Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: Tableau historique et pittoresque de Paris depuis les Gaulois jusqu'à nos jours (Volume 2/8)
Author: Saint-Victor, Jacques-Maximilien Benjamin de
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Tableau historique et pittoresque de Paris depuis les Gaulois jusqu'à nos jours (Volume 2/8)" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



generously made available by the Bibliothèque nationale
de France (BnF/Gallica) at http://gallica.bnf.fr)



  TABLEAU
  HISTORIQUE ET PITTORESQUE
  DE PARIS,

  DEPUIS LES GAULOIS JUSQU'À NOS JOURS.


  Dédié au Roi
  Par J. B. de Saint-Victor.


  _Seconde Édition_,
  REVUE, CORRIGÉE ET AUGMENTÉE.

  TOME PREMIER.--DEUXIÈME PARTIE.


                       _Miratur molem..... Magalia quondam._
                                                  ÆNEID., lib. 1.



  PARIS,
  À LA LIBRAIRIE CLASSIQUE ÉLÉMENTAIRE,
  CHEZ LESAGE, RUE DU PAON, Nº 8.

  M DCCC XXII.



TABLEAU

HISTORIQUE ET PITTORESQUE

DE PARIS.



IMPRIMERIE DE COSSON, RUE GARANCIÈRE, Nº 5.



QUARTIER

SAINT-JACQUES-DE-LA-BOUCHERIE.

     Ce quartier est borné, à l'orient, par les rues Planche-Mibrai,
     des Arcis et de Saint-Martin exclusivement; au septentrion, par
     la rue aux Ours aussi exclusivement; à l'occident, par la rue
     Saint-Denis, depuis le coin de la rue aux Ours jusqu'à celle de
     Gesvres, y compris le marché de la Porte-de-Paris et le
     Grand-Châtelet inclusivement; et au midi, par la rue et le quai
     de Gesvres aussi inclusivement.

     On y comptoit en 1789 trente-deux rues et six culs-de-sac; il
     contenoit une église collégiale, quatre paroisses, un hôpital et
     un couvent de filles.


PARIS SOUS HUGUES-CAPET, ROBERT, HENRI Ier, PHILIPPE Ier,
LOUIS-LE-GROS, LOUIS-LE-JEUNE ET PHILIPPE-AUGUSTE.

Rien ne peut être clairement expliqué dans l'histoire des premiers
siècles de notre monarchie, lorsqu'on l'écrit avec les préjugés, les
traditions et les habitudes de la monarchie, telle que Henri IV,
Richelieu et Louis XIV l'avoient faite. Cependant cette histoire n'a
point encore été autrement écrite; et il n'est pas facile de détruire
les erreurs que les historiens même les plus graves ont répandues sur
un aussi grave sujet.

Par exemple, il n'est point d'opinion plus généralement répandue, et
qui paroisse au grand nombre plus incontestable, que celle qui fait
considérer Hugues-Capet comme l'_usurpateur_ d'un trône que l'on
soutient avoir _légitimement_ appartenu au dernier descendant de la
race des Carlovingiens. Cependant nous n'avons pas craint d'émettre
une opinion toute contraire; et nous croyons l'avoir appuyée de
raisons et d'autorités qui peuvent rendre maintenant cette question au
moins indécise. Comme la situation des rois de France, à l'époque où
Paris devint la capitale du royaume, n'est point étrangère à
l'histoire de cette ville, il convient de la faire bien connoître, et
d'ajouter à ce que nous avons dit sur le vrai caractère qu'avoit dans
ces temps anciens, la royauté en France, quelques nouveaux
développements.

Nous avons démontré que la royauté étoit _héréditaire_ par rapport à
la famille, _élective_ par rapport aux individus[1]; que le trône
pouvoit être partagé entre plusieurs ou donné à un seul, selon le
caprice de la nation[2], c'est-à-dire de tous ceux qui avoient la
noblesse et la liberté, soit qu'ils fussent vassaux, soit qu'ils
fussent libres propriétaires, la mort du seigneur déliant le vassal
de toute espèce d'engagement envers son héritier[3]; on a vu quelles
précautions imaginèrent et ne cessèrent d'employer nos rois pour
assurer à leurs enfants un héritage aussi fragile, aussi incertain que
ce pouvoir suprême qu'ils possédoient eux-mêmes d'une manière si
précaire, et combien ces précautions étoient elles-mêmes fragiles et
incertaines[4]. C'est que les Francs avoient apporté de la Germanie
dans les Gaules leurs coutumes barbares, leurs habitudes altières, et
toutes leurs vieilles traditions: ils les conservèrent long-temps,
parce qu'ils dédaignèrent long-temps de sortir de leur ignorance; et
en effet ce sont presque toujours les peuples savants qui détruisent:
ce sont les peuples ignorants qui conservent, et c'est avec eux et par
eux qu'on rétablit.

          [Note 1: _Voyez_ la Ire partie de ce volume, p. 63.]

          [Note 2: _Ibid._, p. 64, 66, 69 et suiv.]

          [Note 3: Nous trouvons expressément dit «que tout homme
          libre devoit rester fidèle au prince à qui il s'étoit une
          fois _recommandé_, tant que ce prince _étoit vivant_; mais
          qu'après sa mort, il lui étoit permis de se _recommander_ à
          qui il jugeroit à propos de le faire.» (Corps diplom. de
          Dumont, t. I.)]

          [Note 4: Voyez la Ire partie de ce volume, p. 64.]

Qu'on ouvre Ammien Marcellin[5]; qu'on le suive au milieu de ces
forêts de la Germanie et de ces sociétés qui s'y étoient formées: on y
trouvera, avec moins de puissance et d'éclat, une image frappante et
naïve de ce que fut depuis la monarchie des Francs. Là il y avoit
aussi des _rois_ et des _princes_, et au-dessous d'eux des grands qui
se mettoient volontairement sous leurs dépendances, et leur
promettoient assistance et fidélité sous _certaines conditions_[6],
d'où résultoient des devoirs réciproques entre le chef et ces sujets
puissants dont l'alliance faisoit sa plus grande force et établissoit
sa prééminence. On voit que ces grands étoient eux-mêmes chefs de
petites peuplades qu'ils gouvernoient avec une autorité égale à celle
de leur roi, mais non pas avec la même indépendance, puisqu'ils
étoient en même temps tenus d'obéir aux commandements de celui-ci et
de se rallier à ses propres sujets, au premier signal qu'il lui
convenoit de donner[7]. Au milieu de cette hiérarchie de chefs et de
sujets, se montre (et l'on ne sauroit trop le remarquer) une classe
d'_hommes libres_ qui portent leur hommage à qui il leur plaît de le
donner, et dont les priviléges sont tels, qu'ils peuvent même
s'engager au service d'un prince étranger et dans une guerre contre
leur patrie, sans perdre leurs biens et sans être passibles d'aucune
peine. Ces hommes libres rappeloient les anciens _camarades_ des
princes germains, tels qu'ils étoient lorsque Tacite nous en a donné
l'histoire, et à une époque où ces princes ne possédoient encore aucun
domaine certain, et où les peuples qu'ils commandoient étoient encore
moins avancés dans la civilisation.

          [Note 5: Sur ce que nous allons dire et jusqu'à la page 476,
          on peut consulter les livres 16, 17, 18, 19, 29, 30 et 31 de
          cet auteur.]

          [Note 6: Les grands qui se donnoient à un roi ne pouvoient
          traiter en leur nom avec des princes étrangers, ni se rendre
          leurs clients; obligés de le suivre à la guerre, ils
          devoient être compris dans tous les traités qu'il lui
          arrivoit de faire, et aucune guerre ne pouvoit être
          légitimement entreprise sans leur avis. C'étoit encore parmi
          eux que ces rois barbares choisissoient leurs ambassadeurs,
          et ceux qui étoient chargés de leurs négociations.]

          [Note 7: _Greg. Tur. Hist._, lib. II, c. 30.]

Il est hors de doute qu'au temps d'Ammien Marcellin, les choses
avoient déjà éprouvé parmi eux une amélioration très-notable: les
établissements étoient devenus plus fixes; le droit de propriété étoit
mieux affermi. Nous apprenons par lui que dès lors les rois
possédoient un territoire plus ou moins vaste, dont les limites
étoient déterminées, et qu'ils avoient des esclaves employés à faire
valoir leurs domaines. Cette époque qui les rendit propriétaires, et
qui établit en même temps un grand nombre de propriétés particulières,
fut aussi celle d'un très-grand changement dans le caractère de leur
domination: ce ne fut plus sur la personne même des sujets, et sur le
serment qu'ils leur avoient juré, que cette domination fut fondée,
mais sur la terre même qui dépendoit de leur petit royaume; soit
qu'ils eussent consenti à la diviser et à la céder à ceux qu'ils
vouloient s'attacher, soit que des traités de paix eussent forcé
d'autres princes, autrefois leurs égaux et propriétaires comme eux
d'un territoire, à le réunir à leurs états et à n'en plus jouir que
sous les conditions d'alliés et de sujets. Or il est facile de
concevoir que les conditions de l'engagement que les grands prenoient
avec eux devoient être fort différentes, selon qu'ils avoient accepté
ou refusé de semblables libéralités, qu'ils avoient été forcés ou non
de souscrire de semblables traités. Ceux qui n'étoient point
assujettis par ces dons ou par ces traités, même en servant un roi,
étoient véritablement ses _égaux_; à sa mort, ils étoient libres de
tout engagement, et leur propre volonté pouvoit seule les donner à ses
successeurs. Quant aux _fidèles_ qui jouissoient d'une terre dont la
possession étoit inséparable de la dépendance du possesseur, ils ne
pouvoient recouvrer leur liberté qu'en rendant au prince ce qu'ils en
avoient reçu. Ainsi lorsqu'un roi laissoit plusieurs enfants, il se
formoit nécessairement plusieurs royaumes du partage de sa succession;
car chaque portion du territoire royal ainsi partagé donnoit pour
sujets à chacun de ses héritiers les propriétaires qui en dépendoient;
et réciproquement plusieurs royaumes n'en formoient plus qu'un seul,
lorsque la famille royale étoit réduite à un seul héritier.

Ces coutumes furent donc transportées dans les Gaules; et dans les
distributions qui furent faites aux vainqueurs des biens de vaincus,
l'hommage et la foi demeurèrent de même attachés à la terre.
Toutefois on ne peut douter, et nous l'avons déjà remarqué, que,
parmi les fidèles qui accompagnèrent le conquérant, plusieurs
refusèrent les grâces qu'il put leur offrir, pour conserver leur
indépendance, tandis que d'autres se soumirent aux conditions du
vasselage, pour obtenir de plus grandes possessions. La condition des
premiers, presque entièrement affranchis de toute subordination envers
les rois, et qui ne connoissoient d'autres lois que les lois émanées
de l'assemblée générale de la nation, ne tarda pas à en devenir un
objet d'envie pour les grands vassaux qui avoient perdu en liberté ce
qu'ils avoient acquis en puissance; et tous leurs efforts tendirent
continuellement à dénaturer leurs fiefs et à leur donner ce caractère
de propriétés _libres_. Presque tous y réussirent jusqu'à un certain
point: c'est-à-dire qu'étant parvenus à rendre leurs fiefs
héréditaires, ils leur communiquèrent ainsi la nature de biens
_propres_. De son côté, et malgré ce droit d'hérédité qu'ils avoient
usurpé, le seigneur suzerain ne prétendoit point abandonner ses
propres droits ni l'hommage que lui devoit la terre: de là des
dissensions continuelles et souvent des guerres sanglantes entre les
rois et leurs vassaux révoltés.

Il faut considérer maintenant que les rois francs, en s'emparant du
gouvernement des Gaules, y conservèrent toutes les formes de
l'administration romaine, à peu près telles qu'ils les avoient
trouvées, et en partagèrent tous les emplois entre ces mêmes
_fidèles_ à qui ils avoient partagé la terre. Ils instituèrent de même
des ducs et des préfets qui gouvernoient les provinces, des comtes qui
commandoient les cités; et changeant seulement les noms de
quelques-uns de ces officiers civils et militaires dont se composoit
l'ancien gouvernement, ils en confirmèrent toutes les attributions.

Que l'on juge maintenant ce qui pouvoit résulter d'un semblable ordre
de choses, le vassal étant délié de son serment, dès que son seigneur
venoit à mourir; le royaume entier se trouvant ainsi comme en dépôt
entre les mains des principaux vassaux; et chacun d'eux pouvant
choisir, dans la famille royale, le prince auquel il lui plaisoit de
se _recommander_, et le pouvant légitimement, puisque nul de ces
princes n'étoit exclu du trône, et que l'unité du pouvoir n'étoit
point une condition essentielle de la royauté. Chacun d'eux mettant
alors son obéissance, pour ainsi dire, à l'enchère, donnoit sa foi à
celui qui lui faisoit les meilleures conditions, et s'armoit aussitôt
pour le soutien de ses droits contre ses rivaux et ses compétiteurs.
Et c'étoit bien inutilement qu'un roi avoit désigné tel ou tel de ses
fils pour son successeur: si le consentement de la _nation_ n'avoit
ratifié cette désignation, elle étoit nulle. La _recommandation_ des
vassaux, tel étoit le véritable titre qui donnoit et confirmoit la
royauté[8]; et jamais prince ne se croyoit assuré de régner, tant que
les vassaux ne s'étoient pas _recommandés_ à lui.

          [Note 8: «Louis-le-Bègue, étant sur le point de mourir,
          chargea l'évêque de Beauvais et un comte, nommé Alboin, de
          porter à Louis, son fils aîné, la couronne, l'épée et les
          autres ornements royaux, mandant à ceux qui étoient auprès
          de lui de le faire sacrer et couronner roi. Mais avant de
          procéder à cette cérémonie, ils _convoquèrent_ les grands du
          royaume dans la ville de Meaux, pour délibérer sur ce qu'ils
          avoient à faire. Louis ne fut pas couronné aussitôt que son
          père l'avoit désiré; et contre l'intention de ce prince, on
          lui associa son frère Carloman.» (Aimoin, liv. V, c. 39.)

          Quoique Pépin eût fait sacrer et couronner ses fils de son
          vivant, «les Francs les élurent après sa mort pour lui
          succéder» (Egin. de princip.), et les annales qui portent le
          nom d'Aimoin disent très-expressément que «Charles et
          Carloman furent créés rois _par le consentement de tous les
          Francs_.» (Lib. 4, c. 47.)

          Nous apprenons du même annaliste que Louis-le-Débonnaire ne
          dut d'avoir succédé à son père qu'à la diligence qu'il avoit
          faite pour prévenir la trahison de Wala, et à la bonne
          volonté du peuple. C'est ainsi qu'il obtint le trône du
          _consentement et avec l'applaudissement de tous les Francs_.
          (_Ibid._, c. 102.) On pourroit multiplier à l'infini ces
          exemples, tant dans la première que dans la seconde race.]

Par la recommandation, et nous l'avons déjà dit[9], le vassal devenoit
l'_homme_ de son suzerain, et se dévouoit à lui[10]; mais la nature
de cet hommage n'ayant point changé de ce qu'il avoit été, même avant
la conquête, ce dévouement du sujet n'étoit acquis au prince que sous
certaines conditions. Le vassal faisoit sans doute un serment; mais de
son côté le roi en faisoit un autre: si le vassal juroit fidélité, le
roi promettoit justice[11]. L'engagement étoit donc réciproque; il
produisoit une _confiance mutuelle_, dit un ancien capitulaire, lequel
assuroit la _sûreté commune_[12]. Pour des hommes aussi fiers, aussi
violents, aussi portés à l'indépendance, on conçoit combien devoit
être fragile un engagement dont chacun d'eux se faisoit _juge_, et
qu'il pouvoit rompre sans scrupule, dès qu'il avoit décidé que, de la
part de son seigneur, les conditions n'en avoient pas été
remplies[13]. De là encore des révoltes et des défections
continuelles, dont le prétexte étoit le _déni de justice_[14]; et
ainsi s'explique la déposition des souverains, lorsqu'il s'élevoit
contre eux _un cri général_ de la nation qui les avoit élus, et qui
les accusoit de n'avoir pas tenu leurs serments[15]. La multiplicité
des héritiers du trône fournissoit continuellement des protecteurs à
la révolte, et même lui ôtoit le caractère odieux qu'elle auroit
maintenant parmi nous: car enfin, et le plus souvent, elle ne
présentoit en apparence que l'acte légitime d'un vassal qui, se
croyant délié de son serment envers un suzerain auquel il reprochoit
de n'avoir pas tenu le sien, en choisissoit un autre selon le droit
qu'il en avoit; n'ayant en effet d'autre devoir à remplir que de se
faire vassal d'un prince de la famille royale, et cette famille étant
en quelque sorte la seule puissance souveraine qu'il ne lui fût pas
permis de rejeter.

          [Note 9: Voyez la première partie de ce volume, p. 59.]

          [Note 10: C'est-à-dire le vassal _bénéficier_; car le vassal
          _allodial_ ou libre propriétaire prêtoit l'hommage _simple_,
          lequel étoit fort différent de la recommandation qui étoit
          aussi appelée hommage _lige_. Ceux des grands vassaux qui se
          prétendoient propriétaires de leurs biens en _franc aleu_,
          offrirent toujours le premier, et refusèrent le second tant
          qu'il leur fut possible de s'y soustraire.]

          [Note 11: Il reste plusieurs formules des sermens prêtés à
          leur couronnement, par les rois des deux premières races, et
          même pendant le cours de leurs règnes: on peut les réduire à
          ces trois points principaux: protection aux églises; paix
          aux peuples; justice à chacun.--Le vassal juroit d'être
          fidèle au roi régnant, comme _tout homme franc devoit l'être
          à son roi_.]

          [Note 12: _Cap. Car. Calv._, tit. 53, c. 4.]

          [Note 13: «Si vous voulez que nous vous soyons fidèles,
          disoit le _peuple_ à Charlemagne, faites observer les lois.»
          (_Petitio populi, Worm., an. 803._) Non-seulement les lois
          autorisoient les fidèles à en agir ainsi avec les rois, mais
          «elles leur enjoignoient même de leur remontrer toutes les
          fautes qu'ils pouvoient commettre, afin qu'ils les
          réparassent. Si après ces avertissemens, le roi ne changeoit
          point de conduite et d'intention, alors les sujets
          ecclésiastiques et séculiers devoient faire _cause commune_
          afin qu'il ne conservât point le pouvoir de traiter qui que
          ce fût contre la loi et la raison, et ce _nonobstant sa
          propre volonté_.» (_Cap. Car. Calv._, t. 29, c. 10.)

          C'étoit là sans doute régner à de tristes et humiliantes
          conditions; mais de cette situation précaire des rois, d'où
          naissoient tant et de si graves inconvénients, il en
          résultoit du moins cet avantage que, pour ôter tout prétexte
          à la révolte, ces princes apportoient le plus grand soin à
          faire rendre la justice; et que les grands vassaux se
          voyoient obligés de les imiter, et de se montrer de leur
          côté justes et bienveillants envers leurs sous-vassaux, pour
          ne point s'exposer à perdre leurs droits de suzeraineté.
          Plus on pénètre le fond du régime féodal, plus on reconnoît
          que c'étoit un excellent système administratif, peut-être
          même le meilleur qui ait jamais existé; système dont on
          avoit fait une _mauvaise loi politique_ en y assujettissant
          le souverain au même degré que les moindres de ses sujets,
          et qu'il auroit suffi de le renfermer dans ses bornes
          naturelles pour en faire la plus salutaire des institutions.
          C'est ce qui arriva par la suite; et la France eût été trop
          heureuse, si, parvenus là, ses rois eussent su s'y arrêter.]

          [Note 14: Les rois eux-mêmes sembloient reconnoître que ce
          _déni de justice_ pouvoit légitimer la révolte; et lorsque
          Charles-le-Chauve se réconcilia avec ses sujets révoltés, il
          distingua des autres ceux que la guerre _avoit ruinés_, et
          qui, n'ayant point été récompensés de leurs services,
          avoient un _juste sujet de se soulever contre lui_. Il
          promit même de réparer le tort qu'il leur avoit fait, le
          plus tôt et le mieux qu'il lui seroit possible, avec le
          conseil de ses fidèles. (_Cap. Car. Calv._, tit. 29, c. 6.)]

          [Note 15: Que de clameurs n'a-t-on point élevées contre la
          puissance spirituelle, ses usurpations, etc. à l'occasion de
          ces dépositions de rois et d'empereurs, souvent prononcées
          par un tribunal composé d'évêques! Cependant que l'on se
          transporte à ces temps reculés, qu'on en étudie les usages,
          qu'on en comprenne les moeurs, qu'on renonce enfin à cette
          manie absurde de les juger d'après les temps où nous vivons,
          et l'on sera forcé de reconnoître comme raisonnable et
          salutaire, ce que l'on blâme avec tant de violence et
          d'aigreur. Les rois, nous le répétons, étoient à la merci de
          la race turbulente et guerrière qui les environnoit. «Il
          n'étoit permis à personne, dit un capitulaire, d'empêcher
          par sa désobéissance l'exécution des lois; mais si l'un des
          rois descendans de Louis-le-Débonnaire manquoit aux
          _engagements communs_ qu'il a pris avec les autres rois et à
          ceux qu'il a pris vis-à-vis de son peuple, ceux qui ne s'en
          étoient point écartés _s'assembloient_ avec le grand nombre
          des fidèles, et après que l'on avoit averti _inutilement_ le
          prince réfractaire, on décidoit en commun _quelle conduite
          on devoit tenir à son égard_.» (_Cap. Car. Calv._, tit. 31,
          c. 12.) Ainsi la loi elle-même consacroit, en certains cas,
          la révolte. Réduits souvent à de telles extrémités,
          c'étoient les rois eux-mêmes qui, de même que le faisoient
          leurs sujets dans un si grand nombre d'autres circonstances,
          demandoient d'être jugés par un tribunal ecclésiastique,
          comme plus équitable, plus modéré, et étranger d'ailleurs à
          toute passion, à tout intérêt qui auroit pu leur être
          contraire: «Après avoir été sacré roi, disoit
          Charles-le-Chauve; après avoir été élevé sur le trône, je
          n'ai pas dû en être renversé; mon sacre n'a pas pu devenir
          nul, au moins _avant que j'eusse été entendu et jugé par les
          évêques_, qui sont les ministres de mon sacre et que
          l'Écriture appelle les trônes de Dieu, trônes sur lesquels
          le Tout-Puissant est assis et par qui il rend ses jugements.
          J'ai toujours été prêt à me soumettre à leurs réprimandes et
          à leurs _sentences pénales_ (_judiciis castigatoriis_), et
          maintenant encore _je suis dans la même disposition_.»
          (_Cap. Car. Calv._, tit. 30, c. 3.)]

Il n'y avoit donc qu'un prince guerrier et d'un grand caractère dont
la main vigoureuse pût rassembler et contenir tant de parties
incohérentes d'un grand État si mal constitué, leur imprimer un
mouvement uniforme, diriger ce mouvement vers ce qui étoit utile et
bon. Un tel prince entraînoit aussitôt à sa suite la _multitude_ des
hommes libres, enthousiaste par dessus tout de la gloire militaire;
les grands vassaux, trop foibles alors, étoient obligés de se
soumettre; ceux qui se révoltoient, étoient comprimés et punis. Mais
aussitôt qu'un partage venoit de nouveau diviser et affoiblir le
pouvoir politique, ou que le sceptre tomboit aux mains d'un prince
indolent ou timide, les oppositions, les révoltes, les usurpations
renaissoient de toutes parts; et l'état sembloit de nouveau prêt à se
dissoudre en une foule de petites souverainetés.

Considérons un moment comment tomba la première race. La France, dont
l'administration, et nous venons de le dire, avoit été calquée sur les
formes de l'administration romaine, étoit alors divisée en grands
gouvernements ou duchés; et d'abord, d'après le même principe,
l'autorité de ces ducs avoit été limitée et temporaire. Bientôt on les
vit, à la faveur des troubles et des guerres intestines que les
premiers partages de la monarchie firent naître dans l'État, se
perpétuer dans leurs gouvernements, former entre eux des ligues pour
se garantir mutuellement la possession de leurs charges et de leurs
dignités, aider les maires du palais dans leurs projets ambitieux
contre l'autorité, ceux-ci les aidant à leur tour à se consolider dans
leurs usurpations. Ainsi s'étoient formés, pour ce qui regarde
seulement la France[16], les duchés d'Aquitaine, d'Austrasie, de
Neustrie, de Champagne, de Provence, etc.; et chacun des grands
vassaux qui s'étoient emparés de ces provinces, les gouvernoit en
maître absolu.

          [Note 16: Les mêmes démembrements s'opérèrent en Allemagne
          avec de légères différences que nous ne pourrions faire
          connoître ici sans sortir de notre sujet.]

Mais, indépendamment de ces grands vassaux, il ne faut point oublier
qu'il existoit un grand nombre d'autres seigneurs moins puissants, et
surtout une foule presque innombrable de ces hommes _libres_
propriétaires ou non propriétaires, qui, dans ces temps d'anarchie et
de désordre, recevant des premiers de l'État l'exemple de la révolte
et de la désobéissance au suprême pouvoir, étoient prêts à trafiquer
de leur foi et à la livrer à celui de ces grands vassaux qui pouvoit y
mettre le plus haut prix. Pépin étoit alors, parmi ces seigneurs du
premier rang, le plus puissant et le plus riche; et sa qualité de
maire du palais lui donnoit mille moyens d'exercer sur le royaume
entier une influence que les autres ducs ne pouvoient avoir. Ce fut
avec lui, ou plutôt sous ses ordres, que les vassaux de la seconde
classe se confédérèrent; ce fut à lui que se réunirent ces hommes
libres plus nombreux encore, qui n'avoient d'autre fortune que leur
épée, et dont le nombre et la valeur faisoient la force des armées.
Ces puissants auxiliaires suivirent après lui son fils Charles Martel;
et ce fut avec leur secours qu'il sut à la fois vaincre l'ennemi
extérieur[17] qui menaçoit l'existence même de la société; et
combattant les uns après les autres tous ces vassaux orgueilleux,
qui, comme autant d'ennemis intérieurs, la détruisoient en la
divisant sans cesse, les contraindre à rentrer dans l'alliance
commune; c'est-à-dire que, lorsqu'il les avoit vaincus, il les forçoit
à renouveler cette alliance, et s'assuroit de leur foi en leur faisant
donner des otages. Toutefois, alors même qu'il les replaçoit sous la
dépendance de la couronne, il ne leur enlevoit ni les principautés
qu'ils s'étoient faites, ni le droit héréditaire qu'ils y avoient
usurpé. Ce droit qu'il consentoit ainsi à leur laisser, confirmoit le
droit qu'il s'étoit fait à lui-même, comme duc d'Austrasie, ou plutôt
celui que l'usurpation de son père lui avoit transmis. Ainsi la
suzeraineté finit par être entièrement détachée de la royauté; et les
attributions de celle-ci se trouvèrent réduites au gouvernement des
cités et à l'administration d'un domaine qui alors étoit immense,
attributions dont le duc d'Austrasie devenoit encore le dépositaire en
sa qualité de maire du palais. La Providence, dont les grands desseins
sur la France devoient être accomplis, voulut que la race du premier
Pépin présentât, dans trois générations successives, trois hommes
extraordinaires qui d'abord, sous une suite de rois enfants ou
fainéants, soutinrent la monarchie toujours prête à se dissoudre; qui,
ralliant autour d'eux la _multitude_ (et par _multitude_, il faut
toujours entendre les hommes libres et armés ou _minores_[18], qui
composoient la noblesse du second ordre), surent habilement s'opposer
à cette haute noblesse qui prétendoit marcher l'_égale des_ rois[19];
puis saisissant ensuite la couronne qui alloit échapper aux fils de
Clovis, et commençant eux-mêmes une nouvelle dynastie, sauver ainsi
d'une ruine certaine le premier royaume de la chrétienté. Qui pouvoit
les appeler usurpateurs? Étoient-ce ces grands qui eux-mêmes ne
cherchoient qu'à secouer le joug de l'autorité royale, et dont il
n'étoit pas un seul qui n'eût voulu, comme eux, s'emparer de la
première place et renverser les foibles princes qu'ils avoient
détrônés, ou plutôt, qui d'eux-mêmes étoient tombés du trône? Étoit-ce
cette noblesse moins élevée et non moins guerrière que, depuis tant
d'années, ces premiers Carlovingiens conduisoient aux combats et à la
victoire, qui ne jugeoit digne d'être roi que celui qui étoit brave et
victorieux, qui cherchoit vainement, dans la race dégénérée des
Mérovingiens, un prince qui pût être _utile à la nation_[20]? Point de
doute qu'avec les préjugés dont elle étoit imbue et les traditions
qu'elle avoit apportées de son antique patrie, cette multitude armée
n'eût d'elle-même abandonné les descendants de son premier roi, au
moment où ils commencèrent à se montrer indignes de la commander, et
quand bien même personne ne se fût présenté pour les remplacer. Alors
c'en étoit fait de ce beau royaume de France; et, au milieu de cette
tyrannie des grands et de cette anarchie des petits, il est difficile
de prévoir ce qui seroit arrivé.

          [Note 17: Les Sarrasins.]

          [Note 18: Voyez page 134, 1re partie de ce volume.]

          [Note 19: _Voy._, p. 68, première partie de ce volume.]

          [Note 20: _Ibid._ p. 66 et suiv.]

Les mêmes causes durent produire de semblables effets: et en effet
celui qui lit l'histoire de la chute des Carlovingiens, croit relire
l'histoire de ces successeurs de Clovis et des événements qui les
firent descendre du trône. Ce fut en vain que Charlemagne, justement
effrayé des périls que les grands vassaux avoient fait courir à la
monarchie, abolit ces duchés ou grands gouvernements qui avoient fait
toute leur force, et divisa en comtés tous ses vastes états[21],
rétablissant partout l'autorité _temporaire_ des officiers civils et
militaires auxquels il confioit le gouvernement des provinces: le
système administratif étoit bon sans doute; mais il y avoit dans le
système politique un vice radical qui ne fut point changé; et sans
doute il étoit alors impossible de le détruire, puisque ce puissant
génie ne tenta pas même de le faire, et qu'il laissa à son fils le
poids immense de sa couronne et le premier empire du monde, sous la
condition qu'il seroit lui-même un prince guerrier et un génie
supérieur, s'il vouloit conserver un semblable héritage. Le contraire
arriva: et tout retomba dans la première confusion, et la nouvelle
race se précipita plus rapidement encore vers son déclin. C'est un
triste spectacle que celui de la succession de ces princes non moins
foibles et plus dégradés encore que ceux dont la dégradation leur
avoit ouvert le chemin à ce trône toujours envié et toujours
chancelant. Ils avoient d'autant plus besoin de vertus que leur race
étoit beaucoup moins illustre et par conséquent moins respectée que
celle des Mérovingiens; et il est certain que la haute noblesse, au
moment même de la mort de Charlemagne, avoit formé le projet d'exclure
sa postérité du trône, et que ce fut la noblesse du second ordre qui
l'y maintint[22], pleine encore qu'elle étoit du souvenir d'un si
grand monarque, et espérant le voir revivre dans sa postérité.
Louis-le-Débonnaire trompa ses espérances; ses successeurs ne les
réalisèrent pas davantage, et l'on revit bientôt tout ce que l'on
avoit vu jusqu'alors sous tant de princes _inutiles_ à la nation: un
royaume démembré, des rois élus, dépossédés, réélus, des vassaux
révoltés, soutenus dans leur révolte, et s'armant contre leur ancien
seigneur au profit d'un nouveau suzerain; les fiefs rendus une seconde
fois héréditaires, et à la faveur des dangers plus grands dont l'État
étoit menacé[23], le domaine royal envahi de toutes parts[24]; les
biens de l'église pillés avec plus d'audace et d'impunité; et toutes
ces usurpations devenues plus difficiles à détruire, parce que la
plupart des hommes _libres_ s'étant faits propriétaires au milieu de
ce pillage général, se firent en même temps vassaux de vassaux plus
puissants qu'eux, afin d'être soutenus et protégés par ces usurpateurs
dans les propriétés qu'eux-mêmes avoient usurpées. Sous cette race, la
nation usa avec plus d'étendue et d'autorité que jamais du droit
qu'elle avoit d'élire ou de rejeter ses rois: la trop grande jeunesse
de Charles-le-Simple le rendant incapable de régner, elle n'avoit pas
balancé à se choisir un chef[25] dans une autre famille, avant d'avoir
prononcé l'entière exclusion des Carlovingiens; et lorsque Hugues
Capet fut appelé par elle à régner sur la France, les princes auxquels
elle l'avoit substitué avoient été jugés au moins _inutiles_; et le
seul qui osât disputer le trône au chef de la troisième race, s'étant
fait le vassal d'un prince étranger[26], s'étoit rendu, par cet acte
déshonorant, étranger lui-même à la nation qui le repoussoit, qui
avoit ainsi acquis le droit de le traiter en ennemi.

          [Note 21: De tous les duchés, il ne conserva que celui de
          Bénévent; et non content de diviser les autres, il crut
          nécessaire encore de démembrer la juridiction des comtes des
          cités.]

          [Note 22: Aimoin, lib. 15, c. 19.]

          [Note 23: Les invasions des Normands.]

          [Note 24: Ce domaine, qui étoit immense, fut tellement
          divisé que vers la fin de la seconde race les rois de France
          n'avoient plus pour toute propriété que la petite ville de
          Laon et son petit territoire.]

          [Note 25: Eudes, comte de Paris et frère de Robert, aïeul de
          Hugues Capet. La troisième race de nos rois eût sans doute
          commencé à cet Eudes, s'il ne fût mort sans enfans.]

          [Note 26: Charles de Lorraine. On lui fit justement un crime
          d'avoir rendu hommage à l'empereur Othon.]

Le nouveau monarque ne possédoit d'autre domaine que le comté de Paris
ou duché de France, dont son bisaïeul Robert-le-Fort avoit obtenu le
gouvernement sous le règne de Charles-le-Chauve. Il ne le possédoit
point à d'autres titres que tous ces autres vassaux qui l'avoient
reconnu pour roi ne possédoient leurs propriétés; et par son avénement
au trône, l'hérédité des fiefs et toutes ces prérogatives usurpées sur
la couronne qui faisoient de tant de seigneurs autant de petits
souverains indépendants, furent consacrées et _durent l'être_, comme
loi fondamentale de l'État.

Hugues Capet n'eut donc pas même la pensée de les troubler dans la
possession de ces principautés qu'ils s'étoient créées; et son
ambition fut satisfaite d'être, au milieu de tous, comme leur chef
militaire, à l'égard des plus grands d'entre eux comme le premier
entre ses égaux; et ses premiers successeurs ne possédèrent point la
couronne à d'autres conditions. Nous examinerons plus tard comment de
cet état de foiblesse extrême les rois de la troisième race parvinrent
à cette étendue et à cette longue durée de puissance, à laquelle rien
ne peut se comparer parmi toutes les races royales qui occupent et ont
occupé les autres trônes de la chrétienté; et différant d'opinion avec
le plus grand nombre des écrivains qui ont cherché à approfondir ce
point intéressant de nos antiquités historiques, nous essayerons de
prouver que ce fut moins le résultat d'une politique profonde et d'un
plan conçu dès l'origine, et de règne en règne suivi avec
persévérance, qu'un concours de circonstances heureuses, parmi
lesquelles il faut compter la position singulière et même l'état de
foiblesse extrême auquel ils se trouvoient réduits.

Nous passerons rapidement sur tous ces premiers temps de la troisième
race, pendant lesquels l'histoire de Paris devient presque étrangère à
celle de la France, temps de paix et d'une prospérité toujours
croissante pour cette ville, si long-temps accablée de tant de fléaux
et réduite à un état si précaire et si misérable. On n'y craignoit
plus le retour de ces terribles Normands qui, pendant près de deux
siècles, n'avoient cessé de porter la flamme et le ravage dans ses
murs et dans ses faubourgs presque aussitôt détruits que commencés.
Devenue la capitale de la France et le séjour habituel de ses rois,
elle devint aussi le principal objet de leurs complaisances; et dès
ces premiers temps, on les voit occupés d'abord à réparer les
désastres que la guerre y avoit causés, ensuite, et presque aussitôt,
à l'accroître et à l'embellir.

(987) Sous le règne de Hugues-Capet, l'histoire de Paris est encore
très-stérile en événements: on ne voit pas que ce prince y ait fait
aucune fondation, ni relevé aucun des monuments que les incendies et
la guerre avoient détruits. Il régna peu de temps et fut distrait par
d'autres soins: ce trône alors si peu digne d'envie lui étoit trop
disputé pour qu'il lui fût possible de s'occuper de semblables
travaux, qui auroient demandé les loisirs de la paix et une sorte
d'opulence qu'il étoit bien loin d'avoir[27].

          [Note 27: Hugues Capet étoit moins riche que plusieurs de
          ses vassaux: ce ne fut même qu'après la mort de son frère
          Othon, que le comté de Paris fut définitivement réuni à la
          couronne de France.]

(996) Sous son fils Robert, prince dont le zèle étoit grand pour la
religion, l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés, et l'église de
Saint-Germain-l'Auxerrois, dévastées par les Normands, commencèrent à
sortir de leurs ruines. Le palais de la Cité, qui étoit alors la
demeure des rois, reçut des réparations et des augmentations
considérables; et dans l'enceinte de ce palais, Robert fit élever la
chapelle royale, dite alors chapelle de Saint-Nicolas.

(1031) Henri Ier fait reconstruire l'abbaye Saint-Martin-des-Champs,
alors située hors de Paris, et qui avoit été aussi détruite par les
Normands. On pense que la petite église Sainte-Marine fut aussi bâtie
sous le règne de ce prince.

(1060) Sous celui de Philippe Ier, on ne voit se former d'autre
établissement à Paris que celui du monastère de Notre-Dame-des-Champs
ou des-Vignes, par l'effet d'une donation qui en fut faite aux
religieux de Marmoutiers.

(1108) En cette année commence le règne de Louis VI, dit _le Gros_, le
premier des rois de cette troisième race qui ait essayé, et avec quelque
bonheur, d'étendre les prérogatives de la couronne, de réprimer la révolte
et l'insolence des vassaux grands et petits, qui alors ne connoissoient
plus de frein. À partir de cette époque les fondations commencent à se
multiplier, et les lettres à être cultivées. L'école épiscopale étoit
située dans le cloître Notre-Dame; et les rois eux-mêmes ne dédaignoient
pas d'y envoyer leurs enfants pour y apprendre la grammaire et tout ce
qu'il étoit possible de recevoir alors d'instruction sur les diverses
branches des connoissances humaines. En ce même temps florissoit le fameux
Abailard, dont le maître, Guillaume de Champeaux, fonda l'abbaye de
Saint-Victor; quelque temps après un monastère de filles fut institué à
Montmartre, par les soins de la reine Adelaïde[28]; et le roi, par suite
d'une transaction faite avec l'évêque, forma le premier établissement des
halles sur un terrain qui appartenoit à ce prélat. Il accorda en même
temps aux bourgeois de Paris des priviléges qui commencèrent à leur donner
une grande importance. Alors s'élevèrent, dans la Cité, les églises de
Saint-Pierre-aux-Boeufs, Sainte-Geneviève-des-Ardents, Sainte-Croix,
Saint-Denis-du-Pas, la chapelle Saint-Agnan; au septentrion:
Saint-Jacques-de-la-Boucherie, l'église des Saints-Innocents, la chapelle
Saint-Bon, Saint-Nicolas-des-Champs; au midi, la petite église de
Saint-Martin; et ces monuments religieux, si rapidement construits,
attestèrent la multiplication également rapide et toujours croissante de
la population de Paris. Des fortifications plus régulières remplacèrent en
même temps, sous les noms de grand et petit Châtelet, les remparts trop
foibles qui jusqu'alors avoient défendu l'entrée de la Cité; et les
guerres continuelles que Louis-le-Gros eut à soutenir contre des seigneurs
dont les propriétés s'étendoient presque jusqu'aux portes de sa ville
capitale, lui firent une triste nécessité de la mettre ainsi à l'abri de
leurs entreprises audacieuses.

          [Note 28: _Voyez_ p. 271, première partie.]

Alors sans doute fut réparée et peut-être agrandie la première
enceinte de Paris qui existât encore hors de la Cité; et en effet
c'est dans l'histoire du ministère de l'abbé Suger, qui gouverna le
royaume sous ce prince et sous son fils Louis-le-Jeune, que l'on
trouve les premiers renseignements positifs sur cette enceinte qui
environnoit alors la ville au nord; car la partie du midi étoit encore
en bourgs et en cultures. Il est toutefois probable qu'elle avoit été
élevée long-temps auparavant; et sans doute on avoit commencé à la
bâtir, dès qu'on s'étoit vu entièrement délivré des Normands.

(1137) Sous Louis-le-Jeune elle ne fut point augmentée: à cette époque
commencèrent les croisades, le plus grand événement du moyen âge, l'un
des plus remarquables de l'histoire, et celui qui contribua le plus à
affermir en France les bases encore chancelantes de la monarchie et de
la société. Le roi partit pour la Palestine; et pendant son absence,
l'administration vigoureuse du célèbre abbé de Saint-Denis[29]
maintint la tranquillité dans le royaume, dissipa les factions,
encouragea l'industrie. Louis, à son retour, vit avec plaisir ses
places fortifiées, ses maisons réparées, et sa ville capitale
florissante. Alors et depuis long-temps les bourgeois de Paris
faisoient, principalement par eau, un commerce considérable, et
formoient une _hanse_ ou compagnie, sous l'inspection de leurs
officiers municipaux. Le roi, qui vouloit continuer l'ouvrage commencé
par son ministre, confirma tous les anciens priviléges dont ils
jouissoient, en ajouta de nouveaux, et abolit des coutumes vexatoires
auxquelles ils étoient soumis depuis de longues années. Il prolongea
aussi le terme de la foire Saint-Lazare, établie par son père, depuis
acquise par Philippe-Auguste des religieux de cette maison, et
transportée aux halles de Champeaux.

          [Note 29: Suger, de simple moine de Saint-Denis, en étoit
          devenu abbé par ses grands talents. Louis-le-Gros avoit été
          élevé dans cette abbaye; ce fut là que Suger en fut connu,
          et ce qui donna occasion à ce prince, devenu roi, de
          l'employer dans la suite aux plus grandes affaires.....
          C'est lui qui a bâti l'église de Saint-Denis, telle qu'on la
          voit encore aujourd'hui, à l'exception du portail et des
          deux tours qui l'accompagnent, monuments vénérables de
          l'ancienne église élevée par Pépin et par Charlemagne; et ce
          qui honore du moins autant sa mémoire, c'est qu'on croit,
          avec beaucoup de vraisemblance, que le projet de la
          compilation des grandes chroniques, connues sous le nom de
          Chroniques de Saint-Denis, fut son ouvrage. (HÉNAULT.)]

Sous ce règne, on vit un exemple d'une de ces fondations faites par
des particuliers, et inspirées par un zèle ardent et religieux,
fondations qui, dans la suite, se multiplièrent si prodigieusement, et
remplirent Paris d'établissements aussi utiles que charitables. Garin
Masson et son fils Harcher consacrèrent une maison dont ils étoient
propriétaires à l'établissement des pauvres passants; et ce fut
l'origine de l'hôpital Saint-Gervais. À la même époque, et quelque
temps avant la mort du roi, Maurice de Sully, évêque de Paris,
commençoit à jeter les fondements de la magnifique cathédrale, qu'il
continua de bâtir sous Philippe-Auguste; Saint-Lazare, le Temple,
Saint-Médard, Saint-Jean-de-Latran, sont les principaux établissements
religieux que l'on voit s'élever, à cette même époque, dans les murs
et hors des murs de Paris.

(1180) Il n'est presque point d'éloges que ne mérite Philippe-Auguste:
c'est un des rois de France qui ont fait le plus de conquêtes; il
réprima les violences des grands, commença à faire respecter
l'autorité royale, et ranima l'étude des lettres encore languissante
sous le règne de ses prédécesseurs. On peut aussi le regarder en
quelque sorte comme le second fondateur de Paris, dont il augmenta
tellement l'étendue, que ce n'est que de cette époque qu'elle commence
à être comptée parmi les grandes villes de l'Europe[30]. Les nouveaux
murs[31] dont il l'entoura, renfermoient, du côté du nord, tous les
bourgs environnants; et dans ceux qu'il fit élever au midi, il fit
entrer une grande quantité de cultures[32], de vignes, de terrains
vagues, sur lesquels on ne construisit des habitations que lentement
et par une assez longue succession de temps. Le quartier de la _ville_
fut plus promptement peuplé: la maison royale que ce prince y fit
agrandir et réparer[33], le marché des halles qu'il y établit,
attirèrent de ce côté et le peuple et les grands. Dans l'enceinte
méridionale, plus tranquille et plus solitaire, s'établirent les gens
de lettres et les écoles qu'ils dirigeoient. Il y avoit déjà quelque
temps qu'elles avoient quitté le parvis Notre-Dame, où elles étoient
renfermées, pour former plusieurs colonies à Saint-Victor, à
Sainte-Geneviève. La réunion de ces écoles dispersées forma dès lors
quatre facultés, où l'on enseignoit, outre les arts libéraux, la
théologie, le droit et la médecine. Nous aurons occasion par la suite
de faire connoître avec plus de détail cet établissement fameux, et
son crédit prodigieux, dont il lui arriva plus d'une fois d'abuser. On
ne verra pas sans quelque étonnement que l'Université fut pendant
long-temps une espèce de puissance dans l'État, ayant à ses ordres une
armée redoutable dans cette foule d'étudiants qui y accouroient de
tous les coins de l'Europe, et, au moyen de cette jeunesse
turbulente, se mêlant aux factions, et remplissant Paris de troubles
auxquels l'autorité légitime fut souvent forcée de céder.

          [Note 30: Toutes les villes des peuples qui habitoient le
          nord de l'Europe étoient chétives et grossièrement bâties;
          et les voyages de la Terre-Sainte leur firent voir, pour la
          première fois, de ces belles cités, dont jusque là ils
          n'avoient pas même l'idée. Les historiens latins sont
          frappés à la vue de la magnificence, des richesses, et de
          l'élégance dont l'empire d'Orient leur offroit le spectacle.
          «Ô que Constantinople est une belle et vaste cité! s'écrie
          Foulques de Chartres en la voyant pour la première fois.
          Combien de couvents elle renferme, et combien de palais
          bâtis avec un art admirable! on ne croiroit jamais combien
          elle abonde en toutes sortes de bonnes choses, en or, en
          argent, en étoffes de différentes espèces. À chaque heure,
          il arrive dans son port des vaisseaux chargés de toutes les
          choses nécessaires à l'usage de l'homme.» (FULCHER, _ap._
          Bongars, _v._ 1, p. 386.) Guillaume, archevêque de Tyr,
          l'historien le plus éclairé de tous ceux qui ont écrit sur
          les croisades, dit que ce que les Occidentaux voyoient de
          l'élégance et de la splendeur de la cour de Constantinople
          étoit au-dessus de toutes les idées qu'ils auroient pu s'en
          former. Gonthier, moine français, qui écrivit une histoire
          de la conquête de Constantinople, Geoffroi de Villehardouin,
          gentilhomme d'un rang distingué, et accoutumé à toute la
          magnificence que l'on connoissoit en Occident, en parlent
          avec la même admiration. Ce dernier peint avec les couleurs
          les plus vives l'étonnement dont furent frappés ceux de ses
          soldats qui voyoient pour la première fois Constantinople:
          «Ils avoient peine à croire, dit-il, qu'il y eût une ville
          si belle et si riche dans le monde entier. Quand ils virent
          ses grandes murailles, ses hautes tours, ses riches palais
          et ses superbes églises, tout cela leur parut si grand,
          qu'ils n'auroient jamais pu se former une idée de cette
          ville impériale, s'ils ne l'eussent vue de leurs propres
          yeux.» (_Histoire de la Conquête de Constantinople_, p.
          49.)]

          [Note 31: _Voy._ pag. 31, première partie. Ces murs furent
          élevés pendant le voyage du roi à la Terre-Sainte, et aux
          dépens des bourgeois de Paris, comme ces mêmes bourgeois le
          représentèrent depuis à Louis XIII: cependant on les a
          toujours appelés _les murs du roi_. Les successeurs de
          Philippe les donnèrent aux prévôts des marchands et
          échevins; c'est-à-dire qu'ils leur en confièrent la garde,
          la visite et le soin de les réparer.]

          [Note 32: Entre autres le clos de Sainte-Geneviève, celui de
          Saint-Étienne-des-Grès, le clos l'Évêque, une partie de la
          terre de Laas, etc.]

          [Note 33: Le Louvre.]

Cependant cette capitale devenant peu à peu le centre des affaires de
la monarchie, on voit sa population prendre de jour en jour un nouvel
accroissement, et en même temps se multiplier les établissements
publics, tant civils que religieux, nécessaires à ce grand nombre
d'habitants. À peine les nouvelles murailles sont-elles construites,
que de nouveaux monuments s'élèvent hors de ses murs: Saint-Thomas et
Saint-Nicolas-du-Louvre, l'église Saint-Honoré, l'abbaye
Saint-Antoine-des-Champs, l'hôpital de la Trinité. Dans l'enceinte,
plusieurs chapelles deviennent des paroisses sous les noms de
Saint-Jean-en-Grève, Saint-Nicolas-des-Champs, Saint-Eustache,
Saint-Étienne-du-Mont, etc. Les religieux trinitaires, plus connus
sous le nom de Mathurins, s'établissent à Paris; et quelques années
après les Jacobins y obtiennent une maison. L'abbé de Saint-Germain,
de son côté, encourageoit à bâtir autour de son abbaye, et donnoit
gratuitement du terrain à ceux qui vouloient y élever des habitations;
en même temps plusieurs particuliers faisoient construire des maisons
aux environs de Saint-Marcel et dans le terroir de Mouffetard, lequel
étoit alors planté de vignes: il en résulta deux nouveaux bourgs hors
des murs, auxquels on donna même quelquefois le nom de _villes
Saint-Germain et Saint-Marcel lèz-Paris._

L'érection des nouveaux murs de Paris fit naître, entre l'évêque et
l'abbé de Saint-Germain, une de ces contestations, si fréquentes alors
au milieu de tant de droits, de priviléges, d'intérêts divers qui
étoient nés de la confusion des âges précédents. Dans cette occasion,
l'évêque prétendoit avoir le droit de juridiction sur tout le terrain
qui venoit d'être renfermé dans l'enceinte. Le curé de Saint-Séverin
élevoit de semblables prétentions au sujet d'une portion de territoire
dépendante de la paroisse Saint-Sulpice, et également renfermée dans
la ville. L'affaire fut d'abord jugée assez importante pour être
portée à la décision du pape; ensuite les parties intéressées
nommèrent des arbitres[34], qui accordèrent à l'abbaye Saint-Germain
un espace assez considérable dans la ville, lequel fut déclaré exempt
à perpétuité de tout droit paroissial et épiscopal de l'église de
Paris. Les mêmes arbitres mirent des bornes à la paroisse
Saint-Séverin, et permirent encore à l'abbé de Saint-Germain d'établir
une ou deux cures dans l'espace qui lui étoit réservé en dedans des
murs[35]. Peu de temps après, le roi, appelé par l'évêque devant les
juges séculiers, pour réparation des droits de l'église, que ce prélat
prétendoit avoir été violés par les accroissements faits au nord de la
ville, fit avec lui le traité ou transaction connue sous le nom de
_charta pacis,_ dans laquelle il reconnoît ces droits, mais où il
établit en même temps un partage de juridiction qui porta le premier
coup à l'autorité temporelle du clergé[36].

          [Note 34: Ces juges accordèrent à l'abbaye tout le
          territoire contenu depuis la tournelle de Philippe Hanselin,
          bâtie sur le bord de la Seine (_tournelle_ ou _tourelle_,
          connue sous le nom de tour de Nesle), jusqu'à la borne qui
          sépare, vers la plaine de Grenelle, la terre de
          Saint-Germain d'avec celle de Sainte-Geneviève, et depuis
          cette borne jusqu'à une autre qui sépare les mêmes terres
          près du chemin d'Issy, enfin depuis cette dernière jusqu'à
          celle que les arbitres eux-mêmes posèrent contre les murs de
          Saint-Étienne-des-Grès.]

          [Note 35: Elles furent achevées en deux ans, l'une sous le
          nom de Saint-André-des-Arcs, l'autre sous celui de
          Saint-Côme.]

          [Note 36: Voyez page 349; 1re partie.]

Ce prince fit, pendant le cours de son règne, plusieurs réglements en
faveur de l'université, et surtout des écoliers, qu'il ménageoit
beaucoup, parce qu'il désiroit les retenir à Paris; et l'on peut dire
que lui et ses successeurs, par ce désir de voir fleurir les lettres
au sein de cette capitale, supportèrent trop patiemment leurs
désordres et leurs insolences. Il rendit aussi plusieurs arrêts
concernant les juifs[37]: ces malheureux, déjà chassés plusieurs fois
de Paris, et cherchant toujours à y rentrer, malgré les vexations
inouïes auxquelles ils étoient exposés, avoient été expulsés de
nouveau par ce monarque, lors de son avénement au trône. On l'avoit
tellement irrité contre eux par le récit vrai ou faux qu'on lui avoit
fait des usures et des profanations auxquelles ils se livroient, qu'en
les faisant sortir de son royaume, il confisqua tous leurs biens
immeubles, et déchargea tous ses sujets des obligations qu'ils avoient
contractées envers eux[38]. Ils habitoient à cette époque, dans la
Cité, la rue qui a reçu d'eux le nom de _Juiverie_, et quelques rues
adjacentes; et, dès le commencement de la monarchie, on trouve qu'ils
étoient déjà établis dans ce quartier. Mais ils en avoient été
chassés, et n'y étoient revenus que depuis peu; car, sous
Louis-le-Gros et Louis-le-Jeune, on les voit relégués hors des portes
de la ville, dans le lieu nommé _Champeaux_. De petites maisons,
hautes et mal construites, y avoient été bâties exprès pour eux, et
composoient un certain nombre de rues étroites, tortueuses et
obscures, qui étoient fermées de portes de tous les côtés[39].
Philippe ne tarda pas à les rappeler, comme l'avoient fait ses
prédécesseurs; et le besoin qu'il avoit d'argent pour soutenir la
guerre contre les Flamands et les Anglais, fut une occasion favorable
pour ce rétablissement, qu'ils sollicitoient, offrant pour l'obtenir
des sommes considérables. Non-seulement ils rentrèrent dans Paris,
mais encore leur condition y fut plus heureuse, par cette facilité
qu'on leur donna de s'y établir où bon leur sembleroit, pourvu que ce
ne fût pas dans le milieu de la ville[40].

          [Note 37: Nos premiers rois les trouvèrent déjà établis à
          Paris, maîtres absolus du commerce, et exerçant ouvertement
          l'usure. Un édit de Dagobert, de l'an 633, les fit sortir de
          France; on les y voit reparoître sous Charles-le-Chauve, et
          le concile de Paris, de 850, renouvela toutes les lois de
          police portées précédemment contre eux. En 1096, Philippe
          Ier et tous les souverains de l'Europe les chassèrent de
          nouveau de leurs États; mais ils y rentrèrent peu d'années
          après, sous des conditions qui, en garantissant davantage
          leur sûreté, aggravèrent le poids de leur servitude. Ils se
          rendirent tributaires du prince, qui les partagea entre les
          grands seigneurs de sa cour; et, de même que les serfs, ils
          faisoient partie de l'héritage, et demeuroient attachés à la
          terre. Ils continuèrent ainsi leur trafic et leurs usures,
          et les choses demeurèrent en cet état sous les règnes de
          Louis-le-Gros et de Louis-le-Jeune. (DELAMARE.)]

          [Note 38: Action injuste, contraire au droit naturel, et par
          conséquent à la religion. Un grand pape (saint
          Grégoire-le-Grand) en jugeoit ainsi. Tout zélé qu'il étoit
          pour la conversion des juifs, il ne pouvoit souffrir qu'on
          leur fît des injustices (HÉNAULT.)]

          [Note 39: Ce sont aujourd'hui les rues de la Poterie, de la
          Friperie, de la Chaussetterie, de Jean-de-Bausse et de la
          Cordonnerie.]

          [Note 40: Les nouveaux accroissements de Paris leur
          fournirent les moyens de trouver des logements commodes.
          Quelques-uns allèrent demeurer derrière le lieu où est
          aujourd'hui le Petit-Saint-Antoine, d'autres à la montagne
          Sainte-Geneviève, d'autres dans le cul-de-sac de la rue de
          la Tisseranderie. De là viennent les noms de rue _des Juifs_
          et de rue _Judas_. Ils se logèrent aussi rue des Lombards,
          rue Quinquempoix et rue des Jardins, depuis rue des
          Billettes. La rue de la Harpe et la rue Saint-Bon en furent
          tellement remplies, que, dans le grand pastoral de l'église
          de Paris, on trouve ces deux rues sous le nom de _Juiverie_.
          Il n'y eut plus que les artisans et les plus pauvres
          d'entre eux qui se logèrent dans la juiverie de
          _Champeaux_.]

Ce fut Philippe-Auguste qui institua les sergents d'armes, qu'on peut
regarder comme la première garde de nos rois de la troisième race. Il
créa cette troupe, sur l'avis qu'il avoit reçu qu'à la sollicitation
du roi Richard, le vieux de la Montagne avoit envoyé deux de ses
sujets en France pour l'assassiner. Ce bruit n'étoit pas fondé; mais
le roi y ajouta foi, à cause de la prévention qu'il avoit contre
Richard. Ces sergents d'armes étoient des gentilshommes armés de
massues d'airain, d'arcs et de carquois garnis de flèches. Ils ne
devoient pas quitter le prince, ni laisser approcher de sa personne
aucun inconnu. Dans la suite on les employa à porter les ordres du
souverain, lorsqu'il citoit quelqu'un à sa cour. Leur office étoit à
vie, et ils n'avoient d'autre juge que le roi ou le connétable[41].

          [Note 41: Le connétable ou comte des écuries (_comes
          stabuli_), qui, sous la deuxième race, ne marchoit qu'après
          le comte du palais, devint le premier homme de l'État sous
          la troisième.]

Sous le règne de ce même prince, fut encore créée la troupe des
_Ribauds_, espèce de soldats déterminés que l'on mettoit à la tête des
assauts, et dont on se servoit dans toutes les actions de hardiesse et
de vigueur. Le libertinage outré auquel ils s'abandonnoient, a rendu
dans la suite leur nom infâme en France[42]. Les Ribauds avoient un
chef qui portoit le titre de roi, suivant l'usage établi alors de
donner cette auguste qualité à tous ceux qui avoient quelque espèce de
commandement. Ce prétendu monarque connoissoit de tous les jeux de
dés, de hasard et autres qui se jouoient pendant les voyages de la
cour[43]. Le nom de cet officier fut supprimé sous le règne de Charles
VII; mais l'office demeura, et ses fonctions furent transportées au
grand-prévôt de l'hôtel, charge qui a subsisté jusque dans les
derniers temps.

          [Note 42: On le donna aux débauchés qui fréquentoient les
          mauvais lieux.]

          [Note 43: Il levoit deux sous par semaine sur tout ce qu'on
          appeloit alors logis de _bourdeaulx_ et de femmes
          _bourdelières_. Chaque femme adultère lui devoit cinq sous.]

La police de Paris étoit alors dans un grand désordre: nos ancêtres
avoient imité cet usage qu'ils avoient trouvé établi par les Romains, de
ne confier le maintien de l'ordre dans les villes qu'à un seul
magistrat[44]; et les ordonnances de nos premiers rois sont remplies de
dispositions qui font connoître que les comtes ou premiers magistrats des
principales villes étoient seuls chargés de ces importantes fonctions;
aussi voit-on le prévôt de Paris, qui étoit entré dans tous les droits
des anciens comtes, chargé d'abord de la police entière de cette capitale;
et jusqu'au règne de Philippe-Auguste, la ville étant encore renfermée
dans ses anciennes bornes, et tout son terrain appartenant au domaine du
roi, la justice n'avoit point cessé d'y être rendue en son nom.

          [Note 44: Auguste l'établit à Rome sous le nom de _præfectus
          urbis_; et cette institution passa ensuite, par une loi
          expresse, dans toutes les provinces de l'Empire.]

Mais depuis la nouvelle enceinte, plusieurs portions de territoire
ayant été enclavées dans la ville, les seigneurs qui y avoient droit
de justice réclamèrent aussitôt le maintien de leurs priviléges[45],
et l'on ne put alors les en priver. Il en résulta une foule de
juridictions particulières, qui ôtèrent à cette partie de
l'administration publique toute sa force en détruisant son unité.
Aussi les auteurs contemporains nous font-ils une peinture effrayante
de l'état où étoit alors Paris: ils nous le représentent comme une
ville remplie et de confusion et de crimes, et si peu sûre, que les
citoyens honnêtes étoient obligés de déserter d'un lieu où leur vie
étoit à chaque instant menacée.

          [Note 45: On avoit renfermé dans ces nouveaux murs les
          bourgs anciens et nouveaux de Saint-Germain-l'Auxerrois, qui
          appartenoient à l'évêque de Paris; une partie du
          Bourg-l'Abbé, dépendant de l'abbaye de
          Saint-Martin-des-Champs; tout le Beau-Bourg, qui étoit sur
          les terres du Temple; le bourg Thiboust, dont étoit
          propriétaire une famille parisienne de ce nom; toute la
          terre ou bourg de Saint-Éloi; tout le bourg de
          Sainte-Geneviève; une partie du bourg de
          Saint-Germain-des-Prés, et la plus grande partie des terres,
          des vignes et des prés qui étoient dans la dépendance des
          seigneurs de ces bourgs, et les avoient jusqu'alors séparés
          de la ville, etc. (V. les 1er et 2e plans de Paris, pl. 1 et
          2.)]

Nous verrons bientôt l'ordre s'y rétablir sous saint Louis, et
l'édifice antique qui se présente d'abord à nous en entrant dans le
quartier de Saint-Jacques-de-la-Boucherie, devenir le siége d'un des
tribunaux les plus respectables de la monarchie.



LE GRAND-CHÂTELET.

On rencontroit cet ancien édifice en sortant de la Cité par le
Pont-au-Change. Nous avons rejeté l'opinion qui en attribue la
construction à Jules-César, parce qu'elle est destituée de toutes
preuves, et même de toute vraisemblance, les Romains ne se servant
point, à cette époque, de fortifications de ce genre pour défendre la
tête de leurs ponts. Corrozet a pensé que Julien l'Apostat pourroit
bien en être le fondateur, ou que ce château fut du moins bâti par
quelques-uns des princes qui lui succédèrent. Le nom de _chambre de
César_, que portoit, de temps immémorial, une des salles de ce
monument, et l'inscription _Titulum Cæsaris_, gravée sous une arcade,
et qui subsistoit encore à la fin du seizième siècle, sembloient
rendre ce dernier sentiment assez probable; mais de telles preuves
n'ont point paru suffisantes à des critiques plus savants et plus
judicieux que Corrozet, et que ne pouvoient satisfaire, en fait
d'antiquités, de simples opinions et de vagues conjectures. Ainsi
donc, rejetant l'explication donnée par cet ancien historien de Paris,
«On n'a peut-être eu en vue, dit Jaillot qui cependant n'ose rien
affirmer, en nommant ainsi cette chambre, et en gravant ces mots sur
la porte d'un bureau, que d'indiquer le droit du prince à qui le
tribut étoit dû, et le lieu où il se percevoit, suivant le précepte de
l'évangile: _Rendez à César ce qui appartient à César_. Ce tribut des
Parisiens pouvoit et devoit être perçu à l'entrée de la ville et de la
Cité, sur les marchandises qui arrivoient par eau en cet endroit, d'où
quelques auteurs l'ont appelé, quoique mal à propos, _l'apport de
Paris_. Le parloir aux bourgeois, c'est-à-dire la juridiction de la
ville, y étoit situé; et ces deux circonstances suffisent pour
autoriser la dénomination de _chambre de César_, et l'inscription
_titulum Cæsaris_.»

Jaillot a fort approché de la vérité: ce qu'il a dit est même
parfaitement vrai; mais cet habile critique ne paroît point avoir bien
connu l'origine de la juridiction du Châtelet, et ne présente rien de
satisfaisant sur ce point très-curieux de nos antiquités. Nous allons
essayer d'y répandre quelques lumières; et ce sera pour nous une
occasion de jeter un coup d'oeil rapide sur l'administration de la
justice en France sous les deux premières races et dès le commencement
de la monarchie.

Alors elle étoit bien différente de ce qu'elle fut depuis sous les
premiers Capétiens; et les rois, si bornés dans un grand nombre de
leurs attributions, conservoient du moins cette prérogative, la plus
noble de leur couronne, d'être à la tête de toutes les justices de
leur royaume. Dans ce que nous allons en dire, on verra que si les
lois étoient imparfaites[46], la hiérarchie des tribunaux et des
juridictions étoit bonne; et que tout barbares qu'ils étoient, nos
aïeux l'entendoient bien mieux que nous, puisqu'il a suffi à ceux qui
sont venus après eux d'améliorer ce qu'ils avoient établi pour
atteindre la perfection, tandis que de ce point si élevé où nous
avions été conduits, il nous a plu de redescendre vers la barbarie en
ressuscitant parmi nous une institution[47] que la grossièreté et la
simplicité de ces premiers temps pouvoient seule justifier, dont il
semble même qu'on ait alors reconnu les dangers et l'insuffisance[48],
que la France, plus civilisée, avoit depuis justement repoussée et
entièrement abandonnée.

          [Note 46: Le vice radical de cette législation des Francs
          étoit la loi qui admettoit la _composition_, c'est-à-dire le
          _rachat_ par une amende, de presque tous les crimes, et
          entre autres du meurtre, qui ne peut être efficacement puni
          que par la mort du meurtrier.]

          [Note 47: Le jugement par _jurés_.]

          [Note 48: L'établissement des combats judiciaires connus
          sous le nom de _jugement de Dieu_, et dernière ressource de
          ceux qui avoient subi une condamnation par _jurés_, pourroit
          le faire croire (voyez p. 351, première partie); et
          peut-être étoit-il moins absurde de s'en remettre ainsi à la
          _Providence_ du soin de prononcer en dernier ressort dans
          une procédure, que d'abandonner la vie, les biens, l'honneur
          d'un citoyen, à l'ignorance, à la sottise, à la
          pusillanimité ou à la passion du premier venu. Puisque nous
          avons trouvé bon de rétablir dans notre code criminel cette
          institution apportée des forêts de la Germanie au milieu des
          Gaules, et que nous persistons à l'y maintenir, malgré tout
          ce qu'elle a d'abusif, de funeste, de déraisonnable, il
          conviendroit, pour ne pas nous montrer moins sensés que nos
          grossiers aïeux, d'y joindre le _combat judiciaire_, qui en
          est un fort digne complément.]

Si nous considérons les juridictions inférieures, nous voyons qu'il en
existoit trois bien distinctes: celle du propriétaire sur ses esclaves
et sur les habitants de sa propriété; celle des propriétaires les uns
à l'égard des autres; celle du comte et des autres officiers du roi
sur les habitants du canton dont l'administration leur avoit été
confiée.

La juridiction du propriétaire sur ses esclaves étoit fondée en ce que
lui-même étoit obligé de répondre pour eux aux justices
supérieures[49]; c'étoit par la même raison qu'il étoit le juge de son
vassal non propriétaire: car celui-ci, ne possédant aucun bien, se
trouvoit de même que l'esclave hors d'état d'être contraint, et ne
pouvoit, suivant la nature de son délit, être _racheté_, sans que son
suzerain en souffrît. L'obligation de satisfaire pour ces deux sortes
d'individus, entraînoit donc nécessairement avec elle, et à leur
égard, un droit de juridiction aussi étendu que cette obligation
pouvoit l'être. Il n'en étoit pas ainsi du vassal propriétaire: il
avoit sa garantie en lui-même; et rentrant par conséquent dans le
droit commun, il ressortissoit aux tribunaux supérieurs.

          [Note 49: «Que les maîtres ou les avoués des serfs soient
          contraints pour eux, et que, suivant la loi, ils _répondent_
          et soient examinés pour eux en justice; mais que les maîtres
          contraignent et recherchent leurs esclaves comme il les
          aiment.» (Cap. excerp. ex leg. Long. c. 12.)]

C'est-à-dire que le vassal-propriétaire pouvoit faire appel de la
justice particulière de son seigneur, au seigneur haut-justicier d'où
celui-ci ressortissoit, ou au juge royal, suivant les cas. Il est
facile de reconnoître dans ces trois degrés de juridiction, les basse,
moyenne et haute justices dont les noms et quelques-unes des
attributions se sont conservées jusqu'à nos jours. Toutes les lois qui
régloient la compétence du bas-justicier supposoient qu'il n'avoit
point dans son domaine de vassaux qui lui fissent hommage, mais
seulement des _manants_ obligés de lui _rendre aveu_. Le droit de
moyenne justice donnoit à entendre que le seigneur avoit sur son fief
et à ses ordres des assesseurs pour juger et des témoins pour
instruire; enfin les hauts-justiciers étoient les possesseurs de
grands fiefs, dont les uns, et c'étoient les plus considérables,
relevoient nuement des duchés ou de la couronne, dont les autres ne
relevoient que des comtés. Ceux-ci ressortissoient aux bailliages
royaux; les premiers directement et _sans moyen_ à la cour. Au reste,
quel que fût le tribunal auquel on appelât des sentences de ces
hauts-justiciers, ils n'en avoient pas moins le droit d'informer,
ainsi que les comtes eux-mêmes, de toute espèce de délits et de
crimes, les _cas royaux_ exceptés; les procédures de cette dernière
espèce étant soustraites, à moins de concession extraordinaire, à
toute juridiction autre que la cour du roi.

Quant à la juridiction des comtes, qui étoient des officiers préposés
par le souverain au gouvernement des cités, elle ne fut point aussi
étendue sous la première race que sous la seconde: alors ils n'avoient
aucune juridiction sur les propriétaires; ils n'étoient point chargés
de faire observer les bans royaux[50], et d'en punir les infractions;
enfin leur compétence semble avoir été de la même nature que celle
des hauts-justiciers: c'est-à-dire qu'ils ne furent juges qu'à l'égard
des gens qui composoient leur garnison, comme les grands propriétaires
l'étoient à l'égard de leurs vassaux, et avec appel aux juridictions
supérieures. Il en fut autrement lorsque le démembrement des duchés
les eut rapprochés du roi[51]: leur tribunal releva alors
immédiatement de sa cour; il leur fut donné de connoître par appel de
toutes les causes municipales, dont l'appellation, suivant les lois
romaines, s'étoit faite jusque-là par-devant les ducs et les comtes
militaires; et ils reçurent le droit de publier et de maintenir les
bans royaux.

          [Note 50: _Ban_ signifie tout mandement fait à cri public,
          pour ordonner ou défendre quelque chose.]

          [Note 51: _Voyez_ p. 488.]

Il est très-important de remarquer ici que tous les tribunaux où
comparoissoient les propriétaires étoient toujours composés de leurs
_voisins_, et que le président seul en déterminoit la compétence[52].
C'étoit là ce droit de n'être jugé que par ses _pairs_ dont les Francs
étoient si jaloux. Ainsi donc, indépendamment de ce que les
propriétaires ou _cantonniers_ formoient, quand il leur plaisoit de le
faire, un tribunal où ils se jugeoient les uns les autres (et c'est là
cette juridiction des propriétaires entre eux dont nous venons de
parler), le plaid du comte, du vicomte, du centenier[53], et même le
plaid du _Commissaire_ du roi n'étoit autre chose que l'_assise des
voisins_ avec des attributions plus relevées et plus étendues.

          [Note 52: _Voyez_ Ire partie, p. 139 et 140.]

          [Note 53: Le vicomte, dont la juridiction étoit inférieure à
          celle du comte, jugeoit de toutes les causes fiscales, se
          faisoit partie publique pour la veuve et l'orphelin; et
          toutes les causes roturières ressortissoient à son tribunal.
          La compétence du tribunal du centenier ne s'étendoit pas
          au-delà des causes _mineures_; mais comme il y avoit appel
          de son tribunal à celui du comte, sa juridiction ressembloit
          beaucoup à celle des hauts-justiciers, avec cette différence
          qu'il avoit le droit d'informer et d'instruire même sur des
          affaires dont le jugement n'étoit pas de sa compétence.]

Ces commissaires du roi formoient dans chaque province le tribunal
supérieur où étoient évoquées toutes les affaires qui passoient la
compétence des autres tribunaux; c'étoit là que l'on jugeoit les
vassaux de la couronne, et qu'étoient obligés de se rendre les comtes,
les évêques, les abbés, les présidents des autres tribunaux, en un mot
tout ce qui étoit compris sous la dénomination générale de _rector
populi_ (juge ou gouverneur du peuple), pour y être jugés en première
instance, les comtes sur toutes sortes d'affaires, les autres
seulement dans les affaires criminelles. On y terminoit toutes les
procédures que les comtes avoient négligé d'achever soit par
incapacité, soit par mauvaise volonté; car les commissaires recevoient
les plaintes en _déni de justice,_ de même que la cour du palais; et
en effet ces magistrats n'étoient autre chose que des conseillers du
roi, _délégués_ par lui pour rendre la justice en son nom, et tels
qu'ils furent délégués depuis pour former dans les provinces les
diverses cours de justice, dites parlements.

Enfin au-dessus de tout étoit la cour du roi, véritable cour suprême
des _appellations_, à laquelle il étoit permis à tout le monde
d'appeler, et plus particulièrement aux vassaux immédiats de la
couronne pour qui, ainsi que nous venons de le dire, le jugement des
commissaires n'étoit qu'un jugement de première instance. Telle étoit
du moins dans ses branches principales l'administration de la justice
sous les rois des deux premières races[54].

          [Note 54: Les usurpations des vassaux sur la couronne vers
          la fin de la seconde race portèrent atteinte à l'ensemble de
          cette hiérarchie, sans toutefois en attaquer le principe: le
          droit d'appel fut conservé. Mais chaque suzerain ayant
          concentré en lui-même le pouvoir administratif et le pouvoir
          politique, et s'étant en quelque sorte fait roi dans ses
          domaines, il en résulta nécessairement que sa cour
          particulière de justice fut le dernier degré de
          l'_appellation_ pour tous ses vassaux; et les choses en
          étoient là, lorsque les Capets montèrent sur le trône. La
          cour des comtes de Paris, devenue alors _cour royale_,
          changea de nom sans changer d'abord d'attributions; et les
          vassaux de ce comté et des autres domaines du roi furent les
          seuls qui dépendirent de sa juridiction. Ce ne fut que par
          degré que cette prérogative précieuse du trône, ce droit
          d'appel général de tous les sujets à la cour de justice du
          roi, qui est la sûreté de chacun et qui fait la dignité des
          souverains, fut reconquis par la couronne de France, pour
          être plus solidement établi, et ne lui être plus jamais
          enlevé.]

Toutefois, et pour rentrer dans notre sujet, il nous importe de faire
remarquer que toute cette hiérarchie judiciaire n'étoit établie que
pour les fiefs et leurs dépendances; les cités se gouvernoient par
d'autres lois, étoient soumises à une juridiction fort différente et à
des tribunaux qui leur étoient exclusivement réservés. On voit que,
dès le temps de la conquête, la piété des rois les avoit mises sous la
protection des évêques qui souvent y exerçoient la première
magistrature, ou déléguoient des officiers pour l'exercer en leur nom;
que ces prélats étoient appelés les _gardiens_ des villes, les
défenseurs des veuves, des orphelins et des pauvres, les avocats des
cités auprès des rois et de leurs officiers; que, dans la suite des
temps, ils finirent par en devenir les seigneurs temporels, sous la
protection immédiate du roi et en _toute immunité_[55]; et que les
comtes, bien qu'ils portassent le nom de _comtes des cités_,
n'exerçoient néanmoins aucun des droits de leur charge dans leur
enceinte[56].

          [Note 55: Greg. Tur., lib. 5, c. 20; lib. 6, c. 36; lib. 7,
          c. 24; lib. 8, c. 21; lib. 9, c. 6.]

          [Note 56: Aim., lib. 5, c. 49.]

Dans beaucoup de ces cités, l'officier qui y présidoit avoit le titre
de _maire_: on l'appeloit _juge-mage_ dans quelques autres. Ce maire
ou juge avoit la perception des impôts et étoit le président des
échevins ou _scabins_ municipaux[57]. Les _bons_ bourgeois composoient
le tribunal municipal dont la compétence s'étendoit sur toutes les
causes qui intéressoient la cité[58]. Mais comme tout président d'un
tribunal, quel qu'il pût être, lorsque son autorité n'émanoit point de
la cour suprême du roi, ne pouvoit exercer que la haute justice, et
n'avoit point le droit de connoître des cas royaux, il avoit été
nécessaire d'établir dans chaque cité un juge royal auquel étoit
réservée cette partie de la juridiction: ce juge étoit le prévôt du
lieu.

          [Note 57: On l'appelle _bourgmestre_ en Germanie; et dans
          les cités épiscopales, telles que celle de Cologne, où
          l'évêque avoit lui-même le droit de présider et de décider
          de l'avis donné par les échevins, ce bourgmestre étoit
          l'envoyé ou le commissaire de l'évêque (_Carta archiep.
          Colon._, an. 1229).]

          [Note 58: Ce tribunal étoit appelé _præsidium_.
          L'institution des _communes_ multiplia ses justiciables; et
          telle est l'origine de nos présidiaux.]

L'office des prévôts (_præpositi_) tiroit son origine de
l'administration romaine: c'étoient des officiers préposés à la garde
des châteaux dans lesquels on avoit établi des greniers ou magasins
publics[59]. Lorsque le château qu'ils gardoient étoit situé sur la
frontière et servoit à la fois de magasin ou de place d'armes aux
soldats qui en faisoient la garnison, ces officiers étoient prévôts
_militaires_; et l'on appeloit prévôts _municipaux_ ceux dont les
magasins, destinés uniquement à serrer le produit des tributs,
n'étoient fortifiés que pour la sûreté de ce que l'on y déposoit. On
ne portoit pas seulement dans ces magasins le produit des taxes
ordinaires, mais encore celui des amendes qui se payoient en denrées
de toute espèce, et faisoient partie du revenu public. Comme il étoit
défendu aux comtes et aux autres officiers royaux d'entrer dans ce
qu'on appeloit alors les _immunités_, et que presque toutes les cités
avoient obtenu le privilége de l'immunité, il fallut donc, ainsi que
nous venons de le dire, qu'un officier municipal fût autorisé à
prononcer sur les cas royaux; et l'on donna naturellement ce droit à
celui qui étoit déjà en possession de recevoir les amendes résultantes
de l'infraction de ces ordonnances. Telle est la source de la
juridiction prévôtale. Le prévôt jugeoit toutes les causes du _ban_,
dans la ville et dans la portion de territoire qui en dépendoit et
dont l'entrée étoit interdite au comte de la province: de là l'origine
en France du mot _banlieue_.

          [Note 59: _Cod. Theod._, lib. 12, tit. 6, leg. 5, 8, 24, et
          ultim.]

La ville de Paris avoit donc son prévôt, et sans doute de temps
immémorial, de même que toutes les autres cités. Il tenoit sa
juridiction dans le Grand-Châtelet, où étoient déposés les tributs que
l'on payoit à la couronne; et ainsi se confirme et s'explique plus
clairement encore le sens donné à l'inscription gravée sur les murs
de ce vieux monument. Toutefois l'histoire de cette ville ne nous
apprend rien touchant ce magistrat, avant le règne de Henri Ier,
époque à laquelle le comté de Paris fut définitivement réuni au
domaine de nos rois. On trouve qu'à cette époque Étienne occupoit la
place de prévôt de Paris; et nous apprenons que sous Louis VII, ce
magistrat exerçoit tranquillement son office, sans que les petites
justices territoriales des seigneurs, établies aux environs de Paris,
y apportassent aucun obstacle; et en effet ces seigneurs n'avoient
rien à démêler avec la justice du roi, dont ils s'étoient fait
entièrement indépendants. Mais aussitôt que des portions de leurs
territoires eurent été renfermées dans l'enceinte de la ville, des
contestations sur le droit de juridiction s'élevèrent entre le roi et
ces vassaux indociles; et chacun prétendit avoir le droit d'établir
son tribunal sur le coin de terre dont il étoit propriétaire. Ce fut
une nécessité pour Philippe-Auguste qui le premier accrut ainsi Paris
en empiétant sur les terres voisines, de souffrir au milieu de sa
capitale l'établissement de toutes ces justices seigneuriales. Il s'y
réserva seulement la haute police et la punition des crimes les plus
atroces; et par ce sage tempérament, il établit la suprématie de son
autorité, sans toucher à des droits, usurpés sans doute, mais que le
temps avoit consacrés, et qu'il n'auroit pu violer qu'en compromettant
la tranquillité publique, et peut-être même la sûreté de l'État. Fort
de cette prérogative, saint Louis, qui vint après lui, donna une haute
considération à l'office du prévôt et à la juridiction du Châtelet, en
choisissant pour la remplir un homme plein de sagesse et d'énergie,
qui rechercha les crimes avec vigilance, les punit avec sévérité, et
parvint ainsi à rétablir en peu de temps la tranquillité et la sûreté
dans la ville[60].

          [Note 60: Ce magistrat se nommoit Étienne _Boislève_, et non
          _Boileau_, comme la plupart des historiens l'ont appelé.
          Tous s'accordent à faire de lui le plus grand éloge, et
          jamais peut-être il n'en fut de plus mérité. C'est un des
          hommes les plus intègres et du plus grand sens dont la
          France puisse s'honorer. Non-seulement il remit l'ordre dans
          Paris, mais il créa les divers corps ou communautés des
          marchands et artisans, et leur donna leurs premiers statuts;
          ce qu'il fit avec tant de sagesse et de prévoyance, que ces
          mêmes statuts n'ont été que copiés ou imités dans tout ce
          qui s'est fait depuis pour la discipline de ces communautés,
          ou pour l'établissement des nouvelles qui se sont formées.
          (DELAMARRE.)]

On trouve dans le grand coutumier de France une disposition bien
précise et bien considérable en faveur du Grand-Châtelet de Paris: il
y est dit que _le prévôt de Paris, comme chef du Châtelet, représente
la personne du roi au fait de la justice_. En effet, plusieurs de nos
rois, et notamment saint Louis, alloient y rendre la justice en
personne[61]; et lorsque ce siége étoit vacant, c'étoit le seul du
royaume qui fût sous la garde et protection immédiate du monarque,
représenté par son procureur général au parlement; c'étoit le prévôt
de Paris que le roi donnoit pour juge à ceux qu'il exemptoit, par
quelque faveur singulière, d'être jugés par les tribunaux établis dans
les provinces. Ce magistrat fut institué le conservateur des
priviléges de l'Université, et c'est à l'effet de cette conservation
qu'il prêtoit serment entre les mains du recteur de cette compagnie,
coutume qui a duré jusqu'au commencement du dix-septième siècle; son
tribunal étoit le seul où l'on pût attaquer les bourgeois de Paris en
matière civile; enfin sa juridiction s'étendoit sur tout ce qui avoit
rapport aux approvisionnements de cette ville.

          [Note 61: C'est de là que naissoit son droit d'avoir
          toujours un dais subsistant au-dessus de son principal
          siége, prérogative qui n'appartenoit qu'à ce tribunal. C'est
          la première juridiction qui ait eu un sceau aux armes du
          roi, et un officier particulier pour en avoir la garde.
          (DELAMARRE.)]

De si nombreuses et si belles prérogatives firent de cette
magistrature une des places les plus importantes du royaume; et
lorsque saint Louis lui eut rendu sa première splendeur, en chassant
les _prévôts fermiers_[62], il n'y eut point de seigneur, quelque
grand qu'il fût, qui crût un tel poste au-dessous de lui[63]; il
arriva même par la suite que cet officier fut chargé de toute la
justice criminelle du royaume, parce que l'abus des _magistrats
fermiers_ subsistant encore dans les provinces, on ne trouva pas
d'autre moyen pour arrêter le débordement de crimes que leur
négligence laissoit partout impunis, que d'attirer le jugement de
toutes les causes capitales à son tribunal.

          [Note 62: L'usage s'étoit introduit, parmi les propriétaires
          de fiefs, d'affermer les prévôtés de leurs possessions, pour
          en grossir les revenus; et la prévôté seule de Paris en
          avoit été exceptée jusqu'à la minorité de saint Louis. Alors
          les troubles et les besoins de l'État ayant obligé le
          conseil de ce prince d'avoir recours à ces moyens
          extraordinaires pour se procurer de l'argent, la prévôté de
          cette ville fut comprise, pour la première fois, au nombre
          des fermes du roi, et adjugée au plus offrant. Les personnes
          de qualité qui y avoient siégé jusqu'alors s'en retirèrent
          dès qu'elle fut devenue vénale; et elle se trouva entre les
          mains de gens de tout état, sans naissance et sans savoir.
          Le mal qui en résulta fut grand, mais il dura peu; et le
          roi, devenu majeur, rétablit l'ancien ordre dans cette
          partie importante de l'administration.]

          [Note 63: En 1389, sous Charles VI, le prévôt étoit obligé
          d'exercer lui-même la justice; et il ne lui étoit permis
          d'avoir un lieutenant que pour quelques causes légitimes qui
          l'empêchassent de présider lui-même.]

Le gouvernement des armes et le commandement de la ville étoient
encore attachés à l'office de prévôt de Paris, et il en jouit jusqu'à
François Ier. Ce monarque ayant établi un gouverneur à Paris et dans
l'île de France, il ne resta plus au prévôt, du commandement des
armes, que la convocation de l'arrière-ban. Ce même prince en sépara
la conservation des priviléges de l'Université, et créa à cet effet
un second tribunal qui dura quatre ans[64], et fut réuni de nouveau à
la prévôté, mais sous la condition qu'il y auroit deux lieutenants
civils[65], l'un de la prévôté pour la juridiction ordinaire, et
l'autre pour la conservation. Depuis, ces deux charges ont aussi été
réunies[66].

          [Note 64: Il étoit composé d'un chef, qui avoit le nom de
          bailli de Paris, d'un lieutenant-conservateur, de douze
          conseillers, d'un avocat et d'un procureur du roi, d'un
          greffier et de deux audienciers.]

          [Note 65: Les prévôts de Paris, gens d'épée, souvent sans
          étude et sans lettres, n'exercèrent la justice que par le
          lieutenant civil, après que Charles VIII et Louis XI, l'un
          en 1493, et l'autre en 1498, eurent ordonné que les prévôts,
          baillis et sénéchaux fussent docteurs ou au moins licenciés
          dans les deux droits. Alors le lieutenant civil devint,
          après le prévôt, le premier magistrat du Châtelet.]

          [Note 66: En 1526, le titre de prévôt de Paris fut changé en
          celui de _garde de la prévôté_. Ce magistrat avoit un grand
          nombre de priviléges, et étoit considéré comme le chef de la
          noblesse dans la première ville et la première province du
          royaume.]

Les prévôts de Paris, les baillis et sénéchaux jugèrent long-temps, et
en dernier ressort, toutes les affaires qui se présentoient à leurs
tribunaux, et qui étoient de leur compétence. Alors le parlement ne
s'assembloit qu'une fois ou deux l'année, et ne tenoit que fort peu de
jours; on n'y portoit que de grandes causes, concernant les duchés,
les comtés, les crimes des pairs de France, les domaines de la
couronne; et si l'on y examinoit quelquefois les jugements des
baillis et sénéchaux, c'étoit plutôt par voie de plainte que par
appel. La multiplicité des affaires ayant enfin obligé de fixer les
séances ordinaires du parlement de Paris, et d'établir de semblables
cours dans les provinces, l'usage des appellations s'introduisit
insensiblement. Dès lors il ne resta aux baillis et sénéchaux que le
droit de juger, à la charge de l'appel, jusqu'à vingt-cinq livres; et
cette restriction engageoit souvent les parties à des fatigues et à
des frais immenses pour des intérêts fort modiques. Ces motifs
déterminèrent Henri II à créer des présidiaux dans les principales
villes du royaume; et l'un des siéges de cette nouvelle juridiction
fut établi au Châtelet en 1551[67]. Ce dernier état de choses dura,
sans aucun changement considérable, jusqu'à Louis XIV: alors il fut
fait dans ce tribunal des innovations importantes, qui se sont
conservées jusque dans les derniers temps. Ce prince, ayant jugé à
propos de supprimer le bailliage du palais, à l'exception de l'enclos,
et la plupart des justices seigneuriales qui existoient dans Paris,
réunit le tout au Châtelet, qu'il divisa en deux siéges, _l'ancien et
le nouveau Châtelet_. En 1684 l'ancien fut réuni au nouveau, de
manière que cette cour comprenoit plusieurs juridictions; savoir, la
prévôté et la vicomté, le bailliage ou la conservation, et le
présidial.

          [Note 67: Les présidiaux pouvoient juger en dernier ressort
          jusqu'à 250 liv. ou 10 liv. de rente; et par provision,
          nonobstant l'appel, en donnant caution, jusqu'à 500 liv. ou
          20 liv. de rente. Le siége établi au Châtelet de Paris étoit
          composé de vingt-quatre conseillers.]

Parmi ses attributions particulières, elle en avoit quatre principales
attachées à la prévôté de Paris, qui avoient leur effet dans toute
l'étendue du royaume, à l'exclusion même des baillis et des sénéchaux;
savoir, 1º le privilége du sceau du _Châtelet_, lequel étoit
attributif de juridiction; 2º le droit de suite; 3º la conservation
des priviléges de l'Université; 4º le droit d'arrêt que les bourgeois
de Paris avoient sur leurs débiteurs forains.

Les chambres d'audience étoient le parc civil, le présidial, la
chambre civile, la chambre de police, la chambre criminelle, la
chambre du juge auditeur. L'audience des criées et celle de
l'ordinaire se tenoient aussi dans le parc civil, la première deux
fois par semaine, la seconde tous les jours plaidoyables. C'étoit dans
celle-ci que se portoient les petites causes concernant les
reconnoissances d'écritures privées, communication de pièces,
exceptions, remises de procès, etc.

Les officiers du Châtelet étoient très-nombreux. À leur tête étoit le
procureur-général du parlement, employé sans doute sur les états comme
garde de la prévôté; venoient ensuite le prévôt de Paris, le
lieutenant civil, le lieutenant de police, le lieutenant criminel, les
deux lieutenants particuliers, cinquante-six conseillers, quatre
avocats du roi, un procureur du roi et huit substituts, le juge
auditeur, un payeur de gages, plus de soixante greffiers avec diverses
attributions, cent treize notaires gardes-notes et gardes-scel,
quarante-huit commissaires enquêteurs-examinateurs, deux cent
trente-six procureurs, un nombre considérable d'huissiers, tant
audienciers que commissaires-priseurs et huissiers à cheval; deux
certificateurs des criées, un garde des décrets, un scelleur des
sentences, un receveur des consignations, un des amendes, des
médecins, chirurgiens et matrones assermentés, etc., etc., etc.

Il y faut ajouter les quatre compagnies du prévôt de l'île, du
lieutenant criminel de robe-courte, du guet à cheval et du guet à
pied.

De temps immémorial, le Châtelet assistoit aux cérémonies et
assemblées publiques auxquelles avoient le droit d'assister les autres
corporations. Il y avoit rang après les cours supérieures et avant
toutes les autres compagnies.

Quant à ce qui regarde les bâtiments du Châtelet, on n'en trouve
aucune tradition certaine avant le douzième siècle: il est probable
néanmoins qu'ils avoient remplacé quelque édifice moins considérable,
qui existoit à la même place sous les rois des deux premières
dynasties. Depuis et à plusieurs époques, ils éprouvèrent des
changements considérables: en 1460 ils tomboient en ruine, et Charles
VII en fit transférer la juridiction au Louvre. Malgré les dons
considérables que fit Charles VIII, en 1485, pour subvenir aux
réparations qu'exigeoit cet édifice, elles ne furent achevées qu'en
1506, sous Louis XII, et ce n'est qu'alors que les officiers du
Châtelet purent y reprendre leurs séances. Sauval ne se rappeloit pas
ces circonstances, lorsqu'il a dit qu'en 1507 le Grand-Châtelet étant
en péril, la juridiction, la geôle et les prisonniers furent
transportés au Louvre. En 1657, de nouvelles réparations obligèrent
encore d'en faire sortir ce tribunal, qui, cette fois, fut établi aux
Grands-Augustins. En 1672 le roi déclara que son intention étoit de
faire construire un nouveau Châtelet plus spacieux que l'ancien; et en
1684 on commença l'exécution de ce projet. On acheta trois maisons, on
démolit l'église de Saint-Leufroi, les salles furent reconstruites, et
le nombre en fut augmenté; enfin le Châtelet fut mis en l'état où nous
avons pu le voir avant la révolution, ne conservant de ses anciennes
constructions que quelques tours qui depuis la révolution ont été
abattues[68].

          [Note 68: _Voyez_ pl. 30. Le terrain qu'occupoit cet ancien
          édifice a été changé en une place régulière que décore une
          des plus jolies fontaines de Paris. _Voyez_, à la fin de ce
          quartier, l'article _Monuments nouveaux_.]

Les prisons du Châtelet sont célèbres par les événements tragiques qui
s'y sont passés, principalement du temps de la Ligue et de la faction
des Armagnacs. À mesure que nous avancerons dans la description des
lieux, nous ferons en même temps connoître la suite des événements; et
ces époques fameuses de l'histoire de Paris ne tarderont pas à passer
sous nos yeux.



L'ÉGLISE SAINT-LEUFROI.

Cette chapelle étoit autrefois située dans la rue qui portoit son nom,
laquelle aboutissoit à la porte de Paris, et passoit sous le
Grand-Châtelet.

Les ravages que commettoient les Normands dans la province à laquelle ils
ont depuis donné leur nom, obligèrent, sur la fin du neuvième siècle, les
religieux de l'abbaye de la Croix-Saint-Ouen, au diocèse d'Évreux, de se
réfugier à Paris, avec les corps de leur patron, de saint Leufroi et de
quelques autres saints. Nos historiens disent qu'ils furent reçus, avec
leurs reliques, à Saint-Germain-des-Prés; qu'ils s'associèrent, eux et
leurs biens, à cette abbaye, et que cette union fut confirmée par
Charles-le-Simple en 918; mais qu'elle ne fut pas de longue durée, parce
que les Normands ayant cessé de désoler leur pays, les religieux de
Saint-Ouen se hâtèrent de s'en retourner chez eux. Ces mêmes
historiens[69], au nombre desquels on compte les noms les plus illustres
dans la science, entre autres le P. Mabillon, ajoutent qu'ils laissèrent,
par reconnoissance, à Saint-Germain-des-Prés, le corps de saint Leufroi et
celui de saint Thuriaf; et en effet on y conservoit encore ces dernières
reliques avant l'époque des profanations révolutionnaires. L'abbé Lebeuf,
adoptant cette opinion, cherche à expliquer par là l'origine de la
chapelle de Saint-Leufroi, dont aucun de ces savants hommes n'a parlé:
«Quelque grand seigneur, dit-il, ou prince, ou riche bourgeois, ayant
dévotion à saint Leufroi, et en ayant obtenu des reliques, bâtit cette
église. Le voisinage du Grand-Châtelet porteroit à croire qu'elle auroit
été construite par quelque comte ou vicomte de Paris[70].»

          [Note 69: Dubreul, Hist. de l'Abbaye, p. 60.--_Hist. eccl.
          Par._, t. I, p. 535, etc.]

          [Note 70: Tom. I, p. 69.]

Jaillot combat ces conjectures d'une manière très-victorieuse, mais
surtout par une raison qui semble sans réplique: c'est que la châsse
qui renfermoit les reliques de saint Leufroi ne fut ouverte qu'en
1222[71]; qu'à cette époque la chapelle dédiée sous son nom existoit
depuis plus d'un siècle; qu'on n'y possédoit alors aucune de ses
reliques, et que ce n'est qu'en 1592 que les habitants voisins de
cette chapelle en demandèrent à l'abbaye de Saint-Germain, qui leur
accorda une partie d'une des côtes du saint[72].

          [Note 71: Dubreul, Suppl., p. 85.]

          [Note 72: Dubreul, p. 795.]

Dans l'obscurité profonde qui règne sur la fondation de cet édifice,
cet habile critique hasarde une conjecture qui paroît plus
vraisemblable: nous la rapporterons en entier, parce qu'elle est
pleine de recherches curieuses, qui peuvent servir à l'histoire des
moeurs de ces temps reculés.

«Je pense, dit-il, que les religieux de la Croix-Saint-Ouen, se
réfugiant à Paris, durent s'adresser ou au roi, ou au comte, ou aux
officiers municipaux, pour avoir un asile; et ceux-ci purent leur
donner l'ancien _Parloir-aux-Bourgeois_[73], et la chapelle qui en
dépendoit, où ils déposèrent leurs reliques. Dom Mabillon, qui varie
sur cette époque, qu'il place en 898 dans un endroit et en 918 dans un
autre, qui parle de l'union de ces religieux à ceux de Saint-Germain
dix ans après leur arrivée, quoiqu'il eût avancé que dès lors ils
avoient été reçus à l'abbaye, ne paroît cependant point éloigné de
cette idée[74]. Il est probable que la continuité des ravages causés
par les Normands, et le peu d'intervalle qu'il y eut entre les
hostilités qu'ils commirent, obligèrent les religieux de la
Croix-Saint-Ouen à profiter des ressources que leur offroient ceux de
Saint-Germain. Ils étoient privés de secours; leurs biens étoient
devenus la proie des barbares, auxquels on en avoit cédé une partie
par les traités: dans ces extrémités ils avoient trouvé dans la
charité de leurs confrères de quoi fournir à tous leurs besoins; et ce
fut pour en procurer à ceux-ci une espèce d'indemnité, que Robert[75],
frère du roi Eudes, qui jouissoit de l'abbaye Saint-Germain, pria
Charles-le-Simple d'y unir celle de la Croix-Saint-Ouen. Je crois
pouvoir appuyer mon opinion sur la charte même d'union et sur les
faits qui l'ont suivie: elle est datée de Compiègne, le 2 des ides de
mars (le 14), indiction 6, l'an 26 du règne de Charles, le 21 de sa
réintégrande[76]. Ces époques concourent avec l'an 918.

          [Note 73: Nous parlerons avec quelque détail de ce monument,
          à l'article de l'Hôtel-de-Ville.]

          [Note 74: _Acta SS. Ben. Sæc._ 3, part. I, p. 594.]

          [Note 75: _V._ ce que nous avons dit des _Commendes_, p.
          211, Ire partie.]

          [Note 76: Dubreul, Suppl., 84.]

»1º Il n'est point parlé dans cette charte d'une union précédente, dont
on accorde la confirmation, mais d'une union actuelle. On y lit:
_Robertus..... suggessit concedere abbatiam quæ nuncupatur
Crux-Sancti-Audoeni, monachis prælibati confessoris Germani_. 2º Ce
n'est point à la réquisition des religieux de la Croix-Saint-Ouen; il
n'en est point parlé, ni même de leur consentement, qui cependant étoit
nécessaire pour une semblable union. 3º Il semble que cette union ait
été involontaire de leur part, puisqu'à peine un mois étoit écoulé
depuis qu'elle avoit été ordonnée, que, la paix avec les Normands ayant
été signée, ces religieux retournèrent à leur monastère. 4º On peut
encore inférer du diplôme de Charles III, que les reliques de saint
Leufroi et des autres saints, apportées de Normandie, n'avoient point
encore été déposées à l'abbaye Saint-Germain, puisqu'un des motifs de
cette union étoit de les exposer à la vénération publique; motif qu'on
ne pouvoit alléguer, si elles eussent été à Saint-Germain-des-Prés:
_Corpora sanctorum hactenùs debitâ veneratione carentium....
quapropter, tam pro veneratione sanctorum cinerum Audoeni scilicet
archiepiscopi, necnon beatorum confessorum Leufredi fratrisque ejus
Agofredi_, etc.; et il ajoute que c'est dans l'intention qu'elles y
soient transférées: _Ut deinceps prædictorum membra sanctorum diù divino
officio carentium, au eisdem coenobitis reverenter susciperentur,
cultuque divino secus beatos artus Germani collocata honorarentur_. Si
les religieux de la Croix-Saint-Ouen avoient été reçus, à leur arrivée,
à Saint-Germain-des-Prés, les reliques qu'ils avoient apportées
n'auroient-elles pas été déposées dans cette église? n'y auroient-elles
pas attiré un concours de dévotion? auroient-elles été privées
_long-temps_ du culte et de la vénération des fidèles? Il en faut donc
conclure, contre l'assertion des savants bénédictins que j'ai cités[77],
et des historiens qui les ont suivis, que ces reliques furent d'abord
mises dans la chapelle du Parloir-aux-Bourgeois, qui, en conséquence, en
prit le nom, et qu'elles n'en furent tirées que lors de l'union des
religieux qui les avoient apportées avec ceux de l'abbaye Saint-Germain;
union involontaire de leur part, qui ne dura qu'un mois, et qui n'a
aucun des caractères qui annoncent une donation libre et fondée sur la
reconnoissance. La petite chapelle qui avoit servi de dépôt aux reliques
de saint Leufroi avoit sans doute été fréquentée par les fidèles: la
dévotion aura suggéré d'y mettre un chapelain pour y faire l'office,
etc., etc.»

          [Note 77: D. Mabillon et plusieurs de ses confrères.]

Cette opinion se trouve fortifiée par le droit de patronage
qu'exerçoit sur cette église la paroisse de Saint-Germain-l'Auxerrois,
dans laquelle elle étoit située. Ce droit, qui avoit été accordé à son
chapitre par des lettres de Galon, évêque de Paris, en 1113, fut
confirmé et ratifié par ses successeurs, Maurice de Sully et Renaud de
Corbeil; et ce dernier lui annexa les revenus de cette chapelle, pour
augmenter les distributions de ses chanoines. Une foule de titres[78]
semble prouver que, dès le temps de Maurice, elle étoit réputée église
paroissiale, et desservie par un curé jouissant de tous les émoluments
attachés à cette place. Les nouvelles dispositions de Renaud en faveur
du chapitre de Saint-Germain, la firent supprimer après la mort du
curé alors existant, et l'office divin y fut depuis célébré par un
chapelain à la nomination des chanoines, lequel étoit obligé de leur
payer 200 livres par année sur les offrandes qui s'y faisoient.

          [Note 78: _Hist. eccl. Par._, t. II, p. 295. Archiv. de S.
          Germ... Test. Christ. Malcion....... Nouvelle Gaule
          chrétienne, tom. VII, col. 253, etc.]

Cette chapelle a subsisté jusqu'en 1684. Alors elle fut démolie pour
l'exécution du projet qu'on avoit formé d'agrandir les bâtiments et les
prisons du Grand-Châtelet, et le service, ainsi que les revenus, en furent
transférés, tant à Saint-Germain qu'à Saint-Jacques-de-la-Boucherie.

Les auteurs de _la Gaule chrétienne_ ont rappelé que c'étoit dans
cette chapelle que l'on conservoit une pierre qui servoit d'étalon
pour les poids et les mesures, ou, pour mieux dire, qui avoit
anciennement servi à cet usage; car long-temps avant qu'elle eût été
démolie, les poids et mesures avoient été déposés dans d'autres lieux,
comme nous aurons bientôt occasion de le dire.



LA GRANDE BOUCHERIE.

Elle étoit autrefois située derrière le Châtelet et à l'entrée de la
porte de Paris[79].

          [Note 79: Le corps de bâtiment où elle étoit placée existe
          encore, et est occupé par des marchands de diverses
          professions.]

Il n'y avoit, dans l'origine, à Paris, qu'une seule boucherie établie
au parvis Notre-Dame. Mais, lorsque la ville commença à s'agrandir du
côté du nord, il s'en forma une seconde auprès du Grand-Châtelet;
depuis on en établit encore une autre vis-à-vis cette seconde, dans
une maison qui avoit appartenu à un changeur nommé _Guerri_, et que le
roi Louis-le-Gros avoit achetée en 1134, pour en faire un don aux
religieuses de Montmartre. L'opinion de Piganiol, qui prétend que
cette maison fut la première boucherie du côté de la ville, est
évidemment fausse; et l'histoire de Saint-Martin dit positivement que
le même Louis-le-Gros, pour indemniser Guillaume de Senlis, dans le
fief duquel étoit la maison de Guerri, lui donna un des étaux qui lui
appartenoient dans la Grande-Boucherie, _inter veteres status
carnificum_[80]. On ne peut pas même douter que, plusieurs siècles
auparavant, il n'y eût des marchés de ce genre au nord et au midi.

          [Note 80: _Hist. S. Mart._, lib. IV, fol. 330.]

Quelque temps après l'accroissement de la boucherie du Châtelet, les
chevaliers du Temple jugèrent à propos d'en établir une sur leur
territoire: les bouchers de la maison de Guerri crurent avoir le droit
de s'opposer à cet établissement, prétendant que nul ne pouvoit tenir
boucherie sans leur consentement; mais il subsista malgré leurs
réclamations, et Philippe-Auguste, qui régnoit alors, leur permit
seulement, comme par une sorte de compensation, de vendre du poisson
d'eau douce. Depuis, ces bouchers associés[81] achetèrent en
différents temps, de divers particuliers, les places des environs,
pour réunir le tout dans une même enceinte qui composa _la
Grande-Boucherie_; mais auparavant ils abandonnèrent l'ancienne place
qu'ils avoient dans la Cité, et le roi la donna à l'évêque et au
chapitre, qui en conservèrent les étaux et y établirent d'autres
boucheries.

          [Note 81: Cette association étoit faite en nom collectif, et
          composée de dix-huit à dix-neuf familles, qui possédoient
          ensemble la boucherie de la porte de Paris, et celle du
          cimetière Saint-Jean; de manière que si les mâles d'une de
          ces familles venoient à manquer, les autres en héritoient, à
          l'exclusion des bâtards et des femmes. Quoique ces bourgeois
          fussent très-riches, cependant ils exerçoient eux-mêmes leur
          métier: ils y étoient même obligés, comme on le voit par les
          registres du parlement, et il leur étoit défendu de louer
          leurs étaux à d'autres. Cette communauté de bouchers avoit
          une juridiction particulière et une chambre de conseil;
          l'appel de leurs jugements alloit au Châtelet, et ils ont
          conservé ce privilége, jusqu'à ce que Louis XIV eut réuni au
          Châtelet toutes les justices particulières de la ville et
          des faubourgs de Paris. De ces familles de bouchers, il ne
          restoit plus, dans le siècle dernier, que les _Sainctyons_
          et les _Thiberts_.]

Cette Grande-Boucherie occupoit, dans l'origine, un plus grand espace
que dans les temps suivants. Hugues Aubriot, prévôt de Paris sous
Charles VI, força d'abord les bouchers d'abattre, à leurs dépens, une
de leurs maisons située près des prisons du Châtelet, et de retirer de
deux toises en oeuvre la clôture même de la Boucherie, afin d'agrandir
d'autant la rue située entre cet édifice et le Grand-Châtelet[82].

          [Note 82: Pig., p. 51.]

Le second retranchement à leur terrain arriva lors de ces malheureuses
factions qui agitèrent l'État sous le règne du même prince. Dans cette
anarchie violente, dont nous ne tarderons pas à offrir le tableau, les
bouchers, qui avoient pris le parti du duc de Bourgogne, se
signalèrent par de si grands excès, commirent de telles cruautés, que,
lorsque le parti du duc d'Orléans triompha un moment de l'autre en
1416, on crut nécessaire de tirer une vengeance éclatante de ces
mutins. Quelques-uns d'entre eux furent punis rigoureusement; et le
roi, par ses lettres du 13 mai 1416, ordonna que la Grande-Boucherie
seroit rasée, ce qui fut exécuté. Au mois d'août suivant, leur
communauté fut abolie, on révoqua leurs priviléges; en même temps il
fut ordonné que tous les bouchers de Paris ne composeroient plus
qu'une même communauté, régie comme celles de tous les autres arts et
métiers, et que quatre nouvelles boucheries seroient établies[83].
Mais au mois d'août 1418, les bouchers destitués obtinrent des
lettres-patentes qui les réintégroient, et portoient permission de
faire _refaire, construire et édifier ladite Boucherie en la place où
elle souloit être_[84]. En conséquence de cet arrêt, ils s'adressèrent
au voyer de Paris, afin de prendre avec lui l'alignement des anciennes
fondations. Mais la fouille que l'on fit alors ayant fait reconnoître
le peu de régularité qui régnoit dans ces places et étaux, acquis
successivement et par parcelles, puis renfermés ensuite dans la même
enceinte, ainsi que l'incommodité qui pouvoit en résulter pour le
public, si on en laissoit rétablir les parties saillantes qui avoient
long-temps obstrué les rues d'alentour, il fut dressé un plan nouveau,
dans lequel ces rues se trouvèrent dégagées, mais qui fit perdre aux
propriétaires quinze toises carrées de leur fonds. Malgré leurs vives
réclamations, ce plan, conforme à l'utilité publique, fut maintenu.
Depuis il leur fut encore retranché trois étaux en 1461, sous Louis
XI; mais cette fois ils obtinrent un dédommagement de pareil nombre
d'étaux dans le cimetière Saint-Jean, sous la charge d'une légère
redevance annuelle, qu'ils payoient encore dans le siècle dernier[85].

          [Note 83: Leurs places furent désignées devant
          Saint-Leufroi, près le Petit-Châtelet, dans la halle de
          Beauvais et le long des murs du cimetière Saint-Gervais.]

          [Note 84: Les mêmes lettres portoient que les quatre
          nouvelles boucheries seroient démolies; mais ce dernier
          article n'eut point son entière exécution. À l'exception de
          celle qui avoit été bâtie vis-à-vis Saint-Leufroi, et qui
          fut abattue, parce qu'elle eût été trop près de la grande,
          toutes ces nouvelles boucheries furent conservées. (Traité
          de la Police, t. I, p. 1205. et suiv.)]

          [Note 85: Soixante liv. parisis pour les trois étaux.]

Jaillot pense que la Grande-Boucherie n'étoit point alors située à
l'endroit où nous l'avons vue, mais de l'autre côté, entre les rues de
la Saulnerie et Pierre-au-Poisson. Il prétend que son dernier
emplacement étoit alors occupé par un four public, nommé le _Four
d'Enfer_; et les raisons qu'il en donne sont fondées sur des titres
qui leur donnent beaucoup de vraisemblance[86].

          [Note 86: Recherches sur Paris; quartier
          Saint-Jacques-de-la-Boucherie, p. 18.]



St-JACQUES-DE-LA-BOUCHERIE.

Nous retombons à chaque instant dans les ténèbres profondes de ces
antiquités, dont aucun titre authentique n'aide à démêler l'origine.
Saint-Jacques-de-la-Boucherie est encore un de ces monuments sur
lesquels on ne sait rien de certain, et au sujet desquels on a fait
des milliers de conjectures. Dubreul, Malingre, Sauval, les historiens
de l'église et de la ville de Paris, semblent adopter la tradition qui
porte qu'anciennement cette église étoit une simple chapelle sous
l'invocation de sainte Anne, chapelle qui fut changée en paroisse sous
le règne de Philippe-Auguste. L'abbé Lebeuf réfute cette opinion, en
prouvant que le culte de sainte Anne n'a été reçu en France qu'au
treizième siècle[87]; mais celle qu'il présente n'est pas mieux
fondée, car il pense que Henri Ier et _Agnès_ de Russie sa femme
purent faire construire cette chapelle qu'on dédia sous le titre de
_Sainte-Anne_, parce que, dit-il, le nom d'Agnès se disoit en latin
_Agna_ et _Anna_. On pourroit lui contester que ces deux mots latins
aient jamais été employés dans ce sens; mais une objection beaucoup
plus forte, et qui renverse toute son hypothèse, c'est que, suivant
nos meilleurs historiens, la princesse qu'épousa Henri Ier se nommoit
_Anne_ et non _Agnès_, et que dans la charte de fondation de
Saint-Martin-des-Champs, où il lit _Signum Agnetis_, il faut lire
_Annæ reginæ_, qui s'y trouve après la signature de Henri Ier et de
Philippe son fils[88].

          [Note 87: T. I, p. 314.]

          [Note 88: _Hist. S. Martin_, p. 6.]

Un autre auteur (l'abbé Villain), qui a donné l'histoire particulière
de cette église[89], n'ayant pu trouver d'autorité suffisante pour en
fixer l'origine, a cru qu'il lui étoit permis d'opposer conjectures à
conjectures, et, d'après cela, n'a pas craint de présenter cette
chapelle comme fondée _dans des temps peu éloignés de ceux de la
domination des Romains_. Cependant il lui a été impossible de prouver
ce qu'il avoit avancé; et s'il s'est livré à une semblable idée, c'est
qu'il n'a considéré les accroissements de Paris, du côté du nord, que
comme de simples habitations de bouchers et de tanneurs que la police
romaine excluoit du sein des villes. Cependant ce faubourg étoit
habité, dès les commencements, par toutes sortes de citoyens; et
quoique les Normands l'eussent détruit à plusieurs reprises,
cependant, sous la première et la seconde race de nos rois, les
historiens font déjà mention des églises de Saint-Martin, de
Saint-Laurent, de Saint-Gervais, de la chapelle Saint-Pierre, dite
depuis Saint-Méri, et de celle de Sainte-Colombe, qu'on croit être
l'église Saint-Bon. Mais on ne trouve dans aucun d'eux qu'il existât
alors une chapelle représentée aujourd'hui par l'église Saint-Jacques;
de manière qu'avant l'onzième siècle et peut-être même le suivant, on
cherche vainement quelque trace de cet édifice. Quant à cette autre
conjecture de l'abbé Lebeuf, que l'ancienne église de Saint-Martin
étoit située vers l'endroit où est celle de Saint-Jacques, elle paroît
contredire toutes les traditions qui nous en sont restées, comme nous
le ferons voir en parlant de cette ancienne basilique.

          [Note 89: En 1758.]

Il n'y a pas moins d'incertitudes sur les causes qui ont fait de cette
chapelle une dépendance de l'abbaye de Saint-Martin-des-Champs. Parmi
une foule d'opinions diverses, qu'il seroit fastidieux de rapporter,
au milieu de tant de variations et d'obscurités, voici ce qui nous
semble le plus vraisemblable. Il existoit certainement, au douzième
siècle, une chapelle à l'endroit où est située l'église de
Saint-Jacques-de-la-Boucherie; mais on n'a point de preuves qu'elle
portât le nom de Sainte-Anne, et si elle eût été sous l'invocation de
Sainte-Agnès, le culte de cette première titulaire s'y seroit
perpétué: cependant on n'en a jamais fait la fête, ni aucune mémoire
particulière dans cette église. On peut prouver en outre que les
religieux de Saint-Martin ne la possédoient point encore en 1097 ni en
1108, par la raison qu'elle n'est point énoncée dans les bulles
d'Urbain II et de Pascal II, relatives à ces religieux, et données
dans ces deux années[90]. Mais d'autres titres font voir qu'elle ne
tarda pas à leur appartenir, et ce fut peut-être un don de Ponce, abbé
de Cluni, qui vivoit dans ce temps-là. Elle fut, suivant les
apparences, érigée dès lors en paroisse pour la commodité des
habitants qui se trouvoient trop éloignés de Saint-Martin, et qui
pouvoient avoir besoin d'être administrés pendant la nuit. En effet,
on la trouve indiquée sous ce titre dans la bulle de Calixte II[91],
donnée l'an 1119, et dans laquelle sont rappelées toutes les
possessions de l'abbaye de Saint-Martin. C'est le premier titre
authentique qui fasse mention de cette église. Il en résulte que
Dubreul, Sauval et plusieurs autres se sont trompés en ne plaçant son
érection en paroisse que sous Philippe-Auguste et vers l'an 1200.

          [Note 90: _Hist. S. Mart._, p. 148 à 153.]

          [Note 91: _Hist. S. Mart._, p. 156.]

Cette église n'eut d'abord aucun surnom: son voisinage de la
Grande-Boucherie, ou peut-être les nombreuses habitations de bouchers dont
elle étoit environnée dans les premiers temps, lui firent donner celui
qu'elle porte à présent; et l'abbé Lebeuf se trompe encore, lorsqu'il dit
qu'elle ne le doit qu'à la nécessité de la distinguer de deux autres
églises connues également sous le nom de Saint-Jacques[92]. L'origine de
ces deux dernières ne remonte pas plus haut que le quatorzième siècle, et
l'on peut démontrer que celle-ci étoit appelée _Ecclesia S. Jacobi de_,
ou, _in carnificeriâ_, plus de soixante-dix ans auparavant.

          [Note 92: Saint-Jacques-l'Hôpital et
          Saint-Jacques-du-Haut-Pas.]

Cette église étant devenue successivement trop petite pour le nombre
toujours croissant de ses paroissiens, on fut obligé d'y faire, à
plusieurs reprises, des augmentations qui la rendirent extrêmement
irrégulière, parce qu'on se trouvoit gêné par le terrain. Le vaisseau
en étoit grand et élevé, mais d'un mauvais gothique; on y avoit
pratiqué un grand nombre de chapelles dont quelques-unes furent
détruites en 1672, du côté du chevet, pour élargir la rue des Arcis
qu'elles obstruoient.

Dans ces constructions incohérentes, ce qu'il y avoit de plus ancien
se voyoit du côté oriental du choeur et dans l'aile septentrionale.
Ces parties sembloient être du quatorzième siècle. Dès 1374, les
habitants de cette paroisse ayant obtenu, par échange, du prieur de
Saint-Éloi, une maison située près de leur église, l'avoient abattue
peu de temps après; et sur cet emplacement ils avoient élevé
l'extrémité orientale des deux ailes de cette église du côté du midi.
On multiplia peu à peu les ailes de ce côté; et ces dernières parties
étoient ce qu'il y avoit de moins ancien avec la tour et le portail.
On y reconnoissoit le goût gothique du quinzième siècle, et même du
commencement du seizième. La tour, qui ne fut achevée que sous le
règne de François Ier, et qui existe encore[93], est très-élevée et
d'un travail délicat; mais il est faux qu'elle soit la plus haute de
toutes les tours de Paris, et qu'elle surpasse en élévation celles de
Notre-Dame: elle est couronnée aux quatre coins par les symboles des
quatre évangélistes.

          [Note 93: L'église a été abattue et convertie en marché. La
          tour est devenue une propriété particulière.]

Le petit portail de cette église, du côté de la rue de Marivault,
avoit été bâti, en 1399, aux dépens du célèbre Nicolas Flamel[94]. La
maison où il demeuroit faisoit le coin de cette rue et de celle des
Écrivains, et dans le siècle dernier on voyoit encore, sur de gros
jambages, sa figure et celle de Pernelle sa femme, entourées
d'hiéroglyphes et d'inscriptions. Ils étoient encore représentés dans
l'église sur le pilier près de la chaire[95], et sur la petite porte
qu'ils avoient fait construire[96].

          [Note 94: L'existence de ce personnage singulier parut,
          dit-on, mystérieuse et pleine de prodiges à ses
          contemporains, parce qu'ils lui virent faire des choses qui
          leur semblèrent fort au-dessus et de la condition obscure
          dans laquelle il étoit né, et des moyens que pouvoit lui
          fournir la profession d'écrivain qu'il exerçoit: car,
          ajoute-t-on, sortant tout à coup de la médiocrité où il
          sembloit devoir toujours vivre, il tira d'honnêtes familles
          de la misère, dota des filles, secourut la veuve et
          l'orphelin, fonda des hôpitaux, répara des églises; enfin se
          répandit en largesses plus grandes qu'il n'appartenoit d'en
          faire à un particulier, et même à un particulier opulent.

          Toutefois il est probable que par _contemporain_ il faut
          entendre ici la classe _populaire_, qu'étonne tout ce qui
          est nouveau à ses yeux, et qui est disposée à trouver du
          merveilleux dans tout ce qui lui paroît inexplicable. Voyant
          un homme dont l'état sembloit peu lucratif, faire tout à
          coup des dépenses aussi considérables, le peuple de ce
          temps-là, qui n'étoit pas plus capable que ne le seroit
          celui de nos jours, de rechercher et d'approfondir les
          causes d'un événement dont les apparences avoient quelque
          chose d'extraordinaire, se fit sur le compte de Nicolas
          Flamel mille idées bizarres dont la tradition s'est
          perpétuée et peut-être grossie d'âge en âge. Les moins
          exagérés crurent qu'il avoit trouvé la pierre philosophale,
          et cette croyance a trouvé des partisans jusque dans le
          siècle dernier. «Un particulier, dit l'abbé Villain, sous un
          nom imposant, mais sans doute emprunté, se présenta, en
          1756, à la fabrique de cette paroisse, se disant chargé par
          un ami mort d'une somme considérable qu'il devoit employer à
          des oeuvres pies, à sa volonté. Ce particulier ajouta que,
          pour entrer dans les vues de son ami, il avoit imaginé de
          réparer des maisons caduques appartenantes à des églises;
          que la maison du coin de la rue de Marivault, vis-à-vis de
          Saint-Jacques-de-la-Boucherie, avoit besoin de réparations,
          et qu'il y dépenseroit trois mille livres. L'offre fut
          acceptée; la réparation étoit le prétexte: l'objet véritable
          étoit une fouille et l'enlèvement de quelques pierres
          gravées[94-A]. Les intéressés à la découverte du trésor
          imaginaire veillèrent avec soin sur l'ouvrage; on creusoit
          en leur présence; on emportoit furtivement des moellons et
          toutes les pierres gravées. La réparation qui a été faite
          montoit à deux mille livres; mais ce particulier et les
          intéressés ont disparu sans payer, et cette dépense restera
          probablement sur le compte d'un maître maçon, qui s'est
          livré trop légèrement à des inconnus qu'il cherche et ne
          trouve point.» On présume que ces inconnus cherchoient la
          pierre philosophale.

