «Qu'avez-vous vu?.... répondez!» La malheureuse ne
sait que répondre. «Je n'ai rien vu, dit-elle en tremblant; j'ai entendu
des gémissemens; j'ai cru que vous alliez mourir.» Quelques instans
après, en faisant le ménage, elle trouve le chapelet de la malheureuse
Charnalet à moitié brûlé, et un pressentiment sinistre, dont elle ne peut
se rendre compte, la pousse à le déposer dans un trou du mur sous le
hangar. Chaque pas qu'elle fait dans le presbytère lui fait faire une
nouvelle découverte. Là, ce sont des cendres et quelques morceaux de
linges à demi brûlés; ailleurs, de la paille encore ensanglantée; plus
loin, un lambeau de chair; enfin le couteau à hacher qu'elle savait être
rouillé, est brillant; elle ne peut douter qu'il n'ait été tout récemment
nettoyé. Malgré la faiblesse de son esprit, elle conçoit d'horribles
soupçons. Elle prend la résolution de quitter le service d'un maître dont
la conduite lui semble si étrangement mystérieuse.

Pendant ce temps, le malheureux Charnalet, en proie aux plus vives
alarmes, avait cherché sa pauvre Marie partout où il avait eu quelque
espoir de la trouver. Il revint à la ferme du Gît, le désespoir dans le
cœur. Déjà le bruit de la mort de sa femme s'était répandu; son
mouchoir, trouvé sur les bords de l'Isère, avait fait croire au
stratagème de Mingrat. Cet événement donnait lieu à mille conjectures.
Une cousine de Marie, accompagnée de quelques voisines, alla trouver
Mingrat qui se promenait gravement, son bréviaire à la main. «Ah!
monsieur le curé, lui dit la crédule cousine, si vous l'aviez confessée
comme elle le désirait, peut-être l'eussiez-vous détournée de son fatal
projet!--Je la vis en effet dans l'église, répondit l'hypocrite; elle
priait dévotement. Elle vint à moi, me témoignant le désir d'être
confessée; mais la voyant mise peu décemment, lui trouvant d'ailleurs
l'œil hagard, je la renvoyai à un autre jour. Je suis bien aise, au
contraire, d'avoir refusé de l'entendre; car si je l'eusse confessée, et
qu'elle eût péri tout de même, l'on m'aurait donné tort et l'on m'aurait
dit que j'étais cause de sa mort, ayant exalté son imagination.....
Pourtant voyons! descendons vers la Roche.» Ils se rendirent en effet
dans cet endroit; une foule de personnes en exploraient les alentours.
Mingrat ne craignit pas de paraître au milieu de cette multitude
rassemblée. Son front calme, quoique sévère, ne laissait rien paraître
des sentimens qui devaient l'agiter.

Après cette démarche audacieuse, Mingrat revint au presbytère, où sa
servante l'attendait pour lui demander à quitter son service... «Montez!
Votre ouvrage n'est point ici, s'écria le curé en l'apercevant.--Oh!
monsieur, répliqua-t-elle avec effroi; je n'y saurais tenir: laissez-moi
m'en aller!» Ces mots firent comprendre à Mingrat que cette fille avait
deviné ou découvert son crime. Il la saisit d'un bras vigoureux,
l'entraîne au pied du sanctuaire, et d'une main, retirant du tabernacle
le Saint-Sacrement, et de l'autre lui tenant avec force le bras tendu
vers l'autel, il la contraignit de jurer qu'elle garderait le plus
profond silence sur tout ce qu'elle avait vu. La tremblante domestique
obéit et répéta le serment que Mingrat dicta lui-même. Ce serment,
prononcé dans de telles circonstances, fit une si forte impression sur
l'esprit faible de cette pauvre fille, qu'elle ne consentit à révéler à
la justice les affreux mystères de la nuit du 9 mai, qu'après y avoir été
autorisée par son confesseur, qui lui dit qu'elle était obligée de
raconter tout ce qu'elle savait.

Cependant un événement aussi extraordinaire ne devait pas rester
long-temps sans appeler l'attention de l'autorité locale. Elle prit les
informations les plus minutieuses sur tout ce qui pouvait avoir rapport à
la disparition subite de l'épouse de Charnalet. M. Bossan, l'adjoint du
maire de Saint-Quentin, déploya surtout beaucoup de zèle dans la
poursuite de cette déplorable affaire. Ce fut par ses soins que l'on
acquit la conviction que le couteau trouvé par le cultivateur Michon,
appartenait à Mingrat.

Quelques jours s'étaient passés sans que l'on eût acquis de nouveaux
éclaircissemens sur la catastrophe du 9 mai; on remarquait seulement que
Mingrat évitait autant que possible de se montrer en public; lorsque, le
16 mai, jour de l'Ascension, à sept heures du matin, de jeunes bergers,
s'amusant à pêcher dans un fossé qui communique à l'Isère, amenèrent au
bout de leur ligne une cuisse humaine. Saisis d'épouvante, ils rejettent
dans le ruisseau cet affreux objet, et s'enfuient vers le bourg, en
répétant partout la cause de leur effroi. L'adjoint, prévenu de cette
circonstance, se transporte sur les lieux indiqués par les jeunes pâtres;
on retrouve la cuisse sanglante. Il résulte de l'examen des médecins, que
le membre mutilé est une cuisse de femme, et tout semble s'éclaircir.
Déjà l'on murmurait tout bas le nom de Mingrat.

On alla déposer dans le cimetière la cuisse retrouvée; mais à peine les
autorités, qui avaient accompagné ce douloureux convoi, se furent
retirées, que le fourbe et audacieux curé, sans doute pour faire taire
les rumeurs sourdes dont il était l'objet, courut au cimetière et ordonna
que cette cuisse fût jetée dans un coin, loin des âmes justes qui
reposaient dans ces lieux. «Marie, disait-il, ne méritait aucune
sépulture puisqu'elle s'était noyée et avait perdu son salut. Je l'ai
vue, ajoutait-il, possédée par le diable, oui, par Satan qui la tenait
dans ses bras pour l'entraîner dans l'abîme!» Quand il sut que les
soupçons à son égard prenaient de plus en plus de la consistance, il fit
dire à M. Bossan: «Qu'il était prêt à donner ses réponses, si on voulait
l'interroger.» Mais cette proposition, qui n'avait pour objet que d'en
imposer à des gens peu éclairés, ne fut qu'un indice de plus de sa
culpabilité.

Jusque-là l'autorité avait été forcée à de grands ménagemens à cause du
caractère sacré dont Mingrat était revêtu; mais les élémens sur lesquels
se fondait la présomption ne permettaient plus de rester inactif. On se
décida à prendre contre le coupable des mesures de sûreté. L'indigne
curé, prévenu, par un confrère officieux, du projet qu'on avait de
l'arrêter, jugea à propos de se soustraire à la justice. Les gendarmes,
envoyés à sa poursuite, ne purent le joindre; il les avait devancés de
quelques heures, et arrivés aux frontières, ils furent contraints de
remettre à l'autorité sarde les ordres qu'ils avaient reçus. Mingrat
s'était réfugié dans la grotte dite des Échelles. Les carabiniers
piémontais le découvrirent et l'arrêtèrent, quoiqu'il protestât de son
innocence et qu'il s'écriât _qu'on ne pouvait saisir un homme de sa
robe_.

Malgré ses récriminations, il fut entraîné et conduit dans les prisons de
Chambéry. Il dut à son habit d'y jouir d'une liberté peu commune, et il
en profita pour commettre à demi un nouveau crime. La nièce du concierge
de la prison, qu'il avait déjà remarquée, se trouvant un soir dans un
passage obscur où le scélérat l'attendait, il tenta de lui faire
violence. La jeune fille poussant des cris affreux, Mingrat, dans la
crainte d'être découvert, l'avait déjà saisie à la gorge comme pour
l'étrangler, quand plusieurs personnes étant accourues, l'arrachèrent de
ses mains forcenées; et sur les plaintes des parens de la jeune fille, on
obtint la translation de Mingrat à Fénestrelle, forteresse de la Savoie,
à dix lieues de Besançon.

Il paraît que pendant son séjour à Chambéry, ce maître tartufe avait eu
tellement l'art de se couvrir du masque de la vertu, que toutes les
dévotes, qui le visitaient par humanité, ne doutaient pas qu'il n'eût été
victime de fausses accusations, et le regardaient comme un martyr de la
méchanceté humaine.

Cependant les forfaits de ce monstre étaient patens. Trois jours après sa
fuite, on avait retrouvé dans les parages de Fory, à cinq lieues de
Saint-Quentin, le tronc mutilé de Marie. L'examen judiciaire de ce
cadavre eut lieu, en présence des médecins; on reconnut facilement les
traces sanglantes du couteau et les meurtrissures que les mains du curé
avaient faites sur la victime. Après de longues hésitations, la servante
de Mingrat se décida à raconter tout ce qui était à sa connaissance; elle
reconnut aussi le couteau de son maître; et ses révélations achevèrent de
compléter les preuves du crime commis au presbytère de Saint-Quentin dans
la nuit du 9 mai.

Enfin la procédure fut portée devant la Cour d'assises de l'Isère, qui,
par arrêt du 9 décembre 1822, condamna par contumace le curé Mingrat à la
peine de mort, comme coupable du crime de viol et d'assassinat.

Vainement Charnalet et Gérin, époux et frère de la victime, firent les
démarches les plus actives pour obtenir l'extradition de l'assassin: une
protection mystérieuse lui servit constamment d'égide contre le glaive de
la loi. Pour prix de sa tendresse fraternelle, le sieur Gérin fut
présenté par d'ignobles calomniateurs comme le fauteur de l'assassinat,
bien que depuis long-temps il habitât une contrée fort éloignée du séjour
de sa sœur; et l'on ne saurait nombrer les brutales persécutions
auxquelles il fut en butte, lorsque, pour faire connaître dans toute sa
hideuse vérité le curé Mingrat, il alla distribuer dans nos provinces
l'histoire des malheurs de sa famille.

Depuis son arrestation, l'assassin de Marie jouit, dans la forteresse de
Fénestrelle, de l'impunité qu'on lui a ménagée. Puissent au moins ses
protecteurs le faire garder étroitement, et ne jamais lâcher sur la
société cette bête féroce, dont la présence serait un fléau partout où le
monstre porterait ses pas!



CASTAING.


Le nom de Castaing fit, il y a dix ans, une assez profonde impression sur
tous les esprits, pour qu'il soit permis de croire que le souvenir de cet
homme, jugé coupable de grands forfaits, n'est point effacé, malgré les
événemens de tout genre et de la plus haute importance, malgré les
scélératesses inouies qui depuis lors ont pris place en foule dans notre
histoire contemporaine.

Castaing, il faut le dire, fut un second Desrues: au lieu du masque de la
religion, il eut recours à celui de l'amitié, et tous deux se montrèrent
également hypocrites; tous deux furent également inspirés par une avide
cupidité; tous deux voulurent veiller seuls auprès de leurs victimes,
comme pour mieux jouir de leur crime, comme pour mieux en assurer
l'effet. Ce qui établit entre eux une différence qui ne tourne pas à
l'avantage de Castaing, c'est que Desrues avait manifesté ses
inclinations vicieuses dès ses plus jeunes ans, et que son éducation fut
très-négligée, au lieu que Castaing trouva des exemples de toutes les
vertus dans sa propre famille, tint lui-même une conduite long-temps
exemplaire, se distingua par sa douceur et l'aménité de ses mœurs, et
cultiva, avec non moins de succès que de zèle, des sciences dont il
devait faire plus tard un usage si criminel. Ajoutons que Castaing était
médecin! Ainsi l'art qui a pour but de guérir les maux qui nous
assiégent, Castaing s'en servit pour assassiner savamment deux amis, dont
préalablement il s'était assuré la fortune par des testamens!

Et, à propos de testamens, qu'il nous soit permis de hasarder quelques
réflexions qui peuvent être de quelque utilité. Les testamens tels que la
loi les tolère aujourd'hui dans notre état de société, servent, dans une
foule de cas, à frustrer des héritiers légitimes, au profit d'habiles
intrigans, qui n'ont capté le testateur que dans un but unique, celui de
se faire donner sa fortune. Par héritiers légitimes, nous n'entendons pas
les collatéraux dont les droits seraient souvent très-contestables, sous
certains rapports; il s'agit ici d'enfans, de frères, de sœurs, qui, au
moyen de testamens extorqués par adresse ou arrachés à l'imbécillité de
l'âge, se sont vus dépouillés par d'avides étrangers. Nous ne prétendons
nullement enchaîner la volonté des testateurs; mais nous pensons qu'il
serait désirable que l'on revît d'un œil sévère et prévoyant toute la
législation relative aux testamens. Que de spoliations, que d'iniquités,
que de crimes secrets ont été la suite de dispositions testamentaires!

Combien de fois s'est renouvelée l'histoire tragique de ce vieux prélat
dont parle le _Diable boiteux_ de notre Lesage! Cet homme sortit de ce
monde assez brusquement, pour avoir fait son testament en pleine santé,
et l'avoir lu à ses domestiques, à qui, comme un bon maître, il léguait
quelque chose. Son cuisinier fut impatient d'avoir son legs!

J.-J. Rousseau a protesté quelquefois, par ses écrits et par ses
exemples, contre la manie des testamens. Milord Maréchal voulait le
mettre dans le sien: Rousseau s'y opposa de toute sa force, disant qu'il
ne voudrait pour rien au monde se savoir dans le testament de qui que ce
fût. Milord Maréchal, vaincu par les motifs du philosophe, voulut au
moins lui faire une pension viagère; Rousseau ne s'y opposa point. «On
dira, écrivait-il à ce sujet, que je gagne à ce changement: cela se peut.
Mais, ô mon bienfaiteur et mon père! si j'ai le malheur de vous survivre,
je sais qu'en vous perdant, j'ai tout à perdre, et que je n'ai rien à
gagner.» Plus tard, le même Rousseau manifesta la même opinion, à
l'occasion de la mort de M. le maréchal de Luxembourg. Comme ce seigneur
avait une véritable amitié pour le grand écrivain, on écrivait à celui-ci
qu'il était sur le testament. Rousseau se trouva fort embarrassé pour la
détermination à prendre sur ce legs. Tout bien pesé, il résolut de
l'accepter. «J'ai été, dit-il, dispensé de ce devoir, n'ayant plus
entendu parler de ce legs vrai ou faux; et en vérité, j'aurais été peiné
de blesser une des grandes maximes de la morale, en profitant de quelque
chose à la mort de quelqu'un qui m'avait été cher.» Que de gens ne se
font pas de semblables scrupules dans des circonstances de ce genre! Ceux
qui héritent par testament ne se font guère ces objections de
délicatesse, et ne vont pas s'amuser à chercher une question de morale
au fond de leur legs. On hérite en vertu de la loi: peu importe le reste.

Revenons à Castaing, triste et nouvel exemple du désordre que peut
enfanter la cupidité, l'une des plus viles passions humaines. Edme-Samuel
Castaing, né en 1796 à Alençon, d'une famille justement considérée,
montra, dès ses jeunes années, un caractère ardent et une fermeté qui
allait jusqu'à la ténacité. Il fit ses études au collége d'Angers, et s'y
fit remarquer de ses professeurs par son application et par ses progrès.
Ses études terminées, il se destina à la profession de médecin et
travailla avec ardeur à se procurer les connaissances nécessaires pour
parcourir cette carrière avec distinction. Il suivit, pendant deux ans,
avec la plus grande exactitude, les cours de la Faculté; mais vers la fin
de 1819, on put s'apercevoir qu'il était captivé par un sentiment d'une
autre nature. Castaing avait eu l'occasion de donner, dans une légère
maladie, quelques soins à une dame, veuve depuis peu de temps d'un ancien
magistrat, et n'avait pu la voir sans en être violemment épris.

Cette passion nuisit à celle de l'étude qui jusque alors avait
constamment dominé Castaing; ce jeune homme ne fut plus occupé que des
moyens de plaire à celle qu'il aimait et de lui faire partager ses
sentimens. Après avoir éprouvé d'abord quelques résistances, il fut
ensuite plus heureux; la liaison la plus intime s'établit entre les deux
amans, et le 17 juillet 1821, Castaing devint père.

Cédant aux remontrances de ses parens, il reprit le cours de ses études
et se fit recevoir médecin. Dès ce moment, il se sépara presque
tout-à-fait de sa famille, et se rapprocha davantage de sa maîtresse.
Cette coupable liaison était un secret pour le monde, excepté pour deux
jeunes frères, Hippolyte et Auguste Ballet, avec lesquels il était lié
depuis quelque temps, surtout avec le premier qui, valétudinaire et
craignant continuellement de perdre le peu de santé dont il jouissait,
s'estimait heureux de trouver son médecin dans son ami.

Les deux frères Ballet étaient tous les deux possesseurs d'une fortune
considérable que leur avaient laissée leurs parens, morts tout récemment.
Ils s'attachèrent à Castaing qui n'avait rien négligé pour les capter, et
lui accordèrent la plus aveugle confiance, en retour de ses
complaisances et de son dévouement apparent.

Dans cet état de choses, Hippolyte Ballet mourut le 22 octobre 1822;
l'état de malaise continuel dans lequel on était habitué à le voir fit
regarder sa mort comme naturelle, quoiqu'elle fût prématurée; et Castaing
n'en continua pas moins à vivre avec le frère survivant dans une intimité
rendue encore plus étroite par l'isolement d'Auguste après la mort de son
frère. Les faits que nous allons présenter apprendront avec quelle
inconcevable barbarie, avec quelle froide cruauté, l'homme, que ces deux
frères caressaient ainsi, devint leur bourreau commun.

Le 29 mai 1823, Auguste Ballet, accompagné seulement de Castaing, arrive
en bonne santé à Saint-Cloud. Le lendemain au soir, il se plaint
tout-à-coup de douleurs très-vives qui vont toujours en augmentant. Il
meurt le 1er juin. Une mort aussi subite paraît extraordinaire; des
soupçons s'éveillent; la justice ne tarde pas à être informée; une
enquête scrupuleuse a lieu, et les résultats de cette enquête provoquent
une ordonnance de la Cour royale qui, le 26 août, renvoie Castaing
devant la Cour d'assises de la Seine, comme prévenu d'attentat à la vie
des deux frères Ballet, et de destruction du testament d'Hippolyte.

Voici quelques détails qui nous sont fournis par l'acte d'accusation: «La
maladie qui emporta le jeune Ballet avait commencé subitement le soir du
vendredi 30 mai, lendemain de son arrivée à Saint-Cloud, après avoir bu
du vin chaud. Elle redoubla le samedi matin, après avoir pris une tasse
de lait froid. Elle devint une agonie le même jour, quelques minutes
après qu'il eut avalé une cuillerée de potion calmante; dès ce moment il
perdit connaissance. Il expira le dimanche, à une heure après-midi, après
l'avoir recouvrée. La maladie parut extraordinaire, sa marche bien
brusque, la catastrophe effrayante. Le défunt avait exhalé son dernier
soupir loin de tous les siens, dans les bras de son compagnon de voyage.
Le vin chaud, le lait froid, la cuillerée de potion calmante, lui avaient
été administrés par ce dernier.

«Avant qu'on sût rien de plus, et durant cette courte maladie, en en
observant les symptômes, et après son issue, en en appréciant les
circonstances, aubergistes, médecins, voisins, tout le monde fut frappé
de stupeur; tout le monde s'était demandé ce que cela signifiait, et ce
qu'étaient ces deux étrangers. Des soupçons affreux, quoique vagues
encore, s'élevèrent sur celui qui survivait. Une circonstance vint
tout-à-coup leur donner plus de gravité, on apprit avec une sorte de
terreur que le jeune homme survivant était légataire universel du
prédécédé, et que celui-ci était riche.

«Même avant cette découverte, les médecins auxquels, selon leurs propres
expressions, les circonstances du décès paraissaient _extraordinaires et
contre l'ordre naturel des choses_, avaient cru que la justice devait
prendre connaissance de cette affaire. Le nouvel incident rendit ce
devoir plus impérieux.»

Il résulta de l'enquête qui eut lieu que la correspondance de Castaing
prouve qu'il était d'un naturel ardent, ambitieux; qu'il avait toujours
été dévoré d'un violent désir de faire fortune: on lut dans une lettre
saisie chez lui, que sa propre mère, quelques années auparavant, disait
de lui des _horreurs_. Pour avoir l'explication de ce mot, il eût fallu
interroger sa mère; la nature le défendait. On aurait pu interroger
l'auteur de la lettre; on ne le fit pas par ménagement pour une grande
passion. On ne put donc savoir quels étaient au juste les griefs qui
arrachèrent à sa mère une aussi sévère expression. Le père était aussi
très-mécontent de la conduite de son fils: c'est encore dans les papiers
de ce dernier qu'on en a trouvé des preuves.

Castaing, dans ses études aussi opiniâtres qu'étendues, avait cherché à
approfondir la physiologie, l'anatomie, la botanique, la chimie. Ses
travaux sur ces diverses sciences étaient attestés par de nombreux
cahiers, tout couverts de ses observations et de ses extraits, et qui
furent trouvés dans ses papiers. Mais après le déplorable événement qui
donnait lieu à cette instruction, on ne put s'empêcher de frémir en
remarquant que les studieuses investigations du jeune adepte embrassaient
aussi les différentes espèces de poisons; qu'il recherchait avec grand
soin quels sont ceux qui laissent après eux des traces dénonciatrices, et
ceux qui, bien plus perfides, ne laissent après eux aucuns vestiges
perceptibles aux yeux mêmes de l'anatomiste le plus exercé. On vit qu'il
était enfin arrivé à la funeste connaissance que tels poisons n'agissent
qu'à l'égard de certaines maladies, et en ne signalant leur passage que
par des symptômes identiques avec ceux qu'auraient offerts après la mort
ces mêmes maladies. «Tout cela, suivant l'acte d'accusation, résulte
clairement des pièces trouvées chez Castaing. Ainsi un point bien
certain, c'est qu'il savait très-bien, et peut-être trop bien, que
certains poisons ne laissent aucune trace.»

Ajoutons à ces indices que Castaing, quoique peu riche, pouvait se
suffire à lui-même, en attendant que les bénéfices de son art lui
procurassent une situation plus aisée. Mais Castaing avait une maîtresse
très-pauvre elle-même, et si pauvre, qu'il avait à sa charge, outre ses
besoins personnels, ceux de cette femme et de trois enfans d'un mari qui
n'existait plus. En ajoutant l'entretien de deux autres enfans nés du
commerce illégitime qui s'était établi entr'eux, on verra qu'il ne
pouvait naturellement suffire à une pareille dépense. Il était d'autant
plus tourmenté par cette idée, que sa passion n'était pas une passion
vulgaire. La débauche n'avait point formé les nœuds de cette union.
Castaing idolâtrait ses deux enfans, il adorait leur mère qu'il appelait
sa femme; ces trois êtres paraissaient être les seuls objets de ses
pensées; il ne rêvait qu'aux moyens de leur assurer une existence.

L'accusation rappela ensuite que Castaing se trouvait dans un tel état de
gêne, en juin 1822, qu'il ne savait alors comment opérer le remboursement
d'une somme de 600 francs; et que, quatre mois après, c'est-à-dire au
mois d'octobre de la même année, il se trouvait tout-à-coup avoir à sa
disposition des capitaux considérables, prêtait 30,000 francs à sa mère,
et en plaçait 70,000 dans les fonds publics sous des noms supposés, sans
qu'on pût expliquer naturellement un pareil changement de fortune.

A l'époque dont nous parlons, Castaing était déjà lié avec les deux
frères Ballet, et s'était ménagé un puissant ascendant sur l'esprit de
chacun d'eux. Jusque-là les frères Ballet s'étaient montrés très-attachés
l'un à l'autre; mais vers ce temps-là même, cet attachement s'était
beaucoup refroidi, sans que l'on sût quelle était la véritable cause de
ce changement.

Ce qui n'est point douteux, c'est qu'Hippolyte, dans les temps voisins de
sa mort, confia à plusieurs de ses amis, aux uns d'abord, qu'il voulait
faire un testament, aux autres ensuite, qu'il avait fait un testament, et
que, par ce testament, il portait une grande atteinte aux droits légaux
de son frère Auguste. L'existence de ce testament, attestée par plusieurs
personnes notables en position de connaître les faits, pouvait d'autant
moins être révoquée en doute, que Castaing lui-même avait déclaré à
plusieurs personnes qu'Hippolyte avait testé, et qu'il avait déshérité
son frère. Auguste Ballet avait confessé, en présence de témoins, qu'il
avait vu et tenu ce testament après la mort de son frère. Quoi qu'il en
soit, ce testament ne se retrouva pas dans la succession d'Hippolyte.

Voici à peu près de quelle manière l'accusation expliquait la disparition
de cet acte important. Hippolyte avait rendu le dernier soupir entre les
bras de Castaing, comme Auguste; Castaing était resté seul dans
l'appartement du moribond. Personne n'avait donc vu ni pu voir ce que fit
Castaing dans cette maison dont il était resté le maître. On pouvait
donc présumer que Castaing s'était emparé du testament d'Hippolyte, et
l'avait livré à Auguste pour une somme de 100,000 francs.

«Castaing, suivant l'accusation, était en beau train de fortune; déjà
dans les 100,000 francs il avait recueilli une partie des dépouilles
d'Hippolyte. Mais là ne s'arrêtait pas sa cupidité, et il est bien
apparent qu'il avait le vif désir de recueillir tout ce qui en était
passé dans la fortune d'Auguste, et avec cette seconde proie, toute la
fortune même de celui-ci, puisqu'il s'était fait faire par lui un
testament qui lui donnait tout ce qu'il possédait. Toutefois Castaing
n'ignorait pas qu'un testament est un acte bien fragile, et toujours
destructible au premier caprice du testateur. Et Auguste se
refroidissait! et Auguste voulait aller demeurer loin de lui! et Auguste,
impatient de son joug, de ses assiduités, de sa surveillance, paraissait
vouloir reprendre sa liberté! Qu'en ferait-il? Que deviendrait le
testament? Chaque jour, chaque heure, chaque minute pouvaient renverser
de fond en comble les espérances de Castaing. Mais Castaing savait trop
ce qu'en pareil cas il était possible de faire, et quels étaient les
moyens puissans de fixer à jamais les choses dans l'état où elles étaient
encore.

«Il n'y avait même pas, par d'autres raisons, beaucoup de temps à perdre.
Auguste venait de réaliser un capital de 100,000 francs; cela n'est pas
douteux, car, peu de jours avant le voyage de Saint-Cloud, il les avait
montrés à son ami Raisson, qui en a déposé. Castaing ne l'ignorait pas;
sa conduite ultérieure prouvera qu'il savait non seulement qu'Auguste
était en possession de cette somme, mais encore quel était précisément
celui de ses meubles dans lequel il l'avait renfermée.

«C'est sur ces entrefaites mêmes, et vers la fin du mois de mai, que se
lie entre Auguste et Castaing une partie de campagne, sans que personne
puisse dire ou savoir comment elle s'arrangea, lequel des deux la
proposa, pourquoi ils la firent seuls, et enfin quel en fut le but.»

Ce fut à la suite de cette partie de campagne qu'eut lieu la catastrophe
subite d'Auguste Ballet. Certaines circonstances révélées, soit pendant
l'instruction, soit pendant les débats, répandirent quelque lumière sur
le crime et sur quelques-unes des démarches de son auteur. Voici ce que
l'acte d'accusation offrait de plus important à ce sujet:

Le 29 mai, de six à sept heures du matin, Auguste Ballet et Castaing
allèrent ensemble, par les petites voitures, faire une course à
Saint-Germain-en-Laye, et de retour de cette promenade, ils repartirent
vers sept heures du soir, sans indiquer le lieu où ils allaient, après
qu'Auguste eut dit seulement qu'ils seraient absens pendant deux ou trois
jours. Ils se rendirent à Saint-Cloud, aussi par les petites voitures, et
s'y rendirent seuls. Cette circonstance paraîtra, sinon étonnante, du
moins un peu bizarre; car Auguste avait trois chevaux, plusieurs
voitures, plusieurs domestiques: tous restèrent à Paris, sans qu'aucun
d'eux connût le lieu où se rendaient les deux maîtres. On ne le sut que
deux jours après, c'est-à-dire le 31 mai. Ce jour-là, arriva dans
l'après-midi, à l'adresse du domestique d'Auguste, un billet de Castaing
ainsi conçu: «M. Ballet se trouvant indisposé à Saint-Cloud, Jean viendra
de suite le rejoindre avec le cheval gris et le cabriolet; lui et la mère
Buret (femme de charge d'Auguste), ne parleront à personne de tout cela.
On dira à ceux qui le demanderont qu'il est à la campagne, et cela, par
ordre très-exprès de M. Ballet.--Adresse de M. Ballet: _Tête-Noire_, à
Saint-Cloud.»

Le domestique Jean partit sur-le-champ avec le cabriolet, arriva à
Saint-Cloud et trouva son maître au lit. Celui-ci se plaignit d'avoir été
tourmenté par des coliques et des vomissemens.

Que s'était-il donc passé dans ce malheureux voyage? Le voici: Castaing
et Auguste étaient arrivés à la Tête-Noire à Saint-Cloud, le 29 mai, vers
neuf heures du soir. On avait donné aux voyageurs une chambre à deux
lits, qu'ils occupèrent ensemble. Les deux amis se promenèrent, toujours
ensemble, toute la journée du vendredi 30, sauf le temps du dîner, qu'ils
vinrent prendre à l'auberge, et après lequel ils rentrèrent à neuf heures
du soir, et Castaing demanda alors une demi-bouteille de vin chaud sans
sucre, attendu qu'ils avaient le leur avec eux. On monta le vin, et les
voyageurs y mirent de leur sucre et des citrons que Castaing avait
achetés. Les choses en étaient là, lorsque Castaing, sans nulle
provocation, quitta la chambre et se trouva, quelques instans après,
devant le lit d'un jeune domestique de la maison qui était malade et à
qui il tâta le pouls, sans toutefois rien lui prescrire.

Pendant ce temps, Auguste avait goûté le vin chaud, qui lui sembla si
mauvais qu'il ne but pas ce qui lui avait été versé. La servante de la
maison étant survenue, Auguste lui dit: «J'ai trop mis de citron dans ce
vin; il est si amer que je ne puis le boire.» La servante en goûta et le
trouva effectivement bien sûr; puis elle se retira. Les deux amis se
mirent au lit; cette nuit n'eut pas d'autre témoin que Castaing. Quelque
suspect que puisse être son récit, il est cependant certains détails
auxquels on est forcé d'ajouter foi. Auguste, suivant lui, fut agité
toute la nuit; il ne dormit pas, il se plaignit plusieurs fois à Castaing
de ne pouvoir rester en place. Il eut des coliques; le matin enfin, il
déclara qu'il ne pouvait sortir du lit, qu'il avait les jambes enflées et
ne pouvait mettre ses bottes. Quant à Castaing, il sortit, suivant son
récit, pour faire un tour de parc. Ce n'était pas seulement une fantaisie
assez déplacée, c'était encore une fantaisie bien pressée, à ce qu'il
paraît, car il n'était encore que quatre heures du matin, et un des
domestiques de la maison fut obligé de se lever pour lui ouvrir la porte.
Cette prétendue promenade dans le parc n'était qu'une allégation, mise en
avant pour cacher une bien affreuse vérité.

Castaing ne rentra que sur les huit heures; son premier soin fut de
demander pour Auguste du lait froid; dans l'instruction, il prétendit
qu'il avait demandé du lait chaud: tous les témoins déposèrent du
contraire.

Auguste prit le lait qui lui fut présenté par Castaing, et fort peu de
temps après, les vomissemens se succédèrent rapidement, et furent
accompagnés de coliques. On se débarrassa sur-le-champ de toutes les
déjections. Cependant l'état du malade empirait visiblement. Il demanda
un médecin; Castaing lui proposa d'en faire venir un de Paris, mais
Auguste voulut qu'on en prît un sur les lieux mêmes.

On alla chercher M. Pigache, médecin à Saint-Cloud, lequel ne put arriver
qu'à onze heures du matin. Il demanda à Castaing ce qu'il pensait de la
maladie; celui-ci répondit qu'il la regardait comme un _cholera-morbus_.
M. Pigache ordonna des émolliens et se retira. Il revint vers trois
heures, et trouva le malade encore plus mal. Castaing était sorti, pour
la troisième fois de la journée. M. Pigache se plaignit de ce que ses
prescriptions n'avaient pas été ponctuellement suivies. On lui promit
plus d'exactitude, et il quitta le malade jusqu'à cinq heures. A son
retour, il ordonna une potion calmante, et ne fut pas d'avis qu'on
obtempérât au désir qu'avait manifesté le malade d'être transporté à
Paris. Ayant annoncé, en se retirant, l'intention de revenir encore dans
la soirée, Castaing lui dit que cela n'était pas nécessaire. Celui-ci, au
reste, avait écrit la lettre qu'on a vue plus haut, et qui motiva
l'arrivée du nègre Jean.

Les soins de ce fidèle domestique furent à peu près inutiles. Les
symptômes alarmans augmentèrent; la respiration du malade était gênée; il
ne pouvait plus avaler sa salive. Castaing, sur ces entrefaites, lui
administra une cuillerée de potion; l'effet en fut prompt et malheureux:
cinq minutes après, il eut une espèce d'attaque de nerfs; à partir de ce
moment, il demeura constamment sans connaissance. Castaing le laissa dans
cet état jusqu'à onze heures et demie du soir. Alors M. Pigache, averti
par un domestique de la maison, à qui Castaing avait dit que son ami ne
passerait pas la nuit, vint encore une fois.

Le corps du malade était couvert d'une sueur froide et parsemé de taches
bleuâtres. Cependant une saignée ayant produit un peu de mieux, M.
Pigache dit à Castaing qu'il regardait l'état de son ami comme à peu près
désespéré, mais que pourtant une seconde saignée pourrait être salutaire;
Castaing objecta que si elle n'était pas suivie du succès, on pourrait
s'attirer des reproches. M. Pigache alors demanda un médecin de Paris;
mais comme il était une heure du matin, Castaing fit observer que l'heure
était trop avancée. On attendit donc, et, à trois heures, Jean partit
avec deux lettres de M. Pigache, adressées à deux médecins de Paris, avec
ordre de ramener l'un ou l'autre.

Pendant ce temps, Castaing, sur l'avis de M. Pigache, alla chercher le
curé de Saint-Cloud, à qui il dit que le malade avait une fièvre
cérébrale. Tandis que l'on administrait l'extrême-onction au moribond,
Castaing resta à genoux dans un recueillement et dans une ferveur qui
frappèrent le sacristain, émerveillé de tant de piété. Après la
cérémonie, Castaing sortit de nouveau et resta dehors une ou deux heures.
Il rentra vers six heures. Peu après, arriva le docteur Pelletan fils,
qui, ainsi que le sieur Pigache, pensa que le malade était sans
ressource. On tenta cependant quelques derniers remèdes qui ne
produisirent aucun effet. Enfin Auguste expira, entre midi et une heure,
au milieu des pleurs et des gémissemens de Castaing, qui paraissait
accablé de douleur.

Quant aux médecins, ils furent frappés de surprise, et ils requirent la
justice d'intervenir.

Le mystère qui paraissait envelopper cette mort aussi prompte
qu'inopinée, demeurait jusque-là impénétrable et n'éveillait que des
soupçons vagues. Afin de faire tomber le voile qui cachait le crime de
Castaing, et pour mieux faire connaître aux lecteurs les moyens employés
par lui pour le consommer, nous allons, empruntant le langage du
procureur-général, dévoiler les parties de sa conduite, que, dans ces
trois tristes journées, le criminel avait espéré tenir toujours cachées.
Pour cela, il devient nécessaire de se reporter à la première de ces
trois journées, celle du vendredi 30 mai.

On se rappelle qu'Auguste, après avoir pris la veille, vers son coucher,
ce vin si suspect, avait passé une très-mauvaise nuit, si mauvaise que,
de l'aveu même de Castaing, il n'avait pu se lever le matin.

On se rappelle également que ce même matin, dès quatre heures, Castaing
était sur pied, et quittait son ami malade pour aller se promener,
disait-il, dans le parc.

Castaing mentait quand il disait qu'il allait se promener; il allait à
Paris. Il prenait une voiture pour s'y rendre plus vite, et pour revenir
aussitôt, de manière qu'on n'attribuât en effet son absence qu'à une
promenade. Et qu'allait-il chercher si vite et si mystérieusement à
Paris? du poison. Quel poison? Le même que celui acheté déjà par lui,
dix-sept jours avant la mort d'Hippolyte, du poison végétal, du poison
qui ne laisse aucune trace de son passage dans l'organisation humaine; du
poison dont les effets, au dire des médecins, étant identiques avec ceux
que produisent certaines maladies, permettent toujours en présence des
symptômes, de douter s'ils sont produits par l'empoisonnement ou par la
maladie; de l'acétate de morphine enfin. Castaing arriva à Paris comme on
ouvrait les boutiques. Il entra dans celle de M. Robin, pharmacien, rue
de la Feuillade, no 5; il n'y trouva que l'élève, auquel, se donnant
lui-même pour un commissionnaire, il présenta une ordonnance au crayon,
signé, _Castaing, docteur-médecin_, pour se faire délivrer douze grains
d'émétique. L'élève, effrayé de la quantité, qui est en effet plus que
suffisante, administrée en masse, pour donner la mort, parut hésiter. Le
prétendu commissionnaire lui dit que c'était pour le faire prendre en
lavage, selon la méthode du docteur Castaing. Étourdi par ce grand mot,
l'élève livra les douze grains.

Muni de ce premier moyen de destruction, Castaing se transporta sans
perdre de temps à la place du pont Saint-Michel, chez M. Chevalier, autre
pharmacien, et lui acheta un demi-gros d'acétate de morphine. Dans la
conversation, contraint de s'expliquer sur l'usage auquel il le
destinait, il déclara que c'était pour faire des essais sur des animaux.

Il remonta en cabriolet et revint en toute hâte à Saint-Cloud. En
rentrant dans l'auberge, il demanda du lait froid pour son ami; Auguste
but le lait; les vomissemens et les coliques le travaillèrent
sur-le-champ, et désormais, pour quiconque n'est pas privé de bon sens,
tout n'est que trop expliqué. En effet, il devient évident qu'en partant
pour Saint-Cloud, Castaing s'était muni d'une dose de poison quelconque,
qu'il avait crue suffisante pour l'effet qu'il s'en promettait; et cette
dose, il avait eu toutes les facilités du monde pour l'emporter. On avait
fait une perquisition chez lui; on avait trouvé de l'acétate de morphine
en grande quantité, et d'autres poisons, tant minéraux que végétaux; d'où
il résulte que Castaing, en partant, avait pu puiser à son gré dans ses
provisions de poison.

Une autre circonstance est bien remarquable encore; le jour où les deux
amis étaient partis le soir pour Saint-Cloud, ils avaient fait le matin
une course à Saint-Germain-en-Laye. Il n'était pas probable que Castaing
se fût nanti, avant cette course, de la dose de poison dont il méditait
de se servir à Saint-Cloud; aussi, entre les deux voyages de
Saint-Germain et de Saint-Cloud, retourna-t-il chez lui, quoique sans
grand besoin apparent.

Ce fait connu, tout s'explique dans les bizarreries de la conduite
extérieure de Castaing à Saint-Cloud. Auguste et lui arrivent le 29; ils
se promènent, et, dans cette promenade, Castaing achète du citron et du
sucre pour sa préparation du soir. Il fallait acheter soi-même du sucre
et du citron, afin que l'aubergiste ne montât pas le vin tout préparé,
que Castaing eût un prétexte pour mettre la main à sa confection, et
qu'il pût y glisser les funestes ingrédiens. Il fallait du citron
surtout; l'acétate est très-amer: l'amertume dans le vin pouvait, et
trahir sa présence, et empêcher Auguste d'en boire. La saveur du citron a
une grande énergie; Castaing espérait qu'elle masquerait et vaincrait la
saveur de l'acétate de morphine.

A présent, on voit pourquoi Auguste et Castaing sont partis seuls;
Castaing, pour le projet qu'il méditait, ne voulait avoir auprès
d'Auguste que lui-même; il n'avait pas besoin de témoin. On voit pourquoi
Auguste a trouvé de l'amertume dans un mélange de vin, de sucre et de
jus de citron, qui ne devait en renfermer aucune.

On voit pourquoi, n'en ayant bu que fort peu, le premier empoisonnement
manqua son effet, ou n'en produisit d'autres que celui de donner de
grandes agitations, des coliques, des enflures, et de faire passer à
Auguste une très-mauvaise nuit. On voit encore comment Castaing fut
contrarié de voir son projet arrêté; comment démuni qu'il était de
poison, soit parce qu'il avait mis dans le vin tout ce qu'il en avait
apporté, soit parce que, après y avoir mis la dose par lui jugée
suffisante, il s'était hâté, dans le trajet de la chambre d'Auguste à
celle du domestique, près du lit duquel il fut vu quelques instans après
qu'on eut monté le vin, de se défaire de tout ce qu'il avait pu en
conserver sur lui, et comment, persistant toutefois dans son affreux
projet, il fut obligé d'aller à Paris, si matin et avec tant de mystère,
en faire une nouvelle provision. On voit comment, de retour à
Saint-Cloud, il demanda aussitôt du lait, du lait froid, que cette
qualité rend plus propre à resserrer les saveurs; comment il le fit boire
à Auguste, après y avoir certainement mis les douze grains d'émétique;
comment le lait produisit sur-le-champ les vomissemens, les coliques et
les tranchées. On voit comment, aussitôt après avoir administré ce lait,
Castaing faisait une course sans but apparent, mais dont le but caché
était d'ôter de sa possession, et de déposer quelque part l'acétate qu'il
voulait réserver pour le besoin. On voit comment, rentré à l'auberge, et
s'apercevant que l'effet du lait ne marchait ni assez vite, ni assez
violemment, craignant peut-être que la bonté du tempérament d'Auguste ne
triomphât de ce lait homicide, il ressortit pour aller reprendre
l'acétate; comment il donna à son retour la cuillerée de potion, et
comment, après cette cuillerée de potion préparée par lui et subitement,
Auguste entra en agonie.

