Home
  By Author [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Title [ A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z |  Other Symbols ]
  By Language
all Classics books content using ISYS

Download this book: [ ASCII ]

Look for this book on Amazon


We have new books nearly every day.
If you would like a news letter once a week or once a month
fill out this form and we will give you a summary of the books for that week or month by email.

Title: L'Illustration, No. 3739, 31 October 1914
Author: Various
Language: French
As this book started as an ASCII text book there are no pictures available.
Copyright Status: Not copyrighted in the United States. If you live elsewhere check the laws of your country before downloading this ebook. See comments about copyright issues at end of book.

*** Start of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3739, 31 October 1914" ***

This book is indexed by ISYS Web Indexing system to allow the reader find any word or number within the document.



Note sur la transcription: Les erreurs clairement introduites
par le typographe ont été corrigées.

L'orthographe d'origine a été conservée et n'a pas été harmonisée.

L'original comporte une notation en exposant "Voies ferrées pr{ies}
et Routes pr{ies}", qui a été préservée dans cette version
électronique.



L'ILLUSTRATION

[Illustration:
    _Prix du Numéro: Un Franc._  SAMEDI 31 OCTOBRE 1914 _72e Année.--No 3739._]


[Illustration: ÉLISABETH, REINE DES BELGES]


    _Dessin de J. SIMONT._

    «_Elle est là-bas, avec le roi Albert, au milieu des troupes qui
     combattent. Elle est venue de ville en ville, de camp en camp, de
    tranchée en tranchée. Elle console de vivre et console de mourir;
    elle sourit, elle panse des blessures. Elle est toute la douceur et
    toute la pitié dans ce pays de Flandre où la brume lourde enveloppe
    le paysage triste, linceul de grisaille sur tant et tant de linceuls
    de lin... Reine errante, mais reine comme ne le fut jamais l'épouse
    du roi le plus puissant, elle symbolise toute la patrie meurtrie et
    qui ne veut pas mourir. Loin des cités orgueilleuses et des palais
    somptueux, elle va vers les soldats tombés sous la mitraille et,
    quand elle passe près d'eux, les paupières des agonisants se
    soulèventpour un dernier regard, une dernière larme..._»

    ROLAND DE MARÈS (_Le Temps_).



LES GRANDES HEURES



LES BLESSÉS


Comme un cri étouffé, comme un mot d'ordre, comme un frisson qui se
propage... en un instant cette phrase: «Voilà des blessés!» court du haut
en bas de l'ambulance, traverse les salles ainsi qu'un grand courant
d'air agitant tout sur son passage: les pensées, les êtres et les choses,
les robes et les rideaux.

Les blessés! D'où viennent-ils? Peu importe. Du feu. Cela suffit. On ne
les attendait pas et cependant leur arrivée ne cause aucune surprise, car
on les espère toujours. Ils n'ont pas d'heure. Ils apparaissent
brusquement le matin, le soir, en pleine nuit, sans prévenir, comme
l'ennemi. Aussi sont-ils reçus de la belle façon: à bras ouverts. Ceux
qui ont été les chercher à une gare de banlieue ou quelquefois très loin,
au _front_, et qui les ramènent à bon port, se secouent, soulagés, en
sautant du siège: «Cristi! Ça n'a pas été sans peine. Enfin, les voilà.
C'est à vous de faire.»

On les sort donc des voitures et des autos et on les dépose à petits pas,
comme de précieuses cargaisons tirées des flancs d'un navire que l'on
croyait perdu corps et biens et qui arrive du bout du monde. Jamais les
escaliers n'ont été aussi durs et aussi longs à monter qu'avec eux. Tous,
exténués de souffrance ou de fatigue, tombent anéantis, incapables d'un
geste, d'une parole. Ils ne donnent signe de vie qu'en respirant. Même
ceux qui se tiennent sur leurs jambes marchent en plein sommeil et
croulent dès qu'ils s'arrêtent. C'est dans ce lamentable état qu'il faut
d'abord les déshabiller. Que de difficultés et de soins nécessite ce
travail aussi douloureux déjà qu'une «opération»! D'une main délicate et
pourtant résolue on retire, on décolle les vêtements glorieux et en
lambeaux qui font aux soldats des costumes de splendeur épique si bien
adaptés et rompus à tous les actes de la bataille; les pieds gonflés sont
délivrés du boulet des grosses chaussures qui ont foulé tant de routes et
qui, lassées par les étapes, heurtent le sol avec un bruit lourd, comme
des haltères. Les corps meurtris et vigoureux sont mis à nu. Nous voyons
apparaître les larges poitrines, nos seuls et vrais remparts, plus
résistants, que ceux des forteresses. Alors l'eau, l'alcool, répandus sur
les chairs, rafraîchissent et purifient les membres harassés recouvrant
aussitôt sous ce baptême l'instinctif entrain de la vie, et les
infirmières, transfigurées par le respect de ces ablutions, prennent,
sans qu'elles s'en doutent, les nobles attitudes qui agenouillent les
saintes femmes dans les mises aux tombeaux. Près d'elles il y a toujours
debout un vieux brancardier méditatif et grisonnant, qui ressemble à
Joseph d'Arimathie.

Mais, après que les malheureux ont été emportés, l'étrange sensation
produite tout à coup, dans la pièce vide, par les tas individuels de
leurs vêtements affaissés et réunis! Quoi? Ces monticules de guenilles...
ce sont eux? Oui. Voilà leur dépouille émouvante. Ils ont fondu. Je pense
à des corps consumés dont ces restes seraient les cendrés. Et si petites!
A tenir dans un boisseau! Comment? Ce paquetage?... C'est tout cela un
cuirassier?--Vous l'avez dit.--Et ce résidu?--C'est un zouave... un
chasseur.--Quelle misère! On soulève et l'on trie, le coeur serré, les
pauvres nippes imprégnées de sueurs brûlantes et froides, qui ont bu tant
de sang, l'eau de la pluie et des fleuves passés à gué ou à la nage,...
ces loques si belles qui à la minute pendaient tout le long des blessés
ainsi que des drapeaux noircis dont leur corps était la hampe... Et quand
on les a rassemblées, on ficelle, en inscrivant le nom, pour que les
guéris retrouvent, le jour du départ, ces hardes qui sont tout leur bien.

Mais eux, en attendant, où sont-ils, les soldats qui n'ont plus
d'uniforme?

Ils sont couchés, au lit. Dans un lit...

Ah! ce lit! Ce lit frais, tiède, chaud, dont ils ont rêvé depuis des
jours et des semaines sous les rideaux de balles et d'obus, courbés dans
l'alcôve des tranchées, durant les longues nuits, noires de froid et de
ténèbres... ils le possèdent enfin!... ils y campent... Ces draps de
blancheur, si doux, qui les enveloppent comme un grand pansement... ils
les touchent de tous leurs membres qui les jonchent et craquent d'aise,
de tout leur corps étendu, étalé, de leurs mains aux paumes insatiables,
de leurs pieds remués sans cesse, heureux de se frotter dans tous les
sens à la bonne toile qui vient de l'armoire... Ce lit, c'est l'oasis,...
ils s'y laissent aller, couler, avec la complaisante inertie du plongeur
qui s'enfonce en sécurité, car il sait qu'il remontera. Ils ferment les
yeux et les rouvrent en soupirant: «Oh! qu'on est bien!» Et puis, dans
une confiance absolue, dans une indifférence sereine, à partir de ce
moment redevenus petits, ils font âme neuve. Ce sont des enfants.
L'ambulance opère en une heure cette métamorphose mystérieuse et qui
favorise la guérison.

Aussitôt couchés dans les draps marqués au chiffre de la Croix-Rouge, les
soldats, qui étaient des hommes, sont ramenés à l'arrière, loin des
lignes de leur âge; ils se replient au temps de leurs jeunes années. Tout
contribue au succès de ce mouvement de retraite: le calme du lieu,
l'éveil et le choix des souvenirs, la position même qui les tient
allongés sur les matelas et les coussins de plume, comme à l'époque de
leurs lits étroits et de leurs premiers songes. Et ils voient de nouveau
se pencher sur eux des femmes aux traits maternels qui leur parlent tout
près, tout bas, qui savent écouter, deviner, comprendre et se taire. Ils
sentent se poser sur leur front, sur leurs cheveux, des mains accoutumées
qui n'ont pourtant pas l'air d'être des mains humaines, dont le contact
est un langage. A travers le voile de leurs paupières, jusque sous le
bandeau qui les isole, ils perçoivent la surveillance des regards et
l'inquiétude des pensées. On prévient leurs moindres désirs et on trouve
le moyen de ne pas les contrarier même quand il est impossible de les
satisfaire.

Plus que partout ailleurs les blessés se montrent là dans le plein de
leur naturel. Les expansifs «se racontent». Les muets, les fermés,
rabattus sur eux-mêmes, butés à des choses qu'il est inutile d'essayer de
leur arracher, fixent encore du fond de leurs sombres prunelles le champ
de bataille où ils ont langui jusqu'au surlendemain, la cave molle et
fétide où ils gisaient parmi les rats affolés dans un cloaque sans nom,
le bois sinistre et mouillé de sang qui répercutait leur éternelle et
vaine plainte, l'oiseau de proie qui tout à coup, la nuit, s'est posé sur
leur face, dont la patte onglée s'est crispée un instant sur leur nez,
dont ils ont vu le bec tandis qu'il s'apprêtait à leur manger les yeux.
Des bruits leur reviennent aux oreilles: fracas d'obus, sifflements de
fer, miaulements d'acier, crépitements d'incendie, cris rauques,
aboiements d'un chien, tonnerre sec des canons, chute d'une gamelle,
sonnerie d'un clairon mais si loin, si loin... A ceux-là il faut des
heures et même des jours pour se remettre, revenir au temps présent, à la
surface du flot apaisé... Et puis tout à coup, comme on n'y comptait
plus, un sourire se dessine enfin, germe et fleurit sur le visage
douloureux et balaie tous les fantômes...