          Avant cet événement, plusieurs curieux ayant déjà fait
          fouiller la terre dans les caves de leurs maisons, y avoient
          trouvé, dans différents endroits, des urnes, des fioles, des
          matras, du charbon; et dans des pots de grès une certaine
          matière minérale, calcinée et divisée en petits globes de la
          grosseur d'un pois. De telles découvertes, bien qu'elles ne
          fussent pas de nature à satisfaire leur curiosité,
          semblèrent confirmer néanmoins ces idées de _science
          occulte_, au moyen desquelles on cherchoit à expliquer les
          actions extraordinaires de ce personnage.

          Quelques-uns, cherchant des explications plus
          naturelles[94-B], prétendirent que cet homme avoit dû ses
          _immenses richesses_ à la connoissance qu'il avoit des
          affaires des juifs; et que, lorsqu'ils furent chassés de
          France, leurs biens ayant été acquis et confisqués au profit
          du roi, Flamel traita avec leurs débiteurs pour la moitié de
          ce qu'ils devoient, en leur promettant de ne pas les
          dénoncer. Mais, comme l'observe très-bien Saint-Foix, ces
          écrivains n'eussent pas avancé un fait aussi faux, s'ils
          eussent lu les déclarations de Charles VI, à l'occasion de
          ce bannissement: la première, du 17 septembre 1394, porte
          plusieurs clauses, tant pour la sûreté de leurs personnes,
          que pour celle de leurs biens, et le remboursement de leurs
          créances; et les autres, données le 2 mars 1395 et le 30
          janvier 1397, dégagent entièrement leurs débiteurs de toute
          obligation contractée envers eux.

          Tant de fables ridicules qui ont été débitées sur Nicolas
          Flamel, et ces conjectures de quelques-uns dont la fausseté
          est si évidente, et l'incertitude où tant d'autres sont
          restés, par cette impossibilité où ils croyoient être de
          rendre raison des merveilles de sa vie, prenoient leur
          source dans une erreur première qui leur faisoit supposer
          qu'en effet il avoit fallu d'_immenses richesses_ pour
          exécuter tout ce que ce personnage avoit fait. Il a suffi à
          un homme de sens d'écarter d'abord cette supposition, pour
          faire évanouir le merveilleux dont on avoit voulu entourer
          ce personnage, plus célèbre qu'il ne lui appartenoit de
          l'être, et qui, sans doute, n'avoit pas compté sur une telle
          célébrité. Tel est le résultat du travail complet fait sur
          ce stérile sujet par M. l'abbé Villain déjà cité. (_Voyez_
          Histoire de la paroisse Saint-Jacques-de-la-Boucherie, et
          Hist. de Nicolas Flamel et de Pernelle, par cet écrivain,
          1761.) Il y prouve, qu'à l'exception de quelque bizarrerie
          qu'il est possible de remarquer dans le caractère de Flamel,
          ses oeuvres et sa vie, ne sortent pas de la classe des
          événements les plus communs. Pour arriver à cette
          démonstration, le savant biographe a compulsé, lu, vérifié
          une foule d'actes, de titres, de contrats, ensevelis dans la
          poussière des dépôts, et notamment dans les archives de
          Saint-Jacques-de-la-Boucherie. Soutenu de toutes ces pièces,
          il prouve jusqu'à la dernière évidence, 1º que le bien de
          Flamel n'étoit pas très-considérable, et qu'il a pu
          facilement le gagner dans son état d'écrivain, qui, loin
          d'être _peu lucratif_, étoit une profession honorée et
          avantageuse avant la découverte de l'imprimerie; 2º que sa
          femme Pernelle, à laquelle il survécut plus de vingt années,
          avoit accru sa fortune par une donation qu'elle lui fit du
          patrimoine assez considérable qu'elle possédoit; 3º qu'il
          vivoit avec l'économie la plus sévère, à cause de ce goût de
          piété qui le portoit à consacrer au service des églises la
          fortune que Dieu lui avoit donnée; 4º enfin, et ceci est
          sans réplique, qu'après un recensement fait de son avoir et
          des fondations dont il est le créateur, il est démontré que
          ces établissements ne passent pas la valeur de son capital.
          Cette petite dissertation, extrêmement curieuse, est un vrai
          triomphe remporté par la critique judicieuse et éclairée sur
          l'ignorance et les préventions.]

          [Note 94-A: Saint-Foix dit qu'en 1754 on voyoit encore et
          qu'il avoit vu lui-même ces pierres où étoient gravées la
          figure de Flamel et celle de sa femme, avec des inscriptions
          gothiques et de prétendus hiéroglyphes.]

          [Note 94-B: Piganiol et Naudé.]

          [Note 95: Sur ce pilier on avoit aussi placé l'inscription
          suivante: «Feu Nicolas Flamel, jadis écrivain, a laissé par
          son testament, à l'oeuvre de cette église, certaines rentes
          et maisons qu'il a aquestées et achetées de son vivant, pour
          faire certain service divin et distributions d'argent,
          chacun an par aumosne, touchant les Quinze-Vingts,
          l'Hôtel-Dieu et autres églises de Paris.»]

          [Note 96: _Voyez_ pl. 30, une Représentation de l'Église de
          Saint-Jacques-de-la-Boucherie, d'après une ancienne gravure
          devenue très-rare.]


     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE SAINT-JACQUES-DE-LA-BOUCHERIE.

     TABLEAUX.

     Sainte-Catherine, par _Cazes_; Saint-Jacques, par le même;
     Sainte-Anne, par _Claude Hallé_.

     Dans la chapelle Saint-Charles, le Saint distribuant des aumônes,
     par _Quentin Varin_: les connoisseurs estimoient ce tableau.

     Quelques vitraux peints par _Pinaigrier_, habile peintre sur
     verre.


     SCULPTURES.

     Un Christ en bois, morceau de sculpture très-remarquable, par
     _Jacques Sarrazin_.


     SÉPULTURES.

     Dans cette église avoient été inhumés:

     Nicolas Flamel, l'un des bienfaiteurs de cette église, mort en
     1418.

     Jean-François Fernel, premier médecin de Henri II, célèbre par
     plusieurs ouvrages excellents sur son art, et par l'élégance de
     sa latinité, mort en 1558.

L'église de Saint-Jacques-de-la-Boucherie étoit une de celles qui
jouissoient du droit d'asile; et l'on en trouve des exemples jusque
dans le quatorzième siècle. On lit qu'en 1357, pendant la régence
orageuse du dauphin, depuis Charles V, Jean Baillet, trésorier général
des finances, haï des rebelles parce qu'il étoit fidèle au prince, fut
assassiné par un changeur nommé Perrin Macé. Le meurtrier, s'étant
sauvé dans l'église de Saint-Jacques-de-la-Boucherie, en avoit été
arraché par ordre du régent, qui l'avoit fait pendre sur-le-champ.
Aussitôt l'évêque de Paris, Jean de Meulan, que l'on comptoit parmi
les factieux, se récria sur une telle violation de l'immunité
ecclésiastique, redemanda le corps de Perrin qu'on fut obligé de lui
rendre, et lui fit faire à Saint-Méri des funérailles magnifiques,
auxquelles il n'eut pas honte de se trouver avec le prévôt des
marchands, pendant que le dauphin assistoit à celles de Jean Baillet.
La même scène se renouvela en 1406, au sujet d'un autre criminel qui
s'étoit réfugié dans la même église, et qu'on y avoit ressaisi pour le
conduire à la Conciergerie. L'évêque d'Orgemont fit cesser le service
divin, et ne permit de le reprendre que lorsque le parlement eut fait
droit à la requête qu'il présenta contre cette violation d'un
privilége ecclésiastique. Enfin Louis XII abolit ce droit de
franchise, devenu dangereux pour la société, et scandaleux pour la
religion[97].

          [Note 97: Il fut un temps où ce droit d'asile, dont on
          abusoit sans doute alors, avoit été très-salutaire. Il avoit
          été introduit en France à cette époque de la conquête, où
          les vaincus n'avoient pas souvent d'autre refuge contre la
          violence de leurs vainqueurs, et où le clergé étoit
          protecteur né de tous les opprimés. Plus tard les évêques le
          défendirent, uniquement parce que c'étoit un _droit_ qu'ils
          pouvoient céder, mais qu'ils ne devoient pas se laisser
          ravir; une telle foiblesse pouvant avoir, pour des droits
          d'une toute autre importance, les conséquences les plus
          dangereuses.]

La topographie de cette paroisse présente plusieurs particularités
assez remarquables pour mériter quelques détails: la figure du
territoire qu'elle renfermoit étoit celle d'un carré long, qui
s'étendoit du midi au septentrion, en se prolongeant par deux angles
qui sortoient du carré. La base de cet espace étoit la rue de la
Pelleterie[98], dans son côté méridional en partie, et presqu'en
entier dans son côté septentrional, c'est-à-dire dans celui qui
bordoit la rivière. Au sortir de cette rue, par le bout oriental,
Saint-Jacques avoit tout le côté gauche du pont Notre-Dame, et
s'étendoit jusqu'à la rue Aubry-le-Boucher, dont le côté gauche
presque entier étoit également dans ses dépendances[99].

          [Note 98: Dans la Cité.]

          [Note 99: Avant d'en venir à la ligne parallèle du carré
          long, il faut observer que la paroisse Saint-Jacques avoit
          encore dans la rue Saint-Martin, à gauche, plus loin que la
          rue Aubry-le-Boucher, quelques maisons placées après celles
          qui dépendoient de la paroisse Saint-Josse, et qu'elle en
          possédoit également un certain nombre dans la rue
          Quinquempoix.]

À partir du bout occidental de la rue Aubry-le-Boucher, le territoire de
cette église commençoit dans la rue Saint-Denis, à la cinquième maison
sise à la gauche de l'angle des deux rues, et de là se prolongeoit
jusqu'au Grand-Châtelet. Il renfermoit la rue de la Joaillerie, les deux
côtés du pont au Change jusqu'au milieu du pont[100]; il continuoit
ensuite dans la rue de la Pelleterie, dont il possédoit, comme nous venons
de le dire, la plus grande partie, jusqu'à la dernière maison qui faisoit
face à Saint-Denis-de-la-Chartre.

          [Note 100: Le reste dépendoit de Saint-Barthélemi, dans la
          Cité.]

Ce droit que la paroisse de Saint-Jacques-de-la-Boucherie avoit sur
une rue de la Cité, a fort excité la curiosité des antiquaires, et
plusieurs ont cherché à en donner l'explication. L'un d'eux[101] a
pensé que les pelletiers et les tanneurs, n'étant point admis dans
l'intérieur des villes, avoient leurs boutiques et ouvroirs entre les
murs et la rivière, et que c'étoit à cause de cette position au pied
de l'enceinte de la Cité, qu'ils avoient été compris dans les
dépendances de Saint-Jacques-de-la-Boucherie. Mais ce système a été
combattu avec avantage, parce que, pour lui donner quelque
vraisemblance, il faudroit supposer que les murs, au lieu de suivre
une ligne courbe, se prolongeoient en ligne droite jusqu'à
Saint-Denis-de-la-Chartre, et même le laissoient hors de la ville, ce
qui est contraire à toutes les autorités, et démenti par la seule
inspection de tous les anciens plans de Paris. Il ne paroît pas
d'ailleurs que les lois de la police romaine fussent encore en vigueur
parmi nos ancêtres au onzième siècle, puisque les bouchers, que ces
lois excluoient du sein des villes, comme les pelletiers et les
tanneurs, avoient alors des étaux dans le parvis Notre-Dame; et de
plus, il est impossible de concevoir comment de tels ateliers auroient
pu être établis dans un espace aussi étroit, où ils eussent été
exposés à chaque instant à être détruits par les inondations. Une idée
plus simple et plus naturelle se présente, et c'est celle que nous
adoptons. Saint-Jacques-de-la-Boucherie étoit une dépendance de
Saint-Martin; en 1133 le roi Louis-le-Gros fit avec les religieux de
ce monastère l'échange de Saint-Denis-de-la-Chartre contre l'église de
Montmartre[102]; la rue de la Pelleterie se trouvoit en partie dans la
censive de Saint-Denis-de-la-Chartre; suivant l'usage alors établi,
ces religieux avoient le droit d'assujettir leurs vassaux et leurs
censitaires à la paroisse de leur monastère, ou à toute autre qui se
trouvoit dans leur dépendance; celle de Saint-Jacques venoit d'être
érigée tout nouvellement auprès de la Cité: c'étoit donc un motif
suffisant pour mettre dans ses attributions les habitants qui
dépendoient auparavant de Saint-Denis-de-la-Chartre.

          [Note 101: L'abbé Lebeuf.]

          [Note 102: _Voyez_ p. 271, Ire partie.]

Il n'est pas aussi facile de rendre raison de la juridiction que cette
église exerçoit sur la moitié du pont au Change. Voici toutefois une
conjecture qui ne semble pas dépourvue de vraisemblance. Nous avons
déjà remarqué que le pont au Change n'étoit pas situé d'abord au lieu
même où nous le voyons aujourd'hui, mais plus près du pont Notre-Dame;
et cette position le mettoit naturellement dans la dépendance de
Saint-Jacques-de-la-Boucherie. Lorsqu'on résolut de le bâtir plus bas
et hors du territoire de cette paroisse, il dut paroître juste de
l'indemniser, ce qu'on fit sans doute en lui attribuant la moitié de
ce pont. Cette opinion se fortifie, si l'on considère que la même
indemnité a été accordée à plusieurs autres églises paroissiales dans
des circonstances entièrement semblables[103].

          [Note 103: En jetant les yeux sur le plan du territoire de
          Saint-Germain l'Auxerrois, l'on voit une ligne qui coupe
          assez également la rivière par moitié dans sa longueur: la
          rive gauche reste à Saint-Sulpice et à Saint-André-des-Arcs;
          sur le grand bras, Saint-Germain à la droite, et
          Saint-Barthélemi la gauche. Quand on a construit des ponts,
          qu'on les a couverts de maisons, qu'on a placé auprès ou
          dessous des moulins, des gords[103-A], des bateaux à
          lessive, etc., l'usage a été de les attribuer aux paroisses
          qui étendoient leur territoire sur le rivage. Le pont
          Saint-Michel se trouvoit, par cette raison, partagé entre
          trois paroisses. (JAILLOT.)]

          [Note 103-A: Espèce de pêcherie que l'on construit dans une
          rivière, au moyen de deux rangs de perches qu'on y plante.]

Les confréries qui existoient à Saint-Jacques-de-la-Boucherie ont joui
autrefois de quelque célébrité. Avant que chaque paroisse de Paris
eût établi une société, ou fête particulière des clercs, la confrérie
générale de tous les clercs de la ville étoit dans cette église. La
confrérie de Saint-Charles, qui y fut instituée en 1617, avoit une
telle réputation, que deux de nos reines n'ont pas dédaigné de s'y
faire agréger. On voyoit dans une des chapelles une figure de saint
Georges assez remarquable, qu'avoit fait élever une confrérie du nom
de ce saint, dont l'origine remonte à l'an 1516. Mais la plus
singulière de ces associations étoit celle que le testament d'un
bourgeois de cette paroisse, nommé Jean de Fontenay, nous a fait
connoître: ce testament, daté de 1227, porte un legs fait à la
confrérie _de Roncevaux_, et nous apprend qu'elle avoit été établie
sur les récits qu'avoit faits assez récemment le faux _Turpin_ des
martyrs de cette vallée d'Espagne et des merveilles qu'on y voyoit; ce
qui étoit relatif à la fameuse bataille que Charlemagne donna dans cet
endroit, au paladin Roland, et au pélerinage de Saint-Jacques en
Galice.

Ces réunions fameuses, et qui existent de temps immémorial chez tous
les peuples de la terre, ont été, comme toutes les institutions
humaines, ou bienfaisantes ou funestes, suivant le bon usage ou l'abus
qu'on en a fait: elles tiennent dans l'histoire de Paris, relativement
à sa police et à ses moeurs, une place assez importante pour que nous
saisissions cette occasion de présenter quelques idées générales sur
leur origine et sur leurs différents caractères.


DES CONFRÉRIES.

L'homme est né pour la société: toutes les facultés que le Créateur
lui a données tendent à ce but, ne sont utiles, ne reçoivent leur
entier développement que dans ces rapports continuels qui le lient
avec ses semblables; et les sophistes du siècle passé, qui ont isolé
l'être pensant, sous prétexte de le mieux connoître, qui ont cherché
les sensations et les idées que pouvoit avoir cet homme primitif et
solitaire, enfant de leur imagination, n'ont prouvé autre chose que la
fausse subtilité de leur esprit et leur ignorance complète du coeur
humain.

La société, c'est l'ordre parmi les intelligences, c'est-à-dire leurs
justes rapports d'autorité et de dépendance, depuis la plus foible de
ces intelligences, jusqu'à Dieu qui est l'intelligence infinie et la
source de tout pouvoir, de toute intelligence, de toute société.

La famille est le premier type de toute société; et là, par la
position naturelle, ou, pour mieux dire, nécessaire des membres qui la
composent, s'établissent d'elles-mêmes ces relations de dépendances et
d'autorité qui en coordonnent toutes les parties, et que l'on voit
ensuite se développer sous des formes plus ou moins compliquées,
depuis la formation d'une simple bourgade, jusqu'à celle des cités,
des nations, des grands empires, qui réunissent sous des lois plus
générales un nombre plus ou moins grand de ces petites sociétés
domestiques.

Plus ces formes se compliquent, plus ces relations s'étendent, moins
elles peuvent être comprises par les intelligences vulgaires, qui sont
le plus grand nombre, et qui, n'appréciant point alors les avantages
qu'il y a pour elles dans l'obéissance, ne sentent plus que ce qu'il y
a de pesant et de rigoureux dans le pouvoir. Il faut donc en quelque
sorte diviser pour elles la société, la mettre pour ainsi dire à _leur
portée_, afin que, la connoissant, elles puissent l'aimer, et
l'aimant, la servir et lui demeurer fidèles. C'est dans cette vue tout
à la fois politique et paternelle, que, dans tous les grands états où
la juste mesure du pouvoir a été bien entendue, on a encouragé et
protégé ces associations partielles qu'une certaine conformité de
situation, d'industrie, de croyances ou d'opinions particulières,
formoit entre un certain nombre d'hommes, associations dont l'effet
étoit de simplifier l'action du gouvernement; et, le débarrassant de
la police à peu près impossible des individus, de ne plus soumettre à
cette action que des masses d'autant plus faciles à contenir et à
diriger qu'elles portoient en elles-mêmes tous les principes d'ordre
qui constituent la société.

Ces sociétés partielles, ou confréries, ont été ou _civiles_, ou
_religieuses_, suivant la nature des causes qui les avoient fait
naître.

On en rencontre de ces deux espèces chez tous les peuples de la terre:
les Pharisiens, les Esséniens, les Saducéens, les Réchabites étoient
autant de confréries différentes parmi les Juifs; on trouve chez les
Égyptiens une confrérie de flagellants en l'honneur de leur dieu
Sérapis; on voit Lycurgue distribuer ses Spartiates en plusieurs
associations, auxquelles il ordonne l'union, l'amitié, la vie commune;
deux autres législateurs, Romulus et Numa, instituent également des
communautés; et le dernier principalement, ayant séparé les diverses
professions qui s'exerçoient à Rome en autant de corporations, leur
donna à chacune un patron pris parmi leurs faux dieux. Cet usage, qui
se maintint pendant la république et sous les empereurs, fut adopté
par les premiers chrétiens, suivant le témoignage de Tertullien. Dès
les premiers siècles, ils fondèrent entre eux des associations, ou
confréries particulières, dans lesquelles ils introduisirent les
réglements des païens, lorsqu'ils leur semblèrent bons et utiles,
rejetant soigneusement tout ce qu'ils offroient d'impie et de
dangereux. Ces institutions, établies dans un esprit si nouveau,
furent également civiles et religieuses: les dernières étoient connues
sous le nom d'_Agapes_, et l'histoire de l'Église en a rendu célèbres
la sainteté et l'admirable discipline. Les autres, qui se composoient
des arts et métiers, commencèrent vers le temps d'Alexandre-Sévère: on
en érigea dans toutes les grandes villes; chacune se choisit un patron
et une église, où les frères assistoient en commun au service divin.
On trouve qu'il leur étoit aussi permis de faire quelque collecte
entre eux pour l'entretien de ce service et pour soulager les pauvres
de leurs communautés: en tout, le but de ces pieux associés étoit
d'attirer, par leurs bonnes oeuvres et leurs charités, la bénédiction
du ciel sur eux et sur leurs travaux.

Cependant ce qui est bon en soi-même, dès qu'il se corrompt, devient
d'autant plus mauvais que son origine étoit plus excellente et plus
sainte: _corruptio optimi pessima_. Nous apprenons par l'Écriture
quelles erreurs et quelles fausses doctrines les sectes judaïques
avoient ajoutées à la loi de Dieu; et si nous jetons les yeux sur les
nations païennes dont la civilisation fut toujours si imparfaite, où
le gouvernement ne connut presque jamais de juste milieu entre la
foiblesse extrême et l'extrême violence, sur ces nations dont le
despotisme des chefs ou l'anarchie des peuples composent presque toute
l'histoire, nous n'en voyons aucune chez qui ces associations
particulières n'aient, au milieu de leurs troubles civils, contribué
au désordre, excité l'attention et l'inquiétude des magistrats. Cela
est remarquable surtout chez les Romains, où elles étoient dangereuses
dès le temps de Cicéron; car, dans sa harangue contre Pison, il se
plaint de certaines sociétés établies nouvellement sous les titres
spécieux de colléges et de communautés, dont le prétexte étoit le
service des dieux, et le véritable but, de mauvais desseins contre la
république. Cette remontrance fit abolir une partie des confréries qui
existoient alors. Auguste, dans le nouvel ordre de choses qu'il
institua, poussa la réforme plus loin, et les détruisit presque
toutes. Alexandre Sévère les rétablit; et dans les premiers temps de
la religion chrétienne, elles furent, comme nous l'avons dit, parmi
les fidèles, des modèles de décence et de charité. Mais de si beaux
commencements ne se soutinrent pas; et par les réglements des conciles
et des empereurs chrétiens qui vinrent après, on voit qu'il étoit
nécessaire de veiller sur elles avec une extrême vigilance, à cause
des désordres et des scandales qui se commettoient dans plusieurs.

Les confréries des états modernes sont, comme celles des anciens,
civiles et religieuses; et l'on voyoit de ces sortes d'associations
répandues par toute la France. Plusieurs étoient utiles et
légitimement établies, d'autres ont été illicites et dangereuses. Il
en existoit un grand nombre à Paris, parmi lesquelles quelques-unes
ont été célèbres, et même ont joué un rôle dans l'histoire. Nous
essaierons de donner quelque idée des plus remarquables, ainsi que de
celles qui étoient établies dans d'autres parties du royaume.

Il y avoit plusieurs espèces de ces confréries.

1º. Les confréries établies uniquement par un motif de dévotion pour
le salut des âmes et l'édification de l'Église. Telle étoit celle qui
fut instituée à Paris, en 1168, sous le titre de confrérie de
Notre-Dame. Elle fut d'abord composée de trente-six prêtres et d'un
nombre égal de laïques, notables bourgeois, en mémoire des
soixante-douze disciples de J. C.; ensuite le nombre en fut porté
jusqu'à cent. Les femmes, qui, dans le principe, en avoient été
exclues, y furent admises l'an 1224, au nombre de cinquante. La reine
et plusieurs dames pieuses et du premier rang désirèrent d'y être
reçues; de manière que la société fut, depuis ce temps, divisée en
trois classes, lesquelles furent toujours composées des personnes les
plus qualifiées de la ville. Quant aux exercices réglés par les
statuts, ils consistoient dans la célébration journalière du service
divin, une procession générale en certain temps, des aumônes et des
prières que les confrères devoient faire les uns pour les autres, etc.
Telles étoient encore les confréries du Saint-Sacrement, du Saint-Nom
de Jésus, de la Sainte-Vierge et autres semblables, dont les membres
n'avoient d'autre objet que de travailler à leur propre
sanctification.

2º. Les confréries établies pour des oeuvres de charité. Il y en avoit
dans la plus grande partie des paroisses de la France, et surtout à
Paris. Les unes secouroient les pauvres honteux, les autres
assistoient les malades indigents, et quelques-unes, sous le titre de
_Confrères de la Mort_, ensevelissoient les défunts et assistoient à
leurs obsèques.

3º. Les confréries de Pénitents. Elles portoient différentes
dénominations; et ceux qui en étoient membres exerçoient sur eux
certaines austérités en esprit de pénitence. On les a quelquefois
nommés _flagellants_, à cause des disciplines publiques qu'ils se
donnoient dans leurs processions générales: ils y paroissoient revêtus
d'une tunique de toile blanche, rouge ou bleue, avec un capuchon qui
leur couvroit le visage; et de là ils ont été appelés _Pénitents
bleus, rouges ou blancs_. Toutefois il n'y avoit en France de
semblables associations que dans les provinces voisines de l'Italie,
d'où elles tirent leur origine.

4º. La quatrième espèce de confrérie avoit été érigée à l'occasion des
pélerinages. Telles étoient à Paris celles du Saint-Sépulcre, aux
Cordeliers; de Saint-Jacques, en son église rue Saint-Denis; de
Saint-Michel, en sa chapelle dans la cour du Palais, pour ceux qui
avoient fait les pélerinages de Jérusalem, de Compostelle ou du
Mont-Saint-Michel. On y recevoit également toutes les personnes
dévotes qui vouloient s'y engager et participer aux mérites et aux
prières des pélerins.

5º. Venoient ensuite les confréries instituées par les négociants,
pour attirer sur leur commerce les bénédictions du ciel. Telle fut
celle qu'une compagnie des plus riches bourgeois de Paris établit,
l'an 1170, sous le titre de _Confrérie des marchands de l'eau_.
L'accroissement de la ville, et les nouveaux besoins d'une population
qui, de jour en jour, devenoit plus nombreuse, donnèrent naissance à
cette compagnie; car jusque-là, c'est-à-dire depuis le ravages des
Normands, cette capitale, renfermée dans des bornes très-étroites,
avoit tiré de son propre territoire et des provinces voisines tous les
secours nécessaires à sa consommation; et le sel étoit la seule denrée
qu'elle reçût par la rivière. Ces négociants, rassemblés pour faire un
commerce plus étendu par eau, achetèrent des religieuses de
Haute-Bruyère une place hors de la ville pour y construire un port, et
fondèrent leur confrérie dans l'église de ce monastère. Cette place,
qui leur fut cédée moyennant certaines redevances qu'ils payèrent à
ces religieuses, retint le nom de _Port-Popin_, du nom d'un bourgeois
de Paris à qui elle avoit appartenu; et Louis-le-Jeune, alors régnant,
confirma cette acquisition et approuva cet établissement par des
lettres-patentes de la même année 1170. À peine cette confrérie
fut-elle établie, que celle de Notre-Dame, qui étoit plus ancienne de
deux ans et plus considérable, tant par la qualité que par le nombre
des personnes qui la composoient, prit le titre de _grande confrérie_,
pour se distinguer de l'autre; titre qu'elle a gardé jusqu'au dernier
moment de son existence. Dans la classe de cette confrérie des
_marchands de l'eau_, doit être comprise celle des six corps des
marchands de Paris[104].

          [Note 104: Les drapiers, les épiciers, les merciers, les
          fourreurs, les bonnetiers et les orfévres.]

6º. Les officiers de justice avoient aussi leurs confréries
distinguées des autres, et formant une classe à part. Il y avoit à
Paris celle des notaires, établie dans la chapelle du Châtelet en
1300; celles de la compagnie du lieutenant criminel de robe-courte, de
la compagnie du guet, des huissiers à cheval et des sergents à verge.

7º. Celles des artisans étoient en aussi grand nombre qu'il y avoit
d'arts et métiers. Chaque communauté, de même que dans les premières
confréries chrétiennes, avoit son patron, se rassembloit dans une
église particulière, et avoit la liberté de se faire des statuts. Ceci
commença à être réformé sous le règne de saint Louis par Étienne
_Boislève_; et depuis ce temps ils furent obligés d'avoir recours au
magistrat pour obtenir des réglements, ou du moins pour homologuer les
articles qu'ils avoient arrêtés.

8º. Une confrérie fort extraordinaire et d'une espèce toute
particulière est celle qui se forma à Paris en 1402, sous le titre de
_Confrères de la Passion_; elle avoit pour objet de représenter sur un
théâtre public les mystères de la vie de Jésus-Christ, les actes des
martyrs, etc. Nous y reviendrons.

9º. Enfin il y a eu des confréries de factieux, qui ont paru à
certaines époques, et qui, comme celles dont se plaignoit l'orateur
romain, se couvroient du voile spécieux de la religion pour troubler
l'État. Divers conciles du treizième siècle prononcèrent anathème
contre des sociétés de ce genre, qui s'étoient élevées en plusieurs
parties de la France, et qui la troubloient par leurs violences et
leurs désordres. Tels étoient encore ces _Pénitents bleus_, qui, du
temps de la Ligue, se rassemblèrent à Bourges, par un esprit de
révolte contre l'autorité royale. Mais la plus remarquable est celle
qui s'établit à Paris en 1357, sous le titre de Notre-Dame. Étienne
Marcel, prévôt des marchands, en fut le chef; et tout ce qu'il y eut
de séditieux, de gens malintentionnés, s'y enrôlèrent. Ils avoient
pour but de traverser, dans l'administration du royaume, Charles V,
alors dauphin et régent pendant la captivité de son père. On verra par
la suite tous les désordres, tous les meurtres, tous les malheurs que
cette faction causa dans Paris. Charles, parvenu à la couronne après
la mort du roi Jean, accorda une amnistie à ces rebelles, et en même
temps cassa leur confrérie par des lettres-patentes du mois d'août
1358.

Ces pernicieuses sociétés sont heureusement rares, et depuis le règne
de Henri IV, on n'en voit plus reparoître en France. Quant aux
confréries d'artisans, elles avoient leurs inconvénients comme toute
autre institution humaine: elles étoient quelquefois tumultueuses, et
demandoient une surveillance qui parut, à certaines époques, fatiguer
le gouvernement, car on les voit entièrement abolies sous François
Ier, rétablies ensuite et abolies de nouveau sous Charles IX; enfin,
sous Louis XIV, il fut expressément défendu d'en former aucune sans la
permission particulière du roi. De telles variations dans leur
existence prouvent toutefois qu'on en sentoit aussi les avantages; et
ces avantages, fort au-dessus des inconvénients, n'ont jamais été
mieux appréciés que depuis que la révolution les a détruites; cette
destruction ayant été l'une des causes les plus actives de la
corruption des classes inférieures de la société.



L'HÔPITAL

DE SAINTE-CATHERINE.

En rentrant dans la rue Saint-Denis et en la remontant, on rencontroit
cet hôpital, lequel étoit situé au coin de cette rue et de celle des
Lombards. Son premier nom connu est celui d'_hôpital des pauvres de
Sainte-Opportune_. Le nombre et la célébrité des miracles opérés par
l'intercession de cette sainte, attiroient une foule de pélerins à
l'église qui porte son nom; vis-à-vis on bâtit un hospice pour les
recevoir: telle est l'origine de cet hôpital. Quant à l'époque où il
fut fondé, il est impossible de la fixer. Les anciens titres ayant été
perdus, le roi y suppléa par des lettres-patentes du mois de mars
1688, dans lesquelles, d'après un exposé des religieuses de cette
maison, on en fait remonter l'origine jusqu'au onzième siècle, mais
sans pouvoir en donner aucune preuve. Les historiens de Paris la
rapportent à l'an 1184[105]. Un auteur plus moderne[106] la place dans
le neuvième siècle, plusieurs à d'autres époques, sans qu'aucun
fournisse la moindre autorité au soutien de son opinion. Le plus
ancien titre qui fasse mention de cet édifice est une lettre de
Maurice de Sully, évêque de Paris, au sujet de la donation faite par
Thibauld d'une maison sise rue des Lombard, à l'hôpital des pauvres de
Sainte-Opportune; cet acte, qui est de 1188, a été publié par Dubreul.
Il paroît, par divers autres titres du treizième siècle[107], que cet
établissement étoit alors administré par un maître et par des frères;
et que dès lors il portoit le nom de _Sainte-Catherine_, la chapelle
ayant été dédiée sous ce vocable[108]. En 1328 le régime avoit été
changé, et il y avoit dans cette maison un maître ou proviseur, des
frères et des _soeurs_. Cette union subsista jusqu'au seizième siècle;
et depuis, l'administration en fut commise aux seules religieuses,
sous l'inspection et l'autorité d'un supérieur ecclésiastique nommé
par l'évêque; ce changement se fit, selon les uns, en 1521, selon
d'autres, en 1557[109].

          [Note 105: Hist. de Par., I. I, p. 207.]

          [Note 106: Merc. de Fr., octob. 1755.]

          [Note 107: Ces titres sont différentes bulles d'Honoré III,
          du 17 janvier 1222; de Grégoire IX, du 23 mai 1231, etc.]

          [Note 108: On trouve cependant des actes postérieurs qui lui
          donnent son ancien titre. Lebeuf, t. Ier, p. 319 et 322.]

          [Note 109: Hist. de Par. t. I, p. 207. _Hist. eccles. Par._,
          t. I, p. 147. Le Maire, t. III, p. 185.]

Les religieuses de cet hôpital suivoient la règle de saint Augustin.
Leurs principales fonctions étoient de loger et de nourrir les femmes
ou filles qui cherchoient à entrer en condition; elles leur donnoient
l'hospitalité, et le nombre de ces pauvres femmes se montoit
ordinairement à quatre-vingt-dix. Elles recevoient aussi les personnes
qui arrivoient de la province pour des procès ou affaires
particulières, et qui n'avoient pas le moyen de se procurer un asile;
enfin elles se chargeoient de faire enterrer au cimetière des
Saints-Innocents les personnes noyées ou mortes dans les rues de Paris
et dans les prisons[110]. Les statuts d'Eustache du Bellay avoient
d'abord fixé le nombre de ces religieuses à neuf; mais la sage
administration de leurs revenus leur ayant permis d'augmenter leurs
bâtiments, leur communauté se trouvoit, dans les derniers temps,
composée de trente soeurs, religieuses ou novices.

          [Note 110: C'étoient là ces êtres inutiles et dangereux,
          fardeau de la société, que l'on a chassés de leurs maisons,
          que l'on a voués à toutes les misères, à tous les opprobres,
          sans pouvoir vaincre leur constance ni lasser leur
          résignation.]

Dans ces bâtiments, elles avoient obtenu de comprendre une rue ou
ruelle, qui passoit à côté de la principale porte de leur maison, et
qui paroît avoir communiqué de la rue Saint-Denis dans celle de la
Vieille-Monnoie. Jaillot pense que c'est celle dont il est fait
mention dans le _Nécrologe_ de l'église de Paris, sous le nom de
ruelle de _Garnier-Maufet_.

Sur la porte extérieure de cet hôpital étoit une statue de sainte
Catherine, faite, en 1704, par Thomas _Renaudin_, sculpteur de
l'académie royale[111].

          [Note 111: Cet hospice est devenu le magasin d'un marchand
          d'étoffes, qui a pour enseigne l'image de sainte Catherine.]



SAINT-JOSSE.

Cette petite église paroissiale s'élevoit au coin des rues
Aubry-le-Boucher et Quinquempoix.

Des traditions et des légendes apocryphes, adoptées par quelques
historiens de Paris, en font remonter l'origine jusqu'au septième
siècle; les uns prétendent que c'étoit un hôpital dès le temps que
saint Fiacre vint à Paris, vers l'an 620, et que ce saint y avoit
logé; d'autres ajoutent que ce même lieu servoit aussi d'habitation à
saint Josse, fils d'un roi de la petite Bretagne, dans les différents
voyages qu'il fit dans cette ville. Toutes ces assertions manquent de
preuves suffisantes. Il ne reste aucun titre qui prouve qu'il y eût,
au septième siècle, des hôpitaux dans la partie de Paris appelée la
_Ville_. Les actes les moins suspects de la vie de saint Josse ne
parlent que d'un seul voyage de ce saint à Paris, où il paroît qu'il
ne fit que passer; et l'on ne voit point que saint _Fèfre_, ou Fiacre,
y ait demeuré, ni même qu'il y soit venu. Sans perdre du temps à lever
des difficultés si peu importantes, et à rapporter les conjectures des
divers auteurs, il nous suffira de dire que la chapelle Saint-Josse
n'a pu exister avant le neuvième siècle, puisque le culte de ce saint
n'a été établi que depuis ce temps, et que le titre qui l'érige en
paroisse est du mois d'avril 1260. Dans ce titre, il n'y est point dit
qu'il y eût jamais eu un hôpital en cet endroit; et elle y est
représentée comme une petite église nouvellement construite, _de novo
fundata_.

Ce fut à l'occasion des nouveaux murs élevés par Philippe-Auguste que
la destination de cette chapelle fut changée. Elle venoit d'être
renfermée dans la ville, et les paroissiens de l'église Saint-Laurent,
dont le territoire s'étendoit jusque là, représentèrent la nécessité
de l'ériger en succursale, ou en paroisse. Ils alléguoient
l'éloignement de Saint-Laurent (_propter intolerabilem distantiam_),
et la difficulté d'administrer la nuit et à une telle distance les
sacrements aux malades et aux mourants. Ces motifs parurent devoir
l'emporter sur l'intérêt personnel du curé de Saint-Laurent, qui
s'opposoit à leur juste demande; et les obstacles qu'il avoit fait
naître furent levés, moyennant un accord stipulé par des arbitres que
l'évêque avoit nommés à cet effet. Il fut convenu que, du consentement
du prieur de Saint-Martin-des-Champs, qui nommoit à la cure de
Saint-Laurent, et du curé de cette dernière église, la chapelle
Saint-Josse seroit déclarée paroissiale, moyennant certaines
redevances envers les deux parties intéressées, et qu'elle auroit pour
paroissiens tous ceux qui, dans la nouvelle enceinte, étoient
auparavant de la paroisse Saint-Laurent.

Le chevet de cette chapelle étoit autrefois tourné vers l'orient:
lorsqu'on la reconstruisit, en 1679, l'autel fut placé au nord, contre
l'ancien usage, et il resta dans cette position jusqu'à la destruction
de l'église. C'étoit un bâtiment très-petit et de forme carrée; le
portail avoit été élevé, jusqu'à la première corniche, sur les dessins
d'un habile architecte de ce temps, nommé _Gabriel le Duc_; mais on ne
les suivit point pour le reste de l'édifice, que l'on fit moins long
et moins haut qu'il ne l'avoit projeté.


     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE SAINT-JOSSE.

     TABLEAUX.

     Sur le maître-autel, une présentation au temple, par un inconnu.

     Un saint Sébastien, par _Martin Fréminet_: ce tableau étoit
     estimé des connoisseurs[112].

          [Note 112: Martin Fréminet vivoit sous Henri IV et Louis
          XIII. C'étoit un imitateur de Michel-Ange, dont il avoit
          pris tous les défauts et saisi quelques beautés.]

Cette paroisse étoit extrêmement circonscrite: les maisons de la rue
Aubry-le-Boucher et de la rue Quinquempoix, qui touchoit à l'église,
n'en faisoient point partie. Son territoire comprenoit un carré formé
par l'autre côté de ces deux rues et par la rue Saint-Martin, plus
trois maisons de la même rue, à commencer par celle qui fait l'angle
gauche de la rue des Ménétriers; et enfin, douze ou treize maisons qui
sont à la gauche dans cette dernière rue, en y entrant par la rue
Saint-Martin; ce qui formoit en tout vingt-neuf maisons[113].

          [Note 113: Lebeuf, tome II, page 489. Il ne reste plus
          maintenant aucun vestige de cette église, dont la place est
          occupée par une maison particulière.]



LE CHAPITRE

DU SAINT-SÉPULCRE.

C'étoit dans la rue Saint-Denis, au-dessus du marché des Innocents, et
après la rue Aubry-le-Boucher, qu'étoit située cette ancienne
communauté; elle a été entièrement détruite dès les commencements de
la révolution, et remplacée en partie par un bâtiment connu sous le
nom de _cour Batave_.

Le mauvais succès des croisades avoit ralenti par degré le zèle qui
les avoit fait naître; cependant il n'étoit point encore entièrement
éteint sous le règne de Charles-le-Bel. L'ardeur des sentiments
religieux étoit encore dans toute sa force; et dans cette ferveur de
christianisme qui animoit, soutenoit et tendoit sans cesse à
perfectionner la société, les hommes de bien étoient préparés à tous
les grands dévouements, ceux qui avoient commis des crimes, à toutes
les grandes expiations.

Au milieu de cette disposition des esprits, le pape Jean XXII crut
pouvoir solliciter, en 1324, une nouvelle croisade, dont certaines
circonstances empêchèrent ensuite l'exécution. Cependant, sur la
première demande qu'il en avoit faite, plusieurs avoient pris la croix
et se préparoient déjà à passer la mer. Ces nouveaux croisés, réunis
par le même voeu et par les mêmes intentions, cherchèrent un lieu où
ils pussent s'assembler et prendre des mesures convenables pour leur
voyage; et, en attendant le moment favorable pour l'exécution de ce
pieux dessein, ils formèrent une espèce de société, ou confrérie, à
laquelle se faisoient agréger tous ceux qui étoient animés du même
zèle et vouloient partager les mêmes travaux.

Louis de Bourbon, comte de Clermont, qui favorisoit leur projet, leur
donna, en 1325, une somme de deux cents livres parisis, pour acheter
un emplacement où ils pussent faire bâtir une église; et sa prévoyance
s'étendant même jusque sur l'avenir, il voulut qu'ils y joignissent un
hôpital pour les pélerins qui passeroient à Paris, en allant au
Saint-Sépulcre, ou en revenant de ce pélerinage. La place fut achetée;
la première pierre de l'église fut posée le 18 mai 1326[114], et le
vendredi devant Noël de l'année suivante, on y chanta la première
messe: ce qui fut constaté par une inscription qu'on voyoit sur le
portail.

          [Note 114: Archiv. du Saint-Sépulcre, inv., p. 255.]

La construction de cet édifice fit naître diverses contestations.
L'évêque, le chapitre de Notre-Dame et celui de Saint-Méri, sur la
censive desquels il se trouvoit, prétendirent respectivement qu'il
étoit dans leur dépendance; et d'un autre côté, plusieurs curés de
Paris, pour la conservation de leurs droits curiaux, s'opposoient aux
enterrements qu'on vouloit y faire. On mit fin à ces différends, en
donnant la juridiction de l'église au chapitre de Notre-Dame, et les
curés obtinrent que les corps de ceux qui voudroient être enterrés au
Saint-Sépulcre, seroient d'abord portés à leur paroisse[115]; par le
même accord, il fut convenu que le chapitre disposeroit,
alternativement avec les confrères, des prébendes, qui n'étoient alors
qu'au nombre de trois, dotées chacune de 40 livres de rente;
conservant d'ailleurs tous les droits de juridiction, visite,
correction sur les chanoineries, prébendes et chapelles que les
confrères pourroient fonder par la suite. Il se réserva en outre la
justice sur l'église et sur le territoire de l'hôpital que l'on
projetoit de construire, territoire dont l'étendue fut fixée à un
arpent et la centième partie d'un arpent.

          [Note 115: Part. I., fol. 154.--Cart. épisc., fol. 323.]

Cependant cet hôpital ne fut point bâti, parce que ces premiers
croisés ne réussirent point à faire partager le zèle qui les dévoroit
à un assez grand nombre de prosélytes, et que l'on commençoit à se
dégoûter de ces entreprises lointaines, et qui, jusqu'à ce moment,
avoient eu si peu de succès. Alors on imagina de fonder de nouveaux
bénéfices avec les revenus qu'avoient produits la piété et la
libéralité des confrères, dont le nombre montoit, en 1338, à plus de
mille. Plusieurs de ces bénéfices furent érigés en canonicats par le
chapitre de Notre-Dame. En 1551 on y comptoit seize chanoines et
dix-sept chapelains.

Le vain titre d'hôpital fut cependant préjudiciable à cette
communauté: car il parut suffisant pour la faire comprendre dans le
nombre des maisons de ce genre qui furent réunies par l'édit de
1672[116] aux ordres de Notre-Dame du Mont-Carmel et de Saint-Lazare;
et ce n'est qu'en 1693 que les choses furent remises sur l'ancien
pied, par un édit nouveau qui annuloit le premier. À cette époque les
chanoines obtinrent, par un autre arrêt, l'exclusion des confrères et
la régie des biens dont ils jouissoient. En cela il ne leur fut donné
que ce qu'il étoit juste qu'on leur accordât; car il leur fut facile
de prouver qu'il n'y avoit jamais eu d'hôpital au Saint-Sépulcre, que
toutes leurs possessions leur avoient été concédées pour fondations
de chapelles et de services; et par conséquent qu'il étoit inutile que
les confrères en eussent l'administration. Ils firent voir d'ailleurs
qu'un article des statuts de 1329 leur accordoit déjà la régie de ces
biens.

          [Note 116: Cet édit avoit été obtenu par le marquis de
          Louvois, qui étoit alors vicaire général de ces deux
          ordres.]

À peine furent-ils devenus administrateurs, qu'ils renouvelèrent la
demande qu'ils avoient déjà faite plusieurs fois de la réduction de
leurs prébendes, afin qu'ils pussent, disoient-ils, acquitter les
dettes contractées par la confrérie. Le cardinal de Noailles, après
l'information légale, donna son décret le 28 juillet 1713. Les
canonicats furent réduits à douze et les chapellenies à onze. Ces
bénéfices étoient à la nomination alternative de deux chanoines de
Notre-Dame, qui avoient ce droit attaché à leurs prébendes.


     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE DU SAINT-SÉPULCRE.

     TABLEAUX.

     Sur le maître-autel, la résurrection de N. S., par _Lebrun_[117].
     Sur le devant du même autel, une descente de croix par un peintre
     ancien et inconnu.

     Dans la quatrième chapelle à gauche, saint Jérôme dans le désert,
     par _La Hire_.

          [Note 117: On prétend que le ministre Colbert, qui avoit
          fait la dépense de ce tableau, y étoit représenté, tenant un
          des coins du linceul.]


     SCULPTURES.

     Sur le portail de l'église, un bas-relief représentant la
     sépulture de N. S.

     Au-dessus de la porte du cloître, rue Saint-Denis, une statue de
     J.-C., par _Jean Champagne_, élève du Bernin.

L'église du Saint-Sépulcre étoit une des quatre collégiales
dépendantes de Notre-Dame, et que l'on nommoit _les quatre Filles de
la cathédrale_. Elle jouissoit de tous les droits paroissiaux sur ceux
qui demeuroient dans l'enceinte de son cloître ou de son territoire;
et les fonctions curiales étoient remplies par le chanoine de semaine.
Mais en raison de ce rapport de dépendance, qui existoit entre cette
collégiale et le chapitre de l'église de Paris, ses membres ne
pouvoient faire pour eux ce qu'ils faisoient pour les autres; et les
chanoines et bénéficiers du Saint-Sépulcre, de même que ceux des
autres _Filles_ de Notre-Dame, recevoient les derniers sacrements et
la sépulture d'un bénéficier de cette église, député par le
chapitre[118].

          [Note 118: _V._ pl. 30; et sur la _cour Batave_, qui a
          remplacé cette église, _voyez_, à la fin de ce quartier,
          l'article _Monumens nouveaux_.]



LES RELIGIEUSES

DE SAINT-MAGLOIRE.

Leur monastère étoit aussi dans la rue Saint-Denis, au-dessus de
l'église du Saint-Sépulcre. On sait que les chanoines de
Saint-Barthélemi, dans la Cité, et les religieux qui leur furent
substitués, possédoient une chapelle de Saint-Georges hors des murs de
Paris; et que ces derniers, lorsqu'ils abandonnèrent leur ancienne
demeure pour venir s'établir dans l'endroit où étoit située cette
chapelle, lui transportèrent le nom de Saint-Magloire, que portoit
depuis long-temps l'église de Saint-Barthélemi. Avant ce changement de
domicile, Henri-le-Lorrain[119] leur avoit fait plusieurs donations de
terres: des lettres de Louis-le-Gros confirmèrent le don qu'il leur
avoit fait; et Guinebauld, qui étoit alors abbé de Saint-Magloire,
obtint de ce prince la permission d'y établir des religieux de sa
communauté pour y célébrer l'office divin. En 1138 la communauté
entière s'y transporta; et elle y resta jusqu'en 1572, que Catherine
de Médicis la fit transférer à Saint-Jacques-du-Haut-Pas, et mit à sa
place les Filles-Pénitentes, qui occupoient alors l'hôtel de Soissons,
dont elle avoit résolu de se faire un palais.

          [Note 119: Et non _duc de Lorraine_, comme l'a écrit
          Dubreul; puisque c'étoit alors Thierry ou son fils Simon
          Ier.]

Ce dernier ordre existoit depuis près d'un siècle; et tous les
historiens de Paris rapportent son institution à un cordelier nommé
Jean Tisserand. Ce prédicateur s'éleva si souvent, et avec tant de
force et d'onction, contre les excès du libertinage; il fit des
peintures si vives des châtiments qui devoient en être la suite, que
plusieurs femmes de mauvaise vie, touchées de ses discours, se mirent
sous sa conduite, et résolurent de réparer, par une vie édifiante, le
scandale de leurs désordres passés. On rapporte cette circonstance à
l'an 1492 ou 1493.

Le nombre de ces pénitentes augmenta tellement[120] qu'il fixa
l'attention, et qu'on crut nécessaire de les réunir et de leur
procurer un asile. Louis XII, alors duc d'Orléans, leur céda la moitié
de son hôtel de Bohème, depuis hôtel de Soissons, et engagea Charles
VIII à autoriser cet établissement, ce que fit ce dernier par ses
lettres-patentes du 14 septembre 1496. En même temps il eut soin de
faire approuver et confirmer cet ordre, sous la règle de saint
Augustin, par une bulle d'Alexandre VI. Peu de temps après, les
Filles-Pénitentes acquirent l'autre moitié de l'hôtel, de deux
domestiques[121] du duc d'Orléans auxquels ce prince en avoit fait don
lorsqu'il fut monté sur le trône. Le contrat de cette acquisition,
faite au prix de 2000 écus d'or couronnés, est de l'an 1500. Dans les
commencements de leur établissement, elles étoient si pauvres, qu'on
leur permit de sortir de leur cloître pour quêter leur subsistance;
mais dès qu'elles eurent amassé de quoi vivre, elles observèrent une
exacte clôture.

          [Note 120: Il en avoit, dit-on, rassemblé plus de deux
          cents.]

          [Note 121: Pierre Lebrun, son valet de chambre, et Robert de
          Franzelles, son chambellan ordinaire. Ce dernier lui avoit,
          dit-on, gagné au jeu la part qu'il obtint dans cet hôtel.]

À peine les Filles-Pénitentes, sorties de l'hôtel de Soissons,
furent-elles en possession du monastère de Saint-Magloire, qu'elles en
prirent le nom; et c'est ainsi qu'elles sont indiquées dans tous les
actes et titres postérieurs. Les temps malheureux de la Ligue ayant
introduit la licence et le relâchement dans les monastères, cette
maison se ressentit, comme les autres, d'un désordre qui troubloit
d'ailleurs toutes les classes de la société. Lorsque le calme fut
rétabli, la réforme en fut confiée à huit religieuses de l'abbaye de
Montmartre, qui s'y transportèrent en 1616; et par le soin qu'elles
eurent d'abord d'adoucir l'austérité de quelques anciennes pratiques,
elles y rétablirent bientôt l'ordre et la régularité, qui depuis s'y
sont toujours maintenus.

On lit dans les statuts que leur donna Jean-Simon de Champigni, évêque
de Paris, un article par lequel il leur étoit défendu de recevoir
aucune novice qui n'eût fourni des preuves de ses foiblesses; et les
précautions qu'établit le bon prélat pour s'en assurer, et pour
empêcher cependant que le désir d'entrer dans cette communauté ne
portât de malheureuses filles à se livrer au libertinage, sont d'une
naïveté qui ressemble presque au scandale, et que, par cette raison,
nous ne rapporterons point ici. Cette loi bizarre fut bientôt abrogée,
et depuis long-temps on n'y recevoit plus, comme dans les autres
communautés, que des vierges pures et dignes de l'époux, qu'elles
avoient choisi. On fit aussi, à la même époque, le projet non moins
bizarre d'instituer, pour la conduite de ce monastère, des religieux
du même ordre, qui auroient fait leurs voeux entre les mains de la
supérieure; mais ce dessein resta sans exécution.


     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE SAINT-MAGLOIRE.

     SÉPULTURES.

     Dans cette église avoit été inhumé André Blondel, seigneur de
     Roquemont, et contrôleur des finances sous Henri II[122]; ce
     Blondel étoit Lyonnois, et devoit sa fortune à Diane de Poitiers,
     duchesse de Valentinois, si célèbre par sa beauté et par le long
     empire qu'elle exerça sur le coeur de Henri II[123].

          [Note 122: Sa veuve lui avoit fait élever un petit mausolée
          que l'on considère comme l'un des chef-d'oeuvres de _Paul
          Ponce_, sculpteur florentin qui vivoit sous François II.
          C'est un bas-relief en bronze, représentant un personnage
          debout, qui, d'une main, tient des pavots, de l'autre
          soutient sa tête légèrement penchée. Tous les historiens de
          Paris ont cru que cette figure étoit une image allégorique
          du sommeil: l'ayant examinée avec attention au musée des
          Petits-Augustins, où elle avoit été transportée, il nous a
          semblé que ce ne pouvoit être que le portrait d'André
          Blondel lui-même, parce qu'on y remarque une imitation naïve
          de la nature, qu'un sculpteur habile n'eût point aussi
          scrupuleusement suivie, en voulant exprimer un caractère
          idéal. Ce morceau, du reste, est remarquable, surtout par le
          moelleux des draperies et la vérité de l'attitude. (Déposé
          maintenant au Louvre.)]

          [Note 123: Sauval, qui avoit vu le testament que Diane fit
          en 1564, dit qu'elle y ordonne, si elle meurt à Paris,
          qu'avant de la transférer à Anet, où elle veut être
          enterrée, on la porte dans l'église de Filles-Repenties, et
          qu'on y fasse pour elle un service des morts.]

En 1525 et 1549 on découvrit, dans les jardins voisins de l'église,
plusieurs ossements, avec des chaînes de fer et des potences, ce qui
fit croire à plusieurs que ce lieu avoit été anciennement la place de
la justice patibulaire de Paris. Jaillot pense que c'étoit celle de
Saint-Magloire, dont la prison étoit voisine. On sait que sous le
régime féodal, tel qu'il étoit devenu vers la fin de la seconde race
et au commencement de la troisième chaque seigneur avoit le droit de
justice sur ses terres, et, attentif à soutenir ce privilége,
réclamoit très-fortement les coupables dont le crime avoit été commis
sur sa censive, pour les faire condamner à son tribunal particulier.
Dans le cas d'exécution, les corps des suppliciés n'étoient point
portés au gibet public, qui n'appartenoit qu'au roi, mais aux piliers
du seigneur qui les avoit fait punir[124].

          [Note 124: L'église et le monastère de Saint-Magloire ont
          été remplacés par des maisons particulières. (_Voy._ pl.
          30.)]



L'ÉGLISE

DE SAINT-LEU ET SAINT-GILLES.

Les religieux de Saint-Magloire, après avoir quitté la Cité, et s'être
établis dans leur chapelle Saint-Georges, avoient permis d'élever des
habitations sur le terrain qui dépendoit de leur monastère, mais sous la
condition que les habitants seroient paroissiens de Saint-Barthélemi.
L'éloignement où le Bourg-l'Abbé et les rues voisines étoient de cette
église les détermina depuis à consentir que ceux qui demeuroient dans ce
quartier fissent célébrer, à leurs frais, l'office divin à un autel qui
fut élevé à cet effet dans leur propre église. Dubreul dit avoir vu des
titres qui spécifioient qu'il étoit placé du côté méridional du choeur, et
sous l'invocation _de Saint-Leu et Saint-Gilles_. Il auroit dû dire
simplement _Saint-Gilles_: car certainement ce saint fut d'abord le seul
patron de cette paroisse, et ensuite long-temps nommé le premier. Tout
porte à croire que le nom de saint Leu (ou Loup), évêque de Sens, n'a été
joint au premier vocable, que parce que sa fête étoit célébrée le 1er
septembre, le même jour que celle de saint Gilles[125].

          [Note 125: Il y a plusieurs raisons très-fortes pour appuyer
          cette opinion. 1º L'abbaye possédoit seulement des reliques
          de saint Gilles et non de saint Leu; 2º dans les livres
          ecclésiastiques de Paris, du treizième siècle, on voit saint
          Gilles avec un office propre, au 1er septembre, et saint
          Loup remis à un autre jour, ou réduit à une simple
          commémoraison; 3º dans tous les titres de ce temps, relatifs
          à cette église, on lit toujours: _Ecclesia SS. Egidii et
          Lupi_.]

Le nombre des paroissiens s'étant successivement augmenté, et
l'enceinte qu'avoit fait élever Philippe-Auguste rendant la
communication plus difficile entre la ville et les faubourgs, les
religieux de Saint-Magloire et le curé de Saint-Barthélemi, sur les
nouvelles représentations qui leur furent faites, consentirent qu'on
bâtît, près du monastère, une chapelle succursale, dépendante de
l'ancienne paroisse; cet accord est de l'an 1235. Mais cette chapelle
se trouva bientôt trop petite; car on voit, par un ancien titre[126],
qu'au mois de novembre 1270 on en faisoit construire une nouvelle.

          [Note 126: _Cartul. S. Magl._, fol. 76.]

En 1319, l'église Saint-Gilles n'étoit encore qu'une chapelle
succursale: elle fut rebâtie de nouveau l'année suivante, et les
religieux de Saint-Magloire permirent qu'on y mît deux petites
cloches qui pussent être entendues dans les rues Aubry-le-Boucher et
Bourg-l'Abbé où étoient des maisons qui en dépendoient; le caractère
de construction de la nef indique en effet ce temps-là, quoiqu'il
paroisse que depuis on l'a rendue plus solide[127]. Vers la fin du
même siècle on songea à agrandir cette église, et les marguilliers
achetèrent, dans cette intention, quelques portions du terrain qui
l'environnoit; mais plusieurs obstacles empêchèrent que le projet ne
fût alors exécuté.

          [Note 127: Lebeuf, p. 296.]

Cette église étoit encore succursale en 1611, lorsqu'on jeta les
fondements du choeur, lequel fut construit dans un goût moderne[128]
tout-à-fait différent du reste. Enfin, en 1617, Henri de Gondi,
cardinal et évêque de Paris, la sépara de Saint-Barthélemi et l'érigea
en église paroissiale[129].

          [Note 128: En 1727 on fit encore à cette église plusieurs
          réparations considérables; on en changea presque entièrement
          l'intérieur, de manière que cette église étoit une des plus
          agréablement décorées de Paris. La charpente entière du
          clocher de l'horloge fut transportée, la même année, de la
          tour sur laquelle elle étoit, et qui menaçoit ruine, sur une
          autre tour nouvellement bâtie, haute de douze toises, et
          distante de vingt-quatre pieds. Cette manoeuvre se fit
          heureusement, par le moyen d'un grand échafaud sur lequel on
          fit rouler le clocher, lequel avoit sept pieds et demi de
          diamètre sur trente-cinq d'élévation, ce qui se fit sans
          toucher au plomb de la couverture, aux plates-bandes de fer,
          etc., et sans déplacer la grosse cloche de l'horloge, qui
          pesoit au moins deux milliers. Cette manoeuvre hardie fut
          exécutée par un charpentier nommé Guérin. (_Voy._ pl. 30.)

          Dans le temps qu'on faisoit ces réparations, on détruisit
          une pierre bise qui étoit au second pilier à droite en
          entrant dans la nef. Sur cette pierre étoient les armes et
          l'épitaphe, en vers latins, de _Jean Louchart_ et de _Marie
          de Brix_ sa femme. Ce Jean Louchart étoit un des plus
          déterminés ligueurs, et un de ceux qui eurent le plus de
          part à la mort du président _Brisson_, de _Claude Larcher_
          et de _Jean Tardif_. Il fut aussi l'un des quatre factieux
          que le duc de Mayenne fît pendre dans la salle basse du
          Louvre, le 4 décembre 1591.

          En 1780, de nouvelles réparations furent faites dans le
          choeur de cette église, sous la direction de M. de Wailly.
          Le sol du sanctuaire fut exhaussé, et l'on pratiqua
          au-dessous une chapelle souterraine dans laquelle on descend
          par deux escaliers. Le grand autel reçut en même temps une
          nouvelle décoration.]

          [Note 129: Elle possédoit, dès 1450, trois chapelles
          établies par fondation, et qui étoient à la nomination
          alternative de l'évêque de Paris et de l'abbé de
          Saint-Magloire. Il y avoit aussi une confrérie de
          l'Ange-Gardien, instituée par Henri de Gondi, cardinal de
          Retz et évêque de Paris.]


     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE SAINT-LEU ET SAINT-GILLES.

     TABLEAUX.

     Sur le maître autel, une Cêne par Porbus[130] Dans le choeur, une
     Nativité et un Saint-Gilles, par _Oudry_; la Résurrection, par
     _Bertin_; la Pentecôte et une copie de Raphaël, par des peintres
     inconnus.

          [Note 130: Ce tableau passoit pour être le chef-d'oeuvre de
          Porbus; et l'on prétend même que le célèbre Poussin le
          regardoit comme un des plus beaux qu'il eût jamais vus.
          Cette tradition peut paroître suspecte: car enfin Porbus,
          qui a excellé dans le portrait, qui, de même que les
          meilleurs peintres flamands, est remarquable par l'éclat et
          la vérité de son coloris, n'avoit point, comme dessinateur,
          la science, la pureté et l'élévation, qui seuls auroient pu
          lui mériter un si magnifique éloge de la part d'un homme tel
          que le Poussin. Toutefois, nous ne pouvons entièrement
          rejeter cette anecdote racontée par tous les historiens de
          Paris; et quoique les jugements qu'ils portent sur les
          productions des arts, soient ordinairement fort erronés,
          n'ayant point vu ce tableau, et ne sachant pas même ce qu'il
          est devenu, nous ne pouvons savoir si effectivement Porbus
          ne s'est pas surpassé en cette circonstance.]

     Dans la chapelle à droite, Jésus-Christ et la Samaritaine, par
     Restout.

     Dans la chapelle à gauche, une Annonciation par le même. Dans la
     nef, un couronnement d'épines et un Christ, par _Mérelle_; une
     Vierge et l'enfant Jésus adoré par des anges; Notre Seigneur au
     jardin des Olives; la Vierge pleurant sur le corps de son fils;
     un saint Jacques; Tobie rendant la vue à son père, par des
     peintres inconnus.

     Derrière l'oeuvre, les disciples d'Emmaüs, par un peintre
     inconnu.

     SÉPULTURES.

     Dans cette église avoit été inhumée Marie de Landes, épouse de
     Guillaume de Lamoignon, premier président au parlement de
     Paris[131].

          [Note 131: Son monument, exécuté par Girardon, se composoit
          d'une pyramide en marbre blanc jaspé, que surmontoit une
          urne cinéraire en marbre blanc; l'urne étoit accompagnée de
          deux génies, dont l'un soutenoit le portrait en médaillon de
          madame de Lamoignon. Au-dessous le sculpteur avoit
          représenté, dans un bas-relief, un événement remarquable et
          qui fait le plus grand honneur à la mémoire de cette
          illustre dame. Elle avoit ordonné qu'on l'inhumât aux
          Récollets de Saint-Denis; mais il arriva que son corps ayant
          été déposé dans l'église de Saint-Leu, avant d'être
          transporté dans ce couvent, les pauvres de cette paroisse,
          qu'elle avoit comblés de ses bienfaits, se rassemblèrent,
          s'emparèrent des restes précieux de celle qu'ils avoient
          toujours regardée comme leur mère, et profitant d'un moment
          où l'église étoit déserte, creusèrent une fosse et l'y
          enterrèrent. C'est cette action si touchante que son fils,
          M. de Lamoignon, président à mortier au parlement, avoit
          confiée au ciseau de l'artiste[131-A].]

          [Note 131-A: Nous ignorons ce qu'est devenu ce monument qui
          n'a point été déposé au musée des Petits-Augustins.]

Le territoire de cette paroisse s'étendoit sur toutes les maisons
situées à droite dans la rue Saint-Denis, depuis l'église du
Saint-Sépulcre exclusivement; jusqu'à la rue Greneta. Elle continuoit
à droite un peu au-delà de la rue Bourg-l'Abbé, renfermant cette rue
en entier et une partie de celle du Grand-Hurleur. Elle possédoit
aussi tout le côté droit de la rue aux Ours, en y entrant par la rue
Saint-Denis, et en y joignant le coin de la rue Saint-Martin. Il faut
y ajouter quelques maisons de la rue Quinquempoix, une partie du côté
gauche de la rue aux Ours, la rue du Petit-Hurleur en entier, le
cul-de-sac de la Porte aux Peintres, la rue Salle-au-Comte, et celle
de Saint-Magloire. Enfin elle faisoit un écart jusque dans la rue
Aubry-le-Boucher, où elle possédoit aussi quelques maisons.

C'étoit un ancien usage, dans l'église de Saint-Leu, de faire des
prières pendant neuf jours, à l'occasion de l'avénement de nos rois à
la couronne. Le 14 octobre 1716, la duchesse de Ventadour, gouvernante
de Louis XV, assista dans cette église à la messe qui terminoit la
neuvaine qu'on venoit d'y faire pour le jeune roi; et cet événement
parut digne d'être consacré dans un tableau où on voyoit Louis XV, sa
gouvernante, le duc d'Orléans, régent du royaume, le duc de Bourbon,
le maréchal de Villeroi, qui tous adressoient leurs prières à saint
Leu. Ce tableau étoit placé à droite dans le choeur de cette église.

On ignore à quelle époque et à quelle occasion le nom du second patron
est devenu le premier[132].

          [Note 132: L'église de Saint-Leu et Saint-Gilles a été
          rendue au culte.]



HÔTELS DU QUARTIER

SAINT-JACQUES-DE-LA-BOUCHERIE.


HÔTEL D'ALENÇON.

Sauval dit avoir vu les restes d'un hôtel de ce nom, rue des
Cinq-Diamants, dans des maisons situées à droite et à gauche de cette
rue; ce qui le porte à croire qu'elle auroit été ouverte au travers de
cet édifice. Jaillot, sans nier ce fait, dit n'en avoir trouvé
absolument aucune trace.


HÔTEL DU COMTE DE DAMMARTIN.

Il étoit situé dans la rue _Salle-au-Comte_, et appartenoit, dans le
treizième siècle, à ce seigneur. Cette demeure devint depuis la
propriété du chancelier de Marle, qui y fit élever une fontaine encore
subsistante aujourd'hui, et connue sous le nom de ce magistrat.


LE PARLOIR DES BOURGEOIS.

Tel étoit le nom de la maison où nos premiers magistrats municipaux
tenoient leurs assemblées. Cette maison étoit située dans la rue
Saint-Leufroi, près de l'arcade du Châtelet. Nous dirons plus tard à
quelle époque et à quelle occasion ces magistrats allèrent s'établir à
la place de Grève[133].

          [Note 133: _Voyez_ l'article _Hôtel-de-Ville_, quartier de
          la Grève.]

Il y avoit encore dans ce quartier, et à la _Vallée de misère_ (depuis
la rue _Trop-va-qui-dure_), une maison que, dès le temps de Childebert
Ier, on appeloit la _Maison-de-la-Marchandise_, et qui portoit encore
ce nom en 1612. Dubreul a cru y reconnoître l'ancien parloir des
bourgeois; Jaillot pense qu'il s'est trompé: cette maison, qui
occupoit tout l'espace compris entre la rue de la Saunerie et le
Grand-Châtelet, faisoit en effet partie du domaine de la ville; mais
c'étoit dans la rue Saint-Leufroi que le corps municipal tenoit ses
séances.


MAISON DU POIDS DU ROI.

Cette maison étoit située dans la rue des Lombards; et jusque dans les
premières années du dix-huitième siècle, les _étalons_ ou modèles des
poids et mesures y étoient déposés.

On trouve que jusqu'à Louis VII nos rois étoient demeurés
propriétaires de cet établissement et des priviléges qui y étoient
attachés. Depuis ils en cédèrent la propriété, qui passa en plusieurs
mains et fut définitivement acquise par le chapitre de Notre-Dame,
lequel en jouissoit encore dans le siècle dernier.

Le droit de visiter les poids et balances de tous les marchands et
artisans, appartenoit depuis plusieurs siècles au corps des épiciers.
Nous apprenons qu'en 1321 le prévôt de Paris, sur l'ordre qu'il en
reçut du parlement, fit ajuster les poids à la monnoie; qu'il fut fait
trois _étalons_ dont l'un fut remis aux mains des épiciers, et les
deux autres déposés à la monnoie et au poids du roi. En 1484, ce droit
leur fut confirmé par de nouvelles ordonnances; et ils l'exerçoient à
l'égard de toute espèce de marchands, les orfévres exceptés, lesquels
relevoient directement de la monnoie. Dans toutes leurs visites, ils
étoient accompagnés d'un juré balancier nommé par le prévôt de Paris,
sur leur présentation.

Jusqu'en 1434, les poids dont on se servoit pour étalons n'étoient que
des masses de pierre que l'on avoit façonnées et ajustées. Ce n'est
que depuis cette époque qu'on les a faits en cuivre[134].

          [Note 134: Sauval, t. I, p. 658; et t. II, p. 474.]



RUES DU QUARTIER

SAINT-JACQUES-DE-LA-BOUCHERIE.

_Marché de l'Apport-Paris._ C'est un petit espace carré qui se trouve
situé entre l'extrémité de la rue Saint-Denis et l'angle de la
nouvelle place du Châtelet.

_Rue Aubry-le-Boucher._ Elle traverse de la rue Saint-Denis à celle de
Saint-Martin, et doit son nom à une famille connue au treizième
siècle. Dans un accord fait en 1273, entre Philippe-le-Hardi et le
chapitre de Saint-Méri, et dans plusieurs autres titres du même
siècle[135], elle est appelée _vicus Alberici Carnificis_, ce qui
porte à croire que cette famille se nommoit _Aubry_, et que l'autre
mot désignoit la profession de celui qui le premier donna son nom à la
rue. Dans d'autres titres elle est nommée _Auberi-le-Bouchier_[136].
Le petit peuple l'appelle, par corruption, _Briboucher_.

          [Note 135: Arch. de l'archevêché et de Saint-Méri.]

          [Note 136: _Cart. S. Magl._, 1284, fº 88.--Guillot,
          Corrozet, etc.]

_Rue d'Avignon._ Elle aboutit d'un côté dans la rue Saint-Denis, et de
l'autre dans celle de la Savonnerie, et faisoit autrefois un retour
en équerre dans celle de la Heaumerie, lequel subsiste encore
aujourd'hui sous le nom de rue _Trognon_. Ces trois parties ont eu
chacune un nom différent, ce qui a jeté de la confusion dans
l'application qu'on en a faite. Sauval et Lebeuf présentent chacun
leur opinion, qui est combattue par Jaillot; et voici ce qui semble le
plus probable. Au commencement du quinzième siècle, la partie de cette
rue qui donne dans celle de la Savonnerie s'appeloit _ruelle
Jehan-le-Comte, près la Pierre-au-Lait_[137]; et dans le même temps la
rue _Trognon_ portoit le nom de rue _Jehan-le-Comte_[138]. Quant à la
partie de la rue d'Avignon qui donne dans la rue Saint-Denis, c'est
elle probablement que Guillot appelle la _Basennerie_, d'_où il vint_,
dit-il, _dans la rue Jehan-le-Comte_.

          [Note 137: Cens. de S. Éloi.]

          [Note 138: Compte de 1421, cité par Sauval, t. III, p. 283.]

_Rue du Pied-de-Boeuf._ Elle aboutissoit aux rues de la Joaillerie, de
la Tuerie et à la rivière. Cette rue portoit déjà ce nom dès 1437,
ainsi que le prouve un ancien titre[139]; et l'on ignore d'où il lui
vient.

          [Note 139: Sauval, t. I, p. 130.--Cette rue n'existe plus
          depuis quelques années.]

_Rue du Crucifix-Saint-Jacques._ Elle va de la rue
Saint-Jacques-de-la-Boucherie à la place qui est devant l'église, et à
la rue des Écrivains. Les plus anciens titres qui en parlent
l'appellent _vicus strictus ab opposito frontis Ecclesiæ S. Jacobi_;
elle est ainsi désignée en 1270. On la trouve depuis sous le nom de
ruelle du _Porce_ ou _Porche-Saint-Jacques_. Le nom de _Crucifix_,
qu'elle a pris ensuite, vient du fief du Crucifix, dont la principale
maison faisoit le coin de cette rue et de celle Saint-Jacques. Cette
maison avoit pour enseigne un _crucifix_ d'où le fief et la rue
avoient pris leur nom.

_Rue Saint-Denis._ La partie de cette rue qui est comprise dans ce
quartier commence au Grand-Châtelet, et finit au coin des rues _aux
Ours_ et _Mauconseil_. Cette rue s'appeloit anciennement _la
Grant-Rue_; en 1310, _la rue de Paris_[140]; et en 1372 _la
Grant-Chaussiée M. Saint Denys_ et _Grand-Rue Saint-Denys_; mais elle
ne prenoit ces noms que depuis l'enceinte jusqu'aux bourgs qui
l'environnoient. Entre le Grand-Châtelet et les Innocents, elle
s'appeloit _la Sellerie_[141]. On la trouve aussi indiquée sous le nom
des Saints-Innocents[142].

          [Note 140: Arch. de l'archev.]

          [Note 141: Hist. univ., t. III, p. 469.--_MS. S. Germ._, c.
          454.]

          [Note 142: Nécr. de N. D.]

_Rue des Cinq-Diamants._ Elle traverse de la rue Aubry-le-Boucher dans
celle des Lombards. Elle est appelée dans deux anciens titres, dont le
dernier est un acte passé par Philippe-le-Hardi, _Corrigea_ et
_Corrigiaria_[143]. Guillot l'appelle _Conréerie_, et les archives de
Saint-Martin-des-Champs, _Couroirie_ et _Courouerie_. En 1421 et 1550,
_de la Corroierie_ et _Vieille-Couroirie_. Cependant on la trouve
aussi indiquée, dès 1536, sous celui des _Cinq-Diamants_, qui étoit
l'enseigne d'une maison de cette rue[144].

          [Note 143: Nécrol. _S. Catharinæ de Culturâ_, 18 juin.]

          [Note 144: MSS. de S. Germ. des Prés.]

_Rue des Écrivains._ Elle aboutit dans la rue de la Savonnerie et dans
celle des Arcis. Cet endroit s'appeloit _la Pierre-au-Lait_ avant
1254[145]; et l'on connoît encore sous ce nom[146] le carrefour où
aboutissent les rues de la Heaumerie, des Écrivains, de la
Savonnerie, d'Avignon et de la Vieille-Monnoie. La rue des Écrivains
n'étoit connue, au treizième siècle, que sous le nom de _Vicus
Communis_, et en 1300 sous celui de _la Pierre o Let_. En 1439, on la
trouve indiquée sous le nom de la _la-Pierre-au-lait_ dite _des
Écrivains_. Ce dernier nom lui vient des écrivains qui s'établirent
dans de petites échoppes placées le long de l'église.

          [Note 145: Hist. de l'ord. de S. Lazare.]

          [Note 146: Sauval dit qu'en 1300 elle s'appeloit rue _de la
          Parcheminerie_, et qu'elle n'a pris le nom qu'elle porte que
          vers la fin du treizième siècle, temps auquel les maîtres à
          écrire s'y retirèrent; ce qui implique contradiction. L'abbé
          Lebeuf y voit la _Lormerie_ de Guillot, ce qui ne paroît pas
          admissible. (JAILLOT.)]

_Rue de Gesvres._ Cette rue a été ouverte en 1642, pour communiquer
directement du quai de la Mégisserie au quai Pelletier, ou du moins à
l'endroit où il a été depuis construit. Elle commence au coin de la
rue de la Joaillerie, et finit au pont Notre-Dame et à la rue Planche
Mibrai. Il faut se figurer qu'au commencement du dix-septième siècle,
le terrain qui est entre le pont au Change et le pont Notre-Dame
alloit en pente jusqu'à la rivière, et qu'on n'y voyoit que quelques
chétives maisons qui formoient la Tuerie et l'Écorcherie, à l'endroit
où furent depuis la rue du Pied-de-Boeuf en partie, et la rue
Saint-Jérôme. En 1641, le marquis de Gesvres obtint ce terrain du roi,
sous la condition d'y faire bâtir un quai et quatre rues: ce qui fut
exécuté; car indépendamment du quai et de la rue qui portent son nom,
il fit percer plusieurs traversés, qui établiront une communication de
l'un à l'autre. Ces petites rues furent fermées, en 1727, par des
portes grillées, qui ne s'ouvroient que le jour, pour la commodité et
la sûreté des marchands.

_Rue de la Heaumerie._ Elle donne d'un bout dans la rue Saint-Denis, et
de l'autre à l'extrémité des rues de la Vieille-Monnoie et de la
Savonnerie. Ce nom vient-il d'une enseigne du _heaume_ ou des ouvriers qui
fabriquoient cette espèce d'armure? Cette dernière étymologie paroît la
plus vraisemblable; car on ne peut douter qu'il n'y ait eu plusieurs
armuriers établis dans cette rue. Elle est même souvent nommée _rue des
Armuriers_ dans les registres de Saint-Jacques-de-la-Boucherie. Quoi qu'il
en soit, elle étoit désignée, dès 1300, sous le nom de la Heaumerie[147].

          [Note 147: Dans cette rue est un cul-de-sac nommé de la
          _Heaumerie_, lequel paroît être véritablement la _Lormerie_
          de Guillot. On appeloit _lormiers_ ceux qui fabriquoient de
          petits ouvrages en fer ou en cuivre. Ils avoient leur
          confrérie, et il étoit naturel qu'ils se fussent placés
          auprès de ceux qui faisoient les _heaumes_ ou casques, les
          _hautberts_ ou cottes de mailles, auxquels ils fournissoient
          les treillis, les chaînes et les anneaux qui entroient dans
          la composition de ces armures. Il y avoit dans cette même
          rue un autre cul-de-sac, que l'on nommoit du
          _For-aux-Dames_: il devoit ce nom aux religieuses de
          Montmartre, qui avoient en cet endroit l'auditoire de leur
          juridiction et une prison.]

_Rue Saint-Jacques-de-la-Boucherie._ Elle aboutit à la porte de Paris
et à la rue Planche-Mibrai. Il paroît, par le dit de Guillot, que, dès
1300 elle étoit appelée ainsi: «_en la rue Saint-Jacques et ou Porce
m'en ving_.» On la trouve sous ce même nom, en 1364, dans quelques
titres de Saint-Méri. Cependant alors, et même en 1373, on lui donnoit
encore celui de la _Vannerie_ (_Vaneria_), qu'elle avoit d'abord
porté, parce qu'on ne la distinguoit pas de cette rue dont elle fait
la continuation. Elle perdit ce dernier nom pour prendre celui du
_Porce_ ou _Porche Saint-Jacques_, où elle conduisoit, étant située au
midi de cette église. Elle fut désignée aussi, en 1512, sous le nom
_du Crucifix-Saint-Jacques_. Il y a quelques titres qui l'indiquent
sous celui _de la Grande-Boucherie_[148]. On a ouvert dans cette rue
deux passages: l'un qui donne dans la rue Planche-Mibray, l'autre qui
conduit au marché Saint-Jacques-la-Boucherie.

          [Note 148: Arch. de S. Méri. Dans cette rue est le
          cul-de-sac du _Chat-Blanc_. Depuis 1300 il a eu
          successivement les noms de rue _Jehan-Chat-Blanc_ et
          Charblanc, _Gilles-Chat-Blanc_, _Guichard-le-Blanc_, _Petite
          rue des Rats_.]

_Marché Saint-Jacques-de-la-Boucherie._ Il a été établi sur l'espace
où étoit autrefois située l'église dont il a pris le nom. Les baraques
dont il est couvert sont occupées par des revendeurs et des fripiers.

_Rue Saint-Jérôme._ Elle aboutit d'un côté à la rue de Gesvres, et de
l'autre à celle de la Tuerie. Lorsque M. de Gesvres obtint de faire
bâtir dans cette partie de terrain, qui étoit anciennement
l'Écorcherie, on nomma cette rue _petite rue_ ou _ruelle de Gesvres_.
La malpropreté qui y régnoit constamment la fit appeler par le peuple
rue _Merderet_; et c'est ainsi qu'elle est désignée sur un plan
manuscrit du domaine. Enfin une statue de saint Jérôme placée à l'un
de ses angles dans la rue de Gesvres, lui a fait donner le nom qu'elle
porte aujourd'hui.

_Rue de la Joaillerie._ Elle va du pont au Change[149] à la rue
Saint-Jacques-de-la-Boucherie. En 1300 et 1313 elle s'appeloit _rue du
Chevet-Saint-Leufroi_; mais alors elle n'alloit point jusqu'à la rue
Saint-Jacques, ni même jusqu'à la Boucherie. Le terrain sur lequel on
l'a ouverte de ce côté, étoit occupé par un four mentionné dans nos
historiens sous les noms de _Four-d'Enfer_ et de _Four-du-Métier_. Il
fut détruit sous le règne de Charles V; et cette démolition ayant
procuré un passage direct au Grand pont, ce passage fut nommé d'abord
_rue du pont au Change_. Il prit ensuite le nom de rue de la
Joaillerie, des orfèvres et joailliers qui vinrent s'y établir après
l'incendie du pont au Change en 1621. Elle est nommée sur quelques
plans rue du _pont au Change_, rue de la _Vieille-Joaillerie_, et
suivant Sauval et le tableau des rues de Paris, rue de la
_Vieille-Chevalerie_.

          [Note 149: Elle fait maintenant une des faces latérales de
          la place neuve du Châtelet.]

_Rue de la Vieille-Lanterne._ C'est la continuation de la rue de la
Tuerie, jusqu'à la vieille place aux Veaux. _Voyez_ rue _de la
Tuerie_.

_Rue Saint-Leufroi._ Elle étoit située en face du pont au Change, et
aboutissoit à la porte de Paris. Comme elle passoit sous le
Grand-Châtelet, on la trouve souvent nommée _rue du Châtelet_; en
1313, _rue Devant-le-Chastel_. Elle doit son nom à la chapelle qui
étoit autrefois située en cet endroit[150].

          [Note 150: Cette rue et celle de la Joaillerie ont été
          détruites; et toutes les deux sont entrées dans le plan de
          la nouvelle place du Châtelet.]

_Rue des Lombards._ Elle traverse de la rue Saint-Denis dans celle de
Saint-Martin. Au treizième siècle on l'appeloit la Buffeterie (_vicus
Buffeteriæ_)[151]. Elle prit le nom des Lombards de certains usuriers
qui s'y étoient établis; et dès 1322 elle est nommée, dans un arrêt du
parlement, _vicus Lombardorum qui vulgariter_ la Buffeterie
_nuncupatur_, ce qui porteroit à croire que ce nom des _Lombards_
étoit le nom primitif. On sait qu'ils étoient venus s'établir en
France et à Paris avant le règne de saint Louis. Dans plusieurs
arrêts rapportés aux registres _Olim_, il est fait mention, en 1269,
des Lombards, des Lucquois et des _Mercatores transmarini_ établis à
Paris. C'est dans cette rue qu'étoit encore, au dix-septième siècle,
la maison _du poids du roi_[152].

          [Note 151: Petit Cart. de l'évêché, ch. 229.]

          [Note 152: En 1612 et 1636 on l'appeloit rue _de la
          Pourpointerie_, nom qu'elle n'a pas porté long-temps.]

_Rue Saint-Magloire._ Elle va de la rue Saint-Denis dans la rue
Salle-au-Comte. En 1426, elle portoit le nom de Saint-Leu[153],
qu'on donnoit à la dernière de ces deux rues dont elle fait la
continuation. On l'a nommée aussi rue _Saint-Gilles_, et en 1585 rue
_Neuve-Saint-Magloire_. En 1632 et 1638, on l'appeloit ruelle _de la
prison Saint-Magloire_. C'étoit encore un cul-de-sac en 1640.

          [Note 153: Cens. de l'évêché.]

_Rue de Marivaux._ La grande rue de ce nom traverse de la rue des
Lombards dans celle des Écrivains; la petite a un bout dans celle-ci,
et l'autre dans la rue de la Vieille-Monnoie; le terrain sur lequel
toutes les deux sont situées, s'appeloit, en 1254 et 1273, _Marivas_.
Le nom de _Marivas_ subsistoit encore en 1313, quoique, dès 1300,
Guillot dise _le grand et le petit Marivaux_, nom que ces rues ont
toujours conservé depuis. Au coin de la grande, et en face du portail
de l'église Saint-Jacques, étoit la maison du célèbre _Nicolas
Flamel_[154].

          [Note 154: On trouve dans cette rue un cul-de-sac nommé _des
          Étuves_. Au quinzième siècle, c'étoit une ruelle qui
          aboutissoit dans la rue de la Vieille-Monnoie. On la ferma
          ensuite pour y faire un jeu de paume, dans lequel on entroit
          par ce cul-de-sac. Elle prit son nom des étuves qu'on avoit
          construites dans une maison qui en fait le coin.]

Il paroît que c'est la petite rue de Marivaux que Corrozet appelle
rue _des Prêtres_.

_Rue des Trois-Maures._ Elle traverse de la rue Trousse-Vache dans
celle des Lombards. On la connoissoit, avant 1300, sous le nom de
_Guillaume Joce_ ou _Josse_; et c'est ainsi qu'elle est désignée dans
tous les titres. Guillot parle d'une rue du _Vin-du-Roi_; et par sa
marche, c'est certainement celle-ci qu'il a voulu désigner. On présume
que cette seconde dénomination lui avoit été donnée à cause des caves
d'une auberge située dans cette rue, ou étoit le vin destiné pour le
roi. Cette auberge fameuse ayant pour enseigne _les Trois-Maures_, en
a donné depuis le nom à la rue. Ainsi l'indiquent le procès-verbal de
1636, et tous les plans qui ont été faits depuis.

_Rue de la Vieille-Monnoie._ Elle donne d'un bout dans la rue des
Lombards, et de l'autre au carrefour des rues de la Heaumerie, de la
Savonnerie et des Écrivains. On trouve, en 1227, une maison indiquée
_in Monetariâ_[155]. Guillot la nomme la _Viez-Monnoie_. On ne sait
quand y fut établie la Monnoie, d'où elle a tiré son nom. Le
procès-verbal de 1636 l'appelle rue de la Vieille-Monnoie ou
_Passementière_.

          [Note 155: Pet. Cart. C. 189 et 166.]

_Rue Ogniard._ Elle va de la rue des Cinq-Diamants à celle de
Saint-Martin. Dès 1260, on en trouve des indications sous le
nom de _vicus Almarici de Roissiaco_; en 1300, on disoit rue
_Amauri-de-Roussi_, rue _Oignat_ en 1493, et rue _Hoignart_ en
1495[156]. Ces noms ont été fort défigurés par les copistes.

          [Note 156: _Cens. Sancti Elig._]

_Rue Pierre-au-Poisson._ Elle aboutissoit dans la rue de la Saunerie
et au marché de la porte de Paris. Autour du Châtelet, dont cette rue
faisoit le circuit occidental, étoient de longues pierres sur
lesquelles on étaloit le poisson; et c'est de là que la rue a pris le
nom. Il paroît que cette Poissonnerie commença en 1182,
Philippe-Auguste ayant permis, cette même année, aux bouchers de la
Grande-Boucherie d'acheter et de vendre du poisson d'eau douce. La
situation de cette rue l'a quelquefois fait appeler rue _de la
Petite-Saunerie_, à cause de la _maison de la marchandise du sel_ qui
s'y tenoit; on l'a aussi nommée rue _de la Larderie_[157], parce
qu'elle régnoit le long du marché à la volaille.

          [Note 157: Plan manusc. Biblioth. du R.]

Cette rue vient aboutir aujourd'hui à la nouvelle place du Châtelet.

_Rue Quinquempoix._ Elle aboutit aux rues Aubry-le-Boucher et aux
Ours. Cette rue, appelée autrefois _Cinquampoit_, _Quincampoit_ et
_Quinquenpoist_, est plus ancienne que ne l'a pensé l'abbé Lebeuf, qui
croit qu'elle peut devoir son nom à Nicolas de Kiquenpoit, dont un
cartulaire de Sorbonne fait mention l'an 1253. Il existe des titres
qui remontent jusqu'à l'an 1210, dans lesquels elle a déjà ce
nom[158]. L'étymologie en est inconnue. Quant à celle qu'on en veut
tirer de cinq paroisses, ou cinq _poist_ (_potestas_, ou censives),
elle ne mérite pas d'être discutée[159]. On a ouvert dans cette rue un
passage qui donne dans la rue Saint-Martin. Il se nomme passage
_Molière_.

          [Note 158: Arch. de S. Méri.]

          [Note 159: C'est dans cette rue que se fit, sous la régence,
          l'agiotage des billets de banque du fameux Écossois _Law_,
          qui ruina alors la France, comme on l'a ruinée depuis avec
          des papiers représentant d'abord des valeurs énormes et
          idéales, puis après réduits à leur juste valeur,
          c'est-à-dire à rien.]

_Rue Salle-au-Comte._ Elle donne d'un bout dans la rue aux Ours, et de
l'autre à l'extrémité de la rue Saint-Magloire. Ce n'étoit
anciennement qu'un cul-de-sac, qui existoit encore en 1442, et qui
aboutissoit à l'une des portes de l'abbaye Saint-Magloire[160]. Le
cartulaire de cette église le désigne, en 1312, _place ou voie qui n'a
point de chief, qui vient de la rue où l'on cuit les hoëes, devant la
maison du comte de Dampmartin_. Cette maison, qu'on nommoit, à la fin
du treizième siècle, _la Salle du Comte_ ou _au Comte_, étoit située
au coin et le long de cette ruelle jusqu'aux jardins de Saint
Magloire. Elle passa depuis au chancelier de Marle[161], lequel y fit
bâtir la fontaine qui porte son nom, et qui subsiste encore. Vers ce
temps, c'est-à-dire au quinzième siècle, on appeloit ce cul-de-sac _au
Comte-de-Dammartin_. En 1623 et 1651 on disoit rue _Salle-au-Comte_,
autrement _la cour Saint-Leu_[162]. À l'angle de cette rue étoit une
statue de la Vierge, dont nous parlerons à l'article de la rue aux
Ours[163].

          [Note 160: La partie de cette rue qui formoit le cul-de-sac,
          existe encore, et se trouve effectivement fermée sur le
          terrain de Saint-Magloire. On la nomme cul-de-sac
          _Saint-Magloire_.]

          [Note 161: Il fut massacré en 1418. Un procureur au Châtelet
          qui acheta cette maison, en 1663, s'y trouvoit, dit Sauval,
          mal logé et à l'étroit.]

          [Note 162: Cens. de l'évêché.]

          [Note 163: Dans cette rue est un cul-de-sac, appelé de
          _Beaufort_. C'étoit autrefois une ruelle qui conduisoit aux
          prisons de l'abbaye de Saint-Magloire. Il a pris son nom
          d'une maison qui, en 1572, étoit connue sous le nom d'_hôtel
          de Beaufort_.]

_Rue de la Savonnerie._ Elle va de la rue
Saint-Jacques-de-la-Boucherie au carrefour des rues de la
Vieille-Monnoie, de la Heaumerie et des Écrivains. On ne trouve point
qu'elle ait porté d'autre nom, et l'on ignore pourquoi elle est ainsi
appelée.

_Rue de la Vieille-Tannerie._ Elle donne d'un bout dans la rue de la
Tuerie et de l'autre dans celle de la Vieille-place-aux-Veaux. Elle
doit ce nom à ceux qui préparoient les peaux de bêtes qu'on y
écorchoit. Dès le quinzième siècle, elle portoit ce nom[164].

          [Note 164: Cens. de l'archevêché.]

_Rue de la Triperie._ Elle étoit située entre le Grand-Châtelet et la
Boucherie. Sauval ne la distingue point de celle du Pied-de-Boeuf[165], et
en effet elle en faisoit partie. Les petites échoppes de tripières qui
étoient adossées à la Boucherie l'avoient fait appeler rue _des
Boutiques_. Elle faisoit la continuation de la rue de la Place-aux-Veaux
jusqu'à la porte de Paris, et dans cette partie elle étoit connue sous le
nom de l'_Iraigne_: c'est ainsi qu'elle est nommée sur un plan manuscrit
de la censive de Saint-Méri, de l'an 1512; un autre censier de l'évêché,
de 1489, indique la rue de l'_Iraigne_ et _l'hôtel de la Grant-Iraigne_,
qui lui en avoit fait donner le nom. Ce n'étoit point une enseigne de
l'_Araignée_, comme on pourroit le penser, mais de l'_Iraigne_, croc de
fer à plusieurs branches pointues et recourbées, auxquelles on accroche la
viande. En effet, dans un compte de recettes de Saint-Germain-l'Auxerrois,
à la date de 1524, cette même maison est indiquée comme ayant pour
enseigne _la grande Iraigne de fer_.

          [Note 165: La rue de la Triperie est entrée avec les rues
          Saint-Leufroi et de la Joaillerie dans le plan de la
          nouvelle place du Châtelet.]

_Rue Trognon_, que quelques-uns écrivent _Tronion_. On croit, qu'elle
se nommoit anciennement rue _Jean-Fraillon_[166]. Depuis elle eut un
autre nom, dont on a fait, par _aphérèse_, celui de _Trognon_;
ensuite, elle fut nommée _Tronion_ et _Truvignon_, enfin, rue _de la
Galère_, de l'enseigne d'un cabaret qui y étoit situé.

          [Note 166: Sauval, t. III, p. 291 et 429.]

_Rue Trop-Va-Qui-Dure._ On a donné ce nom au chemin ou rue qui régnoit
le long du Châtelet, depuis la rue de la Saunerie jusqu'à celle de
Saint-Leufroy. On la trouve dans La Caille sous deux noms singuliers,
dont l'étymologie est inconnue. Il l'appelle: _Qui-Trop-Vasi-Dure_ et
_Qui-mi-Trouva-si-Dure_. Anciennement elle n'étoit connue que sous le
nom général de _Chemin_ ou _Grant-Rue le long de la Seine_, ou sous
celui de _Vallée-de-Misère_. En 1524 on la nommoit rue _des Bouticles,
près et joignant Saint-Leufroi_[167]; en 1540, rue _de la
Tournée-du-Pont_; en 1636, rue _de la Descente de-la-Vallée-de-Misère_.

          [Note 167: _Cens. S. Germ. Autiss._]

_Rue Trousse-Vache._ Elle donne d'un bout dans la rue Saint-Denis, et
de l'autre dans celle des Cinq-Diamants. Jaillot pense qu'elle doit ce
nom plutôt à une famille connue anciennement qu'à une enseigne de _la
Vache troussée_, comme le disent Sauval et Piganiol. Il croit que
cette enseigne n'y aura été mise par la suite que par allusion au nom
de la rue et de la famille dont elle avoit emprunté ce nom. En
1248[168], un acte fait mention d'une maison qui avoit appartenu au
sieur Trossevache: et il en existe d'autres, passés en 1257, par Eudes
Troussevache[169]. Cette dénomination n'a point varié[170].

          [Note 168: _Cart. Sorb._, fol. 20.]

          [Note 169: _Past. A_, p. 677.]

          [Note 170: Le cardinal de Lorraine, revenant du concile de
          Trente, voulut faire une espèce d'entrée à Paris, accompagné
          de plusieurs gens armés. Le maréchal de Montmorency, alors
          gouverneur de cette capitale, lui envoya dire qu'il ne le
          souffriroit pas. Le cardinal répondit avec hauteur, et
          continua sa marche; Montmorency l'ayant rencontré vis-à-vis
          les Charniers des Innocents, fit main-basse sur son escorte,
          et le força à se sauver dans la boutique d'un marchand de
          cette rue, où il resta caché jusqu'à la nuit sous le lit
          d'une servante.]

_Rue de la Tuerie._ Elle aboutit à l'extrémité de la rue du
Pied-de-Boeuf et à la Vieille-place-aux-Veaux. Au treizième siècle et
depuis, elle s'appeloit simplement l'_Écorcherie_. En 1512, les titres
de Saint-Méri la nomment rue de l'_Écorcherie_ ou _des Lessives_. On
l'a depuis appelée rue _de la Vieille-Lanterne_[171], et elle porte
encore aujourd'hui ce nom dans la partie qui aboutit à la
Vieille-place-aux-Veaux.

          [Note 171: Dans cette rue, du côté de la rivière, étoit une
          descente qui n'avoit point de dénomination particulière; et
          au-dessus de cette descente, il y avoit une cour assez
          spacieuse que l'on nommoit _la cour aux Boeufs_. Plus haut
          se voit encore aujourd'hui un petit cul-de-sac, reste d'une
          ruelle nommée du _Moulin_ ou des _Moulins_, laquelle devoit
          ce nom à un moulin auquel elle aboutissoit. Jaillot pense
          que c'est cette ruelle qui, dans le rôle des taxes de 1313,
          est appelée rue ou ruelle _Iehan Bonnefille_ et _Iehanne
          Bonnefille_. Plusieurs titres prouvent en effet que Jean
          Bonnefille, maître des bouchers, avoit sa maison dans cette
          rue au treizième siècle, et que ses descendants y
          demeurèrent après lui.]

_Rue de la Vieille-place-aux-Veaux._ Elle commence à la rue
Planche-Mibrai, où étoit la place aux Veaux, dont elle a pris le nom,
et aboutit en retour à la rue Saint-Jacques-de-la-Boucherie; elle se
prolongeoit, dans le principe, jusqu'à la porte de Paris. La place
_aux Veaux_ est ancienne: au treizième siècle on y brûloit les
cochons, depuis on y vendit les veaux; et c'est de là qu'elle avoit
pris son dernier nom. Au quatorzième siècle elle s'appeloit _la place
aux Sainctyons_[172], une des premières familles de bouchers qui
soient connues. La liste des rues du quinzième siècle l'indique sous
le nom de _rue aux Veaux_; et Corrozet, sous celui de _place aux
Veaux_. Il est probable que le surnom de _vieille_ ne lui a été donné
que depuis qu'on a transféré cette place sur le quai des Ormes, en
vertu d'un arrêt du 8 février 1646.

          [Note 172: _Cens. S. Elig._]

_Rue de Venise._ Elle donne d'un bout dans la rue Saint-Martin,
et de l'autre dans la rue Quinquempoix. Guillot l'appelle
_Sendebours-la-Trefilliere_, et des titres de 1300 et 1313, rue
_Hendebourc-la-Trefélière_. Cependant ce n'est point là le nom
véritable: les titres de Saint-Méri la nomment, depuis 1250, _rue
Erembourg_ ou _Herambourg-la-Trefélière_, et elle a gardé ce nom
jusqu'au quatorzième siècle, qu'elle prit celui de _rue
Bertaut-qui-dort_; c'étoit le nom d'une maison qui y étoit
située[173]. Au seizième siècle, une enseigne de l'Écu de Venise lui
fit donner la dénomination qu'elle porte encore aujourd'hui[174].

          [Note 173: Arch. de S. Méri.]

          [Note 174: À l'extrémité et en face de cette rue, dans celle
          de Quinquempoix, est un cul-de-sac qui porte le nom de
          Venise, parce qu'il semble en prolonger la rue. Il est fort
          ancien. Dès 1210 il s'appeloit _Vicus de Byeria_, rue _de
          Bièrre_, et de même en 1250[174-A]. Il y a eu depuis
          quelques variations dans l'orthographe jusqu'en 1601, qu'il
          fut nommé _rue Verte_, et enfin _cul-de-sac de Venise_. Ce
          cul-de-sac donne aujourd'hui dans la maison dite la _Cour
          batave_.]

          [Note 174-A: Arch. de S. Méri.]


QUAIS.

_Quai de Gesvres._ Nous avons dit qu'en 1642 le marquis de Gesvres
avoit obtenu du roi le terrain qui est compris entre le pont au Change
et le pont Notre-Dame, sous la condition d'y faire bâtir un pont et
ouvrir quatre rues. Les lettres-patentes portoient que ce quai seroit
porté sur des arcades et piliers posés d'alignement et s'étendant de
l'un à l'autre pont, et qu'il seroit revêtu d'un parapet de trois
pieds de haut. En 1657, on permit d'y faire construire de petites
boutiques à demi-pied de ce parapet; sur ces boutiques, on éleva
depuis plusieurs étages, de manière que ce quai étoit couvert dans
toute son étendue. Ces constructions ont été abattues.


MONUMENTS NOUVEAUX

ET RÉPARATIONS FAITES AUX ANCIENS MONUMENTS DEPUIS 1789.

Au milieu de la place nouvelle qui occupe une partie du terrain sur
lequel étoit construit le Grand-Châtelet, on a élevé une fontaine d'un
aspect très-élégant.

La base de cette fontaine se compose d'un piédestal carré, dont le dé
est orné de deux aigles renfermés dans une couronne, et présente à
ses quatre angles des cornes d'abondance chargées de fruits et
terminées à leur partie inférieure par des têtes de monstres marins
jetant de l'eau par les narines dans un grand bassin circulaire.
Au-dessus de ce piédestal s'élève une colonne entourée de quatre
figures qui se tiennent par la main: deux de ces figures (celles qui
sont placées vers le pont au Change) soutiennent une épée appuyée sur
une table qui porte cette inscription, CODE; pour attributs, elles ont
à leurs pieds une lampe et un coq. Les deux autres, du côté de la
ville, portent la massue d'Hercule entourée d'un serpent, et l'une
d'elle est revêtue de la peau du lion. Le fût de la colonne jusqu'à la
hauteur des figures est orné de glands et de feuilles de chênes:
au-dessus, ses ornements se composent de feuilles non dentelées. Cinq
bandes horizontales, bordées de couronnes de laurier, partagent cette
colonne en cinq parties égales; et sur chacune de ces bandes sont
inscrits les noms des batailles les plus fameuses qui se sont données
pendant la révolution.

Enfin, au-dessus du chapiteau, qui se compose de feuilles de palmier,
est posée une sphère entourée des figures des quatre vents; et sur
cette sphère s'élève une figure de la victoire, à demie nue, les ailes
éployées, et portant deux couronnes dans ses mains étendues. Cette
figure est entièrement dorée, ainsi que le demi-globe sur lequel elle
est appuyée. C'est un joli monument dont la composition fait honneur à
M. _Bralle_, qui en est l'auteur, et dont l'exécution, confiée à M.
Boizot, mérite aussi des éloges.

       *       *       *       *       *

_L'église de Saint Leu._ L'intérieur de cette église a été réparé;
plusieurs tableaux anciens tirés des dépôts du gouvernement lui ont
été donnés et font l'ornement de sa nef et de ses autels; elle a
obtenu, en outre, de la ville de Paris, un tableau nouveau
représentant la femme adultère, peint en 1819 par M. _Delaval_.

_La cour Batave._ C'est un grand édifice que l'on a élevé sur
l'emplacement de l'église du Saint-Sépulcre, et qui mérite d'être
remarqué. La façade sur la rue Saint-Denis se compose de trois arcades
et de huit colonnes ioniques. On entre par l'arcade du milieu, qui est
couverte en terrasse et ornée de caissons, dans la cour dont la
dimension présente un carré long entouré de colonnes et de pilastres
ioniques, et composé de cinq arcades dans sa plus longue dimension.
Ces arcades sont remplies par des boutiques[175]; et dans les cintres,
qui sont ornés de figures allégoriques et de symboles du commerce, on
a pratiqué des entresols.

          [Note 175: Ces boutiques, qui obstruent ainsi la galerie
          formée par ces arcades, nuisent à l'effet que produiroit
          l'ensemble de cette cour, et gâtent le plan primitif de
          cette belle maison.]

Sur la partie la plus étroite du carré, et qui fait face à la porte
d'entrée, s'élève une maison à trois étages, couronnée d'une corniche
avec triglyphes et bas-reliefs moulés; une arcade en voûte qui occupe
le milieu de cette maison, sert de communication pour entrer dans une
cour plus petite que la première.

Enfin, dans une niche placée au milieu de la première cour et ornée
aussi de caissons, est une fontaine qui se compose d'une statue de
Cybèle, à demi nue, la tête couronnée d'une tour et assise au milieu
de deux lions vomissant de l'eau dans un vaste bassin; des Tritons en
bas-relief accompagnent, de chaque côté, cette composition; sur la
clef de la niche est sculpté le caducée de Mercure; et les tympans
sont ornés de deux figures moulées et tirées de la fontaine des
Innocents[176]. Cette fontaine, que l'on aperçoit à travers les
arcades dont se compose la porte d'entrée, est d'un bel effet, quoique
l'exécution en soit médiocre.

          [Note 176: Il se trouve que ces figures sont les mêmes que
          celles qui remplissent les tympans de l'arcade de la chambre
          des comptes (_Voy._ 1re partie, p. 406); et ainsi se
          confirme ce que nous n'avions présenté d'abord que comme une
          simple conjecture, que ces figures avoient été appliquées
          sur cette arcade par une opération de moulage.]


     _NOTA._ Il existoit anciennement, à l'endroit que l'on nomme
     l'_Apport-Paris_, une fontaine qui portoit le nom du
     _Grand-Châtelet_. Auprès étoit une croix où le curé et le clergé
     de Saint-Germain-l'Auxerrois venoient tous les ans en procession,
     le dimanche des Rameaux. Après avoir chanté l'Évangile, ils se
     rendoient à la prison, et y délivroient quelques prisonniers
     détenus pour dettes.



QUARTIER

SAINTE-OPPORTUNE.

     Ce quartier est borné à l'orient par le marché de l'Apport-Paris
     et par la rue Saint-Denis exclusivement; au septentrion par la
     rue de la Féronnerie, y compris les charniers des
     Saints-Innocents du côté de la même rue, et par une partie de la
     rue Saint-Honoré inclusivement, depuis ladite rue de la
     Féronnerie jusqu'au coin des rues du Roule et des Prouvaires; à
     l'occident, par les rues du Roule et de la Monnoie, et par le
     carrefour des Trois-Maries jusqu'à la rivière, le tout
     exclusivement; et au midi, par les quais de la Vieille
     Vallée-de-Misère et de la Mégisserie inclusivement.

     On comptoit en 1789, dans ce quartier, vingt-neuf rues, deux
     places et deux culs-de-sac. On y voyoit, avant la révolution, une
     église collégiale et paroissiale, une chapelle, une prison et un
     grenier public.


En jetant les yeux sur la carte qui représente Paris tel qu'il étoit
sous le règne de Philippe-Auguste, on voit que ce quartier est un des
plus anciens de cette partie de la ville, et qu'il étoit déjà renfermé
en entier dans l'enceinte que ce prince avoit fait élever.

Toutefois, et nous croyons devoir le répéter, si l'on veut se faire
une idée exacte de ces premiers quartiers, à l'époque où furent bâtis
les vieux monuments que nous décrivons, il faut en quelque sorte les
dépouiller des constructions modernes qui en ont changé presque tout
l'aspect, et se reporter à ces temps grossiers où les arts, encore
dans l'enfance, et les besoins extrêmement bornés de nos simples
aïeux, ne leur donnoient ni le pouvoir ni la volonté de rendre à la
fois commode et agréable le séjour qu'ils habitoient. Quoique Philippe
eût fait paver les principales rues de la ville, que les nouvelles
murailles en eussent considérablement augmenté l'étendue, et que ce
monarque vigilant n'eût rien négligé, autant du moins que le
permettoient son siècle et ses moyens, pour la sûreté et
l'embellissement de sa capitale; cependant c'est seulement sous ses
successeurs que les vignes, les terres labourables, les prés renfermés
dans la nouvelle enceinte furent couverts de maisons et d'édifices
publics. D'un autre côté, la Seine n'étoit point encore entourée de
cette longue suite de quais qui la forcent de couler dans son lit, et
opposent une digue insurmontable à ses fréquentes inondations. Libre
alors dans son cours, elle étendoit ses ravages sur ces bords, qu'elle
rendoit souvent malsains et impraticables. Philippe-le-Bel fut le
premier qui, pour remédier à ces inconvénients, ordonna, en 1312, de
construire un quai depuis l'hôtel de Nesle jusqu'à la maison de
l'évêque de Chartres[177]; ce qui fut exécuté les années suivantes.
Il paroît, par un compte du payeur des oeuvres de la ville de Paris,
que le quai[178] qui borde au midi le quartier que nous allons décrire
ne fut bâti qu'en 1369, et que le port au Foin ne[179] fut pavé que
l'année suivante. Le terrain qu'occupe ce quai alloit auparavant en
pente jusqu'à la rivière; il formoit des basses-cours et des jardins;
et, au sortir de la Cité, il n'y avoit d'autre chemin pour se rendre
au Louvre que la rue Saint-Germain. Au bout du pont aux Meuniers, on
ne comptoit alors que deux maisons en retour; elles étoient élevées
sur un mur de neuf toises quatre pieds de long sur vingt-huit pieds
d'épaisseur, qui servoit de borne à la rivière de ce côté[180]. Le
terrain situé à l'extrémité de ce quai, du côté oriental, entre
l'abreuvoir _Popin_ et la rue Saint-Leufroi, a été long-temps appelé
la _Vallée-de-Misère_. On y tenoit le marché à la volaille; et c'est
de là que Guillot désigne cet endroit sous le nom de la
_Poulaillerie_. Sa partie occidentale étoit habitée, dès la fin du
treizième siècle, par des gens qui préparoient les peaux, et qu'on
nomment _mégissiers_[181]. Une sage police éloignoit dès lors du
centre des villes ces sortes d'ouvriers, les tanneurs, les teinturiers
et autres artisans dont les travaux pouvoient y répandre
l'infection[182].

          [Note 177: Les quais de Conti et des Augustins.]

          [Note 178: Il fut nommé, dans le principe, quai de la
          _Saunerie_.]

          [Note 179: Depuis, la place des Trois-Maries. (Sauval, t.
          III, p. 125).]

          [Note 180: La ville avoit donné ce mur à bail en 1503; et la
          chambre des comptes, prétendant qu'il appartenoit au roi, en
          fit un nouveau bail le 10 octobre de la même année. Ces
          détails sont constatés par un réquisitoire de M. de
          Marillac, procureur-général, et par l'arrêt rendu en
          conséquence le 11 août 1550.]

          [Note 181: C'est de là que lui est venu son dernier nom de
          _la Mégisserie_.]

          [Note 182: Ils furent relégués sur le bord des rivières;
          mais il étoit encore à craindre que la saleté inséparable
          des préparations diverses qu'ils donnoient aux peaux, et
          l'usage qu'ils faisoient, dans leurs teintures, de drogues
          pernicieuses, n'ôtassent à l'eau sa salubrité: ces
          considérations déterminèrent à les transférer au faubourg
          Saint-Marcel et à Chaillot, ce qui ne fut exécuté cependant
          qu'en 1673.]

Tel étoit alors l'état de la partie de Paris connue sous le nom de
_Ville_: des terrains vagues et déserts occupoient l'extrémité de son
enceinte, et des marais fangeux la bordoient le long du cours de la
rivière.

En sortant de la Cité pour aller au Louvre, le premier édifice public
que l'on rencontroit étoit une espèce de château qui appartenoit à
l'évêque, et qui n'a été détruit que vers la fin du siècle dernier.



LE FOR-L'ÉVÊQUE.

Ce bâtiment[183], qui n'existe plus, étoit situé au milieu de la rue
Saint-Germain-l'Auxerrois. Les antiquaires ne sont d'accord ni sur la
manière dont le nom doit en être écrit, ni sur l'usage auquel il étoit
primitivement destiné. Quelques-uns écrivent _Fort-l'Évêque_, comme si
c'eût été une forteresse; d'autres le _Four-l'Évêque_, parce qu'ils
prétendent que le four banal, où les vassaux du prélat envoyoient
cuire leur pain, occupoit une partie de cet édifice. Le savant M. de
Valois avoit adopté cette dernière opinion: _Recentiores omnes
scriptores_, dit-il, _ignari antiquitatis, Forum Episcopi vocant, quem
Furnum Episcopi convenit appellari_[184]. Cependant ni l'une ni
l'autre de ces étymologies ne nous semble la véritable, bien que dans
un très-grand nombre de titres de l'évêché on lise en effet le _Four
l'Évêque_. Le For-l'Évêque étoit le lieu où l'évêque faisoit exercer
sa justice, _Forum Episcopi_. Cela est si vrai que, dans les registres
du parlement de 1308 et 1310[185], le juge de l'évêque est appelé
_Præpositus Furni Episcopi_, et qu'ensuite il est nommé bailli du
Four-l'Évêque[186]. Le véritable sens de ce mot s'étoit même conservé
jusque dans les derniers temps de la monarchie; et le peuple, dans son
langage trivial, appeloit encore _four_ toute prison ou tout endroit
où l'on mettoit en chartre privée ceux qu'on avoit enrôlés par
surprise ou par force.

          [Note 183: Il a été détruit vers 1780.]

          [Note 184: _Vales. in Præf._, p. 17.]

          [Note 185: _Olim._, Reg. 3, fol. 108; et reg. 4, fol. 169.]

          [Note 186: Cet office de bailli de l'évêque étoit si
          important, que des personnes de qualité ne dédaignoient
          point de l'exercer. Un _Henri de Béthune_ l'étoit en 1303,
          et à la fin du même siècle, un _Henri de Marle_.]

La censive des évêques ayant toujours été fort étendue, il étoit
nécessaire qu'ils eussent un officier préposé pour recevoir leurs
droits, et un juge pour décider les affaires contentieuses qui pouvoient
naître de cette perception, ou pour prononcer sur les peines dont
étoient passibles les crimes commis dans l'étendue de leur seigneurie.
Il est vraisemblable que ce tribunal fut d'abord placé dans la Cité;
mais on ne trouve à ce sujet ni indice ni tradition. Depuis, la ville
s'étant accrue du côté du nord, et le marché public ayant été établi sur
le territoire de Champeaux, il est probable que l'évêque, qui se
trouvoit, par ces accroissements, dans un conflit de juridiction avec le
roi, jugea à propos de transporter sa justice de ce côté. On pourroit
donc en fixer l'époque vers 1136, temps où l'évêque Étienne céda à
Louis-le-Gros[187] les deux tiers de ce terrain de Champeaux, ou en
1222, date de l'accord que Philippe-Auguste fit avec Guillaume de
Seignelai, qui gouvernoit alors l'église de Paris, au sujet de la
justice et des droits qu'ils pouvoient respectivement exercer. Il est
certain du moins que, depuis cette dernière époque, on ne voit point que
la justice séculière de l'évêque ait été rendue ailleurs qu'en cet
endroit; et dans les diplômes de ces deux princes, il est fait mention
de l'officier du roi et de celui de l'évêque, sous le même nom de
_prévôt_ (_præpositus_).

          [Note 187: _Voyez_ 1re partie, p. 349.]

Les mêmes motifs furent cause sans doute de l'érection d'un tribunal
du roi semblable à celui du prélat. On voit, par tous les titres qui
en font mention[188], que le _For-le-Roi_[189] étoit aussi situé dans
la rue Saint-Germain, vis-à-vis le For-l'Évêque.

          [Note 188: Cens. de l'évêché, en 1372, etc.]

          [Note 189: On lit dans Sauval que cet édifice existoit
          encore en 1432.]

Une inscription[190], gravée sur la porte de ce dernier monument du
côté du quai de la Mégisserie, nous apprenoit qu'il fut rebâti depuis
les fondements, en 1652, par Jean-François de Gondi, premier
archevêque de Paris. Cependant il faut observer ou qu'il ne fut pas
rebâti en entier, ou que l'on conserva le mur du côté de la rue
Saint-Germain: car la porte qu'on y voyoit annonçoit une antiquité
qu'on peut fixer au treizième siècle. Au-dessus étoient plusieurs
sculptures remarquables: au milieu, un évêque et un roi de France
vis-à-vis l'un de l'autre, et agenouillés devant une image de
Notre-Dame, symbole de l'association à laquelle Louis-le-Gros fut
admis, ou du traité de paix fait entre l'évêque et Philippe-Auguste;
d'un côté, les armes de France à fleurs de lis sans nombre, traversées
d'une crosse droite; de l'autre, un juge en robe et en capuchon, des
assesseurs, et un greffier vêtu comme un homme d'église.

          [Note 190:
            ........Forum Episcopi sæculare
                Nimiâ ædium vetustate collabens
                    A fundamentis excitavit
                Johannes Franciscus de GONDY,
                Primus Parisiorum archiepiscopus,
                Pacis artes, jura, legesque meditans;
                Urbe armis incessâ, factionibus
                          Turbatâ,
                    Anno Domini 1652.]

Louis XIV, par son édit de 1674, ayant réuni au Châtelet toutes les
justices particulières, transféra celle de l'archevêché, et l'unit au
tribunal de la temporalité[191], situé dans la cour du palais
archiépiscopal. Depuis ce temps, le For-l'Évêque fut destiné à servir
de prison, principalement pour ceux qui étoient arrêtés pour dettes.

          [Note 191: Ce tribunal avoit été accordé à l'archevêque pour
          connoître de toutes les affaires séculières concernant le
          duché de Saint-Cloud et ses dépendances.]



LE GRENIER À SEL.

Il étoit situé dans la rue Saint-Germain-l'Auxerrois, au coin de la
rue des Orfévres[192].

          [Note 192: Ce bâtiment, qui existe encore, n'a point changé
          de destination, et sert d'entrepôt à la direction générale
          des salines.]

Il y avoit anciennement, près le Châtelet, un édifice appelé maison
_de la marchandise de sel_; et c'est de là que la rue de la Saunerie a
pris son nom. Cet établissement fut ensuite placé dans la rue
Saint-Germain, entre la place des Trois-Maries et l'Arche-Marion; il
paroît qu'il étoit situé des deux côtés de la rue; mais les bâtiments
n'étant ni assez vastes ni assez commodes, on fit acquisition, en
1698, d'une grande maison qui, dès le treizième siècle, appartenoit à
l'abbaye de Joie-en-Val[193]. La manse abbatiale de ce monastère ayant
été réunie à l'évêché de Chartres, comme une compensation des
démembrements qu'on y avoit faits pour former l'évêché de Blois, cette
circonstance parut favorable pour transférer le grenier à sel dans
cette maison. C'étoit à cause de cette ancienne propriété et de cette
aliénation qu'on avoit sculpté, sur la façade des bâtiments qui furent
refaits, les armes de l'évêque de Chartres et celles de l'abbaye de
Joie-en-Val, à côté de celles du roi. Les trois corps de l'édifice
total étoient, par la même raison, désignés sous les noms de
_Grenier-au-Soleil_, _Grenier-l'Évêque_, _Grenier-l'Abbaye_.

          [Note 193: Petit cart. de l'évêché, c. 227, fol. 165,
          _verso_.]

Derrière le grenier à sel étoit la juridiction des officiers préposés
à la distribution de cette denrée, dont la vente appartenoit
exclusivement à l'autorité publique.



LA CHAPELLE SAINT-ÉLOI.

Cette chapelle[194], qui étoit située à l'autre extrémité de la rue des
Orfévres, avoit été bâtie par les gens de cette profession vers la fin
du quatorzième siècle. Sur la première origine de ce petit monument, on
trouve dans les historiens de Paris[195] quelques erreurs qu'il est
facile de réfuter. «À l'endroit, disent-ils, qu'occupe la chapelle de
Saint-Éloi, il y avoit anciennement, à ce qu'on prétend, un hôpital avec
une chapelle appelée la chapelle de la Croix-de-la-Reine; il en est fait
mention dans les lettres d'Odon, évêque de Paris; et quoiqu'elles ne
marquent pas précisément le lieu où elle étoit située, on voit que
c'étoit dans le terrain de Saint-Germain-l'Auxerrois.» Les lettres
d'Eudes de Sully, écrites en 1202[196], détruisent complètement cette
opinion. On y voit qu'on avoit fondé depuis peu un hôpital et une
chapelle près de la Croix-de-la-Reine, dont ces deux nouvelles
fondations avoient pris le nom. Cette croix étoit alors placée hors des
murs, au-delà de la porte Saint-Denis, à l'endroit où aboutissent les
rues du Renard et Greneta; la fontaine qui est au coin de cette dernière
étoit encore appelée, avant la révolution, _Fontaine-de-la-Reine_, et
tous les titres de Saint-Martin-des-Champs et de Saint-Lazare ne
permettent pas de la chercher ailleurs. Voilà donc le lieu précisément
marqué: quant à l'hôpital, c'étoit celui _de la Trinité_, dont nous
parlerons par la suite. Il faut en conséquence rejeter toute idée d'un
hôpital et même d'une chapelle existant à l'endroit où étoit celle de
Saint-Éloi.

          [Note 194: Il existe encore quelques colonnes du portail de
          cet édifice, dont une partie a été convertie en maison
          particulière, et dont l'autre avoit été employée à
          l'agrandissement du grenier à sel.]

          [Note 195: Félibien et Lobineau, t. II, p. 950.]

          [Note 196: _Cart. S. Germ. Autiss._, fol. 18, _verso_.]

Dans ces temps anciens, où un esprit de charité animoit toutes les
classes de la société, les orfévres payoient chaque année à
l'Hôtel-Dieu une somme assez considérable pour ajouter au soulagement
qu'y recevoient les pauvres ouvriers de leur corps: ils pensèrent
ensuite qu'il étoit plus convenable qu'ils prissent eux-mêmes ce
soin; et dans cette vue ils achetèrent, en 1399, de Roger de la
Poterne, un de leurs confrères, et de Jeanne sa femme, une grande
maison située dans la rue des Deux-Portes, et appelée l'_hôtel des
Trois Degrés_, parce qu'on y montoit par autant de marches. Il formoit
un espace carré qui régnoit le long de cette rue et de celles de Jean
Lantier et des Lavandières. Les anciens bâtiments furent démolis; on
construisit à la place une grande salle où l'on mit des lits; on
ménagea des chambres au-dessus et une petite chapelle dans le fond. Le
12 novembre 1403, Pierre d'Orgemont, évêque de Paris, permit aux
orfévres d'y faire célébrer le service divin; et cette permission fut
ratifiée, en 1406, par un décret du cardinal de Chalant, à cette
époque légat en France. L'abbé Lebeuf dit qu'on y mit une cloche[197],
et qu'alors le chapitre de Saint-Germain prétendit faire valoir un
droit de patronage sur cette nouvelle fondation; mais il ne fait point
connoître ce qui fut décidé à ce sujet. Par les archives de la
communauté des orfévres, il paroît que toutes les contestations de ce
genre furent toujours jugées en sa faveur.