Tels étaient les faits et les conjectures plus ou moins fondés, fournis
par l'instruction et énoncés dans l'acte d'accusation. Quant au genre
d'intérêt que Castaing avait eu à commettre le crime, il était mis à
découvert d'une manière incontestable. Dès la matinée du 31, Castaing
s'était emparé des clefs de meubles qui étaient dans l'appartement
d'Auguste à Paris, et dans l'un desquels se trouvait alors une somme de
soixante-dix mille francs en billets de banque; une fois maître de ces
clefs, aussitôt que Jean fut arrivé, il les lui donna, en lui disant que
son maître les lui avait confiées pour les remettre à quelqu'un; mais que
ne pouvant le quitter, c'était lui, Jean, qu'il chargeait de les porter à
la personne désignée. Cette personne était un sieur Malassis, clerc de Me
Collin de Saint-Menge, notaire à Paris, et dépositaire du testament
d'Auguste Ballet, objet de la convoitise et du dernier crime de Castaing.

Dès les premiers momens qui avaient suivi la mort d'Auguste, Castaing
avait été arrêté. A peine arrivé dans la prison de Versailles, il chercha
un prisonnier qui pût recevoir ses confidences, et l'aider à combattre
les difficultés de sa position en devenant un intermédiaire entre lui et
les personnes qu'il était intéressé à engager au silence. Il crut
rencontrer cet intermédiaire dans un sieur Goupil, prisonnier comme lui
en apparence, mais qui, en réalité avait été placé à dessein près de
Castaing, pour provoquer ses confidences. Ce fut à ce Goupil que Castaing
fit, sauf l'aveu de ses crimes, des révélations très-circonstanciées sur
sa triste position, sur la résolution qu'il avait prise de se suicider
par un moyen très-subtil et très-doux, si l'autopsie du corps était à
charge contre lui; sur son commerce avec une femme dont il avait eu des
enfans; sur l'amitié qui l'avait lié avec les frères Ballet; sur les
soupçons qui se rattachaient à lui, et par rapport au testament de
l'aîné, et par rapport à la mort presque subite du second; sur les cent
mille francs qu'il possédait et qui lui venaient, disait-il, d'un oncle;
sur les placemens qu'il avait faits et qu'il lui détailla; sur les
poisons qu'il avait en sa possession; sur ceux qu'il avait achetés
dernièrement; sur le grand danger qu'il y avait pour lui que ces faits
fussent connus, etc. Il proposa à ce même Goupil de se charger du soin
d'écrire à sa mère, pour qu'elle fît, auprès de plusieurs personnes qui
connaissaient les faits relatés ci-dessus, les démarches nécessaires pour
les déterminer à garder le silence. Goupil consentit à tout; il écrivit à
la mère de Castaing, mais en même temps il transmit à la justice les
singulières confidences qu'il avait reçues.

Transféré dans les prisons de Paris, Castaing s'efforça de nouveau de
nouer des intrigues du même genre avec les prisonniers, pour qu'ils
écrivissent au pharmacien Chevalier de ne pas dire que c'était de
l'acétate de morphine qu'il avait acheté chez lui. Puis, ne sachant plus
comment sortir du chaos inextricable de contradictions et de mensonges
accumulés dans ses divers interrogatoires, il prit le parti de faire le
fou. Le genre de folie qu'il avait adopté consistait à boire son urine et
à s'abstenir d'alimens. Mais cette aliénation simulée fut de courte
durée. Au bout de trois jours, il s'en lassa, et revint ou parut revenir
à la raison.

Castaing comparut, le 10 novembre 1823, devant la Cour d'assises de la
Seine; la gravité, la célébrité de cette cause avaient attiré une
affluence nombreuse de spectateurs.

L'interrogatoire de l'accusé qui fut très-long et très-détaillé, ainsi
que l'audition des témoins, vinrent corroborer la plupart des charges
énoncées dans l'accusation. Interrogé sur sa sortie de l'auberge à cinq
heures du matin, il répondit qu'il était allé à Paris acheter des
substances vénéneuses destinées à des expériences qu'il devait faire
avec Auguste Ballet sur des animaux de l'auberge. Il avait d'abord parlé
des rats; il soutint ensuite qu'il n'avait été question que des chiens et
des chats de l'auberge, dont le bruit avait incommodé Auguste pendant la
nuit.

Plusieurs pharmaciens déposèrent que Castaing avait acheté chez eux de
fortes quantités d'acétate de morphine, chez l'un vingt grains, chez
l'autre dix: ce dernier achat avait eu lieu le 18 septembre. Des
dépositions accablantes furent faites par des parens des frères Ballet,
tant au sujet du testament que du soin que Castaing prenait d'isoler ces
deux jeunes gens de leur famille. Le président ayant demandé à l'accusé
pourquoi il n'avait pas cru devoir, lors de la maladie subite de son ami,
faire prévenir la sœur et le beau-frère de Ballet: _J'étais troublé_,
répondit Castaing.

M. Vatrey, agent de change, déclara que, le 10 octobre, l'accusé lui
avait remis 70,000 francs pour les placer en rentes. Les hommes de l'art
furent ensuite entendus à l'occasion de l'autopsie du cadavre d'Auguste
Ballet. Le docteur Chaussier fonda sa déposition à décharge sur cet
axiome de jurisprudence: _Que là où il n'y a pas de corps de délit, il
n'y a point de délit_; et il soutint son opinion avec une véhémence qui
ne trouvait d'excuse que dans son grand âge et dans son autorité
médicale. Une discussion assez longue et sans résultat positif s'engagea
sur l'absorption des poisons. M. Chaussier déclara qu'il était d'avis que
l'acétate de morphine devait laisser des traces de son passage dans
l'estomac. M. Magendie exposa que le cas contraire lui paraissait
possible, et qu'il penchait à croire que les accidens remarqués dans
l'autopsie de Ballet, opération, selon lui, très-incomplète, auraient pu
être produits par l'administration d'un poison.

Enfin on procéda à l'audition des plaidoieries. Me Persil, avocat de la
partie civile, dénonça, au nom de M. Martignon, beau-frère d'Hippolyte et
d'Auguste Ballet, l'empoisonnement des deux frères et la soustraction du
testament de l'un d'eux. «Je pouvais, dit en terminant l'avocat, je
pouvais intéresser votre cœur, en vous présentant l'infortuné Ballet
luttant contre la mort, la société alarmée redoutant les suites de cette
funeste découverte des poisons à l'aide desquels on peut donner la mort
avec impunité: j'ai préféré ne parler qu'à votre raison. C'est ma raison
qui m'a convaincu; c'est votre raison qui doit vous convaincre. Si cette
raison vous dit qu'Hippolyte Ballet a été empoisonné; qu'il y a eu
soustraction de testament, moyennant 100,000 fr. donnés; qu'Auguste a eu
le sort de son infortuné frère, vous prononcerez la culpabilité de
l'accusé: si elle vous dit qu'il n'est pas coupable, vous rejetterez
Castaing dans la société».

Le ministère public prit ensuite la parole. Il reprit la discussion des
faits dans leur ensemble, et s'attacha principalement à prouver qu'il ne
fallait pas confondre le corps du délit avec les preuves du délit. «Que
doit-on entendre, dit-il, par le corps du délit? L'illustre d'Aguesseau
le définit par un mot aussi juste que profond. Ce n'est, selon lui, autre
chose que le délit lui-même; quant aux preuves, elles forment l'ensemble
qui amène la conviction. Il y a des cas où, par la force des choses, les
preuves accessoires du crime sont les seules possibles, et où le corps du
délit n'existe pas. C'est la doctrine des d'Aguesseau, des Séguier, de
tous les criminalistes: quant aux preuves, elles peuvent varier à
l'infini. Sommes-nous dans l'application de ce principe? Oui, parce que
les poisons végétaux ne laissent point de traces, ou qu'elles se
confondent avec les accidens des maladies naturelles.

«Si vous admettez qu'il faille obtenir dans le cas d'empoisonnement par
les poisons végétaux, ce qu'on appelle la preuve matérielle,
c'est-à-dire, la présence du poison dans le corps de l'empoisonné, il
faut ajouter au Code pénal un article supplémentaire ainsi conçu:
«Attendu que les poisons végétaux ne laissent point de traces, on peut
empoisonner impunément: libre à tous de le faire.» On vous demanderait,
en d'autres termes, d'adresser aux empoisonneurs ces paroles: Maladroits!
n'allez pas chercher pour poison de l'arsenic; il laisse des traces: on
vous dénoncerait. Prenez des poisons végétaux, empoisonnez votre père,
empoisonnez votre mère, toute votre famille; vous hériterez d'eux. Et ne
craignez rien, on ne vous découvrira pas: vous jouirez de l'impunité.
Vous aurez empoisonné, oui; mais le corps du délit n'existera pas, parce
qu'il ne peut pas exister.

«Ah! messieurs, si des hommes raisonnables pouvaient admettre une
pareille législation; si telles pouvaient être les lois d'un pays
civilisé, il faudrait fuir une pareille société, où il n'y aurait plus ni
sûreté, ni garantie. Vous n'y seriez plus en sûreté vous-mêmes, si un
effroyable exemple d'empoisonnement restait impuni. Les conséquences
qu'aurait une aussi funeste impunité sont incalculables. Nous craindrions
les conséquences, non pas de votre arrêt, il sera toujours juste, mais de
la fatale publicité de cette procédure, qui a initié le public dans la
connaissance des poisons végétaux et de leurs sinistres effets.»

L'avocat-général, passant à l'examen des faits relatifs à
l'empoisonnement, prouva la ridicule absurdité du moyen de défense
employé par l'accusé, et ayant pour objet de faire croire qu'Auguste
Ballet, qui n'était pas médecin, eût voulu faire des expériences avec des
poisons végétaux, sur des animaux, dans une maison étrangère, et dans un
espace de temps qui n'était pas suffisant pour juger du résultat de
l'expérience, puisqu'il devait le jour même repartir pour Paris.

«Songez, messieurs, s'écriait ce magistrat, à la présence du poison à
côté du cadavre, à la nature de la maladie, à celle du poison choisi, et
vous n'hésiterez pas. Voilà tout le procès, je le répète; et tout effort
pour en détourner votre attention serait superflu.

«Le poison, qu'est-il devenu? C'est à l'accusé à en justifier l'emploi.
Nous prouvons sa présence; nous montrons le cadavre. Nous demandons à
l'accusé: Qu'avez-vous fait du poison? Il l'a jeté dans les latrines,
dit-il. On ne l'a pas trouvé. Et pourquoi l'a-t-il jeté? parce qu'il a
été effrayé, dit-il encore, du concours des circonstances. Raison de plus
pour le garder; il aurait prouvé, en le montrant, qu'il ne l'avait pas
employé. D'ailleurs, cette crainte des soupçons serait-elle naturelle
dans une âme honnête, de la part d'un ami, qui assiste son ami dans ses
derniers momens?

«Mais voici une circonstance bien grave et bien remarquable. Une seconde
ordonnance a été envoyée au pharmacien de Boulogne; nous en avons acquis
la preuve. Ainsi il y a eu deux ordonnances portées chez ce pharmacien,
et deux potions livrées par lui. Était-ce celle-là ou l'autre qui avait
été empoisonnée? Voilà un trait de lumière qui fera qu'on ne s'étonnera
plus, lorsque le domestique Léon dira qu'il n'y avait rien dans la
cuillère avant d'y verser la potion. Il y avait deux potions: l'une fut
empoisonnée, et ce fut celle qui fut administrée sous les yeux du nègre;
l'autre était innocente; elle fut abandonnée pour tromper la justice. On
n'avertit pas la famille de l'agonie d'Auguste; l'infortuné n'était pas
encore dépouillé. Castaing voulait les deux clefs d'Auguste; ce n'est que
lorsqu'il les possède qu'il avertit la famille. Il remet les clefs au
nègre pour les porter à Malassis; mais ce serviteur fidèle conçoit des
soupçons. _Il y a du louche dans tout cela_, vous a-t-il dit dans son
gros bon sens: il avait raison.»

L'avocat-général rappela aussi la piété feinte de Castaing pendant les
prières du curé de Saint-Cloud, les mensonges et les sermens de cet
accusé, lors des divers interrogatoires. «Il nous a suffi, dit-il en
achevant de dérouler devant vous ce désolant tableau: vous avez senti
jusqu'à quel point il intéresse l'ordre social. Vous ne donnerez pas à
l'empoisonneur les riches dépouilles qu'il vient réclamer de vous, tenant
de chaque main la tête d'un ami. Vous ne donnerez pas à l'empoisonnement
un brevet d'encouragement et d'impunité. La société consternée a jeté le
cri d'alarme; la société sera vengée.»

On remarqua que l'accusé eut sans cesse les yeux fixés sur
l'avocat-général pendant toute la durée de son réquisitoire; son teint
était vivement animé, et principalement sur la fin, il se livra plusieurs
fois à des mouvemens d'impatience.

La cause de Castaing fut défendue avec talent par Mes Roussel et Berryer.
Mais que peuvent le zèle le plus vrai, l'éloquence la plus puissante,
contre des circonstances aussi avérées, contre des faits si peu douteux,
tranchons le mot, contre des preuves si irrécusables?

Les jurés eurent à délibérer sur les trois questions suivantes:

Edme-Samuel Castaing est-il coupable d'avoir, dans le courant d'octobre
1822, à l'aide de substances vénéneuses, causé la mort d'Hippolyte
Ballet?

Est-il coupable d'avoir, de complicité avec Auguste Ballet, détruit le
testament d'Hippolyte Ballet?

Est-il coupable d'avoir, les 30 mai et 1er juin, à l'aide de substances
vénéneuses, causé la mort d'Auguste Ballet?

La délibération du jury dura près de deux heures. La déclaration fut
négative sur la première question, et affirmative sur les deux autres.
Pour la dernière question, il n'y eut qu'une majorité de sept voix contre
cinq; mais la Cour se réunit, à l'unanimité, à la majorité du jury.

Alors on fit rentrer Castaing dans la salle d'audience. Sa démarche était
ferme et assurée; il entendit, sans changer de couleur, la lecture de la
déclaration du jury et les conclusions du ministère public tendantes à
l'application des peines portées par la loi. Sur la demande du président
s'il avait quelque chose à dire sur cette application, il répondit d'une
voix forte:

«Non, M. le président; je saurai mourir, quoique je sois bien malheureux,
et quoique des circonstances fatales m'entraînent dans la tombe! J'irai
retrouver mes deux amis. On m'accuse de les avoir assassinés
lâchement..... mais il y a une Providence! S'il y a quelque chose de
divin dans l'être qui vit, ce quelque chose ira vous retrouver, ô mes
amis, Auguste, Hippolyte! Ce ne sont point de vaines déclamations, je
n'implore point votre miséricorde; je n'implore rien de ce qui est humain
(élevant ses mains vers le ciel); mon espérance est maintenant dans la
Divinité. Je marcherai avec délices à l'échafaud..... parce que ma
conscience ne me reproche rien, parce que ma conscience ne m'accusera
pas, lors même que je sentirai..... (Il porta les mains à son cou.)
Hélas! il est des choses qu'on éprouve et qu'on ne peut exprimer.» Il
ajouta d'une voix affaiblie: «Vous avez voulu ma mort; la voilà...»

L'avocat de la partie civile prit, d'une voix altérée, des conclusions
tendantes à la nullité du testament d'Auguste Ballet; et la Cour se
retira de nouveau pour délibérer sur l'application de la peine.

Pendant ce temps, les jurés étaient restés appuyés sur leurs bancs dans
un morne silence. La nuit était fort avancée; les bougies qui
commençaient à pâlir, la sombre lueur des lampes épuisées, tout
concourait à donner à cette scène un aspect lugubre et déchirant. Me
Roussel, l'un des avocats du prévenu, fondait en larmes. Castaing se
pencha vers lui; son accent et ses gestes étaient pleins d'énergie.
«Allons, lui dit-il, rassurez-vous, Roussel; regardez-moi: je ne pleure
pas. Je vous remercie des efforts que vous avez faits pour ma défense;
vous avez cru à mon innocence, je suis innocent en effet... Embrassez mon
père, ma mère, mes frères... (Avec un accent douloureux.) ma fille...
Vous me le promettez, n'est-ce pas?»

Puis, s'adressant aux jeunes avocats placés dans le parquet:

«Et vous, jeunes gens, qui avez assisté à mon jugement, vous, mes
contemporains, assistez aussi à mon exécution. Ma fermeté ne se démentira
pas; une prompte mort est la seule grâce que je demande... Je rougirais
d'implorer la clémence...»

La Cour alors rentra en séance, et le président lut, d'une voix très
basse, l'arrêt qui condamnait Castaing à la peine de mort. Cet arrêt le
condamnait en outre à payer la somme de cent mille francs, à titre de
dommages et intérêts à la partie civile, en raison du préjudice qu'il
devait réparer.

Cette effrayante et mémorable procédure avait duré huit jours entiers,
tant elle demandait d'efforts de la part des magistrats pour les amener à
découvrir la vérité!

Castaing se pourvut en cassation contre l'arrêt de la Cour d'assises, et
la Cour suprême s'occupa de cette affaire, le 4 décembre suivant. Les
trois moyens de nullité sur lesquels se fondait le pourvoi de Castaing,
malgré l'appui que leur prêta Me Odilon-Barrot, ne furent pas jugés
admissibles par la Cour, qui, en conséquence, rejeta le pourvoi.

Le 6 décembre, deux jours après le rejet de son pourvoi, Castaing fut
transféré des prisons de Bicêtre, où il avait été conduit le lendemain de
sa condamnation, à la Conciergerie. Pendant tout le temps qu'il avait
passé à Bicêtre, il avait été l'objet de la surveillance la plus active,
parce que l'on craignait qu'il n'attentât à ses jours. Cette crainte
n'était pas sans fondement, s'il est vrai, comme on l'a dit, que la
boîte d'une montre qu'on chercha à lui faire passer du dehors, et qui fut
saisie, contenait du poison. Quoi qu'il en soit, lorsqu'on vint lui
annoncer sa translation à Paris, il fallut le réveiller d'un sommeil
profond. Il paraît qu'il ne s'abusa pas sur le motif de cette visite, car
il dit aussitôt: «Je vois ce que c'est.»

Arrivé à la Conciergerie, il écrivit à son ancienne maîtresse une longue
lettre, remarquable par un mélange confus d'idées religieuses et
philosophiques. Il se fit ensuite conduire à la chapelle, et s'entretint
avec le prêtre qui devait l'exhorter à la mort. Comme il avait témoigné
le désir de voir encore une fois son père et sa fille, l'autorité
s'empressa de donner la permission nécessaire pour cette entrevue; mais,
par des motifs demeurés inconnus, elle n'eut pas lieu. Castaing demanda
par écrit la bénédiction de son père, qui lui fut envoyée. L'heure de
l'exécution avait été avancée. A cette époque, c'était ordinairement à
quatre heures que l'on exécutait les condamnés. On vint, un peu avant
deux heures, annoncer à Castaing que l'heure fatale était arrivée. A
cette nouvelle, ses forces l'abandonnèrent un instant, et il parut
vivement regretter les deux heures dont, selon lui, sa vie se trouvait
abrégée. A sa sortie du dernier guichet de la Conciergerie, il parut
entendre sans beaucoup d'émotion les murmures de la foule qui de toutes
parts se précipitait dans la cour du Palais-de-Justice. Il s'élança alors
sur le crucifix, l'embrassa avec force et à plusieurs reprises. On fut
obligé de le monter à bras sur la fatale charrette. Pendant qu'on le
liait, il promenait ses regards autour de lui avec un air assez
tranquille; mais, pendant le trajet du Palais à la place de Grève, son
maintien fut loin de conserver la même assurance: il sembla que son
courage l'eût tout-à-coup abandonné. Son visage, jusque-là fortement
coloré, se couvrit d'une pâleur mortelle; sa tête, cédant aux secousses
de la charrette, tombait sur l'épaule du confesseur, avec qui néanmoins
il conversait de temps en temps, et dont il paraissait écouter
attentivement les exhortations.

Arrivé au pied de l'échafaud, il tomba plutôt qu'il ne se mit à genoux,
et demeura dans cette attitude pieuse près de quatre minutes. Il n'eut
pas la force de se relever, et deux aides de l'exécuteur furent obligés
de le soutenir pour monter sur l'échafaud.

Cette condamnation de Castaing, comme empoisonneur, donna lieu, dans le
temps, à des opinions diverses. Les uns, et ce fut le plus grand nombre,
n'hésitaient pas, tout en plaignant une famille si digne d'intérêt et de
compassion, à regarder Castaing comme coupable; les autres, à la tête
desquels se trouvait un grand nombre de médecins, déclarèrent hautement
qu'il mourait innocent. D'après toutes les particularités du procès que
nous avons rapportées, et jugeant sous la seule influence de notre
conscience, nous penchons à croire que cette opinion procédait uniquement
d'un esprit de corps mal entendu. On a vu à peu près la même chose, lors
des crimes du curé Mingrat: comme si une corporation quelconque ne se
nuisait pas plutôt qu'elle ne sert ses vrais intérêts, en protégeant
celui de ses membres qui s'est rendu digne de la vindicte des lois!

Quant à nous, notre opinion sur cette déplorable affaire est exprimée
tout entière par ces paroles de M. Persil, avocat de la partie civile:

«C'était, dit l'accusé, pour faire des expériences qu'il a acheté de
l'acétate de morphine et de l'émétique, qu'il a opéré le mélange de ces
substances. Mais en admettant cela, les expériences n'ont pas été faites;
et si Castaing ne nous montre pas, ne nous indique pas ce qu'est devenu
le poison qu'il a acheté en grande quantité, et qu'on n'a pas trouvé où
il prétend l'avoir jeté, il faudra bien en conclure que c'est ce poison
qui a donné la mort à Auguste Ballet.»



ASSASSINAT

DE LA MÈRE JÉROME.


La procédure à laquelle donna lieu le crime dont nous allons parler, se
fit surtout remarquer par la bizarrerie des faits et par les étranges
révélations, au moyen desquelles la justice, après avoir fait long-temps
d'infructueuses recherches, arriva enfin sur la trace des coupables.

Un assassinat avait été commis, le 20 mai 1823, entre sept et huit heures
du soir, rue du Faubourg du Roule, n. 45, sur la personne d'une femme de
quatre-vingts ans, dite la mère Jérôme. A la suite de cet assassinat, on
avait enlevé toute l'argenterie de la victime; mais on avait oublié une
somme de douze cents francs environ, qui fut retrouvée dans un de ses
tiroirs.

Dans les premiers momens, la connaissance des auteurs de ce forfait
échappa aux investigations judiciaires; mais enfin les soupçons
atteignirent Louis-Marie Lecouffe, âgé de vingt-quatre ans, tailleur
d'habits, et sa mère, la veuve Lecouffe, qui tous deux demeuraient dans
la même maison que la mère Jérôme. La mère et le fils furent arrêtés et
mis en accusation. Le fils était prévenu d'avoir commis le crime, et la
mère d'y avoir excité son fils par menaces et abus d'autorité, le
menaçant, s'il refusait de s'emparer du trésor de la mère Jérôme, de
s'opposer au mariage qu'il projetait, et qui en effet fut célébré trois
jours après l'assassinat.

Lecouffe, du moment qu'il fut détenu, ne cessa de donner des marques de
folie vraie ou simulée. A l'en croire, il n'avait fait ses révélations
que par ordre exprès de l'ombre de son père, mort depuis quatre ans, et
qui s'était présentée à lui dans sa prison, accompagnée de l'ange
Gabriel. Tous ses interrogatoires furent remplis de ses prétendues
conversations avec le spectre, qui lui avait commandé, comme à un autre
Hamlet, de dévoiler et de punir le forfait de sa mère. Lecouffe poussa
même la démence ou la fourberie jusqu'à supplier les geôliers de son
cachot de boucher le trou par lequel il prétendait voir arriver ces
apparitions importunes.

Les accusés furent traduits devant la cour d'assises de la Seine, le 11
décembre 1823. Les dépositions des témoins qui furent entendus établirent
la vérité des faits dans le sens de l'accusation; mais l'accusé Lecouffe
rejeta constamment tout l'odieux du crime sur sa mère.

Ce spectacle d'un fils et d'une mère qui se renvoyaient mutuellement le
poids d'un horrible forfait, et qui, suivant l'expression énergique du
ministère public, se poussaient l'un l'autre vers l'échafaud, avait plus
d'une fois fait frémir l'auditoire.

Enfin, après trois audiences consécutives, le jury prononça la
culpabilité de Lecouffe sur toutes les questions qui lui furent posées;
la mère, acquittée sur la question de complicité d'assassinat, fut
déclarée coupable de recel d'objets volés, avec connaissance que le vol
avait été accompagné d'homicide volontaire, mais sans savoir que
l'homicide avait été commis avec préméditation et guet-à-pens. Tous les
deux furent condamnés à la peine de mort.

La mère et le fils se pourvurent en cassation contre le jugement qui les
condamnait; mais leur pourvoi fut rejeté. Le 24 janvier 1824 fut le jour
fixé pour leur exécution. La mère fut amenée, dès le matin, de sa prison
de Saint-Lazare à la Conciergerie, et le fils arriva de Bicêtre quelques
instans après. Ils furent mis tous deux dans une prison séparée; et après
qu'ils eurent entendu lecture de l'arrêt portant rejet de leur pourvoi,
deux ecclésiastiques vinrent leur apporter les secours de la religion.
Lecouffe, qui s'était préparé à ce fatal dénouement, les reçut avec
reconnaissance et contrition; sa mère montra d'abord moins de résignation
et de fermeté, mais les exhortations du vertueux ecclésiastique
ramenèrent peu à peu l'espoir de la clémence divine dans son âme
coupable. Les deux condamnés passèrent en prières tout le temps qui
précéda l'exécution. A quatre heures précises, ils montèrent dans la
charrette. Arrivée au pied de l'échafaud, la femme Lecouffe descendit la
première, monta les degrés d'un pas mal assuré, et se livra aux
exécuteurs sans avoir jeté un seul regard en arrière pour voir son fils.
Lecouffe embrassa deux fois son confesseur, et se dirigea vers
l'échafaud d'une marche assez ferme. Si quelque chose peut diminuer
l'horreur qu'inspire tout criminel aux âmes honnêtes, c'est le repentir
qu'ils manifestent à leur dernier moment; celui que témoignèrent la mère
Lecouffe et son fils fut un éloquent commentaire du spectacle de leur
exécution, qui avait attiré une foule immense.



HENRI FELDTMANN,

OU

PÈRE INCESTUEUX ET ASSASSIN DE SA FILLE.


Henri Feldtmann, ouvrier tailleur, avait une fille nommée Victoire, qui
était encore en nourrice à l'époque de la mort de sa mère, arrivée en
1801.

Peu de temps après le décès de sa femme, Henri Feldtmann forma une
liaison illégitime avec Madeleine Léger. Il en eut une fille naturelle
nommée Élisabeth-Constance. Au vice près qui avait présidé à cette
nouvelle union, le ménage de Feldtmann avait toutes les apparences de la
régularité: Madeleine Léger remplissait les devoirs de mère, non
seulement à l'égard de sa fille, mais à l'égard de la jeune Victoire.

Feldtmann donna pendant plusieurs années des leçons et des exemples de
vertu à ses deux filles. Professant la religion réformée, il confia ses
deux filles aux soins de M. le pasteur Gœpp. Cet homme respectable fut
frappé des excellentes qualités qui distinguaient Victoire. La modestie
de cette jeune personne, sa candeur, son sincère désir de pratiquer la
vertu, étaient en effet bien dignes de remarque et d'admiration. A
l'époque de la première communion, M. Gœpp promit solennellement à
Victoire de l'entourer de sa bienveillance et de sa protection.

Mais cette intéressante fille, étant parvenue à l'adolescence, eut le
malheur d'inspirer à son père les premiers sentimens d'une passion
incestueuse. Cette horrible passion se développa prodigieusement dans le
cœur de Feldtmann. Nous ne retracerons point les efforts de Victoire
pour cacher à tous les yeux la coupable faiblesse et la turpitude de son
père, sa résistance à toutes ses tentatives criminelles, enfin sa
retraite de la maison paternelle, accompagnée de sa sœur et de Madeleine
Léger, lorsqu'elle eut acquis l'affreuse conviction que la fuite pouvait
seule la soustraire à la brutalité de Feldtmann.

Mais celui-ci, après beaucoup de recherches, parvint à découvrir la
maison où ses filles et Madeleine Léger s'étaient réfugiées. Il se
présenta plusieurs fois à leur nouveau domicile pour les engager à
rentrer avec lui. Elles s'y refusèrent constamment, et principalement
Victoire. Enfin il se rendit chez elles une dernière fois, le lundi 24
mars 1823, et voici en quels termes l'acte d'accusation retrace la
catastrophe qui termina cette fatale entrevue.

Après avoir acheté un couteau de cuisine sur le quai dit de la
_Ferraille_, Feldtmann se rendit chez ses filles. Celles-ci étaient
levées; la fille Léger était encore couchée: elle se leva aussitôt. On
offrit à Feldtmann à déjeûner; il accepta, et prit, comme ses convives,
une tasse de café. Après ce repas, il entama le sujet ordinaire de ses
conversations; il pressa, supplia ses enfans et la fille Léger de rentrer
avec lui. Même refus de la part de chacune d'elles; même opposition
calme, respectueuse, mais invariable de Victoire.

La famille était réunie autour de la cheminée; Victoire était assise d'un
côté, la fille Léger était au coin vis-à-vis, et la jeune Élisabeth se
trouvait au milieu. Feldtmann était debout, le dos appuyé contre la
cheminée. Tous ses regards étaient concentrés sur sa fille aînée.

Après environ deux heures de débats, Victoire déclara avec fermeté à son
père qu'elle aimerait mieux mourir que de retourner avec lui. _Tu seras
cause que je mourrai sur l'échafaud!_ répliqua Feldtmann avec une fureur
concentrée. Cette menace positive d'un assassinat prochain n'ayant point
ébranlé cette jeune et vertueuse fille, Feldtmann reprit: _Tu es
obstinée... tu seras cause de ma perte._ Et aussitôt il tira de sa poche
de côté le couteau de cuisine qu'il y tenait caché, et le plongea tout
entier dans la poitrine de Victoire.

A ce spectacle, Élisabeth reste immobile de stupeur. Feldtmann retire du
sein de sa fille aînée son couteau tout fumant, et se prépare à frapper
sa fille cadette. A cette vue, la mère se jette sur le bras de
l'assassin, dérange la direction du coup et en affaiblit la violence.
Élisabeth est frappée, mais moins dangereusement. Une lutte horrible
s'établit entre Élisabeth et la fille Léger d'une part, et Feldtmann de
l'autre. La fille Léger est frappée à son tour, mais sa blessure est
légère. Des voisins accourent au bruit; on arrête le meurtrier. Celui-ci
laisse échapper son couteau ensanglanté, et proteste qu'il n'a pas envie
de prendre la fuite.

Cependant la malheureuse Victoire, qui perdait son sang à flots, avait eu
encore la force d'ouvrir la porte et de se traîner jusqu'au palier du
premier étage, où elle était tombée à la renverse et sans connaissance.
Peu d'instans après, elle avait cessé d'exister.

En conséquence de ces déplorables faits, Feldtmann fut traduit devant la
cour d'assises de la Seine, et comparut devant ce tribunal, le 23 avril
1823.

Pendant la lecture de l'acte d'accusation, Madeleine Léger, appelée comme
témoin, s'évanouit, vaincue par les émotions qu'elle éprouvait. Quant à
Feldtmann, il conserva un calme imperturbable, et son interrogatoire se
fit remarquer par l'incohérence des explications qu'il donna, et par le
scandale de plusieurs imputations qu'il présenta comme moyens de défense.
Il nia opiniâtrément qu'il eût éprouvé un sentiment coupable pour sa
fille Victoire; il ne craignit pas de lui imputer de graves désordres
dans sa conduite, sous le rapport des mœurs et de la probité; il
accumula également les imputations les plus graves contre Madeleine
Léger.

Entre toutes les dépositions, celle du pasteur Gœpp excita un intérêt
particulier. Il rendit compte de ses rapports avec la famille Feldtmann
dont il avait été le bienfaiteur; il parla des terribles confidences qui
lui avaient été faites, soit par la mère de Feldtmann, soit par Victoire
elle-même, au sujet des tentatives criminelles dont cette dernière avait
été l'objet; il énonça les démarches qu'il avait cru devoir faire à la
préfecture de police pour prévenir les excès que l'on pouvait redouter de
la part de l'accusé. M. Gœpp ajouta qu'à diverses époques, et surtout
lors de la dernière entrevue qu'il avait eue avec Feldtmann (la veille du
crime), cet homme ne lui avait pas semblé jouir de la plénitude de ses
facultés lorsqu'il s'agissait de ses relations avec sa fille; qu'il
l'avait considéré comme un de ces hommes dominés par une idée fixe, et
qui ne sont plus maîtres de leur imagination, lorsqu'elle vient à
s'arrêter sur cette idée.

Après quelques autres dépositions moins importantes, M. l'avocat-général
soutint l'accusation, discutant d'avance le moyen unique qui pouvait être
présenté au nom de l'accusé. Il prouva qu'une passion, une passion
infâme, à quelque degré qu'elle fût portée, ne pouvait servir d'excuse à
un crime. Vainement le défenseur, nommé d'office, fit-il tous ses efforts
pour soustraire Feldtmann à la peine capitale, en écartant les
circonstances de la préméditation, et en cherchant à établir qu'il avait
été entraîné à ce crime par un ascendant irrésistible plutôt que par
l'effet de sa volonté; le jury, après une longue délibération, déclara
Feldtmann coupable sur toutes les questions, tant d'assassinat prémédité,
consommé sur la personne de sa fille Victoire, que de tentatives
d'homicide contre son autre fille, Élisabeth, et Madeleine Léger. Le
résultat de cette réponse fut la condamnation à mort de Feldtmann.

L'inconcevable sang-froid que ce malheureux avait montré dans le cours
des débats ne se démentit point en cet instant fatal.

Feldtmann se pourvut en cassation; mais son pourvoi ayant été rejeté, il
subit son supplice le 21 mai, en place de Grève. Dans cet horrible
moment, toute son impassibilité l'avait abandonné; il fallut que les
exécuteurs l'aidassent à monter les degrés de l'échafaud, et l'on peut
même dire qu'il était mort avant d'être décapité.



ASSASSINAT

DE

MADAME VEUVE AILLET,

ET DE

LA FILLE GOUSSARD, SA DOMESTIQUE,

A CHARTRES.


En 1823, la ville de Chartres fut le théâtre d'un double meurtre, qui
frappa de terreur tous les esprits. La mauvaise conduite, la débauche et
la cupidité, sources ordinaires de tant de désordres, avaient armé les
principaux assassins. Tout portait à croire que plusieurs de leurs
complices n'étaient point sous la main de la justice. Il est donc facile
de s'expliquer l'effroi général, en présence des dangers auxquels chacun
pouvait être exposé. Voici les faits qui ont été révélés par
l'instruction de ce procès.

La dame Aillet, propriétaire à Chartres, âgée de plus de quatre-vingts
ans, et la fille Louise Goussard, sa domestique, âgée de cinquante-huit
ans environ, habitaient seules une maison, rue des Grenets, dans le
voisinage du cloître Saint-Aignan, au centre de la ville. Cette maison
est située entre cour et jardin; les murs de la cour s'élèvent sur la rue
à environ treize pieds de hauteur; de la cour on entre dans un petit
corridor fermant sur la rue par une porte vitrée, et dans lequel donne la
porte de la chambre où couchaient la dame Aillet et sa domestique. Le
dimanche 22 juin 1823, un peu avant sept heures du matin, la fille
Chifflet, laitière, étant venue, suivant son usage, apporter du lait,
sonna vainement à plusieurs reprises; personne ne lui répondit. Elle
conçut des inquiétudes qu'elle communiqua dans le voisinage. On prit des
renseignemens; on passa dans le jardin, on trouva les portes et les
contrevents exactement fermés de ce côté, on n'entendit aucun bruit dans
l'intérieur de la maison, et l'on appela plusieurs fois, mais sans
succès. Les inquiétudes croissant, l'autorité fut avertie; alors on monta
à l'aide d'une échelle au haut du mur donnant sur la rue, et l'on
aperçut une autre échelle dressée le long de ce mur, dans l'intérieur de
la cour. Dès ce moment, on ne douta plus que la dame Aillet et sa
domestique n'eussent été assassinées. La porte de la rue fut ouverte, et
l'on entra; aucune des portes de l'intérieur n'était fermée. On trouva
dans une chambre les corps de la dame Aillet et de sa domestique étendus
sans vie au pied des deux lits, nus pieds, en chemise et baignant dans
leur sang. La dame Aillet avait à la tête deux longues et profondes
blessures, faites avec un instrument tranchant; la domestique était
percée de dix blessures, paraissant faites avec un couteau long et fort
aigu, dont huit à la partie gauche de la poitrine et deux à la main
gauche. La disposition des lits montrait que les deux victimes s'étaient
levées spontanément et avaient été frappées dans la chambre; une
veilleuse brûlait encore; un seul fauteuil était taché de sang, un autre
était brisé en partie: une commode placée dans la chambre, avait été
forcée et un tiroir ôté. Les assassins étaient entrés dans deux cabinets
voisins, dans l'un desquels fut trouvé un couperet teint de sang: on y
avait ouvert une armoire à linge, mais rien ne parut y avoir été dérangé;
l'armoire à l'argenterie parut également intacte; on n'avait touché, ni à
un coffre-fort fermé, dans lequel se trouvèrent douze mille quatre cent
vingt-cinq francs, ni à une somme de deux cents francs, placée dans le
tiroir d'une petite table, non fermée à clef, ni même à celle de
trente-six francs, exposée en évidence sur une tablette. Enfin, tout
indiquait que les meurtriers avaient fait des recherches, et qu'un
événement fortuit les avait forcés de les abandonner pour fuir
précipitamment. On ne put s'assurer s'ils avaient pris de l'argent, mais
on ne tarda pas à reconnaître qu'ils avaient emporté deux montres d'or
accrochées à la cheminée; une chaîne d'acier, attachée à l'une de ces
montres, en avait été arrachée et lancée à terre. Ces deux montres
étaient de forme ancienne; l'une des deux était à répétition et portait
une chaîne d'or ainsi qu'une petite clef et un cachet en or: le couperet,
l'un des instrumens du crime appartenait à la dame Aillet; l'instrument
aigu, dont la domestique avait été frappée, ne fut point retrouvé.
L'échelle avait été apportée d'une maison peu éloignée, qui était alors
en réparation. La position de cette échelle dressée contre le mur de la
cour, et des dégradations récentes faites à une corniche qui est
au-dessus de la porte de la rue en dehors, indiquaient que les assassins
s'étaient retirés par ce chemin, et l'on fut confirmé dans cette opinion
en reconnaissant que toutes les ouvertures sur le jardin étaient
exactement fermées dans l'intérieur. Le crime était donc évident; il
avait été commis par deux personnes au moins: la différence des
instrumens avec lesquels avaient été frappées les deux victimes le
démontrait. Il était probable, en outre, qu'un complice veillait dans la
rue, pour prévenir toute surprise et donner avis du moindre danger.

Ce soupçon fut confirmé par la déposition de plusieurs témoins, dont l'un
déclara que, la nuit où le crime fut commis, vers une heure du matin, il
avait entendu un grand cri, puis le bruit de la sonnette de madame
Aillet, tirée avec force, ensuite deux autres cris. Cette sonnette était
sans doute tirée par le complice pour avertir que les cris étaient
entendus au dehors. Le même témoin ajouta que, vers une heure et demie,
plusieurs personnes, marchant très-vite, avaient passé sous ses
fenêtres, venant de la rue des Grenets. Un autre témoin avait vu, à cette
même heure, dans la rue Saint-Michel, voisine de celle des Grenets,
quatre hommes, portant des blouses bleues et des souliers ferrés, courir
très-vite vers la porte Saint-Michel.

Pendant quelque temps, on n'eut aucune idée fixe sur ceux qui pouvaient
être les auteurs de ce crime; mais par suite de quelques renseignemens,
des soupçons s'élevèrent sur Bouin dit Lapalette: on arrêta une fille
Curot avec laquelle il vivait depuis trois ans. Cette fille avait d'abord
déclaré que Lapalette était sorti de chez lui le samedi soir, qu'il
n'était rentré que le lendemain, à six heures du matin. Ensuite, pressée
par les questions qui lui furent faites, elle ajouta que le vendredi
matin, dès trois heures, un nommé Fréon était venu trouver Lapalette;
qu'ils avaient passé ensemble la journée, la nuit suivante, toute la
journée du samedi, et qu'ils étaient sortis tous deux le samedi soir. Sur
cette déclaration, Fréon et Lapalette furent également arrêtés. Il est
utile de faire connaître ici plus particulièrement ces deux individus.

Lapalette avait toujours été un mauvais sujet, redouté de ses camarades à
cause de sa force et de sa brutalité. Il avait été condamné
correctionnellement pour vol, et suspendu plusieurs fois de sa place de
portefaix à Chartres, à cause de sa mauvaise conduite; il venait d'être
supprimé définitivement, pour abus de confiance, et était réduit, les
jours de marché, à suivre les voitures de blé, pour avoir la paille.