[Illustration]

Il y a les blessés gais, les musiciens du rire, les fifres de l'esprit
français qui forment la fanfare de ce régiment de la souffrance. Leurs
joyeux propos donnent du ton et fouettent la convalescence. Et après les
petits blessés et les moyens... viennent ceux qu'on appelle les grands...
A ces mots, la voix baisse et se teinte de gravité. Les grands blessés!
Dès qu'on entre ils captent l'attention, un peu à l'écart, abrités par
des paravents... Leur immobile vie reste suspendue. Le visiteur fait un
détour, n'ose pas s'avancer près de leur lit plus solennel. Les yeux de
ceux-là, quand ils s'ouvrent avec lenteur, demeurent vagues, brumeux,
lointains... Ils vous regardent et ne vous voient pas... tout leur semble
étranger... Ils sont sans être... On les sauvera. Mais on n'ose pas trop
le dire, en face de leur faiblesse et de leur fragilité. On n'en parle
qu'avec des hochements de tête et des espoirs d'une extrême prudence...

Et pourtant les blessés rendent tous aux médecins, aux femmes et à ceux
qui les soignent la tâche agréable, facile. D'un incroyable et tenace
courage, ils ne se plaignent jamais. C'est leur façon de s'acquitter. Il
faut leur arracher l'aveu que «ça ne va pas très bien» pour apprendre que
ça va mal. Ils sont candides, sympathiques, touchants, de la plus
familiale gentillesse quand ils ouvrent un portefeuille éreinté, bon à
jeter, pour vous montrer avec orgueil le portrait d'une maman, d'une
femme, d'un bébé... ou bien qu'ils vident leurs inépuisables poches,
extraordinaires de contenance comme des sacs à malice, et dans lesquelles
s'entassent du tabac, de la ficelle, un morceau de sucre, une pipe, un
mouchoir à carreaux, des sous, du chocolat, une caricature «de la tête à
Guillaume...» Et convenables, polis, bien élevés, simples, naturels, sans
affectation d'aucune sorte, d'une qualité d'accueil égale, aimable et
digne, avec un sourire des yeux et de toute la personne, même empêchée,
qui dit bonjour et remercie. Leur immobilité la plus cruelle trouve
toujours ingénieusement la façon de manifester de la reconnaissance. Pour
parler des parents, de la ville «d'où ils sont», de leur champ, de la
maison, d'un cheval, d'une ferme ou d'un clocher, ils emploient sans
effort des termes d'une noblesse grave qui sont saisissants et beaux
comme des paysages. A peine s'approche-t-on de leur lit qu'ils vous font,
ainsi qu'à un chef, l'honneur du salut militaire. Ils adorent les
friandises, la confiture, les bonbons... Si l'on osait, on leur
apporterait des joujoux... des soldats de plomb. Il n'y a nul
inconvénient à les gâter, car ils n'ont pas volé les douceurs qui ne
sauraient les amollir. Ils en prennent à leur appétit... Tiens! Pendant
qu'ils y sont... Et ils font joliment bien... Mais ils repartiront, une
fois rétablis, plus belliqueux et plus ardents, à tel point leur
confiance est inébranlable, vissée: «_Ils_ sont perdus, monsieur. Ça y
est. N'y a qu'à attendre.»

Ainsi, dans la douleur, dans le repos et la docilité, dans la réparation
physique et le maintien du grand moral, nos blessés, parmi nous, passent
un temps, plus ou moins long, de sanglantes vacances, choyés du moins par
les tendres femmes françaises dont ils ont écouté si souvent, la tête
sur leur poitrine, battre comme une horloge le cœur inaltérable et fort,
la source de bonté régulière, infinie...

[Illustration: Le grand escalier de l'Hôtel de Ville d'Arras.
Un escalier qui monte dans le vide.]

Plus tard, dans des années, quand ils feront aux jeunes gens le récit de
leurs campagnes, ils se rappelleront, entre deux batailles: «Ah!
l'ambulance!... mon ambulance de 1914! j'ai été soigné là... non... je ne
peux pas dire! Des femmes!... des dames du Paradis!»

Et puis ils se tairont, pendant qu'une larme, pour mieux couler, choisira
sur leur joue le ravin d'une cicatrice.


    HENRI LAVEDAN.



DANS LES CENDRES D'ARRAS


_Nous reprenons la publication du récit, par M. Gaston Chérau, du
bombardement et de l'incendie d'Arras. Les photographies prises par notre
collaborateur augmentent encore l'intérêt de cette émouvante narration_:

    Arras, 16 octobre.

Les malheureux habitants qui s'étaient réfugiés dans leurs caves, à la
fois guettés par les obus et par l'incendie qui faisaient rage au-dessus
d'eux, ne savaient plus à quelle mort se vouer. L'incendie ne leur donna
pas longtemps le choix: les vieilles maisons s'effondrèrent presque
subitement et les issues des caves furent bouchées...

De l'une de ces retraites mortelles, sortirent--dans la nuit du jeudi au
vendredi--quarante-cinq personnes; elles y étaient emprisonnées depuis le
mardi matin et, pour se tirer de là, il leur fallut déblayer des
décombres brûlants sur une épaisseur de plus de trois mètres.

Ce ne fut que le vendredi que le désastre de leur ville fut révélé aux
Artésiens. La mitraille tombait encore, mais, comme me l'a dit l'un
d'eux, «elle n'était plus bien portante... et puis on était _au
courant_». On apprit alors que les Allemands avaient surtout visé les
monuments anciens, les usines et les ambulances.

Qu'ils s'enorgueillissent du résultat: ils ont encore une fois anéanti
des asiles où l'on endormait les douleurs et des maisons qui parlaient du
génie de la paix.

Si le beffroi résiste encore, à la date où j'écris, l'Hôtel de Ville est
vidé de ses trésors de bois, de pierre et de fer forgé. Les salles
gothiques se sont volatilisées, les cheminées sculptées ont éclaté, les
frisés se sont émiettées, le balcon d'où l'on regardait la place a reçu à
lui seul plus de plomb qu'il n'en faut pour détruire dix maisons. Les
façades renaissance tiennent, mais ce ne sont plus que des écrans. Des
maisons, du quartier, il n'y a plus que des monceaux de décombres, des
murs menaçants, des escaliers qui montent dans le vide, des poutres qui
ne parviennent plus à rejoindre leur appui, des fûts de colonnes braqués
comme des canons, des enseignes bosselées, des balcons tordus, des amas
de tuiles, d'ardoises, de vaisselle brisée, de cuivres noircis...

Mais ça n'est pas tout!

Cinq ambulances étaient installées dans Arras. Les cinq ont été
bombardées!

Sous la mitraille qui défonçait les toits de l'école des garçons, les
trois médecins militaires descendirent eux-mêmes leurs cent soixante
blessés dans les caves. Au Saint-Sacrement, au Collège communal, aux
Ursulines, les projectiles pleuvaient sans discontinuer.

A l'hôpital Saint-Jean, dans la matinée du 7 octobre, une sœur venait
d'achever le pansement d'une femme qui avait été blessée la veille, dans
la rue, et qu'on avait recueillie avec ses deux enfants, une fillette de
six ans, un bébé de six mois. Un obus crève la toiture, éclate dans la
salle, blesse une deuxième fois la femme blessée le 6, tue sa fillette,
abat la sœur qui meurt en articulant doucement: «J'offre ma vie à mon
pays!»

Elle était vouée à la mort, cette souriante et tendre petite religieuse
de vingt-neuf ans! L'obus qui précédait immédiatement celui qui l'a tuée
venait de tomber dans la cellule voisine de l'oratoire, précisément celle
de sœur Sainte-Suzanne, et la supérieure courait, demandant si sœur
Sainte-Suzanne se trouvait chez elle... Sœur Sainte-Suzanne était dans
son service! Mais la mitraille, qui l'avait manquée là, devait la
retrouver ici.

[Illustration: Salle de l'hôpital Saint-Jean, à Arras, où une sœur et
une fillette de six ans ont été tuées et où d'autres malades ont été
blessés.]

Et d'autres obus tombaient encore, achevant trois soldats blessés, tuant
un employé, tuant un autre enfant...

Voilà la besogne des terribles soldats teutons!

Le bureau de bienfaisance lui-même n'a pas été épargné. Il n'était
pourtant pas facile de le dénicher dans cette rue qu'abritent les hautes
terrasses du jardin de l'évêché! C'était, aussi, une victime bien
innocente, mais il faut croire que son étiquette et sa destination le
désignaient pour le sacrifice. Des obus sont tombés sur lui.

Le jour où j'ai pu y pénétrer, je n'ai pas été peu étonné d'entendre
chanter dans ce qui restait de la maison voisine. C'était un serin qui
s'en donnait à cœur-joie! Il y avait près de sa cage trois autres cages
où le petit monde qui y était faisait le gros dos, attendant la mort
devant les mangeoires vides et les buvettes desséchées. Depuis onze
jours, les pauvres abandonnés n'avaient pas reçu de visites! Il y avait
une petite perruche qui, les yeux clos, dodelinait de la tête comme si,
au seuil de l'agonie, elle avait réfléchi aux atrocités de cette époque.
La tourterelle, tassée dans ses plumes hérissées, ne bougeait pas; quant
au tarin, ce n'était plus qu'une petite boule accrochée à son
perchoir. Autour d'eux, la cloison était crevée; un rideau, arraché à une
fenêtre, avait été fixé sur le mur par des éclats de vitres; les chaises,
la table, les assiettes, les verres, le linge, le fourneau de la cuisine,
tout était bouleversé ou réduit en miettes. Le plafond était défoncé, et
ce qui demeurait intact après le cataclysme c'étaient précisément les
êtres les plus fragiles! Aidé de l'économe du bureau de bienfaisance,
j'ai recherché la provision de graines et nous leur avons donné à manger.

[Illustration: Pièce attenante au bureau de bienfaisance écroulé, où
notre collaborateur a trouvé des oiseaux abandonnés depuis le
bombardement.]