          [Note 197: T. I, p. 64.]

Cet hôpital, ainsi disposé, fut destiné à recevoir les pauvres
orfévres âgés ou infirmes et leurs veuves; et les choses restèrent en
cet état jusqu'au règne de Henri II. À cette époque les premiers
bâtiments, construits en bois, menaçant ruine, on prit la résolution
de les reconstruire en pierre, ainsi que la chapelle. La communauté se
trouvoit alors propriétaire de huit maisons environnantes qu'elle
avoit acquises successivement, et qu'elle fit entrer dans le nouveau
plan de ses constructions. Un hôpital plus vaste, une chapelle plus
commode prirent la place de ces vieilles masures, et le tout fut
achevé en 1566. Un établissement si respectable a duré jusqu'en 1789,
et l'on ne peut assez louer ce zèle noble, cette générosité touchante,
qui ne se sont pas démentis un seul instant dans cette compagnie. Les
pauvres orfévres étoient assurés de trouver à la fin de leur carrière
une retraite honnête et tranquille, où ils recevoient tous les secours
nécessaires à la vie; et l'on a vu même plusieurs de leurs confrères,
par une charité encore plus ardente, sacrifier une partie considérable
de leur fortune, pour adoucir le sort de ceux que leurs infirmités
forçoient d'aller chercher un dernier asile dans l'hôpital des
Incurables.

La chapelle étoit desservie par un chapelain, un diacre et un
sous-diacre d'office, deux chantres et quelques autres officiers aux
gages du corps des orfévres, et à la nomination des gardes; le
chapelain seul ne pouvoit être nommé ou destitué que par délibération
des gardes en charge et anciens gardes assemblés. On choisissoit de
préférence pour remplir cet emploi un fils d'orfévre, si d'ailleurs il
avoit les qualités requises.

Cet édifice avoit été construit sur les dessins de Philibert de Lorme.
On y voyoit quelques figures de Germain Pilon[198], qui étoient fort
estimées, et plusieurs tableaux, esquisses terminées de quelques-uns
de ceux que la communauté des orfévres donnoit tous les ans à
Notre-Dame.

          [Note 198: Nous ignorons ce que sont devenues ces figures,
          qu'on ne trouve point dans la collection des monuments
          françois.]

Cette communauté étoit l'un des six corps qui, sous la monarchie,
représentoient le commerce de Paris. Nous pensons que c'est ici le
lieu de donner sur cette institution des six corps les détails que
nous avons tirés des divers historiens de Paris.



LES SIX CORPS.

On attribue la réunion des six corps à Philippe-Auguste. Avant ce
temps, le commerce de Paris ne se faisoit que par une compagnie de
gens associés sous le titre de _Marchands de l'eau hansez de Paris_;
cette compagnie formoit le Corps-de-Ville; et c'est par cette raison
que le prévôt des marchands est appelé _le chef de l'Hôtel-de-Ville_.

Ces six corps étoient les drapiers, les épiciers, les merciers, les
fourreurs, les bonnetiers et les orfévres.

Chacune de ces communautés étoit gouvernée par six maîtres et gardes
choisis par le corps lui-même, parmi ceux qui étoient les plus
intelligents et dont la réputation étoit sans reproche. Leur
administration duroit deux années. Dans les cérémonies publiques,
telles que les entrées des souverains, des légats, des ambassadeurs
extraordinaires, etc., ils avoient le droit d'accompagner, le prévôt
des marchands, les échevins et le corps de ville, et même de porter le
dais, les uns après les autres, suivant le rang qu'ils occupoient.
Leur costume, dans ces solennités, étoit la robe de drap noir à
collet, et des manches pendantes, parmentées et bordées de velours
noir. La toque qu'ils portoient étoit également de velours[199].

          [Note 199: Ils eurent l'honneur de complimenter Louis XV au
          palais des Tuileries, lors de sa majorité; et à cette
          occasion ils firent frapper une médaille qui représente le
          buste du roi; au revers on lit cette inscription: «_Les six
          corps marchands_ ont complimenté le roi sur sa majorité,
          étant présentés par le duc de Gesvres, gouverneur de Paris,
          le 23 février 1723.»

          Chacun des membres les plus distingués de cette association
          passoit successivement à la place de juge-consul, puis
          d'échevin de la ville de Paris. Ils étoient regardés comme
          les plus notables bourgeois; cette dernière qualité les
          anoblissoit, et leur donnoit le titre d'_écuyer_.]

Cette institution a éprouvé d'assez grandes variations; et le nombre
des corps qui la composoient n'a pas toujours été le même pendant le
cours de son existence. Sous François Ier on trouve qu'il y en avoit
sept, tandis qu'on n'en compte que cinq sous Louis XII. «Et s'il est
vrai, dit Sauval, que les pelletiers puissent être écoutés en cette
occasion, il ne s'en trouveroit que quatre anciennement; et c'étoient
eux qui marchoient à la tête.»

Cette prétention pour la prééminence des rangs a excité souvent des
disputes assez vives entre les diverses communautés qui formoient les
six corps. Ces démêlés, qui occupèrent quelquefois l'autorité, étoient
d'autant plus difficiles à terminer, qu'en consultant l'ancien usage,
qui seul pouvoit servir de règle en pareille circonstance, on ne voit
point qu'on s'y fût assujetti à un ordre constant. À l'entrée d'Anne
de Bretagne, les pelletiers furent effectivement appelés les premiers;
et quelque temps après, lorsque le cardinal d'Amboise fit la sienne,
les drapiers avoient le premier rang. Les changeurs étoient alors au
nombre des six corps, et tenoient leur place avant les orfévres.
Bientôt après, on les voit exclus de la communauté[200], et remplacés
par les bonnetiers, à qui les orfévres disputèrent à leur tour la
préséance. Enfin toutes ces querelles un peu ridicules furent
terminées en 1660 par un arrêt du parlement, et ensuite par un accord
fait entre les six corps assemblés. Depuis cette époque, ils ont
toujours marché dans l'ordre où nous venons de les présenter.

          [Note 200: Ils exerçoient leur profession sur le pont au
          Change, qu'ils avoient seuls le droit d'habiter. «Mais comme
          en 1461, dit Sauval, après la suppression de la pragmatique,
          leur corps vint à s'affoiblir, de sorte que le pont au
          Change n'étoit plus habité que par des chapeliers et des
          faiseurs de poupées, peu à peu ils déchurent si fort, et
          pour le nombre et pour le bien, qu'en 1514, se voyant
          réduits à cinq ou six chefs de famille tout au plus, et
          ainsi hors d'état de faire la dépense nécessaire pour
          l'entrée de Marie d'Angleterre, il leur fallut cesser d'être
          du nombre des six corps.»]

Ils formoient entre eux une étroite confédération, dont l'objet étoit
le bien du commerce en général. Cette union et ses effets étoient
exprimés dans leur devise, dont le corps étoit un Hercule qui
s'efforce vainement de rompre un faisceau composé de six baguettes. On
lisoit autour de l'exergue ces mots: _Vincit concordia fratrum_.

Les marchands de vin sollicitèrent long-temps pour être admis dans
cette communauté, et y former un septième corps. Il avoient même
obtenu à cet effet des lettres-patentes de Henri III, qui furent
confirmées d'abord par Henri IV, ensuite par Louis XIII et Louis XIV.
Cependant les six corps, tant qu'a duré leur ancienne forme, n'ont
jamais voulu ni les reconnoître, ni les admettre dans leurs
assemblées, ni souffrir qu'ils se mêlassent avec eux dans les
solennités publiques. Ce ne fut qu'en 1776 qu'ils parvinrent enfin à y
être agrégés, lorsque Louis XVI, après avoir donné son édit pour la
suppression des jurandes et communautés de commerce, recréa
sur-le-champ, par un édit nouveau, six corps marchands et
quarante-quatre communautés d'arts et métiers. Les marchands de vin
obtinrent alors ce qu'ils désiroient depuis si long-temps, et furent
le sixième corps dans la nouvelle organisation. Voici quelques détails
sur l'ancienne forme, les statuts et les prérogatives de cette
compagnie.


LES DRAPIERS.

Quoique le premier rang leur ait été quelquefois disputé, cependant il
paroît que, depuis très-long-temps, ils le possédoient sans aucune
contestation. Ce corps, qui étoit l'un des plus anciens, étoit en même
temps l'un des plus riches de la communauté.

La plupart d'entre eux habitèrent long-temps la rue de la
Vieille-Draperie, dans laquelle Philippe-Auguste leur avoit donné
vingt-quatre maisons confisquées sur les Juifs après leur
bannissement; nous avons déjà dit que c'étoit des drapiers que cette
rue avoit pris son nom.

Ce fut ce prince qui érigea leurs statuts en 1188. Philippe-le-Bel, le
roi Jean et Charles VI les confirmèrent. Leur corps étoit autrefois
divisé en deux communautés, les _drapiers_ et les _drapiers-chaussetiers_;
chacune avoit son patron et sa confrérie, et toutes les deux se
disputèrent pendant plusieurs siècles le droit de préséance. Ce ne fut
qu'en 1648 que, par un accord fait à l'amiable, elles se réunirent dans
la même église et dans la même confrérie[201].

          [Note 201: D'abord à Saint-Denis-de-la-Chartre, puis ensuite
          à Sainte-Marie-Égyptienne.]

Leur bureau étoit situé rue des Déchargeurs, dans une ancienne maison
nommée les _Carneaux_, qu'ils avoient achetée en 1527, et qu'ils
rebâtirent vers le milieu du dix-septième siècle. En 1629, ils
demandèrent aux prévôt et échevins de Paris des armoiries, tant pour
mettre aux torches de leurs enterrements, que pour se faire distinguer
dans les autres solennités. Cette demande leur fut accordée: c'étoit
un navire d'argent à la bannière de France flottante, un oeil en chef
et le champ d'azur.


LES ÉPICIERS.

On appeloit ainsi celui des six corps où se faisoit le commerce des
drogues et autres marchandises comprises sous le nom d'_épiceries_. Il
avoit rang après celui des drapiers.

Ce corps étoit partagé en apothicaires et épiciers, et ces derniers en
droguistes, confituriers et ciriers. Ces deux divisions étoient
gouvernées par les mêmes maîtres et gardes, et régies par les mêmes
lois. Ces gardes, au nombre de six, et pris également parmi les
apothicaires et les épiciers, étoient chargés de tenir la main à
l'exécution des statuts et réglements, de faire au moins trois visites
par an, et en outre, des visites générales chez tous les marchands,
maîtres de coches, etc., pour confronter les poids et les balances.
C'étoit un droit dont ils jouissoient exclusivement, parce qu'ils ont
eu de tout temps des étalons de poids en dépôt; mais ils ne pouvoient
l'exercer sur les cinq autres corps qui étoient exempts de leur
inspection.

Leurs statuts[202] furent confirmés par plusieurs lettres-patentes de
nos rois, entre autres de Henri IV en 1594, et de Louis XIII en 1611
et 1624.

          [Note 202: Ces statuts, comme ceux de tous les autres corps,
          régloient principalement les conditions nécessaires pour
          être admis dans le corps, les années d'apprentissage,
          l'obligation de chef-d'oeuvre, la manière dont les veuves
          pouvoient exercer le commerce, les modes d'inspection du
          corps sur ses membres, sur la qualité des marchandises,
          etc., etc.]

Ils avoient pour armoiries, coupé d'azur et d'or, à la main d'argent
sur l'azur, tenant des balances d'or; et sur l'or, deux nefs de
gueule, flottantes aux bannières de France, accompagnées de deux
étoiles à cinq pointes de gueule, avec la devise en haut: _Lances et
pondera servant_.


LES MERCIERS.

Le corps de la mercerie, le troisième des six corps marchands, étoit
si étendu et si considérable, qu'il étoit pour ainsi dire divisé en
vingt classes différentes: on distinguoit les négociants ou marchands
en gros; les marchands d'étoffes de soie, brochées en or et argent;
ceux qui faisoient le commerce de dorure et de galons, dentelles et
réseaux d'or et d'argent; les marchands de fer, de soieries, de modes,
toiles, dentelles, etc. Ce nom de _mercier_ indique en effet, par son
étymologie, toutes marchandises, denrées, ou choses dont on peut faire
trafic.

Ce corps fut établi par Charles VI, qui lui donna ses premiers statuts
et réglements en 1407 et 1412. Ils furent depuis confirmés et
augmentés par Henri II, Charles IX, Henri IV, Louis XIII et Louis XIV.

À la tête de ce corps étoient sept maîtres et gardes, préposés pour la
conservation de ses priviléges et de sa police. Leur bureau étoit
situé rue Quinquempoix.

Les armoiries du corps de la mercerie étoient un champ d'argent chargé
de trois vaisseaux, dont deux en chef et un en pointe. Ces vaisseaux
étoient construits et mâtés d'or sur une mer de sinople, le tout
surmonté d'un soleil d'or, avec cette devise: _Te toto orbe sequemur_.


LES PELLETIERS.

Ce corps, qui est le quatrième, se composoit de ceux qui apprêtent et
vendent toutes sortes de peaux avec leur poil, comme manchons,
palatines, fourrures, etc.

Dans les cérémonies publiques, il disputoit le troisième rang au corps
de la mercerie, lequel s'est cependant maintenu en possession de la
préséance, malgré toutes les protestations des pelletiers, qui ne
pouvoient oublier que dans l'origine ils avoient marché à la tête des
six corps.

En 1586, sous Henri III, la communauté des fourreurs fut réunie à
celle des pelletiers, et il leur fut donné les premiers statuts, qui
les qualifioient de _maîtres et marchands pelletiers, haubaniers,
fourreurs_. Ces statuts ont été depuis augmentés et confirmés par
Louis XIII et Louis XIV.

Les armoiries de ce corps étoient un agneau pascal d'argent en champ
d'azur, à la bannière de France de gueule, ornées d'une croix depuis
1368. Ce nouveau symbole fut le résultat d'une concession que leur
procura le duc de Bourbon, comte de Clermont, grand chambellan de
France, qu'ils prétendoient avoir eu pour chef et pour protecteur.

Ils avoient leur bureau rue Bertin-Poirée.


LES BONNETIERS.

Les bonnetiers formoient le cinquième corps. Ils avoient le droit de
vendre bonnets de drap, de laine, bas, gants, chaussons, et autres
semblables ouvrages faits au métier, au tricot, à l'aiguille, en
laine, fil, lin, poil, castor, coton, et autres matières ourdissables.

Dans les statuts de la bonneterie, accordés par Henri IV en 1608, les
marchands bonnetiers sont appelés _aulmuciers-mitoniers_, parce
qu'anciennement c'étoient eux qui faisoient des _aumuces_ ou bonnets
dont on se servoit en voyage; et qu'ils vendoient des mitaines.

Ce cinquième corps s'est accru, en 1716, de la communauté des maîtres
bonnetiers et ouvriers en tricots, des faubourgs.

Il avoit son bureau dans la rue des Écrivains.

Ses armoiries étoient d'azur à la toison d'argent, surmontées de
cinq navires aussi d'argent, trois en chef et deux en pointe.
Il avoit autrefois une confrérie établie dans l'église de
Saint-Jacques-de-la-Boucherie, sous la protection de saint Fiacre.


LES ORFÉVRES.

Ce corps se composoit des orfévres, joailliers-bijoutiers, metteurs en
oeuvre et marchands d'or et d'argent. Il étoit le sixième et dernier
des six corps marchands.

L'orfévre est l'artiste et le marchand tout ensemble. Il fabrique,
vend et achète toutes sortes de vaisselles, bijoux, vieux galons et
autres effets d'or et d'argent. Il a aussi le négoce et l'emploi des
diamants, perles et pierres précieuses.

Philippe de Valois avoit honoré ce corps des armoiries qu'il
possédoit. Elles étoient de gueules à trois croix d'or dentelées,
accompagnées, aux premier et quatrième quartiers, d'une coupe d'or, et
aux second et troisième, d'une couronne du même métal, au chef d'azur
semé de fleurs de lis sans nombre.

Ce corps avoit eu la prétention de marcher à la tête des autres, et
ses titres, pour la soutenir, étoient qu'autrefois il avoit la garde
du buffet royal dans les festins d'apparat qui se faisoient au palais
de la cité. Cependant on n'eut point égard à cette réclamation; et le
parlement rejeta leur requête, lorsqu'ils demandèrent d'avoir au moins
le pas sur les bonnetiers[203].

          [Note 203: Les marchands de vin, qui, comme nous l'avons
          dit, ne purent être admis dans les six corps, obtinrent
          cependant comme eux des armoiries en 1629.

          Ces armoiries étoient un navire d'argent à bannière de
          France flottante, avec six autres petites nefs d'argent à
          l'entour, une grappe de raisin en chef, le tout en champ
          d'azur.]



L'ÉGLISE ROYALE, COLLÉGIALE ET PAROISSIALE DE SAINTE-OPPORTUNE.

L'origine de cette ancienne église a fait naître de grands débats
parmi les historiens de Paris; et, dans les opinions contradictoires
qu'ils présentent, on ne voit d'aucun côté des autorités assez fortes
pour que l'on puisse, sans balancer, embrasser l'une de ces opinions.
Jusqu'ici l'on a pu remarquer que, dans la plupart de ces antiquités
dont il est resté des traditions si confuses, l'incertitude est
presque toujours le résultat de tant de travaux entrepris pour
démêler la vérité.

Le plus grand nombre prétend que cette église ne fut dans ses
commencements que la chapelle d'un ermitage, qu'on nommoit
_Notre-Dame-des-Bois_, parce qu'elle étoit située à l'entrée d'une
forêt qui s'étendoit en largeur depuis cet ermitage jusqu'au pied de
Montmartre, et en longueur, depuis le _pont Perrin_, qui étoit vers la
porte Saint-Antoine, jusqu'aux environs de Chaillot. Ils ajoutent que
les incursions et les ravages des Normands ayant forcé Hildebrand,
évêque de Séez, de s'enfuir de son diocèse, il demanda à l'un de nos
rois un lieu de sûreté pour son clergé et pour les reliques de sainte
Opportune, fille du comte d'Hiême, et morte abbesse d'Almenêche; que
d'abord ce prélat obtint la terre de Moucy-le-Neuf près de Senlis, où
le corps de la sainte fut déposé; mais que ne s'y croyant pas encore
entièrement hors d'insulte, il fut appelé à Paris, et établi dans
cette chapelle de Notre-Dame-des-Bois; qu'il y fit apporter les
reliques de la sainte, devint recteur de cette chapelle, et d'un
hospice élevé auprès par ses soins; et qu'enfin la dévotion des
fidèles et les offrandes qu'attiroient les miracles fréquents opérés
par ces restes précieux permirent bientôt d'y bâtir une église plus
considérable.

Toutefois ces mêmes historiens, qui s'accordent sur le fait historique
auquel l'église de Sainte-Opportune doit son origine, sont d'un avis
très-différent lorsqu'il s'agit de fixer le temps où il arriva, et le
nom du prince qui fut le donataire de cette chapelle. Les uns, comme
Sauval, placent la translation des reliques de la sainte en 853;
d'autres, comme dom Duplessis, en 877 ou 878. Le P. Pagi en fixe
l'époque à l'année 879; Le Maire, au commencement du douzième siècle;
Dubreul, sous Louis-le-Jeune; enfin Germain Brice recule cet événement
jusqu'en 1374. Les uns attribuent à Charles-le-Chauve et à Louis de
Germanie les premières donations faites à Hildebrand; les autres en
font honneur à Louis-le-Bègue, à Louis-le-Gros et à Louis-le-Jeune;
enfin plusieurs font de la chapelle de _Notre-Dame-des-Bois_ un
prieuré de filles dépendant du monastère dont sainte Opportune étoit
abbesse: c'est l'opinion de Sauval, de Dubreul, etc. En même temps
qu'ils établissent ces sentiments divers, plusieurs donnent à la
chapelle de Notre-Dame-des-Bois une antiquité plus grande qu'à aucun
autre monument chrétien. Le même Sauval dit que, «si l'on en croit la
tradition, saint Denis, qui vint en France en 252, la mit en grande
vénération des peuples.» Un autre la fait exister en 255[204]; et
Corrozet, en lui donnant une origine non moins reculée, ajoute «que
madame sainte Opportune, religieuse, la fréquentoit souvent, et
qu'elle est enclose en son église.» Nous avons vu que, selon le plus
grand nombre, la forêt qui touchoit cet ermitage couvroit tout le
terrain au nord de Paris.

          [Note 204: L'auteur des _Tablettes parisiennes_.]

Jaillot, qui vient après tous ces auteurs, prétend les réfuter tous:
sans s'arrêter à prouver qu'on ne peut sérieusement avancer qu'il
existoit une chapelle à Paris dès l'an 252, lorsqu'on n'a aucune
autorité qui puisse donner même de la vraisemblance à une semblable
assertion, il soutient que sous Charles-le-Chauve il existoit déjà une
enceinte au nord, dans laquelle cette chapelle devoit être enclavée,
et qu'il seroit absurde d'imaginer _qu'il y eût une forêt dans cette
enceinte_. Il ajoute que nos historiens nous ayant conservé les noms
de la chapelle de Saint-Pierre, de celle de Sainte-Colombe et des
églises qui subsistoient dans ces temps reculés, ils auroient
nécessairement fait mention de celle de Notre-Dame-des-Bois, si elle
eût alors existé; que cependant on n'en trouve aucun vestige, ni dans
les chartres qui contiennent les libéralités de nos rois envers
l'église de Sainte-Opportune, ni dans l'histoire de la vie de la
sainte, dont l'auteur avoit pu être témoin oculaire d'une partie de
ces faits, etc. «Enfin, dit-il, pourquoi Hildebrand fit-il bâtir une
église pour y mettre le corps de sainte Opportune? La chapelle de
Notre-Dame-des-Bois ne suffisoit-elle pas pour renfermer ce saint
dépôt? Et quelque petite qu'on puisse la supposer, n'étoit-elle pas
assez grande pour lui et les quatre clercs qui l'accompagnoient?
Quelle conséquence en tirer, si ce n'est que cette chapelle n'existoit
point alors, et qu'elle n'a été bâtie que depuis, sous un nom que des
circonstances ou des motifs particuliers lui auront fait donner, et
dont la connoissance n'est point venue jusqu'à nous?»

De telles raisons ne peuvent sembler concluantes: l'ermitage et la
forêt pouvoient exister avant que l'enceinte eût été formée; et
lorsque l'on conçut le projet d'élever une muraille contre les
incursions des Normands, on put y faire entrer la chapelle, établie
sans doute sur la lisière du bois, sans être forcé d'y comprendre la
forêt tout entière. En supposant qu'il ne reste aucune trace de cet
ancien édifice dans les vieilles chroniques, une tradition aussi
constante que celle sur laquelle s'appuient tous les historiens n'est
point à dédaigner, et ne peut être rejetée comme une chimère,
lorsqu'il s'agit d'un événement aussi simple, aussi naturel que celui
de l'érection d'une chapelle; mais la dernière raison surtout nous
semble peu digne d'un critique aussi éclairé: pourquoi Hildebrand
n'auroit-il pas fait bâtir une église à la place de cette chapelle
pour honorer davantage la sainte, surtout si la dévotion et les
offrandes des fidèles lui en fournissoient les moyens? (et cet
incident fait aussi partie de la tradition.) Il y a tant d'exemples de
chapelles changées en églises magnifiques, uniquement parce qu'on y
avoit déposé les reliques de tel ou tel saint, qu'on ne sauroit
s'appuyer sur d'aussi foibles preuves pour rejeter cette tradition.

Jaillot est plus heureux dans ses conjectures sur le prince qui donna
à Hildebrand le terrain sur lequel il bâtit cette église: il prétend
que ce fut Louis-le-Bègue, et non Charles-le-Chauve et Louis de
Germanie. Il prouve aussi très-bien que toutes les chartres des rois
de la troisième race, dans lesquelles les antiquaires ont cru voir une
donation de ce territoire, ne contiennent que la confirmation d'un
droit de propriété que les chanoines de Sainte-Opportune possédoient
dès la seconde, etc. Au reste, en soutenant que la chapelle n'existoit
point avant Hildebrand, que ce fut lui qui la fit bâtir ainsi que
l'hospice, il convient avec tous les historiens que les miracles
opérés par les reliques de sainte Opportune occasionnèrent un concours
de fidèles dont la piété et la libéralité fournirent les moyens de
bâtir une plus grande église sous son invocation.

Le territoire sur lequel cette église fut élevée étant dans la
dépendance de Saint-Germain-l'Auxerrois, le chapitre de cette église
prétendit être en droit de nommer aux prébendes de Sainte-Opportune,
ce qui lui fut accordé par Imbert, évêque de Paris, vers 1030, et
confirmé par Galon en 1108, et Maurice de Sully en 1192.

Le chapitre de l'église de Sainte-Opportune n'étoit composé, dans son
origine, que de quatre chanoines. Et d'abord il paroît qu'ils
remplissoient tour à tour les fonctions curiales; mais, par suite, il
n'y en eut qu'un seul chargé de ce soin. On ignore l'époque à laquelle
ce nouvel ordre fut établi: on sait seulement que, vers le milieu du
douzième siècle, le chapitre de Saint-Germain essaya de contester à
ces chanoines le droit _ancien_ qu'ils avoient de nommer le curé ou
_chefecier_, _jus longæ retentionis et possessionis_, et qu'ils y
furent maintenus par Thibauld, évêque de Paris, en 1150, et par une
bulle d'Adrien IV de l'année 1159. Un second accord, passé entre ces
deux chapitres en 1225, fixa d'une manière immuable les droits et les
charges de la cure de Sainte-Opportune[205].

          [Note 205: Il fut convenu, 1º que la cure seroit annexée à
          une prébende indiquée par l'acte, et qu'ainsi celui qui
          jouiroit à l'avenir de cette prébende seroit curé ou
          _chefecier_; 2º qu'à chacune des trois autres prébendes on
          attacheroit trois vicairies pour un prêtre, un diacre et un
          sous-diacre qui seroient amovibles, et auxquels on paieroit,
          à chacun, 4 liv. par an; 3º que, si un chanoine vouloit
          assister aux heures canoniales, et faire l'office de son
          vicaire, il seroit dispensé d'en avoir un, jouiroit de la
          même rétribution, etc.]

Les choses étoient encore sur le même pied au milieu du treizième
siècle. Quoique la culture des terres, ou _marais_, dont ce chapitre
étoit propriétaire, et les droits qu'il y percevoit, eussent
considérablement augmenté ses revenus, cependant il n'étoit encore
composé que du chefecier, de trois chanoines qui ne résidoient pas, et
de trois vicaires qui tenoient leur place. Alors Renaud de Corbeil,
par ses lettres en forme de réglement, du mois de juin 1253, divisa
chaque prébende en deux, accordant toutefois que cette division
n'auroit lieu qu'après le décès des chanoines existants, et même après
celui d'un ecclésiastique déjà nominé et reçu pour remplir le premier
canonicat vacant. La prébende à laquelle la cure étoit annexée fut
comprise dans cette division, qui devoit former huit canonicats, le
chefecier compris. Il fut aussi statué que chaque chanoine résideroit
personnellement pendant six mois, à moins qu'il n'y eût quelque
empêchement légitime; et pendant les six autres mois, par un vicaire
institué à cet effet[206]. On convint encore que la collation des
nouveaux canonicats appartiendroit, comme celle des anciens, au
chapitre de Saint-Germain-l'Auxerrois. Tels furent ces réglements que
nous avons cru devoir citer comme un modèle d'équité, et de cet art
délicat avec lequel il est permis de détruire un abus sans attaquer
les droits des hommes, leur situation légitime dans la société, les
rapports et les habitudes qui résultent de cette situation. Dans un
acte aussi important, un siècle grossier se montre ici bien supérieur
à celui qui s'est tant enorgueilli de ses lumières et de sa
civilisation.

          [Note 206: Il y avoit encore dans cette église une
          semi-prébende, dont l'origine est inconnue.]

En 1311 Guillaume d'Aurillac, évêque de Paris, établit dans cette
église deux marguilliers laïques, auxquels il donna l'administration
de la fabrique.

À l'égard des constructions diverses et successives qui composoient la
masse de cet antique monument, on n'a aucun renseignement précis sur
le temps où elles furent élevées. Un auteur a prétendu que la nef, qui
existoit encore dans les derniers temps, étoit la même qu'Hildebrand
avoit fait construire sous la seconde race, et que le choeur, qui
avoit subsisté jusqu'en 1154, fut alors rebâti et tourné un peu plus
vers l'orient. Cette dernière circonstance est vraie; mais l'abbé
Lebeuf a prouvé que tout ce qui composoit cette église, sans même en
excepter le grand portail, ne pouvoit être que du treizième ou
quatorzième siècle[207]; et en effet, il y avoit une grande
ressemblance entre son architecture et celle de plusieurs autres
édifices connus pour être de ce temps-là. La tour, encore plus
nouvelle, étoit curieuse par les ornements dont elle étoit couverte,
tels que fleurs de lis, festons, cornes d'abondance, trophées, etc.,
lesquels étoient des marques éclatantes qu'elle avoit été bâtie par la
munificence de nos rois. Aussi cette église étoit-elle qualifiée de
royale; et, à ce titre, elle jouissoit du droit de _committimus_[208],
ainsi que de toutes les autres prérogatives des églises de fondation
royale. La cure des SS.-Innocents étoit à sa nomination.

          [Note 207: Hist. du Dioc. de Paris, t. I, p. 66. (_Voy._ pl.
          33.)]

          [Note 208: C'étoit un privilége que le roi donnoit aux
          officiers de sa maison et à certaines communautés, de
          plaider en première instance, et dans de certains cas, aux
          requêtes du palais et de l'hôtel.]

Il paroît que le service de la paroisse de Sainte-Opportune se faisoit
anciennement dans une chapelle qui, dès le quinzième siècle, se trouva
trop petite pour la quantité des habitants. Pour remédier à cet
inconvénient, on abattit, en 1483, l'auditoire et trois maisons
attenantes; la nef fut agrandie, et l'on construisit la chapelle, qui,
jusqu'à la destruction totale de l'église[209], a servi à l'office
paroissial.

          [Note 209: L'auditoire fut pour lors transporté aux
          Porcherons, dans la maison seigneuriale, qui existoit encore
          en 1789.]

Cette église possédoit plusieurs reliques renommées, et entre autres
une côte et un bras de la sainte dont elle portoit le nom. Ce dernier
ossement, qu'elle obtint, dit-on, en 1374, de l'abbé de Cluni, à qui
appartenoit alors la terre de Moucy-le-Neuf, y fut apporté avec une
pompe remarquable. Cette translation se fit du palais Saint-Paul à
l'église _avec grands luminaires et grande suite de peuple_, à la tête
duquel étoient Charles V et toute sa cour. Dès lors il fut ordonné que
l'on feroit tous les ans, le premier dimanche d'après les Rois, jour
de cette translation, l'office double de sainte Opportune, et que
l'office du dimanche seroit remis à un autre jour.


     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE SAINTE-OPPORTUNE.

     TABLEAUX.

     La Présentation au temple, par _Jouvenet_; une Mère de douleur,
     par _Champagne_.


     SÉPULTURES.

     La chapelle Notre-Dame-des-Bois étoit affectée depuis 1515 à la
     sépulture de la famille Perrot.

     Dans l'église avoit été inhumé François Conan, maître des
     requêtes, mort en 1551, à l'âge de 44 ans[210].

          [Note 210: Sa veuve, qu'il laissoit arec trois enfants, fut
          une espèce d'Artémise que rien ne put consoler de la perte
          de son mari: elle lui érigea un buste, et fit graver sur sa
          tombe cette épitaphe singulière, où ses regrets et son amour
          offrent une vivacité d'expression qui s'accorde peu avec
          l'austérité et les principes du christianisme. Elle est
          assez curieuse pour être rapportée.

            _Uxor mæsta sui dùm cernit busta mariti,
            Tunc ternos amplexa, gemens, in funere natos:
            Quid me linquis, ait, miseroque dolore sepultam
            Deseris, ô conjux? Ah! si nunc cura jugalis
            Te tenet ulla tori, lacrymis gemituque tuorum
            Flecteris: hanc animam, quæso, rape, namque, perempto
            Te, superesse piget; nullâ fruar antè quiete,
            Quàm mihi fatales dissolvant stamina Parcæ.
            Jamque dolore amens tabeseo, et tempora vitæ
            Longa meæ nec erunt: primisque extinguar in annis.
            Mors mihi grata foret, posituræ morte labores.
            Et nos una duos tandem teget urna; meusque
            Spiritus æterno tecum potietur amore._]

On remarquoit encore dans cette église un candélabre à dix branches,
d'un fort beau travail, que lui avoit donné l'empereur Charles-Quint,
lors de son passage à Paris.

L'église Sainte-Opportune a été détruite et est remplacée par des
maisons particulières.



HÔTELS DU QUARTIER SAINTE-OPPORTUNE.

MAISON DE LA COURONNE D'OR.

Dans la rue des Bourdonnois il existe un édifice gothique qui porte
maintenant pour enseigne _la Couronne d'or_. Une tradition entièrement
destituée de fondement, porte que Philippe-le-Bel demeuroit, en 1280,
dans cette maison; mais il est certain qu'à la fin du quatorzième
siècle elle étoit occupée par Philippe, duc de Touraine, et depuis duc
d'Orléans, frère du roi Jean, qui en fit l'acquisition, par contrat du
1er octobre 1363, pour une somme de deux mille francs d'or[211]. Ce
prince la vendit ensuite au fameux Gui de La Trémoille, qui l'habitoit
en 1398. Cet hôtel, devenu la maison seigneuriale de cette famille,
s'étendoit le long de la rue Béthisi jusqu'à la rue Tirechape. Il
paroît, par un compte de la prévôté de Paris, que cette propriété fut
de nouveau vendue après la mort de ce seigneur, et réclamée ensuite
par Messire Jehan de La Trémoille, seigneur de Jonvelle, auquel elle
fut rendue, et qui l'occupoit en 1421. Elle a passé depuis entre les
mains de diverses personnes. Le chancelier Dubourg y a demeuré; elle a
ensuite appartenu au président de Bellièvre, dont elle avoit pris le
nom.

          [Note 211: À peu près 16,000 livres d'aujourd'hui. Il acheta
          en même temps une maison voisine et la seigneurie qui en
          dépendoit.]

Nous avons cru devoir faire graver ce petit monument, qui conserve, au
milieu des réparations modernes qui l'ont défiguré, plusieurs parties
entières de son ancienne architecture, laquelle est du gothique le plus
élégant. Nous ne connoissons même point à Paris d'édifice de ce genre qui
offre des ornements travaillés avec plus de délicatesse[212].

          [Note 212: _Voy._ pl. 32.]


HÔTEL DE VILLEROI.

De l'autre côté, entre les rues de la Limace et des Mauvaises-Paroles,
étoit situé, vers le milieu du seizième siècle, l'hôtel des ducs de
Villeroi; il a été acquis depuis par MM. Pajot, et a servi pendant
quelque temps de bureau général des postes.


HÔTEL DE ROHAN-MONTBAZON.

C'est dans la rue de Béthisi, voisine de celle des Bourdonnois, que
demeuroit Gaspard de Coligni, amiral de France; et c'est là qu'il fut
massacré dans la nuit de la Saint-Barthélemi. Cette maison a été
occupée depuis par les seigneurs de Rohan-Montbazon, dont elle portoit
encore le nom en 1772. Elle est petite, à peine suffisante pour
l'établissement du marchand qui l'occupe aujourd'hui, et n'a, dans son
extérieur, rien qui annonce qu'elle ait été la demeure de personnages
distingués.


HÔTEL DE ROYAUMONT.

L'abbé et les religieux de Royaumont avoient leur hôtel dans la rue
Saint-Germain-l'Auxerrois. Cet hôtel avoit été amorti au mois de
février 1248; mais en 1316, ils l'échangèrent, avec Jean de Dijon,
pour une maison située rue _Raoul Roissole_ (aujourd'hui rue du Jour),
près Saint-Eustache.


HÔTEL DE L'ABBAYE DE JOIE-EN-VAL.

L'hôtel des religieux de cette abbaye étoit situé dans la rue des
Orfévres, qui, par cette raison, portoit anciennement le nom de la rue
_aux Moignes de Jenvau_. C'est ainsi qu'elle est désignée par Guillot.


MAISON DU CHEVALIER DU GUET.

Cette maison étoit située dans une rue de ce quartier, désignée dans
tous les anciens titres sous la dénomination commune à d'autres rues;
de _le Perrin Gasselin_; et qui depuis a porté, et jusqu'à nos jours,
le nom de rue du _Chevalier du Guet_. Il y a apparence que ce fut par
suite d'une ordonnance du roi Jean, en date du 6 mars 1363[213], que
cette maison fut achetée et destinée à être la résidence du chef de
cette compagnie.

          [Note 213: Liv. rouge du Châtelet, fol. 39.]

L'établissement de corps de troupes armées, chargé de veiller pendant
la nuit à la sûreté des cités, se retrouve chez toutes les nations
civilisées, tant anciennes que modernes. Les Gaulois reçurent des
Romains cette institution salutaire[214], lorsqu'ils passèrent sous
leur domination; les rois francs l'adoptèrent, après qu'ils eurent
conquis les Gaules; et les plus anciennes ordonnances de ces princes
nous prouvent que, dès le commencement de la monarchie[215], il y
avoit un guet de nuit dans les principales villes du royaume. Au
milieu des nombreux désordres que firent naître l'usurpation
anarchique des fiefs, la corruption du gouvernement féodal, et les
guerres continuelles que se faisoient entre eux tant de petits
seigneurs qui s'étoient créés souverains, toutes les lois relatives au
guet de nuit furent maintenues, même alors qu'on en violoit tant
d'autres, parce que la sûreté de tous y étoit intéressée. Mais dans
des temps plus heureux, et lorsque l'ascendant de l'autorité eut enfin
rétabli l'ordre et le calme dans toutes les parties de la France, le
service personnel que les habitants étoient obligés de faire pour la
sûreté publique fut converti en une redevance au profit des seigneurs;
et il ne resta plus de cette ancienne institution que les compagnies
du guet de Paris, à 'l'imitation desquelles furent depuis créées
celles de Lyon et d'Orléans.

          [Note 214: _Cassiod._, _formul. 8, de Praf. Vigil. urb.
          Ravenn._, lib. 7.]

          [Note 215: _Capit. Reg. Franc._, t. I, p. 10.]

Les titres les plus anciens[216] nous apprennent que ce service étoit
partagé à Paris entre les bourgeois et une compagnie du guet
entretenue par le roi, et composée de vingt sergents à cheval et
vingt-six sergents à pied. Les communautés de marchands et d'artisans
étoient obligées de fournir tous les jours et alternativement un
certain nombre d'hommes, selon que l'avoit réglé le prévôt de Paris,
à qui appartenoit la juridiction suprême de cette garde de nuit. De
cette troupe urbaine on formoit plusieurs corps-de-garde fixes; et
c'étoit là ce qu'on nommoit le _guet assis_. Le guet royal étoit seul
chargé de faire les rondes.

          [Note 216: _Olim_, IV, fol. 118.]

Le commandant de ce corps est nommé _chevalier du guet_ dans une
ordonnance de saint Louis, de l'année 1254, et dans plusieurs autres
titres de cette même époque; et Delamare, rejetant les diverses
étymologies que l'on a voulu donner à cette dénomination, pense avec
raison qu'il faut aller en chercher l'origine jusque chez les Romains,
qui ne confioient un poste de cette importance qu'à un personnage
d'une condition relevée, et qui le choisissoient toujours dans l'ordre
des chevaliers.

Si nous examinons maintenant les divers changements et révolutions
qu'a éprouvés le guet de Paris, nous trouvons que, par un édit de
1559, la compagnie du guet royal fut portée à deux cent quarante
hommes, et qu'en même temps le _guet assis_ fut supprimé. Deux ans
après, en 1561, au milieu des troubles que firent naître les guerres
de religion, on voit la garde de Paris remise entièrement aux
bourgeois, et le guet royal supprimé. Enfin, par l'édit de
pacification de 1563, les bourgeois furent de nouveau entièrement
déchargés du service, et le guet redevint ce qu'il avoit été en 1559.
Depuis cette époque et jusqu'à la destruction de ce corps opérée dans
la première année de la révolution, il n'a éprouvé d'autre changement
que celui d'une augmentation successive, et proportionnée aux
accroissements continuels de la capitale.


BUREAU DES MARCHANDS DRAPIERS.

Le corps des drapiers avoit son bureau dans la rue des Déchargeurs.
C'est un monument assez digne d'attention par la richesse de son
frontispice, exécuté vers le milieu du dix-septième siècle sur les
dessins de Libéral Bruant, architecte qui jouissoit alors d'une grande
célébrité. Il se compose d'une ordonnance dorique, dans laquelle on
trouve des innovations et des omissions qui prouvent, comme on le
remarque dans tant d'autres monuments, que les architectes de cette
époque ne suivoient point de marche sûre, et étoient loin de
s'astreindre à toute la sévérité des principes. Mais il offroit, dans
l'exécution de diverses parties, et notamment dans celle des
sculptures dont il étoit orné, assez de mérite pour justifier la
longue réputation dont il a joui dans des temps où peu d'amateurs
savoient apprécier les véritables beautés de l'art[217].

          [Note 217: _Voy._ pl. 33. Il n'existe plus que des portions
          dégradées de ce monument, qui sert maintenant d'habitation à
          des particuliers. Les cariatides et tous les ornements de
          sculpture dont il étoit couvert ont été détruits; et la
          balustrade qui s'élevoit au-dessus du second fronton a été
          abattue.]



RUES ET PLACES DU QUARTIER SAINTE-OPPORTUNE.

_Rue de l'Abreuvoir Popin._ Elle a son entrée dans la rue de
Saint-Germain-l'Auxerrois, et, passant sous le quai de la Mégisserie,
elle aboutit à la rivière. On est dans l'usage de dire et d'écrire,
mais mal à propos, _l'Abreuvoir Pépin_. Tous les anciens actes
l'appellent _Popin_ et _Paupin_. Elle tire ce nom d'une famille connue
au douzième siècle, et qui possédoit un fief dans lequel cette rue est
située. Il est fait mention de _Jehan Popin du Porche_ dans un acte de
1264[218], et dans un arrêt de 1268[219].

          [Note 218: _Cart. Sorb._, fol. 142.--Hist. de Paris, t. I,
          p. 102.]

          [Note 219: Le fief Popin s'étendoit en partie sûr les rues
          de Richelieu, des Petits-Champs, Sainte-Anne, Traversière,
          Clos-Georgeau; en entier sur les rues du Hasard et Villedot;
          et dix maisons relevoient de ce fief entre les rues
          Thibaut-aux-Dés, des Deux-Boules, Bertin-Poirée, et des deux
          côtés de la rue des Deux-Visages (Arch. de l'archev.). La
          place où est située la rue de l'abreuvoir Popin avoit été
          donnée par cette famille, dans le 12e siècle, à l'abbaye de
          Hautes-Brières, de qui la compagnie des marchands de l'eau
          l'acquit en 1170. (Traité de la Pol., t. II, pag. 653).]

_Rue de l'Aiguillerie._ Elle aboutit dans la rue Saint-Denis et au
cloître Sainte-Opportune. Sauval l'appelle rué de l'_Escuillerie_.
L'abbé Leboeuf et Robert ont cru reconnoître cette rue dans celle que
Guillot appelle _Rue à petits soulers de Bazenne_; mais il est plus
probable qu'il entendoit plutôt par cette désignation la rue
_Courtalon_. Jaillot pense que c'est cette rue de l'Aiguillerie qui,
dans plusieurs titres, est appelée rue _Alain de Dampierre_[220].

          [Note 220: Jaillot, quart. S.-Opportune, p. 7.--Sauval dit
          encore qu'en 1449 on la nommoit le cloître Sainte-Opportune;
          et il est vrai que ce nom a été donné en général à toutes
          les rues qui environnoient cette église.]

La place _Gastine_ étoit à l'entrée de cette rue. Sur cette placé
étoit auparavant la maison d'un protestant, nommé Philippe de Gastine,
condamné à mort et exécuté en 1568, pour l'avoir fait servir au prêche
de sa secte, contre la teneur des édits; et à l'endroit de cette
maison, qui fut en même temps rasée, on érigea une croix, que depuis
on enleva et transporta au cloître des Innocents, par suite de l'édit
de pacification que Charles IX accorda aux réformés en 1570.

_Rue de l'Arche-Marion._ Elle va de la rue Saint-Germain-l'Auxerrois à
la rivière, en passant sous le quai de la Mégisserie. Comme elle fait
la continuation de la rue Thibaut-aux-Dés, on l'appeloit anciennement
_l'Abreuvoir Thibaut-aux-Dés_, nom qu'elle portoit encore en 1300. On
lui donna ensuite celui de _rue des Jardins_[221]; et vers la fin du
quinzième siècle, elle fut nommée _ruelle qui fut Jean de la Poterne_,
du nom d'un particulier qui avoit en cet endroit des étuves, que l'on
nommoit _les étuves aux trois pas de degrés_[222]. En 1530, on
l'appela _ruelle des Étuves_[223]. Enfin, on la trouve, dans un titre
de 1565, sous la désignation de _l'Arche Marion_ et de _l'Abreuvoir
Marion_, du nom de la femme qui tenoit alors ces étuves[224]. Elle est
encore nommée quelque part _rue de l'Archer_.

          [Note 221: Arch. de l'archev.--Sauval, t. III, p. 283 et
          310.]

          [Note 222: Cens. de l'évêché.]

          [Note 223: _Ibid._]

          [Note 224: _Ibid._]

_Rue Bertin-Porée._ Elle va d'un côté dans la rue
Saint-Germain-l'Auxerrois, et de l'autre dans celle des Deux-Boules.
Quelques-uns l'ont appelée _Martin-Poirée_; mais son véritable nom est
_Bertin-Porée_. Elle le portoit avant 1240, et le tenoit d'un
bourgeois qui y demeuroit[225].

          [Note 225: Pet. Cart. de l'évêché, fol. 89. Cart. 107, gr.
          Cart., fol. 283.]

_Rue Béthisi._ Elle se termine d'un côté au coin des rues du Roule et
de la Monnoie, et de l'autre à la rue des Bourdonnois. Cette rue se
continuoit anciennement jusque dans la rue de l'Arbre-Sec, et, dès le
treizième siècle, elle portoit deux noms. Elle étoit appelée _Béthisi_
dans toute la partie connue encore aujourd'hui sous ce nom; et depuis
la rue de la Monnoie jusqu'à celle que nous venons de nommer, elle
prenoit celui de rue au _Cuens_ ou au _Quains de Ponthi_, _au Comte de
Ponthi_, et _Ponthieu_. L'entrée du côté de la rue de l'Arbre-Sec
étoit appelée _le carrefour au Comte de Ponti_[226], parce que l'hôtel
de ce comte y étoit situé. La division par quartiers, établie en 1702,
en fit distraire cette dernière partie, que l'on nomma rue des
_Fossés-Saint-Germain_. L'autre conserva son ancien nom, qu'elle
tenoit de Jean ou Jacques Béthisi.

          [Note 226: Sauval., t. II, p. 242.]

Le premier nom de cette rue étoit _la Charpenterie_, et c'est ainsi
qu'elle est indiquée dans les censiers de l'évêché du quatorzième
siècle; elle le portoit encore au milieu du siècle suivant, mais
seulement depuis la rue _Tire-Chape_ jusqu'à celle des _Bourdonnois_.
L'autre partie conservoit le nom de _Béthisi_.

_Rue Boucher._ Elle donne d'un bout dans la rue Thibaut-aux-Dés, de
l'autre dans celle de la Monnoie. Cette rue, commencée en 1776, fut
ouverte en 1778 sur l'emplacement de l'ancien hôtel des Monnoies. Elle
porte le nom d'un échevin qui étoit en exercice dans l'année 1773.

_Rue des Deux-Boules._ Elle aboutit d'un côté au coin des rues des
Bourdonnois et Thibaut-aux-Dés, et de l'autre à celle des Lavandières.
Guillot et les anciens titres du treizième siècle la désignent sous le
nom de _Guillaume Porée_[227]. Nous ne savons si jadis elle faisoit un
retour d'équerre dans une partie de la rue qui lui est parallèle (la rue
des Mauvaises Paroles); mais il est certain qu'aux douzième et treizième
siècles elle s'appeloit rue _Mauconseil_ ou _Maleparole_[228]. Dans des
actes postérieurs, et jusqu'en 1546, elle est appelée _Guillaume Porée
autrement Maleparole_; _Guillaume Porée dite des Deux-Boules_. Ce
dernier nom lui vient d'une enseigne.

          [Note 227: Cens. de l'évêché.]

          [Note 228: _Arch. S. Martin._]

_Rue des Bourdonnois._ Elle aboutit d'une part dans la rue Saint-Honoré,
de l'autre au bout des rues _Béthisi_ et _Thibaut-aux-Dés_. Guillot
l'appelle rue _à Bourdonnas_. Sauvai dit qu'en 1297 elle se nommoit rue
_Adam Bourdon_ et _Sire Guillaume Bourdon_, et en 1300, la rue des
_Bourdonnois_[229].

          [Note 229: T. II, p. 125. Au bout de cette rue est le
          cul-de-sac de _la Fosse aux Chiens_. C'étoit anciennement
          une rue qui se prolongeoit jusqu'à la rue Tirechape. La
          place où ce cul-de-sac est situé étoit hors de la première
          enceinte, et servoit de voirie; ce qui a fait donner à tout
          cet endroit les noms de _Marché aux pourceaux_, de la _Place
          aux Chats_ et de la _Fosse aux Chiens_, qui en occupe une
          partie. Dès le commencement du quinzième siècle, c'étoit un
          cul-de-sac. Il se nomme aujourd'hui cul-de-sac des
          _Bourdonnois_.]

_Rue ou place du Chevalier-du-Guet._ Elle aboutit dans la rue des
Lavandières, à la place du Chevalier-du-Guet et à la rue
Perrin-Gasselin. En 1300 et jusqu'au milieu du seizième siècle, la
place et ces deux rues n'étoient connues que sous ce nom général _le
Perrin-Gasselin_. Celui que porte celle-ci vient d'une maison que le
roi y avoit acquise pour loger le chevalier ou commandant du guet. On
présume que ceci se passa en 1363, sous le roi Jean.

_Rue Courtalon._ Elle va de la rue Saint-Denis à la place du cloître
Sainte-Opportune. Nous avons déjà observé que c'est celle que Guillot
appelle rue _à petits Soulers de Bazenne_. Dans le siècle suivant, on
ne la désignoit que sous le nom général de _cloître Sainte-Opportune_.
On ignore si elle doit son dernier nom à une enseigne ou à Guillaume
Courtalon, qui possédoit, vers le milieu du seizième siècle, deux
maisons au coin de la rue des Lavandières.

_Rue des Déchargeurs._ Elle aboutit d'un côté dans la rue des
Mauvaises-Paroles, et de l'autre dans celle de la Féronnerie. En 1300
et 1313, on la nommoit _le Siége aux Déchargeurs_, et depuis rue du
_Siége_ et _du Viel Siége aux Déchargeurs_. À l'endroit de la rue de
la Féronnerie, où aboutit celle-ci, étoit une place appelée
anciennement _la place aux Pourciaux_, et ensuite _la place aux
Chats_. Avant que la ville se fût accrue de ce côté-là, c'étoit un
lieu plein d'immondices et une voirie. Elle s'étendoit assez loin, car
on ne peut douter que la rue de la Limace et le cul-de-sac de la Fosse
aux Chiens n'en fissent partie.

_Rue Étienne._ Elle commence dans la rue Béthisi, et vient aboutir à
la rue Boucher. Elle fut percée en même temps que cette dernière, sur
le même emplacement, et porte comme elle le nom d'un échevin.

_Rue de la Féronnerie._ Elle fait la continuation de la rue
Saint-Honoré, et aboutit à la rue Saint-Denis. Sauval, et ceux qui ont
écrit d'après lui sur les rues de Paris, ne sont ni clairs ni exacts
dans ce qui concerne celle-ci. Il dit qu'en 1341 c'étoit la rue _de la
Charonnerie_, _vicus Karonnorum_; et en 1432, la rue de la Féronnerie.
Il est plus vraisemblable qu'elle prit le nom de la _Féronnerie_
lorsque saint Louis permit à de pauvres férons d'occuper les places
qui régnoient le long des charniers; ce qui est antérieur de deux
siècles à l'année 1432. Un acte tiré des titres de l'abbaye de
Saint-Antoine-des-Champs lui donne déjà ce nom en 1229; et on le
retrouve dans plusieurs autres du même siècle[230]. Elle prit ensuite
le nom de la _Charonnerie_, dans sa partie orientale jusqu'à la rue de
la Lingerie, et ne conserva l'ancienne dénomination que dans la partie
occidentale. Cependant elles furent souvent confondues toutes les deux
sous le dernier nom.

          [Note 230: Jaillot, quart. S. Opport., p. 17 et 18.]

La rue de la Féronnerie est à jamais mémorable par l'horrible attentat
qui enleva à la France l'un de ses plus grands et de ses meilleurs
rois. Tout le monde sait que c'est dans cette rue que Henri IV fut
assassiné par l'exécrable Ravaillac. Avant la révolution, on voyoit,
vis-à-vis de la place où ce régicide fut commis, un buste[231] de ce
prince, au bas duquel on lisoit l'inscription suivante:

  _Henrici Magni recreat præsentia cives,
     Quos illi æterno foedere junxit amor._

          [Note 231: Ce buste, abattu en même temps que toutes les
          statues de nos rois, a été remis à sa place.]

Cette rue étoit alors fort étroite, n'ayant pas la moitié de sa
largeur actuelle. Les férons, à qui saint Louis avoit donné l'espace
qui régnoit le long du cimetière des Innocents, y avoient bâti des
boutiques. En 1474, Louis XI accorda cette même place aux marguilliers
des Saints-Innocents, et leur permit d'y faire construire des édifices
de la largeur des auvents qu'on y voyoit auparavant[232]. À ces
constructions succédèrent bientôt des maisons qui obstruèrent cette
rue, et la rendirent même dangereuse, parce que c'étoit un des
principaux passages par lesquels on arrivoit aux halles. Ce ne fut
qu'en 1671 que la rue fut enfin élargie, telle que nous la voyons
aujourd'hui.

          [Note 232: MS. de S. Germ., c. 453, fol. 285.]

_Rue des Fourreurs._ Elle aboutit d'un côté dans la rue des
Déchargeurs, et de l'autre au cloître Sainte-Opportune. Son ancien nom
étoit _la Cordouannerie_; elle le portoit au treizième siècle. Depuis
on l'a nommée _Cordonnerie_ et _Vieille-Cordonnerie_; et c'est ainsi
qu'elle est indiquée par Corrozet. Son dernier nom lui est venu des
pelletiers qui s'y sont établis au dix-septième siècle.

_Rue des Fuseaux._ Elle va de la rue Saint-Germain-l'Auxerrois au quai
de la Mégisserie. Les bâtiments qu'on a élevés successivement sur ce
quai ont obligé de percer cette rue et celle des Quenouilles, qui lui
est parallèle, pour ne pas ôter le jour aux maisons qui déjà y avoient
été bâties. Telle est l'origine de la plupart des petites ruelles, et
principalement de celles qui descendent des rues de la Mortellerie et
de la Huchette à la rivière. Celle-ci a été appelée quelquefois
_ruelle Jean du Mesnil_, du nom d'un particulier qui y demeuroit[233];
mais elle est indiquée sous celui _des Fuseaux_ dès 1372. Ce nom lui
vient de l'enseigne d'une maison située entre cette rue et celle des
Quenouilles, et qui s'appeloit la maison _des Deux Fuseaux_.

          [Note 233: Cens. de l'évêché.]

_Rue Saint-Germain-l'Auxerrois._ Elle va de la place des Trois-Maries
à la rue Saint-Denis. On peut faire remonter son origine jusqu'à celle
de l'église qui lui a donné son nom, c'est-à-dire jusqu'au règne de
Chilpéric Ier: car il est certain que, soit qu'il y eût ou non une
clôture au nord, il existoit, à la sortie de la cité, un chemin qui
conduisoit à cette église, et qui est représenté par cette rue. Il en
est fait mention dans un diplôme de Louis-le-Débonnaire, de l'an 820.
Guillot l'appelle rue _Saint-Germain-à-Couroïers_, peut-être parce
qu'elle étoit alors habitée en grande partie par des corroyeurs. Avant
qu'on lui eût donné le nom de _Saint-Germain-l'Auxerrois_, ce qui
n'est arrivé que depuis environ trois cents ans, elle étoit indiquée
sous celui de _Saint-Germain_ ou _grant rue Saint-Germain_. Jaillot
croit qu'en 1262 le bout de cette rue qui vient finir à la rue
Saint-Denis étoit distingué de l'autre, et que c'étoit la rue indiquée
dans les titres sous le nom de _Jean de Fontenay_.

Il y avoit autrefois dans cette rue deux ruelles qui aboutissoient à la
place du Chevalier-du-Guet. La première se nommoit _ruelle
Deniau-le-Breton_[234] en 1336; en 1563, ruelle du _Chevalier-du-Guet_,
et depuis ruelle _des Trois Poissons_. Elle est maintenant bouchée par
des maisons. La seconde, qui faisoit face à la rue de la Saunerie, et
qui n'étoit connue sous aucun nom, porte aujourd'hui celui de cul-de-sac
du _Chevalier-du-Guet_.

          [Note 234: Arch. de l'archevêché.]

_Rue la Harangerie._ Elle va de la rue de la Tabletterie à celle du
Chevalier-du-Guet. Dès 1313 elle s'appeloit ainsi. Depuis on a dit
_Vieille-Harangerie_. Sauval n'en a pas fait mention. On ignore d'où
lui vient son nom[235].

          [Note 235: L'abbé Lebeuf pense que ce nom pourroit lui venir
          du fief _Harenc_, qu'on sait, dit-il, avoir été voisin de
          Sainte-Opportune. Jaillot n'adopte point cette conjecture,
          parce que le fief _Harenc_ étoit situé près de
          Saint-Jacques-de-la-Boucherie, donnant dans cette rue et
          dans celle du Crucifix, et qu'il n'y avoit dans la rue de la
          Harangerie, ni même dans le quartier Sainte-Opportune,
          aucune maison qui dépendit de ce fief.

          Il y avoit en 1372, dans cette rue, une ruelle qui n'est
          désignée dans les titres sous aucun nom. Elle est devenue
          depuis un passage particulier.]

_Rue Saint-Honoré._ La partie de cette rue qui dépend de ce quartier
prend depuis le coin des rues du Roule et des Prouvaires jusqu'à celle
de la Lingerie. Depuis le coin de la rue Tirechape jusqu'à celle des
Prouvaires et même jusqu'à la rue de l'Arbre-Sec, on la nommoit
anciennement rue du _Châtiau fêtu_ et _Chasteau festu_, du nom d'une
maison qui étoit dans la censive de l'abbaye Saint-Antoine (_Castellum
Festuci_), et dont il est fait mention dans une infinité de titres qui
remontent jusqu'à l'an 1227[236]. L'étymologie de ce nom, qu'elle
portoit encore en 1313, est inconnue, ou du moins celles qu'on a voulu
en donner ne sont point satisfaisantes[237].

          [Note 236: Cens. de S Ant.--Gr. cart., fol. 82, 151,
          171.--Petit cart., fol. 148.]

          [Note 237: Nous ferons connoître, en parlant des rues du
          quartier du Louvre, celle qui paroît la plus vraisemblable.]

_Rue Jean Lantier._ Elle aboutit d'un côté dans la rue Bertin-Porée,
et de l'autre dans celle des Lavandières. Le véritable nom de cette
rue est _Jean-Lointier_. On le trouve écrit ainsi dans les actes des
treizième et quatorzième siècles; elle est appelée _Philippe Lointier_
dans la liste des rues du quinzième. Au reste, Sauval, Gomboust,
Bullet et autres ont plus ou moins défiguré le nom de cette rue.

_Rue des Lavandières._ Elle va de la rue Saint-Germain-l'Auxerrois au
cloître Sainte-Opportune; et doit sans doute son nom à des
blanchisseuses que le voisinage de la rivière avoit invitées à y fixer
leur demeure[238]. Elle le portoit dès le treizième siècle.

          [Note 238: Il y a dans cette rue un cul-de-sac appelé
          _Rolin-prend-gage_: anciennement on le nommoit ruelle
          _Baudoin-prend-gaige_. Il en est fait mention sous ce nom
          dans les registres du parlement à l'an 1311; et il paroît,
          par les censiers de l'évêché, qu'il le portoit encore en
          1581.]

_Rue de la Limace._ Elle traverse de la rue des Déchargeurs dans celle
des Bourdonnois. On croit que c'est celle dont Guillot parle sous le
nom de la _Mancherie_. Elle faisoit anciennement partie de la place
aux Pourceaux, dite depuis la _place aux Chats_. En 1575, on la trouve
nommée rue _de la Place aux Pourceaux_, autrement dite _de la Limace_,
et _de la Viels Place aux Pourceaux_[239]. Mais dès 1412, elle est
indiquée sous le nom de la _Limace_, qu'elle a toujours conservé
depuis.

          [Note 239: Cens de l'évêché.]

_Rue des Orfèvres._ Elle aboutit d'un côté dans la rue
Saint-Germain-l'Auxerrois, et de l'autre dans la rue Jean-Lantier. Le
premier nom connu qu'elle ait porté est celui des _Moines de
Joie-en-Val_, qu'on appeloit par corruption _Jenvau_. C'est ainsi que
Guillot la désigne _la rue à Moignes de Jenvau_. On voit que, dès ce
temps, cette rue étoit fermée par deux portes, ce qui lui fit donner
le nom d'_entre Deux-Portes_, _aux Deux-Portes_ et _des Deux-Portes_;
elle le portoit encore au commencement du quinzième siècle. Le
procès-verbal de 1636 la nomme _rue de la Chapelle aux Orfèvres_,
parce que la chapelle et l'hôpital qu'ils avoient fait bâtir y étoient
situés.

_Rue des Mauvaises-Paroles._ Elle traverse de la rue des Bourdonnois
dans celle des Lavandières. Nous avons déjà dit, en parlant de celle
des Deux-Boules, qu'au douzième siècle on la confondoit avec celle-ci.
On les trouve toutes les deux distinguées dans Guillot. Corrozet
l'appelle rue des _Mauvaises-Paroles_, et ce nom n'a pas varié depuis.

_Rue Perrin-Gasselin._ Elle fait la continuation de la rue du
Chevalier-du-Guet, et aboutit à la rue Saint-Denis. Ce nom, commun
autrefois à tout cet endroit, n'est resté qu'à la petite partie de la
rue qui le porte aujourd'hui, et ce n'est que depuis la fin du
dix-septième siècle qu'il lui a été restitué; car sur les plans de
Gomboust et de Bullet, elle est nommée, dans toute son étendue, rue du
_Chevalier-du-Guet_.

_Rue du Plat-d'Étain._ Elle traverse de la rue des Déchargeurs dans
celle des Lavandières. Sauval et l'abbé Lebeuf ont fait de longues
dissertations sur cette rue, qu'ils ont confondue avec celle de
_Rollin-prend-Gage_. Jaillot, qui a apporté une critique si minutieuse
dans toutes ces matières, leur a prouvé qu'elle se nommoit d'abord
_Raoul Lavenier_[240]. Elle doit le nom qu'elle porte à une enseigne.
On lit qu'en 1489 l'hôtel du _Plat-d'Étain_ appartenoit à Simon et
Étienne de Lille[241].

          [Note 240: Jaillot, quart. S. Opport., p. 49.]

          [Note 241: Cens. de l'évêché.]

_Rue des Quenouilles._ Elle va du quai de la Mégisserie dans la rue
Saint-Germain-l'Auxerrois. Elle s'appeloit, au quatorzième siècle,
ruelle _Simon Delille_; au suivant, ruelle _Jean Delille_, autrement
_Sac-Épée_[242], et au seizième, ruelle _des Quenouilles_, _de la
Quenouille_ et _des Trois-Quenouilles_.

          [Note 242: _Ibid._]

_Rue de la Saunerie._ Elle va également du quai de la Mégisserie dans
la rue Saint-Germain. Anciennement elle se prolongeoit en retour
jusque dans la rue Saint-Denis, comme nous l'avons déjà remarqué; elle
est nommée _Salneria in Vico S. Dionysii_ dans un titre de 1407[243].
Ce nom lui vient de l'ancienne maison de la marchandise du sel qui en
étoit proche, et non du grenier à sel où elle conduisoit, et qui n'y a
été placé que long-temps après. Elle le portoit dès le treizième
siècle, et un titre de cette époque nous apprend que le terrain sur
lequel elle étoit située étoit dans la censive de l'évêque[244].

          [Note 243: Jaillot, quart, S. Opport, p. 50.]

          [Note 244: _Cart. S. Germ. Autiss._, fol. 67, _recto_.]

Cette rue a toujours conservé le même nom, cependant avec un
changement dans l'orthographe, qui en détruit l'étymologie; car on
écrit et on l'appelle rue de _la Sonnerie_ ou _Petite-Sonnerie_.
Seroit-ce par aphérèse, dit Jaillot, et parce qu'on y vendoit du
poisson? En effet, elle est nommée, dans le procès-verbal de 1636, rue
_de la Petite-Poissonnerie_.

_Rue de la Tabletterie._ Elle aboutit d'un côté à la rue Saint-Denis,
et de l'autre à la place et au cloître Sainte-Opportune. Elle
s'appeloit tantôt de _la Hanterie_, tantôt de _Sainte-Opportune_, et
quelquefois rue de _la Vieille-Cordonnerie_[245]. Le plus ancien de
ces noms est _la Hanterie_, et elle est ainsi nommée dans une
transaction de l'an 1218[246]. On la trouve, dans un acte de 1312,
sous le nom de _Sainte-Opportune_, et nous avons remarqué que ce nom
étoit commun aux rues qui environnoient cette église. Elle a porté
aussi celui de _la Cordonnerie_, comme n'étant qu'une même rue avec
celle des Fourreurs, qui en fait la continuation; et dans un censier
de l'évêché de 1495, elle est énoncée sous le nom de _la Tabletterie_,
_aliàs_, de _la Cordouannerie_ ou _Sainte-Opportune_. Dès 1300,
Guillot la désigne sous ce dernier nom de _la Tabletterie_. On le
trouve également dans la liste des rues du quinzième siècle, et depuis
il ne paroît pas que ce nom ait changé.

          [Note 245: Sauval., t. I, p. 163.]

          [Note 246: _Cart. S. Germ. Autiss._, fol. 75, _verso_.]

_Rue Thibaut-aux-Dés._ Elle commence à la rue
Saint-Germain-l'Auxerrois, et finit à celle des Bourdonnois. Il est
peu de rues dont le nom offre autant de variations dans l'orthographe.
On trouve _Thibaut-à-Déz_ dans Guillot, _Thibaut-aux-Dez_ en 1313; et
dans la liste du quinzième siècle, _Thibaut-Ausdet_, _Thibaut-Todé_,
_Thibaut-Oudet_, _Thiebaut-Audet_. Ces derniers noms ne paroissent
être que des fautes de copistes.

L'abbé Lebeuf a pensé aussi qu'il falloit écrire _Audet_; que c'est le
nom d'une famille considérable de Paris, appelée _Odet_, et que
Thibaut Odet, trésorier d'Auxerre sous saint Louis en 1242, ou son
père, avoient donné leur nom à cette rue. Jaillot, tout en
reconnoissant que cette étymologie n'a rien qui ne la rende
très-vraisemblable, la conteste néanmoins par la raison qu'elle ne
s'accorde point avec tous les titres de ce siècle qu'il a dépouillés.
En 1220, il trouve _vicus Theobaldi ad Decios_; en 1295, _vicus
Theobaldi ad Tados_, et rue Thibaud-aux-Dés dans un bail de la même
année[247].

          [Note 247: Jaillot, quart. S. Opport., p. 52, 53.]

_Rue Tirechape._ Elle donne d'un bout dans la rue Béthisi, et de
l'autre dans celle de Saint-Honoré, vis-à-vis les Piliers des Halles.
On trouve des monuments qui font mention de cette rue dès 1233; et
l'on ne voit point qu'elle ait eu d'autre nom[248]. Jaillot, qui
écrivoit en 1772, dit que si les Juifs qui occupoient cette rue et une
grande partie des halles, étoient dans l'usage pratiqué par les
fripiers de son temps de tirer les passants par leurs vêtements, pour
les engager à venir acheter chez eux, l'étymologie du nom de cette rue
ne seroit point difficile à trouver; et quoiqu'il ne donne point
sérieusement une telle conjecture, il ne la croit point cependant
dépourvue de vraisemblance.

          [Note 248: _Cart. épisc._, _fol._ 399.]

_Rue des Trois-Visages._ Elle aboutit d'un côté à la rue
Thibaut-aux-Dés, et de l'autre à la rue Bertin-Porée. Actuellement
elle est fermée par des grilles de fer aux deux extrémités, et il n'y
a plus d'indication de rue. L'ancien nom de cette rue est indiqué de
différentes manières. Guillot écrit _Jean-l'Éveiller_; dans la taxe de
1313, on lit _Jean-l'Esgullier_; Sauval l'appelle tantôt
_Jean-le-Goulier_ et tantôt _Jean-de-Goulieu_. Le véritable nom est,
suivant les apparences, celui de _Jean-Golier_, qui avoit une maison
dans la rue Saint-Germain-l'Auxerrois, laquelle aboutissoit à celle-ci
en 1245[249]. On a dit depuis _Jean-le-Goulier_. En 1492, elle est
indiquée _rue au Goulier_, dite _du Renard_[250]. Enfin, elle a pris
le nom qu'elle porte, de trois têtes sculptées à l'angle d'une de ses
extrémités.

          [Note 249: Gr. cart., c. 135, fol. 90.]

          [Note 250: _Cart. S. Germ. Autiss._, fol. 12, _verso_.]


QUAIS.

_Quai de la Mégisserie._ Il va du pont Neuf au pont au Change. Le
peuple l'appelle plus ordinairement quai de la _Ferraille_, parce
qu'il est habité en grande partie par des marchands de fer. On le
nomma d'abord quai _de la Saunerie_; et la dernière rue qui vient y
aboutir lui avoit donné ce nom qu'elle conserve encore. La partie
occidentale de ce quai étoit habitée, dès la fin du treizième siècle,
par cette classe d'ouvriers qui préparent les peaux, et qui ont
besoin, pour exercer leur industrie, du voisinage des eaux; et dès ce
temps-là on l'appeloit la _Méguiscerie_ et la _Mégisserie_.

Le Marché aux fleurs, aux graines, aux arbrisseaux, etc, se tenoit sur
ce quai avant la révolution; depuis il a été transporté dans la Cité.
(Voyez première partie, p. 465.)


RUES ET PLACES NOUVELLES.

_Place Sainte-Opportune._ Cette place a été formée d'une portion des
bâtiments du cloître de l'église Sainte-Opportune. L'autre partie de
ces bâtiments existe encore.



QUARTIER DU LOUVRE.

OU

SAINT-GERMAIN-L'AUXERROIS.

     Ce quartier est borné à l'orient par le carrefour des
     Trois-Maries et par les rues de la Monnoie et du Roule
     inclusivement; au septentrion par la rue Saint-Honoré, y compris
     le cloître Saint-Honoré inclusivement, à commencer depuis les
     coins des rues du Roule et des Prouvaires jusqu'au coin de la rue
     Froi-Manteau; à l'occident, par la rue Froi-Manteau jusqu'à la
     rivière inclusivement; et au midi, par les quais aussi
     inclusivement, depuis le premier guichet du Louvre jusqu'au
     carrefour des Trois-Maries.

     On y comptait, en 1789, dix-neuf rues, trois culs-de-sacs, trois
     places, un palais, trois églises paroissiales, dont une étoit
     collégiale, et une communauté d'hommes.


PARIS SOUS LOUIS VIII, LOUIS IX (SAINT LOUIS), PHILIPPE III, PHILIPPE
IV, LOUIS X, PHILIPPE V, CHARLES IV, PHILIPPE VI, JEAN.

Le Louvre n'avoit point été compris dans l'enceinte élevée par
Philippe-Auguste; et ce fut seulement sous Charles V et Charles VI que
de nouvelles murailles le renfermèrent dans Paris. On peut considérer
le temps qui s'écoula entre ces deux constructions comme une troisième
époque dans l'histoire de cette ville. Pendant plus d'un siècle, on la
voit jouir, sous le règne de neuf rois, d'une tranquillité rarement
troublée, au moyen de laquelle elle put continuer à s'enrichir de
monuments nouveaux, accroître, de jour en jour, sa population, et
prendre rang parmi les plus grandes et les plus belles villes qu'il y
eût alors en Europe. Suivons les récits de ces premiers temps du règne
des Capets: ils nous apprendront comment Paris s'accrut d'abord si
lentement; comment ensuite cette ville devint si considérable, que son
histoire se trouvera liée désormais à celle de la France entière, ou
pour mieux dire, deviendra l'histoire même de la monarchie.

Il est hors de doute que nos rois des deux premières races étoient
loin de réunir en eux tous les droits naturels de la royauté, de la
posséder telle que nous la concevons et que nous l'avons connue dans
nos temps plus civilisés: toutefois il est vrai de dire qu'ils étoient
de puissants monarques, si on les compare à Hugues Capet et à ses
premiers successeurs.

Les rois francs étoient propriétaires, et nous l'avons déjà dit, d'un
immense domaine, d'un domaine divisé et répandu sur la surface entière
de leur beau royaume. Ils en tiroient des revenus suffisants pour
soutenir la majesté du trône et déployer dans leur cour toute la
magnificence qui convenoit à leur rang suprême[251]. Ces vastes
propriétés nourrissoient une population presque innombrable de
vassaux, d'hommes libres, de serfs, qui ne dépendoient que d'eux et
qui leur étoient entièrement dévoués; ils étoient protecteurs nés des
_foibles_ et des _pauvres_; c'est-à-dire que les églises, les veuves,
les orphelins, les sujets romains, les artisans, généralement toutes
les classes inférieures de la société, à qui le port d'armes étoit
défendu, et sans doute encore tous les hommes libres qui n'avoient
point de propriétés, étoient, dans toutes les parties de la France,
sous la protection des _justices royales_; et que c'étoit avec le roi
qu'il falloit _composer_, chaque fois que l'on troubloit leur paix et
qu'on leur causoit quelque dommage. En raison de cette protection et
de ce droit de juridiction sur une portion si considérable de leurs
sujets, ces monarques levoient des tributs sur les terres romaines et
sur tous les biens municipaux, ce qui comprenoit les cités, les bourgs
et leur territoire; outre ces tributs qui se payoient régulièrement,
il existoit encore des amendes et des parties casuelles qui
grossissoient considérablement leur trésor; leur maison militaire
étoit si nombreuse qu'elle formoit une espèce de petite armée,
suffisante pour défendre la cour d'une invasion subite et résister à
toute attaque imprévue; et les hommes libres qui la composoient,
subsistant la plupart des largesses de la couronne, devenoient,
lorsque ces princes savoient se les attacher, leur appui le plus sûr
contre les rebelles et contre leurs ennemis. On n'a point oublié que
toute justice relevoit de leur justice suprême; que leurs officiers
civils et militaires, comtes, vicomtes, baillis, sénéchaux, etc.,
étoient établis et reconnus partout; qu'en même temps que ces
officiers gouvernoient en leur nom tous ceux qui étoient immédiatement
sous la dépendance absolue de la couronne, ils exerçoient une
continuelle vigilance sur ceux qui prétendoient n'en dépendre qu'à de
certaines conditions; et qu'à de certaines époques, les _commissaires
du roi_ parcouroient les provinces, y tenant des assises solennelles,
où l'on réparoit tous les torts, où l'on appeloit de toutes les
justices. Ajoutons enfin que si les rois francs n'avoient pas le droit
de faire les lois générales qui régissoient la nation entière,
personne ne leur contestoit celui de les faire exécuter; que s'il ne
leur appartenoit point de décider de la paix et de la guerre, ils
avoient du moins le précieux privilége de conduire leur brave noblesse
aux combats et à la victoire, et qu'ils jouissoient alors, au milieu
des camps, de toutes les attributions de la royauté.

          [Note 251: Chez les rois francs, comme chez les empereurs
          grecs, tous les officiers devoient être nourris de la table
          du prince; et les anciennes chroniques nous ont conservé sur
          ce service de leur maison, pendant le carême, des détails
          qui peuvent donner quelque idée de ce qu'étoit alors la cour
          royale de France. Le Roi se mettoit à table le premier, et
          il étoit servi par les ducs et par les rois tributaires qui
          se trouvoient alors auprès de lui. Ceux-ci prenoient place
          immédiatement après, et le même service qu'ils avoient fait
          auprès de lui, les comtes et les préfets le faisoient auprès
          d'eux. Ces derniers les remplaçoient, et avec eux mangeoient
          les différents dignitaires ou chevaliers qui composoient la
          cour. La table étoit ensuite occupée par les compagnies
          militaires (_militares viri, vel scholares alæ_), qui, à
          leur tour, étoient remplacés par les maîtres des différents
          offices et les valets de la cour. Ceux-ci ne se mettoient à
          table qu'à minuit. (_Monach. Sangal._, _lib._ I.)]

Les maires du palais avoient su maintenir ces prérogatives du trône,
au milieu de la décadence de la première race; et lorsque les enfants
de Charles Martel succédèrent aux fils de Clovis, ce changement de
dynastie n'avoit rien changé dans l'État. Il n'en fut pas de même sous
leurs successeurs: à peine ceux-ci commencèrent-ils à donner des
signes de foiblesse, que cette noblesse turbulente, qui, nous le
répétons encore, n'avoit pas pour la famille des Carlovingiens le
respect que lui avoit toujours inspiré la haute illustration de la
famille des rois francs, donna, de son côté, des signes de mutinerie
et d'indépendance. Dès le temps de Charles-le-Chauve, on la voit
occupée de toutes parts à bâtir des châteaux et des forteresses, à
élever des retranchements, à l'abri desquels elle commençoit à braver
l'autorité royale. Ce fut vainement qu'une ordonnance de ce
prince[252] enjoignit aux comtes de faire raser toutes les
fortifications de ce genre qui auroient été élevées sans son
consentement: les incursions des Normands, déjà si redoutables sous ce
malheureux règne, semblèrent légitimer ce que l'esprit de faction et
de révolte avoit seul fait entreprendre. Dès lors il n'y eut pas un
seul hameau qui ne fût défendu par un donjon, pas un seul rocher que
ne surmontât une tour, pas un ruisseau dont les eaux ne fussent
détournées pour remplir un fossé; et la surface entière de la France
fut, en un très-petit nombre d'années, comme hérissée de
châteaux-forts. Si l'on considère quel prince c'étoit que
Charles-le-Chauve et quels furent ses successeurs, on ne peut
s'empêcher de reconnoître que cette multitude de châteaux et de
remparts fut alors le salut de l'État, que, dans des circonstances
aussi imminentes, ses rois étoient incapables de défendre et de
sauver; mais aussi ce ne fut point sans de graves inconvénients que
chaque noble, chaque propriétaire put rentrer ainsi dans le droit de
la défense naturelle, parce que, dès ce moment, aucun d'eux n'en
voulut sortir. La force devint donc le seul droit que consentirent
désormais à reconnoître tous ces seigneurs grands et petits, ainsi
armés et retranchés. Étranger au reste de la France, chacun d'eux
n'eut plus de relation qu'avec ses voisins devenus ses alliés ou ses
ennemis, ni d'autre occupation que de les attaquer, ou de combattre
avec eux ou de se défendre de leurs attaques. Ceux qui avoient des
serfs en firent des soldats; ceux qui n'en avoient point armèrent
leurs _manants_, appelèrent sous leurs drapeaux tous les vagabonds,
tous les scélérats qui avoient besoin de désordre pour assurer leur
impunité. Ainsi se formèrent ces bandes si long-temps redoutables aux
provinces, même après que l'ordre eut commencé à se rétablir[253],
redoutables même à leurs anciens maîtres, qui leur avoient appris
l'art de la guerre et à goûter les plaisirs de la licence et de
l'oisiveté.

          [Note 252: _Cav. Car. Cal._, tit. 36.]

          [Note 253: Les _grandes compagnies_, qu'il fallut faire
          sortir du royaume et employer à des guerres extérieures sous
          Charles V, pour parvenir à les exterminer, n'avoient point
          d'autre origine.]

C'est cet état de choses que l'on appelle avec tant de mauvaise foi la
_féodalité_; et nous convenons qu'alors il est facile de la présenter
comme une très-mauvaise institution. Qui ne voit au contraire que ce
fut ce qui restoit de la féodalité, presque entièrement détruite au
milieu de cette furieuse et sanglante anarchie, qui réunit les parties
éparses du corps social et en empêcha l'entière dissolution? Chaque
seigneur refusoit sans doute d'en reconnoître les lois dans ce qui
établissoit sa dépendance d'un seigneur plus grand que lui; mais,
autant qu'il leur étoit possible, tous maintenoient ces lois à l'égard
des sous-vassaux qui dépendoient d'eux; et comme le principe de la
féodalité étoit essentiellement monarchique, dès qu'ils eurent senti
le danger de leur entière indépendance, ce fut encore en elle qu'ils
retrouvèrent la monarchie, dont l'ombre et le nom s'étoient du moins
conservés au milieu de cette foule de petits souverains.

Hugues Capet reçut la France des mains de ces seigneurs, et la reçut
comme ils l'avoient faite. Ce fut une nécessité pour lui ainsi que
pour ses premiers successeurs d'être pour ainsi dire le spectateur
tranquille de leurs excès et même de supporter patiemment leurs
outrages[254]. Voilà sans contredit les temps les plus malheureux de
la monarchie françoise: c'est ici que s'arrêtent avec complaisance nos
déclamateurs révolutionnaires, qui seuls ont pu créer et osent
regretter des temps plus malheureux encore; c'est ici que, compulsant
avec un soin minutieux et perfide tous nos vieux monuments
historiques, ils présentent avec une sorte de triomphe, et en en
chargeant encore les tristes couleurs, le tableau des calamités dont
la France étoit alors accablée: partout l'abus le plus révoltant de la
force; partout l'oppression du foible et du pauvre; les pillages, les
meurtres, les excès de tout genre impunis, presque autorisés; une
guerre intestine continuelle, pour ainsi dire, de domaine à domaine,
de château à château, guerre sanglante, guerre acharnée, et qui
sembloit menacer d'une entière destruction la race d'hommes répandue
sur cette terre malheureuse[255]; l'autorité royale de toutes parts
méconnue par les grands comme par les petits, et les rois insultés et
menacés jusqu'aux portes de leur capitale. Cependant ces rois surent
reconnoître, dès les premiers temps, le parti qu'ils pouvoient tirer
des divisions de ces nobles si impatients du joug; et leur politique
fut de les diviser encore davantage, afin de les contenir ou de les
réprimer. Henri Ier osa le tenter et ne le fit point sans quelques
succès; la régence de Baudouin, sous le règne de Philippe Ier, offre
encore quelques événements remarquables en ce genre; mais ce fut
principalement sous Louis-le-Gros, et grâce à l'administration sage et
vigoureuse d'un moine (l'abbé Suger), que l'autorité royale commença à
reprendre un véritable ascendant; et ce ne fut point, comme paroît
l'entendre le président Hénault, en se créant des droits nouveaux,
mais en rétablissant quelques-unes des anciennes prérogatives dont
elle avoit été dépouillée, et en rendant à certaines classes du peuple
d'anciennes libertés qui leur avoient été ravies. Les cités avoient
été envahies par les seigneurs: le roi en fit rentrer un très-grand
nombre sous sa dépendance immédiate, et leur accorda de nouveau le
privilége de l'immunité; les justices royales furent rétablies; et
quatre grands bailliages qu'il institua dans ses domaines, avec
attribution spéciale de juger les _cas royaux_, renouvelèrent le droit
d'appellation de toutes les justices particulières au tribunal suprême
du souverain. Enfin on vit reparoître les _commissaires_ du Roi, et
comme une ombre d'administration générale dans la visite qu'ils
faisoient des provinces, où ils recevoient les plaintes des opprimés,
et autant qu'il étoit en eux, arrêtoient le cours de l'injustice et de
l'oppression. Suger continua de gouverner la France sous
Louis-le-Jeune, et l'autorité des rois continua de s'affermir. À un
grand ministre succéda un grand monarque, Philippe-Auguste. Son noble
caractère et sa valeur héroïque rallièrent autour de lui une grande
partie de la noblesse françoise; avec son secours il châtia plus d'une
fois les grands vassaux presque toujours en révolte ouverte, et acheva
de les dompter à la bataille de Bouvines. Ses conquêtes réunirent au
domaine de la couronne un grand nombre de provinces[256] dont la
possession eût à jamais assuré l'ascendant du pouvoir royal, si son
successeur n'eût commis la faute irréparable de renouveler ces
partages, qui avoient causé tant de désordres sous les deux premières
races, et que l'on peut considérer comme la principale cause de leur
destruction.

          [Note 254: On connoît la réponse de cet Aldebert, comte de
          Périgord, à Hugues Capet et à son fils Robert. Ce seigneur
          assiégeoit la ville de Tours qui appartenoit alors au comte
          Eudes, dit le Champenois. «Les rois, dit une ancienne
          chronique, n'osèrent l'en empêcher par la voie des armes;
          ils lui envoyèrent seulement demander _qui l'avoit fait
          comte_.--_Eh! qui donc les a faits rois_, répondit
          froidement Aldebert qui continua le siége et emporta la
          place.»]

          [Note 255: N'oublions pas toutefois que ces excès et ces
          violences ne se commettoient que sur les terres des voisins.
          Chacun défendoit et protégeoit ses vassaux avec un soin
          extrême; et l'on conçoit quel intérêt puissant chacun avoit
          à le faire. (_Voyez_ Ire partie, p. 73.)]

          [Note 256: La Normandie, l'Anjou, le Maine, la Touraine, le
          Poitou, l'Auvergne, le Vermandois, l'Artois, Montargis,
          Gien, etc.]

Toutefois, telle étoit la corruption des moeurs lorsque les Capets
montèrent sur le trône; elles étoient alors si violentes et si
grossières; l'habitude d'une longue licence avoit fait naître des
préjugés si absurdes et si funestes; tous les éléments de la société
étoient tellement bouleversés et confondus, que cet avantage qu'eut
alors la France, d'avoir été jusqu'à saint Louis, c'est-à-dire pendant
plus de deux siècles, presque toujours gouvernée par des hommes
supérieurs, ce qui ne lui étoit point encore arrivé depuis le
commencement de la monarchie, que cet avantage, dis-je, n'auroit point
suffi pour opérer son salut, si une puissance au-dessus de l'homme ne
lui eût prêté un appui plus sûr et des secours plus efficaces: ce fut
la religion qui la sauva. Sa voix étoit la seule qui pût encore se
faire entendre au milieu de cette horrible confusion; et ses menaces
étoient les seules que pussent redouter encore des furieux qui avoient
secoué tout autre frein. Elle parla, elle menaça: ses paroles
portèrent le trouble dans les consciences coupables, rassurèrent les
foibles, les rallièrent et leur prêtèrent ainsi une force qu'ils
n'eussent jamais trouvée, s'ils fussent restés abandonnés à eux-mêmes;
les temples devinrent des asiles toujours ouverts à l'opprimé, et ces
asiles, on ne les violoit pas impunément; de ses tribunaux partirent,
contre ceux que ses exhortations n'a voient pu ramener, des arrêts
auxquels nul coupable, quelque puissant qu'il pût être, ne pouvoit se
soustraire, parce que la société entière étoit chargée de les
exécuter[257]. C'étoit toujours d'accord avec les rois que le clergé
prenoit toutes les grandes mesures de salut public: ce fut ainsi que
fut établie sous Henri Ier la _trève du Seigneur_[258], loi qui
défendoit les combats particuliers depuis le mercredi soir jusqu'au
lundi matin, par respect pour ces jours que le Sauveur avoit consacrés
aux derniers mystères de sa vie; et modéroit du moins des fureurs
qu'il étoit alors impossible d'éteindre entièrement. Long-temps
auparavant, et dès le règne de Hugues-Capet, un grand nombre de
conciles successivement assemblés s'étoient élevés contre le funeste
abus des guerres privées, avoient lancé des anathèmes contre les
ravisseurs des biens des églises, contre tous ceux qui troubloient la
paix par leurs violences et par leurs brigandages; et ce n'avoit
jamais été sans quelque résultat plus ou moins heureux. Mais ce fut
surtout lorsque l'Église, poussant un cri de détresse qui retentit
dans l'Europe entière, appela tous ses enfants à la défense des lieux
saints profanés par les infidèles, qu'on put reconnoître tout ce qu'il
y avoit de FOI et d'enthousiasme religieux dans ces races guerrières,
et ce qu'il étoit possible d'attendre de ces âmes neuves et ardentes,
dès qu'on sauroit diriger vers un but noble et utile leur courage et
leur activité. Que de foibles esprits, de ces esprits que
l'incrédulité a rétrécis et glacés, contemplent encore avec un
dédaigneux sourire toute cette noblesse françoise, abjurant, à
l'aspect de la croix, ses haines et ses divisions, renonçant à ses
projets ambitieux, abandonnant même l'héritage de ses pères, pour
aller dans l'Orient expier ses fautes sur le tombeau du Sauveur du
monde, et gagner des pardons en combattant les ennemis de son culte et
de sa loi; le temps est passé du moins où l'on pouvoit sottement
assurer et faire croire plus sottement encore que les croisades
avoient été pour la France et pour l'Europe chrétienne l'une de ses
plus grandes calamités. Quelle que soit l'opinion que l'on juge à
propos de se faire des motifs qui entraînèrent les croisés il n'est
personne qui maintenant ne convienne que le zèle religieux sut opérer,
dans de telles entreprises, ce que la politique la plus habile n'eût
même alors osé concevoir. Par ce grand mouvement militaire qui
reportoit en Orient le foyer de la guerre que les sectateurs de
Mahomet n'avoient cessé, depuis plusieurs siècles, de faire, dans
l'Occident même, à ceux du Christ, l'Italie, qu'ils avoient si
long-temps désolée, fut mise à couvert de leurs invasions; leur
puissance s'affoiblit sensiblement en Espagne; et la chrétienté
commença à respirer devant ces redoutables ennemis. Tels furent les
avantages extérieurs qu'on retira des croisades; le bien intérieur
qu'elles procurèrent fut encore plus grand: les guerres privées qui
ensanglantoient la France furent presque de toutes parts suspendues,
et dans l'intervalle de ces pieuses expéditions ne se rallumèrent plus
avec la même fureur; ce fut à la faveur de ces heureuses diversions
qui tournoient contre l'ennemi commun des chrétiens les forces que
jusqu'alors ils avoient fait servir à leur propre destruction, que les
rois purent, ainsi que nous l'avons déjà dit, saisir quelques-unes de
ces anciennes prérogatives de la couronne que tant de révolutions et
de vicissitudes leur avoient fait perdre, rendre la liberté aux
villes, commencer l'affranchissement des serfs, redevenir les chefs
suprêmes des justices de leur royaume; ce fut par suite de ces guerres
lointaines que leurs domaines reçurent d'immenses accroissements du
grand nombre de fiefs que la mort de leurs possesseurs et l'extinction
des familles y firent successivement rentrer. Ainsi se consolidoit
leur pouvoir et s'affermissoit en même temps la tranquillité publique.

          [Note 257: _Voyez_ p. 341, Ire partie.]

          [Note 258: En 1041, Louis IX, plus puissant que Henri,
          établit, à son retour de la croisade, une autre trève, dite
          _la quarantaine le roi_, par laquelle il étoit défendu atout
          seigneur de songer à se venger de son ennemi avant quarante
          jours. Depuis, et par une ordonnance datée de Corbeil en
          1257, il abolit entièrement ces sortes de guerres, chargeant
          les sénéchaux de punir tous ceux qui voudroient se faire
          justice par les armes; mais cette ordonnance n'atteignit
          encore que les vassaux du second ordre.]

Ainsi se réparoient aussi les fautes que faisoit la politique des
princes: quelque décisives que parussent être les victoires et les
conquêtes de Philippe-Auguste, elles n'avoient pu contrebalancer les
funestes effets du divorce de Louis VII avec Éléonore de
Guienne[259]. Les rois d'Angleterre, à qui le vainqueur de Bouvines
avoit enlevé la Normandie, redevinrent, par le mariage de Henri II
avec cette princesse, propriétaires d'une partie de la France encore
plus considérable et de ses plus belles provinces; et depuis ce
malheureux événement, nos rois n'eurent point de plus acharnés et plus
dangereux ennemis. Cependant telle avoit été l'influence du beau règne
de Philippe sur l'esprit de la noblesse françoise, qu'il s'en fallut
peu que son fils Louis VIII ne les chassât entièrement de son royaume;
et il étoit sur le point d'achever cette grande et salutaire
entreprise, lorsque, à la voix du pape qui l'appeloit au secours de la
religion, il interrompit tout à coup le cours de ses conquêtes pour
aller faire la guerre aux Albigeois. La croisade contre ces hérétiques
avoit été prêchée et renouvelée dans un concile tenu à Paris[260],
auquel présida le légat du souverain pontife, et où le comte de
Toulouse fut excommunié.

          [Note 259: Il la soupçonnoit d'infidélité, et principalement
          d'avoir eu quelque liaison en Syrie avec le prince
          d'Antioche, son oncle paternel. Par ce divorce il lui rendit
          la Guienne et le Poitou, qu'elle avoit apportés en mariage;
          et six semaines après, cette princesse donna ces provinces à
          Henri, comte d'Anjou et duc de Normandie, qu'elle épousa. Il
          étoit déjà déclaré successeur du roi d'Angleterre, et se
          trouva depuis, sous le nom de Henri II, souverain de ce
          royaume, duc de Normandie et d'Aquitaine, comte d'Anjou, de
          Poitou, de Touraine et du Maine. Philippe-Auguste lui enleva
          depuis quelques-unes de ces provinces, mais la puissance des
          Anglois n'en fut pas moins très-grande en France, et l'on
          sait les maux qu'elle y causa. Peu s'en fallut qu'ils ne la
          subjuguassent entièrement: et nous verrons, par la suite,
          ces insulaires maîtres de presque toutes nos provinces,
          leurs rois déclarés successeurs des rois de France, et
          régnant déjà dans Paris. Suger avoit prévu ce qui arriva; et
          s'étoit fortement opposé à une action si préjudiciable à
          l'État. Elle ne fut consommée qu'après sa mort, arrivée en
          1152.]

          [Note 260: En 1223.]

Assez puissant pour entraîner le roi de France dans une guerre qui le
forçoit à renoncer à tant et de si grands avantages que lui avoit
donnés la victoire, ce légat fut moins heureux lorsqu'il voulut
employer son influence et son autorité à apaiser une querelle qui
s'éleva, dans ce moment même, entre l'université et la juridiction
épiscopale[261]. Pour avoir trop brusquement peut-être décidé la
question en faveur de l'évêque, ce prélat se vit tout à coup assailli,
dans sa propre maison, par les écoliers, qui, dans toutes les
circonstances, croyoient avoir le droit de soutenir par la violence
les priviléges du corps auquel ils étoient attachés. Dans celle-ci, le
roi fut obligé d'envoyer des soldats au secours du légat; et ce ne fut
qu'avec beaucoup de peine qu'ils parvinrent à l'arracher des mains de
ces furieux, qui ne cédèrent qu'après s'être long-temps défendus. De
tels désordres se renouvelèrent souvent par la suite; et il n'est
presque pas un règne qui n'en offre le spectacle scandaleux.

          [Note 261: L'université, qui jusque là n'avoit point eu de
          sceau particulier, et dont les actes étoient scellés par le
          chancelier de l'église de Notre-Dame, prétendoit se délivrer
          de cette sujétion. Le légat, qu'elle prit pour juge de son
          différend avec l'église, rompit publiquement le sceau
          qu'elle avoit fait, et anathématisa d'avance ceux qui
          oseroient en faire un autre. Ce fut cet acte insultant qui
          alluma la fureur des écoliers. Maîtres et élèves, tout fut
          excommunié, et cette excommunication ne fut levée qu'au
          concile de Bourges, où quatre-vingts docteurs de Paris se
          rendirent pour obtenir l'absolution du légat, qui la leur
          accorda sur-le-champ.]

On sait que Louis VIII mourut au siége d'Avignon, n'ayant régné que
trois ans, et après avoir nommé roi Louis son fils aîné, et régente la
reine Blanche son épouse. Ce fut lui qui commit cette faute si grave
de partager de nouveau le territoire de la monarchie françoise. Par
son testament il donna l'Artois à son second fils, le Poitou au
troisième, l'Anjou et le Maine au quatrième; et ce fut en toute
propriété et non comme de simples apanages qu'ils possédèrent ces
provinces. Nous aurons par la suite occasion d'examiner les causes
particulières et indépendantes de toutes vues politiques, qui firent
que la France, divisée ainsi entre plusieurs princes de la famille
royale, ne le fut pas, comme sous les deux premières races, entre
plusieurs rois.

(1226) Cette année vit commencer le règne de saint Louis. Il y a dans
ce règne mémorable trois époques à considérer: le temps de sa minorité
et celui qui s'écoula jusqu'à son départ pour la première croisade; la
régence de la reine Blanche pendant qu'il faisoit la guerre en Égypte
et en Palestine; enfin le long séjour qu'il fit dans ses États depuis
son retour jusqu'à la seconde croisade, où mourut si malheureusement
ce grand roi. Ces trois époques sont également remarquables par la
sagesse et la vigueur du gouvernement de la mère et du fils.

Les grands vassaux avoient été humiliés sous les règnes précédents,
mais il s'en falloit de beaucoup qu'ils fussent entièrement abattus.
Louis VIII avoit régné trop peu de temps pour pouvoir achever les
glorieux travaux de son père: en mourant il laissa la monarchie aux
mains d'un enfant de douze ans qui n'avoit d'autre guide et d'autre
appui qu'une femme étrangère à la France. À ces signes apparents de
foiblesse, toutes les espérances des rebelles se ranimèrent: ils
crurent que le moment étoit venu de se venger de tant d'humiliations
qu'ils avoient été forcés d'endurer, et de reconquérir ce qu'ils
avoient perdu. Une ligue formidable de princes et de barons se forme à
l'instant même contre la régente[262], et la monarchie est menacée du
plus grand péril: mais le caractère de Blanche étoit plus grand
encore; et ce fut un spectacle digne d'admiration que ce qu'elle
déploya, dans ces graves circonstances, de courage, d'activité, de
vues hautes et profondes, de prudence, de fermeté. Entourée de
ministres habiles, d'agents vigilants et sûrs, elle étoit en quelque
sorte au milieu des confédérés; elle voyoit s'ourdir leurs trames,
prévenoit tous leurs desseins, déconcertoit toutes leurs mesures,
négociant et combattant tour à tour, excitant au milieu d'eux d'utiles
divisions, promettant, menaçant, employant tout, et jusqu'à la passion
qu'avoit conçue pour elle Thibaud, comte de Champagne, passion
insensée qu'elle fit servir au succès de sa juste cause, sans s'être
jamais avilie jusqu'à l'encourager. Ce fut ainsi qu'elle déjoua des
ligues sans cesse renaissantes, échappa à tous les piéges qui lui
furent tendus, força à se rembarquer le roi d'Angleterre qui étoit
venu au secours des rebelles, et, parmi ceux-ci, réduisit même les
plus obstinés à se soumettre et à demander la paix. Cependant tant de
soins, d'inquiétudes et de travaux dont sa vie étoit agitée,
n'empêchoient point Blanche de veiller sans cesse sur l'éducation d'un
fils qui devoit être le prodige de son siècle, de répandre dans cette
âme que le ciel sembloit s'être plu à former tous ces trésors de
véritable science qui devoient un jour y produire de si excellents
fruits. Les plus habiles maîtres lui furent donnés; et la langue
latine qu'ils lui enseignèrent lui devint si familière qu'il lisoit
avec facilité les Pères et tous les anciens auteurs que l'on possédoit
alors. Il étudioit surtout l'histoire, dont sa mère se plaisoit
elle-même à lui développer les hautes leçons, lui apprenant qu'il n'y
a de vraie politique que celle qui est appuyée sur la justice et sur
la religion. Souvent elle le menoit au milieu des camps; et déjà le
jeune prince y donnoit des marques de cette valeur héroïque qui devoit
un jour jeter un si grand éclat.

          [Note 262: Ces confédérés étoient Thibaud VI, comte de
          Champagne; Pierre de Dreux, dit _Mauclerc_, comte de
          Bretagne; Philippe, comte de Boulogne, oncle du roi; Hugues
          de Lusignan, comte de la Marche; Jeanne, comtesse de
          Flandre; Enguerrand de Couci; les comtes de Ponthieu, de
          Châtillon, etc., etc.]

(1228) Au milieu de ces troubles sans cesse renaissants et de cette
guerre intestine, Paris jouissoit d'une tranquillité profonde qui ne
fut un moment troublée que par le péril que courut l'auguste enfant,
déjà les délices de son peuple, et la reine elle-même que les
Parisiens confondoient dans le même amour. Elle ramenoit son fils
d'Orléans, qui faisoit partie des domaines de la couronne, et où ils
étoient allés passer quelques jours. Tous les deux s'avançoient
tranquillement sur la route qui conduisoit à leur capitale, se
confiant en la paix jurée, et Blanche n'ayant pris aucune précaution
pour leur commune sûreté. Cette fois ses ennemis avoient su tromper sa
vigilance, et le plus profond mystère couvroit leur trahison. À peine
étoit-elle parvenue dans le voisinage d'Étampes, que tout à coup son
cortége est enveloppé par une troupe nombreuse et armée. Quelques
serviteurs fidèles se dévouent alors pour le salut de leur prince,
soutiennent avec courage le premier choc de l'ennemi, et la reine a le
temps de gagner en désordre la tour de Mont-Lhéry, où elle se
renferme avec son fils. Elle trouve le moyen de faire instruire les
Parisiens de son danger: aussitôt toute affaire est suspendue dans la
ville; le peuple prend les armes et se précipite sur la route
d'Orléans. La foule est si grande autour de Mont-Lhéry qu'on y peut à
peine pénétrer; la reine est à l'instant même délivrée et rentre avec
le jeune roi dans Paris au milieu des applaudissements de cette
multitude et de ses bénédictions.

(1229) Sous cette administration vigoureuse, l'université, que les
règnes précédents avoient accoutumée à une excessive indulgence, se
vit traitée avec une rigueur qu'elle ne connoissoit point encore; et
peu s'en fallut qu'un événement obscur, et qui, de nos jours, seroit à
peine remarqué, n'amenât l'entière destruction de cette célèbre
compagnie. Les bourgeois et les écoliers s'étant rencontrés dans le
faubourg Saint-Marceau, qui étoit alors situé hors des murs de la
ville, et où ils étoient allés pour se divertir, il s'éleva entre eux
une rixe dans laquelle les bourgeois furent très-maltraités[263].
Aussitôt, sans avoir égard au droit que prétendoit avoir l'université
de soustraire au jugement des tribunaux ordinaires ses clients et ses
suppôts, la reine ordonna que les auteurs de ce désordre fussent
punis. Le prévôt de Paris, chargé d'exécuter cet ordre, surprit les
écoliers, un jour de fête qu'ils étoient rassemblés dans une campagne
voisine, et les attaqua: ils se défendirent et quelques-uns furent
tués. L'université demanda satisfaction de cet événement et ne fut
point écoutée: la régente, le légat du pape, l'évêque de Paris se
réunirent pour mépriser ses remontrances; et on la vit sans étonnement
fermer ses classes et cesser entièrement ses exercices. Alors cette
compagnie se décida à quitter Paris, et ses professeurs se
dispersèrent dans les provinces et chez l'étranger[264]. Les frères
prêcheurs et les frères mineurs[265] crurent devoir profiter de cette
circonstance pour s'établir plus solidement dans cette ville, et
obtinrent de la régente, les premiers une chaire de théologie, les
seconds la permission d'enseigner dans les colléges déserts. Cependant
le pape Grégoire IX étoit intervenu dans cette affaire; et la reine,
cédant à son intercession puissante, avoit consenti à traiter avec
les professeurs mécontents. Par une bulle du 13 avril 1231,
l'université fut rétablie sur un nouveau plan, et tous ses priviléges
furent confirmés; mais les frères prêcheurs et mineurs restèrent en
possession des avantages qu'ils avoient obtenus. Cette concurrence
dans l'enseignement devint par la suite une source de désordres
nouveaux que la régente n'avoit pas prévus et qui n'éclatèrent
qu'après sa mort.

          [Note 263: Il faut observer qu'alors la plupart de ceux qui
          portoient le nom d'écoliers étoient des hommes faits qui
          venoient à Paris de toutes les parties de l'Europe et de la
          France, pour y suivre les cours de théologie, de droit et de
          philosophie.]

          [Note 264: Quelques professeurs s'établirent à Angers et à
          Orléans; et l'on croit que ce fut là l'origine de ces deux
          universités. D'autres passèrent en Bretagne et en
          Angleterre, chez les ennemis les plus acharnés de la
          régente, où l'on s'empressa de leur donner asile et
          protection.]

          [Note 265: L'ordre des frères prêcheurs venoit d'être fondé
          en Espagne par saint Dominique, et saint François d'Assise
          avoit fondé en Italie celui des frères mineurs, à peu près
          dans le même temps.]

L'année précédente, Paris avoit été témoin d'une cérémonie solennelle
et singulière qu'autorisoient les moeurs et les usages de ces
temps-là. Le comte de Toulouse, qui avoit soutenu les Albigeois, ayant
reconnu ses erreurs et achevé de se soumettre au pape et au roi, vint
à Paris, où un traité, chef-d'oeuvre de la politique de Blanche, et
par lequel sa fille fut fiancée à Alphonse, frère de Louis, mit le
sceau à sa réconciliation avec son souverain. Celle qu'il se vit
obligé de faire avec l'Église fut plus pénible: il fallut que,
dépouillé de ses vêtements, il se présentât en chemise et nu-pieds, le
vendredi saint, au grand autel de Notre-Dame de Paris, en présence du
roi et de toute la cour. Après cette cérémonie qui acheva d'effacer
son péché, il fut reçu à hommage; et pour prouver la loyauté de son
retour, il offrit de se constituer prisonnier dans la tour du Louvre,
jusqu'à ce que les murailles de la ville de Toulouse eussent été
rasées, ce qui étoit une des conditions du traité: mais la régente,
satisfaite de sa soumission, l'en dispensa. C'étoit ainsi que les
grands vassaux apprenoient peu à peu à se soumettre à l'autorité
royale.

(1234) Le roi épouse Marguerite de Provence, et jusqu'à son départ pour
la croisade, Paris continue de jouir d'une tranquillité profonde, qui
favorise les fondations que la piété du monarque et celle de ses sujets
se plaisoient à élever de tous côtés. Sainte-Catherine-du-Val-des-Écoliers
est bâtie près de la porte _Baudez_; dans le clos du Chardonnet, alors
inhabité, on construit, sous l'invocation de saint Nicolas, une petite
chapelle qu'il fallut bientôt ériger en église paroissiale. Les frères
mineurs, vulgairement dits _Cordeliers_, s'établissent, vers ce
temps-là, à Paris, et les religieux de l'abbaye Saint-Germain favorisent
cet établissement en leur cédant une portion de leur terrain pour y
bâtir leur monastère; le couvent des Filles-Dieu est fondé par le zèle
et les prédications de l'évêque Guillaume; on jette les fondements de la
chapelle succursale de Saint-Barthélemi, qui depuis devint paroisse sous
le nom de Saint-Gille et Saint-Leu; un abbé de Clairvaux établit le
premier collége que les Bernardins aient eu à Paris; enfin le roi, qui
venoit de faire l'acquisition de la sainte couronne et de plusieurs
autres instruments de la passion, prodiguoit alors ses trésors pour
l'érection du monument superbe connu sous le nom de Sainte-Chapelle,
qu'il destinoit à renfermer un dépôt aussi précieux.

Cependant, devenu majeur, Louis IX avoit saisi d'une main ferme les
rênes de l'État que sa mère lui avoit remises. Sa sagesse, renommée
dans l'Europe entière, l'avoit fait l'arbitre des plus grands princes
et des plus grands intérêts[266]; de nouvelles trames avoient été
ourdies contre lui par ses vassaux incorrigibles, et partout la
victoire avoit suivi ses drapeaux; et dans ces guerres où souvent il
avoit eu des difficultés extrêmes à surmonter, son habileté, sa valeur
héroïque, sa modération dans les succès, sa présence d'esprit au
milieu des dangers, et, dans tous les moments, la force et la noblesse
de son caractère, en avoient fait un objet d'admiration même pour ses
ennemis les plus acharnés. Il s'étoit rendu redoutable à tous; tous
étoient abattus ou soumis; et Louis alloit s'occuper des moyens de
donner à la France une paix solide et durable, lorsqu'il fut atteint,
à Pontoise, d'une maladie dont le résultat fut de changer ses
destinées et peut-être aussi celles de la France. Le mal fit des
progrès si rapides qu'en très-peu de jours on désespéra de sa vie: ce
fut alors que l'on put connoître à quel point il étoit aimé de son
peuple, et quels sentiments profonds avoient gravés dans tous les
coeurs et ses vertus et ses bienfaits. La route de Paris à Pontoise
étoit couverte de gens qui se transmettoient les nouvelles, et ces
nouvelles redoubloient à chaque instant le trouble et les alarmes.
Dans toutes les églises on faisoit des aumônes, des prières, des
processions; à Saint-Denis, les corps des saints martyrs furent tirés
des caveaux et publiquement exposés, ce qui ne se faisoit que dans les
plus grandes calamités; les châsses furent portées processionnellement
dans les rues, et une multitude innombrable qui étoit accourue de
Paris et des environs, les suivoit, pieds nus fondant en larmes, et
adressant au ciel ses voeux et ses gémissements. Tout espoir sembloit
perdu, lorsque le roi tomba dans un long évanouissement: on le crut
mort; mais c'étoit la crise qui devoit opérer sa guérison. Sorti de ce
sommeil léthargique, et se sentant ranimé, il fit voeu de partir pour
la croisade, demanda la croix à Guillaume, évêque de Paris, qui étoit
auprès de son lit, et résistant à toutes les prières et à tous les
conseils de sa mère, fixa à deux ans son départ pour les lieux saints.

          [Note 266: Il s'étoit également acquis la confiance de
          l'empereur Frédéric II et de Grégoire IX, dans ces démêlés
          si fameux qui amenèrent la fin de la maison de Souabe; tous
          les deux le consultoient, et il ne tint pas à lui que cette
          lutte cruelle dans laquelle tous les torts étoient
          évidemment du côté de l'empereur, ne se terminât par une
          paix durable.]

Il ne put toutefois exécuter ce grand dessein que quatre années après.
Ce fut dans cet intervalle que Charles son frère épousa l'héritière de
Provence et que se consommèrent en partie les derniers malheurs de
cette maison de Souabe, à laquelle ce prince et sa race devoient
succéder au trône de Naples. Le roi ne tarda si long-temps à accomplir
le voeu qu'il avoit fait, que parce qu'il voulut, avant de partir,
tout régler et tout prévoir dans le gouvernement de ses états. Il fut
arrêté, dans un parlement qu'il tint à Paris, que toutes les guerres
privées seroient suspendues pendant cinq ans; que les croisés seroient
pour trois années à l'abri des poursuites de leurs créanciers; et que
le clergé contribueroit aux frais de la guerre, du dixième de ses
revenus. Le roi voulut, en même temps, suivant l'usage de tous ceux
qui s'engageoient dans ces expéditions périlleuses, réparer les torts
qu'il avoit pu commettre ou qui avoient été commis en son nom; et des
frères mineurs, et prêcheurs furent envoyés dans tout le royaume, afin
de recevoir les plaintes que tout particulier pourroit élever contre
lui. Cette réparation étoit, sans compter tout le reste, l'avantage
que procuroit d'abord une croisade, aux foibles et aux opprimés, même
avant qu'elle eût été commencée.

Enfin, le vendredi 12 juin 1248, Louis, accompagné de ses frères,
Robert, comte d'Artois, et Charles, comte d'Anjou, se rendit à
Saint-Denis. Là le cardinal Odon de Châteauroux, légat du pape,
déploya l'oriflamme et donna au roi le bourdon et la pannetière,
attributs des pélerins. Le cortége traversa Paris, conduit par les
processions jusqu'à l'abbaye Saint-Antoine, où le prince devoit se
séparer d'avec sa mère et lui donner ses dernières instructions. Mais
Blanche, qui vouloit, autant que possible, prolonger les moments où il
lui étoit donné de jouir encore d'une aussi chère vue, le suivit
jusqu'à la commanderie de Saint-Jean près de Corbeil, où il devoit
s'arrêter. Ce fut en ce lieu que se rassembla un dernier parlement,
dans lequel la régence lui fut solennellement donnée avec les pouvoirs
les plus étendus. Le roi partit enfin, emmenant avec lui ses frères,
la jeune reine Marguerite qui ne voulut point se séparer de son époux,
et par une sage précaution qui assuroit la tranquillité de son
royaume, se faisant suivre du duc de Bourgogne, des comtes de la
Marche, de Toulouse et de plusieurs autres grands vassaux. Au reste,
la noblesse françoise s'étoit presque tout entière précipitée sur ses
pas.

Les commencements de cette régence furent tranquilles. Ce fut alors
que l'on jeta les fondements du collége de Sorbonne, qui devint par
la suite le plus illustre de l'université; et que les frères ermites
de saint Augustin, connus sous le nom de grands Augustins, vinrent
s'établir à Paris. Cependant l'expédition du roi avoit commencé par
des succès éclatants que suivirent de bien près d'irréparables
désastres; et à peine sortoit-on à Paris des réjouissances publiques
qui y avoient été faites à l'occasion de la prise de Damiette, que
l'on y reçut la triste nouvelle que l'armée du roi avoit été presque
entièrement détruite par la famine et les maladies contagieuses, et
qu'il étoit tombé lui-même entre les mains des infidèles. L'alarme fut
générale en France; le pape fit prêcher sur-le-champ une croisade
nouvelle; et la régente au désespoir ordonna de toutes parts de
nouveaux armements.

(1251) Ce fut dans ces malheureuses circonstances que parut un
imposteur nommé Job, Hongrois de naissance et déserteur de l'ordre de
Cîteaux. Il se montra d'abord dans quelques villes de Flandre où il
prêcha une croisade d'une espèce toute nouvelle, soutenant qu'il
n'étoit donné ni aux nobles ni aux prêtres de délivrer les saints
lieux, et que cet honneur étoit réservé uniquement aux bergers. Ses
prédications fanatiques réunirent autour de lui un grand nombre de
paysans qui prirent le nom de _Pastoureaux_. Il s'avança alors dans
l'intérieur de la France, et entra à Amiens à la tête de trente mille
hommes, déclamant avec fureur contre les seigneurs et surtout contre
la cour de Rome qu'il appeloit la moderne Babylone. À la tête de cette
armée qui s'accrut encore sur la route d'une multitude de vagabonds et
de femmes perdues, il approcha des portes de Paris, où la reine,
trompée par de faux rapports, le laissa entrer, croyant qu'il n'étoit
pas impossible de former de cette troupe désordonnée une armée
régulière, propre à être employée à la délivrance de son fils. Alors
Job leva le masque et commença à débiter des maximes contraires à la
foi, invectivant avec plus de violence encore contre le clergé,
allumant ainsi les passions de ceux qu'il avoit entraînés à sa suite,
et excitant de plus en plus le fanatisme de ces misérables, qu'il
finit par jeter dans une sorte de frénésie. Ils massacrèrent des
prêtres et se livrèrent à toutes sortes d'excès, tandis que leur chef,
habillé en évêque, prêchoit dans les églises, confessoit, rompoit des
mariages et faisoit de l'eau bénite à Saint-Eustache. L'université,
contre laquelle il avoit une animosité particulière, menacée par lui,
se barricada dans ses colléges. Enfin, après avoir mis Paris à
contribution et y avoir fait de nombreuses recrues, il se dirigea vers
Orléans, accompagné alors de plus de cent mille individus de tout sexe
et de tout âge. Là les pastoureaux commirent encore de nouveaux
crimes et jetèrent plusieurs ecclésiastiques dans la Loire. De là ils
allèrent à Bourges, massacrant tout ce qu'ils rencontroient sur leur
passage.

Blanche, dont un moment d'erreur avoit contribué à accroître ce mal,
se hâta d'y remédier, dès que Paris eut été délivré de leur présence.
Ayant rassemblé des forces suffisantes, ce qui fut fait en toute hâte,
elle fit attaquer cette multitude dans les plaines du Berry, où on
l'eut bientôt dissipée. Job fut tué au milieu de cette déroute; les
peuples désabusés achevèrent d'exterminer les pastoureaux fuyants et
dispersés; et depuis l'on n'en entendit plus parler.

Cette facilité qu'il y avoit à égarer les dernières classes du peuple,
n'empêchoit point la reine de favoriser l'affranchissement des serfs;
et l'un des derniers actes de sa régence fut d'obtenir du chapitre de
Paris qu'il donnât la liberté à un grand nombre de ceux qu'il avoit
sous sa dépendance, moyennant une somme d'argent dont elle fixa la
quotité. L'usage de ces affranchissements s'étoit déjà établi sous les
règnes précédents, et les rois en avoient les premiers donné l'exemple
dans leurs propres domaines. Ils se multiplièrent sous le règne de
saint Louis: à l'exemple du chapitre de Paris, plusieurs abbayes
fixèrent à leurs serfs un prix pour l'acquisition de leur liberté.
Quelques seigneurs firent comme eux, pour se rendre agréables au roi;
et l'abbaye Saint-Germain se distingua dans cette circonstance en
affranchissant les siens pour une somme extrêmement modique[267].

          [Note 267: Il est certain que cet affranchissement des
          esclaves, fait unique dans les annales du monde, ne pouvoit
          être conçu et exécuté avec quelque sûreté que sous l'empire
          de la loi chrétienne; mais c'est une grande question de
          savoir si le moment étoit venu de le faire, et si cette
          politique des rois de France que l'on commence à entrevoir,
          de chercher dans le peuple des appuis contre la noblesse,
          n'avoit pas des inconvénients plus grands que les avantages
          qu'ils espéroient en retirer. Peut-être aurons-nous occasion
          de l'examiner. Quoi qu'il en soit, il y eut encore des
          esclaves en France sous les successeurs de saint Louis; et
          nous dirons bientôt ce qui se passa sous Louis X, lorsque ce
          prince publia une ordonnance en faveur des serfs. Long-temps
          après le règne de ce prince, plusieurs seigneurs
          continuèrent de maintenir leur ancienne autorité sur les
          esclaves. Il paroît même, par une ordonnance du fameux
          Bertrand Duguesclin, connétable de France, que la coutume de
          les affranchir étoit encore regardée, de son temps, comme
          une _innovation pernicieuse_. (_Voy._ Roberts, introd., §
          20.)]

La reine, en se séparant de son fils, avoit eu le triste pressentiment
qu'elle ne le verroit plus en ce monde; elle ne s'étoit point trompée:
attaquée à Melun d'une maladie grave, elle y expira le 1er décembre
1252. Cependant Louis, qui étoit parvenu à se racheter des mains de
ses vainqueurs, vaincus à leur tour par l'admiration que leur avoient
inspirée son courage et ses vertus, ne revenoit point encore, occupé
qu'il étoit à assurer, autant qu'il étoit en lui, le sort des
chrétiens d'Asie qu'il alloit bientôt abandonner à eux-mêmes. Ces
soins le retinrent encore deux ans éloigné de son royaume, et pendant
cet intervalle l'État fut administré par ses deux frères, Charles et
Alphonse. Ce fut sous cette nouvelle régence que fut fondé le collége
des Prémontrés; et alors commença, entre l'université et les jacobins,
une longue et fameuse querelle, dont nous parlerons par la suite.

(1254) Enfin le roi revint, et sa main vigoureuse acheva bientôt de
rétablir le calme que son absence avoit un peu troublé. Tandis que
l'on travailloit, par son ordre et pour le royaume entier, à ce
recueil fameux connu sous le nom d'_Établissements de saint
Louis_[268], dans lequel on vit ce génie, si supérieur à son siècle,
lutter contre la barbarie des moeurs, l'absurdité des lois et des
usages, et parvenir, sinon à détruire entièrement, du moins à diminuer
sensiblement les abus monstrueux qu'une longue anarchie avoit fait
naître, et que le pouvoir foible et chancelant des premiers rois de sa
race n'avoit pu empêcher de s'établir, et pour ainsi dire, de
s'enraciner. Il faisoit en même temps, pour les villes de son domaine
et particulièrement pour Paris, d'utiles réglements, dont l'exécution
n'éprouvoit point les obstacles que lui suscitoient ailleurs les
barons intéressés au maintien des abus qui faisoient toute leur
puissance[269]. Il abolit la vénalité des charges de judicature,
proscrivit les cabarets et autres lieux de débauche, punit sévèrement
les blasphémateurs. Dans son horreur pour le vice, il avoit même formé
le projet de chasser entièrement les femmes de mauvaise vie de cette
capitale; mais la corruption des moeurs y étoit si générale, qu'il se
vit forcé de modérer la rigueur de l'édit qu'il avoit porté contre
elles, et de tolérer un mal qu'on ne pouvoit détruire sans s'exposer à
des maux plus grands encore. Toutefois la police sévère à laquelle il
les soumit diminua du moins le scandale de leurs prostitutions[270].
Il avoit pareillement résolu de chasser entièrement les juifs de ses
États; mais il revint au conseil plus salutaire d'essayer de les
convertir; et, pour y parvenir, il se montra, dans les ordonnances
qu'il rendit contre ceux qui persistèrent dans leur croyance, plus
sévère qu'aucun de ses prédécesseurs[271]. Il veilloit en même temps à
la sûreté de la ville, en forçant les bourgeois à faire le guet
conjointement avec une troupe de soldats[272], entretenue à ses
propres dépens. Le prévôt de Paris[273] tenoit la main à ce que ce
service fût fait régulièrement, et les habitants qui dépendoient de la
seigneurie de l'évêque y furent soumis comme les autres.