Fréon n'avait pas une réputation meilleure. A l'âge de quinze ans
environ, il avait volé une montre et de l'argent; étant ensuite entré au
service militaire, en 1807, il fut condamné à trois ans de travaux
publics, pour vol d'argent commis à son corps. Revenu à Chartres,
il s'était marié avantageusement et avait pris l'état de
perruquier-parfumeur; mais il avait mal vécu avec sa femme et dissipé
tout son avoir. Il se livrait au braconnage des rivières, et fut
poursuivi plusieurs fois pour ce délit. Il fit aussi de faux billets,
mais son père les remboursa, et l'affaire fut assoupie. Il connaissait
parfaitement la maison de la dame Aillet, son père y ayant été employé
comme perruquier. Dix jours avant le crime, il avait abandonné son
domicile et mené une vie errante, se cachant sans cesse aux yeux de sa
famille: en outre, plusieurs propos qu'il avait tenus à différentes
reprises montrent qu'il roulait souvent dans son esprit des projets
funestes, et qu'il se complaisait dans les idées les plus sombres et les
plus sinistres. Ainsi, vers 1817 ou 1818, il disait au sieur Levassor en
le rasant: «Quand vous serez dans votre nouveau domicile, rue du
Puits-Berchot, je pourrai, en l'absence de votre femme, vous couper le
cou en vous rasant. Je vous mettrais un rasoir dans la main, alors je
deviendrais le maître dans la maison; j'y prendrais tout ce qui me
conviendrait; j'y resterais enfermé jusqu'à la nuit; je sortirais
ensuite. Puis le lendemain, on fait ouvrir vos portes, et l'on dit: M.
Levassor s'est suicidé!» Mais une chose plus directe à l'assassinat
actuel, et qui prouve que Fréon le méditait depuis long-temps, c'est
qu'en 1813, il fit au sieur Basin, lequel le déclara dans l'instruction,
la proposition formelle d'assassiner de concert avec lui, les sieur et
dame Aillet et leur domestique, et de les voler, ajoutant qu'ils avaient
beaucoup d'argent, qu'il connaissait les êtres de la maison, et que rien
ne serait plus facile; puis il fit un détail circonstancié des moyens
qu'ils emploieraient. Sur le refus d'indignation que fit le témoin, il
insista et lui dit: «Viens à la pêche avec moi lundi prochain; nous
raisonnerons de tout cela et nous prendrons jour.» Enfin, dans le courant
de mai 1823, Fréon dit à un témoin qui se plaignait de n'avoir pas
d'argent: «_Si vous aviez du courage!... Mais il n'est pas héréditaire
dans votre famille._»

C'est avec de pareils antécédens que le 11 juin, à la suite, selon lui,
d'une scène de jalousie qu'il aurait eue avec sa femme, Fréon quitta son
domicile et se rendit à Paris. Il était sans argent; dès son arrivée il
va chez un sieur Cornut, ancienne connaissance; il lui dit qu'il n'a que
deux francs, le charge de mettre des habits en gage et en retire vingt
francs; plus tard, il fait vendre encore pour sept francs d'effets, et le
mercredi 18 juin, prêt à retourner à Chartres, comme il n'avait plus
d'argent, il laisse au même témoin d'autres effets et reçoit de lui cinq
francs; il lui annonce en même temps qu'il part pour Chartres, qu'il
sera revenu le dimanche ou le lundi suivant, ou qu'il sera mort; qu'il
apportera de l'argent et une montre d'or, et il lui déclara depuis qu'il
emportait alors un couteau très-pointu qu'il avait acheté six sous sur le
quai de la Ferraille, et que ce couteau lui servirait à se percer le
cœur, en présence de son père, s'il ne réussissait pas à se procurer de
l'argent. Le 19 juin, à huit heures du matin, il arrive à Saint-Piat, à
trois lieues de Chartres, y passe la journée, y fait quelques dépenses
qu'il ne peut payer qu'en partie, avouant qu'il n'a que deux francs, et
il demeure débiteur d'un litre de vin. Il attend exprès six heures du
soir pour se rendre à Chartres, disant qu'il ne veut y entrer que de
nuit, pour n'être pas reconnu. Arrivé dans cette ville à dix heures du
soir, il ne va pas chez lui: il va frapper à la porte de Lapalette. Mais,
effrayé par la voix d'un locataire de la maison, il se sauve, rôde une
partie de la nuit, et dès trois heures du matin, il entre chez Lapalette.
A peine sont-ils réunis, qu'ils sortent ensemble; ils vont d'abord du
côté des Filles-Dieu. Vers cinq heures, Lapalette rentre chez lui, il
s'emporte contre la fille Curot, l'injurie, et cependant lui dit à voix
basse: _Tais-toi! tu es une mauvaise langue_; puis encore: _Veux-tu bien
te taire! veux-tu bien te taire!_ Il retourne de là joindre Fréon, et ils
se rendent ensemble à Morancez dans le cabaret de Laigneau, à qui ils
disent qu'ils viennent de se rencontrer par hasard en pêchant. Ils y
passent la journée à manger et à boire, et projettent ensemble un voyage
à Paris. C'est là que Lapalette, causant avec un témoin, sort avec lui du
cabaret, cherche d'abord à lui représenter son état comme misérable et
sans ressources, et ajoute: _Laisse faire: dans peu de temps, je ne
manquerai de rien; nous nous soutenons, Fréon et moi. Si tu étais un bon
enfant, je te confierais quelque chose._ Ils font dans ce cabaret une
dépense de huit francs. Fréon ne la paie pas, engage Laigneau à venir
chercher son argent chez lui, et se retire avec Lapalette à huit heures
du soir, en disant: «Nous nous en allons, parce que nous avons affaire
ensemble.» Il retourne chez Lapalette, et Fréon, qui n'était revenu à
Chartres, à ce qu'il prétend, que pour voir une maîtresse qu'il avait, et
qui ne voulait y aller que la nuit, de peur d'être reconnu, n'y va
cependant pas; il ne se rend point non plus chez lui, mais il passe la
nuit chez Lapalette.

Le lendemain samedi 21, ils restent toute la journée sans sortir: la
fille Curot est avec eux; Lapalette s'occupe à raccommoder ses guêtres;
Fréon ne fait rien, et paraît plongé dans de profondes rêveries. La
misère est telle parmi eux, que la fille Curot est obligée d'aller vendre
deux chaises pour subsister pendant la journée, et cependant Fréon dit,
dans la conversation, qu'il va acheter un fonds de boutique, moyennant
huit cents francs. Il promet trente francs à Lapalette, qui se plaint de
n'avoir pas de quoi payer son loyer, et la fille Curot s'étonnant d'une
pareille promesse, il lui répond: _Qu'est-ce que cela vous fait?_ Il lui
dit encore qu'il était venu à Chartres pour faire de l'argent en vendant
des effets; que la personne chargée de cette vente avait demandé toute la
journée du samedi, et qu'il ne pourrait toucher des fonds que vers neuf
heures et demie du soir. Du reste, il n'indique ni les effets qu'il peut
vendre, ni le mandataire qu'il en avait chargé.

Le soir étant venu, Fréon, sans s'embarrasser d'aller chercher le
produit de sa prétendue vente, sort avec Lapalette à dix heures. Tous
deux avaient des souliers ferrés; Fréon avait un chapeau rond, une veste
brune, un pantalon marron. Lapalette portait un bonnet de police bleu, un
gilet rond en nankin blanchâtre, un pantalon d'été bleu; la fille Curot
prend toutes les précautions nécessaires pour qu'ils ne soient pas
aperçus, au point même d'aller faire, de neuf à dix heures et demie du
soir, le guet deux à trois fois sur le pas de la porte, pour voir s'ils
peuvent sortir sans être vus, et Fréon se couvre de la blouse de
Lapalette: celui-ci prend en sortant la précaution bien singulière de
faire coucher la fille Curot et de l'enfermer à clef dans sa chambre. Où
vont-ils ensuite? Fréon prétendait qu'il était allé seul au grand
faubourg pour tâcher de voir sa maîtresse, disant à Lapalette de venir
l'y rejoindre; que n'ayant pas rencontré sa maîtresse, il était revenu
chez Lapalette qui était sorti; qu'il avait été le rejoindre dans le
tertre Saint-François; qu'ils sont aussitôt sortis ensemble de la ville,
et se sont dirigés vers l'ancienne route de Paris.

De son côté, Lapalette soutint que Fréon ne lui avait pas dit de venir le
rejoindre dans le grand faubourg, mais simplement de l'attendre dans le
tertre Saint-François; que, ne le voyant pas venir, il était prêt à s'en
retourner lorsqu'il le vit enfin arriver; qu'ils allèrent ensemble à
Lucé, village voisin pour voir la filleule de la femme Fréon; qu'ils y
rôdèrent quelque temps et revinrent par les promenades à la route de
Paris, qu'ils suivirent jusqu'au bois d'Oisême, où ils se séparèrent. Ils
dirent tous deux qu'ils avaient quitté Chartres vers onze heures et
qu'ils n'avaient point été ce soir-là dans les environs du cloître
Saint-Aignan. Ces deux versions ne s'accordaient pas, elles se
contredisaient même formellement; car Fréon soutenait qu'ils n'étaient
point allé à Lucé, mais qu'ils étaient sortis de la ville pour gagner la
route de Paris. Elles furent de plus démenties par l'instruction. En
effet, le samedi soir, vers dix heures et demie, des témoins virent dans
le cloître de Saint-Aignan, près duquel est située la maison de la dame
Aillet, deux hommes dont le signalement se rapportait entièrement à celui
des accusés. Trois autres témoins reconnurent positivement Lapalette en
ce même endroit. On le vit, à onze heures, passer du cloître Saint-Aignan
dans la rue des Grenets, et c'est vers une heure que le crime fut commis.
Dans cette nuit fatale du 21 au 22 juin, Fréon qui, depuis deux jours,
était avec Lapalette et ne l'avait pas quitté depuis son retour, se
sépare tout-à-coup de lui et part à pied pour Paris; il va jusqu'à Ablis.
Là, il quitte la route et gagne Rambouillet, où il dit être arrivé à dix
heures, mais il est constant qu'il n'y arriva qu'à trois ou quatre heures
après-midi; il entre aussitôt dans une auberge, y reste trois heures,
faisant voir la plus grande fatigue, et prend le soir même la diligence
de Paris, où il arrive le 23 au matin. A peine arrivé, il se rend chez
Cornut, dont il a été question ci-dessus, et lui fait voir une montre
d'or de forme ancienne à répétition, garnie d'une chaîne d'or. Il annonce
vouloir la changer; il dit qu'il a apporté trois cents francs de chez
lui; qu'y étant arrivé vers neuf heures et demie du soir, son père était
venu lui ouvrir la porte, et qu'en l'absence de sa femme, il avait fait
ouvrir la porte d'une armoire par un serrurier, pour prendre ces trois
cents francs, et cependant il est constant que, depuis long-temps, il
n'avait pas mis le pied chez lui. Il montre ensuite cent cinquante francs
qu'il a dans sa poche et donne vingt-cinq francs à Cornut pour retirer
les effets engagés à son dernier voyage.

Le 24, il va chez le sieur Lejeune, horloger, rue Saint-Martin; il y
échange deux montres anciennes contre une nouvelle, et reçoit
quatre-vingts francs de retour. Le signalement de ces deux montres est le
même que celui des deux montres volées. Ce qu'on en put retrouver,
savoir, le mouvement, la chaîne d'or, la clef et le cachet d'or, tout fut
reconnu par les témoins et par l'horloger qui entretenait les montres de
la dame Aillet. Cet échange consommé, Fréon se fait conduire par Lejeune
chez un bijoutier dans la même rue, où il achète une chaîne d'or, et chez
un autre, rue Michel-Lecomte, où il se procure des breloques. Dans
l'instruction, il nia tous ces faits; mais il fut formellement reconnu
par l'horloger Lejeune et par les deux bijoutiers. Trois témoins et
Lapalette lui-même qui, de son côté, arriva à Paris le 25, déclarèrent
lui avoir vu, les jours suivans, une montre d'or à la mode avec chaîne et
breloques en or. Fréon la présenta lui-même à un sieur Muller, son ami,
en lui disant: _Tiens, vois donc cette montre: je l'ai changée contre
deux autres montres d'or, et je crains d'avoir été trompé._ Il donnait en
même temps une fausse adresse du marchand chez lequel il avait fait cet
échange. Il ajouta qu'ayant des affaires à Paris, il avait apporté ces
deux montres pour les changer, attendu qu'elles étaient anciennes et
n'étaient plus de mode. Le 27, il remit cette nouvelle montre à Vigneau
pour l'engager au Mont-de-Piété; il en retira cent vingt francs. Fréon
nia encore tous ces faits; seulement il convint que, le 23, il avait
acheté dans les rues de Paris, moyennant dix-huit francs, une montre en
chrysocale, avec chaîne et breloques, et qu'il l'avait revendue le 27.

Le 28 au matin, Fréon se trouvant à boire avec un sieur Rondeau, chez un
marchand de vin, rue des Saints-Pères, deux individus assez mal vêtus
entrèrent dans le même cabaret, Fréon parut très-effrayé; il leur parla
quelque temps, et dit ensuite à Rondeau qui était sorti dans
l'intervalle: _J'ai acheté leur silence._ Le soir même, il reprit la
diligence de Chartres; son intention était sans doute de découvrir dans
le pays ce que l'on pouvait dire sur son compte, car il ne prit sa place
que jusqu'à Maintenon. Son seul but, à l'entendre, était de voir un nommé
Frot, dont il voulait affermer la pêche sur la rivière d'Eure. Il alla
chez ce Frot le 29, et il ne fut nullement question de ce marché.

Dès son arrivée à Maintenon, le 29, à quatre heures du matin, il dit
qu'il vient de Chartres pour affaire; plus tard, il dit à d'autres qu'il
arrive de Paris; il passe la journée dans différens cabarets et cafés, va
à Saint-Piat, y boit avec trois jeunes gens de sa connaissance, à qui il
dit qu'il est venu à Maintenon pour des affaires qui devaient durer deux
jours, mais qu'on lui a compté des pièces de cinq francs et qu'il va
repartir: et cependant il fut établi qu'il n'avait fait aucune affaire à
Maintenon, et que personne ne lui avait compté d'argent. Il retourne le
soir, avec ces jeunes gens à Maintenon, joue avec eux au billard, et
tout-à-coup au milieu de la partie où, suivant les témoins, son jeu était
d'abord brillant, dès qu'il aperçoit le brigadier de gendarmerie, il ne
peut plus jouer, il devient inquiet et tremblant; ses jambes et ses mains
sont dans une agitation continuelle. Il affecte des politesses tant
envers les gendarmes qu'envers ceux de qui il croit pouvoir se réclamer.
Enfin, prêt à monter en diligence, ses papiers ne sont pas en règle; il
est arrêté et conduit au quartier de gendarmerie, où il passe une nuit
très-agitée. Lapalette, de son côté, après avoir quitté Fréon pendant la
nuit du 21 au 22, était revenu à Chartres. Il ne rentra chez lui qu'à six
heures du matin. La fille Curot lui demande ce qu'il a fait; il la
maltraite, il lui dit: _Veux-tu te taire! Je ne veux pas que les voisins
sachent que j'ai passé la nuit dehors._ Il lui dit, un instant après,
qu'il vient de reconduire Fréon, et lui montre quarante francs que
celui-ci lui a donnés.

Au moment où l'assassinat venait d'être commis, et où la foule se portait
à la maison de la dame Aillet, Lapalette s'y trouva avec un nommé
Lailler. Ils aidèrent tous deux à ouvrir la porte, mais au moment où
Lailler se disposait à franchir le mur, Lapalette prétexta une affaire,
se retira, et environ une heure après, passant dans une rue voisine d'où
l'on voyait la foule, il s'adressa à la femme Fauquereau et lui demanda
ce qu'il y avait, comme s'il eût été possible qu'il l'ignorât; puis se
retrouvant avec Lailler, au moment où celui-ci était encore tout ému de
la vue des cadavres, il le railla sur son émotion.

Le soir même, Lapalette prend la diligence de Paris; le 25 au matin, il
dit à un témoin en présence de Fréon, qu'il vient s'amuser à Paris, qu'il
a touché de l'argent à Chartres, qu'il l'a gagné à conduire des chevaux à
la foire en Picardie; et Fréon le dément au même instant. Il dit à un
autre qu'il a de l'argent, et qu'il ne quittera Paris qu'après avoir tout
mangé; en effet, il passe trois jours dans la débauche la plus complète
et fait une dépense considérable. Il paie le prix d'un déjeûner fait avec
Fréon et Muller, et frappant sur sa poche, il dit: _Je ne veux pas que tu
paies, Henry: nous avons de l'argent._ Il est arrêté le 29; on trouve sur
lui cent quatre-vingt-dix francs. On l'interroge sur deux masques de
parchemin, trouvés dans la paillasse de son lit, à Chartres; il prétend
que ces masques sont anciens, qu'il s'en est servi autrefois pendant le
carnaval, et que depuis long-temps la fille Curot les lui a cachés.
Celle-ci, au contraire, soutient qu'elle ne les a jamais vus et qu'elle
ignorait jusqu'à leur existence. Il est probable que ces masques avaient
servi à Lapalette et à son complice pour se déguiser lors de l'exécution
de leur forfait. On demande compte à Lapalette des cent quatre-vingt-dix
francs trouvés sur lui, il dit qu'en quittant Chartres, il avait près de
trois cents francs; qu'il les avait depuis quelque temps, quoiqu'il
vendît ses meubles et ses effets; qu'il ne faisait ces ventes que pour
laisser ignorer à la fille Curot qu'il eût cet argent; que ces trois
cents francs provenaient tant de la vente de son mobilier et de ses
effets, que d'un don de quarante francs fait par Fréon, et le reste
résultant de ses économies. Il ajouta que ce trésor était caché dans son
grenier, comme si l'on pouvait croire aux économies d'un homme réduit à
vendre ses habits, ne gagnant plus que douze sous par semaine, et qui, la
veille même de l'assassinat, faisait vendre deux chaises pour subsister.
Il en imposait évidemment; d'où pouvait donc lui provenir cet argent?

Les preuves les plus fortes désignant Fréon comme l'un des auteurs de
l'assassinat commis dans la nuit du 21 au 22, des preuves pareilles
atteignaient Lapalette comme son complice. De son propre aveu, il ne
l'avait pas quitté, depuis le samedi soir à neuf heures, jusqu'à deux
heures du lendemain matin; il avait donc assisté à tout; il avait puisé à
la même source. Tous deux avaient partagé le même crime, et quand on
rapproche de ces circonstances le changement subit de leur situation
pécuniaire et la dépense qu'on leur a vu faire ensuite; quand on remarque
leurs variations dans leurs réponses, au point de se contredire
formellement sur un point essentiel, et de rendre chacun un compte
contradictoire de ce qu'ils firent dans la nuit du samedi au dimanche;
lorsqu'on rapproche tous ces faits des propos extraordinaires que
plusieurs témoins ont recueillis, on demeure convaincu, que tous deux
faisaient partie des assassins, et que cet argent qu'on leur avait vu
répandre à pleines mains, dès le lendemain du crime, ne pouvait en être
que le fruit. L'intimité dans laquelle la fille Curot vivait avec le
nommé Bouin, avait fait d'abord présumer qu'elle n'était pas étrangère au
crime dont celui-ci était accusé; on avait tout lieu de croire que les
assassins avaient eu pour complice une personne affidée, qui était restée
en dehors de la maison de la veuve Aillet pour faire le guet, tandis que
les auteurs principaux du crime s'étaient introduits dans l'intérieur.
Dans cette hypothèse, la fille Curot semblait avoir dû être chargée, dans
l'exécution du crime, de la coopération qui s'accordait le plus avec les
idées que son sexe et sa force pouvaient faire naître; mais les charges
qui s'élevaient contre elle ayant paru insuffisantes pour la mettre en
accusation, la Cour, par son arrêt du 1er août, la renvoya de la
poursuite, et ne maintint l'ordonnance de prise de corps que contre
Lapalette et Fréon.

En conséquence de ces faits, Charles-Philippe-Toussaint Fréon et
André-François Bouin dit Lapalette, furent renvoyés devant la Cour
d'assises d'Eure-et-Loir, séant à Chartres, sous l'accusation 1º d'avoir,
dans la nuit du 21 au 22 juin 1823, commis de complicité, volontairement
et avec préméditation, un homicide sur la personne de la dame veuve
Aillet; 2º d'avoir, dans la même nuit, commis de complicité,
volontairement et avec préméditation, un homicide sur la personne de la
fille Goussard; 3º d'avoir dans la même nuit, et au moment ou lesdits
homicides avaient eu lieu, soustrait frauduleusement, de complicité, à
l'aide d'escalade et d'effraction dans une maison habitée, de l'argent
monnayé, deux montres en or et d'autres effets appartenans à la dame
Aillet.

Les débats de cette grave affaire s'ouvrirent, le 19 août, sous la
présidence de M. Chevalier-Lemore, au milieu d'un concours immense de
spectateurs.

Les défenseurs des accusés leur avaient été nommés d'office. Me Doublet,
avocat stagiaire, aujourd'hui attaché au barreau de Chartres, plaidait
pour Fréon. La tâche des défenseurs était pénible. Ils firent tous leurs
efforts pour concilier ce qu'ils devaient à leur mission, et ce que leur
imposait leur conscience; aussi, lorsque après une discussion approfondie
de l'accusation, l'avocat de Fréon, s'écria d'une voix émue:
«Puissions-nous ne plus avoir à remplir ce douloureux ministère!
Puissions-nous avoir concilié nos devoirs comme citoyens, nos obligations
comme hommes de la loi! Puissions-nous trouver le prix de nos efforts et
un adoucissement à notre tâche dans le sentiment de l'intérêt public!» Un
murmure d'approbation se fit entendre, et fut ratifié par tous ceux qui
avaient suivi ces débats. La preuve la plus accablante contre Fréon, fut
la reconnaissance formelle de l'horloger à qui il avait vendu la montre
de la dame Aillet.

Cette procédure dura trois jours, et le résultat fut la condamnation à
mort des accusés. Ils se pourvurent en cassation; dans cet intervalle,
Fréon fut pris de violens vomissemens, et tout annonça qu'il cherchait à
s'empoisonner à l'instar de Bancal dans l'affaire Fualdès, en buvant de
l'urine dans laquelle il avait laissé de la monnaie de cuivre. Fréon
répétait à son défenseur, qu'il ne serait jamais exécuté.

Lorsque le pourvoi eut été rejeté par la Cour de cassation, et le jour de
l'exécution arrêté, les condamnés se barricadèrent dans leur cachot, et
l'on ne put s'y introduire. L'exécution fut ajournée; depuis, Lapalette
chercha à retarder sa mort par des révélations qu'il fit, révélations qui
semblaient annoncer que les condamnés avaient des complices, (et c'était
l'opinion générale à Chartres). Cependant, les investigations nouvelles,
auxquelles la justice se livra, prouvèrent que ces révélations étaient
mensongères, et bientôt Fréon et Lapalette portèrent leur tête sur
l'échafaud!...

Ce crime avait jeté l'effroi dans la ville de Chartres; la population ne
fut rassurée, que lorsque les assassins eurent cessé de vivre. On parla
long-temps de cet assassinat; on se rappelait encore le jour de
l'inhumation de madame Aillet et de sa domestique; on parlait de cette
fille Goussard qui, pour sauver sa maîtresse, avait dû soutenir une lutte
si longue avec l'un des assassins. C'est d'elle que le ministère public
disait dans son réquisitoire: _La palme des martyrs vous était
réservée!_...



ANTOINE LÉGER,

OU

L'ANTHROPOPHAGE DES ENVIRONS DE VERSAILLES.


Un crime affreux, dont les circonstances présentent un caractère de
férocité sans exemple dans les annales criminelles, jeta, en 1824,
l'épouvante et l'horreur dans plusieurs communes du département de
Seine-et-Oise.

Le 10 août, Aimée-Constance Debully, jeune fille de la commune
d'Esteville, arrondissement d'Étampes, âgée de douze ans et demi, sortit
de chez ses parens, vers quatre heures du soir, pour aller débourgeonner
une pièce de vigne qu'ils possédaient à un quart de lieue du village, et
près du bois de Sardion. Le soir, sa famille ne la voyant pas revenir, en
conçut quelque inquiétude, et se mit à sa recherche. On se rendit à la
vigne; on y trouva ses souliers, son chapeau et sa serpette, rangés avec
assez d'ordre. Mais ce fut vainement que son père et ses frères la
cherchèrent en l'appelant, une partie de la nuit, dans les bois des
environs.

Les autorités locales, instruites de cette disparition, ordonnèrent
aussitôt des battues générales dans tout le pays. Durant les cinq
premiers jours, elles ne produisirent d'autre résultat que la découverte
d'un mouchoir rayé bleu et blanc, qui n'avait pas appartenu à la jeune
Debully, et qui fut trouvé à peu de distance de la pièce de vigne.

Enfin le 16 août, dans une battue faite au milieu d'une roche située
au-dessus de Montmiraux, dite la roche _de la Charbonnière_, on remarqua
dans l'une des crevasses du roc des branchages de fougère fanée, qui
paraissaient avoir été tout récemment foulés; on les déplaça, et l'on
découvrit, par ce moyen, l'entrée d'une espèce de caverne dans laquelle
on descendit.

Des débris d'artichaux, d'ognons, de cosses de pois et d'épis de blé, et
un lit de foin et de mousse que l'on y trouva, annoncèrent que cette
tanière avait servi d'habitation. Une odeur fortement cadavéreuse qui
s'en exhalait excita de nouvelles recherches; et, à l'aide de lumières
que l'on fit apporter, on trouva caché sous deux pieds de sable environ,
dans un enfoncement pratiqué au fond de la grotte, un paquet volumineux
que l'on en retira aussitôt.

Ce paquet renfermait un cadavre déjà en putréfaction; les jambes et les
cuisses étaient repliées sur le ventre; le tronc étaient horriblement
mutilé: le tout avait été enveloppé dans une chemise, un jupon et un
mouchoir fortement entortillés par un lien de chêne. Les malheureux époux
Debully reconnurent dans ce cadavre celui de leur fille.

Informé de cette découverte, qui ne laissait plus aucun doute sur
l'existence d'un crime, le juge d'instruction du tribunal d'Étampes se
transporta aussitôt sur les lieux, accompagné d'un chirurgien qui examina
le cadavre avec soin. On reconnut que le corps avait été ouvert dans
toute son étendue, à l'aide d'un instrument fort tranchant; que des
plaies nombreuses et profondes avaient été faites sur plusieurs parties
du corps avec la pointe du même instrument. La tête et le cou étaient
gorgés de sang, tandis que le cœur et les vaisseaux sanguins qui
l'environnent, étaient absolument desséchés.

Cependant, depuis la disparition de la jeune Debully, l'inquiétude
régnait dans les campagnes voisines, et on épiait avec soin tous les
étrangers qui paraissaient dans le pays.

Le 12 août, le garde particulier du canton aperçut dans un bois, et près
d'une fontaine, un homme qui lui était inconnu, et dont la figure et
l'extérieur lui parurent étranges. Il voulut s'en approcher, et cet homme
disparut. Le lendemain, le garde le guetta presque toute la journée à la
fontaine, et le voyant revenir le soir, il l'arrêta.

C'était Antoine Léger. Long-temps cet homme se renferma dans un système
de dénégation absolue; mais enfin dans un interrogatoire où il avait été
vivement pressé, il déroula lui-même la série de crimes dont il s'était
rendu coupable; il en révéla jusqu'aux moindres circonstances; il en
produisit les preuves; il indiqua à la justice et le théâtre du forfait
et la manière dont il avait été consommé.

Léger, d'après son propre récit, avait toujours paru, dès sa jeunesse,
d'un caractère sombre et farouche; il recherchait habituellement la
solitude, et fuyait la société des femmes et des jeunes garçons de son
âge. Impatient de s'éloigner de sa famille, de vivre dans un isolement
complet, il quitta la maison paternelle, le 24 juin 1824, jour de la
Saint-Jean, sous prétexte d'aller se placer à Dourdan comme domestique,
n'emportant avec lui qu'une somme de cinquante francs et les habits qui
le couvraient au moment de son arrestation. Au lieu de se rendre à
Dourdan, comme il en avait manifesté l'intention, il vint directement à
Étampes, y passa la nuit dans une auberge, se dirigea sur la Ferté-Aleps,
s'arrêta dans les bois qui dominent le hameau de Montmiraux près de cette
ville, et y resta jusqu'au 11 août. Il parcourut d'abord ces bois pour y
chercher une retraite où il pût se mettre à l'abri des injures de l'air,
et ce ne fut qu'au bout de huit jours qu'il découvrit les rochers de la
Charbonnière, qui dès-lors lui servirent de repaire. Il s'y prépara
aussitôt un lit composé de regain sec, qu'il descendit chercher dans la
vallée.

Léger prétendit qu'il avait vécu pendant les quinze premiers jours de
racines, de pois, d'épis de blé, de groseilles, et de fruits qu'il allait
cueillir sur la lisière des bois; que, notamment au mois d'août, il alla
la nuit voler des artichauts dans le jardin d'une filature voisine. Ayant
un jour pris un lapin sur une roche, il le tua, et le mangea cru
sur-le-champ; mais bientôt, sentant plus vivement les atteintes de la
faim, pressé par le besoin, il se rendit un jour, vers neuf heures, à la
Ferté-Aleps pour y acheter quelques livres de pain et du fromage de
Gruyère. Il y retourna trois ou quatre fois encore à la même heure, en
suivant le même chemin, et pour le même objet. Cependant, au milieu de la
solitude, de violentes passions l'agitaient. Il éprouvait en même temps
l'horrible besoin de manger de la chair humaine, de s'abreuver de sang;
il ne tarda pas à en trouver l'occasion.

Le 10 août, comme il se promenait dans les bois, se trouvant vers les
quatre heures de l'après-midi, sur les hauteurs qui dominent le vallon
d'Esteville, il aperçut dans une vigne, près de la lisière du bois, une
jeune fille (c'était Aimée-Constance Debully), et conçut l'infernal
projet de l'enlever. L'endroit était solitaire; quelques bergers,
quelques cultivateurs étaient épars dans la plaine; mais une grande
distance les séparait de lui: les cris de sa victime ne pouvaient être
entendus. Aussitôt il descend rapidement la côte, et à travers le bois,
fond comme une bête féroce sur sa timide proie. La jeune Debully, qui
était assise près de sa vigne, ne le vit pas s'approcher; elle n'eut même
pas le temps de se retourner, que déjà Léger avait passé son mouchoir
autour d'elle, l'avait chargée sur son dos, et emportée à pas précipités
au milieu de l'épaisseur du bois.

Fatigué de sa course, et voyant que la jeune fille était sans mouvement,
il la jeta sur l'herbe. L'horrible projet que ce cannibale avait conçu,
le forfait qu'il avait médité, furent exécutés; la jeune fille était sans
vie; le tigre eut soif de son sang.....

Ici nous écartons des faits épouvantables qui, par respect pour la morale
publique, ne furent mentionnés qu'à huis-clos, lors de la procédure. «Ici
notre silence s'arrête, dit un historien de ce crime monstrueux;
l'imagination s'épouvante devant une série de forfaits que, pour la
première fois, la barbarie, et la férocité ont enfantés. Le soleil
n'avait pas encore éclairé un pareil forfait: c'est le festin d'Atrée!»

La rage de Léger étant assouvie, le monstre sentit la nécessité d'effacer
jusqu'aux moindres traces de son crime. Il saisit ce corps inanimé,
l'enveloppa dans les vêtemens qui le couvraient, le lia avec une forte
branche de chêne qu'il coupa sur le lieu même, l'emporta dans sa grotte
et l'y ensevelit.

Léger, après avoir fait lui-même le récit très-détaillé des faits qu'on
vient de lire, fournit, à l'appui de ses aveux, des preuves matérielles
de leur véracité. Conduit sur les lieux, il montra l'endroit où il
s'était arrêté pour commettre son crime. Il indiqua le pied du chêne sur
lequel il avait coupé la branche pour lier le cadavre, et cette branche,
rapprochée de sa tige, s'y rapportait parfaitement; enfin, il désigna le
rocher sous lequel il avait caché le col et les manches de sa chemise: en
effet, on les y trouva.

Depuis le jour où il avait tout avoué, Léger conserva un sang-froid
épouvantable. Quand on lui rappelait toutes les circonstances de son
crime, un _oui_, prononcé avec indifférence, était la seule réponse à
toutes les questions qu'on lui adressait.

Léger comparut devant la Cour d'assises de Seine-et-Oise, le 23 novembre.
Bien que l'on sût d'avance que la nature de sa cause ne permettait pas
que l'audience fût publique, un concours de spectateurs avait envahi
toutes les avenues du tribunal. On était curieux de voir la physionomie
de cet anthropophage. Mais la figure de Léger trompa l'attente de tout le
monde. Ses traits présentaient l'apparence du calme et de la douceur;
seulement ses regards étaient hébétés. Ses yeux fixes, sa contenance
immobile, son air silencieux et méditatif, son teint blême et décoloré,
glaçaient presque d'effroi les spectateurs. Son costume était celui de sa
profession de vigneron, une veste et un pantalon bleu.

Interpellé par le président sur ses nom et prénoms, il répondit avec la
même tranquillité que s'il se fût agi de l'affaire la plus ordinaire: «Je
me nomme Antoine Léger: je suis journalier, âgé d'environ vingt-neuf ans,
né et demeurant dans la commune de Saint-Martin-Betencourt
(Seine-et-Oise).»

Nous allons donner quelques parties de son interrogatoire public, qui
présentent aussi des détails révoltans:

_D._ A quelle heure êtes-vous sorti, le 10 août, de votre caverne?

_R._ Je n'étais pas réglé pour sortir; je suis sorti vers trois heures et
demie.

_D._ Répétez de vous-même, comme vous l'avez fait dans l'instruction, ce
que vous avez fait le même jour, à quatre heures du soir.

_R._ J'étais allé pour cueillir des pommes: j'ai aperçu, au bout du bois,
une petite fille qui était assise. Il m'a pris idée de l'enlever; je lui
ai passé mon mouchoir autour du cou et l'ai chargée sur mon dos. La
petite fille n'a jeté qu'un petit cri. J'ai marché à travers le bois, et
me suis trouvé mal de faim, de soif et de chaleur. Je suis resté
peut-être une demi-heure comme ça sans connaissance. La soif et la faim
m'ayant pris trop fort, je me suis mis à la dévorer.....

_D._ Dans quel état se trouvait alors la jeune fille?

_R._ Sans mouvement: elle était morte. Je n'ai essayé que d'en manger, et
voilà tout.

_D._ Dites toute la vérité, comme vous l'avez fait dans l'instruction; ce
qui vous a soulagé, ainsi que vous l'avez observé vous-même.

L'accusé se renferma dans une dénégation absolue sur tout ce qui avait
rapport au viol. Le président de la Cour donna lecture des réponses
précédentes de Léger; elles firent frémir. L'accusé était convenu
qu'ayant ouvert le corps de l'infortunée créature, et voyant sortir le
sang en abondance, il y désaltéra sa soif exécrable, «et poussé, dit-il,
par le malin esprit qui me dominait, j'allai jusqu'à lui sucer le
cœur...»

_L'Accusé_: Je n'ai rien dit de tout cela à messieurs les juges, qui ont
écrit ce qu'ils ont voulu.

A d'autres questions, Léger répondit avec un inconcevable sang-froid: Je
n'y ai pas fait attention..... D'ailleurs, je suis tombé en faiblesse, et
me suis trouvé mal..... Je n'ai fait tout cela, dit-il plus loin, que
pour avoir du sang..... Je voulais boire du sang..... J'étais tourmenté
de la soif; je n'étais plus maître de moi.

_D._ N'avez-vous pas détaché avec votre couteau le cœur de votre
victime?

_R._ Je l'ai _tâté_ un peu avec mon couteau, et je l'ai percé.....

_D._ Qu'avez-vous fait des débris du cadavre?

_R._ Je les ai cachés hors de la grotte, sous de la fougère et toutes
sortes de choses. Il y avait des oiseaux qui croassaient après moi.

_D._ Quels oiseaux?

_R._ Des pies, que je croyais être là pour me faire prendre..... parce
qu'elles croassaient contre moi.

_D._ Vous étiez donc agité par la crainte? vous sentiez donc que vous
aviez mal fait?

_R._ Oui; quand j'ai repris connaissance, je suis allé me cacher dans des
roches, plus bas: j'y ai passé une partie de la nuit sans pouvoir dormir.
Le lendemain, je me suis en allé à travers les champs, par-dessus les
montagnes; je me suis lavé la figure sur les roches où il y avait de
l'eau, et j'ai lavé aussi ma chemise; j'ai coupé le col et le bout des
manches où il y avait encore du sang _à même_. J'ai rencontré un garde et
j'ai pris la fuite. Quand je voyais quelqu'un d'un côté, je m'en allais
de l'autre. Le garde m'a dit: _Halte-là, de par le roi!_ Je me suis
arrêté tout court.

_D._ Vous avez dit: Ce n'est pas vous qui m'emmèneriez. Le garde a
répondu: Je t'emmènerai mort ou vif. Il a donné un coup de sifflet, des
passans sont accourus et vous ont arrêté comme vagabond, car on ne
soupçonnait pas alors l'assassinat de la jeune Debully. Vous avez
prétendu que vous aviez été condamné à vingt années de fer, et que vous
vous étiez évadé?

_R._ C'est possible.

_D._ Vous êtes-vous coupé les cheveux, à la roche de la Charbonnière?

_R._ Oui, j'ai coupé les cheveux que vous me montrez avec un de mes
couteaux, celui à manche de corne, qui est tranchant comme un rasoir. Je
mettais un rouleau de bois sous mes cheveux qui ne tenaient pas; ils
tombaient d'eux-mêmes.

Léger reconnut le mouchoir avec lequel, après l'avoir tordu, il entraîna
la jeune Debully.

_D._ Que vouliez-vous faire de cette enfant?

_R._ Je n'avais pas de connaissance; j'étais poussé par le _malin
esprit_.

La chemise saisie sur l'accusé, toute sale, toute ensanglantée et
couverte de déchirures, lui fut présentée. Cette vue ne le fit pas un
seul instant sourciller.

Après l'audition des témoins, parmi lesquels on voyait le père et la mère
de l'enfant égorgée, et dont les dépositions ne firent que confirmer le
monstrueux attentat de Léger et redoubler l'intérêt et la pitié pour sa
victime, on entendit les médecins qui déclarèrent, relativement au genre
de mort de la petite Debully, qu'il y avait eu asphyxie, soit par
strangulation, soit par étouffement. Leur opinion fut aussi, et elle
était fondée sur des signes non équivoques, que l'attentat à la pudeur
avait été commencé pendant la vie de l'enfant, et consommé après sa mort,
seule circonstance que Léger ait persisté à nier.

Dans cet état de choses, le défenseur, nommé d'office, présenta Léger
comme un être privé de la raison, et se fonda sur les habitudes vicieuses
qu'il avait contractées, sur sa fuite de chez ses parens et sur le genre
de vie qu'il menait.

Le président, après avoir résumé d'une manière extrêmement lumineuse,
toutes les circonstances qui se rattachaient au crime atroce de Léger,
posa au jury les questions de viol et d'homicide volontaire, résultant de
l'acte d'accusation, en y ajoutant, sur la demande expresse du défenseur,
la question de démence. Le jury, après une demi-heure de délibération,
résolut affirmativement les questions de viol, d'attentat à la pudeur et
d'homicide avec préméditation et guet-à-pens, et négativement celle
relative à la démence: en conséquence, Léger fut condamné à la peine de
mort. Il entendit son arrêt avec une stupidité bien différente de la
froide impassibilité qu'il avait montrée aux débats.



VEILLÈRE,

OU LA PASSION DU JEU.


Chez la plupart des joueurs, la passion qui les domine n'est autre que
l'ambition; sans l'espoir du gain, le jeu serait sans attraits pour eux.
C'est pourquoi, lorsque viennent les chances malheureuses, la raison,
l'honneur, le devoir, tout est oublié; une rage sombre, une sorte de
démence les obsède; alors tous les moyens leur sont bons pour se procurer
les ressources qu'ils croient propres à réparer leurs pertes. De là tant
de calamités domestiques! de là tant de crimes qui, si fréquemment,
portent l'épouvante au sein de la société!

Toutefois, le criminel dont nous allons parler semble faire une exception
à cette règle générale. La passion du jeu était devenue chez lui une
monomanie qui n'avait d'autre objet que le jeu lui-même. Cette passion,
qui lui fit commettre un crime atroce, ne procédait point d'un rapace et
sordide intérêt. Il voulait toujours jouer, mais uniquement pour jouer;
et certes, ce n'était pas l'appât du gain qui, le jour même de son
exécution, alors qu'il savait très-bien qu'il n'y avait plus pour lui
d'espoir en ce monde, lui mettait encore les cartes à la main.

Veillère, perruquier dans la ville de Rouen, marié depuis 1821, se
livrait à la funeste passion dont nous venons de parler, de manière à
compromettre les intérêts de sa maison. Il en résultait des scènes
violentes dans son ménage; il ne cessait d'accabler sa jeune et vertueuse
épouse de traitemens atroces: enfin, un jour, il en vint au point de se
précipiter sur elle et de lui porter, en présence de quelques autres
femmes qui voulurent vainement l'arrêter, plusieurs coups de couteau à la
gorge. Le malheureux voulait aussi se détruire et mourir avec elle, mais
les blessures qu'il se fit, quoique graves, ne furent pas mortelles.

Il fut mis en accusation et traduit devant la Cour d'assises de la
Seine-Inférieure, le 14 août 1824; il parut devant ses juges avec une
contenance assurée. Condamné à mort sur la déclaration unanime du jury,
il entendit son arrêt sans dire un seul mot, sans donner aucun signe
d'émotion. Résigné à mourir, il refusa opiniâtrément de se pourvoir.

Dès ce moment, il attendit la mort avec une impassibilité étonnante,
continuant de jouer, suppliant quelques prisonniers de ne pas lui refuser
de faire sa partie pour les derniers momens de sa vie, et les menaçant
plaisamment de venir les tourmenter après sa mort, s'ils ne se rendaient
pas à son désir.