[Illustation: Près de l'une, j'ai aperçu un réveille-matin.]

Nous étions bien un peu honteux d'avoir une telle préoccupation en un
pareil moment, mais c'est que nous nous imaginions que nous nous
surveillions l'un l'autre. D'ailleurs, dès que nous avons vu de quelle
façon on accueillait notre offre, nous nous sommes regardés et nous nous
sommes compris.

Quand je suis sorti de là, le serin chantait encore.

Dans les rues, les ménagères balayaient et lavaient leur maison, et je me
souviens d'avoir vu un commerçant qui frottait avec conviction la glace
de sa porte sans penser que de la devanture de son magasin il ne restait
que les montants.

Rien ne peut contre l'habitude et il n'y a pas de guerriers qui en aient
raison.

Les obus ronflaient toujours et occupaient l'air; une maison achevait de
se consumer sur la Grande Place, que des enfants continuaient leur partie
d'_al'-guise_ et que les pigeons s'abattaient sur leur endroit préféré.

Je poursuivis ma promenade dans les ruines, dans les cendres et dans le
sang et je vis d'autres ruines, d'autres cendres et d'autre sang. Il y en
avait partout, mais partout il y avait des gens qui s'activaient pour
déblayer les lieux. Il fallait faire place nette à la Vie.

A l'église Saint-Jean-Baptiste, le doyen me fait visiter les dégâts: les
obus ont plu ici comme ailleurs. Les voûtes sont percées à jour, les
vitraux n'existent plus, la toiture est pulvérisée; cela n'empêche pas de
songer à demain et une petite équipe d'ouvriers nettoie la nef.

Et des ruines, d'autres ruines! Des gens, hier riches, aujourd'hui
ruinés, vont voir la place de leur foyer. Ils n'ont pas de colère, pas de
larmes; ils regardent, fouillent dans les décombres pour essayer de
retrouver quelque chose, et puis, incapables de persévérance, ils s'en
vont, plus fatalistes encore. Ce qui doit être anéanti périt à son jour.

Dans le quartier de la gare j'ai vu, sur l'emplacement d'un grand
immeuble, douze cheminées que les bombes et l'incendie ont respectées.
Elles sont accrochées comme des nids et, sur certaines d'entre elles, des
cafetières sont encore posées. Près de l'une, j'ai aperçu un
réveille-matin.

Un peu plus loin, à l'endroit où passait la rue Saint-Géry, s'élevait un
hôtel particulier dont il ne reste plus que la porte monumentale qui
encadre dans le lointain des colonnes et des frontons. On dirait une
riche villa de Pompéi.

[Illustration: Des cheminées qui sont restées accrochées comme des nids.]

[Illustration: Une ruine qui ressemble à celles des riches maisons de
Pompéi.]

Et partout il y a des ruines, ruines de pauvres, ruines de riches,
réunies aujourd'hui dans le sort commun; et partout s'étale cette
épouvantable odeur d'incendie.

Lorsque tombe le soir sur cette ville anéantie, aux rues encombrées de
fil de fer, aux toits qui, à chaque minute, laissent échapper de leurs
tuiles, les heures deviennent soudain lugubres. Les ménagères sont
rentrées; on n'entend plus le bruit du balai qui lave, le bruit de l'eau
qui coule du seuil sur le trottoir. La vie qui s'essayait vaillamment à
reprendre s'est tout à coup découragée. L'odeur de brûlé devient plus
lourde et plus écœurante, et le canon qui tonne durement tout autour de
la ville ne dissipe pas l'angoisse qui vous étreint.

Je me rappelle mes promenades du soir dans les rues d'Arras,
autrefois,--il y a quatorze ans. Et je revois ces petites lumières qui
éclairaient le fond des maisons où les cuivres reluisaient, où tout était
rangé selon un ordre invariable, où il semblait que la vie avait raison
du temps...


_C'est à Albert, quelques jours après, que l'auteur de ces lignes a
appris qu'un nouveau bombardement avait aggravé l'œuvre du premier_:

    Albert, 23 octobre.

De nouveau, l'ennemi bombarde la malheureuse petite ville d'Albert, et
c'est là, sur des cendres toutes chaudes et sous les trajectoires des
obus, que j'apprends l'achèvement du désastre d'Arras! Le beffroi est
tombé, le lion des Flandres est abattu; ce qui restait debout de la
Petite Place est, m'affirme-t-on, détruit; les ambulances ont, encore une
fois, servi de cible...

[Illustration: L'ACHÈVEMENT DU DÉSASTRE D'ARRAS.--Le beffroi détruit par
un nouveau bombardement.]

Nos ennemis, en effet, ne pouvaient pas se retirer en laissant derrière
eux autre chose que des ruines! C'est un surcroît de torture pour nous,
mais c'est aussi un peu plus de dégoût, un peu plus de mépris, un peu
plus de colère qu'ils ajoutent en nos âmes.

Que le beffroi soit à bas, que des monuments séculaires soient en
flammes, que des ambulances soient en cendres, le son qu'ont rendu les
vieilles cloches en tombant est le glas de celui qui, criminel insensé, a
outragé toute une histoire et toute l'humanité.

    GASTON CHÉRAU.



LA PROTECTION DE COMPIÈGNE


_Nous avons reçu la lettre suivante_:

    20 octobre 1914.

    Mon cher directeur et ami,

Je crois de mon devoir d'apporter une rectification à l'article de M.
Julien Tinayre paru dans _L'Illustration_ du 17 octobre.

«Compiègne, pendant l'occupation allemande, y est-il dit, n'a presque pas
souffert, grâce au sang-froid et au courage de M. Martin, adjoint au
maire, et de M. Gabriel Mourey, conservateur du Palais.»

En ce qui me concerne, rien n'est moins exact. C'est à d'autres que
revient tout l'honneur du salut de la ville de Compiègne: d'abord à M. H.
de Seroux, adjoint délégué, dont la prudence, la fermeté et le dévouement
méritent notre admiration et toute notre reconnaissance; ensuite à M.
Lefèvre, qui a assumé et rempli avec un tact et une patience rares les
périlleuses fonctions de chef de la police municipale.

Quant à moi, je me suis simplement borné à protéger, du mieux que j'ai
pu, le Palais dont j'ai la garde...

    GABRIEL MOUREY,

    Conservateur du Palais national de Compiègne.

_M. Martin nous a écrit lui-même pour reporter sur M. de Seroux tout
l'honneur de la protection de Compiègne, et le président du tribunal de
cette ville, dans une lettre sur le même sujet, nous prie de citer
également le nom de M. le Dr Wurtz qui, malgré son âge, a soigné nuit et
jour les malades et les blessés._



AUMONIERS MILITAIRES


Dans notre dernier numéro nous avons montré, unis à l'ombre du drapeau
pour remplir, en se prêtant mutuelle assistance, un même devoir, des
aumôniers militaires appartenant à des religions différentes. A l'exemple
de nos vaillants mobilisés qui ont fait table rase de toutes leurs
querelles, prêtres catholiques, pasteurs protestants et rabbins oublient
leurs dissentiments confessionnels et donnent l'exemple de la plus
parfaite confraternité devant les blessés ou les mourants qu'ils ont
mission d'assister. Le rabbin qui figurait sur notre photographie attesta
cette union de façon aussi glorieuse que tragique. Ses nombreux amis ont,
en effet, reconnu M. Bloch, tué il y a quelques semaines aux environs de
Saint-Dié. On évacuait une ambulance sous le feu de l'ennemi. Un de nos
soldats, dangereusement blessé, aperçoit le rabbin qu'il prend pour un
prêtre catholique; il lui demande un crucifix. Le prêtre israélite court
aussitôt à la recherche du pieux emblème; au moment où il va le remettre
à l'agonisant, il est lui-même mortellement frappé. M. Bloch est le
premier rabbin victime de la guerre; il est tombé en brave, comme tant de
prêtres catholiques tués au feu ou brutalement fusillés.

_Dessin de CHARLES FOUQUERAY,
d'après un croquis communiqué par un officier blessé._

[Illustration: NOS FUSILIERS MARINS A YPRES]

Les Parisiens, les vieux, ou ceux encore qui possèdent bien leur histoire
de la guerre de 1870-1871 et du grand siège, n'ont pas perdu le souvenir
des services éminents que rendirent alors à la défense les marins,
fusiliers et canonniers. Aussi, lorsque, au début des hostilités
actuelles, on vit reparaître sur les boulevards leurs grands cols bleus,
leurs mâles figures halées, les accueillit-on avec cordialité. Quelques
jours ils furent employés à des besognes de police. Ils pouvaient mieux
faire, et bientôt ils étaient répartis dans certains forts du camp
retranché: la tâche de protéger Paris ne pouvait être confiée à de
meilleures mains. Après la rude alerte on les vit revenir en petit
nombre. A l'approche des froids, on les avait dotés de la longue capote
d'infanterie, qui leur enlevait bien un peu de leur allure dégagée, mais
n'allait point les gêner pour faire, dans les combats du Nord,
d'excellente besogne. On a, pour la première fois, mentionné leur
collaboration efficace, le 13 octobre, à la reprise d'Ypres, où ils
marchaient à côté des Anglais. Ce fut une chaude affaire. Mais les marins
sont bons pour toutes les tâches qui exigent de la vigueur et de
l'agilité, de la vaillance et de l'allant. Leur magnifique entrain, à la
baïonnette, ne le cède même pas à celui des turcos. Ils enlevèrent
alertement les positions dont on leur confia l'attaque. La déroute des
Allemands, repoussés à plusieurs kilomètres au delà d'Ypres, fut
complète; ils firent là des pertes considérables. Cette irrésistible
poussée fut le commencement d'une offensive qui étendit bientôt notre
front jusqu'à la mer, paralysant la marche en avant de l'ennemi.

[Illustration:
Altmunsterol redevenu Montreux-Vieux: les anciens poteaux frontières
allemands, sur la route et sur la voie ferrée de Belfort à Mulhouse,
repeints aux couleurs françaises.]