          [Note 268: _Il les fit publier l'an de grâce 1270, avant
          qu'il allât à Tunis, dans toutes les cours laies du royaume
          et de la prévôté de France._ Ce recueil, précieux monument
          de son zèle pour la tranquillité et le bonheur de ses
          sujets, contient 208 articles. C'est proprement un nouveau
          code composé de lois romaines, de canons des conciles, de
          décrétales ou épîtres des papes, de différentes coutumes de
          la monarchie, et d'ordonnances de nos rois. Il prescrivoit
          des formes pour les actions réelles ou personnelles,
          substituoit les preuves par témoins aux combats judiciaires,
          régloit les juridictions, établissoit des lois pour les
          fiefs, les donations, les successions, les partages, les
          affranchissements, des punitions pour les divers crimes,
          etc., etc.; enfin embrassoit presque toute la jurisprudence
          françoise telle qu'elle étoit alors. Toutefois, et déjà nous
          en avons fait la remarque, ces _établissements_ n'eurent
          cours dans la France entière que parce que c'étoient des
          _coutumes générales_, dont plusieurs sans doute étoient
          tombées en désuétude, mais qui toutes étoient anciennes et
          avoient eu force de lois par le consentement des assemblées
          de la nation. (_Voy._ p. 174, 1re partie.)]

          [Note 269: On sait qu'il se plaisoit à rendre lui-même la
          justice à ses sujets, et qu'en été il établissoit son
          tribunal, ou sous les arbres du bois de Vincennes, ou dans
          le jardin de son palais de la Cité. «Tableau touchant de nos
          antiques moeurs, dit avec raison l'auteur du Tableau du
          règne de saint Louis (_Collect. des Mém. relat. à l'hist. de
          France._, t. II, p. 124), dont la poésie et l'éloquence se
          sont emparées, pour en proposer l'exemple aux siècles
          modernes, sans réfléchir que c'étoit à titre du _seigneur
          féodal_, que Louis jugeoit ses sujets, et que la
          constitution des monarchies actuelles, entièrement
          différente, rend plus ou moins, dans toute l'Europe, la
          justice indépendante du pouvoir suprême.» La poésie et
          l'éloquence de nos temps modernes se sont emparées de bien
          d'autres choses, qu'elles ont également dénaturées et
          niaisement consacrées.]

          [Note 270: Il ordonna que toutes les femmes _folles de leurs
          corps_ seroient chassées des maisons particulières, et
          défendit à ses sujets de leur louer aucune habitation où
          elles pussent faire leur infâme commerce. Alors on donna un
          nom odieux aux endroits où elles furent obligées de se
          retirer: c'étoient de petites loges, dans lesquelles il leur
          étoit défendu de passer la nuit, afin qu'un reste de pudeur
          pût contenir les hommes, forcés, pour y entrer, de braver le
          grand jour et tous les regards. Ces loges furent appelées
          _bords_ ou _bordels_, du mot saxon _bord_, qui signifie
          _petite loge_; et c'est par erreur qu'on a cru trouver cette
          étymologie dans la situation de ces maisons au bord de
          l'eau. Les broderies, les boutonnières d'argent et autres
          ornements furent interdits à ces femmes perdues; on les
          empêcha même de mettre leurs loges dans les grandes rues, et
          on les contraignit de se retirer dans les rues de
          l'Abreuvoir, des Boucheries, de Froi-Manteau; dans celles de
          Glatigny, Chapon, Champ-Fleury, etc.]

          [Note 271: Entre autres mesures rigoureuses, il ordonna que,
          pour les distinguer des chrétiens, ils seroient tenus de
          faire coudre sur leur robe, devant et derrière, une pièce de
          feutre d'une palme de diamètre. Cette marque fut appelée
          _rouelle_; et lorsqu'on trouvoit un juif qui ne l'avoit pas,
          sa robe étoit confisquée, et il étoit condamné à dix livres
          d'amende. Philippe-le-Hardi rendit contre eux, dans la
          suite, un arrêt encore plus sévère, en ordonnant qu'ils
          porteroient une corne sur leur bonnet; ce qui fut pour eux
          la plus grande humiliation qu'ils eussent encore éprouvée.
          Il leur fut défendu en même temps de porter des habits de
          couleur, de se baigner dans les rivières où se baignoient
          les chrétiens, etc. Ils n'eurent plus, dès lors, à Paris,
          qu'une synagogue, rue de la Tacherie, et un cimetière rue de
          la Harpe. Du reste, ils étoient toujours soumis à la
          servitude, comme du temps de Philippe-Auguste.]

          [Note 272: _Voyez_ p. 657.]

          [Note 273: Ce prévôt étoit le fameux Étienne Boislève, dont
          nous avons déjà parlé. Son grand sens et sa fermeté firent
          refleurir le commerce et l'industrie; par l'intégrité de ses
          jugements il releva l'honneur de son tribunal, et donna
          ainsi l'exemple à tous les juges du royaume. On raconte que
          saint Louis, satisfait de son zèle, et voulant lui donner
          des marques éclatantes de sa satisfaction, le faisoit
          asseoir auprès de lui, chaque fois qu'il rendoit lui-même
          la justice au Châtelet.]

C'est à saint Louis que l'on doit la première bibliothèque publique
qu'il y ait eu à Paris. On dit qu'il en avoit conçu le projet d'après
ce qu'il avoit entendu dire en Syrie, d'un sultan qui faisoit
recueillir tous les livres nécessaires aux musulmans, et en avoit
formé une bibliothèque ouverte à tous les savants de son pays. Il fit
donc faire des copies de tous les manuscrits qui se trouvèrent dans
les monastères; et ces précieux exemplaires furent rangés dans une
salle voisine de la Sainte-Chapelle. Il alloit souvent travailler
lui-même dans cette bibliothèque, se mêlant à ceux que l'amour de
l'étude y attiroit, et lorsqu'il s'y trouvoit des personnes peu
instruites, se plaisant à leur expliquer les plus beaux passages des
Pères et des saintes Écritures.

(1257) La dernière époque du règne de ce grand roi fut encore
remarquable par un nombre considérable de fondations et
d'établissements nouveaux. La chapelle de Sainte-Agnès, qui, dans le
principe, étoit une succursale de Saint-Germain-l'Auxerrois, devint
église paroissiale, sous le nom de Saint-Eustache; il en fut de même
d'une autre chapelle, également dépendante de ce chapitre, et qui
quitta le nom de chapelle de la Tour pour prendre celui de paroisse
Saint-Sauveur. La petite paroisse Saint-Josse fut aussi érigée vers ce
temps-là. On vit successivement s'établir à Paris, par les soins
pieux et les libéralités du monarque, plusieurs ordres religieux, les
Carmes, les Chartreux, Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie, les
Blancs-Manteaux, le couvent de l'_Ave-Maria_, etc. La charité dont il
avoit donné des exemples si touchants, en comblant de biens les
hôpitaux et notamment l'Hôtel-Dieu, éclata plus particulièrement dans
la fondation qu'il fit de l'établissement célèbre connu sous le nom de
_Quinze-Vingts_. Enfin on vit, sous son règne, s'élever plusieurs
nouveaux colléges, entre autres ceux de Cluny, des Dix-Huit et du
Trésorier.

Sous les règnes précédents, la noblesse et les prélats avoient déjà
commencé à fréquenter Paris; et l'autorité du souverain s'augmentoit
de cet hommage qu'ils venoient rendre à la majesté du trône. Louis,
qui sentit tout l'avantage de ces réunions, les rendit plus fréquentes
encore, en tenant régulièrement deux ou trois parlements par an, dans
sa capitale. Celui de la Pentecôte, en 1267, fut un des plus célèbres,
par la cérémonie brillante qui s'y fit, et l'affluence prodigieuse
qu'elle y attira. Le roi y arma chevaliers Philippe, son fils aîné,
Robert, comte d'Artois, son neveu, un fils du roi d'Aragon, Edmond
d'Angleterre, et plusieurs autres seigneurs, jusqu'au nombre de
soixante-sept. À cette occasion ce prince leva sur les sujets de
l'évêque la taille qu'il avoit le droit de prendre quand il armoit
ses fils chevaliers[274]. Quelque temps après, comme il préparoit sa
seconde expédition à la Terre-Sainte, il crut devoir leur demander une
nouvelle taille, à laquelle le prélat s'opposa d'abord, mais qu'il
consentit enfin à laisser prendre, sous la condition expresse qu'il
seroit hautement reconnu que ce dernier impôt, exigé par Louis IX des
bourgeois de Paris soumis à la juridiction de l'église, ne
préjudicieroit nullement à ses droits, ni à l'accord fait entre
Philippe-Auguste et l'évêque Guillaume d'Auvergne.

          [Note 274: Il avoit le même droit, au mariage de ses
          enfants, et lorsqu'il partoit pour quelque expédition
          militaire.]

(1270) On sait quel fut le triste succès de la seconde croisade de
saint Louis, plus malheureux encore que celui de la première. La
situation désespérée des chrétiens dans la Palestine avoit touché la
grande âme du roi; il crut que son premier devoir étoit de voler à
leur secours, et de défendre une cause à laquelle il s'étoit
entièrement dévoué (car il n'avoit pas un seul instant quitté la
croix), cause qu'il regardoit comme celle de Dieu même. Il partit donc
de Paris, après avoir fait, pour la tranquillité de son royaume et
pour la stabilité des institutions qu'il lui avoit données, tout ce
qu'il étoit possible d'attendre de la prudence humaine, et comme s'il
eût eu le pressentiment qu'il ne reverroit jamais la France. Il mourut
en effet, l'année même de son départ, d'une maladie contagieuse qui
moissonna en peu de jours le tiers de son armée, et mourut comme il
avoit vécu, en saint et en héros: prince incomparable, le plus grand
peut-être de tous ceux qui ont jamais honoré le trône; et que nous
croyons louer dignement en disant qu'une race d'hommes[275] qui, de
nos jours, s'est comme acharnée à outrager tout ce qui étoit
respectable, a été forcée cependant de respecter sa mémoire, et de
rendre ainsi, au milieu de ses blasphèmes, un hommage involontaire à
la religion sainte qui seule l'avoit fait ce qu'il étoit, l'élevant,
par l'assemblage de toutes les vertus chrétiennes, au-dessus de
l'humanité.

          [Note 275: Les soi-disant philosophes.]

Laissant ici la suite des événements historiques que nous reprendrons
lorsque nous serons arrivés à l'époque où ils se lient aux grands
événements dont Paris commença à devenir le théâtre, nous allons
exposer rapidement ce qui se passa de plus important dans cette ville,
depuis le règne de Philippe-le-Hardi jusqu'à la régence de Charles V.

(1270) Sous Philippe-le-Hardi, l'histoire particulière de Paris
n'offre rien de fort remarquable; et l'on n'y voit d'autres fondations
que celles du collége d'Harcourt et de l'école de chirurgie. Ce
dernier établissement, auquel on donne alors une forme régulière,
avoit déjà pris naissance sous saint Louis. La juridiction temporelle
des corps ecclésiastiques reçut en ce même temps une atteinte
nouvelle, dans un accord fait entre le roi et le chapitre de
Saint-Méri, au sujet de la justice que cette collégiale prétendoit
exercer sur les terres de sa dépendance. Philippe lui accorda toute
justice sur les causes mobilières, sur les paroles injurieuses et
autres délits peu importants[276], mais se réserva la justice du sang
répandu dans tout le territoire du chapitre, le cloître seul excepté;
il se réserva aussi le guet, la taille, les mesures, la voirie, etc.
C'est ainsi que le souverain rentroit peu à peu dans des prérogatives
dont l'église ne s'étoit point emparée, il ne faut point se lasser de
le redire, mais qu'elle avoit été en quelque sorte contrainte
d'accepter pour sauver la société, et qu'il eût été peut-être utile de
lui laisser plus long-temps[277].

          [Note 276: C'est ce qu'on appeloit _basse-justice_ (_Voy._
          p. 513.)]

          [Note 277: Cette juridiction temporelle du clergé n'avoit
          cessé de s'accroître sous les règnes précédents et jusqu'à
          saint Louis. Le désordre, l'anarchie et les violences étant
          alors à leur comble, l'église, seul refuge des opprimés,
          avoit cru devoir employer pour en arrêter le cours ce
          qu'elle avoit de lois plus sévères et de plus terribles
          châtiments. Sous la minorité du roi, son conseil, fort _mal
          conseillé_ sans doute, voulut arrêter le cours de cette
          justice salutaire; mais il ne réussit alors qu'à empêcher
          les juges ecclésiastiques de mettre en interdit les
          chapelles du roi. Depuis, les seigneurs eux-mêmes avoient
          formé une commission à l'effet de défendre à leurs vassaux
          l'appel devant un tribunal ecclésiastique; et cette
          commission, qui devoit être permanente, s'étoit même arrogé
          le droit de juger de la validité d'une excommunication; mais
          le pape menaça, et parvint facilement à rompre cette
          association. Les rois eux-mêmes se montroient impatients
          d'un joug qui avoit été si long-temps nécessaire à leur
          propre conservation; et par cette corruption du coeur que
          fait naître l'usage même légitime du pouvoir, cherchoient
          imprudemment tous les moyens possibles de le briser.]

Parmi ces droits divers, celui de voirie, sur lequel les seigneurs
particuliers avoient conservé long-temps de grandes prétentions, fut
réglé par des statuts généraux qui tendoient à diminuer de nouveau les
priviléges très-étendus qui restoient encore à l'évêque dans la ville
de Paris[278]. Vers la même époque, l'abbé de Saint-Germain-des-Prés
fit construire, dans le faubourg qui relevoit de sa juridiction, une
boucherie de seize étaux, laquelle fut établie dans une rue qui,
jusqu'à nos jours, en a retenu le nom.

          [Note 278: Il est dit dans cet acte que le roi seul a la
          voirie à Paris et dans toute la banlieue, excepté dans les
          rues où l'évêque a toutes les maisons de l'un et de l'autre
          côté; et que si, parmi les maisons de l'évêque, il y en a
          seulement une qui ne soit point à lui, l'évêque perd la
          voirie, que le roi ne partage avec personne. Tous les lieux
          d'exemptions, comme Saint-Martin-des-Champs, le Temple,
          Saint-Germain-des-Prés, Saint-Éloi, Saint-Julien-le-Pauvre,
          n'ont point de voirie; le chapitre de Notre-Dame ne l'a que
          dans le Parvis, et l'abbaye de Sainte-Geneviève que dans la
          vieille terre, depuis la croix Hémon jusqu'à l'abbaye.]

(1278) Une nouvelle querelle s'éleva sous ce règne entre l'université
et les religieux de Saint-Germain. _Le Pré-aux-Clercs_, dans lequel
les maîtres et les élèves alloient souvent se promener, étoit
très-voisin du clos de ce monastère, et ce voisinage faisoit naître
des rixes fréquentes entre les gens de l'abbaye et les écoliers,
lesquelles se terminèrent enfin par un véritable combat, où plusieurs
de ces derniers furent tués par les vassaux de l'abbé; ceux-ci en
blessèrent en outre un grand nombre et jetèrent dans les prisons de
l'abbaye tous ceux qu'ils purent saisir. L'université, suivant sa
coutume, menaça de fermer ses classes, si elle n'obtenoit raison de
cet attentat; et dans la crainte qu'elle n'exécutât sa menace, on
s'empressa de lui donner une entière satisfaction. Dans cette
circonstance les vassaux de l'abbaye de Saint-Germain méritoient sans
doute d'être condamnés; mais on ne peut voir sans étonnement
l'impunité dont jouissoient alors les écoliers, principaux auteurs de
tous les désordres qui se commettoient dans Paris. Ils couroient, nuit
et jour, armés dans les rues; et conservant toujours contre les
bourgeois cette ancienne haine, source de toutes leurs querelles, ils
les provoquoient par des injures et de mauvais traitements, pilloient
leurs maisons, et souvent même exerçoient des violences sur leurs
femmes et leurs filles, comme dans une ville prise d'assaut. Sous le
règne de saint Louis, l'évêque Étienne n'avoit trouvé d'autre
expédient pour arrêter de tels excès que de fulminer contre eux une
excommunication qui les retint quelque temps dans le devoir; ils
furent excommuniés de nouveau sous Philippe-le-Hardi, et pour les
mêmes causes. L'événement montre que de tels moyens étoient alors
devenus insuffisants; mais nos rois, qui avoient une prédilection
particulière pour ce corps célèbre, répugnèrent toujours à employer
contre lui des forces avec lesquelles cependant il leur eût été facile
de le retenir dans l'ordre et dans la soumission à l'autorité.

(1285) Au commencement du règne de Philippe-le-Bel, les faubourgs de
Paris n'étoient point encore pavés, à l'exception des quatre
principaux chemins, de Saint-Denis, de la porte Baudez, de la porte
Saint-Honoré et de la porte Notre-Dame-des-Champs. Il s'éleva à ce
sujet un démêlé entre les bourgeois de la ville et le prévôt de Paris,
qui vouloit les forcer à achever cette opération à leurs frais; les
bourgeois l'emportèrent. Dans le même temps le parlement jugea à
propos de diminuer le nombre des sergents qui étoient attachés au
Châtelet et à la personne du prévôt[279].

          [Note 279: Ce nombre fut fixé à soixante-dix sergents à pied
          et trente-cinq à cheval; mais, quelques années après, le roi
          en augmenta le nombre, et permit au prévôt d'avoir
          quatre-vingts sergents à cheval et quatre-vingts sergents à
          pied. Le prévôt de Paris avoit encore douze autres sergents
          à pied qui lui étoient particulièrement attachés, et
          faisoient auprès de lui l'office de gardes.]

Il se passa, sous ce prince, plusieurs événements mémorables:
l'abolition et le supplice des Templiers; la canonisation de saint
Louis, demandée par tous les ordres du royaume; l'établissement fixe
du parlement à Paris. Les embarras que causoit la guerre de Flandre et
la multiplicité des affaires déterminèrent le roi à prendre cette
mesure, qui devoit avoir des suites si considérables[280].

          [Note 280: _Voyez_ p. 146, 1re partie.]

Les démêlés violents qui éclatèrent entre ce prince et le pape
Boniface VIII furent cause de l'établissement d'un nouveau collége. Le
cardinal Lemoine, que le pape avoit envoyé à Paris en qualité de
légat, en fut le fondateur. Plusieurs autres colléges furent également
créés sous ce règne: le collége des Cholets, le collége de Bayeux,
ceux de Laon, de Presle et de Montaigu. Le monastère des Cordelières
du faubourg Saint-Marceau avoit été fondé, quelque temps auparavant,
par la reine Marguerite, veuve de saint Louis, qui ne mourut qu'en
1295. Elle n'eut pas la joie de voir la canonisation de son illustre
époux, laquelle ne fut terminée que deux ans après sa mort. La
cérémonie de l'élévation du corps fut remise à l'année suivante, et se
fit avec la plus grande solennité. Le corps du saint fut levé par les
archevêques de Reims et de Lyon; et dans la procession solennelle qui
se fit de Saint-Denis à Paris, tous les princes du sang voulurent
avoir l'honneur de le porter[281].

          [Note 281: Il fut reporté avec la même pompe à Saint-Denis.
          Depuis on en transféra une côte dans l'église de Notre-Dame,
          et partie du chef à la Sainte-Chapelle.]

(1312) Il faut placer dans les dernières années de ce règne la
construction du quai des Augustins, et l'achat que fit le roi de
l'hôtel de Nesle, dont nous aurons occasion de parler par la suite.
Cet hôtel, qui depuis fut abattu par Ludovic de Gonzague, et
reconstruit sous le nom d'hôtel de Nevers, étoit hors de Paris, et
s'étendoit depuis les murs de la ville au couchant, jusqu'aux lieux où
fut depuis posée la porte à laquelle on avoit donné son nom.

Peu de temps après, Philippe-le-Bel donna au roi d'Angleterre et à
tous les seigneurs de son royaume cette fête superbe dont nous avons
déjà parlé[282]. Il mourut l'année suivante à Fontainebleau.

          [Note 282: _Voyez_ p. 409, 1re partie.]

(1314) Le règne de Louis-le-Hutin fut court. Ce prince rappela les
juifs, que son père avoit chassés. Ces bannissements si fréquents
étoient causés par le zèle religieux, et ces rappels par la pénurie
des finances. Les impôts exorbitants et l'altération des monnoies les
avoient réduites, sous le règne précédent, à un tel état de détresse,
qu'il ne se trouva point d'argent dans le trésor pour le sacre du
nouveau roi. Ce fut le prétexte dont on se servit pour perdre
Enguerrand de Marigni, ministre de Philippe-le-Bel, et le principal
agent de ce prince dans toutes ses opérations financières. Également
haï du peuple et des grands, odieux surtout à Charles de Valois, frère
de Philippe, il fut accusé devant quelques barons et quelques
chevaliers assemblés par le roi à Vincennes, sans que l'on observât
aucune des règles et formes judiciaires prescrites dans les matières
criminelles, sans même qu'on voulût l'entendre, condamné à être pendu,
malgré sa qualité de gentilhomme et de chevalier, et attaché au gibet
de Montfaucon, qu'il avoit fait élever lui-même peu de temps
auparavant pour y exposer les corps des malfaiteurs après leur
supplice. Enguerrand n'étoit peut-être pas exempt de quelques
reproches dans son administration[283]; mais il fut condamné contre
toute justice, et sa mort est une tache à la mémoire de Louis X, qu'on
ne peut excuser qu'en faisant observer qu'il étoit jeune, sans
expérience, et entouré d'ennemis du surintendant, qui avoient juré sa
perte et qui employèrent pour y parvenir les moyens les plus infâmes
et les plus criminels. On sait que les remords tardifs du roi le
vengèrent; et qu'autant qu'il étoit en lui, ce prince répara cette
grande iniquité commise en son nom. Frappé l'année même de la mort du
surintendant d'une maladie de langueur qui le conduisit au tombeau,
Charles de Valois crut voir la main de Dieu appesantie sur lui, et
mourut au milieu des plus vifs sentiments de repentir, implorant les
miséricordes de ce Dieu au tribunal duquel il alloit rendre compte.

          [Note 283: «Il est toujours aisé, dit le P. Daniel, de faire
          le procès à ceux qui ont administré les finances, soit parce
          qu'il est rare de se modérer dans un tel poste, soit parce
          que, dans un pareil maniement, il est moralement impossible
          de rendre compte de tout.»]

(1315) La ville de Paris donna à ce prince une preuve de son
dévouement et de sa fidélité, en répondant sur-le-champ à la demande
qu'il lui fit d'un secours dans la guerre de Flandre, commencée sous
le règne précédent. Elle s'obligea à lui fournir, à ses dépens, 400
cavaliers et 2,000 fantassins. Cette guerre, qui se continuoit
toujours sans succès, épuisoit la nation. Sous ce prétexte on accabla
le peuple d'impôts; on vendit les offices de judicature; on leva des
décimes sur le clergé; on alla jusqu'à forcer les serfs, dont le roi
avoit encore un grand nombre dans ses domaines, à racheter leur
liberté au prix des effets mobiliers, dont on leur permettoit, dans ce
temps-là, de disposer[284].

          [Note 284: Ceci va paroître bien extraordinaire, bien
          prodigieux, bien incroyable à nos grands prédicateurs de
          liberté, aux philanthropes ennemis de la féodalité, qui
          versent encore tous les jours des larmes si amères sur le
          joug de fer dont elle accabloit l'humanité, dans ces temps
          d'une aussi effroyable tyrannie; mais il n'en est pas moins
          vrai que le plus grand nombre des serfs préféra _son argent_
          à la liberté qui lui étoit _si peu libéralement_ offerte.
          «Attendu, est-il dit, dans les lettres du roi, que
          plusieurs, par _mauvais conseil_ ou faute de _bons avis_, ne
          connoissent pas _la grandeur_ du bienfait qui leur est
          accordé, nous ordonnons à nos officiers de les taxer si
          _suffisamment_ et si _grandement_, comme leur condition et
          leurs _richesses_ pourront bonnement le souffrir.» (Spicil.,
          t. III, p. 707.) Ceci prouve tout à la fois et que les serfs
          se soucioient peu d'être libres, et qu'ils étoient _riches_;
          ce qui devroit cependant ne pas sembler si malheureux à nos
          philosophes et à nos libéraux: car tout en estimant la
          liberté, on sait qu'ils ne méprisent point les richesses.]

Cette même année, la France entière fut désolée par une horrible
famine dont Paris se ressentit autant qu'aucun autre endroit du
royaume. On y vendoit le setier de blé cinquante sols (environ 48 fr.
de notre monnoie), et les pauvres, disent les chroniques du temps,
exténués par la faim, tomboient morts au milieu des rues, sans qu'on
leur portât aucun secours. L'avidité des boulangers accrut encore le
mal. Convaincus d'avoir mêlé au pain qu'ils fabriquoient des matières
nuisibles, pour le rendre plus pesant, ils furent arrêtés, dépouillés
de leurs biens, exposés sur des roues aux insultes de la populace, et
bannis à perpétuité du royaume.

(1316) Louis-le-Hutin mourut après avoir régné un peu moins de deux
ans. Ce roi est le premier qui ait fait du Louvre sa demeure
habituelle; tous ses prédécesseurs habitoient de préférence le palais
de la Cité. L'établissement du parlement dans cette dernière maison
royale fut, dit-on, la cause de ce changement.

Cette fidélité de la ville de Paris envers ses rois, à laquelle nous
verrons bientôt succéder toutes les fureurs des factions et de la
révolte, éclata encore à l'avénement de Philippe-le-Long. La reine,
épouse de Louis X, étoit enceinte lorsqu'il mourut; et jusqu'à son
accouchement, Philippe, héritier présomptif de la couronne, avoit en
même temps un droit incontestable à la régence du royaume. Le comte de
Valois, profitant de ce qu'il étoit absent de Paris au moment de la
mort du roi, essaya de se créer un parti, et de lui disputer le
gouvernement de l'État; mais la bourgeoisie, reconnoissant la
légitimité des droits de Philippe, prit les armés, et chassa du Louvre
les soldats du comte, qui déjà s'en étoient emparés. La mort du jeune
prince, dont la reine accoucha peu de temps après, fit naître encore
de nouvelles contestations pour la succession au trône, et Eudes de
Bourgogne, oncle de Jeanne, fille de Louis-le-Hutin, prétendit que sa
nièce devoit en être héritière. L'affaire, après avoir été long-temps
agitée, fut décidée en faveur de Philippe, dans une assemblée
mémorable qu'il convoqua lui-même à Paris, et où se trouvèrent les
princes du sang, les prélats, la noblesse du royaume et les principaux
bourgeois de la ville[285].

          [Note 285: «C'est pour la première fois, dit le président
          Hénault, qu'il est fait mention de la loi salique, qui ne
          permettoit pas que les femmes héritassent de la couronne de
          France.» C'est encore là une de ces opinions erronées de nos
          historiens modernes, que nous aurons occasion d'examiner et
          de réduire à sa juste valeur. Ce n'étoit point uniquement
          par la loi salique, mais par toutes les anciennes lois et
          coutumes des Francs, que les femmes étoient exclues de la
          succession au trône; et nous dirons pourquoi.]

(1318) On vit encore recommencer l'interminable querelle de
l'université avec l'abbaye Saint-Germain; et les droits que cette
abbaye réclamoit sur le _Pré-aux-Clercs_, et que les écoliers lui
contestoient, étoient toujours la cause de ces débats souvent
ensanglantés. Pour en détruire entièrement la source, le roi jugea à
propos de se saisir lui-même de la justice que les religieux
prétendoient avoir sur ce pré. Du reste, il fut fait une dernière
transaction entre les parties contendantes, dans laquelle l'université
eut tout l'avantage, comme il arrivoit assez ordinairement[286].

          [Note 286: Pour cimenter cette paix, les religieux cédèrent
          à l'université le patronage des cures de
          Saint-André-des-Arcs et de Saint-Côme, et payèrent en outre
          tous les arrérages d'une rente qu'ils lui devoient en vertu
          d'une transaction faite antérieurement entre les deux
          parties. Ils convinrent en outre de faire murer la porte qui
          donnoit sur le Pré-aux-Clercs, lequel devint, depuis ce
          moment, une promenade publique commune aux écoliers et aux
          habitants de Paris.]

(1320) Un désordre plus grand fut celui que causèrent les nouveaux
_Pastoureaux_. Ils s'étoient formés de même que les premiers, sur la
nouvelle qui s'étoit répandue d'une croisade que projetoit le roi, et
qui n'eut point son exécution. C'étoient également des bergers, et
autres gens de la campagne, qui se rassemblèrent sous la conduite de
deux misérables[287], non moins vils que le Hongrois Job. Leur troupe,
d'abord peu nombreuse, et qui observoit un certain ordre dans sa
marche, ne tarda point à se grossir de tous les brigands et vagabonds
qu'ils rencontrèrent sur leur route; et, chose étonnante, le roi,
comme si la mémoire de ce qui s'étoit passé sous saint Louis eût été
entièrement effacée, favorisa un moment cet étrange rassemblement.
Mais les excès auxquels ils ne tardèrent point à se livrer, sous
l'influence de tant de scélérats qu'ils s'étoient associés, l'eurent
bientôt désabusé. Leur audace fut telle, qu'ils vinrent jusque dans
Paris arracher des prisons de Saint-Martin-des-Champs et du Châtelet
quelques-uns des leurs qu'on y avoit enfermés. Puis, ayant traversé
la ville, ils se rangèrent en bataille dans le Pré-aux-Clercs, et là
leur nombre et leur résolution étonnèrent tellement les Parisiens,
qu'on leur laissa les passages libres: ils se répandirent ensuite dans
les provinces, laissant partout des traces de leurs pillages et de
leurs violences, ne faisant surtout aucun quartier aux juifs, auxquels
ils avoient juré une guerre d'extermination. Ce ne fut que dans les
provinces du midi où ils pénétrèrent sans obstacle, que l'on parvint
peu à peu à les dissiper.

          [Note 287: C'étoient deux mauvais prêtres, l'un déposé de sa
          cure pour ses crimes, l'autre moine apostat de l'ordre de
          Saint-Benoît. Ces hommes qui les suivoient étoient des serfs
          affranchis; et il est remarquable que rien de pareil n'étoit
          arrivé avant ces affranchissements; ce qui semble justifier
          l'opinion émise dans l'ordonnance du connétable Duguesclin.
          (_Voyez_ p. 708.)]

Cet événement fut suivi de la conspiration dite _des lépreux_,
lesquels étoient en très-grand nombre dans le royaume. On les accusoit
d'empoisonner les puits et les fontaines, d'après les suggestions des
juifs, qui eux-mêmes étoient, dit-on, gagnés par les musulmans.
Plusieurs, qui s'avouèrent coupables, furent brûlés vifs, et l'on
chassa de nouveau les juifs du royaume.

Le roi mourut peu de temps après. Ce fut un prince ami de la justice,
et qui publia une foule de sages ordonnances[288]. Un prévôt de Paris,
nommé Henri Capetal, commit, sous son règne, un des crimes les plus
atroces dont l'histoire fasse mention. Il y avoit dans les prisons de
la ville un homme fort riche, lequel avoit été convaincu d'assassinat,
et comme tel, condamné au dernier supplice. Il offrit à Capetal une
somme considérable, s'il vouloit le sauver: celui-ci, ébloui par
l'éclat de l'or, eut l'incroyable barbarie de faire mettre à sa place
un prisonnier innocent, mais pauvre, qui subit le supplice destiné à
ce coupable. Le roi, instruit de cette horrible prévarication, voulut
que le prévôt fût puni sur-le-champ. Il fut jugé par le parlement, et
condamné à être pendu[289].

          [Note 288: Il songeoit, quand il mourut, à établir partout
          un même poids et une même mesure, et à faire en sorte que,
          dans toute la France, on se servît de la même monnoie. Louis
          XI eut depuis la même pensée.

          Ordonnance faite à Saint-Germain, de laquelle, dit du
          Tillet, est tirée la maxime reçue «qu'en fait de justice on
          n'a égard à lettres missives; ordonnance sainte de nos rois,
          pour se garder de surprise en cet endroit, qui est leur
          principale charge.» Autre ordonnance qui règle que les
          confiscations seront employées à acquitter les rentes à vie
          ou perpétuelles; autre qui réunit au domaine les terres que
          le roi possédoit avant son avénement à la couronne; autre
          qui défend aux maîtres du parlement, présidents ou autres,
          d'interrompre _les besongnes du parlement_; autre au sujet
          de la discipline de cette compagnie; autre concernant le
          gouvernement de son palais, dans laquelle le roi déclare
          qu'il n'entendra aucune affaire avant d'avoir assisté, tous
          les jours, au saint sacrifice de la messe.]

          [Note 289: Hugues de Cuisy, troisième successeur de Capetal,
          fut également pendu dans l'hôtel de Nesle sous Philippe de
          Valois, pour prévarications dans l'exercice de sa charge.
          Ces deux exécutions diminuèrent beaucoup la considération
          dont jouissoit la place de prévôt de Paris.]

La fondation de Saint-Jacques-de-l'Hôpital doit être rapportée à ce
temps-là. On vit aussi s'élever plusieurs nouveaux colléges, le
collége de Narbonne, le collége de Lisieux, celui de Cornouailles.

(1322) Le règne de Charles-le-Bel est un des moins féconds en
événements que nous offre cette époque. On continua à fonder des
colléges[290]. Ce genre de fondations, si multiplié au commencement du
quatorzième siècle, prouve le goût qu'on avoit pour la science, et les
efforts que faisoit la nation pour sortir des ténèbres où elle avoit
été si long-temps plongée. Toutefois la révolution qui devoit y faire
naître et y développer le goût des bonnes lettres fut très-tardive, et
jusqu'à la fin du seizième siècle sa langue resta imparfaite et
barbare. Nous attendons encore la révolution plus heureuse qui doit
introduire dans ses écoles la véritable philosophie.

          [Note 290: Le collége du Plessis et celui des Écossais.]

Le couvent des Haudriettes fut fondé à cette époque.

(1328) Charles mourut après un règne de six ans[291]. Il étoit le
dernier des trois fils de Philippe-le-Bel. Ces trois princes, qui
sembloient promettre à ce roi une nombreuse postérité, disparurent en
moins de quatorze ans, sans laisser d'enfants; et la couronne passa à
Philippe de Valois leur cousin germain.

          [Note 291: Ce prince fut sévère justicier. Sous son règne,
          il se fit une recherche très-rigoureuse des financiers,
          presque tous Lombards et Italiens, que l'on accusoit des
          usures les plus criantes: leurs biens furent confisqués, et
          on les renvoya dans leur pays, aussi pauvres qu'ils en
          étoient venus. Gérard Laguerre, receveur général des revenus
          de la couronne, accusé de malversation, mourut à la
          question, sans avoir fait l'aveu du crime qu'on lui
          imputoit; mais il est probable qu'on en avoit acquis des
          preuves suffisantes, car son corps n'en fut pas moins traîné
          par les rues et attaché au gibet de Paris.]

Le règne de Philippe de Valois et celui de Jean son fils offrent une
des époques les plus désastreuses de la monarchie. Les batailles de
Créci et de Poitiers furent livrées sous ces deux princes: par la
première, la France fut ouverte aux Anglais et aux Flamands, et la
seconde, plus funeste encore, fit naître dans Paris un esprit de
désordre et d'anarchie, qui, pendant près d'un siècle, ne s'assoupit
quelques moments que pour se rallumer avec plus de fureur. Ces temps
malheureux, qui commencèrent à la régence du dauphin, depuis Charles
V, formeront, jusqu'au règne mémorable de Charles VII, une troisième
époque, dont la place se trouve marquée dans la suite de cet ouvrage.

Voici d'ailleurs les événements les plus remarquables qui se passèrent
à Paris jusqu'à la prison du roi Jean. On fonda de nouveaux colléges,
et en plus grand nombre encore que sous les règnes précédents[292].
(1329) On vit s'élever plusieurs églises et monastères nouveaux: le
Saint-Sépulcre, Saint-Julien-des-Ménestriers, l'église Saint-Yves, les
Célestins. Une croisade nouvelle fut encore prêchée à Paris; et ce fut
dans le Pré-aux-Clercs que l'archidiacre de Rouen y fit, au nom du
pape, un appel au roi de France et à tous les habitants de cette
ville. Philippe y prit la croix avec le patriarche de Jérusalem, sans
que cette cérémonie eût la moindre suite: on étoit alors entièrement
dégoûté de ces expéditions lointaines. Les juges clercs et les laïques
renouvelèrent, sous ce prince, les contestations qui avoient pris
naissance entre eux dès le règne de Philippe-Auguste, et qui s'étoient
continuées sous saint Louis. Dans le jugement qui fut rendu à ce
sujet, on vit que le roi, tout en penchant pour les accusateurs,
craignoit de blesser le clergé, et n'osa prononcer contre lui; il n'y
eut donc rien de décidé sur cette affaire, et les deux parties
conservèrent l'une contre l'autre la même animosité. Quelque temps
après les évêques se réunirent à Paris dans un concile, dans lequel il
fut arrêté que tout juge laïque qui retiendroit un clerc en prison,
malgré les demandes des juges ecclésiastiques, seroit excommunié; mais
en même temps, et par ce sentiment de justice dont l'Église fut
toujours animée, ils firent plusieurs réglements dont le but étoit
d'établir, dans leurs diocèses, des réformes qu'ils crurent
nécessaires pour justifier une décision qui tendoit à leur donner une
si grande autorité.

          [Note 292: Les colléges de Marmoutier, d'Arras, des
          Lombards, de Tours, de Lisieux, de Bourgogne, d'Autun, de
          l'_Ave-Maria_, le collége Mignon, ceux de Saint-Michel, de
          Cambrai, de Boncours, de Justice, des Allemands et de
          Tournai.]

(1333) Cette année, il s'éleva une dispute nouvelle entre l'université
et l'évêque de Paris, à qui cette compagnie contestoit le droit de
juger les clercs étudiant dans ses écoles. Elle l'accusoit de violer
ses priviléges, qu'il devoit soutenir, étant lui-même docteur en
droit. Il fallut encore que le pape se mêlât de cette affaire, et
nommât des cardinaux pour en connoître. Tel étoit le crédit
extraordinaire de l'université, que l'évêque ne put l'emporter sur
elle, et que la paix ne fut rétablie qu'au moyen d'un jugement qui
prononçoit entre les deux parties une sorte de compensation.

Célèbre tournoi à Paris en 1344, à l'occasion des noces de Philippe,
second fils du roi. Ce fut au milieu de cette fête que furent arrêtés
Olivier de Clisson et plusieurs autres seigneurs bretons qui venoient
de signer un traité secret avec le roi d'Angleterre. Philippe les fait
décapiter[293] sans aucune formalité, et cette exécution violente,
bien qu'exercée sur des traîtres, est une des causes de tous les
malheurs de ce règne et du suivant. L'ennemi acharné de Philippe,
Édouard III, que l'on trouve mêlé à toutes les guerres intestines qui,
sous ce règne, désolèrent la France, arme de nouveau et s'avance sans
obstacle jusque sous les murs de Paris. Il en dévaste les environs,
brûle Saint-Germain-en-Laye, Nanterre, Ruel, Saint-Cloud, Neuilly, la
tour de Montjoie, et se retire dans le Beauvoisis, tandis que
Philippe, trompé par de faux avis, l'attendoit dans les environs
d'Antony à la tête de son armée. Cette même année, le roi perd la
bataille de Créci; une peste générale dépeuple son royaume[294]. Dans
des circonstances si fâcheuses, il demande à la ville un secours
qu'elle lui accorde[295]; (1350) mais il meurt sans en rien
recueillir, et laisse à son fils Jean un royaume désolé à l'intérieur
par une maladie contagieuse, et menacé au dehors par un ennemi actif
et ambitieux.

          [Note 293: Nos rois commençoient à user de ce droit suprême
          sur les grands vassaux; et peu de temps après Jean fit
          décapiter, dans l'hôtel de Nesle, le comte d'Eu et de
          Guines, connétable de France, accusé et convaincu de haute
          trahison; mais, dans cette dernière exécution, du moins les
          formalités nécessaires furent remplies.]

          [Note 294: Il y avoit déjà eu plusieurs maladies
          contagieuses à Paris sous les règnes précédents; mais
          celle-ci, qui désola en même temps toute la France, fut la
          plus terrible qui eût encore exercé ses ravages dans cette
          capitale. Elle enleva plusieurs personnes de la famille
          royale: Jeanne de Navarre, fille de Louis X; Bonne de
          Luxembourg, femme du duc de Normandie; la reine Jeanne de
          Bourgogne, femme de Philippe de Valois. Il mouroit à
          l'Hôtel-Dieu jusqu'à cinq cents personnes par jour; on
          renouvela par trois fois la communauté des soeurs qui
          servoient les malades, et qui périrent toutes victimes de
          leur zèle. Des quartiers entiers devinrent déserts; et le
          cimetière des Innocents se trouva tellement comblé de
          cadavres, qu'on se vit forcé de le fermer, et d'en bénir un
          autre hors de la ville.]

          [Note 295: C'étoit une imposition sur diverses marchandises;
          mais le roi reconnut que cet octroi étoit gratuit de la part
          de la ville, et ne portoit aucun préjudice à ses priviléges
          et franchises.]

Nul prince, dit le président Hénault, n'a si souvent assemblé les
États généraux et particuliers des provinces que le roi Jean. Il en
assembla tous les ans jusqu'à la bataille de Poitiers. Une suspension
d'armes convenue avec les Anglois étoit sur le point d'expirer. Les
trois ordres furent convoqués à Paris pour y délibérer sur les
subsides nécessaires dans une circonstance aussi importante. Peu de
temps après le roi entra en campagne et donna la bataille de Poitiers
(1356), où il perdit toute son armée et fut fait prisonnier avec les
principaux seigneurs de son royaume. Après ce revers fameux, Paris
devint le théâtre de troubles qui furent sur le point de renverser la
monarchie: leur peinture formera la quatrième époque de ce précis
historique, et nous reviendrons en même temps sur les principaux
événements de ces derniers règnes, sur lesquels nous venons de passer
si rapidement.

On a vu que, sous Louis IX, les moeurs étoient très-mauvaises, et que
leur corruption fut plus forte que tous les réglements de ce saint
roi. Il ne paroît pas qu'elles aient été moins corrompues sous ses
successeurs. Les François étoient alors ignorants et passionnés; et la
violence de leurs passions rendant leur piété superstitieuse, leur
faisoit voir dans des pratiques de dévotion, toutes extérieures et
souvent minutieuses, une expiation suffisante de tous les crimes
qu'ils pouvoient commettre. Plus éclairés par la suite, leurs moeurs
devinrent meilleures, parce qu'ils comprirent mieux le véritable
esprit de la religion, et chez des peuples encore enfants, une telle
révolution peut s'opérer promptement et facilement. Elle est plus
difficile au milieu d'un peuple corrompu, comme nous le sommes
maintenant, par l'excès d'un faux savoir, et par les raffinements
d'une police que l'on considère follement comme le dernier degré de la
civilisation.

Malgré tous les efforts que fit le grand monarque que nous venons de
nommer, pour établir l'ordre et la police dans Paris, l'autorité
royale y étoit encore trop contestée pour qu'ils pussent avoir des
effets bien durables. On sait les désordres continuels auxquels s'y
livroient les écoliers, et ceux plus grands encore qu'y commirent les
derniers Pastoureaux. Sous Philippe-le-Bel, les violences qui s'y
renouveloient chaque jour étoient telles, que le parlement se vit
contraint de publier une ordonnance qui y défendoit le port d'armes,
sous peine de prison. Le roi Jean, pendant les premiers temps de son
règne, s'occupa aussi beaucoup de la police, et fit plusieurs
réglements utiles, surtout relativement aux mendiants qui abondoient
dans cette grande ville, et dont la plupart se livroient au brigandage
lorsqu'on leur refusoit l'aumône. Il en publia aussi de relatifs à la
propreté des rues[296].

          [Note 296: Il fit défendre de nourrir des pourceaux dans
          l'enceinte de la ville, sous peine de dix sous d'amende pour
          chaque pourceau, et permit au premier qui les rencontreroit
          de les tuer. Il étoit aussi défendu de balayer les rues dans
          les grandes pluies, pour ne pas charger la rivière des
          immondices, qui devoient être emportées dans des
          tombereaux.]

On voit tous ces princes, jusqu'à Charles V, apporter la plus grande
attention à tenir chacun dans son état. La cavalerie et les pleines
armes étoient réservées à la noblesse; et les roturiers, même les plus
distingués, n'étoient admis que dans l'infanterie. Le règne de ce
dernier roi, qui fut l'époque la plus florissante de la chevalerie,
maintint sévèrement cet antique usage; et jusqu'à Louis XII, on ne
voit point qu'il ait été altéré. Sous ce monarque tous les gendarmes
étoient gentilshommes, et beaucoup d'entre eux grands seigneurs: la
confusion ne se mit dans les armées que sous Henri II.

On promulgua sous Philippe-le-Bel une loi somptuaire qui fixoit les
dépenses de la table et des habits: elle régloit le souper à deux mets
et un potage au lard, et le dîner à un seul mets et entremets. On ne
servoit que trois plats sur la table de nos rois; leur meilleur vin
étoit celui d'Orléans. Louis-le-Jeune en faisoit des largesses: Henri
Ier en avoit toujours à la guerre, et lui attribuoit la vertu
d'exciter aux grands exploits[297].

          [Note 297: Saint-Foix.]

Il falloit être duc, comte ou baron, et avoir _six mille livres de
terre_, pour donner à sa femme quatre robes par an. «Nulle demoiselle,
si elle n'est châtelaine ou dame de deux mille livres de terre, n'en
aura qu'une.» Le prix qu'on permettoit de mettre aux étoffes étoit
depuis dix sous jusqu'à vingt, l'aune de Paris; et les dames de la
première qualité avoient seules le droit de la payer jusqu'à trente
sous. Enfin, pour mettre de la différence dans les états, il étoit
ordonné que nulle bourgeoise n'auroit de char et ne se feroit conduire
le soir avec un flambeau[298].

          [Note 298: _Ibid._]

Les costumes varièrent beaucoup, depuis l'habit long que nous
rapportâmes des croisades, jusqu'aux pantalons étroits qui devinrent à
la mode sous François Ier. Nous offrirons dans la suite de cet ouvrage
le tableau de ces variations, et celui de beaucoup d'autres usages
curieux et singuliers qui y trouveront naturellement leur place.



SAINT-GERMAIN-L'AUXERROIS.

Cette église royale et paroissiale est une des plus anciennes et des
plus remarquables de Paris; et il n'en est aucune dont l'origine
présente plus d'obscurité. Il est certain qu'elle existoit au septième
siècle, puisque saint Landri, évêque de Paris, mort vers l'an 655 ou
656, y fut inhumé; mais c'est sans preuve suffisante que plusieurs
historiens[299] ont avancé qu'elle avoit été fondée par Childebert et
la reine Ultrogothe, qui l'élevèrent, disent-ils, en l'honneur de
saint Vincent. Cette opinion n'est soutenue d'aucune autorité assez
grave, et l'on ne peut à cet égard admettre comme des preuves
suffisantes, ni les statues représentant un roi et une reine que l'on
voit sous le porche ou vestibule de cette église, ni l'inscription qui
porte: _C'est Childebert, roi chrétien, et Ultrogothe sa femme, qui
fondèrent cette église_, ni l'usage où l'on a été long-temps d'y fêter
saint Vincent comme premier titulaire. Ces représentations grossières
d'un roi et d'une reine ne conviennent pas plus à Childebert et à
Ultrogothe qu'à d'autres princes; d'ailleurs les figures et
l'inscription, qui même n'a été gravée qu'après coup[300], n'ont pas
cinq cents ans d'antiquité: car le portail sous lequel elles sont
placées est d'une construction qui ne peut remonter plus haut que le
siècle de Philippe-le-Bel. À l'égard du culte qu'on rendoit dans cette
église à saint Vincent, l'abbé Lebeuf a si évidemment démontré qu'elle
n'avoit jamais été sous l'invocation de ce saint diacre, que, malgré
la tradition et l'usage, on en a supprimé le nom dans le _Propre_ de
cette paroisse, imprimé en 1745.

          [Note 299: Dubreul, Malingre, Belleforêt.]

          [Note 300: Elle étoit écrite en petit gothique, et placée
          entre les deux statues: l'abbé Lebeuf ne lui donne que deux
          à trois cents ans.]

Nous pensons qu'au sujet de l'origine de cette église, l'opinion la
plus solidement établie est celle de Jaillot[301], qui prétend qu'elle
fut construite en entier par les ordres de Chilpéric Ier, pour y
recevoir le corps de saint Germain, évêque de Paris. La preuve qu'il
en donne est un testament de _Bertichram_ ou _Bertchram_ (que nous
appelons Bertram ou Bertrand), évêque du Mans, dicté le 24 mars de la
vingt-deuxième année du règne de Clotaire, dans lequel le testateur
assigne un fonds pour desservir à perpétuité le lieu de la sépulture
de saint Germain, d'abord dans l'église de saint Vincent[302], où son
corps étoit alors déposé, _ensuite dans la basilique nouvelle que le
roi Chilpéric venoit de faire construire_, s'il y étoit
transporté[303].

          [Note 301: Quartier du Louvre, p. 25.]

          [Note 302: Depuis, l'abbaye Saint-Germain-des-Prés: le corps
          du saint étoit dans la petite chapelle Saint-Symphorien, qui
          faisoit partie de cette basilique.]

          [Note 303: Voici les termes de cet acte:

               _Basilicæ domni ac peculiaris patrini mei Germani
               episcopi qui me dulcissimè enutrivit, et suâ sanctâ
               oratione, ac si indignum, ad sacerdotii honorem
               perduxit, si_ SUPERSISTIT _in basilicâ domni Vincentii,
               ubi sanctum ejus corpusculum requiescit, dono inibi in
               honore sepulturæ suæ, villam Bobanæ quæ est in
               territorio Stampense super fluvio Colla, quam mihi
               gloriosus domnus Chlotarius rex suo munere contulit:
               quod jubeo eâ conditione ut si sanctum corpus ejus_ IN
               BASILICA NOVA _quam inclitus Chilpericus quondàm rex
               construxit, si convenerit, ut inibi transferatur, villa
               ipsa, ubi semper ejus corpus fuerit, semper ibi
               deserviat, et ipse sanctus pontifex pro meis
               facinoribus deprecari dignetur...... Die VI kal.
               aprilis, anno XXII regnantis gloriosissimi domni
               Chlotarii regis_. (Corvaisier--Hist. des évêques du
               Mans, p. 194.)]

Cependant cette église porte le nom de _saint Germain d'Auxerre_ et
non celui de l'évêque de Paris; et l'on ne peut nier qu'il n'existe
quelques traditions qui tendent à établir qu'elle a été bâtie sous le
vocable du premier saint. Mais si on les examine avec quelque
attention, l'on verra qu'elles se réduisent à de simples conjectures
et à un diplôme de Charles-le-Chauve, lequel est au moins suspect en
cette partie. «Je croirois, dit l'abbé Lebeuf, qui a fait une
dissertation particulière sur l'antiquité de cette église, je croirois
qu'il en faut attribuer la première origine à une chapelle qui aura
été construite peu de temps après la mort de saint Germain d'Auxerre,
en mémoire de quelque miracle qu'il aura opéré en allant de Paris à
Nanterre, dans l'un ou l'autre des deux voyages qu'il fit dans la
Grande-Bretagne; qu'au sixième siècle, l'évêque de Paris, qui portoit
son nom, ne fut pas indifférent pour l'autel érigé sous l'invocation
de ce grand prélat; et que ce pourroit bien être sous son épiscopat
que fut bâtie la rotonde qui fit désigner dans la suite cette église
sous le nom de Saint-Germain-le-Rond.»

À ces assertions dépouillées de preuves, et dans lesquelles on ne voit
en effet que les conjectures d'un savant, qui hasarde une opinion
qu'il ne peut établir d'une manière satisfaisante, Jaillot oppose le
silence absolu de tous les écrivains contemporains sur les miracles de
saint Germain d'Auxerre à l'endroit où fut fondée cette église, tandis
qu'ils ont recueilli avec le plus grand soin tous ceux qu'il a opérés
ailleurs, et qu'ils ont poussé l'exactitude jusqu'à indiquer les croix
et les oratoires élevés dans les lieux devenus fameux par ces
événements miraculeux, ou par les prédications du saint. Il ajoute
(et ce fait, qui peut paroître aujourd'hui peu considérable, l'étoit
beaucoup dans ce temps-là) que l'évêque de Paris, dont en effet la
dévotion étoit grande au saint dont il portoit le nom, possédant une
de ses reliques, en fit présent[304] à sainte Geneviève, dont il étoit
contemporain, comme une marque de l'estime particulière qu'il avoit
pour elle; ce qu'il n'eût point fait, s'il eût existé une chapelle ou
un oratoire en l'honneur de ce saint: car, dans ce cas, il se seroit
empressé de l'y déposer, etc. Quant au diplôme de Charles-le-Chauve,
dans lequel il est question de l'église de Saint-Germain en ces
termes, _Quod à priscis temporibus Autissiodorensis dicitur_, l'abbé
Lebeuf lui-même pense avec raison que cette addition a été faite après
coup, et insérée ensuite dans toutes les copies.

          [Note 304: Cette relique étoit une portion de ses vêtements.
          Elle existoit encore dans le trésor de Notre-Dame en 1787.]

C'est en effet le seul titre où cette qualification lui soit donnée:
tous les historiens, tous les diplômes qui ont parlé de cette église n'y
joignent aucun surnom; elle est simplement appelée l'église de
Saint-Germain; et ce ne fut que dans le neuvième siècle qu'elle reçut,
en raison de sa forme nouvelle, la dénomination de Saint-Germain-_le-Rond_:
Abbon est le premier qui la désigne ainsi dans son poëme,

  «_Germani Teretis contemnunt littora sancti._»

Tant de témoignages réunis, où rien ne s'explique en faveur de saint
Germain d'Auxerre, peuvent servir à confirmer les inductions tirées du
testament de _Bertram_; cependant on demande pourquoi le projet
attribué à Chilpéric, de transporter le corps de saint Germain dans la
nouvelle basilique, n'eut point son exécution. Cette difficulté, plus
grande que les autres, ne peut être résolue d'une manière
satisfaisante; et le silence absolu que gardent à cet égard tous les
auteurs contemporains ne permet de hasarder que de simples
conjectures. On présume donc que Chilpéric, n'ayant survécu que huit
ans à saint Germain, ne put faire achever la basilique qu'il avoit
commencée; que Frédégonde, dont la vie fut si agitée, remplie de tant
de crimes, de passions et de malheurs, ne s'empressa pas de la faire
continuer; et que, d'un autre côté, les religieux de Saint-Vincent,
jaloux de conserver les précieuses dépouilles dont ils étoient
dépositaires, firent naître tous les obstacles qui pouvoient en
empêcher ou en retarder la translation. Les troubles qui remplirent
les derniers règnes de la première race durent favoriser leurs voeux
et leurs projets; et lorsque Pépin monta sur le trône, il est probable
qu'on ne pensa plus à les dépouiller d'un bien dont une si longue
possession sembloit les rendre légitimes propriétaires. Ce prince, qui
avoit besoin de se concilier tous les esprits, voulut au contraire,
par une cérémonie éclatante, faire cesser toutes les craintes qu'ils
pouvoient avoir encore à cet égard. Le 25 juillet 754, assisté de ses
fils et des grands du royaume, il fit transférer avec la plus grande
pompe le corps de saint Germain, de la petite chapelle de
Saint-Symphorien dans le choeur de la grande église de Saint-Vincent,
qui depuis fut appelée de _Saint-Germain_ ou de _Saint-Vincent et de
Saint-Germain_. Alors l'autre église prit sans doute le surnom dont
nous venons de parler[305], pour ne pas être confondue avec la
première. Telles sont les conjectures imaginées pour expliquer cette
difficulté; et l'on doit convenir qu'elles sont à la fois
vraisemblables et ingénieuses.

          [Note 305: _S. Germani Rotundi._]

Enfin cette basilique étoit la première église canoniale et
paroissiale qui dût son origine à la cathédrale; et cette dépendance
absolue où elle étoit de l'église mère[306], semble être une nouvelle
preuve qu'elle avoit pour titulaire le saint évêque qui l'avoit
gouvernée, et non celui d'Auxerre.

          [Note 306: Les évêques de Paris possédoient, dans les
          environs de cette église, une grande étendue de terres
          labourables et de prairies, dont les démembrements ont formé
          plusieurs paroisses et les quartiers les plus populeux de
          Paris.]

L'église de Saint-Germain subsista telle qu'elle avoit été bâtie,
d'abord, jusqu'au siége de Paris par les Normands. Ces barbares
l'épargnèrent tant qu'elle leur parut utile à leur défense: ils la
fortifièrent à cet effet d'un fossé dont on retrouve encore
aujourd'hui la trace dans la rue qui en porte le nom; mais lorsqu'ils
furent obligés de quitter Paris, ils la détruisirent de fond en
comble. Helgaud, moine de Fleury, nous apprend que le roi Robert la
fit rebâtir[307], et que c'est alors qu'on trouve pour la première
fois des titres certains qui la présentent sous le nom de
Saint-Germain-l'Auxerrois, celui de Saint-Germain-le-Rond ne pouvant
plus lui convenir à cause de la forme nouvelle de l'édifice. On se
détermina sans doute à lui donner ce vocable, parce qu'il la
distinguoit pour toujours de l'abbaye de Saint-Vincent, désignée
depuis long-temps sous celui de Saint-Germain-des-Prés.

          [Note 307: Duchesne, t. IV, p. 77.]

Le même écrivain qui nous apprend que cette église fut rebâtie par le roi
Robert, a jeté quelques auteurs, même modernes, dans une erreur assez
grave, en la désignant sous le nom de _Monasterium_: ils en ont conclu
qu'il y avoit anciennement des religieux à Saint-Germain. Il est vrai
qu'on entend aujourd'hui par le mot de _monastère_ un lieu habité par des
religieux et par un supérieur qui les commande; mais alors on appeloit
aussi _monastère_ toute église collégiale ou paroissiale, parce que les
chanoines et les prêtres qui les desservoient pratiquoient la vie commune:
ils sont ainsi appelés, dit Dubreul, _propter convictum communem quem
primitùs habebant_[308]. Il en est de même du nom d'_abbé_, qui, dans sa
véritable étymologie, signifie _père_, et qui, depuis, a été affecté
spécialement aux _archimandrites_ ou chefs et supérieurs des maisons
religieuses. Dubreul soutient donc avec raison que l'église de
Saint-Germain-l'Auxerrois n'a jamais eu d'abbé, mais un doyen et un
certain nombre de chanoines. D'ailleurs une charte authentique d'Imbert,
évêque de Paris, donnée en 1030, et confirmée en 1108 par celle de Galon,
un de ses successeurs, désignant les ecclésiastiques qui desservoient
cette _église_, leur donne cette qualité de _Chanoines_; ce qui prouve
que, quand bien même des religieux l'eussent desservie dans l'origine, son
état étoit déjà changé sous Robert, malgré le titre de _monastère_ que lui
donne l'historien de ce prince.

          [Note 308: Le nom de _monastère_ s'est conservé long-temps
          pour les paroisses, dans le vieux mot _montier_ et
          _moutier_: _mener la mariée au moutier_. Dans la chronique
          de Cambrai, que cite l'abbé Lebeuf, la cathédrale d'Arras
          est appelée _monasterium S. Mariæ Atrebatensis_.]

Il est donc naturel de penser que, dans tous les temps, la communauté
de Saint-Germain-l'Auxerrois a été composée de chanoines; et cette
dépendance même où ils étoient de la cathédrale en est une nouvelle
preuve, puisqu'à cette époque les religieux étoient déjà affranchis de
la juridiction épiscopale. Dans les commencements, ces chanoines
administroient le baptême et les autres sacrements, et étoient tour à
tour chargés des fonctions curiales; mais là partie de la ville qui
étoit sous leur gouvernement s'étant considérablement peuplée, surtout
sous le règne de Philippe-Auguste, ils choisirent un vicaire pour
remplir ces fonctions sous leurs yeux. Par là cette collégiale fut
érigée en cure au commencement du treizième siècle; et l'on trouve en
effet plusieurs actes dans lesquels, dès l'an 1202, le _prêtre_,
c'est-à-dire le curé, est distingué des chanoines[309].

          [Note 309: _Cart. S. Germ. Autiss._, fol. 18, _verso_.]

L'église de Saint-Germain-l'Auxerrois est, après la cathédrale, la
seule parmi les anciennes églises séculières qui ait eu une école; et
cette école étoit tellement célèbre, que le nom en est resté à une
partie de son territoire. Un passage de Grégoire de Tours donneroit à
penser qu'elle existoit dès le temps de l'évêque de Paris saint
Germain, et de Ragnemode son successeur: on ne peut douter du moins
qu'elle ne fût déjà florissante sous le règne de Charlemagne, époque à
laquelle on vit renaître les études si long-temps négligées. Cette
école dut reparoître avec un nouvel éclat sous le roi Robert, qui
rebâtit l'église, et qui s'intéressoit particulièrement à l'éducation
des jeunes ecclésiastiques; mais le terrain où elle étoit située étant
devenu depuis nécessaire pour les dépôts de la navigation, et
l'université s'étant formée sur la montagne Sainte-Geneviève, les
études cessèrent à Saint-Germain. C'est aussi la première église, en
exceptant toujours la cathédrale, qui ait possédé de bonne heure une
nombreuse communauté de clercs. Les chanoines l'établirent au douzième
siècle, afin de donner plus de solennité à la célébration des offices;
et Maurice de Sully, alors évêque de Paris, approuva cet
établissement[310].

          [Note 310: Lebeuf, Hist. du Dioc. de Par., t. I, p. 49.]

Son chapitre est de même l'un de ceux qui ont fourni à l'église de
France les plus illustres personnages. Parmi ses doyens, dont on a la
liste depuis sept à huit siècles, plusieurs devinrent évêques ou se
distinguèrent par leur piété. Il possédoit d'ailleurs un grand nombre
de prérogatives, entre autres, le droit de nommer à tous les bénéfices
fondés sur son territoire, ce qui comprenoit presque tout le quartier
occidental de la ville et des faubourgs de Paris[311].

          [Note 311: À commencer au Grand-Châtelet inclusivement, et
          suivant la grande chaussée de Saint-Denis, pour ne se
          terminer que vers Saint-Cloud, dont Chaillot seul se
          trouvoit excepté. (LEBEUF, _ibid._)]

Cette paix et cette considération dont il jouissoit ne furent
troublées que vers le commencement du siècle dernier. Il s'étoit déjà
élevé plusieurs procès entre le chapitre et le curé; les chanoines
avoient aussi des démêlés fréquents avec les marguilliers, et même
avec les chapelains du choeur[312]. Ces divisions, et le mauvais état
des affaires des chanoines de Notre-Dame, firent naître l'idée de
réunir les deux chapitres. La proposition en fut faite en 1736; et
après d'assez longues contestations relatives au rang et aux
priviléges que demandoient les chanoines de Saint-Germain, cette
église collégiale, qui pouvoit à juste titre se dire la fille aînée de
celle de Paris, retourna en 1744 à la source d'où elle étoit sortie,
onze à douze siècles auparavant; et la nomination des bénéfices
auxquels elle présentoit revint à l'Ordinaire.

          [Note 312: Il y avoit eu anciennement beaucoup de fondations
          de chapelles qui n'existoient plus dans le quatorzième
          siècle; et les plus anciennes de ce temps-là ne passoient
          pas le quinzième. L'abbé Lebeuf y compte une chapelle de
          Saint-Nicolas, dans la nef, établie dès l'an 1189; en 1317,
          une chapelle de Sainte-Madeleine; en 1328, une chapelle de
          la Trinité, fondée par Guillaume Des Essarts. Plusieurs
          chapellenies se trouvoient déjà établies en 1497, à l'autel
          des Cinq-Saints, situé dans la nef, etc., etc. (Le même,
          _ibid._, p. 50.)]

Le bâtiment de Saint-Germain-l'Auxerrois n'étoit pas moins illustre
que la communauté qu'il renfermoit. Cette église, objet de l'affection
particulière de nos rois, et bâtie à plusieurs reprises par l'ordre de
ces princes, en avoit pris le nom de _royale_; et ce titre lui fut
confirmé lorsqu'ils eurent fait du Louvre leur demeure ordinaire.
Quant à l'antiquité de ses constructions, Piganiol s'est trompé en
disant qu'il restoit encore quelques parties de celles qui avoient été
faites du temps de Robert: ce qu'on y voit de plus ancien est le grand
portail[313], qui paroît être du siècle de Philippe-le-Bel; le
vestibule ou portique qui le précède ne fut construit que sous le
règne de Charles VII. Cette façade de l'édifice n'a d'ailleurs jamais
été terminée; et il est facile de voir sur l'élévation que toutes les
parties supérieures et pyramidales y manquent entièrement[314].

          [Note 313: _Voy._ pl. 47. La situation de ce portail, placé
          intérieurement, et précédé d'un vestibule, est cause sans
          doute que les figures dont il est orné ont échappé aux
          dévastations des brigands révolutionnaires. Elles sont au
          nombre de six, et représentent les deux personnes royales
          dont nous avons déjà parlé, un ecclésiastique orné d'une
          simple dalmatique, qu'on croit être le saint diacre Vulfran;
          sainte Geneviève, un ange et un évêque, que l'abbé Lebeuf
          dit être saint Landri. Le peuple de Paris s'imagine y voir
          la représentation de saint Germain; mais c'est une erreur:
          la statue de saint Germain étoit au trumeau qui séparoit les
          deux battants de la porte; elle en fut ôtée dans le
          dix-septième siècle, avec le pilier qui embarrassoit
          l'entrée, et enfouie en terre sous la première arcade du
          bas-côté, à droite. (LEBEUF, _ibid._, p. 42.)]

          [Note 314: _Voyez_ pl. 35.]

Le choeur, autant qu'on pouvoit juger dans le siècle dernier, par sa
structure et par les anciens vitraux qu'on y avoit conservés,
paroissoit être du quatorzième siècle; les ailes, les chapelles, la
croisée avec son double portail et la nef étoient d'une construction
plus moderne au moins de cent ans[315]. En 1607, on construisit sur le
terrain du cloître un réservoir pour les eaux de la Samaritaine, et
une galerie couverte, voisine du grand portail, laquelle servoit de
chapelle à la communion.

          [Note 315: _V._ pl. 36. Le clocher, dont on a abattu la
          partie pyramidale, étoit d'un gothique qui annonçoit le
          douzième siècle. Sa situation singulière au côté méridional
          de l'entrée du choeur porte à penser qu'il y en avoit un
          autre au côté septentrional, pour établir un ordre
          symétrique, comme on le remarque dans un grand nombre
          d'églises.]

Dans le temps que le chapitre étoit à Saint-Germain, le choeur de
cette église étoit fermé de toutes parts à la hauteur des arcades des
bas côtés, et il n'y avoit d'ouvertures que par la porte principale et
par les portes collatérales.

Le jubé, tel qu'il étoit alors, passoit pour un morceau
d'architecture très-remarquable; il avoit été élevé sur les dessins de
Pierre Lescot[316], et les sculptures étoient de Jean Goujon. Ce jubé
étoit porté sur trois arcades; celle du milieu formoit la principale
entrée du choeur, et dans la baie de chacune des deux autres étoit un
petit autel renfermé par un balustre. Aux deux extrémités on voyoit,
sur deux autels saillants, les statues en pierre de la Vierge et de
saint Louis, d'un très-mauvais travail; les jambages de ces arcades
étoient revêtus chacun de deux colonnes corinthiennes, et les cintres
en étoient ornés de figures d'anges, tenant les instruments de la
Passion. Sur l'appui du jubé et au-dessus des colonnes on avoit placé
les statues des quatre évangélistes; mais ce qu'il y avoit de plus
précieux dans cette décoration étoit un grand bas-relief, qui en
occupoit le milieu, et qui représentoit Nicodème ensevelissant
Jésus-Christ. Ce morceau, admirable, dit-on, sous tous les rapports
d'ordonnance et d'exécution, étoit de la main du célèbre sculpteur que
nous venons de nommer. Il fut détruit avec le reste, lors des
changements qui s'opérèrent dans l'administration de Saint-Germain,
par la réunion de son chapitre à celui de Notre-Dame.

          [Note 316: Architecte de la partie du Louvre bâtie sous
          François Ier. Nous aurons bientôt occasion d'en reparler.

          La construction de ce jubé fut accompagnée de riches
          embellissements faits intérieurement à cette église depuis
          1607 jusqu'à 1623, en menuiserie, peintures, bronzes,
          marbres précieux et dorures. Toutes les voûtes furent
          peintes d'azur, semé de fleurs de lis d'or. Le grand autel
          surtout étoit d'une magnificence remarquable, orné de six
          colonnes de porphyre, enceint d'une balustrade de marbre
          blanc, etc.]

Le curé et les marguilliers pensèrent aussitôt à faire exécuter dans
leur église les travaux convenables pour la rendre vraiment
paroissiale[317]. Il fut décidé qu'on ouvriroit le choeur de tous les
côtés: pour y parvenir, on abattit, en 1745, les lambris qui
l'environnoient, et même le jubé qui régnoit sur la porte principale;
le pavé de l'église fut relevé et réparé dans toute son étendue; et
afin d'éviter de nouvelles dégradations, on pratiqua sous l'église de
vastes caveaux pour les inhumations. Tous ces changements furent
approuvés, à l'exception de la destruction du jubé.

          [Note 317: Dans le temps que cette église étoit collégiale,
          l'office paroissial se célébroit dans une chapelle de la
          nef, que l'on appeloit chapelle de la paroisse.]

Le choeur reçut alors la forme nouvelle qu'il a conservée jusqu'à nos
jours. Cette décoration fut faite sur les dessins de M. Baccari,
architecte: les piliers gothiques prirent une forme moderne; dans les
masses qui sont au-dessus des arcades, il retailla des tables[318]
enfoncées avec un caisson au milieu; au pourtour du choeur, au-dessous
des croisées, régnoit une balustrade d'entrelacs, enrichie de
fleurons, et dont les piédestaux étoient ornés de têtes de chérubins.
On prit en même temps des mesures pour procurer un jour suffisant à
toute l'église, en supprimant les rosettes gothiques et une grande
partie des meneaux[319] des croisées: des vitraux neufs les
remplacèrent. MM. Gois et Mouchi, sculpteurs du roi, ajoutèrent les
statues de saint Vincent et de saint Germain à plusieurs autres
sculptures modernes dont ce choeur alors fut décoré; il fut enceint
d'une grille à hauteur d'appui, en fer poli et bronze doré, d'une
très-belle exécution; enfin, rien ne fut négligé pour que cette
restauration répondît à la dignité d'une des plus anciennes et des
plus célèbres églises de Paris.

          [Note 318: Nom qu'on donne, dans la décoration
          d'architecture, à une partie unie, simple, de diverses
          figures, et ordinairement carrée-longue.]

          [Note 319: C'est ainsi qu'on nomme les montants et traverses
          de bois, de pierre ou de fer qui séparent les guichets d'une
          croisée.]

Elle possédoit des ornements plus précieux encore: plusieurs tableaux
des plus grands maîtres de l'ancienne école françoise en décoroient la
nef, dont le banc de l'oeuvre, exécuté sur les dessins de Perrault et
Lebrun, passe pour le plus beau qu'il y ait à Paris. La plupart des
artistes logés au Louvre, et paroissiens de cette église, s'étoient
fait un honneur, dans le siècle dernier, d'y consacrer quelques-uns de
leurs ouvrages. Enfin, ses murs et ses piliers étoient couverts des
noms d'un grand nombre de personnages illustres par leurs talents ou
par leurs vertus, dont elle contenoit les dépouilles mortelles, et ses
chapelles offroient les tombeaux de plusieurs d'entre eux. La plupart
de ces monuments ont été détruits ou dispersés; ces noms ont été
effacés, et une nudité presque absolue a succédé à cette magnificence
religieuse, dont il ne reste même presque aucun souvenir.


     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE SAINT-GERMAIN-L'AUXERROIS.

     TABLEAUX.

     Dans la chapelle de la Vierge, l'Assomption, par _Philippe de
     Champagne_.

     Dans la chapelle de la paroisse, les tableaux de saint Vincent et
     de saint Germain, par le même.

     Sur l'autel d'une autre chapelle qui est auprès de celle de la
     paroisse, un tableau de saint Jacques, par _Le Brun_.

     Dans la chapelle des Agonisants, un tableau de Jouvenet dont le
     sujet est _l'Extrême-Onction_.

     Dans la chapelle des Frères-Tailleurs, les disciples d'Emmaüs,
     par _Restout_.

     Au-dessus des portes latérales des croisées, Jésus-Christ sur la
     montagne, et Jésus-Christ guérissant un possédé, par _Charles
     Coypel_.

     Au-dessus de la chaire, qui étoit remarquable par la richesse de
     ses ornements, un tableau de _Boullongne_, représentant une des
     prédications de Jésus-Christ.

     Dans la chapelle où s'assembloient les marguilliers, on voyoit un
     tableau qui y avoit été transporté d'une des croisées de l'église
     où il étoit placé auparavant. C'étoit une copie de la fameuse
     Cène de _Léonard de Vinci_[320].

          [Note 320: On prétend que François Ier, vivement frappé des
          beautés de l'original peint à fresque dans le réfectoire des
          Dominicains de Milan, voulut le faire transporter en France,
          avec le mur sur lequel il étoit peint, mais qu'ayant reconnu
          l'impossibilité de l'exécution d'un tel projet, il en fit
          faire plusieurs copies, au nombre desquelles étoit celle-ci.
          Si le fait est vrai, on ne sauroit assez regretter ce
          morceau, d'autant plus précieux que l'original est dans un
          état de dégradation qui augmente tous les jours, et qu'on
          dit irréparable.]

     Le tableau du maître-autel, par _Vien_.


     TOMBEAUX ET SÉPULTURES.

     Dans cette église avoient été inhumés:

     Louis de Poncher, garde des sceaux, mort en 1521, et Roberte Le
     Gendre sa femme[321].

          [Note 321: Le mausolée de ces deux personnages offre leurs
          figures en albâtre, étendues sur une tombe de marbre noir,
          les mains jointes et la tête appuyée sur un coussin; l'homme
          en habit de guerre, la femme vêtue suivant la mode du temps.
          Un lion est couché à leurs pieds. (Il avoit été déposé au
          musée des Petits-Augustins.)

          Nous ne croyons pas qu'aucun historien de Paris ait parlé de
          ce monument, qui cependant est en ce genre l'un des plus
          remarquables de cette capitale. Il n'est point de sculpture
          moderne exécutée avec un sentiment plus délicat, un fini
          plus précieux, une plus grande vérité d'imitation. Les
          draperies, jetées avec toute l'élégance que pouvoit
          permettre un semblable costume, sont d'une souplesse qui le
          dispute aux ouvrages des plus grands maîtres du seizième
          siècle. On ignore l'auteur de ce chef-d'oeuvre qui nous
          retrace le style de Germain _Pilon_ dans son meilleur temps.

          Le soubassement est couvert d'ornements d'une exécution
          très-soignée, et enrichi de cinq petites statues
          représentant la Vierge, des Saints, des Vertus caractérisées
          par leurs attributs. Ces divers morceaux paroissent sortir
          de la même main, et ne sont point indignes de ces deux
          excellentes figures.]

     Jacques Dubois, médecin fameux, connu sous le nom de _Silvius_;
     mort en 1551.

     François Picart, doyen de cette église et prédicateur célèbre,
     mort en 1556.

     François Olivier, chancelier de France, mort en 1560.

     François Olivier, seigneur de Fontenay, et abbé de Saint-Quentin
     de Beauvais, son petit-fils, mort en 1636.

     Abraham Remi, professeur d'éloquence au collége de France, et
     l'un des meilleurs poètes latins de son temps, mort en 1646.

     Nicolas Faret, l'un des quarante de l'Académie Françoise, mort
     en 1649.

     Pierre Sanguin, médecin de Louis XIII, et Anne Akakia son épouse.

     Charles Annibal Fabrot, professeur de droit, auteur de plusieurs
     ouvrages, mort en 1659.

     Guy-Patin, professeur en médecine au collége royal, mort en 1672.

     Claude Melan, graveur célèbre, mort en 1688.

     Guillaume Samson, habile géographe, mort en 1703.

     Au côté droit du choeur, sous l'enceinte et contre le mur, étoit
     une table de marbre sur laquelle on lisoit l'épitaphe de François
     de Kernevenoy, appelé par corruption de _Carnavalet_. C'étoit un
     des plus beaux caractères de son temps, et l'ornement de la cour
     de Henri II.

     On lit ensuite dans d'autres chapelles les épitaphes d'Anne de
     Thou, fille aînée de Christophe de Thou, premier président du
     parlement de Paris; de Louis Revol, secrétaire d'état sous Henri
     III et Henri IV; de Claude Fauchet, premier président de la cour
     des monnoies, mort en 1603.

     La famille de Pomponne de Bellièvre avoit aussi sa chapelle dans
     cette église. Le fameux chancelier de France, de ce nom, surnommé
     _le Nestor_ de son siècle, y fut enterré en 1607.

     La famille des Phélippeaux de Pontchartrain avoit aussi sa
     sépulture à Saint-Germain depuis 1621.

     Dans une chapelle, deux figures de marbre blanc sur une tombe de
     marbre noir, représentoient Étienne d'Aligre, chancelier de
     France, mort en 1635, et son fils Étienne d'Aligre, également
     chancelier de France, mort en 1677. (Rendu à la famille.)

     Au premier pilier, vis-à-vis la chapelle du Saint-Sacrement,
     étoit fixée une table de marbre sur laquelle Le Brun avoit peint
     une femme mourante. Ce portrait étoit celui de mademoiselle
     Selincart, épouse d'Israël Silvestre, graveur célèbre du
     dix-septième siècle: tous deux ont été enterrés dans cette
     église[322].

          [Note 322: Ce monument avoit été déposé au musée des
          Petits-Augustins.]

     Plusieurs autres personnages qui se sont fait un nom dans les
     arts et dans les lettres avoient aussi leur sépulture à
     Saint-Germain-l'Auxerrois. On y lisoit les noms de Malherbe, le
     créateur de la poésie françoise; de madame Dacier et de son
     époux; du peintre Stella; de plusieurs sculpteurs célèbres,
     Sarrazin, Desjardins, Coyzevox, Warin; de Levau, premier
     architecte du roi; d'Orbay, autre architecte qui a bâti le dôme
     des Invalides. Dans le siècle dernier on y enterra Noël et
     Antoine Coypel, Santerre, tous les trois peintres distingués;
     Houasse, directeur de l'académie de Rome, etc., etc.

     Le dernier personnage remarquable qui ait été inhumé dans cette
     église est le comte de Caylus, célèbre par son amour pour les
     arts et pour l'antiquité. En raison de ce goût et des travaux
     auxquels il s'étoit livré toute sa vie pour en pénétrer les
     obscurités, on lui avoit élevé un monument composé d'un cénotaphe
     antique en porphyre[323], lequel étoit surmonté de son buste. Il
     mourut en 1765.

          [Note 323: Déposé dans le même musée.]

     Dans cette église furent baptisés, en 1316, le petit roi Jean,
     premier fils de Louis Hutin et de Clémence d'Aragon,
     d'Anjou-Hongrie; en 1389, Isabelle de France, fille de Charles VI
     et d'Isabelle de Bavière; en 1573, Marie-Isabelle de France,
     fille de Charles IX et d'Élisabeth d'Autriche.

Si l'on considère en général le territoire de
Saint-Germain-l'Auxerrois, soit dans son état primitif, soit dans les
réductions qu'il a éprouvées, il se trouve qu'il a servi à l'érection
de quatre collégiales, neuf paroisses et plusieurs hôpitaux; nous
avons déjà eu l'occasion de parler de plusieurs de ces établissements,
et nous ferons connoître les autres par la suite: il s'agit seulement
de déterminer ici les bornes dans lesquelles cette paroisse étoit
renfermée à la fin de la monarchie.

Sa figure formoit un carré long. Depuis l'extrémité des Tuileries,
ses limites passoient par le milieu de la rivière jusqu'à la statue de
Henri IV; revenoient ensuite, en suivant la moitié septentrionale du
bas de la rivière, jusqu'au pont au Change, sur l'extrémité duquel
elle possédoit jadis trois maisons dans la branche qui descendoit vers
le Grand Châtelet. Cet édifice public, ses prisons et la rue
Pierre-au-Poisson y étoient également compris.

Elle pénétroit ensuite dans la rue Saint-Denis, dont elle avoit tout
le côté gauche jusqu'à la première ou la seconde maison en-deçà de la
rue Courtalon, exclusivement. Les cinq ou six premières maisons à
droite en entrant dans la rue de la Tabletterie[324], les trois ou
quatre dernières de la rue des Fourreurs aussi à droite, tout ce qui
est à gauche entre ces deux rues, lui appartenoit également. Il faut y
ajouter l'extrémité de la rue des Déchargeurs, excepté ce qui fait le
coin de celle de la Ferronnerie, et tout le côté gauche de la rue
Saint-Honoré jusqu'à la boucherie des Quinze-Vingts.

          [Note 324: On voit que cette paroisse s'étendoit jusque dans
          le quartier Sainte-Opportune, et même dans les rues
          environnantes de cette dernière église, dont les droits
          curiaux étoient extrêmement circonscrits. Elle n'avoit sous
          sa juridiction que trente à quarante maisons comprises dans
          les rues de la Tabletterie et des Fourreurs, de plus, les
          maisons du cloître et de la place, celles de la rue de
          l'Aiguillerie, quelques-unes au coin de la rue Saint-Denis,
          et la rue Courtalon.]

Dans cette boucherie, les étaux à gauche étoient de Saint-Germain; les
limites, passant ensuite au milieu de la cour du marché dans sa
longueur, renfermoient la grande écurie et ses cours, le Manége
jusqu'à la grotte des Feuillants; elles suivoient ensuite les murs du
reste du jardin des Tuileries et de l'Orangerie; puis, se repliant à
la moitié du cul-de-sac de cette orangerie, se prolongeoient le long
des fossés des Tuileries jusqu'à la rivière. Cette étendue contenoit
deux cent cinquante arpents, soixante-deux perches carrées.



LE LOUVRE.

L'origine du Louvre se perd, comme celle de presque de tous les vieux
édifices de Paris, dans l'obscurité de ses temps de barbarie.

Les historiens ne sont pas même d'accord sur la véritable étymologie
de son nom. Les uns le font venir du nom propre d'un seigneur de
_Louvres_, sur le terrain duquel le premier château fut bâti;
d'autres des loups qui peuploient la forêt voisine[325]; quelques-uns
du vieux mot françois _ouvre_, de manière qu'on aura dit _L'ouvre_
pour l'oeuvre, l'ouvrage par excellence. Enfin il en est un petit
nombre, et ceux-ci nous semblent avancer l'opinion la plus
vraisemblable, qui prétendent trouver la racine de ce nom dans le mot
saxon _lower_, lequel signifie _château_.

          [Note 325: Une partie de cette forêt subsistoit encore du
          temps de saint Louis, qui, au rapport des historiens, fit
          construire l'hôpital des Quinze-Vingts _in luco_ (dans le
          bois). Elle se confondoit alors avec la forêt de
          Saint-Germain-en-Laye.]

Si un diplôme, cité par Duboulay[326], est authentique, il faudroit
croire que le Louvre existoit déjà du temps du roi Dagobert,
c'est-à-dire vers le milieu du septième siècle. Mais, en supposant
qu'on puisse donner à son origine cette haute antiquité, il faut
croire en même temps, ou que ce n'étoit point une maison royale, ou
qu'elle jouissoit alors de peu de renommée; car les historiens de la
première dynastie n'en font aucune mention, tandis qu'ils parlent
souvent de Vincennes, de Chelles, de Clichy, de Saint-Denis, de Nogent
(ou Saint-Cloud), et de beaucoup d'autres maisons de plaisance[327]
que nos rois avoient alors coutume de parcourir, et qu'ils habitoient
plus volontiers que la ville.

          [Note 326: Histoire de l'université de Paris.]

          [Note 327: Ces domaines, dispersés dans le royaume, et au
          nombre de cent soixante (_Voy._ p. 81, 1re partie.),
          composoient le principal revenu de nos rois de la première
          et de la seconde race. Ce n'étoient point des maisons de
          plaisance avec de vastes jardins embellis par l'art;
          c'étoient de bonnes métairies, ordinairement au milieu des
          forêts. On y tenoit des haras; on y nourrissoit des boeufs,
          des vaches, des moutons, de la volaille. On vendoit au
          profit du roi les provisions qu'il n'avoit pas consommées.
          _Voy._ p. 677.]

Il n'existe point de preuves suffisantes pour faire adopter une
origine aussi ancienne; mais ce seroit aussi la rapprocher beaucoup
trop de nos temps modernes que de l'attribuer à Philippe-Auguste,
comme l'a fait Duhaillan, suivi en cela par beaucoup d'autres
historiens. Plusieurs actes concourent à prouver que le Louvre
existoit dès la seconde race, et qu'à cette époque il étoit déjà une
habitation royale. Il fut sans doute détruit par les Normands vers la
fin de cette époque, et relevé avec tous les édifices environnants,
dès les premiers temps de la domination des Capets. «Les rois y
tinrent des chiens, des chevaux, des piqueurs et des équipages de
chasse, dit Saint-Foix, mais ils ne faisoient qu'y passer et s'y
rafraîchir; jamais ils n'y ont été à demeure.» Ces princes, comme nous
l'avons déjà dit, habitoient le palais de la Cité, lorsqu'ils
quittoient leurs maisons de plaisance pour revenir dans leur capitale.

L'erreur qui a fait regarder Philippe-Auguste comme le fondateur du
Louvre, vient de ce qu'effectivement il en répara et augmenta les
constructions. C'est lui qui y fit élever cette tour fameuse connue
alors et long-temps après sous le nom de _Tour Neuve_. S'il eût fait
bâtir le château en entier, Rigord, son historien, ou plutôt son
panégyriste, Guillaume Le Breton et Jean de Saint-Victor n'eussent pas
manqué d'en faire mention. Le nom même qui fut donné à la tour de
Philippe-Auguste, prouve qu'il en existoit d'autres qui avoient été
construites auparavant: en effet cette tour, que Rigord appelle _Neuve_,
parce qu'il n'y avoit que dix ans qu'elle étoit bâtie lorsqu'il
écrivoit[328], occupoit au milieu du Louvre la place d'une autre tour
qui avoit aussi porté le même nom. Depuis on l'appela la _Grosse Tour_;
la preuve en est dans un cartulaire de Saint-Denis-de-la-Chartre, qui
contient des lettres de ce prince de l'an 1204, par lesquelles il donne
30 sous à cette église pour l'indemnité[329] du terrain sur lequel cette
construction avoit été élevée. On y voit que la tour du Louvre, dite
_Grossa Turris_, est située où étoit anciennement _Turris Nova_. Sous le
règne de Louis-le-Jeune, on trouve des actes où ce château est nommé
_Louvre_, sans qu'il soit indiqué si ce nom venoit de l'édifice
lui-même, ou du territoire sur lequel on l'a voit bâti.

          [Note 328: Duch., t. V, p. 63.]

          [Note 329: On sait que l'évêque et le chapitre de Paris
          avoient aussi des droits sur une partie du terrain du
          Louvre. Dix-huit ans après, en 1222, ce même prince chargea
          la prévôté de Paris du paiement d'une rente de 20 liv.
          parisis à ce prélat et à son église, à cause des Halles, du
          Petit Châtelet et même de la plus grande partie du Louvre,
          bâtis dans leur seigneurie.]

La situation du Louvre, dans une plaine voisine et cependant
entièrement détachée de Paris, présentoit le double avantage d'en
faire une maison de plaisance pour nos rois, et une forteresse, qui
pût à la fois défendre la ville et en contenir les habitants. Le genre
de sa construction prouve que l'on avait eu l'un et l'autre but en le
bâtissant; mais, dès Philippe-Auguste, cette capitale s'étoit
tellement accrue que ce château étoit déjà environné de rues et de
maisons. Cependant ce prince ne voulut point qu'il fût enfermé dans
Paris lorsqu'il fit faire de nouvelles murailles: le Louvre eut une
enceinte particulière, et hors de la ville.

Dans la description de cet ancien monument, nous suivrons
principalement Sauval, qui se montre ici plus exact que partout
ailleurs, quoique, dans plusieurs endroits, il ait confondu la forme
de l'édifice avec l'enceinte dont il étoit environné.

Le plan du Louvre étoit un parallélogramme, et s'étendoit en longueur
depuis la rivière jusqu'à la rue de Beauvais, et en largeur depuis la
rue Froi-Manteau jusqu'à celle d'_Autriche_, aujourd'hui rue de
l'Oratoire. Le terrain qu'il occupoit avoit soixante et une toises
trois quarts de longueur, sur cinquante-huit toises et demie de
largeur. Il consistoit en plusieurs corps-de-logis d'une architecture
si simple et si grossière, que la façade ressembloit à quatre pans de
murailles percés de croisées longues et étroites, où le jour pouvoit à
peine pénétrer, et placés au hasard les uns sur les autres. Ce château
d'ailleurs étoit fortifié, flanqué d'un grand nombre de tours, et
environné de fossés larges et profonds. Au centre de ce carré long
étoit la grande cour, qui avoit trente-quatre toises et demie de
longueur, sur trente-deux toises et cinq pieds de largeur. Au milieu
s'élevoit la grosse tour dont nous venons de parler.

Les corps-de-logis étoient à deux étages sous Philippe-Auguste; ils
furent rehaussés sous Charles V de cinq à six toises, et couronnés de
terrasses. Outre la grande cour, on comptoit dans le Louvre plusieurs
basses-cours qui empruntoient leurs noms des lieux dont elles étoient
voisines: ainsi, l'une se nommoit la basse-cour du côté de
Saint-Thomas; une autre, la basse-cour vers la rivière; il y avoit la
basse-cour du côté de l'hôtel de Bourbon; la basse-cour du côté de la
rue d'Autriche, etc.

Les tours étoient nombreuses, mais répandues autour du bâtiment sans
aucune symétrie entre elles, excepté aux angles et aux portaux[330].
Ces dernières, qui ne s'élevoient que jusqu'au comble, se terminoient
en terrasses ou plates-formes. Celles des angles, beaucoup plus hautes
que les autres, étoient couvertes d'ardoises, et terminées par des
girouettes peintes et rehaussées des armes de France. Chacune de ces
tours avoit son nom et son capitaine particulier, lequel dépendoit du
gouverneur général du château.

          [Note 330: Ici Sauval dit que les tours _des portaux ne
          s'élevoient que jusqu'au premier étage_. Il confond
          évidemment les tours de l'enceinte avec celles qui
          flanquoient le corps-de-logis; et il suffit de jeter les
          yeux sur la gravure que nous en donnons pour s'en
          convaincre. _Voy._ pl. 37.

          On voyoit autrefois dans la sacristie de l'abbaye
          Saint-Germain-des-Prés un ancien tableau qui paroissoit
          avoir été peint au commencement du quinzième siècle. Il
          représente un saint abbé de ce monastère, nommé Guillaume, à
          genoux, et soutenant un Christ détaché de la croix; à
          l'article où nous parlerons de cette célèbre abbaye, nous
          aurons occasion de revenir sur ce tableau, extrêmement
          curieux sous plusieurs rapports, mais principalement par la
          composition du fond sur lequel se détachent les figures. Ce
          fond représente l'abbaye au milieu de ses prés, environnée
          de tours rondes, de hautes murailles et de fossés profonds.
          Le Louvre, avec ses grosses tours, y paroît aussi de l'autre
          côté de la rivière, tel qu'il avoit été construit par
          Philippe-Auguste. À côté est le Petit-Bourbon, dont a pu
          voir encore des débris dans le siècle dernier; et plus loin,
          la butte Montmartre avec le monastère de religieuses que la
          reine Adélaïde de Savoie y avoit fait bâtir. C'est d'après
          ce tableau, seul monument qui nous ait laissé une
          représentation de ces édifices, que cette gravure a été
          fidèlement copiée. (Il avoit été déposé au musée des
          Petits-Augustins.)]

Les plus connues de ces tours sont la grosse tour du Louvre, la tour
de la Librairie, la tour de l'Horloge, les tours au Fer-à-Cheval, la
tour de l'Artillerie, la tour de Windal, la tour de l'Écluse, la tour
de l'Armoirie, la tour de la Fauconnerie, la tour de la Taillerie, la
tour de la Grande-Chapelle, la tour neuve du pont des Tuileries, etc.
Les noms de ces tours s'entendent facilement d'eux-mêmes, excepté le
nom de celle de Windal, dont on ignore l'origine.

La tour du Louvre, d'où relevoient encore dans les derniers temps les
grands fiefs et les grandes seigneuries du royaume[331], a été nommée
par les historiens, tantôt la tour _Neuve_, tantôt la Forteresse du
_Louvre_; puis la tour de _Paris_, la tour _Ferrand_, la _grosse_ tour
du Louvre. Cette tour étoit ronde et semblable à celles de la
Conciergerie du Palais; elle avoit huit toises de diamètre et seize de
hauteur; l'épaisseur de la maçonnerie étoit de douze pieds dans le
haut, et de treize vers la base; on y comptoit plusieurs étages,
percés chacun dans leur pourtour de huit croisées à montant et
traverses de pierre, de quatre pieds dans toutes les dimensions. On
montoit à cette tour par un escalier que fermoit une porte de fer; et
l'on y arrivoit par un pont-levis[332] et un pont de pierre d'une
seule arche, au moyen desquels on franchissoit un fossé large et
profond dont elle étoit environnée. Une galerie aussi de pierre, qui
aboutissoit au grand escalier, lui servoit de communication avec le
château: elle se trouvoit ainsi isolée du reste de la cour. Dans
l'intérieur étoient une chapelle, un puits et plusieurs chambres
voûtées.

          [Note 331: Les registres et les titres de la chambre des
          comptes sont pleins d'assignations de deniers, que nos rois
          donnaient aux grands seigneurs sur la tour du Louvre. Louis
          VIII, qui pendant son règne avoit amassé des sommes immenses
          en masse et en espèces, les fit porter dans cette tour, et
          non dans celle du Temple, qui avoit jusque là servi de
          trésor à ses prédécesseurs. François Ier l'ayant fait
          abattre deux ans et demi après, le coffre du Louvre ou de
          l'épargne lui succéda, et servit à la garde du trésor royal,
          suivant le registre des ordonnances du parlement.]

          [Note 332: Sur le pignon du pont-levis étoit la figure de
          Charles V tenant un sceptre, sculptée par _Jean de
          Saint-Romain_, pour le prix de 6 liv. 8 sous parisis.]

Sur un des côtés du fossé, on avoit dressé un petit édifice couvert de
tuiles, d'où sortoit une fontaine. Il fut démoli avec la tour en 1528.
De l'autre côté étoit un pavillon carré, qu'on avoit déjà détruit en
1377.

Cette tour étoit le lieu où tous les grands vassaux étoient tenus de
venir rendre hommage. C'étoit, dit Saint-Foix, une prison toute
préparée pour eux, s'ils y manquoient: elle fut en effet, tant qu'elle
exista, le séjour d'un grand nombre d'illustres prisonniers.

Ferrand, comte de Flandre, vaincu par Philippe-Auguste, et pris par ce
prince à la bataille de Bouvines en 1214, y fut renfermé, chargé des
mêmes chaînes qu'il avoit préparées pour son souverain: il n'en
sortit qu'en 1226, pendant la régence de la reine Blanche, qui lui
rendit la liberté, sous la promesse qu'il fit de la servir contre ses
ennemis.

Saint Louis y fit conduire Enguerrand de Coucy, pour avoir fait pendre
injustement trois jeunes gentilshommes flamands, venus à
Saint-Nicolas-des-Bois dans le dessein d'apprendre la langue, et qui
avoient poursuivi sur ses terres des lapins qu'ils avoient fait lever
sur celles de cette abbaye.

En 1299, on y voit amener Guy, comte de Flandre, avec ses enfants,
pour avoir pris les armes contre Philippe-le-Bel. Enguerrand de
Marigny, ce contrôleur des finances dont nous avons déjà parlé, l'eut
aussi pour prison. Louis, comte de Flandre et de Nevers, et Jean,
comte de Richemont et de Monfort, y furent renfermés sous les règnes
de Charles-le-Bel et de Philippe de Valois, le premier, pour avoir
obligé ses sujets à lui rendre hommage, ce qui étoit contraire à un
traité fait en 1310; le second, pour avoir usurpé la Bretagne. Ce roi
de Navarre si funeste à la France, Charles II, dit le Mauvais, y fut
deux fois prisonnier par ordre du roi Jean: d'abord à cause de
l'assassinat de Charles d'Espagne, connétable de France, convaincu
ensuite d'avoir excité les Anglais à envahir le royaume. Sous Charles
VI, les séditieux qui désoloient Paris y emprisonnèrent Pierre
Desessarts et plusieurs autres personnages de distinction. Enfin, en
1474, Louis XI fit renfermer dans cette tour Jean II, duc d'Alençon;
et c'est le dernier prisonnier qu'on y ait mis. Nos rois se sont
toujours servis depuis de la Bastille, du château de Vincennes, de la
tour de Bourges, du château d'Angers, etc.[333]

          [Note 333: Quoique cette tour servît de prison, nous
          apprenons des registres de la chambre des comptes que
          Charles V y demeuroit en 1398, et qu'il fit fermer de fil
          d'archal les fenêtres de son appartement, parce qu'il se
          trouvoit incommodé des oiseaux et des pigeons qui y
          entroient sans cesse. On croit même qu'il n'est pas le seul
          de nos rois qui en ait fait sa demeure. Du reste, le peuple,
          avide de tous les bruits qui frappent son imagination,
          contoit quantité de fables de cette tour; et c'étoit une
          tradition, qu'il y existoit des souterrains où l'on se
          défaisoit des criminels qu'on ne vouloit pas faire mourir en
          public.]

La tour de la _Librairie_ reçut le nom qu'elle portoit, parce qu'elle
servit de dépôt à la bibliothèque de Charles V. Cette bibliothèque
n'étoit composée que de neuf cents volumes; mais c'étoit beaucoup pour
un temps où l'imprimerie n'étoit pas encore découverte, et pour un
prince à qui le roi Jean son père n'avoit laissé qu'une vingtaine de
volumes au plus. Elle occupoit trois chambres, ou plutôt trois étages
de cette tour[334], et étoit ouverte nuit et jour au petit nombre de
savants et de lettrés de ce temps-là. «La bibliothèque de Charles V,
dit le président Hénault, étoit composée de livres de dévotion,
d'astrologie, de médecine, de droit, d'histoire et de romans; peu
d'anciens auteurs des bons siècles, pas un seul exemplaire des
ouvrages de Cicéron, et l'on n'y trouvoit, des poëtes latins,
qu'Ovide, Lucain et Boëce; des traductions en françois de quelques
auteurs, comme les Politiques d'Aristote, Tite-Live, Valère-Maxime, la
Cité de Dieu, la Bible, etc.»

          [Note 334: Selon un catalogue de cette bibliothèque, il y
          avoit 269 volumes dans la première chambre, 260 dans la
          chambre du milieu, et 380 dans la chambre du troisième
          étage.]

Sous le règne de Charles VI, cette bibliothèque fut entièrement
dispersée. Les Anglais ayant pénétré jusqu'à Paris à la faveur des
dissensions intestines qui troubloient la France, et principalement
cette capitale, s'emparèrent, comme le témoignent quelques actes de ce
temps-là, de cette précieuse collection. Une partie des livres passa
en Angleterre avec les archives, qui étoient aussi conservées dans le
Louvre; les ennemis se partagèrent sans doute le reste.

On ne sait autre chose de la tour de l'_Artillerie_, sinon que les
arsenaux du Louvre qui y étoient établis furent transportés auprès du
couvent des Célestins le 18 décembre 1572, par ordre du roi Charles
IX.

La tour de _Windal_ étoit située sur le bord de la rivière, et
attachée à la porte d'une des basses-cours. En 1411, elle avoit un
comte de Nevers pour capitaine ou concierge.

La tour _du Bois_, que l'on nomme quelquefois le Château du Bois, fut
bâtie en 1382 par ordre de Charles VI. Elle étoit située vis-à-vis la
tour de _Nesle_, entre la rivière et la basse-cour du Louvre, et
environnée de fossés profonds[335]. Les registres de la ville disent
que le même prince qui avoit fait construire cette tour ordonna dans
la suite de la détruire: ce qui fut exécuté.

          [Note 335: Ces fossés étoient très-poissonneux; et il est
          dit que l'an 1415, le 3 février, on en leva les bondes, pour
          donner de l'air au poisson, qui étoit enseveli sous la
          glace.]

La tour de l'_Écluse_ retenoit par des vannes l'eau de la rivière dans
les fossés. En 1391, Charles VI y fit emprisonner Hugues de Saluces.

La tour _Neuve du pont des Tuileries_ étoit près du logis du prévôt de
l'hôtel et du pont des Tuileries. C'est la dernière de toutes celles
que nous avons citées sur laquelle on ait quelques particularités.

Il est impossible d'ailleurs de rien dire de certain sur les
changements qui furent faits dans le Louvre depuis Philippe-Auguste
jusqu'à François Ier; car il n'existe, ni dans les archives ni dans
les bibliothèques, aucun plan de ce château à aucune de ces époques.
Les chartes et les mémoires historiques sont les seules sources d'où
l'on puisse tirer à ce sujet quelques notions, et tout ce qu'on y
apprend, c'est que nos rois y ont fait successivement divers
changements, élevant une tour, en détruisant une autre, bâtissant une
chapelle, un pavillon, étendant un jardin, etc. Saint Louis avoit
conçu le projet d'en augmenter beaucoup les bâtiments: on ignore ce
qui l'empêcha de l'exécuter.

Les plus grands travaux entrepris dans cet édifice pendant le cours du
quatorzième siècle sont dus à Charles V et à son successeur. «Le
Louvre, dit Saint-Foix, après avoir été hors des murs pendant plus de
six siècles, se trouva enfin dans Paris, par l'enceinte commencée sous
Charles V en 1367, et achevée sous Charles VI en 1383. Charles V, qui
ne jouissoit que d'un million de revenu, dépensa cinquante-cinq mille
livres à rehausser ce palais et à en rendre les appartements plus
commodes et plus agréables; mais ce prince ni ses successeurs jusqu'à
Charles IX n'en firent point leur demeure ordinaire; ils le laissoient
pour les monarques étrangers qui venoient en France. Sous le règne, de
Charles VI, Manuel, empereur de Constantinople, et Sigismond, empereur
d'Allemagne, y furent logés.»

Ce château étoit accompagné de plusieurs jardins. Le plus grand étoit
nommé le _Parc_, et s'étendoit le long de la rue Froi-Manteau. On
avoit élevé aux quatre coins quatre pavillons. Il ne fut détruit que
sous Louis XIII, lorsqu'on commença à reprendre les travaux pour
l'achèvement du principal corps-de-logis, commencé sous François Ier.
Outre ce jardin, il y en avoit un pour l'appartement du roi, et un
autre pour celui de la reine. Ce dernier jardin subsistoit encore à la
fin du siècle dernier.

Dès le commencement du seizième siècle, ce vieil édifice, entièrement
négligé, tomboit en ruines; et lorsque Charles-Quint vint à Paris en
1539, François Ier fut obligé d'y faire des réparations considérables,
pour le rendre digne de recevoir ce monarque. Ces travaux, dont
l'effet étoit sans doute insuffisant pour la restauration totale de
l'édifice, lui firent naître l'idée de le faire entièrement abattre et
de construire à la place un palais plus digne de la majesté des rois,
et de l'état de civilisation où la nation étoit parvenue. À cette
époque, les beaux-arts s'étoient déjà introduits en France à la voix
d'un prince qui les aimoit et les protégeoit. Les plus grands artistes
de l'Italie étoient appelés à sa cour, et le payoient des honneurs et
des récompenses qu'il leur prodiguoit, en communiquant à son peuple
les traditions de l'antiquité dont ils étoient les dépositaires; et
bientôt la France vit sortir de son sein d'heureux génies qui purent
rivaliser avec leurs maîtres. De ce nombre étoit Pierre _Lescot_,
seigneur de Clugny, l'un des plus grands architectes de son siècle.

On a peu de détails sur la vie de cet homme célèbre; on sait
seulement qu'il fut abbé commendataire de l'abbaye de Clugny, chanoine
de l'église de Paris, et conseiller des rois François Ier, Henri II,
Charles IX et Henri III, sous les règnes desquels il a vécu. Il est le
premier qui ait osé offrir parmi nous les belles proportions et le
goût pur de l'architecture antique, au milieu des édifices gothiques
qu'élevoient encore de tous côtés les architectes ses contemporains.
Il avoit donné au roi, pour la construction du nouveau palais qu'il
projetoit, un plan aussi grand que magnifique: cependant, avant de
rien entreprendre, François Ier ordonna, dit-on, à l'Italien Sébastien
_Serlio_, alors en France, de lui tracer aussi un plan du Louvre. Il
paroît que c'est à cet habile architecte qu'il faut attribuer le trait
généreux dont on a si faussement fait honneur au Bernin. Il avoit vu
le dessin de Pierre Lescot; et, tout en obéissant aux ordres du roi,
il lui fit entendre qu'il ne pouvoit rien faire de mieux que d'adopter
le projet de l'artiste françois. Ce fut donc sur les plans de Lescot
que fut commencé le nouveau palais, qu'on a depuis appelé le
_Vieux-Louvre_, pour le distinguer des constructions qui furent
élevées sous les règnes suivant: car ce superbe monument, même dans
l'état d'imperfection où nous l'avons vu au commencement de la
révolution, étoit cependant le résultat d'une suite de travaux presque
continuels depuis François Ier jusqu'à nos jours.

Au milieu d'une foule de tentatives abandonnées, de projets avortés,
d'entreprises mal concertées et qui se sont successivement détruites,
ces travaux présentent trois époques principales et qui peuvent
suffire à la description historique du Louvre. La première sous
François Ier, Henri II et Louis XIII; la seconde, sous Louis XIV; et
la troisième, qui appartient au règne de Louis XV.

Si l'on en croit la plupart des historiens de Paris, la construction
de ce palais auroit été commencée en 1528. Mais cette date est
évidemment fausse, puisqu'à cette époque l'architecte Pierre Lescot
n'avoit que dix-huit ans. Ce qui a causé cette erreur, c'est qu'en
1528 on fit effectivement de grandes réparations à ce château;
peut-être même commença-t-on alors à en démolir quelques parties;
mais, comme d'Argenville l'a très-bien prouvé, ce ne fut qu'en 1541;
c'est-à-dire cinq années avant la mort de François Ier, que le nouveau
bâtiment commença à sortir de terre. En 1548, Henri II fit continuer
l'ouvrage commencé par son père, comme l'atteste une inscription
gravée sur la porte de la salle dite des _Cent-Suisses_[336].

          [Note 336: _Henricus II, christianissimus, vetustate
          collapsum refici coeptum à patre Francisco I, rege
          christianissimo, mortui sanctissimi parentis piissimus
          filius absolvit, anno à salute Christi M. D. XXXXVIII._]

La partie élevée sous ces deux rois est celle qui fait l'angle de la
cour actuelle, à partir du pavillon qui occupe le milieu de la façade
méridionale jusqu'au gros pavillon surmonté d'un dôme qui est opposé à
la colonnade. Cette partie est la seule qu'on ait complétement achevée
du côté intérieur sur les dessins de Pierre Lescot[337], et c'est là
seulement qu'on peut se faire une idée du génie de ce grand
architecte.

          [Note 337: _Voy._ pl. 39. Depuis la nouvelle restauration,
          il ne reste plus d'intègre dans cette partie que la moitié
          de l'aile qui s'étend depuis l'angle jusqu'au gros pavillon
          du milieu; l'autre portion a été démolie dans sa partie
          supérieure, et reconstruite dans l'ordonnance des autres
          façades intérieures. Avant, elle étoit ornée de frontons
          comme le Vieux-Louvre.]

À cette époque il régnoit en France, comme en Italie, une grande union
entre les arts; on sentoit plus vivement qu'on ne l'a fait depuis
l'heureuse dépendance dans laquelle ils étoient les uns des autres; et
l'on ne regardoit point comme un habile architecte celui qui n'étoit
pas bon dessinateur, parce que, pour faire un bel édifice, il ne
s'agit pas seulement de construire, il faut encore décorer. Pierre
Lescot excelloit également dans ces deux parties, et paroît avoir
voulu développer dans cette demeure royale toutes les richesses de la
sculpture et de l'architecture réunies. La façade offre un ordre
corinthien surmonté de deux composites, dont un est en attique.
Peut-être pourroit-on reprocher à ce grand artiste d'y avoir trop
prodigué le luxe de ces deux arts: il faut convenir que l'attique est
trop chargé de bas-reliefs, et que la quantité et la proportion de ces
précieux détails ne sont pas dans uns accord satisfaisant avec les
étages inférieurs. C'est ce même goût pour la magnificence des
ornements qui le détermina à adopter une ordonnance dans la décoration
de son premier étage, quoique les colonnes et les pilastres n'y aient
pas plus de hauteur que les croisées; et l'on peut en dire autant de
l'ordre de son rez-de-chaussée dans sa proportion avec les arcades.
Mais ces observations sévères et purement scolastiques n'empêchent
point que, soit que l'on considère la majesté de l'ensemble, soit que
l'on admire la perfection avec laquelle chaque partie est exécutée, on
ne soit forcé de convenir que cette portion du Louvre est encore la
plus belle, et qu'il est à regretter que le même homme qui avoit
commencé ce grand monument n'ait pas été assez favorisé des
circonstances pour pouvoir le terminer d'après une aussi grande
conception.

La France possédoit, à la même époque, un autre artiste dont le génie
étoit digne de s'associer avec celui de Lescot: c'étoit le célèbre
Jean _Goujon_[338], qu'on doit regarder peut-être comme le plus grand
statuaire des temps modernes, et qui n'a du moins été égalé jusqu'ici
par aucun de ceux qui lui ont succédé. Il décora la façade du
Vieux-Louvre de bas-reliefs offrant des trophées, des esclaves
enchaînés, des figures allégoriques, telles que la pudeur,
l'abondance, le courage, etc., etc. On ne sait ce que l'on doit
davantage admirer ou de la correction, de la pureté des formes, des
ordonnances des croisées, des frises, des chambranles exécutés par
l'architecte, ou de la perfection des figures et des ornements qui
sont sortis de la main du sculpteur.

          [Note 338: Cet homme célèbre remplit Paris de monuments qui
          sont tous autant de chefs-d'oeuvre. Tout le monde connoît sa
          fin tragique. Il fut tué le jour de la Saint-Barthélemi,
          lorsqu'il s'occupoit à retoucher la sculpture de la fontaine
          des Innocents, qui depuis long-temps étoit achevée.]

Ils déployèrent dans l'intérieur le même goût et la même magnificence;
et l'on n'admire pas moins la vaste salle connue sous le nom de _salle
des Cent-Suisses_[339], qu'ils y construisirent ensemble. Elle est
décorée d'un ordre dont les colonnes sont accouplées et élevées sur un
socle. Au fond est une tribune soutenue par des cariatides colossales,
dans l'exécution desquelles _Goujon_ semble s'être surpassé lui-même.
Il ne se peut rien imaginer de plus noble et de plus élégant que toute
cette composition.

          [Note 339: Cette salle, lorsque nos rois cessèrent d'habiter
          le Louvre, devint un dépôt des statues antiques et des
          plâtres qui servoient aux études des artistes. Elle prit
          alors le nom de _salle des Antiques_. Depuis, les quatre
          classes qui composent l'Institut y ont tenu leurs séances.]

Pendant les règnes courts et agités des rois qui se succédèrent depuis
Henri II jusqu'à Louis XIII, il se fit peu de changements et
d'augmentations dans les constructions du Louvre; et cependant c'est à
cette époque qu'il a été le plus constamment habité par ces
souverains. Mais dans ces temps malheureux de discordes civiles et de
dissensions politiques, les monuments des arts étoient négligés; les
arts eux-mêmes se corrompoient, et l'on s'aperçoit sensiblement, dans
le peu qui fut fait pendant cet intervalle, de la décadence du bon
goût de l'architecture, qui se releva ensuite sous Louis XIII et Louis
XIV, sans jamais revenir cependant au point de perfection où elle
avoit été portée à l'époque brillante de François Ier. Catherine de
Médicis commença la grande galerie du Louvre, et fit construire le
château des Tuileries. Charles IX, Henri III et Henri IV continuèrent
après elle, sans toutefois y mettre un grand intérêt, quelques parties
du Louvre et de la galerie.

On ne songea que sous Louis XIII à achever la belle façade dont nous
venons de parler; et Jacques _Lemercier_, architecte protégé par le
cardinal de Richelieu, fut chargé de la direction de cet ouvrage. Il
suivit les dessins et les plans de Lescot dans toute la partie qui est
au-delà du pavillon du milieu, mais il crut devoir s'en écarter dans
la construction de ce pavillon, et c'est une faute qu'on ne peut trop
lui reprocher. Il couronna l'attique de Lescot de huit figures en
bas-relief modelées par _Sarrazin_[340]; elles furent surmontées par
un dôme, le seul qui reste aujourd'hui dans cette cour. Mais quoique
ces figures soient d'un grand caractère, et qu'il y ait beaucoup de
richesse dans cet ajustement, il s'éloigne déjà beaucoup de la beauté
du style du siècle précédent; et un goût pur ne sauroit approuver ces
cariatides gigantesques placées au troisième étage, ces trois frontons
enclavés les uns dans les autres, la trop grande prodigalité des
ornements, ni enfin ce dôme quadrangulaire qui couronne pesamment
l'édifice. Le même architecte construisit le vestibule orné de
colonnes qui est au rez-de-chaussée de ce pavillon; et ce morceau
n'est pas sans mérite.

          [Note 340: _Voy._ pl. 39. Ce grand artiste, qui passa
          presque toute sa vie à Rome, n'étoit point alors à Paris; et
          ces figures furent exécutées sur les modèles qu'il envoya.]

Il paroît que ce fut aussi dans ce temps-là, et toujours sous la
direction de Lemercier, qu'on éleva, en se conformant encore au plan
de Lescot, l'autre partie de cette aile du Louvre où étoient jadis
l'Académie française et celle des belles-lettres. Ce fut toutefois un
des premiers changements survenus dans le plan original. Suivant ce
plan, le Louvre ne devoit avoir en étendue que le quart de la
superficie occupée par la cour actuelle. Le projet devint plus vaste
sous Louis XIII; on le quadrupla[341].

          [Note 341: _Voyez_ pl. 47.]

Tel étoit l'état de ce palais lorsque Louis XIV commença à gouverner
lui-même. À ces constructions imparfaites et irrégulières étoient
encore attachés des débris gothiques de l'ancien château[342]; des
matériaux, des décombres, des maisons particulières, mesquines,
inégales, entassées sans ordre, entouroient et masquoient cette
demeure royale. Dans l'emplacement qu'occupe aujourd'hui sa magnifique
colonnade, étoient un jeu de paume, un hôtel, des baraques en bois,
etc. On peut se faire une idée de l'aspect qu'offroient alors les
environs du Louvre, par celui que présentoient, il y a quelques
années, les maisons qui, dans l'espace compris entre la rue du Coq et
la rue Froi-Manteau, sembloient être les restes de celles que l'on
détruisit à cette époque. La seule façade dont l'aspect fût
satisfaisant est celle du pavillon qui s'étend à l'est sur le jardin
dit _de l'Infante_. Le roi, qui vouloit que tout autour de lui eût de
la grandeur et de la majesté, ordonna que le Louvre fût achevé, et
rendu digne de sa noble destination.

          [Note 342: _Voyez_ pl. 38.]

Le surintendant des bâtiments (_Ratabon_) demanda, d'après ces
ordres, un plan à l'architecte _Levau_, et ce plan fut adopté par
Louis XIV. Il y avoit de grandes difficultés à vaincre: la principale
étoit d'assortir aux élévations des façades intérieures, projetées
d'abord pour un moindre espace que le nouveau plan, la décoration des
façades extérieures, dont Pierre Lescot ne s'étoit point occupé, et
qui sans doute n'entroient point dans le monument qu'il avoit imaginé.
Deux de ces façades furent exécutées sur les dessins de Levau, celle
qu'on vient d'abattre du côté du quai, et celle qui donne sur la rue
du Coq[343]. On remarque dans celle qui regarde les Tuileries[344]
deux manières différentes qui sembleroient prouver que cet architecte
n'étoit pas seul chargé de l'ordonnance et de la direction de ces
travaux, et que ces parties furent exécutées à diverses reprises, sans
qu'on puisse au juste en déterminer les époques. Quant à la principale
façade du côté de Saint-Germain-l'Auxerrois, elle devoit être
également faite sur ses dessins; les fondements en étoient jetés, et
s'élevoient déjà à dix pieds au-dessus de terre, lorsque Colbert
parvint à la surintendance des bâtiments.

          [Note 343: _Voy._ pl. 43. La façade du côté du quai étoit
          masquée par une autre façade élevée depuis par Perrault; et
          les artistes d'un goût délicat la préféroient à cette
          dernière.]

          [Note 344: _Voy._ pl. 40.]

Ce ministre, dont les idées étoient grandes et élevées, n'approuva
point le projet de Levau, qu'il trouva mesquin, et peu digne d'un
monarque dont la gloire et la magnificence jetoient déjà un si vif
éclat. Il crut donc devoir, sans le rejeter tout-à-fait, ouvrir un
concours pour cette importante entreprise: c'étoit la première fois
qu'on suivoit en France une marche aussi solennelle dans l'érection
d'un monument public. Le modèle en bois de _Levau_ fut exposé et livré
à la critique, qui le condamna d'une voix unanime; et l'on vit
paroître en même temps plusieurs autres projets conçus par les plus
habiles architectes. Parmi ces nouveaux dessins, on en remarqua un
dont personne ne connoissoit l'auteur, et qui, comme l'assure
Perrault, fut généralement trouvé _beau_ et _magnifique_: il étoit de
_Claude Perrault_, médecin; et c'est, à quelques changements près,
celui qui, long-temps après, a été exécuté.

Ce projet, que favorisoit l'approbation générale, avoit aussi frappé
Colbert; mais il retomba dans ses irrésolutions lorsqu'il entendit
soutenir aux gens de l'art qu'un tel plan n'étoit qu'un beau dessin
fait uniquement pour éblouir les yeux; qu'au fond il étoit
inexécutable, et ne pouvoit même soutenir l'examen. Alors le
surintendant résolut de prendre l'avis des plus fameux architectes de
l'Italie; et, par une bizarrerie qu'on ne peut guère expliquer, ce fut
le dessin de _Levau_ et non celui de l'anonyme qu'il leur envoya. Pour
toute réponse, ils lui firent parvenir des projets de leur façon,
dont aucun ne parut même supportable.

À cette époque, le chevalier Bernin jouissoit à Rome, comme sculpteur
et comme architecte, de la plus haute réputation; il étoit le seul
qu'on n'eût pas consulté. Colbert, las de tant de tentatives
infructueuses, et éloigné par tous ceux qui l'environnoient du seul
projet qui auroit pu le séduire, résolut d'appeler en France cet
artiste célèbre, et de lui demander un plan pour un monument qu'il
vouloit rendre le plus grand et le plus magnifique de l'Europe.

Le Bernin vint à Paris, et les honneurs qu'on lui rendit, tant sur sa
route qu'à son arrivée dans cette capitale, furent tels, qu'ils
parurent excessifs, et qu'ils l'étoient en effet. La réception d'un
prince du sang n'eût pas eu plus d'appareil[345]. Cet artiste conçut
un très-beau projet, un projet général, qui embrassoit le présent et
l'avenir. Ses idées et ses dessins tendoient, d'un côté, à lier le
Louvre aux Tuileries; et, de l'autre, par une magnifique percée, ils
étendoient la place du Louvre jusqu'au Pont-Neuf. Un dessinateur nommé
_Mathias_, qu'il avoit amené de Rome, le secondoit dans ses travaux:
c'étoit lui qui prenoit les mesures, qui copioit une partie des
dessins, etc. Ce Mathias s'aperçut facilement et prouva que _Levau_
s'étoit trompé dans les alignements qu'il avoit pris: il le dit
hautement, ce qui aigrit encore la cabale des artistes français contre
l'architecte italien.

          [Note 345: Des officiers envoyés par la cour lui apprêtoient
          à manger sur la route; il étoit complimenté et recevoit des
          présents dans toutes les villes où il passoit. Quand il
          approcha de Paris, on envoya au-devant de lui M. _de
          Chantelou_, maître-d'hôtel du roi, qui savoit l'italien, et
          qui, par cette raison, eut ordre de l'accompagner pendant
          tout son séjour dans cette capitale.]