Le 18 août, veille de son exécution, il ne quitta le jeu que pour se
coucher, et presque aussitôt s'endormit d'un sommeil paisible. Le
lendemain matin, le matin de son dernier jour, à son lever, il déjeûna
avec appétit et se remit au jeu jusqu'au moment de passer dans la
chapelle, où le prêtre l'attendait. Il demanda avec beaucoup d'instance
que le détenu qui jouait avec lui l'accompagnât jusque dans cet endroit;
puis il se confessa avec le plus grand calme, écouta avec beaucoup
d'attention les consolations et les prières de l'ecclésiastique qui
l'assistait, et marcha à l'échafaud, avec la même impassibilité qu'il
avait toujours montrée.



EFFRAYANTE SÉRIE D'ATROCITÉS.


François Turrel, propriétaire et cultivateur à Merlieux, arrondissement
de Belley, offrit, en 1824, à la Cour d'assises de l'Ain devant laquelle
il fut traduit, un criminel capable de disputer le prix de la
scélératesse au trop fameux Lelièvre, condamné et exécuté à Lyon quelques
années auparavant.

Ce monstre était accusé non seulement d'avoir assassiné Anthelmette Genet
sa femme, mais encore d'avoir causé la mort de trois autres femmes,
auxquelles il s'était uni par le mariage, sans que toutefois la réalité
de ces derniers crimes fût démontrée. Nous allons rapporter les faits de
cette cause tels qu'ils furent présentés dans le système de l'accusation.

Turrel, âgé de soixante ans, à l'époque de son jugement, avait épousé en
premières noces, trente années auparavant, une femme originaire de
Savoie. Pendant quelque temps, il vécut avec elle en assez bonne
intelligence; mais bientôt entraîné par la passion du libertinage, il se
livra à un commerce illégitime avec la fille Gouge, sa servante, et
conçut dès-lors le projet d'attenter à la vie de sa femme, pour épouser
sa concubine. Un jour, embusqué derrière un rocher, il assaillit sa femme
à coups de pierres et la blessa à l'épaule. Une autre fois, l'ayant
dirigée sur une ouverture pratiquée dans son fenil, il la précipita du
haut en bas sur des chariots et des pièces de bois qu'il avait placées
au-dessous; et la malheureuse femme, brisée par cette chute, mourut au
bout de quelques jours.

Turrel épousa alors la fille Gouge; mais cette seconde femme ne fut pas
plus heureuse que celle qu'elle avait si cruellement supplantée. Abreuvée
de chagrins de toute espèce, elle finit par y succomber, et le bruit
courut qu'elle était morte des suites d'un coup de pied que son mari lui
avait donné dans le bas-ventre.

Pendant la durée de son second mariage, Turrel avait pris à son service
sa propre nièce qui périt peu de temps après, si l'on s'en tient au cri
public, du fait de Turrel.

Resté veuf, Turrel convola à de troisièmes noces; il épousa la fille
Goddet, mais alors même, il avait une inclination très-vive pour
Anthelmette Genet, sa servante. La fille Goddet avait quelques
propriétés; ce qui donna lieu de croire que le mariage de Turrel avec
elle n'avait été qu'une spéculation d'intérêt. En effet, pressé du désir
de vivre en toute liberté avec sa concubine, il conçut bientôt le dessein
de se défaire de sa nouvelle femme, et Anthelmette Genet consentit à
devenir sa complice. Ainsi, au bout d'une année de mariage, un nouveau
crime fut commis; Turrel fit empoisonner sa femme par les mains de celle
qui était depuis long-temps sa servante et sa concubine, et la
malheureuse épouse périt en proie à des convulsions qui ne permirent pas
de douter de la cause de sa mort.

Ce fut alors qu'il prit pour femme Anthelmette Genet, et les premières
années de cette union furent assez paisibles; mais, à la longue, Turrel
conçut pour la Genet du dégoût et de l'aversion, et dans ses désirs
effrénés, il rechercha d'autres femmes pour satisfaire ses passions. La
femme Turrel, égarée par la jalousie, se livra aux plus violens
emportemens. Des scènes terribles eurent lieu entre les deux époux, et,
après dix-huit ans de mariage, Turrel médita de nouveaux projets
d'homicide; il résolut d'être encore le meurtrier de sa quatrième femme.

Ses premières tentatives échouèrent; mais elles furent toutes marquées
d'un caractère de noirceur et d'atrocité. Un jour qu'il poursuivait sa
femme, celle-ci voulut traverser une rivière pour se soustraire à sa
fureur; il lui plongea la tête dans l'eau pour la noyer; et ne la laissa
s'échapper que lorsqu'on accourut pour la secourir. Une autre fois, cette
malheureuse s'aperçut qu'il avait caché de gros cailloux dans la
paillasse de son lit: elle s'en étonne; il lui dit que ce sont ses
défenseurs, mais elle ne doute point qu'il ne veuille s'en servir pour
attenter à ses jours. Dès-lors, elle se renferme, la nuit, dans une
chambre séparée de celle de son mari, pour reposer du moins sans avoir la
crainte d'une mort prochaine. Turrel trouve un moyen de l'en faire
sortir: il feint d'être malade, il l'appelle, la fait monter au grenier;
il veut qu'elle y cherche du bois pour allumer du feu; puis quand elle
redescend, il retire l'échelle, et la malheureuse femme, exposée au
danger d'une chute cruelle, reste suspendue jusqu'au moment où l'on vient
la secourir.

Enfin arrive le 12 décembre 1823; c'était le jour où Turrel devait mettre
le comble à ses forfaits. Entre onze heures et midi, des cris sont
entendus: _Pardon! au secours!_ ces cris partaient de sa maison. Une
fille du voisinage regarde au travers d'une ouverture pratiquée dans la
muraille; elle voit Turrel sur la porte de son écurie, ayant l'air
inquiet et cherchant à s'assurer s'il n'est vu de personne. Il rentre, il
sort, et après quelques instans, il revient avec un de ses neveux qu'il a
rencontré. Le neveu, en entrant dans l'écurie, aperçoit un cadavre étendu
par terre, et couvert de contusions et de blessures, _O mon Dieu!_
s'écrie-t-il, _ma pauvre tante est morte!_ Turrel dit que c'est son
cheval qui l'a tuée; qu'il l'a trouvée sous ses pieds dans l'état le plus
déplorable: et il frappe ce pauvre animal, comme pour se venger, comme
pour le punir!

Bientôt des voisins arrivent. Le corps de la femme Turrel est emporté.
Un chirurgien est appelé; il fait l'examen du cadavre, et reconnaît que
les blessures qui ont causé la mort n'ont pu être faites qu'avec un
instrument contondant. Alors Turrel devient l'objet des soupçons les plus
véhémens, et après qu'on a trouvé dans l'écurie un trident et un _racle_
en fer, tout ensanglantés, quand on découvre un pantalon de Turrel taché
de sang, et auquel étaient collés des cheveux de la victime, on ne doute
plus qu'il ne soit l'assassin; la justice est avertie, et sur-le-champ
fait arrêter Turrel.

La Cour d'assises de l'Ain, séant à Bourg, fut saisie de cette horrible
cause. Turrel comparut devant elle, en mai 1824. L'instruction, les
dépositions des témoins et les débats confirmèrent la vérité des faits
épouvantables que l'on vient de lire, et le scélérat Turrel fut condamné
à la peine de mort.



PAPAVOINE,

OU LE MEURTRE DU BOIS DE VINCENNES.


Voici un de ces épouvantables forfaits devant lesquels la science demeure
confondue, qui déconcertent la raison humaine, dont les motifs, s'il en
existe, échappent à toutes les investigations, et qui feraient presque
croire que cette fameuse fatalité des anciens, si fertile en crimes, si
énergiquement peinte par les tragiques grecs, n'était autre que cette
nouvelle et déplorable faiblesse à laquelle l'humanité semble être
assujétie depuis quelques années, et que le barreau a déjà tant de fois
invoquée sous le nom de _monomanie du sang_.

Dans le procès de Papavoine, comme dans plusieurs autres dont les
tribunaux ont retenti, on ne voit figurer ni l'ambition, ni la jalousie,
ni la cupidité, ni la vengeance. Cet homme ne connaissait même pas les
enfans qu'il frappa si cruellement. L'horrible meurtre dont il se souilla
n'était donc inspiré par aucun des motifs qui arment ordinairement le
bras de l'assassin.

Il est présumable que Papavoine cherchait dans une vengeance, dont
l'objet lui était indifférent, un allégement à de vagues inquiétudes, à
une mélancolie profonde; peut-être aussi tout autre individu qu'une
créature humaine aurait-il pu l'assouvir; il eût même été possible qu'il
tombât lui-même victime de ses propres coups, s'il eût été seul lorsque
cette fièvre homicide s'empara de lui.

Mais, comme l'a fort judicieusement observé un savant légiste: «La
justice n'a pas besoin de plonger dans les abîmes du cœur humain,
lorsque le crime est constant, et que la société en demande la
répression.» Lorsqu'un crime a été commis, le coupable, s'il est prouvé
qu'il n'est pas en démence, est nécessairement justiciable des lois
applicables à ce crime. Vainement alléguera-t-on en sa faveur qu'il est
sujet à des accès de frénésie sanguinaire, qu'il a un penchant
irrésistible au meurtre, qu'il est monomane enfin; la société justement
alarmée, doit, dans l'intérêt de sa conservation, frapper ce furieux qui
a soif de sang, et s'affranchir des craintes et des périls continuels
auxquels donnerait lieu l'existence de cette espèce de monstre féroce.

Passons maintenant aux singularités qui caractérisent le tragique
attentat de Papavoine. Elles serviront à fixer les idées du lecteur sur
la nature de cet assassinat.

Dans la soirée du 10 octobre 1824, la nouvelle se répandit dans Paris que
deux enfans venaient d'être assassinés dans le bois de Vincennes. Les
contes les plus étranges, longuement et diversement commentés, donnèrent
lieu à plusieurs versions plus absurdes les unes que les autres; la
distance qui sépare la capitale du bois de Vincennes favorisait aussi
toutes ces amplifications de commères, naturellement avides de tout ce
qui paraît merveilleux. Toutefois, il était un point malheureusement trop
vrai; le fait matériel était exact: deux enfans avaient été assassinés.

La demoiselle Hérin, poussée par une malheureuse destinée, s'était rendue
ce jour-là à Vincennes. Cette demoiselle, fille du portier de
l'Intendance militaire, avait fait, depuis 1815, la connaissance du
sieur Gerbod fils; une liaison intime, à laquelle il ne manquait que la
consécration légale, s'était établie entre eux, et il en était résulté
deux enfans mâles, âgés, l'un de cinq ans, l'autre de six. Gerbod fils,
qui avait reconnu ces deux enfans, manifestait depuis long-temps
l'intention d'épouser la demoiselle Hérin; mais son père s'était
constamment opposé à cette union. Gerbod père, possesseur d'un
établissement considérable de charronnage, était parvenu, à l'aide de ses
travaux et d'une honnête industrie, à acquérir une sorte d'opulence; ce
qui explique son refus de marier son fils avec une fille sans fortune, et
déjà devenue mère de deux enfans, sous les yeux de ses parens qui
souffraient son commerce avec Gerbod fils. Ce père avait d'ailleurs
d'autres projets, qui, à la vérité, ne purent être réalisés, soit à cause
du refus du jeune homme, soit par suite de la reconnaissance que celui-ci
avait faite de ses deux enfans naturels. Cependant, et malgré un acte
respectueux signifié, et une scène assez vive entre la demoiselle Hérin
et la famille Gerbod, la bonne intelligence ne fut pas sérieusement
troublée entre le père et le fils. Les enfans de la demoiselle Hérin
avaient été mis en pension à Vincennes; et le 10 octobre, leur mère
s'était rendue auprès d'eux.

Le même jour, une demoiselle Malservait, marchande de modes, ayant donné
rendez-vous, dans le bois de Vincennes, à une personne de sa connaissance
qui était allée à Alfort, entra dans la boutique de la dame Jean; elle se
fit servir un verre de liqueur. Dans le même moment, on aperçut
Papavoine; il s'arrêta auprès de cette boutique et suivit la demoiselle
Malservait dans le bois. Il était vêtu d'un pantalon noir et d'une
redingotte bleue, boutonnée depuis le haut jusqu'en bas.

De son côté, la demoiselle Hérin, accompagnée de ses enfans, se promenait
dans le bois de Vincennes. La demoiselle Malservait ayant rencontré
mademoiselle Hérin, lui demanda la permission de faire quelques caresses
à ses enfans. Papavoine passa auprès d'elles, ôta son chapeau et les
salua; il continua sa route. La demoiselle Malservait, qui se dirigeait
de l'autre côté, l'atteignit, et Papavoine lui adressant la parole, lui
dit: «Connaissez-vous ces enfans que vous venez d'embrasser?» A quoi
elle répondit: «On peut faire des caresses à des enfans qu'on ne connaît
pas.» Papavoine s'éloigna; c'est alors, à ce qu'il paraît, qu'il conçut
l'épouvantable pensée qu'il exécuta peu d'instans après. Il se transporta
dans la boutique de la dame Jean, et y demanda un couteau. La dame Jean
n'avait que des couteaux assortis par douzaine. Papavoine refusa de
prendre la douzaine entière; il obtint qu'on en détachât un, qui était en
tout semblable de forme, de mesure et de proportion aux autres, en
offrant de le payer un peu plus cher qu'on ne l'aurait vendu avec les
onze autres; la marchande consentit à le lui livrer à ce prix.

Alors Papavoine, muni de cet instrument qu'il destinait au plus odieux
usage, retourna dans les allées du bois où les enfans se promenaient
encore. La demoiselle Malservait avait quitté les allées; elle était
partie pour se rendre au café où devait la rejoindre la personne qu'elle
attendait; il était alors onze heures et demie. Papavoine, dont la figure
était pâle, l'œil hagard, et qui se trouvait dans une sorte de frénésie,
aborda la demoiselle Hérin: «Votre promenade a été bientôt faite,»
dit-il à la mère; et se baissant, comme pour embrasser l'un des enfans,
il lui plongea son couteau dans le cœur. Aux cris de la victime
expirante, la demoiselle Hérin, quoique ignorant encore l'étendue de son
malheur, frappa l'assassin avec un parapluie qu'elle tenait à la main. Le
parapluie atteignit le chapeau de cet homme, et y laissa un trou qui fut
remarqué après l'événement.

Pendant que la mère éplorée s'occupait des soins à prodiguer à cette
première victime, Papavoine plongea son couteau dans le cœur de l'autre
enfant, s'enfuit à pas précipités, et s'enfonça dans le taillis.

La malheureuse mère, s'abandonnant à un désespoir difficile à décrire,
courait au hasard, appelant du secours; plusieurs personnes accoururent.
Elle leur donna le signalement de l'assassin, leur désignant sa figure,
ses vêtemens; et comme si les douleurs que lui faisait ressentir la
terrible scène qui venait de se passer sous ses yeux, avaient eu pour un
moment le pouvoir de lui interdire d'autres sentimens que celui de la
vengeance, elle indiquait, par des signes non équivoques, à quels traits
et de quelle manière on pouvait reconnaître le scélérat qui venait de
lui enlever les plus chers objets de sa tendresse. Au signalement qu'elle
donna du coupable, quelques personnes se souvinrent de l'avoir aperçu
quelque temps auparavant.

On fit de vains efforts pour rappeler à la vie les deux malheureux
enfans; le meurtrier les avait frappés d'une main si assurée qu'ils
étaient morts sur le coup. Alors on s'empressa de courir à la recherche
de l'auteur du crime. Les portes du bois de Vincennes furent fermées, et
la gendarmerie, aidée par les militaires de la garnison, se mit en devoir
de fouiller le bois.

La demoiselle Malservait, qui avait embrassé les deux enfans quelques
minutes avant leur assassinat, et qui avait parlé à l'homme qui se
préparait à leur plonger son couteau dans le sein, fut arrêtée, sous la
prévention de complicité.

L'autorité locale, poursuivant ses recherches avec activité, découvrit
bientôt l'acquisition du couteau chez la dame Jean. Le signalement que
cette femme donna de l'individu qui l'avait acheté, fut conforme à ce
qu'avait déjà déclaré, à cet égard, la demoiselle Hérin.

Enfin, vers midi, un gendarme rencontra dans une allée parallèle à celle
où le crime avait été commis, un individu qui causait avec un militaire,
et à qui s'appliquait parfaitement le signalement donné par la demoiselle
Hérin. Le gendarme le somma de le suivre; il ne fit aucune résistance;
seulement il objecta, avec un calme apparent, qu'il n'avait rien à se
reprocher, et que peut-être son arrestation ferait perdre la trace du
coupable. Cependant le militaire avec lequel cet homme avait causé ayant
déclaré qu'il venait de traverser le taillis, et lui avait demandé les
moyens de sortir du bois; qu'il l'avait aperçu examinant ses habits avec
une grande attention, comme pour s'assurer s'il n'y trouverait pas
quelques taches; et qu'il l'avait même questionné pour savoir si sa
figure n'était pas barbouillée, l'ensemble de ces circonstances détermina
le gendarme à arrêter cet homme, et il le conduisit dans la maison où la
demoiselle Hérin s'était retirée. A l'aspect du prisonnier que l'on
venait confronter avec elle, cette mère au désespoir s'écria: _C'est le
monstre qui a tué mes enfans_!

La dame Jean le reconnut aussi pour être l'individu qui lui avait acheté
le couteau, et plusieurs personnes affirmèrent l'avoir aperçu dans les
allées du bois, peu d'instans avant la consommation du forfait.
Toutefois, cet homme ne paraissait pas moins repousser avec autant de
force que d'adresse ces accusations foudroyantes. Interrogé sur son nom,
il répondit qu'il se nommait Papavoine.

L'autopsie des cadavres des deux jeunes victimes prouva que leur mort
avait été le résultat instantané de coups d'un instrument dont la forme
ressemblait à celle d'un couteau. Un des onze couteaux restans de la
douzaine, dans laquelle avait été pris celui vendu à Papavoine, ayant été
appliqué aux plaies, s'y adapta parfaitement.

Tant de preuves réunies ne laissaient pas la moindre place au doute.
Cependant, en présence du juge d'instruction, le prévenu chercha, dans
ses réponses, à repousser l'accusation dirigée contre lui, et sa défense
prouva non seulement la rectitude et la clarté de ses idées, mais encore
une habileté véritable et peu commune. Depuis le 10 octobre, jour de son
arrestation, jusqu'au 15 novembre, il persévéra dans le même système de
dénégation; mais, à cette dernière époque, accablé par l'évidence des
preuves, il adopta tout-à-coup un nouveau système. Il commença par
déclarer qu'il avait de grandes révélations à faire; mais qu'il ne les
ferait qu'à condition qu'il serait entendu par deux augustes princesses:
on sent bien qu'il était impossible d'acquiescer à une demande aussi
bizarre. Il la restreignit ensuite à la faveur de paraître devant une
seule des deux princesses: nouveau refus. Il se détermina à parler, et se
reconnut enfin coupable du meurtre des deux enfans. Mais comme si ce
crime ne suffisait pas pour motiver l'application de la peine capitale,
il annonça qu'il s'était trompé en donnant la mort aux deux enfans de la
demoiselle Hérin, et que son intention avait été d'égorger les deux
jeunes enfans de France, Mademoiselle et le duc de Bordeaux.

Cette monstrueuse explication, démentie par la vraisemblance, par les
faits et même par les opinions politiques de l'auteur du crime, n'en
imposa à personne. Les magistrats ne virent en elle que la base d'un
système de défense adopté par l'accusé. Son but était de persuader qu'il
était atteint d'une démence furieuse. Il développa bientôt son plan par
de nouveaux faits, qui, s'ils n'étaient pas le résultat d'une véritable
folie, attestaient une atroce habileté.

Mais avant de passer outre, il ne sera pas hors de propos de jeter un
coup-d'œil sur la vie de Papavoine. Diverses circonstances dans
lesquelles son caractère viendra se refléter, aideront peut-être à
expliquer son crime, ou du moins à le rendre un peu moins
incompréhensible.

Louis-Auguste Papavoine était né à Mouy (Eure), en 1784. Son père,
fabricant de draps dans cette ville, jouissait d'une aisance qui lui
avait permis de donner à son fils une éducation solide, qui pût le mettre
à même d'occuper un rang honorable dans la société. Le commerce
paraissant incompatible avec le caractère taciturne du jeune Papavoine,
on le destina à la bureaucratie. Admis dans l'administration de la
marine, il y fut placé, en 1804, en qualité de commis extraordinaire, et
s'embarqua successivement à bord de plusieurs vaisseaux de l'état, sur
lesquels il fit diverses courses maritimes. Nommé ensuite commis de
seconde classe, il fut promu, quelques années après, au grade de
quartier-maître, puis devint commis de première classe au port de Brest.
Ces divers emplois dont les fonctions ne sont ni sans importance, ni sans
responsabilité, Papavoine les remplit non seulement avec zèle, mais
encore avec une constante exactitude et une intelligence remarquable.

Toutefois, on remarquait, et cette observation doit trouver place ici,
que Papavoine était d'une humeur peu sociable; qu'il fuyait ses
camarades, et ne prenait jamais la moindre part aux distractions
habituelles de son âge. Il paraissait sombre et mélancolique, se
promenait souvent seul, et toujours dans des lieux solitaires. Jamais on
ne lui avait connu de liaisons intimes, ni même aucun de ces attachemens
qu'excuse la fragilité humaine; dans les diverses relations qui lui
étaient imposées par ses emplois, on avait toujours trouvé ses idées
pleines de justesse et de convenance. Ce caractère se rencontre assez
souvent dans le monde. Papavoine appartenait à cette classe d'esprits
chagrins et misanthropes qui, sans éprouver de haine pour la société, la
fuient continuellement, moins par antipathie que par ennui. Du reste,
naturellement obligeant, s'il lui eût été possible de former d'intimes
liaisons, nul doute que son commerce n'eût été fort agréable; il ne lui
manquait à cet égard que la volonté.

Papavoine perdit son père en décembre 1823. Celui-ci avait conservé son
établissement de Mouy, et laissait à sa veuve et à son fils, des affaires
dans le plus grand désordre; Papavoine, à cette époque, était encore au
service. La mort de son père lui fit solliciter un congé qu'il obtint. Il
alla aussitôt rejoindre sa mère, et jugeant qu'elle serait hors d'état de
continuer seule l'exploitation de sa fabrique, il se détermina à demander
sa retraite, et à s'établir à Mouy. Jusque alors, la manufacture laissée
par son père avait joui du privilége de faire des fournitures pour
l'habillement des troupes; mais peu de temps après, l'administration de
la guerre refusa de renouveler ses marchés; et par ce refus, les affaires
de la famille Papavoine se trouvèrent dans une situation fort critique.

Papavoine alors exprima quelque regret d'avoir volontairement abandonné
son emploi; il fit même des démarches pour le recouvrer, mais elles
demeurèrent infructueuses. Les contrariétés qu'il éprouva dans cette
circonstance influèrent sur son caractère, à tel point que sa mère, avec
laquelle il avait constamment vécu en bonne intelligence, profita d'un
prétexte pour ne plus prendre ses repas avec lui, quoiqu'ils
continuassent de vivre sous le même toit et au même foyer. Aigri par une
suite de désagrémens qu'il n'avait pu ni prévoir ni éviter, il était
devenu de jour en jour plus morose et plus chagrin; sa physionomie
portait quelque chose de sinistre et de repoussant, qui faisait fuir son
approche.

Vers la fin de septembre 1824, il prétendit qu'il était malade. Le
médecin consulté déclara reconnaître quelques symptômes de fièvre, et
ordonna un vomitif. Il prescrivit en outre au malade un exercice modéré;
un voyage surtout lui parut devoir être très-efficace. Papavoine usa du
remède qui lui avait été indiqué; il en éprouva du soulagement, et afin
de suivre en tout point l'ordonnance de son médecin, il partit pour
Beauvais, où il arriva le 2 octobre. Il devait trouver dans cette ville
des parens et un sieur Branche, avec lequel il était en relation
d'affaires. L'accueil qu'il reçut des personnes qu'il visita ne changea
rien à son humeur. Fidèle à sa misanthropie, on remarqua constamment en
lui sa taciturnité, ses regards sombres. Toutefois, rien n'annonçait
extérieurement qu'il mûrît aucune idée fixe de la nature de celles que
l'on attribue aux monomanes. Il était triste, rêveur, il est vrai; mais
du reste, sa conversation, loin de se sentir du désordre d'un esprit
exalté, était sensée et même spirituelle. Seulement on se souvint plus
tard d'une question bizarre qu'il avait faite, relativement à la mort de
son frère et d'un de ses oncles, décédés depuis long-temps. «Mon frère et
mon oncle sont-ils bien morts? dit-il à M. Branche.--Votre frère? mais
vous avez dans vos papiers son acte mortuaire! Votre oncle? mais vous
savez qu'il est mort à mes côtés, à table, d'un coup d'apoplexie: vous
avez concouru à régler sa succession!--Ah! c'est qu'il y a tant de genres
de mort! et souvent on enterre des gens qui vivent encore, et on dresse
des actes pour constater qu'ils ne vivent plus!...« Du reste, nous ne
rappelons ce fait de peu d'importance que par rapport au crime dont
Papavoine se rendit coupable.

Le lendemain de son arrivée à Beauvais, (3 octobre 1824), Papavoine, qui
était toujours en réclamation auprès de l'administration de la guerre
pour le renouvellement de ses marchés, reçut inopinément de sa mère deux
de ces marchés, qui venaient d'être agréés par le ministre; mais les
soumissions avaient besoin d'être régularisées, et il partit aussitôt
pour Paris, à l'effet de remplir cette formalité. Il y arriva le 5, après
avoir emprunté quelque argent pour faire son voyage. Il emportait avec
lui ceux de ses effets qu'il avait pris à Mouy pour son voyage de
Beauvais; et comme ils étaient insuffisans, il écrivit à sa mère pour lui
en demander d'autres. Il est bon de faire remarquer, à l'occasion de
cette nouvelle demande, qu'il avait compris parmi les premiers effets
deux _couteaux de table, aiguisés et non fermant_. Qu'en voulait-il
faire? Méditait-il déjà quelque crime? ce n'est pas présumable, puisqu'il
acheta un autre couteau à Vincennes. Cependant un motif quelconque les
lui avait fait demander. Quel était-il? ce motif est resté un mystère.
Il est dans le cœur de l'homme tant de secrets impénétrables, que le
plus judicieux observateur se voit presqu'à chaque instant contraint de
ne pas s'y arrêter, ou de borner leur application à des conjectures plus
ou moins vraisemblables.

Arrivé à Paris, Papavoine descendit à l'hôtel de la Providence, situé rue
Saint-Pierre-Montmartre, et se rendit chez d'honorables négocians, ses
correspondans, auxquels il remit ses marchés, pour qu'ils fussent soumis
à la formalité du timbre.

Depuis ce moment jusqu'au 10 octobre, jour de l'affreuse catastrophe,
Papavoine vécut fort retiré; du moins l'instruction ne fait rien
connaître de sa conduite pendant cet intervalle. Ce qui est constant,
c'est que, ce même jour, 10 octobre, il sortit après avoir fait un léger
repas, et se dirigea vers Vincennes.

Tel est sommairement l'ensemble des circonstances de la vie de Papavoine;
on a vu les détails de son crime, son arrestation, ses dénégations dans
le premier moment, enfin ses aveux et son système de défense fondé sur
l'aliénation mentale.

Peu de temps après ces révélations, et voyant qu'il tenterait inutilement
de se faire passer pour un second Louvel, il demanda souvent à deux
prisonniers de lui prêter un couteau bien pointu; d'autres fois, il se
levait la nuit, et feignait d'en chercher un; il alla même jusqu'à tenter
de mettre le feu à la paillasse de son lit.

Cependant, il avait obtenu d'être dans une chambre particulière, où il
n'y avait aucune espèce d'armes, et provisoirement on l'avait débarrassé
de la camisole. Le 17 novembre, le gardien ayant ouvert la porte, pour
donner de l'air à cette chambre, Papavoine s'introduisit dans une pièce
voisine où déjeûnaient plusieurs jeunes détenus, et s'élançant sur l'un
d'eux, le nommé Labiey, âgé de douze ans, qui tenait un couteau, il se
saisit de cette arme et l'en frappa à plusieurs reprises. Les personnes
présentes l'empêchèrent heureusement de consommer ce nouveau crime; et le
malheureux enfant, qui n'avait donné à Papavoine aucun sujet de plainte,
qui peut-être ne l'avait jamais vu, en fut quitte pour trois blessures
qui, bien que très-graves, n'étaient cependant pas mortelles. Ainsi,
suivant la judicieuse remarque du ministère public, cet homme fournissait
l'exemple, heureusement fort rare, d'un accusé qui cherche dans de
nouveaux crimes la justification d'un premier attentat.

A la première nouvelle du meurtre des deux enfans de la demoiselle Hérin,
une pensée avait préoccupé tous les esprits. Le public, si facile à se
prévenir, si disposé à se passionner, si prompt à porter des jugemens
même sur les notions les plus vagues, s'était représenté Papavoine comme
ayant des complices et comme un instrument mis en œuvre. La demoiselle
Malservait, arrêtée peu d'instans après l'assassinat, était regardée
comme la complice avérée du meurtrier: on supposait qu'elle avait indiqué
à Papavoine les deux victimes qu'il fallait frapper, puisqu'elle avait
embrassé les deux enfans, quelques minutes avant que le bourreau ne levât
le couteau sur eux. La justice ne put s'empêcher de partager cette
prévention. La demoiselle Malservait, que la fatalité seule avait
conduite à Vincennes ce jour-là, resta plus de deux mois en prison, sous
le poids de cette affreuse présomption; mais l'instruction prouva jusqu'à
l'évidence qu'elle ne connaissait nullement Papavoine, et qu'elle n'avait
jamais eu le moindre rapport avec lui.

D'après la rumeur universelle, Papavoine n'avait été que l'instrument de
la famille Gerbod, qui aurait commandé la mort des deux enfans, pour
mettre obstacle à un mariage qu'elle désapprouvait, qu'elle repoussait de
toutes ses forces. Cette supposition était dénuée de vraisemblance.
D'ailleurs, la justice ordonna à cet égard des enquêtes trop scrupuleuses
pour qu'il soit possible de penser un seul instant à chercher dans cette
famille les complices ou les instigateurs de Papavoine. En outre, si le
sieur Gerbod père, vieillard d'une vie sans tache, avait eu la coupable
pensée de ramener son fils à ses projets, en frappant la famille que
celui-ci s'était créée, on conçoit qu'il aurait choisi pour victime la
personne qui contrariait le plus directement son ambition de père, et non
d'innocentes créatures, qu'il avait au contraire souvent promis de
protéger lui-même. D'ailleurs, les investigations les plus sévères
concoururent à la justification de ce père de famille; il n'avait jamais
eu de relations avec la demoiselle Malservait, ni avec Papavoine; tous
ces individus étaient ignorés les uns des autres, avant le triste
événement du 10 octobre. Pourrait-on s'expliquer d'ailleurs comment le
sieur Gerbod, s'il eût eu l'odieux projet dont on le soupçonnait, se
serait adressé, pour le réaliser, à un homme tel que Papavoine?

Enfin il fut constaté que cet homme n'avait eu ni suggesteurs, ni
complices; qu'il n'avait été entraîné ni par la cupidité, ni par la
vengeance, ni par l'ambition, mais par une haine, heureusement bien rare,
pour l'humanité toute entière; haine qui avait eu d'abord pour principe
un humeur misanthropique et atrabilaire, et que des mécontentemens, des
chagrins, avaient pu ensuite fomenter et exalter jusqu'à la frénésie.
Suivant les expressions du ministère public, Papavoine avait tué,
uniquement pour répandre le sang humain et pour satisfaire une passion
féroce.

En examinant avec attention le caractère et les habitudes de Papavoine,
on a pu se convaincre qu'il nourrissait depuis long-temps de monstrueuses
pensées, et qu'il se préparait à une catastrophe telle que celle du bois
de Vincennes; on a vu qu'en venant à Paris, il s'était muni de deux
couteaux dont l'usage n'est pas nécessaire aux besoins de notre genre de
vie; que, depuis un grand nombre d'années, il fuyait, d'une manière
bizarre, toute société, toute communication; il semblait avoir de la
répugnance pour ses semblables. Peu à peu, sans doute, cet éloignement
extraordinaire avait germé dans son âme, s'y était développé; une haine
générale et prononcée en avait été le résultat, et son imagination,
livrée à la solitude, lui avait fait concevoir l'idée du crime et l'y
avait entraîné. Telles étaient les données que produisait l'analyse du
caractère et des habitudes du prévenu, et ces données servirent de base à
l'accusation.

Papavoine comparut devant la Cour d'assises de la Seine, le 28 février
1825, en présence de spectateurs nombreux, attirés par la curiosité.
L'accusé, quoique calme, portait sur ses traits l'empreinte profonde de
la tristesse et de la mélancolie.

Interrogé par le président, Papavoine avoua qu'il avait assassiné les
deux enfans Gerbod, mais que c'était dans un moment où il n'avait pas la
tête à lui, ajoutant qu'il voudrait, au prix de son sang, rappeler à la
vie ces deux malheureuses victimes. Il repoussa la préméditation, en
disant que s'il eût projeté le crime, il aurait pris un des deux couteaux
qu'il avait apportés dans sa valise, et n'en aurait pas acheté un à
Vincennes même, non loin du lieu de l'assassinat; il ajouta que l'intérêt
est le mobile des actions humaines, et qu'il n'en avait eu aucun à tuer
ces enfans, qu'il ne connaissait pas. Il ne put rendre compte du motif
qui l'avait fait agir; il s'était trouvé, dit-il, entraîné à commettre
cette action par une sorte de mouvement machinal, contre sa saine
volonté; mais qu'après avoir frappé ces enfans, il s'était opéré dans son
esprit une sorte de révolution subite qui l'avait rappelé à la raison; et
que s'apercevant alors des conséquences de son action, il avait voulu en
soustraire les traces aux recherches de la justice, et avait enfoncé son
couteau dans la terre; que c'était aussi ce motif qui lui avait fait
examiner s'il n'avait pas sur lui quelques taches de sang, et demander au
canonnier qu'il avait rencontré si sa figure n'était pas _Barbouillée_.
Il repoussa avec autant de force que d'indignation la déclaration, qu'il
avait faite devant le juge d'instruction, d'avoir voulu frapper les
enfans de France. Il dit à ce sujet que, fatigué de sa position pénible,
et ne pouvant mettre fin à son existence, parce qu'on lui en avait ôté
les moyens, il s'était accusé de cet horrible projet.

Interpellé sur ses premières dénégations, il répondit qu'il était
tellement épouvanté par la pensée de ce crime, qu'il cherchait à se
persuader à lui-même qu'il ne l'avait pas commis; qu'il avait craint
d'ailleurs de compromettre la réputation de sa famille. Toutes ses autres
réponses furent dans le même sens, et tendaient à établir qu'il n'avait
commis son crime que dans un accès de démence.

De nombreux témoins furent ensuite entendus, tant sur la vie antérieure
de Papavoine que sur les circonstances de l'assassinat. Leurs dépositions
ne firent que confirmer ce que nous avons déjà mis sous les yeux du
lecteur.

L'introduction de la mère des deux enfans dans la salle d'audience
produisit sur tous les cœurs une impression pénible et donna lieu à une
scène déchirante. Les genoux de cette jeune dame paraissaient fléchir;
elle pouvait à peine se soutenir. Au moment où, après les questions
d'usage, le président lui demanda si elle reconnaissait l'accusé, elle
tourna à peine les regards, et répondit en frémissant: _Oui, monsieur._
Invitée à dire quels étaient les faits à sa connaissance: Je me
promenais, dit-elle, avec mes enfans.... A ces mots qui lui rappelaient
tout son malheur, elle s'interrompit, se troubla, et fit un nouvel effort
pour reprendre son récit; mais, à peine eut-elle prononcé quelques mots,
qu'elle jeta un cri et s'évanouit. Ses yeux se fermèrent; on s'empressa
de lui prodiguer des secours, mais sans succès; on fut obligé de
l'emporter privée de connaissance. Cette scène produisit sur l'auditoire
un effet difficile à décrire. La plupart des spectateurs versaient des
larmes; Papavoine lui-même, la tête baissée, portait sa main à ses yeux,
comme pour essuyer quelques pleurs.

Quelques instans après, la demoiselle Hérin, introduite de nouveau,
recommença son récit. Mais la faiblesse de son organe obligeait le
président de répéter les réponses qu'elle faisait à ses questions. Elle
déclara que, le 10 octobre, après avoir habillé ses enfans, elle les
conduisit dans l'allée des Minimes; qu'elle y aperçut la demoiselle
Malservait, qui lui demanda s'ils étaient jumeaux, et qui les caressa;
qu'en se retournant, elle vit un homme dont la figure la frappa, mais que
toutefois elle n'eut aucun pressentiment sinistre. «Après avoir quitté
cette dame, dit la demoiselle Hérin d'une voix qu'altéraient de pénibles
sanglots, l'homme habillé de bleu, accosta la femme au chapeau rose: elle
rentrait à cause de la pluie. L'homme lui adressa la parole d'une voix
horrible et lui dit: _Votre promenade a été bientôt finie._ Cet homme
était très-pâle. Alors il se pencha vers l'un de mes enfans et le frappa
d'un coup de couteau, puis il s'élança sur le second; alors je me
précipitai sur lui et le frappai à la tête d'un coup de parapluie. Il
prit la fuite et s'enfonça dans la forêt.»

Après l'audition de tous les témoins, le président, pour fixer le jury
sur la présence d'esprit déployée dans l'instruction par l'accusé, donna
lecture de l'un de ses interrogatoires, et fit remarquer que les réponses
de Papavoine étaient un chef-d'œuvre de dialectique. Cette lecture fit
une profonde sensation sur l'auditoire.

Le lendemain, le ministère public soutint l'accusation, et repoussa la
question de démence qui rentrait dans le système de défense adopté par
l'accusé. «La prétendue démence de l'accusé, dit-il en terminant, est un
prétexte invoqué en désespoir de cause. Il est certain que cette
aliénation ne serait pas totale; il est prouvé qu'elle ne serait que
partielle, et, dans cette dernière supposition même, elle ne pourrait
servir d'excuse admissible.» Enfin, le ministère public demanda, au nom
de la société, au nom de la sûreté générale, l'application de la peine de
mort à l'accusé.

La défense de Papavoine était confiée à Me Paillet, jeune avocat d'un
talent très-distingué, qui fit des efforts d'éloquence et de zèle pour
sauver son client. Mais malgré l'art avec lequel il sut diminuer
l'horreur qu'inspirait l'accusé, malgré les hautes considérations qu'il y
développa en sa faveur, malgré le soin minutieux qu'il prit de raconter
les principales actions de la vie de Papavoine, et de leur appliquer une
foule d'observations des médecins les plus célèbres pour les maladies
mentales, le défenseur ne put qu'obtenir les éloges que méritait son
plaidoyer remarquable. Après une demi-heure de délibération, le jury
déclara l'accusé coupable sur toutes les questions. En conséquence, la
Cour faisant l'application de la loi, condamna Louis-Auguste Papavoine à
la peine de mort.

L'accusé, en entendant ce terrible arrêt, se leva et s'écria, les yeux
tournés vers le ciel: _J'en appelle à la justice divine!.._ L'avocat
paraissait vivement ému, et on remarqua que Papavoine se penchait vers
lui, comme pour le consoler.

Papavoine se pourvut en cassation, et Me Paillet lui prêta encore le
secours de son beau talent devant la Cour suprême; le pourvoi fut rejeté.

Le dernier jour de Papavoine semblait donc arrivé; encore quelques
heures, et il allait monter à l'échafaud. Mais sa famille, qui redoutait,
pour elle comme pour lui, l'ignominie attachée à une exécution publique,
implora la clémence royale. Cette démarche ne fit que retarder de
quelques jours le supplice du coupable. L'arrêt de la Cour d'assises du
28 février, confirmé par celui de la Cour de cassation du 19 mars, dut
enfin recevoir son exécution, le 25 du même mois.

Avant de sortir de la Conciergerie pour être conduit au lieu du supplice,
Papavoine demanda à embrasser le crucifix; son confesseur s'empressa de
le lui présenter. Il témoigna en outre l'intention d'ajouter quelques
déclarations à celles qu'il avait faites devant la Cour d'assises, et
l'un des conseillers de la Cour royale fut délégué pour l'entendre. Rien
ne transpira de cette révélation dernière. Tout porte à croire qu'elle
n'avait aucun rapport avec le procès dont l'issue venait de lui être si
funeste; car cinq mois employés à l'enquête judiciaire ne permettaient
pas de supposer qu'il aurait pu rien échapper à l'investigation de la
justice. Peut-être Papavoine, en rendant le magistrat chargé de
recueillir ses dernières paroles, témoin du désordre de son esprit,
voulut-il prouver, par quelques traits bizarres, alors même que cette
preuve ne pouvait rien changer à son sort, que réellement il était
frappé d'aliénation mentale.

Quoi qu'il en soit, il subit son arrêt le 25 mars 1825, sur la place de
Grève, à quatre heures de relevée.



LA VEUVE BOURSIER.


Il n'est point d'individu, si vertueux, si isolé, si obscur qu'il soit,
qui puisse, à juste titre, se dire certain d'être toujours à l'abri des
atteintes de la méchanceté. On aura beau tenir une conduite sans
reproche; on aura beau cacher soigneusement sa vie; presque toujours et
par cela même, on rencontrera des envieux, des ennemis acharnés qui,
manœuvrant dans l'ombre, s'efforceront de dénaturer aux yeux du monde ce
qui excite leur jalousie secrète, et ne réussiront que trop souvent à
répandre des nuages sur le mérite qui les offusque. C'est là une des
servitudes conditionnelles de notre état social, que personne ne peut
éluder, et à laquelle l'homme sage tâche de se résigner d'avance. Il est
sans doute bien disgracieux, bien pénible, par fois même infiniment
douloureux, de se voir le point de mire des attaques de la calomnie;
mais l'expérience de chaque jour a quelque chose de rassurant à cet
égard, en ce qu'elle prouve qu'une vie pure est un impénétrable bouclier
contre lequel viennent s'émousser les traits empoisonnés que décochent la
haine et l'esprit de satire.