DEUX MINISTRES AUX ARMÉES


M. Aristide Briand, garde des sceaux, vice-président du Conseil, et son
collègue, M. Albert Sarraut, ministre de l'Instruction publique, ont
passé toute la semaine dernière dans l'Est, au milieu de nos soldats,
témoins de leurs généreux sacrifices, de leur magnifique ardeur au
combat, de leur foi inébranlable dans le succès. Mardi ils retournaient
auprès de leurs collègues, auxquels ils allaient rendre compte de la
mission qu'ils venaient d'accomplir, communiquer l'impression
d'admiration et de confiance que leur a laissée tout ce qu'on leur a
montré, faire part aussi des besoins de cette vaillante armée qu'ils ont
vue à la peine, et de l'effort à poursuivre afin de lui permettre de
parfaire son œuvre victorieuse. Il suffit d'avoir causé quelques
instants seulement avec M. Aristide Briand, à son bref passage à Paris,
pour entendre de quelle voix chaleureuse, persuasive, en quels termes
enthousiastes il dut, pour sa part, raconter au Conseil cet émouvant
voyage. Au surplus prêchait-il à des convertis, et il n'aura pas, certes,
besoin de toute son éloquence pour convaincre le gouvernement entier du
devoir qui lui incombe jusqu'au bout, d'aider de tout son pouvoir, de
toutes ses forces vives et sans marchander, ceux qui luttent, de
collaborer de la plus étroite façon, et, pour tout dire d'un mot, de
communier avec eux.


[Illustration:
Les deux ministres
D'un point culminant des Hauts de Meuse, MM. Briand et Sarraut assistent
à un vif combat d'artillerie.]

Les premiers spectacles qui apparurent aux ministres, quand ils
arrivèrent à l'arrière de nos armées, sur les territoires d'où elles
venaient à peine de repousser l'ennemi, furent des tableaux de désolation
et de deuil. Partout des ruines. Et quelles ruines, que celles de villes,
de bourgades, de villages, dont certains tour à tour ont été pris,
repris, reconquis enfin par les nôtres de haute lutte, après les plus
rudes alternatives; que l'ennemi, le plus souvent, a systématiquement
dévastés, mettant au service d'une haine féroce les procédés de
destruction les plus infaillibles; et que, dans la rage que lui causait
sa défaite, il s'est appliqué, avant le décisif recul, à effacer de la
surface du sol comme firent autrefois, de villes maudites, des
cataclysmes dont la mémoire des hommes demeure à jamais horrifiée! Ce fut
ainsi, sous les plus lamentables couleurs, qu'ils aperçurent au passage
de petits pays naguère si florissants et si quiets, Nomeny, Revigny,
Gerbeviller, Clermont-en-Argonne, Lerouville, Sermaize-les-Bains,
Lunéville, Vaubécourt, tant d'autres dont les noms évoquent
d'inoubliables souffrances, et qui portent encore les stigmates de la
sauvagerie raffinée--si les deux mots ne heurtent pas d'être
accolés--dont ils furent les victimes.

Pourtant, ô miracle de la vitalité, du courage de la race, de sa
confiance inébranlable en l'avenir! pourtant l'activité partout reprend
en ces lieux martyrisés. Les routes qui avaient vu le pitoyable exode de
tous ces pauvres gens chassés de leur foyer par l'invasion se sont de
nouveau animées, à mesure que les nôtres regagnaient le terrain
abandonné, de longs cortèges où des piétons las, inquiets de ce qu'ils
allaient retrouver à la place de leurs maisons délaissées, mais non
découragés, se mêlaient aux chariots chargés en désordre, aux grinçants
véhicules de fortune. Et les voilà, ces pauvres sans feu ni lieu, qui se
remettent à l'œuvre dans leurs champs criblés de trous d'obus,
s'appliquant à réédifier leur toit familial, et attendant la paix, la
paix glorieuse à laquelle leurs âmes croient de toute la ferveur dont
elles sont capables.

[Illustration: Les nouveaux Pèlerins]

Cette foi vive, agissante, les représentants du gouvernement allaient la
retrouver, exaltée encore par l'ardeur de la lutte, aux lignes de
bataille qu'ils gagnaient bientôt.

Ce fut là que les deux ministres apprirent la mort de M. Emile Reymond,
le sénateur de la Loire, leur collègue au Parlement, leur ami, dont nous
racontons d'autre part la fin héroïque. Quelques heures auparavant, ils
lui avaient donné, en se détournant pour cacher leurs larmes, la suprême
poignée de main. Lui, souriait, sans illusion pourtant sur son sort:
«Dites-moi seulement que vous conserverez de moi un bon souvenir»,
murmuraient ses lèvres prêtes à se clore à jamais. En évoquant cette
vision, les traits si mobiles de M. Aristide Briand se contractaient
encore.


LA MISSION AUX ARMÉES DE MM. ARISTIDE BRIAND ET ALBERT SARRAUT.--Le
généralissime et les deux ministres.

[Illustration: M. Aristide Briand et le général Dubail.]

Des Hauts de Meuse, la position que l'ennemi nous a si désespérément
disputée, M. Aristide Briand et M. Albert Sarraut assistèrent à une
action dans laquelle 200.000 hommes, peut-être--100.000 de chaque
côté--étaient engagés. Un temps radieux les favorisait. Dans un ciel bleu
de panorama--ces vieux panoramas devant lesquels germèrent, voilà
longtemps, dans nos âmes d'enfants, et l'horreur du Teuton et l'espoir
des revanches--ils voyaient s'épanouir, puis se dissoudre au vent
d'automne, les blancs flocons des shrapnells. Parfois, dans la terre en
friche, dans les champs désertés, un gros obus s'enfouissait sous leurs
yeux, à quelques centaines de mètres, avec un fracas sourd. Des
crépitements de fusillades alternaient avec les grondements lointains du
canon. Mais la plaine demeurait vide en apparence. Pas un être ne s'y
agitait. Nul autre indice de la bataille que des fumées, de-ci de-là, des
lueurs d'incendies, et du bruit tout alentour. Etrange impression, et si
différente, confessait M. Aristide Briand, de celle qu'on s'attend à
recevoir d'un pareil carnage. On a rêvé d'un classique Wouwerman ou d'un
Van der Meulen, avec de pittoresques groupes épars de cavaliers, des
charges furieuses: on n'a devant soi qu'un immobile paysage de Lorraine.
La tâche, désormais, sera bien difficile pour les peintres de bataille!

Ce n'est pas de lui, en revanche, que je tiens ce détail: comme, en
compagnie des officiers qui les guidaient dans ce voyage, les ministres
déjeunaient à la hâte, non loin de l'hôpital où agonisait leur ami, un
avion allemand vint planer sur la ville--par hasard, sans doute--et
laissa choir quelques bombes. Un tir violent l'accueillit, si bien réglé
qu'on crut un moment l'avoir descendu et qu'il fut contraint de prendre
la fuite.

Une émotion plus forte, une émotion indicible, était réservée aux deux
représentants du gouvernement à l'extrême étape de leur randonnée, à
Belfort, la fière cité où l'ombre de Denfert-Rochereau semble exciter et
soutenir encore les dignes héritiers de sa magnanimité.

De la citadelle dominant la plaine, le gouverneur montrait à ses hôtes la
frontière ancienne, maintenant débordée, effacée par la bravoure de nos
soldats, la terre d'Alsace, hier encore «annexée». Alors, un violent, un
impérieux désir les anima, irrésistible: aller là, être les premiers,
après les vainqueurs, à fouler ce sol reconquis, si longtemps et si
ardemment convoité. On déféra à leur vœu. Et bientôt, avec leurs guides,
avec leur petite suite, ils étaient à «Alt Münsterol» redevenu
Montreux-Vieux. Ces lieux me sont familiers depuis une enquête dont,
autrefois, _L'Illustration_ me chargea par là. Je revois la petite gare,
le passage à niveau, puis, tout proche, le poteau frontière de la route
qui, bariolé de noir et de blanc, semblait porter le deuil de la province
violemment séparée de la patrie, si bien que, par une sorte de timide
pudeur et de fierté, je ne voulus pas même l'atteindre. Plus heureux, les
nouveaux pèlerins français purent éprouver la légitime et la troublante
volupté de se grouper à son pied, de le toucher, de le caresser, pour
mieux dire, de délecter leurs yeux à ses couleurs toutes fraîches... Car
il est maintenant tricolore, comme le mât qui, sur la voie ferrée,
indique encore l'ancienne limite entre la civilisation et la barbarie. De
ce terme, leurs regards purent s'élancer, brillants d'un rêve radieux,
sur la route bientôt libre qui s'enfonce vers l'Est, vers le Rhin. Et il
faut espérer que, quelque jour prochain, dans un de ces frémissants
discours qui soulèvent les foules, M. Aristide Briand dira quels
sentiments à cette heure l'agitèrent, et quelle fierté gonfla sa
poitrine, quel sain orgueil d'avoir été si prévoyant, si vigilant
serviteur du pays, au jour où, à peu près seul contre l'opinion entière,
il se fit le champion passionné du retour «aux trois ans».

    GUSTAVE BABIN.


[Illustration:

    M. A. Briand.      Général Joffre.      M. A. Sarraut.]


Un Christ brisé sur une tombe par un des projectiles qui ont atteint le cimetière de Reims.

Le Christ du calvaire de Drouville (Meurthe-et-Moselle) scié par les soldats allemands et jeté bas.

«GOTT MIT UNS»!... COMMENT ILS TRAITENT L'IMAGE DE CELUI QU'ILS
INVOQUENT

EN FRANCE.--Traces de leurs méfaits variés dans la salle
d'honneur de la citadelle d'Arras: ils ont souillé les drapeaux, sali le
buste de la République et couvert les tableaux noirs de dessins grossiers
et d'inscriptions.