Cette cabale avoit pris naissance au moment même de son arrivée en
France. Les honneurs prodigieux qu'on lui rendoit excitèrent d'abord
la jalousie de ses rivaux; et cette jalousie se changea en haine
lorsqu'on le vit à Paris louer sans cesse et avec emphase tout ce
qu'avoit produit l'Italie; ce qui étoit, en quelque sorte, déclarer le
peu d'estime qu'il faisoit des artistes françois: car, quoiqu'il se
conduisit envers eux avec beaucoup de prudence et de politique,
donnant des éloges à tout ce qui lui paroissoit en mériter, se taisant
sur les choses où il croyoit trouver des défauts, cependant il étoit
loin de parler des productions françoises avec le même enthousiasme;
et ces différences étoient facilement saisies par l'amour-propre, si
prompt à s'alarmer. Levau, premier architecte, ne voyoit point sans
douleur cette préférence humiliante pour lui qu'on accordoit à un
étranger. Le peintre _Lebrun_, qui étoit au premier rang dans la
faveur du monarque, s'effrayoit de l'idée de la partager avec un homme
dont le mérite passoit alors pour très-grand, qu'on avoit reçu avec
tant de distinction, et qu'on parloit de fixer pour toujours à Paris.
Mais celui qui intrigua le plus fortement contre lui fut Charles
Perrault, secrétaire du conseil les bâtiments: il avoit la confiance
du ministre, et l'on peut juger qu'il désiroit avec ardeur de faire
adjuger l'entreprise du Louvre à son frère. Le Bernin avoit d'ailleurs
dans son ton et dans ses manières une sorte d'exagération qui ne
laissoit pas de prêter au ridicule dans une cour telle que celle de
France, où l'on n'étoit point accoutumé aux bizarreries de la
conversation et de la pantomime italienne[346]. Ces trois hommes se
liguèrent contre lui, l'abreuvèrent d'amertume et de dégoûts,
raillèrent sa personne, critiquèrent son projet, et le déterminèrent
enfin à demander sa retraite. Après huit mois de séjour en France, il
retourna en Italie, comblé d'honneurs et de pensions. Mais quoique son
projet eût été adopté, et que le roi lui-même eût posé la première
pierre de la façade avec beaucoup de solennité[347], il n'en fut plus
question dès que le Bernin fut hors de France, et l'on revint à ceux
qui avoient été présentés au concours.

          [Note 346: Le portrait qu'en a tracé Claude Perrault peut
          passer pour vrai, quoiqu'il sorte d'une main ennemie, parce
          qu'il s'accorde assez avec ce qu'en dit M. de Chantelou, qui
          en parle avec une entière impartialité; le voici:

          «Il avoit une taille un peu au-dessous de la médiocre, bonne
          mine, un air hardi. Son âge avancé et sa bonne réputation
          lui donnoient encore beaucoup de confiance. Il avoit
          l'esprit vif et brillant, et un grand talent pour se faire
          valoir: beau parleur, tout plein de sentences, de paraboles,
          d'historiettes et de bons mots dont il assaisonnoit la
          plupart de ses réponses........ Il ne louoit et ne prisoit
          guère que les hommes et les ouvrages de son pays. Il citoit
          souvent Michel-Ange; et on l'entendoit presque toujours
          dire: _Sicome diceva il Michel-Angelo Buonarotta_.»]

          [Note 347: _Voy._ pl. 41. Le roi en posa la première pierre
          avec un grand éclat. La médaille qu'on y plaça étoit d'or,
          et de la valeur de 2,400 liv. Elle représentoit d'un côté la
          tête de Louis XIV, et de l'autre le dessin du cavalier
          Bernin, avec ces paroles: _Majestati et æternitati imperii
          Gallici sacrum_. La médaille étoit du célèbre Warin, et
          l'inscription de Chapelain.]

Cependant, bien que la jalousie et l'animosité se fussent mêlées aux
critiques que l'on avoit faites des plans de cet habile architecte, on
ne peut s'empêcher de convenir que ces critiques étoient fondées sous
bien des rapports, et que le dessin du cavalier Bernin, encore qu'il
eût de la grandeur et de la majesté, offroit de très-grands défauts:
«Le projet du Bernin pour la façade du Louvre est mal conçu, dit
l'auteur de la vie des grands architectes[348]. Un génie aussi vif et
aussi prompt n'étoit pas susceptible d'étudier les détails; il ne
s'étoit appliqué qu'à faire de grandes salles de comédies et de
festins, sans se mettre en peine des commodités et des distributions
de logements nécessaires. Son ordonnance offre plusieurs défauts:
l'ordre est gigantesque, les croisées sont petites, les colonnes sont
inégalement espacées, l'entablement est pesant, et la balustrade a peu
de rapport avec lui. On ne peut approuver les proportions des trois
portes en plein cintre servant d'entrée au palais. Quelle monotonie
dans les petits frontons circulaires qui couronnent les croisées du
premier étage, et les triangulaires qu'on voit sur celles du second!
Enfin une distance immense sépare ces deux rangs d'ouvertures[349].»
Mais la principale de toutes les objections qu'on fit alors au Bernin
fut que les constructions de l'intérieur de la cour masquoient, et par
conséquent détruisoient en quelque sorte les élévations de Pierre
Lescot, qui par là étoient réduites à n'être plus que des murs de
refend, tandis que la première condition du programme avoit été de
respecter l'ancien, et d'y coordonner les nouvelles constructions.

          [Note 348: T. I, vie du Bernin.]

          [Note 349: Patte, dans ses _Mémoires sur l'architecture_,
          porte à peu près le même jugement de ce projet. Presque tous
          les artistes qui en ont parlé sont d'avis que c'est une
          composition médiocre: cependant aujourd'hui que le goût de
          l'architecture est changé en France, il est probable qu'on
          le jugeroit plus favorablement; et l'on ne peut nier que les
          lignes qu'il présente n'aient plus de grandeur, et ne soient
          conçues dans un style plus pur que la colonnade actuelle.]

À peine l'artiste étranger fut-il parti, que Perrault travailla avec
plus d'ardeur que jamais à produire son frère. On en revint d'abord
aux projets de Levau. Louis XIV, qui n'osoit donner un désagrément à
son premier architecte, ne pouvoit cependant se résoudre à les
adopter, parce qu'ils lui sembloient, comme à son ministre, trop
au-dessous de ce qu'il avoit conçu. On imagina donc de réunir
ensemble, pour donner un nouveau plan, _Levau_, _Lebrun_ et _Claude
Perrault_: de cette manière, l'amour-propre de l'artiste se trouva
ménagé, et l'on put mettre son projet de côté sans l'exclure lui-même.
Il paroît que, dans cette réunion, Levau inventa un nouveau dessin, et
que Perrault se borna à rectifier celui qu'il avoit déjà présenté.
Lorsqu'il fut question de choisir, Colbert mit sous les yeux de Louis
XIV les deux projets de la commission, et vanta, en homme habile,
celui de Levau, par la raison qu'il devoit entraîner moins de dépense.
C'étoit en quelque sorte forcer le roi à adopter le second. Ce fut
ainsi que se terminèrent, à l'avantage de Perrault, ces intrigues et
ces longs débats[350].

          [Note 350: Ceci arriva après que le Bernin eut quitté la
          France. Il n'avoit point vu ce projet; et si l'on ne savoit
          d'ailleurs la haine qui existoit entre lui et les Perrault,
          cette circonstance suffiroit seule pour détruire entièrement
          la petite anecdote qu'on a tant répétée de son admiration
          pour le dessin de la colonnade, anecdote que Voltaire a dite
          d'abord en prose, et ensuite en vers:

            «À la voix de Colbert Bernini vint de Rome:

            De Perrault dans le Louvre il admira la main.
            Ah! dit-il, si Paris renferme dans son sein
            Des travaux si parfaits, un si rare génie,
            Falloit-il m'appeler du fond de l'Italie?»

          Si le Bernin a jamais exprimé sa façon de penser sur
          Perrault, il a certainement dit à peu près le contraire de
          ce qu'on lui fait dire ici.]

Il convient maintenant d'examiner ce fameux projet et l'édifice qui en
est résulté.

La façade orientale ou colonnade consiste en trois avant-corps, unis
entre eux par deux péristyles. Elle a quatre-vingt-sept toises et
demie de longueur. Sa principale porte est dans l'avant-corps du
milieu. Les péristyles sont composés de colonnes accouplées, d'ordre
corinthien, et placées au premier étage[351]. L'intérieur des
péristyles et les soffites sont extrêmement décorés de feuillages et
d'entrelas, exécutés avec une grande délicatesse. La cymaise du
fronton est formée de deux pièces seulement, qui ont chacune
cinquante-quatre pieds de longueur, quoiqu'elles n'aient que dix-huit
pouces d'épaisseur. On regarda alors comme un prodige l'élévation de
ces masses énormes à une si grande hauteur, et la machine qui fut
employée à cette opération se trouve gravée dans les oeuvres de
Perrault.

          [Note 351: _Voy._ pl. 42.]

La première pierre des constructions projetées par Bernin avoit été
posée en 1665. La colonnade exécutée sur les dessins de Perrault fut
achevée en 1670. Quoique l'envie ait voulu dans le temps lui en
contester l'invention, et ensuite en rabaisser le mérite; bien que la
critique y puisse trouver quelques défauts, et même des défauts assez
graves[352], il n'en est pas moins vrai que ce morceau doit être
considéré comme un des plus beaux qu'ait produits l'architecture
moderne, et qu'il offrira toujours l'aspect du plus magnifique des
palais. L'ordre corinthien qui en compose la colonnade est d'une
admirable proportion. On ne peut se lasser d'y louer la beauté des
profils, l'élégance et la pureté des détails, le choix et la belle
exécution des ornements: c'est un ouvrage vraiment classique en
France, et auquel on n'y peut rien comparer.

          [Note 352: On lui reproche de n'être qu'une décoration
          théâtrale, sans liaison entre ses parties ni avec l'édifice,
          qu'elle ne sert qu'à masquer; on critique l'innovation des
          colonnes accouplées, qui n'offre, dit-on, aucun résultat
          avantageux; et l'on prétend qu'avec des colonnes solitaires,
          même d'un diamètre égal à celles qu'il a employées,
          l'architecte eût donné plus de majesté à sa façade, sans
          priver de lumière l'intérieur du péristyle. Mais ce que l'on
          blâme surtout universellement, c'est cet avant-corps du
          milieu qui interrompt la colonnade, et en forme deux
          péristyles séparés. Par là le monument perd la moitié de sa
          noblesse et de sa grandeur.]

Perrault avoit conçu, comme le Bernin, un projet universel, qui
embrassoit non-seulement l'achèvement du Louvre, mais encore sa
réunion avec les Tuileries. L'érection de la colonnade devoit surtout
amener de grands changements dans la cour de ce palais et dans les
façades extérieures. Bientôt après fut entreprise celle qui donne sur
la rivière[353], et qui se compose d'un soubassement semblable à celui
de la colonnade, soubassement sur lequel s'élève, entre les croisées
tant du premier étage que de l'attique, une ordonnance unique de
pilastres corinthiens. Cette décoration est parfaitement d'accord avec
celle du frontispice, tant par l'ordre que par l'entablement et les
détails; et l'on conçoit qu'une telle uniformité devenoit surtout
indispensable de ce côté, où les deux façades extérieures se
découvrent d'un seul et même coup d'oeil.

          [Note 353: _Voy._ pl. 44. C'est cette façade qui masque
          celle de Levau, déjà existante, et dont nous venons de
          parler.]

Il n'en est pas ainsi des deux autres; et il paroît que la difficulté
de leur procurer un emplacement assez vaste pour qu'elles pussent être
vues ainsi en rapport l'une avec l'autre, est la cause qui, de tout
temps, a fait négliger l'uniformité et la symétrie dans leur
décoration. Bernin est le seul dont les projets aient visé à cet
accord universel, et l'on voit Perrault uniquement occupé de raccorder
avec l'angle de sa colonnade la face du Louvre qui donne sur la rue du
Coq. Levau, comme nous l'avons dit, avoit commencé ce côté: ce dernier
architecte l'acheva sur les mêmes plans; la décoration du pavillon du
milieu est de lui, et on lui attribue aussi l'attique, avec
l'entablement qui s'étend depuis le massif de la colonnade jusqu'à ce
pavillon central dont nous venons de parler[354].

          [Note 354: _Voy._ pl. 43.]

Examinons maintenant les constructions des dernières façades
intérieures dans leurs rapports avec les parties élevées depuis
François Ier jusqu'à Louis XIII.

Il est à croire que Perrault n'arriva que par degrés à un plan général
du Louvre et de sa réunion avec les Tuileries. Le projet de la
colonnade paroît avoir été conçu isolément et sans un rapport bien
déterminé avec l'intérieur de la cour.

Le projet de Lescot avoit été étendu; comme nous l'avons vu, sous
Louis XIII, par Lemercier. Déjà les deux étages du rez-de-chaussée et
du premier étoient plus ou moins avancés dans tout le pourtour du
quadrangle. On tenoit à conserver ce qui avoit été fait; et Perrault,
qui avoit été le plus ardent à faire valoir ce système pour faire
rejeter les plans du Bernin, s'étoit par là même imposé l'obligation
éclatante de ne point s'en départir.

Cependant quand il eut élevé sa colonnade, de manière que le dessous
du soubassement se trouvât au niveau du premier étage de la cour, il
s'aperçut facilement que les croisées de la nouvelle construction ne
correspondoient point à celles des parties intérieures. Ce fut sans
doute pour dissimuler, autant qu'il étoit possible, ce vice
irrémédiable de symétrie, qu'il se détermina à supprimer les croisées
dans son frontispice et à y pratiquer des niches. Il est certain du
moins, et l'on en a dernièrement acquis la preuve, que cette colonnade
fut destinée d'abord à recevoir des fenêtres: on en a trouvé les baies
toutes construites et voûtées; et la bâtisse des niches qui les ont
remplacées, formée de cloisons légères, a encore confirmé la vérité de
cette première destination.

Mais l'élévation d'un péristyle conçu dans une si grande discordance
avec le reste devenoit le principe d'une difficulté plus grande
encore, laquelle consistoit dans le raccordement de l'extérieur avec
l'intérieur. L'attique où les frontons de Pierre Lescot et leur
toiture ne s'accordoient ni pour la hauteur, ni pour la forme, avec le
couronnement plus exhaussé et en plate-forme de la colonnade. Quels
moyens employer pour opérer un tel raccordement? Ce fut là l'objet
d'une longue controverse. Charles Perrault, qui nous a conservé ces
détails, ne nous fait pas trop connoître si son frère avoit prévu ces
difficultés, ou s'il avoit jugé qu'elles détermineroient à prendre un
parti nouveau pour l'intérieur de la cour. On ne peut guère supposer
qu'il ait eu cette dernière pensée: car on le voit s'élever avec
force contre le projet, qui prit alors naissance, de substituer un
troisième ordre à l'attique de Pierre Lescot.

Il soutenoit qu'un second étage de la hauteur du premier étoit une
disconvenance dans un palais de souverain, où l'habitation du prince
doit être indiquée et caractérisée par un étage principal; que, par
conséquent, un attique ou étage subalterne et peu important étoit de
stricte étiquette, parce qu'on ne pouvoit y supposer logés que les
officiers du palais, et qu'ainsi toute méprise devenoit impossible.

Cependant il y avoit, relativement à l'ensemble de ce monument, un
problème de convenance plus difficile encore à résoudre. Pierre Lescot
avoit employé l'ordre corinthien à son rez-de-chaussée, et ce qu'on
appeloit alors le _composite_, c'est-à-dire un corinthien plus riche
et plus léger à son premier étage. Comment trouver à placer au-dessus
un nouvel ordre plus riche et plus léger encore que celui qui étoit
regardé, en architecture, comme le dernier terme de ces deux
caractères? Le dorique et l'ionique, plus courts et plus simples,
n'auroient pu être placés qu'au-dessous. On proposa alors un ordre
_cariatide_; et il paroît que les figures du pavillon de Lemercier
firent naître cette idée. Cependant, quand on vint à réfléchir qu'il
faudroit cent trente cariatides au pourtour de cette immense cour
intérieure, la monotonie un peu bizarre qui devoit résulter de cette
décoration en fit bientôt abandonner le projet.

C'est alors qu'on vit naître l'idée ridicule d'un ordre françois. Un
prix fut proposé pour cette invention chimérique: le concours ne
produisit que des chapiteaux corinthiens, modifiés dans leurs
ornements. Mais comme le vrai caractère d'un ordre ne consiste pas
dans son chapiteau, toutes ces prétendues inventions ne servirent qu'à
faire connoître que les bornes de l'art avoient été posées pour
jamais.

Cependant Perrault éleva un troisième ordre qu'il n'acheva point, mais
dans la proportion corinthienne.

Ce pas une fois fait, et l'exemple ainsi donné, l'idée de l'attique
fut presque totalement abandonnée. Sous le règne de Louis XV, on
acheva, d'après le système de Perrault, toute la partie de la cour du
Louvre, qui forme l'angle depuis le vestibule ou pavillon de la
colonnade jusqu'à celui de la rue du Coq[355]. L'architecte moderne
(M. Gabriel) n'ayant point trouvé de détails d'ornements du troisième
ordre dessinés par son prédécesseur, fut dans la nécessité de les
composer lui-même; et la vérité force à dire que toute cette partie
de décoration, soit pour le goût, soit pour l'exécution, est loin de
répondre au beau caractère de la sculpture faite du temps de Pierre
Lescot.

          [Note 355: Pour les trois façades intérieures du Louvre qui
          se composent des trois ordres, _Voyez_ la pl. 45; et pour
          les vestibules ou entrées, la pl. 46.]

Les choses en étoient là depuis près de quarante ans, et quoiqu'on eût
renoncé dans les constructions modernes aux frontons employés dans
celles du Vieux Louvre, l'intérieur de ce monument offroit toujours un
procès à décider entre les deux systèmes. Il y avoit, comme l'observe
Blondel, sept douzièmes d'attique contre quatre douzièmes du troisième
ordre, et chaque système avoit pour et contre soi de bonnes et fortes
raisons. C'est alors que la résolution fut prise de terminer ce vaste
édifice; et cette grande entreprise vient d'être enfin heureusement
achevée[356].

          [Note 356: _Voyez_ à la fin de ce quartier l'article
          _Monuments nouveaux_.]

Le Louvre avoit été une prison d'état jusqu'à Louis XI. Les travaux
continuels qu'on y fit sous François Ier et Henri II avoient empêché
ces deux souverains de l'habiter. La mort tragique du dernier de ces
princes ayant rendu le château des Tournelles insupportable à
Catherine de Médicis, elle vint demeurer au Louvre avec le jeune roi;
et ce fut dans ce palais que fut conçue et préparée la nuit de la
Saint-Barthélemi.

En 1591, Charles, duc de Mayenne, fit pendre dans une des salles
basses de ce palais quatre des principaux chefs de la Ligue, pour
venger la mort du président Brisson et des conseillers Larcher et
Tardif, que ces factieux avoient indignement fait périr du même
supplice. Ce fut aussi dans la grande salle du Louvre que se tinrent
les états de la Ligue, convoqués par ce même duc de Mayenne.

Henri IV, frappé par Ravaillac, fut rapporté dans cette même salle,
dite alors salle des _Gardes_, où il expira sans avoir pu proférer une
seule parole.

Le maréchal d'Ancre fut tué sur le pont du Louvre, pont qui n'existe
plus depuis qu'on a comblé les fossés qui entouroient cet édifice.

Louis XIII n'habita ce palais que pendant des intervalles assez
courts. Il occupoit le plus souvent les châteaux voisins de la
capitale, Fontainebleau, Saint-Germain, etc. Sous son règne, il ne s'y
passa rien d'important.

Louis XIV abandonna également le Louvre pour Versailles, qu'il avoit
fait bâtir, et qui devint dès lors sa demeure habituelle, le lieu où
se déployoit toute la majesté de son trône, toute la magnificence de
sa cour. Depuis cette époque jusqu'à nos jours, ce beau monument,
cessant d'être habité par nos rois, devint l'asile des artistes, des
savants, et le dépôt des chefs d'oeuvre de l'industrie ou du génie.
Les cinq académies s'assembloient dans les principales salles du
Louvre.



ACADÉMIES.

ACADÉMIE FRANÇAISE.

L'Académie françoise prit naissance vers l'an 1630. Ce ne fut d'abord
qu'une société de neuf personnes, que l'amitié et le goût des
belles-lettres avoient liées ensemble. Elles convinrent de
s'assembler, un jour fixe de chaque semaine, chez M. Conrart,
secrétaire du roi, qui demeuroit rue Saint-Denis. Le cardinal de
Richelieu s'en déclara le protecteur, et lui obtint des
lettres-patentes au mois de janvier 1635, par lesquelles le roi fixe à
quarante le nombre de ses membres, sous le titre _d'Académie
française_; elles furent vérifiées et enregistrées le 10 juillet 1637.
Après la mort du cardinal, le chancelier Séguier ayant été élu
protecteur de cette compagnie, les assemblées se tinrent en son hôtel;
rue de Grenelle, à l'endroit où est aujourd'hui celui des Fermes.
Louis XIV fit ensuite à l'Académie l'honneur d'accepter le titre de
son protecteur; et, le 28 août 1673, il lui assigna, dans le Louvre,
l'ancienne salle du conseil pour y tenir ses séances; ce qui a
toujours continué depuis.

L'Académie française jeta dans le dix-septième siècle un grand éclat;
et elle le dut à l'honneur qu'elle avoit alors de posséder dans son
sein les beaux génies qui ont élevé si haut la gloire littéraire de la
France, que, sous ce rapport, aucune autre nation moderne ne peut lui
être comparée. Dans le dix-huitième siècle, elle fut une coterie de
petits impies et de petits factieux, dirigée par des rhéteurs et des
hommes médiocres, coterie qui dans tout autre temps n'eût été que
ridicule, et à laquelle l'esprit de vertige qui entraînoit à leur
perte les hautes classes de la société donna la plus dangereuse
influence, et une importance que l'on a peine à concevoir aujourd'hui.
Cette coterie triompha de voir éclore enfin la révolution
qu'appeloient tous ses voeux, que favorisoient tous ses travaux; et
l'on peut dire que la révolution se montra bien ingrate envers elle en
la détruisant, et en proscrivant quelques-uns de ses membres, ce
qu'elle fit cependant dans les moments de sa plus grande brutalité.
L'Académie française se releva pour ramper misérablement sous le tyran
de la France, qui ne reçut d'aucune autre compagnie de plus basses et
plus dégoûtantes adulations. Dans le dix-neuvième siècle, elle est
redevenue une réunion d'hommes de lettres à laquelle personne ne fait
attention; et par mille raisons qu'il est inutile de présenter ici, il
ne paroît pas qu'elle puisse désormais sortir de l'obscurité profonde
dans laquelle elle est tombée aujourd'hui.


ACADÉMIE ROYALE DES INSCRIPTIONS ET BELLES-LETTRES.

L'Académie royale des inscriptions et belles lettres commença en 1663.
Dans son origine, ce ne fut qu'un démembrement de l'Académie
française, dont M. de Colbert choisit quatre à cinq membres pour
composer les inscriptions qui devoient être gravées sur les monuments
consacrés à la gloire du monarque et à l'ornement de la ville et des
maisons royales; ils étoient aussi chargés d'inventer des types et des
légendes pour les médailles, des devises pour les jetons, etc. Cette
assemblée, qui fut appelée d'abord la _Petite Académie_, se tenoit
dans la bibliothèque du surintendant, rue Vivienne: on l'appela
ensuite _Académie royale des inscriptions et médailles_. Ce ne fut
qu'en 1701 que parut le réglement qui fixa son existence: elle fut
confirmée par des lettres-patentes du mois de février 1713, et le
nombre de ses membres également porté à quarante; mais comme le nom
qu'on lui avoit donné ne renfermoit pas toutes ses attributions, le
roi, par de nouvelles lettres du 4 janvier 1716, en changea le titre
en celui d'_Académie des inscriptions et belles-lettres_.

L'Académie des inscriptions a rendu de grands services à la science;
elle possède encore aujourd'hui un grand nombre d'hommes distingués
dans toutes les branches des connoissances humaines; et la suite non
interrompue de ses mémoires prouve qu'une institution si utile et si
honorable à la France est loin d'avoir dégénéré.


ACADÉMIE DES SCIENCES.

L'Académie des sciences s'assembla pour la première fois en 1666, par
l'ordre du roi, mais sans aucun acte émané de l'autorité royale. Elle
reçut une forme régulière en 1699, par le réglement que S. M. lui
accorda. Ses séances se tinrent d'abord dans la Bibliothèque du roi;
depuis elle obtint comme les autres un lieu d'assemblée dans le
Louvre; et ses prérogatives furent confirmées par des lettres-patentes
du mois de février 1713.

Cette Académie a pour objet de s'occuper de tout ce qui peut favoriser
les progrès des sciences exactes et naturelles, physique, chimie,
mathématiques, médecine, etc., etc. Elle a offert de tout temps un
grand nombre de savants hommes, qui ont sans cesse reculé les bornes
de ces connoissances, purement matérielles, et dont la nature est de
tendre sans cesse à un plus grand développement. Ceux quelle possède
aujourd'hui tiennent en Europe le premier rang; et aucune autre
société du même genre n'y peut être comparée à celle-ci.


ACADÉMIE ROYALE DE PEINTURE ET DE SCULPTURE.

L'Académie royale de peinture et de sculpture doit son origine aux
contestations[357] qui s'élevèrent entre les maîtres peintres et
sculpteurs de Paris, et ceux qui professoient les mêmes arts dans les
maisons royales, sous le titre de _privilégiés_. Ceux-ci, à la tête
desquels étoit le célèbre Lebrun, appuyés du crédit et de la
protection du chancelier Séguier, formèrent le dessein d'établir une
Académie indépendante, et y furent autorisés par un arrêt du conseil
privé, du 20 janvier 1648: en conséquence ils dressèrent des statuts
sur lesquels ils obtinrent des lettres-patentes. Le roi, à la
sollicitation du cardinal Mazarin, protecteur de cette académie, lui
en accorda de nouvelles en 1655, et lui permit de tenir ses séances
dans la galerie du Collége royal. Elle ne put alors profiter de cette
grâce; mais elle en fut amplement dédommagée par les glorieuses
marques de faveur, par les priviléges et les revenus dont ce monarque
la combla dès l'année 1663. Peu de temps après, elle obtint un
logement au Vieux Louvre.

          [Note 357: _Voyez_ p. 275, 1re partie.]

Lebrun étoit le chef de l'école, au moment de la création de cette
académie; et le système vicieux qu'il avoit adopté, système qui
n'étoit fondé ni sur l'imitation naïve de la nature, ni sur l'étude
approfondie de l'antique, étant devenue la base des études, cette
école ne cessa point de dégénérer jusqu'à la fin du dix-huitième
siècle, où elle étoit enfin tombée au dernier degré de la barbarie et
du mauvais goût. L'étude de l'antique, à laquelle revinrent alors
quelques artistes plus habiles et d'un meilleur jugement que les
autres, la releva tout à coup et avec une rapidité qui fit bien voir
que les heureuses dispositions pour ce bel art ne manquoient point en
France, et que ce système fatal en avoit seul arrêté les progrès.
Depuis cette heureuse révolution, l'école françoise n'a cessé de
marcher de succès en succès; elle est sans aucune comparaison la
première de l'Europe; elle produit à chaque exposition des
chefs-d'oeuvre dans tous les genres de la peinture, et plusieurs de
ses maîtres peuvent être mis en parallèle avec les plus renommés des
plus beaux temps de l'art.

Nos sculpteurs ont suivi la même marche et sont arrivés presque aux
mêmes résultats. Nous n'osons dire toutefois qu'il y ait encore une
égalité parfaite: l'école imite peut-être trop servilement l'antique,
lorsqu'il faudroit seulement s'en inspirer; et cette imitation
scrupuleuse en rend la comparaison plus redoutable encore, même pour
ses meilleures productions.


ACADÉMIE ROYALE D'ARCHITECTURE.

L'académie royale d'architecture fut projetée par M. de Colbert en
1671: elle prit, dès ce temps, la même forme que les autres académies;
mais elle n'étoit point encore autorisée par lettres-patentes, lors de
l'avénement de Louis XV. Ce fut ce prince qui confirma l'existence de
cette société par celles qu'il lui accorda au mois de février 1717.
Elle tenoit également ses séances au Louvre.

Ce que nous avons dit de la peinture et de la sculpture peut également
s'appliquer à l'architecture: il s'est fait dans cette dernière école
une révolution non moins heureuse; et on la doit également à l'étude
que ne cessent de faire nos architectes des monuments de l'antiquité.
Ceux qu'ils élèvent aujourd'hui doivent être considérés comme le plus
bel ornement de Paris, et pour la noble simplicité du style, le bon
goût et la pureté des ornements, le sentiment des convenances et
l'harmonie des proportions, sont infiniment préférables aux
constructions du siècle dernier. Toutefois il est vrai de dire que cet
art n'étoit point tombé aussi bas que les deux autres, parce qu'il est
fondé sur des règles plus simples, plus positives, et sur des
traditions qu'il est plus facile de conserver.

       *       *       *       *       *

On doit probablement à l'établissement, dans le palais du Louvre, de
ces célèbres compagnies, la conservation de quelques-unes des
distributions intérieures qui y avoient été faites dans le principe,
et les grandes et belles salles qui y existent encore, car dans les
autres parties accordées pour logement aux artistes, aux hommes de
lettres, et même à quelques personnes de la cour, toutes les anciennes
constructions avoient été ou dénaturées ou détruites. On avoit divisé
à l'infini les vastes galeries qui s'y prolongeoient de tous les
côtés, pour en former une foule d'appartements; d'obscurs et étroits
corridors conduisoient dans ces divisions inégales et irrégulières; et
l'on peut dire que le désordre du dedans étoit plus grand encore que
celui qui régnoit au dehors.

Parmi les pièces restées intactes dans le Vieux-Louvre, on remarquoit
principalement, après la salle dite des _Cent-Suisses_, l'appartement
des bains de la reine, lequel étoit de plein-pied avec cette salle, et
décoré de belles peintures et de riches ornements. Il y avoit aussi,
dans le pavillon qui joint la grande galerie à ce monument, des
fresques estimées et de magnifiques décorations. Mais, quoique ce
pavillon ait été construit en même temps que le Vieux-Louvre, il a une
liaison si intime avec la galerie, que nous remettons à en parler
lorsque nous décrirons le palais des Tuileries et ses dépendances.



LA CONGRÉGATION

DES PRÊTRES DE L'ORATOIRE DE N. S. J. C.

Cette congrégation doit son origine au cardinal Pierre de Bérulle, qui
vivoit sous Henri IV et Louis XIII, et qui se rendit également
illustre par son savoir et par ses vertus. Les malheurs des règnes
précédents et la licence des guerres civiles avoient jeté la
corruption dans tous les ordres de l'État; le clergé lui-même n'avoit
pu s'en garantir, et l'intérêt de la religion demandoit une prompte
réforme. L'objet que se proposa M. de Bérulle fut de s'associer
quelques vertueux ecclésiastiques qui l'aidassent à former à la
science et à la piété un certain nombre de jeunes élèves, de manière
qu'ils pussent un jour remplir dignement le ministère des saints
autels, instruire à leur tour la jeunesse dans les colléges ou les
séminaires dont la direction leur seroit confiée, annoncer la parole
de Dieu, offrir enfin sans cesse aux hommes l'exemple et la règle,
cette règle qu'ils oublient si facilement si elle ne leur est remise à
chaque instant sous les yeux. Cette congrégation, qu'il institua sur
le modèle de celle que saint Philippe de Néri avoit fondée à Rome sous
le nom de la _Vallicelle_, ne devoit avoir aucun caractère qui
distinguât ses membres des autres prêtres réguliers, si ce n'est leur
réunion et la vie commune et édifiante à laquelle ils se soumettoient
volontairement: car il ne prétendit les astreindre à aucun voeu, et
leur dépendance pouvoit cesser du moment qu'elle leur deviendroit trop
pénible. C'est un corps, disoit Bossuet, _où tout le monde obéit et
personne ne commande_, ce qui exprime parfaitement ce mélange
heureusement tempéré de soumission et de liberté, qui étoit le premier
principe de cette illustre société.

Un projet aussi utile, autorisé par M. de Gondi, alors évêque de Paris, ne
pouvoit trouver d'obstacles; et les deux puissances se réunirent pour en
faciliter l'exécution. M. de Bérulle avoit déjà rassemblé cinq prêtres
aussi pieux que savants, presque tous docteurs de la faculté de théologie
de Paris; et le 11 novembre 1611, il s'étoit logé avec eux au faubourg
Saint-Jacques à l'hôtel du Petit-Bourbon, autrement nommé _le Séjour de
Valois_, lequel occupoit l'endroit où est situé aujourd'hui le
Val-de-Grâce. Dès le mois de décembre suivant, Marie de Médicis fit
expédier des lettres-patentes[358] pour l'érection de cette congrégation,
et la déclara de fondation royale dès le 2 janvier 1612. Cependant le
fondateur, qui ne trouvoit la maison qu'il occupoit ni assez vaste ni
assez commode pour s'y établir à demeure, cherchoit à se procurer un
logement dans la ville: il fut d'abord question de lui donner l'hôtel de
la Monnoie, qu'on vouloit transférer rue de Bussy; mais ce projet n'eut
point d'exécution. Enfin, le 20 janvier 1616, il acheta, de
Catherine-Henriette de Lorraine, duchesse de Guise, l'hôtel du Bouchage,
situé rue du Coq, moyennant la somme de 90,000 livres.

          [Note 358: On sera peut-être curieux d'avoir ici un détail
          circonstancié des formalités qui s'observoient en pareille
          circonstance, pour donner une sanction entière à de
          semblables établissements. Sur le consentement de l'évêque,
          du 15 octobre 1612, ces lettres-patentes furent enregistrées
          au parlement le 4 septembre d'après; l'année suivante, le
          pape Paul V l'autorisa par une bulle du 6 des ides de mai
          (le 10) 1613; et en conséquence des lettres de relief
          adressées à la cour des aides le 16 décembre 1618, celles de
          1611 y furent enregistrées le 18 février 1619, et à la
          chambre des comptes le 10 avril 1629, en exécution de
          semblables lettres qui leur avoient été adressées au mois de
          janvier précédent.]

Dès qu'il en fut devenu propriétaire, il y fit bâtir une petite
chapelle; et l'on vit cet homme apostolique, dans l'ardeur d'un zèle
qui sembleroit aujourd'hui presque incroyable, et probablement
ridicule, y travailler lui-même, portant la hotte comme un manoeuvre.
Cependant le nombre de ses disciples grossissoit de jour en jour, et
la proximité du Louvre attirant dans cette chapelle un grand concours
de monde, elle se trouva bientôt trop petite: le fondateur se vit donc
dans la nécessité de songer à en bâtir une plus grande. Plusieurs
acquisitions que les prêtres de l'Oratoire firent dans les rues
Saint-Honoré, du Coq et d'_Autriche_, autrement dite du Louvre, depuis
1619 jusqu'en 1621, lui en procurèrent les moyens; et la première
pierre du nouvel édifice fut posée au nom du roi le 22 septembre 1621,
par le duc de Montbazon, gouverneur de Paris. En 1623, un brevet lui
donna la qualité d'Oratoire royal.

Ce monument fut commencé sur les dessins d'un architecte nommé
Métezeau. Il en jeta les premiers fondements; mais on lui préféra dans
la suite Jacques Lemercier, qui, dit-on, lui étoit fort inférieur.
Celui-ci conduisit l'ouvrage depuis le chevet jusqu'à la croisée, où
il s'arrêta. Les travaux ne furent repris que plusieurs années après,
et achevés sur les mêmes dessins, à l'exception de la grande tribune
et du portail, qui ne furent élevés qu'en 1745. L'architecte Caquier
fut chargé de construire ces parties qui, après un siècle entier,
terminèrent enfin cet édifice, lequel n'est cependant que d'une
médiocre grandeur. C'est une remarque qu'on a pu déjà faire, et qui
sera confirmée par la suite de cet ouvrage, que les édifices publics
de Paris, sans même en excepter les palais des rois, n'ont presque
jamais été le résultat d'un plan unique, exécuté par celui qui l'avoit
conçu, mais le plus souvent ne furent achevés que difficilement et
après de longs travaux sans cesse repris et interrompus; ce qui
explique mieux que toute autre chose le mauvais goût de leur
construction et l'incohérence de leurs diverses parties.

Cependant l'architecture de cette église n'est pas sans beautés.
L'intérieur en est orné d'un ordre corinthien dont on estime la
proportion, et l'on cite surtout le choeur qui en forme le chevet,
pour la parfaite exécution de son plan elliptique. Le portail, quoique
d'un style peu sévère, mérite aussi quelques éloges: il donne sur la
rue Saint-Honoré, dont il ne suit point l'alignement, mais où il se
présente dans une ligne diagonale qui fait qu'on peut l'apercevoir à
une certaine distance, en entrant par la rue de la Ferronnerie. Le
rez-de-chaussée en est élevé de plusieurs marches. Il se compose d'un
avant-corps dorique, dont les colonnes sont isolées. L'architecture
des deux arrière-corps est en pilastres du même ordre. Les deux
petites portes carrées de ces arrière-corps sont surmontées de deux
grands médaillons qui représentoient des sujets pieux, maintenant
effacés; au-dessus de cet ordre dorique s'élève un ordre corinthien
qui porte sur l'avant-corps; les deux entre-colonnements en étoient
autrefois décorés de trophées en bas-relief. Le tout est terminé par
un fronton d'une bonne proportion, et présente dans sa forme
pyramidale un aspect assez imposant[359].

          [Note 359: _Voyez_ pl. 47.]


     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE DE L'ORATOIRE.

     PEINTURES.

     La Nativité, la Visitation, l'Annonciation, Saint-Joseph réveillé
     par un ange. Tous ces tableaux, qui jouissoient de beaucoup
     d'estime, étoient de _Philippe de Champagne_.

     Près du choeur, saint Antoine, par Vouet; dans une chapelle
     sainte Geneviève recevant une médaille des mains de saint
     Germain, évêque d'Auxerre, par _La Grenée_ aîné.

     Dans une autre chapelle, saint Pierre-ès-Liens, par _Châles_.

     Dans la bibliothèque, les portraits de M. Achille de
     Harlay-Sancy, évêque de Saint-Malo, et du père Mallebranche.


     SCULPTURES.

     Dans le retable du maître-autel, un bas-relief en bronze doré,
     représentant la sépulture de N. S., morceau que l'on croit de
     _Girardon_, et qui avoit été donné à cette église par madame de
     Montespan. On estimoit la décoration de ce maître-autel, dont la
     forme offroit le modèle d'un petit temple circulaire d'une
     très-belle exécution.

     Dans la bibliothèque, le buste en marbre du général de la
     congrégation, P. de la Tour.


     SÉPULTURES.

     Dans cette église avoient été inhumés: Le cardinal de Bérulle,
     fondateur de l'ordre, mort en 1629[360].

          [Note 360: Sur un mausolée de marbre noir, le
          cardinal[360-A] est représenté à genoux, ayant devant lui un
          livre ouvert que lui présente un ange. Ce mausolée,
          remarquable parmi les monuments de la sculpture française,
          est de _François Anguier_. (Déposé pendant la révolution au
          musée des Petits-Augustins.)]

          [Note 360-A: Ce prélat, digne des anciens temps, mourut en
          disant la messe, et au moment qu'il prononçoit ces mots du
          canon: _hanc igitur oblationem_; il fut ainsi lui-même la
          victime du sacrifice qu'il n'eut pas le temps d'achever.
          Cette circonstance est rappelée dans son épitaphe, et
          exprimée dans le distique suivant:

            _Coepta sub extremis nequeo dùm sacra sacerdos
                  Perficere, at saltem victima perficiam._]

     Antoine d'Aubray, comte d'Offemont, lieutenant civil et frère de
     la célèbre empoisonneuse marquise de Brinvilliers, mort en 1670.

     Charles de Moy, marquis de Riberpré, lieutenant-général des
     armées du roi, mort en 16..

     Claude de Nocé, seigneur de Fontenay, sous-gouverneur du duc
     d'Orléans, mort en 1704.

     Dans une des chapelles à gauche de la nef, étoit la sépulture de
     la famille des Tubeuf.

Cette congrégation, bien que formée sur le modèle de celle de la
_Vallicelle_, n'en dépendoit en aucune manière: elle possédoit
soixante-treize maisons en France et étoit gouvernée par un général à
vie, lequel résidoit dans la maison attenante à cette église. Célèbre
par le grand nombre de sujets excellents qu'elle a produits, elle
compte des noms honorables dans presque toutes les parties des
sciences divines et humaines, dans la théologie, la controverse,
l'histoire sainte et profane, les belles-lettres, l'éloquence.
Plusieurs de ses membres n'ont pas moins fait d'honneur à leur siècle
qu'à leur congrégation, et souvent la dignité épiscopale a été la
récompense de leur piété et de leurs travaux. Parmi ces hommes
recommandables, nous citerons principalement le père Mallebranche,
l'un des plus profonds métaphysiciens qui aient jamais existé, et
l'illustre Massillon, justement placé au nombre de nos plus grands
écrivains et de nos prédicateurs les plus éloquents.

La bibliothèque, composée seulement de vingt-deux mille volumes, étoit
une des plus curieuses de Paris, tant par le choix des livres et des
éditions, que par les précieux manuscrits qu'elle possédoit[361].

          [Note 361: L'église de l'Oratoire a été concédée à des
          protestants qui y célèbrent leur culte; on a placé dans les
          bâtiments de la communauté les bureaux de la caisse
          d'amortissement.]



L'ÉGLISE SAINT-HONORÉ.

Les fondations d'églises étoient encore regardées au treizième siècle
comme une des oeuvres les plus méritoires qu'il fût possible de faire
pour opérer son salut; et de simples particuliers, poussés par ce
louable motif, ne craignoient pas d'y consacrer la plus grande partie
des biens qu'ils possédoient. C'est ainsi que fut fondée l'église
Saint-Honoré. Renold _Chereins_ ou _Cherei_, et _Sibylle_ sa femme, en
conçurent le projet dès l'an 1204. Ils possédoient près des murs de
Paris et sur le chemin qui conduit à Clichy neuf arpents de terre dont
ils consacrèrent le fonds et les revenus à cette pieuse
entreprise[362]. Ayant obtenu en 1205 le consentement d'Eudes de
Sully, évêque de Paris, et du curé de Saint-Germain-l'Auxerrois[363],
ils y joignirent, la même année, un arpent qu'ils acquirent dans la
censive de Saint-Martin-des-Champs, et de Saint-Denis-de-la-Chartre;
et ce nouveau terrain fut employé à bâtir l'église, un cimetière et
une maison pour le chapelain. En 1209, ils acquirent encore trois
autres arpents[364]; et l'église étant finie, ils déclarèrent que leur
intention étoit d'y placer des chanoines, et de fonder des prébendes
pour lesquelles ils demandèrent le terme de sept années. L'évêque leur
accorda encore leur demande, mais se réserva le droit de fixer le
nombre de ces bénéfices. Par les mêmes lettres, datées du mois
d'octobre 1208[365], il dispense de la résidence les premiers
chanoines qui auront fondé eux-mêmes leurs prébendes. Il paroît par le
même acte que la collation qui en fut laissée à Renold et à sa femme,
tant qu'ils vivroient, devoit revenir après leur mort au doyen et au
chapitre de Saint-Germain. En 1257, il y en avoit vingt et une de
fondées; Renaud, évêque de Paris, les réduisit à douze[366]; et il fut
convenu alors que la collation en appartiendroit alternativement à
l'évêque et au chapitre, ainsi qu'il avoit été réglé par une sentence
arbitrale de 1228[367]. La même convention portoit plusieurs autres
réglements dont l'effet étoit de prévenir toutes les contestations qui
jusque là s'étoient élevées au sujet de ces nominations. Le chantre
étoit le seul dignitaire qu'il y eût dans cette collégiale, qui étoit
une des _filles_ de l'archevêché[368]; mais, outre les douze
chanoines, il y avoit deux chapelains, quatre vicaires, quatre
chantres, et six enfants de choeur. Les membres de ce chapitre, dont
les canonicats passoient pour être les meilleurs de Paris,
desservoient tour à tour la cure, qui ne s'étendoit pas au-delà du
cloître.

          [Note 362: _Cart. S. Germ. Autiss._, fol. 46.]

          [Note 363: _Ibid._--et Dubreul, p. 802.]

          [Note 364: _Hist. S. Mart. de Campis_, p. 200.]

          [Note 365: Hist. de Par., t. V, p. 602.]

          [Note 366: Huit sacerdotales, deux diaconales et deux
          sous-diaconales. (Petit Pastor., fol. 86.)]

          [Note 367: Hist. de Par., t. III, p. 77.]

          [Note 368: _Voyez_ p. 361, 1re partie.]

En 1579, on jugea à propos d'augmenter l'église Saint-Honoré, ce que
l'on fit en ajoutant un peu à sa longueur, tant devant le clocher[369]
que derrière, mais sans rien changer à l'ancienne élévation. Cette
réparation imparfaite et de mauvais goût, qui même ne l'agrandit point
suffisamment, la fit paraître alors beaucoup trop basse, et l'on se
plaignoit qu'elle n'eût point la majesté convenable à une aussi riche
collégiale.

          [Note 369: Ce clocher fut élevé vers l'an 1300, et l'abbé
          Lebeuf a trouvé dans un acte de 1424 que le chapitre acquit,
          moyennant seize sous de rente, un petit terrain dans la
          justice de l'évêque, et faisant le coin de la rue des
          Petits-Champs, pour y construire le portail. C'étoit ainsi
          que la plupart des anciennes églises se formoient de parties
          incohérentes, élevées successivement à de longs intervalles,
          ce qui d'ailleurs ne répugnoit point au système de
          l'architecture gothique. La représentation que nous donnons
          de celle-ci doit paroître d'autant plus curieuse qu'elle
          provient d'un dessin original, lequel est unique, et n'a
          jamais été gravé. (_Voy._ pl. 47.) Il ne reste plus d'autre
          vestige de cette église, qu'une petite portion du mur du
          portail; le reste a été remplacé par des maisons; et le
          cloître est devenu un passage qui donne de la rue des
          Bons-Enfants dans la rue Croix-des-Petits-Champs, et que
          croisent deux autres passages aboutissant à la rue
          Saint-Honoré et à la nouvelle rue de Montesquieu.]


     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE SAINT-HONORÉ.

     TABLEAUX.

     Sur le maître-autel, décoré d'un morceau d'architecture d'ordre
     corinthien, Jésus-Christ au milieu des docteurs, par _Philippe de
     Champagne_.

     Dans la troisième chapelle à gauche, la Nativité, par _Bourdon_.


     SÉPULTURES.

     Dans cette église avoient été inhumés:

     La fondatrice Sibylle, morte en....

     Simon Morrier, que son épitaphe signaloit comme un factieux et un
     partisan déclaré des Anglois, sous le règne de Charles VII.

     Le cardinal Dubois, premier ministre sous la régence du duc
     d'Orléans, et d'abord chanoine de cette église, mort en
     1723[370].

          [Note 370: Sur son tombeau, déposé pendant la révolution au
          musée des Petits-Augustins, cet homme trop fameux est
          représenté à genoux devant un prie-Dieu, sur lequel est posé
          le livre des psaumes ouvert à ces mots: _miserere mei Deus_,
          etc. Cette figure est de _Coustou_, habile sculpteur du
          siècle dernier; et l'on prétend qu'il y a parfaitement saisi
          les traits et la physionomie du ministre. Il l'a représenté
          la tête et les yeux tournés vers l'épaule gauche, du côté du
          peuple, et la légère altération qu'il a mise dans ses traits
          semble indiquer le repentir. Il n'y a pas moins d'adresse et
          de circonspection dans l'épitaphe qui étoit encore plus
          difficile à traiter que la figure. Elle est de M. _Couture_,
          recteur de l'université de Paris, et mérite d'être citée:

            D. O. M.

            AD ARAM MAJOREM.

          _In communi Canonicorum sepulcreto situs est GUILLELMUS
          DUBOIS, S. R. E. cardinalis, archiepiscopus et dux
          Cameracencis, S. Imperii princeps, regi à secretioribus
          consiliis, mandatis et legationibus, publicorum cursorum
          præfectus, primus regni administer, hujus Ecclesiæ canonicus
          honorarius. Quid autem hi tituli? nisi arcus coloratus, et
          fumus ad modicum pariens. Viator, stabiliora solidioraque
          bona mortuo apprecare. Obiit anno 1723. Hoeredes grati erga
          regem et summum pontificem animi monumentum posuêre._]



HÔTELS

ET MAISONS REMARQUABLES.


ANCIENS HÔTELS.

À l'époque où nos rois commencèrent à habiter le Louvre, les grands
vassaux, déjà moins indépendants, venoient plus souvent dans la
capitale, tant pour leur rendre des hommages que pour participer à
leurs faveurs. Ces petits souverains, devenus courtisans, se logeoient
autant qu'il leur étoit possible auprès des maisons royales; et le
quartier où étoit située celle-ci fut bientôt rempli d'hôtels
magnifiques, sur lesquels nous allons recueillir les traditions des
historiens: car il ne reste presque plus de vestiges de ces anciens
édifices.


_Hôtel du Petit-Bourbon._

Il étoit situé dans la rue appelée d'_Autriche_, dont partie subsiste
encore et forme celle qui étoit nommée dans le siècle dernier
_cul-de-sac de l'Oratoire_. Cette rue se prolongeoit alors jusqu'au
bord de la rivière; et l'hôtel dont nous parlons s'étendoit
par-derrière jusqu'à la rue qui en a pris le nom, et qui faisoit alors
la continuation de celle des Fossés-Saint-Germain. À côté de la
chapelle de cet hôtel, il y avoit une autre rue qui alloit de celle
d'_Autriche_ au cloître de l'église, et formoit une équerre; cette
rue, qui n'existe plus, portoit, dans ses deux parties, ce même nom de
_Petit-Bourbon_[371].

          [Note 371: Elle fut ouverte en 1583.]

Il paroît que cet hôtel fut bâti peu de temps après que
Philippe-Auguste eut fait construire ou augmenter le Louvre. Sauval
tombe à ce sujet dans une étrange contradiction: après avoir dit que
les ducs de Bourbon y logèrent dès le temps de Philippe-le-Bel, il
avance plus loin qu'il ne fut construit que sous le règne de Charles
V; et il en donne pour preuve les lettres C et V sculptées sur le
portail de la chapelle. Il est évident que ces deux lettres ne
prouvent autre chose, sinon que, dans ces temps-là, il y fut fait
quelques augmentations ou embellissements; et l'on a une foule
d'exemples de chiffres placés sur des édifices à de semblables
occasions. Il existe en effet des titres antérieurs à cette époque,
qui contestent l'existence de cet hôtel[372], et d'autres prouvent
également qu'il fut agrandi sous Charles V. On trouve qu'en 1385 le
duc de Bourbon acheta à cet effet la maison _du Noyer_, qui
appartenoit au prieur et aux religieux de la Charité, et en 1390, la
voirie de l'évêque[373]. Sauval lui-même dit que, depuis 1303 jusqu'en
1404, les princes de cette famille achetèrent de plus de trois cents
personnes les maisons qui couvroient l'espace sur lequel cet hôtel fut
construit[374]. Leur palais, ainsi augmenté et embelli de siècle en
siècle, passoit pour un des plus vastes et des plus magnifiques qui
fussent dans le royaume: du temps de l'écrivain que nous venons de
citer, la galerie et la chapelle de cet hôtel existoient encore[375];
et il les décrit comme les édifices de ce genre les plus considérables
et les plus somptueux de Paris. La galerie surtout étoit d'une
dimension telle qu'on n'en connoissoit point de pareille dans tout le
royaume, et qu'elle fut choisie pour la représentation des fêtes qui
furent données à la cour, à l'occasion du mariage de Louis XIII. Louis
XIV s'en servit également dans les commencements de son règne pour les
bals et les comédies qui faisoient alors son principal amusement. Ce
fut aussi dans cette galerie que se tint l'assemblée des États du
royaume en 1614 et 1615.

          [Note 372: _Arch. S. Germ. Autiss._, reg. 1, fol. 70.]

          [Note 373: Arch. de l'archev.]

          [Note 374: Elles n'avoient pas sans doute dix toises
          chacune; car tout l'emplacement du Petit-Bourbon n'en
          contenoit guère plus de deux mille huit cents. (JAILLOT.)]

          [Note 375: Il avoit été en partie démoli en 1527, à
          l'occasion de la révolte et de l'évasion du fameux
          connétable de Bourbon. On sema du sel sur le sol qu'il
          occupoit; les armoiries du coupable y furent brisées, et le
          bourreau barbouilla les fenêtres et les portes qui restoient
          encore, de ce jaune infamant dont on barbouilloit les
          maisons des traîtres, et notamment des criminels de
          lèse-majesté.]

On abattit une partie des restes de cet immense édifice pour élever la
colonnade du Louvre; cependant, dans le siècle dernier, il en
subsistoit encore quelques portions, où étoient les écuries de la
reine et le garde-meuble de la couronne. La démolition en fut enfin
achevée pour découvrir le beau monument élevé sur l'autre partie de
ses ruines.


_Hôtel de Clèves._

De l'autre côté de la rue d'Autriche[376] étoit l'hôtel de Clèves. Du
temps de la Ligue il s'appeloit d'_Aumale_, et étoit occupé par Claude
de Lorraine, duc d'Aumale, marquis de Mayenne. On ignore comment et à
quelle époque il vint s'établir dans cette maison; quant au temps où
elle fut construite, on a trouvé une ancienne notice qui prouve que ce
fut par les ordres de Louis de France, fils de Philippe-le-Hardi, et
chef de la maison d'Évreux. Catherine de Clèves, duchesse douairière
de Clèves, s'y retira après la mort de son mari. Il passa depuis aux
ducs de Grammont.

          [Note 376: On la nommoit aussi rue du Louvre.]


_Hôtel de Clermont._

Il étoit situé, dit Sauval, auprès de l'hôtel de Clèves, et servoit de
demeure à Robert de France, comte de Clermont et sire de Bourbon. Il
avoit appartenu auparavant à la comtesse de Xaintonge et au prévôt de
Bruges. Valeran de Luxembourg, comte de Saint-Pol, connétable de
France, l'acheta en 1396: c'est sur l'emplacement qu'il occupoit, et
sur celui des maisons adjacentes jusqu'à la rue du Coq, que furent
bâties en partie l'église et la maison des pères de l'Oratoire.


_Hôtel de Joyeuse._

Dans cette rue du Coq et dans celle du _Louvre_ étoit situé l'hôtel de
Joyeuse; il avoit autrefois appartenu à la maison de Montpensier dont
il portoit le nom. Henri, dernier duc de Montpensier, le vendit à
François de Joyeuse, cardinal, qui le nomma hôtel du _Bouchage_, du
nom de sa famille. La proximité du Louvre engagea Gabrielle d'Estrées,
duchesse de Beaufort, à louer cette maison, ce qui lui fit donner le
nom d'hôtel _d'Estrées_; elle y demeuroit en 1594[377]. Cet édifice
avoit repris le nom d'hôtel du _Bouchage_, et il le portoit en 1616,
lorsque Henriette-Catherine de Joyeuse, duchesse de Guise, nièce et
héritière du cardinal de Joyeuse, le vendit à M. de Bérulle pour y
placer sa congrégation.

          [Note 377: Sauval, qui cite pour garant un registre de
          l'hôtel-de-ville (t. I, p. 27 et 431; t. II, p. 237 et 260),
          prétend que ce fut dans cet hôtel que Henri IV fut blessé
          par Jean Châtel. Le chancelier de Chiverni dit, dans ses
          mémoires, que ce malheur arriva dans l'hôtel de Schomberg,
          depuis l'hôtel d'Aligre. D'autres historiens avancent que ce
          fut au Louvre.]


_Hôtel d'Alençon._

Cet ancien hôtel occupoit autrefois l'intervalle qui sépare la rue des
Poulies du cul-de-sac de l'Oratoire, alors rue _d'Autriche_. Parmi
plusieurs traditions contradictoires sur son origine et ses diverses
révolutions, voici ce que nous avons trouvé de plus vraisemblable. Il
paroît qu'il fut bâti vers 1250 par les ordres d'Alphonse de France,
comte de Poitiers, frère de saint Louis, et qu'il prit le nom
_d'Osteriche_, de la rue où il étoit situé. Ce prince l'agrandit si
considérablement, au moyen de l'acquisition de dix maisons voisines,
qu'après sa mort[378] Archambaud, comte de Périgord, en vendit la
moitié à Pierre de France, comte d'Alençon et de Blois, cinquième
fils de saint Louis. Ce fut alors que cet hôtel prit le nom d'Alençon.
Enguerrand de Marigni en devint ensuite possesseur, on ignore à quel
titre; il y fit encore de grandes augmentations, en y joignant
plusieurs maisons et jardins situés du côté de la rue des Poulies, et
qui appartenoient au chapitre de Saint-Germain-l'Auxerrois. Après sa
mort, cet hôtel devint propriété royale; et quoique l'arrêt de sa
condamnation eût ordonné que sa maison seroit démolie, il ne paroît
pas que cet édifice ait été abattu. Il fut occupé depuis par Charles
de Valois et Marie d'Espagne sa veuve, qui y demeuroit en 1347. On en
distinguoit dès lors les deux parties sous les noms de _grand hôtel
d'Alençon_ rue d'Autriche, et de _petit hôtel d'Alençon_ rue des
Poulies. En 1421, on voit, par un compte rapporté par Sauval, que cet
hôtel étoit vide, ruiné et inhabitable. Il passa des ducs d'Alençon à
M. de Villeroi, qui le vendit, en 1568, à Henri III, alors duc
d'Anjou. Ce prince, appelé au trône de Pologne, le laissa à la reine
son épouse, et cette princesse en fit don à Castelan son premier
médecin. Albert de Gondi, duc de Retz et maréchal de France, l'acheta
en 1578 des enfants de ce dernier, et lui donna son nom, qu'il porta
encore plusieurs années[379] après. Malgré les démembrements qu'on en
avoit faits précédemment, cet hôtel étoit encore si vaste, que Marie
de Bourbon, duchesse de Longueville, en acheta une partie en 1581, sur
laquelle elle fit bâtir l'hôtel qui a porté son nom, et que depuis
Henri de Longueville vendit à Louis XIV, qui vouloit agrandir la place
du Louvre. Ce dessein n'ayant pas eu alors son exécution, l'hôtel de
Longueville, loin d'être abattu, fut réparé en 1709, pour servir de
logement au marquis d'Antin, directeur général des bâtiments, ce qui
le fit appeler _l'hôtel de la Surintendance_. En 1738 on en
reconstruisit une partie, qu'on disposa pour le service général des
postes, et l'on y joignit encore une portion de l'hôtel de Retz, dont
il avoit d'abord été formé. La moitié de cet édifice fut depuis
achetée par Louise de Lorraine, seconde femme du prince de Conti, qui
la fit démolir, et sur l'emplacement fit construire un nouvel hôtel
qui porta son nom. Depuis le duc de Guise en vendit une partie au roi,
l'autre fut acquise par M. de Villequier, et a porté le nom d'hôtel
d'Aumont. Ces hôtels ont été depuis revendus, rebâtis, puis abattus
dans le siècle dernier pour former la place du Louvre. Enfin une
portion considérable de l'hôtel d'Alençon, du côté du Louvre, a formé,
au milieu du siècle passé, l'hôtel de la Force et les jardins de
l'hôtel Longueville, et est aujourd'hui représentée par les maisons
qui font face à celle des pères de l'Oratoire[380].

          [Note 378: En 1281.]

          [Note 379: Ce fut dans cet hôtel de Retz que fut conduit
          l'exécrable Ravaillac après son attentat.]

          [Note 380: Entre autres par l'hôtel d'Angeviller.]


_Hôtel du comte Ponthieu._

Il étoit situé dans la rue des Fossés-Saint-Germain, qui faisoit alors
la continuation de la rue Béthisi: en 1359 on le nommoit la _cave de
Ponti_ et la cour de _Pontiau_. Guillot appelle cette partie de la rue
Béthisi, _la rue aux Quains de Pontis_, nom qu'elle portoit alors et
que lui avoit donné cet hôtel.


_Maison du Doyenné._

Elle étoit située dans le cloître Saint-Germain-l'Auxerrois[381],
vis-à-vis du grand portail de l'église et au coin du passage qui
conduisoit à la place du Louvre. Cette maison est célèbre par la mort
presque tragique de Gabrielle d'Estrées, duchesse de Beaufort et
maîtresse de Henri IV. Voici comment cette histoire est racontée dans
Saint-Foix, et dans les mémoires de Sully: «Elle vint loger chez
_Zamet_: c'étoit un Italien fort riche, qui s'étoit qualifié, dans le
contrat de mariage de sa fille, _seigneur suzerain de dix-sept cent
mille écus_, et qui s'étoit rendu agréable à Henri IV par son
caractère plaisant et enjoué. Se promenant dans son jardin, après
avoir mangé d'un citron, d'autres disent d'une salade, elle se sentit
tout à coup un feu dans le gosier, et des douleurs si aiguës dans
l'estomac, qu'elle s'écria: _Qu'on m'ôte de cette maison_[382], _je
suis empoisonnée_. On l'emporta chez elle[383]; son mal y redoubla
avec des crises et des convulsions si violentes, qu'on ne pouvoit
regarder sans effroi cette tête si belle quelques heures
auparavant[384]. Elle expira la veille de Pâques 1599, vers les sept
heures du matin: on l'ouvrit, et l'on trouva son enfant mort. Henri IV
fit prendre le deuil à toute la cour, et le porta la première semaine
en violet et la seconde en noir. La plupart des historiens, ajoute
Saint-Foix, n'attribuent cette mort si frappante qu'aux effets d'une
grossesse malheureuse.»

          [Note 381: Elle a été depuis abattue, ainsi que plusieurs
          maisons de la rue du Petit-Bourbon, contiguë à ce passage,
          pour former une place devant l'église.]

          [Note 382: On avoit déjà parlé de marier Henri IV avec Marie
          de Médicis; et comme Zamet étoit né sujet du duc de
          Florence, ses ennemis le soupçonnèrent d'un crime dont il
          n'y eut toutefois aucune preuve.]

          [Note 383: Dans cette maison du Doyenné qu'elle occupoit,
          sans doute pour être à la proximité du Louvre et de sa tante
          la marquise de Sourdis, dont l'hôtel étoit situé dans un
          cul-de-sac, rue des Fossés-Saint-Germain.]

          [Note 384: Sauval assure avoir connu des vieillards qui lui
          avoient dit qu'après sa mort on l'exposa dans la grand'salle
          de sa maison; qu'elle étoit vêtue d'une robe de satin blanc,
          et couchée sur un lit de parade de velours cramoisi, enrichi
          de dentelles d'or et d'argent.

          Saint-Foix dit qu'il n'est pas vraisemblable qu'on ait
          exposé à la vue du public une personne à qui des symptômes
          terribles de mort avoient défiguré tous les traits et tourné
          la bouche jusque derrière le cou.]

       *       *       *       *       *

Les deux seuls hôtels remarquables qu'il y ait maintenant dans ce
quartier sont:

1º. L'hôtel d'Aligre, ci-devant de Schomberg, situé rue Baillet et rue
Saint-Honoré. Le grand-conseil y a tenu long temps ses séances.

2º. L'hôtel d'Angeviller, situé rue de l'Oratoire, lequel sert
maintenant de dépôt principal au _Musée Royal_.


FONTAINES.

Sous Philippe-Auguste, il n'y avoit encore que trois fontaines
publiques à Paris: celles des _Innocents_, des _Halles_, et la
fontaine _Maubuée_, située au coin de la rue qui porte ce nom et de la
rue Saint-Denis.

Dans l'intervalle qui sépare le règne de ce prince de celui de Louis
XII, on éleva successivement treize autres fontaines. Quatre de ces
fontaines étoient hors de l'enceinte de la ville avant le règne de
Charles V: c'étoient celles de Saint-Lazare, des Filles-Dieu, des
Cultures Saint-Martin et du Temple; elles y furent alors renfermées, à
l'exception de la fontaine Saint-Lazare.

Les neuf autres fontaines existant à cette même époque dans les divers
quartiers de Paris étoient celles de la rue Salle-au-Comte (dite la
fontaine de Marle), de la rue Saint-Avoye, de la rue Bar-du-Bec, de la
porte Baudoyer ou Baudet, de la rue Saint-Julien, du Ponceau, de la
Reine, de la Trinité et de la rue des Cinq-Diamants. Toutes ces
fontaines étoient alimentées par les aquéducs de Belleville et du pré
Saint-Gervais, et ne donnoient de l'eau qu'à la partie septentrionale
de Paris[385].

          [Note 385: Il est remarquable que la première fontaine qui
          fut élevée dans la Cité étoit alimentée par les eaux de
          l'aquéduc Saint-Gervais. Ce fut en 1605 et sur l'emplacement
          de la maison du père de Jean-Châtel, que le prévôt des
          marchands Miron la fit construire, après qu'on eut abattu la
          pyramide infamante qui d'abord avoit été bâtie sur les
          ruines de cette maison. On y lisoit ce distique latin qui
          rappeloit la mémoire de l'attentat du régicide, et de la
          destruction du monument destiné à en éterniser le souvenir:

            _Hic, ubi restabant sacri monumenta furoris,
                Eluit infandum Mironis unda scelus._

          Peu d'années après, cette fontaine fut transférée dans la
          cour méridionale du Palais de Justice, et elle y étoit déjà
          en 1724. Elle existe encore sous le nom de fontaine
          _Sainte-Anne_, et reçoit de l'eau de la pompe du pont
          Notre-Dame.]

Sous Henri IV ces deux aquéducs, depuis long-temps négligés,
tomboient en ruine, et le volume d'eau qu'ils fournissoient n'étoit
plus suffisant. Une ordonnance de ce prince établit une augmentation
sur l'impôt que payoient les vins à leur entrée à Paris; le produit en
fut destiné à la réparation de ces deux aquéducs, et de nouvelles
fontaines furent élevées: celle du Palais et le bâtiment de la
Samaritaine.

Cependant la partie méridionale de Paris manquoit toujours d'eau.
Déjà, sous le règne de ce même prince, les vestiges qui restoient
encore de l'aquéduc bâti de ce côté par les Romains, avoient fait
naître l'idée de le rétablir. Des fouilles furent commencées en 1609 à
travers la plaine de Long-Boyau du côté de Rungis, afin de découvrir
la source d'où provenoient les eaux qui avoient été anciennement
conduites au palais des Thermes: la mort de Henri IV interrompit ce
projet. On le reprit lors de la construction du palais du Luxembourg;
et alors il fut proposé de conduire les eaux de Rungis à Paris. Le
projet ayant été accepté, Louis XIII et la reine Marie de Médicis
posèrent, le 17 juillet 1613, la première pierre de l'aquéduc, qui fut
élevé sur les dessins de Jacques Desbrosses et achevé en 1624. Une
partie de cet aquéduc traverse le vallon d'Arcueil sur vingt-cinq
arches; auprès sont des restes de l'ancien aquéduc romain, et cette
construction moderne en soutient la comparaison. Elle a douze toises
de hauteur sur deux cents de longueur; de distance en distance et
depuis Arcueil jusqu'à Paris, on rencontre plusieurs autres petites
constructions qui sont des _regards_ de la conduite des eaux. La
longueur totale de cette conduite jusqu'au Château-d'Eau situé près de
l'Observatoire est de 6600 toises.

En 1624, l'aquéduc étant achevé, on s'occupa de la distribution des
eaux; et quatorze fontaines que l'on construisit, furent alimentées
par cette source nouvelle.

Cependant la population de Paris ne cessant de s'accroître, les eaux
fournies par les trois aquéducs et par la pompe de la Samaritaine
devenoient encore insuffisantes; et l'abus des concessions que l'on
faisoit trop indiscrètement à des corporations et à des particuliers
augmentoit encore cette disette. Des recherches que l'on fit en 1551
aux environs du village de Rungis procurèrent un accroissement aux
sources qui alimentoient la partie méridionale de Paris; et cet
accroissement reçut le nom de _nouvelles eaux d'Arcueil_. En 1666
toutes les concessions particulières que la ville avoit faites sur les
trois aquéducs furent supprimées par un arrêt du conseil et en 1669 on
procéda à une distribution nouvelle des eaux de Paris.

Cette même année deux mécaniciens, Daniel Jolly et Jacques Demance,
proposèrent d'établir sur le pont Notre-Dame des machines hydrauliques
semblables à celle du pont Neuf: leurs propositions furent acceptées;
ils exécutèrent simultanément deux mécanismes différents qui
fournirent une masse plus considérable de beaucoup que celles que
donnoient les trois aquéducs réunis. Ce travail ayant été achevé en
1671, un arrêt du conseil de la même année ordonna qu'il seroit établi
de nouvelles fontaines; et l'on en construisit un assez grand nombre
dans les divers quartiers de Paris, et jusqu'à la fin du règne de
Louis XIV.

Cependant Paris recevoit sans cesse de nouveaux accroissements; et le
besoin d'eaux plus abondantes se faisoit sentir de jour en jour
davantage. On éleva encore sous Louis XV plusieurs fontaines, dont
quelques-unes même furent remarquables par leur masse et par le luxe
de leurs ornements; mais ni les aquéducs ni les pompes ne suffisoient
pour les alimenter. Dans cet embarras extrême, il fut proposé en 1762
de conduire à Paris les eaux de la petite rivière de l'Yvette qui
prend sa source entre Versailles et Rambouillet, et se jette dans la
rivière d'Orge, un peu au-dessus de Juvisy. L'aquéduc que l'on auroit
construit pour opérer cette dérivation auroit eu 17 à 18,000 toises de
développement, et eût donné 1,200 pouces d'eau à la ville de Paris.
Ce projet, long-temps discuté et reproduit plusieurs fois depuis cette
époque jusqu'en 1775, fut enfin tout-à-fait abandonné, à cause des
difficultés de son exécution.

Enfin l'établissement des pompes à feu résolut le problème dont on
étoit si péniblement occupé et depuis si long-temps. Deux
établissements de ce genre furent formés à Chaillot et au
Gros-Caillou: et alors l'eau coula avec abondance non-seulement dans
les fontaines publiques, mais encore dans les maisons des
particuliers. La dérivation des eaux de la rivière d'Ourcq et leur
conduite à Paris, grands et utiles travaux qui ont été opérés depuis
la révolution, ont achevé de compléter cette partie si importante de
l'administration dans une ville aussi immense; et l'eau y abonde
maintenant de toutes parts, tant pour les jouissances du luxe que pour
les besoins de première nécessité.

Nous donnerons successivement l'historique de toutes les fontaines de
Paris, selon l'ordre où elles se présenteront dans la description
particulière des quartiers auxquels elles appartiennent, continuant
toujours à séparer les travaux de ce genre exécutés depuis la
révolution, de ceux qui l'ont précédée.


FONTAINE DE LA CROIX DU TIROIR.

Cette fontaine avoit été élevée sous le règne de François Ier et par
son ordre au milieu de la rue de l'Arbre-Sec. Comme elle y obstruoit
la voie publique, le prévôt des marchands la fit transférer dans un
pavillon construit en 1606 au coin de cette même rue, pour servir de
réservoir aux eaux d'Arcueil. Ce monument, que l'on devoit au célèbre
prévôt des marchands Miron, fut réédifié en 1776, sur les dessins de
l'architecte Soufflot. Il a la forme d'un pavillon carré composé d'un
rez-de-chaussée et de deux étages que couronne une galerie soutenue
par des consoles à têtes de dieux marins. Le soubassement, appareillé
en bossages, est terminé dans toute sa longueur par une plinthe sur
laquelle s'élèvent des pilastres en stalactites qui encadrent les
croisées, et qui sont ornés de chapiteaux à coquilles; entre les
croisées du premier étage est placée une figure de naïade en
demi-relief. Toute cette construction est d'un bon style et d'un
caractère convenable. On y lisoit l'inscription suivante, composée par
l'architecte lui-même:

     «_Ludovicus XVI, anno primo regni, utilitati publicæ consulens,
     castellum aquarum arcûs Jul. vetustate collapsum à fundamentis
     reædificari et meliore cultu ornari jussit. Carol. Claud.
     d'Angeviller, Com. regiis ædificis prop._»



RUES ET PLACES DU QUARTIER DU LOUVRE.

_Rue d'Angeviller._ Elle va de la rue de l'Oratoire à celle des
Poulies, et a été percée vers la fin du siècle dernier, sur le terrain
occupé autrefois par l'hôtel de Créqui; elle doit son nom à l'hôtel
_d'Angeviller_ dont elle est voisine.

_Rue de l'Arbre-Sec._ Elle aboutit à la place de l'École et à la rue
Saint-Honoré. Guillot l'appelle de _l'Arbre-Sel_; mais son vrai nom
est _Arbre-Sec_, et elle le portoit dès le treizième siècle, _vicus
Arboris Siccæ_[386]. Ce nom lui vient de l'enseigne d'une maison
située près de l'église Saint-Germain, et qui existoit encore du temps
de Sauval[387]. L'évêque de Paris avoit dans cette rue une grange et
un four, entre le cloître Saint-Germain et le cul-de-sac de
Court-Bâton. Il étoit appelé dans le principe _le Four-l'Évêque_, _le
Four-Franc_. En 1372 on le nommoit _le Four Gauquelin_[388].

          [Note 386: Pet. cart., fol. 163, c. 223.]

          [Note 387: Cens. de l'évêch., 1489.--Sauval, t. I, p. 109.]

          [Note 388: Il y a dans cette rue trois culs-de-sacs:

          1º. Celui des _Provençaux_. Il doit son nom à une enseigne
          qui subsistoit encore en 1772. On l'appeloit anciennement
          _Arnoul de Charonne_, du nom d'un particulier qui y
          demeuroit en 1293. Depuis, par altération, _Raoul de
          Charonne_ et _Arnoul le Charron_. (_Cart. S. Germ. Autiss._,
          fol. 38 et 39.--Cens. de l'év.)

          2º. Celui de _la Petite-Bastille_. En 1499, il étoit cité
          sans nom dans les censiers de l'évêché, sous la seule
          dénomination de _Ruelle-sans-bout_. En 1540, on le trouve
          nommé _Jean de Charonne_. Enfin il a reçu son dernier nom
          d'un cabaret qui en occupoit le fond.

          3º. Le cul-de-sac de _Court-Bâton_[388-A]. Il formoit
          autrefois avec celui de _Sourdis_ une rue qui aboutissoit
          dans celle de l'Arbre-Sec et sur le fossé. On la nommoit
          _Chardeporc_; et elle devoit ce nom à _Adam Chardeporc_,
          qui, en 1251, possédoit plusieurs maisons sur le fossé
          Saint-Germain. (_Cart. S. Germ. Autiss._, fol. 72.) Comme on
          appeloit anciennement un porc _bacco_, et _bacon_ quand il
          étoit salé, on donna à cette rue le nom de _Bacon_, qu'elle
          portoit en 1340. (Reg. 1, fol. 13.) On voit cependant, par
          le _dit_ de Guillot et le rôle de 1313, que cette rue
          s'appeloit du _Col-de-Bacon_, vraisemblablement d'une
          enseigne. Il fut ensuite changé, par altération, en _Cop_ ou
          _Coup-de-Bâton_; et c'est ainsi qu'elle est désignée dans la
          liste du quinzième siècle. On a dit ensuite de
          _Court-Bâton_, du nom d'une maison qui faisoit le coin de
          cette rue et de celle des Fossés. (Reg. des Ensaiss. de
          l'archev., 1636)]

          [Note 388-A: Il est maintenant fermé d'une grille.]

À l'extrémité de cette rue, du côté de celle de Saint-Honoré, est la
fontaine dont nous avons déjà parlé, et l'on y voyoit autrefois une
croix vulgairement appelée du _Tiroir_. Parmi les anciens noms
qu'offre la topographie de Paris, il n'en est aucun dont l'orthograghe
ait éprouvé autant de variations. On le trouve écrit _Traihouer_,
_Traihoir_, _Trayoir_, _Trahoir_, _Triouer_, _Trioir_, _Tirauer_,
_Tirouer_, _Tyroer_, _Tiroir_, _Tiroi_. Les uns le font venir du mot
latin _trahere_ (tirer); d'autres de _trier_. Ceux-ci prétendent
qu'on y tiroit les draps, ceux-là que c'étoit un marché où l'on
vendoit et où l'on trioit les animaux. Sauval pense que ce nom venoit
du fief de _Therouenne_[389], qu'on appeloit par corruption _Tiroie_;
et un savant distingué, (M. Bonami), très-versé dans nos antiquités, a
adopté cette étymologie. Jaillot la rejette, en prouvant d'abord que
le fief de Therouenne ne s'étendoit pas jusque là, observant ensuite
(ce qui est le plus décisif) que si son nom lui fût venu de ce fief,
on lui eût donné la même dénomination en latin: or, _Thérouenne_ se dit
_Tarvanna_ et _Tarvenna_; et la croix du Tiroir a toujours été nommée
_Crux Tractorii_, _Crux Tiratorii_[390]. Du reste, en combattant cette
opinion, il ne trouve rien de satisfaisant à mettre à la place; et la
même incertitude demeure sur la vraie signification de ce mot.

          [Note 389: T. I, p. 243.]

          [Note 390: Arch. de N. D., compte de 1407.]

La place où se trouvoit la croix du Tiroir étoit beaucoup plus large
autrefois qu'elle ne l'est aujourd'hui. Nous avons déjà dit que
François Ier y fit construire une fontaine en 1529.

Quelques bouchers placèrent des étaux à l'entour, et des fruitiers
étalèrent leurs denrées sur les marches de cette croix. Comme la voie
publique en étoit obstruée[391], et qu'on avoit plusieurs fois porté des
plaintes à ce sujet, la croix fut ôtée en 1636, et replacée à l'angle du
réservoir des eaux d'Arcueil, que le prévôt des marchands avoit fait
construire au coin de cette rue et de celle Saint-Honoré[392]. Cette
place étoit un lieu patibulaire où l'on exécutoit quelquefois des
criminels dans l'étendue de la juridiction épiscopale; et Sauval en a
tiré cette conjecture fort raisonnable que la croix y avoit été placée
pour offrir une dernière consolation, et montrer, dans ces tristes
moments, le signe du salut aux malheureux qu'on y faisoit mourir.

          [Note 391: Cette place devint un lieu de rassemblement. En
          1505 il y éclata une espèce de sédition, à l'occasion d'une
          marchande que le curé, dit-on, ne vouloit pas enterrer,
          avant qu'on ne lui eût montré si, dans son testament, il
          existoit un legs pour l'église; ce qui semble bien
          incroyable. Sous Charles VI, il y avoit déjà eu au même
          endroit une émeute, à laquelle l'excès des contributions
          avoit servi de prétexte.]

          [Note 392: _Voyez_ p. 837.]

_Rue Baillet._ Elle aboutit dans la rue de la Monnoie et dans celle de
l'Arbre-Sec. En 1297, elle s'appeloit rue _Dame Gloriette_, et rue
_Gloriette_ en 1300. Le nom de _Baillet_ est celui d'une famille
très-connue qui demeuroit dans cette rue. Le procès-verbal de 1636
l'appelle _Baillette_.

_Rue Bailleul._ Elle traverse de la rue de l'Arbre-Sec dans celle des
Poulies. En 1271, 1300, 1313, et même au siècle suivant, elle
s'appeloit rue _d'Averon_, _d'Avron_, _Daveron_[393]. On pense qu'elle
doit son dernier nom à Robert _Bailleul_, clerc des comptes, qui y
demeuroit en 1423, et dont la maison faisoit le coin de cette rue et
de celle des Poulies[394].

          [Note 393: _Cart. S. Germ. Autiss._, fol. 27--_verso et
          seq._]

          [Note 394: _Cens. S. Germ. Autiss._, an. 1554.]

_Rue de Beauvais._ Elle commence à la rue Froi-Manteau, et finit au
bout de la rue Champ-Fleuri. Au milieu du treizième siècle, on disoit
_en Byauvoir_, etc., _vicus de Byauvoir_[395]; en 1372, _Beauvoir_.
Dès 1450, on la trouve indiquée sous le nom de _Beauvais_; elle se
prolongeoit anciennement jusqu'à la rue du Coq[396].

          [Note 395: _Hist. univ. Par._, t. III, p. 459.--Arch. de
          l'archev.]

          [Note 396: La portion de cette rue qui étoit du côté de la
          vieille place du Louvre a été abattue pour l'agrandir; cette
          place est nommée maintenant place d'_Austerlitz_, et
          l'espace qui est devant la façade latérale du palais, du
          côté de la rue du Coq, se nomme place de _Marengo_.]

_Rue du Petit-Bourbon._ Elle commençoit au bout de la rue des Poulies,
au coin de celle de Fossés-Saint-Germain, et aboutissoit aux quais de
l'École et de Bourbon. Au treizième siècle, ce quartier s'appeloit
_Osteriche_. Le nom s'en est conservé long-temps dans la rue appelée
_d'Autriche_, dont partie subsiste encore, et forme, comme nous
l'avons dit, la rue de l'Oratoire. Cette rue d'Autriche se prolongeoit
jusqu'au quai de Bourbon, appelé simplement, ainsi que ceux de l'École
et du Louvre, _Grand rue sur la rivière_. C'étoit là qu'étoit bâti le
palais du Petit-Bourbon, dont nous venons de parler[397].

          [Note 397: _Voyez_ p. 822. Elle fait maintenant partie de la
          place qui est devant la colonnade, et qu'on nomme place
          d'_Iéna_.]

_Rue Champ-Fleuri._ Elle commence à la rue Saint-Honoré, et finit à la
rue de Beauvais. Du temps de Philippe-Auguste, elle étoit hors de la
ville, et son nom vient sans doute de quelques jardins sur lesquels
elle aura été ouverte. Elle portoit ce nom dès 1271, _vicus de Campo
Florido_[398]. On a dit ensuite rue de _Champ-Flori_ et
_Champ-Fleuri_.

          [Note 398: _Cart. S. Germ. Autiss._, folio 28, _verso_.]

_Rue du Chantre._ Elle aboutit dans la rue Saint-Honoré et dans la
place du Vieux Louvre. Dès 1313 et jusqu'en 1386, elle se nommoit rue
_au Chantre_. On présume qu'une maison de cette rue, dite _la maison
au Chantre_, lui a fait donner ce nom.

_Rue du Coq._ Elle commence à la rue Saint-Honoré et aboutit au
Louvre. En 1271, et jusqu'à la fin du siècle suivant, elle s'appeloit
rue de _Richebourc_ et _Richebourg_[399]. En 1276, on la trouve
désignée sous les deux noms _du Coq_ et _de Richebourg_[400]; elle les
devoit à deux familles qui y ont demeuré.

          [Note 399: _Cart. S. Germ. Autiss._, fol. 28, _verso_.]

          [Note 400: Arch. de l'archev.]

_Rue du Demi-Saint._ Elle va du cloître Saint-Germain dans la rue des
Fossés. Dans un acte de 1271, elle est nommée _vicus qui dicitur
truncus Bernardi_[401]. En 1300 et 1313, on avoit altéré ce nom et on
l'appeloit _Trou-Bernard_, ce qui continua jusqu'à la fin du quinzième
siècle. Depuis elle a reçu celui du _Demi-Saint_, parce qu'à son
entrée on avoit mis une statue à moitié rompue pour en interdire le
passage aux chevaux[402].

          [Note 401: Arch. de S. Germ. l'Auxer.]

          [Note 402: Cette rue est maintenant fermée du côté du
          cloître.]

_Place de l'École._ Cette place et le quai qui commence au carrefour
ou place des Trois-Maries, et finit à la rue du Petit-Bourbon, doivent
ce nom aux écoles établies en cet endroit pour l'instruction des
jeunes clercs de Saint-Germain-l'Auxerrois. Au treizième siècle ce
quai s'appeloit _la grand-rue de l'École_, _magnus vicus Scholæ S.
Germani 1290_; _vicus qui dicitur Schola S. Germani 1298_[403]. Il y
avoit alors sur ce quai une rue qui aboutissoit devant l'église; elle
s'appeloit _ruella de Fabricâ S. Germani_[404]. Quant à la place, on
la nommoit anciennement _la place aux Marchands_[405], elle étoit
encore ainsi nommée en 1369 et en 1372; mais en 1413 on la trouve
indiquée sous celui de _place de l'École_[406].

          [Note 403: _Cart. S. Germ. Autiss._, fol. 14 et 61.]

          [Note 404: _Ibid._]

          [Note 405: Ensaiss. de S. Germ., reg. 2, fol. 36 et 64.]

          [Note 406: Ensaiss. de S. Germ. Reg. 3, fol. 54. Devant
          cette place étoit un port qui servoit d'arrivage aux
          marchandises, et de dépôt de navigation. Avant la
          construction du pont Neuf, il y avoit sur cette place, comme
          sur d'autres points des rivages de la Seine, un nombre
          suffisant de bachoteurs ou passeurs d'eau pour la facilité
          des communications.]

Le quai qui porte le même nom avoit été dressé, élargi et pavé sous le
règne de François Ier. Il le fut de nouveau en 1719.

_Rue Froi-Manteau._ Elle va d'un côté à la rue Saint-Honoré et à la
place du Palais-Royal, et de l'autre au quai du Louvre vers le premier
guichet. Ce nom, dont on n'a pu découvrir l'étymologie, n'a varié que
dans la prononciation ou dans l'orthographe. En 1290, on lit _vicus de
Frementel_ et _de Frigido Mentello_[407]. Depuis 1313 jusqu'à présent,
on a dit _Froit-Mantel_, _Froid-Manteau_, _Froit-Mantyau_,
_Frémanteau_, et _Fromenteau_[408]. Ces deux derniers noms sont les
plus usités dans les actes et sur les plans de Paris.

          [Note 407: _Cart. S. Germ. Autiss._, fol. 67 et 68.]

          [Note 408: Arch. de l'archev., et de S. Honoré.]

_Rue des Fossés-Saint-Germain._ Elle commence au coin des rues du
Roule et de la Monnoie, et finit au bout des rues des Poulies et du
Petit-Bourbon. Au milieu du treizième siècle, on disoit simplement _le
Fossé_, _in Fossato_; dans les suivants, on a dit _rue des
Fossés-Saint-Germain_. Ce nom vient des fossés que les Normands
creusèrent autour de l'église Saint-Germain, lorsqu'ils y établirent
leur camp en 886[409].

          [Note 409: _Abb. v. 174 et seq._]

Cette rue ne s'étendoit que jusqu'à celle de l'Arbre-Sec, où commence
la rue de Béthisi; mais par la déclaration du roi de 1702, on a donné
à celle-ci jusqu'à la rue du Roule le nom _des Fossés-Saint-Germain_,
afin que la rue Béthisi ne se trouvât pas dans deux quartiers
différents[410].

          [Note 410: Dans cette rue est un cul-de-sac appelé _de
          Sourdis_. Il doit ce nom à un hôtel qui y subsistoit encore
          en 1772. Vis-à-vis ce cul-de-sac étoit autrefois la poste
          aux chevaux.]

_Rue des Prêtres et Cloître de Saint-Germain-l'Auxerrois._ On entroit
dans ce cloître, 1º par la rue de l'Arbre-Sec et du Petit-Bourbon; 2º
par celle des Prêtres[411]; 3º par la rue du Demi-Saint et par la
ruelle de la _Fabrique_ dont nous avons parlé. La rue des Prêtres doit
ce nom à ceux de Saint-Germain qui y demeuroient. Elle finissoit
autrefois à la place de l'École; mais dans la division qui fut faite
en 1702, on a donné son nom à une partie de la rue Saint-Germain
jusqu'au carrefour des Trois-Maries, afin que cette dernière rue,
comme celle de Béthisi, ne se trouvât pas divisée en deux
quartiers[412].

          [Note 411: On donnoit indifféremment à ces trois rues le nom
          de _rues ou ruelles du cloître, ruelle par laquelle on va à
          l'église, et y aboutissant_.]

          [Note 412: Il y a dans le cloître un cul-de-sac que l'on
          nommoit, au quinzième siècle, rue _de la Treille_, ensuite,
          ruelle du _Puits du Chapitre_. Un titre de 1271 la désigne
          sous le nom de _ruella Guidonis de Ham_. Elle a repris le
          nom de _cul-de-sac de la Treille_.]

_Rue Saint-Honoré._ La partie de cette rue qui dépend de ce quartier
commence au coin de celle du Roule et des Prouvaires, et finit à celui
des rues des Bons-Enfants et Froi-Manteau. Nous avons déjà remarqué
(quartier Sainte-Opportune) qu'une partie de cette rue jusqu'à celle
de l'Arbre-Sec s'appeloit rue de _Château-Fêtu_. De là jusqu'à la
porte construite entre le cul-de-sac de l'Oratoire et la rue du Coq,
on la nommoit, aux treizième et quatorzième siècles, rue de _la Croix
du Tirouer_, et au-delà de la porte, _la Chauciée Saint-Honoré_[413].
Les agrandissements de Paris et la nouvelle enceinte élevée par
Charles V lui firent donner dans toute cette partie, jusqu'à la
nouvelle porte qui fut construite près des Quinze-Vingts, le nom de
rue Saint-Honoré, et depuis cette porte, on l'appeloit _grand'-rue
Saint-Louis_, comme nous le dirons en son lieu. À l'égard du nom de
_Château-Fêtu_, dont l'étymologie a fort exercé les antiquaires, il
est probable que c'étoit celui de quelque famille distinguée qui
habitoit cette rue. Il y avoit encore en 1348, entre Saint-Landri et
la rivière, une maison appelée le _Château-Fêtu_[414]; et dans le
manuscrit de coutumes de la marchandise, il est fait mention à l'an
1268 de Jehan Popin de Château-Fêtu comme d'un notable bourgeois,
alors membre du conseil de la ville, et depuis prévôt des marchands.

          [Note 413: Elle a pris ce nom de l'église qui étoit sous
          l'invocation de saint Honoré, évêque d'Amiens.]

          [Note 414: Arch. du chap. de N. D.]

_Rue Jean-Saint-Denis._ Elle commence à la rue Saint-Honoré, et
aboutit à celle de Beauvais. On ne trouve point qu'elle ait porté
d'autre nom. Dans plusieurs actes, et notamment dans l'acte de
réduction des prébendes de Saint-Honoré, du mois de décembre 1258, il
est fait mention de Jacques de Saint-Denis, chanoine de cette église;
il est possible que sa famille ait donné le nom à cette rue[415].

          [Note 415: On la nomme maintenant rue de la
          _Bibliothèque_.]

_Rue Jean-Tison._ Elle donne d'un bout dans la rue des
Fossés-Saint-Germain, et de l'autre dans la rue Bailleul. Elle doit
son nom, comme la précédente, à une famille notable qui existoit déjà
avant le treizième siècle[416]. Dans la liste des rues de 1450, elle
est appelée rue _Philippe Tyson_.

          [Note 416: _Cart. S. Germ. Autiss._, fol. 52, _verso_.]

_Place des Trois-Maries._ Elle est située au bout et en face du pont
Neuf, ce qui la faisoit appeler au commencement du siècle passé _rue
du pont Neuf_. Il y avoit anciennement en cet endroit un port où
abordoient les bateaux chargés de foin; une ruelle qui y aboutissoit
en prit le nom de rue _au Fain_, et, du temps de Corrozet, on
l'appeloit encore rue _du Port au Foin_. Elle a pris son nom actuel
d'une maison qui, en 1564, avoit pour enseigne les Trois-Maries[417].
C'est la troisième des cinq qui formoient la gauche de cette place, du
côté de Saint-Germain-l'Auxerrois.

          [Note 417: Arch. de l'archev.]

_Rue de la Monnoie._ Elle est située entre la rue du Roule et la place
des Trois-Maries, et doit son nom à l'hôtel de la Monnoie qui y étoit
situé. Au treizième siècle on l'appeloit _rue o Cerf, vicus Cervi in
censiva S. Dyonisii de carcere_[418]. On n'a pu découvrir en quel
temps l'hôtel de la Monnoie y fut transporté, et lui fit prendre ce
dernier nom[419].

          [Note 418: Cart. de Sorb., fol. 145, _verso_.--_Cart.
          épiscop._ 1282.]

          [Note 419: Les anciens bâtiments qui subsistoient encore
          vers le milieu du dernier siècle annonçoient le règne de
          saint Louis, ou celui de Philippe-le-Hardi.]

_Rue de l'Oratoire._ Elle étoit autrefois fermée, et se nommoit
_Cul-de-sac des PP. de l'Oratoire_. Auparavant c'étoit la rue dont
nous avons déjà plusieurs fois parlé, laquelle se prolongeoit jusqu'au
quai, et s'appeloit rue d'_Autriche_. Les copistes ont bien défiguré
ce nom. Dans Guillot on le trouve écrit _Osteriche_; dans la liste des
rues du quinzième siècle, d'_Autraiche_; _d'Autruche_ en 1421, et dans
Corrozet; _d'Austruce_ sur le plan de l'abbaye Saint-Victor; _de
l'Autruche_ ou _du Louvre_ dans le procès-verbal de 1636; ensuite,
suivant Sauval, _rue du Louvre_ et _cul-de-sac de l'Oratoire_.

_Rue des Poulies._ Elle aboutit à la rue Saint-Honoré, à la nouvelle
place du Louvre et au coin de la rue des Fossés-Saint-Germain-l'Auxerrois.
Sauval prétend qu'elle doit son nom aux _poulies_ de l'hôtel d'Alençon,
et que ces poulies étoient un jeu ou exercice que l'on ne connoît plus,
mais qui étoit encore en usage en 1343[420]. Jaillot pense que ce nom
peut venir d'Edmond de Poulie ou de quelqu'un de ses ancêtres, parce
qu'il possédoit dans cette rue une grande maison et un jardin qu'il
vendit à Alphonse, comte de Poitiers et frère de saint Louis. Elle est
indiquée sous le nom de rue des _Poulies_ dans un contrat de vente de
1205[421].

          [Note 420: T. I, p. 159.]

          [Note 421: _Cart. S. Germ. Autiss._, fol. 52.]

_Rue du Roule._ Elle est située entre les rues des Prouvaires et de la
Monnoie dont elle fait la continuation. Cette rue ne fut ouverte qu'au
mois de juillet 1691, sur l'emplacement de quelques maisons vieilles
et caduques, lesquelles faisoient partie d'un ancien fief appelé _le
Roule_, de qui cette rue a pris son nom. Le chef-lieu de ce fief,
situé au coin de cette rue et de celle des Fossés-Saint-Germain[422],
étoit encore appelé _Maison ou hôtel du Roule_ avant 1789.

          [Note 422: Germ. Brice, t. IV, p. 180.]



MONUMENTS NOUVEAUX ET AUTRES CONSTRUCTIONS FAITES DEPUIS 1789.

_Le Louvre._ Il nous est impossible de présenter autre chose ici qu'un
aperçu très-rapide des travaux immenses exécutés depuis le
commencement de ce siècle pour l'entier achévement de ce grand et
magnifique monument.

Aucune des façades intérieures ne ressemblant à l'autre, il a fallu
nécessairement faire disparoître cette bigarrure et choisir entre
l'attique de Pierre Lescot, et le troisième ordre de Perrault. La
hauteur des trois façades extérieures ne pouvant s'accorder, ni avec
l'attique, ni avec son toit, la continuation du troisième ordre a été
décidée et exécutée sur les trois façades les plus modernes.

On a laissé subsister la quatrième avec l'attique; et l'on a exécuté,
de l'autre côté du pavillon de Lemercier, les sculptures des trois
frontons, qui jusque là n'avoient point été faites. M. Moitte et feu
Chaudet sont les auteurs de ces sculptures fort remarquables, bien
qu'inférieures à celles de Jean Goujon. Elles représentent des poètes,
des philosophes et des législateurs de l'antiquité. Les deux pavillons
qui s'élevoient de chaque côté, aux extrémités de cette façade, ont
été abattus, et par ce moyen elle s'est trouvée dans un rapport moins
discordant avec les lignes que forment les trois autres façades. En ce
moment on achève les figures qui doivent accompagner les
_oeils-de-boeuf_, et les ornements qui accompagnent les portes et
enrichissent les frises; ce dernier travail complétera la symétrie de
toute cette partie que l'on appelle le _Vieux Louvre_.

Les niches de la colonnade ont été ouvertes; et quoique cette
ouverture, projetée d'abord par Perrault, ôte à ce tableau
d'architecture une partie de ce qu'il présentoit à l'oeil d'harmonie
et de repos, elle a l'avantage de le lier au monument, dont il n'étoit
auparavant qu'une inutile décoration. En même temps les architectes
(MM. Fontaine et Percier) ont judicieusement rétabli l'unité entre les
deux colonnades par la plate-bande de la porte qu'ils ont fait
construire sous l'arcade. Cette heureuse addition a fait disparoître
le vice de ce grand cintre qui interrompoit l'ordonnance générale, et
détruisoit toute idée de communication entre l'une et l'autre partie.

On a couronné de balustrades toutes les parties de toiture qui en
manquoient, et terminé tous les ornements non achevés, chapiteaux,
frises, moulures, etc. Le monument a été regratté en entier, et les
statues de Jean Goujon ont seules été exceptées de cette opération;
tous les vestibules ont reçu leurs derniers ragréments, et dans celui
de la grand façade on a trouvé le moyen de placer très-convenablement
deux bas-reliefs enlevés des cintres de l'attique démoli dans l'angle
sud-est, bâti par Pierre Lescot. Enfin les frontons des pavillons des
deux faces latérales et celui de la colonnade ont été ornés de
bas-reliefs d'une grande dimension.--_Fronton de la Colonnade_. Au
dessus du cintre, une victoire, les ailes éployées, les bras étendus
et tenant de chaque main une couronne de laurier; elle est montée sur
un char attelé de quatre chevaux, et accompagnée de deux enfants qui
portent des palmes.--Dans le fronton les sciences, les arts, Minerve,
la Victoire, forment un groupe de quatorze figures qui entourent le
buste de Louis XIV; et l'histoire écrit sur le piédestal qui le
supporte, _Ludovico magno_[423].--Ces deux morceaux de sculpture du
plus grand style et d'une très-belle exécution sont, le premier de M.
Cartelier, le second de M. Lemot.--_Fronton intérieur de la façade du
bord de l'eau._ Minerve debout sur un trône et entourée des figures
allégoriques des sciences et des arts.--_Façade extérieure du même
côté._ Dans le cintre au-dessus de la croisée, deux enfants dont l'un
tient une épée et une branche de palmier, l'autre une lyre et une
branche de laurier; à leurs pieds sont les attributs de la guerre et
des arts; sur la clef de l'arcade est figuré un casque que deux femmes
ailées couronnent[424]. Dans le fronton, et de chaque côté des armes
de France qui en font le milieu, deux femmes assises offrent encore,
et dans leur action et dans les accessoires qui les environnent, des
images allégoriques des sciences et des arts.--_Fronton intérieur de
la façade, côté de la rue du Coq._ Minerve, un génie ailé, Cybèle,
Mercure; autres emblèmes des sciences, des arts, de l'agriculture, du
commerce, etc.--_Fronton extérieur du même côté._ Des figures
allégoriques de la guerre avec tous les attributs qui la
caractérisent, canons, boulets, baïonnettes, drapeaux, trophées,
etc.--_Fronton extérieur du Vieux Louvre._ Les armes de France
entourées de trophées.

          [Note 423: Une des plus grandes effronteries de Buonaparte
          avoit été de faire mettre son buste au milieu de tout ce
          magnifique appareil, honneur insigne qu'il jugeoit lui être
          dû, pour avoir fait _regratter_ cette belle colonnade.]

          [Note 424: À la place de ce casque étoit encore un portrait
          de Buonaparte.]

Toutes ces sculptures, exécutées par nos meilleurs artistes, sont d'un
très-beau style, d'une composition heureuse, d'une bonne exécution, et
forment un contraste frappant et singulier avec celles qui ornent le
fronton intérieur de la colonnade, et qui ont été exécutées sous Louis
XV. Elles offrent un coq au milieu d'une gloire qu'accompagnent deux
figures; et ce bas-relief semble avoir été laissé là comme un
témoignage de l'inconcevable dégradation où étoient parvenus les arts
du dessin vers la fin du dix-huitième siècle. La porte par laquelle on
entre sous le vestibule de cette façade est en bronze; les panneaux en
sont à jour, enrichis d'ornements composés par M. Percier, et d'une
pureté de style, d'une élégance de forme, d'une délicatesse de travail
qui ne laissent rien à désirer.

Tels sont les travaux qui achèvent complétement à l'extérieur le
palais du Louvre. Les distributions intérieures ne sont encore
entièrement achevées que dans une partie du rez-de-chaussée, et dans
le corps de bâtiment dont se compose la façade du bord de l'eau. C'est
dans les salles de ce bâtiment que se fait tous les deux ans
l'exposition des produits de l'industrie françoise.

_Jardin de l'Infante._ On a détruit ce jardin, planté au commencement
du dix-huitième siècle, sur l'espace qui s'étend depuis le bâtiment en
retour par lequel se lie le Louvre à la galerie, jusqu'au milieu de la
façade du bord de l'eau; c'est-à-dire que les arbres en ont été
abattus, pour être remplacés par des arbustes et des compartiments en
gazon. Une grille semi-circulaire en fer entoure tout cet espace; et
une seconde grille toute semblable renferme, de l'autre côté de la
façade, une portion égale de terrain.

_Fontaine de la place de l'École._ Cette fontaine se compose d'un
piédestal carré, offrant quatre têtes de lions qui vomissent de l'eau
dans un bassin circulaire. Au-dessus s'élève un vase à deux anses
terminées en têtes de panthères, et sur lequel sont sculptés des
Tritons en bas-relief. Cette fontaine, d'un style simple et élégant,
reçoit de l'eau de la pompe Notre-Dame.

_Pont-des-Arts._ Il a été construit pour établir une communication
nouvelle avec le faubourg Saint-Germain, communication dont la
nécessité étoit grande et depuis long-temps sentie. Ce pont est placé
entre le Louvre et le collége des Quatre-Nations.

Il repose sur des piles de pierres très-minces qui lui donnent
l'apparence d'une grande légèreté, et se compose de neuf arches,
formées chacune par cinq arceaux que lient entre eux des arceaux plus
petits et des traverses, le tout en fer fondu. Sur cet appareil on a
établi un plancher en bois, élevé de plusieurs degrés au dessus du
sol, mais qui s'étend en droite ligne de l'une à l'autre rive. De
distance en distance sont placés des candélabres aussi en fonte de
fer, d'une forme élégante, qui supportent des lanternes destinées à
éclairer le pont pendant la nuit. On paye cinq centimes pour y passer;
et ce péage appartient pour un certain nombre d'années à une
association particulière, qui a fait construire ce pont et qui l'a
obtenu pour le prix de son entreprise.


RUES ET PLACES NOUVELLES.

_Place du Louvre_ (côté de la colonnade). La rue du Petit-Bourbon a
perdu son nom et fait maintenant partie de cette place.

_Place de l'Oratoire._ Cette place a été formée au côté nord du
Louvre, pour en isoler la façade qui règne dans toute cette partie. À
cet effet, et pour obtenir l'alignement de cette place, on a détruit
une partie du jardin d'Angeviller, les maisons qui l'avoisinoient et
une partie de celles des rues du Chantre et Champ-Fleury.

_Place du Vieux-Louvre._ On a démoli, de ce côté, toutes les baraques
qui obstruoient l'entrée du Louvre, partie de la rue Saint-Thomas,
l'église Saint-Thomas du Louvre, et la plus grande partie des maisons
qui séparoient cette place de celle du Carrousel; de manière qu'il ne
reste plus que quelques groupes de ces maisons du côté de l'ancienne
galerie, et que le château des Tuileries, auquel on communique de
cette place par une large rue, est presque entièrement à découvert. Du
côté du nord, on a commencé des constructions parallèles à celles du
côté opposé, et qui doivent aboutir à la nouvelle galerie également
commencée du côté des Tuileries et déjà prolongée jusqu'à la rue de
Rohan. Ces constructions, qui font face à l'entrée du Musée et qui
leur sont entièrement symétriques, sont destinées, dit-on, à former
une église. Pour les élever, on a abattu les maisons qui composoient
la rue de Beauvais et quelques maisons environnantes.



QUARTIER DU PALAIS-ROYAL.

     Ce quartier est borné, à l'orient, par les rues Froi-Manteau et
     des Bons-Enfants exclusivement; au septentrion, par la rue
     Neuve-des-Petits-Champs aussi exclusivement; à l'occident, par
     les extrémités des faubourgs Saint-Honoré et du Roule
     inclusivement; et au midi par les quais, depuis le premier
     guichet du côté de la place de l'École, aussi inclusivement.

     On y comptoit, en 1789, soixante-quatorze rues, quatre
     culs-de-sacs, trois places, deux palais, deux théâtres, un
     hospice, un chapitre, quatre églises paroissiales, deux couvents
     d'hommes, trois couvents et une communauté de filles.


Le quartier de Paris que nous allons décrire est un des plus riches en
monuments, et celui peut-être qui a subi les plus grandes révolutions. On
a vu que, sous Philippe-Auguste, le Louvre et les édifices qui
l'environnoient étoient encore hors des murs de cette capitale. Les choses
étant restées en cet état jusqu'au règne de Charles V, il s'éleva pendant
cet intervalle des édifices nouveaux sur la partie de la _culture
l'évêque_ qui étoit aux environs de l'église Saint-Honoré. Les vides qui
existoient encore dans le bourg Saint-Germain-l'Auxerrois et dans la
terre de Champeaux[425] se remplirent insensiblement; on bâtit également
des maisons sur les autres cultures qui jusque là étoient restées
inhabitées, soit au-dedans des murs, soit dans les environs: ces dernières
constructions commençoient toujours par une rue qui prenoit naissance à
chaque porte de la ville, et se terminoit ensuite en pleine campagne.
Bientôt d'autres rues traversoient celle-ci, et il se formoit en peu de
temps un nouveau faubourg.

          [Note 425: Le quartier des Halles.]

La clôture faite par Charles V ayant renfermé, du côté de _la ville_,
tous les gros bourgs qui touchoient les anciennes fortifications, il
se trouva que les édifices dont le Louvre étoit environné s'étendoient
déjà jusqu'à la rue Saint-Nicaise. Les murs embrassèrent donc, de ce
côté, tout cet espace; et dès ce moment, c'est-à-dire vers la fin du
quatorzième siècle, l'église Saint-Honoré, celles de Saint-Thomas et
de Saint-Nicolas du Louvre, et l'hôpital des Quinze-Vingts furent
renfermés dans la ville de Paris. Quant à cette partie, qui s'étend
jusqu'à Chaillot et à la barrière du Roule, elle n'étoit encore
composée que de _cultures_ dépendantes principalement de l'évêque de
Paris et de Saint-Germain-l'Auxerrois.

En 1536, François Ier fit ouvrir sur les bords de la rivière, à
l'extrémité de cette rue Saint-Nicaise, où finissoient les murs de la
ville, une porte qui fut nommée porte Neuve.

Peu de temps après, Catherine de Médicis ayant fait bâtir, hors des
murs, le château des Tuileries, il arriva ce qui étoit déjà arrivé
pour le Louvre, que ses environs se couvrirent en peu de temps
d'édifices, et que la rue qu'on nomme aujourd'hui _Saint-Honoré_,
laquelle étoit alors le _faubourg Saint-Honoré_, se prolongea jusqu'à
l'extrémité du jardin de ce château. Comme tous les environs de Paris
s'accroissoient dans la même proportion sur cette rive septentrionale,
on jugea nécessaire, sous Charles IX, d'en augmenter encore
l'enceinte. Il fut décidé que les nouvelles murailles seroient
attachées à la porte dite de la Conférence, laquelle venoit, depuis
peu, d'être bâtie à l'endroit où est maintenant le pont de Louis XVI.
En conséquence, le 11 juillet 1566, le roi, accompagné de la
reine-mère, des princes du sang, du cardinal de Bourbon et de toute sa
cour, mit la première pierre au bastion qui étoit proche de cette
porte, et qui fut alors élevé pour prolonger la clôture derrière le
nouveau palais.

Ces premières constructions ayant fait connoître le dessein où l'on
étoit de renfermer le faubourg Saint-Honoré dans la ville, les
édifices s'y multiplièrent tellement, qu'en 1578 il fallut y bâtir
une succursale de Saint-Germain-l'Auxerrois. En 1581, Henri III fit
commencer les nouveaux murs, et les poussa depuis le bastion de la
porte de la Conférence jusqu'à l'extrémité de ce faubourg.

Cependant l'ancienne enceinte subsistoit toujours, et le projet de
renfermer dans la ville cette partie de terrain située entre les
faubourgs Montmartre et Saint-Honoré, projet commencé sous Charles IX,
n'avoit point été achevé par ses deux successeurs Henri III et Henri
IV. Il fut enfin repris sous Louis XIII en 1631. Alors l'ancienne
porte Saint-Honoré, qui étoit encore près des Quinze-Vingts, fut
abattue, et l'on bâtit une boucherie à sa place. La nouvelle porte fut
élevée au bout du faubourg[426], à quatre cents toises ou environ de
l'ancienne. On termina aussi la nouvelle clôture, laquelle, partant du
bord de la rivière, alla se joindre à celle de la porte Saint-Denis,
agrandissant ainsi la ville d'un sixième de sa circonférence.

          [Note 426: Vis-à-vis la rue Royale, à l'endroit où commence
          aujourd'hui le nouveau faubourg qui porte ce même nom de
          faubourg Saint-Honoré.]

À peine cette clôture fut-elle achevée, que des particuliers firent
bâtir de nouvelles maisons hors de la porte Saint-Honoré, et en si
grande quantité, que le nouveau faubourg qui s'y forma se trouva
joint au village du Roule. Cette passion de bâtir de tous côtés, et
jusque dans la campagne des environs de Paris, fut même portée à un
tel excès, que le roi jugea convenable d'y donner de nouveau des
bornes, comme cela avoit été fait sous Henri II. Il parut donc un
arrêt[427] du conseil, daté du 15 janvier 1638, par lequel les limites
de la ville furent fixées. Par cette ordonnance, elles ne furent
point changées du côté du quartier que nous décrivons, et vinrent
encore aboutir à la porte de la Conférence. Cependant les habitants du
faubourg Saint-Honoré représentèrent au roi que, ce côté étant l'abord
de la province de Normandie et de plusieurs autres lieux d'un grand
commerce, il étoit nécessaire d'accroître encore le faubourg, et d'y
faire bâtir un nombre d'hôtelleries suffisant pour la grande quantité
de voituriers et de marchands qui y affluoient tous les jours. Le roi,
ayant écouté favorablement leur demande, leur accorda des
lettres-patentes, du mois de mai 1639, portant permission d'unir à ce
faubourg le village de la Ville-l'Évêque, lequel fut érigé en
paroisse.

          [Note 427: Cet arrêt avoit pour fondement six motifs qui
          regardoient la santé, la subsistance et la sûreté des
          citoyens. «Le premier, que la ville de Paris, portée à une
          grandeur excessive, seroit plus susceptible de mauvais air;
          le second, que cela rendroit le nettoiement de ses
          immondices beaucoup plus difficile; le troisième, que
          l'augmentation du nombre des habitants augmenteroit à
          proportion le prix des vivres et autres denrées, ouvrages et
          autres marchandises; le quatrième, que l'on avoit depuis
          couvert de bâtiments les terres qui avoient autrefois servi
          d'agriculture pour les légumes et les menus fruits
          nécessaires aux provisions de la ville: ce qui en causeroit
          immanquablement la disette si l'on continuoit d'y bâtir; le
          cinquième que les habitants des bourgs et des villages
          voisins, attirés par les prérogatives des faubourgs de cette
          capitale, venoient s'y habituer en si grand nombre, que, si
          cela continuoit, la campagne deviendroit déserte; le sixième
          enfin, que la difficulté de gouverner un si grand peuple
          donnoit lieu au déréglement de la police et aux meurtres,
          vols et larcins qui se commettoient fréquemment et
          impunément, de jour et de nuit, en cette ville et ses
          faubourgs.»

          Cependant l'on bâtit encore depuis, et hors des bornes qui
          avoient été plantées en 1638; ce qui provoqua, en 1672, un
          nouvel arrêt, qui ordonnoit qu'il seroit planté de nouvelles
          bornes aux extrémités des faubourgs pour en marquer
          l'enceinte, et faisoit de très-expresses défenses de les
          passer à l'avenir par aucun bâtiment. (DELAMARE.)]

En 1671, sous le règne de Louis XIV, les fortifications de Paris
furent abattues de ce côté, depuis la porte Saint-Denis jusqu'à celle
Saint-Honoré; alors les nouveaux faubourgs firent partie de la ville;
et sous les règnes suivants on éleva dans ce quartier les riches
monuments qui en ont fait l'entrée la plus magnifique de cette
capitale, et l'un des plus beaux aspects qu'il y ait dans aucune
ville du monde.



SAINT-LOUIS ET SAINT-NICOLAS-DU-LOUVRE.

Cette église royale, collégiale et paroissiale étoit le premier
édifice que l'on rencontrât en sortant du quartier précédent. Elle
étoit située à l'extrémité de la rue Saint-Thomas du Louvre, du côté
de la galerie.

Si l'on ajoutoit foi à un ancien titre qui se conservoit autrefois
dans les archives de cette église, elle seroit bien plus ancienne que
tous les historiens de Paris ne l'ont pensé; cet acte, daté de 1020,
contenoit une donation d'un setier de froment faite par Sibylle de
Quesnay, veuve du sieur Pouget, aux _maîtres et écoliers de
Saint-Thomas et de Saint-Nicolas du Louvre_ (_de Lupera_).

L'authenticité de ce titre a été contestée, ou, pour mieux dire, on a
donné des preuves très-solides qu'il étoit supposé. «Si l'on fait
attention, dit Jaillot, que la donatrice y est qualifiée sous des
noms et surnoms qui n'étoient pas en usage au commencement du onzième
siècle; qu'elle n'explique aucun des motifs de sa libéralité, et
qu'elle n'y met aucune condition; si l'on se rappelle qu'à cette
époque les écoles n'étoient pas fort multipliées; qu'on n'en voyoit
que dans les grandes basiliques et dans les monastères; que
Saint-Germain-l'Auxerrois avoit les siennes à peu de distance; enfin,
s'il est prouvé que les écoliers de Saint-Nicolas ne faisoient qu'un
même corps et sous le même nom que ceux de Saint-Thomas avant leur
désunion[428], alors il sera bien difficile de ne pas élever quelques
doutes sur la certitude d'une donation dont il ne paroît pas même que
les donataires aient profité[429].»

          [Note 428: On en trouvera plus loin la preuve.]

          [Note 429: Recherch. sur Par., quart. du Palais-Roy., p.
          77.]

Ces preuves sont d'une grande force; mais il en est une dernière qui
nous semble évidente et sans réplique. On ne voit dans aucun acte que
le collége dont il s'agit ait été sous l'invocation de saint Thomas,
apôtre: son titulaire étoit saint Thomas de Cantorbéry. Or, cet
archevêque, martyrisé le 29 décembre 1170, ne fut canonisé que le
mercredi des cendres de l'an 1173. Il est donc impossible qu'on ait
donné son nom à aucun établissement pieux, avant l'une ou l'autre de
ces deux dernières époques.

Si le titre primitif de Saint-Thomas du Louvre ne se retrouve plus,
on est du moins certain que cette maison existoit sous le règne de
Philippe-Auguste. On voit par une bulle du pape Urbain III, datée de
l'an 1187[430], que Robert, comte de Dreux, frère de Louis-le-Jeune,
avoit donné des maisons et des revenus tant pour la subsistance des
pauvres clercs que pour le logement et la nourriture des prêtres
chargés d'y faire le service divin; qu'il avoit établi dans le même
lieu un hôpital ou collége pour de pauvres étudiants; enfin que cette
église étoit sous l'invocation de saint Thomas de Cantorbéry. Ce
prince étant mort en 1188, Robert II son fils confirma ces fondations
et les fit approuver par Philippe-Auguste, dont les lettres-patentes à
ce sujet sont de 1192. Il y avoit alors dans cette église quatre
chanoines prêtres; mais dès l'an 1209, on ne peut douter que le nombre
n'en fût augmenté: car dans une contestation qui s'éleva alors sur la
présentation entre l'évêque de Paris et les fils du fondateur, il fut
stipulé que ceux-ci nommeroient pendant leur vie à _toutes les
prébendes_, tant anciennes que _nouvelles_, et aux semi-prébendes
_fondées_ et à fonder; qu'après leur mort les nominations se
partageroient entre les comtes de _Brie_[431] et l'évêque, de manière
toutefois que les _quatres prébendes anciennes_ seroient toujours dans
la dépendance de ces seigneurs. Cet accord est de l'an 1209[432].

          [Note 430: _Hist. eccles. Par._, t. II, p. 182.]

          [Note 431: La ville de _Brie_ s'appeloit anciennement
          _Braie_, _Braia_. C'est des premiers comtes de Dreux qu'elle
          a été nommée depuis _Brie-comte-Robert_.]

          [Note 432: _Gall. christ._, t. VII.--Hist. univ., t. III, p.
          53.]

À peine cette contestation étoit-elle réglée, qu'il s'en éleva une
nouvelle entre le proviseur et les écoliers d'une part, et les
chanoines de l'autre, à l'occasion des biens fondés par Robert de
Dreux et par ses enfants. À cette époque, tout étoit commun entre eux,
les bâtiments et l'église. Le résultat de leurs démêlés fut un partage
entre les chanoines et l'hôpital, dans lequel la rue Saint-Thomas du
Louvre devint la limite des propriétés divisées. Alors les écoliers et
le proviseur voulurent avoir une église particulière et un cimetière,
ce qui leur fut accordé par l'évêque, sans préjudice des droits du
curé de Saint-Germain. Dans les lettres qui leur furent expédiées à ce
sujet, et qui sont de 1217[433], ils sont appelés _le recteur et les
frères de l'hôpital de Saint-Thomas du Louvre_; mais leur nouvelle
maison prit le titre de l'_hôpital des pauvres écoliers de
Saint-Nicolas du Louvre_[434]. À la fin du treizième siècle, cet
établissement étoit composé d'un maître ou proviseur, d'un chapelain
et de quinze boursiers. On y ajouta par la suite un second
chapelain[435]; et en 1350 on y fonda trois nouveaux boursiers. Il
subsista dans cet état jusqu'au 25 juillet 1541, époque à laquelle
Jean du Bellay, évêque de Paris, supprima le maître et les boursiers,
et érigea ce collége en chapitre, composé d'un prévôt et de quinze
chanoines, qui ont été réunis en 1740 à ceux de Saint-Thomas du
Louvre. Sans entrer dans les contestations peu importantes qui se sont
élevées entre les historiens de Paris sur les prébendes de cette
dernière église et sur leurs fondations, il nous suffira de dire qu'en
1728 on comptoit, dans la collégiale de Saint-Thomas, onze canonicats,
et que, lors de la réunion, les arrangements nouveaux qui en
résultèrent portèrent le nombre de ses membres à quatorze; ce qui dura
jusqu'en 1749.

          [Note 433: _Hist. eccles. Par._, t. II, p. 184.]

          [Note 434: On disoit également dans ce temps-là, _les
          pauvres maîtres de Sorbonne_. On conserve, à la fin d'un
          petit cartulaire de l'évêque de Paris, les statuts de ce
          collége écrits en caractères du quinzième siècle. Selon ces
          statuts, le proviseur devoit donner à chaque écolier trois
          sous par jour pour sa nourriture, et ceux-ci étoient tenus
          de ne parler qu'en latin dans sa maison. (LEBEUF.)]

          [Note 435: Past. D., p. 323.]

Cette réunion et le changement de vocable adopté par la nouvelle
collégiale furent causés par un événement tragique dont nous allons
rendre compte. La voûte du choeur de Saint-Thomas, qui n'étoit
construite qu'en plâtre, et qui subsistoit depuis six cents ans,
donnoit des signes évidents d'une ruine prochaine. Effrayé des progrès
rapides de cette dégradation, le chapitre s'adressa à la cour en
1735[436], et fit des représentations qui d'abord ne furent point
écoutées. Ce ne fut qu'en 1738 qu'il obtint du roi, par le cardinal de
Fleury, alors ministre, une somme de 150,000 livres à prendre en neuf
années sur la ferme des poudres. Dès que le premier paiement en fut
effectué, on se disposa à en faire usage: les chanoines se retirèrent
dans le bas de l'église pour y célébrer l'office divin; et l'on éleva
une cloison de charpente qui séparoit le choeur, qu'on étoit forcé
d'abandonner, de la nef où l'on se réfugioit. Alors on s'empressa de
démolir la partie opposée; les fondements furent jetés du côté des
rues Saint-Thomas et du Doyenné, et l'édifice commençoit déjà à
s'élever, lorsque tout à coup, le 15 septembre 1739, vers onze heures
du matin, au moment où l'on s'assembloit pour tenir le chapitre, le
côté de l'église qui étoit sous le clocher voisin de la salle
capitulaire tomba avec un fracas épouvantable, et ensevelit sous ses
ruines presque tous les chanoines déjà assemblés. Ils étoient au
nombre de huit: deux, qu'un hasard heureux avoit placés plus près de
la porte, se sauvèrent, et en fuyant ils en repoussèrent un troisième
qui étoit sur le point d'entrer. Les six autres périrent.

          [Note 436: Il le fit comme étant de fondation _royale_, le
          roi ayant succédé aux droits des comtes de Dreux.]

La réunion des deux chapitres ayant été résolue, comme nous l'avons
dit, après cette malheureuse catastrophe, et les parties intéressées
s'étant facilement conciliées, le 20 mars 1740 les chanoines de
Saint-Thomas prirent place, selon leur rang d'ancienneté, au choeur de
Saint-Nicolas, en attendant que la nouvelle église fût achevée. Elle
fut bénie et dédiée sous l'invocation de saint Louis; les chanoines
réunis en prirent le nom, et y firent l'office le jour même de cette
dédicace, veille de la fête du saint roi, 24 août 1744[437].

          [Note 437: L'église de Saint-Nicolas fut dès ce moment
          totalement abandonnée. Depuis elle a été démolie, et il n'en
          reste plus aucuns vestiges, mais nous ignorons à quelle
          époque. Elle existoit encore en 1780.]

Le 23 avril 1749, le chapitre de Saint-Louis du Louvre fut encore
augmenté par la réunion nouvelle qui s'y fit de celui de
Saint-Maur-des-Fossés, près Paris.