On cesse de jouir du même avantage, du moment que l'on transgresse les
limites du devoir. Dès-lors on devient plus vulnérable; on s'est
découvert, on montre son côté faible: l'ennemi n'est pas lent à en
profiter. Une première infraction favorise la supposition de beaucoup
d'autres. Procédant comme le mathématicien, du connu à l'inconnu, le
public se laisse aller sans peine à croire que tel homme qui déjà s'est
souillé d'un crime, a bien pu commettre un crime plus grand encore; et,
il faut en convenir, dans ce cas, la prévention porte avec elle des
preuves morales qui, bien qu'insuffisantes aux yeux de la justice, n'en
sont pas moins accablantes pour l'accusé. Combien n'avons-nous pas vu de
femmes adultères, prévenues de l'assassinat ou de l'empoisonnement de
leurs maris! Certes, le premier crime de la plupart de ces épouses
coupables n'est ordinairement que le point de départ de la seconde
accusation dirigée contre elles. Rarement, on voit la malignité humaine
assez audacieuse pour accuser une femme douce, paisible, attachée à son
mari comme à ses devoirs, d'avoir eu, seulement une minute, l'horrible
pensée d'abréger l'existence du père de ses enfans. Mais la femme qui a
pu consentir à violer la foi conjugale, qui, sans pudeur comme sans
remords, a pu former des liaisons scandaleuses, ne saurait revendiquer
pour elle ce privilége exclusif de l'innocence. Si son époux succombe au
milieu des déchiremens des plus horribles convulsions, déjà de ce seul
fait surgira le soupçon le plus prononcé. Et si cette mort violente et
subite est tenue presque secrète; si, au lieu de provoquer elle-même les
investigations que réclame un événement de ce genre, la femme s'oppose
vivement à tout ce qui pourrait faire découvrir la cause de la maladie et
de la mort; si d'autres circonstances viennent corroborer ces
circonstances déjà si graves; de quel poids seront les protestations et
les dénégations de cette malheureuse, au tribunal de l'opinion publique?
Son acquittement, prononcé peut-être faute de preuves suffisantes, ne
l'absoudra pas aux yeux de la société doublement outragée; et les paroles
de blâme, sorties de de la bouche du magistrat, forcé de suspendre le
glaive des lois, malgré son intime conviction, équivaudront à une sorte
de condamnation. Passons maintenant aux faits qui nous ont suggéré ces
réflexions. Les voici tels qu'ils ressortent de l'acte d'accusation.

Guillaume-Étienne Boursier, marié, depuis 1809, avec Marie-Adelaïde
Bodin, avait eu cinq enfans de cette union. Il faisait le commerce
d'épicerie dans une boutique qu'il occupait au coin de la rue de la Paix
et de la rue Neuve-Saint-Augustin. Le commerce de Boursier prospéra à tel
point que, plusieurs années après son mariage, ses bénéfices annuels
s'élevaient à près de onze mille francs. Peu de temps avant sa mort, il
avait manifesté l'intention de ne continuer à travailler que pendant
quatre ans encore, attendu qu'à cette époque, il espérait réaliser 15,000
livres de rente.

Boursier était d'un naturel vif et emporté, mais très-bon et
très-obligeant. Il avait beaucoup d'amis, et jouissait de l'estime de
tous ceux qui le connaissaient. Les personnes qui habitaient son
domicile étaient la veuve Flamand, sa tante, âgée de soixante-onze ans;
la fille Joséphine Blin, cuisinière, depuis quatre mois au service de sa
maison; les nommés Delonge et Béranger, garçons de magasin, et la
demoiselle Reine, fille de boutique: le nommé Halbout, qui était chargé
de la tenue des livres, ne demeurait pas chez Boursier.

Le 25 mars 1822, Boursier avait acheté chez le sieur Bordot, son ami,
droguiste, une demi-livre d'arsénic pour faire périr les souris et les
rats qui s'étaient multipliés dans ses caves et ses magasins; il avait en
outre acheté, vers la même époque, de la mort-aux-rats, qui était en pâte
malléable.

Boursier, avec un nommé Bailli, son commis, prépara, avec _une partie de
l'arsenic_, des boulettes qui furent placées dans la cave. Bailli, qui
avait coopéré à cette opération, remit à Boursier le restant de
l'arsenic, que celui-ci rangea. Il paraît que ce qui restait de la
mort-aux-rats fut placé dans un casier à bouteilles.

Boursier et sa femme vivaient en très-bonne intelligence. Vers le milieu
de 1821, un nommé Charles, qui connaissait la veuve Flamand, lui présenta
le sieur Kostolo, natif de Constantinople, et d'origine grecque; ce
Kostolo cherchait une place de valet-de-chambre. Par le récit vrai ou
supposé des malheurs qui le poursuivaient, ainsi que sa famille, il
parvint à intéresser la veuve Flamand, qui le recommanda à sa nièce, la
femme Boursier.

Kostolo était en France depuis quatre ou cinq ans. Doué d'un physique
assez agréable, il était parvenu à former des liaisons intimes avec une
dame Olivereau, qui fournissait en grande partie à ses dépenses, et chez
qui il trouvait ses repas. Quand il eut mis le pied dans la maison
Boursier, il y vint très-fréquemment, s'y impatronisa, et l'intérêt que
lui portait la dame de la maison se changea bientôt en une inclination
coupable; elle lui prêta de l'argent à l'insu de son mari; il venait
presque tous les jours, sous prétexte de s'informer du résultat des
démarches qu'on avait promis de faire pour le placer, en ayant soin de ne
pas éveiller les soupçons du mari.

De son côté, la dame Boursier, en femme habile, ne sortait jamais seule,
et se faisait accompagner de la fille Reine, sa demoiselle de boutique.
Sous prétexte de promenades nécessaires à sa santé, elle se rendait de
très-grand matin aux Champs-Élysées, où Kostolo l'attendait; puis la
promenade se dirigeait du côté du logement de Kostolo. La femme Boursier
et la fille Reine montèrent chez lui une première fois; mais ensuite la
femme Boursier montait seule chez Kostolo, et la fille Reine, confidente
discrète, venait plus tard la reprendre. Suivant Kostolo, ces coupables
rendez-vous commencèrent seulement quinze jours avant le décès de
Boursier.

La femme Boursier avait fait, avec plusieurs autres personnes, la partie
d'aller passer la journée à Versailles; Kostolo fut invité, et Boursier
ignora absolument que le Grec avait été de cette partie de campagne.
Cependant Boursier continuait toujours à lui faire le même accueil. Une
de ses nièces étant accouchée, il fit tenir l'enfant sur les fonts de
baptême par Kostolo et par la femme Boursier, son épouse.

Le 28 juin, jour fatal au trop crédule époux, Boursier devait faire une
promenade avec le nommé Alberti, l'un de ses amis: le rendez-vous était
fixé à dix heures. Boursier se leva, selon son habitude journalière, à
six heures du matin; il était très-gai et bien portant. La femme Boursier
ayant pris l'émétique la veille, se leva plus tard; son mari, pour lui
faire une plaisanterie, entra doucement dans sa chambre et lui dessina
deux moustaches avec une pommade noire dont il se servait pour les
cheveux; il envoya ensuite la fille Blin, sa domestique, pour réveiller
sa femme, avec ordre de lui présenter en même temps un miroir. La femme
Boursier, en apercevant ses moustaches, se fâcha un peu. Boursier rit
beaucoup de la surprise de sa femme, qui se leva en boudant; elle se
rendit ensuite à son comptoir, où ils s'embrassèrent mutuellement.

Boursier ne prenait jamais rien en se levant; il déjeûnait
habituellement, entre neuf et dix heures du matin, avec un potage au riz.
Ce jour-là, il demanda son potage à neuf heures. La fille Blin le lui
prépara sur le fourneau de la cuisine, dans une casserolle en fer battu,
qui servait toujours à cet usage. Quand ce potage fut prêt, elle
l'apporta dans la casserolle même, sur un petit secrétaire qui était
dans la salle à manger, et sur lequel Boursier déjeûnait toujours. La
fille Blin avait l'habitude, avant de servir le potage, d'en conserver
une partie pour elle et pour le plus jeune des enfans de son maître, qui
était âgé de cinq ans. Cet enfant et la fille Blin mangèrent cette
portion de potage, et n'en furent point incommodés. Quand Boursier était
prévenu par la domestique que son déjeûner était prêt, il arrivait
souvent qu'il ne le mangeait pas sur-le-champ, surtout quand il voulait
terminer quelque chose dont il s'occupait. Ce potage restait quelquefois
un quart d'heure à l'endroit où la servante le plaçait, c'est-à-dire sur
le secrétaire qui était dans la salle à manger, à peu de distance du
comptoir où se tenait habituellement la femme Boursier.

L'instruction, quels qu'aient été ses soins, n'a pu déterminer l'espace
de temps qui s'était écoulé entre le moment où le potage avait été
apporté sur le secrétaire et celui où Boursier commença à déjeûner.
Cependant la fille Blin a pensé qu'il avait pu s'écouler quatre à cinq
minutes dans cet intervalle. Par les mêmes motifs, il serait difficile
d'établir, par les témoignages, ce que faisaient Boursier et sa femme au
moment où le potage fut apporté, et depuis cet instant jusqu'au déjeûner.

Cependant, aussitôt que Boursier eut goûté de son potage au riz, il
appela la fille Blin, et se plaignit du mauvais goût qu'il lui trouvait.
Cette fille lui répondit qu'elle en était étonnée, attendu qu'elle avait
mis dans le déjeûner trois jaunes d'œufs, au lieu de deux qu'elle y
mettait habituellement. Il avait aussi appelé sa femme pour lui dire que
son potage était mauvais, qu'il avait un _goût empoisonné_; et sur
l'observation que lui avait faite la domestique, il avait dit: «Puisqu'il
est bon, il faut en manger;» et il en prit alors quelques cuillerées. Il
déclara alors que son potage était décidément mauvais, qu'il ne pouvait
le manger; en même temps, il lui prit un vomissement qui lui fit rendre
une partie du riz et des matières vertes qui ressemblaient à de la bile.
La femme Boursier alla préparer un verre d'eau sucrée.

Cependant les vomissemens continuaient, accompagnés de flux de sang.
Boursier fut mis au lit; il se plaignait d'une extrême lassitude dans les
reins; bientôt survinrent des évacuations d'une grande fétidité. Le sieur
Bordeu, médecin appelé, arriva entre onze heures et midi, et traita la
maladie comme une indigestion; il ordonna des potions calmantes. Revenu à
six heures du soir, et jugeant que la maladie était plus grave, il fit
appliquer des sangsues et des sinapismes. Néanmoins l'état du malade
empirait. Le lendemain matin, un autre médecin, nommé Tartra, est appelé;
on prescrit de nouveaux moyens. Un élève en médecine, le sieur Toupié,
est chargé de passer la nuit près du malade; mais tous les remèdes
étaient inutiles: Boursier expira à quatre heures du matin, après
d'effrayantes convulsions.

Toupié avait remarqué que les extrémités étaient froides, et que les
ongles étaient bleuâtres. MM. Bordeu et Tartra arrivèrent après le décès
de Boursier; ils examinèrent le cadavre et firent la même remarque que
l'élève Toupié, et tous deux, ne pouvant se rendre compte d'une mort
aussi subite, firent demander à sa veuve la permission de faire
l'autopsie du cadavre; mais elle s'y opposa, malgré leurs pressantes
insistances.

Le même jour, la femme Boursier, sous le prétexte que son mari était
très-replet, et que la putréfaction occasionnée par les chaleurs,
pourrait nuire aux comestibles qui étaient dans son magasin, témoigna le
désir que l'inhumation eût lieu le soir même. Deux amis du défunt
reçurent mission d'en faire la demande à la mairie; mais la permission
fut refusée. Les obsèques eurent lieu le lendemain mardi, à dix heures du
matin. Le corps fut déposé dans une fosse particulière, au cimetière du
Père-Lachaise.

Le 28 juin, c'est-à-dire le jour même que Boursier était tombé malade,
Kostolo était venu, selon son habitude journalière, au magasin. Étonné de
la soudaineté de la maladie de Boursier et des symptômes alarmans qui se
manifestaient, il se tint près du lit du malade toute la journée; le
lendemain, il revint près de lui, et ne le quitta plus qu'à sa mort. Ce
fut lui qui, pendant la dernière nuit, lui administra les boissons qui
avaient été prescrites par les médecins. De même que le sieur Toupié,
Kostolo déclara avoir remarqué les taches bleuâtres, indices presque
certains d'un empoisonnement.

Enfin tout était consommé, et la mort et l'inhumation du malheureux
Boursier; mais des bruits sinistres éclatèrent bientôt, et le 31 juillet,
le procureur du roi ordonna l'exhumation du corps. MM. Orfila, docteur en
médecine, Hardy, professeur de la faculté de médecine, et Hamel, candidat
en médecine, appelés par le juge d'instruction, procédèrent sur le lieu
même à l'autopsie du cadavre; ils firent l'extraction de l'estomac et des
intestins, qui furent placés aussitôt dans un vase de terre, sur lequel
les scellés furent apposés; ils recueillirent aussi dans un vase un
liquide jaune. Les médecins déclarèrent, dans le procès-verbal qu'ils
dressèrent, qu'ils n'avaient trouvé aucune trace de lésion qui pût faire
soupçonner que Boursier eût succombé à la suite d'une rupture ou d'une
ulcération du cœur, des poumons et des gros vaisseaux qui sont contenus
dans le thorax. Après un examen approfondi, les médecins attestèrent
qu'il s'était trouvé, tant dans l'estomac que dans les intestins qu'ils
avaient analysés, une quantité d'arsénic suffisante pour donner la mort.
Dans le cours de leur première opération, ils en avaient en outre
signalé quelques grains au juge d'instruction.

Enfin cinq docteurs en médecine, parmi lesquels étaient MM. Orfila,
Chaussier et Pelletan, consultés sur la réunion des circonstances
rapportées ci-dessus, furent unanimement d'avis que Boursier était
évidemment mort des effets de l'arsenic, et que l'autopsie n'avait
nullement justifié la supposition d'une rupture de vaisseaux dans la
poitrine.

Ces explications si claires, si précises, si concordantes, ne pouvaient
laisser subsister le plus léger doute sur les causes de la mort de
Boursier: _il était mort empoisonné_. Il s'agissait de savoir si cet
événement était le résultat d'un crime, d'un suicide ou d'un simple
accident. Telles étaient les seules suppositions auxquelles pouvait
donner lieu la mort inopinée de cet homme. Tout tendait à démontrer
jusqu'à l'évidence que Boursier ne s'était pas empoisonné lui-même. Il
était père de cinq enfans; son commerce était aussi prospère qu'il
pouvait le désirer; son intérieur n'avait rien que de riant pour lui; il
vivait en très-bonne intelligence avec sa femme dont il ignorait les
désordres; il était d'une humeur très-gaie, et la plaisanterie qu'il fit
à sa femme, le 28 juin, n'indique guère qu'il fût, ce jour-là, tourmenté
par quelque souci. D'ailleurs, si Boursier eût mis lui-même de l'arsenic
dans son potage, est-il présumable qu'il eût appelé sa femme et la
cuisinière, pour leur dire que ce potage était mauvais?

On ne pouvait pas attribuer davantage la mort de Boursier à un simple
accident. Aussi l'accusation l'attribua-t-elle à un crime. D'après
l'autopsie, l'empoisonnement était constant. Les liaisons criminelles qui
existaient entre la veuve Boursier et Kostolo appelèrent sur eux les
soupçons de la justice: tous deux furent arrêtés.

Aussitôt que les vomissemens avaient commencé, la femme Boursier avait
pris la casserolle qui contenait le riz; elle avait jeté ce riz dans une
terrine d'eau sale qui était sous la fontaine; elle avait passé ensuite
un peu d'eau dans la casserolle, et ordonné à la fille Blin de la
nettoyer; ce que celle-ci avait exécuté, en la frottant avec du sable et
de la cendre. La veuve Boursier chercha à expliquer cette circonstance
extraordinaire: «Boursier, disait-elle, était très-susceptible sur la
propreté. Pour lui prouver que la casserolle était propre, j'allai la
vider; et, comme il y avait un peu de riz attaché au fond, j'y ai passé
de l'eau pour le détacher, et ai montré ensuite la casserolle à mon
mari.»

L'accusation s'empara de cet aveu et crut y trouver une preuve du crime.
Les réticences de la femme Boursier, ses tergiversations dans plusieurs
réponses importantes, furent autant de probabilités contre elle. Une
fois, elle dit que son mari ne lui avait jamais parlé d'arsénic; une
autre fois, qu'il lui avait parlé de mort-aux-rats et d'arsénic.

Interrogée sur le compte des personnes qui fréquentaient habituellement
sa maison, la veuve Boursier cita tous les amis de son mari; mais elle ne
nomma pas Kostolo, et soutint même qu'elle n'avait jamais eu de relations
intimes avec cet homme. Mais Kostolo, assez impudent pour ne rien
ménager, révéla la nature de ses liaisons avec la veuve Boursier; et
celle-ci, forcée par l'évidence à avouer ces coupables habitudes, avoua
d'abord qu'elle avait vu Kostolo avec intérêt et plaisir, et bientôt fut
contrainte de confesser que, dans la chambre même du défunt, elle s'était
abandonnée aux vœux criminels de son misérable complice. Il résulta
aussi des interrogatoires qu'elle donnait de l'argent à Kostolo, et l'on
en conclut que, puisqu'elle n'ignorait pas le dénuement de cet homme,
elle stipendiait ses assiduités adultères, et lui livrait le patrimoine
de ses enfans.

Après avoir entendu tous les témoins, l'accusation posa la question
suivante:

«La veuve Boursier prétendra-t-elle, comme elle l'a fait dans ses
interrogatoires, qu'elle n'avait aucun intérêt ni aucun motif pour
commettre ce crime?» Puis elle y répondit: «On ne le pense pas; car sa
conduite après la mort de son mari, les projets formés entre elle et
Kostolo de s'unir en mariage, la promesse qu'elle lui en avait faite, la
crainte qu'elle avait qu'il ne changeât d'avis, démontrent suffisamment
le motif qui l'a portée à cet attentat.» Ces allégations de l'acte
d'accusation résultaient des déclarations réitérées de Kostolo, et
paraissaient être confirmées d'ailleurs par la franchise grossière avec
laquelle il répondit aux questions du magistrat chargé de l'instruction
de ce procès.

Pour établir la complicité de Kostolo dans l'empoisonnement présumé du
malheureux Boursier, l'acte d'accusation présenta cet homme attaché au
chevet du lit du moribond, lui administrant les boissons prescrites par
les médecins, et pouvant bien y avoir introduit de nouvelles substances
vénéneuses. On le montrait encore comme un homme dénué de ressources,
sans moyens d'existence, et pouvant avoir un grand intérêt à s'associer à
une femme qui le mettrait à la tête d'un établissement florissant et
capable d'assurer son avenir.

Pendant l'instruction, le témoin Bailly, ancien commis de Boursier, avait
dit d'abord que son patron, après avoir préparé des boulettes pour faire
périr les rats, avait serré le restant de l'arsenic lui-même; plus tard,
ce témoin changea de langage, et dit que c'était lui Bailly, qui avait
serré le reste d'arsénic, et qu'il ne s'en était pas souvenu d'abord. Ces
deux déclarations si différentes, cette attention que Bailly apportait à
justifier l'accusée, que jusque-là il avait cherché à faire regarder
comme coupable, donna lieu de penser que l'on avait fait des démarches
pour le circonvenir, et lui faire rétracter sa première déclaration. En
conséquence, l'avocat-général pris des réserves à son égard.

Les débats durèrent plusieurs jours. La plupart des circonstances que
l'on a déjà vues furent pleinement confirmées. La veuve Boursier se
renferma dans un système de dénégation presque absolu, non seulement
touchant l'empoisonnement de son mari, mais encore relativement à la
nature de ses liaisons et de ses entrevues avec Kostolo. Mais, quant à
ces derniers faits, elle fut plusieurs fois confondue par les réponses
énergiques, précises, et grossièrement effrontées de Kostolo. A plusieurs
reprises, l'auditoire eut peine à imposer silence à la juste indignation
qu'il éprouvait en entendant ce misérable aventurier qui, pour mieux
prouver son innocence, faisait parade de ses honteux trophées.

Le 29 novembre 1825, sur la réponse négative du jury, le président de la
Cour d'assises de la Seine, déclara la veuve Boursier et Kostolo
déchargés de l'accusation intentée contre eux, et ordonna leur mise en
liberté.

L'autorité prit en même temps des mesures pour que Kostolo, étranger sans
aveu, sans ressources et sans recommandation, qui faisait un si hideux
trafic de ses avantages physiques, purgeât de sa présence un pays qu'il
avait souillé des plus scandaleux désordres. Il resta sous la
surveillance de la police jusqu'à son départ.

Quant à la veuve Boursier, elle revint, le soir même de son acquittement,
dans son domicile qui devait au moins lui rappeler de bien graves
erreurs. Ses amis l'attendaient. Une nuit bruyante en félicitations
succéda aux transes de la veille. La veuve Boursier reparut, presque le
lendemain, dans son comptoir, et se vit, pendant plusieurs jours, l'objet
de la curiosité publique. Tout le monde voulait voir l'amante de
l'aventurier Kostolo, devenue si tristement fameuse par la formidable
accusation dirigée contre elle.

On aurait mieux aimé, dans l'intérêt même de la veuve Boursier, ne pas
lui voir oublier si promptement les périls qu'elle venait de courir,
pouvoir lui supposer un repentir sincère, une pudique honte des torts
avérés qu'on avait à lui reprocher. Comment avait-elle pu si tôt oublier
la touchante et paternelle admonition du président de la Cour? «Veuve
Boursier, lui avait dit ce magistrat, en prononçant son acquittement,
vous allez recouvrer la liberté que les plus graves soupçons vous avaient
fait perdre. Le jury vous a déclarée non-coupable du crime qui vous était
imputé: puissiez-vous trouver la même absolution dans le témoignage de
votre conscience! Mais n'oubliez pas que la cause de vos malheurs et du
déshonneur qui couvrira peut-être à jamais votre nom, fut le désordre de
vos mœurs et la violation des nœuds les plus sacrés. Descendez au fond
de votre cœur; que votre conduite à venir efface la honte de votre
conduite passée, et que le repentir remplace l'honneur que vous avez
perdu!»

A l'époque de son procès, la veuve Boursier avait trente-sept ans. On
était fort curieux de connaître son extérieur. Sa taille était peu
élevée, même petite (quatre pieds cinq pouces); sa figure, sillonnée par
la petite vérole, était peu agréable; ses traits n'avaient rien de ce qui
rappelle la beauté. Elle contrastait avec Kostolo, dont les traits
étaient réguliers et la taille élevée.



LE FORÇAT SUREAU.


Sureau, garçon tailleur, était au bagne de Brest, depuis l'année 1823 ou
1824. Voici sommairement les circonstances qui l'avaient plongé dans ce
cloaque de criminels. Ce jeune homme devait épouser une jeune fille, sa
cousine. Celle-ci, au moment de s'unir à lui, se rétracta. Alors Sureau
s'abandonna au désespoir; ses passions fermentèrent, sa tête s'exalta;
une sorte de délire furieux s'empara de lui. Il se rendit chez celle
qu'il aimait, armé de deux pistolets; il voulait se brûler la cervelle à
ses yeux; peut-être aussi voulait-il l'immoler elle-même et périr sur son
cadavre. Qui pourrait savoir quel était son projet? Le savait-il bien
lui-même? Quoi qu'il en soit, la jeune fille seule expira sous l'arme
meurtrière, et Sureau fut, quelques mois après, envoyé au bagne de Brest,
et attaché côte à côte avec un galérien.

Chose étrangement monstrueuse! Dans ce séjour de l'opprobre et de la
misère, ce jeune homme retrouva encore des passions semblables à celles
qu'il avait déjà éprouvées, mais avec cette différence qu'elles étaient
empreintes de cette hideur et de cette dépravation que le bagne attache à
tout. Le forçat dont l'existence était enchaînée à la sienne par des
liens de fer, était devenu pour lui l'objet d'une affection infâme.
Depuis deux ans environ, il traînait sa chaîne avec ce compagnon,
lorsqu'une mésintelligence éclata entre eux. Pendant la nuit, la tête du
galérien Sureau s'exalta comme lors de son premier crime. Tout-à-coup il
se lève, s'arme de ciseaux qui se trouvaient à côté de lui, les plonge à
plusieurs reprises dans les flancs de son compagnon endormi, et appelant
à grands cris le garde-chiourme: _Qu'on me conduise à la mort!_
s'écrie-t-il, d'une voix forcenée. _Je viens d'assassiner l'homme que
j'aimais plus que ma vie._

Sureau ne tarda pas à être traduit devant un conseil composé d'officiers
et d'ingénieurs de la marine. Rien de plus extraordinaire que l'aspect
d'un tel tribunal: là, les accusés sont toujours des criminels; là, les
témoins eux-mêmes comparaissent couverts de leurs vêtemens rouges, et
traînant leurs chaînes.

Connaissez-vous, dit le président à l'un de ces témoins qui paraissait
avoir vieilli aux galères, connaissez-vous quelque motif qui ait pu
porter l'accusé à tuer son camarade?

_Le forçat_: Oui, monsieur le président. Je crois, sauf votre respect,
que son camarade l'avait appelé _mouton_.

_Le président_: Eh bien? que signifie cela?

_Le forçat_: C'est que, monsieur, quand on dit à quelqu'un qu'il est un
_mouton_, ça veut dire, sauf votre respect, qu'il rapporte aux chefs tout
ce qui se fait.

_Le président_: Quel grand mal y a-t-il là? comment voulez-vous qu'il ait
pu le tuer pour cette parole?

_Le forçat_: C'est que, monsieur, chez nous, celui qui est _mouton_, sauf
votre respect, ça veut dire _qu'il faut qu'on l'assassine_, et alors vous
comprenez qu'on n'aime pas d'avoir cette réputation.

Le sang-froid, le ton de naïveté avec laquelle le vieux forçat débitait
ces maximes, indiquaient assez qu'elles constituaient un des points de
droit de ce lieu d'infamie, et qu'elles avaient été plus d'une fois mises
à exécution.

Après la plaidoierie de son avocat, le galérien Sureau voulut se défendre
lui-même. Son improvisation offrait un mélange singulier du langage de la
passion et de l'argot du bagne: l'idée de la cousine et de son compagnon
de chaîne se confondait dans son esprit, et l'image de ces deux victimes
de sa fureur, harcelant sans cesse sa pensée, lui inspirait des paroles
et des mouvemens d'une véritable éloquence.

Le forçat Sureau fut condamné à mort le 17 octobre 1826, et fut exécuté
dans les vingt-quatre heures.



PIERRE BARRIÉ,

PARRICIDE.


Le 16 novembre 1826, le nommé Pierre Barrié, âgé de trente-trois ans, né
à Cocural, canton de Saint-Amans (Aveyron), comparut devant la Cour
d'assises de Rhodez, accusé de meurtre sur la personne de sa mère. Cette
cause avait attiré une grande affluence de spectateurs. Nous allons en
rapporter les principaux faits.

Depuis quelque temps, Marguerite Bouges, veuve Barrié, âgée de soixante
ans, était atteinte d'aliénation mentale. Ses enfans, qui faisaient de
fréquens voyages à Paris, trouvèrent convenable, pour sa propre sûreté
comme pour la sûreté commune, de la faire renfermer dans un hospice, et
confièrent ce soin à Pierre, l'aîné de la famille. Ce projet fut conçu au
mois de septembre 1824. A cette époque, Pierre Barrié, Jean, son frère,
et Marie-Anne, sa sœur, étaient dans le pays; toutefois il a été établi
que ces deux derniers ne se trouvaient pas à Cocural, et que Pierre
habitait seul avec sa mère dans la maison de feu Barrié, son père.

Dans les derniers jours de ce même mois de septembre, Pierre Barrié
prétendit avoir rempli la commission dont il s'était chargé. Selon lui,
il s'était adressé à cet effet au nommé Frédéric-Alexandre Cambonne,
marchand à Espalion et propriétaire à Montpellier, lequel, moyennant la
somme de 440 francs, devait conduire dans cette dernière ville Marguerite
Bouges, et la placer dans un établissement de charité. Pierre Barrié
ajoutait quelques circonstances sur le départ de sa malheureuse mère. Il
disait qu'elle avait opposé une vive résistance... que l'on avait été
forcé de recourir à l'assistance des gendarmes en résidence à Espalion.

Dans le courant du mois d'octobre suivant, Pierre, Jean et Marie-Anne
Barrié partirent pour Paris. Ce fut dans cette ville, au mois de janvier
1825, que Pierre apprit aux deux autres la mort de leur mère, survenue,
disait-il, par suite d'un accident tragique. La voiture qui la
conduisait à Montpellier avait versé... Elle s'était fracassé le crâne...
On l'avait transportée dans un hospice où elle avait rendu le dernier
soupir... Le prétendu conducteur Cambonne était aussi décédé... Pierre
Barrié écrivit même à Cocural pour faire prendre le deuil aux autres
membres de la famille.

Comme la plupart des hommes de son pays, Pierre exerçait à Paris la
profession de porteur d'eau; il était domicilié rue du Bac.

Jean revint de Paris à Cocural dans le courant de mai 1825, portant un
reçu de 440 francs, souscrit et signé par le prétendu Cambonne. Ce reçu
lui avait été remis par son frère Pierre.

Cependant une sourde et vague rumeur s'était répandue au sujet de la
disparition de Marguerite Bouges; on disait que cette femme n'était pas
sortie du pays, et, chaque jour, ces conjectures acquéraient plus de
consistance. On apprit de quelques individus qui avaient fait le voyage
de Montpellier, que toutes recherches avaient été infructueuses pour se
procurer des nouvelles de cette femme. On se rappela aussi que, vers la
fin de septembre 1824, Pierre Barrié, qui était naturellement gai, avait
paru sombre et agité, et qu'il avait supplié un de ses voisins de lui
permettre de coucher chez lui, ne pouvant, disait-il, habiter seul dans
sa maison, où le bruit des portes battues par le vent le glaçait
d'épouvante. Enfin, on sut dans le public que, dans une police de bail à
ferme consentie à son oncle, peu de jours avant son départ pour Paris,
Pierre Barrié s'était réservé un petit réduit, qu'il avait lui-même fermé
soigneusement avec une cloison en planches, après y avoir entassé de
vieux meubles et du bois de chauffage, et le docteur Capoulade,
d'Albouze, parlant un jour de la disparition de la veuve Barrié, s'écria
que c'était dans ce petit réduit que l'on pourrait trouver le cadavre de
cette femme.

Cette circonstance paraissait trop extraordinaire pour qu'elle n'éveillât
pas l'attention. Aussi ce fut vers le lieu indiqué que la justice dirigea
ses premières démarches. On ne tarda pas à découvrir l'horrible mystère.
Bientôt, sous un amas de meubles, dans une auge de pierre, hermétiquement
fermée avec de la terre glaise, on trouva le cadavre de Marguerite
Bouges, recouvert de quelques lambeaux de vêtemens, le tout assez bien
conservé pour qu'on pût constater l'identité. Le frère de l'accusé et
plusieurs habitans la reconnurent. Marie Crassels déclara l'avoir
reconnue à un doigt de la main gauche, dont la première phalange avait
été emportée par un panaris.

Aussitôt la police fut instruite, et des ordres furent donnés pour que
Pierre Barrié fût arrêté à Paris, et conduit sans retard à Rhodez.

Devant le juge d'instruction, l'accusé se renferma dans une dénégation
absolue, parlant toujours du prétendu Cambonne, qui n'était, suivant
toutes les probabilités, qu'un personnage de son invention; car on ne
trouva aucun vestige de cet individu, ni sur les registres des morts, ni
sur ceux des vivans. A cette terrible question: «Comment s'est-il fait
que votre mère, décédée à Montpellier, ait été trouvée dans l'auge de
Cocural?» Pierre Barrié se borna à répondre: _C'est par miracle!_

En présence de la Cour d'assises, le président lui fit subir
l'interrogatoire suivant:

_D._ Qu'était devenue votre mère, lors de votre départ pour Paris en
1824?

_R._ M'étant chargé de la placer dans un hospice, au nom de tous ses
enfans, un cocher de fiacre que j'avais connu à Paris, mais dont j'ignore
le nom et le domicile, me conseilla de la confier à un monsieur qui, pour
440 francs une fois payés, prit l'engagement de la conduire et de la
faire recevoir à Montpellier, dans la maison centrale de cette ville.

_D._ Connaissiez-vous ce monsieur?

_R._ Je ne le connaissais pas: il disait s'appeler Alexandre-Frédéric
Cambonne.

_D._ D'où était-il?

_R._ Je l'ignore: mais il prenait les qualités de propriétaire à
Montpellier, et de marchand à Espalion.

_D._ Vous aviez déjà consulté M. Jalabert fils, avocat à Espalion. Il
vous avait promis ses bons offices pour obtenir une place pour votre mère
dans l'hospice de cette ville, ou dans celui de Rhodez. Lui parlâtes-vous
du traité que vous veniez de faire avec Cambonne?

_R._ Non, monsieur.

_D._ Vous n'accompagnâtes pas votre mère jusqu'au moment de son départ?

_R._ Cela m'aurait fait mal.

_D._ Plusieurs témoins ont déposé, dans l'instruction, qu'il vous avait
fallu des gendarmes pour la contraindre: vous-même leur avez appris cette
circonstance.

_R._ Ils se trompent.

_D._ Il résulte des informations qu'on a prises qu'il n'existe, ni à
Montpellier ni à Espalion, aucun individu portant le nom de Cambonne, et
que votre mère n'a jamais été reçue dans la maison centrale de
Montpellier?

_R._ J'ai été trompé.

_D._ Qui vous apprit la mort de votre mère?

_R._ Je l'appris par une lettre qui me fut écrite de Montpellier.

_D._ Par qui?

_R._ J'ai oublié le nom du signataire de la lettre.

_D._ Mais enfin, comment se fait-il que votre mère ait été trouvée dans
l'auge de Cocural?

_R._ Je n'en sais rien.

A chaque question, l'accusé essayait, mais en vain, de lever sa tête, qui
retombait aussitôt sur sa poitrine.

Les témoins furent entendus au nombre de trente-deux. Plusieurs
rappelèrent le propos tenu par M. Capoulade, médecin d'Albouze. Celui-ci
avoua le fait, et l'expliqua par diverses circonstances qui avaient
appelé ses réflexions sur ce sujet.

Le ministère public soutint l'accusation avec beaucoup de force et de
précision, et fit voir que les circonstances diverses et multipliées qui
avaient été recueillies à l'occasion du meurtre de la veuve Barrié,
devaient suppléer à l'absence de témoins _de visu_ et aux doutes que
pouvait laisser la matérialité du fait.

L'accusé fut défendu par Me Grandet, avec le talent et la loyauté dont il
avait donné déjà des preuves si brillantes dans l'affaire Fualdès.
Plusieurs parties de sa plaidoierie firent une vive impression sur
l'auditoire.

Mais la délibération du jury ne pouvait être favorable à l'accusé. Trop
de charges, des charges trop accablantes pesaient sur lui. Chacun était
en droit de lui adresser ces terribles paroles: _Pierre Barrié, qu'as-tu
fait de ta mère?_ Le jury répondit affirmativement aux questions de
culpabilité qui lui furent soumises, et le président prononça contre le
prévenu la peine du parricide. L'abattement que ce malheureux avait
montré pendant les débats, redoubla lorsqu'il entendit l'arrêt qui le
condamnait à la mort; il ne put marcher jusqu'à sa prison qu'avec le
secours des gendarmes qui le soutenaient. Ce jugement fut rendu le 17
novembre 1826.

La Cour de cassation ayant rejeté le pourvoi de Pierre Barrié, et le roi
n'ayant pas admis son recours en grâce, ce malheureux subit sa peine le
19 février 1827 à Rhodez. Ce spectacle, qu'un appareil extraordinaire
rendait encore plus hideux, avait attiré une foule immense. Le condamné
fut transporté dans une charrette au lieu du supplice; il était
pieds-nus, en chemise, et sa tête était couverte d'un voile noir.
L'aumônier des prisons était assis auprès de lui; Barrié, triste et
abattu, paraissait attentif aux exhortations de ce charitable
ecclésiastique.

Depuis sa condamnation, il avait substitué une autre version au système
absurde qu'il avait suivi dans ses interrogatoires et dans les débats. Il
assurait que sa mère était morte à la suite d'une chute violente qu'elle
aurait faite dans un accès de démence; que, l'ayant trouvée ensanglantée
et couverte de contusions, il s'était abstenu d'appeler du secours, de
peur qu'on ne l'accusât de meurtre, et qu'alors il avait caché le cadavre
dans l'auge où il avait été découvert dix-huit mois après.



ANDRÉ BLUM,

ACCUSÉ DE FAUX ET D'EMPOISONNEMENT.


Au mois de mars 1821, André Blum fut employé dans les ateliers de la
maison Haussman et Jordan, au Logelbach, près Colmar.

En 1825, M. Jordan remarqua du désordre dans la conduite de cet homme.
Plusieurs fois, il lui adressa des remontrances; Blum promit de se
corriger; mais, loin de tenir sa promesse, il contracta de nouvelles
dettes.

Ses appointemens étant insuffisans pour subvenir à ses dépenses, il
fabriqua et mit en circulation de faux billets de commerce. Dans le
courant de 1825, il donna au sieur Édighoffen, aubergiste à l'enseigne du
Roi de Pologne, à Colmar, en paiement d'une somme de 130 francs, un
billet de 750 francs, paraissant souscrit, à son ordre, par son père
Jacob Blum. Vers la même époque, il remit au sieur Simon, en paiement
d'une somme de 100 francs, une lettre de change de 400 francs,
paraissant pareillement souscrite à son ordre par son père. A leur
échéance, ces deux effets furent protestés. Le père de l'accusé ne les
reconnut pas, déclarant qu'il ne devait rien à son fils; que ce n'était
pas le premier tour de ce genre qu'il lui faisait, et engageant le sieur
Édighoffen à le poursuivre très-rigoureusement. M. Jordan, ayant eu
connaissance de cette affaire, en parla à Blum. Celui-ci nia d'abord
qu'il eût fabriqué les effets en question; mais il finit par en faire
l'aveu. Blum était déjà débiteur de la maison Haussman d'une somme de
plus de 800 francs, qu'elle avait payée pour lui. Dès ce moment, M.
Jordan résolut de faire le sacrifice de cet argent et de se débarrasser
de Blum. En conséquence, on lui adjoignit deux ouvriers, destinés à le
remplacer, Joseph Grimmer et Louis Vautrin.

Ces mesures rendirent Blum furieux: il forma le projet d'en tirer
vengeance, et ne dissimula pas ses intentions. Dans le mois d'avril, il
dit à un des ouvriers de la fabrique qu'il connaissait des individus qui
l'avaient desservi auprès de M. Jordan; qu'il leur conserverait une
haine implacable, et qu'il s'en vengerait, ne dût-ce être que dans vingt
ans. Vers la même époque, il tint à un autre ouvrier un propos à peu près
semblable, ajoutant que, s'il rencontrait celui qui l'avait calomnié, il
le tuerait, et se suiciderait ensuite. Ces menaces demeurèrent sans
effet.

Comme chef d'atelier, Blum avait sous ses ordres un enfant de seize ans,
Joseph Goechlinger. Dans le courant de l'hiver et du printemps de 1826,
il l'avait envoyé par trois fois à Colmar, chercher de l'émétique. Chaque
fois, il l'avait adressé à trois pharmaciens différens, et lui avait fait
prendre chez chacun d'eux trois grains d'émétique, ce qui lui avait
procuré vingt-sept grains de ce vomitif.

Vers le même temps, il avait amené une femme dans son atelier, et lui
avait fait placer de la mort-aux-rats dans trois endroits différens, sur
des petits morceaux de papier; deux ou trois jours après, il s'en était
emparé. Ainsi muni d'arsénic et d'émétique, Blum tenait des moyens de
vengeance entre ses mains. Il choisit Joseph Grimmer pour sa victime, et
attendit un moment favorable pour l'exécution de son forfait.

Dans la matinée du 24 avril 1826, il crut l'avoir trouvé, et tenta
d'empoisonner cet ouvrier. Ce jour-là, entre six et sept heures du matin,
Blum, ayant vu que Joseph Grimmer avait des œufs, lui témoigna le désir
d'en manger, et le pria de lui en préparer au beurre noir. Grimmer y
consentit, lui en fit cuire quelques-uns dans une casserole, et les lui
apporta avec du pain. Blum en mangea une petite partie, les saupoudra
avec une poudre blanchâtre, et les remua pour mêler le tout. Dès-lors, il
cessa d'en manger, en se plaignant qu'ils étaient trop salés; puis, il
engagea Grimmer à les manger, et sortit.

Il se rendit à Turckheim, où était le domicile de Grimmer, et fit dire à
la femme de celui-ci que son mari ne rentrerait que vers onze heures ou
minuit, et peut-être pas du tout.

Cependant Grimmer, après le départ de Blum, s'était mis à manger les
œufs qui restaient; mais à peine en avait-il avalé la moitié, que,
dégoûté par l'amertume qu'il y trouva, il avait cessé d'en manger et
s'était remis à l'ouvrage. Toutefois, il ne tarda pas à en éprouver
l'effet.