EN BELGIQUE.--Comment ils se sont fait photographier dans
l'auditoire de la cour de cassation au Palais de Justice de Bruxelles.
_D'après «1914 illustré», revue hebdomadaire dont la publication à
Bruxelles a été autorisée._

LES INCONVENANCES DE LA SOLDATESQUE ALLEMANDE DANS LES MONUMENTS PUBLICS
DES VILLES OCCUPÉES

[Illustration: UNE HÉROÏQUE GALOPADE.--Section de mitrailleuses de
dragons allant prendre position, sous les éclatements des shrapnels.

_Dessin de GEORGES SCOTT._]

[Illustration:

    _Dessin de LUCIEN JONAS._      L'INTRUS!]


_Loger sous son toit l'envahisseur, le soudard grossier et
ivrogne, toujours brutal même s'il n'est pas féroce, qui,
lorsqu'il est repu, se vautre, sans quitter ses lourdes
bottes, sans lâcher son mauser ni sa bouteille, sur le lit
familial,--c'est le martyre des femmes françaises dans les
départements envahis. Trop de foyers de notre pays et de la
malheureuse Belgique ont subi cette souillure... Nulle image ne
saurait, plus que la douloureuse et saisissante composition du
peintre Jonas, exalter la patriotique fureur de nos combattants
et les exciter à redoubler d'efforts pour libérer notre sol et
pour le garder désormais inviolable._



LA CHUTE D'ANVERS
_Dessins de R. Caton Woodville et de H. W. Koekkoek, d'après les
croquis de G. Lynch et de H. C. Seppings Wright._

[Illustration:

Un des combats qui ont précédé la chute d'Anvers: le fort de Bornhem (au
centre) bombardé par l'artillerie allemande de gros calibre.
Aux premiers plans, artillerie de campagne belge et infanterie dans les
tranchées, défendant l'intervalle entre le fort et l'Escaut.]

D'après des récits de témoins et des croquis, des artistes anglais ont
reconstitué des épisodes de la lutte ardente qui a précédé la chute
d'Anvers.

C'est, d'une part, la suprême résistance du fort de Bornhem. Ce fort
était du même type que tous ceux qui entouraient Anvers, pas très
impressionnant à voir, sans doute, anodin d'aspect en temps de paix, mais
redoutable dans le combat alors que ses tourelles cuirassées échangeaient
leurs lourds obus avec les gros canons de siège allemands. Les lignes de
tranchées se développaient tout autour, sous la protection de
l'artillerie de campagne, dissimulée selon un artifice courant, sous des
branchages qui rendent chaque pièce pareille à un gros buisson.

Malheureusement, ces défenses ne pouvaient absolument pas préserver
Anvers d'un sort fatal. Sa dernière nuit héroïque fut d'une sinistre
beauté. Toutes les puissances destructrices semblaient liguées contre la
cité illustre des Rubens, des Van Dyck, des Plautus, et le fameux siège
de 1832 apparaît, auprès de ces horreurs, comme un simulacre, un tableau
des grandes manœuvres. A l'horizon, la lueur rouge de l'incendie des
réservoirs de pétrole, auxquels les Belges avaient mis le feu. Au ciel
ardent, les mouvants faisceaux de lumière pâle des projecteurs
électriques. Dans l'Escaut, de hautes colonnes d'eau soulevées par la
chute des obus. Et, dominant ce spectacle de dévastation, la svelte tour
de Notre-Dame, dressée comme un hautain défi aux pires sauvageries qu'ait
vues l'histoire...

Notre dernière gravure représente le duel d'artillerie qui précéda la
reprise de Malines par les Allemands, avec un épisode assez curieux: la
destruction, par un obus belge, de l'un des deux ballons d'où les
Allemands observaient et dirigeaient le combat, et qu'on voit, à gauche,
retourné comme un gros hanneton qui se serait brûlé les ailes sur la
lampe.


[Illustration: Mortiers belges (à gauche) répondant, par-dessus la ville
de Malines, au tir de la grosse artillerie allemande.

Au loin, à gauche, ballons captifs allemands: au premier plan,
ambulancière de la Croix-Rouge relevant les blessés pour les emmener en
automobiles.]

Aux premiers plan, artillerie de campagne belge et infanterie dans les
tranchées, défendant l'intervalle entre le fort et l'Escaut.]

[Illustration:
La nuit terrible d'Anvers, sous les obus et dans les flammes de
l'incendie.]



AUTRE VISION DU FRONT DE BATAILLE

(_Suite et fin._)


Marchant sur ce sol criblé, où la tourmente de mitraille a laissé à peine
une touffe d'herbe çà et là, un peu de mousse, une pauvre fleur,
j'atteins d'abord une ligne de défense que l'on prépare, qui sera la
seconde, pour le cas improbable où la première, plus en avant, viendrait
à céder. Nos soldats, transformés en terrassiers, y travaillent, la pelle
et la pioche en main, tous décidés et joyeux, s'empressant de la finir,
et elle sera terrible, entourée des pires embûches. Ce sont les
Allemands, je le veux bien, qui ont imaginé, dans leurs cervelles
prudentes et mauvaises, tout ce système de galeries et de pièges; mais,
comme nous sommes plus fins qu'eux et d'esprit plus prompt, en peu de
jours nous les avons égalés, sinon dépassés.

Un kilomètre plus loin, voici la première ligne. Elle est pleine de
monde, cette tranchée qui arrêtera le choc des barbares; elle est nuit et
jour prête à se hérisser de fusils. Et ceux qui vivent là, terrés à peine
pour le moment, savent que d'une minute à l'autre les obus recommenceront
leur arrosage quotidien, enlevant les têtes qui se risqueraient dehors,
crevant les poitrines ou déchiquetant les entrailles. Ils savent aussi
qu'à n'importe quelle heure imprévue, au pâle soleil ou dans l'obscurité
du milieu de la nuit, il y aura contre eux des ruées de ces barbares,
dont la forêt d'en face est encore pleine; ils savent comment ils
arriveront en courant, avec des cris pour essayer de faire peur, se
tenant tous par le bras en une seule masse enragée, et comment, avant de
s'empêtrer pour la mort dans nos fils de fer barbelés, ils trouveront
moyen, comme chaque fois, de faire beaucoup de mal. Ils savent, car ils
ont déjà vu tout cela, mais quand même ils sourient avec une dignité
grave. Depuis bientôt huit jours ils sont dans cette tranchée, attendant
la relève qui va venir, et ils ne se plaignent de rien: «On est bien
nourri, disent-ils, on mange à sa faim. Tant qu'il ne pleut pas, on se
tient chaud la nuit, dans nos trous de renard, avec une bonne couverture.
Mais, des vêtements de dessous en laine pour l'hiver, nous n'en avons
encore pas tous, et il nous en faudra bientôt. Quand vous rentrerez à
Paris, mon colonel, vous pourriez peut-être rappeler ça au gouvernement
et à toutes ces dames qui travaillent pour nous.»

(_Mon colonel_, c'est le seul titre que les soldats connaissent pour les
officiers à cinq galons. Pendant la dernière expédition de Chine, j'avais
déjà été _mon colonel_, mais je ne m'attendais pas à le redevenir un
jour, hélas! pour une guerre sur le sol de France!)

Ceux qui causent avec moi, au bord ou du fond de cette tranchée,
appartiennent aux plus diverses classes sociales; les uns furent des
élégants et des oisifs, les autres des ouvriers, des laboureurs; il y en
a même, avec le képi trop sur l'oreille et l'accent de barrière, dont il
vaudrait mieux sans doute ne pas sonder le passé, et qui sont devenus ici
quand même, non seulement des garçons braves, mais des braves garçons.
Cette guerre, en même temps qu'elle aura supprimé nos distances, nous
aura tous purifiés et grandis: les Allemands, sans le vouloir, nous
auront fait au moins ce bien-là, qui certes en vaut la peine. Et puis nos
soldats savent tous aujourd'hui pourquoi ils se battent, et c'est leur
suprême force; l'indignation les stimulera jusqu'à leur dernier souffle:
«Quand on a vu, me disent deux jeunes paysans de Bretagne, quand on a vu
de ses yeux ce que font ces brutes-là dans les villages où ils passent,
c'est tout naturel, n'est-ce pas, de donner sa vie pour tâcher qu'ils ne
viennent en faire autant chez nous.» Et la canonnade accompagne d'une
basse incessante et profonde cette déclaration naïve...

[Illustration]

Or, il en est ainsi d'un bout à l'autre de la ligne sans fin; partout
même décision et même courage. Ici ou là, causer avec eux est aussi
réconfortant et commande une admiration égale.

Mais c'est étrange de se dire qu'à notre vingtième siècle, pour nous
garer de la sauvagerie et de l'horreur, il nous a fallu établir, de l'Est
à l'Ouest de notre cher pays, de pareilles tranchées, des doubles, des
triples, courant ininterrompues sur des centaines de kilomètres, comme
une sorte de muraille de Chine cent fois plus redoutable que la vraie qui
gardait des Mongols, une muraille qui serpente, presque souterraine, en
tapinois, et que garnit toute une héroïque jeunesse française sans cesse
en alerte et sans cesse ensanglantée...

Le crépuscule ce soir, sous le ciel épais, se traîne tristement et n'en
finit plus; il me semble qu'il est déjà commencé depuis deux heures, et
cependant on y voit encore. Devant nous se distingue toujours, ou se
devine, le déploiement à perte de vue de deux plans de forêt, dont le
plus lointain n'a presque plus de contours dans les ténèbres. Le vent
continue de se refroidir. Et le cœur se serre dans l'impression plus
poignante encore d'une replongée, sans abri et sans recours, au fond des
primitives barbaries.

--«Mon colonel, voici l'heure où, depuis une semaine, nous avons tous les
soirs notre petit arrosage d'obus; si vous avez le temps de rester un
peu, vous verrez comme ils tirent vite et presque au hasard.»

Le temps, non, je ne l'ai guère, et puis l'occasion m'a déjà été donnée
ailleurs de voir «comme ils tirent vite et presque au hasard». On dirait
quelquefois un feu d'artifice pour parade, et c'est à croire qu'ils ont
des projectiles à n'en savoir que faire. Cependant je resterai bien
volontiers un moment de plus, pour revoir ça en leur compagnie.