Le dernier chapitre étoit originairement une abbaye de Bénédictins,
laquelle avoit été mise en commende au commencement du seizième
siècle. Une bulle de Clément VII ayant supprimé la dignité abbatiale
en 1533, les revenus furent réunis à l'évêché, et les moines
sécularisés se formèrent en collégiale. Ces nouveaux chanoines
portèrent dans le chapitre de Saint-Louis une dignité de
grand-chantre, comme ceux de Saint-Nicolas y avoient introduit celle
de prévôt; et outre ces deux dignitaires, il y eut alors vingt-deux
chanoines[438]. L'archevêque de Paris en étoit le doyen, comme ayant
remplacé l'abbé, et ensuite le doyen de Saint-Maur. Telle est la forme
dans laquelle ce chapitre a existé jusqu'à sa suppression.

          [Note 438: Ces bénéfices étoient à la collation de
          l'archevêque, excepté les quatre royaux, et celui des
          _Gallichers_, ainsi appelé du nom de son fondateur, qui
          étoit un gentilhomme limousin.]

La nouvelle église, dont la construction étoit du plus mauvais goût,
offroit cette particularité singulière, qu'elle avoit été construite
sur les dessins du célèbre Germain, orfèvre du roi, lequel se mêloit
aussi d'architecture[439]. Les formes en étoient bizarres,
principalement celles du portail: il se composoit d'un avant-corps à
tour ronde, enrichi d'un ordre de pilastres ioniques, dont
l'entablement étoit modillonnaire et couronné d'un fronton circulaire.
Le milieu de cet avant-corps étoit percé d'une porte bombée surmontée
d'une corniche, au-dessus de laquelle on avoit placé un bas-relief. De
chaque côté de cet avant-corps, une tour creuse venoit rattacher aux
deux extrémités du portail un pilastre également ionique. Au-dessus
s'élevoit une espèce d'attique percé dans le milieu par un oeil de
boeuf; et couronné d'un fronton circulaire. Au-dessous il y avoit un
autre fronton de la même forme; et ces deux frontons, formant ainsi
deux lignes courbes sur un plan en tour ronde, étoient certainement ce
qui a jamais été imaginé de plus ridicule[440]. Les ornements avoient
été prodigués tant au dedans qu'au dehors du bâtiment, et y étoient
traités avec le même soin que dans une pièce d'orfévrerie. Les
connoisseurs d'alors applaudirent à la délicatesse d'exécution et au
fini précieux de toutes ces sculptures; mais l'architecte fut blâmé,
même dans ces temps-là, d'en avoir trop chargé sa voûte. Il alla même
jusqu'à employer dans la dorure le _bruni_, qui n'est d'usage que dans
les ouvrages ciselés, et l'on reconnut l'orfèvre dans un monument
d'architecture. Cependant on louoit l'heureuse proportion du grand
ordre de pilastres corinthiens qui ornoit intérieurement le pourtour
de cet édifice. Germain en avoit fait les chapiteaux à l'imitation de
ceux du Val-de-Grâce, qui passoient alors pour des modèles en ce
genre.

          [Note 439: Il a construit une autre église à Livourne.]

          [Note 440: _Voyez_ pl. 65.]

Le chapitre, qui devoit au cardinal de Fleury la réédification de son
église, lui offrit en 1742, avant même qu'elle fût achevée, les deux
principales archivoltes qui sont en regard, pour y établir, d'un
côté, une chapelle qui seroit dédiée à la Vierge, de l'autre son
mausolée et le lieu de sépulture de sa famille. Cette chapelle fut
revêtue de marbres de diverses couleurs, et ornée d'un bas-relief
représentant l'Annonciation de la Vierge, par Jean-Baptiste Le Moine.


     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE DE SAINT-THOMAS DU LOUVRE.

     TABLEAUX.

     Dans le choeur, l'Annonciation, les Pélerins d'Emmaüs, et N. S.
     au tombeau, par _Charles Coypel_.

     Sur un autel à gauche, saint Nicolas, par _Galloche_.

     Vis-à-vis, saint Thomas de Cantorbéri, par _Pierre_.

     Dans une chapelle, la Magdeleine, par _Carle Vanloo_.

     Dans la chapelle des Fonts, le baptême de N. S., par _Restout_.


     SCULPTURES.

     Au-dessus de la porte d'entrée, trois enfants tenant divers
     instruments de la Passion, par _Pigalle_.


     SÉPULTURES.

     Dans cette église avoit été inhumé André Hercule, cardinal de
     Fleury, premier ministre sous le règne de Louis XV, mort en
     1743[441].

          [Note 441: Le Moine, qui avoit décoré la chapelle de la
          Vierge, fut chargé de l'exécution du mausolée de cette
          Éminence, lequel étoit placé sous l'arcade opposée. Ce
          ministre y étoit représenté expirant dans les bras de la
          Religion. La France, désignée par son écusson, exprimoit le
          regret de la perte qu'elle étoit sur le point de faire;
          derrière le piédestal s'élevoit une pyramide chargée d'une
          urne, et du pied de cette urne descendoit une grande et
          lourde draperie qui couvroit en partie le squelette de la
          Mort, que l'artiste avoit jugé à propos d'offrir aux regards
          du mourant. Ce monument, mal conçu et encore plus mal
          exécuté, présentoit une image frappante de cette dégradation
          rapide où l'art étoit parvenu sous le règne de Louis XV.]

Les chanoines faisoient exercer les fonctions curiales sur environ
deux cent quarante paroissiens qui habitoient leur cloître et les
environs de leur collégiale, et sur les officiers servants de leur
chapitre, qui demeuroient dans le cloître ou prévôté de Saint-Nicolas
du Louvre[442].

          [Note 442: Cette église avoit été concédée, depuis la
          révolution, à des protestants qui, pendant quelques années,
          y ont exercé leur culte. Depuis elle a été abattue, et le
          terrain sur lequel elle étoit située entrera nécessairement
          dans le grand plan qui doit lier ensemble le Louvre et le
          palais des Tuileries.]



LE PALAIS-ROYAL.

Quoique l'édifice qui porte ce nom n'ait été construit que dans le
dix-septième siècle, cependant on rencontre encore des obscurités,
lorsqu'il s'agit de bien établir son origine.

Sauval prétend qu'il fut bâti sur les ruines des hôtels de Luxembourg
et de Rambouillet; Piganiol, qui vient après lui, croit être plus
exact en disant que ce fut sur l'emplacement des hôtels de Rambouillet
et de Mercoeur. Jaillot, qui a si souvent et si heureusement critiqué
ces deux auteurs, leur reproche de manquer ici d'exactitude. «Il est
constant, dit-il, que le connétable d'Armagnac possédoit rue
Saint-Honoré, près les murs, un hôtel considérable, et qu'une partie
du Palais-Royal en occupe l'emplacement. Le connétable ayant été
sacrifié, en 1418, à la haine du duc de Bourgogne, son hôtel fut
confisqué et donné au comte de Charolois. Au commencement du seizième
siècle, cet hôtel appartenoit au duc de Brabant et de Juliers. Je n'ai
rien trouvé qui prouve qu'il ait passé dans la maison de Luxembourg,
etc.[443]» Examinant ensuite l'opinion de Piganiol, il prouve que
l'hôtel de Rambouillet et celui de Mercoeur ne peuvent être distingués
l'un de l'autre; que c'est le même édifice auquel ces deux noms furent
successivement donnés, parce qu'il passa d'une famille dans l'autre,
le duc de Mercoeur l'ayant acheté en 1602 pour agrandir celui qu'il
avoit rue des Bons-Enfants. Ce fut donc de l'ancien hôtel du
connétable d'Armagnac et de celui de Rambouillet que se composa
l'emplacement des premières constructions du Palais-Royal.

          [Note 443: Recherch. sur Paris, quart. du Pal.-Roy., p.
          23.]

Ce palais, bâti par le cardinal de Richelieu, fut loin d'être, dans
ses commencements, aussi magnifique et aussi étendu que nous le voyons
aujourd'hui. C'étoit, dans le principe, un simple hôtel, situé à
l'extrémité de la ville: car l'enceinte élevée par Charles VI
subsistoit encore à cette époque. La porte Saint-Honoré étoit alors
placée près la rue Saint-Nicaise; et tous les édifices qui se
prolongeoient au-delà, tant dans cette rue qu'autour des Tuileries et
des rues adjacentes, étoient hors des murs. La maison du cardinal,
construite sous le titre modeste d'_Hôtel de Richelieu_, fut d'abord
entièrement renfermée dans l'enceinte; mais la fortune et la puissance
du ministre s'accroissant de jour en jour, son habitation s'agrandit
avec la même rapidité. Le mur d'enceinte de la ville qui en rendoit le
terrain irrégulier fut abattu, le fossé comblé, le jardin prolongé; le
cardinal fit de nouvelles acquisitions, tant du côté de la rue des
Bons-Enfants que de celle qu'il avoit fait percer et qui porte encore
aujourd'hui son nom. De ces opérations diverses, il résulta en peu
d'années un palais magnifique, mais sans symétrie, lequel étoit situé
partie en dedans, partie en dehors de la ville, et qui, dans ses
additions successives, offroit une image assez frappante de la fortune
de celui qui en étoit le possesseur. Commencé en 1629 sur les dessins
de J. Mercier, il fut achevé en 1636; et sur le terrain qui n'avoit
pu être compris dans le jardin et dans les bâtiments, furent bâties
les maisons des trois rues qui environnent cet édifice, lequel reçut
alors le titre de _Palais-Cardinal_[444].

          [Note 444: Cette inscription fut vivement critiquée. Balzac
          prétendit qu'elle n'étoit ni grecque, ni latine, ni
          françoise; il la trouvoit d'ailleurs pleine de vanité: elle
          sembloit, selon lui, offrir ce sens absurde, qu'il n'y avoit
          point en France d'autres cardinaux que le cardinal de
          Richelieu, ou bien qu'il étoit le cardinal des cardinaux
          françois. On réfuta l'opinion de Balzac, et on lui prouva
          que c'étoit un gallicisme consacré par un ancien usage, et
          qui n'étoit pas plus ridicule que l'Hôtel-Dieu, les
          Filles-Dieu, la place Maubert, la rue Bourg-l'Abbé, etc.]

Peu d'édifices ont subi d'aussi grands et d'aussi nombreux
changements. Dans l'espace d'un siècle et demi, le bâtiment élevé par
le cardinal de Richelieu contenoit déjà plusieurs corps-de-logis
séparés par des cours, dont les deux principales se trouvoient au
milieu de ces constructions. La première étoit la plus petite, comme
elle l'est encore aujourd'hui. Dans l'aile droite en entrant, on avoit
élevé une vaste salle de comédie[445]; l'aile gauche étoit occupée
par une galerie, la plus magnifique de Paris, dont la voûte avoit été
peinte par Philippe de Champagne. Ce peintre favori du cardinal y
avoit représenté les principales actions de ce grand ministre.

          [Note 445: Cette salle pouvoit contenir environ trois mille
          spectateurs. Le roi la donna à Molière en 1660; et après sa
          mort, arrivée le 17 février 1673, elle fut destinée aux
          représentations de l'_Opéra_. Ce spectacle a toujours été
          donné depuis sur ce théâtre jusqu'au 6 avril 1763, qu'il fut
          consumé par un incendie. Il y avoit en outre dans le même
          emplacement un second théâtre également construit par les
          ordres du cardinal, et qui n'étoit fait que pour contenir
          cinq cents spectateurs choisis. La passion que ce ministre
          avoit pour les représentations dramatiques l'avoit porté à
          ces dépenses.]

On se rappelle encore quelle étoit la disposition et la décoration de
la seconde cour: elle n'étoit entourée de bâtiments que de trois
côtés. Le quatrième donnoit sur le jardin par une suite d'arcades qui
soutenoient une galerie découverte, au moyen de laquelle les deux
ailes communiquoient ensemble. L'architecture de cette partie de
l'édifice étoit plus riche que celle de la première cour. Au premier
étage régnoit un ordre dorique en pilastres, soutenu d'un premier à
rez-de-chaussée, composé d'arcades, dans l'intervalle desquelles on
avoit sculpté des proues de vaisseaux en relief, des ancres et autres
attributs de marine; ce qui faisoit allusion à la charge de
grand-maître et surintendant-général de la navigation dont ce ministre
étoit revêtu. Toutefois cette cour manquoit de régularité: elle se
présentoit sur sa largeur, et son axe n'étoit pas le même que celui de
la première; disposition fâcheuse et irrémédiable, qui existe encore,
et qui contrariera toujours l'architecte chargé de terminer ce palais.

Le cardinal ne négligea rien pour orner sa nouvelle demeure. Tout ce
que l'opulence et les arts peuvent fournir de ressources y fut
prodigué, et avec une telle magnificence, qu'il jugea qu'un tel séjour
n'étoit point indigne d'être habité par les rois. Dans cette pensée,
il crut ne pouvoir mieux faire éclater sa reconnoissance pour les
faveurs extraordinaires qu'il avoit reçues de Louis XIII, qu'en lui
cédant la propriété de cette superbe habitation. Dès l'année 1639, il
en fit une donation entre-vifs à ce monarque[446], donation qu'il
renouvela par son testament en 1642. Dans cet acte, il se réserve
seulement l'usufruit des objets légués, et, pour ses successeurs ducs
de Richelieu, la capitainerie ou conciergerie de ce palais. Ce fut
cette dernière clause qui l'engagea à leur faire bâtir un hôtel
joignant le Palais-Cardinal, et qui en faisoit partie du côté de la
rue de Richelieu.

          [Note 446: Le roi fit expédier un pouvoir à _Claude
          Bouthillier_, surintendant des finances, pour accepter cette
          donation. Comme ce pouvoir contient un détail assez curieux
          des choses que le cardinal donnoit au roi, nous croyons à
          propos de le rapporter ici.

          «S. M. ayant très-agréable la très-humble supplication qui
          lui a été faite par M. le cardinal de Richelieu, d'accepter
          la donation de la propriété de l'hôtel de Richelieu, au
          profit de S. M. et de ses successeurs rois de France, sans
          pouvoir être aliéné de la couronne, pour quelque cause que
          ce soit; ensemble sa chapelle de diamants, son grand buffet
          d'argent ciselé et son grand diamant, à la réserve de
          l'usufruit de ces choses, la vie durant du sieur cardinal,
          et à la réserve de la capitainerie et conciergerie dudit
          hôtel pour ses successeurs ducs de Richelieu, même la
          propriété des rentes de bail d'héritages constituées sur les
          places et maisons qui seront construites au dehors et autour
          du jardin dudit hôtel: sadite Majesté a commandé au sieur
          Bouthillier, conseiller en son conseil d'état, et
          surintendant de ses finances, d'accepter, au nom de sadite
          Majesté, la donation, etc., etc.»]

Le ministre étant mort le 4 décembre 1642, et Louis XIII ne lui ayant
survécu que jusqu'au 14 mai suivant, le roi, la reine régente et la
famille royale vinrent le 7 octobre de la même année prendre
possession de ce palais et y fixer leur demeure. L'inscription de
_Palais-Cardinal_ fut alors effacée, et l'on y substitua le nom de
_Palais-Royal_, qu'il a toujours porté depuis, quoique la reine mère,
à la sollicitation de la famille de Richelieu, eût fait replacer
l'ancienne inscription. Alors on détruisit la belle galerie bâtie par
le cardinal, afin d'y pratiquer un appartement pour Philippe de
France, frère unique de Louis XIV.

À la même époque fut formée la place qui donne sur la rue
Saint-Honoré; et l'on rapporte aussi à ce temps-là la cession qui fut
faite de ce palais par Louis XIV à son frère, pour en jouir sa vie
durant. En 1692, le roi en fit donation entière à Philippe d'Orléans,
duc de Chartres, son neveu, à l'occasion de son mariage avec
Marie-Françoise de Bourbon. Alors fut réparé le grand corps de
bâtiment qui se terminoit à la rue de Richelieu.

Pendant cet intervalle, le Palais-Royal avoit été fort agrandi: Louis
XIV y avoit réuni l'ancien palais Brion, bâti rue de Richelieu par le
duc de Danville, et dans lequel les académies de peinture et
d'architecture avoient tenu leurs premières séances. Jules Hardouin
Mansard avoit érigé sur cet emplacement une magnifique galerie, où
Antoine Coypel avoit peint en quatorze tableaux les principaux sujets
de l'Énéide. Le duc d'Orléans régent y ajouta depuis le salon
d'entrée, bâti sur les dessins d'Oppenord, architecte alors fort en
vogue, et au mauvais goût duquel on a dû la propagation du genre
bizarre d'ornement qui a régné si long-temps. Ce fut dans cette vaste
galerie que ce prince plaça la précieuse collection de peintures de
toutes les écoles, qu'il avoit rassemblée à grands frais de tous les
coins de l'Europe, et qui passoit pour la plus riche qu'il y eût alors
au monde.

Le long de l'aile gauche de la seconde cour régnoit une autre galerie
bâtie long-temps auparavant par le cardinal de Richelieu, et consacrée
par lui à la gloire des personnages les plus fameux de la monarchie.
Il avoit ordonné que l'on y déployât la plus grande magnificence; et
lui-même avoit choisi les héros qu'il vouloit voir figurer dans cette
pièce, que l'on nommoit la Galerie _des Hommes illustres_. Ils étoient
au nombre de vingt-cinq, et leurs portraits avoient été peints par
_Philippe de Champagne_, _Simon Vouet_, _Juste d'Egmont_ et
_Poerson_. De plus petits tableaux représentoient les principales
actions de ces grands hommes, avec leurs devises. Des bustes en
marbre, dont la plupart étoient antiques, séparoient ces peintures et
répandoient une agréable variété sur ce bel ensemble. Des distiques
latins, faits par _Bourbon_, célèbre poète latin de ce temps-là,
accompagnoient les devises[447]. Les grands appartements du duc
d'Orléans étoient de plain-pied avec cette galerie.

          [Note 447: Cette galerie, construite avec tant de soins et
          de dépenses, fut dans la suite si négligée, qu'on se vit
          forcé de la détruire en 1727; des appartements furent
          pratiqués dans l'espace qu'elle occupoit.]

L'escalier principal, exécuté, dit-on, sur les dessins de Désorgue, a
toujours été vanté parmi les ouvrages de ce genre. Il a depuis été
restauré, orné de peintures et mieux éclairé; et il présente
aujourd'hui une sorte d'effet théâtral, ménagé sans doute à dessein de
dissimuler le peu de profondeur de l'espace qu'il occupe. Son aspect
plaît au premier coup d'oeil, quoiqu'un examen attentif puisse y faire
découvrir plus d'un défaut de proportion.

Depuis la régence, ce palais a été successivement modifié et rebâti,
au point qu'il ne reste presque plus rien des constructions faites par
les premiers architectes.

La salle de spectacle que le cardinal avoit fait élever, ayant été
détruite par un incendie en 1763, ce fut une occasion pour le duc
d'Orléans d'alors de faire de grands embellissements dans la façade de
son palais du côté de la rue Saint-Honoré. Le grand corps-de-logis de
l'entrée et ses deux ailes furent alors entièrement changés et rebâtis
dans un goût plus moderne.

L'ordre dorique règne dans toute l'étendue de la façade extérieure de
ce palais, et forme terrasse au-devant de la cour, dans laquelle on
entre par trois portes d'une belle menuiserie, couvertes d'ornements
en bronze d'une grande richesse. Un mur percé de portiques unit ces
trois portes aux deux pavillons en retour qui composent les ailes du
bâtiment. Ces pavillons sont décorés de deux ordres, l'un dorique au
rez-de-chaussée, l'autre ionique au premier étage, et couronnés de
frontons triangulaires. Le corps-de-logis qui forme la façade se
compose de neuf croisées, y compris les trois qui sont sur
l'avant-corps du milieu. Cette partie offre également une décoration
de colonnes doriques et ioniques, que surmonte un fronton circulaire.
Dans ce fronton sont placées deux figures qui supportent les armes
d'Orléans. Toutes ces constructions furent faites sur les dessins de
M. Moreau, architecte de la ville, lequel rebâtit aussi la salle de
l'Opéra qui venoit d'être brûlée[448]. Ce même bâtiment présente, du
côté de la seconde cour, une autre façade exécutée à peu près dans le
même goût. L'avant-corps est décoré de huit colonnes ioniques
cannelées, posées sur un soubassement. Quatre statues de Pajou sont
placées à l'aplomb et au-devant de l'attique qui surmonte ces
colonnes. Ces statues représentent le dieu Mars, Apollon, la Prudence
et la Libéralité. Les ornements exécutés dans les cartouches et les
frontons des deux pavillons de l'entrée et des autres parties des
nouvelles constructions, étoient de la main du même sculpteur.

          [Note 448: Un nouvel incendie la consuma une seconde fois en
          1781; alors ce spectacle fut transporté sur le boulevart de
          la porte Saint-Martin.]

Le vestibule qui sépare les deux cours est décoré de colonnes
doriques. À droite en entrant fut alors construit le nouvel escalier
qui mène aux appartements. Il est placé sous une espèce de dôme fort
élevé et orné de peintures. Les douze premières marches conduisent à
un perron, et là l'escalier se divise à droite et à gauche en deux
parties qui se terminent au pallier. L'architecte (Constantin) avoit
imaginé, pour diminuer l'effet désagréable du mur de face qui est trop
rapproché, d'y faire peindre une perspective d'architecture qui fut
exécutée par Machy.

Les appartements sont remarquables par leur étendue et leur
magnificence. Les galeries qui occupent la gauche du palais composent
environ quinze pièces, au nombre desquelles il faut comprendre celle
que Louis XIV avoit fait construire par Mansard, et le salon
d'Oppenord. C'est dans cette suite d'appartements qu'étoient placées
les belles peintures dont nous avons déjà parlé. On y voyoit aussi la
précieuse collection de pierres gravées antiques, également formée par
le régent. À ces richesses des arts les plus excellents, se trouvoient
réunis un magnifique cabinet d'histoire naturelle et de minéralogie,
et une collection non moins curieuse des productions de tous les arts
et métiers, avec les différents outils employés à leur fabrication.
Ces modèles, exécutés dans une grande perfection, étoient tous réduits
sur une échelle commune d'un pouce et demi pour pied.

On devoit aussi au duc d'Orléans, régent, le jardin de ce palais,
jadis le rendez-vous de la meilleure compagnie de Paris, et la
promenade la plus brillante et la plus fréquentée de cette capitale.
Du temps du cardinal de Richelieu, c'étoit un terrain de la plus
grande irrégularité, qui contenoit un mail, un manége et deux bassins,
le tout disposé sans ordre et sans symétrie. Il ne fut replanté qu'en
1730, et ce fut un neveu de Le Nôtre[449] que l'on chargea de cette
entreprise. Sans prétendre faire un jardin égal à celui des Tuileries,
composé par son oncle, il mit dans l'ordonnance de celui-ci de la
grandeur et de la simplicité. Deux belles pelouses bordées d'ormes en
boules accompagnoient de chaque côté un grand bassin placé dans une
demi-lune ornée de treillages et de statues en stuc, la plupart de la
main de Leremberg. Au-dessus de cette demi-lune régnoit un quinconce
de tilleuls dont l'ombrage étoit épais et agréable. La grande allée
surtout formoit un berceau vraiment délicieux et impénétrable au
soleil. Toutes les charmilles y étoient taillées en portique. C'étoit
cette partie du jardin que les promeneurs fréquentoient de préférence.

          [Note 449: Desgots, architecte du roi.]

L'ancien projet du cardinal avoit été de faire bâtir autour de ce
jardin des maisons symétriques, et d'ouvrir trois principales entrées,
l'une sur la rue de Richelieu, l'autre sur la rue des Petits-Champs,
et la troisième sur celle des Bons-Enfants.

Le dernier duc d'Orléans exécuta en quelque sorte ce projet dans les
dernières années qui ont précédé la révolution; mais il le conçut dans
des vues indignes d'un prince, et fit une misérable spéculation de ce
qui devoit être un nouveau monument de grandeur et de magnificence. On
imagina donc de bâtir autour du jardin un corps de bâtiments
symétriques, et de prendre sur le terrain l'espace d'une rue nouvelle
dans laquelle les maisons qui entouroient autrefois cette enceinte se
trouvèrent alors tristement renfermées. Dans la seconde cour, un
nouvel avant-corps fut élevé parallèlement et dans la même ordonnance
que le premier, afin d'étendre la façade et de la raccorder avec les
nouvelles galeries; une partie des anciennes constructions fut démolie
dans la même intention; et pour développer l'aspect de celles qu'on
élevoit, on détruisit dans le jardin[450] tous ces beaux ombrages qui
en faisoient le principal agrément.

          [Note 450: On détruisit aussi l'orangerie, qui étoit placée
          au-dessous des anciennes galeries, et séparée du grand
          jardin par une grille de fer.]

Le projet d'une aussi vaste enceinte, s'il eût été réalisé avec toutes
les ressources d'une belle architecture, eût été mis sans doute au
rang des plus grands monuments; mais l'esprit de calcul et d'intérêt
qui l'avoit fait entreprendre[451] ne pouvoit s'accorder avec la
dépense qu'eût exigée une bâtisse proportionnée à l'étendue du plan.
Tout cet ensemble a donc été trop légèrement construit: la décoration
de cette immense galerie, qui consiste en petites arcades séparées par
des pilastres corinthiens, est aussi mesquine que mal exécutée; et
l'avantage qu'a le public de s'y promener à couvert ne compense point
l'inconvénient qui en résulte de la grande diminution du jardin.
L'idée d'élever un portique autour d'une promenade étoit sans doute
heureuse, et pouvoit augmenter les agréments d'un si beau lieu; mais
du moment que chaque arcade est devenue une boutique, le lieu lui-même
est devenu une foire et un marché, et toute sa noblesse et son
élégance ont disparu. La bonne compagnie l'a déserté, parce qu'elle se
trouvoit confondue, dans ces longs et étroits promenoirs, avec ce que
Paris renfermoit de plus impur. Le vice fit bientôt de ce jardin
fameux le principal théâtre de ses excès; et ils furent d'autant plus
scandaleux que les nouvelles demeures dont on venoit de l'environner
furent louées sans aucune difficulté à ses plus infâmes agents. La
révolution, qui éclata peu de temps après, ne fit qu'augmenter le
scandale de ce séjour; et aux scènes de libertinage qui s'y
renouveloient sans cesse, se mêlèrent les prédications atroces des
anarchistes, les fêtes ignobles de la liberté, souvent même ses
violences et ses assassinats.

          [Note 451: Il y avoit, dès le principe, dans le
          Palais-Royal, sans compter une foule de cafés, de salles de
          restaurateurs, de maisons de jeu, de lieux de prostitution,
          etc., un grand et un petit théâtre, deux spectacles d'ombres
          chinoises et de fantoccinis, trois clubs, une assemblée
          militaire, des bains, une loge de francs-maçons, des maisons
          de vente, etc., etc.]

Les nouvelles constructions devoient se raccorder avec les ailes de
la seconde cour du palais. Ce fut cette même révolution qui en arrêta
l'achèvement: les dépenses criminelles dans lesquelles elle entraîna
le duc d'Orléans ne lui permirent plus de fournir les fonds
nécessaires pour l'entière exécution de ce projet, et le Palais-Royal
resta à peu près dans l'état où nous le voyons aujourd'hui.

L'architecture de cette grande masse de bâtiments est de M. Louis. Le
théâtre, bâti à l'extrémité du Palais-Royal, du côté de la rue
Saint-Honoré et de Richelieu, est aussi du même architecte[452]. Du
côté de la rue Neuve-des-Petits-Champs, et dans l'angle opposé, est
une autre salle de comédie, occupée d'abord par les petits comédiens
dits de Beaujolois[453], et depuis par la troupe des Variétés.

          [Note 452: Cette salle sert maintenant aux comédiens
          françois. On en a depuis changé la décoration intérieure,
          laquelle étoit composée de loges coupées et saillantes en
          forme de balcons; ce qui faisoit l'effet le plus bizarre et
          le plus désagréable. Son architecture extérieure n'a
          d'ailleurs rien de remarquable.]

          [Note 453: C'étoient des enfants qu'on avoit stylés à
          paroître sur la scène et à faire des gestes, tandis que des
          acteurs cachés dans les coulisses chantoient et parloient
          pour eux. Cette salle est maintenant un café.]

Deux galeries de bois ont été construites sur l'emplacement qui fait
face à la seconde cour, et forment une espèce de barrière qui la
sépare du jardin. Dans le plan primitif, cette quatrième façade du
château, augmentée du nouveau corps-de-logis, devoit former aussi la
quatrième façade du jardin. Son ordre d'architecture eût été le même
que celui qui avoit été employé dans les trois autres côtés, avec
cette différence que des colonnes devoient y remplacer les pilastres;
qu'au lieu d'arcades et d'entresols, on destinoit toute la hauteur,
jusqu'au premier étage, à des promenoirs publics, et qu'on ne prenoit
qu'un seul étage dans le reste de l'ordre. Enfin le projet étoit
d'élever au-dessus un second étage, décoré d'un attique dont la
richesse eût été proportionnée à celle de la colonnade inférieure.
D'autres promenoirs eussent été également pratiqués dans les parties
conservées de l'ancien palais, dont on devoit détruire, pour cet
effet, les logements du rez-de-chaussée et de l'entresol. On peut
voir, dans l'intérieur du nouvel avant-corps, un commencement
d'exécution de ce projet.


     COLLECTIONS ET AUTRES CURIOSITÉS DU PALAIS-ROYAL.

     COLLECTION DES TABLEAUX[454].

          [Note 454: Nous suivons l'ordre dans lequel ces tableaux
          étoient placés à l'époque où ils ont été vendus par le
          dernier duc d'Orléans.]


     _Grande salle à manger._

     L'aventure de Philopoemen, par _Rubens_.

     Un pair d'Angleterre, une princesse de Phalsbourg, un général
     espagnol, et une autre femme, par _Vandyck_.

     Le Nil, Pan et Syrinx, par _Martin de Vos_.

     Vénus tenant l'arc de l'Amour qu'elle a désarmé, par _Bronzino_.

     Danaé, par _Annibal Carrache_.


     _Salon de Madame._

     Quatre dessus de porte: Charles Ier, roi d'Angleterre, la reine
     son épouse; le duc et la duchesse d'Yorck, par _Vandyck_.

     La fuite de Jacob, par _Piètre de Cortone_.

     Saint Jérôme et une sainte Famille, par _Annibal Carrache_.


     _Chambre appelée du Poussin._

     Une ferme, par _Léandre Bassan_.

     L'Apparition des anges à Abraham, par _Alexandre Véronèse_.

     Un ange conduisant saint Roch, par _le Guerchin_.

     Les quatre Âges, par _Valentin_.

     Trois paysages, par _Scorza_.

     Un portrait de femme, par _le Titien_.

     Un philosophe tenant un manuscrit, par _Schiavone_.

     La naissance de Bacchus, par _Jules Romain_.

     L'adoration des rois, par _Albert Durer_.

     Les animaux entrant dans l'arche, par _Léandre Bassan_.

     L'enlèvement de Proserpine, par _le Titien_.


     _Cabinet de la Lanterne._

     Le portrait de Clément VII, par _le Titien_.

     Un concert, par _Valentin_.

     Le martyre de saint Pierre, par _le Giorgion_.

     Jules II, par _Raphaël_.

     Henri IV âgé de quatre ans, par _Porbus_.

     Une frise, par _Jules Romain_; trait d'histoire romaine.

     Une descente de croix, d'_Augustin Carrache_.

     Le portrait d'une princesse, par _Vandyck_.

     Le paysage aux Bateliers, par _Annibal Carrache_.

     Un concert, par _le Titien_.

     L'enlèvement de Proserpine, par _Nicolo del Abbatte_.

     Un consistoire, par _le Tintoret_.

     Des buveurs, par _Manfredy_.

     Un enfant qui dort, par _Annibal Carrache_, et le portrait de ce
     peintre, par lui-même.

     Mars et Vénus, par _Rubens_.

     Un siége, par _Jules Romain_.

     La naissance de Bacchus, par le même.

     Un prêtre italien, par _le Titien_.

     La Nativité, par _François Mola_.

     Un général espagnol, par _Antoine Moor_.

     Une naissance de Bacchus, attribuée au _Tintoret_.

     Héraclite, par _l'Espagnolet_.

     Un portrait de femme, par _le Titien_.

     Hérodias, par _Léonard de Vinci_.

     Ganimède, par _Rubens_.

     La naissance de Castor et Pollux, par _André del Sarte_.

     Le portrait d'une femme, par _Holbein_.

     Démocrite, par _l'Espagnolet_.


     _Cabinet rond._

     Au-dessus de la porte, le portrait du _Titien_, peint par
     lui-même; le poète Arétin, par le même.

     Une descente de croix, par _Schiavone_.

     Une sainte Famille, du _Parmesan_.

     Un portrait, par _Albert Durer_.

     Saint Jean dans le désert, par _Annibal Carrache_.

     Deux portraits du _Tintoret_.

     L'adoration des bergers, par _Lucas de Leyde_.

     Un portrait, par _le Titien_.

     Un doge de Venise, par _Palme le vieux_.

     Un sénateur vénitien, par _André Keyen_.

     Sur la glace, une sainte famille, du _Parmesan_.

     Le Jugement de Pâris, par _Perrin-del-Vaga_.

     Un jeune étudiant, par _le cavalier Bernin_.

     Une Vénus debout, par _Palme le vieux_.


     _Première grande pièce._

     Une descente de croix, de _Perrugin_.

     Saint Jean dans le désert, par _Louis de Vergas_.

     Moïse foulant aux pieds la couronne de Pharaon, par _le Poussin_.

     La transfiguration, par _Michel-Ange de Caravage_.

     Une descente de croix, du _Tintoret_.

     Les sept sacrements, par _le Poussin_[455].

          [Note 455: Ces merveilles de l'école françoise étoient
          sorties du royaume; le Régent les fit racheter en Hollande
          pour la somme de 120,000 liv. Sortis une seconde fois de
          France, ces tableaux faisoient le principal ornement d'une
          des plus belles galeries de l'Angleterre; ils y ont été
          détruits, il y a quelques années, par un incendie.]

     L'enfant prodigue, par _Annibal Carrache_.

     Les vendeurs chassés du temple, et la guérison du paralytique,
     par _Luc Jordaens_.

     La résurrection du Lazare, par _Mutian_.

     Notre Seigneur au tombeau, par _Annibal Carrache_.

     La naissance de Bacchus, par _le Poussin_.

     Le paralytique et l'enfant prodigue, par _Bassan_.

     Un mulet, par _le Corrége_.

     Le crucifiement de saint Pierre, par _le chevalier Calabrois_.

     Salmacis et Hermaphrodite, par _Paul Mathey_.


     _Deuxième grande pièce._

     Saint Paul et l'Enfant Jésus, par _Francia_.

     Une sainte Famille, par _Louis Carrache_.

     Le portrait de J. Gissen, négociant, par _Holbein_.

     Le Baptême de N. S., par _l'Albane_.

     L'apparition de la Vierge à saint Jean Justinien, par le même.

     Une Sibylle, par _le Dominiquin_.

     Six esquisses de _Rubens_.

     Vénus et Adonis, une mère de douleur, et Charles-Quint à cheval,
     par _Le Titien_.

     Un portrait de femme, par le même.

     Une mère de douleur, par _Guerchin_.

     Un calvaire, par _Annibal Carrache_.

     Une sainte Famille, par _André-del-Sarte_.

     David et Abigaïl, par _le Guerchin_.

     Une descente de croix, par _Daniel de Volterre_.

     Le portrait d'un Espagnol, par _Antoine Moor_.

     Un homme armé, par _Luc Joordans_.

     Une annonciation, par _Lanfranc_.

     Moïse exposé sur les eaux, par _le Poussin_.

     Saint Jérôme, par _le Bassan_.

     Un homme et un chat, par _Gentileschi_.

     Moïse sauvé des eaux, par _Velasquez_.

     David et Abigaïl, par _le Guide_.

     L'invention de la croix, par _Giorgion_.

     Un paysage, par _Scorza_.

     Une sainte Famille, par _Laurent Lotto_.

     Une Magdeleine, du _Guide_.

     Moïse sauvé des eaux, par _Paul Véronèse_.

     Un bourgmestre, par _Rembrandt_.

     Le portrait du comte d'Arundel, par _Vandyck_.

     Une martyre, par _Guido Cagnacci_.

     Une sainte Famille, par _Raphaël_.

     Un tableau du _Caravage_, représentant un singe.


     _Troisième grande pièce._

     L'enlèvement des Sabines, par _Salviati_.

     L'éducation de l'Amour, par _le Corrége_.

     Une sainte Famille, par _Raphaël_.

     Un autre, par _le Bourdon_.

     Jésus-Christ au milieu des docteurs, par _l'Espagnolet_.

     La décollation de saint Jean, par _le Guide_.

     Saint Sébastien et saint Bonaventure, par le même.

     L'adoration des bergers, _par Giorgion_; et Milon de Crotone, par
     le même.

     Une Esclavonne, l'éducation de l'Amour, et Diane surprise au bain
     par Actéon, par _le Titien_.

     Philippe II et sa maîtresse, par le même.

     La mort d'Abel, par _André Sacchi_.

     La femme adultère, par _Pordenon_.

     Achéloüs, par le même.

     Suzanne et les deux vieillards, par _Louis Carrache_.

     L'adoration des rois, par _Van-Eyck de Bruges_.

     Une sainte Famille, par _Garofallo_.

     La résurrection du Lazare, par _Sébastien-del-Piombo_.

     Une descente de croix, de _Schiavone_, et Pilate se lavant les
     mains, par le même.

     Vénus et l'Amour, par _Palme le vieux_.

     La prédication de saint Jean dans le désert, par _l'Albane_.

     Des joueurs, par _le Caravage_.

     Les ducs de Ferrare, par _le Tintoret_, et l'enlèvement
     d'Hercule, par le même.

     Le massacre des innocents, par _le Brun_.

     Une tête de moine, par _le cavalier Bernin_.

     La maladie d'Alexandre, par _Eustache le Sueur_.

     L'apparition de la Vierge à saint Roch, par _Annibal Carrache_.


     _Grand salon à la Lanterne._

     La continence de Scipion, par _Rubens_.

     Une Magdeleine, du _Guide_.

     Un _Ecce Homo_, du même.

     Saint Jean montrant le Messie, par _Annibal Carrache_.

     Une procession de village, par le même.

     Un Christ et le martyre de saint Étienne, par le même.

     Trois esquisses de _Rubens_.

     L'histoire de saint Georges, par le même.

     La mort de Cyrus, par le même.

     Joseph et Putiphar, par _Alexandre Véronèse_.

     Saint Jérôme effrayé par la tempête, par _le Guerchin_.

     Un portement de croix, d'_André Sacchi_.

     L'homme entre le vice et la vertu, par _Paul Véronèse_.

     Un autre tableau du même maître, portrait de sa fille; Mars et
     Venus liés par l'Amour, par le même.

     Les disciples d'Emmaüs; Mercure et Hersé; l'enlèvement d'Europe,
     et la Sagesse compagne d'Hercule, par le même.

     Andromède, par _le Titien_.

     L'enlèvement d'Europe, par le même.

     Vénus et Adonis, par le même.

     Actéon dévoré par ses chiens, par le même.

     Le portrait de la maîtresse du _Titien_, par le même.

     Lucrèce, par _André-del-Sarte_.

     Hérodias, par _Palme le vieux_.

     L'Amour façonnant son arc, par _le Corrége_.

     Deux études de tête, du même.

     Le portrait d'une femme, par _Paul Véronèse_.

     Quatre dessus de porte, l'Infidélité, le Respect, le Dégoût et
     l'Amour heureux, par le même.

     Une fileuse, par _le Féti_.

     Un paysage dit des Bateliers, par _le Dominiquin_.

     Jésus-Christ portant sa croix, par le même.

     Saint Jérôme, par le même.

     Une circoncision, par _Bassan_.

     La Vierge dite la Laveuse, par _l'Albane_.

     Le portrait de la femme du _Bassan_, et son portrait, par
     lui-même.

     Le jugement universel, par _Léandre Bassan_.

     Une copie de la transfiguration de Raphaël, par _Garofalo_.


     _Grande galerie._

     Le tentateur, une sainte Famille, les quatre âges, une femme
     tenant une cassette, une tête de femme, par _le Titien_; son
     portrait, peint par lui-même.

     La Vierge qui montre à lire à l'Enfant-Jésus, par _Schidone_.

     La belle Colombine, maîtresse de François Ier, par _Léonard de
     Vinci_.

     Une tête de femme, par le même.

     La Vierge et l'Enfant-Jésus, par _le Corrége_.

     Une Danaé et une sainte Famille, du même.

     Une frise, trait d'histoire romaine, par _Jules Romain_.

     Diane et Calysto, par _Annibal Carrache_.

     La toilette de Vénus, par le même.

     Le martyre de saint Étienne, et la vision de saint François, par
     le même.

     La mort d'Adonis, par _Cangiage_.

     Le portrait du duc de Valentinois, fils du pape Alexandre VI, par
     _le Corrége_.

     Le sacrifice d'Isaac, par _le Dominiquin_.

     Saint Jérôme, par le même.

     Les portraits de Jean et Hubert de Bruges, par _Van-Eyck_.

     Un repos en Égypte, par _François Mola_.

     Une frise, trait d'histoire romaine, par _Jules Romain_.

     Jupiter et Léda, par le même.

     Moïse frappant le rocher, par _le Poussin_.

     La communion de la Madeleine dans le désert, par _l'Albane_.

     La Samaritaine, par le même.

     Une flagellation, par _Louis Carrache_.

     Une sainte Famille, de _Palme le vieux_.

     Une Vierge et l'Enfant-Jésus, par _Raphaël_.

     Saint Jean dans le désert, par le même.

     Une Vierge, dite la _belle_, par le même.

     Une autre Vierge et l'Enfant-Jésus, par le même.

     Une descente de croix, par _Sébastien-del-Piombo_.

     Le ravissement de saint Paul, par _le Poussin_.

     Un page raccommodant l'armure de Gaston de Foix, par _Giorgion_.

     Sainte-Appoline, du _Guide_.

     Un enfant dormant sur la croix, par le même.

     Une Madeleine, par _le Titien_.

     La Samaritaine, par _Annibal Carrache_.

     La vision d'Ézéchiel, par _Raphaël_.

     Le martyre de saint Barthélemi, par _Augustin Carrache_.

     Une sainte Famille, par _Michel-Ange_.

     La Circoncision, par _Jean Belin_.

     La Vierge et l'Enfant-Jésus, par _Raphaël_.

     Saint Jean l'Évangéliste, par _le Dominiquin_.

     Une descente de croix et un saint Jean dans la gloire, par
     _Annibal Corrache_.

     Une sainte Famille, de _l'Albane_.

     Un saint François en méditation devant la croix, par _le
     Dominiquin_.

     _Noli me tangere_, par _le Titien_.

     Saint Joseph montrant son métier à l'Enfant-Jésus, par _Annibal
     Carrache_.

     Une frise, trait d'histoire romaine, par _Jules Romain_.

     Une sainte Famille, du _Baroche_.

     Le jugement de Pâris, par _Rubens_.

     La sainte Famille, par _François Anotti_.

     _Noli me tangere_, par _l'Albane_.

     Deux esquisses de _Rubens_.

     Une autre frise, trait d'histoire romaine, par _Jules Romain_.

     Une présentation au temple, par _le Guerchin_.

     Un repos en Égypte, par _Annibal Carrache_.

     _Noli me tangere_, par _le Corrége_.

     La Madeleine, du _Guide_.

     La prédication de saint Jean dans le désert, par _Mola_.

     _Noli me tangere_, par _Cignani_.

     Vénus sortant des ondes, par _le Titien_.

     Le mariage de sainte Catherine, par _le Parmesan_.


     TABLEAUX DES CHAPELLES DU PALAIS.

     Il y avoit deux chapelles dans ce palais.

     Dans l'une étoit une apparition de Jésus-Christ, par _Annibal
     Carrache_; dans l'autre, plusieurs peintures par _Vouet_.


     CABINET DES MÉDAILLES ET PIERRES GRAVÉES.

     Cette collection, vendue comme celle des tableaux, par le dernier
     duc d'Orléans, jouissoit également de la plus grande célébrité.

     Ses commencements sont dus à Élisabeth-Charlotte Palatine, soeur
     de Charles II, électeur palatin, laquelle fut mariée à Monsieur,
     frère du roi. Cette princesse, venant en France, apporta avec
     elle une suite de médailles d'or et de pierres gravées, que son
     goût pour les arts lui avoit fait recueillir. Cette collection
     fut depuis augmentée par le Régent, qui en devint propriétaire,
     et dont la passion pour tous les arts qui tiennent du dessin
     étoit la plus vive qu'il soit possible d'imaginer. Non-seulement
     il l'enrichit par de nouvelles acquisitions, mais il la doubla,
     en quelque sorte, par les empreintes en pâte de verre, qu'il
     tiroit lui-même des plus belles pierres. On prétend même que le
     procédé de ces pâtes, dont la transparence et la couleur imitent
     l'éclat des pierres fines, est dû à ce prince, qui d'ailleurs
     pratiquoit ces arts qu'il aimoit si passionnément, mieux qu'il ne
     convient peut-être à un prince de le faire.

     Le duc d'Orléans son fils réunit à ce cabinet, déjà
     très-considérable, la belle collection de M. Crozat, laquelle
     étoit composée de plus de quatorze cents pierres gravées. Peu
     s'en fallut cependant que ce prince, qui l'avoit tellement
     enrichie, n'en privât ensuite ses héritiers: car s'étant retiré à
     Sainte-Geneviève pour y consacrer entièrement à la piété les
     dernières années de sa vie, il jugea à propos de léguer à cette
     abbaye une foule d'objets précieux qui ornoient son palais, et
     entre autres la collection des pierres gravées. Elle fut rachetée
     par son successeur, moyennant une somme considérable.

     La nomenclature de cette collection et sa description passe les
     bornes que nous nous sommes imposées dans cet ouvrage. Elle a été
     faite par MM. de La Chaux, garde de ce cabinet, et Le Blond, de
     l'académie des inscriptions et belles-lettres, en deux volumes
     in-folio, ornés de gravures, que les curieux peuvent consulter.


     BIBLIOTHÈQUE.

     Elle étoit peu considérable, parce que le duc d'Orléans, père du
     dernier, avoit légué tous ses livres aux jacobins de la rue
     Saint-Jacques. Cependant on avoit fait depuis l'acquisition d'une
     nouvelle bibliothèque, dans laquelle se trouvoit une collection
     complète et peut-être unique des théâtres de toutes les nations
     depuis leur origine jusqu'à nos jours. Cette collection, qui
     avoit appartenu à M. de Pont-de-Vesle, frère de M. d'Argental,
     étoit, dit-on, composée de treize mille volumes imprimés, et de
     plus de cent portefeuilles manuscrits.


     CABINET D'HISTOIRE NATURELLE.

     Il étoit surtout riche en échantillons de mines auxquels étoient
     jointes toutes les espèces de matières qui y sont ordinairement
     agrégées. On y conservoit aussi les différentes productions
     volcaniques de l'Europe et des Indes. La Collection des _corps
     marins fossiles_ y étoit immense, et l'on distinguoit, dans la
     partie lithologique, une suite rare des granites de France, etc.


     GALERIE DES HOMMES ILLUSTRES.

     Cette galerie, qui, comme nous l'avons dit, fut détruite en 1727,
     mérite d'être connue, non-seulement à cause de la célébrité dont
     elle a joui, mais encore parce qu'elle rappelle un assez grand
     nombre de noms chers à la France. Ce monument, élevé à leur
     mémoire, étoit très-digne d'un ministre qui en avoit conçu la
     pensée; et peut-être eût-il été à souhaiter que, dans cette
     France si féconde en grands hommes, de tels honneurs eussent été
     rendus plus souvent à la vaillance et à la vertu. On y eût appris
     sans doute à ne pas préférer les héros de Rome et de la Grèce à
     ceux de son propre pays.

     Les portraits qui composoient cette galerie, les bustes et les
     tableaux qui les accompagnoient, furent depuis transportés dans
     les galeries nouvelles élevées par les ducs d'Orléans, et s'y
     voyoient dans l'ordre suivant:

     _Suger_, abbé de Saint-Denis, ministre, mort en 1152, âgé de
     soixante-dix ans.

     _Simon_, comte de Montfort, le fléau des Albigeois, tué au siége
     de Toulouse, en 1218.

     _Gaucher_, seigneur de Châtillon, connétable de France sous six
     rois, mort en 1329; par _Vouet_.

     _Bertrand du Guesclin_, connétable de France en 1370, et mort au
     siége de Château-neuf-Randon en Gévaudan, le 13 juillet 1380, âgé
     de soixante-six ans. _Henri II_, _Charles IX_ (bustes).

     _Olivier de Clisson_, connétable de France en 1380, mort en 1407.

     _Jean Le Meingre_, dit _Boucicaut_, maréchal de France en 1391,
     mort prisonnier en Angleterre l'an 1421.

     _Jean_, bâtard d'Orléans, comte de Dunois, et lieutenant-général
     du royaume sous Charles VII, mort en 1468, âgé de soixante-sept
     ans.

     _Jeanne-d'Arc_, dite _la Pucelle d'Orléans_. _Louis XIV_ (buste).

     _Georges d'Amboise_, cardinal et premier ministre sous Louis XII,
     mort en 1510; par _Vouet_.

     _Louis de La Trimouille_, général des armées du roi sous Louis
     XII et François Ier, tué à la bataille de Pavie, à l'âge de
     quatre-vingts ans; par _Champagne_.

     _Gaston de Foix_, duc de Nemours, vice-roi de Milan, et général
     des armées de Louis XII, tué le jour de Pâques, 11 avril 1512, à
     la bataille de Ravenne; copié par _Champagne_, d'après un
     portrait original peint par _Raphaël_, et qui appartenoit au duc
     _de Saint-Simon_.

     _Pierre du Terrail_, seigneur de _Bayard_, surnommé le _chevalier
     sans peur et sans reproche_, tué à la retraite de Romagnano en
     1524. _François Ier_ (buste).

     Au-dessus de la porte de la chapelle, le cardinal de _Richelieu_
     donnant audience à des moines.

     _Charles de Cossé_, duc _de Brissac_, maréchal de France, et
     général des armées des rois Henri II, François II et Charles IX,
     mort en 1563.

     _Anne de Montmorency_, connétable de France sous François Ier,
     Henri II, François II et Charles IX, tué à la bataille de
     Saint-Denis en 1567.

     _François de Lorraine_, duc _de Guise_, assassiné devant Orléans,
     par _Poltrot_, en 1563. _Henri III_ (buste).

     _Charles_, cardinal de _Lorraine_, archevêque de Reims, frère du
     précédent, mort en 1574 (buste).

     _Blaise de Montluc_, maréchal de France, mort en 1577.

     _Armand de Gontaud de Biron_, maréchal de France, tué au siége
     d'Épernai, en 1592.

     _Henri de la Tour d'Auvergne_, vicomte _de Turenne_, tué d'un
     coup de canon le 27 juillet 1675.

     _François de Bonne_, duc de Lesdiguières, maréchal de France en
     1608, duc et pair en 1619, connétable en 1622, et mort en 1626.

     _Henri IV_ (buste).

     _Marie de Médicis_, reine de France, son épouse, morte à Cologne
     le 3 juillet 1642.

     _Armand-Jean Duplessis_, cardinal, duc _de Richelieu et de
     Fronsac_, pair de France et premier ministre sous Louis XIII,
     mort à Paris, en 1642.

     _Louis XIII_, mort à Saint-Germain-en-Laye le 14 mai 1643.

     _Anne d'Autriche_, femme de Louis XIII, mère de Louis XIV, et
     régente du royaume, morte au Louvre, à Paris, le 20 janvier 1666.

     _Gaston_ (Jean-Baptiste) _de France_, duc _d'Orléans_, frère
     unique de Louis XIII, mort à Blois le 2 février 1660.

     Toutes les peintures de cette galerie ont été dessinées et
     gravées par _Hénice_ et _Vignon_, peintres et graveurs ordinaires
     du Roi.



LA PLACE DU PALAIS-ROYAL

ET

LE CHÂTEAU D'EAU.

Vis-à-vis du Palais-Royal étoit, dans le principe, l'hôtel de Sillery,
lequel appartenoit à Noël Brûlart de Sillery, prêtre, commandeur de
l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, et du temple de Saint-Jean de
Troyes. Le cardinal de Richelieu s'en rendit propriétaire en
1640[456], pour la somme de 50,000 écus, dans l'intention de le faire
abattre, et d'obtenir à ce moyen une place devant son palais, dont cet
hôtel n'étoit séparé que par la largeur de la rue[457]; mais ce
projet n'étoit point encore entièrement exécuté quand il mourut. La
cour étant venue occuper le Palais-Cardinal en 1643, on fit achever
cette démolition, et l'on abattit en même temps quelques édifices
voisins pour construire des corps-de-garde. Cette place n'étoit point
alors aussi grande qu'elle l'est aujourd'hui; et de chétives maisons,
d'un aspect désagréable, et placées sans symétrie, étoient la seule
perspective qu'eût la demeure du souverain. Les choses demeurèrent
cependant en cet état jusqu'en 1719, que le duc d'Orléans, régent,
devenu propriétaire du Palais-Royal, fit détruire ces masures, et
ensuite élever à leur place le grand corps de bâtiment qu'on nomme
_Château-d'Eau_, lequel fut bâti sur les dessins de Robert de Cotte,
premier architecte du roi. Ce monument ne manque point de mérite, et
l'intention de l'auteur y est bien marquée. Son architecture se
compose d'un corps de bâtiment en bossages rustiques vermiculés,
flanqué de deux pavillons de même symétrie, le tout sur vingt toises
de face. Au milieu est un avant-corps formé par quatre colonnes
d'ordre toscan, qui portent un fronton, dans le tympan duquel sont les
armes de France. Au-dessus on a placé deux statues à demi couchées,
par Coustou le jeune, dont l'une représente la Seine, et l'autre la
nymphe de la fontaine d'Arcueil. C'est effectivement pour servir de
réservoir aux eaux de la Seine et d'Arcueil que ce bâtiment a été
élevé, mais il fut long-temps sans remplir sa destination; et la belle
inscription qu'on lit au-dessus de la niche où est le robinet: _Quot
et quantos effundit in usus!_ sembloient offrir, jusqu'à la fin du
siècle dernier, un sens épigrammatique. Cependant, depuis quelques
années, il coule de l'eau de cette fontaine[458].

          [Note 456: Ce fut M. Charles d'Escoubleau, marquis d'Alluye
          et de Sourdis, qui l'acheta le 22 mars de ladite année. Le
          même jour il en fit sa déclaration au profit du cardinal de
          Richelieu.]

          [Note 457: Les historiens de Paris disent que la rue
          Saint-Thomas-du-Louvre étoit alors la seule avenue du
          Palais-Royal, d'où il s'ensuivroit que l'hôtel de Sillery
          auroit couvert toute la place, et que la rue Froid-Manteau
          auroit été prolongée sur ses ruines jusqu'à la rue
          Saint-Honoré, ce qui n'est pas exact; l'inspection seule du
          plan de Saint-Victor, publié par d'Heulland, suffit pour
          s'en convaincre. (JAILLOT.)]

          [Note 458: _Voyez_ pl. 65.]



HÔPITAL ROYAL

DES QUINZE-VINGTS.

L'hôpital des Quinze-Vingts étoit autrefois situé rue Saint-Honoré,
vis-à-vis celle de Richelieu; il fut transféré, en 1780, sur la
demande du cardinal de Rohan, alors grand-aumônier, au faubourg
Saint-Antoine, dans l'hôtel occupé précédemment par les Mousquetaires
noirs.

Personne n'ignore que cette maison fut fondée par saint Louis.
Quelques anciens auteurs ont avancé sans preuves, et d'autres ont
répété sans examen[459], que ce pieux monarque avoit créé cet
établissement pour servir d'asile à trois cents gentilshommes
françois, qu'il avoit, dit-on, laissés en otage en Égypte, et que les
Sarrasins renvoyèrent en France, après leur avoir fait crever les
yeux. Cette opinion, dénuée de tout fondement historique, a été
rejetée avec raison par tous les historiens modernes, et Jaillot
surtout la réfute victorieusement[460].

          [Note 459: Belleforest, Corrozet, Dubreul, Sauval.]

          [Note 460: On en trouve aussi la réfutation dans des vers de
          _Ruteboeuf_, poète contemporain de saint Louis, dont Fauchet
          a conservé un fragment, où l'hôpital des Quinze-Vingts est
          peint avec des couleurs qui ne conviennent en aucune façon à
          des gentilshommes. Voici ce fragment:

            Li Roix a mis en un repaire,
            Mes je ne sais pas porquoi faire,
            Trois cents aveugles tote à rote.
            Parmi Paris en va trois paires,
            Tote ior ne finent de braire:
            As trois cents qui ne voient gote,
            Li uns sache, li autre bote,
            Si se donnent mainte secosse,
            Qu'il n'y a nul qui lor éclaire:
            Si feux y prent, ce n'est pas dote,
            L'ordre sera bruslée tote,
            S'aura li Roix plus à refere.]

«On voit, dit-il, dans les premiers titres qui ont rapport à cette
fondation, et dans les bulles qui la concernent, que c'est la _Maison
des aveugles_, _la Congrégation_, _l'Hôpital des pauvres aveugles de
Paris_: nulle mention de ces trois cents chevaliers, nul indice qu'ils
aient donné lieu à cet établissement; le silence des titres et des
historiens contemporains détruit même toute idée qu'ils y aient eu la
moindre part. Comment d'ailleurs présumer que saint Louis, ce prince
judicieux et équitable, qui connoissoit le prix des services et savoit
les récompenser, eût borné sa générosité et sa reconnoissance, pour
trois cents nobles qu'on suppose avoir perdu la vue pour son service,
à leur procurer un simple asile, sans pourvoir à leurs besoins d'une
manière convenable à leur naissance? On voit que ces aveugles
mendioient dans les rues et dans les églises; qu'on quêtoit pour eux
dans les principales villes du royaume, et que, près de quinze ans
après leur établissement[461], ils étoient encore si peu rentés, que
Louis IX, par ses lettres données à Melun au mois de mars 1269, leur
accorda 30 livres de rente pour avoir du potage. Ces faits, prouvés
par les monuments les plus authentiques, sont, à ce que je crois,
plus que suffisants pour détruire la fable des trois cents chevaliers
aveugles, adoptée beaucoup trop légèrement par plusieurs historiens.»

          [Note 461: Saint Louis avoit formé le projet de fonder cet
          hôpital dès l'an 1254.]

Ces raisons nous semblent sans réplique; et il est plus simple de
croire que, dans la fondation de cet établissement, saint Louis eut
seulement en vue de réunir dans un asile commun trois cents des plus
pauvres aveugles, dont on peut supposer que le nombre étoit
considérablement augmenté en France depuis que nos rois avoient pris
part aux expéditions pieuses d'Égypte et de la Palestine[462].
L'infortune de ces hommes, parmi lesquels plusieurs avoient été sans
doute ses compagnons d'armes, devoit émouvoir vivement la compassion
de ce grand monarque, si sensible d'ailleurs à toutes les infortunes
de ses sujets. Il conçut donc le projet de fonder cet hôpital, et
acheta à cet effet, dans la censive de l'évêché, une partie du terrain
sur lequel il le fit construire. Le premier titre de cette fondation
n'a pu être retrouvé; mais ceux qui la concernent et qui nous restent
ne permettent pas de douter que le projet de saint Louis n'ait eu son
entière exécution avant 1260. On voit qu'en cette année le roi
assigna 15 livres de rente, sur la prévôté de Paris, à Jean Le Breton,
qu'il avoit établi chapelain dans cette maison; et que le pape
Alexandre IV accorda également, en 1260, des indulgences à ceux qui
visiteroient l'église de cet hôpital, bâtie sous l'invocation de saint
Remi[463].

          [Note 462: On sait que, dans ces contrées brûlantes, le vent
          élève des tourbillons d'un sable extrêmement fin, qui,
          s'insinuant dans les yeux, attaque la vue de ceux qui ne
          prennent pas les précautions nécessaires pour s'en
          garantir.]

          [Note 463: Par un acte passé en 1282, entre la congrégation
          de la maison des pauvres aveugles et le chapitre de
          Saint-Germain-l'Auxerrois, cette congrégation cède au
          chapitre 10 liv. 15 s. de rente sur deux maisons près la
          Grande-Boucherie; et en échange le chapitre accorde aux
          Quinze-Vingts la permission d'avoir un cimetière et deux
          cloches du poids de cent livres chacune, leur abandonnant en
          outre la dîme qui lui appartenoit sur les terres de leur
          hôpital.]

Cet établissement, si médiocrement doté dans son origine, fut
néanmoins un grand bienfait pour ces infortunés, qui, avant le règne
de saint Louis, formoient bien, à la vérité, une espèce de société ou
congrégation, mais dont les membres vivoient en particulier des
foibles ressources que leur procuroit la charité des fidèles. Il en
résultoit que les secours leur manquoient presque totalement, lorsque
l'âge ou les infirmités ne leur permettoient plus de les aller
chercher.

Saint Louis voulut que son grand-aumônier eût la direction générale du
temporel comme du spirituel de cette maison. C'étoit ce grand
dignitaire qui nommoit à toutes les places vacantes, et les prêtres
qui desservoient l'église étoient soumis à sa seule juridiction;
juridiction qui lui fut souvent contestée par l'évêque de Paris, à qui
elle sembloit devoir appartenir. Mais celui-ci en fut définitivement
privé par une bulle du pape Jean XXIII, du 10 novembre 1412, laquelle
confirma les droits du grand-aumônier, lui soumettant entièrement cet
hôpital, quant au spirituel, et s'il n'étoit pas prêtre, au premier
chapelain du roi; réglement qui s'est toujours observé depuis,
jusqu'au moment de la révolution.

L'hôpital et l'église avoient été bâtis par Eudes de Montreuil, et
n'offroient rien de remarquable dans leur construction. Mais diverses
donations faites, à différentes époques, à cette congrégation, lui
avoient fourni les moyens d'acquérir successivement une grande partie
des terrains dont son enclos étoit environné. L'économie qui régnoit
dans son administration permit ensuite d'élever sur ces terrains des
bâtiments immenses, dont le revenu assez considérable étoit d'autant
plus sûr, que ces maisons étoient habitées par des marchands et des
ouvriers qui vendoient et travailloient sous le privilége de la
franchise, dont cette maison jouissoit depuis son premier
établissement[464].

          [Note 464: _Voyez_ pl. 65.]

Le nombre des aveugles étoit si considérable à Paris dans le
quatorzième siècle, qu'il devint impossible de les admettre tous dans
cet hôpital; les aveugles exclus formoient d'autres congrégations,
dont plusieurs même avoient une origine plus ancienne que celle-ci.
Pour éviter la confusion qui pouvoit en résulter, Philippe-le-Bel fit,
en 1309, un réglement, par lequel il fut ordonné que les Quinze-Vingts
fondés par saint Louis porteroient une fleur de lis sur leur habit.

Cet hôpital, dès le commencement de son institution, se divisoit en
_aveugles_ et en _voyants_ qui les conduisoient. L'église avoit été
érigée en paroisse pour tous ceux qui habitoient son enceinte; et le
service divin y étoit fait par plusieurs ecclésiastiques, dont les uns
chantoient l'office et les autres alloient quêter dans toutes les
paroisses de la ville[465]. Dans les réglements concernant la police
et la conduite de cette congrégation, les frères et soeurs étoient
soumis à des pratiques religieuses qui entretenoient parmi eux l'ordre
et la piété; et tous les dimanches on tenoit un chapitre où les frères
avoient le droit d'assister et de prendre part aux délibérations.

          [Note 465: Dans l'origine, le pape Clément IV avoit permis
          aux administrateurs de faire la quête par tout le royaume.]

On a vu par les vers de _Ruteboeuf_ qu'il y avoit, lors de la
fondation, trois cents aveugles dans l'hôpital des Quinze-Vingts. Par
les statuts qu'on dressa peu de temps après, le nombre en fut
diminué. On décida qu'il n'y auroit que cent quarante frères
_aveugles_, soixante frères _voyants_, chargés de les conduire et de
diriger les affaires de la maison, enfin, quatre-vingt-dix-huit femmes
tant _aveugles_ que _voyantes_, ce qui, avec le maître et le portier,
complétoit le nombre de trois cents. Ces trois cents personnes
devoient être régnicoles, ou du moins avoir obtenu des lettres de
naturalisation. Le grand-aumônier nommoit à ces places.

Les frères et soeurs pouvoient contracter entre eux des mariages; mais
on y mettoit la condition qu'ils seroient faits entre _aveugle et
voyant_. On n'y souffroit point d'alliance entre deux aveugles, ni
entre deux personnes voyantes. Le maître seul et le portier étoient
exempts de cette loi. Pour faire ces mariages, il falloit en demander
la permission au chapitre, qui pouvoit la refuser. Si un frère vouloit
épouser une personne du dehors, il étoit nécessaire qu'il obtînt le
consentement du grand-aumônier. Ceux qui se marioient sans ces
permissions étoient renvoyés.

On avoit réglé avec beaucoup de sagesse et d'équité tout ce qui étoit
relatif à la succession de ceux qui laissoient des héritiers par
survivance ou autrement. Quant aux membres de la congrégation qui
n'étoient point mariés, leur succession appartenoit entièrement à
l'hôpital; et ce profit casuel servoit en partie à acquitter les
charges de la maison, qui étoient très-considérables: car on
distribuoit régulièrement aux frères et soeurs du pain et de l'argent.

Outre ces distributions, les plus anciens jouissoient des maisons du
cloître, qu'ils louoient à des particuliers, sans autre charge que de
les entretenir de menues réparations; les autres alloient quêter dans
les églises, permission qu'ils avoient obtenue de Louis XIV, par une
ordonnance de l'année 1656.

Enfin, cet hôpital étoit si singulièrement favorisé, qu'il y avoit,
dans son église, une confrérie royale sous le titre de la
Sainte-Vierge, Saint-Sébastien et Saint-Roch. Elle avoit été instituée
il y a plus de deux cents ans; et en 1720 le roi s'en déclara
solennellement le chef et le protecteur. À son exemple, la reine, les
princes, les seigneurs, et tout ce qu'il y avoit de plus considérable
à la cour et à la ville, se firent inscrire dans cette confrérie.

La seule chose digne d'attention qu'offroit la petite église des
Quinze-Vingts étoit une statue de saint Louis placée au-dessus du
portail. L'exécution en étoit très-grossière; mais les antiquaires
prétendoient, sur la foi d'une tradition que nous n'avons pu
retrouver, qu'elle étoit très-ressemblante. Si cela est vrai, il faut
regretter la perte de ce monument: car tout ce qui a rapport à ce
roi, le modèle des grands et des bons rois, est précieux aux yeux de
tout François qui aime son pays. Plusieurs degrés qu'il falloit
descendre pour entrer dans cette église prouvoient que le terrain de
Paris avoit été fort exhaussé, depuis quelques siècles, dans cette
partie de la ville, comme l'état actuel de Notre-Dame, au niveau du
Parvis, prouve l'exhaussement de celui de la Cité.

Le chemin ou rue qui se trouvoit au-delà de la porte Saint-Honoré,
lorsque la ville étoit renfermée dans l'enceinte de Philippe-Auguste,
s'appeloit _chaussée Saint-Honoré_; mais après la mort du saint roi
qui avoit fondé cet hospice, cette rue et le chemin qui la continuoit,
prirent insensiblement le nom de _grand'rue Saint Louis_.

De l'hôpital des Quinze-Vingts dépendoit une chapelle sous le titre de
Saint-Nicaise. Elle fut abandonnée vers le milieu du siècle
dernier[466].

          [Note 466: L'emplacement qu'occupoient les Quinze-Vingts
          forme maintenant un groupe de maisons et de rues, dont nous
          donnerons la nomenclature à la fin de ce quartier.]



PLACE DU CARROUSEL.

Cette place est située vis-à-vis le palais des Tuileries. C'étoit,
dans le principe, un terrain vague qui s'étendoit depuis les murs
jusqu'à ce palais. Il faut se rappeler qu'alors la clôture de la ville
se prolongeoit le long de la rue Saint-Nicaise jusqu'à la rivière, et
que par conséquent les Tuileries étoient hors de Paris.

Sur cette place vide, on avoit d'abord tracé une enceinte, qui fut
destinée, en 1600, à faire un jardin. Au commencement du règne de
Louis XIV, ce jardin, qui existoit encore, étoit appelé _jardin de
Mademoiselle_, parce que cette princesse habitoit à cette époque le
palais des Tuileries. Le roi ayant ordonné qu'on achevât ce monument,
le jardin fut détruit; et ce fut sur son emplacement qu'il donna, les
5 et 6 juin 1662, le spectacle de ce carrousel fameux qui surpassa en
magnificence toutes les fêtes publiques qu'on avoit données
jusqu'alors. Depuis, cette place, qui contenoit non-seulement l'espace
qui lui restoit encore en 1789, mais encore les cours du château et la
partie de la rue Saint-Nicaise qui étoit de ce côté[467], retint le
nom de _place du Carrousel_, et le donna ensuite à la rue que
formèrent les maisons bâties dans la suite sur l'emplacement des
fossés.

          [Note 467: Les maisons qui formoient cette partie de la rue
          ont été abattues depuis la révolution, et la nouvelle
          galerie élevée en regard de l'ancienne a fait de la place du
          Carrousel une place régulière sur trois côtés. Le quatrième
          est encore couvert d'une partie des maisons qui la
          séparoient, en 1789, de la rue Saint-Thomas-du-Louvre.]

Les carrousels, introduits en France sous le règne de Henri IV, et
abandonnés depuis celui de Louis XIV, remplaçoient les tournois
dangereux de l'ancienne chevalerie, et en étoient une agréable image.
On s'y formoit en _quadrilles_, ou troupes de combattants qui se
distinguoient les unes des autres par la forme des habits et la
diversité des couleurs, qui souvent même prenoient chacune le nom de
quelque peuple fameux. On y voyoit, comme dans les tournois, des
hérauts, des pages, des parrains, des juges, etc. Les quadrilles, en
entrant dans la carrière, en faisoient d'abord le tour dans un ordre
régulier et pour se faire voir aux spectateurs; ensuite commençoient
les différentes espèces de combats. Ils consistoient à rompre la lance
les uns contre les autres ou contre la _quintaine_[468]; on couroit la
bague; on combattoit à cheval, l'épée à la main; enfin, on faisoit _la
foule_, c'est-à-dire que les combattants se poursuivoient sans
interruption dans l'arène et cherchoient à se devancer.

          [Note 468: C'étoit un poteau que l'on fichoit en terre, et
          contre lequel on s'exerçoit à rompre la lance ou à lancer
          des dards.]



LE PALAIS DES TUILERIES.

Ce palais a été ainsi nommé parce qu'il est situé sur un terrain où
l'on avoit anciennement établi des tuileries. Il paroît par plusieurs
monuments que la tuile qu'on employoit à Paris ne se faisoit dans le
principe qu'au bourg Saint-Germain-des-Prés[469]. Par la suite on
éleva des fabriques de ce genre de l'autre côté de la Seine, dans un
endroit que les anciens titres désignent sous le nom de la
Sablonnière[470]. Il y en avoit déjà trois en 1372; depuis elles s'y
multiplièrent considérablement[471].

          [Note 469: Entre les rues dites des Grands et des
          Petits-Augustins; on en faisoit aussi dans l'endroit qui
          conserve encore le nom de rue _des Vieilles-Tuileries_.]

          [Note 470: C'est le jardin des Tuileries.]

          [Note 471: Cens. de l'évêché.]

Au quatorzième siècle, Pierre Desessarts et sa femme occupoient, près
des Quinze-Vingts[472], une maison appelée l'hôtel des Tuileries,
qu'ils donnèrent à cet hôpital, avec quarante-deux arpents de terres
labourables qui dépendoient de cette maison. Long-temps après, et vers
le commencement du seizième siècle, Nicolas de Neuville de Villeroy,
secrétaire des finances et audiencier de France, possédoit au même
endroit, mais plus près de la rivière, une grande maison avec des
cours et jardins clos de murs. Il arriva que la duchesse d'Angoulême,
mère de François Ier, alors régnant, se trouvant incommodée au palais
des Tournelles, et voulant changer d'air et d'habitation, jeta les
yeux sur la maison de M. de Neuville, laquelle étoit commode et
agréablement située. Elle y recouvra la santé, ce qui engagea le roi à
en faire l'acquisition. Le propriétaire reçut en échange le château de
Chanteloup, près Arpajon. Le contrat est du 15 février 1518[473].

          [Note 472: Il ne faut point oublier qu'à cette époque les
          Quinze-Vingts et tous les édifices environnants étoient hors
          des murs de la ville.]

          [Note 473: Compte de l'ordinaire de Paris 1519.]

Six ans après, la duchesse d'Angoulême, alors régente, donna cette
maison à Jean Tiercelin, maître-d'hôtel du Dauphin, et à Julie du
Trot, en considération de leur mariage, et pour en jouir leur vie
durant. Les lettres qui constatent cette donation furent enregistrées
à la chambre des comptes, le 23 septembre 1527.

Telles sont les traditions qui nous sont restées sur l'état primitif
des lieux occupés maintenant par le château et le jardin des
Tuileries.

Charles IX, par son édit du 28 janvier 1564, ayant ordonné la démolition
du palais des Tournelles, Catherine de Médicis résolut aussitôt d'en
faire bâtir un autre plus vaste et plus magnifique. La maison des
Tuileries, dont la position étoit si belle, lui parut propre à ce
dessein: elle acheta en conséquence les bâtiments et les terres
voisines, et fit commencer en même temps le palais et les jardins. On en
jeta les fondements dès le mois de mai de la même année, et l'on
environna les jardins d'un mur, à l'extrémité duquel furent commencées
les nouvelles fortifications de la ville et construit le bastion dont
nous avons déjà parlé[474]. On travailloit avec une grande ardeur à ce
palais. Il étoit déjà composé du gros pavillon du milieu, des deux
corps-de-logis qui l'accompagnent et des deux pavillons qui viennent
immédiatement après, lorsque Catherine, saisie d'une crainte
superstitieuse, fit cesser tout à coup les travaux. Un astrologue avoit
prédit à cette princesse qu'elle mourroit auprès de Saint-Germain.
«Aussitôt, dit Saint-Foix, on la vit fuir avec soin tous les lieux et
toutes les églises qui portoient ce nom; elle n'alla plus à
Saint-Germain-en-Laye; et même, à cause que son palais des Tuileries se
trouvoit sur la paroisse de Saint-Germain-l'Auxerrois, elle en fit bâtir
un autre (l'hôtel de Soissons) près de Saint-Eustache. Les gens infatués
de l'astrologie prétendirent que la prédiction avoit été accomplie,
lorsqu'on apprit que c'étoit Laurent de Saint-Germain, évêque de
Nazareth, qui l'avoit assistée à la mort.»

          [Note 474: _Voyez_ p. 868.]

Philippe Delorme et Jean Bullant, les plus célèbres architectes de
leur siècle, avoient été chargés par la reine de la construction du
palais des Tuileries. On ne sait pas au juste quelle part eut chacun
d'eux dans les premiers travaux de cette grande entreprise. Les
changements qui y furent opérés depuis laissent la critique indécise
sur ce qui doit appartenir en propre à Bullant. Quant à Philibert
Delorme, on reconnoît encore son goût dans plus d'une ordonnance, et
on lui fait assez communément l'honneur de la construction primitive
de ce palais[475].

          [Note 475: D'après les plans et les dessins que Ducerceau
          nous en a conservés, son étendue devoit être bien supérieure
          à celle que présente aujourd'hui la ligne de bâtiments dont
          il est composé.]

Les bâtiments commencés et abandonnés par Catherine de Médicis furent
repris et continués sous Henri IV. Ils furent enfin achevés sous le
règne de Louis XIII, sur les dessins de Ducerceau, qui ne manqua
point, suivant l'usage adopté par la plupart des architectes, de
changer l'ordonnance et la décoration de ceux qui l'avoient précédé.
On attribue à ce dernier les deux corps de bâtiments d'ordonnance
corinthienne ou composite qui suivent les deux pavillons déjà
construits sous Catherine, et celle des deux pavillons d'angle qui
terminent de chaque côté cette ligne de bâtiments.

Ce court historique suffit déjà pour expliquer cette multiplicité
extraordinaire de parties et d'ordonnances diverses, dont se trouve
composée, tant sur la face du jardin que sur celle de la cour du
Carrousel, la masse totale du palais des Tuileries. On y compte en
effet cinq espèces de dispositions et de décorations, cinq sortes de
combles différents, et comme cinq pavillons divers réunis l'un à
l'autre, sans presque aucun rapport extérieur entre eux de
distribution, de style et de conception.

Le goût de ce temps étoit encore de diviser les édifices en pavillons,
en tours, en ailes flanquées de massifs plus élevés, et écrasés par
d'énormes toitures. Ces toits démesurés avoient été jadis le luxe des
châteaux forts et des monuments de la féodalité; et le type s'en est
conservé dans tous les palais élevés pendant le siècle qui vit
renaître en France la bonne architecture. On le retrouve au
Luxembourg, aux Tuileries, et il existoit encore au Louvre, avant les
dernières restaurations. Il faut avouer que ce genre de composition
offroit une espèce de contradiction avec ce mélange qu'on y faisoit
des ordres grecs, et n'étoit guère propre à produire cette belle
régularité qu'ils exigent, et qui seule peut en développer toute la
beauté. Quel aspect imposant n'eût pas offert la façade des Tuileries
sur une ligne de cent soixante-deux toises, si elle eût pu être
soumise à l'unité d'une grande conception! Mais les grandes
conceptions en architecture sont rares chez les nations modernes, et
particulièrement en France. Nous l'avons déjà dit, les plus vastes
ouvrages de cet art y ont été ordinairement le résultat d'entreprises
avortées, de projets enfantés séparément, et qu'une circonstance
heureuse ramène après coup, autant qu'il est possible, à une intention
générale. C'est ce qui est arrivé au Louvre et aux Toileries.

Louis XIV, choqué des disparates qu'offroit ce dernier palais, voulut
mettre de l'ensemble dans ses parties; et Levau fut chargé de ce
raccordement.

Cet architecte commença par supprimer l'escalier bâti par Philibert
Delorme, chef-d'oeuvre de construction et de disconvenance, lequel
occupoit la place du vestibule actuel. Il changea la forme et la
disposition du corps élevé du pavillon du milieu, qui, dans le
principe, était une coupole circulaire[476]. La restauration ne
conserva de l'ancienne ordonnance que le premier ordre à tambour de
marbre. Deux ordonnances, l'une corinthienne, l'autre composite,
surmontées d'un fronton et d'un attique, remplacèrent la décoration de
Delorme, et une sorte de dôme quadrangulaire prit la place de la
coupole.

          [Note 476: _Voyez_ pl. 66. Ce palais y est vu du côté du
          jardin, dans le temps qu'il en étoit encore séparé par une
          rue et par un mur. Dans le principe, cette coupole et les
          quatre corps de bâtiments qui l'accompagnoient, n'avoient
          pas l'élévation qu'ils ont maintenant.]

Les restaurateurs des Tuileries (car dans cet ouvrage on associe
d'Orbay à Levau) conservèrent en leur entier, du côté du jardin, les
deux galeries collatérales du pavillon du milieu avec les terrasses
qui les surmontent. Mais ils jugèrent convenable de changer la
devanture du corps de bâtiment qui s'élève en retraite des terrasses.
Cette partie étoit la moins heureuse de la façade de Delorme. Aux
mansardes et aux cartels qui s'y suivoient alternativement, ils
substituèrent le rang de croisées et de trumeaux ornés de gaînes que
l'on y voit encore aujourd'hui, avec un attique.

Les pavillons qui suivent de chaque côté ces deux galeries, et qui
sont à deux ordres de colonnes, ont été conservés en leur entier. On
est assez porté à en attribuer l'architecture à J. Bullant, dont le
goût étoit en général plus pur que celui de Delorme. On reconnoît en
effet dans la disposition du stylobate inférieur, dans la grâce et
l'heureuse proportion de l'ordre ionique, des rapports frappants avec
l'architecture du château d'Écouen. Ces pavillons ne subirent, dans
leur forme, d'autre changement que celui de l'attique actuel substitué
aux mansardes; et leur décoration resta aussi la même, à l'exception
de la sculpture qui orne le fût des colonnes. Elle fut sans doute
imaginée par l'architecte restaurateur; car les dessins de la façade
primitive nous font voir ces colonnes lisses dans toute leur hauteur.

Ici commençoient les constructions de Ducerceau; et les deux corps de
bâtimens à pilastres corinthiens qui, de chaque côté, suivent
immédiatement les pavillons qu'on vient de décrire, sont de son
invention. C'est donc lui seul que l'on doit accuser de la dissonance
qui frappe dans cette association d'un ordre colossal placé à côté de
deux ordres délicats et légers. Ici, le passage devient brusque; les
lignes principales manquent de rapports harmonieux; et les
restaurateurs n'auroient pu réparer ce défaut que par une
reconstruction totale. Il paroît que ce moyen extrême leur fut
interdit. Ils se contentèrent donc de supprimer des lanternes
d'escaliers pratiquées en dehors de ces façades, à la manière des
édifices gothiques. Ils en conservèrent l'ordonnance, y supprimèrent
des ressauts dans l'entablement des frontons qui anticipoient sur la
frise, et les mansardes du comble.

Les deux grands pavillons d'angle furent à peine touchés dans cette
restauration. Il paroît qu'on se contenta d'en élaguer quelques légers
détails.

Il reste donc dans cette façade beaucoup de disparates, tant dans
l'ensemble que dans les diverses parties; et les auteurs de la
restauration furent jugés avec beaucoup de sévérité pour ne les avoir
pas fait disparoître: mais les architectes peuvent-ils être
responsables de toutes les conditions qu'on leur impose, de toutes les
sujétions auxquelles on les soumet? Or il paroît que la condition
exigée par-dessus tout de Levau et de d'Orbay avoit été de conserver
le plus possible des anciennes constructions et de leurs ordonnances.

Les moyens qui leur étoient confiés se trouvant ainsi limités, il
seroit injuste d'apporter, dans l'examen de leurs travaux, la censure
absolue qu'on pourroit exercer sur des architectes maîtres de leurs
plans et entièrement libres dans l'exécution. On voit qu'ils visèrent
d'abord à ramener, autant qu'il étoit possible, toutes les masses
discordantes de ces bâtiments à une ligne d'entablement à peu près
uniforme, moyen assez efficace de redonner une apparence d'unité à
des parties détachées et incohérentes. Ils y parvinrent encore en
assujettissant les croisées et les trumeaux, les pleins et les vides
de toute la façade, à une disposition régulière.

Dans toute cette restauration, la partie du milieu est sans contredit
la plus heureuse. Il y règne un accord de lignes bien entendu; et la
variété des masses, des retraites et des saillies qu'on y remarque,
semble moins être l'effet d'un raccordement fait après coup que du
plan original d'un seul architecte[477].

          [Note 477: _Voyez_ pl. 53.]

Ce que nous venons de dire de la façade du côté du jardin s'applique
au caractère et au style de la façade de la cour, dont toutes les
parties, à quelques différences près, sont correspondantes à celles de
la première. Le pavillon du milieu, considéré des deux côtés, est le
morceau le plus riche de toutes ces constructions. Ce qu'on y a laissé
subsister de Philibert Delorme, c'est-à-dire l'ordonnance des colonnes
à bandes de marbre, seroit ce qu'il est possible de faire de plus
riche en architecture, si le goût pouvoit, dans cet art, admettre les
superfluités au nombre des richesses. Pour que ce luxe fût partout le
même, on a employé dans les ordonnances supérieures des colonnes de
marbre; genre de magnificence qu'il est rare de rencontrer en France
sur les parties extérieures des monuments[478].

          [Note 478: _Voyez_ pl. 54.]

La décoration intérieure et les divisions des appartements de ce
palais avoient éprouvé peu de changements depuis Louis XIV. Presque
toutes les peintures de plafond et d'ornement exécutées par les
peintres de son temps, y existoient encore en 1789. Nous allons en
donner la description, en évitant toutefois les détails fastidieux où
sont tombés divers historiens: car nous l'avons déjà dit, nous
regardons cette partie comme la moins intéressante de notre travail,
lorsqu'il n'est question que d'ouvrages qui ne s'élèvent pas au-dessus
de la médiocrité; et malheureusement le plus grand nombre des
productions des arts faites en France pour la décoration des monuments
publics, doit être rangé dans cette classe.


     DISTRIBUTION INTÉRIEURE ET CURIOSITÉS DU PALAIS DES TUILERIES.

     On entroit alors, comme aujourd'hui, dans les appartements de ce
     château par un grand vestibule pratiqué dans le pavillon du
     milieu, et dont le plafond, un peu bas, est soutenu d'arcades
     formées par des colonnes ioniques. À droite de ce vestibule est
     placé un grand et bel escalier, dont la rampe de pierre étoit
     enrichie de lyres entrelacées de serpents et autres ornements
     allégoriques à la devise de Louis XIV et aux armes de Colbert,
     qui en ordonna la construction. Au premier palier se trouvoit la
     porte de la chapelle. Cette chapelle étoit extrêmement simple,
     n'ayant point été achevée, et n'offroit de remarquable que
     quelques bons tableaux: un Christ de _Le Brun_, un saint François
     du Guide, un saint Jean-Baptiste d'_Annibal Carrache_, deux
     tableaux de _Lanfranc_, la nativité et le couronnement de la
     Vierge; enfin une copie de la nativité du _Corrége_. Derrière
     l'autel étoit la sacristie; au-dessus, la tribune des musiciens;
     en face, celle du roi.

     Au palier de la chapelle, l'escalier, partagé en deux parties,
     conduisoit du côté opposé à la salle dite alors des
     _Cent-Suisses_, et de là aux appartements disposés en enfilade.

     La salle des _Cent-Suisses_, située au-dessus du vestibule,
     occupoit toute la hauteur du pavillon, et a servi long-temps pour
     le concert spirituel.

     On entroit ensuite dans la salle des gardes, décorée de peintures
     par _Nicolas Loir_. Il y avoit représenté Diane surprenant
     Endymion, des trophées d'armes et des bas-reliefs en grisaille,
     en bronze, en or; le plafond offroit un ciel ouvert, et une
     allégorie relative aux récompenses destinées par le prince aux
     gens de guerre. Cette pièce occupoit de chaque côté l'espace de
     six croisées.

     L'antichambre du roi, qui la suivoit, avoit été peinte en grande
     partie par le même artiste. Il l'avoit également remplie de
     sujets mythologiques et allégoriques. On y voyoit le soleil sur
     son char, accompagné des Heures; les Saisons, la Renommée,
     l'Aurore amoureuse de Céphale; la métamorphose de Clitie; la
     statue de Memnon animée par le Soleil; Apollon se délassant de
     ses travaux chez Thétis; les quatre parties du jour, etc. Un
     grand tableau placé sur la cheminée, et peint par _Mignard_,
     représentoit Louis XIV à cheval, couronné par Minerve.

     La grande chambre du roi offroit des ornements en stuc sculptés
     par _Lerambert_, et des figures de _Girardon_. Le plafond,
     représentant la Religion et des trophées symboliques, tels que
     l'Oriflamme, la sainte ampoule, l'épée, le casque, les fleurs de
     lis, étoit de _Bertholet Flaméel_. Les grotesques et les lambris
     avoient été peints par les deux _Lemoine_.

     De cette pièce on entroit dans le grand cabinet, dont le plafond,
     richement sculpté et doré, étoit orné de figures en stuc, mais
     sans peintures; les chambranles et les lambris étoient également
     chargés d'ornements. C'est dans ce cabinet que fut tenu le
     conseil de régence pendant la minorité de Louis XV.

     Sur la droite de cette pièce, on trouvoit la chambre à coucher du
     roi et son cabinet, enrichis, sur les plafonds et les lambris, de
     peintures par _Noël Coypel_. Ces peintures représentoient divers
     sujets de la fable. Sur les lambris, _Francisque Millet_,
     excellent paysagiste flamand, avoit aussi exécuté plusieurs
     sujets.

     On revenoit ensuite dans le cabinet du roi, pour entrer dans la
     galerie _des Ambassadeurs_. Le plafond de cette pièce, distribué
     en plusieurs compartiments, représentoit l'histoire de Psyché,
     copiée d'après la galerie Farnèse d'_Annibal Carrache_, par
     _Pierre Mignard_ et plusieurs autres peintres habiles.

     Cette pièce, ainsi nommée parce que Louis XIV y donnoit ses
     audiences publiques aux ministres étrangers, avoit cent vingt-six
     pieds de longueur sur vingt-six de largeur. Elle étoit éclairée
     par six croisées donnant sur la cour. Le trône, placé dans le
     fond, s'élevoit sur six degrés, qui subsistoient encore en
     1789[479].

          [Note 479: Le séjour que les officiers de Louis XV firent
          dans cette galerie pendant sa minorité, y causa de grandes
          dégradations; elle fut alors séparée, dans toutes ses
          dimensions, par des cloisons, et depuis on n'avoit point
          pensé à réparer le dommage que ces arrangements passagers y
          avoient causé.]

     À l'extrémité de cette galerie, sur la droite, étoit un escalier
     par lequel on communiquoit à l'appartement qu'avoit occupé la
     reine Marie-Thérèse d'Autriche.

     Cet appartement, dont les vues donnoient sur le jardin, se
     composoit de six pièces, adossées à la galerie des ambassadeurs:
     ces diverses pièces étoient richement décorées de sculptures, de
     dorures, de tableaux, qui cependant n'offroient rien de
     remarquable sous le rapport de l'art. C'étoit ce même appartement
     qu'habitoit la malheureuse épouse de Louis XVI.

     Les pièces du rez-de-chaussée, situées au-dessous de celles que
     nous venons de décrire, formoient l'appartement de Louis XIV. Les
     peintures en étoient de _Mignard_: ce peintre, faisant allusion à
     la devise de ce prince, laquelle représentoit un soleil, y avoit
     tracé toutes les aventures mythologiques du dieu de la lumière;
     _Francisque Millet_ l'avoit secondé dans cette flatterie
     ingénieuse, en peignant sur les dessus de porte le lever et le
     coucher du soleil.

     Dans un autre appartement, qui étoit de plain-pied avec celui-ci,
     on voyoit des peintures de _Philippe de Champagne_ et de
     _Jean-Baptiste de Champagne_ son neveu. Ils y avoient représenté
     toute l'éducation d'Achille[480].

          [Note 480: Une grande partie des appartements de ce palais,
          et notamment le pavillon de Flore, étoient occupés depuis
          long-temps par diverses personnes de qualité. On avoit
          également accordé des logements aux Tuileries à des
          particuliers attachés au service de S. M., à des gens de
          lettres, à des artistes, etc. Il n'y avoit guère que
          l'appartement du roi et celui de la reine qui fussent restés
          intacts.]

De l'autre côté de ce palais, et derrière la chapelle, étoit le grand
théâtre appelé _la salle des machines_. Elle fut construite par ordre
de Louis XIV, sur les dessins et sous la direction de _Vigarani_,
gentilhomme italien. Cette salle, qui avoit cinquante et un pieds de
largeur dans oeuvre, non compris les corridors, sur cinquante-cinq de
hauteur sous plafond, étoit distribuée en trois rangs de loges, et
pouvoit contenir environ six mille spectateurs. Sa décoration
consistoit en deux ordres, corinthien et composite, posés l'un sur
l'autre, à bases et à chapiteaux dorés, et d'une belle exécution; le
plafond, plus magnifique encore, étoit en compartiments composés de
membres d'architecture, ornés de bas-reliefs sculptés et entremêlés de
sujets coloriés peints par _Noël Coypel_, sur les dessins de _Le
Brun_. Toute cette ordonnance, dont la richesse étoit poussée
peut-être jusqu'à la prodigalité, dut présenter, dans son origine, le
coup d'oeil le plus éblouissant. Toutefois, cette salle, si vaste et
si magnifique, offroit dans son immensité même des inconvénients qui
contribuèrent à la faire abandonner, lorsque le temps lui eut ôté cet
éclat qui d'abord avoit séduit les yeux: la voix des acteurs s'y
perdoit, et pouvoit à peine s'y faire entendre. On cessa donc d'y
jouer des pièces de théâtre; et ce fut alors que le chevalier
_Servandoni_, peintre, architecte, décorateur, et supérieur dans
toutes ces parties de l'art, obtint de Louis XV la permission d'y
faire représenter des spectacles de simples décorations, qu'il avoit
imaginés pour former des élèves en ce genre. On n'a point encore perdu
la mémoire de l'effet que produisirent ces tableaux vraiment
merveilleux, où la mécanique et la peinture sembloient réaliser tous
les prestiges de la féerie.

Lors du premier incendie qui consuma, en 1763, la salle de l'Opéra, le
roi permit à l'Académie de musique de disposer de la salle des
machines. L'emplacement seul du théâtre[481] suffit alors pour former
une salle provisoire dans laquelle on joua l'opéra pendant près de
six années; en 1770, lorsque l'Académie de musique la quitta, les
comédiens François obtinrent la permission de s'y installer, et y
donnèrent des représentations jusqu'en 1783, époque de l'ouverture de
leur nouvelle salle au faubourg Saint-Germain.

          [Note 481: Ce théâtre avoit cent quarante pieds de longueur,
          et soixante-deux pieds et demi de largeur dans oeuvre. Sa
          hauteur depuis le sol du théâtre jusqu'au premier _entrait_
          étoit de cinquante-quatre pieds; celle de la mansarde, dans
          laquelle étoient placées les machines, les vols, les
          gloires, étoit de vingt-deux pieds, non compris le faux
          comble de la couverture. Les fondations destinées aux
          machines infernales avoient seize pieds de profondeur.]

Cette salle des machines, toujours réduite à la seule étendue du
théâtre, a depuis servi au concert spirituel établi en 1725. Avant
cette époque, il se donnoit, comme nous l'avons dit, dans la salle des
_Cent-Suisses_[482].

          [Note 482: C'est dans l'emplacement de ce théâtre que fut
          construite la seconde salle de la _Convention nationale_, et
          que l'on a depuis élevé la nouvelle salle des spectacles du
          château des Tuileries.]

La chapelle et la salle des machines occupoient tous les pavillons et
corps-de-logis depuis le dôme jusqu'au pavillon d'angle qui, de ce
côté, termine le palais. Ce pavillon servoit de logement au grand
écuyer, avant qu'on lui eût fait bâtir un hôtel à peu de distance des
Tuileries. On y voyoit attachées les premières constructions d'une
galerie qui devoit être parallèle à celle qui règne du côté de la
rivière[483], et dans les mêmes proportions.

          [Note 483: Sur cette galerie et sur les diverses réparations
          et additions faites au château des Tuileries depuis 1789,
          _voyez_, à la fin de ce quartier, l'article _Monuments
          nouveaux_.]

La grande écurie étoit aussi de ce côté, entre le pavillon où logeoit
le grand écuyer, et la rue Saint-Honoré: c'étoit un vieux bâtiment qui
n'avoit rien de remarquable. Au-dessus de la porte principale on
voyoit une figure de cheval, très-mutilée, de _Paul Pons_, célèbre
sculpteur florentin.

Entre les deux galeries est la grande cour des Tuileries, partagée
autrefois en trois divisions, que l'on distinguoit entre elles par les
noms de _cour Royale_, _cour des Princes_, et _cour des Suisses_.

Les changements, les augmentations, les embellissements opérés dans ce
palais sont à peu près tout ce que son histoire offre d'intéressant.
Jusqu'à l'époque de la révolution, il ne fut le théâtre d'aucun
événement remarquable.



LA GRANDE GALERIE.

Presque tous les historiens de Paris ont écrit que cette galerie avoit
été commencée par ordre de Henri IV, du côté du pavillon d'angle des
Tuileries. Étienne du Pérac en fut, disent-ils, le premier architecte,
et la conduisit jusqu'au premier guichet; de là elle fut continuée
sous Louis XIII par Clément Métezeau jusqu'au Louvre, où elle va se
rattacher à la galerie d'Apollon.

Sauval est à peu près le seul qui soit d'un avis contraire; et, par
une singularité assez remarquable, cet écrivain, dont les successeurs
ont si souvent relevé les erreurs, n'a point été suivi par eux dans
une circonstance où il avance une opinion tellement incontestable,
qu'il suffit d'ouvrir les yeux pour en reconnoître la vérité. «La
galerie des Tuileries, dit-il, est un ouvrage que Henri IV poussa tout
le long de la rivière jusqu'au palais des Tuileries[484], qui faisoit
partie alors du faubourg Saint-Honoré, afin, par ce moyen, d'être
dehors et dedans la ville quand il lui plairoit, et ne pas se voir
enfermé dans les murailles où l'honneur et la vie de Henri III avoient
presque dépendu du caprice et de la frénésie d'une populace irritée.»

          [Note 484: Il se trompe cependant dans cette partie de son
          récit, puisqu'il est incontestable qu'elle ne fut achevée
          que sous Louis XIII.]

Il suffiroit, nous le répétons, de jeter les yeux sur le genre
d'ornements dont la partie de cet édifice qui touche le Louvre est
couverte, de considérer avec quelque attention ces frises chargées de
sculptures, ces trophées si multipliés et si minutieusement finis, les
bossages vermiculés dont les murailles du rez-de-chaussée sont
revêtues, enfin les colonnes à bandes que présentent les avant-corps
pour reconnoître à tous ces caractères un genre d'architecture qui ne
se retrouve que dans les monuments élevés sous Henri IV. Mais cette
preuve n'est pas la seule que l'on puisse donner: on sait, et les
titres les plus authentiques en font foi, que ce prince, protecteur
des lettres et des arts, autant que le permettoit l'époque malheureuse
à laquelle il régnoit, avoit destiné les appartements du
rez-de-chaussée de cette galerie au logement des artistes les plus
distingués de son temps[485]. Or, si l'on considère la construction
et la distribution de la galerie, il sera facile de se convaincre
qu'on n'a jamais pensé à établir des divisions propres à loger des
particuliers ailleurs que dans cette partie qui avoisine le Louvre, et
qu'elle est la seule qui soit disposée de manière à remplir le but que
Henri IV s'étoit proposé.

          [Note 485: Il donna à cet effet des lettres-patentes, datées
          du 2 décembre 1608, dont voici le texte:

          «Comme entre les infinis biens qui sont causés par la paix,
          celui qui provient de la culture des arts n'est pas des
          moindres, se rendant grandement florissants par icelle, et
          dont le public reçoit une très-grande commodité, nous avons
          eu aussi égard, en la construction de notre galerie du
          Louvre, d'en disposer le bâtiment en telle forme que nous y
          puissions commodément loger quantité des meilleurs ouvriers,
          et plus suffisants maîtres qui se pourroient recouvrer tant
          de _peinture_, _sculpture_, _orfévrerie_, _horlogerie_,
          _insculpture en pierreries_, qu'autres de plusieurs et
          excellents arts, tant pour nous servir d'iceux, comme pour
          être, par ce même moyen, employés par nos sujets en ce
          qu'ils auroient besoin de leur industrie, et aussi pour
          faire comme une pépinière d'ouvriers, de laquelle, sous
          l'apprentissage de si bons maîtres, il en sortiroit
          plusieurs qui par après se répandroient par tout notre
          royaume, et qui sauroient très-bien servir le public, etc.»

          Par ces mêmes lettres-patentes, le roi donne à ces artistes
          le privilége de travailler pour le public, sans pouvoir être
          inquiétés par les maîtres de Paris, ni autres, et de pouvoir
          faire des apprentis qui auront ensuite le droit de s'établir
          dans tout autre endroit du royaume qu'il leur plaira de
          choisir.]

Enfin il est une circonstance qui, selon nous, donne à cette opinion
un degré d'évidence auquel il est impossible de résister: c'est que
toute cette partie, surtout du côté intérieur, offre le chiffre de
Henri IV, tellement multiplié, qu'on ne peut assez s'étonner qu'il ait
échappé aux regards de tant de gens intéressés à tout examiner avec la
plus grande attention; et que, s'ils l'ont aperçu, on s'étonne encore
davantage qu'ils se soient obstinés, comme ils l'ont fait, à soutenir
le sentiment contraire.

Blondel, qui a fait un traité très-savant sur l'architecture des
monuments françois, a partagé cette erreur; et lorsqu'il arrive à la
description de l'immense façade de cette galerie, il se plaint qu'on
n'ait pas continué, dans toute sa longueur, l'ordonnance de l'aile
commencée du côté des Tuileries, plutôt que d'affecter un autre genre
d'architecture d'une proportion beaucoup plus petite, et tellement
chargée de membres et d'ornements, qu'à peine les aperçoit-on du pied
de l'édifice. Il critique d'ailleurs l'avant-corps, évidemment trop
petit pour une étendue de bâtiment si considérable, sans compter qu'il
se trouve accompagné de chaque côté d'une ordonnance d'architecture
disparate: «Partout, dit-il, on voit que chaque architecte a préféré
son opinion particulière à l'effet général, d'où il résulte que jamais
il n'entre dans l'idée d'un étranger, qui considère l'aspect de cet
édifice, qu'il a été élevé pour la même fin, ni que cette façade
contienne dans son intérieur une seule et même pièce, et qu'on ait eu
pour objet de réunir et de conserver le plain-pied du Louvre, au
premier étage, avec celui des Tuileries.»

Examinant ensuite en elle-même l'aile qui s'étend du côté du Louvre,
il fait, sur son architecture en général, des critiques extrêmement
judicieuses. «Nous trouverons, continue-t-il, un ordre toscan au
rez-de-chaussée, qui, considéré séparément, pourroit faire un
soubassement convenable, mais qui fait d'autant moins bien ici, que
non-seulement il surpasse d'un module[486] la hauteur de l'ordre de
dessus, mais encore qu'il est chargé d'une quantité si prodigieuse
d'ornements[487], que l'ordre corinthien devient pauvre et chétif.
D'ailleurs, ce toscan que nous avons nommé soubassement, parce qu'il
est au rez-de-chaussée, n'est-il pas ridiculement surmonté par un
étage de proportion attique, dans l'ordonnance duquel on aperçoit un
mélange de petites parties inconsidérément alliées avec des largeurs
de trumeaux considérables, et le peu de hauteur de cet étage?»

          [Note 486: Le module est une mesure en architecture qui se
          compose du diamètre, et plus souvent du demi-diamètre de la
          colonne.]

          [Note 487: En blâmant cette profusion d'ornements, Blondel
          loue avec raison la pureté et la délicatesse de leur
          exécution.]

Il observe ensuite que l'entablement d'ordre corinthien qui termine
cette façade étant de la même hauteur que celui de l'ordre composite
qui règne dans l'autre aile, c'étoit une nouvelle raison de continuer
le même genre d'architecture dans toute la longueur de ce bâtiment.
Enfin, toujours persuadé que Métezeau est l'auteur de cette dernière
partie, il le blâme surtout d'avoir imité les frontons de l'autre
aile; imitation d'autant plus monotone, qu'elle sert à faire
apercevoir davantage la disparité de ces deux genres d'ordonnance.

Cette décoration de frontons alternativement circulaires et
triangulaires, posés sur le devant d'un comble continu, et réitérée
par une imitation bizarre sur toutes les croisées et sur toutes les
niches de la façade, est sans contredit du plus mauvais goût; mais
encore un coup, ce n'est pas sur cette partie que l'imitation a été
faite, c'est sur l'autre. Clément Métezeau, qui est réellement
l'auteur de cette portion de la galerie qui touche le palais des
Tuileries, jugea à propos d'abandonner l'ordonnance des premiers
architectes, parce qu'en se rapprochant du pavillon de Flore auquel
cette galerie devoit se rattacher, elle eût offert une disparate trop
choquante avec l'architecture de ce corps de bâtiment. Il jugea donc
convenable, pour mettre ces deux constructions dans un rapport
symétrique, d'employer pour la galerie l'ordonnance de pilastres,
composites qui décore le pavillon. Ces pilastres sont accouplés, et
leurs chapiteaux offrent une assez belle exécution; mais cet ordre,
auquel l'architecte a donné trois pieds sept pouces de diamètre, afin
qu'il pût répondre au point de distance d'où il doit être aperçu, n'a
pas une saillie suffisante pour produire complétement l'effet qu'on en
attendoit. Cette saillie, si nécessaire, auroit d'ailleurs augmenté
celle de l'entablement, qui, au lieu d'être interrompu au retour dans
chaque entre-pilastre, comme on le voit ici, auroit dû être continué
d'un accouplement à l'autre. Mais, par une licence qu'on ne peut
expliquer, et qu'on doit regarder comme la plus grande faute peut-être
qu'il soit possible de commettre en architecture, Métezeau semble
avoir pris plaisir à rendre la continuation de cette ligne impossible,
en faisant monter les croisées jusqu'au-dessous des corniches. Si l'on
ajoute à ces fautes grossières l'imitation des frontons qu'il faut
également lui reprocher, de quelque côté qu'il ait commencé à
construire, la dissemblance de l'avant-corps qui n'est pas même au
milieu de l'aile, la dissonance des portes en plein cintre de cet
avant-corps avec les autres ouvertures de cette élévation, il paroîtra
plus blâmable encore que du Pérac, dont il étoit si facile d'éviter
les défauts, et qui a sur lui l'avantage d'une exécution bien
supérieure dans les détails de son architecture[488].

          [Note 488: _Voy._ pl. 55.]

Cette galerie s'attache à un corps de bâtiment qui du côté du nord
donne sur la place du Vieux-Louvre, et termine cette longue suite de
constructions. Elles viennent ensuite se joindre en retour à la façade
méridionale du Louvre, au moyen d'un petit corps-de-logis
intermédiaire. C'étoit dans cette partie de ce dernier palais[489]
qu'étoient les appartements de la reine, sur lesquels nous nous sommes
réservé de donner ici quelques détails.

          [Note 489: _Voyez_ p. 809.]


     DISTRIBUTION INTÉRIEURE ET CURIOSITÉS DE L'APPARTEMENT DE LA
     REINE ET DE LA GALERIE DU LOUVRE.

     Les appartements de la reine occupoient le rez-de-chaussée,
     communiquoient de plain-pied avec la grande salle du Louvre, dite
     autrefois des _Cent-Suisses_, et se prolongeoient dans le
     bâtiment en retour jusqu'à la façade du bord de l'eau.

     Le salon des bains, décoré de belles peintures de _Diego
     Velasquez_, étoit la première pièce remarquable du côté du
     Louvre. Ces peintures représentoient une suite de portraits des
     personnes les plus illustres de la maison d'Autriche, depuis
     Philippe Ier, père de Charles-Quint, jusqu'à Philippe IV, roi
     d'Espagne.

     Dans les pièces en retour, la première, qui servoit de vestibule,
     étoit enrichie d'un plafond peint par _Francisco Romanelli_; on
     passoit ensuite dans une antichambre décorée de peintures et de
     figures en stuc; de là, dans la chambre de la reine, où l'on
     remarquoit des statues de la main de Girardon; enfin dans le
     cabinet sur l'eau, où l'on retrouvoit encore de très-belles
     fresques de Romanelli.

     Après ce cabinet, on entroit par un dernier salon dans une vaste
     pièce où étoient conservées autrefois les statues antiques qui
     depuis ont orné la galerie de Versailles. Elle en avoit retenu le
     nom de _Salle des Antiques_.

     Au-dessus de cet appartement, dont les distributions intérieures
     ont été entièrement changées depuis la révolution[490], est la
     _Galerie d'Apollon_, ainsi nommée parce que Le Brun[491] a
     représenté sur son plafond toute l'histoire de ce dieu, et le
     triomphe de _Neptune et Thétis_. Ces peintures sont mises au
     nombre des plus belles qui soient sorties de la main de ce
     peintre. On cite surtout ce dernier morceau, qui est peint à
     l'extrémité du plafond, du côté de l'eau. La plupart des
     sculptures étoient de Girardon. C'étoit dans cette galerie
     qu'étoient placés les fameux tableaux de Le Brun, connus sous le
     nom de _batailles d'Alexandre_[492].

          [Note 490: On en a fait une suite de galeries où sont
          déposés les chefs-d'oeuvre de sculpture antique apportés
          d'Italie.]

          [Note 491: Cette galerie, presque entièrement détruite en
          1661 par un incendie, avoit été rétablie sur les dessins de
          ce peintre.]

          [Note 492: Ces tableaux ont été transportés dans la grande
          galerie, et remplacés par des cartons de Jules Romain.
          Au-dessous de ces cartons est une exposition d'une partie
          des dessins de la collection du Roi[492-A].]

          [Note 492-A: Ces dessins, qui étoient alors au nombre de dix
          mille, et dont le nombre a fort augmenté, sont maintenant
          déposés à l'hôtel d'Angeviller, rue de l'Oratoire.]

     Le salon d'exposition des tableaux[493] et la grande galerie sont
     de plain-pied avec la _galerie d'Apollon_. La destination du
     salon n'a point changé; mais on a réalisé le projet qui avoit
     déjà été conçu quelques années avant la révolution, de réunir
     dans la grande galerie tous les chefs-d'oeuvres des peintres
     morts de toutes les écoles, qui formoient le cabinet du roi[494].
     Elle servoit auparavant de dépôt à une collection précieuse de
     plans en relief de toutes les places et forteresses de France, et
     de ses villes les plus considérables. Ces plans, qui furent
     transportés aux Invalides vers la fin du dernier siècle, avoient
     été exécutés par les plus habiles ingénieurs du royaume.

          [Note 493: On arrive à ce salon par un très-bel escalier
          construit, quelques années avant la révolution, par ordre de
          M. le comte d'Angeviller. L'exposition des tableaux des
          peintres vivants s'y faisoit tous les deux ans.]

          [Note 494: C'est ce fameux Musée où furent pendant quelques
          années rassemblées presque toutes les merveilles que
          l'Italie possédoit. Il contient encore, dans ce qui lui en
          est resté, une des plus belles collections de l'Europe.
          Voyez l'article _monuments nouveaux_.]

     L'immense rez-de-chaussée qui règne sous cette galerie depuis le
     Louvre jusqu'à l'avant-dernier guichet, contenoit le cabinet des
     dessins du roi, l'imprimerie royale[495], la monnoie des
     médailles[496] et plusieurs appartements occupés par les artistes
     les plus distingués. L'autre aile, jusqu'au palais des Tuileries,
     formoit une partie des écuries du roi, et dans cet espace se
     trouvoit le guichet dit de Marigny[497].

          [Note 495: Elle étoit située près du troisième guichet. Son
          établissement remonte à François Ier. Vers 1630, Louis XIII
          la plaça dans le pavillon de la reine. En 1690 elle fut
          transportée dans les galeries du Louvre. Ce fut alors qu'on
          acheva l'immense collection de caractères dont elle étoit
          composée, et qui en faisoit l'établissement le plus riche et
          le plus complet que l'on connût en ce genre. Cette
          imprimerie n'étoit point soumise aux réglements de la
          librairie, mais dépendoit immédiatement du roi.]

          [Note 496: La monnoie des médailles, transférée aux galeries
          du Louvre en 1689, étoit située au-dessus du troisième
          guichet. Elle contenoit une suite considérable de poinçons
          et de carrés composant l'histoire métallique des rois de
          France, histoire qui cependant ne remonte pas plus haut que
          François Ier. On y voyoit en outre les portraits de ces
          princes, depuis le commencement de la monarchie jusqu'à
          Louis XVI.]

          [Note 497: Ce guichet fut ainsi nommé, parce qu'il fut
          ouvert par le marquis de Marigny, directeur-général des
          bâtiments de Louis XV.]

     Enfin, pour ne rien oublier dans une description dont nous avons
     supprimé une foule de détails fastidieux, il faut faire connoître
     quelle étoit la destination de ce corps-de-logis qui lie la
     galerie au Louvre, et qui fait l'un des côtés de la place du
     vieux Louvre. On sait déjà que le rez-de-chaussée de ce bâtiment
     formoit une partie de l'appartement de la reine: les salles du
     premier étage furent accordées par le roi à l'académie de
     peinture, et l'on y conservoit un grand nombre de tableaux,
     statues, bas-reliefs, dessins et gravures des académiciens,
     depuis l'établissement de cette compagnie. Nous indiquerons,
     parmi ces productions des arts, quelques-unes des plus
     remarquables.


     TABLEAUX.

     _Dans la galerie d'Apollon._ Sur la porte, Louis XIV à cheval,
     par _Mignard_.

     Dans les voussures du plafond, le triomphe de Bacchus, par
     _Taraval_; l'Été, par _Durameau_; le Printemps, par _Callet_;
     Castor ou l'Étoile du matin, par _Restout_.

     La mort de la Vierge, par _le Caravage_.

     Une descente de croix, par _Le Brun_.

     Un saint Michel et la Nativité, par le même; un portrait en pied
     de Louis XIV, par _Rigaud_.

     _Dans les salles de l'académie de peinture_, des Ruines, par
     _Servandoni_.

     Une descente de croix, par _Jouvenet_.

     La présentation au temple, par _Vouet_.

     Le portrait du pape Benoît XIV, par _Subleyras_.

     Les portraits d'un grand nombre d'académiciens, peints par
     eux-mêmes.

     Plusieurs tableaux de nature morte, etc., par _Chardin_.


     SCULPTURES.

     _Dans la galerie d'Apollon_: les bustes de _Carle Maratte_ et
     d'_André del Sarte_. Des plâtres moulés d'après l'antique, des
     tableaux et sculptures, morceaux de réception de divers
     académiciens, etc.

     _Dans les salles de l'Académie_, les bustes en marbre de Louis
     XIV, Louis XV, Mazarin, Louvois; ceux de Villacerf, du président
     de Lamoignon, du chancelier Séguier, du duc d'Antin; de Mansard,
     Le Brun, Mignard, Raphaël, Michel-Ange, Piètre de Cortonne,
     Annibal Carrache, le Bernin, André Sacchi; des copies et plâtres
     moulés des plus belles statues antiques; les morceaux de
     réception du plus grand nombre des sculpteurs académiciens,
     etc.[498]

          [Note 498: La plupart de ces sculptures, plâtres, portraits,
          etc., ont été d'abord transportes et déposés dans les
          galeries supérieures du musée des Petits-Augustins, et,
          depuis la restauration, dans des salles du collége des
          Quatre-Nations.]

Avant que la galerie du Louvre fût élevée, les murs de la ville, qui
suivoient alors l'alignement de la rue Saint-Nicaise, venoient se
terminer au bord de la rivière par une porte qu'on nommoit
_Porte-Neuve_, et qui subsista encore long-temps après que la galerie
eut été bâtie[499]. Cette porte, qui ne fut abattue que sous Louis
XIII, étoit située un peu au-dessus du premier guichet; et auprès
étoit l'hôtel du prévôt. Voici ce qu'on lit dans les mémoires écrits
du temps des guerres civiles[500]: «Henri III, dit l'Étoile, voyant le
peuple continuer dans sa furie, averti d'ailleurs que les prédicateurs
qui marchoient en tête, et ne tenoient d'autre langage, sinon _qu'il
falloit aller prendre frère Henri de Valois dans son Louvre_, avoient
fait armer sept à huit cents écoliers et trois ou quatre cents moines;
et ceux, qui étoient auprès de ce prince ayant, sur les cinq heures du
soir, reçu avis par un de ses bons serviteurs, qui, déguisé, se coula
dans le Louvre, qu'il eût à en sortir plutôt tout seul, sinon qu'il
étoit perdu, sortit du Louvre à pied, tenant une baguette à la main,
suivant sa coutume, comme s'allant promener aux Tuileries. Il n'étoit
pas encore sorti la porte (la porte Neuve) qu'un bourgeois l'avertit
en diligence que le duc de Guise, avec douze cents hommes, l'alloit
venir prendre. Étant arrivé aux Tuileries, où étoit son écurie, il
monta à cheval avec ceux de sa suite qui eurent moyen d'y monter;
Duhalde le botta, et lui mettant son éperon à l'envers: «C'est tout
un, dit ce prince, je ne vais pas voir ma maîtresse. Étant à cheval,
il se tourna vers la ville, et jura de n'y rentrer que par la brèche.»

          [Note 499: _Voyez_ pl. 67.]

          [Note 500: En 1588.]

«Entre les cinq et six heures du soir, dit Cayet[501], Henri III
sortit de Paris par la _porte Neuve_; ceux qui étoient avec lui le
suivirent, aucuns desquels étoient bien étonnés: car tel conseiller
d'état l'étoit allé trouver au Louvre avec sa robe longue, qui, sans
bottes, montoit pour le suivre sur le premier cheval de l'écurie; et
ainsi que ce prince sortoit par la _porte Neuve_, quarante
arquebusiers qu'on avoit mis à la porte de Nesle[502] tirèrent
vivement sur lui et sur ceux de sa suite.»

          [Note 501: Chronologie novennaire.]

          [Note 502: Elle étoit située de l'autre côté de la rivière.]



LE JARDIN DES TUILERIES.

L'art des jardins fut dans une continuelle enfance parmi nous jusqu'au
règne de Louis XIV. Dans la description que nous avons déjà donnée de
quelques-uns des enclos que nos rois avoient dans la ville ou dans ses
environs, on a pu voir que tout y étoit sacrifié à une culture utile
et grossière, sans qu'on eût jamais songé à profiter des richesses
qu'offre la nature pour y répandre de la grâce et de la majesté. Cette
culture même, dans laquelle on n'avoit d'autre but que de se procurer
des fruits et des légumes, n'avoit fait presque aucun progrès pendant
une si longue suite de siècles; et la même époque qui porta en France
l'art des jardins à un degré de grandeur et de magnificence qui depuis
n'a point été surpassé, apprit en même temps aux cultivateurs les
moyens ingénieux par lesquels on peut augmenter la saveur et la beauté
de ces précieux végétaux. Deux hommes firent chez nous cette grande
révolution, _La Quintinie_ et _Le Nôtre_. Le premier, s'attachant
principalement à ce que le jardinage a d'utile, donna sur la taille et
la transplantation des arbres, sur la culture des fruits et des
légumes, des préceptes fondés sur l'observation, et qui seront
éternellement les règles fondamentales de cet art. Le Nôtre, doué d'un
génie plus élevé et d'un goût exquis, s'occupa des jardins sous le
rapport de la décoration; et l'on vit éclore sous sa main, comme par
enchantement, mille compositions admirables qui transformèrent en
lieux de délices une foule de sites champêtres, jusque là tristes et
négligés; qui jetèrent surtout un grand éclat sur les maisons royales,
en joignant à la magnificence des arts dont elles étoient décorées les
beautés de la nature encore plus nobles et plus majestueuses.

Le jardin des Tuileries, qui passe pour le chef-d'oeuvre de cet homme
célèbre, étoit, dans son origine, mal distribué, dépourvu de tout
agrément, et beaucoup moins étendu qu'il ne l'est aujourd'hui. Il ne
tenoit pas même alors au château, dont il étoit séparé par une rue
qui, régnant le long de la façade, aboutissoit presqu'à la porte
d'entrée actuelle, près le pont Royal. À son autre extrémité
s'étendoit une place vague depuis les murs de la ville[503] jusqu'à
ceux du jardin. Ainsi resserré, cet espace contenoit cependant un
étang, un bois, une volière, une orangerie, des allées, des parterres,
un théâtre et un labyrinthe. La volière consistoit en plusieurs
bâtiments, et étoit située vers le milieu du quai actuel des
Tuileries[504]. On trouvoit l'Écho au bout de la grande allée,
c'est-à-dire au bout du jardin. La muraille qui l'entouroit avoit deux
toises de hauteur, et vingt-quatre pieds de diamètre. Sa forme étoit
celle d'un demi-cercle, et elle étoit cachée par des palissades. À peu
de distance de cet écho, du côté de la porte Saint-Honoré, on avoit
placé l'orangerie; et auprès s'élevoit une espèce de ménagerie où
étoient renfermées des bêtes féroces. Un grand terrain ménagé dans le
bastion qui tenoit à la porte de la Conférence servoit de garenne, et
à l'extrémité de ce terrain, entre la porte et la volière, étoit un
chenil que le roi donna à _Renard_[505], par brevet du 20 avril 1630,
sous plusieurs conditions, dont la principale étoit qu'il défricheroit
ce terrain, et qu'il le rempliroit de plantes et de fleurs rares.
Telle étoit la composition du jardin des Tuileries avant Le Nôtre. Il
servoit déjà de promenade publique; mais quoique Sauval vante beaucoup
l'heureuse disposition du labyrinthe, signalé, dit-il, par _les
prouesses des amants_, et qu'il s'extasie sur les merveilles de l'écho
où ils se rendoient pour donner des concerts à leurs belles, cette
description que nous en ont laissée les historiens du temps ne
présente rien à l'imagination qui ne soit incohérent et désagréable.

          [Note 503: Ces murs étoient alors situes à peu près
          vis-à-vis la rue Royale; la rue se nommoit rue des
          _Tuileries_.]

          [Note 504: _Voy._ le plan de _Gomboust_, gravé en 1652.]

          [Note 505: _Voy._ pl. 70. Ce Renard avoit été valet de
          chambre du commandeur de Souvré. C'étoit un homme d'un
          caractère souple et obligeant, qui ne manquoit point
          d'esprit, et se connoissoit fort bien en meubles et en
          tapisseries. Il faisoit de ces objets précieux une sorte de
          commerce avec les personnes de qualité; et le cardinal
          Mazarin, qui lui en achetoit quelquefois, s'amusoit de sa
          conversation. Dès que Louis XIII lui eut donné ce terrain,
          il en fit un jardin très-proprement tenu, qui, par sa
          situation et par les manières honnêtes du maître, devint le
          rendez-vous ordinaire des seigneurs de la cour, et de tout
          ce qu'il y avoit alors de plus galant dans la ville. Il est
          souvent parlé de ce jardin dans les mémoires de la minorité
          de Louis XIV; et, du temps de la Fronde, il devint même
          fameux par une aventure burlesque qui offre un nouveau coup
          de pinceau à ajouter au tableau de cette guerre à la fois
          déplorable et ridicule. Quoique les frondeurs ne voulussent
          pas permettre que le roi entrât dans Paris, les courtisans
          ne laissoient pas que d'aller en toute liberté aux
          Tuileries, et de là au jardin de Renard. Un jour que le duc
          de _Candale_, _Jarzay_, _Boutteville_, _Saint-Mesgrin_ et
          quelques autres s'étoient réunis pour y souper et s'y
          divertir, les frondeurs commencèrent à craindre que, si le
          peuple voyoit souvent les seigneurs qui étoient dans le
          parti de la cour, il n'en prit insensiblement des
          dispositions favorables au jeune roi. En conséquence, ils y
          envoyèrent le duc de Beaufort, suivi d'une assez grosse
          troupe de gens. Ce prince chassa les violons, renversa les
          tables, mit tout en désordre dans le jardin; et cette belle
          expédition n'eut pas d'autres suites.]