Une heure s'est à peine écoulée, qu'il est torturé par de fortes
coliques; une sueur glacée découle de son front; il ressent un malaise
général. Bientôt les vomissemens commencent. Ses compagnons n'hésitent
pas à soupçonner Blum d'avoir empoisonné Grimmer. Heureusement pour ce
pauvre malheureux que ce soupçon d'empoisonnement vint les frapper
sur-le-champ. Ils prodiguèrent sans retard à leur camarade les secours
les plus efficaces en pareil cas; ils lui firent prendre du bouillon, de
l'huile et du lait, et il fut sauvé.

Vers cinq heures du soir, Blum rentra à l'atelier. On lui reprocha
d'avoir mis quelque chose dans les œufs de Grimmer. Il ne s'en défendit
pas, et se borna à répondre: _Moi aussi, j'en ai mangé: pourvu qu'il ne
soit pas crevé, cela suffit; je m'en moque._ En prononçant ces paroles,
il rougit, et jeta sur une table une pièce qu'il pliait. Puis, pour
anéantir autant que possible les traces de son crime, il barbouilla avec
le reste des œufs la figure d'une ouvrière, et cassa le vase dans lequel
Grimmer les avait fait cuire. Cependant des poursuites ayant été
dirigées contre lui, il essaya de s'y soustraire, en se cachant dans les
forêts qui environnent Soultz et les communes voisines; mais il fut
arrêté, le 14 juin, aux environs d'Ollviller. On trouva sur lui une
petite pièce de bois, tournée en forme de cachet, et qui paraissait
destinée à contrefaire un sceau, et un petit paquet de papier gris,
contenant une matière graisseuse.

Transféré dans la maison d'arrêt de Colmar, il fut fouillé une seconde
fois; on trouva dans une de ses poches un petit paquet de toile ficelée,
contenant une poudre blanche. L'analyse chimique que l'on fit de ces
matières prouva que la première était composée de morceaux d'éponge cuits
dans la graisse et saupoudrés d'arsénic métallique; et que la seconde
était une substance végétale sucrée, mélangée aussi avec de l'arsenic
métallique.

En conséquence, André Blum fut traduit devant la Cour d'assises de
Colmar, le 18 novembre 1826, comme accusé de faux en écriture de
commerce, et d'empoisonnement. L'accusé était vêtu de noir. C'était un
jeune homme d'une belle taille et d'une figure assez régulière, mais
l'expression de sa physionomie était froide et dure, et sa contenance
plus qu'assurée. Il entendit la lecture de l'acte d'accusation d'un air
impassible et presque effronté, et garda la même contenance pendant toute
la durée des débats. Le docteur Morel, entendu comme témoin, rapporta
plusieurs faits de nature à faire soupçonner l'accusé de plusieurs
empoisonnemens antérieurs à celui qui l'avait fait mettre en prévention.
La femme même de Blum aurait été victime d'une de ces tentatives. M.
Pélicier, chimiste attaché à la fabrique Haussman, déposa que l'accusé
était venu, à plusieurs reprises, lui demander de l'arsenic communément
connu sous le nom de _mort-aux-rats_, lui disant que son logement était
infesté de rats qui rongeaient ses habits et ses alimens; mais que lui,
Pélicier, s'y était constamment refusé; que, sur des sollicitations
itératives, il lui avait dit que, quand il y avait des rats et des souris
dans les ateliers, il y plaçait des harengs imprégnés d'arsénic. Alors
Blum lui dit qu'il lui apporterait un hareng pour qu'il y mît de
l'arsenic; mais le témoin le lui refusa, parce qu'il connaissait la
situation de l'accusé, et que l'on pouvait craindre qu'il ne voulût
attenter à sa propre vie, ou chercher à donner la mort à d'autres.

Les pharmaciens, chargés d'analyser les matières trouvées sur Blum, lors
de son arrestation, déclarèrent qu'ils avaient parfaitement constaté la
présence de l'arsenic, soit dans les éponges graisseuses qui en étaient
imprégnées, soit dans le petit paquet de toile, où l'arsenic pur était
mélangé avec une poudre végétale sucrée.

Un autre témoin, Jacques Ohl, âgé de soixante-un an, ouvrier de la
fabrique, déposa très-formellement des menaces proférées par Blum à
plusieurs reprises. Il rapporta surtout ces mots: «Je me vengerai de ceux
qui m'ont desservi; j'en tuerai un; je m'en vengerai, ne fût-ce que dans
vingt ans. Je ferai comme cet Africain;» et, en faisant cette menace,
l'accusé montrait un petit paquet qu'il avait à la main.

Le jeune homme de seize ans, que Blum chargeait de l'achat de ses
poisons, fut aussi entendu. Il déclara être allé à Colmar neuf à dix
fois, avec la commission d'y prendre chaque fois neuf grains d'émétique
chez des pharmaciens différens, d'après les ordres exprès de l'accusé,
qui recommandait aussi au témoin de ne remettre les petits paquets qu'à
lui seul, et qui, chaque fois qu'il voyait arriver son commissionnaire,
sortait, soit de son atelier, soit de la chambre qu'il habitait, pour le
recevoir mystérieusement.

Blum nia constamment toutes ces dépositions. Il parlait beaucoup et avec
une véhémence inconcevable; et cependant ses réponses étaient
incohérentes, peu vraisemblables, et quelquefois injurieuses pour les
témoins. Quoi qu'il en soit, ceux-ci persistèrent dans toutes leurs
déclarations.

Les faits de faux furent seuls avoués et reconnus formellement par
l'accusé.

Le ministère public soutint l'accusation avec force et éloquence, mais
avec calme, se bornant à faire ressortir la culpabilité de l'accusé des
dépositions seules. Le défenseur de Grimmer remplit sa tâche avec zèle;
il s'appliqua surtout à prouver que l'empoisonnement ne pouvait être que
présumé, et invoqua la commisération des jurés en faveur de ce jeune
homme, menacé du supplice à l'âge de vingt-sept ans, ayant un père plus
que septuagénaire, une mère de soixante-six ans, et étant lui-même père
de trois enfans en bas âge. L'accusé prit aussi la parole après son
avocat, et s'efforça d'exciter la compassion des jurés.

Après une demi-heure de délibération, le jury déclara Blum non coupable
d'empoisonnement; mais il n'en fut pas de même de l'accusation de faux:
sa culpabilité sur ce dernier chef fut prononcée à l'unanimité, et il fut
condamné à vingt ans de travaux forcés, à l'exposition et à la
flétrissure.

Blum entendit son arrêt avec assez de calme; mais bientôt il lança sur la
Cour des regards courroucés, et sortit en disant: _Il aurait mieux valu
me condamner à être guillotiné!_ A peine était-il rentré dans la prison,
qu'il saisit un couteau et s'en frappa dans le bas-ventre. Il tomba
baigné dans son sang, et fut conduit à l'hôpital, sous la surveillance
d'un gendarme. Mais il fut reconnu que sa blessure n'était pas
dangereuse.



ASSASSINS DE GRAND CHEMIN.


Vers la fin de 1825 et pendant les premiers mois de 1826, quatre
assassinats furent commis sur des chemins, qui traversent la forêt de
Londe et celle de Brothonne. Ces meurtres répandirent l'effroi dans toute
la contrée. La justice fit d'actives recherches; mais malgré tous ses
efforts, elle ne put mettre la main sur les auteurs de ces trois crimes.
Un seul assassinat, celui qui avait été commis le 8 février, entre sept
heures et demie et huit heures du matin, sur la personne du sieur Voisin,
devint l'objet d'une accusation.

Armand Voisin, clerc de notaire, avait des capitaux à recevoir à Paris, à
Bordeaux et au Hâvre. Il partit le 8 février de la Bouille, en annonçant
qu'il allait à Boissy-le-Châtel. Les sieurs Cornu et Sillé, ainsi que
plusieurs autres individus, le virent et le rencontrèrent sur la route. A
cent cinquante ou deux cents pas de l'endroit où il avait été rencontré,
le nommé Revel, allant à la Bouille, trouva sur le bord de la route le
corps du malheureux Voisin; le cheval de la victime était à peu de
distance, paissant dans la forêt, la bride sur le cou. Les autorités
furent aussitôt prévenues de ce tragique événement; et il fut constaté
que le corps était étendu sur le dos, mais penché du côté droit, la tête
inclinée sur l'épaule droite, les pieds tournés vers la grande route, le
bras droit étendu en supination le long du corps, les quatre premiers
doigts fléchis, le pouce également incliné en dedans. Un pistolet de
calibre de cavalerie était posé dans la main droite, de manière que
l'extrémité de la crosse appuyait dans le fond de la main; tandis que la
partie supérieure de cette même crosse appuyait sur le pouce; le bras
gauche était légèrement fléchi, la main à moitié sur la hanche; les
jambes étaient légèrement écartées. L'autopsie de la tête prouva que le
pistolet avait été bourré avec des feuilles. A côté du cadavre était un
mouchoir de poche contenant une montre de chasse à boîte en argent avec
une chaîne en or. A trente pas du cadavre, dans la forêt, on trouva la
ceinture en daim de Voisin; elle avait été coupée dans toute sa longueur
et vidée; le cheval portait encore la valise. Le médecin constata que le
cadavre avait à la tête, du côté droit, un peu au-dessous de la tempe et
au niveau de l'oreille, une plaie d'un pouce et demi de long, faisant
cavité, entourée d'un cercle noir et paraissant être l'effet d'un coup
d'arme à feu; les os de la tête étaient fracturés, et la partie
supérieure des favoris était brûlée. De l'autre côté, au-dessous de
l'oreille, on voyait une plaie plus petite que la première, et formant
aussi cavité avec fracture d'os. Une foule de circonstances indiquaient
que la mort violente du sieur Voisin n'était pas le résultat d'un
suicide, comme ses assassins avaient voulu le faire croire.

Cet assassinat dont les auteurs étaient d'abord inconnus, ouvrit un champ
vaste aux conjectures; d'injustes soupçons planèrent un moment sur
quelques personnes innocentes. Mais on apprit enfin que le nommé
Heurtaux, meunier, âgé de trente-deux ans, avait été vu près du lieu où
le crime avait été commis; que, ce jour-là, il s'était fréquemment
déplacé et qu'il avait tenu quelques propos qui décelaient une conscience
alarmée. Heurtaux fut arrêté, et traduit devant la Cour d'assises de
Rouen, avec le nommé Daguet, cultivateur, âgé de quarante-trois ans, et
Françoise Hébert, femme Heurtaux, comme accusés, les deux premiers
d'assassinats suivi de vol, la troisième de recel d'argent.

Les accusés comparurent devant leurs juges, le 28 novembre 1826, en
présence d'un nombreux auditoire. D'après l'instruction et les
dépositions des témoins, Heurtaux avait été vu par plusieurs personnes à
la Bouille, le 7 février; le 8, il avait quitté Savale à deux heures du
matin et s'était rendu à une demi-lieue de là chez sa femme, où il avait
donné rendez-vous à Daguet. Vers sept heures un quart, ils étaient
arrivés tous deux près de la Maison-Brûlée, et ils n'avaient alors qu'une
avance de deux cent à deux cent-vingt pas sur Voisin qui les suivait à
cheval. Plus haut, à trois cent cinquante pas au-dessous du lieu où le
crime avait été commis, ils furent encore rencontrés par deux témoins, et
ces derniers trouvèrent Voisin, montant la côte à pied, à cent cinquante
ou deux cents pas environ au-dessous de l'endroit où il avait perdu la
vie. Quelques instans après, vers huit heures ou huit heures moins un
quart, la fille Cabour, suivant sa déposition, les vit tous deux sortir
du bois, saisir Voisin et l'entraîner violemment dans la partie de la
forêt où il fut trouvé mort; suivant le même témoin, Voisin, dans cette
lutte, n'avait pas jeté un cri: elle n'avait pas non plus entendu la
détonation du pistolet, parce qu'elle avait perdu connaissance pendant
cette scène.

Quoique cette déposition se trouvât fortement contrariée par d'autres
déclarations, trois bûcherons, par leur témoignage, lui prêtaient un
puissant appui. Ils affirmaient qu'étant à travailler au bord de la
forêt, à peu de distance de la route, et à trois cent cinquante pas
au-dessus du lieu où les accusés avaient été rencontrés par Cornu et
Sillé, ils ne virent Daguet et Heurtaux paraître à leur hauteur qu'un
quart d'heure environ après avoir entendu le coup d'arme à feu qui donna
la mort au malheureux Voisin; ils dirent, en outre, que Daguet, monté sur
sa voiture, était tout en sueur; que la femme Heurtaux n'était pas avec
ses coaccusés, quoiqu'elle soutînt le contraire, et que Daguet ne s'était
pas arrêté pour faire la conversation avec eux, quoique les accusés
eussent affirmé ce fait. Un quart de lieue plus loin, les trois accusés,
alors réunis, trouvèrent le nommé Boucachard fort impatient de ne pas
voir paraître Voisin qu'il attendait, et comme cet homme témoignait
l'intention de retourner vers la Bouille, pour voir si le voyageur ne
s'était pas égaré, Daguet chercha à le détourner de ce dessein, et
l'engagea à continuer sa route jusqu'au Bourgtheroulde.

Une autre circonstance déposait aussi violemment contre les accusés. Un
sieur Dubourg, serrurier à la Bouille, avait déclaré, après beaucoup de
tergiversations, qu'il reconnaissait le pistolet pour avoir appartenu à
Heurtaux père, qui le lui avait donné naguère à raccommoder.

Toutes ces dépositions furent reproduites à l'audience. Les accusés
protestèrent de leur innocence; ils cherchèrent à expliquer leur présence
dans le voisinage de la scène du crime, et soutinrent que la fille Cabour
en imposait à la justice, en les signalant comme les auteurs de
l'assassinat de Voisin. Ils nièrent également tous les propos qui leur
étaient imputés.

Cependant la fille Cabour avait désigné les moindres parties du costume
des accusés; elle les avait reconnus, dès l'abord, entre plusieurs
autres prisonniers. Elle déclara que la crainte que lui inspirait Daguet
avait été la seule cause du silence qu'elle avait long-temps gardé sur
cette malheureuse affaire. Malgré les vives apostrophes et les violentes
interpellations des trois accusés, la fille Cabour n'en persista pas
moins dans sa déclaration.

Cette procédure, commencée le 28 novembre, se prolongea jusqu'au 4
décembre. Sur la déclaration du jury, Heurtaux et Daguet, déclarés
coupables d'assassinat suivi de vol, furent condamnés à la peine de mort.
La femme Heurtaux fut acquittée de l'accusation de recélé.

Quand les accusés furent introduits dans la salle, pour entendre la
déclaration du jury, une scène déchirante émut vivement les spectateurs.
Le président prononça d'abord l'acquittement de la femme Heurtaux; mais,
lorsqu'il donna ordre de la faire sortir, elle se cramponna au banc, en
s'écriant qu'elle voulait partager le sort de son mari. «Il est innocent
comme moi, s'écriait-elle; c'est une injustice! je ne veux pas le
quitter.» Les gendarmes furent obligés de l'enlever de vive force.

Daguet, abattu, gardait un morne silence. Heurtaux s'écria qu'il était
innocent, et qu'il en appelait aux magistrats de la décision du jury;
Daguet se leva, et, à voix basse, protesta aussi de son innocence.

Le pourvoi des deux condamnés ayant été rejeté par la Cour de cassation,
ils furent exécutés sur la place publique de Bourgtheroulde.



BANCELIN,

MEURTRIER DE SON ÉPOUSE.


Ici le crime ne fut point la conséquence du libertinage. La victime et le
bourreau sont presque également dignes d'intérêt. Bancelin aimait sa
femme; mais sa brutalité, ses emportemens, sa fureur presque habituelle,
avaient à la fin forcé cette malheureuse épouse de fuir le domicile
conjugal, et ce fut le désespoir que causa à Bancelin cet abandon, qui le
rendit criminel.

Jean-Baptiste-Auguste Bancelin, âgé de trente-neuf ans, propriétaire et
marchand de bois à Saint-Menehould, appartenait à une famille très-connue
par l'étendue de son commerce. Il avait épousé Marie-Élisabeth Salmon,
issue d'une famille très-recommandable.

Des spéculations extravagantes et malheureuses avaient aigri le caractère
de Bancelin. Sa femme, par ses manières douces et affectueuses, tâchait
de calmer les fureurs qui l'agitaient; elle supportait avec patience et
résignation les injures qu'il lui prodiguait, ne laissait échapper aucune
plainte au sujet des mauvais traitemens qu'elle en éprouvait, et dérobait
avec soin à la connaissance du public les scènes déplorables qui se
passaient dans l'intérieur de la maison: en un mot, suivant l'expression
d'un témoin, madame Bancelin était un ange de vertu.

Dans le mois de juillet 1826, Bancelin conçut le projet d'ouvrir une
auberge. Sa femme lui fit, avec tous les ménagemens possibles, des
remontrances sages sur les difficultés que présentait cet établissement.
Bancelin, au lieu de les écouter et de les peser, devint furieux; il
s'arma d'une bouteille et la lança à la tête de sa femme: celle-ci fut
blessée, mais elle dissimula courageusement sa souffrance. Bancelin la
prit aux cheveux, l'entraîna dans un cabinet voisin, la renversa sur le
carreau et la foula aux pieds. Elle lui déclara alors qu'elle le
quitterait, qu'elle ne pouvait vivre plus long-temps avec lui. Cette
menace ne fut qu'un stimulant pour la fureur de Bancelin; il redoubla
ses mauvais traitemens. Au milieu de cette scène de violence, la
malheureuse femme s'écriait: _Laisse-moi la vie, je t'en conjure; si ce
n'est pas pour moi, que ce soit pour mes enfans!_ Une voisine qui
l'entendit, vola à son secours; elle arriva au moment où Bancelin, armé
d'un canon de fusil servant de soufflet, allait en frapper sa femme.
Cette infortunée, accablée de douleur et de chagrin, ne pouvant plus
rester avec son mari, prit la fuite pendant la nuit. Elle conserva encore
assez de courage pour emporter avec elle un de ses jeunes enfans, et,
chargée de ce précieux fardeau, elle se rendit des Islettes à
Sainte-Menehould, et se réfugia chez une de ses sœurs, établie en cette
ville.

Bancelin, ne pouvant supporter l'idée de vivre séparé de sa femme,
tourmenté peut-être aussi par les remords de sa conscience, tenta tous
les moyens de réconciliation, mais inutilement. Un mois s'était écoulé
sans qu'il eût pu obtenir que sa femme revînt chez lui. Enfin, le 1er
septembre, ayant formé un projet sinistre, il se rendit à Verdun pour y
acheter de l'arsenic, mais il ne put s'en procurer. Il entra dans la
boutique d'un armurier, qui lui vendit un pistolet. Il s'informa si, avec
cette arme, on pouvait tuer un chien à quatre pas; et, sur la réponse
affirmative, il s'en alla. Mais bientôt il revint acheter un second
pistolet, et retourna à son domicile, où il fit lui-même l'essai de ses
nouvelles armes.

Le lendemain, jour du fatal événement, déterminé à partir pour
Sainte-Menehould, il brûla ses papiers, enveloppa son violon d'un crêpe,
et recouvrit une table ronde avec une robe noire de sa femme. A trois
heures environ, il se rendit à Sainte-Menehould. Il avait emporté deux
bouteilles de vin blanc; il en prit une pour sceller sans doute le
raccommodement, et courut au logis de sa belle-sœur, où sa femme s'était
retirée. Il demanda à la voir. On avertit madame Bancelin de la visite de
son mari: elle se présenta. La conversation s'engagea sans humeur de part
ni d'autre, seulement la femme refusa de venir aux Islettes, et Bancelin
sortit. Un instant après, il reparaît, pénètre dans l'arrière-boutique,
où sa femme s'était mise à tricoter à côté de sa sœur, qui elle-même
travaillait à une robe et causait avec un marchand étranger, assis près
de sa fenêtre. Bancelin réitère ses sollicitations, en se promenant à
grands pas dans la chambre. _Veux-tu enfin revenir avec moi?_ dit-il à sa
femme.--_Ce ne sera pas encore aujourd'hui_, répondit-elle. Au même
moment, une détonation se fait entendre... La malheureuse femme tombe, en
s'écriant: _Je suis tuée!_

Bancelin prit aussitôt la fuite et courut se précipiter dans la rivière.
Comme l'eau n'était pas profonde, on parvint aisément à l'en retirer, et
on le conduisit dans une salle de l'Hôtel-de-Ville, où bientôt après il
fut interrogé par le juge d'instruction.

Le pistolet dont il s'était servi pour son crime, était chargé de deux
chevrotines, qui avaient pénétré dans la partie postérieure et inférieure
du cou. Les blessures, qui n'étaient pas mortelles de leur nature, le
devinrent par la suite, d'après le rapport des médecins appelés pour en
constater l'état, et la malheureuse femme Bancelin succomba, après six
semaines de souffrance et d'agonie.

Lors de son interrogatoire, Bancelin était calme et de sang-froid. Il
déclara que des deux pistolets qu'il avait achetés, l'un chargé de deux
chevrotines, était destiné à sa femme, l'autre, chargé de trois, devait
servir pour lui-même; et qu'afin de ne pas se tromper, il avait mis le
premier dans la poche de son habit, et le second dans le gousset de son
pantalon; que son intention pourtant, en entrant dans la chambre où il
avait vu sa femme, n'était pas de la tuer, mais que cela devait dépendre
de la bonne ou mauvaise réception qu'elle lui ferait; que, désespéré de
la fatale obstination qu'elle mettait à ne pas vouloir rentrer avec lui,
il avait tiré sur elle; que voulant aussitôt terminer ses propres jours,
il avait dirigé contre lui son second pistolet, que le coup avait raté,
et que le seul parti qui lui restait à prendre étant de se jeter à l'eau,
il l'avait fait.

Bancelin changea de langage aux débats qui eurent lieu devant la Cour
d'assises de Reims, dans la session de décembre 1826, selon son nouveau
système de défense, il n'avait pas eu l'intention de tuer sa femme,
puisqu'il lui apportait de l'argent, des meubles et autres objets propres
à son usage. Il n'avait point de projet de meurtre, puisqu'il se
proposait de goûter avec elle. Il prétendit que s'il l'avait frappée à
mort, c'est qu'en armant le pistolet qu'il voulait diriger contre
lui-même, le coup était parti inopinément. Il fit valoir divers
témoignages de son affection et de son attachement pour sa femme, et ses
larmes abondantes n'attestaient que trop, selon lui, combien il la
regrettait.

Un incident important s'éleva sur l'application de la peine. Les
questions suivantes avaient été posées au jury: Bancelin, accusé, est-il
coupable d'avoir, le 2 septembre dernier, commis volontairement un
homicide sur la personne de Marie-Élisabeth Salmon, sa femme, en lui
tirant à bout portant un coup de pistolet? Avant cette action, Bancelin
avait-il formé le dessein d'attenter à la personne de sa femme?

Le ministère public déclara qu'il ne lui semblait pas que la
préméditation fût suffisamment établie, et requit que la question fût
posée dans les termes résultant de l'accusation, c'est-à-dire de la
manière suivante: Est-il coupable d'avoir, le 2 septembre, commis
volontairement et avec préméditation un homicide sur la personne de
Marie-Élisabeth Salmon, son épouse?

La cour, après en avoir délibéré, décida qu'il ne serait rien changé aux
questions posées primitivement, et qui furent toutes deux résolues
affirmativement par le jury.

Le procureur du roi s'étant fait remettre la déclaration des jurés,
requit, après une lecture attentive, l'application de plusieurs articles
du code pénal portant la peine de mort. Le président demanda à l'accusé
s'il n'avait pas quelques observations à faire sur ce réquisitoire. Alors
le procureur du roi se leva de nouveau, et s'exprima en ces termes:
«Messieurs, nous avons un devoir, un devoir de conscience à remplir; nous
demandons qu'il plaise à la cour nous donner acte de ce que, rectifiant
nos conclusions, et attendu que de la déclaration du jury, il résulte que
Bancelin est coupable d'homicide volontaire, mais qu'il ne résulte pas
que cet homicide ait été commis avec préméditation; qu'en effet, il n'est
déclaré coupable que d'avoir, à l'avance, formé le dessein d'un attentat
à la personne de sa femme, mais que cet attentat n'est spécifié ni dans
la question, ni dans la réponse; qu'il peut y avoir diverses sortes
d'attentats contre la personne d'un individu, et que les termes de la
réponse du jury n'apprennent pas si l'attentat médité par Bancelin contre
la personne de sa femme était de nature à lui donner la mort; qu'à la
vérité on pourrait, jusqu'à un certain point, l'induire de la corrélation
des deux questions, mais qu'une simple induction ne peut suffire pour
établir d'une circonstance de fait en matière criminelle, surtout
lorsqu'elle entraîne la peine capitale; nous requérons contre Bancelin
l'application des articles 95 et 104 du code pénal, et sa condamnation
aux travaux forcés à perpétuité.»

Après une heure de délibération, le président prononça un arrêt dont les
considérans établissaient qu'il n'y avait aucune incertitude dans les
réponses du jury, et qu'il condamnait en conséquence Bancelin à la peine
de mort.

«Bancelin, ajouta le président d'une voix qui trahissait sa vive émotion,
vous avez trois jours francs pour déclarer si vous entendez vous pourvoir
en cassation contre l'arrêt que la Cour s'est vue dans la nécessité de
prononcer contre vous.»

Bancelin, d'un organe altéré, s'écria pour toute réponse: _Adieu, mes
pauvres enfans!_

Néanmoins il se pourvut en cassation et en grâce, et les jurés le
recommandèrent à la clémence du roi.



LE COUPLE ASSASSIN.


Le 14 juillet 1826, Marguerite Durand, veuve Corpedanne, et Françoise
Bourgine, sa belle-fille, furent assassinées dans leur maison, à
Villeflon. Le mari de cette dernière étant rentré chez lui, et ayant vu
sa femme étendue par terre, la tête appuyée sur une table, et nageant
dans son sang, fut saisi d'un tel effroi qu'il s'enfuit par la baie de la
croisée en poussant des cris de désespoir qui attirèrent plusieurs
voisins. Sur sa déclaration, on pénétra dans la maison, et l'on trouva la
veuve Corpedanne étendue sans vie dans son lit. Elle avait au visage six
blessures différentes, faites avec un instrument contondant.

Sa belle-fille avait aussi plusieurs plaies profondes sur la tête et sur
la figure; elle était sans connaissance. On crut d'abord qu'elle
n'existait plus: ce fut en la mettant dans son lit qu'on s'aperçut
qu'elle respirait encore. On trouva par terre, dans la maison, un
morceau de chevron de trois pieds deux pouces de longueur et de trois
pouces de largeur; ce morceau de chevron était teint de sang à l'une de
ses extrémités; on y reconnaissait des empreintes de doigts ensanglantés,
et il fut constaté que ces empreintes provenaient de la main d'un homme
qui était gaucher. Un fusil qui était pendu dans la chambre avait été
volé; il avait servi à frapper la veuve Corpedanne. On le reconnut aux
trous profonds que le chien de la batterie avait faits sur la figure de
la victime; on trouva en outre sur le lit et sur une chaise deux éclats
de bois ensanglantés, paraissant provenir de la crosse d'un fusil. Une
timballe d'argent portait aussi des empreintes de doigts et des traces de
sueur indiquant la main d'un gaucher. Au milieu de la chambre, et dans
une mare de sang, était la clef de la porte de la maison donnant sur la
rue, ce qui semblait prouver qu'avant d'être terrassée, la belle-fille de
la veuve avait cherché à sortir pour appeler du secours. Deux commodes,
dans lesquelles les époux Corpedanne mettaient leur argent et leurs
effets, avaient été fracturées avec la pelle à feu, et l'on en avait
soustrait un sac de toile contenant 30 francs en pièces de 5 francs; on
avait pris aussi quelques sous en monnaie de cuivre, ainsi que du linge
et des effets.

Une vile cupidité avait fait commettre ce double assassinat; mais quels
en étaient les auteurs? La jeune femme Corpedanne, dans les premiers
instans, était hors d'état de donner les moindres indices. Elle resta
plusieurs jours dans la maison de Villeflon, mais toujours plongée dans
un assoupissement complet, ne pouvant prononcer aucune parole, ni même
faire le moindre signe. Le 20 juillet, on la transféra à l'hospice de
Provins; le 23, son mari et le nommé Bourgine, son cousin, qui étaient
auprès de son lit, lui demandèrent si elle connaissait ses assassins.
Elle ne put d'abord leur répondre que ces mots: _Oui, je le sais bien,
c'est un voisin_. Son mari et son cousin lui nommèrent alors tous les
habitans de Villeflon, et elle répondait toujours: _Non._ Mais quand ils
prononcèrent le nom de Ninonet, elle répondit: _Oui, c'est Ninonet_.

Le juge d'instruction et le procureur du roi furent à peine instruits de
cette circonstance, qu'ils se rendirent à l'Hôtel-Dieu, et la femme
Corpedanne qui était encore dans un état alarmant, et dont les idées
n'étaient pas encore bien nettes, puisqu'elle commençait seulement à
recouvrer la mémoire, fit avec beaucoup de peine la déclaration suivante:
«C'est Pierre Ninonet; il était habillé en drap bleu; il est entré par la
croisée; je me suis lancée sur lui; je l'ai nommé; il ne répondait pas.
Je lui ai dit: Pierre, laissez-moi donc tranquille. Il me disait:
Va-t'en, grande gueuse; donne-moi ta bourse ou ta vie. Il m'a donné un
coup entre les épaules; il a allumé la chandelle avec l'amadou; il m'a
donné des coups; il a pris le fusil et il s'est enfui avec. Je ne l'ai vu
que tout seul: je l'ai vu comme je vous vois. C'est un habit de drap
bleu, ce n'est point une veste. Avant, il me disait: Tu restes seule dans
cette maison, toi; ton parrain a envie de faire ton affaire. Ce n'est pas
mon parrain, mais c'est bien lui qui voulait faire mon affaire. Je suis
fatiguée... Je n'en puis plus...»

Le lendemain, à onze heures du matin, Corpedanne se trouvant encore
auprès du lit de sa femme, celle-ci lui dit que la femme Ninonet était
avec son mari, que tous deux l'avaient battue; que Ninonet lui disait:
«Garce, tu as de l'argent; il faut que tu me le donnes ou que tu perdes
la vie;» que la femme Ninonet fouillait dans les meubles; qu'elle
cherchait partout; qu'elle était bien sûre de ce qu'elle disait, et
qu'elle ne dirait pas autrement, parce que c'était lui.

Le même jour, le juge d'instruction et le procureur du roi se rendirent
de nouveau à l'Hôtel-Dieu de Provins, et la femme Corpedanne leur fit
cette nouvelle déclaration: «La femme Ninonet; c'est elle qui m'a
consommée: elle est venue avec son mari; je l'ai bien vue. Tous les deux
m'ont frappée; elle m'a bien fait souffrir. Elle me tenait par les
cheveux; elle a fouillé dans tous les meubles; elle croyait que nous
avions de l'argent; elle me disait: Tu as de l'argent, tu ne le montres
pas. Nous n'avions qu'une dixaine d'écus; si mon mari avait reçu son
gage, nous aurions eu 250 francs qui n'auraient pas encore été employés.
Nous avions 300 francs chacun quand nous nous sommes mariés; nous les
avons employés dans la maison. C'était comme un lion; elle a cherché
partout. Elle m'a dit: _La bourse ou la vie!_ Je l'ai vue fouiller dans
la commode. Son homme m'a frappée dans mon lit; je me suis traînée par
terre; c'est le mari qui a frappé le premier coup de la mort. Elle
regardait partout; elle faisait le diable; parce que nous avons donné un
loyer plus fort, ils nous croyaient bien riches. La femme Ninonet avait
un cotillon de laine à raies, un fichu d'indienne fond bleu à fleur; ils
ont apporté une chandelle. Ninonet venait chez nous tous les huit jours;
il me disait quelquefois: «Je la connais mieux que toi, la maison.»

Le même jour, à cinq heures du soir, Corpedanne était encore près de sa
femme. «Ma bonne amie, lui dit-il, il faut déclarer la vérité; si ce
n'est pas Ninonet, il ne faut pas le dire.--Je te dis que c'est lui; sa
femme était avec lui; je ne dirai jamais autrement.»

Le 22 août, Ninonet et sa femme, qui avaient été arrêtés, furent
confrontés avec la femme Corpedanne. Celle-ci, en apercevant Ninonet,
s'écria: _Je vois mon bourreau! tu croyais bien m'avoir tuée?_ Elle
rappela ensuite en sa présence tous les faits dont elle avait parlé
précédemment.

Confrontée ensuite avec la femme Ninonet, elle lui dit que, sans doute,
elle avait bien prié le bon Dieu pour qu'elle mourût de ses blessures,
mais qu'elle était encore en vie. «Si j'avais su ce que vous projetiez,
ajouta-t-elle, je ne vous aurais pas reçus chez nous tous les jours.»
Puis elle exprima le déplaisir et la peine qu'elle éprouvait, lorsque
étant dans son lit, à Villeflon, sans pouvoir articuler une parole, elle
voyait dans la chambre et autour d'elle la femme Ninonet qui voulait lui
porter des soins, lui donner à boire et se rendre utile dans la maison.
La malheureuse Corpedanne, apostrophant cette femme, lui dit: «Si j'avais
pu parler le lendemain, vous ne seriez pas entrée dans la maison; j'avais
peur que vous ne m'acheviez, ou que vous m'empoisonniez en me donnant à
boire; vous aviez l'air de vous intéresser à moi; au fond, vous désiriez
bien que je n'en revienne pas.»

Ninonet et sa femme se renfermèrent dans un système absolu de dénégation.
L'un était âgé de trente-six ans, et l'autre de vingt-sept. Les débats de
cette cause, qui furent portés devant la cour d'assises de Melun,
durèrent deux jours. La déposition de la femme Corpedanne était
accablante pour les deux accusés; elle fut recueillie avec tout
l'intérêt qu'inspiraient ses malheurs et la vérité frappante dont elle
semblait être l'organe. Elle répondit à toutes les questions qui lui
furent adressées, avec une candeur, une clarté, une précision
remarquable.

L'accusation fut soutenue par le ministère public avec cette force que
donne une conviction profonde. Les deux prévenus furent condamnés à la
peine de mort. Ninonet versa des larmes abondantes en entendant sa
condamnation, mais sa femme demeura impassible.

Le pourvoi de ces deux misérables ayant été rejeté par la Cour de
cassation, l'arrêt fut exécuté le 21 avril 1827, sur la place Saint-Ayou,
à Provins. Les condamnés avaient été extraits, la veille, de la maison de
justice de Melun, et furent transférés dans celle de Provins. Le
procureur du roi et le juge d'instruction se rendirent auprès d'eux et
les engagèrent vainement à faire l'aveu de leur crime; tous deux
persistèrent à protester de leur innocence. La femme Ninonet s'emporta
même au point de dire au juge d'instruction: _Si_ _Dieu me donnait sa
puissance, vous n'en jugeriez pas d'autres._ Ils tinrent constamment le
même langage jusqu'au moment de leur exécution, qui eut lieu en présence
d'un grand concours d'habitans des campagnes voisines.



HENRIETTE CORNIER.


Le nom de cette malheureuse femme rappelle un de ces crimes étranges,
commis sans intérêt, sans passion, sans esprit de vengeance, qui
demeurent des énigmes pour la raison comme pour la science de l'homme.

Henriette Cornier était entrée comme domestique chez le sieur Fournier, à
Paris. Le 4 novembre 1825, elle vit et caressa chez un fruitier du
voisinage l'enfant de la femme Belon. Cette petite fille, nommée Fanny,
n'était âgée que de dix-neuf mois. La fille Cornier la fit monter dans sa
chambre en la comblant de caresses; puis, elle l'étendit sur son lit, lui
coupa la tête et la jeta dans la rue, où elle alla rouler aux pieds du
père de cette innocente créature!

Cette action horrible, à laquelle on supposa d'abord des motifs que l'on
ne connaissait point encore, mais qui devaient exister, répandit en un
instant la douleur et l'effroi dans tout Paris. Celle qui s'en était
rendue coupable fut arrêtée et interrogée par les magistrats.

Traduite devant la Cour d'assises de la Seine, à raison du forfait
qu'elle avait commis, elle dut d'abord comparaître devant ce tribunal le
27 février 1826; mais on sursit aux débats pour donner aux hommes de
l'art le temps d'apprécier l'état moral de l'accusée. Après deux mois
d'examen, les trois médecins, chargés de cette importante mission,
déclarèrent n'avoir aperçu en elle aucune trace matérielle de démence;
cependant ils ajoutèrent que cette opinion pourrait être modifiée par les
circonstances existantes ou éventuelles du procès.

En conséquence, Henriette Cornier fut ramenée devant la Cour d'assises le
24 juin suivant, comme accusée du crime de meurtre, commis avec
préméditation. Elle déclara se nommer Henriette Cornier, née à la
Charité, et être âgée de vingt-sept ans. Sa figure pâle portait
l'empreinte de la douceur. Elle répondit d'une voix éteinte aux questions
qu'on lui adressa; un tremblement convulsif l'agitait continuellement et
semblait redoubler encore quand elle ouvrit la bouche pour faire entendre
quelques accens entrecoupés.

Il résultait en substance de l'acte d'accusation qu'Henriette Cornier,
qui avait eu, pendant toute sa jeunesse, un caractère gai, léger et même
folâtre, avait tout-à-coup changé depuis dix-huit mois, et semblait,
depuis cette époque, dominée par une sombre mélancolie qui l'avait
conduite un jour à se précipiter dans la Seine. Ce fut quelque temps
après qu'elle exécuta l'horrible meurtre qui l'avait mise sous la main de
la justice.

C'est surtout dans une cause de ce genre qu'il est important de
reproduire textuellement l'interrogatoire de la personne accusée. Celui
d'Henriette Cornier, s'il n'apprend rien de nouveau, quant au triste fait
accompli, servira du moins à faire apprécier la situation mentale de
cette fille, au moment de son épouvantable attentat.

_M. le Président._ Femme Cornier, a quelle époque êtes-vous entrée chez
Fournier? n'est-ce pas à la fin d'octobre?

_R._ Oui, monsieur.

_D._ Comment vous trouviez-vous dans cette condition? vous y
trouviez-vous bien?

_R._ Oui, monsieur.

_D._ Le 4 novembre, vous avez vu et caressé chez le fruitier l'enfant de
la femme Belon?

_R._ Oui, monsieur.

_D._ Vous êtes montée avec elle dans votre chambre, et l'avez embrassée?

_R._ Oui, monsieur.

_D._ Vous avez pris un couteau; quelle était votre pensée?

_R._ Je ne voulais pas le faire.

_D._ En prenant ce couteau, vous aviez donc l'intention de la tuer?

_R._ Je n'y ai pas pensé.

_D._ Vous l'avez placée sur votre lit et lui avez donné la mort?

_R._ Oui, monsieur.

_D._ Quand la mère est venue vous demander son enfant, vous lui avez
répondu qu'elle était morte?

_R._ Oui, monsieur.

_D._ Quel était votre dessein en jetant la tête de cette enfant par la
fenêtre?

_R._ La voix de l'accusée ne se fait plus entendre.

_Un juré._ On n'entend pas.

_M. le Président._ Faites venir l'accusée près la Cour, (à l'accusée)
Quel était votre dessein en jetant la tête de cette enfant?

_R._ Pour prouver que j'étais seule.

_D._ Vous vouliez faire connaître que vous étiez l'auteur du crime?

_R._ Je n'en sais rien. Ça s'est passé comme un éclair.

_D._ Vous n'avez donc pas été arrêtée par la crainte de Dieu?

_R._ J'ai abandonné Dieu ce jour-là.

_D._ Quand vous avez tué l'enfant, aviez-vous la crainte d'être punie?

_R._ Je ne pensais à rien dans cet instant là.

_D._ Aviez-vous éprouvé des malheurs avant cette époque?

_R._ Non, Monsieur.

_D._ Cependant on vous a vue pleurer antérieurement?

_R._ J'étais triste; je ne sais pas pourquoi.

_D._ Comment la crainte de Dieu ne vous a-t-elle pas arrêtée?

_R._ J'étais triste ce jour-là.

_D._ Qui vous a arrêtée au moment de vous jeter à la rivière?

_R._ La crainte de Dieu.

_D._ Vous aviez dit que c'étaient les passans qui vous en avaient
détournée.

_Un juré_: A cette époque, l'accusée avait-elle déjà la pensée de tuer un
enfant?

_L'accusée_: Non, jamais.

_D._ Vous aviez pourtant cette idée en prenant un couteau dans la
cuisine?

_R._ Non, monsieur.

_D._ Mais vous l'aviez quand vous avez emporté l'enfant dans votre
chambre?

_R._ Non, monsieur.

Après cet interrogatoire, on appela comme témoins le père et la mère de
l'enfant, qui déposèrent des faits tels qu'on les connaît déjà, sans rien
ajouter qui pût donner au crime de la fille Cornier d'autre motif que la
domination tyrannique d'une affreuse idée.

Quelques témoins à décharge déposèrent qu'ils avaient connu la fille
Cornier fort gaie, mais que son caractère avait totalement changé depuis
dix-huit mois.

Les trois médecins chargés d'observer l'état mental d'Henriette Cornier,
(MM. Esquirol, Adelon et Léveillé), répétèrent ce qu'ils avaient dit dans
leur premier rapport: que cette femme, livrée à une mélancolie profonde,
n'était pas dans un état de folie proprement dite. Mais M. Esquirol y
ajouta ces mots: «Notre jugement cesserait d'être absolu, s'il était
prouvé, comme on l'a énoncé dans l'acte d'accusation, que cette femme,
plusieurs mois avant l'événement, était devenue sombre et rêveuse, et si
elle avait commis, quelque temps auparavant, des tentatives de suicide.»

Tout l'intérêt de la question se réduisait, comme on le voit, à savoir si
le crime de la fille Cornier pouvait être regardé comme un acte de
démence; c'est ce que ses défenseurs s'efforcèrent d'établir, mais ce que
le ministère public repoussa avec la plus grande énergie, comme un
système désorganisateur, à l'aide duquel les plus grands criminels
échapperaient au châtiment.