Ah!... En effet, voici en l'air une espèce de bruissement de vol de
perdrix,--des perdrix qui passeraient très vite, avec des ailes en métal.
Cela nous change de la canonnade sourde de tout à l'heure, et c'est dans
notre direction que cela commence à venir. Mais c'est beaucoup trop haut
et surtout beaucoup trop à gauche. Tellement trop à gauche que ce n'est
pas nous qu'ils visent cette fois, certainement; il faudrait qu'ils
fussent par trop bêtes... Tout de même nous cessons de causer, l'oreille
aux aguets... Une dizaine d'obus, et puis plus rien.

--«C'est fini, me disent-ils alors. Maintenant leur heure est passée. Et
c'était pour les camarades là-bas. Vous n'avez pas de chance, mon
colonel; voilà bien la première fois que ce n'est pas nous qui écopons...
Et puis, on dirait qu'ils sont fatigués, ce soir, les Boches.»

Il fait nuit et je devrais déjà être loin. D'ailleurs ils vont se coucher
tous, ne pouvant pas, bien entendu, risquer d'allumer des lumières; des
cigarettes tout au plus. Je serre beaucoup de mains à la file et je les
quitte, les pauvres enfants de France, dans leur dortoir qui tout à coup,
avec le silence et l'obscurité, est devenu funèbre comme une longue fosse
commune au cimetière.

    PIERRE LOTI.



LE BOMBARDEMENT DE PAPEETE


Tahiti, chère au cœur de Pierre Loti, Tahiti la patrie de la petite
Rarahu, a connu, elle aussi, les horreurs de la grande guerre. «Le 22
septembre, à 6 h. 45 du matin, nous écrit notre correspondant. M. L.
Gauthier, deux croiseurs allemands, les deux plus fortes unités de la
division de Chine (le _Scharnhorst_ et le _Gneisenau_, sans doute), se
présentèrent devant Papeete. Au coup de canon à blanc tiré par une
batterie de la côte, ils hissèrent leur pavillon, s'approchèrent de la
passe et envoyèrent leur premier obus. Le commandant de la marine à
Tahiti donna aussitôt l'ordre de détruire les balises et amers de la côte
et de mettre le feu aux approvisionnements de charbon. Un bombardement en
règle du port commença aussitôt. La petite canonnière la _Zélée_, bien
inapte à se défendre, paya cher les quelques prises quelle avait pu faire
au début de la guerre. La ville fut fort éprouvée aussi. Elle ne reçut
pas moins de deux cents obus en quatre heures de temps, à peu près. Dix
incendies éclatèrent sur divers points. A la fin de cette canonnade
terrible, les décombres de ses murailles légères, de ses toitures de tôle
ondulée, jonchaient le sol de toutes parts. On s'attendait à un
débarquement de marins allemands, et tous les hommes valides de la
colonie, mobilisés dès le début de la guerre et bien exercés,
s'apprêtaient déjà à résister jusqu'au bout. Ils n'eurent pas l'occasion
de combattre: leur brutale besogne achevée, les deux croiseurs reprirent
le large.

[Illustration: Les effets du bombardement de Papeete, capitale de Tahiti,
par deux croiseurs allemands.

_Phot. L. Gauthier._]



LES TRANCHÉES ALLEMANDES


L'histoire de la guerre de 1914 démontrera combien les Allemands ont
profité des leçons des plus récents conflits. La guerre du Transvaal, la
guerre russo-japonaise et les guerres balkaniques ont été minutieusement
étudiées par eux et toute leur préparation, toutes leurs méthodes de
combat, toutes leurs ruses de guerre sont inspirées des enseignements
qu'ils en ont retirés.

C'est tout particulièrement en matière de tranchées que nos ennemis ont
beaucoup vu, beaucoup appris et beaucoup retenu.

Nous nous étions cantonnés depuis 1870 dans les trois types de tranchées
réglementaires: tranchée pour tireur assis, tranchée pour tireur à
genoux, tranchée pour tireur debout. A l'instruction, on a appris à
l'homme à se protéger momentanément, durant les bonds classiques du
combat tel qu'on le prévoyait, en creusant un peu le sol et en se
couchant derrière une toute petite levée de terre. Le soldat devait, en
outre, s'abriter des coups de l'adversaire en dressant son sac devant
lui.

D'où _protection insuffisante_ et _visibilité extrêmement dangereuse_,
puisque l'ennemi n'a plus qu'à compter les sacs pour connaître l'effectif
qui lui fait face.

Pour assurer le creusement de ces abris, la compagnie française disposait
de 80 pioches et 80 pelles-bêches, soit 160 outils pour 250 hommes. Ces
outils sont fixés sur le sac, d'où manœuvre assez longue pour disposer
de l'outil.

Les Allemands ont adopté des méthodes de tranchées défensives et
offensives toutes différentes. Chaque homme a un outil et l'outil est
adapté à l'étui du sabre-baïonnette.

Dès qu'il y a lieu de combattre, _la ligne se cache_, et, dès qu'elle
combat, _cette ligne prévoit la retraite_. Elle prépare, à cet effet, de
fortes positions qui assureront _le ralliement_, _la défensive à
outrance_, puis _la contre-attaque_.

Et c'est en vertu de ces principes très substantiels que tous les fronts
de combat sont organisés suivant un ordre qui varie très peu.

Ces fronts présentent généralement une, deux ou trois lignes de
tranchées-abris de 0 m. 50 à 0 m. 60 de largeur, parallèles, de longueur
proportionnelle aux effectifs qui les occupent, reliées entre elles par
des cheminements tracés en zigzag et reliées en dernier lieu à une ligne
de tranchées fortifiées armées de mitrailleuses. Ces dernières tranchées
renforcées sont à l'abri presque absolu des projectiles des fusils, des
mitrailleuses et des canons.

Les tranchées légères, dont les dimensions sont indiquées au croquis,
sont absolument invisibles à 300 mètres, distance qui permet déjà un feu
extrêmement meurtrier. On se rend compte que si l'ennemi dispose de trois
lignes successives et d'une ligne de retranchements fortifiés, c'est au
minimum sur un parcours de 600 mètres que la ligne assaillante est
susceptible d'être décimée par un feu d'infanterie déclenché à 300 mètres
et par le feu des mitrailleuses placées dans les retranchements
fortifiés, feu extrêmement rapide et lançant avec une précision absolue
de 300 à 600 balles à la minute et par pièce sur la ligne qui avance.

Le soldat, dans la tranchée de campagne, jouit d'une sécurité beaucoup
plus grande que le fantassin couché à plat ventre, derrière son sac, dans
une excavation offrant à peine 0 m. 40 de dénivellation. En se baissant
un peu, il disparaît au-dessous du niveau du sol et se trouve garanti
d'une façon absolue du feu de l'infanterie; de plus, il permet à ses
mitrailleuses de tirer sans danger pour lui. Ce même mouvement l'amenant
à faire le gros dos, c'est son sac qui se trouve placé dans le sens
horizontal, et ce sac constitue alors avec le casque une protection
relative contre les shrapnells et les éclats d'obus.

Derrière la tranchée allemande, des trous sont creusés pour le chef de
l'unité et les sous-officiers. Le trou du chef de l'unité est relié avec
le cheminement. Ceux des sous-officiers ne le sont pas.

Si l'on ajoute que le talus ou plutôt le déversement des déblais de la
tranchée occupe une largeur de 4 à 5 mètres et qu'il est soigneusement
gazonné ou replanté avec les cultures environnantes, on concevra que
cette très légère dénivellation ne laisse visible qu'à très courte
distance la «saignée» de terre où se trouve _dissimulée_ et _à l'abri_ la
ligne allemande.

Quant aux tranchées fortifiées, nos dessins en montrent nettement la
conception et le dispositif. Elles sont à l'abri des balles et des
shrapnells. Seuls les obus percutants ont le pouvoir de les pulvériser
et de décimer leurs défenseurs. Les détails à l'intérieur
varient à l'infini, suivant l'ingéniosité des occupants,
la tranquillité relative dont ils jouissent et
aussi la nature du sol.

[Illustration: Le même dispositif vu par l'assaillant: les lignes de
tranchées se confondent avec le paysage.]

[Illustration: Les tranchées renforcées; détails du couvert, des créneaux
et de l'excavation et de décimer leurs défenseurs. Les détails à
l'intérieur varient à l'infini, suivant l'ingéniosité des occupants, la
tranquillité relative dont ils jouissent et aussi la nature du sol.]

[Illustration: Dispositif de tranchées allemandes.]

[Illustration: Vue perspective d'un dispositif de tranchées allemandes
conforme aux croquis ci-contre.]

[Illustration: (Sur le croquis perspectif les chambres de repos de la
1re ligne ne sont pas encore couvertes. Coupe suivant A B d'une chambre
de repos.]

[Illustration]

C'est ainsi que les trois dernières figures de cette page montrent un
dispositif tout différent où les tranchées sont composées de fossés pour
quatre tireurs chacun, profonds de 1 m. 50, larges de 0 m. 80 environ,
communiquant avec des chambres de repos disposées entre eux et en
arrière. Des cheminements couverts, ici encore, relient les chambres de
la première ligne à celles de la seconde. Tout le système, les chambres
de repos surtout, est installé de façon à procurer aux hommes le maximum
de confort et de sécurité: des volets, des portes arrachés aux maisons
les abritent, ou encore des branchages recouverts de terre.

Dès le début de la guerre, en Lorraine, et il faut bien le dire, après
quelques dures expériences, nos troupiers ont rapidement compris les
avantages des tranchées allemandes, ce qui prouve en passant que pour les
étudier ils les avaient conquises. Tout aussitôt, les officiers, les
sous-officiers et les soldats du génie furent détachés dans toutes les
unités pour enseigner à nos fantassins la façon de construire ces abris.
L'éducation fut rapide, et très vite aussi on parvint à compléter
l'outillage nécessaire, indispensable à là protection commune. Les outils
des disparus, les pioches et les bêches abandonnées dans les villages,
les outils de parc même furent arrimés sur les sacs par ceux qui
geignaient autrefois sous le poids de la petite pelle-bêche
réglementaire.