Les deux projets d'achever le palais des Tuileries et d'en embellir le
jardin furent conçus et exécutés en même temps. Le mur et les édifices
qui en faisoient la séparation furent abattus; on démolit également un
hôtel qu'occupoit mademoiselle de Guise, la volière et toutes les
maisons qui s'étendoient du côté de la rivière jusqu'à la porte de la
_Conférence_. Le jardin de _Renard_ fut enfermé dans le nouvel enclos;
et sur ce terrain ainsi disposé, qui contenoit alors soixante-sept
arpents, _Le Nôtre_ commença l'exécution du plan magnifique dont il
avoit déjà tracé le dessin.

Ce jardin, planté régulièrement, est entouré de terrasses qui en
marquent les limites sur trois de ses côtés, mais dont la disposition
est telle qu'elles laissent à l'extrémité occidentale une ouverture en
fer à cheval, au moyen de laquelle la vue s'étend sur la grande allée
des Champs-Élysées jusqu'à la barrière de Chaillot. Le terrain de ce
jardin, considéré dans sa largeur, qui est de cent quarante-sept
toises, a une pente de cinq pieds quatre pouces; une telle
inégalité[506], qui sembloit offrir un obstacle insurmontable à la
symétrie du plan, fut masquée avec un art admirable par un talus
imperceptible, et au moyen de deux terrasses latérales, qui
non-seulement, contribuèrent à détruire cette irrégularité, mais
ajoutèrent encore à l'élégance de cette grande composition.

          [Note 506: Il eût fallu rapporter trois mille toises cubes
          de terre, ce qui eût coûté une somme considérable, sans rien
          ajouter à l'agrément de cette promenade.]

Considérant ensuite la vaste étendue de la façade des Tuileries, _Le
Nôtre_ sentit qu'une aussi longue ligne de bâtiments avoit besoin
d'une esplanade qui lui fût proportionnée et qui en développât
complètement toutes les parties. Il conçut donc l'heureuse idée de ne
commencer le couvert de ce jardin qu'à quatre-vingt-deux toises de la
façade; et cette distance semble dans une proportion si parfaite avec
le palais, qu'on n'imagine, dans tout cet espace, aucun autre point où
cette masse d'arbres ne fût placée moins favorablement. Tout le sol de
la partie découverte fut enrichi de parterres à compartiments,
entremêlés de massifs de gazon, et dont les dessins nobles et élégants
ont été conservés jusqu'à nos jours.

Ces parterres sont disposés de manière qu'on a pu y placer trois bassins
circulaires, qui présentent une agréable variété. Au pied du palais est
pratiquée une quatrième terrasse servant d'_empatement_[507] à
l'édifice, et qui, avec les trois autres, paroît contenir le jardin
entier dans une espèce de boulingrin.

          [Note 507: On donne ce nom à une épaisseur de maçonnerie qui
          sert de pied à un mur.]

En face des parterres, et dans l'alignement du milieu du grand
avant-corps, est plantée une grande allée de marronniers, de
cent-quarante toises de longueur, qui dans le principe n'avoit que
quarante-huit pieds de largeur. Les contre-allées en avoient chacune
trente-trois. Aux deux côtés de ces dernières étoient distribuées
différentes pièces de verdure, telles que des boulingrins entourés
d'arbres de haute tige, des bois plantés et disposés régulièrement,
des bosquets, etc. Ces dispositions intérieures ont depuis éprouvé
divers changements, et ne ressemblent plus à celles qui furent
exécutées par _Le Nôtre_[508]; mais la masse entière du couvert est
restée toujours la même, et conserve l'aspect majestueux, les belles
proportions que lui a donnés ce grand décorateur. Admirable du côté
des Tuileries, ce bois offre peut-être un coup d'oeil encore plus
ravissant dans la partie opposée. Le jardin s'y termine également par
une grande partie découverte, au milieu de laquelle est placé un
bassin de trente toises de diamètre, dont la forme octogone se
trouvoit en un rapport symétrique avec les charmilles[509] et les
parterres qui l'environnoient. En considérant du haut du _fer à
cheval_ l'ensemble de toutes ces parties, il règne une telle variété
dans le dessin, dans la disposition des plans et des niveaux, dans
l'architecture des terrasses, des palissades, etc.; le palais des
Tuileries d'un côté, et la verdure des Champs-Élysées, de l'autre, y
présentent des perspectives si agréables, qu'il est difficile que
l'art et la nature réunis puissent jamais produire des effets plus
riches et plus imposants[510].

          [Note 508: Il y avoit dans un de ces bosquets une salle de
          comédie en verdure, qui subsistoit encore du temps de la
          minorité de Louis XV. À la place de ce théâtre on fit un jeu
          de mail pour le jeune roi; et dans le vide de ce mail, on
          éleva un pavillon où fut placé un billard également destiné
          à son amusement.]

          [Note 509: Ces charmilles qui bordoient la lisière du bois
          ont été détruites.]

          [Note 510: _Voyez_ pl. 56.]

La terrasse qui règne du côté de la rue Saint-Honoré étant beaucoup
plus basse que celle du bord de l'eau, on avoit imaginé de former dans
l'espace qui est au-dessous, et qui la sépare du couvert, de grands
tapis de verdure entourés de plates-bandes de fleurs. Cette agréable
variété ne nuisoit en rien à la symétrie, parce que la largeur du
jardin est si considérable, que les petites parties dissemblables n'y
peuvent être embrassées du même coup d'oeil. Ces plates-bandes furent
détruites en 1793, et la convention nationale décréta gravement qu'on
y sèmeroit des pommes de terre _pour la nourriture du peuple_. Depuis
elles n'ont point été rétablies.

Au milieu de tant de beautés, la critique la plus sévère ne trouvoit
qu'un seul défaut extrêmement léger. La grande allée paroissoit trop
étroite: on auroit désiré que les deux contre-allées y eussent été
réunies, et qu'au lieu d'en faire une allée couverte, on l'eût taillée
en palissade. Ouverte de cette manière, elle devoit offrir une percée
plus étendue, et mettre le palais dans un rapport plus intime avec
tous les monuments dont il est environné[511].

Au milieu du fer à cheval qui termine ce jardin, du côté des
Champs-Élysées, on construisit en 1716 un pont tournant[512] d'un
dessin très-ingénieux, et qui établissoit une communication directe
des Tuileries avec la nouvelle place Louis XV. Ce pont étoit de
l'invention de frère Nicolas Bourgeois, augustin, mécanicien habile,
connu par plusieurs ouvrages remarquables, et principalement par le
pont de bateaux de Rouen.

          [Note 511: Ce voeu des artistes et généralement de tous les
          gens de goût a été exécuté depuis la révolution.]

          [Note 512: Il a été détruit pendant la révolution, et l'on a
          comblé le fossé.]

On entroit dans ce jardin par six portes que l'on a conservées au
milieu des changements considérables qui se sont faits dans le terrain
environnant[513]. Entre la rue Saint-Honoré et la terrasse du nord,
dite des Feuillants, étoient deux manéges qui furent construits
lorsque Louis XV, encore enfant, vint habiter le château des
Tuileries[514].

          [Note 513: Une de ces portes est celle du pavillon du
          milieu; les deux suivantes sont ouvertes de chaque côté de
          la terrasse contiguë au palais; il y en a une au milieu de
          la terrasse du nord; la cinquième est à l'extrémité du
          jardin du côté de la place Louis XV; la sixième au pont
          tournant. Depuis, on en a ouvert deux autres. (Voyez
          l'article _monuments nouveaux_.)]

          [Note 514: L'un de ces deux manéges, qui étoit couvert, est
          devenu depuis fameux pour avoir servi de local aux séances
          de l'assemblée nationale; il a été abattu, ainsi que les
          écuries et un grand nombre d'édifices qui remplissoient cet
          espace. C'est maintenant une très-belle rue qui va de la
          place du Carrousel à la place Louis XV.]

Le bas peuple n'entroit autrefois dans ce jardin que le jour de la
Saint-Louis.


     STATUES ET AUTRES ORNEMENTS

     DU JARDIN DES TUILERIES EN 1789.


     SUR LA TERRASSE QUI BORDE LE CHÂTEAU.

     Deux Nymphes chasseresses, par _Coustou_ l'aîné.

     Un chasseur assis, par le même.

     Un faune jouant de la flûte, par _Coyzevox_.

     Une hamadryade qui semble l'écouter, par le même.

     Une Flore, par le même.

     Un vase, par _Robert_.

     Un autre, par _Le Gros_.


     AUTOUR DU BASSIN DU MILIEU.

     Pluton enlevant Proserpine, par _Regnaudin_.

     La mort de Lucrèce, commencée par _Théodon_, et finie par _Pierre
     Le Pautre_.

     Énée portant son père Anchise, par le même.

     L'enlèvement d'Orithye, commencé par _Marsy_, et terminé par
     _Flamen_.


     AU BOUT DE LA GRANDE ALLÉE, EN FACE DU GRAND BASSIN.

     Annibal comptant les anneaux des chevaliers romains tués à la
     bataille de Cannes, par _Sébastien Slootz_.

     L'Hiver et le Printemps, par _Le Gros_.

     La Vestale, par le même.

     Jules César, par _Nicolas Coustou_.

     L'Automne et l'Été; la statue d'Agrippine, copiée d'après
     l'antique.


     AU-DELÀ DU BASSIN.

     Le Tibre et le Nil, figures colossales copiées d'après l'antique.

     La Seine et la Marne, par _Nicolas Coustou_.

     La Loire et le Loiret, par _Vanclève_.


     À L'ENTRÉE DU PONT TOURNANT.

     Deux chevaux ailés, dont l'un est monté par une Renommée, et
     l'autre par un Mercure. Ces deux figures, de la main de
     _Coyzevox_, étoient autrefois à Marly[515].

          [Note 515: Toutes ces sculptures sont en marbre, et n'ont
          point été déplacées. Depuis, ce magnifique jardin a été
          enrichi d'un grand nombre d'autres figures, ouvrages
          modernes ou copiés de l'antique. Voyez l'article _Monuments
          nouveaux_.]



PORTE DE LA CONFÉRENCE.

Elle étoit située à l'extrémité de la terrasse des Tuileries, du côté
de la rivière, et terminoit la dernière enceinte, commencée sous
Charles IX et achevée sous Louis XIII[516].

          [Note 516: _Voyez_ pl. 67.]

Le nom de cette porte, qui n'a été démolie qu'en 1730, et la date de
sa construction, ont fait naître des opinions contradictoires et de
longs débats parmi les historiens de Paris. D. Félibien a prétendu
d'abord qu'il n'y avoit de différence que dans le nom entre la porte
_Neuve_ et celle de la Conférence; puis il dit dans un autre endroit
qu'on bâtissoit cette porte en 1659, dans le temps des conférences
entre les ministres de France et ceux d'Espagne, lesquelles furent
suivies de la paix des Pyrénées. D'autres pensent qu'elle fut élevée
sous François Ier, et reconstruite lors de ces dernières conférences.
Sauval, après en avoir parlé quelque part comme d'un monument existant
déjà du temps de Charles IX, semble ailleurs la confondre avec la
porte _Neuve_. Le sixième plan de Delamare la présente également comme
déjà bâtie sous le même règne. Enfin Piganiol, qui a cru être mieux
instruit, dit «qu'il ne paroît pas, par les historiens contemporains,
que, pour lors, ni long-temps après, il y eût ici une porte.» Et il
ajoute «qu'il n'étoit pas difficile à nos historiens d'éviter
plusieurs fautes qu'ils ont faites à ce sujet; qu'ils n'avoient qu'à
jeter les yeux sur l'estampe que Perelle en a faite, et qu'ils
auroient vu que cette porte fut élevée en 1633, et qu'il est assez
vraisemblable que le nom de porte de la Conférence lui a été donné à
l'occasion des conférences de Surène entre les députés du roi et ceux
de la ligue, qui commencèrent le 29 avril 1593.»

Toutes ces assertions semblent peu exactes. 1º Il est impossible
d'accorder que la porte _Neuve_, qui étoit presque dans l'alignement
de la rue Saint-Nicaise, et celle de la _Conférence_, située au bout
des Tuileries, aient été la même porte. 2º Il n'est guère probable que
cette dernière subsistât sous François Ier, ni même sous les deux,
règnes suivants, puisque le jardin des Tuileries n'existoit pas
encore. 3º Il n'y a guère d'apparence qu'elle doive son nom aux
conférences de Surène, puisque l'historien qui rapporte cette opinion
prétend qu'elle ne fut bâtie que quarante ans après ces conférences;
et du reste il est certain qu'elle ne peut l'avoir reçu de celles qui
précédèrent en 1659 la paix des Pyrénées; car elle se trouve déjà
figurée sur des plans qui ont été tracés en 1608 et 1620[517], et
désignée sous ce nom dans différents mémoires qui ont également paru
avant cette époque; 4º Le raisonnement que l'on fait pour prouver
qu'elle n'existoit pas sous Henri III, parce qu'il sortit de Paris par
la porte _Neuve_[518], ne peut paroître valable, puisqu'il est dit que
le roi, après être sorti par cette porte, _se rendit au Jardin des
Tuileries, aux Feuillants_, etc. Cette circonstance ne prouve
clairement qu'une chose, c'est que la porte _Neuve_ n'étoit pas la
même que celle de la _Conférence_, située en-deçà du palais et du
jardin; et dire que les historiens qui ont rapporté ce fait n'ont pas
parlé de cette dernière porte, ce n'est pas démontrer qu'elle ne fût
pas déjà bâtie à cette époque.

          [Note 517: Les plans de _Quesnel_ et de _Mérian_.]

          [Note 518: _Voyez_ p. 943.]

Le commissaire Delamare a été la cause de cette dernière erreur, parce
qu'il est le premier qui ait confondu ces deux portes ensemble, en
disant «que la porte _Neuve_, proche le Louvre, fut reculée, en 1566,
jusqu'au lieu où elle est à présent.» Il est certain cependant
qu'elles ont existé ensemble, comme on peut s'en convaincre par le
plan de Boisseau, de 1643, celui de Gomboust, de 1652, et le sixième
plan que Delamare lui-même a donné. De tout ceci on peut conclure que
cette porte fut construite peu de temps après qu'on eut entouré de
murs l'emplacement du jardin des Tuileries[519]. En effet, il n'est
pas vraisemblable que l'extrémité de ce jardin fût bordée, comme elle
l'étoit, d'un fossé qui alloit jusqu'à la rivière, sans supposer en
même temps une porte et un pont-levis pour empêcher ou faciliter la
communication du chemin qui régnoit le long de ce jardin, du côté de
l'eau, et qui conduisoit à la porte _Neuve_, située au milieu de la
galerie.

          [Note 519: Ce jardin, d'abord tracé et entouré de murs par
          Catherine de Médicis, ensuite abandonné, fut continué et
          planté sous Henri IV.]



L'ÉGLISE SAINT-ROCH.

En sortant des Tuileries par la porte du nord, et rentrant dans la rue
Saint-Honoré, le premier monument que l'on rencontre est l'église
paroissiale de Saint-Roch. L'origine de cette église est très-connue
et ne présente aucune obscurité.

L'emplacement sur lequel elle est bâtie étoit anciennement occupé par
une grande maison accompagnée de jardins; on l'appeloit l'hôtel
_Gaillon_, et ce nom étoit devenu celui du quartier où elle étoit
située. À côté de cet hôtel s'élevoit une chapelle, sous l'invocation
de _Sainte-Suzanne_, dont on ignore l'origine et le fondateur[520].
Auprès de ce petit monument, à l'endroit où l'on a construit depuis le
portail et les marches de l'église, une autre chapelle avoit été
bâtie, dès l'an 1521, sous le titre des _Cinq-Plaies_, par _Jean
Dinocheau_, marchand de bétail, et _Jeanne de Laval_ sa femme. Les
habitants de ce quartier, qui étoit compris dans la circonscription de
la paroisse de Saint-Germain-l'Auxerrois, s'étant considérablement
multipliés, formèrent le dessein de faire construire une église
succursale de cette paroisse, qu'ils trouvoient trop éloignée; et la
chapelle des Cinq-Plaies leur parut propre à remplir cet objet.

          [Note 520: Néanmoins, soit qu'elle eût été bâtie par le
          propriétaire de l'hôtel Gaillon, soit en raison du voisinage
          de cet hôtel, elle est désignée dans tous les actes sous le
          titre de chapelle _de Gaillon_ ou de _Sainte-Suzanne de
          Gaillon_; et lorsqu'il fut proposé de l'acquérir pour
          agrandir l'église que l'on vouloit élever, elle ne fut cédée
          par le titulaire qu'à la charge de construire dans la
          nouvelle église, et le plus près possible du grand autel, un
          autel dit de _la chapelle de Sainte-Suzanne de Gaillon_.]

Étienne Dinocheau, fourrier ordinaire du roi, et neveu du fondateur,
bien loin de s'opposer à ce dessein, en rendit l'exécution plus
facile, tant par la générosité qu'il eut de renoncer aux droits qu'il
pouvoit avoir sur cette chapelle, que par la cession qu'il fit, le 13
décembre 1377, d'un grand jardin et d'une place qui en dépendoit. Le
15 octobre suivant, les habitants achetèrent encore la chapelle de
_Gaillon_, dite de _Sainte-Suzanne_, avec ses dépendances; et ce fut
sur ces divers terrains que fut construite la succursale, dans des
dimensions beaucoup plus petites et avec bien moins de magnificence
que le monument qui existe à présent.

Les historiens de Paris ne sont pas d'accord sur l'année où l'on
acheva de bâtir cette première église. Mais comme ils ne diffèrent
entre eux que de deux ou trois ans, nous n'entrerons pas dans la
discussion des raisons de cette différence, laquelle ne présenteroit
aucun résultat intéressant. Ce qu'il y a de bien certain, c'est que la
permission de l'official pour l'érection de cette succursale est du 15
août 1578; et l'on peut supposer que la construction de l'édifice dura
deux ou trois ans. On la consacra sous l'invocation de Saint-Roch,
parce que ce nom étoit celui d'un hôpital[521] que Jacques _Moyen_ ou
_Moyon_, Espagnol de naissance, avoit commencé à établir sur cet
emplacement, et qu'il se vit obligé de céder aux paroissiens.

          [Note 521: Cet hôpital étoit destiné aux malades affliges
          d'écrouelles. Le fondateur le transporta dans le faubourg
          Saint-Jacques.]

L'église Saint-Roch resta pendant assez long-temps dépendante de
Saint-Germain-l'Auxerrois; et, suivant l'usage observé dans la
hiérarchie ecclésiastique, le curé de cette paroisse en nommoit le
desservant. Cet état de choses dura jusqu'en 1633, où elle fut érigée
en église paroissiale par François de Gondi, alors archevêque de
Paris. À cette époque, le nombre de ses paroissiens étoit déjà
considérablement augmenté; et comme il ne cessoit encore de
s'accroître de jour en jour, il arriva, quelques années après, que
cette église se trouva trop petite pour que le service divin pût s'y
faire commodément. Alors les marguilliers furent autorisés à acheter
la totalité du terrain qui dépendoit de l'hôtel Gaillon; et, en 1653,
on jeta les fondements de l'église que nous voyons aujourd'hui.

Elle fut commencée sur les dessins de J. Le Mercier, alors premier
architecte du roi. Ce fut Louis XIV qui en posa la première pierre,
dans laquelle on plaça deux médailles, dont l'une portoit le portrait
de ce prince, l'autre celui d'Anne d'Autriche, et toutes les deux au
revers l'image de saint Roch. Une inscription gravée sur cette pierre
indiquoit le nom des fondateurs et la date de la fondation.

La situation du terrain ne permit pas de suivre l'antique usage, et de
tourner au levant le chevet de cette église: il est exposé au nord. Le
bâtiment en resta long-temps imparfait, sans être voûté, et n'ayant
qu'un simple plafond de bois. Discontinué et repris plusieurs fois
pendant le cours du dix-septième siècle, il fut enfin achevé dans le
dix-huitième par les libéralités du roi et les dons généreux de
plusieurs riches paroissiens.

Le grand portail qui donne sur la rue Saint-Honoré fut construit le
dernier par Jules-Robert de Cotte, intendant général des bâtiments du
roi; et directeur général de la monnoie et des médailles, d'après les
dessins de Robert de Cotte son père, premier architecte de Louis XIV
et de Louis XV. La première pierre en fut posée le 1er mars 1736. Ce
portail, assez purement exécuté, a eu beaucoup de réputation, et
semble avoir servi de modèle à la plupart de ceux qui ont été élevés
depuis, quoiqu'il ne soit lui-même qu'une imitation du style peu
sévère de Mansard: c'est une décoration en bas-relief composée de deux
ordres dorique et corinthien, où il règne une certaine harmonie, mais
dans laquelle on chercheroit vainement cet effet imposant des
péristyles, dont les colonnes isolées non-seulement présentent un
utile abri, mais n'ont pas besoin, comme ces surfaces monotones, de
cette multiplicité de ressauts et de profils, au moyen desquels on
essaie d'offrir à l'oeil quelques foibles projections d'ombres, et de
rompre leur fatigante uniformité.

On a suppléé, par des groupes et des ornements très-soigneusement
finis, à ce manque d'effet; et les connoisseurs ont pu distinguer dans
ces travaux le passage du style usité au siècle de Louis XIV à celui
dont la maigreur et l'affectation ont ensuite caractérisé les
productions du règne de Louis XV. Les figures sculptées par Claude
Francin, de l'Académie royale de sculpture, représentoient, en deux
groupes, quatre pères de l'Église avec les attributs qui leur
conviennent; les armes du roi, qui remplissoient le fronton, et la
croix qui le surmontoit, étoient de la main du même sculpteur[522].
Les ornements ont été exécutés par Louis de Montceau, de l'académie
_des Maîtres_. Le style de ces divers morceaux étoit tel, que si l'on
n'y trouvoit pas toute la dépravation qui, dans les arts d'imitation,
fut le caractère du siècle dernier, on y reconnoissoit du moins les
premières traces du mauvais goût qui l'a si rapidement amenée.

          [Note 522: Ces figures, cette croix et ces armes ont été
          détruites pendant la révolution. Depuis ce portail a été
          réparé.]

Ce portail a quatorze toises de largeur sur treize toises trois pouces
d'élévation, depuis le pilier du perron jusqu'à la pointe du fronton.
Une heureuse disposition du terrain a obligé d'y placer un grand
nombre de marches, ce qui produit un bon effet et annonce dignement un
édifice consacré à la religion[523].

          [Note 523: _Voyez_ pl. 57.]

La distribution intérieure de l'église Saint-Roch offre des
singularités qu'on ne rencontre dans aucun autre monument du même
genre à Paris. Elle est composée d'une nef et trois chapelles, qui se
suivent dans l'alignement du portail, et se prolongent ainsi en ligne
droite jusqu'à l'extrémité de l'édifice. Les bas-côtés de la nef,
également prolongés derrière la première chapelle, consacrée à la
Vierge, tournent ensuite autour de la seconde qui est celle de la
Communion[524]. La troisième, qu'on nomme chapelle du Calvaire[525],
est une espèce de rotonde coupée que l'on a ajouté depuis à l'église,
et qui se rattache à ces constructions. Il résulte de cette
disposition et de la forme du maître-autel, construit à la romaine et
placé au rond-point du choeur, que, du portail de l'église, l'oeil
traversant la nef et l'arcade au bas de laquelle cet autel est posé,
plonge dans la profondeur immense de cette enfilade de chapelles, qui,
toutes les trois, sont éclairées par une lumière différente et
dégradée à dessein, ce qui produit un effet presque théâtral, et peu
convenable peut-être à un édifice sacré.

          [Note 524: Ces deux chapelles furent bâties en 1709, au
          moyen d'une loterie que le roi accorda à la fabrique de
          cette église.]

          [Note 525: Cette chapelle avoit été bâtie sur le terrain qui
          servoit anciennement de cimetière.]

La nef de cette église, composée d'arcades d'une assez belle
proportion, est décorée d'un ordre de pilastres doriques, couronné
d'un entablement denticulaire, lequel se trouve aussi répété dans le
pourtour de la croisée. Les deux chapelles qui la suivent offrent un
ordre de pilastres corinthiens disposés de la même manière; et le long
des bas-côtés, on a établi un assez grand nombre de petites
chapelles, dont les autels sont placés de manière qu'on peut les
apercevoir de la nef, à travers les percées des arcades[526].

          [Note 526: _Voyez_ pl. 58.]

Cette église étoit très-riche et peut-être trop riche en peintures et
en sculptures: les archivoltes des arcades sont encore chargées de
trophées et de figures; la même profusion d'ornements se fait
remarquer dans les croisées; et malheureusement toutes ces
décorations, faites dans une époque de décadence, sont du plus mauvais
goût.


     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE SAINT-ROCH EN 1789.

     TABLEAUX.

     Dans la seconde chapelle à gauche en entrant, sainte Élisabeth,
     par _le Lorrain_.

     Dans la troisième, une Nativité, par _le Moine_.

     Dans la sixième, le martyre de saint André, par _Jouvenet_.

     Dans la dernière, un saint François d'Assise, par _Michel
     Corneille_.

     Dans une chapelle à côté du choeur, saint Louis mourant, donnant
     ses derniers conseils à son fils Philippe-le-Hardi, par _Antoine
     Coypel_.

     Dans la chapelle de la croisée à gauche, saint Denis prêchant la
     foi en France, par _Vien_.

     Dans celle de la droite, un tableau de _Doyen_, sujet de _la
     guérison des ardents_.

     La coupole de la chapelle de la Vierge offre une Assomption de la
     Vierge, peinte à fresque, par _Pierre_, ouvrage au-dessous du
     médiocre, et loué avec l'emphase la plus ridicule par tous les
     compilateurs qui ont donné des descriptions de Paris. Le même
     peintre a représenté sur la coupole de la chapelle suivante le
     triomphe de la religion.

     Les quatre Évangélistes que l'on voyoit dans l'attique de la
     première coupole avoient été exécutés par _Louis Silvestre_,
     _Verdot_ et _Desormay_.


     SCULPTURES.

     Aux deux côtés de la principale porte du choeur étoient deux
     chapelles décorées en marbre, par _Coustou le jeune_, architecte.
     Chacune étoit ornée d'une statue: la première, par _Falconnet_,
     représentait J.-C. au jardin des Olives; la seconde, saint Roch,
     par _Nicolas Coustou_.

     Les deux chapelles des croisées étoient également incrustées
     d'ornements en marbre, sur les dessins de _Coustou jeune_.

     La chapelle de la Communion offrait une Annonciation en marbre
     blanc, par _Falconnet_; Jésus-Christ tenant sa croix, et saint
     Roch, par François _Anguier_. Au-dessus, on avoit pratiqué une
     gloire céleste de cinquante pieds sur trente, dont les rayons,
     mêlés de nuages et de chérubins, partoient d'un transparent
     lumineux, ce qui produisoit une espèce d'illusion qui, dans un
     lieu saint, rappeloit un peu trop les _gloires_ de l'Opéra.

     Aux deux côtés de l'autel, dans la chapelle de la Vierge, étoient
     deux statues en bronze doré, de huit pieds de proportion,
     représentant les prophètes David et Isaïe.

     La chapelle du _Calvaire_ étoit ornée de plusieurs groupes de
     figures qui composoient des scènes intéressantes. On y voyoit un
     Jésus crucifié et la Madeleine éplorée au pied de la croix, par
     _Anguier_. Ce groupe étoit placé au sommet de la montagne. Deux
     soldats préposés à la garde du tombeau, occupoient l'un des
     côtés. Du bas de la montagne on montoit à ce calvaire par deux
     portes taillées dans le roc. L'autel étoit en marbre bleu
     turquin, et les ornements qui le décoroient avoient été exécutés
     sur les dessins de _Falconnet_, sculpteur, et de _Boulée_,
     architecte[527].

          [Note 527: Sur les réparations faites à cette église et sur
          les décorations nouvelles dont elle a été enrichie, _voyez_
          l'article _monuments nouveaux_.]


     TOMBEAUX ET SÉPULTURES.

     Dans cette église avoient été inhumés:

     Dans un caveau pratiqué à l'entrée de la chapelle de la Vierge,
     Marie-Anne de Bourbon-Conti, fille naturelle de Louis XIV et de
     la duchesse de la Vallière, morte en 1739.

     Dans la sixième chapelle à gauche, André Le Nôtre, intendant et
     architecte des jardins de Louis XIV, mort en 1700[528].

          [Note 528: Son tombeau étoit surmonté de son buste, par
          _Coysevox_.]

     Dans la dernière chapelle du même côté, le comte Fortuné Ragony,
     mort en 1723[529]; et Claude François Bidal, marquis d'Asfeld,
     maréchal de France, mort en 1743[530].

          [Note 529: Son monument en marbre avoit été exécuté par
          _Charpentier_.]

          [Note 530: Son médaillon étoit incrusté dans le mur, et on
          lisoit au-dessous son épitaphe composée par le célèbre
          recteur de l'université _Coffin_.]

     Dans la nef, Nicolas Mesnager, habile négociateur sous le règne
     de Louis XIV, mort en 1714[531].

          [Note 531: Un médaillon offroit également le portrait de ce
          personnage, et au-dessous étoient placés plusieurs symboles
          de la carrière qu'il avoit parcourue.]

     Les deux frères François et Michel Anguier, sculpteurs célèbres,
     morts, le dernier en 1686, le premier en 1699.

     Pierre Corneille, le créateur de la tragédie moderne, et l'un des
     plus beaux génies de son siècle, mort en 1684.

     Antoinette du Ligier de la Garde, marquise Deshoulières, célèbre
     par ses poésies, morte en 1694. Antoinette Thérèse Deshoulières
     sa fille, connue aussi par quelques poésies, morte en 1718.

     Pierre Louis Moreau de Maupertuy, mathématicien habile, mort en
     1759[532].

          [Note 532: Son monument se composoit d'un génie pleurant
          auprès d'un médaillon qui renformoit son portrait;
          au-dessous étoient groupés un globe et des instruments de
          mathématiques.

          Tous ces monuments, dont les meilleurs étoient médiocres,
          avoient été déposés au musée des Petits-Augustins.]

     François Séraphin Régnier Desmarets, poète françois, mort en
     1713.

     Alexandre Lainez, connu par quelques poésies agréables, mort en
     1710.

La circonscription de la paroisse de Saint-Roch commençoit à la partie
de la rue Saint-Honoré où étoit autrefois la boucherie des
Quinze-Vingts, c'est-à-dire au coin de la rue des Boucheries; elle
embrassoit ensuite les rues de l'Échelle et de Saint-Louis en
totalité, les deux côtés de la rue Saint-Honoré jusqu'à la porte du
même nom, puis une partie de la rue du Luxembourg et des Capucines, la
rue de Louis-le-Grand et la rue Neuve-Saint-Augustin en entier;
reprenant ensuite la rue de Richelieu à la rue de Ménars, elle
comprenoit les maisons à droite de cette rue jusqu'à celle
Saint-Honoré, dont elle avoit également le côté droit jusqu'à la rue
des Boucheries, point de départ[533].

          [Note 533: L'église Saint-Roch a été rendue au culte.]



COMMUNAUTÉ DE SAINTE-ANNE.

À côté de ce monument étoit placée une institution aussi importante
qu'utile, connue sous le nom de communauté de Sainte-Anne, fondée par
Nicolas Fromont ou Frémont, grand audiencier de France, en faveur des
pauvres filles de la paroisse de Saint-Roch, à l'effet de leur
procurer, avec une instruction chrétienne, une industrie suffisante
pour leur faire gagner honnêtement leur vie. Pour l'exécution de ce
dessein, cet homme charitable acheta un emplacement appartenant à la
fabrique de Saint-Roch, y fit construire une maison convenable pour
l'objet qu'ils étoit proposé, et ajouta à ce premier bienfait une
rente de quatre cents livres sur l'Hôtel-de-Ville. Plusieurs personnes
pieuses concoururent, par leurs libéralités, au succès de cet
établissement, qui fut confirmé par le roi et l'archevêque, au mois de
mars 1686. Cette communauté, établie rue Neuve-Saint-Roch, étoit
composée de quinze soeurs, qui, animées d'un zèle que la religion peut
seule inspirer, enseignoient gratuitement aux filles pauvres de la
paroisse la couture, la tapisserie, la dentelle, et tous les ouvrages
qui conviennent à leur sexe. Cet établissement a été administré
jusqu'au commencement de la révolution[534], conformément aux
intentions de son pieux fondateur, dont le nom doit être cher aux amis
de la religion et de l'humanité.

          [Note 534: Il y a maintenant, dans la même rue, une
          communauté de _soeurs de la Charité_.]



JACOBINS DE LA RUE ST-HONORÉ.

Ce couvent, devenu si fameux depuis la révolution, étoit situé entre
l'église Saint-Roch et la place Vendôme.

Il y avoit autrefois à Paris plusieurs couvents de l'ordre des _frères
prêcheurs_, connus en France sous le nom de _Jacobins_, dénomination
qu'ils prirent d'une chapelle sous l'invocation de saint Jacques, qui
leur fut cédée, en 1217, lors de leur premier établissement en France.
Le couvent dont il s'agit ici, situé rue Saint-Honoré, étoit d'une
fondation beaucoup plus moderne, et habité par les jacobins dits
_réformés_. Voici ce qui donna lieu à cette réforme.

Il paroît que l'ordre des frères prêcheurs, institué au commencement
du treizième siècle par saint Dominique, sans s'écarter entièrement
des règles prescrites par son fondateur, commençoit cependant à se
relâcher de sa première ferveur, lorsque le P. Sébastien _Michaelis_
forma le dessein de rétablir la règle dans toute sa pureté, et d'en
bannir le relâchement et tous les abus qui s'y étoient insensiblement
introduits. Il commença par faire adopter sa réforme dans quelques
couvents du Languedoc et de la Provence. Le chapitre général de
l'ordre des frères prêcheurs, qui se tint à Paris en 1611, et auquel
le P. Michaelis fut député, parut à ce saint moine une occasion
favorable pour y proposer le même réglement, et l'introduire à la fois
dans la capitale et dans les autres provinces du royaume. Cependant,
quoique le général favorisât les vues du réformateur, les jacobins du
grand couvent de Paris s'opposèrent si fortement à tout projet
d'innovation, que le chapitre ne crut pas devoir adopter le changement
proposé. Trompé dans ses espérances, le P. Michaelis n'en poursuivit
pas moins son dessein; et sentant redoubler son zèle par les obstacles
mêmes qui lui étoient opposés, il ne craignit point de s'adresser au
roi lui-même et à la reine régente, Marie de Médicis, pour obtenir la
permission de bâtir un couvent de frères prêcheurs de sa réforme; ce
qui lui fut accordé par lettres-patentes du mois de septembre 1611,
enregistrées le 23 mars 1613. Henri de Gondi, évêque de Paris, ne se
contenta pas d'approuver ce nouvel établissement par sa lettre du 8
avril 1612, il mérita d'en être regardé comme le principal fondateur
par le don qu'il fit à ces religieux d'une somme de cinquante mille
livres. Ce fut avec ce secours, et au moyen des libéralités du sieur
Tillet de La Bussière, et de quelques autres personnes pieuses, qu'ils
achetèrent un enclos de dix arpents, où ils firent construire leur
église et leur couvent tels qu'ils existoient encore en 1789.

Ces bâtiments étoient d'une architecture extrêmement médiocre, mais
ils contenoient quelques objets d'arts, et plusieurs monuments dont
nous allons donner une courte description.


     TABLEAUX.

     Au-dessus du maître-autel, un excellent tableau de _Porbus_, où
     ce peintre avoit représenté l'Annonciation, titre sous lequel
     cette église étoit dédiée.

     Dans la seconde chapelle, à droite du portail, un saint François
     du même peintre. Dans la cinquième, un tableau de _Colombel_.
     Dans une autre, deux Apôtres, par _Rigaud_. Une descente de croix
     d'après Le Brun, par _Houasse_.

     Deux tableaux attribués à Mignard, un _Ecce homo_ et une Mère de
     douleur.

     _Dans la salle du conseil._

     Plusieurs portraits peints par _Rigaud_, savoir: ceux de Louis
     XIV, du dauphin, de la duchesse d'Orléans, douairière; de la
     comtesse de Toulouse, du cardinal de Fleury, etc.


     SCULPTURES.

     Dans une chapelle à gauche, richement décorée, étoit le mausolée
     de _François Blanchefort de Créqui_, maréchal de France. Ce
     monument avoit été exécuté sur les dessins de _Le Brun_, par
     _Coyzevox_ et _Joly_. Le buste du maréchal, représenté à
     mi-corps, cuirassé et joignant les mains, étoit l'ouvrage du
     premier de ces deux sculpteurs. Un grand bas-relief en bronze,
     de la main du second, offroit une image de la bataille de
     Kochersberg, en Alsace, gagnée par cet illustre capitaine[535].

          [Note 535: On avoit déposé au musée des monuments françois
          quelques fragments de ce tombeau, qui, au total, étoit d'une
          exécution médiocre.]

     Vis-à-vis la chaire étoit placé le tombeau de Pierre Mignard. Ce
     mausolée, ouvrage du sculpteur _Le Moine_, fut déposé depuis au
     musée de la rue des Augustins. La comtesse de Feuquière, fille de
     ce peintre célèbre, y est représentée à genoux, et priant Dieu
     pour son père. Deux génies l'accompagnent. Au-dessus est le buste
     de _Mignard_, par _Desjardins_. C'est un monument mal conçu et
     encore plus mal exécuté, quoique extrêmement vanté dans toutes
     les descriptions de cette église.

     _André Félibien_, historiographe des bâtiments du roi, auteur de
     plusieurs ouvrages estimés, et son fils, _Nicolas-André
     Félibien_, prieur de Saint-Étienne de Virazel, avoient aussi leur
     sépulture dans cette église.

Cette maison possédoit un cabinet d'histoire naturelle très-curieux,
formé par les soins du P. Labat, connu par ses relations d'Afrique et
d'Amérique. La bibliothèque, composée d'environ trente-deux mille
volumes, contenoit des éditions rares et quelques manuscrits
précieux[536].

          [Note 536: On y conservoit soigneusement une chaise qui
          avoit servi, dit-on, à Saint-Thomas, dit l'_Ange de
          l'école_.]

C'est dans la salle de cette bibliothèque que se rassembla depuis
cette horde de _frères prêcheurs_ institués par le génie du mal, et
dont les prédications ont eu des effets qui épouvantent encore le
monde, et feront à jamais l'horreur de la postérité[537].

          [Note 537: L'église des Jacobins, les bâtiments et les
          jardins qui occupoient presque tout l'espace qui est entre
          la rue Saint-Honoré et la rue Neuve-des-Petits-Champs, ont
          été abattus, et l'on a transporté sur ce vaste emplacement
          le marché qui obstruoit auparavant la rue Traversière.
          Voyez _Monuments nouveaux_.]



PLACE VENDÔME.

Cette place, qui fut d'abord connue sous le nom de _Place des
Conquêtes_ et de _Louis-le-Grand_, a pris ensuite celui de _Vendôme_,
parce qu'elle fut faite sur l'emplacement qu'occupoit l'hôtel de ce
nom.

Lorsque Charles IX eut formé le dessein d'étendre l'enceinte de Paris,
et d'y renfermer les Tuileries, chacun s'empressa de bâtir dans le
faubourg Saint-Honoré, qui commençoit, à cette époque, à l'endroit où
étoient les Quinze-Vingts. Sur l'emplacement qu'occupe actuellement la
place Vendôme, les ducs de Retz avoient fait élever un hôtel assez
vaste, accompagné de jardins[538]. En 1603, la duchesse de Mercoeur
acheta cette habitation, et fit en même temps l'acquisition de
plusieurs grands terrains qui l'environnoient, dans l'intention de
faire abattre l'hôtel, d'en faire construire un plus considérable, et
de fonder auprès une église et un couvent pour les Capucines
nouvellement instituées. Ces deux projets furent exécutés à la fois,
et elle posa elle-même la première pierre du couvent le 29 juin 1604.
L'hôtel de Mercoeur passa ensuite dans la maison de Vendôme, dont il
prit le nom, par le mariage de Françoise de Lorraine, fille unique du
duc de Mercoeur, avec César, duc de Vendôme, fils légitimé de Henri
IV.

          [Note 538: Charles IX y logea en 1566 et en 1574. (Sauval,
          t. II, p. 289.)]

Louvois, qui avoit succédé à Colbert dans la charge de surintendant
général des bâtiments, voulant signaler son ministère par quelques
monuments remarquables, inspira à Louis XIV le dessein de faire ouvrir
une grande place, pour faciliter les communications entre la rue
Saint-Honoré et la rue Neuve-des-Petits-Champs. Pour l'exécution de ce
projet, il proposa au roi d'acheter[539] le vaste emplacement
qu'occupoit l'hôtel de Vendôme; et comme le couvent des Capucines
nuisoit à l'exécution de ce projet, on leur fit bâtir dans la rue
Neuve-des-Petits-Champs l'église et le couvent qu'elles occupoient
encore au commencement de la révolution. Elles y furent transférées en
1689, et l'on abattit les anciens bâtiments qu'elles avoient occupés.

          [Note 539: Cette acquisition fut faite par contrat du 4
          juillet 1685, moyennant 660,000 liv., et adjugée par décret
          le 22 août 1687.]

Suivant le plan alors adopté pour cette place, elle devoit former un
grand carré de soixante-dix-huit toises de large sur quatre-vingt-six
de long, et n'avoir que trois faces, l'entrée du côté de la rue
Saint-Honoré restant ouverte dans toute sa largeur. Les bâtiments qui
l'auroient environnée étoient destinés à recevoir la bibliothèque du
roi, les différentes académies, et à former les hôtels des monnoies et
des ambassadeurs extraordinaires. La mort de Louvois suspendit
l'exécution de ce grand projet, qui fut ensuite entièrement abandonné.

Quelques années après (le 7 avril 1699), le roi fit présent à la ville
des emplacements acquis en 1685, et de tous les matériaux déjà
rassemblés, avec la faculté de les vendre; mais sous la condition
qu'elle feroit construire au même endroit une nouvelle place d'après
un autre plan, et en outre qu'elle se chargeroit de faire bâtir à ses
frais, au faubourg Saint-Antoine, un hôtel pour la seconde compagnie
des mousquetaires. La ville accepta ce traité, et rétrocéda tous ses
droits, le 10 mai suivant, au sieur Masneuf, moyennant la somme de
620,000 livres, à la charge par lui de faire démolir les constructions
commencées, et d'exécuter pour l'érection de la place le nouveau plan
adopté, lui fixant pour terme de cette opération le 1er du mois
d'octobre 1701; ce qui fut exécuté.

Cette place, bâtie sur les dessins de Jules-Hardouin Mansard, a de
diamètre soixante-quinze toises sur soixante-dix. Sa coupe présente
des pans dans les angles, et par conséquent huit façades. Un grand
ordre corinthien élevé sur un soubassement qui a de hauteur les cinq
huitièmes de l'ordre, forme la décoration de ces façades; au-dessus de
l'entablement corinthien sont des lucarnes en pierre, de forme
alternativement variée.

Les pans coupés des angles sont composés d'un avant-corps de trois
arcades, et de deux arrière-corps qui en ont chacun une. Ces
avant-corps ainsi que les pans, comparés avec le diamètre de la place,
sont trop petits; de telles lignes forment d'ailleurs un effet
désagréable, et devroient toujours être exclues de l'architecture des
grands édifices, dont une simplicité noble est le caractère essentiel.

Au milieu des grandes façades s'élèvent deux grands corps
d'architecture symétrique. Ils présentent chacun cinq ouvertures, une
de chaque côté en arrière-corps et trois en avant-corps, et sont
couronnés de frontons, dont la grandeur est égale à celle des pans
coupés. Ces deux constructions font un assez bel effet; cependant on y
remarque des fautes impardonnables: par exemple, celle de les avoir
ornées de colonnes _engagées_, tandis qu'il y avoit assez d'espace
pour isoler ces colonnes, et que, dans le cas contraire, elles
devoient être remplacées par des pilastres; une faute plus grande
encore est d'y avoir introduit des colonnes jumelles, qui, pénétrées
mutuellement l'une par l'autre avec leurs chapiteaux, présentent un
effet absurde et presque monstrueux que les bons architectes ont
toujours évité. La hauteur de l'ordre comprend deux étages[540].

          [Note 540: _Voyez_ pl. 59.]

Enfin cette place étoit mal percée, et quoique vaste, et dans son
ensemble d'une assez belle ordonnance, elle n'offroit encore, il y a
quelques années, que deux issues, dont la disposition étoit même si
mauvaise, qu'on ne pouvoit la découvrir que de côté, en passant dans
la rue Saint-Honoré ou dans celle des Petits-Champs. Cependant
personne n'ignore que le principal mérite d'une place publique est
dans sa situation, et qu'elle doit être disposée de manière qu'on
puisse l'apercevoir de très-loin, et la traverser dans tous les
sens[541].

          [Note 541: Deux rues qu'on a ouvertes, l'une sur le terrain
          des Capucines, l'autre sur celui des Feuillans, viennent de
          lui rendre ces points de perspective qui lui manquoient.]

Les hôtels qui l'environnent furent presque tous bâtis par des
fermiers-généraux, et sous la conduite des meilleurs architectes[542].
Cependant il restoit encore, en 1619, des places vides qui furent toutes
achetées par _Law_ avec les billets de banque qu'il avoit introduits.

          [Note 542: Deux de ces hôtels, appartenans à deux traitants
          nommés Poisson de Bourvalais et Villemarec, furent saisis en
          1717, et destinés à former le logement du chancelier de
          France.]

Au milieu de cette enceinte, entièrement composée de somptueux
édifices, étoit autrefois placée la statue équestre de Louis XIV.
Cette statue, d'un beau caractère, étoit de la main de _Girardon_.
Elle avoit vingt-un pieds de hauteur, et fut fondue d'un seul
jet[543], le 1er décembre 1692, par Jean-Balthazar Keller. Le 13 août
1699, ce monument colossal fut posé sur un piédestal de marbre blanc,
de trente pieds de haut, sur vingt-quatre de long et treize de large,
orné de cartels, de bas-reliefs et de trophées de bronze doré. Sur
ses quatre faces étoient des inscriptions latines[544] relatives aux
grandes actions du monarque, et exprimant particulièrement la
reconnoissance de la ville de Paris pour les bienfaits dont il l'avoit
comblée[545].

          [Note 543: Elle pesoit environ 60,000 livres, et pour la
          couler on fondit 83,753 livres de matière. Elle a été
          abattue, avec toutes les autres statues de nos rois, le 18
          août 1792.]

          [Note 544: Voici les plus remarquables de ces inscriptions:

               _Ludovico magno, decimo quarto, Francorum et Navarræ
               regi christianissimo, victori perpetuo, religionis
               vindici, justo, pio, felici, patri patriæ, erga urbem
               munificentissimo, quam arcubus, fontibus, plateis,
               ponte lapideo, vallo amplissimo arboribus consito
               decoravit, innumeris beneficiis cumulavit; quo
               imperante securi vivimus, neminem timemus, statuam hanc
               equestrem quamdiù oblatam recusavit, et civium amori,
               omniumque votis indulgens, erigi tandem passas est;
               præfectus et ædiles, acclamante populo, posurêe._

          Jusqu'en 1730, le piédestal de cette statue équestre ne fut
          orné que des inscriptions données par l'académie des
          belles-lettres; mais à cette époque on l'enrichit de cartels
          et de trophées de bronze doré, sculptés par _Coustou_ le
          jeune, auxquels on ajouta les inscriptions suivantes:


          Dans le cartel qui étoit placé du côté de la chancellerie;


          _Ludovicus XV, Franciæ et Navarræ rex optimus, magni
          pronepos, Europæ arbiter, suscepto è Mariâ Polonâ Delphino,
          à præfecto et ædilibus, pro avo monumentum absolvi sivit,
          anno 1730._

          Ce cartel étoit tenu par deux enfants, ayant pour symbole
          les attributs de Minerve, tels que le hibou, la branche
          d'olivier, le serpent, un livre, etc. Sous la corniche et
          sous cette inscription se groupoient des attributs
          convenables aux sciences et aux arts.

          Sur le pilastre à droite de l'inscription étoit un trophée
          représentant l'Afrique; et sur le pilastre à gauche, un
          autre trophée représentoit l'Amérique.


          À gauche de la statue, du côté opposé à la chancellerie, on
          avoit placé un autre cartel avec cette inscription:


          _Cippum cui equestris Ludovici Magni statua imposita est
          splendidis ordine uno late septum ædibus restitui, et ornari
          curârunt præfectus et ædiles, anno 1730._

          Cette inscription, ainsi que la première, étoit soutenue par
          deux enfants ou génies, avec pilastres, trophées, etc.

          Le piédestal vis-à-vis le couvent des Feuillants offroit les
          armes de France, ornées de palmes et de lauriers; de l'autre
          côté, et vis-à-vis l'église des Capucines, on voyoit les
          armes de la ville de Paris, dont le vaisseau étoit posé sur
          la tête d'un fleuve, accompagné de roseaux, d'armes, du
          livre, du caducée, de la bourse de Mercure, et couronné par
          le chapeau de ce dieu, attributs qui désignent le commerce.

          Dans les pilastres qui ornoient les angles on avoit sculpté
          des agrafes soutenant des chutes de festons de chêne et de
          laurier, qui tomboient le long de ces pilastres, comme
          symboles de la force et de la victoire.

          Tout ce monument fut entouré d'une grille de fer dans la
          même année 1730[544-A].

          Jusqu'en 1775, la foire d'été, dite de _Saint-Ovide_, se
          tenoit sur la place Vendôme. Cette foire duroit un mois: on
          construisoit des boutiques sur la place, et les spectacles
          des boulevarts étoient obligés de s'y établir.]

          [Note 544-A: Sur la colonne qui a remplacé ce monument,
          _voyez_, à la fin de ce quartier, l'article _monuments
          nouveaux_.]

          [Note 545: _Voyez_ pl. 68.]



LES FEUILLANS

DE LA RUE SAINT-HONORÉ.

Le monastère des Feuillans étoit situé rue Saint-Honoré, vis-à-vis la
place Vendôme. C'étoit une congrégation particulière de religieux
réformés de l'ordre de Cîteaux, qui avoit pris son nom de l'abbaye de
_Notre-Dame des Feuillans_ dans le diocèse de Rieux, à quelques
lieues de Toulouse. _Jean de la Barrière_, qui en étoit abbé
commendataire en 1563, voulant consacrer le reste de ses jours à la
pénitence, conçut le dessein d'y faire revivre dans toute sa rigueur
l'ancienne observance de saint Benoît. En conséquence il prit l'habit
religieux, fit profession dans cet ordre le 12 mai 1573, et s'occupa
dès ce moment de mettre à exécution le projet de réforme qu'il avoit
médité. Malgré les austérités extraordinaires qu'il pratiquoit, il eut
bientôt un nombre de disciples assez considérable pour pouvoir en
former une communauté, dont il fut reconnu abbé régulier en 1577, et
béni comme tel dans l'église de la Dorade, à Toulouse, le 14 septembre
de la même année. Cet établissement fut définitivement constitué, et
la nouvelle réforme adoptée, quoiqu'elle passât en plusieurs points la
sévérité de la règle primitive de Cîteaux. Les religieux devoient
partager tout leur temps entre l'oraison, la psalmodie et le travail
des mains; ils marchoient nu-pieds, la tête nue; dormoient tout vêtus
sur des planches, et leur nourriture n'étoit que du pain le plus
grossier, quelques herbes cuites ou crues et de l'eau pure. L'huile,
le beurre, le poisson leur étoient interdits en tout temps, ainsi que
la chair et le vin; du reste ils gardoient une solitude exacte, et un
silence perpétuel.

Les merveilles qu'on publioit partout de l'abbé de _Feuillans_ et de
sa nouvelle communauté excitèrent la curiosité de Henri III. Ce prince
voulut voir Jean de La Barrière, et lui écrivit lui-même le 20 mai
1583, pour lui ordonner de se rendre à Paris. Le saint abbé obéit, et
y arriva au mois d'août suivant. Il prêcha devant le roi, et dans
plusieurs églises, avec un succès qui répondit à la haute estime que
tout le monde avoit conçue de son mérite. Henri III, charmé de son
éloquence et touché de sa vie édifiante, voulut le retenir auprès de
sa personne, et ne lui permit de retourner à _Feuillans_ qu'à
condition qu'il reviendroit dans la capitale, où il se proposoit de
lui faire bâtir un monastère. Toutefois les ordres donnés à cet effet
ne furent exécutés qu'en 1587. Alors Jean de La Barrière se mit une
seconde fois en chemin pour Paris, accompagné de soixante-deux
religieux de sa réforme. Ces pieux voyageurs partirent de Toulouse en
procession, marchant deux à deux, la croix en tête, et pratiquant,
pendant vingt cinq jours qu'ils mirent à faire cette longue route,
tous les exercices spirituels qu'ils étoient tenus de faire dans le
cloître. Ils arrivèrent le 9 juillet de la même année.

Henri III, qui étoit alors à Vincennes avec toute sa cour, envoya
quelques seigneurs au-devant d'eux jusqu'à Charenton, et sortit
lui-même de son château pour les recevoir. Ces religieux demeurèrent
dans un prieuré de l'ordre de Grandmont, situé dans le bois de
Vincennes, jusqu'au 7 du mois de septembre suivant, qu'ils en
sortirent pour prendre possession de l'église et du couvent que le roi
leur avoit fait bâtir au faubourg Saint-Honoré[546].

          [Note 546: L'abbé Lebeuf ne s'est pas expliqué clairement,
          en disant, t. I, p. 124, que ces religieux furent établis en
          1577. Cette époque ne peut s'appliquer qu'à l'établissement
          de leur réforme, puisque tous les actes attestent qu'ils ne
          vinrent à Paris qu'en 1587.]

Cette nouvelle congrégation fut approuvée par le pape Sixte V, et
érigée en titre par sa bulle du 3 novembre 1587, sous le nom de
_Congrégation de Notre-Dame de Feuillans_. Elle fut distraite de la
juridiction de l'abbé de Cîteaux, par Clément VIII, le 4 septembre
1592. Peu de temps après, ce souverain pontife jugea à propos de
modérer la rigueur excessive et presque incroyable de cette réforme
par sa bulle du 8 novembre 1595, et la rendit ainsi supportable en la
rapprochant davantage de la règle de saint Benoît[547].

          [Note 547: Quatorze religieux avoient, dit-on, succombé,
          dans une semaine, sous la grande austérité de cette règle.]

Les monastères qui embrassèrent cette nouvelle institution s'étant
considérablement multipliés, tant en Italie qu'en France, Urbain VIII
crut convenable, en 1630, de diviser les Français et les Italiens en
deux congrégations différentes, gouvernées chacune par un général de
leur nation. Celui de France étoit abbé né de _Notre-Dame de
Feuillans_, et s'élisoit tous les trois ans dans le chapitre général,
lequel pouvoit le continuer encore pendant trois autres années
seulement. Ce général avoit le droit de visiter les maisons de son
ordre, et d'y faire plus ou moins de séjour; mais, pendant les trois
années de son généralat, il étoit obligé à dix-huit mois de résidence
à _Feuillans_. Cet usage s'observoit très-exactement.

Henri IV ne fut pas moins favorable à cette congrégation que l'avoit
été son prédécesseur: non-seulement il la confirma dans la propriété
de tout ce qui lui avoit été donné par Henri III, mais encore il
déclara qu'il vouloit partager avec ce prince le titre de son
fondateur, et lui accorda tous les priviléges et prérogatives dont
jouissoient les maisons de fondation royale.

La maison que Henri III avoit fait bâtir pour les Feuillans étoit
petite et peu commode; les libéralités de Henri IV, et les dons que
ces religieux obtinrent de la piété des fidèles[548], leur fournirent
bientôt les moyens de faire construire un nouvel édifice plus spacieux
et plus beau. Les bâtiments, auxquels le roi mit la première pierre en
1601, furent achevés en 1608, et le 5 août de la même année l'église
fut dédiée par le cardinal de Sourdis, sous l'invocation de saint
Bernard.

          [Note 548: Ces dons leur furent faits à l'occasion d'un
          jubilé; M. de Gondi, évêque de Paris, ayant indiqué, dans
          cette vue, une station dans leur église.]

Cependant le portail de ce dernier monument n'existoit point encore;
et ce ne fut qu'en 1629, sous le règne de Louis XIII, qu'on pensa à
l'exécuter. François Mansard en fut l'architecte, et ce fut, dit-on,
le coup d'essai de cet homme célèbre. Ce portail, qui a joui d'une
grande réputation, mérite que nous en donnions une description un peu
détaillée.

Il étoit composé de deux ordres de colonnes, l'un ionique, l'autre
corinthien. Les colonnes de l'avant-corps étoient isolées, et celles
des extrémités engagées. L'entablement de ces ordres retournoit sur
chaque accouplement, et ces retours, faits pour donner à cette
décoration un caractère de légèreté, produisoient une foule de petites
parties qui nuisoient à l'effet général.

L'ordre ionique étoit d'une belle exécution, riche de détails
parfaitement finis, mais qui par cela même sembloient trop recherchés,
lorsqu'on les comparoit avec ceux de l'ordre supérieur. Celui-ci étoit
d'une proportion relative beaucoup trop courte, ayant deux modules et
un tiers de moins dans sa hauteur, ce qui lui donnoit une apparence
chétive et contraire à la progression[549] que l'on doit observer
entre les ordres élevés les uns sur les autres. Cet ordre supérieur
étoit surmonté d'un fronton circulaire sur lequel on avoit placé deux
figures d'une proportion trop forte, ce qui ajoutoit encore au défaut
d'harmonie qu'on remarquoit dans l'ensemble de cette décoration.

          [Note 549: On ne leur donne ordinairement qu'un module de
          moins en hauteur.]

Deux pyramides s'élevoient de chaque côté de ce frontispice; et cet
ornement bizarre, l'amortissement circulaire qu'on remarquoit
au-dessus du fronton, les consoles renversées ou arcs-boutants, les
cartels du dessus des portes, étoient encore des restes de la barbarie
gothique. Les figures, exécutées par un sculpteur nommé Guillin,
étoient de la plus grande médiocrité[550].

          [Note 550: _Voyez_ pl. 67.]

On estimoit davantage la porte d'entrée du monastère, située en face
de la place Vendôme. Elle avoit été construite par le même architecte,
mais à une époque où son talent étoit mûri par l'étude et une longue
pratique. Cette décoration, qui n'étoit composée que d'une porte
carrée surmontée d'un fronton et accompagnée de quatre colonnes
corinthiennes, offroit dans ses proportions la justesse et la noble
simplicité qui fait le caractère de la bonne architecture. Au-dessus
de cette porte à plate-bande, on voyoit un bas-relief d'une assez
belle exécution, renfermé dans une table carrée. Il représentoit Henri
III recevant l'abbé _Jean de La Barrière_ et ses compagnons[551].
Cette porte ne fut construite qu'en 1676.

          [Note 551: La vie de ce saint abbé avoit été peinte sur
          verre dans le cloître de ce monastère, en peinture dite
          d'_apprêt_[551-A], par un peintre flamand nommé _Sempi_. On
          voyoit encore quelques-uns de ces tableaux au musée des
          Monuments français.]

          [Note 551-A: La peinture d'_apprêt_ diffère de l'ancienne
          peinture sur verre, en ce que par celle-ci on coloroit d'une
          teinte uniforme la substance entière du verre mis en fusion,
          tandis que, dans le nouveau procédé, la couleur est
          appliquée avec le pinceau, et fixée sur le verre au moyen
          d'un feu assez fort pour l'amollir, et non pour le liquéfier
          entièrement. Par cette manière d'opérer, on se procure des
          teintes qui donnent du relief aux figures; mais aussi la
          couleur n'est pas, comme dans l'autre, inaltérable.]

Dans l'intérieur de la cour, et en face du frontispice dont nous
venons de parler, étoit une porte en voussure et ornée de refends d'un
dessin assez élégant. L'intérieur de l'église n'avoit rien de
remarquable.

Le passage qui communiquoit aux Tuileries avoit été ouvert pendant la
minorité de Louis XV, pour donner au jeune roi la facilité de venir à
l'office à ce couvent.


     CURIOSITÉS DU MONASTÈRE DES FEUILLANS.

     TABLEAUX.

     Sur le maître-autel, une Assomption, par _Bunel_.

     Dans le rond, deux anges, par _La Fosse_.

     Sur l'autel de la sixième chapelle à droite, une Visitation, par
     _Michel Corneille_.

     Dans la sixième chapelle à gauche, plusieurs peintures de _Simon
     Vouet_, entre autres le plafond représentant un saint Michel,
     lequel passoit pour un des chefs-d'oeuvre de ce peintre.

     Dans le vestibule d'entrée, un seigneur descendant de cheval, et
     recevant l'habit de Feuillans, par _Loir_.

     Dans le réfectoire, quatre sujets tirés de l'histoire d'Esther,
     par _Restout_ père.

     Dans le chapitre, la Résurrection du Lazare, par _Vien_.

     Dans la salle du roi, près l'église, les portraits des rois et
     reines de France depuis Henri III jusqu'à Louis XV inclusivement,
     ainsi que ceux des dauphins, fils et petits-fils de ce dernier
     roi.

     Les chapelles, au nombre de quatorze, la nef et les diverses
     autres parties de l'église étoient décorées d'un grand nombre
     d'autres tableaux sans noms d'auteurs.


     SCULPTURES.

     Dans la troisième chapelle à gauche, une Vierge en bois doré, par
     _Sarrazin_.


     TOMBEAUX ET SÉPULTURES.

     Dans la première chapelle à droite on voyoit la statue en marbre
     de Raimond Phélippeaux, seigneur d'Herbaut, secrétaire d'état
     sous Louis XIII, mort en 1629. Il étoit représenté à genoux
     devant un prie-Dieu.

     La seconde étoit destinée à la sépulture de la famille Pelletier.

     La troisième avoit appartenu à MM. de Vendôme.

     La quatrième offroit le mausolée de Guillaume de Montholon,
     conseiller d'état et ambassadeur, mort en 1722; son buste et deux
     Vertus, dont il étoit accompagné, composoient ce mausolée.

     Dans la cinquième avoient été inhumés Louis de Marillac, maréchal
     de France, condamné à mort et exécuté le 10 mai 1631; et
     Catherine de Médicis son épouse, morte de douleur pendant qu'on
     instruisoit le procès de son mari[552].

          [Note 552: Elle étoit alliée à la famille souveraine des
          Médicis.]

     Entre ces deux chapelles étoit le cénotaphe de Henri de Lorraine,
     comte d'Harcourt, et d'Alphonse de Lorraine son fils, chevalier
     de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem. Ce monument, sculpté par
     _Nicolas Renard_, offroit trois figures symboliques: le Temps
     couché au pied d'un obélisque; une figure ailée, emblème de
     l'immortalité; et un génie en pleurs portant les médaillons de
     ces deux princes. Au-dessus de l'obélisque, un globe doré que
     surmontoit un aigle aux ailes éployées; un bas-relief en bronze
     doré et plusieurs autres accessoires ajoutoient encore à la
     richesse de ce monument.

     Dans la première chapelle à gauche, un tombeau de marbre blanc en
     forme d'urne contenoit les restes mortels de Jeanne Armande de
     Schomberg, femme de Charles de Rohan, duc de Montbason, etc.,
     morte en 1700.

     La seconde appartenoit à la famille de Beringhem. Dans cette
     chapelle avoit été inhumé le maréchal d'Uxelles, ambassadeur
     extraordinaire au congrès d'Utrecht, ministre du conseil de
     régence, etc., mort en 1730.

     La troisième, richement décorée, appartenoit à la famille des
     Rostaing, et étoit fermée d'une grille. Elle contenoit plusieurs
     tombeaux de ses membres les plus distingués: sous la croisée,
     étoient représentés à genoux Tristan de Rostaing, mort en 1591,
     et Charles de Rostaing son fils, mort en 1660. Une urne portée
     sur une colonne de marbre renfermoit le coeur d'Anne Hurault,
     fille du chancelier de Chiverni, femme de Charles de Rostaing,
     dont nous venons de parler, morte en 1635. On y voit encore les
     bustes de quatre autres personnages de cette maison[553].

          [Note 553: Les monuments des Rostaing, de Marie de
          Barbezières, de Raimond Phélippeaux, des comtes d'Harcourt,
          et du maréchal de Marillac, avoient été déposés au musée des
          Petits-Augustins. Toutes ces sculptures étoient d'une grande
          médiocrité.]

     Dans la quatrième, une figure à genoux devant un prie-Dieu
     offroit un portrait de Claude-Marie de l'Aubespine, femme de
     Médéric Barbezières, seigneur de Chemerault, morte en 1613.

     Dans le choeur et dans le chapitre avoient été inhumés plusieurs
     généraux de l'ordre, et les PP. Jérôme et Turquois, prédicateurs
     estimés du dix-septième.

La bibliothèque de ce couvent pouvoit contenir environ 24,000
volumes.



LES CAPUCINS.

Au commencement du seizième siècle, plusieurs ordres religieux,
institués dans les âges précédents, s'étoient plus ou moins écartés
des règles prescrites par leurs saints fondateurs; et l'ordre de saint
François n'avoit pas été exempt de ce relâchement. En 1525, _Mathieu
de Baschi_, religieux de cette observance, fut le premier qui, non
content de pratiquer sa règle dans toute son austérité, crut devoir
entreprendre d'y ramener ses confrères par ses exhortations et ses
exemples. Ses soins et son zèle ne furent pas sans succès; et il
parvint bientôt à rassembler auprès de lui quelques imitateurs de sa
pauvreté et de sa pénitence. Pour se distinguer de leurs anciens
confrères, ces nouveaux religieux prirent un habit particulier[554]:
c'étoit une longue robe de bure surmontée d'un capuce, ou capuchon
pointu, qui fit donner le nom de _capucins_ à ceux qui embrassèrent
cette nouvelle réforme. Ils portoient aussi une longue barbe,
marchoient nu-pieds et ne vivoient que d'aumônes. Cependant cet
institut ne prit une forme régulière qu'en 1529, époque à laquelle le
chapitre fut assemblé pour la première fois. On y fit des
constitutions[555] qui furent approuvées, ainsi que l'ordre, par une
bulle de Paul III, du 25 août 1536. Alors ces religieux furent adoptés
et reconnus par l'Église entière, sous le nom de _frères mineurs
capucins_, et leur nombre s'accrut assez rapidement. Mais ils
n'obtinrent point, dans ces premiers temps, la permission de s'étendre
au-delà de l'Italie; et le cardinal Charles de Lorraine, qui avoit
connu des capucins au concile de Trente, et qui en avoit fait venir
quatre qu'il logea dans son parc de Meudon, fut obligé de solliciter
une bulle pour autoriser leur établissement en France. Tels furent,
dans ce royaume, les foibles commencements de cet ordre fameux.

          [Note 554: Il leur fallut pour cela une permission du pape,
          qui leur fut accordée par une bulle du 13 juillet 1528.]

          [Note 555: Par ces constitutions il leur fut accordé un
          vicaire-général; mais en 1619 Paul V lui donna le titre de
          _général_, et le rendit indépendant de celui des frères
          mineurs.]

Quelques historiens pensent qu'après la mort du cardinal, décédé le 26
décembre 1574, ces religieux s'en retournèrent en Italie[556]. Quoi
qu'il en soit, il paroît certain que les vues de ce prélat pour
l'établissement des capucins en France furent remplies avant sa mort:
car nous voyons que, dès 1572, le père Pierre Deschamps, cordelier
françois, ayant embrassé cette réforme, le désir de mener une vie plus
régulière lui procura bientôt quelques compagnons qui se logèrent avec
lui à Picpus[557]. Il eut alors recours au pape Grégoire XIII, qui,
par sa bulle du 10 mai 1574, lui permit d'établir en France l'ordre
des frères mineurs capucins, permission qui déjà lui avoit été
accordée par Charles IX[558].

          [Note 556: Hist. de Par., t. II, p. 1132.]

          [Note 557: L'abbé Lebeuf recule l'établissement des Capucins
          jusqu'en 1515. Cette date manque d'exactitude sous tous les
          rapports, puisqu'ils ne furent établis en Italie qu'en 1525,
          et en France en 1574.--Sauval n'est pas plus exact lorsqu'il
          dit que leur première maison fut fondée et bâtie à Meudon en
          1585, par le cardinal de Lorraine (mort en 1574); que
          quelques-uns furent installés en même temps à Picpus, ce qui
          arriva en 1572; enfin que Henri III leur fit bâtir, vers
          l'an 1603, leur couvent près les Tuileries, tandis que ce
          prince est mort à Saint-Cloud en 1589.]

          [Note 558: Les registres du parlement, au 11 juillet 1574,
          nous apprennent que onze de ces religieux assistèrent au
          convoi de Charles IX, décédé le 30 mai précédent.]

Pour consolider cet établissement, le général de l'ordre envoya en
France un commissaire général, avec douze religieux. Catherine de
Médicis se déclara sur-le-champ protectrice de cette nouvelle
communauté, et lui fit obtenir un emplacement pour bâtir une église
et un couvent, don qui fut confirmé par lettres-patentes du mois de
juillet 1576, enregistrées le 6 septembre suivant. Ainsi les capucins
s'établirent cette année même au lieu qu'ils ont occupé jusqu'au
moment de la révolution. Henri IV et ses successeurs, animés du même
esprit, ne cessèrent point d'accorder une protection toute
particulière à ces nouveaux enfants de saint François, qui, en 1789,
comptoient en France plus de trois cents couvents de leur ordre.

Les bâtiments réguliers des capucins de la rue Saint-Honoré étoient
moins simples que ceux des autres couvents du même ordre[559], et
d'ailleurs si vastes qu'ils pouvoient contenir une communauté de 150
religieux. On leur avoit accordé cette grande étendue de terrain,
parce que, lors de leur établissement, il n'y avoit aucune raison de
le ménager dans un lieu qui étoit encore peu habité et hors de la
ville. Ces bâtiments furent renouvelés en 1722. En 1731 ces pères
firent rebâtir le portail et le mur du cloître, qui suivoient
l'alignement de la rue Saint-Honoré; le choeur de leur église fut
également reconstruit en 1735. C'est surtout dans ces dernières
constructions qu'ils se sont un peu écartés de la simplicité uniforme
constamment adoptée dans tous les couvents de leur ordre.

          [Note 559: Il faut toutefois en excepter le nouveau couvent
          de la Chaussée-d'Antin, dont nous ne tarderons pas à
          parler.]

Jaillot a trouvé, dans un mémoire manuscrit, que cette église, qui,
dans le principe, n'étoit qu'une simple chapelle, avoit été dédiée le
28 novembre 1575. Elle fut sans doute rebâtie peu de temps après; car
on a un autre acte de dédicace, daté de 1583, lequel est, de même que
le premier, sous le titre de l'_Assomption de la Vierge_. Ce bâtiment
n'étant pas assez vaste, et l'ordre prenant de jour en jour plus de
consistance, on jeta les fondements de l'église qui a subsisté jusqu'à
l'époque de la révolution. Commencée en 1603, elle fut finie en 1610,
et dédiée le 1er novembre de la même année; l'architecture en étoit
médiocre.

Cette maison, la plus considérable en France d'un ordre qu'un siècle
absurde et frivole accabloit d'un injuste et sot mépris, a produit un
grand nombre de sujets distingués par leur naissance ou par leurs
talents[560], et dont les noms ont passé même avec gloire à la
postérité. Mais ce qui rendoit ces religieux vraiment recommandables,
c'étoit la régularité avec laquelle ils remplissoient tous les devoirs
d'un état austère, leur zèle infatigable dans les fonctions les plus
pénibles du saint ministère, surtout une charité qu'aucun obstacle,
aucun danger ne pouvoient effrayer ni ralentir. Le temps est déjà venu
où l'on commence à regretter la destruction, où l'on sent vivement
quelle étoit l'utilité de ces saintes réunions dont les membres, au
milieu de la corruption des grandes villes, offraient des exemples
frappants, ou, pour mieux dire, des leçons vivantes de toutes les
vertus chrétiennes, les prêchoient publiquement dans les temples en
même temps qu'ils les pratiquoient aux yeux de tous; et, s'ils ne
parvenoient pas à détruire entièrement les mauvaises moeurs,
contribuoient du moins à en arrêter le débordement, qui maintenant n'a
plus de frein, et n'en pourra désormais trouver que dans la rigueur
inflexible des cours d'assises et dans une rédaction plus sévère du
code criminel.

          [Note 560: Nous citerons entre autres le P. _Ange de
          Joyeuse_, fameux par son inconstance, son courage et sa
          dévotion[560-A]; le P. _Joseph Le Clerc_, autre capucin
          célèbre, le confident et l'un des principaux agents du
          cardinal de Richelieu; le P. _Athanase Molé_, frère du
          président _Mathieu Molé_; le P. _J. B. Brûlart_, frère du
          chancelier de ce nom; le P. _Séraphin de Paris_, l'un des
          prédicateurs ordinaires de Louis XIV, «orateur, dit La
          Bruyère, qui, avec un style nourri des saintes Écritures,
          expliquoit la parole divine uniment et familièrement,» ce
          qu'il n'osoit espérer de son siècle. Le P. _Michel
          Marillac_, fils du garde des sceaux, etc., etc. Les jeunes
          religieux de cette maison s'étoient appliqués, vers la fin
          du dernier siècle, à l'étude des langues savantes, et ils y
          avoient fait des progrès tels, qu'on pouvoit espérer
          beaucoup de leurs travaux et de leurs lumières, lorsque la
          révolution est venue tout détruire et tout disperser.]

          [Note 560-A: C'est de lui que Voltaire a dit:

            «Il prit, quitta, reprit la cuirasse et la haire.»]


     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE DES CAPUCINS.

     TABLEAUX.

     Sur le maître-autel, une Assomption, par _La Hire_.

     Dans le rond, un portement de croix, par le même.

     Au-dessus de l'autel, les vingt-quatre vieillards prosternés
     devant le trône de l'Agneau, par _Dumont_.

     Derrière l'autel, du côté du cloître, un beau Christ mourant, par
     _Le Sueur_.

     Dans la sacristie, Moïse serrant la manne dans l'arche, par
     _Collin de Vermont_.

     Dans la dernière chapelle, près la porte, le martyre du P. Fidel,
     capucin et missionnaire à la Chine, par _Robert_.


     STATUES ET TOMBEAUX.

     Dans un des corridors du rez-de-chaussée, une statue de saint
     Augustin.

     Dans la nef, les tombeaux des _PP. Ange de Joyeuse_ et _Joseph Le
     Clerc du Tremblay_, dont nous avons déjà parlé.

La bibliothèque de cette maison contenoit environ vingt-quatre mille
volumes. On y voyoit un modèle[561] en nacre de perles de l'église du
Saint-Sépulcre à Jérusalem, et deux beaux globes céleste et terrestre,
faits par _Coronelli_ en 1693[562].

          [Note 561: Ce modèle leur avoit été donné par M. de
          Vergennes, ministre des affaires étrangères, qui l'avoit
          lui-même reçu des Turcs, chez qui il avoit été en
          ambassade.]

          [Note 562: Tous les bâtiments des Capucins ainsi que ceux
          des Feuillans, qui étoient situés vis-à-vis, ont été
          démolis; et sur ces vastes emplacements ont été percées
          plusieurs rues nouvelles; _voyez_ l'article _Monuments
          nouveaux_.]



LES RELIGIEUSES

DE L'ASSOMPTION.

Derrière les bâtiments des Capucins étoit le couvent de l'Assomption,
dont il ne reste plus aujourd'hui que l'église. C'étoit la demeure
d'une communauté de religieuses de l'ordre de saint Augustin, qui y
avoient été établies en 1632 par le cardinal François de La
Rochefoucauld. Ces religieuses, connues avant cette époque sous le nom
d'_Haudriettes_, avoient alors leur maison à l'entrée de la rue de la
Mortellerie, près de la Grève. Nous parlerons en son lieu de l'origine
de cette communauté ou hospice; il ne sera question ici que de
l'événement qui causa la translation de la plupart d'entre elles à la
rue Saint-Honoré, translation qui excita dans le temps de vives
réclamations, sur la justice desquelles les historiens sont partagés.
L'exposition des faits, constatés par des actes et des titres
authentiques, mettra le lecteur en état fixer son opinion.

La maison, fondée par Étienne _Haudri_, pour y recevoir de pauvres
filles ou veuves, n'étoit pas dans son origine regardée comme un
couvent régulier; mais il paroît certain que dans la suite les _bonnes
femmes_ de la chapelle des Haudriettes (c'est ainsi qu'elles sont
qualifiées dans les actes du temps) formèrent une communauté
régulière, assujettie, par le fait, aux lois et observances auxquelles
étoient soumises les maisons religieuses. Cet état de choses duroit
depuis plus de deux cents ans, lorsque les Haudriettes, considérant
que leurs anciennes constitutions n'étoient point conformes à l'état
religieux qu'elles avoient embrassé, sollicitèrent le cardinal de La
Rochefoucauld d'y faire les changements que les circonstances
exigeoient. Ce prélat qui, en sa qualité de grand aumônier, avoit
juridiction sur cet hospice, acquiesça à leur demande, et jugea
convenable de leur faire embrasser la règle de saint Augustin. Les
religieuses s'y soumirent avec joie, et s'y engagèrent par des voeux
solennels, le 27 novembre 1620. Ces changements furent aussitôt
autorisés par le roi Louis XIII, et ensuite confirmés par une bulle de
Grégoire XV, du 5 décembre 1622.

Deux ans après cette réforme, c'est-à-dire le 20 juillet de cette
même année, les Haudriettes présentèrent requête au cardinal, à
l'effet d'être transférées dans une autre maison, se plaignant que
celle qu'elles occupoient étoit située dans un endroit malsain, trop
voisin de la rivière, exposé souvent aux inondations, et par cela même
peu propre aux exercices paisibles de la vie religieuse. Le
réformateur ayant visité en personne l'ancien couvent, et vérifié la
justice de ces plaintes, autorisa la translation dans un lieu plus
salubre. On n'en trouva point qui fut plus convenable à l'exécution de
ce dessein que la maison même que ce cardinal occupoit au faubourg
Saint-Honoré. _Six religieuses, qui seules_, selon Jaillot,
_composoient_ alors toute la communauté des Haudriettes, furent,
d'après leur propre demande, transférées dans l'hôtel du cardinal, où
elles firent aussitôt construire et distribuer les logements d'une
manière convenable à une communauté. Cette demeure nouvelle prit alors
le nom du couvent de l'Assomption. Le titre de l'hôpital d'Étienne
Haudri fut éteint et supprimé; on en réunit les revenus au nouveau
monastère du faubourg Saint-Honoré; et l'emplacement qu'il occupoit
fut destiné à des usages profanes, la chapelle exceptée.

Telle est l'exposition des faits sur lesquels les historiens sont à
peu près d'accord; mais ils sont loin de l'être sur les motifs et
l'utilité du changement des Haudriettes en religieuses de
l'Assomption.

D'abord Sauval, et ceux qui l'ont aveuglément copié, ont hasardé, sans
le moindre examen, une opinion injurieuse à la mémoire du cardinal de
La Rochefoucauld, en lui supposant, dans cette réforme, des vues
d'intérêt personnel pour la vente de son hôtel. Jaillot repousse avec
chaleur un soupçon aussi avilissant, et justifie ce prélat par un fait
matériel qui tranche toute discussion. C'est que, dès le 16 août 1605,
il avoit vendu son hôtel aux jésuites, et que ce fut d'eux que les
religieuses de l'Assomption l'achetèrent par contrat du 16 février
1623.

Sauval, qui montre contre le cardinal de La Rochefoucauld et les
religieuses de l'Assomption une animosité qui fait suspecter sa bonne
foi, prétend que «de quarante religieuses formant la communauté des
Haudriettes, six seulement consentirent à être transférées au faubourg
Saint-Honoré, et que les religieuses restées à la maison de la rue de
la Mortellerie formèrent des oppositions tant à la bulle qu'aux
lettres-patentes du roi; qu'elles obtinrent même, au grand conseil, un
arrêt du 13 décembre 1624, qui ordonna qu'elles seroient rétablies
dans leur hôpital, et qu'elles rentreroient en possession de tous
leurs biens et revenus.» Nous avons vu que Jaillot avance que les six
religieuses transférées formoient alors toute la communauté; il répond
à l'objection de l'arrêt du 13 décembre 1624, que «ce furent quelques
pauvres filles, lesquelles cachoient dans le faubourg Saint-Marcel
leur misère et leur paresse, qui, sous le nom d'Haudriettes, se
pourvurent au grand conseil, et obtinrent l'arrêt en question.»

Comme ni l'un ni l'autre historien n'appuie son assertion d'aucune
autorité, il nous semble qu'on approcheroit beaucoup de la vérité en
disant que la translation et la réforme ne se firent pas d'un
consentement unanime, et qu'un petit nombre de religieuses, auxquelles
se joignirent peut-être quelques filles ou veuves qui recevoient des
secours dans cet hôpital, obtinrent l'arrêt dont il est parlé. Quoi
qu'il en soit, cet arrêt fut cassé par celui du conseil d'état, du 19
du même mois de décembre.

Ces contradictions ne furent pas les seules que les religieuses de
l'Assomption eurent à éprouver dans leur nouvel établissement. Les
héritiers de Jean Haudri les attaquèrent par les voies juridiques,
comme ayant détourné les biens de la fondation du véritable objet
auquel ils avoient été destinés par le fondateur. Les administrateurs
des hôpitaux revendiquèrent aussi, de leur côté, les revenus de
l'ancienne maison des Haudriettes, comme faisant partie du bien des
pauvres. Nonobstant toutes ces réclamations et oppositions, le conseil
d'état persista dans ses arrêts précédemment rendus, confirma les
changements faits par le cardinal de La Rochefoucauld, et ordonna
l'enregistrement, au grand conseil, de la bulle, des lettres-patentes
et des statuts faits pour la réforme des Haudriettes.

Jusqu'en 1670, les religieuses de l'Assomption n'eurent dans leur
maison qu'une très-petite chapelle. Leur communauté étant devenue plus
nombreuse, elles firent bâtir l'église et le dôme qui existent
aujourd'hui, sur les dessins d'Errard, peintre du roi et premier
directeur de l'académie de France à Rome. Les travaux, commencés en
1670, furent achevés six ans après; et le 14 août 1676, l'église fut
bénite par M. Poncet, archevêque de Bourges.

Ce monument a la forme d'une tour élevée, surmontée d'une calotte
sphérique de soixante-deux pieds de diamètre. Elle est ornée de
caissons et de peintures à fresque, par Charles de La Fosse,
représentant l'Assomption de la Vierge.

On peut justement reprocher à ce petit édifice d'être beaucoup trop
élevé pour son diamètre, ce qui donne à son intérieur l'apparence d'un
puits profond plutôt que la grâce d'une coupole bien proportionnée.
Cette élévation intérieure, qui sans doute n'eût pas été trop forte si
la coupole eût été soutenue sur des arcades et pendentifs au milieu
d'une nef, d'un choeur et des bras d'une croix grecque ou latine,
devient excessive lorsqu'elle se trouve bornée de toutes parts par un
mur circulaire; et le spectateur, ne pouvant avoir une reculée
suffisante, ne parvient à considérer la voûte qu'avec une très-grande
gêne. Cette tour, qui monte également de fond par dehors, sans presque
aucun empatement, n'a point l'effet pyramidal ni l'élégance qu'elle
eût acquise par des retraites bien ménagées.

Le seul portail, placé dans la cour de ce monastère et décoré de
colonnes corinthiennes couronnées d'un fronton, dans une forme
approchant de celle du portique du Panthéon, est assez agréable, si on
le considère à part; mais il est beaucoup trop petit pour l'ensemble
général, et se trouve écrasé par le dôme[563].

          [Note 563: _Voyez_ pl. 70. Il avoit été question d'un plan
          de restauration pour cet édifice, dans lequel on devoit
          ajouter aux constructions déjà existantes une nef spacieuse
          en forme de basilique; et le dôme, qui maintenant compose
          seul toute l'église, eût été réservé uniquement pour le
          choeur. Si ce plan étoit exécuté, le nom de l'habile
          architecte qui l'a conçu (M. Molinos) nous donne l'assurance
          qu'alors l'église de l'Assomption deviendroit un monument
          digne d'être remarqué.]


     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE DE L'ASSOMPTION.

     TABLEAUX.

     Sur le maître-autel, une Nativité, par _Houasse_.

     Vis-à-vis la porte d'entrée, un Christ, par _Noël Coypel_.

     Au-dessus de la porte, la Conception de la Vierge, par _Antoine
     Coypel_.

     Dans une des chapelles derrière le choeur, un saint Pierre
     délivré de prison, par _La Fosse_.


     _Entre les vitraux qui éclairent le dôme._

     La Présentation de la Vierge au temple, par _Bon Boulogne_.

     Le Mariage de la Vierge, par le même.

     L'Annonciation, par _Stella_.

     La Visitation et la Purification, par _Antoine Coypel_.

     Une fuite en Égypte, par _François Lemoine_.

     Sur le plafond du choeur des religieuses, la Trinité, par _La
     Fosse_.



LES FILLES DE LA CONCEPTION.

Les filles de la Conception étoient des religieuses qui suivoient la
règle du tiers-ordre de Saint-François, et occupoient un couvent situé
dans la rue Saint-Honoré, vis-à-vis celui de l'Assomption. Les
historiens de Paris ne nous apprennent presque rien touchant ce
monastère, qui fut fondé, en 1635, par les soins de madame Anne Petau,
veuve de René Regnault de Traversé, conseiller au parlement de Paris.
Cette dame, ayant conçu le pieux dessein de procurer à la capitale une
communauté de l'observance du tiers-ordre de Saint-François, parvint
à engager treize religieuses d'un couvent de Toulouse à se rendre à
Paris dans une maison qu'elle leur avoit destinée. Elles y arrivèrent
au mois de septembre 1635, et leur fondatrice pourvut à leurs besoins
essentiels en donnant, à cet effet, une somme de 45,000 liv. devant
produire 3,000 livres de rente. Ces actes n'avoient été faits que
d'après le consentement et l'autorisation de l'archevêque de Paris;
et, dès le mois de février de cette même année, ces religieuses
avoient obtenu, avec les lettres-patentes qui permettoient leur
établissement, une bulle d'Urbain VIII qui le confirmoit. Elles
éprouvèrent cependant quelques obstacles de la part des religieuses de
Sainte-Élisabeth, qui étoient du même ordre, quoique quelques-uns de
leurs statuts fussent différents[564]. Mais les difficultés furent
presque aussitôt terminées, au moyen d'une transaction consentie, le
25 juillet, par les supérieures de deux communautés; en conséquence,
les lettres-patentes portant l'établissement à Paris des filles de la
Conception furent enregistrées au parlement le 4 août de la même année
1635[565].

          [Note 564: Hist. de Par., t. II, p. 1254.]

          [Note 565: Les religieuses de Sainte-Élisabeth étoient
          dirigées par des religieux de leur congrégation, et celles
          de la Conception faisoient profession d'être soumises aux
          supérieurs ecclésiastiques ordinaires.]

Il paroît qu'à cette époque les couvents et autres établissements
religieux étoient dans une certaine dépendance de la paroisse sur
laquelle ils étoient établis; car on lit dans Sauval qu'en 1635 il fut
fait une convention entre les religieuses de la Conception et le curé
de Saint-Roch, portant qu'elles célébreront les fêtes de la paroisse,
et présenteront à l'offrande, le jour de la fête des Cinq-Plaies, un
cierge d'une livre et un écu d'or.

Ce couvent ne fut jamais dans un état bien florissant, les dépenses
que ces religieuses avoient été obligées de faire successivement étant
beaucoup trop fortes pour leur modique revenu, que diminuoit encore
l'augmentation progressive des choses nécessaires à la vie. Toutefois
elles se soutinrent pendant plus d'un siècle, par une économie sévère
et les libéralités de quelques personnes charitables. Mais, en 1713,
leur pauvreté étoit telle, qu'elles eussent été forcées d'abandonner
leur couvent, si M. d'Argenson, pénétré de la triste situation de ces
saintes filles, n'en eût fait à Louis XIV un tableau dont ce prince
fut touché. Par un arrêt du 29 mars 1713, il leur fut accordé une
loterie d'un million quatre-vingt mille livres de capital, dont le
bénéfice calculé à 15 pour 100 produisit une somme suffisante pour
rétablir les affaires de cette communauté.

Ce couvent n'avoit rien dans ses bâtiments qui fût digne d'être
remarqué. Son église, médiocrement décorée, ne possédoit que deux
tableaux, par _Boulogne l'aîné et Louis Boulogne_. L'un représentoit
la Conception de la Vierge, l'autre sainte Geneviève recevant la
médaille des mains de saint Germain[566].

          [Note 566: Les bâtiments de cette communauté ont été changés
          en maisons particulières.]



LA PLACE LOUIS XV

ET LE GARDE-MEUBLE.

À peu de distance du couvent des filles de la Conception se termine la
rue Saint-Honoré et commence celle du faubourg du même nom. Ces deux
rues sont séparées l'une de l'autre, à droite par l'ancien boulevart
qui commence à cet endroit, à gauche par la rue Royale, laquelle sert
d'entrée à la place Louis XV. En arrivant sur cette place, on se
retrouve vis-à-vis du jardin des Tuileries, du côté du pont Tournant.
Ce jardin est alors situé à l'orient du spectateur; il a devant lui le
beau pont Louis XVI; à l'occident, son oeil se repose sur les masses
imposantes de verdure que forment le Cours-la-Reine et les
Champs-Élysées, d'où ses regards peuvent s'étendre par la grande allée
jusqu'à la barrière de l'Étoile; enfin, s'il se retourne au nord,
cette partie lui offre la riche décoration des deux colonnades du
Garde-Meuble et de l'édifice correspondant, et dans le fond du
tableau, par-delà la rue Royale, la nouvelle église de la Magdeleine,
non encore achevée.

La place dont nous parlons étoit, dans l'origine, une esplanade
entourée d'un fossé, esplanade qui séparoit le jardin des Tuileries du
Cours-la-Reine, et dont une partie servoit de magasin aux marbres du
roi. La vaste étendue de ce terrain le fit juger propre à recevoir la
statue équestre que, dès l'an 1748, la ville avoit décidé de faire
élever à Louis XV. Le roi en ayant agréé le projet, des
lettres-patentes furent expédiées à ce sujet le 21 juin 1757.
Cependant, dès le 22 avril 1754, la première pierre en avoit été posée
avec une grande solennité.

Cette place, qui a cent vingt-cinq toises de long sur
quatre-vingt-sept de large entre les constructions intérieures, forme
une enceinte octogone, entourée de fossés de onze à douze toises de
largeur sur quatorze pieds de profondeur. Ces fossés communiquent
entre eux par des ponts de pierre avec des archivoltes, et sont bordés
par des balustrades, le long desquelles règne un trottoir élevé de
quelques degrés au-dessus du sol, et qui se prolonge dans tout le
contour de la place.

Composée d'abord de quatre grandes pièces de gazon maintenant en
friche, la place Louis XV est divisée en quatre parties par le chemin
qui conduit du boulevart au pont Louis XVI, et des Tuileries aux
Champs-Élysées. Les quatre trottoirs qui remplissent l'espace
intermédiaire sont terminés par de petits pavillons qui ont pour
amortissement des socles décorés de guirlandes, et destinés à porter
des figures qui n'ont point été exécutées.

Telle est cette place, qui, découverte entièrement de trois côtés,
présente, dans la seule partie du nord, une ligne de bâtiments qui la
termine. Ce caractère, si différent de celui de toutes les autres
places de Paris, ne lui a point été donné sans raison: ceux qui en
conçurent le plan voulurent que, dans la position unique où elle est
située, la place Louis XV, environnée, dans tous ses aspects, d'objets
ou imposants ou agréables, de monuments existants ou projetés, fût
plutôt un centre de tous ces points de vue si variés qu'un ensemble de
constructions conçues sur un plan symétrique. Les divers travaux qui,
depuis son origine, ont été exécutés dans les espaces environnants,
ceux qui se préparent ou s'exécutent encore aujourd'hui, ont justifié
et justifient de plus en plus cette conception nouvelle, qui fut
extrêmement critiquée dans le principe, et que critiquent encore tous
ceux qui veulent que les règles l'emportent toujours sur les
convenances, principe dont l'extrême rigueur peut avoir de grands
inconvénients et jeter même dans les fautes les plus graves.

La statue en bronze de Louis XV étoit placée au milieu de
l'intersection des quatre chemins qui traversent cette place, en face
de la grande allée des Tuileries et de la grande route de Neuilly. Le
monarque y étoit représenté à cheval, en costume romain, et couronné
de lauriers. Cette figure, qui n'étoit pas sans élégance, mais qui
manquoit de style, et surtout de ce caractère héroïque qu'on exige
dans les monuments de ce genre, avoit été modelée par Edme Bouchardon,
sculpteur du roi, et fondue d'un seul jet, en 1760. Cet artiste, étant
mort deux ans après, n'eut pas la satisfaction de voir à sa place un
ouvrage qu'il regardoit comme son chef-d'oeuvre[567] et comme le gage
de son immortalité. La statue ne fut élevée qu'en 1763. Aux quatre
angles du piédestal étoient placées quatre figures colossales
exécutées par _Pigalle_[568], et représentant des Vertus caractérisées
par leurs attributs: des guirlandes de laurier, des cornes
d'abondance, etc., ornoient la corniche du piédestal dont la hauteur
étoit de vingt-deux pieds. Des tables de marbre chargées
d'inscriptions[569], des bas-reliefs en bronze[570] en couvroient les
quatre surfaces, et sur le socle étoient posés deux grands trophées,
offrant un mélange de boucliers, de casques, d'épées et de piques
antiques, également jetés en bronze.

          [Note 567: Il y avoit travaillé pendant douze années
          consécutives.]

          [Note 568: C'étoit _Bouchardon_ lui-même qui avoit demandé
          cet artiste pour son successeur. Ces quatre figures, d'un
          style maniéré et mesquin, représentoient _la Force_, _la
          Paix_, _la Prudence_ et _la Justice_.]

          [Note 569: _Voyez_ pl. 68. Les inscriptions étoient placées
          sur les deux faces qui regardoient les Tuileries et les
          Champs-Élysées. La première étoit ainsi conçue:

               _Ludovico XV. Optimo principi, quod ad Scaldim, Mosam,
               Rhenum victor, pacem armis, pace et suorum et Europæ
               felicitatem quæsivit._

          On lisoit sur la seconde:

               _Hoc pietatis publicæ monumentum Præfectus et ædiles
               decreverunt, anno M.DCC.XLVIII, posuerunt anno
               M.DCC.LXIII._]

          [Note 570: Ces bas-reliefs, de sept pieds et demi de long
          sur cinq de haut, offroient, du côté de la rivière, le roi
          dans un quadrige, couronné par la Victoire et conduit par la
          Renommée; de l'autre, le même prince assis sur un trophée,
          et donnant la paix à ses peuples.]

Une magnifique balustrade de marbre blanc entouroit ce monument[571].

          [Note 571: Il a été renversé le 10 août 1792. C'est devant
          le piédestal mutilé de cette statue que fut consommé
          l'assassinat juridique de Louis XVI, le 21 janvier 1793, et
          que coula, sur un échafaud permanent, le sang le plus pur
          de la France.]

Les deux bâtiments qui terminent cette place du côté du boulevart
présentent deux façades de quarante-huit toises de longueur chacune,
sur soixante-quinze pieds de hauteur, placées à seize toises de
distance de la balustrade des fossés, et séparées l'une de l'autre par
la rue Royale dont nous venons de parler. Des avant-corps couronnés de
frontons en forment les extrémités, et, dans l'espace qui sépare ces
constructions, une suite d'arcades décorées de bossages et formant
galeries, sert de soubassement à un péristyle de colonnes isolées
d'ordre corinthien; au-dessus règne une balustrade dans toute la
longueur de chaque édifice.

Ces deux monuments ont été exécutés sur les dessins de M. Gabriel; et,
comme nous l'avons dit, leur objet principal fut de terminer de ce
côté la place par une architecture pittoresque et somptueuse. On voit
évidemment, dans la disposition des colonnades qui en occupent la
partie supérieure, que l'architecte a eu l'intention de rivaliser avec
celles que Perrault a élevées sur la façade du Louvre; mais, de l'aveu
de tous les connoisseurs, la palme est encore restée au dernier. En
voulant éviter ce qu'on a quelquefois appelé un défaut dans l'ouvrage
de Perrault, c'est-à-dire l'accouplement des colonnes, l'artiste
moderne, par l'infériorité de son travail, a donné une preuve
nouvelle qu'il existe dans l'architecture un beau relatif indépendant
de tous les principes, d'où il peut résulter des effets supérieurs à
la marche régulière qu'ils ont consacrée, et dont la régularité n'est
quelquefois que l'absence des défauts. M. Gabriel auroit peut-être
réussi à faire condamner Perrault, s'il eût donné à ses ordonnances
plus de gravité, moins de maigreur aux colonnes, moins de largeur aux
entre-colonnements, plus de caractère aux profils et aux objets de
décoration, et s'il eût fait choix d'un plus heureux soubassement. Au
reste cette architecture a de l'éclat, de la magnificence, et présente
un point de vue riche et élégant[572].

          [Note 572: _Voyez_ pl. 60. Le bâtiment de la gauche étoit et
          est encore occupé par des particuliers; celui de la droite
          servoit autrefois de garde-meuble de la couronne. On y
          voyoit les grands meubles, comme lits, dais, etc., servant
          au sacre de nos rois; les diamants de la couronne, la
          chapelle d'or du cardinal de Richelieu, la nef d'or qui
          servoit dans les grandes cérémonies, des tapisseries
          magnifiques des Gobelins et de la Savonnerie; une quantité
          innombrable de vases de jaspe, agate, cristal de roche,
          etc.; des armures anciennes et étrangères, etc., etc.]



COURS-LA-REINE,

ET CHAMPS-ÉLYSÉES.

Nous allons achever de décrire successivement les différents aspects
ou monuments que l'oeil embrasse du milieu de la place immense qu'ils
environnent; et, pour suivre une sorte d'ordre qui nous ramène dans
l'itinéraire du quartier, nous parlerons d'abord des _Champs-Élysées_
et du _Cours-la-Reine_, qui se présentent en face du jardin des
Tuileries.

Le vaste emplacement où se trouvent aujourd'hui ces belles promenades
étoit anciennement couvert de petites maisons irrégulières et isolées,
accompagnées de jardins, de prés et de terres labourables. En l'année
1616, la reine mère, Marie de Médicis, ayant acheté une partie de ce
terrain, y fit planter trois allées formées par quatre rangs d'arbres,
et fermées aux deux extrémités par des grilles de fer. Cette promenade
étoit réservée uniquement pour cette princesse et pour sa cour,
lorsqu'elle vouloit prendre l'air en carrosse; et ce fut cette
destination particulière qui lui fit donner le nom de _Cours-la-Reine_.
Ce cours régnoit comme aujourd'hui le long de la rivière, dont il étoit
séparé par la chaussée de la grande route de Versailles. De l'autre
côté, des fossés le séparoient d'une plaine dans laquelle on passoit sur
un petit pont de pierre. En 1670, cette plaine, qui s'étendoit jusqu'au
Roule, fut plantée d'arbres formant plusieurs allées, au milieu
desquelles on ménagea des tapis de gazon; et cette nouvelle promenade
prit dès lors le nom de _Champs-Élysées_. L'allée du milieu, plus
spacieuse que les autres, aboutissoit, dès ce temps-là, d'un côté à
l'esplanade où est actuellement la place Louis XV, et de l'autre à
l'endroit qu'on appelle aujourd'hui l'_Étoile_, par-delà la barrière.
Les arbres du Cours-la-Reine, qui avoient été plantés en 1616, furent
arrachés en 1723, par l'ordre du duc d'Antin, alors surintendant général
des bâtiments, qui en fit replanter d'autres dans l'arrangement où ils
sont encore aujourd'hui. En 1764, M. de Marigny, autre surintendant des
bâtiments, fit aussi replanter les Champs-Élysées. Les allées, tracées
et distribuées alors suivant un nouveau plan et dans une nouvelle
symétrie, en ont fait une des promenades les plus agréables de Paris, et
l'entrée la plus magnifique de cette belle capitale[573].

          [Note 573: _Voy._ pl. 61.]



PONT LOUIS XVI.

Dès 1722, la ville de Paris avoit été autorisée par lettres-patentes à
faire un emprunt pour l'établissement d'un pont vis-à-vis la place
Louis XV. La grande quantité d'hôtels et de maisons qui s'élevoient de
tous côtés dans le faubourg Saint-Germain, faisoit sentir davantage de
jour en jour la nécessité de cette communication nouvelle entre les
deux rives, qu'il n'étoit alors possible de traverser qu'en allant
chercher le pont Royal, ou en se servant du moyen lent et incommode
d'un bac établi vis-à-vis les Invalides. Ce ne fut cependant qu'en
1786 que, par un édit du roi qui permit un emprunt de trente millions
destiné aux embellissements de Paris, il fut affecté 1,200,000 livres
pour les frais des premières constructions de ce monument: commencé en
1787, il ne fut achevé qu'en 1790.

Ce pont, le plus estimé de tous ceux qui ornoient alors Paris, est
composé de cinq arches qui diminuent graduellement de largeur.
L'arche du milieu a quatre-vingt-seize pieds d'ouverture; les deux qui
lui sont collatérales, quatre-vingt-sept pieds, et celles qui touchent
les culées soixante-dix-huit. Ces arches offrent dans leur courbure
surbaissée une portion de cercle dont le centre seroit fort au-dessous
du niveau de l'eau, de manière que la ligne totale du pont ne s'écarte
de la ligne droite que par une courbe presque insensible et de la plus
grande élégance[574].

          [Note 574: _Voyez_ p. 66.]

L'architecte de ce beau monument, M. Perronnet, en imaginant cette
forme hardie, fit une innovation heureuse, et exécuta ce qui
jusqu'alors avoit semblé impraticable. Des arcs ainsi surbaissés ne
sembloient pas devoir offrir une résistance suffisante, et eussent été
effectivement trop foibles, si l'habile ingénieur n'eût trouvé la
solution du problème dans la force prodigieuse qu'il donna aux culées,
laquelle est incomparablement plus grande que celle qu'on juge
nécessaire aux culées des ponts en plein cintre. Il avoit déjà fait
l'expérience de cette belle et audacieuse construction dans le
magnifique pont de Neuilly[575].

          [Note 575: Ce pont, commencé en 1768, fut achevé en 1772. Il
          est composé de cinq arches, également en voûtes surbaissées,
          de 120 pieds d'ouverture et de trente pieds de hauteur sous
          la clef, il a environ 750 pieds de long. La largeur des
          piles est de 13 pieds.]

Les piles, qui s'élèvent en ligne droite, n'ont que neuf pieds
d'épaisseur, et présentent à l'avant-bec et à l'arrière-bec des
colonnes engagées qui soutiennent une corniche de cinq pieds et demi
de hauteur. Les parapets, formés en balustrades, ajoutent encore à la
grâce et à la richesse de ce monument.



ÉGLISE DE LA MAGDELEINE.

Il faut revenir maintenant à cette église paroissiale, dont le nouveau
bâtiment forme le dernier point de perspective de la place Louis XV.

Elle étoit primitivement, comme plusieurs autres, un démembrement de la
paroisse de Saint-Germain-l'Auxerrois, laquelle comprenoit alors dans sa
circonscription tout le territoire situé depuis le chemin de
Saint-Denis, hors de la ville, jusqu'aux environs du bourg de
Saint-Cloud. La plupart des historiens de Paris, sur la foi du
commissaire Delamare, qu'ils ont successivement copié, ont avancé que
l'église de la Magdeleine, devenue paroisse en 1639, n'étoit avant cette
époque qu'une chapelle fondée par Charles VIII en 1487; mais l'abbé
Lebeuf démontre, par des titres authentiques, que l'origine de cette
église est d'une antiquité beaucoup plus reculée; et Jaillot, qui a
vérifié et développé les preuves sur lesquelles ce savant appuie son
opinion, nous semble avoir éclairci cette question avec toute
l'exactitude et la sagacité qui le caractérisent.--«On sera convaincu,
dit-il, par plusieurs raisons, qu'il existoit une église à la
Ville-l'Évêque bien antérieurement à l'année 1487: 1º si l'on fait
attention que de temps immémorial la Ville-l'Évêque étoit un bourg, que
les évêques de Paris y avoient un _séjour_ ou maison de plaisance, des
granges, un port, des dîmes, etc., on ne peut guère douter qu'il n'y eût
une église ou chapelle pour le secours des habitants, quoique leur
nombre ne fût pas considérable; 2º la nouvelle clôture de la ville sous
Philippe-Auguste mettoit dans la nécessité d'avoir une paroisse dans le
faubourg; 3º ces conjectures dégénèrent en preuves à la vue des titres,
qui font mention d'un prêtre ou curé de la Ville-l'Évêque.
Indépendamment du _pouillé_[576] du treizième siècle et des suivants, et
d'un titre de 1238[577], dans lequel est nommé le prêtre de _Villa
Episcopi_, on trouve que le mercredi avant la Pentecôte 1284, le
chapitre de Saint-Germain avoit nommé _Étienne de Saint-Germain_
vicaire perpétuel de l'église de la Ville-l'Évêque[578]: on peut y
ajouter la table des cures du diocèse, dans laquelle celle de la
Ville-l'Évêque est indiquée; et le contrat du 13 mai 1386, par lequel M.
Le Coq, avocat-général, donne à cette église 30 livres, à la charge par
le curé de célébrer tous les jeudis une messe du Saint-Sacrement; enfin
une sentence de l'official de Paris, du 16 mars 1407, en faveur du
chapitre de Saint-Germain, dans laquelle est énoncé son droit, comme
curé primitif, sur les églises de Sainte-Opportune, de Saint-Honoré et
de la _Ville-l'Évêque_, dont il jouit de temps immémorial, _à tali et
tanto tempore cujus initii hominum memoria non existit_[579].»

          [Note 576: On appelle ainsi le catalogue, registre ou
          inventaire de tous les bénéfices d'un diocèse.]

          [Note 577: Pet. Cart., fol. 417.]

          [Note 578: _Gall. Christ._, t. VII, col. 260.]

          [Note 579: Hist. de Par., t. III, p. 102.]

Il y a lieu de croire, d'après cela, que la chapelle bâtie par les ordres
de Charles VIII en remplaça une autre qui existoit auparavant. Ce prince y
ayant établi en même temps la confrérie de Sainte-Marie-Magdeleine[580],
l'église aura été, par cette raison, dédiée sous l'invocation de cette
sainte; et il ne faut point chercher d'autre origine à ce nom. L'église
de la Ville-l'Évêque ne fut effectivement érigée en paroisse avec un curé
titulaire qu'en 1639. Le chapitre de Saint-Germain voulut d'abord y mettre
opposition et faire valoir ses droits[581] sur cette cure; mais il paroît
que ses prétentions furent aussitôt rejetées, et c'est à tort que l'abbé
Lebeuf prétend que les chanoines y ont eu juridiction jusqu'à leur réunion
au chapitre de la cathédrale.

          [Note 580: La confrérie de Sainte-Marie-Magdeleine fut
          établie le 20 novembre 1491. Le roi Charles VIII s'en
          déclara le fondateur, et s'y fit recevoir, ainsi que la
          reine son épouse.]

          [Note 581: Les chanoines prétendoient, pour maintenir ce
          droit de curé primitif, avoir celui de venir officier à
          l'église de la Ville-l'Évêque, le jour de la fête de la
          patronne.]

Quelques années après que la chapelle de la Magdeleine eut été érigée
en paroisse, elle se trouva trop petite pour le nombre toujours
croissant de ses paroissiens. On songea donc à bâtir une église plus
spacieuse, et la première pierre en fut posée, le 8 juillet 1659, par
Anne-Marie-Louise d'Orléans, connue sous le nom de Mademoiselle. Ce
fut cette nouvelle église qui reçut publiquement le nom de
Sainte-Magdeleine: car, dans tous les actes antérieurs à cette époque,
on ne la trouve désignée que sous le nom d'église de la
Ville-l'Évêque[582].

          [Note 582: Cette église a été entièrement détruite, et
          l'emplacement qu'elle occupoit est maintenant un chantier de
          bois à brûler.]

Peu de temps après, il s'éleva quelques différends entre les curés de
Saint-Roch et de la nouvelle paroisse, au sujet des limites
respectives de leurs juridictions; mais ces débats de peu d'importance
furent terminés par un arrêt du parlement du 26 février 1671, qui
ordonna que les clôtures de la ville, telles qu'elles existoient
alors, serviroient de bornes aux deux paroisses[583].

          [Note 583: Toutefois le curé et les marguilliers de
          Saint-Roch n'acquiescèrent à ce jugement qu'à condition que
          ces limites ne pourroient préjudicier à leurs droits, en cas
          que, dans la suite, la clôture de la ville fût reculée ou
          avancée.]

Le quartier de la Ville-l'Évêque s'étant considérablement accru dans
l'espace d'un siècle qui s'étoit écoulé depuis la construction de
l'église de la Madeleine[584], on pensa à en bâtir encore une nouvelle
proportionnée au nombre de ses paroissiens. On voulut même qu'elle fût
construite avec une certaine magnificence, comme devant concourir à
l'ornement de la place Louis XV, en face de laquelle on en avoit
choisi l'emplacement, à l'angle du boulevart. M. Constant d'Ivry,
architecte de M. le duc d'Orléans, fut choisi pour mettre à exécution
ce grand projet. Ses plans et dessins furent acceptés, et l'on posa
la première pierre le 13 avril 1764. Cet architecte avoit jeté les
fondements de cet édifice; il l'avoit élevé à quinze pieds au-dessus
du sol, lorsqu'il mourut en 1777. M. Couture, qui avoit été associé à
ses travaux, l'ayant remplacé seul dans la direction de cette
entreprise, crut devoir modifier le plan et changer l'élévation de
l'édifice: en conséquence une partie de ce qui avoit été bâti fut
démoli, et l'entrée fut décorée d'un péristyle corinthien, dont la
proportion est belle et l'ordonnance sage[585]. Les colonnes, au
nombre de douze, étoient déjà élevées jusqu'aux chapiteaux, lorsque la
révolution arriva et fit cesser entièrement ces travaux, qui
auparavant avoient été plusieurs fois suspendus. Ils furent repris par
ordre de l'usurpateur, et continués sur un plan nouveau qui paroît
devoir être achevé sous le règne de nos rois légitimes; et ainsi
seront complétés les aspects magnifiques qu'offre cette partie de la
capitale que nous venons de décrire[586].

          [Note 584: L'ancienne église de la Magdeleine n'a point
          cessé de servir au culte, jusqu'au commencement de la
          révolution, pendant laquelle elle a été abattue. Il n'existe
          aucune gravure de ce petit monument; et celle que nous
          donnons est copiée d'après un ancien dessin, qui, sans
          doute, est unique. Nous croyons inutile de faire remarquer
          combien est précieuse cette suite de monuments détruits
          qu'offre notre ouvrage, et qui, sans lui, n'auroient laissé,
          avant peu, que des traditions confuses et bientôt effacées.
          (_Voyez_ pl. 69.)]

          [Note 585: _Voyez_ pl. 62.]

          [Note 586: _Voyez_ l'article _Monuments nouveaux_.]



LES BÉNÉDICTINES DE LA VILLE-L'ÉVÊQUE.

Les religieuses de ce couvent, situé près de l'église de la Magdeleine,
vivoient, comme leur nom l'indique, sous la règle de Saint-Benoît. Elles
avoient été établies dans ce monastère, en 1613, par Catherine
d'Orléans-Longueville et Marguerite d'Orléans-d'Estouteville sa soeur. Ces
deux princesses ayant conçu le dessein de fonder une communauté de filles,
et obtenu l'agrément du roi pour son exécution, destinèrent à cet
établissement deux maisons avec jardins, formant un enclos à peu près de
treize arpents, qu'elles avoient acquises à la Ville-l'Évêque. Ayant fait
disposer l'intérieur de ces édifices d'une manière convenable aux
exercices de la vie religieuse, elles s'adressèrent à l'abbesse de
Montmartre, et lui demandèrent, pour peupler ce nouveau couvent, des
sujets de son monastère. Celle-ci envoya dix religieuses, qui en prirent
possession le 2 avril 1613.

Deux ans après, ces saintes filles, encouragées par les exemples et les
exhortations de leur supérieure _Marguerite de Veiny-d'Arbouze_[587],
formèrent le dessein d'embrasser une règle plus austère que celle qui
étoit pratiquée dans l'abbaye de Montmartre. Ayant obtenu le consentement
de l'abbesse dont elles dépendoient encore à cette époque, elles
commencèrent, le jour de Pâques 1615, à observer les jeûnes, les
abstinences et les austérités de la règle de saint Benoît. Cet exemple
fut, peu de temps après, imité par les religieuses de l'abbaye de
Montmartre, et cette observance a continué d'être suivie dans ces deux
monastères jusqu'au moment de leur destruction.

          [Note 587: Elle fut depuis abbesse et réformatrice du
          Val-de-Grâce.]

Ce monastère des Bénédictines de la Ville-l'Évêque avoit d'abord été
érigé en prieuré dépendant de l'abbaye de Montmartre, ce qui le fit
appeler _le petit Montmartre_, quoique son véritable nom fût celui de
_Notre-Dame de Grâce_. Quelques contestations s'étant élevées depuis
entre ces deux maisons, il parut convenable et même nécessaire de les
désunir. En conséquence, le 20 mai 1647, l'abbesse de Montmartre céda
tous les droits et prétentions qu'elle avoit, en cette qualité, sur le
prieuré de Notre-dame de Grâce; et une somme de 36,000 livres lui fut
accordée, en dédommagement des frais qui avoient été faits pour
l'établissement, les bâtiments et la _manutention_ de ce prieuré. Par
ce concordat, la nouvelle communauté devint tout-à-fait indépendante
de l'autre, et fut soumise, quant à sa discipline intérieure, à
l'archevêque de Paris. Alors les religieuses de la Ville-l'Évêque se
pourvurent au parlement le 7 septembre de la même année 1647, et y
firent enregistrer les lettres-patentes accordées en 1612 à leurs
fondatrices[588].

          [Note 588: Pet. Cart., fol. 109, _verso_, C. 144.]


     CURIOSITÉS DE L'ÉGLISE DES BÉNÉDICTINES.

     TABLEAUX.

     Sur le maître-autel, une Annonciation attribuée à _Lesueur_. Dans
     le sanctuaire, l'Adoration des mages, et Jésus-Christ dans le
     désert, par _Boullongne aîné_.--L'Adoration des bergers, par
     _Pierre_. La Cananéenne, par un peintre inconnu. Deux tableaux de
     _Champagne_ et deux de _Detroy_, sujets tirés de la vie de N. S.

L'église de ce couvent a été détruite, et sur son emplacement on a
pratiqué un passage qui conduit à la rue de l'Arcade.



ÉGLISE PAROISSIALE

DE SAINT-PHILIPPE DU ROULE.

Cette église paroissiale est située dans la rue du Faubourg-du-Roule,
à peu de distance de la barrière. Son territoire, qui comprend tout ce
faubourg, dépendoit autrefois de la paroisse de Villers-la-Garenne et
de celle de Clichy. Jusqu'en 1699, il n'y eut, dans cet endroit,
qu'une petite chapelle, servant à l'usage d'un hôpital établi pour les
lépreux. L'époque de la fondation et le nom du fondateur de cette
léproserie sont également inconnus. Mais comme cet établissement avoit
pour objet de procurer une retraite et des secours aux ouvriers
monnoyeurs de Paris, on peut conjecturer avec quelque raison qu'il fut
fondé par les chefs et directeurs des monnoies; et la permission pour
la construction de la chapelle étant du mois d'avril 1217, il y a lieu
de croire que la fondation de l'hôpital n'est pas de beaucoup
antérieure à cette époque: car la religion s'empressoit toujours de
joindre ses consolations spirituelles aux secours que la charité
préparoit pour les malades et les infortunés. Nous voyons dans les
anciens titres[589] que l'évêque, par un accord fait entre lui et les
_ouvriers monnoyeurs_, avoit la nomination de quatre places dans cet
hôpital; droit qu'il se réserva apparemment comme une indemnité des
terrains qu'il avoit accordés, ou des acquisitions qu'il avoit
amorties sur le Roule, dont le territoire étoit un fief de l'évêché.

          [Note 589: Pet. Cartul., fol. 258, C. 375.]

Cet hôpital subsista jusque vers la fin du seizième siècle; mais
insensiblement la maladie pour laquelle il avoit été fondé diminuant
en France, il arriva qu'on n'y reçut plus personne et que les
bâtiments tombèrent en ruine. Enfin, vers l'an 1699, sur la demande
des habitants, dont le nombre s'étoit beaucoup augmenté, le territoire
du Roule, réuni à celui de la Ville-l'Évêque, fut érigé en faubourg,
et la chapelle en paroisse, sous l'invocation de saint Jacques et de
saint Philippe[590].

          [Note 590: L'érection d'une chapelle en paroisse nous paroît
          aujourd'hui une chose extrêmement simple et facile dans son
          exécution, surtout quand les autorités ecclésiastiques et
          civiles ont donné leur approbation. Il n'en étoit pas de
          même autrefois, où ce changement pouvoit blesser une
          infinité d'intérêts qu'il falloit concilier. Nous ne croyons
          pas nous écarter de notre sujet, en mettant sous les yeux de
          nos lecteurs la liste des personnes et des corps qui avoient
          droit de juridiction sur le territoire du Roule, et dont il
          fallut requérir le consentement pour l'érection de cette
          paroisse.

          Le décret ne fut arrêté qu'après avoir ouï les dames de
          Saint-Cyr, dames de Villiers-la-Garenne, du Pont de Neuilly
          et de partie du Roule; les religieux de Saint-Denis, hauts,
          moyens et bas justiciers de ces lieux, et du fief des
          Mathurins et de Socoly, la dame de Vaubrun, dame de Clichy,
          défaillante; les prévôts, lieutenants, ouvriers monnoyeurs
          de Paris; Jacques Rioul, secrétaire du roi, seigneur de
          Villiers-la-Garenne; le chapitre de Saint-Honoré, gros
          décimateur de Villiers, et celui de Saint-Benoît, gros
          décimateur de Clichy. Les chanoines de Saint-Honoré
          demandèrent à continuer d'aller en procession à cette
          église, le 1er mai. L'archevêque retint la collation pure de
          la cure, et statua qu'on paieroit quarante livres chaque
          année au curé de Villiers, et cinq livres à la fabrique.
          François Socoly, écuyer, seigneur de Villiers, se conserva
          en la nouvelle paroisse le droit d'une part de pain bénit,
          et d'un bouquet le 1er de mai, jour de la fête patronale.
          (L'abbé LEBEUF, t. III, p. 94.)]

Cette chapelle étoit petite et d'une construction gothique[591]. Le
nombre toujours croissant des paroissiens fit bientôt sentir la
nécessité de faire construire une église plus vaste; et, sur la
demande des marguilliers, Louis XV ordonna que les travaux en fussent
commencés en 1769. Elle ne fut achevée qu'en 1784, et bénite le 30
avril de la même année.

          [Note 591: Elle a été détruite: la représentation que nous
          en donnons provient d'un dessin qui n'avoit jamais été
          gravé. _Voy._ pl. 69.]

Cette église, bâtie sur les dessins de M. Chalgrin, de l'ancienne
académie, est une des plus jolies, parmi toutes celles que l'on a
construites à Paris dans le goût moderne, et celle, sans contredit,
qui se rapproche le plus du bon style de l'architecture antique.

Le plan en est simple et dans la forme des anciennes basiliques
chrétiennes. Sans être habile connoisseur en architecture, il est
facile de juger combien cette disposition a d'avantages sur ces
piliers massifs que chargent des pilastres ployés en tout sens, dont
se composoit auparavant la décoration de nos églises, lorsque l'on a
voulu sortir du style gothique, et avant que le système des anciens
eût prévalu sur celui de nos modernes architectes.

Le porche de cette église s'annonce par quatre colonnes de l'ordre
dorique, surmontées d'un fronton[592]. Deux rangs de colonnes
ioniques, d'un diamètre moins fort que celles du portique, se
prolongent intérieurement dans toute la longueur de l'édifice, et
séparent la nef des bas-côtés par un péristyle de dix-huit pieds de
largeur. La nef est large de trente-six pieds; ce qui donne pour
largeur totale soixante-seize pieds. La profondeur de cette basilique
est de plus du double, depuis les colonnes extérieures jusqu'à celles
qui décorent la niche du fond du sanctuaire, au milieu duquel
s'élève, sur quelques marches, l'autel principal, isolé à la romaine.
Toute cette ordonnance a beaucoup d'élégance et de majesté.

          [Note 592: _Voyez_ pl. 63.]

La voûte présente une singularité dont il n'y a eu qu'un seul autre
exemple à Paris. Elle est construite en bois, d'après un procédé
particulier, découvert dans le seizième siècle par Philibert
Delorme[593]. Cette construction, beaucoup moins dispendieuse que les
voûtes en pierre et presque aussi solide, se compose de plats-bords de
sapin, dont l'assemblage est très-ingénieux parce qu'il est
très-simple. Celle-ci est d'une parfaite exécution; décorée de
caissons et peinte en couleur de pierre, elle en offre l'apparence au
point de tromper l'oeil le plus exercé[594].

          [Note 593: Nous en parlerons avec plus de détail à l'article
          de la Halle aux blés.]

          [Note 594: _Voyez_ pl. 64.]