En définitive, sur la seule question posée, celle d'homicide volontaire,
le jury fit une réponse affirmative, mais en écartant la circonstance de
la préméditation.

En conséquence, Henriette Cornier fut condamnée aux travaux forcés à
perpétuité et à la marque des lettres T. P. Elle entendit son arrêt sans
manifester la moindre émotion.



HORRIBLE ASSASSINAT

ET

SUICIDE.


M. Bruant, conseiller de préfecture à Besançon, avait épousé une femme
d'une grande beauté. Il en eut trois enfans: une fille, qui épousa un
colonel au service de Russie, et deux fils. La jalousie s'empara de son
cœur, les soupçons la suivirent. Il s'imagina que les deux fils étaient
les fruits d'amours adultères. Dès ce moment, il ne put plus les
souffrir; il maltraitait sa femme; les enfans prenaient la défense de
leur mère, ce qui augmenta encore la haine qu'il avait conçue contre eux.
Il forma l'affreux projet de s'en défaire, et le malheureux Charles, son
fils aîné, fut sa première victime.

Le jour du crime, étant à déjeûner avec sa femme et ses enfans, sous
prétexte de réclamer une somme de soixante-dix francs qu'on lui avait
envoyée, et que Charles avait remise à sa mère, il fit une scène violente
à ses fils, en disant que c'était à lui, qui était chef de la famille,
qu'on devait remettre l'argent qui entrait dans la maison. La scène prit
un tel caractère, que la mère, effrayée, se retira dans sa chambre,
accompagnée de son plus jeune fils. Charles, craignant que sa mère ne se
trouvât indisposée, se leva pour la suivre. Le père le rappelle et lui
dit qu'il veut lui parler. Charles obéit, revient près de son père qui
aussitôt tire un poignard de sa poche et le lui plonge dans le cœur.
Charles, se sentant frappé, crie au secours. La mère, en entendant les
cris de son fils, ouvre la porte de sa chambre donnant dans la salle à
manger, et voit Charles couvert de sang. Le mari, tranquille, lui montre
son enfant, et lui dit avec un horrible sang-froid: «Tenez, madame, voici
votre bon sujet de Charles qui vient de se suicider.» Alors le malheureux
jeune homme, recueillant le peu de forces qui lui restaient, put dire
d'une voix presque éteinte: «Monsieur, n'ajoutez pas le mensonge au
crime; ma mère, prenez garde à vous!» et il expira. La mère se sauva dans
son appartement où elle s'évanouit.

Pendant que madame Bruant, en proie au plus affreux désespoir, était
renfermée avec son fils cadet, le coupable s'occupait des moyens de faire
disparaître les traces de son crime. Il porte le cadavre de sa victime
sur un lit et le couvre d'un drap. Il envoie chercher un ecclésiastique,
prend, à son arrivée, un air patelin et hypocrite, lui dit que son fils
vient d'avoir un coup de sang; qu'il craint qu'il ne soit trop tard pour
lui administrer les derniers sacremens. Le prêtre l'engage à ne point se
désespérer, et l'assure que, pour peu qu'il y ait encore le moindre
souffle de vie, il pourra remplir son ministère. Il s'approche du lit
pour poser sa main sur le cœur du jeune homme, et recule d'horreur. Il
se retire en disant que son ministère n'est plus nécessaire.

Cependant, l'assassin voulant se débarrasser du cadavre accusateur,
envoie chercher un médecin, et lui demande un certificat constatant que
le corps de son fils est en putréfaction, et qu'il faut l'enterrer sans
retard. Le médecin s'y refuse en disant que la mort est trop récente;
que ce serait une lâche complaisance de sa part, et il se retire. Au
refus du médecin, il envoie chercher un pharmacien auquel il fait la même
demande; même refus.

Pendant ce temps, le bruit de la mort de Charles s'était déjà répandu
dans Besançon. Craignant alors que son crime ne fût découvert, M. Bruant
se décide à inhumer son fils de ses propres mains. Il fait venir six
planches, fabrique lui-même une bière, enveloppe le corps dans une
mauvaise toile à emballage; dans la crainte que les coups de marteau ne
le trahissent, il renonce à clouer la bière; il a l'horrible patience de
la fermer avec des clous à vis. Il porte le corps dans la campagne, et
l'enterre dans un cimetière.

Le lendemain matin, il voulait se rendre au conseil pour remplir ses
fonctions; mais le crime était connu de toute la ville; quelques
personnes le désignaient comme le coupable: il reçut l'avis de ne pas se
montrer en public.

Cependant la multitude se portait autour de sa maison; une clameur
générale l'accusait; des poursuites commencèrent. On découvrit le
cimetière où le malheureux Charles avait été enterré; l'exhumation eut
lieu, et l'attentat fut constaté.

D'après le procès-verbal des médecins, le coup de poignard avait été
porté avec une telle violence, que la blessure avait six pouces de
profondeur. Un mandat d'arrêt fut lancé contre M. Bruant.

Averti qu'il ne pouvait plus cacher son crime, ni soustraire sa tête à
l'échafaud, ce père dénaturé se décida à mettre fin à ses jours. Il se
barricada dans sa chambre, s'étendit sur un matelas et se brûla la
cervelle avec un pistolet. Il avait placé dans sa chambre du charbon
allumé pour s'asphyxier, dans le cas où il se serait manqué avec le
pistolet.

La haine de ce monstre (car on ne saurait lui donner un autre nom), la
haine de ce monstre pour ses enfans n'avait point été assouvie par la
mort de Charles. Avant de se tuer, il avait fait un testament par lequel
il déshéritait son second fils. Par une autre disposition testamentaire,
il laissait à la ville de Besançon son cabinet d'antiquités; mais la
ville rejeta le legs avec horreur.

La malheureuse mère ne survécut que quelques semaines à cet affreux
événement, qui effraya Besançon au commencement de 1826.



DERNIERS MOMENS

D'UN SCÉLÉRAT CONDAMNÉ A MORT.


Il est, chez la plupart des êtres qui se lancent dans la carrière du
crime, un degré de dépravation qui exclut toute idée de repentir, qui
enlève tout espoir de guérison. Ce sont des membres gangrenés qu'il est
urgent de retrancher pour le salut et la sécurité du corps social. Tant
qu'il existera des scélérats comme celui dont nous allons parler, la
nécessité de la peine de mort se fera sentir, sinon comme moyen
d'améliorer les mœurs, mais comme mesure de sûreté. Ce n'est pas que
nous ne fassions, à l'instar d'une foule de généreux philanthropes, des
vœux sincères pour l'abolition de cette peine de sang, qui n'est pas
toujours d'un salutaire exemple. Mais nous pensons que, dans l'état
actuel des choses, un acte législatif de cette nature serait peut-être
funestement prématuré. Ce grand œuvre ne pourra être consommé, aux
applaudissemens de toutes les classes de la société, que lorsqu'on aura
donné à cette société des garanties sûres et suffisantes; et ces
garanties ne peuvent se trouver que dans la propagation des bonnes mœurs
et surtout dans leur heureuse implantation dans les rangs inférieurs.
Alors, mais seulement alors, les vœux que forment tant d'âmes
généreuses, vœux que nous aimons à partager, pourront être réalisés sans
danger.

Les détails succincts que nous allons donner sur les derniers instans de
Guillaume, forçat libéré, exécuté à Meaux, le 16 février 1826, peuvent
servir de corollaire à ces réflexions.

Ce Guillaume, convaincu d'avoir tué six personnes, avait été condamné à
mort. Après sa condamnation, il n'avait pas été mis au cachot; il fut
gardé à vue, nuit et jour, dans une chambre où il y avait du feu. Ses
gardes, autant pour le distraire que pour se distraire eux-mêmes,
jouèrent au piquet avec lui. Guillaume, à plusieurs reprises, leur
disait: «Allons, 10,000 francs; allons, cette fois, 100,000 francs, à
payer dimanche matin.» Il leur raconta, tout en jouant, diverses
anecdotes de sa vie, et notamment celle-ci, qu'il citait comme sa plus
belle action: «A l'époque de la terreur, disait-il, l'argenterie et les
bijoux de M. l'abbé de Flay, mon parrain, furent confisqués. Ayant
découvert le lieu où ils étaient déposés, je parvins à les voler; je les
vendis à un juif, et en remis fidèlement le prix à mon parrain.»

L'aumônier des prisons, qui avait fait auprès de lui plusieurs tentatives
infructueuses pour le ramener à des sentimens religieux, le visita le
matin du jour de l'exécution. Il lui demanda comment il allait?--Mal,
répondit Guillaume; je sens les angoisses de la mort; je suis à
l'agonie.--Mais vous vouliez mourir avec tant de courage! lui dit le
respectable ecclésiastique.--Oh! je le retrouverai, répliqua Guillaume.
Puis il remercia l'aumônier de l'offre qu'il lui faisait de l'accompagner
à l'échafaud.

La veille de l'exécution, il avait écrit au procureur du roi qu'il
désirait avoir pour son déjeûner un poulet et trois bouteilles de vin,
afin de finir sa vie comme il l'avait passée.

Quelques heures avant l'instant fatal, il but un litre de vin chaud avec
du sucre, et au moment de monter sur la charrette, il envoya chercher
pour huit sous d'absinthe, qu'il avala tout d'un trait. Pendant le
trajet, on lui entendit dire plusieurs fois, en jetant les yeux sur la
foule immense des spectateurs: «Les imbécilles de Français, de venir voir
un tel spectacle!... Ne courez pas si vite... On ne fera rien sans moi.»
Du plus loin qu'il aperçut l'échafaud, il s'écria: _Ah! la voilà, cette
fois-ci; je ne l'échapperai pas!_ Au moment de descendre de la voiture,
il prononça ces mots d'une voix assurée: _Adieu, mes amis, je suis
innocent; j'ai toujours le même courage pour mourir._

Il avait enfin consenti à laisser monter avec lui, sur la charrette, le
curé de Notre-Dame, ancien aumônier de la maison de justice. Mais,
pendant les exhortations de ce vénérable ecclésiastique, il tournait la
tête de tous côtés et ne paraissait y faire aucune attention. Jusqu'au
dernier moment, il ne quitta pas son ton de plaisanterie. En arrivant sur
l'échafaud, il frappa le plancher avec son pied en disant à l'exécuteur:
Est-ce solide ici?--Oui, ne craignez rien, répondit le bourreau. Quelques
secondes après, Guillaume avait cessé d'exister.



ASSELINEAU,

OU

LES SUITES FUNESTES DE LA PASSION DU JEU.


Qui pourrait compter les victimes de la passion du jeu? Que de familles
affligées, ruinées, déshonorées par cette lèpre de notre société! Poètes,
moralistes, auteurs dramatiques, une foule d'écrivains en tous genres ont
déploré les excès de cette malheureuse passion, et se sont efforcés d'y
apporter remède. Le mal a triomphé de leurs généreux efforts. En vain
madame Deshoulières a dit:

    Le désir de gagner qui nuit et jour occupe,
      Est un dangereux aiguillon.
    Souvent, quoique l'esprit, quoique le cœur soit bon,
      On commence par être dupe,
      On finit par être fripon.
En vain les tragiques fureurs de _Béverley_ ont fait frissonner au
théâtre des milliers de spectateurs; en vain _Trente ans de la vie d'un
Joueur_ ont excité, de nos jours, les plus lugubres et les plus
déchirantes émotions; on n'en continue pas moins à jouer, à jouer avec
fureur, et il n'est pas de jour où le jeu ne fasse quelques nouvelles
victimes, tant cette passion est commune! tant elle semble fortement
enracinée dans le cœur de l'homme! On s'est beaucoup récrié, et non sans
raison, contre les maisons publiques ouvertes aux joueurs. Cette
tolérance est un grand malheur sans doute; mais ce qui en est un bien
plus grand, c'est qu'il y ait par le monde tant de maisons particulières,
qui, sous ce rapport, sont de véritables maisons publiques. Ah! il faut
bien le dire, les seules leçons à donner à cet égard, si les leçons sur
ce point peuvent être bonnes à quelque chose, ce sont les tristes récits
des effrayantes catastrophes qui terminent quelquefois les désordres des
joueurs passionnés.

Voici un extrait de l'acte d'accusation d'Asselineau, prévenu
d'assassinat sur la personne de Brouet, garçon marchand de vin, qui est
de nature à provoquer au moins quelques réflexions salutaires.

Asselineau, arrivé de son village à l'âge de quatorze ans, mérita d'abord
la confiance des marchands de vin qui l'employèrent en qualité de garçon.
Chacun vantait son intelligence et sa probité. Mais bientôt on s'aperçut
qu'il se dérangeait; sa conduite devint suspecte, et le sieur Haro, chez
qui il servait alors, crut devoir le congédier. Il est probable qu'à
cette époque, vers la fin de 1825, Asselineau avait déjà fréquenté les
maisons de jeu, et peut-être faut-il attribuer à cette funeste source une
somme de 2,000 francs dont il était possesseur, et qu'il avait déposée
chez un sieur Barthélemy.

Une faute en entraîne bientôt une autre. Le sieur Barthélemy, en recevant
d'Asselineau cette somme de 2,000 francs, lui en avait souscrit la
reconnaissance. Asselineau, qui ne pouvait suffire avec son travail seul
à sa dévorante passion, fabriqua de faux billets, et y apposa la
signature Barthélemy qu'il avait appris à contrefaire. Les billets faux
se succédèrent rapidement; plus de dix furent produits à la justice, et
plusieurs étaient des effets de commerce. C'est par ce moyen
qu'Asselineau parvint à se soutenir depuis la fin de 1825 jusqu'au
commencement de 1827. Sa famille paya quelques-uns de ces effets; les
plaintes de ceux qui avaient été trompés furent étouffées, mais le moment
était venu où le crime ne pouvait plus échapper à la rigueur des lois.

Asselineau le pressentait bien. Plusieurs de ses faux billets étaient
échus; d'autres touchaient à leur échéance; il était le débiteur des
derniers maîtres qui l'avaient employé, à raison des déficits assez
considérables trouvés dans ses comptes. En un mot, au commencement de
février 1827, il restait totalement privé de ressources et chargé de 7 à
8,000 fr. de dettes. Une nouvelle escroquerie lui procura, pour quelques
jours encore, les moyens d'exister. Il se présenta dans la soirée du 2
février, chez un sieur Lefèvre, marchand de bijoux, rue du Ponceau,
auquel il avait fait précédemment divers achats, et ne trouvant au
comptoir que la mère du sieur Lefèvre, il demanda à emporter plusieurs
cachets en or, montés en topazes et en améthystes, qu'un de ses amis,
disait-il, l'avait chargé d'acheter. Asselineau promit de rapporter
très-prochainement ou les cachets ou leur valeur. On eut trop de
confiance en ses paroles. Il mit la main sur les cachets et les porta au
Mont-de-Piété, où il en reçut quatre-vingt-quinze francs. A quelques pas
de là, Asselineau vendit la reconnaissance moyennant quinze francs. Mais
cette escroquerie n'était qu'un danger de plus ajouté à tant d'autres. Le
sieur Lefèvre porta plainte dans les vingt-quatre heures, et les agens de
police se mirent à la recherche d'Asselineau.

Ici commence le dernier acte de ce drame terrible. Une irrésistible
fatalité, ou plutôt une passion sans frein entraînait Asselineau de crime
en crime, et déjà les plus atroces ne l'effrayaient plus. Il connaissait
d'ancienne date un sieur Moreau, arquebusier, rue Joquelet. Au mois
d'août précédent, il lui avait acheté des pistolets et des balles. Il
vint lui acheter une nouvelle paire de pistolets et désormais ne sortit
plus qu'armé. Il prétendit depuis que c'était pour se donner la mort.
Mais comment accueillir cette assertion? Le 19 février, Asselineau se
livrait encore à une folle gaîté; on le vit danser et sauter sur les
tables d'un cabaret.

Asselineau était lié avec un sieur Brouet, garçon marchand de vin comme
lui, mais dont la conduite contrastait singulièrement avec celle de son
ami. Brouet était doux, honnête et d'une vie irréprochable. Il tenait une
cave, rue Saint-Honoré, no 346, pour le compte du sieur Raimbault. Le
mercredi, 22 février, à neuf heures du matin, les voisins s'aperçoivent
que la boutique de Brouet est encore fermée; ils s'en inquiètent; bientôt
le commissaire de police arrive, accompagné de l'un des substituts du
procureur du roi. Il fallut briser un carreau et pénétrer dans la
boutique par la fenêtre du premier étage. Spectacle horrible! Brouet
était étendu baigné dans son sang, la tête vers le comptoir, et les pieds
du côté du fourneau. Il était couvert de ses vêtemens; près de lui, on
voyait les débris d'une bouteille. Mais ce n'était pas à des coups de
bouteille qu'il avait succombé. Un coup de pistolet, tiré dans l'oreille
gauche à bout portant, lui avait seul ôté la vie. Brouet n'était pas
coupable d'un suicide; car il n'était pas gaucher, et c'était à gauche
qu'il avait été frappé. Une balle avait traversé la tête; une autre fut
trouvée dans la bouche, où elle avait fracturé plusieurs dents, et ouvert
une artère par où le sang s'était épanché. Le coup avait été entendu vers
onze heures par des vidangeurs qui travaillaient dans le voisinage, et
qui avaient cru que l'on frappait à une porte avec violence. L'assassin
avait pris la fuite en fermant la porte sur lui et en emportant la clef.

On avait volé la victime. Une montre d'or avec des breloques de même
métal, des boucles d'argent, une somme de cent dix francs, une
inscription de rente de cinquante francs, un billet à ordre de neuf cent
cinquante fr., signé Forquignon, d'autres billets et des registres
renfermés dans une cassette, enfin du linge et des vêtemens, tout avait
disparu, mais on ne connaissait pas encore le coupable.

Asselineau avait été vu dans la boutique de Brouet, le 21 février, dès
trois heures et demie. Il y avait passé toute la soirée; tantôt écartant
sous un faux prétexte un témoin qui l'importunait, tantôt regardant
fixement et avec affectation les pratiques de Brouet, ôtant et remettant
ses habits, demeurant les bras nus, et quelquefois paraissant occupé à
lire. A onze heures, Brouet fermait sa boutique; Asselineau seul y était
encore. A onze heures et quelques minutes, Brouet avait cessé d'exister.
Asselineau était donc l'assassin.

Le 19 février, Asselineau s'était occupé de l'achat d'une feuillette de
vin pour un sieur Daudé, employé aux jeux du Palais-Royal, n. 9, lequel
destinait cette feuillette à une dame Rose Massyr, femme de
charge. Asselineau s'adressa à un marchand de vin, rue des
Boucheries-Saint-Honoré; il paya un à-compte de 80 francs en or, parla
d'une inscription de rente de 50 francs qu'il devait aller vendre à la
Bourse, et le soir du même jour, revint pour payer la feuillette, muni
d'un billet de 500 francs qu'on ne put lui changer. Ses démarches
éveillèrent des soupçons; l'autorité fut avertie, et, le 24 février,
Asselineau, revenant chez ce marchand de vin pour achever de payer la
feuillette, fut arrêté par des agens de police placés en embuscade. Il
voulait d'abord faire résistance et portait fréquemment les mains à ses
poches. On le fouilla, et on trouva sur lui un pistolet. Les agens de
police se firent prêter main-forte, et conduisirent Asselineau en lieu de
sûreté.

Chose étrange! le 23 février même, Asselineau, se trouvant dans le
cabaret du sieur Niquet, rue de la Sourdière, s'entretenait froidement de
l'assassinat de Brouet, l'ami qu'il avait tué. «Eh bien! dit-il à Niquet,
vous avez donc un de vos camarades qui a été assassiné?--C'est vrai,
répondit Niquet.--Que dit-on là-dessus?--On dit que c'est un de ses amis
qui l'a assassiné: c'était un bien brave homme, bien estimé que
Baptiste!--Dit-on si on l'a volé?--C'est bien présumable.»

Asselineau, arrêté, ne pouvait nier son forfait: on avait saisi sur lui
la montre et les boucles d'oreilles de Brouet. Il était encore vêtu d'un
habit noir et d'un pantalon arrachés à sa victime. On retrouva dans son
domicile les registres de Brouet. Asselineau, confondu par ces preuves
accablantes, se confessa coupable et du vol et de l'assassinat. Il
chercha seulement, dans les interrogatoires postérieurs, à écarter la
préméditation, en soutenant que la pensée de son crime lui était venue en
un instant.

«Dans la maison de jeu du Palais-Royal, n. 9, que fréquentait Asselineau,
il y avait, suivant l'acte d'accusation, un étranger soi-disant
commissionnaire en marchandises, nommé Georges Sunboef, qui prêtait de
l'argent aux joueurs, sur nantissement de billets et d'effets publics; ou
bien il escomptait les uns et achetait les autres. C'était cet homme qui
avait acheté d'Asselineau l'inscription de rente de 50 francs; c'était
lui qui lui avait escompté le billet de 950 francs signé _Forquignon_, et
qui n'avait pas eu honte de lui donner de l'un et de l'autre une somme de
960 francs. Asselineau avait endossé le billet du nom de sa victime à la
date du 25 janvier 1827; il avait signé du même nom une cession de la
rente.» Ainsi, pour cette somme de 960 francs, il s'était rendu coupable
d'un assassinat, d'un vol et de deux faux.

Asselineau fut traduit devant la Cour d'assises de la Seine, le 26 mars.
Cinquante-sept témoins avaient été assignés pour déposer dans cette
affaire. L'accusé paraissait calme et s'efforçait de se soustraire à la
curiosité publique, en se tournant du côté de la Cour. Il était âgé de
vingt-un ans, et natif du département de la Nièvre.

Dans l'interrogatoire qui eut lieu devant la Cour, Asselineau convint de
l'assassinat et du vol, reconnut les faux billets qui lui furent
représentés, avoua que c'était lui qui les avait fabriqués, et borna tout
son système de défense à écarter la préméditation. On entendit plusieurs
témoins dont les dépositions ne firent que confirmer les faits déjà
connus et avoués par l'accusé lui-même. On attendit avec impatience la
comparution de Sunboef, le commissionnaire du Palais-Royal que l'acte
d'accusation avait gravement inculpé. Mais ce témoin expliqua sa conduite
d'une manière qui parut satisfaire la Cour. Il n'avait fait, dit-il,
qu'avancer à l'accusé le prix de la rente de 50 francs qui devait être
vendue plus tard; et, quant au billet signé _Forquignon_, Asselineau ne
l'avait point passé à son ordre; il le lui avait seulement confié pour
l'escompter. Tous ces faits furent confirmés par le prévenu. «J'étais
hardi au jeu, dit Asselineau, puisqu'en moins de dix mois, j'ai perdu
plus de dix mille francs. On me prenait pour un gros marchand de vins,
et j'inspirais de la confiance. C'est un de mes amis qui m'a perdu. Il
vint me débaucher chez le sieur Haro, où je ne songeais qu'à travailler,
et me conduisit dans les maisons de jeux que j'ai toujours fréquentées
depuis.»

Il n'est peut-être pas inutile de faire remarquer qu'Asselineau commença
par _jouer au billard_. Il y gagna même à la poule une _queue d'honneur_,
et son malheureux père ne prévoyait que trop dès-lors les funestes
conséquences d'une passion, qui alors pouvait paraître encore innocente.
Disons néanmoins que tout sentiment d'honneur n'était pas éteint dans le
cœur de l'accusé. Une lettre de lui atteste le désir qu'il avait de
payer ses dettes, et de dédommager ceux qu'il avait trompés. «L'heure est
sonnée, écrivait-il; c'en est fait! il faut vous avouer mes erreurs et
mettre au jour toutes mes bassesses. Si, en mourant, je ne laissais pas
de dupes, je serais content.»

Le ministère public soutint l'accusation avec force. «Sans doute, dit-il,
il faudrait plaindre un malheureux jeune homme, qui, entraîné par un ami
perfide dans ces maisons où l'on perd à la fois et sa fortune et
l'honneur, demanderait grâce pour sa faiblesse et son inexpérience. Mais
en est-il ainsi d'Asselineau? Non, sans doute; c'est dans un café qu'on
l'a d'abord entraîné, et depuis il s'est livré successivement, et pendant
deux années, à tous les excès du jeu!»

Me Gechter, défenseur de l'accusé, présenta le tableau hideux des maisons
de jeu, de ces maisons où, suivant son expression, _la démoralisation,
l'usure et le vol sont affermés_. Il appela l'indulgence des juges sur
l'extrême jeunesse d'Asselineau, et tout en le regardant comme un grand
coupable, il les excita vivement à prendre en pitié le sort de ce jeune
homme qu'un entraînement funeste et irrésistible avait conduit à sa
perte.

Asselineau prit lui-même la parole après son défenseur; il retraça avec
précision et clarté l'histoire déplorable de sa vie et de sa passion.
Arrivé à la catastrophe du 21 février, il ne put achever et retomba sur
son banc.

La réponse du jury ayant été affirmative sur tous les chefs, excepté
celui de la préméditation, aux termes de l'article 304 du Code pénal, la
Cour condamna Asselineau à la peine de mort.

Le coupable entendit avec calme ce terrible arrêt. Quand il fut prononcé,
il voulut parler. «J'ai dit la vérité, toute la vérité, répétait-il à
voix basse.--Du courage! lui dit son avocat.--Du courage! s'écria
Asselineau, j'en ai plus que vous. Vous trembliez en me défendant!»

Asselineau avait lui-même rédigé dans le plus grand détail un précis de
sa vie entière. Cette relation curieuse fut publiée à l'époque de la
procédure. En lisant la vie de cet infortuné, on ne peut se défendre des
sentimens les plus pénibles, et des réflexions les plus douloureuses. On
gémit sur la cause qui put, en quelques mois, d'un jeune homme honnête et
laborieux faire un assassin.

Asselineau, dans sa prison, manifesta constamment un repentir sincère,
sans faiblesse et sans abattement: il ne témoignait pas la plus légère
inquiétude; la veille même de l'exécution, il joua très-gaîment aux
barres et il étonnait les autres prisonniers par ses tours de force et
d'adresse. C'était toujours avec beaucoup d'émotion qu'il parlait de son
crime, et en le racontant, il maudissait le no 9 du Palais-Royal. Il
affirmait qu'en entrant dans la chambre de Brouet, il n'avait pas eu
l'idée de l'assassiner. «Je me rappelle bien, ajouta-t-il, que trois fois
je tirai le pistolet de ma poche et trois fois je le remis.» Après le
crime, tel était son trouble, qu'il chercha long-temps, pour ouvrir le
tiroir, les clés qu'il tenait dans sa main.

Le calme d'Asselineau ne venait point d'une stupide indifférence, mais
d'une résignation réfléchie. Il avait pour compagnon d'infortune à
Bicêtre, le nommé Buisson, condamné aussi, et tout nouvellement, à la
peine de mort, pour avoir assassiné son ami. Asselineau ne cessait de le
consoler, de l'encourager et de l'exhorter à avouer son crime, en faisant
valoir auprès de lui des considérations morales et religieuses. «Tes
dénégations te rendent plus criminel encore, lui disait-il, imite-moi;
avoue-toi coupable; c'est la plus grande preuve de repentir.... Songe que
nous devons paraître devant Dieu: cet aveu ne nous servira de rien auprès
des hommes; mais Dieu nous en tiendra compte.» Cédant à ses conseils et à
ses exhortations, Buisson fit en effet l'aveu de son crime, qu'il avait
nié jusque-là avec force.

Enfin, Asselineau était parvenu à intéresser vivement à son sort toutes
les personnes qui l'entouraient. Les gardiens faisaient des vœux pour
qu'il obtînt sa grâce. Pendant les derniers jours de sa vie, il
s'occupait beaucoup à écrire. Il avait composé un petit discours qu'il
apprenait par cœur, et qu'il avait l'intention de prononcer sur
l'échafaud. Mais de sages conseils le firent sans doute renoncer à ce
dessein.

Quand, le 8 mai 1827, l'huissier chargé de l'extraire de Bicêtre, vint
lui annoncer le rejet de son pourvoi, cette nouvelle ne lui causa pas la
moindre émotion. Il fit, avec tranquillité, ses adieux aux vétérans de
garde à la porte et remercia cordialement les gardiens de tous les soins
qu'ils lui avaient prodigués.

La voiture était à peine arrivée dans la cour du palais de Justice
qu'elle fut entourée par une multitude avidement curieuse. Pour se
soustraire à tant de regards, Asselineau, malgré les liens qui le
privaient de l'usage de ses deux mains, se précipita de la voiture avec
une vigueur et une agilité qui surprirent et effrayèrent les personnes
placées autour de lui. Le public put à peine l'apercevoir.

Dès-lors Asselineau passa la plus grande partie de ses instans avec son
confesseur. On lui offrit quelque nourriture: «Non, je vous remercie,
répondit-il; elle ne passerait pas.» Il s'empressa d'envoyer à
l'exécuteur un billet ainsi conçu: «Je prie tous ces messieurs de vouloir
bien remettre à M. Morel, tailleur, rue Montorgueil, no 31, mon habit et
mon pantalon que je lui ai achetés quelques jours avant mon arrestation,
et que je ne lui ai point payés. Je pense qu'il ne peut pas avoir les
moyens de les perdre. En le faisant, vous obligerez un malheureux.

    B. ASSELINEAU.»

A quatre heures moins un quart, le patient fut amené, suivant l'usage
dans l'avant-greffe de la prison où l'on prépare la victime pour le
supplice. C'est ce qu'on appelle la _toilette_ des condamnés. Asselineau
s'avança d'un pas ferme vers les exécuteurs qui l'attendaient. Sa figure
était rayonnante de jeunesse et de santé; on n'apercevait aucune trace
d'altération sur ses traits, aucune hésitation dans ses mouvemens. A
peine délivré de la camisole de force, il ôta lui-même son habit, et
s'assit sans proférer un seul mot sur une sellette de bois placée
vis-à-vis le guichet, à travers lequel on entrevoyait la fatale
charrette. L'un lui lie les mains derrière le dos; un autre attache une
longue ficelle à ses deux jambes; un troisième coupe le col de sa chemise
avec des ciseaux et taille ensuite le bas des cheveux pour disposer la
place. Asselineau, en sentant l'acier glisser sur son cou, ne put se
défendre d'un mouvement de frisson, et il pâlit pour la première fois.
L'obscurité de la salle, le morne silence qui régnait autour de la
victime, les rumeurs du dehors qui pénétraient sourdement jusqu'à elle,
tout ajoutait à l'horreur de cette lugubre scène.

Enfin la porte s'ouvrit, et Asselineau s'avança à pas lents, entouré des
exécuteurs, et précédé du vénérable aumônier des prisons.

On voulut l'aider à monter dans la charrette. «Laissez, dit-il, je
monterai bien tout seul.» A peine fut-il assis, que le confesseur placé à
ses côtés, lui présenta le crucifix, et il le baisa avec une pieuse
résignation.

Arrivé à la place de Grève, Asselineau, sur l'invitation de l'aumônier,
se mit à genoux et fit un acte de contrition; puis, il monta avec fermeté
sur l'échafaud, et quelques secondes après, il n'existait plus.

Arrivé à l'échafaud, il s'était tourné vers le peuple, en disant: _Que
ceci vous serve d'exemple!_ Pendant qu'on le plaçait sur la planche
fatale, il répéta à plusieurs reprises: _Que Dieu aie pitié de moi!_

La recommandation d'Asselineau fut fidèlement exécutée. Son habit bleu et
son pantalon furent remis à M. Morel, tailleur. Dans la poche de cet
habit, on avait trouvé une lettre du père d'Asselineau, écrite d'Antrain
(Nièvre) le 7 avril, et adressée au directeur de Bicêtre. Elle était
ainsi conçue:

     «Mon fils,

   «En réponse à ta lettre en date du 31 mars, que j'ai reçue le 6
   avril, par laquelle tu nous fais tes adieux, et tu nous demandes
   des pardons...... Que Dieu te pardonne! A l'égard de nous, nous
   te pardonnons tous, père et mère, frère et sœur. Nous t'avons
   toujours élevé en la crainte de Dieu, et dit les dangers qu'il y
   avait de fréquenter les mauvaises compagnies.

   «Tu n'as pas pu t'en défendre...... Que Dieu te pardonne, comme
   nous te pardonnons! Tu seras heureux, et nous, le restant de nos
   jours, nous serons malheureux...

   «Tu attends sur la clémence du roi...... que Dieu soit béni!

   «Nous te faisons tous nos adieux pour toujours: recommande-toi à
   Dieu.

     «_Ton père_ F. ASSELINEAU.»

Nous ne commenterons pas cette lettre: il faudrait revenir aux réflexions
qu'on a lues au commencement de cet article. A travers le laconisme de
cet homme illettré, à travers ses pieuses répétitions, on y reconnaît
trop bien le cœur brisé d'un malheureux père.



FAMILLE DE PARRICIDES.


Nos lecteurs ont pu voir dans le second volume de cette collection
l'épouvantable histoire d'un malheureux père assassiné par deux de ses
fils, aidés de leur mère. Les fastes criminels de notre temps présentent
un forfait du même genre et non moins horrible.

Le 16 mai 1826, à quatre heures du matin, le garde du moulin de Croûtes
(Aisne) aperçut quelque chose qui passait sous la volée ou le tournant du
moulin; c'était un cadavre qui s'accrocha à des saules. Un instant après,
arrivèrent deux pêcheurs; Jaquin, l'un d'eux, courut avertir le maire et
le juge-de-paix. Des magistrats se rendirent sur-le-champ au lieu où
gisait le cadavre; on le retira de la rivière en leur présence: on
reconnut que c'était celui de Dupré. Il avait autour du cou une petite
corde un peu plus grosse que la ficelle ordinaire; à cette corde était un
nœud coulant que l'on avait ensuite fixé et arrêté par un autre nœud.

Le cadavre était complètement vêtu; il avait des bas, des chaussons et
des sabots couverts. On trouva dans une poche de son gilet une clef qui
était celle du secrétaire ou de l'armoire qui contenait l'argent de
Dupré. Le procès-verbal du médecin, appelé pour examiner le corps,
portait qu'il y avait sur le cadavre un signe de pression occasionée par
la corde, une ecchymose au pariétal droit, une autre plus légère à la
pommette gauche. Il fut établi par l'accusation que les contusions et les
ecchymoses n'avaient pu être produites par une submersion volontaire, ni
même par le passage du corps sous la roue du moulin: elles étaient
nécessairement le résultat des violences exercées sur Dupré avant la
submersion. Ce qui en donnait une preuve irrécusable, c'était une plaie
qui existait au bas du ventre, ayant quatre à cinq pouces de diamètre.
Cette plaie semblait expliquer le propos de la veuve Dupré, qui avait
dit: _Je sais bien comment il faut le prendre pour le dompter; un coup de
pied le rend blanc comme neige._

L'enquête, qui eut lieu, fit naître de véhémens soupçons contre quatre
individus qui furent aussitôt arrêtés. C'étaient la veuve du malheureux
Dupré, Rose-Victoire Dupré, sa fille légitime, Jean-Étienne Duchesne, dit
_Bancroche_, fils naturel de cette dernière, et le nommé Vaillant, père
de Pierre-François Vaillant, gendre de Dupré.

Ces quatre prévenus comparurent devant la Cour d'assises de Laon le 5
mars 1827. Tous les regards étaient fixés sur cette famille qui
n'inspirait que l'horreur et le mépris. Vaillant avait dit à un témoin:
_Prends-garde à toi, si tu parles trop!_ On avait remarqué sur le bord de
la rivière, où le corps de Dupré devait avoir été jeté, l'empreinte de
traces faites avec des bas ou des chaussons, et le cadavre repêché le 16
avait des sabots couverts. On trouva dans la rivière une pierre de
quatre-vingt-huit livres dans une fosse placée vis-à-vis l'empreinte des
traces remarquées. N'était-il pas présumable et même certain que cette
pierre avait été employée par les auteurs du crime, au moyen du nœud
coulant de la ficelle, pour tenir le corps au fond de l'eau et y
ensevelir le secret de la plus noire scélératesse?

Voici quelques circonstances antérieures à l'assassinat. La femme Dupré
vivait très-mal avec son mari; chaque jour voyait éclater de nouvelles
querelles. La fille se joignait à la mère pour maltraiter son père. Cette
fille dénaturée était, au reste, connue pour avoir la conduite la plus
déréglée. Elle avait eu deux enfans naturels, fruits honteux de sa
débauche: l'un de ces enfans, Duchesne, dit _Bancroche_, se montrait en
tout digne de sa mère. Il se vantait publiquement des mauvais traitemens
exercés contre son grand-père Dupré, et n'était pas le dernier à y
prendre part.

Au milieu des chagrins dont il était continuellement abreuvé, il était
arrivé à Dupré de dire un jour à quelqu'un qu'il voudrait bien qu'on lui
tirât un coup de fusil, pour le délivrer de sa pénible existence. Ses
meurtriers profitèrent de ce propos pour lui supposer l'intention d'un
suicide. De là le projet et l'exécution du crime sur lequel les accusés
voulaient faire prendre le change, en prêtant à Dupré la volonté de se
détruire et la résolution de se noyer.

Dupré gardait soigneusement la clé du meuble où était son argent. Six
semaines avant sa mort, il avait répondu à une personne qui lui faisait
une question relativement aux plaintes de ses enfans: «Pourquoi les
doter? Ils boivent et mangent tout; ils se coalisent pour me ruiner.»

La mère et les enfans avaient répété souvent ce propos infâme: _Si ce
gueux, si ce cochon-là était mort, nous jouirions......_

Ces faits et ces propos furent attestés par plusieurs témoins. Que
fallait-il de plus pour donner de la vraisemblance à la consommation du
crime?

Mais deux femmes et un jeune homme infirme ne suffisaient pas à l'entière
exécution du projet. Il fallait quelqu'un d'assez fort pour les aider, et
ce fut, suivant l'accusation, Vaillant père, que l'on choisit pour cet
exécrable ministère. La réputation de cet homme était loin d'être
intacte: il passait pour avoir des liaisons intimes avec sa belle-fille;
ce fut lui, suivant quelques dépositions, que Rose Dupré alla chercher
pendant la nuit, et qui aida à porter le cadavre à la rivière. On
remarqua que Vaillant fils lui-même avait dit dans sa déposition: _Ce
n'est pas mon père qui a tué Dupré; il n'a fait que le porter à la
rivière._

Après les plaidoieries, le président fit le résumé des débats avec la
plus exacte impartialité, et posa aux jurés les cinq questions résultant
de l'acte d'accusation.

Le jury répondit affirmativement sur les deux premières questions
relatives à la veuve Dupré et à sa fille, en écartant seulement la
préméditation; semblable réponse fut faite relativement à Duchesne dit
_Bancroche_, mais à la majorité de sept voix contre cinq. Les deux
questions relatives à Vaillant père furent résolues négativement. La
Cour, sur la question qui concernait _Bancroche_, se réunit à la minorité
du jury; en conséquence Duchesne dit _Bancroche_ et Vaillant furent
acquittés.

Sur les conclusions du ministère public, la veuve Dupré et Rose-Victoire
Dupré, sa fille, furent condamnées à la peine des parricides.



COMPTE,

MEURTRIER DE SA FEMME ET DE SON ENFANT.


Depuis plusieurs années, on a vu se multiplier d'une manière effrayante
des crimes dont la justice ne s'explique que très-difficilement la cause.
Les fureurs sanguinaires de Papavoine et de la fille Cornier n'ont eu que
trop d'imitateurs. Les médecins, appelés au secours des magistrats, pour
trouver l'explication de ces phénomènes criminels, ont invoqué une sorte
de démence d'un genre particulier, à laquelle on a donné le nom de
_monomanie_; et malgré cette assertion de la science, pour un grand
nombre d'esprits prévenus ou incrédules, beaucoup de crimes sont demeurés
presque inexplicables. De ce nombre est celui dont nous allons rapporter
les principales circonstances.

Le nommé Compte, charron, s'était constamment fait remarquer par la
douceur de son caractère et par son attachement pour sa femme et ses
enfans. Cet homme, tout-à-coup, devint triste et rêveur; il recherchait
les lieux solitaires; tantôt il prodiguait des marques de tendresse à son
épouse, tantôt il repoussait ses caresses.

Le 15 mars 1827, Compte se trouvait seul à son atelier, lorsque sa femme
vint l'y voir dans l'intention de lui tenir compagnie et de chercher à
dissiper les idées sombres qui le tourmentaient. Soudain Compte
l'interrompit en lui disant: _Je voudrais bien mourir, et tu devrais
mourir avec moi!_ Anne Constant, sa femme, pour calmer l'agitation de son
mari, s'approcha de lui et l'embrassa; mais cette prévenance, loin de
tranquilliser Compte, le met hors de lui-même; il agite un couteau qu'il
tenait dans sa main, et bientôt il en porte un coup à la gorge de sa
femme. Celle-ci s'échappe en jetant de grands cris; Compte la poursuit
avec acharnement, il l'atteint dans la cour et lui porte à la gorge un
second coup de couteau.

Les pères et mères des époux accourent; ils prennent dans leurs bras Anne
Constant et l'arrachent à la fureur de son mari. Compte alors veut
rentrer dans son atelier; mais, trouvant sur son passage son enfant âgé
de deux ans, il s'en saisit, l'emporte sous un hangar, et là, lui enfonce
dans la poitrine le couteau qui dégouttait encore du sang de sa
malheureuse femme. L'enfant expire sous ses yeux, et ce malheureux, pour
terminer cette horrible tragédie, retourne contre lui le fatal couteau;
il s'en frappe à la tête et se blesse grièvement.

Les poursuites judiciaires étaient faciles à exécuter: c'était un mari
qui avait voulu égorger sa femme; c'était un père qui avait donné la mort
à son enfant. Compte fut arrêté, et traduit devant la Cour d'assises de
la Charente, le 8 mai 1827.