Dès la première accalmie du feu, dès la nuit tombée, les «trous» furent
entrepris. Quelquefois dans le silence de la nuit, à moins de 500 mètres
les uns des autres, les soldats des deux partis entendaient mutuellement
les coups de pioche, les jets de pelle, les paroles d'encouragement des
chefs, et ils s'accordaient tacitement l'armistice nécessaire pour le
creusement du fossé protecteur d'où ils jailliraient en trombe dès le
jour revenu.

DEUX AVIATEURS BLESSÉS AU-DESSUS DES LIGNES ALLEMANDES

Ayant le talon traversé par une balle, tandis que l'officier observateur
était lui-même blessé au pied, le pilote Verrier réussit cependant à
ramener son appareil et son passager dans les lignes françaises.

[Illustration:

    Le pilote Pierre Verrier.      Le lieutenant observateur A. Viot.

Les deux aviateurs soignés à Amiens.]

[Illustration: La planchette porte-cartes des deux aviateurs, traversée
par une balle allemande à l'endroit précis qu'ils survolaient:
Courcelette.]

[Illustration: LE RAVITAILLEMENT DE NOS ARMÉES.--Une boulangerie de
campagne.]

[Illustration: «L'Angleterre compte qu'aujourd'hui chacun fera son
devoir.» (_Paroles de l'amiral Nelson, à Trafalgar._)]

[Illustration: «Nous combattons pour un noble but et nous ne déposerons
pas les armes jusqu'à ce que ce but soit atteint.» (_Paroles du Roi._)]


LE 109e ANNIVERSAIRE DE TRAFALGAR A LONDRES: DEUX INSCRIPTIONS A LA BASE
DU MONUMENT DE NELSON



LA TREIZIÈME SEMAINE DE GUERRE

[3 Illustrations:

Train blindé de l'armée belge, armé de canons, dont un contre les
aéroplanes et les dirigeables, et percé d'embrasures pour les fusils.]

Voici plus de quinze jours que se poursuit entre la mer du Nord et les
bords de la Scarpe, près d'Arras, la plus violente bataille de cette
terrible et sanglante campagne. Peut-être durera-t-elle une semaine
encore, tant les Allemands mettent d'acharnement à tenter la rupture de
nos lignes, afin de faire une trouée grâce à laquelle ils pourraient
réaliser leur rêve: assiéger Dunkerque et Calais.

Dans ce but, ils procèdent plus que jamais à la ruée par des masses
énormes, se renouvelant à mesure que le fusil et l'obus renversent les
rangs qui accourent comme les flots sur la plage. Le littoral de la mer
du Nord, les dunes, les rives de l'Yser, les villes de Nieuport, Dixmude
et Roulers offrent le terrifiant spectacle de milliers et de milliers de
cadavres, sans que tant de vies sacrifiées en vain aient brisé la volonté
des chefs qui espèrent, à force de violence, enfoncer sur quelque point
la vivante muraille offerte par les armées des alliés.

La grande bataille commença vers le 13 par le balayage du territoire
français au Nord de la Lys. La cavalerie allemande qui l'avait envahi fut
rejetée sur la rive droite de la rivière. Nous avons dit, la semaine
dernière, comment, jusqu'au 20, se succédèrent les événements.

Ce jour-là et le 22 furent marqués par des rencontres très violentes sur
tout le front, sans que nous ayons fléchi. Le 23, seulement, les alliés
perdaient un peu de terrain au Nord de Dixmude et autour de la Bassée;
partout ailleurs nous progressions, surtout sur la côte et entre Ypres et
Roulers. L'Yser ne pouvait être forcé par les Allemands qui, le 24,
cependant, réussissaient le passage sur un point. Le 25, tentative
générale jusqu'à la Somme, par des attaques de nuit que les alliés
repoussaient. Le 26, effort non moins violent de Nieuport à Lens. En même
temps, aux mêmes heures, en Picardie, en Champagne, en Argonne, sur la
Meuse, en Woëvre, les divers corps allemands, obéissant à un évident mot
d'ordre, essayaient de reprendre l'offensive. Sur tous les points cette
attaque a échoué.

Le communiqué du 28 signalait une sorte d'apaisement dans tes attaques
allemandes au Nord, par contre sur les points où nous avions l'offensive
nos progrès continuaient.

Voyons maintenant, sur chaque partie du front, comment les événements de
cette tragique semaine se sont déroulés.



EN BELGIQUE

C'est dans la Flandre belge que la bataille a pris le pins d'ampleur, la
défense de l'étroit chenal de l'Yser canalisé, la lutte sur la chaussée
d'Ostende à Nieuport, au pied de la dune littorale, eurent un caractère
effroyable. La flotte anglaise et quelques petits navires français ont
participé à la lutte en écrasant de leurs feux les Allemands parvenus
dans les stations balnéaires, si coquettes hier encore, qui se succèdent
d'Ostende à la frontière française. Middelkerke, Westende, Lambaertzyde,
Nieuport-Bains, furent le théâtre de rencontres violentes entre l'armée
belge et les Allemands, dont les masses offraient une cible aux canons de
marine, grâce aux reconnaissances par les ballons captifs et les
hydravions des Anglais. Les plages furent couvertes de cadavres. C'est à
partir du 22 et du 23 surtout que cette coopération de la flotte
s'affirma.

Le 19, lutte sur tout le cours de l'Yser et le canal d'Ypres; le 20,
violentes rencontres de Nieuport à Dixmude et d'Ypres à Menin; le 21, le
choc s'étend jusqu'à Warnêton et se poursuit le 22 avec la même violence;
le 23, les Belges sont ramenés du Nord de Dixmude sur la ville, mais les
Anglo-Français refoulent l'ennemi au Nord-Est d'Ypres et commencent à se
diriger vers Roulers, qu'ils devaient atteindre, perdre et reprendre. Sur
la côte, la flotte écrase les Allemands; des monitors de rivière embossés
dans l'Yser maritime participent à la bataille. Le 24, a lieu la
traversée de l'Yser par l'ennemi en un lieu non précisé entre Nieuport et
Dixmude, succès suivi d'une destruction partielle des Allemands par les
Anglais. Le 25, continuation de ces farouches assauts; Nieuport,
bombardé, résiste vigoureusement. Sur aucun point les lignes alliées ne
sont forcées. Le 26 et le 27, mêmes infructueux efforts de la part des
Allemands tandis que nous nous maintenons près de Roulers et avançons
même. Et les Belges progressent au Sud de Dixmude.

Le 28, l'acharnement de l'ennemi semblait s'apaiser sur ce front; par
contre nous continuions à avancer au Nord et à l'Ouest d'Ypres.



EN FLANDRE FRANÇAISE ET ARTOIS

Trois zones d'action: entre Armentières et Lille, autour de la Bassée,
vers Lens et Arras. Les communiqués ont été très sobres de détails sur
les événements de ce côté.

Le 20, les Allemands tenaient les avancés de Lille; le 21, nous
approchions de la grande ville jusqu'à 6 kilomètres des remparts, à
Radinghem; le 22, nouvelle avance; le 24, nos lignes vers Lille sont
attaquées et l'ennemi est repoussé; depuis lors les attaques allemandes
sont demeurées infructueuses.

Sur la Bassée et Lens, plus vagues encore ont été les indications. Les
Allemands y firent toute la semaine d'énormes efforts, avec des forces
tellement supérieures que, le 25, on annonçait un recul à l'Ouest des
deux villes; depuis lors les Allemands n'ont pu poursuivre ce succès;
nous avons même réalisé de légers progrès. Pendant ce temps, on se
battait toujours aux environs d'Arras; l'artillerie allemande, placée à
grande distance, continuait la destruction méthodique de la vieille cité,
mais nos troupes paraissaient contenir et repousser l'ennemi qui avait
dirigé de violentes attaques au Nord de la ville, du 19 au 22; le 25, la
surprise de nuit échouait comme dans les autres secteurs; le 26, on
apprenait que nous étions à l'Est de la ville, c'est-à-dire, sans doute,
dans la direction de Douai.

Le 28, le communiqué signalait qu'au Sud-Ouest de la Bassée, vers
Cambrin, petit chef-lieu de canton, l'ennemi avait reculé. Et
l'état-major faisait connaître que les pertes des Allemands étaient
énormes dans les Flandres.

Au Sud d'Arras, aux confins de l'Artois et de la Picardie, les Allemands
montraient moins d'activité, ils renouvelaient cependant, vers le 20,
leurs tentatives pour percer nos lignes à hauteur d'Albert, mais ne
réussissaient pas à nous entamer.

[Illustration: Voies ferrées pr{ie}s. Routes pr{ies}. Canaux.
Carte de la région où se poursuit une lutte acharnée à la frontière
franco-belge, près de la mer du Nord et autour d'Arras.]



DE LA SOMME A L'ARGONNE

Sur toute cette ligne sinueuse partant de Bray-sur-Somme pour aboutir à
la Meuse verdunoise, il y eut de nombreux et rudes combats qui se sont
traduits, on en a l'intuition, par de sensibles progrès pour nous. Nous
devons nous borner à marquer, d'après les communiqués, les principales
phases de cet ensemble de rencontres.

Vers la Somme, c'est, le 22, une attaque infructueuse des Allemands
autour de Rosières-en-Santerre. Au Nord de l'Aisne, on constate des
progrès lents, mais sérieux, sur le réseau des tranchées et des cavernes
allemandes.

L'artillerie joue un rôle important: le 22, nous détruisons par nos obus
trois batteries ennemies. Pendant que nous remontons ainsi pas à pas dans
la direction de Noyon et de Tergnier, une avance plus sensible se produit
vers Craonne et la plaine champenoise, au Nord de l'Aisne, où il semble
que nous approchons du camp de Sissonne.