À l'extrémité des péristyles intérieurs qui forment les bas-côtés,
sont deux chapelles, dont l'une est dédiée à la Vierge et l'autre à
saint Philippe, patron de l'église. On voit par la solidité de leurs
masses qu'elles étoient destinées, dans l'origine, à supporter deux
tours qui devoient servir de clocher. Les raisons d'économie qui
avoient déterminé la fabrique à faire construire la voûte en bois, la
portèrent à substituer à ces tours un petit campanille situé au
chevet de l'église.

On se plaint avec raison qu'un édifice aussi élégant ne soit pas isolé
au milieu des habitations qui l'environnent. Nous ne pouvons nous
empêcher de remarquer à cette occasion que Paris est peut-être la
ville de l'Europe où les monuments publics sont le plus fréquemment
obstrués par des édifices particuliers, qui leur ôtent toute leur
majesté, et nuisent même à leur conservation. Avant la révolution, on
ne pouvoit excepter de ce défaut général que l'église de Notre-Dame,
le dôme des Invalides, la Sorbonne, les Jésuites de la rue
Saint-Antoine, et quelques couvents de femmes, tels que le
Val-de-Grâce, les Carmélites, etc., etc. Depuis les nouveaux
embellissements que l'on a faits à cette capitale et que l'on continue
d'y faire, quelques églises ont été dégagées, et nous espérons qu'un
monument aussi remarquable que Saint-Philippe du Roule obtiendra
quelque jour le même honneur, et se présentera au milieu de deux rues
latérales que l'architecte de cette église avoit sans doute fait
entrer dans son plan.



CHAPELLE BEAUJON,

DÉDIÉE À SAINT-NICOLAS.

M. Beaujon, conseiller d'état, et receveur général des finances, fit
bâtir, il y a environ trente ans, ce joli monument, avec le projet
d'en faire à la fois une succursale de Saint-Philippe du Roule et le
lieu de sa sépulture. Cet homme opulent, et qui faisoit un noble usage
de ses richesses, avoit fait choix, pour ériger tous ses bâtiments,
d'un architecte plein de talents, nommé _Girardin_, lequel parut se
surpasser lui-même dans cette occasion.

La disposition heureuse de cette chapelle, la parfaite exécution de
tous ses détails, la richesse et le bon goût de sa décoration, où rien
n'est épargné, tout concourt à placer ce petit monument au nombre des
productions les plus agréables de notre architecture[595]. La nef est
soutenue par deux rangs de colonnes isolées, formant galeries
latérales; des murs ornés de niches au-dessus d'un stylobate leur
servent de fond.

          [Note 595: _Voyez_ pl. 70.]

La voûte de cette nef, décorée de caissons, reçoit le jour par haut,
au moyen d'une lanterne carrée. À son extrémité est une rotonde
également ornée d'un péristyle corinthien et qui est éclairée de la
même manière. L'autel circulaire est placé au centre. Cette
distribution de lumières, qui n'étoit point alors aussi usitée qu'elle
l'est devenue depuis, produit un effet séduisant, et fait
singulièrement valoir les formes de cette architecture, à laquelle on
ne peut reprocher que d'être employée sur une trop petite échelle, et
de présenter trop d'objets dans un petit espace. Si le propriétaire et
l'artiste eussent vécu quelques années de plus, on assure que leur
projet étoit d'exécuter, une seconde fois, ce plan dans les dimensions
plus vastes d'une église paroissiale; en effet, on ne peut s'empêcher
de penser, en considérant cette composition, et en songeant au talent
supérieur, au goût excellent de l'artiste qui l'a conçue, qu'elle
étoit destinée à recevoir une seconde exécution; et qu'en l'élevant, à
la fois, sur un si noble dessin, et dans d'aussi petites proportions,
il ne l'ait pas uniquement regardée comme le modèle d'un plus grand
édifice. Si ce projet eût pu être réalisé, on auroit eu alors un
monument également admirable par la noblesse, la richesse et
l'élégance.

Quoi qu'il en soit, l'église de Saint-Philippe du Roule et cette
chapelle de Saint-Nicolas, bâties à peu près à la même époque et dans
le même quartier, peuvent être regardées, après l'église
Sainte-Geneviève, comme les premiers triomphes remportés publiquement
par le bon goût, dans la lutte déjà établie en France entre
l'architecture moderne et l'architecture antique. Depuis long-temps
l'art avoit franchi, dans sa théorie, les limites où une ancienne
routine s'efforçoit de le contenir; on rappeloit sans cesse, dans les
compositions académiques, les temples grecs et romains, et l'on
rejetoit avec une sorte d'horreur ce système de piliers, d'arcades et
de niches carrées qui sembloit auparavant pouvoir seul constituer
l'ordonnance des édifices sacrés. Girardin eut le bonheur d'exécuter,
des premiers, et dans le même projet, deux pensées puisées dans
l'antique: une basilique et un temple rond périptère; il le fit aux
applaudissements unanimes de tous les jeunes artistes, dont les
portefeuilles étoient remplis d'études puisées à la même source,
études qu'ils opposoient sans cesse au style maniéré des architectes
du siècle de Louis XIV. La révolution en architecture fut dès lors
complète et sans retour.

On ne peut trop regretter qu'elle ne se soit pas opérée un siècle plus
tôt; les édifices vastes et nombreux qui s'élevèrent dans ce long
intervalle n'auroient pas eu ce caractère mesquin et bizarre qu'on
leur a si justement reproché. Les conceptions de cette époque fameuse
sont grandes, mais les détails en sont petits et de mauvais goût; et,
dans la plus belle des capitales, l'oeil est affligé de ne rencontrer
partout que des décorations factices qui contrastent désagréablement
avec la majesté et la vaste dimension des monuments. Il en résulte que
Paris, si remarquable sous tant de rapports, n'offre souvent qu'un
intérêt médiocre sous celui de l'architecture.



HOSPICE BEAUJON.

Cet hospice, situé dans le faubourg du Roule, fut créé, en 1784, par
le même M. Beaujon, fondateur de la jolie chapelle dont nous venons de
parler. Il eut pour but, en formant cet établissement, de pourvoir à
l'éducation des pauvres enfants de ce quartier. En effet, cet hospice,
doté par lui de 25,000 liv. de rentes, étoit destiné à recevoir douze
garçons et douze filles, orphelins et nés dans le faubourg. Ils y
étoient nourris, vêtus, instruits, depuis l'âge de six ans jusqu'à
douze, époque à laquelle on leur donnoit 400 livres pour payer
l'apprentissage du métier qu'ils avoient choisi.

Cette maison, dont l'architecture offroit une distribution heureuse et
surtout très-propre à un édifice de ce genre, étoit gouvernée par des
soeurs de la Charité; des frères des Écoles chrétiennes dirigeoient
l'éducation des garçons, et des ecclésiastiques étoient chargés du
spirituel[596].

          [Note 596: Cet hospice porte maintenant le titre d'hôpital,
          et est administré par le gouvernement.]



SAINT-PIERRE DE CHAILLOT.

En traversant la rue _Neuve de Berri_, située à peu de distance de la
chapelle Saint-Nicolas, on se trouve en face des Tuileries, au milieu
de la grande allée des Champs-Élysées, et de là on découvre à droite
le village de Chaillot.

Ce village fut pendant long-temps hors de la ville, qui, par ses
accroissements successifs, s'en rapprochoit de jour en jour
davantage. Enfin il arriva en 1659 que leurs extrémités se
confondirent; et alors il fut déclaré faubourg de Paris, sous le nom
de faubourg de la Conférence. Depuis cette époque, ce village fait
partie de la capitale, et à ce titre son histoire doit trouver place
dans cet ouvrage.

Il n'y avoit anciennement sur la côte qui commence à Chaillot, et qui
règne jusqu'au-delà du bois de Boulogne, qu'un seul village, qui, au
septième siècle, s'appeloit en latin _Nimio_, dont on fit en françois
_Nijon_. Nous en trouvons la preuve dans le testament de saint
_Bertram_, évêque du Mans, qui mourut en 623, testament par lequel il
lègue à l'église de Paris ce village de _Nimio_ dont il étoit devenu
propriétaire, tant par acquisition que par donation de Clotaire II. Il
est vraisemblable que, dans la suite des temps, les habitants du
village de _Nijon_ se répandirent sur les deux côtés de la colline.
Les uns, se dirigeant vers l'occident, y formèrent peu à peu un
nouveau village, qui prit le nom d'_Auteuil_, lequel étoit celui du
canton; les autres s'établirent un peu plus près de Paris sur la
partie orientale de la côte, dans un endroit où l'on venoit d'abattre
une forêt nommée de _Rouvret_, dont le bois de Boulogne actuel faisoit
partie: ce second village prit le nom de _Chal_[597], et par la suite
celui de _Chaillot_.

          [Note 597: _Auteuil_ signifioit, dans l'ancien langage, un
          lieu couvert de prés et de marais; et le mot _chal_,
          _chail_, _cal_, est traduit, dans des titres du quatorzième
          siècle, par _destructio arborum_. L'abbé Lebeuf pense que
          c'est de là que vient notre mot _échalas_.]

Ces deux villages, formés des débris de celui de _Nijon_, qui perdit
ainsi son territoire et même son nom[598], s'étant peuplés
considérablement, furent, quelques siècles après, érigés en paroisse.
Il y a lieu de croire que cette érection eut lieu vers la fin du
onzième siècle, car il n'est nulle part fait mention de l'église de
Chaillot avant cette époque. Le premier titre qui en parle est une
bulle du pape Urbain II, de l'an 1097, dans laquelle cette église est
désignée sous le nom de _Ecclesia de Calloio_, et le lieu sous celui
de _Caloilum_. Dans les titres où il n'est pas latinisé, il se trouve
écrit _Challoel_. Dans les quatorzième et quinzième siècles, on
écrivit _Chailluyau_, _Chailleau_, _Chaleau_ et _Chailliau_.

          [Note 598: Ce nom même seroit probablement tombé tout-à-fait
          dans l'oubli, s'il n'y avoit eu dans ce lieu une maison de
          plaisance appartenant à nos rois. Les ducs de Bretagne y
          possédoient aussi au quatorzième siècle un domaine, dit pour
          cette raison le _manoir de Nigeon_, ou l'hôtel de Bretagne.
          Gui de Bretagne, comte de Penthièvre, y mourut en 1321.
          Marie de Bretagne, fille de Charles de Châtillon, jouissoit
          de cette maison en 1360 et la porta en mariage à Louis, duc
          d'Anjou, frère du roi Charles V. Cet hôtel, ou châtelet, qui
          appartenoit encore en 1427 au duc de Bretagne, composa une
          partie des biens situés à Chaillot, que le roi d'Angleterre
          donna, le 28 avril de la même année, au comte de Salisbury,
          avec un autre hôtel et des terres qui appartenoient au nommé
          _Jean Tarenne_. Ce don n'étoit que pour sa vie; ainsi le
          comte Salisbury étant mort le 3 novembre 1428, le duc de
          Bretagne rentra dans la possession de ce domaine, et en
          jouit jusqu'à son décès. (_L'abbé Lebeuf_, t. III, p.
          54.--_Sauval_, t. II, _Ibid._, t. III.)]

Chaillot étoit un des villages qui faisoient partie du domaine du roi;
et avant l'affranchissement des serfs, c'est-à-dire au douzième
siècle, il y régnoit une coutume nommée _Béfert_, qui mérite d'être
connue. Elle consistoit en ce que, contre l'usage ordinaire, la femme
et les enfants suivoient le sort du mari quant à la servitude. Ainsi,
en vertu de cette coutume, une femme de Chaillot, _serve_ du roi par
sa naissance, épousant un homme _serf_ de Sainte-Geneviève à Auteuil,
devenoit _serve_ de l'abbaye de Sainte-Geneviève, aussi bien que tous
les enfants qu'elle mettoit au monde; et réciproquement, si c'étoit
une femme d'Auteuil qui épousât un homme serf de Chaillot, la femme et
les enfants devenoient esclaves du roi[599].

          [Note 599: Les chanoines de Sainte-Geneviève et les
          habitants des deux villages se trouvant très-bien de cette
          coutume, le roi Louis-le-Gros accorda, en 1124, qu'elle
          seroit conservée à perpétuité dans la terre de Chaillot.

          Il paroît que l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés possédoit
          aussi très-anciennement quelques fiefs dans ce village; car
          Dubreul parle d'une redevance à laquelle les habitants de
          Chaillot étoient assujettis à l'égard de cette abbaye;
          redevance qui, par sa nature, semble avoir pris naissance
          dans un siècle assez reculé. «Les habitants de Chaillot
          doivent, dit-il, chaque année, pour hommage à l'abbé de
          Saint-Germain-des-Prés, ou en son absence, à son receveur,
          deux grands bouquets à mettre sur le dressoir, et
          demi-douzaine de petits, avec un fromage gras fait du lait
          de leurs vaches qui viennent paître à l'île _de la
          Maquerelle_, au-deçà de la Seine, et un denier parisis pour
          chaque vache.»]

L'église de ce village étoit, dès l'an 1097, dans la dépendance du
prieuré de Saint-Martin-des-Champs, comme on le voit dans la bulle
d'Urbain II, dont nous avons parlé; et cette dépendance fut confirmée
par les papes ses successeurs. Les lettres de Thibaud, évêque de Paris
vers l'an 1150, assurent à ces religieux _decimam de Chailloio et
altare_. Le pouillé parisien du treizième siècle, à l'article de
l'église de Chaillot, la désigne sous le nom de _Chailoel_, à la
nomination du prieur de Saint-Martin, ce qui est suivi dans les
pouillés postérieurs; elle est aussi marquée dans l'archiprêtré de
Paris, appelé depuis l'archiprêtré de la Magdeleine.

L'église paroissiale est sous le titre de Saint-Pierre: c'est un
bâtiment moderne, à l'exception du sanctuaire terminé en demi-cercle
sur la pente de la montagne, lequel peut avoir été construit il y a
cent cinquante ans. Il est supporté de ce côté par une tour solidement
bâtie. Cette église a deux ailes de chaque côté, dont la construction
a cela de particulier, qu'elles ne se rejoignent pas derrière le
grand autel.


     TABLEAUX ET SÉPULTURES.

     Sur le grand autel, saint Pierre délivré de prison.

     Dans le choeur la sépulture d'_Amaury-Henri Goyon de Matignon_,
     comte de _Beaufort_, décédé le 8 août 1701.

Le village de Chaillot est remarquable par sa situation pittoresque
sur une colline qui domine la rivière, et par les jolies habitations
dont il est couvert. Il s'étend jusqu'à la barrière dite des _Bons
Hommes_, et offre dans cet espace plusieurs fondations et monuments
publics qui sont les derniers dont il nous reste à parler pour
terminer la description de cet immense quartier.



ABBAYE DE SAINTE-PERRINE.

Cette abbaye, située dans la partie la plus élevée de Chaillot, étoit
occupée par des chanoinesses de l'ordre de Saint-Augustin. Établies
d'abord à Nanterre en 1638, par Claudine _Beurrier_, soeur de Paul
_Beurrier_, chanoine régulier et curé de Nanterre, elles furent
transférées, dès 1659, à Chaillot, quoique les lettres-patentes pour
l'autorisation de leur établissement ne soient que du mois de juillet
1671, et qu'elles n'aient été enregistrées au parlement que le 3 août
1673.

Ces religieuses n'avoient été gouvernées, dans les commencements, que
par une prieure triennale; mais depuis l'an 1682 elles eurent une
abbesse, sous la juridiction de l'ordinaire, entretenant cependant
confraternité avec les chanoines réguliers de la congrégation
gallicane.

Leur monastère, long-temps connu sous le nom de _Notre-Dame de la
Paix_, prit le nom de _Sainte-Perrine de Chaillot_, lorsqu'en 1746 on
y réunit l'abbaye de Sainte-Perrine de la Villette. Cette communauté
étoit ordinairement composée de quarante-cinq religieuses. Elles
portoient l'aumuce noire mouchetée de blanc, ce qui fut remarqué comme
une nouveauté très-extraordinaire, parce que les aumuces avoient été
autrefois données aux hommes pour couvrir leurs têtes, et que les
religieuses ont toujours eu des voiles pour cet usage.

L'église de ce monastère ne pouvoit pas être considérée comme un
monument; on voyoit sur le maître-autel une Adoration des rois, par
_Monnier_.



POMPE À FEU.

En descendant des hauteurs de Chaillot, on se retrouve sur le bord de
la rivière, à l'extrémité du Cours-la-Reine. Suivant ensuite le quai
jusqu'à la barrière dite _des Bons-Hommes_, on rencontre encore deux
établissements publics: une des pompes à feu qui fournissent de l'eau
aux fontaines et aux maisons de Paris, et la manufacture de tapis de
la Savonnerie.

Un petit bâtiment carré d'une forme très-élégante, et ombragé de
peupliers et d'acacias, contient tout l'appareil de la pompe à feu,
dont nous allons donner une courte description.

Cet établissement a été formé par MM. _Perrier frères_, habiles
mécaniciens, qui en ont été long-temps les propriétaires[600]. Un
canal de sept pieds de large, construit sous le chemin de Versailles,
introduisoit d'abord l'eau de la Seine dans un bassin bâti en pierres
de taille, et dans ce bassin étoit plongé le tuyau d'aspiration des
pompes. Depuis on a comblé le bassin, et abandonné le canal qu'on a
remplacé par des tuyaux à embouchures recourbées qui se prolongent
jusqu'au milieu de la rivière. La pompe à feu, laquelle est de la plus
grande proportion connue, placée dans l'édifice dont nous venons de
parler, communique avec ces tuyaux, et fait monter en vingt-quatre
heures environ quatre cent mille pieds cubes d'eau[601] dans des
réservoirs construits sur la montagne de Chaillot, laquelle est élevée
d'environ cent dix pieds au-dessus du niveau de la rivière. Ces
réservoirs dominent ainsi les quartiers du nord de la ville, et l'eau
qu'ils fournissent peut y être distribuée dans tous les édifices
qu'ils contiennent, sans exception.

          [Note 600: Il est maintenant administré par le
          gouvernement.]

          [Note 601: Ce qui fait quarante-huit mille six cents muids
          d'eau.]

On reçoit ces eaux, qui sont très-salubres, au moyen d'un abonnement
assez modique. Elles coulent à des heures réglées par un nombre infini
de canaux dans l'intérieur des maisons, et s'élèvent, dans la plupart
des quartiers, à douze et quinze pieds au-dessus du pavé. Des robinets
de décharge placés dans les rues où sont les canaux de distribution, y
font jaillir à volonté la quantité d'eau nécessaire pour les nettoyer
dans toutes les saisons; des réservoirs ont été établis dans les
principaux quartiers, à l'effet de fournir avec rapidité une abondance
d'eau suffisante pour éteindre les plus violents incendies; enfin il a
été construit des fontaines de distribution pour les porteurs d'eau;
et au total, cet établissement, administré avec zèle et intelligence,
peut être considéré comme un des plus utiles de Paris[602].

          [Note 602: _Voyez_ pl. 67.]



MANUFACTURE ROYALE

DE LA SAVONNERIE.

Cette manufacture est placée dans un grand et vieux bâtiment, à peu de
distance de la barrière. On y fabrique, à la façon de Perse, des tapis
qui sont très-renommés, et dont on fait, depuis long-temps, un usage
habituel chez les princes et dans les maisons royales. Ce n'étoit,
jusqu'en 1604, qu'une simple fabrique, laquelle fut érigée, à cette
époque, en manufacture royale par Marie de Médicis, en faveur de
Pierre Dupont, inventeur des procédés employés dans la confection de
ces tapis. Il fut mis à la tête de cet établissement avec le titre de
directeur. Simon Lourdet lui succéda en 1626; l'un et l'autre
réussirent si bien dans les ouvrages exécutés sous leur direction, que
cette industrie leur mérita la faveur alors très-grande d'obtenir des
lettres de noblesse.

Les ateliers de cette manufacture avoient d'abord été établis au
Louvre: ce fut par un ordre de Louis XIII qu'ils furent transférés à
Chaillot, dans une maison dite _de la Savonnerie_[603], parce
qu'auparavant on y faisoit du savon. Cette translation se fit en 1615.

          [Note 603: La représentation que nous en donnons est rare,
          et date de ces premiers temps. Le bâtiment, en lui-même, n'a
          rien qui mérite l'attention, mais il est curieux de voir
          quel étoit alors l'état d'un endroit aujourd'hui très-peuplé
          et couvert de maisons. La manufacture de la Savonnerie y
          paroît isolée dans une vaste plaine: on aperçoit derrière, à
          une certaine distance, le village de Chaillot, et à droite
          les derniers arbres du Cours-la-Reine, qui étoit encore hors
          de la ville. Il paroît que les quais se prolongeoient déjà
          jusqu'à cette distance au-delà des murs. _Voy._ pl. 69.]

C'est le seul établissement de cette espèce qu'il y ait en France; et,
sous plusieurs rapports, il mérite d'être vu. La chaîne des ouvrages
qu'on y fabrique est posée perpendiculairement, comme aux tapisseries
de _haute-lice_, mais avec cette différence qu'à ces dernières
l'ouvrier travaille du côté de l'_envers_, tandis qu'à la Savonnerie
il a devant lui le côté de l'_endroit_, comme dans les ouvrages de
_basse-lice_.

Les bâtiments de cette manufacture furent réparés en 1713 par ordre du
duc d'Antin, alors directeur des bâtiments et manufactures du roi. Une
inscription gravée sur un marbre noir placé au-dessus de la porte
d'entrée rappeloit l'époque de cette réparation.

La chapelle de la Savonnerie étoit fort simple, et sous l'invocation
de saint Nicolas: elle offroit aussi sur son portail l'inscription
suivante, qui nous a semblé singulière:

     «La très-auguste Marie de Médicis, mère de Louis XIII, pour
     avoir, par sa charitable munificence, des couronnes au ciel comme
     en la terre, par ses mérites a établi ce lieu de charité, pour y
     être reçus, alimentés, entretenus et instruits les enfants tirés
     des hôpitaux des pauvres enfermés; le tout à la gloire de Dieu,
     l'an de grâce 1615.»

Les tapis que la manufacture de la Savonnerie étale tous les deux ans,
à l'exposition publique que font les manufactures royales des produits
de leur industrie, sont maintenant, pour l'éclat des couleurs, pour la
perfection du dessin, pour la beauté du tissu, d'une perfection que
rien n'égale en ce genre, et qui ne semble pas pouvoir être désormais
surpassée.



MONASTÈRE

DE LA VISITATION DE CHAILLOT.

Ce couvent, situé à mi-côte de Chaillot, et à l'extrémité de ce
village, étoit le dernier établissement public que l'on rencontrât
dans le quartier que nous décrivons.

Il avoit été fondé par Henriette-Marie de France, fille de Henri IV et
veuve de Charles Ier, roi d'Angleterre. Cette princesse ayant obtenu,
par lettres-patentes enregistrées au parlement le 19 janvier 1652,
l'autorisation nécessaire pour établir, dans la paroisse de Chaillot,
un couvent de religieuses de la Visitation, y fit, à cet effet,
l'acquisition d'une grande maison, bâtie par la reine Catherine de
Médicis, et qui avoit appartenu, après sa mort, au maréchal de
Bassompière[604]. Les mémoires du temps disent qu'après y avoir
installé ces saintes filles, Henriette demeura quelque temps avec
elles, se soumettant à toutes les pratiques de la vie religieuse, et
édifiant la communauté entière par la sainteté de sa vie.

          [Note 604: Sous Henri IV on la nommoit la maison de
          _Grammont_.]

Quelques années après leur établissement à Chaillot, les religieuses
de la Visitation, déjà reconnues dames du lieu, obtinrent
l'amortissement du château de ce village, de la maison du jardinier,
jardin et bois clos de murs, avec la haute justice, sans être tenues
de payer finances[605]. Ces droits leur furent accordés par lettres du
mois de septembre 1656.

          [Note 605: L'abbé Lebeuf ajoute: _mais seulement homme
          vivant et mourant pour cette haute justice_. Cette phrase,
          de style de jurisprudence, signifie que l'acquéreur
          _main-mortable_, lorsqu'il achetoit un immeuble pour lequel
          on ne vouloit pas qu'il jouit des avantages de la
          _main-morte_, étoit alors obligé de fournir un homme qui
          payoit les droits de mutation, et étoit censé le
          propriétaire de l'acquisition. À sa mort, on en substituoit
          un autre à l'effet de perpétuer le paiement des mêmes
          droits.]

Leur maison fut depuis considérablement augmentée; et dans l'année
1704 Nicolas Fremond, garde du trésor royal, et Geneviève Damond sa
femme, firent rebâtir entièrement l'église[606]. Le coeur de cette
dame y étoit déposé.

          [Note 606: Cette église étoit d'une très-mauvaise
          architecture; le comble n'avoit aucune proportion avec le
          reste du bâtiment, ce qui produisoit un effet d'autant plus
          choquant, que, par sa situation, on l'apercevoit de
          très-loin. L'église et le couvent ont été entièrement
          détruits pendant la révolution; et sur le terrain adjacent
          on avoit commencé à élever le palais dit du _Roi de Rome_.
          On achève en ce moment la démolition de ces premières
          constructions et le nivellement de ce terrain.]


     TABLEAUX ET SÉPULTURES.

     Dans la chapelle dite de Saint-François de Sales, un tableau de
     _Restout_, représentant madame de Chantal et ses religieuses en
     prières devant l'image de ce saint.

     Dans le choeur de l'église étoient déposés le coeur de Henriette
     de France, reine d'Angleterre, fondatrice de cette maison; ceux
     de son fils, Jacques Stuart II, roi d'Angleterre, et de
     Louise-Marie Stuart, fille de ce prince, morte au château de
     Saint-Germain-en-Laye le 7 mai 1718.



MONASTÈRE

DES MINIMES DE CHAILLOT.

Ce monastère, situé à mi-côte de la montagne de Passy, à peu de
distance du couvent de la Visitation, étoit hors des murs de Paris.
Cependant nous croyons devoir en faire mention dans cet ouvrage,
non-seulement parce qu'il dépendoit de la paroisse de Chaillot,
renfermée dans la ville, mais encore parce qu'il fut la première
maison qu'ait possédée en France l'ordre des Minimes, et que par
conséquent son histoire se rattache à celle des religieux de cette
observance, qui avoient leur habitation près de la Place-Royale.

L'ordre dont nous parlons fut institué dans la Calabre par François
_Marotille_, vers l'an 1346, sous le nom d'_Ermites_ de Saint-François
d'Assise. Ce saint fondateur, connu depuis lui-même sous le nom de
_François de Paule_, du lieu de sa naissance, avoit voulu, par celui
de _Minimes_ qu'il donna à ces religieux, leur rappeler sans cesse
l'humilité dont ils devoient faire profession[607].

          [Note 607: Ces religieux étoient aussi connus sous le nom de
          Bons-Hommes. Quelques-uns pensent que ce nom leur fut donné
          parce que Louis XI appeloit François de Paule le
          _Bon-Homme_. D'autres croient que c'étoit une dénomination
          commune à tous les _Ermites_. En effet, Louis VII avoit déjà
          fondé, en 1164, et établi dans le bois de Vincennes, un
          monastère de l'ordre de _Grandmont_, dont les religieux
          étoient vulgairement appelés _Ermites_ ou _Bons-Hommes_.
          Cette maison, richement dotée par les libéralités de ce
          prince et de plusieurs autres illustres personnages, passa,
          par un échange, aux Minimes du couvent de Nijon, qui y
          envoyèrent, en 1585, un certain nombre de religieux,
          lesquels prirent alors le nom de _Minimes de Vincennes_.]

Louis XI, instruit par la renommée des vertus apostoliques et de la
vie édifiante de François de Paule, le fit venir en France en 1482,
espérant, dans les terreurs superstitieuses qui l'agitoient à ses
derniers moments, obtenir par les prières d'un si saint personnage la
guérison de la maladie dont il étoit affligé. Il le reçut avec un
respect qui ressembloit à une espèce de culte[608], et lui donna dans
le château du Plessis-lès-Tours, où il faisoit sa résidence, un
logement pour lui et pour les religieux qui l'avoient accompagné.
Charles VIII honora également les Minimes de son estime et de sa
protection, et leur fit bâtir à Tours un couvent, où le saint
fondateur mourut le 2 avril 1507. Il fut canonisé par Léon X le Ier
mai 1519.

          [Note 608: En l'abordant il se jeta à ses pieds, et lui dit:
          _Saint homme, si vous voulez, vous pouvez me guérir_.
          François de Paule l'exhorta à mettre sa confiance dans la
          Providence divine, et promit le secours de ses prières;
          toutefois, malgré les vives instances du roi, il ne voulut
          jamais faire d'autre prière à Dieu, sinon que son adorable
          volonté fût accomplie. Ce saint moine, sachant ce que ce
          monarque attendoit de lui, avoit long-temps refusé de
          quitter sa solitude; il répondit au roi de Naples, dont
          Louis XI avoit employé la médiation, qu'il n'iroit pas
          trouver un prince qui commenceroit par lui demander un
          miracle. Enfin il fallut un ordre du pape pour le déterminer
          à faire un tel voyage.]

Anne de Bretagne, épouse des rois Charles VIII et Louis XII, voulant
fonder un couvent de cet ordre, fit don aux disciples de
Saint-François de Paule de la maison royale située à Chaillot, qu'elle
tenoit de ses ancêtres les ducs de Bretagne, laquelle étoit appelée
manoir de _Nijon_, ou hôtel de Bretagne[609]. Cette fondation fut
faite en 1493. Peu de temps après (en 1496) elle y ajouta un hôtel
contigu, contenant un enclos de sept arpents, et une chapelle sous le
titre de _Notre-Dame de toutes grâces_. Enfin, voulant mettre le
comble aux faveurs qu'elle leur avoit accordées, cette princesse donna
les premiers fonds nécessaires pour la construction de l'église qui
existoit encore avant la révolution. Cet édifice, commencé à cette
époque, ne fut terminé que vers l'an 1578, sous le règne de Henri III,
et dédié sous le même titre que l'ancienne chapelle.

          [Note 609: _Voyez_ p. 1041.]

C'étoit un bâtiment assez grand, orné de boiseries et de pilastres
ioniques. Le monastère, très-vaste et bien situé, pouvoit contenir
cent religieux.


     CURIOSITÉS DU MONASTÈRE DES MINIMES DE CHAILLOT.

     TABLEAUX.

     Dans l'avant-choeur, quatre tableaux de _Sébastien Bourdon_,
     représentant:

     Le premier à droite, la Décollation de saint Jean.--Sur l'autel à
     côté, le baptême de N. S.--Dans la chapelle à gauche, une sainte
     Geneviève repoussant, avec l'aide d'un ange, le démon qui veut
     éteindre son cierge.--Sur le lambris qui étoit auprès, la même
     sainte prosternée aux pieds de saint Germain, évêque d'Auxerre,
     qui lui donne une médaille.

     Dans la chapelle de la Vierge, une Assomption.--Dans celle de
     Sainte-Marthe, Louis XI recevant saint François de Paule, sans
     nom d'auteur.--Parmi plusieurs tableaux qui se trouvoient dans la
     sacristie, on remarquoit une très-belle adoration des bergers,
     par _La Hyre_.


     TOMBEAUX ET SÉPULTURES.

     Dans la chapelle de la Vierge étoit le mausolée du maréchal et
     vice-amiral Jean d'Estrées, mort en 1707. Sur le sarcophage,
     terminé des deux côtés en proue de vaisseau, on voyoit un Génie
     appuyé sur des palmes et des trophées, et tenant un médaillon qui
     offroit en bas-relief le portrait du maréchal et celui de son
     épouse, Marie-Marguerite Morin, morte en 1714. Le coeur de cette
     dame étoit déposé dans le même tombeau.

     Dans la chapelle de Sainte-Marthe, on voyoit le mausolée de
     Françoise de Veynes, ou Veyni, épouse du fameux chancelier et
     cardinal Antoine Duprat.

     Les autres personnages remarquables enterrés dans cette église
     étoient:

     Jean d'Alesso, petit-neveu de saint François de Paule, mort en
     1572.

     Marie de La Saussaye son épouse.

     Magdeleine d'Alesso, femme de Pierre Chaillot, secrétaire de la
     chambre du roi, morte en 1583. Il y avoit dans cette église une
     chapelle destinée à la sépulture de cette famille.

     Olivier Lefebvre, seigneur d'Ormesson et d'Eaubonne, mort en
     1600.

     Anne d'Alesso son épouse, morte en 1590.

     François Jourdan, professeur royal en hébreu dans le dix-septième
     siècle[610].

          [Note 610: L'église a été détruite, et le couvent changé en
          manufacture.]



HÔTELS.

Les quartiers neufs, où l'on pouvoit disposer plus facilement de
vastes emplacements, et surtout ceux où étoient situées les maisons
royales, furent bientôt couverts, comme nous l'avons dit, d'hôtels
magnifiques, habités par les personnages que leur rang et leur
opulence appeloient aux premières charges de l'État, et obligeoient à
une grande représentation. Un nombre considérable d'habitations de ce
genre s'élevèrent autour du palais des Tuileries dès son origine, et
plusieurs même devinrent célèbres dans l'histoire de Paris. Nous avons
rassemblé ce qui reste de traditions curieuses sur ces anciens
édifices, dont plusieurs ont été détruits; et nous donnerons en même
temps la nomenclature exacte, et quelquefois la description de ceux
qui ont été successivement élevés jusque dans les derniers temps de
la monarchie.


ANCIENS HÔTELS DÉTRUITS.

_Hôtel de Rambouillet._

Dans les treizième et quatorzième siècles, les seigneurs de
Rambouillet avoient déjà à Paris plusieurs hôtels qui portoient leur
nom. Deux sont particulièrement connus et remarquables. Le premier,
habité par leur famille jusqu'en 1606, et situé dans l'endroit même où
le cardinal de Richelieu fit construire depuis le Palais-Royal, avoit
sa principale porte placée précisément à l'endroit où est maintenant
le grand portail de ce palais. Cet édifice, sans régularité et sans
symétrie, étoit très-vaste, et s'étendoit jusqu'aux anciennes
murailles de la ville.

Plusieurs personnages illustres de la famille d'Angennes de
Rambouillet, cardinaux, évêques, gouverneurs de provinces, chevaliers
des ordres du roi, habitèrent successivement cet hôtel, depuis la fin
du quatorzième siècle jusqu'à celle du dix-septième. Il fut vendu en
1624 pour la somme de trente mille écus au cardinal de Richelieu, qui
le fit abattre et entrer dans les constructions du Palais-Royal.

Le second hôtel de Rambouillet[611], situé dans la rue Saint-Thomas
du Louvre, près de l'hôtel Longueville, s'étendoit de là jusqu'au
jardin de l'hôpital des Quinze-Vingts. Cet hôtel, qui avoit été connu
successivement sous les noms d'hôtel d'O, de Noirmoutiers, de Pisani,
prit celui de Rambouillet, lorsque Charles d'Angennes, marquis de
Rambouillet, qui avoit épousé mademoiselle de Vivonne, fille du
marquis de Pisani, vint s'y établir après la mort de son beau-père. Il
le fit depuis presque entièrement rebâtir.

          [Note 611: Jaillot semble avoir confondu ces deux hôtels; du
          moins ce qu'il en dit est si succinct et si embrouillé,
          qu'il est difficile de le bien comprendre.]

L'esprit, les grâces, les connoissances variées de Catherine de
Vivonne, son goût pour tout ce qui avoit rapport aux sciences et aux
lettres, attirèrent dans son hôtel tous les gens d'esprit de la cour
et de la ville. Il s'y forma une espèce d'académie; les poëtes, les
romanciers du temps s'empressèrent de célébrer cette illustre dame et
de chanter les lieux qu'elle embellissoit de sa présence. Mademoiselle
Scudéry, dans son roman de _Cyrus_, donna la description exacte de
l'hôtel de Rambouillet, qu'on y reconnoît sous le nom de palais de
Cléonime; ailleurs il est appelé le palais d'Arthenice. Ce nom, dont
Malherbe étoit l'auteur, formoit l'anagramme de celui de Catherine,
nom de baptême de la marquise. Enfin, la maison de cette dame étoit
si renommée dans la république des lettres, qu'elle fut long-temps
appelée le Parnasse français. Ceux qui n'y étoient pas admis auroient
vainement prétendu à la célébrité, et il suffisoit d'y avoir entrée
pour être compté parmi les beaux esprits du temps.

La société de l'hôtel de Rambouillet ne fut pas exempte des défauts
inhérents pour ainsi dire à ces sortes de réunions; elle donna dans le
pédantisme et dans une ridicule affectation de bel esprit, qui passa
des écrits dans le langage, travers dont Molière fit justice dans sa
comédie des _Précieuses ridicules_. Néanmoins on convient généralement
que cette société, en réveillant le goût des lettres, prépara les
voies aux célèbres auteurs du grand siècle. Il n'est pas de notre
sujet de nous étendre davantage sur les assemblées littéraires qui
donnèrent tant d'éclat à cet hôtel. Nous revenons à sa description.

Cet édifice, construit en briques, étoit décoré d'embrasures, de
corniches, de frises, d'architraves et de pilastres de pierre[612].
Le corps du bâtiment formoit quatre grands appartements: le plus
considérable étoit occupé par la marquise, qui y recevoit sa savante
compagnie dans un superbe salon, dont la tenture étoit en velours bleu
rehaussé d'or et d'argent. (Il est souvent parlé de cette salle dans
les oeuvres de Voiture, sous le nom de _la chambre bleue_.) Les
fenêtres, dont l'ouverture prenoit depuis le plafond jusqu'en bas,
laissoient jouir, sans obstacle, de l'air, de la vue et de la
promenade du jardin, qui se trouvoit de niveau et contigu à cet
appartement. Ce genre de croisées étoit surtout ce qui excitoit
l'admiration: car, si nous en croyons Sauval, c'étoit la marquise de
Rambouillet qui avoit fourni aux architectes l'idée de cet
embellissement inconnu jusqu'alors; on devoit également à ses dessins
la distribution aussi élégante que commode des appartements,
distribution qui servit depuis de modèle à une infinité de palais et
de châteaux.

          [Note 612: À cette époque, la brique et la pierre étoient
          les seuls matériaux que l'on employât dans les grands
          bâtiments. C'est ainsi que furent bâtis la Place-Royale,
          Fontainebleau et plusieurs autres édifices publics. La
          rougeur de la brique, la noirceur de l'ardoise et la
          blancheur de la pierre formoient des nuances de couleur qui
          passoient alors pour très-agréables. Des édifices publics,
          ce genre de construction passa dans les maisons
          particulières; mais on se dégoûta bientôt de cette bigarrure
          de mauvais goût; elle fut même critiquée dès ce temps-là, et
          l'on trouvoit, avec quelque raison, qu'elle rendoit les
          maisons assez semblables à des châteaux de cartes.]

Cet hôtel passa ensuite dans la maison de Sainte Maure-Montauzier, par
le mariage de Charles de Sainte-Maure, duc de Montauzier, avec la
célèbre Julie d'Angennes, fille de la marquise: il fut enfin possédé
par les ducs d'Uzès, dont l'un avoit épousé la fille unique et seule
héritière du duc de Montauzier et de Julie d'Angennes[613].

          [Note 613: Sur une partie de l'emplacement qu'occupoit cet
          hôtel ont été élevés le bâtiment des écuries d'Orléans et le
          Vauxhall d'hiver ou Panthéon. Les écuries d'Orléans ont été
          construites sur les dessins de M. Poyret, architecte. Cet
          édifice a le caractère qui lui convient. Le Vauxhall étoit
          une salle de danse bâtie en 1784, pour remplacer l'ancien
          Vauxhall de la foire Saint-Germain, que l'on venoit
          d'abattre. On en a fait depuis le théâtre du Vaudeville.]


_Hôtel d'Armagnac_.

Il étoit situé sur une partie du terrain qu'occupe maintenant le
Palais-Royal. Nous en avons parlé à l'article de ce monument[614].

          [Note 614: _Voyez_ p. 873.]


_Hôtel de Sillery_.

Cet hôtel, bâti par le commandeur Brûlart de Sillery, étoit situé sur
l'emplacement de la place du Palais-Royal, et fut détruit peu de temps
après la construction de ce palais[615].

          [Note 615: _Voy._ p. 901.]


_Hôtel de la Petite-Bretagne_.

Cet hôtel ou _manoir_, qui avoit appartenu aux ducs de Bretagne, étoit
situé sur le terrain qu'occupe actuellement la rue de _Matignon_[616]. Il
fut donné, en 1428, au chapitre de Saint-Thomas-du-Louvre. En 1500, il y
avoit en ce même endroit un hôtel appartenant à M. Jacques de Matignon,
comte de Thorigni. Henri IV en fit depuis l'acquisition; et Louis XIII le
donna en 1615 au président Jeannin, contrôleur des finances, pour y ouvrir
une rue.

          [Note 616: Il ne faut pas confondre cette rue de Matignon
          avec la prolongation de la petite rue Verte, qui a reçu
          depuis peu le même nom. Celle-ci étoit voisine de la rue des
          Orties et de celle de Saint-Thomas-du-Louvre.]


_Hôtel de Luxembourg_.

Cet hôtel avoit été bâti par M. le maréchal de Luxembourg, sur une
partie de l'ancien terrain des Capucins, terrain qui lui avoit été
adjugé par arrêt de la cour des Aides du 6 juillet 1673. On voit, par
le contrat de vente qu'en fit M. le duc de Pinci-Luxembourg, que cet
hôtel contenoit quatre maisons, cours, jardins, et trois arpents et
demi qui s'étendoient jusqu'au boulevart.


_Hôtel de Vendôme_.

Nous en avons parlé en donnant la description de la place qui en a
pris le nom, et qui a été élevée sur ses ruines[617].

          [Note 617: _Voyez_ p. 975.]


_Prévôté de l'Hôtel_.

Cette maison, dite aussi l'hôtel du Grand-Prévôt, étoit située dans
cette même rue, et vis-à-vis la tour Neuve, que l'on appeloit
quelquefois, à cause de ce voisinage, tour du _Grand-Prévôt_.

Il y avoit encore dans ce quartier:

L'hôtel Chevilli, rue Basse-du-Rempart;

L'hôtel de Roquelaure, rue Saint-Nicaise.

L'hôtel de Beringhem, même rue.

Ces trois hôtels n'existent plus.


HÔTELS EXISTANTS EN 1789.

_Hôtel de Longueville._

Cet hôtel, qui existe encore en partie, est situé de manière que l'une
de ses façades donne sur la rue Saint-Thomas-du-Louvre, et l'autre sur
la place du Carrousel. Construit sur les dessins de Métezeau, il offre
beaucoup de mauvais goût dans son architecture, et, si l'on en excepte
quelques peintures assez belles de Mignard, il ne renfermoit autrefois
rien de bien curieux dans son intérieur. La seule circonstance qui le
rende digne de remarque, c'est qu'il a servi de demeure à plusieurs
personnages illustres: il en est souvent fait mention dans les
mémoires du cardinal de Rets, et dans les historiens qui nous ont
transmis les événements de la minorité de Louis XIV[618].

          [Note 618: Il étoit alors un des principaux rendez-vous de
          la Fronde.]

Cet hôtel, qui, dans le dix-septième siècle, appartenoit à M. de La
Vieuville, fut acquis successivement par les ducs de Luynes, de
Chevreuse, d'Épernon et de Longueville; il passa ensuite à Louis de
Bourbon, comte de Soissons; et, par le mariage de sa fille, rentra
depuis dans la maison de Luynes et de Chevreuse. Cette suite de
princes et de grands seigneurs qui ont habité cet hôtel, et dont il a
porté successivement le nom, sembloit lui promettre une destinée plus
brillante que celle qu'il a éprouvée. En effet, après avoir servi
pendant quelques années de remise pour les voitures de la cour, il fut
vendu, en 1749, aux fermiers généraux, qui en firent le magasin et le
bureau général du tabac[619].

          [Note 619: Après la suppression des fermiers généraux, cet
          hôtel fut acheté par une société particulière de négociants,
          qui y continuèrent la fabrication et la vente du tabac. Il
          appartient, depuis quelques années, au gouvernement, qui l'a
          fait en partie démolir: sa démolition entière entre dans le
          plan des travaux qui doivent réunir le Louvre aux
          Tuileries.]

La maison de Chevreuse possédoit encore anciennement un hôtel dans
cette même rue, en entrant du côté des galeries. On trouve qu'en 1372
il appartenoit au comte de Vendôme; il passa ensuite à M. de
Chevreuse et depuis au comte de La Marche qui l'occupoit en 1399. Les
terriers de l'archevêché nous apprennent que les bâtiments dont il se
composoit étoient situés de l'un et de l'autre côté de la rue.


_Hôtel de l'Académie royale de musique_.

Cet hôtel étoit situé dans la partie de la rue Saint-Nicaise qui est
entrée dans le plan de la galerie neuve des Tuileries. C'étoit là que
logeoient le directeur, le secrétaire perpétuel et le caissier de
cette académie; il y avoit dans cette maison des ateliers où se
préparoient les machines et décorations de l'Opéra, et un petit
théâtre où se faisoient les premières répétitions. Cet établissement a
été transporté rue Bergère.


_Hôtel de Noailles_.

Cet hôtel, situé rue Saint-Honoré, fut bâti pour Henri Pussort,
conseiller d'état, et oncle du fameux Colbert. Il fut ensuite acheté
par Pierre-Vincent Bertin, receveur général des parties casuelles, et
revendu depuis par ses héritiers à Adrien Maurice, duc de Noailles. La
grande porte est décorée de deux colonnes ioniques qui soutiennent un
balcon, l'attique et l'entablement. Au fond de la cour est un
péristyle, composé de six colonnes d'ordre dorique et orné de quatre
niches.

Dans cet hôtel, remarquable par la beauté de ses appartements, on
voyoit, avant la révolution, un superbe cabinet de tableaux, dont la
collection, formée par le maréchal duc de Noailles, étoit une des plus
précieuses de la capitale. On y trouvoit des morceaux de toutes les
écoles, et, parmi ces peintures, plusieurs chefs-d'oeuvre des plus
grands maîtres.


_Hôtel de Beaujon._

Cet hôtel, situé rue du Faubourg-Saint-Honoré, est un des plus
remarquables de Paris, tant par son architecture que par sa
magnificence et sa belle situation. Le comte d'Évreux le fit élever en
1718, sur les dessins et sous la conduite de Molet, célèbre
architecte. Madame de Pompadour, l'ayant acquis, y fit faire plusieurs
augmentations et embellissements, et l'occupa jusqu'à sa mort. Quelque
temps après, Louis XV l'acheta du marquis de Marigni, pour en faire
l'hôtel des ambassadeurs extraordinaires. On changea ensuite cette
destination, et cet hôtel servit au garde-meuble de la couronne, en
attendant qu'on eût achevé celui qu'on lui destinoit dans un des
bâtiments de la place Louis XV. Enfin il passa, en 1773, entre les
mains de M. Beaujon, qui en fit sa demeure ordinaire, et dépensa des
sommes énormes pour y réunir tout ce que les arts et le luxe
pouvoient produire de plus rare, et de plus exquis et de plus
magnifique[620].

          [Note 620: Buonaparte et plusieurs personnes de sa famille
          ont habité cet hôtel; l'empereur de Russie y a logé en 1815.
          L'infortuné duc de Berry en a été le dernier habitant.]

Ces hôtels sont les plus remarquables de ce quartier; nous nous
contenterons de donner la nomenclature des autres édifices de ce
genre, qui y sont répandus en grand nombre, et principalement dans le
faubourg Saint-Honoré.

  Hôtel d'Andlau, rue des Champs-Élysées.
  ----  d'Armaillé, rue d'Aguesseau.
  ----  de Beauveau, rue des Saussayes.
  ----  de Beaufremont, rue d'Anjou.
  ----  de la Belinaye, même rue.
  ----  de Castellane, rue de l'Arcade.
  ----  de Créqui, rue d'Anjou.
  ----  de Charost, faub. Saint-Honoré.
  ----  de Contades, rue d'Anjou.
  ----  de Chastenaye, faubourg Saint-Honoré.
  ----  de Duras, rue de Duras.
  ----  d'Elboeuf[621], place du Carrousel.
  ----  de Fodoas, rue des Saussayes.
  ----  de la Marck, rue d'Aguesseau.
  ----  de Nicolaï, rue d'Anjou.
  ----  de Mont-Bazon, faub. St-Honoré.
  ----  de la Rivière, rue d'Anjou.
  ----  de Rouault, même rue.
  ----  de Ray, faub. St-Honoré.
  ----  de Soyecourt, rue de la Pologne.
  ----  de la Trimouille, même faubourg.
  ----  de la Vrillière, rue Saint-Florentin[622].
  ----  de Villequier-d'Aumont, rue Neuve-du-Luxembourg.
  ----  de la Vaupalière, faubourg Saint-Honoré.

          [Note 621: Il est occupé maintenant par le grand aumônier de
          France.]

          [Note 622: Il appartient à M. de Talleyrand-Périgord, prince
          de Bénévent. L'empereur de Russie l'a occupé en 1814.]


JARDIN DE MOUCEAUX.

Avant l'époque de la dernière enceinte élevée sous Louis XVI, Mouceaux
étoit un hameau situé hors de Paris, à l'extrémité septentrionale du
quartier que nous décrivons, entre l'église paroissiale de Clichy et
les dernières maisons de la ville. Il y avoit en cet endroit un
château nommé _Belair_, appartenant à M. Grimod de La Reynière,
fermier général; à ce château étoit attachée une petite chapelle,
dédiée sous l'invocation de saint Étienne, et qui servoit de
succursale à l'église de Clichy.

C'est dans cet endroit que le dernier duc d'Orléans fit planter, en
1778, le parc anglais connu aujourd'hui sous le nom de _jardin de
Mouceaux_. Le dessinateur de ce délicieux paysage a trouvé le moyen de
réunir dans un espace peu étendu tous les prestiges et tous les effets
pittoresques qu'on peut désirer dans ce genre de plantations. Ce
jardin n'a point cessé d'être entretenu avec le plus grand soin.


PÉPINIÈRES DU ROI.

Elles occupoient un terrain considérable que séparoit en deux la rue
de Courcelles. On y cultivoit, en pleine terre, les arbres étrangers
des espèces les plus rares.


ÉCURIES DU ROI.

Elles ont été établies dans la portion de l'hôtel Longueville qui n'a
point encore été démolie.


ÉCURIES DU COMTE D'ARTOIS.

Elles sont situées sur les terrains de l'ancienne pépinière du
roi[623], que ce prince avoit achetés. Commencées peu de temps avant
la révolution, sur les dessins et sous la conduite de M. Bellanger son
architecte, elles n'ont point été achevées, et méritoient de l'être.
La partie gauche, qui seule est terminée, offre des constructions
très-élégantes, qui font regretter de ne pouvoir jouir de l'ensemble
d'un aussi joli monument.

          [Note 623: Au coin de la rue Neuve-de-Berri et de celle du
          faubourg du Roule.]


HÔTEL DES ÉCURIES DU ROI.

Cet hôtel étoit situé, avant la révolution, en face du pavillon
Marsan. Il a été abattu, et sur le terrain qu'il occupoit a été élevé
un passage couvert et garni de boutiques, dit le passage Delorme.


FONTAINES.

_Le Château-d'Eau._

Nous ayons déjà parlé de ce monument, élevé en face du Palais-Royal
par le duc d'Orléans, régent[624].

          [Note 624: _Voyez_ p. 901.]


_Fontaine des Quinze-Vingts._

Elle étoit située dans l'enclos de cet hôpital, et a été abattue en
même temps que ses bâtiments.


_Fontaine de Richelieu_.

Elle est située dans la rue qui porte ce nom, et au coin de la rue
Traversière. On y lisoit cette inscription composée par Santeuil:

  _Qui quondam magnum tenuit moderamen aquarum
  Richelius, fonti plauderet ipse novo._

Cette fontaine, qui rappelle les compositions incohérentes de
l'ancienne école française, se compose d'une niche accompagnée de
pilastres doriques, avec table renfoncée et coquilles; un fronton que
surmontent des figures en relief couronne cette composition; et
au-dessus s'élève un grand amortissement avec pilastres corinthiens et
consoles renversées. Il n'est pas nécessaire de faire remarquer
combien un semblable style est bizarre et contraire à tous les
principes du bon sens et du bon goût.


_Fontaine du Diable_.

Cette fontaine, située rue de l'Échelle, à l'extrémité de celle de
Saint-Louis, fut reconstruite à neuf en 1759. La composition en est
agréable: elle offre une pyramide portée sur un piédestal, et ornée
d'une table saillante au-dessus de laquelle sont groupées deux
divinités marines qui soutiennent la proue d'un vaisseau. Ces figures
sont d'un bon caractère; et celui du monument entier est d'une
simplicité élégante qui peut étonner, si l'on considère l'époque à
laquelle il a été construit.


_Fontaine d'Amour._

Cette fontaine, qui n'a rien de remarquable dans son architecture, est
située à l'angle des rues des Moineaux et des Moulins.


_Fontaine des Capucins._

Cette fontaine, dont l'architecture ne mérite également aucune
attention, est située rue Saint-Honoré, et fut construite en 1718,
près de la porte du monastère de ces religieux. On y lit encore cette
inscription composée par Santeuil:

  _Tot loca sacra inter pura est quæ labitur unda:
  Hanc non impuro quisquis es ore bibas._


_Fontaine de la place Louis XV._

Cette fontaine, qui a été détruite, étoit située près de l'entrée de
l'Orangerie.


BARRIÈRES.

Les limites du quartier du Palais-royal, du côté du couchant,
terminent la ville de Paris dans un espace qui s'étend depuis le bord
de la rivière jusqu'au-delà du jardin de Mouceaux. Il y a dans cette
partie des nouvelles murailles élevées sous Louis XVI, huit barrières
qui se présentent dans l'ordre suivant:

  1. Barrière des Bons-Hommes.
  2. -------- de Franklin.
  3. -------- de Passy, ou de Ste-Marie.
  4. -------- de Longchamps.
  5. -------- du Réservoir, ou des Bassins.
  6. -------- de Chaillot, ou de Neuilly.
  7. -------- du Roule.
  8. -------- de Courcelles.
  9. -------- de Montmartre[625].

          [Note 625: On trouvera à la fin du troisième volume de cet
          ouvrage une notice sur les barrières de Paris, qui sont au
          nombre de cinquante, et dont plusieurs sont remarquables
          par l'élégance et le bon style de leur architecture.]



RUES ET PLACES

DU QUARTIER DU PALAIS-ROYAL.

_Rue d'Anglade._ Elle va de la rue Traversière à la rue Sainte-Anne,
et doit son nom à un maître Cartier, nommé _Gilbert Anglade_, qui, en
1639, acheta un emplacement rue des Moulins, sur lequel celle-ci a été
ouverte. Dans un censier de l'archevêché, de 1663, elle est nommée
_Anglas_ par altération; et cette erreur a porté Sauval à lui chercher
de fausses étymologies, et à rejeter la véritable. Cette rue n'est
indiquée sous aucun nom sur les plans de Gomboust et de Jouvin.

_Rue d'Angoulême._ Cette rue, percée depuis 1780, aboutit d'un côté
dans la rue du Faubourg du Roule, et de l'autre à celle de Ponthieu.

_Rue d'Anjou._ Elle aboutit à la rue du Faubourg-Saint-Honoré, et à
celle de la Ville-l'Évêque; elle étoit bâtie et connue sous ce nom dès
l'an 1649. Elle est nommée dans un plan manuscrit _rue des Morfondus_,
dite _d'Anjou_.

_Rue Sainte-Anne._ La partie de cette rue qui dépend de ce quartier
commence au carrefour _des Quatre Cheminées_, et finit à la rue
Neuve-des-Petits-Champs. Cette rue, percée en 1633, prit le nom de
Sainte-Anne, en l'honneur d'Anne d'Autriche, épouse de Louis XIII.
Elle n'alloit encore, en 1663, que jusqu'à la rue Clos-Georgeot,
au-dessus de laquelle étoient deux moulins qui l'avoient fait appeler
_rue des Moulins_, et du _Terrain aux Moulins_. Auparavant, cet
endroit est nommé, dans les anciens titres de l'archevêché, _la Place
au Sang et la Basse-Voirie_, parce qu'on y déposoit les boues et les
immondices. Le 15 septembre 1667, quatre particuliers obtinrent, par
un arrêt du conseil, l'autorisation d'aplanir la butte qui existoit en
cet endroit, et d'y tracer douze rues nouvelles[626]. Elles furent
couvertes de maisons dans les années suivantes, et tout cet endroit
étoit bâti en 1677. C'étoit à l'entrée de cette rue qu'étoit le marché
aux pourceaux, qu'on y avoit placé en 1528, et qui subsistoit encore
en 1609.

          [Note 626: Traité de la Pol., t. 1, p. 88.]

_Rue de l'Arcade_, ou _de la Pologne_. Elle va de la rue de la
Magdeleine à celle de Saint-Lazare, vulgairement dite des Porcherons.
Cette rue doit son premier nom à une arcade ou voûte qui servoit à
faciliter la communication des jardins des religieuses de la
Ville-l'Évêque; le second à une maison et terrain appelé la Petite
Pologne, où elle conduisoit. Elle se trouve indiquée dans quelques
titres de l'archevêché sous le nom d'_Argenteuil_.

_Rue d'Argenteuil._ Elle aboutit d'un côté rue des Frondeurs, de
l'autre à la rue Neuve-Saint-Roch, et est ainsi nommée parce qu'elle a
été bâtie sur l'ancien chemin qui conduit à Argenteuil.

Entre cette rue et celle des Moineaux et des Orties, étoit placé au
dix-septième siècle le marché aux chevaux. Il y est resté jusqu'en
1667. Anciennement cet endroit s'appeloit _la Haute-Voirie du faubourg
Saint-Honoré_. Il est ainsi désigné dans un titre du 12 mars
1564[627].

          [Note 627: Arch. de l'archev.]

Il y a dans la rue d'Argenteuil un passage qui communique à la rue
Saint-Honoré. Il règne le long de l'église Saint-Roch et y conduit.
C'étoit anciennement un cul-de-sac sous le nom de Saint-Roch, qui
aboutissoit à une des portes de l'église avant sa reconstruction. Il
se prolonge maintenant jusqu'à la rue Saint-Honoré.

_Rue d'Astorg._ Cette rue, située dans le faubourg Saint-Honoré, et
ouverte depuis 1779, donne d'un bout dans la rue Roquépine, et finit
de l'autre à un carrefour où viennent aboutir les rues des Saussayes,
de Surêne et de la Ville-l'Évêque. Elle doit son nom à une famille
distinguée qui y avoit un hôtel.

_Rue aux Bassins._ C'est une ruelle sans maisons, située dans
Chaillot, vis-à-vis la barrière de Longchamps.

_Rue des Batailles._ Cette rue, située dans Chaillot, n'a fait partie
de la ville qu'à l'époque où ce village y a été renfermé. Elle fait la
continuation de la grande rue de Chaillot jusqu'à la barrière de
Passy, où étoit autrefois situé le couvent de la Visitation.

_Rue de Beaujolois._ Elle a été percée depuis 1780 sur l'ancien
emplacement des Quinze-Vingts. Elle donne d'un bout dans la rue de
Chartres, et de l'autre dans celle de Valois. Il y a une autre rue de
Beaujolois qui va du passage de Radziville à l'autre extrémité de la
façade du nord du Palais-Royal où elle donne dans la rue Montpensier.

_Rue de Berri._ Cette rue, également ouverte depuis 1780, donne d'un
côté dans la rue du Faubourg-du-Roule, et de l'autre dans celle de
Ponthieu, et sur l'avenue de Neuilly. Elle se nomme maintenant rue
_Neuve de Berri_.

_Rue des Blanchisseuses._ C'est une ruelle de Chaillot qui sépare des
jardins, et aboutit d'un côté à la grande rue de ce village, de
l'autre à l'allée des Veuves.

_Rue des Boucheries._ Elle va de la rue Saint-Honoré dans celle de
Richelieu; elle fut bâtie vers l'an 1638. Son nom lui vient de la
boucherie des Quinze-Vingts, qui fut construite vis-à-vis, lorsqu'on
démolit la porte Saint-Honoré pour la reporter plus loin.

_Cul-de-sac de la Brasserie_ (_Voy._ rue Traversière).

_Rue Brunette._ Cette rue donne d'un côté dans la grande rue de
Chaillot et la rue des Batailles, de l'autre dans la rue Basse de
Chaillot. Elle se nomme aujourd'hui rue _Gasté_.

_Rue du Carrousel._ Elle étoit ainsi nommée de la place qui est devant
le château des Tuileries, et aboutissoit à la rue de l'Échelle. Elle
avoit été bâtie sur l'emplacement des fossés qui régnoient le long des
murailles de la ville, lorsque l'enceinte de ces murailles suivoit la
rue Saint-Nicaise. Cette rue a été détruite et est entrée dans le plan
de la nouvelle place du Carrousel.

_Grande rue de Chaillot._ Cette rue, qui traverse presque tout le
village de ce nom, donne d'un côté dans l'avenue de Neuilly, de
l'autre dans celle des Batailles.

_Rue Basse de Chaillot._ Elle donne d'un côté dans la grande rue de
Chaillot, de l'autre sur le quai de la Savonnerie.

_Rue des Champs._ C'est une des petites ruelles qui sont situées en la
rue des Batailles et celle de Chaillot. Il en existe encore deux
autres qui sont sans nom.

_Rue des Champs-Élysées._ Elle conduit du Faubourg-Saint-Honoré aux
Champs-Élysées et à la place Louis XV. Ce n'étoit jadis qu'un simple
chemin sur lequel on a bâti quelques maisons au commencement du
dix-huitième siècle. On la nommoit anciennement ainsi que la rue de
la Magdeleine, _l'Abreuvoir-l'Évêque_. Le plan de La Caille, de 1714,
est le premier qui l'indique sous le nom de la _Bonne-Morue_, qu'elle
a conservé jusqu'en 1769, où celui qu'elle porte aujourd'hui lui fut
donné.

          [Note 628: Vis-à-vis cette rue est une rue _sans nom_, où
          sont les réservoirs de la pompe à feu.]

_Rue de Chartres._ Cette rue, percée depuis 1780 sur l'ancien
emplacement des Quinze-Vingts, aboutit d'un côté à la place du
Palais-Royal, de l'autre à la rue Saint-Nicaise.

Il y a une autre rue de Chartres qui fait suite à celle de Courcelles,
jusqu'à la barrière du même nom. On la nomme aujourd'hui rue de
_Mantoue_.

_Rue du Chemin Vert_ ou _Rue Verte_. Elle aboutit à la rue du
Faubourg-Saint-Honoré et à celle de la Ville-l'Évêque. Ce nom lui
vient sans doute de l'herbe qui croissoit des deux côtés du chemin sur
lequel elle a été bâtie. On l'appeloit anciennement _rue des Marais_;
elle est connue plus généralement aujourd'hui sous le nom de _rue
Verte_. Il y a dans cette rue une caserne d'infanterie.

_Rue Clos-Georgeau._ Elle donne d'un bout dans la rue Sainte-Anne, de
l'autre dans la rue Traversière. Quand on commença à bâtir sur la
pente de la butte Saint-Roch, on ouvrit cette rue sur le jardin d'un
particulier dont elle prit le nom. Plusieurs titres font mention de ce
clos qui est nommé _Jarjeau_ dans les archives de l'archevêché.

_Rue du Colysée._ C'étoit un chemin qui conduisoit à une espèce
d'amphithéâtre bâti vers l'an 1772, où se donnoient des fêtes et où
l'on tiroit des feux d'artifice. Cet édifice a été détruit, mais la
rue existe toujours. Elle donne d'un côté dans la rue du faubourg
Saint-Honoré, de l'autre dans l'avenue des Champs-Élysées.

_Rue de la Corderie._ _Voyez_ rue de la Sourdière.

_Rue de Courcelles_ ou _de Villiers_. On donnoit autrefois ces deux
noms à cette rue, qui n'a conservé que le premier. C'étoit alors un
simple chemin qui conduisoit du faubourg Saint-Honoré près de l'église
du Roule, à Villiers-la-Garenne et à Courcelles.

_Rue Daguesseau._ Elle aboutit d'un côté dans la rue de Surêne, de l'autre
dans celle du Faubourg-Saint-Honoré, et doit son nom à M. Daguesseau,
conseiller au parlement, qui la fit percer pour communiquer à un marché
qu'il avoit eu la permission d'établir en cet endroit, et qui a été
transféré depuis dans la rue du Chemin-du-Rempart.

_Marché Daguesseau._ Il est situé dans l'espace qui sépare la rue de
la Magdeleine de celle du Chemin-du-Rempart, et l'on y entre par ces
deux rues. Ce marché fut établi en cet endroit pour la commodité des
habitants du faubourg Saint-Honoré et du Roule, par les soins de
Joseph Antoine Daguesseau, conseiller honoraire au parlement de Paris.
Il l'avoit d'abord placé, en 1723, sur un terrain plus éloigné qu'il
avoit obtenu par échange de madame de Duras. Depuis on jugea qu'il
étoit avantageux de rapprocher ce marché de la ville; et des
lettres-patentes ayant été obtenues à cet effet en 1745, il fut ouvert
le 2 juillet 1746, sur l'emplacement qu'il occupe aujourd'hui, lequel
appartenoit à André Mol de Lurieux, avocat au conseil.

_Rue du Dauphin._ Elle donne d'un bout rue Saint-Honoré, vis-à-vis
Saint-Roch; de l'autre elle aboutissoit autrefois à la porte du jardin
des Tuileries, et donne aujourd'hui dans la rue de Rivoli. Cette rue
s'appeloit d'abord _rue de Saint-Vincent_. Elle est ainsi indiquée en
1575[629]. On l'a ensuite appelée cul-de-sac Saint-Vincent, parce
qu'on la fermoit toutes les nuits du côté des Tuileries. Elle a porté
ce nom jusqu'au mois de novembre 1744, que Louis XV, à son retour de
Metz, étant venu habiter quelques jours ce palais, le dauphin son fils
passa par cette rue pour aller entendre la messe à Saint-Roch. Pendant
le peu de temps qu'il resta à l'église, on enleva l'inscription de
cul-de-sac de Saint-Vincent, pour y substituer celle de rue du
Dauphin, qu'elle a conservé jusqu'en 1789, et repris depuis la
restauration.

          [Note 629: Cens. de l'évêché.]

_Rue du Doyenné._ Elle aboutissoit dans la rue Saint-Thomas-du-Louvre
et dans le cul-de-sac du même nom. Elle étoit nommée rue du Doyenné,
parce qu'elle avoit été ouverte au milieu de la maison et de la cour
du doyen de Saint-Thomas, depuis Saint-Louis du Louvre. On l'appeloit
dans le principe rue du _Doyenné Saint-Thomas-du-Louvre_[630].

          [Note 630: Il existe encore une petite portion de cette rue,
          qui donne sur la place du Carrousel.]

_Rue de Duras._ Elle commence à la rue du Faubourg-Saint-Honoré, et
aboutit à l'ancien marché Daguesseau. Elle a pris son nom de l'hôtel
de Duras, le long duquel elle est située.

_Rue de l'Échelle._ Elle va de la rue Saint-Honoré à la place du
Carrousel. Quelques-uns ont pensé que cette rue avoit pris son nom de
l'échelle patibulaire que les évêques de Paris avoient eue dans cet
endroit: quoiqu'il n'y ait point de preuves suffisantes pour appuyer
cette opinion, cependant il est certain qu'au milieu du dix-septième
siècle la barrière des Sergents du For-l'Évêque étoit placée au coin
de cette rue.

_Rue l'Évêque._ Elle va d'un bout au carrefour des Quatre-Cheminées,
de l'autre à celui que forment les rues des Moineaux, des Moulins et
des Orties. On présume que son nom lui vient de ce qu'elle a été
ouverte sur la haute voirie qui appartenoit à l'évêque de Paris.
Plusieurs titres, qui remontent au commencement du règne de Louis
XIII, parlent de cette rue, et quelques-uns nous apprennent qu'elle
s'appeloit anciennement rue du _Culloir_, sans nous donner
l'étymologie de ce nom.

_Rue Saint-Florentin._ Elle va de la rue Saint-Honoré aux Tuileries;
elle s'appeloit auparavant _Cul-de-sac de l'Orangerie_, et devoit ce
nom à l'orangerie du roi qui se trouvoit au bout. Il paroît, par les
titres de Saint-Éloi, que l'alignement en fut pris en 1640; et que,
dès 1651, on la nommoit rue de l'Orangerie. Cependant Gomboust et
Bullet ne lui donnent que le nom de _cul-de-sac_. Le duc de la
Vrillière, ministre et secrétaire d'état, ayant fait bâtir un hôtel
dans cette rue, elle changea de nom, et prit, le 26 janvier 1767,
celui de rue Saint-Florentin, sous lequel ce ministre étoit alors
connu.

_Rue des Frondeurs._ Elle aboutit à la rue Saint-Honoré et au
carrefour des Quatre Cheminées. On ignore le nom que cette rue portoit
anciennement; car s'il est vrai que le mot _Frondeurs_ vienne des
troubles connus dans notre histoire sous le nom de _Fronde_, elle n'a
pu être appelée ainsi que depuis 1648. Elle est sans nom sur les plans
de Gomboust et de Bullet. On la trouve nommée pour la première fois
sur celui de Rouvin, en 1697.

_Rue Sainte-Geneviève._ Voyez _rue Hébert_.

_Rue du Hasard._ Elle va de la rue Traversière à la rue Sainte-Anne;
on ignore à quelle occasion elle a pris ce nom, sous lequel elle est
déjà indiquée, en 1622, dans un censier de l'archevêché.

_Rue Hébert._ Nous ignorons l'étymologie de ce nom qu'a porté d'abord
ce chemin, qui aboutit d'un côté à la grande rue de Chaillot, et de
l'autre au terrain vague qui vient finir aux murs de la ville. On le
nomme maintenant rue Sainte-Geneviève. Le chemin _sans nom_ qui
descend de la barrière de Passy à cette rue vient de recevoir celui de
_rue de Lubeck_.

_Rue Saint-Honoré._ La partie de cette rue qui dépend de ce quartier
commence au coin de la rue des Bons-Enfants, et finit au
boulevart[631].

          [Note 631: Sur les changements de nom qu'elle a éprouvés,
          _voyez_ page 912.]

_Rue du Faubourg-Saint-Honoré._ Elle commence au boulevart, et finit à
celle du Roule; on l'appeloit en 1635 _la chaussée du Roule_, parce
qu'elle conduisoit au village du même nom.

_Rue de Longchamps._ C'est un chemin qui donne, comme la rue Hébert,
dans la grande rue de Chaillot, et se prolonge à travers les champs
jusqu'à la barrière du même nom.

_Rue Saint-Louis._ Elle donne d'un bout dans la rue Saint-Honoré, et
de l'autre dans celle de l'Échelle. On présume qu'elle doit son nom au
voisinage de l'hôpital des Quinze-Vingts, fondé par saint Louis, ou à
la rue Saint-Honoré, qui, comme nous l'avons dit (_p._ 912),
s'appeloit anciennement, dans cet endroit, _Grande Rue Saint-Louis_.
Gomboust et Bullet nous apprennent, dans leur plan, que cette rue se
nommoit anciennement rue de _l'Échaudé_; mais avant eux on la
désignoit déjà sous le nom de rue Saint-Louis; et l'ayant repris, elle
l'a toujours conservé. Nous remarquerons ici que ce nom de
_l'Échaudé_, que nous retrouverons dans la nomenclature des rues de
Paris, étoit une dénomination générale que l'on donnoit à une masse ou
_île_ de maisons de figure triangulaire; et l'on appeloit rue de
l'Échaudé; celle qui faisoit la base ou l'un des côtés de ce triangle.
La rue dont nous parlons est aussi indiquée sous le nom de rue des
_Tuileries_, dans un censier de l'archevêché, de 1663.

_Rue de Lubeck._ Elle descend de la barrière de Passy à la rue Hébert,
maintenant rue Sainte-Geneviève.

_Rue Neuve de Luxembourg._ Elle donne d'un bout dans la rue
Saint-Honoré, de l'autre sur le boulevart. Elle doit son nom au
maréchal duc de Luxembourg, qui avoit son hôtel sur le terrain qui
forme aujourd'hui cette rue.

_Rue Magdebourg._ C'est le nom que porte aujourd'hui une ruelle située
à droite de la rue des Batailles, en descendant vers celle de
Chaillot.

_Rue de la Magdeleine._ Elle commence à la rue du
Faubourg-Saint-Honoré, et aboutissoit en 1789 à celle de l'Arcade et à
l'église paroissiale dont elle a pris le nom. On l'a aussi appelée rue
de _l'Évêque et de l'Abreuvoir-l'Évêque_. Elle est ainsi indiquée dans
les procès-verbaux de 1637 et de 1642[632].

          [Note 632: Cette rue, se prolongeant maintenant à travers
          les jardins qui avoisinoient l'église, vient aboutir à celle
          de l'Arcade, vis-à-vis la rue des Mathurins. Dans ce
          prolongement elle a une communication _sans nom_ avec la rue
          d'Anjou, laquelle est située à son couchant.]

_Rue de Mantoue._ Voyez rue de Chartres.

_Rue du Marché._ Cette rue conduisoit à un marché qui a été transféré
près la porte Saint-Honoré, et c'est de là qu'elle avoit pris son nom;
elle a son entrée dans la rue Daguesseau et dans celle de Surêne.

_Rue Sainte-Marie._ Elle va de la rue des Batailles dans la nouvelle
rue de Lubeck.

_Ruelle Sainte-Marie._ Elle est située à l'extrémité de la rue des
Batailles, du côté de la barrière.

_Rue de Marigny._ On donne ce nom à une avenue plantée d'arbres, qui
aboutit d'un côté à la rue du Faubourg-Saint-Honoré, de l'autre aux
Champs-Élysées; elle est située en face de l'hôtel Beauveau, et se
prolonge le long de celui que fit bâtir la marquise de Pompadour, et
qui appartint depuis à son frère le marquis de Marigny. Elle fut
ouverte lors des nouvelles plantations qui furent faites par ordre de
ce directeur général des bâtiments, jardins, etc.

1ere _Rue de Matignon_. Elle aboutissoit, d'un côté, dans la rue des
Orties, de l'autre, par un retour d'équerre, dans le cul-de-sac de
Saint-Thomas-du-Louvre. Cet emplacement formoit, au quinzième siècle,
l'hôtel, la place et les jardins de la Petite-Bretagne, qui avoient
appartenu au duc de Bretagne. Elle devoit son nom à M. Jacques de
Matignon, comte de Thorigny, qui y fit bâtir un hôtel. (Cette rue a
été détruite.)

2e _Rue de Matignon_. Elle aboutit d'un côté à la rue du
Faubourg-Saint-Honoré, de l'autre aux Champs-Élysées, vis-à-vis
l'allée des Veuves. C'étoit autrefois une prolongation de la petite
rue Verte.

_Rue de Milan._ C'est le nom que l'on a donné depuis 1789 à un chemin
sans nom situé près de la barrière de Courcelles.

_Rue de Miromesnil._ Elle a été ouverte en 1779, et aboutit d'un côté
à la rue du Faubourg-Saint-Honoré, de l'autre à celle de la Pépinière;
elle doit son nom au chancelier Maupeou, qui étoit de cette famille.

_Rue des Moineaux._ Elle a une de ses extrémités dans la rue
Neuve-Saint-Roch, l'autre dans celle des Orties. Elle étoit connue
sous ce nom dès l'an 1561[633].

          [Note 633: Arch. de l'archev.]

_Rue de Montpensier._ On a donné ce nom à une partie de la rue de
Valois qui donne dans celle de Rohan.

Il y a une autre rue de Montpensier qui longe le Palais-Royal, depuis
le théâtre Français jusqu'à l'angle opposé.

_Rue de Mouceaux._ C'est une rue percée depuis 1780, qui donne d'un
côté dans la rue du Faubourg-du-Roule, de l'autre dans celle de
Courcelles.

_Rue des Moulins._ Elle donne, d'un bout, à l'extrémité de la rue
l'Évêque, de l'autre dans la rue Thérèse, et doit son nom à deux
Moulins situés sur la butte Saint-Roch, auxquels elle conduisoit, et
qu'on a détruits lorsqu'après avoir aplani cette butte on a couvert de
maisons l'espace qu'elle occupoit. Cette rue existoit dès 1624[634].

          [Note 634: Arch. de l'archev.]

_Rue des Mulets._ Elle traverse de la rue d'Argenteuil dans celle des
Moineaux. Le voisinage des moulins pourroit bien lui avoir fait donner
le nom qu'elle porte, à cause des mulets qui portoient le blé et
rapportoient la farine; elle est indiquée dans le censier de
l'archevêché, de 1663.

_Rue Saint-Nicaise._ Elle va de la rue Saint-Honoré dans celle des
Orties, et occupe l'emplacement du rempart de l'enceinte de Charles V.
Elle doit son nom à une chapelle de Saint-Nicaise qui servoit à
l'usage de l'hôpital des Quinze-Vingts vers le milieu du 15e
siècle[635].

          [Note 635: La galerie neuve des Tuileries traverse le
          terrain sur lequel cette partie de la rue étoit située.]

_Rue de l'Oratoire._ Elle est située vis-à-vis la rue de Mouceaux.
C'étoit un chemin sans nom avant 1789.

1re _Rue des Orties_. Elle régnoit le long des galeries du Louvre;
elle a porté en 1603 le nom de _Saint-Nicolas-du-Louvre_, en 1622
celui de _rue des Galeries_[636]. On appeloit aussi cet endroit le
rempart du Louvre. Jaillot dit que c'étoit anciennement un mur qui
régnoit le long du quai, et qui pouvoit être garni d'orties, d'où
cette rue ainsi que la suivante auront reçu leur nom[637].

          [Note 636: Arch. de l'archev.]

          [Note 637: Quelques auteurs font terminer cette rue au
          second guichet, et, depuis cet endroit jusqu'à la cour des
          Tuileries, l'appellent rue _de la Monnoie_, _de la
          Monnoie-du-Louvre_ et _de la Petite-Monnoie_. Elle a été
          détruite.]

2e _Rue des Orties_. Elle va de la rue Sainte-Anne à celle
d'Argenteuil. Cette rue se trouve mentionnée sous ce nom dans le
censier de l'archevêché, de 1623.

_Rue de la Pépinière._ Cette rue, qui se prolonge le long de l'espace
qu'occupoit, avant la révolution, la pépinière du roi, n'a pris le nom
qu'elle porte que depuis 1780. Avant cette époque, c'étoit un chemin
sans nom. Elle donne, d'un côté, dans la rue de Courcelles, de
l'autre, dans celle des Porcherons, située hors du quartier[638].

          [Note 638: Il y a une caserne d'infanterie dans cette rue.]

_Rue de Poitiers._ Cette rue nouvelle, percée depuis 1780, aboutit
d'un côté dans la rue Neuve-de-Berri, de l'autre dans celle
d'Angoulême.

_Rue du Pont._ Cette petite ruelle est située entre la grande rue de
Chaillot et la rue Basse du même nom.

_Rue de Ponthieu._ Cette rue, percée en même temps que la rue
Poitiers, est située dans la même direction, mais plus près de
l'avenue de Neuilly; elle communique également dans les rues
Neuve-de-Berri et d'Angoulême.

_Rue Quatremère._ Cette rue, qui devoit son nom à une famille connue
de Paris, a été aussi ouverte à travers les champs qui bornoient
auparavant la rue d'Anjou. Elle fait la continuation de cette rue, et
va aboutir à celle de la Pépinière[639].

          [Note 639: La rue _Quatremère_ a maintenant perdu son nom,
          et fait suite à la rue d'Anjou.]

_Rue du Rempart._ Elle va d'un bout dans la rue Saint-Honoré, de
l'autre dans celle de Richelieu; elle doit son nom à une partie de
l'enceinte de Charles VI sur laquelle elle est située. En 1636, elle
s'appeloit rue _Champin_.

_Rue du Chemin-du-Rempart._ Elle commence au coin de la rue de Surêne,
et règne le long du rempart jusqu'à l'entrée du faubourg Saint-Honoré;
c'est ce qui lui en a fait donner le nom. Elle portoit anciennement
celui de _Chevilly_. La partie opposée se nomme rue Basse-du-Rempart,
parce qu'elle est effectivement plus basse que le boulevart[640].

          [Note 640: C'est dans cette rue qu'est la principale entrée
          du marché Daguesseau.]

_Rue de Richelieu._ La partie de cette rue qui se trouve dans ce
quartier commence à la rue Saint-Honoré et finit à la rue
Neuve-des-Petits-Champs. Le cardinal de Richelieu ayant fait bâtir le
Palais-Royal, et abattre à cet effet les anciens murs de la clôture de
Charles V, on ouvrit cette rue. Elle fut d'abord nommée _Royale_;
mais, peu après, elle prit le nom de Richelieu.

_Rue Neuve-Saint-Roch._ Elle donne d'un côté dans la rue Saint-Honoré,
et de l'autre dans la rue Neuve-des-Petits-Champs; cette rue doit son
nom à l'église Saint-Roch, dont la principale entrée y étoit située
avant qu'on l'eût rebâtie. Elle s'appeloit auparavant rue de
_Gaillon_. _Sauval_ dit qu'on la nommoit, en 1495 la ruelle
_Michaut-Riegnaut_, en 1521 _Michaut-Regnaut_, et en 1578 rue de
_Gaillon_, du nom de l'hôtel qui en faisoit le coin.

_Rue du Rocher._ Elle fait suite à la rue de l'Arcade et se prolonge
jusqu'à la barrière de Mouceaux. C'étoit un chemin sans nom avant
1789.

_Rue de Rohan._ Cette rue, située en face de celle de Richelieu, sur
l'ancien terrain des Quinze-Vingts, communique d'un côté avec la rue
Saint-Honoré, de l'autre aboutit à la rue de Chartres.

_Rue Roquépine._ La rue Roquépine a été percée en même temps que la
rue d'Astorg, et donne d'un côté dans la rue Verte, de l'autre à la
jonction des rues d'Anjou et Quatremère. Elle se prolongeoit autrefois
jusqu'à la rue de l'Arcade: ce passage a été fermé.

_Rue du Roule._ C'est la continuation de la rue du
Faubourg-Saint-Honoré. Elle doit son nom au petit village du Roule,
réuni à celui de la Ville-l'Évêque, et déclaré ensuite faubourg de
Paris. Ce village a porté au treizième siècle les noms de _Rollus_ ou
_Rotulus_; on le distinguoit en haut et bas Roule, et plusieurs titres
font mention d'une léproserie ou maladrerie qui s'y trouvoit située,
et qu'on a souvent appelée l'_Hôtel du bas Rolle_ et _Hôtel du Roule_.

_Rue Rousselet._ Cette rue, percée le long de l'emplacement de
l'ancien Colysée, donne d'un côté dans les Champs-Élysées, de l'autre
dans la rue du Colysée.

1re _Rue Royale_. Elle va de la rue Neuve-des-Petits-Champs dans la
rue Thérèse. On l'a nommée d'abord rue Neuve-de-Richelieu. On lui
donna ensuite le nom de Royale, lorsqu'on fit porter le nom de la
Reine à celle dans laquelle elle aboutit.

2e _Rue Royale_. Elle va de la rue Saint-Honoré à la place Louis XV, à
laquelle elle sert de principale entrée de ce côté; elle a été tracée
en même temps que cette place[641].

          [Note 641: Cette rue est fameuse par l'événement désastreux
          arrivé le 30 mai 1770, au milieu des fêtes données à
          l'occasion du mariage du dauphin. On venoit de tirer un feu
          d'artifice sur la place Louis XV; la foule des spectateurs,
          se portant dans la rue Royale, y rencontra une foule non
          moins nombreuse qui venoit du côté opposé; et de la violence
          de ces deux masses qui s'entre-choquoient, il résulta un tel
          désordre, une presse si horrible, que plus de 300 personnes
          restèrent mortes sur la place, sans compter un grand nombre
          d'autres qui moururent après, des suites de leurs
          blessures.]

_Rue des Saussaies._ Elle aboutit d'un côté à la rue du
Faubourg-Saint-Honoré, et de l'autre aux extrémités des rues de Surêne
et de la Ville-l'Évêque. Elle a porté les noms de rue des _Carrières_,
de la _Couldraie_, des _Saussaies_[642], de _Chemin de la
Saussaie_[643], vraisemblablement parce qu'il y avoit dans ce terrain
des carrières, des coudres et des saules. Plus anciennement elle avoit
été appelée _ruelle Baudet_.

          [Note 642: T. I, p. 162.]

          [Note 643: Cens. de l'archev., 1665.]

_Rue de la Sourdière._ Elle va de la rue Saint-Honoré au cul-de-sac de
la Corderie; elle doit son nom à M. de La Faye, sieur de la Sourdière,
qui avoit sa maison dans cet endroit. Ce n'étoit, au milieu du
dix-septième siècle, qu'une longue allée qui régnoit le long de cette
maison et de ses jardins. On voit, par un procès-verbal de 1640, qu'il
y avoit trois maisons contiguës qui passèrent au sieur _Guiet de
l'Épine_; et le passage, ayant été élargi, prit le nom de
_l'Épine-Guiet_, et de _Guiet-l'Épine_. Il est ainsi désigné en 1663;
mais dès l'année suivante on le voit sous le nom de la _Sourdière_,
qu'il a conservé.

À l'extrémité de cette rue se trouve le cul-de-sac _de la Corderie_.
On l'a aussi appelé autrefois cul-de-sac _Péronnelle_, dénomination
prise de son emplacement, qu'on nommoit ainsi. On y entre par la rue
Neuve-Saint-Roch. C'est maintenant une rue ouverte sur le marché
Saint-Honoré, et qui porte le même nom.

Le passage qui conduisoit de cette rue aux Jacobins étoit une ruelle
ou cul-de-sac nommé le cul-de-sac de _Saint-Hyacinthe_, du nom d'un
des saints de cet ordre.

_Rue de Surêne._ Elle aboutit à la rue des Saussaies et au boulevart.
C'étoit anciennement un simple chemin qui conduisoit au village de
Surêne; et le cimetière de la Magdeleine y étoit situé. C'est dans cet
endroit qu'on avoit d'abord placé le marché Daguesseau.

_Rue Thérèse._ Elle va de la rue Sainte-Anne à la rue Ventadour. On
l'ouvrit lorsqu'on aplanit la butte Saint-Roch; et le nom qu'elle
porte lui fut donné en l'honneur de Marie-Thérèse d'Autriche, épouse
de Louis XIV. Il paroît cependant qu'elle ne le reçut qu'après la mort
de cette princesse: car ce n'est que depuis 1692 qu'on la trouve
distinguée de la rue du Hasard, et indiquée sous le nom de rue
Thérèse.

_Rue Saint-Thomas-du-Louvre._ Elle aboutissoit d'un coté à la rue
Saint-Honoré et à la place du Palais-Royal, de l'autre à la rue des
Orties et aux galeries du Louvre. Ce nom lui vient d'une église de
Saint-Thomas, située dans cette rue, et que depuis sa reconstruction
on appela Saint-Louis-du-Louvre. On la nommoit anciennement la rue des
Chanoines, _Strata Canonicorum_. On lui donna ensuite le nom qu'elle
porte aujourd'hui, _Vicus S. Thomæ de Lupera_ en 1242; _S. Thomas de
Lupara_ en 1256, et de _Lupera_ en 1288[644].

          [Note 644: Cart. de Sorbonne, fol. 147.--_Cart. S. Germ.
          Autiss._, folio 52. La partie de cette rue qui dépassoit la
          place du Carrousel a été détruite.]

_Rue Traversière._ Elle est ainsi nommée parce qu'elle traverse de la
rue Saint-Honoré dans celle de Richelieu. Dans quelques titres qui
remontent jusqu'à 1623, elle est appelée rue _Traversante_, _de la
Brasserie_ et _du Bâton Royal_.

Dans cette rue est un cul-de-sac nommé le cul-de-sac _de la
Brasserie_; il doit ce nom à une maison dite de la Brasserie, qui en
faisoit le coin en 1668.

_Rue de Valois._ Elle a été percée sur l'emplacement des
Quinze-Vingts, et donne d'un côté dans la rue Saint-Honoré, de l'autre
dans celle de Rohan.

Il y a une seconde _rue de Valois_ qui donne d'un bout dans la rue
Saint-Honoré, et de l'autre se prolonge le long du Palais-Royal
jusqu'au passage Radziville, où elle donne dans la rue de Beaujolois.

Une troisième _rue de Valois_, située devant le jardin de Mouceaux,
aboutit d'un côté à la rue de Courcelles, et se prolonge jusqu'à la
barrière qui porte aussi le nom de Mouceaux.

_Rue de Ventadour._ Elle aboutit d'un côté dans la rue
Neuve-des-Petits-Champs, et de l'autre dans la rue Thérèse. On la nommoit
autrefois _rue Saint-Victor_; ensuite elle s'est prolongée jusqu'à la rue
des Moineaux, et sous le nom de _Ventadour_ ou de _Lionne_, elle se
continuoit en 1673 au-delà de la rue Neuve-des-Petits-Champs. Elle tient
le nom qu'elle porte maintenant de la famille de Ventadour.

_Petite rue Verte._ Elle donne d'un bout dans la rue du
Faubourg-Saint-Honoré, de l'autre dans la rue Verte.

_Allée des Veuves._ Cette allée, qui termine les Champs-Élysées, donne
d'un bout dans la grande allée, de l'autre sur le quai, à l'extrémité
du Cours-la-Reine.

_Rue Villedo._ Elle traverse de la rue Sainte-Anne dans la rue de
Richelieu; et doit son nom aux sieurs Guillaume et François
_Villedo_, intendants généraux des bâtiments du roi et des
ponts-et-chaussées, qui avoient, en 1667, plusieurs possessions à la
butte Saint-Roch, sur lesquelles cette rue a été ouverte.

_Rue des Vignes._ Elle aboutit à la grande rue de Chaillot en entrant
par l'avenue: c'étoit un chemin sans nom avant 1789.

_Rue de la Ville-l'Évêque._ Elle commence à la rue de l'Arcade, à
l'ancienne extrémité de la rue de la Magdelaine, et finit à la rue des
Saussaies. Son nom lui vient du territoire sur lequel elle est située,
qui appartenoit à l'évêque et au chapitre de Notre-Dame, et dont
plusieurs titres du treizième siècle font mention sous le même nom de
_Villa Episcopi_.


PASSAGES.

Ils sont nombreux dans ce quartier et principalement autour du
Palais-Royal.

_Passage Radziville._ Il est situé dans l'angle des rues de Valois et
de Beaujolois, et donne à l'entrée de la rue des Bons-Enfants.

_Passages_ sans nom de la rue de Beaujolois dans la rue
Neuve-des-Petits-Champs. Il y en a deux, l'un avant, l'autre après la
rue Vivienne.

_Passage du café de Foi._ Il donne de la rue Montpensier dans la rue
de Richelieu.

Plusieurs autres passages sans nom communiquent encore le long de la
rue Montpensier à divers points de la rue de Richelieu.

_Passage Saint-Guillaume._ Il communique de la rue Traversière à la
rue de Richelieu.

_Passage Saint-Roch._ Il est situé auprès de cette église et
communique de la rue Saint-Honoré à la rue d'Argenteuil.


QUAIS.

_Quai des galeries du Louvre._ Il commence au premier guichet, appelé
_de la rue Froi-Manteau_, et finit au bout du Pont-Royal. À l'entrée
de ce quai est le port _Saint-Nicolas_, lequel a pris son nom de
l'église collégiale qui en étoit voisine. C'est à ce port
qu'abordoient, avant la révolution, les marchandises qui venoient des
pays étrangers en remontant la Seine. C'est encore là que l'on
décharge aujourd'hui les barques qui apportent les productions de la
Normandie, etc. Avant la construction du nouveau pont, dit _Pont des
Arts_, on passoit la rivière à cet endroit dans des bateaux.

_Quai des Tuileries_ ou _de la Conférence_. Il commence au bout du
Pont-Royal, et finit à l'endroit où étoit anciennement la porte dont
il a pris le nom. C'est de l'entrée de ce quai que partent, tous les
jours, les galiotes de Saint-Cloud et de Sève.

_Port aux Pierres._ Il est situé vis-à-vis le Cours-la-Reine.

_Quai de la Savonnerie._ Il commence à l'extrémité du Cours-la-Reine,
et finit à la barrière des Bons-Hommes. On le nomme maintenant quai
_de Billy_ et _de la Conférence_.


ANTIQUITÉS ROMAINES

DÉCOUVERTES DANS LE QUARTIER DU PALAIS-ROYAL.

Il a paru vraisemblable à plusieurs historiens de Paris que[645],
sous la domination des Romains, la cité de Paris avoit commencé à
étendre ses faubourgs sur la rive septentrionale du fleuve dont elle
est entourée: à défaut de monuments historiques, des restes
d'antiquités qu'on y a trouvés sur divers points et à diverses époques
ont démontré jusqu'à l'évidence ce qui n'avoit d'abord été qu'une
simple conjecture.

          [Note 645: _Voyez_ Discours prélimin., p. xiij.]

Des débris de voies romaines, que le temps n'a point entièrement
détruits, indiquent des communications établies avec plusieurs lieux
environnants, tels que Clichi, Pierre-Laie, Pontoise, Saint-Denis,
Pierre-Fite, etc.; et d'autres monuments qui ne peuvent exister que
dans l'enceinte des villes, prouvent que cette partie septentrionale,
depuis couverte de forêts et de marécages, étoit alors habitée: voici
ce que l'on a découvert dans le quartier que nous venons de décrire.

_Aquéduc de Chaillot._ Cet aquéduc souterrain, dont les premières
constructions étoient établies sur les hauteurs de Chaillot, et à la
source des eaux minérales qui existent encore aujourd'hui dans cet
endroit, traversoit l'emplacement des Champ-Élysées, et probablement
celui qu'occupe aujourd'hui le jardin des Tuileries, pour venir
aboutir au jardin du Palais-Royal. Les travaux que l'on faisoit en
1763 pour la formation de la place Louis XV procurèrent la découverte
des canaux de conduite de cet aquéduc; et l'on découvrit en même temps
à Chaillot un reste de maçonnerie antique qui avoit fait partie de ses
constructions. M. le comte de Caylus a publié à ce sujet une
dissertation[646].

          [Note 646: Recueil d'antiq., t. II, p. 375.]

_Bassins antiques du Palais-Royal._ Ils furent découverts en 1781,
lors des fouilles que l'on fit dans le jardin de ce palais pour
établir les fondations de ses nouvelles galeries. Le premier, qui
gisoit à trois pieds au-dessous du sol, et à l'extrémité méridionale
de ce jardin, présentoit un carré de vingt pieds de dimension sur ses
quatre côtés. Au même endroit furent trouvées des médailles
d'Aurélien, de Dioclétien, de Posthume, de Magnence, de Crispe, de
Valentinien Ier; ce qui semble indiquer une construction qui ne
remonte pas au-delà du quatrième siècle.

Le second bassin, beaucoup plus vaste que le premier, et trouvé dans
la partie septentrionale du même jardin, s'étendoit à cinq pieds sous
terre, depuis le point de la galerie où est situé le café de Foi,
jusqu'au passage de Radziville. Tous les deux étoient évidemment de
construction romaine; et une circonstance assez remarquable, c'est que
la direction de l'aquéduc, reconnue par M. de Caylus depuis Chaillot
jusqu'à la place Louis XV, continuant d'être prolongée en ligne
droite, seroit venue précisément aboutir au premier de ces deux
bassins[647].

          [Note 647: _Voyez_ Observ. sur quelques antiq. rom., etc.,
          par M. _Bourignon de Saintes_.]


MONUMENTS NOUVEAUX

ET RÉPARATIONS FAITES AUX ANCIENS MONUMENTS DEPUIS 1789.

_Palais-Royal._ La cour de ce palais qui donne sur la rue Saint-Honoré
et qui sert d'entrée à la partie de cet édifice qu'occupe M. le duc
d'Orléans, doit être incessamment fermée au public; et à côté de cette
cour il a été percé un nouveau passage formant une galerie qu'orne une
colonnade d'ordonnance dorique. Ce passage, dans lequel on a pratiqué
des boutiques, traverse le péristyle dont on avoit fait
provisoirement, pendant quelques années, la bourse de Paris, et vient
communiquer à la seconde cour que borne au nord la galerie de bois.

Au milieu du jardin, dont les deux extrémités sont ornées de tapis de
verdure, s'élève une gerbe d'eau formant un jet d'environ dix-huit
pieds de hauteur, qui retombe dans un grand bassin circulaire, et
répand ainsi de la fraîcheur au milieu de cette promenade jusqu'alors
peu agréable à cause de son extrême aridité.

_Théâtre du Vaudeville._ Ce théâtre a été élevé sur l'emplacement de
l'ancien Vauxhall, vis-à-vis le Palais-Royal, et à l'entrée des rues
de Chartres et de Saint-Thomas-du-Louvre qu'il borde des deux côtés.
C'est un édifice qui, à l'extérieur, n'a pas d'autre apparence que
celle d'une maison particulière. La salle qu'il contient est petite et
n'a de même rien qui mérite d'être remarqué.

_Palais des Tuileries._ Toutes les constructions qui obstruoient la
façade de ce monument, du côté de la place du Carrousel, ont été
abattues; et le terrain qu'elles occupoient a été changé en une vaste
cour qui s'étend jusqu'au premier guichet de la grande galerie, et que
ferme une grille en fer d'un beau travail. Cette grille a trois
entrées: la première au milieu et vis-à-vis l'arc de triomphe dont
nous allons bientôt parler, les deux autres de chaque côté, et entre
des massifs carrés en pierre formant piédestaux, qui supportent des
statues colossales de Victoires, assises et entourées de divers
attributs. Avant qu'on y eût placé ces statues, traitées dans le style
de la décoration monumentale, les quatre chevaux de bronze antique
enlevés à la ville de Venise avoient été élevés sur ces piédestaux.

_Intérieur du palais._ Cet intérieur a subi de grands changements
dans sa décoration. Sous le vestibule on a pratiqué un nouvel escalier
d'une belle architecture qui conduit d'un côté aux galeries
supérieures de la chapelle et au théâtre, de l'autre à la salle des
maréchaux. Ces diverses pièces ont subi, tant dans leur disposition
que dans leur architecture, de grands et heureux changements. Les
galeries au rez-de-chaussée du côté du jardin ont été décorées, sous
toutes les arcades qui les composent, de statues antiques ou copiées
de l'antique, représentant des personnages romains, matrones et
sénateurs.

_Jardin des Tuileries._ Sans rien changer à la belle ordonnance et aux
grandes masses de ce jardin, on l'a achevé dans quelques détails qui,
jusqu'alors, avoient été négligés et qui en complètent la symétrie.
C'est principalement du côté du pont tournant qu'ont été faits en ce
genre les travaux les plus importants. L'orangerie a été abattue ainsi
que les constructions qui obstruoient toute cette extrémité du jardin;
et sur cet emplacement on a formé deux larges terrasses parfaitement
symétriques, qui se dessinent en fer à cheval et viennent finir en
pente douce des deux côtés du grand bassin. Ces deux terrasses ont été
plantées d'arbres formant allées et bosquets; elles sont entourées de
fossés du côté de la place Louis XV, et revêtues d'un mur solide en
bossages. Chaque angle extérieur du parapet est orné d'un lion en
marbre blanc.

Les deux autres terrasses dites des _Feuillans_ et _du bord de l'eau_
ont été plantées d'arbres. La première est fermée d'une grille toute
semblable à celle qui termine la cour du château. Cette grille, qui
s'étend depuis le pavillon Marsan jusqu'à l'extrémité du jardin, et
qui forme ainsi l'un des côtés de la rue de Rivoli dans presque toute
sa longueur, est soutenue de distance en distance par des piliers
carrés sur lesquels on a placé des vases en marbre blanc d'une forme
élégante. La terrasse du _bord de l'eau_ est ornée de belles copies
en bronze de quelques-unes des statues les plus célèbres de
l'antiquité, le Laocoon, l'Apollon du Belvédère, l'Hercule Télèphe, la
Diane de Versailles, etc. On communique du château à cette terrasse
par une galerie souterraine; ce qui en fait une promenade particulière
pour les princes, et que l'on peut isoler en un instant du reste du
jardin, en fermant toutes les grilles dont elle est entourée.

Enfin tous les compartiments du parterre, jusqu'alors fermés seulement
par des barrières en bois, ont été entourés de balustrades de fer; et
plusieurs statues nouvelles en bronze et en marbre, ou modernes ou
copiées de l'antique, ont été répandues autour des bassins, à l'entrée
de ce parterre et sur la lisière du bois.

_Grande galerie_ (côté du midi). À l'extérieur et dans toute la partie
construite par _Métezeau_, il a été percé des arcades au nombre de
vingt-huit, et établi dans le vaste rez-de-chaussée qui règne le long
de ces arcades, des corps-de-garde et une orangerie. Dans toute la
longueur de ce bâtiment jusqu'au pavillon de l'Infante, on a pratiqué
dans le toit des jours qui éclairent la galerie intérieure où est
exposée la collection des tableaux du roi, collection qui abonde en
chefs-d'oeuvre de toutes les écoles, et que l'on considère comme la
plus belle de l'Europe, tant par le nombre que par l'excellence des
morceaux dont elle est composée. Des colonnes de marbre du plus grand
prix, des bustes, des ciselures en bronze doré, forment la décoration
de cette galerie magnifique. À son extrémité est le salon d'exposition
des tableaux de l'école française, dont l'entrée donne sur un escalier
du plus grand style. Cet escalier communique au musée des statues
antiques, plus nombreux et plus varié que celui du Vatican, aussi
riche peut-être en chefs-d'oeuvre du premier ordre, et qui se compose
de toute la célèbre collection Borghèse, des antiques qui
appartenoient anciennement au roi, et de beaucoup d'autres statues
tirées de la Villa-Albani, du Vatican, et de plusieurs collections
particulières. Ce musée comprend tout le rez-de-chaussée dont se
composoient autrefois les appartements de la reine, ainsi que la
fameuse salle du vieux Louvre dite des _Cent-Suisses_, que décorent
les admirables sculptures de Jean Goujon.

_Galerie_ (côté du nord). Cette galerie, parallèle à celle qui est
connue sous le nom de _grande galerie_, construite sur les mêmes
dimensions, et qui doit aboutir à la partie opposée du vieux Louvre, a
été commencée, il y a environ quinze ans, du côté des Tuileries, et se
prolonge en ce moment jusqu'à la rue de Rohan, offrant déjà une suite
de vingt-une arcades, toutes semblables à celles de l'autre galerie
qui sont en regard. La façade extérieure qui donne sur la rue de
Rivoli se compose de croisées séparées par des niches destinées sans
doute à recevoir des statues; au-dessus règne une longue corniche
soutenue par des consoles. Tout cet ensemble a de la noblesse et de la
simplicité, peut-être même trop de simplicité pour la demeure d'un
grand souverain. L'intérieur de cette galerie est divisé en
appartements destinés à être habités par des personnes que leurs
emplois attachent à la cour.

_Arc de triomphe._ Ce monument, que Buonaparte fit élever en 1806, à
la gloire, disoit-il, des armées françoises, et qui n'étoit réellement
que le monument de son insolence et de son orgueil, n'a point été
abattu depuis la restauration; et _il existe encore_ ainsi que _la
colonne de la place Vendôme_!...

Cette construction présente une largeur de soixante pieds sur
quarante-cinq de hauteur. Sa profondeur est de vingt pieds et demi. Sa
double façade se compose de trois arcades; et deux arcades percées
dans chacune de ses faces latérales correspondent de l'une à l'autre
et traversent les trois arcades de la façade. Huit colonnes de marbre
rouge de Languedoc, d'ordre corinthien, enrichies de bases et de
chapiteaux en bronze doré, ornent l'extérieur de cette composition; à
l'aplomb de ces colonnes et au-devant de l'attique s'élèvent autant de
statues de soldats français de diverses armes, dont les costumes
forment, avec les bas-reliefs et les ornements traités dans le style
antique dont les voûtes et les cintres des arcades sont couverts, une
disparate qui n'est pas de très-bon goût. Ce sont des Fleuves, des
Naïades, des Victoires, etc.; toutes ces sculptures ont été traitées
d'une grande manière et avec une délicatesse très-rare d'exécution.

Six bas-reliefs en marbre blanc qui retraçoient les événements les
plus remarquables de la campagne de 1805, décoroient les quatre faces
de cet arc de triomphe. Ceux-là ont du moins été enlevés en 1815 pour
ne plus jamais reparoître. Au-dessus de l'attique que surmontoit un
double socle s'élevoit un quadrige qu'accompagnoient deux Victoires,
et auquel on avoit attelé les quatre fameux chevaux de bronze dont
nous avons déjà parlé. Ce quadrige attendoit la statue de
l'usurpateur; il a été enlevé en même temps que les bas-reliefs. Le
char et les Victoires en plomb doré étoient de la main de M. Lemot, et
l'on y reconnoissoit le grand style, et la belle exécution de cet
artiste célèbre.

_L'église Saint-Roch._ On a rendu à cette église quelques-uns des
tableaux qui lui avoient été enlevés, entre autres celui du Doyen (la
guérison des ardents), et celui de Vien (saint Denis prêchant la foi
en France). Plusieurs chapelles ont été ornées de bas-reliefs,
représentant des sujets tirés de la vie de N. S. par M. Desenne; et le
même artiste a exécuté pour la chapelle du Calvaire un groupe du
Christ au tombeau, dont l'exécution mérite des éloges. Saint-Roch
possède encore plusieurs tableaux modernes qui lui ont été donnés par
la ville de Paris.

On a de même rendu à cette église les monuments sépulcraux dont elle
avoit été dépouillée, et l'on y a en outre déposé quelques-uns des
monuments enlevés aux églises qui ont été détruites pendant la
révolution, entre autres le tombeau du cardinal Dubois, et celui de
Henri de Lorraine, comte d'Harcourt.

_Marché Saint-Honoré._ Ce marché a été ouvert et construit sur
l'emplacement du couvent des Jacobins. Il est divisé en quatre
compartiments couverts d'une simple toiture que portent des piliers de
bois façonnés en colonnes; deux rues y communiquent de la rue
Saint-Honoré et de la rue Neuve-des-Petits-Champs, et la place au
milieu de laquelle il s'élève forme un carré entouré de maisons.

_Colonne de la place Vendôme._ Cette colonne, qui, nous l'espérons,
disparoîtra un jour, pour l'honneur de la France, de la place qu'elle
occupe, et la rendra à la statue équestre du grand roi, qui s'y
élevoit autrefois, fut, de même que l'arc de triomphe, commencée par
ordre de Buonaparte après la campagne de 1805, et finie seulement en
1810.

Elle a 218 pieds de haut, y compris son piédestal dont la hauteur est
de 21 pieds et demi. Son diamètre est de 12 pieds; et toute sa
surface, y compris le piédestal, le chapiteau et son amortissement,
est revêtue de fortes lames de bronze, chargées de bas-reliefs. Ceux
du piédestal représentent des trophées d'armes; les autres, qui
s'élèvent en spirale jusqu'au faîte du monument, à l'imitation des
colonnes Trajane et Antonine, offrent l'histoire monumentale de cette
campagne de 1805, à l'occasion de laquelle a été conçu et exécuté ce
monument.

Buonaparte, qui, peu de temps auparavant, avoit refusé une statue que
ses flatteurs lui offroient, disant qu'à la postérité seule
appartenoit le droit de la lui ériger, si elle l'en jugeoit digne,
changea bientôt d'avis, et fit placer sur la calotte de cette colonne,
qui étoit l'un des points les plus élevés de Paris, sa statue pédestre
vêtue à la romaine. Cette statue colossale, de dix pieds de
proportion, avoit été exécutée par le sculpteur Chaudet. Elle a été
renversée en 1814; à sa place s'élève le drapeau blanc; et le
contraste étrange qu'il offre avec le monument qui lui sert de support
peut donner matière à bien des réflexions.

_Champs-Élysées._ À l'entrée de cette promenade, on a placé deux
groupes en marbre qui ornoient autrefois le parc de Marly. Ces
groupes, exécutés par _Coustou_ jeune, représentent deux chevaux qui
se cabrent et qui sont retenus par deux hommes nus.

_Arc de triomphe de l'Étoile._ Le projet de cet arc de triomphe fut
encore conçu en 1805. Il fut commencé avec des travaux et des dépenses
énormes, sur les dessins de l'architecte Chalgrin, et abandonné, nous
ne savons pourquoi, lorsque la construction en étoit déjà fort
avancée[648]. Il est construit sur la plus grande échelle des
monuments de ce genre; et peut-être eût-il été le plus colossal de
tous ceux qui existent maintenant. Sa hauteur eût été de 138 pieds, sa
profondeur de 68. C'est une belle masse dont l'aspect est imposant et
dont la situation à la porte Chaillot étoit une des plus heureuses
qu'il fût possible de rencontrer, ce monument pouvant y être vu de
tout Paris et de ses environs jusqu'à Neuilly. Il n'y a pas
d'apparence qu'il soit jamais achevé.

          [Note 648: Elle étoit parvenue jusqu'à la naissance du
          cintre de grande arcade.]

_Pont des Invalides._ Ce pont, qui sert de communication du quai de
la Conférence au Champ-de-Mars et à l'École-Militaire, s'élève en
ligne droite sur cinq arches surbaissées. Il est orné entre chaque
arche et au-dessus de chaque pilier d'une couronne de laurier au
milieu de laquelle est gravé en relief le chiffre [JL] surmonté d'une
couronne royale. Ce pont, de la coupe la plus élégante et la plus
hardie, est considéré avec juste raison comme le plus beau de Paris.
Il portoit, pendant la révolution, le nom de pont d'Iéna; et des
aigles éployées remplissoient l'espace qu'occupe aujourd'hui le
chiffre du roi.

_Église de la Magdeleine._ Buonaparte avoit voulu faire de cette
église, commencée avant la révolution, un _Temple de la Gloire_; et un
concours avoit été ouvert pour l'exécution de ce bizarre et ridicule
projet. Alors les constructions déjà faites éprouvèrent quelques
changements dans leur ordonnance. Les travaux toutefois se
poursuivirent lentement et n'ont été repris avec quelque activité que
depuis le retour du roi, où le monument a subi encore quelques
changements nouveaux pour être rendu à sa première destination. Deux
rangs de colonnes corinthiennes, de six pieds de diamètre, en décorent
la façade; et l'édifice sur les trois autres faces est entouré d'un
péristyle formé par un seul rang de colonnes du même ordre et de la
même dimension. Cette église doit avoir 264 pieds de longueur dans
oeuvre, non compris le portail et la chapelle de la communion. Sa
largeur, aussi dans oeuvre, et sans y comprendre les porches des
portes latérales sera de 138 pieds. Elle sera, dit-on, surmontée d'un
dôme, et le maître-autel s'élèvera au milieu du choeur. Toute cette
ordonnance est d'un grand caractère; et l'église de la Magdeleine,
lorsqu'elle aura été achevée, sera sans doute, dans son ensemble, la
plus belle église moderne de Paris: mais aura-t-elle le caractère
imposant et religieux de nos superbes basiliques gothiques? nous en
doutons: cette architecture gothique semble appartenir spécialement
au christianisme; et il ne nous semble pas que rien, sous ce rapport,
puisse jamais l'égaler ou la remplacer.

_Chapelle sépulcrale de Louis XVI et de Marie Antoinette, reine de
France._ Ce monument, élevé à la mémoire de ces deux augustes victimes,
est presque entièrement achevé: du côté du rond-point il donne sur la rue
d'Anjou, et l'entrée principale semble devoir être dans la rue de
l'Arcade, un peu plus bas que la rue Neuve-des-Mathurins. L'édifice a la
forme d'un carré long: ses deux faces latérales se composent chacune de
neuf arcades, qui probablement seront fermées par des grilles et
figureront des charniers. Du côté de la façade principale on monte
quelques marches qui conduisent à une espèce de vestibule ou petite
chapelle; un second escalier mène à une plate-forme élevée de dix à douze
pieds au-dessus du sol: à son extrémité s'élèvent sur un perron quatre
colonnes doriques avec fronton qui forment l'entrée de la principale
chapelle. Les trois ronds-points qui la terminent semblent indiquer
qu'elle formera trois divisions; et son exhaussement prouve qu'elle doit
être accompagnée de chapelles souterraines. Cette composition a le
caractère sépulcral qui lui convient, et fait honneur à l'architecte qui
l'a exécutée. On a le projet de l'enrichir d'un grand nombre de
sculptures, d'ornements, bas-reliefs, etc., que l'on exécute en ce moment.

_Abattoir du Roule._ Il est situé à l'extrémité de la rue de
Miromesnil. À la fin du troisième volume de cet ouvrage, nous
entrerons dans quelques détails sur les divers édifices de ce genre
que l'on a élevés à diverses extrémités de Paris, et qui peuvent être
mis au nombre des établissements les plus utiles que l'on ait formés
pour la commodité et la salubrité de cette capitale.


RUES NOUVELLES.

_Rue d'Astorg._ On a prolongé cette rue à travers la rue d'Anjou
jusque dans celle de la Pépinière.

_Rue de la Bienfaisance._ Elle aboutit d'un côté à la rue du Rocher et
de l'autre à la rue de Miromesnil.

_Rue Castiglione._ Elle a été ouverte sur le terrain des Capucins, et
aboutit d'un côté à la rue de Rivoli, de l'autre à la rue
Saint-Honoré, vis-à-vis la place Vendôme.

_Rue de la Croix du Roule._ C'est un chemin qui traverse les champs,
et qui communique de la rue du Faubourg-du-Roule à la barrière de
Courcelles.

_Rue Duphot._ Elle aboutit d'un côté au boulevart de la Magdeleine, de
l'autre à la rue Saint-Honoré. Le nom qu'elle porte est celui d'un
général français.

_Rue Gasté._ Elle donne d'un côté dans la rue basse Saint-Pierre, de
l'autre dans la rue des Batailles.

_Rue des Gourdes._ C'est un chemin parallèle à l'allée des Veuves,
qui, d'un côté, aboutit à l'avenue de Neuilly, de l'autre vient finir
à la ruelle des Blanchisseuses. Dans cette rue des Gourdes vient
aboutir une autre rue sans nom qui longe le jardin Marbeuf.

_Rue des Grésillons._ Elle donne d'un côté dans la rue du Rocher, de
l'autre dans celle de Miromesnil.

_Rue Saint-Hyacinthe._ Elle traverse de la rue de la Sourdière au
Marché Saint-Honoré.

_Rue Saint-Jean-Baptiste._ Elle donne d'un bout dans la rue
Saint-Michel, de l'autre dans celle de la Pépinière.

_Rue Neuve-du-Luxembourg._ La continuation de cette rue depuis la rue
Saint-Honoré vient se terminer à la rue de Rivoli.

_Rue du Marché Saint-Honoré._ Elle va de la rue Saint-Honoré à la rue
Neuve-des-Petits-Champs, traversant le Marché qui porte ce nom.

_Rue des Maisons-Neuves._ Cette rue, percée vis-à-vis la rue d'Astorg,
et dans la même direction, aboutit d'un côté à celle de la Pépinière,
de l'autre à la Voirie.

_Rue Saint-Michel._ Elle aboutit aux rues Saint-Jean-Baptiste et des
Maisons-Neuves.

_Rue de Mondovi._ Elle commence à l'angle de la rue du Mont-Thabor, et
vient aboutir à la rue de Rivoli.

_Rue Montaigne._ Elle commence au rond-point des Champs-Élysées, et
vient aboutir à la rue du Faubourg-du-Roule.

_Rue du Mont-Thabor._ Elle se termine par un cul-de-sac qui traverse
la rue Castiglione, et va aboutir à la rue Mondovi.

_Rue Notre-Dame-de-Grace._ Elle donne d'un bout dans la rue d'Anjou,
de l'autre dans celle de la Magdeleine.

_Rue de Ponthieu._ Cette rue a été prolongée jusque dans la rue
Montaigne.

_Rue Richepanse._ Elle donne dans la rue Saint-Honoré et dans la rue
Duphot. Le nom qu'elle porte est celui d'un général français.

_Rue de Rivoli._ Elle commence à la rue de Rohan, et se prolongeant le
long de la galerie neuve du château et du jardin des Tuileries, vient
aboutir à la place Louis XV. Toutes les maisons de cette rue sont de
la même élévation, et se composent d'un rez-de-chaussée formant une
longue suite d'arcades d'une belle proportion, au-dessus duquel
s'élèvent trois étages avec mansardes. C'est la plus belle rue de
Paris.

_Rue de la Grande-Voirie._ Elle donne d'un bout dans la rue des
Grésillons, et finit de l'autre par un cul-de-sac, traversant la rue
de la Petite-Voirie.

_Rue de la Petite-Voirie._ Elle donne d'un côté dans la rue des
Maisons-Neuves, et de l'autre dans celle de la Bienfaisance.


PASSAGES.

_Passage Delorme._ Il communique de la rue de Rivoli à la rue
Saint-Honoré.


FIN DE LA DEUXIÈME PARTIE DU PREMIER VOLUME.



TABLE DES MATIÈRES.

PREMIER VOLUME.--SECONDE PARTIE.


                                                                 Pages

QUARTIER SAINT-JACQUES-DE-LA-BOUCHERIE.

  Paris sous Hugues-Capet, Robert, Henri Ier, Philippe Ier,
  Louis-le-Gros, Louis-le-Jeune et Philippe-Auguste                471

  Le Grand-Châtelet                                                509

  Saint-Leufroi                                                    530

  La Grande-Boucherie                                              537

  Saint-Jacques-de-la-Boucherie                                    542

  Des confréries                                                   559

  L'hôpital de Sainte-Catherine                                    570

  Saint-Josse                                                      573

  Le chapitre du Saint-Sépulcre                                    577

  Les religieuses de Saint-Magloire                                582

  Saint-Leu et Saint-Gilles                                        588

  Hôtels                                                           594

  Rues et Places                                                   597

  Quais                                                            612

  Monuments nouveaux, etc.                                     _Ibid._


QUARTIER SAINTE-OPPORTUNE.

  Origine du quartier                                              616

  Le For-l'Évêque                                                  620

  Le Grenier à sel                                                 624

  Saint-Éloi                                                       626

  Les Six Corps                                                    630

  Sainte-Opportune                                                 641

  Hôtels                                                           653

  Rues et places                                                   660

  Quais                                                            674

  Rues et places nouvelles                                         675


QUARTIER DU LOUVRE, OU SAINT-GERMAIN-L'AUXERROIS.

  Paris sous Louis VIII, Louis IX (saint Louis), Philippe III,
  Philippe IV, Louis X, Philippe V, Charles IV, Philippe VI,
  Jean                                                             676

  Saint-Germain-l'Auxerrois                                        740

  Le Louvre                                                        762

  Académies                                                        802

  La Congrégation des prêtres de l'Oratoire de N. S. J. C.         810

  Saint-Honoré                                                     817

  Hôtels                                                           822

  Fontaines                                                        832

  Rues et places                                                   839

  Monuments nouveaux, etc.                                         850

  Rues et places nouvelles                                         854


QUARTIER DU PALAIS-ROYAL.

  Origine du quartier                                              856

  Saint-Louis et Saint-Nicolas-du-Louvre                           862

  Le Palais-Royal                                                  872

  La place du Palais-Royal et le Château-d'Eau                     901

  Hôpital royal des Quinze-Vingts                                  903

  Place du Carrousel                                               912

  Le Palais des Tuileries                                          915

  La grande Galerie                                                931

  Le jardin des Tuileries                                          944

  Porte de la Conférence                                           955

  Saint-Roch                                                       959

  Communauté de Sainte-Anne                                        969

  Jacobins de la rue Saint-Honoré                                  971

  Place Vendôme                                                    975

  Les Feuillans de la rue Saint-Honoré                             982

  Les Capucins de la rue Saint-Honoré                              992

  Les religieuses de l'Assomption                                  999

  Les Filles de la Conception                                     1006

  La place Louis XV et le Garde-Meuble                            1009

  Cours-la-Reine et Champs-Élysées                                1015

  Pont Louis XVI                                                  1018

  L'église de la Magdeleine                                       1020

  Les Bénédictines de la Ville-l'Évêque                           1026

  Saint-Philippe-du-Roule                                         1029

  Chapelle Beaujon, dédiée à saint Nicolas                        1035

  Hospice Beaujon                                                 1038

  Saint-Pierre-de-Chaillot                                        1039

  Sainte-Perrine                                                  1044

  Pompe à feu                                                     1046

  Manufacture royale de la Savonnerie                             1048

  La Visitation de Chaillot                                       1051

  Les Minimes de Chaillot                                         1053

  Hôtels                                                          1058

  Fontaines                                                       1072

  Rues et places du quartier du Palais-Royal                      1075

  Quais                                                           1094

  Antiquités romaines                                          _Ibid._

  Monuments nouveaux, etc.                                        1096

  Rues nouvelles                                                  1106


_Erratum._ Page 487, ligne 2, habilement _s'opposer_; lisez,
_l'opposer_.



[Notes au lecteur de ce fichier numérique:

Seules les erreurs clairement introduites par le typographe ont été
corrigées. L'orthographe de l'auteur a été conservée.

--L'ancre de la note 565 étant absente dans le livre d'origine, elle a
été placé lors de la création de ce fichier.

--L'ancre de la note 628 est absente dans le livre d'origine.

--Page 1104: Un chiffre représentant deux L (le premier étant reflété)
a été représenté par [JL].

--L'erratum présent dans l'original a été corrigé.

--Autres corrections effectuées:

----Note 189: "On lit dans Sauval que ce édifice existoit encore en
1432." a été remplacé par "On lit dans Sauval que cet édifice existoit
encore en 1432."

----Page 520: "il étoit défendu aux comtes et aux autres officiers" a été remplacé par
"il étoit défendu aux comtes et aux autres officiers".

----Page 828: "Albert de Gondi, duc de Retz et maréchal de France,
l'acheta en 1378 des enfants" a été remplacé par "Albert de Gondi, duc
de Retz et maréchal de France, l'acheta en 1578 des enfants".

----Page 859: "En 2581, Henri III fit commencer les nouveaux" a été
remplacé par "En 1581, Henri III fit commencer les nouveaux".]





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "Tableau historique et pittoresque de Paris depuis les Gaulois jusqu'à nos jours (Volume 2/8)" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home