Cette cour avait paru hésiter à mettre Compte en accusation. On lit en
effet, dans l'arrêt de renvoi, le considérant suivant:

«Considérant qu'on serait tenté de croire à _la démence_ du prévenu; que
l'esprit est ramené souvent à cette idée par les détails que renferme la
procédure, mais qu'on se trouve arrêté par certains aveux de Jean Compte,
desquels il résulte que sa femme lui paraissait depuis quelque temps
légère, coquette, et peu disposée à payer sa tendresse de retour;

«Qu'il est donc _possible_ d'attribuer à un violent accès de jalousie le
double attentat dont le prévenu s'est rendu coupable, et qu'il convient
de laisser aux débats de l'audience le soin de faire connaître la
véritable situation _mentale_ du prévenu, lorsqu'il enfonça le couteau
dans la gorge de sa femme et dans le sein de son fils.»

Après les débats, qui furent de peu de durée, le président de la Cour
posa deux questions aux jurés sur la culpabilité du prévenu. Sur la
première question, les jurés répondirent: Non, Compte n'est pas coupable
d'avoir _volontairement_ donné la mort à son fils; sur la seconde: Oui, à
la majorité de sept voix contre cinq, l'accusé est coupable d'une
tentative d'homicide, manifestée par des actes extérieurs, suivie d'un
commencement d'exécution, et qui n'aurait manqué son effet que par des
circonstances indépendantes de sa _volonté_.

La Cour s'étant réunie à la majorité du jury, Compte fut en conséquence
condamné aux travaux forcés à perpétuité.



CASTANIER,

OU LES RÉSULTATS CRIMINELS DE L'EXALTATION RELIGIEUSE.


L'exaltation religieuse, comme l'exaltation politique, peut tourner au
crime les individus les plus inoffensifs de leur nature et leur faire
regarder comme des actes vraiment méritoires les forfaits les plus
atroces. Sans doute, si leurs attentats procèdent d'une faiblesse, d'une
affection ou d'une lésion des organes du cerveau; s'il est prouvé qu'ils
soient les résultats de cette sombre monomanie qui se plaît à verser le
sang, et parfois celui des êtres les plus innocens et les plus chéris de
celui même qui les égorge, il faut plaindre le sort de ces criminels
d'une classe particulière; on doit des égards à la position de malheureux
qui, dans des accès de folie, sont capables d'immoler ceux qu'ils aiment
le plus au monde. Mais si la loi doit épargner des coupables
involontaires, chez qui l'intention n'a pas été complice du bras,
l'intérêt de la société exige impérieusement qu'on la mette à l'abri des
atteintes meurtrières de ces furieux; il veut aussi qu'on n'accorde pas
une créance trop aveugle à un système de défense dont il serait facile
d'abuser et derrière lequel les plus grands scélérats, assurés de
l'impunité, finiraient par venir se retrancher comme dans un asile
inviolable.

Le nommé Castanier dont le procès nous a suggéré les réflexions que l'on
vient de lire, avait subitement passé d'une vie désordonnée à une vie
bigotte. Pendant sa jeunesse à Camaret Vaucluse, il était libertin,
joueur, débauché; il passait presque tout son temps au cabaret. Étant
venu demeurer à Orange, il fut entouré de personnes pieuses qui
entreprirent sa conversion; dès-lors, son train de vie fut tout-à-fait
changé: il restait des journées entières à l'église; bientôt il eût passé
pour un saint homme. Depuis, cet homme s'était fixé à Carpentras.

Le 16 janvier 1827, la petite fille de Castanier, charmante enfant, aimée
de tout le voisinage, chérie de son père et de sa mère, disparut
tout-à-coup. On crut d'abord qu'elle s'était égarée dans la ville. La
veuve Bouche avait vu, à midi, Castanier et sa fille qui allait après lui
en pleurant. Elle avait dit au père: «Attendez donc votre enfant!» sur
quoi il avait pris sa petite par la main. Dans la soirée, la veuve Bouche
retourna chez Castanier pour demander si l'enfant était retrouvée. Le
mari était d'un côté du poêle; sa femme, désolée, de l'autre côté; le
témoin s'assit entr'eux deux. La femme dit à son mari: «A midi, tu as
rencontré ton enfant sur le Pont-Neuf?--Oui.--Tu l'as pris par la
main?--Oui.--Tu l'as amenée à la maison?--Oui.--Tu lui as donné du
pain?--Oui.--Et puis, qu'est-elle devenue?» A cette question, Castanier
resta sans voix! «Va la chercher: lui dit la femme.--Et où veux-tu que
j'aille? répondit-il.»

Cependant on trouva le cadavre de la jeune Castanier dans le puits du
Cirque, avec une pierre au cou, et percé de deux coups de couteau.

Aussitôt la justice instruisit. Le commissaire de police se transporta
chez Castanier avec le juge d'instruction. Castanier était couché tout
habillé sur son lit, et en se levant, il s'écria: _Je n'ai plus
d'enfant!_ Et pourtant, il ignorait encore que l'on eût retrouvé le
cadavre dans le puits. Un couteau avait été enfoncé jusqu'au manche dans
les côtes de la victime; la femme Castanier reconnut ce couteau pour être
celui de son mari; elle reconnut aussi la pierre trouvée au cou de
l'enfant pour avoir été enlevée du bas de l'escalier de sa chambre. Cette
pierre fut présentée à la place qu'elle devait occuper; elle s'y adaptait
parfaitement: on ne pouvait s'y tromper, cette place vide ayant gardé
l'empreinte des rugosités de la pierre.

Ces indices, joints aux témoignages de plusieurs personnes, déterminèrent
l'arrestation de Castanier; et il fut traduit le 8 mai devant la Cour
d'assises de Vaucluse. Quand il comparut devant le tribunal, tous les
regards cherchèrent sur la figure de Castanier les signes de cette
démence à laquelle, en l'absence de tout autre motif, on attribuait
généralement son attentat. On vit un homme maigre et d'un teint cuivré.
Ses cheveux étaient noirs et plats, ses lèvres enflées et blafardes; ses
yeux, d'une forme ronde, étaient caves et brillans; il semblait étranger
à tout ce qui se passait autour de lui. Au mouvement de ses lèvres, on
aurait pu croire qu'il récitait des prières.

Nous allons donner un extrait de son interrogatoire, qui pourra faire
connaître aux lecteurs la situation mentale de l'accusé. Assez long-temps
avant le meurtre de sa fille, Castanier était toujours entouré chez lui
de livres de dévotion; il ne travaillait plus, et quand sa femme lui
représentait le besoin qu'ils avaient du travail, il lui répondait par
des exclamations religieuses. Il avait fréquemment des rêves d'enfer et
de démon, et se levait la nuit pour prier Dieu. On va voir quelles
étranges réponses il fit à la plupart des questions qui lui furent
adressées.

_Le Président_: Comment vous appelez-vous?

L'accusé, regarde sans répondre, comme s'il n'avait pas entendu. Un
gendarme le pousse; et interrogé une seconde fois, il déclare se nommer
Castanier.

_D._ Où demeurez-vous?

_R._ Ici.

_D._ Comment ici! vous ne demeurez pas à Orange?

_R._ Oui, à Orange.

_D._ Quel âge avez-vous?

_R._ Je ne m'en souviens pas.

Alors Me Bourdon, nommé d'office pour assister Castanier, exposa à la
Cour que la seule chose explicite qu'il eût pu obtenir du prévenu,
c'était qu'il ne voulait pas de défenseur; que Dieu saurait bien le
défendre.

Non! s'écria Castanier avec force, je ne veux point de défenseur; je n'en
ai pas besoin.

_D._ Castanier, voulez-vous être jugé?

_R._ A la volonté de Dieu.

_D._ On dit que vous êtes fou?

_R._ Je n'en sais rien.

_D._ Avez-vous tué votre enfant?

_R._ Je n'ai jamais fait de mal à mon sang.

Pendant les dépositions des témoins, l'accusé s'était endormi;
tout-à-coup il se réveilla en riant à la manière d'un hébété.

_D._ Que fîtes-vous le 16 janvier, de dix heures à deux heures?

_R._ Je fus à l'église; je ne puis pas vous le dire.

_D._ Aimiez-vous votre fille?

_R._ Pauvre petite!

_D._ Est-ce vous qui l'avez tuée?

_R._ Castanier sanglote en détournant la tête, et finit par dire: C'est
un grand malheur!

_Un juré._ Avez-vous tué votre fille?

_R._ Tu n'as point de sens.

_D._ Ne craignez pas de l'avouer: peut-être n'avez-vous pas cru mal
faire. L'avez-vous tuée?

_R._ Si vous me le dites encore, je m'en vais.

_Le procureur du roi._ N'avez-vous pas de regret d'avoir tué votre
enfant?

_R._ Je ne veux pas vous écouter: (après quelques momens de silence, et
en mettant sa tête dans ses mains), c'est depuis la mort de mon enfant
que la tête me fait mal; avant aussi, elle me faisait mal.

François Bouche, assigné comme témoin, commençait sa déposition;
Castanier l'interrompit, et lui dit, comme en se réveillant: «Ah!
bonjour, Bouche!»

Un témoin ayant dit que le prévenu restait habituellement des heures
entières prosterné à l'église sans remuer, Castanier s'écria: «J'y suis
resté une fois neuf heures; j'ai bien du plaisir à y être; je voudrais
bien y aller.»

_D._ N'avez-vous pas cru, en tuant votre enfant, l'envoyer au ciel?

_R._ Je ne vous écoute pas.

Le procureur du roi, après avoir démontré la culpabilité de l'accusé,
déclara qu'il ne pensait point que l'accusé eût agi avec discernement, et
que son état moral lui semblait devoir faire écarter les circonstances de
la préméditation.

De son côté, le défenseur s'attacha à faire ressortir la preuve de la
démence, des circonstances de la cause et de la conduite de l'accusé dans
tout le cours des débats.

Après une courte délibération, le jury déclara l'accusé coupable, mais
sans préméditation; et par suite de cette déclaration, Castanier fut
condamné aux travaux forcés à perpétuité.



ACCUSATION D'ASSASSINAT

RÉSULTANT D'UN SUICIDE.


Les sieur et dame Coutelas vivaient à Reuil, village situé sur la rive
droite de la Marne. Ils jouissaient d'une certaine aisance. Le sieur
Coutelas, ancien militaire, fils d'un honnête vigneron, avait épousé, en
1815, une personne dont la condition était au-dessus de la sienne. Les
deux époux n'ayant pas d'enfans, avaient, en 1819, par deux testamens
déposés chez un notaire, disposé mutuellement de l'usufruit de leurs
biens en faveur du survivant.

Le sieur Coutelas, âgé de cinquante-un ans, était d'un caractère froid et
apathique. La dame Coutelas, petite et replète, était, depuis quelques
mois, affectée d'un commencement d'hypocondrie. Elle était tourmentée par
des insomnies; le sang l'incommodait; son médecin lui avait conseillé
une saignée qui avait été ajournée. Elle souffrait et se plaignait
beaucoup.

Dans la journée du 30 mars 1826, ses plaintes redoublèrent et furent
continuelles. Le matin, un neveu de son mari, informé de son état de
maladie, était venu la voir. Elle avait annoncé l'intention de prendre
l'émétique. Le mari et le neveu s'y opposèrent, en lui faisant observer
qu'elle devait auparavant prendre l'avis du médecin; mais elle ne voulut
point le consulter, et dit même qu'elle ne ferait rien de ce qu'il lui
prescrirait.

Son neveu la quitta: elle lui avait pris plusieurs fois la main avec
attendrissement. Son mari se rendit aux champs. La nommée Sophie Placial,
sa domestique, alla travailler dans une vigne située près de la maison.
Une voisine de la dame Coutelas, la femme Pierrot, passa l'après-midi
avec elle, dans la cuisine, et remarqua qu'elle était très-agitée,
qu'elle ne parlait pas comme à l'ordinaire.

Sophie rentra à deux heures pour savoir des nouvelles de sa maîtresse; à
quatre heures, elle revint encore pour goûter. Cette dernière fois, la
dame Coutelas lui prit la main en lui disant: _Ma Sophie! ma pauvre
Sophie!_ Elle ajouta même, suivant la déposition de cette fille: _Je suis
une femme perdue!_ Puis elle dit à la femme Pierrot qu'elle était lasse
de la vie.

Vers le soir, Sophie quitta son travail et rentra à la maison. Trouvant
ouverte la porte de la chambre à coucher de ses maîtres, elle regarda si
sa maîtresse y était, et ne l'y voyant pas, ni dans une chambre voisine
dont la porte était également ouverte, elle entra dans la cuisine où le
sieur Coutelas était assis auprès du feu. Elle lui demanda où était sa
maîtresse: il répondit qu'elle venait de passer dans sa chambre, et sur
l'observation que lui fit la domestique qu'elle n'y était pas, il dit
qu'elle était sans doute chez quelqu'une de ses voisines.

Sophie alla s'informer dans le voisinage, et n'y ayant pas trouvé la dame
Coutelas, rentra fort inquiète à la maison. Son maître lui donna l'ordre
de prendre une lanterne, et d'aller chercher sa femme du côté de la
rivière, attendu que plusieurs fois elle avait dit que, pour rien, elle
se jetterait à l'eau. Cette fille, éplorée, parcourut les bords de la
Marne, en cherchant sa maîtresse.

De retour à la maison, après avoir fait des recherches infructueuses, la
femme Pierrot et une autre voisine vinrent bientôt l'y rejoindre. Alors
toutes les trois et le sieur Coutelas lui-même, qui commençait à
s'émouvoir, s'entretinrent ensemble, dans la cour de la maison, des
recherches qui restaient encore à faire. Sophie descendit seule dans la
cave; sa maîtresse n'y était pas. Il y avait dans la maison une autre
cave pour ainsi dire abandonnée, qui se composait de plusieurs berceaux
qui se croisaient. Au fond et sur la gauche de l'un de ces berceaux qui
se prolongeait au-delà des bâtimens, sous une vigne, était un petit
caveau où le jour ne pénétrait jamais. La dame Coutelas n'était presque
jamais entrée dans cette cave. Une des voisines proposa néanmoins de voir
si elle n'y serait pas; Coutelas observa qu'elle n'aurait pas osé y aller
seule: néanmoins on y descendit.

Sophie marchait la première; elle était suivie des deux autres femmes.
Toutes les trois portaient des lanternes; Coutelas marchait le dernier.
Tout-à-coup Sophie jette un cri d'effroi; elle a vu sa maîtresse étendue
par terre: _La voilà ici_, s'écrie-t-elle, _la chère_ _dame Coutelas!_
et elle recule épouvantée. La femme Pierrot s'enfuit. L'autre femme, plus
courageuse, s'approche avec Coutelas. Tous deux voient la malheureuse
femme étendue sur le dos, la tête contre le mur, ayant du sang au cou.
Ils aperçoivent un rasoir ouvert, placé sur le bras gauche. Coutelas
s'écrie: _Ah! pauvre femme! qu'as-tu fait?..._ Puis ayant reconnu son
rasoir, il ajoute: _La malheureuse s'est coupé le cou avec mon rasoir...
Que vais-je faire?... Il faut prévenir les autorités._ On remarqua qu'il
n'y avait aucun dérangement ni dans les vêtemens ni dans la chevelure de
la dame Coutelas.

Bientôt, on procéda à l'information judiciaire la plus scrupuleuse.
Plusieurs médecins et chirurgiens de Reims et des environs jugèrent que
la mort de la dame Coutelas était l'effet d'un suicide. Mais trois
médecins de Paris, MM. Dubois, Boyer et Adelon déclarèrent, au contraire,
qu'il leur paraissait extrêmement probable, que la dame Coutelas ne se
fût pas fait elle-même les blessures qui lui avaient ôté la vie.

Cette déclaration, jointe à diverses circonstances commentées par la
clameur publique, fit planer des soupçons d'assassinat sur le sieur
Coutelas. On parla de sa froide indifférence pour sa femme, des paroles
qui lui étaient échappées, à la vue de son rasoir, qui avait servi à
commettre le crime; la malignité n'eut garde d'oublier la circonstance
des deux testamens. Enfin, le sieur Coutelas fut arrêté, prévenu d'avoir
assassiné sa femme, et traduit, en conséquence, le 9 mai 1827, devant la
Cour d'assises de la Marne.

Les débats de cette affaire durèrent trois jours. Cinquante-quatre
témoins furent entendus. Les docteurs Boyer et Dubois ne purent s'y
trouver, l'état de leur santé ne leur ayant pas permis de faire le voyage
de Reims. Le procureur du roi, M. Gasbon, dans une plaidoierie qui dura
plus de deux heures, se livra au consciencieux examen de cette grande et
difficile affaire. Ce magistrat, après avoir discuté la question
médico-légale, déclara qu'il ne croyait pas qu'il y eût eu homicide;
qu'aucune charge sérieuse ne résultait d'ailleurs des témoignages, et il
termina en ces termes: «Non, Messieurs, l'accusé n'est pas coupable.»

Le défenseur du sieur Coutelas se borna dès-lors à rétablir des faits de
moralité qui avaient été présentés dans l'instruction d'une manière
défavorable à son client; et le jury, après une courte délibération,
déclara à l'unanimité que l'accusé n'était pas coupable.

Cette déclaration fut accueillie avec une satisfaction générale. On
entendit avec plaisir prononcer l'acquittement d'un homme accablé d'abord
par une perte douloureuse, et atteint ensuite par un malheur plus grand
encore, d'un homme dont l'innocence était reconnue et proclamée par la
justice, et qui, pendant huit mois, avait été privé de sa liberté, et
avait eu à gémir sous le poids du plus affreux soupçon.



JOSEPH MAURI.


Le 28 novembre 1826, Joseph Mauri, qui servait en qualité de domestique
dans la métairie du sieur Codine, apprit que son père se proposait de
vendre une de ses propriétés au comte de Saint-Marsal, pour en remettre
le prix à son beau-fils, Charles Noguères, dans la maison duquel il
s'était retiré depuis quelque temps.

Aussitôt Joseph Mauri, mû par la jalousie et la cupidité, quitta la
métairie de Codine, se fit remplacer dans les travaux des champs par un
ouvrier dont il paya lui-même le salaire, et arriva vers neuf heures du
matin dans la commune de Pin, où résidait son père. Il se rendit aussitôt
dans la maison de son beau-frère. Mauri père, infirme depuis long-temps,
paralysé de la moitié du corps, était encore couché dans une chambre
attenante à la cuisine, où s'arrêta son fils. Ce dernier s'approcha de
sa sœur Élisabeth qui était devant le foyer avec ses trois enfans;
auprès du feu, se trouvait un plat contenant _une soupe à l'ail et une
côtelette placée sur le gril_. Mauri fils demanda pour qui étaient ces
alimens. Sa sœur lui répondit qu'ils avaient été préparés pour le
déjeûner de la famille; en même temps, elle quitta la cuisine et passa
dans la chambre de son vieux père pour l'habiller et le conduire auprès
du feu.

Joseph Mauri, se trouvant seul alors avec les enfans de sa sœur,
témoigna le désir de faire cuire des châtaignes, et fit sortir sa nièce
Élisabeth, âgée d'environ quinze ans, pour s'informer dans le village si
l'on n'en trouverait pas à acheter. Élisabeth sortit et rentra quelques
instans après, en annonçant qu'elle avait trouvé des châtaignes: son
oncle ne parut point faire attention à ses paroles, et ne lui répondit
rien.

Dans ce moment, Mauri père fut amené par sa fille dans la cuisine; elle
l'installa auprès du feu et lui servit un peu de soupe; elle en donna
aussi à ses enfans, à l'exception d'Élisabeth, et en garda une portion
pour elle-même. Mauri père mangea sa part de soupe et un morceau de la
côtelette; mais bientôt les enfans éprouvèrent des picotemens, des
angoisses; et des vomissemens ne tardèrent pas à se déclarer. Le
grand-père ressentit les mêmes accidens. La femme Noguères examina la
soupe avec attention, et ne lui trouva point sa couleur naturelle; son
jeune fils, Joseph Noguères, âgé de six ans, fit observer, que c'était
peut-être la _poudre blanche_ que son oncle y avait jetée qui lui avait
donné cette couleur.

Ces paroles de l'enfant furent un trait de lumière pour la malheureuse
femme qui soudain s'écria en s'adressant à son frère: _Malheureux! tu as
empoisonné ton père et mes enfans!_

L'empoisonneur était resté paisible spectateur de cette scène; il avait
vu son vieux père, infirme et souffrant, entrer dans la cuisine et ne lui
avait point adressé la parole; il avait assisté à son repas sans
manifester la plus légère émotion, et quand sa belle-sœur lui adressa
cette terrible interpellation, il répondit à peine, et sortit en toute
hâte de la maison.

Cependant les symptômes de l'empoisonnement se développaient avec
violence; on administra de prompts secours au vieillard et aux enfans,
mais les enfans seuls résistèrent à la force du poison. Le vieux Mauri
succomba à ses souffrances, dans la nuit du 4 au 5 décembre suivant.

Le crime était patent; celui qui l'avait commis ne pouvait s'envelopper
du moindre mystère. Joseph Mauri fut arrêté et conduit le 1er mars 1827,
devant la Cour d'assises de Perpignan (Pyrénées-Orientales), comme
coupable d'avoir attenté à la vie de Joseph Mauri, son père, et de
Joseph, Charles et Étienne Noguères, ses neveux, à l'aide de substances
vénéneuses.

A l'appui de cette grave accusation, le ministère public fit entendre
plusieurs témoins dont les dépositions ne firent que confirmer les faits
ci-dessus exposés.

Aux débats, l'accusé convint que, le 29 novembre au matin, il s'était
rendu chez sa sœur, pour parler à son père de la vente qu'il se
proposait de faire au comte de Saint-Marsal; mais il désavoua tous les
faits qu'on lui imputait, et prétendit qu'ils avaient été méchamment
inventés pour le perdre, par sa sœur et son beau-frère.

Après les dépositions des témoins, on entendit les docteurs et
pharmaciens chargés des épreuves chimiques dans la procédure. Ils
déclarèrent que l'analyse avait constaté que la substance trouvée dans
l'estomac du vieux Mauri était de l'oxide blanc d'arsénic. On fit même
des expériences en présence de la Cour et de l'auditoire. Les épreuves
comparatives, faites simultanément sur l'oxide blanc d'arsénic que la
Cour avait fait apporter à l'audience, et sur la substance recueillie par
les médecins dans l'estomac de Mauri, présentèrent des résultats
absolument identiques et furent parfaitement concluantes.

L'accusation fut soutenue par le ministère public avec cette énergie,
avec cette naturelle horreur, que doit inspirer un parricide avéré. La
culpabilité de l'accusé ne pouvait élever le moindre doute; elle fut
prononcée par le jury. En conséquence, Joseph Mauri fut condamné à la
peine des parricides.

L'impassibilité de ce monstre ne se démentit point dans ce moment
terrible. Il entendit sa condamnation avec calme, et regagna sa prison
d'un pas ferme et assuré.



MEURTRE

COMMIS DANS UNE ÉGLISE PAR UN JEUNE SÉMINARISTE.


Antoine Berthet, fils d'un maréchal-ferrant, établi dans le village de
Brangues (Isère), était né avec une constitution très-frêle qui le
rendait peu propre à exercer le métier de son père. D'un autre côté, la
nature l'avait amplement dédommagé; il s'était fait remarquer de bonne
heure par une intelligence supérieure et par un goût très-marqué pour
l'étude; ce qui avait inspiré en sa faveur de l'intérêt à plusieurs
personnes; leur charité, plus vive qu'éclairée, voulut tirer Berthet du
rang obscur où le sort l'avait fait naître, et le destina à l'état
ecclésiastique. Le curé de Brangues l'adopta comme un enfant chéri, lui
enseigna les premiers élémens des sciences, et le fit entrer, en 1818, au
petit-séminaire de Grenoble. En 1822, une maladie grave l'obligea de
suspendre ses études; il fut recueilli par le curé dont les soins
suppléèrent avec succès à l'indigence de ses parens. A la puissante
sollicitation de ce zélé protecteur, Berthet fut reçu chez M. M....., qui
lui confia l'éducation d'un de ses enfans; sa funeste destinée le
préparait à devenir le fléau de cette famille jusque-là si heureuse.
Madame M....., femme aimable et spirituelle, alors âgée de trente-six
ans, et d'une réputation intacte, pensa qu'elle pouvait sans danger
prodiguer des témoignages de bonté à un jeune homme de vingt ans, dont la
santé délicate exigeait des soins particuliers; et Berthet, sans doute
égaré par une immoralité précoce, se méprit sur la nature de ses soins.
Quoi qu'il en soit, avant l'expiration d'une année, madame M..... se vit
obligée de mettre un terme au séjour du jeune séminariste dans sa maison.

Berthet entra au petit séminaire de Belley, pour y continuer ses études.
Il y resta deux ans et vint passer à Brangues les vacances de 1823.

N'ayant pu rentrer au petit séminaire de Belley, il parvint à se faire
recevoir au grand-séminaire de Grenoble; mais, après y être resté
quelque temps, il fut jugé par ses supérieurs indigne des fonctions qu'il
ambitionnait, et bientôt après congédié sans espoir de retour. Son père,
irrité, le bannit de sa présence, et il ne put trouver d'asile que chez
sa sœur, à Brangues.

Ces rebuts furent-ils le résultat de mauvais principes reconnus ou d'une
conduite très-répréhensible? Berthet se crut-il en butte à une
persécution secrète de la part de M. M..... qu'il avait offensé? Des
lettres qu'il écrivit alors à madame M..... contenaient des reproches
virulens et des diffamations. Malgré cela, M. M..... faisait des
démarches en faveur de l'ancien instituteur de ses enfans.

Berthet parvint encore à se placer chez M. de C...., en qualité de
précepteur. Il avait renoncé alors à l'église; mais, après un an, M. de
C.... le congédia pour des raisons imparfaitement connues, et qui
paraissaient se rattacher à une nouvelle intrigue.

Il songea de nouveau à la carrière qui avait été le but de tous ses
efforts, l'état ecclésiastique. Mais il fit et fit faire de vaines
sollicitations auprès des supérieurs des séminaires de Belley, de Lyon
et de Grenoble. Alors le désespoir s'empara de lui.

Voyant toutes ses démarches inutiles, il attribuait son peu de succès aux
époux M..... Les prières et les reproches qu'il continuait d'adresser à
madame M..... se changèrent en menaces terribles. On recueillit des
propos sinistres. _Je veux la tuer_, disait-il, dans ses accès de
mélancolie farouche. Il écrivait au curé de Brangues, le successeur de
son premier bienfaiteur: _Quand je reparaîtrai sous le clocher de la
paroisse, on saura pourquoi_. Ces étranges moyens produisaient une partie
de leur effet. M. M..... s'occupait sincèrement à lui rouvrir l'entrée de
quelque séminaire; mais il échoua à Grenoble, il échoua de même à Belley,
où il fit exprès un voyage avec le curé de Brangues. Tout ce qu'il put
obtenir fut de placer Berthet chez M. Trolliet, notaire à Morestel, allié
de sa famille, en lui dissimulant toutefois ses sujets de mécontentement.
Mais Berthet, dans son ambition déçue, était las, selon sa dédaigneuse
expression, _de n'être toujours qu'un magister à 200 francs de gages_. Il
n'interrompit point le cours de ses lettres menaçantes. Il annonça à
plusieurs personnes qu'il était déterminé à tuer madame M..... et à
s'ôter la vie à lui-même. Malheureusement un projet aussi atroce sembla
improbable par son atrocité même; il était pourtant sur le point de
s'accomplir.

C'était au mois de juin 1827 que Berthet était entré dans la maison du
notaire de Morestel. Vers le 15 juillet, il se rendit à Lyon pour acheter
des pistolets; il écrivit de là à madame M..... une lettre pleine de
nouvelles menaces. Cette lettre finissait par ces mots: _Votre triomphe
sera comme celui d'Aman, de peu de durée_. De retour à Morestel, on le
vit s'exercer au tir; l'une de ses deux armes manquait feu; après avoir
songé à la faire réparer, il la remplaça par un autre pistolet qu'il prit
dans la chambre de M. Trolliet, alors absent.

Le dimanche 22 juillet, de grand matin, Berthet charge ses deux armes à
doubles balles, les place sous son habit, et part pour Brangues. Il
arrive chez sa sœur qui lui fait manger une soupe légère. A l'heure de
la messe de la paroisse, il se rend à l'église et se place à trois pas du
banc de madame M... Bientôt il la voit venir, accompagnée de ses enfans
dont l'un avait été son élève. Là, il attend immobile jusqu'au moment où
le prêtre distribue la communion. «Ni l'aspect de sa bienfaitrice, dit M.
le procureur-général dans son réquisitoire, ni la sainteté du lieu, ni la
solennité du plus sublime des mystères d'une religion, au service de
laquelle Berthet devait se consacrer; rien ne peut émouvoir cette âme
dévouée au génie de la destruction. L'œil attaché sur sa victime,
étranger aux sentimens religieux qui se manifestent autour de lui, il
attend avec une infernale patience l'instant où le recueillement de tous
les fidèles va lui donner le moyen de porter des coups assurés. Ce moment
arrive, et lorsque tous les cœurs s'élèvent vers le Dieu présent sur
l'autel, lorsque madame M....., prosternée, mêlait peut-être à ses
ferventes prières le nom de l'ingrat qui s'est fait son ennemi le plus
cruel, deux coups de feu successifs et à un court intervalle, se font
entendre. Les assistans épouvantés voient tomber presqu'en même temps et
Berthet et madame M..... dont le premier mouvement, dans sa prévoyance
d'un nouveau crime, est de protéger de son corps ses jeunes enfans
effrayés. Le sang de l'assassin et celui de la victime jaillissent
confondus jusque sur les marches du sanctuaire.

«Un amour adultère méprisé, la conviction que madame M..... n'était point
étrangère à ses humiliations et aux obstacles qui lui fermaient la
carrière à laquelle il avait osé aspirer, la soif de la vengeance, telles
furent, dans le système de l'accusation, la cause de cette haine
furieuse, de ce désespoir forcené, manifestés par l'assassinat, le
sacrilége et le suicide.

«L'horreur tout entière du crime, disait le procureur-général en
terminant son réquisitoire, suffirait pour captiver votre attention; mais
votre sollicitude, messieurs les jurés, sera plus puissamment excitée par
le besoin de ne prononcer une sentence de mort qu'autant que vous aurez
la conviction irrésistible que le crime fut volontaire et le résultat
d'une longue préméditation.»

Berthet comparut, le 15 décembre 1829, devant la Cour d'assises de
l'Isère. On s'écrasait aux portes de la salle d'audience dont l'accès
n'était permis qu'aux personnes munies de billets d'entrée. L'accusé
était un jeune homme d'une taille au-dessous de la moyenne, mince et
d'une complexion délicate; un mouchoir blanc, passé en bandeau sous le
menton et noué au-dessus de la tête, rappelait le coup de pistolet qu'il
s'était tiré après avoir assassiné madame de M..... Deux balles lui
avaient percé la mâchoire inférieure et le cou, et une seule de ces deux
balles avait pu être extraite. Du reste, sa mise et ses cheveux étaient
soignés: il avait une physionomie très-expressive; sa pâleur contrastait
avec ses grands yeux noirs qui portaient l'empreinte de la fatigue et de
la maladie.

Pendant la lecture de l'acte d'accusation et de l'exposé de la cause, par
M. de Guernon-Ranville, procureur-général, Berthet conserva une attitude
immobile. Il reconnut les pistolets qu'on lui présenta et, sans aucune
émotion, désigna le plus gros comme étant celui dont il s'était servi
contre madame M.....

«--Quel motif a pu vous porter à ce crime? lui demanda le président.

«--Deux passions qui m'ont tourmenté pendant quatre ans, l'amour et la
jalousie, répondit Berthet.»

Dans tout le cours de son interrogatoire, Berthet voulut répandre des
soupçons sur la vertu de sa victime, et faire croire qu'il avait eu des
relations adultères avec elle. Il se complut à étaler devant la Cour une
foule de détails diffamatoires qui tendaient à noircir la réputation de
cette dame, et à la faire passer pour une femme extrêmement corrompue. Il
ne se contenta pas de calomnier les mœurs de madame M....., son système
de diffamation essaya de flétrir aussi mademoiselle de C..... afin de
motiver sa sortie de la maison des parens de cette demoiselle.

«Je revins à Brangues, dit-il, je m'aperçus bientôt que les sentimens de
madame M..... étaient changés à mon égard. Avant que j'eusse quitté sa
maison, elle m'avait fait des protestations multipliées d'une éternelle
constance. Il y avait dans sa chambre une image du Christ; souvent en la
contemplant, elle m'avait dit avec passion: «_En présence de cette image
sacrée, je jure d'être toujours à vous, de n'en pas aimer d'autre, je
vous promets de ne jamais vous oublier de vous rendre heureux, de
m'occuper toujours de votre sort..._» Ces sermens m'avaient fait croire à
sa sincérité; mais il ne me fut plus possible de douter, à ma sortie du
château de C.... de la froideur de madame M..... Jacquin était devenu
l'instituteur de ses enfans, et je m'aperçus que j'avais été remplacé de
deux manières.»

Madame Marigny, amie d'enfance de madame M...., entendue comme témoin,
déposa, entre autres choses, que Berthet étant venu la voir quelques
jours avant son départ pour Lyon, elle lui avait demandé s'il avait
l'espoir de trouver une place dans cette ville, et que celui-ci avait
répondu: «Non, j'y vais acheter des pistolets pour tuer madame M.... et
me tuer moi-même après elle. J'avais eu déjà l'intention de la tuer
dimanche dernier, jour de la Fête-Dieu, avec un fer que j'avais aiguisé;
mais maintenant je suis résolu.»

Berthet convint de tous ces faits, et ajouta, que s'il n'avait pas
exécuté le dessein qu'il avait formé le jour de la Fête-Dieu, c'est que
dans l'intervalle, il avait appris que l'on s'était occupé de lui.

«Cette explication devient, contre vous, une charge accablante, reprit le
procureur-général. Ainsi donc, c'est une place qui était l'objet de
toutes vos menées; c'est une place que vous demandiez avec le pistolet
et le poignard! Vous n'avez consenti à laisser vivre madame M.... après
la Fête-Dieu, que parce qu'on vous donna des espérances de vous en
procurer une! Cette conduite est d'une lâche atrocité!»

Après l'audition de tous les témoins, le ministère public soutint
l'accusation au fond. Berthet demanda ensuite la parole, et lut un long
récit d'un style naturel et élégant, où entrant dans de minutieux détails
et s'excusant, sur le péril de sa position, il s'efforçait de dépeindre
madame M.... comme la corruptrice de sa jeunesse. Il raconta par quelle
suite de causes et d'insinuations elle aurait perdu son innocence et trop
instruit son ignorante simplicité.

De ce récit pénible pour ceux qui s'intéressaient à Berthet, et lu avec
une extrême froideur, résulta la preuve que s'il fallait admettre la
jalousie de l'amour comme une des causes impulsives du crime, il
existait, dans l'âme de l'accusé, un second mobile et non moins puissant,
un orgueil ambitieux et égoïste, déçu dans ses espérances.

Le défenseur de l'accusé, Me Massonnet, s'attacha à montrer Berthet,
dominé par sa fatale passion, et soutint que son crime avait été commis
sans une véritable volonté. Le ministère public improvisa une vigoureuse
réplique, dans laquelle il parcourut de nouveau toutes les parties de la
cause. «Berthet, dit-il, vient de nous dévoiler lui-même toute la
turpitude de son âme. Non, il n'éprouvait pas d'amour, quand il frappa
madame M.... d'un coup meurtrier: ne profanons pas le nom d'une passion
qui peut être honnête. Sent-il l'amour, celui qui diffame l'objet qu'il
prétend aimer? celui qui, bassement méchant, va porter la discorde dans
un ménage bien uni, exciter le désespoir dans l'âme de l'époux qu'il a
indignement outragé, et goûter un infernal plaisir à retourner le
poignard dans sa plaie; celui qui, dans son maladroit système de défense,
ose dérouler publiquement un tissu des plus odieuses infamies contre sa
bienfaitrice?

«Berthet, au moment suprême, lorsqu'il se trouve exposé à être traduit
devant le souverain juge, qu'il avait invoqué naguère, se défend par les
plus noires calomnies, que tout dément. Votre raison, MM. les jurés,
vous a dit que madame M.... est demeurée pure; elle s'est refusée
surtout à croire qu'il fût possible que le délire d'une passion adultère
aveuglât au point de prendre Dieu à témoin de sermens criminels,
d'attester l'image du Dieu qui consacra la sainteté du mariage. Mais
Berthet voudrait entraîner dans sa ruine l'honneur d'une femme qu'il
aimait, et dont il dit avoir été aimé. Il voudrait léguer la honte et le
désespoir à deux époux, dont la seule faute fut de mal placer leurs
bienfaits: mais l'infamie dont il cherche à couvrir une famille
respectable retombe tout entière sur sa tête pour l'accabler.

«Allons plus avant, messieurs les jurés; sondons les derniers replis de
cette âme perverse: qu'y découvrons-nous? L'ambition déçue,
l'amour-propre d'un homme envieux, qui s'irritait de voir madame M....
favoriser Jacquin plus que lui. Pourquoi donc, s'il était tourmenté par
la jalousie de l'amour, pourquoi ne choisissait-il pas son rival pour lui
faire porter le poids de sa vengeance? Mais non; c'est à madame M....
seule qu'il s'adresse; il lui demande la vie ou une place! C'est le
couteau sur la poitrine qu'il exige des services! Berthet, détrompé de
ses rêves ambitieux, convaincu trop tard qu'il ne peut atteindre le but
que son orgueil s'était proposé, Berthet désespéré veut périr: mais en
mourant, sa rage veut entraîner une victime dans la tombe qu'il creuse
pour lui-même!...»

Berthet fut déclaré coupable de meurtre volontaire avec préméditation.
L'accusé entendit le fatal arrêt, sans montrer la plus légère marque
d'émotion. Le lendemain, ce malheureux fit appeler le président de la
Cour, et rétracta tout le système de diffamation où le soin de sa défense
l'avait entraîné. Il rendit hommage à l'honneur de sa victime, et déclara
que la jalousie qui le dévorait avait pu seule le porter à supposer
qu'elle fût coupable.

La sentence de Berthet fut exécutée le 23 février 1828, à onze heures du
matin sur la place d'armes de Grenoble; son pourvoi avait été rejeté par
la Cour suprême. Comme on voyait dans le condamné, moins un assassin
ordinaire, qu'un jeune homme victime de ses passions, entraîné à sa ruine
par un funeste concours de circonstances, on avait cru que le recours en
grâce formé en faveur de Berthet, aurait été suivi d'une commutation de
peine. Mais les démarches faites à ce sujet avaient été infructueuses.
Aussi Berthet disait-il, la veille de sa mort, à l'une des dames de
prison qui l'assistaient: _J'ai le pressentiment que demain sera mon
dernier jour._ On ne put lui répondre que par le silence; on savait que
le recours en grâce venait d'être rejeté. Berthet reçut avec piété toutes
les consolations de la religion; arrivé au pied de l'échafaud, il
envisagea sans crainte le terrible appareil, fléchit un moment le genou
pour prier et livra sa tête à l'exécuteur.

Au moment même où la Cour d'assises de l'Isère prononçait la condamnation
du séminariste Berthet, celle des Pyrénées-Orientales (Perpignan)
condamnait aux travaux forcés à perpétuité un autre séminariste nommé
Baptiste Marty, prévenu d'avoir, de complicité avec son père, son frère
et un quatrième individu, commis un homicide volontaire sur la personne
d'un créancier de sa famille.


FIN DU SEPTIÈME VOLUME.



TABLE

DU SEPTIÈME VOLUME.

/*                                                             Page
    Le curé Étienne Pacot, injustement condamné à mort.
                                                                    1
    Complication de scélératesses.                                 32

    Jean Heinrich, parricide.                                      39

    L'épicier Duteil et Delphine Carnet.                           45

    Louvel, assassin du duc de Berry.                              50

    Assassinat de Neyrat.                                          75

    Catherine Caman et ses complices.                              83

    Les deux fils parricides.                                      86

    Lelièvre, dit Chevallier.                                      89

    Peyrache, faux témoin; Rispal et Galland, ses victimes.       123

    Trait de férocité d'un forçat.                                142

    Jeune fille assassiné par son corrupteur.                     145

    Le curé Mingrat.                                              148

    Castaing.                                                     182

    Assassinat de la mère Jérôme.                                 229

    Henri Feldtmann, ou père incestueux et assassin de sa fille.  234

    Assassinat de madame veuve Aillet et de la fille Goussard,
      sa domestique, à Chartres.                                  242

    Antoine Léger, ou l'anthropophage des environs de
      Versailles.                                                 268

    Veillère, ou la passion du jeu.                               283

    Effrayante série d'atrocités.                                 286

    Papavoine, ou le meurtre du bois de Vincennes.                292

    La veuve Boursier.                                            323

    Le forçat Sureau.                                             345

    Pierre Barrié, parricide.                                     349

    André Blum, accusé de faux et d'empoisonnement.               359

    Assassins de grand chemin.                                    369

    Bancelin, meurtrier de son épouse.                            377

    Le couple assassin.                                           387

    Henriette Cornier.                                            396

    Horrible assassinat et suicide.                               403

    Derniers momens d'un scélérat condamné à mort.                409

    Asselineau, ou les suites funestes de la passion du jeu.      414

    Famille de parricides.                                        434

    Compte, meurtrier de sa femme et de son enfant.               440

    Castanier, ou les résultats criminels de l'exaltation
      religieuse.                                                 444

    Accusation d'assassinat résultant d'un suicide.               452

    Joseph Mauri.                                                 459

    Meurtre commis dans une église par un jeune séminariste.      464


FIN DE LA TABLE DU SEPTIÈME VOLUME.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Chronique du crime et de l'innocence, t. 7 of 8" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home