[Illustration: La princesse Xénie. Mlle Delaroche-Vernet, fille du
consul de France, et le prince Pierre saluent la tombe.]

[Illustration:
LOIN DES CHAMPS DE BATAILLE DE FRANCE: LES FUNÉRAILLES D'UN SOLDAT
FRANÇAIS AU MONTENEGRO

Devant la tombe du premier soldat français tué par un obus
autrichien, le capitaine monténégrin Yovitchevitch prononce
une allocation funèbre _Photographies Jovanescovitch._]

Près de la vallée de la Suippe, dans ce qu'on appelle la région de
Souain, des attaques allemandes sont repoussées le 21. Depuis lors,
silence sur cette zone. A la lisière de la forêt d'Argonne, nous montons
vers le Nord en partant de Vienne-la-Ville. Les Allemands nous avaient
attaqués, le 21, à l'Est de ce bourg, en pleine forêt d'Argonne; au Nord
du hameau du Four-de-Paris, nous les avions rejetés dans les bois; les
jours suivants, on se battait encore au sein de la forêt et, le 24, nos
troupes, cernant un régiment dans le défilé de la Chalade,
l'anéantissaient.

La veille, au-dessus de Vienne-la Ville, nous avions enlevé brillamment
le hameau de Melzicourt, près de Servon, d'où partent, à travers
l'Argonne, deux chemins conduisant à Varennes.

Le 19, la forte position de Vauquois, près de Varennes, où nous nous
sommes retranchés face au bourg de Montfaucon fortifié par les Allemands,
avait été attaquée; l'ennemi fut repoussé; de même autour de Malancourt.



DE LA MEUSE A LA MOSELLE

Saint-Mihiel continue à être le but de combats acharnés; les Allemands
qui l'occupent sont de plus en plus pressés par nos troupes. Celles-ci
sont parvenues à trois kilomètres à peine de la ville, dans la
presqu'île du Camp des Romains et sur la route d'Apremont, au bois
d'Ailly, non moins proche de Saint-Mihiel.

Sur les Hauts de Meuse, nous avons eu raison de tous les assauts; la
lutte d'artillerie y semble terrible; une attaque violente fut repoussée
le 19; le 24, nos canons détruisaient trois batteries allemandes dont
une de ces batteries lourdes qui ont une portée si considérable. Tout
le long des Côtes, ce que l'on pourrait appeler la défense mobile du
camp retranché de Verdun tient l'ennemi à distance des forts; elle l'a
repoussé à Champlon et a gagné sur lui, au Nord de la place.

Dans la plaine de Woëvre même, nous tenons une longue ligne depuis
Apremont jusqu'à Pont-à-Mousson. Le 21 nous pénétrions dans le bois de
Mort-Mare, au Nord de cette ligne; nous faisons un nouveau bond dans ces
bois le 23 et, le même jour, débordions la forêt dite Bois-le-Prêtre, au
Nord de Pont-à-Mousson. Nous paraissons progresser beaucoup sur cette
rive gauche de la Moselle.

Entre Nancy et la Seille nous reprenons nettement l'offensive.

Aux dernières nouvelles, nous avions chassé les Allemands entre les
forêts de Parroy, au Nord-Est de Lunéville, et de Bezange-la-Grande,
entre cette ville et la Seille, et nous pénétrions en Lorraine annexée.



LES OPÉRATIONS RUSSES

L'extrême importance des combats dans les Flandres nous a obligé
d'insister assez longuement sur cette partie des opérations, il nous
reste peu de place pour les mouvements des armées russes. Ceux-ci, il
est vrai, ont consisté uniquement, pendant la semaine, dans la
poursuite des ennemis battus à Varsovie et Ivangorod. Ces deux
batailles durèrent chacune sept jours, du 13 au 20, sans que les
Allemands aient pu attaquer sérieusement les camps retranchés des deux
villes et celui de Novo-Georgiewsk.

Les Russes débouchant de ces trois places se sont portés hardiment vers
l'Ouest. Au Nord de la rivière Piliza, leurs colonnes ont atteint
l'ennemi autour des villes de Lowicz, Skernewitz et Rawa et l'ont rejeté
à la baïonnette dans la direction de Lodz; il serait déjà à 130
kilomètres de la Vistule. Au Sud de la Piliza, les Allemands résistent
plus vigoureusement autour de Radom, grâce aux forêts dont le pays est
couvert, mais les Russes ne les refoulent pas moins vers la Silésie. Au
Sud, sur la rivière San, jusqu'à Przemysl, des combats acharnés ont lieu
entre Russes et Autrichiens: le 22 à Jaroslaw, le 23 et les jours
suivants à Sandomir, autour de Przemysl, et au Sud de Sambor. Les Lignes
autrichiennes ont été rompues et l'offensive russe s'accentue; les
Autrichiens paraissent faire un effort désespéré pour défendre la route
de Cracovie.

    ARDOUIN DUMAZET.

[Illustration: L'entrée en campagne des cosaques de l'Oural.]



MORT DU SÉNATEUR ÉMILE REYMOND


C'est avec une émotion particulière qu'on a appris la mort glorieuse
devant l'ennemi du docteur Emile, membre du Sénat, qui comptait parmi
nos meilleurs et nos plus anciens aviateurs. Le docteur Reymond avait
réclamé l'honneur d'accomplir une reconnaissance importante, mais que
rendait fort périlleuse l'obligation de voler assez bas; il partit sur
un monoplan avec le brigadier aviateur Clamadieu. Quelques instants plus
tard, ce dernier était tué, le docteur Reymond dangereusement blessé, et
l'appareil tombait doucement entre les deux camps. Les Allemands
occupaient une position, dominant la Woëvre, devant laquelle ils nous
tenaient en échec depuis plusieurs jours. Dans leur joie d'avoir abattu
l'appareil, ils se précipitent hors de leurs tranchées pour s'emparer
des aviateurs qu'ils peuvent supposer encore vivants; nos soldats
s'élancent aussitôt, et, après un corps à corps d'une violence
effroyable, ils réussissent, non seulement à dégager leurs deux
camarades, mais encore à refouler l'adversaire à 3 kilomètres et à
garder la position que les aviateurs avaient été chargés de reconnaître.
Le docteur Reymond fut transporté à l'hôpital de Toul où il expira deux
heures après avoir reçu la visite des deux ministres en tournée sur le
front, MM. Briand et Sarraut. Jusqu'au dernier moment, il conserva une
lucidité parfaite, et, avec un sang-froid magnifique, il indiqua, sans
omettre un détail, le résultat de ses observations.

Né à Tarbes en 1865, M. Emile Reymond fit ses études de médecine à Paris.
Elève, puis collaborateur du professeur Terrier, il acquiert rapidement
une grande renommée comme chirurgien. A la mort de son père, survenue en
1905, il est élu sénateur de la Loire.

[Illustration: Le sénateur Émile Reymond, aviateur volontaire, mort
glorieusement dans la Woëvre.]

Dès le début de l'aviation, il est des premiers à entrevoir l'importance
du rôle militaire qu'elle est appelée à jouer, et il devient le
protecteur officiel de tous ceux qui travaillent à son développement.
Bientôt il se passionne lui-même pour le nouveau sport; il passe son
brevet de pilote en 1910. Ses randonnées audacieuses ne tardent pas à lui
donner dans le monde parlementaire une autorité exceptionnelle et un
prestige original dont il ne tire d'ailleurs aucune vanité. La campagne
électorale de 1912, qu'il s'amuse à faire en aéroplane, achève de rendre
son nom populaire, et, placé à la tête du Comité national d'aviation
militaire, il se voue désormais tout entier à l'organisation de la
quatrième arme.

Appartenant au service de santé comme médecin major de 1re classe, le
docteur Reymond demanda et obtint, à la déclaration de guerre, son
affectation au corps d'aviateurs et il partit dans une escadrille de
l'armée de l'Est où il rendit de grands services. Quelques jours avant sa
mort, il était cité à l'ordre du jour de l'armée.

M. Emile Reymond a donné sa vie au pays comme tant d'autres héros
obscurs; il avait peut-être encore mieux servi la France avant la guerre,
car c'est à son énergie et à son dévouement que nous devons en grande
partie d'avoir possédé, dès les premiers jours du conflit, l'armée
aérienne qui, dans une large mesure, aura préparé la victoire.





*** End of this Doctrine Publishing Corporation Digital Book "L'Illustration, No. 3739, 31 October 1914" ***

Doctrine Publishing Corporation provides digitized public domain materials.
Public domain books belong to the public and we are merely their custodians.
This effort is time consuming and expensive, so in order to keep providing
this resource, we have taken steps to prevent abuse by commercial parties,
including placing technical restrictions on automated querying.

We also ask that you:

+ Make non-commercial use of the files We designed Doctrine Publishing
Corporation's ISYS search for use by individuals, and we request that you
use these files for personal, non-commercial purposes.

+ Refrain from automated querying Do not send automated queries of any sort
to Doctrine Publishing's system: If you are conducting research on machine
translation, optical character recognition or other areas where access to a
large amount of text is helpful, please contact us. We encourage the use of
public domain materials for these purposes and may be able to help.

+ Keep it legal -  Whatever your use, remember that you are responsible for
ensuring that what you are doing is legal. Do not assume that just because
we believe a book is in the public domain for users in the United States,
that the work is also in the public domain for users in other countries.
Whether a book is still in copyright varies from country to country, and we
can't offer guidance on whether any specific use of any specific book is
allowed. Please do not assume that a book's appearance in Doctrine Publishing
ISYS search  means it can be used in any manner anywhere in the world.
Copyright infringement liability can be quite severe.

About ISYS® Search Software
Established in 1988, ISYS Search Software is a global supplier of enterprise
search solutions for business and government.  The company's award-winning
software suite offers a broad range of search, navigation and discovery
solutions for desktop search, intranet search, SharePoint search and embedded
search applications.  ISYS has been deployed by thousands of organizations
operating in a variety of industries, including government, legal, law
enforcement, financial services, healthcare and recruitment.



Home